(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Protocols of Congress of the representatives of Great Britain, Austria-Hungary, France, Germany, Italy, Russia, and Turkey; for the settlement of affairs in the East"

f^f^l,fr>^ ■ ---^^^^^^ 




^^s« 



.*4i 




<* m 




n» the Re- \ 
.« of OoDgtesa 01 ^•^^. \ 

174 Vrotocols 0^^^^^ ^"'^^tkiy R"««^^ 

^^' Frst'bmxnd m a volume. | 



1 




1 



Jj :^ 1'^ 



• 3 



f A-5 



}^ 



Un^x^ 







^ X 



/]C\ilUX 



/ij, sJit'^*£^4'^^^] 



862 GREAT. BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 



PROTOCOLS OF CONGRESS of the Representatives of 
Great Britain, Austria-Hungary , France, Germany, Italy, 
Russia, and Turkey ; for the Settlement of Affairs in the 
East. — Berlin, June, July, 1878. 





No. of 


Date, 






Protocol. 


1878. 


Page. 


Alashkerd, Valley of 


14 


July 6 


879 




16 


July 9 


881 




18 


July 11 


884 




19 


July 12 


885 


Antivari . . . . . . 


8 


June 28 


874 




10 


July 1 


875 




12 


July 4 


877 


Ardahan .. 


li 


July 6 


879 


Armenia .. 


12 


July 4 


878 




14 


July 6 


879 




15 


July 8 


880 


Asiatic frontier . . 


14 


July 6 


879 




IG 


July 9 


881 




17 


July 10 


882 




18 


July 11 


884 




19 


July 12 


885 


Austria-Hungary. See Bosnia, Danube, llcrze- 








govina, Montenegro, Novi-Bazar. 








Balkans . . , , 


4 


June 22 


867 




15 


July 8 


880 


Bashi-Bazouks. See Eastern Roumelia. 








Batoum. Commercial port 


14 


July 6 


879 




16 


July 9 


881 


„ (frontiers of district) 


17 


July 10 


882 


Bayazid . . 


14 


July 6 


879 


Bessarabia 


9 


June 29 


874 




10 


July 1 


875 




11 


July 2 


876 


Black Sea . . 


14 


July 6 


879 


Bpsnia 


8 


June 28 


873 


„ (Austrian administration) 


12 


July 4 


■ 877 




18 


July 11 


884 


Bosphorus 


14 


July 6 


879 




]S 


July 11 


884 




19 


July 12 


885 




8 


June 28 


874 




10 


July 1 


875 




12 


July .4 


877 


Bulgaria . . 


1 


June 13 


866 




2 


June 17 


866 




4 


June 22 


867 




5 


June 24 


868 




6 


June 25 


871 




7 


June 26 


872 




14 


July 6 


879 




17 


July 10 


882 




19 


July 12 


885 


„ (bo.,„d„rt •j^^jf^J^J.^g 


11 
]5 


July 2 
Julv 8 


875 
880 



I'OUTUdAL AND UUUCiUAY. 



8GI 



also in casks, tVoiu- auy part of Poimi<^;il, sliall be valued as imita- 
tioua of Fiencb, llaliau, and lS[)fiuisli wiues, according to the 
respective classes. ^^ 

" Portuguese vvm^s, in bottle, shall be valued in conformity vFith 
the classification^opted ixx th^'Tarift'."*/ 

Ilis Excelleiicy'^'is( ount de San^^anuario made known that, 
aUiiough he could desire to celebi^it(^ a Treaty of Commerce and 
Navigation with the Oiiental Bcpublic of the Uruguay, wherein 
there would be consigned \v>ith becoming liberality those principles 
of conventional international law which in all points of utility to 
the two States might seasonably contribute to their reciprocal 
interests, he nevertheless accepted the resolve of the Government 
of the Oriental Kepublic of the Uruguay, as made known by his 
Excellency Doctor D. Clualberto Megidez, and based upon the 
reasons by him set forth. / \ 

Appreciating, therefore, and paaking acceptance of the indica- 
tions made by his Excellency ^with reference to the declarations 
which it is within his power to make on behalf of his Grovernment, 
he made known his willingness that, pending the conclusion of that 
Treaty, the declarations referred to should be forthwith rendered 
valid by means of the present Protocol. I ") 

In testimony wliereof the Plenipotentiarit^S ordered the present 
instrument to be drawn up in duplicate, and thereunto alExed their 
signatures and seals at tlie date referred/toi 

(L.S.) GUAtBERTO IVIENDEZ. 
(L.S.) A>zcoNDE DE SAN JANUAEIO. 

/ . 





* Monte Video Tariff" of Cusfonis-^ccfes fof'iJFines. 






Explanations. y^ 


Weight, 

measure, or 

quantity. 


Rates' 
Dollars. 


Wine. 
>> 


French red or white, Italian and sium like ... . 

Other kinds of casks in prpj^ortioni. 
Xeres, Oporto, Madeira, Lisbmi, Ehiue, and 
champacne of any kind, in^ottle 


Bordelaise 
Dozen 

P.c. Litre 

)) 
)> 

Dozen 


17 
6 


" 


Bordeaux, Frontignan, Asj>i, and other similar 

sorts not specified, iniBorted in bottles 

Xeres, Oporto, Madeira; Lisbon, anft any others 


3 
35 






15 


H 


Eed sorts in general / 

Sweet and dry, ordinary, of ^11 characters .... 
Cliianti, Pomino, and such' like, in flasks of 


6 
10 

6 




Other sizes in proportion. 





GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 



863 



Bulgaria (fortresses) 



Capitulations 

See also Bulgaria, &c. 
Christian Populations . . . . 



Circassians 
Constantinople 
Crete . . 



Danube 



Dardanelles . . 
Debt (Ottoman) .. 



Epivus 
Erzeroum 



(boundary) 



Fortifications 



Galalz .. .. .. .. .. 

Gree(;e (admission of Plenipotentiaries) 



„ (boundary ) 
, (provinces) 



No. of 
Protocol. 



Dobrudsclia 
Dulciguo . . 

Eastern Roumelia 



17 



1 

14 

15 

1 

9 

9 

11 

12 

17 

18 

14 

18 

19 

5 

6 

7 

8 

10 

11 

17 

18 

10 

11 

8 

10 

12 

4 

5 

6 

7 

8 

17 

15 

9 

14 

4 

7 

11 

12 

17 

11 

12 

1 

2 

3 

5 

8 

9 

13 

18 

19 

3 



Date, 

1878. 



July 10 

June 25 

June 13 
July 6 
July 8 
June 13 
June 29 

June 29 
July 2 
July 4 
July 10 
July 11 
July 6 
July 11 
July 12 
June 24 
June 25 
June 26 
June 28 
July 1 
July 2 
July 10 
July 11 
July 1 
July 2 
June 28 
July 1 
July 4 

June 22 
June 24 
June 25 
June 26 
June 28 
July 10 
July 8 
June 29 
July 6 

June 22 
June 26 
July 2 
July 4 
July 10 

July 2 
July 4 
June 13 
June 17 
June 19 
June 24 
June 28 
June 29 
July 5 
July 11 
July 12 
June 19 



Page. 

883 

871 

866 
880 
880 
866 
874 

874 
875 
877 
883 
884 
879 
884 
885 
868 
871 
872 
874 
875 
875 
882 
884 
875 
876 
874 
875 
877 

867 
868 
870 
872 
873 
883 
880 
874 
879 

867 
872 
875 

877 
883 

876 
877 
866 
866 
8G7 
SOS 
873 
874 
878 
884 
885 
867 



804 CillEAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 



Greece (pr(>vinces) 
Herzegovina 



(Austrian administration) 



Holy Places 



Indemnity (War) 
Iron G^ates (Danube) 

Iskra Eiver 

Jews (Eoumania) 

„ (Servia) . . 



See also Religious Liberty. 



Kars 
Khotour 



Kosica 
Kurds 

Lazistan . . 

Mali-Zwornik 

Mangalia . . 

Mesta Karasou 

Mirdites . . 
Montenegro 



(boundary) 



Mount Athos 
Novi Bazar 
Olti 



Persia 



Pirot 



Prepolac . . 

(Pass) 



Railways . . 

Rassova 

Ratifications of Treaty . , 

Religious Liberty 

See also Bulgaria, Montenegro, Rouinania, 
Servia. 




12 
18 
15 
17 

11 

11 

12 

5 

10 

17 

8 

12 

14 
14 
15 
16 
17 
18 
15 
15 

14 



15 
10 
15 
4 
15 
13 
10 
12 
17 
18 
10 
12 
12 

10 

16 

14 
15 
15 
19 
15 
19 

7 
10 
19 

7 



Page. 



June 29 



June 28 
July 4 
July 11 
July 8 
July 10 

July 2 
July 2 
July 4 
June 24 

July 1 
July 10 
June 28 
July 4 

July 6 
July 6 
July 8 
July 9 
July 10 
July 11 
July 8 
July 8 

July G 

June 28 
July 8 
July 1 
July 8 
June 22 
July 8 
July 5 
July 1 
July 4 
July 10 
July 11 
July 1 
July 4 
July 4 

July 1 

July 9 

July 6 

July 8 

July 8 

July 12 

July 8 

July 12 

June 26 
July 1 
July 12 
June 26 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, PRANCE, &C. 865 





No. of 
Protocol. 


Date, 

1878. 


Page. 


Jthodope . . . . . . . . 


18 


July 11 


884 




19 


July 12 


885 


Roumelia (East). See Eastern Roximelia. 








Bouinania . . . . , • . . • . 


5 


June 24 


869 




9 


June 29 


874 




10 


July 1 


875 




11 


July 2 


876 




15 


July 8 


880 




17 


July 10 


883 




18 


July 11 


883 


„ (admission of Plenipotentiaries) . . 


9 


June 29 


874 




10 


July 1 


874 


,, (consecrated property) 


15 


July 8 


880 


St. Nicholas 


19 


July 12 


885 




8 


June 28 


874 




15 


July 8 


880 


Serpents' Island 


10 


July 1 


875 




11 


July 2 


875 




18 


July 11 


884 


Servia .. .. .. .. 


7 


June 26 


872 




8 


June 28 


873 




12 


July 4 


876 




17 


July 9 


883 




18 


July 10 


883 




19 


July 12 


885 


„ (boundary) 


8 


June 28 


873 




15 


July 8 


880 


Shipka (proposed Cemetery) . . 


17 


July 10 


882 


Siiistria .. .. .. .. .. 


10 


July 1 


875 




15 


July 8 


880 


Sophia (Sandjak of) . . . . 


4 


June 22 


867 




5 


June 24 


868 




15 


July 8 


880 




16 


July 9 


881 


„ „ (Military Eoad) . . 


17 


July 10 


882 




19 


July 12 


885 


Soulina . . . . . . . , 


11 


July 2 


876 


Spizza 


8 


June 28 


874 




10 


July 1 


875 




12 


July 4 


877 


Strouma Karasou , . . , . . , . 


4 


June 22 


867 




15 


July 8 


880 


Thessaly . . . . . . . . . . < . 


9 


June 29 


874 


Treaties of Commerce . . . . . . . . 


G 


June 25 


871 


Tribute. See separate Countries and Provinces. 








Trn 


15 


July 8 


880 




4 


June 22 


867 


Vranja 


15 


July 8 


880 




16 


Jxily 9 


881 


Widdin (Military Road) 


19 


July 12 


885 


Zwomik. See Mali-Zwomik. 









[1877-78. LXix.] 



3 K 



S66 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 



PliOTOCOL N'o. 1, 13M June, 1878. 

Tuge 
Presidency. President : Prince Bismarck . . . . . . ■ . . . 887 

Appointment of Secretaries. Archives . . . . , . . . . . 887 

Presentation of Full Powers, except those of Ottomau Plenipotentiaries. 
Speech of President ; object in assembling the Congi'ess ; Christian 
Populations of Turkey ; free discussion of Treaty of San Stefano ; 
course of Procedure . . . . . . . . . . . . . . 888 

Proposals, &c., in writing. Bulgaria ; the main question. To be first 
discussed. Delimitation and Organization of Bulgaria. Secrecy 
of Deliberations . . .... . . . . . . . . • • 888 

Speech of Lord Beaconsfield : — Russian Troops near Constantinople. 
Dangers arising from position, they having advanced beyond the Line 
fixed by the Armistice. Possible Capture of Constantiuoplc. Obser- 
vations of Russian Plenipotentiaries : — Object of Russia to secure 
Amelioration of Condition of Christian Subjects of the Porte : — 
Movements of Russian Army and British Fleet . . . . . . 889 

Obsei'vations of President and Ottoman Plenipotentiaries . . . , . . 890 

Greece. Notice of Lord Salisbury to submit Questions of Admission of, 
at next Sitting. Observations of Russian and French Plenipotentiaries 
and President as to course of Procedure in bringing forAvard Ques- 
tions of this kind. Resolutions of Majority to rule on Substantive 
Proposals Avhich do not touch Vital Points, but Minority at liberty 
to record their Protests .. .. .. .. .. .. ..891 



PliOTOCOL No. 2, nth June, 1878. 

Presentation of Full Powers of Ottoman Plenijjotcntiaries. Cause of 

delay 893 

Protocols will be printed and communicated to Plenipotentiaries, biit 
not read in fvdl at Sittings, but only alterations made therein. 
Arrangements respecting Petitions, &c., addressed "to Congress and to 
President 893 

Greece. Lord Salisbiiry's Proposal that Greece should take part in 
deliberations of the Congress, or at least assist at all sittings in 
which Questions in connection with the Interests of the Greek race 
shall be discussed. Observations of President and Prince Gortchacow 
thereon . . . . . . . . .... . . . . . . 894 

Counter-Proposal of French Plenipotentiaries: — That Greek Plenipoten- 
tiaries be admitted when question arises of determining the future of 
the Border Provinces of the Kingdom (Epirus and Thessaly) and 
summoned into Congress when deemed advisable by the Plenipoten- 
tiaries. Diseiission adjourned to next sitting . . . . . . . . 890 

Bulgai'ia. Order of the Day. (Art. VI of Treaty of San Stefano.) 
Speech of Lord Salisbury : — Effect of Treaty \^•ould be to reduce 
Turkey to dependency on Russia. Duty of Congress to give Turkey 
back her Independence. Proposed Limits of Bulgaria . . . . 897 

■ ,-, Proposals to be examined: — I. -Bidga^ia to tea Tributary auto.-. .. 

nomous Principality restricted to the North of the Balkans. II. 
Province of Roumelia and all other Turkish Territory South of the 
Balkans to be under direct Political and Military authority of Sultan ; 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 867 



suflicienfc guarantee being given for protection of welfare of the 

Population 898 

Bulgaria. Observations of Count Scbouvaloff thereon; who remarks 

' that Russia entered Congress with a view to harmonize Preliminary 

' / Treaty of San Stefano with General Interests of Europe, but not to 

" annihilate " the results of a War in which she had imposed upon 

herself so many Sacrifices. . . . . . . . . . . . . . 898 

„ Prince Bismarck asks intentions of Great Britain with regard 
to Government of Bulgaria. Lord Salisbury's Reply. Prince 
Bismarck suggests Private Meetings of Russian and English Plenipo- 
tentiaries. Agreed to, with addition of Austrian Plenipotentiaries. 
Count Andrassy adheres generally to English Proposals respecting 
yy' Frontiers, wliieh are declared to be very important for Austria . . 899 



PBOTOOOL No. 3, IQtTt June, 1878. 

Observations of President on anonymous Petitions . . .. .. ., 901 

Order of the Day. 1. Admission of Representatives of Greece. 2. 

Bulgaria. Bulgarian Question adjourned . . . . . , , . 901 

Greece. English and French Proposals respecting Admission of Greek 
Representatives. Germany supports French Proposal. Objection of 
Turkish Plenipotentiaries . . . . . . . . . . . . . . 901 

,, Vicvrs of Russia. Observations of Prince Gortchacow. Russian 
Plenipotentiaries adhere to French Proposal respecting Admission of 
Greek Representatives (Epirus and Thessaly and Crete) . . . . 902 

Lord Salisbury proposes to substitute the words " Greek Provinces " for 
"Border Provinces of the Kingdom of Greece" (Macedonia, Thrace, 
and Crete) 904 

French Text voted . . . . 904. 

English Amendment discussed. Ottoman Plenipotentiaries abstain from 
voting. Votes pro and con equal. French Text therefore stands (for 
Text see Protocol No. 2, p. 896) 905 



PROTOCOL No. 4, 22nd June, 1878. 

Order of the Day. (Art. VI of Treaty of San Stefano) 908 

Prince Gortchacow absent from Ill-health . . . . . . • • • . 908 

Bulgaria. Lord Salisbury's proposals : Balkan Frontier for Principality. 
\^-' Province South of the Balkans to be called Eastern Roumelia. 
Sandjak of Sophia, with Strategic Rectification of Frontiers, to go to 
Bidgaria, either in consideration of retention of Varna by the Turks, • 
or the exclusion of the Basins of Mesta Karasou and Strouma 
Karasou from Eastern Roumelia. Direct Military and Political 
Authority of Sultan in East Roumelia. Right of Sultan to defend 
its Land and Sea Frontiers. Militia to maintain internal Order. 
Appointment of OSlcers. Religion. Employment of Turkish Troops. 

FortiQoations .908 

,, Western Front of Roumelia remains to be described . . .. 909 

,, Southern Frontier of Roumelia described. To bo traced by a 
Eui'opean Commission, with exception of T\vo Points touching Black 
Sea, which hare not vet been decided upon . . . . . . . • 909 

3 K 2 



808 liRii.vr liKJ/rAiN, Austria, France, &c. 



Uulgariii. Count Seliouvnlolfd observation!". Proposed Amendments : — 
(1.) As to employment of Native Militia : A European Commission 
shonlil determine Places to be occupied and strength of Forces : and 
(2.) As to determination by Congress when and how Turkish Troops 
may be called in . . . . . . . . . . . . . . . . 910 

,, Speech of Lord Bcaconsfield. Sovereign Rights of Sultan se- 
cured by giving to His Majesty : — I. A real Frontier. II. Sufficient 
Military and Political Power. Objections to Russian Amendments : — ■ 
I. As to European Commission. II. As to Limitation of number of 
Troops to be employed, the Time when and Places where to be 
employed. Count Andrassy adheres to English view . , . . . . 911 

,, Distinction between Gendarmerie and Militia. . . . . . . . 912 

„ Ottoman Plenipotentiaries postpone making any observations . . 912 

„ Prince Bismarck adheres to Russia's proposal . . . . . . . . 913 

„ Adoption of English proposals ; subject to consideration of Russian 
Amendments at a subsequent Meeting . . , . . . . . . . 914 

„ Sandjak of Sophia. Statement of Prince Bismarck. Russian Pleni- 
potentiaries decline to give Varna iu exchange for Sandjak of Sophia, 
but agree to plan of Exchange of Sandjak of Sophia for Rectifi- 
cation of Western Frontier . . . . , . . , . , . . 914 

„ M. Waddington to prepare Draft of an Agreement . . . . . . 914 



FBOTOCOL No. 5, 21/^ June, 1878. 

Continued absoiicc of Prince Gortchacow from Ill-health . , . . . . 91G 

Sandjak of Sophia. Views of Lord Salisbury as to application of wording 
of Protocol, " the Sandjak of Sophia with strategical rectification of 
the Frontier.?," to part only of Sandjak, which lies in basin of River 
Iskra. Reply of Count Schouvaloff . . . . . . . . . . 91G 

Greece. Discussion as to Admission of Representative of Greece ot the 

Congress . . . . , . . . . . . . , . . , . . 91G 

Order of the Day. (Art. VI of Treaty of San Stefano) : — 

Bulgaria and Eastern Roumelia. Additional Articles prepared by French 
Plenipotentiaries. Civil and Religious Liberty and Equality in Bulgaria 
and Eastern Roumelia .. .. .. ,, .. .. .. 917 

,, Additional Article proposed by Austrian, French, and Italian Pleni- 
potentiaries : — Maintenance in Bulgaria and Eastern Roumelia of 
Commercial Treaties between the Porte and Foreign Powers. Non- 
alteration therein of Clauses without consent. Non-Imposition of 

Transit dues 917 

,, Equality of Treatment to Subjects and Commerce ; Privileges ; 
Immunities ; Consular Jurisdiction and Protection, in accordance 
\vith Capitulations and Usage. Further Discussion reserved. Future 
Organization . . . . . . . . . . . . , , . . 918 

Art. IX of Treaty of San Stefano : — Proposal of Turkish Plenipotentiaries 
that, in addition to the Tribute, the Principality shoidd pay part of 
the Debts of the Empire in proportion to its Revenues. Discussion 
deferred 918 

Art. VII of Treaty of San Stefano. § 1. Election of Prince by the 

People and Confirmation by the Porte with consent of the Powers . . 918 

Proceedings of Congress thereon. Observations of Russian Plenipoten- 
tiaries as to necessity of unanimity and not majority among its 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCF:, &C. 869 

Page 
Members, and Discussion on possible -want of unanimit j among the 
Powers as to the Person to be elected Prince. Proposal of Lord 
Salisbury to substitute the words " Majority of the Powers " for that 
of " Assent " 918 

Bulgaria. Proposition of Austrian Plenipotentiaries : — That the Func- 
tions assigned, by different Articles of the Treaty of San Stefano, 
concerning Bulgaria, to Russian Commissions or Commissioners, or 
Russian or Ottoman, be transferred to European Commissions or 
Commissioners. Further discussion postponed. . . . . . . . 920 

Duties of Congress. Observations of the President as to Revision of 

Treaty of San Stefano or Conclusion of a new Treaty. Proposal to 

\/ discuss only those Articles of Treaty of San Stefano whicli have an 

European Interest . . . . . . . . . . . . . . . . 921 

Bulgaria. Explanation of Russian Plenipotentiaries that the arrange- 
ment for the assembly of Bulgarian Notables at Philippopolis under 
Art. VII of the Treaty of San Stefano had only reference to Bulgaria 
as constituted by that Treaty. Observations of Austrian, Russian, 
and French Plenipotentiaries on § 4 of Art. VII of Treaty of San 
Stefano. Electoral Law. Equality before the Law, and Liberty of 
Worship. Opinion of President as to necessity of a New Treaty. 
§§ 1, 2, and 4 of Art. VII adopted ; 3 and 5 reserved. . . . . . 921 

,, Discussion on Art. VIII of Treaty of San Stefano. Withdrawal 
of Ottoman Troops from the Principality, and Russian Occupation 
for Two Years with 50,000 Men, until comjilete Fonuation of 
a Native Militia. Right reserved to Riissian Troops to pass through 
the Principality dui'ing such Occupation. Objections of Austrian 
Plenipotentiary, who suggests (1) that a term of six months should be 
fixed for the Russian Occupation of Bulgaria, to commence from date 
of Treaty of Peace ; (2), that two, or three months at the latest, 
should be fixed for allowing the Passage of Russian troops across 
Koumania and the Evacuation of the Principality : and (3) that in 
the event of Russian Troops not being withdrawn within the six 
months, a European Contingent of from 10,000 to 15,000 men should 
be sent to the Principality and placed under the orders of the 
European Commission : the Expenses to be charged to the Country 
occupied . . . , . . . . . . . . . . . . . . 922 

Concurrence of Lord Beacousfiekl in tliess views, who expresses readiness 

of England to supply its quota of the proposed Contingent . . . . 923 

Objections of Russian Plenipotentiary thereon, who points out difference 
between Eastern Roumelia and Bulgaria ; gives a general idea of what 
Russia proposes to do in Bulgaria ; and expresses his views with 
regard to the difEculty in working a mixed Contingent , . . . 923 

Concurrence of Prince Bismarck in Russian views . . . . . . . . 925 

Reply of Austrian Plenipotentiary, who alludes to the numerous Petitions 

addressed to the Congress relative to Bulgarian Excesses . . . . 925 

Consent of Russian Plenipotentiaries to evacuate Bulgaria within nine 
months and Eoumania within three months more, making twelve 
months to complete the entire Evacuation of the two Provinces. 
Proposal declined by Austrian Plenijrotentiary, who insists upon the 
complete Evacuation in nine months. Proposal declined by 
Russian Plenipotentiaries. Proposal of Italian Plenipotentiaries to 
fix six montlis for Evacuation of Roumelia, and that Evacuation of 
Bulgaria and Roumania should commence after nine months, and b(^ 
fompleted in twclrc nionlhs. Lord S:ilisl;m'V ]ioint> ow': difilculfy in 



870 URIiAT lUlJTAlN, AU8T11IA, FRANCE, &C. 

Page 
farniiifj out iivv ICl.T-lions diii-iiifj; a Foreign Occupation ; upon Avliidi 
Count. Scliouvnloff proposes to postpone Election of Prince until after 
the depart iire of tlie Rui^sian Army. Views of other Plenipotentiaries 020 
After oxpresi-ion of views by other Plenipotentiaries, Russian proposal 

adopted ^^^ 



PROTOCOL No. 6, 25th June, 1878. 

List of Petitions '^^8 

Eastern Roumelia. Order of the Day. Amendments drawn up by French 
Plenipotentiary, after have conic to an understanding with his Russian 
and English colleagues. Right of Governor-General to call for 
assi8tan(;e of Ottoman troops in case of internal or external security 
being tlireatened ; but in such a contingency Representatives of the 
Powers at Constantinople to be informed of necessity whicli justifies 
it. Adopted. Maintenance of Order by a Native Gendarmerie, 
assisted by a Local Militia ; Officera to be named by the Sultan ; 
Religion of the Inhabitants to be taken into consideration . . . . 928 

Regular Troops only to be employed in Frontier Garrisons, and not to be 
quartered on the Inhabitants, nor to stay during their passage through 
the Province. This a^Dplies only to a State of Peace . . . . . . 020 

Points proposed by French Plenipotentiaries : — I. Non-employment of 
Bashi-Bazouks ; II. Turkish Soldiers to be lodged in Barracks or 
Khans, or under canvas, and not to be quartered on tlie Inhabitants ; 
III. Turkish Troops not to stay in the interior of the Province in 
their passage to the Frontier for the Service of the Garrisons . . 929 

Russian Plenipotentiaries insist on these arrangements being placed under 
the surveillance of an European Commission, which is rejected by 
the British Plenipotentiaries. French Plenipotentiary concurs in 
British views . . . . . . . . . . . . . . . . 929 

Russian Plenipotentiary accepts the Three Points, but with power to add 
an additional Clause respecting an European Commission, and 
consents to leave to the Siiltan the right to occupy the Strong Places 
on the Fi'ontier and Coast, and to waive the idea of controlling the 
Strategical Points and Number of Ottoman Troops to be employed in 
guai-ding the Fi-ontier. Acceptance of Three Points proposed by 
French Plenipotentiaries. Third Point received by Russian Plenipo- 
tentiaries ad referendum. Protocol left open for Russian Decision 
hereafter upon the Third Point . . , . . . . . . . 9-30 

Discussion of Austrian Proposal for substituting European Commissioners 
for Russian Commissioners strongly supported by Lord Salisbury, 
who recommends Immediate Action being taken thereupon. Dis- 
quieting Details received from Constantinople respecting Conduct of 
Military Governor of Bvdgaria . . . . . . . . . . . . 930 

Lord Salisbiiry undertakes to submit his Proposition in writing ; Observa- 
tions of Russian Plenipotentiary, who expresses desire to conclude 
Peace, to cari-y out the work of Reorganization, and to jiut an end to 
the Military Occupation . . . . . . . . . . . . . . 031 

Observations of President. Conference of Representatives of the Great 
Powers at Constantinople would really be the Commission, and the 
Consuls the Agents of the Conference ; on which the Russian Ambas- 
sador observes tliat the Representatives at Constantinople would be a 



GREAT BRITAIN, AUi^JTRIA, FRANCE, &G. 871 

Page 
Court of Appeal between the Consuls of the Powers and the Russian 
Commissioners ; and refuses to consent to substitution of European 
Commissions for Russian Commiseioners in the cases foreseen by Art. 
Vil of the Treaty of San Stefano. Lord Salisbury expresses surprise 
at Russia insisting on maintaining in Bulgaria the influence of a Rus- 
sian Commissioner. Explanations of Russian Plenipotentiary, ■who 
pi'opoees maintenance of Russian Commissioners acting under control 
of European Ambassadors at Constantinople, the Consuls being their 
Agents and Representatives . . . . . . . . . . . . 031 

Lord Salisbury's motion with i-egard to Military Government of the Princi- 
pality and of the Province as regards Financial and Administrative 
matters, to form addition in Art. YII . . . . . . . . . . 932 

Observations of President with regard to consideration of Questions of 

Detail, and of secondary importance . . . . . . . . . . 932 

Observations of Italian Representative, who consents to examine the point 
in concert with Representatives of Three Powers more immediately 
interested . . . . . . . . .... . . . . . . 933 

Treaties relating to Commerce, Navigation, and Transit Dues, &c., main- 
taining of, in Bulgaria and Eastern Roumelia. Lord Salisbury 
suggests omission of words " Eastern Roumelia." Discussion thereon 93-i 

Obsei'vatious of President with regard to Law of Nations on the question 

of Maintenance of Treaties , . . . . . . . . . , . 934 

Erasure of words "Eastern Roumelia" from proposition, on obscrvaticn 
of Turkish Plenipotentiary that no Ti-ansit Duty can be established 
on Territory of the Empire without express authority of the 
Sovereign . . . . . . . . . . . . . . . . . . 934 

Bulgaria. Omission proposed of word " iisages " .. .. .. .. 931' 

Observation of Lord Beaconsfield with regard to the Capitulations. 

Decision of Congress . . . . . . . . . . . . . . 934 

Order of the day. Liberty of Worship in Bulgaria. Substitution of 
words " Bulgarian Subjects " for " Inhabitants of Bulgaria." Agreed 
to 935 

Proposal of Russian Plenipotentiary to substitute words " Foreign Eccle- 
siastics and Members of Religious Orders " foi* " Catholic Bishops and 
Members of Religious Orders " . . . . . . . . . . . . 935 

Observations of Lord Salisbury and Turkish Plenipotentiary . . . . 935 

Discussion adjourned . . . . . . . . . . . . . . . . 935 

Austrian Plenipotentiary proposed an alteration in § 3 of Art. IX, with 

regai'd to Railways in Bulgaria and Eastern Roumeha. . .. ,. 935 

Discussion postponed . . . . . . . . . . . . , . . . 936 

Ottoman Debt. Lord Beaconsfield bespeaks for this Motion the careful 

attention of Congress. Discussion postponed . . . . . . . . 93G 



PROTOCOL No. 7, 2Qfh June, 1878. 

List of Petitions . . , . . , . . . . . , . , , . . . 935 

Proposal of Prince Bismarck for appointment of a Committee to prepare 
Draft of Stipulations to be inserted in New Treaty, in accordance -vnili 
Eesolutions passed by Congress ; agreed to . . . . . . . . 936 

Prince Gortchacow : Attendance after Illness. Remarks on wish expressed 
by Lord Beaconsfield tliat the Sultan should.be Master in liis own 
Dominions ; Aims of Russia with regard to Amelioration of Turkish 



872 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

Page 
Proviiu'cs, Administrative and Political ; Heroic Efforts of Russian 
Armies ; Concessions made by Russia in the Interests of Peace. Ob- 
servations of Lord Beaconsfield and Prince Rismarck . . . . . . 937 

Bulgaria. Order of the Day. Contribution of Bulgaria towards Debt of 
Turkish Empire in addition to Tribute. Proposition of Carath(?odory 
Pasha 939 

Proposition of Italian Plenipotentiary. Addition to § 1 of Art. IX of 
Treaty of San Stefano, with regard to Tribute and Ottoman Debt. 
Discussion tliereon. Ottoman Loans. Italian Proposition adopted . . 940 

Turkish Railways. Proposition of Austrian Plenipotentiaries. Alteration 
of § 2 of Art. IX of Treaty of San Stefano. Railways in Bulgaria. 
Conventions to be concluded between Austria, Turkey, Servia, and 
Bulgaria. Railways in Eastern Roumelia. Proposition adopted . . 941 

Foreign Catholic Members of Religious Orders in Bulgaria and Eastern 

Roumelia. Additional Article proposed by French Plenipotentiaries 942 

Observations of Lord Salisbury in favour of Religious Liberty throughout 

Turkey in Europe . . . . . . . . . . . . , . . . 942 

Observations of President and Count Schouvaloff with regard to Religious 
Liberty in Turkey in Europe and Turkey in Asia. Declaration of 
Turkish Plenipotentiary that Religious Liberty exists in Turkey by 
Legislation and by Treaties. Intention expressed by Lord Salisbury 
of reverting to the Subject when considering Art. XXII of Treaty of 
San Stefano. French Proposition adopted . . . . . . . . 943 

Bulgaria. Order of the Day. Amendment proposed by Lord Salisbui*y to 

Art. VII of the Treaty of San Stefano withdrawn . . . . . . 943 

Exchange of ideas between Cabinets of Austria-Hungary, Great Britain, 
Russia, and Italy upon subject of Articles VII to XI of Treaty of San 
Stefano. New Draft agreed upon. Modifications explained; Art. 
VII ; § 3. An Assembly of Notables of Bulgaria to be summoned at 
Tirnova will decide before the Election of the Prince the organization 
of the future Administration. § 4. Words " Koutzo-Vlachs " omitted. 
§ 5. Provisional Administration to be under direction of a Russian 
Commissioner, assisted by an Ottoman Commissioner, and Consuls 
of other Powers deputed ad hoe, until introduction of New Organiza- 
tion . . . , . . . , , , . . , . . , . . . . 944 

New Organization to be put into force on Election and Installation of 

Prince . . . . . . . . . . . . . . . . . . 944 

Eastern Roumelia. European Commission to be instituted, on conclusion 
of Peace, for Organization, and for Financial Administration until 
completion of Organization . , . . . . . , . . . . 944 

„ Observations of Russian and Turkish Plenipotentiaries. Amendments 
proposed in Articles "\'III and IX ; Withdrawal of Turkish Army ; 
Demolition of Fortresses ; Railways. Suppression of Articles X and 
XI proposed by Russian Plenipotentiaries. Austrian proposals 
adopted and Bulgarian Questions settled . . . . . . . . 944 

Desire of President to expedite business of Congress. Important Questions 
remaining to be discussed : — Bosnia, Montenegro, Servia, Roumania, 
Greek Provinces, Danube, Straits, Asia, War Indemnity. Conversa- 
tion on the consideration of Religious and Commercial Questions . . 945 

Servia. Proposition of Turkish Plenipotentiaries respecting Frontiers. 

Consideratiou of question adjourned . . 946 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 873 

PROTOCOL No. 8, 2^th June, 1878. 

Page 

List of Petitions ■ • . . 917 

Greece. M. Delyannis and M. Raugabe nominated Greek Representa- 
tives to Congi-ess .. .. .. •. •• •• •• ..91/ 

Eastern Eoumelia. Consent of Russia to § 3 of French Proposition" in 
Protocol No. 6 respecting Passage of Tnrkisli Troops. Formation of a 
Drafting Committee (Commission de Redaction) . . . . . . 947 

Order of the Day. (Art. XIV of Treaty of San Stefano) 94-7 

Bosnia and Herzegovina. Communication on subject from Count 

Andrassy . . . . . . . • . . . • . • • • • • 947 

,, Proposition of Lord Salisbury, -n-hicb is supported by Prince Bis- 
marck and others . . . . . . . . . . ■ . . • . . 950 

„ Observations of Italian Plenipotentiaries . . . . . . . . 952 

,j Observations of Austro-Hungarian Plenipotentiaries . . . . . . 952 

„ Objections of Turkish Plenipotentiaries. . . . . . . . . . 952 

„ Observations of First Plenipotentiary of France . . . . . . 955 

„ Observations of Lord Beaconsfield . . . . . . . . . . 955 

„ Views of Russian Plenipotentiaries . . . . . . . . . . 956 

„ Declaration of First Austro-Hungarian Plenij^tentiai-y of readiness 
of his Government to undertake the Occupation and Administration 
of these Provinces . . . . . . . . . . . . . . . . 957 

„ Vote taken on English Proposal. . . . . . . . . . . . 957 

„ Turkish Plenipotentiaries refuse to agree to it . . . . . . . . 958 

„ Remarks of President : — Object of Congi'ess : Peace of Europe, and 
Revision of Treaty of San Stefano. Protocol left open to include 
fresh instructions from Ottoman Government and for furtlier observa- 
tions of Russian Plenipotentiaries . . , . . . . . . . 958 

Order of the Day. (Art. Ill of Treaty of San Stefano) 959 

Servia. Independence. Observations of First Tui'kish Plenipotentiary . . 959 
„ Independence recognized by Lord Salisbury, biit suggests recogni- 
tion of its Religious Liberty. Observations of French Plenipoten- 
tiary . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 959 

,, Observations of Prince Govtchacow, who draws a difference between 
Jews of Berlin, of Paris, of London, and of Vienna, with those of 
Servia and Roimiania, and some of the Russian Provinces, which, he 
says, are a scourge to the Native Population . . . . . . . . 960 

Observations also of Count Scliouvaloff ; and views of other Plenipoten- 
tiaries 960 

Decision of Congress. Independence of Servia rocognized, on condition 
that Religious Liberty be secured in the Principality. Proposition of 
Lord SaUsbury in favour of Commercial Liberty, and prohibition 
against imposition of Transit Dues in Servia. Proposition of Italian, 
Austro-Hungarian, and French Plenipotentiaries respecting Commer- 
cial Relations of Servia with Foreign Countries ; Consular Jurisdiction 
and Protection ; Privileges and Immunities of Foreign Subjects . . 961 
Treaties. Views of Prince Bismarck as to Law of Nations with regard to 
Treaties : that a Province separated from a State should not be 
able to emancipate itself from Treaties by which it has been hithert-o 

bound 961 

Art. Ill of Treaty of San Stefano. Servian Frontiers. Austrian Pro- 
posals : Formation of a Special Committee to formulate and submit to 
Congress a Tracing of the New Frontiers . . . . . . . . 962 

Servia. 1st and 2nd and last Sections of Art. IV of Treaty of San Stefano 

referred to Drafting Committee , , , , . . . . . , . . 962 



874 GREAT BRITAIN, AU.STIMA, FliANCE, &t'. 

Page 
Sfi via. Proposition of Austrian Plenipotentiaries rospccling Servian Kail- 

wavs. Conventions to be concliiclecl . . . . . . . . . . i)G2 

(Servian Tribute and Payment of portion of Ottoman Debt. Observation 

of President : no mention made of J'ribute in Treaty of San Stefano. 

Discussion thereon. Obsei-vations of Lord Salisbury and of Eussian 

Plenipotentiaries respecting Ottoman Loans. Eeply of French Pleni- 

potcntiary. Question referred to Drafting Committee . . . . Wo 

Greek Plenipotentiaries to bo almittecl at next Meeting. Question of 

Admission of Komnanian Plenipotentiaries deferred . . . . . . 9G4 

Montenegro. Ottoman proposal respecting Frontier . . . . . . ^61 

Annex 1. Proposed Frontiei' for Sorvia. Mali-Zwornik and Sakhar given 

to Scrvia . . . . . . . . . . . . . . . . . • 9(3-i 

Annex 2. Proposed Frontier for Mont.enegro, DulcignO; Antivari, Elver 

Boyana, Spizza, &c.,. .. .. .. .. .. .. .. OCi.") 



PROTOCOL ^0. 9, 29th June, 1878. 

Boundary Committee appointed . . . . . . . . . . . . 9(37 

Order of the Day (Art. XV of Treaty of San Stefano). Crete and neigh- 
bouring Provinces of Greece. Words "European Commission" sub- 
stituted for "the Imperial Government of Russia " in last paragrapli, 
at suggestion of Lord Salisbury . . . . . . . . . . . . 968 

Admission of Greek Plenipotentiaries. Their views on Greek Question ; 
Withdrawal of Gi-eek Plenipotentiaries fi'om Sitting. Proposed 
Annexation of neighbouring Provinces (Ejiirus and Thessaly), raid 
Candia (Crete) f6'J 

Order of the Day (Arts. V and XIX of Treaty of San Stefano) . . . . 972 

Eoumania. Admission of Eoumanian Plenipotentiaries proposed by Lord 
Salisbury. Proposal supported by Austrian, French, and Italian 
Plenipotentiaries ; at first objected to by President and Eussian 
Plenipotentiaries, but objection subsequently withdrawn. No objec- 
tion oifercd by Turkish Plenipotentiaries . . . . . . . . 97:2 

(Art. V.) Independence of Eoumania. Speeches of President, Count 

Corti, and Count Schouvaloff . . . . . . . . . . . . 973 

(Art. XIX.) Speech of Lord Bea«onsfield, on Retrocession of Bessarabia, 
and Protest against it, as being an infraction of the Articles of the 
Treaty of Paris of 1856 with refei-ence to the Free Navigation of the 
Danube. Observations of the Russian Plenipotentiaries, who declare 
that the Eussian Government cannot gi^e way on the question, it 
being a point of honour with them . . . . . . . . . . 97-1' 

Observations of President. Discussion on question deferred for attendance 

of Eoumanian Plenipotentiaries . . . . . . . . . . . . 977 



PROTOCOL No. 10, 1*^ Julij, 1878. 

List of Petitions 978 

Question of Passage and right of Garrison of 7\ iistria-Hungary in Sandjak 
of Novi-Bazar. Russian Plenipotentiary withdraws his objection, and 
adhei'es to Austrian Proposal . . . . . . . . . . . , 978 

Roumania. Order of the Day. (Ail. V, § 1, of Treaty of San Stefano). . 978 
,, Roumanian Representatives (MM. Biatiano and Cocalnicer.r.o) 
admitted, who state their views, and withdraw . . . . . . . , 978 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 875 

Page 
Roumauia. Remarks of President. Pi-oposal of French Plenipotentiarv for 
Recognition of Independence of Roumania on same terms as those im- 
posed on Servia ; equality of Rights and freedom of Worsliip (Jews) 982 

Views of French Plenipotentiaries accepted by Lord Beaconsfield 
and other Plenipotentiaries . . . . . . . . . . . . 983 

Adhesion of Russia to proposal to be dependent on Retrocession of 

Bessarabia 983 

Views of rarious Plenipotentiaries on proposed Retrocession of 
Bessarabia . . . . . . . . . . . . . . . . . . 984 

Extension of Eoumanian territory along the Danube from Rassova 
in the direction of Silistria. Mangalia to be placed withui Roumanian 

Frontier. The Dobrutscha 986 

Serpents' Island giAcn to Roumania with consent of Russia, at 
suggestion of Lord Salisbury . . . . . . . . . . . . 986 

Congress decide to recognize Independence of Roumauia on same 
terms as those imposed on Seryia, on condition that she accepts the 
Dobrutscha in exchange for Bessarabia . . . . . . . . . . 986 

Turkish proposals : — 1. Tribute. 2. Payment of portion of Ottoman 
Debt. 3. Liability of Roumania for obligations of Turkey with regard 
to Public V^orks, &c. — referred to Drafting Committee . . . . 980 

„ (Art. V, § 1, of Treaty of San Stefono.) Indemnity. Congi*ess 
decide to strike out end of paragraph. {§ 2.) Consider Jurisdiction 
and Protection over Roumanians in Turkey referred to Drafting Com- 
mittee . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9S7 

Montenegro. (Art. I of Treaty of San Stefano.) Austrian Proposals witli 
i^gard to new Frontiers. Agi-eement come to between Austria- 
Hungary and Russia. Diilcigno, Autivari, Spizza, &c., referred to 
Boundary and Drafting Committees . . . . . . . . . . 987 

,, Views of Ottoman Plenipotentiary. Observations of President and 
Count Schouraloff . . . . . . . . . . . . . . . . 988 

„ Art. IT, § 1, of Treaty of San Stefano. As to Independence, Views 
of Lord Salisbury and the Plenipotentiaries of France, Italy, and 
Russia referred to Drafting Committee . . . . . , . . . . 988 

„ Eeligious Liberty. Papnent of portion of Ottoman Debt. Property 
of Inhabitants in ceded Districts. State Properties and Religious 
Foundations (Vakouf) . Questions referred to Drafting Committee . . 989 
Art. II, § 2, of Treaty of San Stefano referred back to Revising Com- 
mittee. §§3 and 4 suppressed. § 5. Evacuation of Ottoman Terri- 
tory referred to Drafting Committee . . . . . . . . . , 990 

Annex 1. Frontier of Montenegro . . . . . . , . . . . . 99^ 

Annex 2. Antivari and its littoral. Dnlcigno. Spizza. Navigation of 
the Boyana. Fortifications. Ships of War. Maritime and Sanitary 
Police. Maritime Legislation. Austrian protection of Commercial 
Flag. Boads and Railroads . . . . . . . , . . . . 991 



PEOTOCOL No. 11, 2nd July, 1878. 
Bidgarian Boundary to be referred to Boimdary Commission for Servia and 

Montenegro . . . . . . . . . . . . . . , . . , 993 

Order of the Day. (Arts. XII and XIII of Treaty of San Stefano) . . 993 
Danube and its Fortresses. Danube Navigation. New Draft of Art. XII. 
presented by Austria-Hungarian Plenipotentiary : — 
,, 1. Freedom of Navigation and Proposed Neutrality from Iron Gates 
to Mouth ; Delta Islands and Isle of Serpents to be included in the 



87<5 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 



Neutrality ; Fortificntions on Danube (o be demolislicd, and not 
rebuilt. Ships of War excluded from the Kiver, with the exception of 
Light Veesels for Police and Revenue Services ; Stationnaii'ca at 
Mouths of T?iver (o lie uiaintnined, but not to ascend higher than 

Galatz 

Danube. 2. European Commission maintained in its Functions till 1883, 
until fresh agreement is concluded ; Its Rights, rrivileges, and Im- 
munities ; Extension of Jurisdiction as far as Galatz. Independent 
Authority. Financial obligations to be revised. Roumanian Delegate 
to have a Scat on the Coumiission 

„ 3. Navigation of Eivcr and Commerce between Iron Gates and 
Galatz 

„ 4. Modification of Art. VI of Treaty of 13th March, 1871. Austria 
to remove Obstructions at the Iron Gates. Right of Austria-Hvmgarj' 
lo continue to levy Provisional Tax for execution of Works at Iron 
Gates and Cataracts . . . . . . 

,, Views of Lord Salisbiiry .. 

,, Views of President : Congress assembled to accept, reject, or replace 
Articles of Treaty of San Stefano ; but details proposed are beyond 
the task of the Congress Discussion thereon . . 

,, Decision of Congress. Austro-Hungarian Proposition to be re- 
ferred to Drafting Committee, or Austro-Hungarian Plenipotentiaries, 
to extract chief principles . . 

„ " The Russian Empire " to be included among the Riverain States . . 

,, Roumania to be henceforth represented in European Commission . . 

,, Art. XIII of the Treaty of San Stefano. Claims arising out of 
Obstructions in the Soulina Channel of the Danube suppressed 
Art. XIX. War Indemnity, Territorial and Pecuniary (Dobrutcha and 
Bessai'abia, and Turkey in Asia) . . 

„ Objection of Lord Salisbury to the words " the guarantee to be 
applied thereunto". . .. .. 

„ Views of Turkish and Russian Plenipotentiaries 

„ Bondholders. Statement of Lord Salisbury as to effect of Indem- 
nity on Turkish Creditors, and refusal to admit right of Russia, under 
Treaty of San Stefano, to take Precedence of other Creditors on the 
Porte . . . . . . . . 

,, Views of Italian Plenipotentiary as to Turkish Bondholders 

„ Declaration recorded of Riissian Plenipotentiary — 1. Tliat in no case 
will the Indemnity be converted into Territorial acquisition. 2. That 
Russia will in no way interfere with the interests of the two Categories 
of Loans : those guaranteed, or those of oi'dinary obligation . . 

,, Discussion thereon 

,, Declaration of Turkish Plenipotentiary of intention of his Govern- 
ment to fulfil its Financial Engagements 
Decision of Congress to omit §§ c and d of Art. XIX as to the Claim 
for Indemnity to Russian Subjects and Institutions in Turkey from 
the future Treatv . . 



FROTOCOL No. 12, iih July, 1878. 

List of Petitions 1002 

Servia. Declaration of Servian Government of intention to abolish " by 
legal means " the last Restiiction existing with regard to the Position 
of the Jews 1002 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 877 

Page 

Servia. Observation of President thereon .. .. .. ., .. 1002 

Bosnia and Herzegovina. Direct Understanding to be come to between 
Austria and Turkey on the subject of Austrian Occupation and Admin- 
istration of Provinces . . . . . . . . . . . . . . 1003 

Montenegro. Report of Boundary Commission : — Antivari to be an- 
nexed to Montenegro ; Navigation of the Boyana to be free to Mon- 
tenegro ; Dulcigno to be restored to Tui-key ; Spizza to be given to 
Austria ; Ships of War not to be maintained by Montenegro, nor 
Naval Flag of War ; Port of Antivari and all Montenegrin Waters to 
be closed to Foreign Ships of War ; Fortifications to be demolished ; 
Maritime and Sanitary Police to be maintained by Austria ; Maritime 
Legislation in force in Dalraatia to be adopted in Montenegro ; Con- 
sular Protection to be afforded by Austria to Montenegrin Light 
Guarda-Costas ; Right of Montenegro to open a Road and a Railroad in 
New Territory ; and Communication to be entirely Free . . , . 1003 

,, Views of the various Plenipotentiaries . . . . . . . . . . 1005 

„ Document forwarded by Mehemet Ali Pasha to Boundary Com- 
mittee 1006 

„ Ottoman Plenipotentiaries state that they have referred to their 
Government for Instructions . . . . . . . . . . . . 1006 

Danube. Abridged Text of Austro-Hungarian Proposal. Russian Pro- 
posals : — Confirmation of Treaties and revising of Act of 2nd November, 
1865 ; Fortifications ; Ships of War. Observations of Prince Bis- 
marck as to small Interests of Germany in the Question . . . . 1007 

Art. I. Liberty of Navigation. Exclusion of Ships of War between the 

Iron Gates and the Mouths of the Danube : Adopted. . . . , . 1008 

Art. II, § 1. Prolongation of Duration of the European Commission : 
Reserved. § 2. Extension of its Powers as far as Galatz; Inde- 
pendence of Commission of Territorial Power; and Admission of a 
Roumanian Commissioner : Adopted . . . . . . . . . . 1008 

Art. III. Uniformity of Regulations of Navigation and River Police 

throughout the River below the Iron Gates : Reserved . . . . 1008 

Art. IV. Substitution of Aiistria-Hungary for Riverain States with 
regard to the Stipulations of Art. VI of the Treaty of 13th March, 
1871 ; Works to be execiited at the Iron Gates and the Cataracts : 
Adopted 1009 

Order of the Day. (Art. XXII of Treaty of San Stefano) . . . . 1009 

Moimt Athos. Russian Monks and Ecclesiastics. Proposition of Lord 

Salisbury 1009 

„ § 1. Inhabitants of Ottoman Empire in Europe without distinction 
of Religion to enjoy equal Rights, and to be eligible for all Public 
Employments, Functions, and Honours, and their Evidence to be 
admitted before the Tribunals . . . . . . . . . . . . 1009 

„ § 2, Exei'cise and Public Practice of all Creeds to be entirely Free 
and without Hindrance, including Hierarchical Organizations of 
different Communions, and their Relations with their Spiritual 

Heads 1009 

,, § 3. Enjoyment by all Ecclesiastics, Pilgrims and Monks, in Euro- 
pean and Asiatic Tm-key, of equal Rights and Privileges . . . . 1009 
„ § 4. Right of Official Protection to be granted by Foreign Diplo- 
matic and Consular Agents with regard to Persons and Possessions, 
and Religious, Charitable, and other Establishments, in the Holy 
Places and elsewhere . . . . . . . . . . . . . • 1009 



878 GRE.VT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 



Mount Athos. § 5. All Monks, without exception, to be secured in thcii' 
Possessions and Rights 
„ § i. Religious Tolerution. Declaration of Ottoman Plenipoten- 
tiaries. Words " In Europe " struck out by Congress. Paragraph 
referred back to Drafting Committee to be reconsidered with Turkish 
Observations 
„ § § 2 and 3 adopted 
„ § 4. Omission of the word " Possessions," applied to Ecclesiastics, 

proposed by Turkish Plenipotentiaries : Agreed to by Congress 
„ Addition proposed by Pi-ance. Vested rights of France reserved ; 

status quo in Holy Places in no way prejudiced : Adopted . . 
,, § 5. Addition proposed by Russian Plenipotentiary, after the 
words " the Monks of Mount Athos, whatever be the country of 
their origin : " Adopted . . 
Discussion on Greek Question deferred 
Armenia (Art. XVI of Treaty of San Stefano) 

Observations of Lord Salisbury on proposed dependence of Russian 
Evacuation of Turkish Territory on concession of Refoi'ms. Discus- 
sion adjourned 
Danube. Discussion of Arrangement agreed upon between Austria- 
Hungary and Russia. Art. II. § 1. Questions of Prolongation, or 
of Modifications to be introduced, agreed to be considered in One Year 
before expiration of Term of Duration {i.e., in 1882) . . 
,, Art. III. Questions of Regulation of Navigation and of Police 
froni Iron Gates to Galatz to be elaborated by the Em-op ean Com- 
raissiou, assisted by Delegates ft-om Riverain States, and to be in con- 
formity -with those introduced for the course of the River below 
Galatz : Agreed to . . 



PROTOCOL 1,0. i:, ^th July, 1878. 

List of Petitions . . 1013 

Order of the Day. (Art. XV of Treaty of San Stefano.) Crete. Organic 
Law of 18G8. Similar Laws for Epirus, Thessaly, and other parts of 
ICuropean Turkey .. ,. .. ,. .. .. .. .. 1013 

Speecii of M. Waddington on Eectification of Greek Frontiers. His 
feelings towards his Colleagues the Turkish Plenipotentiaries ; Offer 
of Crown of Greece to Prince Leopold in 1830 ; Cause of his refusing 
it ; Territorial Limits uusatisfactoi'y : Proposed Extension of Frontiers 
in Epirus and Tliessaly . . , . . . . . , . . . . . 1013 

,, ConcuiTeuce of Italian Plenipotentiaries in views of French Plenipo- 
tentiaries . . , . . . . . . . . . . . . . , . 1015 

„ Views of Turkish Plenipotentiaries . . . . . . . . . . 1016 

Consideration of Ai-t. XV of Treaty of San Stefato, at suggestion of Pre- 
sident. Its adoption, with addition of words " by the Sublime Porte," 
after the words "Special Commissions," in § 3 . . .. .. ,. 1017 

Greek Frontiers. Discussion on Art. XV of Treaty of San Stefano 

resumed , . . . . . . . . . . . . . . . . . 1017 

,, Speech of Loi'd Beaconsfield ,. ,. ., .. .. ,. 1017 

,, Observations of Russian Plenipotentiary respeciing the Slavs , . 1019 

„ Acceptance of French and Italian Proposition by £^11 the Plenipoten- 
tiaries excepting the Turkish . . . . . . . . , . , . 1020 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 8 79 

Page 
Mirdites. Proposition of Austrian and French Plenipof,entiaries respecting 
the Mirdite Population ; the pi'oposed Confirmation of their Privileges 
and Immunities. Observations of Lord Salisbury .. .. .. 1020 

,, Opposition of Turkish Plenipotentiaries. Explanations . . . . 1020 

„ Austrian and French Plenij)otentiaries satisfied with Turkish 
Assurances . . .... . . . • . . . . . . . . 1021 



PROTOCOL No. 14, %th July, 1878. 

List of Petitions 1021 

Demand of Persian Minister (Malcom Khan) to be admitted to Congress 

when Arrangement relating to Khotour comes on ; Agreed to . . 1021 

Order of the Day. (Arts. XVI, XVIII, and XIX, § h, of Treaty of San 

Stefano) 1022 

Territories in Asia . , . . . . . . . . . . . . . . 1022 

Art. XVIII. Khotour reserved 1022 

Art. XIX b. Ardahan and Kars. Observations of Lord Salisbury. Speech 
of Russian Plenipotentiary : Russian Concessions with regard to 
Erzeroum, Bayazid, and the Valley of Alachkerd, containing principal 
Commercial Routes towards Persia . . . . . . . . • . . 1022 

„ Batoum to be a Free Port. Observations of President. Russian 

Concessions a considerable Modification of Treaty of San Stefano . . 1022 
„ Speech of Lord Beaconsfield, who expresses his desire that Batoum 
shovild remain under Sovereignty of the Porte . . . . . . . . 1023 

,, Observations of President and other Plenipotentiaries . . , . 102-1 

„ Proposal of Russian Plenipotentiaries to omit the words " as far as 
the Saganlough." Map produced by Count Sehouvaloff . . . . 1025 

„ . Speech of Lord Salisbury with regard to Batoum, Bayazid, and 

Valley of Alashkerd " . . . . 102C 

„ Views of Prince Gortchacow on Separate Questions of Boundary and 

Population 1026 

,, Observations of Loi'd Salisbury respecting the Lazes. Discussion 
respecting number of Laze population of Lazistan. Russian Plenipo- 
tentiaries put numbers down at 50,000 souls, and British and Turkish 
Plenipotentiaries at 200, COO soiils . . . . . . . . . . 102G 

, , Congress decides to allow q\iestion to be settled between British and 
Russian Plenipotentiaries . . . . . . , . . . . . . . 1026 

Art. XVI. Armenians. Reforms. Proposition of Lord Salisbury. Turkish 

Proposals. Discussion thei-eon. Question postponed. . . . . . 102/ 

Straits of Dardanelles and Bosphorus. Lord Salisbury's Speech . . . . 1027 

Proposed Maintenance of the status quo ante, on understanding that 

Batoum is to be only a Commercial Port . . . . . . . . 1028 

Russian remarks about Batoum . . . . . . . . , . . . 1028 

Bulgai'ia : — To have no Naval Force in Black Sea . . . . . . . . 1028 

Order of the Day. (Art. XXIV.) Opening of the Straits. Fictitious 
Blockades : Italian Plenipotentiary calls attention to the Declaration 
of Paris of 1856 thereon. Turkish Plenipotentiaries admit its binding 

effect 1028 

,, Subject di'opped on Maintenance of *^a^ifs g'ifo being pre^-erved ., 102D 
Art. XXV. Evacuation of Turkish Territoi-y in Europe and in Asia . . 1029 
Art. XXVI. Russian Administration of Provinces. Art. XXVI I. Am- 
nestv. Art. XXVIII. Prisoners of War. AH. XXTX. EatiHca- 



880 (a{EAT iJKlTAIN, ALTSTRIA, FRANCE, kc. 

Page 
lions. President observes tlmt these Articles are merely local and 
military stipulations , . . . . . . . . . • • • • 1029 

Christian Populiitions in Enrope and Asia. Observations of Count Schou- 
valofT as to Api)lication of Art. XV to Christians in all parts of 
Turkey in Europe. Remarks of President and of Austro Hungarian 
Plenipotentiary .. .. .. .. .. •. .. •• 1030 

Rouuiania, Consecrated Property (Dedicated ConTcnts) . Question reserved 1030 



PROTOCOL No. 15, 8M July, 1878. 

Lists of Petitions . . . . . . . . . . . . . . . « 1031 

Order of the Day. (Art. XVIII of Treaty of San Stefano) . . . . 1031 

Restitution of Khotour to Persia ; Rectification of Turco-Persian Frontier 1031 
Malcom Khan introduced to Congress, makes no Proposition, but expresses 
readiness of his Government to submit beforehand to Decision of 
Congress, and withdraws . . . . . . . . . . . . • • 1031 

Principles of Article agreed to, but a new one to be prepared by Plenipo- 
tentiaries of Great Britain and Russia . . . . . . . . . . 1032 

Order of the Day. (Art. XVI of Treaty of San Stefano) 1033 

Armenian Provinces. Reforms. Protection against Kurds and Circas- 
sians. Draft agreed upon between British and Turkish Representa- 
tives . . . . . . . . . . . . . . . • • • • • 1033 

Consecrated (Dedicated) Convents in Roumania. Petition of Archbishop 

Gerassimos . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1033 

Eastern Holy Places 1033 

Observations of Plenipotentiaries thereupon . . . . . . . . . . 1034i 

Questions to be referred to respective Governments. . . . . . . . 1034 

Order of the Day. Report of Boundary Commission . . . . . . 1035 

Bulgaria. Delineation of Northern Frontier, and the line from Silistria to 

Mangaiia, augmenting Roumanian Territory : adopted by Congress . . 1035 
Delineation of Western Frontier : Adopted by Congress . . . . . . 1035 

Southern Frontier Line : Adoption by Congress, up to Kosica . . . . 1036 

Difficulties experienced by Commission with regard to Delimitation of 

Sandjak of Sophia and the Valleys of Strouma and Mesta Karasou . . 1036 
Proposed Delimitation of Frontier from Kosica to Eastern Frontier of 
Principality of Servia, near to the Kula Smiljeva Cuka. Views of the 
various Plenipotentiaries : Referred back to the Commission. Military 
Road. Principle of assigning Pirot to Servia and Trn to Bulgaria 
accepted by Congress . . . . . . . . . . , . . . 1037 

Commission to settle details by Majority . . . . . . . . . . 1040 

Proposal of English Representatives on Boundary Commission to add 
to the hne of the Balkans a Strategical Radius of 5 kilometres, not 
accepted, but Resolution passed that Eiu'opean Commission should 
consider Defence by Turkey of Frontiers of the Balkan of Eastern 
Roumeha : Agreed to .. .. .. .. .. .. .. 1040 

Eastern Roumelia. Demarcation of Frontier approved by Congress . . 1041 
Servia. Adoption by Congress of proposed Delimitation of Principality. 

Mali-Zwornik and Sakhar given to Servia. Prepolac given to Turkey 1042 
Protest of Lord Salisbury against Cession of Vranja to Servia .. .. 1043 

Boundary Commission to determine to the South of Vranja the course of 
a line which, leaving Vranja to Servia, would give Turkey the neces- 
sary space for the Defence of her Possessions . . . . , . . . 1043 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 881 

Page 
Prince Gortchakow asks in the name of the Russian Government, by what 
principles and in what manner Congress proposes to insuro the execu- 
tion of its high Decisions. Question referred to next Meeting . . 1044) 



PROTOCOL No. 16, 'dth July, 1878. 

Order of the Day. (Revised Art. XVIII of Treaty of San Stefano) . . 1045 

Restitution of Khotour to Persia : Referred to next Meeting , . . . 1045 

Difficulty in tracing Frontier Line in Asia . . . . . . . . . . 1045 

Declaration of Russia that Batoum shall be made a Free Port and a Port 

essentially Commercial . . . . . . . . . . . . . . 1046 

Observations of Lord Beaconsfield, and of Prince Gortchakow, with 
reference to Acceptance by him of Line in front of Olti on his own 
personal responsibility . . . . . . . . . . . . . . 1046 

Boundary Commission to decide by Majority of Votes the tracing of the 

new Frontier Line . . . . . . . . . . . . . . . . 1046 

Alashkerd declared to be beside the Question . . . . . . . . 1046 

Suggestion of Prince Gortchakow that the Powers parties to the Congress 

shoiild guarantee collectively the execution of their Resolutions . . 1047 

Observations of Turkish Plenipotentiary as to binding effect of a Treaty of 

Peace 1047 

Assurance of Ottoman Government that Resolutions of Congress shall be 

put into execution with the least possible delay . . . , . . 1047 

Observations of Russian Plenipotentiaries and President thereon . . 1047 

Discussion adjourned until Russian Plenipotentiaries shall have brought 

forward a definite Proposal . . . . . . . . . . . . 1049 

Decision of Boundary Commission relative to the Sandjak of Sophia . . 1049 

Decision by Majority relative to Frontier of District of Vranja approved 
by Congress, but Protocol to remain open for receipt by the Ottoman 
Plenipotentiaries of Instructions from the Porte . . . . . . 1050 

Order of the Day. Communication by Drafting Commission. Arrange- 
ment of Articles of Treaty. Maintenance in force of Treaties of 
1856 and 1871 .. * =, .. 1050 

Objections raised by Lord Salisbury, more especially as regards the 
Straits. Proposal of Drafting Commission accepted by Majority, and 
adopted . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1050 

Opinion of President that Congress agrees : 1st. That the New Treaty 
takes Precedence of the Treaties of Paris, of London, and of San 
Stefano. 2nd. That the Drafting of the New Treaty will follow the 
order of subjects observed in the discussion by Congress . . . . 1051 

Proposal of Russian Plenipotentiaries with regard to the Stipulations in 
the Treaties as to Evacuation of Localities detached from the Otto- 
man Empire . . . . . . . . , , . . . . , . 1051 

Proposal of Mehemet Ali Pasha respecting the part of the Sandjak of 
Sofia to form part of Bulgaria. The President states that the ques- 
tion is already decided, but will be borne on the Order of the Day for 
the next Sitting . . 1052 



PROTOCOL No. 17, 10th July, 1878. 

List of Petitions .. ,. .^ 1052 

[1877-78. Lxix.] 3 L 



y, 



882 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

Page 



Order of the Day. Declaration of Turkish Plonijjotentiaries that tho Porte 
makes no objection to tho Draft presented by Count Schouvaloff rela- 
tive (o tlie Town and Territory of Xliotour when Frontier line has 
been tnieed by the Anglo-Russian Commission. . ,. .. .. 1053 

Asiatic Boundary. Settlement by Boundary Commission of Questions of 
Detail relative to the Frontiers of the District of Batoum. Sanction 
of Congress thereto . . . , . . . . , . . . . . 1053 

Order of tlie Day. Simultaneous Evacuation of Territories suggested by 
Lord Salisbury. Objections of Count Schouvaloff. Proposal of 
CarAtheodbry Pasha, that details be left to European Commission. 
The President supports simultaneous Evacuation, and suggests that 
the Drafting Commission be charged with formulating the Resolution 
of the Congress ; which is agreed to . . . • . . . . . . 1053 

Consideration of Art. X of the Treaty of San Stefano. Ottoman Proposal 
rcspeetiiig the Military Road in the Sandjak of Sofia agreed to. 
Details to be left to European Commission . . . . . . . . 1054 

Ottoman Proposal that Russia should undertake that part of the Ottoman 
Public Debt which falls to those poi'tions of the Country annexed to 
Russian Territory in Asia. Absolute Refusal of Russian Plenipoten- 
tiaries to agree thereto. The President recognizes the impossibility of 
the Ottorcan Proposal . . . , . . . . . . . . . . 1055 

New Draft of Russian Proposal presented on subject of the sanction to bo 
given to the Decisions of Congress, and binding effect of the Treaty of 
Berlin. Suggestion that the Great Powers should come to an under- 
standing, should the Treaty not be carried out . . . . . . . . 1055 

Opinion of the President that the Pi'oposal be divided and be made the 
object of two Votes. Lord Salisbury asks whether the terms of the 
Proposition imply the necessity of employing a Foreign Force in case 
the Treaty should not be eai-ried into effect. The President declares 
his opinion against such an interpretation. Count Andrassy concurs, 
and proposes that the wording be referred to a Committee ad hoc. 
Loi'd Salisbury asks that the Proposal be printed, which is decided 
on, and the Question deferred to the next Sitting . . . . . . 105G 

Russian Proposal that Shipka be made into a glorious Cemetery, sur- 
rounded by a zone, where Batteries could never be raised again. 
Proposal of Turkish Plenipotentiary to add the words " reserving the 
Strategical Necessities of Shipka " 1057 

Idea expressed by the Russian Plenipotentiaries accepted by the 
Congress on the proposal of the President, and the European Com- 
mission recommended to examine on the spot the means of carrying 
it out , 1058 

Report of Drafting Commission. Preamble not yet settled . . . . 1058. 

Articles read relating to Bulgaria. Objection offered hy Tvirkish Pleni- 
potentiaries to words " a Christian Government '* in Art. I : Over- 
I'uled , 1058 

Art. III. Lord Odo Russell suggests that the Princely Dignity in Bul- 
garia should be Hereditary : Not admitted . . . . o , . . 1058 

Art. V. Addition proposed by Count de Lauuay relative to Jews in 

ROumania : Rejected, but motion inserted in Protocol » . , . . 1059 

Art. VI. Explanation required by Lord Salisbury relative to Provisional 
Administration of Bulgaria. President explains that Ottoman Com- 
missioner can complain to the Representatives of the Signatory 
Powers. Explanation inserted in the Protocol 1059 

Arts. VII, VIII, IX, and X. Agi-eed to 1059 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 883 

Page 
Art. XI. Amendiuent pi-oposed by Count Andrassy. Fortresses to be 

demolished within " a year, or sooner, if possible." Agreed to . . 1059 
Eastern EoimieHa. Ottoman Objections to the express mention of the 
Christian Rehgion of the Goyernor orerrnled by the President, 
wIjo points out that the Congress in maintaining on this point the 
Arrangements of the Treaty of San Stefano has sanctioned them by 
implication . . . . . . . . . . . . . . . • • 1060 

Roumelia and Montenegro : Articles agreed to » . » . • - • • 1060 

Servia. Russian Objections relative to Capitalization of the Tribute 

reserved to next Sitting . . , . » . . - . . ■ ♦ • • 1^60 

Navigation of the Danube : Articles agreed to • • l^^O 

Bosnia-Herzegovina. Ottoman Plenipotentiaries abide by their Coromti- 

nieaLion to Congress . . . . . . . . . • • • ^ • 1^*^^ 

Eeligious Liberty. Additional Paragraph proposed by Count Corti to 
Article relating to Holy Places ; Status quo maintained not only iov 
France, but for all the Powers : Overruled ; btlt obsertations of , 
Count Corti inserted in the Protocol , 1^^^ 



PROTOCOL No. 18, lUTi July, 1878. 

List of Petitions .. ,, 1061 

Order of the Day. Discussion o!i Russian Proposal relative to Sanction to 
Decisions of Congress and Execution of Treaty of Berlin ; Amend- 
ment proposed by Count Andrassy. Objections of Lord Salisbury to 
Russian Proposal. The President suggests Adoption of the Amend- 
ment. Refusal of Prince Q-ortchacow. Count Schouvaloff proposes 
New Wording. Declaration of the Porte . » . . • • • • 1061 

Russian Proposal and Austrian Amendment rejected by Congress. . . • 1063 

Facts to be entered on the Protocol; viz., the Proposal itself, the 
Answer of the Porte, and the Decision of the Congress to take note of 
Ottoman Declarations . . . . . . . . . • • • • ■ 1065 

Capitalization of Tribute of Roumania and Servia : — . . • • . . 1065 

„ Proposals of Drafting Committee. Lord Salisbury maintains that 
the Loss of the Tribiite should not be imposed on Turkey, the Princi- 
palities not having redeemed them by great Sacrifices and great 
Victories. Lord Beaconsfield adds that the Tribute formed part of 
the Guarantee of the Creditors of the Porte, and that this Guarantee 
ouglit not to be taken away from them. Prince Gortchacow expresses 
a positive opinion against the above Argiiments ... . . . . 1066 

„ Count Schouvaloif declares that the Principalities had gained their 
Independence by the War, and were not in the position of States 
negotiating for Redemption from Tribute in exchange for Inde- 
pendence . . . . . . . . . • . • • • • • • • 1066 

„ French Plenipotentiaries concur in the views of Russia, but with the 
reservation that the New Temtories shall assume a proportional part 

of the Debt 1067 

,, Austro-Hungariau Plenipotentiaries agree with the French Pleni- 
potentiaries. . . . ,9 . < • . ■ • ■• * • • • • 1067 
„ The PrcBident states the opinion of tlie majority of the Congress to 
be decidedly against the Compulsory Redemption of the Tribute, and 
declares that the Drafting Committee should suppress the Article 
relative to Capifalizaticn of Eoumanian and Servian Tributes .. l067 

3 L 2 



884 (}KEAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCK, &('. 

Page 

TiirkLsli Uoiullioldcrs. Tlio Plenipotentiaries of France, Grr«at Britain, 
and Itul^- present a Declaration that a Financial Comniission be 
c?tablisliod at Constantinople to examine into the Complaints of the 

Bondholders of the Ottoman Debt 1068 

„ Caratheodory Pasha opposes the Commission. . .. ... .. 1068 

,, The Plenipotentiaries of Austria-Hungary and Russia concur in the 
Declaration. The President also concurs in the name of Germany, 
and announces that the Declaration will be inserted in the Protocol . 1068 

Asiatic Frontier. Decision of Boundary Committee. Agreement accepted 
by the Congress. Count Schouvaloff acquaints the Congress that, 
owing to differences existing in the Geograjjhical Maps of Alashkerd 
Valley, an ulterior understanding must be arrived at on the spot 
between the Russian and Turkish Commissioners . . . . • • 1069 

„ An English Delegate to be asaociated with the Russian and Turkish 
Commissioners . . . . . . . . . . . . • . . . 10G9 

Bosnia and Herzegovina. Addition to Article on the subject proposed 
by Turkish Plenipotentiary, reserving to Governments of Austria- 
Hungary and Turkey to come to an understanding between them- 
selves on matters of detail : Accepted by Congress . . . . • . 1069 

Remainder of Project of Treaty read . . . . . . . . . . 1069 

Evacuations in Montenegro and Scrvia. Additional Paragraphs added . . 10G9 

Danube Clauses. Supplementary Paragraph inserted. Lighthouse on Isle 

of Serpents 1069 

Organic Law for Christian Provinces of Turkey in Euro]oe. Addition 

made by Drafting Committee approved . . . . . . . . . . 1070 

Rectification of Frontiers of Turkey and Greece. Mediation of Powers 
in case of Agreement not being arrived at. Request of Turkish 
Plenipotentiary for Adjournment. The President remarks that a wish 
only on the subject is expressed by the Congress . . .. . . 1070 

Asia. Topographical Details required before Articles can be definitively 

drawn up . . . . . . . . . . . . . , . . . . 1070 

Rhotour and the Armeniacj. Only formal observations made on the 

Articles being read , , .. .. .. .. .. ,. .. 1070 

Dai*danelles and Bosphorus. Declaration of )Lord Salisbury as to Obliga- 
tions of Great Britain towards the Sultan relating to the closing of 
the Straits. Treaties of 1856 and 1871. Count Schouvaloff reserves 
the right of inserting in the Protocol a Counter-Declaration. (See 
Protocol No. 19.) 1070 

Draft of Preamble agreed to by Congress . . . . . . . . , . 1071 

Disorders in Rhodope Districts : — . . . . . . . . . , . . 1071 

,, Resolution proposed by French Plenipotentiary that the Ambassadors 
at Constantinople should be instrvxcted to come to an Agreement with 
the Sublime Porte for the immediate despatch of an European 
Commission charged to verify on the spot the serious nature of the 
facts, and, as far as possible, to remedy them : Agreed to by the 
Congress .. ,. ,. .. .. .. .. .. .. 1071 

„ Resolution agreed to by the High Assembly not as Members of 
Congress, but as Representatives of their respective Governments . . 1071 



PROTOCOL No. 19, Vlth July, 1878. 

Lilt of Petitions 1072 

Order of the Day. Supplementary Rej^ort of Drafting Committee. 

Treaty re-read by Committee . . . . . . . . . . -.. 1072 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, I'RANCE, &C. 885 

Page 
Eiilgarian Boundavy. Suggested Suppression of Paragvapli 3 of Art. II 
relating to Passage of Troops and Bulgarian Convoys by a Military 
Road between Widdin and Sopbia, via. Pirot and the neck of St. 
Nicholas . . . , . . . . . . . . . . . . . . 1072 

,, Paragraph suppressed, after discussion : tlie Russian Plenipoten- 
tiaries having declared that the Obligations accepted by them in Pro- 
tocol No. 17, in favour of a Military Route for Turkey, have their 
full value 1053 

Servian Frontiers. Suppression of Pax'agraph in Art. XXXVI respecting 

Military Road and Passage of Troops . . . , . . . . . . 1073 

G-reek Frontiei-s. Proposal of Ottoman Plenipotentiary that the word 
"Mediation" in Art. XXIV be replaced by the words ".Good 
Offices." Observations thereon .. .. ., .. ., .. 10/3 

Servian Frontier. Demand of Ottoman Plenipotentiary that the Pass of 

Prepolac be retained in Ottoman Territory ; Rejected . . . . 1074 

Note appended to Draft Treaty stating that all Names of Places have been 

taken from Austrian Staff Map . . . . . . . . . . . . 1074 

Asiatic Frontier. Sitting suspended to admit of Pourparlers between 

Plenipotentiaries of G-reat Britain, Russia, and Turkey . . . . 1074 

,, Sitting resumed. Art. LIX of Draft of Treaty agree to by those 
tliree Powers, but Art. LX suppressed . . . . , , . . . . 1075 

[For Separate Agreement entered into between Lord Salisbury and Count 
SchouYaloff, that the more detailed tracing of the Line of the 
Alashkerd be carried out on the spot by a Commission composed of 
an English, a Russian, and a Turkish Officer, see Page 768.] 

Congress consider that it is the Eatifications and not only the Signature 

which give to Treaties their definitive value . . , . . . , . 1075 

President authorized to communicate unofficially to Greece, Persia, Monte- 
negro, and the Principalities, after Signature of Treaty, the Decisions 
arrived at concerning them. Complete Treaty to be communicated to 
them after Ratification . . . . . , . , . . , . . . 1075 

Ratifications to be exchanged within three weeks instead of within four 

weeks, as previously agreed upon . . . . . . . . . , 1075 

Time for Evacuation of Territory to be reckoned, in all cases, from Date of 
Ratification instead of from Date of Signature of Treaty, as previously 
agreed upon 1075 

l)ardauelles and Bosphorus. Russian Counter-Declaration respecting the 
closing of the Straits. The Principle of the Closing is a European 
Principle, and the Stipulations of the Treaties of 1841, 1856, and 
1871, are confirmed, and binding on all the Powers. (See Lord 
Salisbury's Declaration in Protocol No. 18) .. .. ,, ., 1075 

Instructions sent to the Representatives of the several Powers at Constan- 
tinople relative to Commissioners to be sent to the Rhodope District . 1076 



PROTOCOL No. 20, \mh July, 1878. 

Closing of the Congress. Speech of Count Andrassy. Reply of the 

President , . . . . . .. . . . . . . . . . . 1077 

Signature of Treaty. Speech of the President . . . . . . . . 1078 

Labours of the Concrress closed ,. .. .. .. ,, ,, 1078 



886 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

Protocole No. 1. — Seance du 13 Jui7}, 1878. 
Leb Puissances Signataires du Traite du 30 Mara, 1856,* ayaufc 
dc'cido d'examiiier en commun, dans une nietne pensce d'intcrefc 
goueral et dans un nieme esprit de conciliation et do paix, la situa- 
tion qui resulte en Orient des derniers evenemeuts, les Plenipoten- 
tiaires do rAlleiiiagno, de I'Aiitriclie-Hongrio, de la France, de Li 
Grande Bretagne, de I'ltalie, de la Eussie, et de la Turquie se sont 
reunis a Berlin en Congrea sur rinvitation qui leur a 6t6 adressee 
par le Gouvernomeut de Sa Majestc I'Empereur d'AUemague. 

fitaieut presents : 

Pour TAllemague — Son Altesse Serenissirae le Prince de Bis- 
marck, Chauceller de I'Empire d'x\lleniagne ; son Excellence M. de 
Biilow, Secretaire d'li^tat au Departement des Atiaires Etrangeres; 
Son Altesse Ser^nissime le Prince de Hobenlohe-Schillingsfiirst, 
Ambassadeur d'AUemagne a Paris. 

Pour I'Autriche-Hongrie — Son Excellence le Comte Andrassy, 
Ministre des Affaires Etrangeres et de la Maison Imperiale; sou 
Excellence le Comte Karolyi, Ambassadeur d'Autriche-Hougvie a 
Berlin; son Excellence le Baron de Haymerle, Ambassadeur 
d'Autriche-Hongrie a Eome. 

Pour la France — Son Excellence M. Waddington, Ministre des 
Aflfaires Etrangeres ; sou Excellence le Comte de Saint- Vallier, 
Ambassadeur de France a Berlin ; sou Excellence M. Desprez, 
Ministre Plenipotentiaire de premiere classe. Charge de la 
Direction dea Affaires Politiques au Ministere des Affiiires 
ifitraugeres. 

