Skip to main content

Full text of "Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine"

See other formats


k 



'f 



y 




COLLECTION 



DE 



DOCUMENTS INÉDITS 

SUR L'HISTOIRE DE FRANCE 



PUBLIES PAR LES SOINS 



DU MINISTRE DE L'INSTRUCTION PUBLIQUE 



Par arrêlé en date du lo août igoB, sur la proposition de la Commission des Musées, 
le Ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts a ordonné la publication, dans la Collec- 
tion des documents inédits relatifs à l'bistoire de France, du Recueil général des bas-reliefs de 
la Gaule romaine, par M. Emile Espérandieu, correspondant de l'Institut, membre non résidant 
du Comité des travaux bistoriques et scientifiques. 

M. Salomon Reinach, membre de l'Institut et du Comité des travaux bistoriques et scienti- 
fiques, conservateur du Musée des antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, a été 
nommé commissaire responsable de cette publication. 



SE TROUVE A PARIS 
À LA LIBRAIRIE ERNEST LEROUX 

RUE BONAPARTE, 28 



^CZfe' 



r r 



RECUEIL GENERAL 

DES 



r'i 



BAS-RELIEFS, STATUES ET BUSTES 
DE L4 GAULE ROMAINE 



PAU 

EMILE ESPÉRANDIEU 

CORRESPONDANT DE L'INSTITUT 

TOME CINQUIÈME 

BELGIQUE - PREMIÈRE PARTIE 





PARIS 

IMPRIMERIE NATIONALE 



MDGCCCXIII 



Mo 

EU 
-t 6- 



INTRODUCTION. 

\oici le cinquième volume que la Direction de l'Enseignement supe'rieur et 
la Commission des Musées, auxquelles ma gratitude est acquise depuis lonr-- 
temps, me permettent de publier pour la commodité' des travailleurs, liien 
que l'ouvrage ne doive pas être achevé avant quelques années, la masse de 
documents que j'ai déjà réunis ne peut manquer, je crois, de constituer un 
très ample répertoire, sinon pour l'histoire de l'art, du moins pour l'étude 
de la vie publique, privée et religieuse des Gallo-Romains. Sans doute, tout 
n'était pas inédit parmi les sculptures que j'ai décrites; pourtant, si j'ai bien 
compté, les cinq volumes parus à ce jour reproduisent plus de trois mille 
bas-reliefs, statues ou bustes qui n'avaient pas encore été tigurés ou n'étaient 
connus que par des [»ul)lications peu précises, comme celles de Millin et de 
Grivaud de la Vincelle, par exemple. 

Jus(prici, les introductions de mes volumes ont eu surtout pour objet de 
reconnaître les aides précieuses sans lesquelles je n'aurais pas abouti. Je ne 
risque point de renoncer à cette sorte de tradition, car plus que jamais je me 
suis trouvé dans la nécessité de mettre à contribution la bonne volonté d'obli- 
geants confrères. Les Conservateurs des musées, ceux de l'étranger comme 
ceux de France, m'ont accueilli, dans mes voyages, avec autant de bien- 
veillance que je pouvais en souhaiter. J'adresse tous mes remerciements à 
MM. H. Jadart à Reims, 0. Beuve à Châlons-sur-Marne, Leher à Verdun, 
Blanchard à Soissons, Vatin à Senlis, J. Blu à Gompiègne, L. Delambre à 
Amiens, Théophile Eck à Saint- Quentin, H. Boivin à Beauvais, Vany et 
ïhieret à Sedan, le D' Emile Sauvage à Boulogne-sur-Mer, J. Servais à 
Liège, Oger à Namur. A. Flament à Maëstricht, l'abbé Blum à Luxembourg, 
E. Krûger à Trêves, le D'' H. Gropengiesser à Mannheim, le conseiller 



VI INTRODUCTION. 

Berthold à Spire, E, Wendling à Saverne, E. Reusch à Sarrebourg, R. Forrer 
à Strasbourg, l'abbé Gromer à Haguenau, Waltz à Colniar, L. G. Werner à 
Mulhouse. D'autres personnes, en répondant à mes demandes ou en s'em- 
ployant pour me rendre service, ont acquis aussi des droits à ma reconnais- 
sance. MM, A. Héron de Villefosse, Camille Jullian et Babelon, membres de 
l'Institut, Etienne Michon, Ph. Lauer et A. de Gaix de Saint-Aymour à Paris, 
L. Demaison et Emile Wenz à Reims, Roger Graflin à Sedan, Querleux à 
Laon, A. Baulmont, J. Cardot et L. Petitfils à Gharleville, V. Cauchemé, 
P. Guynemer et L. Plessier à Gompiègne, de Seroux d'Agincourt à Rélhisy- 
Saint-Martin, le marquis de Luppé à Pont-Sainte-Maxence, le D"" Leblond à 
Beauvais, F. Gresson à Boulogne-sur-Mer, Jean de Mot à Bruxelles, Tabbé 
Schmit à Vichten, le D"" Brimmeyr à Echternach, Huybrigts à Tongres, 
Ferdinand Gourtoy à Namur, J. P. Waltzing et L. Halkin à Liège, le D' Coliez 
à Longwy, J. Wilhelm et Ferrant à Luxembourg, Paul Steiner à Trêves, 
Job. Hildenbrand à Spire, Gh. Matthis à Niederbronn, E. Getto et A. Ulmer 
à Metz, A. Fuscb à Saverne, le D"" Nessel à Haguenau, H. Blaul à Pfungstadt, 
sont de ce nombre. Si j'en oublie, que ceux dont j'aurai le regret de me 
souvenir trop tard veuillent bien me pardonner une injustice involontaire. 

J'ai surtout des obligations à l'égard de trois conservateurs de musées, 
MM. Franz Gumont, Lucien Sibenaler et J. B. Keune. M. Gumont et M. Sibe- 
naler m'ont procure' des photographies des sculptures conservées aux Musées 
de Bruxelles et d'Arlon. Quant à M. Keune, je ne le remercierai jamais assez 
pour les services qu'il m'a rendus. En raison de circonstances particulières, 
je ne suis resté que six jours à Metz. Le savant directeur du musée de cette 
ville m'est venu en aide avec tant d'empressement, que ce laps de temps 
m'a suffi. M. Keune m'a non seulement fourni toutes les images dont j'avais 
besoin, mais aussi, sur chacune d'elles, les renseignements de provenance et, 
pour les sculptures qu'il a publiées lui-même, les indications de bibliogra- 
phie que j'aurais eu quelque peine à réunir aussi complètement. 

L'Institut historique grand-ducal à Luxembourg et la Bibliothèque royale 
de Bruxelles ont eu l'obligeance de mettre à ma disposition les manuscrits 



INTRODUCTION. vu 

des frères Wiltheim. Cette faveur exceptionnelle m'a permis de publier exac- 
tement, pour la première fois, des dessins de sculptures d'autant plus pré- 
cieux que les ori^jinaux qu'ils concernent sont perdus. 

Les circonstances particulières dont je parlais tout à l'heure me faisaient 
souhaiter, dans mes visites aux musées d'Alsace-Lorraine, un compagnon de 
route qui pût, le cas échéant, se porter garant de la pureté de mes intentions. 
Je l'ai trouvé en la personne d'un officier allemand du cadre de réserve, très 
au courant, pour en avoir éprouvé lui-même les effets, du bon accueil que 
les étrangers reçoivent en France. M. le lieutenant-général B. Rathgen a 
été le compagnon dévoué et infatigable de mes longues stations en face des 
pierres sculptées; qu'il reçoive ici l'expression publique de ma reconnaissance 
pour l'utile concours qu'il m'a prêté. 

Il me reste à remercier une fois de plus de ses bons conseils le Commis- 
saire responsable de cette publication, M. Salomon Reinach, dont personne 
ne comprendrait que je tusse le nom. Je le fais avec toute la cordialité que 
peuvent m'inspirer des relations amicales bientôt trentenaires. 

Dans le présent volume, une amélioration importante a été réalisée par 
l'adoption d'un nouveau papier pour le tirage des similigravures; j'espère 
que mes lecteurs auront quelque plaisir à s'en assurer. 

1 1 octobre 1918. 



'O 



BELGIQUE 



BIS-UEIIEPS T 

1 



miniiiEnii! KiiiosiLB. 



RÈMES. 

(REMI.) 

Les Renii avaient pour capitale Durocortonm, aujourd'hui Reims. Leur territoire, fort vaste, paraît 
avoir formé les diocèses de Chiliens, de Reims et de Laon, auxquels correspondent la totalité des 
départements de la Marne et des Ardennes et une grande partie du département de l'Aisne. La capitale 
des Rémi, qui comptait déjà, du temps de Strabon, parmi les villes les plus considérables de la Gaule, 
devint, au iv" siècle, la métropole de la Seconde Belgique. 

REIMS 

(DVROCORTORVM) 
ET RÉGION COMPRISE ENTRE L'AISNE, LA VESLE ET LA MARNE. 

La ville de Reims possède quatre dépôts de pierres sculptées; elle n'a pas de musée lapidaire. Un de 
ces dépôts, le plus important, est établi dans le cloître de l'Hôtel-Dieu. Les antiquités qui le composent 
furent réunies, de i864 à 1866, par l'Académie de Reims, dans la chapelle basse de l'Archevêché 
où elles sont restées jusqu'en 1896. Un second dépôt est à l'Hôtel de ville, dans un des sous-sols. La 
plupart des pierres qui en font partie ont été mises au jour, de 1880 à i885, au faubourg de Laon, 
au faubourg de Gérés et à la Haubette. Les pierres les plus lourdes trouvées aux mêmes lieux, et d'autres 
antiques de toutes provenances, sont à Glairmarais, dans une écurie destinée au logement des chevaux 
des troupes de passage. Enfin une vingtaine de stèles, découvertes par Théophile Habert, de 1896 
à 1899, aux lieux-dits la Maladrerie et le Chemin Vert, forment un quatrième dépôt, dans une baraque 
du Cimetière de l'Est. Le Musée archéologique, établi à l'Hôtel de ville, et fondé en 1898 par 
Théophile Habert, n'a guère recueilli, faute de place, que des sculptures de petites dimensions léguées 
à la ville par Duquénelle. Alors que la plupart des villes de France conservent dignement leurs 
précieux débris de tous les âges, celle de Reims, pour des causes diverses, jusqu'à ce jour, fait 
encore exception. Du moins cette ville n'a-t-elle jamais manqué d'esprits cultivés, qui nous appa- 
raissent comme les gardiens jaloux de son bon renom. Depuis JNicolas Bergier et Dom Ma rlot jusqu'à 
Narcisse Brunette, Charles Loriquet, M. Henri Jadart et M. Louis Demaison, une sorte de tradition 
s'est établie pour la sauvegarde des antiquités locales. Si la ville de Reims possède jamais, pour abriter 
ses collections, les bâtiments qu'elle se doit de leur consacrer, c'est celte tradition qui lui permettra de 
les remplir. — Un petit musée lapidaire, installé à l'Hôtel de ville, a été fondé en 1861 à Ghàlons- 
sur-Marne 

BIBLIOGRAPHIE. 

I. Bergier (Nicolas). Le dessein de l'histoire de Reims, avec diverses curieuses remarques touchant les établissements des peuples 
et la fondation des villes de France. Reims, i635 ; \n-h°, xiv-i68 pages, 7 planches. 



h REIMS. 

II. Baussonnet (GulHaumc). Desseins de peinture , graveur'e , orfévrie, massonnerie, menuiserie, loumerie et autres arli. Biblio- 
thèque de Reims; ms. in-folio, i6 feuillets. 

III. Marlot (Dom Guillaume). Metropolis Remensis histnria. Tome I, Lille, 1666; in-ii", C8/1 pages; — tome II, Reims, 
1679; in-Zi°, Qii pages. — Histoire de la ville, cité et université de Reims, métropolitaine de la Garde Relgique. Nouvelle édi- 
tion, Reims, i843-i8i6; k volumes 'm-h°, xii-729, 862, 848 et xxxi-796 pages, 17 planches. 

IV. Lacourt (Jean). Durocort, ou les Rémois sous les Romains. Paris, i8i4; in-18, 287 pages. Puhlié par L. Paris. 

V. Geruzez (J.-B.-F.). Description historique et statistique de la ville de Reims. Reims, Paris et Châlons, 1817; ^ ^°~ 
lûmes in-8", xvni-716 pages, 20 planches. 

VI. Jacob-K[olb] (Gérard). Description historique de la ville de Reims. Reims, 182 4; in-8°, i3o pages, 21 planches. 
Vil. Povillon-Piérard (E.-F.-X.). Description histonque de l'éfflise métropolitaine de Notre-Dame de Rheims. Reims, 1828; 

in-8°, 148 pages. — Dissertation sur les anciennes sépultures romaines, gauloises et rhémoises découvertes hors de l'ancienne cité 
de Rheims, depuis le seizième siècle jusqu'à nos jours. Reims, i83o; in-8", 55 pages. 

VIII. Tarbé (Prosper). Reims; ses rues et ses monuments. Reims, i844; in-8°, 687 pages. 

IX. LoRiQUET (Charles). Le tombeau de Jovin à Reims. Paris, 1860; in-8°, Uo pages, 2 planches. Extrait de la Revue ar- 
chéologique, nouv. se'rie, t. I, 1860, p. i4i à 157, 216 a 229, 275 à 28/i; — S'édition, Reims, 1880; in-B", 72 pages, 
1 planche. — Reims pendant la domination romaine, d'après les inscriptions , avec une dissertation sur le tombeau de Jovin. 
Reims, 1860; in-8°, 828 pages, 8 planches, une photographie. Extrait des Travaux de l'Académie de Reims, i. XXX, 1859- 
1860, p. 46 à 889. 

X. Brunette (Narcisse). Notice sur les antiquités de Reims, les découvei'tes récemment faites et les mesures adoptées pour la 
conservation des anciens monuments de la ville. Reims, 1861; in-8°, 79 pages. — Souvenirs archéologiques et notes relatives à 
l'état de la ville de Reims. Meaux, i885; in-B", i84 pages. 

XI. Maxe-Werly (Léon). Essai sur la numismatique rémoise. Paris, 1862; in-8", 82 pages, 11 planches. 

XII. Ville de Reims; exposition rétrospective ; catalogue des objets d'art et de curiosité, tableaux, dessins, tapisseries, etc., exposés 
dans les salles et salons du Palais archiépiscopal, le ai avril iSjS ; 3° édition revue et augmentée d'un supplément. Reims, 
1876; in-8°, 9 Sa pages. 

XIII. Demaisos (Louis). Les portes antiques de Reims et la captivité d'Ogier le Danois. Reims, 1881; in-8°, 28 pages. 
Extrait des Travaux de l'Académie de Reims, t. XLV, 1881, p. 433 à 458. — Guide du Congrès de Reims en iQi 1. Caen, 
1911; in-8°, 43 1 pages, 19 planches. (En collaboration avec MM. E. Lefèvre-Pomalis, H. Jadart et L. Broche.) 

XIV. N1CAISE (Auguste). Le cimetière gallo-romain de la Fosse Jean Fat; urnes à visage, stèles funéraires , avec inscriptions et 
sculptures, à Reims. Reims, i883; in-8°, 20 pages, 4 planches. Extrait des Mémoires de la Société d'agriculture, commerce, 
sciences et arts du département de la Marne, t. XXVI, 1881-1882, p. 78 h 88. 

XV. GiVELET (Ch.), Jadart (H.) et Demaison (L.). Catalogue du Musée lapidaire rémois établi dans la chapelle basse de 
l'Archevêché {1 865-1 8g5). Reims, 1895; in-8°, 100 pages. Extrait des Travaux de l'Académie de Reims, t. XCV, 1896, 
p. i83 à 282. 

XVI. Bazin (H.). Une vieille cité de France; Reims. Reims, 1900; in-4°, 55o pages, nombreuses gravures. 

XVII. Habert (Théophile). Catalogue du musée archéologique fondé par M. Théophile Habert. Troyes, 1901; in-8", 
892 pages. Publié par M. Henri Jadart. 

XVIII. ViLLEFOsSE (A. Héron de). Monuments romains trouvés à Reims et conservés à Paris. Caen, 1912; in-8", i5 pages, 
1 planche. Extrait des Procès-verbaux et mémoires du Congrès archéologique de France, LXXVIII' session tenue à Reims en igi 1 
(Caen, 1912; in-8°), p. 69 à 81. 

XIX. Beuve. (Octave). Catalogue du Musée de Châlons-sur-Mame; I, Musée lapidaire et archéologie monumentale. Chàlons- 
sur-Marne; in-8° (sous presse). 



REIMS. 



3651. Autel de provenance locale. Au Musée archéo- 
logique (ancienne collection Lucas). Pierre commune. 
Hauteur, o m. 99 ; largeur, m. i5; épaisseur, m. 08. 




Maxe-Werly, Numtsmat. rém., p. 17 et pi. XI. — Bertrand, 
L'autel de Saintes et les triades gaul., p. aS = Revue archéol., 
1880, II, p. 11, II" 8 (cf. H. Martin, ibid., p. 938). 

Par devant, trois visages barbus, accolés et laurés, 
dont un de face qui sert pour les deux autres placés de 




profd. Sur la partie supérieure de l'autel, une sculpture, 
au trait, indéterminable; il pourrait s'agir d'une tête 
de bélier. (Voir le n° 36 61.) 



3652. Autel trouvé ««près de l'usine de M'°° Houzeau- 
Muiron?) [bertr.]. Au Musée archéologique (ancienne 
collection Duquénelle); moulage au Musée de Saint- 
Germain. Pierre commune. Hauteur, m. /i/i; largeur, 
o m. 22; épaisseur, m. i3. 

DuQoÉNELLE, Coiigrès archéol., XXVIII (1861), p. 7^4. — 
Maxe-Werly, Numismat. rém., p. 17 et pi. X. — A. Ber- 



trand, L'autel de Saintes el les triades ffatil., p. aS = Revue 
archéol., 1880, 11, p. 1 1, n° 7 (cf. Henri Martin, ibid., p. a38): 




Relig-. des Gaulois, p. dMi (gravure). — Salomou Reinach, Catal. 
des bronzes, p. 189. — Bazin, Reims, p. 19 (gravure). 

Par devant, trois visages barbus, accolés et laurés, 
dont un de face qui sert pour les deux autres placés de 




profd. Une tête de bélier très dégradée et un oiseau 
sont posés à plat sur la partie supérieure de l'autel. 
(Voirie n" 366 1.) 



REIMS. 



3653. Stèle à fronton triangulaire, découverte en 
1887, «dans un terrain de la rue de la Prison-Bonne- 
Semaine [aujourd'hui rue Vauthier-le-Noir] , non loin 



de l'église métropolitaine». On retira des mêmes fouilles 
«des amphores, des fragments de marbre, de grosses 
tuiles et des médailles d'argent et de bronze de Tibère, 




de Vespasien et d'Anlonin le Pieux« [witte]. A l'Hôtel 
de ville; moulages aux Musées de Saint-Germain, d'Or- 
léans et de sculpture comparée du Trocadéro. Pierre 
tendre commune. Hauteur, 1 m. 26; largeur, 1 m. 10; 
épaisseur, m. lu. 

L. Paris, dans Lacourt, Durocort, p. 286; Chronique de Cham- 
piffnc, I (i8i5), p. 870 (lithographie); Magasin piUor., 18/17, 



p. i64 (gravure). — Tavlob et Nodier, Voij. pillor., Champagne, 

I, p. 198 (lithographie). — Du Witte et Lexormant, Moniim. 
cérnmogr., II, p. 3a6 et pi. XCIX. — De Witte, Reiue archéol., 
IX (1 85a), p. 56 1; cf. XI (i854), p. S25i; Revue numismat., 
n. s., III (i858), p. i5 (gravure). — Dcrcy, Hist. des Rom., 
IV, p. 3i (gravure). — Bertrand, L'autel de Saintes, p. 7 et 
38 et pi. III; Revue archéol., 1880, 1, p. 889 et pi. XI; cf. 1880, 

II, p. 989; Relig. des Gaulois, p. 3i4 et 84 1 et pi. XXV. — 



REIMS. 



Adr. Legrand, dans Saglio et Pottier, Diclionn. des mil., III, 
a, p. 1832 (gravure). — Salonion Reinach, Calai, des bromes, 
p. 192; Catal. soinm. (4' édit.), p. 97; Guide illustré, p. 69 
(gravure); Cultes, mythes et relig., I, p. 49 (gravure, d'où 
HôFLER, Zur Somntologie der Gallokelten — Archiv fir Anthropo- 
logie, n. f., XU, 1, p. 65) et 79 = Revue celtique, XXI (1900), 
p. 999; Répert. de reliefs, II, p. 3oa , \\° 9. — G. de Mensignac, 



Mém. de la Soc. archéol. de Bordeaux, XXII (1897), p. 36 = Tri- 
céphale de Condat, p. 7. — Bazin, Reims, p. 19 (gravure). — 
Renel, Les relig. de la Gaule, p. 1 (gravure). — Raimund 
Oehler, Rilderatlas zu Cdsars Buchern de bello gallico (Leipzig, 
1907; ïn-W), p. 78 et pl. XXV, n" 64. — Camille Enlart, Le 
Musée de sculpt. comparée du Trocadéro (Paris, 1911; in -4°), 
p. i5 (gravure). — Demarteau, L'Ardenne belgo-rom., 3" édit. 





■*v«- rv ^.' , 



. . À 



(1919), p. 38 (gravure). — Cf. Loriqdet, Reims, p. 29; — 
Rorert et Gagxat, Epigr. de la Moselle, p. 61; — Héron de 
Villefosse, Bull, des Ant. de France, 1879, p. 147. 

Dieu accroupi, proLabiement Gernunnos, entre Apol- 
lon et Mercure debout. Le dieu, assis sur un trône, 
le cou paré d'un collier gaulois, est barbu, vêtu d'une 
tunique collante à manches courtes et chaussé ; il était 



pourvu de cornes de cerf, qui ont disparu presque 
entièrement, mais qu'on a pu restituer avec certitude 
d'après les traces laissées, sur la bordure du fronton, 
parles extrémités des bois. De la main droite, le person- 
nage extrait d'un sac posé sur son bras gauche des objets 
plats, de forme circulaire, où l'on peut reconnaître des 
graines ou des pièces de monnaie dont semblent se 



REIMS. 



nourrir ou que flairent un cerf et un taureau places en 
face l'un de l'autre, au pied du trône. A sa droite, 
Apollon, le pied droit sur un gradin, la chevelure longue 
et bouclée, le dos couvert d'une draperie qui revient 
par devant et tombe jusqu'au sol, s'appuie de la main 
gauche sur une lyre posée debout sur le dossier du trône. 
A sa gauche. Mercure, coiffé du pétase, un manteau sur 
les épaules, tient de la main droite levée un caducée 
que sa tête cache en partie, et porte de l'autre main, 
sur son bras gauche, une grosse bourse. Apollon et 
Mercure ont leurs regards tournés vers le dieu cornu. 
Le fronton de la stèle, décoré d'un rat, est soutenu par 
deux pilastres. Ce bas-relief, «qui est d'un assez bon 
travail, offre un exemple frappant d'une conception de 
la religion gauloise traduite au moyen de formes em- 
pruntées à l'art gréco-romain 55 [reinach]. 
Voir les n"' 1 3 1 9 et 3 1 3 3 . 

3654. Autel mutilé, trouvé «près de la porte de Marsn 
[bertr.]. Au Musée archéologique (ancienne collection 
Duquénelle). Pierre commune. Hauteur, cm. i8; lar- 
geur, m. 1 3 ; épaisseur, o m. 1 1 . 

Maxe-Werly, Numtsmat. rém. , p. 1 7 et pi. XI. — Bebtrand , 
L'aulel de Saiiiles et les triades gaul., p. 96 = Ucoue archéol., 
1880, II, p. 19, n" 12 (cf. H. Martin, ihid., p. 938). 




Par devant, trois visages barbus, accolés, dont un 
de face qui sert pour les deux autres placés de profd. 
De chaque côté, un visage informe couronné de feuil- 
lage. Sur la partie supérieure de l'autel, les restes peu 
reconnaissables d'une tête de bélier et d'un oiseau. 

Voir le n° 366 1. 



3655. Colonnette découverte « dans des fouilles exécu- 
tées sur le boulevard des Promenades, pour la construc- 
tion d'une maison 55 [duqukn.]. Au Musée archéologique 
(anciennes collections Disant et Duquénelle); moulage 



J 







au Musée de Saint-Germain. Pierre commune. Hauteur, 
m. 48; largeur et épaisseur à la base, o m. 11. 

Ddquénelle , Congrès archéol., XXVIII (1861), p. 70 et 8i 
(gravure); Catal. de l'exposh. rétrospect. (187C), 11° BgS. — 
Maxe-Werly, Numismat. rem., p. 17 et pi. IX. — Bertrand, 
L'autel de Saintes et les triades gaul., p. 26 = Rente archéol.. 



REIMS. 



1880, II, p. 19, 11° i3 (gravure) [cf. H. Martin, liirf., p. 288]. 
— Salonion Reinach, Catal. des bronzes , p. 189. 

A la partie supérieure de la colon nelte, trois visages 
barbus, distincts et laurés, surmontés d'un reste de 
sculpture qui peut provenir d'une tête de bélier. Au- 




dessous de chaque visage, des ornements géométriques. 
(Voir le n» 366 1.) 



3656. Autel de provenance locale. Au Musée archéo- 
logique (anciennes collections Lucas et Duquénelle); 

BAS-HELIEFS. — V. 



moulage au Musée de Saint-Germain. Pierre commune. 
Hauteur, m. 48 ; largeur, m. 30 ; épaisseur, m. 1 5. 

Maxe-Weblv, Nnmismnt. rém., p. 17 et pi. IX. — Bertrand, 
L'autel de Saintes et les triades gaitl., p. 26 = Bévue archéol., 
i88o. II, p. 19, n" 11 (cf. H. Martin, ibid., p. 988). 

Par devant, trois visages barbus, accolés et proba- 
blement laurés, dont un de face qui sert pour les 
deux autres placés de profil. Sur la partie supérieure 
de l'autel, une tète de bélier posée à plat et les traces 
d'une autre sculpture, certainement celles d'un oiseau. 
«Deux monuments semblables, moins bien conservés, 
sont sortis malheureusement du cabinet de M. L. Lucas, 




pour être traités comme de simples moellons.» (Lori- 
QUET, Reims, p. 29.) [Voirie n° 366i.] 



3657. Autel de provenance locale. Au Musée archéo- 
logique (ancienne collection Duquénelle); moulage au 



IMPniMEniB NATIONALE. 



10 



REIMS. 



Musée de Saint- Germain. Pierre commune. Hauteur, 
m. 23; largeur, o m. i 5; épaisseur, o m. lo. 




DiQuÉNELLE, Copgrès (trchéof. , XXVIll (i86i), p. 7Ô. — 
Maxe-Werly, Numismat. rém., p. 1 7 et pi. X. — Bertrand, L'aulel 
de Saintes et les triades gauL, p. ao = Revue archéol., 1880, II, 
p. 1 1, n" 6 (gravure; cf. H. Martin, ibid., p. 288). — Salomon 
Reinach, Catal. des bromes, p. 189. — Bazin, Reims, p. iç 
(gravure). 




droit, un couteau de sacrifice. Sur la partie supérieure 
de l'autel sont une tête de bélier et une seconde figure 




très fruste, certainement celle d'un oiseau. (Voir le 
n°3G6i.) 



3658. Autel «découvert en 1889, dans un terrain 
de la rue Noël» [dem.]. Au Musée archéologique. Pierre 
commune. Hauteur, m. 3o; largeur, m. i5; épais- 
seur, m. 11. 




Par devant, trois visages barbus, accolés, dont un 
de face qui sert pour les deux autres placés de pro- 
fd. Du côté gauche, un autre visage barbu. Du côté 



Catal. (1895), p. 97, note 1. 

Par devant, trois visages barbus, accolés et laurés, 
dont un de face qui sert pour les deux autres placés 



REIMS. 



11 



de profil. De chaque côté, une tête imberbe placée de 
profil; les deux têtes sont tournées en sens contraire 




l'une de l'autre et se ressemblent. Sur la partie supé- 
rieure de l'autel est seulement une tête de bélier. (Voir 
len°3(i6i.) 

3659. Autel de provenance locale. Au iMusée archéo- 
logique (ancienne collection Duquénelle). Pierre com- 
mune. Hauteur, o m. 3o; larjjeur, o m. 19; épaisseur, 
cm. 1 3. 

Bertrand, L'aulel de Saintes et les triades gauL, p. aG = llciuc 
archéoL, 1880, II, p. la, n* 10 (cf. H. Martin, ibid., p. 288). 

Par devant, un visage barbu qui sert pour deux 
autres placés sur les côtés; le tricéphale a des arcades 



sourcilières nettement accusées, mais ses yeux ne sont 
pas indiqués. Une tête de bélier et un oiseau sont posés 




à plat sur la partie supérieure de l'autel. Contrairement 
à ce qui a lieu pour les autres monuments de même 




style, la tête de bélier est placée à droite. (Voir le 
n°3GGi.) 



3660. Bloc rectangulaire de provenance locale. Au 
dépôt de Clairmarais. Pierre commune. Hauteur, 



12 



REIMS. 



m. 58; largeur, i m. oh; épaisseur, environ 
m. 75. 

Divinité nue, debout, de face; derrière elle, les plis 
d'un grand manteau qui lui couvrait sans doute les 



. — ^ -.^^ 


^ 


m ^-vS 




. ^8 


1 

1 » 

} 
^ 



épaules; à sa gauche, un vase à une seule anse et à 
panse godronnée posé sur le sol. En retrait, de chaque 
côté , une plante stylisée formant bordure. Probablement 
Vénus. La pierre paraît avoir fait partie d'un pilastre. 

3661. Fragment d'autel, en forme de demi-colon- 
nette, trouvé près de la Porte de Mars. Au Musée archéo- 
logique (ancienne collection Duquénelle); moulage au 
Musée de Saint-Germain. Pierre commune. Hauteur, 
m. 97; largeur, o m. 20; épaisseur, m. i 0. 





Bertrand, L'aulel âe Saintes et les triades gauL, p. 95 = Bévue 
archéoL, 1880, 11, p. 11, n° 9 (cf. H. Martin, ibid., p. 938). 

Par devant, trois visages barbus, accolés, dont un 
de face qui sert pour les deux autres placés de profil. 
La cassure de la pierre s'est produite à hauteur des yeux. 

Le tricéphale est le dieu indigène que César identifia 
au Mercure romain. (Cf. S. Reinach, Cultes, mythes et 



7-elig., III, p. iG5.) L'oiseau qui décore la partie supé- 
rieure des autels de Reims ne peut être qu'un coq. 

A consulter : Paulin Paris, Congrès archéoL, XXVllI (1861), 
p. 85 ; — A. DE Longpérier , Comptes rendus de l'Acad. des inscript, 
et belles-lettres, i8ii,Tp.^j8 = OEuvres,lll, p. ^u^ = Revue arch., 
1870-1871,11, p. 39/1; — DeWite, Bévue archéoL, 1875, 11. 
|). 383 = Bull, monum. , 1 876, p. 80 ; — Mowat, Comptes rendus de 
l'Acad. des inscript. et belles-lettres, 1875, p. 3/17; Bull, épigr., 
1 (1881), p. 99, 111 (i883), p. 169: — A. Bertrand, Revue 
archéoL, 1880, 1, p. 1 ; — Salomon Reinach, Bronzes Jîgurés de 
la Gaule rom., p. 187, et surlout Cultes, mythes et relig., 111, 
j). iGo = Bévue de l'hist. des relig., 1907, p. 57. 

Voir lesn"'io55, t3i6, 2088, 9i3i, 2668, SiSy 
et 3 2 8 7 ; ci-dessus lesn°'3G5i, 3G52, SGBiàSGBg; 
ci-après les n" 3GG8, SGGcj, 87/15 et 3768. 



3662. Bloc mutilé, k trouvé rue Cotta» [dem.] Au 
dépôt de l'Hôtel-Dieu. Pierre commune. Hauteur, 
m. G8; largeur, om. 3ù; épaisseur, om. Sa. 




Catal. de l'exposit. rétrospective de Beims, 3' édit. (1876). 
p. 9/49. — Catal. (1895), p. 97, n° 5. 

Sur une des faces, Mercure nu, tenant de la main 
droite une bourse, de l'autre main un caducée. Du côté 



REIMS. 



13 



droit, Hercule nu, barbu, s'appuyant de la main droite 



sur sa massue, la peau du lion sur le bras gauche. Du Mars, qui, de la main droite, tenait une lance. Le bas 



côté gauche, les restes d'un autre dieu nu, sans doute 





relief de la quatrième face a disparu presque entièrement. 
On y reconnaît cependant Minerve, la poitrine parée du 
gorgonéion. 



3663. Vasque de provenance locale. Au dépôt de 
l'Hôtel-Dieu. Calcaire grossier. Hauteur, o m. /iy; dia- 
mètre, m. 98. 




Sur le pourtour de cette vasque sont répartis quatre 
masques imberbes, peut-être de Satyres. Un trou a été 



pratiqué pour l'écoulement de l'eau. Du côté opposé à 
ce trou est une échancrure rectangulaire. 



14 REIMS. 

3664. Bloc mulil(5, «trouvé rue du Levant, chez Calcaire grossier, très coquillier. Hauteur, i m. o3; 
MM. Henriot frères» [brun.]. Au dépôt de l'Hôtel-Dieu. largeur et épaisseur du dé, o m. 5/4. 




Brunette, Notice, p. io. — Bazin, Reims, p. 29 (gravure). 
- CaUd. (1895), p. 25, n" 3. 



Sur une des faces, Hercule et une déesse, probable- 
ment Hébé. Le dieu s'appuie de la main droite sur sa 



REIMS. 



15 



massue et pose son bras gauche sur l'épaule droite de sa 
compagne. Celle-ci a le dos couvert d'un manteau qui lui 



entoure la tête et dont elle tient l'un des pans de la 
main droite baissée; il ne reste de son bras gauche que la 




partie supérieure. Sur la face opposée , Mars et une déesse 
ilrapée, sans doute Minerve ou une Victoire, dont les 



attributs font défaut. Mars est cuirassé, a les pieds nus 
et les jambes protégées par des cnémides; il portait de 



16 



REIMS. 



la main droite une lance dont il ne reste plus que des 
traces, et s'appuyait de l'autre main sur un bouclier. 



Du côté gauche, Vulcain, et une troisième déesse, dra- 
pée, peut-être Vénus; le dieu, chaussé de brodequins, 




est vêtu d'une tunique courte serrée à la taille ; il a les 
bras nus et tient, de la main gauche, des tenailles dont il 
appuie les mâchoires sur une enclume. La face latérale 



droite n'a conservé que la partie inférieure des jambes 
nues d'un dieu et les pieds et le bas du vêtement d'une 
déesse drapée; il a pu s'agir de Mercure et Rosmerta. 



REIMS. 



17 



3665. Bloc mutilé trouvé, depuis une dizaine d'an- 
nées, dans un des faubourgs. Au dépôt de Clairmarais. 




Calcaire tendre, à grain fin. Hauteur, o m. 96; largeur 
et épaisseur, m. 38. 








D'un côté. Hercule barbu, la peau du lion sur le bras 
gauche, s'appuyant de la main droite sur sa massue. 



Du côté opposé, une déesse, vêtue d'une tunique serrée 
au-dessous des seins, les bras nus, tenant de la main 






■* 




gauche peut-être une torche, le pied droit posé sur un 
globe. A droite, Mars casqué, portant sa lance de la 




BiS-RELlErs. 



mam droite , et s'appuyant de l'autre main sur son bou- 
clier. A gauche, Mercure, son manteau sur l'épaule et 



IMl'BIMERIE KiTJOXALi;. 



^3 REIMS. 

le bras gauches, coiffé du pâase, tenant de la main | 3666. Bloc mutilé, t. trouvé rue du Temple, par M. Tor- 

gauche un caducée. 1 «rat. [bbun.]. Au dépôt de l'Hôtel-Dicu ; moulage d une 




des faces au Musée de Saint-Germain. Calcaire grossier. ! Brunette, A'otice, p. 4i. — Catal. («890). p. 2G, n" h = 
Hauteur, m. 88; largeur, m. 56; épaisseur, m. 5o. j Trav. de l'Acad. de Reims, XCV (iSgS), p. 209. 



REIMS. 



19 



Sur une des faces, Mercure nu, son rnanlcau sur 
l'éjjaule et le bras gauches, tenant de la main droite 



un caducée, et s'appuyant de l'autre main sur une corne 
d'abondance placée debout sur un autel; à sa droite, une 




lyre et une massue posées sur le sol: dans le fond, une 
draperie. Sur la face opposée, Jupiter nu, la main droite 



baissée armée d'un foudre, un sceptre dans l'autre main. 
Du côté droit, une déesse, vêtue d'une robe longue, un 

3. 



20 



manteau sur l'épaule gauche , le côté droit de la poitrine 
à découvert, tenant de la main droite un pain ou un 



REIMS. 

gâteau qu'elle présente à la flamme d'un autel, de l'autre 
main , non pas une palme , mais probablement une torche ; 




cette déesse, peut-être Diane, a le pied gauche posé 
sur un globe; à sa droite , contre l'autel, est un chien 



couché. Je ne crois pas qu'il puisse s'agir d'une Victoire. 
Du côté gauche, un dieu à deux visages apparents, l'un 



REIMS. 



21 



imberbe, l'autre barbu; le premier, placé normalement, 
est encadré de longs cheveux; le second, tourné vers la 



droite, est celui d'un vieillard. Le dieu, vêtu d'une tu- 
nique courte et d'un manteau jeté sur l'épaule gauche. 



É^;' 




a les pieds nus; il tient de la main droite une patère, 
et s'appuie de l'autre main sur un bâton noueux. Chaque 



divinité est debout, de face, dans une niche, entre 
deux pilastres décorés de feuilles styhsées. 



52 



REIMS. 



3667. SlMe mutilée, découverte en 1896, au lieu 
(lit la Maladrerie. Au dépôt du cimetière de i'Est. Pierre 



commune. Hauteur, 1 m. 12; largeur, m. 90; épais- 
seur, m. 2 5. 




C. 7. L., XIII, 3964. 
(gravure). 



Théophile Habert , Catal., p. 220 



Femme entre deux hommes, dans une niche. [Les 
personnages sont debout. Leur vêtement se compose de 



REIMS. 



23 



deux tuniques et d'un manteau. L'une des tuniques des 
liommes est fendue par devant et pourvue d'un capu- 



chon. L'homme de droite paraît, de la main gauche, 
tenir un rouleau; de l'autre main, un pan de son man- 




teau. Les objets que portaient les autres personnages 
sont devenus frustes. Au-dessus de la niche, l'inscription : 



[/)(»«)] Mianihus) cl m[e\m[oriae) P. Ael(ti) Sile[)n?] et ... 
Sur le côté droit de la stèle est figuré debout un artisan. 



24 



vêtu d'une tunique, tourné vers la droite, tenant des 
deux mains une sorte de cordelette qui semble fixée à 




REIMS. 

M. Alfred Wenz; moulages aux Musées de Reiras (Hôtel 
de ville) et de Saint-Germain. Pierre commune. Hauteur, 
G m. 54; largeur, o m. 33; épaisseur, o m. ii. 

Photographie communiquée par M. Emile Wenz. 

Mercure gaulois et Rosmerta debout, de face, dans 
une niche. Le dieu, placé à droite, est barbu et vêtu 
d'une chlamyde; il tient de la main droite peut-être un 
caducée, et de l'autre main probablement une tête de 
bélier qu'il presse contre sa poitrine. La déesse est dra- 



/ 




i 




l'une des dents d'un objet fourchu placé verticalement, 
le manche en bas. 11 pourrait s'agir d'un cordier. 

3668. Stèle en trois fragments, découverte en 1919, 
rue Piper, en construisant une maison. A Reims, chez 




pée; elle a la main droite ramenée devant le corps. Au- 
dessous des deux personnages sont un coq debout, 
tourné vers la gauche, et une tête de bélier posée en 
sens contraire. La stèle a conservé quelques traces de 
coloration. (Voir les n°' 313^ et 366i.) 



REIMS. 



25 



3669. Autel de provenance non indiquée, vraisem- 
blablement locale. Au dépôt de l'Hôtel de ville. Calcaire 
grossier, très friable. Hauteur, o m. 56 ; largeur, o m. ao; 
épaisseur, cm. i a. 





^-•■•' -■* <«ii',-iÊ^„^i,^à^i^ 



C«<fl/. (1890), p. 97, n° 5 ils. 

Mercure nu, debout, de face, coiflé du pétase, te- 
nant de la main droite une bourse, de l'autre main un 



caducée. Du côté droit, un visage barbu, de même style 
que ceux des tricéphales. Du côté gauche, les restes 
peu reconnaissables d'une autre figure. Le quatrième 




côté n'a pas de bas-relief. Une tête de bélier est posée à 
plat sur la partie supérieure de l'autel. 

Voir le n" .3 661. 



BiS-BELIKPS. V. 



IMIT.IMERIE >AT10.\ALE. 



26 



HEIMS. 



3670. Stèle mutilée, trouvée complète, mais en deux 
fragments, en i865, «dans les fondations du rempart, 




près de la porte de Mars^ [dem.]. Au Musée archéo- 
logique. Pierre commune. Hauteur, o m. 4o; largeur, 
cm. 28; épaisseur, m. 09. 

Léon MoREL, Trav. de l'Acad. de Reims, XCIII (1892-1898), 
p. 179. — Calai. (1895), p. 28, n" 6. 

Déesse coilTée d'une couronne murale, vêtue d'une 
robe longue, serrée à la taille par un cordon, et d'un 
manteau jeté sur l'épaule gauche. Elle a le pied gauche 
posé sur un tabouret et tient de la main gauche une 
corne d'abondance remplie de fruits. 

Voir le n» 3675. 

3671. Statuette mutilée, découverte «en creusant les 
fondations d'une maison, dans la rue Cérès» [vill.]. Au 
Musée du Louvre; moulage au Musée archéologique de 
Reims (Hôtel de ville). Marbre blanc. Hauteur, m. /lo. 

Darcel, Gazette des beaux-arts, XIV (1876), p. 90. — 
Héron de Vii.lefosse, Bull, des Ant. de France, 1907, p. 870; 
Bulletin des Musées de France, 1908, p. 5; Monum. rom., p. 3 = 
Congrès archéoL, LXXVllI (191 1), p. 72 (planche). — Salomon 
1\einacu, Répcrt., IV, p. 91 5, 11° 6. 



«Vénus assise, les jambes croisées, sur un rocher 
que recouvre sa draperie; la déesse est nue, le bras 




droit levé, le bras gauche abaissé vers la cuisse, v [vii.lk- 
FOSSF.]. CEuvre gréco-romaine d'un style excellent. 



3672. Stèle en plusieurs fragments, découverte for- 
tuitement par un particuher, au commencement du mois 




d'août 1897, t«aux environs de l'ancienne porte Cérès» 
[jAD.]. A l'Hôtel de ville (Musée Haberl). Pierre tendre 



REIMS. 



27 



commune. Hauteur, o m. 35; largeur, o m. /la ; épais- 
seur, m. o4. 

H. Jadikt. Bull, de la Soc. des Ant. de France, 1897, p. 870. 
— Salomon Reixach, Bull, arclu'ol. , 1901, p. 335. 

Epona assise, à droite, sur une jument marchant à 
droite; la déesse est vêtue d'une robe longue et tient de 
la main droite un objet peu reconnaissable, probable- 
ment une palère, de l'autre main une corne d'abon- 
dance. La stèle a conservé des traces de coloration. 



3673. Stèle de provenance inconnue. Au Musée 
arcliéologi({ue. Pierre commune. Hauteur, o m. 5o; 
largeur, cm. 26; épaisseur, o m. 09. 




Catal. (1895), p. 3o ({jravure). 

Déesse coiffée d'une couronne murale, vêtue de deux 
tuniques serrées à la taille par un cordon; elle tenait. 



de la main gauche, une corne d'abondance dont il ne 
reste plus que des traces. 

Voir le n" SGyB. 



3674. Stèle découverte «vers i85o, au faubourg 
Cérès, dans les terrains de l'Orphelinat de Bethléem 75 
[dem.]. Au Musée archéologique. Pierre commune. Hau- 
teur, m. 90; largeur, m. lo; épaisseur, m. 07. 




Di'QiKNELLE, Coiigrès arcliéol. , XXVIII (1861), p. 76. — 
Catal. (1895), p. 99 (ffravure). 

Déesse peut-être coiffée d'une couronne murale, vêtue 
d'une tunique serrée à la taille par un cordon; elle tient 
de la main gauche une corne d'abondance très dégradée. 

Voir le n° 3675. 



3675. Statuette, en deux fragments, de provenance 
inconnue. Au Musée archéologique. Pierre commune. 
Hauteur, o m. 29 ; largeur, cm. 1 2 ; épaisseur, m. 08, 

Càlal. (1890), p. 3i (gravure). 



28 



REIMS. 



Déesse velue d'une tunique et d'un manteau qui lui 
couvre les jambes. La tête a disparu presque entière- 
ment; par ses traces sur le dossier du siège, on peut 
supposer qu'elle était coifTéc d'une couronne murale. Cette 
déesse, probablement une Tutèle, de même que celles 
qui sont décrites ci-dessus, sous les n" 8670, 8678, 




867/1 et ci-après sous le n° 8770, tient de la main 
gauche une corne d'abondance remplie de fruits; elle a 
le pied gauche sur un tabouret. 



3676. Sarcophage autrefois à Reims, dans l'cgHse 
de Saint-Remy, où il passait pour avoir été le tombeau 
de Carloman. «En 1756, pour le mieux consei-yer, il 
fut mis sur des colonnes de pierre, sous la première 
arcade du collatéral, du côté du cloître, proche la 
sacristie» [chat.]. Marbre blanc, «de sept à huit pieds 
de long, sur trois pieds et demi de haut et de large )5. 
Perdu. 

Dom Châtelain, Notes sur l'église de Saint-Remy (cité par Lo- 
KiQDET, Revue archéoL, 1860, I, p. 217 = Reims, p. 168). — 



Jacob-Kolb, Descript., p. 72 (dapièsun mémoire manuscrit de 
Lacourt). 

Sur le devant de ce sarcophage, «à peu près sem- 
blable au superbe tombeau de Jovinw, était une chasse 
au lion sur laquelle les détails manquent, r Ce qui 
confirme que c'est la pierre sépulcrale du roi Carloman, 
dit dom Châtelain, c'est que sur le côté droit, entre 
plusieurs bas-reliefs, il paraît une sorte de globe im- 
périal, en forme d'une roue de chariot, marqué d'une 
croix , que l'on sçait avoir été le symbole deCharlemagne. v 
«Un char rempli de dépouilles^ aurait figuré, dit-on, 
sur une des faces latérales. 



3677. Sarcophage placé jadis dans l'église de Saint- 
Nicaise, contre la muraille du grand portail; il était 
élevé sur trois colonnes de marbre gris, 5 dont les bases, 
suivant les gravures qui les ont reproduites en entier, 
indiquent le xiv" siècle, c'est-à-dire l'époque de l'achève- 
ment de l'église, qui a subsisté jusqu'à nos jours» [lob.]. 
La chute d'une verrière, en i5/lo, l'endommagea. En 
1800, ce sarcophage fut déposé entre deux piliers, dans 
la grande nef de la cathédrale; plus tard, on le trans- 
porta d'abord devant l'ancienne porte de la collatérale 
du Sud, ensuite dans la crypte de la chapelle de l'Ar- 
chevêché, transformée en musée lapidaire. Il est exposé, 
depuis 1895, dans une des galeries du cloître de l'Hôlel- 
Dieu. Marbre d'Italie. Hauteur, 1 m. 69; longueur, 
9 m. 83; largeur, 1 m. 3i. 

Marlot, Ilisl., I, p. 524. — Lacoirt, Durocort, p. 279. — 
De Gaylus, Recueil d'ant., IV, p. 890 et pi. CXIX. — Géruzez, 
Descript., 1, p. 274 et pi. Vil. — Jacob-Kolb, Descript., p. 61 
et pi. [IX à XI J. — De Laborde, Mouum. de France, I, p. 88 et 
pi. Cil et cm. — r Povillon-Pikrabd , Descript. , p. 1 Sg. — Tarbé , 
Reims, p. 272. — LoRiQLET, />c tombeau de Jorin—- Revue archéol., 
I (1 860) , p. 1 4 1 , 2 1 6 et 275 (gravures) : Reims, p. 1 46 (photo- 
grapliie et gravures). — Brlnette, Notice, p. 71. — Bordier 
et Charton, Ilist. de France, I, p. gi (gravure). — Tavlor cl 
Nodier, Voy. pittor., Champagne, I, p. 162 (iithogrnpliies). — 
IIlbner, Zh den Altherihiim. von Reims (Bonn, 1867; in-8°), 
p. 2. — Palistre, RiiU. inomim., XXXIX (1873), p. 191. — 
Ville de Reims, exposition rétrospective, p. 24 1, n° 8774. — 
Du Clelziol, L'art national, p. 4ii (gravures). — Givelet, 
Jadart el Dehaison, Catal., p. 3i, n° 7 = Trav. de l'Acad. de 
Reims, XCV (1895), p. 190. — Bazin, Reims, p. 42 (gravure). 
— L. Demaison, Guide du Congrès de Reims en igii, p. i3 
(gravure). — Saloinon Beisacu, Répert. de reliefs, II, p. 3o9, 
n' 1. 



RE[MS. 



29 





30 



REIMS. 



Sur la face principale est une chasse. A gauche, un 
personnage imberbe, à cheveux courts, vêtu d'une culotte 
et d'une tunique sans manches, couvert d'une cuirasse 
avec épaulière!» et lambrequins par-dessus laquelle est un 
manteau agrafé du côté droit, chaussé à orteils nus de 
brodequins décorés de mufles et de rinceaux, regarde 
dans le lointain. Sa main droite, dont les doigts sont 



brisés, est ramenée devant le corps; l'autre main est 
cassée au poignet. A sa droite, un jeune homme à che- 
veux longs et bouclés, coiffé d'un bonnet phrygien, tient 
par la bride un cheval qui porte un collier orné d'un 
croissant et de clochettes, et dont le dos est couvert 
d'un caparaçon fait d'une peau de lion agrafée sur le poi- 
trail. Ce cheval, qu'un chien accompagne, est figuré en 




grande partie sur la face latérale, gauche du sarcophage. 
Il est suivi d'un serviteur, vêtu d'une tunique serrée à la 
taille et d'un manteau, chaussé, qui d'une main tient 
une lance, et de l'autre tend un casque ii mentonnières 
dont la calotte est décorée d'un griffon. Le cheval passe 
sous un segment de coupole supporté par un léger pi- 
lastre décoré deherre; la face extérieure de ce pilastre 
contient l'image d'un Fleuve couché, tenant de la main 
droite un roseau, et s'appuyant de l'autre main sur une 
urne renversée d'où l'eau s'écoule. A la gauche du per- 



sonnage cuirassé, d'abord un enfant, les épaules seule- 
ment couvertes d'un manteau flottant, qui le regarde 
et, des deux mains, porte un second casque décoré d'une 
tête de bélier; puis une héroïne, coiffée d'un casque à 
cimier, vêtue d'une tunique en exomide serrée à la taille 
et d'une culotte, un manteau sur l'épiiule gauche; elle 
est chaussée comme son compagnon et tient de la main 
droite un épieu; à son bras gauche est passé un bou- 
clier de forme ovale; de la main du même côté, l'héroïne, 
figurant sans doute la Valeur, s'appuie sur le pommeau 



REiMS. 



31 



(l'un glaive. Au second plan est un homme à cheveux 
courls, à harhe épaisse, placé de profil. Un cerf et un 
sanglier morts complètent le tableau. A droite est la 
chasse proprement dite. Monté sur son cheval, que l'on 
reconnaît à son collier et à son caparaçon, le même 
personnage, sans sa cuirasse, attaque un lion qui, la 
gueule ouverte, le corps déjà transpercé d'une lance 



dont le fer et une partie du bois sont restés dans la plaie, 
bondit sur lui. Il tient de la main droite une lance, et 
de l'autre main les rênes tressées de sa monture. Un 
barbare, la chevelure en désordre, est à demi renversé 
sous le ventre du cheval et cherche à se protéger, au 
moyen d'un bouclier ovale, contre le lion qui l'a fait 
choir; son costume se compose d'une tunique, d'un man- 




f 



i 

^ 



teau et de braies qui sont engagées dans la chaussure; 
les mains sont brisées, mais on peut se rendre compte 
que celle de gauche tenait deux javelots, dont la pointe 
fait saillie sur la bordure du sarcophage. Derrière ce 
barbare, en 'partie caché par le sanglier, est un chien; 
un autre chien, courant vers la droite, et un cerf mort 
sont sous le lion. Au second plan, trois hommes plus ou 
moins vêtus, et un quatrième, dont on n'aperçoit qu'une 
partie de la tête, forment un groupe. Deux sont des bar- 
bares, reconnaissables à leur chevelure inculte et à leur 



physionomie; les deux autres ont les cheveux courts et 
peuvent être pris pour des Romains. Un des barbares, 
monté sur un cheval dont le dos est aussi couvert d'une 
peau de lion , tient de la main droite une lance. L'autre pa- 
rait fuir; il est chaussé de hautes bottines, et n'a pour cos- 
tume qu'un manteau agrafé sur l'épaule droite. Sa main 
gauche, que recouvrait le manteau, tenait une longue pique 
dont il ne reste plus que le fer, au-dessous de la bordure 
supérieure du sarcophage. La main droite manque. L'un 
des Romains ii pied, dont la main droite est aussi brisée, 



32 



REIMS. 



portait de la main gauche des javelots ou un lacet; on ne 
peut plus en décider. Entre ce personnage et celui qui 
le précède est un rameau de chêne. Les quatre hommes 
tournent la tête vers le cavalier que menace le lion. Sur 
la face latérale droite du monument sont deux hommes 
barbus, à cheveux courts, qui marchent en sens con- 
traire l'un de l'autre, mais regardent du même côté. Ils 
sont chaussés; leur costume se compose d'une tunique 
serrée à la taille et d'un manteau flottant. Un de ces 
hommes porte une lance de la main gauche et, de l'autre 
main, tient la laisse d'un chien. Ce chien, comme tous 
les autres d'ailleurs, a le cou paré d'un collier à clous 
saillants. Ainsi que d'habitude, la sculpture des faces 
latérales est bien moins soignée et de plus faible relief 
que celle du devant. Ce sarcophage passe pour avoir con- 
tenu le corps du consul Flavius Jovin. Sa décoration, 
suivant quelques auteurs, commémorerait un exploit de 
ce personnage. La seconde de ces hypothèses n'est pas 
fondée. Les chasses, figurées en grand nombre sur les 
sarcophages antiques, ne sont que des scènes irréelles 
dont la signification précise nous échappe. Mais la tra- 
dition qui fuit du sarcophage de Reims le tombeau de 
.lovin n'a rien en soi de rigoureusement impossible. 
On ne manque pas d'exemples de sarcophages antiques 
remployés. 

3678. Stèle de provenance non indiquée. A l'Hôtel 
de ville (Musée Ilabert). Hauteur, o m. 27; largeur, 
o m. 19; épaisseur, o m. i3. 




Buste grossier, sans doute de femme. Dans le champ 
du bas-relief, un objet de forme allongée qui peut être 



pris pour un fuseau. La pierre est restée brute par der- 
rière et sur les côtés. Monument funéraire. 



3679. Statuette mutilée de provenance non indiquée. 
A l'Hôtel de ville (Musée Habert). Calcaire tendre. Hau- 
teur, m. 98; largeur, m. 16; épaisseur, environ 
cm. 12. 




Femme drapée, le pied gauche sur un tabouret; elle 
tient sur ses genoux un enfant emmailloté, et lui donne 
le sein. Cette statuette, probablement de Déesse mère, 
rappelle certaines œuvres des coroplastes arvernes. Mais 
je n'en connais aucune qui lui soit rigoureusement com- 
parable. 



3680. Arc de triomphe. Cet arc, qui n'est plus connu 
que par d'anciens auteurs, était désigné sous le nom 
de Porte Basée. On ne possède que les restes de ses 
pieds-droits; ils sont situés dans la cour des cuisines 
du Lycée et de l'autre côté de la rue de l'Université, 
dans une maison portant le numéro 65. Son arcade 



REl 

centrale existait encore en 1702; elle fut démolie à 
cette date pour l'établissement des conduites d'eau de 
la rue du Barbàtre. Elle mesurait 9 5 pieds (environ 
■7 m. 80) de hauteur et était «accompagnée de colonnes 
cannelées, dans le genre de celles [de la porte de Mars] v 
[jac.-kolb]. 

Dessin tiré des Archives de Reims. — Bergier, Le dessein de 
l'hist. de Reims, p. 20 (gravure). — Marlot, Hist., I, p. i54 
(cité par Bazin, Reims, p. 35). — Gérczez, Descript., 1, p. 2G4 
et pi. M. — Jacoh-Kolb, Descript. hist., p. 7 et pi. IV. — 




M S. 33 

Tardé, Reims, p. aog. — L. Demaison, Guide du Congres de, 
Reims en igti, p. 11. — Cf. Arcliives de Reims, Diverses ma- 
li'cres, liasse 55, 11° 2 (dessins des deux faces). 

«Au-dessus de la voûte, dit Marlot, est un plat fond 
carré et environné de bordures chargées de roses gravées 
à l'antique, dans lequel se voit un Triton dont la partie 
d'en bas, finissant en poisson, fait plusieurs tours de 
circonvolutions en forme de roulots, sur l'un desquels 
est assise une Vénus toute nue, qui tient le Triton em- 
brassé en la mesme sorte que Nonnus, poète grec, nous 




la dépeint. Sur le bout de la queue du Triton, relevée 
en haut et fourchée en deux points, est pareillement 
assis Cupidon, fils de Vénus, avec les ailes estendues, 
ce qui confirme d'autant plus que c'est l'image de Vénus, 
et non d'autre, qui se trouve assise sur le doz de ce 
Triton, v 



3681. Arc de triomphe, connu sous le nom de Porte 
(h Mars. K L'auteur de la Fie de saint Sixte, qui écrivait 
vers le vi° siècle, fait allusion à cette porte pour la 
première fois. Plus tard, Flodoard la mentionne en 
termes très précis et indique même assez exactement les 
sujets figurés sous les voûtes de ses arcades; il la qualifie 
déjà de Porta Marlis, dénomination qui remonte, sans 
aucun doute, à l'époque romaine. Elle servit pendant 
longtemps d'entrée à la cité rémoise, jusqu'au jour où la 



L 



BAS-RELIEFS. T. 



disposition des lieux fut profondément modifiée par 
la construction d'un château fort, élevé en cet endroit 
au xii" siècle, et dont l'évéque Henri de France paraît 
avoir été le fondateur. L'arc de triomphe fut alors 
obstrué et englobé dans les murailles. Quand on démolit 
la forteresse féodale en 1 5 96, il resta engagé dans le 
rempart de la ville; il était enfoui sous une épaisse 
couche de remblais et comblé jusqu'à ses voûtes, dont 
les bas-reliefs demeuraient à peu près invisibles. 
En ) 677, à la suite d'une décision prise par le Conseil 
de la ville , les arcades furent en partie déblayées . . . 
Vers 1816, on acheva d'enlever les terres qui cachaient 
encore la base des piles, et. la façade extérieure fut dès 
lors complètement mise à découvert. Des réparations y 
ont été faites en i8o4, i83i et 18/i/i; à cette dernière 
époque, Narcisse Brunette, architecte de la ville, refit 
entièrement à neuf le côté droit qui, du reste, — il faut 



IMPRIMERIE KAT10.\AL£, 



REIMS. 




^BWs^ W^ ■ 



REIMS. 



35 




36 



REIMS. 



le dire pour excuser une semblable reconstruction, — 
était absolument ruiné. Le rempart voisin ayant été rasé 
en i85/(, l'existence de l'arc fut un instant compro- 
mise. . . Onl'aurait peut-être démoli, sans l'intervention 



[de Duquénelle], qui obtint son classement comme mo- 
nument historiques [demaison]. 

La Porte de Mars est formée de trois arcades, flan- 
quées chacune de deux colonnes cannelées surmontées 




Arc de Reims. — Détail de la façade extérieure. 



de chapiteaux corinthiens. D'autres colonnes de même 
style, réunies par deux, décorent les angles. Le monu- 
ment, selon Brunette, mesure 3 1 m. 29 de long, sur 
5 m. 80 d'épaisseur, non compris les saillies : la partie 
conservée est de 11 m. 20, jusqu'au-dessus des chapi- 
teaux; elle devait être de 17 mètres avant la destruc- 
tion de son couronnement. Les arcades extrêmes sont 



presque aussi hautes, mais d'un tiers moins larges 
que celle du milieu. Sous clef de voûte, l'arcade cen- 
trale mesure 10 m. 7 5 d'élévation; sa largeur est de 
5 m. 08. 

Sur chaque grande face, l'espace entre les colonnes 
est occupé par une niche rectangulaire abritant des 
figures dont il ne reste que des traces informes. L'une 



REIMS. 



37 



d'elles, probablement Vénus, est accroupie et complè- 
tement nue. Les niches sont décorées de chaque côté 
d'une danseuse. Au-dessus de ces niches, de part et 



d'autre d'un fronton triangulaire qui les surmonte, 
deux Amours ailés soutiennent un grand médaillon 
d'où émerge une tête d'homme. Deux autres Amours, 




Arc de Reims. — Détail de la façade intérieure. 

placés plus haut, supportaient une draperie à laquelle 
étaient suspendus deux caducées réunis en croix; ils 
ont disparu totalement sur l'une des faces, d'ailleurs 
restaurée, et ne sont plus reconnaissables, sur l'autre, 
que par leurs contours. La décoration des faces latérales 
se composait des mêmes éléments; elle n'existe que sur 
la face Nord, 



Are de Reims. — Calé gauche de l'arcade centrale. 

Les côtés et les plafonds des arcades sont ornés; mais 
leurs sculptures, tout à fait dégradées, ne se distinguent 
qu'avec peine. La voûte centrale contient l'image d'une 
femme assise, à demi drapée, tenant de chaque main 
une corne d'abondance remplie de fruits. Quatre 
Amours nus, assis ou debout, l'accompagnent et lui 
tendent des fleurs ou des fruits. Il pourrait s'agir de 



38 



REIMS. 



l'Année enlourëe des Saisons. Des scènes disposées en 
bordure figurent, de gauche à droite : un étalon opé- 




Arc de Reims. — Plafond de l'arcade du Nord. 
(D'après M. Salomon Reinach.) 

rant une saillie; trois moissonneurs, dont un aiguise sa 
faux ; un homme tenant des deux mains une corbeille 



remplie d'objets, et montant peut-être sur une échelle; 
un autre homme tirant un râteau ou une herse, et la 
partie antérieure d'un cheval, à côté d'une voiture; un 
laboureur et, derrière lui, un cavalier poursuivant un 
cerf; une scène de vendanges à quatre personnages au- 
tour d'un pressoir; deux charcutiers tuant des porcs; 




Arc de Reims. — Plafond de i'arcade du Sud. 
(D'après M. Salomon Reinach.) 

enfin, un bœuT paraissant attelé à une charrue. D'autres 
reliefs manquent, qui représentaient sans doute aussi 




Arc de Reims. — Plafond de i'arcade centrale. (D'après M. Salomon Reinach.) 



des scènes agricoles. Une seconde bordure était formée 
d'Amours nus, soutenant des guirlandes de fleurs entre- 



mêlées de thyrses et d'oiseaux parmi lesquels on recon- 
naît des cygnes. 



REIMS. 



39 



Des deux autres voûtes, celle du Nord conserve un 
bas-relief qui représente Romulus et Remus tétant la 
Louve, entre Fauslulus et un autre berger; celle du Sud 
a de même un panneau central, contenant une image 
presque fruste de Léda et le cygne. L'une et l'autre 
voûte, garnies de caissons fleuronnés, possèdent une 
bordure de cuirasses, de boucliers, de casques, de 
jambières et d'épées. A chacun des angles de cette 
bordure est une Victoire à demi drapée ciselant un 
bouclier. 

La date de l'arc n'est pas connue. « L'opinion com- 
mune, dit Jacob-Kolb, est que cet arc fut élevé par 
les Rémois, sous le règne de l'empereur Auguste, en 
l'honneur de Jules -César, lorsque Agrippa fit con- 
struire les grands chemins militaires dans les Gaules. » 
D'autres auteurs l'attribuent soit à Probus, soit à Julien 
le Philosophe. Je le croirais plutôt du temps des An- 
tonins. 

Bebgier, Le dessein de i'hist. de Reims, p. ao (gravures par 
E. Moreau). — Journal des savants, 1678, p. aaS. — Abbé 
Carbon , Dissert, sur les arcs de triomphe de la ville de ndins {Paris , 
1789; in-ia). — Gébizez, Descr., I, |>. aGo et pi. V. — Jacob- 
Kolb, Descr., p. 5 et pi. II el III. — De Laborde, Les mon. de 
France, I, p. 91 et pi. CX à CXIII. — Texier, Arc de triomphe 
de Ileims (Paris, i83a; in-8°). — Narcisse Briinette, Projet de 
restauration de l'arc de triomphe de Mars (Reims, 1889; in-fol-i 
1 1 pianclics); Notice, p. 48. — Tavlor et Nodier, Voij. pittor., 
Champagne, 1, p. 137 (lilhograpliies). — Tarbk, Reims, p. 209. 
— TiiÉRioT, Mode de restauration de l'arc romain de la porte de 
Mars ( Reims ,1861: in-8') ; cf. Congrès archcol. , XXVIII ( 1 8tj 1 ) , 
p. 90." — DiRtv, Hist. des Rom. ,\U, p. 9.5 1 ({jravure). — No- 
tices sur Reims rédigées à l'occasion du Congrès de l'Association 
française pour l'avancement des sciences (Reims, 1880; in-ia), 
p. 198. — Bazin, Reims, p. i5 (gravure). — Blanchet, En- 
ceintes gallo-rom., p. 109. — Menu, L'arc de triomphe gallo- 
romain de Reims (Reiras, 1910; iii-8°, a 3 pages, a planches). 
■ — Salomon Reinacii , Répert. de reliefs, I , p. 9 99. — L. Demaison , 
Guide, p. 8. 



3682. Stèle à sommet triangulaire et acrotères, dé- 
couverte en 1889, au lieu dit la Maladrerie. Au dépôt 
de Clairmarais. Pierre commune. Hauteur, 1 m. o3; 
largeur, o m. 53, épaisseur, o m. 9^. 

C.I.L., XIII, 8io8. — Demaison, Rull. archéol., 1890, 
p. /ioo. 

Homme et femme, vêtus l'un et l'autre d'une tunique 
et d'un manteau. L'homme paraît porter un coffret ou 



des tablettes ; la femme lient de la main droite une 
mappa. Devant eux, un enfant vêtu d'une tunique. Les 




trois personnages sont debout. Au-dessus, l'inscription 

D(iisj [M(anibus)]; Scppe et ^e. . . Victorinus . . . 



3683. Bloc «trouvé en 1881, dans un cimetière 
gallo-romain, près de la route de Neufcbàtel, en face 
des casernes d'artillerie» [dem.]. Au dépôt de l'Hôtel- 
Dieu. Calcaire grossier. Hauteur, m. 5o; largeur, 
m. 76 ; épaisseur, m. 58. 

Catal. (1895), p. 35, n° 9. 

Sur la face principale, dans une niche, sont les restes 
(non reproduits) de quatre personnages drapés, ceux 
probablement d'un homme, d'une femme et de leurs 



&0 



REIMS. 



deux enfants. Du côté droit, un autre personnage, en 
partie détruit, tenait de la main droite une paire de 
ciseaux et coupait une pièce d'étoffe dépliée sur une 



table. Du côté gauche, où la sculpture a de même 
partiellement disparu, un homme assis, dont il ne reste 
que des traces, pilait peut-être quelque denrée dans 





un mortier posé sur un billot. Assise d'un monument 
funéraire. 



3684. Pierre mutilée provenant de Reims. Autrefois 
dans la collection Rlavat-DeleuUe. Paraît perdue. 








Photographies communiquées par le Musée de Saint-Germain. 
BibL du Musée de Saint-Germain, Album i3, fol. 67 et 67 «. 

Sur une des faces, un dieu nu; à sa droite, probable- 
ment un animal, peut-être un coq; il s'agirait alors de 



Mercure. Du côté droit, un autre dieu nu, paraissant 
combattre, peut-être Hercule. Du côté gauche, les restes 
peu reconnaissabies d'une troisième figure. La quatrième 
face n'avait pas de bas-relief. 



3685. Stèle ^ trouvée en décembre i852, dans un 
cimetière gallo-romain, à l'extrémité du faubourg Cérès» 
[brun.]. Au dépôt de l'Hôtel-Dieu ; moulage au Musée 
de Saint-Germain. Pierre commune. Hauteur, i m. o5; 
largeur, o m. 7a ; épaisseur, m. 33. 



REIMS. 41 

outils ou des vivres. La stèle est décorée, sur les côtés, 
d'une plante stylisée. Monument funéraire. 

Voirie n" 2783. 



Photographie communiquée par le Musée de Saint -Ger- 
main. — Brinette, Notice, p. 69. — Duncv, Ilist. des Rom., V, 
p. 687 (gravure). — Bazin, Reims, p. 5i (gravure). — Catal. 




(1895), p. 35, n° 8. — Saiomon Reixach, Guide illustré, p. 98 
(gravure); Répert. de reliefs. H, p. 3o9, n" 3. 

Sabotier. Le personnage, vêtu d'une tunique avec 
capuchon, est assis à droite à califourcbon sur un banc, 
dans une nicbe, et façonne un sabot monté sur un sup- 
port. 11 a le pied gauche passé dans une courroie qui en- 
toure le sabot. Cinq outils à travailler le bois sont alignés 
au-dessus de l'établi, contre la paroi, et maintenus en 
place par une réglette. Sous le banc, dans une corbeille, 
des objets peu reconnaissables pourraient être d'autres 

B\S-RELIEFS. V. 



3686. Stèle mutilée de provenance locale. Au dépôt 
de l'Hôtel de ville. Pierre commune. Hauteur, m. ia; 
largeur, cm. 17 ; épaisseur, m. og. 




i 



f 



Buste d'une femme, dans une niche. Il s'agit proba- 
blement d'une déesse, ayant quelque rapport avec le 
culte du dieu gaulois tricéphale. (Voir le n° 37/15.) 

3687. Fragment de stèle de provenance locale. Au 
dépôt de Clairmarais. Pierre commune. Hauteur, cm. 6 2; 
largeur, m. 58; épaisseur, cm. 2 3. 

A droite, un homme barbu, vêtu d'une tunique, 
portant de la main gauche un objet ditlicilement recon- 
naissable, probablement un gobelet. A sa droite, deux 



IMIT.lUEniE NATIOSALE. 



li-2 



femmes; leur vêlement se compose d'une lunique et 
d'un manteau; la femme du milieu paraît tenir aussi, 



REIMS. 

3689. Fragment de statue de provenance non in- 
diquée. A l'Hôtel de ville (Musée Habert). Calcaire gros- 
sier, très coquillicr. Hauteur, o m. 3.^. 




de la main gauche, un gobelet. Monument funéraire de 
deux époux et de leur fille. 

3688. Tète découverte en 1910, dans un faubourg 
de Reims. Au dépôt de l'Hôtel-Dieu. Pierre commune. 
Hauteur, m. 61. 



^> <&&.: ^ 




Homme imberbe avec traces d'ailes dans les cbeveux; 
sans doute Mercure. Cette lôte paraît détachée d'une 
caryatide. 




Homme nu, debout, le bras gauche derrière le dos; 
l'autre bras manque. Peut-être Marsyas. 

3690. Fragments de stèle découverts au faubourg de 
Loon, en i883. Au dépôt de l'Hôtel de ville. Pierre 




commune. Hauteur, m. 27; largeur, m. 89; épais- 
seur, m. i3. 

C. 1. L., XIII, 3297. 



REIMS. 



43 



Resles d'un hommo dobout, vêtu d'une tunique, dans 
une niche. Au-dessous, l'inscriplion : [D{iisj MianlbusJ\ 
CnmuU, Zopisli {Jtlii)- 




.JK. -■■■■-*.-. 



D'un côté, un dieu nu, paraissant, de la main droite 
ramenée devant le corps, tenir une bourse; peut-être 
Mercure. Du côté opposé, un Génie ailé, portant une 
in-ne sur son épaule droite; de la main jjauche baissée, 
le personnage tenait un autre objet dont il ne reste plus 




dans des niches peu proibndes. Toute la sculpture a 
beaucoup souffert. 



3692. Stèle mutilée, «trouvée à Reims (au faubourg 
Gérés?)» [dem.]. Au dépôt de l'Hôtel-Dieu. Pierre com- 



3691. Fragment d'autel de provenance locale indéter- 
minée. Au dépôt de l'Hôtel de ville. Galcaire grossier. Hau- 
teur, m. 40; largeur, o m. 3o; épaisseur, o m. a-j. 




que des traces peu reconnaissables. A droite. Mars im- 
berbe, nu, casqué, s'appuyant de la rnain droite sur sa 
lance; la main gauche reposait probablement sur un 
bouclier. A gauche, un autre dieu nu, vraisemblable- 
ment Hercule. Les quatre divinités sont debout, de face, 



•s-' 




mune. Hauteur, i m. o3; largeur, o m. 55; épaisseur, 
m. 2 1. 

Calai. (189.5), p. 36, a" 12. 

Femme et petite fdie, debout, l'une et l'autre vêtues 
d'une tunique et d'un manteau. La femme parait tenir 

6. 



ai 



REIMS. 



de la main droite un fruit ou une fleur. Sa main gauche 
est placée sur l'épaule gauche de sa compagne. La petite 




fille porte un objet qui pourrait être un jouet; sa main 
droite manque. 



3693. Stèle de provenance inconnue. A Brimont, 
chez M. le vicomte André Ruinart de Brimont. Pierre 
commune. Hauteur, i m. i5; largeur, o m. àd; épais- 
seur, m. 2 5. 

H. Jadart et L. Demaison, Répert. archéol. de l'an: de Reims, 
V (191a), p. 207. 



Femme assise, peut-être voilée, vêtue d'une robe 
longue, tenant sur ses genoux, de la main gauche, 




probablement une corbeille de fruits. Monument funé- 
raire. 



3694. Bloc de provenance locale. Au dépôt de Clair- 
marais. Pierre commune. Hauteur, m. 01; largeur, 
m. 90; épaisseur, m. 60. 




Bustes d'un homme barbu et d'une femme, l'un et 
l'autre vêtus d'une tunique et d'un manteau, dans une 
niche profonde. Du côté droit, deux vases à une seule 



REIMS. 



hb 



anse, à large goulot, et au-dessous la partie supérieure 
d'un troisième récipient. Assise d'un monument funé- 
raire. 

3695. Bloc de provenance locale. Au dépôt de Clair- 
marais. Pierre commune. Hauteur, o m. 61; largeur, 
1 m. o3; épaisseur, m. 62. 




Homme et femme debout, drapés; la femme tient 
de la main gauche une mappn, de l'autre main un 
coffret; l'homme porte une bourse sur le bras gauche. 




Sur la face latérale droite étaient figurés deux scieurs 
de long, dans l'exercice de leur profession. Il n'en reste 



plus que des traces. La scie, tenue à deux mains au 
moyen de poignées, se mouvait entre deux glissières. 
Assise d'un monument funéraire. 



3696. Fragment de stèle de provenance locale. Au 
dépôt de Clairmarais. Pierre commune. Hauteur, m. 3 2 ; 
largeur, m. 5i; épaisseur, cm. 28. 




Bustes d'un homme barbu et d'une femme, dans une 
niche. Monument funéraire. 



3697. Fragment de stèle de provenance locale. Au 
dépôt de Clairmarais. Pierre commune. Hauteur, m. 79 ; 
largeur, m. 61; épaisseur, m. 28. 




Homme et femme debout, accompagnés d'un enfant. 
Leur vêtement se compose d'une tunique et d'un man- 



46 



REIMS. 



teau. L'enfant tient de la main gauche un objet rond, 
peut-être un fruit. Sur la face latérale droite, quelques 
traces de sculpture. Monument funéraire de deux époux 
et de leur fds. 



3698. Slèlc «trouvée -à l'extrémité des Promenades 55 
[brun.]. Au dépôt de l'Hôlel-Dieu. Pierre commune. 




Hauteur, t m. aS; largeur, m. 77; épaisseur, 
m. 9 0. 

Brcnette, ]Sotice, p. C8. — CiUal. (iSgS), p. 36, 11° 10. 

Homme debout, de face, velu d'une tunique et d'un 
manteau à capuchon, paraissant tenir de la main droite 
une pièce d'étoffe jetée sur son épaule gauche ; sur son 
bras gauche est un objet dilficilcment reconnaissable 
dont In forme est comparable à celle d'un bonnet phry- 
gien; probablement une bourse. Monument funéraire. 



3699. Statuette mutilée de provenance locale. Au dé- 
pôt de l'Hôtel de ville. Pierre commune. Hauteur, en- 
viron G m. 35. 




Aigle; l'oiscnu est posé sur un socle hémisphérique 
avec base carrée. Ornement funéraire. 

Voir le n" 37/19. 

3700. Fragment de stèle de provenance locale. A 
Reims, au dépôt de l'Hôtel de ville. Pierre commune. 
Hauteur, m. 28; largeur, m. 28; épaisseur, m. 10. 




C.I.L., XIII, 3379. 

Restes d'un personnage, dans une niche. Au-dessus, 
l'inscription : Verra. 

3701. Fragment de stèle de provenance non in- 
diquée. A l'Hôtel de ville (Musée Habert). Pierre com- 



REIMS. 



47 



mune. Hauteur, o m. ào; largeur, o m. 35; épaisseur, 
o m. iCj, 




Homme debout, vêtu d'une tunique et d'une sorte de 
mantelel, peut-être de laine, agrafé sur l'épaule droite. 

3702. Fragment de stèle découvert en 1889, *^''"^ 
un cimetière gallo-romain du faubourg Gérés. Au dépôt 




de Clairmarais. Pierre commune. Hauteur, 1 m. o5; lar- 
geur, m. 5a; épaisseur, m. 99. 

C. I. L., XIII, 33i9. — Demaison, BuU. archéoL, 1889, 
p. 25, 11° 12. 



Homme debout, velu d'une tunique, dans unenicbe, 
portant de la main droite un coffret. Au-dessus, l'in- 
scription : D{iis^ M{amhusy, Comi. . . 



3703. Stèle à sommet triangulaire, de provenance 
locale. Au dépôt de l'Hôtel de ville. Pierre commune. 




Hauteur, o m. 5o; largeur, m. 26; épaisseur, environ 
m. 1 5. 

Homme debout, vêtu d'une tunique et d'un manteau, 
tenant de la main droite baissée peut-être une bourse, 
de l'autre main un coffret. La pierre a conservé des traces 
de polychromie. Le vêtement du personnage était peint 
en rouge. 



A8 



REIMS. 



3704. Stèle mutilée de provenance locale. Au dépôt 
de l'Hôtel de ville. Pierre commune. Hauteur, o m. 7 1 ; 
largeur, m. ii; épaisseur, m. 90. 

Femme debout, vêtue d'une tunique et d'un manteau 
à manches larges, portant de la main gauche un cof- 




fret. Au-dessus, les restes d'une inscription. La pierre, 
par derrière et sur les côtés, est restée brute. 

3705. Stèle en deux fragments, découverte à Reims 
vers i885, «par M. Hippolyte Bulteau,dans les fouilles 
voisines de son étabbssementii [jad.]. Au dépôt de l'Hô- 
tel-Dieu. Pierre commune. Hauteur, 1 m. 07; largeur, 
m. 5 7 ; épaisseur, m. 9 /j . 

Jadart, BuH. archéol., 1896, p. A 3 et pi. VIII. 

Homme imberbe à cheveux longs , vêtu d'une tunique 
courte serrée à la taille par une ceinture, debout, les 
jambes croisées, s'appuyant de la main gauche sur un bâ- 



ton, et tenant de l'autre main probablement une syrinx. 
Le personnage, selon M. Jadart, porterait un outil, «par 




exemple, un polissoir à l'usage des peaussiers»; mais 
le monument n'est certainement pas funéraire. Je crois 
V reconnaître l'image d'une divinité indigène. La pierre 
est plate par-dessus; il se peut que la sculpture ait servi 
de caryatide. 

3706. Stèle de provenance locale. Au dépôt de l'Hôtel 
de ville. Calcaire grossier. Hauteur, m. 69 ; largeur et 
épaisseur, m. 98. 

Personnage debout, de face, vêtu d'une tunique 
longue relevée deux fois, paraissant tenir de la main 
gauche un petit poignard, et s'appuyant peut-être de 



REIMS. 



49 



l'autre main sur une traverse reliée à des montants per- 
cés de trous. Le relief, très dégradé, a dans cette partie 




la forme d'une courroie. Du côté gauche est une croix. 
Cette sculpture est fort grossière et probablement de 
basse époque; mais on ne peut pas y reconnaître un 
monument chrétien. 



3707. Stèle mutilée, découverte au lieu dit la Maln- 
drcric, le i5 février i8gcj. Au dépôt du cimetière de 
l'Est. Pierre commune. Hauteur, o m. G6; largeur, 
m. 3i; épaisseur, cm. li'S. 

(,. I. L., XIII, 8289. — Habert, Catal., p. asi (gravure). 
— EspÉRANDiEii , Revue épigr., IV (1901), p. 198 (gravures). 

BAS-RELIEFS. r. 



Bustes (non reproduits) d'un homme barbu et d'une 
femme. Au-dessus , l'inscription : Bocca; Borissa. Du côté 




gauche, un homme debout, de face, vêtu d'une tunique 
courte , paraissant conduire par la bride un cheval mar- 
chant à droite. Monument funéraire. 

3708. Fragment de stèle trouvé au lieu dit le Cliemin- 
Vert. Au dépôt de Clairmarais. Pierre commune. Hau- 
teur, m. 4/1; largeur, m. Ay; épaisseur, m. ai. 




C. I. L., XIII, 33o8. — EspÉRktiBiEv , Revue épigr., IV(i902), 
p. â35. 



IMPRIMERIE XATIO>ALE. 



50 



REIMS. 



Homme barbu, vêtu d'une tunique et d'un manteau 
à capuchon, fendu par devant. Au-dessus, i'inscription : 
Cens[or ?] , Tetrici (JiUusy 

3709. Stèle mutilée de provenance locale. Au dépôt 
de l'Hôtel de ville. Pierre commune. Hauteur, o m. 86; 
largeur, o m. h^; épaisseur, cm. 19. 




Femme debout, vêtue d'une tunique longue et d'un 
manteau, tenant de la main gauche- un objet fruste. 
Monument funéraire. 



3710. Stèle de provenance locale. Au dépôt de Clair- 
marais. Calcaire grossier. Hauteur, m. 85; largeur, 
o m. 3 8 ; épaisseur, cm. 1 (j . 



Enfant debout, vêtu d'une tunique à manches larges, 
dans une niche, tenant de la main droite un objet dif- 




ficilement reconnaissable, de l'autre main une sorte de 
boule , peut-être une pomme. 

3711. Fragment de stèle, «trouvé, en 1882, [par 
M. Boucton], près de Reims, dans le cimetière gallo- 




romain de la Haubette, à gauche de la route de Paris tj 
[dem.]. Au dépôt de i'Hôtei-Dieu. Calcaire grossier, très 



REIMS. 



51 



coquillior. Hauteur, o m. 53; largeur, o m. 65; épais- 
seur, m. 2 2. 

C. 1. L, XIII, 333/1. — Calai. (iSgS), p. 36, u» i3. 

Homme imberbe, vêtu d'une tunique. Au-dessus, 
l'inscription : . .aselus, Clarijikus. 



3712. Fragment de stèle découvert au lieu dit la 
Maladrerie, le 1 1 septembre 1897. A l'Hôtel de ville 
(Musée Habert). Calcaire grossier. Hauteur, o m. Sy; 
largeur, m. 36; épaisseur, m. i3. 

C.I.L., XIII, 3339. — Habert, Calai, p. aai, 11° 7003. 
— EspÉRANDiEG , Revue épigv., IV (1901), p. 220 (gravure). 




Il 




Homme barbu, vêtu d'une tunique et d'un manteau 
fendu par devant, dans une niche, tenant de la main 
droite peut-être une trompette, de l'autre main sans 
doute un outil. Au-dessus, l'inscription : D{iis) M{anihm) 
loinchi. Du côté gauche, un buste de femme. 

3713. Stèle à sommet triangulaire, découverte au 
lieu (lit la Maltidrerie , le i5 février 1899. Au dépôt 



du cimetière de l'Est. Calcaire grossier, très coquil- 
lier. Hauteur, m. 88; largeur, m. /17; épaisseur, 
m. 19. 

C. I. L., XIII, 3269. — Habert, Calai., p. 223 (gravure). 
— EspÉRANDiEU, Reçue épiffi\, IV (1901), p. 19(5 (gravure). 

Figure à mi-corps d'un homme imberbe, vêtu d'une 
tunique et d'un manteau, dans une niche, portant de 

7- 



52 



REIMS. 



la main droite un coffret, de l'autre main probablement 
une grosse bourse. Au-dessous du personnage et sur les 
côtés de la niche , l'inscription : D(iis) M(anibus) ; Amator 




La pierre, par derrière, est restée brute. Je n'ai pas 
retrouvé, au cimetière de l'Est, la stèle avec buste por- 
tant l'inscription : i)(!Vs) M(anibus); Longmo. [Revue épigi\, 
IV [1902], p. 235.) 



3714. Fragment de stèle, en forme de demi-colon- 
nette, découvert en 1890 au lieu dit la Maladrerie. 
Au dépôt de l'Hôtel de ville. Pierre commune. Hauteur, 
m. 2 5: largeur, cm. 29; épaisseur, m. 12. 



C. I. L., XIII, 332a. 
p. 26, n° 19. 



Dejuison, Bull, archéol., 1889, 



Buste d'un homme imberbe, vêtu d'une tunique et 
d'un manteau, dans une niche. Au-dessus, l'inscription : 



/)(»s) M(anibus) Esuc{cî); cur[averunt) ux(or) et fijlnts) 
oaf[iUi). Sur le pourtour de la demi-colonnette, peut- 




être un couteau, des ciseaux et d'autres objets, dont un 
a la forme d'une tablette. 



3715. Fragment de stèle de provenance locale. Au 
dépôt de l'Hôtel de ville. Pierre commune. Hauteur, 
m. /i5; largeur, m. 35; épaisseur, m. 16. 




Femme debout, vêtue d'une tunique et d'un manteau, 
dans une niche, tenant de la main gauche un objet 



REIMS. 



53 



peu reconnaissable, peut-être une mappa. Monument 
funéraire. 



3716. Stèle découverte en i833 au lieu dit le Mont 
des movlins Sainte -Geneviève. A Briment, chez M. le vi- 




comte André Ruinart de Brimont. Pierre commune. 
Hauteur, o m. 75 ; largeur, o m. 5o; épaisseur, m. j 3. 

C. I. L., XIII, 3386. — PoviLLOS-PiÉRiRD, Annuaire de la 
Marne, i834, p. 262. — Loriquet, Reims, p. 275, u° aC et 
])!. m, n" i5. — H. Jadart el L. Demaison, Répert. archéol. de 
l'air, de Reims, 5° fasc. (1912), p. 207. 

Femme debout, vêtue d'une tunique et d'un manteau, 
dans une niche, tenant de la main droite une mappa, de 
l'autre main un miroir. Au-dessus, l'inscription : D{^iis) 
Mlnnihus) ; Pupilla. 



3717. Stèle mutilée de provenance locale. Au dépôt 
de l'Hôtel de ville. Calcaire grossier. Hauteur, m. 6/1 ; 
largeur, m. 38; épaisseur, cm. 19. 



Femme assise vêtue d'une tunique, tenant de la main 
droite un objet peu reconnaissable, ayant la forme d'une 




règle coudée, de l'autre main une corbeille de fruits. 
Monument funéraire. 



3718. Fragment de stèle , en forme de demi-colonnelte, 
de provenance locale. Au dépôt de l'Hôtel de ville. Cal- 
caire grossier. Hauteur, m. 2 G ; largeur, m. 9 5 ; 
épaisseur, cm. 17. 




Femme vêtue d'une tunique, les mains ramenées de- 
vant le corps , dans une niche. Monument funéraire. 



54 



REIMS. 



3719. Stiîle découverte en i88g au lieu dit In Mn- 
ladrerie. Au dépôt de Clan-marais. Pierre commune. 
Hauteur, i m. i a ; largeur et épaisseur, o m. ay. 



C-i 







C. I.L., XIII, 3423. — Demaison, Bulletin archéoL, 1890, 
[). 4oo, n° 5. 

Femme debout, vêtue d'une tunique et d'un manteau 
à manches larges, dans une niche. Au-dessus, l'inscrip- 
tion : Victorina. 



3720. Stèle mutilée de provenance locale. Au dé- 
pôt de Clairmarais. Pierre commune. Hauteur, m. 80; 
largeur, m. /12; épaisseur, m. 20, 



Femme assise, vêtue d'une tunique et d'un manteau, 
dans une niche, donnant la main droite à un petit 




enfant debout, placé à sa gauche. Monument funéraire 
d'une mère et de son fils. 



3721. Stèle découverte en i855, ?^ à l'angle des 
chemins de Reims à Snint-Brice et à Courcellesj? [lor.]. 
Au dépôt de i'Hôlel-Dieu. Pierre commune. Hauteur, 
m. 78; largeur, m. 5o ; épaisseur, o m. 23. 




Vj.l.L., XIII, ?iioh. — LoRiQLET, liciins,p. 975, n" 25 el 
pi. III, 11° i/i. — Catal. (1895), p. 87, n" i4. 



REIMS. 



55 



Busle d'un enfant vêtu d'une tunique, dans une 
niche; au-dessous de ce buste et sur les côtés de la niche, 
l'inscription : D((Vs] M{ambus) et memorl(^aje Lucilli. 

3722. Stèle mutilée de provenance locale. Au dépôt 
de l'Hôtel de ville. Pierre commune. Hauteur, o m. 5 i; 
largeur, cm. 20; épaisseur, cm. i3. 




Femme assise, vêtue d'une tunique, tenant de la 
main droite un objet peu reconnaissabte, peut-être un 
coffret, de l'autre main une corbeille de fruits. La stèle 
est restée brute sur les côtés et par derrière. Monument 
funéraire. 



3723. Stèle à sommet triangulaire, de provenance 
locale. Au dépôt de Glairmarais. Pierre commune. Hau- 
teur, cm. c)3; largeur, m. 36; épaisseur, m. 18. 



Femme assise, vêtue d'une tunique serrée à la taille 
par une ceinture, dans une niche, tenant de la main 



.^2fc.-. 





droite un objet peu reconnaissable, de l'autre main une 
corbeille de fruits. Monument funéraire. 



3724. Fragment de stèle de provenance locale. Au 
dépôt de Glairmarais. Calcaire grossier, Hauteur, cm. 98; 
largeur, cm. 91; épaisseur, cm. 17. 




Femme assise, vêtue d'une tunique bordée de franges 
et d'un manteau, dans une niche, tenant de chaque 
main un objet fruste; probablement un gobelet et une 
corbeille de fruits. Monument funéraire. Un autre frag- 
ment de stèle, presque semblable, découvert en 1881, 



Ï6 



REIMS. 



dans le cimetière gallo-romain de la Fosse Jean Fat, est 
conservé au Musée de Châlons-sur-Marne. (0. Beuve, 
Catal., n" 5.) 

3725. Stèle à sommet triangulaire, trouvée au lieu 
dit la Crolx-Sa'mt-Marc , le i a août 189 y. A l'Hôtel 
de ville (Musée HaLert). Calcaire grossier. Hauteur, 
m. 55; largeur, m. 26; épaisseur, cm. ik. 




C/.L.,XIII, 3326. — Habeut, Crtte/. , p. 990, n° 7001 (gni- 
vure). — EspÉRA>'DiEU, lievue épigr., IV (1901), p. aai (gra- 
vure). 

Femme assise, vêtue d'une tunique, dans une niche, 
tenant de la main droite un gobelet, de l'autre main une 
corbeille de fruits. Au-dessus, l'inscription : Gabri 



3726. Fragment de stèle de provenance locale. Au 
dépôt de l'Hôtel de ville. Pierre commune. Hauteur, 
m. 3o; largeur, o m. 27; épaisseur, cm. 12. 

C. 7. L., XIII, 3395. 



Enfant debout, vêtu d'une tunique longue et d'un 
manteau, dans une niche, tenant de la main gauche 




peut-être des fruits. Au-dessus, l'inscription : D[iis) Mia- 
mbus'j , m{emoriaè) Gahrill(a^e. 



3727. Stèle à sommet triangulaire et acrotères, dé- 
couverte au lieu dit h Chemin-Vert. A l'Hôtel de ville 
(Musée Haberl). Pierre commune. Hauteur, m. iy; 
largeur, m. 36; épaisseur, m. 18. 




C./.i.,Xin,3Q9i. 
p. 92 4 (gravure). 



• EspÉRANDiEU , Revue épigr., IV(i90i), 



REIMS. 



57 



Btiste d'une femme vêtue d'une tunique, dans une 
niche; ses cheveux sont relevés sur le sommet de la tète. 
Au-dessus , l'inscription : D(iisj Mianihtis) ; Bouda. 



3728. Fragment de stèle de provenance locale. Au 
dépôt de Clairmarais. Pierre commune. Hauteur, o m. 3 7 ; 
largeur, o m. 6â; épaisseur, m. 89. 




Buste d'une femme vctuc d'une tunique, dans une 
niche. Monument funéraire. 

3729. Fragment de stèle de provenance locale. Au 
dépôt de l'Hôtel de ville. Calcaire tendre. Hauteur, 
o m. ay; largeur, o m. 87; épaisseur, o m. 18. 




(]. I.L., Mil, 3376. 

Jeune femme vêtue d'une tunique, dans une niche. 
Au-dessus, l'inscription : Nonnae. 

3730. Stèle à sommet cintré, de provenance locale. 
Au dépôt de l'Hôtel de ville. Pierre tendre commune. 

BAS-RKMKtS. V. 



Hauteur, o m. 53; largeur, o m. 33; épaisseur, en- 
viron m. 10. 




6'./. L.,X1I[, 3428. 

Buste d'une femme vêtue d'une tunique, dans une 
niche; au-dessus, l'inscription : Vitubena. 



IMPItlHEniB KATIO!<ALE. 



58 



REIMS. 



3731 Staluelle mutilée de provenance inconnue. Tête de femme creusée au trait, dans l'épaisseur de 

A Brimont, chez M. le vicomte André Ruinart de Bri- la stMe. Ce monument, de môme style que celui decr.l 
mont. Calcaire grossier. Hauteur, o m. 28. 




H. Jadart et L. Demaison, liépert. archéol. de Van: de Reims, 
V (1912), p. 907, note 1. 




Personnage nu, imberbe, à cbeveux longs, accroupi 
dans l'attitude bouddhique. Les orteils du pied gauche 
sont apparents. Les bras manquent; ils étaient, à ce 
qu'il semble, appuyés sur les cuisses. 

3732. Stèle mutilée de provenance locale. Au dépôt 
de l'Hôtel de ville. Calcaire gi'ossier. Hauteur, m. 5o; 
largeur, cm. 19; épaisseur, m. 10. 




ci-après, sous le n° 87/15, pourrait avoir quelque rap- 
port avec le culte du dieu tricéphale. 

Voir les n- 366 1 et 87/15. 



3733. Stèle découverte, au lieu dit la Maladrerie, le 
9 février 1897. A l'Hôtel de ville (musée Habert). 
Pierre commune. Hauteur, m. 69; largeur, m. 96; 
épaisseur, m. 17. 

C. /. L., XIII, 3437. — Habert, Catal, p. 219 (gravure). 
— EspÉRANDiEU, Revue épiffv., IV, (1902), p. 236 (gravure). 

Petite fdle debout, de face, vêtue d'une robe longue 
et d'un manteau, dans une niche; elle tient de la main 



REIMS. 



59 



droite, contre sa poitrine, une poupt^e emmaillotée; de 
l'autre main, un objet rond, peut-être une pomme. A la 




partie supérieure delà stèle, la formule : 7)(»s) M(nnibus), 
t'A, eu guise d'acrotères, à droite une tête de femme, à 
gauche une tête d'homme. La pierre a conservé de très 
nombreuses traces de coloration. 



3734. Fragment de stèle découvert en 1 8 9 3 , r rue 
des Tapissiers, en face l'avenue de la Cour-Chapitre» 



[mois.]. Au dépôt de l'Hôtel-Dieu. Pierre commune. Hau- 
teur, m. ty; largeur, m. 39; épaisseur, cm. 12. 




C. I. L., XllI, 3416. — MoREL, Mêm. lie l'Acad. de Reims, 
XCIII (1892-1893), p. 179; Bull, arcliéol., iSgS, p. lxxxiv. 

Tête de femme , dans une niche ; au-dessus , l'inscrip- 
tion : . . . tallia . . . 



3735. Stèle de provenance locale. Au dépôt de Clair- 
marais. Pierre commune. Hauteur, m. 85; largeur, 
o m. lii; épaisseur, cm. 90. 




C.I.L., XIII,33a/i. 

Femme assise, vêtue d'une tunique et d'un man- 
teau, dans une niche, paraissant tenir sm* ses ge- 

8. 



60 



REIMS. 



noux une corbeille de fruits. Au-dessus, l'inscription : 
S[er]vata. 



3736. Stèle à sommet triangulaire et acrotères, de 
provenance locale. Au dépôt de l'Hôtel de ville. Pierre 




commune. Hauteur, o m. 7/1; largeur, m. ii ; épais- 
seur, cm. i3. 

C. 7.1., XUI, 3354. 

Enfant debout, de face, vêtue d'une tunique, dans 
une nicbe, entre deux pilastres, tenant de la main 
droite peut-être une poupée; sur son bras gauche est 
la courroie d'un cartable d'écolier. Au-dessus de la 
niche, rinscrlplion : Z)(n«) M[anihus) Lucilli. . . Sur la 



face latérale droite, quelques restes peu reconnais- 
sablés de sculpture. La pierre a été, sans aucun doute, 
retirée de la façade d'une habitation; elle contient les 
restes d'une enseigne peinte. 



3737. Fragment de stèle de provenance locale. Au 
dépôt de l'Hôtel de ville. Pierre commune. Hauteur, 
m. 35; largeur, m. 28; épaisseur, m. 10. 

Restes de deux personnages , l'un et l'autre vêtus d'une 
pénule. Celui de droite tient, de la main droite un objet 




de forme ronde, difficilement reconnaissable, de l'autre 
main peut-être un coffret. Monument funéraire. 



3738. Cippe découvert en 1890, à Châlons-sur- 
Marne, «à trois mètres et demi environ de profon- 
deur, sur l'emplacement de l'ancien évêché, en creusant 
les fondations de l'institution Saint-Etienne» [bouill.]. 
D'abord au même lieu, dans le jardin de l'inslitutlon; 
ensuite au Musée. Pierre commune. Hauteur, 1 m. ^7; 
largeur, m. /19; épaisseur, m. 38. 

C. /. L, XIII, 3457. — BouiLLET, Bull, des Ant. de France, 
1890, p. 3oi. — HiSron de Villefosse, Bull, monum., 1890, 
p. 266; Bull, des Ant. de France, 1890, p. 393; Combles rendus 



CHALONS-SUR-MARNE. 



61 



des séances de l'Acad. des mscript. et belles-lettres, 1890, p. iag; 
Revue de Champagne et de Brie, 1890, p. 857. — PiiSEUX, 



Mém. de la Soc. d'agric. de la Marne, XXXIV (1890), p. 197. — 
0. Becve, Calai., n° 1 1. 






Sur la face principale, dans un cartouche, l'inscription 
(lecture de M. Hirschfeld) : D(îVs) Mi^anihus); Furi^ius) An- 
toni'nus, circ(itoryn(umeri) Dali malarum) , ri'j;('< [«]«[n(o«)] 
A'XF/[/]/, [dljes XV, {^\)or{as) m; memori'an (sic) ei coll[e]~ 
giium) \e\ius possuit (^denariorum) r viil{ibus) el xxx. Au- 
dessus, dans une niche, le mort s'est fait représenter à 
cheval, galopant vers la droite; le personnage, casqué 
et cuirassé, brandit un javelot et se retourne à demi. 



11 poursuit un cerf figuré bondissant sur la face latérale 
droite du cippe. Du côté gauche est un homme debout, 
domestique ou rabatteur, marchant vers la droite; son 
vêtement se compose d'une tunique longue, peut-être 
serrée à la taille, et d'un manteau flottant agrafé sur 
l'épaule droite; il tient de la main droite un objet de 
forme allongée, difficilement reconnaissable , prolaable- 
ment une corne d'appel; son bras gauche est caché 



62 



REIMS. 



sous ie manteau. Le côté droit de la pierre est en partie 
restauré. La sculpture a conservé quelques traces de 
polychromie. 

3739. Stèle à sommet triangulaire, découverte à 
Reims, «dansie cimetière de la Fosse-Jean-Fat» [nic.]. 
Au Musée de Châlons-sur-Marne. Pierre commune. Hau- 
teur, m. 9/1; largeur, m. 3/i; épaisseur, m. 28. 




C. /. L, XIII, 3367. — NicAiSE, Bull, des Ant. de France, 
i883, p. i5i; Cimet. gallo-rom., p. 10 et pi. l = Mém. de ht 
Soc. d'ngrkult. de la Marne, XXXVI (1881-1882), p. 79. — 
0. Belve, Catal., n° 6. 

Liscription : Z)(m)] M(anibm) Maton{à)e; Marlinus 
(posait). Au-dessous, une ascia de faible relief; au-des- 
sus, dans une sorte de fronton, les restes d'une feuille 



stylisée. La stèle est seulement épannelée sur les côtés 
et par derrière. (Voir le n° 3 74 1.) 

3740. Stèle de provenance locale. Au dépôt de Clair- 
marais. Pierre commune. Hauteur, i m. i5; largeur, 
m. 35; épaisseur, m. 20. 




C.l.L, XIII, 3267. 

Femme debout, de face, dans une niche, vêtue de 
deux tuniques, tenant de la main gauche une tnappa et 
un second objet qui pourrait être un flacon. Au-dessus, 
dans un cartouche, l'inscription : D(its) M(anibus) Aman- 
dae, Amabilts (filiae). 



REIMS. 



63 



3741. Slèle découverte en i888, «dans le cimetière 
gallo-romain du faubourg Cérès» [dem.]. Au dépôt de 



Clairmarais. Pierre commune. Hauteur, cm. 7a; lar- 
geur, m. 9/1; épaisseur, m. 27. 




C.I.L., XIII, 3/I07. — Demaison, Bull. archéoL, 1889, 
p. 93, n° 1. 

Dans un cartouche, l'inscription : Senniola Bellicca; 
au-dessus, la formule : Dijis) [M[anihus)]; au-dessous, 
une ascia. (Voir le n° 3789.) 



3742. Statue mutilée, découverte en i88i «dans le 
cimetière de la Fosse-Jean-Fat» [nic.]. Au Musée de 
Châlons. Pierre commune. Hauteur, m. ko. 







NicAiSE, Bull, des Ant. de France, 1 883, p. i52 ; Cimet. gallo- 
romain, p. i5 = Mém. de la Soc. d'agricult. de la Marne, XXVI 
(1881-1882), p. 83. — 0. Beive, Catal, n" 3. 



Aigle; l'oiseau a les deux serres posées sur un socle 
hémisphérique. Ornement funéraire. (Voir le n° 8699.) 

3743. Fragment de stèle «trouvé à Reims (au fau- 
bourg Cérès ?))5 [dem.]. Au dépôt de l'Hôtel-Dieu. Pierre 
commune. Hauteur, o m. 63; largeur; m. 58; épais- 
seur, environ m. 35. 




Demaison, Calai., p. 36, 11° 11. 

Buste d'une femme vêtue d'une tunique et d'un man- 
teau, tenant de la main droite un objet indéterminé, 



6à 



CHALONS-SUR-MARNE. 



peut-être un gobelet; la coiffure est basse et cache les 
oreilles. Monument funéraire. 



3744. Cippe mutilé, découvert en 1890 à Châlons- 
sur- Marne, en creusant les fondations des bâtiments 




nouveaux de l'institution Saint-Etienne. Au Musée. Cal- 
caire grossier. Hauteur, m. 67; largeur, m. h-2; 
épaisseur, cm. 5 1 . 

0. Bedve, Catal., n° i3. 

Sur la face principale, un homme et une femme se 
donnant peut-être la main. L'homme est vêtu d'une tu- 
nique courte, serrée à la taille par une ceinture, et d'un 



manteau flottant; il s'agit certainement d'un soldat; un 
poignard paraît, du côté droit, suspendu à sa ceinture. 
La femme, placée à sa droite, est habillée d'une robe 
longue et d'un manteau. Une chasse est représentée sur 
les faces latérales. Elle commence du côté gauche, où se 
trouvent un cavalier galopant vers la droite et les traces 
confuses d'un animal, et se continue du côté droit 
par les images superposées d'un cerf, d'un chien et 



REIMS. 



65 




■'1- 





^ 




BAS-nELlEFS. V, 



lUI' ni ME II lis AATIO.NALE. 



66 



REIMS. 



d'un sanglier. Toute la sculpture a beaucoup souffert. La 
quatrième face est restée brute. Monument funéraire de 
deux époux. 




Sur une face, masque de vieillard barbu, paraissant 
encadré de cheveux longs. A droite, masque imberbe, à 
coiffure basse, tourné vers la gauche; probablement 
celui d'une femme. A gauche , un autre masque imberbe. 
Sur la partie supérieure de la stèle est une tête de bélier. 
La quatrième face n'a pas de bas-relief. Il peut s'agir du 



3745. Stèle de provenance locale. Au dépôt de l'Hôtel- 
Dieu. Calcaire grossier. Hauteur, o m. 63; Iar,geur et 
épaisseur, o m. i 5. 






dieu gaulois tricéphale, accompagné de Mercure, avec 
lequel il fut identifié, et de la parèdre de celui-ci, Ros- 
merta. (Voir les n"' 366i et SySa.) 

3746. Chapiteau de provenance locale. Au dépôt de 
rilôlel-Dieu. Pierre commune. Hauteur, o m. /i8; lar- 




geur de chaque face, à la partie supérieure, environ 
o m. 6o. 



Chaque tailloir est décoré d'une tête, de face, sortant 
d'un bouquet de feuilles d'acanthe. L'une est celle d'Apol- 



REIMS. 