Pour la Grande Bretagne — Son Excellence the Earl of Beacons- 
field, Premier Lord de la Tresorerie et Premier Ministre de Sa 
Majeste Britannique ; son Jlxcellence the Marquess of Salisbury, 
Ministre dea Affaires Etrangeres de Sa Majeste Britannique ; son 
Excellence Lord Odo Russell, Ambassadeur d'Angleterre a Berlin, 

Pour ritalie — Son Excellence le Comte Corti, Ministre de:^ 
Affaires Etrangeres ; son Excellence le Comte de Lauuay, Ambassa- 
deur d'ltalie a Berlin. 

Pour la Eussie — Son Altesse Sereniesime le Prince Gortchacow, 
Chancelier de I'Empire de Eussie ; son Excellence le Comte Sehou- 
valoff, Ambassadeur de Eussie a Londres; son Excellence M. 
d'Oubril, Ambassadeur de Eussie a Berlin. 

Pour la Turquie — Son Excellence Sadoullah Bey, Ambassadeur 
de Turquie a Berlin. 

Les Plenipotentiaires entrent en seance aujourd'hui Jeudi, 
13 Juin, a 2 heures. 

M, le Comte Andrassy preud la parole en ces termes : — 
* Vol. XLVI. Pa^e 8. 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C„ 887 

" Messieurs, 

" J'ai I'houneur de vous proposer de confier a Son AUesse 
Serenissime le Prince de Bismarck la presidenee des travaux du 
Congres. Oe n'est pas seulemeut un usage consacre par les pre- 
cedents, c'est en lueine temps un homraage au Souverain de 
riiospitalite duquel jouissent en ce moment les Kepreseufcanta de 
rEiiropp. 

"Jo ue doute pas rasseutimeut uanirao que rencoutrera cefcfco 
proposition. Les qualites personnelles du Prince, sa haute sngesse, 
nous garautissent la meilleure direction pour les travaux du Congre?. 

" Messieurs, je suis siir de me reneontrer avec vos sentiments, eu 
constatant des le commencement de noire premiere reunion les 
voeux cbaleureux que nous formons tous pour le prompt retablisse- 
ment de Sa Majeste I'Empereur Gruillaume." 

Ces paroles ayant ete accueillies par I'assentiment empresse de 
tons les Plenipotentiaires, le Prince de Bismarck rcinercie ses col- 
legues des sentiments sympathiques pour I'Empereur, exprimes au 
nom des membres du Congres par M. le Comte Andrassy, et se charge 
de porter ce temoignage a la connaissauce de Sa Majesto, II necepte 
ensuite la presidenee en ajoutant : — 
'•' Messieurs, 

"Je vous remercie de I'honneur que vous venez de ir.o faire eu 
me conferant la presidenee de cette illustre reunion. 

•' Dans I'eiercice des fonctions auxquelles je suis appele, je 
corapte sur le concours bienveillant de Messieurs mes Collegues, et 
sur leur indulgence, si mes forces n'egalent pas toujours ma bonne 
volonte." 

Le President proeede en ccs termes a la constitution du 
bureau : — 

'• Je vous propose comme Secretaire du Congres M. de 
Eadowitz, Ministre d'Allemagne a Athene?, et en qualite d'adjoints 
au Secretaire, M. le Comte de Moiiy, Premier Secretaire de rAii> 
bassade de France a Berliu, aiusi que jMM. Busch, Couseiller 
Actuel de Legation, le Baron de Holotein, Couseiller de Legation, 
et le Comte de Bismarck, Secretaire de Legation. Je propose 
egalement de confier la direction des archives du Congres a M- 
Bucher, Couseiller intime actuel de Legation au Departeraent des 
Affaires Etraugeres d'Aliemagne." 

Ces propositions etant acceptees, les membres du Bureau sont 
introduits et preseiites au Congres. Le President fait savoir 
ensuite a ses collegues que le Sceretasiat aiu.si conslitue sera charge 
de reunir et de sourncttre a lear examen les docuimntti et pleins 
pouvoirs que les membres du Congres voudront bien a col eilei: 
deposer au bureau. 



S88 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

MM. les Plenipotentiaires reraettent leurs pleins pouvoirs au 
Secretaire, a I'exception de Sadoullah Bey, qui annonce devoir 
deposer lea siena at ceux des deux autres Plenipotentiaires Otto- 
mans au couiniencement de la prochaino seance, a laquelle seront 
presents ses collegues Alexandre Caratheodory Pacha et Mehemed 
Ali Pacha, qui no sont pas encore arrives a Berlin. 

Le Prince de Bismarck lit eusuite le discours suivant : — 
" Messieurs, 

" II est avant tout mon devoir de vous remercier au nom de 
I'Empereur mon maitre de I'unaniraite avee laquelle tous les 
Cabinets ont bien voulu repondre a I'invitatiou de I'Allemagne. II 
est periiiis de considerer cet accord comme un premier gage de 
I'heureux accomplissement de notre tache commune. 

" Les faits qui ont motive la reunion du Congres sont presents a 
la memoire de tous. Deja, vers la fin de I'annee 1876, les Cabinets 
avaient combine leurs eftbrts en vue de retablir la paix dans la 
Peninsule des Balcans. lis avaient cherche en meme temps des 
garanties efHcaces pour ameliorer le sort des populations Chre- 
tiennes de la Turquie. Ces efforts n'ont pas abouti. Tin nouveau 
conflit plus redoutable a eclate, auquel les arrangements de San 
Stefano ont mis fin. 

" Les stipulations de ce Traite sont en plusieurs points de nature 
a modifier I'etat des choses tel qu'il se trouve fixe par les Conven- 
tions Europeennes anterieures, et c'est pour soumettre I'oeuvre 
de San Stefano a la libre discussion des Cabinets Signataires des 
Traites de 1856 et 1871 que nous nous trouvons reunis. II s'agit 
d'assurer d'un comraun accord et sur la base de nouvelles garanties 
la paix dont I'Europe a tant besoin." 

Le President desire ajouter a ce qu'il vieut de lire quelques 
observations de procedure. II pense que pour faciliter les travaux 
du Congres il serait opportun de decider que toute proposition, tout 
document destines a figurer au Protocole, fussent rediges par ecrit 
et lus par les membres du Congres qui en auraient pris Tinitiative. 
II croit agir dans I'interet de la tache devolue a la haute assemblee 
en lui proposant de tracer des le commencement de ses deliberations 
I'ordre de ses travaux. II semble que sans s'attacher a la suite des 
paragraphes du Traite qui forme I'objet de la discussion, il serait 
preferable de ranger les questions dans I'ordre de leur importance. 
C'est surtout le probleme de la delimitation et de I'organisatiou de 
la Bulgarie qui a ce point de vue appelera I'interet du Congres, et 
le President propose d'ouvrir les discussions en s'occupant en 
premier lieu de celles des stipulations de San Stefano qui ont 
particulierement trait a la future organisation de la Bulgarie. Si le 
Congres approuve cette maniere de proceder, le President dirigera 
en conforraite avec sa decision les travaux preparatoires du Secro' 



GREAT BRITAIN. AUSTRIA, FRANCE, &C. 889 

tariat. Sou Altesse pense en outre qu'il serait bon de laisser 
quelque intervalle entre cette seance et la prochaine afin de donner 
aux Plenipoteutiaires le temps d'echanger leurs idees. Enfin, il ne 
doute pas que les Plenipoteutiaires ue soient unanirnea sur la 
necesaite de garder le secret de leurs deliberations. 

Tous les membres du Congres donneut leur adhesion aux propo- 
sitions de M. le Prince de Bismarck. 

Le Comte Andrassy ajoute qu'il accepte eutierement le point de 
vue de Son Altesse, et qu'il est notauiment d'avis de donner la 
priorite a la question Bulgare. 

Le Comte de Beaconsfield se prononce dans le meme sens : il 
regarde comme essentiel a la solution des difficultes presentes 
que cette question soit traitee sans delai et la premiere. 

Le President constate que le projet de commencer la discussion 
par la question Bulgare est adopte a I'unauimite. 

Le Comte de Beaconsfield, prenant la parole, fait remarquer 
qu'avant d'examiner le Traite de San Stefano le Congres rencontre 
une question preliminaire d'une extreme urgence, a savoir, la 
position que les forces Busses occupent en ce moment dans le 
voisinage de Constantinople. Lord Beaconsfield considere cette 
situation comme anormale et perilleuse. II rappelle que les troupes 
Russes se sont avancees au dela de la ligne fixee par I'armistice, et 
signale leur presence comme un danger pour les deux parties en 
cause, aussi bien que pour les interets de I'Europe. II craint les 
entrainements auxquels peuvent etre exposees deux armees aussi 
rapprochees ; un incident, une rumeur, peuvent amener les plus 
grandes calaraites, peut-etre meme la prise de Constantinople ("the 
capture of Constantinople"). II se demande s'il est convenablo 
que le Congres delibere en presence de seniblables perils, et eJi 
regrettant que les efforts tentes par les Cabinets interesses dans le 
sens d'un arrangement equitable pour les deux parties n'aient pas 
abouti, il appelle sur cette question preliminaire I'attention de 
ses collegiies. 

Le Prince de Bismarck, tout en faisant observer que cette 
question ne lui parait pas de nature a etre ti-aitee utilement dans la 
seance de ce jour, demande a MM. les Plenipoteutiaires de Russie 
s'ils desireut repondre aux paroles prononcees par Lord Beaconsfield. 

Le Prince Grortchacow declare que la Bussie est venue prendre 
part au Congres avec I'intention d'eviter toute recrimination sur le 
passe; son Altesse Serenissime ne saurait done entrer dans 
I'examen des motifs et des eirconstances qui ont conduit au Traito 
de San Stefano : le Gouvernement Busse tient avant tout a ecarter 
les obscurites et les defiances. Le but de I'Empereur Alexandre, 
conforme dans la pensee de Sa Majeste a tous les interets Europeens, 
e.«t de donner x\n& existence autouQitie assuree p^v des garantioa 



890 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

cfiicaces aux sujets Chretiens de la Porte. Si, pour obteuir ce 
resultat, le Congres trouve d'autrcfii moyens que ceux qui out paru 
les meilleurs h la Russie, le Gouverncment de TBinpereur les exami- 
uera; maia sou seul but est, il le repete, d'assurer et do garautir 
efficacenient aux populatious Chretiennes une exiatence autonome. 

Le Comte Scliouvalofl:' di'sirc presenter quelques objections 
pratiques aux paroles prononcees par Lord Beaconsfield. En 
constatnnt les mouvemeuts en avanfc de I'arniee llusse, qui out eu 
lieu d'ailleurs a. la suite de I'eutree de la flotte Anglaise dans le 
Bosphore, le noble Lord a insistc sur les perils que presente la 
proximite des forces Eusses ct Ottomanes. Le Comte SchouvalofF 
pourrait citer beaucoup d'exemples de paix definitives traitees 
pendant que les deux armees restent dans leurs ligues : mais sans 
s'arreter sur ce point, le Second Plenipoteutiaire de Eussie fait 
reaiarquer qu'un simple retour aux disposilions du premier armis- 
tice n'etant p^s sans doute de nature a modifier ropiiiiou de Lord 
Eeaconsfield, il s'agirait done pour I'arraee Eusse de reculer beau- 
coup plus eu arriere. Le Comte Scbouvaloff expose les difficultes, 
les embarras militaires, et memo les dangers d'un semblable mouve^ 
nient. L'dtat actuel des cboses n'a donne lieu depuia trois moia a 
aucune collision serieuse : n'y aiirait-il pas a craindre, au contraire, 
que la retraite de Tarmeo ne fixt le signal de graves desordres ? Son 
Excellence cite des informations provenant de sources qui ue sent 
pas Eusses, et d'apres lesquelles, si les troupes Imperiales quittaient 
en ce moment leurs positions, elles seraieut suivies par la population 
Chretienne de Constantinople, qui redouterait les plus granda perils. 
Le Second Plenipoteutiaire de Eussie ajoute qu'en ce qui concerne 
les craintes cxprimees par Lord Beaconsfield au sujet d'une prise 
soudaine de Constantinople, ce danger est tout-a-fait ecarte et cette 
eventualite est meme impossible. Son Excellence est done per- 
suadee que la retraite de I'armee Eusse n'est en rien necessaire 
au calme des deliberations du Cougres : il craindrait qu'en voulant 
ameliorer la situation, on n'atteignit un but contraire. 

M. d'Oubril s'associe entierement aux considerations qui viennent 
d'etre exposees. 

Le Prince de Bismarck croit que les Plenipotentiaires de la 
Grande Bretagne trouveront la repouse de leurs coJlegues de Eussio 
assez satisfaisante pour ue pas faire dependre de la question qu'ils 
out posee, la marcbe reguliere des deliberations du Congres. Sou 
Altesse besite d'ailleurs a penser que la queBtion, dans la phase oii 
elle se ti'ouve actuellement, rentre dans la competence du Congres ; 
du moins le Gouvernement Allemand, qui a cberche, en son temps, 
a remedier a cette situation, autant qu'il lui a ete possible, ne se 
croirait pas appele a formuler un jugement sur les motifs qui pour- 
raient regler la conduite des autres Gouvernements quant a des 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C'. 891 

poiuta qui sout en dehors de la tache actuelle de la liaute assemblee. 
II pense que cette question devrait etre avant tout traitee direete- 
ment entre les Representants de la G-rande Bretagne et de la Russie : 
les dispositions conciliantes des uus et des autres permettent d'es- 
perer que ces pourparlers auraient une solutiou heureuse, et se 
serait seulement dans le cas contraire que le Congi-es pourrait 
tenter, lors d'uue procbaine seance, de mettre d'accord los deux 
parties interessees par une mediation que les sentiments pacifiqueg 
de la haute assemblee ne sauraient manquer de rendre efficace. 

Lord Beaconsfieid ayant adhere a cet avis, ainsi que tons les 
Plenipotentiaires, le President declare I'incident clos. 

Le President demande si I'un des Plenipotentiaires a quelque 
communication a fairs au Congres de la part de son Gouvernement. 

Sadoullah Bey declare ne pouvoir accepter I'opinion exprimee 
par M. le Cointe SchouvalofF que la retraite de I'armee Russe 
eutrainerait des dangers pour la population Chretienne de Con- 
stantinople. M. le Pleuipotentiaire de Turquie affirme que les 
forces Ottomanes qui se trouvent dans la capitale suffisent ample- 
ment pour y maiutenir le calrae et que I'ordre public n'est nullement 
compromis. II ajoute que c'est au contraire la presence de I'armee 
Russe dans le voisinage qui met en peril la tranquiliite de la ville. 

Le President fait i-emarquer a M. le Pleuipotentiairo de Turquie 
que le Congres a prononce la cloture de la discussion sur le point 
auquel il vient de faire allusion, et il est d'avis que I'incident ayant 
ete clos, la discussion demeure ajournee sur cet objet. 

Son Altesse Serenissime propose ensuite a la haute assemblee de 
se reunir Lundi prochain le 17 a deux heures. Cette date est 
acceptee a I'unanimite. 

Le Marquis de Salisbury annonce qu'il se propose de souraettre 
Lundi a ses eollegues la question de savoir si la Grece doit etre 
admise au Congres, 

Le Prince Gortchacow die que cette question lui parait resolue 
par les terines memes de la convocation, qui ne s'adresse qu'aux 
Puissances signataires du Traits de Paris. D'autres Etats pour- 
raient se croire autorises a demander egalement leur |)ftrticipation si 
Ton s'eeartait des dispositions convenues des I'origine. 

Le Prince de Bismarclc, en reservaut son opinion a ce snjet 
jusqu'au moment ou la question posee par Lord Salisbury sera 
formellemeut soumise a la haute assemblee, saisit I'occasion pour 
demander s'il ne serait pas opportun que les membres du Congres 
' qui voudraient faire une proposition en informassent au prealable 
leurs eollegues daus une seauce preeedente, ou tout au moins la 
veille de la seance, pour eviter des discussions iinprevues et incom- 
pletes. Les propositions counexes aux questions a I'ordre du jour 
et resultant de la discussion raeme en seraient exceptees. 



892 GREA'l' BRTTAIiV, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

Son Altosse considere comine un principe incontestable que la 
niinoritc dii Congres ne pourra pas etrc tenue de se soumettre a un 
vote de niajorito. Mais il abandomie a I'apprcciation de MM. sea 
collogues de decider s'il lie serait pas utile dans I'interet des travaux 
que les resolutions de la niajorite concernant la procedure, sana 
touclier au fond, pussent etre rogardees conime decisions du Con- 
gres toutcs les fois que la miiiorite ne croirait pas devoir faire 
enregistrcr une protestation formelle. 

M. Waddington s'associe a I'opinion exprimee par M. le Presi- 
dent au pujet des propositions iinprevues dont Ics membres du 
Congres pom'raient prendre I'lnitiative. M. le Premier Plenipo- 
tentiaire do France est meme d'avis qu'il serait utile de decider que 
toute proposition de cette nature devrait etre aunoncee a la seance 
precedente, sans laisser la faculte de prevenir sculement la veille. 
Ce dernier delai parait a son Excellence trop restreint pour que les 
Plenipotentiaires soient toujours suffisamment prepares a une dis- 
cussion approfondie. 

Le Prince de Bismarck apprecie la justessc de cette observation 
et s'y rallie entierement. 

Le Marquis de Salisbury dit que les reflexions de M. le Premier 
Plenipotentiaire de Prance s'appliquent sans doute seulement aux 
propositions substantielles et non pas aux amendements et questions 
secondaires. 

I-e Congres donne unanimement sou adhesion a cette procedure. 



La seance est levee a 3^ heures. 



Ccrtifie eonforme a, I'original : 
Eadowttz. 
Mo'uT, 



V. BISMAECK. 

B. BULOW. 

C. P. V. HOHENLOHE. 
ANDEASST. 
KAEOLYL 
HAYMEELE. 
WADDINGTON. 
SAINT-VALLIEE. 

H, DESPEEZ. 

BEACONSFIELD. 

SALISBUEY. 

ODO EUSSELL. 

L. COETI. 

LAUNAY. 

GOETCHACOW. 

SCHOUVALOPP. 

P. D'OUBEIL. 

SADOULLAH. 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA. FRANCE, &C. 893 

Protocole No. 2. —Seance du 17 Juin, 1878. 
Etaient presents : 

Pour rAllemagne — le Priuce de Bismarck, M. de Biilow, le Prince 
de Hoheulohe-Scbilliugsfurst. 

Pour rAutriche-Hongrie — le Cointe Audrassy, le Comte Karolyi, 
le Baron de Haymerle. 

Pour la Prance — M. AVaddington, le Comte de Saint- Vallier, M. 
Desprez. 

Pour la Grande Bretagne — le Comte de Beaconsfield, le Marc^uis 
de Salisbury, Lord Odo Eussell. 

Pour I'ltalie — le Comte Corti, le Comte de Launay. 

Pour la Russia — le Prince Gortchacow, le Comte Scliouvaloff, 
M. d'Oubril. 

Pour la Turquie — Alexandre Caratheodory Pacha, Mehemed Aii 
Pacha, SadouUah Bey. 

La seance est ouverte a 2^ heures : le Protocole de la seance 
precedente, lu par M. le Comte de Mouy, est adopte. 

Les Pleuipotentiaires Ottomans, Alexandre Caratbeodory Paclia, 
Mebemed Ali Paclia, et Sadoullab Bey remettent leurs pleius- 
ponvoirs. 

Le President propose que desormais, pour accelerer le travail du 
Congres, la communication prealable du Protocole imprime aux 
Pleuipotentiaires tienne lieu de la lecture traditionnelle au debut 
de la seance. Dans le cas ou aucune modification n'aurait ete faite 
par les membres de la haute assemblee, le texte serait considere 
comme approuve et depose aux archives. 

Sur des observations du Comte Andrassy et de M, Waddingtou 
relatives aux modifications que des Pleuipotentiaires pourraient 
demander au texte du Protocole et qui ne sauraient etre ignorees de 
leur collegues, le President propose et le Congres decide que lecture 
de ces changements sera donnee par le Secretariat au commencement 
de chaque seance. II reste d'ailleura bieu entendu que le Protocole 
devra etre lu en entier, si la demande en eat faite par I'un des 
membres du Congres. 

Le Comte Scliouvaloff et M. d'Oubril expriment le desir que le 
Protocole definitif soit rapidement distribue, pour bater la com- 
munication aux Gouvernements respectifs. 

Le Prince Gortchacow s'associe a cette observation : il approuve 
d'avance toute disposition propre a faciliter et hater les travaux de 
la baute assemblee. Son Altesse espere une solution pacifique, et 
il importe que la paix du monde soit assuree aussi promptement que 
possible. 

Le President dit qu'il donnera des instructions au Secretariat 
pour une rapide distribution des Protocoles. 



894 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

Son Altcsse ScreuiBsime auuouco u ses collogues que des petitions 
et des documents en nonibre assez considerable out etc adresscs avi 
Congres et a, lui-nieme. Le Secretariat a ete charge de fairo le 
tringe do ocs pieces d'unc im))ortance fort iiu'gale. Cellea do ces 
petitions qui presentent un cex'tain iiiteret politique ont ete resumees 
dans une liste distribuee a tons Ics Plenipotentiaires : cette liste 
sera coutinuee au fur et a mesure de la presentation de comrauui- 
catious analogues, et toutes ces pieces seront deposees au Secretariat. 
Son Altesse Serenissime pense, et son sentiment obtient I'adhesion 
unanime, qn'en principe aucune proposition ou aucun document ne 
doivcnt etrc soumis a I'examen de la haute assemblee s'ils ne soat 
iutroduitd par un d(?s Plenipotentiaires. II se conforme done a 
cette regie pour les petitions dont il vient d'etre question. 

Son Altesse propose de passer a Tordre du jour fixe dans la 
seance precedente. 

Le Marquis de Salisbury donne lecture de la motion suivante: — 

" Des que la proposition pour la reunion d'un Congres eut ete 
faite, le Gouvernement de la Reine communiqua aux six Puissancea 
son opinion que la Grece devrait y etre representee. On s'aperyoit 
facilcment des raisons qui ont motive cette proposition. Le Gou- 
vernement qui commen9a la guerre, aujourd'hui terminee, declara 
qu'il I'avait enti^eprise avec des vues elevees et sans arriere-pensee. 
II annon9a qu'il ne reeherchait pas d'acquisitions territoriales : son 
but etait de dellvror les populations Chretieunes des maux dont 
I'existence etait generalement i-econnue quelle qu*en fut la cause. 
Son Altesse le Pinnce Gortchacow a reitere les memes vues elevees 
dans cette salle a la premiere btii.:cj du Congres. 

" Une guerre entreprise avec de telles vues doit etre evidemment 
terriiinee par une paix portant I'empreinte des memos sentiments ; 
et le premier devoir des E-epresentants des Puissances sera de veiller 
a CO que leS previsions du Traite soient restreintes dans les limites 
qui lour ont etc ainsi prescrites. 

" L'objet des discussions du Congres, si ellea ne depassent pas 
ieur vrai but, sera, tout en diminuant le plus possible les change- 
rnents territoriaux, d'ameliorer le sort et d'assurer le bien-etre de 
ces provinces de la Turquie Europeenne qui out ete le theatre de 
calamites deplorables. 

'•■ Or, les Chretiens dc ces regions se divisent en deux parties 
dont les interets ne sent pas identiques et dont les sym])athie3 ne 
sent pas en harmonie. 

" Le Congres n'ignore pas que pendant ces dernieres annees les 
liens d'araitie qui unissaient autrefois les sujets Grecs et Slaves de 
la Porte ont ete rompus. D'allies ils sont devenas rivaux. Les 
Slaves, qui rcconuaissaient autrefois I'autorite du Patriarche Grec, 
se sont rallies a une nouvelle organisation ecclesiastique qui a 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, <fec. 895 

reclame leur soumission. Dans une graude partie du territoire 
liabite par la race Grecque le droit de posseder les eglises at les 
t'eoles a donue lieu a des contestations, souveut menie a des luttes, 
outre les populations des deux races. 

" Le couflit s'est profondement aggrave a la suite des evenemeuls 
qui ae sent passes pendant ces derniers mois, et les passions engen- 
dreea par ces conflits out de plus en plus eloigne ces deux races 
I'une de I'autre. 11 s'agissait de qtielque chose de plus que d'une 
divergence d'opinion sur la question du regime ecclesiastique. Les 
Grees redoutent, et avec raison, la subjugation de leur Eglise, la 
suppression de leur langue, et I'absorption et la disparition pro- 
gressives de leur race, si leurs rivaux se trouvaient dans une position 
preponderante. Ces points sent pour eux d'un interet capital et 
leur sort depend de la forme que donnera le Congres aux disposi- 
tions qui seront arretees dans le but de proteger les Chretiens et 
d'assurer I'ordre et la securite aux provinces de la Turquie Euro- 
peenne. 

"Mais les deux races ne sont pas devant le Congres sur.un pied 
egal. Les Slaves ont pour defenseur dans cette salle un puissanf, 
peuple militaire, leur frere par le sang et par la foi, fort du prestige 
des victoires recentes. 

" Les Grrecs, au contraire, n'ont ici comme Eepr6sentant aucune 
nation de me me race. 

" Le Gouvernement de Sa Majeste est d'avis que des decisions 
prises dans ces conditions ne contsnteraient pas la race Grecque, et 
par consequent n'ameneraient ni la trauquillite de rEmpire Ottoman 
ni la paix de I'Europe. 

" II est a craindre que de nouvelles agitations ne surgissent parmi 
ce peuple profondement devoue a sa foi et a sa nationalite, qui aura 
la conviction que I'Europe I'a abandonne et I'a livre a la dominatio?i 
d'une race de laquelle ses sympathies sont tout-a-fait eloignees. 

" L'Augleterre propose done que le Eoyaum.e Helleuique soit 
ndmis a remplir ce role en faveur des Grecs, et a prendre part aux 
deliberations du Congres : du moins a assister a toutes les seances 
dans lesquelles des questions se rattaeliant aux interets de la race 
Grecque seront discutees." 

Le Prince de Bismarck, se referant a la decision prise par la 
haute assemblee dans la derniere seance, regarde comme impossible 
que le Congres soit en etat aujourd'hui, apres une premiere lecture, 
de statuer sur la proposition qui vient d'etre lue par Lord Salisbury 
et qui touche a taut de questions graves. Quelle que soit la 
sympathie que la Grece inspire a I'Europe, son Altesae croit devoir, 
dans I'interet des travaux, proposer, selou le principe precedemmeut 
etabli, I'ajournement de la discussion sur ce point a la prochaiue 
seance. Dans rintervaile le President aura soin de faire imprimer 



89G GKEAT BHITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

et (listribuer hi inotiou de Lord Salisbury, si iir.porfcante eu elle- 
meine, et qui d'ailleura implique xm certain uombre de questions de 
droit public et de procedure sur la mauiere dont un Represeutant de 
la Grece pourrait etre admis dans le sein du Congres. 

Le Prince Gortchacow, sans vouloir traiter en ce moment la 
question de radmissiou de la Grece, et en approuvant Tajournement 
propose, desire relever une expression du discours do Lord 
Salisbury. Son Altesse souhaiterait que le Congres cousiderat les 
Reprcsentauts de la Eussie non point comme exclusivement devoues 
aux intcrets des Slaves, mais comme s'interessant a toutes les 
populations Chretienues de la Turquie. Le Prince Gortchacow 
declare done d'avance qu'il s'associera aux mesures prises en faveur 
des Grecs : il demandera memo pour les Grecs de I'Empire Ottoman 
une autonomie pareille a celle qui est reclamee pour les Slaves. 
Le but de son Gouvemement est de rapprocher ces deux races. 
Quant a la question religieuse a laquelle Lord Salisbury a fait 
allusion, son Altesse doit faire remarquer qu'il n'y a point de 
dissidence religieuse au fond entre ie Patriarchat Grec et I'Bxarchat 
Bulgare ; c'est uniquement uue question de liturgie qui a amene la 
separation des deux Kglises. 

Le President constate que tous les Plenipotentiaires acceptent 
rajournement de la discussion sur ce point a la prochaine seance. 

M. Uesprez, au uom de MM. les Plenipotentiaires de Prance, donne 
lecture de la proposition suivante, qu'il desirerait voir distribuer en 
raeme temps que celle de Lord Salisbury: — 

" Cousideraut que daus I'examen des nouveaux arrangements a 
prendre pour assurer la paix en Orient il est juste de fournir a la 
Cour d'Athenes I'occasion d'exprimer ses voeux et qu'il pent etre 
utile aux Puissauces de les connaitre ; 

" Le Congres invite le Gouvernement de Sa Majeste Hellenique 
a designer un Eepresentant qui sera admis a exposer les observa- 
tions de la Grece lorsqu'il s'agira de fixer le sort des provinces 
limitropbes du Koyaume et qui pourra etre appele dans le sein 
du Congres toutes les fois que les Plenipotentiaires le jugeront 
opportun." 

Le President dit que I'impression et la distribution de ce 
document auront lieu conformement au desir de MM. les Plenipo- 
tentiaires de France, et que la proposition sera mise a I'ordre du 
jour de la prochaine seance. Sou Altesse demaude, avant de suivre 
I'ordre du jour fixe, si aucun membre n'a de communication a faire a 
la haute assemblee. 

Alexandre Caratheodory Pacha exprime le regret de n'avoir pu 
assister a la seance precedente a la suite d'un accident de mer qui 
a retarde son arrivee et celle de son collegue Mebemed All Pacba. 
II eut ete heureux de prendre part a la designation du President, et 



GREAT BRTTATN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 897 

il tient a s'assoeier au nom de son Gouverneraent aux vneux que le 
Congres a formes pour le retablissernent de la saute de I'Empereur 
Giiillaume. 

Le Prince de Bismarck remercie M. le Premier Pleuipotenliaire 
de Turquie de ces paroles, qu'il ne manquera pas de transmettre a 
Sa Majeste. 

Le President expose ensuite que I'ordre da jour appelle la 
discussion des Articles du Traite de San Stefano qui sont relatifs a 
la Bulgarie, a commencer par 1' Article VL 

Son Altesse donne lecture du 1" alinea de 1' Article YI : — 

" La Bulgarie est constituee en Principaute autonome, tribu- 
taire, aveeun Gouvernement Chretien et une milice nationale." 

Le President ajoute: II y a deux mo^ens d'entrer dans la 
discussion : on peut soit discuter d'abord le l" alinea de I'Article 
YI, soit attendre le 4® relatif a I'etendue des froutieres. Sans 
vouloir recommander I'une ou I'autre procedure, Son Altesse 
demande pour laquelle des deux le Congres se decide. 

Lord Salisbury preud la parole pour presenter les observations 
suivantes : — 

" L'effet le plus frappant des Articles du Traite de San Stefano 
qui ont rapport a la Bulgarie — (je ne dis pas I'efFet qu'on a eu 
I'intention de leur donner) — est d'abaisser la Turquie jusqu'au 
niveau d'une dependance absolue envers la Puissance qui a impose 
ce Traite. 

" II est de notre tache de la replacer, non sur le pied de son 
independance anterieure, car on ne saurait entiereraent aneantir les 
resultats de la guerre, mais de lui rendre une independance 
relative qui lui permettra de proteger eflScacement les interets 
strategiques, politiques, et commerciaux dout elle doit rester le 
gardien. 

" D'autres dangers non moins importants sont a craindre. La 
race Grecque, qui habite de nombreux endroits de la nouvelle 
Bulgarie, sera assujettie a une majorite Slave avec laquelle ses 
relations ne sont guere amicales, et, comme j'ai deja soumis a 
I'appreciation du Congres, il est probable que la langue Grecque 
disparaitra et que la race sera absorbee. 

" En outre, I'admission au littoral de la Mer "^gee d'une nouvelle 
puissance maritime ne pourrait etre agreee sans un vif sentiment de 
regret par les Puissances voisines de la Mediterranee. 

" Selon mon avis, on doit trouver un remede a ces resultats 
nuisibles dans une modification des Articles sur lesquels son 
Altesse le President a appele notre attention. Si la Bulgarie, au 
lieu de s'etendre jusqu'a la Mer Egee et au Lac Ochrida, erait 
limitee vers le sud a la ligne des Balcans, et que I'autre partie de la 
[1877-78. Lxix.] 3 M 



898 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

Province rest at sous Tautorite du Sultan, ces dangers Seraient 
beaucoup niitiges nieme a'ils ne disparaissaient pas entierement. 

" Dans ce cas, une nonvelle Puissance maritime ne s'etendrait 
plus aux borda de la Mer Kgee, une proportion tres nombreuse de la 
population Grecque qui se trouvait menacee d'etre ab^orbee dans la 
nouvelle Bulgarie et d'etre assujettie a une majorite Slave, resterait 
dans la position politique qu'flle occupe actuellement, et la Porte 
possederait une frontiere strategique qu'elle pourrait defendre 
contre toute invasion a I'avenir. Cet avantage strategique pourrait 
etre atteint sans nuire aux inter^ts dea populations de cette region, 
dont le sort en serait plutot ameliore. 

" L'Angleterre n'a jamais admis ni dans la Conference de 
Constantinople, ni a aucune autre epoque, que, pour garantir les 
populations de la Turquie Europeeune centre les abus du Gouverne- 
ment et I'oppression, il falliit les soustraire a la suprematie politique 
de la Porte. Cette garantie, qui est de la plus haute importance, 
deraande plutot la reforme de I'administration iuterieure qu'uue 
separation politique. 

" Je propose done au Congres, de la part de I'Angleterre, 
I'examen des di-ux propositions suivantes : — 

" 1. Que la Principaute tributaire autonome de la Bulgarie soit 
reatreinte a la partie de la Turquie Europeenne situee au nord des 
Balcans. 

" 2. Que la province de la Roumelie et tout autre territoire au 
sud des Balcans soient sous I'autorite politique et militaire directe 
du Sultan, toute precaution necessaire etant prise pour que le bien- 
etre des populations soit sauvegarde par des garanties suffisantes 
d'autonomie administrative, ou d'autre maniere." 

Le Comte SchouvalofF, faisant allusion a un passage du document 
qui vient d'etre lu par le noble Lord, dit qu'il ne pourrait pas 
accepter au noin de son Gouvernement les mots " d'aueantir 
entierement les resultats de la guerre." La Russie est venue au 
Congres pour coordonner le Traite Preliminaire de San Stefano avec 
les interets generaux de I'Europe, mais non pour "aneantir" les 
resultats d'une guerre pour laquelle olle s'est impose tant de 
aacritices. Le Plonipoteutiaire de Eussie constate que le sens 
general de la communication faite au Congres par le Marquis de 
Salisbury est que I'Angleterre ne saurait donner son assentiment a 
la delimitation tracee a San Stefano, mais entre cette delimitation 
et celle que vient d'indiquer M. le Plenipotentiaire de la Grande 
Bretague il y a un terrain de discussion, par exemple les limites 
fixees par la Conference de Constantinople ; ces limitea ont i'avan- 
tage d'avoir ete tracees par les "Represeniants de I'Europe, et sont 
conformes d'ailleurs aux conditions ethriOgraphiques de la nation 
Bulgare. Le Marquis de Salisbury entend-il s'en tenir a la delimi- 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &0. 899 

tation qu'il a indiquee, ou bien admet-il la discussion sur la base des 
anciennes limites de la Conference, avec la division longitudinale 
tracee alors par les Eepreseutauts Europeens ? 

Le Prince de Bismarck fait remarquer que I'appreciation de la 
Eussie sera evidemment subordonnee a un examen plus detaille des 
institutions a donner a la Bulgarie situee au sud des Balcaus. 
Si les Pieuipotentiaires de la Grande Bretague se trouvaient en 
mesure de fournir des a present des eclaircissements sur le regime 
et les institutions qu'on pourrait ofFrir et garautir a cette partie de 
la Bulgarie, les Pieuipotentiaires Russes seraient peut-etre mieux 
en etat de se pronoucer sur la totalite des propositions Anglaises. 

Le Marquis de Salisbury craint qu'un pareil expose ne coniporte 
pour aujourd'hui de bien longs details. Son Excellence desire 
ajourner sa reponse sur ce point a la procliaine seance. 

Le Prince de Bismarck pense avec Lord SaUsbury qu'il est en 
effet preferable d'ajourner cette discussion, et il exprime I'espoir 
que les Cabinets plus specialement interesses dans la question 
})ourrout dans I'intervalle se concerter sur le " status causae et 
controversiaj." II les croit d' accord sur beaucoup de points et peut- 
etre au dela de ce qu'ils croient eux-memes. Son Altesse Serenis- 
sime pense qu'apres cette entente prealable, les Eepreseutauts de 
ces Cabinets pourrout soumettre au Congres le resultat de leur 
eehange d'idees sur la Bulgarie du sud et sur les institutions qu'il 
conviendrait de lui appliquer; le Congres aurait eusuite la tache, 
dans le cas oii I'accord ne serait pas entiereinent etabli, d'en 
rechercher le complement par I'intervention des Puissances amies. 

Le Comte Andrassy rappelle la haute importance que preseute la 
discussion dont Tissue doit amener la formation de pays appeles a 
vivre longtemps, il faut I'esperer. II est done egalement d'avis de 
Tajourner a la seance suivante. Son Excellence fait remarquer a ce 
Bujet que la question presente un double aspect : d'une part elle est 
purement politique et peut se resumer en ces termes : y aura-t-il 
uue Bulgarie autonome tributaire et administree par un Gouverne- 
ment Chretien ? Des a present son Excellence declare que sur ce 
poiut rAutriche-Hongrie n'a pas d'objection. Mais d'autre part la 
question touche a uue delimitation de frontieres qui interesse 
particulierement rAutriche-Hongrie, puisqu'il s'agit de definir la 
situation de la Bulgarie a I'egard, soit de pays limitrophes comme la 
Serbie, soit de frontieres occidentales qui entrent dans la sphere des 
interets Austro-Hongrois. Le Comte Andrassy fait remarquer que 
si rAutriche-Hongrie desire assuremeut une bonne solution des 
difficultes presentes au point de vue general de la paix et de la 
stabilite, les questions de frontiere ont pour elle une valeur toute 
speciale : son Excellence croit done utile de faire participer un 
delegue d'Autriche-Hongrie aux entretiens particuliers des Plenipo- 

3 M 2 



900 GREAT BRITAIN/ AUSTRIA, FRANCE, &C. 

tentiaires Anglais et Russes. ]1 n'hesite pas d'ailleurs a donner 
son adhesion en principe a la proposition Auglaise sur la ligne des 
frontierea, tout en se reservaiit de presenter des observations de 
detail qu'il espere voir accueillir par ses collegues. Le Comte 
Andiassy est, au surplus, dispose pour sa part a, proceder selon les 
regies parlementaires par une discussion generate suivie d'une 
discussion speciale. 

Le Prince de Bismarck s'associe a la pensee du Comte Andrassy 
relative au mode de la discussion, a laquelle il serait, selon lui, utile 
de donner la forme d'une premiere et seconde lecture: la premiere 
tiendrait lieu de discussion generale, la seconde permettrait d'entrer. 
dans les details. II considere que les reunions particulieres et 
intimes entre les Eepresentanta de Puissances directement inte- 
ressees, reunions qu'il recommande sans se croire en droit de les- 
convoquer, auraient le serieux avantage de mieux preparer une 
entente sur les questions de detail et de redaction. Le point 
capital pour les reunions plenieres du Congres serait d'etablir. 
I'accord sur les questions de principe ; lorsque ces questions auront 
ete approfondies, on procederait en seconde lecture a la redaction 
d'un texte destine a remplacer les Articles du Traite de San 
Stefan 0. 

En conformite avec ce mode de procedure propose par le 
President, les Plenipotentiaires d'Autricbe-Hongrie, de Grande 
Bretagne, et de Eussie conviennent d'echanger leurs vues dans des 
reunions particulieres destinees a determiner les points d'entente et 
par consequent a faciliter le travail du Congres. lis communi- 
queront le resultat de ces entretiens a leurs collegues. 

Le President, avec I'assentiment du Congres, met a I'ordre du 
jour de la prochaine seance, fixee a Mercredi 19 : 1, la question de 
I'admission des Representants de la Grece ; 2, la proposition 
Anglaise sur la Bulgarie, la contre-proposition eventuelle de la 
Eussie, et, s'il j a lieu, le projet sur lequel les E-epresentants des 
trois Puissances se seront concertes. 

La seance est levee a 4^ beures . 

[Suivent les Signatures.] 



Froiocoh No. 3. — Seance du 19 Juin, 1878. 
Etaient presents : 

Pour rAlleinagne — le Prince de Bismarck, M. de Biilow, 
le Prince de Hobenlohe-Scliillingsfurst ; 

Pour 1' Autriche-IIongrie — le Comte Andrassy, le Comte Karolyi, 
le Baron de Haymerle ; 



GREA.T BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 901 

Pour la France — M. Waddington, le Comte de Saint-Vallier, 
M. Desprez ; 

Pour la Graude Bretagne — le Comte de Beacousfield, le Marquis 
de Salisbury, Lord Odo Russell ; 

Pour ritalie — le Comte Corti, le Comte de Launay ; 

Pour la Kussie — le Prince Gortchacow, le Comte Schouvaloff, 
M. d'Oubril. 

Pour la Turquie — Alexandi'e Caratheodory Pacha, Mehemed Ali 
Pacba, Sadoullah Bey. 

La seance est ouverte a 2^ heures ; le Protocole de la seance 
precedente est adopte. 

Le President rappelle a ses collegues qu'une liste de nouvelles 
petitions leur a ete remise. Uue petition qui touche une question 
politique, mais qui ne pone pas de signature, n'a pas ete placee sur 
la liste. En priiicipe, toute communication anonyme de ce genre 
n'est pas inseree dans la liste remise aux membres du Congres, 
raais restera, bien. entendu, a leur disposition dans les bureaux du 
Secretariat. 

Le Prince de Bismarck presente ensuite les considerations 
suivantes :— 

" L'ordre du jour fixe pour la seance d'aajourd'hui comprend — 

" (1.) La question de I'admission des Eepresentants de la 
Grece. 

" (2.) La proposition Anglaise sur la Bulgarie, la contre- 
proposition eventuelle de la Russie, et, s'il y a lieu, le projet sur 
lequel les Eepresentants des trois Puissances se seront concertos. 

"Vu que les pourparlers engages entre les Eepresentants des 
Puissances plus specialeraent interessees dans la question Bulgare 
coutinuent et sont en progres vers un arrangement qui faciliterait 
les travaux du Congres a ce sujet; 

" Vu qu'aujourd'hui ce resultat n'est pas encore atteint ; 

" Je propose d'ajourner la discussion sur la seconde partie de 
l'ordre du jour jusqu'a la prochaine seance." 

Cette opiniou ayant ete accueillie par le Congres, le President 
ajoute que la seule question a l'ordre du jour est, en consequence, 
celle de Tadmission des Eepresentants de la Grece, et, sur le senti- 
ment conforme de la haute assemblee, il annonce que le Congres se 
reunira Yendredi pour la discussion des affaires Bulgares. 

Son Altesse Serenissime rappelle qu'il y a, sur la question de 
I'admission de la Grece, deux propositions connues depuis la 
derniere seance, I'une de Lord Salisbury, I'autre de M. Desprez, et 
il ajoute qu'en ce qui concerne I'Allemagne il se rallie a la seconde. 
11 prie ses collegues de vouloir bien discuter I'une ou I'autre ou 
toute autre proposition qui serait presentee sur le meme sujet. II 



902 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &0. 

demanderait ]ilu3 tard au Congrea, d:xns le caa ou radmigsion dea 
lieproseiitanta Orecs serait decidoe, de fixer la date de la seaace a 
laquelle ils seraient invites. 

Caratlicodory Pacha donne lecture de la declaration suivante :— 

" En proposant que la G-rece soit entendue au sein du Congrea 
cliaqiie fois qu'on le croirait nccessaire, lorsqu'il s'agiraitde discuter 
ceitaines questions speciales, on a allegue des motifs et eclumge dea 
idees qui justifient une explication de la part des Pleuipotentiairea 
Ottomans. 

" Se pla^ant a des points de vue difFerents, quelques una de MM. 
les Plenipotentiaires semblrnt avoir envisage d'une maniere tout-a- 
fait exclusive la situation respective des diverses categories de la 
population de 1' Empire Ottoman. 

" Les Pleiii{)otentiaires Ottomans pensent qu'il est de leur devoir 
de declarer qu'au sein du Congres ils representeut I'Etat lui-meme, 
qui embrasse I'ensemble de tous ces elements quels qu'ils soient, 
quelque origine et quelque date qu'on veuille assigner aux conflita 
auxquels ou a fait allusion. 

" Une protection et un interet exclusifs se rapportant a une 
classe speciale, de quelque cote qu'ils viennent, et sous quelque 
forme qu'ils se produisent, ne sauraient que nuire la ou une 
puissante solidarite d'interets relie incontestablement ces divers 
elements entre eux pour constituer un grand tout. 

" La hauteur de vues qui distingue MM. les Plenipotentiaires 
des Grandes Puissances Signataires des Traites de 1850 et de 1871 
qui composent le Congres, et I'esprit d'incontestable equite qui les 
anime, autorisent en consequence les Plenipotentiaires Ottomans a 
croire que, si la Cirece devait etre entendue, le Congres saura 
empecher que les propositions qui ont ete faites a ce sujet ne 
provoquent les graves inconveuients qu'il y aurait lieu de craiudre." 

Le Prince Gortchacow fait remarquer qu'il se conforme au desir 
du Congres en apportant des observations ecrites et donne lecture 
du document suivant : — 

" M. le Marquis de Salisbury a presente une proposition motivee, 
teudant a I'admission de la Grece a participer au Congres, ou du 
moins a assister aux seances dans lesquelles les questions se rattach*- 
ant a\ix interets de la race Grecque seront discutees. 

" Les Plenipotentiaires de E-ussie croient de leur cote devoir 
enoncer, dans une declaration egalement motivee, le point de vue de 
leur Gouvernement sur ce sujet : — 

"I. La Kussie a toujours envisage en Turquie les interets des 
Chretiens sans exception de race. Toute son histoire I'a sufEsamment 
piouve. Elle a, avec la race Helleuique, un lien puissant— celui 
d'avoir recu de I'Eglise d' Orient la religion du Christ. Si, dans la 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 903 

presente guerre, la Eussie a du prendre particulierement en mains 
la defense des Bulgares, c'est que la Bulgarie s'etait trouvee, par les 
circonstances, la priucipale cause et le theatre de la guerre. Mais 
la Eussie a toujours eu en vue d'etendre, autant que possible, aux 
provinces Grecques les avantages qu'elle reussirait a conquerir pour 
la Bulgarie. Elle est satist'aite de voir, par les propositions de MM. 
les Pleuipotentiaires de Grande Bretagne et de France, que I'Europe 
partage ces vues, et se felicite de la sollicitude que les Puissances 
temoignenfc en faveur des populations de race Grecque, d'autant 
plus qu'elle a la conviction que cette sollicitude s'etendra egalemeut 
aux populations de race Bulgare. Le Gouvernement Imperial de 
Eussie se joindra eu consequence volontiers a toute proposition qui 
serait faite au Congres en faveur de I'fipire, de la Thessalie, et de 
la Crete, quelle que soit I'etendue que les Puissances voudraient 
donner aux avantages qui leur seraient reserves. 

" 2. Le Gouvernement Imperial de Eussie ne reconnait aucun 
motif fonde a I'autagonisme des races qui a ete signale, et qui ne 
saurait avoir sa source dans des divergences religieuses. Toutes les 
nationalites apparteuant a I'Eglise d'Orient ont successivement 
revendique le droit d'avoir leur Eglise antocephale, c'est-a-dire leur 
hierarchie ecclesiastique iudependante et leur langue nationale pour 
le culte et les ecoles. Tel a ete le cas pour la Eussie, la Eoumanie, 
la Serbie, et meme pour le Royaume de Grece. L'on n'aper9oit pas 
qu'il en soit resulte ni la rupture des lieus qui unissent ces Eglises 
iudependantes avec le Patriarcat CEcumeuique de Constantinople, ni 
uu antagonisme quelconque eutre les races. Les Bulgares ne 
demandent pas autre chose et y ont absoluraent les memes droits. 
La cause des divergences et des couflits passagers qui se sont 
produits doit done etre cberchee dans des influences ou des 
impulsions particulieres qui ne paraissent couformes ni aux interets 
reels des races, ni au repos de 1' Orient, ni a la paix de I'Europe, et 
qui, par consequent, ne sauraient etre encouragees. 

" 3. Quant aux circonscriptions territoriales des diverses races, 
se rattachant aux interets de la race Hellenique que Ton a en vue 
de proteger, elles semblent ne pouvoir etre determinees d'apres un 
principe plus rationnel, plus equitable et plus pratique que celui de 
la majorite de la population. C'est celui qui resulte de I'ensemble 
des stipulations de la Conference de Constantinople et celui que 
pose le Traite Preliniiuaire de San Stefano. Les repartitions de 
territoires qui seraient proposees en dehors du principe de la 
majorite de la population pourraient etre suggerees non par des 
considerations de races, mais par des vues particulieres d'iuteret 
politique, geographique ou commercial. La Eussie, n'ayant pour sa 
part aucun interet materiel a poursuivre dans ces contrees, ne peut 
apprecier ces diverses propositions qu'au point de vue de I'equite ou 



904 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

de la conciliation a laquelle elle est toujours disposee pour la con- 
solidation de I'entente Europeenne et de la paix generale. 

" Tels sont les sentiineuts dans iesquels les Plenipotentiaires de 
Russie croient devoir formuler lour adlie>ion a la proposition de M. 
le Plenipotentiaire de France ; c'est-a-dire, d'inviter le Gouverne- 
ment de Sa Majeste Hellenique a designer un Representant qui 
sera admis a exposer lea observations de la Gieee, lorsqu'il s'agira 
de fixer le sort dea provinces liinitrophes du Royaume, et qui pourra 
etre appele dans le Congres toutes les fois que les Plenipotentiaires 
le jugeront. lis eteudeut egalement ces previsions a ce qui coucerue 
la Crete." 

Lord Salisbury, se referant au point de discussion iudique par le 
President, propose de substituer dans le texte presente par les 
Plenipotentiaires Fran^ais les mots de "provinces Giecques " a 
ceux de " provinces limitrophes du Royaume de Grece." Si cette 
modification, qui lui semble donner plus de clarte au texte, etait 
admise, il se rallierait volontiers au projet Fran9ais ainsi amende 
dans le cas oh il serait accepte par la majorite des Puissances. 

M. Desprez craint que I'amendement propose par M. le Pleni- 
potentiare de la Grande Bretagne n'ait pour effet de rendre moina 
precis le texte du projet presente par les Plenipotentiaires Fran9ai3. 

Le President considere que le Congres est en presence d'une 
question de forme et de redaction, ou la decision de la majorite est 
admise a moins de protestation de la minorite au Protocole. Son 
Altesse Sereuissime croit qu'il serait utile de proceder a I'inverse 
de I'usage parlementaire, et de commencer, si le Congres y consent, 
par le vote sur le texte de la proposition Fran9aise en mettant aux 
voix en second lieu I'amendement de Lord Salisbury. Le resultat 
du premier vote sera considere comme eventuel, c'est-a-dire, comme 
sujet a etre amende conformement a la proposition Anglaise, dans le 
cas ou celle-ci serait adoptee. Si au contraire elle etait rejetee, le 
vote recueilli sur la proposition Fi'aucaise serait defiuitif. 

Le Comte Andrassy ne veut pas entrer dans le fond de la 
question: il regarde qu'il a seulement a statuer sur I'admission en 
general : il vote done la proposition Fran9aise en se reservant de se 
prononcer sur ramendement de Lord Salisbury. 

Les Plenipotentiaires de France et d'Angleterre votent le texte 
presente. 

Le Comte Corti y adhere egalement et d'autant plus volontiers 
que la seconde partie du document lui par;iit renf'ermer, en principe, 
la pensee exprimee dans I'amendement Anglais. 

Les Plenipotentiaires Russes votent de meme le texte Fran^ais. ' 

Caratheodory Pacha regrette de rencontrer dans le texte propose 
les mots: " le sort des provinces," &c. Dana ces termes il ue 
saurait que reserver I'opinion de son Gouveruenieut. 



GREAT BKITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 905 

Le President ayaut insiste pour obteuir le vote de MM. les 
Plenipotentiuires Ottomans, Caratheodory Pacha et Mehemed Ali 
Pacha declarent qu'ils ue s'opposeraienb pas en principe a ce qu'uu 
Eepresentant de la Grece fut eutendu, en admettant que celui-ci 
n'anrait que voix consultative. 

Le Prince de Bismarck provoque ensuite un second scrutin sur 
I'amendement de Lord Salisbury, e'est-a-dire, sur la question de 
savuir si les mots " provinces limitrophes " seront remplaces par 
ceux de "provinces Grecques." 

Le Comte Andrassy ayant demande quelle difference existe aux 
yeux de MM. les Plenipotentiaires Anglais entre les deux termes, le 
Marquis de Salisbury dit qu'il y a des provinces Grrecques qui ue 
sout pas limitrophes du Eoyaume Helleuique et dont I'Augleterre 
desire que le Congres s'occupe egalement. Dans le projet Pran9ai3 
I'Epire et la Thessalie sont seuls en cause : Tameademeut de sou 
Excellence per met au contraire de com prendre dans la deliberation, 
a laquelle assisteraient les Eepresentants de la Grrece, les provinces 
de Macedoine, de Thrace, et de la Crete. 

Le Comte Andrassy, a la suite de cette explication, et se con- 
formant a son principe, qui est de rechercher des resultats aussi 
stables que possible, vote pour i'amendement de Lord Salisbury dans 
le but de ne pas restreindre I'expression de I'opiuion des Eepre- 
sentants Grecs. 

Les Plenipotentiaires de Prance maintienneut leur vote pourleur 
texte pur et simple. 

Les Plenipotentiaires de la Grande Bretagne voteut pour 
I'amendement. 

Le Comte Corti se rallie a la proposition Anglaise, qu'il regarde 
comme donnant plus de latitude a la deliberation. 

Le Comte de Launay ajoute que d'ailleurs le Congres demeurera 
toujours libre d'exarainer dans quelle mesure il pourra accepter les 
observations des Eepresentants Grecs. 

Le President ayant demande leur vote a MM. les Plenipoten- 
tiaires de Bussie, le Prince Grortchacovs^ prie MM. les Plenipoten- 
tiaires de Prance d'exposer les motifs qui les portent a maintenir le 
texte de leur proposition. 

M. Waddington ne croit pas qu'il y ait de grandes differences 
entre le projet de M. Desprez et la redaction proposee par Lord 
Salisbury. 11 y a Dependant une distinction a etablir ; les Pleni- 
potentiaires de France ont pense que tout en invitant le Gouverne- 
ment Grrec a designer un Representant, il etait utile de limiter le 
champ de ses observations. M. Waddington admet qua le Bepre- 
sentant Helleuique soit appele a donner son avis sur des laits qui 
se passent pres de la frontiere du Boyaurae ; mais il comprendrait 
moins que la competence du Cabinet d'Athenes put s'etendre a 



906 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

des contrees habitues par des populations mixtes : son Excellence 
craindrait de trop agrandir la sphere des observations du Gouverne- 
nient Hellt3nique. Toutefois le second paragraphe du Projet 
reservant au Congres toute sa liberte d'uppreciatiou a cet egard, la 
haute aasemblce rcste juge eu deruier ressort des deliberations 
auxquelles elle regarderait comme opportun que le E-epresentaiit 
Grec fut admis. 

Le Prince Gortchacow, en presence de ces considerations, vote 
pour le maiutien du fexte Fran^ais. 

- Caratheodory Paclia croit comprendre que dans la pensee de la 
haute assemblee, Padinission d'un Representant Grec est surtout 
une question d'opportunite : toutefois, et tout en a<ceptant que ce 
Bepresentaiit put etre enteiidu quand on s'occuperait de rameliora- 
tion de I'etat de ces provinces, son Excellence, et avec elle 
Mehemed Ali Pacha, demande de nouvelles explications sur le sens 
de la phrase du projet Fran^ais oil il est question de " provinces 
limitroplies." 

M. Waddington repond qu'on ne discute pas aujourd'hui le fond 
de cette difficulte, mais seulement une question prealable ; il tient 
a ajouter que les considerants du projet Frati^ais en indiquent 
nettement la portee. En premier lieu le Congres trouve-t-il juste 
que la Grece exprime ses voeux sur des questions qui pourraient 
interesser sa froutiere ? En second lieu, le Congres trouve-t-il 
utile de provoquer sur divers points les explicati(ms du Cabinet 
d'Athenes ? 

Le Prince de Bismarck fait remarquer qu'en realite la difference 
pratique entre les deux opinions se manifestera surtout quand il 
s'agira de determiner le moment ou les Kepresentants Grecs 
seront entendus. Ce sera alors, a son avis, le scrutin decisif. 
Actuellement il s'agit de savoir en general s'ils seront admis, et 
c'est dans cet ordre d'idees qu'il demande de nouveau si MM. les 
Plenipoteutiaires Ottomans votent pour la redaction Frangaise ou 
Anglaise. 

Les Plenipoteutiaires Ottomans declarent s'abstenir. 

Le Prince de Bismarck, comme Plenipotentiaire d'Allemagne, 
vote pour la redaction Fi-auyaise. 

Son Altesse Serenissime constate ensuite que les voix sont 
partagees en nombre egal. L'amendement Anglais n'a done pas eu 
la majorite, et le resultat du premier scrutin adoptant la redaction 
Fran9aise demeure acquis. 

Le President demande si le Congres entend decider aujourd'hui 
ou dans une reunion prochaine a quelle seance le Eepresentant 
Grec sera admis. 

Sur la suggestion du Comte Corti, le President fait remarquer 
que I'un itation ne doit etre faite qu'a la demande d'un des membres 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 907 

du Congrea formulee dans la seance precedeute et adoptee par un 
vote de la haute assemblee. 

M. Waddington estime qu'il y aurait lieu d'attendre que la 
question de Bulgarie fut decidee, et en tout cas de ne pas statuer 
aujoiird'hui. 

Le Comte Andrassyne regarde pas en effet corame indispensable 
de fixer ce jour des a present. 

M. Desprez fait observer d'ailleurs que le projet comporte deux 
hypotheses : la discussion relative aux provinces liniitrophes dans 
laquelle, d'apres la proposition Franyaise, la presence du Ee- 
presentant Grrec est jugee uecessaire par le Congres, et les autrea 
deliberations, oil la haute assemblee se reserve la faculte d'appeler 
s'il y a lieu, ce Representaut dans son sein. 

Le Prince de Bismarck rappelant que, dans sa pensee, le Pleni- 
potentiaire Grec ne doit etre invite qu'aux seances oii le Congres 
desirerait I'entendre, constate qu'en ce moment aucun des membres 
de I'assemblee ne fait une proposition en ce sens. Son Altesse 
Serenissime croit done preferable, dans I'etat actuel des travaux, ou 
il y a lieu d'esperer sur la question Bulgare le rapprochement des 
opinions divergentes, de ne pas introduire un element nouveau qui 
pourrait augmenter les difficultes de I'entente. II pense que le 
Congres n'emettra sur ce point aucun vote aujourd'hui, et reservera 
son sentiment jusqu'au moment ou il sera question des institutions 
a donner a la Bulgarie du Sud. Son Altesse Serenissime ajoute 
que I'ordre du jour est epuise. 

Le Comte Schouvaloff, tout en exprimant I'espoir que ses 
collegues d'Autriche-Hougrie, de la Grande Bretagne, et de Russia 
seront prets a discuter la question Bulgare dans la prochaine 
seance fixee precedemment a Vendredi 21, pense, qu'eu egard aux 
communications echangees entre les Gouvernements, il serait peut- 
etre preferable de remettre la seance a Samedi. Le President, 
aprea avoir pris I'avis du Congres, accepte la date de Samedi 22, en 
se reservant, s'il y a lieu, de convoquer I'assemblee pour Vendredi. 

La seauce est levee a 4 heures. 

[Suivent les Signatures.] 



Frotocole No. 4. — Seance du 22 Juin, 1878. 
Etaient presents : 
Pour I'Allemagne — le Prince de Bismarck, M. de Biilow, le 
Prince de Hohenlohe-Schillingsfiirst ; 

Pour I'Autriche-Hongrie — le Comte Andrassy, le Comte 
Karolyi, le Baron de Hayuierle ; 

Pour la France — M. Waddington, le Comte de Saint- Yallier, 
M. Desprez ; 



908 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

Pour la Grande Bretagne — le Comte de Beacon8field,le Marquis 
de Salisbury, Lord Odo Russell ; 

Pour ritalie — le Con\te Corti, le Comte de Launay ; 

Pour la llussie — le Comte Scliouvaloft', M. d'Oubril ; 

Pour la Turquie — Alexaudre Caruthcodory Pacha, Mehemed 
Ali Pacha, Sadoullah Bey. 

La. seance est ouverte a 2-^ heures : le Protocole de la seance 
precedente est adopte. 

M. d'Oubril exprime de la part du Prince Gortchacow le regret 
de Son Altesse Seienissime de ne pouvoir, eu 6ga.vd a I'etat de sa 
saute, assister a la seance de ce jour. 

Le President repond que le Coiigres regrette I'absence du 
Prince Gortchacow et forme des voeux pour le prompte retablisse- 
nieut de M. le Premier Plenipotentiaire de Russie. 

Le President apres avoir donue lecture de la liste des petitions 
adressees au Congres depuis la derniere seance, annonce que 
I'ordre du jour appelle la discussion de la question de Bulgaria 
Bur les points traites dans I'Article VI du Traite de San Stefano 
et de la proposition Anglaise consignee dans le deuxieme 
Protocole du Congres. Son Altesse Serenissime prie les Repre- 
sentauts des Puissances qui ont recherche un accord dans des 
conferences particulieres de faire connaitre le resultat de leurs 
eutretiens. 

Lord Salisbury donne lecture du document suivant, qui contient 
le developpement des propositions Anglaises, et qu'il soumet a 
I'approbation de la haute assemblee : — 

" Admission de la frontiere des Baleans pour la Principaute de 
Bulgarie ; la province au sud des Baleans assumerait le nom de 
Roumelie Orientale. 

" L'incorporation du Sandjalc de Sophia avec rectification strate- 
gique des frontieres dans la Principaute serait consentie, soit contra 
le maintien de Varna dans les mains des Turcs, soit centre I'ex- 
clusion des bassins du Mesta Karasou et Strouma Karasou de la 
Roumelie Orientale. La Roumelie Orientale sera placie sous 
I'autorite politique et militaire directe du Sultan, qui I'exercera 
dans les conditions suivantes : 

" II aura le droit de pourvoir a la defense des frontieres de terre 
et de mer de la province, de pouvoir y tenir des troupes et de les y 
fortifier. 

" L'ordre inlerieur sera maintenu par la milice, dont les oflBciers 
serout nonimes par le Sultan, qui tiendra compte de la religion de 
la population. 

" Le Gouverneur-General aura le droit d'appeler les troupes 
Ottomanes dans le cas ou la securite interieure ou exterieure 
se trouverait menacee. 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 909 

" La frontiere occidentale reste a preciser. Depuis I'endroit ou 
la frontiere occidentale coupe la frontiere meridionale de la Con- 
ference, la frontiere meridionale de la Rounielie Orientale suivra le 
trace de cette derniere jusqu'a la montagne de Krucbevo, puis le 
trace de San Stefano presque jusqu'a Mustafa Paclia. De cf point 
une frontiere naturelle ira jusqu'a la Mer Xoire a un point a pre- 
ciser entre Sizebali et Agathopoli. Le trace des frontieres se fera 
par une Commission Europeenne, a I'exccption des deux points 
touchant a la Mer Noire qui ne sont pas encore arranges." 

Le President ayant demande aux Plenipotentiaires de Kussie s'ils 
adherent aux principes resumes par Lord Salisbury, le Comte 
Schouvaloif expose que les Plenipotentiaires de Eussie ont presente 
deux amendements qui, dans leur pensee, n'alterent pas, en principe, 
les modifications proposees par la Grande Bretagne au Traite de 
San Stefano, mais qui, cepeudant, malgre leur moderation, n'ont pas 
ete accueillies par leurs collegues Anglais. Eevenant sur I'ensemble 
des pourparlers qui se sont poursuivis dopuis quelques jours, son 
Excellence constate que les Plenipotentiaires de Eussie ont accepte 
le partage de la Bulgarie par la ligne des Balcans, malgre les 
objections serieuses que presente cette division nuisible sous beau- 
coup de rapports ; la substitution du nom de Koumelie Orientale a 
celui de Bulgarie du Sud, tout en se reservant sur ce dernier point, 
concede par eux a regret, toute liberte de discussion ulteiieure 
au Congres ; on a considere le mainfien du mot " Bulgarie" comme 
un drapeau, comme un appoint a des aspirations dangereuses ; 
c'est avec peine qu'ils ont, pour ainsi dire, demarque une partie de 
la population d'un nom qui lui appartient. lis ont egalement 
consenti a eloigner de la Mer Egee les limites de la nouvelle 
province. On a craint que la Bulgarie ne devienne une Puissance 
navale. Ces craintes leur paraissent illusoires, mais ils ont consenti 
neanmoins a ce changement de frontieres. lis ont de plus admis sur 
la frontiere occidentale de la Bulgarie une rectification qu'ils con- 
siderent comme une mutilation, puisqu'elle divise des po|)ulations 
Bulgares compactes. Cela etait demande en vue de certaines 
considerations strategiques et comraerciales qui ne concernaient pas 
la Bulgarie et lui etaient plutot prejudiciables. Ils ont consenti 
a rectifier les frontieres meridionales vers la Mer Noire, en abandon- 
nant ainsi les limites tracees par le Traite de San Stefano, et en 
reculant meme celles de la Conference de Constantinople. Enfin, 
ils ont donne au Sultan la garde des frontieres de la Eoumelie 
Orientale. Aux yeux du Comte Schonvaloff, les demandes qui lui 
ont ete pro|)Osees avaieut en realite pour objet de proteger le 
fort centre le faible, de proteger I'Empire Ottoman dont les armees, 
avec un courage auquel son Excellence se pLdt a rendre hommage, 
ont resiste pendant de longs mois a I'armee Eusse, centre les agres- 



010 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

sioiis eventuelles d'une province qui ne compte pas encore un 
Buul soldat. Quoiqu'il eu soit, les Plenipotentiaires Eusses les ont 
acce])ti'es ; niais, a leur tour, ils se croient eu droit de demander que le 
faible soit det'endu contre le fort, et tel est le but des deux amende, 
nieutsu qu'ils ont presentes, et dont voici le texte: — 

" Les Plenipotentiaires de Eussie sent autorises a accepter 
les points suivants: — 

"1. Le Sultan aura le droit de pourvoir a la defense des fron- 
tieres de terre et de mer de la province, et celui de pouvoir y tenir 
des troupes, et de lea 5'^ fortifier. 

•• 2. L'ordreiuterieur de la Eoumelie Orientale seramaintenu par 
des milices, dont les ofBciers seront nommes par le Sultan, qui 
tiendra compte de la religion de la population, 

"Les Plenipotentiaires de Eussie pensent toutefois que le 
priiicipe sur lequel on est d'accord, que I'interieur de la Roumelie 
Orientale ne soit occupe que par des milices indigenes, devrait etre 
sauvegarde. II ne pourrait I'etre, selon leur opinion, que si une 
Commission Europeenne etait chargee de fixer les points que le 
Gouvernement Ottoman pourraieut occuper sur ses frontieres, et la 
force approximative de ces occupations. 

" Les Plenipotentiaires de Russie sent egalement aiitorises a 
accepter le point relatif au droit du Gouverneur-General d'appeler 
des troupes Ottomanes dans les cas oil la securite interieure ou 
exterieure se trouvait menacee. 

" Mais ils croient necessaire de ne point se departir du principe 
que le Congres statue sur les cas et le mode de I'entree des troupes 
Ottomanes dans la Eoumelie Orientale. lis demandent en conse- 
quence que le Congres discute cette eventualite ; car si elle se 
preseutait, elle serait un sujet d'alarmes pour I'Europe. lis croient 
utile que le futur Gouverneur-General reconnaisse I'importance 
d'une pareille mesure et qu'il sache qu'elle a ete I'objet de la 
soUicitude de I'Europe." 

Le Comte Schouvaloff ajoute que ces reserves ne changent en 
rien les principea admis par les Plenipotentiaires de la Grande 
Bretagne ; mais considerant que les institutions autonomes et 
garanties auxquelles ses collegues d'Angleterre ont fait allusion ne 
sauraient, en realite, preserver la Province Bulgare contre lea 
exces de la soldatesque, des institutions seules, quelque bonnes 
qu'elles soient, n'ayant jamais garanti un peuple lorsque ces institu- 
tions restaient a la garde d'une force militaire dont I'interet 
national n'etait pas de les maintenir et de les sauvegarder, son 
Excellence insiste pour I'adoption des mesures de precaution, tres 
modereea d'ailleurs, et espere qu'elles obtiendront le suffrage de 
I'Europe. 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 911 

Lord BeaconsfieJd pense que le Congres doit etve satisfaii? 
du resaltat des deliberatious particulieres qui viennent d'avoir lieu 
et de I'etat ou la questiou se trouve actuellement. II demeure, 
en efFet, etabli, d'uii assentiment uriauime, que le Sultan, coninie 
Membre du Corps Politique de I'Europe, doit jouir d'ane position 
qui lui assure le respect de ses droits souverains. Ce point 
est obtenu par les deux resolutions soumises au Congres par Lord 
Salisbury et qui donneut au Sultau : — 

1. Une froutiere reelle. 

2. Un pouvoir militaire et politique suflBsant pour qu'il soit 
en mesure de maiutenir son autorite et de proteger la vie et les 
biens de ses sujets. 

Son Excellence craint que les amendements presentes par MM. 
les Plenipotentiaires de Russie n'attenuent la portee de ces deux 
resolutions. 11 regarde d'abord I'institution d'une Conimissioa 
Europeenne comme une atteinte evidente portee au droit du 
Souverain. 

Le pouvoir du Sultan ne saurait etre respecte si le Gonverne- 
ment Ottoman se trouvait entrave dans la defense eventuelle de sa 
frontiere. En outre, les points strategiques qui seraieut fixes par une 
Commission Europeenne ne pourraient etre durables, eu egard aux 
modifications qui se produisent sans cesse dans la portee des amies 
de guerre. Son Excellence espere vivement que le Congres ne 
sanctionnera pas cette proposition des Plenipotentiaires Russes. 
Quant au second amendement, son Excellence le regarde comme 
encore plus difficile a admettre que le premier, et ne comprendrait 
point qu'un Gouverneur-Greueral, au fond seul juge competent 
des circonstances, ne put invoquer au besoin le concours des troupes 
que d'apres des regies tracees d'avance par le Congres. 

Le Comte Andrassy, invite par le President a faire connaitre 
son sentiment, se borne a rappeler que le Gouveruement Austro- 
Hongrois a iiniquement en vue la creation d'un etat de choses 
qui donne le plus de chance possible de duree et de stabilite. Dans 
cet ordre d'idees il juge la proposition Anglaise suffisante, et 
I'accepte en gardaut la faculte d'apprecier, s'il y a lieu, dans une 
discussion ulterieure les amendements des Plenipotentiaires de 
Russie. 

Le Comte Schouvaloff repondant aux observations de Lord 
Beaconsneld relatives aux restrictions qui seraient apportees au 
pouvoir politique et militaire du Sultan, exprime la pensee que la 
situation de la province dont il s'agit etant anormale, elle ne 
pourrait etre reglee d'apres des principes absolus. Son Excellence 
maintient que les precautions deraandees par les Plenipotentiaires 
Russes ne sauraient pas plus que I'institution de la milice, deja 
admise, porter atteinte a la dignite du Gouvernement Ottoman. 



912 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

Ce que ]e Goiivornement Russe desire seulement, c'eat de trouvpr 
line solution qui empeclie le retour des exces dont la Bulgarie a ete 
le tlu'afre, et le Comte Sehouvaloff pense que le devoir de TEurope 
est d'empecher que cette province ne deyienne le theatre de 
represailles. 

Le President aymit demande son sentiment a Caratlieodory 
Pacha, le Premier Plenipotentiaire de Turquie declare que cette 
proposition est presentee pour la premiere fois, et qu'il desirerait 
ee reserver de faire entendre plus tard ses observations. 

Le Prince de Bismarck fait remarquer que le Cons^res est pret a 
ecouter aujourd'hui les considerations de M. le Plenipotentiaire 
Ottoman. Son Altesse Serenissime croit devoir ajouter qu'il ne 
peut pas etre dans I'interet de la Sublime Porte de creer des diffi- 
cultes au progres de discussions qui, dans I'intention de la haute 
assemblee, pourraient rendre a I'autorite du Sultan des contrees 
auxquelles la Turquie avait renonce par le Traite de San Stefano. 
Tous les Grouvernements pnrticipent a ces deliberations dans I'interefc 
de la paix generale : I'opinion publique de I'Europe, qui veut la paix, 
sera reconraisFante aux Puissances qui auront contribue a I'as- 
surer, raais verrait avec regret que cette tache fiit rendue plus 
difficile au Congres. Son Altesse Serenissime croit exprimer 
la pensee des Puissances neutres et desinteressees en se declarant 
contraire a toute proposition qui serait de nature a ralentir 
les travaux de la haute assemblee. Le Prince de Bismarck espere 
que des aujourd'hui I'accord se fera sur les propositions Anglaises, 
et qu'on pourra les adopter en priucipe sauf examen subsequent 
des amendements Russes. 

Caratheodory Pacha dit que son but en effet est de faciliter la 
tache du Congres, et qu'il est reconnaissant a son Altesse Serenis- 
sime de son desir de hater uue solutiou. II voudrait simplement 
rappeler que les Bulgares sont depuis plusieurs sieclas de fideles et 
tranquilles sujets de I'Empire. L'agitation ne s'est manifestee 
parmi eux que depuis quelques annees, a la suite de certains diffe- 
rends religieux. La Porte a fait son possible pour attenuer les 
difficultes qui avaient surgi. Sous le rapport materiel, de grands 
progres ont ete realises dans les provinces Bulgares, des chemins 
de fer y ont ete etablis, I'agricuiture s'y est developpee, et la bonne 
harmonic entre les divers groupes de population s'etait maintenue 
jusqu'a ces derniers temps. 

Mehemed AU Pacha ajoute qu'a son avis, contrairement a 
I'opinion ernise par le Comte SchouvalofF, ce n'est pas la milice 
locale, mais la gendarmerie, qui doit etre chargee de sauvegarder la 
tranquillite publique. Son Excellence propose que desormais I'ele- 
ment Chrelieu soit admis dans la gendarmerie avec des conditions 
satisfaisantes pour Tavancement des sous-officiers et officiers. D'autre 



GREAT BllITAlNj AUSTRIA, FRANCE, &C. 913 

part, la restriction opposee au droit de garnison dans le pays serait, 
aux yeux des populations, tout a fait regrettable : I'armee reguliere 
Ottomaue a toujours exacteineut fait son devoir. 

Le Comte Scliouvaloff repond que la mission de la gendarmerie 
n'est pas la meme que celle de la milice. La premiere est chargee 
du maintien de I'ordre et de la securite : la seconde est appelee 
a faire le service de I'armee reguliere. Son Excellence comprend 
d'ailleurs que la milice serait uue force Ottomane et nou pas uue 
force Turque. 

Mehemed AH Pacha objecte que cette milice, composee de 
Cliretieus et de Musulmans, n'aura pas la meme homogeneite que 
Tarniee reguliere. 11 craiut que cette formation ne trouble les 
institutions niilitaires de 1' Empire. 

Lord Salisbury demaude si dans les autres Etats Europeens il 
existe une milice dans le sens attribue a ce terme en Angleterre. 

Le Prince de Bismarck pense que la landwehr en Allemagne, 
I'armee territoriale en France, peuvent etre considerees comme une 
milice. Sans etre certain du veritable sens de ce mot en rran9ais, 
son Altesse Serenissime regarde comme milice uue troupe qui, dans 
I'etat regulier, est dans ses foyers et qui n'est assemblee, dans des 
circonstances extraordinaires, que sur uu ordre expres du Souverain. 
La milice dont il est question ici serait uue troupe sedentaire et 
territoriale, organisee surtout pour eviter le contact de I'armee 
reguliere Turque avec la population Chretienne. Selou I'avis du 
Prince de Bismarck la condition faite aux Chretiens duns I'armee 
Turque n'est pas de nature a encourager leur engagement : I'armee 
reguliere gardera, par la force des choses, toujours uu caructere 
essentiellement Musulman. La milice sera, en temps de paix, une 
troupe destinee a garantir la tranquillite publique ; elle pourra, en 
temps de guerre, renforcer I'armee du Sultan. 

Son Altesse Serenissime croit de son devoir d'ajouter que daus 
cette question il ne peut, comme Plenipotentiaire AUemand, de- 
meurer tout a fait neutre. Les instructions qu'il a re9ue3 de 
I'Empereur son auguste Maitre avant I'ouyerture du Congres lui 
prescrivenfc de contribuer a maintenir aux Chretiens au moins le 
degre de protection que la (]!onference de Constantinople avait 
voulu leur assurer, et de ne consentir a aucun arrangement qui 
attenuerait les resultats obtenus pour cet important objet. II est 
d'avis d'eviter les cantonnements des troupes Musulmanes partout 
oil il y a difference de religion : il admet les villes de garnison, mais 
repousse I'etablissement de I'armee en rase campagne ou les fonc- 
tions militaires en temps de paix lui paraissent devoir etre reservees 
. a la milice. Son Altesse Serenissime accueille done avec sympathie 
les amendements Eusses et regretterait qu'ils fussent repousses, 
cniignant, s'ils n'etaient point admis, le reuouvellement, dans uu 
[1877-78. Lxix.] 3 N 



9] 4 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

temps plus on moins rapproche, des incidents qui ont failli compro- 
mettre la paix du monde. Le second amendement ne serait d'ail- 
leurs qu'un avertissement a donner a la Porte ; le Prince de Bis- 
marck croit qu'il y a au surplus des dispositions analogues dans les 
institutions du Liban et dans Ic regime des Colonies Anglaises. 

Le President, en revenant a I'ordre du jour, pi'opose ensuite que 
la haute assemblee commence par constater son accord sur les prin- 
cipes indiques par I'Angleterre dans la seconde seance (Protocols 2, 
page 898), en reservant la faculte d'y introduire los details de redac- 
tion surlesquels les Eepresentants des Puissances plus specialement 
interessees se sont eutendus. Le Congres pourrait, en second lieu, 
prononcer son adhesion au texte dont Lord Salisbury vient de 
donner lecture dans la seance d'aujourd'hui, et charger un de sea 
membres, M. Waddington, de preparer une redaction qui mettrait 
d'accord la fin de co meme texte avec les araendements de la Russia. 
Apres un echange d'idees entre les Plenipotentiaires de G-rande 
Bretagne, d'Autriche-IIongrie, et de B,ussie, cette procedure est 
approuvee, et le President donne lecture du texte de la proposition 
Anglaise contenue dans le Protocole 2 (page 898) en faisant remarquer 
que I'accession du Sandjak de Sophia a la Bulgare autonome demeure 
entendue, conform6ment a I'accord etabli precedemment entre les 
Kepresentants d' Autriche-Hongrie, de Grande Bretagne et de Eussie. 
Le Congres adopte a i'unanimite les principes poses dans les 
Nos. 1 et 2 de la proposition Anglaise. 

Le President passe ensuite a la lecture du texte lu par Lord 
Salisbury dans la presente seance, en avertissant qu'il s'arretera des 
qu'une objection constatera que la haute assemblee a cesse d'etre 
unanime. 

En lisant le second alinea, son Altesse Serenissime constate 
qu'en presence de I'alternative posee dans ce passage, les Repre- 
sentants de la Eussie ont choisi I'accession de Varna a la Bulgarie 
autonome. 

Lord Salisbury declare que dans les pourparlers qui ont eu lieu 
entre les Plenipotentiaires Anglais et Eusses, il a propose de 
laisser Varna a la Eoumelie, mais que ses collegues Eusses n'ont pas 
cru pouvoir y adherer. Les Plenipotentiaires de Russie constatent 
en efFet que I'echange du Sandjak de Sophia contre Varna est 
ecarte par leur Gouvernement, mais qu'ils admettent la combinaison 
de I'echange du Sandjak de Sophia contre une rectification de la 
frontiere occidentale. 

Le President continue la lecture jusqu'aux mots " les y 
fortifier." 

Le Corate Schouvaloff" ayant faite remarquer que c'est relative- 
ment a ce point que les Plenipotentiaires Eusses ont propose 
I'etablissement d'une Commission Europeenne, le President demands 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 915 

a son Excellence s'il iusiste pour I'msertion de Tamendement ou 
bien s'il consent a accepter le document Anglais, en attendant la 
redaction d'un nouveau texte qui doit etre prepare pour tenir 
compte des amendements. 

Le Comte Schouvaloff j consentirait, mais en subordonnant son 
assentiment au droit de revenir ensuite a ses amendements. Car 
s'ils etaient rejetes, il devrait d'abord en referer a son Gouvernement. 

Le President declare qu'en eflfet il est entendu qu'on reviendra a 
I'amendement dans la prochaine seance en discutant la nouvelle 
redaction qui doit etre preparee par M. Waddiogton, 

La haute assemblee etant unanimement d'avis que I'acceptation 
du texte Anglais ne prejuge point I'amendement Russe, le Comte 
Schouvaloif adhere au paragraphe qu'on vienfc de lire, raais sous lea 
reserves formelles qu'il a precedemment formulees ; une adhesion 
definitive excederait, en effet, ses pleins-pouvoirs. 

Le President considere comme accepte le texte dont il a donne 
lecture jusqu'aux mots "lesy fortifier " et continue de lire jusqu'au 
mot "menacee." Son Altesse Serenissime fait observer qu'ici se 
placerait le second amendement Russe, qui ne lui paraifc d'ailleurs 
offrir aucune difficulte en principe. 11 fait appel a M. le Premier 
Plenipotentiaire de France pour une redaction qui permette tout a 
la fois de maintenir le vote actuel et de_ satisfaire au desir exprime 
par les amendements du Comte Schoiivaloff, 

En terminant, et apres avoir recueilli I'assentiment de la haute 
assemblee, le Prince de Bismarck declare que le vote donne par le 
Congres sur le dernier document q^u'il vient de lire, combine avec le 
vote definitif des premieres propositions Anglaises consignees dans 
le Protocole 2, constitue un sensible progres dans la marche 
gen er ale des travaux. 

M. Waddington dit qu'en acceptant la taehe que le Congres lui 
confie, i) desire bien constater qu'il ne I'accepte que comme une 
mission de conciliation. En presence de I'entente etablie sur les 
points principaux, il ne s'agit que d'un travail destine a faciliter 
Toeuvre du Congres, et c'est a ce titre qu'il consent a s'en charger 
sans engager quant a present I'opinion de son Gouvernement. 

Le President consulte le Congres sur I'ordre du jour de la 
seance prochaine fixee a Lundi 24 Juin. La proposition du Comte 
Andrassy de suivre en ce moment I'ordre des paragraphes du Traite 
de San Stefano relatifs aux affaires de Bulgarie etant acceptee, son 
Altesse Serenissime annonce qu'apres la discussion du travail de 
redaction prepare par M. "Waddington, I'ordre du jour portera lea 
Articles YIl et VllI du Traite. 

La seance est levee a 4 heures et demie. 

[Suiveut les Signatures.] 

3 N 2 



916 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

Proiocole No. 5. — Seance du 24 Juin, 1878. 
Etaient presents : 

Pour rAlleinagne — le Prince de Bismarck, M. de Billow, le 
Prince de Hohenlohe-Schillingsdlrst. 

PourrAutriche-IIongrie — leComte Andrassy, le Cointe Karolyi, 
le Baron de Ilaymerle ; 

Pour la France — M. Waddington, le Comte de Saint-Vallier, 
M. Desprez ; 

Pour la Grande Bretagne — le Comte de Beaconsfield, le Marquis 
de Salisbury, Lord Odo Eussell ; 

Pour ritalie — le Comte Corti, le Comte de Launay ; 

Pour la Russie — le Comte SchouvalofF, M. d'Oubril ; 

Pour la Turquie — Alexandre Caratbeodory Pacha, Mebemed Ali 
Pacha, SadouUah Bey. 

La seance cat ouverte a 1 heure et demie. 

M. I'Ambassadeur de Russie presente a la baute assemblee les 
excuses du Prince Gortchacow que I'etat de sa saute empeche 
d'assister a la seance de ce jour. 

Le Protocole No. 4 est adopte. 

Lord Salisbury fait observer que dans la pensee du Gouverne- 
meut Anglais et sans engager I'opiuiou du Congres, les mots "le 
Sandjak de Sophia avec rectification strategique des frontieres '* 
veulent dire cette partie du Sandjak de Sophia qui se trouve dans le 
bassin de la Riviere Iskra. 

Le Comte Scliouvaloff ne peut en ce moment discuter ce point, 
mais se borne a rappeler que Lord Salisbury a declare que son 
opinion a cet egard n'engageait en rien celle du Congres. 

Le President donne ensuite lecture de la liste des petitions 
No. 4. Son Altesse Sereoissime ajoute que le Ministre des Affaires 
Etrangeres de Grece lui a demande un entretien : en repondant a 
M. Delyannis, le Prince de Bismarck ne croit pas devoir passer sous 
silence la resolution prise par le Congres au sujet de la representa- 
tion de la Grece, 

M. Desprez pense en effet que le Gouvernement Grec doit etre 
informe des a present de la decision de la haute assemblee afin de 
pouvoir designer son Representant. 

Cet avis ayant reuni rassentiment general, le Congres aborde son 
ordre du jour, qui est la suite de la discussion de I'Article VI du 
Traite de San Stefano et I'examen de la redaction qui doit etre 
presentee par M. Waddington. 

M. "Waddington fait savoir qu'il s'est entretenu a ce sujet avec 
les Plenipotentiaires Anglais, mais n'a pu avoir encore de conference 
avec ses collegues de Russie. Son Excellence ne saurait done 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 917 

soumettre au Congres une redaction definitive, et demanderajourne- 
nieut de cette discussion a la procliaine seance. 

Le President dit qu'en effet la tache entreprise par M. le 
Premier Pienipoteiitiaire de France est assez ardue pour qu'un 
ajournement soit necessaire et ne diminue en rien la reconnaissance 
du Congres pour lea efforts de M. Waddington. Cette discussion 
sera done portee au prochaiu ordre du jour. 

M, AVaddington donue lecture de deux Articles Additionnels 
proposes par les Plenipotentiaires de Prance, et dont voici le 
texte : — 

" Art. I. Tons les sujets Bulgares, quelle que soit leur religion, 
jouiront d'une complete egalite de droits. lis pourront coucourir a 
tons les emplois publics, fouctions, et honneurs, et la difference 
de crojauce ne pourra leur etre opposee comine un motif d'exclusion. 

" L'exercice et la pratique exterieure de tons lea cultes seront 
entierement libres, et aucune entrave ne pourra etre apportee soit a 
1' organisation hierarchique des differeutes communions, soit a leurs 
rapports avec leurs chefs spirituels. 

" II. Une pleine et entiere liberte est assuree aux religieux et 
eveques Catiioliques etrangers pour l'exercice de leur culte en 
Bulgarie et dans la Eoumelie Orientale. lis serout maiiitenus 
dans l'exercice de leurs droits et privileges, et leurs proprietes seront 
respectees." 

Le President dit quo ces deux propositions seront imprimees, 
distribuees, et placees a uu ordre du jour ulterieur. 

Apres un echange d'observatious entre le Comte Schouvaloff 
et M. Waddington sur la portee des deux propositions de M. le 
Premier Plenipotentiaire de France, il demeure enteudu que la 
premiere s'applique a la Bulgarie, et I'autre a la Bulgarie et a la 
Koumelie Orientale ensemble. 

Le Comte Corti, au nom des Plenipotentiaires d'Autriche- 
Hongrie, de France et d'ltalie, lit la proposition suivante d'un 
autre Article Additionnel : — 

" Les Plenipotentiaires d'^Vutriche-Hongrie, de France, et d'ltalie 
proposent d'ajouter aux stipulations relatives a la Bulgarie co qui 
suit: 

" Les Traites de Commerce et de Navigation, ainsi que toutes 
les Conventions et arrangements Internationa ux conclus avec la 
Poi'te tels qu'ils sont en vigueur aujourd'hui, seront maintenus en 
Bulgarie et dans la Roumelie Orientale, et aucun changement n'y 
sera apporte vis-a-vis d'aucune Puissance avant qu'elle n'y donna 
son consentement. 

"Aucun droit de transit ne sera preleve en Bulgarie et dans la 
Eoumelie Orientale sur les marcbandises traversaut ce pays. 



918 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

" Les nationaus et le commerce de toutes les Puissances y 
Beront traites sur le pied d'une parfaite cgalite. 

" Les immunites et privileges des sujets etrangers, ainsi que la 
juridiction et le droit de protection Consulaires, tels qu'ila ont ete 
etablis par les Capitulations et usages, resteront en pleine 
vigueur." 

La proposition des Plenipotentialres d'Autriclie-Hongrie, de 
France, et d'Jtalie sera egalement imprimee et distribuee. 

Lord Salisbury ayant demande que cette proposition ne soit 
discutee que dans une seance ulterieure, et le Conite Corti ayant 
donne son asseutiment, le Prince de Bismarck pense qu'en effet I'on 
doit terminer d'abord les questions qui peuvent amener un 
desaccord entre les Cabinets ; quant a celles qui visent un progres 
dans la civilisation et centre lesquelles nul Cabinet n'aura sans 
doute d'objection en principe, il pense que les auteurs des proposi- 
tions dont il s'agit doivent etre laisses libres d'indiquer le moment 
qui leur paraitra le plus convenable pour les introduire devant la 
liaute assemblee. 

L'examen des propositions qui viennent d'etre lues demeure done 
reserve. 

Caratheodory Pacha lit ensuite une proposition relative a 
I'organisation de la Bulgarie an point de vue financier et qui se 
rapporte a I'Article IX du Traite de San Stefano: — 

" Independamraent du tribut, la Principaute de Bulgarie 
supportera une part des dettes de I'Empire proportiounelle a ses 
revenus." 

Le President dit que cette proposition sera de meme imprimee 
et distribuee. 

Son Altesse Serenissime croit qu'on peut s'ecarter aujourd'hui 
de I'Article VI, auquel on reviendra plus tard quand il s'agira de 
diseuter la redaction preparee par M. Waddington, et precede a la 
lecture de I'Article VII. 

Sur le premier alinea ainsi con9u- — 

" Le Prince de Bulgarie sera librement elu par la population, 
et confirme par la Sublime Porte avec I'assentiment des Puis- 
sances," 

Lord Salisbury releve le mot " assentiment des Puissances," et 
demande s'il s'agit de I'assentiment unanime des Puissances ou 
seulement de la majorite. 

Le Comte Schouvaloff invoque le principe d'apres lequel le Con- 
gres n'estpas oblige par la majorite, raais uniquement par Tunanimite 
de ses membres. Si done les Puissances ne sent pas d'accord sur le 
choix du personnage qui serait elu Prince de Bulgarie, I'election ne 
serait pas valable. 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 919 

Lord Salisbury ayant fait observer qu'alors la Bulgarie se trou- 
verait sans Gouvernement, le Cumte SchouvalofF dit qu'il ne pent 
repondre des eventualites de Tavenir et qu'il doit se borner a 
affirmer que la Bulgarie ue deviendrait pas une annexe Russe. 

Lord Salisbury insiste sur la craiute de voir, dans cette hypothese, 
le pays livre a I'anarchie. 

Le Prince de Bismarck dit que des diflScultes analogues pour- 
raient aussi bien se presenter dans toutes les autres eventualites 
prevuea par I'Article VII. Son Altesse Serenissime pense que le 
Congres est hors d'etat de remedier a tous ces dangers : si les 
populations Bulgares, par mauvaise voloute ou inaptitude naturelle, 
ne peuvent entrer dans I'exercice de leurs nouvelles institutions, 
I'Europe en effet devra aviser, mais plus tard et quand le moment 
sera venu. Pour aujourd'hui, le Congres, selon I'avis de son Altesse 
Serenissime, devrait se borner a araener la bonne entente entre lea 
Puissances sur les questions de principe, a ecarter du Traite de San 
Stefano les stipulations qui pourraient creer un danger pour le 
maintien de la paix en Europe. Ce serait etendre la tache du Con- 
gres au dela de ses limites que de viser des questions eventuelles 
touchant le sort futur de la Bulgarie qui n'interesse I'Allemagne, et, 
sans doute, quelques unes des Puissances representet^s ici, qu'au 
point de vue de la paix generale. 

Lord Salisbury tient a constater que i'Angleterre n'est pas 
responsable des difBcultes qui pourront se produire dans I'avenir. 
II demande que le mot de " raajorite des Puissances " soit substitue 
a celui de "I'assentiment." 

Le Comte Schouvaloff regrette les inquietudes manifestees par 
son collegue d'Angleterre. 11 ajoute que Lord Salisbury parait 
supposer cbez le Grouvernement Imperial I'intention de reserver son 
assentiment dans le but de maintenir plus longtemps I'administration 
des Commissaires Russes. Ne lui serait-il pas permis, a son tour, 
de s'inquieter dea intentions de I'Angleterre et de lui preter — ce 
qu'il est loin de faire d'ailleurs — le desir de ne pas donner son 
assentiment en vue d'empecber I'election du Prince ? Le mot 
" d'assentiment " insere dans I'Article parait a son Excellence une 
garautie pour I'Europe centre toute pensee d'influence speciale 
exercee par la Russie. D'autre part ie principe de la majorite en 
Congres ne lui semble pas compatible avec la dignite de la Russie 
et de I'Angleterre. Son Excellence repete que son Gouvernement 
ne patronne aucun candidat, n'en a aucun en vue, serait memo fort 
embarrasse de repondre aux questions qui lui seraient posees sur 
une candidature quelconque, et desire seulement I'entiere liberte de 
I'election. 

Le President ayant demande a Lord Salisbury s'il insiste sur sa 
proposition, M. le Plenipotentiaire d'Angleterre repond qu'il a cru 



.920 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

de son devoir de la faire, mais que si elle n'est pas accueillie, il liii 
siiflira qu'elle soit iiidiquee au Protocole. 

Le Prince de Bismarck soUicite ropinion du Cougres sur la sup- 
pression des mots " assentiinent des Puissances." ' 
Le Comte Andrassy voudrait esperer qu'il a rencontre una solu- 
tion pratique dans la proposition qu'il demaude a soumettre au 
Congres. Son Excellence est, d'un cote, frappe avec Lord Salisbury 
du danger de laisser eventuellement la Bulgarie sans Prince : mais, 
d'un autre cote, le Premier Plenipotentiaire d'Autriche-IIougrie 
croit avec le Comte Schouvaloff que la suppression de I'asseutimejit 
des Puissances diminuerait la garautie de I'Europe. II regarde 
egalemeut que le principe de la majorite serait difficile a mettre en 
pratique. L'esseuticl, a ses yeux, est de bien etablir que dans lea 
cas de non-reussite de i'election, les interets Europeens doivent etre 
representes dans ces contrees aussi bien que les iuterfits Eusses. 
C'est dans ce but qu'il a redige la motion dout il donne lecture: — 

" Considerant qu'a la suite d'un commun accord, la Commission 
Eusso-Turque, qui, en vertu de I'Article VI du Traite Preliminaire 
de San Stefano, aarait eu a tracer les frontieres definitives de la 
Piincipaute Bulgare, sera remplacee par une Commission Euro- 
peenne, et que, dans la pensee de tous les Gouvernements repre- 
sentes au Cougres, eette substitution otfre uu mode pratique pour 
concilier la divergence eventuelle des interets respectifs; 

" Considerant, d'autre part, qu'il a ete constate que I'ameliora- 
tion du sort des Chretiens dans la presqu'ile des Balkans est un but 
commun a toutes les Puissances, je ne crois pas qu'il soit besoin 
d'appuyer par d'autres motifs encor6 la proposition suivante que j'ai 
I'honneur de soumettre a I'appreciation de la haute assembles, h 
savoir : 

" Que le Congres veuille bien admettre en principe que les fonc- 
tions assignees, par differents Articles du Traite Preliminaire cou- 
cernant la Bulgarie, a des Commissions ou a des Commissaires 
Kusses, ou Eusses et Ottomans, soient transferees a des Commis' 
sions ou a des Commissaires Europeens. 

" Si ce principe est admis, je pense que nous pourrions confier a 
la Sous-Commission qui sera probablement cliargee de la redaction 
definitive du resultat de nos travaux, le soin d'introduire dana le 
texts des Articles respectifs les modifications necessaires." 

Le Comte Schouvaloff croit que le Comte Andrassy prejuge dans 
le document qu'il vient de lire uns question non encore discutee, 
celle des Commissions Europeennes. Jusqu'a present on n'a admia 
que des Commissions de Delimitation et non de Grouvernement. 
En tout cas, se referant a la procedure adoptee par le Congres, il 
declare ne pouvoir discuter en ce moment une proposition dont il 
n'a pu etudier lestermes,st demands le renvoi a la seance prochaine. 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 921 

Son Excellence fait remarquer incidemment que, d'apres ses entre- 
tiens avec ses collegaes Anglais, il supposait que leur attention 
serait plulot portee sur la Roumelie que sur la Bulgarie autonome 
du moment qu'il etait, d'ailleurs, bien entendu que cette derniere 
province ne deviendraic pas une annexe de la Kussie. 

Le Comte Andrassy n'a pas d'objection contre le renvoi a la 
seauce prochaine, pourvu que sa proposition soit iuseree au Protocole 
de la presente seance. 

Le President fait observer, en vue de diraiuuer la tache du Con- 
gres, que, des I'origine des deliberations, la haute assemblee s'est 
trouvee en presence de deux precedes : — i. Une revision du Traite 
de San Stefano dans sa totalite, aboutissaut a modifier les dispositions 
qui peuveut porter prejudice a la paix de 1' Europe ; 2. La redaction 
d'un nouveau Traite ou se trouveraient recueillis les resultats des 
deliberations du Congres, et qui lierait les deux Parties Contrac- 
tantes du Traite de San Stefano, puisque Tune et I'autre figureraient 
dans les signataires de ce nouvel instrument diplomatique. Son 
Altesse Serenissime incline vers cette derniere conibinaison, car il y 
a dans le Traite de San Stefano beaucoup de choses qui n'interessent 
que la Turquie et la Russie, et auxquelles il est inutile de donner le 
caractere Europeen. Un nouveau Traite dans lequel entreraient 
seulement les dispositions qui derogent a celles de San Stefano lui 
paraitrait plus simple et plus pratique. Le travail seroit ainsi 
abi'ege, puisque beaucoup d' Articles du Traite de San Stefano ne 
seraient point discutes par le Congres. Ne vaudrait-il pas mieux, 
pour eviter des discussions academiques, passer sous silence lea 
Articles de cette Convention qui n'affectent pas les interets de 
I'Europe, laisser de cote les questions qui u'ont pas une actualite 
urgente, ou les reserver, s'il y alien, pour des entretiens particuliers 
entre les Puissances qui y preunent un interet special ? 

Lord Salisbury accepte la proposition de reserver les questions 
les moins urgentes pour des entretiens particuliers entre les Puis- 
sances interessees, et n'objecte pas a ce que le President continue 
la lecture. 

Le Prince de Bismarck y consent, mais en ajoutant qu'il ne 
faudrait pas conclure que le silence du Congres sur des Articles qui 
ne le concernent pas transformerait des stipulations purement Eusso- 
Turquea en stipulations Europeennes. Ce seraient, au contraire, 
seulement les passages discutes qui devraient prendre place dans le 
Traite futur consenti par toute I'Europe. 

Son Altesse Sei'euissime continue la lecture de 1' Article VIL 
Le 3^ alinea demeure reserve jusqu'a la discussion de la proposition 
du Comte Andrassy, et le Comte Schouvaloff ayant indique que la 
designation de Philippopoli pour la reunion des assemblees de nota- 
bles n'avait de sens que pour la Bulgarie constituee par le Traite de 

f 



922 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

San St^fano, il est donne acte a sou Excellence de cette declara- 
tion. 

La 4^ alinea ayant paru au Comte Andra?sy en connexite avec 
les divers amendenieuts proposes, le Comte SchouvalofF fait remar- 
quer que les dispositions decet alinea se rapportent a laloi electorale 
et non pas aux objets vises par les aniendements tels que I'egalite 
devant la loi ou la liberte des cultes, et M. Waddington peuse en 
effet que la liberte des cultes doit etre I'objet d'un Article Addi- 
tionnel. 

Le President, apres avoir termine sa lecture de I'Article YII, dit 
que ces stipulations ayant ete faites pour la Bulgarie telle qu'elle 
etait definie par le Traile de San Stef'ano, il regarde de plus en plus 
comme necessaire la redaction d'un nouveau Traite. 

Le Premier Pleuipotentiaire d'Autriche-Hongrie ayant constate 
que la proposition qu'il a lue au Cougres ne vise que les alineas 3 et 
5 de I'Article VII, le Comte Corti demaude s'il est alors eutendu 
que les alineas 1 et 2 sont adoptes en principe. 

Une discussion s'etant engagee sur cette question, il en resulte 
que les deux premiers et le 4-® alineas de I'Article VIII sont 
adoptes, que lo 3^ et le 5^ sont reserves en vue de la proposition 
Austro-Hon groise. 

Le President commence a lire I'Article VIII. Sur le 2^ alinea 
relatit' a I'liccupatiou Ku^se, le Premier Pleuipotentiaire d'Autriche- 
Hongrie lit I'amendemeut suivant : — 

" Le Grouverueraent de Sa Majeste I'Empereur et Hoi a ete de 
tout tempa penecre de la conviction que I'oeiivre du Congres ne 
saurait etre couronnee de succes qu'a la condition que la transition 
de la guerre a la paix definitive soit aussi courte que possible, et que 
I'etat des choses qui succedera a la guerre soit la paix definitive avec 
tons ses bienfaits. 

" Partant de cette conviction, les Plenipotentiaires de Sa 
Majeste Imperiale et Koyale se voient obliges d'exprimer certaines 
apprehensions que leur inspirent les dis|iositious de I'Article VIII. 

" Cet Article stipule I'eloignement eutier des troupes Turques 
de la Principaute de Bulgarie ; il contient en meme temps la 
disposition qu'apres I'evacuutiou de la Turquie par les troupes 
Husses, jusqu'a I'organisation complete d'une milice indigene, un 
corps d'armee Eusse, ne depassant pas 50,000 hommes, doit 
ocfiuper la Bulgarie, et que la duree de cette occupation doit etre 
d'environ deux ans. 

" Nous sommes loin de meconnaitre la necessite qu'il y a de 
pouvoir au maintien de I'ordre dans la nouvelle Principaute, meme 
pendant I'epoque de transition entre la conclusion de la paix et 
I'organisation des pouvoirs civils et militaires indigenes. 

" Nous somn^es perj^uades que le Cabinet de St. Petersbourg ne 
t 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 923 

cherchait, par cette occupation, qu'a teuir compte de cette necessite, 
et que Ja mesure en question, ainsi que le Grouvernement Imperial 
de Eussie I'a declare lui-uieine a difierentes reprises, n'implique pas 
d'aufcres vues. 

" Aussi le Gouvernement Imperial et Royal ne pense-t-il pas 
que le Congres eleverait en principe una objection coutre la stipu- 
lation en vertu de iaquelle, apres I'evacuation de la Bulgarie par 
I'armee Turque, un corps d'armee Russe serait charge provisoire- 
meut du maintien de I'ordre. 

" D'un autre cote, les Plenipotentiaires de Sa Majeste I'Empereur 
et Roi ne sauraient se cacher les inconvenieuts qu'il y aurait a faire 
dependre I'occupation projetee d'un terine difficile a fixer d'avance, 
tel que I'achevement de 1' organisation de la milice du pays, ou d'un 
laps de teiups aussi eloigne que la duree de deux ans. 

" lis craignent qu'une pareille stipulation ne soit difficile a 
accorder avec les efforts communs des Hautes Puissances siguataires 
pour le prompt retablissement d'une paix definitive. 

" Taut que les troupes de la PuisKsance qui a fait la guerre 
sejourneront sur territoire etranger, I'opinion pubiique ne con- 
sidererait pas les evenements de guerre comme entierement 
termines ; le credit public et la prosperite meme des pays n'ayaut 
pas pris part a la guerre, resteraient exposes aux oscillations d'un 
ordre de cboses mal defiui. 

" Le droit ayaut ete reserve a la Turquie d'occuper niilitaire- 
ment ses frontieres des Balcans, on ue saurait perdre de vue que 
les troupes ci-devant ennemies se trouveraient, meme apres la con- 
clusion de la paix, placees en face les unes des autres. 

" La situation de la Roumanie forme egalement I'objet de nos 
Berieuses preoccupations. Dans 1' Article en question il est stipulee 
pour les troupes Imperiales Russes, dans le but d'assurer leurs 
communications, le droit de passage a travers la dite Principaute 
pendant la duree de roccupation. 

" Si la duree de I'occupation restait indefinie, ou si elle etait 
prolougee a deux ans, cette Principaute se croirait privee de la 
jouissance de I'independance qui lui serait reconnue par I'Europe, 
et s'en ressentirait comme d'une suspension ou limitation de ses 
droits. 

" Le Gouvernement Imperial et Royal, eu egard a toutes ces 
considerations, croit qu'il serait dans I'interet de toutes les parties 
qu'il soit fixe un terme precis a I'occupation de la Bulgarie. II lui 
semble en outre que le Congres devrait pourvoir a I'eventualite oil, 
' a I'expiration de ce terme, I'etat des provinces en question exigerait 
encore la presence d'une force arniee non-indigene. 

" Le Gouvernemeut Imperial et Royal a done I'bonneur de 
proposer que le Congres veuille decider : — 



924 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRAN(;E, &C. 

" 1. La duree de I'occupatiou de la Priucipaute de la Bulgarie 
par les troupes Imperiales Kusses est fixee a six mois, a datcr de la 
conclusion de la paix definitive. 

" 2. Le (iouverneiiient Imperial Russe s'engage a terminer dans 
ua delai ulterieur do deux ou trois mois, ou plus tat si faire se pent, 
le passage de ses troupes a truvers la lloumanie et I'evacuation 
complete de cette Principuutc. 

" 3. Si, contra toute prevision, a I'expiration du delai de six 
mois, la presence des troupes auxiliaires etrangeres en Bulgarie 
etait, d'un commun accord, jugee necessaire, les Grrandes Puissances 
fourniraient des contingents dont I'ensemble serait environ de 
10,000 a 15,000 hommes, qui seraieut places sous les ordres de la 
Commission Europeenne, et dont I'eutretien sera a la charge du 
pays occupe." 

Le Prince de Bismarck demande si le Congres est d'avis de 
discuter aujourd'hui la question soulevee par le Comte Andrassy, et 
Lord Beaconsfield exprime I'opinion qu'en efFet il y a lieu de 
deliberer seance tenaute sur ce point. Son Excellence accepte 
I'amendement Austro-Hongrois, le considerant comme sage et 
prudent, et il est autorise par son Gouvernement a ajouter des a 
present que I'Angleterre est prete a fouruir sa part du contingent 
indique par le Comte Andrassy. 

Le Comte Schouvalott' se borne a faire trois objections a 
I'amendement: (1) au point de vue de la redaction, le texte lu par 
le Premier Plenipotentiaire d'Autriche-Hongrie lui parait ne paa 
tenir compte de la separation de la Bulgarie par la frontiere dea 
Balcans ; (2) le terme de six mois reclame pour terme de I'occu- 
pation lui semble beaucoup trop court ; (3) une occupation mixte 
ofFrirait a ses yeux des incouvenients pratiques. Sans s'arreter a la 
premiere objection, toute de forme, son Excellence arrive sur le 
champ a la seconde, et distingue entre la situation de la B,oum61ie 
Orientale et celle de la Bulgarie. En Koumelie, I'occupation 
pourrait, a la rigueur, etre abregee a six mois ; car en cas de trouble 
lea milices devraient agir, et si elles etaient insuffisantes le 
Gouverneur-Geueral ferait intervenir les troupes Ottomanes. En 
Bulgarie, au contraire, oii ne pent entrer aucune force Turque, 
I'occupation doit etre prolongee. Le Comte Schouvaloff desire, a 
ce sujet, donner au Congres une idee generale de ce qui a ete fait 
en Bulgarie depuis que I'armee Russe y est entre et de ce qui reste 
a y faire. La Kussie s'est efforcee de changer le moins possible les 
institutions du pays : le feu Prince Tcherkasky avait ete frappe de 
ce que la legislation Turque repondait aux besoins du pays, seule- 
ment les lois et reglements n'etaient pas connus des fonctionnaires, 
qui ne les appliquaient pas. L' Administration Russe a fait elire un 
Conseil Administratif, un Conseil Municipal, un Conseil Judicinire 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 925 

dans chaque Caza: les Presidents de ces trois Couseils forrueut le 
noyau des futures assemblees de notables, et, pour temoigner de son 
iinpartialite, I'Admiuistration corapte envojer avec eux a Tirnovo 
les cadis des districts Musulmans pour y preparer la loi electorale. 
Cette loi faite, on procedera aux elections, puis a la redaction du 
statut organique, puis eufin a la nomination du Prince. Toute cette 
organisation demande du temps, la Eussie fera ses efforts pour que 
les choses marchent tres-rapidement ; mais enfin il est impossible de 
laisser la province sans force armee avant qu'un Gouverneraent 
regulier y soit iustalle. La Russie decline la responsabilite d'une 
evacuation prematuree. Passant eusuite a sa troisieme objection, 
son Excellence iusiste sur les dangers de I'occupation mixte : 
Tarmee Eusse, accoutumee au pays, connaissant la langue,cantonnee 
sur place d'ailleurs, peut rendre immediatement les services qu'on 
attend d'elle : il n'en serait pas de meme d'une force mixte neces- 
taireraent inexperimentee dans les premiers temps, qu'il faut le 
temps de reunir d'ailleurs, au risque de laisser dans I'interyalle 
I'anarcliie se developper. Le Comte Scliouvaloff regarde en outre 
comme preferables pour le maintien de I'ordre, des troupes conduites 
par un chef militaire a uue armee placee sous les ordres d'une 
Commission. Son Excellence redouterait eufin, entre les soldats de 
ces troupes rnixtes, des collisions dont la plupart seraient peu 
iuiportantes sans doute, mais dont queiques unes pourraient 
devenir plus graves et p^'endre meme les proportions d'un incident 
Europeen- Entin il reste encore a savoir si toutes les Puissances 
agreent a cette proposition de contingent mixte, qui demeure en 
definitive extremement couteuse et compliquee. 

Le Prince de Bismarck partage le sentiment du Comte Schou- 
valoff, et verrait avec plaisir que ses observations fussent admises 
par le Congres. Son Altesse Sereuissime voit bien des difEcultes a 
Porganisation d'une armee faite de cinij ou six contingents de 
diffierentes nationalites. En Bulgarie, oil I'intervention des troupes 
Turques n'aura pas lieu, et oii I'organisation militaire sera fort lente, 
il y aurait certainement lieu d'admettre une prolongation du terme 
indique par le Comte Andrassy. Le Gouvernement Allemand 
appuierait tine prolongation sans chercher d'ailleurs a en determiner 
I'etendue. 

Le Comte Andrassy, repondant a M. le Plenipotentiaire de 
Eassie, reconnait qu'en effet le premier paragraphe de sa proposi- 
tion ne distingue pas entre la Bulgarie et la Eoumelie Orientale : 
c'est une erreur de redaction, mais peu importante au fond, puisque, 
dans la pensee de son Excellence, le terme de I'occupation doit etre 
le meme pour les deux provinces. Passant a la seconde objection le 
Comte Andrassy remercie le Comte Schouvaloff des details que son 
Excellence a donnes au Congres sur I'organisation de la Bulgarie ; 



926 GREAT BRITAIN, Al'STKlA, FRANCE, &C. 

maia le Premier Pl^nipotentiaire d'Autriche-Hongrie, appreciant le 
eysteme simple et pratique de cette organisation, se trouve amene a 
en conclure que Toccupation peat etre abregee sans inconveuient. 
En tout cas son Excellence ne saurait admettre que la dureo d'une 
occupation militaire fut subordonne a I'achevement d'une organisa- 
tion politique : ce serait la une combinaison vague : I'opinion 
publique reclame une decision precise, une prolongation si Ton 
veut, mais enfin un terme fixe, et qui lui perraette de croire a la 
paix definitive. Quant a la 3® objection, son Excellence dit que la 
proposition de troupes mixtes est faite dans le but de hater une con- 
clusion ; qu'il se rend conipte assurement des difficultes de I'euvoi de 
ces troupes, et prefererait s'abstenir de ce moyen s'il en est d'autres, 
mais il n'est point frappe des inconvenients signales par le Comte 
SchouvalofF. Son Excellence demeure persuadee que les troupes des 
differents pays vivraient en bonne entente. Le Comte Andrassy 
rappelle enfin les nombreuses petitions adressees au Congres 
relativement aux exces des Bulgares : il croit que le Gouvernement 
Russe a tout interet a etre degage par I'occupation des troupes 
mixtes d'une responsabilite aussi grave. 

Le Comte SchouvalofF declare que, pour ne pas prolonger le 
debat, il consent au terme de neuf mois pour I'evacuation de la 
Bulgarie et trois mois en sus pour revacuation de la Ronmanie, de 
telle sorte qu'au bout d'un an I'armee Kusse aurait completement 
quitte les deux provinces. 

Le Comte Andrassy ayant iusiste pour I'evacuation complete en 
neuf mois, et le Plenipotentiaire de Russie repoussant ce terme, le 
Premier Plenipotentiaire d'ltalie demande si I'on ne pourrait 
accepter six mois pour la Roumelie ; et quant a la Bulgarie et 
Roumanie, il serait convenu que I'evacuation commencerait apres 
neuf mois et serait terrainee en douze. 

Apres une observation incidente de Lord Salisbury sur la diffi- 
culte d'obtenir des elections libres pendant I'occupation etrangere, 
et la proposition faite par le Comte Schouvaloff de remettre, si ses 
collegues Anglais le desirent,r election du Prince jusqu'au depart de 
I'armee Eusse, une conversation s'engage entre les Plenipoten- 
tiaires sur les divers termes que Ton pourrait assigner a I'occu- 
pation. 

Le President dit qu'il ressort de cet echange d'idees que la 
majorite paraitrait envisager avec faveur une evacuation graduelle 
de six mois pour la Roumelie, de neuf pour la Bulgarie, et d'un an 
pour la l^oumanie. 

Le Comte de Saint- Vallier fait remarquer qu'en efi'et ie Comte 
Schouvaloff, en ce qui concerne la Eoumelie, a propose lui-meme le 
terme de six mois. On pourrait done sur ce point s'en tenir a la 
proposition de M. le Plenipotentiaire de Russie : quant au seconde 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 927 

terrae, I'accord semble fait pour I'evacuation de la Bulgarie en neuf 
mois, et pour celle de la Jloumanie dans I'espace d'un an. 

Le Coiute SchouvalofF dit qu'il n'a fait la concession de six 
mois pour la Eoumelie que dans I'hypothese oii le terme d'un 
an serait concede pour I'evacuation de la Bulgarie et de la 
Eoumanie. 

Le Comte de Launay, se referant a des observations presentees 
par sou Altesse Serenissime le Prince de Bismarck dans la 
quatrieme seance, declare que I'ltalie, elle aussi, exerce un role de 
conciliation. A ce point de vue son Excellence recoramande 
I'adoption d'uu delai d'uue aunee pour I'evacuation complete des 
provinces occupees par les armees Imperiales Eusses. En suite de 
la delimitation acceptee par les Plenipotentiaires de Russia pour la 
Bulgarie et la Roumelie, il j aurait lieu, de la part du Congres, de 
se preter a une transaction, qui, au reste, ne s'ecarterait pas d'une 
maniere bien sensible de la proposition faite par le Comte 
Andrassy. 

M. "Waddington maiutient I'opinion qui a ete developpee par le 
Comte de Saint-Vallier, a savoir I'evacuation graduelle. II y a une 
distinction a etablir entre la Eoumelie et Ja Bulgarie, et le Comte 
Schouvaloff a reconnu lui-meme qu'une prolongation de I'occupation 
s'expliquerait beaucoup moins dans la premiere que dans la 
secoiide. Son Excellence ajoute que, Varna restant a la Bulgarie, 
les troupes Eusses trouveront sur ce point des facilites speciales 
pour I'evacuation : il serait merae tres-desirable que la Eussie, en 
adoptant autant que possible cette voie, put aftranchir la Eoumanie 
du passage sur son territoire d'une grande partie de I'armee 
d'occupation. M. Waddington croit done devoir maintenir six mois 
pour la Eoumelie, neuf mois pour la Bulgarie, un au pour la 
Eoumanie. 

Le Comte SchouvalofF se declare hors d'etat d'aceepter cette 
combinaison, qui excede ses pleins pouvoirs. 

Le President releve que I'ltalie et I'Allemagne sont d'aecord 
avec la Russie, que I'Autriche-Hongrie est disposee a se rallier de 
me me. Son Altesse Serenissime deraande s'il ne serait pas 
possible de reunir encore les suffrages de la Prance et de I'Angle- 
terre. 

Le Comte Andrassy, ay ant adhere formellement au terme de 
neuf mois pour la Eoumelie et la Bulgarie et un an pour la 
Eoumanie, combinaison acceptee par les Plenipotentiaires de 
Eussie, le Comte de Saint Vallier declare que le point capital etant 
de maintenir I'harmonie au sein du Congres, les Plenipotentiaires 
Prangais, toujours desireux d'y contribuer, accedent a I'opinion 
exprimee par M. le Comte Schouvaloff et qui parait reunir 
Tassentiment de la majorite. 



928 GRE.V.T BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

Lord Beaconsfield dit qii'il n'a point d' objection si tous les 
PJeuipoteutiaires se trouvent d'accord. 

Le President constate que, sur cette question importante, 
reutonte s'est heureuseuient ebablie, et Ja seance est levee a -t 
heures. 

[Suivent les Signatures.] 



Protocoh No. 6. — Seance du 25 Juin, 1878. 
Ltaient presents : 

Pour rAllemagne — le Prince de Bismarck, M. de Billow, le 
Prince de Hohenlolie-SchillingsfUrst ; 

Pour TAutriche — le Comte Andrassy, le Comte Karolyi, le 
Baron de Hay merle ; 

Pour la France — M. Waddington, le Comte de Saint Vallier, 
M. Desprez ; 

Pour la Grande Bretagne— le Comte de Beaconsfield, le 
Marquis de Salisbury, Lord Odo Eussell ; 

Pour ritalie — le Comte Corti, le Comte de Launay ; 

Pour la Eussie — le Comte Schouvaloff, M. d'Oubril ; 

Pour la Turquie — Alexandre Caratlieodory Pacha, Mehemed Ali 
Paclia, Sadoullah Bey. 

La seance est ouverte a 2 heures et demie. 

Le President annonce que le Protucole No. 5 ne sera lu qu'a la 
prochaine seance, et apres avoir mentionne la liste des petitions 
No. 5, indique a I'ordre du jour les deux amendements ajournes hier 
et dont M. le Premier Plenipotentiaire de France a bien voulu, sur 
le desir du Congres, preparer la redaction. 

M. Waddington dit qu'apres s'etre entendu avec ses collegues de 
Eussie et d' Angleterre, il presente un travail qu'il espere voir agreer 
par la haute asserablee. Son Excellence donne d'abord lecture du 
2" amendement. Ce texte devrait sgivre, dans la proposition de 
Lord Salisbury, le passage ainsi COU9U : — 

" Le Gouverneur-Greneral aura le droit d'appeler les troupes 
Ottomanes dans le cas ou la securite interieure ou exterieure se 
trouverait menacee." 

M. le Premier Plenipotentiaire de France propose d'ajouter a 
cet aliuea le paragraphe suivaut : — 

" Dans cette eventualite la Sublime Porte devra donner connais- 
sance de cette decision, ainsi que des necessites qui la justifient, aux 
Eepresentauts des Puissances a Constantinople." 

Le Congres accepte ce passage a I'unanimite. 

M. Waddington donne ensuite lecture du 1" amendement qu'il 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 929 

propose de substituer au passage de la motion de Lord Salisbury 
aia^i conQu : — 

" Lordre interieur est muntenu par la milice, doat lea officiera 
sont nominees par le Saltan, qui tieadra coinpte de la religioa de la 
populatiou." 

Lea deux premiora paragraphea, dout voiei le texte, scat adoptea 
par le Congres : — 

" L'ordra interieur est maiiitenu par uae gendarmerie indigene 
assistee d'une milice locale. 

"Pour li composition de ces deux corps, dout las officiers 8ont 
nommea par le Sultan, il sera tenu compte, suivrant les localites, de 
la religion dea habitants." 

M. Waddington lit le 3* paragraphe suivant : — 

"Sa Majeste le Sultan s'ensragre a u'employer dans les garnisona 
frontieres que des troupes regulieres. Les troupes destine'^s a ce 
service ne pourront en aucun- cas etre cantounes cbez I'habitaut. 
Lorsqu'elles traverserout la province, elles ue pourront y faire d© 
Bejour." 

M. le Premier Plenipntentiaire de France ajoute que ce passage, 
qui ne s'appliqne qu'a I'etat de paix, vise troia points : — 

1. Le Sultan n'emploiera pas de Bachi-Bazouks ; 

2. Lea soldats ne pourront etre cantonnes cbez I'habitant : ils 
devront etre logea dana lea casernes ou les khans, ou camper suua 
la tente ; 

3. Les troupes ne pourront sejonrner dans I'interieur de la 
province quand ellea se rendront a la frontiere pour le service dea 
garnisona. 

Sur ces points lea Pleni potential res Anglais et Russea sont 
d'accord, maia une divergence subsiste : tandisque le Comte 
Schouvaloff iusiste ponr que ces arrangements, acceptes par lui 
en principe, soient soumia a la surveillance d'une Commission 
Europeenne, les Plenipotentiaires Anghiis se refnsent a cette 
corabinaison, qui parait egalement d'aillenrs aux Plenipotentiaires 
Fran^ais constituer une inference trop considerable dans la 
souveraiueto du Sultan. M. Waddington est done d'avis que le 
Conjures vote le 3* alinea, sur lequel I'accord est I'ait en principe ; 
le Comte Schouvaloff pourrait ensuite developper son Article 
Additionnel. 

Le Prince de Bismarck partage entierement I'avia de M. 
Waddington sur les cantonneaients de troupes chez rh;ibitant. 

Le Comte Schouvaloff ^ccepte les aliueas qu'on vient de lire sous 
reserve d'y ajouter une dissposition additionnelle relative a la 
Commission Europeenne. En consentant a laisser au S iltan la 
[1877-7«. LXTX.] 3 



930 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &0. 

faculty d'occuper les places fortes de la fronti^re et du littoral, le 
Gouverncnient Imperial llusse entendait reserver rintervention c'e 
la Ccmniission Einopeeiine sur les points strateffiques et sur lo 
chiflVe des troupes Ottomanea einployees a la garde de la froiitiere. 
La Russia a renonce depiiis an cot'.trole des points stratcgiques et du 
cliiflre des forces Turques, inais elle craiiit que lea dispositions 
indiquees dnns les documents soumis en co moment an Congres ne 
Boient pas niises a execution s;ins le concours d'iigents speciaux de 
I'Europo. Tontefiiis, ne voiilant pas proloiiger une discussion sans 
but des que les Pleuipotentiaires Biitanniquea ae refusent absolu- 
ment a accepter la Commission Europeenne, son Excellence deinnnde 
a prendre le 3^ alinoa ad referendum et donnera reponse a une 
Beance procliaine. 

Lord "Beaconsfield constate I'lieureux resultat obtenu par la 
redaction concilianfe des Plenipotentiairea Eran^ais. 

Le President, apres avoir recueilli le vote unanime du Congr^:? 
en faveur de I'ensemble de la proposition de M. Waddington, croit 
devoir, au nom de la haute assemblee, remercier MM. les Pleuipo- 
tentiaires Eran^ais des services qu'ils out rendus a la cause de la 
paix en facilitant uue entente par le texte qu'ils ont prepure. Son 
Altesse Sereuissime ajoute que le Pnjtocole reste ouvert pour 
recevoir ulterieurement, s'il y a lieu, le vote de la Russie sur le 3* 
alinea. 

Le President propose de passer a la discussion de la motion du 
Comte Andrassy inseree au Protocole de la derniere seance et rela- 
tive a la substitution des Commissaires Europeens aux Commis- 
eaires Eusses. 

Lord Salisbury insiste en faveur de cette proposition, dont il 
voudrait voir les conclusions mises a execution le plus prompte- 
ment possible-, il a re9u de I'Ambassadeur d'Angleterre a Con- 
Btantinople un telegramme qui donne les details les plus inquietants 
Bur la conduite du Gouverneur Militaire de Bulgarie, dont les 
mesures sembleraient prises en vue d'engager I'avenir politique et 
financier du pays. Son Excellence ajoute qu'il ne veut pas sans 
doute rejeter la responsabilite de cet etat dechoses sur le Grouverne- 
ment Eusse, mais il prie le Congres de mettre fin un moment plus 
tot a cette situation, et surtout de ne pas laisser engager I'avenir de 
la province. 

Le President est d'avis que la communication qui vient d'etre 
faite par Lord Salisbury devrait etre exprimee dans une proposi- 
tion formulee par ecrit, et a la suite d'un ecliange d'idees entre le 
Prince de Bismarck et le Second Plenipotentiaire de la Grrande 
Bretagne, Lord Beaconsfield ayant d'ailleurs appuye I'opinion de 
Bon collegue sur les dangers de la situation *actuelle dans la 
Roumelie Orientale, il est entendu que Lord Salisbury rcmettra au 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 931 

Secretariat une proposition ecrite pour recommander la prompte 
;id<ipti()ii de la motion du Comte Andiassy, 

Ls Comte Schouvaloff desire repondre aux inquietudes mani- 
festees par le Gouveruement Anglais. La Eussie souhaite vive- 
inent (1) signer la pais, (2) voir achever I'oeuvre de reorganisation, 
(3) faire cesser I'occupation militaire. Mais pour en arriver a ces 
resultuts, il ne faut pas compliquer la situation et depasser lea 
limites iudiqiiees par I'interet de TEurope. II est utile, sans doute, 
de noinmer des Commissiotis, mais il serait dangereux d'en nomraer 
un trop grand nombre. Dans la Eoumelie Orientaie, la Eussie n'a 
pas ceuvre isolee a faire ; 1' Europe s'est substituee a elle et peut y 
agir comme il lui semble opportun : mais en Bulgarie une Com- 
mission Europeenne ne parait pas indispensable, et pourrait etr© 
utilement remplacee par le controle des Consuls en Bulgarie, et, 
s'il y a lieu, des Representants Europeens a Constantinople. Ce 
controle semble etre suffisant a la Russie, et si le Grouvernement 
Imperial semble se reserver en Bulgarie une part d'action plus 
directo que les autres Puissances, le Comte Schouvaloff fait remar- 
quer que la Russie a pris aussi une part plus directe a la creation 
de cette nouvelle Principaute autonome. 

Le President constate que dans la pensee du Comte Seliouvaloff 
la Commission serait en realite la Conference des Representants des 
Graudes Puissances a Constantinople, et que les Consuls seraient 
les agents de cette Conference. 

Le Comte Schouvaloff ajoute que les Representants a Constanti- 
nople seraient plutot une cour d'appel entre les Consuls des Puis- 
sances et les Commissaires Russes. 

Le Comte Andiassy concede a MM. les Plenipotentiaires de 
Russie que le principe des Commissions n'est pas applicable partout, 
mais le Comte Schouvaloff va plus loin et se refuse a substituer 
des Commissions Europeennes aux Commissaires Russes dans les 
cas prevus par I'Article VII. Son Excellence maintient au con- 
traire, pour ces cas, la necessite de I'intervention de I'Europe. 
Faisant allusion aux faits indiques par le telegramme que Lord 
Salisbury vient de citer, le Comte Andrassy croit que cette interven- 
tion est dans I'iuteret meme de la Russie. Son Excellence fait 
ressortir les difficultes techniques de la combiuaison presentee par 
le Comte Schouvaloff: le role des Consuls serait malaise, et quant 
au controle des Ambassadeurs, il faudrait en definir le earactere et 
la competence en presence de Taction des Commissaires Russes. 
Dans un entretien particulier M. le Plenipotentiaire de Russie 
avait laisse entrevoir un autre precede, qui serait I'adjonction de 
deux Commissaires Europeens aux Commissaires Russes et Turcs. 

Lord Salisbury ne comprend pas que la Russie, qui parait 
desirer rendre la Bulgarie aussi independante que I'etaient autrefois 

3 2 



932 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

les autres Principautes autonomea et tributaires, insiste pour le 
maiiitien d'un Conimissaire Eusse. Son Excellence insiste done 
6ur I'ailliesifm qu'il a donnee a la proposition dii Comte Aiultassy. 

Le Comte Schouvaloff n'entend pas ecavter I'iiitervention de 
rEuro|)e, inais liii donner une autre forme. Quant a robjection de 
Lord Salisbury, qui s'etoinie que la Kussie cherclie a maintenir en 
Bulgarie I'influence d'un Coinmissaire E-usse, son Excellence fait 
observer que c'est precisement pour repondre an desir du Congres 
de voir se terminer rapidement Torganisation de cette Principaute 
et I'evacuation, que la liussie insiste en faveur de son Conimissaire. 
Si Ton veut que les cboses marclient vite, il ne faut pas lier les 
mains a laRussio. En Eoumelie Orientale, si aucun Gouvernemeut 
ne se constitue, le Congtes a pourvu a cette eventualite : mais en 
Bulgarie il n'en est pas de meme : il faut y agir rapidement. En se 
resiimant, son Excellence declare que ce qu'il desire obtenir en 
Bulgarie, c'est une unite d'action sous le controle de I'Europe, et ce 
qu'il veut eviter, se sont des institutions coUegiales qui accroitraient 
lea difEcultes. Le meilleur moyen, a ses yeux, serait done le main- 
tieu du Conimissaire Eusse agissant sous le controle superieur des 
Ambassadeurs Europeens a Constantinople, dont les Consuls 
eeraieut les agents et les representants. 

Le Comte Andrassy ayant renouvele ses objections sur le mode 
de ce controle et sur les difficultes de cette intervention des Am- 
bassadeurs et des Consuls, le Comte ScbouvalofF demande a pre- 
senter par ecrit dans la procliaine seance le developperaent de aa 
pens6e. 

Le President dit que le Congres attendra un amendement de la 
Russie sous forme de contre-projet a la proposition Austro-Hou- 
groise. 

Lord Salisbury donne lecture de la motion qu'il a precedemment 
indiquee pour appuyer la proposition du Comte Andrassy et qu'il 
regarde comme devant etre ajoutee a I'Article Vll. En voici le 
texte : — 

" Le Grouvernement militaire actuel de la Principaute et de la 
province en matiere administrative et finaneiere sera remplace sans 
delai dans la Principaute par le Crouvernement provisoire de la 
Commission sus-mentionnee et dans la province par le Gouverne- 
ment du Sultan." 

Le President croit que cet amendement, dont le Congres pourra 
s'occuper dans la procliaine seance, a une portee ties-considerable, 
en ce qu'il touche aux droits de roccupation militaire garantie pour 
neuf mois. Au surplus son Altesse Sorenissitne, revenant sur une 
pensee qu'il a deja eu I'occasion d'exprimer, n'est pas d'avis de 
discuter en Congres les questions secondaires. II regarde, par 
example, celle dont on s'occupe en ce moment oomme etant de ce 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 933 

nombre, et il pense qu'eu agitaut cette question d'assemblee de 
notables, de Commission Russe et de Commission Europeenne, le 
Congres sort des limites assignees a sa discussion : il ne voit pas, 
dans cette deliberatiou de details, un interet European. Son 
Altesse Serenissime u'a, du reste, que bien pen de confiauce dans les 
discussions auxqnelles se livrei'ont les notables. Faisant allusion a 
I'etat de s:i sante, qui ne lui permettrait pas d'assister encore a de 
nombreuses se;inces, le Prince de Bismarck ajoute qu'il serait d'avis 
de laisser de cote la question de Bulgarie des qu'ou sera entiere- 
metit d'accord sur les grands principes et de s'occuper aussitob 
apres des autres points les plus importants du Traite de San 
Siefano, tels que les remaniements territoriaux et les affaires de 
navigation. 11 compte proposer a la procliaine seance d'effleurer 
seulement les questions subalternes et de ne discuter longuement 
que les objets d'uue veritable importance Europeenne. Le President 
n'entend d'ailleurs prejuger en rien le sentiment de ses coUegues, 
et I'opinion qu'il vient d'e.xprimer lui est entiereraent persounelle. 

Le Comte Corti ne regarde pas qu'il soit difficile d'etablir 
I'accord entre les opinions des Plenipotentiaires de E-ussie et 
d'Autriche-Hongrie. Son Excellence fait remarquer qu'en realite 
la Commission de Consuls demandee par le Comte Schouvaloff 
repond au desir du Comte Andiassy et forme une veritable Com- 
mission Europeenne, puisque cbaque Puissance en nommant son 
Consul nommeiaic en meme temps son Commissaire. Quant a 
I'appel porte devaut la Conference des Ambassadeurs a Constanti- 
nople, son Excellence a pu jnger par I'experience de semblablea 
reunions que I'entente y est assez difficile a etablir, et que cette 
combiuaison ne serait point efficace. II pense qu'on pourrait 
se borner a une Commiss-ion Consulaire, et, rappelant I'heureux 
fcffft de I'interventiou du Pienipotentiaire de France dans la 
quetion si importante des garnisons Ottomanes, il suggere I'idee 
de confier de nouveau au Pienipotentiaire d'uue Puissance neutre 
le soil! de recliercher les ele.nents d'uue entente entre le Comte 
Andrassy et sou collegue de Russie. 

Le President approuve ce projet, qui rencontre egalement I'ad- 
besion de la haute assemblee, et le Comte Corti, a la demande du 
Congres, consent a examiner, de concert avec les Representants des 
trois Puissances plus speclalement interessees, les modifications a 
apporter au texte du Traite de San Stefano dans le sens de la pro- 
position du Comte Andrassy. 

Le Congres passe a la proposition presentee par I'Autriche- 
Hongrie, la France et I'ltalie au sujet du maintien integral en 
Bulgarie et en Roumelie Orientale des Traites de Commerce, de 
Navigation, et Reglements de Transit, conclus avec la Porte. Le 
texte de ce projet a ete insere au Protocole 5. 



934 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

Lord Salisbury demande a niyer le mot " Koumeiie Orientale," 
qui lui senibJo superflu. 

Le Prince de Bismarck ri-j^anle coinme de droit des sens que la 
Bulgarie reiste sous I'autorite des Traites auxquels elle etait soumisa 
Boua le gouvernemeiit de la Porte. 

Le Comte Audrassy de^iire egalcment voir disparnitre le mot 
" Eouiiielie Orientale," afin qu'il n'y ait lieu a aucune confusion, et 
pour qu'il soit bien enteiidu que cette province ne saurait avoir 
d'autonomie commerciale coinnie I'a eue autrefois la Eoumanie. 

I\I. Waddington iait remarquer que Ton ignore encore quel 
regime ])o]itiqiie sera etabli en Koumeiie Orientale, et qu'il y aurait 
peut-etre a craiudre qu'une asscniblee locale ue se crut tn droit de 
modifier les Traites conclus avfc les Puissances. Pour eviter ces 
tnaleutendus, son Excellence pretererait que le mot " Kt)unielie 
Orientale " fuc niaintenu, et iusiste notamment sur le danyer 
de I'intervention d'asseniblees locales en matiere de droits de 
transit. 

tJne discussion s'engnge a ce sujet a liiquelle prennent part 
Lord Salisbury, M. Waddington, le Baron de Haymerle, et Cara- 
theodory Pacha. Le Premier Pleni|)otentiaire de Turquie ayant 
finalement affiime que nul droit de transit ne peut etre etahli sur le 
territoire de I'Eiupire sans I'autorisation expresse du Suuverain, 
M. Waddington, prenant acte de cette declaration, consent a la 
radiation du mot " lloumelie Orientale" dans le texte de la pro- 
position. 

Les quatre premiers alineas sont acceptes. Sur le cinquieme, 
le Comte Schouvaloif, s'arretant aux mots "les capitulations et 
usages," demande la suppression du mot "usages," comine trop 
vague et pouvant donner a des abus. 

Lord Salisbury et le Comte Andra-isy consentent a cette 
radiation. 

]\L Desprez dit qu'il est de noloriete que les Capitulations sont 
insuffisantes, rudimentaires, et n'ont donne que les principes gene- 
raux de la juridiction et de la protection Consulaires. Les usages 
sont le compleuient necessaire des droits stipules dans les Traites. 
M. Desprez en cite des exemples, et regard comme utile de maiu- 
tenir le mot "usages." 

Le Comte Scbouvaloff repond qu'il ne s'agit ici que de la 
Bulgarie, et rappelle que la Roumanie n'a pas tenu compte des 
" usages " depuis qu'eile a developpe ses institutions judiciaires. 

Lord BeacoGsfield ne croit pas necessaire de s'expliquer en ce 
moment sur les Capitulations, qui sont encore I'objet de diverses 
negociations : il ne faudra pas les sauvegarder si elles sont inutiles ; 
il y aurait lieu, sans doute, de leur donner une force additionnelle 
dans le caa coutraire, maia Tiuipressioa de son Escelleuce eac qu'ellea 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 935 

eont destine ^s a disparuitre. Son Excelleoce croit done preferable 
de siipprimer tout le dernier alinea. 

Carat lieodory I'acha dit qu'au surplus, sauf les quelques points 
sur It'sqiiels le Coii<i;ies pourrait apporter des modifications, I'etat 
de ciioses existant dans les autres parties de rEin[)iie eu ce qui 
coueerne U's Lois, Traites, et Conventions, restera applique dana 
la Kounielie Orieiitale. 

Apres ces declarations, le Congres conserve le dernier alinea de 
la proposition des trois Puissances eu y ajoutant la phrase suivante : 
"tant qu'ils n'auront pas ete modifies du consentement des parties 
interessees." 

L'ordre du jour appelle ensuite lea deux propositions rran9ai8ea 
inserees dans le Protocole 5, et relatives a la liberie des cultes. 

Sur la premiere, JM. Desprcz demande la substitution des mots 
" habitants de la Priiicipaute de Bulgarie " a ceux de " sujets Bul- 
gares ;" cette modification est admise, et la proposition Receptee a 
runaiiiiiiite. Surlaseeonde proposition particulierement relative aux 
" eveques et religieux Catholiques," le Comte Sohouvalott' propose de 
substituer a ces mots, "les ecclesiastiques et religieux etrangers." 

Lord Salisbury desirerait que la meme legislation iixt, sous ce 
rapport, etablie pour la Eoumelie, et pour les autres provinces de la 
Turquie. 

Caratheodory Pacha declare qu'en effet une proposition con- 
cernant le libre exercice du culte dans la province de lioumelie 
Orientale p iridt tout-a-fait superfine, cette province devant etre 
soumise a I'autorito du Sultan, et, par consequent, aux principes et 
aus lois comiiiuns a toutes les parties de I'Empire, et qui etablis- 
sent la tolerance pour tons les cultea egalement. 

M. Waddington, prenant acte de ces paroles, annonce rintention 
d'introduire quelques changements dans la redaction de sa proposi- 
tion, et demande rajournement de la discussion a demain. 

Le Baron Haymerle donne lecture de la proposition sui- 
vante : — 

"Les Plenipotentiaires d'Autriche-Hongrie proposent de sub- 
stituer a la derniere partie de I'aliuea 2 de I'Article IX lea dispo- 
sitions suivantes : — 

" La Principaute de Bulgarie assume tous les engagements et 
obligations que la Sublime Porte a contractes tant envers TAutriche- 
Hongrie qu'envers la compagnie pour I'exploitation des chemins de fer 
de la Turquie d'Europe par rapport a Tachevement et au raccordement 
ainsi qu'a Texploitation des lignes ferrees situees sur son territoire. 

" Les Conventions necessaires pour regler ces questions se^ont 
conclues entre I'Autriche-Hongrie, la Porte, la Serbie, et la Priu- 
cipaute de Bulgarie, immediatement apres la couclusion de la pais. 
" U s'entend que les droits et obligations de la Sublime Porte 



936 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

par rapport nux chemius de fer daus la Rounielie Orientale restent 
intucta." 

Le President remet la divscussiou de ce projet a la prochaine 
b^ance. ISon Altesse JSeicuissinie ajoute qu'il y a encore a rordre 
du jour la proposition Ottomane inseree au 5*™* Protocole, et relative 
a la part proportioiinelle que la Bulgarie doit assuiiier dans la dette 
Ottonuine. 

Lord Beaconsfield recommande cette proposition a toute la soili- 
citude du Congrea ; diversea objections ayant ete aiinoncces par lo 
Conite Schouvalort', la discussion est remise a demain. 

La seance est levee a 5 heurea. 

[Suivent les Signatures ] 



Protocole JN'b. 7. — Seance du 26 Juin, 1878. 
Etaient presents : 
Puur rAUeriiagne — le Prince de Bismarck, I\l. de Biilow, le 
Prince de llolienlulic-Schillingsfiirst ; 

Pour rAutriclie-lJoigrie — le Comte Andra-sy, le Conite Karolji, 
le Baron de Hay merle ; 

Pour la France — M. Waddington, le Comte de Saint-Vallier, 
M. Desprez ; 

Pour la Cii'ande Bretagne — le Conite de Beaconsfield, le Marquis 
de Salisbury, Lord Odo Eussell ; 

Pour I'llalic — le Comte Corti, le Comte de Launay ; 

Pour la Eussie — le Prince Gorlchacow, le Comte Schouvaloff, 
M. d'Oubril; 

Pour la 'J'urquit — Alexandre Caratlieodory Pacha, Mehenied Ali 
Pacha, Sadoullah Bey. 

La seance est ouverte a 2 heurcs et demie. 

Le Protocole jNo. 5 est adopte. 

Le Presic'ciit lit la iiste ISo. G des petitions adressees au 
Congres. 

Le Prince de Bismarck propose, au nom de I'Allemagne, a la 
haute assemblee de constiluer une Commission a laquelle chaque 
Puissance delegueiait un Pleuipotentiaire, et qui serait chargee de 
jire| arer un projet de ledaition de toutes lea stipulations a iuserer 
dans un nouvcau Trail e, tn tenant compte des resolutions con- 
signees aux Protocoles du Congres. 

Son Altt•s^e Seienis.-in e piie chaque Puissance de vouloir bien, 
si cetle motion est :.ccut illie, designer apres la seance au Secretariat 
le PJen)i)oh nliaire dont el!e :;urait fait thoix puur la represeuter au 
Hein de la Commission. 

3-a proposition du Prince de Bismarck est accepteeaPunanimite. 

Le Prc'bideiit 3\aiit f.it appel aux comu uni cations que les 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 937 

membres du Congres auraient a presenter a la haute as>^einb]ee, 
le Prince Gortchacow exprime le vif regret qu'il a eprouve de iie 
pouvoir assister aux dcrn-eres n'unions dans lesquelles a ete dis- 
cutee I'iinportante question de la Bulgarie. 8on absence a ete 
iiidependante de sa volonte, niais son Altesse Serenissiine desirerait 
a propos de cette disciirsion prononcer aussi brievement que possible 
quelques paroles inspirees par I'esprit de conciliation qui le dirige. 
Lord Beaconsfield, dans une precedente seance, a exprime le desir 
que le Sultan fut maitre chez lui : son Altesse Serenissime, comine 
Lord Beaconsfield, desire que le Sultan soit maitre chez lui, 
mais croit que I'existence de cette autorite depend de certainea 
conditions en dehors desquelles le geniv^ nienie ne saurait accom- 
plir de miracles. Aux yeux de M. le Premier Pleuipotentiaire 
de Russie, ces conditions sont administratives et politiques : il 
importe, au point de vue administratif, que les habitants des pro- 
vinces qui u'auront pas ete declarees independantes par le Congres 
soient assures de leurs proprietes, de leurs vies, &c., non point 
par des promesses sur le pa[)ier qui pourraient, comnie les prece- 
dentes, n'etre suivies d'aucun eli'et, et n'empecher ni abus ni 
exactions, mais par uii concours Europeen qui en assure I'eiBcacite 
et qui inspire confiance aux populations. Au point de vue poli- 
tique, le Prince Gortchacow. fait observer qu'au lieu d'une prepon- 
derance Anglaise, Francaise, ou E^usse que I'iiistoire nous niontre 
avoir existee a Constantinople a dift'erentes euoques, il voudrait 
qu'ii n'y tut, eu Orient, aucune pieponilerance quelconque, pas plus 
pour la E.ussie que pour un autre Etat, et desirerait voir substituer 
a la Jutte nie.-quine et mal^aiue des amour^-jiropres sur le terrain 
n:ouvaut de Constantinople, une action collective des Grandes Puis- 
sances qui epatgnerait a la Porte Ottonuine bien des illusions et 
bien des fnutes. Son Altesse Serenist-ime usant d'une ex|)ression 
qui paraitra certainement a tout houime competent dans I'art de 
la guerre, justifiee par les heroiques eflbi ts des armees Eusses, fait 
remarquer que la Kussie apporte ici des lauriers, et il espere que le 
Congres les convertira eu branches d'oliviers. 

Le Prince Gortchacow ajoute que ses deux collegues dans les 
dernieres seances out fait de tres-grandes concessions au desir de 
paix qui inspire la iUissie comme toute I'Europe. lis ont presente 
a la haute assemblee non pas des phrases, mais des faits. M. le 
Premier Plenipotentiaire de Russie est persuade que les membrea 
du Congres rendent a cet egard pleine justice a son pays. Son 
Altesse Serenissime et ses collegues peisisteront dans la meme voie. 

Le Prince Gortchacow ecarte done la pensee qu'une Puissance 
quelconque veujlle s'opposer au grand et beau resultat de la paix 
qui domine tous les interets de I'Europe, en elevant ses demandea 
jugqu'a des limites que le grand Souverain et la graude nation qu'il 



93b GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

ri-predonte ne saiiraient ilepiisaer. Son AUesse Sereiiissirne rejjete 
qu'il n'adinet j)oiut la posaibilite d'uii fait qui scraifc severement 
jug«) par lea coiiteinpoiains et par I'liistoire. 

Lord BeacoMslield dit qu'il resseiit une vive satisfaction de voir 
le Prince Gortclmrow rei)reiKlre sa place au sein du Congres, et 
regarde relo()uent discoura de sou Altesse Serenissiiue comme un 
heureiix tornoigiia^e de ramelioration de sa saute. Son Excellence, 
rappelant les paroles de I\l. le Plenipotentiaire de Russie relatives 
aux sacrifices considerables que le grand Souverain et le grand pays 
representes si diguenieut par son Altesse Sereuissime ont conseutis 
en vue de la paix, se regarde comtne pleinement autorise a dire que 
lui-merne et ses collegues d'Angleterre ont egaleineut fait d'impor- 
tantea concessions dans la meme pensee pacifique. La paix est en 
eftet le voeu de 1' Europe, et Lord Beaconsfield est heureux de con- 
stater, d'apres les paroles qu'il vient d'entendre, I'expression 
desoruiais unaninie de ce sentiment. Mais, pour que ce desir 
s'accoiuplisse, I'esprit de conciliation est encore necessaire: son 
Excellence n'a d'ailleurs rien de plus a dire sur lea considerations 
presentees par le Prince Gortchacow et qu'il a ecoutees avec le plus 
grand plaisir. 

Le Prince de Bismarck est persuade que I'esprit de conciliation 
continuera a inspirer le Congres, et que tons les membres de la 
haute asseiiiblee ae rencontrent dans le meme sentiment de devoir 
supieme, celui de consei'ver et de consolider la paix de I'Europe. 
Les progres obtenus dans lea travaux du Congres font esperer a son 
Altesse Ser»?nissime que les Eepresentants dea Puissances atteind- 
ront le but que les deux illustres homines d'etat vienneut d'indiquer, 
en exposant I'uu et I'autre leurs intentions paeifiques, avec des 
restrictions dictees par le sentiment de I'honneur national. Ces 
restrictions, son Altesse Serenissime n'en doute pas, ne sauraient 
toucher au fond de Toeuvre du Congres, et I'honneur national de 
part et d'autre s'accordera parfaitement avec les dispositions con- 
ciliantes. Le Prince de Bismarck fait observer que les Etats moins 
directement interesses dans les questions qui pourraient troubler le 
repos du monde sont naturellenient appeles a faire entendre une 
voix impartiale en toute circonstance oil, pour des motifs secondaires 
aux yeux de I'Europe, I'objet pacifique des reunions du Congres se 
trouverait compromis. C'est dans ce sens que la France, I'ltalie, et 
rAllemagne feraient appel, s'il etait necessaire, a la sagesse de celles 
des Puissances amies dont les interets se trouvent plus particuliere- 
atient engages. Le Prince de Bismarck termine en disant qu'il 
serait heureux si dans ses paroles il avait bien rendu la pensee des 
Grouvernements neutres et impartiaux. 

L'ordre du jour appelle )a proposition de M. le Premier Pleui- 
potcatiaire de Tuiquie aiusi 001194^ : — 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 939 

" Iiiilependamment du tribut, la Priucipaiite de Bulgarie sup- 
portera une part des dettes de TEnipire proportionnelle a sea 
reveniis." 

Caratheodory Pacha, pour espliquer I'esprit de sa proposition, 
donne lecture du document suivaut : — 

"Ell prc^posaut qu'independamment du tribut la Principaute de 
Bulgarie sup|)orte uue part des dettes de rEmpire proportionnelle a 
ses revenus, j'ai tenu a remplir ce que je considero comme un devoir 
vis-a-vis des creaueiers de la Turquie. 

'■ Je ne puis nier que les reveuus des localites qui constituent la 
nouvelle Principaute solent affectes explicitement d'une maniere 
generate a toute la dette publique de la Turquie. Pour certains 
eniprnnts quelques uus de cea revenus sout niene engages d'une 
maniere speciale. 

" Dans le document porte sur la liste des petitions adressees au 
Congres sous le No. 16, et qui m'a ete envoye directement aussi, les 
creanciers de la Turquie out invoque des pieceJents puises dans la 
pratique du droit public Europeen. 

" Je m'empresse de reconnaitre que I'analogie n'est pas parfaite, 
puisque les precedents qu'on invoque concernent les territoires qui 
out ete annexes a des Etats independants ou bien des territoires qui 
out ete declares independants, tandis que tout au contraire la Prin- 
cipaute de Bulgarie est seuleraent autonome. iMais quoique privee 
des prerogatives ue I'independunce, la Principaute de Bulgarie n'en 
aura pas moins, en vertu du principe n:eme de son autonomie 
i^r-^-'jure, un regime financier, et par consequent un budget de 
recettes ec de depenses distinct et tepare, et c'est precisemeut a 
raisou ineme de Li non-independance de la Principaute que peut-etre 
le Congres croira utile de lever les doutes qui pourraient exister a 
cet egard. 

*' L;i participation de la Principaute de Bulgarie a la dette 
publique de I'Empire ne saurait se ccnfondre avec le tribut que la 
Principaute doit payer. Les deux choses sont distinctes. La 
participation a la dette est simplement la consequence de la recon- 
naissance ou plutot de la simple admission d'uu droit du creancier. 

*' Le tribut, par contre, concerne la Cour iSuzeraine. II repre- 
sente le lien qui rattache la Principaute a I'Empire; il est le prix 
du rachat de la sujetion directe, et il est independant de I'existence 
d'autres dettes passees ou futures. A I'appui de cette maniere de 
voir, je me permets de rappeler aussi que le Gouvernement Imperial 
de Kussie, en stipulant simplement un tribut, avait pense qu'il n'y 
avait pas lieu de preciser davantage, pour la raison, disait-il, qu'il 
aurait peut-etre empiete sur des interets de tiers. 

"La proposition que j'ai eu ^llonn^'ur de soumettrf au Co'ige^ 
est foi'muleo da>U6 le mcaie oxdxQ d'iJeej. Jbllo luiofic iu.au to la 



940 GREAT BRIIAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

queaticin <lu trihiit ; ellc ne projuge rien, elle u'a pour but que la 
coiiistat.itioii d'uii pi'iiR-ipo." 

Le Premier Plciii[)oteiitiaira dTtalie demaiule a poiinettre au 
Congres uiie juldition au premitT aiiiiea de 1' Article ]X du Traite 
de tiaii Slefano, cette nioticjii etaut destinee a completer la proposi- 
tion des Pleiiipoteutiaires Ottomans. Voici ie texte de cette 
addition : — 

" Loisqu'on leglera Ie tribut a payer par la Bulgaria a la 
Sublime Porte, on picndra en consideration la partie de la detto 
publique qui pourrait etre attribuee a la Priucipaute sur la base 
d'une equitable proportion." 

Le President reconnaifc la justesae de cette proposition, car c'est, 
en effet, de la question du tribut que dependra la quotite dcs obliga- 
tions de la Bulgarie relativenient a la dette publique. Son Altesse 
Serenissime considere au surplus que ces deux points connexes 
devront etre traites ulterieurement tians la Commission chargee de 
regler ces details qui ue sont pas compris dans la tache assignee au 
Congres. 

Le Comte SchouvalofF dit que ces deux objets de discussion 
etant reserves, il n'a pas d'objections a presenter en ce moment. 

M. le Premier Plenipotentiaire de France fait remarquer que la 
question est extremement delicate au point de vue des porteurs de 
litres de la dette Ottomane. La proposition de Caratheodory 
Pacba lui paraifc preferable a celle du Comte Corti ; M. le Pleni- 
potentiaire de Turquie indique clairement en eftet son intention de 
faire supporter a la Bulgarie une part proportionnelle de la dette. 
M. Waddinfjton prie le Comte Corti de developper sa pensee: M. le 
Premier Plenipotentiaire Italien entend-il diminuer la garautie 
propoj^ee par Caratheodory Pacha, ou bien presenter I'equivalent 
pur et simple de la premiere proposition ? 

Le Comte Corti declare que son intention est de poser en 
principe que la IJulgarie doit assumer une part de la dette Turque, 
mais qu'en meme temps il a voulu indiquer — et il se rencontre 
d'ailleurs sur ce point avec la pensee exprimee par lo Prince de 
Bismarck — qu'il y a une connexite entre la dette publique et le 
tribut. Sou Excellence n'iusiste pas quant a la redaction, cette 
question etant reservee k une Commission speciale. 

M. Waddington est dispose sans doute a ajourner la question 
tout entiere, mais son Excellence, qui represente ici les interets 
considerables d'ua grand nombre de porteurs de titres, persiste a 
considerer le texte Ottoman comme plus clair que celui de M. lo 
Plenipotentiaire Italien. 

Le President ue voit pas au fond de grandes differences entre les 
deux projets: !a proposition Ottomane pose un principe reconnu 
egalenient par le Comte Corti, et le Plenipotentiaire Italien se 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 941; 

borne a exprimer le desir que la question du tribut soit examinee en , 
meme temps que celle de la dette. 

Le Comte SchouvalofF prefere accepter le texte Italien, qui 
laiyse a I'Europe la faculte de se prononcer en temps et lieu et en 
pleine connaissance de cause, tandis que le texte Ottoman se borne 
a poser un principe que son Excellence ne croit pas acceptable pour 
tout le nionde. Le principe de "la part proportionnelle aux 
revenus " lui parait vicieux. Les depeuses n'etaut point men- 
tionnees, il s'en suivrait que plus la Bulgarie aurait de depenses, 
inoins elle participerait a la dette. La proportionnalite aux reveniis 
n'est done pas une base sure ; ear s'il n'y avait pas d'exce Jant de 
revenu, il n'y aurait point de participation. 

Le Comte Corti constate qu'il etait dispose a voter la proposition 
Ottomane, et qu'il n'a presente la sienna que dans le but de reuuir 
les voix de la majorite des Puissances. 

M. AVaddington ayant demande si les Plenipotentiaires Russes 
admettent le principe qu'une part a determiner ulterieuremeut sera 
appliquee a la dette, le Comte Schouvalotf repond que si la volonte 
de I'Europe le trouvait equitable, la Eussie ne s'y opposerait 
point. 

En presence de cette declaration M. Waddington accepte la 
redaction Italienne. 

Le President procede au vote sur la proposition du Comte Corti. 

Le Marquis de Salisbury desire qu'il soit constate au Protocole 
que ]'Angleterre vote pour la proposition Turque, et ne se rallie a la 
proposition Italienne que si le projet Ottoman n'obtient pas do 
majorite. 

Caratheodory Pacha dit qu'en presence de rinteution du Congres 
de tenir conipte de la situation qu'il a eu I'honneur de signaler a son 
attention, il n'insiste pas pour le texte de sa proposition, et accepte 
le projet Italien, qui ne contient d'ailleurs rien de contraire a sa 
pensee, puisque, s'agissant de chiffres, I'equite signitie une propor- 
tionnalite. 

La proposition du Comte Corti est acceptee. 

Le Congres passe a la proposition Austro-Hongroise relative 
aux cliemins de fer Ottomans et dont le texte suit: — 

" Les Plenipotentiaires d'Autriclie-Hongrie proposent de sub- 
etituer a la derniero partie de I'alinea 2 de I'Article IX les dis- 
positions suivantes : 

"La Principaute de Bulgaria est substituee pour sa part aux 
engagements que la Sublime Porte a contractes tant euvers 
I'Autriche-Hongrie qu'envers la coinpagnie pour I'exploitation de» 
chemins de fer de la Turquie d'Europe, par rapport a I'achevement 
et au raccordement ainsi qu'a I'exploitation des iignes ferrees situees 
Bur son terrain. 



942 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

" Les Conventions necessaires pour regler cea questions seront 
conchies entre rAutriche-lIongrio, la Poite, la Serbie, et la Priiici- 
paut6 de Rulgarie imniediatenient apres la conclusion de la paix. 

" II s'entend que les droits et les obligations de la Sublime Porte 
par rapport aiix cliemins de fer dans la Kounielie Orientale reslent 
iutacls." 

Cette proposition est acceptee sans discussion. 

Le President soumet au Congres I'Article Additionnel presente 
par les Plonipotenliaircs rran9ais dans une seance precedente, et 
relatif aux religieiix Catholiqiies etrangers en Bulgarie et en 
l?ouinclie Orientale. 

M. Waddington expose qu'en presence de la declaration faite 
hicr par M. le Plenipotentiaire de Turquie, et d'oii il resulte que la 
liberie du culte Catboliqiie demeure garantie dans la Eounielie 
Orientale par les lois generales de I'Empire, les Traites et Conven- 
tions, les Plenijjotentiaires de France se bornent a presenter les 
considerations suivantes : — 

"En ce qui concerne I'Article Additionnel qu'ils ont presente 
relativement aux religieux Catholiques etrangers, les Plenipoten- 
tiaires de Prance s'en rapportent aux principes d'entiere liberte 
consacres hier par le Congres en favour de toutes les communions 
et de tons les cultes en Bulgarie, ainsi qu'a la declaration faite dana 
la meme seance par M. le Premier Plenipotentiaire de Turquie, k 
Bavoir, qu'aucune atteinte ne sera portee dans la Rouraelie Orientale 
aux droits acquis aux etrangers dans I'Empire Ottoman." 

Lord Salisbury regrette que les Plenipotentiaires de France ne 
donnent pas suite a leur proposition en etendant sa portee a toute 
la Turquie d'Europe. Sou Excellence y aurait vu uu important 
progres realise. 

M. Waddington repond que le progres dont parle Lord Salisbury 
a ete obtenu par I'acceptation, dans la seance d'hier, de la premiere 
proposition Fran^aise qui consacre I'entiere liberte des cultes. 