67 



Ion radié; du côté opposé, on reconnaît Diane au crois- 
sanl qu'elle porte dans les cheveux. Les deux autres 
lêles d'hommes harhus pourraient représenter Hercule 



et Jupiter. Je ne pense pas qu'il s'agisse d'Esculape, les 
représentations de ce dieu étant peu communes en 
Gaule. Mais l'hypothèse d'un dieu indigène n'a rien 




d'impossible. Comme celles de Diane et d'Apollon, les 
deux têtes barbues sont surmontées d'un attribut devenu 
fruste. 

3747. Fragment de colonnette découvert à Reims, 
dans le cimetière de la Fosse-Jcan-Fat. Au Musée de Châ- 
lons-sur-Marne. Calcaire coquillier. Hauteur, cm. /ii; 
diamètre, o m. 27. 




pierre a conservé des traces de coloration. Monument 
funéraire. 

3748. Fragment de provenance locale. Au dépôt de 
Clairmarais. Calcaire grossier. Hauteur, m. 2/1; lar- 
geur, m. 28; épaisseur, o m. 21. 




(j^^wPT^S^^ 



NicAisE, Bnll. des Ant. de France, i883, p. i53; Ciinet. gallo- 
romain , p. 18 et pi. I = Mém. de la Soc. d'afpictill. de la Marne, 
XWVl (1881-1882), p. 88. — 0. B2VVE, 'Catal., n" 9. 

Personnage debout, vêtu d'une saie, tenant de la 
main gauche un objet qui n'est plus reconnaissable. La 




Oiseau et tête de bélier. Ce fragment se rattache à la 
série des autels précédemment décrits sous les n" 365 1 
àSGôgetSGGi. 



68 



3749. Fragment de stèle découvert à Reims, dans le 
cimetière gallo-romain de la Fosse-Jean-Fat, Au Musée 



REIMS. 

de Châlons. Calcaire tendre. Hauteur, o m. 78; largeur, 
m. 87; épaisseur, o m. 3o. 




NicAiSE, Bull, (les Ant. de France, i883, p. i53; Ciinei. galto- 
rom., p. i4 = Mém. de la Soc. d'agric. de la Marne, XXXVl 
(1881-1882), p. 88. — 0. Beuve, Catal., n" i5. 

Enfant debout, dans une niche profonde, vêtu d'une 
tunique très courte et d'un manteau, les bras et les 



jambes nus, tenant de la main gauche un objet qui 
n'est plus reconnaissable. La main droite manque. Il ne 
s'agit pas, je crois, d'un monument religieux, mais 
probablement d'une pierre tombale avec portrait du 
mort. 



REIMS. 



69 



3750. Statue découverte à Reims, dans le cimetière 
gaiio-romain de la Fosse-Jean-Fat. Au Musée de Châlons. 
Calcaire coquiilier. Hauteur, o m. 99. 




NiCAiSE, BuU. des Ant. de France, i883, p. i5i; Cimct. gallo- 
rom., p. i4 et pi. I = Mém. de la Soc. d'ugric. de la Marne, 
XXXVI (i88i-i88a), p. 88. — 0. Bkcve, Cutal, n° i4. 

Femme drapée et voilée, assise sur un coussin, dans 
un fauteuil; elle a la main droite ramenée sur la poi- 
trine et paraît avoir tenu, de l'autre main manquante, 
un attribut qui n'est plus reconnaissable. 



3751. Bloc de provenance inconnue. A Brimont, 
chez M. le vicomte André Ruinart de Brimonl. Calcaire 




grossier. Hauteur, m. Sg; largeur, m. 28; épais- 
seur, m. i5. 




H. Jadart et L. Dejiaison, Réperl. archéol. de l'air, de Reims, 
V (1912), p. 207. 

Tête à trois visages barbus, un par devant et les 
deux autres sur les côtés de la pierre. La quatrième face 
est seulement épannelée. Dieu gaulois tricéphale. (Voir 
les n°' 366i et 8762.) 



70 



REIMS. 



3752. Fragment de stèle de provenance locale. 
A Reims, au Cimetière de l'Est. Calcaire grossier. Hau- 
teur, m. 5/i; largeur, o m. 38; épaisseur, o m. i3. 




Homme barbu, vêtu d'une tunique et d'un manteau, 
portant de la main gauche un coffret ou des tablettes. 
Monument funéraire. 

3753. Fragment de statue trouvé à Reims. Au Musée 
d'ethnographie (ancien Archevêché); moulage à l'Hôtel 



de ville (Musée Habert). Marbre blanc. Hauteur, environ 
m. 35. 





Personnage imberbe couronné de laurier. Probable- 
ment un empereur; peut-être Trajan. 

3754. Bloc mutilé k trouvé [à Reims] , dans les fouilles 
faites vers i85/i dans l'égHse Saint-Jacques, lors de la 
reconstruction de l'un des piliers supportant la tour 
centrale» [dem.]. Au dépôt de l'Hôtel-Dieu. Pierre com- 





mune. Hauteur, o m. /i3; largeur, o m. 6o; épaisseur, 
o m. /ig. 

Brunette, Notice sur les antiq. de Reims, p. Sg. — Catal. 
(1895), p. 61, n" 32. 



Masques adossés de personnages imberbes. Les 
bouches, largement ouvertes, communiquent entre elles 
et avec un conduit vertical. Il s'agit, sans aucun doute, 
d'un ornement de fontaine. 



71 



LAON 

ET REGION COMPRISE ENTRE L'AISNE, L'OISE ET LA MEUSE. 

La ville de Laon, comme celle de Reims, a des dépôts de pierres sculptées formés par les soins de la 
Société académique locale; elle ne possède pas, à proprement parler, de Musée lapidaire. Un de ces 
dépôts est au Palais de Justice; un autre remplit la nef et le chœur d'une très petite chapelle du 
xn'' siècle, dite des Templiers. Tous deux sont surtout faits de débris médiévaux. I^a région de Laon n'a 
d'ailleurs fourni que bien peu de monuments figurés de l'époque gallo-romaine. 

BIBLIOGRAPHIE. 

I. Fleurt (Edouard). Une visite h Niztj-le-Comte; compte rendu à la Société académique de Laon des fouilles commencées à 
Nizy-le-Comte et de Vimportance des découvertes faites dans ces fouilles. Laon, i852; in-8°, i5 pages. Extrait du Bulletin de la 
Société académique de Laon, l. II, i852, p. 192 à 162. — Fouilles de Nizij (canton de Sissonne). Laon, [i856]; in-8", 
96 pages, 9 planches. Extrait du Bulletin de la Société académique de Laon, t. II à V, 1862 à i855. (Cf. Beilé, Bévue 
des Sociétés savantes, I, i856, p. 890 à tioo = Bulletin de la Société académique de Laon, t. VII, 1887, p. 324 à 334.) 
— Catalogue du Musée d'art et d! antiquités fondé à Imoh, en i85t, par la Société académique de Laon. Laon, 1862; in-8°, 
5o pages. Extrait du Bulletin de la Société académique de Laon, t. XII, 1869, p. 1 à l (après la page 878). — Antiquités 
et monuments du département de l'Aisne, t. I et II. Paris, 1877-1878; in-4°, 256 et 822 pages. 

II. VuiLLEFROY ( Gharles-Amédée de). Découvertes d'antiquités romaines à Nizy-le-Comte. Soissons, i852; in-8°, 12 pages. 
Extrait du Bulletin de la Société archéologique de Soissons, t. VI, 1862 , p. 98 à 106. 

III. MiALABET (Charles). Becherrhes archéologiques sur le département des Ardennes. Mézières, 18C0; in-8°, 55 pages, 
G planches, 1 carte. Extrait de la Bévue historique des Ardennes, t. I, i8G4, p. i45 à 196. 

IV. Graffin (Roger). Les fouilles de Belval; notes surles sculptures gallo-romaines découvertes à Belval-Bois-des-Damcs (Ardennes). 
Charleville, 1898; in-8°, 19 pages, 7 planches. 

V. Albot (Nunia) [Baulmont (A.)]. Montcij-Saint-Pierre à l'époque gallo-romaine , dans la Bévue historique ardennaise , t. XI 
1904, p. 5 à 85. 



3755. Stèle mutilée, trouvée en i854 à Nizy-le- 
Comtc. Paraît perdue. 




Dessin tiré de Fleury. — Ed. Fleurv, Fouilles de Ni: y, p. 16 

(gravure): AnI. de l'Aisne, H, p. 78 (gravure). 



Homme imberbe, debout, vêtu d'une tunique et d'un 
manteau, dans une niche, perlant des deux mains, 
devant lui, un flacon ou une bourse. Pierre tombale. 
Celte stèle fait peut-être double emploi avec celle 
ci-après décrite sous le numéro 8766. 

3756. Cippe «trouvé dans une tombelle de la com- 
mune de la Malmaison» [gom.]. Au Musée de Saint- 
Germain. Pierre commune. Hauteur, cm. 65; largeur, 
m. 82; épaisseur, cm. 26. 

GoMARD, Congres archéol. , XVIII (1801), p. C4 (gravure); 
cf. DE Caumont, ibid., XXVIIl (1861), p. S'i. — Bretagne, Revue 
numism., i854, p. i43 (gravure). — ■ Ed. Fleury, Ant. de 
l'Aisne, II, p. 81 (gravure). — A. Bertrand, L'autel de Saintes 
et les triades gaul. , p. 9^ et 3G (gravure) = Revue archéol., 1880, 
II, p. 10 et 7/1. — MowAT, Notice éjiigr. de diverses ant., p. 49 



ri 



(gravure). — Salomon Reinach, Calai, des bronzes, p. i 
Courcelle-Seneuil, Les dieux ffautois , p. 5-i (gravure). 




SISSONNE, LOR. 

3758. Stèle découverte à Urcel, canton d'Anizy, au 
lieu dit le Cliâteau Gaillard. Serait au Musée de Laon, 
où je ne l'ai pas rencontrée. 

Ed. Fleurv, Ca'al. , p. xiv, n° 8. 

(sCybèle. La déesse est assise et a ia tête ornée d'une 
couronne de tours; elle tient un disque de la main droite 
et, de la gauche, supporte une corne d'abondance ap- 
puyée contre son épaule» [fleury]. 



Sur une des faces, dieu et déesse assis, vraisembla- 
blement Mercure et Rosmerta. Le dieu, paraissant nu, 
porte de la main gauche , devant lui , un coq tourné vers 
la gauche; de l'autre main pendante, un objet fruste. 
Il ne reste de la déesse que la partie supérieure du 
corps. L'autel est surmonté d'une tête à trois visages 
barbus. (Voir le n" 366 1.) 



3757. Stèle mutilée, découverte en 1871 dans le 
marais du Bel-Air, près de Sissonne (Aisne), à un 
mètre de profondeur, en creusant un fossé. Elle fut 
abandonnée, avec deux autres de même provenance, 
«sur le sol humide du marais, où la gelée les a fait 
tomber en décomposition» [fleury]. 

Ed. FLEnRY, Ant. de l'Aisne, Il , p. 80. 

Le bas-relief de cette stèle figurait un homme debout. 
(Voir le n° 3755.) • 



3759. Bloc et fragments de bloc découverts, au mois 
d'août 1912, «en avant du village de Lor, sur le ter- 





rain de la ferme de Roberchamp, commune de la Mal- 
maison» [jAD.]. A Reims, au dépôt de Clairmarais. Cal- 
caire tendre. Hauteur du bloc. m. 61; largeur, 
m. hli; épaisseur, m. 4o. 

Renseignements communiqués par M. Jadait , conservateur des 
Musées de Reims. 



NIZY-LE-COMTE. 



73 



Restes d'un homme nu, marchant vers la droite; 
l'extrémité d'une queue à hauteur de ses reins peut faire 
supposer qu'il s'agit d'un Satyre. Un fragment de cor- 
niche et une assise de pilastre cannelé, de même pro- 
venance, sont aussi au dépôt de Clairmarais. 



3760. Stèle à sommet cintré , trouvée en 1 8 5 'i à 
^izy-ie-Gomle. Au Musée de Laon (Palais de Justice). 
Pierre commune. Hauteur, o m. 96; largeur, m. 67; 
épaisseur, m. 1 h. 




Ed. Fleiry, Fouilles de Nhij, p. 16 (gravure); Anl. de l'Aisne, 
II, p. 80 (gravure); Catal., p. xxii, n° 56. 

Homme et femmes debout, vêtus pareillement d'une 
tunique longue et d'un manteau, dans une niche. Les 
têtes ont disparu et toute la sculpture est fort dégradée. 
Monument funéraire. 

BAS-RELIEFS. ?. 



3761. Stèle mutilée découverte, en 1871, dans le 
marais du Bel-Air, près de Sissonne. Paraît perdue. 




Dessin lire de Fleury. — Ed. Fleluv, Aiit. de l'Aisne, II, p. 80 
(gravure). 

Restes d'une femme debout, dans une niche, tenant 
de la main gauche un objet fruste. Pierre tombale. 

3762. Bloc découvert en 1862 ou i853, r lors des 
premières fouilles tentées à Nizy-le-Comte » [FLEunï]. Au 
Musée de Laon (Palais de Justice). Pierre commune. 
Hauteur, o m. 1 9 ; largeur, m. 1 4; épaisseur, m. 1 3. 




Ed. Fledrv, Ant. de l'Aisne, I, p. i(i6 (gravure). — Notices 
sur Reims, p. 197. — Salomon REiNàCii, Catal. des bronzes, 
p. 188. — Cf. Congrès archéoL, XXVIII (i86i), p. 84. 

Trois des faces de ce bloc sont décorées chacune 
d'une tête extrêmement grossière; H ne semble pas que 
la quatrième face soit sculptée. Sans doute un tricépbale. 
(Voiries n°'366i et 3761.) 



10 

lUi'iuuEr.iK ^A^lu^Al.k.. 



74 



JEANTES, NIZY-LE-COMTE. 



3763. Stèles niulilées, découvertes en i85/i à Nizy-le- 
Comte. Paraissent perdues. 





Dessins tirés de Fleury. — Ed. Fi.eury, Fouilles dp Aity, p. iG 
(gravures); Ant. de l'Aisne, 11, p. 78 (gravures). 

Hommes barbus, debout, vêtus d'une tunique et d'un 
manteau; l'un est dans une niche et tient devant lui, 
des deux mains, un flacon ou une bourse; l'autre semble 
porter un cofTret. Pierres tombales. 

3764. Fragment d'autel trouvé, vers 1 860 , en labou- 
rant un champ, «sur le terroir de Jeantes (canton d'Au- 
benton), au lieu dit l'Ereuk (l'Erable), avec des vestiges 
romains assez nombreux» [fleury]. Calcaire grisâtre. 




très coquillier. Hauteur, m. 55; largeur, m. ac); 
épaisseur, o m. i5. Paraît perdu. 

Dessin tiré de Pietle. — Piette, Mém. de la Soc. acad. de 
Lnon, Xll (1861), p. 395 (photographie). — Ed. Fleurv, Ant. 
de l'Aisne, 11, p. 65 (gravure). 



Bacchus et Pan. Le dieu est imberbe, debout, de 
face, complètement nu et couronné de vigne; il s'appuie 
sur le Satyre, dont il saisit de la main gauche l'une 
des cornes. 

3765. Stèle trouvée en i85^, à Nizy-le-Comte. Au 
Musée de Laon (Palais de Justice). Pierre commune. 
Hauteur, m. 5 1 ; largeur, o m. 2 A ; épaisseur, m. 1 '1. 




Ed. Fleury, Calai, p. xxii, n° Sy. 

Homme debout, vêtu d'une tunique et d'un manteau, 
dans une niche. Pierre tombale. (Voir le n" 8755.) 

3766. Tête trouvée à Nizy-le-Comte. Au Musée de 
Laon (Bibliothèque municipale). Pierre commune. Hau- 
teur, o m. /i5. 

Ed. Flei'RY, Fouilles de Nizy, p. 6 et a 1: Calai, p. xx, n° 43. 

Homme barbu. D'après Fleury, les ouvriers occupés 
aux travaux de la route départementale auraient fait. 



SISSONNE, BELVAL-BOIS-LES-DAMES. 



75 



(lu corps de la statue, «un banc qu'ils brisèrent ensuite 
et jetèrent dans l'empierrement w. Ce même auteur cite 




également (p. 45 et 5o) une tète de femme voilée, de 
m. I (J de baut, qui aurait été découverte en 1802, 
ù Nizy-lc-Comte, au lieu dit la Justice. Je n'ai pas pu 
savoir ce qu'elle est devenue. 



3767. Fragments de stèle découverts en 1871, 
dans le marais du Bel-Air, près de Sissonne, Paraissent 
perdus. 




Dessin tiré de Fleury. — Eil. Flelrv, AnI. de l'Aisne, 11 , p. 80 
(gravure). 

Femme debout, vêtue d'une tunique et d'un manteau, 
dans une niche, entre deux pilastres. Pierre tombale. 

3768. Groupe découvert en 1893, sur la côte de 
Monlrctemps , près de Belval-Bois-les-Dames. Au Musée 




de Sedan. Calcaire coquillier, assez grossier, Hauteur, 
1 m. 12; longueur, 1 m. ai: largeur, m. 58. 



Photographies communiquées par M. Roger Graffin. — Héron 
DE ViLLEFossE, Comptcs rciidus de l'Acad. des inscript, et belles- 



76 



BELVAL-BOIS-LES-DAMES, BOURG-EN-COMIN. 



lettres, 1899, p. 289; Bull, des Ant. de France, 1898, p. lao. 
— R. Graffin, Les fouilles de Belval, p. 12 (photogravures). 

Lion terrassant un taureau. Une partie du côté gauche 
du lion, probablement cachée aux regards, est restée 
fruste. A la naissance du cou du félin, une mortaise, 
profonde de o m. o5, paraît avoir servi pour le scel- 
lement d'un ornement de pierre ou de métal. (Voir le 
n°3778.) 



3769. Groupe mutilé en plusieurs fragments, dé- 
couvert en 1899, sur la côte de Montretemps , près de 
Belval-Bois-les-Dames. Au Musée de Sedan. Pierre co- 
rallienne à grain fin. Hauteur, 1 m. 66. 

Photographies conimuniqudes par M. Roger Gradin. — Hkiio?? 
DE YiLLEFOssE, Coitiples reiulus de l'Acad. des inscript, et belles- 
lettres, 1899, p. 289; Bull, des Ant. de France, 1898, p. 120. 
— R. Ghaffin, Les fouilles de Uelcal, ]). tli (pliologravures). 




Lion dressé contre un homme; il ne reste plus de 
celui-ci, contre un tronc d'arbre qui lui servait d'ap- 
pui, qu'une partie du ventre, toute la jambe droite et 
le bas de l'autre jambe, depuis le genou. Peut-être un 
bestiaire, mais plutôt Hercule et le lion de Némée. 

3770. Stèle découverte, au mois de mai 1878, à 
Bourg-en-Comin , près de Craonne , dans un puits gallo- 




# 




romain, et creusant les fondations d'une maison. Au 
Musée de Saint-Germain (ancienne collection Fourdri- 
gnier). Pierre commune. Hauteur, m. 33; largeur, 
m. 20; épaisseur, o m. 09. 

FoDRDRiGNiER, Catal. expUcut. illust. de la collecl. de M. Edouard 
Fourdrignier exposée au Trocadèro (Paris, 1878; in-8°), p. 16. 

Femme assise, de face, diadéméc, vêtue d'une tunique 
à manches courtes serrée à la taille par une ceinture. 



SISSONNE, BELVAL-BOIS-LES-DAMES. 



77 



chaussée , portant de ia main gauche une corne d'abon- 
dance remplie de fruits. La main droite manque; elle 




tenait peut-être une patère. Abondance ou Tutèle. (Voir 
len" 3670.) 



3771. Stèle, à sommet triangulaire, découverte en 
1871, dans le marais du Bel-Air, près de Sissonne. 
Paraît perdue. 




Dessin tiré de Fleury. ■ 
(gravure). 



Ed. Fleury, Aiil. de l'Aisne, II, p. 80 



Figure à mi-corps d'une femme , vêtue d'une tunique , 
dans une niche, tenant devant elle, des deux mains, un 
gobelet. Pierre tombale. 



3772. Fragment de pilastre, découvert en 1899 sur 
la côte de Montrelemps , près de Belval-Bois-les-Dames. 
Au Musée de Sedan. Calcaire coquillier. Hauteur, m. G 6 : 
largeur, m. 87; épaisseur, m. i3. 




Héron de Villefosse, Comptes rendus de l'Acad. des inscrlpt. 
et belles-lettres, 1899, p. 289: Bull, des Ant, de France, 1898, 
p. 120 (gravure). — R. Graffin, Les fouilles de Belval, p. 17 
(photogravure). 

Danseuse, marchant vers la droite, tenant de la 
main gauche une lyre, de l'autre main probablement un 
plectrum; elle est courbée en avant et n'a pour vêtement 
qu'une écharpe dont l'extrémité inférieure lui entoure la 
jambe gauche. Au-dessous, dans un second registre, un 
homme nu, se dirigeant vers la gauche, paraissant porter 



78 



sur la tête une corbeille qu'il soutiendrait de la main 
gauche. Du côté gauche, quelques restes peu rccon- 
naissables de sculptures. 

3773. Bloc rectangulaire, découvert par un fermier, 
au mois de février 1892, sur la côte de Montretemps , 
près de Belval-Bois-les-Dames. Au Musée de Sedan. 
Pierre commune. Hauteur, 1 m. 1 9 ; largeur, m. 5 7 ; 
épaisseur, m. 98. 



BELVAL-BOIS-LES-DAMES. 

3774. Tète de statue découverte en 1899 au fond 






Photographie communiquée par M. Roger Graffin. — Héron 
DK ViLLEFOSSE, Comptes rendus de l'Acad. des tnscript. et beltes- 
leilres, 18912, p. 289 ; Bull, des Ant. de France, 1898, p. 120 
(gravure). — R. Graffin, Les fouilles de Bekal, p. 9 (photo- 
gravure). 

Homme debout, vêtu d'une tunique longue, tenant 
de la main gauche deux oiseaux suspendus par le cou. 
La pierre est complète ; d'autres lui étaient juxtaposées. 
Bien que les oiseaux puissent donner l'idée d'une of- 
frande, je suppose qu'il s'agit d'un monument funéraire. 



d'un puits, sur la côte de Montretemps, près de Belval- 
Bois-les-Damcs. Au Musée de Sedan. Pierre commune. 
Hauteur, cm. 1 (5. 




Héron de Villefosse, Comptes rendus de l'Acad. des iusaipt. et 
belles-lettres, 1892, p. 289; Bull, des Ant. de France, 1898, 
p. 120 (gravure). — R. Graffin, Les fouilles de Bekal, p. ih 
(pliotogravure). 

Personnage barbu ; probablement un portrait. 

3775. Tète de statue découverte, en 1899, sur la 
côte de Montretemps , près de Belval-Bois-les-Dames. Au 
Musée de Sedan. Pierre commune. Hauteur, m. 92. 




Héron de Villefosse, Comptes rendus de l'Acad. des inscript, 
et belles-lettres , 1899, p. ^3^; Bull, des Ant. de France, 1898. 
p. 120 (gravure). — R. Graffin, Les fouilles de Belval , p. 1 â 
(photogravure). 



MONTC Y-SAINT-PIERRE, AIGLEMONT 

Jeune femme; sa chevelure, dénouée et pendante, 
rappelle celle des femmes barbares. Je suppose qu'il 
s'agit, non pas d'une statue de divinité, mais d'un 
portrait. 



79 



3776. Bloc découvert au bas du mont Olympe, près 
de Montcy-Saint-Pierre , par M. Petit fils, avocat à Gharle- 
vilie. Au Musée de Charleville. Pierre commune. Hau- 
teur, cm. 68; largeur et épaisseur, o m. 3 y. 





[Bai'lmont], Heviie hist. nrdenn., Xl(i9o4), p. 17 (gravure), 

D'un côté, Mercure nu, son manteau sur l'épaule 
gauche, tenant de la main droite une bourse, de l'autre 




main un caducée; le dieu a des talonnières. Du côté 
opposé, une déesse drapée, difficilement reconnaissable , 
peut-être Junon. A droite, ime autre déesse drapée, 
paraissant porter de la main droite une torche ren- 



versée, et s'appuyant de l'autre main siu" un sceptre; 
peut-être Cérès. A gauche. Hercule nu, la peau du lion 
sur l'épaule et le bras gauches, s'appuyant de la main 
droite sur sa massue. Les quatre divinités, dont les têtes 
manquent, sont debout, de face, dans des niches, entre 
des pilastres décorés de feuilles stylisées. 



3777. Colonne et fragment de groupe, découverts 
en i848, par des ouvriers de la commune d'Aiglemont 
occupés à extraire de la pierre, sur la rive droite de la 
Meuse, «vis-à-vis du moulin Godartw [Court-.]. D'abord 
à Aiglemont, dans une salle de la mairie; ensuite au 
même lieu , dans une propriété particulière. Pierre com- 
mune. Hauteur de la colonne, 2 m. 25; longueur du 
fragment de groupe, o m. 5o. 

Le Courrier des Ardennes du 8 juin i848 (reproduit pai' plu- 
sieurs journaux, notamment le Siècle du i5 juin i848 et le Pro- 
pagateur républicain [des Ardennes] du 1 1 juin i8i8). — Mas- 
son, Annales ardenn., 1861, p. 3ii. — L. Demaison, Revue hist. 
ardenn., I (189/1), P- '9^' "•'l*' 3. ■ — [Baulmont], Revue hist. 
ardenn., XI (190/i). p. i5. 

Cavalier et anguipède. On ne possède que le torse et 
un fragment de la tête du cheval , les jambes du cavalier, 



80 CHILLY, CHARLEVILLE 

quelques plis de son manteau et le buste peu reconnais- 
sable de l'anguipède; mais la colonne qui supportait le 
groupe paraît entière. Le chapiteau de 
cette colonne est décoré d'une tête 
fruste sur chacune de ses faces; le fût, 
(le forme légèrement ovoïde, est couvert 
de feuilles imbriquées. Selon le Propa- 
gateur, les ouvriers auraient aussi re- 
cueilli une monnaie de Constantin. 




Behal, p. i3. 
biim 1 7, f. 4o. 



3778. Fragment de groupe trouvé 
au même lieu que le chapiteau décrit 
sous le n° 8789. D'abord à l'ancien 
presbytère de Beaumont-en-Argonne; 
ensuite au Musée de Sedan. Pierre 
commune. Hauteur, m. y 7 ; longueur, 
m. 91. 

Masson, Annales anknn., 1861, p. 3i4. 
— MuLARET, Revue hisl. lies Ardenues, I (1 864), 
p. 160. — Roger Graffin, Les fouilles de 
Cf. Bibi. du Musée de Saint- Germain, al- 




Lion terrassant un taureau. La moitié postérieure du 
groupe fait défaut. La pierre a conservé des traces de 
coloration. (Voir le n" 8768.) 



3779. Stèle découverte à Chilly, Rvers i8o5», au 
lieu dit le Fond de Vaux, «avec une quantité de pierres 
taillées ou sculptées, mélangées à des cendres» [pierq.]. 
A Charleville, chez M. L. Pierquin. 



v<- 






>-. 



^- ► ■' , 









1 


->• ; 


^M 


1 





L. Pierquin, yjwMe /iisi. ardenn., XVII (1910), p. 86 (grav.). 

Figures debout de deux hommes et d'une femme, 
dans une niche. Les hommes sont vêtus d'une saie avec 
capuchon et portent des objets qui ne sont plus recon- 
naissables. La femme paraît tenir un gobelet; son vête- 
ment se compose d'une tunique longue et d'un manteau. 
Au-dessus de la niche, les restes d'une inscription. Mo- 
nument funéraire; probablement celui de deux époux et 
de leur fils. 

3780. w Des bas-reliefs en pierre de taille, offrant des 
personnages de trois et quatre pieds de haut, ont été vus 
par M. du Vivier et par tous les curieux et antiquaires 
du pays, jusqu'en 1811. Ces pierres faisaient partie des 
murs de soutènement des terres au bas du mont Olympe, 
en face du ci-devant passage de l'eau, en venant de 
Montcy-Saint-Pierre à Charleville. Parmi elles on en a 
remarqué qui offraient l'image d'un Jupiter tonnant, la 
foudre en main, porté sur un bige, ou char à deux che- 



LAON. 



81 



vaux; derrière lui un Soleil radieux et l'aigle se perdant 
dans ses rayons; sur le côté gauche du dieu, des signes 
du zodiaque encore très apparents, tels que le Sagittaire, 
la Vierge et autres figures mutilées. Malheureusement, 
ces objets si intéressants ont péri lorsque, en 181 t, on 
a réparé le chemin de halage. Les ouvriers, ayant détruit 
les murs dans lesquels ils se trouvaient enchâssés, les bri- 
sèrent pour les employer dans l'encaissement de ce che- 
min w [du viv.]. 

Dd Vivier, ms. (Archives départ, des Ardennes, F 1 1), p. 99 
(d'où [Baclmont], Revue hist. ardenn., XI [igoû], p. 9). 



Il s'agit, sans le moindre doute, non pas de Ju- 
piter, mais du Soleil radié, tenant un fouet, et accom- 
pagné d'un corbeau. La pierre avait dû former l'un des 
angles supérieurs d'un bas-relief mithriaque. (Voir le 
nMii5.) 



3781. Fragment de stèle, en deux parties, décou- 
vert en 1900, à Montcy-Saint-Pierre (Ardennes), par 
M. Petitfils, avocat à Charleville, à 3 mètres de profon- 
deur environ , en creusant le sol pour la construction d'une 




4 



^î^'- 




maison. Au Musée de Charleville. Pierre commune. Hau- 
teur, m. 21; largeur, o m. 19; épaisseur, m. oA. 

Le Pelil Ardeniiais , 8 août igoS. — Le Courrier des Ardennes, 
9 1 décembre 190.3. — [Ballmont], Revue hislor. ardenn., XI 
(tgoi), p. 91 (gravui-e). 

Vénus nue, debout, de fiice, dans l'attitude dite 
pudique. A ses pieds, de chaque côté, un Amour nu, 
levant la tête vers la déesse. Celui de droite a le ge- 
nou gauche posé sur le sol; il tient sur son bras gauche 
un coffret à bijoux et, de la main droite, paraît offrir 
une parure. Celui de gauche est assis et, des deux mains, 

BAS-BELIEFS. V. 



présente un peigne. Encore qu'on ne puisse rien pré- 
ciser à cet égard, il est bien probable que la déesse 
avait la main droite sur la poitrine. Sa pose rappelle de 
tous points celles de nombreuses statues procédant d'ori- 
ginaux grecs. (Salomon Reinach, Répert. de In staL, I, 
p. 17/i; II, p. 3.5o; III, p. 108 et 109, etc.) La 
pierre, par derrière, est seulement épannelée. (Voir le 
n" 3076.) 



3782. Fragment de bloc découvert, en 1901, en 
démolissant l'ancienne éghse de Montcy-Saint-Pierre. 



IHPltllIEIlIE KATIOALE. 



82 



LAOIS. 



A Charleville , chez M. Louis Pierquin. Pierre commune. 
Hauteur, environ o m. /i5. 




Photographies communiquées par M. A. Bauimont. — Le 
Petit Ardennais, 8 août igoS. — Le Courrier des Ardennes, 




a3 décembre 1908. 
(190/t), p. 28. 



[Baulmont], Revue liist. ardenn., XI 



Cavalier marchant vers la gauche et portant un bou- 
clier-, il ne reste que la partie supérieure du groupe. Du 
côté gauche, la partie supérieure également d'un per- 
sonnage tenant un bouclier et paraissant courir; un man- 
teau flottant lui couvre les épaules. Cette pierre et celle 
qui est décrite sous le numéro suivant paraissent pro- 
venir d'un même monument, peut-être funéraire. 



3783. Bloc mutilé découvert, en 1901, en démolis- 
sant l'ancienne église de Montcy-Saint-Pierre. A Charle- 
ville, chez M. Louis Pierquin, au faubourg de Flandre. 
Pierre commune. Hauteur, environ m. 45; largeur, 
environ m. 55. 

Photographies communiquées par M. A. Bauimont. — Le 
Petit Ardennais, 8 août 1908. — Le Courrier des Ardennes, 28 dé- 



cembre 1908. — [ Bailmont], iîei'Me hist. ardenn., XI (1904), 
p. 26. 

Figure drapée peut-être ailée, presque entièrement 
détruite par le creusement d'une cavité rectangulaire; 
au-dessus de cette cavité, le commoncement : Munat... 




d'une inscription. Sur la face latérale gauche est une 
femme debout, tournée vers la droite; elle est vêtue 
d'un manteau , le côté droit de la poitrine à découvert , 




et a le bras droit tendu horizontalement; peut-être 
Diane. (Voir le numéro précédent.) 

3784. Bloc rectangulaire découvert, à Stenay, au 
mois d'octobre 1881, en creusant le sol, «dans le bâti- 
ment voisin de la porte qui, [de la citadelle], conduit à 
la ville w [uÉN.]. Au Musée de Verdun. Pierre commune. 
Hauteur, m. y y; largeur, m. 80; épaisseur, environ 
m. ^5. 

LiÉNARD, Archéol., III, p. 19 et pi. VI, n" 1, 9 et 3. 

Scènes religieuses. Sur une des faces, on ne dislingue 
plus que les contours de deux personnages debout; l'un 
est drapé, l'autre vêtu d'une tunique courte. Le second 
paraît converser avec le premier, vers lequel il tend la 
main droite. Au second plan est une guirlande, retenue 
par un double cordon d'attache. Du côté gauche, un 
homme drapé et une femme vêtue d'une tunique courte 



sont debout et séparés par la flamme d'un foyer allumé 
sur le sol. L'homme, légèrement tourné vers la droite, 
un sac en forme d'aumônière suspendu au bras gauche. 



LAON. 83 

jette dans ce foyer quelque chose qui n'est plus recon- 
naissable, et dont la femme, figurée de face, avait sans 
doute une provision dans un sac placé devant elle. De la 




main droite, celte femme se dispose, à ce qu'il semble, à j Du côté droit, une femme assise, tournée vers la droite, 
puiser dans le sac; de l'autre main elle en saisit le ])ord. ! paraissant vêtue d'une tunique longue, soulève du pre- 




mier doigt de la main gauche l'un des pans d'une grande 
draperie frangée qui décore, au second plan, tout le 
champ du bas-relief. Un homme debout, en face d'elle, 
le haut du corps légèrement penché en avant, lui tend, 



de la main droite, une coupe. Entre les deux person- 
nages, probablement un trépied. Derrière la femme as- 
sise est une servante debout. La quatrième face n'a pas 
de bas-relief. 



84 



LAON. 



3785. Bloc rectangulaire découvert, à Baâlon, en 
1877, par Liénard, dans un jardin, parmi les ruines 
d'un bypocauste. Au Musée de Verdun. Pierre commune. 
Hauteur, m. 66 ; largeur, m. 80 ; épaisseur, m. 78. 

LiÉMRD, ArchéoL, m, p. 3o et pi. VII, n" 1. 



Sur une des faces, dans une niche, un Amour 
qui plane, les bras étendus, au-dessus de deux por- 
traits dont il ne reste plus que les têtes peu recon- 
naissables; le personnage tient ses ailes au moyen d'une 
poignée. Du côté droit, dans une autre niche, deux 




hommes debout, se faisant face, vêtus d'une tunique à I droite tient, do la main gauche, une paire de ciseaux; 
larges manches, déploient une pièce d'étoffe. Celui de \ son compagnon lui indique, du premier doigt de la main 




droite, le point où il faut couper la pièce. Au second 
plan, sur un meuble, probablement d'autres pièces em- 



pilées. Les pilastres de la niche sont décorés de dan- 
seuses nues. 



LAON. 



85 



3786. Bloc rectangulaire découvert, au mois d'oc- 
tobre 1 88] , à Stenay, en creusant le sol «dans le bâti- 



ment voisin de la porte qui, [de la citadelle], conduit à 
la ville r [lien.]. Au Musée de Verdun. Pierre commune. 




Hauteur, o m. 78; largeur, om. 88; épaisseur, environ 
om. 77. 

C. I. A., XllI, 3456. — La ncimbliijiie jrtaiçnisc, ay no- 
vembre 1881 (reproduisant un arlicle du Progrh de la Même). 
— Segiin, Cm//, de l'Acad. de Vauclune, IV (188a), p. iSy. — 
Héron de Villefosse, Bull, épigr., III (i883), p. 12/1. • — ■ Lié- 
NARD, Arehéol., III, p. 16 et pi. VI, n° à. — Soc. philom. de 
rm/«H,X(i888), p. 9 2. 

Scène de marché. Deux hommes imberbes, l'un et 
l'autre vêtus d'une tunique, se font face dans une légère 
cavité dont le fond était peint en rouge; ils tiennent, des 
deux mains, une tunique qu'ils paraissent examiner. Sur 
la face latérale droite, l'inscription (en beaux caractères) : 
/)(//«) [i1/(aH(7»i/«)?]; Giamillio Ta[g{o?] et Vacctae Yc[rac?], 
coniugi; Tagi[a?] Malrona , fil[ia], fecit. 

Voir le n" 878/1. 



3787. Tête découverte, en i85o, à la Verle-Voie, 
près de Varennes. Au Musée de Verdun. Calcaire grossier. 
Hauteur, m. 9 1 . 




LiÉNARD, Arehéol., III, p. ii5 et pi. XI, n" 1. 
Déesse couronnée de fruits. 



86 



LAON. 



3788. Cippe à sommet triangulaire trouvé à Dnâlon, 
en 1877, dans un jardin, parmi les ruines d'un hypo- 




>.o^ 



causte. Au Musée de Verdun. Calcaire grossier. Hauteur, 
o m. Gi; largeur et épaisseur, o m. 92. 

LiÉNAno, Archcol., III, p. 3a et pi. X. n° tt. 



A la base, sur trois des côtés, un petit personnage nu, 
debout, de face, tenant, des deux mains, une écbarpc 
qui lui entoure la tète comme un nimbe; sur le qua- 
trième côté, le personnage est remplacé par des orne- 
ments géométriques. Le cippe a la forme d'une construc- 
tion. Les frontons sont décorés de feuilles stylisées. (Voir 
len" 61/12.) 

3789. Chapiteau mutilé découvert, en 1 85g, au lieu 
dit Montfort, entre Stenay et Mouzon, sur l'emplacement 
d'un cnslfillum couronnant un monticule auprès duquel 
coule la Meuse. D'abord à l'ancien presbytère de Beau- 
mont-en-Argonne; ensuite au Musée de Sedan. Pierre 
tendre commune. Hauteur, o m. 8/j; largeur, m. 80. 




Masson, Annales avdenn., 1861, p. 3 1/4. — Mialaret, Re- 
cherches, p. 18 = Revue hist. des Ardemies, I (i864), p. iSg. — 
Cf. Bibl. du Musée de Saint-Germain , album 1 7, fol. io. 

Sur chaque tailloir, une tcte de femme entourée de 
feuilles d'acanthe. Divinités indéterminées; peut-être les 
Saisons. La colonne, de forme carrée, était décorée de 
feuilles imbriquées. 



87 



SOISSONS. 

(AVGVSTA. SVESSIOxWM, SVESSIO>ES.) 

L'ancienne cité des Suesstones eut pour capitale d'abord Noviodunum, aujourd'hui Noyon ou Pom- 
miers, ensuite Àugusta Siiessionum, devenue Soissons. Ses limites paraissent correspondre, dans leurs 
grandes lignes, à celles de l'ancien diocèse de Soissons, c'est-à-dire à la région comprise entre l'Ailette, 
l'Oise et l'Autonne. Le Musée de Soissons, dont l'idée première remonte à l'année i83o, est établi, 
depuis 1867, à l'Hôtel de ville. Sa collection lapidaire est peu considérable. 

BIBLIOGRAPHIE. 

I. Berlette (Nicolas). Les antiquitez de Soissons, recueillies de divers autheiirs et croniques, par Nicolas Berlelte, bourgeois de 
ladicte ville {i55j-i58a). Soissons, 1899; in-8°, vii-66-1 1 pages, 1 planche. Extrait du Bulletin de la Société archéo- 
loffique de Soissons, 2° série, t. XIX, 1891, p. 81 à i5i. (Préface et noies par Jules Plateau.) 

II. Le Pois (Antoine). Discours sur les médailles et graveures antiques, principalement romaines. Pai'is, 1J79; in-i°, 
1.59 pages, 90 planches. 

III. Lebeuf (Abbé). Dissertation sttr l'état des anciens habitons du Soissonnois avant la conquête des Gaules par les Francs. 
Paris, 1735, in-19, 107 pages. 

IV'. Forte-Maiso>" (C. a. Moët de la). Antiquités de Noyon, ou étude historique et géographique , -archéologique et philosophique 
des documents que fournit cette ville à l'histoire des cités gallo-romaines et Jéodales de France. Rennes, i845; in-S", i85 pages, 
1 1 planches. 

V. Watelet (Ad.) et Leroux. Notice sur le Musée de Soissons. Soissons, 1860; in-4°, 67 pages. 

VI. Prioux (Stanislas). Civitas Suessionum; Mémoire pour servir d'éclaircissement à la carte des Suessiones. Paris, 1861; 
in-ti", 1 1 9 pages. 

VIL Calland (Virgile). Pierre votive gauloise. Soissons, 18^7; in-4°, 19 pages, 1 planche. Extrait des Publications du 
Comité archéologique de Soissons, t. I, i848, p. i3 à a4. — Bas-relief gallo-romain. Soissons, 1861; in-8°, 17 pages. 
Extrait du Bulletin de la Société archéologique de Soissons, t. XV, 1860, p. 88 à io4. — Notice sur un Jtipiter gallo-romain 
trouvé à Jouy, canton de Vailhj-sur-Aisne. Paris, 1861; in-4°, 9o pages, 9 planches. Extrait de Y Argus soissonnais du 3 no- 
vembre 1861. 

VIII. Villefosse (Antoine Héron de). Les découvertes faites depuis le rri' siècle au Château d'Albâtre. Caen, 1919; in-8°, 
19 pages, 2 planches. Extrait des Procès-verbaux et Mémoires du Congrès archéologique de Fratice, LXXVIII' session tenue à Reims, 
en i()ii (Caen, 1919; in- 8°), p. 89 à 98. 



3790. Groupe découvert, en i83i, en élargissant 
les fossés du rempart, sur l'emplacement du Château 
d'Albâtre; il était «renversé en terre, au pied d'une 
subsiruction ; on dit que le bras [gauche] et une jambe 
du principal personnage, rencontrés brisés et épars, 
furent détournés par les terrassiers» [fleury]. Ce groupe 
fut cédé au Louvre, par l'administration municipale, 
en échange d'une collection de plâtres moulés sur l'an- 



tique. Au Musée du Louvre; moulage au Musée de Sois- 
sons. Marbre blanc. Hauteur, 1 m. 76. 

Lenormant, Bull, de l'Institut archéol., 1882, p. i45. — De 
Brelverv, ibid., i833, p. io5. — Raoul Rochette, Monum. 
inédits, p. 3i5 et iay et pi. LXXIX, n° 3. — Clarac, Descript. 
(1847), I, p. 298, n" 866; Musée, IV, p. 67, n° 1281 et 
])i. 589 = Salomon Rm-skcu, Répert., I, p. 3i6. — Stark, Niobe 
und die Niobiden (Leipzig, i863; in-8°), p. 206 et pi. XVI. — 
Ed. Fleirv, Ant. de l'Aisne, I, p. 2o4 (gravure). — Héron de 



88 



SOISSONS. 



ViLLEFOSsE, Catal. somtn., p. 78, 11° iSSq; Découv., p. 8 = 
Congres archéol., LXXVIII (191 1), p. 87 (planche). — W. Ame- 
luSG, Fûhrer durcb die Antilcen in Florenz, p. 120 et])l. XXXIII. 
— H. DC CiEiiziou, L'art national, I, p. 622 et pi. IX. 



Nioblde et son Pédagogue fuyant la colère d'Apollon. 
Le Pédagogue, vêtu d'une tunique courte et d'un man- 
teau, les jambes nues, chaussé de bottines à revers, 




marche vers la gauche. Il saisit l'enfant de la main 
droite et, de l'autre main levée, paraît implorer le dieu. 
Le Niobide est chaussé et n'a pour vêtement qu'un man- 
teau qui lui couvre le bras gauche, une partie du dos et 
la jambe droite. Le groupe a été complété «en rapportant 
sur une épreuve en plâtre, les têtes de deux statues 



conservées à Florence n [villefosse] et figurant aussi un 
Niobide et son Pédagogue. Art gréco-romain. 

3791. Devant de sarcopliage (tombeau dit de Sija- 
griusy, en 179 A, on le voyait depuis longtemps «au- 
dessus de la porte de la Procure, dans le cloître de l'ab- 



SOISSONS. 



.89 



baye royale de Saint-Médard-lez-Soissons » [gayl.]; il 
passa plus tard ttdans le jardin d'un particulier?? [lab.] 
et fut partiellement détruit. Le Musée de Soissons n'en 
possède qu'un fragment qui lui a été donné, en 18G1, 
par le Génie militaire. Marbre blanc. Hauteur du frag- 
ment, m. /j3; largeur, m. 87; épaisseur, o m. 08. 

Dessin tiré de Caylus. — Gaylus, Rec. d'ant., IV, p. 386 et 
pi. GXVIII (où l'image est retournée). — Dom Martenne , Voyages 



liist., a' voyage, p. 16 (dessin). — AbbéLEBEUF, Dissert., p. io5. 
— De Laborde, Monmn. de France, I, descript. des planches, 
p. 88 et pi. CI (d'après lui, Ed. Fleurt, Ant. de l'Aisne, 11, 
p. 99 et fig. 207). 

Amours ailés supportant un médaillon contenant le por- 
trait d'une jeune femme drapée. Leurs épaules sont cou- 
vertes d'un manteau. Deux autres Amours ailés, debout, 
tenant chacun une torche tournée vers le sol , occupent les 




extrémités du tableau. La décoration est complétée par les 
figures adossées de l'Océan tenant un roseau et de Gaïa 
portant une corne d'abondance. L'une et l'autre sont à 



demi couchées et séparées par un enfant jouant avec une 
chèvre qui broute les feuilles d'un arbuste. Gaïa est ac- 
compagnée d'une autre chèvre , et l'Océan, d'un monstre 




marin dont on n'aperçoit que la partie antérieure du 
corps. 

3792. Lors des fouilles de 1826 à i835, faites à 
Soissons, ^une statuette, en marbre blanc, de Vénus(?), 
portant un enfant dans ses bras, fut achetée et emportée 
par un visiteum [fleury]. 

Ed. Fledry, Ant. de l'Aisne, I, p. -307. 

3793. et Y furent aussy trouuées [dans les ruines du 
Château d'Albâtre, en 1 553] plusieurs médailles demé- 

BAS-BELIEFS. V. 



taille et simulachres de déesse. Entre lesquelles fut trouuée 
une [statue] de marbre blanc, laquelle estoyt entière ne 
s'en falloit que de la teste, et qui estoyt de la haulteur 
d'une femme fort puissante 55 [berl.]. La statue demeura 
longtemps dans une cour de l'évêché; elle est aujourd'hui 
perdue. 

Berlette, Ant., p. i2 (d'où, Ed. Flecry, Ant. de l'Aisne, I, 
p. 901; — Héron de Villefosse, Décoiw., p. 5 = Congrès ar- 
c/teo/.,LXXVIII[i9ii],p. 84). 

Selon Berlette, il s'agirait de Minerve ou d'Isis. Mais, 
à cet égard, des réserves sont permises. 



13 

IMrnlUEIilE KATIOKALE. 



90 

3794. Tète R trouvée dans les travaux de fortifica- 
tions, à Soissons, et recueillie par M. Darras, ancien 
maire de la villes [iVo^îce]. A Reims, chez M. Majot de 



SOISSONS. 

Guerne, rue de Pouilly, 2/1. Marbre blanc. Hauteur, 
G m. 35. 

[DuTiLLEux], Nolice (voir le n° 8797), p. i58, n° 1000. 




Homme imberbe; certainement un portrait. Mais peut 
être ne s'agit-il que d'une œuvre moderne. 



3795. Fragment de stèle signalé, en 1887, à Noyon , 
dans une cave, près de la porte Corbaut. Au même en- 




droit. Pierre commune. Hauteur, environ m. 5o; lar- 
geur, environ m. ko. 

Dessin tiré de Moët de la Forte-Maison. — Moët de la Forte- 
Maison, Ant. de Noyon, p. 88 et pi. 111, n° 2. 




Homme barbu paraissant vêtu d'une tunique à capu- 
chon. 



3796. Statuette trouvée à Soissons, au mois de jan- 
vier i()oG, à un mètre de profondeur, «en creusant le 
sol pour une plantation d'arbres, parmi des restes de 
fondations ([u'il fallut démolir à la pioche, au nord- 
ouest de la ville, à égale distance des anciens remparts et 
du cimetière gallo-romain des Longues-Raies îi [blanch.]. 
Au Musée. Calcaire à bâtir du Soissonnais. Hauteur, 
cm. 36; largeur, o m. 19; épaisseur, o m. 10. 

Feruand Blanchard, Bull. arcliéoL, 1906, p. ii6, pi. LU. 

Déesse assise, vêtue d'une robe longue serrée au- 
dessous des seins, couronnée d'épis, tenant de la main 
droite une patère ou un gâteau, de l'autre main une 
corne d'abondance remplie de fruits. Nombreuses traces 
de polychromie. «Le visage était peint en blanc ou en 
blanc rosé; un mince trait de bistre redessine les sour- 
cils et les yeux, dont les prunelles sont colorées de 



SOISSONS. 



91 



marron foncé. Les cheveux, le disque [patère] et la de Paris, à 5o mètres des fossés de la placer [call.]. 
corne d'abondance sont exécutés en jaune , ainsi que la Au Musée. Calcaire grossier. Hauteur, o m. 9 2 ; largeur, 



couronne d'épis, où l'on remarque, de plus, quelques 




points rouges. Le dossier du siège est bleu azur; la tu- 
nique est blanche, rehaussée de pourpre et de jaune sur 
les plis; elle est bordée, dans le haut, par quelques 
filets roux clair. Les fruits de la corne sont colorés, les 
uns de bleu ou de jaune, les autres de rouge» [blan- 
ciiAno]. Abondance ou Déesse mère. 



3797. Stèle découverte à Soissons, en 18/1 5, «près 
de la porte Saint-Christophe, sur les bords de la route 



m. 12; épaisseur, cm. 08. 

C. I. L., XIII, .346o. — V. Galland, L'Argus soissonnais , 
97 àéc. 18A6; ibid., 26 janv. 1867 = Pierre votive gauloise 
(d'où, Bull, de la Société de l'histoire de France, i843-i84.'i 
[sic], p. 167; i845-i846, p. 899) = Publications du Comité 
archéol. de Soissons, I (i848), p. i3 (gravure). — Bull, des 
Ant. de Picardie, II (1 844-1 846), p. 348. — L'Investigateur, 
2° série, VII (1847), p. 77. — F[ossé-]D[arcosse], Mélanges, 
1849, p. 189. — Laprairie, Bull, de la Soc. urchéolog. de 
Soissons, VllI (i854), p. 70. — PiETTE, Bull, de la Soc. 
archéolog. de Laon, Vll(i858), p. 280; Itinéraires, p. i43. 

— [DuTiLLEUx], Notice des tableaux et objets d'art, d'ant. et de 
curies . exposés dans les salles de l'IIôtcl de ville d'Amiens du 
30 mai au 7 juin 1860 (Amiens, 1860; in-12), p. i58, 
n" io48. — Frohner, dans le Philologus, XXII (i865), p. 335. 

— Smith, Collect. ant., VI (1868), p. 292. — Ed. Fleurï, Ant. 
de l'Aisne, II, p. 80 et fig. 199. — Voulot, Journal officiel, 
10 avril i885 = /?«//. archéol., i885, p. 197; Bull, de la Soc. 
philom. vosgienne, XV (1889-1890), p. 2i5; XVI (1891), 
p. a 19 (gravure). — Cf. Watelet el Leroix, Notice, p. 29. 




Homme debout, de face, vêtu d'une tunique courte, 
tenant, de la main droite, un objet peu reconnaissable, 
probablement une bourse. Sur la face opposée, l'in- 
scription : Deaie) Camioricid^e volum. 



3798. Fragment d'autel découvert à Pinon , près du 
canal de l'Oise à l'Aisne. Donné au Musée de Laon (cha- 
pelle des Templiers), en 1911. Pierre tendre. Hauteur, 
m. 6(3; largeur, m. 3i; épaisseur, m. 22. 



92 



SOISSONS. 



Sur une face, un dieu nu debout, tenant de la main 
gauche un objet fruste; probablement Mercure. Du côté 
droit, une déesse nue, debout également, portant de 



la main droite baissée un attribut de forme allongée, 
qui n'est plus reconnaissable; l'autre main est ramenée 
devant le corps. Du côté gaucbe, une déesse assise. 






drapée et voilée; sur ses genoux est une corbeille^de 
fruits. La quatrième face n'a pas de bas-relief. 



3799. Télé de provenance inconnue. «Donnée, en 
1860, [au Musée municipal de Soissons] , par M. Greheu- 





Mauprivez» [Etiquette], Marbre d'Italie. Hauteur, environ 
m. 35. 



Jeune romain; cette tête pourrait être un portrait 
d'Auguste ou de Tibère. Epoque incertaine. 



3800. Fragment signalé, en 1887, à Noyon, dans 
une cave, près de la porte Gorbaut (ou du Cloître ca- 
nonial). Au même endroit. Pierre commune. Hauteur, 
m. 66; largeur, 1 m. 48. 




SOISSONS. 93 

3802. Stèle, en deux fragments, découverte «en juillet 
1869, sur le bord de l'un des plateaux qui couronnent 
la petite vallée de J ouy [Aisne] v [call.] , k dans une exca- 
vation remplie de décombres noircis par le feu « [flecry]. 
Elle servit, pendant quelque temps, d'enseigne à un ca- 
baretier du village et fut acquise ensuite par le Musée 
de Soissons. Pierre commune. Hauteur, m. 84; lar- 
geur, m. 3i; épaisseur, m. 19. 



Dessin tiré de Moët de la Forte-Maison. 
Maison, Ant., p. 87 et pi. III, n° 1 . 

Cheval marin. 



Moët de la Forte- 



3801. Fragment «trouvé au Mail, vers 18/1655 [Eti- 
quette]. Au Musée de Soissons. Marbre blanc. Hauteur, 
m. aS; largeur, m. i3; épaisseur, m. 07. 




Homme nu, debout, de face, et restes, peu recon- 
naissables, d'une autre sculpture. 11 pourrait s'agir 
d'un fragment de sarcophage. 




Virgile Cailand, Bas-relief— Bull, de la Soc. archéol. de Sois- 
sons, XV (1860), p. 88; Notice = Argus soissonnais, 3 nov. 
i86i. — Ed. FiEuRY, Ant. de l'Aisne, II, p. 69 (gravure). — 
Cf. Revue archéol., IV (1861), p. 476. 

Jupiter barbu, nu, debout, de face, son manteau sur 
l'épaule gauche, tenant un foudre de la main droite 
baissée et s'appuyant , de l'autre main , sur un sceptre. 



9& 



RUI\ES DE CHAMPLIEU. 

Les ruines de Champlieu, aux confins des anciens diocèses de Soissons et de Senlis, sur le territoire 
de la commune d'Orrouy, sont celles d'un temple, d'un théâtre et d'un balnéaire. On en soupçonnait 
l'existence, mais leur découverte ne date que de i85o. A cette époque, le baron de Seroux, propriétaire 
du terrain, fit exécuter, sous les auspices de la Société française d'archéologie, des fouilles superficielles 
qui lui procurèrent de nombreux débris de sculptures. Quelques-uns restèrent à Ghamplieu; la plupart 
furent transportés au château de la Mothe, commune de Béthis\ -Saint-Martin, où ils sont encore. 
Douze ans plus tard, des fouilles plus étendues, conduites par Albert de Roucy, sous la direction de la 
Commission des monuments historiques, firent retrouver de nouvelles substructions et, avec elles, 
d'autres sculptures qui provenaient, comme les premières, des ruines du temple. On les a laissées à 
Ghamplieu. Elles sont toutes de pierre tendre commune; des fonds de couleur, oii dominaient le jaune et 
le rouge, en faisaient ressortir les détails. Le temple lui-même, dont les premières marches du perron, 
fortement calcinées par le feu, sont encore en place, se composait d'un grand vaisseau quadrangulaire, 
de 2 mètres de côté environ, et d'un portique qui le précédait. Un second portique l'entourait. Le théâtre 
est séparé du temple par la route de Senlis à Soissons. De Saulcy, d'accord avec \ iollet-le-Duc et Mé- 
rimée, voulait y reconnaître l'un des cirques que Chiipéric, selon le témoignage de Grégoire de Tours, 
fit construire dans le Soissonnais. Son opinion, vivement combattue par Vol de Gonantray et Peigné- 
Delacourt, ne saurait prévaloir. Ainsi que l'a dit Peigné-Delacourt, il n'y a pas, dans l'hémicycle de 
Ghamplieu, une seule pierre qui ne soit de l'époque gallo-romaine. Le théâtre, de même que le bal- 
néaire, sont contemporains du temple. Les trois édifices, autant du moins qu'on en puisse juger par les 
sculptures et les restes architectoniques mis au jour, datent des dernières années du ii'' siècle. Au lieu- 
dit /es Tournelles, dans la forêt de Gompiègne, à 5oo mètres au nord du temple de Ghamplieu, Albert 
de Roucy découvrit aussi les ruines d'un second sanctuaire païen, qui mesurait 7 m. 5o de long 
sur 6 mètres de large. Elles lui fournirent différents objets et, notamment, quelques restes de sculptures, 
que le Musée de Saint-Germain a recueillis. 

BIBLIOGRAPHIE. 

I. Hervillier ( Edmond Caillette de l'). Antiquités romaines ; première étude sur les décotwerles de Champlieu. Paris, i85i: 
in-8°, i5 pages, 9 plancties. Extrait de la Revue archéologique, I. VIII, i85i, p. i84 à 196. 

II. Peigné-Delacoubt. Le théâtre de Champlieu. Noyon, i858; in-S", 87 pages, 8 planches. Extrait des Mémoires de la 
Société académique d'archéologie, sciences et arts du département de l'Oise, t. II, i856[-i858], p. 558 à 589. ■ — • Supplément à 
la notice sur le théâtre de Champlieu publiée en i858. Noyon, 1859; in-8°, i5 pages, 1 planche. Extrait des Mémoires de la 
Société académique de l'Oise, t. IV, i859[-i86i], p. 876 à 883. — -lin dernier mot sur le théâtre de Champlieu (Oise). Noyon, 
t86o; in-8°, 27 pages. Extrait des Mémoires de la Société académique de l'Oise, t. IV, i859[-i86i], p. 384 à 4oa = 
Comité archéologique de Noyon, t. I, i856-i86o, p. 160 à i83. Toute la polémique relative à Champlieu est contenue 
dans ces trois brochures. Les articles de F. de Saulcy sont extraits du Courrier de Paris ( 1 9 novembre et 1 9 décembre 1857, 
18 janvier i858) et de l'Opinion nationale (20 novembre 1859); ceux de Vol de Conantray proviennent de YEcho de l'Oise 
(19 décembre 1857, 5 janvier i858). La dernière brochure est une réfutation d'un article de VioUet-le-Duc paru dans 
la Revue archéologique, nouvelle série, t. I, 1860, p. /i4 à 54. 



RUINES DE CHAMPLIEU. 



95 



III. Marchal (C). Les ruines romaines de Champlieu (Campi iocus),j»rè« d£ Pierre fonds. Paris, 1860; in-S", 28 pages, 
k planches. 

IV. PiETTE (Amédée). Notice sur les voies romaines du déparlement de l'Aisne. Laon, 1869 ; in-8°, 36 1 pages, 20 planches. 
Extrait du Bulletin de la Société académique de Laon, t. V à XIII, i855 à 1862., 




VCauchezné. del. 



V. Merlette et Hauvion. Les ruines gallo-romaines de Champlieu [Oise). Paris, 186/1; in-8'', 19 pages, 2 planches. 
Extrait de Y Enci/clopédie des écoles. Dans ce travail , tout ce qui se rapporte aux sculptures de Champlieu est emprunté à 
Caillette de THervillier. 

M. Plateau (Jules). Le théâtre de Champlieu. Soissons, 1896; in-8", 8 pages. Extrait du Bulletin de la Société archéo- 
logique deSoissons, 3' série, t. II, 1892, p. 117 à 125. 

\II. Cauchehé (V.). Description des fouilles archéologiques exécutées dans la forêt de Compiègne, sous la direction de M. Albert 
de Roitcij. Compiègne, 1901-1912; in-4°, lUli pages, 63 planches. Publication, encore inachevée, de la Société histo- 
rique de Compiègne. La U' partie de ce travail est consacrée aux fouilles de Champlieu et des Tournelles. 



96 



RUINES DE CHAMPLIEU. 



3803. Trois blocs mutilés superposables. Les deux 
extrêmes sont au château de la Mothe; celui du milieu 



est à Champlleu, dans les ruines du temple. Hauteiu" 
totale, 1 m. 6o. 






Caillette de l'Hervillier, i4ttf. rom., p. 8 et ii)=Revue archèol., 
Vlll,i(i85i),p. iSget i9i,et pi. CLX,n°'3 et 5. — Peigné- 
Delacodrt, Théâtre, p. 36 et pi. Ill, n°' 6 et 7. — Marchal, 
Ruines rom., p. 22. — Henry de Montaut, Album de la vie de 
César (Paris , i865; in-fol.), p. 46 (grnvures). — Saiomon Rei- 
NAcii, Réperl. de reliefs , II, p. aao, a" 4 et 5. — V. Calcuemé, 



Descript., U' partie, p. \hi et pi. XVIII et XIX (reproduites 
ci-après, p. 98). 

Une femme debout, couronnée de feuilles, coiffée 
en corymbe, n'ayant pour vêtement qu'un léger manteau 
qui lui entoure les jambes, et dont un des pans est ra- 



RUINES DE CHAMPLIEU. 



97 



mené sur le bras gauche, tenait devant elle, de la main | L'enfant tend les mains vers des lignes ondulées qui 
droite, l'un des pieds d'un enfant nu tourné vers le sol. | peuvent être prises pour de l'eau ou la tlamme d'un bra- 




sier. Derrière la femme est une urne posée sur un pi- 
lier. Probablement Cérès plongeant dans le feu le jeune 



Démophon pour le rendre immortel (Ovide, Fastes, 
V. 5oo); mais il peut aussi s'agir d'Achille trempé par 



BA»-RELIEFS. — T. 



l3 

IMPEIUEBIE KATIO^ALB. 



98 



RUINKS DE CHAMPLIEU. 



sa mère dans les eaux du Styx. Du côté droit, Apollon, 
couronné de laurier, son manteau sur l'épaule droite 
et le bras gauche; le dieu est debout, la main droite 



levée, à côté d'un autel recouvert d'une draperie. Devant 
lui, au-dessus de l'autel, un oiseau, probablement un 
corbeau volant vers la gauche. L'une et l'autre face 







K ^ 




avaient, de plus, une décoration, en retrait, faite de 
plantes stylisées. Les blocs, seulement épannelés du côté 
gauche et par derrière, paraissent provenir d'un pilastre 
d'angle. (Voiries n"» 38o^, 38o6, 8807 et 38 1 a.) 



3804. Bloc rectangulaire. A Champlieu, dans les 
ruines du temple. Hauteur, m. 87; largeur, 1 m. 10; 
épaisseur, m. 68. 

Marchai,, Ruines roni., p. 9 4. 




Sur la face principale est une grande aile attachée au 
bras droit d'un homme peut-être barbu : Icare ou Dé- 



dale. De ce même côté, à gauche et légèrement en re- 
trait, se trouve une bande de feuilles stylisées. Sur la face 



RUINES DE CHAMPLIEU. 



99 



latérale droite, Prométhée, barbu, la tête penchée sur 
l'épaule droite, est fixé au rocher par deux fers demi- 



circulaires qui lui entourent les poignets. La pierre est à 
peu près complète. 





Voiries n"' 38o3, 38o6, 8807 et 8812. 

3805. Fragment de bloc. Au château de la Mothe. Hau- 
teur, o m. /16; largeur, m. 8G; épaisseur, m. A3. 



Caillette de l'Hervillier, Ant. rom., p. 8 -= Revue archéoL, 
Vin, I (i85i), p. 189 et pi. GLX, n" a. — Peigné-Delacourt, 
Théâtre, p. 36 et pi. V, n" 3. — Viollet-le-Duc , Revue archéoL, 
1860, I, p. 59. — Marciial, Ruines rom., p. 22. — Salomon 
Reinach, Répert. de reliefs, IF, p. 290, n° 9. 




Léda et le cygne. L'héroïne est debout, complète- 
ment nue, la tête couverte d'un voile flottant qui tombe 



sur le côté; elle tient l'oiseau des deux mains, contre 
sa poitrine. A sa droite, légèrement en retrait, est un 

i3. 



100 



RUINES DE CHAMPLIEU. 



bâton passé dans un disque. La pierre est incomplète du 
côté gauche et par derrière. 



3806. Trois blocs superposables. Les deux extrêmes 
paraissent perdus; celui du milieu est au château de la 




Mothe. Hauteur totale , selon Peigné-Delacourt, i m. 80; 
largeur, 1 m. 55; épaisseur, m. yo. 

Dessin th"é de Peigné-Delacourt. — Peigné-Delacourt, 
Théâtre , p. 3 6 et pi. IV, n° 5 . — Marchai, , Ruines rom. , p. 29. — 
V. Cai'Chehé, Descript., k' partie, p. i4i et pi. XX et XXI. 



Sur la face principale, Apollon archer. Le dieu, vêtu 
d'un manteau flottant agrafé sur l'épaule gauche , marche 
vers la droite. II tient son arc de la main gauche baissée 
et, de l'autre main, retire une flèche d'un carquois 
porté en bandoulière. La décoration comporte de plus, 




sur cette même face, une bande, légèrement en retrait, 
de feuilles stylisées; en retour, à droite, est une demi- 



colonne engagée couverte d'imbrications. La face latérale 
gauche contient un homme imberbe, en costume phry- 



RUINES DE CHAiMPLlEU 

gien, sans doute Mithra, marchant également vers la 
droite. Au second plan, on aperçoit la Lune figurée 
par un croissant, et une montagne couronnée de trois 



101 



arbres. Des culots qui émergent de feuillages sup- 
portent les personnages. Contre les restes du culol 
de la face principale est une tête humaine paraissant 




coiffée d'une calotte. Les trois blocs proviennent vraisem- 
blablement d'un pilastre d'angle. (Voir les n°' 38o3, 
38oi, 3807 et 38i9.) 



3807. Bloc polygonal. Au château de la Mothe. Hau- 
teur, m. 63; largeur, 1 m. 19; épaisseur, environ 
m. /i5. 




Peigné-Delacourt, Théâtre, p. 36 et pi. V, n° 2. — Henry de 
MoNTADT, Album de la vie de César, p. 46 (gravure). 

Mercure tenant, de la main gauche, un caducée. 
Le dieu, vu de dos, lève la tête; il est coiffé de deux 
ailerons et porte un manteau sur son épaule gauche. 




A droite, légèrement en retrait, est une décoration faite 
déplantes stylisées. De ce même côté, la face latérale 
est épannelée. A gauche, en retour oblique, on distingue 
l'épaule et le bras gauches d'un personnage nu, paré de 
deux bracelets. Chaque figure est accompagnée de feuilles 



102 



RUINES DE CHAMPLIEU. 



stylisées. Il s'agit, selon toute probabilité, d'une pierre 
provenant d'un pilastre d'angle. 

Voiries n"' 38o3, 38o^, 38o6 et 38 1 a. 



Dessin tirt? de Peigné -Delacourt. — Peigné -Delacourt, 
Théâtre, p. 36 et pi. VII. — Marcual , Ruines rom., p. a i et pi. I. 

Homme barbu, couronné de laurier. Le personnage 
est nu, debout, de face et, des deux bras levés, sup- 
porte un entablement décoré de feuilles stylisées. Ca- 
ryatide. 



3809. Bloc. Au château de la Mothe. Hauteur, 
G m. 38; largeur, o m. 8o; épaisseur, cm. là. 




Caillette de l'Hervillier, Ant. rom., p. i5 = Revue archcoL, 
VIII (i 85 1), p. 196. 

Bouclier d'amazone. La pierre, qui paraît complète, 
est de forme légèrement arrondie. 



3810. Bloc rectangulaire. Paraît perdu. 

Dessin ûré de Peigné-Delacourt. — Peigné-Delacourt, Théâtre, 
p. 36 et pi. VI. 



3808. Bloc rectangulaire. Hauteur, d'après Peigné- 
Delacourt, m. 90; largeur, 1 m. 3o; épaisseur, 
m. 60. Paraît perdu. 








Néréide et griffon marin. La Néréide paraît prise dans 
un enroulement de la queue du monstre. 




Voirie n° 3819. 



3811. Fragment de tête. Au château de la Mothe. 
Hauteur, m. a 7. 




Peigné-Delacolrt, Thédire, pi. VIII, n° 4 (sans texte). 
Jeune femme couronnée de lierre. Peut-être Ariadne. 



3812. Deux blocs superposables. Le plus haut est 
au château de la Mothe; l'autre à Champlieu, dans les 



RUINES DE CHAMPLIEU. 



103 



ruines du temple. Hauteur totale, i m. 28; largeur, 
environ 1 m. ào; épaisseur, m. 87. 




Dessin tiré de Caillette de l'Hervilliei'. — Caillette de l'Her- 
viLLiER, Ant. rom., p. io = Recue archéol., VIII, i(i85i), p. 191 



1^0 





et pi. GLX, n° h. — Peigné-Delacoirt, Théâtre, p. 36 et pi. VIII, 
n° 8. — VioLLET-LE-Drc, Bcvnc archéol., 1860, I, p. 5a. — 
Marchal, Ruines rom., p. ai et pi. II. — Salomon Reinacii, 
Répcrt. de reliefs , II , p. a 20 , n° 6. 

Mars, imberbe, tourné vers la droite, paraissant au 
repos, le pied gauche sur un gradin; le dieu, coiffé d'un 



casque, a les épaules couvertes d'un manteau flottant. 
A gauche, légèrement en retrait, une bande de feuilles 
stylisées. A droite, en retour oblique, une femme nue 
(Niobide ou Polyxène), à demi renversée sur les ge- 
noux d'un personnage assis et drapé et d'autres feuilles 
stylisées, en retrait comme les premières. Sans doute, les 



•.i3kv.i,v=i». 




restes d'un pilastre d'angle. (Voir les n°' 38o3, 38oA, 
38o6 et 3807.) 



3813. Fragment de bloc. Au château de la Mothe. 
Hauteur, m. 6/1; largeur, o m. 47; épaisseur (incom- 
plète), m. i5. 

Caillette de l'Hervillier, Ant. rom., p. 7 = Revue archéol., 
VIII, I (i85i), p. 188 et pi. CLX, n° 1. — Peigné-Delacocrt, 
Théâtre, p. 36 et pi. V, 11° 1. — Marchal, Ruines rom., p. 21. 

— Henry de Montact, Album de la vie de César, p. 86 (gra- 
vure). — Salomon Reinach, Répert. de reliefs, II, p. aao, n° 1. 

— V. Cauchemé, Descript., h' partie, p. 161 et pi. XXII. 



104 



RUINES DE CHAMPLIEU. 



Bacchante nue, debout, vue de dos, tournant la tête, 
une écharpe passée sur les deux bras. La coiffure est 



basse et cache les oreilles. Une sorte de tige, tenue de 
la main gauche , pourrait être un thyrse ou une férule. 




A droite et légèrement en retrait, un fragment d'aile et 
aussi, à ce qu'il semble, une mèche de cheveux. Assise 
de pilastre. (Voir le n" a lo/i.) 



3814. Bloc rectangulaire. A Champlieu, dans les 
ruines du temple. Hauteur, o m. 5o; largeur, o m. gi ; 
épaisseur, o m. 62. 




Enfant nu monté sur un monstre à longues oreilles, La pierre n'est brisée que du côté gauche. (Voir le 
probablement un chien marin, bondissant à droite. n" 38 19.) 



RUINES DE CHAMPLIEU. 



105 



3815. Bloc rectangulaire. A Champlieu, dans les 1 Sur la face principale est un homme paraissant tenir 
ruines du temple. Hauteur, o m. 6i; largeur, i m. 02; devant lui, des deux mains, un jeune enfant. Les deux 
épaisseur, m. 64. | personnages sont nus; l'homme porte un manteau sur 




l'épaule gauche. Une grande plante stylisée et peut-être 
les restes d'un troisième personnage complètent la dé- 
coration de cette face. Du côté droit sont d'autres restes 
difficilement reconnaissables. Le personnage représenté 
avait, à ce qu'il semble, des cornes de taureau. 11 pour- 
rait donc s'agir du Minolaure. (Voir le numéro suivant.) 



ft 




«-•-■ 
'^^ 



y 



3816. Bloc rectangulaire. A Champlieu, dans les 
ruines du temple. Hauteur, cm. 58; largeur, m. 93; 
épaisseur. m. 77. 

Sur la face principale, les restes d'une femme dra- 
pée, les bras nus, les épaules couvertes d'un manteau 




flottant. De ce même côté, à gauche et légèrement en 
retrait, une bande de feuilles stylisées. La pierre est 
brisée du côté droit. 

Voir le numéro précédent. 

BAS-REtlEFS. — V. 



3817. Bloc rectangulaire, sans doute complet. Paraît 
perdu. 

Dessin tiré de Peigné-Delacourt. — Caillette de l'Hervillikr , 
Anl.rom.,\i. id = Bévue archéol. ,\l\l(i85 i) , i^. igi et pi. CLX , 
Q° 6. — Peigné-Delacolrt, Théâtre, p. 3C et pi. VIII. 



iiirniHEnie natio>ale. 



106 



RUINES DE CHA^IPLIEU. 



Lion marin; le monstre, tourné vers la droite, avait 
de grandes nageoires; il était monté et guidé par un 




Amour ou une Néréide, dont il ne reste plus que le 
bras gauche. La bordure inférieure, avec chapelet, tor- 



sades et palmettes, reparaît plus loin, sous le n° 3 8/10''. 
Il se pourrait que les deux fragments décrits sous ce nu- 
méro soient les restes du bloc rectangulaire qui fait 
l'objet de la présente notice. (Voir le n° 38 1 9.) 

3818. Bloc en deux fragments; l'un de ces fragments 
paraît perdu; l'autre est à ChampHeu, dans les ruines du 




temple. Hauteur, m. 37; largeur, m. /io; épaisseur, 
m. 5 7. 

Dessin tiré de Peigné-Delacourt. — Peigné-Delacourt, Théâtre, 
p. 3C et pi. VI, n'g. 

Selon Peigné-Delacourt, il s'est agi d'un Triton tenant 
une rame; il était vêtu d'une tunique collante et por- 




tait, sur son épaule gauche, un manteau flottant. Contre 
la rame était l'un des membres inférieurs d'un autre 
monstre marin. Ainsi que toutes celles conservées dans 
les ruines gallo-romaines de Champlieu, cette pierre, 
couverte de mousse, a subi de nombreuses dégradations 
depuis l'époque de sa mise au jour. Le vêtement du 



Triton et la rame ne sont plus reconnaissables. J'ai cru 
distinguer quelques traces de peinture. Nous savons 
d'ailleurs qu'au moment de leur découverte toutes les 
sculptures de Champlieu gardaient encore des restes de 
polychromie. 

Voir le numéro suivant. 



RUINES DE CHAMPLIEU. 



107 



3819. Bloc rectangulaire. Au château de la Molhe. 
Hauteur, o m. 61; largeur, m. 8 i; épaisseur (réduite), 
m. 96. 

Peigné-Delacoirt, Théâtre, p. 36 et pi. VI. — V. Cauchemk, 
Descripl., h' partie, p. lia et pi. XXVI. 



Triton nu, tourné vers ia gauche et restes d'un autre 
monstre marin. Ce bloc, et la plupart de ceux décrits 
sous les n°' 38io, 38i/i et 8820 à 38/ii, paraissent 
provenir d'une même frise. Il a pu s'agir d'un cortège 
d'Amphitrite; mais les Amours chevauchant des monstres 




marins, les Néréides et les Tritons sont des sujets banaux ! 3820. Bloc mutilé. Au château de la Mothc. Hauteur, 
de l'art antique. j m. 55 ; largeur, 1 m. 1 5 ; épaisseur (réduite), m. 3 1 . 




,.**- 



CiiLLETTE DE 1,'IIervii.lier, Aiit. rom. , p. 1 /j = Recuc arcliéoJ . , 
VIII, I (1801), p. 195 et pi. GLX, n" 7. — Peigné-Delacoirt, 
Théâtre, p. 36 et pi. VI. — Marchal, Ruines rom., p. 21 et pi. I. 
Salomnn Reinvcu, Répert. de reliefs, II, p. 9,20, n° 3. — V. Cau- 
CHEMÉ, Descripl., 4' partie, p. lia et pi. XXVI. 



INéréide et monstres marins. La Néréide, complète- 
ment nue, nage vers la droite et s'appuie, de la main 
gauche, sur la queue de l'un des monsires. 

Voir le numéro précédent. 

ik. 



108 



RUINES DE CHAMPLIEU. 



3821. Fragment de bloc. A Champlieu, dans les 
ruines du temple. Hauteur, o m. 3o; largeur, o m. 87; 
épaisseur, o m. 26. 




Restes d'un Triton à demi vêtu , tourné vers la droite. 
(Voir le n° 3819.) 



3822. Fragment de bloc. A Champlieu, dans les 
ruines du théâtre. Hauteur, cm. 87; largeur, m. 68; 
épaisseur, cm. 67. 




Restes d'un Triton tourné vers la gauche. (Voir le 



3823. Fragment de bloc découvert, il y a une ving- 
taine d'années, par M. Breton, gardien des monu- 
ments historiques. A Champlieu, dans les ruines du 



temple. Hauteur, o m. 5i; largeur, m. 64; épaisseur, 
m. 62. 




Femme nue, le genou gauche posé sur le dos d'un 
monstre marin nageant vers la droite. Amphitrile ou 
Néréide. La pierre est à peu près complète. (Voir le 
n"88i9.) 



3824. Bloc rectangulaire. Au château de la Mothe. 
Hauteur, m. 5 5 ; largeur, m. 7 2 ; épaisseur (réduite) , 
m. 8 1 . 




Pf,ig\k-Delacourt, Théâtre, p.'37 et pi. VI. — V. Cacchemé, 
Descripl., k° partie, p. lia et pi. XXVI. 



RUINES DE CHAMPLIEU. 



109 



Amour ailé monté sur un dauphin nageant vers la 
droite. (Voirie n° 8819.) 



3825. Fragment de bloc. A Champlieu, dans les 
ruines du (héàtre. Hauteur, o m. 29; largeur, m. 18; 
épaisseur, m. 26. 




Enfant nu paraissant monté sur un monstre marin 
nageant vers la gauche. La pierre est brisée de tous les 
côtés. Le style de ce fragment de bas-relief m'a paru 



différent de celui des sculptures qui sont décrites ci- 
dessus, depuis le n" 8817 et ci-après jusqu'au n° 3838. 

3826. Fragments de bloc. A Champlieu, dans les 
ruines du temple. Hauteur, m. 3o; largeur, cm. 45; 
épaisseur, m. 67. 




Restes d'un Triton tenant une rame. La position de la 
rame ne permet pas de supposer qu'il puisse s'agir d'un 
fragment de la sculpture décrite ci-dessus sous le n° 38 1 8. 
(Voir le n" 38 19.) 

3827. Bloc rectangulaire. A Champheu, dans les 
ruines du temple. Hauteur, om. 69; largeur, 1 m. 10; 
épaisseur, cm. 62. 

Marchal, Butnes roin., p. 21 et pi. L 




Monstre marin menaçant. La bête a le museau al- 
longé, un cou de cygne et de longues oreilles pendantes; 
sa mâchoire inférieure est ornée d'un appendice bifide. 



La pierre est à peu près complète, jnais entièrement 
couverte de mousse. 
Voirie n" 3819. 



110 



RUINES DE CHAMPLIEU. 



3828. Fragment de bloc. A Champlieu, dans les 
ruines du temple. Hauteur, o m. 6 i ; largeur, o m. 7/1 ; 
épaisseur, m. 55. 




Dessin tiré de Caillette de l'Hervillier. — Caillette de l'Her- 
viLLiER, Ant. rom., p. 1.3 = Revue archéol., VlU, i (1801), p. ig/i 




et pi. CLX, n° 6. — V. Cauchemé, DescripL, k' partie, p. ilia et 
pi. XXV, n" L 



Animal, peut-être un monstre marin attaché par le 
cou. Caillette de l'Hervillier supposait que cet animal 
cherchait à se défendre r contre une personne qui l'exci- 
tait avec un bâton w. (Voir le n" 8819.) 



3829. Fragment de bloc. A Champlieu, dans les 
ruines du temple. Hauteur, o m. 26 ; largeur, m. 27 ; 
épaisseur, m. 1/1. 




it, .^. 



Tête menaçante d'une panthère, sans doute marine, 
tournée vers la droite. (Voir le n" 38 19.) 



3830. Bloc rectangulaire. A Champlieu, dans les 
ruines du temple. Hauteur, m. /19; largeur, j m. 09; 
épaisseur, environ m. 5o. 




Peigné-Delacourt, J'kédtre, p. 36 et pi. V. 
Descript., k' partie, p. lia et pi. XXV. 



V. Cacchemé, I Monstre marin nageant vers la gauche, dans un 
I étroit encadrement formé d'une torsade et d'un rais de 



RUINES DE CHAMPLIEU. 



111 



cœurs. A droite, un bouclier d'Amazone. (Voir le j 3831. Bloc. A Champlieu, dans les ruines du temple. 
n"38icj.) I Hauteur, o m. 36; largeur, o m. 91 ; épaisseur, m. ^o. 




Enfant nu, allé, peut-être monté sur un Triton, souf- 
flant dans une conque. A droite, et légèrement en retrait, 
une bande de feuilles stylisées. La pierre est à peu près 
complète. 

Voirie n° 8819. 



3832. Fragments de blocs. Paraissent perdus. Hau- 
teur de l'un (d'après Peigné-Delacourt], m. 60. 




mïMJm 




Dessins tii'és de Peig-né-Delacourt. 
Tliédlre, p. 87 et pi. V et VI. 



— Peigné -Delacourt, 



Restes de monstres marins. Deux de ces monstres 
avaient des ailes. 




Voir le n" 8819. 



3833. Fragment de bloc. A Gbamplieu, dans les 
ruines du temple. Hauteur, cm. 28; largeur, cm. 58; 
épaisseur, m. 5o. 




Tête menaçante d'une panthère, sans doute marine, 
tournée vers la gauche. La pierre est brisée de tous les 
côtés, sauf, peut-être, à la partie supérieure. 

Voir les n"' 8819, 8829 et 8889. 



112 



RUINES DE CHAMPLIEU. 



3834. Bloc et fragment de bloc. Paraissent perdus. 
Hauteur commune (d'après Caucheméj, o m. 65. 

Dessins tirés de Gauchemé. — V. Cadchemé , Descript. , 4* partie , 
p. i/i2 et pi. XXV, n" 1 et a. 




ton. Le disque, qui faisait oflice de cloche, pourrait avoir 
surtout servi dans la célébration des mystères de Bac- 
chus. Mais on ne saurait s'autoriser de sa présence ou 
de celle d'une Bacchante (ci-dessus, n" 38 1 3) sur les 
blocs de Champlieu, pour en conclure que le monu- 
ment dont ils proviennent était un temple de Bacchus. 



Monstres marins; un de ces monstres est ailé; il ne 
reste, de l'autre, que ia tête. Sur le fragment de bloc 
est, de plus, un bâton passé dans un disque. Les deux 
pierres paraissent détachées de la décoration d'un fron- 




A cet égard, aucune certitude n'est permise. (Voir le 
n°38i9.) 

3835. Fragments de blocs. A Champlieu, dans les 
ruines du théâtre. Hauteurs , o m. 3 g et o m. 3 i ; largeurs , 
o m. A 7 et m. 4o; épaisseur commune, o m. 26. 





C. I. L., XIII, 3466. — Marchal, Ruines rom., p. 91 et pi. I. 
— Camille Jullian, Revue des études anc. , 1908 , p. 35 (gravure). 

Sur l'un des fragments est une tête diadémée; au- 
dessus, l'inscription : Rom. . . La pierre est brisée de 
tous les côtés, sauf à droite. Sur l'autre fragment sont 



les restes peu reconnaissables d'une seconde tête parais- 
sant casquée; au-dessus, l'inscription : ..umio. Les deux 
pierres proviennent certainement d'une même décora- 
tion. Sur la première, il faut peut-être lire : Rom[ae] et, 
sur la seconde : [Posi\um{o. 



RUINES DE GHAMPLIEU. 



113 



3836. Fragment de bloc. Parait perdu. Hauteur 
(d'après Cauchemé), o m. 55. 




Dessin lire de Cauchemé. — V. Caccuemé, Descript., k° partie, 
p. lia et pi. XXV, n° 3. 

Monstre marin, peut-être un griiron, tourné vers la 
droite. (Voir le n" 3819.) 

3837. Modillon, Disparu. 




Dessin tiré de l'eig-né-Deiacourt. — Caillette de l'Hervillier, 
Ani.rom., p. i4— Revue archéol., VIII, i (i85i), p. 196 et 
pi. CLX, n° 8. — Peigné-Delacolrt, Théâtre, p. 36 et pi. V. 



Masque d'homme avec cheveux et barbe de feuillage. 
Peut-être un dieu marin. Un fragment qui est conservé 
au château de la Mothe (hauteur, m. Sa: largeur, 




m. lih: épaisseur, m. i3) paraît contenir la partie 
supérieure droite d'une réplique de ce masque. On y 
distingue, de plus, une rosace. 

Voir les n°' 1 2 1 3 et 1 2 1 3 .• 

3838. Bloc rectangulaire. A ChampHeu, dans les 
ruines du temple. Hauteur, m. 4 4; largeur, o m. 83; 
épaisseur, o m. 4 y. 




Restes d'un monstre marin, nageant vers la gauche, 
vraisemblablement un Triton vêtu d'un feuillage. La 



D4S-nEI.IEFS. — V. 



pierre est à peu près complète, sauf du côté gauche. 
(Voir le n" 3819.) 



10 

LUl-ItlUEItiE NATIO>ALE. 



lU 



RUINES DE CHAMPLIEU. 



3839. Chapiteaux. A Cliamplieu, dans les ruines du 
théâtre. Hauteur, o m. 87 ; largeur des tailloirs, m. /18. 





Ces chapiteaux , et d'autres, beaucoup plus dégradés, 
que je n'ai pas fait reproduire, proviennent certainement 



Peigné-Delacourt, Thédlre, p. Sy et pi. YI. — Viollet-le-Duc , 
Revue archéol.j 1860, I, p. 52 (gravure 




d'une même colonnade. Leurs tailloirs sont décorés de 
têtes barbares, d'homme ou de femme, et, plus rare- 
ment, de pommes de pin entourées de feuilles. 

3840. On a découvert à ChampHeu , dans les ruines 
du temple, où ils sont pour la plupart conservés, une 




1-2 



grande quantité de fragments architectoniques. J'en 
publie quelques-uns qui pourront suflire pour témoigner 



RUINES DE GHAMPLIEU. 



115 



(lu slyie et de la soinpluosilé du luuuuiueut dont ils pro- 
viennent. Les fûts de colonnes engagées ont o m. 65 



de diamètre. Leur surface est décorée de feuilles imbri- 
quées avec bordures de boucliers d'Amazone et de 







:**> '^ 




grecques. Les pilastres sont ornés de grandes feuilles 
d'acanthe stylisées, réunies en bouquets superposés. 



Caillette de l'Hebvillier, Ant. rom., p. i4 = Revue archéoL, 
VIII, I (i85i), p. 195 et pi. CLX, n" 9 et 10. 



la. 



116 

3841. Fragment de statue. A Champlieu, dans les 
ruines du théâtre. Hauteur, o m. 28. 




RUINES DE CHAMPLIEU. 

3843. Fragment de bloc. A Cliamplieu, dans les 
ruines du temple. Hauteur, m. 67 ; largeur, m. /i 1 ; 
épaisseur, environ cm. 60. 



■%. 



Restes d'un homme drapé, les bras nus. 

3842. Fragments de statue trouvés aux Tournelles. 
Au Musée de Saint-Germain. Hauteur de la statue, en- 
viron 1 m. /i5. 




Dessin tiré de V. Cauchemé. — V. Calchemé, Descripl., 
4- partie, p. 1 38 et pi. X.11, n° 1. 

Femme drapée. Déesse indéterminée. 




Jamhcj gauche nue d'un personnage debout. Au se- 
cond plan, quelques traces d'un feuillage stylisé. La 
pierre n'est complète que du côté droit. Il s'agit vrai- 
semblablement d'une divinité. 



3844. Fragment de bloc. A Champlieu, dans les 
ruines du théâtre. Hauteur, m. 3/i ; largeur, m. /i 1 ; 
épaisseur, o m. 9 5. 




Restes d'un homme nu, paraissant assis. La pierre 
est brisée de tous les côtés, sauf à droite. 



RUINES DE CHAMPLIEU. 



117 



3845. Fragment de bloc trouvé aux Tournelles. Dis- 
paru. ^Hauteur, o m. 70; largeur, m. oa»? [cauch.]. 




Dessin tiré de V. Cauchemé. — 
i" partie, p. 1 38 et pi. XII, n* 3. 

Homme nu; dieu indéterminé. 



V. Caixhemé, Descripl., 



3846. Fragment de bloc trouvé aux Tournelles. Dis- 
paru. «Hauteur, cm. 67; largeur, m. 33» [cauch.] 




Dessin tiré de V. Cauchemé. — V. Cauchemé, Descripl., 
U' partie, p. i38 et pi. XII, n" a. 

Personnage drapé accompagné d'un cbien. La pierre 
est brisée de tous les côtés, sauf à droite. 



18 



SENLIS. 

(AVGVSTOMAGVS, SILVAINECTES.) 

Les Silvanecles, entre les Nerviens et les Véromanduens, avaient pour capitale Augustomagus , aujour- 
d'hui Senlis. Leur territoire, de faible étendue, était probablement limité par l'Oise et l'Autonne. Des 
fouilles, conduites par Albert de Roucy, eurent lieu, de 1861 à 1870 , sous la direction de la Commis- 
sion des monuments historiques, dans la forêt de Compiègne, aux lieux dits le Mont Berny, la Carrière du 
Roi, et le Mont Chypres. Elles mirent au jour, entre autres substruclions, celles d'un temple, de deux 
établissements de bains, d'habitations particulières et de caves, d'où l'on retira de nombreux objets 
qui sont au Musée de Saint-Germain. Le Musée municipal de Senlis, fondé en 1887, et celui du Comité 
archéologique, établi dans l'ancien évêché, au sud-est de la cathédrale, n'ont recueilli, avec quelques 
débris de provenance locale, que la série fort riche, mais très barbare, des ex-voto découverts dans les 
ruines du temple d'Halatte (ci-après, p. 126). 

BIBLIOGRAPHIE. 

I. Roucy (Albert de). Notice sur une statue trouvée, en iSji, dans lesjouilles de la forêt de Compiègne. Compiègne, 1876; 
in-8", 8 pages, 1 planche. Extrait du Bulletin de la Société historique de Compiègne, t. II, 1876, p. 898 à 4o6. 

II. Maricourt (René de) et A. Vinet. Catalogue [du Musée du Comité archéologique de Sentis]. Senlis [vers 1880]. in-8", 
59 pages. 



3847. Fragment de statue trouvé, vers i865, au 
Mont Berny (forêt de Compiègne). Disparu, r Pierre 




tendre. Hauteur, o m. i5; largeur du socle, m. h^v 

[CAUCH.]. 

Dessin tiré de Cauchemé. — Caixuemé, Descript., 1" partie, 
pi. Xin (sans texte). 



Restes des jambes nues d'un homme debout et du 
corps d'un animal couché, tourné vers la gauche. Proba- 
blement Mercure accompagné d'un bouc. 



3848. Fragment de bloc découvert à Senlis , en 1870, 
sdans un mur en réparation, à l'endroit même oii le 
mur de la cité donnait passage à l'une des deux portes 
qui existaient autrefois l^Porla Balanlun)-n [petit]. Dis- 
paru. 

Petit, Comtté archéologique de Senlis, VII (1869-1871), 

p. XLV. 

D'après Petit, on voyait, sur ce fragment, un bélier 
marin et, au-dessus, un coquillage. Sur un autre frag- 
ment, de même provenance, étaient les restes d'un per- 



SE^LIS. 



119 



son nage et les membres postérieurs d'un cheval. On ne 
sait pas non plus ce qu'il est devenu. 



3849. Base de colonne trouvée, en i865, au Mont 
Berny (forêt de Gompiègne). Au Musée de Saint- 



Germain. Pierre commune. Hauteur, o m. 7.^; largeur 
de chaque face, m. 26. 

Caichemé, Descript., p. 5o. — A.-J. Reinach, Revue arcliéol. , 
191 1 , 1, p. aSg (gravure). 

Sur une des faces, Minerve casquée, vêtue de deux 
tuniques d'inégale longueur, serrées à la taille par une 






ceinture, tenant de la main gauche une lance et s'ap- 
puyant de l'autre main sur un bouclier. A droite, Her- 
cule nu, barbu, se reposant sur sa massue portée de la 
main gauche; le dieu tient peut-être, de l'autre main ra- 
menée devant le corps, un second attribut, de forme 
ronde. A gauche. Mars, armé et casqué comme Minerve. 
Les trois divinités sont debout, de face, dans des niches, 
chacune entre deux pilastres. La quatrième face n'a pas 
de bas-relief. Une partie de la colonne accompagne 
cette base; elle est décorée de feuilles imbriquées. 

3850. Stèle trouvée, vers i865, au Mont Berny 
(forêt de Gompiègne). Au Musée de Saint-Germain; 



moulage au Musée de Gompiègne. Pierre tendre com- 
mune. Hauteur, m. 65; largeur, m. 45; épaisseur, 
m. 92. 

Salomon Reinach , Calai. (4* édit.), p. 3i; Cultes, I, p. 78 
(gravure). — Caicheuk, Descript., p. 5o et pi. IX, n° «2. 

Buste de face, paraissant nu, dans une niche, entre 
deux pilastres, d'un personnage imberbe entouré de 
quatre oiseaux (corbeaux ?) qui l'écoutent ou lui par- 
lent. Deux de ces oiseaux, disposés symétriquement, 
ont leur bec près de ses oreilles. Les deux autres, placés 
plus bas et tournés vers la gauche, le regardent. Le 
personnage a la main droite ramenée devant le corps, 
entre les têtes de deux des oiseaux. Elle est à demi 



120 



SENLIS. 



fermée, dans l'attitude des orateurs. Le haut de la pierre 



est particulièrement dégradé. Quelques restes de sculp- seaux. Le bas-relief a conservé des traces de peinture 



ture qu'on y remarque pourraient être ceux d'autres oi- 




Voirles n°' 2354, 2355 et 2877. 



3851. Sarcophage de provenance inconnue. Il ser- 
vait, au xvii' siècle, de cuve baptismale, à l'abbaye de 
Saint-Corneille «un peu au-dessous de la chapelle de la 



Vierge?) [Descript.]; vendu, peut-être, au moment de la 
Révolution, on en fit une auge, pour les chevaux, dans 
une habitation de la rue de Pierrefonds; il fut racheté, 
vers i865, par A. de Roucy, et placé dans l'escalier du 
Palais de Compiègne, où il est encore. Marbre blanc. 







Hauteur, m. 88 ; longueur, 1 m. 7 5 ; large 
épaisseur de la cuve, m. 08. 



ur, m, 



96; 



De.icripl. hisl. des reliques de l'abbaye royale de Saint-CornciUe 
de Compiègne (Paris, 1770; ia-8°), p. 78. — Lefebvre Saint- 



Ogan, Compiègne (Paris, 1887; in 8°), p. i6û. — De Lambert 
DE Ballyhier, Compiègne historique, II, p. 3i6 (gravure). 

Têtes ailées de jeune Méduse. La décoration est com- 
plétée par des cannelures en forme de strigiles. 



SENLIS. 



121 



3852. Statuette découverte en 1871, à la Garenne 
du Roi (foret de Complègne), «non loin des ruines d'un 
établissement thermal romain » [de boucy]. Au Musée de 
Saint-Germain. Pierre commune. Hauteur, o m. 67. 




A. DE Roucv, Revue des Soc. samnles, 1875, I, p. 353; No- 
tice = Bull, (le la Soc. hist. de Complègne, H (1875), p. 398 
(gravure). — Cacchemé, Descript., p. 76 (gravure). — Salomon 
Reixacii, Catal. (4' édit. ), p. 45. 

Homme imberbe, vêtu d'une tunique et d'un manteau 
à capuchon , tenant de la main gauche une bourse , de 
l'autre main peut-être une serpe. Le manteau couvre, 
de façon collante, la poitrine et les épaules; le capuchon 
est relevé et a la forme d'un pétase ailé. Probablement 

BAS-HELIEFS. V. 



Mercure; mais il pourrait aussi s'agir d'un dieu indigène. 
(Voir le n° 3 00 1.) 

3853. Stèle mutilée trouvée, vers igoa, en établis- 
sant une estacade au confluent de l'Oise et de l'Autonne. 




Au Musée de Complègne. Pierre commune. Hauteur, 
m. /la. 

Photographie et reaseigneraenls de M. P. Guynemer, commu- 
niqu(^s par M. Salomon Reinach. — P. Guynemer, Bull, de la Soc. 
hisl. de Compiègne, XV (igiS), p. 395 (gravure). 

Homme nu debout, de face, tenant de la main gauche 
un objet rond, ressemblant à une boule; sans doute un 
fruit. La tête et l'avant-bras droit du personnage font 
défaut. Divinité indéterminée. 



imfuimerie natio>ale. 



122 



SENLIS. 



3854. Fragment de stalue trouvé, vers i865, au 
Mont Berny (forêt de Compiègne), dans les ruines d'un 







28?^ 



temple. Au Musée de Saint-Germain. Pierre commune. 
Hauteur, o m. .^o. 

Photographie communiquée par le Musée de Saint-Germain. 
— Salomon Reinacii, Catal., p. 45. — Gacchemé, DescripL, 
i" partie, p. 5o et pi. VIII. 

Personnage imberbe, debout, à cheveux longs et bou- 
clés. Peut-être un dieu. 



3855. Fragment de stèle, à sommet triangulaire, de 
provenance non indiquée. Moulage au Musée du Comité 
archéologique de Scnlis. Un autre moulage est au 
Musée d'Amiens. J'ignore où se trouve l'original; mais 
comme les deux moulages sont dus à Peigné-Delacourt, 




je suppose que la pierre a été trouvée dans le dé- 
partement de l'Oise, probablement près de Ribé- 
court. Hauteur, o m. 69; largeur, o m. 28; épaisseur, 
m. 1 5. 

Homme imberbe, debout, vêtu d'une tunique courte, 
tenant de la main gauche une bourse. Monument funé- 
raire de style barbare. 



SENLIS. 



123 



3856. Stèle de provenance non indiquée. Au Musée 
du Comité archéologique de Senlis. Calcaire tendre. 




Hauteur, o m. /lo, largeur, o m. 18; épaisseur, 
m. 11. 

Enfant debout, vêtu d'une tunique et d'un manteau, 
tenant, de la main droite ramenée devant le corps, un 
objet fruste. La main gauche manque. 



3857. Stèle trouvée, vers 186 5, au Mont Berny 
(forêt de Compiègne). Au Musée de Saint- Germain. 
Pierre commune. Hauteur, m. 3o; largeur, cm. 21; 
épaisseur, m. 07. 

Hommes nus, debout, de face, dans une niche. Celui 
de droite a la main gauche sur la poitrine et soulève, de 



l'autre main, un objet cylindrique peu reconnaissablc, 
peut-être un bouclier. L'autre a les deux bras levés à la 




manière des caryatides. Divinités indéterminées. (Voir 
le n° 3868.) 

3858. Tête «trouvée à Senlis» [mar.]. Au Musée du 
Comité archéologique de Senlis. Marbre blanc. Hauteur, 
o m. 35. 




Verxois, Comité archéol. de Senlis, IV ( 1866), p. xxvn. 
Maricourt, Catal., p. ai, n" 7. 

16. 



De 



124 



SENLIS. 



Personnage imberbe et chsiuve; peut-être César. Le , 3859. Fragment de stèle découvert au lieudit /e Mo«< 
nez et quelques parties des oreilles sont restaurés. | Choisy, près de Caisnes (Oise). Au Musée du Comité ar- 




chéologique de Senlis; moulages aux Musées d'Amiens, 
de Beauvais, de Compiègne et de Laon (Palais de Jus- 
tice). Pierre commune. Hauteur, o m. lii; largeur, 
om. 70; épaisseur,. m. 09. 

Stanislas Prioux, Civitas Suessionum, p. 98. — Peigné - 
Delacolrt, Suppl. aux recherches sur l'emplacement de Novio- 
dunum, p. aS, note 1 (gravure). — De Maricocrt, Calai., 
p. 91, n° 10. — Mathon, Mém. de la Soc. acad. de l'Oise, V 
(1869-1864), p. 117. 

Mercure de face, dans une niche; le dieu, coiffé du 
pétase, a les épaules couvertes d'un manteau agrafé 
du côté droit. 



3860. Slèle découverte, vers i865, au Mont Berny 
(forêt de Compiègne). Au Musée de Saint- Germain. 
Pierre commune. Hauteur, m. 36: largeur, m. i3; 
épaisseur, m. 07. 

Divinité indéterminée. Une image de cette stèle a été 
donnée plus haut, sous le n° SigB. ' 



main. Pierre commune. Hauteur, m. th; largeur, 
o m. 09; épaisseur, m. o5. 




Buste grossier. Divinité indéterminée. 



3861. Stèle mutilée trouvée, vers i865, au Mont 3862. Statuette trouvée dans le lit de l'Oise, en 

Berny (forêt de Compiègne). Au Musée de Saint-Ger- 1 1898, près de Pont-Sainte-Maxence. Au château de 



SENLIS. 



125 



Beaurepaire (près de Ponl), chez M. le marquis de 

Luppé. Bronze. Hauteur, o m. 67. 

Photographies communiquées par M. le marquis de Luppé. 
. — Salomou Reinach, Revue archéot. , 1898, I, p. 821 et 1898, 



II, p. 3o3 = Cultes, mythes et religions, II, p. 819 (gravure); 
Répert., II, p. 17(3, n° 7. 

Hermaphrodite nu; k l'œil gauche est aujourd'hui 
creux, mais l'œil droit est encore rempli d'un émail 




553^^***^ 



hlanc au milieu duquel est pratiqué, pour le cristallin, 
une cavité circulaire, qui contenait sans doute un émail 
bleu; en haut de la tête, près de la naissance de la touffe 




qui surmonte la chevelure, existe un petit trou qui ser- 
vait à l'insertion d'un ornement, probablement en or: 
les deux oreilles sont percées pour recevoir des pende- 



126 



COMPIEGNE. 



loques; le dos présente une gaine propre à l'insertion 
d'une lige qui était vraisemblablement la hampe d'un 
candélabre" [reinach]. Deux marches sont ménagées sur 
le devant du socle. M. Salomon Reinach attribue cet 
Hermaphrodite sa un artiste étabU en Gaule, travaillant 
d'après un modèle étranger. 



3863. Médaillon trouvé, vers i865, au Mont Berny 
(forêt de Compicgne). Au Musée de Saint-Germain. 
Pierre tendre commune. Diamètre, o m. Sa; épaisseur, 
m. Sa. 

Photofjraphie communiquée par le Muse'e de Saint-Germain. 
— Cacchf.mé, Dpscripl., \" partie, p. 5o et pi. IX, n" i. 




Jeune femme. Les cheveux, partagés en deux ban- 
deaux sur ie sommet de la tête, tombent sur les épaules. 



de chaque côté. Le bas-relief a conservé des traces de 
peinture. Divinité indéterminée. 



TEMPLE DE LA FORÊT D'HALATTE. 



Le temple de la forêt d'Halatte, entre ie mont Pagnotte et Villers Saint-Frambourg, a été découvert 
fortuitement, en 1867, en construisant un chemin. Des fouilles pratiquées, six ans plus tard, sur son 
emplacement, par M. de Caix de Saint- Aymour, sous les auspices du Comité archéologique de Senlis, 
l'ont fait connaître. Il était de forme sensiblement rectangulaire, au milieu d'une place carrée limitée 
par un mur d'enceinte de ho mètres de côté, et mesurait 8 m. 60 de long sur 7 mètres de large. Plus 
de deux cents ex-voto, de calcaire tendre, qui sont conservés au Musée du Comité archéologique de 
Senlis, ont été trouvés parmi les ruines de ce temple. Je les ai fait reproduire presque tous, encore 
que leur barbarie soit extrême. Les monnaies que l'on a rencontrées vont du règne de Vespasien 
à celui de Valentinien I". Le sanctuaire a dû être détruit vers la fin du iv'= siècle. 

BIBLIOGRAPHIE. 

\. Saint-Aymour (Amédée de Caix de). Note sur un temple romain découvert dans ta foret d'Halatte [déparlemeul de l'Oise). 
Paris, 187^; in-ia, 35 pages. — Le temple de la foret d'Halatte et ses ex-voto. Caen, 1907; in-S", 32 pages, a planches. 
Extrait du Congrès archéologique de France, t. LXXII (Beauvais), 1906, p. 334 à 36i. 



TEMPLE DE LA FORET D'HALATTE. 



127 



II. Cagnï (Paul). Notes pour servir à l'histoire de la médecine vétérinaire en France. Paris, 1892 ; in-8°, U8 pages. Extrait 
du Bulletin de la Société centrale de médecine vétérinaire, I. XLVI, i892,p. 6i3à66o. 

\\\. Fautrat (Léon). Les temples d'Halatte et d'Essarois. Caen, igof); in-8°, 4 pages, 1 planche. Extrait du Congiès 
archéoloifique de France , (. LXXII (Beauvais), igob, p. 862 à 365. 



3864. Stèle mutilée. Hauteur, o m. a/i. 

Homme debout, vêtu d'une tuni(^ue, ayant pu tenir 
devant lui, des deux mains, quelque offrande. Il se 




peut aussi que le personnage ait relevé son vêlement. 
(Voir le n" 3877.) 

3865. Fragment de stèle. Hauteur, m. 35; lar- 
geur, o m. 2/1; épaisseur, m. 10. 




Homme debout, vêtu d'une tunique courte, tenant de 
la main droite ramenée devant le corps peut-être une 



serpe, de l'autre main un second objet qui n'est plus 
reconnaissable. 



3866. Fragment de stèle. Hauteur, m. /i5; lar- 
geur, m. 26 ; épaisseur, m. 11. 




Personnage debout, vêtu d'une tunique à manches 
courtes, tenant, de la main droite ramenée devant le 
corps, peut-être un fruit, de l'autre main tombante un 
objet qui n'est plus reconnaissable. 