Lord Salisbury ayant fait remarquer que cette proposition ne 
concernait que la Bulgarie, le President dit que, pour sa part, il 
s'associe au desir que la liberte des cultes soit reclainee pour toute 
la Turquie, tant en Europe qu'en Asie, mais il se demande si Ton 
obtiendrait sur ce point I'assentiment des Plenipotentiaires Otto- 
mans. 

Caratheodory Pacba declare, qu'en repondant hier a M. 
"Waddington, il s'en est simplement rapporte a la legislation 
generale de I'Empire Ottoman aiut^i qu'aux Traites et Conventions. 
Son Excellence ajoute que la tolerance dont jouissent tous les 
cultes en Turquie ne fait aucun doute, et qu'en I'absence d'une 
proposition plus etendue sur laquelle il aurait alors a s'expliquer, il 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 943 

ee croit en droit de considerer comme superflue une mention specials 
pour la Roumelie Orienlale. 

Le President constate que I'ananimite du Congres s'associe au 
desir de la France de prendre aote des declarations doiuiees p;ir la 
Turqnie en faveur de la llberte relioieuse. Tel etait le but des 
Plenipotentiaires Fran9ais, et il a ete atteint. Lord Salisbury 
desirerait aller au dela, et faire etendre la proposition primitive non- 
eeulemeut a la Balgarie et la Roumelie, mais a tout 1' Empire 
Ottoman. En ee qui C()ncerne I'Allemai^ne, le Prince de Bismarck, 
qui a donne son adhesion a la proposition Fran^aise, aurait ausdi 
volontiers admis celle de Lord Salisbury, mais la discussion d'une 
question aussi complexe detouruerait le Congres de I'objet do sa 
seance presente. Son Altesse Sereuissime demande toutefois a 
Lord. Salisbury s'il entend presenter a cet egard una motion 
epeciale. 

M. le Second Plenipotentiaire de la Grande Bretagne se reserve 
de revenir sur ce point a propos de 1' Article XXII du Ti'aite de San 
Stefano. 

Le Comte Schouvaloff ajoute que le desir de Lord Salisbury de 
voir etendre la liberte religieuse autant que possible en Europe et 
en Asie lui semble tres justitie. Son Altesse desirerait qu'il fut fait 
mention au Protocole de son adhesion au voeu de M. le Plenipoten- 
tiaire d'Angleterre, et fait observer que le Congres ayant cherche 
a efiacer les froutieres etbnographiques, et a les reraplacer par des 
Irouiieres comuierciales et strategiques, les Plenipotentiaires de 
Russie souhaitent d'autant plus que ces frontieres ne deviennent 
point des barrieres religieuses. 

Le President resume la discussion en disant qu'il sera inscrit au 
Protocole que I'unanimite du Congres s'est ralliee a la proposition 
Fran^aise, et que la plupart des Plenipotentiaires ont forme des 
vceux pour I'extension de la liberte des cultes. Ce point sera 
compris d'ailleurs dans la discussion de I'Article XXII du Traite de 
San Stefano. 

L'ordre du jour appelle un amendement presente par Lord 
Salisbury sur I'Article VII du Traite, mais M. le Second Pleni- 
potentiaire d'Angleterre fait savoir qu'a la suite des arrangements 
coiivenus dans une reunion particuliere entre les Representants de 
rAutriehe-IIongrie, de la Russie, et de la Grrande Bretagne, cette 
proposition a ete fondue dans un texte nouveau dont il sera 
donne lecture au Congres. En consequence son Excellence la 
retire. 

Le Comte Andiassy annonce qu'un echange d'idees ayant eu 
lieu, conformeir.ent au desir exprime par le Congres dans la seance 
precedente, entre les Cabinets d'Autriche-Hongrie, de Grande 
Fretagne, de Russie, et d'ltalie au sujet des Articles VTT, VIII, 



944 GREAT BRITAIN. AUSTRIA, FRANCE, &C. 

IX, X, et XI dii Traite de San 8tefano, lea Pleiiipotentiaires de cea 
Puissances sont toinbes d'accord sur une reilactio:i nouvelle. 

Le Baron de ILiynit'rle expose cea modifications. En ce qui 
concerne TAiticle YII les alineas 1 et 2 sont niaiutenus; I'alinea 3 
est (losormaia ainsi re(ii:;e, " Une assemblee de notables de la 
l^uli^ario convoquee a Tirnowo elaborera, avant I'election du Prince, 
ror(>;anisation de i'adniinistration future." L'alinea i est niaintenu 
avec omission des mots " Koutzo-Ylachs." L'alinea 5 est supprime 
et reitiplace par le suivant : — 

" L'administralion provisoire de la Bul2;arie sera diri<2:ee jusqu'a 
rintrofluction de la nonvelle or<i;anisation par uu Coinmissaire 
Imperial Knsse. Un Cominissaire Imperial Ottoman et les Consuls 
deleguea ad Jioc par li-s autres Puissances seront appeles a I'assister 
pour controler le fbnctionnement de ce regime provisoire. 

" En cas de dissentiment entre les Consuls delegues la majorite 
decidera, et en cas de divergence entre cette niajorite et le 
CoMiraissnire Imperial Kusse, les Eepresentants des Puissances a 
Constantinople, reutiis en Conference, prononceront. 

"Une fois le Prince elu et institue, la nouvelle organisation sera 
inise a execution, et la Bulgarie entrera en pleiue jouissance de son 
autonomie. 

" Immediatement apres la conclusion de la paix, une Commission 
Europeenne sera instituee pour I'organisation de la Eoumelie 
Orientale, et pour son administration financiere jusqu'a I'acheve- 
ment de I'organisation." 

Le Comte Schouvaloff constate que I'entente s'est faite entre les 
Puissances sur un objet longuement discute dans la seance d'hier. 
Son Excellence s'est reserve uniquement le droit de presenter 
quelques modifications de pure forme que la rapidite de la redaction 
n'a pas permis de faire immediatement. 

Caratheodory Pacha donne son adhesion a l'alinea sous le 
benefice de la meme reserve. 

Tons les Pleuipotentiaires votent l'alinea, mais il demeure 
entendu, a la suite d'une courte discussion, qu'il sei'a detache de 
1' Article, et deviendra un Article special dans I'instrument diploma- 
tique ulterieur. 

Le Baron de Haymerle reprend la lecture de la nouvelle redac- 
tion de I'Article VIII, dont le 1" alinea devra Stre desormais ainsi 
COU9U : — 

*' L'armee Ottomane ne t^ejournera plus en Bulgarie. et toutea 
les anciennes forteresses seront rasees aux frais du gouvernement 
local, qui sera tenu de les raser dans le plus bref delai possible 
et de ne pas en faire construire d'autres. La Sublime Porte, &c." 

Le reste de l'alinea est maintenn. 

Le 2' alinea, rempJace deja par une proposition acceptee en 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 945 

Congres, devra etre ulterieureinent modifie par la Commission de 
lieilaction dans le sens de cette proposition. 

Le 3" aliiiea est reserve. 

Le Baron de Hajtnerle fait observer que le 1" alinea de I'Article 
IX est regie par rameudenient du Comte Corti. Quant au 2®, il 
est remplace, a partir des mots " le regleinent relatif aux voies 
ferrees," par la proposition Austro- Hongroise sur les chemins de 
fer. 

Le Comte Schouvaloff et M. d'Oubril declarent que I'Article X 
est desormais inutile et doit etre supprime. Quant a I'Article XI, 
les Plenipoteutiaires sont d'avis qu'il est du ressort de la Commission 
de Eedaetion. Caratheodory Pacha fait remarquer que dans tous 
les cas I'aliuea 2 de I'Article XI devra etre maintenu. 

Le President constate que la totalite de la lecture fait par le 
Baron Hay merle ayant reuni I'adheHion unanime du Congres, la 
haute assemblee a termine la question Bulgare, et se trouve 
maintenant en mesure de proceder a une autre partie de sa tache. 

Son Altesse Serenissiine exprime I'espoir que les Plenipoteu- 
tiaires voudront bieu, pour les objets qui resteront a discuter, 
proceder d'uue maniere plus generale et plus rapide que dans la 
question Bulgare. Le Congres, tel qu'il est actuellement compose, 
ne saurait, en effet, sieger assez longtemps pour entrer dans des 
details nombreux : il ne pent que poser les bases et laisser elaborer 
^'^'' details par une assemblee qui se reunirait apres lui et terminerait 
I'examen des questions secondaires. 

Parmi les questions importantes qui, dans son opinion, devraient 
desormais oecuper le Congres, le President cite en premier lieu 
celles du remaniement territorial touchant la Bosnie, le Montenegro, 
la Serbie, et la Roumanie. II restera ensuite I'examen des questions 
des provinces Grecques, du Danube, des Detroits, de I'Asie, de 
I'indemnite de guerre. Son Altesse Serenissime demande si la 
haute assemblee est d'avis de mettre a I'ordre du jour de la 
prochaine seance, fixee a Vendredi, 28 Juin, la discussion dea 
questions territoriales, compreuant la rectification des frontieres et 
I'independance des pays indiques. 

Une conversation s'etant engagee entre les Plenipoteutiaires au 
sujet de differentes questions d'un ordre religieux ou commercial qui 
devraient etre traitees en connexite avec celles de I'independance et 
des frontieres, Lord Beaconsfield pense, d'accord avec le President, 
que toutes ces questions qui forment groupe peuvent etre discutees 
ensemble sans grande difficulte. 

L'ordre du jour de la seance prochaine est ainsi fixe : Bosnie, 
Montenegro, Serbie, et Eoumanie. 

Mehemed Ali Pacha demande ensuite a lire une proposition 
relative aux frontieres Serbes et dont voici le teste : — 
[1877-78. LXix.] 3 P 



946 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

" D'apres les Baaes de la Paix signef^s a Andriiiople, uU'' rectifi- 
cation de Irontiere doit etre assuree a la I'rincipaiite de ISi-rbie. 

" Les Plenipotentiairea Oitomans propoaeut a la haute af^seniblee 
de voviloir bitu admettre pour le trace de cette rectifn-ation les 
principea generaux qui suivent : 

*' I. Que la iioMvelle ligne froiitiere soit dans la mcsiire du 
postiible une ligoe iiaturelle et atrategique. 

"2. Que la graude route de Bo.suie qui de Mitrovit/.a ae dirige 
par Is'ovi-Bazar a Sjei)ifza et s'j bitiirque | our aller d'un rote par 
Novi-Varoch a Vichigrad et de I'autre cote par J-'repol et Tacldidje a 
Tchaiuitza, ainai que le chemin de ter qui reliera Mitrovitza a la 
Bosnie, ue aoient paa detaches du territoire Ottouiati, et qu'ils se 
trouvent assez eloigues de la irontiere pour que la securite de ces 
deux grandes ligiies de coininunication soit garantie. 

"3. Que lea villes et bourgs Ottoniaua de Vichigiad, Novi- 
Yaroch, JSjeaitza, Novi-Bazar, Mitrovitza, et Prichtiua, aoieut 
place:s a une di-stam-e telle de la nouvelle froiitiere que les conditions 
de leur existeuce ue aoient paa compro;iiisi^s. 

"4. Que lea eazas Aibanaia de Vitchicren, Kourchouinli, Urkup 
(Prokoplje), et Leskovdja, ue soieut paa detaches de TEmpire, et que 
dans le cas oii le Congres deciderait d'en separer une partie, ie 
defile de Prepolac (Takhtali Khaii Getchidi), entre Konichoumii et 
Prichtiua, et celui de Grdelica-Dzeva aitue entre Leskovdja et 
Vranja, restent, en tout cas, a la Turquie, etaut indispenaablea pour 
la delVnse des districts de Prichtiua et de A'rauja, qui, alora, 
formeiaient de ce cote la irontiere nord de I'Empire." 

La proposition sera iinprimee et distribuee. 

La seance est levee a 4 heures. 

[Suivent les Signatures.] 



Proiocole No. 8. — Seance du 28 Juin, 1878. 
Eraient presents : 

Pour I'Allemagne — le Piiiice de Bismarck, M. de Bulow, le 
Prince de Hoheulohe-Schillingsfiirst ; 

Pour I'Autricbe-Hongrie — le Comte Andrassy, le Comte Karolyi, 
le Baron de Hayiuerle ; 

Pour la Prance — M. Waddington, le Comte de Saint- Vallier, 
M. Desprez ; 

Pour la Grande Bretagne — le Comte de Beaconsfield, le Marquis 
de Salisbury, Lord Odo Eussell ; 

Pour I'italie — le Comte Corti, le Comte de Launay; 

Pour la Eussie — le Prince Gortchacow, le Comte Schouvaloff, 
M. d'Oubril : 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 947 

Pour la Turquie — Alexandre Caratheodory Pacha, Meliemed Ali 
Pacba, Sadoullali Bey. 

La seance est oiiverte a 2 heures et de nie. 

Les Protocoles G et 7 s(jiit adoptes. 

Apres avoir fait mention de la liste des petitions No. 7, le 
President anuoiice que M. Ringabe, Miuistre de Grece a Berlin, lui 
a fait savoir que le Gouveriieinent de Sa Majeste Hellenique a 
designe M. Theodore Delyannis, Ministre dea Affaires fitrangerea, 
pour son Kepresentant aupres du Congres. M. Rangabe a ete 
nomine Second Plenipotentiaire de Grece. 

Le Prince de Bismarck fait ensuite au Congres la communication 
Buivante: — 

"La haute assemblee se rappelle que le Protocole No. 6 de la 
seance du 25 Juin est reste ouvert pour recevoir ulterieureraent le 
vote definitif de la proposition de son Excellence M. "Waddington, 
relatif au passage des troupes Turques par la Roumelie Orientale. 

" IMM.les Plenipotentiaires de Russie ayant informe le President 
qu'ils adlierent a la redaction de I'alinea 3, telle qu'elle bo trouve 
consignee dans le Protocole 6, il sera donne acte de cette declaration 
au Protocole." 

Son Altesse Sereuissime iuforine le Congres de la composition de 
la Commission de Redaction constituee en vertu d'une decision prise 
par la haute assemblee dans une seance precedente. Void les noms 
uc. nembres de cette Commission: — 

Pour I'Allemagne, son Altesse Serenissime le Prince Hohenlohe ; 
pour I'i^.utriche-Hongrie, son Excellence le Baron Haymerle ; pour 
la Fiance, son Excellence M. Desprez ; pour la Grande Bretagne, 
Bon Excellence Lord Odo Russell ; pour I'ltalie, son Excellence le 
Comtede Launay ; ])Our la Russie, son Excellence M. d'Oubril ; pour 
la Turquie, son Excellence Caratheodory Pacha. 

Le President ajoute que la Commission a tenu aujourd'hui memo 
sa premiere seance. 

Le Congres passe a I'ordre du jour, qui appelle dans sa 
peneralite les remaniements territoriaux, et le President soumet a la 
discussion du Congres en premier lieu I'Article XIV du Traite de 
San Stefano relatif a la Bosnie et a I'Herzegovine. 

Le Comte Audrassy donne lecture de la communication sui- 
vante : — 

" Tons les Gouvernements s'accordent a reconnaitre que TAu- 
triche-Hongrie, en sa qualite de Puissance limitrophe, est iutereasee 
plus que toute autre Puissance au reglement de I'etat de chosea en 
Bosnie et dans I'Herzegovine. 

" Les belligerants ont tenu compte de ce point de vue en 
reservant a I'entente avec I'Autriche-Hongrie, par I'Article XIV du 

3 P 2 



948 GREAT BKITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

Traite de Pais Preliminaire, la solution definitive de cette question. 
En prdcisant les objections contre 1' Article precite qui decouleut de 
la particularite des iuterets Austro-IIongrois, les Pleidpotenti dres 
de Sa Miijeste Imperiale et Koyale se croient en devoir de relever 
que la question Bosno-IIerzegovieune, tout en c-onceniaufc le plus 
directement rAutricbe-Hongrie, ne cesse pas d'etre utie questioo 
emiiieinment Europeenne. 

" On ue saurait perdre de vue que le mouvetnent qui a conduit a 
la guerre en Orient a eu son origine en Busnie et Ilerzegovine. 

" Les maux et Ics dringers qui en out resiilte pour rEurope 
sont counus, — rAutriche-Hongrie en a ete atteinte en premiere 
ligne. 

" Le nombre considerable de troupes eclielonnees sur nos 
frontieres n'a pas sufli pour arreter le passage des iiisurges et les 
incursions reciproques. Les forces Turques concentrees en Bosnie 
au commencement des troubles n'ont pas ete en mesiire, quelque 
noml)reuses qu'elles fusscnt, de mettre uu teruie a uiie insurrection 
et emigration permanentes. Plus de 200.000 bommes out ainsi 
abaiulonue leurs fovers. Depuis trois ariiiees le Gouvernement 
Itnperial et Koyal a du prendre a sa, cbnrge les frais de leur 
entretien. Dix millions de florins out deja ete affected a cet usage. 
Se metiant du sort qui les attend a leur retour, les emigres se 
refusent a rentrer dans leur patrie. Ainsi jour par jour denouveaux 
et lourds sacrifices nous sont imposes, et rien n'en fait presager 
la fin procbaine. Nos populations limitropbes souffrent des 
domniages incalculables de cette immigration incessante et pro- 
longee. 

" En presence de cet etat de cboses qu'il ne lui a pas ete possible 
de prevenir, le Grouvernement Imperial et Koyal ne pent avoir 
d'autre but que d'y voir mis fin une fois pour tontes par uiie solution 
offrant des garanties de stabilite. 

" L' Article XI Y du Traite Preliminaire de San Stefano propose 
pour soluriou Tiutroduction d'une autonomie, telle qu'elle a ete 
commiiniquee aux Plenipotentiaires Ottomans dans la premiere 
seance de la Conl'ereiice de Constantinople. 

" Le Gouvernement de Sa Majeste I'Einpereur et Roi serait pret 
a accepter toute snlution qui laisserait entrevoir la pacification 
prompte et definitive des provinces dont il s'agit. Toutefois, 
consiilerant It-urs conditions nationales, religieuses et geographiques 
rendues plus coinpliquees encore par les cbangements territoriaux 
resultant de la guerre, nous devons consideier la solution indiquee 
comme tout-a-tait irrealisable. Des obstacles insurmontables s'y 
opposent tant en principe que dans I'execntion. 

"La population de ces pays se compose de Musulmans, d'Ortho- 
doxes et de Catboliques, fanaliques dans rantagoniame qui les 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 949 

(livise, et ne vivant pas dans des circonscriptions differentes inaia 
pele-inele dans lea ineines districts, les niemes villes, les meines 
villages. 

"L;i Sublime Porte aurait pour tache de reunir tous ces elements 
opposes dans le moule d'un meiiie regime autonome. EUe devrait 
proceder au nipatriement des refugies disperses en Autriclie- 
Hongne et dans le IMoutenegro, subvenir a leur entretieu, et, afia 
de reiidre possible la reprise du travail paisible, les iimiiir de grains 
pour I'eusemencement des terres et de materiaux pour la recon- 
structiou de leurs maisous. EUe devrait mettre en oeuvre le 
reglement de la question agraire, source principale des secoussea 
periodiques qui ont agite ces coutrees, probleme herisse d'obstiiclea 
au milieu d'une population deehiree par les haiiies religieuses et lea 
rancunes sociales, probleme qu'uii pouvoir fort et impartial seul peut 
resoudre dans uii pays uii toute la propriete tbnciere se trouve dana 
les mains des Musulmaus, pendant que les Chretiens laboareurs ou 
fermiers torment la majorite des habitants. 

"En meme temps que la Sublime Porte serait appelee a dea 
sacrifices depassant ses inoyens, I'Article XIV dispose qu'elle ne 
pourra pas recouvrer les arrieres et devra reuoncer pendant deux 
ans encore aux revenus courauts de ces provinces. 

" Assurement ce n'est pas faire uu reproche a la Turquie, ni 
mettre en doute sa bonne voloute, que d'affirmer qu'elle ne serait 
^^: en mesure de suffire a cette tache. 

" II lui serait impossible de I'accomplir dans des circonstancea 
normales- EUe est d'autant plus irrealisable a Tissue d'une guerre 
a peine achevee, en presence surtout de la recrudescence de 
rantagonisme qui se manifeste avec plus de vivacite metne qu'au 
commencement des desordres, depuis que des districts habites par 
des Musulmaus se trouvent, ou devront etre places, sous la domina- 
tion Serbe et Montenegrine. L'apprehension que Tautonomie dans 
de pareilles conditions, loin d'ameuer la pacification de ces contrees, 
u'en ferait qu'un foj'er permanent de troubles, n'est que trop fondee. 

" II appert de Tex pose succinct qui precede qu'un reglement 
durable de cette question ne saurait etre atteint sur la base do 
I'Article XIV. Toute tentative intVuctueuse d'installer une organi. 
sation autonome dans ces provinces y dounerait un nouvel essor aux 
agitations, et nous serious aiusi sous peu exposes de nouveau aux 
dommages intolerables que nous out causes et nous causeut les 
ebranlements dans ces provinces. 

" Le Grouvernement Austro-Hongrois doit de plus se preoccuper 
de la situation geographique qui resultera pour la Bosnie et 
I'Herzegovine a la suite des remaniemeuts territoriaux qu'entraine 
une delimitation nouvelle de la Serbie et du Monte legro. Le 
rapprochement de frontieres de ces Priucipautes placerait dans ces 



950 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

parages lea voiea de coinmunication avec le reate do I'Orietit daua 
dea conditioua projudiciables aux iutereta commerciaux de la 
Monarcliie. 

" Pour cea motifs les Plcnipotentiaires de Sa Majeste Iinperiale 
et Eoyale Apostolique se croient en devoir d'appeler la serieuse 
attention du Congres sur les dangers qu'entrainerait toute solution 
depourvue de garaiities de diirce. Ititeressee en premiere ligne, 
comma Puissance limitrophe, rAutriche-Hongrie a I'obligation de 
declarer franchement et ouvertetnent que ses interets les plus 
vitaux ne lui permettent d'accepter qu'un'i solution de la question 
Bosno-Herzegovienne qui serait apte a aniener la pacification 
durable des dites provinces et a enipeeher le retour d'evenements 
qui out fait courir de si graves dangers a la paix de rEuro[)e et cree 
a rAutriche-Hongrie, tout en lui imposant de grands sacrifices et de 
graves pertes materielles, une situation intolerable dont elle ne 
saurait accepter la prolongation." 

Lord Salisbury lit la propositiou ci-api-es : — 

" La condition sociale et la position geographique de la Bosnie 
et de I'Herzegovine nieritent dans la nieme proportion I'attention 
du Congres. 

" Ce sent les seulea provinces de la Turquie ou lea proprietairea 
du sol aieut, presque sans exception, uue croyance religieuse autre 
que celle des paysans. 

" L'iusurrection qui a resulte de cet autagouisme a donne lieu a 
la guerre qui vieut de devaster la Turquie, et les animosites qui 
separent les deux classes de la population ne sont pas uioiua vives 
Qu'elles ne I'etaient il y a trois ans. 

" Elles out ete exasperees par les passions de la guerre civile, et 
rop|)osition an Grouvernernent sera stimulee par les succes reeents 
des deux Principautes voisines. 

" II u'est guere probable que la Porte soit capable de lutter 
aujourd'hui contre les agitations qu'elle n'etait pas assez forte 
pour empecher ou pour supprimer avant meine que les tristes 
6veuements de ces deux dernieres annees ne fussent survenus. 

" A cet tfFet il faudrait un Gouveriienieiit qui eut non seulement 
les moyens necessaires pour etablir une bonne administration, mais 
qui possedat egalement des forces assez preponderantes pour sup- 
primer toute espece de trouble. 

" Si les Puissances ne reussisseut pas, des a present, a pourvoir a 
I'etablissement d'une administration stable et forte dans ces regions, 
elles seront responsables du renouvellement inevitable dea souf- 
frances qui ont invoque les vives sym])athies de I'Europe, et qui ont 
donne lieu a de si graves evenements. 

" La position geographique de ces provinces est aussi d'une 
importance politique. Dans le cas ou il en tomberait une partie 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 951 

coiisidenible entre lea mains de I'une des Priucipauted voisines, une 
chaiiie d'fitats Slaves serait formee qui s'etendrait a travers la 
presqu'ile des Balcaus, et dont la force militaire menacerait lea 
populatioua d'autro race occupant les territoires au end. Un pareil 
etat de choses serait sans doute plus dangereux a I'iudepeudance de 
la Porte qu'aucuue autre combinaisou. 11 est cependaut trds 
probable qu'un tel resultat se produise dans le cas ou. la Porte 
re^tera charj^e de la defense de ces deux provinces eloignes. De 
grands dangers seraient a craiudre tant pour les provinces que 
pour la Porte, si cette deruiere coutiuuait a les occuper et a les 
administrer. 

" D'autre part la Bosuie et I'Herzegovine ne pretent rieu a la 
richesse ni a la force de la Porte. On a constate dans la Conference 
de Constantinople que leurs revenus n'egalaient pas les depenses 
qui se faisaient pour leur coiiipte. La depeuse necessaire pour lea 
defendre serait eaornie, et elles n'ont aucuue valeur strategique pour 
la Turquie. 

" Or, la Porte ferait preuve de la plus liaute sagesse si elle 
refusait de se charger plus longtemps d'une taehe qui depasse sea 
ibrces, et, en la coufiaut a une Puissance capable de la remplir, elle 
detournerait de I'Empire Turc des dangers formidables. 

" Par ces motifs le Gouverneinent de la Reine propose aux 
Puissances reunies que le Congres statue que les provinces de la 
±}bsi-'e et de I'Herzegovine seront oocupees et adniiniatrees par 
TAutriche-Hougrie." 

Le Prince de Bismarck declare s'associer, au noui de I'Allemagne, 
a la proposition que le Marquis de Salisbury vieut de lire, et explique 
son vote par lea considerations suivantes : — 

" L'Europe desire creer un etat de ctioses stable et at^surer d'une 
maniere efficace le sort des populations en Orient. 

" C'est a ce point de vue que les Representants des Puissances 
reunis en Congres out un interet tout special a s'occuper des 
provinces de Bosnie et d'Ht-rzegovine. 

" 11 est notoire que les secoust^es peiiodiques qui out ebranle 
rOrient, et uotaniment lo dernier inouvemeiit qui a menace d'em- 
brasser I'Europe, ont pris leur origine dans cette province. Ce 
ij'est done pas un interet Austro-Hongrois seulement, mais un 
devoir general que de rechercber des moyens eiBcaces pour prevenir 
le retour de pareils evenements. 

" L'Alleraagne, qui n'est liee par aucun interet direct dans lea 
affaires d' Orient, partage pourtant le desir de mettre tin a un ecat 
de choses qui, en se prolongeaut, contiendrait le gerine de nouveaux 
desordres ayant a leur suite des desaccords entre les Cabinets 
Europeens. 11 serait dangereux de garder I'illusion que, pour 
remedier a cette situation, il suffirait d'introduire des reformes en 



952 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

Bosnie et Herzegovine sur la base des institutions actuelles. Seul 
un 6tat puissant et disposant des forces necessaires a port^e du 
foyer des desordres pourra y retablir I'ordre et assurer le sort et 
I'avenir de ces populations. 

" Partant de ces considerations, je m'associe, au nom de 
I'Allemagne, a la proposition de M. le Pleuipotentiaire dela Grande 
Bretagne, et je la reconimiinde vivemeut a I'acceptation de la haute 
assemblee." 

Le Premier Plenipotentiaire d'ltalie rappelle que son Excellence 
le Conite Andrassy a donne lecture d'un expose sur les conditions 
de la Bosnie et de I'Herzegovine, et sur les inteiets qui se rattuclient 
a cette situation. Son Excellence le Marquis de Salisbury a propos6 
de confier a I'Autriclie-Hongrie Toccupation militaire et Tadminis- 
tration de ces provinces, coaime etant de nature a re.^oudre les 
difficultes existantes. Son Altesse Serenistiime le Prince de 
Bismarck a appuye la proposition de I'Angleterre au nom de 
rAlleniagne. Les Plenipotentiaires Italiens voudraient demander 
au Premier Plenipotentiaire Austio-Hougrois si son Excellence est 
a meme de fournir, a I'egard de cette combinaison, quelques 
explications ulterieures, au point de vue de I'inteiet geueral de 
I'Europe. 

Le Premier Plenipotentiaire d'Autriche-Hongrie, se leterant aui 
considerations qu'd a exposees, a Tespoir et meme la conviction que 
le point de vue Europeen qui a inspire le Gouvernement Austro- 
Hongrois ne sera pas moins apprecie par le Cabinet Italieu que p;ir 
les autres Cabinets de I'Europe. 

Le Premier Plenipotentiaire Ottoman expose I'opinion de son 
Gouvernement dans les termes suivants : — 

" Le desir tres-ferme du Gouvernement Ottoman a ete des 
I'origine de fournir, en ce qui le concerne, loutes les facilites 
possibles a I'oeuvre de paix et de conciliation qui constitue la 
mission des Giandes Puissances de I'Europe reunies, en ce moment, 
en Congres. 

" L'attitude des Plenipotentiaires Ottomans au seiu de cette 
haute assemblee a ete constamment conforme a ce principe fonda- 
niental de la politique de leur Gouvernement. Pendant les 
deliberations qui se sent succede jusqu'ici, et dans lesquelles on a 
agite et resolu des questions de la [)lus haute importance pour le 
present, aussi bien que pour I'avenir de I'Empire, il se sont toujours 
fait un devoir — leurs collegues leur rendront certainemeut cette 
justice — de temoigner la plus haute deference aux desirs exprimes 
par les Grandes Puissances, en vue de mettre un terme aux diffi- 
cultes pendantes. 

"lis n'en regrettent que plus vivement de se trouver au- 
jourd'hui dans la necessite de faire connaitre au sujet de I'occu- 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 953 

patioii de la Bosnie et de rHerzegovine, une opinion dift'erente 
de celle qui vieut d'etre emise. 

" Les Pleuipotentiaire8 Ottomans avouent, tout d'abord, qu'ils 
lie voient aucune necessite urgente a donner suite a cette pro- 
positiou d'occupation. La gravite des motifs qui ont ete alleguea 
en faveur d'uiie mesure de ce genre n'est pas ressentie par eux 
au meme degre que par leurs Excellences les membrea du Congres, 
qui seinblent y attacher une importance decisive. Le but de cette 
occupation ne peut etre evidemment que de retablir I'ordre et la 
tranquillite dans ces deux provinces, et de proceder au rapatriement 
des refugies. La Sublime Porte ne poursuivant egalement que ce 
meme but, et disposant, d'uu autre cote, de moyens suffisants pour 
le realiser, ne peut vouloir laisser a aucune autre Puissance le soin 
et la charge de remplir une tache qui lui revieut toute uaturellement 
et de droit. 

" Les Pleiiipotentiaires Ottomans s'erapressent, d'ailleurs, de 
faire connaitre a cette haute asseuiblee que la Sublime Porte 
s'engage a proceder immediatement a la mise en oeuvre des moyena 
propres a amener le resultat desire en envoyant immediatement 
sur les lieux des Hants Comniissaires qui seront charges d'organiser 
une gendarmerie, de pourvoir a I'installation et a I'entretien des 
refugies jusqu'au commencement des travaux des champs, et de 
r-ettre a execution le systeme d'administration qui sera adopte pour 
ces deux provinces, ainsi que d'autres mesures d'amelioratiou. 

" Les Plenipotentiaires Ottomans esperent que le Congres voudra 
bien apprecier I'etendue et I'importance de cet engagement qu'ils 
n'hesitent pas a lui donner au nom de leur Gouveruement ; ils 
osent egalement croire qu'il ne leur sera pas difficile de convaiucre 
cette haute as^emblee de I'efficacite des mesures que la Sublime 
Porte mettrait en application sans le nioindre delai. 

" Le principal mulii: de doute qui s'est fait jour ici meine est tire 
de ce que, dit-on, I'ordre n'a pu etre retabli en Bosnie et en Herze- 
govine depuis bientot trois aus. On en conclut que ces provinces se 
trouvent deja placees en quelque sorto au dela du rayon dans 
I'etendue duquel s'exerce I'lntluence normale du pouvoir de la 
Sublime Porte. 

'' Cependant que leurs Excellences les membres du Congres 
veiiillent bien prendre en consideration que si les desordres en 
Bosnie se sont prolonges pendant un laps de temps relativement 
assez long, cette persistance s'explique bien tacilement si Ton tient 
compte dfs difficultes tout a fait exceptionnelles avec lesquelles 
le Gouveriiement Ottoman s'est trouve aux prises pendant ce 
temps. L'etat d'hostilite ouverte dans lequel se trouvent deptiis 
environ trois aus les deux Principautes limitrophes de la Bosnie 
contre la Sublune Porte, la grande et douloureuse guerre qui a 



954 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

d6sol6 I'Eiiipire en Europe et en Asie, ne pouvaieiit inanquer 
d'absorber lea forces et I'atteiitioo de I'Etat, et de Iburnir uu 
aliment toujours nouveau aux velleitea de revolte et d'agreasion qui 
persistent en Bosiiie. Aiissi bion loin de fournir une preuve de la 
t'aiblesse du pouvoir du ^iullan dana ce pays, les circonstancea 
auxqueiles il a ete tait allusiun clonnent lieu a une conclusion tout a 
fait dill'erente. La force et Tinduence de la Sublin)e Porte doiveiit 
eire bieu puissaiites en Bosnie pour que, penilaiit trois anueea 
de guerre et de calaiuites sur toute I'eteiidue de TEinpire, I'autorite 
Ottoinane se soit niaiuteuue intact dans cette province. Est-ce 
done aujourd'liui, au retour de la paix et juste an moment ou la 
Sublime Porte va pouvoir concentrer toutes ses forces et tous sea 
Boins au retablissement de I'ordre dans ce pays, qu'on voudrait croire 
qu'elle est iuipuissante a remplir cette taciie ? 

" Le Gouverneiiieut Imperial a pleiue conscience de refficacite 
de sou pouvoir sur ces provinces; et, malgre les accroissements 
territoriaus qu'on semble decide a donner aux Principautes voisines, 
accroissements qui sans nul doute auginenteraient, le cas eche;int, 
leurs raoyens agressit's, la Turquie est d'avis qu'elle se trouve tou- 
jours a meme de reprimer cea convoitises si jamais elles veuaient a 
ee manifester, surtout ai I'appui moral du Cabinet de Vienne ne lui 
faisait paa defaut. C'est a cet appui moral que le Gouvernement 
Ottoman attache le plus grand prix ; c'est cet appui qu'il tient a se 
concilier dans cette circonstance. 

"On a pense que la Bosnie u'etant pas une province de grand 
rapport pour le tresor Ottoman, son occupation paries armees Austro- 
Hougroises ne aaurait, par consequent, presenter pour la ISublime 
Porte de grands inconvenients. Qu'il soit permis aux Plenipo- 
tentiairea Ottomans de prendre note de cette declaration, d'apres 
laquelle tous les revenus de la province de Bosnie sout depenses 
dans la province elle-meme. Mais ila ne peuvent, d'un autre cote, 
a'empecber de faire remarquer que de ce qu'une province ne fournit 
pas au tresor des souimes considerables, il n'en resulte pas que 
son occupation par des troupes d'une Puissance etrau^ere doive etre 
indifterente au Souveraiu qui la possede. 

" Sana insister davantage sur les considerations de cet ordre 
d'idees, les Plenipotentiaires Ottomans ont I'bonneur de reiterer 
a leurs Excellencea les membres de cette haute asaembiee que 
la Sublime Porte offre de s'engager a remplir d'elle-meme, imtne- 
diatement, le programme tie relbnues qui sembleraient, en ce 
moment, lea mieux appro[)riees aux exigences dea circonstances. 

'• Pour ce qui est de la question agraire, il serait peut-etre 
inopportun de s'engager ici d,ins de longs developpements ; il serait 
egalement inutile de rappeler les diverses solutions que cette ques- 
tion a refues dans bien des pays ou elle avait cause des difficultes 
analogues a celies qu'on signale dans la Bosnie. La Sublime Porte 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, kC. 955 

eerait-elle seule dans riinpuissance d'y appliquer des remedea de 
nieme nature ? D'ailleurs, la question agiaire subsisie encore dana 
plusi<?ur3 contrees pour lesqueDes neauuioins on n'a guere songe 
a avoir recours a des mo^'eus de la nature de ceux qui sunt, au- 
jourd'hui, proposes pour la Bosuie. 

" Aussi, sans vouloir donner ua plus grand developpement a 
leurs idees, les Plenipotentiaites Ottomans pensent que ce qui vient 
d'etre dit est suffisant pour persuader la haute asserablee qae si elle 
voulait bien prendre acte de I'engagement qu'ils oft'rent au nom 
de leur Grouverneinent, elle assurerait bien iiiieux et bien plutot 
la pacification de ces contrees que si elle donnait sou assentiment 
a une proposition d'occujjation pouvant provoquer des incon- 
venients beaucoup plus graves que ceux auxquels on se propose 
de remedier." 

Son Ex(.'ellence ajoute qu'en s'exprimant ainsi, elle se conforme 
aux instructions de sou Gouveruement. 

Le Premier Plenipoteutiaire de France voudrait expliquer brieve- 
nient les motifs de son adliesion a la proposition du Marquis de 
Salisbury. Le Gouvernemeut Fran9ais n'a pas d'interet immediat 
dans la question Bosuiaque, raais il a interet a ce que I'oeuvre 
du Congres soit utile et durable : c'est la I'ordre d'idees ou il se 
place pour toute affaire qui ue le touche pas directement. Son 
Excelleuce regarde la combinaison indiquoe par le Cabinet Anglais 
coinme la seule qui puisse assurer une existence paisible aux popula- 
tions de la Bosnie et de I'Herzegovine, si profondement dechirees 
par des haines politiques, religieuses et sociales ; il estime que seule 
une Puist;ance voisine, assez forte pour etre impartiale, peut etablir 
la paix dans ces provinces desolees : en un mot, il cousidere I'inter- 
vention du Gouveruement d'Aiitriche-Hongrie couime une mesure 
de police Europeeniie. 

Lord Beaconsfield, apres avoir rappele I'importance de la question 
et la mission du Congres, qui est d'etablir, s'll est possible, la paix 
en Europe, recounait que si, de I'avis de tons, I'une des bases 
principaies de cette paix est i'independance du Sultan couime 
Souverain Europeen, on ne saurait cependant se dissimuler que les 
troubles survenus dans les contrees dont il s'agit ont ete I'origine de 
tons )es lamentables eveuements des dernieres annees. Son Excel- 
lence est convaiucne que si le Sidtan n'a pas pii, avaut la guerre, 
lort^que ses I'essourct's etaient considerables, niaintenir i'ordre et 
la stabiiite en Bo.-nie et llerzegovino, et preserver ainsi la paix 
generale, il n'y a aucune raison de croire qu'aujourd'liui, apres une 
lutte qui lui a fait d'ailleurs le plus grand lionneur, le Gouverue- 
ment Ottoman soit en mesure de donner a la paix de I'Europe 
les securites qu'elle eft en droit de demander. Les Puissances 
doivent done rechercher des nioyens de garautie plus efficaces, 
et ellee esperent les reucontrer dans Taction d'un grand Gouverne- 



956 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &a 

nient limitrophe, puissant, d'opiiiioiia consorvatricea, et qui u'a 
jamais ciierche a troubler lea interets de persouue sur aucuu point 
dii monde. Est-ce la uii Bacrifit-e materiel a demander a la Turquie ? 
Le noble Lord reyarde au contraire que ces provinces, ainsi que I'a 
constate la Conference de Constantinople, n'out jamais donne a 
la Porte un revenu egal a la depense qu'elles lui causent. N'est-il 
pas en outre de haute importance, lorsque les Grrandes Puissances 
sVfforcent de faire justice a toutes lea races, de prevenir dans cea 
contrees la predominance d'uue seule race ? Si le Congres laissait 
les provinces dont il a'agit dans I'etat ou elles se trouvent actuelle- 
ment, ou verrait re[)araitre la |)redominance de la race Slave, race 
qui est peu disposee a faire justice aux autres. On doit recnnnaitre 
que la proposition de Lord Salisbury n'est pas faite dans I'mteret de 
I'Angleterre, mais en vue de la paix de rp]uro|)e entiere. Aucune 
nation n'est mieux eu etat que I'Autriche-Hongrie d'accomplir 
en ce moment, par I'occupalion de ces provinces, le grand devoir de 
maintenir I'ordre, de I'assurer, d'etablir la prosperite, et en definitive 
de fortifier la Porte Ottomaue, en augmentaut son poids dans les 
affaires Europeennes. 

Le Prince Grortchacow dit que la Russie est desinteressee dans 
la question, mais que les considerations developpei^a par le Comte 
Andrassy, la proposition de Lord Salisbury, appuyee par TAllemagne, 
la France, I'ltalie, et par les explications si nettes de Lord Beacons- 
field, lui prouvent I'efficacite de la resolution preparee pour le but 
pacifique que le Congres desii'e atteindre. Eu realite, il s'agit de 
preserver les populations Chretiennes contre dea abus seculaires : la 
motion Anglaise reutre dans les vues generales de la Kussie, et son 
Altesse Serenissime lui donne son entiere adhesion. Quant a 
I'observation de Caratheodory Pacha, qui attribue a des influences 
etrangeres la derniere insurrection, son Altesse Serenissime ne 
saurait I'admettre : les troubles ont ete anienes par I'etat des 
provinces de Bosnie et d'Herzegoviue, et ce n'est que par des 
modifications radicales qu'on pent en empecher le retour. 

Le Preniier Pleuipotentiaire de Turquie, repondant a cetle 
assertion, rappelle qu'il n'a pas entendu examiner I'oiigine de 
I'insurrection Bosnaique, mais seulement affiriiier que si I'ordre n'a 
pas ete retabli plutot, les eveuements qui se sout produits depuis un 
an en ont seuls ete la cause. Le Gouvernement Ottoman preud 
aujourd'hui envers le Congres rengagemeut de pacifier la province a 
bref delai. II indique les moyeiis qu'il compte emplo\er pour 
arriver a ce but, et qui semblent de nature a calmer toute a|)prelu'n- 
sion. Comme le Gouvernement Ottouian est plus a meme que tout 
autre de connaicre I'etat des choses dans ces provinces, il est 
evident que s'il prend cet engagement c'est qu'il est convaincu qu'il 
pourra le remplir. 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 957 

Le Coiiite Andrassy desirerait presenter quelques objections nu 
dooimient In pur Caiatheodory Pacha. Le Premier Plenipotentiaire 
Ottoman a dit que la mesiire proposee etait inutile, puisque la 
Porte est prete k reniedier aux maux qui sunt signales at sera't 
notamment en etat de pourvoir au rapatriement dea re'iigies, dont le 
nomln'e u'est pas inlerieur a 200,000 ames. Le Comte Andrasfy 
fait reniarqiier sur ce point que, depuis trois ans, des inesures sont 
retlamees de la Sublime Porte : tantoC promises, tantot eludees, ces 
dispositions, en definitive, n'ont jamais ete prises. Quant a I'obser- 
vaiion de Caratbeodory Pacha que la Turquie a conserve, jusqu'a 
present, ces provinces intactes, le Premier Plenipotentiaire 
d'Autriclte-Hongrie pense que sou Excellence voudra bien admettre 
que ce resultat est du eu grande partie a la position des troupes 
Austro-Hongroises sur la frontiere pendant les trois annees qui 
viennent de s'ecouler. Le Comte Andrassy ajoute que TAutriebe- 
Hongrie, sans cesse preoccupee du priiicipe de stabilite qui dirige sa 
])olitique, ne saiirait faire dependre I'avenir des illusions que la 
Porte peut conserxer, mais que les eveiiements des dernieres annees 
n'ont que trop dementies. Son Excellence declare done que — 

" La proposition de MM. les Pleiiipotentiaires de la Grande 
Bretagiie et de TAllemagne paraissaiit la solution la plus apte a 
amener la pacification prornpte, complete et durable de la Bosnie et 
(le l'Z-[erzegovine, et repondant aiusi le mieux au but commun que 
toutes les Puissances out en vue, a savoir, de creer un ordre de 
ehoses stable, les Plenipotentiaires d'Autriche-Hongrie ont I'honneur 
d'y donner leur adhesion et de declarer que le Grouverneinent 
Austro-Hongrois est pret a se charger de I'occupation et de I'admin- 
istration de ces provinces. 

'■ Le territdire du Saiidjak de Novi-Bazar, qui s'etend entre la 
Serbie et le Montenegro dans la direction sud-est jusqu'au dela de 
Mitrovitza et qui I'ait partie de I'aucien Vilayet de Bosnie, ne con- 
fidant pas directement avec le territoire Austro-Hongrois, les 
Plenipotentiaires de Sa Majeste Imperiale et Eovale declarent que 
I'Autriche Hongrie ne desire pas se charger de I'administration de 
ce sandjak, oia I'administration Ottomane pourrait etre continuee, 
Keanmoiiis. afin d'assurer le maiiilien du nouvel etat politique, la 
liberte et la securite des voies de communication, I'Autriche- 
Hongrie doit se reserver le droit de garnison et de routes militaires 
et commerciales sur toute I'etendue de la partie indiquee de I'ancien 
Vilayet de Bosnie." 

Le President, tout en faisant remarquer que I'opinion des divers 
merabres du Congres est indiquee par les discours qui viennent 
d'etre prononces, croit devoir, neanmoins, demander le vote formel 
des Eepresentants des Puissances. 

L'Autriche-Hongrie, la Prance, la Grande Bretagne, I'ltalie 



058 GRKAT BKITAIX, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

ndliei-ciil Ti la |ii'(i[)(iHiti()ii AiiglaiHe: la Kussie I'accepte egalement, 
en taisaiit remarquer que son vote s'a[)i)liqiie exelusivtvneiit aux 
ternu's (If la motion de Loi-d Salisbury. 

Les rieiiipoteiitiain s Ottomans ref'usent leiir adhesion en se 
declarant lies par ics instructions de leiir Uouvernement. 

Le Piesidcnt, s'exprimaut au nom de la majorite du Congres et 
surrout dcs Puissances neutres, croit de sou devoir de rapi)eler 
aux Plcnipotentiairea de Turquie que le Congres est reuni, non pas 
pour sauvegarder les positions geographiques dont la Porte desirerait 
le maintien, mais pour preserver la paix de I'Kurope dans le present 
et dans I'avenir. Son Altesse . Serenissiine fait retnarquer aux 
Representants Ottomans que, sans I'intervention du Congres, ils se 
trouveraient en presence de la totalite des Articles du Traite de San 
Stefano ; que cette intervention leur rend une province beaucoup 
plus grande et plus fertile que la Bosnie, c'est-a-dire le territoire qui 
s'etend de la Mer Egee aux Balcans. Les resolutions de la haute 
assemblee ferment uu ensemble dont il est impossible d'accepter lo 
benetice en repudiant les desavantages. La Porte n'a done aucun 
interet a faire echouer les travaux du Congres, en refusant son assenti- 
ment et en mettant les Puissances dans les cas d'aviser en dehors 
d'elle a leurs propres interets. Son Altesse Sereuissime constate 
que les Six Grandes Puissances sont d'accord en cc qui concerne la 
Bosnie et Herzegovine, et maintient I'espoir qu'une oeuvre dont la 
Turquie est appelee a retirer de grands avantages ne sera pas inter- 
ronipue par I'opposition de la Porte. Son Altesse Sereuissime 
demeure persuadee que le Gouvernement Ottoman adressera 
bientot de nouvelles instructions a ses Plenipotentiaires, et termine 
en disant que le Protocole reste ouvert pour les recevoir. 

Le Cointe Schouvaloif demande a presenter une observation sur 
un point du discours de M. le Premier Plenipotentiaire d'Autriche- 
Hongrie. Le Comte Andrassy, en disant que les interets Austro- 
Hongrois n'exigeaient pas I'occupation et I'administration de la 
partie appelee generalement " renclave," a demande cependant les 
routes militnires et quelques points slrategiquea. Lea Plenipoten- 
tiaires de E.ussie, qui ont adhere a la proposition du Marquis de 
Salisbury, se trouvent ici en presence d'une peusee nouvelle, qui 
n'est pas encore tres-claire pour eux, et dont le developpement 
pourrait affecter les frontieres et agrandissemeuts territoriaux 
reserves au Montenegro et a la Serbie. Son Excellence desire done 
prendre cette derniere partie du discours du Comte Andrassy ad 
referendum jusqu'a ce qu'il ait eu a ce sujet une explication avec le 
Premier Plenipotentiaire d'Autriche-Hongrie. 

Le President declare que le Protocole reste egalement ouvert 
pour les observations subsequentes que voudraient presenter lea 
Plenipotentiaires de Eussie. 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 959 

Le Coiigres, ssuivant sou oidre du jour, aborde la question de 
Serbie, et le I'resulent doiiny lecture des premiers iQots de 
Article III du Tiaite de San yiet'aiio, ainsi coi)9u : — 

*' La Serbie est reconnue iudependaute." 

Son Altesse Sereuissime demaiule si ce principe est admis par la 
haute assemblee. 

Caratlieodory Pacha lit les considerations suivantea : — 

" A la premiere occasion qui s'offre au Congres de se prononcer 
sur les stipulations d'indepemiai.ce iuserees dans le 'J'raite de 
San Stetano, Caratheodory Pacha piie le Congres de lui permettre 
d'acconipagner son opinion de quelques mots. Ce^t en vue d'un 
grand interet Europeen aussi bien que daus I'interet de la Serbie 
elle-nieme que I'Europe avait consacre le lieu de vassalite qui 
unissait jusqu'a present cette Principante a la Cour Suzeraine. 
Que la Turquie ait fait usage du droit qui lui efait conlere par les 
Traites avec une moderation qui ue s'est dementie, pas meuie 
au milieu des plus rudes epreuves, que ce droit ait presente une 
utilite reelle pour le reglemeut facile des difficultes qui, a diHerentes 
epoques, out vivement int^resse I'Europe, que cette suzerainete, 
ainsi entendue, ait assure une iudepeudance reelle a la Serbie, et 
que celle-ci en ait recounu a plusieurs reprisi s la haute valeur, ce 
KOiJt la des faits ineontestables. 

" Le Traite de Sau Stetano inaugurait un nouveau systeme pour 
ce pays bien que pnur d'autres, qui se trouvaient places a peu pres 
dans les n ernes coiiditidiis en les detachant du centre qui leur avait 
ete assigne. Si I'idee de rindependance pievaut anjourd'hui dans 
1 s conseils de I'Europe, la Turquie ue s'y opposera pas; car elle est 
persuadee que cette independance, qu'il s'agit pour le Congres 
de sanctionner, sera reelle, serieuse, qu'elle sera assuiviee par les 
pa3's dans la pleine conscience des droits aussi bien que di>s devoirs 
qu'elle leur impose, parceque des lors elle sera respectee et qu'elle 
ne diniinuera pas les gnrantiis d'ordre public Europeen que le lien 
de suzerainete avait su creer et maintenir." 

Le Pi'esident fait remaiquer que renonciation de I'Article III 
est absolue, et il ne croit pas admissible que la Turquie retire 
I'assentinient qu'elle a donne a San Stefano sur ce poiut. 

Son Altet-se Serenissime precede au vote. 

Lord Salisbury reconnait I'independance de la Serbie, raais pense 
qu'il serait opportun de stipuler dans la Principaute le grand 
principe de la liberte religieuse. 

M. Waddington adtnet egaletnent I'independance de la Serbie, 
mais sous le beneiice de la proposition suivante identique a celle 
que le Congres a acceptee pour la Bulgarie : — 

" Les habitants de la Principaute de Serbie, quelle que soit leur 



960 GREAT BrilTAIN', AUSTRIA, FRANCIi:, &C. 

relii^iiiii, joiiiroiit (rune complete eu;alile de (lr()it3. lis pourroiit 
concoiirir a tons lea einplois publics, fbiictii)iis t;t honiieiirs, et 
ext'i-ccr toul(\s les piMlVsHiiJiis, »^t la diflerence de croviiiice ne pourra 
If nr etre opposee comnie un motif d'exdu^ion. 

" L'exer<;ice et la pratique exterieure de tous lea eultea seront 
■ entiereineiit libres, et aiicune entrave ne pourra etre apportee soit a 
rorgani^-aiioii liierarchique des ditrereiites cotninimions, soifc a leura 
rapports avec leurs chets spirituels." 

Le Prince Gortchacow craint que cette redaction ne s'applique 
Burtout aux Israelites, et sans se montrer contraire aux priiicipes 
generaux qui y sent enonces, son Altesse Serenissime ne voudrait 
])as que la question Israelite, qui viendra plus tard, fut prejugee par 
une declaration prealable. S'il ne s'agit que de la liberte religieuse, 
le Prince Gortchacow declare qu'elle a toujours ete appliquee en 
liussie; il donne pour sa part a ce principe I'adhesion la plus 
complete et serait pret a I'etendre dans le sens le plus large. Mais 
s'il s'agit de droits civils et politiques, son Altesse Serenissime 
demande a ne pas confondre les Israelites de Berlin, Paris, Londres, 
ou Vienne, auxquels on ne saurait assurement refuser aucun droit 
politique et civil, avec les Juifs de la Serbie, de la Eoumanie, et de 
quelques provinces Russes, qui sont, a son avis, un veritable fleau 
pour les populations indigenes. 

Le President ajant fait remarquer qu'il conviendrait peut-etre 
d'attribuer a la restriction des droits civils et politiques ce regret- 
table etat des Israelites, le Prince Gortchacow rappelle qu'en Russie, 
le Gouvernenient, dans certaines provinces, a du, sous I'impulsion 
d'une necessite ab^olue et justifiee par I'experience, soumettre les 
Israelites a un regime exceptionuel pour sauvegarder les interets des 
populations. 

M. Waddington croit qu'il est important de saisir cette occasion 
solennelle pour faire afBrmer les principes de la liberte religieuse 
par les liepresentants de I'Europe. Son Excellence ajoute que la 
Serbie, qui demande a entrer dans la famille Europeenne sur le 
meme pied que les autres Etats, doit au prealable reconnaitre les 
principes qui sont la base de I'organisation sociale dans tons les 
fitats de I'Europe, et les accepter comme une condition necessaire 
de la faveur qu'elle sollicite. 

Le Pi'ince Gortcliacow persiste a penser que les droits civils et 
politiques ne sauraient etre attribues aux Juifs d'une maniere 
absolue en Serbie. 

Le Comte SchouvalofF fait remarquer que ces observations ne 
constituent pas une opposition de principe a la proposition 
Eran9aise : I'element Israelite, trop considerable dans certaines 
provinces Eusses, a du y etre I'objet d'une reglementation speciale, 
mais son Excellence espere que, dana I'avenir, on pourra preveuir lea 



GEEAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 961 

iiicoineiiients incoiitestabh^s signales par le Prince Gortchacow 
Bans toucher a la liberie religieuse doiit la llusoie desire le 
(.ieveloppemeiit. 

Le Prince de Bismarck adhere a la proposition Fran^aise, en 
declarant que Tassentinient de rAUemagne est toujours acquis a 
toute motion favorable a la Jiberte religieuse. 

Le Comte de Laiinay dit qu'au nora de I'lfcalie il s'empresse 
u'adiierer au principe de la liberie religieuse, qui forme une dea 
bases esseutielles des institutions de son pays, et qu'il s'associe aux 
declarations faites a ce sujet par I'Allemagne, la France, et la Grande 
Eretagne. 

Le Comte Audiassy s'exprime dans le meme sens, et les 
Pleuipotentiaires Ottomans n'elevent aucune objection. 

Le Prince de Bismarck, apres avoir constate les resultats du 
vote, declare que le Congrea ad met riudepeudance de la Serbie, maia 
sous la condition que la liberie religieuse sera reconuue dans la 
Principaute, Son Altesse Serenissime ajoute que la Commission de 
L'edaction, en formulant cette decision, devra constater la connexite 
etablie par le Congres entre la proclamation de rindependance 
Serbe et la reconnaissance de la liberie religieuse. 

Lord Salisbury desirerait egalement que le Congrea insistat en 
favenr de la liberie commerciale et se deciarat centre rintroduction 
eveutuelle d'un droit de transit en Serbie. 

Le Comte de Launay fait savoir qu'il a prevenu le vceu de 
M. le Plenipotentiaire d'Augleterre, et qu'il a prepare, de concert 
avec ses collegues d'Autriche-Hongrie et de France, la motion 
euivante : — 

"Les Plenipotentiaires d'Autriche-Hongrie, de France et d'ltalie 
proposent d'ajoutcr aux stipulations relatives a la Serbie ce qui 
suit : 

" Jusqu'a la conclusion de nouveaux arrangements, rien ne sera 
clvange dans la Principaute de Serbie aux conditions actuelles des 
relations commerciales de ce pays avec les pays etrangers, aucun 
droit de transit ne sera preleve en Serbie sur les marchandisea 
traversant ce pays. 

^ " Les immuuites et privileges des sujets etrangers, ainsi que les 
droits de juridiction et de protection Consulaires tela qu'ils existent 
aujourd'hui, resteront en pleine vigueur tant qu'ils n'auront pas ete 
modifiees d'accord avec les Parties Contractantes." 

Le President regarde comme de droit commun qu'une province 
separee d'un Etat ne puisse s'affranchir des Traites auxquels elle a 
ete jusqu'alors soumise. C'est aux yeux de son Altesse Serenissime 
un principe de droit des gens qui ne pent, d'ailleurs, qu'etr© 
corrobore par une declaration du Congres. 

La motion presentee par le Comte de Launay est accepte en 
[1877-78. LXix.] 3 Q 



962 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

principe, sauf a la demande du Comte Scliouvaloff d'une r6vi;<ion 
des details de redaction. 

Le Centres continue i'examen de I'Article HI relalif a la 
fronti^re Serbe, et le President pense que cette delimitation ne pent 
6tre tracee que par un Comite special. 

Le Baron de Hayraerle presente, sur ce point, le projet 
Buivant : — 

*' La Serbie recevra un agrandissement territorial. 

" Une definition exacte des frontieres ne fiouvant se fairf dans le 
plenum du Congres, une Commission dans laqiielle un Plenipoten- 
tiaire entrerait pour cliaque Puissance aerait chargee de formuler et 
de soumettre au Congres un trace de frontieres. 

" L'aniiexe contient dea propositions plus detailleea des Plenipo- 
tentiairea Austro-Hongrois sur le trace des frontieres "* 

Le Comte Schouvaloff accepte la propo^ition d'uri Comite 
Bpecial. 

Meheiiied Ali Pachn ayant fait allusion aux intereta de la 
Turquie dans la delimitation de la frontiere etrappelle les consideia- 
tions qu'il a lues dans la deruiere seance, le President insiste pour 
la formation d'un Comite charge specialement de ces questions qui 
ne sauraient etre reglees en reunion generale. 

Le Congres accepte cette proposition : ies Plenipotentiaires 
devroiit designer au Secretariat les Delegues qui feront partie du 
Comite. 

L'Article IV du Traite de San Stefano. relatif a la SerMe, est 
ensuite examine ; les alineas 1 et 2 sort renvoyes a la Commission de 
Redaction. 

Sur le 3® alinea, relatif a I'evacuation du territoire Ottoman par 
les troupes Serbes. Loid Salisbury exprinie le desir de voir iiitervenir 
une decision du Cougies: le Comte Schouvalolf ayant fait remarquer 
qu'uue decision precise ne pent etre prise sur ce point avant que 
la frontiere ait ete deliuiitee, le Congres renvoie egalement a la 
Commission de Kedaction le dernier alinea de I'Article IV. 

Le Baron de Haymerle lit la proposition ci-desf-ous relative aux 
chemina de fer en Serbie : 

" La Principaute de Serbie est substituee pour sa part aux 
engagements que la Sublime Porte a contractes tant envers 
rAutricbe-IIongriii qu'envers la compagnie pour I'exploitation des 
chemins de fer de la Turquie d'Enrope, par rapport a i'acbevement 
et au raccordement ainsi qu'a I'exploitation des lignes ferreea a 
construire sur le territoire nouvellement acquis. 

" Les Conventions necessairea pour regler ces questions seront 
conclues entre TAutriche-Hongrie, la Porte, la Serbie, et — dans les 

* Voir Anuese 1 au Protocole. Page 964. 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 963 

limites de sa conipeteiu'e — avee la Pi'iiicipaute de Bulgarie, imme- 
(!iaterneiit apre.s la conclusion de la paix." 

Cette motion, ideutique a celle que le Congres a votee sur les 
voies ferrees en Bulgarie, est accueiliie a I'unanimite. 

Caratheodory Pacha presente les observations siiivantea sur le 
tribut de la Principaute Serbe : — 

" Le tribut de la Serbie sera capitalise et le montant verse dans 
les caisses du Tresor Ottoman dans un delai de . . . . 

" La Serbie supportera une part de la dette publiqiie Ottomane 
jifoportionnelle au revenu des districts qui lui seront definitivement 
annexes." 

Le President fait remarquer qu'il n'est pas question du tribut 
dans le Traite, et, le Comte Schouvaloff ayant dit qu'en effet 
I'independance implique naturelleraent la fin du tribut, Lord 
Salisbury repond que le tribut etait une propriete qui etait, comme 
tons les autres revenus de la Turquie, grevee du paiement de la 
dette Ottomane. 

Le Prince Gortchacow n'est pas dispose a s'interesser aux 
souscripteurs des emprunts Turcs. Son Altesse Serenissime con- 
sidere cette affaire comme un triste agiotage. Le Gouvernement 
E,u3se a refuse sou concours a ses nationaux porteurs de titres 
Ottomans. 

Le Comte Schouvaloff, revenant a la question du tribut, dit qu'il 
n'est pas en mesure de la discuter actuellemeut et demande qu'elle 
soit renvoyee a la Commission de Redaction. 

Le President pense qu'on pourrait peut-etre faire supporter a la 
Serbie une part de la dette equivalente au tribut. 

M. Wiiddiugton ne saurait admettre les paroles de M. le 
Premier Plenipotentiaire de Russie au sujet des emprunts Turcs. 
Son Excellence ue pense pas que ces emprunts puissent etre 
qualifies d'agiotage : qu'il y ait eu une part de speculation dans cea 
affaires on ne peut le nier, mais actuellemeut les titres se trouvent 
en general entre les mains de detenteurs digues d'interet. M. 
Waddington n'insiste pas aujourd'hui, mais il maintient ses observa- 
tions en faveur de droits serieux, et que plusieurs de ses collegues, 
aussi bien que lui-meme, se ferout un devoir de defendre. 

Le Prince Gortchacow repond qu'il n'a pas voulu parler de tons 
les emprunts, mais de la majorite d'entr'eux, et, en outre, constater 
que son Gouvernement a refuse tout appui politique aux detenteura 
Russes de fonds Turcs. 

II demeure entendu que la proposition de Caratheodory Pacha 
est renvoyee a la Commission pour la Delimitation des Fron- 
tieres. 

Le Congres se preoccupe ensuite de fixer I'ordre du jour de 
la prochaine seance. Sur les observations du Comte Andrassy et du 

3 Q 2 



9G4 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

Comte Sehouvaloff, la question du Montenegro est remise a vine 
seance ulterieure. Le Congres decide de passer demuiii a la discus- 
sion des affaires Grecques, puis des affaires lloiunaines, et examine 
la procedure a suivre en ce qui concerne railiuissiou des Repre- 
seatauts Grecs. 

Le Comte de Saint- Vallier fait reinarquer que les Miiiistr»*s 
Grecs doivent, dans la premiere seance ou il seront admia, se borner 
a presenter au Congres les demandes et les observnlions de leur 
Gouvernement ; le Congres se concerterait eiisuite en dehors de 
leur piesence et discuterait avec eux dans une seance suivante. II 
y a la, en efl'et, deux ordres d'idees: d'abord I'expose des vues et det* 
desiis de la Giece, puis la discussion elle-nieme en Congres. 

Le President aecepte cette procedure, et, avec rassentiment 
unanime de la haute assemblee, annonce qu'il va [faire aavoir aux. 
Representants de la Grece qu'ils seront entendus demain par le- 
(^ougres. 

Lord Salisbury et le Comte Corti demancK'nt si la Eou'nanie n© 
sera pas egalement adinise a plaider sa cause devant la haute 
Assemblee. 

I.e President repond que, les affaires Eoumaines etant a I'ordre 
dn jci.i" de la seance de demain, la question soulevee [lar les Pleni- 
potenliaires d'Angleterre et d'ltalie pourra y etre discutee. 

Meliemet Ali Pacha presente une motion relative aux frontieres 
du Montenegro qui sera imprimee et annexee au Protoct)le.* 

La seance est levee a 5 heiires. 

[Suivent les Signatures.] 



Annexe 1 au Frotocole No. 8. — Frontiere pour la Serbie. — (Carte de 
V Etat-BInjor Autrichien.) 

Le trace suivra la t'rontiere acl uelle par le thiilffeg de la Drina> 
laissant a la Princi[)aute le Mali-Zwornik et Sakhar. 

Elle continuera ensuite ii lon<:er I'ancienne limits de la Princi- 
paute jusqu'au Ko])aonik, dont elle se detachera a la sommite du 
Kanilug. De la elle se confondra avec la liinite occidentale du 
Sandjak de Nisch jusqu'au village Kon9ul sur la Morava, passant 
d'abord par la cr6te du contrefort sud du Kopaonik, puis par celle 
(le la Maritza et Mrdar Planina (tbrmant le.partage des eaux entre 
le bnssin de I'lbar et de la Sitnica d'un cote, et de celui de la 
Toplica de I'autre) — laissant le defile de Prepolac a la Turquie — 
jusqu'au mont Djak, tournant ensuite vers le sud par la Crete 
du partiige des eaux entre la Brveui9a et la Medvedja-Kjeka, d'ovi 
elle descendi-a dans une direction est entre les villages Petrilja 
et Dukat, pour y tr.iverser la riviere Medvedja et monter sur la 
Crete de la Goljak-Planina (tbrmant le partage des eaux entr© 
* Yoir Annexe 2 au Protocole. Page 965. 



GREA.T BRITAi:^, AUSTRIA, FRANCE, &C. 965 

Ha Kriva-Djeka d'uu cote et la Poljanica, la Veternica efc la 
Morava cle I'autiv), d'ou elle desceadra dans une direction sud a 
KoDful sur la Morava — lai9s<ant ce village a la Serbie. De ce point 
la troiitiere suivra ie thalweg de la Morava jusqu'a Lusan, laissant 
*.-e vill.ige a la Turquie, d'ou elle se dirigera par Borovce et 
Nuvofflo, laissant ces villagea a la Turquie, jusqu'a la sommite 
du uioiil Kujan. De ce point la frontiere se contbndra de nouveau 
avec la liiuite administrative nieridionale et orientale du Sandjak de 
Niscli, i'ormaiit le partage des eaux entre lea bassins de Vardar, du 
Strouina, de I'lsker et du Loni d'uu cote et de celui de la Morava et 
du Tiinok de I'autre. 

Cette liinite administrative et particulierement marquee par 
la Crete de la S. llia-Planina, le somiuet de mont Kljuc, la crete de 
la Babina glava, le sonimet des monts Crni vhi, Streser, Vilo golo, 
Mesid, llavna siba et Ogdrelica^ la crete des montagnes Kosturnica-, 
Ljubas-Grloska- et A^isker-Planina. Elle traverse ensuite le col de 
la route Sophia-Nisch pres du village Soline, d'ou- elle passe par lea 
environs des vilbiges Malovo, Murgas et Gedic, et puis dans une 
ligne droite jusqu'au col Grinci (Ginci Pass), qui resterait a la 
Bulgarie. A partir de ce point elle suit la crete des montagnes 
Kodza et Ciprovac-Balkan, puis de la Stara-Planina jusqu'a 
I'ancienne frontiere orientale de la Priucipaute, pres de la Kula- 
" Smiljova 9uka." 



Annexe 2 au Protocole No. 8. 

D'aprIis les bases de la paix eiguees a Andrinople un accroisse- 
ment de territoire equivalent a celui que le sort des armes avait 
fait tomber entre les mains des Montenegrins leur devait Stre 
accorde. 

Ce territoire se compose — 

1. Des uabies de Zubci, Banjani, Piva, Drobniak, Saran, Tezere 
et de la partie du district de Bihor qui se trouve entre le Lim et le 
district Montenegrin de Vassovik. Tons ces nahies sont depuis 
loiigtemps connus sous le uoin de " districts insurges," vu que les 
situations topographiques et le mauvaia etat des routes rendant 
tres- difficile I'iiction des troupes Imperiales, leurs habitants se 
trouvaieut, meme en temps de paix, plus ou moins en etat d'iusur- 
rection. 

2. Du district de Niksic tombe eutre les mains des Montene- 
grins apres la capitulation de la place de Niksic et I'evacuation par 
uos troupes des blockhaus en pierre qui defendraieut le defile de 
Duga. 

3. Du district de Ku9i habite par des Slaves Orthodoxes et situe 
entre le territoire des Albanaia Clementi et le Montenegro. Jadia 



966 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

lea Ku9iote8 faisaient toujours cause commune avec les Albanaia, 
maia, d^s le debut de la derni^re guerre, ila se sent declarees pour 
leura frerea de race, lea Montetiegrina, 

4. De la vilie d'Autivari et d'uiie partie du district de ce nom. 

Lora de la conclusion do I'armistice cette partie eut pour limites 
le cours de la Bojana depuis son embouchure jusqu'au lac de Saaa et 
enauite une ligne tiree perpendiculairement de la pointe ouest de ce 
lac vera le lac de Scutari sur le village de Sklu. 

Lea p:iys meutioniies dans ces quatre paragraplies ferment 
evidemment le territoire dont a voulu parler le seconde paragraphe 
des Bases de la Paix, comme devant otre cede au Montenegro. Si 
une partie en etait exclue il faudrait accorder un equivalent a la 
Principaute. 

Or, d'apres les Pieliminaires de San Stefano non aeulement tons 
les pays dont il s'agit, a I'exception du petit district de Zubci, t'ureiit 
cedes au Montenegro, mais on y ajouta encore une enorme etendue 
de pa3'3 qui n'orit jamais ete foules par aucun Monteuegriu eii 
armes, voire les cazns Bosniaques de Foca, Plevlje ( raclilidje), 
Prjepolje (Prepol), Bjt-lopolje (Akova), et Berana, ainsi que les 
cazas Albanais de Rozai et Grussinije avec les mouts liabites par lea 
clans Albanais de Hotei et Clementi. 

Les cazas frontierea de Kolachein du cote de Novi-Bazar, et 
de Spouz et Podgoritza du cote de I'Albauie, furent auasi compria 
dans le territoire qui serait donne au Moutenegro, quoiqu'il y eut 
dans les chefs-lieux fortifies de cea cazaa dea garnisons nombreuses 
qui n'avaient rien a craiadre en cas d'attaque. 

Lea Plenipoteiitiaires Ottomans signalent a I'appreciation de 
cette haute assemblee, en ce qui coiicerne la ligne tVontiere du 
Montenegro, hi contradiction existant entre It-s Bases de la Paix 
et les Preliminaires de San Stefano. Auimes du desir que la ligne 
qui separera I'Empire du Montenegro soit, dans la mesure du pos- 
sible, tracee de maniere a enipecher par des obstacles naturels, pour 
I'une et I'autre partie, les violations de frontiere et les depredations, 
ila soumettent a I'approbation du Congres la recti Heation suivante 
de la ligne frontiere actuelle : — 

(a.) Pour le cote nord les districts de B mjani, Niiisic, Piva, 
Drobniak, Saran, et Yezere, seraient cedes au Montenegro: entre 
la Piva et la Tara la caserne fortifiee de Crkvica, qui est une garde 
avancee de la ville de Fotza et par consequent toujours occupee par 
un bataillon d'lufanterie, resterait a la Turquie, et la ligne frontiere 
passerait pres du village de Nedvina, etant a peu pres perpendicu- 
laire aux deux rivieres susinentionnees. 

{b.) Pour le cole est, la ligne frontiere remonterait d'abord 
la rive gauche de la Tara et ensuite le ruisseau qui du Mont Starac 
descend vera Pros9en et suivrait autour de Kolachein I'ancien trace. 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 96^' 

jusqu'au poiut design^ sur la carte par le nom de Sieko-yezero. 
Elle descendrait de ce point vers le village de Djoriza et remoaterait 
de Lim jusqu'a Sekulare. La petite forteresse de Berana etaat de 
ce c6le la clef de i'Albanie, las hauteurs qui se trouvent vis-a-vis sur 
la rive gauche du Lim nous resteraient et feraient partie du rayou 
de tette forteresse. 

{c) Pour le cote sud, vu que les districts de Grussinie et de 
Plava ne sent habites que par des Albanais, et que ces districts ainsi 
que les villes Musulmanes de Spouj et Podgoritza u'out jamais eto 
occupes par les Montenegrins, il n'y aurait rectification de frontiere 
qii'a partir du Mont Ziva, d'oii le nouveau trace descendrait le 
coursdu ruisseau de Ripni^a, jusqu'au village de Fundina, tournerait 
autour de Podgoritza, de mauiere que les hauteurs environnantes 
du cote nord-est feraient partie du rayon de cette place, et rencon- 
trerait Tancieu trace au confluent de la Zeta avec la Moraca. 

Le district d'Antivari etant exclusivemenfc habite par des 
Albanais, restei'ait sous la domination Ottomane, et il n'eu serait 
cede aux Montenegrins que le port de Spi9a, au nioyen d'une 
petite rectificatiou de frontiere, laquelle, du point Milujevic, se 
dirigerait en ligne droite vers le village de St. Pettka situe au bord 
de la mer. 

Cette haute assemblee aurait a statuer si, pour la partie du 
district d'Antivari occupee actuellemeut par les Montenegrins, uu 
equivalent devait leur etre donne sur un autre point quelconque. 



Protocole No. 9. — Seance du 29 Juin, 1878. 
Etaient presents : 

Pour TAllemagne — le Prince de Bismarck, M. de Biilow, le 
Prince de Hohenlohe-Schilliugsfiirst ; 

Pourl'Autriche-Hongrie — le Comte Andrassy, le Comte Karolyi, 
le Baron de Haymerle; 

Pour la Prance — M. Waddington, le Comte de Saint-Vallier, 
M. Desprez ; 

Pour la Grande Bretagne— le Cointe de Beaconsfield, le Marquia 
de Salisbury, Lord Odo Eussell ; 

Pour ritalie — le Comte Corti, le Comte de Launay ; 

Pour la Eussie — le Prince Gortchacow, le Comte SehouvaloiF, 
M.d'Oubril; 

Pour la Turquie — Alexandre Caratheodory Pacha, Mehemed Ali 
Pacha, SadouUah Bey. 

La. seance est ouverte a 2 heures et demie. 

Le President annonce que la Commission de Delimitation des 
Frontieres s'est constituee, et se compose de la maniere suivante :— - 



968 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

Pour rAUemagne, le Priuoe de Hobenlohe ; pour rAutriclie, le 
Baron de Haymerle ; pour la France, le Comte de Saint Vnllier ; 
pour la Grande Bretagne, Lord Odo Russell ; pour I'ltalie, le Comte 
de Launay ; pour la Eussie, le Comte SchouvalofF; pour la Turquie, 
Mebemed All Pacha. 

La Commission a tenu sa premiere seance aujourd'hui. 

Avant de proceder a I'ordre du jour, le President rappelle que 
lea diverses propositions presentees dans !a derniere seance ont ete 
remises aux Commissions respectives. 

L'ordre du jour appelle en premier lieu I'Article XV du Traite 
de San Stefano, concernant I'lle de Crete et les provinces limi- 
trophes du Eoyaume de Grece. Couformement a la decision prise 
par le Cougres, le President a invite MM. les Represeutants du 
Gouvernemeut de Sa Majeste le Roi de Grece a vouloir bien faire a 
la baute assemblee, dans la seance de ce jour, les communications 
dont ils seraient cbarges. 

Le President douue lecture de I'xVrticle XV du Traite de San 
Stefano. 

Lord Salisbury demande uiie modification au dernier alinea ainsi 
con9u: " Des Coinuiissious Speciales, dans lesquelles I'element 
indigene aura une large participation, seront cbargees dans cliaque 
province d'elaborer les details du nouveau reglement. Le resultat 
de ces travaux sera soumis a rexamen de la Sublime Porte, qui 
consultera le Gouvcrnement Lnperial de Russie avant de les n\ettre 
a execution." 

Son Excellence desirerait que les mots " le Gouvernemeut 
Imperial de Russie " fussent i-emplaces par ceux-ci % " la Commission 
Europeenne." 

Le Comte Schouvaloff, faisant allusion au danger qu'il a deja 
signale d'etendre trop les attributions des Commissions Europeennes, 
est d'avis qu'il serait pieferable de substituer aux mots iudiques 
par Lord Salisbury, " les Grandes Puissances de I'Europe." 

M. le Plenipotentiaire d'Angleterre a} ant insiste pour les termes 
qu'il a proposes, et le Prince de Bismarck ayant fait remarquer 
qu'au fond la divergence entre les deux opinions est pou sensible, le 
Comte Schouvaloff' accepte la re.iaction propo;-ee par I'Angleterre, a 
laquelle le Congres donne egaleinent son adhesion. 

MM. Delyaunis, Ministre des Affaires Etrangeres de Grece, et 
Rangabe, Ministre de Giece a Berlin, sont ensuite iutroduits. 

Le President dit que le Congres a voulu entendre les voeux et les 
appreciations du Gouvernemeut Plellenique avant de prendre une 
decision sur I'Article XV, qui forme en ce moment I'objet de ses 
deliberations. Son Altesse Sei'enissime prie MM. les Representants 
de la Grece de faire connaitro leurs opinions et leurs desirs a la ■ 
haute assemblee. 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 969 

M. Delyannis exprlme au Congres la reconnaissance du Gouverne- 
ment Hellenique pour I'admission des Iiepresentant« Grecs au sein 
de la haute assemblee. Son Excellence espere que Je Congres 
voudra examiner avec la meme bienveillunce la cause que son 
collogue et lui ont mission dedefendre. II donne ensuite lecture de 
la communication suivante: — 

" Les seuls et veritables voeux du Gouvernemeut Hellenique ont 
ete toujours identiques aux aspirations de la nation entiere, dont la 
Grece libre ne constitue qii'uue petite partie. 

" Ces memes aspirations auiinaient le peuple Ilellene quand il 
entreprit en 1821 la longue guerre de son independance. 

"Quant a leur realisation complete, le Gouvernement Hellenique 
ne saurait se taire illusion sur les nombreuses difficultes qu'ello 
rencontre. 

''La ferme resolution de 1' i^^urope d'etablir la paix en Orient 
sans trop ebranler I'etat des choses existaiit, indique au Gouverne- 
ment Hellenique les limites qu'il doit imposer a ses aspirations. 

" Ainsi, le Gouvernement doit limiter ses voeux et voir dans 
I'annexion de Candie et des provinces limitrophes au Royaume, tout 
ce qui, pour le moment, pourrait etre fait pour la Grece. 

"Les vceux du Gouveruenient du Koi ne s'opposent iii aux 
iuterets de I'Europe, ni a ceux de I'fitat voisin. Leur satisfaction 
Berait raccomplissement de la volonte ferme et tenace des popula- 
tions de ces provinces, et donnerait le c-alme et uiie existence tenable 
au Rojaume. 

" Nous croyons que raccomplissement des vceux ci-dessua 
enonces est dans les iuterets del' Europe. S;i volonte etant d'amener 
et de consolider la paix en Orient, I'annexioii de ces provinces serait 
le moyen le plus eiKcace et le seul possible pour ecarter toutes les 
causes qui pourraient dans I'avenir faire jiericliter I'oeuvre pacifica- 
trice de I'Europe. On n'aurait qu'a se rappeler le passe de ces 
provinces, les causes qui les ont taut de fois agitees, et les moyetis 
extremes auxquels ces contiees ont en recours pour ameliorer leur 
sort, pour etre pleinement convaincu que les memes causes ameue- 
raient, dans uu avenir plus ou moms procluiin, les memes tristea 
resuUats. 

" D'ailleurs, I'Europe ayant vu dans la creation du Royaume 
Hellenique une oeuvre extiemement civilisatriee, son ngrandissement 
lie serait que le complement de cette oeuvre. 

" L'annexion de ces provinces serait aussi dans Tinteret de la 
Turquie. Elle lui eviterait dans I'avenir toute cause de troubles, 
qui ont taut de fois epuise son budget, compromis ses iuterets 
])olitiques, et aigri ses relations de bon voisinage, dont le Eoyaume 
Helleuique a ete de tout temps si soigneux. 

" Quant a i'interet capital que ces provinces memes trouveraient 



970 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

dans leiir annexion, il est g6ii6raleinent connu que, depuis au demi- 
eidflo dcja, elles r^clament Jeur union a la Greee. Elles out bieu 
ties foiw, et luiutenieut, luauift-ate ce desir. Elloa u'ont pas Iie8it6 
Uieuiu do prendre les arrnt'S a plusieurs reprises, et de s'attirer tous 
Ics mallieurs de la guerre pour le realiser. II y a quelques raoia 
a peine uue d'elles n'a pu etre pacifiee que sur I'assurance formelle 
d'uuo graude Puissance que * la cause Helleiiique ne serait point 
leaee,' et que cette Puissance nieine dirait ex|)liciteineut au Congr^s 
' quo cette pacification est due a sou intervention.' 

" Uiie autre province, I'lle de Candie, est encore en pleine 
insurrection, et d'a|)res les dernieres nouvt-lles le sang y coule en 
abondance. 

" Ne serait-ce pas uue oeuvre de justice et d'hutnanite que de 
satidlaire aux aspirations nationales de ces pays, de coinbler leurs 
voeux, tant de tbis niauitesteH, et de leur epargner a I'aveuir lea 
destructions et lea catastrophea auxquelles ils s'exposent pour 
parvenir a une existence nationale ? 

" Quant au Koyaume Helleuique, toutea les manifestations des 
voBux nationaux des Hellenea de la Turquie ne peuvent iiaturelle- 
ment que produire uue profonde emotion dans le Koyaume 
Hellenique. 

" Les originaires des provinces Grecques de I'Empire Ottoman j 
comptent par milliera ; un grand nombre en occupent des places 
distiuguees dans toutes les brauches de I'Adrainistratiou, dans la 
marine, et dans I'aruiee; d'autrea nou raoins nombreux s'y 
distinguent par leur activite industrielle et commerciale. Le coutre- 
coup que la nouvelle d'une insurrection Hellenique en Turquie 
produit dans leurs coeurs est trop puissant pour ne pas les remuer. 
II pousse les uns a passer les fronlieres pour s'unir aux couibat- 
tants ; les autres a vider leur bourse pour la cause commune. Cette 
commotiou est vite conimuniquee a tous les habitants du pays, 
quoique non originaires des provincea combattantes, et la population 
entiere du E-oyaume, qui ne pent oublier ce qu'elle doit aux combats 
auterieurs do ces freres desherites, ni rester impassible vis-a-vis de 
leur lutte de delivrance, court se mettre dans leurs rangs pour lea 
aider a reconquerir leur liberte. 

" Un etat de cboses pareil fait naitre cbaque fois des crises 
serieuses dans le Koyaume Hellenique, qui rendeut ties-difficile la 
position de son Gouvernement. Ne pouvant refuser sea sympathies 
aux Hellenea des provinces en question unis a la Greoe libre par de? 
liens d'histoire, d'urigine et de nialheurs communs; ne devant 
afficher une indifference qui lui frustreiait de la contiance de 
THelleuisme et etoufl'ei-ait les justes esjjerances que les Hellenes de 
la Turquie out de tout temps fbndees sur hi Grece libre; tout 
Gouvernement Hellenique serait impuissaut de resister au couraut. 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 971 

" Crut-il meme devoir le faire au sacrifice dea interets les plua 
precieux du Eoyaume, il serait renverse par le cuurant qui 
entrainerait le pays tout entier dana la luLte dea provinces 
insurgees. Dana le cas meme oia le Gouvernemeut aurait la force 
d'opposer une digue au couraut national, tons ces efforts resteraient 
Bans effet, a cause de I'etendue at de la conformation de la ligne 
frontiere du Royaunie, qu'une armee de 100,000 hoinmea metne ne 
serait pas en etat de garder de maniere a pouvoir empecher la sortie 
clandestine des volontaires. 

" La situation creee au Gouvernement Helleoique par cea 
mouvements insurrectionnels u'est pas moins diiEcile et intenable 
sous le point de vue financier. Le Budget du Eoyaume a bien des 
foia subi, et subit encore, I'influence de pareils eveneuients. Aussi 
grandest eclatante que soit la difference entre le Budget dea recettea 
publiques dresse en 1829 par le Pre.--ident de la Grece, et celui de 
I'exercice de I'annee derniere, il n'en est pas moins vrai que lea 
secours pecuniairea alloues chaque fois aux refugies dea provinces 
insurgees et aux conibattants rapatries, et les armementa motives 
par cette situation anorniale et par les relations tant soifc peu 
tenduea avec I'Etat limitrophe qui en ont ete toujours la conse- 
quence, ont bien des fois englouti plusieurs millions, augmente la 
dette publique et affecte a des depenses infructeuses la plus grande 
part dea recettea publiques, qui, dever^eea au developpeinent 
materiel du paya, en auraient bien plus encore augmente lea 
ressources et le bieu-etre. 

" ISi de grandes et riches nations avec lesquellea la petite Grace 
ne Baurait jamais ae mesurer ont toujour^, en dea circonstancea 
analogues, ressenti les suites onereuses de depenses de meme 
nature, il est bien nalurel que le pauvre Koyauine Hellenique, qui 
plus d'une fois s'est trouve dans le cas de faire face a de pareilles 
obligations, qui- aujourd'hui encore eiitretieiit sur son territoire 
30,000 relugies, et doit s'occuper de preparatifs au-dessus de sea 
forces, il est bien naturel que nun-iseulement il se resseut de tout le 
poids de pareilles depenses, mai.-; qu'il en soit ecrase. 

" Le Gouveriienieut de tia Majeste est peuatre de la conviction 
inebranlable qu'un pareil etat de clioses ne pourrait se prolonger. 
11 croit remplir un dev( ir qu'il ne lui est point permis de negliger en 
s'empressant d'exposer au Congres cette situation, et do le prier 
de bieu voiiloir y remedier en ecartaiit les causes qui I'ont 
])re))aree." 

Le Pre?ident dit que I'expose que le Congres vient d'enlendre 
sera imprime et distribue. et que la haute assemblee I'examiuera 
avec attentioi). 

M. Rmgabe preaente ensuite quelques considerations complemen- 
taires, et insiste notamment sur les pr.)gres realises en Grece depuia 



972 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

la i)ii)ilaination de riadependance, sur lea difficultes que IVxi^'uite 
du t(Mrit()ire, I'abaence de frontierea naturelled, lea agitatioua 
perinaueiitea de provinces voi^^ine8 de iiieine race, ont sniis cet^se 
op|jose.3 a la prosperile et au doveloppement du Eoyaume 
Hcllouique. Son Exct-Ueuce affirme de nouveau que lea accroisse- 
meiits deinandea par sou collegue sont necessaires, uon-seule- 
inent a I'existence memo de lu Giece, inais a la pais de TOrient. 

Le PrcNidcut repmid que le Congies, lort^qu'il aura ctudie lea 
coutiucratious presentees par MM. les liepreseutants Helleiiiquea, 
leur coiniiuiiiiquera le resultat de scs deilberatious. 11 aunonce 
quo leur coucuurs leur t*era alors de nouveau demaiide et lea 
retiiercie de s'etre reudus a I'iuvitatiou du C'ougrea. 

MM. Delyanuirf et liaugabe s'etant retires, le Coiigrea repreud 
80U ordre du jour, qui iudique Texanien de 1' Article V et del' Article 
XIX du Traite de Sau Stel'ano, relatifs a la Kouuianie. 

Lord ISalisbury, rappelant la question qu'il a posee daaa la 
seance precedente, propose de decider si lea Represeutauta de la 
Roumanie seront eutendua par le Cougres. Aux yeux do son 
Excellence, la haute asseniblee, aprea avoir ecoute les Delegues 
d'une nation qui reclame des provinces etrangeres, agirait equitable- 
ment en ecoutant lea Representants d'un pays qui deniande a garder 
des contreea qui lui appartienneut. 

Le Comte Corti declare s'associer eutierement a I'opiuiou que 
vient d'exprimer sou collegue d'Angleterre. 

Le Prince de Bismarck ne regarde pas que radinission dea 
Roumaiua presente, au point de vue de la reussifce dea travaux du 
Congrea, le nieme interet que Tadraission des Grrecs, dont lea 
demandea, quelqu'en soit le resultat, ue sauraient exercer une 
influence tres-cousiderable dans Tissue dea deliberations du Congre.-i. 
Son Altesse Serenissinie hesile a pent>er qu'il soit bon d'accroitre les 
difficultes de la t&che pacitique devolue a la haute asseniblee en 
introduisant les Delegues Roumains, dont les reclamations, connues 
d'avance, ne sembleut paa de nature a faciliter la bonne entente ; 
toutefois, la question ayaut ete posee, il doit la soumettre au 
suffrage de ses collegues. 

Le Comte SchouvalofF etablit la difference qui existe entre la 
Grece, Etat independant, et la Roumanie, dont I'independance u'est 
pas encore reconnue parl'Europe. 11 y aurait plus d'analogie entre 
la Grece et la Serbie, que la deflaratio.i du Cuugres a aft'rauchie des 
liens de vassalite, et cependaiit la haute asseniblee u'a pas ailniis les 
Delegues Serbes. 

Le President ayant demaude au Secretnriat si la deniande 
d'admission adressee au Congres etnane du Gouverneinent de la 
Principaute de Roumanie, le Comte Corti constate que la petition 
est signee par deux Miuistrea du Priuce Charles, et que, confbrme- 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 073 

meiit a la pro(e lure adoptee par le Coiif^res, ce (locumeut e-t 
iiiti-oduit et recominande par Lord Salisbury et lea Pleiiipotentiaires 
Italirns. 

Le President procede au vote. 

Le Comte Aiidrassy accepte la proposition de Lord Salisbury 
et du Conite Corti, inais dans I'espoir qu'elle pourrait amener une 
Bohiiion qui doiine des garanties a la paix. 

M. WaddinjTtun est d'avis d'admettre les Representants Rou- 
ninina, et espere que cette marque d'interet facilitera I'adliesion de 
la Roiimanie a la decision du Congres quelle qu'elie soit. 

Les votes (le I'Angleterre et de Dtalie etaut acquis, le Pre-idenfc 
deniande leurs sentiments a MM. les PlenipoteiAtiaires de Russie. 

Le Piince Gortchacow declare partager I'opinion que M. le 
Prince de Bismarck a exprimee sur cette question. Le but de la 
Russie est d'arriver le jlus lot possible a une paix durable, et son 
Altesse Serenis>ime pense que la presence des Representanta 
Roumains est de nature a provoquer de vives diseussioBS. Sans 
voter contre leur adinissiou, le Prince Gortchacow demande 
expressement I'iusertion de son opinion au Protocole. 

Le President ayant insiste f)0ur avoir le vote precis des Plenipo- 
tentiaires Russes, le Comte SchouvalofF dit, qu'aux yeux de son 
Gouverneinent, les observations des Delegues Roumains ne peuvent 
qu'augmenter les difficultes de la discussion; car, assurement, la 
Russie ne se laissera pas accuser par eux sans se defendre. 
Cependant, si la mnjorite du Congres se prononce pour I'admission, 
Ips Plenipotentiaires Russes ne sauraient etre seuls a vouloir 
eloigner des contradicteurs, et ils ne s'opposent point a la proposi- 
tion de Lord Salisburv. 

Les Plenipotentiaires Ottomans n'ayant point eleve d'objection, 
le Prince de I'ismarck dit qu'il a voulu subordonner son vote a 
celui des Puissances specialement interessees, et consent egalement, 
au nom de I'Allemagne, a I'adniission des Representants Roumains. 

Le Comte Andrassy, avec I'assentiment de la haute assemblee, 
exprimele desir que les Delegues de Roumanie soient entendus dans 
les memes conditions que les Ministres de Grece. 

Le President aunonce qu'en consequence il invitera les Repre- 
sentants Roumains pour la seance de Lundi prochain. 

Le Congres commence la discussion des Articles du Traite de 
San Stefano relatifs a la Roumanie. Le President donne lecture du 
1" alinea de I'Article V ainsi con^u : — 

'• La Sublime Porte reconnait I'independance de la Roumanie, 
qui fera valoir ses droits a une indemnite a debattre entre les deux 
parties." 

Le President demande si le Congres est dispose a maintenir, 
sans condition, le principe pose dans cat alinea, ou bien k le 



974 ORKAT RRITAI.V, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

siibordoniuM- A rncccptation par la Koiinianie dea reuianienienta 
territori.iiix qii'ellc paniit vouloir repoiii^aer. Son Altesse Serenia- 
sime ii'a pas d'aviw personnel H\ir ce point, mais desire savoir ei les 
Kepre.sentants d'aiitres Puissances considerent que riiidependance 
de la Homnaiiie est liee a la reeonnaissance par cette Principaute de 
la totalite du Traile de San Stefano, et ss'ils ne regardcnt point, par 
consequent, conime connexes les deux questions de riudependance 
et des changements teriitoriaux. 

Le Comte Corti fait remarquer que les Preliminaires de San 
Stefano ont ete conclus antra la liussie at la Turquie, et que la 
Roumanie n'a pu y prendre part, etant placee sous la suzerainete de 
la Porte. Son Excellence ne jugerait pas equitable d'admettre que 
la Principaute soit liee au meme degre que le Gouvernament 
Ottoman. II ne croit pas 0[jportun de fairo dependre Pindepen- 
dance de la Roumanie de son adhesion aux stipulations qui la 
concernent. 

Le Comte Scliouvaloff ne partage point cette opinion. La 
Roumanie a proclame, il est vrai, elle-meme, son iudependance, mais 
cette iudependance ne peufc etre eiFective sans I'assentiment de 
I'Europe; et le Congres est en droit de statuer, sans rechercher si 
la Roumanie est engagee ou non par les autres Articles du Traite de 
San Stefano. 

Lord Beaconsfield a vu avec le plus vif regret les stipulations de 
TArticle XIX du Traite de San Stefano relatives a la Bessarabie. 
D'abord cette combinaison est une immixtion dansle Traite de 1856, 
et il n'v avait qu'une extreme necessite qui put autoriser un ehange- 
ment dans un acte aussi solennel; au surplus, cette necessite n'a 
meme pas ete alleguee. En second lieu, ce serait aux yeux de eon 
Excellence une grave erreur que de considerer cette stipulation 
comme nn simple echange de territoire entre deux Etats. Les 
Articles IV et XX du Traite de Paris constituent un engagement 
pris entre les Puissances Europeennes et la Russie, dans le but 
d'assurer la liberte de la navigation du Danube, et son Excellence 
ne trouve aucune garautie jiour cette liberte dans le Traite de San 
Stefano. Dans I'Article IV du Traite de 1856, les Puissances alliees 
Be Pont engagees a restituer a I'Empereur de Russie tous les 
terntoires occupes par leurs troupes, mais sous la condition, 
indiquee dans I'Article XX, qu'une rectification de la frontiere 
Russe aurait lieu en Bessarabie " pour mieux assurer la liberte de 
la navigation du Danube." G'etait un engagement pris envers 
I'Europe. Aujourd'hui, cependant, le Gouvernement Russe se 
propose de retenir les territoires restitues sans remplir les con- 
ditions sous lesquelles ils etaient restitues. Le Premier Plenipoten- 
tiaire d'Angleterre appelle sur une situation aussi grave toute la 
soUicitude de la haute assemblee. Lord Beaconsfield deplore cette 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &0. 975 

inej^rence dans le Tniite de Paiis et proteste contre elle sans avoir 
meiiie a se preoccnper de savoir >i Techange dont il s'agit est ou uou 
BMiictionne par le possei^seur actiiel. Les autrea siLcnataires dii 
Traite de Paiis ayant decline toute intervention dans cette affaire, le 
Pieniier Plenipotentiaire de l;i Grande Bretagne ne saurait conseilLir 
au Gouverneinent de la Ki ine d'eniployer la force pour maintenii* 
les stipulations de ce Traite; niais il proteste contre ce changement, 
et attend les exj^licationa que st-s collegues de Russie seront eu 
nipsure de donner sur les engagements que leur Souverain entendrait 
prendre pour la sauvegarde de la liberte du Danube. 

Le Prince Gortchacow pense, ccmine Lord Beaconsfield, que la 
libre navigation du Danube est un interet Europeen, mais son 
Altesse Serenissiine ne voit pas quelle influence la cession de la 
Bess.'irabie peut exercer sur la lil)re navigation du Danube. La 
Kouinanie, en eflet, n'est absolunient pour rieu dans les ameliorationa 
dont le conrs du fleuve a ete I'objet. Sans doute, le Traite de Paris 
n donne a la Moldavie une partie de la Bessarabie et le delta du 
Danube; mais, en 1857, les niemes Puissances out restitue le delta 
aux Turcs, et elles ont rendu ainsi service a la Moldavie, qui etait 
hors d'etat d'executer les travaux necessaires pour le libre acces de 
la bouche de Soulina. C'est depuis lors que la Commissioa 
Europeenue du Danube a execute les grands travaux d'oia sent 
resnitea de si importants avantages pour le commerce du monde. 

Son Altesse Serenissime, envisageant la question a un autre 
point de vue, r. ppelle qu'en 1856 la Bessarabie n'a ete adjointe qu'a 
la seule Moldavie, a une epoque oil les Principautes devaient rester 
fie|)are s. Plus tard, la Valacliie et la Moldavie se sont reunie8 
malgre le Traite de Paris, et nonobstant I'opposition des Cabinets 
Euro|)eens, les Principautes-Unies ont elu un Piiuce etranger pour 
lequel, d'ailleurs, son Altesse Seieiiissime professe le plus grand 
respect: la situation n'est done plus la n)eme qu'autref'ois. Le 
Prince Gortchacow declare, d'ailleurs, que son Grouvernement ne 
saurait reculer dans cette question, et espere que Lord Beaconsfield 
ne persistera pas dans ses objections lorsque son Excellence aura 
reconnu que la liberte du Danube n'aura rien a soulFrir de la retro- 
cession de la Bessarabie. 

Le Comte Schouvaloft" dit que, s'il a bien comprisles observations 
de M. le Premier Plenipotentiaire d'Angleterre, le noble Lord a 
regrette que le Traite de San Stefano constitue une immixtion dans 
le Traite de 1856 par laquelle la Russie a contracte des engagements 
envers I'Europe. M. le Plenipotentiaire de Russie croit devoir 
rappeler que le Traite de San Stefano est une Convention 
preliminaire, n'ayant de force obligatoire qu'entre les deux parties 
contractantes et par laquelle la Russie a eutendu faire connaitre 
d'avance au Gouv^ernement Turc les demandes qu'elle formulerait 



076 OIIKAT BRIl'AIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

plus tard lievunt I'Kiimpe. C'e^t dans cftte iiiteiitioii que la Kus.-sie 
(^-t vciiiii' nil Ciiii<i;r>>s A, l.i suite d'nne gU'fre loiigiie et victorieuse. 
L(^ Tidblc Lord a ajoulo ([iTil lu? rej^arile |)as la retrocession de la 
Bessarahie comiiie iie'i's>airi'. Le Cnmte Scliouvaloff" peiise que 
Lord Beaconsfield iie saiirait evilcr de recoiiiiaitre que, lorsqu'urie 
nation est renfree en posseysion d'une partie de tern'toire qu'une 
puerre pre^ edente Ini a fait perdrc, il est dillicile de faire abandonner 
k eette nieme nation le territoire qu'ille a reconqiiia. Ka t-e qui 
(•oncirne la libre iiaviL^atiou du Danube, JM. le Plenipotentiaire de 
Eussie presentera quelques explications qui lui scniblent de nature a 
satisfaire Lord Beaconsfield. La question de Bessarabie pouvait 
etre envisagee par la Kussie conime une question d'anibition et 
d'interet ou coaune une question d'lionneur. La E-ussie a voulu la 
reduire a une question d'honneur, et c'est pourqiioi elle ne 
redemande pas lea parties du territoire dont la possession aurait pu 
constituer une menace ou du moins une ingerence dans la libre 
navigation du fleuve. Enfin, elle offre, en retour a la Eounianie, un 
territoire plus va>te, conquis au prix de son sang, et qui doit etre 
considere comme de bonne prise. Le Comte Schouvaloif a la 
conviction que la Roumanie ne perd point au change. Quant au 
principe de I'integrite et de I'independance de la Roumanie, son 
Excellence pense, avec Lord Beaconsfield, que de tels priucipes ne 
doivent pas seuletnent etre expriniea par des mots, mais doivent 
^tre une realite. Or, la Roumanie ne saurait sauvegarder reellement 
son independance et son intef^rite tant qu'elle persisterait a vivre 
Bur les depouilles d'un grand Empire qui se croit en droit de 
revendiquer au lanibeau de son ancien territoire. Le Comte 
Schouvaloif est fermement persuade que la Roumanie elle-meme, 
que tonte I'Europe, est inleressee a ce que cette question soit 
resolue dans le sens des sispirations legitimes de la Russie. 

Le Prince Gortchacovv desire ajouter une observation relative a 
la valeur de I'echange. 

La Roumanie n'obtiendrait pas seulement a la suite de la guerre 
a laquelle elle a pris part la reconnaissance de son independance et 
la destruction des forteresses qui nieua9aient sa securite. II a ete 
stipule en sa i'aveur des annexions eventuelles qui augmenteraieut son 
territoire dans la proportion de 3,500 kilometres carres en etendue, 
de 80,000 ames comme population, comparativement a ce qu'elle 
aurait a ceder, et qui lui assureraient, en outre, le delta du Danube, 
que I'Europe lui a enleve en 1857, certains districts fertiles, 
comme celui de Babadagb, et un bon port de commerce sur la Mer 
Noire. 

Le Grouverneraent Imperial de Russie a done la conviction, non- 
seulement de maintenir un droit, mais de se placer sur uu terrain 
d'equite en reglant sur des bases mutuelleraent avantageuses avec le 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 977 

Gouvernement Eoumain une question sans la solution de laquelle 
11 serait impossible d'etablir entre la Russie efc la Eoumanie les 
bons rapports necessaires a la consolidation de la paix en Orient. 

Son Altesse Serenissime considere que ces indications demon- 
trent suffisamment que la Eussie ne demande pas plus qu'elle 
ne donne. Le Prince Grortchakow veut, en outre, rappeler qu'en 
realite tous les droits et privileges de la Eoumanie lui ont ete 
assures au prix du sang Eusse. 11 n'y a aucun Traite conclu par la 
Eussie avec la Turquie, depuis un siecle, qui ne contienne dea stipu- 
lations favorablea aux Eoumains. Son Altesse Serenissime desire 
ajouter une observation psychologique et regrette d'avoir a con- 
Btater que si, dans la vie privee, il arrive souvent qu'en rendant 
service a un ami on le tranaforme en adversaire, cette verite est 
encore plus applicable a la politique. Le Prince Grortchakow se 
borne a citer I'exemple dea Eoumains, et son observation lui parait 
de nature a rasaurer pleiueraent ceux qui aemblent redouter que la 
Eussie n'acquiere le devouement absolu des populations pour lea- 
quellea elle e'est impose lea plus grands sacrifices. 

Le Prince de Bismarck declare que, quant a la necessite d'as- 
Burer la libre navigation sur le Danube, il partage completement lea 
ideea de M. le Premier Eepresentant de I'Angleterre, maia il ne 
voit point de connexite entre la liberte du Danube et la retrocesaion 
de la Bessarabie. II s'associe, pour ce qiii est de la Beasarabie, 
a I'opinion dea Plenipotentiairea Eussea en se pla9ant moina au point 
de vue des intereta de la Eussie qu'a celui de la paix durable de 
I'Europe. Son Altesse Serenissime croit, en etFet, que le Traite de 
Paris eut ete plus solide si Ton eut ecarte cette question d'araour- 
propre, cette diminution de territoire qui, d'ailleurs, n'afFectait 
en rien la force d'un si grand Empire. Le Prince de Bismarck 
pense que I'oBUvre du Congres serait incomplete si la haute assem- 
blee laisaait subaister une diaposition a laquelle se rattacherait pour 
I'avenir un souvenir penible a la nation Eusse tandia que les intereta 
de la Eoumanie ne paraissent pas contraires a I'echange propose. II 
craint que le Congres, en se refusant a satisfaire au sentiment 
historique de la Eussie, n'attenue les chances de duree de son oeuvre. 

Le President croit, d'ailleurs, qu'il serait preferable d'ajourner 
la discussion jusqu'au moment ou les Eepresentants Eoumains auront 
ete entendus dans la seance de Lundi prochain. II ajoute qu'il 
desire mettre a I'ordre du jour pour la prochaine seance, s'il y a 
lieu, la question du Montenegro apres avoir terminee celle de la 
Eoumanie. 

Cette proposition est acceptee par le Congres et la seance est 
levee a 4 heures et demie. 

[Suivent les Signatures.] 

[1877-78. Liix.] 3 E 



*78 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

Proiocole No. 10. — Seance du V Juillet, 1878. 
Etaient presents : 

Pour rAllemagne — le Prince de Bismarck, M. de Biilow, le 
Prince de Ilolienlohe-SfhillingafUrst ; 

Pour rAutriche-IToiigrie — le Comte Andrassy, le Comte 
Kdrolyi, le Baron de Hay merle ; 

Pour la France — M. Waddingtori, le Comte de Saint A^allier, 
M. Desprez ; 

Pour la Grande Bretagiie — le Comte de Beaconsfield, le Mar- 
quis de Salisbury, Lord Odo Eussell ; 

Pour ritalie — le Comte Corti, le Comte de Launay ; 

Pour la Russie — le Prince Gortchakow, le Comte SchouvalofF, 
M. d'Oubril; 

Poui" la Turquie — Alexandre Caratheodory Paclia, Mehemed Ali 
Pacha, SadouUah Bey. 

La seance est ouverte a 2 heures et deniie. 

Les Protocoles 8 et 9 sont adoptes. 

Le President fait mention des petitions resumees dans la lists 
No. 8. 

Le Comte SchouvalofF rappelle que, dans une seance precedente, 
il a pris ad referendum la question du passage et du droit de garni- 
Bon de I'Autriche-Hougrie dans I'enclave : a la suite d'une entente 
avec le Comte Andrassy, M. le Plenipotentiaire de Eussie retire ses 
objections et adhere a la proposition de M. le Plenipotentiaire 
d'Autriche-Hongrie. 

L'ordre du jour appelle en premier lieu I'audition des Eepre- 
eentants de Eoumanie. Le President, en se conformant a la decision 
prise par le Congres dans la derniere seance, a invite MM. Bratiano 
et Cogalniceano, Ministres du Prince Charles de Eoumanie, a faire, 
dans la seance de ce jour, les commuuications dont ils seraient 
charges. 

Les Delegues Eoumains, MM. Bratiano et Cogalniceano, sont 
introduits, et le President les prie de prendre la parole pour ex- 
pliquer les opinions et appreciations de leur Gouvernement sur les 
points du Traite de San Stef'ano qui les concernent. 

M. Cogalniceano remercie le Congres d'avoir bien voulu admettre 
les Eepresentants Eoumains et donue lecture du Memorandum 
suivant : — 
'• Messieurs lea Plenipotentiaires, 

•• Nous avons, tout d'abord, a coeur de remercier le Congres de 
vouloir bien entendre les Delegues Eoumains au moment de deliberer 
sur la Eoumanie. C'est uu nouveau titre ajoute par I'Europe a 
ceux qui lui out valu des longtemps la reconnaissance de la nation 
Eoumaine, et ce gage d'unauime bienveillance nous parait etre d'un 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 979 

heureux aiigure pour le success de la cause que nous sommes appeles 
a defendre devant vous. 

"Nous n'insisterons pas sur les evenements dans lesquels nous 
avons ete entraines par des ueceasites de force majeure. Nous 
passerons egalement sous silence soit Taction militaire a laquelle 
nous avons partioipe, soit Taction diplomatique a laquelle il ne nous 
a pas ete donne de prendre part. Nous avons eu occasion de con- 
stater deja que la periode des negociationa nous a ete moins propice 
que la fortune des arnies. 

" Nous nous bornerons a exposer les droits et les vceux de notre 
pays, sur la base du resume presente dans le Memoire que nous 
avons eu Tbonneur de soumettre recemment au Congres. 

"1. Nous croyons qu'en bonne justice aucune partie du terri- 
toire actuel ne doit etre detacbee de la Eoumanie. 

"La restitution par le Traite de 1856 d'une partie de la 
Bessarabie a la Principaute de Moldavie a ete un acte d'equite de 
TEurope. Le morcellement de 1812 ne pouvait pas se justifier par 
le fait ou le droit de conquete. 

" En 1812, la Bessarabie relevait d'une Principaute dent 
TautonoQiie avait ete attestee solennellement par tous les Traites 
anterieurement conolus entre les Empires Eusse et Ottoman. Le 
Traite de Kutchuk-Kainardji, particulierement, reconnaiasait aux 
Princes de Moldavie et de Valachie la qualite de Souverains, et 
etablissait que la Bessarabie faisait partie de la Moldavie. 

" C'etait done la un pays Eoumain, avec des institutions et des 
lois Eoumaines, explicitement maintenues par Sa Majeste TEm- 
pereur Alexandre I. Ce respect de Tancienne nationalite etait 
fnrmule dans le rescrit Imperial promulgtiant Torganisation adminis- 
trative et judiciaire de cette province apres son incorporation a la 
Russie, sans qu'il fut pose la moindre distinction entre la Basse et 
la Haute Bessarabie. 

" On a semble vouloir conclure que la Bessarabie etait una 
region Turque ou Tatare du simple fait que les Ottomans y 
occupaient trois forteresses. 

" Mais Thistoire de la Valachie presente une anomalie analogue ; 
des forteresses Turques y ont longtemps subsiste ; il n'en resulte 
pas pourtant que la Valachie ait jamais ete un pays Turc. 

" En 1878, pas plus qu'en 1812, la Bessarabie ne pent etre 
revendiquee de la Eoumanie en vertu du droit de conquete. Ella 
appartient a une Principaute que la Eussie elle-meme, pendant tout 
le cours de sa recente guerre avec TEmpire Ottoman, a consideree 
et traitee comme un etat independent et allie. 

" D'ailleurs, des son entree en campagne, la Eussie a signe avec 
la Eoumanie une Convention par laquelle elle a expressement 
garanti Tintegrite actuelle du territoire Eoumain. 

3 E 2 



980 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &0. 

" Cette garantie avait ete demandee et accordee quand il ne 
e'agissait encore que du passage des armees Iraperiales par la 
Roumanie. II semblait qnVlle dut rerloiibler d'energie du jour ou, 
Bur I'appel de Euseie nieme, le concours de la nation Eouniaine 
devenait plus positif et se transformait en cooperation militaire 
effective, en com])lete alliance. Nos troupes ont, en effet, combattu 
c6te a cote avec les armees Kusses. Si ce n'esfc pas la un titre pour 
nous agrandir, ce n'en est cartes pas un pour nous diminuer. A 
defaut d'autres droits, la Convention du y\ Avril, 1877, qui porte 
les signatures et les ratifications du Cabinet Imperial, suffirait seule 
pour nous conserver une region importante du Danube, a laquelle 
se rattache si etroitement la prosper! te commerciale de la Roumanie. 

" On a invoque, a I'appui de la retrocession de la Bessarabie, des 
considerations de reconnaissance et des souvenirs de gloire et de 
valeur militaires. Mais, duraut une longue serie de guerres, les 
armes Russes se sont illustrees sur bien des champs de bataille, et 
ont promene leur gloire jusque sous les murs d'Andrinople. Ce n'est 
pas la pourtant un titre a la propriete de la region des Balcans. 

" On a invoque encore des considerations de reconnaissance. La 
Roumanie sait pratiquer les devoirs de la gratitude, et I'a maintea 
fois prouve. Elle n'oublie pas son histoire ni le nom de ses bien- 
faiteura ; elle venere en Catherine la Grande et en JSicolas I les 
genereux auteurs des Traites de Ka'inardji et d'Andrinople. 

" Mais elle garde aussi la memoire des sacrifices qu'elle s'est 
imposes pour ragrandissemeut, la fortune et la gloire de la Russie. 
Elle se rappelle que, depuis Pierre le Grand jusqu'a nos jours, elle 
a ete tour-atour ou simultanement la base des operations militaires 
de la Russie, le grenier cu s'alimentaient ses armees, alors meme 
qu'elles agissaient au dela du Danube, et le theatre trop souvent 
prefere des plus terribles collisions. 

" Elle se souvient aussi qu'eu 1812 elle a perdu, au profit de la 
Russie, la raoitie de la Moldavia, c'est-a-dire la Bessarabie du Pruth 
au Dniestr. 

" 2. Nous demandons que le sol Roumain ne soit pas assnjetti a 
un droit de passage pendant I'occupation de la Bulgarie par lea 
armees Russes. Le Danube et la mer leur oflrent les voies de 
transport et de communication les plus t'aciles et les moins 
couteuses. La Roumanie, apres toutes ses epreuves, aspire a un 
repos absolu, necessaire a la reparation des doramages causes par la 
guerre : ce serait une niauvaise condition, pour I'acconiplissement 
de I'ceuvre reparatrice et pour la tranquillite de notre pays, que la 
circulation de troupes etrangeres. 

" 3. II nous parait juste qua la Roumanie, en vertu de ses titres 
seculaires, rentre en possession des lies et des benches du Danube, 
y coropris I'lle des Serpents. II y aurait dans cette restitution un 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 981 

retour equitable aux dispositions originaires par lesquelles lea 
Graiides Puissances avaient confie en 1856 aux Principaut6s 
Danubiennes la garde de la liberie du Danube a son emboucliure. 

" 4. Nous avons le ferme espoir que la Eoumanie recevra du 
Gouveruement Imperial de Russie una indemnite de guerre en 
propordon des forces militaires qu'elle a mises en ligne. Nous 
crojous legitime, a tous egards, que les dedommagements stipules 
et obtenus par la Eussie au nom des divers fitats allies soienfc 
repartis en raison de ] 'appoint militaire de chacun des belligerants. 
Le Gouvernement Imperial a reconnu le principe de cette reparti- 
tion en faveur de la Serbie et du Montenegro, et insiste sur Bon 
application. 

" La Eoumanie est fondee a en demander a son tour le benefice. 
En efFet, obligee de tenir longtemps son armee raobilisee pour parer 
a des eventualites imminentes, elle a eu sous les drapeaux, tant 
eoinme armee active que comme armee de reserve, plus de 70,000 
hommes. De plus, elle a subi des pertes considerables : ses villas et 
toute sa rive du Danube ont ete saccageas par le bombardemant, ses 
voies de communication deteriorees, son materiel de guerre endom- 
mage. 

" Les compensations dues de ces differants chefs seraient pr6- 
levees sur I'indemnite totale allouea au Gouvernement Imperial de 
Eussie, et fournies en telle forme que le Congres jugerait plus 
expedient. 

" 5. La Eoumanie a confiance que son independance sera defini- 
tivement et pleinement reconnu par I'Europe. 

" A son droit primordial, dout le principe avait ete fausse par des 
Equivoques historiques, s'ajoutent aujourd'hui les titres dont elle a 
regenere, ou plutot rajeuni, la conquete sur les champs de bataille. 
Dix mille Eoumains sent tombes autour de Plevna pour meriter h 
leur patrie la liberte et I'independance. 

" Mais tous cea sacrifices ne suffiraient pas a assurer a la 
Eoumanie la pacifique disposition de ses destinees. Elle serait 
heureuse et reconnaissante de voir couronner ses efforts qui ont 
manifeste son individualite, par un bienfait Europeen. Ce bienfait 
serait la garantie reelle de sa neutralite, qui la mettrait en mesure 
de montrer a I'Europe qu'elle n'a d'autra ambition que d'etre la 
fidele gardienne de la liberte du Danube a son embouchure, et de se 
consacrer a I'amelioration de ses institutions et au developpement 
de ses ressources. 

"Tels sont, MM. les Plenipotentiaires, succinctement exposes, 
les voBux d'un petit fitat qui ne croit pas avoir demerite de 
I'Europe, et qui fait, par notre organe, appel a la justice et a la 
bienveillance des Grandes Puissances, dont voua etes les eminents 
Eepresentants." 



982 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

M. Bratiauo lit eiisuite les conaiderations ci-apres: — 
" L'eipose que moii collegue, en son nom et an mien, vient de 
tracer des droits et des intecefcs de la Roumanie n'a pas besoin de 
plus longs developpetnents, 

" La baute assemblet-, qui a pour mission de regler la situation 
de rOrient, possede am|)lenient toutes les donnees neeessairea a 
I'accomplissement de son oeuvre. 

"Nous somnies persuades que les sentiments de justice et de 
bienveillance qui nous out ouvert un acces aupres de voiis deter- 
mineront aussi I'adoption des resolutions relatives a la Roumanie. 

" Je me permettrai simplement d'ajouter que la depossi ssion 
d'une partie de notre patrimoiiie ne serait pas seulement uue 
profonde douleur pour la nation Roumaine, elle detruirait en elle sa 
confiance dans I'efficacite des Traites et dans ['observation taut de 
I'equite absolue que du droit eciit. 

" Le trouble qu'ej^rouverait sa foi dans I'avenir paralyserait son 
pacifique developpement et son elan vers le propjres. 

'' Je prends, en terminant, la respectueuse liberie de soumettre 
CCS reflexions a la haute appreciation du grand Coiisfil Europeen, 
et particulierement aux illustres Represeiitants de Sa Majeate 
I'Empereur de Toutes les Russies, dont nous avons eu si souvent 
roccasion d'appreeier IVsprit eleve et le occur magnaiiime pendant 
son sejour parmi nous." 

Le President dit que le Congres exaniinera consciencieusement 
les observations presentees par Ks Delegues de Roumanie. 

Les Rt'presentants Roumaiiis s'etaut retires, I'ordre du jour 
appelle la continuation de I'examen du 1" aliuea de I'Article V du 
Traite de San Stetano. 

Le Priuce de Bismarck fait remnrquer qu'il s'agit de savoir si les 
Puissances entendeiit recounaitre rindependance de la Roumanie 
Son Altesse Serenissime rappelle qu'en 1856 I'union des Princi- 
paut^s n'avait pas ete adniise ; que depuis lors la situation s'est 
niodifiee, puisque la Valacbie et la Moldavie se sont reunies en un 
seul Etat ; plusieurs Puissances out reconnu cat etat de ehoscs en 
concluant avec la Roumanie des Conventions Commerciales. Toute- 
fois, I'Europe seule a le droit de sanctionner I'independance ; elle 
doit done se demander sous quelles condiiions elle prendra cette 
importante decision, et si elle regarde que les conditions seront les 
memes que celles deja etablies par le Congres pour la S^rbie. 

M. Waddington declare que, fideles aux priucipes qui Its ont 
inspires jusqu'ici, les Pleuipotentiaires de France demandent que le 
Congres pose a I'independance Roumaine les niemes conditions qu'a 
I'independance Serbe. Son Excellence ne se dissimule pas les diflS.- 
cultes locales qui existent en Roumanie, mais, apres avoir murement 
examine les arguments qu'on peut faire valoir dans un sens et dans 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 983 

I'autre, les Plenipotentiaires de France out juge preferable de ne 
pi lint se depart ir de la grande regie de I'egalite des droits et de la 
liberie des cultes. II est difficile, d'ailleurs, que le Goiivernement 
Roumaiu repousse, sur son territoire, le principe adniis en Turquie 
pour ses propres sujets. Son Excellence peuse qu'ii n'y a pas a 
liesiter que la Eoumanie, demandant a entrer dans la grande famille 
Euroj)eene, doit accepter les charges et meme les ennuis de la 
situation dont elle reclame le beuefice, et que Ton ne trouvera, de 
loiigtemps, une occasion aussi solennello et decisive d'affirmer de 
nouveau les principes qui font Thoimeur et la securite des nations 
oivilisees. Quant aux difficultes locales, M. le Premier Pleni- 
potentiaire de France estiine qu'elles seront plus aiseinent sur- 
montees lorsque ces priucipes auront ete reconnus en Eoumanie et 
que la race Juive saura qu'elle n'a rien a attendre que de ses 
propres efforts et de la solidarite de ses interets avec ceux des 
populations indigenes. M. "VVaddington termiue en iusistant pour 
que les memes conditions d'ordre politique et religieux indiquees 
pour la Serbie soient egalement imposees a I'Etat Eoumain. 

Le Prince de Bismarck faisant allusion aux principes du droit 
public en vigueur d'apres la Constitution de I'Empire AUemand, et 
a I'interet que I'opinion publique attache a ce que les memes 
principes suivis dans la politique interieure soient appliques a la 
politique etrangere, declare s'associer, au nom de I'Allemagne, a la 
proposition rran9aise. 

Le Comte Andrassy adhere a la proposition Fran9aise. 

Lord Beaconsfield dit qu'il donne une complete adhesion au nom 
du Gouvernement Anglais a la proposition Fran9aise. Son Excel- 
lence ne saurait supposer un instant que le Cougres reconnaitrait 
I'independance de la Eoumanie en dehors de cette condition. 

Les Plenipotentiaires Italiens font la meme declaration. 

Le Prince Gortchacow, se referant aux expressions par lesquelles 
a ete motivee la proposition Fran9aise et qui donnent la plus grande 
extension a la liberte religieuse, se raliie entierement a cette 
proposition. 

Le Comte SchouvalofF ajoute que I'adhesion de la Eussie a 
I'independance est cependant subordonnee a I'acceptation par la 
Eoumanie de la retrocession reclamee par le Gouvernement 
Eusse. 

Les Plenipotentiaires Ottomans n'elevent aucune objection 
centre les principes presentes par les Plenipotentiaires Fran9ais, ot 
Je President constate que le Congres est unanime a n'accorder 
I'independance a la Eoumanie qu'aux memes conditions posees a la 
Serbie. Mais Son Altesse Serenissime appelle I'attention de ses 
collegues sur la reserve que le Comte SchouvalofF vient de formuler, 
et d'apres laquelle la reconnaissance de I'independance Eoumaine 



984 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

re eerait unanimement consentie par le Congres que sous la con- 
dition que la Roumanie admettrait lechange de terrifcoire stipule 
dans 1' Article XIX. 

M. Waddington, sans faire a ce sujet de proposition formelle, 
B'adresse a I'esprit d'equite et de bienveillance du Gouvernement 
llusse et demande e'il ne serait pas possible de donner quelque 
satisfaction a la Eoutnanie. En entrant dans cette vole les Pleni- 
potentiaires de Russie apporteraient uu grand soulagement aux 
preoccupations de conscience de plusieurs de leurs colleguea. Les 
paroles prononcees liier par le Prince de Bismarck out indique sans 
doute I'interet qui s'attnche, pour le sucres de I'cEUvre du Congres, 
a la conclusiou prompte et definitive de I'ecliange dont il est 
question : il est opportuii, en efFet, de ne point prolonger un etat de 
choses qui engage I'aniour-propre d'un grand Empire ; mais, si tel 
est le sentiment des Plenipotentiaires rrau9ais, ils considerent en 
meme temps que les Eoumains out ete traites un peu durement, et 
que la compensation qui leur est ofFerte n'est pas suffisante. Depuis 
la reunion du Congres, la France a toujours conseille a la Eoumanie 
d'accepter la retrocession de la Bessarabie, mais M. "Waddington 
croit devoir faire entendre, au nom de son Grouvernement, un appel 
aux sentiments equitables de la Russie, et exprime le desir qu'il 
soit accorde a la Priucipaute une extension de territoire au midi de 
la Dobroutscha qui comprendrait Silistrie et Maugalia. 

Le Comte Andrassy a souvent rappele que le Gouvernement 
Austro-Hongrois a priucipalement en vue la recherche de solutions 
definitives susceptibles de prevenir des complications ulterieures. 
C'est dans cet ordre d'idees qu'il a ete d'avis que le Congres 
enteudit les Delegues Eoumains ; c'est encore dans la meme pensee 
que son Excellence, en se reservant d'insister, lorsqu'il sera question 
de la navigation du Danube, sur le priucipe de la liberte la plus 
complete, desirerait aujourd'hui que le Congres pronon^at I'annexion 
de la Dobroutscha a la Eoumanie, et en meme temps, conformeraent 
a I'opinion exprimee par M. Waddington, fut en mesure d'accorder 
une extension de front iere de la Dobroutscha entre Silistrie et la 
Mer Noire. Cette deciision faeiliterait une solution de la question 
presente. •- 

Le Comte Corti desire joindie I'appel de I'ltalie a celui que les 
Plenipotentiaires Fran^ais ont fait entendre. Son Excellence expri- 
niant I'espoir que les Eoumains se resigneront a la retrocession de 
la Bessarabie, soutient qu'il serait equitable de leur donner une 
plus grande extension des frontieres meridionales de la Dobroutscha. 

Le Prince Gortchacow fait observer que dans une seance prece- 
dente il a deja demontre que le dedommagement ofFert a la Priuci- 
paute etait suffisant, que la Dobroutscha compensait amplement la 
cession de la Bessarabie, et que, d'ailleurs, la Eoumanie gardait le 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 985 

delta du Danube. Son Altesse Serenissirae s'explique difficile ment 
dans quel sens la generosite de la Eussie pourrait s'exercer, puisque 
la Dobroulscha seraifc agrandie aux depens de la Principaute Bulgare, 
deja cou^iderablement reduite. Le Prince Gortehaeow desirerait du 
moins connaitre quels territoires on aurait en vue. 

Le President demande si la haute asseinblee pense que la dis- 
cussion de la ligne a tracer doit avoir lieu en seance pleniere. 

Le Prince Grortcliacow exprime le desir que cette question soit 
tertuinee dans la presente seance. TJiie discussion poursuivie en 
detail dans le seiti d'une Commission serait bien lente : il seraifc 
preferable de decider sur le champ, meme au prix de quelque acta 
de generosite de la part de la Eussie. 

Le Comte ScbouvalofF, en reponse a la demande d'une concession 
plus large qui a ete adressee a son Grouvernement par M. le Premier 
Plenipotentiaire de France, d'accord avec ses collegues d'Autriche- 
Hongrie et d'ltalie, et appuyee par le reste de I'Europe, croit devoir 
declarer que la Eussie a deja largement asi en ofFrant une province 
qui depasse de 3,500 kilometres carres I'etendue de la Bessarabie, 
et qui de plus presente 150 kilometres de rive du Danube et un 
liitoral important de la Mer Noire; si toutefois la Eoumanie desire 
obtenir encore quelques localires oil 1' element Eouniain se trouverait, 
sinon en majorite, du moins assez compact, les Plenipotentiaires de 
Eussie out quelque latitude pour une semblable combinaison. De 
Eassova a Silistrie il y a une bande de terrain sur laquello la popu- 
lation Eou'iiaine est assez nombreuse ; et sou Excellence estime que 
dans un triangle partantde Test de Silistrie et rejoignant la froutiere 
actuelle, un certain agrandissement de territoire pourrait etre con- 
sent! par son Guuvernement. 

Le Prince de Bismarck desirerait, comme le Prince Gortehaeow, 
que cette question put etre terminee aujourd'hui ; il serait heureux 
que I'agrandissement propose et dont I'acceptatioii garantirait I'un- 
animite du Congres en faveur de I'iiidepen dance Eoumaine, satisfifc 
la Principaute. D'autre part, I'oeuvre du Congres ue saurait, a son 
avis, etre durable, ainsi qu'il I'a deja fait remarquer, si un sentiment 
de dignite blessee subsistaifc dans la politique a venir d'un grand 
Empire ; et quelle que soit sa sympathie pour I'Etat de Eoumanie, 
dont le Souverain appartient a la famille Imperiale d'AUemagne, 
Bon Altesse Sereuissime ne doit s'inspirer que de I'interet general, 
qui conseiile de donner une nouvelle garantie a la paix de I'Europe. 

M. Waddington exprime de nouveau le desir que Mangalia sur 
la Mer Noire soit comprise dans la nouvelle frontiere ; une discus- 
sion s'engage eutre les Plenipotentiaires sur le trace de la ligne, dana 
laquelle le Comte Corti desirerait que Silistrie fut incluse, ainsi que 
sur les termes qui pourraient en determiner exactement I'etendue. 

Le Comte Schouvaloff, pour donner suite au voeu de M. le 



986 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

Premier Pleiiipotentiaire de France, donne lecture de la redaction 
euivanto ; — 

" Vu l.i presence d'elements Roumains, les Pleuipolentiairea 
Eusses coiisfiiteiit a proloiigcT la frcntiere de la KouKianie le long 
du Danube, a partir de Rossova dans la direction de Silistrie. Le 
point frontiere eur la Mer JN'oire ue devrait pas depasser Mangalia," 

Ce teste, qui implique que Mangalia est placee en de9a de la 
frontiere Rouniaino, est accepte par le Congres. 

M. le Premier Plenipoteiitiaire de France remercie INIM. lea 
Pleiiipotentiaires de Ilus^ie d'etre entres dans la voie qu'il avait 
indiquee. 

Lord Salisbury ayaut demande que I'lle dea Serpents soit 
ajoutee a I'agrandisseinent concede a la Rouuianie, les Pleuipo- 
tentiaires de Eussie declarent y consentir. 

Le President, resumaut les resultats de la discussion, constate 
que I'unanimite de la haute assemblee reconnait I'independance de 
la Eoumanie sous les conditions analogues a celles imposees a la 
Serbie, et, en outre, sous la condition que la Eoumanie accepte en 
^change de la Bessarabie, la Dobroutscha, augmentee de la ligne 
dont le trat e vieut d'etre determine. 

Caratheodory Pacha lit les propositions suiv antes : — 

" I. Le tribut actuel de la Eoumanie sera capitalise et le montant 
en sera verse dans les caisses du Tresor Ottoman dans uu delai 
de . . . . 

" II. La Eoumanie supportera une part de la dette publique 
Ottomane proportionuelle aux revenus du territoire qui lui sera 
definitivement annexe. 

" ITL Pour tout le territoire cede, la Eoumanie est substituee 
aux droits et obligations de la Sublime Porte en ce qui concerne lea 
entreprises de travaux publics et autres du meme genre." 

Le President fait observer que le Congres n'a pas a discuter cea 
questions en seance pleniere, et le Congres decide le renvoi des 
propositions de M. le Premier Pleuipotentiaire de Turquie a la 
Commission de Eedaction. 

Caratheodory Pacha, visant la question de I'indemnite indiquee 
dans le 1" alinea de I'Article V du Traite de San Stefano, fait 
remarquer que les Articles du Traite n'ayant pas ete acceptes comme 
obligatoires pour la Eoumanie, qui ne pent, par consequent, en 
reclamer le benefice, il y aurait lieu de supprimer les clauses even- 
tuellement inserees en sa faveur. Celle de I'indemnite est de ce 
nombre, ainsi que le 2* alinea du meme Article relatif aux droits des 
Eoumains dans I'Empire Ottoman. Son Excellence demande done 
que I'Article V soit reduit a la premiere phrase, c'est-a-dire, a la- 
reconnaissance de independance de la Principaute. 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 987 

Lord Snlisbury approuve cette propoaition, et le President pense 
qu'en eftet ces questions particulieres ne faisiint point partie de 
I'objet des discussions du Congres, restent a debattre eutre la 
Turquie et la Prineipaute Roumaine. 

Le Congres decide que la fin du I" alinea de T Article V est 
supprimee. 

Un echange d'idees a lieu sur le 1^ aliiiea entre Lord Salisbury, 
M. Desprez, et le Conite de Saint-Vallier, d'ou il resulte que le but 
de cette disposition serait d'assurer le benefice de la juridietion et 
de la protection Consulaires aux sujets Eoumains dans rBmpire 
Ottoman. La haute assemblee est d'avis de renvoyer cet alinea a la 
Commission de Redaction. 

Le Congres passe a la question du Montenegro. 

Le President donne lecture de I'Article l^'' du Traite de San 
Stefano, et demande si les Puissances specialement interest^ees se 
Bont mises d'accord en vue d'eviter une discussion sur le trace des 
frontieres. 

Le Comte Andrassy propose de remettre ce point a la Commis- 
sion de Delimitation, et le Baron de Haymerle donns lecture de la 
motion qui suit: — 

" Le Montenegro recevra un agrandissement territorial dont 
I'etendue sera etablie par une definition ulterieure des frontieres. 

" Cette definition ne pouvant pas se faire dans le plenum du 
Congres, la Commission de Delimitation, nomniee par le Congres, 
sera chargee de formuler et de soumettre au Congres un trace de 
frontieres. 

" Les deux xlnnexes ci-jointes* contiennent les propositions des 
Pleuipotentiaires d'Autriche-Hongrie pour le trace des frontieres et 
pour les reiierves relatives a Antivari et a son littoral." 

Le Cotnte SchouvaloflT fait connaitre que les Pleuipotentiaires 
E,usse3 se sont entendus avec leurs collegues d'Autriche-Hongrie 
sur tous les princi])es de la delimitation : quant aux details c'est 
a la Commission qu'il appartiendra de les fixer. 

Le President dit que le Congres apprend avec plaisir que I'en- 
tente se soit etablie entre les Puissances particulierement inte- 
resseea sur la question des limites du Montenegro, et constate le 
desir unanime de la haute assemblee de renvoyer les details a la 
Commission de Delimitation. 

Le Prince de Hohenlohe ayant demande si la Commission de 
Delimitation devra soumettre son travail au Congres avant de le 
transmettre a la Commission de Redaction, le Comte de Saint- 
Vallier emet I'avis, partage par la haute assemblee, que le Congres 
devra en effet sanctionner au prealable le travail de la Commission 

* Voir les Annexes de Protocole. Page 991. 



988 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

de Delimitatiou, qui sera uUerieureraent renvoye a la Commission 
de Reclaction pour les questions de forme. 

Caratheodory Pacha rcleve I'iinportance considerable que son 
Gouveriiemeufc attache a la question dea froiitieres du Montenegro, 
et devcloppe les motif's qui engagent la Porte a desirer que la ligne 
ne Boit pas trop eteudue du cote de I'Albanie. Sou Excellence 
iudique, a I'appui de cette opinion, diverses raisons strategiques 
et etluiograpliiques. Passant ensuite a la question des ports, 
le Premier Plenipotentiaii-e Ottoman insiste contre la cession 
d'Antivari au Monteuegro. La Porte n'aurait pas I'objection 
contre Spizzn, uiais elle maintient qu'Antivari est Albanais ; que 
les Montenegrins ne pourront y demeurer que par la force contre 
le voeu des populations. Son Excellence, faisant allusion aux 
attaques reciproques qui se produisent sans cesse entre Albanais 
et Montenegrins, annonce que son Gouvernement a re^u, a 
cet egard, des telegrammes inquietants. Caratlieodory Pacha 
rappelle la clause insei'ee dans les Bases de la Pais, et dont les 
stipulations dii Traite de San Stefano ne devaient etre que le 
developpement ; son Excellence afBrme que les Plenipotentiaires 
a San Stefano n'ont pu etre exactement renseignes sur I'etat des 
choses ; qu'il y a eu erreur, et termine en appelant expressement 
I'attention du Congres sur I'ordre des considerations qu'il vient de 
developper et qui presente un interet majeur pour la Turquie. 

Le President, tout eu afBrraant que le Congres ne saurait 
manquer d'apprecier: les raisons invoquees par Caratheodory Pacha, 
considere qu'on doit toujours compter que la Sublime Porte main- 
tiendra les engagements qu'elle a prise a San Stefano, sauf modi- 
fication acceptee par I'Europe. 

Le Comte Schouvaloif fait observer que le Premier Plenipoten- 
tiaire Ottoman ne connait pas encore la delimitation proposee par 
I'Autriche-Hongrie et la Russie. Son Excellence espere que la 
Porte en sera satisfaite, car cette delimitation lui rend une partie 
du territoire qu'elle a concede a San Stefano. 

Les trois premiers alineas de 1' Article I sont reserves a la Com- 
mission de Delimitation, et le quatrieme relatif a la navigation de 
la Boiana renvoye a la Commission de Hedaction. 

Sur le 1'^'' alinea de 1' Article II ainsi con9u : " La Sublime 
Porte reconnait definitivement I'independance de la Principaute de 
Montenegro," 

Lord Salisbury dit que son Gouvernement n'a jamais reconnu 
cette independance, et demande la suppression du mot " definitive- 
ment." 

II resulte de I'echange d'idees qui s'etablit a ce sujet que I'Alle- 
magne a en principe reconnu I'independanee de la Principaute, 
et que TAutriclie-Hongrie I'a deja reconnue anterieuremeut d'une 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 989 

mani^re forraelle. Le Comte de Saint- Vatlier, sur une question 
posee par le President, repond que la France I'a reconnue impli- 
citemeut. Lea Plenipotentiaires de Russie declarant que leur Gou- 
vernement n'a jamais cesse de la reconnaitre, puisque les Princes du 
Montenegro n'etaieut point confirmes par le Sultan et ue payaient 
point de tribut. Leurs Excellences demandent le niaintien du 
texte de 1' Article. Le Comte de Launay ajant fiiit remarquer 
qu'on pent laisser 1' Article dans le Traite et que le Protocole indi- 
quera les opinions respectives, le President declare I'incident clos, 
et, de I'avis de la haute assemblee, prononce le renvoi de I'Article a 
la Commission de Redaction. 

Le Baron de Haymerle lit une motion relative a la liberte des 
cultes dans le Montenegro : — 

" Tons les habitants du Montenegro jouiront d'une pleine et 
eiitiere liberte de I'exercice et de la pratique exterieure de leurs 
cultes, et aucune entrave ne pourra etre apportee soit a I'organisa- 
tion hierarchique des difFerentes communions, soit a leurs rapports 
avec leurs chefs spirituels." 

Caratheodory Pacha lit une proposition sur i'attribution a la 
Principaute d'une part de la dette publique Ottomane: — 

*' Le Montenegro prendra a sa charge une partie de la dette 
publique de I'fitat proportionnelle aux revenus des territoires qui 
lui seraient definitivement annexes." 

Sur une observation du Comte Schouvaloff, le Premier Pieni- 
potentiaire Ottoman dit que la proposition ne vise que les districts 
nouvellement annexes au Montenegro. 

Lord Salisbury lit le projet d' Article Additionnel suivant : — 
" Tous les habitants du territoire annexe an Montenegro con- 
serveront leurs proprietes, et ceux qui fixeraient leur residence 
personnelle hors de la Principaute pourront y conserver leurs 
immeubles en les faisant afFermer ou administrer par d'autres. 

*' Une Commission Turco-Moutenegrine sera chargee de regler, 
dans le courant de trois annees, toutes les affaires relatives au mode 
d'alienation, d' exploitation, ou d'usagej pour le compte de la 
Sublime Porte, des proprietes de I'Etat et des fondations pieuses 
(Vakouf)." 

Le Comte Schouvaloff demands dans cet Article la suppression 
de la stipulation relative aux proprietes, qui ne se trouve point dans 
les documents analogues qui concernent les autres Principautes. Le 
President ayant fait observer qu'en effet le Congres doit traiter 
egalement des situations semblables. Lord Salisbury pense que sa 
proposition pourrait etre soumise a la Commission de Redaction, 
qui recevrait pour instruction de la generaliser. 

Le Congres approuve cette procedure et passe au 2* aliuea de 
I'Article II. 



990 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

Le Comte Audi assy fait remarquer que cet alinea et ceux qui 
suiveut ii'ont plus de raison d'etre, une fois riiidependance pro- 
clnniee. lis concerneut Jes rapports du Montenegro avec la Porte, 
qui ne sauraient etre regies par le Congres. Co soiit des affaires 
speciales a la Principaute, et dans lesquelles, pour ce qui la regarde, 
rAutriche-Hongrie n'est nuUernent disposee a accepter I'arbitrage 
eventual que lui defere le 4^ alinea. Son Excellence ajoute qu'il 
est d'un interet general que les Etats reconnus independants de- 
viennent maitres de leurs destinees et apprenneut a vivre de leur 
propre existence. Ce n'est qu'en acqueraut la conviction qu'ils sont 
respon sables de leur politique et qu'ils recueilleront les fruits de 
bonnes relations comme ils subiraient les consequences de mauvaia 
rapports, qu'il sera donne a ces pays et aux Etats limitrophes la 
garantie d'une coexistence possible. Sun Excellence demande done 
la suppression de tons ces aliueas. 

Les Plenipotentiaires de Russie y consentent. 

Caratheodory Pacha desire le maintien en principe du 2® alinea, 
qui astreint aux lois et autorites locales les Montenegrins sejournant 
dans I'Empire Ottoman, et fait ressortir les necessites pratiques 
speciales qui rendent indispensables, pour I'avantage meme des 
habitants du Montenegro etablis en Turquie, les dispositions dont 
ils sont I'objet. 

Le Congres, s'etant raliie a cette opinion, decide que le 2® alinea 
est renvoye a la Commission de Eedaction, et que les 3^ et 4® sont 
supprimes. 

Le 5® alinea relatif a I'evacuation du territoire Ottoman par les 
troupes du Montenegro est I'objet de diverges observations de la 
part des Plenipotentiaires Fran^ais, qui en demandent le maintien, 
et du Comte Schouvaloff, qui, tout en desirant vivement la prompte 
evacuation du territoire Turc, est contraire, en principe, aux delais 
indiques avec une precision souvent irrealisable. 

Mehemed Ali Pacha objecte que les Montenegrins, n'ayant point 
de bagages et autres "impedimenta," peuvent tres-aisement quitter 
le territoire Ottoman dans le tertne fixe. 

Le Plenipoteutiaire de Russie ayant insiste, le Comte de Launay 
propose de remplacer le delai de 10 jours indique dans I'Article par 
ces mots : " dans le plus bref delai possible." Le Comte Andrassy 
suggere " 20 jours ou plus tot si faire se pent." 

Le Congres decide le renvoi a la Commission de Eedaction. 

Le President constate que la haute assemblee a termine tout 
son ordre du jour. Pour la prochaine seance fixee a demain, Mardi, 
2 Juillet, I'ordre du jour est la navigation du Danube, I'indemnite 
de guerre, et, s'il y a lieu, rapport de la Commission de Delimitation. 

La seance est levee a 5 heures. 

[Suivent les Signatures.] 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 991 

Annexe 1 au Protocole No. 10. 
Front iere pour le Montenegro. — {Carte de V^tat-Major Autrichien.) 

La nouvelle frontiere partira de la sommite du Mont Ilino-brdo, 
au nord de Klobuk, et snivra les hauteurs qui bordent la Trebis- 
nica, dans la direction de Pilatova, laissant ce village au Monte- 
negro. De la la frontiere ira par les hauteurs dans la direction 
nord, a une distance d'envirou 6 kilometres de la route ; Bilek, 
Korito, Gacko, jusqu'au col entre la Somina-Planiua et le Mont 
Curilo. Elle coutinuera ensuite vers Test par Vratkovici, laissant 
ce village a I'Herzegovine, jusqu'a la montagne Laticno, d'oii elle 
tournera vers le nord, passant entre les vilhiges Ravno et Zanje- 
vina, et puis par les contreforts orientaux du Lebersnik et du 
Volujak, laissant le bassin de la Sutjeska a I'Herzegovine, jusqu'a la 
Piva a environ 10 kilometres en amont de sa jonetion avec la Tara. 
De ce point la frontiere remontera la Piva, et traversera la mon- 
tagne pres du village Nedvine pour rejoindre la Tara, qu'elle re- 
montera jusqu'a Mojkovac. Puis elle suivra la crete dia contrefort 
jusqu'a Siskojezero, d'oii elle se confondra avec I'ancienne frontiere 
jusqu'au village Zabrdje. De ce point la nouvelle frontiere se 
dirigera par les cretes des montagnes au Piklen, d'oii elle longera 
la crete de la grande chaine des montagnes Albanaises, formant le 
partage des eaux entre le Lim d'un c6te et le Drin, ainsi que la 
Cievna (Zem) de I'autre. Elle suivra ensuite les limites actuelles 
entre la tribu des Kuci-Drekalovici d'un cote et la Kucka-Kraina, 
ainsi que les tribus des Klementi et Grudi de I'autre, jusque dans 
la Plaiue de Podgorica, d'oii elle se dirigera sur Plavnica, laissant a 
I'Albanie les tribus nioutagnardes des Klementi, Grrudi, et Hoti. 
Ensuite, traversant le lac, la frontiere passera pres de Pilot Grorice 
Topal, d'uu elle traversera la montagne, pour aboutir a la mer, a la 
pointe de Kruei, laissant a I'Albanie le district de Duleigno. 

Au nord-ouest ce littoral sera liniite par une ligne qui passera 
de la cote entre les villages Susana et Zubci, pour aboutir a la, 
pointe extreme sud-est de la frontiere actuelle du Montenegro sur 
la Yrsuta-Plauiua. 



Annexe 2 aio Protocole No. 10. 

L'annexion' d'Antivari et de son littoral au Montenegro sera 
consentie aux conditions suivantes : — 

Les contrees situees au sud de ce territoire, d'apres la delimita- 
tion contenue dans 1' Annexe No. 1, jusqu'a la Bojana, y compris 
Dulcinjo, seront restituees a la Turquie. 

La Commune de Spizza jusqu'a la limite septentrionale du terri- 
toire precise dans la deacription detaillee des frontieres sera in- 
corporee a la Dalmatie. 



992 GREAT BRITAIN, AUSTRIi^, FRANCE, &C. 

Le Montenegro jouira de la liberte de navigation sur la Boyana. 

Le Montenegro ne pourra avoir des batiments de guerre, ni de 
pavilion de guerre maritime. 

Le port d'Antivari, et toutes les eaux Monten^grines, resteront 
fermees aux batiments de guerre etrangers. 

Les fortifications existantes sur le teiritoire Montenegrin seront 
rasees, et il ne pourra y en etre ^leve de nouvelles. 

La police maritime et sanitaire, tant a Antivari que tout le long 
de la cote du Montenegro, sera exercee par I'Autriche-Hongrie 
moyennant de legers batiments garde-cotes. 

Le Montenegro adoptera la legislation maritime en vigueur en 
Dalmatie. De son cote, rAutriche-Hongrie s'engage d'accorder sa 
protection Consulaire au pavilion marchand Montenegrin. 

Le Montenegro devra e'entendre avec I'Autricbe-Hongrie sur 
le droit de construire et d'entretenir a travers le nouveau territoire 
Montenegrin une route et un chemin de fer. 

Sur ces voies une entiere liberte de communication sera assuree. 



Protocole No. 11. — Seance du 2 Juillet, 1878. 
fitaient presents : 

Pour TAllemagne — le Prince de Bismarck, M. de Biilow, le 
Prince de Hobenlohe-Schillingsfiirst. 

Pour r Autric'he-Hongrie — le Comte Andrassy, le Comte Kdrolyi, 
le Baron de Haymerle. 

Pour la France — M. "Waddington, le Comte de Saint-Tallier, 
M. Desprez. 

Pour la Grande Bretagne — le Comte de Beaconsfield, le Marquis 
de Salisbury, Lord Odo Russell. 

Pour ritalie — le Comte Corti, le Comte de Launay. 

Pour la Eussie— le Prince Gortchakow, le Comte Schouvaloff, 
M. d'Oubril. 

Pour la Turquie — Alexandre Carath^odory Pacba, Mehemed All 
Pacba, Sadoullah Bey. 

L\ seance est ouverte a 3 heures moins \. 

Le Comte Schouvaloff demande au Congres de decider une ques- 
tion relative aux travaux de la Commission de Delimitation. La 
fixation des froutieres de la Serbie et du Montenegro a ete remise a 
cette Commission, qui espere etre, tres-prochainement, en etat de 
presenter les resultats de ses etudes; mais la delimitation de la 
Bulgarie, indiquee, pour ses grandea lignes, dans le document lu 
par Lord Salisbury dans la 4® seance et accepte par le Congres, n'a 
pas ete renvoyee a la Commission de Delimitation. Son Excellence 
exprime le desir que la Commission Boit eaisie de ce document et 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 993 

autorisee a stiituer sur les details, puis a soumettre an Oongrea le 
resultat de ses deliberations. 

Apres im echauge d'idees d'ou il resulte que la Coiiv.r.ission est 
prete a se charger de ce travail, qui n'est d'ailleurs qu'uiuj question 
de forme, le President constate que le Congres remet a la Com- 
mission le soin de preparer la delimitation de la frontiere Buigare. 

L'ordre du jour appelle la discussion des Articles XII et XIII 
du Traite de San Stefano relatifs au Danube et aux forteresses, Le 
President donne lecture de I'Article XII, et le Baron de Haymerle 
presente a la liaute asserablee le projet suivaut d'une nouvelle 
redaction de cet Article : — 

" 1. Afin d'assurer, par une nouvelle garantie, la liberte de 
navigation sur le Danube, toute la partie du fleuve a partir des 
Portes de Per jusqii'aus embouchures dans la Mer Noire est declaree 
neutre. Les iles situees dans ce parcours et aux embouchures (File 
des Serpents), aiusi que les bords de la riviere, sont compris dans 
cette neutralite. 

" En consequence, les fortifications qui s'y trouvent seront 
rasees, et il ne sera pas permis d'en eriger de nouvelles. Tons les 
batiments de guerre sont exclus de la partie susdite du fleuve, 
a I'exception des batiments legers destines a la police fluviale et 
au service des douanes. Les stationnaires aux embouchures sont 
raaintenus, niais ils ne pourront pas remonter la riviere au dela de 
Galatz. 

" 2. La Commission Europeenne du Bas-Danube est maintenue 
dans ses fonctions, qu'elle exercera a partir de Gralatz jusqu'a la 
mer. Sa duree s'etendra au dela de 1883, jusqu'a la conclusion 
d'un nouvel accord. Ses droits, obligations, et prerogatives sont 
conserves intacts. Les immunites dont jouissent ses etablissements, 
ses oixvrages, et son personnel, en vertu des Traites existants, sont 
confirmees. 

" Dans I'exercice de ses fonctions, la Commission Europeenne 
sera independante de I'autorite de I'Etat au territoire duquel ajipar- 
tient le delta du Danube ; elle aura ses propres signaux et insignes 
sur ses batiments et etablissements ; elle nommera et paiera elle- 
meme ses fonctionnaires. Ses obligations financieres seront I'objet 
d'un nouveau reglement, et le statut de son organisation sera sou- 
mis a une revision pourle mettre en harmouie avec les circonstancea 
nouvelles. 

" Outre les Etats qui prennent part a la Commission Euro- 
peenne, en vertu du Traite de Paris, la Eoumauie y sera representee 
par un delegue. 

" 3, Les reglements de navigation et de police fluviale en aval 
des Portes de Fer seront conform es a ceux qui ont ete ou qui seront 
introduits par la Commission Europeenne pour le parcours en aval de 
[1877-78. Lxix.] 3 S 



"994 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

"Galatz. Uu Commissaire dclegue par la Commission Europeenue 
veillera a rexecution de ces r^glements. Dans le parcours entre les 
Portcs de Fer et Galatz, lo commerce et la navigation ne serout 
frappes d'aucuue taxe speciale qui aurait pour efiet de favoriser 
le commerce et les communications par terre, au prejudice de cellea 
par le fleuve. 

" 4'. En modification de I'Article YI du Traite de Londres du 
13 IMars, 1871, 1'executiou des trayaux destines a faire disparaitre 
ies obstacles que les Portes de Eer et les cataractes opposent a la 
navigation est conGce a I'Autricbe-Hongrie. Les Iiltats riverains 
de cette partie du fleuve accorderout toutes les facilitcs qui pour- 
raicnt etre requises dans i'interet des travaux. 

" Les dispositions de I'Article VI du Traite precite relatives au 
droit do percevoir une taxe provisoire destinee a couvrir les frais des 
travaux en question sent mainteuues a. I'egard de I'Autriclie- 
Hongrie." 

Lord Salisbury adbere aux principes generaux developpes dans 
cette proposition, mais il fait observer que ce texte constitue une 
legislation entiere qu'on ne pent accepter dans ses details a la 
premiere lecture. Son Excellence considere la question comme fort 
importante, et desirerait qu'elle fut discutee par le Congres, mais 
■dans une seance ulterieure. 

Le President croit que les nombreux details vises par la propo- 
sition qui vient d'etre lue sont en dehors de la taclie du Congres. 
Les Plenipotentiaires sont assembles pour accepter, rejeter, ou rem- 
placer les Articles du Traite de San Stefauo ; mais une reglemeuta- 
tion aussi developpee d'un point special — bien qu'autant qu'il en peut 
juger a premiere vue il soit dispose a en accepter les dispositions 
— lui semble n'efcre pas dans les attributions de la haute assemblee. 

Le Baron de Haymerle fait remarquer que la proposition Austro- 
Hongroise coutient plusieurs principes essentiels : — 1. Neutralisa- 
tion du Danube jusqu'aux Portes de Eer; 2. Permanence de la 
Commission Europeenue ; 3. Participation de la Roumanie aux 
travaux de cette Commission ; 4. Attributions a I'Autriclie-IIon- 
grie seule des travaux a accomplir aux Portes de Eer. 

Le Comte Schouvaloff considere comme le President que cette 
legislation ne saurait etre discutee au Congres dans ses details, 
mais il croit devair signaler sur le champ qu'il n'en comprend pas 
I'idee capitale. Que faut-il entendre par neutralisation ? Quelle 
en seraitl'etendue, et dans quel but cette mesure est-elle demandee? 

Lord Salisbury pense que la Eussie etant desormais riveraine du 
Danube, un element nouveau se trouve introduit dans les questions 
qui toucbcnt a la navigation du fleuve. Des dispositions speciales 
sont nocessaires au commerce, et son Excellence desire que le Con- 
gres retienne la question en ajouruaut toutefois la discussion jusqu'a- 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 995 

■ce que lea Puissanceg se soieut mises d'accord sur la procedure 
a suivre. 

Le President croit pouvoir maintenir a I'ordre du jour la dis- 
cussion sur les Articles XII et XIII, et le Comte Andrassy est 
<l'avis qu'eu elFefc il n'y a point de contradiction entre la proposition 
-Aiistro-Hongroise et ces Articles: son Excellence la cousidere 
'comme un amendement necessite par la situation nouvelle qui 
rr'esulte de I'attribution de la Dobroutclia aux Eoumaius, de la 
Bessarabie aux Eusses, &c. 

Le President emet la pensee que plusieurs grands priucipes 
pourraient etre extraits de la proposition et presentes au vote 
•du Congres. 

Le Prince Gortcliacow rappelle que le Traite de Paris a coufirme 
les actes du Traite de Vieune sur la liberie de la navigation fluviale, 
et que, d'apres des declarations des Plenipotentiaires de Eussie dans 
uue scauce precedeute, la retrocession de la Bessarabie ne saurait 
exercer aucune influence sur la liberte du fleuve.- Son Altesse 
■Sereuissime ne s'explique done pas la necessite de dispositions 
nouvelles dans cette question. 

Le Prince de Bismarck repete que le Congres n'a pas a de- 
Telopper les questions de detail sur lesquelles les Puissances inte- 
resses sont en mesure de s'entendre entre elles. Son Altesse Sere- 
nissime persiste a penser que la proposition Austro-Hongroise 
devrait etre renvoyee soit au Comite de Eedaction, soit aux Pleni- 
potentiaires d'Autriche-Hongrie, qui en detacheraient les principes 
majeurs, seuls susceptibles d'etre votes par le Congres. 

Cette derniere opinion, appuyee par M. d'Oubril, est aeceptee 
par le Congres, MM. les Plenipotentiaires de Russie ayant d'ail- 
leurs fait remarquer que leur adhesion au remaniement du projet 
par les soins de leurs coUegues d'Autriche-Hongrie n'implique 
nullement leur assentiment aux principes de la proposition. 

Le President reprend la lecture de I'Article XII, et le Congres 
■decide, sur I'observation de Lord Salisbury et du Baron Haymerle, 
■que les mots "I'Empire Eusse " doivent etre ajoutes dans I'enume- 
ration des fitats riverains. La haute assemblee, apres lecture du 
2° alinea du memo Article, reconnait que la Eoumanie devra desor- 
mais etre representee dans la Commission Europeenne. 

Le Congres passe a I'Article XIII. 

Le President declare ne point voir d'interet Europeen dans 
■cette disposition, et en ce qui concerne notarament le dedommage- 
ment attribue aux particuliers qui out soufFert du fait de guerre. 
Lord Salisbury juge cette indication trop vague pour figurer dans 
un Traite. Son Excellence propose la suppression de I'Article. 

Le Comte Schouvaloff n'y a point d'objection, sous la condition 
expresse qu'il n'en resultera aucune obligation pour la Russie. 

3 S 2 



996 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANeE, &C.. 

Caratheodory Pacba est egalement d'avis de supprimer cet 
Article afin d'eviter des complications inutiies, et le Congr^s, ayant 
doune son assentimcnt ;\ cctte proposition, passe a la discussion de 
r Article XIX relatif a I'indemnite de guerre. 

Le President, avaut de donner lecture de cet Ai*ticle, dit qu'il 
demeure bien entendu que la discussion ne portera pas aujouvd'hui 
sur les dispositions territoriales en Asie, mais uniquement sur I'in- 
demnite proprement dite, c'est-a-dire sur les deux alineas qui ter- 
miueut I'Article. La premiere phrase de I'alinea (c) etant relative- 
a la question territoriale, est ecartee, et I'ordre du jour ne s'applique 
qu'a la suite de I'alinea ainsi cou<;ue: "quant au reste de I'in- 
demnite, sauf les 10,000,000 de roubles dus aux interets et insti- 
tutions Russes en Turquie, soit 300,000,000 de roubles, le mode de 
paiement de cette sorame et la garautie a y aftecter seront regie* 
par uue entente entre le Gouvernement Imperial de Russie et 
celui de Sa Majeste le Sultan." 

Lord Salisbury releve I'importance des mots " la garantie a y 
aft'ecter," et son Excellence ajoute que si cette garantie devait etre 
une indemuite territoriale, les Plenipotentiaires de la Grande Bre- 
tagne a'y opposeraient formellement. 

Le Prince Gortcbacow declare au nom de Ron Gouvernement 
que la question de la garantie est, en eifet, a regler entre la Russie 
et la Porte, mais que I'expression indiquee par Lord Salisbury 
n'implique aucune acquisition territoriale. 

Le President ayant demande si cette declaration, qui doit etre 
inseree au Protocole et dont le Congres prendrait acte, satisferait la 
haute assemblee, et Lord Salisbury ayant, de son c6te, exprime 
le desir de savoir quelle serait alors la garantie de I'indemnite, 
le Prince Gortcbacow repete que cette garantie dependra des 
arrangements de la Russie avec le Gouvernement du Sultan, mais 
sera reglee en dehors de toute acquisition territoriale. 
Caratheodory Pacha lit les considerations suivantes : 
" Les Plenipotentiaires Ottomans ont le devoir d'appeler tout 
particulierement I'attention de la haute assemblee sur leg stipula- 
tions du Traite de San Stefano concernant I'indemnite de guerre, 
lis prient tout d'abord le Congres de prendre en consideration que 
la guerre qui vient de se terminer n'a pas eu pour cause la violation 
par la Turquie d'un engagement que cette Puissance aurait con- 
tracte vis-a-vis de la Russie. Le Cabinet de St. Petersbourg ayant 
declare la guerre pour obeir au sentiment auquel il tenait a donner 
une satisfaction, les grands et eclatants avantages qu'il a remportes 
et les resultats qu'il a obtenus constituent une ample compensation 
des efforts et des sacrifices pecuniaires que le Gouvernement 
Imperial de Russie avait naturellement assumes d'avance dans sa 
pensee. 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 997 

" Saus insister sur les precedents que I'histoire la plus receute 
de la Eussie elle-meme pourrait leur fouruir et qui sout presents a 
la memoire de tous les membres du Congres, les Pleuipoteutiaires 
Ottomans, en se rapportanfc aux dispositions du Traite de San 
Stefano relatives an paiement d'uue indemnite ds guerre, pensent 
qu'ils n'auraient qu'a invoquer les explications que le Gouvernemeut 
Imperial de Eussie a bien voulu donner sur ce point pour faire 
voir que, dans la pensee du Cabinet de St. Petersbourg aussi, la 
possibilite pour la Turquie de payer I'indemnite de guerre fait 
I'objet de doutes tres-serieux. D'uu autre cote on a signale d'une 
maniere frappante les graves inconveaients qui resulteraient de 
I'existence d'une creance dont la realisation ne pourrait qu'etre 
laissee dans le vague. 