3867. Fragment de stèle. Hauteur, m. 36; lar- 
geur, o m. 22 ; épaisseur, m. 08. 



128 



TEMPLE DE L.\ FORET D'HALATTE, 



Femme debout, vêtue de deux tuniques d'inégale lon- 
gueur, à manches courtes, tenant devant elle, des deux 




mains, une sorte de disque pourvu d'un manche, sans 
doute un miroir ou une patère. 

3868. Fragment de statuette. Hauteur, o m. aS; lar- 
geur, cm. 12. 



_CÎN, 




Homme vêtu de deux tuniques, une pièce d'étoffe 
(cache-nez) autour du cou, paraissant, de la main 
gauche, relever son vêtement. La main droite manque. 



3869. Fragment de stèle. Hauteur, o m. aS; lar- 
geur, m. 1 3 ; épaisseur, o m. 09. 




De Cau de Saint-Aymodr, Temple (1907), p. iU = Congrès 
arcAe'o/., LXXII (1905), p. 353. 

Homme dehout, vêtu d'une tunique courte, tenant, 
de la main droite ramenée devant le corps, le manche 
d'un poignard ; la main gauche manque. 



3870. Stèle mutilée. Hauteur, cm. 18; largeur, 
m. 17; épaisseur, m. of). 




" -'Ù ^i.«».Â-"..! 



Femme nue, peut-élre assise, les pieds sur un ta- 
bouret, tenant, de la main droite baissée, un objet 
fruste. A sa gauche, un buste d'enfant. 



TEMPLE DE LA FORKT D'HALATTE. 



129 



3871. Stèle mulil(5e. Hauteur, o m. a^i; largeur, 
m. 1 5 ; épaisseur, o m. og. 




Restes d'un personnage debout, de face, vêtu d'une 
tunique, ayant pu tenir devant lui, des deux mains, 
quelque offrande. Il se peut aussi que le personnage ait 
relevé son vêtement. (Voirie n° 8876.) 

3872. Fragment de statuette. Hauteur, m. 39. 




Restes d'un personnage, vêtu d'une tunique, tenant, 
de la main gauche, une corbeille de fruits. Ex-voto de 
malade. 



3873. Stèle mutilée. Hauteur, m. 3q; largeur, 
m. 29 ; épaisseur, m. 1 2. 





Personnage imberbe, debout, vêtu d'une tunique, 
tenant, de chaque main ramenée devant le corps, un 
objet fruste. 

3874. Fragment de statuette. Hauteur de la statuette 
complète, environ m. 35. 




Personnage imberbe, à cheveux longs, paraissant 
vêtu d'une cuirasse ou d'un tricot; il semble fouiller, de 
la main droite, dans une sorte de coffret tenu oblique- 



BAS-RELIEFS. 



IMrniMEIME >AT10>ALB, 



130 



TEMPLE DE LA FORÊT D'HALATTE. 



ment de l'autre main, ou peut-être tirer de son four- 
reau un poignard à iarge iame. 

3875. Mains. Longueurs, o m. 07, m. la et 
o m. 90. 

De Caix de Saint- Aymodr, Note, p. 26; Temple (1907), 
p. 25 = Congrès archéoL, LXXII ( 1 906), p. 35/i. 




De ces trois mains, les seules que le temple d'Ha- 
lalte ait fournies, une tient un genou, dont les rugo- 




) 



sites paraissent voulues, une autre un oiseau. La dernière 
est simplement posée sur une tablette. Ce sont des 
offrandes de malades à la divinité du lieu. 
Voir le n" 3Zi35. 

3876. Torses. Hauteurs, de m. 20 à o m. /io. 




De Gaix dk SAiNT-Avjiotn, fiole, p. 96; Tempk (1907, 
p. ak = Congrès archéologique, LXXII (1905), p. 353. — 



Fdlix Regnault, L'homme préhistorique, VIII (1910), p. 9G9 
(gravure). 



■■f 




Hommes debout, relevant leur lunique des deux mains 
et se découvrant par devant jusqu'à la ceinture. Les ma- 




lades montraient au dieu la région où ils souffraient. Il 
a pu s'agir d'hydrocèles ou de varicocèles. Dans deux cas 




( n°' /i et 6), on a figuré, au-dessus des plis du vêtement, 
une sorte de boule. Je ne saurais dire s'il faut y re- 



TEMPLE DE LA FORET D'HALATTE. 



131 






II) ,, 

«onnaitre une offrande ou la représentation d'une hernie. 
La seconde hypothèse me semble préférable. (Voir les 
n" 3899, 3433 et ià:U.) 





^ _ 



i-UK 





3877. Hustes. Hauteurs, de m. 07 à m. 26. 

De Caix de Saint-Aymour, Note, p. aô; Temple (1907), 
|).' 23 = Congrès archêoL, LXXII (igoS), p. 359 (gravure). 

»7- 



132 



TEMPLE DE LA FORET D'HALATTE. 



\ • 







y 








là 




^' ^ 


x: 


^4 


)'"; 


/"if^^^H 




"';'ïl,jii^^H 


■ 'l " 




■*"-' ; 


Ï^^W^^H 




*kvl^^k 


'€ 


ty' i'^^^^^M 


::à 


j^^î^^^^V 









it> 




TEMPLE DE LA FORET D'HALATTE. 



133 




134 



TEMPLE DE LA FORET D'HALATTE. 



Les bustes provenant d'Halaltc sont au nombre de 
quarante-deux. Ceux que je n'ai pas fait reproduire sont 
informes. (Voir les n°' 2/188, 9Ù3() et 3/i3o.) 



3878. Têtes. Hauteurs, de m. 1 à m. 2 5. 

De Gaix de Saint-Aymour, Note, y. 26; Temple (1907). 
p. 23 = Coiigi-ès archéoL, LXXII (igoS), p. 35q (gi'avures). 









;■* 















i 



K) 



17 



1» 



19 




On a recueilli soixante-huit têtes dans les ruines du 
temple d'Halatte ; un certain nombre sont peut-être dé- 



tachées d'ex-voto de bustes. La barbarie de ces têtes est 
extrême. Les cheveux y sont indiqués par de simples stries ; 



TEMPLE DE LA FORET D'HALATTE. 



135 




13G 



TEMPLE DE LA FORET D'HALATTE. 



les yeux par des trous, elles oreilles, quelquefois placées 
au milieu de la joue, par un seul trait semi-circulaire. 



3879. Fragments de stèles et de statuettes. Hauteurs, 
de m. 20 à m. 5o environ. 












Au moins dans la plupart des cas, il ne faut voir sans 
doute, en ces fragments, que des restes d'images ayant 



figuré des dévots qui, de cette manière, se sont offerts à 
la divinité. La barbarie de certaines de ces images peut 



TEMPLK DE LA FORET D'HALATTE. 



137 




10 



I 




II 







1» 

IHPItlMBniB KATIO?IALE. 



138 



TEMPLE DE ,LA FORÊT D'HALATTE. 



faire supposer qu'elles sont l'œuvre, non pas même de 
maladroits imagiers locaux, mais des dévots, dépourvus 
de tout sentiment artistique , qui les offraient. Le sculpteur 
de l'ex-voto n" 3 avait eu d'abord, à ce qu'il semble, l'in- 
tention de faire un buste; il s'est ensuite ravisé et a des- 



siné au trait le corps d'un personnage debout sur la 
partie correspondant à la poitrine de ce buste. 

3880. Statuettes et fragments de statuettes. Hauteurs, 
de m. 1 5 à m. /|5. 







De Caix de Saint-Aymoir, Note, p. a6; Temple (1907), 1 Félix Regnault, L'homme préliist., VIII (1910), p. 967 (gra- 
p. 9 5 = Congrès archéol , LXXII ( 1 906 ) , p. 354 et pi. I cl II. — ! viire). 





' ''t 





Enfants emmaillotés. Les petits personnages sont 
coiffés d'un capuchon. J'ai compté quatorze ex-voto de 
celte sorte. Quelques-uns portent des traces de peinture. 



Le maillot, dans deux cas (n"' 1 cl 3), est ouvert pour 
montrer le siège de la maladie. (Voir les n"' 2/1/10, 
•?.hh 1, 3/i90 et 3/121.) 



TEMPLE DE LA FORET D'HALATTE. 
3881. Jambes. Hauteurs, de o m. qo à o m. Su. 



139 



De Caix db Saint-Aymour, Temple (1907) , p. 90 = Congrès 
urchcol., LXXII (1905), p. 354 et pi. H. — Félix Recsault, 



m: 





sculptée sur une stèle (n° 3) se termine par un moi- 
gnon, un peu au-dessous du genou. 




L'hmnme préhistorique, VIII (1910), p. 269 (gravure du 
n" 3). 

Cinq paires de jambes sont figurées sur des stèles; 
une jambe unique est de ronde bosse; enfin, une cuisse 





3 . 4 

3882. Torses mutilés. Hauteurs, de o m. 
o m. 35. 







De Caix dk Saint-Aymolr, Note, p. 96; Temple (1907), 
p. 24 = Congrès archcol., LXXII (igoS), p. 353. — Félix 



Regnault, L'homme iwéidst., VIII (1910), p. 970 (gravures des 
n"' 3 et 4). 

18. 



l/iO 



Hommes nus. Comme pour les torses du ii° 8877, il 
s'agit apparemment d'ex-voto motivés par des hydrocèles , 
des varicocèles ou des phimosis. 



TEMPLE DE LA FORET D'HALATTE. 

3883. Seins. Diamètres, de m. 0/1 à m. i5. 



De Caix de Saint-Avmoir, Noie, p. 96; Temple (1907), p. ao 
Congrès archéoL, LXXII (190,5), p. 3.5A. 




Dix-sept ex-voto ne figurent qu'un seul sein. Les uns ! blette plus ou moins épaisse sur laquelle est posé l'or- 
sont de ronde bosse ; les autres ont la forme d'une ta- gane. Les deux seins sont représentés sur un torse et 







II 





13 



U 




sur quatre ex-voto en forme de tablette. Il se peut que 
deux organes piriformes ne soient que des mamelles 



d'animaux. Les seins ont des rugosités; mais la gros- 
sièreté de la sculpture ne permet pas de décider si le 



TEMPLE DE LA FOUET D'HALATTE. 



141 



tailleur d'image a eu l'intention d'indiquer la maladie i 3884. Statuettes et fragments de statuettes. Hauteurs, 
qui motiva l'ex-voto. (Voiries n°' 2/1^9 et 3/i3i.) | de m. 08 à m. 9 1 , 









.1 




De Caix de Saint-Aymour, Note, p. 27; Temple (1907), 
|). a5 = Gouffres archéol., LXXII (igoô), p. 35i. — (jAgnv, 



Notes, p. 89 (gravures "l = Bull, de la Soc. centr. de médec. vetér., 
XLVI(i899),p. 653. 




■\ 




10 



11 



t 




12 



13 




14 



(les statuettes et fragments ligurent des bœufs, des 
chevaux et des porcs. Quelques pierres sont taillées de 



telle sorte qu'il est impossible de déterminer sûrement 
ce qu'elles représentent. Je pense qu'il s'agit d'of- 



U2 



TEMPLE DE LA FORET D'HALATTE. 



frandes faites au dieu pour la guérison d'animaux do- 
mestiques. (Voir le n° 3886.) 



3885. Pieds humains. Longueurs, de o m. i o à 
m. 20. 








De Caix de Saint-Aïmolr, Temple (1907), p. 95 = Contres 
archéol. , LXXJI ( 1 906 ) , p. 35 4. 





On a découvert une dizaine d'ex-voto de pied hu- 
main. Tous, sauf un, sont de ronde bosse. 

Voiries n"' 2888, 2/5/18, 2970 et S/iSg. 



3886. Pied de bovidé. Longueur, environ m. /lo. 

De Caix de Saint-Aymocr, Note, p. 27; Temple (1907), 
p. 90 = Congrès archéol., LXXII (i9o5), p. 354 (gravure). — 



Cagny, Notes, p. /ii, n° 5 (gravure) = Bull, de la Soc. centr. de 
médec. cétér., XLVI (1899). p. 653. 




Ex voto. Cet exemple est le seul que je connaisse 
d'un pied votif d'animal. 

3887. Torses. Hauteurs, o m. 18 et m. 2/1. 






De Caixde Saint-Aymolr, iVote, p. 26; r<?;n|j/e (1907), p. 94 Femmes nues. On ne possède que trois ex-voto de 

Congrès arckéol., LXXII (1905), p. 353. cette sorte. La maladie d'organe qui les a motivés n'est 



MUSEE DE COMPIEGNE. 



1^3 



pas reconnaissable. (Voir les n°' 2^82, 3/498, 3/i2C) et 

3/i3i.) 

3888. Genoux. Hauteur, m. 18. 




Cet ex-voto de genoux est le seul que le temple d'Ha- 
lalle ait fourni. 



On a cependant une main tenant un genou (ci- 
dessus, n° 3875). 

3889. Fragment de stèle à sommet triangulaire. 
Hauteur, m. 1 1 ; largeur, cm. 1 5 ; épaisseur, m. 06. 




Tête de personnage imberbe, dans une niche profonde. 
Peut-être une image de divinité. 



MUSEE DE COMPIEGNE. 

Le musée que possède Compiègne lui a été donné en i843, par Antoine Vivenel qui, pendant 
quarante ans, s'était appliqué à recueillir des objets d'art pour en doter sa ville natale. Formée surtout 
à Paris, par des acquisitions chez des marchands, la collection archéologique de ce musée ne contient 
vraisemblablement aucune pièce d'origine gallo-romaine. Les antiques de toute sorte qui en font partie 
paraissent provenir de la Grèce ou de l'Italie. J'aurais pu les omettre; je ne l'ai pas fait, d'abord pour 
rester fidèle au plan que je me suis tracé de publier, avec celles que l'on a trouvées dans les limites de 
la Gaule, les sculptures manifestement étrangères, mais d'origine inconnue, qui les accompagnent dans 
les musées provinciaux ; ensuite, parce que c'était une occasion de réunir, pour la commodité des tra- 
vailleurs, des œuvres inédites dont l'intérêt, au moins pour quelques-unes, n'est pas contestable. 



BIBLIOGRAPHIE. 

I. [Leveaix (Alphonse), De Marsy, Woillez et Du Lac] Ville de Compiègne; Catalogue du Musée Vivenel. Compiègne, 
1870; in-8", xxiv-2i4 pages, 1 planche. La partie de ce Catalogue relative à la sculplure a été rédigée par Leveaux. 
— Supplément au Catalogue du Musée Vivenel [Compiègne, 1877; in-8°], 8 pages (numérotées de 9i5 à 292). 

II. Reiîvach (Salomon). Statues antiques des Musées de Compiègne et de Nevers. Paris, 1898; in-8°, 8 pages, 3 planches. 
Extrait de la Revue archéologique, 1898, t. I, p. iGi à 1C8 et pL III à V. — Corinne. Paris, 1900; in-8°, 7 pages, 
9 planches. Extrait de la Revue archéologique, 1900, t. 1, p. 169 à 175 et pi. 11 et 111. 

III. Blu (.1.). Musée Vivenel; Catalogue illustré des peintures, dessins, sculptures. Compiègne, [1900]; in-i9, xxxi- 
19/1 pages, 6 planches. 



1/l1 



MUSÉE DE COMPIÈGNE. 



3890. Tête. Marbre blanc. Hauteur, o m. 18. 




[Leveaux], Catai, p. 3i,a° 246. — Blu, CataL, p. 89. n' fir^fx. 
Homme barbu ; peut-être Esculape. 



3891. Tête. Marbre d'Italie. Hauteur, m. 36. 




[Leveaix], ('Mal., p. 3i , 11" l'ih. — Blu, CataL, p. 98, n°5o9. 

Portrait d'un homme barbu. Peut-être s'agit-il de 
Caracalla: mais la ressemblance n'est que lointaine avec 
les portraits connus de cet empereur. La tête est forte- 
ment grattée; cependant, je la crois antique. 

3892. Hermès double. Marbre d'Italie. Hauteur, 
m. 33. 

[Leveaux], Calai., p. 3i, u° 239. — Blu, CataL, p. 89,11° ^97. 



D'un côté, une tête de vieillard barbu; peut-être celle 
d'un philosophe. Du côté opposé, les restes d'une tête 




de femme dont la chevelure est nouée sur le sommet 
du crâne. Je ne crois pas qu'il se soit agi de Bacchus 
et d'Ariadne. 



3893. Fragment de statue. Marbre d'Italie. Hauteur, 
m. 46. 




[Leveaux], CataL, p. 29, 11° 212. — Blu, CataL , p. 87, n° 476. 

Restes du tronc et jambes nues d'un enfant, assis sur 
un rocher. Le pied gauche est ramené en arrière et 
posé sur le rocher. Trois trous paraissent indiquer que 
la partie supérieure de la statue était rapportée. 



MUSÉE DE COMPIEGNE. 



145 



( 3894. Buste d'hermès. Marbre blanc. Hauteur, 

j m. if). 




[I^VEADx], Cata/., p. 3 1, n' 2.33. — Blu, Catal., p. 89, n° 487. 

Ariadne couronnée de lierre avec baies, une bande- 
lette sur chaque épaule. Le marbre a été scié; il ne 
reste plus aucune trace du buste de Bacchus qui com- 
plétait Thermes. (Voir le n° Sgi 2.) 

3895. Tête d'hermès. Marbre blanc. Hauteur, 

m. 18. 




3896. Tête. Marbre blanc. Hauteur, environ cm. 20. 



[LEVEAUx],Cfl<n/.,p. 3i,n°a4/i. — Blu, Catal, f 89, q° 49a. 
Bacchus. (Voir le n° 2676.) 




[Leveadx], Catal., p. 3o, n° 229. — Blc, Cato^, p. 88, 
n° 483. 

Ariadne couronnée de lierre. La tête paraît détachée 
d'un buste d'hermès. 



3897. Pied de table. Marbre blanc. Hauteur, m. 35 ; 
largeur, cm. 1 ^ ; épaisseur, m. i5. 




[LeveacxJ, Calai., p. 3o, n" 227. 
n' 489. 



BAS-r.EI.IErS. 



Blu, Catal., p. 



'9 

IMPRIMERIE ^ATIO^ALE. 



U6 



MUSEE DE COMPIEGNE. 



Buste de Bacchus; le dieu, barbu et couronné de 
lierre, a une mèche de cheveux sur chaque épaule. Je 
ne crois pas qu'il s'agisse d'un autel. (Voir le n° 3() 1 5.) 



3898. Statuette mutilée. Marbre d'Italie. Hauteur, 
G m. 65. 

[Leveaux], CaiaJ., p. 29, n° 209. — Bi,ii, Calai., p. 90, 
n' /199. 




Guerrier debout , cuirassé , les épaules couvertes 
d'un manteau agrafé du côté droit, la jambe gauche 
protégée par une jambière; l'autre jambe manque. Le 
personnage porte en bandoulière, du côté gauche, un 
glaive court et s'appuie, de la main gauche, sur un 
bouclier ovale. Un pan du manteau , ramené sur le bras 
gauche, retombe sur le bouclier. Entre l'homme et le 
bouclier est un tronc d'arbre. Peut-être un empereur. 



3899. Statuette. Moulages aux Musées du Louvre et 
de Saint-Germain. Marbre translucide veiné de violet, 
rappelant l'albâtre. Hauteur, o m. Ii8. 




[Levëaix], CataL, p. 99, n° aïo. — Salomon Reinacu, 
Revue critique, 1898, I, p. 5o; Statues, p. 1 = Revue archéoL, 
1898, I, p. i64 et pL V; Corinne = Revue archéoL, 1900, I, 
p. 169 et pi. Il et III; Reperl., II, p. 664, 11° 10; — Lechat, 
Revue des études grecques , 1899, p. 199. — Blu, Catal., p. 98, 
n° 5i5 (gravure). — Cf. Amelcng dans Arndt, Einzelvcrkauf, 
n" 1188 et 1189; — Helbig, Fûhrer in Rom, 2" édit. (1899), 
II, p. hoi. 



MUSEE DE COMPIEGNE. 



U7 



Jeune fille debout, drapée, coiffée en bandeaux 
ondulés ramenés vers le sommet de la tête; par derrière, 
un chignon bas, dont il manque l'extrémité, descendait 
entre les épaules (costume et coiffure de Tanagra). Le 
personnage tient, des deux mains, un manuscrit déroulé; 
à sa gauche est un coffret contenant quatre manuscrits. 
Restaurations en marbre : le coude droit et les doigts 
de la main droite, sauf le pouce. Sur le socle, l'inscrip- 
tion : KOPINNA, dont l'authenticité n'est pas discutable. 
Art grec du iv° siècle. M. Salomon Reinach y reconnaît 
une copie d'époque romaine de la Corinne de Sila- 
nion, mentionnée par Tatien [adv. Graec, 69). La tête, 
exempte de taches violettes, ainsi, du reste, que la poi- 
trine et l'épaule gauche, est rajustée, mais antique. «A 
droite et à gauche de la touffe de cheveux tombant par 
derrière, il y a deux séries de petits trous que l'on ob- 
serve encore dans les replis du chignon et derrière les 
oreilles. Ces trous, à mon avis, sont l'amorce d'un tra- 
vail que le sculpteur n'a pas exécuté; il voulait, proba- 
blement, amincir certaines parties de la chevelure et 
rectifier la ligne de la nuque, dont celle du dos n'est 
pas le prolongement exact» [reinach]. 



3900. Tête. Marbre blanc. Hauteur, m. 63, 




[Leveaux], Catal., p. 3o, 11° 22^. 
n" 607. 



Blu, Catal., p. 98, 



Portrait de femme du m" siècle; peut-être celui de 
Julia Paula. Restauration en marbre : le nez, les sourcils, 
une notable partie de la natte par devant et quelques 
pièces au visage. Cette lête a été placée sur un buste 
moderne. 



3901. Buste. Marbre d'Italie. Hauteur, m. 38. 

[Leveacx], Calai, p. 3o, n° 228. — Blu, Catal., p. 98, 
n° 5o8. 

Homme imberbe couronné de laurier. Entre les ex- 
trémités de la couronne, sur le sommet de la lête, est 




un petit buste imberbe, de faible relief, figurant, sans 
doute, un camée. Restauration en plâtre : le nez. Por- 
trait d'un empereur ou d'un prince du i" siècle; peut- 
être celui de Claude. 



«9- 



U8 



MISEE DE COMPIEGNE. 



3902. Buste. Marbre d'Italie. Hauteur totale, environ 
m. 5o. 




[Leveaux], CataL, p. 3o, n" 228. 
11' 5o6. 



— Blu, Catal., p. 90. 




Portrait de femme; peut-être celui de Lucilie, fille 
de Marc-Aurèle. Epoque très incertaine. Vraisemblable- 
ment une copie d'une œuvre antique. 



3903. Tête mutilée. Marbre d'Italie. Hauteur, m. 26. 




[Leveaux], Catal., p. 3i, 11° 2/10. — Blu, Catal., p. 89, 

Homme barbu; ses cheveux longs sont retenus par 
une bandelette. Restauration en marbre : le nez. Proba- 
blement un portrait; peut-être celui d'un philosophe. 

3904. Fragment. Marbre blanc. Hauteur, m. 68; 
largeur, m. /lo; épaisseur, m. 12. 




[Leveaix], Catal, p. 99, 11" -JiG. — Blc, Catal., p. 
n" 479. 



MUSEE DE C0M.P1EGNE. 



1^9 



Homme barbu, vu de dos. On veut y reconnaître 
Ixion. Une draperie, descendant de l'épaule gauche, 
entoure le corps à la naissance des reins. Restaurations 
en marbre : quelques pièces au torse et à la draperie. 
Ce fragment, de facture peu soignée, pourrait provenir 
d'un sarcophage. La barbe et la chevelure sont creusées 
au trépan. 

3905. Statuette. Marbre d'Italie. Hauteur, environ 
m. 5o. 

[Leveaux], Catal, p. 3i, n° aio. — Blu, Catal, p. 90, 
11° 5oo. 




Pan , les mains attachées derrière le dos. A sa droite 
est un tronc d'arbre contre lequel grimpe un lézard que 
poursuit un serpent. La tête du Satyre n'est pas antique. 

3906. Tête. Marbre blanc. Hauteur, m. 22. 

[Levealx], Catal, p. 3i, n° 245. — Blu, Catal., p. 89, 
n° 493. 



Mercure. La tête n'a d'antique que le visage. Les 
cheveux, sauf quelques restes au-dessus de l'œil gauche, 




la majeure partie de la coiffure et le sourcil droit, sont 
restaurés. Art grec. 

3907. Fragment. Marbre blanc. Hauteur, m. 68; 
largeur, m. 28. 




[Leveaux], Catal, p. 3o, u° 917. — Blo, Catal, p. 90, 
n°5oi. ■ . 



150 



MUSEE DE COMPIEGNE. 



Enfant nu, debout, tenant de la main droite un 
bâton, de l'autre main un lièvre. 




[Leveadx], Catal., p. 3o, n° 218. — Blu, Calai., p. 90, 
n" 5o2. 

Enfant nu, debout, tenant de la main droite un lièvre, 
de l'autre main un bâton. Du côté gauche, un griffon. 




et dans les cheveux. Excellente copie d'un original grec 
du iv° siècle. Cette tête rappelle complètement celle de 
la Nlobé du groupe de Florence (S. Reinach, Répert., 
I, p. 3i3). 



3908. Fragment. Marbre blanc. Hauteur, m. 55; 
largeur, m. 27; épaisseur, m. 28. 




3909. Tête. Marbre blanc. Hauteur, m. 35. 
[Leveaux] , Catal., p. 3 1 , 11° ai 1 . — Blu , Catal., p. 90 , n° 5o3. 
Niobé ; sa chevelure est couverte d'un voile. Restau- 
rations en plâtre : le nez et quelques pièces aux sourcils 




3910. Tablette. Marbre grec. Hauteur, cm. 36; 
largeur, cm. /13; épaisseur, m. 07. 

[Leveaux], Catal., p. 3o, n" 219. — Elu, Catal, p. 88, 
n" 48o. 



MUSEE DE COMPIEGNE. 



151 



Adolescent (héros cavalier), vêtu d'une tunique et 
d'un manteau flottant, une bandelette dans les cheveux, 
chaussé, monté sur un cheval marchant à droite. Il 



tient de la main droite une patèrc, de l'autre main une 
bipenne, qu'il appuie sur son épaule, du même côté. Un 
chien l'accompagne. Le cheval a le dos couvert d'une 




housse. Devant le personnage est un autel allumé autour 
duquel s'enroule un serpent. Bas -relief funéraire de 
style grec. 



3911. Tête. Marbre d'Italie. Hauteur, o m. 29. 

[Leyeaux], CattiL, p. 3i, n° 282. — Blo, CataL, p. 
n" 486. 





Octavie. Les cheveux sont relevés et forment un bour- 
relet sur le sommet du front. La tête est plate par der- 



rière et percée d'un trou, dans lequel s'engageait, sans 
doute , le tenon d'une coiffure rapportée. 



152 



MUSEE DE COMPIEGNE. 



3912. Busted'hermès. Marbre blanc. Hauteur, m. ig. 




[Leveaux] , Calai. , p. 3 1 , n° aaS. — Bi.u , Catal. , p. 89 , n° 488. 

Bacchus à cornes de bélier. Ce buste paraît séparé de 
celui d'Ariadne, décrit plus haut sous le n° 3 89 4. 

3913. Tête. Marbre attique. Hauteur, environ m. 10. 




[Leveaux], Catal., p. 3i, n" oi'Ao. — Blu, Catal., p. 88, 

Homme barbu; probablement un portrait, peut-être 
celui d'un philosophe. Art grec. La gaine qui supporte 
cette tête est moderne. 



3914. Tête. Marbre blanc. Hauteur, m. oy. 

[Leveaux], Catal, p. 3i, n° aia. — Bui, Catal, p. 89, 
n° /190. 




■ f 

f ^ 

Homme barbu; peut-être Esculape. 

3915. Pied de table. Marbre blanc. Hauteur, m. 87 . 

[Leveaux], Catal, p. 3i, n° a3i. — Blu, Catal, p. 88, 
n" 485. 




Par devant est une tête barbue, avec bandelette dans 
les cheveux. Il s'agit peut-être d'Esculape. La tablette 
et la base de ce pied de table sont modernes. 

Voirie n" 8897. 



MUSEE DE 
3916. Tête. Marbre attique. Hauteur, o m. 18. 




COMPIEGNE. 153 

3918. Statuette. Marbre d'Italie. Hauteur, o m. 87. 

[Leveacx], Catal., p. 99, n° 21 3. — Salomon Reinach, 
Répert., II, p. 795, 11° i. — Blu, Calai, p. 9^, n° 5i6. 



[Leveaix], Calai, p. 3i, n° a38. — Blc, Calai, p. 98, 

Portrait d'un personnage imberbe, couronné de lau- 
rier. Art grec. 



3917. Tête. Marbre d'Italie. Hauteur, m. 33. 




[Leveaux], Calai, p. 3o, 11° 226. — Bld, Calai, p. 88, 

Baccluis à cornes de bélier. Le dieu a la barbe cala- 
mistrée. Restaurations : en marbre, tout le bas du visage; 
en plâtre, l'extrémité du nez. 

BAS-BELIEFS. V, 




Hercule au repos. Copie romaine du chef-d'œuvre de 
Lysippe. Restaurations en marbre : le bas de la statuette 
depuis les genoux ; une partie du bras droit et une pièce 
au cou, du même côté. La tête est séparée du corps, 
mais se raccorde avec lui. 



20 

IMPr.IMERlE ^ATIO^ALE. 



154 



BEAUVAIS. 

(CAESAROMAGVS, BELLOVACI. ) 

Au temps de Plolémée, les Bellovaci avaient pour capitale Caesnromagus , aujourd'hui Beauvais. Les 
limites de leur territoire ne sont pas connues; on admet qu'elles ne différaient pas sensiblement de 
celles de l'ancien Beauvaisis; mais le doute, en cette matière, reste permis. 11 semble bien, cependant, 
que le Mont de Hermès, d'oiî proviennent quelques antiquités, ait fait partie du pays des Bellovaques. 
Le Musée de Beauvais a été fondé en 18/11. La sculpture gallo-romaine n'y est encore représentée que 
par trois pièces. 

1 ^ BIBLIOGRAPHIE. 

L Cambry (J.). Statistique du département de l'Oise. Paris, i8o3-, 3 vol. in-8°, 430 et 424-88 pages. 

IL Graves (Louis). Notice archéologique sur le déparlement de l'Oise, comprenant la liste des monuments de l'époque celtique, de 
l'époque gallo-romaine et du moyen âge qui subsistent dans l'étendue du pays, et l'indication de ceux dont on retrouve les vestiges. 
Beauvais, iSSg; in-8°, 111-286 pages. Extrait de VAnnuaire du département de l'Oise, i83(), p. 1 à 236. — 2° édition, 
Beauvais, i856; in-8°, 458 pages. 

III. Mathon (Eugène). Sépultures gallo-romaines découvertes à Beauvais. Beauvais, i856; in-8°, 26 pages, 2 planclies. 
Extrait des Mémoires de la Société académique de l'Oise, t. III, i856[-i858], p. 27 à 49. — Sarcophages en plomb et bas- 
relief en ivoire découverts à Beauvais. Beauvais, i858; in-8", la pages, 5 planches. Extrait de la Revue archéologique, 
XV' anne'e, i858, p. 475 à 486. — Catalogue du Musée archéologique de Beauvais. Beauvais, i864; in-8°, 74 pages. 
Extrait des Mémoires de la Société académique de TOise, t. V, i862[-i864], p. io3 à i56, ôgS à 6i3. 

IV. HouBiGANT (A.-G.). Becueil des antiquités bellovaques conservées dans le cabinet de M. Houbigant, à Nogent-les-Vierges ; 
1'^' partie, époque celtique. Beauvais et Paris, 1860; in-8°, 125 pages, 10 planches. Extrait des Mémoires de la Société aca- 
démique de l'Oise , t. IV, i859[-i86i], p. 4o9 à 533. 

V. Barraud (Abbé Pierre-Constant). Beauvais et ses monuments pendant l'ère gallo-romaine et sous la domination franque. 
Paris, 1861; in-8°, 79 pages. Extrait du Bulletin monumental, t. XXVII, 1861, p. 29 à 64, 217 à 236, 29^ à 3i6. 

VI. WoiLLEZ (Emmanuel). Bépertoire archéologique du département de l'Oise. Paris, 1869; in-4°, 388 colonnes. 

VII. Renet (Abbé). Les fouilles de Hermès, i8j8-i8jg, dans les Mémoires de la Société académique de l'Oise, t. XI, 
1" partie, 1880, p. 5 à i55. — Le Mercure barbu de Beauvais. Beauvais, 1902; in-8°, 52 pages, 2 planches. Extrait 
des Mémoires delà Société académique de l'Oise, t. XVIII, i9oi[-i9o3], p. 65 à 1 14. 

VIII. Hamard (Abbé J.). Notice sur la découverte du vicus romain Batumagus, à Hermès {Oise). Senlis, 1902; in-8°, 
25 pages, 6 planches. Extrait du Comité archéologique de Senlis, 4° série, t. IV, 1900-1901, p. i5o à 170. — 2° édition, 
Flers-de-rOrne, 1912; in-8", 87 pages, 7 planches. 

IX. Ricci (Seymour de). Répertoire épigraphique des départements de l'Aisne et de l'Oise. Paris, 1899; in-8°, 28 pages. 
Extrait de la Bévue archéologique, 1899, II, p. io3 à 125. — Inscriptions de l'Oise. Paris, 1901; in-8°, 47 pages. Extrait 
de la Revue archéologique, 1901, II, p. 287 à 258, 875 à 4oo. 

X. Leblond (D'' Victor). Le Mercure barbu de Beauvais; la fausseté de son inscription {opinion de MM. de Bicci, Hirschfeld, 
C. Jullian,S. Beinach, Mowat, Héron de Villefosse et Espératidieu). Beauvais, 1906; in-8'', 10 pages, 1 planche. Extrait des 
Mémoires de la Société académique de l'Oise, t. XIX, 1904-1906, p. 4o6 à 4 12. 



3919. Stèle trouvée près de Beauvais. « Ayant acquis 
depuis peu de temps, dit Du Gaurroy, quelque héritage 
aux portes de cette ville, j'ay esté averty, deux jours 
après, que dans une pièce de vigne qui en fait partie. 



sise au vignoble de Marissel, distante de cette ville du 
costé de la porte de Bresie d'environ deux cens pas, 
sur une petite hauteur, on avait autrefois vu assez avant 
dans la terre une grosse pierre. Cela m'obligea de faire 



BEAUVAIS. 



155 



fouiller en ma présence à plusieurs endroits dans celte 
pièce de vigne, où enfin j'ay découvert une pierre assez 
unie, environ 4 ou 5 pieds avant dans la terre.» Graves 
dit, de son côté, qu'elle fut déterrée, le la avril 1696, 



«dans la sablonnière encore ouverte aujourd'hui, entre 
la route de Sainl-Just et celle de Clermont, non loin de 
la voie romaines. Cette stèle «était devenue, en dernier 
lieu, la propriété de M. Auxcousteaux-Bucquet , qui l'a 




M 



i: 




■/vj 



donnée au Musée de Beauvaisn [matu.]. Moulage au 
Musée de Saint-Germain. Pierre commune. Hauteur, 
1 m. i5; largeur, m. 70; épaisseur, m. liï>. 

C. I. L., XIII, 878'. — Antoine Galland, Lettre à l'abbé Dii- 
bos (Paris, 8 mai iGgS), publiée par Dom Demis, Lettres aulo- 
grapiws de la coll. de Troussiirea (Beauvais , 1 9 1 a ; in-8°) , p. 1 46. 

— [DiBos], Mercure gahmt , juin 1695, p. 66 (d'après Galland). 

— Du Cadrroy, ibid., août 1695, p. aoi (gravure); Journal des 
savants, iGgS, p. 353. — Hyacinlbe Alliot, Journal den sa- 
vants, 1696, p. 18. — • Dom Martin, Reli(f. des Gaulois, I, 




p. 344 et pi. X (d'après laquelle, Greppo, Eaux thermales , p. 180). 
— Delaportk, Mercure galant, septembre 1696, p. 116 et 
i33 (d'oii, Cambry, Descript., Il, p. laô). — Momfaucox, 
Ant. expl. (1739), I, p. i39 et pi. LXXVI, n" 5; II, 9, p. 4i5 
et pi. CLXXXV, u" 4 (d'où Muratori, Thés, ont., 49, 1). — 
Graves, Notice archéol., p. 58, a" édit., p. 197 (d'où Woillez, 
Répert., p. 99). — Taylor et Nodier, Voy. pillor., Picardie, 
p. 149. — Dlpoxt-White, Méin. de la Soc. acad. de l'Oise, l, 
(1847), p. 10 et pi. 11 a: ibid., III (i856), p. 3o (lettre de 
Galland). — Barraud, Bull, de la Comm. iirchcol. du diocèse de 
Beauvais, l (i846), p. 1 1 et pi. II; Bull, monum., XXXVII 



156 



BEAUVAIS. 



(1861), p. 36 = Beaumis, p. 10. — Mobel, Bull, de l'Alhéim- 
du Benuvnisis, 111 (1869), p. 996. — Matiion, Sarcoph. (fron- 
tispice); Catal., p. i5 = Mém. de la Soc. acad. de l'Oise, V 
18G2-1864), p. ii5. — MowAT, Notice épigr., p. 3o (gra- 
vure). — A. Bertrand, Revue archéol., 1880, H, p. ii5 (gra- 
vure). — Salomon Reinach , Catal. des bronzes, p. 196; Répcrt. 
de reliefs, II, p. 917, n° 3. — De Ricci, Revue archéol. , 1899, 
II, p. 11/î (photogravure) = Réperl. épigr., p. i3. — Renet, 
Mém. de la Soc. acad. de l'Oise ,WIU , 1 (1901), p. 85 (gravure). 
— Leblond, ibid., XIX (1906), p. 4o6 (planche). — Colr- 
CELLE-SEfiELiL, Les dicux gciulois , ]). 77 (gravurc). 

Mercure barbu, debout, coiffé du p6tase, vêtu d'un 
manteau agrafé sur l'épaule droite. Le dieu tient de 
la main droite une longue bourse, de l'autre main un 
caducée. L'inscription est moderne; mais il se peut 
qu'elle reproduise, en la déformant, une dédicace plus 
ancienne. Sur cbaque face latérale, un serpent cornu 
et, sous celui de droite, deux dauphins adossés et une 
patère; sous celui de gauche, deux patères. 

3920. Groupe mutilé découvert à Hermès, au mois de 
mars 1897, ^dans le champ de M. Bizet« [ham.]. Au 
même lieu, chezM. Védié, pharmacien. Pierre commune. 
Hauteur, environ 1 m. 80. 




Hamard, Notice, p. 17 (2' édit., p. 28) = Comité archéol. de 
Sentis, h' série, IV (1900-1901), p. 169 et pi. VI. 

Cavalier barbu, casqué et cuirassé, les jambes et les 
bras nus, chaussé de hautes bottines à semelle épaisse et 



à revers découpés en forme de feuilles. Le personnage 
a le pied gauche probablement posé sur un fragment 
du membre postérieur droit d'un anguipède. La selle, 
maintenue par une sous-ventrière, paraît faite de feuilles 
imbriquées, taillées dans des bandes de cuir. Ce groupe 
fut trouvé, en nombreux fragments, dans les ruines 
d'une construction. L'abbé Hamard le reconstitua avec 
l'aide d'un collaborateur. On découvrit, en même temps, 
différents objets et quelques médailles, dont la plus ré- 
cente est de Marc-AunMe. 

3921. Sarcophage de pierre trouvé au mont Capron, 
en 1669. Paraît perdu. 

Dom Grenier, Introd. à l'hist. de la Picardie, Bibi. nat., fonds 
Grenier, vol. n° 160, fol. 191 = édit. par la Soc. des Ant. de 
Picardie (Amiens, 1806; in-8°), p. 237. — Hermant, llist. 
ecclés. , V, p. Il (Bibl. nat. , f. fr. , n° 8583 ). — Cambry, Descripl. , 
II, p. 188 (d'où. Graves, Notice, 2* édit., p. 195). — Barrald. 
Beenwais, p. 7 = Bull, monum., XXVII (1861), p. 33 (d'après 
un ms. du xvii' siècle). 

Le sarcophage avait sept pieds de long et trois de 
large. Des bas-reliefs, représentant des enfants jouant 
avec des grappes de raisin , en couvraient la surface. 
Il était posé sur deux pierres, de trois pieds de hauteur; 
l'une était chargée de sculptures ; on lisait sur l'autre 
les restes d'une épitaphe. En i636, en construisant un 
ouvrage de fortification, on avait découvert sur le mont 
Capron, parmi les ruines d'un temple, de nombreuses 
antiquités qui furent transportées à Beauvais. Elles con- 
sistaient, surtout, «en fragments de colonnes, grandes 
et petites, les uns tout unis, les autres ornés de feuilles 
de chêne, de laurier, d'olivier et de pampres; en frag- 
ments de chapiteaux et d'impostes»; et aussi, «en frag- 
ments de statues très délicatement travaillés?? [grenier]. 
Selon Barraud, on voyait encore, en 1861, «dans une 
cave pratiquée sous les anciens murs romains de Beau- 
vais», un reste de bas-relief qui provenait, comme les 
précédents, du mont Capron. Il représentait «un sacri- 
ficateur brûlant de l'encens sur un autel w. 

3922. Autel mutilé retrouvé au Mont de Hermès, 
près de Beauvais» [houb.]. Au Musée de Beauvais (an- 
cienne collection Houbigant); moulage au Musée de 
Saint-Germain, w Calcaire grossier. Hauteur, m. 16; 
largeur, m. 09; épaisseur, m. 08 r. 

Graves, Notice archéol., p. 55. — Houbigaxt, Ant. des Bello- 
vaques, p. 19 et pi. IV et V. 



BEAUVAIS. 



157 



Sur une des faces, un homme, assis, à droite, velu 
d'une tunique longue, tenant des deux mains, devant 



lui, un objet peu reconnaissablc; Houbigant y voyait 
une lyre. Sur chaque face latérale, un autre homme, 






debout, les mains ramenées devant le corps. Les person- 
nages sont barbus et vêtus de tuniques longues. Divinités 
indéterminées. La quatrième face n'a pas de sculpture. 



3923. Bloc de provenance inconnue. Au Musée de 
Beauvais. Calcaire grossier. Hauteur, cm. 5g; largeur, 
m. 77; épaisseur, cm. i/i. 




Amour bestiaire. Le petit personnage est entièrement un bouclier rond et se défend contre un lion qui s'élance 
nu et paraît avoir des ailes; il tient, de la main gauche, vers lui. Le fauve et l'Amour, montés chacun sur un 



158 



BEAUVAIS. 



gradin, sont séparés par un rocher qui supporte un 
disque. Au second plan, les traces d'un arbre. La pierre 
est complète; au moins une autre lui était juxtaposée, 
qui contenait la main droite du bestiaire. 



3924. Sarcophage découvert, le 17 juillet i858, 
près de ia rue Verte, ^au-dessous du Franc-Marché, 
dans l'emplacement où l'on a construit les nouvelles 
prisons» [barr.]. Au Musée de Beauvais. Plomb. Hau- 
teur, cm. 21; longueur, 1 m. i5 ; largeur, o m. 82; 
épaisseur des parois, m. 008. 

Mathon, Sarcoph., p. 3 = Revue archéoL, XV (1808), p. ^77 
et pi. CGCXLIII, n° 3. — Barraud, Beauvais, p. 18 = Buli. 
monum., XXVIl (1861), p. ^5. 

Sur chaque face latérale, tête de vieillard barbu, 
le front ceint d'une couronne radiée. Sur la partie supé- 
rieure, à chaque bout, deux baguettes perlées, dispo- 
sées en sautoir. Le sarcophage contenait les restes d'une 
petite fille, mêlés à différents objets dont le plus curieux 
est décrit plus loin, sous le n° 3()2 6. Depuis iShà, 
cinq autres sarcophages de plomb ont été trouvés à Beau- 



vais. Leur ornementation se compose toujours de ba- 
guettes perlées, isolées ou croisées en sautoir. Le cou- 




vercle d'un de ces sarcophages est décoré d'une très 
petite tête d'Attis. 



3925. Fragment de bloc légèrement incurvé décou- 
vert à Hermès, en 1878, dans un cimetière mérovin- 




gien. Au Musée de Picardie. Calcaire dur, à grain fin. 
Hauteur, o m. 36; largeur, m. 52 ; épaisseur, o m. 19. 

Renet, Mém. de la Soc. acad. de l'Oise, XI (1880), p. i3i el 
pi. VII, n" 5. 

Masques alternés de Satyres, dans une grecque. Il ne 
reste que des traces de l'un de ces masques; mais la 



pierre, si l'on en juge par le dessin de Renet, était, au 
moment de sa découverte, beaucoup moins dégradée 
que de nos jours. 

3926. Tablette, en nombreux fragments, découverte, 
le 1 7 juillet 1 858, près de la rue Verte, en creusant les 
fondations des nouvelles prisons. Elle était placée sur 



la partie inférieure des jambes du squelette que conte- 
nait le sarcophage décrit sous le n° 899/1. Au Musée. 



BEAUVAIS. 159 

Ivoire. Hauteur, m. 078; largeur, m. aie; épais- 
seur, m. 008. 




Mathon, Sarcoph., p. 7 (lithographie) = Revue archéoL, XV 
(i858), p. 48i et pi. CCCXLIV, n° 6. — Barradd, Béarnais, 
p. 19 = Bull, momitn., XXMI (1861), p. 46. 

Amours frugifères couronnés de laurier. Six petits per- 
sonnages, répartis en deux groupes, sont debout, dans 
l'attitude de la marche, les épaules couvertes d'un man- 
teau flottant. Quatre d'entre eux portent un bâton. Un 
septième personnage est assis et occupe le milieu de la 
composition. Les fruits (grappes de raisin) sont tenus à 
la main ou contenus dans des paniers et des corbeilles. 
Le personnage assis, sans doute Bacchus enfant, a la 



jambe gauche couverte d'un manteau; il tient de la 
main droite une grappe de raisin, de l'autre main un 
panier, qu'il appuie sur sa cuisse, du même côté; devant 
lui, sur le sol, est une outre. Un des Amours offre une 
couronne au jeune dieu. La tablette paraît provenir de 
la décoration d'un coffret. 



3927. Fragment découvert à Château-Bellant. Au 
Musée de Saint-Germain. Calcaire grossier. Longueur, 
environ 1 mètre. 




Peut-être les restes d'un groupe du cavalier et de l'an- 
guipède. La pierre est trop mutilée pour en décider sû- 



rement. Tout le côté gauche de ce fragment est entière- 
ment fruste. 



160 



AMIENS. 

(SAMAROBRIVA, AMBIANI.) 

Les Ambimî, dont la capitale était Samarohriva , aujourd'hui Amiens, occupaient les deux rives de la 
Somme, entre les Bellovaci et les Caletes au Sud, les Atrebates et les Morini au Nord. L'ancien diocèse 
d'Amiens peut nous donner une idée de l'étendue de leur territoire. Un certain nombre de pierres 
sculptées, provenant surtout d'Amiens, sont conservées dans cette ville, au Musée de Picardie. Elles y 
occupent l'une des ailes du palais qui fut construit, en i85/i, pour loger à la fois les collections du 
département et celles de la commune. Le Musée de Picardie a pour conservateur M. L. Delambre. 

BIBLIOGRAPHIE. 

I. Catalogue du Musée départemental et comniunal d'antiquités fondé à Amiens, en i836, par la Société des Antiquaires de 
Picardie. Amiens, i845 [-i848]; in-8°, i3o pages. 

II. Catalogue des objets d'antiquité et de curiosité exposés dans le Musée de Picardie. Amiens, 1876; in-8°, 9i9 pages. 

III. Desjardiks (Ernest). Les inscriptions romaines du Musée d'Amiens. Paris, 1880, in-8°, 6 pages, 9 planches. Extrait 
de la Revue archéologique, année 1880, t. II, p. 39i à 896. 

IV. MowAT (Robert). Les inscriptions militaires £ Amiens. Paris, 1881 ; in-8°, 10 pages. Extrait de la Revue archéologique, 
année 1881, tome H, p. i38 à i4y. 

V. Galonné (A. de). Histoire de la ville d'Amiens, tome I. Amiens, 1899; in-8°, 53o pages. 



3928. Fragment A'oscillum trouvé «dans les lerras- 
senaents du chemin de fer, à la porte de Beauvais, 



d'Amiens» [Csto/.]. Au Musée de Picardie. Marbre 
blanc. Diamètre, m. 96; épaisseur, m. o3. 




Crtfn/. (i84.5), p. 111, 11° 611. — Catal. (1876), p. 108, 
n-SSi. 

D'un côté. Pan debout, imberbe, tourné vers ia 
gauche, une peau de panthère sur le bras gauche, sacri- 
fiant de la main droite sur un autel rustique; du côté 



opposé, un monstre marin dont la partie supérieure 
du corps, jusqu'aux cuisses, est celle d'un Satyre. Ce 
monstre, qui a des oreilles pointues et une petite queue 
de cheval au bas des reins, est tourné vers la droite et 
nage dans des (lots figurés par des lignes ondulées. 



AMIENS. 



161 



3929. Stèle découverte au quartier Henriviile (actuel- 
lement rue Millevoye). Au Musée de Picardie. Pierre 




commune. Hauteur, o m. 83; largeur, o m. /i 6; épais- 
seur, m. i8. 

Calai. (1876), p. aoQ, 11° 217^1. 

Mercure debout, de face, dans une niche profonde; 
le dieu, coiffé du pétase, a sou manteau sur l'épaule et 
le bras gauches; il tient, de la main gauche, un cadu- 
cée, de l'autre main une bourse, au-dessus des cornes 
d'un bouc debout. 



3930. Fragment de stèle de provenance non indi- 
quée. Au Musée de Picardie. Calcaire dur. Hauteur, 
m. (5.3; largeur, m. /17; épaisseur, m. 1 7. 

Calai (1876), p. ^.'1,11° aaS. 

EAS-REI.IEFS. V. 



Femme, vêtue d'une tunique et d'un manteau, voilée 
et peut-être diadémée, tenant, de la main gauche, une 




corne d'abondance remplie de fruits; la main droite 
manque. Abondance. 

3931. Stèle rectangulaire découverte, en 1907, 
près de la gare du Nord. Au Mus/'c de Picardie. Cal- 




caire dur. Hauteur, m. /iG; largeur, m. /i/i; épais- 
seur, m. 17. 



lUPDIMEniE I(ATIO>At.e. 



162 



AMIENS. 



Déesse assise, vêtue de deux tuniques d'inégale lon- 
gueur, dans une niche profonde, tenant sur ses genoux, 
des deux mains, deux objets ronds, peut-être des pains, 
contenus dans un plat ou dans une corbeille. La pierre a 
conservé des traces de coloration rouge. 

3932. Tête de provenance inconnue. Au Musée de 
Picardie. Marbre blanc. Hauteur, o m. 87. 




Portrait d'un enfant. Restaurations en marbre : le 
nez, l'oreille gauche et une partie des lèvres. D'autres 




pièces, à l'œil gauche et à l'oreille droite, se sont déta- 
chées. 1" siècle. 



3933. Buste de provenance inconnue. Serait au Musée 
de Picardie, où je ne l'ai pas rencontré. Marbre blanc. 

Cato/. (1876), p. 197, n° 9iâ8. 

D'après le Catalogue, il s'agirait d'un portrait de Com- 
mode. 

3934. Stèle à sommet triangulaire, en deux frag- 
ments, découverte, en 1907, près de la gare du Nord. 
Au Musée de Picardie. Calcaire tendre. Hauteur, om. Itlt; 
largeur, m. 26; épaisseur, m. i3. 




Jeune femme, vêtue d'une tunique, assise, le pied 
gauche sur un tabouret, dans une niche profonde de 
forme arrondie; elle tient, de la main gauche, sur ses 
genoux, une corbeille de fruits et, de l'autre main, peut- 
être un chien, que cherche à saisir un petit enfant 
debout, vêtu aussi d'une tunique, placé à sa droite. Le 
bas-relief a conservé de nombreuses traces de colora- 
tion. Probablement une Déesse mère. 



AMIENS. 



163 



3935. Stèle à trois faces, de provenance inconnue. 
« On pense qu'elle était autrefois conservée dans l'abbaye 
de Saint-Larme w [Catal.]. Au Musée de Picardie (don 
de M. Machart de Selincourt). Marbre blanc. Hauteur, 
m. 65. 

Calai. (iSko), p. /ti,n°2aG. — Cate/. (1876), p. 35, n° 170. 
— Salomoa Reinach, Album des Musées de Prov., p. 102 et 
pi. XXIII; Itépert., II, p. Saa, n° 5. 




Triple Hécate. Les déesses, coillées du modius, sont 
vêtues de la tunique talaire plissée, serrée au-dessous 
des seins. Chacune tient, de la main droite baissée, une 
phiale, de l'autre main, une torche. Art grec. (Voir le 
n^SB.) 

3936. ^Cippe» trouvé à Amiens, «dans les fonda- 
tions du tunnel qui passe sous la chaussée de Noyon» 
[Qilal.]. Serait au Musée de Picardie, où je ne l'ai pas 
rencontré. «Pierre dure, w 

Calai. (i8/i5), p. 110, II" 60/1. 

«Silène assis sur un âne.» D'après l'auteur du Cata- 
logue, le bas-relief aurait été intact au moment de sa 
découverte; «la figure du précepteur de Bacchus était 
parfaitement conservée, mais la chute d'un échafau- 
dage l'a complètement mutilée 75. 



3937. Tambours de colonnette trouvés «dans la par- 
tie de l'ancien jardin des Feuillants où s'élève actuelle- 
ment la maison de M. Gédéon de Forcevillen [Cntal.j. 
Au Musée de Picardie. Pierre commune. Hauteur totale, 
o m. (j3 ; diamètre, cm. 3 1 . 




■■■7 #t 

Ca/rt/. (i8/i5),p. 4-j,n° -iSi. — Catal. (1876), p. 20, n^ 101. 

Bacchus debout, de face, peut-être couronné de 
vigne, la poitrine et les épaules couvertes d'un manteau, 
tenant, de la main gauche levée, un thyrse enrubanné, 
de l'autre main baissée, un canthare vers lequel se 
dresse un serpent. La décoration est complétée par deux 
rinceaux de vigne, avec grappes de raisin , issus chacun 
d'un bouquet d'acanthe. Dans les rinceaux, des escar- 



164 



AMIENS. 



gots, des serpents, des oiseaux, un lapin et un écureuil. 
(Voir le n" 39/15.) 



3938. Fragment de stèle de provenance non indi- 
quée, vraisemblablement locale. Au Musée de Picardie. 




versé et tenait son bouclier de la main gaucbe; le cheval 
de l'aulre se retourne. 



3939. Métope de provenance locale. Au Musée de 
Irolle frappait, peut-être de sa lance, un ennemi ren- j Picardie: moulages aux Musées de Sens et de Saint- 



Calcaire dur. Hauteur, m. 60; largeur, m. G5; épais- 
seur, m. 1 3. 

Catttl. (1876), p. 43, n" 221. 

Restes de deux cavaliers galopant en sens contraire 
Tous deux sont vêtus d'une tunique courte. Celui de 
(bv 




Germain. Pierre commune. Hauteur, ni. Ii8; largeur, 
m. 62; épaisseur, m. 17. 



Masques scéniques; l'un et l'autre paraissent exprimer 
la douleur. (Voir le n° SgiB.) 



AMIENS. 



165 



3940. Stèle avec fronton trianguiaire et acrotères 
découverte, au mois d'octobre iSiS, «le long de la 
chaussée de Noyon, entre le premier pont de Longueau 
et la voie ferrée, au lieu dit la Fosse des trois ânesv 
[mow,]. Au Musée des Antiquaires de Picardie. Pierre 
commune. Hauteur, o m. G8; largeur, o m. 67; épais- 
seur, m. 1 8. 

C. I. L., XIII, 3495. — Calai. (1876), p. hk, \\° 23o. — 
Mow AT, BuU. des Ant. de France, 1880, p. 246; Hevue archéoL, 
1881, II, p. i45. — Desjardins, Remie archéoL, 1880, II, 
p. 324 et pi. XXI, n° 3. — Dk Galonné , //ijs?. d'Amiens, I, p. k-], 
note 2. 

Cavalier marchant à droite; il est vêtu d'une tunique 
courte, serrée à la taille par une ceinture (et non d'une 




cuirasse), et lève la main droite comme pour frapper; 
son bouclier, reconnaissable au second plan, était tenu 
de la main gauche. Un homme imberbe, vêtu aussi 
d'une tunique, portant, sur le bras gauche, un objet à 
peu près rectangulaire, conduit le cheval. Sur les côtés 
et au-dessous, l'inscription : D{iis) M(nnibus) et m(emo- 
rme); Val{^er{us^ Zurdigenu^s^ dcicurio?) cn[tafr(actario- 
ritm?)] . . . Selon iMowat, l'objet tenu par l'homme à 



pied ressemblerait «à un bonnet de fourrure». Je ne 
crois pas qu'il s'agisse d'une coiffure; mais à cet égard, 
des conjectures seules restent permises. 



3941. Stèle découverte, au mois d'octobre iSAS, 
t(le long de la chaussée de Noyon, entre le premier 
pont de Longueau et la voie ferrée, au lieu dit la Fosse 
des trois ânes 7} [mowat]. Au Musée de Picardie. Pierre 
commune. Hauteur, m. 8.5; largeur, m. 58; épais- 
seur, m. 08. 




C. 1. L., XIII, 3493. — Qitnl. (1876), p. 45, n» 286. — 
Mowat, Bull, des Ant. de France, 1880, p. 2 46; Revue archéoL, 
1881, II, p. i44. — Desjardins, Revue archéoL, 1880, II, 
p. 32.5, et pi. XXI, 11° 5; Cf. ibid., 1882, I, p. ii3. — De Ga- 
lonné, Ilisl. d'Amiens, I, p. 47, noie 1. 

Cavalier galopant à droite; il est vêtu d'une tunique 
courte, serrée à la taille par une ceinture, et tient, de 
la main gauche, une épée à lame courbe. 



106 



AMIENS. 



Au-dessous, l'inscription : Val(erius) Durio, circil(or) 
n{umer?j cnl\(i\jr(ttciariorum^ , vixiil) ann(osj xxx . . . 



3942. Fragment de stèle découvert, au mois d'octo- 
bre 18Z18, «le long de la chaussée de Noyon, entre le 
premier pont de Longueau et la voie ferrée, au lieu dit 
la Fosse des trois ânes [mow.]. Au Musée de Picardie. 




Pierre commune. Hauteur, m. 7/1; largeur, cm. .55; 
épaisseur, o m. 2 1 . 

C. I. L, XIII, 3494. — Calai. (1876), p. /./., 11° aSa. — 
Desjardins, Revue archéol., 1880, II, p. 3a 4 et pi. XXI, n° /i. — 
MowAT, Ibid., 1881, II, p. i46. — De Galonné, //('s*. f/'ylw!e«s, 
I, p. 48, noie a. 

Cavalier galopant à droite sur un cheval nu ; le bas- 
relief, pris dans l'épaisseur de la pierre, est de même 
style que celui du n° -^941. Au-dessous, l'inscription 
(lecture de M. Hirschfeld) : D{jis) M(ambm) e[i) m{enioriae) ; 
Val{erius) luslus, [e]ry(Me«), vix(ilj nnn{os) xxxi; isepul- 
crum) scola [pyovincwlium in[syitult. Un trou de louve, 
interrompant cette inscription, indique que la stèle avait 
déjà servi. 



3943. Cippe découvert, au mois d'octobre 18/18, 
le long de la chaussée de Noyon, entre le premier pont 



de Longueau et la voie ferrée, vers le lieu dit la Possèdes 
trois ihiesv [mow.]. Au Musée de Picardie. Pierre com- 




mune. Hauteur, 1 m. oli; largeur, m. 5 1 ; épaisseur, 
m. 90. 

C. /. /.., XIII, ifuyi. — Catal. (1876), p. 45. n' 237. — 
MowAT, Bull, des AiU. de France, 1880, p. aag; Revue archéol., 
1881, II, p. i46. — Desjahdins, Revue archéol., 1880, II, 
p. 3a6 el pi. XXI, n° 6. — De Calosnk, Uist. d'Amiens, I, p. 47. 

Soldat debout, de face, vêtu d'une tunique courte et 
d'un manteau agrafé sur l'épaule droite, chaussé, tète 
nue, tenant de la main droite une lance et s'appuyant, 
de l'autre main, sur un bouclier ovale. Dans les acro- 



AMIENS. 



167 



lères, sur les côtés et au-dessous, l'inscription : /)(»«) 
M{ambus) el m{emoriae); [Ya\}[erms) laniiartus, mng[i]- 
niifer) nlumerij Vrsarieuisiuni) , cives (= ciris'j [Sejqua- 
n{us), vlx{jl) nnnos \xx\riui; Severianm , fral\eï-\ , me- 
mor(ianij posuit. 



3944. Cippe découvert à Amiens, au Marché aux 
poissons, «quartier Saint-Louisn [Catal.]. Au Musée de 
Picardie. Calcaire dur. Hauteur, i m. 18; largeur. 
m. 70; épaisseur, m. By. 

Calai. (1845), p. 116, n° 64o. 




'K-««r 



Homme, femme et adolescent debout, dans une 
niche profonde. L'homme, placé à droite, est imberbe 
et ridé; il lient de ia main gauche, devant lui, proba- 
blement une terrine contenant des fruits, dont il saisit, 
de l'autre main, une partie. La femme est voilée et lui 



fait face; elle a la main gauche sur l'épaule gauche de 
l'adolescent placé au milieu et porte, de l'autre main, 
peut-être un fruit. L'adolescent paraît tenir, de la main 
gauche, un gobelet; son autre main est au-dessous de 
celle correspondante de la femme. Les trois personnages 



108 



AMIENS. 



sont vêtus d'une tunique; l'homme et la femme ont, de 
plus, un manteau. Sur la tunique de l'adolescent, par 
devant, est un objet de nature indéterminée, ayant la 
forme d'un plateau de petite balance pourvu de ses 
chaînes; peut-être s'agit-il d'une bourse. La décora- 
lion du cippe est complétée à la partie supérieure , 
d'un côté, par une asrin, de l'autre, par un ciseau et, 
sur la face latérale droite, par des feuilles d'acanthe. 
La face latérale gauche est seulement épannelée. Ce 
cippe, sans doute le monument funéraire de deux 
époux et de leur fds, a conservé de nombreuses traces 
de coloration. 



3945. Métope de provenance locale. Au Musée de Pi- 
cardie. Pierre commune. Hauteur, o m. 3<(; largeur, 
o m. 5o; épaisseur, o m. i8. 



Calai. (1876), p. /|3, n° aaS. 



Masque scénique. Cette métope très dégradée, celle 
qui est décrite sous le n° SySy et la colonnelte du 




n" 3()37 pourraient provenir d'un même temple de 
Bacchus. (Voir également le n° 3986.) 



3946. Fragment de stèle, en deux parties, de pro- 
venance non indiquée, vraisemblablement locale. Au 




^-''V^ >>> 




-."^ 



V 




Musée de Picardie. Calcaire dur. Hauteur, m. lio; 
largeur, m. (i^ ; épaisseur, cm. 19. 

Deux hommes et deux femmes debout; les hommes 
sont vêtus d'une pénulc; les femmes, d'une tunique et 
d'un manteau. Tous les quatre tiennent, des deux mains 
ramenées devant le corps, des objets qui ne sont plus 
rcconnaissables. Au-dessus, dans un second registre, les 



restes d'une femme et de deux hommes beaucoup plus 
grands. Le fragment pourrait provenir d'un ex-voto. 

3947. Stèle rectangulaire de provenance non indi- 
quée, vraisemblablement locale. Au Musée de Picardie. 
Calcaire dur. Hauteur, m. 38; largeur, o m. yj); 
épaisseur, m. i(). 

(Mtal. (1876), p. aa, n" 107. 



AMIENS. 



169 



Au milieu, une figure assise; de chaque côté, trois 1 figures sont voilt^es; toutes sont vêtues d'une tunique et 
figures debout, sensiblement plus grandes. Cinq de ces | tiennent devant elles, des deux mains, des objets dilfici- 




lement reconnaissables, probablement des Heurs, des 
fruits, des épis et un vase. Peut-être un ex-voto. 

3948. Stèle rectangulaire, de provenance non indi- 
quée. Au Musée de Picardie. Calcaire dur. Hauteur, 
G m. 56; largeur, o m. /la; épaisseur, o m. ig. 




Femme debout, vêtue d'une tunique et d'un man- 
teau, dans une niche profonde, entre deux pilastres; 
elle tient de la main droite peut-être une mappa, de 
l'autre main un coffret. Monument funéraire. 



3949. Stèle à sommet triangulaire, de provenance 
locale. Au Musée de Picardie. Calcaire dur. Hauteur, 
o m. 3i ; largeur, o m. aS; épaisseur, cm. 1 1. 




BAS-RBLIEFS. 



Calai (1876), p. 23, 11° 11 4. 

Femmes debout, de face, vêtues d'une tunique courte 
et d'un manteau; celle de droite tient de la main 

aa 

IMmilIBniB KATIO!(AL& 



170 



AMIENS. 



gauche un objet rond peu reconnaissable, peut-être 
un fruit; l'autre porte sur le bras gauche une corbeille 
de fruits. Monument funéraire. 



3950. Sièie, à sommet triangulaire, en nombreux 
fragments, découverte au faubourg de Noyon. Au Musée 




de Picardie. Calcaire dur. Hauteur, i m. lo; largeur, 
cm. ^9; épaisseur, cm. 10. 

C. I. L, XIII, 35oo. — Calai. (i8/i5), p. aS, n" io3. — 
Catal. (1876), p. 46, n° 228. — Desjardins, Revue archéoL, 
p. 826 et pi. XXII, n° 3. — De Caloxne, Hist. d'Amiens, 1, 
1880, II, p. 67, note 3. 

Homme imberbe debout, de face, dans une niche, 
vêtu d'une tunique et d'un manteau agrafé du côté 
droit, tenant, des deux mains ramenées devant le corps. 



un objet pointu peu reconnaissable. Sur les côtés de la 
niche et au-dessous, l'inscription : D{^iis) Manibus e(t) 
m(emoriaey, Flmn{iniusj Acurio; vixit annos lxv. 



3951. Stèle à sommet triangulaire et acrotères, de 
provenance non indiquée. Au Musée de Picardie. Cal- 




caire dur. Hauteur, m. 70; largeur, m. ko, épais- 
seur, cm. 17. 

Calai. (1876), p. 2^, n" 122. 

Jeune femme debout, de face, vêtue d'une tunique 
longue, dans une niche profonde; elle tient de la main 
droite une mappa, de l'autre main probablement une 
corbeille contenant deux pains ou deux fruits. Monument 
funéraire. 



AMIENS. 



171 



3952. Tête trouvée à Abbeville. Au Musée de Saint- 
Germain. Pierre commune. Hauteur, o m. 97. 




Salomon Rei\ach, Calai. (4° édit.), p. aô. 
Homme barbu. Probablement Jupiter; mais il pour- 
rait aussi s'agir d'Hercule. 

3953. Stèle de provenance locale. Au Musée de 
Picardie. Calcaire dur. Hauteur, o m. 3i; largeur, 
o m. 1 y ; épaisseur, m. 1;}. 




Calai. (1876), |i. l'.uu, 11" 2173. 

Femme debout, vêtue d'une tunique et d'un man- 
teau, dans une niche; elle tient devant elle, des deux 



mains, un objet qui n'est plus reconnaissable. Monu- 
ment funéraire. 



3954. Stèle en deux fragments, de provenance non 
indiquée. Au Musée de Picardie. Calcaire commun. 




Hauteur, 1 m. 10, largeur, m. 3.5; épaisseur, 
m. 18. 

Calai. (1876), p. 46 , 11° 9/10. 

Acanthe fleurie abritant deux nids d'oiseaux. L'un des 
nids est très dégradé et peu visible; l'autre, placé au- 
dessous, contient deux petits auxquels la mère apporte 
la becquée. 



172 



AMIENS. 



3955. Bloc triangulaire, «trouvé à Sains, dans les 
fondations de l'église actuelle» [Catal.]; en réalité, dé- 
couvert à l'ouest d'Amiens, au lieu dit le Mont Thomas. 




Ce bloc a été creusé par devant pour former le toit 
d'une niche. Au Musée de Picardie. Calcaire dur. Hau- 
teur, m. 69; largeur, m. 55; épaisseur, o m. 38. 




Catal. (1876), p. 91, 11° 106. 

Sur la face antérieure, deux griffons marins affrontés, 
gardant un globe. Du côté opposé, un aigle, aux ailes 



éployées, posé sur une couronne, et au-dessus, une 
rosace. Sur la face latérale droite, les restes d'un foudre. 




La quatrième face n'existe plus. Le bloc a pu former 
l'assise supérieure d'un laraire consacré à Jupiter. 

3956. Sarcophage découvert à Saleux, en i85/i. Au 
Musée de Picardie. Plomb. Hauteur, o m. 3o; lon- 
gueur, 1 m. 7^; largeur, ni. 87. 




C«ta/. (1876), 1). iO, n° -jlfi. 

Le couvercle de ce sarcophage est décoré, à cha- 
cune de ses extrémités, de deux quadriges contenus 
dans un losange formé de baguettes perlées, et au 



AMIENS. 



173 



milieu, de deux panthères assises, adossées, séparées 
par un bouquet d'acanthe. Les quadriges ne sont que 
la répétition d'un même motif, qui réapparaît isolé- 



ment sur le couvercle d'un sarcophage d'enfant (lon- 
gueur, m. 99), provenant aussi de Saleux. L'aurige, 
monté sur le char, brandit un fouet. Le Musée de 




Picardie a d'autres sarcophages de plomb dont je ne 
connais pas les couvercles. 



3957. Bloc découvert à l'Echelle Saint-Taurin, près 
de Roye sur l'Avre, dans un cimetière mérovingien. Au 



b 




Musée de Picardie. Calcaire dur. Hauteur, m. 48; 
largeur, m. 80; épaisseur, cm. 20. 

Chiens courant à droite, dans une foret indiquée 
par un arbre. Ces chiens n'ont pas de collier; ils 
paraissent appartenir à la race qui, de nos jours, 



est désignée sous le nom de «bull-terrier». Fragment 
de frise. 



3958. Stèle découverte dans r la sablière du faubourg 
de Noyon, près de Saint-Acheul» [Catal.]. Au Musée de 



174 



AMIENS. 



Picardie. Calcaire dur. Hauteur, o m. 2y; largeur, 
o m. 19; épaisseur, o m. 19. 




>^i:.i.. rJrh^âf^<^ 



« 3! i\ 




Calai. (1876), p. a3, 11° 1 17. 

Cinq personnes debout, de face, dans une niche; 
elles sont vêtues uniformément d'une tunique longue, et 
tiennent chacune des deux mains ramenées devant le 
corps un objet qui n'est plus reconnaissable. Proba- 
blement des Déesses mères. 



3959. Stèle à sommet cintré, découverte dans «la 
sablière du faubourg de Noyon» [Ca/«/.]. Au Musée 




de Picardie. Calcaire dur. Hauteur, m. 3 1 ; largeur, 
m. 18; épaisseur, m. \h. 

Catal. (1876), p. a'i , 11° 120. 

Femme debout, de face, vêtue d'une tunique et d'un 
manteau, dans une niche; elle a les deux mains ra- 
menées devant le corps, et tient peut-être de l'une 
une mappa. Monument funéraire. 



175 



ARRAS, SAINT-QUENTIN. 

(NEMETACVM, ATREBATES — AVGVSTA VIROMANDVOUVM, VIROMANDVI.) 

La cité des Atrebates, dont les limites ne différaient sans doute que fort peu de celles de l'ancien 
Artois, avait pour capitale Nemetiim, aujourd'hui Arras. Elle n'a pas fourni de pierres sculptées de 
l'époque gallo-romaine. Au Sud-Est des Atrebates était le peuple, tout aussi mal connu, des Viromandui. 
Après la conquête, il eut pour ville principale Augusta Virmnanduorum , devenue Saint- Quentin; mais 
il semble bien que sa capitale du temps de l'indépendance ait été à Vermand. En tout cas, des trois 
monuments figurés que l'on peut attribuer aux Viromandui ,' deux proviennent de Vermand ou du voi- 
sinage de cette petite ville. Aucune pierre sculptée, si ce n'est une inscription, n'a été trouvée à Saint- 
Quentin. 

BIBLIOGRAPHIE. 

I. Lande (Maxgon de la). Fouilles de Vermand; mémoire sur les fouilles du camp romain de Vermand, de iS'sG à 1828, 
présenté à la Société académique de Saint-Quentin. Laon, [1828]; in-8°, la pages. Ce travail, extrait de MAnnuaire du dépar- 
tement de V Aisne, année 1829, p. 87 à ig, constitue le premier appendice du compte rendu, pour 1898, de la séance 
publique de la Société des sciences, arts, belles lettres et agriculture de la vdle de Saint-Quentin. 

II. GoMART (Charles). Etudes Saint-Quentinoises. Saint-Quentin, 1862; 9 vol. in-8°, 33a et 459 pages. — Note sur le 
camp romain de Vermand [Aisne). Paris, 1806; in-8°, i5 pages. Extrait du Bulletin monumental, t. XXII, i856, p. gig 
à 2C3. 

III. Plessier (L.). Trouvailles de Condren (Aisne). Compiègne, 1910; in-8", Uo pages, 2 planches. Extrait du Bulletin 
de la Société historique de Compiègne, t. XUI, 1910, p. 955 à 990. 



3960. Bloc découvert à Vermand, en 1826, à l'occa- 
sion de fouilles faites sdans le rempart du camp, aux 



environs de la porte Nord» [fleury]. A Saint-Quentin, 
dans les caves du Musée Lécuyer. «Calcaire commun. 




Hauteur, cm. ^5 ; largeur, 1 m. 5o». La pierre est 
inaccessible. 



Dessin tiré de Gomart. — Mangon de la Lande , Mém. , p. 11 
= Société des sciences de Saint-Quentin, séance publique du 3 jan- 



176 



ARRAS. 



vier 1828, 1" appendice. — Ch. Gomart, Etudes, II, p. 807 
(gravure); Camp rotn., p. 8 = Bull, moniim., XXII (i856), 
p. 256 (gravure). — Ed. Fleurv, Ant. de l'Aisne, I, p. i84 
(gravure). — Piette, Voies rom., p. 84 (d'après Gomart). = 
Bull, de la Soc. acad. de Laon, VI (1867), p. 988. 

Soldats casqués marchant vers la gauche et se cou- 
vrant de leur bouclier. «Sur une autre pierre, on aper- 
çoit les jambes d'un personnage de haute stature, d'un 
dessin barbare; sur une autre, une tête de cheval bridé; 
sur une quatrième, une main armée d'une espèce de 
hache w [gomart]. 



3961. Stèle découverte à Marteville, canton de Ver- 
mand. Paraît perdue. 

Dom Grenier, Introd. à l'hist. de Picardie, p. 2^7. — Ed. 
Fledrv, Ant. de l'Aisne, I, p. i84; II, p. 80. 

«Gaulois pilant dans un mortier; sans doute un apo- 
thicaire» [fleury]. 



3962. Stèle à sommet cintré, découverte en 1896, 
«dans la rivière d'Oise, à Condron (Aisne), lors des 
dragages du ballast nécessaire aux chemins de fer éco- 
nomiques de ia Somme n [pless.]. A Compiègne, chez 
M. L. Plessier. Pierre commune, dite vergelet. Hauteur, 
o m. 28; largeur, cm. 16; épaisseur, m. oo. 

Photographie communiquée par M. L. Plessier. — L. Plessier , 
Bull. archéoL, 1908, p. xcvi; Trouvailles de Condren, p. 92 = 
Bull, de la Soc. hist. de Cotnpiègnc, XIII (1910), p. 272 (photo- 
gravure). 

Mercure et Rosmerta; les deux divinités sont debout, 
de face, dans une niche. Mercure, coiffé du pétase. 



complètement nu, son manteau sur l'épaule droite, tient 
de la main droite un caducée, de l'autre main proba- 
blement une bourse, entre les cornes d'un bouc couché; 




à sa gauche, un coq posé sur le sol. Rosmerta, vêtue de 
deux tuniques d'inégale longueur, porte, de ia main 
gauche, une corne d'abondance; la main droite manque. 
La face postérieure de la stèle est décorée d'un rectangle 
gravé au trait. 



177 



THÉROUANNE, BOULOGNE-SUR-MER. 

(TERVANNA, GESORIACVM ensuite BONONIA, MORINI.) 

La petite cité des Moriiii, entre celle des Alrebates et la mer, avait pour capitale Bononiu, aujourd'hui 
Boulogne, et pour ville principale Teruanna, devenue Thérouanne. Toutes les pierres sculptées, du 
reste peu nombreuses, qui en proviennent sont au Musée municipal de Boulogne- sur -Mer. Cet éta- 
blissement, fondé en iSai par le vicomte de Barde, est installé dans les bâtiments d'un ancien 
séminaire. Grâce au zèle de ses administrateurs, il n'a jamais cessé de prospérer et compte actuellement 
plus de 52,000 pièces. Sa collection grecque, formée par G. Panckouke, est surtout remarquable par 
le nombre et la beauté des vases peints qui en font partie. M. le D' H.-E. Sauvage est chargé, depuis 
188^, de la conservation du Musée de Boulogne. 

BIBLIOCBAPIUK. 

l. Henry (Jacques-François). Essai historique, lopographique et statistique sur T arrondissement communal de Boulogne- sur- 
Mer. Boulogne, 1810; m-k" , 348 pages, 7 planclies. 

H. Haigneré (Jacques-Marie-Daniel) et Vaillant (V.-J.). Epigraphie du département du Pas-de-Calais , L IIJ, i" fascicule 
(seul paru). Arras, 1883-1887; in-^", 80 pages. 

III. Vaillant (V.-J.). Notes boulonnaises ; Vf Variétés. Boulogne-sur-Mer, 1899-189A; in-S", i4i pages. — Epigrapfiie 
de la Morinie, ou inscriptions gallo-romaines sur pierre, métal, verre et terre cuite. Boulogne-sur-Mer, 1890; in-S", 
96a pages, k planches. 

IV. Sauvage (Docteur H.-E.). Musées municipaux; Guide. Bouiogne-sur-Mer, 1898; in-8°, 28 pages. Il existe de ce 
Guide une traduction anglaise, par G.-P. Chevalier. Boulogne-sur-Mer, 1899; in-8°, 3i pages. — Antiquités gallo- 
romaines recueillies dans le Botdonnais et récemment entrées au Musée de Boulogne-sur-Mer. Boulogne, 1908; in-8°, 28 pages. 
Extrait du Bulletin de la Société académique de Boulogne-sur-Mer, t. VII, 1904-1908, p. 653 à 680. 

V. [Hamy (T.), Camille Enlart, etc.]. Boulogne-sur-Mer et la région botdonnaise. Ouvrage offert, par la ville de Boulogne- 
sur-Mer, aux membres du ÀXVIII' congrès de l'Association française pour l'avancanent des sciences, l. I. Boulogne, 1899; 
in-8", 852 pages. 



BAS-nELIEF9. — V. 2 3 

IHntllIKlllE SATIO>ALK. 



178 



BOULOGNE-SUR-MER. 



3963. Bloc en forme d'autel, de provenance locale. 
Au Musée. Calcaire commun. Hauteur, o m. 65 ; largeur, 
m. 99 ; épaisseur, cm. 19. 

Sur une face, Hercule barbu, nu, debout, tenant 
do la main gauche un cratère, et s'appuyant de l'autre 



main sur sa massue. Du côté opposé, une figure très 
dégradée, peut-être de déesse. On y reconnaît vague- 
ment les traces d'un oiseau tendant le cou vers une 
patère. Il pourrait s'agir, sur cette face,de Junon accom- 
pagnée d'un paon. A droite, une Victoire drapée et 
casquée, montée sur un globe; elle lient de la main 






droite une couronne, de l'autre main une palme. A 
gauche. Mars, casqué et cuirassé, les pieds nus, por- 
tant en bandoulière une large épée; les mains manquent. 
Les pierres dites «à quatre dieux» sont considérées 
par beaucoup comme des piédestaux de «colonnes au 
géant 75. Les dimensions de celle de Boulogne permet- 
traient plutôt de supposer qu'il s'est qgi véritablement 
d'un autel. 

3964. Tablette découverte «dans l'église de Frencq, 
canton d'Etaples, 011 elle avait été utilisée dans le dal- 



lage w [vAiLL.]. Au Musée de Boulogne. Pierre de Mar- 
quise. Hauteur, m. /îa; largeur, m. 67; épaisseur, 
m. i/i. 

C. I. L., Mil, 356/i. — Desjardins, Géogr., 1, p. 867 (gra- 
vure). — Ferrero, Ordinamenio délie annale romane, ii°5j9. 

— Haigneré et Vaillant, Epigr. du Pas-de-Calais, III, p. 4. 

— Vaillant, Ctassis brilami., p. 3ao; Epigr. de la Morinie, 
p. /i6. — Deseille, Annales boulomi., p. 571. 

Au milieu, dans un cartouche, l'inscription Ul(^=tri- 
remis) Rad{{ans). Au-dessus, dans une niche, une figure 
à mi--corps d'Apollon radié, tenant de la main droite 



BOULOGNE-SUR-MER. 



179 



un objet fruste, de forme allongée. Le dieu est entre 
deux personnages; celui de droite, vêtu d'une tunique, 



verse sur un autel le contenu d'une patère; i'autre, 
peut-être cuirassé, tient une lance. Au-dessous, deux 




trirèmes remplies de rameurs. Ex-voto. Toute la sculp- 
ture a beaucoup souflerl; mais l'interprélalion qu'on en 
peut donner ne fait aucun doule. 

3965. Fragment découvert à Boulogne, en 18 9 y, 
«dans le mur des remparts, près de l'angle de l'avenue 
des Marronniers, du côté regardant le Château» [sauv.]. 
Au Musée. Pierre commune. Hauteur, m. 5o. 




Saivage, Antiii., j). () = nul!, do la Soc. acad. de Boulogne, 
VII(i9o8), ]). (561. 

Masque barbu de style barbare. Ornement de théâtre 
ou de tombeau. 



3966. Fragment de statue, découvert à Boulogne en 
1899, ^'^^^^ 1^ ™"'' ^^^ remparts, près de l'angle de 
l'avenue des Marronniers, du côté regardant le Châ- 




teau» [sAuv.]. Au Musée. Pierre commune. Hauteur, 
m. 03. 

Sauvagk, Antiii., p. 8 = Bull, de la Soc. acad. de Boulogne, 
VlI(i9o8), p. 660. 

a3. 



180 



BOULOGNE-SUR-MER. 



Femme drapée, tenant, de la main gauche, une 
corne d'abondance. Probablement une Fortune. 



3967. Statuettes découvertes au mois de juin 1826, 
par le comte d'Herlen, «en creusant un puits dans son 




Dadophores nus, debout, coiffés d'un bonnet phry- 
gien. L'un a son manteau sur le bras gauche; l'autre 
porte le sien sur le bras droit. Chacun d'eux tenait dans 
une position ditîérente, un flambeau qui a disparu. Ces 
deux statuettes se sont fait pendant. Elles peuvent pro- 
venir d'un sanctuaire mithriaque ou d'un tombeau. 



jardin de la rue des Vieillards» [hamy]. Au Musée. 
Calcaire commun. Hauteurs, m. 67 et m. 5 9. 

Hamy, Bull, de la Soc. acad. de Boulogne-sur-Mer, 111 (1879- 
i884), p. 890 et 45 1 ; Boulogne-sur-Mei; p. i3. — F. Ccmont, 
Textes et monum. figurés relatifs aux mystères de Mithra , II, p. 896 
(gravure). 




/Génie Porte Flambeau 






3968. Fragments de stèle, découverts à Boulogne en 
i883, «dans le cimetière de l'Estn [iiaign.]. Au Musée. 
Pierre commune. Hauteur probable de la stèle, 1 m. 90; 
largeur, om. 62; épaisseur, m. 18. 

C. I. L., XIII, 3553. — Haigxeré, Bull de la Soc. acad. de 
Boulogne-sur-Mer, III (1 884), p. 893 ; Bull, de la Comm. départ. 



BOULOGNE-SUR-MER. 



181 



des mit. (lu Ptis-de-ùdals , V (i884), p. 4i6. — Haigneré et 
Vaillant, l'^pigr. du Pas-de-Caliils, 111, p. fij (d'où, Deseille, 
Amudcs boulonn., p. 558). — Vaillant, Bull, de la Comm. départ, 
du Pas-de-Calais, VI (i885), p. 335; Epigr. de la Moriiiie, 
]). 69, n° 19 (gravure). 





Inscription : Vtator . . .; Ii[ic) s(itiis) e(st^. Au-dessus, 
une rosace entre deux palmeiles; au-dessous, un orne- 
ment géométrique décrit par l'abbé Haigneré comme 
Rune sorte de pont à trois arches et à deux culées w. 



3969. Sarcophage de provenance locale. Au Musée. 
Plomb. Longueur, 1 m. 8/1; hauteur, m, 36; largeur 
moyenne, m. à8. 




Sauvage, Anliq., p. 5 = Bull, de la Soc. acad. de Boulogne, 
VII (1908). p. 657. 

Sur le couvercle, à chaque extrémité, trois petits 
rehefs d'Hercule; le dieu, la peau du lion sur l'épaule 




et le bras droits, s'appuie, de la main gauche, sur sa 
massue. Deux reliefs identiques décorent chacun des 
petits côtés de la cuve. 



3970. Cippe (en deux parties) trouvé à Boulogne, 
le 27 octobre 1888, dans la nécropole gallo-romaino 
du Vieil- Atre, par des ouvriers «qui fonçaient une large 



182 



BOULOGNE-SUR-MRR. 



tranchée dans les terrains Capet-Duhez, depuis fort 
longtemps exploités pour la culture maraîchère » [vaill.]. 
Au Musée. Pierre de Marquise. Hauteur, i m. /la; lar- 
geur, m. 3(j; épaisseur, o m. 3/i. 




^y 


là 



'.■-V 




(j. 1. L., XIII, 3545. — Vaillant, Bull, de la (àornin. départ, 
des ant. du Pas-de-Calais, I (1889-1895), p. U^ (gi'avure); 
Revue arcItéoL, 1 889 , 1, p. 2 1 9 ; Notes bouloim., V, j). 35 ; Epigr. 
de la Moriiùe, p. 99 (gravure). 

Sur la face antérieure, l'inscription D{iis) M{anihm); 
pis parbulis Domitianm, tr{ierarcha). Au milieu de la 
première ligne et à la fin de la troisième, un poisson. 
Sous le cippe était une tombe de petite fille, d'où l'on 



retira de nombreux objets, dont une amulette phallique. 
Monument païen, probablement du second siècle. 



3971. Stèle découverte à Boulogne, en i83o,Rdans 
les environs de la Tour française, à l'angle Sud des rem- 




parts» [vaill.]. Au Musée. Pierre commune. Hauteur, 
o m. 78; largeur, m. Ziy; épaisseur, o m. ik. 

C. I. L., XIII, 3556. — Haig.xerk et Vaillant, Eplgr. du Pas- 
de-Calais, III, p. 48. — Vaillant, Epigr. de la Morinie, p. 58, 
11» 9. 

Femme debout, drapée, dans une niche profonde, 
entre deux faux pilastres, tenant de la main gauche une 



cassette, de l'autre main des rameaux de laurier ou un 
bouquet. Monument funéraire. 



BOULOGNE-SUR-MER. 183 

de la Porte Neuve. Au Musée. Pierre commune. Hau- 
teur, m. c)8; largeur, o m. 70; épaisseur, m. 35. 



3972. Fragment de cippe avec acrotères, découvert 
en 1896, dans le rempart, en construisant la passerelle 



Sauvage, Anliq., p. 8 = Bull, de la Soc. acaiL, VII (1908), 
p. 660. — Vaillant, Mém. de la Soc. acad. de Boulogne-strr- 
Mev, XVII (1895), p. 470. — Enlabt, Boulogne-sur-Mer, p. i6i 
(gravure tirée de l'IUustralion, année 1895). 




Femme debout, dans une niche, entre deux pilastres 
décorés de feuilles stylisées. Son vêtement se compose 
d'une tunique et d'un manteau dont les pans sont ra- 
menés sur le bras gauche; elle a le cou paré d'un collier 
et tient, de la main droite levée, un rameau de laurier, 
de l'autre main, placée devant le corps, probable- 
ment une patère contenant des fruits. Les acrot^res 
sont des lions accroupis; le lion de droite dévore 
une tête de taureau; celui de gauche, une tète de 



cerf. Un sphinx assis couronne le fragment. Monument 
funéraire. 

3973. Stèle mutilée, de provenance non indiquée, 
mais certainement locale ou régionale. Au Musée de 
Boulogne. Pierre commune. Hauteur, m. 6/1 ; largeur, 
m. 53; épaisseur, cm. 1 5. 

Femmes assises devant une draperie ; elles sont vêtues 
de robes longues, et paraissent tenir des fruits sur leurs 



184 



genoux. La femme de gauche s'appuie sur l'épaule droite 
de celle du milieu qui, de son côté, a le bras gauche 




BOULOGNE-SUR-MER, CASSEL. 

Lion dévorant une tête de taureau. Ornement funé- 
raire. 



3975. Piédestal et colonne tronquée, «découverts le 
37 mars 1 798 , en creusant dans les environs de Cassel 
(Nord), pour établir de nouvelles fortifications» [len.]. 
Seraient perdus. 



derrière la télé de la femme de droite. Probablement 
des Déesses mères. 

3974. Statue mutilée, trouvée au Vieil-Atre, près de 
Boulogne. Acquise par le Musée en 1892. Grès. Lon- 
gueur, m. 90. 




Sauvage, Anliq., p. i3 — Bull, de la Soc. acad. de Boulogne, 
VII (1908), p. 665. 




Alexandre Lenoir, Musée des monum. français, MI, p. -j 1 et 
pi. CGXIX; Monmn. des arts libéraux, Analyse des planches, p. h 
et pi. II (d'où, sans doule, Lecacchie, dessin ici reproduit [Bi- 
bliotb. du Musée de Saint-Germain, album 17, fol. 83]). 

Selon Lenoir, Jupiter, Hercule et Mercure étaient re- 
présentés sur trois des faces de ce monument. La qua- 
trième face aurait contenu une inscription dont il donne 



une copie qui n'a aucun sens. Il a pu s'agir d'une « co- 
lonne au géant»; mais le témoignage de Lenoir n'est 
pas une garantie suffisante d'authenticité. 



RINXENT, BELLE. 185 

3976. Stèle trouvée à Rinxent. Au Musée de Bou- 
logne. Pierre commune. Hauteur, i m. 02; largeur, 
m. 66; épaisseur, cm. 16. 




i 



â 

■ €■' 



mm 




Mercure debout, de face, dans une niche, coiffé du 
pétase, son manteau sur l'épaule et le bras gauches. 
Le dieu tient de la main gauche un caducée, de l'autre 
main une bourse au-dessus des cornes d'un bouc couché. 

3977. Autel, autrefois dans l'église de Belle, où il 
servait de bénitier. Acquis par le Musée de Boulogne 

BAS-BELIEKS. ï. 



en 1890. Pierre commune. Hauteur, m. 7/1; largeur, 
m. 3g; épaisseur, o m. a 5. 

SiuvAGE, Antiq., p. 3 = Bull, de la Soc. acad. de Boulogne, 
VII (1908), p. 655. 

Sur la face principale, une couronne dont toute la 
partie inférieure fait défaut. La pierre est très corrodée; 

Iliri\lM£Itli; NATIU.SAIE. 



186 



RINXENT. 



une inscription, contenue dans la couronne, a pu dis- 
paraître. Du côté droit, une déesse peu reconnaissablo 




tenant, à ce qu'il semble, une lance ou un sceptre. Du 
côté gauche, une Victoire. La quatrième face n'a pas 
de bas-relief. 



3978. Fragment découvert à Rinxent. Donné en 
1 8f)0 au Musée de Boulogne, par le curé du lieu. Pierre 
de Marquise. Hauteur, o m. /jo. 




F. CiiJiONT, Textes et mnmim. fifurés relatifs aux mystères de 
Mithra, II, )). 896 (gravure). — Salvage, AutHj.,\^. û'] = Diill. 
(le la Soc. acad. de Boulogne, VII (1908), p. 679. 

Restes d'un bige. Dans le cbar était une femme drapée , 
peut-être la Lune. 



187 



BAVAY. 

(BAGAGVM, NERVII.) 

Les Nerviens avaient pour capitale Bagacum, aujourd'hui Bavay. Leur territoire s'étendait des deux, 
côtés de la frontière actuelle, entre la Meuse, l'Escaut et la Dyle, sur la majeure partie des provinces 
du Hainaut et du Brabant et des arrondissements d'Avesnes, de Cambrai, de Douai et de Valenciennes. 
On n'y a découvert que fort peu de monuments figurés; presque tous sont à Bruxelles, au Musée royal 
du Cinquantenaire. La vdlc de Bavay, dont le Musée est d'ailleurs de fondation toute récente, n'a 
rien conservé, ou à peu près, des antiquités sorties de ses ruines. 

BIBLIOGRAPIIIK. 

I. Crassier (Baron Guillaume dk). Séries numismalum antiquomm, tant Graecorum qnam llomanorum. . . Liège, 1721; 
in-8", 36o pages. L'ouvrage complel comporle dix pages tïmldilamenta, qui font défaut dans certains exemplaires. (Voir 
les n"' VIII et XI.) 

II. Bast (J. dk). Second supplément au recueil d'antiquités romaines et gauloises, contenant la description de l'ancienne ville de 
Bavai et de Fanuirs. Gand, i8i3; \n-lt", aSo pages. 

llf. Besessb (Cle'ment-Wenceslas de). Catalogue du magnifique cabinet délaissé par feu le comte Clémenl-Wenceslas de Renesse- 
Breidbach, dont la vente aura heu à Anvers, le 3i mai i83G; n° â, Antuiuités grecques , romaines, celtes, etc. Anvers, i836; 
in-8", 82 pages. 

IV. \ivELEAL (Antoine). Bavai ancien et moderne; ouvrage composé Sun recueil de dessins des antiquités trouvées dans son ter- 
ritoire, depuis i8-2li jusques à fin i8ag, avec un texte explicatif des figures , précédé d' une introduction sur cette ancienne capitale 
des Nerviens, et sur les galeries souterraines d'Houdain et de Bellignies. Ms. de la Bibliothèque de Lille {Calai, n"' 6o4 et 
600); autrefois à Bavai, chez Anatole Crapez. Bavay, i83o; 2 volumes in-4°, 127 pages et 102 planches. Une copie de 
ce manuscrit est à la Bibliothèque municipale de Bavay. 

V. RoDLEz (J.). Mélanges de philologie, d'histoire et d'antiquités. Bruxelles, i838-i846, 7 fascicules in-8°. Extrait, sans 
pagination suivie, des Bulletins de C Académie royale de Belgique, t. Il à XX. — Pélops et CEnomaiis; explication d'un bas- 
relief antique. [Bruxelles, 1867]; in-'i", 1 1 pages, 1 planche. Extrait des Mémoires de ^Académie roi/ale de Belgique, t. XXX, 
1867, p. 3 à 1 1. 

VI. ScHAYES (A.-S.-B.). Les Pays-Bas avant et durant la domination romaine. Bruxelles. 1837-1 838, 2 vol. in-8°, ^92 et 
378 pages. Une deuxième édition, en trois volumes, a paru en i858-i859 sous ce titre : La Belgique et les Pays-Bas 
avant et pendant la domination romaine. (Voir p. 196.)] 

VII. Lebeau (Isidore). Bavai. Valenciennes, i845; in-8°, 85 pages, 1 planche. Extrait des Archives historiques et littéraires 
du Nord, nouv. série, t. V, i844, p. ii3 à 160, 2^9 à 285. Il existe de cet ouvrage une édition rr refondue et considé- 
rablement augmentéeiî, par Michaux aîné. Avesnes, iSSg; in-8°, i24 pages. 

VIII. Capitaine (Ulysse). Correspondance de Bernard de M ontfaucon , bénédictin, avec le baron de Crassier, archéologue liégeois. 
Liège, i855; in-S", 82 pages. Extrait du Bulletin de l'Institut archéologique liégeois, t. Il, i855, p. 3/17 à Uali. (Voir les 
n- letXL) 

IX. Desjardiss (Ernest). Notice sur les monuments épigraphiques de Bavai et du Musée de Douai. Douai et Paris, 1878; 
in-8°, 182 pages, 4 planches. Extrait des Mémoires de la Société d'agriculture, sciences et arts de Douai, 2° série, t. XI, 
1870-1872, p. 79 à 260. 

9&. 



188 



BAVAY. 



X. Halkin (Léon). Lettres inédites du baron G. de Crassier à Bernard de Montjaucon. Louvain, 1897; '""^°» 7^ pages. 
Extrait du Bulletin de l'Institut archéologique liégeois, t. XXVI, 1897, p. 78 à i46. (Voir les n""I et VIII.) 

XI. Hénault (Maurice). Oiseau d'albâtre colorié trouvé dans les sablières de Bavay [Nord). Paris, 191 1; in-8°, 8 pages, 
2 planches. Extrait du Bulletin archéologique , i9ii,p. aaiàaaà. 



3979. Statuette découverte à Bavay, en 1910, dans une 
sablière. Au Musée de Bavay. Albâtre. Longueur, m. 1 8. 

Dessin tiré du Bitlktin archéologique. — M. Hénaclt, Oiseau 
d'albâtre = Bulletin archéologique, 1911, p. 99 1 et pL XYI 



et XV II. — Cf, Camille Jullun, Bévue des éludes anc, XIV 
(1919), p. 8». 

Oiseau au repos, les ailes légèrement ouvertes; pro- 
bablement un perroquet. Le corps de cet oiseau est peint 




en jaune; les ailes et le bec sont verts; les yeux sont 
noirs. Quatre zones rouges longitudinales, formées de 



petites lignes parallèles surmontées chacune d'un point, 
décorent le dessus de la tête et la moitié du dos. Les 



BAVA Y. 



189 



pattes manquent; elles étaient sans doute de fer et 
scellées avec du plomb dont il reste des parcelles. Le 
bec est percé d'un trou dans sa largeur. 

3980. Groupe mutilé, «découvert aux portes de 
Bavay, dans un cbamp situé à l'angle du chemin d'Au- 
dignies et de celui qui conduit à Pont-sur-Sambre ; acbeté 



au propriétaire du terrain, M. Delbauve-Coppin, en 
1847» [cuM.]. Au Musée de Bruxelles. Grès jaunâtre. 
Hauteur, cm. hs; longueur, m. 58. 

ScHAYES, Catal., p. 99, n" 184; La Belgique pendant h do- 
min. rom., III, p. 4a 1. — Juste, Calai., p. 189, a'édit., p. liy. 
— GnMONT, Catal., p. 97, n" 17 a; 9* édit. , p. 291, n° i8-j 
(gravure). 




Lion rampant, la tète levée d'un air menaçant; sous sa 
patte gauche est une tète de bélier. Ornement funéraire. 

3981. Fragment trouvé à Bavay. Paraît perdu. Ce 
fragment, selon Caylus, était de marbre blanc et avait 




«dix pouces de hauteur, huit et demi dans sa plus grande 
largeur et environ cinq pouces d'épaisseur v. 

Dessin tiré de Caylus. — Caylos, Rec. d'ant., II (1756), 
p. 39G etpl. OXYIIKn-S. 



3982. Tête découverte au même lieu que le groupe 
décrit sous le n° 8980. Au Musée de Bruxelles. Grès. 
Hauteur, m. 3.5. 




ScHAYES , Calai. , p. 99 , n' 1 85 ; La Belgique pendant la domin. 
rom., III, p. 491. — Juste, Ca/a/., p. 189, 9° édit. , p. 1^7. — 
GuMoxT, Catal., p. 28, n° 17 b; 9' édit. , p. 9 9i,n° i83 (gravure). 

Jeune femme. La chevelure, partagée sur le front en 
deux bandeaux symétriques, contourne les oreilles et 



190 



BAVAY. 



descend très bas sur la nuque. Par derrière, un trou de 
scellement. Probablement un portrait. La tête paraît 
détachée d'une statue. 

3983. Fragment d'autel trouvé à Bavay. A Paris, au 
Cabinet des médailles. Marbre blanc. Hauteur, o m. 27; 
largeur, cm. 17; épaisseur, m. i5. 

C.I.L., XIII, 3569. — Caylds, Rec.d'ant., Il(i756), p. Sgô 
et pi. GXVIII, n"' I et II (d'où, Bast, Second supplém. , II, p. 3i; 

— Lebeao, Bavai (i845), p. 29 = Archives histor. et lia. du 
Nord, u. s., V (i8i/i), p. i4i; Ant. del'arrond. d'Avesnes, p. 87; 

— ScHAYEs, La Belgique, II, p. 4a 1). — Desjardins, Monum. 




épigr. de Bavai, p. Sa et pi. IV, 11° 7 = Mém. de la Soc. d'agric. 
de Douai, XI (187a), p. 108. — Mowat, Revue archèoL, 1880, 
II, p. 48. 

Sur la face antérieure, l'inscription : [Deabus?) Ncr- 
vinis; C. Iul{ius) Tertius [v(otum)] s(oIvil) l(tbens) m{erilo). 
Sur la face latérale gauche, un rameau de laurier. 



3984. Bloc mutilé, «trouvé en labourant la terre 
à Les-Fontaines, entre Maubeuge et Avesnes, pendant 
l'automne de l'année 1796; envoyé au baron de Cras- 
sier à Liège, il passa plus tard, avec une partie de sa 
collection, à Maeslricht, et fut acquis par le Musée [de 
Bruxelles] en i85i» [cum.]. Calcaire tendre. Hau- 
teur, cm. 98; largeur, m. 53; épaisseur (réduite), 
m. 98. 

Pliotogiapliies communiquées pai- M. Franz Cumont. — 
De Crassier, Séries numismat., addit. , p. 8, n° 2; Corresp., 
p. 49 , 11° 33 ; Lettres, p. 45 , n" 20. — Montfaucon (Papiers de). 



Bibl. nat., nouv. fonds lat., 11917, fol. 11 et 12. — Sciiaïes, 
Calât. , p. 85 , n" 78'. — Jlste , CaUil. , p. 1 58 , a' édit. , p. 1 C7. 
— Haig, Westd. Zeilschr., X (1891). p. i35, n° 157. — 




Cumont, Calai., p. 12, n° 3; a* édit., p. 210, 11° 178 (gravures). 
— Hertlein, Die Juppilergigantensdulen , p. 117, n° 157. 

Par devant, une femme nue, probablement Vénus, 
debout, de face, le pied droit sur un tabouret, dans 
une niche, «sous une sorte de conque, striée de lignes 
divergentes, et dont la forme ne peut être mieux com- 
parée qu'à la moitié d'un parasol v [cum.]. Elle est chaussée 



BAVAY. 



191 



(le sandales et, des deux mains, l'une levée, l'autre 
])aissée et posée sur un autel circulaire de faible relief 
place à sa gauche, se déronvro en écarlant les pans d'un 



manteau garni de franges qui lui entoure en partie le 
bras droit. Sa coiffure est faite d'un haut chignon sur 
le sommet de la tèlc et do boucles lép;ères qui tombent 





sur les épaules. Du côlé droit, dans une niche analogue 
à celle déjà décrite, une femme drapée (Junon), dont 
il ne reste que la moitié de gauche dans le sens vertical. 
Elle a la tête couverte d'un voile, et vide le contenu d'une 
patère sur un autel en forme de balustre. Un paon, 
placé contre son épaule, l'accompagne. Du côté gauche, 
le bas-relief, dont on ne possède également que la 



moitié, n'est pas facilement expHcable. On y distingue, 
sur un autel circulaire, un jeune homme nu, les épaules 
couvertes d'un manteau flottant, courant vers la droite 
et tenant devant lui, des deux mains, une sorte de 
pedum, qui pourrait être le manche d'un caducée. Ce 
jeune homme tourne la tête vers un second personnage 
I beaucoup plus grand, qui occupait le milieu du tableau. 



192 



BAVAY. 



avait la main gauche levée et devait être assis. Au pied 
de l'autel est un chien assis , portant un collier et levant 
la tête. Je suppose qu'il s'agit d'un dévot suppliant Mer- 
cure ou quelque autre Dieu représenté par sa statue. 




i85i » [ccM.]. Calcaire tendre. Hauteur, o m. 84; dia- 
mètre, m. ho. 

Photographies communiquées par M. Franz Cumont. — 
De Crassier, Séries nuinismat., addit., p. 7, n° 1; Corresp., 
p. 5i, n° 36. — ScHAYES, Catai, p. 85, n" 78'. — Jdste, Catal., 
p. 189, Q'édit. , p. 1/17. — Cdmont, Catal. ,]>. i5, n° 4; 9' édit. , 
p. 21 3, n° 174 (gravures). 



3985. Tambour de colonne, «trouvé, sur la fin du 
printemps 1726, au même endroit que le numéro pré- 
cédent; comme celui-ci, il provient de la collection de 
Crassier et a été acquis par le Musée [de Bruxelles] en 




Dans un rinceau de vigne, d'abord une Bacchante 
nue, courant vers la droite, tenant un thyrse de la main 
gauche et, de l'autre main levée, se versant dans la 
bouche le contenu d'une corne ou d'un rhyton; ensuite, 
derrière elle, un Amour nu, ailé , tendant le bras gauche 
et portant sur sa tête une corbeille de raisins qu'il sou- 
tient de la main droite; sous ses pieds, un petit animal, 



MONS. 



193 



probablement un lapin, mangeant une grappe. D'autres 
animaux, que l'on pouvait reconnaître au moment de 
la découverte du bas-relief, sont devenus complètement 
frustes. M. Cumont suppose que ce tambour de colonne 
est un second débris du monument dont la pierre dé- 
crite sous le numéro précédent formait la partie infé- 
rieure. 



3986. Devant de sarcophage, retiré, dit-on, de terre 
en i8/i3, «dans l'hôtel de M. le baron de Bagenrieux, 
à Mons V [roul.] ; « plus tard , en la possession du sculpteur 
Fraikin» [cum.]. Au Musée de Bruxelles. Marbre blanc. 
Hauteur, o m. 98; largeur, 9 m. 17. 