" De fait, la guerre qui vient de se terminer a cause a la Turquie 
des domniages incalculables. Saus parler des finances de I'Etat, 
dont la situation est connue, la desolation dans laquelle se trouvent 
plougees les villes et les campagnes de la Turquie d'Burope et 
d'Asie est peut-etre sans exemple dans I'liistoire. D'oii la Turquie 
tirerait-elle aujourd'hui les ressources qui lui seraient indispensables 
pour pourvoir aux depenses des services les plus urgents, pour ne 
pas laisser ses cr^anciers sans aucune consolation, pour remplir 
dans la raesure du possible un simple devoir d'humanite envers des 
masses privees du plus strict necessaire et pour subvenir aussi 
au service d'indemnite de guerre? Nous ne parlous pas des amelio- 
rations a introduire — ameliorations dont le Grouvernement Imperial 
Ottoman aussi bien que rEuropereconnaissent I'extreme urgence 
— et qui toutes exigeraient de nouvelles depenses. Mais, indepen- 
damment de ces ameliorations, il faut pourvoir aux dapenses iii- 
exorables de I'heure presente. Toutes les Puissances reconnaisseut 
que la Tui*quie ne pent y suffire meme au prix des plus grands 
sacrifices ; comment pourrait-elle des lors assumer le paiement 
d'une indemnite de guerre ? Le Gouvernemeut Imperial de Eussie, 
qui counaissait cette situation, a demande des territoires ea Europe 
et en Asie pour tenir lieu et place de la majeure partie de I'in- 
demnite qu'il avait calcule comme lui etant due. 

" Les facilites que le Congres a trouvees pour rarraugement 
d'ordre Europeen concernant la Dobroutscba et la Bessarabie ont eu 
pour base uu preleveraent important opere sur I'indemnite de guerre. 
Bien que la question d'Asie n'ai pas encore efce traitee dans le 
Congres, on peut dire des a present que de ee cote aussi la Eussie 
acquerra des territoires 'qui, a s'en tenir a I'estimation du Cabinet 
de St. Petersbourg lui-meme, representeront des sommes enormes. 
Si, Ton exige d'autres paiements encore, les Plenipoteutiiires Otto- 
mans ont le devoir de declarer qu'ils ne volent reellement pas d'oii 
la Turquie pourrait les tirer saus porter uuc grare atteinte aiii 



998 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

conditions Ics plus csscutiellcs du fouctionucmeut dc sou Gou- 
vcrnement. 

"lis prient le Congres de vouloir bicQ prendre eii consideration 
que, si pour satisfiiire .au paiemont d'unc iademnite de guerre, Ton 
creait pour la Turquie una situation financiere intolerable, une 
pareillc decision non-sculement ruinerait les populations pour les- 
quclles I'Europc montre dc I'interet, mais eu meme temps irait 
a Tencontre dc I'idec qui a ete exprimee touclianfc la cousei'vation 
de I'autorite du Gouvcrnemeut Ottoman ct a laquclle son Altesse 
le Premier Plenipotentiaire de Eussie a donue, dans uue de no3 
precedentes seances, uue adhesion si explicite." 

Le Comte ScbouvalofF dit qu'il s'est efForce de s'abstenir jusqu'a 
present de revenir avec MM. les Plenipotentiaires Ottomans sur le 
passe, mais qu'en presence des observations lues par Caratlieodor}' 
Pacha il est de son devoir de sortir du silence qu'il a garde. M. le 
Premier Plenipotentiaire de Turquie a. affirme que la deruiere 
guerre n'a ete provoquee par aucur.e violation d'arrangements 
anterieurs. Le Comte Schouvaloff maintieut, an contrairc, que la 
guerre a ete la consequence de la violation constante et journaliere 
de dispositions conveuues, et notammentdes obligations contractees 
par la Porte en 1856 au Congres de Paris, La Eussie est restee 
pendant longtemps la spectatrice passive de ces violations ; ell& 
a garde le silence, mais elle a ete obligee d'intervenir en presence 
d'evenements deplorables qui Tout emue, comme ils out emu 
I'Europe entire. Quant aux sentiments auxquels Caratheodory 
Pacha a faic allusion, en leur attHbuant les causes de la guerre, ses 
paroles peuvent donner lieu a une fausse interpretation. La Eussie 
n'a pas fait uue guerre d'aspiratious ou de sentiments ; elle n'a eu 
qu'un seul but, celui de venir au secours de populations Chretiennes 
et de leur assui'er un sort meilleur. Enfin, M. le Premier Plenipo- 
tentiaire Ottoman a enumere les sacritices que la guerre a coiites a 
la Turquie ; le Comte Scbouvaloif se borne a faire observer que 
la Eussie s'est egalement impose de lourds sacrifices, L'expose de 
M. le Plenipotentiaire Ottoman est tardif; il appartenait a la 
Turquie de calculer ses moyens et les charges qu'elle s'imposait» 
avant de rejeter le Protocole de Londres. 

Lord Salisbury voudrait appeler I'attention de ses collegues de 
Eussie sur les inconvenients d'une indemnite qui depasse les res- 
sources du debiteur. II regarde qu'une condition qui ne peut etre 
remplie ne saurait qu'amener des complications en Europe. Son 
Excellence se demande, d'ailleurs, par quels moyens la Eussie espere 
obtenir I'execution d'une clause a premiere vue irrealisable. 

Le Prince Gortcbacow repond qu'il n'a pas a entrer dans la dis- 
cussion de ce dernier point, reserve a I'entente qui doit s'etablir 
entre I'Empereur sou auguste Maitre et le Gouverneraent du 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 991> 

Sultan. On pourrait, d'ailleurs, se poser la nieiue question pour 
tous lea autres creanciers cle la Turquie. 

Le Comte SchouvalofF recounait qu'il y a plusieurs interets 
Europeans a sauvegarder dans la question de I'iudemnite, et qu& 
I'Europe est en droit de se preoccuper de la forme du regleraent.. 
Sou Excellence est en mesure de declarer, au nom de son Grouverne- 
nieut, qu'en aucun cas cette indemnite ne sera convertie en una- 
acquisition territoriale. Ce premier point etaut fixe, le Comte 
SchouvalofF en vient aux droits des Gouvernemeuts Fran9ais et 
Anglais pour les emprunts qu'ils ont garantis. En declarant que la.. 
situation, en ce qui concerne ces emprunts, restera la memo qu'avant 
la guerre, M. le Plenipotentiaire de Eussie croit venir encore uue 
fois au devant des voeux de I'Europe. Quant a la question de Lord 
Salisbury relative aux moyens dont la Eussie compte user pour 
le recouvrement de sa dette, il faudrait, pour y repondre, proceder a 
uu examen completde I'etat financier de la Turquie : son Excellence 
se boruera a faire observer que le mode de perceptioai des impots en. 
Turquie est des plus insufBsants. II a ete ecrit des volumes a. 
ce sujet, et il en appert qu'un tiers seulement de la sorame payee 
par les contribuablea rentre au Tresor Ottoman. C'est ce tiers qui 
forme les ressources budgetaires de la Turquie ; c'est avec ce tiers 
qu'elle fait face a ses depenses. Si dans I'avenir une meilleure 
administration nnanciere parvenait a faire rentrer dans le Tresor, ne 
fut-ce que le second tiers des impots payes par les populations, cela 
doublerait les ressources de la Turquie et ofFrirait pour la Eussie ua 
nioyen de remboursement auquel il lui serait impossible de renoucer 
en vue des eventualites beureiises qui pourraient se produire dans 
le maniement des finances Ottomanes. 

Lord Salisbury declare au nom de son Gouvernement ne pas 
admettre que la Eussie, se trouvant creanciere en vertu du Traite 
de San Stefano, puisse prendre un rang de preference a aucun des 
creanciers de la Turquie, dont les titres out une date anterieure a la 
guerre. 

Le Prince Gortchacow repond qu'il a seulement entendu parler 
d'une situation analogue, 

Le President preud acte au nom du Congres des declarations-, 
faites par les Plenipotentiaires Eusses, et qui doivent etre textuelle- 
ment inserees au Protocole. II pense que le reglement ulterieur de 
la question peut etre laisse a I'entente des deux fitats interesses. 

Le Comte Corti rappelle que, d'apres les paroles de M. le Comte- 
Sebouvaloff, si I'inderanite de 300,000,000 de roubles est confirmeer 
par le vote du Congres, cette somme ne jouirait d'aucuu droit 
de preference sur les emprunts garantis par la Erance et -I'Angle- 
terre. Son Excellence fait remarquer qu'il y a d'autres emprunts 
non garantis ou autres dettes qui ne sont pas moins dignes d'in- 



1000 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

teret, et il croit pouvoir penser que la declaration Russe s'etend 
a tous les crcaucicrs de la Turquie. 

Le Comte Scliouvaloff" dit qu'il n'a pas examine cette difflculte, 
mais qu'il pense satisfaire le Premier Plenipotentiaire d'ltalie 
en affirmaut d'uue nianiore geuerale que, dans la question financiere, 
la Russie coaiptc respecter la legalite, c'est-a-dire toute hypotUeque 
anterieure. 

M. le Premier Plenipotentiaire de Prance constate que le Comte 
Scliouvaloff a fait deux declarations : la premiere affirme, qu'en 
aucun cas I'iademuite ne sera convertie en accroissemeut terri- 
torial ; la secoude, que la Russie ne portera aucune atteinte aux 
interets des deux categories d'emprunts, garantis ou de droit commun. 
M. Waddiugton prend acte de cos declarations, dont il constate 
I'importauce pour les porteurs de titres de la dette Ottoraane, et 
il desirerait recevoir une declaration analogue de la part des Pleui- 
potentiaires Ottomans. 

Caratlieodory Pacha, rappellant les observations qu'il a pre- 
sentees au Congres au commencement de la seance sur la gravite de 
la situation oii se trouve son Grouvernement, ajoute que, s'il y avait 
lieu de croire qu'uue fois les prelevements dont il s'agit operes, 
la Turquie serait en mesure de payer une indemnite a la Russie, 
la discussion aurait une utilite pratique. Mais son Excellence doit 
reconnaitre qu'il n'en est rien, et que, tout en tenant compte 
des ameliorations et des ressources nouvelles qui se pourront pro- 
duire, ces progres exigeront un temps considerable. La Turquie 
doit cependant pourvoir aux depenses absolument urgentes, a la 
suite d'une guerre qui a tari toutes ses sources de revenus. En 
presence d'une position aussi deplorable, comment son Gouverne- 
ment pourrait-il payer une indemnite, quelque mitigee qu'elle soit ? 
Comment pourrait-il etre question pour lui d'assigner I'ordre dans 
lequel devrait figurer, dans la serie des dettes de I'Etat, I'indemnite 
indiquee par le Traite de San Stefano ? c'est pourquoi il a demande 
que le Congres reconuut I'impossibilite pour la Porte de prendre un 
engagement qu'elle ne pourrait pas tenir. 

Le President dit que la Turquie n'a pas maintenant d'eugage- 
ment a prendre. L'engagement a ete pris a San Stefano. 

M. "Waddington insiste pour obtenir de M. le Premier Plenipo- 
tentiaire Ottoman uue reponse precise a sa question qui avait en 
vue, non pas I'indemnite a debattre entre la Russie et la Turquie, 
mais les creanciers anterieurs. Le Premier Plenipotentiaire de 
Prance, rappellant la declaration que le Comte Scbouvaloff vient de 
faire en ce qui concerne la Russie, demande, de nouveau, si la Porte 
est disposee a donner les memes assurances et a declarer qu'elle 
eutend respecter a I'avenir tous ses engagements financiers, et no- 
temmentles bypotheques affectees a lagarantie des divers emprunts. 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1001 

Caratheodory Pacha dit que le Gouvernemeut Ottoman a tou- 
jours teuu a remplir tons ses engagements, et qu'il n'a ete amene 
a prendre des arrangements particuliers qu'en presence de necessites 
absolues, Assurement, la Porte a le plus vif desir de satisfaire aux 
droits acquis, et n'epargnera aucuu effort pour y parvenir dans 
la mesure de ses pouvoirs. Mais il craint que I'idee seule d'une 
indemnite pecuniaire qai peserait sur la Turquie ne paral3^se ses 
efforts et son credit. 

Sur les observations reiterees de M. Waddington, qui desirerait 
recevoir une reponse sur les intentions de la Porte au sujet des 
hypotlieq;ies aflfectees aux emprunls, Caratheodory Pacha dit que 
la Porte fera tout son possible pour remplir des engagements, 
et ajoute que, pour etre en mesure de donner une declaration plus 
precise, il doit prendre les instructions de son Grouvernement. 

Le Baron de Hay merle, au nom des creanciers Austro-Hongrois 
de la Turquie, s'etant associe aux observations presentees par le 
Premier Plenipotentiaire d'ltalie, le Comte SchouvalofF fait re- 
marquer que la Kussie n'a reserve que les droits d'hypotheqaes, 
qu'elle agira comme pour une dette particuliere, et n'a pas a se 
preoccuper de la nationalite des creanciers de la Turquie. 

Le President resume la discussion. Les Plenipotentiaires de 
Hussie ont doune satisfaction a Tiuteret politique par une reponse 
dont le Congres a pris acte. Les droits des porteurs de titres 
Ottomans ayant ete souteuus par la Grande Bretagne et la France 
les declarations de la Eussie relatives a la priorite des hypotheques 
ont egalement paru satisfaisautes. Le fond des choses est done 
regie, et il ne reste plus qu'uue question de redaction dont les 
Plenipotentiaires interesses pourront se preoccuper en vue du Pro- 
tocole. 

Le Prince Gortchacow repete que rindemnite de guerre u'affec- 
tera point les interets des creanciers de la Porte. 

M. AVaddington ajoute que le but principal de la discussion 
presente etait de prendre acte des declarations Russe et Ottomane. 

Le President, faisant allusion aux paroles prouoncees dans le 
cours de la seance par le Comte Corti, voudrait constater que les 
stipulations relatives a Tindemuite de guerre n'ont pas a etre " con- 
firmees " par le Congres. 

M. le Premier Plenipotentiaire d'ltalie demande si ces stipula- 
tions ne ferout point parti du nouveau Traite, et le President 
repond qu'elles n'y doivent pas etre inserees, le Congres ne pouvant 
■etre garant de la compatibilite de la Porte. 

Le Congres decide que le 2^ alinea (d), relatif aux 10,000,000 
roubles reclames comme indemnite pour les sujets et institutions 
Eusses en Turquie, regarde les deux Etats interesses et non point 
I'Europe. II est done eutendu que les deux alineas c et d qui 



1002 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

terminent 1' Article XIX du Traite, ne serout pas iuseres dans le- 
Traite futur. 

Le Prince CJortcliacow desire ajouter, comme cclaircissement, 
que son Gouvcrneuient a positivemcnt interdit d'admettro au benefice- 
de cetto soranie de 10,000,000 roubles les sujets Eusses engages 
dans les fonds Turcs. 

L'ordre du jour est epuise. Divers objets ayant ete proposes 
pour l'ordre du jour suivaut, le Congres, sur la proposition du 
Comte de Sainte-Vallier, decide de regler ainsi la seance prochaine : — 
1. Examen du resultat dcs travaux de la Commission de Delimita- 
tion (ce resultat soumis au vote du Congres devra etre renvoye a la 
Commission de Eedaction) ; 2, Amendement Austro-IIoiigrois sur- 
le Danube ; 3. Article XXII du Traite de San Stefano relatif 
aux religieux liusses et aux moines de I'Athos; 4. Affaires de 
Grece. 

La seance est levee a 4 heures et demie. 

[Suivent les Signatures.] 



FrotocoJe No. 12.— Seance du 4 Juillet, 1878. 
Etaient presents : 

Pour Allemagne — le Prince de Bismarck, M. de BiiloTV, le Prince 
de Holienlohe-Schillingsfiirst, 

Pour r Autricbe-Hongrie — le Comte Andrassy, le Comte Karolyi, 
le Baron de Haymerle. 

Pour la Prance — M. "Waddiugton, le Comte de Saint Yallier, 
M. Desprez. 

Pour la Grande Bretagne — le Comte de Beaconsfield, le Marquis 
de Salisbury, Lord Odo Eussell. 

Pour ritalie — le Comte CorH, le Comte de Lauuay. 

Pour la Eussie — le Prince Gortchacow, le Comte Scbouvaloff, 
M. d'Oubril. 

Pour la Turquie — Alexandre Caratheodory Pacba, Mehemed Ali 
Pacba, Sadoullah Bey. 

La seance est ouverte a 2 beures et demie. 

Le Protocole No. 10 est adopte. 

Le President fait mention des petitions de la liste No. 9, et- 
notammeut de la communicatioi^ adressee au Congres par M, 
Eistitch, faisant savoir au Congres que le Prince Milan I'a autorise 
a declarer que le Gouvernement Serbe saisira la premiere occasion, 
apres la conclusion de la j3aix, pour abolir par la voie legale la 
derniere restriction qui existe encore en Serbie relativement a la 
position des Israelites. Sou Altesse Serenissime, sans vouloir entrer 
dans I'examen de la question, fait remarquer que les mots " la voie 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1003 

egale " semWeut ime reserve qii'il siguale a I'atteution. de la haute 
assemblee. Le Prince cle Bismarck croit deroir constater qu'en 
aucLiu cas cette reserve ne saurait infirmer I'autorite dea decisions 
dii Congres. 

Le President ayant fait appel aux communications que MM. les 
Plenipotentiaires croiraient devoir presenter, le Premier Plenipo- 
tentiaire de Turquie rappelie que, dans la huitieme seance, le 
President a declare que le Protoeole restait ouvert pour les nou- 
velles instructions que le Grouvernement Ottoman adresserait a ses 
Eepresentauts an sujet do I'occupation de la Bosnie et de I'Herze- 
govine. Ces instrnctions etant depuis parvenues aux Plenipo- 
tentiaires de Turquie, son Excellence se fait un devoir de les porter 
a la connaissance de la haute assemblee, et donne lecture de la 
declaration suivante : — 

" Le Gouverneraent Imperial Ottoman a pris en tres-serieuse 
consideration I'opinion eaiise par le Congres relativement aux 
moyens propres a amener la pacification de la Bosnie et de I'Herze- 
govine : il y met une confiauce entiere, et il se reserve de s'entendre 
dii'ectement et prealablemeut avec le Cabinet de Vienne a cet 
egard." 

Le President constate que I'accord etabli au sein du Congres, 
dans la huitieme seance, au sujet de la Bosnie et de I'llerzegoviue,, 
est complet et definitif. 

L'ordre du jour appelle I'exameu des travaux de la Commission 
de Delimitation. 

Le Baron de Haymerle fait connaitre a la haute assemblee que 
I'entente s'est etablie, dans la Commission de Delimitation, en ce 
qui concerne les frontieres du Montenegro, et il doune lecture du 
document suivant, destine a servir de base aux travaux de la Com- 
mission Speciale : — 

"La nouvelle frontiere descend de I'lllino-brdo au nord de 
Klobuk sur la Trebisnica vers Grancarevo qui reste a I'Herzegovine,. 
puis remonte le cours de cette riviere jusqu'a un point situe a un 
kilometre en aval du confluent de la Cepelica et, de la, rejoint, par 
la ligne la plus courte, les hauteurs qui bordent la Trebisnica. EUe 
ira ensuite dans la direction de Pilatova, laissant ce village au 
Montenegro. De la elle continuera pas les hauteurs dans la 
direction nord a une distance autant que possible de 6 kilometres de 
la route Bilek-Ivorito-Gacko, jusqu'au col entre la Somiua-Planina 
et le Mont Curiio, d'ou elle se dirigera vers Test par Yratkovici, 
laissant ce village a I'Herzegovine, jusqu'au Mont Orline. A partir 
de ce point la frontiere — laissant Ravno au Montenegro — se dirigera 
directement au nord-uord-est, traversant les sommets du Lebersnik 
et du Volujak, puis descendra par la ligne la plus courte sur la Piva, 



1004 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

qu'flle traverfc, et rcjoint la Tara passaufc entre Crkvice et Nediuo. 
De ce point die remoutera la Tara jusqu'a Mojkovac, d'ou elle 
suivra la crote du coiitrefort jusqu'a Siskojezero, duquel point elle 
Be c'onfondra avec I'anciennc frontiere jusqu'au village Sekulare. 
D'ici la nouvelle frontiere se dirigera par les cretes de la Mokra- 
Planina, laissant lo village Mokra au Moutenegro, d'ovi elle rejoindra 
ie point 2,1G6 (de la carte Autrichienne) eu suivant la cliaiue prin- 
cipale, et se conformant a la ligne du partage des eaux, entre le 
Lim d'ua cote et le Drin, ainsi que de la Cievua (Zem) de 
I'autre. 

" Elle suivra ensuite les limites actuelles entre la tribu des 
Kuci-Drekalovioi d'un cote et la Kucka-Krajna, ainsi que les tribus 
des Klementi et Grudi, de I'autre, jusque dans la plaine de Pod- 
goritza, d'ou elle so dirigera sur Plavnica— laissant a I'Albanie les 
tribus montagnardes des Klementi, Grudi, et Hoti. 

"Ensuite elle traversera le lac pres de I'ilot Gorica-Topal, et, a 
partir de Gorica-Topal, la frontiere gagnera directement le sommet 
de la Crete, d'ou elle suivra la ligne du partage des eaux entre 
Megured et Kalimed. laissant Mrkovic au Montenegro et rejoiguant 
la Mer Adriatique a V. Kruci. 

" Au nord-ouest ce littoral sera limite par uue ligne qui passera 
de la cote entre les villages Susaua et Zubci pour aboutir a la pointe 
extreme sud-est de la frontiere actuelle du Montenegro sur la 
Vrsuta-Planina. 

"L'annexion d'vVntivari et de son littoral au Montenegro sera 
•consentie aux conditions suivantes : — 

" Les contrees situeea au sud de ce terrltoire, d'apres la delimi. 
tation contenue dans le present Protocole, jusqu'a la Boy ana, y 
compris Dulcinjo, seront restituees a la Turquie. 

"La commune de Spizza jusqu'a la limite septentrionale du 
territoire precise dans la description detaillee des frontieres sera 
incorporee a la Dalmatie. 

" Le Montenegro jouira de la liberie de navigation sur la Boyana. 
II n'y aura pas de fortifications sur le parcours de la Boyana a 
I'exception de celles qui seraient necessaires a la defense locale de 
la place de Scutari et qui ne depasseraient pas la distance de 6 kilo- 
metres de cette ville. 

" Le Montenegro ne pourra avoir de batiments de guerre ni de 
pavilion de guerre maritime. 

" Le port d'Antivari et toutcs les eaux Montenegriues ssront 
fermees axix batiments de guerre de toutes les nations. 

" Les fortifications existantes entre le lac et le littoral sur le 
territoire Montenegrin seront rasees, et il ne pourra en etre eleve 
de nouvelles. 

"La police maritime et eauitaire, taut a Antivari que tout le 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &G. 1005 

long de la cote du Montenegro, sera exercee par rAutriche-Hongrie 
au ranyen de legers batiments garde-cotes. 

"Le Montenegro adoptera la legislation maritime en vigueur en 
Dalmatie. De son cote rAutriche-Hongrie s'engage a accorder sa 
protection Consulaire au j)avillon marcband Montenegrin. 

" Le Montenegro dcvra s'entendre avec rAutriche-Hongrie sur 
le droit de coiistruire et d'entretenir a travers le nouveau territoire 
Monteoegrin une route en uu chemin de fer. 

" Sur ces voies une entiere liberte de communication sera 
assuree." 

Son Excellence ajoute que, en disant que la frontiere doit passer 
a une distance d'environ 6 kilometres de la route Bilek, &c., la 
Commission a enteudu que cette distance peut varier, salon les 
exigences geographiques, de 3 a 10 kilometres, mais qu'on devra 
tenir compte de ce principe, que la ligne doit passer par la crete 
des montagnes et de maniere a ce que la route sus-mentionnee 
(Bilek-Korito-Gacko jusqu'au col autre la Somina-Planina et le Monfc 
^ur'lo) ne soit pas doniinee. 

M. le Plenipotentiaire d'Autriche-Hongrle constate egalemenfc 
que les Plenipotentiaires de Russie, ayant emis I'avis que la proximite 
de la frontiere pres Dinos pourrait compromettre la securite de 
Podgoritza, et qu'il serait necessaire d'eloigner la frontiere a une 
distance de 8 a 10 kilometres de Podgoritza, offrent en echange une 
rectification de frontieres a I'ayantage de I'Albanie partant deMokra 
ou au dela, en ligne directe, jusqu'au No. 2,166 de la Carte Autri- 
chienne. La Commission Europeenne de Delimitation serait charges 
d'etudier sur place si cet eloignement de la frontiere peut avoir lieu, 
et de regler les questions territorialea qui pourraient resulter de 
cette rectification au detriment des Clementi. II est entendu que, 
si uu accord ne s'etablit pas a ce sujet au seiu de la Commission, le 
trace du Traite reste intact. 

Le Comte de Launay rappelle que, lors de la discussion qui a eu 
lieu dans la Commission de Delimitation sur le paragraphe relatif a 
Spizza, il a demande quels etaient les motifs et la valeur de cette 
adjonction, L'ltalie, ayant elle aussi des interets majeura a sauve- 
garder dans I'Adriatique, avait desire des eclaircissements ulterieurs 
a ce sujet, quelque restreinte que fut I'etendue du territoire incor- 
poree a la Dalmatie. 

Le Baron de Haymerle n'hesite pas a repeter les explications 
qu'il a donnees sur ce point a M. le Plenipotentiaire d'ltalie. Le 
territoire annexe est rainime : il a environ ^ ou f de lieue carrea 
d'etendue et une population d'a peu pres 350 families : quant aux. 
motifs qui out guide le Gouvernement Austro-Hongrois, ils con- 
sistent en cette consideration, que la possession de Spizza, qui 
domine Antivari, peut seule assurer et faciliter le but de I'Autriche- 



1006 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C, 

Hongrie, qui est dc vciller ;\ ce quo le port d'Antivari et sou littoral 
conscrvent un caractere puremont cominercial. 

Mehemed Ali Pacha aunonce qii'il a remis a la Comraissiou de 
Delimitation le document suivaut sur le mcme sujet: — 

" Mehomcd Ali Pacha a I'lioDnour do soumettre a sou Altesse 
Sereuissime le President et il leurs Excellences les membres de la 
Commission de Delimitation les considerations et les reserves que 
lui a suggerees le trace de la nouvelle ligne frontiere du Montenegro, 
tel qu'il a ete adoptc par la majorite de la susdite Commission. II 
prie son Altesse le President de vouloir bien annexer ces considera- 
tions et reserves au rapport qui sera adresse au Congros a ce sujet. 
Pour que les travaux du Congros constituent une OBUvre durable de 
paix et de coucorde, ne faudrait-il pas eviter de placer, sana neces- 
site absolue, des peuples de race et de religion differentes sous la 
domination d'une race etraugere ? Le Plenipotentiaire Ottoman 
propose, en consequence, que, pour agrandir le territoire actuel du 
Montenegro, il ne lui soit concede que dcs contrees dont les habi- 
tants sont de la meme race et, pour la plupart, de la meme religion 
que les Montenegrins; il regnrde comme une injustice I'annexion 
au Montenegro de territoires habites par des Albauais Musulmans 
et Catholiques, tels que les districts de Plava, de Gussiuje ct 
d'Antivari. II croit qu'il aurait ete plus equitable de se borner du 
-cote de I'Albanie a ceder au Montenegro le territoire Kuci Dreka- 
lovici et le cours de la Moraca jusqu'au lac de Scutari, laissant a la 
Turquie les cazas Albanais de Plava et de Gussinje, ainsi que la 
ville de Podgoritza avec un rayon sufSsant de defense. 

"Les memes arguments plaident pour que la ville d'Antivari ne 
soit pas separee de I'Albanie. 

"La Turquie n'elevant pas d' objection a ce que le littoral de 
Spizza soit cede au Montenegro, cette Principaute aura, par la, un 
acces libre a la mer, et la possession d'Antivari, dont la perte aurait 
pour la Turquie de tres-graves inconvenients, ne lui sera pas indis- 
pensable. 

" Quant au caza de Kolaschin, habite exclusivement par des 
Musulmans Bosuiaques, il propose de la laisser a la Turquie a 
•cause de son importance strategique. 

"II n'aurait aucune objection a faire si pour les cazas de 
Kolachin, Plava, Gussinje, Podgoritza et Antivari, un equivalent 
•etait donue aux Montenegrins du cote de I'Herzegovine. 

'* Le Plenipotentiaire Ottoman ajoute que ses coUegues et lui 
ont refere a leur Gouvernement pour demauder des instructions sur 
le trace adopte par la majorite de la Commission." 

Caratheodorv Pacha prie le Congres de prendre acte de cette 
declaration. II ajoute que, sur plusieurs points speciaux du docu- 
ment Autrichien, il doit encore en referer a son Gouvernement. 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1007 

Le President dit que les Plenipotentiaires Ottomans pourrout 
faire valoir ces observations ulterieuremeut aupres de la Commission 
de Redaction, a laquelle le rapport de la Commission de Delimitation 
ya etre renvoye, et son Altesse Sereuissime constate en meme temps 
I'accord de la haute assemblee sur les frontieres du Montenegro. 

Le Congr^s pasae a la question du Danube et a I'examen da 
texte restreint dans lequel MM, les Plenipotentiaires Auslro- 
Hongrois, conformement a la decisiou prise dans la deruiere seance, 
ont du condenser les principes de leur precedente proposition, 
inseree dans le Protocole 11. 

Le Comte ScbouvalofF annonce que, de leur cote, les Plenipo- 
tentiaires Eusses ont prepare sur le meme sujet une proposition 
dont son Excellence donue lecture : — 

" 1. Afin de revetir d'une nouvelle garantie la liberte de la 
navigation sur le Danube, reconnue comme un interet Europeen, 
les principes proclames par I'Acte Einal du Congres de Yienne de 
1815 et appliques au Danube par les Traites de 1856 et 1871, sont 
declares confirmea et maintenus dans leur pleine et entiere vigueur, 
sous la garantie de toutes les Puissances. 

" 2. Les fortifications qui se trouveut sur le parcours du fleuve, 
-depuis les Portes de Fer jusqu'a ses embouchures, serout rasees, et 
il n'en sera pas eleve de nouvelles. Tons les batiments de guerre 
en sont exclus, a I'exception des batiments legers destines a la police 
fluviale et au service des douanes. Les stationnaires aux embou- 
chures du fleuve sont maintenus, mais ils ne pourront pas remonter 
la riviere au dela de Galatz. 

" 3. La Commission Europeenne du Danube est maintenue dans 
ses fonctious. Toutea les Conventions internationales et tous les 
actes garantissant ses droits, prerogatives et obligations sont con- 
firmes. 

"4. L'Acte Public du 2 Kovembre, 1865, relatif a son organi- 
sation sera revise pour etre mis en harmonie avec lea circoustances 
actuelles. Ce travail sera confie a une Commission speciale, oii 
seronfc admis les Commissaires de tous les Etats riverains et soumis 
a I'examen et a la- sanction definitive d'une Conference des Eepre- 
fientants des Puissances signataires." 

Le President fait remarquer qu'ii y a peu de difference entre 
cette proposition et celle que les Plenipotentiaires Austro-Hongrois 
ont deposee. 

M. d'Oubril dit que le but des Eepresentants dela Eussie a ete 
d'eviter les details et de se borner a I'expose des principes. 

Le Baron de Haymerle releve les differences entre le texte Austro- 
Hongrois et celui dont le Comte Schouvaloff" vient de donner 
lecture : son Excellence signale notamment dans son travail la 
fixation de Galatz comme le point jusqu'ou deyrait s'etendre I'actioiL 



1008 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

de la Commission Europoenne du Danube, les mesures de surveil- 
lance qu'il propose pour la police du fleuve, enfin les nouvelles 
dispositions relatives aux Fortes de Per. Ces modifications a un 
Traite soleunel paraissent a son Excellence ne pouvoir etre decidees 
par une Commission specialo, mais devoir etre consacrees par 
I'autorite du Congres. 

A la suite d'un echange d'idees entre les Plenipotentiaires sur le 
mode de discussion a adopter pour les deux textes et sur la mesure 
de la competence du Congres, la haute assemblee decide, sur la 
proposition du President, appuyee par MM. Waddington et le 
Conite de Saint-Vallier, qu'il sera d'abord donne lecture du docu- 
ment renfermant les principes de la proposition Austro-Hongroise ; 
et que, dans le but de recbercber un accord entre les deux textes, 
un Pleuipotentiaire Austro-IIongrois et un Plenipotentiaire Busse 
se reunirout avec un de leurs collegues, pendant une suspension de 
seance. Le Baron de Hay merle et M. d'Oubril sont designes pour 
preparer cette entente, de concert avec le Comte de Saint-Vallier. 

A la suite d'une observation de Lord Salisbury relative al'interefc 
que i^rend I'Angleterre dans les questions de la navigation du Bas 
Danube, le Prince de Bismarck dit, que I'opinion qui represente le 
Danube comme la grande artere du commerce Allemand avec 
I'Orient re2)ose sur une fiction, et que les navires Allemands venant 
d'en amont de Eatisbonne ne descendent pas le Danube pour 
exporter des marcbandises AUemandes en Orient. 

Le President lit ensuite les Articles resumes, presentes par 
M. le Baron de Haymerle : — 

" Article I. Liberte de navigation. Exclusion des batiments de 
guerre du parcours du Danube entre les Portes de Per et le& 
embouchure?." (Adopte.) 

"Art. II. Prolongation de la duree de la Commission Euro- 
peenne Internationale, extension de ses pouvoirs jusqu'a G-alatz, son 
independance du pouvoir territorial, et admission d'un. Commissaire 
Eoumain." 

M. d'Oubril ayant fait remarquer que son Grouvernement a des 
objections sur le passage relatif a la prolongation de la duree de la 
Commission Europeenne, M. Desprez propose d'indiquer que la 
duree assignee a la Commission " pourra etre prolongee," et 
M. Waddington, en reponse a M. d'Oubril, signale I'avantage du 
texte Autrichien, qui permet a la Commission d'etre continuee par 
tacite reconduction. 

La premiere phrase de 1' Article est reservee aux deliberations du 
Comite sus-mentionne ; la fin de 1' Article est adopte. 

" Art. III. Conformite des reglements de navigation et de police 
fluviale sur tout le parcours en aval des Portes de Fer." 



GRteAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1009 

M. d'Oubril considerc que cette disposition prejuge la situation 
des riverains. 

Le Comte Andrassy insiste sur I'utilite pratique de poser le 
principe de I'unite des reglements de navigation. 

L'Article III est egalement reserve a I'accord ulterieur entre les 
Plenipotentiaires. 

"Art. IV. Substitution de rAutriche-Hongrie aux Puissances 
riveraiues a I'egard des dispositions de I'Article VI du Traite de 
Londres du 13 Mars, 1871, au sujet des travaux a executer aux 
Portes de Fer et aux cataractes." (Adopte.) 

Le President constate I'accord sur les Articles I et IV, ainsi que 
sur le 2® alinea de I'Article II; le 1^^ aliuea de ce dernier Article 
et I'Article III seront discubes entre les Plenipotentiaires designes, 
pendant une suspension de seance qui aura lieu apres epuisement 
de I'ordre du jour. 

Le Coiigres passe a I'Article XXII du Traite de San Stefano 
relatif aux ecclesiastiques Eusses et aux moines de Mont Athos. 

Le Marquis de Salisbury rappelle qu'avant la seance il a fait 
distribuer a ses coilegues une proposition tendant a substituer a 
I'Article XXII les dispositions suivantes : — 

" Tons les habitants de I'Empire Ottoman en Europe, quelle quo 
Boit leui" religion, jouirout d'une complete egalite de droits. lis 
pourront concourir a tons les eniplois publics, fonctions et honneurs, 
et seront egalement admia en temoignage devant les Tribunaux. 

" L'exercice et la pratique exterieure de tons les cultes seront 
entierement libres, et aucune entrave ne pourra etre apportee, soit 
a I'oi'ganisation hierarchique des differentes communions, soit a 
leurs rapports avec leurs chefs spirituels. 

"Les ecclesiastiques, les pelerins, et les moines de toutes le3 
nationalites, voyageant ou sejournant dans la Turquie d'Europe et 
d'Asie, jouirout d'une entiere egalite de droits, avantages et 
privileges. 

" Le droit de protection officielle est reconnu aux Eepresentants 
Diplomatiques et aux Agents Consulaires des Puissances en Turquie, 
tant a I'egard des personnes sus-indiquees que de leurs possessions, 
ecablissements religieux, de bienfaisance, et autres dans les Lieux 
Saints et ailleurs. 

" Les moines du Mont Athos seront maintenus dans leurs 
possessions et avantages anterieurs, et jouirout, sans aucune 
exception, d'une entiere egalite de droits et prerogatives." 

Lord Salisbury explique que les deux premiers alineas de cette 

proposition representent I'application a I'Empire Ottoman des 

principes adoptes par le Congres, sur la demande de la France, en 

ce qui conceme la Serbie et la Eoumanie ; les trois derniers alineaa 

[1877-78. Lxix.] 3 T 



1010 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

ont pour but d'etendre aux ecclesiastiquea de toutes les iiationalites 
le benefice des stipulations de rArticle XXII speciales aux ecclesi- 
astiquea Russes. 

Le President fait egalement remarquer que la portee de la 
proposition Anglaise est la substitution de la Ciiretiente tout 
entiere a une seule nationalite, et commence la lecture du document 
par aliueas. 

Sur le premier aliuea, Caratheodory Pacha dit que, sans doute, 
les principes de la proposition sont acceptes par la Turquie, mais 
son Excellence ne voudrait pas qu'ils fiissent consideres comme une 
innovation, et doune lecture, a ce sujet, de la communication 
suivaute qu'il vient de reeevoir de son Gouveruement : — 

"En presence des declarations faites au sein du Congres dans 
ditFerentes circonstances en favour de la tolerance religieuse, vous 
etes autorise a declarer, de votre cote, que le sentiment de la 
Sublime Porte a cet egard s'accorde parfaitement avec le but 
poursuivi par I'Europe. Ses plus constantes traditions, sa politique 
secukire, I'instinct de ses populations, tout I'y pousse. Dans tout 
I'Empire les religions les plus difterentos sont professees par des 
millions de sujets du Sultan, et personne n'a ete gene dans sa 
croyance et dans I'exercice de son culte. Le Goiivernement 
Imperial est decide a maintenir dans toute sa force ce principe, et a 
lui donner toute I'extension qu'il comporte." 

Le Premier Plenipotentiaire de Turquie desirerait, en con- 
sequence, que, si le Congres se rallie a la proposition Anglaise, il 
fut, du moins, constate dans le texte que les principes dont il s'agit 
sont conformes a ceux qui dirigent son Gouveruement. Sou 
Excellence ajoute que, contrairement a ce qui se passait en Serbia 
et en Roumanie, il n'existe dans la legislation de I'Empire aucune 
inegalite ou incapacite fondees sur des motifs religieux, et de'mande 
I'addition de quelques mots indiquant que cette regie a toujours ete 
appliquee dans I'Empire Ottoman non-seulement en Europe, mais 
en Asie. Le Congres pourrait, par exemple, ajouter " conforme- 
ment aux declarations de la Porte et aux dispositions anterieures, 
qu'elle affirme vouloir maintenir." 

Lord Salisbury n'a pas d'objections contre la demande de 
Caratheodory Pacha, tout en i'aisant observer que ces dispositions 
se rencontrent, en effet, dans les declarations de la Porte, mais n'ont 
pas toujours ete observees dans la pratique. Au surplus, son 
Excellence ne s'oppose point a ce que le Comite de E-edaction soit 
invite a inserer I'addition reclamee par les Plenipotentiaires Otto- 
mans. 

A la suite d'une discussion sur les mots " en Europe," auxquels 
Caratheodory Pacha propose de substituer " en Europe et en Asie," le 
Congres decide que la designation speciale de I'Europe sera sup- 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1011 

priniee, et que I'alinea est renvoye au Comite de Eedaction, avec la 
recommandation de teuir compte des declarations de la Sublime 
Porte. 

Les 2® et o^ alineas sent adoptes sans modifications. 

Sur le 4^ alinea, Caratbeodory Pacba releve que le droit de 
protection officielle est reconnue par ce passage a I'egard des 
" possessions " des ecclesiastiques, &c. Son Excellence demaade la 
suppression du mot " possessions " en se fondant sur le Protocole 
de 1SG8, relatif au droit de propriete des etrangers, et qui exclut 
toute protection speciale en ce qui eoDcerne les immeubles. Si les 
immeubles ecclesiastiques, soumis, en vertu du Protocole de 1868, a 
la juridiction locale, se trouvaient, par les termes du 4^ alinea, 
places en nieme temps sous la protection officielle des Eepresentants 
Diplomatiques et Agents Consulaires, il en resulterait de grandes 
difficultes admiuistratives et judiciaires. 

M. d'Oubril dit que le mot "possessions" se trouve dans le 
teste du Traite de San Stefano. 

Caratbeodory Pacba ayant insiste sur les difficultes pratiques 
que rencontrerait I'alinea ainsi con9u, le Prince de Bismarck 
rappelle que le privilege dont il s'agit est, en efFet, accorde aux 
ecclesiastiques Russes par le Traite de San Stefano et demande si 
la Turquie pretere etendre cet avantage a toutes les Puissances. 

Mehem(?d Ali Pacha dit que la juridiction Ottomane, en matiere 
d'iinmeubles, a ete la condition de la reconnaissance du droit de 
propriete pour les etrangers en Turquie. Si la protection Con- 
sulaire se trouvait retablie pour certains immeubles, on pourrait 
contester le droit a la propriete. 

Le Comte Corti, sans s'opposer a la suppression du mot 
" possessions," pense qu'on pourrait njouter simplement a I'Article 
" en conformite des lois et Conventions en vigueur." 

A la suite d'observations reiterees des Plenipoteutiaires Otto- 
mans, le Congres consent a la suppression du mot "possessions." 

M. Waddiugton, sur la derniere ligne de I'alinea 4, croit devoir 
rappeler les droits acquis a la France, et fait observer, d'ailleurs, 
que des reserves expresses ont ete presentees par son Grouvernement, 
avant la reunion du Congres, en ce qui concerne les Lieux Saints. 

Le President constate que ces reserves ont ete posees par la 
France, comme condition de sa participation au Congres, et que 
Tobservation de M. "Waddington est pleinement fondee. 

Le Comte Andrassy ajoute qu'elles ont ete en effet com- 
muniquees, des le debut, au Gouvernement Austro-Hongrois, qui y 
a donne son assentiment. 

Le Premier Plenipotentiaire de Prance desirerait qu'il fut tenu 
compte des droits de la France dans I'alinea meme, qui constaterait 
ainsi le maintien du statu qua. 

3 T 2 



1012 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

Le President propose d'ajoutei- " sauf toutefois les droits acquis 
a la France." 

Le Prince Gortcbacow cxprime le desir que le statu quo soit 
indique comme maintenu pour toutes les Puissances. 

M. Waddington sou met au Congres la redaction suivanle qui 
doit terminer le 4-® alinea : — 

" Les droits acquis a la France sent expressement reserves, et 
il est bien entendu qu'aucune atteinte no saurait etre porlec au statu 
quo dans les Lieux Saints." 

Cette proposition est adopte a, I'unanimite. Elle devra etre 
inseree dans I'aliiiea 4, qui est egalement adopte. 

M. d''Oubril demande que, dans Talinea 5, les mots " les moinea 
du Mont Athos" soient suivis de ceux-ci : " quel que soit leur pays 
d'origine." L'aliuea 5 est adopte avec cette addition. 

A la demande de plusieurs Plenipotentiaires, la question Grecque 
qui se trouvait a I'ordre du jour n'est point discutee dans la presente 
seance. 

Lord Salisbury propose alors de s'occuper de 1' Article XVI du 
Traite de San Stefaao relatit' a TArmenie. Son Excellence serait 
prete a accepter les trois dernieres lignes de cet Article, qui visent 
les ameliorations et reformes a accorder aux Armeniens, si le 
OoDgres pronon^ait la suppression des trois premieres lignes qui 
semblent subordouner I'evacuation des troupes Eusses a la con- 
cession de ces reformes par la Sublime Porte. Autrement Lord 
Salisbury proposerait ulterieurement un Article special sur les 
Armeniens. 

Le Comte Scbouvaloff, sans insister sur une discussion a Is quelle 
il n'est point prepare aujourd'hui, craindrait cependant que I'evacu- 
ation des troupes Kusses, si elle avait lieu avant I'etablissement des 
ameliorations promises, ne fut le signal de troubles serieux. II 
demande au surplus a ajourner toute observation jixsqu'au moment 
o\x le Congres s'occupera plus completement de la question 
d'Armeuie. 

La seance est suspendue pendant une demi-heure pour la Con- 
ference particuliere des Plenipotentiaires charges de regler de 
concert certains points relatifs a la navigation du Danube. 

A la reprise de la seance, M. d'Oubril donne lecture de la 
redaction suivante sur laquelle les Representants de I'Autricbe- 
Hongrie et de la Eussie se sont entendus : — 

1^^ alinea de I'Article II: — " TJne annee avant I'expiration du 
terme assigne a la duree de la Commission Europeeune, les Puissances 
se mettront d'accord sur sa prolongation ou sur les modifications 
qu'elles jugeraient necessaires." 

Article III : — " Les Eeglements de Navigation et de Police 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1013 

Fluviale depuis ]es Fortes de Fer jusqua Galatz seront elabores 
par la Commission Europeenne, assistee de Delegues des fitats 
Kiverains, et mis en conformite avec ceiix qui out ete ou seront 
introduits pour le parcours en aval de Galatz." 

Le-Congres donne son adhesion a cette redaction. 

8ur une observation du Comte Schouvaloff, relative a I'Article 11, 
le Corate de Saint-Vallier dit que le principe seul a ete vote, que la 
forme est reservee a la Commission de Redaction, et qu'on a entendu 
seulement constater I'utilite d'une entente avant I'echeance du terms 
assigne a la duree de la Commission Europeenne. 

La procliaine seance est fixee a demain 3 heures : I'ordre du 
jour appelera la discussion sur les affaires Grecques, ajournee dans 
la seance du 29 -Juin. La seance est levee a 5 heures. 

[Suivent les signatures.] 



■Protocoh No. IS. — Seance du 5 Juillet, 1878. 
Etaient presents: 

Pour I'AUemagne — le Prince de Bismarck, M. de Biilow, le 
Prince de Hohenlohe-Schillingsiiirst ; 

Pour I'Autriche-Hongrie — le Comte Audrassy, le Comte Karolyi, 
le Baron de Haymerle ; 

Pour la France — M. Waddington, le Comte de Saint-Vallier, 
M. Desprez ; 

Pour la Grande Bretagne — le Comte de Beaconsfield, le Marquis 
de Salisbury, Lord Odo Eussell ; 

Pour ritalie — le Comte Corti, le Comte de Launay ; 

Pour la Eussie — le Prince Gortchacow, le Comte Schouvaloff, 
M. d'Oubril ; 

Pour la Turqule — Alexandre Caratheodory Pacha, Mehemed 
Ali Pacha, Sadoullah Bey. 

La seance est ouverte a 3 heures et demie. 

Le Protocole JSTo. 11 est adopte. 

Le President fait mention des petitions resumees dans la liste 
No. 8. 

L'ordre du j(jur appelle I'Article XV du Traite de San Stefano. 

Le Premier Plenipotentiaire de France demande a faire, au 
prealable, une communication au Congres. 

M. Waddington, avant d'aborder I'objet qu'il a en vue, tient a 
donner a ses collegues Ottomans I'asaurauce que, dans les circon- 
stances actuelles, il se ferait un scrupule de conscience de prononcer 
un mot qui put froisser leurs legitimes susceptibilites. II evitera 
toute consideration retrospective sur les causes qui ont amene les 
maui qu'il s'agit de guerir. Son seul desir, qui est egalement celui 



1014 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

de tous lea Plenipotentiaires.est de mettre fin a la situation troubles 
de I'Orient, de prevenir des difficultes ulterieuress par la constitution 
d'un etat de choses stable, et de tenir compte des divers intereta 
qui coexistent dans la peoinsule des Balcans. 

Or, parmi ces interets, ceux de la race Ilelleuique presentent 
une importance majeure. M. le Premier Plenipotentiare de France 
est persuade que, tant que la Sublime Porte ne les aura pas satis- 
faits dans une mesure suffisante, elle restera exposee, sur sa f'rontiere, 
a des agitations sans cesse retiaissantes. ISon Excellence estime que 
des concessions en ce sens seraient avantageuses au Gouvernement 
Ottoman, et il croit savoir que la Porte ne repousse pas I'idee 
d'entrer en negociation avec la Grece sur la base d'une rectification 
de frontieres. Le reglement de ces difficultes permanentes est, en 
efFet, pour la Turquie une condition de securite et de prosperite 
interieure; car, aussi longtemps que dureront ces troubles, le 
developpement de ses ressources se trouvera paralyse. 

En ce qui concerne la Grece, I'objet du Congres n'est pas, sans 
doute, de douner satisfaction aux as2)irations excessives de certaines 
organes de I'opinion Hellenique; mais M. Waddington pense qu'on 
ferait une ceuvre equitable et politique en lui adjoignant des 
populations qui seraient une force pour elle, et qui ne sont qu'uue 
cause de falblesse pour la Turquie. Dans cet ordre d'idees, sou 
Excellence rappelle I'opinion d'un Prince aiiquel la courouue de 
Grece avait ete otferte en 1830, et qui, depuis, apj)ele a regner sur 
un autre ])ays, s'est acquis, par sa sagesse, une grande autorite en 
Europe. Ce Prince considerait que la Grece ne pouvait vivve dans 
les conditions territoriales qui lui etaient faites, notarament sans les 
Golfes d'Arta et de Yolo, avec les teriitoires adjacents, et I't-xperience 
a demontre la justesse de cette appreciation. La Grece ne saurait 
prosperer dans ces limites actuelles ; son Gouvernsment ne peut 
empecher les difficultes et les couflits qui se reproduisent perio- 
diquement a sa frontiere, et les conditions econon)iques du pays ne 
lui permettent pas de suffire aux charges qui incombent a tous les 
fitats civilises. 

Le Premier Plenipotentiaire de France croit done .servir egale- 
ment les inteiets des deux pays en jDroposant au Congres d'indiquer, 
d'une maniere geiierale, et sans porter attsinte a la souverainete de 
la Porte, les limites qu'il voudrait voir assignees a la Grece. 
L'autorite de la haute assemblee Europeenne donnerait aux deux 
Gouvernements Ottoman et Grec la force morale necessaire, au 
premier pour cousentir a des concessions opportunes, au second 
pour resistor a des revendications exagerees. Mais, pour atteiudre 
ce but, son Excellence pense qu'il faut, d'une part, ne point solliciter 
de la Porte des sacrifices impossibles, de I'autre, faire appel a la 
moderation de la Grece. Le Premier Plenipotentiaire de France a 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1015 

done regartle comme utile de tracer, comme base aiix negociationa, 
une ligne generale montrant, a la f'ois, a la Turqiiie la mesure des 
intentions de TEurope, et a la Grece les litnites qu'elle ne doit 
point depasser. Tel est I'objet de la resolution suivante qu'il a 
riionneur de soumettre, d'accord avec le Premier Plenipotentiaire 
d'ltalie, aux deliberations du Congres : — 

" Le Congres invite la Sublime Porte a s'entendre avec la G-rece 
pour une rectification de frontieres en Thessalie et en Epire, et est 
d'avis que cette rectification pourrait suivre la Vallee du Salamyrias 
(ancien Peneus) sur le versant de la Mer figee, et celle du Kalamas 
du cote de la Mer lonienne. 

"Le Congres a la confiauce que les parties interessees reussiront 
a se mettre d'accord. Toutetbis, les Puissances sent pretes a 
oflfrir leur mediation directe aupres des deux parties." ■ 

Le Premier Plenipotentiaire d'ltalie desire ajouter aux argu- 
ments si eloquemment developpes par M. Waddington quelques mots 
pour soutenir une proposition qui interesse an plus baut degre 
la cause de la paix Europeenne. 

Pour que I'oeuvre du Congres presente des chances de duree, il 
faudrait faire disparaitre, daus les limites du possible, les causes de 
futurs conflits. II est superflu de rappeler ici les malheureuses 
complications qui ont eu lieu, dans ces derniers temps, entre la. 
Turquie et la Grece. II faudrait aviser an moyen de prevenir de 
pareils dangers pour I'avenir. Ce resultat doit interesser la 
Turquie encore plus que les autres Puissances. Apres les tristes 
evenements dont la Peninsule des Balcans vient d'etre le theatre, 
la Turquie doit eprouver un vif desir de paix et de tranquillite. Or, 
il est permis de douter qu'une entente sincere puisse etre retablie 
entre la Turquie et la Grece, sans que quelques concessions ne 
soient faites aux aspirations de celle-ci. Le Gouvernement du Eoi 
et la nation Italienne prennent un vif interet a cette question, et 
les Plenipotentiaires d'ltalie se font les interpretes de ces senti- 
ments en adressant aux Plenipotentiaires de la Turquie un appel 
amical dans le sens de la proposition qui vient d'etre soumise 
au Congres. 

Le President dit que cette proposition sera examiuee en meme 
temps que I'Article XV du Traite de San Stefano. Son Altesse 
Serenissime pense qu'elle devra etre soumise au vote de la haute 
asseniblee apres le vote definitif sur cet Article, deja discute dans la 
9* seance. 

Le Premier Plenipotentiaire Ottoman, se referant au document 
lu dans une seance anterieure par les Delegues du Gouvernement 
Helleuique, donne lecture des considerations suivantes : — 

" Apres avoir enteudu lea Delegues Hellenes, cette haute 



10 IG GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

assembleo a decide de rotenir seulemeut la declaralion de M. 
Delyannia. 

" En se reportant, dea lors, au contenu de cette declaration, le>s 
Pl^nipotentiaires Ottomans constateront que la Grece n'a elove 
devaut le Congres aucuuc plainte conti-e la Turquie, et qu'elle n'a 
pas meme cherche a doiiuer pour base a son actioo auprea des 
Grandea Puissaucea uu principe quelconque du droit qui regit les 
rapports de deux Etats iadej)oiidaDts eutre eux. 

" M. le Delegue Helleiiique a expose que, par suite du grand 
nombre de persounes originaires des provinces Ottomanea liiiii- 
trophes qui se trouvent etablies en Grece, les mouvements dont ces 
provinces Ottomanea sont parfois le theatre reagisseut fortement 
sur le Koyaume de Grece, et qu'il en resulte, dans les relations des 
deux pays, une tension qui disparaitrait, si Ton donnait satisfaction 
aux vceux qu'il a emis et qui lui paraissent conformes aux interets 
de I'Europe et de la Turquie. 

" Tout en partageant I'opinion de M. le Delegue Hellenique stir 
le caractere qui doit presider aux rapports des deux pays, les Pleni- 
potentiaires Ottomans peusent que le resultat desire ne saurait etre 
asaure aussi longtemj^a qu'on n'aura renonce aux idees qui, en 
apparence, out ete suggerees dans ce but. 

" Les mouveuients auxquels on a fait allusion out en des causes 
indepeudantes de Taction de la Turquie. Celui de 1854', coincide 
avec la guerre de Crimee, celui qui vient de se terminer etait, on le 
sait bien, le contre-coup des evenements qui ont bouleversc la 
Turquie d'Europe jusqu'aux portes de Constantinople, et, quant 
a I'iusurrection de Crete en 18GG, on connait comment elle fut 
apaisee, aussitot apres la rupture des relations dipU)matiques et 
commerciales entre les deux pays. 

" Mais, bien que ces mouvements aient eu ainsi unc origine 
completemeut iudepeud;inte de la volonte de la Turquie, celle-ci 
n'en a pas moius fait tout ce qui dependait d'elle pour preserver sea 
relations officielles avec le Eoyaume Hellenique des consequences 
qu'auraient pu amener les entraiuements auxquels la Grece n'avait 
pas toujours su opposer la resistance voulue. II serait maintenant 
superflu d'insister davantage pour demontrer que la demande des 
Delegues Helleniques ne se rattache par aucun point, ni au but que 
le Congres se propose, ni a la pensee qui le guide. L'opportunite 
ou la convenance qu'on trouve a s'annexer des provinces d'un Etat 
■voisin n'est pas une raison suffisante. On ne saurait soutenir que 
la Grece ne possede pas assez de territoire pour la population. La 
mer qui I'entoure de toutes parts lui offre des moyens de develop- 
ment illimite. La Turquie, de son cote, tient a conserver ses pro- 
vinces, dont les populations lui sont attachees, et que I'idee de 
I'annexion a la Grece a alannees, comme il est facile de s'en con- 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1017 

vaincre par les petitions portees sous les Nos. 15, 19, et 23 dont le 
Conj;re3 a ete saisi. 

" All point de vue de li paix generale, sou Altesse Sereiiissinie le 
Piesident a exprime, al'occasion de I'audiLion accordee aiix Dele^ues 
d'lin autre Etat, la portee qii'il y avait lieu d'assigner a la demaade 
Hellenique ; mais, dans un ordre d'idees plus restreiiit, il ne faudrait 
peut-etre pas perdre de vue Tinfluence que le fait seul de I'auditioji 
accordee a M. le Delegue Hellenique peut exercer sur les esprits. 
Plusieurs syinptoines concourent pour donner a cette idee una im- 
portance reelle. 

" La Grrece precede a des armements ; elie coutracte des em- 
prunts ; et les Plenipotentiaires Ottomans ne doutent pas que les 
Grraudes Puissances feront parvenir au Cabinet d'Athenes des con- 
seils de nature a fortifier le Grouvernement Hellenique dans sa 
disposition de mainteuir de bonnes relations avec I'Empire Ottoman." 

Le President procede a la lecture de I'Article XV, en priant ses 
collegues de presenter, sur cbaque alinea, les observations qui pour- 
raient s'y rattacber. 

Les 1''' et 2^ alineas sont approuves sans discussion. 

Sur le 3^ Lord Salisbury deraande apres les mots " des Com- 
missions Speciales, dans lesquelles I'element indigene aura una 
large participation, seront chargees . . . ," I'insertion des mots 
suivauts : " par la' Sublime Porte." 

Le Congres donne son assentiment a cette modification, et 
le President fait i-emarquer que, dans une seance 2)recedente, la 
haute asseinblee a decide de rempLicer, dans le meme alinea, les 
mots " le Gouvernemeut Imperial de Kussie," par ceux-ci : " la Com- 
mission Europeenne." 

L'Article XV, ainsi amende, est adopte dans son ensemble. 

Le Congres passe a la proposition des Plenipotentiaires de France 
et d'ltalie. 

Le Comte Andrassy declare y donner son entier assentiment. 

Lord Beacousfield desire, avant que le Congres ne decide I'im- 
portante question qui lui est soumise, presenter quelques remarques 
destiiiees a prevenir une erreur que pourrait amener la declaration 
des Delegues Helleniquea. Son Excellence constate que I'Ant^le- 
terre a toiijours insiste aupres da la Grece at de la Turquie en vue 
du maiutieu d'uu bon accord indispensable a ses yeux pour contre- 
baiancer I'iufluence d'une troisieme race, celle qui, en troublant 
la pais, a amene la reunion du Congres. D'abord, ces efforts de la 
Grande Bretagne ont ete secondes des deux parts. Mais les deux 
pays se trouvaient en presence d'une grande difficulte, la frontiere 
insuffisante et imparfaite tracee en 1831 ; aux yaux de toute homme 
d'Etat competent, cette frontiere est un peril et un desastre aussi 
bien pour la Turquie que pour la Grece: sa conformation est 



1018 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

un encouragement au brifi;aiulii<;o, et le brigandage aineiie neces- 
sairement des jigitatious dnns les proviuces limitrophes. Lorsqiie 
conin)en9a la derniere guerre et que les habitants des districts 
voisins de la froutiere s'en enaireut, TAogleterre fit entendre a 
la Porte des representations que cel)e-ei ecouta favorablenient ; 
mais son Excellence a le regret de devoir ajouter que, cette fois, ii 
n'en fut pas de meme de la Grece ; les bona avis de I'Angleterre 
ne purent prevaloir a Athenes contre I'opinion contraire, et de 
graves difficultes ont surgi. Lord Beaconstield croit cepend-int de 
son devoir d'ajouter que Tinsurrectioa d'Epire et de Thessalie u'a 
pas ete fonaentee par le Gouvernement Grec, qui, au contraire, se 
conformant aux avis de la Grande Bretagne, s'est applique a la 
reprimei' ; I'Angleterre fit, d'ailleurs, entendre a Athenes le couseil 
de ne point compter sur des agrandissements territoriaux. 

Son Excellence recherchant les motifs de cette attitude, pense 
qu'il faut I'attribuer a la fausse idee qu'on s'etait faite, apres la 
conclusion du Traite de San Stefano, des principes qui dirigeraient 
le Congres. line opinion erronee attribuait au Congres I'intentiou 
de proceder au partage d'un Etat vieilli, et non pas de fortifier, 
comme I'a fait la haute assemblee, un ancieu Empire qu'elle con- 
eidere comme essehtiel au maintien de la paix. 11 eat vrai que, 
souvent, apres une grande guerre, des remanicments territoriaux se 
produisent ; la Turquie n'est pas le seul £ltat qui ait eprouve des 
pertes territoriales ; I'Angleterre, elle aussi, a perdu des provinces 
auxquelles elle attachait beaucouj) de prix et qii'elle regrette encore 
aujourd'hui ; on ne saurait donner a de tels arrangetneuts ou retro- 
cessions le nom de partage, et le Gouvernement Grec se trompait 
completement sur les vues de I'Europe. Son Excellence saisit cette 
occasion pour repousser les insinuations d'une partie de la presse 
qui a qualifie de partage la decision du Congres au sujet de la 
Bosnie et de THeraegovine. C'est, au contraire, pour prevenir 
un partage que cette decision a ete prise. De nombreux precedents 
historiques la justifient : la Bosnie abandonnee a elle-meme sana 
elements de bon gouvernement, entouree d'Etats independants ou 
demi-independants, eut ete, en bien peu de temps, le theatre de luttes 
sanglantes. Dans cette situation, la Grande Bretagne a fait appol a 
une Puissance voisine, forte, et interessee au maintien de la paix : 
TEurope, partageant la meme pensee, a remis a I'Autriche-Hongrie 
I'occupation et I'administratiou de la Bosnie. Son Excellence rappelle 
que, plusieurs fois, soit dans des pays voisins, soit ailleurs, la meme 
mission a ete confiee a 1' Autriche ; I'initiative de la Grande Bretagne 
ne prouve done pas qu'elle soit favorable a uu partage. 

Kevenant a la Grece, Lord Beaconsfield dit que personne ne 
saurait douter de I'avenir de ce pays ; que les Etats, comrae les 
individus qui ont un avenir, sont en mesure de pouvoir attendre. 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1019 

Mais, on meme temps, son Excellence est convaineue que la Grece 
et la Turquie procederont a la rectification de leurs froutieres, 
qn'une cause de discordes et de troubles sera ainsi ecartee, et une 
paix durable assuree. Le Premier Plenipotentiaire de la Grande 
Bretagne ajoute qu'il ne voudrait point recommander, pour atteindre 
06 but, des mesures coercitives; a ses yeux, le Sultan, eprouve par 
de si grands malheurs, nierite beaucoup de respect et de sympatliie. 
Son Excellence croit cependant qu'il ne faudrait point kisser passer 
roccasion d'exprimer d'une maniere tres-ferme I'opinion qu'une 
rectification de frontiere serait un acte de haute politique favorable 
a la prosperite des deux pays. Lord Beaconsfield regarde le trace 
propose par M. le Premier Plenipotentiaire de France comme dis- 
cutable ; niais Tunaniraite etant avant tout desirable, sou Excellence 
retirerait toute objection en presence d'un vote uuanime des 
autres Puissances. Le Premier Plenipotentiaire de la Grande 
Bretagne termine en exprimant I'espoir et meme la conviction 
qu'une solution equitable de la question des frontieres sera aecueillie 
par le Sultan. 

Le Prince Gortchacow dit qu'en principe il ne voit pas grande 
divergence entre la proposition EraD9aise et les arguments presentes 
par le Plenipotentiaire de la Grande Bretagne. Lord Beaconsfield 
reconnaifc, comme M. Waddington, qu'il y a interet urgent a s'en- 
teudre sur I'amelioration des frontieres du Royaume Eellenique ; 
avec quelques dissemblances de detail sur les attributions de terri- 
toires, I'idee mere est la meme, et son Altesse Serenissime y donna 
son adhesion. 

Le Comte Schouvaloff voudrait presenter une observation sur 
I'eloquent discours de M. le Premier Plenipotentiaire de la Grande 
Bretagne. Le Pi'ince Gortchacow a constate, dans une occasion 
precedeute, les sympathies sinceres que la Russie professe pour 
le Gouvernement et les populations Helleniques. La Russie desire, 
en meme temps, les bonnes relations des deux natioualites Grecque 
et Ottomane. Mais, Lord Beaconsfield a declare que I'enteute 
entre les Greca et les Turcs etait necessaire pour empecher une 
autre nationalite — celle qui a fait le principal objet des deliberations 
du Cougres, a savoir, les populations Slaves — de troubler la paix 
Europeenue. Le Comte Schouvalotf ne saurait partager cette 
opinion; il affirme que les. populations Slaves ne troubleront plus la 
paix, aussitot que I'Europe les aura dotees d'institutions qui garan- 
tissent leurs vies et leurs pioprietes et qui assurent leur prosperite. 
Son Excellence considere que cette nouvelle situation, et non pas 
une entente des Grecs et des Turcs au detriment des Slaves, sera le 
gage de la paix Europeeune. 

La proposition des Plenipotentiaires rran9ai3 et Italiens ayant 
ete soumise au vote de la haute assembles, Caratheodory Pacha 



1020 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

declare qu'il ii'a ])a8 coimaissance de rassentimenfc de son Gou- 
verneineut a des propositions de rectification qui lui auraient ete 
faites precieileminent. II se croit, par consequent, en devoir de 
reserver entierement Topinidn de la Sublime Porte sur ce 
point. 

Le President dit que, dans la circonytance presente, les Plonipo- 
tentiaires Ottomans sent fondes a s'absteuir et a attoidre de iiou- 
velles instructions. Son Altesse Screnissime constate, d'ailleurs, 
que les Puissances, a I'exception de la Porte, dont Tassentiment est 
reserve, sont unanimes a accepter la proposition. 

Le Comte de Baint-Vallier preaente, au nom des Plenipoten- 
tiaires d'Autriche-Hongrie et de France, la proposition suivante : — 

" Les populations Mirdites continueront de jouir des privile2;e3 
et immunites dont elles sont en possession ab antiquo.'" 

Lord Salisbury croit qu'il pourrait etre dangereux de sanc- 
tionner des privileges mal definis et de donner a des usages la force 
d'un engagement international. 

Le Comte de Saint-Vallier dit que la proposition Autrichienue 
et Fran^aise ne modifie en rien la situation anterieure. Les rap- 
ports du Gouvernement Ottoman et des Mirdites out ete, de tout 
temps, etablis sur la base des immunites et privileges dont il 
86 borne a demander le maintien. 

Mehemed Ali Pacha fait observer qu'en presence de3 reformes 
serieuses que le Sultan se dispose a accorder, les privileges, immu- 
nites, et usages exce[)tionnels qui datent du moyen-age sont 
destines a disparaitre. Ces changeinents sont graduels, sans doute, 
et le statu quo subsistera quelque temps; mais son Excellence ne 
voudrait pas que son Gouvernement iut oblige de le prolwiger 
indefiniment, meme lorsque les reformes auront ete etablies. 

Le Baron de Haymerle insiste en faveur de la proposition, dont 
I'objet est uniquement le maintien d'une autonouiie seculaire dont 
son Excellence indique les principaux traits. La haute assemblee 
est favorable aux autonomies, et les Mirdites meritent particuliere- 
ment sa bieuveillauce. 

Mehemed Ali Pacha persistant a reveler les inconveuients des 
privileges qui appartiennent aux tribus Albanaises, le Comte de 
Saint-Vallier repete qu'au moment ou une transformation conside- 
rable s'opei'e dans la Peniiisule Balkanique, les Plenipotentiaires 
d'Autriche-Hongrie et de France ont juge uecessaire de rassurer 
les populations Mirdites, en demandant, pour elles, le maintien piir 
et simple du stalu quo. 

Sadoullah Bey est d'avis qu'en acceptant cette proposition, le 
Congres se placerait en contradiction avec I'Article XV, qui stipule 
lea reformes ; ne serait-ce pas les annuler d'avauce que de pro- 
clamer le maintien du stntv quo? 



GREAT BRITAiN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1021 

II a'etaljlit, a ce siijet, I'litre les Pleiiipotentiairea Ottomans et 
le Comte de Saiiit-Vullier un ecluuige d'idees d'uu il resulie que les 
Plenipoteutiaires Ottomans deelarent que la Sublime Porte compte 
ne taire, pour le moment, aucun cbangement dans la situation de la 
Montagne Mirdite. 

En [iresenoe de cette afGrmation, coustatee par le President et 
dont le Congres prend acte, les Pleiiipotentiairea d'Autrielie-IIon- 
grie et dc France font conuailre que I'iusertion de leur proposition 
au Protocole, >-uivie de la declaration des Pleni})otentiaires Otto- 
mans, leur parait donner une satisfaction sufEsante au but qu'ila 
avaient en vue. 

Ordre du jour pour la procbaine seance fixee a demain, 6 Juillet : 
questions concernant les territoires en Asie et Detroits. 

La beance est levee a 5 beures. 

[Suivent les Signatures.] 



Protocole Xo. 14. — Seance du 6 Juillet, 1878. 
Etaient presents : 

Pour rA.lleinagne — le Prince de Bismarck, M. de Biilovr, le 
Pri'nce de Hobenlobe-Scbillingsturst ; 

Pour I'Autricbe-Hongrie — le Comte iVndiassy, le Comte 
Kai*olyi, le Baron de Haymerle ; 

Pour la France — M. AVaddington, le Comte de Saint-Vallier, 
M. Desprez ; 

Pour la Grande Bretngne — le Comte de Beaconsfield, le Mar- 
quis de Salisbury, Lord Odo Eussell ; 

Pour ritalie — le Comte Coi'ti, le Comte de Launav-; 

Pour la Russie — le Prince Gortcbaeow, le Comte Scbouvaloff, 
M. d'Oubril ; 

Pour la Turquie — Alexandre Canttbeodory Pacba, Mehemed Ali 
Pacba, Sadoullah Bey. 

La. seance est ouverte a 2 beures et demie. 

Le Protocole No. 12 est adopte. 

Le President fait mention des petitions de la liste No. 10 et releve 
notamment celle de Malcom Kban, Ministre de Perse, demandant 
a etre admis au Congres lorsqu'il sera statue sur la ville de Kho- 
tour. 

Son Altesse Sereiiissime ayant demande a cet egard I'avis de la 
haute assemblee, Lord Salisbury exprime I'opinion que Malcom 
Kban devrait etre entendu, et le Prince Gortcbaeow declare u'avoir 
point d'obfection. Les Plenipoteutiaires donnent leur assentiment, 
et le President annonce que le Miuistre de Perse sera invite a se 
rendre Lundi au sein du Congres. 

L'ordre du jour appelle les questions coucernaut les territoires 



1022 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

en A sic. Cos questions sont traitc'cs daiis Ics Articles XVI, XVIII, 
et XIX (alini'a b) du Traite de San Stefano. Le President pense 
que les Articles XVI et XIX dcvoient etrc seuls discutes aujourd'hui, 
I'Article XVIII relatif a la ville de Khotoiir demeurant reserve pour 
la seance oil Malcom Khan assistera. 

Sur le desir de Lord Salisbury, le Congres decide de s'occuper 
en premier lieu de TArticle XIX b 2, concernant Ardalian et Kar.«. 

Lord Salisbury, ecartant la redaction de delimitation indi(]uee 
dans I'Article XIX, et dont les nombreux details lui paraisseut devoir 
etre plus utilement discutes dans des conferences particulieres des 
Plenipoteutiaircs specialement interesses, aborde sur le cbamp le 
I)rincipe meme de I'annexion d'Ardahan et Kars. Dans I'opinion 
de son Excellence des acquisitions aussi considerables ebranleraient 
la puissance et le prestige de la Sublime Forte en Asie, et rendraient 
fort douteux le maintien de la tranquillite dans ces contrees. Sans 
insister sur une these qui lui semble evidente, Lord Salisbury 
demaude aux Plenipotentiaires Russes si les considerations que les 
Eepresentants de I'Augleterre out fait valoir dans leurs entretiens 
particuliera avec leurs Excellences ont afFecte leur determination 
de retenir les forteresses de Kars et d'Ardahan; dans le cas ou la 
Eussie croirait devoir perseverer dans cette pensee. Lord Salisbury 
declare qu'il reserverait pour I'Angleterre le droit de sauvegarder 
ees interets et son influence sur les populations par les moyens 
qu'elle jugerait convenables. 

Le Premier Plenipotentiaire de Eussie prononce les paroles 
suivantes : — 

" Grace a I'esprit de conciliation et aux concessions reciproques 
dont consciencieusemeni je reclame une large part au nom de la 
Eussie, Ta^uvre du Congres a progresse vers sou but, celui d'uue 
paix qui est dans les interets de I'Europe entiere, et qui serait seule 
digne des hommes eminents reunis a Berlin. 

"La seance aujourd'hui est consacree a un objet dont une solu- 
tion equitable, etrangere aux petites passions, couronnerait I'ceuvre 
que nous poursuivons. 

" Nous faisons la concession d'Erzeroum, de Bajazid, et de la 
Vallee d'Alaschkerd. Ces deux derniers points constituent le trajet 
des caravanes et la principale route commerciale vers la Perse. 

" Je suis, de plus, autorise de declarer qu'usant de son droit de 
souveraiuete mon auguste Maitre declarera Batoum port franc. 
Cela repond aux interets materiels de toutes les nations commer- 
ciales, et plus particulierement peut-etre a ceux de la Grrande Bre- 
tagne, dont le commerce occupe le plus grand nombre de batimentg. 

" Je termine en reiterant I'espoir que dans la seance d'aujourd'hui 
nous aureus fait un immense pas vers le but eleve de notre 
reunion." 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1023 

Le Pretiident constate riinportance de la communication que le 
Premier Plenipotentiaire de Ru^sie vient de faire au nom de son 
Gouvernement. L'abandon de Bajazid et de la vallee de I'Alaschkerd, 
et surtout la constitution de B.itoum en port franc, forment des 
modifications considerables au Traite de San Stefano. Son Altesse 
Serenissime ajoute que la derniere concession facilite I'evacuation de 
Batoum et Teciiauge de cette place centre Erzeroum. Le Prince de 
Bismarck serait heureux que le Gouvernement Britannique, qui a do 
grands interets dans ces contrees, fut satisfait par cet arrangement; 
on aurait realise un progies decisif dans le sens de la paix si le Con- 
gres, se mettaut d'accord aujourd'hiii sur ce point important, n'avait 
plus a se preoccuper que des details. 

Le Prince Gortcliacow ayant desire connaitre I'opinion de la 
haute assemblee, le President fait appel a I'appreciation des Pleni- 
potenliaires de la Grande Bretagne. 

Lord Beaconsfield a entendu la communication du Prince 
Gortchacow avec un grand interet. II peuse avec son Altesse que 
cette concession spontanee de Sa Majeste I'Empereur de Kussie se 
recommande a la plus serieuse consideration du Congres. Au 
moment ou la iiaute assemblee approclie du terme de ses travaux, et 
ou tous les Pleiiipotentiaires s'eftbrcent de resoudre les diiRcultes de 
detail qui subsistent encore, les Plenipotentiairss de ia Grande Bre- 
tagne sont heureux de constater, de la part d'un puissant Souverain, 
uue demarche conciliante d'une aussi haute valeur. Una telle pro- 
position ue vint-elle pas d'uue Puissance aussi directement interessee, 
et d'un homme d'fitat aussi experimente que son Altesse, elle semble, 
en tout cas, de nature a aplauir un des plus grands obstacles a une 
solution desiree par toute I'Europe. 

Le Premier Plenipotentiaire Britannique regarde comme une 
heureuse pensee de traust'ormer, a la fin d'une grande guerre, une 
place contestee en un port franc, et en uti entrepot commercial pour 
toutes les nations. Sou Excellence approuve entierement et accepte 
cette proposition, et, bieu que le desir de I'Angleterre eut ete que 
cette place forte, qui n'a pas ete prise, demeurat sous la souverainete 
du Sultan, Lord Beaconsfield considere comme une solution avan- 
tageuse que ce port devienne, dans I'interet de la prosperity de la 
Eussie, de la Turquie, et de tous les peuples, un centre commun pour 
leur energie combinee et pour leur esprit d'entreprise. Son Excel- 
lence repete, toutefois, qu'elle eiit prefere que Batoum, en devenant 
port libre, ne fut pa? compris dans le territoire Kusse ; plein de con- 
fiance dans les declarations de I'Empereur de Russie, Lord Beacons- 
field voit, sans doute, dans les avantages de la franchise de ce port 
une compensation a une annexion qu'il ne saurait approuver, mais il 
ne pent eviter de dire qu'il est penible de penser que, tout en se 
felicitant de la creation d'un port franc, il y a lieu de se preoccuper, 



1024 GREAT BRITAIN, AtrSTRIA, FRANCE, &CC. 

en iiiemc teii)|)s, des inoyeiis tic preveiiir, on Ju luoiiia d'attenuer, 
do noiiveaux troubles. La province de Batoum, en ettct, n'est |)!is 
satist'aite de devenir posnesyion Risse ; clle est encore entre les 
mains de populations qui ae croient en etat de ladefeudre, et I'emploi 
de la force pourrait, en cettecirconstance, ainener de graves dangers. 
Son Excellence desirerait que, tout eu sanctionnant la proposition 
gracieuse de I'Empereur de liussie, le Congres expriinat le vcbu que 
toutcsles mesures necessaires soient prises pour cviter des desordres 
dont les consequences seraient deplorables. A cet ettet, il seniblo- 
rait indique qu'on eut de legitimes egardt. pour un vaillante popu- 
lation qui s'est montree fortement opposee au regime nouveau que 
le Congres a I'intention de lui imposer. Son Excellence insiste 
pour que les principes et considerations etbnographiques qui ont 
amene la haute assemblee a concilier les iuterets divergents des 
nationalites de la Turquie d'Europe ne soient point perdus de vue 
en ce qui concerne la Turquie d'Asie. Lord Beaconsfield croit qu'il 
n'y a pas de temps a perdre pour adopter des dispositions propres a 
les prevenir. II se borne a indiquer a la haute assemblee un etat 
de choses auquel Tinfluence d'une seule Puissance ne saurait porter 
remede. Son Exeellence accepte volontiers la creation d'un port 
franc a Batouin, maia desirerait que le Congres exaininat les details 
de cette decision en se preoccupant de la necessite de prevenir des 
conflits ; il appartient aux Representauts des Graudes Puissances, 
toutes interessees dans la question, de prendre des precautious 
contre I'eventualite d'un semblable peril. 

Le President, apres ce discolors, se pbdc a reconnaitre un progres 
considerable vers une entente. L'acoord etabli entre la Kussie et 
I'Angleterre sur Batouui, erige par la liussie en port franc, est uu 
resultat de haute valeur. II est vrai que le Premier Plenipotentiaire 
de la Grande Bretagne parait encore preoccupe de certains dangers, 
qui pourraient menacer la trauquillite des populations de ces con- 
trees et par suite la paix Europeenne. Wais son Altesse Serenis- 
sime espere que ces dangers seraient faciles a eviter par des disposi" 
tions de detail, et peut-etre pourrait-on y remedier en les examinant 
de plus pres, ei les Plenipotentiaires de la Grande Bretagne voulaient, 
bien donner sur les apprehensions des explications plus developpees. 
Les autres Puissances pourraient alors egalement indiquer les ex- 
pedients qu'elles auraient en vue. En resume, le Prince de Bismarck 
croit que la haute assemblee se felicite de trouver la distance entre 
les Representants de la Eussie et I'Angleterre moindre qu'elle ne 
I'avait redoute, et de voir dans ce bon vouloir reciproque un nouveau 
motif de compter sur une heureuse solution qui sera accueillie avec 
joie par l-'Europe entiere. 

Le Comte Andrassy a enteudu avec satisfaction les declarations 
du Prince Goi-tchacow, et il croit que la constitution de Batoum en 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1025 

port franc est un avautage evident pour toutes les Puissances Euro- 
peennes. Le Premier Plenipotentiaire d'Autriche-Hougrie, rappe- 
lant des precedents qui ont amene de bons resultats, pense, avec 
Lord Salisbury, que des entretiens particuliers entre les Eepre- 
sentants des deux Puissances plus specialement interessees pour- 
raicut aplanir les diflScultes qui s'opposent encore a una entente 
qu'il appelle de tons ses voeux. Son Excellence declare accepter 
d'avance les conclusions des pourparlers qui seraient suivis entre lea 
deux Puissances. 

M. le Premier Plenipotentiaire de France n'a aucune objection 
a elever au sujet des declarations qui ont ete faites, et se borne a 
constater I'accord qui semble en voie de s'etablir. 

Le Comte Corti ne pent que s'associer au nom de I'ltalie aux 
paroles de ses collegues et exprime I'cspoir que I'entente ne recon- 
trera pas de bien grandes difficultes. 

Caratheodory Paclia se reserve, s'il y a lieu, de revenir sur cette 
question lorsqu'il aura pu apprecier plus completement le oaractere 
et la portee des points que les Pleuipotentiaires Britauniques ont 
en vue. 

Le President relit le passage de I'Article XIX qui fait I'objet de 
la discussion : 

" Prenant en consideration, &c., I'Empereur de Russie consent 
a remplacer le paiement de la plus grande partie des sommea 
enumerecs dans le paragraphe precedent par les cessions terri- 
toriales suivantes." 

Ici se placeut les cessions en Europe sur lesquelles le Congres 
s'est deja prononce, puis viennent les cessions en Asie consignees 
dans I'alinea h : " Ardahan, Kars, Batoum, Bayazid, et le territoire 
Saganlougb." Son Altesse Serenissime rappelle que des a present 
la Kussie consent a ne pas comprendre dans les cessions Bayazid et 
le territoire jusqu'au Saganlougb. 

Le Comte ScliouvalofF dit qu'il serait plus exact de supprimer 
les mots "jusqu'au Saganlougb," et de resumer ainsi les concessions 
Russes qui sout : Bayazid et toute la Vallee d' Alaschkerd, sous la 
reserve que la Turquie rendra le territoire de Khotour a la Perse. 

Le Congres etudie sur la carte, presentee par le Comte Schou- 
valofF, les lignes exactes des concessions Busses. Le President 
constate que la constitution de Batoum en port franc est acquise a 
I'entente, et qu'il en est de raeme des points que vient d'indiquer 
le Comte SchouvalofF. Quant au trace exact de la ligne de froutiere, 
son Altesse Serenissime pense que ce travail ne peut etre fait par le 
Congres, et doit etre reserve a une Commission Speciale com- 
petente. 

Lord Salisbury declare qu'il avait eu dea objections sur plusieurs 

[1877-78. LXix.] 3 U 



1020 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

lies points lie rArticle XIX du Traite. Son Excellence craiguait 
d'abord que la possession de Batoum ne lut un danger pour la 
liberie do la Mer Noire. La concession gracienseofterte aujourd'hni 
par la Eussie, si il la coni])rend bieii, lui pariiit ecarter celte appre- 
hension. En second lieu, I'occupation de Bayazid lui aiirait fait 
redouter que la route coiumerciale de Perse ne lut iiiterceptee : 
son Excellence constate egaleinent qu'en pretience de la concession 
de la Vallee d'Alascbkerd ces craintes ne seraient plus justifiees. 11 
lui restc encore le devoir de rappeler les interets d'une vaillante 
nationalite Musulmane qui se refuse a la domination Husse. Son 
Excellence insiste sur les avantnges d'entretiens particuliers pour 
resoudre les dernieres difficultes de detail qui subsiatent encore. 

Le Prince Go.rtchacow dit qu'il prefererait une discussion, et 
qu'il est pret a repondre sur place aux objections que presenteraient 
les Plenipoteutiaires de la Grande Bretagne. 

Le Prince de Bismarck s'associe j\ la deinande de Lord Salisbury, 
qui lui parait justifiee par les noinbreux details de la question, qui 
ne sauraient etre discules en seance i)leniere. 11 consultera, 
d'ailleurs, sur ce point le sentiment du Congres. 

Le Prince Gortehacow expose qu'il y a deux categories de 
questions : les premieres, qui sont techniques, et qui ont pour 
objet la determination des limites definitives, ne peuvent, en eifet, 
etre resolues en Congres, et le Traite de San Steftmo a iudique par 
avance qu'elles devront etre soumises a une Commission Speciale. 
En ce qui concerne les secondes, soil Altesse Sereniss^ime remercie 
Lord Beaeonsfleld d'avoir repondu avec tant de loyaute a ses obser- 
vations : M. le Premier Plenipotentiaire d'Angleterre s'est borne 
au surplus a exprimer ses craintes sur la securite des populations. 
Mais le Prince Gortchacow s'explique moins les objections de Lord 
Salisbury, et prie son Excellence de vouloir bien determiner, d'une 
maniere plus precise, les inquietudes qu'il a enoncees. 

Lord Salisbury dit qu'il a voulu parler de la nationalite des 
Lazes, qui u'accepterait ])as le Gouvernement Eusse, et dont les 
repugnances pourraient amener dans I'avenir des embarras serieux. 

Une discussion s'engage entre le Prince Gortchacow, Lord 
Salisbury, et Mehemed Ali Pacha sur le chiifre de la population 
Laze du Lazistan, que le Premier Plenipotentiaire de Eussie, sur 
des donnees qu'il ofFre de communiquer, afBrme ne point s'elever 
au-dessu8 de 50,000 ames, tandis que les Plenipotentiaires d'Angle- 
terre et de Turquie I'estiment a 200,000 individus. 

Le President ayant fait observer que cette question secondaire 
n'interesse pas I'oeuvre de la paix, insiste pour que les Plenipo- 
tentiaires de la Grande Bretagne et de Eussie s'entendent sur ce 
point et sur les autres objets speciaux qui les separent, dans des 
entretiens particuliers. Cette procedure est acceptee de part et 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &0. 1027 

d'autre, et le Congres decide d'atteudre le resiiltat de ces expli- 
cations inutuelles pour reprendre I'examen do I'Article XIX. 

La haute assemblee passe a I'Article XVI, relatif aux Armeniens, 
ct dont il a deja ete une seance precedente. 

Lord Salisbury i\. depose, a ce sujefc, une proposition qui a ete 
dialribuee aux Plenipotentiaires. Son Excellence demande la sup- 
pression des premieres lignes de I'Article XVI jusqu'au mot " pays " 
et desirerait ajouter a la fin la phrase suivante : 

" Fdle s'entendra ulterieurement avec les six autres Puissances 
Signataires sur la portee de cet engagement et lea mesures neces- 
saires pour le mettre en execution." 

Son Excellence ajoute que les interets des Armeniena doivent 
etre sauvegardes, et que le but de la proposition est de leur donner 
des esperances d'amelioratious iinmediates en meme temps que de 
progres a venir. 

Caratheodory Pacha admet que, dans la derniere guerre, les 
tribus insouniises ont suscite de graves desordres ; mais la Porte, 
des qu'elle en a ete informee, a pris des mesures pour y mettre un 
terrae. La proposition de Lord Salisbury semble se referer a des 
mesures ullerieures. Caratheodory Pacha voudrait qu'il fut tenu 
compte a la Porte des dispositions qu'elle a adoptees et qu'on 
ajoutat au paragraphe les mots suivants : "la Porte communiquera 
aux six Puissances le resultat des mesures qui ont ete deja prises a 
cet egard." Otte addition, en meme temps qu'elle satisferait le 
GouverneMient Ottoman, completerait le sens du texte presente par 
les Plenipotenliaires Anglais. 

Le Coiiite SchouvalolF prefere la redaction de Lord Salisbury. 
Si la Porte a pris des mesures et qu'elles n'aient pas ete mises a 
execution, il est inutile de les meutionner. 

Le President fait observer qu'il est, peut-etre, difficile de mettre 
a execution des mesures repressives parmi des tribus indepeudantes, 
et son Altesse Serenissime eleve des doutes sur I'efficacite pratique 
de I'Article propose par Lord Salisbury. 

Caratheodory Pacha insistant pour i'addition qu'il a indiquee, 
Lord Salisbury demande a ajourner la discussion pour apporter 
quelque modification dans le texte primitif. 

La question est remise f\ une prochaine seance. 

Le Congres passe a la question des Detroits. 

Lord Salisbury declare que, si I'acquisition de Batoum avait ete 
maintenue dans des conditions qui menaceraient la liberte de la 
Mer Noire, I'Angleterre n'aurait pas pu s'engager en vers les autres 
Puissances Europeennes a s'interdire I'entree de cette mer. Mais, 
Batoum ayant ete declare port franc et commercial, le Gouverne- 
ment Anglais ue se refusera pas a renouveler les engagements, sous 
les modifications imposees par les decisions deja prises au Congrda. 

31J2 



1028 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

Le Prince Gortcliacow, eu faisaut observer que ces dangers 
n'auraient pu se produire de toute fa9on, puisque la ]liissie n'a 
point de batiments dans la Mer Noire, est egalement d'avis que 
la legislation actuclle ne soit pas modifiee. 

II resulte de la discnsaion qui s'engage entre les Plenipoten- 
tiairea de la Grande Bretagne, de Hussie, et de France sur le 
caractere du statu quo ante, que le Congies entend par ce lerme, 
I'ordre de choses etabli par la Declaration de 1850 et par I'Arti- 
cle II du Traite de Londres du 13 Mars, 1871, dont il est doniie 
lecture. 

Le Comte Scliouvaloff croit que le Congrea n'a pas a diaciiter 
sur ce point lea Actes de 185G et 1871. Que demande la Russie ? 
Elle demande uniquement le statu quo ante pour les Detroita. Le 
Marquia de Salisbury fait dependre le statu quo des conditions de 
la possession de Batoum par la Kussie. 11 serait tres-facile de 
prouver que Batoum ne constitue de menace pour personne, et que 
la possession de ce port ne nous est necessaire que pour assurer noa 
conniiunications avec le grand territoire que la liussie possede deja 
sur cette partie du littoral de la Mer Noire et pour assurer son 
commerce. Sou Excellence conatate que la declaration de franchise 
dn. port a du ecarter lea derniera doutes. Ce port deviendra un 
point important pour le commerce du nionde eutier; il ne ponrrait 
etre une menace pour les Detroits, et tout conseille, eu consequence, 
d'y maintenir le statu quo. 

Lord Salisbury comprend que Batoum ne sera qu'un port com- 
mercial, et ainsi accepte en principe le statu quo ante pour les 
Detroits. 

A la suite d'une observation de Caratlieodory Pacha relative a 
I'opportunite de declarer que la Bulgarie n'aura point de forces 
navales dans la Mer Noire, comine consequence du statu quo ante 
qui vient d'etre admis, il demeure entendu que, la Bulgarie etaut 
Principaute tributaireet n'ayant point de pavilion de guerre, aucune 
disposition nouvelle no pent etre inseree a ce sujet. 

Le President constate I'assentiment unanime de la haute assem- 
blee au maiutiea du statu quo ante dans la question des Detroits 
des Dardanelles et du Bosphore. 

Le President donne lecture de 1' Article XXIV, et le Cougres 
reconnait qu'apres la declaration precedente il n'a pas a discuter la 
premiere phrase de cet Article relative a I'ouverture des Detroits. 
Quant a la seconde phrase, qui concerne les blocus fictifs, le Premier 
Plenipotentiaire d'ltalie ayant fait remarquer que cette stipulation 
n'est que la reproduction du principe de la Declaration de Paris en 
date du 16 Avril, 1856, Caratheodory Pacha constate que ce passage 
n'a aucune utilite pratique, puisque la Porte est liee par la Declara- 
tion de Paris. 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1029 

Le President ajoute que c'est pourquoi la haute a'^sernblee n'a 
pas a s'en occuper. Le Congres u'a done pns a reviser cet Article 
et se borne a maintenir le statu, quo ante comme suflRsant. 

Son Altesse Serenissime lit ensuite I'Article XXV, qui concerne 
Fevacuation de la Turquie d'Europe et d'Asie pnr les troupes 
Russes. Le Prince de Bismarck pense que, les deux Puissances 
belligei-antes ayant statue regulierement a cet egard, le Congres 
doit considerer cet arrangement comme strictement bilateral. 

Le Premier Plenipotentiaire de Prance soumet, sur ce point, ua 
desir a ses collegues de Russie. Son Excellence demande s'il ne 
ieur serait pas possible de faire une declaration constatant que le 
Gouvernement Russe s'efforcera, pour afFranchir la Eoumanie des 
charges resultant d'une occupation prolongee, de diriger Tevacuation 
par la voie du Danube et de Varna. 

Le Comte Schouvaloft' repoud que la proposition faite par le 
Premier Plenipotentiaire de France ne saurait avoir uu caractere 
absolu. II s'agirait ainsi de choisir, de preference, la voie de mer a 
la voie de terre. Son Excellence est prete a obtemperer a ce desir, 
mais sa declaration doit etre subordonnee a une prompte evacuation 
de Varna par les troupes Torques. Si les Plenipotentiaires Otto- 
mans veulent bien declarer au Congres qu'il n'y a plus d'obstacle 
a I'evacuation immediate de cette forteresse, le Comte Sehouvaloff 
est pret a repondre a la demande du Premier Plenipotentiaire de 
France. 

Caratheodory Pacha demande I'ajournement d'une question sur 
laquelle il n'est pas a meme de donner une reponse precise. 

M. "Waddington fait remarquer qu'il n'a pas preseute de pro- 
position, mais un simple appel au bon vouloir de la Russie, dans le 
cas oil les circonstances permettraient d'evacuer le territoire Otto- 
man sans passer par la Koumanie. 

Le Comte Sehouvaloff serait heureux de satisfaire au vceu de 
M. "Waddington, et regrette que M. le Premier Plenipotentiaire de 
Turquie n'ait pas eLe en mesure de fournir les informations ueces- 
saires a la decision du Grouvernement Russe. 

Caratheodory Pacha ayant demande si I'alinea 3 de I'Arti- 
cle XXV, relatif a I'evacuation en Asie, sei-a insere dans le nou- 
veau Traite, le President dit que cette insertion ne parait pas 
necessaire, puisqu'il ne s'agit que d'une stipulation entre la Turquie 
et la Russie : I'evacuation en Europe a seule ete I'objet d'un 
arrangement Europeen. 

Son Altesse Serenissime constate que les derniers Articles du 
Traite de San Stefano (XXVI, XXVII, XXVIII, et XXIX) ne 
sent que des stipulations locales et militaires, et exprime I'espoir 
que, dans la prochaine seance, le Congres, informe du resultat des 
pourparlers qui doivent s'etablir sur les questions reservees eutre 



i030 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRINCE, &C. 

les Plenipotentiaires Busses et Aiiglaiti, se Ironvcra en incsuro ile 
terminer I'examon dc la question Asiatique. 

Le Prince de Hohenlohe, cmnnie President de la Commission de 
Delimitation, demande la nilse a I'ordre du jour do la prociiaine 
seance d'un rapport de cette Commission sur des quedlions qui ne 
peuvcnt etre resolues que par \e plenum du Coni^res. 

Le Comte Schouvaloff expose incidemment que, ])our divers 
territoires, tant d'Europe que d'Asie, qui n'ont pas ete I'objct des 
deliberations speeialcs de la haute assemblee, aucune amelioration 
du sort des populations Clirctiennes n'a ete expre^sement stipulee. 
Le Traile de San Slefano, en creant une grande Bulgnrie, ne visait 
dans 1' Article XV que les Provinces Grecques et quelques teri'itoires 
qui auraient pu eohapper a ratteiitioii. 

La situation a change: la cieation d'uiie Tiinimelie restreiute 
laisse en suspens de nombvouses populations Chretiennes qui poui*- 
raient n'elre assimilees ni aux reformes qu'il s'agit d'iiitroduire dans 
la Roumelie Orientale, ni a celles que le Traite de San Stefano pro- 
jette pour les Provinces Grecques. 

Le sort des Chretiens d'Orient constitiiant une des premieres 
preoccupations de rEun)pe et du Cougres, son Excellence voudi'ait 
esperer que les stipulations de I'Article XV t^'eteudi'ont egalement 
k toutes les populations Cliretiennes de la Peninsule des Balkans, 
pour lesquelles aucune organisation sp(§ciale n'est stipulee. 

Le Prince de Bismarck estime que le Congres s'est approprie 
I'Article XV dans sa totalite et qu'tl Teteud en principe a toutes les 
parties de I'Empire. Ce serait, au surplus, a une reunion diplo- 
matique a venir que ces questions de detail pourraieut 6tre, au 
besoin, reservees. 

Le Comte ScIiouvalofF est heureux de voir constater que les 
stipulations de I'Article XV s'appliquent ji toutes les parties de la 
Turquie d'Europe qui n'ont pas de reglement special. 

Le Comte Andrassy est d'accord avec las Plenipotentiaires de 
Kussie sur la necessite d'ameliorer le sort des Chretiens, mais son 
Excellence ne pense pas que des constitutions toutes f'ailes soient le 
meilleur mo) en d'j parvenir. La diploniatie doit s'en tenir a poser 
des principes et se garder d'entrer dans les details qui sent souveut 
un danger pour les populations. 

Caratheodory Pacha demande au Congres de prendre eu con- 
sideration la petition inscnte sous le No. 49 dans la dixieme liste, et 
dans laquelle Monseigneur Gerassitnos, Archeveque de Philadelphie, 
traite la question des biens detlies de E-oumanie. Son Excellence se 
reserve de soumcttre au Congres une proposition formelle Ji cet egarJ. 

La seance est levee a 5 beures. 

[Suiveat les Signatures.] 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1031 

Prolocole No. 15.— Seance du 8 Jaillet, 1878. 
Etaient presents : 

PoTll- I'Allemagne — le Prince de Bismarck, M. cle Biilow, le 
Priuce de Hohenlohe-Schillhigsfurst ; 

Pour I'Autriclie-Hoiigrie — le Cointe Andrassy, le Comte Karolyi, 
le Baron de Hay merle; 

Pour la France — M. Waddington, M. le Comte de Saint- Vallier, 
M. Desprez ; 

Pour la Grande Bretagne — le Comte de Beaconsfield, le Marquis 
de Salisbury, Lord 0>lo Russell ; 

Pour ritnlie — le Comte Corti, le Comte de Lauiiay ; 

Pour la Eussie — lo Prince Gortcliucow, le Comte SchouvalofF, 
M. d'Oubril ; 

Pour la Turquie — Alexandre Caratbeodory Pacba, Mehemed 
Ali Pacha, Sadoulluh Bey. 

La seance est ouverte a 2 heures et demie. 

Le Protocole No. 13 est adopte. 

Le President fait mention, des petitions de la liste No. 11. 

L'ordre du jour appelle 1' Article SVIII du Traite de San 
Stefauo relutif a la ville de Khotour et a la rectification de la 
Irontiere Turco-Persane. Cet jArticle est ainsi con^u: — 

" La Sublime Porte prendra en serieuse consideration I'opiniou 
emise par les Commissaires des Puissances mediatrices au sujet de 
la possession de la ville de Khotour, et s'engage a fair executer les 
travaux de delimitation definitive de la frontiere Turco-Persane." 

Le President pense qu'il y a lieu, contbrmemeut a la decision 
prise par le Congres dans sa derniere reunion, d'eutendre le Eepre- 
sentant de Sa Majeste le Shah de Perse. 

Son Excellence Malcom Khan est introduit, et le President le 
prie de communiquer au Congres les observations de son Gouverue- 
nient au sujet de I'Article XVIII du Traite de San Stefano. 

Malcom Khan dit qu'il n'a point de communication a faire, mais 
qu'il desire seulenient counaitre la decision du Congres. 

Le Prince de Bismarck fait observer que la haute asseinblee ii'a 
pas^ encore pris de resolution, mais a voulu s'assurer que la resti- 
tution de Khotour a la Perse serait acceptee par Sa Majeste le 
Shah. 

Malcom Khan se declare autorise par sou G-ouvernemeut a 
accepter avec reconnaissance la restitution du district de Khotour : 
il se refere, pour I'etendu du territoire, a la delimitation dressee par 
la Commission Anglo-E.usse. Son Excellence ajoute quelques con- 
siderations sur la situation de la frontiere Persane de Bayazid a 
Mouhamerra, et appelle I'interet de la haute assemblee sur le vif 



1032 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

d^sir de son Gouvernemenfc de voir le Congres mettre un terme a 
des difficultes sans cesse renaissantes. Le Gouvernement Persan se 
soumet d'avance a I'arbitrage qui sorait fixe par la haute aasembiet'. 

Le President pense que le Congres consentira a preter ses bons 
ofEces pour amener une entente eutre la Turquie ct la Perse, et le 
reglemeut de I'aifaire de Khotour pourra lui eii fouruir I'occMsion. 

Malcom Khan se retire, et le President ayant demande aux 
Plenipotentiaires Russes de faire connaitre leur opiuion sur 
I'Artiele XVIII, le Comte SchouvalofF desire determiner exacte- 
ment le caractere actuel de la question. Dans les negociations qui 
ont eu lieu entre la Russie et la Turquie apres la conclusion du 
Traite de San Stefano, la Russie consentit a rendre a la Sublime 
Porte Bayazid et la Vallee d'Alascbkerd, niais en stipulant, corame 
^change, la restitution du tcrritoire de Khotour. C'est done a titre 
d'echange que Khotour est rendu an Shah. Quant a la delimitation, 
il n'y a pas de difficulte, puisque Malcom Khan a declare accepter 
celle de la Commission Anglo-Russe. Le Comte Scliouvaloif ne 
peut qu'appuyer, d'ailleurs, le desir de la Perse d'araver le plus 
tot possible au reglemeut de ses froutieres. 

Le President demande si une proposition est fiiite en dehors du 
maintien pur et simple de I'Artiele XVllT. 

La lecture des offices adresses par Malcom Khan au Congres 
^tablit que le Ministre du Shah, de son cote, n'a present e aucune 
proposition. 

Le Comte SchouvalofF n'est point d'avis de maintenir purement 
et siiuplement 1" Article. Son Excellence repete que les situations 
respectives ont change de|)uis le Traite de San Stefano: il s'agit 
maintenant, de la part de la Turquie, non plus de " [trendre en 
serieuse consideration," mais d'executer un engagement, un echange, 
et ce caractere de la question doit el re indique nettement dans uue 
nouvelle redaction. 

Le Prince de Bismarck ayant cxprime le desir de savoir si les 
Plenipotentiaires Russes desirent s'en charger, et Lord Salisbury 
ayant oflVrt pour ce travail le concours des Pleuipotentiair. s Anglais 
egalement interesses dans la question au point de vue du commerce 
de la Perse, le Comte Sclumvaloff annonce qu'a la prochaine seance 
il presentera un nouvel Article, ajires s'etre concerto avec ses 
collegues d'Angleterre. 

Le President constate que les principes de I'Artiele XVIII sent 
confirmes, sauf le complement que doivent preparer les Plenipoten- 
tiaires d'Angleterre et; de Russie. 

Caratheodory Pacha dit que, pour ce qui le concerne, il n'aurait 
aucun changement a proposer pour I'Artiele XVIII. 11 n'a pas 
connaissance des negociations posterieures au Traite de San Stefano 
auxqueUes le Comte Schouvaloft" a fait allusion ; qu'il sollicitera sur 



GRE!i^T BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1033 

ce point les instructions de son Ciouvt rneniei't ; niais qu'en atten- 
daut, les Plenipoteininii-es Ottomans sont toutefuis a la disposition 
du Comte SchouvalofF povir la redaction du nouvel Article, tant 
qu'il s'a^ira de confirmer la decision rendue par la Commission 
Mixre au sujet de la cession de Khotour. 

Le President rappelle que, dans la seance preeedente, le Congrea 
avait mis a I'ordre du jour d'aujourd'hui le resultat de pourparlers 
complementaires sur differentes questions de detail relatives a la 
ville et au port de Batoum. Les Pleuipotentiaires interesses n'etant 
pas encore en mesure de faire connaitre leurs decisions, la qutstion 
est remise a la prochaine seance. 

Procedant au point suivant de I'ordre du jour, le President fait 
observer que Lord Salisbury s'est reserve de communiquer a la haute 
assemblee le resultat d'une entente ulterieure avec les Plenipoten- 
tiaires Ottomans sur la redaction de 1' Article XVI conceruant les 
Armeniens. 

Lord Salisbury donne lecture de la redaction concertee entre les 
Pleuipotentiaires de la Grande Bretagne et de la Turquie : — 

" La Sublime Porte s'engage a realiser, sans plus de retard, les 
ameliorations et les reformes exigees par les besoins locaux dans les 
provinces liabitees par les Armenieus et a garautir leur securite 
centre les Kurdes et les Cii-cassiens. EUe donnera connaissance 
periodiquemeut des mesures prises dans ce but aux Puissances qui 
y veilleront " 

Le Congres donne son asseutiment a eet Article. 
Le President dit que, dans la deruiere seance, Caratheodory 
Paclia a saisi le Congres d'une motion relative a la petition de 
I'Archeveque Grerassimos sur les convents dedies. En voici le 
texte: — 

" Considerant que le ditferend entre les Saints- Lieux d'Orieut et 
la Roumanie, relatil's aux biens dedies, qui, aux termes des Proto- 
coles des Conferences des Grrandes Puissances tenues a Paris eu 
1858, 1859, et 1861, et de la Conference reunie ad hoc a Constan- 
tinople en 18G1, devait etre regie par la voie d'arbitrage, demeure 
jusqu'ici en soufFrance : 

" Les Plenipotentiaires Ottomans prient cette haute assemblee de 
vouloir bien prendre en consideration le memoire des Saints-Lieux 
d'Orient porte sur la liste des petitions presentees au Congres sous le 
No. 49, et par lequel les petitionnaires s'en remettent au Congres 
pour qu'il veuille bien fixer un delai pour la mise en pratique de 
I'arbitrage, et designer uu sur-arbitre pour le cas de partage." 

Le Premier Plenipotentiaire de Turquie declare qu'il n'a pas 
formule de proposition proprement dite, mala qu'il est pret a 
s'approprier les conclusions du memoire adresse par les Saints- 



103 1 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

Lieiix a la haute asseiublee. Sou Ex ellence a])pelle rinteret du 
Coiif^res 8ur la deploiMblo ssiUiation des S.dnts-Licux Oithodoxo-*, 
qui rerlair.eut la mise a execution des arrangeuienta pris par la 
Conference teime a Paris eu 18.")8, rarbitrage et la designaiiou 
^veutuelie du sur-arbitre, prevu8 par le Profocole du 30 .Tuillet, 
1858.* Lea Saints- Lieux s'en i-emettent au Congiea pour la nomi- 
nation d'un sur-arbitre. 

Le President expritne ses doutes sur la competence de la Iriute 
assemblee dans cette question etrangere en elle-meme aux Traitea 
de 18d6 et 1871, et de San Siet'ano. 11 desirerait cependaut la 
reoommander a I'attention de sea collegues, et demande si I'uu des 
Pleuipoteiitiaires aurait a presenter quelques observations a ce sujet. 

Lord Salisbury serait dis[)Ose a insister, mais son Excellence no 
voit i)as quelle pourrait etre la sanction d'Liiie decision du Congres 
en pareille matiere, du moment que I'independance de la Koumanie 
n'en saurait depeiidre. 

Le Prince de Bismarck dit que, comme Eepreseutant de I'AUe- 
niagne, il est de I'avis de Lord Salisbury, et ne connait, en effet, 
aucun moyen de coercitiou a exercer par le Cougres eu cette aftaire. 

Caratheodory Pacha remercie le President d'avoir presente la 
question a la haute assemblee. Son Excellence regarde comme 
desirable que cette difficulie rc9oivo une solution pour preveiiir des 
discussions ulterieures entre la lioumaiiie et la Porte. Le Premier 
Plenipotentiaire Ottoman demande, du moins, que, dans le cas oil la 
haute assemblee ne croirait pas devoir se saisir de I'afFaire, la question 
put etre traitee en dehors du Congres par les Puissances. 

Le Prince de Bismarck croit qu'en effet ce serait la seule maniere 
realisable de traifeer cette question, et pense que ses collegues cou- 
sentiront a ecrire en ce sens a leiirs Gouvernements. 

Le Comte Schouvaloff" rappelle que la |)roposition des Pleiii- 
poteutiaires Fran^ais relative a la liberte religieuse et aux diverses 
garanties a<:cordees a tons les cuUes a ci'ee un droit nouveau 
applicable a toutes les Piincipautes. et qui autorise les iuteresses a 
faire vouloir, en temps et lieu, leurs justes reclamations. 

Le President est d'accord sur ce point avec les Plenipotentiaires 
de Eus-sie. Son Altesse Serenissime pense, en general, qu'on pourrait 
introduire dans le Traite un Article qui leguerait aux Puissances 
representees au Congres la tache de veiller, soit par leurs Eepre- 
seutants a Constantinople, soit par d'autres delegues, sur I'execution 
des diverses dispositions qui viennent d'etre rappelees. La question 
des Saints-Lieux pourrait se rattacher a ce controle. Le Prince de 
Bismarck ajoute, avec I'assentiment de la haute assemblee, qu'en ce 
qui regarde cette derniere question, il sera note au Protocole que 
lea Representants des Puissances sent prets a referer a leurs Gou- 
* Vol. XLYIII. Page 103. 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1035 

verueinonts ;i ce sujet, et a ivconnnaiidtr a leur sollicitiule rcxameu 
(\e cctte aftaire, soit sur les ancienncs bases, soit siir celled qui scmnt 
le resultat cies deliberations du Congres. 

L'ordre du jour appelle le llapport de la Commiss'ou de Delimi- 
tation. 

Le Prince de Hohenlohe, President de la Commission, indique 
d'abord le trace de la frontiere nord de la Priceipaute de Bulgaria 
qui suit la rive droite du Danube depuis I'ancienne frontiere de 
Serbia jusqu'a la ligna detarminee par la Congres dans une prece- 
dente seance, et qui part d'un point a Test de Silistrie pour rcjoiudre 
Mangalia, sur la Mar Noire. Le point fi Test de Silistrie n'est pas 
encore fixe, niais il na s'agit pas d'uua ligne strategique; c'est une 
concession faite a la Eoumania, et le trace exact de cette conca^^siou 
demeure reserve. 

Le Comte Schouvaloff rappelle qu'en effet il ne s'agit pas ici 
d'une ligna strategique. Las Plenipoteutiairas Eusses ont aug- 
niente la territoire destine a la Eoumania: il a ete decide qu'una 
ligne, partant a Test da Silistrie, rejoindrait Mangalia, qui sarait 
inclus dans la territoire Eoumain. C'est une question de bonne 
foi : le point important etant le noinbre d'elements Eoumains a 
comprendre dans la Bulgarie ; cette ligne doit etre tracee avec soin 
et pourrait etre contiee a une Commission Europeenne. 

Le Comte Andrassy dit que, les deux points d'attache etant fixes, 
lea details doivent, en effet, etre remis a la Commission. 

Le Prince de Hohenlohe fait remarquer que Ton ne peut preciser 
encore le point d'attache du cote de Silistrie, mais que la Commission 
a indique que ce point doit etre I'emplaeement oii un pont pourrait 
etre etabli sur le Danube a Test de Silistrie, poiit qui relierait les 
deux rives Eoumaines du Heuve. 

Le Comte Schouvaloti' ayant admia qu'un pont reunissant les 
deux rives du Danube etait necessaire, et le Baron Haymerle ajant 
ajoute que, de I'avis des experts, un seul point dams les environs est 
propice a la construction d'un pont, le President demande si lo 
Congres accepte, 1, la ligne de frontiere du nord de la Bulgarie; 
2,1a ligne de Silistrie a Mangalia; 3, I'attribution des details a 
I'etude d'une Commission Europeenne. 

La haute assemblee donne son assentiment a ces propositions, 
qui reglent les liinites nord de la Principaute. 

Le Prince de Hohenlohe passe au trace de la frontiere ouest. 
Elle doit suivre, depuis Eacovitza sur le Danube, I'ancienne frontiere 
orientala de la Serbie jusqu'a la Stara Planina. 

Cette ligne est acceptee par le Congres. 

Le Prince de Hohenlohe expose, ensuite, la frontiere du sud telle 
qu'elle a ete fixee par la Commission de Delimitation dans les termes 
Buivants : — 



1036 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

" La f'roiitiere (•oiimience par reinbouchure et reiiioiite le thalweg 
(111 ruisseaii ou se troiiveiit les villai^'ea lladzaliiuj, Selaui-Kioj, 
Aivadsik, Kulebe, Suilzuliik ; tiavi^rse obliqueiiitiit la V^allee dii 
Deli KaiiK'iU eii pass^aut an >«ii(l de Btlibe et de Keuilialik et au iiord 
de lladziinaliale, en traversant le Deli Kaiiicik a 2^ kiloii;etres eii 
Hinoiit Cengel ; gagiie la eiete a un point situe entre Tekeulik et 
Aidos-bredza et la suit |)ar Karnabad B.ilkaii, Prisevica Balkan, 
Kasan Balkan, au nord de Kotel, jusqu'a Deniir Kapu. De Demir 
Kapu elle suivra la crete des I'aikans jus(|u'iiu soininet de Kosica." 

Le Congies adojite cette ligne jasqu'fi Kosica. 

Le Prince de Ilohenlohe indique qu'a partir de ce point la 
delimitation du Sandjak de Sofia a rencontre dea difiiciilfes au sein 
de la Commission. La niajorite s'est decides pour le trace 
suivaut: — 

La frontiere quitte la crete du Balkan au sommet de Kot-ica, 
descejid vers le sud entre les villages de Pirtop laiste a la Bulgaria 
et de Dnzanci laisse a la Rouinelie Orientale, jusqu'au ruisseau de 
Tuzlu Dere, suit ce coura d'eau jusqu'a sa jonction avec la Topol- 
iiica, puis cette riviere, jusqu'j\ son confluent avec Smovskio Dere, 
en laissant a la Roumelie Orientale uue zone d'ua rayou de 
2 kilometres en ainont de ce confluent, remonte entre les ruisseaux 
de Sniovskio Dere et la Kamenica, suivant la ligne de partage dea 
eaux pour tourner a I'ouest a la hauteur de Voiujak et gagner 
directeinent le point 875. 

La ligne frontiere coupe eiisuite, en ligne droite, la lefce du 
bassin du ruisseau d'Ichliman Dere, passant entre Bogdina et 
Karaiila, pour retrouver la ligne de i)artage des eaux, separant lea 
bassins de I'lsker et de hi Marica entre Cainurli et Hadzilar, s.uit 
cette ligne par les sonimets de Velina Mogila, le col 1,008, Zmailica 
Vrh, Sutnnatica, et rejoint la limite administrative du sandjak entre 
Sivri Taa et Cadir Tepe. 

II ne pourra etre eleve de fortifications dans un ra^on de 
10 kilometres autour de Samakov. 

De Cadir Tepe la ligne frontiere se dirige au sud-ouest en 
Buivant la ligne de partage dea eaux entre lea bassina du Mesta 
Karasu d'un cote, et du Struma Karasu de I'autre, passant par lea 
cretea des Montagnea de Ehodope appeleea Demir Kapu, Iskof 
Tepe, Kadimesar Balkan, et Aji Gedik jusqu'a Kapetnik Balkan, et 
se confond ainsi avec I'ancienne frontiere administrative du Sandjak 
de Sofia. 

De Kapetnik Balkan la ligne frontiere est indiquee par la ligne 
de partage des eaux entre les Vallees de la Rilaka reka et de la 
Bistrica reka, et suit ainsi le contrefort appele Vodenica Planina 
pour descendre dana la Vallee de la Struma au confluent de cette 
riviere avec la Rilska reka, laissaut le village de Barakli a la Turquie. 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1037 

Ellf remonte alors au sud du villnge de Jelesiiica pour atteindre, par 
la ligne la jdiis courts, la chaine de Grolenia Planina au sommet de 
Gitka et y rejoiiidre I'lnicieime froutiere administrative du Sandjak 
de Sofia, laissaut, toutetbis, a la Turquie, la totalite du bassia de la 
Sulia reka. 

Du Mont Gitka la frontiere se dirige vers le Mont Criii Vrh par. 
les Montagues de Karvena Jabiika, en suivant I'ancienne limite. 
administrative du Sanrljak de Sofia dans la partie superieure des 
baasins de Egri Su et de la Lebnica, remonte avec elle sur les cietea. 
de Babinapolana et arrive au Mout Crni Vrh. 

Du Moat Crni Vrh la ligne frontiere se confond avec la limite 
administrative, ^eparant les Sandjaks de Nisch et de Sofia, suivant 
la ligne de partage des eaux entre la Struma et la Morawa, par les 
sommets de Streser, Vilo Golo, Mesid, liavnasiba, Ogorelica, Kustur- 
iiica, efc Lubas jusqu'a Grloska Planina. 

A partir de cette fthHine elle descende vers le nord-ouest en 
longeant, a une distance de 2 kilometres environ, la rive gnuche de la 
Divljanska r«ka et de la Luckavicka reka, coupe, a 1,000 metres au 
nord-ouest du village de Segusa, la route de Sofia a Pirot, se dirige 
en ligne directe sur la Vidlic Planina et, de la, sur le Mont 
Hadociiia dans la chaine du Kodza Balkan, laissant a la Serbie 
le village de Doikinci et a hi Bulgarie celui de Senakos. 

Du sommet du Mont Eadocina hi trontiere suit vers I'ouest 
hi Crete des Balkans par Ci[)rovec Balkan et Stara Planina jusqu'a 
Paucienne Ironliere orientale de la Priucipauce de Serbie pres de la 
Kula Smiljeva Cuka. 

Le Prince de Holenlohe, en terminant cet expose, ajoute qu'une 
decision n'a pas pu etre prise au svijet de ce trace, les Plenipo- 
tentiaires de l\ussie n'avant pas trouve dans cette delimitation une 
compensation sufSsante des parties qui avaiciit ete detachees du 
sindjak a Test et au sud. 

Le President regrette que les membres de la Commission 
n'aieut pu s'enteudre sur cette question et expriine I'avis que 
le Congres la decide par voie de miijorite. 

Le Conite Schouvaloff" I'appelle que le Congres, dans une de 
sea premieres seances, a adinis a I'unanimite que le Sandjak de Sofia 
serait incorpore dans la Principaute de la Bulgarie sauf rectification 
strategique de ses f'routieres. Lorsque cette question a ete trans- 
mise a I'examen des specialistes de toutes les Puissances, ils 
ont compris qu'il s'agissait de choisir entre plusieurs cretes celles 
qui repoudaient le mieux aux conditions de la defense. Telle n'a 
pas ete I'opinion des ofiiciers d'Etat-Major Anglais; ils ont demande 
a reculer la frontiere derriere la chaine des montagnes et ont, de 
cette fagon, change une rectification strategique en une cession 
territoriale. 



1038 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

LtH P]t'iii])oleutiaii'es de lUissie, s'lnspirant dans oe debat d'un 
fsprifc de conciliation, out admis la ligne qui avait eii les suffrages 
de la niajorite de la Coniniission, mais lis I'ont fait sous la rcf^erve 
de reccvoir uii equivalent dans le trace des froutieres occidentalcs du 
sanrljak. 

L'equivnlent qui Icnr a etc propose ne Icur a pas paru sudisant, 
car il atteiu;nair, tout an plus, la nioitie de ce que la Bnlgarie 
])er(lait d'nii autre cote. 

Son Excellence r.ippclle a la liaiite asseniblee qu'elle a unanime- 
nient consent! a I'incorporation du Sandjak de Sofia a la Bulgarie, 
et les Plenipotcntiaires de Kussie tienuent exprcssemeut a le 
niainlenir, si nou dans ses froutieres administratives actuelles, du 
moins dans les dimensions terricoriales dans lesquelles il a ete 
concede. 

En consequence, le Comte ScliouvalofF demande au Congres 
de vouloir bien statuer, en principe, sur une augmentation de 
territoire dans le trace occidental du Sandjak de Sofia. 

Lord Salisbury explique que I'Angleterre avait consenti a ceder 
le Sandjak de Sofia a la Bulgarie pendant que la Eussie avait 
consenti a ceder a la Turquie les deux Vallees de la Strouma et de 
Mesta Karasu. TJn examen plus approfondi a fait reconnnitre 
qu'une portion de la Vallee de la Strouma se trouvait comprise dans 
le Sandjak de Sofia. Telle a ete la cause de la reclamation des 
Delegues Britanniques, qui out demande une rectification dans les 
frontieres sud du Sandjak. 

Le Comte Scbouvaloft' repoud que, si le Plenipotentiaire Britan- 
nique fait valoir cette consideration, il lui opposerait une autre 
argument. Le Congres avait decide que le Sandjak de Sofia serait 
echange contre " I'exclusion de kv Yalleo de Li Strouma de la 
Ronmelie Orientale." En consequence, cette vallee ne pent 
etre revendiquee par le Plenipotentiaire Anglais, car elle reste 
exdue de la Konmelie, soit qu'elle appartienne au Sandjak de Sofia, 
soit qu'elle en reste separee. 

Le Baron de HajMnerle tient a rappcler que les Plenipoten- 
tiaires Austro-Hougrois n'ont pas eleve de difficultes au sujet du 
Sandjak de Sofia. C'est seulement en ce qui coucerne la compensa- 
tion demandee par les Pleuipotentiaires Eusses que les Repre- 
sentauts Austro-Hongrois ont insiste pour que la Bulgarie ne 
s'etendit pas davantage au nord, et ont propose que I'equivalent 
soit pris dans le Caza de Djouraa plutot que dans celui de Pirot. 

Mehe'.ned Ali Pacha dit, qu'en realite, la Bulgarie a obtenu tout 
le Sandjak de Sofia, sauf les rectifications strategiques prevues, 
et que le Protocole primitif a ete execute mot pour mot. Son 
Excellence croit done inutile de rien conceder a la Bulgarie du 
cote de la Serbie. 



GREAT BRlTxVTN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1039 

Le Comte Scliouvaloff int-iste pour que la Bulgarie obtieniie 
nil equivalent suifisaiit clii cote de la Serbie. 

Le President detnniide aux Pleiiipotentiaires Eusses de 
determiner exactement I'equivalent qu'ils reelamett. 

Le Prince de Holienlohe eroit devoir ajouter que la Commission 
a propose, a I'unanimite, de donner a la Principaute Bulgare 
uu'3 route d'etape, outre I'equivalent que la Eussie trouve 
insuflisant. Cette proposili'ai a ete forniulee en ces termes : — 

" En cas de cuerre, efc meme dans le cas ou la Serbie conserverait 
la neutralite, cette Principaute pourra etre invitee a permettre aux 
troupes et aux convois l^ulgares le libre passage sur la ligne d'etapes 
entre Vidin et Sofia par la route de Sofia a Pirot, et de ce point 
a Vidiu, par le col de Saint Nicolas. La Serbie ne pourra s'y 
refuser, et ces passages ne seront pas consideres coiume une 
violation de I'etat de neutralite." 

Le Comte Schouvaloft' dit que la reserve faite par la Commission 
pour assurer un libre passage a la Bulgarie prouve a quel point 
la iVontiere occidentale est peu satisfaisante, puisqu'il s'agit de 
donner aux Bulgares la possibilite d'uneretraite, en lenr garantissaut 
une r^ute militaire par la Serbie. Le President ay ant demande 
quel el ait I'equivalent reclame par k Eussie en faveur de la 
lUilgarie, son Excellence se conforine a ce desir en Ibrmulant une 
proposition qui pourrait, en meme temps, faire disparaitre une 
divergence qui existe entre les Plenipotentiaires Austro-Hongrois et 
lUisses. Dans I'opinion des Plenipotentiaires Austro-Hongrois 
les deux points de Pirot et de Trn devraient appartenir a la Serbie, 
jiarcequ'ils eontieunent une population Serbe. Les Plenipotentiaires 
llusses ne partagenfc point cette opinion, et considerent ies deux 
districts sus-inentionnescomme deux centres Bulgares. M. Eistitch 
a vivement insist e sur I'annexion de Pirot et de Trn a la Serbie, en 
pretendant que, si les voeux de la population etaient consultes, elle 
se serait declaree en faA^eur de I'annexion a, la Serbie. Le Comte 
Scliouvaloff n'aurait pas cede sur ce point, et, sana se faire le partisan 
de suffrage universel, il aurait demande,. en dernier lieu, que la 
question fut reservee a une Commission Europeenne^ qui aurait 
decidee, sur place et selon les interets de la population, l^i Pirot et 
Trn devraient appartenir a la Serbie ou a la Bulgarie. 

Les petitions qui out ete presentees par les habitants en faveur 
d'une annexion Serbe n'ont pas de valeur aux yeux du Comte 
Schouvalofi"; il sufBt, pour demontrer leur peu de consistance, 
de constater que ces localites sont occupees actuellement par 
les troupes Serbes, et que le Metropolitain Bulgare, qui repre- 
sentait les interets de cette uationalite, a ete exile par le Prince 
de Serbie. 



1040 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

TouteFoia, pour arriver a line conclusion pratique, et pour 
resoudre, par la memo disposition, la question de compensiition 
et la divergence d'opinion qui existe par rapport a Pirot et a Tru, il 
oflre un compromis : il demande d'incorporcr Trn a la Province de 
IJulgarie et abandonne la vilie de Pirot a la Serbie. 

Le President, rosumant I'etat de la discussion et TofTre faite par 
le Comte Schouvalott', exprime le desir qu'un arcord puisse inter- 
venir sur ces basea. 

Le Comte de Saint- Yallier constate que le Comte ScliouvalofF a 
mnique une transaction qui permettia a la Commission de Delimi- 
tation de formulei', a ce sujet, une proposition ulterieure sur 
laquelle le Congres aura a se prononcer. Son Excellence estime, de 
plus, que la haute assemblee etant, des a present, d'accord sur la 
plus grande partie de la frontiere sud de la Bulgarie, depuis la mer 
jusqu'a Samakow, pourrait immediatement voter sur cette ligne, en 
reservant la partie encore en discussion a une autre seance ou elle 
se prononcerait en pleine connaissance de cause, api'es communica- 
tion d'un rapport complemeutaire de la Commission. 

Le President s'associe a la pensee du vote sur les points acquis, 
maia n'est point d'avis de renvoyer les autres a la Commission. 
Son Altesse Serenissime propose que le Congres decide aujourd'hui 
nieme sur la question de Pirot et de Trn, sauf a laisser a la Commis- 
sion le droit de statuer sur des details. 

Le Baron de Haymerle et Lord Salisbury pensent que la Com- 
mission devrait, sur ces details, etre autorisee a decider par voie 
de majorite. 

Le principe de I'attribution de Pirot a la Serbie et de Trn a 
la Bulgarie est accepte par le Congres, qui admet egalement que 
la Commission, sans en referer a la haute assemblee, pourra statuer 
sur le detail par voie de majorite. 

Le Prince de Hohenlolie expose que les Representauts Anglais 
dans le sein de la Commission desiraient ajouter a la ligne des 
Balkans un rayon strategique de 5 kilometres. Ce voeu n'a pas ete 
accueilli par la Commission, mais elle a adopte une resolution 
qui consiste a ajouter au dernier alinea de la proposition Anglaise, 
inseree au Protocole IV, page 3, la resolution suivante : — 

" La Commission Europeenne prendra en consideration la 
necessite pour Sa Majeste le Sultan de pouvoir defendre les 
frontieres du Balkan de la Eoumelie Orieutale." 

Cette addition ayant ete acceptee par le Congres, le President 
soumet au suffrage de la haute assemblee I'ensemble du trace des 
frontieres Bulgares, sauf les questions de detail sur Pirot et Trn, 
qui restent a decider par la Commission de Delimitation. Ce trace 
est adopte a I'unanimite. 

Le Prince de Hohenlohe passe a la frontiere de la Boumelie 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1041 

Orientale et donne lecture de la proposition suivaute presentee par 
a Commission : — 

1 . Frontiere Sud de la Roumelie Orientale. 

A partir de la riviere de I'Arda pres du village d'Adacali, la 
frontiere remonte sur la Crete de Bestepe Dagh qu'elle suit jusqu'a 
un point situe sur la Maritza a 5 kilometres en amont du pont de 
Mustafa Pacha, elle remonte vers le nord par la ligne du partage 
des eaux entre Demirhanli Dere et les petits affluents de la Maritza, 
jusqu'a Kiideler Bair. De la elle traverse la Vallee de la Tundza, 
se dirigeant directement sur Bojiik Derbend, qu'elle laisse au nord, 
ainsi que Soudzak. De Bojiik Derbend elle reprend la ligne du 
partage des eaux entre les affluents de la Tundza au nord, et de 
la Marica au sud, jusqu'a la hauteur de Kaibilar, qui reste au nord, 
passe au sud d'Almali entre le bassin de la Marica au sud et 
differents cours d'eau qui se rendent directement vers la Mer Noire 
entre les villages de Belevrin et Alatli, elle suit au nord de Karanlik 
les cretes de Vosna, Suvak, Sw. Ilia, la ligne qui separe les eaux du 
Duka et celle du Karagac Su, et rejoint la Mer Noire entre les deux 
rivieres de ce nom. 

A partir de la Eiviere Arda la frontiere ouest suivra le trace de 
San Stefano, c'est-a-dire, les Montagues Isiklar, Karakolas, CepelU, 
Esek-Kulaghi, les Balkans Noirs (Kara Balkan), jusqu'au Mont 
Krusevo. 

2. Frontiere Occidentale de la Roumelie, cote du Vilayet de 
Salonique. 

La frontiere occidentale de la Koumelie se separe de celle de 
la Bulgarie au Mont Cadir Tepe, dans la chaiue du Ehodope, en 
suivant la ligne de partage des eaux, entre les bassios de la Marica 
et de ses affluents d'un cote, et du Mesta Karasu et de sea affluents 
de I'autre, et se dirige vers le sud-est et le sud par la crete dea 
Montagues Despoto Dagh, sur le Mont Krusevo (point de depart 
de la ligne du Traite de San Stefano). 

Le Congres approuve, sans discussion, cette delimitation. 

Le Prince de Hohenlohe donne ensuite lecture du projet de 
delimitation suivant pour la Serbie, accepte par la majorite de la 
Commission : — 

Le trace suivra la frontiere actuelle par le thalweg de la Drina, 
laissant a la Principaute le Mali-Zwornik et Sakhar. 

Elle continuera ensuite a longer I'ancien limite de la Prin- 
cipaute jusqu'au Kopaonik, dont elle se detachera a la sommite 
du Kanilug. De la elle se confondra avec la limite occidentale 
du Sandjak de Nis jusqu'au village Koncul sur la Morava, passant 
d'abord par la crete du contrefort sud du Kopaonik, puis par celle de 
la Marica et Mrdar Planina (formant le partage des eaux entre 
[1877-78. Lxix.] 3 X 



1042 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

le bassin de I'lbar et de la Situica, d'un cote, et de celul de la 
Topliea, de I'autre) — laissant le debouche sud du defile de Prepolac 
a la Turquie— jusqu'au Mont Djak, tournant ensuite vers le sud 
par la crete du partage des caux entre la Brvenica efc la Medvedja 
Rjeka, laissant tout le bassin de la Medvedja a la Serbie, d'ou 
elle descendra dans une direction est entre les villages Petrilja 
et Diikat, pour y traverser la Riviere Medvedja, et monter sur 
la Crete de la Goljak-Planina (formant la partage des eaux entre 
la Kriva-Hjeka, d'un cote, et la Poljanica, la Veternica, et la 
Morava, de I'autre), d'ou elle descendra dans une direction sud 
a Koncul sur la Morava, laissant ce village a la Serbie. De ce point 
la frontiere suivra le thalweg de la Morava jusqu'a Lusan, laissant ce 
village a la Turquie, d'oii elle se dirigera j^ar Borovce et Novoselo, 
laissant ces villages a la Turquie jusqu'a la somuiite du Mont 
Kujan. De ee point la frontiere se confondra de nouveau avec 
la liniite administrative meridionale et orientale du Sandjak de 
Nis, formant le partage des eaux entre les bassius du Vardar, du 
Strouma, de I'lsker, et du Lorn, d'un cote, et de celui de la Morava 
et du Timok, de I'autre. 

Cette limite administrative est particulierement marquee par la 
Crete de la S. Ilia-Planiua, le sommet du Mont Kljuc, la crete de la 
Babina gliiva, le sommet des Monts Crni Vrh, ou elle se confond 
avec la frontiere occidentale de la Bulgarie iudiquee plus haut.* 

Son Altesse Serenissime fait suivre cette lecture de I'indication 
ie deux difficultes qui se sont produites au sein de la Commission: 
I'une a propos du defile de Prepolac, I'autre concernant le district 
de Vranja. En ce qui regard e Prepolac, les Delegues Autrichiens 
I'avaient laisse a la Turquie ; la Commission Militaire ayant 
cependaut propose d'accorder aux Serbes un rayon de 1,000 metres 
au sud de Prepolac, les Delegues Turcs s'y sont opposes. La 
<juestion u'a pas ete decidee : quant au district de Vranja, la majo- 
rite de la Commission etait d'avis de le laisser aux Serbes, mais 
ce sentiment a rencontre I'opposition des Delegues Turcs et 
Anglais. 

Mehemed Ali Pacha iridique, sur la carte, les incnnvenients 
<3e I'attribution de Vranja a la Serbie ; une fois les defiles de cette 
region franchis, aucuu obstacle naturel ne se presente jusqu'a 
Uskub. Son Excellence declare done que Vranja est uecessaire 
a la ligne de defense de rEmpire, et insiste, en outre, pour que 
Prepolac soit laisse a la Turquie. 

La Comte SchouvalofF se borne a faire connaitre I'attitude 
des Commissaires Eusses dans le sein de la Commission : ils ont 
abandonne la delimitation de San Stefano pour accepter la delimita- 
tion proposee par I'Autriche-Hongrie, et, quant aux deux questions 

* See Page 1036. 



GREAT ERITAIN, AUSTRIA, FRANCE^ &C. 1043; 

soumises en ce moment au Cougrds, iis se sout ranges du cote de la 
majorite des experts. 

Le Comte de Saiiifc-Vallier fait observer qu'il serait essentiel 
qu'on laissat k la Serbie la ville de Vranja, importante pour la 
Principaute au point de vue de la population. Son Excellence 
ne croit pas, d'ailleurs, que la Sublime, Porte puisse se plaindre 
de la combinaison adoptee, avantageuse a la Turquie, qui rentre 
en possession de Djouma et de la partie sud du Saudjak de Sofia. 

Le President ayant mis au vote la question de savoir si Prepolac- 
restera aux Turcs ou aux Serbes, les Plenipotentiaires d'Allemagne, 
d'Autriche-Hongrie, de France, de Grande Bretagne, d'ltalie, et de 
Turquie sont d'avis d'attribuer cette place a la Turquie ; les 
Plenipotentiaires de Eussie declarent accepter le vote de la majorite. 

Le President consulte enauite la haute assemblee au sujet de 
Yranja. Les Plenipotentiaires d'Allemagne, d'Autriche-Hongrie, 
de Prance, et de Russie sont d'avis que ce district soit annexe 
a la Serbie; les Plenipotentiaires de la Grande Bretagne, d'ltalie, 
et de Turquie se prononcent pour qu'il reste a la Sublime Porte. 

Le Prince de Bismarck constate le resultat du vote et propose 
a la haute assemblee d'adopter 1' ensemble du trace des frontieres de 
Serbie, en attribuant Prepolac a la Turquie et Vranja a la Serbie. 

Caratheodory Pacha declare qu'il doit attendre, au sujet de 
Vranja, les instructions de son Gouvernement. 

Lord Salisbury, reclamant de nouveau centre la cession de 
Vranja, qui lui parait dangereuse pour la Turquie, refuse de 
consentir, dans ces conditions, au trace des frontieres Serbes. 

En presence de cette declaration, le President reconnait que, si 
elle etait maintenue, il devrajb constater, avec regret, Tajourne- 
ment du reglement de cette question jusqu'a un accord ulterieur. 

Le Comte de Saint-Vallier insiste de nouveau popr que la ville 
de Vranja soit laissee a la Serbie, et, dans un but de conciliation, il 
propose une ligne de transaction qui serait etabli au sud et ^ 
proximite de Vranja ; la ville et sa population appartiendraient 
ainsi a la Principaute Serbe, tandis que la Turquie trouverait, dans 
I'extension de territoire qui lui serait accordee, les conditions de 
securite qu'elle reclame. Cette proposition donne Keu a un nouvel 
echange d'idees, et le Congres decide que la Commission de Delimi- 
tation aura a determiner, au sud de Vranja, le trace d'une ligne 
qui, laissant la viUe a la Serbie, donnera a la Turquie I'espace neces- 
saire pour assurer la defense de ses possessions. 

Le President met ensuite aux voix I'ensemble da trace dea 
frontieres Serbes, qui est adopte par le Congres. Son Altesse 
Serenissime constate avec satisfaction ce resultat, et ajoute que le 
Protocole reste ouvert pour les instructions demandees par lea 
Plenipotentiaires Ottomans. 

3X2 



1044 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

II reste, en outre, bien enteudu, que toutes les questions traitees 
par la Commission de Delimitation sent renvoyees a la Commission 
de Redaction pour les details de forme. 

Le Prince Gortchacow donne lecture de la communication 
suivante: — 

"Au moment ou la haute assemblee, reuuie a Berlin sous les 
auspices de Sa Majeste I'Empereur d'Alleraagne, va terminer 
I'oeuvre de pacification qu'elle a entreprise, les Plenipotentiaires 
de E-ussie croient rejiondre a ses sentiments en exprimant le voeu 
que cette oeuvre, accomplie dans un esprit de conciliation, assure a 
r Europe une paix solide et durable. 

" La Russie y est particulierement interesse. Elle a porte 
de grands sacrifices durant la guerre ; elle en a fait de con- 
siderables, en vue du retablissement de la paix et du maintien de 
I'entente Europeenne. Elle est en droit de compter que, du moins, 
ces sacrifices ne seront pas gratuits, et que I'oeuvre dont on a pose 
les fondements ne restera pas sterile, faute d'execution, comme I'ont 
ete les precedentes tentatives de pacification de 1' Orient. Elle ne 
pourrait pas accepter la perspective du renouvellement de crises 
penibles, semblables a celle a laquelle le Congres de Berlin a ete 
appele a mettre un terme. Les Plenipotentiaires de Eussie sont 
persuades que cette pensee est egalement celle de la haute 
assemblee, qu'elle ne voudra pas elever uu edifice ephemere qui 
exposerait la paix de 1' Orient et de I'Europe a de nouveaux 
perils. 

" Dans cette conviction les Plenipotentiaires de Eussie ont 
ordre de demander au Congres, avant qu'il ne mette fin a ses 
travaux, quels sont les principes et le mode par lesquels il entend 
assurer I'execution de ses hautes decisions." 

Le President dit que cette communication sera mise a I'ordre du 
jour de la seance suivante, fixee a demain, qui comprendra, en 
outre, le reglement des points reserves dans la question de 
Batoum, la rectification de la frontiere du territoire de Khotour, 
et une communication sur I'etat des travaux du Comite de 
Eedaction. 

La seance est levee a 6 heures. 

[Suivent les Signatures.] 



Protocole No. IQ.— Seance du 9 Juillet, 1878. 

Etaient presents: 

Pour I'Allemagne — le Prince de Bismarck, M. de Bulow, le 
Prince de Hohenlohe-Schillingsfurst. 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1045 

Pour I'Autriche-Hongrie — le Comte Andrassy, le Comte Karolyi, 
le Barou de Haymerle. 

Pour la Prance — M. Waddington, le Comte de Saint- Vallier, 
M. Desprez. 

Pour la Grande Bretagne — le Comte de Beaconsfield, le Marquis 
de Salisbury, Lord Odo Eussell. 

Pour ritalie — le Comte Corti, le Comte de Launay. 

Pour la Russie — le Prince Gortchacow, le Comte Schouvaloff, 
M. d'Oubril. 

Pour la Turquie — Alexandre Caratheodory Pacha, Mehemed Ali 
Pacha, Sadoullah Bey. 

La seance est ouverte a 2 heures et demie. 

Le Protocole No. 14 est adopte. 

L'ordre du jour appelle la redaction definitive de 1' Article 

XVIII du Traite de San Stefano relatif au territoire de Khotour et 
a la frontiere Turco-Persane. 

Le Comte Schouvaloff donne lecture du projet d' Article suivant, 
sur lequel les Plenipotentiaires de la Grande Bretagne et de Eussie 
sont tombes d'accord, et qui doit etre renvoye a la Commission 
de Redaction, s'il est agree par le Congres : — 

" La vallee d'Alaschkerd et la villa de Bayazid, dont I'annexion 
a la Russie avait ete consentie par Sa Majeste le Sultan par I'Article 

XIX du Traite de San Stefano, restant a la Turquie, il a ete sub- 
sequemment convenu entre les Gouvernements de Russie et de 
Turquie que la Sublime Porte, en echange de ces territoires, 
restituera, de son cote, a la Perse, la ville et le territoire de 
Khotour, tel qu'il a ete delimite par la Commission Mixte Anglo- 
Russe." 

Caratheodory Pacha declare que les Plenipotentiaires Ottomans 
n'ont pas encore re9U leurs instructions. 

II resulte des observations echangees a ce sujet entre le Comte 
Andrassy, Lord Salisbury, Caratheodory Pacha, et le Comte Schou- 
valoff, que le trace propose pour le territoire de Khotour est le 
meme que celui dont la Commission Anglo-Russe, il y a quelques 
annees, a indique la delimitation. 

Le Congres decide d'attendre a demain pour recevoir communi- 
cation de la reponse definitive de la Porte Ottomane. 

Le President demande si I'accord s'est etabli entre les Pleni- 
potentiaires Anglais et Russes sur les arrangements relatifa a 
Batoum et reserves a leurs pourparlers, dans la seance precedente. 

Lord Salisbury regrette qu'un malentendu sur le trace de la 
ligne de frontiere ait surgi au dernier moment et retarde I'entente 
des deux Puissances. 

Le Prince Gortchacow dit, qu'en ce qui le concerne, il est tombe 



1046 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

d'accord avec Lord Beaconsfleld sur lea circonscriptiona territoriales. 
Le Premier Plenipotentiaire de Rusaie a pris aa responsabilite per- 
sonnelle d'accepter un trace nouveau aur lequel I'accord a'etait etabli 
entre lui et le Premier Plenipotentiaire de la Grande Bretagne. 
Soa Altesse Serenissime lit a ce sujet la declaration suivante : — 

" Lea Plenipotentiaires de Euasie ont deja fait connaitre au 
Congrea que I'Empereur leur auguate Maitre a I'intention d'eriger 
Batoum en port franc. Ila aont autorisea a ajouter que I'intention 
de Sa Majeate eat, en outre, de faire de ce port un port esaentielle- 
ment commercial." 

Lord Beaconafield a'asaocie entierement aux aentiments exprimea 
dana le document que vient de lire le Prince Gortchacow, et rend 
hommage au aincere eaprit de conciliation dont aon Altesae Sere- 
nisaime a fait preuve dans lea pourparlera relatifs aux diatricts 
en question. Le Premier Plenipotentiaire de la Grande Bretagne 
s'est inspire dea memea sentiments. En ce qui concerne le defaut 
d^entente sur la ligne de frontiere, son Excellence propose de re- 
mettre lea points en litige a Fexamen de la Commiasion de Delimi- 
tation, et il eap^re que toute difficulte s'aplanira. 

Le President regrette que I'accord direct n'ait pu avoir lieu : il 
craint que le renvoi a la Commission ne soit pas le moyen le plus 
prompt de regler cette affaire. 

Le Prince Gortchacow explique, de nouveau, que le trace qu'il 
avait propose et qu'il indique sur la carte etait une conceasioa 
importante ajoutee a celles que la Rusaie avait deja consenties. II 
etait autoriae a croire que la ligne en avant d'Olti, acceptee par lui 
soua aa responsabilite personnelle, et sur laquelle il pensait qu'on 
a'etait pjirfaitement entendu, ne souleverait plua aucune difficulte. 

Le Pi^esident propoae que, du moins, lea Puissances consentent a 
ce que la Commission de Delimitation, si elle doit etre saisie du 
differend, puisae statuer aans avoir recours aux officiers apeciaux, et 
decide a la majorite dea auffragea. 

Cette propoaition eat adoptee a Tunanimite par le Congrea. 

Le President constate cette decision et, sur une observation 
de Caratheodory Pacha relative a la Vallee Alaschkerd, repond 
qu'Alaschkerd est hora de cauae. La Commission n'aura done a 
s'occuper que du trace de la ligne d'Olti. 

La haute asaemblee passe a la declaration preaentee par -le 
Prince Gortchacow dans la seance precedente. 

Le Premier Pleni[)otentiaire de Turquie ne a'explique paa la 
portee de ce document. Lea principea et lea modea destines a 
assurer I'execution des resolutions du Congrea ont ete deja indiques 
au coura dea deliberations de la haute as.^emblee ; une partie dea 
decisions du Congres est iromediatement executoire ; pour lea autres, 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1047 

des Commissioua Speciales ont ete instituees avec des attributiona 
definies : toutea lea garanties necessaires ont done ete deja donnees. 
La signature d'un Traite de Paix assure, d'ailleurs, la forme la plus 
solennelle et la plus obligatoire aux stipulations qui s'y trouvent 
contenues. Les Commissions compl^teut I'ensemble des garanties, 
et son Excellence ne voit pas quelles nouvelles conditions pourraieut 
etre exigees. Le Gouvernemeut Ottoman a, d^ailleurs, donne en 
Congres I'assurance que ses resolutions seraient mises a execution 
dans le plus bref delai. Caratheodory Pacha pense que d'autrea 
dispositions ameneraient des complications et des difficultes con- 
traires au but que la declaration Russe desire atteindre. 

Le Prince Gortchacow comprend malaisement les objections du 
Premier Pleuipotentiaire Ottoman. Son Altesse Serenissime ne 
voit que des avantages a entourer de toiites les garanties d'efficacite 
un Traite conclu par les hommes d'li^tat les plus eminents de 
I'Europe, et qui ne doit pas rester lettre morte. II importe que les 
stipulations d'un tel acte soient respectees. Lord Salisbury recon- 
naissait recemment la necessite pour I'Europe de surveiller I'exe- 
cution des reformes en Turquie ; a plus forte raison, I'execution d'un 
Traite comme celui qui va etre signe a Berlin doit-elle etre I'objefc 
d'une surveillance active. Son Altesse Serenissime ne s'attache 
pas, d'ailleurs, a tel ou tel terrae de sa declaration : tout ce que la 
Eussie desire est que la mise en pratique des stipulations du Traite 
soit assuree : il y a la une question de dignite pour la haute 
assemblee. 

Le Prince de Bismarck dit que la discussion sera facilitee par 
une proposition formelle que presenteraient les Plenipotentiairea 
Eusses. 

Le Prince Gortchacow repond qu'il serait pret a demander que 
les Puissances qui participent au Congres garantissent collective- 
ment I'execution des resolutions de la haute assemblee. 

Le Prince de Bismarck dit qu'il n'a pas mandat d'exprimer, a cet 
egard, comme President, le sentiment du Congres : il ne pent donner 
son opinion que comme Eepresentant de I'AUemagne. Or, a son 
avis, il est evident que, si les Puissances se mettent»d'accord sur dea 
questions qui preoccupent I'Europe depuis pres d'un siecle et qui, 
surtout, depuis 20 ans, eveillent sa sollicitude, elles n'entendent paa 
faire une ceuvre inefEcace, et toutes doivent surveiller et controler 
I'execution de stipulations qui ferment un ensemble dont il eat 
impossible d'accepter une partie et de rejeter le reste ; mais son 
Altesse Serenissime n'estime pas que chaque Etat isoleinent soit oblige 
de preter main forte a I'execution de ces arrangements et qu'il 
puisse exister une garantie solidaire et collective. C'est, du moins, 
dans cet ordre d'idees que son Altesse Serenissime se place pour 
envisager la situation d'Allemagne. Le Prince de Bismarck ne 



1048 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

croit pas qu'on puisse trouver de forntmle qui garantisse d'une 
mani^re absolue 1' Europe centre le retour des faits qui I'ont eraue, 
at, si lea Puissances s'engageaient solidairement a user de la force 
au besoin, elles risqueraieut de provoquer entre elles de graves 
dissentiments. Le Congres ne peut faire qu'une CEUvre humaine, 
sujette, comme toute autre, aux fluctuations des evenements. Son 
Altesse Serenissime avait craint d'abord, a la premiere lecture de la 
declaration Russe, que la demande du Prince Gortchacow ne de- 
passat les ressources du Congres. Apres les explications donnees 
par M. le Premier Plenipotentiaire de Eussie, le Prince de Bismarck 
est persuade que le Prince Grortchacow serait satiafait par une 
redaction indiquant que la totalite des obligations consignees dans le 
Traite futur form era un ensemble, dont les Puissances feraient sur- 
veiller I'execution par leurs Representants a Constantinople, en se 
reservantd'aviser, dans le cas oil cette execution serait defectueuse 
on tardive. Son Altesse Serenissime ne suppose pas que le Prince 
G-ortchacow ait eu en vue des stipulations destinees a regler I'execu- 
tion d'engagements reciproques tels, par exemple, que I'evacuation 
des f orteresses et territoires, puisque la non-execution de ces clauses 
par Tune des deux Puissances interessees entrainerait, de la part de 
Tautre, la non-execution des clauses correspondantes : le Premier 
Plenipotentiaire de Russie aura eu plutot en vue les stipulations de 
la haute assemblee relatives a la protection des Chretiens ; mais le 
Prince de Bismarck ne pense pas qu'a I'avance le Congres puisse 
paraitre supposer que des resolutions prises solennellement par 
toute I'Europe unie ne seraient pas executees. II faudrait attendre 
une infraction pour s'en preoccuper, et, dans ce cas, les Puissances, 
prevenues par leurs Representants a Constantinople, pourraient 
a'entendre pour faire appel a de nouvelles reunions diplomatiques. 
Si, toutefois, le Gouvernement Eusse insistait pour I'insertion au 
Traite d'un Article particulier etablissant que les Puissances se 
reservent le droit de controler par leurs Agents I'execution dea 
resolutions de la haute assemblee, ie Prince de Bismarck n'j a, pour 
Ba part, pas d' objection. 

Le Premier Plenipotentiaire de Eussie repond que le Prince de 
Bismarck abien interprete le fond de sa pensee. II desire, en effet, 
qu'un Article insere au Traite exprime que Texecution des decisions 
du Congres est placee sous la surveillance de toute I'Europe. Son 
Altesse Serenissime regarde, toutefois, que le soin de signaler lea 
infractions qui seraient commises, doit etre attribue, non pas seule- 
ment aux Representants a Constantinople, mais aux Gouvernements 
eux-meraes : si le Traite contient des expressions con9ues dans le 
sens des paroles du Prince de Bismarck, les Plenipotentiairea de 
Eussie n'insisteront pas. 

Le Corate Schouvaloflf dit que les Plenipotentiairea de Eussie 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1049 

onfc eu surtout en vue d'eviter les mecomptea qui out suivi le Traite 
de 1856. 

Plusieura de ses Articles stipulant des ameliorations pour les 
populations Chretiennes de I'Empire Ottoman n'ont pas ete mis en 
execution. II s'en est suivi pour I'Europe de frequents tiraille* 
ments, la guerre, et enfin, lareuuiondu Congres. II ne faudrait pas 
se trouver, pour une secondefois, en presence de pareilles difficultes. 

Son Excellence prend acte, bien volontiers, des paroles qui ont 
ete prononcees par le Premier Plenipotentiaire de Turquie, qui a 
declare que la signature du Traite de Berlin donnera la sanction 
la plus solennelle et la plus obligatoire a ses stipulations. C'est ce 
caractere solennel et obligatoire que les Plenipotentiaires de Eussie 
cherchent a affirmer. En ajoutant que lea Articles du Traite forment 
un ensemble dont les Puissances se reservent de surveiller I'execu- 
tion, le Prince de Bismarck a exprime le sentiment done s'est 
inspire la declaration Russe. Eestent a rechercher les moyens 
pratiques pour exercer ce controle. 

Le President constate que cette pensee devra se retrouver dana 
une redaction finale a presenter par les Plenipotentiaires Eusses. 

Caratbeodory Pacba remercie le Comte SchouvaloiF de I'apprecia- 
tion bienveillante que aon Excellence a faite dea paroles qu'il a 
prononcees. Le Premier Plenipotentiaire de Turquie developpera 
aa pensee quand le Congres discutera 1' Article dont il est question ; 
mais il tient a dire, des a present, que toutes les Puissances qui 
prennent part a un Traite doivent etre aur le pied d'egalite pour 
toutes ses obligations ; qu'un Traite doit etre, en efiet, obligatoire 
pour tous les Etats qui le signent. Son Excellence se refere a ses 
observations precedentes, et repete que de nouvelles stipulations de 
controle seraient inutiles et merae susceptibles d'amener des diffi- 
cultes serieuses. 

Le President pense qu'il est preferable d'ajourner cette discus- 
sion jusqu'au moment ou les Plenipotentiaires de Eussie auront fait 
une proposition dans le sens qui a ete precedemment indique. 

Le Prince de Hohenlohe, comme President de la Commission de 
Delimitation, rappelle que le Congres a remis a cette Commission le 
soin de decider, par voie de majorite, sur les frontieres du Sandjak 
de Sofia et du district de Vranja. Son Altesse Serenissirae soumet 
a la baute asaemblee la resolution suivante, relative au Sandjak 
de Sofia et adoptee par la Commission a I'uuanimite : — 

" La ligne de frontiere eutre la Serbie et la Bulgarie se rattache 
a la ligne deja admise a I kilometre au nord-ouest de Segusa, va en 
ligne directe au M ont Stol et, de la, par la ligne de separation des 
eaux entre la Morava et la Haute Sukowa et ses affluents, rejoint, 
par le Descani Kladanec, Drainica Planiua, Darkowska Planina, Cra 
trava et Gacina, la crete au Mesid Planiua." 



1050 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

Quant a Vraiija, la Commission, a la majorite de 5 voix centre 2, 
a decide ce qui suit : — 

" Des sommets de la Poljauica la frontiere se dirige, par le con- 
trefort de la Karpina Planiiia, jusqu'au confluent de la Koinska avec 
la Morava ; elle traverse la Morava et remonte par la ligne de 
partage des eau.t entre le ruisseau Koinska et le ruisseau qui tombe 
dans la Morava pres de Neradovce, pour rejoindre la Planina 
Sv. llija au-deasous de Trgoviste. De ce point elle suit la crete 
Sv. llija jusqu'a Kljuc, et, passant par les points indiques sur la 
carte par 1516 et 15'17 et la Babina Grora, elle aboutit a Crni vrh." 

Le Congrefs sanctionne cea deux resolutions, mais, sur una 
observation de Caratlieodory Pacha, il est entendu que le Protocele 
reste ouvert pour les instructions que les Plenipotentiaires Otto- 
mans attendent incessamment de la Porte. 

L'ordre du jour appelle une communication de la Commission de 
liedaction. 

M. Desprez, Eapporteur de la Commission, rappelle que le Presi- 
dent du Congres, dans la precedente seance, a temoigne le desir de 
connaitre I'etat des travaux de la Commission de Redaction et 
le plan general qu'elle se propose de suivre dans la distribution des 
matieres. Son Excellence expose que les travaux sont tres-avances. 
La Commission attend, pour les terminer, qu'elle ait re9u les Rap* 
ports de la Commiasion de Delimitation, tant pour 1' Europe que 
pour I'A-sie, et les differeuts projets de stipulations pour I'Asie. 
Quant au plan, la Commission avait a choisir soit l'ordre adopte 
a San Stefauo, soit l'ordre des travaux du Congres, Elle s'est 
arretee a cette derniere distribution, et, en consequence, les Articles 
du Traite se presenteront dans l'ordre suivaut: — 1. Bulgarie j 2* 
Roumelie Orientale ; 3, Provinces Chretiennes de la Turquie 
d'Europe; 4. Montenegro, Serbie, Rouraanie, Danube, 5. Asie. 
Viendroiit ensuite les differentes clauses generales qui a^appliquent 
a tout I'Empire Ottoman. Son Excellence ajoute que cet expose 
doit etre complete par la mention que les Traites de Paris du 
30 Mars, 1856, et de Londres du 13 Mars, 1871, sont maintenus 
dans toutes celles de leurs dispositions qui ne sont point modifiees 
ou abrogees par le Traite futur. 

Le President ayant demande si les considerations que M. Desprez 
vient de lire et qui ne concernent que le plan general suivi dans la 
redaction du Traite, repondent aux intentions de I'assemblee, Lord 
Salisbury eleve des objections centre la disposition geuerale, qui main- 
tient les Traites anterieurs sans preciser plus exactement les points 
modifies par les arrangements actuels. Son Excellence ne trouve 
pas, notamment, cette decision suflBsante en ce qui concerne les 
Detroits. 

M. Desprez fait remarquer que la redaction proposee sauve- 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1051 

garde le statu quo, et le Comte Corti juge cette redaction d'autanb 
plus opportune qu'elle consaore ce priiicipe de droit public, que 
toute clause non abrogee reste en vigueur. 

II resulte de la discussion qui s'engage sur ce point et a laquelle 
prennent part Lord Salisbury, M. Desprez, le Comte Andr^ssy, le 
Prince de Hohenlohe, et le President, que la majorite du Congres 
est favorable a la redaction proposee, et roconnait que> dans plu- 
sieurs de ses dispositions, notamment en ce qui concerue la naviga- 
tion du Danube, &c., le Traite de Paris subsiste ; que, d'autre part, 
le principe etabli par I'Article II du Traite de Londres est main^ 
tenu dans toute son integrity. 

Lord Salisbury ayant insiste sur ce dernier point, M. Desprez 
fait remarquer que la redaction de la Commission cite expressement 
le Traite de Londres en meme temps que celui de Paris^ et le Presi- 
dent est egalement d'avis que le Traite de Londres, loin de recevoir 
aucune atteinte, est, au coutraire, confirme par la mention dont il 
est I'objet. 

Le Comte de Launay pense qu'il serait preferable d'eviter uue 
discussion generale et d'aborder successivement chaque Article. 

Le President fait observer que, d'ailleurs, il n'a pas mis en dis- 
cussion, en ce moment, les dispositions du Traite, mais uniquemeut 
le plan general a suivre par la Commission de Kedaction. Sou 
Altesae Serenissime ajoute qu'elle regarde comme acquis Tassenti- 
ment de la haute assemblee au plan presente par M. Desprez et qui 
implique, (1) que le nouveau Traite prime les Traites de Paris, de 
Londres, et de San Stefano ; et (2) que la redaction du nouveau Traite 
suivra I'ordre de matieres observe dans la discussion du Congres. 