Photograpliie communiquée par M. F. Cumont. — Rollez, 
Péhps et OEnoïiiaûs = Mém. de l'Acad. de Belgique, XXX (iSSy), 




p. 3 (planclie). — Cumont, Calai, p. ti-i, n° 29; 2* édit. . 
p. 110. n° 86 (gravure). — Saiomon Reinach , i/é/)er^ dereliefs, 
11 , p. 1 G 1 , n° /i . — Cf. Archaeol. Zeittmg, XIII { 1 855 ), pi. LXXX. 

Légende de Pélops en quatre scènes. A gauche, le 
prince lydien Pélops, velu d'une tunique courte et 
de braies, coiffé d'un bonnet conique, arrive au palais 
d'OEnoniaûs, roi de Pise en Elide. Il est reçu par un 
second personnage, sans doute un serviteur. Dans le 
palais, dont le fronton est décoré d'un aigle, symbole de 
royauté, Hippodamie, fille d'Œnomaiis, est assise, dra- 
pée et voilée, en compagnie d'une suivante. Devant elle, 
Œnomaûs, debout et drapé, les pieds chaussés de hautes 
bottines, les cheveux retenus par une bandelette, tenant 
un sceptre de la main gauche baissée, regarde le nou- 
veau venu et fait , du bras droit ramené devant le corps, 
un geste de surprise. Au second plan , derrière le roi , 
est une colonne surmontée d'une lampe. Un Amour 
ailé, placé aux pieds d'Hippodamie, contre une corbeille 
de fleurs, lève les yeux vers Pélops. Sur la corbeille de 
fleurs, une colombe. 

La scène suivante est relative à la mort d'OEnomaûs. 

BAS-BELIEFS. V. 



Le roi de Pise, renversé sur le dos, est foulé aux pieds 
de son attelage lancé vers la droite. L'aurige Myrtilos, 
dont la perfidie vient de causer la mort de son maître, 
est à terre, à côté de lui, et de honte se cache le visage. 
Au second plan , Pélops , victorieux d'OEnomaûs , arrête 
les chevaux de son propre char, qui se cabrent; il dé- 
tourne la tête pour ne pas voir l'agonie de son adver- 
saire. Derrière le prince lydien , au dernier plan , appa- 
raît la tête d'un autre personnage, coiffé comme lui- 
même d'un bonnet conique. 

La troisième scène représente le retour à Pise. Pé- 
lops, couronné de laurier, est sur son char; son aurige, 
placé à sa gauche, tient une palme et le regarde. Une 
femme drapée, couronnée aussi de laurier, probable- 
ment une Victoire, les précède. Au dernier plan, une 
petite tête. Sous les chevaux , un cratère. 

La dernière scène nous montre Hippodamie rejoi- 
gnant Pélops et quittant Pise pour suivre son amant. La 
jeune fille, drapée et voilée, descend les marches de son 
palais, dont elle vient de franchir le seuil. Pélops, qui 
la reçoit, est vêtu comme à son arrivée. Entre ses pieds 



95 

IMPRIMERIE KATIOALK. 



194 



LA BASSEE, MOUSTY. 



est une coupe. Enfin, derrière Hippodamie, on aperçoit 
sa nourrice ou une servante. Ce devant de sarcophage, 

qui paraît dater de la lin du 
I "'J^'i - second siècle, a subi des 

i)|fV^^^ mutilations. Plusieurs bras, 

notamment, sont brisés. 



ensuite au Musée du Louvre. Marbre blanc. Hauteur, 




3987. Bloc mutilé, dé- 
couvert au môme endroit 
que ceux décrits sous les nu- 
méros 3 g 8 /i et 3 g 8 5 ; il fut 
envoyé au baron de Cras- 
sier, à Liège , et entra , 
en i85i, au Musée de 
Bruxelles: paraît perdu. La 
pierre avait deux pieds et 
demi de haut. 

Dessin tiré des papiers de 
Montfaucon. — De Crassier, 
Séries num., addit., p. 7, n° .3; Corresp., p. 5i, n° j; Lettres 
iitéd., p. i6. — Montfaucon (Papiers de), Bibl. nal., nouv. 
fonds lat., 11917, foi. 1 1. — Schaves, Catal., p. 85, n° 78°. 
— Tli. Jdste, Catal. (2" édit.), p. 167. — Cdmoxt, Catal., 
p. i5, n" 4 ; 9' édit., p. 9i4 (gravure). 

Aigle aux ailes éployées posé sur un globe. Peut- 
être un ornement funéraire. 



3988. ttDes ouvriers, en fouillant en terre, aux en- 
virons de la petite ville de la Bassée, dans le Hainault 
français [sic), ont découvert une statue de marbre 
blanc, de grandeur naturelle. On voit dans le même 
groupe [sic) la figure d'une femme couchée dans un lit. 
Ces ouvriers, en poussant plus avant leur fouille, ont 
découvert un contre-mur auquel ils n'ont point trouvé 
d'ouverture. On attend les ordres du roi pour continuer 
les travaux. 55 

Journal histor. [de Verdun], sur les matières du teins, hW 
(août 1761), p. i56 (d'où Revue archéoL, 1918, I, p. a^g)- 

Si l'authenticité de cette découverte était admise, il 
faudrait peut-être supposer quelque statue de source. 



3989. Fragment de statuette « Irouvédans le départe- 
ment du Nord » [viLL.]. D'abord au Musée de Cluny ; cédée 



m. 1' 




Photographie communiquée par le Musée du Louvre. — 
Héron de Villefosse, Marbres antiques, p. i5i, n" 2691. 

Vénus debout, le torse nu, les jambes couvertes d'un 
manteau. Art gréco-romain. 

3990. Tête découverte à Mousty (Brabant). Au Musée 
de Bruxelles. Marbre blanc. Hauteur, m. 26. 




Phologiaphie communiquée par M. F. Gumonl. — F. Cumont, 
Bull, des Musées royaux, V (1906), p. 76; Catal. (2* édit.), 
p. 219, n° 179 (gravure). 



ÉLOUGES, SENZEILLES. 



195 



Jeune femme; vraisemblablement un portrait. Art 
gréco-romain, i"' siècle. 

3991. Fragment de groupe trouvé à Elouges (Hal- 
naut), en 1877, «dans le sous-sol d'une construction 
romaine ^7 [cum.] Au Musée de Bruxelles. Grès jaunâtre. 
Hauteur, cm. 27; largeur, m. 18. 




Debove, Annales du cercle archéol. de Mons, XV (1878), 
p. 58i et pi. IV, fig'. 7. — Saloinon Reinacii, Encore Epona, 
p. 11 = Revue archéol. , 1898, II, p. 197 (gravure). — Cimont, 
Catal., p. 19, n° 8 ; 2' édit., p. 217, n° 177 (gravure). 

Epona; la déesse, vêtue d'une robe longue serrée à 
la taille par une ceinture et d'un manteau , était assise, de 
face, sur le dos d'une jument marchant vers la droite. 
Elle porte sur ses genoux une patère remplie de fruits 
que flairait un poulain dont il ne reste plus que la tête 
et une partie du cou. La pierre, par derrière, est seule- 
ment épannelée. 

3992. Fragment de statuette, découvert en 1906 
à Senzeilles (Namur), «au lieu dit Devant la haie à l'es- 
tache, à droite du chemin qui mène de la gare au vil- 
lages [court.]. Au Musée de Namur. Calcaire tendre. 
Hauteur de la statuette complète, environ m. 3o. 

Ferd. Courtov, Annales de la Soc. archéol. de Namur, XXVII 
(1908), p. 3it et pi. X. 



Restes d'une femme drapée, sans doute assise; la 
main gauche, qu'on a retrouvée également, est ap- 




puyée sur une corbeille de fruits. Abondance ou Déesse 
mère. 

3993. Statue en deux fragments, trouvée dans un 
des bassins delà villa d'Anthée, près de Dinant, explorée 
de i863 à 1872. Au Musée de Namur. «Calcaire ooli- 
thique provenant de la France» [del jiarm.]. Hauteur, 
m. 78; longueur, m. 8a. 




—•«'.-.♦-i-'fy' ' 






^ 




Eug. DEL Marmol, Annales de la Soc. archéol. de Namur, XIV 
(1877), P- 172 6t pi. III, II" 5. 

Lion. Ornement de fontaine. L'eau sortait par la 
gueule de l'animal. 



196 



BRUXELLES. 



Jusqu'à ces dernières années, le Musée de Bruxelles, dit du Cinquantenaire, était relativement 
pauvre en monuments figurés. D'importantes donations et des achats, notamment en 1906, à la vente 
de la collection Léon de Somzée, en ont considérablement accru le nombre. Mais la période gallo- 
romaine continue à n'être représentée, dans ce Musée, que par une trentaine de monuments, de pro- 



venance régionale. 



BIBLIOGRAPHIE. 



L ScHAYES (A.-S.-B.). Catalogue et description du Musée royal d'armures, d'antiquités et d^ethnologie. Bruxelles, i85/i; in-S", 
vi-261 pages, 1 planche. 

IL Juste (Th.). Catalogue des collections composant le Musée royal d'antiquités d'armures, et d'artillerie. Bruxelles, i86/(; 
ia-8°, xxv-S^S pages; — a° édition, sans aucun changement, en 1867. 

IIL CuMONT (Franz). Musées royaux des arts décoratifs et industriels; Catalogue des sculptures et inscriptions antiques [monu- 
ments lapidaires). Bruxelles, [1898]; in-8°, 6q pages; — ù" édition, Bruxelles, 191 3; in-S", 9G8 pages. 



3994. Tête de provenance inconnue; k achetée 
[par le Musée de Bruxelles] à la vente de la collec- 




tion Van Huerne?) [cum.]. Marbre blanc. Hauteur, 
G m. 28. 

Photographie communiquée par M. F. Cumout. — Calai, 
des collect. Van Huerne (Gand, i8/i4; in-8°), p. lao, n° 722. 
— ScHAYES, CataL, p. 85, n° 78. — Juste, CataL, p. i38, 
2" édit., p. ii6. — CcMON'T, CataL, p. ig, n° Sa; 2' édit., 
p. i5, n° 35 (gravure). 

Jeune homme imberbe; «il porte sur le front une 
rouelle qui est peut-être un symbole solaire» [cum.]. Art 
gréco-romain. 



3995. Statuette mutilée de provenance inconnue. Au 
Musée de Bruxelles. Grès. Hauteur, m. 33; largeur à 
la base, m. 22. 




Photographie communiquée par M. F. Cumont. — Schayes, 
CataL, p. 102, n" 291. — Juste, CataL, p. i38, 2'édit. ,p. ii6. 
— CuMONT, CataL, p. 3o, n° 19; 2* édit. , p. 2 24, n°i85 (grav.). 



BRUXELLES. 



197 



Personnage imberbe, velu d'un manteau couvrant le 
dos et les épaules, le genou droit à terre, le haut du 
corps penché en avant, la main gauche sur la jambe 
du même côté. t^La base, qui ligure des rochers, est 
percée d'un large trou qui paraît avoir servi de bouche 
de fontaine, w [cum.] Peut-être un dieu de source ou un 
pêcheur. ( Voir le n° 1678.) 



3996. Statue de provenance inconnue; «achetée 
à la vente de la collection Van Huerne (i8/î/i)n 




[cum.]. Au Musée de Bruxelles. Marbre blanc. Hau- 
teur, 1 m. 1 0. 



Photographie communiquée par M. F. Cumont. — Cafal. des 
collect. formant le cabinet Van Huerne, p. 121, n° 728. — 
ScH*YEs, CataL, p. 85, n° 72. — Juste, Catal. (2" édit."!, 
p. 1^6. — Cumont, CataL, p. 48, n" 3i; 2* édit. , p. 34, 
11° 2 4 ( gravure). 

Jeune femme debout, drapée et voilée. Restaurations : 
le nez et le bas du visage. OEuvre gréco-romaine; pro- 
bablement un portrait. 



3997. Autel mutilé, découvert en 1870 à Hoeylaert 
'Brabanl), dans les fondations de l'église. Au Musée de 




Bruxelles. Grès. Hauteur, m. g5; largeur, cm. 60; 
épaisseur, o m. 3o. 

C. I. L., XIII, 3Ô85. — Jaminé et Schuermans, Bull, des 
comm. d'art et d'archéol., IX (1870), p. 376. — Schdermaxs, 
ibid., p. 378 (gravure); Bonner-Jahrb., L (1871), p. 3o5; Jour- 
nal des Beaux-Arts (Anvere), XII (1870), n° aa; Bull, monum.. 



198 



BRUXELLES. 



XXXVl (1870), p. 678 (d'où, Revue celtique, 187a, p. h^k); 
Westd. Korr.-Blall (i884),p. 118. — Cumont, Calai. , p. 96, 
n° i4; 2° édit., p. 282, n° igi (gravure). 

Sur la face principale, l'inscription : Matronis Can- 
trusteihiabus , C. Appianius Pal[er\nus, pro se et suis, l{i- 
bens) m{eril6) \v{plutn) s[ohit)\. Sur les faces latérales : 
à droite (face reproduite), les restes d'une corne d'abon- 
dance remplie de pommes de pin; à gauche, les traces 
d'un autre attribut. 



3998. Fragment de provenance inconnue; «acquis 
du sieur DugnioUe, en 1867» [cum.]. Au Musée de 
Bruxelles. Marbre blanc. Hauteur, m. i/i; largeur, 
m. 08; épaisseur, m. oh. 

Photographie communiquée par M. F. Cumont. — Cumont, 
Calai., p. 60, 11° /i6; 2' édit., p. i3i, n° 109 (gravure). 

Jeune homme assis, tourné vers la gauche, le torse 
nu, les jambes paraissant couvertes d'un manteau. 
A droite, une moulure. Sujet indéterminé. Art grec. Une 
main armée d'un bâton et un éclat de marbre oh sont. 



avec un reste de draperie, deux mains croisées l'une 
sur l'autre , furent cédés en môme temps au Musée de 




Bruxelles (Cumont, Calai. [3' édit.], p. i3i et 182, 
n"' 1 10 et 1 1 i). 



199 



TONGRES. 



(ATVATVCA, TVNGRT.) 



Les Tmigri, clients des Trévires au moment de la guerre des Gaules, sont comptés par Ptolémée 
parmi les peuples de la Belgique. Ils avaient pour capitale Atualuca, aujourd'hui Tongres. Leur terri- 
toire, dont on ne connaît pas les limites précises, occupait vraisemblablement, sur les deux rives 

de la Meuse, une grande partie des provinces actuelles de 
Liège et de Limbourg. 

Les antiquités, peu nombreuses, de la cité des Tongres 
sont pour la plupart conservées aux Musées de Liège et de 
Maëstrichl. Le célèbre fragment de colonne itinéraire, encore 
si précieux, malgré ses mutilations, pour la connaissance géo- 
graphique de la Gaule septentrionale, a été donné à l'Etat, 
])ar la ville, en 1868. Il fait actuellement partie du Musée du 
Cinquantenaire, à Bruxelles. Le Musée local n'a guère conservé 
que de menus objets, parmi lesquels il convient de citer plus 
particulièrement un vase à parfums, en bronze, et un petit 
buste de femme en cristal de roche. L'une et l'autre antique 
proviennent d'un cimetière, à l'est de la ville. 




BIBLIOGRAPHIE. 



L BouvETTE (Albert d'Otreppe de). Catalogue descriptif du Musée provincial de 
Liège , fondé par l'Institut archéologique liégeois. [Liège ,1887]; in-8°, h 6 pages. 

IL Habets (J.). Note sur un monument romain trouvé à Berg, près de Tongres. Liège, 1889; in-8°, 13 pages. Extrait du 
Bidktin de la Société d'art et d'histoire du diocèse de Liège, t. V, 1889, p. 201 à 910. 

III. Halkin (Léon). La pierre à quatre dieux de Berg-lez-Tongres . Liège, 1911; in-8°, i5 pages, 1 planche. — Extrait 
du Bulletin de l'Institut archéologique liégeois, t. XLI, i9ii,p. 293à935. 



3999. Tablette découverte en 1900, à Maëstrichl, 
«par M. Marres, brasseur, en faisant exécuter des tra- 
vaux d'amélioration dans ses cuves situées rue de la 
Planche (Plankstraat)ri [waltz.]. AuMuséedeMacstricht. 
Pierre commune. Hauteur, m. Zi3; largeur, m. 58; 
épaisseur, m. 98. 



Waltzing, Musée belge, VI (1902), p. h5i (gravure) = 
Inscript, ht. de la Belgique ro7n., 1, p. 7. — A. J. A. Flament, 
Hel Huis oud en nieuw, V (1907), p. 298 (gravure). — 
Salomon Reinach, Répert. de reliefs, III, p. 53o, n° 5. 

Gladiateurs combattant. Les deux adversaires sont des 
secutores; ils n'ont, l'un et l'autre, pour vêtement qu'un 



200 



TOxNGRES. 



caleçon retenu par une ceinture de cuir; leur arme- 
ment se compose d'une épée courte , d'un bouclier ovale 



et d'un casque fermé, décoré sur le côté d'une plume. 
Le gladiateur de droite est vu de dos et tourne la tête 




vers la gauche; il a jeté son épée et fait un geste de la 
main gauche, comme pour demander qu'on lui accorde 
la vie. Le personnage s'appuie de l'autre main sur son 
bouclier. 



4000. Bloc découvert, «en juillet i84/i, à Tongres, 
derrière l'église Noire-Dame, encastré dans le mur de 
revêtement d'une citerne profonde; donné au Musée [de 
Bruxelles] par la ville de Tongres, en 18/18 n [cum.]. 



Calcaire cowmun. Hauteur, m. 64; largeur, 1 m. 18; 
épaisseur, m. 67. 

Photographie communiqude par M. F. Glmo.nt. — C. I. L., 
Xlll, 3596. — Messager de Garni, i845, p. i85. — Peb- 
BEAO, Bull. H ann. de l'Acad. de Belgique, III (i846), p. 35i. 

— Ulrechlscher Courant, i6 oct. 1849. — Roclez, Bonner 
Jahrb., XI (18/.7), p. 35, II" i53. — Scuayes. Bull, de 
l'Acad. rot), de Belgique, XVI (1849), p. 667; Catai, p. 99, 
n° 988; La Belgique pendant la domin. rom., II (1808), p. 352. 

— Juste, Calai, p. i63, a' édit., p. 173. — Schcermans, 
Bull, des Comm. roy. d'art et d'archéol. ,\n (1868), p. 37; Bull, 
d'ilasselt, V (1868), p. 77. — CcMONT, Calai, p. 33, ii" ai 



({fi'avurc): a'wlil.. p. fl3(), n° 197 (gravure). — HuyeRiCTS, 
lliill. de ta Soc. scient, cl littév. de Limbourg, XIX (1901), p. 93. 



UPRELLE, JUSLENVILLE. 201 

Amours ailés soutenant un cartouche; dans ce car- 
touche, l'inscription : Z)(jVs) M(^antbus); Nej)os, Sihini 




fl{iiis), stbi cl Vvlmadac, Ganjrmmnis fil(iac) , uxoriobilhe, 

v[ivusj , f{ccil). 



4001. Tambour de colonne découvert à Juprelle( Hes- 
haye), depuis un certain nombre d'années. Au Musée 
de Liège. Calcaire grossier. Hauteur, o m. 58; dia- 
mètre, m. h']. 




Homme debout, de face, vêtu d'une tunique courte, 
le pied gauche sur un gradin, dans un rinceau d'acanthe 
et de vigne. A sa gauche, un autel. Divinité indéter- 
minée. 



4002. Fragment de stèle, découvert en 1869 a Jus- 
lenville, commune de Theux. Au Musée de|Liége. Grès. 
Hauteur, 1 m. o5; largeur, o m. 65 : épaisseur, m. 1 5. 




(l. I.L., XIII, 36io. — ScHUERMANs, Bull. des Comm. roij. 
d'un et d'archéol. de Belgique, VllI (1869), p. 358, XI (1871), 
p. 8t, XXIX (1890), p. aSa; Bull, de l'iitst. archéol. liégeois, X 
(1870), p. 99. — BoRMANs, Bull, de l'Iitst. archéol. liégeois, X 



BAS-RELIEKS. 



a6 

IMPniMERIE RATIOALE. 



202 



MAËSTUICHT. 



(1870), p. 52 et pi. XIII. — Krads, BonnerJakrb., L (1871), 
p. 3o9. — Bull, denumism. et d'archéol. liégeois, I (1881), p. 35. 

Inscription : /)(/>«) M(nnibusy, Primus, Marci (^liusj. 
Dans le fronton de la stèle, une rosace entre deux svas- 
tikas et une étoile. 



4003. Bloc découvert à Maëstricht, en août i(jo3, 
«par des ouvriers occupés à la restauration de l'église 
Notre-Dame n [flam.], du côté du nord-ouest. Au .Musée 
de Maëstricht. Calcaire tendre. Hauteur, m. .^0; lar- 
geur, o ra.S-j; épaisseur, m. 33. 




. R. Jesse, Bull, van den Nederlandschen Oudheidkundigeii Bond, 
1903, p, 990, 1905, p. ni. — A. J. A. Flament, llet Huis oud 
en nieuw, V (1907), p. 996 (gravures): Notice sur l'église Notre- 



Dame, à Maëstricht (Maëstricht, 1912: iii-19), p. 1 .^. — 
L. Renard-Grknson, Chronique arcliéol. du pays de Liège, VU 
(1919), p. 80 (g-raviires). 



MAÉSTRIGHT. 



203 



Sur une face, Hercule barbu, le torse au, la peau du 
lion sur l'épaule gauche et les genoux. Le dieu est assis 



sur un rocher et tourne la tête vers la droite; il s'appuie 
de la main droite sur sa massue. Du côté droit, Apollon 




debout, do face, à cheveux longs, un léger manteau sur le 
bras et la jambe gauches, le pied gauche sur un tabouret, 
son carquois en bandouhère; il tient de la main droite un 



rameau de laurier, de l'autre main un plectron , et 
s'appuie du bras gauche sur sa lyre placée debout sur un 
autel. A sa droite est un corbeau qui, de même, est sur 

36. 



20à 



BKRG-LEZ-TONGRES. 



un aulel ou piédestal et se retourne. Du côté gauche, face, et lient de la main gauche une corne d'ahondance 
une déesse drapée, très dégradée. Elle est debout, de remplie de fruits. Un reste d'attribut, peut-être la barre 




d'un gouvernail, apparaît dans sa main droite; il s'agirait 
alors d'une Fortune. Les trois divinités sont dans des 
niches. 

La quatrième face n'a pas de bas-relief. 



4004. Base mutilée, en deux fragments, découverte 
«en juin 1869, au cours de travaux de restauration 
exécutés dans l'église de Berg-[lez-Tongres] » [uai.k.]. 
Au Musée de Liège. 



BERG-LEZ-TONGRES. 



205 



■ Calcaire commun. Hauteur, o m. 65 ; largeur et épais- 
seur, m. 3/i. 

Bull, de la Soc. scient, et littér. du Limbourg, XI (1870), 
p. 999 ; XIV (1878), p. cxxvi. — J. Habets, Note sur un monum. 



rom. '-= Bull, de la Soc. d'art et d'hist. du diocèse de Liège, V 
(1889), p. 901 (gravures). — Zasgemeister , Westd. Zeitschr., 
X (1891), p. i5o. — Hico, ibid., X (1891), p. 3i5. — 
F. HuYRRiGTS, Bull, de la Soc. scient, et littér. du Limbourg, X\ 
(1901), p. 193; XXIV (1906), p. 36i. — L. Renard, Bull, de 




l'inst. archéol. liégeois, XXXII (1909), p. 6, 11° i et p. 10, n° 1. 
— F. CuMONT, Annales du XXI' Congrès [de la fédérât, archéol. 
de Belgique], 1909 (Lidge), II, p. 567 (cf. P. Faider, ibid., I, 
p. 366). — J. Paqiay, Bull, de la Soc. d'art et d'imt., XVIII 
(1909), p. 58; Bull, de la Soc. scient, et littér. du Limbourg, 
XXVII (1909), p. 59; Tongres, p. 98. — Hertlein, Die Jup- 
pitergigantensàulen, p. 116, 11° 199. — Demarteau, L'ylr(/eHHf 
bclgo-rnm. ( 3'éclit.) , p. 56. — L. Halkw, La pieire à quatre dieux 



de Berg — Bull, de l'inst. archéol. liégeois, XLI (1911), p. 998 
et pi. XVI. 

D'un côté, la Fortune drapée, tenant de la main 
gauche une corne d'abondance, et s'appuyant de l'autre 
main sur un gouvernail; à sa gauche, une roue posée 
sur le sol. Du côté opposé, un dieu très dégradé, dilTi- 



■206 



MAËSTRICHT. 



cilcment reconnaissable, les jambes et le bras gauche 
couverts d'un manteau; peut-être Hercule. Adroite, pro- 
bablement Mercure, vêtu d'une tunique courte serrée 
à la taille; mais on ne distingue aucune trace de la 



bourse et du caducée qui sont les attributs ordinaires do 
ce dieu. A gauche, une déesse drapée et voilée, tenant 
de la main droite baissée une palère, de l'autre main 
un objet de forme allongée, torche ou gerbe d'épis; 




selon M. Halkin, il s'agirait de Junon. Les quatre divi- 
nités sont debout, de face, dans des niches. La pierre à 
été creusée à la partie supérieure. 



4005. Fragment de tablette trouvé près de Maëstricht , 
ttà la villa Herkesberg» [étiquette]. Au Musée de Maës- 



tricht. Calcaire tendre. Hauteur, o m. 33; largeur, 
m. 22; épaisseur, o m. o6. 

Restes de deux bas-reliefs, dans des registres super- 
posés. En bas, une tête de femme renversée en arrière, 
qui paraît dans des flots ou des flammes , et la main gauche 
ouverte d'un personnage disparu. En haut, dans le second 



LOUVAIN, FOURON-LE-COMTE. 



207 



registre, le bras gauche nu, prenant appui sur le sol, 
et quelques traces du vêtement d'un autre personnage 




vraisemblablement à demi couché. Je ne crois pas qu'il 
s'agisse de Narcisse. 

4006. Tête découverte à Louvain, en i 910, en con- 
struisant une maison. Au même lieu, chez M. Victor 




Zentmeeslers, rue J.-B. Hinckclers, to3. Marbre blanc. 
Hauteur, m. Zio. 

Pholograplne communiquée par M. Victor Zentmeeslers. 



Homme barbu. Divinité indéterminée; peut-être Her- 
cule. Cette sculpture, que je n'ai pas vue, pourrait ne 
pas être antique. 



4007. Fragment de statuette k trouvé dans les ruines 
d'une grande villa gallo-romaine, fouillée en 18/17, '* 
Fouron-le-Comte (près de Visé), à l'endroit appelé 
Steenbosch; entré au Musée [de Bruxelles] en avril 
18/17» [cuM.]. Calcaire tendre. Hauteur, m. 3i. 




Pliolographie communiquée par M. F. Gumont. — Sciuïes, 
Catal., p. 100, n° 290A. — Juste, CmIuL, p. 199; 2" édit , 
]). ao3. — CuMONT, Catal., p. 97, n° 16; 2° édil., p. 291, 
n° 181 (gravui-e). — Salomon Reinach, Réport., III, p. 199, 
n° 9. 

Femme debout, vêtue d'une tunique serrée à la taille 
par une ceinture, et d'un manteau dont les pans sont 
ramenés sur le bras gauche. Il s'agit vraisemblablement 
d'une déesse. 



-208 



VERVOZ. 



4008. Tambour de colonne trouvé à Vervoz. Au Musée 
de Liège. Calcaire grossier. Hauteur, o m. 69; diamètre, 
m. lil\. 




Photographie communiquée par M. F. Gumoiit. — Sciiuer- 
MANS, Westd. Zeitschr., XVIII (1898), p. 43o. = Demarteac, 
L'Ardeiine helgo-rom. (3' édit.), p. 87 (gravure). 

Atlis; le personnage, vêtu à l'asiatique, a la main 
droite sous le menton. La décoration de la pierre est 
complétée par des cannelures. 



4009. Fragment de statue de provenance non indi- 
qué. Au Musée de Maëslricht. Calcaire commun. Hau- 
teur, m. 65. 

Dieu indéterminé; peut-être Apollon- ou Mercure. Sur 
un fragment de stèle du Musée de Maëslricht est la 
partie supérieure, à peu près fruste, d'une déesse nue 
(Vénus?), dont le bras droit semble avoir été paré d'un 
bracelet. Dans le mur extérieur de l'une des tours de 
l'église Saint-Servais est aussi, à Maëslricht, un autre 



fragment de bas-relief représentant une femme drapée, 
debout, légèrement inclinée vers la gauche. Ce frag- 




ment, que je n'ai pu voir de près, m'a paru de marbre. 
Il pourrait provenir d'un sarcophage chrétien. 



4010. Fragments de statue trouvés à Vervoz. Au Mu- 
sée de Liège. Calcaire. Haut., 1 m. 20; long., cm. /19. 





\ 



i 



jp*^. 






'l*-^. 



Sphinx. Il ne reste que le côté gauche de la lêle. Or- 
nement funéraire. 



HERSTAL. 



209 



4011. Bloc mutilé provenant d'Herstal, près de Liège. 
Au lAIusée de Bruxelles. Calcaire grossier. Hauteur, 



m. 5i; largeur à la base, o m. Sy; épaisseur à la 
base, m. aa, à la partie supérieure, o m. 07. 




Photographie communiquée par M. F. Cumont. — Ch.-J. Com- 
HAiRE, Annales de la Soc. d'archcol. de Bruxelles, XVI (1900), 
p. 366. — SciiuERMANS, Wesld. Zeilschr., XIX (1900), p. i3o. 
— L. Renard, Bull, de l'Inst. archéol. liégeois, XXIX (1901), 



p. 298. — F. CuMONT, Catal. (2* édil.), p. 925, n" 187 
(gravure). 

Masque tragique. Ornement de tombeau. 



BAS-nF.LlEFS. 



37 

IMPRIMERIE NATIONALE. 



TREVIRES. 

(TREVIRI.) 

Du temps de César, et peut-être aussi sous le gouvernement d'Auguste, les Trévires, dont les limites 
précises sont mal connues, s'étendaient depuis la Meuse jusqu'au Rhin. Ils touchaient, vers l'Ouest, aux 
Nervienset aux Rèmes; vers le Sud, aux Médiomatriques et auxTriboques; vers le Nord, aux Aduatiques. 
Tibère dut sans doute les éloigner du Rhin, comme châtiment de leur révolte de l'an 97. En tout 
cas, il semble bien qu'après cette date, leur cité n'ait pas dépassé ou même atteint, vers l'Est, le cours 
de la Nahe. Avec les Médiomatriques et les Leuques, les Trévires furent appelés à former la Première 
Belgique. Leur ville principale, Augusta Treverorum, aujourd'hui Trêves, en devint le chef-lieu. 

L'ancien territoire des Trévires est extrêmement riche en sculptures gallo-romaines. J'aurais dû les 
réunir toutes dans un seul chapitre. M. Kruger, directeur du Musée de Trêves, m'ayant manifesté le 
désir de publier lui-même celles de ces sculptures dont il a soin, je ne m'occuperai provisoirement 
que des monuments figurés de provenance belge ou luxembourgeoise. Les autres feront suite à ceux 
des Leuques. 

BIBLIOGRAPHIE. 

I. Hontheim(J.-N. de). Prodromus historiae TrevirensU diplomaticae et pragmaticae , t. I. Augustae Vindelicorum [Augsbourg], 
1767; in-fol., 1916 pages. 

II. BASSE-MotTÙRiE (L'EvÈQUE DE la). Itinéraire du Luxembourg germaniqw , OU Voyage historique et pittoresque dans le Grand- 
Duché. Luxembourg, i8i6; in-8°, 5oo pages, 1 carie. 

III. Engling (.loh.). Die noch vorhand^nen Rômersteine des Luxemburger Landes. Luxembourg, i85/i; in-4°, 24 pages, 
a plancbes. Extrait des Publications de la Société pour la recherche et la conservation des monuments historiques dans le Grand- 
Duché de Luxembourg, I. IX, i853, p. G5 à 88. — Die vonnaligen Teinpel und Altcire der Heiden im Luxemburger Lande. 
Luxembourg, i855; in-4°, ai pages. Extrait des Publications. ... t. X, i854, p. 53 à 76. 

IV. Arendt (Karl). Dos Luxemburger Land in seinen Kunstgeschichtlichen Denkmàlern. Luxembourg, 1908; ia-li". 
Go pages. 

V. CuMONT (Franz). Fragments de «colonnes au géantn découvertes en Belgique. Liège, 1909; in-8'', 9 pages, 1 planche. 
Exirait du Compte rendu du Congrès de la Fédération archéologique et historique de Belgique, 21° session (Liège), 1909, 
p. 549 à 55o. — Fragment d'une colonne au géant trouvé à Virton. Bruxelles, 1911; in-S", 9 pages. Extrait des Annales de 
la Société d'archéologie, t. XXIV, 1910, p. 485 à 490. 

ARLON 

(OROLA.VNVM VICVS) 

ET LOCALITÉS COMPRISES ENTRE LA CHIERS, LA MEUSE, LA LESSE, L'OURTHE 

ET LA FRONTIÈRE DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMfiOURG. 

Aucune ville de la Gaule n'a fourni plus de pierres sculptées que celle d'Arlon , l'ancien Orolaunum 
viens de la cité des Trévires. On peut dire avec M. Waltzing «que, chaque fois que, dans le cours des 
siècles, on a entamé quelque partie des murailles romaines, des monuments épigraphiques ou figurés 

37. 



212 ARLON. 

sont apparus aux regards étonnésTiW. Malheureusement, Arlon est peut-être aussi, de toutes les villes 
gallo-romaines, celle dont les antiquit(3s ont le plus souffert. Dès le xi"" siècle, des sculptures gisaient 
tren abondances au pied des remparts déjà partiellement démolis; elles furent données, en io65, par 
la comtesse Adélaïde à Thierry I", abbé de Saint-Hubert, qui les utilisa, après les avoir fait retailler, 
pour la construction de diverses parties de son monastère''^). Au xvi" siècle et au commencement du xvu% 
de nouvelles démolitions firent découvrir d'autres sculptures. Le comte Pierre-Ernest de Mansfeld, 
gouverneur du Luxembourg, s'en servit, comme nous le verrons plus loin, pour la décoration de ses 
fastueux jardins de Clausen. En 1671, le comte de Monterey, gouverneur général des Pays-Bas, fit 
raser presque entièrement ce qui restait des vieux remparts d'Arlon. On en retira une quantité prodi- 
gieuse d'inscriptions et de monuments figurés, dont les uns furent laissés aux habitants pour leur usage 
personnel, et les autres vendus à des marchands de pierres de tailleP'. Seules, d'infimes épaves de ces 
multiples découvertes nous sont parvenues ; le reste est ignoré ou n'est plus connu que par des dessins. 
Un jésuite, Guillaume de Wiltheim, avait fait copier, avant i63o, les inscriptions et les sculptures qui 
se trouvaient de son temps dans les rues d'Arlon; son travail, resté manuscrit (ci-après, bibliogr., n" I), 
a été dépouillé d'une partie des images qu'il contenait. Un autre jésuite, Alexandre de Wiltheim, frère 
du précédent, a été plus heureux. Nous lui devons deux manuscrits, l'un de texte, l'autre de delinea- 
menta (ci-après, bibliogr., n°II), où sont figurées, avec les sculptures d'Arlon trouvées en i6yi, toutes 
les pierres d'origine très diverse des jardins de Clausen. Les deîineamenta sont maladroitement conçus 
et souvent retournés, Alexandre de Wiltheim ayant pris cette précaution pour favoriser le travail du 
graveur qu'il se proposait d'employer; mais leur sincérité ne fait pas de doute. Ou en peut juger par 
ceux d'entre eux qui se rapportent à des monuments dont les originaux existent encore''''. 

Le Musée d'Arlon, créé en 18/17 par la Société pour la conservation des monuments historiques et des 
œuvres d'art du Luxembourg, a été organisé en 1886 par M. J.-B. Sibenaler. Sa collection lapidaire, 
installée dans un des bâtiments intérieurs de l'école des garçons, est déjà riche. A de rares exceptions, 
elle n'a cependant recueilli que des monuments trouvés à Arlon dans le courant du dernier siècle, 
M, Lucien Sibenaler en est actuellement le conservateur. 

BIBLIOGRAPHIE. 

I. Wiltheim (Guillaume de). Historiae Luxemburgensis antiquariarum disquisitwnum partis primae libri Ires. Bibliotlièque 
royale de Bruxelles, ms. n° 71 46, scriptum iGSo; in-folio; iag feuillets, nombreux dessins. Alexandre de Willheim 
(ci-après, n" 11) a annoté ce travail de son frère et s'en est servi pour la préparation du sien. Il semble bien qu'il en 
ait aussi arracbé des dessins. En tout cas, de nos jours, le manuscrit est incomplet. 

II. Wiltheim (Alexandre de). Luciîibitrgensia romana. Bibliothèque de la section historique de l'Institut grand-ducal, 
à Luxembourg; ms. in-folio, 2 tomes en 1 volume, 862 et i84 pages, avec dessins, et Atlas {Delitieamenta) de i45 feuil- 
lets. Cet ouvrage a été terminé vers 1682; il en existe deux copies à la Bibliothèque royale de Bruxelles: l'une (ms. 
11° 18910) a des figures maladroitement dessinées; l'autre (ms. n° 17297) n'a pas de figures. Une troisième copie, avec 
figures, était à la Bibliothèque de l'abbaye de Saint-Maximin, à Trêves; l'abbaye d'Orval en possédait une quatrième; on 
ne sait ce qu'elles sont devenues. Je n'ai consulté et je ne cite que l'exemplaire original. Le Luxemburgum romanum a été 

W Waitzino, Orolaunum, II, p. 53. (*) En me fondant sur les indications du leite, où Ips nn*mes sciilp- 

''' Chronique de Sainl-IIuberl{MoHum.Genn.hist. script., \l\l, p. îi-jg). tures sont reproduites presque toutes, plus sommairement, j'ai pu 

f'' A. Wiltheim, Luciliburgenaia romana, I, p. 72 = édit. Neïen, faire opérer par le graveur le redressement de la plupart des Ggures 

p. 347. qui vont suivre. 



ARLON. 213 

publié par Auguste Neyen, d'après les copies d'Orval et de Trêves (Luxembourg, iSia; in-8°, 336 pages, 99 planches). 

[Notes.] Bibliothèque de ia section historique de l'Institut grand-ducal, à Luxembourg; ms. in-foi., 201 feuillels 

d'inégale grandeur. Ce manuscrit ne porte aucun titre; sur la feuille de garde est seulement l'indication : Collegii societatts 
Jesu Liixemburgi, iGjS, A. W., répétée sur le premier feuillet. La plupart des matières qu'il contient furent envoyées à 
Wiltheim par ses correspondants de divers pays. On y trouve cependant un certain nombre de notes et de croquis qui sont 
de la main du célèbre jésuite. 

m. Bertholet (Jean). Histoire ecclésiastique et civile du duché de Luxembourg et du comté de Chiny, t. L Luxembourg, 
17^1; in-4°, xLv-i58-xLV pages. Le Père Bertholet s'est beaucoup servi des manuscrits d'Alexandre de Wiltheim. — 
Lettre au Révérend Père Bonaventure , de Luxembourg , capucin. Liège, 17^6; in-12, 79 pages. 

IV. Bonaventure (Le Père). L'ancienne tradition d'Arlon injustement défendue par la ville et le magistrat d'Arlon. Arlon, 
1744; in-19, 54 pages. — Dissertation sur le nom, l'origine et l'antiquité de la ville d'Arlon, adressée en forme de lettre au 
R. P. Bertholet, prêtre de la Compagnie de Jésus, historiographe, etc. Bibliothèque de YInstitut archéologique d'Arlon; ms. 
in-folio, 2 3 papes. — Remarques de la part du magistrat et de la ville sur la Lettre du R. P. Rertholet, jésmte, au R. P. Rona- 
venture, en réponse à la brochure «L'ancienne tradition d'Arlonn. Arlon, 17^7; in-12, 61 pages. — Suite des remarques de la 
part du magistrat d'Arlon sur la Lettre du R. P. Rertholet Arlon, 17^8; in-12; 48 pages. 

V. Roulez (J.-E.-G.). -Sur quelques monuments figurés de l'époque romaine trouvés autrefois dans le Luxembourg. Bruxelles, 
i842;in-8°, 4 pages. Extrait du B«//e(«M </c l'Académie royale de Relgique, t. IX, i842,p. 35oà352. — Rapport sur la découverte 
de monuments de l'époque romaine, h Arlon. Bruxelles, i854; in-8'', i5 pages. Extrait du Rulletin de l'Académie royale de 
Rruxelles, t. XXI, i854, p. 678 à 692. Ce travail et le précédent figurent aussi dans les fascicules IV et VII des 
Mélanges de philologie , d'histoire et d'antiquités, par le même auteur. (Cf. ci-dessus, p. 187.) 

VI. Prat (G.-F.). Histoire d'Arlon; 1'" partie : Histoire et archéologie. Arlon, 1873; in-S", 54i pages, i42 planches. 
Les monuments romains d'Arlon, qui forment les pages 43 à 161 de cet ouvrage, ont d'abord paru dans les Annales de 
l'Institut archéologique d'Arlon, t. VII, 1871, p. 9 à 121. Prat a reproduit, en les embellissant, les dessins d'Alexandre 
de Wiltheim. Son œuvre, peu scientifique, est cependant précieuse par les renseignements qu'elle fournit sur les cir- 
constances de certaines découvertes. 

VIL Schcermans (H.). Inscriptions romaines trouvées en Relgique. Bruxelles, 1868; in-8°, 9 pages. Extrait du Rulletin 
des Commissions royales d'art et d'archéologie, t. VII, 18G8, p. 34. — Inscriptions romaines du Musée d'Arlon. Bruxelles, 
1876; in-8°, 8 pages. Extrait du Rulletin des Commissions royales d'art et d'archéologie, t. XV, 1876, p- 9 a 16. Le même 
travail a paru dans les Annales de l'Institut archéologique d'Arlon, t. IX, 1876-1877, p. 9 à 16. 

Vin. Felsenhart (J.). Le Luxembourg belge. Bruxelles, 1874; in-8'', 334 pages. Cet ouvrage a d'abord paru en articles 
dans le tome XLI, 1873, du Messager des sciences et des arts, de Gand. 

IX. Sibenaler (J.-B.) et Birnbalm (Victor). Guide au Musée provincial archéologique. Arlon, 1899; in-8°, 82 pages. 
Extrait des Annales de l'Institut archéologique du Luxembourg, t. XXXV, 1900, p. 3 'à 82. Le catalogue du «Musée des 
pierres 1 est l'œuvre de M. Birnbaum. 

X. Sibenaler (J.-B.). Les autels payens christianisés des églises de Latour, de Wolkrange et de Villers-sur-Semois. Arlon, 
i9o4; in-8°, 6 pages, 1 planche. Extrait du Rulletin de la Commission royale des monuments, t. XXXIX, 1904, p. i63 
à 168. — Guide illustré du Musée lapidaire romain d'Arlon. Arlon, 1906; in-8°, i32 pages. Extrait des Annales de l'Institut 
archéologique du Luxembourg, t. XL, 1906, p. 1 à i32. — Les thermes d'Arlon; pierres monumentales, provenant d'Arlon, 
encastrées dans les murs d'une maison particulière, à Luxembourg. Arlon, 1907; in-8'', 9 et 3 pages, 4 et 1 planches. Extrait 
des Annales de l'Institut archéologique du Luxembourg , t. XLIl, 1907, p. 253 à 261, 395 à 397. 

XI. Waltzing (J.-P.). Orolaunum vicus; Arlon à l'époque romaine; ses inscriptions, ses monuments et son histoire. Louvain, 
1904-1905; in-S", 180 pages, 5o gravures. Extrait du Musée belge, t. VIII, 1904 ; p. 2 1 à 63, 53392, t. IX, 1905, p. 5 
à 43, 111 à i58, 195 et 196, 3i3 et 3i4. — A propos d'un monument romain d' Arlon. ^rn^eWes, i9o4;in-8'', 1 4 pages. 
Extrait des Mélanges Paul Fredericq, p. 5 1 à 62. La documentation de ces deux travaux m'a été particulièrement utile. 



214 



ARLON. 



XH. Dbmartkau (J.-E.). L'Ardmtie heljro-romaine ; élude d'archéologie et d'hùtoire. Li^ge, igoA; in-8", 2^9 pages. Extrait 
du Bulletin de l'Imtilul archéologique de Liège, t. XXXil, igo/l, p. 5 à aSo; — 3' édition, Liège, 1911; in-8% 
26A pages, 1 cnrle. 

XIII. Welter (Gabriel). Noies de mythologie gallo-romaine. Paris, igiipn-S", i3 pages. Extrait de ia Revue archéologique , 
II' st'rie, t. XVII, 1911, p. 56 à 66. 

4012. Bloc mutilé, strouvé sous le pavé de la rue commune. Hauteur, m. 66; largeur, m. hli; épais- 
du Marché-au-Beurre» [sib.]. Au Musée. Pierre tendre seur, m. 26. 




BiRisBAUM, Guide, p. 77, 11° i5. — Prat, Hist. d'Arlon, 1, 
p. m, n° 16 et pi. [XIV] de la a° série. — Sibevaler, Guide, 
p. 19, n° 9. — Hertlein, Die Juppilergigantensâulen , p. ii3, 
11° 178. 

D'un côté, Hercule nu, barbu, debout, la dépouille 
du lion sur le bras gauche, tenant de la main droite 
sa massue. A gauche, Minerve, dont il ne reste plus 
que le bras gauche, des traces du vêtement, le bouclier 
et la chouette posée sur un perchoir. A droite, Mercure, 
reconnaissable à la bourse, que le dieu, tenait de la 
main droite. 

4013. Bloc mutilé, découvert en 1671. Autrefois à 
Clausen, dans les jardins Mansfeld; ensuite à Luxem- 
bourg, dans la maison Foucart, plus tard Tock; actuel- 



lement au même lieu, à l'angle de ia rue Clairefonlaine 
et de la rue de la Trinité, dans la façade de l'habitation 
de M. Alexis Brasseur, ancien député. Pierre commune. 
Hauteur, o m. 65; largeur, m. 78; épaisseur, o m. 68. 

A. WaiiiEiM, Lux. rom.. Il, p. 7a"' (dessin); Delin., fol. 77, 
n° 2Q3 = édit. Neyen, p. 2/19 et pi. LXIV, n" 369 et 270 (d'où 
Bertmolet, Hist. ecclés., I, p. 4i5; — L'Evèqi:e de la Basse- 
MoÙTURiE, Itinér., p. 84 ; — Engling, Public, de la Soc. pour la 
conserv. des monum. hist. du Grand- Duché de Luxembourg, VIII 
[iSSa], p. 71 et pi. V; — Prat, Ilist. d'Arlon, I, p. 60 et pi. LV 
et LVl). — SiBENALER, Pierres monum., p. 3 (gravure) = An- 
nales de l'Inst. archéol. d'Arlon, XLII (1907), p. àgô. 

Allaitement de ïélèphe. La biche est debout au pied 
d'un arbre, et tournée vers la gauche. Télèphc, assis 
sous le ventre de la bête qui le nourrit, est vu de dos et 



ARLON. 



lève les deux mains. Une massue complète ie bas-relief, 
comme pour indiquer qu'il s'agit bien du fds d'Hercule. 
Sur la face latérale gaucbc de la pierre sont trois per- 
sonnages. Deux d'entre eux n'ont pour vêtement qu'un 




manteau qui leur entoure les jambes; une femme debout, 
le pied gauche sur un rocher, se penche vers un homme 







qui est assis sur ce rocher et a la main gauche sur le ge- 
nou, du même côté; entre ces deux figures, que leur 
mutilation ne permet plus de reconnaître, est un vase à 
deux anses, posé sur le sol. A droite, au second plan, 
on distingue vaguement les traces d'un homme nu, pa- 
raissant debout. Il peut s'agir de quelque scène relative 
au mythe d'Hercule. 



4014. Bloc mutilé, découvert en 1671. Autrefois à 
Arion, ttin Gubernatoris palatio» [wilth]. Perdu. 




Dessiu tiré de WillLeim. — A. W'iltiikjai , Lu. roiti., 11 , j». 7^^' 
(dessin); Delin., foi. 90, n" 964 (d'où Prat, Hist. d'Arlon, I. 
p. 53 et pi. LXXXII) = édit. Neïen, p. aôa et pi. LXXIV, n» 809. 

Apollon; le dieu porte un carquois en bandoulière. 
A sa droite, posée sur le sol, est une lyre. Hercule et 
Jupiter étaient représentés, selon Wiltheim, sur deux 
des autres faces de ce bloc. 



4015. Bloc mutilé, découvert en ifJyi ; perdu plus 
tard, et retrouvé en 18/I1, «lors de la construction de 
l'Athénée» [sib.]. Au Musée. Pierre commune. Hauteur, 
m. 90; largeur, m. /i3; épaisseur, m. 5o. 

IJertholet, //«(., I, p. 406; i('»rc(i746). — [Bonaventure], 
L'ancienne tradil. d'Arlon; Dissertation; Remarques; Suite des 
Remarques. — Roulez, Rapport, p. i5. — Prat, Ilist. d'Arlon, 



216 

l,|). iiQ,n° i5et pi. [XIII] de la a* série. 
p. 76, n° !n (gravure). 



AKLON. 



SlBKNALER, G Utile , 




Déesse nue, probablement Vénus. La pierre, brisée 
du côté gauche, a été remployée. 



4016. Fragment de provenance non indiquée. Au 
Musée. Pierre commune. Hauteur, m. 20; largeur, 
G m. 1 9 ; épaisseur, cm. 12. 




■/.■•««««■■^ 



Au-dessous de chaque buste, un petit trou qui semble 
avoir été fait pour le placement d'une cheville. Divinités 
des jours de la semaine; de droite à gauche, Mars, 
Mercure, Jupiter, Vénus et Saturne ont dû disparaître. 
La pierre n'est incomplète que du côté droit. 



4017. Fragment de stèle, découvert «au Marché-au- 
Beurre, en face de la maison Reding» [sib.]. Au Musée. 




A droite, un buste nu du Soleil radié; à gauche, un 
buste (le femme drapée et voilée, sans doute la Lune. 



Pierre commune. Hauteur, m. 68; largeur, m. 87; 
épaisseur, m. 1/1. 

Prat, Hisl. d'Arlon, 1, p. 56, note 2. — Sibenaler, Guide, 
p. 9/1, n° 54 (gravure). 

Minerve casquée, cuirassée et drapée, debout, de face, 
la ceinture parée du gorgoneion. La déesse tenait un 
sceptre ou une lance de la main droite manquante; elle 
s'appuie de l'autre main sur un bouclier. A hauteur de 
son épaule gauche , une chouette posée sur un rocher. 



4018. Bloc rectangulaire, r trouvé [vers 18G0] dans 
les déblais des remparts, vis-à-vis de la caserne» [prat]. 



ARLON. 



217 



Au Musée. Pierre commune. Hauteur, o m. Sg; lar- 
geur, 1 m. 09; épaisseur, m. 35. 

Prat, Ilist. d'Arlou, I, p. 191 et pi. [XXXlIJdela a* série. — 
BmxBAiJi , Guide, p. 77, n° 17. — Sibenaler, Guide, p. a/j, n° 5 



(gravure) = Annales de l'Iiist. archéol. du Luxembourg, XL 
(1906), p. ad. — Waltzing, Orokunum, 1, p. aa (gravure): 
Musée belge, XIV (ujio), p. 917 (gravure). — Welter, Noies 
de mijlhol. gallo-rom., p. 8 = Bévue archéol., 1911, I, p. 69 
(gravure). — Camille Jullian, Revue des études imc. , Xin(i9ii), 




p. 337 (gravure) et 3/(8. — Demarteah, L'Ardenne belgo-rom., 
3° édit. (191 1), p. 161 (gravure). — Salomon Reinach, Béperl. 
de reliefs, III, p. 639, n° 3. 

Vieillard barbu, de face, entre deux pilastres, un 
manteau sur les épaules, les bras nus levés à la manière 
des orantes. Un long serpent à crête, dont la tête est 
tournée vers la gauche, entoure chaque bras et passe 
obliquement devant la poitrine. Au-dessous du coude 
droit, contre le pilastre, la tête d'un animal, probable- 
ment un chien, tournée vers la droite, la gueule ouverte. 
Un boucher d'amazone, formant le fond du tableau, est 
en partie caché par la tête et les mains du personnage 
et la tête et la queue du serpent. Sujet indéterminé, vrai- 
semblablement de caractère religieux. M. Camille JuUian 
a fait observer que le geste du personnage « est celui des 
druides dans Tacite «. 



4019. Bloc découvert [en 190/1], t^lors de la con- 
struction de la salle des fêtes» [sib.]. Au Musée. Pierre 



BIS-BELIEFS. 



commune. Hauteur, o m. 45; largeur, m. 43; épais- 
seur, m. 56. 




Demarteau, Bm//. de l'Insltlut archéol. de Liège, XXXIV (1 90/1) , 
p. i65 (gravure) = L'Ardenne belgo-rom., 3' édit. (1911), 
P- 171- — Sibenaler, Guide, p. 55, n° aS (gravure). 



38 



218 



ARLON. 



Restes d'un guerrier cuirassé, debout, de face, et 
d'un autre personnage ayant tenu, de la main gauche, 
l'une des cornes d'un taureau, peut-être agenouillé. Le 
guerrier a le bras droit passé dans la courroie de son 
bouclier, et la main du même côté derrière le dos; 
par-dessus sa cuirasse, ornée de lambrequins, est une 
large épée portée en sautoir. La pierre, à peu près 



complète, a des trous de scellement à la partie su- 
périeure ; d'autres pierres lui étaient juxtaposées. Le 
bas-relief a été peint. Il a pu s'agir d'une scène de 
sacrifice. 

4020. Bloc rectangulaire découvert, en 1871, dans 
la rue de la Caserne, et «donné, en 1899, parla famille 




Rimbaux; il servait de table dans leur jardin, situé 
Chemin des Morts» [sib.]. Au Musée. Pierre com- 
mune. Hauteur, m. 5 9; largeur, m. 62; épaisseur, 
om. 87. 

Prat, Hist. d'Arlon, I, p. 106 et pi. [11] de la 2° série. — 
SIBE^ALER, Annales de Soc. archéot. d'Arlon, XXVI (1892), 
p. 65i; Guide, p. Go, n" 97 (gravure). — Birkbaum, Guide, 
p. 80, n" 5i. 

Femme drapée, debout, de face; un autre personnage, 
dont il ne reste plus que l'avant-bras , lui saisissait le 



poignet gauche. Scène indéterminée. La pierre, qui 
est complète, pourrait provenir d'un monument funé- 
raire. 



4021. Bloc mutilé; «on ne possède aucun renseigne- 
ment sur cette pierre, ni sur son origine» [sib.]. Au 
Musée. Pierre commune. Hauteur, m. -3; largeur, 
1 m. o5; épaisseur, m. 36. 

SiBE^ALER, Guide, p. 11 1, n" 65 (gravure). 



ARLON. 



219 



Restes (l'un personnage debout, peut-être cuirassé, I reconnaissable. Sur le bord droit de la pierre, vraiseni- 
dont la main gauche est posée sur un objet difficilement [ blablenient un laurier. Du côté gauche paraît être le 





_V^i 



bras droit du personnage; il est couvert d'une draperie, 
et la main manquante a dû tenir une épée dont on aper- 
çoit le fourreau. La pierre a été relaillée. 



4022. Rloc rectangulaire de provenance locale. Au 
Musée. Pierre commune. Hauteur, o m. 58: largeur, 
1 m. o8; épaisseur, o m. /ii. 




Photographie communiquée par M. L. Sibonaier. — A. Wilt- 
iiEiM, Lux. mm., II, p. 53 (dessin); Deliii., fol. 72, n° 2o3 
(iroîi Bertholet, IIi.1t. ecclés., I, p. /106) — édit. Neven, p. aSa 
et pi. LVIII, 11° 227. — Prat, Ilist. d'Arhn, I, p. lag, n° ig 
et pi. XLVUI. — BiRNBALM, Guide, p. 77, n" 22. — Sibenaler, 
Guide, p. 26, n" 6 (gravure). 



Restes de trois cavaliers casqués et cuirassés marchant 
vers la droite, armés d'une épée courte, suspendue à la 
ceinture, et d'une lance portée de la main droite, le fer 
en avant. A gauche est un pilastre cannelé. (Voir le 
n° 4 1 5 2 .) Ce bloc peut prov enir d'un monument funéraire. 

a8. 



220 



ARLON. 



4023. Fragment de provenance locale. D'abord dans 
la muraille des jardins de l'ancienne maison Pratz; 



ensuite au Musée. Pierre commune. Hauteur, o m. 3-3; 
largeur, o m. 98; épaisseur, m. 35. 




Roulez, Mélanges de philologie, VII, p. 35i = Bull, de l'Acad. 
de Belgique, XXI 9 (i85/i), p. 35l. — Prat, Hisl. d'Arlon, 
I, p. 97 et pi. [V] de la a' sdiie. — Sibenaler, Guide, p. ho, 
n° i3 (gravure). 

Têtes, tournées vers la droite, d'une jeune femme 
et d'un autre personnage jouant de la flûte double; 



toutes deux sont couronnées de laurier. Probablement 
un débris d'une sc('ne de sacrifice. 



4024. Fragment de groupe, en deux parties, trouvé 
en 1907, à Arlon, dans les ruines des thermes, entre 




-•■•'^H- 



,.jr\. 



les ateliers de la gare et l'ancien cimetière. Au Musée. 
Calcaire grossier, très coquillier. Hauteur, o m. 33; 
longueur, m. i3. 

J.-B. Sibenaler, Le» thermes d'Arlon, p. 8 et pi. [III], 
n° 5 = Annales de l'Institut archéologique du Luxembourg, Xlill 



(1907), p. 960. — Hertlein, Oie Juppitergiganlensâuleu , 
p. 98. 

Cavalier et anguipède. La fête de l'anguipède se re- 
tourne angoissée vers le cavalier. Toute la sculpture est 
fort déjiradée. 



ARLON. 



221 



4025. Bloc découvert, en 1 8g 8, «en faisant exécuter Musée. Pierre commune. Hauteur, o m. 38; largeur, 
des travaux pour l'établissement d'un égout» [sib.]. Au o m. 8o; épaisseur, o m. qh. 




SiBENALER, Guide, p. 4i, n° »5 (gravure). 

Génie nu, marchant vers la gauche et tenant l'extré- 
mité d'une guirlande; autour de cette guirlande, une 
bandelette. Un autre Génie, placé sur le bord droit de 
la pierre, a dû disparaître. 



4026. Bloc mutilé, trouvé « vers le milieu de la Breck » 
[sib.]. Au Musée. Pierre commune. Hauteur, i m. lo; 
largeur, i m. 99; épaisseur, m. 6/1. 

PnkT,Hist. d'Arlon,l,Tp. 1 90 et pi. [XXXI] delà a'série. — Birn- 
BAUM , Guide , ji. 8 1 , n" 58. — Sibenaler , Guide, p. 96, n° 55 (grav.). 




A l'un des angles, l'Hiver, personnifié par un Génie 
vêtu d'une tunique courte et d'un manteau à capuchon 



relevé; son attribut est un lapin, qu'il tient des deux 
mains, devant lui. A un autre angle, l'Automne, sous 



222 



ARLON. 



les traits d'un second Génie, n'ayant pour vêtement 
qu'un manteau; il porte sur le bras droit une grappe 
de raisin et s'appuie de la main gauche sur une cor- 
beille remplie de fruits. La pierre, dont la partie pos- 
térieure fait défaut, est décorée, sur les trois autres 
faces, d'imbrications ou d'ornements de feuillage; elle 
ne peut que provenir du couronnement d'un tombeau. 
Deux figures, celles du Printemps et de l'Eté, ont dû 
disparaître. 



4027. Fragment de provenance locale. Au Musée. 
Pierre commune. Hauteur, o m. /12; largeur, m. 16; 
épaisseur, m. t li. 




SiBENALER, Gtiùlc , p. 89, 11° 12 (gravufe). • 

Restes (non reproduits) d'une femme drapée. Du côté 
droit et sur la face contiguë, des danseuses nues, mon- 
tées sur des culots. Le fragment est détaché du côté droit 
d'un monument funéraire. 



4028. Fragment de provenance locale. Au Musée. 
Pierre commune. Hauteur, o m. 5o; largeur, cm. 90; 
épaisseur, m. .So. 




SiBENAiER, Guide, p: 119, n° 66 (gravure). 

Homme nu, debout, levant le bras droit et tenant 
un bàlon de la main gauche baissée. Probablement un 

Satvre. 



4029. Bloc mutilé, de forme légèrement convexe, 
K trouvé, en i84i, dans la maison du notaire Brever, 





Grande Rue, en agrandissant une cour, dans la ligne 
des anciens remparts de la cour du vieux château 



ARLON. 



223 



(l'Arlonn [prat]. Au Musée. Pierre commune. Hauteur, 
m. 87; largeur, m. 81; épaisseur, m. k'j. 

RoiLEz, Rapport, p. i4. — Prat, Htst. d'Arhn, I , p. 98 et 
121 et pi. [XXXIV] de la a' série. — Sibenaler, Guide, p. 5o, 
n" ao (gravure). 

Lévriers courant vers la gauche ; l'un et l'autre por- 
tent un collier plat, sans ornements. Cette pierre et 



celle ci-après, n' 4o33, paraissent provenir de la spina 
d'un cirque. 



4030. Fragment de provenance locale. Au Musée. 
Pierre commune. Hauteur, m. 58; largeur, m. 70; 
épaisseur, m. ^8. -' 

Sibenaler, Guide, p. 69, n° 26 (gravure). 




Mars et Rhéa Sylvia. Le dieu est vêtu d'un manteau 
llottant agrafé du côté droit; il tient de la main gauche 
un bouclier rond; la main droite manque. H ne reste de 
Rhéa Sylvia que le pipd droit, sur le bord droit de la 
pierre. (Cf. C. Robert, Die ant. Sarhophag-Reliefs , III, 
2, p. 9.36 = HÔFER, dans Roscher, Lexikon, IV, 1, 
col. 65.) 

4031. Rloc mutilé trouvé dans les remparts, en 
1671. Au Musée. Pierre commune. Hauteur, m. 63; 
largeur, m. 69 ; épaisseur, m. hh. 



Dessin tiré de VVillheim. — A. Wiltiieim, Lux. rom., II, 
p. 72" (dessin); Z)e/î)i., fol. 89, n°' 2/11 à 243 (d'où Bertuolet, 
Hist. ecclés., I, p. ii6) = édit. Neven, p. 254 et pi. LXVII, 
n" 287 et 988. — Prat, Hist. d'Arlon, I, pi. LXV et pi. [XXX et 
XLIV] de la 9° série. — Waltzing, A propos d'un montim. roui. 
d'Arlon = Mélanges Paul Frédéricq, p. 5i (gravures). — Si- 
benaler, Guide, p. 90, n° 4 (gravures). 

Homme imberbe, vêtu d'une blouse, tenant un fouet 
de la main droite et conduisant, de l'autre main, vers 
la droite, un cheval attelé à une voiture à deux roues 
dont le chargement est peu reconnaissable. Au-dessus, 
dans un second registre, les restes d'un personnage 



224 



AIILON. 



beaucoup plus grand, autrefois assis sur un siège, entre j Sur la face latérale droite, un autre homme, vêtu d'une 
deux animaux couchés qui pouvaient être des chiens, j tunique courte, tourné vers la droite, paraît malaxer 




du mortier; son attitude rappelle celle d'un ouvrier 
d'un bas-relief de Sens (ci-dessus, n" 9763). Du côté 



gauche, peut-être un artisan assis devant un métier. 
Une draperie, relevée par une embrasse, semble indi- 





iSSbLM 



quer que la scène se passe dans une chambre. Selon 
M. Walt^ing, les trois bas-reliefs figureraient les travaux 



d'une briqueterie : un premier ouvrier transporterait 
l'argile, un second la pétrirait, un dernier la façonnerait. 



ARLON. 



225 



M. Sibenaler est d'avis qu'il peut s'agir de scènes faisant 
allusion à la profession de tisserand : adroite, on aurait 




représenté le rouissage du chanvre; à gauche, sa mise 
en œuvre; la charrette qui transportait les produits 



serait un signe de trafic ou de commerce. Le dessin que 
j'ai fait reproduire semble prouver que, du temps de 




Wiltheim, la pierre n'était pas aussi dégradée que de 
nos jours. 

4032. Bloc mutilé, en deux parties, «trouvé dans les 
déblais des remparts, près de la caserne» [sib.]. Au 




Musée. Pierre commune. Hauteur, o m. /i8; largeur, 
i m. 10 ; épaisseur, o m. go. 

Roulez, Bull, de l'Acad. roy. de Belgique, XXI (i854), p. 688 
= Rapport, p. 10. — Prat, Hist. d'Arlon, [, p. laa, n" Sa et 
pi. [XXXV] de la a' série. — Sibenaler, Guide, p. 109, n" 64 
(gravure). 

BiS-RELIErS. ï. 



Satyre nu, peut-être debout, vu de dos, tenant, de la 
main droite, un bâton recourbé [pcdum), et levant le 
bras gauche. Au-dessus, dans un second registre, l'un 
des pieds nus d'un autre personnage. La pierre, brute 
par derrière, est grossièrement taillée sur les côtés; elle 
paraît provenir d'un pilastre. 



IMl'IlUIBHfE NATIONALE. 



226 



ARLON. 



4033. Bloc mulilc, de lornie légèrement convexe, 
«trouve'!, en i8/ii, dans la maison du notaire Breyer, 



Grande Rue, en agrandissant une cour, dans la ligne 
des anciens remparts de la cour du vieux cliâlnau d'Ar- 




lonn [prat]. Au Musée. Pierre commune. Hauteur, 
m. 87 ; largeur, 1 m. 08 ; épaisseur, m. h 7. 

Roulez, Bapport, p. li. — Puât, Ilist. d'Arlo)!, I, p. 98 el 
lai, et pi. XX.XIII] de la 9' série. — Birnbalm, Guide, p. 77, 
n" 19. — SiBKNALER, Guide , p. 5o, n° 90 (gravure). 

Aurige. Le personnage est debout sur un bige lancé 
vers la droite ; il fient, de la main gauche, les rênes de 



ses chevaux et, de l'autre main, brandit un fouet. (Voir 
le numéro ^029.) 



4034. Bloc rectangulaire trouvé, en 1671, dans les 

remparts. Perdu. 

Dessin tiré de A.Willheiin. — C. I. L., XIII, .3()8G. — A.Wil- 
TiiEiM, Lux. rom., H, p. 72' (dessin): IhVm.. fol. 70, a" atS = 




édil. Neyfn, p. a43 et pi. lAI (d'après A. Willlieim : Ber- 
TiioLKT, i/is/., I, )). /i;9; — De IloNTUEiM, Prodrovi. Iiistt»: 



Trevir., I, p. 20/1 : — W altziko, Orolaun., p. 06 , n° 90 = Musée 
belge, VllI [190A], p. 60: — d'après Neveu : Schiermans, 



ARLON. 



227 



Bull, des Coiiim. roy. d'ail et d'iirclicol. , VII [1868], p. 55; — 
Prit, Aiinakis de l'hist. archèol. du Luxembourg, VII [1871 J, 
|). 53 ^ Ilint. d'Arlon, I, p. 87 et pi. LIV, n" a25 : — Felse^- 
irvRT, Lu.veinb. belge, p. 279; — Demxrteau, L'Ardenne helgo- 
roiH., 3" cdit. [1911], p. 168). 

Scène indéterminée. Dans une chambre, dont on aper- 
çoit la porte, du côté gauche, un personnage imberbe 
vctu d'une tunique courte et d'un manteau , iève le bras 
droit et paraît donner des ordres à un autre personnage, 
vêtu aussi d'une tunique, mais à capuchon, qui fait, 
de la main droite, un geste de refus ou de surprise et 
lient, de l'autre main, le vêtement, roulé autour des 



reins, d'un troisième personnage plus petit, vu de dos. 
Au-dessus de la scène aurait été gravée l'inscription : 

. . . Altilius lieguhts, patronus tdemqiw Itères 

M. Waltzing a rapproché ce bas-relief d'une peinture 
murale d'Herculanum «qui met sous nos yeux une 
école, tenue sous un portique, en plein air, et, à côté, 
un écolier qu'un aide du maître est occupé à fustiger 57. 



4035. Bloc découvert «dans la ruelle de la Brecks 
[prat]. Au Musée. Pierre commune. Hauteur, m. 58; 
largeur, m. 5^ ; épaisseur, m. 63. 




I'rat. IILst. d'Arhn, I, p. 122, 11° 34 et pi. [III] de la 
9' s(>rio. — BiRNBADM, Guide, p. 76, u° 6. — Demarteau, Bull, 
de l'intlilul archéol. de Liège , XXXIV ( « 90^) , p. 160 = L'Ardenne 
bclg()-rum. (3* édit.), p. 176. — Sibenalkr. Guide, p. 54 , 11° 22 
(gravure). 

Chevau-x attelés, marchant vers la droite. Devant eux 
(sur le bord de la route?), sans doute l'image d'une 
borne milliaire. La pierre est à peu près complète ; une 
autre lui était juxtaposée du côté gaucbe. 



4036. Bloc rectangulaire découvert, au cours de 
constructions «exécutées pendant l'été dernier [i854], 



dans une maison particulière [maison Gérard] située au 
pied de l'ancien rempart qui traverse la ville actuelle» 
[boul.]. Au Musée. Pierre commune. Hauteur, m. Ga; 
largeur, t m. i5; épaisseur, cm. 7g. 



Bull. 



ROL'LEZ 

p. 682 = Rapport, p. 5- 
(gravure). 



l. de l'Aead. royale de Belgique, XXI (i854), 
oort, p. 5. — SiBENALER, Guide , p. 88, 11° 5o 



Un homme, vêtu d'une tunique courte, les jambes 
nues, penché en avant, marchant vers la gauche, porte 
sur son épaule droite une sorte de cadre qui l'entoure 

ag. 



'228 



AHLON. 



et paraît attelé à deux animaux (bœufs ou chevaux) 1 la queue et la jambe gauche post(5rieure de celui de 
qu'un martelage aurait fait disparaître, sauf la croupe, | gauche. Le fond du tableau représente de hautes herbes 




ou un champ de blé. Je suppose qu'il s'agit d'un culti- 
vateur dans l'exercice de sa profession; le cadre pourrait 
être une herse. La pierre est brisée du côté gauche. 



4037. Bloc, en deux fragments, «trouvé maison 
Gérard» [sib.]. Au Musée. Pierre commune. Hauteur, 
m. yfi; largeur, o m. 87; épaisseur, o m. 58. 




PiiAT, Ilist. d'Arlon, I, p. 1 ja el |)l. [XVJ de la 9' série. — 
RoiiLKz, Bull, de l'Acad. roy. de Uelffitjue, XXI (i854), p. G78. 



— Demarteau, Bull, de l'jimlilul archcol. de Liège, XWIV 
(1904), p. i5!i. — SiBENALER, Guide, j). ii4, 11° 68 (gravure). 



ARLON. 



229 



Un personnage, vêtu d'une tunique à manches 
larges, est assis derrière un comptoir sur lequel il verse 
des deux mains, le contenu d'un sac d'argent. Ses pieds 
reposent sur un tabouret. De l'autre côté du comptoir, 
un homme, vêtu aussi d'une tunique, tenant de la main 
gauche un bâton pointu, lui parle et fait un geste de 
la main droite. Sur le comptoir est un objet carré qui 
pourrait être un reçu ou une lettre. La chaise du per- 
sonnage assis a la forme d'une armoire; elle est fermée, 
sur le côté, par une porte dont les gonds sont recon- 
naissables. Scène indéterminée. M. Sibenaler a fait 
remarquer que, s'il s'agissait d'un contribuable venant 
payer ses impositions, ce serait lui qui verserait de 
l'argent sur le comptoir, et non le receveur. Sur la face 
latérale gauche est la partie inférieure d'un homme de- 
bout, dans une niche, à côté d'une draperie bordée de 
franges, qui pourrait indiquer le manteau d'une femme; 
le vêtement de cet homme se compose d'une tunique 
bordée de franges ou doublée de fourrure. La pierre a 
conservé des traces de polychromie. 

4038. Stèle de provenance locale. A l'extérieur de 
l'église Saint-Martin d'Arlon , du côté de la Grande Rue. 



Pierre commune. Hauteur, environ o m. 70 



Homme et femme debout, se donnant la main, dans 
une niche. Leur vêtement se compose d'une tunique et 




d'un manteau. L'homme paraît, de la main gauche, 
tenir un rouleau. Monument funéraire de deux époux. 

4039. Bloc mutilé trouvé, en 1671, dans les rem- 
parts romains. Perdu. 

Dessin tiré de A. VVillbeim. — C.I.L., XIII, ioai. — 
A. WiLTHEiM, Lwx. rom., II, p. 72'' (dessin); Deltn., fol. 80, 




n° 387 = édit. Neven, p. a53 el pi. LXVI (d'après Wiltheim, 
Prat, Ilist. d'Arlon, I, p. 89 et pi. LXI: — Waltzing, Orolaun., 
p. 91, n° iS [gravure]). 

La pierre, de destination funéraire, ne contenait que 
la partie supérieure de deux hommes barbus, vêtus 
d'une tunique et d'un manteau à capuchon, et les restes 
d'une femme drapée. Mais l'inscription D(iis) [M{anibtis)] , 
par la position qu'elle occupait, semble indiquer que le 



monument se rapportait à d'autres membres d'une même 
famille gallo-romaine. 

4040. Cippe de provenance locale. Au Musée; mou- 
lage au Musée de Bruxelles. Pierre commune. Hauteur, 
1 m. Uo; largeur, 1 m. a3; épaisseur, cm. 55. 

RoiLEz, Rapport, p. 8. — Prat, Hist. d'Arlon, I, p. 1 14 el 
pi. [XX, XXI et XXIII] de la a'sërie. — BiRiSBAUM, Guide, p. 79, 



■230 



AHLON. 



n' 35. — SiBESALEB, Guide, p. 3/i , n" 1 1 (gravures), — Salonioii 1 Sur la face principale, dans une niche , deux hommes 
HirATikcn, Répert. de reliefs, II, p. i(Jo. 1 et deux femmes debout. Les femmes sont au milieu; 




celle de gauche serre la main droite de l'homme placé 
à côté d'elle et lient, de la main gauche, une mappa 



bordée de franges. Son compagnon porte un rouleau, 
qu'il appuie contre son épaule gauche. La seconde 



ARLON. 



231 



femme a, dans la main gauche un objet peu reconnais- 
sable, probablement un flacon ou une fiole à parfums. 
Le vêtement des hommes se compose d'une blouse et 



d'une saie à capuchon ; celui des femmes est une tunique 
recouverte d'un long manteau bordé de franges. A ia 
partie supérieure de la niche, sur des draperies, deux 





Amours, dont il ne reste plus, pour chacun, que l'un 
des pieds. La plinthe est décorée de deux guirlandes de 



fleurs supportées par des bucrânes. A droite, une femme 
nue, parée d'une écharpe, danse en agitant, de chaque 



232 



ARLON. 



main, des crotales. La main droite est levée au-dessus 
de la tête; l'autre est baissée. A gauche, un Satyre nu, 
tourné vers la droite, un manteau sur l'épaule gauche, 
porte h sa bouche, de la main gauche, une grappe de 
raisin et tient, de l'autre main, un bâton recourbé. 
D'autres danseuses nues, beaucoup plus petites, sont 



représentées sur les deux faces d'un pilastre d'angle, 
avec chapiteau, qui décorait, de chaque côté, la partie 
postérieure du monument. 

4041. Bloc mutilé trouvé, au commencement du 
siècle dernier, «dans des terrains, au sud et vis-à-vis 




des Capucins, près de l'ancienne église des Carmes» 
[phat]. Au Musée. Calcaire grossier, très coquillier. Hau- 
teur, o m. 59; largeur, 1 m. 02; épaisseur, environ 
m. 76. 




C. I. L., XIII, ioio. — UouLËZ, Bull, de l'Acad. roy. de 
Belgique, IX (i849), p. 35i = Rapport, p. 8. — L'Évêque de 
LA Basse-Moutûrie, Itinér., p. 19. — Engling, Public, de la 
Soc. archéoloff. du Luxembourg , IX (i853), p. 84. — Steiner, 
C. 1. R., n° 1948. — Prat, Hist. d'Arlon, I, p. 96 et pi. [II 
et III] de la 2* série. — Felsenbart, Luxeinb. belge, p. ayi et 



283. — ScuuERMAMS, Bull. dcs CoiHin. roy. d'art et d'archéol., VII 
(1868), p. 57; XV (1876), p. io3. — Waltzinc, Orolaun., 
[). /lo, n° 11 (gravure) = Musée belge, VIII (190A), p. 5i. — 
SiBENALER, Guidc , p. 28. n" 8 (gravures). 




Sur la face principale, au-dessus d'une niche, l'in- 
scription : [Sec\undm[us\ Seccal[us, Secumljinae con[mgi) 
et Seccalifi[e Secu]ndinae f({Uac), et s{ibt), vivos, Je[cii]; 
D[m) M{anibus). Dans le fond de la niche, un buste de 
femme, sous une arcade supportée par deux pilastres. 



ARLON. 



233 



A gauche, un repas funéraire : autour d'une table chargée ! pieds sur un tabouret, et ies deux autres à demi couchés 
d'un plat, quatre personnages drapés, dont deux sont assis sur un lit, sont servis par trois esclaves debout à côté 
en face l'un de l'autre, dans des fauteuils ronds, les | d'eux. Sur le bord gauche du tableau est une console 







,y 




chargée d'objets. A droite, un homme vêtu d'une blouse, 
la main droite armée d'un fouet, est assis sur le devant 
d'une voiture à deux roues, attelée d'un cheval, qu'il 
conduit vers la gauche; un autre homme, habillé de la 
même manière, accompagné d'un chien, touche, de 



la main droite, le véhicule qu'il suit en courant. La 
pierre a fait partie du couronnement d'un tombeau. 

4042. Bloc mutilé « trouvé dans les déblais des rem- 
parts, près de la caserne 71 [sib.]. Au Musée. Pierre com- 




mune. Hauteur, m. /iA; largeur, 1 m. oA; épaisseur, 
m. Go. 

PnAT, Hisl. d'Arloii, I . p. 1 20 et pi. [XXIX] de la 2° série. — 
SiBEXALER, Guide, p. 1 10, 11° 64 i (gravure). 

Restes de trois personnages drapés. Ceux de gauche 
se donnaient la main. Le bloc, légèrement brisé du côté 
droit, paraît provenir d'un monument funéraire. 

BAS-BELlErs. ï. 



4043. Cippe mutilé « trouvé maison Gérard w [siu.]. 
Au Musée. Pierre commune. Hauteur, 1 m. Ba; largeur, 
1 m. 01; épaisseur, m. 72. 

RoDLEZ, Bull, de rAcad. royale de BeJififjue, XXI (i85'i), 
p. 686 = Rapport, p. 9. — Prat, Ilisl. d'Arlon, I, p. ni et 
pi. [XVII à XIX] de la a' série (d'où, Brinkmann, Boniier Jahrb. , 
GXIV-CXV[i9o6], p. 467 [gravure] = Birnbalm, Guide, p. 78, 
n° 33. — SiBENALER, Guidc , p. go, n" Sa (gravure). — Demar- 
TEAO, L'Ardemie hclgo-rom., 3' édit. (1911), p. i63. 

3o 

IHl'ItlMERlIi; >AT1U>A1.E. 



234 



ARLON. 



Sur la face principale, une femme et deux hommes, 
debout, dans une.niclic. Leur vêtement se compose 
d'une tunique et d'un manteau; le manteau des hommes 
est pourvu d'un capuchon. La femme, placée au milieu, 



tient, de la main droite, une mappa, de l'autre main, 
un flacon. Des deux hommes, celui de droite serre de la 
main gauche, contre sa poitrine, un sac d'argent; celui 
de gauche porte, de la main droite, un étui rond et 




des tablettes. Au-dessus de chaque personnage est un 
cartouche fixé à la paroi par des crampons qui ont la 
forme d'un doigt replié. Chaque face latérale est décorée 
de deux scènes superposées. A gauche, dans le registre 
supérieur, un personnage barbu, vêtu d'une tunique et 
d'un manteau à capuchon, portant une épée dont il 



ramène, de la main gauche, le fourreau entre ses 
jambes, est assis sur une chaise, garnie d'un coussin, et 
palpe, de la main droite, une pièce d'étoffe posée devant 
lui, sur un comptoir. Un autre homme (le vendeur), 
placé derrière ce comptoir, a les deux mains sur la 
pièce d'étofl^e, dont il semble vanter la qualité. Au 



ARLON. 



235 



second plan; un troisième personnage assiste à la scène. 
Contre la paroi, dans un casier, sont empilées d'autres 
marchandises, probablement des étoffes. Dans le registre 
inférieur, un caissier imberbe, velu d'une tunique longue , 



est assis également derrière un comptoir sur lequel sont 
étalées des pièces de monnaie que viennent d'y déposer 
deux personnages; il tient sur ses genoux des tablettes 
ouvertes qu'il paraît consulter. A droite, l'un des bas- 




reliefs représente un homme, vêtu d'une tunique à 
larges manches présentant un bourrelet autour du cou, 
assis dans une voilure attelée de deux chevaux. Il est 
imberbe et tient ses rênes d'une main , son fouet de 
l'autre. Un arbre est figuré sur le bord de la route que 
suit l'attelage. Le second registre est occupé par un 
chariot chargé de marchandises, attelé de deux animaux, 



probablement des chevaux, qu'un homme à pied, vêtu 
d'une tunique et d'un manteau à capuchon, tenant un 
fouet de la main droite, semble conduire. Cet attelage 
marche en sens inverse du précédent; au second plan 
est une porte. Le cippe a une bordure de petits bou- 
cliers d'amazone. Monument funéraire des membres 
d'une famille gallo-romaine. 

3o. 



236 



4044. Cippe découvert, en iSbh, frdans le rempart 
romain , derrière la maison Gérard r> | wai.tz.]. Au Musée. 



ARLON. 

Pierre commune. Hauteur, j m. o6; largeur, o m. 86; 
épaisseur, o m. 6 1 . 



t.-«{. 




C. 1. L., XUI, ioay. — RoiLEZ, Mém. de l'Àcad. royale de 
Belgique, XXI (i854), p. 083, n" 7 = Rapport, p. 6. — Prat, 
ïlisl. d'Arlon, I, p. 1 tS et pi. [XXV à XXVII] de la 2" série. — 
BiRNBAiM, Guide, p. 78, 11° 3i. — Demarteac, Bull, de l'Institul 
archéol. de Liège, (i(jo4), |). 187. — Waltzing, Orolaun., 
p. 59, n° 18 (gravure) = Muxée belge, VIII (1906), p. 63. — 
SiBENALER , Guide , p. 7a, n° 87 (gravures). 

Homme et femme debout, dans une niche, sous une 
double arcaturc. L'homme, placé du côté droit, est barbu 
et vêtu d'une tunique longue et d'un manteau dont il sai- 
sit, de la main droite, l'un des pans, à hauteur de la poi- 
trine; il porte, de l'autre main, une serpe. La femme 
est drapée, elle tient de la main droite une mappa, de 
l'autre main un coffret. Au-dessus, l'inscription : [D(m)] 
M{(i)iilms). Sur la face latérale droite, un homme, pa- 



raissant imberbe, est assis dans une voiture attelée d'un 
cheval qu'il excile au moyen d'un fouet. Au-dessous, 
dans un second registre, un autre personnage debout, 
tourné vers la gauche, le haut du corps penché en avant, 
prend des pommes, dans une corbeille à demi renversée 
placée devant lui, et les offre à un troisième personnage 
qui a les deux mains ramenées devant le corps , comme 
pour puiser dans une bourse. Sur la face latérale gauche 
est encore une scène de vente. Deux marchands, installés 
derrière une table couverte de fruits ressemblant à des 
poires, parlent à un acheteur barbu qui, de la main 
droite, désigne ces fruits. Les trois hommes sont de- 
bout. On aperçoit trois corbeilles sous la table; quatre 
autres corbeilles, ou des claies, sont suspendues à la 
paroi au-dessus de la tète des vendeurs. Un second 



ARLON. 



237 



registre, sur cette même face, est occupé par deux 
hommes (jui cultivent la terre, l'un avec une bêche, sur 




latérales sont vêtus d'une tunique. L'acheteur barbu 
porte, de plus, une saie pourvue d'un capuchon. Il peut 
s'agir du monument funéraire d'un agriculteur et de sa 
femme. 

4045. Bloc mutilé «trouvé, en i85^, dans le rem- 
part romain, derrière la maison Gérard» [waltz.]. Au 
Musée. Pierre commune. Hauteur, o m. 89; largeur, 
o m. ()(j; épaisseur, m. 77. 

C. 1. L., XIII, io95. — Roulez, Bull, de l'Acad. roy. de Bel- 
gique, XXI (i854), p. 683 = Bapport, p. 6. — Schlermans, 
Bull, des Comm. roy. d'art et d'archéol., VII (1868), p. 56, XV 
(187G), p. 129. — Pbat, Annales de l'Institul archéol. d'Arlon, 
VII (1871), p. 81 ; Hisl. d'Arlon, I, p. 117 et pi. [XXIII] de la 
9." série. — Birnbaum, Guide, p. 78, n° a8. — Waltzixo, 



le fer de laquelle il pèse du pied droit, l'autre avec une 
houe. Tous les personnages représentés sur les faces 




Orolaun., p. 5o, n° 17 (gravure) = Musée belge, VIII (igoi), 
p. 61. — Sibenaler, Guide, p. lia, n" 67 (gravure). 

Homme et femme debout, dans une niche, entre 
deux pilastres, au-dessons d'une draperie. L'homme, à 
droite, est imberbe et vêtu d'une tunique et d'un man- 
teau à capuchon; il saisit de la main droite l'un des 
pans de son manteau et porte, de l'autre main, des 
tablettes et deux styles. La femme, drapée et voilée, a, 
sur le bras gauche, un coffret; elle tient, de l'autre 
main, une bague. Les deux personnages se font face; 
entre eux est un cartouche, monté sur une hampe, 
contenant l'inscription : D{m) M(amk(s). Un autre car- 
touche est, sous une draperie, derrière la tête de chaque 
personnage. S«r la face latérale droite, un deuxième 
homme, imberbe, debout, costumé comme le précédent. 



'.'3 8 



ARLON. 





% 





ARLON. 



239 



le bras gauche sous son manteau, tient de la main 
droite, un rouleau. Du côté gauche, sont les resles d'une 
quatrième figure qui, peut-être, portait sur le bras 
gauche un ilacon. Par derrière est une tête gravée au 
trait. Le bloc avait des pilastres décorés de danseuses 
nues, montées sur des culots. La plupart sont très dé- 




Pierre commune. Hauteur, cm. 58; largeur, o m. /i8; 
épaisseur, o m. iy. 

Prat, Hist. d'Arlon, I, p. 1 19 et pi. [XXVIII] de la 9" série. 
— SiBENiLER, Giiicle, [). 80, 11° 43 (gravure). 

Sur la face principale, un homme debout, dans une 
niche, vêtu d'une tunique et d'une saie à capuchon, 
tenant de la main droite une pièce d'étolFe ou cache- 
nez jeté sur l'épaule du même côlé, portant de l'autre 
main des tablettes et un style. Du côté droit, un ca- 
valier marchant vers la gauche; au-dessous, dans un 
second registre, la tête tournée vers la droite d'un 
autre personnage. Le pilastre d'angle est décoré de 
feuilles stylisées. 



4047. Fragment de bloc k autrefois encastré dans le 
mur du rempart qui longe la rue de Dickirch» [sib.]. Au 



gradées. Débris du monument funéraire de deux époux. 
La pierre a conservé de nombreuses traces de peinture. 



4046. Fragment de bloc trouvé «dans les déblais 
des remparts, vis-à-vis de la casernes [pbat]. Au Musée. 




Musée. Pierre commune. Hauteur, m. 3o; largeur, 
o/m. 33; épaisseur, m. a 6. 




BiRNBADM, Annales de l'insl. archéol. du Luxembourg , XXXV 
(1900), p. 82 = Guide, p. 82, 11° 71. — SiBENALER, Guide, 
p. 5ô. n° 24 (gravure). 



2^0 



ARLON. 



Sfasque de Satyre barbu. Du côté droit, les restes 
d'un autre masque. La pierre est brisée du côté gauche 
et par derrière. 

4048. Fragments de statue «trouvés maison Gérard » 
[sii!.]. Au Musée. Pierre commune. Hauteur, o m. ^7; 
longueur, o m. 88. 




Prat, Ilist. d'Arlon, I, p. 1 ai et pi. | XVI J de la 2" série. — 
HiRNBADM, Guide, p. 78, 11° 3o. — SiBENALKR, Guide, p. /ig, 
n° jg ({fravure). 



Sanglier. La sculpture, quoique sommairement trai- 
tée, est l'œuvre d'un artiste habile. 



4049. Fragment de bloc «trouvé, en 1870, en face 
de la maison Marthan [sin.]. Au Musée. Pierre com- 
mune. Hauteur, m. 58; largeur, m. .3/i; épaisseur, 
o m. 38. 

Prat, Ilist. d'Arlon, I, p. io5 et pJ. [VI] de la a* série. — 
Demarteao, Bull, de l'Imlilul archéol. de Liège (1894), p. 160. 
— SiRENALER, Guide, p. 79, 11° 42 (gravure\ 

Homme imberbe, vêtu d'une tunique et d'une saie à 
capuchon, tourné vers la droite, s'appuyant de la main 
gauche sur un bâton et portant à ses lèvres, de l'autre 
main, le contenu d'un gobelet de forme cylindrique. 
Devant lui, une cuve ronde remplie d'un liquide. Sur 
la face latérale gauche est un Génie ailé marchant vers 




la gauche. La position des bras semble indiquer qu'il 
tenait un cartouche. Monument funéraire. 



4050. Bloc mutilé autrefois placé « dans le mur don- 
nant sur le jardin de la maison Crochet, rue des Casernes ^ 



ARLON. 



241 



[siis.J. Au Musde. Pierre commune. Hauteur, o m. 95; 
largeur, o m. 67; épaisseur, m. Ii3. 
SiBEN.iLER, Guide, |). 117, n" 70 (g-ravure). 



Animal fantastique gardant une urne dont la panse 
est décorée de godrons; sa têle rappelle celle d'un bouc; 
nu-dessous, des palmettes. Un autre animal du même 




gem-e a disparu du côté gauclie. Débris d'un monument 
funéraire. 

4051. Console trouvée près de l'ancienne église des 
Carmes. Au Musée. Pierre commune. Hauteur, o m. 26; 
largeur, m. 3i; épaisseur, ni. 38. 




Prat, Ilist. d'Arlon, I, p. 97 et pi. [IV] de la 2" série. — 

BlRNBAUM, Gw/rfe, p. 78, 11° 2/1. SlBENALER, Gltidc , p. 65, 

u° 29 (gravure). 

Masque grimaçant; la bouche ouverte est garnie de 
dents aiguës. Epo([ue incertaine. 



4052. Fragment de provenance locale. Au Musée. 
Pierre commune. Hauteur, o m. 17; largeur et épais- 
seur, cm. 52. 

Prat, Ilist. d'Arlon , I , p. 1 1 2 et n° 1 7 de la 2' s^rie. — 
BiRMBADM, Guid'', p. i6, n° 5i. — Sibenaler, Guide, p. 81, 
11" 44. 




D'un côté, les restes d'un homme debout, vêtu d'une 
tunique longue et d'un manteau. A droite, ceux d'une 




BAS-RELIEFS. 



femme drapée assise dans un fauteuil rond tenant de la 
main gauche sur son genou du même côté peut-être 
un miroir, et d'une esclave qui l'accompagnait. Monu* 
ment funéraire. 



4053. Bloc de provenance locale. Au Musée. Pierre 
commune. Hauteur, m. 78; largeur, m. 86; épais- 
seur, m. 70. 

Prat, Hist. d'Arlon, I, p. 122 et pi. [XXXVI et XXXVII] de 
la 2" se'rie. — Birnbaum, Guide, p. 78, 11° 97. — Sibenaleb, 

3i 

IMI-BINERIE NATIOALB. 



242 



ARLON. 



Guide, p. 52, n" ai ({ji-aviire). — G. Welter, Notes de mijihoL, 
p. 1 —Revue arcliéol., 191 1, I, p. 55 (gravure). 



Sur une des faces, dans un fronton triangulaire entre 
deux masques de Satyres barbus, un carnassier debout, 




à gaucbc, probablement une louve, dévorant un petit 
personnage nu. Du côté opposé, des feuilles imbriquées. 



Sur la face latérale gaucbe, un lion accroupi, tourné 
vers la droite. La pierre est brisée du côté droit. Au- 




dessus de chaque face, d'autres feuilles imbriquées for- 
mant comme une toiture. Le bloc a fait partie du cou- 



ronnement d'un tombeau. Le carnassier androphage 
pourrait être un emblème de la mort. (Voir le n" a 6 9.) 



ARLON. 



243 



4054. Bloc découvert «dans les déblais du rempart, 
vis-à-vis de la caserne w IpitAïl. Au Musée. Pierre com- 



mune. Hauteur, o m. /i3; largeur, o m. ■y/i; épaisseur, 
o m. 9(). 




PiiAT, Ilist. d'Arlon, I, p. laa et pi. [X.I1IJ de la a' série. — 
SiBKNALER, Guidc , p. 86, n° 48 (gravure). 

Taureau marin. La pierre est complète et seulement 
épannelée sur ses autres faces. 



4055. Fragment de bloc découvert « rue des Capu- 
cins w [prat], près de l'ancienne église des Carmes. Au 
Musée. Pierre commune. Hauteur, o m. a g; largeur, 
o m. go; épaisseur, i m. 95. 




Prat, llisl. d'Arlon, I, |). 1 1 i et pi. [XII J de la 2° série. — 

BlRNllALH , Guide, p. 80 , 11° /17. SiBENALER , Guidc, p. 76 , 11° 4o. 

Animal fantastique; sans doute un monstre marin. 
Du côté gauche, la tête et le cou d'un serpent dont le 
corps a disparu. Le bloc est brisé du côté droit. 



4056. Bloc mutilé. Autrefois à Arlon, «in lurri aedis 
paroeciaew [wilth.]. Perdu. 

Dessin tiré de A. Wiitheim. — A. Wii.theim, Lii.f. rom. 
II, p. 43 (dessin); Delin., fol. 69, n" 192 (d'où Bertiiolet, 
Hisl. ecclés. du duché de Luxembourg, I, [). 4o5; — Prat, llisl. 

il. 



Uft 



ARLON. 



d'Arlon, 1, p. 78 pt |)1. XLIII. n" ai6) -^ 6i\h. Neyen, p. 927 el Monument funéruire de deux époux. L'homme parait, 

pi. F-VI, n" 916. Je Ja niain droite, tenir un rouleau. Pour les petits per- 




sonnages nus sculptés sur le pilastre d'angle, voir les 
n°' /J097 et fiolto. 



4057. Bloc découvert, en i85/i, dans les remparts 
romains, derrière la maison Gérard. Au Musée. Pierre 




m'mmMmfm 




commune. Hauteur, m. 48; largeur, 1 m. 97; épais- 
seur, G m. 84. 

Roulez, Rapport, p. 4. — Prat, Hist. d'Arlon, p. tic cl 
pi. [IX] (le la 9' scorie. — Sibenaler, Guide, p. !iS, 11° 18 (grav.). 



Guirlandes de fleurs supportées par des bucrânes. Sur 
chaque face latérale, un bouclier d'Amazone au-dessus 
d'une bordure. La pierre, creusée en forme de niche, 
provient du couronnement d'un tombeau. (Voirn''/io4o.) 



ARLON. 



245 



4058. Bloc rectangulaire k trouvé, en 1898 , au Mar- 
clié au Beurre, lors de la construction des égouts de la 
ville, en face de la maison Beding» [sib.]. Au Musée. 
Pierre commune. Hauteur, m. 45; largeur, m. 69; 
épaisseur, m. 1 a. 




SiFiENALKR, (iuule , p. 20, 11° 3 (gi'avuie). 

Boucliers cylindriques, guirlande de feuilles et armes 
de diverses formes superposés; à gauche, les restes de 
deux trompettes. Fragment de frise. 



4059. Pierre mutilée. Autrefois à Arlon, «in aedibus 
Greischianisw [wiltii.]. Perdue. 

r' 




pi. LVII, n° 993 (d'après Wiltheim, Prat, Hist. d' Arlon, I, p. 6a 
et pi. XLIV, n° 993). 

Femme vêtue d'une tunique; peut-être voilée. Débris 
d'un monument funéraire; probablement celui de deux 
époux. 



4060. Pierre mutilée. Autrefois à Arlon , t^in vestibule 
domus paroeciaew [wiltii.]. Perdue. 




Dessin tiré de A. Wiltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom., 
II. p. Ii5; Delin., fol. 69, n° igS = édit. Neven, p. 9 3o et 



Dessin lire de A. Wiltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom., II, 
p. hli; Delin., fol. 69, n° igS =édit. Neïen, p. 93o et pi. LVI, 
n° 917 (d'après Wiltheim, Prat, Hist. d'Arlon, I, p. 78 et 
pi. XLIII, n° 217). 

Femme drapée; au-dessus, les restes d'une guir- 
lande de feuilles de laurier. Débris d'un monument fu- 
néraire; probablement celui de deux époux. 

4061. Bloc mutilé. Autrefois à Arlon, ttin domo 
Scbutzianan [wilth.]. Perdu. 

Dessin liié de A. Wiltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom., II, 
p. 46: Delin., fol. 69, n° 196 = édit. Neyen, p. 280 et pi. LVI, 
n° 919 (d'après Wiltheim, Prat, Uist. d'Arlon, I, p. 76 et 
pi. XXlX,n'"9i9). 



246 



ARLON. 



Enfant nu et boucliers de diverses lorraes. Le bas- 
relief, contenu dans un encadrement de moulures, 



comprenait encore, à droite et à gauche de l'enfant, 
deux objets dont la nature précise m'échappe. Peut-être 




ne îaut-il y trouver que des boucliers; celui de gauche 
serait cylindrique et posé sur une épée dont on n'aper- 
cevrait que le pommeau. 



4062. Bloc mutilé. Autrefois à Arlon, «muro civi- 
talis extimo insertusw | wilth.], au-dessous du jardin des 
Capucins. Perdu. 




Dessin lire de A. Willlicim. — A. Wiltheim, Lux. nm., II, I p. /io6; — Prat, Ilht. d'Arlon, I, p. 78 et pi. XLV) = édiL 
p. 48; Delin., foi. 70, n° 197 (d'où Bertuolet, Ilist. ecclés., I, | Neïen, p. -jSo et pi. LVII, n° aaa. 



ARLON. 



247 



Scène d'intérieur indéterminée. Deux personnages 
vôlus, se faisant face, paraissent converser; ils sont assis 
i'un et l'autre dans un fauteuil, à dossier surélevé. Entre 
eux, recouverte, à ce qu'il semble, d'une nappe ou 
d'une draperie , est une sorte de table supportant quatre 
objets ronds posés peut-être sur un plat. Un troisième 
personnage, vêtu également, est debout, derrière la 
table. Le personnage de gauche paraît, des deux mains, 
tenir un couteau. Contre la paroi sont deux figures peu 
reconnaissables; on peut supposer qu'il s'agit d'une 
console supportant une tablette chargée d'un vase à 
deux anses et d'un second objet de forme ronde. Deux 
rameaux de laurier sont, en outre, suspendus à cha- 
cune des extrémités d'une tringle horizontale reliée de 
façon rigide au plafond de la chambre où se passe 
la scène. Ces rameaux de laurier témoignent probable- 
ment de quelque coutume que nous ignorons. 



4063. Pierre mutilée. Autrefois à Arlon, «ad portam 
urbisîi [vviLTH.]. Perdue. 

Dessin tiré de A. Wiitheim. — A. Wiltheim, Lux. rom. , II, 
p. .10 ; Delin. , fol. 71. n° 199=^ (idit. Neyen , p. 2 3o et pi. LVII , 
n° 221 (d'après Wiitheim, Prat, Hist. d' Arlon, I, p. 78 et 
pi. LUI, 11° 921). 



Scène d'intérieur indéterminée. Une femme debout, 
vêtue d'une tunique longue à manches larges, verse 
probablement dans un gobelet le contenu d'un broc, 




comme pour donner à boire à une seconde femme, 
vêtue aussi d'une tunique longue, assise dans un fau- 
teuil rond, derrière une table. Un troisième personnage, 
dont il ne resterait plus que la main droite, soulevait, 
à ce qu'il semble, une draperie. 



4064. Pierre mutilée, 
particulier. Perdue. 

Dessin lire de A. Wiitheim. 
p. ig; Delin., fol. 71, n° 198 



Autrefois à Arlon, chez un 



— A. WiLTHEiM , Lux. rom. , 11 , 
: édit. Neyen, p. a3o et pi. LVI, 




n' 220 (d'après Wiitheim, Prat, llisl. d'Arlon, 1, p. 98 et 
pi. XLVl). 

Génies nus supportant des guirlandes. 



4065. Pierre découverte en 

Dessins tirés de Wiitheim. — 
79": Delin., fol. 91 et 92, 



1G7 I. Perdue. 

A. WiLTiiEiM, Lu.r. rom., II, 
n°' a65 et 266 (d'où Ber- 



2 A 8 



ARLON. 



TiioLET, Ilisl. ecclés. du duché de Luxembourg, I, p. 4iç); — 
HouLEZ, Bull, de l'Aca'l. roy, de IMjriquc, IX [i8/*2]. p. 35a ■-= 
Sur quelques monum., p. 3; — Phat, Uisl. d'Arlon, 1, p. 6o el 
pi. JAXXIII et I.XXXIV) = édil. Neven, p. a4-2 et pi. LX.XIV 
etLXXV, ira 10 etSii. 



Dédale et Icare. Dédale, vêtu d'une exomide, est assis 
sur un sii'jje en forme de coffre, les pieds sur un gradin. 
Il fixe, des deux mains, au bras droit étendu d'Icare 
debout, une aile, de bois ou de bronze, pourvue d'une 




poignée que saisit le jeune bomme. Une autre aile est 
placée contre le siège. Le bras droit de Dédale et le bras 
gaucbe de son fds font défaut. Sur une autre face est 
représenté un personnage nu, imberbe, peut-être Ver- 



lumne, courant vers la gaucbe; il tient, de la main 
droite, une serpe, et a son manteau passé autour du bras, 
du même côté Wiltheim ajoute que la pierre contenait 
deux autres images, l'une de Laocoon, l'autre entière- 



ARLON. 



249 



nuMit effacée. Le savant jésuite voyait en ces figures une 
représentation des (juatre éléments. L'hypothèse n'est 
pas acceptable. Le bas-relief de Dédale est à rapprocher 
de deux autres qui représentent le même sujet et sont 




conservés à Rome à la villa Albani (Zoega, Bassirilievi, 
pi. XLIV; ScuREiBER, Hellen, Relief bilder, pi. XI = 
Salomon Reinach, Répert. de reliefs, III, p. l'dà, n°' 5 
et6). [Voirlen°38o/i.] 



4066. Pierre découverte en 1671. Perdue. 

Dessin tiré de Wiltheim. — A.ViiiTaKm , Lux. rom. , II, p. 7 a*" 
(dessin); De/wî., fol. gS, n° 269 (d'où Bertiiolet, I, p. 419; — 
llouLEZ, Bull, de l'Acad. roy. de Belgique, IX [iS^a], p. 353 = 
Sur quelques monutii., p. li; — Prat, Histoire d'Arlon, I, p. 61 
et pi. LXXXVI) = édit. Neyen, p. 963 et pi. LXXVI, n° 3i4. 

BAS-BELIEl'S. — ï. 



Enlèvement de Ganymède. Le personnage, vu de 
face, les jambes croisées, a les épaules couvertes d'un 




manteau flottant; il portait peut-être de la main gauche 
un peduni dont il resterait quelques traces sur l'aile 
gauche de l'aigle. Au-dessous du groupe est un globe. 



4067. Pierre découverte en 1671. Perdue. 

Dessin tiré de Wiltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom.. Il, 
p. 79" (dessin); Deltn., fol. 96, n° 273 (d'où Bértiiolet, Hi.il. 




ccclés.,l,]). 419; — Prat, Hist. d'Arlon, l, p. 69 et pi. LXXIXa, 
n» 3i8) = édit. Neïbn, p. 263 et pi. LXXVII, n" 3i8. 

Tête déjeune femme coiffée d'une couronne tourelée, 
et corne d'abondance rempUe de pommes de pin , dans 



IMPIUMERIE hATIO:iAU. 



250 

un médaillon, 
ou une Tutèle 



ARLON. 
Sans doute une personnification de ville 



4068. Bloc 
Luxembourg , 
Perdu. 



mutilé découvert en 1671. Autrefois à 
«in aedibus Neunbeuserianis « [wilth.]. 




droite, portant une bourse de la main droite; la main 
gauche manque. A la droite du dieu, sur un petit tertre 
(ou une tortue), un coq tourné vers la gauche. Du côté 
opposé, Minerve casquée, vêtue d'une tunique longue, 
d'une autre plus courte et d'un manteau, la poitrine 
parée d'une tête ailée de Méduse, tenant, de la main 
droite, une patère au-dessus d'un autel. A la droite 
de la déesse, une chouette posée sur une palme. 



Dessins tii-és de VVilUieira. — A. VViltheim, Lux. rom., Il, 
p. 72" (dessins); Delin., fol. 89, n" aCa et 268 (d'où Pbat, 
Hùi. d'Arlon, I, p. 5.3 el pi. LXXX et LXXXI) = édit. Neykn, 
p. 261 et pi. LXXIII, n" 807 et 3o8 (d'où, Hacg, Westd. 
Zeitschr., X [1891], p. 1 A3 et pi. IV). 

D'un côté, Mercure nu, coiffé du pétase, avec talon- 
nières, une chlamydc flottante agrafée sur l'épaule 




4069. Pierre découverte en 1 G 7 1 . Autrefois à Luxem- 
bourg, au collège des Jésuites. Perdue. 

Dessin tiré de Willlieim. — A. Wiltheim, Lii.r. rom.. Il, 
p. 72" (dessin); De/iH., foi. 85, n° 253 (d'où Prat, Hist. d'Av- 
ion, I, p. 91 et pi. LXXII) = édit. Neyen, p. 269 et pi. LXX, 
n" 298. 

Amour nu, couché, tenant, de la main droite, l'un 
des bouts d'une draperie paraissant bordée de franges, 



ARLON. 



251 



et s'appuyant peut-être, de l'autre main, sur une ta- posé sur un socle. Deux figures du même genre, symé- 
blette. A sa droite, un buste imberbe, à cheveux longs, triquement disposées, ont dû disparaître du côté droit. 