M. d'Oubril dit qu'a propos de la redaction du Traite, les Pleni- 
potentiaires de Eussie desirent presenter la proposition suivante 
dont il donne lecture : — 

" Le Traite de San Stefano n'ayant ete que preliminaire, et les 
remaniements territoriaux qui ont ete stipulees ayant du subir des 
modifications et recevoir la sanction de 1' Europe, des termes n'y 
avaient pas ete fixes pour la remise aux interesses des territoires 
detaches de I'Empire Ottoman, maiis qui se trouvaient encore occupes 
par les troupes Turques, 

" Aujourd'hui que les G-raudes Puissances sont tombees d'accord 
sur les nouvelles delimitations, il semble urgent de fixer un terme 
pour I'entree en vigueur de I'ordre de clioses etabli par le Congres. 

" La haute assemblee s'etaut entendue sur les epoques auxquelles 
devrout etre evacues les territoires a restituer a Sa Majeste le Sultan, 
il devient necessaire de stipuler aussi que les localites qui doivent 
etre attachees de I'Empire Ottoman et se trouvent encore au pou- 
voir de la Porte soient evacuees et remises a qui de droit dans les 
delais determines. 



1052 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

" La fixation de ces termes, pour chaque cas special, pourrait 
etre abandonnee a la Commission de Eedaction." 

Mehemed Ali Pacha lit ensuite la proposition ci-apres : — 

" Les Plenipotentiaires Ottomans attirent I'attention de cette 
haute assemblee sur I'Article X du Traite de SanStefano, dont il est 
indispensable de garder les stipulations pour la partie du Sandjak 
de Sofia, qui fera partie de la Principaute de Bulgarie, vu que la 
configuration du terrain s'oppose a construire d'autres lignes de 
communication que celles qui existent entre les Cazas de Eahmanli, 
Ichtiraan, et Bazardjik d'un cote, et les Cazas de Pristina et Uskup 
de I'autre cote." 

Le President fait observer a M. le Plenipotentiaire Ottoman que 
le Congres a deja decide la question qui fait I'objet de ce document, 
mais que cependant la proposition sera imprimee et portee sur I'ordre 
du jour de la seance prochaine. 

La seance est levee a 5 heures moins ^. 

[Suivent les Signatures.] 



Protocole No. 17. — Seance du\0 Juilletf 1878. 
Etaient presents : 

Pour I'Allemagne — le Prince de Bismarck, M. de Biilow, le 
Prince de Hohenlohe-Schillingsfiirst ; 

Pour I'Autriche-Hongrie — le Comte Andrassy, le Comte 
Karolyi, le Baron de Haymerle ; 

Pour la Prance — M. Waddington, le Comte de Saint- Vallier, 
M. Desprez ; 

Pour la Grande Bretagne — le Marquis de Salisbury, Lord Odo 
Kussell ; 

Pour ritalie — le Comte Corti, le Comte de Launay ; 

Pour la Russie — le Prince Gortcbacow, le Comte Schouvaloff, 
M. d'Oubril ; 

Pour la Turquie — Alexandre Caratheodory Pacha, Mehemed Ali 
Pacha, Sadoullah Bey. 

La seance est ouverte a 3 heures. 

Mention est faite de la liste des petitions No. 12. 

L'ordre du jour indique, en premier lieu, la reponse a donner 
par les Plenipotentiaires Ottomans, d'apres les instructions qu'ils 
ont demandees a la Porte, au sujet de la nouvelle redaction de 
I'Article XVIII relatif a la ville et au territoire de Khotour, et que 
le Congres a approuvee dans la seance d'hier. 

Caratheodory Pacha, renouvelant la declaration qu'il a deja faite, 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1053 

dans la seance precedente, dit que du moment ou la ligne de fron- 
tiere du territoire a ceder a ete tracee par les Commissaires Anglo- 
Eusses, il n'a aucune objection contre la redaction presentee par le 
Comte Schouvaloff. 

Le Congres prend acte de cette reponse, et passe an reglement 
dea questions de detail, relatives au frontieres du district de Batoum, 
qui ont ete renvoyees a la Commission de Delimitation. 

Le Prince de Hobenlohe, President de la Commission, donne 
lecture du document ci-apres : — 

" La Commission a decide de tracer la frontiere au sud de Batoum 
ainsi qu'il suit : EUe partira de la frontiere Eusse fixee par le Traite 
de San Stefano au nord de Khorda et au sud d'Artvin. EUe ira en 
ligne droite a la riviere Tcharoukh, traversera cette riviere et passera 
a Test d'Ascbmichen en allant en ligne droite au sud pour toucher 
la frontiere Russe fixee dans le Traite de San Stefano au sud de 
Nariman, en laissant la ville d'Olti a la Eussie. Du point indique 
pres de Nariman la frontiere tournera a Test, passera par Tebrenek, 
qui reste a la Eussie, jusqu'au Pennek Tchai. Elle suivra cette 
riviere jusqu'a Bardouz, puis se dirigera vers le sud, en laissant 
Bardouz et Yenikoei a la Eussie, et rejoiadra la ligne fixee par le 
Traite de San Stefano a Zivin Kale." 

Le Prince de Bismarck constate que le Congres sanctionne le 
resultat des deliberations de la Commission. 

L'ordre du jour appelle, ensuite, la proposition lue a la seance 
precedente par M. d'Oubril, et relative a certains territoires occupes 
par les troupes Turques et dont 1' evacuation n'a pas encore ete 
determinee. 

Le Prince de Bismarck pense que le Congres ne peut que fixer 
un principe general, et que rindication des delais d'evacuation doit 
etre reservee a I'une des Commissions Speciales. Les Plenipoten- 
tiaires de Eussie pourraient-ils formuler ce principe ? 

Lord Salisbury est d'avis que, pour les territoires abandonnes 
par la Turquie a la Eussie, I'evacuation des troupes Ottoraanes doit 
etre faite en meme temps qu'aura lieu I'evacuation des territoires 
Ottomans par les troupes Eusses. 

Le Comte Schouvaloff fait remarquer que la question soulevee 
par la proposition Eusse n'est pas une question generale : elle a ete 
motivee par les dispositions precedemment adoptees et qui se rap- 
portent toutes a Tevacuation des troupes Eusses sans mentionner 
la reciprocite : les Serbes et les Montenegrins se trouvent ainsi 
obliges de quitter le territoire Ottoman, tandis que les troupes 
Turques ne sont soumises a aucune obligation. C'est en vue de 
remedier a cet etat de choses, qui peut amener des inconvenients, 
que les Plenipotentiaires Eusses ont presente leur demande ; mais le 



1054 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

Plenipotentiaire de Russie ne pent accepter rinterpretation de Lord 
Salisbury, a savoir, que les troupes Turques ne devraieiit evacuer 
qu'apr^s le depart des troupes Eussea. Bans cet ordre d'idees, la 
Russie se trouverait tout rendre sans rien recevoir ; le Comte Schouva- 
loff ne saurait y conseritir, et pour en douuer un exemple, les troupes 
Russes ne pourraient evacuer Erzeroum auasi longtemps que le 
Gouvernement Russe ne serait pas en possession de la ville de 
Batouin. 

1(6 President estime que la decision du Congres devrait etre 
restreinte aux territoires Montenegrin et Serbe, occupes par les 
forces Turques, et qui seraient evacues dans le meme espace de 
temps laisse aux troupes Serbes et Montenegrines pour quitter le 
sol Ottoman. Cette combinaison paraitrait a son Altesse Sereuissime 
de nature a prevenir les inconvenients qu'on semble redouter. 

Caratheodory Pacba fait allusion aux difRcultes qui pourraient 
se produire dans des localites de frontiere dont la nationalite est 
encore douteuse, et croirait preferable de remettre I'appreciation de 
ces details a la Commission Europeenne qui sera cbargee du trace. 

Le President objecte que la reunion de la Commission et son 
travail prendront plusieurs mois, tandis qu'il s'agit ici d'evacuations 
qui doivent avoir lieu dans I'espace de quelques semaines : une 
evacuation simultanee ne lui paraitrait pas difficile dans un pays ou 
il n'y a pas de forteresses, quitte a laisser a la Commission le soiu de 
regler ulterieurement la delimitation precise. 

Caratheodory Pacba demande que les troupes Turques aient une 
latitude plus grande que les troupes Montenegrines, qui n'ont 
pas d'impedimenta. 

M. d'Oubril ayant repondu, qu'en eifet, sur les points ou des 
inventaires seraient a effectuer, on pourrait donner quelques jours 
de plus, le President propose de decider, qu'en principe, I'evacua- 
tion devra etre simultanee, sauf sur les points oti se trouvent des 
archives, des arsenaux, &c. ; la Commission de Redaction chargee 
de formuler la resolution du Congres serait invitee ^ teniy compte 
de cette consideration. 

La haute assemblee donne son aesentiment a cette proposition, 
et passe a la motion des Plenipotentiaires Ottomans relative au 
maintieu de 1' Article X du Traite de San Stefano. 

Lord Salisbury appuie la motion des Plenipotentiaires Ottomans, 
et insiste sur la necessite de laisser a la Porte la route militaire 
stipulee dans cet Article, 

Le Comte Schouvaloff se refere aux declarations presentees par 
le President dans la derniere seance au sujet de cette proposition, 
qui rameue le Congi-es sur un point deja decide, L' Article X a ete 
annule, et il n'y a plus a y revenir. Son Excellence n'a pas, d'ailleurs 
d' objection de priucipeala demande des Plenipotentiaires Ottomans, 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1055 

soutenue par Lord Salisbury ; et il croit que son Grouveruement 
sera dispose a donner des instructions a ses officiers pour que I'interet 
signale sois pris en consideration. 

TJne discussion s'engage a cet egard entre Mehemed Ali, le 
Conite SchouvalofF, et Lord Salisbury, d'ou il resulte que les Pleui- 
poteutiaires Russes, contraires a un renouvellement de la discussion, 
accorderaient volontiers a la Porte un passage sur le point designe, 
c'est-a-dire par le sud du Sandjak de Sofia. 

Le President constate que la proposition Ottomane est admise 
en principe, c'est-a-dire, que la Turquie aura la route militaire dont 
il s'agit : les details du trace seront reuvoyes aux negociations de la 
Commission Europeenne avec les autorites locales, 

Caratheodory Pacha Kt la motion suivante : — 

" La Eussie assumera la part de la dette publique Ottomane 
afferente aux territoires qui sont annexes au territoire Eusse en 

Asie." 

Le Comte SchouvalofF repoud qu'il se croyait fonde a consjderej.' 
comme admis que, s'il y a repartition de dettes pour les territoires 
qui se detachent par voie d' arrangement, de donation ou d'echange 
de la coDtree dont jls faisaient partie integrante, il n'y en a point la 
ou il y a une conquete. Son Excellence ajoute que la Eussie est 
ooriqueraute en Europe et en Asie. Elle n'a rien a payer pour les 
territoires et ne saurait etre en rien solidaire de la dette Turque. 

Le Piince Gortchacow declare opposer a la demande de Cara- 
theodory Pacha le refus le plus categorique, et ne peut meme dis' 
simuler I'etonnement qu'elle lui inspire. 

Le President, en presence de I'opposition des Plenipotentiaires 
de Eussie, ne peut que reconnaitre I'impossibilite de donner suite a 
la proposition Ottomane. 

Le Premier Plenipotentiaire de Eussie rappelle que, dans la 
dernjere seance, il a consent!, sur la demande du President, a donner 
une formule plus abregee de la proposition qu'il a presentee au sujet 
de la sanction des decisions du Congres. Son Altesse Serenissime 
a prepare une nouvelle redaction dont il donne lecture: — 

" L'Europe ayant donne sa sanction la plus solemnelle et la plus 
obligatoire aux stipulations du Traite de Berlin, les Hautes Parties 
Contractantes envisagent la totalite des Articles du present Acte 
comme formant un ensemble de stipulations dont elles s'engagent a 
controler et surveiller la mise en vigueur, en insistant sur une 
execution complete conforme a leurs intentions. 

" Elles se reservent de s'eutendre, au besoin, sur les moyens 
propres a assurer un resultat que ni les interets generaux de I'Europe 
ni la dignite des Grandes Puissances ne leur permettent de laisser 
invalider." 



1056 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

Le Priuce Gortcbacow ajoute qu'il croit etre entre, autant que 
possible, dans I'ordre d'idees iudique par le Congres. 

Le President pense que I'idee exprimee dans la premiere moitie 
du document qui vient d'etre lu, sera approuvee par le Congres tout 
entier. Les considerations qui s'y trouvent contenues ont deja ete, 
d'ailleurs, formulees par Caratheodory Pacha en terraes analogues. 
Mais il n'en serait peut-etre pas de meme pour la reste, et son 
Altesse Serenissime serait d'avis que la proposition Eusse f^t scindee 
et devint aiusi I'objet de deux votes successifs. 

Le Prince Gortchacow n'ayant pas d'objection contre ce mode 
de proceder, le President relit la premiere partie du document 
Eusse jusqu'aux mots " conforme a leurs intentions." 

Lord Salisbury ayant demande si les termes de cette proposition 
impliquent la necessite d'employer une force etrangere en cas 
d'inexecution du Traite, le President declare qu'a son avis il n'en 
saurait etre ainsi. Dans I'opinion du President, les Puissances ne 
s'engagent qu'a une surveillance active qui serait suivie, en cas 
de besoin, d'une action diplomatique. La seconde partie du docu- 
ment reserve, il est vrai, aux Puissances la faculte de s'entendre sur 
les moyens d'agir ulterieurement, mais sans imposer, toutefois, d' obli- 
gation a aucune d'elles. 

Le Comte Andrassy s'associe a la pensee du Prince de Bismarck. 
II n'a poiut d'objection contre le sens de la premiere partie du 
document Eusse ; mais son Excellence desirerait qu'on evitat toute 
expression de mefiance et juge difficile de traiter au Congres une 
question de redaction. Un comite ad hoc pourrait rencontrer plus 
aisement une formule satisfaisante. 

Le Prince Gortchacow dit qu'il a eu uniquement en vue, dans 
cette redaction, le maintien dela dignite des stipulations de I'Europe. 
II desire qu'il soit bien etabli que le Congres n'a pas fait une ceuvre 
ephemere. Son Altesse Serenissime rappelle que I'experience du 
passe doit encourager la haute assemblee a donner une sanction a 
ses decisions. 

Lord Salisbury regretterait qu'une declaration de cette nature 
fut inseree dans le Traite, et demande que la proposition Eusse soit 
d'abord imprimee, afin d'etre en raesure de I'examiner plus atten- 
tivement. 

L'impression est d^cidee et la question remise a la prochaine 
seance. 

Le Comte Schouvaloff demande a soumettre a I'approbation du 
Congres une proposition qui lui a ete suggeree par un sentiment qui 
sera compris et apprecie par tons ses collegues, et qu'il exprime 
sans aucune arriere-pensee strategique ou autre. En voici le 
texte : — 

"11 y a dans la chaine des Balkans un poiut qui a ete le theatre 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1057 

de liittes heroiques: elles out pu eire egalees", mais non surpasyeea, 
daiia riiiatoiie. Jamais il n'y a eu im deploiement plus energique 
de toutes les veitus inilitaires et patriotiques doiit le drapeau est 
le pyinbule. 

" Ce que j'en dis s'applique egalemeut aux deux parties. De 
pareilles luttes laissent, apres elles, I'estime reciproque et le respect 
qui s'attache a la uiemoire de milliers de Russea et de Tiircs dont 
les ossements blancliis.-ent dans les ravins de Schipka. 

" Nous deniandons a la liaute asseuiblee de donner un temoignage 
de ce re.-*pect aux braves qui doruient a Schipka en faisant de ce 
poiut un glorieux einietiere (-u il ne s'elevera plus de batteries et oil 
jamais le catiou ne grondeia." 

Carntiieodory Pacba renierc-ie le Comte Schouvaloff, an nom du 
Gouvernenient Ottoniau, des expressions contenues dans cette pro- 
position. Veiiant a I'ol^jet uienie que sun Exceileuee a eu eu vue, 
le Premier Plenipoteutiuire Ottoman tient a constater que, nulla 
part, le respect des morts n'est plus profond qu'en Orient. Jamais 
le Gouvernenient Turc n'a eleve d'objectioa contre la construction 
de cimetieres et de cbapelles f'uneraires. Si done il s'agit uniquement 
de faire un cimetiere pour les soldats morts a Schipka, son Excellence 
donne a ce projet son entier consentement ; mais, en meme temps, 
Caratbeodory Pacba a remarque dans le document lu par le Comte 
Schonvalott" une expression qui pourrait donner lieu a quelques 
difficulles: le Plenipotentiaire de K-uasie a demande que Schipka soit 
constitue en un " glorieux cimetiere." Sans doute le Grouvernement 
Ottoman ne fait aucune objection cor.tre la construction d'un cime- 
tiere a proximite de Schipka, mais Caratbeodory Pacha doit reserver 
ropinion de la Sublime Porto sur la designation precise de I'emplaoe- 
inent indique par le Plenipotentiaire de liussie. 

Le Comte Schouvaloft" dit qu'il eut espere que son sentiment 
eorait plus completement apprecie par les Plenipotentiaires Turcs. 
Son Excellence n'ignoraic pas que la Sublime Porte accorderait un 
emplacement pour un cimetiere, mais ce qu'il desire c'est que Schipka 
soit entoure, pour ainsi dire, d'une enceinte qui serait delin)itee par 
'la Commission Europeeune afin que les restes des soldats qui ont peri 
dans ces grandes luttes reposent sur un terrain neutre. D'ailleurs, 
il n'est question ici que d'une eventualite ; car les frontieres ne sont 
pas tracees et il n'est nuUement dit que la position de Schipka doive 
appartenir a la Roumelie Orientale, plutot qu'a la Province de 
Bulgarie. 

Mehemed Ali Pacha demande qu'on ajoute " sauf les uecessitea 
strategiques de Schipka." 

Le President dit que la pensee des Plenipotentiaires Russes aura 
la sympathie de tous ceux qui aiment a garder pieusement la memoire 
•de compatriotes tombes sur le champ de bataille ; elle sera comprise 
[1877-78. LXix.] 3 Y 



1058 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

par les Gouvernemeuts qui ooiinaissent tons le respect reciproque 
que les nations civilisees accordent a leurs morta et a de chers 
Bouvenirs. Son Altease Serenissime rogarde comma opportun qu'une 
stipulation intervienne pour BauvegardtT les tombes de tant de braves 
soldata, et que le Congr^s exprime le desir de voir le Gt-ouverncment 
Ottoman accueillir une proposition si conforme au sentiment de 
I'Europe. Le Prince de Bismarck, faisant allusion a, de facbeuses 
speculations qui se sont produites, en d'autrea tempa, faute de clauses 
diplomatiques sur les sepultures militaires, est d'avis que la baute 
assemblee pourrait, si les Plenipotentiaires Ottomans ne sont pas 
autorisea a consentir, sans restriction, au projet qui vient d'etre 
presente, declarer au Protocole qu'elle a'aasocie a la pensce eiprimee 
par les Plenipotentiaires de Ruasie, et qu'elle la recommande a la 
Commission Europeenne cbargee d'examiner siir place les moyeus 
d'y donner suite. 

Le Congres accepte cette proposition. 

Les Plenipotentiaires Ottomans ayant demande une modification 
de redaction a laquelle le Comte SchouvalofF ne croitpas devoir con- 
sentir, le Prince de Bismarck regarde com me inutile, en effet, de 
changer la redaction primitive, eu presence de I'adhesion que la 
baute assemblee vient ele donner a la resolution qu'il a presentee. 
Son Altesse Serenissirae constate, en consequence, que le Congres 
compte sur les sentiments de la Sublime Porte, et s'eu remet, avec 
confiance, aux arrangements qui seront pris par la Commission 
Europeenne de concert avec le Gouvernement Ottoman. Cara- 
theodory Pacha s'associe a ces sentiments. 

Le President invite leEapporteur de la Commission de Redaction 
a lire le travail preparatoire du Traite. 

M. Desprez fait connaitre a la haute assemblee que le texte du 
preambule n'est pas encore ariete, mais lui sera soumis dans la pro- 
chaine seance. Son Excellence donne lecture des Articles relatifs a 
la Bulgarie, et rappelle plusieurs observations presentees dans le 
sein de la Commission, lors de la discussion preliminaire. Surl'Arti- 
cle I, qui stipule " un G-ouvernement Chretien,*' Caratheodory 
Pacha a demande s'il etait necessaire d'inserer expressement une 
clause sur un point inconteste ; la Commission a cru devoir, nean- 
moins, maintenir le texte a I'unanimite. Lors du travail de 1' Arti- 
cle III, qui determine les conditions de I'election du Prince de 
Bulgarie, Lord Odo Russell a exprime la pensee qu'il serait peut- 
etre preferable que la dignite Princiere fut hereditaire. Apres 
discussion, cette opinion n'a pas ete admise, son Excellence n'a 
point insiste, et la redaction primitive a ete maintenue. Article V, 
qui a pour objet I'egalite des droits et la liberte des cultes, a donne 
lieu a des difficultes de redaction ; cet Article, en effet, est commun 
a la Bulgarie, au Montenegro, a la Serbie, a la Roumanie, et la 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1059 

Commission devait trouver une meme formule pour diverges situa- 
tions : il etiiit pnrliculierement malaise d'y compreudre las Israelites 
de Rouiiianie, dout la situation est indeterminee au point de vue de 
la nationalite Le Comte de Lauiiay, tians le but de prevenir tout 
malenteiidu, a p^opo^<e, au cours de la discussion, I'insertion de la 
phrase suivante: " Les Israelites de Koumanie, pour autant qu'ils 
n'appartieunent pas a. uiie nalionalite efcrangere, acquierent, de plein 
droit, la nationalite Roumaine." 

Le Prince de Bismarck ?ignale les inconvenients qu'il y aurait 
a modiBer les resolutions adoptees par le Cougres et qui ont forme 
la base des travaux de la Commission de Eedaction. II est neces- 
saire que le Congres s'oppose a loute tentative de revenir sur le fond. 

M. Desprez ajoute que la Commission a maintenu sa redaction 
primitive, qui lui parait de nature a concilier tons les interets en 
cause, et que M. de Lauiiay s'est borne a demander I'insertion de sa 
motion au Protocole. 

I.e Prince Grortcliacow rappelle les observations qu'il a presente, 
dans une precedente seance, a propos des droits politiques et civils 
des It^raelites e:i Eoumanie. Son Altesse Serenissime ne veut pas 
reuouveler ?es objections, mais tient a declarer de nouveau qu'il ne 
part age pas, sur ce point, I'opinion enoncee dans le Traite, 

M. Desprez donne lecture ile I'Article VI, ou se trouve reglees 
I'ndministration provisoire de la Bulgarie et les relations du Com- 
missaire Imperial Ottomnn avec le Commissaire Imperial Ruese. 

Lord Salisbury ayant demande une explication complementaire 
sur la mesure des droits du Commissaire Ottoman, en cas de dia- 
sentiment avec le Commissaire Eusse, M. Desprez, rappelant les 
termes memes de TArticle, repond que le fonctionnaire Ottoman 
ainsi que les Consuls delegues par les Puissances assistent le Com- 
missaire Eusse et controlent le fonctionnement de radministration. 
Le President ayant ajoute que le Commissaire Ottoman pourra 
porter plaiute devant les Eepresentants des Puissances Signataires, 
Lord Salisbury desire que cette explication soit inseree au Protocole, 
et le Comte de Saint- Vallier fait remarquer que la fin de Arti- 
cle VI regie precisement le cas prevn par M. le Pleuipotentiaire 
d'Angleterre. 

Les Articles VII, VIII, IX, X ne donnent lieu a aucune obser- 
vation ; sur I'Article XI, visant la destruction des anciennes for- 
teresses, une discussion s'engage relativement au delai a donner 
pour I'execution de cette clause. Sur la proposition du Comte 
Andrassy, le Congres substitue aux mots " dans le plus bref delai 
possible," ceux-ci, " un an, ou plus tot si faire se pent." 

M. Desprez passe a la lecture des dispositions relatives a la 
Eoumelie Orientale. 

Caratheodory Pacha presente quelques objections sur la mention 
3 T 2 



1060 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

expresse de la religion Chretienue du Gouveriieur. Son Excellence, 
iaisant allusion au priiicipe de I'egalite des droits consacre par le 
Congrea, coiisidere quo cette clause n'est paBconforme au sentiment 
nianifeste, en iermes generaux, par la haute assemblee. Lo Premier 
Plenipotentiaire de Turquie ne croit pas, d'aiileurs, que la religion 
du Gouverneur ait ete decidee par le Coiigres. 

Le President constate que la haute assemblee, en conservant, sur 
ce point, les dispositions duTraite de San Stefano, les a sanctionnees 
implicitoment. Son Altesse Sereuissime insiste sur la neeessiie de 
ne point soulever d'objections retrospectives a propos de decisions 
deja prises par le Congre.s. 

Les autres Articles relatifs a la lloumelie et les paragraphes sur 
le Montenegro ne sent I'objet d'aucune remarqne speciale. 

M. Desprcz lit le cbapitre de la Serbie. A propos de la capital- 
isation du tribut de la Principaute, le Prince Grortchacow releve 
I'importance de cette question, sur laquelle les Plenipotentiaires 
Busses auraient des objections a presenter. Le Prince de Hohen- 
lohe, le Baron de Haymerle, etM, d'Oubril ayantannonce, d'aiileurs, 
qu'ils ont reserve, a cet egard, le vote de leurs Gouvernements, le 
Congres decide de placer cette question a I'ordre du jour do la 
prochaine seance. 

Les Articles sur la navigation du Danube ne provoquent aucune 
observation. Sur I'Article relatif a la Bosnie-Herzegovine, les 
Plenipotentiaires Ottomans declarent s'en referer a la communi- 
cation qu'iis ont eu I'lionneur de faire au Congres au nom de leur 
Gouvernement. 

Sur le paragraphe relatif a la liberte religieuse, le Comte Corti 
fait observer que, dans la discussion qui a eu lieu en Congres a ce 
sujet, plusieurs Plenipotentiaires ont demande que le statu quo fut 
maintenu nou pas seulement pour la France, mais pour toutes les 
Puissances dans les Lieux-Saints. Son Excellence propose d'ajouter 
un alinea con9u dans ce sens. 

Le President ajant rappele les reserves que la France a formu- 
lees en acceptant Tinvitation au Congres, reserves qui ont amene, 
dans la redaction de I'Article, une mention expresse des droits de la 
France, fait remarquer que la seconde partie du paragraphe etablis- 
Bant " qu'aucune atteinte ne saurait etre portee au statu quo dans 
les Lieux-Saints " donne satisfaction a la pensee de M. le Premier 
Plenipotentiaire d'Jtalie. 

Le Comte Corti, en presence de cette declaration, se borne a 
deuiander que son observation soit inseree au Protocole. 

Le President exprime a M. Desprez les remerciments du Congres 
pour le travail dont son Excellence vient de donuer lecture, et la 
seauce eat levee a 6 heures. 

[Suivent les Signatures.] 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1061 

Frotocole No. 18. — Seance du 11 Juillet, 1878. 
Etaieut presents : 

Pour rAlleiiiagne — le Priuce de Bismarck, M. de Biilow, le Prince 
de Hohenlohe-Schilliugsfiirst. 

Pour rAutriche-Hongrie — le Conite Andra>83%le Comte Karulji, 
le Baron de Haynierle. 

Pour la France — M. Waddington, le Comte de Saiut-Vallier, 
]M. Desprez. 

Pour la Grande Bretagne — le Marquis de Salisbury, Lord Odo 
liussell. 

Pour ritalie — le Comte Corli, le Comte de Launay. 

Pour la liussie — le Priuce Gortchacow, le Comte Schouvaloff, 
M. d'Oubril. 

Pour l.i Turquie — Alcxandi-e Caratheodory Pacha, Meheiiied Ali 
Pacha, SadouUah \ik;y. 

La. seance est ouverte a 3 heures. 

Mention est faite de la liste ilea petitions No. 13. 

Les Protocolos 15 et 16 .sent approuves. 

L'ordre du jour appelle la proposition des Pleuipoteutiaires d© 
Riissie impriiiiee et distribuee contbruiement a la decision prise par 
le Congres dans la seance precedente. 

Le Comte Audrassy est d'avis que ce document devrait etre 
abrege. Le premier aliuea, termiiie par les mots " surveiller la mise 
en vigueur," parairrait suffisant uu.'c Plenipotenj;iaire8 d'Autriche- 
Hoiigrie : le second alinea pourrait eire interprete comme uu 
manque de coniiance du Congies dans le rer^ultat de ses travaux; 
Son Excellence desirerait aussi que le premier mot "I'Europe" tut 
rem place par " les Hautes Parties Contractantes " et regarderaifc 
comuie inutile d'ajouter les expressions: "ayaut donne leur sanction 
la plus solenneile et la plus obligatoire." Son Excellence propose 
done la redaction suivante ; " Les Hautes Parties Contractantes 
envisageut la totalite des Articles du present Acte comme formant 
un ensemble de stipulations dont elles s'engagent a controler et a 
surveilltr la mise en vigueur." 

Lord Salisbury ue s'expliquc pas le but de la proposition Eusse. 
Son Excellence neconnait pas de sanction plus " solenneile" et plus 
"obligatoire" que la signature de son Gouvernetnent, et prefere ne 
pas accepter un engagement qui lui semble soit inutile, puisqu'il est 
evident que la Grande Bretagne tient a I'execution du Traite, soit 
avoir une signification d'uue portee trop pen definie. 

Le Prince de Bismarck demande a sa Seigneurie si ses repug- 
nances s'eteudent egalement au texte modifie par le Premier Pleni- 
potentiaire d'Autriche-Hongrie qui resum^e la proposition en lui 
donnaut una forme plus simple. Son Altesse Serenissime pense 



1062 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

qu'il lie eerait pas inutile d'cxprimer qae le Congr^s b'eiigage a 
flurveiller et a coutroler la mi.se a execution de son oouvre et qu'une 
pareille d^olaratioii n'aurait rieii d'iiiu?iite. 

Le Premier Plenipotentiaire de Rusi^ie fait remar(]iier que le 
Mnrquid de Salisbury a cxprime la pensee du document Russe en 
declarant que le Gouvernement Britannique tient a I'ex^cution dea 
stipulations cons )creeH par ea signature. Son Altesse Sereuiasime, 
rappelant I'obst'rvation du Priuce Bisimarck dans la. preceilente 
seance, est d'avia que le Congres pourrait .scinder le vote et se 
prononcer, des a present, sur la prc-miere moitie de la propi^silion, 
que los PleuipotentiaircH de Russie regardeut com me essenlielle a 
la dignite de la haute assetublce. 

Le President adhere encore aujourd'hui a la i)en.-ee de voter le 
premier alinea separement. Comme Representant de I'Ailemagne, 
son Altesse Serenissime serait dispose a accepter egalement le 
second, mais il craint que les autres Puissances ne partagent pas 
toutes 06 sentiment. 11 regarde, d'ailleurs, la redaction Austro- 
Hongroise comme plus pratique, et peuse, notammeut, que les mots 
" sulennelle et obligatoire " expriment une idee trop evidente par 
elle-meme pour quM soit necessaire de raffirmer. 

Le Prince Gortchacuw ne cousentirait point a cette derniere 
moditicatiou : il repete que le sentiment de dignite de I'Assemblee 
doit etre exprime d'une nianiere tres-categorique. 

Le Comte Schouvaloil" croit qu'il n'y a point de dissentiment sur 
le tond uj^me de la pensee. Le Comte Andrassy et le Prince de 
Bismarck ont reconnu I'uti et I'autre que la sanction donnee par le 
Congres au Traite est " sulennelle et obligatoire." Lord Salisbury 
a declare que la signature de la Grande Bretagne constituait uu 
engagement du meme ordre: son Excfllence ne s'expliquerait paa 
que le Congies hesitat a employer les expressions qui rendent en 
realite sa pensee. 11 propose, en consequence, la redaction sui- 
vante : — 

" Les Hautes Parties Contractantes, ayant donne leur sanction 
Bolenuelle et obligatoire aux stipulations du Traite de Berlin, en- 
visageut la totalite (ies Articles du present Acte comme i'ormant uu 
ensemble de stipulations dont elles s'engagent a controler et a 
surveiller la niise en vigueur." 

Caratheodory Pacha rappelle les explications qu'il a deja pre- 
sentees a ce suji't: la Porte considere, assurement, la signature 
conune obligatoire, et se regarde comme positivement et strictement 
tenue a mettre a execution des engagements qu'elle aura souscrita 
au meme titre que toutes les autres Puissances Signataires du 
Traite. Mais la redaction du document Russe impose a toutes les 
Parties Contractantes le devoir rautuel de controler I'execution des 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1063 

etipulations du Traite : la Porte se trouverait ainsi oblige.^ a udtnettre 
cliez elle le coutrole et a controler a son tour d'autrcs Etats egale- 
ment engages. Son Excellence releve les difficultes de cette tache, 
et .'ijoute qiie la Porte est prete a executer le I'raite en ce qui la 
coiu-erue, uiais quant a ext^irer un controle on a s'y t>oumettre, elle 
s'v lefuse, considerant que cette obligation est nouvelle e*'. trop 
loni-ile pour un Gouvernement qui n'eu ivclame ui la charge iii le 
benefice. 

Le Prince Gortchacow dit que la reponse de la Sublinie Porte 
n'est point en contradiction avec la pensee qui a inspire la proposi- 
tion dt s Plenipotentiaires de Rutssie, et tout le premier alinea, 
confornie aux declarations de Caratheodory Pacha, pourrait etro 
aoceple par les Kepresentar\ts de la 'J'urquie. 

Le Prince de Bismarck, resuniant la discussion, expiise que toute 
li question e^t de savoir s'il couvient d'inserer un Article special ou 
de considerer la signature du Traite comme une obligation t'ormelle 
qui n'a besoin d'aucnne confirmation. Le PrLMuier Plenipotentiaire 
Ottoman parait voir dans la tbrmule proposee une expression de 
meSance centre quelqu'une des Parties Contractantea qui ne so 
conlormerait pas au Traite: son Altesse Serenissime, en ce qui le 
concerne, ne partage pas ccs apprehen.^ious. 

Le Comte Andrassy mainlient la redaction qu"il a propose, et 
eleve de nouvelles objections centre Ivs mots " en insistaut eur 
rexecutiou" qui lui paraissent trop rudes, et " leurs intentions" 
q\ii lui semblent vagues, pui?qn'il s'agit nou j)oint " d'intentious," 
uiai.s de stipulations. 

Le Prince (lortchacow dit qu'il a rc^u de I'Eaipereur poii 
aiiguste Maitre Torche expreot de presenter une proposition destinee 
a assurer la sanction des actes du Cougre-*. Son Altesse Serenissime 
considere la pensee de son Souveraiu comme entierenient contornie 
a la dignile de la haute assemblee. 11 consent, toutetbis, a modifier 
quelques expressions, sans adherer compleiement au texte propose 
par le Comte Andrassy, et il propose au Corigres la redaction du 
Comte Schouvaloil'. 

Le Pi'e^ident soumet au Cungres cette nouvelle redaction. Les 
Plenipotentiaires d'Autriche-Hongrie ii'ont pas d'objection. Les 
Plenipotentiaires de France, de la Grande Bretagne et d'ltalie 
reservent leur vote. Les Plenipotentiaires de Turquie declarent 
n'avoir rien a ajouter aux declarations qu'ils out fait entendre. Lea 
Plenipotentiaires d'AUemagne acceptent la proposition Eusse. 

Le President constate que le document preseute par les Pleni- 
potentiaires de Eussie n'a pas obtenu I'assentiment du Congres, 
et precede au vote sur la proposition du Comte Audiassy. 

Les Plenipotentiaires de France, de la Grande Hretngne, et 
d'ltalie persistent a re?erver lea>' vote, les Pie, i_)olent.i;iires de 



1064 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

Turquie repousseiit ce texte, et Ics Pleiiiiioteiitiuires de Russie e'en 
tieniient a leur propositi )n. 

Le Cointe Corti fait reniarquer que la haute assemblee partage 
le sentiment du Prince (lortchncow sur la neces^ite a'assurer la 
complete execution du Traile, mais les Plenipiitentiiiires d'ltalie et 
ceux de leurs coUegues qui out, com me eux, leserve leur vote, 
regardent comme suffidautes les declarations qui ont ele faites, au 
uom de la Sublime Porte, par Caratlieodory Paclia. 

Le Pieniier PJenii)oteiiliaire de Prance propose au Congres de 
se borner a prendre acte de la declaration de Caratlieodory Paclia ; 
les formules presentees par Ic Piince Gortchacow et par le Comte 
And) assy semblent a son Excellence con^ues en termes tro[) vagues ; 
on bion elles n'ajoutent rien a I'autorite du Traite, ou bion elles ont 
une i)ortee tro|) etendue. Dans sa pensee, le Congres, eu demand- 
ant a la Turquie de consentir d'importants saerilices, avait en vue de 
preserver de toute atteinte la souveraiuete du Sultan dans I'ensem- 
ble reduit mais compacte de provinces qui t'ormera de.sormais sou 
empire. Or, la ledaction projjosee a la haute assemblee parait con- 
sacrer une sorte de tutelle permanente imposee au Gouvernement 
Ottoman : le Traite que les Puissances vont signer contient un 
tres-graud nombre de clauses qui pourraient devenir, sous Taction 
d'un controle edict e par le Congres, une serie de pretextes pour une 
ingerence inccssante dans tons les actes de la Sublime Porte; 
L'interet du Gouvernement Turc, son avantage evident, est d'exe- 
cuter completement, et sans arriere-pensee, toutes les decisions du 
Congres. Son Excellence pense que les Puissances doivent prendre 
acte des declarations que vient de faire entendre la Turquie par 
I'organe de son Premier Plenipotentiaire, et, avaut d'aller au dela, 
avant de douter de ses intentions hautement manilestees, attendre 
qu'elles Taiet^t vue a Toeuvre ; car elles n'ont pas le droit de supposer 
que le Gouvernement Ottoman ne veuille pas ou ne puisse pas 
executer les tstipulations qu'il a consenties. Le Premier Plenipo- 
tentiaire de France comprendrait inome difiicilement qu'on put 
ajouter a un acte aussi solenne' par lui-meme une sanction ou inutile 
ou dangereuse. S'ii s'agissait de creer un droit special de surveil- 
lance pour certaines stipulations determinees, une semblable decision 
serait peut-etre admissible; mais inaugurer uu droit de controle 
general sur un aussi grand nombre de clauses d'importance fort 
ine'^ale serait um peril pour I'avenir, et le Congres risquerait, en 
entrant dai s cetie voie, d'introduire des elements de desaccord 
parmi les Puissances qui viennent de faii'e une oeuvre de paix et de 
Concorde. 

Le Prince Gortehacow raaiutient que sa proposition est en rap- 
port avec les declarations du Premier Plenipotentiaire de Turquie. 
Sou Altesse Sereui^sime n'explique pas, d'ailleurs, pourquoi la sane- 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1065 

tion iiidiquee paniit dirigee centre la Porte Ottoniaue; elle s'appli- 
qiie egaleiiieiit a toutea les autres Parties Contraotaates : la iiussie, 
par exemple, y seraic aussi bieii soundse que la Porte, et adrnet 
pai't'aiternent pour eile-n eiue la siirveillauee et le coiitrole dea 
Puissances. 

Le Coiiite Scliouv;iloft' releve, dar.s le discours de M. Waddingtoii, 
la mention des sacrifices que le Congies aurait demaudes a la 
Turqide : ces sacrifices ue sent pas I'oeuvre du Congres, mais la 
consequence de la guerre. Au contraire, la haute assemblee a favor- 
ablemeut traite la Porte Ottomane, qui se trouve certaiuement avoir 
piutot gagne que perdu dans les nouvelles stipulations. Quant a 
I'ingereuce dout a parle le Premier Pleuipotentiaire de France, le 
Cointe Schouvaloft' declare que laRussiene demande pas d'ingerence 
dans les affaires de la Turquie aussitot que les stipulations du Traite 
auront ete executees; mais jusque la il y a iugerauce et elle ressort 
uaturellemeut de toutes les decisions du Congres. Peut-on soutenir 
qu'il n'y a point d'immixtion en Turquie quand il esiste un reseau 
de Commissions Europeenues en Eoumelie, dans les provinces 
Grec-ques, en Armenie, &c. ? Le Comte SchouvalofF est d'accord avec 
M. Waddingtou en espei-ant que, dans un tres-proche avenir, cette 
imniixtion aura cesse ; mais, quant a present, son Excellence la 
regarde comme indispensable, comme ressortant des resultats du 
Congres, et, tant qu'il existera des Commissions Europeenues, il est 
evident qu'il taudra surveiller et controler la situation. Ce droit 
etant etabli, les Pleuipotentiaires de Iiussie ue voient pas pourquoi 
on n'appellerait pas les choses par leur nom, et pourquoi Ton refuse- 
rait le controle et la surveil'ance qu'ils demandent. 

M. Waddington veut se boruer a t'aire observer que les Commis- 
sions Europeenues out un objet precis et defiui, tandis que la 
propo.dtion Russe n'a pas de but uettement determine. 

Le President constate que la proposition Eusse et raraeudement 
Autrichien, qui en reproduii?ait la pensee, u'ont pas ete accueillis 
par le Cougies, et que les resultats de la discussion sont, par conse- 
quent, les faits qui seront iodiques au Protocole, a savoir, la propo- 
sition elle-meme, la reponse de la Porte, et la decision du Congres 
de prendre acte des declarations du Premier Pleuipotentiaire 
Ottoman. 

La haute assemblee passe a la question relative au tribut de la 
Eoumanie et de la Serbie reservee dans la seance precedente. 

Le President rappelle que la question se pose ainsi : M. le 
Premier Pleuipotentiaire de Turquie a presente au Congres deux 
propositions, I'une dans la seance du 28 Juin (Protocole 8) relative 
a la Serbie, I'autre, dans la seance du 1" Juillet (Protocole 10), pour 
la Eoumanie ; son Excellence demande que les tributs payes jusqu'a> 
present a la Sublime Porte par ces pays soient capitalises et que le 



1066 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

moiitaiit 8i)it vi'fHO dans lea caisf^e.s ilu Tresor Ottoman. Le Congr^s 
a reiivoye ces projjosilioiis a la Couitnist^iun de Kedactiori, saua Me 
jtroiioiicer detinitivtMueut sur la question de principe. La (Joimnis- 
sion isouiuot niaiutenaiit un projet do redaction aiiisi con;u : — 

" Le tribut de la Serbie (de la Koiuiiauie) sera capitaliae et lea 
Kepresentants dea Puissances a Constantinople fixeront le taui de 
cette capitalisation d'accord avec la Sublime Porte." 

Mais avaut que le Congies i)uisse se pront)ncer sur cette redac- 
tion, il aura a etatuer si, en i)rincipe, les pays devraient accepter la 
charge de la capitalisation du tribut, qui ue leur a pas ete iiuposee par 
le Traite de San Stefano. 

Lord Salisbury envisage la diflBculte a un double point de vue : 
il y a ici deux questions, celle du tribut en lui-meine et celle de 
I'interet des creauciers de la Porte. En ce qui concerne le tribut, 
son Excellence estime qu'il n'a pas ete rachete par de grands 
sacrifices et de grandes victoirea de la part dea Priru-ipautes : si 
c'etait, en realite, les Roumains et les Serbea qui eussent ete 
victorieux, le tribut serait annule; mais c'est la Hussie qui a fait lea 
depensea et vaincu la Porte Ottomane, et son Excellence ue voit pas 
pour quelle raison la perte du tribut pourrait eire imposee a la 
Turquie. Le Premier Plenipoteutiaire de la Graude Bretagne 
ajoute que, d'autre part, le tribut etait une pnrlie du gage dea 
creauciers de la Porte et que ce gage ne saurait leur etre eideve. 

Le Prince Gorteliacow se prouonce j)ositiveiiient centre Topiuioii 
qui vient d'etre expriniee. Quand I'independance de la Houmanie 
et de la Serbie a ete proclamee, il n'a pas ete question tie la 
capitalisation du tribut. Son Altesse Ser^nissirne cousidere done 
que lea Principautea sont afFranchies de toute obligation, sauf pour 
les parties du territoire qui constituent un accroissement et qui 
supporteront une part de la dette. Daus un autre ordre d'idees, 
le Premier Plenipoteutiaire de Eussie regarde que, si les Princi- 
pautea avaieut a capitaliser le tribut, elles tiouveraient difficileuient 
les sommes necesaaires, et que les engagements quVlles devraient 
prendre conatitueraient pour elles une depense superieure au tribut 
qu'elles auraient rachete. 

Le Comte Scliouvalotf avait jusqu'ici regarde que cette question 
avait ete decidee par le fait seul de la declaration de I'independance, 
et c'est pourquoi il n'avait presente a cet egard aucune observation. 
Plus sou Excellence envisage la question, plus il lui semble juste 
que les Principautes supportent une part de la dette pour les terri- 
toirea nouvellement acquis, et plus il lui semblerait injuste qu'ellea 
fussent contraintea a la capitalisation du tribut entre les mains du 
GouYernemeut Turc. Une decision prise en ce sens placerait les 
deux Principautes et la Porte dans la situation d'Etats qui negocient 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1067 

une iiftaiie fiuanciere sur la base d'lin racljat ile tiibut, aecorde 
en ecliaiii^e de rindependance : tuais il u'en est pas niiisi, pui^^quo 
rindependaiice est le re.sultat, noii d'liu arraugemeut, inais de la 
guerre. Lurd Salisbury a dit que ee ne sont pas les armees 
Jiouinaiiie et Serbs qui se sout avaiicees jusque sous les uiurs de 
Constautino[)le mais I'armee Russe, et que les premieres u'avaient 
pas de succes a euregistrer. Le Comte Sebouvaloft' constate que cea 
armees out eu des eucces serieux ; I'une a enleve plusieurs redoutes 
a Plevna, et I'autre a occupe et occupe encore uue partie du terri- 
toire Ottoman. Dans cette condition, si les Principautea devaient 
payer a prix d'argent lenr independance, il resterait a savoir ce 
qu'elles auraient gagne a la guerre. Le Comte Schouvaloff se voit 
oblige de rappeler, comme il a deja du le taire dans uue seance pre- 
cedeute, que la liussie avait propose dans le Protocole de Londrea 
un acta bien modere, que la Turquie I'a repousse, et doit supporter 
les consequences de ce refus. 

Le Premier Plenipotentiaire de France adbere a I'opiniou du 
Premier Plenipotentiaire de Russie. En ce qui concerne speciale- 
ment la lioumanie, il semble impossible de lui demander la capitali- 
sation du tribut : le Traite de San Stefauo nou-seulement n'en parle 
])as, maia recounait meme le droit des E.itumains a une indemnite de 
guerre. A quel litre imposerait-on un sacrifice a la E-oumanie, qui a 
pris uue part brillante a la guerre ? La Serbie est sur le dernier 
point a peu pres dans les memea conditions : les Pleuipoleutiairea 
de France voteront contre la capitalisation du tribut. 

Le Comte de Saint- Vallier ajoute : sous la reserve que lea nou- 
veaux territoires supporteront une part proportionnelle de la dette. 

Le Comte Andrassy, t'aisant allusion a I'Article V du Traite de 
San Stetano, qui vient d'etre rappele et qui porte une indemnite a 
debattre entre la lioumanie et la Turquie, dit que le Congres est 
reste etrauger a cette etipulation aussi bien qu'a uue demaude 
analogue formulee par la Serbie, mais qu'une capitalisation du tribut 
entraiuerait des difficultes, des discussions qu'il est preferable 
d'eviter, et lea Pleuipotentiairea Austro-Hongroia votent dans le 
meme sens que les Plenipotentiaires Fraugais. 

Le President fait remarquer que Tunauimite du Congiea serait 
neceasaire pour etablir I'obligation du rachat du tribut; maia que lea 
votea precedents indiquent suffisamment qu'il y aurait meme uue 
niajorite contre cette decision: son Altesse Sereuissime doit done 
considerer la question comme reglee et la Commission de Eedaction 
devra supprimer I'Article de son projet relatif a la capitalisation des 
tributs E/Oumain et Serbe. 

Le Premier Plenipotentiaire d'ltalie presente au Congres, au 
nom de sea colleguea de France, de la Grande Bretagne, et d'ltalie, 
la declaration suivante pour etre inseree au Protocole : 



1068 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

" Les Puissances representees au Cougre^H sout d'avis de recom- 
niander a la Sublime Porte Tinstitution a Constantinople d'une Coiii- 
niission Financiere, composee d'homnies speciaux nomnied par les 
Gouvernements respectit"^<, et qui serait chai'jj;ea d'lXaminer lea 
I'^clamations dt's porteura de titres de la dette Ottomane, et de pro- 
poser les moyens les plus efficac-es pour leur donuer la satisfaction 
compatible iivec la situation financiere de la Sublime Porte." 

Caratheodory Pacha dit que son Grouvernement donuera tous ses 
soiua a la question des finances : c'est le devoir et I'inleret de la 
Porte de faire tout le possible pour ameliorer la situation. Les 
diverses propositions presentees au Congres par les Plenipotentiaires 
Ottomans pour le tribut, la part proportionnelle de la dette, &u., 
temoignent de la sollicitude du Gouveruemeut Turc pour les in- 
terets de ses creanciers. Mais il ne pourrait accepter la declaration 
des Plenipotentiaires de France, de la Grande Bretagne, et d'ltalie, 
dans les termes ou elle est t'ormulee. 

Caratheodory Pacha, sans pouvoir encore preciaer les conditions 
ou I'epoque d'un accord, indique que les creanciers de la Porte 
recherchent une entente entre eux et avec le Gouverneuient, qui, 
de son cote, s'efforcera de les satisfaire dans la mesure de ses 
resaources. 

Le President, ayant demande si les autres Puissances adherent a 
la proposition lue par le Comte Corti au nom de ses collegues 
d'Auj^leterre, de France, et d'ltalie, les Plenipotentiaires d'Autriche- 
Hongrie et de E-ussie declareut y donuer leur assentimeut. Lo 
Prince de Bismarck donne la lueme declaration au nom de I'AUe- 
magne. Son Altesse Sereuissime constate que le document sera 
insere au Protocole et que le Congres en prend acte. 

Le Congr^a passe au Eapport de la Commission de Delimitation 
Bur la frontiere Asiatique. 

Le Prince de Hohenlohe donne lecture du document suivant : — ■ 

" La Commission a I'houneur de soumettre au Congres la 
decision suivante : 

" Les Plenipotentiaires Britanniques n'ayant pas donne leur con- 
sentement a la delimitation que les Plenipotentiaires Russes ont 
presentee au Congres pour la Yallee d'Alaschlierd, il en resulte que 
le Pleuipotentiaire Britannique se base sur une delimitation qui a 
ete communiquee a son Gouvernement par I'Ambassadeur de Hussio 
a Londres. Ce dernier accepte la delimitation qu'il a ete charge de 
communiquer et recule les frontieres du Traite de San Stefano 
jusqu'aux poiuts a I'ouest de Karaougan et de Kessa dagh. 

" La Commission de Delimitation prend acte de cette declaration 
de M. le Ecpresentant de la Eussie, en vertu de laquelle la ligne de 
la nouvelle frontiere entre la Ruasie et la Turquie partira d'un point 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1069 

a roucst dii vijlage de Knraougaii, passera en ligne droite au village 
de Mcdjingert ; de Medjingert eJle suivra une ligne directe au sommet 
de laMuntagne Kassa dagli, et de la elle se dirigera le long de la ligne 
de partage des eaux entre les affluents de I'Araxe au nord, et ceux 
de la Mourad Sou au sud, jusqu'a I'ancienne tVontiere de la liussie. 

"La Commission de Delimitation, ne possedant ni la connais- 
sance du terrain ni les cartes ft les docuinenta necessaires pour 
statuer sur les diffieultes qui se sent produites dans la Commission 
Spec-iale Militaire entre les Delegues Anglais et Eusses, propose de 
remettre la solution du differend et le trace plus precis de la ligne 
de I'Alaschkerd a une Commission Militaire composee d'un officier 
Russe, d'un officier Ottoman, et d'un officier Anglais." 

Le Comte Schouvaloff fait savoir au Congres que, par suite de 
difference dans les cartes geograpbiques de la Vallee d'Alasclikerd, 
une entente devait etre etablie ulterieurement sur place entre des 
Commissaires Russe et Turc. Lord Salisbury ayant desire leur 
associer un Delegue Anglais, le Comte ScliouvalotF y a consenti. 
Lord Salisbury ajoute qu'il n'a, d'ailleurs, aucune objection contre 
I'adinission de Delegues d'autres Puissances. 

Le Comte Scbouvaloff repond qu'il n'y a pas lieu d'envoyer une 
Commissiun Europeenne pour faire des delimitations de frontiere en 
Asie. 

Aucune observation n'etant presentee au sujet de la delimitation 
en Asie, le President declare que I'accord intervenu est accepte par 
le Congres. 

Avant que la baute assemblee poursuive son ordre du jour, 

Caratbeodory Pasha demande I'insertion a la fin de I'Article sur la 

Bosnie et I'Herzegovine, lu dans la seance d'hier, des mots suivants : 

" Les Gouveruements d'Autricbe-Hongrie et de Turquie se reservent 

•de s'entendre sur le detail." 

Le Comte Andrassy n'ayant aucune objection, cette addition est 
acceptee par le Congres et aussitot inseree dans I'Article dont il 
s'agit. 

Le President invite M. Desprez, Rapporteur de la Commission de 
Redaction, a terminer la lecture du Projet de Traite commerce .^ dans 
la seance d'liier. 

M. Desprez indique d'abord qu'il a ete tenu compte dans des 
paragrapbes additionuels des decisions prises bier par la haute 
assemblee au sujet des delais d'evacuation dans le Montenegro et en 
Serbie ; un autre paragrapbe supplementaire a ete place dans le 
cbapitre du Danube, au sujet du phare de I'lle des Serpents. 

Son Excellence, apres avoir lu ces diverses dispositions, donne 
lecture de la suite du Projet de Traite. 

L'Article relatif au reglement a elaborer pour les provinces 
Chretiennes de la Turquie d'.Europe placees sous I'administration 



1070 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &0. 

directo cli- la rort(',cst I'objct (.I'line diycusttioii eiitre Lord Salisbury, 
Caratlioiidoi V Paclia, ct M. Deaprez nu f^ujt t de ranalop;ie a eiablir 
entre ce re^lement et celiii qui est deja en vioucur pour la Crete. 11 
en r^sulfe qu'dle ne sera pas etciidue au leLjiine financier et que lea 
mots suivauts, ain!<i que le jiropose la Conimissiou de IvCilai-tion, 
Beront ajoutes ii I'^Artide pritnitif: "siiiif en ce qui coueerue les 
exemptions d'iiupofc accordees a la Crete." 

Le pnrngrnphe relatif a la mediation des Puissances ilana le cas 
ou la Turquie et la Grece ne parviendraient pas a s'entendre pour la 
rectification des frontieres iudiquee dans le 13^ Protocole, donne lieu 
a une demande d'ajouruement de Caratlieodory Pacha. Son Excel- 
lence ajoute qu'elle attend des instructions de la Porte pour 
demain. 

Le President dit que le paragraphe dont il s'agit exprime un 
voeu du Congres, et non pas une resolution a laquelle la Porte soit 
sollicitee de s'associer. Les Puissances ee bornent a expriiner 
qu'elles sont animees du des*ir de voir reussir les negociations, et sur 
ce point il ne semble pas que la Porte ait d'opiuion a donner ni de 
decision a prendre en Congres. 

M. Desprez lit les Articles sur I'Asie, dont certains details topo- 
graphiques ne pourront 6tre rediges d'une maniere definitive avant 
que la Commission de Redaction ait re9u le texte de la Commission 
de Delimitation. 

La lecture des paragraphes relatifs a Kbotour et aux Armeniens 
n'eat suivie que d'observationa de forme. Sur le paragrapbe relatif 
aux Traites do Paris et de Londres, Lord Salisbury rappelle qu'a 
premiere vue il avait, dans une precedente seance, manifeste sur la 
redaction de cet Article certaines inquietudes. Ces apprehensioua 
sont desormais calmeea en partie par les eclaircissements donnes an 
Cougres ; son Excellence se borne aujourd'hui a demander I'iusertion 
au Protocole de la declaration suivante, qui n'engage que son 
Gouvernement : — 

" Considerant que le Traite de Berlin changera une partie 
importante des arrangements sanctionnes par le Traite de Paris 
de 1856, et que I'interpretation de I'Article II du Traite de Londres 
qui depend du Traite de Paris pent ainsi etre sujet a des contes- 
tations ; 

" Je declare de la part de T Angleterre que les obligations de Sa 
Majeste Britannique concernant la cloture des Detroita se bornent a 
un engagement envers le Sultan de respecter a cet 6gard les deter- 
minations independantes de Sa Majeste, conformea a I'esprit des 
Traites existants." 

Le Comte Schouvaloff se reserve le droit de faire inserer au Pro- 
tocole une contre-declaration s'il y a lieu. 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1071 

La lecture du projet de Traite etaat terminer, M. Desprez donne 
counaissance au Congres du projet de preambule. 

Le Congres en adopte la redaction et approuve I'ensemble 
du projet que M. Desprez vient de lire, line aecoiide lecture du 
projet complete par lea details qui manquent encore, et dresse 
Article par Article, aura lieu dans la prochaine seance. 

Le Conite Sehouvalofl' fait ssavoir a la haute asaemblee que Lord 
Salisbury a re^u des telegrainnies qui indiquent les plus deplorables 
desordrcs dans les districts du Uliodope: d'apres ces informations, 
une population de plus de 100,000 ames serait livree a une complete 
anarcliie ; des villages auraient ete brules, des massacres, violences, 
et exces horribles auraient ete commis. Lenrs Excellences pensent 
qu'il y a lieu de mettre un terme aussi promptement que possible a 
de semblables atrocites. Le Conite SchouvalofF fait remarquer que 
les localites dont il s'agit sont en dehors de Taction du Commandant- 
en-chef de I'arraee Eusse, et pense, de concert avec Lord Salisbury, 
qu'il serait opportun d'envoyer sur place des Commissaires Euro- 
peens qui seraient charges de provoquer I'adoption de mesures 
repret^sives. Le Comte Schouvaloff est d'avis que les Gouverne- 
ments pourraient inviter leurs liepresentants a Constantinople a 
designer des Delegues. 

Le President demande quelle serait la force executive de ces 
Coiiiinirisaires. 

Le Comte Schouvaloff repond qu'il ne peut la designer en ce 
moment, iiiais qu'a defaut des troupes Kusses qui ne se trouvent pas 
8ur ce point, on doit esperer le concours des autorites locales. 

Le Prince Gortchacow est d'avis, qu'en accomplissant la mis- 
sion qui va leur etre confiee, les Commissaires doivent s'appliquer 
egalemeut a verifier I'exactitude des faits signales a Lord Salisbury. 

Apies un echange d'idees a ce sujet entre plusieurs des Pleui- 
potentiaires, le Comte de Saiut-Vallier donne lecture d'un projet de 
resolution redige d'accord avec le Marquis de Salisbury, et ainsi 
confu : — 

" Les Plenipotentiaires des Puissances reunis au Congres de 
Berlin, emus des rapports parvenus a quelques-uns d'entre eux sur 
les soufFrances actuellea des populations du Rhodope et des contrees 
voisines, sont d'avis qu'il y a lieu de recommander aux Ambas- 
sadeurs a Constantinople de s'entendre avec la Sublime Porte pour 
I'envci immediat d'une Commission Europeenne chargee de verifier 
sur les lieux la gravite des faits et de chereher a y apporter remede 
dans la mesure du possible." 

Ce projet de resolution re^oit I'adhesion unanime du Congres. 
Le President fait remarquer, avec I'assentiment general, que les 
membres de la haute assemblee, en adoptant cette resolution 



1072 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &0. 

etrnngere ;i I'ohjut de leura deliberations, a^iaseat nun pas coinine 
membies du Congtes, mais coiuino Kepieseutants do leui's (Juuverae- 
menta respectifs. 

La seance est levee a 5 houres et deuiie. 

[8uivent les Signatures.] 



ProtocoJe No. 19. — Seance du 12 Juillet, 1878. 
Etaient presents : 

l,our TAllemagne — le Prince de Bismarck, M. de Biilovv, le 
Prince de Hohenlohe-Schillingsturst. 

Pour rAutricljc-Uongrie — 'le Conite Andia-;sy, le Comte Karolyi, 
le Baron de Haymerle. 

Pour la France — M. Waddington, le Comte de Saint-Vallier, 
M. Desprez. 

Pour la Grande Bretagne — le Marquis de Salisbury, Lord Odo 
Eussell. 

Pour ritalie — le Comte Corti, le Comte de Launay. 

Pour la Russie — le Prince Gortchacow, le Comte Schouvaloff, 
M. d'Oubril. 

Pour la Turquie — Alexandre Caratheodory Pacha, Mehemed Ali 
Pacha, SadouUah Bey. 

La seance est ouverte a 3 lieures. 

Le Protocole N^o. 17 est adopte. 

Mention est faite de la liste des petitions Mo. 14. 

L'ordre du jour appelle le rappoit complementnire de la Com- 
mission de Redaction. 

M. Desprez dit que la Commission a relu Tensemble du Traite 
et a eJeve des objections contre 1 'Article II relatif a la delimitation 
de la Bulgarie. Le paragraphe de cet Article portant le numero 3, 
qui implique pour les troupes et convois Bulgares le libre passage 
Bur la ligne d'etapes entre Vidin et Sofia par la route de Sofia 
a Pirot et de ce point a Yidin par le col de Saint Nicolas, parait in- 
admissible. La Commission propose de le supprimer, le Congres ne 
devant pas prevoir le cas oil la Bulgarie ferait la guerre a la 
Turquie. 

Cette observation ayant ete favorablement accueillie par la haute 
assemblee, M. Desprez ajoute que le second alinea du memo para- 
graphe, admettant en principe la faculte pour la Turquie de se servir 
d'une route militaire au travers du territoire sud du Saudjak de 
Sofia, a laisse la Commission iudecise : I'accord n'a pu s'etablir sur 
ce point. 

Le Comte Schouvalofi" rappelle que les Plenipotentiaires de 
Eussie cut accepte le principe. du passage; dea instructions en ce 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1073 

8pna scroiit doiint'^es conrormeinent au Protocole XVII aux offieiers 
Hiissra ; mais .-on Excellence est contraire a la redaction de I'Article 
qui floiiiie riiidicition exacte du trace de passage. 

Le Pre.sideiit regnrde, en effet, qu'il est daugereux de delimiter 
dall^s III! Article de Traite une route militaire 8ur un terrain peu 
coiinu, et siir une carte dont I'exactitude no peut pas etre absolue. 
Ct'tte delimitation puurrait etre lacheuse |)Our ceux meme qui 
(ifuvcht ij't'n sei-vir. Son Altesse Serenissime relit le passage du 
X\'ll° Protocole ou pe trouve le lesume de la discussion, et pense 
que, rouloriiieinerit aux decisions pri.^es alurs i)ar le Cougres, le trace 
<!oit etre renvoye aux negociations sur place. La nomenclature du 
2« alinea du paragraphe 3 devrait done disparaitre, et il serait 
opporlun (le no laisser subsister que li reconnaissance eu principo 
d'une route militaire accordee a la Turquie. 

Le Prince de Hohenlolie propose de s'eu tenir exactement aux 
expr.'ssions du Protocole et de suppriiner les indications precises 
qui terniinent I'aliiiea. 

Le Conite Scliouvaloff demande la suppression de tout le para- 
graphe 3, car I'alinea 2 n'a ete come le par lui qu'en vae du 1*' 
aline I accordant une route d'etape.s a la Bulgarie. 

Liird Salisbury dit que si It^ l«r alinea 6tait conserve, il serait 
oblige de declarer au Protocole de la part de I'Angleterre que uulle 
disposidou du Trail e ue reconnait a la Bulgarie le droit de paix et 
de guerre. 

Le Comte Schouvaloft" fait remarquer que e'est pre.i-ement pour 
eviter ces dilBcultes qu'il propose la suppression de tout le para- 
graphe 3. 

A la suile d'observations presentees par le Comte de Lauuaj, 
Lord Salisbury, et le Comte Scliouvalolf, le Congres deci le que le 
paragraphe 3 de I'.Vrlicle II du Projet de Traite sera supprime, 
les PlenijDolentiaires de Kussie ayant, d'ailleurs, <'eclare que lea 
obligations qu'ils ont aceepfees au Protocole XVli ausujet de la 
route miliuiire accordee a la Turquie conseivent tome leur v ileur. 

II est enlendu que le meme passage insere a rx\.i licle XXXVI 
relatif a la delimitation Serbe sera egalement supprime. 

Carathe )dory Pa.^ha, se referant a. I'Artii-le XXIV, qui concerne 
la rectiticalion des I'rontieres de la Grece et la mediation eventuelle 
des Puissances, ajoute que la Porte, qui n'avait pas donne son con- 
seuteraent a des propositions de rectification de frontieres, se reserve 
d'entretenir les Cabinets Signataires de la vraie situation de la 
question liellenique. Son Excellence demande que le mot de 
" mediation" soit remplace par "bons offices." 

M. Desprez rappelle que le mot de " mediation " adopte par la 
Commission est conforme aux termes du Protocole No. 13. 

Le Comte de Launay declare que la substitution demandee par 
ri877-78. Lxtx.l 3 Z 



1074 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

Carath^odory Pacha amuindrirait la signification et la portee de la 
proposition des Pleuipotentiaires de France et d'ltalie, et de la 
decision prise par la haute asscinblee. 

Le President fait observer que cet Arlicle n'a pas d'interet pour 
les Plenipotentiiiires Ol tomans, puisqn'il ne s'agit que des intentions 
des six Puissances, qui denieureront tonjours libres de s'entendre 
entre elles sur ce point en dehois <le la Turquie. 

M. Desprez, reprenant Texpose des dispositions du Traite encore 
controversees, cite les objections forniees par les Pleuipotentiaires 
('e Turquie contre les dcrnieres lignes du 2® :liuea de I'Ariicle 
XXXVl ainsi redigees: "laissant au sud du village de Prepolac une 
zone de 1,000 metres de rayon a la Serbie." 

Caratl eodory Pacha et Mehemed Ali Pacha demandeut quo le 
defile de Prepolac soit maintenu au territoire Ottoman. 

Le Comte ce Saint-Vjillier rappelle que le Congres a decide, 
conformement a I'avis de la Commission de Delimitation, qu'il serait; 
donne suite a la reclamation elevee par les Plenipoteutiaires Otto- 
mans touchiuit I'extension de 1,000 inetres attribuee a la Serbie au 
eud de Prepolac d:ins le projet.de la Commission Militaire. Mais, 
d'apres les termes meme du Protocole, le Congres n'a pas entendu 
pousser la concession au dela du retour pur et simple a la ligne 
Autrichienne, e'est-a-dire, I'abandou de la zone de 1,000 metres; il 
en resulte que la place de Pi epolac est laissee a la Turquie ; mais il 
n'a jamais ete question d'y comprendre le defile situee en arriere de 
cette ville, ce qui aurait rejete la frontiere vers le nord beaucoup 
plus que le Congres n'entendait la f'aire. 

Le President declare qu'il est impossible de revenir sur cette 
discussion ; son Altesse Serenissime ajoute que la tache de la 
Commission etait de rediger les decis-ions prises et non pas de lea 
reviser. 

Le Prince de Hohenlohe dit qu'une note placee au baa de la 
page 2 du Projet de Traite indique que " toutes les designations de 
lieux ont ete prises sur la carte de I'lfiiat-Major Antrichien." Cette 
annotation ne pourrait figurer au Traite, mais cette explication etant 
tres-importante, son Altesse Serenissime est d'avis qu'il en soit fait 
mention au Protocole. 

Le President appuie cette observation, qui est approuvee par le 
Congres. 

M. Desprez dit que le projet de Traite n'a plus rencontre 
d'objections que sur I'Article relatif a la delimitation de la frontiere 
d'Asie, au sujet duquel les Pleuipotentiaires de Grande Bretagne 
et de Russie ne sont pas encore entierement d'accord. 

A la suite d'une discussion sur ce point entre le Comte Schouva- 
loff et Lord Salisbury, le Congres decide que pendant une interrup- 
tion de seance, des pourparlers auront lieu entre les Pleuipotentiaires 



GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1075 

de l;i Grande Bretagne, do la Iiussie, et de la Turquie, pour regler 
les details definitifs de cette delimitation. 

La se;inc*e est interrompue. 

A la lepiir^e de la seance, le Cointe Schouvaloff annonce que les 
Rei resentarits dea trois Puissances se sont enteudus sur le dernier 
aliiiea de I'Article LIX et la suppression de I'Article LX. 

Le President coiislate que la redaction du Traite est terniinee. 

Son Alte-se Serenissime appelle ensuite I'attention de .-ea 
oi.llegues sur la question de sav^oir en quelle forme et a quel 
moment la communication du Traite sera f'aite aux Etats interessea 
qui n'ont point p.irticipe au Congres, c'est-a-dire, la Grece, la Terse, 
le Montene-i'o, et les Priiic-ipautes declarees independantc.*. 

L'ecliange d'idees qui a lieu a oe sujet amene la haute assemblee 
a reconnaitre que eetie communication ne saurait etre t'aite d'une 
maiiiere officielle qu'apres I'echange des ratifications du Traite: le 
Congres considere en eftet que ce sont les ratifications, et non pas 
.''eulement la sii^nature, qui donnenc aux Traites leur valeur defini- 
tive. Le Congres, iidraettaut toutefois qu'il serait difficile d'aitendre 
ces ratifications pour donner avis aux Etats dont il s'agit des dis- 
positions qui ont ete prises a leur egard, decide, sur la proposition 
dn Prince de Bismarck, que le President est autorise a fau'e con- 
n:aire, des la sigiuiture, aux Etats iuteresses, les decisions qui les 
conceriient, dans une redaction autlientique, raais couimumquee 
sous la forme ofiicieuse. Son Altesse Sereiiissime commuuiquera 
officiellement le Traite complet a ces memes Etats quand Jes ratifi- 
cations auront ete echangees. 

La haute assemblee decide egalement que I'echange des rntiSca- 
tions indique dans le Projet de Traite comme devant avoir lieu dans 
uu delai de quatre semaines, devra avoir lieu dans un delai de trois 
semaines ; le dernier Article portera done, " dans un delai de trois 
semaines, on plus lot si t'ldre se pent." II est entendu que les 
evacuations de territoire stijjulees a partir du jour de la signature 
ne seroiit executuires qu'a partir du jour de la ratification, et que 
cette derniere date sera substituee a celle de la signature dans tous 
les passages dii Traite ou le jour de la signature avait ete fixe comme 
point de depart du delai accorde aux interesses. 

Le Comte Schouvaloff", rappellant la declaration faite dans la 
precedente se ince par Lord Salisbury au sujei; des Detroits, 
demande I'iusertion aux Protocoles d'une declaration sur le meme 
i-ujet presente par les Plenipotentiaires de Eussie : — 

" Les Plenipotentiaires de liussie, sans pouvoir serendre exacte- 
raent compte de la prop.)tition de M. le Second Plenipoteiitiaire.de 
la Grande Bretagne concernant la cloture des Detroits, se boruent 
a demander de leur cote I'insertion au Protocole de robservation : 

3 Z 2 



1076 GREAT BRITAIN, AUSTRIA, FRANCE, &C. 

qu'a leur avis le priucipe de la cloture dos Deiroita est un principe 
Europeen, et que les stipulations conclues a cet e^ard en 1S41, 18-3(5, 
et 1871, confirmees actuelleincnt piir le Traite de Berlin, nnnt ohli- 
gatoires de la part do toutes Its I'uissanci s i-on'oruieirient a re>prit 
et i la letfre des Traites existants, iion-seulenieut vis-a-vis du Sultan, 
niais encore vis-a vis de toutes les Puissances Sigriataires de ces 
transactions." 

Lord Salisbury fait savoir au Coi)<;res quo, cnnforintMncnt a la 
decision prise liier par les Repiesentants des Puissances, il a inviie 
PAmbassadeur de la Grande Bretaijue a, Constantiuople a, s'entendre 
avec ses colle^^ues au snjet des Commissaires a envover dans le 
Ehodope. 

Le Comte Andrassy, M. AVaddington, Ic Cointe Corii, le Priuce 
Gortchacow, et le Prince de Bisinai-ck, annonceut que les memos 
instructions ont ete adrcssees aux Ivepresentants de lours Gouveme- 
ments a Constantinople. 

Le Congres fixe a deniain, Samedi, 13 Juillet, la signatri'e scleu- 
nelle du Traite. 

La seance est lev^e a 5 heures. 

[Suivent les signatures.] 



Frotocole No. 20.— Seance du 13 JuiUet, 1878. 
Etaient presents : — 

Pour rAlleraagne — le Prince de Bismarck, JM. de Biilow, le 
Prince do Holieiilohe-ScliillingsrUrst ; 

Pour rAutiiclie-Hongrie — le Comte Alul^^^^sy, le Cunite 
Karol\i, le Bai-on de Haymerle ; 

Pour la France — M. Waddington, le Comte Saiut-ViJlier, 
M. Desprez ; 

Pour la Grande Bretagne — le Comte de Beaconsfield, le 
Marquis de Salisbury, Lord Odo Kusseli ; 

Pour I'ltalie — le Comte Corti, le Comte de Lnunay ; 

Pour la Eussie — le Prince Gortcbacow, le Comte ScbouvalofF, 
M. d'Oubril ; 

Pour la Turquie — Alexandre Caratbeodory Pacba, Mehemed Ali 
Pacba, SadouUah Bey. 

La seance est ouverte a 3 beures. 

Le President fait remarquer quele Protocole 18 a ete distribue et 
que le Protocole 19 sera entre les mains de MM. les Plenipoten- 
tiaires dans le courant de la journee. Les deux Protocoles seroat 
done examines par tous les membres de la baute assemblee. Mais 
comne il ne sera plus possible de recueillir toutes les signatures 
pour lea copies definitivement airetees, le Prince do Bismarck 



GREAT BKITAIX, AUSTRIA, FRANCE, &C. 1077 

propose que MINI, les PJeiiipoteutiaires qui paitiraient avant la 
signature autorisent leurs Excellences jNlM. les Ambassadeurs, 
accredites a B^n'lin, de signer les derniers Protocoles en leur nom. 

Cette proposition est adoptee. 

Le President invite les Pleiiipotentiaires a, vQuloir proceder a la 
signature du Trnire. 

Le Comte Andrasssy prononee les paroles suivants : — 

" Messieurs, 

" Au moment oil nos efforts viennent d'aboutir a une entente 
generale, il nous serait impossible de ue pas rendre hommage k 
riioiiime d'Ltat eminent qui a dirige nos travaux. 

" II a invariablement eu en vue d'assurer et de consolider la 
paix. II a voue tons ses efforts a coucilier les divergences et a 
inettre fin le plus rapidement possible a rineertitude qui pesait 
si gravement snr I'Europe. 

" Grace a la sngesse, a I'inf^xtigable energie, avec lesquelles 
notre Piesident a dirige nos travaux, il a contribue a un haut degre 
a la proiupte reussite de I'oeuvre de pacification que nous avons 
entreprise en coinmun. 

" Je suis done sur de rencontrer I'assentiment unauime de cette 
haute asseniblee eu vous proposant d'offrir ason Altesse Serenissime 
le Prince de Bismarck notre plus chaleureuse gratitude. 

"Sur le point de nou^ separer, je crois le mieux repondre encore 
h vos sentiments eu temoiguant notre respectueuse reconnaissance 
de la haute bienveillance et de la gracieuse hospitalite dont nous 
avons ete I'objet de la part de Sa Majeste I'Empereur d'AUemagne 
et de I'auguste famille Imperiale." 

Le Prince de Bismarck repond : 

" Je suis profondement sensible aux paroles que le Comte 
Andrassy vient de prononcer au nom de cette haute assemblee. Je 
remercie vivement le Congres d'avoir bien voulu s'y associer, et 
j'exprime toute ma reconnaissance a mes collegues de I'indulgence 
et des bons sentiments qu'ils m'ont temoignes pendant le cours 
de nos travaux. L'esprit de conciliation et la bienveillance mutuelle 
dont to'us les Plenipotentiaires' ont ete animes m'ont facilite une 
tache que, dans I'etat de ma sante, j'esperais a peine pouvoir mener 
jusqu'a sou terme. En ce moment oil le Congres, a la satisfaction 
des Grouvernements representes et de I'Europe entiere, aboutit au 
resultat espere, je vous prie de me garder un bon souvenir: quant a 
moi, la memorable epoque qui vient de s'ecouler restera iueffafable 
dans ma memoire." 

Le Congres precede a la signature dea sept exeinplaires du 
Traite. 



1078 Yljc^- ^ /ii'^t^- mvsv^ Ju^tA*^ ^/L«^-^«^-e ^ ^ 

Get acte 6tant accompli, le President reprend la parole dans les 
ternies suivants : — 

" Je constate que les travaux du Congres sont terminus. 

" Je regarde comme un dernier devoir du President d'eiprimer 
les reniertimeiits du Congres a ceux des Plenipotentiaires qui ont 
fait partie des Commissions, notamment a, M. Desprez et a M. le 
Prince de Hohenlohe. Je remercie egnlernent au nom de la haute 
assemblee le Secretariat du zele dont il a fait preuve et qui a 
contribue afaciliter les travaux du Congres. J'assoc-ie dans I'expres- 
sion de cette reconnaissance les fonctionuaires ec otficiers qui ont 
pris part aux etudes speciales de la haute assemblee. 

"Messieurs, au moment de uous separer, je ne cr.iins pas 
d'affirmer que le Congres a bien merite de TEurope. S'il a ete 
impossible de realiser toutes les aspirations de I'opinion publique, 
I'histoire dans tous les cas rendra justice a nos intentions, a notre 
ceuvre, et les Plenipotentiaires auront la conscience d'avoir, dans les 
limites du possible, rendu et assure a I'Europe le grand bienfait de la 
paix si gravement menacee. Ce resultat ne saura etre attenue par 
aucune critique que I'esprit de parti pourra inspirer a la publicite. 
J'ai le ferme espoir que I'entente de I'Europe, avec I'aide de Dieu, 
restera durable, et que les relations personnelles et cordiales qui 
pendant nos travaux se sont etablies entre nous, affermiront et con- 
solideront les bons rapports entre nos Gouverneraeiits. 

" Je remercie encore uue fois mes collegues de leur bienveil- 
lance a mon egard, et c'est en conservant cette impression de haute 
gratitude que je leve la derniere seance du Congres." 

Les Plenipotentiaires se separent a 5 heures. 

[Suivent les Signatures.} 



REGULATIONS for the Navl^aiion of the Suez Maritime 
Canal—Paris, M^rch 12, 1878.* 



CoMPAGNiE UnitebsejiLe dtj C^k^al Maeitime ue Stjez. 

Exploitdl^ion. / 

Meglement de Navigation dfyns le^^ Casml Maritime de Suez.\ 

['' Aet. 14. Nous declarons soleniellement pour nous et nos suc- 
cesseurs, sous la reserve de la ratification par Sa Majeste Imperiale 

• Laid before Parliament with " Correapondence respecting the Suez Canal 
(Tonnage Measurement) " in 1878. 

t Ce reglement est applicable k pa?tir du !"■ Juillet, 1878. Lee reglements 
Miterieura 6ont aonules. / ; 



14 DAY USE 



— -vT>T>nwED 



„^ "BRARY USE 

^^^^^ TO DESK PROM WHICH BORKOWBD 

MAIN LIBRARY 
CIRCULATION DEPARTMENT 




/ii5^2A-30w-7.'73 
(B227S10)9412-A32 



General Library 

Umversity of California 

JSerkeley 



^>'^G6G?G 






THE UNIVERSITY OF CALIFORNIA LIBRARY 



U,C- BERKELEY LIBRARIES 





CDS115735b 



I 



^//.. 



4 



■r^mm 






.f.s 




K€Jl 



:-.*iui,-,^ 



* -^f^fJhi, V 



,y^ 




i^J 




»^i 






^^-^^ . 



'i*S 










kn-J-