La pierre a fait probablement partie d'un monument 
funéraire, f Voir le n°/it89.'l 



4070. Pierre découverte en 1671. Perdue presque 
aussitôt. 




Dessin lirédeWiltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom., 11, p. 72" 
(dessin); Delin., fol. gi, n° 968 (d'où Bertholet, Hisl. ecclés. , 1, 



p. iao; — Roulez, Bull, de l'Acad. roy. de Belgique, IX [ i84a], 
p. 35a = Sur quelques tnonuin., p. 4; — Pbat, Hist. d'Arlon, 

33. 



2 F) 2 



ARLON. 



I. p. G. et pi. LXXXV) = ^it. Neïen, p. 963 et pi. LXXV, 
n'3i3. 

Narcisse , le dos couvert d'un manteau dont il écarte 
un des pans de la main droite; le personnage a le 
genou gauche à terre, la jambe droite allongée, et se 



mire dans une fontaine, de forme carrée, sur le bord de 
laquelle il s'appuie de la main gauche. 

4071. Bloc découvert en 1671. D'abord à Luxem- 
bourg, au collège des Jésuites; depuis 1887 au Musée 





de Metz (ancienne collection du marquis de Villers). 
Pierre commune. Hauteur, 1 m. 08; largeur et épais- 
seur, m. 66. 

A.WiLTHEiM,Li/a:.ro»n., II, p. 72"; Delin., fol. 96 et 96, n"' 970 
à 979 (d'où Bertiioi-et, Htsl. ecclés., I, p. 887; — Prat, Hht. 
d'Arlon, I, p. 53 et pi. LXXXVII à LXXXIX) = édit. Neyen, 
p. 963 et pi. LXXVI, n»* 3i 5 à 317. — V. Simon, Mém. de 
l'Acad. de Metz, XIX (i837-i838), p. 345. — Englinc, Public, 
de la Soc. pour la recherche et la conserv. des monum. hist. dans le 



Grand-duché de Luxembourg, IX (i853), p. 84 et pi. IV; X 
(1854), p. 70 = Die vormaligen Tempel, p. 18. — Lor- 
rain, Catal. du Musée de Metz, p. 33, n' 19. — Hoffmann, 
Steinsaal, p. 99, n° 19. — Hadg, Westd. Zeilschr., X (1891), 
p. i44, n° 177. — Hertlein, Die Juppitcrgiganttnsâulen , 
p. 1 1 3. 

Sur une face, Jupiter barbu, couronné de laurier, 
drapé dans un manteau, la poitrine et le bras droit à 
découvert, tenant, de la main droite baissée, un foudre 



ARLON. 



253 



et s'appuyant, de l'aulre main, sur un sceptre. Du 
côté opposé, Mercure, coiffé du pétase, vêtu d'une clila- 
myde agrafée sur i'épaule droite, pourvu de talon- 
nières, tenant de la main droite un caducée, de l'autre 
main une bourse; une cassure de la pierre a fait 



disparaître entièrement la tête du dieu. A droite, Mars 
imberbe, casqué et cuirassé, son manteau sur l'épaule 
gauche; le dieu s'appuie de la main gauche sur 
un bouclier ovale, placé debout sur un autel; de la 
main droite levée, il tenait une lance dont il ne reste 





\ 









% 



-r- 




plus qu'une partie. A gauche, Hercule nu, barbu, 
la dépouille du lion sur l'épaule et le bras gauches, 
une massue dans la main gauche; la main droite 
manque : elle était probablement posée sur un can- 
ihare renversé sur un autel. De ce même côté, on 
aperçoit l'une des pattes postérieures et la queue de la 
dépouille du lion. 

Voir le n" /ri3o. 



4072. Pierre découverte en 1 6 7 i . Autrefois à Luxem- 
bourg, ttin palatio Gubernatoris» [wilth.]. Perdue. 

Dessins tirés de Wiltheim. — A. Wiltheim , Lux. rom. , II, p. 7a" 
(dessins) ; Delin., fol. 87 et 88, n" 289 el 360 (d"où Prat, Hist. 
d'Arlon, I, p. 9-2 et pi. LXXVII) = édit. Neyen, p. 260 et 
pi. LXXIL n- Soi et 3o5. 

Sur une face, un homme imberbe, debout, vêtu 
d'une tunique, manœuvre, peut-être à la gaffe, une 
barque chargée de tonneaux; sur une autre face, (rois 



254 



ARLON. 



amphores protégées, à ce qu'il semble, par une garni- 
ture de paille ou d'osier et les restes d'un personnage 



assis. Une figure d'Hercule, les épaules couvertes d'un 
manteau flottant, brandissant, de la main droite, une 




massue, paraît avoir décoré, autant du moins que le 
dessin de Wiltheim permet d'en juger, une troisième 



face contiguë à la précédente. La pierre a probable- 
ment fait partie d'un monument funéraire. Le mausolée 




des Secundim, à Igel, offre de même des sujets reli- 
gieux mêlés à des scènes de la vie profane. 



4073. Fragment de bloc découvert en 1671. D'abord 
à Luxembourg, ^in bortis Jenetlerianis » [wilth.]; en- 



suite, peut-être, au même lieu, au collège des Jésuites. 
Perdu. 

Dessin tiré de Wiltheim. — A. Wiltheim, Luj;. mm., II, p. 78" 
(dessin); Delin., fol. 77, n°' 326 et 227 (d'où Prat, Hist. 
d'Arlon, I, p. 77 et pi. LIV, n" 278 et 274)=^édit. Nbykn, 
p. 280 et pl. LXIV, n" 273 et 27/i. 



ARLON. 



•255 



Amour nu, ailé, debout, de face, tenant, de la main 
gauche baissée, l'extrémité d'une bandelette; la main 




droite manque. Du côté droit (non reproduit), un poi- 
gnard et des boucliers superposés. Débris d'un monu- 
ment funéraire. 



4074. Pierre découverte en 1671. Perdue. 

Dessin tiré de Wiltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom., II, 



p. 75 



(dessin); Delin., fol. 96, n° 276 (d'où Prat, Histoire 




d'Arlon, I, p. 61 et pi. XG) = édit. Neye\, p. 968 et 
pi. LXXVI^n-Sig. 



Probablement Séléné, debout dans un char; son vête- 
ment se compose d'une robe très ample et d'une tunique 
courte serrée à la taille par une ceinture. Une écharpe, 
qu'elle tenait des deux mains levées, lui entoure la tête 
à la manière d'un nimbe. A sa gauche, peut-être un 
piédestal ou un autel. On a cru à tort qu'il s'agissait 
d'une Victoire. 



4075. Cippe provenant d'Arlon. Autrefois à Luxem- 
bourg, au collège des Jésuites. Perdu. 




Dessin tiré de Wiltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom., l, p. 3o4 
(dessin); De/m., fol. 38, n" 96 -édit. Neven, p. 17/i et pi. XXXII, 
n" 118. 

Draperie frangée étalée, retenue par deux nœuds et 
cachant, en partie, des instruments professionnels; l'un 
d'eux pourrait être un compas. Ce cippe, surmonté 
d'une pomme de pin, ne semble pas différent de celui 
qui est décrit plus loin, sous le n° /iogS. 



4076. Pierre découverte en 1671. Perdue. 

Dessin tiré de Wiltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom., Il, 
p. 7a'"' (dessin) , Delin., {o\. 97, n° 977 (d'où Prat,//is<. d'Arlon, I , 
p. 61 et pi. XGII) = édit. Neyen, p. 266 et pi. LXXVII, n" 3aa. 



•256 



ARLON. 



A gauche, une Néréide, peut-être vêtue d'un man- I saisit de la main gauche l'une des cornes; à droite, un 
teau Âoltant, montée sur une chèvre marine dont elle j Triton qui se défend contre un monstre. Le Triton, coiffé 




d'une calotte, a le bras gauche enveloppé d'une dépouille 
d'animal. Fragment de frise. (Voirie n° /1078.) 



4077. Bloc, de forme arrondie, découvert en 1671. 
Autrefois à Luxembourg, dans la collection Jenetter. 



.■-MsSî^^T^CT^'^^ '^ ■.r*'"^<* 




Au Musée. Calcaire grossier. Hauteur, m. 65; lar- 
geur, cm. 92; épaisseur, m. 99. 

A. WiLTHBiM, Lux. rom., II, p. 79»' (dessin); Delin., fol. 97, 
n" 378 (d'où Berthqlet, Hist. ecclés., I, p. iai; — Prat, Hist. 



d'Arton, 1, p. 6i et pi. XGIII) = édit. Neïen, p. 964 et 
pi. LXXVIII,n'323. 

Louve romaine. (Voir les n"* 61, 116, /j5(j, i36/i, 
1860 et 3536.) 



ARLON. 



257 



4078. Pierre découverte en ifiyi. Perdue. 



Dessin tiré de Wiltheim. — A. Wiltueim, Lux. rom., Il, 
p. 7â*° (dessin); Deliii., fol. 97, n" 976 (d'où Bertholet, Hist. 
ecclisiast. du duché de Luxembourg, I, p. iig; — Prat, Hist. 



d'Arlon, I, p. 61 et pi. XCI) = cdif. Neyen, p. a 64 et pi. LXXVII, 
n° 33 1. 

Triton et griffon marin. Le Triton, complètement 
nu, est imberbe et se défend contre ie griffon; une 




grande coquille dans laquelle son bras gaucbe dispa- 
raît tout entier lui sert de bouclier; la main droite 
et l'arme qu'elle a pu tenir font défaut. Cette pierre et 
celle ci-dessus décrite sous le n" ioyG pourraient pro- 
venir d'une même frise. 



4079. Pierre découverte en 1671. Perdue. 

Dessin tiré de Wiltlieim. — A. Wiltheim, Lux. rom., 11, 
p. 72^" (dessin); Belin., fol. 9/1, n° 367 (d'oùPRAT, Hist. d'Arlon, 
I, p. 60 et pi. LXXIX h) = édit. Neyen, p. aôa et pi. LXXV, 
n° .3 la. 




Amour volant. La pierre paraît provenir d'un monu- 
ment funéraire avec portraits de personnages contenus 
dans une niche surmontée d'une demi-coupole en forme 
de coquille. Un autre Amour, figuré du côté gauche, 
a dû disparaître. 



BiS-BELIEF?. - 



4080. Pierre découverte en 1671. Perdue. 

Dessin tiré de Wiltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom., II, 
p. 73" (dessin); Delin., fol. 87, n°a58 {à'o{iVt^kt,Hist.d'Avhn,\, 
p. 93 et pi. LXXVI, n° 3o3) = édit. Neyen, p. 260 et pi. LXXII, 



3o3. 



33 



I.MIT.IHEIUB AÂTIONilLE. 



258 



AHLON. 



Cordes ou corbeilles d'osier posées sur des ton- 
neaux; au-dessous, dans un second registre, un vase 




à pied, sans doute à deux anses, dont la panse est 
décorée de godrons. (Voir le n" /ioya.) 



4081. Pierre découverte en 1 67 1 . Autrefois à Luxem- 
bourg, dans la collection Binsfeld. Perdue. 




F, j). ()a et pi. LXXIX a, n° 3o6) = édil. NgrEti, p. a6i et 
pi. LXXII, n» 3o6. 

Homme nu, debout, paraissant occupé de deux ani- 
maux, difliciiement reconnaissables, placés à ses pieds 
et tournés, comme lui, vers la droite. Bas-relief my- 
thologique dont je ne comprends pas la signification. 



4082. Pierre découverte en 1671. Perdue. 




Dessin tiré (leWiUheim. — A. Wiltheim , Lux. rom., Il, p. 7-^*' 
(dessin); Delin., fol. 88, n° aCi (d'où Pbat, Hist. d'Arloii, 



Dessin tiré deWilllieim. — A. Wiltheim, Li/x. rom., II, p. 7a" 
(dessin); Ddin., fol. 78, n° 280 (d'où Bertholet, H(*r. ecclés., I, 
p. 4i5; — Prat, Hisl. d'Arlon, I, p. 88 et pi. LlX) = édit. 
Neïen, p. 95a et pi. LXV, n° 277. 

Danseur et danseuse nus, montés sur des culots dé- 
corés de feuillage. Le danseur, coiffé d'un bonnet co- 
nique, joue des crotales; la danseuse tenait, à ce qu'il 
semble, un crepilacuîum. Peut-être un fragment de pi- 
lastre de monument funéraire. (Voir le n° ^027.) 

4083. Pierre découverte en 1671. Perdue. 

Dessin tiré de Wiltlieim. — A. Wiltheiu , Lva: rom. , II , p. 79" 
(dessin); Delin., fol. 86, n° a56 (d'où Prat, Ilist. d'Arlon, I. 
p. 91 et pi. LXXV) = édit. Neyen, p. 960 et pi. LXXI, n° 3oi. 



ARLON. 259 

Conducteur d'un véhicule altelé d'un cheval; le per- [ main les rênes du cheval, de l'autre un fouet. La forme 
sonnage est imherbe et vêtu d'une tunique; il tient d'une | du collier est remarquable. Le dessin de Wiltheim fait 




supposer que le cheval n'a pas de bride. Les rênes 
sont attachées au collier et celui-ci, placé sur toute la 
longueur de l'encolure, a, par devant, l'aspect d'une 
corne. Il s'ouvre sur le côté, où une large bande de 
cuir, assez semblable à une poitrinière , est engagée par 
un anneau dans un crochet. Une autre bande de cuir, 
décorée peut-être de grelots, couvre le front. 

Voir le n° a g 3. 



4084. Pierre découverte en 1G71. Perdue. 

Dessin tiré (le \\ iltheim. — A. Wiltheim, i«a^. rom., II, p. y-j'" 
(dessin); Delin., fol. 77, n° aa/i (d'où Prat, Hist. d'Arlon, I, 
p. 86 et pi. LV) = tidit. Nevex, p. aSo et pi. LXIV, n° 371. 




Cette pierre, décorée de têtes et de boucliers, a Avi 
faire partie du couronnement d'un monument funéraire, 
peut-être comparable à celui d'igel. 



4085. Pierre découverte en i6yi. Perdue. 

Dessin tirédeWiltlieim. — A. Wiltheim, Lux. rom., II, p. 72" 
(dessin); Delhi., fol. 86, n" a55 (d'où Prat, Hist. d'Arlon, I, 
p. f)i et pi. LXXIV) = édit. Neyen, p. a6o et pi. LXXI, n" 3oo. 




Homme imberbe, debout, dans une niche décorée 
sur SCS bords de feuilles stylisées ; son vêtement se 
compose d'une tunique longue, dont les manches sont 
retroussées. Il tient de la main gauche, devant lui, un 
objet creux qui peut être pris pour une terrine et semble 

33. 



260 



ARLON. 



placé à la partie supérieure d'un chevalet. Son attention 
se porte vers cet objet, dans lequel il s'apprête à plonger 
la main droite. La pierre paraît provenir d'un monu- 
ment funéraire, peut-être celui d'un potier. 



4086. Pierre découverte en t G^ i . Perdue. 

Dessin tiré de Wiltheim. — A. Wiltiieim, Lua-. rotn., Il , p. 7a" 
(dessin) ; Delin. , fol. 98, n° 379 (d'où Prat, llist. d'Arlon, I. 
p. 93 fil pi. XCIV ) = édit. Neyen, p. aC5 et pi. L\X\ III , n' Sa '1. 




Partie supérieure d'une femme dans une niche cin- 
trée. A gauche, un chapiteau de pilastre décoré de 
feuilles d'acanthe. La femme paraît nue. (Voir le 
n° A09/1). 



4087. Pierre découverte en 1 67 1 . Autrefois à Luxem- 
bourg, dans la collection de Louis de Neuveforge. Paraît 
l)erdue. 






Dessin lirédeWillheini. — A. Wiltheim, Lvœ. rom., 11, p. 7s"' 
(dessin); Delhi., fol. 77, n° 9q3 (d'où Prat, Hist. d'Arlon, I, 
p. 60 et pi. LV) = édit. Neyen, p. a/ig et pi. LXIV, n° 370. 

Cuirasse et bouclier superposés. Selon Wiltheim, ce 
bas-relief aurait accompagné celui de Télèphe décrit 



plus haut, sous le numéro ^01 3. 11 faudrait alors ad- 
mettre que la face qui le contient n'est plus apparente. 



4088. Pierre découverte en ifi^i. D'abord à Luxem- 
bourg, «in aedibus Jenetterianis » [wilth.]; ensuite, au 
même lieu, au collège des Jésuites. Perdue. 




Dessin tiré de Wiltiieim. — A. Wiltheim , Lii.r. rom. . 11 , p. 7a 
(dessin) ; Delin., foi. 84, n° 2/19 (d'où Bertholet, llist. ccclés. 



7a« 



ARLON. 



261 



I, p. 396; — Prat, Ilisi. d'Arlon, I, p. 90 et pi. LXIX) = 
ddit. Neyen, p. 957 et pi. LXIX, 11° ag/i. 

Homme et femme debout, dans une niche; l'homme 
est imberbe et lient à ce qu'il semble, sur le bras 
gauche, une bourse; la femme porte de la main 
gauche un flacon, de l'autre main une mappa. Leur 
vêlement de dessus est une saie; celle de l'homme 
est échancrcîe par le bas (voir le n° 4o()/i) et pour- 



vue d'un capuchon. Monument funéraire de deux 
époux. 



4089. Pierre découverte en 1671. Perdue. 

Dessin tiré de Wiltheira. — A. Wiltheim, Lux. rom., II, 
p. 7a" (dessin); Delin., fol. 87, n° 357 (d'où Prat, Hist. 
d'Arlon, I, p. 91 et pi. LXXVl) = édit. Neyen, p. aCo et 
pi. LXXI. n" 3oa. 




Partie postérieure d'un cheval. Les fleurons qui cou- 
vrent la cuisse sont peut-être les restes d'une avaloire 
décorée de phalères et de grelots. 



4090. Chapiteau mutilé de proveaance locale. Au 
Musée. Calcaire commun. Hauteur, m. 33; largeur, 
m. Sa. 




Buste de femme, dans un bouquet de feuilles styhsées; 
au-dessus de la tête, probablement des feuilles de lotus. 
Divinité indéterminée. Les autres tailloirs, aujourd'hui 
très dégradés, étaient décorés de la même manière. 



4091. Pierre découverte en 1671. Autrefois à Luxem- 
bourg, dans la collection Binsfeld. Perdue. 



Dessin tire de Wiltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom., 11, 
p. 72" (dessin); Delhi., fol. 80, n° a 36 (d'où Prat, llkt. d'Ar- 
lon, I, p. 89 et pi. LX) = édit. Neven, p. 253 et pi. LXVI, 



n° 209. 



Personnages debout, dans une niche. Deux hommes, 
vêtus d'une tunique et d'un manteau à capuchon, pa- 
raissent imberbes; un troisième, dont le costume ne se 
compose que d'une tunique, est barbu. Parmi eux esl 



262 



ARLON. 



une femme vêtue aussi d'une tunique et d'un manteau 1 blettes; l'autre lient un rouleau. La femme a dans la 
bordé de franges. Deux des hommes portent des ta- I main droite une mappa, dans l'autre main probablc- 




^ ' ■V:>3 fr : 



ment une cassette. Moiiuiuent funéraire; celui peut- 
être de deux époux et de leurs fds. 



4092. Fienu déco uverte en i G 7 i . Autrefois à Luxem- 
bourg, dans la collection Binsfeld. Perdue. 




Dessins tirés de Wiilheim. — A. Wiltueim, Lim;. voih., 
II, p. 79" et' 72" (dessins); Delin., foi. 8i et 8a, u" a38 
à a/io (d'où Bbrtholet, Hùt. ecclésiast. de Ltixembourg , I, 



p. /ii(i; — Prat, llkt. d'Aiion, I, p. 89 cl pi. LMl à 
LXIV) = édit. Nevex, p. a54 et pi. LXVl et LXVII, n" a8û 
h a86. 



ARLON. 



263 



Sur une face, dans une niche à sommet cintré, dé- 
corée d'une guirlande, un homme et une femme dehout, 



séparés par un enfant. L'homme porte sur son bras 
gauche une grosse bourse; la femme lient un vase à 




deux anses rempli de fruits en lesquels Wiltheim recon- 
naissait des pommes; l'enfant serre peut-être, contre sa 



poitrine, un fruit et un jouet. Une autre face ne con- 
tient qu'un homme et une femme debout, dans une 




niche à sommet cintré décorée comme la précédente. 
La femme porte un flacon. Tous les personnages sont 
vêtus d'une tunique et d'un manteau qui , pour les hom- 



mes, est pourvu d'un capuchon; mais la richesse des 
costumes n'est pas la même; de plus, la femme qui tient 
un flacon a les cheveux sous une sorte de calotte; l'autre, 



264 



ARLON. 



au contraire, est élégamment coiffée. Le monument est 
funéraire. Son principal intérêt lui vient d'un troisième 
bas-relief où l'on voit un laboureur, coiffé d'une calotte , 
vêtu d'une tunique courte serrée à la taille par une 
ceinture et d'un mantelet à capuchon, conduisant une 
charrue attelée de deux bœufs. L'homme est imberbe et 
lient de la main droite le manche de la charrue, de 
l'autre main un aiguillon. On distingue la flèche, le sep 
et les versoirs de cette charrue, qui paraît du type grec 
perfectionné. Au second plan, contre un arbre, est une 
charrette dont les ridelles sont d'osier tressé. La scène 
agricole que représente ce bas-relief est une des plus 
curieuses que nous possédions. 



4093. Pierre découverte en 1671. Perdue. 

Dessin tiré de Wiitheim. — A.Wiltheim, Lux. mm., il, p. 72''* 
(dessin); Deltn., fol. 85, 11° 261 (d'où Prat, Illst. d'Arloii, I, 
p. 91 el pi. LXXIV) = édit. Neven, p. sSq et pi. LXX, n° 397. 



Homme drapé, assis vers la gauche, tenant, de la 
main gauche, doux longs bâtons. La pierre, à ce qu'il 




semble, était complète du côté droit. Probablement un 
débris d'un bas-relief à plusieurs personnages, ayant fait 
partie de la décoration d'un monument funéraire. 



4094. Pierre découverte en 1 67 1 . Autrefois à Luxem- 
bourg, dans la collection Binsfeld. Perdue. 




Dessins tirés de Wiitheim. — A. Wiltheim, Ltix. rom., 
H, p. 72" et 72" (dessins); Delin., fol. 78 el 79, n»" 938, 
229 et 281 (d'oii Bertholet, Hist. ecclésiast. de Luxembourg, 



I, p. 41 5; — Prat, Hist. d'Àrlon, I, p. 88 el pi. LVIIl et 
LIX) = édit. Neyes, p. 259 el pi. LXV, u" 975, 276 el 



ARLON 

Homme et femme debout, dans une niche, entre 
deux pilastres. L'homme est vêtu d'une tunique et d'une 



265 

pénule à capuchon ëchancrée dans le bas; il parait tenir 
de la main droite, sur son épaule, une sorte de cravate 





ou de cache-nez. La femme est drapée. Chaque face laté- 
rale était décorée d'une danseuse nue, jouant des cro- 
tales. Monument funéraire de deux époux. 



4095. Bloc découvert en 1671. Autrefois à Luxem- 
bourg, chez le comte Louis de Neuveforge; actuellement 



nu mémo lieu, rue de In Trinité. 



l'nnfîle de la rue 




Clairefontaine, à l'exlérieur de Ihabitalion do M. Alexis 
Brasseur, avocat. Calcaire grossier. Hauteur, m. 67; 
largeur, 1 m. /i6. 



A.WiLTHEiM, Lux. rom., II, p. 79" (dessin); Dclin., fol. 85 , 
n° aSo (d'où Bertuolet, Hist. ecclés., I, p. 4 18; — Prat, Hisl. 
d'Arlon, I, p. gt et pi. LXX)==édit. Neïen, p. 267 et pi. LXX, 



nAS-REI.IKKS. — ?. 



u 



lurr.iMEniB nationale. 



'J66 



ARLOX. 



n" 395. — Enoling, Public, de la Soc. pour la rech. et la consorv. 
des monum. Iiist. dans le Grand-duché de Luxembourg, VIII (i85q), 
p. 76 et pi. VI. — J.-B. SiBENALER, Pierres monum. = Public, de 
l'Institut archéol. du Luxembourg , XLII (1907), p. 896 (gravure). 

Un homme imberbe, h demi coucb»5 sur un lit, le 
dos appuyé sur deux coussins, déplie un rouleau. Une 
femme, assise à ses pieds, sur un tabouret, la jambe 
droite placée sur la gauche, tient de la main droite un 
objet rectangulaire peu reconnaissable, peut-être une 
cassette, de l'autre main un second objet fruste ou les 
plis de son vêtement. Quatre autres personnages, pro- 
bablement deux hommes et deux femmes, debout en 



des attitudes variées, complètent le tableau. Trois d'entre 
eux paraissent porter des tablettes; le quatrième, placé 
à droite, pourrait, de plus, tenir un style. La figure de 
l'homme à demi couché et celle de la femme assise sont 
drapées; le vêtement des autres ne se compose que 
d'une tunique. Le bas-relief est aujourd'hui très dégradé. 
Selon Wiltheim, la scène se rapporterait à la réception 
d'un testament. Cette hypothèse est peu vraisem- 
blable. 

4096. Bloc provenant d'Arlon. Autrefois à Luxem- 
bourg, au collège des Jésuites. «Acquis, en iSSy, [par 




le Musée de Metz,] du cabinet du marquis de Villers w 
[lorr.]. Pierre commune. Hauteur, m. 65; largeur, 
m. y 8; épaisseur, cm. 17. 

A. Wiltheim, i«a;.ro)«., II, p. 5i (dessin);Z)e/m., fol. yijn'aoi 
d'oùBERTHOLET, Hist. eccUs., I, p. io6; — Roulez, Bull, de 
l'Acnd. royale de Belgique, IX [18/19], p. 35 =Sur quelques mo- 
num. , p. 2 : — Prat, Iiist. d'Arlon, I , p. 69 etpl. XL VII) — édil. 
Neyen, p. 981 et pi. LVII , 11° 9 95. — V. Sijion, Mém. de l'Acad. 
de Melt, XIX (iBSy-iBSS), p. 'Mtli. — Lorrain, Catal., 
p. 68, u° io5 =^- Hoffmann, Steinsaal, p. ^17, 11° io5. 

Persée et Andromède. L'héroïne, vêtue d'un manteau 
flottant, est debout, légèrement tournée vers la droite. 



les mains attachées derrière le dos, à côté du monstre 
dont on n'aperçoit que la tête. Persée, vêtu de même 
d'un manteau flottant, dont les pans sont ramenés sur 
le bras droit, est armé d'une harpe, qu'il porte de la 
main gauche, et tient, de l'autre main, parles cheveux, 
le Gorgonéion. 



4097. Cippe découvert en 1671. D'abord à Luxem- 
bourg, «in aedibusJenetferianis?î [wiLTii.]; puis au même 
lieu, au collège des Jésuites; depuis 1887 au Musée de 
Metz (ancienne collection du marquis de Villers). Pierre 



ARLON 

commune. Hauteur, i m. 08; largeur, m. ■yO; (épais- 
seur, m. 70. 



267 



A. WiLTHEiM, Lux. rom., Il, p. 73" (dessin), Dchn., fol. 83 
Pt 8^1, 11°' 2 '4 A à 2^7 (d'où Bertoolet, Hht. ecclcs., I, p. Ux']; 



— Prat, nUl. d'Arlon, 1, p. 90 et pi. LXVl à LXVIII) = édit. 
Neyen, p. 955 et pi. LXVIII et lAIX, n" 289 à 992. — 
Enhung, Public, de la Soc. pour la rech. et la conscrv. des monum. 
hist.dansie Graml-duchéde Liuvembourg,l\{i85i),p. 87 et pi. IV. 

— V. Simon , Mém. de l'Aead. de Melt , XIX ( 1 837-1888 ) , p. 345. 




— Lorrain, Calai, du Musée de Melt, p. 61, 11° 89 = Hoffmann, 
Steinsaal, p. 44, 11° 89. — Arkndt, Bas Luxomhûrgcv Land, 
p. 10 (gravure). 

Deux faces adjacentes fournissent chacune les portraits 
d'un homme barbu, vêtu d'une tunique longue et d'un 



manteau à capuchon, et d'une femme drapée. Sur 
l'une, l'homme porte une bourse, la femme tient, des 
deux mains, un coffret ou des tablettes; sur l'autre, 
les deux personnages se serrent la main. La première 
des deux femmes est coiffée en bandeaux, sa robe est bordée 

34. 



268 



ARLON. 



de franges. La seconde a les cheveux complètement cachas 
sous une sorte de calotte ronde. Une autre face contient 



deux scènes de banquet en des registres superposc's. La 
plus haute groupe quatre personnages autour d'une table 




à trois pieds, recouverte d'une nappe et garnie d'une vo- 
laille. Une femme et deux hommes imberbes sont assis; 
l'un des hommes, placé en face de la femme, lui parle 
et, de la main droite, semble l'inviter à prendre sa pari 
du festin, l'autre le regarde et, de la main gauche, tient 



un gobelet. Une seconde femme est debout derrière la 
première ; toutes deux ont les cheveux cachés sous une 
calotte. Au second plan, sur une tablette formant con- 
sole, sont posés une aiguière, une patère à manche et 
un troisième objet plus difficilement reconnaissable. Une 



ARLO\. 



2G9 



tête d'animal supporte ia tablette. Les personnages assis 
sont vêtus d'une tunique et d'un manteau; la femme 



debout n'a pas de manteau. La seconde scène de ban- 
quet réunit cinq enfants autour d'une grande écuelle. 




Trois sont assis par terre, deux sont debout et, de ceux- 
ci, celui de droite joue de la flûte double; l'autre s'appuie 
familièrement, de la main droite, sur l'épaule du con- 
vive placé devant lui. L'attention des enfants qui parti- 
cipent au repas se porte sur un chien qui avance ia tête 



au-dessus de i'écuelle. Tandis que trois d'entre eux , par 
des gestes, manifestent leur surprise, le quatrième saisit, 
de la main droite, l'animal par le cou et, de l'autre 
main levée, s'apprête à le frapper avec un bâton. Le 
costume des personnages est une tunique à manches 



270 



ARLON. 



courtes. La quatrième face contient un lapin jouant dans 
une draperie. Monument funéraire. 



4098. Cippe en forme d'autel, provenant d'Arlon. 
Autrefois à Luxembourg, probablement dans la collec- 






tion Binsfcid; ensuite au même lieu, au collège des 
Jésuites. R Acquis, en iSSy, par la ville de Metz, des 
héritiers de M. de Villers-Burgesch w [lorr.]. Pierre 
commune. Hauteur, o m. g 4; largeur, o m. Sa; épais- 
seur, m. 3o. 

A.WiLTiiEiii, Lu.r.rom., I,p. ai' (dessin); De/in., fol.7,u°io 
(d'où Pbat, Hint. d'Arlon, 1, p. 77 et pi. I) = ddit. Neye.v, p. 1 9 et 
pi. V, n° 9. — V. Simon, Mém. de l Acad. de Metz, XIX (1837- 
i838), p. 345. — Lorrain, Calai, du Musée de Mett, p. 26, 
11° 3. — Hoffmann, Steiiisaal, p. a4, u° 3. — Keine, Lothr. 
Jahrb., XII (1900), p. 354 et 4ia (gravure). 

Sur la face principale, un homme, assis dans un fau- 
teuil rond à dossier surélevé, consulte des tablettes; un 



autre homme, assis au second plan, derrière un comp- 
toir, le regarde et, de la main droite, touche des mon- 
naies placées devant lui. Les deux personnages, vêtus 
d'une tunique, sont barbus. Sur chaque face latérale est 
une draperie tendue au-dessus de laquelle émerge un 
buste; celui de gauche est pourvu d'ailes. Le cippe est 
surmonté d'une grande pomme de pin. 



4099. Pierre découverte en 1671. Perdue. 

Dessin tiré de Wiltheini. — A. VViltheim, Lux. rom., II, 
p. 7a" (dessin); Deliiu, fol. 86, 11° 254 (d'où Prat, Hist. 
d'Arlon, I, p. 91 et pi. LXXIII) = édit. Neyen, p. 209 el 
pi. LXXI, n° 299. 



ARLON. 271 

Bustes d'un liomtne et d'une femme. Le buste d'homme ' cule, entre deux pilastres. Par raison de symétrie, au 
est dans un médaillon; celui de femme sous un édi- | moins un autre buste, placé du côté droit, sous un 




3^»^^S5ÏM7îlK4r 



second édicule, a dû disparaître. Restes d'un monu- 
ment funéraire. 



4100. Pierre découverte à Arlon. Perdue. 

Dessin lire de Wiltlieim. — A. Wh.theim, iî^.2-. rom., II, p. 171 
(dessin); Delhi., loi. lia, n° i3i =- édit. Neven, p. SaS et 
pi. XCVIII, n" /177. 

Scène indéterminée. Un homme, vêtu d'une tunique 
serrée à la taille, porte à sa bouche un grand vase en 




forme d'ampoule; une femme drapée, placée devant lui, 
la main droite sur la poitrine, le regarde. Les deux per- 
sonnages sont debout. Le bas-relief a fait probablement 
partie de la décoration d'un monument funéraire. 

4101. Fragment découvert, en 1907, dans les ruines 
dos ihermos Au Musée. Calcaire grossier, très coquil- 



lier. Hauteur, cm. 28 ; largeur, m. 26 ; épaisseur, 
m. 07. 




J.-B. SiBENALEB, Lcs thermes d' Arlon, p. 7 =^ Annales de l'In- 
stilul arcliéol. du Luxembourg, XLII (1907), p. 25 9. 

Panthère marchant vers la droite, tournant la tête, 
et restes peu reconnaissables d'un rinceau et d'un 
personnage debout paraissant nu. Peut-être Bacchus. 

4102. Bloc rectangulaire découvert au xvi" siècle. 
Le monument, transporté à Clausen, par le comte de 



272 



AHLOX. 



Mansfcld, fut restitué, en i65o, aux habitants d'Arlon, 
par François de Croy, gouverneur du Luxembourg sous 
Pbilippe IV. Il existait en 17/40 et fut relailb''. dit-on, 
«pour faire un socle au lampadaire en fer forgé qui 
se trouve encore aujourd'hui dans la chapelle de la 



Vierge, à l'église Saint-Donat» [sib.]. Selon d'autres, sa 
destruction daterait de lytjS et serait l'œuvre des Fran- 
çais. Mais aucune de ces suppositions ne paraît fondée. 
Il est seulement certain qu'un fragment de ce bloc, 
recueilli par la famille Résibois, était encastré, en 1878, 




«dans la muraille d'un petit bâtiment au faubourg de 
Bastogncn [prat]. M. J.-B. Sibenaler le retrouva plus 
tard, «dans le jardin de M. Eugène Fribourg, rue des 



Faubourgs 75, et le fit transporter au Musée. Pierre com- 
mune. Hauteur, o m. /i3; largeur, o m. 69; épaisseur, 
m. 35. 




Dessins tirés de A. Willlieim. — Bertels, llist. Liixcmb., 
p. 1^7 (d'où GiiiCBARDiN, Descript. des Pays-Bas [Anvers, 
i58a], p. 455). — G. Wiltheim, Disq., p. 43 (dessin). — 
A. Wiltheim, Lux. rom., II, p. 58 et 69 (dessins); Deliii., 
fol. 78 et 74, 11°' 2o5 à Q08 (d'où Prat, Ilist. d'Arlon, 1, 
p. 55 et pi. XLIX à LU) = édit. Neyen, p. 235 et pi. LIX 
et LX, n°' 23a à 235. — Bertuolet, Hist. ecclés., I, p. 407. 
— BoNAVENTURE, L'atic. tradit. J'Arlun; remarques; Suite des 



irmiirqucs. — Jewtin, Marclics de l'Ardenne, I, p. 178. — 
Hettner, Zur Kultur von Germanieii uiid Galtia Belgica (Trêves, 
i883), p. 22 et pi. I, n° 2. — J.-B. Sibenaler, Aimnles de 
t'Iiist. archéol. d'Arlon, XXIX (1887), p. 338; Guirff, p. 44 et 45, 
11° 16 (gravures). 

Sur une face, un homme, vêtu d'une tunique, assis 
dans un fauteuil, derrière une table, reçoit les offrandes 



ARLON. 



273 



ou les fermages que iui apportent cinq autres hommes qui 
so suivent. De ceux-ci, le premier tient un coq, le second 
peut-être deux poissons, le troisième un panier sans 
doute rempli de fruits, et le quatrième un porcelet; on 



ne distingue aucun objet entre les mains du cinquième 
qui, d'une main, s'appuie sur un bâton. Le fragment 
retrouvé par M. Sibcnaler contient des restes des trois 
derniers de ces hommes, et notamment de celui qui tient 




le porcelet. Sur une autre face est une voiture à deux 
roues, traînée par quatre chevaux placés de front et pré- 



cédée d'un homme à pied: dans la voiture sont deux per- 
sonnes, dont une, armée d'un fouet, tient les rênes de 







l'attelage. Un troisième bas-relief nous montre une femme 
assise qui se fait coiffer par une esclave debout. Trois 
bommes portant divers objets s'acheminent vers elle; une 
table ronde les en sépare; la femme, d'une main tendue, 
leur fait un signe. Le fragment retrouvé contient le der- 
nier de ces hommes et des restes du second chargé d'un 



BAS-BELIEIS. 



ballot. Enlin, un quatrième bas-relief représente trois 
femmes, entre deux rideaux retenus par des embrasses, 
ce qui indique que la scène se passe dans une chambre; 
deux de ces femmes sont assises; la troisième, probable- 
ment une servante, se dirige vers l'une d'elles. Le vête- 
ment de tous les personnages figurés sur le bloc est une 



35 

lUrniMEItlE NATIONALE. 



274 



ARLON. 



tunique; l'homme qui porle un panier a, de plus, un 
manlelct dont le capuchon est relevé. Ce hloc est la pierre 
qu'on a prise pendant longtemps pour un autel h ]-\ 



Lune, ara Lunae, d'oi» le nom d'Arlon. En réalité, il ne 
s'agit pas d'un aulel, m;iis de l'une des assises d'un mo- 
imnient funéraire, analogue sans doute à celui d'Igel, 




i 



et consacré peut-être à la mémoire de deux époux. 
Des quatre bas-reliefs, deux se rapporteraient au mari 
cl les deux autres à la femme. 






4103. Fragment découvert, en i 907, «en exécutant 
des travaux de déblais entre les ateliers de la gare d'Arlon 
et l'ancien cimetière )5 [sib.]. Au Musée. Pierre commune. 




I 



Hauteur, m. 56 ; largeur, m. 7/1 ; épaisseur (réduite), 
o m. 07. 

Photographie coinmuniquée par M. Lucien Sibenaler. — J.-B. 
SiBENALER, Les thermes d'Arlon, p. 5 et pi. [I], n° 1 = Annales de 
l'Institut archéol. du Luxembourg, XLII (1907), p. 967. — De- 
jURTEAii , L'Ardenne belgo-rom., 3* édit. (1 91 1) , p. 1 G8 (gravure). 



Homme debout, de face, imberbe, velu d'une tunique 
et d'un manteau à capuchon; il lient de la main droite, 
contre son épaule, une baguette. A sa gauche, un per- 
sonnage plus petit, dont il ne reste plus qu'une partie 
de la tête et la main droite, écrivait sur un tableau. 
Probablement un maître d'école et son élève. La 



ARLON. 



275 



pierre a été sciée pour entrer dans ie carrelage d'une 
|)iscine. 

4104. Pierre découverte à Arlon. Autrefois «in hortis 
Luciliburgensibus Claudii Jenelterii» [wilth.]. Perdue. 

Dessin tiré de Wiltlieim. — A. Wiltheim, Lux. rom., II, p. 171; 
Ùeliii., fol. i4q, n" i39 = édit. Neïen, p. 3a3 et pi. XCVIII, 
n° 478. 



Repas funéraire. Un homme et une femme sont assis 
en face l'un de l'autre; leur vêtement se compose d'une 
tunique par-dessus laquelle la femme porte un manteau 
relevé sur les épaules. Leurs cheveux sont cachés sous 
une sorte de calotte. L'homme donne à la femme ou 
reçoit d'elle un gobelet. Derrière son fauteuil est un 
esclave debout, vêtu d'une tunique serrée à la taille par 
une ceinture. Au-dessus de la tête des personnages, 




une guirlande de (leurs suspendue à la paroi. Une table 
chargée de mets a dû disparaître. 

4105. Bloc quadrangulaire, très dégradé, de pro- 
venance vraisemblablement locale. D'abord à Mussy-la- 
Ville, sous le maître-autel de l'église; ensuite au Musée 
d'Arlon. Calcaire commun. 

CuMONT, Fragm. de «colonnes au gêanln , p. 3 , note 3 = Compte 
rendu du Congrès de la Jédér. archéol. de Belgique, XXI' session 
(1909), p. 5/(5. 

Ce bloc portait une image de divinité sur chacune de 
ses faces; mais «les quatre divinités ont été mutilées in- 
tentionnellement, à tel point qu'il est impossible d'identi- 
fier leurs attributs « [de loë, cité par cumont]. Quelques 
restes m'ont paru ceux d'une peau de lion. Il s'agirait 
alors d'Hercule. Sans doute le piédestal d'une k colonne 
au géant)). 

4106. Fragment de provenance locale. Au Musée. 
Pierre commune. Hauteur, m. 76; largeur, o m. 69; 
épaisseur, m. 26. 

Prat, UUt. d'Arlon, pi. [IV] de la a* si^rie (sans texte). — 
BiRNBAUM, Guide, 'p.io, n° 46. — Sibenaler, Guide, p. 33,n'' lo 
(gravure). 



Guerrier combattant; le personnage, tourné vers la 
droite, n'a pour vêtement qu'un manteau agralé sur 




l'épaule droite; il tenait son arme de la main droite et, 
de l'autre main, se couvrait sans doute d'un bouclier. 

35. 



276 



ARLON. 



Un fourreau vide est maintenu par un baudrier, du 1 4107, Bloc découvert, en 1907, «au commencement 
côté droit. Le manteau nous prouve qu'il ne s'agit pas , d'un mur touchant à la grande piscine des thermes d'Ar- 
d'un gladiateur. La pierre est brisée de tous les côtés. | Ion» [sib.], entre les ateliers de la gare et l'ancien 




cimetière. Au Musée. Pierre commune. Hauteur, m. 36 
largeur, m. Itb; épaisseur, cm. 5/i. 



Photographies communiquées par M. Lucien Sibenaler. — 
J.-B. SzBKNALER, Lcs ikemies d'Arlon , p. 7 et [)1. [1 et il], n" a 




à 4 =AnHaks de l'ImtUut archéoL du Luxembourg , XLII (1907), 
p. aSg. 

Sur une face, un personnage nu, marchant vers la 
gauche, les épaules couvertes d'un manteau flottant. 



,jj^^^ 



était mordu au genou par un animal à longues oreilles 
dont il ne reste plus que la tète; peut-être Actéon at- 
taqué par ses chiens. Du côté gauche, un Géant; il 
cherche à se protéger contre les coups d'une divinité 



ARLON. 



277 



Une tête de serpent, derrière lui, se dresse menaçante; 
c'est sans doute l'extrémité inférieure de l'une des jambes 
du Géant. Du côté droit, probablement un Triton : la 



partie inférieure de son corps est couverte d'un feuillage. 
La dernière face n'a conservé, dans une partie en retrait, 
que l'une des jambes nues d'un personnage marchant 




vers la droite. Assise de pilastre d'un grand monument, 
vraisemblablement funéraire. 



4108. Fragment retiré [au xvni" siècle] «de la col- 
line des ci-devant Capucins, à Arlonw; on l'avait décou- 



vert «sous les fondements d'un ancien fort» et il fut 
recueilli tçpar Jean Mathieu Pratz, avocat au Parlement 
de Paris et échevin de la ville d'Arlon^. Ce fragment, 
aujourd'hui perdu, était «de grès grossier de Differ- 
dangeji; il avait une longueur de s 2 pieds 6 pouces de 
France):. (^Nole anonyme.^ 




Note et dessin anonymes conservés dans les archives de i'In- 
stilut arcliéologique d'Arlon (d'où Prat, Ilist. d'Arlon, I, p. 1 28 
etpl. [XXXVmjdelaa'série). 

Le fragment, oîi sont figurés quatre personnages, est 
trop incomplet pour qu'on puisse l'interpréter sûrement. 



Prat y voyait «un homme, à son lit de mort, qui, après 
avoir dicté et signé son testament [tenu, de la main 
droite, par une servante], donne une bénédiction su- 
prême à sa femme ou à sa fdle agenouillée». Restes d'un 
monument funéraire. 



278 



ARLON. 



4109. Fragment d'autel découvert, en 1907, dans les 
ruines des thermes. Au Musée. Calcaire grossier. Hauteur, 
o m. 2(); largeur, m. 28; épaisseur, m. 28. 




J.-B. SinENALEri, Les thermes d'Arloii, p. 7 = Annules de l'in- 
ttitiU archéol. du Luxembourg , \\X\ (1907), p. aôg. 

Tête de femme diadémée, dans une niche en forme 
de coquille; au-dessus, les restes d'une inscription. Sur 
la partie supérieure du fragment (seule reproduite), 
peut-être deux serpents posés à plat. 

4110. Fragment de cippe autrefois à Arlon, «in 
aedibus Greischianis» [wilth.]. Perdu. 




Dessin tiré de Wiillieim. — A. Wiltheim, Lux. rom., il, 
p. lih; Delin., fol. Cg, n" 196 (d'où Prat, flisl. d'Arlon, I, p. 78 
et pi. XLIV, II" ai8) = édil. Nevbn, p. aSi et pi. LVIl, n" 218. 

Partie supérieure d'une femme, vêtue d'une tunique, 
dans une niche en forme de coquille. Le fragment pro- 



venait, selon toute apparence, d'un monument funéraire 
avec portraits de deux époux. 

4111. Pierre découverte à Arlon où elle se trouvait 
encore du temps d'Alexandre Wiltheim. Perdue. 




Dessin tiré de A. Wiillieim. — A. Wiltheim. Luv. rom., Il, 
p. 54 (dessin); Delin., fol. 78, n° qo4 (d'où Prat, llisl. d'Arlon, 
J, p. 79 et pi. XLIX) = édit. Neven, p. a3a et pi. LVIII, n° aaS. 

Le dessin de Wiltheim ne donne que l'une des faces 
latérales d'un monument funéraire dont les acrot(''res 
étaient formés par des lions. Sur cette face latérale, dans 
une niche, est une danseuse, debout, nue, échevelée, 
dénouant sa ceinture. 



ARLON. 



279 



4112. Tête découverte entre Bewingen et Attert, en 
creusant un puits. Au Musée d'Arlon. Marbre blanc. 
Hauteur, o m. 3/i. 






J l'^*J* -^«^ *- 







Pholograpliie communiquée par M. L. Sibenaler. — Engling, 
Die noch vorhand. Rijmerst. , p. 1 9 = Public, de la Soc. de Luxem- 
bourg, IX (i853), p. 65 et pi. III, 11° 12. — Sibenaler, Guide, 
p. 17, n° 1 (gravure). 

Portrait d'une impératrice du temps des Fiaviens. 
(Cf. Bebnoulli, Rom. Ikonogr., I, p. 61 et pi. XIII.) 



4113. Débris provenant d'Arlon. Autrefois à Luxem- 
bourg, au collège des Jésuites. Perdu. 




Dessin tiré de Willheim. — A. Wiltheim, htx. rom., II, 
p. 5o; Delin., fol. 71, n° 200 (d'où Prat, llisl. d'Arlon, 1, 
p. Cl et pi. LIII) = édit. Neyeiv, p. 281 et pi. LVII, n» 22'(. 



Restes de deux personnages nus penchés l'un vers 
l'autre. Wiltheim en donnait cette description : «tDuo 
Genii orhi tcrrarum zonis incincto, hinc inde accubant, 
altero quidem velut manu gubernante». Il y vovait, sans 
aucun fondement, une allégorie de l'empire romain gou- 
verné par deux princes. 



4114. Pierre découverte à Arlon, en 1671. Perdue. 

Dessin tiré de Wiltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom., II, 
p. 72" (dessin): Delin., fol. 98 , n° 280 = édit. Neyen, p. 266 et 
pi. LXXVIII, n° 325. 




Homme nu remettant un glaive dans son fourreau. 
Le personnage est debout, sur un culot décoré d'un 
feuillage; un second culot, à la partie supérieure de la 
pierre, a dû supporter quelque autre figure du même 
genre. Fragment de pilastre d'angle d'un monument 
funéraire. 

Voirie n°/io89. 



280 VIRTON, VILLERS-SUR-SEMOIS, SIGNEl'LX 

4115. Pierre trouvée à Virlon, dans le courant du 
xvii° siècle. Perdue. 




Dessin tiriî de Willlieim. — VViltiiëim, Lux. rom. , H, p. 169 
(dessin); Deliii., fol. \h\, n° iaS = édit. Neyen, p. 9a3 et 
pi. XCVIII, n° 47.5. 

Scène indéterminée. La pierre paraît provenir d'un 
monument funéraire. 

4116. Bloc mutilé, de provenance inconnue. A Vil- 
lers-sur-Semois, sous l'autel de l'église. Grès. Hauteur, 
o m. 80; largeur, m. 72. 



(1911), p. iSg. — SiBENALER, Guide, p. Ji8 (gravure). 
HtnrheiH , Die JuppitcrffifraïUensâitlen , p. ii5, n° 186. 




RooLEz, Boimer Jahrb., XI (i8/i4), p. A a. — Pbat, Hist. 
d'Arlon, I, p. 58, note. — Dendal, Annales de Tlnstilul nrchéul. 
du Luxembourijr, XXII (1888), p. 3a6. — Haug, Wcstd. Zeilschr. 
X(i89i),p; i48, n° 186. — Demarteau, Bh//. de l'Institut archéol. 
de Liège, XXXII (1906), p. i54 = Ardenne belgo-rom., 3' édil. 



Sur une face, Apollon nu, debout, à chevelure longue 
et bouclée tombant sur les épaules, tenant, de la main 
gauche, une cithare posée sur un autel, de l'autre main, 
un objet peu reconnaissablc, probablement un plectron. 
Sur la face opposée, Minerve, casquée et cuirassée, 
portant une lance de la main droite et s'appuyant, 
de l'autre main, sur un bouclier. A droite, Diane, vétuc 
d'une tunique courte, la tète parée d'un croissant en 
partie brisé, tenant un arc de la main droite. A gauche, 
Hercule, coiffé de la dépouille du lion. 

4117. Pierre sculptée trouvée à Signeulx, près de 
Virton. Perdue. 




Dessin lire de Willlieim. — A. Wiltheim, Lilv. rom.. H, 
p. 169 (dessin); Delin., fol. iSg, n" iai = édil. Neïes, p. Sao 
et pi. XCVI, n° /170. 

Femme debout, tenant un flacon; son vêlement se 
compose d'une tunique et d'un manteau. Monument 
funéraire. 



4118. Fragment de stèle, «trouvé à Vieux- Virton ; 
acquis par le Musée [de Bruxelles] entre i854 et 
1 864 » [cuM.]. Grès. Hauteur, m. 53 ; largeur, m. 7 1 ; 
épaisseur, m. 97. 

JcsTE, Catal., p. lag, a' Alil.. |). liy. — Cimont, Catal , 
p. ag, u" 18; a* ëdit., p. aaS, n' 186 (gravure). 



VIRTO.X, ARLON. 



281 



A gauche, un personnage barbu, vu de dos; il ap- 
proche de son nez l'index de sa main gauche et parait 
méditer. Au milieu, un second personnage barbu, r sem- 




blant lever au ciel ses yeux profondément enfoncés dans 
les orbites 5) [cumont]. Sur le bord droit de la pierre, 
les restes peu reconnaissables d'une troisième figure. 
Scène inexpliquée. 

4119. Fragment de groupe trouvé près de Virton, 
à Majeroux, «lors de la construction du chemin de fer 
de Virton à Saint-Mardn [gum.]. Au château de Rolley, 
près de Bastogne, chez M. Maus; moulage au Musée de 
Bruxelles. Calcaire grossier. Longueur, o m. 5o. 




Photog[ra|)hio C()mtiuirii(ju(Se par M. F. Ciiiuoiit. — F. Cumont, 
bragm. de «colonnes augéanlv, p. <) ^ Compte rendu de la Fédéral, 
archcol. et htstor. de Belgique, 2 1" session, 1909 (Liège) , p. 55o ; 
Fragment d'une colonne au géant = Annales de la Soc. d'archéol. de 
Bruxelles, XIV (1910), p. igo (gravure). — Hertlein, Die 
Juppitergigantensdulen , p. aa. 



Cavalier et anguipède. L'anguipède était couché sur 
le ventre; ses bras sont devenus informes. Il ne reste 
plus que la jambe gauche du cavalier et une partie du 
corps, avec la jambe gauche antérieure du cheval. 

4120. Bloc de provenance locale, encastré, à Vieux- 
Virton, dans un des murs de la petite église de Saint- 
Martin. Pierre commune. Hauteur, m. 70. 




I 



t>i 




De Loé, Catul. des objets exposés â Rome (191 j), p. 8, 
11° 4. — Salomon Reinach, Réperl. de reliefs, I[, p. i63, n° 5. 

Barque fluviale chargée de marins et de ballots. 



4121. Bloc rectangulaire provenant d'Arlon. Perdu. 




Dessin tiré de Wiitiieiin. — • A. VViltiieim , Lux. rom.. Il, p. 53 ; 
Z)e/m.,fol. 77,n''2 97 = édil. Neyen, p. i/i3 et pi. XXI, n" 65. 

Boucliers. (Voirie n° /io58.) 



BAS-RELIEFe. 



4122. Bloc mutilé, provenant de Monderkange. A La- 
tour, sous l'autel de l'église. Pierre commune. Hauteur, 
environ m. 90. Ce bloc ne peut pas être photographié. 

Dessin tiré de Wiltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom., II, 
p. i65 (dessin): Delin. , fol. i4i, n" iaô et 627 (d'oîi I'rat, 
Hist. (i'irfon , I , p. 58 , note 9) = édit. Neyen , p. 3ao et pi. XCVIl , 

36 

IMl'niMEltlE ^iTIU^AlJ!. 



282 



MONDERKANGE, FAUVILLEHS, ORANDCOCRT. 



n° ft-j!,. — HaijG, Westd. Zeitschr., X (1891), p. i48, n" i85. i d'art et d'archéol, XXXIX (igo/l), p. i03. 
— SiBENALER, Autels poijetis , p. 1 = Bull, des Coinm. rnynhn \ Juppili'r.'rifrniitnifu'iiilrii , ]). il!>,n°l8ô. 



HeRTLEIN. I>in 




Sur une des faces, Minerve, debout, drapée. La déesse 
s'appuyait, de la main gauche, sur un bouclier rond. De- 




grellier de la justice de paix de Fauvillers, en 187.31) 
[cuM.]. Grès jaunâtre. Hauteur de la tète, m. 1/1. 



vant le bouclier, «un serpent sortant entre deux pierres » 
[siBEN.]. Du côté droit, les restes d'une autre déesse drapée. 

4123. Débris de statue «trouvés à Fauvillers (Luxem- 
bourg); envoyés [au Musée de Bruxelles] par M. Urbain, 




Photographies communiquées par M. F. Gumont. — Cimont, 
Caidl., p. 9.1, 11° 10; 9' édit.. p. 920, u" 180 (gravure). 

Jeune femme diadéméc et main brisée tenant une 
corne d'abondance remplie de fruits. Probablement les 
restes d'une Abondance. 



4124. Stèle mutilée, à sommet arrondi, découverte 
à Grandcourt. Au Musée d'Arlon. Pierre grossière «de 



ARLON. 



283 



sable jaune 55 [sib.J. Hauteur, o m. /lo ; iai-jjcur, o m. 33 ; 
épaisseur,o m. o6. 




genoux un objet de forme ronde, et tient de la main 
droite une sorte de tige ou de baguette peu reconnaissable. 



4125. Pierre mutilée provenant d'Arlon. Autrefois à 
Clausen , chez ie comte de Mansfeld. Perdue. 



BiRNBiuH, Guide, p. 8i, n° 64. — Sibenaler, Guide, p. 67 
(p-ravure). — Cli. Arendt, Congrès archéol. et histor. de Garni, 
ao' session (1907), suppl. u° 3 (gravure). 

f ■ Epona, vêtue d'une robe longue, assise, à droite, sur 
une monture marchant à droite. La déesse a sur ses 




Dessins tirés de Guillaume et Alexandre de Willlieim. — C.I.L., 
XIII, 4975. — G. WiLTHEiM, Disq., fol. 46 et 47 (dessin, d'où 
Waltzing, Orolaun., p. i53). — A. Wiltiieim, Lux. rom., I, 
p. 59 bis (dessin); Delin., fol. 8, l'ig. i3 (à rebours, d'où de 
HoNTiiEiM, Prodrom. hist. trevir. diplotnaticae , I, p. 191) = édit. 
Neven, p. 39 et pi. VI, n" 19 et 1 2 bis. 




Trois hommes identiquement vêtus d'une tunique à 
manches courtes serrée à la taille par une ceinture, 



remuent chacun avec un bâton le contenu d'une cuve 
de bois posée sur le sol. Selon M. Waltzing, il s'agirait de 

36. 



28/» 



AMBEULOIP. 



foulons. L'un des côtés de la pierre contenait les restes 
d'une inscription. (Voirie n"i!ii36.) 



4126. Bloc trouvé à Amberloup, en i 828. Au Musée 
de Luxembourj;, «où [la pierre] a été envoyée avant 




i83o» [prat]; moulage au Musée d'Arion. Pierre com- 
mune. Hauteur, m. 76; largeur, m. 43; épaisseur, 
o m. li[\. 



Public, de la Suc. pour la rech. et la conseir. des moiimn. hist. 
dans le Grand-Duché de Luxembourg, l (i8i5),pl. l;IV(i8i9). 
p. io4. — Roulez. BomiprVH/iri., XI (i864), p. 4a. — Engu.ng, 



AMBERLOUP. 



285 



Die vormaligen Tempel, p. 17=^ Publie, de la Soc. pour la rech. 
et la coHsert: des moiium. liist. dans le Graiid-Duclié de Luxem- 
bourg, X (i856), p. 69. — Neykn, Annales de l'Iiist. archéol. 



de Luxembourg. III (i85a-i853), p. ii5 el |)1. III. — 
Prat, Ilist. d'Arlon, I, |). 56, note 9. — Halg, Wesid. 
Zeilschr., X (1891), p. i48, n" 188. — SiBENAr.ER, Guide, 




p. 102 (gravures). — - Hertlein, Die Juppitergigantensàuleii , 
p. 11 5. — Salomon Heinach, Répert. de reliefs, III, p. h'^h, 
n°' 4-7. 



Sur une face, Minerve casquée et cuirassée, tenant 
de la main droite une lance, et s'appuyant de l'autre 



286 



AMBERLOUP. 



main sur un bouclier de forme ovale. La déesse est 
chausstjc; son costume se compose d'une tunique longue , 



à nombreux plis, serrée à la taille par une ceinture, et 
d'un manteau jeté sur l'épaule gauche; contre son épaule 




h3 




^- .^i 






\ 


" ■-. ■ ■ 


i- 


Éî 


1. 



gauche, une chouette posée sur une palme. Sur la face 
opposée, Mercure, vêtu d'une chlamyde, agrafée sur 



l'épaule droite, coitTé du pétase, posant de la main 
droite une bourse sur un autel quadrangulaire, avec 



AMBERLOUP. 



•287 



base et couronnement, et tenant de l'autre main un 
caducée. A droite, Hercule nu, la peau du lion cou- 



vrant l'épaule gauche et une partie de la poitrine, 
versant de la main droite le contenu d'un cantliare, sur 




un autel semblable à celui de Mercure, et s'appuyant 
de l'autre main sur une massue; la tête du dieu a dis- 



paru presque entièrement. A gauche, Gérés ou Diane, 
vêtue d'une tunique longue et plissée, à manches 



288 



ET HE. 



courtes, serrée à la taille par une ceinture; la déesse 
porte, de la main droite, un serpent, de l'autre main 
un llambeau allumi';. Les quatre divinités sont de- 
bout, de face, dans des niches. La partie supérieure 
(lu bloc a été creusée pour le placement d'une autre 
pierre. 

Voir les n"' /i i3o et lii3^. 



4127. Bloc mutilé trouvé à Ethe. Autrefois au même 
lieu, dans l'église. Perdu. 

Dessins tirés de Witlheim. — A. Wiltiieim, Lux. i-om., Il, 
p. i63 (dessins); Deltn., fol. i/io, n°' iaS à 4-25 (d'où Prat. 




Hisl. d'Avion, I, p. 67, note a) = édit. INeyen, p. 820 et 
|il. XGVII, II"' 471 à 478. ~ IlETTNEn, Westd. Zeitschr., IV 
(l885), p. 867. — Haug, Weatd. Zeitschr., X (1891), p. 147. 
n° i84. — Hertlein, Die Juppitergiganlensàulen, p. 11 5, 
n" 18/1. 

Sur une des faces. Mercure, coiffé du pétase, la 
poitrine et le bras gauche couverts d'un manteau flottant 
agrafé sur. l'épaule droite, portant de la main droite une 
bourse, de l'autre main un caducée; à sa droite, un bouc 



couché. Du côté droit, Hercule nu, barbu, les épaules 
couvertes de la peau du lion ; le dieu est appuyé de la 




main droite sur sa massue, et tient de l'autre main un 
vase sans anse (coupe à boire); contre son épaule droite, 




un oiseau, dillicilement de Stymphale : sans doute un 
corbeau. Du côté gauche. Minerve, casquée et drapée, 



ARLON, VIRTON. 



289 



armée d'une lance qu'elle tient de la main droite; la 
déesse, à ce qu'il semble, s'appuyait de l'autre main 
sur un bouclier. Contre l'épaule gauche de Minerve, une 
chouette perchée sur un étroit piédestal. Les trois divi- 
nités sont debout, de face, dans des niches. (Voir le 
n" lii3o.) 

4128. Pierre découverte à Arlon, en 1671. Perdue 
peu de temps après. 

Dessin tiré de Wiltlieim. — A. Wiltheim, Lux. rom., II, 
j). 79" (dessin) ;i)e/!'«., fol. 96, 11° 276 {(ToùVkkt, Hist. d' Arlon ,[ , 
]j. 98 et pi. XG, n° 390) = ddlt. Neyen, p. 364 et pi. LXXVII, 

11° 390. 




Guirlandes supportées par des bucrânes. Au-dessus 
de chaque guirlande était peut-être un objet du culte. 




Il s'agit ici, vraisemblablement, d'un couteau de sacri- 
fice, dans sa gaine. Fragment de frise. 



4129. Bloc mutilé, k trouvé en 1897, au lieu dit 
Plain fays, le long de la route d'Ethe à Virton, dans le 





ilanc de la montagne» [sib.]. Au iMusée d'Arlon. Grès. 
Hauteur, m. gf? ; largeur, o m. 60 ; épaisseur, m. 5/r. 



BAS-RELIEFS. 







SiBENALER , Annales de l'Insliiut archéol. de Luxembourg, XXXl 
(1897), p. 904; Guide, p. 106, 11° 69 (gravure). 

37 

I.Ul'l'.lUi:iUE N.IT1U>ALE. 



290 



MESSANCY. 



Minerve casquée, la poitrine parée du gorgonéion, 
portant sa lance de la main droite, et s'appuyant de 
l'autre main sur son bouclier. Du côté opposé, les 
traces d'un dieu nu, probablement Apollon. A droite, 
une déesse, drapée et voilée, peut-être Junon, versant 
de la main droite sur un autel le contenu d'une pa- 
tère. A gauche, Hercule nu, la peau du lion sur le bras 
gauche, s'appuyant de la main droite sur sa massue. 
Les quatre divinités représentées étaient debout, de 
face, dans des niches. La pierre «occupait son em- 
placement primitif [près d'une source] et avait été sim- 




Musée de Bruxelles. Calcaire grossier. Hauteur, o m. 80 ; 
largeur et épaisseur, ni. By. 

A. WiLTHEiM , Lux. rom. , H , p. 1 6 1 (dessins) ; Dclin. , fol. 189, 
n°' 4i8à iao (d'où Prat, llist. d'Arlon, 1, p. 67, noie a) == édil. 
Neyen, p. 320 et pi. XCVI, n"' 466 h 468. — Haig, Wesld. 
Zeitschr., X (1891), p. 1^7, u° i83. — Cimont, Fragm. de 
«colonnes au géant ti. p. 9 = Compte rendu de la fédérât, archéol. de 



plement renversée; des restants de substructions existent 
encore» [sibenaler]. Toute la sculpture a beaucoup souf- 
fert; les bas-reliefs d'Hercule et d'Apollon ne sont plus 
que difficilement reconnaissables. 

Voir le n° It i3o. 



4130. Bloc R autrefois placé sous le maître-autel de 
l'église de Mcssancy, démolie en 18^8» [cum.]. D'abord 
au m(5me lieu , dans le parc de M. de Mathelin ; ensuite au 




Belgique, ai* session, Liège (1909), p. oôo (gravures); Calai. 
(2' édit.), p. 208, n° 17a (gravures). — Hertlein, Die Juppiler- 
giganlensâulen , p. 1 1 '1 , n° 1 83. 

Sur une face, Minerve debout, drapée, lèle nue, 
tenant de la main droite sa lance, et s'appuyant de 
l'autre main sur son bouclier; contre son épaule gauche, 
une chouette. Le casque de la déesse est posé devant 



MKSSANCY. 



291 



elle, sur un petit autei. Du côté oppose, Apollon assis, 
les jambes enveloppées d'un manteau, sa lyre sur le 



genou gauche. Sur la face latérale droite. Mercure et 
une déesse, peut-être Rosmerta. Tous deux sont de- 



I 




bout; le dieu porte la bourse et le caducée; ses épaules 
sont couvertes d'un manteau flottant boutonné du côté 
droit; la déesse se dévoile. Le bas-relief de la quatrième 
face représente Junon , caractérisée par un paon sculpté 
contre son épaule droite. La déesse est assise et vêtue 
d'une tunique à manches courtes et d'un manteau; elle 
tient de la main droite une patère; la main gauche est 
brisée. 

On admet aujourd'hui communément que les r pierres 
à quatre dieux 75 ne sont pas des autels, mais des pié- 
destaux. Elles auraient servi à supporter d'abord une 
autre pierre, généralement de forme octogonale, avec 
la représentation des dieux de la semaine, complétée 
de quelque manière, ensuite un fiît de colonne, avec 
chapiteau , enfin un dieu cavalier foulant aux pieds de 
sa monture un anguipède. 




4131. Fragment de provenance régionale inconnue. 



Perd 



errlu. 



-."■.«•i 




Dessin tiré de Wiltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom., II, 
p. aa; Delin., fol. 67, 11° 180 = édil. Neven, p. aïo et j)l. LUI, 



n" 300. 



292 



VIRTON. 



Homme liant un ballot. Le personnage avait le pied 
gauche posé sur le ballot dont il tendait probablement 
les cordes en se servant d'un levier de bois. (Voir les 
n"' i6/i et /ii56.) 



4132. Base trouvée à Virlon; elle fut «envoyée de 
Trêves, avant l'année 1711, au baron de Crassier, à 
Liège; transportée plus tard à Maëstricht, et achetée 
par le Musée [de Bruxelles], en 1 8i) 1 , à M. Arn. Scbaep- 




kens» [cuM.]. Leclère et Gaveau donnent ce monument 
comme découvert à Semond (Côte-d'Or). Grès jaunâtre. 
Hauteur, m. 69; largeur, om. 60; épaisseur, m. 07. 

Pliolograpliics communiquées par M. F. Cumonl. — De Cras- 
sier, Corresj)., p. ai, n° 3; Lellres itiédilci, p. 12, 11 (du 9 oc- 



tobre 1715); cf. Il et 5,111; Séries mimism. (1721), p. 3.17, 
n" 1 . — MoNTFAucos , Aiit. crpl. , Il ( 1 7 1 9 ) , p. /i 37 et pi. CXCXll , 
n° 1: SuppL, II, p. 220 (d'après lui, Schoepflin, Alsat. illusli:, 
I [1751], ]). 485: — Leclère cl Ciaveau, Archéol. cello-rom. de 
l'anviidiss. de Chdtillon-sur-Seiiie [Paris, i8i3: in-4"], p. 27 
et pi. VI. n" 3). — SciiAVES, CataL, p. 85, n" 78'. — Jiste, 



VIRTON. 



293 



Calai, i" édit., p. i58; a' édil., p. 167. — Hacg, Westd. 
Zehschr. far Gesch. uiid Kunsl, X (1891), p. i34, n° i55. — 
F. GuMONT, Calai., \" édit., p. 9, n° 1; 2* édil., p. ao3, 
n° 169 (gravures). — Hertlein, Die Jtippilergiganlensdulen , 



p. 1 15, n° i55. 



Sur une des faces, Jupiter nu, barbu, à cheveux 
longs, un manteau sur l'épaule et le bras gauches, te- 
nant un foudre de la main gauche baissée et s'appuyant 
de l'autre main sur un sceptre. Du côté opposé. Her- 




cule nu, la peau du lion sur l'épaule et le bras gauches, 
s'appuyant de la main droite sur une massue. Le bloc, 
de ce côté, est très dégradé; le visage du dieu a com- 
plètement disparu et il ne reste plus que des traces des 
jambes, des avant-bras et des attributs. Sur la face 



latérale droite. Minerve, parée du gorgonéion. La déesse 
est vêtue d'une tunique à manches courtes et d'un man- 
teau dont un des pans, couvrant l'épaule gauche, est 
ramené sur le bras droit. Elle s'appuie de la main 
gauche sur un bouclier rond, posé probablement sur 



294 



VIRTON. 



un gradin, et tient de l'autre main levée une lance 
dont la partie supérieure a disparu. La tête de Minerve 



est en grande partie détruite. Quelques restes de sculp- 
ture qui l'entourent peuvent être pris pour 'ceux d'un 




casque. Sur la face latérale gauche est une déesse tenant 
de la main gauche une torche ou des serpents, de l'autre 
main un attribut de forme rectiligne, qui a de même 
l'apparence d'un serpent. Le vêtement de cette déesse se 
compose d'une tunique longue à manches courtes et d'une 
sorte de blouse serrée au-dessous des seins. Ce vêtement, 
collant sur les jambes, fait latéralement de nombreux 
plis, comme s'il était soumis à l'action du vent; on peut 



y trouver l'indication d'une marche rapide. M. Hert- 
lein et d'autres auteurs, en se fondant sur la pré- 
sence d'un paon, à côté de déesses analogues, supposent 
qu'il s'agit de Junon ; mais la torche et le serpent mo 
paraissent plutôt caractériser quelque déesse indigène, 
plus ou moins comparable à la Diane do Cnossos, 
que nous connaissons par Pausanias. (Cf. Salomon Rki- 
NACH, Cultes, IV, p. 62.) «Le monument était Ira- 



VIRTON. 



295 



vaille en deux pièces superposées, aujourd'hui dis- j rond, de o m. Sa de diamètre. Le bloc inférieur est 
jointes. La tranche supérieure est percée d'un trou | plein ?> [cumont]. 




Voir les n°' 2067, /1126, ^i/13, Zi2o3, /iai4 et 



4133. Restes d'une base trouvés à Virton ; la 
pierre fut « envoyée de Trêves au baron de Cras- 
sier, avec le n' 4 182, et acquise [en i85i], par 
ie Musée [de Bruxelles] w [cdmont]. Grès blanchâtre. 



Hauteur, m. 78; largeur, m. 62; épaisseur, 
m. 5«. 

Photographie communiquée par M. F. Cumont. — De Cras- 
sier, Con-esp., p. 11; Lettres inédites, p. 12; Séries }mmism., 
]). 357. 11° 2. — MoNTFAicos, Ant. eiqiL, II (1719), p. ^27 cl 
pi. CXCXII, 11° 9. — ScuoEPFLiN , Ahat. illusir., 1 (1751), p. /i85. 
— ScHAYES, CataL, p. 85, n° 70^ — Th. Juste, Cnial., 
i"édit.,p. 1 58, S 93; a'édit., p. lû']. — Haug, Westd. Zeitsclir. 
Jiir Gesch. iind Kunsi , X (1891), p. i34, n° i56. — F. Cumoxt, 



296 



VIRTON. 



Cntal., i" Alil., p. 11, a" a; a' édit., p. ao5, n" 170 (gravures). 
— Herti.ein, Die Juppitergiffantensàttlen , p. 1 15 , n' 1 il. 

Sur chaque face citait une figure debout, dans une 
niche peu profonde. Un des personnages a disparu com- 



plètement; il n'existe, d'un autre, que des restes peu 
reconnaissahles de la tête et des épaules. Des deux faces 
restantes, qui sont contiguës, l'une fournit une image 
de Jupiter harhn. vêtu d'un manteau qui passe sur 




l'épaule gauche et couvre la partie inférieure du corps; 
le dieu, dont le visage est mutilé, portait peut-être une 
couronne de chêne; il s'appuie de la main gauche sur 
un sceptre; l'autre main et le foudre quelle a pu tenir 
font défaut. Apollon est représenté sur la quatrième 
face. Le dieu est enveloppé dans un manteau dont les 
plis tombent le long du corps ; il s'appuie de la main 
gauche sur une lyre en partie détruite, et a le bras droit 



ramené vers la tête. Du temps de Montfaucon, la pierre 
était mieux conservée. On y voyait r Mercure avec le 
caducée et des ailes à la tête et aux pieds » et Hercule 
«portant sur l'épaule la peau du lion et s'appuyant de 
la main droite sur sa massue n. 

4134. Fragment de tablette trouvé à Virton. La pierre 
fut envoyée de Trêves, avant 1715, au baron de Gras- 



WOLKRANGE. 



297 



sier, à Liège; on la transporta plus tard à iVIaëstriclit. 
Elle a été «acquise [par le Musée de Bruxelles] en 



i85i, de M. Arn. Schaepkensn [cum.]. Calcaire tendre. 
Hauteur, o m. 58 ; largeur, o m. 6 1 ; épaisseur, cm. 1 5. 




Pholograpliie communiquée par M. F. Cumont. — De Crassier, 
Con-esp., p. 9 1, n" 3; Lettres inédites, p. 12; Séries numism., 

p. 357, 11" 3. MoNTFAUCON, Alll. CXpl. , I (I7I9), p. I18 

e', pi. LUI, n° h. — Scuayes, Calai., p. 85, n" 78. — Juste, 
Cillai., \" édit., p. iSg,!, to; 9" édit., p. 147. — Clhont, 
Calai., 1" édit., p. 18, n° 7; a' édit., p. 907, n° 171 (gravure). 

Soleil nimbé et radié, conduisant un quadrige lancé 
au galop vers la droite. Le dieu n'a pour vêtement qu'un 
manteau flottant qui lui couvre une partie de la poitrine 
et les épaules; il tient de la main droite un fouet, de 
l'autre main les rênes de l'attelage. La pierre a fait sans 
doute partie d'un monument consacré au culte de Mithra. 

BIS-BELIEFS. T. 



4135. Bloc très mutilé, de provenance inconnue. 
Autrefois à VVolkrange, sous l'autel de l'église; actuel- 
lement au même lieu , au presbytère. Grès. Hauteur, 
o m. 64; largeur et épaisseur, o m. 67. 

Prat, Eist. d'ArloH, I, p. 58 , note. — Halg, Wes'd. Zeilschr. , 
X (1891), p. i39, H" 1^9. — J.-B. SiBENALER, daus Tandel, 
Notice, p. 25. — Hertleis, Die Jitppitergiffantensâuleii, p. ii4. 

Sur une face, Minerve casquée et drapée, s'appuyant 
de la main droite sur sa lance; contre son épaule gauche, 
une chouette. Du côté opposé, une déesse drapée et dia- 

38 



IHITIMEltlE N.iTIO>ALE. 



298 



ARLON, VIRTON. 



déméc, peu reconnaissabic; Junon ou Cérès. A droite, 
Mercure nu, coiffé de deux aiies, son manteau sur 
l'épaule gauche. A gaucho, les restes d'un autre dieu nu, 




paraissant barbu ; sans doute Hercule. Comme on ne 
possède que la partie supérieure des figures, la plupart 
des attributs font défaut. 

4136. Pierre découverte à Arlon, probablement en 
1671. Perdue. 




Dessin lire de Wiitlieim. — A. Wiltheim, Lux. rom., I, 
p. 69 bis (dessin); Delin., fol. 9, n" th (d'où Waltzing, 



Orolaun., p. i55 [gravure]) = ëdil. Neyen, p. .39 et pi. VI, 
n-iS. 

Un homme coiffé d'un bonnet conique ou d'un capu- 
chon, vôlu d'une tunique courte serrée à la taille, est 
debout contre une cuve placée sur un trépied et remplie 
d'un liquide. Il plonge une de ses mains dans ce liquide 
et le remue de l'autre, avec trois bâtons. Selon M. Walt- 
zing, il s'agirait d'un foulon. Probablement un tein- 
turier. (Voirie n" ^126.) 



4137. Fragment de bloc, «trouvé en i8i3, près 
de Virton, à l'endroit dit Majeroux; entré au Musée [de 




Bruxelles] en iS/iS?) [cum.]. Grès jaunâtre. Hauteur, 
o m. 95; largeur, m. 2G; épaisseur, m. iG. 

Roulez, Bull, de l'Acad. royale de Bnixelles, X, a (i8i3), 
p. ii6. — ScHAYES, CataJ., p. 95, n° a'ia. — Juste, Cntal., 
|). iSg, 2* édit., p. 169. — CuMONT, Catal., p. 16, n° 5; 
9*édit. . p. 9i5, n° 176 (gravure). 

Sur une des faces (seule reproduite), peut-être Apol- 
lon, caractérisé par une longue chevelure nouée sur le 
sommet du front. Du côté droit. Mercure, ayant tenu un 
caducée dont il reste des traces. Du côté gauche, un 
dieu barbu , probablement Hercule. Le bas-relief de la 
quatrième face a complètement disparu. wA la surface 
supérieure, on remarque une saillie de la pierre, qui 
semble être un reste de la statue que [le bloc] suppor- 
tait n [cumont]. 



4138. Édicule trouvé, en iS^a, près de Virton, au 
lieu dit Majeroux. Au Musée de Bruxelles. Grès jaunâtre 



(pierre de DilTerdange). Hauteur 
m. 30; épaisseur, o m. aç). 



m. 



BASLIEUX 
largeur, 



299 



I 




Roulez, Bull, de l'Acud. royale de Bruxelles , X(i843), p. /ii6. 
- ScHAYEs, Calai, p. 95, n° a4i. — Juste, Calai, p. iSg; 



Q*éflit. , p. 168. — CiMONT, Calai, p. 17, u° 6: a'édil, , [i. 216, 
11° 176 (gravure). 

Dieu nu, debout de face, imberbe, dans une niche 
entre deux pilastres, tenant des deux mains un voile 
qui flotte au-dessus de sa tète. A chaque angle, sur les 
faces latérales, d'autres pilastres. L'entablement est en 
ressaut, et «surmonté d'un toit à pignon couvert de 
tuiles plates simulées par des losanges n [cumont]. Selon 
M. Cumont, il pourrait s'agir de Jupiter-Caelus. L'édicule 
était fixé sur un piédestal au moyen de crampons dont 
il reste des traces. (Voir le n" 8788.) 



4139. Autel découvert en 18 17, à Baslieux, canton 
de Longwy. D'abord au même lieu, «dans l'enclos de 




M. de Saintignon " [viv.] ; ensuite à Cons-la-Grandville, 
chez M. le comte de Lambertye ; paraît égaré. Pierre com- 
mune. «Hauteur, cm. 90; largeur, cm. 3o; épaisseur, 
o m. 3555 [rob.]. 

Dessin lire de Boulangé. — C. /. L. , XllI, 8978. — Boulanké, 
dans L'Auslrasie, 1 (i853). p. 618 (gravure) [d'où Robert, 
Épigr. de la Moselle, I, p. 54.J. — Viville, Diclioim. de la A/o- 
«e//c,II(i8i7), p. 34. 

Mercure nu, debout de face, coiffé de deux ailes, 
son manteau sur le bras droit, tenant, de la main 
gauche, un caducée reposant à terre, de l'autre mam 
une bourse, entre les cornes d'un bouc couché. Au- 
dessous, l'inscription: Mer(curio). 

38. 



300 



MESSANCY. 



4140. Pierre mutilée, trouvée à Messancy. Perdue. 

Dessin tiré de Wiltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom., H, 
p. 167 (àessia) ; Delin. , fol. 187 et i38, n"/iiaà 4i4 el 417 
(d'oii Prat, Hist. d'Arlon, I, p. 67, note 9) — édil. Nkyen. 
p. 3i8etpl. XGV,n"46o à 463. 



Sur une face, Diane, armée d'un arc, vêtue d'une 
tunique courte; un chien, portant un collier, la re- 
{janie. Sur une autre face, Hercule; à sa droite est un 
autel supportant la Icte de la dépouille du lion. Le troi- 
sième bas-relief représente Apollon; un Griffon placé à 






„ r... <iÊÊÊÊÊF^ 


\ jHH 


1 VjW^^l 


\^3I^ 


nB '^^^^P'^ 






t— ■ 


^fe-i^ 



ses pieds nous permet de le reconnaître. Le dieu avait 
les épaules couvertes d'un manteau flottant. Le bas-relief 



de la dernière face est d'une explication plus difficile. 
Un personnage, vêtu d'une tunique sans manches, serrée 





à la taille , est assis sur un siège qui paraît garni d'un 
coussin et cherche à soulever, de la main gauche, par 
une chaîne de deux maillons, peut-être un poids posé 



sur le sol. Il est probable qu'il s'agit encore d'une 
divinité; mais je ne vois aucun nom qui puisse lui 
convenir. 



CLAUSE.\. 



301 



ANCIENNE COLLECTION DU PALAIS MANSFELD. 



Toutes les pierres qui vont suivre, jusqu'au n" /n85 inclusivement, ont fait partie de la collection 
formée à Clausen, près de Luxembourg, par le comte Pierre-Ernest de Mansfeld (voir ci-dessus, p. 2 1 2), 




l'alais et jardins Mansfeld, d'après VAtlus de I. 

A l'exemple des princes romains qui décoraient de chefs-d'œuvre leurs jardins etleurs vignes, Mansfeld, 
comme l'a dit M. Waltzing, était toujours «à l'affût des monuments antiques qu'on découvrait dans 
son duché Ti('l 11 forma même un instant le projet de faire transporter à Clausen la colonne d'Igel. Mais 
il n'appréciait dans les sculptures antiques que leur antiquité même et l'art dont elles témoignaient. 
11 ne s'inquiétait pas de leur origine; ceux de ses contemporains qui visitèrent Clausen ne la trouvèrent 
indiquée nulle part. On sait seulement, par Ortelius, qu'avant lôyS on avait déjà transporté à Clausen 
une grande quantité de pierres qui provenaient d'Arlon. Un autre témoin, Christophe de Brower, nous 
apprend que les antiquités tréviriennes du palais Mansfeld étaient rr remarquables par leur variété «('-). 
Trêves et surtout Arlon où des destructions de remparts avaient amené, en i558 et dans la seconde 
moitié du xvi^ siècle,' la découverte de beaucoup de monuments figurés, contribuèrent donc à la déco- 
ration des jardins Mansfeld; mais des antiquités y furent apportées aussi de Metz, de Scarpone, de 
Gérouville, de Marner et d'autres heux. 11 faut en excepter cependant Carden, près de Coblentz. 
Alexandre de Wiltheim, en donnant cette provenance à quelques pierres dont une stèle particulièrement 
soignée (ci-après, n° /) 1 ■yo), a été trompé par une phrase équivoque de Brower. 

Cl Orolaun. vicus , p. 96. — ('^1 Anliqiiit. et annal, trevir., p. Ii'i. 



:\o-2 



CLAUSEN. 



Le palais de Glausen, et avec lui les collecliotis de toute sorte qui ajoutaient à sa richesse, n'eurent 
qu'une durée très éphémère. Mansfeld mourut en 1 6o/i ; sa fortune passa au roi d'Espagne, Philippe III , 
qui fit conduire h Madrid les tahleaux et les statues de Glausen. Dès i63o, le palais, complètement 
abandonné, tombait en ruine. En 16/19, ^^ palais et tout ce qu'il contenait encore furent vendus. Il ne 
reste plus aujoin-d'hui, des somptueuses constructions de Glausen, que le portail principal, un autre 
portail plus petit et quelques pans de murs. Les antiquités furent mises au pillage. Le conseiller Rinsfeld 
en reçut un certain nombre qui furent données plus tard, par la veuve de ce personnage, Marie de 
Wiltheim, au collège des Jésuites de Luxembourg, où se trouvait son frère. Quatre pierres seulement 
demeurèrent à Glausen, dans un des portails où le comte de Mansfeld les avait fait placer. Elles y sont 
encore, mais fort dégradées. 

La collection des Jésuites, formée par A. de Wiltlicim qui nous en a laissé des dessins et une descrip- 
tion faite avec soin, se composait de quatre apiliersii, de cinq assises, surmontés chacun d'un emblème 
chrétien. Elle ne survécut pas non plus à son fondateur. Bertholet ('', J.-N. de Honiheim '^\ d'autres en- 
core, nous disent que les sculptures du collège des Jésuites servirent pour les fondations de nouveaux 
bâtiments; mais ils ne rapportent qu'une tradition. Il est plus certain que des pierres furent données ou 
vendues à des particuliers. Georges de Ballonfeaux en posséda deux qui devinrent, à sa mort, la pro- 
priété du comte de Villers Burg-Esch ; elles sont, depuis 1887, '^^ Musée de Metz. On en a retrouvé 
trois autres, en 1866, en ouvrant à Luxembourg la rue de l'Athénée, à côté de l'ancien collège des 
Jésuites. Jusqu'à ce jour, ce sont les seules dont on n'ait pas perdu la trace. 



4141. Fragment de provenance inconnue. Perdu. 

Dessin tiré de Wiltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom.,\. 
p. 21 3; Deliii.. fol. 3f), n° 109 (d'où Bertholkt, Hist. ecclés., 




1, p. 399 [bis]; — Vr\t, Hisl. d'AHon, 1, p. 58 et pi. XVII) = 
ëdil. Neïex, p. 176 et pi. XXXIIl, 11° 19/1. 

Abondance ou Fortune drapée dans un manteau, le 
torse nu; la déesse tient d'une main une corne d'abon- 
dance, et s'appuie de l'autre main sur un globe. 



4142. Pierre de provenance inconnue. Perdue après 
avoir fait partie de la collection Binsfeld donnée aux 
Jésuites. 




Dessin tiré de Wiltlieini. — A. Wiltheim, Lux. rom., I, 
p. 356 (dessin); Ddin., fol. 55, n° i5o = édit. .Xeïen, ji. ig-j 
etpl. XLVI,n° 171. 

Homme imberbe, debout de face, vêtu d'une tu- 
nique, sacrifiant probablement sur un autel en forme 



(') Bertuolet, Hitt. eccléi., l, p. SgS. — O Hohtueim, Prodrom. hiit. Irevir., I, p. 181; etc. 



CLAUSEN. 



303 



(le haluslre et tenant, de l'autre main ramenée sur la 
poilrine, peut-être un gâteau dont le bord serait den- 
telé. 



4143. Pierre mutilée de provenance inconnue. Perdue 
après avoir fait partie de la collection Binsfeld donnée 
aux Jésuites. 





Dessin tiré de A. Wiltheiin. — G. Wiltheim, Disq., fol. 63 1 48, u" i2t, 122 el 127 (d'où Bertholet, Ilisl. eccUs., l, 
(dessin). — A.Wilthkim , Luw. rom., i, p. 338; Delin., fol. 46 et j p. 397) = édit. Neyen, p. i83 et pi. XXXIX, n°' i45 et i/iC. 





On reconnaît, sur deux des faces. Hercule et Diane. 
Hercule, vêtu de la dépouille du lion, s'appuie d'une 
main sur sa massue. Diane est accompagnée d'un cerf. 



(|ui se dresse contre elle, et d'un oiseau posé sur un 
perchoir; son costume se compose d'une tunique courte 
et d'un manteau. Sur une autre face, dont tout le côté 



304 



CLAUSEN. 



gauche devait faire défaut, est une femme drapée tenant 
deux serpents. Une seconde divinité l'accompagnait; il 
n'en reste plus que des traces, mais il semble qu'un ser- 
pent ait entouré le bas de la jambe de cette divinité. Les 
Disquisiliones de G.Wiltheim contiennent le dessin que je 
donne ici sous le n" Zi. Je ne saurais dire s'il s'agit d'une 




Delin., fol. 97 et 28, n°' 66 à 69 (d'où Bertiiolet, Hisl. ecclcs., 
I, p. 398; — Prat, Histoire d'Arlon, I, p. 62 et pi. III 




image plus mauvaise de la même pierre ou d'une seconde 
déesse tenant des serpents. (Voir les n"* /ii3o et 4i32.) 

4144. Pierre de provenance inconnue. Perdue. 

Dessins tirés de A. Wiltheim. — G. Wiltheim, Disq., fol. 56 
et .17 (dessins). — A. Wiltheim, Lux. rom., I, p. 271 (dessins), 




à VI; — Hadg, Westd. Zeitschr. fiir Gcschichte und Kuntl, X 
[1891], p. i4.5,n°i79; — Hekilbin, Die Juppitergiganlensàulen, 




p.îii.4, 11° 179) = ëdit. Neyen, p. 16a et pi. XXIV, n"' 85rt 
et 85 b. 



Jupiter, Apollon, Hercule et Mercure. Jupiter tient 
de la main droite un foudre et s'appuie de l'autre 



CLAUSEN. 



305 



main sur un sceptre; à sa droite, est un aigle posé 
sur un globe. Apollon, le pied gauche sur un autel, a 
une cithare sur le genou, du même côté. Hercule, armé 
de la massue, vêtu de la dépouille du lion ramenée sur 
le bras gauche, verse de la main droite, sur un autel, 
le contenu d'une patère. Mercure, coiffé du pétase, 
pourvu de talonnières, les épaules et la poitrine couvertes 
d'un manteau flottant d'une forme particulière, les bras 
ims, porte la bourse et le caducée. (Voir le n" 4 1 3o.) 

4145. Pierre de provenance inconnue. Perdue. 

Dessin tiré de A. Willheim. — CWiltheim, Disq., fol. 6/i'( des- 
sin'). — A. WiLTHEiM , Lu.T. rom., I, p. 218 et 290 (dessins); 




Deliii., fol. 36, n" 94 (d'où Pbat, Uist. d'Arloii, l, p. 55 et 
[)l. XIX)=(<dit. Neyen, p. 170 et pi. XXX, u' 111. 

Femme debout, de face, drapée et voilée, tenant un 
sceptre de la main gauche et portant, de l'autre main, 
un petit personnage ailé, complètement nu. Le motif 
de ce bas-relief est analogue à celui du groupe d'Ëiréné 
et Pioutos, conservé à la Glyptothèque de Munich (Cla- 
iiAC, Miisée, pi. 678 = Salomon Reinacii, Répert., I, 

BAS-nELlEFS. — V. 



p. 3 7/1); mais je ne connais aucun exemple de Ploulos 
représenté avec des ailes. Il s'agit peut-être de Vénus et 
l'Amour. 

4146. Fragments de provenance inconnue. Perdus. 

Dessin tiré de Wiitlieim. — A. Wiltheim, Lux. rom., I, 
p. 270 (dessin); Delhi., fol. 27, n" 65 (d'où Bertuolet, Ilist. 




ecclés., I, p. 387 ; — I'rat, Uist. d'Arlon, I, p. 59 et pi. II) = 
édit. Neyen, p. 162 et pi. XXIII, n" %h. 

Un homme nu, son manteau sur le bras gauche, est 
sur le point d'ôter la vie à une femme agenouillée placée 
devant lui, et qu'il saisit par les cheveux. Un Amour 
ailé le repousse. Au second plan , un bouclier rond posé 
sur ie sol. Le costume de la femme est celui des Ama- 
zones. Peut-être Achille et Penthésilée. 

4147. Pierre de provenance inconnue. Perdue après 
avoir fait partie de la collection Binsfeld donnée aux 
Jésuites. 

Dessin tiré de A. Wiltheim. — G. Wiltheim, Disq., fol. 33 
(dessin). — A. Wiltheim, Lux. rom., I, p. 16 (dessin); Delin., 
fol. 5 , n" 6 = édit. Neyen, p. 8 et pi. III, 11° 6. 

Sujet indéterminé. Trois hommes imberbes, vêtus 
d'une tunique à manches courtes serrée à la taille par 
une ceinture, marchent l'un derrière l'autre et tiennent 
chacun, des deux mains, un crochet grossier, peut-être 
de bois, dont ils paraissent frapper le sol. Derrière eux 

39* 



IMir.lH£IlIB .NATIONALE. 



306 



CLAUSEiN. 



est une sorte de coffre, à couvercle arrondi, qui pourrait 
ôtre pris pour un monument funéraire. L'objet tenu n'est 



pas un fléau; il ne s'agit donc pas d'une scène de dépi- 
quage. Le bas-relief pourrait représenter des cultivateurs 




qui écrasent les mottes d'un cbamp nouvellement en- 
semencé. 



4148. Pierre de provenance régionale inconnue. 
Perdue. 




Dessin tird de A. Willlieim. — G. Wiltiieim, Disq., fol. 3a 
(dessin). — A. Wilthëim, Lux. rom., I, p. aS (dessin); Delin, 
fol. 6, n" 9 = <5dit. Nbven, p. i a et pi. IV, n° 8. 

Un personnage, assis dans un fauteuil, tient sur ses 
genoux un registre ouvert; devant ce personnage, deux 
hommes imberbes étalent, sur une table, des monnaies 



^^^ 



tirées d'un grand sac. L'un (iu cfs hommes ne s'occupe 
que du sac et de son contenu; l'autre semble donner 
des explications au personnage qui tient le registre. Sur 
le bord de la table pourrait être un encrier, de forme 
cylindrique. Les trois personnages sont uniformément 
vêtus d'une tunique. 



CLAUSES. 



307 



4149. Bloc de provenance inconnue. Actuellement 
» Luxembourg, à l'nngle de la rue Clairefontaine et de 
la rue de la Trinité, dans la maçonnerie de l'habitation 



de M. Alexis Brasseur, ancien député. Calcaire com- 
mun. Hauteur, o m. 67; largeur, 1 m. i3; épais- 
seur, m. li(). 




A. WiLTHEiM, Lux. roin., 1, p. 91 (dessin); Deliii., fol. 6, n" 7 
el 8 = édi(. Neven, p. n et pi. IV, 11° 7. — Enclixg, Public, de 
la Soc. pour la recherche cl la conscrv. des monum. hist. dans le 
Grand-Duché de Luxembourg, Mil (18,19), p. 71 et pL V. 




Assis dans un fauteuil, à côté d'un comptoir, les 
mains l'une sur l'autre, un personnage paraît présider 
à une distribution d'argent. Près du comptoir, une 
femme puise dans une coupe et se penche vers un 
homme debout qui, d'une main, fait un geste d'humi- 
lité. Un autre homme debout attend son tour pour se 



présenter devant le comptoir. Un troisième s'éloigne ; il 
porte une besace et s'appuie sur un bâton. A droite du 
tableau, un quatrième homme et une femme, tous deux 
debout, causent entre eux. La femme est suppliante; 
l'homme l'écoute et paraît puiser dans une besace qu'il 
tient devant lui. Derrière le personnage assis, et s'ap- 
puyant sur son fauteuil, est une femme debout, très dé- 
gradée. Au second plan apparaissent les traces d'un der- 
nier personnage. Tous les hommes sont velus de tuniques 
ou de pénules à capuchon. Les femmes portent une robe; 
leur coiffure est du Haut Empire. Sur la face latérale 
gauche, un homme imberbe, vêtu d'une tunique à 
manches courtes serrée à la taille, vide peut-être, au 
pied d'un arbre, du fumier ou des ordures apportées 
sur une civière. Derrière lui, une femme debout, tenant, 
à ce qu'il semble, une quenouille, le regarde; elle est 
costumée comme celles du premier tableau. Monument 
funéraire. 

4150. Pierre de provenance inconnue. Perdue. 

Dessin tire'de Wiitheim. — Wiltheim, Lux. roin., I, p. 935 (des- 
sin); Deliii.,{o\. 16, n''a7=édit. Neïem, p. i3o et pi. XIII, n° 33. 

Hercule et l'Hydre de Lerne. Le dieu, complète- 
ment nu et vu de dos, avait le genou droit peut-être 
posé sur un rocher; il brandissait vraisemblablement, 

39 • 



308 



CLAUSEN. 



de la main droite, une massue et tenait, de l'autre 
main, la peau du lion. L'Hydre, représentée sous la 



forme d'un serpent à cinq têtes, lui entourait la jambe 
droite. La perte de quatre de ces têtes et la forme du 




bloc paraissent prouver que la sculpture a été retaillée 
pour faire partie d'une archivolte. 



4151. Pierre de provenance régionale inconnue. 
Perdue. 




Dessin tii-ë de Willheim. — A. Wiltiieim, Linc. rom., I, 1 et pi. XII, n° Sa. 
p. q33 (dessin); Dclin., fol. i5, n° 26 = c'dit. Neyen, p. 129 | trevir., p. 89. 



— Cf. Brower et Masen, Aniiquit. el animl. 



CLAUSEN. 



309 



D(5essc et homme nu courant vers la gauche. La déesse , 
vêtue d'une tunique courte et d'un manteau enflé par le 
vent, a le côté droit de la poitrine à découvert; elle est 
accompagnée d'un chien , tient de la main gauche une 
torche allumée, et se retourne comme pour guider la 
marche de son compagnon. Celui-ci a son manteau snr 
le bras droit; il est armé d'une épée. Un chien l'accom- 
pagne aussi. Il s'agit peut-être d'Artémis venant en aide 
aux guerriers qui poursuivent Créon, ravisseur d'Ismène 
et d'Anligone. 



4152. Pierre de provenance régionale inconnue. 
Perdue. 




Dessin tiré de Wiltheim. — A. VVilthkim, Ltur. rom., I, 
p. 217 et 294 (dessins); Delhi., fol. 3.3, n° 88 (d"où Bertiiolet, 
Hist. ecclés., I, p. 892; — I'rat, llisl. d'Arlon, I, p. 76 et 
pi. XII) = édit. Neyen, p. 170 et pi. XXX, n° 109. 



Soldats, probablement cuirassés, au-dessous d'une 
guirlande, contre un pilastre. Leur armement se com- 
posait d'une lance et d'un bouclier. (Voir le n° 6022.) 



4153. Fragment de tablette de provenance inconnue. 
Perdu. 




Dessin tiré de \Mltlieim. — A. ^\lLTIlEIM, Lux. rom., I, 
p. 270 (dessin); Dclin., fol. 28, n" 70 (d'où Prat, llisl. d'Arlou, 
I, p. 53 et pi. VII) = édit. Neyen, p. i6k et pi. XXIV, n" 86. 

Caducée ; attribut de Mercure. 



4154. Pierre de provenance inconnue. Perdue après 
avoir fait partie de la collection Binsfeld donnée aux 
Jésuites. 

Dessin tiré de Boissard. — CI. L., XIII, 4264. — Orteliis, 
Itiner., p. 35. — Boissard, Ant., fol. 169. — G. Wiltheim, Distf., 
fol. 186 (dessin). — A. Wiltheim, Lux. rom. , I, p. 39 1 (dessin): 
Delin., fol. 45, n" 117 (d'où Prat, Hist. d'Arlon, I, p. 83 et 
pi. XXV a; — Waltzing , Orolaun. , p. 1 35 [grav.] = Musée belge , 
IX [1906]. p. 1 1 4) = édit. Neyen, p. 181 et pi. XXXVII, n° i4i . 




r^ Est apex sepuïciiralis , seu arca vel arcula . . . ge- 
mims ornata leonibus . . . Lapis excamtus est, cweri- 



hus utique defunctt recipiendis. Superior pars abscissav 
[wiltheim]. (Voir le n° /i 1 1 1 .) 



310 



CLAUSEN. 



4155. Pierre de provenance inconnue. Perdue après 
avoir fait partie de la collection Binsfeld donnée aux 
Jésuites. 




Dessin tiré de VVilllieiin. — A. Wii.tiieim, Lux. roin., 1, 
p. 2i4; Delin., fol. ho, ii° io6 (d"où Vaxt, Ilist. d'Arlon, I, 
p. 8o et pi. XVIII) = ddit. Neven, pi. 177 et pi. XXXIV, 
n° i3o. 



Charretier conduisant une voiture à deux roues attelée 
d'un cheval. Il ne reste (pie le bas du corps du charre- 
tier et la partie postérieure du cheval. La clavette de 
l'essieu est indiquée. Il semble aussi que les crins de la 
queue du cheval aient été serrés par un lien. 

4156. Bloc mutilé de provenance inconnue. Perdu 
après son passage dans la collection Binsfeld donnée à 
Wiltheim, ce bloc, parlajjé en deux fragments et creusé 
sur une de ses faces, a été retrouvé dans le sol, en 1 866, 
en ouvrant la rue de l'Athénée, à côté de l'ancien col- 
lège des Jésuites. Au iMusée de Luxembourg. Pierre com- 
mune. Hauteur, m. 80; largeur, 1 m. 10; épaisseur, 
m. 85. 

C. /./-., Xin,4985. — BoissARD, ^nf.,fol. 1 ,^)8. — G. Wilt- 
heim, Disq., loi. 3oo à 3o9. — A. Wiltheim, Lux. rom., I, 
p. 35o et 11 , p. 62 ; Delin. , fol. 53 f t 55 , n"' 1 46 , 1 /iS el 1 /i 9 (d'où 
Bertholet, llist. ecclés., I, p. 4 00; — De Hontheim, Prodrom. I, 
p. 20a : — ■ Prat, llist. d'Arlon,l,p. 85 et pi. XXXIV à XXXVI; 
— Waltzing, Orolaun., p. 173 [gravure] = Musée belge, IX 
[1905], p. i5o) = édit. Neïes, p. 189 et pi. XLV et XLVI, 





«ilP 



Jv»» 



i*^ 




11°' i65 à 167. — Engling, Public, de la Soc. pour la recherche 
et la cotiserv. des monum. hist. dans le Grand-Duché de Lu.vem- 
bourg, XXII (1866), p. 107 et pi. I. — Schlermans, Bull, de 
la Comin. royale d'art et d'archéol., VII (1868), p. 62. — 
Salomon Reinach, Répert. de reliefs, III, p. 676, n" 1 à 3. 



Sur la face principale, un homme et une femme, 
tous deux drapés, sont à demi couchés sur un lit. 
L'homme tient de la main gauche une cuillère, de 
l'autre main un objet fruste, peut-être un gobelet. De- 



CLALSEN. 



311 



\ant les deux personnages est un trépied, couvert d'une \ pied du lit, une femme drapée est assise dans un fauteuil 
nappe, supportant un plat contenant une volaille. Au | de forme arrondie; elle tient sur ses genouv une cor- 




beille de fruits et remet à la femme à demi couchée | naissable. Une troisième femme, debout, vêtue d'une 
soit un gobelet, soit un fruit : l'objet n'est plus recon- , tunique, les jambes croisées, s'appuie sur le dossier du 




fauteuil. Du côté droit, un enfant, vêtu aussi d'une tu- 1 chargé de gâteaux. Le fond du tableau est décoré 
nique, s'éloigne; il porte de la main droite un broc et, de trois guirlandes. Au-dessus son les restes d'une 
peut-être, de l'autre main un plateau rectangulaire | mscr'\\)ùon :. .f]ratri et patribus, [p{onendunij\ c(^umvit). 



312 



CLAUSEN. 



Sur chaque face latérale, sous des arcades, d'autres 
scènes. A droite est une femme assise, à sa toilette; 
tandis qu'une servante la peigne, une autre lui présente 
un miroir. Derrière chaque servante, un escabeau; celui 
de droite supporte, peut-être, une cuvette; sur l'autre 
est une boite ouverte contenant des bijoux ou des 
parfums. La femme assise est vêtue d'une tunique et 
d'un manteau ; les deux servantes n'ont pour vêtement 
qu'une tunique. A gauche, trois ouvriers confectionnent 
un ballol. Un de ces hommes est monté sur le ballot et, 
de chaque main, en saisit la corde; les deux autres font 
effort avec des leviers. Tous les trois sont vêtus d'une 
tunique courte, serrée à la taille. Au-dessus de chaque 



arcade latérale, les restes d'autres bas-reliefs : d'un côté, 
une corbeille de fruits et la partie inférieure de deux 
personnages debout dont l'un avait les jambes nues; de 
l'autre, l'une des roues d'une charrette et les jambes de 
deux chevaux. Le commencement de l'inscription et la 
partie supérieure des bas-reliefs incomplets se trouvaient 
sur une autre pierre qui a disparu. Monument funéraire. 



4157. Cippc de provenance inconnue. A Clausen, 
dans la maçonnerie de l'un des portails. Calcaire gros- 
sier. Hauteur, i m. 02; largeur, m. 8/1; épaisseur, 
m. 8.3. 




BoissARD, Aiit., fol. i39. — G. WiLTUEiM, Disq. , foi. 194 
(dessin). — A. Wiltueim, Lux. rom., II, p. 12 (dessin); Delin., 
fol. 3o, n° 78, et 66, n° 179 (d'oti Prat, Htst. d'Arlon, I, 
|). 80 et pi. IX) = ddit. Neyen, p. i65 et 208, et pi. XXVI, 
u* 94, et LU, 11° 198. — Engling, Public, de la Soc. pour la re- 
cherche des monum. htst. daiis le GrandrDuché de Luxembourg, Vil 
(i852), p. 7S etpl. VL 



Sur la face principale, un homme et une femme de- 
bout, vêtus d'une tunique et d'un manteau. L'homme 
porte une bourse sur le bras gauche; la femme a pu tenir 
un flacon. Du côté droit, un homme imberbe, vêtu aussi 
d'une tunique, conduisant une voiture à deux roues at- 
telée de deux chevaux marchant de front. Le personnage 



CLAUSEN. 



313 



est assis sur le devant de la voiture; il brandit d'une 
main un fouet à deux lanières et tient de l'autre les 



rênes de l'attelage. Le coffre de la voiture est en osier 
tressé. Les chevaux n'ont pas de bride; les rênes pa- 




raissent aboutir aux colliers; mais il se peut que les 
brides et une partie des rênes aient été peintes. Des 
têtes imberbes servent d'acrotères. 



4158. Pierre de provenance inconnue. Perdue après 
avoir fait partie de la collection Binsfeld, donnée aux 
Jésuites. 



^>r JWWÎ5* {mmàm^^m&w^^- 




Dessin iivé de Willlieim. — A. Wiltiieih, Liuc. rom., I, 
Y>.?>-2i\DeUn., fol. i5, n° 118 (d'où Bertiiolet, Hist. ccclés., I, 



p. 396; — Prat, Hist. d'Arlon, I, p. 83 et pi. XXVI) = édit. 
Neyen, p. 18a et pi. XXXVIII, n' tlta.' 



BAS-RELIEFS. 



4o 

ilirr.iHer.iE kationale. 



31/1 



CLAUSEN. 



Repas funéraire. Un homme imberbe, couché sur un 
lit, tient, de la main droite, une mappa; devant lui est 
un trépied chargé de mets ou de fruits. Une femme, 
assise, coiffée d'une sorte de bonnet, vêtue d'une robe 
et d'un manteau, tend, de la main gauche, un objet 
ovale, peut-être un pain, à l'homme couché et se re- 
tourne comme pour donner des ordres à une servante 
placée derrière elle, contre un rideau. Cette servante, 
habillée d'une robe serrée à la taille, parait tenir un 



llacon. Du côté droit, une autre servante porte un go- 
belet et, prol)al)lement, un puisoir. De ce même côté, 
un mime, jouant de la flûte, compléterait la scène; 
mais le personnage, dans un dessin des Notes de VVill- 
heim , n'a rien de caricatural. 



4169. Marbre de provenance inconnue. Wiltheiiii 
suppose qu'on l'avait tiré du cimetière de Saint-.Maximin, 
à Trêves. Perdu. 




Dessin tiré de Wiltlieim. — A. Wiltheim, iwa^. rom., 1, p. 284; 
Delin., foi. 3i, n° 8i =ëdil. NEYEN,p. i68 et pi. XXVIl, n° 98. 



Deux Victoires debout, appuvées sur un earloucho, 
tiennent chacune l'un des bouts d'une draperie abritant 




un buste. Le buste de droite est celui d'un homme 
barbu; le buste de gauche, d'une femme. Le cartouche 



était destiné à contenir une épitaphe qui ne semble pas 
avoir été gravée, mais pourrait avoir été peinte. 



CLAUSEN. 



315 



4160. Bloc mutilé de provenance inconnue. A Clau- 
sen, dans la maçonnerie de l'un des portails. Calcaire 



grossier très coquillier. Hauteur, o m. 56; largeur, 
m. 8o. 








A.WiLTHEiM, Lnx. rmn., I, p. 279 (dessin); Delhi., fol. 99, 11° 77 
(d'où Bebtholet, Uk{. ecclés., I, p. 890; — Prat, Ilist. d'Arloii, 
I, p. 6) et pt. VllI) = e'dit. Neyen, p. 1 65 et pi. X\V, n" 98. — 
Engling, Public, de la Soc. pour la recherche des monum. hist. dans 
le GrandrDuché de Luxembourg , VIII (i852), p. 76 et pi. VII. 

Triton frappant de sa lance un sanglier marin. Contre 
l'épaule gauche du Triton, un coquillage. (Voir le 



4161. Pierre de provenance inconnue. Perdue après 
avoir fait partie de la collection Binsfeld, donnée aux 
Jésuites. 



Dessin tiré de Wiltheim. — C. 1. L, XIII, /laSC. — G. Wilt- 
HEIM, Disq., p. 186. — A. Wiltheim, Lux. rom., I, p. 349 
(dessin); Delin., fol. 5o, n° 189 ((roii Bertholet, Hist. ecclés., 
I, p. 899; — Prat, Ilist. d'Arlon, I, p. 84 et pi. XXIX; — 




Waltzino, Orotaun., p. 177 [giaviire] = Muscebeiffc, IX [1906], 
p. io4) = édil. Neyen, p. i85 el pi. XLIII, n° i58. 

Entre deux grands tonneaux cerclés de bois, deux 
hommes imberbes, l'un et l'autre vêtus d'une tunique, 



sont assis sur des escabeaux. Un comptoir ou une table 
les sépare. Celui de droite lit dans un livre; l'autre, 
sans doute un acheteur, paraît sentir ou porter à sa 
bouche le contenu d'une fiole. Sur les tonneaux, la for- 

4o. 



316 



CLAUSEN. 



mule : D[m) M[anibus). ProLablement le monument 
funéraire d'un marchand de vin. 

4162. Marbre de provenance inconnue. Willhcim 
suppose qu'on l'avait trouvé dans le cimetière de Saint- 
Maximin, à Trêves. Perdu. 

Dessin tiré tle Wiltlieim. — A. Wiltheim, Luœ. rom., 1, 
p. 13 ;Dc/m., fol. 3i, n° 8o = édit. Neyen, p. 1G7 et pi. XXVli, 



n" 97 (d'oti Edmond Le Blaîii, Sarcoph. ehrél. de la Gaule, p. 1 1 

[gravure]). 

Au centre, un cartouche, de forme rectangulaire, est 
soutenu par deux Amours nus, ailés, les épaules cou- 
vertes d'un manteau. A gauche, les trois jeunes Hébreux, 
vêtus d'une tunique courte et d'un manteau flottant, 
s'éloignent de Nabuchodonosor assis, dont ils refusent 
d'adorer l'image posée sur une colonne. L'un de ces Hé- 




breux montre une étoile. A droite , les trois Mages viennent 
adorer le Christ nouveau-né et lui apportent des pré- 



sents. Leur costume est analogue à celui des Hébreux. 
Le cartouche était destiné à contenir une inscription qui 




ne semble pas avoir été gravée, mais pourrait avoir été 
peinte. 



4163. Cippe de provenance inconnue. Perdu après 
son passage dans la collection Binsfcld donnée à Wilt- 
heim, ce cippe a été retrouvé dans le sol, en 1866, en 
ouvrant la rue de l'Athénée, à côté de l'ancien collège 
des Jésuites. Au Musée de Luxembourg. Pierre com- 



mune. Hauteur, cm. 85; largeur, om.70; épaisseur, 
o m. /i5. 

C. 1. L., Xlll, 4280. — Outeliis, Ilincr.,p. 35. — Boissard, 
Ant., fol. i53 et i54. — Griter, Iiiscript. rom., p. 889, 
n° 8. — Brower, Aniif/iiit., 1, p. 54. — G. Wiltheim, Disq., 
fol. 191 et 192 (dessins). — A. Wiltheim, Lux. rom., 1, p. 343 
(dessins); Dclin., fol. 5i, n" i4o à i49 (d'oîi Hontheim, Pro- 
drom., 1, p. 197; — Bertholet, llist. ecclés., I, p. 399; — 
pR\T, llist. d'Arlon, I, p. 79 el 84, et pi. XX\ et XXXI; 
— Waltzing, Orolaun., p. t63 [gravures] = Musée belge, IX 



CLAUSEN. 



317 



[igoS], p. lio; — Engling, Piibl. de la Soc. jMur la rech. et la 
cons. des monum. hht. dam le Grand-Duché de Luxembourg, XXll 



[1866], p. 1 1 1 et pi. II) = édit. Neyev, p. 186 et pi. XLIH et 
XLIV, 11" 169 et 160. 




Sur la face principale, un homme et une femme de- 
bout. L'un et l'autre sont vêtus d'une tunique et d'un 



manteau. L'homme est imberbe et porte des tablettes; 
la femme tient un flacon et une mappa. Sur chaque 





face latérale, un adolescent nu jouant, à ce qu'il semble, 
avec un enfant. Celui de droite a l'enfant sur sa main 
gauche levée à hauteur de la tête et tient, de l'autre 



maui , 



un bâton. Celui de gauche porte, des deux 
mains, l'enfant sur ses épaules, où il est placé à cali- 
fourchon. L'adolescent et l'enfant représentés du côté 



318 



GLAUSEN. 



gauche paraissent un peu plus âgés que ceux du côté 
droit. Le cippe a des pilastres d'angle décorés de feuilles 
stylisées. Selon G. et A. Wiltheim, l'inscription : AveSexli 
Iiirunde; Valc Sexli lucumle aurait accompagné les bas- 
reliefs; elle ne pouvait être que gravée sur une seconde 
pierre qui ferait défaut, et non, comme l'a dit A. Wilt- 
heim, sur l'une des faces du cippe qui nous occupe. 
M. Wallzing, admettant une hypothèse d'A. Wiltheinv, 
est d'avis que les scènes des faces latérales «contrastent 
par l'attitude des deux enfants 75. L'un, tout petit, joue, 
dit-il, avec des fleurs et regarde vers l'adolescent; l'autre, 
plus grand, se détourne, au contraire. L'un semble sou- 
rire à la vie qui commence, et l'adolescent lui adresse 
le souhait de bienvenue : Ave, «bonjour»; l'autre paraît 
s'en aller et quitter la vie ; l'adolescent lui adresse un 
éternel adieu : « Fa/e». Cette interprétation ne me sa- 
tisfait pas; je suppose qu'il s'agit de Satyres portant 
Bacchus. 



4164. Pierre de provenance inconnue. Perdue. 




Dessin tiré de Wiltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom., I, 
p. 9i3 (dessin); Deliti., foi. 3.3, n° 85 (d'où Prat, Hist. d'Ar- 



ëdit. Neven, p. 1C8 et pi. XXVUI, 



Ion, I, p. 7G et pi. IX) 
n° 102. 

Masque imberbe ou casque à visage parmi des bou- 
cliers. Fragment de frise. 

4165. Fragment de provenance inconnue. Perdu. 

Dessin tiré de Wiltheim. — A. WiJlheim, Liue. rom., I, 
|). 976 (dessin); Delin., fol. 28. n° 71 (d'où Prat, Hist. d'Ar- 




loH, I, p. 61 et pi. Vll) = édit. Neven, p. i64 et pi. XXIV, 
n°87. 

Triton ou anguipède. (Voirie numéro suivant.) 

4166. Bloc de provenance inconnue. Perdu. 

Dessin tiré de A. Wiltheim. — G. Wiltheim, Di's^., fol. 993 
(dessin). — A. Wiltheim, Lux. rom., I, p. ai'i; Delin., fol. 4o, 




n° 108 (d'où Bertholet, Ilisl. ecclés., I, p. SgS; — Prat, Hist. 
d'Arlon,l, p. 61 et pi. XIV) =édit. Neïen, p. 176 et pi. XXXIIl, 
n-igô. 



Triton et Néréide montée sur un lion marin. Le Triton 
a les oreilles pointues des Satyres. 



CLAUSEN. 



319 



4167. Cippe de provenance inconnue. Perdu après 
avoir fait partie de la collection Binsfeld donnëe aux 
Jésuites. 

Dessin tiré de A. Wiltheim. — C. I. L., XIII, ^967. — 
Grïter , /H.scn/)(. rom.,p. 786, n° 12. — G. Wiltheim, Dis^'uisfV., 
fol. 233. — A. Wiltheim, Lî/x.rom., I, p. 169 (après 862 [des- 
sin] ) ; Delin. , fol. 58 , n° 1 60 (d'où Hontheim , Prodrom. , I , p. 2 00 ; 



— Prat, Hist. d'Arlon, I, p. 87 et pi. LUI; — Waltzlno, Oro- 
lauH., p. 189 [gravure] = Musée belge [1905], p. ii5) = édit. 
Neyen, p. 192 etpl. XLIX, 11° 180. 

Homme et femme debout, dans une niche, se don- 
nant la main. L'un et l'autre sont vêtus d'une tunique et 
d'un manteau; le manteau de l'homme est pourvu d'un 
capuchon. La femme tient, de la main droite, une 



^ALVAMENTE.ME)v1 or Ai 

FVLVIVS.POT ElTlNVSJj 
IBl.VIYSTET.I-yCAN I AEf 
[JANVARIAE. CO>aivGJ 
OÈ ^, -FVNG TAtt 




mappa; ses cheveux sont probablement cachés sous une 
grande coiffe. Son compagnon est barbu et porte, de la 
main gauche, des tablettes. Au-dessus de la niche, l'in- 
scription : [Sjrt/m menle memor a\rnons\ , Fulvius Poten- 
tmu[s, sjtbt, vi{d^us, et Lucania^e^ Iimuariae, coniugiî) 
defunclae, J{eciCj. 



4168. Pierre de provenance inconnue, vue en 1 ô'jS , 
par Ortehus, près de la fontaine de Neptune. Une note 



de G. Wiltheim nous apprend qu'elle mesurait 3 pieds 
de haut sur 9 pieds de large. A. Wiltheim la retrouva 
au même lieu. Perdue. 



Dessin tiré de A. Wiltheim. — C. I. L.,XIII, 4268. — Orte- 
Liiis, lliiier., p. 34. — BoissARD, Ant., fol. 157. — G. Wiltheim , 
Disq., fol. 226. — A. Wiltheim, Lux. rom., 1, p. ai4 (dessin) 
et 3io; Delhi., fol. Zio, n° 107 (à rebours, d'où Schdermans, 
Bull, de la Comm. royale d'art et d'archéoL, VII [1868], p. 60; 
XV [1876], p. io5; — Prat, Ilist., I, p. 80 et pi. XVIII; 
— Waltzing, Orolaun., p. 1/42 [gravure] = Musée belge, 
IX [1905], p. 117) = édit. NEVEN,p. 177 etpl. XXXIV, n" i3i. 



3-20 



CLAUSEN. 



Bustes d'un homme et d'une femme, l'un et l'autre 
vêtus d'une tunique; la femme tenait peut-être un go- 




belet, riionime avait une sorte d'écliarpe ou de cache- 
nez sur son c^paule droite. An-dessous, l'inscription (de 




lecture incertaine) : D(iis) M{(mihm)\ lurcinius, D[r]intlo 
et Calen(usy, Agnlillus uxori f{<iciendum\ c{uravh\. 



4169. Pierre de provenance inconnue. Perdue après 
avoir fait partie de la collection Binsfeld, donnée aux 
Jésuites. 

Dessins tirés de A. Wiltlieim et de Boissard. — Boissard, 
Ant, fol. 108. — G, WiLTiiEiM, Dixq., fol. i84 (dessin proba- 
blement retourné). — A. Wiltiieim, I.ux. rom., 1, p. Sn'i ; Del'm., 
fol. 4G, n' ii9(do;i Prat, llUt. d'Arlon, I, p. 83 et pi. XXVII a) 
= édit. .Neyen, p. i83 et pi. XXXVIII, n° ihS. 

Homme et femme debout, dans une niche. L'homme 
est imberbe et porte un coffret ou des tablettes; la femme 
tient un flacon et, probablement, une mappa. L'un et 
l'autre sont vêtus d'une tunique par-dessus laquelle est, 
pour l'homme un manteau à capuchon, pour la femme 
une sorte d'ccharpe. La tunique de la femme est bordée 
de franges. Au second plan, à hauteur des têtes, au- 
rait été, d'après Wiltheim, un petit personnage nu, éten- 




dant les bras. Le savant jésuite y reconnaissait un Génie même place, les traces d'un arbre et cette hypothèse est 
nuptial; mais le dessin de Boissard indique, à cette beaucoup plus croyable. Au-dessous du tableau, dans une 



CLAUSEN. 



321 



seconde niche, un homme vêtu d'une luuique attaque 
un sanglier avec un épieu. Ce sujet, d'ailleurs fréquent, 
est peut-être inspiré de la chasse de Galydon. Monu- 
ment funéraire de deux époux. 

4170. Pierre de provenance inconnue. Perdue après 
avoir fait partie de la collection Binsfeld, donnée aux 
Jésuites. 

Dessins tirés de Wiltheim. — G. 7. L., XIII, /1277. — Orte- 
tiLS, Itiiicr., p. 35. — BoissvKD, Ânt., loi. 1 5(). — Grijteb. 
hiscript. rom., p. 786; 11° 2. — Brower, Antiquit., \, p. 55. 
— G. Wiltheim, Disq., fol. 198. — A. Wiltheim, Lux. rom., 
I, p. 170 (après la page 862; dessins), De/m., fol. 62 et 63, 
n°' 17a à 174 (d'oii HofiTiiEiM, Prodrom., I, p. 196; — Bram- 

BACU, C. I. Rh., 712; ScilBERMANS, Bull. dcS CotHlll. fOljaks 

d'art et d'archéologie, Vil [1868], p. 61 ; XV [1876], p. 88; 
XI [1879], p. 75; — Prat, Hisl. d'Arlon, I, p. 87 el pi. XL à 
XLII; — Waltzing, Orolaun., p. i56 [gravure]) = édif. Neyen, 
p. 197 et 198, et pi. LI, n°' 192 h 19/i. — Engling, Public, de la 
Soc. pour la rech. et la conserv. des Monmn. hist. dans le Grand- 
Duché de Luxembourg, XXlI (1 866) , p. 1 1 2 et pi. II (cf. Van Wer- 
VEKE, ibid., LI [1908], p. aSa). 

Sur la face principale, un homme et une femme 
debout, dans une niche. L'homme est barbu et, de la 
main gauche, porte une bourse; la femme a, sur le bras 



gauche, un cofTret. Leur vêtement se compose d'une tu- 
nique et d'un manteau. Au-dessous, l'inscription : D[i{s) 




M{anibus); Pennausio L<ignn[a)e, [S\idom{a)c Iass((i)e; 
mommen\t\um , fiili{i) fnciendum, de suo curaverunt. Sur 




chaque face latérale, au-dessus d'un phénix, est un per- 
sonnage nu, la tête entourée d'une écharpe; celui de 




gauche tient probablement un masque imberbe et pose 
l'autre main sur la tête d'un petit personnage nu. Ces 



BAS-BELIEFS. 



/il 

IMI-UlUEIllE NATIUNALE. 



3 •->•-> 



CLAUSEN. 



figures des faces latérales sont à rapprocher de celles 
qui sont sculptées sur les édicules décrits plus haut sous 
les n"" 3788 et li 1 38. 11 pourrait s'agir de divinités. 



4171. Pierre de provenance inconnue. Perdue après 
avoir fait partie de la collection Binsfeld, donnée aux 
Jésuites. 




Dessin lire de Wiltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom., 1, 
p. 3/18 (dessin); Delin., fol. 59, n° 1 W = édit Neyen, p. 187 
etpl.XLlV, n"i63. 

Buste nu, imberbe, dans un fronton dont les tympans 
paraissent décorés de griffons. Assise supérieure d'un 
monument funéraire. 



4172. Buste de provenance régionale inconnue. Perdu. 

Dessin tiré de Wiltheim. — A. Wiltheim, Lur. rom., I, 
p. 91/i (dessina; Delin., ffl. 33, n° 87 (d'où I'rat, Hist. 





ù 


"' '^y. 






s 


<^ '^^Ùl 


ml*} 


■ 




- "k J^H 


t 


5 




A ^^^H 


k 


< 


"^^N, 




1 


L; 


>^* 




Je 


1^ ^ ■'P' 


>■■'" 




-iji 



d'Arlon, I, p. 55 et pi. X) = édit. iNeven, p. 168 et pi. XXVIII, 
n° io3. 

Jeune femme. Peut-être un fragment de statue. Selon 
Wiltheim, dont l'opinion ne semble pas fondée, il se 
serait agi d'Apollon. 



4173. Marbre de provenance inconnue. Wiltheim 
suppose qu'on l'avait trouvé dans le cimetière de Saint- 
Maximin, à Trêves. Perdu. 




Dessin tiré de Wiltheim. — A. Wiltheim, Lut: mm.. I, 
p.a83: Delin., fol. Sa, n° 8a = édit. Neu:n, p. 1 68 et pi. \XVill. 

n° 99- 



CLAUSEN. 



3-J3 



Un homme barbu, velu d'une tunique, est aux pieds 
du Christ tenant une palme. Il peut s'agir du centurion 
de l'Évangile ou de la guérison d'un aveugle. 

4174. Fragment de provenance inconnue. Perdu. 

Dessin tiré de Wiltheim. — A. Whtiieii», Ltta^. rom., I, 
j). ai3 ; De'liii., fol. 33, n" 86 (d'où Bebtholet, llist. ecclés., 1, 
|). 3f)a; — Pbat, Ilisl. d'Aiion, [, p. Sg et pi. XI) ^^ édil. 
Neyen, p. 170 ot pi. XXIX, n° loli. 




Femme nue levant les deux bras ; probablement une 
danseuse. Le fragment a pu faire partie de l'un des côtés 
d'un monument funéraire. 



4175. Fragment de provenance inconnue. Perdu. 

Dessin tiré de Wiltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom., I, 
p. 3o9 (dessin); Delin., fol. 4o, n" io5 (d'où Prat, Hisl. d'Av- 




ion, I, p. 61 et pi. XVII) = édil. Neyen. p. 176 et pi. XXXIV, 
n- 129. 

Je ne puis donner, de ce bas-relief, aucune interpré- 
tation satisfaisante. 



4176. Pierre de provenance inconnue. Perdue après 
avoir fait partie de la collection Binsfeld, donnée aux 
Jésuites. 




Dessin tire' de Wdtlieiin. — G. Wiltheim, Disq., fol. 197 (des- 
sin). — A. Wiltheim, Lux. rom., I, p. 821; Delhi., fol. 46, 
n" 1 20 (d'où Prat, Hisl. d'Arlon, I, p. 83 et pi. XXVII b) = édit. 
Neyen, p. i83 et pi. XXXIX, n' i44. 

Homme et femme debout, se donnant la main. 
L'homme est imberbe et vêtu d'une pénule à capuchon ; 
la femme porte une robe et un manteau. Monument 
funéraire de deux époux. 

4177. Bloc mutilé de provenance inconnue. A Glau- 
sen, dans la maçonnerie de l'un des portails. Calcaire 
grossier. Hauteur, o m. 70; largeur, 1 m. aS; épais- 
seur, G m. 88. 

A. Wiltheim, Lux. rom., 1, p. 978 (dessin); Delhi., fol. 29, 
n°' 75 et 76 (d'où Bertholet, Hist. ecclés., I, p. 890: — Prat, 
Hist.d'Arlon, \,p.6ietpl\m)=édil. Neyen, p. 1 65 et pi. XXVI, 
u"' 91 et 92. — Engling, Public, de la Soc. pour la conserv. des 
monum. hist. dans le Grand-Duché de Luxembourg, VIII (i852), 
p. 75 et pi. VII. 

Triton conduisant vers la droite un cheval marin ; au- 
dessus du cheval, un dauphin; au-dessous, un coquil- 

4i. 



32/1 



CLAUSEN. 



lage. Entre la tôle du cheval et celle du Triton, un autre 
coquillage et, sur le bord droit de la pierre, la t(5te d'un 



autre monstre marin. Du côté gauche, un grillon marin 
bondissani vix \:\ "Jiuche et, de sa queue, enserrant un 




dauphin. Toute la sculpture est fort dégradée. (Voir le 
n"Zii6o.) 



4178. Cippe de provenance inconnue. Autrefois dans 
la collection Binsfeld, donnée aux Jésuites. Actuelle- 




ment au Musée de Luxembourg. Calcaire grossier. Hau- 
teur, m. 87; largeur, m. 71; épaisseur, m. Ixli. 

Dessin tiré de Willheim. — A. Wiltheim, Lux. roiit., I, 
p. 3ia; De/m., fol. 43, n" ii4 (d'où Pbat, Uist. d'Arlon, 1, 



1». 82 et pi. XXIV) = édil. Neyen, p. 180 cl pi. XXXVI. 

Homme et femme debout, dans une niche. L'homme 
est vêtu d'une pénule et d'un manteau; il porte une 



CLAUSEN. 



325 



bourse. La femme lient un flacon; son costume se com- 



Lcs deux personnages, du temps de Wiltheim, avaient 



pose d'une tunique et d'un manteau bordd de franfjes. leur tête; on n'en possède plus que les contours. Sur la 




face latérale gauche est un cadran solaire de facture mo- 
derne. Monument funéraire de deux époux. 



4179. Fronton de provenance régionale inconnue. 
Perdu. 




Dessin tiré de VVillheim. — C. 1. L, XIII, ^287. — 
A. Wiltheim, Lux. rom., I, p. Q94 (dessin); Delin., fol. 3G, 



n° 98 (à rebours, d'où Pkat, Histoire d'Arloii, I, p. 76 
et pi. XIII; — Waltzing, Orolaim., p. 179 [gravure] = Musée 



326 

belge, IX [igoS], p. i56) = édit. Neyex, p. 170 et pi. XXX, 
11° 1 1 o. 



CLAUSEN. 

pourrait être celui d'un archer; mais j'y vois, de préfé- 
rence, une imaffe (rifercule. 



Buste nu d'un homme barbu accompagné d'un arc et 
d'un carquois. Au-dessus, dans deux acrotères, l'inscrip- 
tion : D[us) [M^nnihus)]. Monument funéraire. Le buste 



4180. Pierre de provenance inconnue. Passa dans la 
collection Binsfeld, donnée aux Jésuites. Perdue. 




Dessins tirés de Wiltheim. — A. WainEiM, Lux. rom., 1, 
p. 3i6 (dessins); Deliii., fol. ii et /ia, n" 109 à 119 (d'où 
Bertmolet, Histoire ecclés. du Luxembourg, I, p. 3()5 ; — 



Prat, Histoire d'Arton, I, p. 82 et pi. XX à XXIII) = édit. 
Neyen, p. 178 et 179, pi. XXXIV à XXXVI, n" i33 à 

1 3(). 




Homme et femme debout, se donnant la main, dans 
une niche décorée de deux guirlandes. Leur vêtement 
se compose d'une tunique et d'un manteau. Sur la face 
opposée, devant une draperie relevée sur les côtés, un 



homme imberbe, peut-être assis, recevait un objet que 
lui tendait une autre personne dont il ne reste plus que 
la partie supérieure du corps. Au-dessus de sa tète, deux 
Amours nus, ailés, soutiennent un médaillon d'où tombe 



CLAUSEN. 



327 



la draperie, et qui contient le portrait d'un enfant. Sur 
chaque face latérale est une scène mythologique. D'un 
côté, Diane surprise par Actéon près de la fontaine 



Parthenius. La déesse, qui paraît agenouillée, est entiè- 
rement nue; une Nymphe debout, nue comme elle, 
essaie de la couvrir d'un voile. Toutes deux se retour- 




nent vers Actéon dont on n'aperçoit que le buste au- 
dessus d'un rocher. Le jeune chasseur a déjà des cornes 
de cerf. L'arc et le carquois de Diane sont suspendus à 




d'un monument funéraire consacré à la mémoire de 
deux époux et de leur fds. Elle a des pilastres d'angle 
décorés de danseuses et d'autres figures, nues ou vêtues, 
montées sur des culots. 

4181. Fragment de provenance inconnue. Perdu. 




la paroi. De l'autre côté, i\eplune, armé d'un trident, 
son manteau sur l'un des bras, la chevelure couvrant la 
nuque, peut-être barbu, marche vers la droite: devant 
lui sont probablement les restes d'un autre personnage 
(Amymone?). La pierre a dû former l'une des assises 



Dessin tiré de Wiilheim. — A. VViltiieim , Luœ. rom., I, 
p. 377 (dessin); Deliii., fol. 28, n° 72 = ëdit. iNeyen, p. i65 et 
pi. XXIV, n" 88. 

4182. Pierre de provenance inconnue. Perdue après 
avoir fait partie de la collection Binsfeld, donnée aux 
Jésuites. 

Dessin tiré de Wiltlieim. — A. Wiltheim, Lux. rom., I, 
p. 369 (dessin); Delhi., fol. 53, n° i45 (d'où Bertholet, Uist. 
ccc/c«., I, p. 391 ; — Prat, Ilist. d'Arlon, I, p. 85 et pi. XXXIil) 
= édit. Nevex, p. 187 et pi. XLV, n» 16/4. 



328 



CLAUSEN. 



Amour ailé et buste imberbe, à cheveux longs et 
bouclés, coiffé d'un bonnet phrygien. A droite, une 



figure étrange que je ne comprends pas et qui du reste 
me paraît difficilement admissible. Ce bas-relief, de 




même style que celui décrit plus haut, sous le n° ^069 , 
a dû faire aussi probablement partie d'un monument 
funéraire. 



4183. Pierre de provenance régionale inconnue. 
Perdue après avoir fait partie de la collection Binsfeld, 
donnée aux Jésuites. 



juj i i i m m 



•%• _ 



l$\ ■^'■j* 4st. ^îi 




Dessin tiré de VViltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom., I, 
p. 917 (dessin); Delin., fol. 33, n° 90 (d'où Prat, Htst. 
d'Arlon, I, p. 80 et pi. XII) = édit. Neyen, p. 170 et pi. XXIX, 
n" 108. 



Restes d'un personnage assis, portant, sans doute, 
des tablettes, à côté d'un comptoir sur lequel est un 
vase à deux anses. Le siège avait des accoudoirs figu- 
rant peut-être des serpents. A gauche, sur un pilastre, 
est une femme nue, de face, dont les membres inférieurs 



paraissent remplacés par un feuillage; elle tenait de- 
vant elle, des deux mains, les extrémités d'une écharpe. 
Assise d'un monument funéraire. 



4184. Fragment de provenance inconnue. Perdu 
après avoir fait partie de la collection Binsfeld, donnée 
aux Jésuites. 



Dessin tiré de Wiltheim. 
309 (dessin); Delin., fol. 



— A. Wiltheim, Lux. rom., I, 
4o, n* io4 (d'où Prat, Hitt. 



CLAUSEN. 



329 



(i'irfoK,I,p. Soetpl. XVII) = é(lit. NEïEN,p. 177 et pi. XXXIV, 

n° 127. 




Restes de deux personnes drapées, l'une assise, l'autre 
debout, autour d'une table chargée de mets. Débris d'un 
monument funéraire. 



4185. Fragments de provenance régionale inconnue. 
Perdus. 




Dessins tirés de Willheim. — A. Wiltiieim, Lux. rom., I, 
p. 2i3 (dessin); Delin., fol. 3a. n" 83 et 84 (d'où Prat, Uht. 
d'Arlon, I, p. 59 et pi. X et XI) = e'dif. Neven, p. 168 et 
pi. XVIII, n°* 100 et 101. 




Amours nus, ailés, soutenant des guirlandes. Sur la 
guirlande du plus grand des deux fragments est un 
oiseau. Par la forme de leurs détails, on peut supposer 



que ces deux sculptures ont fait partie de la décoration 
d'un même monument de destination funéraire : frise 
de tombeau ou face antérieure de sarcophage. 



BAS-RKLIEFS. 



IHPRIMERIB KATIOMLE. 



330 



LUXEMBOURG 
ET LOCALITÉS DIVERSES DU GRAND-DUCHÉ. 

Le Musée de Luxembourg, fondé en i8/i5, est provisoirement établi dans un bâtiment mib'taire, 
sur la rive droite de l'Alzette. Sauf celles de petites dimensions, les pierres antiques, de provenance 
régionale, qui en font partie y sont entassées et de difficile accès. 

BIBLIOCnAPIIIE. 

I. Namub (Antoine). Le camp romani de DaUiehn, i" rapport. Luxembourg. i859; in-.^", 08 pajjes. 8 planclies. Extrait 
des Publications de la Société pour la recherche et la consmmiion des monuments historiques dans le Grond-Duché de Lii,remhour{r , 
t. VII, i85i, p. 190 à i88. — Le camp romain de Dalheiin, 2° rapport. Luxembourg, i854; in-i°, ia pages, h planches. 
Extrait des Publications de la Société. . . de Luxembourg, t. IX, i853, p. 89 à i3o. — Notice sur les tombes gallo-franlics du 
Grand-Duché de Luxembourg. Luxembourg, i853; in-/i°, 37 pages, 3 planches. Extrait des Publications de laSociété... de 
Luxembourg, t. VIII, i8a9,p. 26àCi. — Une sépidlure druidique du commencement de l'ère gallo-romaine découverte entre 
Hellange et Soujtgen, en 18 53. Luxembourg, i854; in-8°, 29 pages, 2 planches. Extrait des Publications de la Société . . , 
de Luxembourg, t. IX (i853), p. 1 à 22. 

II. Engling (Joh.). Das liomerlager zu Alttrier. Luxembourg, i853; in-i", 46 pages, k planches. Extrait des Publica- 
tions de la Société pour la recherche et la conservation des monuments historiques dans le Grand-Duché de Luxembourg, t. VIII, i8â9 , 
p. 99 à i49. 

III. Keiffer (Jules). Précis des découvertes archéologiques faites dans le Grand-Duché de Luxembourg, de i8à5 h iSgj. Paris, 
1899; in-8°, ih pages. Extrait de la Revue archéologique, 3° série, t. XXXII, p. 116 à lai; t. XXXIII, p. i3i à i4i; 
t. XXXlV,p. 128 a 1/.1, /.o/i à Z.18; t. XXXV, p. 639 » ^59. 



4186. Pierre mutilée t^olim in hypertiro cryptae sub- 
terraneae B. Virglnis coenobio veleris Munsteriensis, 
ubi adolescens saepissime vidi ; nunc coenobio everso et 



crypta ruderibus obruta, Iranslatum in murum novae 
aedis a Joanne Robertlo abbate aedificate, posticum eius 
exornatn [vviltu.]. Perdue. 




Dessin tiré de Willheim. — k. VViltheih, Lux. rotn., 1, 
p. a6o (dessin); Delin., fol. a5, n" 63 = édit. Neyen, p. 167 et 
pi. XXIIl,n"8i. 



Restes d'un homme et d'une femme debout ; leur vê- 
tement se compose d'une tunique et d'un manteau 
dont ils tiennent les pans. L'homme est barbu; la 



LUXEMBOURG. 



331 



femme porte un bonnet d'une grande richesse, si 
toutefois il ne s'agit pas d'une coiffure compliquée du 
temps des Flaviens. 




Arendt, Dus Luxcmburgcr Laïul, p. lo (gravures). — 
Demarteau, L'Ardenne belgo-rom. , 3° édit. (1919), p. 189. 

Divinités debout, chacune dans une niche. Sur une 
face, Hercule nu, la peau du lion sur l'épaule gauche, 
tenant de la main gauche probablement une pomme, 
s'appuyant, de l'autre main , sur sa massue. Le dieu porte 
en bandoulière un arc et un carquois. Du côté opposé, 
une déesse drapée et voilée, la main droite au-dessus d'un 
autelallumé, en forme debalustre. Du côté droit, Mercure 



4187. Autel trouvé à Luxembourg. Au Musée. Cal- 
caire grossier. Hauteur, m. (jt; largeur, m. Aa; 
épaisseur, m. /i 1. 




V 






vêtu d'une tunique longue, coiffé du pétase, tenant de 
la main droite une bourse, de l'autre main un caducée. 
Du côté gauche, une seconde déesse drapée, les jambes 
croisées; à sa droite, les traces d'un animal; à sa gauche, 
peut-être un vase sculpté dans la bordure de la niche. 



4188. Stèle, en deux fragments, découverte à Dal- 
heim. Au Musée de Luxembourg. Calcaire grossier très 

ha. 



332 DALHEIM, HOLLERICH. 

coquillier. Hauteur, o m. 62; largeur, m. 5i; épais- 
seur, o m. 19. 




4189. Masque découvert, au mois d'avril i853, 
wdans une tombe païenne d'une époque très reculée, 
entre Hellange et Souftgen, sur le sol du Grand-Duché 
de Luxembourg» [nam.]. Paraît égaré. Bronze. «Hau- 
teur, m. 2 0«. 




Salomon Reïnach, Réperl. de reliefs, 111, p. lijk, n° 8. 

Épona, vêtue d'une robe longue, assise, à droite, sur 
une jument marchant à droite. La déesse a la main 
gauche sur le cou de sa monture; elle porte, sur ses 
genoux, un animal, probablement un petit chien et 
aussi, peut-être, des fruits. 



Dessia tiré de Namur. — Namcr, Scpult. druid. , p. 2 = Public. 
de la Soc. pour la recherche et la conserv. des monum. hisl. dans le 
Grand-Duché de Luxemlourg , IX (1 85 3), p. 2 et pi. I, u° 3. 

et Belle figure de femme, le front ceint d'une bande- 
lette dont le médaillon du miheu, bien conservé, repré- 
sente un Amour» [namur]. Le masque était «incliné 
vers l'urne» qui contenait les cendres du mort. A côté, 
on trouva également la têle creuse d'une statuette de 
bronze et d'autres objets, dont une passoire de bronze 
et une fort belle coupe de verre émaillé. 

4190. Pierre provenant d'HoUerich. Autrefois donnée 
aux Jésuites. Perdue. 




Dessins tirés de Wiltheim. — A. Wiltueim , Lux. rom., 1 , p. 34o: 
Delin., fol. 48, n- i33 et i34 = édit. Neven, p. i84 et pi. XLI, 
II"' i59 et i53. 



Sur une face, peut-être un marchand, debout, éta- 
lant une pièce d'étoffe, derrière un comptoir; devant 
lui , deux danseuses tenant des écharpes : l'une est nue; 



l'autre paraît vêtue d'une robe transparente. Sur 
une autre face, un soldat armé d'une bipenne; il est 




MAMER, DIFFERDANGE. 333 

4192. Stèle mutilée trouvée au Titelberg. Au Musée 
de Luxembourg. Calcaire grossier. Hauteur, o m. ài; 
largeur, o m. 33; épaisseur, o m. i5. 



casqué, peut-être cuirassé, et porte sur les épaules un 
manteau flottant. 



4191. Fragment de statue trouvé à Marner. Autrefois 
à Luxembourg , au collège des Jésuites. « Materiae mar- 
mor Parium, quale nunc mittit Genua» [wilth.]. Perdu. 




Dessin tird de Wiitheim. — A. Wiltueim, Lux. rom., I, 
p. Sac (dessin); Deltn., fol. 45 , n° 1 16 = édit. Neyex, p. i8i 
etpl. XXXVlI,n« i/io. 

Abondance. 




Namur, Public, de la Soc. pour la rcch. cl la coiiserv. des monum. 
hisl. dans le Grand-Duché de Luxembourg, XX (i864), p. io6 et 
pi. V, n° 6. 

Homme drapé assis sur un trône, entre deux pilastres 
décorant les côtés de la stèle. Le personnage a pu, de la 
main droite levée, tenir un sceptre. Peut-être Jupiter. 
La pierre semble avoir été creusée pour servir de tronc. 

4193. Stèle trouvée au Titelberg, près de Differ- 
dange. Au Musée de Luxembourg. Grès rouge. Hauteur, 
cm. 2i; largeur, cm. i y; épaisseur, o m. oy. 




Engling , Public, de la Soc. pour la rechci-chc et la conserv. des 
monum. hist. dans le Grand-DucHé de Luxembourg, XX (i864), 
p. io4 et pi. V, n° i. 



33ii 



MAMEH. 



Edicule pourvu d'un fronton que soutiennent deux 
pilastres. (Voir le n° /j2o6). 



4194. Cippc en deux fragments transporté de Marner 
à Clauscn, dans les jardins Mansfcld. Un des fragments 

V *-^ ■■■lil I 'l^^— il' 




Musée de Luxembourg; l'autre est perdu. Calcaire gros- 
sier. Hauteur du fragment retrouvé, o m. G8; largeur, 
m. yS; épaisseur, o m. 59. 



a été retrouvé, en i866, en ouvrant la rue de l'Atlié- 
née, près de l'ancien collège des Jésuites; il est au 




Dessins tirés de Willheim. — A. Wiltiieim. Lux. rom., II, 
p. i3o; Delin., foi. 128, n" 36G, 368 et 369 (d'où Bertholet, 




llist. ecclés., I, p. 433) = édit. Neyen,p. 3o5 etpl.XC, ii°'4i4 ! Sur la face principale, un homme et une femme de- 
** "• i bout; leur vêtement se compose d'une tunique et d'un 



DIFFERDANGE, WEILER-SAIM-LAURENT. 



33i 



manteau. L'homme est imberbe et porte une bourse; la 
femme tient un flacon. Le dessin de Wiitheim indique 
sur chaque face latérale une femme nue : l'une paraît 
fuir; sa jambe gauche est entourée d'un serpent; l'autre 
joue des crotales. Le fragment ne contient que la moitié 
supérieure de la femme nue de droite et des restes 
informes de la tête et des deux hras de celle de 
gauche. ^\iltheim a cru qu'il s'agissait de Cassandre et 
d'Eurydice. N'était-ce le serpent, que je ne puis pas 
expliquer, j'y verrais simplement des danseuses. Monu- 
ment funéraire de deux époux. 



4195. Stèle mutilée trouvée au Titelberg, près de 
Dilferdange. Au Musée de Luxembourg. Pierre com- 




mune. Hauteur, i m. 17; largeur, cm. 77; épaisseur, 
m. àa. 

E.NGLiNG , Public, de la Soc. pour la recherche et la conserv. des 
monum. hist. dans le Grand-Duché de Luxembourg, XX (i864), 
p. io4 et pi. V, n" 7. — G. Welter, Revue archéoL, 1911, I, 
p. 63 (gravure). 



Dieu imberbe, à cheveux longs et bouclés, debout, 
de face, vêtu d'une tunique courte, chaussé de hautes 
bottines, un manteau sur le bras gauche, tenant de la 
main gauche une corne d'abondance remplie de fruits, 
de l'autre main probablement une patère. A sa droite, 




deux têtes : l'une de cerf vomissant des pièces de monnaie 
sur une tablette, de forme rectangulaire, posée sur le 
sol; l'autre de taureau; celle-ci, en partie détruite, est 
placée de profil et tournée vers la gauche. (Voir le 
n°3653.) 

4196. «Haud longe ab hac Villa [Weiler-Saint-Lau- 
rent] , in summo niontis vertice , ubi nuperis bellis miles 
sese communiit, aratro excussa humani corporis ossa, 
grandia etmulta, inter quae tabellula vix pedali longi- 
tudine, insculplo viri simulachro» [vvilth.]. Autrefois 
à Luxembourg, au collège des Jésuites. Perdue. 

Dessin lire de Wiitheim. — A. Wji,theim. Lux. rom.,U, 
p. i3o; Delhi., M. ia8, u° 365 = édit. NEYEN,p. 3o/t et pi. XC, 
n° 4i3. 

Wiitheim décrit ainsi celle tablette : (tHabitus rusti- 
canus; tunica bal theo prœcincla lato, quale aurigatorum 



336 SASSENHEIM, MAMEH, IIOLLEKIGII. 

circensiiim, saccus in sinistra , in dextra slipes. Pileoius | 4198. Fragment trouvé à Marner. Autrefois à Luxem- 

geminus in capite raso, hominis e servitutc in iiberla- 

tem vindicati , probabilc indicium^^. Il ajoute : (tTabeiiac 




bourg, dans la collection Binsfeld. Perdu. 



lerguin corticis modo curvatum prostat, quod olim forte 
saxo alteri calce inderetur». 



4197. Autel, «stylobatae forma >? [wilth.], autrefois 
à Sassenbeim , dans un mur. Une seule de ses faces était 
apparente. Perdu. 




Dessin lire de Wiltheim. — A. Wiltheim,- Lux. rom., II, 
p. 96 (dessin); Deim., fol. io3, n" 3o4 = édit. Neyen, p. i283 
et pi. LXXXI, n° 353. 

Le dessin de Wiltheim paraît indiquer une déesse 
drapée, peut-être voilée, tenant un sceptre. Probable- 
ment Junon. 




Dessin, tiré de Wiltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom., II, 
p. i38 (dessin); /)p/m., fol. 139, n" 370 = édit. Neyen, p. 3o5 et 
pi. XG, n" 417. 

Homme imberbe , vêtu d'une tunique et d'un manteau . 
Probablement un débris de monument funéraire. 



4199. Pierre provenant d'HoUerich où elle était 
placée win vetustalo parœciae templo» [wilth.]. Autre- 
fois à Luxembourg, au collège des Jésuites. Perdue. 




Dessin de Wiltheim. — A. Wiltheim, Luv. rom., H, p.4o: 
Delhi., fol. G8, n" 189 = édil. Neyen, p. 2-24 et pi. LIV, 11° aoB. 



SASSENHEIM, DOMPE.NFELD. 



337 



Pampres stylisés. Sur un des côtés de la pierre, for- 
mant pilastre, étaient, dit Wiltheim, deux Génies super- 
posés, comparables à ceux du monument d'Igel. 



4200. Fragments de corniche trouvés au xvii' siècle 
près de Sassenheim , dans un champ , du côté du Titel- 
berg. Perdus. 





Dessins tirés de Wiltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom., Il, 
p. 97 (dessin); Delin., fol. io5, n°' 3to et 3i i = édit. Neyen, 
p. a83 et pi. LXXXII, n"' 355 et 356. 

Boucliers et armes superposés, entre des modillons 
décorés de feuilles stylisées. 

Voir le n- 3 565. 



4201. Bloc trouvé à Dompenfeld. Autrefois à Lu- 
xembourg, dans le jardin du collège des Jésuites. 
Perdu. 

Dessin tiré de Wiltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom., II, p. 89 
(dessin); Delhi., fol. 68, n° 187 = édit. Nevex, p. 925 et pi. LV, 
n° 9 11. 




Femme nue, debout, portant peut-être un manteau 
sur le bras gauche, et feuilles d'acanthe; dans le rin- 
ceau de droite, un oiseau. Une seconde femme nue 
était sans doute symétrique de la première par rapport 
au bouquet d'acanthe. (Voir le n° /1229.) 



BAS-BELIEFS. — ï. 



4202. Pierre mutilée trouvée à W^eiler-Saint-Laurent. 
Autrefois à Luxembourg, dans la collection Binsfeld 
donnée aux Jésuites. Perdue. 

Dessins tirés de Wiltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom., II, p. 199 
(dessins); Delin., fol. ia4 et 197, n" 35a et 369 à 364 (d'où 

&3 



IMPItlHEniE NATIONALE. 



338 



VVEILER-SAINT-LAURENT. 



Behtholet, Hist. ecclés., I, p. /i3a ; — Hado, Westd. Zeilschr., X 
[ 1 89 1 ] , p. 1 ') 2 , n° 1 7 ; — Hertlein , Dk Juppiterfftgantensàulen , 
p. 1 1 9, n" 1 7o)=édit. Nkyen , p. 3o 1 et pi. LXXXVIII, n°" Sgg-ioa. 

Mars, Hercule, Apollon et Junon ou Cérès. Les quatre 
divinités sont debout, de face, dans des niches. Mars, 




casqué et cuirassé, un manteau sur les épaules, est armé 
d'une lance; ia position de sa main gauche indique que 




le dieu s'appuyait sur un bouclier. Hercule nu, barbu, 
a la main droite sur sa massue et semble, de l'autre 



main, tenir un arc. Apollon, couronné de laurier, une 
mèche de cheveux sur chaque épaule, le bras gauche 




couvert d'un manteau, porte en bandoulière son arc el 
son carquois; à sa droite, peut-être un griffon. La déesse. 




drapée et voilée, tient d'une main un sceptre ou un ser- 
pent et , de l'autre , une torche. (Voir les n"' 4 1 3 et 4 1 3 2 .) 



EMERANGE, CASTEL, WEILER-LA-TOUR. 



339 



4203. Bloc provenant d'Émerange. Au Musée de 
Luxembourg. Calcaire commun. Hauteur, o m. 78; lar- 
geur, 9 m. ho; épaisseur, m. 5c). 




Dessin tiré de Naniur. — Engling , Public, de la Soc. pour la 
recherche et la conserv. des monum. hist. dans le Grand-Duché de 
Luxembourg, VIII (i85a), p. 71 el pi. V. — Namdr, Notice, 
p. 29 et pi. m, 11° iS = Public, VIII (i85a), p. /16. 

Personnage nu , peut-être Ampelos , entre deux Amours. 
Les jambes de ce personnage sont remplacées par deux 
rinceaux de vigne qu'il saisit de chaque main. L'un des 
Amours cueille une grappe; l'autre se penche sur une 
corbeille de vendange. A chaque extrémité, un oiseau. 

4204. Fragment trouvé à Castel , près de Dalheim. 
Perdu. 




Dessin tiré de Wiltheim. — A. VViltheim, Lux. rom., II, 
p. io5 (dessin); Delin., fol. 106, u" 3i3 = édit. Neyen,p. 287 
etpl. LXXXII.n'SÔi. 

Homme imberbe, vêtu d'une tunique, tenant peut- 
être un rouleau. Probablement un débris du monument 
funéraire de deux époux. 



4205. Pierre vue par Wiltheim à Weiler-ia-Tour. 
Perdue. 




Dessins tirés de Wiltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom. 
p. ihS (dessins); Delin., fol. i3o, n"' 38 1 et 383 (d'où, Haog, 
Westd. Zeitschr., X [1891], p. i43, n" 178; — Hertlein, Die, 
Juppitergigantensdulen, p. ii3, n° 173) = édit. Neyen, p. 807 
etpl. XCII, n°'/i3oet 43 1. 




Sur une des faces, Apollon, portant en bandoulière 
son arc et son carquois et s'appuyant, de la main 
gauche, sur sa lyre. Sur une autre face, peut-être Her- 
cule portant un arc. 

A3. 



SiO 



4206. Laraire découvert au Tilelberg, près de Differ 
dange. Au Musëe de Luxembourg. Calcaire commun 
Hauteur, cm. i G ; largeur, o m. 20 ; épaisseur, m. 1 3 



DIFFERDANGE, DALHEIM, LA MADELEINE. 

4208. Chapiteau découvert, en 1 9 1 1 , à La Madeleine, 
au pied du Titelberg. Au Musée de Bruxelles. Calcaire 
commun. Hauteur, m. 78; largeur, o m. 60. 




Engling , Public, (le la Soc. pour la rech. et la comerv. des montim. 
hkt. dans le Grand-Duché de Luxembourg , XX (i864), p. ici et 
pi. V, n" a. 

Maisonnette. Peut-être un laraire. (Voir le n° /i 198.) 



4207. Groupe mutilé trouvé à Dalheim. Au Musée de 
Trêves. Pierre commune. Hauteur, o m. 28. 




Photographie communiquée par le Musée de Trêves. — 
Hettner, Stcindenhndlei; p. 63, n" 107 (cf. Westd. Zeitschr., 
IV [i885], p. 217). — Salomon REiNAcii,.E'/WHa, p. 87 (gra- 
vure) = Revue archéol, 1895, I, p. 197. — Demarteau, L'Ar- 
denne belgo-rotn., 3* édit. (1912), p. lia. 

Epona: la déesse, drapée, était assise entre deux pou- 
lains dont il ne reste plus que des traces. 




Photographie coramuuniL ,,. . m. F. Cumont. — F. Ccmont, 
Annales de la Soc. d'archéol. de Bruxelles, XXIV (1910), p. igo 
(gravure); Calai. (9" édit.), p. 228, n" 190. 

La tranche supérieure de ce chapiteau de style corin- 
thien est creusée d'un Irou de scellement. 

4209. Pierre vue parWillheim à Weiler-la-Tour. Perdue. 




Dessin tiré de Wiilhcim. — A. Wiltheim, Lux. rom., 
p. i43 (dessin); Delin., fol. i3o, n' 38o = édit. Nbves, 
p. 3o6elpl. XGII, n- iag. 



PEPPANGE, DALHEIM. 



341 



Homme vêtu d'une tunique courte, montant les 
marches d'un escalier. Sous cet escalier, un autre per- 
sonnage, consultant, peut-être, des tablettes; son vêle- 
ment se composait aussi d'une tunique. Probablement 
un débris de monument funéraire. 




Des huit divinités debout représentées sur cet autel, 
on reconnaît à leurs attributs ou à des détails de cos- 





et Apollon (arc et carquois). Les deux autres dieux, com- 
plètement nus, tenant un sceplre, pourraient être Ju- 
piter et Mercure. (Voir le n° hi'io.) 



4210. Fragment de bloc octogonal trouvé à Peppange. 
Autrefois à Luxembourg, au collège des Jésuites. Perdu. 

Dessins lires de Willheiin. — A. Wiltheim, Lux. rom., Il, 
p. i4i (dessins); Delhi., foi. 199 et i3o,n°'37i à 378 = édit. 
Neïen, p. 3o6 et pi. XG elXCI, n-'/iiSà iaS. 




tume : la Fortune. (globe), Neptune (proue de navire). 
Mars (cuirasse), Diane (arc), Vulcain (tablier de cuir) 





4211. Pierre trouvée à Dalheim, dans les ruines d'une 
petite construction. Autrefois à Luxembourg, au collège 
des Jésuites. Perdue. 




Dessin tiré de Wiltheim. — C. /. L., XIII, 4o6o. — A. Wilt- 
heim, Lux. rom., Il, p. 83 (dessin), Delin., fol. 100, n" 289 



(d'oîi Bertholet, Hist. ecclès., I, p. 4a6; — Dom Calmet, No- 
tice de la Lorraine, I, p. 097 ; — De Hontheim , Prorfr. , I, p. 197; 



342 



REMERSGHEN, DALHEIM. 



— Avi>EVlLhV . Essai slatisl. sur les frontières nord-ouest de la France 
(18^7), p. 288; — Namur, Public, de la Soc. pour la rech. et la 
conserv. des monum. hist. du Grand-Duché de Luxembour/f , VII 
[i85i],p. i3i) = édit. IVEYEN,p. 975 et pi. LXXIX, n" 335. 

La pierre contenait cette L'pitaphe : D(iis'j M{anihm)\ 
Germanin Germaniolae defuncitaè); viv{a^ ]j){osuiÙj\. «Ger- 
maniolam», dit Willheim, «porro habes ad saxi latus, 
crinibus in nodum sub occipitio coUeclis, sedentismodo. 



Accubat in pulvinar reclivis seu pater, seu maritus; mi- 
nistcr médius intervenit. Ampboram, vas appositum 
interpréter, ansis hinc inde habile portatu.n 

4212. Bloc mutilé découvert à Remerschen. Au Musée 
de Luxembourg. Pierre commune. Hauteur, cm. 5o: 
largeur, o m. 85; épaisseur, o m. /17. 




Nambr, Notice, p. 23 = Public, de la Soc. pour la rech. et la 
conserv. des monum. hist. dans le Grand-Duché de Luxembourg , 
VIlI(i852),p. 47 3tpl. m,n° 19. 

Personnage vêtu d'une tunique, penché sur un cu- 
veau, entre deux ceps de vigne. La pierre, brisée du 
côté droit, est épannelée sur les autres faces. Probable- 
ment un vigneron. Assise d'un monument funéraire. 



4213. Fragment de bloc découvert, en i85i, «au 
camp romain de Dalheimjj [nam.]. Au Musée de Luxem- 
bourg. Calcaire commun. Hauteur, m. 56; largeur, 
m. 2/1; épaisseur, m. 2 5. 

C. 1. L., XIII, 4o6i. — Namur, Camp rom. (1" rapport), 
p. 68 = Public, de la Soc. pour la rech. et la conserv. des monum. 
hist. dans le Grand-Duché de Luxembourg, VII (i85i), p. 188 et 
pi. XIII, n° 7. 

Ce fragment provient d'un monument . funéraire en 
forme d'autel, dont les cornes, décorées sur les côtés de 
feuilles imbriquées contenaient par devant dans un mé- 
daillon, un masque d'homme avec barbe de feuillage. Il 
ne reste de l'épilapbe que le commencement de trois 



des lignes. Il faut peut-être lire : [D(»s) M(anibus)\ Srt- 
hi^nt . . . con^iugi, et . . . .patri?] car\isslmo . . .]. Le 




Musée de Trêves a des monuments funéraires du même 
genre. 



DALHEIM. 



343 



4214. Pierre trouvée à Dalheim. Autrefois à Luxem- 
bourg, au collège des Jésuites. Perdue, 

Dessins tirés de Wiltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom., I, 
p. 34 1 (dessins); Delin., fol. ig et 5o, n°' i35 à i38 (d'oùHACo, 
Westd. Zciischr., X [1891], p. 1 '18, n° 187; — IIertlein, Die 




massue; le second, vêtu d'une tunique, coiffé de deux 
ailes, tient la bourse et le caducée. Des deux divinités 




pourrait être Cérès ou Diane ou Junon. Wiltheim écrit 
que cette quatrième divinité lient une torche (lampas) et 



Juppitergigantensàulen, p. ii5, n° 187) = édit. Nbyen, p. i85 
et pi. XLII, a°' i56 et 167. 

Quatre divinités sont figurées debout sur les faces de 
cet autel. On reconnaît sans peine Hercule et Mercure. 
Le premier porte la dépouille du lion et s'appuie sur une 




restantes, l'une, sans doute, est Apollon; le dieu, vêtu 
comme Mercure, aurait une couronne radiée. L'autre 




une peau de serpent i^spolmni serpentisy, ce n'est pas ira- 
possible. (Voir les n"' /ii3o et /iiSa.) 



3/i4 DALHEIM, WALDBILLIG, OETRANGE, LENNINGEN. 

4215. Bloc rectangulaire découvert à Dalheim, en | pas rencontré. Pierre commune. «Hauteur, o m. 97; 
i85a. Serait au Musée de Luxembourg, où je ne l'ai | longueur, m, 55 d'un côté et m. /jo de l'autre». 




Dessin tiré de Namur. — Namur, Camp rom. de Dalheim 
(a' rapport), p. 1 1 = Public, de la Soc. pour la recherche et la 
conserv. des monum. hist. dans le Grand-Duché de Luxembourg, 
I\ (i853), p. 99 et pi. VI, n° a. — Keiffer, Revue archéol., 
1899, I, p. i35. 

Sur une face est une femme, à demi couchée, sous 
un rideau que soulève un Amour. Du côté gauche, deux 
autres Amours se suivent et marchent vers la gauche. Le 
premier, selon Namur, tient, de la main droite, une 
patère, de l'autre main, un bâton recourbé; le second, 
de la main gauche levée, porte une grappe de raisin et, 
de l'autre main, peut-être aussi un bâton. Le sujet pa- 
raît inspiré du mythe de Bacchus et Ariadne. 



4216. Fragment trouvé à Waldbillig. Perdu. 




Dessin tiré de Willlieim. — A. Wiltheim, Lux: rom., I, p. 5 
et II, p. 121 (dessins); Delin., fol. à, n° 1, et fol. 111, n° 333 
= édit. Neven, p. 3 et pi. Il, n" a et pi. LXXXVI, n" 38o. 

Pourceaux; on distingue, à ce qu'il semble, quelques 
traces de leur gardien. 



4217. Fragment découvert à (Etrange. Perdu. 

Dessin tiré de Wiltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom., Il, 
p. i8o;Dc/îii.,fol, i44,n''i!i38=édit.NEYEN,p. Sajetpi.XClX, 
n- 485. 




Restes d'un homme debout, vêtu d'une tunique. Dé- 
bris d'un monument funéraire. 



4218. Statue mutilée découverte à Lenningen, au 
mois de juillet i85o, wpar un habitant occupé à creuser 
les fondations d'un bâtiment destiné à son exploitation 
rurale 51 [de la font.]. Au Musée de Luxembourg. Cal- 
caire commun. Hauteur, 1 m. 12. 

De la Fontaine, Public, de la Soc. pour la recherche et la con- 
serv. des monum. hist. dans le Grand-Duché de Luxembourg, VI 
(i85o), p. a5o et pi. XI. 



ALTTRIER, LENNINGEN. 



Homme assis sur un rocher, les jambes couvertes 
(l'un manteau, le torse nu. Le personnage a la main 




gauche sur le rocher. Le bras droit manque. Divinité 
indéterminée. 



4219. Stèle découverte à Alttrier. D'abord, en An- 
gleterre, chez Dorovv; ensuite, à partir de 1820, au 
Musée de Bonn; moulage au Musée de Saint-Germain. 
Pierre commune. Hauteur, m. 36; largeur, cm. qq; 
épaisseur, m. o5. 

Becker, Boniier Jahrb., XXVI (i855), p. gi. — Dorow, 
Opfersiâllen , p. 5o ({Gravure). — Enoling, Das Ruinerlager tu 
Alttrier, p. 17 = Public, de la Soc. pour la rech. et la consen\ 
des monum. hist. dans le Grand-Duché de Luxembourg, Vlll 
(1852), p. ii4 et pi. XI, n° 1. — Hettner, Calai, des Donner 
Mus., n° 2i5. — OvERBECK, Calai, des Bonner Mus., p. 20, 
n" 20. — Wagner, Nachrichten von Alterlhûmern , II, p. 78 et 
pi. III, n° 26. — Salomon Reinach, Épona, p. 20 (gravui-e) 

BA9-I\ELIEF3. — V. 



= Revue arckéol., iSgS, I, p. 180. 
chéol., 1899, I, p. ioy. 



345 

— Keiffer, Revue ar- 






ï- 


¥ 


X 

\ 


•>1 


?^ 


.'.Ai 


■l 

t- 


m 


\ 


^,_,; 




'"■ '"".'* 


-• 


'Wa 


. ^; 


> 






-s- 













Épona assise, à droite, les jambes écartées, sur un 
cheval marchant à droite. La déesse, vêtue d'une lu- 
nique, le côté droit de la poitrine à découvert, tient sur 
ses genoux, probablement un chien et un corbeau. 



4220. Pierre découverte à Lenningen , au mois de juil- 
let i85o, wpar un habitant occupé à creuser les fon- 




dations d'un bâtiment destiné à son exploitation rurale n 
[de la font.]. Au Musée de Luxembourg. Calcaire com- 



ISlI-niMEltlE NATIOXALE. 



3 A G 



mun. Hauteur, o m. Gi; largeur, o m. 35; épaisseur, 
o m. 28. 

De la FoNTAiNK, Public, de la Soc. pour la recli. cl la conserv. 
des monum. hist. dans le Grand-Duché de Luxembourg , VI (i85o), 
p. 25o et pi. XI. 

Lion. La pierre est complète et semble avoir servi 
pour une fontaine. Une autre tête de lion, du Musée de 
Luxembourg, paraît provenir d'une statue. 

4221. Fragment de cippe trouvé à Bcrburg. Au 
Musée de Luxembourg. Calcaire grossier. Hauteur, 
m. 70; largeur, m. 78; épaisseur, m. 82. 



BKRBURG, ALT LINSTEH, ALTTUIER. 

Homme et femme debout, de face, dans une niclie; 
leur vêtement se compose d'une tunique et d'un man- 




C. /. i.,XIII,/iio3. 

Sur la l'ace principale, l'inscription : D{iis) \Mianihus)\ ; 
Cletusto, ver[nae, defu\ncto, et Eburia(e) M[... cojniugi; 
viva iu[ssit]. Au-dessus, les restes d'un homme et d'uni3 
femme se donnant peut-être la main. L'homme porte, 
sur le bras gauche, une grosse bourse. Du côté gauche, 
une scène d'atelier; on y remarque des tonneaux et les 
traces de cinq hommes, vêtus de saies à capuchon. 
Un des hommes est barbu et s'appuie sur un bâton. 
Dans le coin supérieur gauche du tableau sont suspen- 
dus à la paroi une herminette , un ciseau et d'autres outils. 
Il pourrait s'agir du monument funéraire d'un tonnelier 
et de sa femme. 

4222. Rocher sculpté de la Herta Ley, près d'Alt 
Linster. Sa hauteur est de 6 mètres; les figures qu'il 
contient ont 2 m. 60 et 2 m. 29. 

Arendt, Luwemb. Land, p. 8 (gravure). — Demartbau, L'Ar- 
denno belgo-rom. , 3' édit. (191a), p. 902 (gravure). 




teau. L'homme parait tenir, de la main droite, un objet 
rond, de l'autre main une bourse. Le bas -relief est 
funéraire. 



4223. Autel mutilé, découvert à Alttrier, wen tra- 
çant la route d'Echternach » [l'Évêq.]. Au Musée de 
Luxembourg, sous d'autres pierres qu'il ne m'a pas été 
possible de déplacer. Pierre commune. 

Dessin tiré de Engling. — C. I. L., XIII, /1088. — L'Évéqie 
DE LA Basse- MoÛTURiE, liinér., p. 933. — Sciixeider, Boniier 
Jahrb., VIII (18/16), p. 99. — Engling, Bas Ilomcrlager zu 
Alttrier, p. i4 = Public, de la Soc. jmur la rech. et la conseri:. 
des monum. hisl. dans le Grand- Duché de Luxembourg. VIII 
(1859), p. 111 et pi. IX, n° 1 (d'où Keiffer, Jkvue archéo!., 
1899, 1, p. io6); X (i854), p. 70 = Die vormaligen Tempcl, 
]). 18. — Demarteau, L'Ardenne belgo-rom., 3* édit. (1919), 

p. 901. 



ANWEN. 347 

Sur la face principale, dans une couronne de lau- 1 un aigle au repos, tenant dans son bec une couronne, 
rier, l'inscription : /((w/^o(/;<(mo) »i(aa:(mo). Du côté droit, | Du côté gauche, deux boucliers d'Amazone posés sur 





une bipenne. La quatrième face n'aurait pas de bas- | 4224. Fragment rencontré, par Wiltheim, près d'An- 
relief. | wen, dans les ruines d'une habitation. Perdu. 



fA>EFVn^AD 
tCOfffKDE S 




'/«SB: 




Dessin tiré de Wiillieim. — C. I. L. , XIII , /io8o. — A. VVilt- 
HEiM, Lux. rom., II, p. 33; Delhi., fol. 67, n° i84 (dessin 
retourné) = édit. Neyen, p. aaS et pi. LIV, n" 209. 



Génie nu, debout, soutenant un cartouche. L'in- 
scription contenue dans ce cartouche ne peut pas être 
lue siirement. 



W. 



348 



GRUNDHOF. 



4225. Bloc mutilé, découvert très probablement à 
Grundbof, près d'Ecbternach. D'abord au même lieu, 



sous le maître-autel de l'église Saint-Michel; ensuite à 
Berdorf, dans l'église, où il se trouvait déjà du temps 





de Willheim. Calcaire commun. Hauteur, o m. 85; lar- | Dessins tirés de Wiltlieim. — A.Wiltiieim, Lux. rom., Il, 
geur, m. 89; épaisseur, m. S^. \ p. 117 (dessins); Delin., fol. 109 et 121, n" 897, 3a8, 33o el 




'l 



V 



1 


é? 


W^ \^^ 


Y-*. 


i ■ *' 1^1 


■'% 


1 VjP 




^ 




V 


1 ;f^ 



V 



V 



33i (d'où, Hai'G, >fes<rf.Zei(se/ic.,X[i89i], p. lii.n" 169)= j Vuhlk. de la Soc. pour la rech. et la conserv. des monum. hisl. 
édit. Neyen, p. 394 et pi. LXXXV, n" d-jk à 877. — Englino, [ dans le Grand-Duché de Luxembourg, IV (1869), p. 98 et pi. III; 



WALDBILLIG, BROUCH. 



349 



X (l854), p. 69 = Die vorinnlifren Tcmpel, p. 17. — H. SciiUEn- 
MANS, Westd. Zeilschr., XVII (1898), p. 42 8. — Hertlein, Die 
JuppitergiganteHsàiilen,p. iiQ, n° 169. 

Quatre divinités sont représentées debout, de face, 
dans des niches, entre des pilastres décorés de feuilles 
stylisées. On trouve successivement : 1. Junon, drapée 
et diadémée, tenant un sceptre; elle verse le contenu 
d'une patère sur un autel en forme de balustre; au- 
dessus de l'autel, un paon perché sur un rameau; — 
9. Apollon; le dieu a le pied gauche sur un griffon; il 



porte en bandoulière son arc et son carquois et s'appuie 
de la main gauche sur sa lyre, posée sur son genou, du 
même côté; — 3. Hercule barbu, la peau du lion sur 
l'épaule et ie bras gauches, s'appuyant de la main 
droite sur une massue; — li. Minerve, drapée et 
casquée, sculptant peut-être un bouclier placé debout 
sur un autel. 



4226. Fragments trouvés à Waldbillig. Perdus. 




Dessins tirés de Willheim. — A. Wiltbeim, Lux. rom., Il, 
p. 122 (dessins); Deliii., fol. 122, n°' 887 à 3^2 (avec deux 



autres, que je n'ai pas fait reproduire) = édit. Neyen, p. agS et 
pi. LXXXVI, n"384à389. 





Amours dans des rinceaux de vigne, et personnages 
nus montés sur des culots. 

4227. Pierre mutilée trouvée près de Brouch, k in 
monte [Heilberg, vulgo nunc Helpert] Luciliburgum 
inter et Unseldingam v. [wilth]. Perdue. 

Dessins tires de Wiltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom., II, 
p. id6 (dessins); Delin., fol. 106 et 107, n" 3i6 à 3i8 (d'oii 



Lévêque de la Basse Moûturie, i/mér., p. 35 1; — Hadg, Westd. 
Zeitschr.,\[i8^i],]). i42,n° 172 [gravure]. — Hertlein, Die 
Jiippitcrgiffanleiisâulcn , p. 119, n° 179) = édit. Neïen, p. 287 
et pi. LXXXIII, n" 3f)9 à 364. 

Sur une face, Hercule nu, la dépouille du lion sur 
l'épaule et le bras gauches, s'appuyant de la main droite 
sur sa massue; derrière lui, contre son épaule droite, les 
traces d'un arc. Sur une autre face, une déesse nue. 



350 



ECHTERNACH. 



voilée d'un manteau couvrant l'épaule et le bras gauches, 
se posant sur la tête une couronne de fleurs; au-dessus 




de son épaule gauche, un objet rond, pourvu d'un manche: 
Wdlheim a cru qu'il s'agissait d'Isls tenant un sistre. « Ad 




Si cette hypothèse était admise , on aurait un des plus 
anciens exemples d'une pratique longtemps suivie par 



pedcs Isidiji», ajoule-t-il, «initiatorum aliquis, paiera 
libat vcnerabundus, mirum, ni is ipse qui aramposuit». 




les auteurs de tableaux religieux; mais le doute à cet 
égard reste permis; je suppose qu'il s'agit de Vénus te- 
nant un miroir et d'un Amour lui offrant une parure. Une 
troisième face fournit l'image d'une déesse, vêtue de 
deux tuniques d'inégale longueur serrées au-dessous des 
seins par une ceinture. Selon Wiltheim, il faut y recon- 
naître Cérès tenant d'une main une torche , de l'autre 
«doux peaux de serpenta. Aux pieds de la déesse, sans 
doute, un paon. (Voir ic n° /i iSa.) 

4228. Pierre signalée par Wiltheim, à Echternach, 
dans une des piles du pont de la Sûre. Elle y est restée 




jus(|u'à nos jours, rr Lors de la construction du chemin 
de fer Prince-Henri, la pile du pont a été englobée 



MERSCH 

dans le corps de la voie, w [brimm.]. La pierre n'est plus 
visible. 



351 



Dessin tiré de Wiltheim et reproduclion d'un autre dessin, 
conservé par la Section liistoricjue de l'Institut grand-ducal à 
Luxembourg; renseignements de M. le D' Brimmeyr, bourg- 



mestre d'Eciiternach. — A. WiLTiiErw, Lux. roin., 11. p. ii3 
(dessin): Deliii., fol. 107, n° 3ao = édit. Neïen, p. 29-2 et 
pi. LXXXllI,n°3()6. 

Amours nus, ailés, soutenant une couronne. Il .s'agit 
apparemment de l'une des assises supérieures d'un mo- 




nument funéraire. Willheim y voyait, à tort, des Naïades 
«in piscem exeuntes». 



4229. Blocs trouvés à Merscli, en 1 85 1 , en démolis- 
sant l'ancienne église. Disparus. « Pierre oolithique. Hau- 





teur, m. '77; largeur, 1 m. 02; épaisseur, m. Gar» 

[engl.]. 

Dessins tirés de Engling. — Engling, Public, dp la Soc. pour la 
rech. et la conserv. (les monum. hist. dans le Grand-Duché de 
Luxcinhourg , X (iSSi), p. \hi (gravures, d'où Keifker, Home 
archéoh, 1899, 1, p. il 5). 



D'un côté, une Chimère et un Sphinx gardent une 
urne d'où sort une plante stylisée. A côté du Sphinx, 
une tète humaine. Adroite, dans un premier registre, 
est un bouquet d'acanthe portant un nid contenant quatre 
petits auxquels leur mère donne la becquée. Le se- 
cond registre, très dégradé, était décoré d'un rinceau 



352 



CASTKL, LINDEN. 



de vigne. Cette pierre et celle ci-après, n° 4934, ont | 4230. Pierre trouvée à Castel, près de Daiheim. 
fait partie d'un môme monument. 1 Perdue. 




Dessins tirés de Willheim. — A. VViltueim, Lux. rom., II, 
p. io5 (dessin); Z)e/!rt,, fol. io6, n°' 3i4 et 3i5 = édil. Neyen, 
p. 287 et pi. LXXXII, n" SSg et 36o. 

D'un côté une cuirasse avec épaulières et lambrequins, 
peut-être un casque, une hache double et un bouclier 
d'Amazone superposés. En retour, deux boucliers ronds 





placés, de même, l'un sur l'autre. La pierre pourrait 
avoir formé l'un des angles de la frise d'un monument 
de destination funéraire. 



4231. Pierre vue par Willheim à Linden, «in coemi- 
terio». Perdue. 




Dessins tires de Willheim. — A Wiltheim, Lux. rom., II, 
p. io5 (dessin); Delin., fol. i33 et i34,n°' 399 à 4oi = ëdit. 
Neyen, p. 3)3 et pi. XCIV, n" àli^k hSi. 



sPuelluli duahus arae frontibus anseres aut pastum 
agunt, aut manibus blande captant. Media, puellusalter 



ANWEN. 



353 



falci innilitur. Ouailam faciem delevit aelas. Arae in 
summo haeret pinea iiiix, cuspide mutilata, cavalafjue 

L 




in usum aquae lustralis); [wiltueim]. Ce monument 
pourrait être funéraire. Mais je ne puis donner des bas- 
reliefs aucune interprétation satisfaisante. 



4232. Fragment de groupe de provenance non in- 
diquée. Au Musée de Luxembourg. Calcaire grossier. 



Hauteur, o m. 35 ; longueur, cm. Sg; largeur, 
m. 9.3. 



Dessins tirés de Wiltlieim. — A. Wiltiikim, Lux. roin., il, 
|). 35 (dessin); Dclin., fol. Gy, n°' 182 et i83 = édit. Neïen, 
]). a ai el pi. LIV, n° aoiï. 




.x«: 



{javalier et anguipède. Le cavalier, vêtu d'une tunique, 
chaussé de hautes bottines, les épaules couvertes d'un 
grand manteau flottant, tient de la main gauche les 
rênes de sa monture; il porte la jambe gauche en avant 
et s'appuie du pied droit sur le membre postérieur 
correspondant de l'anguipède. 

4233. Fragment jadis conservé près d'Anwen, r^in 
aede Sancti Villaris» [wilth.]. Perdu. 





Restes d'un personnage et peut-être d'un bouclier 
d'Amazone. En retour, des boucliers et des armes su- 
perposés. 



BAS-RtLIEKS. 



1,5 

IMI'r.lMEr.lE NATIONALE. 



354 



HALLER, ENGELSDORF. 



4234. Bloc trouvé à Mersch , en i85i, en démo- | Hauteur, o m. 70; largeur, 1 m. 09; épaisseur, 
lissant l'ancienne église. Disparu. «Pierre oolilhique. 1 cm. Ggw [engl.]. 




Dessin tiré de Engiing'. — Engi-ing, Public, de la Soc. pour lu 
rech. et la conserv, des monum. hisl. du Grand-Duché de Luxem- 
bourg, X (i854), p. 161 (gravures, d'où Keiffer, Revue 
arckéoL, 1899, 1, p. 4i5). 

En haut, dans un rinceau de vigne, sortant d'un 
bouquet d'acanthe, sont deux oiseaux dont un qui 
couve et que menace un animal, peut-être une marte; 
un renard cherche à atteindre les œufs d'un second 



nid. Au pied du rinceau, du côté gauche, sont un 
lapin, mangeant une grappe de raisin, et un serpent 
qui est à demi-caché par le bouquet d'acanthe. Des 
figures analogues ont dû disparaître du côté droit. (Voir 

le n° /(9 2Ç).) 

4235. Pierre vue, par Wiltheim, à Haller, près de 
Waldbillig. Perdue. 




Dessin tiré de Willheim. — A. Wiltueim, Lux. rom., II, 
p. ia6 (dessin); Delm., fol. 128, n" 3/i8 = ëd'il. Neyen, p. 297 
etpl.LXXXVII,n°394. 

Personnages debout , vêtus d'une tunique. Sans doute 
quelque assise d'un monument funéraire plus ou moins 
comparable à celui d'Igel. 



4236. Fragments trouvés à Engelsdorf. L'un d'eux, 
du temps de Wiltheim, avait été transporté à Branden- 
burg. Perdus. 

Dessins tirés de Wiltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom., H. 
p. 127 (dessin); Deltit., fol. lai, n"' Sig à 35i = éd\l. Nevbx , 
p. 38o et pi. LXXXVIll, n" 896 à 898. 



EPPELDORF. 



355 



Sur un (le ces fragments, un Triton, arme d'une 
grande coquille, attaque un taureau marin; sur un 



autre, un second Triton, coiffé d'un casque, conduit 
un cheval marin; on ne distingue, sur le dernier frag- 




ment, que le corps d'un Triton, et peut-être les restes 
d'un monstre. 

4237. Pierres trouvées à Eppeldorf. Perdues. 



Scène de toilette et femme debout. Peut-être les 
débris d'un même monument funéraire. 





Dessins lirt% de Wiitheim. — A. Wiltmeim. Lu.v. rom., II, 
|i. 127 (dessins); Dc/m., fol. laS, n"' 366 et 3 '17 =- édit. Neven, 
j). Sooetpi. LXXXVIII, n° 396. 



4238. Fragment de bloc de provenance inconnue. 
Au Musée de Luxembourg. Calcaire commun. Hauteur, 
m. 86; largeur, cm. àà; épaisseur, m. Ao. 

A. WiLTHEiM, Lux. rom., I, p. 36a (dessin); Dclin., fol. 67 
n" i55 à i58 (d'où Prat, Hist. d'Arhn, I, p. 54 et pi. XIV 
et XXXIX) = édit. Neven, p. 19-2 et pi. XLVIII, 11°' 176 à 179. 
— HiUG, Westd. Zeitschr., X (1891), p. i46, n° iSt. — 
Hebtlein, Die .Juppitergigantensàulen , p. 1 1/(, n° iSi. 

Sur une des faces, Minerve, drapée et casquée, la 
poitrine parée du gorgonéion, s'appuyant de la main 
droite sur sa lance; contre son épaule gauche, les traces 
d'une chouette. Du côté opposé, Junon, drapée et 
voilée, ayant tenu, de la main droite levée, peut-être 

45. 



356 



LUXEMBOURG. 



deux serpents, de l'autre main baissée, un sceptre ou une 



torche. A droite de la déesse est un paon posé sur le sol. du lion sur les épaules, s'uppuyant de la main droite sur 



Sur la face latérale droite. Hercule nu, barbu, la peau 






sa massue. Il ne reste plus de ce dieu que les jambes el des 
traces de la massue et de la peau. Le dessin de W iltbeim 



montre que, de son temps, Hercule portait en bandou- 
lière un nrc et un carquois. Sur la face latérale gauche. 






la tête et la main jjaucbe d'une divinité qui s'appuyait 
sur un sceptre. Selon Willbeim également, il se serait 



agi de Jupiter tenant un foudre et couronné de chêne; 
un aigle aurait accompagné ce dieu. 



KELEN, ECHTERNACH, MONDERKANGE. 



so/ 



4239. «Pucris nobis visebatur in coeinilerio [près de 
Kelen] ara quadrilatera , scalpta elegantibus simulachris. 
Sed conversa deinde in usum aediculae, unica lantum 
faciepatet. . . v [wn.Tii.]. La pierre est perdue. 




Dessin tiré de Wiltheim. — A. Wiltiieim, Ltuc. rom., II, 
p. i53 (dessio); De/m., fol. i34, n° io'i = ëdit. Neven, p. 3i4 
et pi. XCIV, 11° 453. 

Hercule barbu, nu, debout, de face, ia dépouille du 
lion sur l'épaule et le bras gauches. Le dieu, sans aucun 
doute, s'appuyait sur sa massue. 



4240. Pierre découverte à Echternach. Autrefois à 
Luxembourg, au Collège des Jésuites. Perdue. 

Dessin tiré de Wiitheini. — A. Wiltheim , lî/a-. rom., II, p. 36 
(dessin); De/m., fol. 68, n» i85 = ëdit. Neïen, p. 224 et pi. LIV, 



u° 207 (d'où, Salomon Rewacii, Ëpona, p. 21, n° 89 [gravure] 
— Revue archéol. , iSgS, I,p. 181). 




Epona; la déesse, vêtue d'une robe longue et d'un 
manteau serrés à la taille par une ceinture, les bras 
nus, est assise, à droite, sur une jument marchant à 
droite; elle tient sur ses genoux probablement des 
fruits. 

4241. Pierre trouvée à Monderkange. Jadis au même 
lieu, «in turri aedis sacrae» [wilth.]. Perdue. 




Dessin tiré de Wiltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom. Il, 
p. t56' (dessin); Deliii., fol. i35, u° iog = édit. Neven, p. 817 
et pi. XCV, 11° Z157. 



358 



MONDEHKANGI-:. 



Buste ailé , clans un fronton triangulaire supporté par des 
colonnettes; entre celles-ci, deux objets de forme ovale. 



4242. Pierre trouvée près de Monderkange, au lieu 
dit Rometer. Perdue. 




Dessin lire de VViltlioiin. — A. Wiltheim, Lux. roin., II, 
p. i56' (dessin); Deliii., fol. i35, n° 4io = édit. Neyen, 
p. 3i7etpl.XCV, n-Zi.'jS. 

Monument funéraire d'un homme, vêtu d'une pénule 
à capuchon , et de deux femmes. L'homme paraît tenir 



une hourse. La pierre avait des acrotères ligurant des 
masques. 

4243. Pierre trouvée près .de Monderkange; on la 
voyait, du temps deWiltheim, «in vici plateau. Perdue. 




Dessin tiré de Williieim. — A. VViltheim, Lux. roin., 11, 
p. i56' (dessin); Delin., fol. i35, n" 4o8 = édit. Nei'en, p. 3i6 
elpl. XCIV, n'/iSe. 



Laboureur. L'homme, vêtu d'une tunique courte, 
tient d'une main le manche d'une charrue, de l'autre 
un aiguillon. La charrue est semblable de tous points 
à celle du bas-relief précédemment décrit sous le nu- 



méro /iog2. Le joug des bœufs parait, comme de nos 
jours, posé sur un coussinet. Au second plan du tableau, 
un autre homme, vêtu aussi d'une tunique, porte peut- 
être un fardeau sur ses épaules. Monument funéraire. 
«Hac nostra memoria, familia vici una», dit Wiltheim, 
«iisco Luciliburgensi censum annuum hujus saxi ergo 
praestat, et quod mirere, si vera vicani narrant, est 
eidem saxo jus asyli. » 



MONDERKANGE. 



:iô9 



4244. Pierre de provenance inconnue. Autrefois à 
Luxembourg, au Collège dos .)(5suilcs. Perdue. 



.J 



__^.SArT0NI0M| 

amTsio.de? 
prmtiviapri 

^A.asr.s.vE 



Dessin tiré de A. Willheim. — C.I.L., XIII, /1978. — Bois- 
SARO, Ant., fol. 161. — G. WiLTHEiM, Disq., fol. i83 (dessin). 



— A. WiLTiiF.iM, Li/a-. rom., II, p. 126 (dessin); Z)e?m., fol. 128, 
u° 344 (d'où Prat, Annales de l'Inst. archéol. de Luxembourg, 
VII (1871), p. 39; — ScHUERMANS, BulI. des Comm. roy. d'art 
et d'archéol., XV (1876), p. ga) = édit. Nevex, p. 296 el 
pi. LXXXVll, n" 39a. — Cf. Van Werveke, Public, de la Soc. 
hist. de Luxembourg , LI (1903), p. a33. 

Bustes d'un homme el d'une femme, dans une niche. 
Au-dessous , l'inscription : D(iis) Mianihus) ; Saltonio Ar- 
tisto, def{uncto); Prim{i)tma Pri[mitiv]n c[oniugi) et s(ib{) 
v(iva)f{eciiy 



4245. Pierre trouvée à Monderkange ou près de cette 
ville. Perdue. 

Dessin tiré de Willheim. — A. Wiltheim, Lux. rom., II, 
p. i56* (dessin); Delin., fol. i36, n° iii = édit. Neye!«. 
p. 317 et pi. XCV, n-Zjôg. 




Monument funéraire d'un homme, vêtu d'une tu- 
nique et d'un manteau , et de deux femmes dont l'une 
est assise. 

4246. Pierre de provenance inconnue. Autrefois à 
Luxembourg, au Collège des Jésuites. Perdue. 

Dessins lii-és de ,Willheim. — A. Wiltheim, Lux. rom., I, 
p. 36o (dessins): Delin., fol. 56, n" i5i à i54 (d'oii Prat, Hist. 



d'Arlon, I, p. 54 et pi. XXXVII; — Haug, Westd. Zeitschr., 
X [1891], p. 1/16, n° 180; — Hertleix, Die Juppitergiganten- 
sàulen, p. ii4, n" 180) = édit. Neyen, p. 192 et pi. XLVII, 
n" 172 à 175. 

Junon, Mercure, Hercule et Apollon. Junon, drapée 
et voilée, un sceptre dans une main, versait probable- 
ment sur un autel le contenu d'une patère; derrière la 
déesse est un paon tourné vers la gauche. Mercure, 
coiffé du pétase, une chlamyde sur les épaules, porte 



360 



LUXEMBOURG. 



un caducée; la majeure partie de la figure et, avec 
elle, la bourse que le dieu tenait sans doute, font dé- 




faut. Hercule, la dépouille du lion sur l'épaule et le 
bras gauches, un objet diATuilement reconnaissable. 




peut-être une pomme dans la main gauche, s'appuie de mais il est plutôt permis de croire à quelque faute de 
l'autre main sur sa massue; le dieu paraît imberbe, dessin. Apollon, complètement nu, les cheveux flottants. 




- ■--— s- 



est accoudé sur une cithare placée debout sur un autel; 
à sa droite, contre la paroi, sont ses armes. 

4247. Pierre de provenance inconnue. Autrefois à 
Luxembourg, au Collège des Jésuites. Perdue. 




Dessins tirés de Wiltheim. — A. Wiltheim, Lut. rom., 1, 
p. 339; Delin., fol. 48, 11° 128 à i3-i (d'où Prat, Hisl. d'Àrlon, 
I. p. 54 et pi. XXVIII; — Haig, Westd. Zeilschr. fur Gesch., 
X [1891], p. lig, n" 189: — Hertleiv, Die Juppilergiganlen- 
sniilen, p. ii5, n° 189) = édit. Neyen, p. i83 et pi. \L, 
n" i48 et 169. 



LUXEMBOURG. 361 

La Fortune, Hercule, Apollon cl Jupiter. La Fortune, de fruits et s'appuie sur un gouvernail posé sur un globe, 
drapée et voilée, tient une corne d'abondance remplie Hercule a l'une de ses mains sur sa massue; il porte un 




carquois et la dépouille du lion. Apollon, Je dos couvert 
d'un manteau flottant, une tresse de cbeveux sur chaque 




pour prendre unf lluclu' dans un carquois. Jupiter, 
barbu, vêtu d'un manteau, tient un foudre et s'appuie 




épaule, parait tenir un arc, au-dessus d'une cithare de 
forme très allonr'('o: il lève une de ses mains comme 




sur un sccplii'. Les dessins de Wiltheim sont proba- 
blement retournés. 



BAS-BELIEFS. — ». 



/>6 



362 USELDANGE, VICHTEN 

4248. Tête provenant d'Aittrier. Serait à Paris, dans 
une collection particulière. 

Keiffer, Revue archéol., 1899, I, p. 4o6. 

D'après M. Keiffer, qui n'a pas pu me renseigner da- 
vantage, il s'agirait d'une Méduse. 

4249. Tête, en quatre fragments, «trouvée à Usel- 
dange et déposée dans le jardin de la maison Résibois, 
à Arlon, faubourg de INeufchàteau » [sin.j. Au Musée 
d'Arlon. Pierre commune. Hauteur, m. 5o. 




SiBENiLER, Annales de l'Jnstilut archéol. d'Arlon, XXXII 
(1887), p. 338; Guide, p. 98, 11° 53 (gravure). 




Personnage imberbe, à cbeveux longs et bouclés, 
couronnés de fleurs. Divinité indéterminée. 



4250. Fragment de provenance inconnue. Autrefois 
à Vichten , dans un mur. Perdu. 




Dessin tiré de Wiltheim. — ■ A. Wiltheim, Lux. rom., I, 
p. 10 (dessin); Delin., fol. 4, n° 3 = édit. Neyes, p. 6 el jJ.Il. 
Il" 4. 

Amour nu soutenant une guirlande. Devant lui, sur 
le sol , peut-être des fruits. 



4251. Fragment de stèle de provenance non indi- 
quée. Au Musée de Luxembourg. Calcaire grossier. Hau- 
teur, m. 65; largeur, m. /17; épaisseur, m. iCi. 




Jupiter debout, de face, les jambes couvertes d'un 
manteau, le torse nu, tenant un foudre de la main droite 
baissée. La main gauche manquante s'appuyait vraisem- 
blablement sur un sceptre. 



OSPEREN. 



363 



4252. Stèle à sommet triangulaire, de provenance 
non indiquée. Au Musée de Luxembourg. Calcaire com- 
mun. Hauteur, o m. 3o; largeur, cm. 17; épaisseur, 
m. 11. 




iMinerve debout, de face, drapée, casquée, dans une 
niche profonde entre deux pilastres. La déesse s'appuie 
de la main droite sur un sceptre, de l'autre main sur un 
bouclier. Contre sa tète, du côté droit, une chouette. 
Dans le fronton, peut-être un petit buste, entre deux 
roses à quatre pétales. Les faces latérales de la stèle 
sont arrondies. 



4253. Pierre vue par Wiltheim à Osperen , r^ in muro 
templi 5î. Perdue. 

Dessin lire de Wiltheim,. — A. Wiltheim, Lux. rom., Il, 
p. i5a (dessin); Deliii., fol. i34, n" 4o-j = ëdit. Neyen, 
p. 3i/ietpl. XGlV,n'' 452. 



Amour ailé monté sur un cheval marin. Fragment* 
de frise. Le Luxembourg a fourni plusieurs fragments 




de sculptures analogues. (Voir les n"' 4 160, ^177 
et/ia36.) 



4254. Fragment d'autel de provenance non indiquée. 
Au Musée de Luxembourg. Grès. Hauteur, m. 6 1 ; 
largeur, m. 35; épaisseur, m. /i 1. 




Dieu nu, ailé, debout, de face, tenant de la main 
gauche un attribut difficilement reconnaissable. A sa 

46. 



364 

droite, une roue posée sur le sol; à sa gauche, un ani- 
mal couché, à longues oreilles, peut-être un chien. 

4255. Stèle de provenance non indiquée, mais cer- 
tainement régionale. Au Musée de Luxembourg. Calcaire 



LUXEMBOURG. 

grossier. Hauteur, o m. /lo; largeur, cm. 3o; épais- 
seur, m. 09. 

Ëpona, assise à droite sur une jument marchant à 
droite. La déesse, vêtue d'une robe longue, a sur les 
genoux un vase contenant des fruits; elle tient de la 




main gauche les rênes de sa monture. La stèle a conservé 
quelques traces de polychromie. 



4256. Sculpture en forme d'édicule, de provenance 
non indiquée, mais certainement régionale. Au Musée 



de Luxembourg. Calcaire grossier. Hauteur, m. a8; 
largeur, m. 2^1 ; épaisseur, m. q5. 

Par devant, le buste nu d'une femme, dans une 
niche; au-dessous, une grande coupe. Sur chaque face 
latérale, les restes d'un oiseau. La femme représentée 



LUXEMBOURG. 



365 



est, sans aucun doute, une déesse; mais je n'en vois 
aucune dont le nom puisse convenir. Le monument lui- 




même pourrait être un ex-voto. Cette sculpture et celle 
ci-après, n° /i2 65 , sont du même genre. 

4257. Statuette mutilée. Au Musée de Luxembourg. 
Grès. Hauteur, o m. 60. 




Personnage debout, vêtu d'une tunicjue et d'un man- 
teau, les jambes nues, tenant devant lui, de la main 
droite, un objet fruste. Divinité indéterminée. 



4258. Stèle de provenance non indiquée. Au Musée 
de Luxembourg. Calcaire grossier, très coquillier. Hau- 
teur, m. 28; largeur, om. ao; épaisseur, o m. i3. 




Homme debout, paraissant vêtu d'une tunique, dans 
une nicbe. Dieu indéterminé, de style barbare. 

4259. Stèle mutilée, de provenance non indiquée. 
Au Musée de Luxembourg. Grès. Hauteur, m. 29; 
largeur m. 3o; épaisseur, m. 06. 




Épona, montée sur une jument marcbant à droite. 
La déesse tient ses rênes de la main droite. 



366 



EGHTERNACH. 



4260. Bloc mutilé, autrefois hi Echternach, «in coe- 
iiobii murofl [wiltii.]. Perdu. 

Dessin tiré de Wiltheim. — A. Wiltiikim, Lux. roin., II, 
p. ii3 (dessin); Delin., fol. 107, n° 3a 1 = édit. Neyen, p. 292 
el pi. LXXXIV, n° 867. 



Scène de marché. A gauche, un homme vêtu d'une 
tunique courte, tenant de la main droite une cuiller, pa- 
rait puiser dans un récipient placé sur un socle ou 
sur un fourneau; à droite, un autre homme, vêtu de 
même, penché sur une marmite, s'adresse à un acheteur 




dont le vêtement se compose d'une tunique et d'un man- 
teau. Ce troisième personnage tend à son interlocuteur, 
qui ouvre la main droite pour le recevoir, un objet de 
forme ronde, où l'on peut reconnaître une pièce de mon- 
naie de diamètre exagéré. 



4261. Bloc de provenance régionale inconnue. Au- 
trefois dans la collection Binsfeld, donnée aux Jésuites. 
Perdu. 

Dessin tiré de Wiltheim. — A. Wiltheim, Luj-, roin., I, p. i5 ; 
Delin., fol. 4, n° 5 = édit. Neven, p. 8 et pi. III, n° 6. 




Monstres marins adossés et coquillages. Au-dessous, 
dans une niche, probablement deux Amours. Le dessin 



de Wiltheim est fait en deux parties. Probablement une 
assise de monument funéraire. 



LUXEMBOURG. 



367 



4262. Fragment de stèle, à sommet cintré, de pro- 
venance non indiquée. Au Musée de Luxembourg. Cal- 
caire grossier. Hauteur, o m. ^o; largeur, o m. 28; 
épaisseur, m. 1 0. 



-*■%! 




Épona, assise à droite sur une jument tournée vers 
la droite. La déesse, vêtue d'une robe longue et d'un 
manteau, a des fruits sur les genoux; elle tient de la 
main gauche les rênes de sa monture. Les membres 
gauches de celle-ci ne sont pas sculptés. 




4263. Fragment de statuette de provenance non 
indiquée. Au Musée de Luxembourg. Grès. Hauteur, 
m. /io. 




Épona, assise à droite sur une monture marchant 
à droite. La déesse, vêtue d'une robe longue, tient de 
chaque main un objet fruste et, sur ses genoux, un 
petit chien. 

4284. Sculpture de provenance non indiquée. Au 
Musée de Luxembourg. Calcaire grossier. Hauteur, 
m. 1 6 ; largeur, cm. 1 9 ; épaisseur, cm. 1 5. 




D'un côté, le buste d'une femme, vêtue d'une tunique. 1 tère religieux, a la forme d'une maisonnette. (Voir Je 
Du côté opposé, un oiseau. La sculpture, de carac- j n° AaSa.) 



368 



DALHEIM. 



4265. Sculpture de provenance non indiquée. Au 
Musée de Luxembourg. Caicaire grossier. Hauteur, 
m. 97; largeur, o m. ia ; épaisseur, cm. 18. 




Par devant, les traces peu reconnaissables d'un buste 
de divinité: au-dessous, celles d'un grand vase de 



forme allongée, dépourvu d'anses. Sur chaque face laté- 
rale, un oiseau de fort relief, peut-être un corbeau. La 




tète de l'un de ces oiseaux était rapportée. (Voir le 

nViaSe.) 

4266. Fragment de statuette de provenance non 
indiquée. Au Musée de Luxembourg. Calcaire commun. 




Hauteur, cm. 1 9 ; largeur, m. 3 t ; épaisseur, en- 
viron m. i5. 

Femme assise, drapée, tenant sur ses genoux une 
palère remplie de fruits ronds. Abondance ou Déesse 
mère. 



4267. Stèle à sommet cintré, découverte à Dalheim, 
en i85i. Au Musée de Luxembourg. Calcaire grossier. 
Hauteur, o m. 2 1 ; épaisseur, m. 06. 

A. Namur, Camp rom. ( 1" rapport), p. 97 et pi. XI, n° 4 = 
Public, de la Soc. pour la rech. et la conserr. des monum. hist. datis 
le Grand-Duché de Lii.rcmbourg , VI! ( 1 85 1 ), p. 1 69. 



LUXEMBOURG. 



369 



Femme debout, de face, vêtue d'une tunique lonjjue, 
un manteau sur le bras gauche, dans une niche; tenant 




de hi main gauche une torche. L'autre main a disparu. 
Probablement Gérés. 



4268. Statuette mutilée de provenance non indiquée. 
Au Musée de Luxembourg. Grès. Hauteur, o m. 20. 




Femme vêtue d'une tunique, assise, de face, sur un 
trône à dossier plat dépassant la tête, tenant des deux 



mains, sur ses genoux, des objets frustes. Abondance ou 
Déesse mère. 



4269. Autel de provenance non indiquée. Au Musée 
de Luxembourg. Galcairc grossier. Hauteur, m. 33; 
largeur, m. 99; épaisseur, cm. ai. 

Déesse assise, vêtue d'une tunique, dans une niche 
profonde entre deux pilastres, tenant sur ses genoux 




un objet rond, peut-être un fruit. Sur chaque face laté- 
rale, une autre niche entre deux pilastres. L'autel, 
dont la forme est celle d'une maisonnette, a une toiture 
de feuilles imbriquées. 



4270. Statuette mutilée de provenance non indiquée. 
Au Musée de Luxembourg. Galcaire grossier. Hauteur, 
cm. 3/1; largeur, m. 9 3. 



BAS-BELIEFS. 



lUrniMERIE RATIONALE. 



370 



Femme assise, vêtue d'une tunique longue et d'un 
manteau à nombreux plis, tenant sur ses genoux un 




SCHLTTRINGEN, CONTEREN. 

4272. Statuette mutilée de provenance non indiquée. 
Au Musée de Luxembourg. Calcaire grossier, très co- 
quillior. Hauteur, cm. 19. 



^■... ^ 



petit animal dont la tête manque, sans doute un chien. 
Probablement une Déesse mère. 

4271. Tête découverte près de Schûttringen. Au Musée 
de Luxembourg. Calcaire tendre. Hauteur, m. 17. 




Engling , Public, de la Soc. pour ta rech. et la cons. des mon. hist. 
dans le Grand-Duché de Luœcmh., IX (1 853), p. 81 et pi. III, n" 9. 

Altis ou dadophore. 







Femme assise, vèluc d'une tunique longue, tenant 
des deux mains, sur ses genoux, une patère remplie de 
fruits. Abondance ou Déesse mère. 



4273. Stèle mutilée trouvée à Conteren. Au Musée de 
Luxembourg. Calcaire commun. Hauteur, m. 5o; lar- 
geur, m. 38; épaisseur, m. 0-. 




Dessin tiré de Wilthcini. — A. Wiltiieiu.Lî/x. rom., W.y. 179 
(dessin) ; Delin., fol. 1 4i , n° 4 36 = ëdil. iNeyes . p. Sa 7 et pi. XCIX . 



Il- 483 (d'où Becker, Donner Jahrb., XXVI [1868], p. 98; — 
liiNDENSCBMiT, Die Alterlhùmer iinsrcr heidnischen Vorzet(, II, 1. 



LUXEMBOURG. 371 

p. G; — Salomon Reinach, hpona, p. i2 1 [gravure] = Revue 
archéol., 1896, I, p. l8l). 




Époiia montée sur une jument marchant à gauche 
et dont les memhres droits, aujourd'hui manquants, 
étaient peints. La déesse, vêtue d'une robe longue, a 
la main droite levée; elle tient de la main gauche les 
rênes de sa monture. Le dessin de Wiltheim est assez 
fidèle pour qu'on n'ait pas à douter de la provenance du 
monument; cependant, ce dessin n'indique pas le bras 
droit de la déesse et donne, à tort, le membre antérieur 
droit de la jument. 

4274. Fragment de stèle de provenance non indiqui^e. 
Au Musée de Luxembourg. Calcaire grossier. Hauteur, 
om. 37; largeur, m. 60; épaisseur, m. aa. 



Restes d'une femme drapée, assise de face, dans une 
niche. Encore que le manque d'attributs ne permette pas 




(le se prononcer à cet égard , il est bien probable qu'il 
s'agit d'une déesse. 



372 



LUXEMBOUnC. 



4275. Pierre de provenance inconnue. Perdue après 
avoir fait partie de la collection Binsfeld, donnée aux 
Jésuites. 



Dessin lire de Willheim. — A. Wii,THEiM,L»w.ro)«.,I, p. 819 
(dessin); Delin., fol. 44, n° ii5 (d'où Prat, Ht'st. d'Arlon, 1, 



p. 83 et pi. XXV b) = édit. Neïen, p. 180 et pJ. XXXVU, 
n-i39. 

Homme et femme debout, dans une niche, entre 
deux pilastres décorés de feuilles stylisées. Leur v(5tcment 
se compose d'une tunique et d'un manteau. L'homme 
est imberbe et paraît chauve; il tient d'une main l'un 




des pans de son manteau. La femme porte un llacon et, 
sans doute, un coffret. Assise du monument funéraire 
de deux époux. 



4276. Iragiuenl de provenance non indiquée. Au 
Musée de Luxembourg. Calcaire grossier. Hauteur, 
m. 90; longueur, o m. Zi5. 




Cavalier cuirassé, les épaules couvertes d'un manteau 
flottant. Le personnage tenait de la main gauche les 



rênes de sa moiituro, el j)orlait la jambe droite en 
arrière. 



WALDBILLIG, MAJEROUX 

4277. Fragment de statue vu par Wiltheim à Waid- 
billig. Perdu. 



373 




Dessin tiré de Wiilheim. — A. Wiltheim, Lux. rom., Il, 
p. 12.5 (dessin); Delin., fol. laS, n°'345 = édit. Neveîj, p. 296 
et pi. LXXXVII, n» 898. 

Homme drapé; ses épaules paraissent couvertes d'un 
mantelet. Probablement un débris de sculpture funé- 
raire. 




Quatre de ces têtes paraissent détachées de statues de 
femmes. Une autre, d'homme barbu, a servi de contre- 




4278. Têtes et fragments de provenances diverses 
(Majeroux, Mersch, Hiéromont, Titelberg, etc.). Au 




Musée de Luxembourg. Calcaire grossier. Hauteurs, de 
m. 1 5 à m. ho. 





Namur , Public, de la Soc. pour la rech. et la conserv. des monum. 
hist. dans le Grand-Duché de Luxembourg, W (i853), p. 80 et 

pi. m. 





poids, sans doute à une époque relativement récente; 
elle porte un anneau à la partie supérieure. Trois têtes 





de femme sont en bas-relief; la plus grande, de style térieure d'une seconde tête barbue, qui pourrait être un 
barbare, a les pupilles creuses. On n'a que la partie an- portrait. Mercure est figuré sur le dernier fragment. 



374 



DALIIEIM, WALDBILLIG. 



4279. Slèle de provenance non indiquée. Au Musée 
de Luxembourg. Grès. Hauteur, o m. 80; largeur, 
m. 25; épaisseur, cm. 18. 

Esquisses de deux bustes supportant un couronne- 
ment. Le Musée de Luxembourg contient une autre stèle 




à peu près semblable. Ce sont, je crois, des monuments 
funéraires d'une forme particulière ; mais il peut s'agir 
aussi de divinités. 



4280. Stèle découverte à Dalheim, en i85i. Au 
Musée de Luxembourg. Pierre commune. Hauteur, 
m. q/i; largeur, m. là; épaisseur, cm. i3. 

A. Namdr, Camp rom. (1" rapport), p. 29 et pi. XI, n° 1 = 
Public, de la Soc. pour la rech. et la conscro. des monum. hist. dans 
le Grand-Duché de Luxembourg , VII (i85i), p. lig. 



Femme assise, de face, vêtue d'une robe longue, 
dans une niche, tenant sur ses genoux des objets frustes. 




probablement des fruits. Peut-être une Abondance ou 
une Déesse mère. 



4281. Blocs vus par Wiltheim à Waldbillig. Pa- 
raissent perdus. 

Dessia tiré de Wiltheim. — A. Wiltheim, Lux. rom., 11, 
p. 124 (dessins); Delin., fol. 121, n°' 334 à 336 =ëdit. Neyen, 
p. 296 et pi. LXXXVl, n" 389 et 383. 




Wiltheim a dessiné quatre blocs qui ne peuvent que 
provenir d'une même frise. On y remarque des rinceaux 



LUXEMBOURG. 



375 



de vigne stylisés et des femmes nues, groupées par 
deux , dont les membres inférieurs entrelacés sont rem- 




placés par des feuillages. Entre chaque groupe de femmes 
était de plus, à ce qu'il semble, un masque, de face, 
avec cheveux et barbe de feuillage. 

Voir le n° ZiaoS. 



4282. Fragment de provenance non indiquée, mais 
certainement régionale. Au Musée de Luxembourg. Cal- 



caire grossier. Hauteur, o m. 2^; largeur et épais 
seur, m. 1 .3. 




Sur la face principale, un buste de femme drapée, 
dans une niche entre deux pilastres. Sur chaque face 





latérale, en partie détruite, un oiseau. Celui de droite différente. La pierre avait la forme d'une maisonnette, 
pourrait être une colombe; l'autre est d'une espèce (Voir le n° /i 2 6/1.) 



376 



LUXEMBOURG. 



4283. Golonnette mutilée de provenance non in- 
diquée, mais certainement locale ou régionale. Au 




Musée de Luxembourg. Calcaire grossier. Hauteur, 
m. 67. 




Deux têtes d'hommes barbus, séparées par deux têtes nette. Divinités indéterminées. Il ne s'agit sûrement pas 
de femmes, décorent la partie supérieure de cette colon- d'un chapiteau roman. 



377 



MEDIOMATRIQUES. 

(MEDIOMATRICI.) 

Les Mediomalrici avaient pour capitaie Divodunim, aujourd'liui Metz. Ils étaient bornés au nord par 
les Trévii-es, à l'ouest par les Rèmes, au sud par les Leuques. Leur territoire, dont on ne connaît pas 
les limites précises, s'étendait sur la haute vallée de la Sarre et sur une partie des vallées moyennes de 
la Moselle et de la Meuse. Vers l'est, les Médiomatriques touchaient aux Triboques. Peut-être arri- 
vaient-ils jusqu'au Rhin. Cependant il ne semble pas qu'ils aient notablement dépassé la ligne des 
Vosges. 

BIBLIOGRAPHIE. 

I. BoissARD (Jean-Jacques). Atitiquarum inscriplionum , quae partim in Italia , parlim in Germania et Gallia videnlur, cum suis 
signais et imaginibus exacta descriptio. Bibliothèque nationale, réserve des imprimés, ms. n° 468 bis; in-4°, 2/17 feuillets. 

II. Meurisse (Martin). Histoire des evesques de réglise de Metz. Metz, i634; in-folio, 690 pages, i3 planches. 

III. Lanço.n (Chevalier de). Collection chronologique pour servir à l'histoire de Metz et pays en dépendant. Bibliothèque natio- 
nale, nouveau fonds français, ms. n° 766; in-folio, 3io feuillets, 1 carte. 

IV. Cajot (Joseph). Les antiquités de Metz, ou recherches sur l'origine des Médiomatriciens , leur premier établisscinenl dans 
les Gaules, leurs mœurs, leur religion. Metz, 1760; in-ia, xiv-Sig pages. 

V. Calmet (Dom Augustin). Histoire ecclésiastique et civile de Lorraine, qui comprend ce qui s'est passé de plus mémorable 
dans l'archevêché de Trêves et dans les évêchez de Metz , Toul et Verdun , depuis l'entrée de Jules César dans les Gaules jusqu'à ' la 
mort de Charles V, duc de Lorraine, arrivée en 16 go; avec les pièces justificatives à la fin; t. I. Nancy, 1728; in-folio, ccil- 
1268-580 colonnes, 11 planches. — Notice de la Lorraine, qui comprend les duchoz de Bar et de Luxembourg, l'Electoral 
de Trêves, les trois évèchés : Metz, Toul et Verdun; les villes principales et autres lieux les plus célèbres, rangez par ordre alpha- 
bétique, ornée de plusieurs inscriptions antiques et figures en taille-douce, propres à illustrer l'Histoire et la lieligion ancienne de 
ces pays avant rétablissement du christianisme. Nancy, 1766; 2 vol. in-folio, cxLiv-946-22i colonnes, 7 planches; cxvi- 
1,0 2 4-Lxxiv colonnes, 5 planches. 

VI. [Tabouillot (Nicolas) et Jean François.] Histoire de Metz par des religieux Bénédictins de la congrégation de Saint- 
Vanne, t. I. Metz, 1769; in-4°, xv-657 pages, -jS planches. 

VII. Simon (Charles-François-Viclor). Bapport sur les monuments anciens du département de la Moselle. Metz, i838; in-S", 
10 pages. Extrait des Mémoires de l'Académie de Metz, t. XVIII, 19° anne'e, 1837-1888, p. 822 à 332. — Victor Simon 
a publié, pendant plus de vingt-cincj ans, dans les Mémoires de l'Académie de Metz, des Notices archéologiques dont il existe 
des tirages à part. Ce savant est certainement un de ceux qui se sont le plus occupés des antiquités de leur région et de 
leur ville natale. 

VIII. Beaulieu (L.). Archéologie de la Lorraine, ou Becueil de notices et documens pour servir à l'histoire des antiquités de cette 
province. Paris, i8/io-i8/i3; 2 vol. in-8'', xiu-287 et 271 pages, 3 et 5 planches. 

BlS-HELIEfS. V. 4 g 



IMITilHERIB KATIUN&I.E. 



378 METZ. 

IX. PnosT (Augusie). Antiquités découvertes aux environs île Merlehach. Metz, i865; in-S", 18 pages. Extrail des Mémoires 
lie l'Académie de Metz, l. XLIX, Ud' année, p. 127 à 1 44. 

X. Kraus (Franz Xaver). Kunsl und Allerthum in Elsass-Lothringen. Strasbourg, 1876-1899; h volumes in-8°, 70^, 
719, 1,0^9 et 181 pages, 5, 16 et 17 planches. Les deux premiers volumes sont consacrés à l'Alsace; le troisième se 
rapporle à la Lorraine; le dernier contient les additions, les corrections et les tables de l'ouvrage. 

XI. Keunk (J.-B.). Neiiffefundenc Inschriften der Mediomalriker. [Metz, 1906]; in-8°, 89 pages. Extrait, sans pagination 
spéciale, du Jahrhuch der Geselhchaft fur lothritigische Geschichtc und Allertwnskunde , [Lotltr. Jahrb.], I. XVIII, 190G, p. ^77 
à 5 1 6. — Allertumsjunde in Lothnngen ; Ervoerhungen des Muséums der Sladt Metz von i[)o5 bis igio. [ Metz , 1910]; in-8°, 
5o pages, ta planches. Extrait, sans pagination spéciale, du Jahrburli der (îeselkrhnft fiir Inthringisrlie Geschichte und Aller- 
tumslunde [Lothr. Jalirb.], t. XXII, 1910, p. ^87 à 687. 

XII. (JRENiER (Albcrl). Habitations gauloises et villas latines dans la cité des Médiomatrices ; étude sur le dévelojtpernent de la 
civilisation gallo-romaine dans une province gauloise. Paris, 1906; in-8°, 199 pages. Ce travail forme le 157" fascicule de la 
Bibliothèque de l'Ecole des hautes études. 

XIII. Keune (J.-B.), R. s. Bour et A. Ruppel. îjolhringen und seine Haupstadt. Melz, igiS; in-8", 557 P^'B^^» 
Sa planches, 2 cartes. 

METZ. 

(DIVODVRVM.) 

La ville de Metz possède un musée lapidaire fort riche dont la fondation remonte à l'année 1822. En 
faisant un revêtement à la partie de la citadelle qui domine la Moselle, on eut à déchausser une portion de 
mur qui avait été bâtie ou réparée sous le duc de Guise, au siège de 1 559. Les travaux mirent au jour 
un certain nombre de pierres sculptées, et la ville en bénéficia, mais à la condition qu'elles seraient 
conservées dans les bâtiments de la bibliothèque, oii elles formeraient le noyau d'un musée départe- 
mental d'antiques du pays. Ainsi créée, la galerie lapidaire de Metz s'accrut très vite. La vieille Société 
des lettres, sciences et arts, dispersée en 1798, reconstituée en 1819, et qui venait de prendre en 1828 
le nom d'Académie de Metz, qu'elle a conservé, fut chargée de l'admiiuslrer. En 1887, cette Société 
savante acheta, des héritiers du marquis de Villers-Burgesch, des sculptures qui, des jardins de 
Clausen, avaient fini par passer dans les fortifications de Luxembourg. Deux ans plus tard, elle négo- 
cia avec l'administration municipale de Sonlosse (Vosges) l'achat d'une trentaine de pierres tombales 
gallo-romaines qui étaient encastrées dans le mur du cimetière du village et dont les habitants de- 
mandaient la destruction. En i8/i3, elle obtint d'un Messin, M. Laporte, propriétaire, rue Fournirue, 
d'une maison de style Renaissance jadis habitée par l'orfèvre Jean Aubry, beau-père de Boissard, des 
antiques non moins nombreuses qui décoraient la cour intérieure de cet immeuble. De grands travaux, 
du reste, procuraient fréquemment de nouvelles sculptures. En 1868, ce fut le nivellement du glacis 
de la porte Serpenoise, pour l'établissement de la gare du chemin de fer de l'Est, qui permit de ren- 
contrer d'intéressants débris. Mais la découverte la plus importante dont profita le Musée de Metz se 
produisit en i864, lorsqu'on commença la construction de la voie ferrée de Carling à Sarreguemines. 
La Société d'histoire et d'archéologie de la Moselle, nouvellement fondée, vint en aide dans cette circon- 
stance à Y Académie de Metz, en obtenant de la Compagnie de l'Est le transport au Musée de Metz d'un 
grand nombre de pierres sculptées rencontrées près de Meriebach. D'autre part, sous l'influence de 



METZ. 379 

celte Société, les dons de particuliers se multiplièrent. La place, à la Bibliothèque municipale, n'étant 
plus suffisante, le maire de Metz, Félix Maréchal, avec l'aide de l'architecte Demoget, fit entreprendre 
en 1869 la construction d'un vaste ensemble, dont la guerre arrêta l'exécution. C'est dans les salles 
terminées de ce bâtiment que la galerie lapidaire de Metz a été transportée, en 1872, par Charles 
Lorrain. Depuis cette époque, en d'autres mains, et plus particulièrement sous la direction éclairée de 
M. J.-B. Keune, le Musée de Metz n'a pas cessé de progresser. M. Keune et ses prédécesseurs, MoUer et 
Hoffmann, ont eu la bonne fortune de réunir, avec de nombreuses antiques rencontrées au cours 
des travaux militaires ou d'édiiité entrepris à Metz depuis trente ans, toute une collection de stèles 
mises au jour, surtout en 1882 et 1908, en agrandissant la gare et transformant les voies ferrées qui 
traversent la plaine du Sablon, dans les directions de Sarrebruck et de Nancy. 

BIBLIOGRAPHIE. 

I. JJaltus (.lacques). Annales de Metz, depuis l'année ijaâ inclusivement. Bibliothèque de Metz, ms. n° 193; in-fol., 
36o pages. Publié par Doni Tabouillot, sous les auspices de rAcadémie de Metz (Metz, 1789; in-4°, 869 pages), et 
par l'abbé E. Paulus (Metz, 190^; in-8°, 456 pages). 

II. Brocq (Théodore). Nouvelle histoire de Metz, ou Recueil historique de ce qui est arrivé de plus remarquable dans la ville 
de Metz, depuis le temps de Jules César jusqu'à présent (i^SG). Bibliothèque de Metz, mss n"' 128 et i3o (deux exem- 
plaires); 2 vol. in-i", 1120 pages. 

III. Marchand (Philippe). Annales de Metz, depuis la création du monde jusqu'en ij5i. Bibliothèque de Metz, nis. n" 1 25 ; 
iii-4°, i48 pages. 

IV. DiEUDONNÉ (Sébastien). Mémoires sur Metz, t-jjo. Bibliothèque de Metz, ms. n" i53; in-folio, 778 pages. 

V. Devilly (L.). Antiquités médiomatriciennes ; Premier mémoire : Monuments trouvés, en 1822 , à l'anrienne citadelle de Metz. 
Melz, 1893 ; in-8°, 19 pages, 3 planches. Extrait des Mémoires de l'Académie de Metz, t. III, U' année, iSaa-iSaS, p. 79 
à 79- 

VI. Caemmerer (F.). Description d'un autel antique situé au nord-ouest du département de la Moselle. Metz, 1829; in-8°, 
6 pages. Exlrah d{',s Mémoires de r Académie de Metz, t. X, 11" année, 1828-1829, p. 366 à 871. 

VII. Bergère (P.). Note sur un monument antique existant à Metz. Metz, i836; iii-8°, 21 pages. Extrait des Mémoires de 
l'Académie de Metz, t. XVI, 17° année, p. 252 à 279. 

VIII. Bégin (Emile). Metz depuis dix-huit siècles; son peuple, ses institutions, ses rues, ses monuments; t. I. Melz et Paris, 
i843-i8/i4; in-8°, xvi-39o-xv pages, ^7 planches. 

IX. Clercx (Joseph). Description de quelques pierres tumulaires trouvées à Melz au mois de juillet 18 58. Metz, i859;in-8°, 
8 pages. Extrait des Mémoires de l'Académie de Metz, t. XLII, /io° année, i858-i859, p. 983 à 289. Même travail 
dans le Bulletin d'archéologie et d'histoire de la Moselle, t. I, i858, p. 54 à 67. 

X. Ledain (Abbé). Notice sur quelques découvertes archéologiques récentes. Metz, 1869; in-S", 39 pages. Extrait des 
Mémoires de l'Académie de Metz, t. LIV, 5o" année, 1868-1869, p. 5i3 à 542. — Lettres et notices d'archéologie, de numis- 
matique, de topographie gallo-romaine et d'histoire. Metz, 1869; in-8°, 654-lxv pages, 6 planches. 

XI. Lorrain (Charles). Musées de la ville de Metz; Catalogue de la galerie archéologique, précédé d'une Notice historique, 
par Abel. Metz, 187/1; in-8°, 162 pages. Extrait des Mémoires de la Société d'archéologie de la Moselle, t. XIII, 1874, p. 1 
à io4, t. XIV, 1875, p. 1 à 58. Dès 1860, un Catalogue illustré, resté manuscrit, avait été rédigé par Malherbe (Biblio- 
thèque du Musée de Metz; in-8°, 83 pages et atlas de 19 planches). 

48. 



380 METZ. 

Xlf. MôLLER (Fritz). Ein Fund rimischer AUirlfiûmer an der Lunette d'Arçon, hei Metz, dans \e Drilter Jahresbericht des 
Vereins fur Erdhunde zu Metz pro 1880. Metz, 1880; in-8°, p. ni à i36. 

XIII. Hoffmann (Otto Adalbert). Der Steinsaal des Allertums-Museums zu Metz. Metz, 1889; 111-8°, 116 pages. Complète 
et corrige sur quelques points le Catalogue de Lorrain, dont il reproduit les descriptions. 

XIV. Keune (J. B.). Dericht ûber die Erwerhungen des Muséums der Sladt Metz. Metz, 1900; in-4°, 70 pages, 6 planches. 
Extrait, sans pagination spéciale, du Jahrbuch der GeseUschnft Jur îothrinfpsche Gesrhkhte und Altertumsfunde [Lothr. Jahrb.], 
t. XII, 1900, p. 3i6 à ii6. — Metz in romisvher Zeit. Metz, 1900; in-8°, 22 pages. Extrait du Jahresbericht des Vereins 

fur Erdhunde zu Metz, t. XXII, 1900, p. io5 à 126. — Das Kunstgewerbe in Elsass-Lolhnngen , t. I, avril-mai 1901. 
Strasbourg; in-8°, 45 pages, 38 gravures. Le fascicule est entièrement consacré aux musées de Metz. — Erinnerung an 
das Muséum der Stadt Metz. Metz, igoS; in-i° oblong, 16 pages, h'] gravures. — ■ Muséum der Stadl Metz; Bericht iiber 
die Geschâftsjahre i<)oa und igo3 [1 April igoa bis Màrz ]()o3). Trêves, 190^; in-8°, 3i pages, i3 gravures. Extrait 
de la Westdeutsche Zeitschrift fiir Geschichte und Kunst, i. XXII, igoS, p. 354 à 384. — Sablon in romiseher Zeit. Metz, 
1904, in-8°, i36 pages, 34 gravures, 18 planches. Extrait, sans pagination spéciale, du Jahrbuch der Gesellschaft fiir 
lothrhigische Geschichte und Altertumskunde [Lothr. Jahrb.], t. XV, igoS, p. 394 à 46o et pi. XII à XXIX. — Aus einem 
Bericht iiber Altertumsfunde in Metz und Lolhringen. Metz, 1904; in-8°, 8 pages, 1 planche. Extrait, sans pagination spé- 
ciale, du Jahrbuch der Gesellschaft fiir lothringische Geschichte und Altertumskunde [Lothr. Jahrb.], t. XVI, 1904, p. U-j-j à 
484. — Altertumsfunde aus der Flur Sahhn oder dem siidlichen Vorgeldnde von Metz (igo3-igo5). Metz, 1905 ; in-8°. 
68 pages, 1 1 planches. Extrait, sans pagination spéciale, du Jahrbuch der Gesellschaft fiir lothringische Geschichte und 
Altertumskunde, t. XVI, 1904, p. 3i6 à 384. — Muséum der Stadt Metz; Fundbericht iiber die Ergebnisse der Erdarbeiten im 
siidlichen Vorgeldnde von Metz, igo3 bis April igo5. Trêves, 1905; in-8°, 94 colonnes. Extrait de la Korrespondenzblatt der 
Westdeutschen Zeitschrift, t. XXIV, 1906 , col. 33 à 4i. — Metz, seine Geschichte, Sammlungen und Schenswiirdigkeiten. Metz, 
1 907; in-i 9, 290 pages, 1 carte. • — Muséum der Stadt Metz; Bericht ûber die Sammlungen fiir das Rechmwgsjahr igoj (i Ajtril 
igoj bis 3i Màrz igo8). Metz, 1909; in-4°, 16 pages. — Sablon in rômischer Zeit [Die Flur Sablon in rômischer Zeit, 
zweiter Teil]. Metz, 1909; in-8°, 99 pages, 191 gravures. Extrait du Jahresbericht des Vereins fur Erdkunde zu Metz, 
t. XXVI, 1907-1909, p. 1 à 98. — Das alte Metz. Leipzig, 191 1; in-8°, 45 pages. Extrait, sans pagination spéciale, de 
la revue Das Moselland und die westdeutsche Eiseninduslrie , t. 1, 1910, p. 73 à i38. 

XV. ScHRAMM (E.), G. Wolfram et J.-B. Keune. Das grosse rômische Amphitheater zu Metz. Metz, 1902 ; in-4°, 90 pages, 
99 planches. Extrait, sans pagination spéciale, du Jahrbuch der Gesellschaft fiir lothringische Geschichte und Altertumskunde, 
t. XIV, 1902, p. 34o à 43o. 

XVI. MiCHAELis (Adoif). Fine Frauenstatue pergamenischen Stils in Muséum zu Metz. Metz, i9o5; in-8°, 98 pages, 
4 planches. Extrait du Jahrbuch der Gesellschaft fur lothringische Geschichte und Altertumskunde [Lothr. Jahrb. ] , t. XVII , 1906, 
p. 9i3 à 94o. 

XVII. Lehner (Hans). Gallo-romische Totenfrier. Bonn, 1911; in-8°, 8 pages, 1 planche. Extrait des Jahrbucher des 
Vereins von Altertumsfreunden im Rheinlande [Bonner Jahrb.], t. C-XX, 191 1, p. 95i à 958 et pi. XV. 



METZ 

4284. Stèle découverte K en i85/i, dans les tranchées 
de la riio du Heaume n [lorr.]. Au Musée; moulage au 



381 

Musée de Saint-Germain. Pierre commune. Hauteur, 
m. 79 ; largeur, o m. li!i ; épaisseur, o m. i 5. 



v^ 







Photographie communiquée par le Aiiisec de Metz. — iioi- 
LAXGÉ, Austrasie, II (i854), p. i6 et pi. I, iîg-. 5. — Malherbe, 
Ms., pi. V, n° 87. — Lorrain, Catal., p. .87, n° 37. — Keune, 
Lothr. Jiihrb., VIII (1896), 9 , p. 58 (gravure). — S. Reinacb, 
npona, p. 5 = Bevne archéol, 1898, II, p. i65 (gravure). — 



kunstgeirerbe in EU.-Lothr., I, p. igi, fig. 5. — Hoffmann, 
Steinsaal, p. 3i, u° 97. 

Epona; la déesse, vêtue d'une robe longue et d'un 
manteau flottant, est assise à droite sur une jument 



38-2 



MKTZ. 



marchant à droite ; elle tient de la main droite un 
objet de forme allongée, peu reconnaissable. La pierre 
est arrondie par derrière et sur les côtés. 



4285. Stèle mutilée, à sommet triangulaire, arrondie 
par derrière, découverte «le lo août 1867, à la cita- 
delle de Metz» [rob.], -centre l'Oratoire des Templiers et 




le grenier d'abondance» [lobr.]. Au Musée; moulage 
au Musée de Saint-Germain. Calcaire blanc. Hauteur, 
m. 33 ; largeur, cm. 25 ; épaisseur, m. 1/1. 

C. I L., Xlli, 4320. — PicTET, Revue archéoL, i864, 11, 
p. 3ii. — Abel, Bull, de la Soc. d'archéol. de la Moselle, X 



(1867), p. i4o. — Charles Robert, Epigr., 1, p. 1 4 et pi. I, 
n° U. — Becker, Bonn. Jahrb., LVI(i875), p. 2o4. — Max 
Ihm, ibid., LXXXIU (1887), p. 56. — Lorrain, Catai, p. 35, 
n° 93. — Hoffmann , Sto'/wflfl/, p. 3o, n° a3. — Salomon Reinach, 
Epomi, p. i() — Revue archèoL, 1895, II, p. 176 (gravure); 
Encore Epona, p. 6 = Revue archéol., 1898, I, p. 166. 



METZ. 



383 



Épona, assise à droite, dans une niche, sur une 
jument au repos tournée vers ia droite. La déesse, vêtue 
d'une robe iongue, lient de la main droite un objet 

fruste. Dans le fronton de la stèle, l'inscription : Dcxler, 

Decmm\i (^ films),. . .1. 

4286. Base de colonne découverte, au mois d'avril 
1 906 , n unter dem Keller der stâdtischen Knabenmittel- 



schule» [keune]. Au Musée de Metz. Calcaire tendre, à 
grain fin. Hauteur, 1 m. 01; diamètre, environ m. 35. 

Keune, Jnhrb. der Gesellscliajt fur lothrwg. Geschichte, XVI 
(1904), p. ^79 et pi. XVII, n°' 5 à 7 ; Ërinnermig, p. 9 (gra- 
vure): Bas allé Metz, p. 78 (grav.); Lolhringeii, p. 3oi (grav.). 

Hercule nu, imberbe, et deux déesses drapées. Les 
trois divinités sont debout. Hercule a le pied gauche 
sur le corps de l'Hydre de Lernc, dont il saisit de la 






main gauche l'une des têtes. Des deux déesses, l'une 
s'appuie de la main droite sur une rame ou un gouver- 
nail, et paraît tenir de l'autre main une corne d'abon- 
dance ; l'autre a dans la main droite probablement 
un bouquet d'épis. Le dieu et l'une des déesses sont 
séparés par trois poissons disposés verticalement. Peut- 



être Gérés et la Fortune; peut-être aussi des déesses 
d'eaux. 

4287. Fragment de stèle, à sommet cintré, «trouvé 
le 10 juillet i858, dans les fouilles de la rue Fourni- 
rue, vis-à-vis de la maison Théveny^ [lorr.]. Au Musée. 



384 



METZ. 



Pierre commune. Hauteur, om. 85; largeur, o m. /lo; 
épaisseur, o m. i3. 

Pliotographie communicpiée par le Musée de Metz. — C. I. L. , 
Xni, 4293. — Reme des Soc. sav., V (i858), p. 835. — 
Clercx, Descript., p. 8 = Mém. de l'Acad. de Metz, ko' année 
(1858-1859), p. 289 (gravure). — Bull, de la Soc. d'archéol. 
de la Moselle, I (t858), p. 54 (d'où Becker, Boiiner Jahrb., 




XXIX [1860], p. 179). — LoRRAix, Catal., p. 54, n" 75. — 
Charles Robert, Epigr., I, p. 97 et pi. I, n° g.' — Hoffmann, 
Steinsaal, p. 89 . 11° jb. — Kedne, Jahrb. der Gesellsch.fûr lothr. 
Gesc/«., IX (1897), p. 181. 

Hercuie enfant, nu, debout de face dans une niche, 
étreignant de la main gauche un serpent. De l'autre 



main manquante, le jeune dieu brandissait une massue. 
Au-dessus de la niche, l'inscription : Ilercli; Taliounus, 

Oriclae [{ilius) , v{olum) s(olvil) l{ibem ) m{erko). 



4288. Fragments de stèle «^ trouvés, le 10 juillet 
[i858], vis-à-vis de la maison n" 70, rue Fournirue, 
à deux mètres sous le sol« [lorr.]. Au Musée. Pierre 




commune. Hauteur, 1 m. 3o; largeur, o m. 60; épais- 
seur, m. 3/1. 

Photographie communiquée par le Musée de Metz. — 
C. I. L., XIII, 43i2. — Clercs, Descript., p. 5 = Mém. de 
l'Acad. de Metz, 4o* année (i858-i859), p. 986. — Robert, 
Epigr., I, p. 75 et pi. IV, 11° 5 (d'où Max Ihm, dans Ros- 



iMETZ. 



385 



aïKR , LcviLon der gricch. und rôm. Mythol., IV, i, col. a 16). — 
Lorrain, Catal., p. 56, 11° 79. — Hoffmann, Steinsaal, p. lio , 
''"79- 

Mercure et Rosinerta. Les deux divinités sont debout. 
Mercure nu, coiffé du pélase, son manteau sur le bras 
gauche, tient de la main gauche un caducée, et remet de 
l'autre main une bourse à Rosmerta , qui la reçoit de la 
main droite. La déesse, vêtue d'une robe longue et d'un 
manteau, porte de la main gauche une corne d'abon- 
dance remplie de fruits. Au-dessus des deux images, 
l'inscription : lu h(onorem) d[omus) d{ivin<ie). . . Sur un 
autre fragment d'autel «trouvé dans la tranchée de la 
rue Fournirue, au coin de la rue Taison, le 7 août 
i858îj [Lonn.J, sont les deux pieds nus de Mercure et 
de Rosmerta , et au-dessous l'inscription : Deo Mercurio 
cl Rosmertae; Musicus, Lillutifil^ius), et sut, ex volo. 



4289. Rloc rectangulaire, découvert en 17^19, avec 
celui décrit plus loin, sous le n° /i33i. L'inscription, 
donnée à Schœpflin, a été détruite en 1870. Le bas- 
relief, resté à Metz, n'a pas été conservé. 



ff4 








Dessin tiré de ^Marchanfl. ~ C. 1. L., XIII, 4287. 

ScuoEPFLiN, Ahat. illmtr., I, p. 586. — [Tabouillot et Fran- 
çois], Uist. de Metz, I, p. 64 et pi. V, n° 7. — Léon Renier, 
Mclmigcs d'vpi'ffi:, p. 171. _ Wilmanns, Exempta, n" 981. — 
Gh.WoBERT, npigr.de la Moselle, 1,1^. Ci et pi. V, n" 3; II, p. i3. 
— Voir aussi la bibliogiapliie du n° 433 1 . 

Mercure ayant à sa droite un caducée. La présence 
d'un collier au cou de Mercure n'est pas surprenante. 
L'inscription, souvent publiée, se rapporte à l'empereur 
Pertinax. Wilmanns en a contesté l'authenticité. 



4290. Statuette mutilée, trouvée en 1908, dans les 
ruines de l'Amphithéâtre. Au Musée. Marbre blanc. 
Longueur, m. 2/1. 

Photographie communiquée par le Musée de Meiz. — Kelne, 
Bericlit (1902-1903), p. 16 (gravui-e) = Westd. Zekschr., XXII 



(1903), p. 16; Lolhr. 7aAri., XIV (190a), p. 397; Erinnerung, 
pi. [1]; Sahlou (1909) = Jahresber. des Ver. fur Erdk., XXVI 
(1907-1909), p. 5 (gravure). — Schramji, Bas grosse rôm. 
ylinphiih. zu Metz, p. 397 (gravure). — Salomon Reinach, 
Répert., IV, p. 3oo, n° 1. 




Amour endormi; le petit personnage est ailé et 
couché sur son bras gauche. Ornement de tombeau. 
(Voiries n"' 678, 1700 et i865.) 



4291. Stèle à sommet triangulaire, découverte à 
Metz, au xvi" siècle. Elle appartenait, en 1602, au pré- 
sident Lebey de Batilly. Perdue de vue quelques années 
plus tard, on l'a retrouvée, en 1867, chez les Dames de 
Sainte-Chrétienne, qui l'avaient transformée en pieuse 
image. Au Musée de Metz. Pierre commune. Hauteur, 
im.Sk; largeur, m. 67; épaisseur, m. 22. 

C. /. L., XIII, 43o3. — BoissARD, ms. de Paris, L 19609, 
p. 676 (d'où Meurisse, Hist. des cve'ques de Metz, I, p. 9 et 
pl.IX: — MoNTFAucoN,/lHf.e.r/)/., II, 2, p. 433 et pl.CLXXXXII, 
n° 3 : SiippL, I, p. 935 et pi. LXXXV, n° 1 ; — Dom Martin, 
Relig. des Gaulois, II, p. 147); Aiit., fol. 100. — Gbuter, In- 
script., pi. CXII, n° 1. — Wiltueim, Lux. rom., I, p. 74 = édit. 
Neyen, p. 48. — ScHOEi'PLiN, Alsat. illustr., I. p. 478. — Dom 
Caljiet, Notice de Lorraine, I, pi. IV, 11° 91 (= Bull, de la Soc. 
pliilom. tosgienne, II [1876], p. i49). — [Tabouillot et Fran- 
çois], /ïï«<. de Metz, I, p. 72 et pi. VII, n° 1. — Mongez, Rec. 
d'ant., p. io3 et pi. GGXLVII, n° 9 (d'après Monlfaucon). — 
D1ELD0NNÉ, ms. n° i53 de la Ribl. de Metz, p. 901. — Bégin, 
Lettres, II, p. 4i et 45 et pi. II, n° 3, pi. III, n" 1. — Viville, 
Dictioim., I, p. 444. — Moyrier, Monum., p. 39, note 1. — 
Lorrain, Rull. de la Soc. d'archéol. de la Moselle, XIV (1871- 
1879), p. 8 ; Catal., p. 86, n" i65. — Charles Robert, Epigr., 
I, p. 47 et pi. V, 11" 1. — Max Inji, Boimer Jahrb., LXXXIII 
(1887), p. 43 et 169. — Hoffmann, Steinsaal, p. 67, n° i65. 

Déesses Mères debout, de face, drapées et voilées, 
dans une niche; celle du milieu tient devant elle, des 



BAS-BKI,IEFS. — V. 



lUrniUZltlE NiTIOALK. 



386 



METZ. 



deux mains, des objets qui ne sont plus reconnaissobics , 
probablement des fruits. Dans le fronton de la stèle, 
l'inscription : In honori dotnus dlvinne, Dis Maiiabm; 




vicani vici Pacis. Au-dessous du bas-relief, les restes 
d'une inscription moderne. 

4292. Fragment de bloc r trouvé, le 7 août i858, 
dans la tranchée de la rue Fournirue» [toRR.]. Au Musée. 



Pierre commune. Hauteur, m. 7^ ; largeur, o m. 15; 
épaisseur, m. 2 5. 




C. /. L., XllI, 43oo. — Clercx, Descript., p. 3 = Mém. de 
l'Acad. de MeU,XL (i858-i859), p. aSi (fjravure). — V. Simon. 
Bull, de la Soc. d'archéol. de ta Moselle, 1 (i858), p. 55. — 
Malherbe, Ms., pi. XV, n° 97. — Lorrain, Catal., p. 71, n" 1 lii 
(gravure). — Hettner, Wcstd. Zeilschriftpir GeschiclUc umlKuiml, 
IV (i885), p. 385. — Hoffmann, Sieinsaal, p. ig, n" i \ 3. 



METZ. 



387 



Déesse debout, vêtue d'une robe longue et d'un man- 
teau, probablement Junon, tenant de la main droite 
une patère, de l'autre main un sceptre; au-dessus, 



l'inscription : [^(ow)] o(^plimoj m{aximo). Du côté droit, 
dont la moitié manque dans le sens vertical, Hercule 
nu, s'appuyant de la main droite sur sa massue. Du 







K 



V 



V 



^l 



côté gauche, la partie inférieure d'un autre dieu, 
peut-être Mars, vêtu d'une tunique courte. Le bas- 
relief qui, vraisemblablement, décorait la quatrième 
face a disparu. 



4293. Tête de provenance inconnue; elle fut re- 
cueillie « vers la fin du xvi° siècle , par l'orfèvre messin 
Jean Aubry, beau-père de l'antiquaire Boissardn, et 
t<: subsista, dans la même maison, pendant plus de deux 

49- . 



388 



METZ. 



siècles »5 [lorr.]. Donnée au Musée, en i8/i3. Marbre 
blanc. Hauteur, o m. Slt. 




Victor Simon, Mém. de l'Acnd. de Metz, ai" année (i843- 
i844),'p. 6h el 989. — Lorrain, Calai., p. 28, n° G. — Hoff- 
mann, Stcinsaal, p. 2.5, n° 6. 




Apollon. 



4294. Tête « trouvée , vers 1 8 /i 3 , dans les fondations de 
la maison Laporte, rue Fournirue [actuellement Gold- 



schmiedslrasse] » [lorr.]. Au Musée. Grès. Hauteur, 

m. 35. 

Photographies communiqudes par le Musée de Metz. — 
Victor Simon, Mém- de l'Acad. de Meli, sh' année (i8/i3- 




i844), p. 289. — Bkgin, Melz, I, allas, p. 271 et pi. XXXV. — 
Lorrain, Catal., p. 9/1 , n° 9/18. — Hoffmann, Sleinsaal, p. Gi , 
n" 2^8. " - 



■'Har 




Homme barbu, avec cornes de bélier. Vraisemblable- 
ment Jupiter ou Baccbus; le personnage est quelque 
peu chauve; ses oreilles paraissent pointues. 

4295. Fragment de stèle « trouvé en 182s, dans les 
fondations du mur de la Citadelle, près de la porte 



METZ. 



389 



d'Enfer» [lorr.]. Au Mus(?c. Pierre commune. Hau- 
teur, m. 8c); largeur, o m. 83; épaisseur, o m. 69. 

Devili.v, Ant. mkliomalr., p. 10 et pi. [II] , n° 3 = Bkgin, 
Mctt, I, atlas, p. IX et pi. XXIX. — Malherbe, Ms., pi. IX, 



11° 60. — Lorrain, Calai., p. 65, n° 99. — Hoffmann, Slein- 
saal, p. iG. n" 99. — Kecne, Lothr. Jahrb., XII (1900), 
p. 353 (gravure); Erinnerung, couverture (gravure); Das alto 
Metz, p. 84 (gravure). — Salomon Reixacii, ftépert. de 
reliefs, II, p. 95, n" 8. 




Scène de vente. Un marchand, barbu, vêtu d'une 
tunique et d'un manteau à capuchon, est assis, dans 
une boutique, derrière un comptoir; il porte de la main 
gauche, sur ses genoux , probablement un rouleau, et 
de l'autre main fait un geste comme pour appuyer sa 
conversation avec un acheteur placé debout, de l'autre 
côté du comptoir. Cet acheteur, barbu également, est 
vêtu d'une tunique courte ; il tient de la main droite 
un petit objet rond, semblable à beaucoup d'autres qui 
sont suspendus au-dessus du comptoir ou contre la paroi 
de la boutique. De ces objets, la plupart paraissent 
groupés par vingt sur des tablettes carrées; quelques- 
uns constituent des guirlandes. Sur le comptoir, cinq 
disques forment une pile renversée. Devilly croyait que 
le personnage debout faisait un calcul sur des abaques, 
et qu'il s'agissait d'un banquier. 11 est préférable de 
supposer, avec Hoffmann , que le marchand est un pâ- 
tissier; ainsi les objets réunis par vingt pourraient 
être des friandises. Il faut d'ailleurs remarquer que le 
seul groupe incomplet d'objets est celui qui avoisine 
l'acheteur. 



4296. Fragment d'autel de provenance inconnue. Au 
Musée de Metz. Calcaire commun. Hauteur, m. 16; 
largeur, cm. 33 ; épaisseur, m. 9/1. 




C. /. L., XIII, /1289. — Bégin, Meiz, I, allas, p. xiii 
et pi. XXXIX, n° 9. — Robert, Ejn^r. de la Moselle, 1, p. 8 et 
pi. I, n° 1. — Malherbe, iJ/«., pi. IX, n" 62. — Lorrain, Calai., 
p. 53, n" 74. — Hoffmann, Sleinsaal, p. Sg, n° 7^. 



390 



METZ. 



Pieds nus d'ApoUon et restes d'un manteau qui dra- 
pait le dieu. Au-dessous, l'inscription : Deo Apol[lini ; 
. . . ] Yal{erius) Senil[is ... 



4297. Bloc rectangulaire , t^ trouvé en i 85 1 , lors des 
travaux exécutés à la Lunette de Montignyn [lorii.]. Au 



Musée. Calcaire grossier. Hauteur, cm. 6o; longueur, 
1 m. 9; épaisseur, o m. a/i. 

PhotographincDnimiiiiicjiKie parle Musée de Metz. — V. Srifo?i, 
Méin. (le l'Acail. de Met:, 33' année (i 85 i-i85'j), j). aaS. — 
Malherbe, A/«., |)1. XV, n° loi. — Lorbain , Ca.'a/. , p. 53, n* 73. 
— Hoffmann, Slelmaal, p. Sg, 11° 73. — Cf. Album Courmult 
(Bibl. du Musée de Saint-Germain), II, fol. 64; — Musée de 




Saint-Germain, Album XVII, fol. 45 b. — Salomon Reinach, 
Répert. de reliefs, II, p. 95, n" 9. 

Homme, vêtu d'une tunique, conduisant une voiture 
attelée de deux chevaux. Le personnage est assis sur le 
devant de la voiture et tient un fouet de la main droite. 



Un autre personnage, vêtu aussi d'une tunique, est 
derrière lui. 

4298. Bloc mutilé, trouvé en i85i, «lors des tra- 
vaux exécutés à la Lunette de Montigny» [lorr.]. Au 




Musée. Pierre commune. Hauteur, o m. 3o; largeur, 
m. 7 fi; épaisseur, m. i5. 

Photographie communiquée par le Musée de Metz. — 
V. Simon, Mem. de l'Acad. de Meti, 33° année (1 85 1-1 85a), 



p. 393. — Lorrain, Catal., p. 49, n° 64. — Hoffmann, 
Slcimaal, p. 37, n°64. 

Métope. A droite, deux capridés; à gauche, un Amour 
ailé tenant une tige sur laquelle sont posés deux oiseaux. 



METZ 
4299. Statue découverte en 18^1, à environ 5 mh- 



39Î 



1res de profondeur, lors de la construction de l'ancienne 
caserne du génie. Au Musée. Pierre commune. Hau- 
teur, 1 m. 70. 




Photographie communiquée par le Musée de Metz. — ■ Victor 
Simon, Mém. de l'Acad. de Met:, 28° année (iSii-iSia), 
p. 1^9 (gravure). — Malherbe, Ms., pi. XII, n° 77. — Lorrain. 
Catal., p. 89; n° 170. — Hoffmann, Steinsaal, p. 58, u" 170. 
— Keune, Jahresb. des Vereinsfùr Erdk. zu Meti, XXII (1900), 
p. 9; Meti (1907), p. 82; Die lîheinlandc, XII (1912), p. 197 
(gravure). — Salomoa Reinach, Répert., III, p. 199, n° 9. — 



MiCHAELis, Fine Fravenstaliio ^- J.olhr. Jalirb., XVIl (190.^), 
p. 2i3 et pi. I. — F. KoEPP, Die Rômer in Deutschland , p. l'a-'i 
(gravure). 

Femme drapée ; peut-être Isis. Art gréco-romain. 
(Voir le n" 927.) 

4300. Fragment de stèle, r« trouvé en i85i , lors des 
travaux exécutés à la Lunette de Montigny t [lobr.]. Au 
Musée. Pierre commune. Hauteur, m. Ba; largeur, 
cm. 46 ; épaisseur, m. 1 5. 

Photographie communiquée par le Musée de Meiz. — V. Simon, 
Mém. de l'Acad. de Metz, 33° année (i85i-i859). p. 298. — 
Malherbe, Ms., pi. XVIII, n° 117. — Lorrain, Caial., p. 35, 
11° 2/1. • — • Hoffmann, Steinsaal, p. 3i, n° ik. 

Cavalier marchant vers la gauche et se couvrant de 
son bouclier. Au-dessous, dans un second registre, les 




restes de deux chevaux debout , tournés vers la gauche. 
Sur le dos de l'un est une housse. Monument funéraire 
d'un soldat. 

4301. Table autrefois placée «dans le bras [delà 
Moselle] qui passe derière la Préfecture, et connue des 
pêcheurs et des canotiers sous le nom de la femme noyée n 
[lobr.]. Au Musée. Pierre commune. Hauteur, 1 m. aç); 
largeur, m. 70; épaisseur, cm. i5. 

Lorrain, Catal., p. io3, n°982. — Hoffmann, Sieiiisaa/, p. 65, 



392 



Mi'TZ. 



Sur cette pierre est une r femme nue, les cheveux 
épars«. L'œuvre, à ce qu'il m'a paru, n'est pas antique. 

4302. Bloc mutilé, découvert le i3 mars igoS, à 
la Lunette d'Arçon. Au Musée. Grès. Hauteur, o m. 5(); 
longueur, i m. 58; largeur, o ni. (32. 

Keone, Lolhr. Jahrb., XIV (1908), p. ^77 (gravures); Bericlit 
(1902-1903), p. !i (gravures) = Westd. Znifscln: , WII f 1908), 



p. 358 cl pi. in. 

p. 96,11° 1. 



— Salomon Remacii, Répeii. de reliejs, U , 



D'un côté, un personnage barbu, le torse nu, est 
assis sur un rocher et tourné vers la gauche. Il s'appuie 
de la main droite sur une ancre (?), et regarde, eu lui 
faisant un signe de la main gaucho, un Amour nu, ailé, 
qui, derrière lui, des deux mains emporte une cassette. 




Un second Amour, presque entièrement détruit, monté sur 
un gradin, se baisse comme pour venir en aide à son 



camarade. Un troisième petit personnage du même genre 
s'éloignait, les épaules chargées d'un fardeau. Un autre 




le précédait, dont il ne reste plus que l'un des pieds et 
un pan de draperie. Du côté opposé, de gauche à droite, 
d'abord un homme nu, courant à droite, une draperie 
sur le bras droit, portant un coffre sur son épaule 
gauche; ensuite, devant un arbre, un autel sur lequel 
est posé un objet de forme allongée, ressemblant à un 
flacon. Mercure, les épaules couvertes d'un manteau, le 
pied droit sur un gradin, fait face à cet autel vers lequel 
il tend la main droite. Devant le dieu est un caducée. 



A droite est un personnage drapé, assis sur un rocher, un 
bâton recourbé dans la main droite. Une porte est figurée, 
au second plan, entre ce personnage et Mercure. Le bloc 
a été creusé pour servir de sarcophage, et l'une de ses 
faces latérales n'existe plus. L'autre peut avoir été re- 
taillée. Les sujets sont encore inexpliqués. 

4303. Autel découvert, au mois de février igo/i, à 
la Citadelle, «inmittclalterlichemMauerwerkw [kelne]. 



Au Musée de Metz. Pierre commune. Hauteur, i m.o6 ; 
largeur, o m. 46; épaisseur, o m. ki. 

Keune, Lotlir. Jahrk, XVI (190/1), p. A78 et pi. XVII, 
1-^1; Rôm.-germ. Korr.-blaU, V (1912), p. 27 (gravure). 



METZ. 393 

Sur une face, une tête de bélier; au-dessus, une 




syrinx, une harpe et d'autres objets peu reconnaissables, 
probablement des instruments de musique. L'autel est 




commémoratifd'un taurobole accompli, en l'an 199, en 
l'honneur de Septime Sévère et, sans doute aussi, de 
ses fils. 



inscription très effacée : . . . AnnulUno II et Frontonn 
co{ti)s(^ulibus). Du côté opposé, une tête de taureau. A 
droite, un tympanum ou une patère. A gauche, une 





4304. Bloc rectangulaire «trouvé, comme le n° 77 
[ci-après, n° 4325], dans le lit de la Moselle, en 1868» 
[lorr.]. Au Musée. Grès. Hauteur, m. 55; largeur, 
o m. 70; épaisseur, 1 m. i5. 




Ledain, Notice, p. 7 = Mém. de l'Acad. de Metz, L (1868- 
1869), p. 5 18; Lettres, p. 807 et pi. V, n° a. — Lorrain, 
Bull, de la Soc. d'arcliéol. de la Moselle, XI (1868), p. 106; 
Catal., p. 60, n° 88. — Mariom, Rev. des soc. sav., 5° série, I 
(1870), p. 187 (gravure). — Hoi'fmanx, Steinsaal, p. 43 , 11° 88. 

Masque barbu de Fleuve ou de Neptune. Sur les faces 
latérales : à droite, un dauphin; à gauche, les restes 
d'un cheval marin. 



BAS-KELIEfS. 



'00 

IMI'IWSIKIUÏ. SATIU.NALE. 



39/1 



METZ. 



4305. Bloc «trouvé en i85/i, dans les fouilles de la 
rue du Grand-Cerfn [lobu.]. Au Musée. Grès. Hauteur, 
m. 60; largeur, cm. 98; épaisseur, o m. 60. 




Pholograpliie communiquée par le Musée de Metz. — V. Simon. 
Mém. de l'Acad. de Metz, XXXVI, 35' année (1 854-1 855). 



p. 503. — G. H[ouLANGÉ], L'Austrasie, 111 (i855), p. 53o (grii- 
vure). — J.-F. SoLEiROL, Mém. de l'Acad. de Metz, XXXVIli, 
89' année (1808-1859), P- ^9' (gravure). — Ledai», Notice, 
p.8^ Mém. de l'Acad. de Metz, L (1868-1869), P- 5i8 = 
Lettres et notices, p. 3o8 et pi. V, n° 1. — Malherbe, Ms., 
pi. XV, n° 99. — Lorrain, CataL, j). 32, n° tlt. — Hoffmann , 
Steiiisaal,p. 28, n° i4. — Kecne, Lothr. Jahrb., XII (1900), 
p. 349 et4i2 (gravure). 

Jupiter. La pierre a l'apparence d'une clef de voûte. 



4306. Bloc découvert en i8u9, «en faisant un revê- 
tement à la partie de la citadelle qui domine la Moselle, 
au-dessus de la Lunette verte » [bev.]. Au Musée. Pierre 
commune. Hauteur, o m. 80; largeur, 1 m. 26; épais- 
seur, o m. 8(). 

Photographies communiquées par le Musée de Metz. — De- 
viLLY, Ant. médiom., p. 8 et pi. II, fig. 2. — Malherbe, Ms., 
pi. IX, u"' 63 et 64. — Lorrain, CataL, p. 82, n° i3. — 
Hoffmann, Steinsaal, p. 28, u° i3. — Kelne, Lothr. Jahrb., XII 
(1900), p. 349 (gravures); Bas Reichland, I (1902), p. 107 
(gravure); Erinnermiff, pi. [I]; Die Rheinlande, XII (1912), 
p. 200 (gravure). — F. Koepp, Die Rômer in Deutschland 
(Leipzig, 1912; in-8°), p. 127 (gravure). 

Sur la face principale, la partie supérieure de deux 
hommes et d'une femme, dans une niche, entre deux 







fé-<' 



colonnes décorées de feuilles imbriquées. Leur vêtement I manteau. La femme est placée au milieu et paraît s'adres- 
se composait, à ce qu il semble, d'une tunique et d'un ! ser à l'un des hommes; l'autre tient de la main droite 



METZ. 



395 



un gobelet. La partie supérieure de la niche est occupée 
par un Amour qui vole sous une treille chargée de 



grappes de raisin. Un écureuil et un oiseau se nourrissent 
de ces grappes. Du côté droit, un homme imberbe, pro- 




bablement un pêcheur, vêtu d'une tunique et d'un man- 
teau, court vers la gauche; il porte, sous son bras 



gauche, un trident. Du côté gauche, un second person- 
nage, vêtu de même, marche vers la droite et joue de la 




flûte de Pan. Tous deux sont dans des registres complets, 
de la hauteur du bloc; il est probable que ces person- 
nages étaient superposés à d'autres figures du même 
genre. A chaque angle est un pilastre orné de feuilles 
stylisées. La pierre a dû former l'une des assises supé- 



rieures d'un monument qui peut avoir été consacré à 
la mémoire de deux époux et de leur fils. La scène de la 
face principale était, sans aucun doute, un repas funé- 
raire. 

Voir le numéro suivant. 



396 ^ MKTZ. 

4307. Blocs mutilés, découverts en 1899, «en 
faisant un revêtement à la partie de la Citadelle qui 
domine la Moselle, au-dessus de la Lunette verte» 



[dev.]. Au Musée. Pierre commune. Hauteur de 
chaque bloc, m. /i5; largeur, 1 m. iç); épaisseur, 
m. 96. 




Photographies communiquées par le Musée de Metz. — 
C. I. L.. XIII, il369. — Devuxv, Ant.médiom., p. 7 et pi. [Ij 



11° 1 = Mém. de l'Acad. de Metz, i"année (1899-1823), p. 72. 
— B^;(;l^ , Metz, atlas, p. ix et pi. XXVIII. — Ch. Robert, Epig-r., 




m , p. 56. — Malherbe , Mx. , pi. XI , n° 69. — Lorrain, Catat., 
p. 99, n°' 9 et 10. — MôLLER, Westd. Zeitsclir., Il (i883),p. 202. 
— Hoffmann, Sto'nsaa/, p. 26, n"" 9 et 1 o. — Kel'ne , Lothr. Jahrb. , 



XII (1900), p. 3i6 (gravures); Kunstgea: in Elsnss-Lothriiigen. 
I (1907), p. 197 (gravures); Erinncruiig , p. 5 (gravures). — 
Cf. Viollet-le-Ddc, Hist. du mobiliei: II. p. 3i 1. 




Les deux blocs qu'on possède proviennent d'un même 
tombeau , mais ne se raccordent pas. Deux blocs inter- 
médiaires les séparaient; de plus, la base et le couronne- 



ment du tombeau manquent aussi. En l'élal actuel, sur 
une face, est l'inscription: . . . CaiuJHiiiis, Caratlw[ms] 
fil(iusj, Sextilia, iSw/îJî f[i7(m)], conlu.r, nionimeiitu^m] 



METZ. 



397 



sihl, rivi , posueriml ; et Calullimio qui vix[it] w((«os) ////, 

»«(<?nses) ri; et Secun(Jin[o] qui vixit Au-dessus, 

dans une niche en forme de parasol, il ne reste plus que 
les têtes d'un homme barbu, d'une femme (placée au 



milieu) et d'un adolescent. Sur les faces latérales, d'un 
côté sont deux danseuses nues, de l'autre un danseur 
et une danseuse , dans des registres superposés. La pre- 
mi(^re de ces danseuses joue de la lyre; la seconde 




porte de la main droite un tympanon, de l'autre main, 
peut-être un bâton; la troisième a la main droite dans 
sa chevelure. Toutes les trois, et avec elles ie danseur, 



avaient un de leurs bras entouré d'une écharpe flottante. 
A chaque angle du monument se trouvaient des pilastres 
décorés de feuilles stylisées. Le bloc inférieur a été creusé 




anciennement en forme de cuve et présente une ouver- 
ture sur la face opposée h l'inscription. 



4308. Stèle «ad catarachtas Moseliae, sub fornice, 
prope pistrinum terminoruran [boiss.]; — «placée, à 
droite, dans la pile qui est au milieu de l'écluse, près du 
moulin du Terme, entre le port Morau et celui de Saint- 
Georges 55 [tab.]. Au même endroit «dans l'avant-bec de 
la pile du Pont-des-Thermes, flanquant une tombe d'ab- 
besse de 1 5 1 6 , vulgairement connue sous le nom de 
la Bcmn GiJellen [lobb.]. Pierre commune. Hauteur, en- 



viron 1 m. /io; largeur, environ m. 60. Cette stèle 
n'est accessible qu'en bateau. 

Photographie conimuni([uée par ie Musée de Metz. — 
6'. /. L., XIII, 43Go. — BoissARD, Anl., fol. i5i. — Mei- 
RissE, llist. des évéqiies, p. 9 et pi. IX (d'où, Montfaocon, Ant. 
expl.; suppL, V, p. 98 et pi. XXXVIII, 11° 1). — Brocq, ins. de 
Nancy [Lothr. Jahrb., XIV [1902], p. aS-'i). — Dom Calmet, 
Notice de la Lorraine, I, p. 818 et pi. V, n° 2Ù (d'où, P. Bergère , 
Mém. de l'Acad. de Mcti,\Yl, 17" année [i835-i836],p. 20a). 

— N. Tarouillot et.J. François, Hist. de Metz, I, pi. I, n" 1. 

— C11ABERT, Mém. de l'Acad. de Met:, XLI, 89" année (iSSy- 
i858), p. 5ii (gravure). — Lorrain, Catal., p. xvii. — K. 
MÔLLER, Westd. Korr.-Blalt, III (i884), p. 3o. — Gh. Robert, 
Kjnffi:, II, p. 06 et pi. X, n" 1. 



308 



METZ. 



Homme debout, vêtu d'une tunique et d'une pénule 
avec capuchon, dans une niche, tenant de la main 




gauche un coffret; l'autre main est ramenée sur la poi- 
trine. Au-dessus de la niche, l'inscription : Caro... 
Monument funéraire. 

4309. Stèle découverte en 1869, ^dans les fouilles 
pratiquées au pied de l'oratoire des Templiers, à la Cita- 
delles [lorr.]. Au Musée. Pierre commune. Hauteur, 
m. 80; largeur, m. 35; épaisseur, cm. 28. 

Victor Simon, Mém. de l'Acad. de Metz, hi' année (1809- 
1860), p. /io5 et pi. I, II" 2. — Malherbe, Ms., pi. XVIII, 



11° 133. — LoRRAi!«,Ca<rt/.,p. 79,11' l'iî!. — y\orrMKm,Steiniiml, 
|). 5'i, n' lia. 




Buste d'homme, dans une niche. Le fronton de la 
stèle est décoré d'une rosace. Monument funéraire. 



4310. Bloc mutilé s trouvé à la Citadelle ti [lorr.]. 
Au Musée. Pierre commune. Hauteur, o m. yB; largeur, 
1 m. 01; épaisseur, o m. k'i. 

Photographie communiquée par le Aluse'e «le Metz. — 
Malherbe, Ms., pi. XII, n° 76. — Lorrain, Calai., p. 55, 
n° 78. — HoFKMANN, Sleinsaal, p. lio, n" 78. 

Homme, femme et enfant debout, dans une niche, 
entre deux pilastres décorés de feuilles stylisées. Leur 



METZ. 



399 



vêlement se compose d'une tunique et d'un manteau. 
La tunique de i'Iiomme est dentelée. La femme, placée 



à gauche, lient un coffret. L'enfant porte un jouet et 
aussi peut-être un coffret. Assise d'un monument funé- 




raire, celui probablement de deux époux et de leur fds. 
La pierre a conservé des traces de coloration. 



4311. Fragment de statue trouvé à Montigny. Au 
Musée. Pierre commune. Hauteur, om. /io environ. 




Photographie communiquée par le Musc'e de Mclz. 
MANî», Sleinsaal, p. 71, n° 3o6. 



Pied gauche de femme posé sur un globe et restes 
d'un Amour ailé qui le soutenait. Il ne peut s'agir que 
d'une statue de la Victoire. (Voir le n° ^3/ic).) 

4312. Pierre provenant de Metz. Autrefois à Luxem- 
bourg, au Collège des Jésuites, «ex liberaHtate Caroli 
Haraucourtii 71 [wilth.]. Perdue. 



liCRe^VRAe 

JAai^F^gLVQ 
ICONTVBR 

[Al4^5VO 



Dessin tiré de Wiitheim. — C. /. L., XIII. 6/107.— A. ^ilt- 
iiKiM, Lvx. rom., I, p. 358; Delin., fol. 54 , n° 167 (d'où. 



/lOO 



METZ. 



DE HoNTiiEiM, Prodrom., I, p. ao3) = ëdit. Neyen, p. 191 et 
pi. XLVI, n" 168. — Ch. Robert, lîipigr., II, p. i5o. 

Buste; au-dessous, une inscription dont les noms 
paraissent mal copiés. 




Photographies communiquées par le Musée de Metz. — Bégin, 
Meti, atlas, p. vu et pi. XXV; Congrès scient, de France, 1887 
(Metz), p. i84. — V. Simon, Mém. de l'Acad. de MeU , 28' an- 
née (i84i-i842), p. i38 (gravure). — Malherbe, i/s., pi. XII, 
n° 78. — Lorrain, Calai., p. 36, n° 26. — Hoffmann, Steinsaal, 
p. 3i, n" 96. — Kecne, Lolhr. Jahrb., XII ( 1900), p. 358 (gra- 
vures) et p. Al 3; Kuiistgew. in Elsass-Lolhringen , I (1901), 
p. 192 (gravures); Erinnerung, p. 8 (gravures); Die Rheinlandc, 
XII (1919), p. 198 (gravure). — F. Koepp, Die Rômer m 
Deutschiand, p. 138 (gravure). 

D'un côté (face principale), un homme barbu, de- 
bout, tenant de la main gauche une sorte de longue 
verge; son costume se compose d'une tunique et d'un 
manteau avec capuchon. Le personnage, qu'un autre au 
moins devait accompagner, était placé dans une niche 
en forme de parasol. Du côté droit, un serviteur im- 



4313. Fragment de cippe, «autrefois incrusté dans 
la maçonnerie des murailles de la Citadelle 55 [lorr.]. Au 
Musée de Metz depuis 18/10. Pierre commune. Hauteur, 
i m. 66; largeur, o m. .^8; épaisseur, m. 33. 




herbe, vêtu d'une tunique serrée à la taille, chaussé de 
bottines à revers, marche vers la gauche et porte devant 
lui, des deux mains, une volaille contenue dans un plat; 
sur son épaule droite est un linge. La pierre est brisée 
du côté gauche et par derrière. Monument funéraire; 
celui peut-être de deux époux. 

4314. Fragment de bloc, «découvert en iSUa, dans 
les fondations de la maison 11° 10 de la rue de la Tête- 
d'Or, à cinq mètres de profondeurs [lorr.]. Au Musée. 
Grès. Hauteur, m. 78; largeur, m. G/i; épaisseur, 
m. 56, 

Photographie communiquée par le Musée de Meiz. — 
Victor Simon, Mém. de l'Acad. de Mel:,, ai* anne'e (i842- 



MKTZ. 



401 



i8'i3), p. 339 (gravure). — Bégin, Metz, 1, p. 108. — Mai.- 
iiKi\BK, Ms., pi. XV, II" 93. — Lorrain, (mIuL, p. 68, 11° 106. 
— Hoffmann, Steinsaal, p. 48, n" io(). 

Femme debout, drapée, dans une niche profonde en 
forme de parasol; elle porte de la main gauche un 
vase contenant des fruits, dont quelques-uns, de forme 
allongée, pourraient être des amandes. Deux trous, un 




dans chaque épaule, et deux autres plus haul encadrent 
la tête. Débris d'un monument funéraire. 



4315. Gippe avec base et couronnement, découvert 
en 190^, à la Lunette d'Arçon. Au Musée. Calcaire 
grossier. Hauteur, 1 m. 06; largeur, m. 3i; épais- 
seur, m. î3(j. 

Photographie commuuiqude par le Miise'e de Metz. — Keune, 
SabloH (i9o3-ii)o5) = Loihr. Jalirb., XVI (igo^), p. 38i et 
j.l. XV, n" 3; Wesid. Zehschr., XXIV (1905), p. UU et pi. X, 

BAS-RELIEFS. V. 



n° a. — Dragendorff, UericlU uher die Forlschr, dcr vôm.-germ. 
Vomchiing, 1906-1907, p. 61. 




Inscription : D{iis) M{ambus) Heutyciae; Philelianus 
alumn{(iy su{a)e memoriam {^posuit). Au-dessous, une 
plante stylisée, dans un cartouche de forme rectangu- 
laire. La partie supérieure est légèrement creusée et 
décorée de deux plats. 



4316. Stèle découverte en i85o, wsur le glacis 
de la Lunette d'Arçon, ii droite et près du passage à 
niveau du chemin de fer» [lorr.]. Au Musée. Pierre 



!)1 

lUI-l'.ISieillE NATIONALE. 



/j02 



METZ. 



commune. Hauteur, i m. 08; largeur, o m. 5o; (épais- 
seur, m. 38. 

Photographie communiquée ]wr ie Musée «le Metz. — 
C. 1. L., XIII, hUoh. — G. B[oiJLANGÉ], L'Austrasie, III 
(i855), |). 599 d pi., n" 1 et a. — Malherbe, Ms., pi XIV, 
n° 95. — LonRAiN, Catal., p. 87, n° ag. — Ch. Robert, Epigr., 
II, p. 68 et pi. X, II" 94. -- Hoffmann, Stpinsaal, p. ^9.. n° 29. 




— Keune, Westd. Korr.-Blatt (1897), V- ^^' W^^?*'''- Zeilschr., 
X(i90i), p. /19. 

Femme debout, vêtue d'une tunique et d'un man- 
teau, dans une niche, tenant de la main droite proba- 
blement une mappa, de l'autre main un coffret. Au- 
dessus, l'inscription : Z)(»V«) M(anibtis^ Mnssiae Sicula[ej. 



Dans le fronton de la stèle, une rosace. Sur la face laté- 
rale droite, une ascia. 

4317. Fragment de cippe de provenance locale. Au 
Musée. Pierre commune. Hauteur, 1 m. 3o; largeur, 
o m. /i(j ; épaisseur, m. i 1 . 





Photographie communicjuéc par ie Musée de MeU. — Mal- 
herbe, Ms., pi. VIII, n° 54. — Lorrain, Cntal., p. 64, n" gti. 
— Hoffmann, Steinsaal, p. 45, 11° 96. 

Homme debout, barbu, vêtu d'une tunique et d'un 
manteau, dans une niche, tenant de la main gauche 
un tranchet. Monument funéraire. 



METZ. 



â03 



4318. Fragment de stèle à sommet triangulaire, 
K trouvé rue Vincentrue » [toan.]. Au Musée. Pierre com- 
mune. Hauteur, cm. 90; largeur, cm. 5/t; épaisseur, 
o m. 20. 

Photographie coniniuDiquée par le Musdc de Metz. — 
Maluerbe, Ms., pi. IV, n° 95. — Lorrain, Calai., p. 40, 
II" 55. — Hoffmann, Sleinsaal, p. 35, 11° 55. 

Homme imberbe, debout, vêtu d'une tunicjue et 
d'un manteau, dans une niche profonde, tenant de la 




main droite un gobelet, de l'autre main un outil 
à deux tranchants de tailleur de pierre. Monument 
funéraire. 

4319. Fragment de stèle, découvert en 18^2, «rue 
Vincentrue, n° 22, chez M. Zemelten |LonR.]. Au Musée. 



Pierre commune. Hauteur, i m. 10; largeur, m. 27 
épaisseiir, m. 1 g. 

Photographie commuiiicjuée par le Musée de Metz. — C. I. L., 
XIII, 4389. — Victor Simon, Méin. de l'Acad. de Met:,, 
94" année (t849-i843), p. 34 o et pi. I, a° a. — Bégin, Mett, 
II, p. 1 et pl. XLVIIl. — Malherbe, Ms., pL VII, n' 5o. — 
Lorrain, CataL, p. 59, 11° 7a. — Robert, Epigr., II, p. 63 
et pl. IX, n" 7. — Hoffmann, Sleimaal, p. 3f|, 11° 79. 

Buste de femme; au-dessous, l'inscription : [Iulius 
Seculndus mo\niment(uni^ pos\mt luliae Ca\...\... et 







^:?*' 



lu\liae Secund\ae, libertae,... La pierre a été sciée du 
côté gauche. 



4320. Fragment de cippe, trouvé «dans la rue de 
la Tête-d'Or" [lorb.]. Au Musée. Pierre commune. Hau- 

5i. 



AOA 



METZ. 



teur, 1 m. 22; largeur, m. 3o; épaisseur, environ 
m. 20. 

Photographie communiquée par ie Musée de Metz. — Mai.- 
iiERitK, Ms., pi. XIX, n° 57. — LoBRAiN, Calai., p. 65. r\° 100. 
— Hoffmann, Sleiiisaal, p. i6, n' 100. 




Homme imberbe, debout, vêtu d'une tunique et d'un 
manteau, dans une niche, tenant de la main droite un 
objet peu reconnaissabie. Monument funéraire. 



4321. Stèle placée au même endroit que celle dé- 
crite sous le n° Zi3o8. Pierre commune. Hauteur, 
1 m. 5o; largeur, m. 60. 

Photographie commun icjuée par le Musée de Metz. — 
C. I. L, XUl, i4o8. — BoissABD, ms. de Paris, L, laSof). 
p. 676 (d'où, MoNTFAncoN, Ant. eœpL; suppL, V, p. 96 cl 
pi. XXVI, n° 1 ; — Gbdter, Inscript., p. 81 1, n° 3). — Meu- 



RissR, ///«(. r/e« évêquesde Mclz,\i. 9 et pi. IX (d'oii, Montfadcon. 
Anl. expl, IV, p. 1 95 et pi. CXXII; — [Tabocillot pI Fbançois,] 




Hisi. de Mett, 1, p. 106 et pi. XV, 11° 9). — Iîhocq, ms. de 
Nancy {Lolhr. Jahrk, XlV [1902], p. 234). — Dom Calmet. 
Notice de la Lorraine, I, p. 5i8 et pi. V, n" ai. — Gajot, Ant. 
de Meti, p. 121. — [Blanc], Descript. des principaux monum. de 
Metz, (18.33), p. 5 1 (d'où, Ladoucette, /?oieH H Léontine [i 843] . 
I, p. /il 8). — Chabert, Mém. de l'Acad. de Metz, 89* annéo 
(i857-i858), p. 5ii (gravure). — Lorrain, Calai., p. XVII. 
— F. MoLLER, Westd. Korr.-Blaii, XIII ( i884), p. 29. — Ch. 
Robert, Épigi:, II, p. 58 et pi. IX, n" 6. 

Buste d'un homme imberbe, velu d'une tunique el 
d'un manteau, dans une niche. Au-dessus, l'inscription : 



D{iis) M{ambus); Nocturnio Noctumiano; Meroclia, coniux, 
posait. Au-dessous, un homme imberbe, vêtu d'une lu- 
nique, couduisanl vers la droite une charrette atteh-c 
d'un cheval; le personnage tient de la main droite un 
fouet à deux lanières. 



METZ. A05 

4323. Stèle de provenance locale. Au Musée. Calcaire 
grossier. Hauteur, o m. 8 1 ; largeur, o m. 3 i ; épaisseur, 
m. 3o. 



4322. Fragment de cippe, trouvé sdans la tranchée 
de Fournirue, le 29 juillet i858, devant la maison 
Beauchat» [lorr.]. Au Musée. Pierre commune. Hauteur, 
m. 70; largeur, m. 35; épaisseur, environ cm. 90. 




Photographie communiquée par le Musée de Metz. — 
C. /. L., XIII, 4357. — Clercx, Mém. de l'Aaicl. de Metz, 
lio' année (iSoS-iSSg), p. 280. — (liiarles Abel, Bull, de 
la Soc. d'archéol. de la Moselle, I (i858), p. 56. — Malherbe, 
Mu., pi. XV, n° 98. — Lorrain, Calai., p. /|8, 11° 61. — Ch. Ro- 
bert, hpigr., II, p. 60 et pi. IX, n° 5. — Hoffmann, Sleinsaal, 
p. 36, n° 61. — Kedne, Lothr. Jahrb., XII (1900), p. 36o. 

Femme debout, vêtue d'une tunique et d'un man- 
teau, dans une niche. Au-dessus, l'inscription : [D(jis) 
M{nnibusj... Cjai-assouna , [...]iJiJ{iaj. La pierre a con- 
servé quelques traces de polychromie. 




Photographie couirauuiquéc par le Musée de Metz. 

Cheval marchant vers la droite. Au-dessus, probable- 
ment les deux pieds d'un personnage. Les faces latérales, 
creusées en forme de tableau, ne contiennent aucune 
décoration. La pierre a été retaillée. 

4324. Stèle mutilée, découverte à Devant-les-Ponts. 
Paraît égarée. 

Dessin tiré d'Hoffmann. — Hoffmann ,B/«H der Welsd.-Zeilschr. , 
VIII (1889), p. 265 (gravure, d'où Max Ihm, dans Rosciier, 
Lexikon der griech. und rôm. Mythol., Korr., IV, 1, col. 218). 




Dieu et déesse drapés portant des fruits; à hauteur 
de la tête de chaque personnage est un gâteau ('?) d'une 
forme particulière. Selon Max Ihm, il s'agirait de Mer- 



406 



METZ. 



cure et de Hosmerta tenant chacun un attribut qui serait 
une combinaison de la corne d'abondance et dn caducée. 
Mais ce bas-relief est peut-être d'origine africaine. 



4325. Fragment de bloc, -trouvé en 1868, dans le 
lit de ia Moselle, en aval du pont des Morts; il était 
engagé dans la maçonnerie de l'une des piles d'un pont 



à 



71 




sA 



très ancien, sur lequel on n'a jusqu'à présent aucun 
renseignement « [lorr.]. Au Musée. Pierre commune. 
Hauteur, cm. 5o; largeur, im. 33; épaisseur, cm. 70. 

Photographie communiquée par le Musée de Metz. — 
Ledain, Notice, p. 8 = Mém. de l'Acad. de Metz, 5o' amiée 
(1868-1869), p. 5i5 = Lettres et notices. — Lorrain, Bull, de 
ta Soc. d'archéol. de la Moselle, XI (1868), p. 106; Jules Marion, 
Revue des Soc. suv., 5* série, I (1870), p. i56 (gravure). — 
Catal., p. 55, il" 77. — Hoffmann, Steinsaal, p. ho, 11° 77. 

A gauche, un homme imberbe, nu, un manteau sur 
l'épaule gauche, est assis; il s'appuie de la main droite 
sur une lance, de l'autre main tient une épéc,et regarde 
un vieillard barbu, vêtu d'un manteau flottant, qui a 
la main droite passée dans la courroie d'un bouclier. Ce 
vieillard était à genou, comme pour implorer. Une 
femme drapée, au second plan, complète le tableau. 
Peut-être Priam aux pieds d'Achille. 



4326. Stèle à sommet triangulaire, découverte «le 
20 juillet i858, dans la rue Fournirue, vis-à-vis de la 
maison Thévenyw [lorr.]. Au Musée. Pierre commune. 
Hauteur, 1 m. 07 ; largeur, m. 67; épaisseur, m. 22. 

Photographie communiquée parle Musée de. Metz. — C.I.L., 
XIII, 4379. — Revve des Soc. sav., V, q (i858), p. 836. — 
CiERCX, Mém. de l'Acad. de Met:., 4o' année (1808-1859), 
p. 988 (gravure). — Ch. Arel, Bull, de la Soc. archéol. de la 
Moselle, I (i858), p. 54. — Malherhe, Ms., pi. XVII, a° 111. 
— Lorrain, Catal., p. 45, n° 53. — Ch. Robert, Epigr., H, 
p. 67 et pi. X, n° 3. — Hoffmann, Steinsaal, p. 35, n° 53. 



Femme debout, vêtue d'une tunique longue et d'un 
manteau, dans une niche entre deux pilastres décorés 




de feuilles stylisées, tenant de la main droite un cofTret, 
de l'autre main peut-être une mappa. Au-dessus, l'in- 



METZ. /i07 

scription : D(jis) M{anihus), perpel{uae) secur{ila(is) Hel- \ 4327. Bloc miilild, «trouvé en 1822, dans les fonda- 
viac lulliiine. Dans le fronton de la stèle, une rosace, j lions du mur de la (iitadelle, près de la porte d'Enfer »7 




[lobr.]. Au Musée. Pierre commune. Hauteur, m. 63; 
largeur, 1 m. o3; épaisseur, 1 m. 19. 

PhotogTa|iliie communiquée par le iMust^e de Melz. — Devilly, 
Ant. médiom., p. i4 et pi. [IIJ, 11° 5. — Bégin, Met:, I, entlas, 
p. IX et pi. XXIX. • — Malherbe, Ais., pi. VIII, n° 56. — Lorrain, 
Calai, p. 65, 11° 98. — Hoffmann, Sleinsnnl, p. i6, n" 98. — 
Keune, Lotlir. Jahrb., XII (1900), p. /112 (gravure); Kwislgeiv. 
in Elsass-Lothr'mgen , 1 (1901), p. 291 (g-i'avure); Erinnerung, 
cnuvrrlnre, p. 9. 

Caveaux ou corbeilles, entre les bases de deux pilas- 
tres; au-dessous, dans un second registre, deux tonne- 
lets et trois vases placés au milieu. Aucun bas-relief sur 
les faces latérales. 



4328. Pierre trouvée à Melz. Autrefois à Luxem- 
bourg, au Collège des Jésuites. Perdue. 

Dessin tiré de Wiltlieim. — C. /. L., XIII, ZiSgo. — Gruter, 
Inscript. rom., p. 769, n" 6 (d'après Hoissard). — Meurisse, 
Ilist. des évéques de Metz, I, p. 9 et pi. XII (d'où, JIoxtfaucoiv , 
Anl. exp!.; mippl., V, pi. XXXVIII, n° 6; — N. Tabouillot et 
J. François, Ilist. de Metz, 1, p. 99 et pi. XII, 11° 5). — 
A. WiLTHEiM, Lvx. rom., I, p. 347; Ddin., fol. 5a, n° i4.3 

(d'où, DE HoNTilEJM, P/WcOHi. , I , p. I99; BeRTHOLET, lltSl. 

ecclés.,Yl, p. 29a ; — Cli.BoBERT,i))îg-)-., II, p. i58; — Keune. 
Lothr. Jahrb., VIII [1896], p. 98, n° i4; Rôm.-germ. Korr.- 
niall, VI [1918], p. 37) = élit'. Neyen, p. 187 et pl. XLIV, 
11° 161. 



Homme et femme debout, drapés. Au-dessus, l'in- 
scription : [Z)(?îs) M{ambus)^ luniani lidlini, de/lunctiy. 



iVlMlAMl.lVLl-lNr .Dfir 
M AQN I A.f^iAXI M I O LA Ij 
ÈT^IbJ.VI VA P ON END 




Magma Maximiola co(nmg?j, et sihi, viva, ponmd(um) 
[r(^ii ravit)]. Du côté gauche de la pierre était une ascia. 



hOS 



METZ. 



4329. Fragment de stèle de provenance inconnue, | Au Musée de Metz. Calcaire grossier. Hauteur, i m. o3: 
^trouvé à Metz suivant toute vraisemblances [lorr.]. | largeur, o m. 8.3 ; épaisseur, o m. 18. 




Photographie communiquée par le Musée de Metz. — C. /. L. , 
XIII, 433o. — Malherbe, Ms., pi. V, n° 3a. — Lorrain, CataL, 
p. 67, n° io3. — RoHERT, Epiffr., II, p. 4o et pi. VII, n" 3. 
— Hoffmann, Steinsaal, p. A7, n° io3. — Kedne, Lothr. Jahrb., 
X (1898), p. 65, note 5. 

Dans un cartouche, l'inscription : Q(umto) Domitio 
Sexto, veteran[o] ; Attoniae Barharae, coHi\ugi\ ; Domk{iae) 
Sexliae, filiae; Sextu\s...\ Au-dessus, un Amour nu, 
ailé, marchant vers la gauche et cherchant, à ce qu'il 
semble, à s'emparer d'un lapin placé devant lui. Au- 
dessous, les têtes de deux femmes, dans une niche, 
entre deux pilastres. Monument funéraire des membres 
d'une famille gallo-romaine. , 



4330. Tête mutilée trouvée à la Horgne-au-Sablon , 
en 1908. Au Musée de Metz. Pierre commune. Hau- 
teur, o m. 2 1 . 



Photographie communiquée par le Musée de Metz. 
Sablon — Lothr. Jahrb. , XV (1 903 ) , p. 390 (gravure) 



KeI NE, 




Jeune femme à coiffure basse cachant les oreilles; 
probablement un portrait. La sculpture paraît dater 
du 1" siècle. 



METZ. 



-409 



4331. Bloc trouvé à Melz, en ty^tj, en démolis- 
sant des maisons «pour donner un débouché au bas de 
la rue de la Teste d'Or et y pratiquer une rue nouvelle 
qui communique de celle de la Chèvre à la place Saint- 
Louis, vis-à-vis le portail de la paroisse Saint-Simplicen 
[balt,]. L'inscription fut sciée et envoyée à Schoepllin, 
par le conseiller Descartes; elle a été détruite en 1870. 
Le bas-relief, resté à Metz, n'a pas été conservé- 








Dessin tiré de Marcliaml. — (ù. 1. L., XIII, iaSS. — Schoei>- 
Fi,i.\, Alsat. itlustr., 1 (1701), p. 468. — Baltis, Annales de 
Metz (Bibl. de Metz, ins. 11° ia3), p. 167 = édit. Tabolillot, 
j). 124 = édit. PAur.ns, p. lig. — Lançon, Collect. chronol. (Bibl. 
nat. , nouv. f. fr., n° 766), p. aSi. — Marchand, Mém. (Bibl. 
de Metz, nis. n° laô), fol. lii (dessin). — Gajot, Ant., p. 76. 
— [Tabodillot et François,] UUt. de Metz, I, p. 68 = édit. de 
1789, p. laS (d'où, ViviLLE, Dicdonn., I, p. tihS; — ■ Bégin, 
Metz, I, p. agS; — Cb. Robert, Epigr., I, p. 10; — Keune, 
Lothr. Jahrb., IX (1897), |). 188, note 4). 

Sur la face principale, l'inscription : Deo Apollini; 
Gl^aïus'j Censonius Lillius, calc^ejarius , v(olum) siolvil) 
litbens) m{erilo). Du côté gauche, Mercure nu, debout, 
de face, sa chlamyde sur l'épaule et le bras gauches. 
tenant de la main gauche un caducée. 



4332. Fragment de statue, «trouvé en i83/i, en 
creusant les fondations de la maison Voisago, sur la 
place d'Austerlitz w [lorr.]. Au Musée. Grès. Hauteur, 
m. Ay. 

Photographie communiquée par le Musée de Melz. — Gos- 
SELIN, Mém. de l'Acad. de Metz, XV, i6' année (i83/i-i835), 
p. 1 45. — Lorrain , Catal. , p. 33, n° 1 7. — Hoffmann , Steinsaal, 
p. Q9, ri° 17. 

BAS-RELIEKS. V. 



Homme debout, les épaules et le bras gauche cou- 
verts d'un manteau agrafé du côté droit, tenant de la 




main gauche un bâton; sans doute, Mercure portant 
le caducée. 

4333. Fragment de statue, découvert en 1898, dans 
l'église de Sainte-Ségolène. Au Musée. Marbre blanc. 
Hauteur, m. .3 1 . 




Photographie communiquée par le Musée de Metz. 

Torse cuirassé; peut-être celui d'un empereur. Sur la 



cuirasse est une tête de Méduse. 



53 

UHTIHERIE >ATIONAU!. 



hlO 



METZ. 



4334. Piorrc découverte en 1700, «en démolissant 
un mur de la ville qui soutenait la terrasse du jardin 
public qu'on nomme le jardin Bouliers « [gall.]. Perdue. 

C. I. L., XIII. /4363. — Galla?;d, ms. n" 768 de la Bibl. de 
Trêves, fol. ii4 (d'où, Brambach, Mus. Rhen., n. s. XX [i865], 
p. 694, et d'après lui, Ch. Robert, lipigr., II, p. 162). 

Selon Galland, on lisait sur cette pierre l'inscription 
suivante : D[m) [M[anïhm)\ Cetroniae, [Pjrinii [/lliae?); 
cl Cnrantia Perpétua. . .; Caranl[i]us. . ., viv(u)s, p[onm- 
dum) ciuramt). Elle était contenue «sur un écriteau v (juc 
soutenaient ttdeux Cupidons, l'un d'un côté, l'autre de 
l'autre». Une niche aurait été creusée «pour contenir 
une statue de grandeur naturelle». 



4335. Fragment de stèle à sommet triangulaire et 
acrotères, découverte en 1908, à la Horgne-au-Sablon. 
Au Musée de Metz. Pierre commune. Hauteur, m. 90; 
largeur, m. 43; épaisseur, o m. 26. 




Photographie communiquée par le Musée de Metz. — C. L L., 
XIII, 635a. — Kei'ne, Sablon = Lolhr. Jahrb., XV (igoS), 
p. 394 et pi. XIII, n° 5 ; Sablon (1909) = Jnhresber. des Ver.fiir 
ErdL.Wyi (1907-1909), p. 74 (gravure). 

Femme debout, vêtue d'une tunique et d'un manteau , 
dans une niche profonde; elle tient de la main droite 
un objet peu reconnaissable, ressemblant à une feuille, 



peut-être un éventail; de l'autre main, une corbeille de 
fruits. Au-dessus de la niche, l'inscription : D[m) M(ani- 
bus); Cama[m]n , Cfhi vil{ici) lih{erla), lamariae, filiae, 
annorum xrii. 

4336. Fragment de stèle, de provenance inconnue. 
Entré au Musée en i8/i3. Grès. Hauleur, o m. Bg; lar- 
geur, m. 99; épaisseur, o m. 1 '3. 



A 



.' 




K 



\ 



m 



Photographie communiquée par ie Musée de Metz. — Bégin. 
Melz, I, atlas, p. xii et pi. XXXVIII. — Malherbe, Ms., pi. V. 
n» 3,. — Lorrain, Catal'., p. 37, 11° 98. — Hoffmann, Steiiisnal, 
p. 31,11° 98. 

Femme debout, de face, drapée, versant de la main 
droite, sur un autel, le contenu d'une patère. Divinité 
indéterminée. 



METZ. 



411 



4337. Fragment de stèle, recueilli en 190/i. Au 
Musée. Pierre commune. Hauteur, o m. 67; largeur, 
m. 5o; épaisseur, m. Sa. 




Plinlogi'aphie conimmiiquée par le Musée de Metz. ■ 
Lotltr. Jahrh., XVI (if)o4 ), p. 48o et pi. XVIi, 11° 8. 



Keune, 



Homme et femme debout, dans une niche; leur 
costume se compose d'une tunique et d'un manteau. 
L'homme porte de la main gauche probablement des 
tablettes; la femme tient un coiTret. Monument funé- 



raire. 



4338. Fragment de stèle, trouvé à Metz. Au Musée. 
Calcaire coquillier. Hauteur, m. /i y ; largeur, m. 3o ; 
épaisseur, m. \lx. 




Pliotogiapliie commitni(|uée par le Musée de Metz. 

Vénus. La déesse a le torse nu; elle retient de la main 
gauche baissée une draperie qui lui couvre la jambe, 
du même côté. 

4339. Bloc encastré dans la maçonnerie d'une cave 
de la rue de la Tête-d'Or; moulage au Musée de Metz. 
Calcaire grossier. Hauteur, m. /i8 ; largeur, m. 96. 

Photographie communiquée par le Musée de Metz. — V. Simon, 
Mém. de l'Ac. de Melz, XXXVI (i85i-i 85.5), p. 564 et pi. I , u" 3. 




Homme nu, barbu, courant vers la gauche, les poings 
fermés. Le personnage tourne la tête vers une tête de 
taureau posée derrière lui, sur le sol, et adhérente à 



une masse confuse. Au second pian, les traces d'un 
arbre. Peut-être Hercule (ou Thésée) vainqueur du 
taureau. 



/ll'i 



MKTZ. 



4340. Fragment de stèle, découvert au Sablon, on 
i()io. Au Musée de Metz. Calcaire grossier. Hauteur, 
o m. 56; largeur, o m. 3i; épaisseur, cm. i /i. 




Photographie communiquée par le Musée de Metz. 
Lolhr. Jahvb., XXII (1910), ]). .5i9 et pi. IV, 11° Sa. 



Keune, 



Enfant debout, drapé, de face, dans une niche en 
forme de coquille, tenant de la main gauche un objet 
rond, probablement un fruit, de l'autre main un pan 
de son manteau. Monument funéraire. 



4341. kUh buste antique trouvé [à Metz], et que 
M. le baron Marchant attribuait à l'impératrice Plotille , 
avait la tête en marbre blanc et les draperies en por- 
phyre» [siM.]. Disparu, 

V. Simon, Mém. de l'Acnd. de Metz, 20* année (1838-1889), 
p. 97.-5. 



4342. Stèle en deux fragments, découverte en 1 90G, 
^xaus dem kirchlichen Mauerwerk losgelôstn [keunk]. 
Au Musée de Metz. Grès. Hauteur, o m. 58; largeur, 
m. 26; épaisseur, m. ifi. 




Photographie communiquée par le Musée de Metz. 
Neugef. Itischr., p. ^91 (gravure). 



Kei 



Tête grossièrement sculptée, de face, dans une niche; 
au-dessus, l'inscription (de lecture incertaine) : Ncdo: 
Dis Mianihus). 

4343. Stèle mutilée , découverte à Montigny (sablière 
Mey), en 1882. Au Musée. Pierre commune. Hauteur, 
o m. 69; largeur, m. 3i ; épaisseur, m. 17. 

Photographie communiquée par le Musée de Met/,. — C. 7. L,, 
XIII, 4306. — F. MoLiEii, Westd. Koir.-Blaii, (iSSa), p. 99; 
Westd. Zcitschr., II (i883), p. aoi et pi. XV, n° 2. — Hoff- 
mann, Slehisaal, p. 78, n' 3i3. — Keune, Lothr. Jahrh., XII 
(1900), p. 369 (gravure); Sablon (1909) = Jahresb. des Ver. 
fur Erdlc, XXVI (1909), p. 68 (gravure). 



METZ. 



/il 3 



Femme debout, de face, vêtue d'une tunique courte, 
dans une niche, sacrifiant de la main droite sur un autel. 




et tenant de l'autre main une patère. Au-dessus, l'in- 
scription : Deo Mercurio, pr\o\ sainte AureJiani; Dmliana, 
maler, ex voilo). 



4344. Pierre découverte à Metz, au xvii° siècle. Autre- 
fois à Luxembourg, au Collège des Jésuites, «ex dona- 
tione Caroli Haraucurtii, rectoris coUegii Divodurensis« 
[wiLT.J. Perdue. 

Dessin tiré de VViltlieim. — C. /. L., XllI, 4336. — Boissard, 
Ant., fol. i38. — h. WiLTiiEiM, Ltuc. rom., I, p. 58 bù; Delin., 
fol. 8, 11° 12 = (■dit. Neven, p. 39 et pi. V, n° 11. — Mecrisse, 
Ilist. des évêiiues de Metz, p. 9 et pi. XI. — [Taboijillot et 
François], Ilisl. de Metz-, I, p. 86 et pi. IX, 11° 8. — Keune, 
Ptôm.-germ. Korr.-Blatt, M (1918), p. 36 (gravures d'après 
Wiltlieim et Boissard). 

Homme debout, de face, vêtu d'une tunique et d'un 
manteau avec capuchon, portant de la main gauche 



un coffret ou des tablettes; au-dessus, l'inscription de 
lecture incertaine : [ . . . n]egol(iator) artis crelar(tae) 




Etosa{J), mater, hl^ereaf) p(oncndum') c(uravil). Sur la face 
latérale gauche, une aseia. 

4345. Fragment de statuette, découvert à Montigny 
(sablière Mey) en 1882. Au Musée. Calcaire grossier. 
Hauteur, m. 10. 




Photographie communiquée par le Musée de Metz. — 
F. Moller , Weatd. Korr.-BlatI, I ( 1 882 ), p. 129 ; Westd. Zeitschr. 
II (i883), p. aSy. — Hoffmann, Steinsaal, p. 73, n° 3i5. 

Restes d'une figure drapée ; peut-être un portrait. 



4U 



METZ. 



4346. Autel mutil(5, découvert à Monligny, au mois 
de février 1889. Au Musée de Metz. Pierre commune. 
Hauteur, m. 58; largeur, m. 69; épaisseur, environ 

m. 1 f). 

Pliotograpliies communiquées par le Musée de Metz. — 
F.Moi.LER, We.itd.Ze;t.<!clir.,U(\88^),p. Q75; Westd.Korr.-Blatt, 

1 (1889), p. ây (gravures). — Hoffmanji, Stcinsaal, p. 71, 



n° 3o5. — Kkune, Lolhr. Jalub., XII (1900), p. 867 (gra- 
vures); SabloH (1909) ^ y«/(rftsicr. des Ver. ftir Erdk., XXVI 
(1907-1909), p. 49 ({fravure). 

Sur une face, Apollon, tenant de la main droite un 
plectron et s'appuyant de l'autre main sur une lyre 
posée sur un autel; le dieu a la jambe gauche couverte 
d'un manteau dont on voit i'un des pans sur l'épaule, 





du même côté; à sa droite, un laurier. Sur la lace oppo- 
sée. Mercure et Rosmerta séparés par un autel. Mercure, 
entièrement nu, son manteau sur l'épaule et le bras 
gauches, tient de la main droite une bourse, de l'autre 
main un caducée; à sa droite, un coq. Rosmerta, dra- 
pée, s'appuie de la main gauche sur une corne d'abon- 
dance posée sur l'autel, et tient de l'autre main peut- 
être une patère. Les trois divinités sont debout. La face 
latérale gauche, de forme légèrement arrondie, a une 
décoration de feuilles stylisées. 



4347. Fragment de stèle, trouvé au Sablon en 1882. 
Au Musée de Metz. Grès. Hauteur, o m. 3o; largeur, 
o m. 60; épaisseur, m. 3-3. 



F. MôLLBR, Westd. Zeitsclir., IX (i883j, p. abS. 
MANN, Steiiisaal, p. 7^, n° 817. 



HoFf- 





-^.-^ 



Mercure; il ne reste que les pieds du dieu et la tortue 
qui lui servait d'attribut. 



METZ. 



415 



4348. Stèle à sommet cintré, découverte en 1906, 
à la Horgne-au-Sablon. Au Musée de Metz. Pierre com- 
mune. Hauteur, m. 9/1; largeur, cm. i5; épaisseur, 
m. 06. 




Photngfi'aphie conimiini([uée par le Musée de Metz. — Keune, 
Loihr. Jalirh., XVIII(i9o6), p. 483 (gravure): Sablon (1909) = 
Jahresber. des Ver. fur Erdk., XXVI (1907-1909), p. ai (gra- 
vure). 

Mercure nu, debout, de face, dans une niche, coiffé 
du pétase, son manteau sur le bras gauche, tenant de 
la main gauche probablement un caducée, de l'autre 
main une bourse au-dessus des cornes d'un bouc couché. 



4349. Statue mutilée, découverte en 188a, au Sa- 
blon. Au Musée de Metz. Pierre commune. Hauteur, 
i m. 3o. 

Photographie communiquée par le Musée de Metz. — Kekilé, 
Victoria aus Sablon hei Metz, = Westd. Zeitschr., I (1882), 



p. Q91 et pi. VI. — Krai;.s. Kunsl und AUerlmn in Els.-Lotlir., 
III, 2, p. 391. — F. MÔLLER, Westd. Zeitschr., II (i883), 
p. q55. — Hoffmann, Steiiisaal, p. 70, n° 3o4. — Salomoii 




Reinach, Répert., II, p. 38o, n° 5. — Keine, Metz (1907), 
p. 89. 

Victoire drapée, posée sur un globe. La déesse avait 
les bras et les pieds nus; de la main gauche, elle 
s'appuyait probablement sur un gouvernail. Cette sculp- 
ture, particulièrement soignée, est de même style que 
la statue mutilée décrite précédemment sous le n° 63 1 1 . 



'ilO 



METZ. 



4350. Stèle à sommet cinlrc , découverte en i()o3, 
à la Horgne-au-Sablon. Au Musée de Metz. Grès. 




Hauteur, o m. gB; iargeur, cm. 3i; épaisseur, environ 
m. 1 5. 

Pliotographie communiquée par le Musée de Meiz. — Kecne, 
SabloH = Lolhr. Jahrb., XV (igoS), p. 878 et pi. XII, n" 1 
Erinnerung, pi. [I]; Sablon (1909) = Jahresber. des Ver, fur 
Erdk., XXVI (1907-1909), p. 54 (gravure). 

Epona, vêtue d'une robe longue, montée sur une 
jument galopant à droite. La pierre est très dégradée; 
les bras de la déesse ne sont plus que difficilement 
reconnaissables. 



4351. Stèle mutilée, à sommet cintré, découverte 
en 1903, à la Ilorgne-au-Sablon. Au Musée de MeIz. 
Calcaire grossier, très coquillier. Hauteur, m. 53; 
largeur, m. Sa; épaisseur, cm. i5. 




Photographie communicpiée par le Musée de Metz. — Kecne, 
Sablon = Lolhr. Jahrb., XV (1908), p. 878 et pi. XII, n° a; 
Sablon (1909) = Jahresber. des Ver. fur Erdk., XXVl (1907- 
1909), p. 54 (gravure). 

Epona, vêtue d'une robe longue, montée sur une 
jument galopant à droite. La déesse, regardant au loin, 
levait le bras droit. 



4352. Stèle à sommet cintré, découverte en lyoS, 
à la Horgne-au-Sablon. Au Musée de Metz. Grès. 



METZ. 



hll 



Hauteur, •> m. 53; largeur, o m. 29; épaisseur, 
m. 1 5. 

Photoffraphie communiqniîe par le Musée de Metz. — Keiink, 
Stiblon = Lolhr. Jakrb., XV (1908), p. 879 et pi. XII, 11° 3; 
Sablon (i^oç^) = Jahresber. des Ver. fiir Erdk., XXVI (1907- 
1909), p. .56 (jfravure). 




Epona, vêtue d'une robe longue, montée sur une 
jument au repos, tournée vers la droite. 



4353. Stèle à sommet cintré, en deux fragments, dé- 
couverte en 1908, à la Horgne-au-Sablon. Au Musée 
de Metz. Grès. Hauteur, o m. 79; largeur, m. /|4; 
épaisseur, m. 17. 

Photographie communiquée pai- le Musée de Metz. — Keune, 
SabloH = Lotltr. Jahrb., XV (1908), p. 878 et pi. XU, n" h; 

BAS-KBLIEFS. V. 



Ei-viiiening, p. 7 (gravure); Sablon (1909) = Jahresber. des 
Ver. fur Erdk., XXVI (1907-1909), p. ï-)^. 

Epona, vêtue d'une robe longue et d'un manteau llot- 
(ant, assise à droite sur une jument marchant à droite. 




La déesse paraît tenir de la main droite quelque objet 
qui n'est plus reconnaissable. 



4354. Stèle à sommet cintré, découverte en 1908, 
à la Horgne-au-Sablon. Au Musée de Metz. Calcaire 
grossier. Hauteur, m. Sy; largeur, m. 90; épaisseur, 
cm. oh. 

Photograpliie communiquée par le Musée de Metz. — Keune, 
Sablon= Lothr. Jahrb., XV (1908), p. 875 (gravure); Erinne- 

58 

lurniMEitiE ^ATIo^ALE. 



A18 



METZ. 



ruiiif, p. 7 (gravure); Sablon (1909) = Mresier. des Ver. fur 
Erdk., XXVI (1907-1909), p. Sa (gravure). 




Épona ; la déesse , vêtue d'une robe longue , est montée 
sur une jument marchant à droite. 



4355. Stèle à sommet triangulaire, brisée en deux 
parties, découverte en 1908, à la Horgne-au-Sablon. 
Au Musée de Metz. Grès. Hauteur, m. 96; largeur, 
m. /19; épaisseur, m. 19. 

Pbolograpliie communique'e par le Musée de Meiz. — KEiiNE, 
Sablon = Lothr. Jahrb., W (1908), p. 878 et pi. XII, 11° 5: Sa- 
blon (1909) = Jahresber. des Ver. fiir Erdk. , XXVI (1907-1909), 
p. 59 (gravure). 



Épona, drapée, montée sur une jument marchant à 
droite; la déesse a la main gauche sur la tête de la 
jument. Derrière elle, au second plan, un personnage 




debout, vêtu d'une tunique longue, peut-être un pale- 
frenier. 



4356. Stèle à sommet triangulaire, découverte en 
1903, à la Horgne-au-Sablon. Au Musée de Metz. 
Calcaire grossier, très coquillier. Hauteur, m. tio: 
largeur, cm. 2 3; épaisseur, cm. 11. 

Photograpliie conmiuniquée parle Musée de Metz. — Keink, 
Sablon = Lothr. Jahrb.. XV (1908), p. 878 et pi. XII, n" (5: 
Ertnnerung, p. 9 (gravure); Sablon (1909) = Jahresber. des 
Ver. fur Erdk., XXVI (1907-1909V p. Sa (gravure). 



MKÏZ. 



419 



Personnage drapé, monte sur un cheval marchant à 
droite. Derrière lui, au second plan , un homme debout, 




vêtu d'une tunique longue ; peut-être Épona suivie d'un 
palefrenier. 



4357. Stèle découverte en ii)oG, à la Horgne-au- 
Sablon. Au Musée de Metz. Pierre commune. Hauteur, 
m. 35 ; largeur, o m. 97: épaissonr. n m. 10. 





Photographie comiuuoiquee [nxi lo Alusée de xMeIz. 
Neiigcf. Iiischr., p. 498 (graviirp). 



— Kkuni 



Draperie relevée; au-dessus, les restes d'une inscrip- 
tion. (Voir le n" A 09 8.) 



4358. Stèle rectangulaire, découverte en 1903, à 
la Horgne-au-Sablon. Au Musée de Metz. Calcaire gros- 




sier. Hauteur, 1 m. oa; largeur, cm. 61; épaisseur. 



m. 3( 



Photographie coinnumicjuée par le Musée de Metz. — Keu.ne, 
SabloH = Lothr. Jalirb. , XV (1 908 ), p. 877 et pi. XHl , u" a ; Erin- 
nerung, couverture (gravure); Sablon{njO()) = Juhresber. (les Ver. 
fîn- ErdL:, XXVI ( 1907- 1909), p. 54 (gravurc). 

Déesses assises, drapées et voilées, dans une niche, 
tenant chacune de la main droite un objet de forme 
arrondie, pomme ou poire. Toutes deux ont de plus, sur 
leurs genoux, d'autres fruits. Ceux de la déesse de droite 
sont contenus dans une patère. La déesse de gauche 

53. 



/i20 



MKTZ. 



a la main gauche sur IV'paule gauche de sa compagne. 
Probahlement des Dc'jcsses mères. 



4359. Stèle mutilée, dj3C0u verte en i()o3, à la 
Horgne-au-Sablon. Au Musée de Metz. Pierre com- 
mune. Hauteur, o m. 6 1 ; largeur, o m. 2 2 ; épaisseur, 
om. 89. 




Pliotographie communiquée par le Musée de Metz. — Keine. 
SabloH = Lothr. Jahrh., XV (1908), p. 38a et Sga (gravure) 
ot pi. XllI, n° 3; Erinnerung, p. 9 (gravure): Sablon (1909) = 
Jdhresber. des Ver. fiir Erdk., XXVI (1907-1909), p. 77 (gra- 
vure). 

En deux registres superposés. Minerve drapée et 
deux guerriers nus, probablement les Dioscures. Les 



trois figures sont casquées; elles tiennent de la main 
droite une lance, ci .s'appuient de l'autre main sur un 
bouclier. 



4360. Stèle mutilée, à sommet triangulaire, décou- 
verte en 190.3, à la Horgne-au-Sablon. Au Musée de 
Metz. Calcaire {jrossier. Hauteur, o m. (iç); largeur, 
o m. 38; épaisseur, o m. !*-. 




Photographie communiquée par le Musée de Metz. — Kecne, 
Sablon =Lothr. Jahrb., XV (i9o3), p. 877 et 38o et pi. XIII. 
n° 1; Sablon (1909) = Jaliresber. des Ver. fiir Erdk., XX\ 1 
(1907-1909), p. 59 (gravure). 

Femme assise, drapée, diadémée, dans une niche 
profonde, tenant des deux mains, sur ses genoux, des 
fruits (le forme ronde. Déesse mère. 



METZ. 



A21 



4361. Stèle à sommet triangulaire, découverte en 
1908, à la Horgne-au-Sablon. Au Musée de Metz. 
Pierre commune. Hauteur, m. 98; largeur, m. 38; 
épaisseur, m. 9^1. 




Photographie communiquée par ie Musée de Meiz. — C. /. L., 
XIll, 4i33. — Kecne, Snhloii = Lothr. Jahrb., XV (1903), 
p. 898 et pi. XIII, n° 10; Erimienmg , p. 6 (gravure); Sabloii 
(igog) = Jahresber. des Ver. Jiir Erdk., XXVI (1907-1909), 
p. 77 (gravure); Die Rheinhmk, XII (1912), p. 198 (gravure). 

Enfant debout, de face, vêtu d'une tunique, pré- 
sentant un bourrelet autour du cou, dans une niche, 
entre deux pilastres; il tient de la main droite un 
objet rond, probablement une pomme, et caresse de 
l'autre main un chien qui se dresse contre lui. Dans 
le fronton, l'inscription : D{iis) M(anibus) Suarigilli, 



Vassilli fil{iî). Une ouverture destinée à des libations a 
été pratiquée à la partie inférieure de la stèle. 



4362. Stèle rectangulaire, en plusieurs fragments, 
découverte en 1908, à la Horgne-au-Sablon. Au Mu- 
sée de Metz. Pierre commune. Hauteur, m. 90; lar- 
geur, G m. 53; épaisseur, m. 18. 

Photographie communiquée par le Musée de Metz. — C. /. L., 
XIII, 9868. — Kedne, Sablon = Lothr. Jahrb., XV (1908), 
p. 394 et pi. XIII, n" 6; Sablon (1909) = Jahresber. des Ver. 
fiir Erdk., XXVI (1907-1909), p. 76 (gravure). 




Homme et femme debout, dans une niche. L'homme 
est vêtu d'une tunique présentant un bourrelet autour 
du cou; il tient de la main droite un objet de forme 
allongée, peut-être une baguette, mais plutôt un outil. 
La femme est très dégradée; son costume se compose 
d'une robe longue et d'un manteau. Au-dessus de la 
niche, les restes d'une inscription. Monument funéraire 
de deux époux. 

4363. Bloc découvert en 1898, dans l'église ré- 
cemment reconstruite de Sainte- Ségolène. Au Musée. 



422 



mi:tz. 



Grès. Hauteur, i m. ii; largeur, o m. 63; épaisseur, 
tn. 5 1. 

Pholographie communiquée par le Musée de Metz. — G. I. L. , 
XllI, /i33^i. — KEUNE,io</jr.Mri.,IX(i897),p. 333; Wesul. 
Korr.-niàU., XVII (1898), p. 5!i5: We.iid. Zcituchr., X (1898), 
p. 5). 

Femme debout, drapée, dans une niche en forme 
de parasol; elle tient de la main gauche un coffret, de 




l'autre main un objet fruste. Au-dessus de la niche, 
l'inscription :. . .hnfil{ia^, inedica. 



4364. Fragment de stèle en deux parties, à sommet 
triangulaire et acrotères, découvert en 1906, au Sa- 
blon, près de la Lunette d'Arçon. Au Musée de Metz. 



Pierre commune. Hauteur, m. 68; largeur, o m. 3o; 
épaisseur, m. 09. 

Pliotographie communiquée par le Musée de Metz. — Keunk, 
Wefid. Zeilschr., XXIV (igoS), p. SSy; Lolhr. Jahrb., XVIIl 
(1906), p. li^-i; Sablon (1909)= Jahresber. dos Ver. fur Erdk., 
XXVI (1907-1909), p. 17 (gravure); Neiigef. Imchr., p. 491 



^. \ 







(gravure). — D»agendor|''k, Berichl tiber die Forlschr. der rôm.- 
genn. Forsclumg, 1906-1907, p. 89. 

Enfant emmailloté , obliquement placé dans une niche ; 
il ne manque que les pieds du petit personnage, dont 
les langes sont entourés d'une bandelette, et non pas, 
comme en d'autres lieux, de cordons croisés. (Voir no- 
tamment les n" 2o4^, 2887, 2/1A1 et 388o.) Dans 



METZ. 



423 



le fronton de la slèie, l'inscription : £>(»«) M(anitms^ 
Afibolae. Du côté gauche, les restes d'une ascin. 





^ 



'"QMnHvnTnfn^s 




Voirie n"/! 3 6G. 



4365. K Bas-relief , trouvé en 1769, lorsqu'on tra- 
vaillait à percer la nouvelle rue Saint-Louis.» Perdu. 

Dessin tiré fie TabouiHot. — Tabouillot, Hist. de Metz (1760) , 
I, ,,. ,18 ptpl. XVII.n».^ 



Le collier que porte au cou le personnage, autant 
que la provenance de la pierre, paraissent indiquer que 
ce has-reliof n'est pas différent de celui qui a été décrit 




plus haut, sous le n° /1989. Mais ici la pierre paraît 
complète, et nous n'avons aucune trace de caducée. 

4366. Stèle à sommet triangulaire et acrotères, 
découverte en 1908, à la Horgne-au-Sablon. Au Musée 




de Metz. Pierre commune. Hauteur, m. yi); largeur, 
o m, 65; épaisseur, o m. 29. 



Photographie conimunique'epar le Musée de Metz. — C. I. L. 
XllI, 4359. — Kei'ne, Sablon — Lolhr. Jahrb.. XV (1908) 



424 



METZ. 



p. 898 et pi. XllI, 11° 8; Sablon (1909) = Jahrcsher. des Vrr. 
fiir Èrdh:, XXVI (1907-1909), p. 76 (gravure). 

Bustes d'une femme et d'un enfant emmailiotc'!, dans 
une niche; au-dessous, l'inscription : D[m) Miamhus) 
Carantodi[a)e et Sexli.fili. (Voir le n° 436^.) 



4367. Fragment de stèle, découvert en 190^, à la 
Lunette d'Arçon. Grès. Au Musée de Metz. Hauteur, 
m. 57 ; largeur, m. 34; épaisseur, o m. i(). 




Photographie communiquée par le Musée de Metz. — Keune, 
.Saô/oH (1906) = Lothr. Jahrb., XVI (igoi), p. 367 et pi. X, 
n° 4: Sablon (1909) = Jahresber. des Ver. fur Erdk., XXVI 
(1907-1909), p. 17 (gravure). 

Femme debout, dans une niche, vêtue d'une tunique 
à manches courtes présentant un bourrelet autour du 
cou; elle tient devant elle, des deux mains, un vase 
sans anse ou un gobelet. Des protomés de lion sont em- 
ployés comme acrotères. Monument sépulcral. 



4368. Cippe «trouvé aux Sablons, en 1733; incru- 
sté dans le mur méridional du jardin , à l'abbaye Saint- 
Arnouldfl [tab.]. «Conservé à Metz, dans le cabinet des 
chanoines réguliers de la paroisse de Saint-Simon-au- 
Fortn [cAYL.]. «Ce monument était à moitié enfoui 
dans mon jardin [à l'école d'application]; je l'ai fait 




incruster dans le tympan d'une espèce de portique, à 
l'extrémité de la terrasse de Saint-Arnould» [bebg.]. 
«Eingemauert in einer W'and, welche einc Terrasse 
abschhesst und die Kriegsschule von dem Militâr-Ka- 
sino trennt» [môll.]. Au Musée de Metz. Pierre com- 
mune. Hauteur, m. 70; largeur, m. 4 9 ; épaisseur, 
m. 1 3. 

Photograpliie communiquée par le Musée de Metz. — 
C. /. L., XIII, hZ-ji. — [Tabolillot et François,] Ilisl. de 



METZ. 



425 



Metz, I, p. 99 et pi. I, n" 9. — Gaylis, Rec. d'ant., V (176a), 
p. 3a'i, a" 4 et pi. CXVII, n" 5. — Bergère, Mcin. de l'Acad. 
de Metz, 17° aaiiée (i835-i836), p. 253. — Cli. Robert, 
t'pigr., II, p. 70 et pL X, 11° 6. — Keune, Lothr. Jahrb., VIII 
(i89C),p. 59, note 1; Wesid. Korr.-BM, XIII (1897), p. 85; 
Weshl. Zeitschr., X (1901), p. 5o. 

Femme debout, drapée, de face, tenant de la main 
droite probablement une mappa, dans une niche; à ses 
pieds, une corbeille de fruits. Sur les côtés de la niche, 
l'inscription : Diis Man\i\hus; Euta, Malernae {Jilin). 



4369. Cippe à sommet pyramidal orné de feuilles 
imbriquées, découvert en igoS, à la Ilorgnc-au-Sablon. 




Au Musée de Metz. Pierre commune. Hauteur, 1 m. 55 ; 
largeur, m. 5o ; épaisseur, o m. /» 1 . 

Photographie communiqut^e par le Musée de Metz. — C. I. L. , 
XIII, /i3g3. — Kelxe, Sabtoii = Lothr. Jahrb., XV (1903), 
p. 384, 390 et 395, et pi. XIV u" 4; Erinnerung, p. 6 (gravure); 
SaUon (1909) = Jahresber. des Ver. fur Erdk,, XXVI (1907- 
1909), p. 6a (gravure); Die RheinJande, XII (1919), p. 199 
(gravure). — Lehner, Ronner Jahrb., G\X (1911), p. -jSi et 
pi. XV, n° 9. 

B.IS-BELIEFS. V. 



Chouette posée sur un rameau stylisé, dans une niche, 
entre deux colonnes supportant une arcade. Au-dessus, 
l'inscription : D(iis^ M{anibus) Iun(jnc) Curmillac. Le 
cippe a deux acrotères en forme de palmettes. Il est ré- 




gulièrement taillé du côté gauche et seulement épannelé 
sur ses deux autres faces. Un feuillage stylisé en décore 
le bandeau. 



4370. Cippe à sommet triangulaire, découvert en 
1908, à la Horgne-au-Sablon. Au Musée de Metz. 
Pierre commune. Hauteur, 1 m. a5; largeur, m. 28; 
épaisseur, m. 2/1. 

Photographie communiquée par le Musée de Metz. — 
C. I. L., XIII, 4386. — Keune, Sablon = Lothr. Jahrb., XV 
(1903), p. 399 (gravure) et pi. XXIII, n" 8; Sabloii (1909) 
= Jahresber. des Ver. Jîir Erdk. , XXVI (1907-1909), p. 80 (gra- 
vure). 

54 



IMlT.lMZitlE >AT10NALE. 



A2G 



METZ. 



Sur la face principale, deux mains qui s'c^lreignent. 
Au-dessus, l'inscription : /)(»«) M[nmhus)\ ]ul{ja) Do- 




mestica. Dans le fronton de la stèle, une rosace de forme 
stylisée. 

4371. Cippe rectangulaire, en plusieurs fragments, 
découvert en 1908, à la Horgne-au-Sablon. Au Musée 
de Metz. Pierre commune. Hauteur, 1 m. 35; largeur, 
cm. 87; épaisseur, o m. Sa. 

Pliolographie communiquée par le Musée de Meiz. — C. 1. L., 
XllI, 4337. — Ktvjit. , Sablon = Lothr. Jnhrb. ,W {i Ç)o'è) , p. 396 



cl pi. XV, n°' 5 et 6 : Erinnerung , p. 8 (gravure); Sablon (1 909) 
= Jahresbor. des Ver. Jur Erdlc, XX.VI (1907-1909), p. 77 
(gravure). 




Sur la face principale, l'inscription très effacée : 
. . .nationis Nicomklii, dejuncti, amior(^)inij xiiii; <»<«(/am) 
domm{us) posuil. Sur chaque face, latérale, trois dau- 
phins et une barque superposés. 

4372. Cippe en deux parties, à sommet triangulaire 
et acrotères, découvert en igo3, à la llorgne-au- 
Sablon. Au Musée de Metz. Pierre commune. Hauteur, 
1 m. 38; largeur, m. 89; épaisseur, m. 29. 

Photographie communiquée par le Musée de Metz. — (i I. L., 
XllI, i/j37. — Kei'NE, Sablon = Lothi: Jdlirb., XV (i9o3), 
p. 390 et 398 et pi. XV, n" 4; Sablon (1909) = Jahresber. des 
Ver.'fiir Erdk., XXVI (1907-1909), p. cV. 



METZ. 



Sur la face principale, entre deux pilastres suppor- 
tant un fronton circulaire, deux feuilles d'acanthe sty- 
lisées sortant d'un vase; au-dessus, dans le fronton, 
une flûte de Pan et un autre objet, de forme rectiligne, 




superposés. Au-dessus encore, dans une partie lisse, 
l'inscription : D(iis) M{amkis); [V]alerio Pamphiks ; 
[Pom]pe[i\n , uxor. Les acrotères sont décorés de pal- 
mettes. 



4373. Cippe à fronton triangulaire, découvert, en 
1908, à la Horgne-au-Sablon. Au Musée de Metz. 
Pierre commune. Hauteur, m. 82; largeur et épais- 
seur, m. /io. 

Photographie communiquée par le Musée de Metz. — C. /. L., 
XIII, /i/io5. — Keune, SaUon = Lothr. Jahrb., XV (1908), 
p. 383, 388 et ioi, et pi. XIX, n" 6; Eriniicnmg, p. 17; 



Sablon (1909) 
1909)' P-5o- 



427 

Jahreaber. des Ver. Jïir Erdh., XXVI (1907- 



Ta^m 







■ B.1JE 




Inscription : Z)(!Vs) M{(imbusj; Maluicco Sacunae JiU{(i)c. 
Au-dessous, probablement un cartable suspendu à la 
paroi et une ouverture destinée à des libations; dans le 
fronton du cippe, une rosace. 

4374. Cippe découvert en 1908, à la Horgne-au- 
Sablon. Au Musée de Metz. Pierre commune. Hauteur, 
u m. 8A; largeur, o m. 3/i; épaisseur, o m. 92. 




Photographie communiquée par le Musée de Metz. — C. L L., 
XIII, i38o. — Keune, Sablon = Lolhr. Jahrb., XV (igoS), 

54. 



A28 



METZ. 



p. 389 et 4oo et p\. XIX, n° 7; Sablon (1909) = Jahresber. des 
Ver. fur Erdk., XXVI (1907-1909), p. 76 (gravure). 

Inscription : D(ii.i) M{amhus) T{iti) lanunri Tasfplb; 
au-dessous, une guirlande entre deux pilastres. 

4375. Stèle à sommet triangulaire, découverte en 
190/1, à la Lunette d'Arçon. Au Musée de Metz. Pierre 




commune. Hauteur, m. 7^ ; largeur, o m. 3/i; épais- 
seur, o m. 9 5. 

Photographie communiquée par le Musée de Metz. — Kecne, 
Lothr. Jahrb., XVI (190^), p. 826 et pi. VI, n° 1; WesUl. 
Zeitschr., XXIV (1906), p. 344 et pi. VIII, 11° 5; Erinnemng, 
p. 10 (gravure); Sablon (1909) = Jahresber. des Ver.fiir Erdk.. 
XXVI (1907-1909), p. i4 et 99 (gravures). — Dragendorff, 
Berichl ûber die Fortschr, der rôm.-germ. Forschung, 1906-1907, 
p. 69. 



Inscription, dans un cartouche : D{iis) Mianibus) 
Maiae; au-dessous, un bâton recourbé [peilum) passé 
dans un tympanon; au-dessus, un bouclier rond posé 
sur deux glaives. 

4376. Stèle à sommet triangulaire et acrotères, 
découverte en 190^, à la Lunette d'Arçon. Au Musée 




de Metz. Grès. Hauteur, m. 61; largeur, o m. 28; 
épaisseur, o m. 22. 

Photographie communiquée par ie Musée de Metz. — Keixe, 
Jahresber. des Ver.fiir Erdk., XXIV (1901-1904), p. 55; Sablon 
(1905) = Lolhr. Jahrb., XVI (1904), p. 33i et pi. VI. n° 5: 
Erinncrung, p. 10 (gravure); Fiindbericht, p. 1 9 = Westd. Korr.- 
Blatl, XXIV (1905), p. 69; Westd. Zeitschr., XXIV (1906), 
p. 344 et pi. VIII, n° 4; Sablon (1909) = Jahresber. des Ver. 
fur Erdk., XXVI (1907-1909), p. i4 (graNTire). — Dragendorff, 



METZ. 



A29 



Bericht ûber die Fortschr. der rum.-germ. Forschung, 1906-1907, 
p. 58. 

Inscription : D[ns) M{ambus) Acisilliae Fabr{ï)cillae ; au- 
dessous, une feuille d'acanthe stylisée sortant d'un vase. 



4377. Fragment de stèle en deux parties, découvert 
en igoS, à la Horgne-au-Sablon. Au Musée de Metz. 
Pierre commune. Hauteur, cm. 26; largeur, m. 55; 
épaisseur, m. 10. 




Photographie communiquée par le Musée de Melz. — Kecne, 
Sablon = Lolhr. Jahrb., XV (i9o3), p. 897 et pi. XXII, n" 7; 

Sablon (1909) = Jahrcsbor. des Ver. 
JïrrErdL:, W\l{iÇ)0-]-i 909), p. 7a 
(jfi'avui-e). 

Dauphins affrontés gardant 
une urne. Débris d'un monu- 
ment funéraire. 




4378. Stèle mutilée, décou- 
verte en 1 90 4, à la Horgne-au- 
Sahlon.Au Musée de Metz. Pierre 
commune. Hauteur, m. 60 ; 
largeur, m. 21; épaisseur, 
o m. 19. 

Pliolographie communiquée par 
le Musée de Melz. — Keune, Sablon 
(1 9o5)= Lothr. Jahrb. ,Wl(i ()ofi), 
|i. 828 et pi. VI, n° 7; Sablon 
''909) = Jahresber. des Ver. fur 
Jù-dlc, XXVI (1907-1909), p. 1/1 
(gravure). 



Inscription : D(iis) [M(^an)- 
Ims'j]; Saturm^noj. Au-dessous, 
des tablettes ouvertes ; elles étaient placées entre deux 
pilastres dont celui de droite a disparu. 



4379. Gippe en forme d'autel, avec base et couronne- 
ment, découvert en 1908, à la Horgne-au-Sablon. Au 




Musée de Metz. Calcaire grossier. Hauteur, m. 79; 

largeur, m. 3i; épaisseur, m. 33. 

Photographie communiquée par le Musée de Melz. — C. /. L., 
XIII, 4354. — Kedne, Sablon = Lothr. Jahrb., XV (1908), 



430 METZ. 

j). 898 et pi. XV, 11" a et 3; Sablon (1009) = Jahresbcr. des Ver. 
fïir Erdk., XXVI (1907-1909), p. 76 (gravure). 

Sur la face priticipale, dans une couronne, l'inscrip- 
tion : Capellini, Cnprasi {^filii). Sur chaque face latérale, 
un masque posé sur une guirlande ; celui de droite est 
barbu. Au-dessus du cippe, entre les deux cornes, 
est une demi-sphère. 



4380. Stèle rectangulaire, découverte en igo3, à 
la Ilorgne-au-Sablon. Au Musée de Metz. Grès. Hau- 




teur, m. 76; largeur, m. 35; épaisseur, environ 
G m. 26. 

Photographie communiquée par le Musée de Metz. — Keone, 
Sablon — Lothr.Jahrb., XV (1908), p. 898 et pi. XIII, n" 7: Sa- 
blon (1909) = Jahresber. des Ver. fur Erdk., XXVI (1907- 
1909), p. 66. 

Femme debout, vêtue d'une tunique et d'un man- 
teau, dans une niche, tenant de chaque main un objet 



peu reconnaissable; l'un d'eux pourrait être un coffret. 
Monument funéraire. 



4381. Stèle à sommet triangulaire, découverte en 
1908, à la Ilorgne-au-Sahlon. Au Musée de Metz. 
Calcaire grossier. Hauteur, m. 96; largeur, o m. /i5; 
épaisseur, m. 28. 

Photogiaphie communiquée par le Musée de Metz. — C. /. L. , 
Xill, 4355. — Kel'.ne, Sablon = Lothr. Jahrb., XV (1908), 
p. 4o2, 417, /lio, Mia f't pi. XIX, u" a; Sablon (1909) 
= Jahresber. des Vereins fiir Erdk., XXVI (1907-1909), p. 78 
(gravure). 








Inscription (de lecture incertaine) : /)(»«) M{anihi\s) 
Carassounae Donna Marcu; v(ivusj tiitulum\ fleciù Mères). 
Au-dessus, un masque de feuilles stylisées. 



4382. Stèle à fronton triangulaire et acrotères, dé- 
couverte en 190/i, à la Lunette d'Arçon. Au Musée de 
Metz. Calcaire grossier. Hauteur, m. 63; largeur, 
m. 33; épaisseur, m. 17. 

Photographie communiquée par le Musée de Metz. — Keinr , 
Sablon = Lothr. Jahrb., XVI (igoi), p. 899 et pi. VI, n° 10; 



METZ. 



431 



Jahresber. des Ver. fur Erdk., XXIV (igoi-igoi), p. 55; Westd. 
Zeilschv., XXIV (1905), p. 3W et pi. VIII, n° 3; Erinnerung, 
]). 10 (gravure); Sahlon (1909) = Jahresber. des Vor. fur Erdk., 
XXVI (1907-1909), p. 19 (gravure). — Dragendorff, Bericht 
iiber die Fortschr. dcr rom.-germ. Forschung, 1906-1907, p. 63. 

Dans un cartouche, l'inscription : D((ïs) M{niiibus) 
Pacatae, Pacnù fiJ{iney, au-dessous, une feuille stylisée, 







p^.lv ■"■'■■', 







entre deux pilastres supportant une arcade. Dans ie 
fronton, d'autres feuilles stylisées. 



4383. Stèle w trouvée, dit-on, à Melzn [lorr.]. Au 
Musée. Calcaire commun. Hauteur, m. 82; largeur, 
cm. /i5 ; épaisseur, cm. 19. 

Photograj)hie communiquée par le Musée de Metz. — B^gin , 
Metz depuis dix-huit siècles, II, p. 8 et pi. XLVIII. — Lorrain, 
Catal., p. 89, n° i5i. — Hoffmann, Steinsual, p. 5 A, n° i5i. 
— Kelne, Luthr. Jahrb., XII ( 1900), p. Sôg et 4i3 (gravure). 



Déesse assise, vêtue d'une tunique longue à manches 
courtes, tenant de la main gauche une patère, de l'autre 




main peut- être des fruits. Le fronton de la stèle est 
décoré d'un feuillage stylisé. 



4384. Fragment ^; trouvé au Sahlon en 1 867 v [lorr.]. 
Au Musée. Pierre commune. Hauteur, m. 55; lar- 
geur, m. Zio; épaisseur, m. 11. 

Photographie communiquée par le Musée de Metz. — V. Simon, 
Mém. dp l'Acad. de Metz, 39" année (i857-i858), p. 4o4 (gra- 
vure). — Malherre, Ms., pi. XVII, n° 1 13. — Lorrain, Calai., 
p. 70, n" 110. — Hoffmann, Steinsaal, p. 69, n° 1 1 o. 



432 



Personnage barbu, à cheveux longs et bouclés, n'ayant 
pour vêtement qu'une draperie qui couvre le bras gauche 



METZ. 

et la cuisse du même côté. 11 est tourné vers la droite 
et semble courir. Un autre personnage dont il ne reste 




que le bras droit tendu vers la gauche était placé devant 
lui. Sujet indéterminé, paraissant inspiré de l'art grec. 



4385. Sarcophage découvert en ic^o'S, à^ la 'Hor- 
gne-au-Sablon (sablière Distler). Au iMusée de Metz. 




Plomb. Hauteur, o m. ait; longueur, i m. 86; lar- 
geur, m. 67. 



Photograpliies communiquées par le Musée de Metz. — 
Kedne, Sablon = Jahrb. der Gesellsch. fiir lothr'mg. Gesch. iiiid 



METZ. 



i33 



Altei-titmd:, XV (igoS), p. 35G el 'iS; ot pi. XXVI, n' 2; 
EriHnenin[r, p. 6 (gravure); Sablon (\<)0Ç)) = Jaliresber. des Ver. 



fur Erdk., XX.VI (1 907-1 909), p. 37 et 98 (gravures) el pi. XV, 
11" 5 , 6 et 7. 




Le dessus du couvercle de ce sarcophage est décoré 
de Centaures marins, tenant une rame ou une massue, 



et de lions bondissants. Les sujets alternent et sont sé- 
parés par un sautoir de baguettes perlées. Dix autres 




sarcophages de même provenance, recueillis aussi par 
le Musée de Metz, ont des reliefs semblables, mais dis- 
posés chaque fois d'autre manière. Sept de ces sarco- 



BAS-nELlEFS. 



phages ne sont ornés que de baguettes perlées placées 
en sautoir ou en lignes brisées sur toute la longueur du 
couvercle. 



55 

lUIT.IMEIirE »ATIU>ALE. 



IxU 



METZ. 



4386. Frafjmenl d'autel, dc^couverl rue Poncelet, 
«dans les fondations du café du Heaume» [lorr.]. Au 
Musée. Calcaire commun. Hauteur, i m. 08; largeur, 
cm. 90; épaisseur, m. 78. 

Pliotograjjliie communiquée par le Musée <lc Metz. — Bégin, 
Mclz depuis dix-huit siècles, 1, p. alto et ])1. XXXV. — Lorrain, 
Cnlal., p. 84, n" 157. — Hoffmann, Steinsnal, p. 55, 11" 157. 




Trois des faces fournissent chacune les traces d'un 
oiseau posé sur une guirlande de feuillage entourée d'une 
bandelette. La quatrième face n'a conservé que les restes 
d'une guirlande. L'un des oiseaux pourrait être un aigle; 
les deux autres ne sont plus reconnaissables. 



4387. Stèle découvcrlu dans le courant du xvi" siècle; 
elle était placée, du temps de Boissard, «dans le mur 
de face d'une vieille maison appartenant au chapitre de 
la cathédrale, dans la rue du Paradis, à gauche en 
entrant du côté de la rue des Tanneurs». Au Musée de 



Metz. Grès. Hauteur, 1 m. i3; largeur, m. 60; épais- 
seur, m. 87. 

Photo{jrapliie communiquée par le Musée de Metz. — 
Boissard, Ant., fol. tltt. — Melrisse, Ilist., p. 9 et ])i. XII. — 
[Tabooillot cl François], Uist. de Metz, I, p. 89. — Keink, 
Neugef. Inschr. = Lothr.Jahrb., XVlII(i9o6), p. 489 (gravure); 
XXII (1910), p. U^h. 

Homme barhu, debout, de face, dans une niche, 
vêtu d'une tunique et d'un manteau à capuchon, tenant 




de la main gauche un pot à panse godronné; l'autre 
main est ramenée sur la poitrine. Au-dessus de la niche , 
l'inscription : Casato, Cai^ali (^filto^, Jlctthano; ^In p(o- 
nendum) c(uraveruTiiy 



4388. Stèle à sommet triangulaire, découverte en 
1908, à la Horgne-au-Sablon. Au Musée de Metz. 
Calcaire grossier. Hauteur, 1 m. 5o; largeur, cm. lio; 
épaisseur, cm. 2 5. 

Photographie communiquée par le Musée de Metz. — C. I. L. , 
XIII, huit. — Keune, Sablon = Lothr. Jahrb., XV (1908), 



METZ. 



435 



p. 890 et hoa, et pi. XIX, n° 1; Sabloii (1909) = Jahicsbcr. des 
Verehisjiir Erdk., XXVI (1907-1909), p. 03 (gravure). 




Inscription : D{iis) M{ambus) ; Marco Aquinio. Au- 
dessus, un masque de feuilles stylisées. 

4389. Fragment découvert en lyog, au Sabion. Au 
Musée de Metz. Calcaire commun. Hauteur, m. 35; 
largeur, m. «s ; épaisseur, m. 1 •! . 




Photographie communiquée par le .Musée de Metz. — Kecne , 
Lolhr. Jahrb., XXII (1910), p. 607 et pi. IV, n° 33. 



Restes d'un homme nu, imberbe, couché, paraissant 
dormir. Peut-être Endymion. 



4390. Fragment de statue trouvé au Sabion, en 
1882. Au Musée de Metz. Pierre commune. Hauteur, 
m. Sa. 




Photographie communiquée par le Musée de Metz. — Hoff- 
MAN.v, Steinsaal, p. 7/1, n" 3i8. — F. Môller, WesUl. Zeilschr., 
II (1 883), p. 257 et pi. XV, n" 6. 

Homme drapé. La tête est rapportée. 



4391. Stèle mutilée, à fronton triangulaire, décou- 
verte en 1904, au Sabion. Au Musée de Metz. Calcaire 

55. 



/4 3G 



METZ. 



grossier. Hauteur, o m. ■jS; largeur, o m. Sa; épais- 
seur, m. 16. 




Pliologra|>liio communiquée par le Musée de Metz. — Kelne, 
Sablon (1 909) = Jahresber. des Vereins fur Erdk., XXVI ( 1 907- 
1909), p. 85 (gravure). 

Inscription : D(i{s) M{iinibusy, Deccoso; au-dessous un 
poignard et un bouclier de forme cylindrique superposés; 
dans le fronton , une feuille stylisée. 



4392. Stèle mutilée découverte, en 1 9 06, à la Hor- 
gne-au-Sablon. Au Musée de Metz, Calcaire grossier. Hau- 
teur, m. 62; largeur, m. 36; épaisseur, m. 1 G. 




Photographie communiquée parle Musée de Metz. — Keine, 
Ncugef. Iiischr. = Lothr. Jahrb., XVIII (1906), p. 498 (gravure). 

Buste de femme drapée, dans une niche. Monument 
funéraire. 

4393. Blocs mutilés, découverts en 1900, dans les 
fondations des remparts. A la porte des Allemands. Grès. 




Hauteur, m. 27 ; largeurs, m. 65 et m. 85 ; épais- 
seur, m. 87. 

Photographie communiquée ])ar le Musée de Metz. — Kedne, 
Lolltr. Jahrb., Wll (1901), p. 3i8. 

Bestes de quatre personnages, dans une niche; celui 
de droite porte sur ses épaules une corbeille d'osier 



qu'il tient de la main droite; celui tle gauche est tourné 
vers la gauche et légèrement courbé. Les deux autres 
causent entre eux, et peut-être même se disputent; un 
de ces personnages a la main droite sur l'épaule droite 
de son compagnon, comme pour le repousser. Les deux 
blocs pourraient provenir d'un monument funéraire; 
mais la scène est inexpliquée. 



METZ. 



/i37 



4394. Stèle découverte k au bas du mur du jardin 
Boufilers, près de la porte murée d'Anglemur« [lorr.]. 
Au Musée. Pierre commune. Hauteur, o m. 87 ; largeur, 
m. 69; épaisseur, o m, k-j. 




Lorrain, Calai., p. 70, 11° 109. — Hoffmann, Steinsaal, p. 4g, 
n" 109. 

Homme et femme debout, drapés, dans une niche. 
Monument funéraire de deux époux. 



4395. Gippe mutilé, à sommet pyramidal décoré 
de feuilles imbriquées, et acrolères, découvert en lyoS, 
à la Horgne-au-Sablon. Au Musée de Metz. Calcaire 
grossier. Hauteur, 1 m. 27 ; largeur, m. 78; épaisseur, 
m. 38. 

Photographie communiquée par le Musée de Metz. — C. 7. L., 
XIII, /1367. — Kelne, SaUoH = Lothr. Jahrh., XV (1908), 
p. 384, 890 et /160, et pi. XV, n" 1 ; Eriniwniiiff, couverluro 
(gravure); Sablon (1909) = Jahresber. des Ver. fur Erdk. , 
XXVI (1907-1909), p. 63 (gravure). — Limm,Bonner Jahrh., 
CXX (1911), p. 25i et pi. XV, n" 3. 

Sur la face principale, dans un cartouche, entre deux 
pilastres, l'inscription : D[m) M{nn{bus); CricUanto, Vere- 



cundi fdiae. Au-dessous, dans un second registre, deux 
arcs supportés par des piliers. Le couronnement de la 




pierre, garni de feuilles imbriquées, est surmonté d'une 
pomme de pin. 

4396. Fragment de stèle à sommet triangulaire et 
acrotères formés de palmettes, découvert en 190/1, à 
la Lunette d'Arçon. Au Musée de Metz. Grès. Hauteur, 
m. 35; largeur, m. /ii; épaisseur, m. 11. 




C. L L., XIII, 4366. — Keune, Sablon = Lothr. Jahrh., XV 
(1903), p. 394 et pi. XIII, n" 9; Sablon (1909) = Jahresber. 
des Ver. fur Erdk., XXVI (1907-1909), p. 74 (gravure). 



438 



METZ. 



Dans le fronton de la stèle, (^ le buste d'une femme. 
Au-dessous, l'inscription : Z)(iVs) M{amhus)\ CoUali, Coti 
({iliney. Prima innlrr. 

4397. Stèle di^couverte à la Lunette d'Arçon. Au 
Musée. Calcaire commun. Hauteur, i m. i a ; largeur, 
o m. li%; épaisseur, cm. i.^. 







\ 




Photographie communiquée par le Musée de Metz. — Kelne, 
Lolhr. Juhrb., XVI (190/1), p. 34i et pi. VIll, n" 6; Sabloii 
(1909) = Jahresber. des Ver. fur Erdkun.de zu Metz, XXVI 
{1907-1909), p. 16 (gravure). 

Inscription : D{iis) M[anibus) Emeritae ; Dtvicius ancillae, 
de suo curavit. Au-dessous, une rosace; dans le fronton, 
un feuillage stylisé. 



4398. Slèle découverte en construisant le fort de 
Saulny. Au Musée de Metz. Calcaire commun. Hauteur, 
m. .53; largeur, o m. 3i ; épaisseur, o'm.'io. 




.ijt«-,iss"r7::: 



Pliotogl'apilie communiquée par le Musée de Metz. 

Mercure nu, debout, de face, dans une nicbe, tenant 
de la main gaucbe une bourse, de l'autre main un 
caducée. A sa droite, un coq posé sur le sol. Au-dessus 
de la niche, l'inscription : [D\eo Mercurio. 



4399. Stèle à sommet triangulaire et acrotères, 
trouvée à llagondange. Au Musée de Metz. Calcaire 
grossier, très coquiliier. Hauteur, m. gS; largeur, 
m. /i5; épaisseur, cm. i3. 

Photographie communiquée par le Musée de Meiz. 



METZ. 



/i31> 



Personnage, peut-être vêtu d'une tunique, monté sur 
un chevai galopant à droite, dans une niche profonde. 





Il ne s'agit pas d'Epona, mais probablement d'un soldat. 
Le bas-relief est, je crois, funéraire. 

4400. Pierre «incrustée dans la citadelle, vers le mi- 
lieu de la galerie pratiquée au-dessus de la porte n [tab.]. 
Perdue. 




Dessin tiré de Tabouiliot. — Taboi illot. i/is(. de Metz, [fj^^], 
I, p. 109 et pi. XVII, n° 1. 



Scène de marché. L'homme représenté s'adressait 
sans doute à quelque personnage placé à sa gauche. La 
pierre a pu faire partie d'un monument funéraire. 



4401. Fragments de stèle trouvés au Sablon en 1 882. 
Au Musée de Metz. Calcaire grossier. Hauteur, m. /iG: 
largeur, m. ai; épaisseur, m. 07. 



v>* 



•^\ 




Piiolograpliie communiquée par le Musëe de Melz. — C. 1. L., 
XIII, iSog. — F. MoLLER, Westd. Korr.-Blatt,] (iSS^), p. 29; 
Wesid. Zeitschr., II (i883), p. 95A. — Hoffmann. Steinsnal , 
p. 78, n° 3i<). 

Restes (coq et main droite tenant une bourse) d'une 
image de Mercure; sur un autre fragment de la même 
stèle est l'inscription : Deo M[crcurio...]iista, exvolo. 



4402. Golonnelte découverte «au mois d'août 1868, 
sur les glacis du grand ouvrage à cornes de la Citadelles 
[r,0RR.]. Au Musée. Calcaire commun. Hauteur, 1 m. 60. 

Photographie communiquée parle Musée de Metz. — C.I.L., 
XIII, ^999. — Gh. Lorrain, BuU. de la Soc. d'archéol. et d'hisl. 



UQ 



METZ. 



delà Moselle, XII (1869), p. 78. — Cli. Robert, Épigr. delà 
Moselle, î, ]). 89 et pi. II, n° h. — Lorrain, Catal., p. 6a, 
n" 90. — Hoffmann, Steinsaal, p. 44, n" 90. 

Sur la base, l'inscription : /(ow) o[plim6) m(^aximoj. 
Cette colonnette, décorée sur toute sa surface de feuilles 




imbriquées, peut avoir supporté soit une image de Ju- 
piter, soit un groupe du cavalier et de l'anguipède. 



4403. Stèle mutilée, à fronton triangulaire et acro- 
tères, découverte en tgoS, à la Horgne-au-Sablon. Au 



Musée de Metz. Calcaire grossier. Hauteur, m. ■jy; 
largeur, m. 28; épaisseur, o m. 18. 

Photographie communiquée par le Musée de Melz. — Keink , 
Sablon = Lotlir. Jahrh., XVI (1904), p. SaS et pi. V, n" 7; 




Sablon (1909) = Jahresber. des Vereins fûrErdk., XXVI (1907- 
1909), p. 85 (gravure). 

Inscription : Z)(jÏs) M{(inibus') Carlullae; au-dessous, 
une grande feuille d'acanthe stylisée: une autre feuille 
d'acanthe décore le fronton. 



FLKURY. 



Ml 



4404. Stèle mutilée, découverte vraisemblublemenl 
à FIcury, arrondissetnent de Metz -campagne. Au même 
lieu, dans un mur de l'ancien château. Pierre com- 
mune. Hauteur, environ i m. 5o; largeur, environ 
o m. 60. 



« 




l'Iiolojjiaphic comniiiiiinuée parle Musée de Metz. — - (L I. L., 
XIII, 638*. — Abel, Bull, delà Soc. d'archcol. et d'Iml. de la 
Moselle, \\\ (1859), |). loô. 

Homme et iemme debout, l'un et l'autre vêtus d'une 
tuni(|tie et d'un manteau, dans une niche. Au-dessus, 
l'inscription : [W(».s)] M(^anibm) Malerni; laniia[rijus et . . . 

ms BELIE >•. — ï. 



L'authenticité de celte stèle et d'autres de même pro- 
venance n'est pas contestable. (Voir les deux numéros 
suivants.) 



4405. Stèle mulilée, découverte avec la précédente 
et conservée au même lieu. Pierre commune. Hauteur, 
environ m. ()o; largeur, environ m. 65. 

Photogra[)liie communiquée par le Musée de Metz. — C. I. L. , 
XIII, 687*. — Abel, Bull, de la Soc. d'archéol. et d'hist. de la 
Moselle, XII (1869), p. 10/1. 

Homme et femme debout, l'un et l'autre vêtus d'une 
tunique et d'un manteau, dans une niche. L'homme 
porte de la main gauche un coffret ou des tablettes; 
la femme tenait de la main droite probablement une 




mapjHi. Au-dessus de la niche, les restes d'une inscrip- 
tion. (Voir le numéro précédent.) 



4406. Fragment de stèle, découvert avec les deux 
stèles précédentes, et conservé comme elles dans un 

5(3 

iMrniMsniB NATio\Ai.e. 



/i42 



METZ. 



mur (le l'ancien château de Flcury. Hauteur, environ 
o m. yo; largeur, environ o m. 60. 



HH 


^^^^^^^^^^^^HVVT^t! 




^^^^1 


^^^^^^^K^IT 




^^Êm'-i 


^MÊ^^Èi 


} 


^K^;' 
^^^î 

m 


^9 


9t> 






^^k' 


^^B^. ■^^^ftB 




1 


II. 


-* . ■ '^WImm 


9 



Photographie communiquée p:u' le Musée de Metz. — Abel, 
Bull, de la Soc. d'arch. et d'hisl. de la Moselle, XII (1869), p. io3. 

Femme drapée. Monument funéraire. (Voir les deux 
numéros précédents.) 

4407. Fragment de stèle, à fronton triangulaire et 
acrotères, découvert en 190/1, au Sahlon (sablière 




iJistler). Au Musée de Metz. Calcaire grossier. Hauteur, 
m. 60 ; largeur, m. '7 5 ; épaisseur, m, 3 1 . 




Photographie communiquée par le Musée de Metz. — Kecne, 
Sablon (1909) = Jaltresber. des Veretnsfûr Erdk., XXVI (1907- 
1909), p. 85 (gravure). 

Inscription, dans un cartouche : D[iisj M{(tnihus) 
Q(uinlt) Livi Castoris, sexvir{i) auglusialis); ApoUinaris, 
l(^ibcrlti.iy, au-dessous, les restes d'une couronne et de 
deux feuilles stylisées; au-dessus, dans le fronton et l'un 
des acrotères, d'autres feuilles ; l'acrotère du côté gauche 
fait défaut. 

4408. «(Pierres sépulcrales incrustées dans le mur, à 
droite de la porte du cimetière de la citadelle» [tab.]. 
Perdues. 




Dessins tirés de ïahouillot. — Tabocillot, Hist. de Metz 
(1769), T, p. fil etpL l,n"3 et !t. 



Homme et femme debout, de face, vêtus d'une tu- 
nique et d'un manteau, dans des niches. L'un des per- 



METZ. 



4A3 



sonnages tient un oiseau; l'autre porte un animal qui 
pourrait être un petit chien. Les côtés de l'une des niches 
sont décorés de feuilles stylisées. 



4409. «Monuments incrustés dans le mur, derrière 
la niche, au-dessus de la poterne de la citadelle, du côté 
de l'Esplanade» [tab.]. Perdus. 





Dessius lires de Tabouillot. — Tabouillot, llkt. de Met: 
(1769), I,|). 108 et pi. XVI, II"' 5 et 6. 

Monuments funéraires. On peut douter, comme pré- 
cédemment, de la fidélité des dessins que Tabouillot 
nous a laissés. 

4410. Pierre «incrustée dans la citadelle, dans le 
contrefort à gauche, entre la porte et la poterne» [tab.]. 
Perdue. 

Dessin tiré de Tabouillot. — Tabouillot, Uisloire de Metz. 
(1769), I, p. 109 et pi. XVII, n° a. 

Femme drapée, debout, de face, dans une niche, 
paraissant tenir de la main droite une boule et s'appuyant 




peut-être de l'autre main sur un autel en forme de ba- 
lustre. Monument funéraire. 



4411. Pierres découvertes «en 17^9, en perçant la 
rue qui , de la Vieille Intendance [rue Tête-d'Or], conduit 
à la place Saint-Louis » [tab.]. Perdues. 





Dessins lires de Tabouillot. — Tabodillot, Htst. de Melz, 
(1769), I, p. 63 et pi. V, u"4à 7. 

56. 



lihii 



METZ. 



Mercure. Une de ces images, sans qu'il soil bien facile 
de savoir laquelle, a déjà été donnée plus haut sous le 
numéro /»33i. On découvrit en même temps deux sta- 
tuettes en bronze figurant aussi Mercure. (Tabouillot, 
pi. V, n^'S et ()). 

4412. Pierres « incrustées dans le mur, à gauche du 
cimetière de la paroisses [tab.]. Perdues. 



rr 



L 




Dessins tirés de Tabouillot et de A. Wiillieini. — A. Wiltheim 
Notes], |). 137. — Tabodillot, Hist. de Metz (1769), I, j). 107 
el |)1. XVr, n" 3 et h. 



Les bonnets dont sont coiffés les deux hommes de 
l'un des bas-reliefs, et les objets que tient de la main 




gauche ou porte en bandoulière le peisonnage rcpri'-- 
senfé seul, sont diflicilement admissibl<'.s. Cependant, 




pour ces objets, les dessins de Wiltheim et de Tabouillot 
sont à peu près d'accord et paraissent indiquer des ta- 
blettes, un sac el peut-être un coffret. 



/i/i5 



THIONVILLE, SAIIREGUEMINES 

ET LOCALITÉS DIVERSES DE LA BASSE -LORRAINE. 

La plupart des pierres sculptées que l'on a découvertes dans la Basse-Lorraine sont aux Musées de 
Sarrebruck, de Spire, de Mannlieim, de Saverne, de Nancy, de Strasbourg et surtout à celui de Metz. 
Deux petites collections particulières avaient été formées, l'une à Lorquin par le docteur Marchai, 
l'autre à Sarreguemines par Huber. Le Musée de Metz les a recueillies. Très peu de monuments sont 
encore disséminés. Mais la perte d'un certain nombre est à déplorer. Quelques pierres, notamment, 
avaient été transportées à Strasbourg avant la guerre franco-allemande. L'incendie allumé par le bom- 
bardement, pendant la nuit du 9/1 au 26 août 1870, les a détruites, 

BIBLIOGRAPHIE. 

I. Prost (Auguste). Le monument de Merten. Paris, 1879; in-8°, Sg pages, .9 planches. Extrait de la Revue archéologique , 
nouvelle série, 20° année, 1879, p. 1 à 90, 65 à 83 et pi. I et II. 

II. Abel (Charles). Une explication historique des antiquités trouvées à Merten. [Melz, i885]; in-8'', 89 pages, 9 planches. 
Extrait des Mémoires de la Société d'archéologie et d'histoire de la Moselle, t. XVI, i885 , p. 1 à 39. 

III. ScuLossER (Henri). Notice sur un sarcophage découvert dans l'ancienne église de Diedendorf. Strasbourg, 1886; in-8°, 
32 pages. Extrait du BuUelinde la Société pour la conservation des monuments historiques d'Alsace, 2" série, t. XII, 1886, p. 1 00 
à 199. 

IV. jMiciuelis (Adolf). Das Fekrelief am vpomposen Bronnn, bei Lemberg. Melz, 1896; in-/i", 36 pages, 9 planches. 
Extrait, sans pagination spéciale, du Jahrbuch der Gesellschaft fiir lothringische Geschichte und Allertumslunde [Lothr. Jahrh.], 
t. VII, 1895, p. 128 à i63. 

V. Hliîer (Emile). Trouvaille de Cappel (Saint-Avold). Metz, [iSgB]; in-8'', 11 pages, 1 planche. Extrait des Mémoires 
de l'Académie de Metz, 75" anne'e, 189^-1895, p. 221 à 282 . — Le Hè'apel, d'après le résultat général des fouilles, i' notice. 
[Metz, 1902]; in-8'', 23 pages, 8 planches. Extraitdu Jahrbuchder Gesellschaft fiir lothringische Geschichte und Altertumskunde 
[Lothr. Jahrb.], t. XIV, 1902, p. 819 à 889. — Le Hérapel; les fouilles de 1881 à igoli. Strasbourg, 1907-1909; 
in-4°, 667 pages, [68] planches. — Le Hérapel; les fouilles de 1881 à igoù; description des planches. Strasbourg, 1907; 
in- 4°, Uh pages. 

\I. Huber (Emile) et A. Gremer. La villa de Rouhling. Metz, 1906; in-8°, 86 pages, 9 planches. Extrait du Ja^jiMcA 
der Gesellschaft fiir lothringische Geschichte und Altertumskunde [Lolhr. .fahrb.], t. XVI, igoi, p. 269 à 292. 

\II. Keu.n'e (J. B.). Die rômische Ortschaft auf dem Hérapel. [Berlin, 1911]; in-12, i3 pages. Extrait de la Koircspon- 
dcnzblatt des Gesamtvereins der deutschen Geschichts und Altertumsvereine , t. LIX, 1911, p. io6 à 4i8. 



4413. Fragment de stèle, à sommet triangulaire, 
autrefois «à niveau du sol, sur la façade de la maison 
du garde-barrière, à Hatrize, près de Conflans (Meurthe- 
ct-Moseile); on l'avait découvert en 1881, «dans les 
travaux de déblais du chemin de fer» [wien.]. Au 
Musée lorrain, à Nancy. Calcaire grisâtre, très coquillier. 



Hauteur, m. 65 ; largeur, m. 58; épaisseur, environ 



m. 10. 



Ch. Pfister, Journal de la Soc. d'arcliéol. lorraine, XXX Vil 
(1889), p. 10 (héliogravure). — Héron de Villefosse, Gazette 
archéoL, XIV (1889), p. 97. — Wiener, Cnlal. (1898), p. Sa , 
n" 987. — Beaupré, Répert., p. 78. 



àHG HATRIZE, HAVANGE. 

Mercure debout, de face, coiffé de deux ailes, l'épaule 
gauche et une partie de la poitrine couvertes d'un léger 
manteau agrafé du côté droit, dans une niche, tenant 
de la main droite levée une grappe de raisin qu'il 




montre à Bacchus enfant. Celui-ci, placé sur le bras 
gauche du dieu, tend la main droite vers la grappe. 
Le sujet est inspiré de l'Hermès de Praxitèle , découvert 
on 1877, ^3"s les ruines du temple d'Héra, à Olympie. 
(Voiries n"' /I/171 et àhcjt.) 



4414. Autel octogonal, découvert en 1817, «aurai- 
lieu d'une chapelle isolée et depuis longtemps aban- 
donnée ?» [caemm.] , et dans le cimetière d'Havange, canton 
d'Audun-le-Roman; à un kilomètre du village» [lobr.]. 
Au Musée de Metz. Grès. Hauteur, 1 m. o5; diamètre, 
m. 96. 

C. I. L.,.XIII, Aie?. — Herpin, Mém. de l'Acad. de Meli, 
W année (i8aa-i8a3), p. 89. — Caemmerer, ibid., X (1828- 



1829), p. 366 et pi. I. — Ladolcette, La Moxelk, i83a = La 
France lillêruire, nov. i832. — Bkgis, Melt, I, allai, p. Mit 
et XIV, et pi. Xf. et XIJ. — V. Simon, Mém. de l'Acad. de Metz , 
3/i'année(«852-i853), p. 26/1. — Gli. Robert, /ipigr. , 1, p. 87 
et pi. II et III. — Malherbe, M.«., pi. XIX, 11° Sa. — Lorrain. 
Calai, p. 3o, n" 11. — Prost, Revue archéoL, 1879, I, p. 76. 
— G. Hi'MBERT, Dictionn. des nnl. grecques et roin., II, 1, p. 173 
(gravure). — Hoffmann, Stelnsaal, p. 27, n° 11. — Fbiedel, 




Koir.-Blatl des Gesammte., (1889), p. 179. — Kracs, Lothr. , 
p. 196. — Salomon Reinacii, Réperl. de reliefs, II, p. 95. 

Sur une face, l'inscription : l(^ovi) o^plinio) m(^aximo). 
Ensuite, de droite à gauche, sur les autres faces : Sa- 
turne, Apollon, Diane, Mars, Mercure, Jupiter et Vénus. 



HAVANGE, MONT. 



447 



Toutes ces divinités sont debout; elles correspondent | et cuirassé, est armé d'une lance et s'appuie sur un 
aux jours de la semaine. Diane est drapée; Mars, casqué j bouclier posé lui-même sur un autel; Mercure porte la 







bourse et le caducée; Jupiter a le sceptre et la foudre 
pour attributs; Apollon, dont la tête était radiée, lève 
la main droite chargée d'un objet fruste, peut-être un 





plectron ; l'autre main a disparu ; Saturne presse un vase 
contre sa poitrine; Vénus tient un miroir; à la gauche 
de cette déesse est un petit autel. Sauf Mars et Diane, 
tous les personnages n'ont pour vêtement qu'un manteau 
ou une draperie dont un des pans est ramené sur le bras 
gaucbe. Les têtes manquent. 



4415. Stèle découverte à Mont, arrondissement de 
Briey, k parmi des débris de construction, où l'on re- 
marqua notamment un pavé qui parut avoir été celui 
d'une écurie w [sim.]. Donnée à Victor Simon «par 












k i< 



M. Mathieu, de Preutin?:. Pierre. «Hauteur, o m. 38; 
largeur, cm. 3o; épaisseur, o m. io.« Paraît perdue. 

Dessin tiré de Simon. — V. Simon, Me'm. àc l'Acad. de MeU, 
Sa' année ()85o-i85i), p. lio et pi. I, n° a (d'oîi Salonion 
IkiNAcn, Epona , p. i6 [gravure] = Revue archcol., iSgS, I, 
p. 176). 



/i/j8 



CUTRY, MERLEBACH. 



Epona; la déesse, très fruste, était montée sur un 
cheval marchant à droite. 



4416. Tête trouvée au Fond des Aulnes, près de la 
route de Marange à Saint-Privat-la-Montagne. Au Musée 
de Metz. Calcaire commun. Hauteur, o m. 99. 




Photograpliie communiquée par le Musée de Metz. ■ — Hoff- 
mann, Sietnsaal, ]i. 76, n° SSy. 






4 




Personnage imberhe, peut-être Apollon, couronné 
de laurier. Les cheveux couvrent la nuque. Fragment de 
statue. 



4417. Stèle découverte à Cutry, canton de Longvvy. 
Autrefois au château de Gons-la-Grandville, entre Longvvy 
et Longuyon. Paraît égarée. «Pierre commune. Hauteur, 
m. Sg î; [sim.]. 

V. Simon, Mém. de l'Acad. de Meu, Sa" année (i85o-i8J)i), 
p. i38. — G. BouLANGK, VAuslmsie, revue de Mei*,XII(i853), 
|). ôigctpl. IV, n"(i. — .1. Kamp, Jahrh.des Vereins der AUei'thumsfr. 



im Rheinlmuh, XLVI, p. 17a. — Charles Robert, Éfifrr.dela 
Moselle, l,\^. i5. — Salomon Rkinacii , Epona, p. i5 (gravure) — 
Revue archéoL, 189.5, I, p. 17.5; Encore Epona, p. 5 — Revue 
arch'oL, 1898, II, p. 192. — Kei;ne, Die kellisch. Gôlterglein 
des Aherihums-Museiims der Stadi Metz., p. 56 (gravure) = Lolhr. 
Jnkrh.,\m (1896), p. .56. 




Epona, vêtue d'une tunique et d'un manteau, assise 
à droite, sur une monture marchant à droite; la déesse 
tient devant elle, des deux mains , une corheille de fruits. 



4418. Tête «trouvée à Sainte-Fonlaine, près de 
Merlebach, en 1867» [Lonn.]. Au Musée de Metz. Pierre 
commune. Hauteur, m. 2.3. 




Pliolograpliie con}nu»ii(juée par le Musée de Melz. — Lorrain , 
Catal., p. 77, 11° i36. — Hoffmann, Steinsaal, p. 5a, n° i36. 

Jeune femme diadémée. Déesse indéterminée. 



4419. Fragment de statue découvert à Frécourt, près 
de Courcelles-Chaussy, en 1906. Au Musée de Metz. 



FRECOUUT, KNUTANGE. /i49 

Calcaire grossier. Hauteur, m. 3o; longueur, m. /ly; 
largeur, m. 1 o. 



> ./^^- • ê'^i>:Vv>iv 



K:- 




Pliolograj)liie coniraimiquée par le iMusée de .Metz. — Kedne, 
Lothr. Jahrb., XVIII (1906), p. 477 et pi. XV. 

Restes d'un cavalier; le personnage n'est sculpté que 
du côté gauche. Il peut s'agir d'une ébauche d'un groupe 
du cavalier et de l'anguipède. 



4420. Bloc en deux fragments, autrefois placé dans 
la forêt, près de Knutange, où il servait de piédestal à 
une croix. Transporté au Musée de Metz , en 1 8 9 g. Cal- 
caire commun. Hauteur, cm. 58; largeur, cm. ao; 
épaisseur, o m. 2 3. 





Pliolographies communiquées pai' le Musée de .Met/-. — 
Kbine, Lothr. Jahrb., XI (1899), p. 882, n" 3; XII (1900), 



BAS-IIELIEFS. 



|i. 38-j et liili (gravure); Westd. Zeitschr., XX (1901), p. 3o5 
( gravure ). 

57 



IMl'lUllERIB ^ATIO.^AI.E. 



/,r,0 CONFLANS, KEDANGE 

Le bloc est surmonté de quatre bustes adossés, sépa- 
rés par une colonnette. Trois de ces bustes sont barbus; 
le quatrième est imberbe. Dieux indéterminés. (Voir ie 
n" /1283.) 



4421. Masque mutilé, «découvert à Conflans» [col.]. 
A Longwy-Bas, chez M. le docteur Coliez. Bronze. Hau- 
teur, cm. 19. 




Photographie et renseignements communiqués par M. Coliez. 
— Perdrizet, Méin. de la Soc. d'archéol lorraine LXl (1911), 
[sous presse]. 




Visage imberbe; probablement la visière d'un casque 
en forme de tête humaine. Le haut du front est caché par 
les cheveux, et sur ceux-ci est une couronne de sarments 



tressés, avec feuilles et fruits. Le type de celle tête se 
rapproche des types grecs du v° siècle. (Voir le n° i 1 89.) 



4422. Rocher sculpté «dans un site très sauvage, 
lieu dit au Trou d'Enfer, au milieu du bois de Klang, 
entre Kédangeet Kemplich?; [soun.], près de Thionville. 
Hauteur du bas-relief, 1 m. 28. 



^=^.". 



^^; 




^•¥ 









'■■ ■' ??::■>*■■ 



Photograpliie communiquée par le Musée de Metz. — Wet- 

TER, Méin. <k la Soc. d'archéol. de la Moselle, XVIll (1887). 
p. ,18. — Phost, Bull, de la Soc. des Ant. de France, 1889. 
p. 101. — De Beaiffort, Annales de la Soc. d'archéol. de 
Bruxelles, IV (1890), p. /180. — De SounESMES, Journal de la 
Soc. d'archéol. lorraine, XL (1891), p. 5i (photogravure). 

Femme debout, de face, complètement nue. «Le 
corps, reposant sur la jambe gauche, est modelé avec 
soin. . . La main gauche s'appuie sur la hanche, avec 
un mouvement naturel, tandis que la droite élève à hau- 
teur de la tête un objet qui pourrait être un vase. » La 
sculpture a subi de nombreuses mutilations. «Le visage 
a été percé de trous simulant les yeux et la bouche, et 



HIGNY, FONTOY. 



451 



une croix est venue prendre la place qu'aurait occupée le 
nez . . . Trois petites croix marquent les épaules et le 
creux de l'estomac, et on paraît avoir voulu dessiner un 
cœur au milieu de la poitrine. A droite do ce bas-relief, 
on a taillé en ronde-bosse, à hauteur des jambes, une 
figure mal déterminée, mesurant o m. 90 sur m. 18, 
et qui pourrait être de profdfl [souhesmes]. Deux autres 
tètes, l'une de face, l'autre de profil, et un écusson sont 
ligures au trait de part et d'autre du sujet principal. 
11 ne faut y voir que des additions modernes. 



4423. Groupe mutilé, trouvé en iSSg, dans un 
puits romain, à Higny, près de Preutin. Paraît égaré, 
r Pierre commune. Hauteur, cm. 60; longueur, environ 
m. (jo V [bret]. 

Dessin tiré (le Simon. — V. Simon, M<!m. de l'Acad. de Metz , 
^l° année (1859-1860), p. ioy et pi., n° 7. — Bbetagne, 
Rein-hentation d'Hercule vainqueur des géunls, p. 9 (gravure) = 
Mcm. de la Soc. d'archéol. lorraine, XIII (1860), p. 6 (gravure). 
— Beaupré, RcperL, p. 118. — Hertlein, Die Juppilergiganleii- 
sâulen, p. 35. 



Cavalier et anguipède. L'anguipède est imberbe et 
couché sur le dos; il paraît, de la main droite, repousser 




le cheval. La sculpture paraît fort grossière, mais les 
dessins qu'on en possède ne sont peut-être pas entière- 
ment exacts. 

4424. Stèle trouvée à Fontoy, arrondissement de 
Thionville. Au Musée de Metz. Calcaire tendre. Hauteur, 
m. /i3; largeur, cm. 77; épaisseur, m. /(6. 




Photographie commnniijuée [)ar le Musée de Metz. — Keune, 
Neugcf. Inschr. = Lothr. Jahrh., XXII (1910), p. 5o2 (gravure). 

Sur la face principale, l'inscription : D{jis) \M{fimhm)\ ; 

Magialiiis [ Jnus, sibi et Am\^. . .]niauso, conhugi, 

et . . . Mar]ceUo, Jil{io), p\osmi\. Le D de la formule 



de consécration est traversé par une ascia. Du côté 
gauche, un homme barbu, drapé, debout, de face, 
reçoit un objet fruste des mains d'un personnage im- 
berbe placé à sa droite. La pierre est brisée du côté 
droit. 



/i52 



MERTEN. 



4425. Restes d'un monument découverts à Mcrten, 
entre Boulay et Sarrelouis, en 1878, en creusant un 



puits. Au Musée de Metz. Grès bigarré. Hauteur totale, 
environ 1 5 mètres. 




Pliolograjiliies communiquées par le .Musée de Metz. — 
Krai'S, Bonncr Jnhrb., LXIV (1878), p. 96 (gravure); Kunst 
und Allerlum in Elsass-Lothr. , III, p. 3i6 (gravures). — Prost, 
Mém. del'Acad. de Metz, 69" année (1877-1878), p. 33i; Bull, 
des Antiq. de France, 1878, p. 100, 120, 182, 227; 1879, 
p. 6a (gravure); Bcwe archéolng., 1878, I. p. 269 et 897 



et pi. XII; 1879, 1, p. 1 et pi. I et II = Le monum. de Merien ; 
Mém. des Antiquaires de France, LU (1891), p. 35; Mém. 
de la Soc. d'archéol. de la Moselle, XVII (1897), p. 171. — 
A. Ddjardim, Mém. de l'Acad. de Metz, LIX (1878). p. 335. 
— ToRNOw, Rôm. Denkm. im Muséum zu Metz = Deutsche 
Bauzeitung, 1879, n° 53. — Cli. Abel, Une explicnl. Iiistor.. 



MERTEN. 

Mém. de la Soc. d'archcol. de la Moselle, XVI (i885), 



AbS 



1). j (gravures). — Wagner, Westd. Zeitschr., I, (i88a), 
p. 36; cf. VI (1887), p. iSg. — Donner von Richter, Hed- 



dernheimer Ausgrabungen , den Milgliedern des Verehis fur Gescli. 
und Alleiihiimskunde zu Frank/urt a. M. dargebrachl an Slelle 
des Neujnhrs-BJ. fiir i885 und 1886. — Wagner et A. Riese, 




Die Heddernheimer Brunnenfunde (Francfort, i885: 111-8°). ■ — 
Kôlii. Zeitung, 32 févr. i886 (gravures). — Boniier Jnhrb. , XXI 
(i854), p. 223. — Hettneh, Wcsld. Korr.-Bhm, V (1886), 
p. i5. — Hoffmann, Lolhr. Jahrh., I (1889), p. i4 (gravure); 
Sleiiisaal, p. 66, n° 29/1. — Keine, Lotlir. Jahrh., XII (1900), 
p. 370; Kunstgew. in Elsass-Lothr. , I (1901), p. 217 (gravure); 



und Samml., 1907, p. 83 (gravure); Lothr. 
11 ) , |). 7 4 1 ( gravure de la tête du cavalier) ; Rëm.- 



Meli, seine Gesch 

Mrt., XXIII (19 

german. Korr.-Blatt, V (1912), p. il (gravure de la tête d'Her 

cule). — JiLLiAN, Gallia (h' édit.), p. 298 (gravure). — Hert- 

i.EiN , Die .hippilergigantensâulen, p. 1 3. — H. Dhagenborff, Wesi 

deutscbland zur Bômerzeit {Leipzig , 1912; in-12), p. 110, pi. XVI 



llhh 



MERTEN. 



Le rapprochement des morceaux mis au jour démontre 
que le monument de Merten, le plus complet de tous 



ceux (pie l'on possède du même genre, se composait 
d'une colonne, avec chapiteau, surmontée d'un cavalier 




foulant sous les pieds de sa monture un monstre angui- 
pède. Elle était élevée sur un soubassement de deux 
étages. Le groupe du cavalier et de l'anguipède a été 



retrouvé en majeure parlie. Les fragments qui s'y rap- 
portent sont au nomhre de neuf : 1. Le col et la tête 
du cheval, à laquelle il ne manque que le bout du 



MERTEN. 



/i55 



museau; 2. Le corps presque entier du cheval avec les 1 queue et les jambes; h. La tôle du cavalier; 5. Le torse 
jambes du cavalier; 3. Le derrière du cheval, moins la j du cavalier; 6. Le torse de l'anguipède; 7. La partie 




inférieure du monstre, avec les premiers replis des corps 
de serpents qui le terminent à partir des cuisses, et une 
portion de la plinthe carrée qui supportait le groupe; 



8. La tète de l'anguipède sur laquelle est encore fixé le 
sabot d'un des pieds de devant du cheval; 9. Le sabot 
tout seul de l'autre pied de devant. On a, de même, 



fiïA\ 



MERTEN. 



mis au jour le chapiteau presque complet et quatre Iron- bloc que le bas du chapiteau , et sa gorge inférieure dans 
çons du fût de la colonne, son astragale dans le même la pierre qui comprend les deux tores de la base. Au- 




dessous de celte gorge, le diamètre du fût est de o m. 7 1 . 
Le chapiteau était orné, de chaque côté, d'une tète de 
Saison : celles de l'Hiver et du Printemps subsistent seules. 



L'une représente une vieille femme , dont le masque est 
entouré d'une draperie; l'autre est d'un jeune homme 
couronné de fleurs. L'étage inférieur du soubassement 



MERTIÎN. 



457 



avait la forme d'un autel quadrangulairc, do a m. 07 [ n'a retrouvé que le couronnement et les parties basses, 
de haut, sur i m. 02 de large. Celui de dessus, dont on I consistait en un prisme octogone. Tous deux étaient dé- 




corés, sur cliacurio de leurs faces, d'une divinité debout, 
dans une niche profonde. On possède assez de fragments 
des divinités de l'étage inférieur pour les reconnaître : il 



BAS IIKI-IEFS. 



s'agissait d'Apollon, de Minerve, de Junon et d'Hercule. 
Il ne reste, des autres, que deux têtes féminines et les 
pieds nus adhérents à la partie inférieure de sept des 

.58 



imniHERlE NATIO>ALi:. 



/i58 



HETTANGE. 



niches. Ces pieds nus sont ceux de cinq hommes et de 
deux femmes. Il est bien probable que les statues dont 
ils faisaient partie figuraient les jours de la semaine. Les 
traces d'un globe paraissent indiquer, d'autre part, que 
la huitième face de l'octogone fournissait l'image d'une 
Victoire. Le monument de Merten, reconstitué d'abord 
par Prost, ensuite par la Direction du Musée de Metz, 
reposait sans aucun doute sur un socle. Les interpréta- 
tions qu'on a données de ce monument et des groupes, 
fort nombreux, du cavalier et de l'anguipède sont très 
variables. Certains auteurs y voient une conception pu- 
rement germanique; le cavalier serait un dieu solaire ou 
topique et l'anguipède un principe de désordre, ou une 
divinité subordonnée venant en aide à la première. Selon 
d'autres auteurs, le thème serait d'origine gréco-romaine. 
Le cavalier représenterait Hercule , Neptune , Jupiter ou 
un empereur. L'anguipède personnifierait encore, pour 
le plus grand nombre, soit le mal ou le désordre, soit 
un ennemi vaincu. Il est certain qu'il a existé, dans 



l'antiquité grecque, un groupe de Neptune combattant à 
cheval un anguipède. Mais la fréquence, surtout sur les 
bords du Rhin, du groupe du cavalier et de l'angui- 
pède est surprenante. La question, en définitive, n'est 
pas résolue. J'ai déjà dit (tome III, n° aoSa) que 
M. Camille Jullian voit dans le cavalier de la colonne 
de Merlen le dieu-soleil, et dans la colonne elle-même 
un monument sépulcral à figurations astrales. (Sur la 
bibliographie des «colonnes au géant n ou «colonnes à 
l'anguipède», cf. Riese, Die Giganlensâulen tind ilire Litc- 
ralur, dans Einzelforschungcn iiber Kunst und Allerlmns- 
gegenslunde zu Fruiikfurt am Main, 1 [i ()o8] , p. i ■y à 33, 
et Hebtlein , Die Jiii>pilrrgigHnleiisiiiilm [Stuttgart , 1 1 o ; 
in-8"]). 



4426. Autel «trouvé près d'Hettange [en i85o], lors 
des travaux du chemin de fer de Thionville à Luxem- 





bourg» [loru.]. Au Musée de Metz. Pierre commune. 
Hauteur, o m. 67; largeur, om. /17; épaisseur, m. 36. 



Photograpliie communiquée par le Musée de Metz. — Ch. Abel, 
Bull, de la Soc. d'arcliéol. de la Moselle, II (1859), p. 4, lai 



LE IlIERAPLE. 



-^59 



et i32. — V. Simon, Méin. de l'Acad. de MeU, hi' annde 
(1859-18G0), p. io3 et pi., 11° 1. — Lorrain, Calai, p. 3/i, 
n° 39. — HoFKMANN, Stchisaal, p. 3o, n* aa. — Krals, Kiaist 
tind Alterthum, III, p. a 17. 

Sur la face antérieure, Bacchus nu, debout, les che- 
veux longs et bouclés, son manteau sur l'épaule gauche, 
dans une niche, s'appuyant de la main gauche sur un 
sceptre ou un thyrse, de l'autre main donnant à boire 
à une panliière couchée à sa droite et levant ia tète. La 
figure du dieu a particulièrement souffert. Sur chaque 
face latérale, un homme et une femme nus, dans des 
registres superposés. L'un des hommes tient une grappe 
de raisin; l'autre (non reproduit) boit à une coupe. Les 
deux femmes portent des crotales. La pierre est arrondie 
par derrière et sur les côtés. 



4427. Tête découverte à Fontoy, près de Thionville. 
«Hauteur, m. 2 5fl [sim.]. Paraît perdue. 





^^^m^^ 



Dessin tiré de Simon. — V. Simon, Mém. de l'Acad. de Mvli, 
0!!° année (i85o-i85i), p. l'ii et pi. I, n° A. 

Minerve. 



4428. Cippe en forme d'autel, trouvé au Hiéraple 
en 1896. Au Musée de Metz (ancienne collection Huber). 
Grès. Hauteur, i m. 3/i; largeur, m. 62; épaisseur, 
m . /i 1 . 

Photographie communiquée par le Musée de Metz. — E. Huber , 
La Ilcrapel, descript. des planches, p. i3 = Lothr. Jalirb., XIV 
(if)oa), p. 319 et pi. XII. — Kei'ne, Lothr. Jahrb., XXII (1910), 
pi. IX, et n" 7/1 et 76. 



Sur la face principale (non reproduite) un homme 
debout, velu d'une tunique et d'un manteau pourvu 
d'un capuchon; au-dessous, les restes d'une inscription. 




Du côté gauche, un homme nu, ithyphallique, vraisem- 
blablement un Satyre, marchant vers la droite, sous un 
baldaquin. Le personnage, de la main gauche levée, 
porte une corbeille de fruits et, de l'autre main baissée, 
peut-être un bâton. 

58. 



460 

4429. Freigment de statue trouvé à Kirschnaumen, 
ranlon de Sierck. Au Musée de Metz. Grès. Hauteur, 
m. 35. 




KIRSCHNAUMEN, MERLEBACH. 

Diane drapée; ses cheveux encadrent le visage et 
couvrent les épaules; à sa gauche, sur une sorte de han- 
deau, l'inscription : lhttn{iî)e. 



4430. «J'ay veu dans la Lorraine allemande, à une 
demie lieue de Saint-Avold, vers l'Orient, sur une fon- 
taine, une grande statue de Dianne en demy relief, 
mais brisée en plusieurs morceaux» [calm.]. Perdue. 



Photographie communiquée parle Musée de Metz. — C. I. L., 
XllI, 4469. — Kkune, Lolhr. Jahrb., IX (1897), p. 887; 
Wesid. Zeilschr., XVII (1898), p. 35î! (gravure). 



Dom Calmkt, (lEmreH iiinl. jiuhliées par Dinago, I, p. 26 
Bull, (le la Soc. pitilom. vosgienne, II (1876), p. 187. 



4431. Bloc mutilé, trouvé à Sainte-Fontaine, près 
de Merlebach, en 18G/1, en construisant le chemin de 
fer de Thionville à Niederbronn. Au Musée de Metz. 
Grès. Hauteur, o m. 35; largeur, o m. /i8; épaisseur, 
m. 9 5. 

Auguste Peiost, Mém. de l'Arad. de Met:, Itù' année (i8f)4- 
i865), p. 197; Bull, de la Soc. d'archéolofrie de la Moselle, 




Vil (i864),p. i3i: lAiV/., VIII (i865), p. 3o el 56 (gravure). 
— A. DE BARTHfÎLEMY et Prost, BuU. des Atit. de France, i865, 



p. 56, 59 et 62. — Lorrain, Calai., p. 75, n"' 129 et 180. — 
Hoffmann, &/ein«flfl/, p. 5i, n" 129 et i3o. — Kedke, Die Uhein- 



MERLEBACH, BETTING. 



AGI 



lande, \U (1919), p. aoo (gravure); lofAc. Ahiiannch, 1918, 
p. 118. 



Restes d'une statue de divinité chaussée de soleae 
retenues par des bandelettes. Au-dessous, sur la face 




antérieure du piédestal, de jjauche à droite, d'abord un 
homme chauve et barbu vêtu d'une tunique à manches 
courtes, ensuite cinq personnages imberbes, à coiffure 
basse, n'ayant pour vêtement qu'un manteau qui leur 
couvre les épaules. Celui du milieu porte un coq. L'homme 
barbu placé à gauche saisit le manteau du personnage 
qui l'avoisine. Scène inexpliquée, probablement de ca- 
ractère religieux. D'après Lorrain, suivi par Hoffmann, 
les cinq personnages imberbes seraient des hommes; j'y 
verrais plutôt des femmes. Sur chaque face latérale est 
un buste de femme, très dégradé. Je n'ai fait reproduire 
que celui de gauche. 



4432. Fragment de statue découvert près de Betting, 
en 1864, en construisant la voie ferrée de Thionville à 
Niederbronn. Au Musée de Metz. Pierre commune. Hau- 
teur, m. .38. 



Auguste Prost, Màn. de l'Acad. de Metz, XLIX, l^ù' année 
(I 864-1 865), p. 127; Bull, de la Soc. d'archéol. de ta Moselle, 
\'II (i865), p. t3i. — A. DE Barthélémy et Prost, Bull, des 




Ant. de France, i865 , p. 54. — Charles Abbl, Detix bus-reliefs, 
p. 1 = Mém. de l'Acad. de Metz, 54' année (1872-1874), 
p. 323. — Lorrain, Catal., p. 78, n° 1 17. — Hoffmann, Slein- 
saal, p. 5o, n° 117. 



Sphinx. Ornement de tombeau. 



/i6-2 DASPICH, CUEUTZVVALD, FONTOY. 

4433. Fragment de stèle trouvé à Daspich, arrondis- 
sement de Thionviilc, en i go/i. Au Musée de Metz. Grès, 
[fauteur, o m. 87; largeur, om. aa; épaisseur, environ 
o m. 10. 




Kedne, Lolhr. Jahrb. XVI (igo^), p. ^182 et pi. XVII, n° 9. 

Forgeron. Le personnage est assis et paraît vêtu d'un 
tablier de cuir; il tient de la main droite un marteau, 
de l'autre main des tenailles. Peut-être Vulcain. 



4434. Autel mutilé, découvert en 1880, rtdans les 
déblais pratiqués pour la construction d'un chemin de 
fer, entre Carling et Creutzwaldn [prost]. Au Musée de 
Metz. Grès. Hauteur, m. 60; largeur, cm. 16; épais- 
seur, m. 11. 

G. I. L., XIII, 45oo. — Zangemeister, Boimer Jahrb., LXIX 
(1880), p. 49. — Prost, Comptes rendus de l'Acad. des inscripl. 
et belles-lettres, 1880, p. a66; Méin. des Anl. de France, XLI 
(1880), p. 2 (d'où Fi. Vai.lentin.Bm//. épigr., Il [i88â], p.90). 



— Ch. Abrl, Méin. de t'Acad. de Meti, 6a' année (1880-1881), 
p. 495. — Hoffmann, Steimanl, p. 69, n" 99(5. 




Sur la face principale, l'inscription : Dco Cissonio; 
P[. . .], /(î'èens) s(olvù); au-dessus, une tête de taureau. 



4435. Stèle découverte à Fontoy, près de Tliionville; 
était à Metz en i85i, «dans le cabinet de M. Paguet» 




[sim]. Pierre. «Hauteur, o m. q8; largeur, m. 90; 
épaisseur, m. 07.55 Parait perdue. 

Dessin tiré de Simon. — V. Simon, Mémoire de l'Acad. de 
Mcti, 3a* année (i85o-i85i), p. 189 et pi. I, n° 3 (d'oii Salo- 
mon Reinach, Epoiia, p. iS = Revue archéol., iSg-?, I, p. lyô). 

Epona, vêtue d'une tunique, montée sur une jument 
bridée marchant à droite; la déesse, de la main droite, 
tenait un fouet. 



MERLEBACH, HAGONDANGE. 



/iGS 



4436. Tête trouvée à Sainte-Fontaine, près de Mer- 
lebach, en 1867. Au Musée de Metz. Calcaire commun. 
Hauteur, m. 26. 

Photographie communiquée ])ar le Musée de Metz. — 
F. MôLLER, Bull, de la Soc. d'urchéol. de la Moselle, X (1868), 




p. 2. — Lorrain, CataL, p. 77, n° i36. — HoTFHkm , Steinsaal , 
p. 52 , n° i34. 

Personnage imberbe, à longs cheveux; peut-être 
Apollon. 



4437. Fragment de stèle, à sommet cintré, décou- 
vert à Hagondange. Au Musée de Metz. Calcaire gros- 




sier, très coquillier. Hauteur, m. a6; largeur, m. 87 ; 
épaisseur, m. og. 

Photographie communiquée par le Musée de Metz. — Keune, 
Lothr. Jahrb., XXII (19 10), pi. \'I, n° 17. 



Epona, assise à droite sur une jument marchant à 
droite; la déesse, vêtue d'une robe longue, lient des deux 
mains, sur ses genoux, des objets frustes. 



4438. Fragment de statue, trouvé en 186/1, à 
Sainte-Fontaine, près de Merlebach, en construisant le 
chemin de fer de Thionville à Niederbronn. Au Musée 
de Mel^. Grès. Hauteur, o m. 87. 




Photograpiiie communiquée par le Musée de Metz. — Au- 
guste Prost, Mém. de l'Acad. de Met:,, 46* année (i864-i865), 
p. 197; Bull, de la Soc. archéol. de la Moselle, VII (i865), 
p. i3i. — A. DE Bartuélemy et Prost, Bull, des Aiit. de France, 
1860, p. 55. — Lorrain, CataL, p. 75, n° 196. — Hoffmann, 
Steimaal, p. 5i, n° 126. 

Torse d'homme nu; peut-être Mercure. 



4439. Stèle à sommet cintré, en deux fragments, 
découverte en 1869, «en attaquant à nouveau la colline 
de Betting-lès-Saint-Avold , pour augmenter le rayon de 
la courbe qui relie la ligne de Sarreguemines à celle de 
Forbach » [abel]. Au Musée de Metz; moulage aux Musées 



A64 



BETTING, MERLEBACII. 



de Saint-Germain et de Nancy. Grès. Hauteur, o m. 89 ; 
largeur, m. !ilt; épaisseur, m. 90. 

Photographie communiquëe par le Musée de Metz. — Abel, 
Dcita; bas-reliefs, p. 4 (gravure) = Mém. de l'Acad. de Metz, 
54' année (1872-1873) p. 826. — Lorrain, Calai., p. 78, 
n° i38. — Hoffmann, Steinsaal, p. .53, n° i38. — Kecne , 
Lothr. Jahrb., VIII (189G), 9, p. 60 (gravure). — E. Huber, 
Le Hérapel, p. 167. — Cf. Reinhard, Caesaris comment, de bello 
/;a//îco (Slultgard, 1889), pi. IX, fig. 5. — Wiener , Cam/. , p. 35, 
n" 2 .5 1 . 




Femme drapée, diadémée, debout, de face, dans une 
niche ,' tenant de la main droite une patère , de l'autre 
main «une sorte d'enseigne formée de l'image d'un 
sanglier assujettie à l'extrémité d'une longue tige?; 
[lorrain]. Déesse indéterminée. 

4440. Fragment de statue, découvert à Sainte-Fon- 
taine, près de Merlebach, en 1869, en. construisant la 
voie ferrée de Thionville à Niederbronn. Au Musée de 
Metz. Pierre commune. Hauteur, environ o m. 70. 

Photographie communiquée par le Musée de Metz. — C.I.L., 

Xlll, Mi-]!i Auguste Prost, Mém. de l'Acad. de Metz, tid' année 

( 1 864-1 865), p. 197; Bull, de la Soc. d'nrchéol. de la Moselle, 



XII (1869), p. 111. — A. DE Bartmélehy et Prost, Bull, des 
Ant. de France, i865, p. 55. — Ch. Abel, Deux bas-reliefs, 
p. a. = Mém. de l'Acad. de Metz, 54* année (1872-1878), 
p. Sa'i. — Robert, Jï/Mgr. de la Moselle, I , p. 55 pi. V, n° 9. — 
Lorrain, Catal., p. 77, n" 187. — Hoffmann, Steinsaal, p. 5a, 
n° 187. 




Dieu nu, debout; à sa droite, les restes d'un animal 
qui pourrait être un griffon. Sur une partie du socle (non 
reproduite) , l'inscription : ... Censorin\us. . . f]eci\î\ 7. . . 

4441. Tète découverte en 186/1, à Sainte -Fon- 
taine, près de Meriebach, en construisant la voie 




ferrée de Thionville à Niederbronn. Au Musée de Metz. 
Grès. Hauteur, m. aS. 

Photographie communiquée pai- le Musée de Metz. — Au- 
guste Prost, Mémoires de l'Acad. de Metz, 46* année (i864- 



BETTING, LE HIERAPLE. 



â65 



t865), p. 107; Bull, (le la Soc. d'archèol. de la Moselle, VII 
(i865), p. i3i. — A. DE Babthélemv et Prost, Bull, des Ant. 
de France, i865, p. 56. — Lorbain, (lalal., p. 76, n° 127. — 
Hoffmann, Steinsaal, p. 5i, 11° 197. 

Homme imberbe; peut-être Apollon, dont le nom 
est gravé sur un fragment d'archivolte de même pro- 
venance. 



4442. Stèle mutilée, trouvée à Sainte-Fontaine. Au 
Musée de Metz. Grès. Hauteur, 1 m. 2 â ; largeur, m. G3; 
épaisseur, m. 3o. 



133 



J) 



ièk^A.M 








/ 




( 




PliolofTi-aphie communiquée par le Musée de Melz. — Lorrain, 
Calai., |). 76, u° 1,33. — Hoffmann, Sleinsaal, p. 62, n° i33. 

Hygie. La déesse, peut-être diadémée, debout, de 
face, dans une niche, est vêtue d'une robe longue; elle 

BAS-BELIKFS. T. 



porte de la main gauche un serpent, de l'autre main un 
objet de forme ronde, peu reconnaissable. 



4443. Fragment de statue découvert près de Belting, 
en i864, en construisant la voie ferrée de Thionville à 
Niederbronn. Au Musée de Melz. Pierre commune. Lon- 
gueur, m. 80; hauteur, o m. 5o. 




Auguste Prost, Mcm.de l'Acad. de Melz, iC° année (i864- 
18651, p. 197; Bull, de la Société archéolog. de la Moselle, 
Vil (i865), p. i3i. — A. DE Bartméi.emv, Bull, des Anl. de 
France, 1860, p. 5i. — Gli. Abeil, Deux bas-reliefs, p. 1 = 
Mém. de l'Acad. de Metz, 54' année (1872-1874), p. SaS. 
— Lorrain, Calai., ji. 73, n° iiG. — Hoffmann, Steinsaal, 
p. 5o, n° 116. 

Lion. Ornement funéraire. 



4444. Stèle trouvée au Hiéraple, en i838. Donnée 
à V. Simon par Altmayer, de Saint-Avold. Disparue. 




«Grès rouge. Hauteur, o m. 2/1; largeur, m. 
épaisseur, m. 075) [sim.]. 



2 I 



Dessin tiré de Simon. — V. Simon, Mém. de l'Acad. de Metz, 
90' année (i838-i839), p. 986; 39' année (i85o-i85i), 
p. i39 et pi. I, n° 1 (d'où Salomon Reinach, Epona, p. 16 

59 



466 



LE HIERAPLE. 



= Revue archéoL, iSgS, 1, p. 176; — Hcber, Le Ilérapel, 
p. Ca). 

Épona, vêtue d'une tunique, montée sur une jument 
marchant à droite. 



4445. Stèle trouvée au Hiéraple; cachetée par M. Si- 
mon, de Hombourg; longueur, h pieds 9 pouces; lar- 



iËfejÛiltliésil'i- 







geur, 2 pieds 6 pouces; épaisseur, 1 pied 6 pouces» 
[lad.]. Disparue. 

Dessin tiré de Ladoucelte. — C. I. L., XIII, 4490. — Ladou- 
CETTE, Mém. des Ani. de France, X(i834), p. 1 6 'i (lithogra- 
phie); Robei-t et Léonline (i843), p. Mii (d'où Ch. Robert, 
4'^.,ll,p. 161). 

Adolescents debout, portant chacun, de la main 
droite, un coffret ou des tablettes; leur vêtement se 
compose d'une tunique et d'un manteau. Au-dessus, 
l'inscription : . . .et . . ,no,JiUs eorutti, defuncl{js). 



4446. Fragment de stèle trouvé au Hiéraple, com- 
mune de Cocheren, en iSgB. Au Musée de Metz (an- 



cienne collection Huber). Grès rouge. Hauteur, m. 16; 
largeur, o m. 37; épaisseur, m. Sg. 




Photographie communicpiée par le Musée de Metz. — E. Hcber . 
Le Hérnpet, dcicript. des pimiclies , p. 12 = Lolhr. Jnltrb., XIV 
(1902). pi. X. 

Restes d'une femme, de face, le bras gauche tendu 
vers la droite. Sans doute Epona. La pierre est brisée 
de tous les côtés. 



4447. s On nous a envoyé de Saint-Avold la figure 
d'une Minerve fort bien faite, ornée comme nous venons 
de la dépeindre [avec le casque, la baste ou la pique et 
le bouclier], ayant sa chouette auprès d'elle, sur un 
mur qui s'élève derrière elle jusqu'à ses épaules. Elle se 
voit au village de l'Hospilal, à deux lieues de Saint- 
Avold, vers le nord, enchâssée dans le pignon d'une 
maison de paysan, exposée à la vue des passants; elle 
est d'un goût tout romain et non gaulois:) [calm.]. Ce 
bas-relief parait perdu. 

Dom Galmet, Œuvres inéd. publiées par Dinago, I, p. 28 = 
BuU. de la Soc. philomat. vosgiennne, II ( 1876) , p. 1 Sg. 



4448. Têtes trouvées au Hiéraple, en 1 89/1. Au Musée 
de Metz (ancienne collection Huber). Grès blanc. Hau- 
teur, m. /18 et o m. /17. 

Photographies communiquées par le Musée de Metz. — 
E. Hlber, Lolhr. Jnhrb., XIV (190a). pi. XVI, u° q6; Le Ilé- 
rapel, descripl. des planches, p. 68 et 69 et pi. E 5-8 et E 10, 
n°' 23 et 26. 

Minerve casquée. De chaque côté du casque, un trou 
pour le placement d'une couronne de laurier, en bronze, 
dont on a retrouvé quelques débris. Selon Huber, ces 



LE HIERAPLE. 



467 








« 




59. 



à68 



têtes seraient des «Mars juvéniles 51, il faudrait les rap- 
procher des fragments de statues décrits plus loin, sous 
ien° /i/iSg. 



HAGONDANGE, LE HIKHAPLE. 

4449. Fragment de stèle, découvert à Hagondange. 
Au Musée de i\letz. Grès. Hauteur, m. /17; largeur, 
m. Go; épaisseur, o m. 10. 




Photographies communiquées par le Musée de Metz. 
Loihr. Jahrb., XXII (1910), p. 5i5 cl pi. YI, n" /19. 



• Keune, 



A gauche, Epona, vêtue de deux tuniques d'inégale 
longueur, est assise de face sur une jument marchant 
à droite. Au centre, une autre femme, peut-être la 
même déesse, est placée dans un fauteuil; son vêtement 
se compose aussi de deux tuniques. A droite , la pierre 
n'a conservé que des traces des membres postérieurs et 
de la queue d'une autre monture tournée vers la droite. 
Un second fragment, conservé de même au Musée de 
Metz, pourrait contenir la tête de l'Epona cavalière. 

4450. Fragment de hloc, trouvé au Hiéraple en 
iSali. Au Musée de Metz (ancienne collection Huber). 
Grès rouge. Hauteur, m. /io; largeur, m. /i6; épais- 
seur, m. 4 3. 

Photographie communiquée par le Musée de Metz. — E. Hibkr , 
Le Hérapel, ikscri-pt. des planches, p. i3 = Loihr. Jahrb., XIV 
(190a), pi. XI. 



Mars; le dieu, dont il ne reste que le torse, était nu 
et s'appuyait de la main gauche sur son bouclier. Aucun 




bas-relief du côté gauche; à droite sont les traces peu 
reconnaissables d'une sculpture retaillée. 



LE HIERAPLE. 



/if)'J 



4451. Stèle mutilée, à sommet cintré, trouvée au Grès. Hauteur, o m. 3i; largeur, o m. 82 ; épaisseur, cn- 
Hiéruple. Au Musée de Metz (ancienne colleclion Iluber). viron m. 10, 



/,■'- 





Pliolographie communiquée parle Musée de Melz. — Huber, 
Le Ilcrapel , descr. des planches,]). 19 =Lothr.Jahrb., XIV (1909), 
|)1. X. — Keune, Lolfir. Jahrb., XXII (1910), pi. IX, 11° 71 . 

Epona, vêtue d'une robe longue, assise de face, dans 
une niche, sur une jument marchant à droile. 

4452. Fragment de stèle, trouvé au Hiéra|)le en 
i8ç)5. Au Musée de Metz (ancienne colleclion Iluber). 
Grès. Hauteur, m. 1 1 ; largeur, cm. 20; épaisseur, 
m. 07. 




Pliolographie communiquée ])ar le Musée de Metz. — C. 1. L. , 
XIII, 449.3. — lIuBER, Le Hérapel, descripl. des planches, p. 7 
= LoAr. Jahrb., XIV (1902), pi. IX. 



Tète de femme; au-dessus, les restes d'une in- 
scription. 

4453. Fragment de stèle, découvert au Hiéraple en 
i8(j/i. Grès. Hauteur, m. 22; largeur, cm. i5; épais- 
seur, m. 06. 




Photographie communiquée par le Musée de Melz. — V.. Hcber , 
La Hérapel, descripl. des planches, p. 19 = Lolhr. Jahrb., XIV 
(1909), pi. X, n° 166. 



/i70 



MEHLEBACH, HAUT-HOMBOURG. 



Femme debout, de face, vêtue d'une robe longue, 
dans une niche, paraissant tenir des objets frustes. Mo- 
nument funéraire de slyle barbare. 



4454. Stalue mutilée trouvée à Sainte-Fontaine, près 
de Merlebach, en 1867. Au Musée de Metz. Grès. Hau- 
teur, 1 m. 02. 




Photographie communiquée par le Musée de Aletz. — Lorrain, 
Calai., p. 76, n°i3i. — Hoffmann, Steinsmil, p. 5a, 11° i3a. 

Hygie. La déesse est drapée et porte de la main 
gauche un serpent qui lui entoure le bras et se dresse 
la gueule ouverte. L'autre main est mutilée; elle tenait 



peut-èlre une patère. Un bas- relief sur lequel je ne 
possède pas de renseignements existe encore à Sainte- 
Fontaine. 



4455. Fragments de stèle trouvés à Haut-Hombourg, 
près de Saint-Avold. Au Musée de Metz. Grès. Hauteur, 
G m. 79; largeur, m. 70; épaisseur, o m. 18. 




Photographie communiquée par le Muse'e de Metz. 

Mercure nu, debout, de face, les épaules couvertes 
d'un manteau agrafé du côté droit, portant de la main 
gauche un caducée. La main droite et la bourse qu'elle 
a du tenir font défaut. La sculpture est de faible relief 
et très dégradée. 



4456. Stèle trouvée au Hiéraple. Au Musée de Melz 
(ancienne collection Huber). Grès rouge. Hauteur, 
m. 6/i; largeur, o m. '17; épaisseur, o ni. i5. 

Photographie communiquée par le Musée de Metz. — (J. I. L. , 
XIII, iiSi. — Emile Huber, Lotlir. Jahrb., \IV (1909), 
p. 335 et pi. Vil, n° 181 —Le Hèrapel, descript. des planches, 
p. i3. 



LE HIERAPLE. 



àl\ 



Dans le bandeau de la stèle, l'inscription, do lecture 
incertaine : D(ns\ M{ambus) CarantU{li). Au-dessous, 




dans le champ, une sorte d'anneau qui pourrait être 
une couronne. 



4457. Stèle à sommet triangulaire trouvée au Hié- 
raple. Au Musée de I\letz (ancienne collection lluber). 
Grès rouge. Hauteur, cm. 76; largeur, m. /i8; épais- 
seur, m. l\k. 

Photographie communiquée par le Musëe de Metz. — E. Hiber . 
Lolhr. Jahrb., XIV (1909). p. 33.3 = Le Hérapel, dcsctipt. des 
planches, p. 71 el pi. E i3. 

Scène de vente. Un acheteur vêtu d'une tunique et 
d'un manteau à capuchon, portant de la main droite un 
cabas, se présente devant un comptoir, où il est accueilli 
par un marchand, debout, vêtu aussi d'une tunique. 
Derrière ce marchand, un banc et, au-dessus, d'abord 
une balance suspendue à la paroi, puis trois objets 
frustes posés sur une étagère. Au-dessous, dans un se- 



cond registre, quelques traces d'une autre sculpture. 
Dans le fronton de la stèle, l'inscription : D(iVs) M[ani- 




busy, lulos, Fiiu[(l(^ani fibus?^]. Le fond du bas-relief 
était peint en bleu. 

4458. Fragment de statue, trouvé au Hiéraple en 
1896. Au Musée de Metz (ancienne collection lluber). 
Grès blanc. Hauteur, m. 88. 




Photographie communiquée par le Musée de Metz. — E. Hi ber , 
Le Hérapel, descrtpt. des planches, p. i4 = Lolhr. Jahrb., \IV 
(1902), pi. XIII, n° 10a. 



472 



LE HIERAPLE. 



Apollon ; le dieu , dont il ne reste plus que la jambe 
gauche, est reconnaissable au griffon couché qui l'ac- 
compagnait. 




Photographies communiquées pai- le Must'e de Metz. — 
E. HuBER, Le Hérapel, descr. des planches, pi. E 9, n" 27 et 28. 

Homme nu. Dieu indéterminé; peut-être Mars ou 
Apollon. (Voir le if hhliS.) 

4460. Fragment trouvé au Iliéraplc. Au Musée de 
Metz (ancienne collection Hubor). Grès. Hauteur, m. 72. 




4459. Fragments de statues, trouvés au Hiéraple en 
189/1. Au Musée de Metz (ancienne collection Huber), 
Grès. Hauteurs, o m. 68 et m. /i5. 




Photographie communiquée par le Musée de Metz. — Keune, 
Loihr. Jahrb. , XXII (1910), p. 5-2 1 . 



Partie antérieure d'un cheval ; les oreilles sont de fer. 
Le fragment paraît détaché d'un groupe du cavalier et do 
l'anguipède. 

4461. Autel de provenance inconnue. Au Musée de 
Metz (ancienne collection Huber). Pierre commune. 
Hauteur, m. 35 ; largeur, o m. 1 6 ; épaisseur, m. 1 1 . 

E. HiJBER, Mèm. de l'Acad. de Metz, 7/»' année (1894-1895), 
p. 1. 



— V- 


. ^^ 






■'•■', ' 






.-^j**'V'' ' 




Femme drapée , de face ; du côté opposé et du côté 
droit, un homme vêtu d'une tunique: sur la quatrième 



LE HIERAPLK. 



473 



face, un homme nu. Les quatre personnages sont debout. 
Divinitt's indéterminées. 

4462. Stèle découverte au Hiéraple, en iSgS. Au 
Musée de î\[etz (ancienne collection Huber). Grès. Hau- 
teur, m. /la; largeur, o m. ()o; épaisseur, o m. ■yo. 



Mi 



<^ 



Photographie communiquée par le Musée de Metz. — C. I. L. , 
XIII, 4/l8. — Maxe-Werly. Bull, des AnI. de France, LUI 
(189a), p. i4i. — IIlber, Luthr. Jahrb., VI (iSg^), p. 3oi 
et pi. VI; XIV (1902), p. 337 et pi. VII, n° 3oo = Le Ilérapel, 
(lescripl. des planches, p. j o. 

Inscription (de lecture incertaine) : IiirJi, Minedonis 
(filii). Au-dessous, l'image au trait d'une bêche. Au mo- 
ment de sa découverte, la pierre était peinte en jaune, 
les lettres en rouge et le fer de la bêche en bleu pâle. 



4463. Stèle à fronton triangulaire et acrotères, trou- 
vée au Hiéraple. Au Musée de Melz (ancienne collection 
Huber). Grès. Hauteur, m. 55; largeur, m. 36 ; 
épaisseur, m. 19. 

Photographie communiquée par le Musée de Metz. 

BASBELIEFS. V. 



Inscription : /J(/ïs) M{anihus) Carantilli, Avientini filijî). 
Sauf les deux premières lettres, cette inscription est 




'X 



\ 





entourée d'une moulure circulaire qui figure peut-être 
une couronne. 

4464. Fragment do statuette trouvé au Hiéraple. 
Au Musée de Metz (ancienne collection Huber). Pierre 




commune. Hauteur, cm. ao; largeur, m. 16 ; épais- 
seur, m. og. 

60 



IMPItlUERIE NATIONALE. 



474 



LE HIÉRAPLE. 



Femme assise, drapée, la main gauche sur le genou 
du même côté; la main droite manque. Abondance ou 
Déesse mère. 



4465. Fragment de groupe trouvé au Hiéraple. Au 
Musée de Metz (ancienne collection Huber). Grès. 
Hauteur, o m. Uk ; longueur, o m. ^9. 



X '^' 





Pholograpliies communiquées par le Musée de Metz. — 
E. HcBER, Le Hérapel, dcscript. des planches, p. 70 et pi. En, 
n"' i5 et 59. 

Cavalier cuirassé; sa jambe droite est portée en 
arrière. Il ne reste aucune trace de l'anguipède qui 
complétait le groupe. Un autre fragment de cavalier de 



même provenance, mais beaucoup plus dégradé, est 
aussi au Musée de Metz. 



4466. Chapiteau découvert au Hiéraple. Au Musée 
de Metz (ancienne collection Huber). Grès. Hauteur, 
o m. 3o; largeur, m. 60. 




Photographie communiquée par le Musé? de Metz. 

Tête de jeune femme, à coiffure basse, sur chaque 
tailloir. Divinité indéterminée. La décoration est com- 
plétée par des feuilles d'acanthe. Ce chapiteau est en 
partie restauré. 



4467. Stèle trouvée au Hiéraple, en 1896. Au 
Musée de Metz (ancienne collection Huber). Grès. Hau- 
teur, m. 82; largeur, m. ;n ; épaisseur, m. 07. 

Photograpiiie communiquée par le Musée de Metz. — E. IIl.ber . 
Le Hérapel = Lollir. Jahrb., XIV (1902), p. 819; Le Hérapel, 



LE HIERAPLE. 



A75 



descvipl. des planches, p. i3 et pi. XII. 
XXII (1910), pi. IX, n° 75. 



— Kecne, Lolhr. Jahrb., 



w 



 



ï^ 




il 



1 



r y 



^ 1 1 



v 



Restes d'un homme debout, drape, tenant devant 
lui, des deux mains, probablement un coffret. 



4468. Stèle trouvée au Hiéraple. Au Musée de Melz 
(ancienne collection Iluber). Grès peint. Hauteur, 
m. 88; largeur, o m. /ig; épaisseur, o m. 21. 

Photographie communiquée par le Musëe de Metz. — IIcber, 
Lothr. Jahrb., XVI (igoi), p. i8i, XXII (1910), pi. IX, n''76. 



Inscription : [D(iis) M(anibus)] Sior(ay, Cotni Jîliae, 
. . .; au-dessous, une ascia. La pierre est seulement 




épannelée par derrière et sur les côtés. Le fer de l'ascia 
est de couleur bleue; le manche est rouge. Les lettres 
sont peu profondément gravées. 

4469. Fragment de bloc trouvé au Hiéraple. Au 
Musée de Metz (ancienne collection Huber). Grès. Hau- 




teur, m. 1/1 ; largeur, m. 63 ; épaisseur, environ 
o m. ()0. 



Photographie communiquée par le Musée de Melz. — Keune, 
Lolhr. Jahrb., XXII (1910), pi. IX, n" ^3. 

fio. 



àl6 



MERLEBACH. 



Têtes de femme ; il ne reste plus que des traces de 
celle de gauche; sur chaque face latérale, une autre 
tête de femme. La pierre paraît avoir fait partie du 
couronnement d'un pilastre. Une tête de femme, de 
même style, décore un second fragment, qui est aussi 
conservé au Musée de Metz et provient également du 
Hiéraple. 



4470. Stèle à sommet cintré, découverte en 1701, 
près de Merlebach, lors de la création des forges de 
Sainte-Fontaine ; envoyée à Schoepflin et passée au Musée 
de Strasbourg, cette stèle a été détruite par le bombar- 
dement, en 1870. Moulages aux Musées de Metz, de 
Nancy, d'Epinal, de Saint-Germain, du Trocadéro et 
d'Orléans. Hauteur, m. lio; largeur, m. 82. 



^ 




'''**A. 




\DtAEDI 
GIAJÎHK. 








N 
M 



Photographie communiquée par ie Musée de Saint-Germain. 
— C. 1. L., XIII, 4498. — Schoepflin , jl/sai. illustr., I, p. 588 
(d'où Oberlin, Musée Schoepjlin, 1, p. i5; — Gbeppo, Etudes 
sur les eaux therm., p. 276). — Dorival, Mém. sur la Lorraine 
(1753), p. 534. — Dom Calmet, Notice de Lorraine, I, p. 48 
((roù Beaulieu, Archéol. de la Lorraine, II, p. 945; — Dikago, 
Bull, de la Soc.iÂilom. vosg., II [1877], p. 175). — Tabocillot, 
Mém. sur Metz (ms. n° i5i de la Bibl. de Metz), 1, fol. 47 (des- 
sin). — Prost, Bull, de la Soc. d'arch. de la Moselle, VII (i864), 
p. i36; Sirona, p. 4 = Revue celt., IV (1879), p. i36 (gra- 
vure, d'où Max Ihm, dans Roscheb, Lexikon der griech. und rôm. 
Mijlhol., IV, 1 , col. 955. — Ch. Abel, Bull, de la Soc. d'arch. 
de la Moselle, VII (i864), p. 160. — Cli. Robert, Eingr. de 



la Moselle, I, p. 98 (gravure). — Lorrain, Catal., . 92. n° 199. 
— Hoffmann, Steinsaal, p. Co, n" 199. — Saiomon Reinach, 
Catal. (4° édil.), p. 3o. — Renel, Les religions de la Gaule, 
p. 25a (gravure). — L. Bonnard, La Gaule thermale, p. 216 
(gravure). — Hofler, Zur Somatologic der Gallokelten — Archic 
fur Anthropologie , u. s., XII (1913), p. 59 (gravure). 

Buste de Sirona; au-dessous, l'inscription : Deae Siro- 
nae, Maior, Magiati filius , v{ottim) s{oklt) l{{bens) m(erilo). 

4471. Stèle à sommet cintré, trouvée au Hiéraple. 
D'abord dans la collection Huber, à Sarreguemines; 



LE HIEIIAI'LK. 



lill 




478 



LE HIERAPLE, LEMBERG. 



ensuite au Musée de Metz. Pierre commune. Hauteur, Enfant dans son berceau. Le petit personnage est 



o m. 65; largeur, o m. 36; épaisseur, o m. i3 

Photograpliie communiqude par le Musée de Saint-Germain. 
— Salomon Reinacb, Répert. de relie/s, H, p. 97, n° 2. 

Mercure nu, debout, de face, dans une niche, coiffé 
du pétase, l'épaule et le bras gauches couverts d'un 
manteau, tenant de la main droite baissée un caducée, 
et portant de l'autre main Bacchus enfant. Mercure 
tourne la tète vers la droite, et regarde le jeune dieu. 
Celui-ci, d'ailleurs très dégradé, tendait, à ce qu'il 
semble, les deux bras. Le sujet est inspiré de l'Hermès 
de Praxitèle. La stèle a été, de nos jours, entière- 
ment peinte. 

Voir les n™/i/ii3, hli8^ et /1/191. 



maintenu par une seule bandelette engagée de chaque 



4472. Statuette mutilée, trouvée au Hiéraple. Autre- 
fois «à Ditschwiller, dans le jardin de M. Sérard» [sim]. 
Paraît perdue. 

Dessin tiré de Simon. — V. Simon, Mém. de l'Acad. de Metz, 
9 2" annëe (i84o-i84i), p. 172 (gravure). 




côté dans des anneaux. Vraisemblablement un ex-volo 
de malade. (Voir le n° 9o5i.) 



4473. Paroi d'un rocher du Schlossberg, près de 
Lemberg, à 8 kilomètres au sud-ouest de Bitche. Le bas- 
relief est connu dans le pays sous le nom de pompôsen 
5ronn. Hauteur actuelle de la sculpture, environ cm. 90; 




largeur, environ 3 m. 5o. Les personnages devaient être 
à peu près de grandeur naturelle. 

Dessins tirés deMichaelis. — Boulangé, L'ylMs/rasw, I (i853), 
p. 610 (gravure). — Kraus, Kimst und Akertmn in Elsass-Loth- 
ringen, III, p. 2.56 (d'après Boulangé). — Michaelis, Lothr. 
y«ArJ., VII(i895)p. 128 et pi. I. 



Diane et dieu indéterminé, debout, de face, parmi 
des animaux. Tous deux sont vêtus d'une tunique courte. 
Diane est chaussée de hautes bottines; le dieu, de la 
main droite, tenait une haste. Il ne reste que la partie 
inférieure des personnages. Les animaux sont des chiens, 
un sanglier et deux cerfs. Deux des chiens sont assis; 



SAINT-INGBERT, ZETTING. 



M9 



celui de gauche est près d'un arbre mort et tourne la 
tête vers une protomé, peut-être de Chimère. De ce 



même côl(5 est un tableau paraissant composé d'une 
femme assise et d'un Amour volant. Les deux cerfs. 




figun's du côté droit, sont affrontés et debout. Toute la 4475. Stèle à sommet cintré, découverte en iSyy 



sculpture est devenue très fruste. 



4474. Rocher sculpté de la forêt d'Eppenbrunn, 
près de Saint-Ingbert. Hauteur du bas-relief, environ 
1 m. 5o. 




Dessin tiré de Hifdenbrand. — Hildenbrasd, Rom. Sicinsaal, 
]). 7 (ijravure) et 4o. — Richard Burgwedel, Die Vogescn iltustr. 
Zeilsclir., VI (1912), p. 97 (gravure). 

Diane, vêtue d'une tunique, entre Mars et Hercule 
nus. La déesse tient un arc de la main gauche et, de 
l'autre main , puise une flèche dans un carquois porté 
en bandoulière; à sa gauche est un chien assis. Mars et 
Hercule s'appuient tous deux sur une haste. Le second 
a sur les épaules la dépouille du lion. 



à Zetling, près de Sarrcguemines. Au Musée de Metz. 




Grès. Hauteur, o m. 38; largeur, o ni. aG; épaisseur, 
cm. là. 

Kei'se, Lothr. Jalirb., IX (1897), p. 334 (gravure); Westd. 
Zeitschr., XVI (1897), p. 352; Kunlsgew. in Elsass- Lothr., 
I (1901), p. 216 (gravure). 

Femme assise, drapée, diadémée, dans une niche, 
tenant de la main droite une patère, de l'autre main 



/i80 



BLIESCASTEL, SAINT-INGBERT. 



une corne d'abondance remplie de fruits. A sa droite 
une boule, à sa gauche un bouclier posés sur le sol. 
Divinité indéterminée; peut-être une Abondance ou 
une Déesse mère. 



4476. Stèle en deux fragments, trouvée à Lautz- 
kirchen, près de Bliescastel. Au Musée de Spire. 




Grès. Hauteur, 2 m. Go; largeur, m. Ga; épaisseur, 
m. 64. 

HiLDENBRAND, Rùm. Stpiiisaal, p. a8, n" 44 (gravure). 



Jupiter barbu, debout, de face, dans une niche, 
tenant un foudre de la main droite baissée, et s'appuyant 
de l'autre main sur un sceptre. 

4477. Rocher sculpté de Sengscheid, près de Saint- 
Ingbert. Hauteur du bas-relief, environ m. 96. 




HiLDENBRAND, IttiiH. Steiiisacit, |). 7 (gravurc) et 4o. 
Mercure et Rosmerla. 



4478. Fragment de tablette, en deux parties, décou- 
vert à PhiHppsburg, près de Bliescastel. Au Musée de 




Spire. Marbre blanc. Hauteur, o m, 7a ; largeur, o m. 5G ; 
épaisseur, o m. 08. 

Pliolograpliie coinmnni(|iiée par M. HildenbraïKl. — Hilden- 
BRAN'D, Itôm. Slciiisaal, p. 28, u° 4o. 



LIMBACH, REiNHEIM 

Femme nue paraissant assise. Le marbre a subi de 
telles dégradations qu'aucune explication certaine du bas- 
relief n'est possible. L'hypotbèse d'une scène d'accouche- 
ment n'est pas à rejeter; mais elle n'est fondée que sur 
de très faibles indices. 



481 



4479. Stèle découverte, dit-on, à Limbach (Paiati- 
nat). Au Musée de la Société historique de Sarrebruck; 
moulages aux Musées de Spire et de Saint-Germain. 
Calcaire gris. Hauteur, o m. 35; largeur, o m. aa; 
épaisseur, o m. og. 




Leiineb, ArehaeoL Anzeiger, XII (1897), p. i5 (gravure). 
— Salomon Reinach, Encore Epona, p. la = Revue archéol., 
1898, II, p. 198 (gravure). 

Déesse assise, de face, entre deux chevaux adossés; 
elle est vêtue d'une tunique et tient des deux mains, 
sur ses genoux, probablement une corbeille remplie 
de fruits. Les chevaux ont une bride; la majeure 
partie de leur corps est cachée par la déesse. Il s'agit 

BiS-EEI.lirS. — T. 



très probablement d'Épona, mais on ne peut pas l'af- 
firmer. 



4480. Statuette mutilée, découverte à Reinheim, près 
de Saint-Ingbert. Au Musée de Spire. Grès rouge. Hau- 
teur, m. 83. 

Pliolographie communiquée par M. Hildenbrand. — Hilden- 
BRAND, Rûm. Sleinsaal, p. 2 5, n° 2 4 (gravure). 

61 

IHPniHCr.tE hATIOMLB. 



^82 



JAMETZ, FREYBOUSSE. 



Déesse debout, velue d'une (unique et d'un manteau, 
couronnée de tours, tenant de la main gauche une 




corne d'abondance remplie de fruits. La tête est rap- 
portée, mais antique. A la droite de la déesse, les 
deux pieds nus d'un personnage plus petit. Il peut 
s'agir d'une \'ilie personnifiée. 



4481. Statuette mutilée «trouvée à iamclz-n [Lonn.]. 
Au Musée de Metz. Pierre commune. Hauteur, o m. aô. 




Lorrain, Calai, p. 47, n° 69. — Hoffmann, Stehisaal, p. 36, 

?i° 59. 

Sphinx. Ornement funéraire. 

4482. Fragment de stèle, découvert près de Frey- 
bousse, arrondissement de Forbach. Au Musée de Meiz. 
Grès rouge. Hauteur, m. 3/i; largeur, m. ia; épais- 
seur, cm. 19. 




Photographie communiquée par le Musée de Metz. — Keune, 
Lothr. Jahrb., XIII (1901), p. 609; Westd. Zeitschr., XX (1901), 
p. 3o6. 



Diane. La déesse, vêtue d'une tunique serrée au- 
dessous des seins par deux courroies, tient de la main 
gauche un arc, et de l'autre main prend une flèche 



SAINT-INGBERT, BLIESCASTEL. 



^83 



dans un carquois porté en bandoulière. Œuvre gallo- 
romaine de slyle barbare. 

4483. Fragment de stèle trouvé à Saint-Ingbert. Au 
Musée de Spire; mais la pierre n'est pas exposée, et je 
ne l'ai pas vue. k Pierre commune. Hauteur, o m. 3 y; 
largeur, o m. 'j-jv [hild.]. 

HiLORNBRANu, Riim. Stcinsaul , p. 3i, n° 6-2 (/. 



Mercure et Bacchus enfant. (Voir les n°" IxlxiZ, 
li!i']i et i/igt.) 



4484. Bloc mutilé, trouvé près de Bliescastel. Au 
Musée de Spire. Pierre commune. Hauteur, o m. 3o; 
largeur, o m. 6/i; épaisseur, o m. 6o. 

Pliolograpiiie conimuniijuce par M. Ilildenbrand. — IIilden- 
BRAND, Rôm. Sieinsaal, p. 3i, n° 6a i et pi. III, ii° i5. 





Pantbère et taureau marins sur deux faces adjacentes. 
Une rosace est sculptée sur chacune des deux autres faces. 
La pierre a pu servir de cbapiteau; je la crois antique, 
mais do basse époque. 

Voirie n° /1/187. 



4485. Bloc en deux fragments, trouvé à Bierbach, 
près de Saint-Ingbert. Au Musée de Spire. Pierre com- 
mune. Hauteur, m. 60; largeur, 1 m. 38; épaisseur, 
1 m. 3o. 



Photographies communitpiécs par M. Hildenbrand. — Hilden- 
BRAND, Rôm. Sieinsaal, p. 29, n° q et p. 3-1 , n° 63 (gravures). 

Sur une face, à droite : Hercule nu étranglant le 
lion de Némée. Le dieu est tourné vers la droite; le 
lion bondit sur lui. Dans le champ du bas-relief, une 
massue. A gauche : Hercule conduisant Cerbère enchaîné. 
Le chien sort d'une grotte que surmonte un tronc d'oli- 
vier. Sur la face opposée , lutte d'Apollon et de Marsyas. 
Au milieu du tableau, Marsyas debout joue de la flûte. 
Le Satyre se tourne vers Apollon, qui est assis à gauche, 
sur un rocher, et tient sa lyre sur le genou gauche. L'un 
et l'autre sont complètement nus. Près d'Apollon, Mi- 
nerve et un personnage barbu, tous deux assis, tournent 

61. 



àSU 



BIERBACH. 



la tête vers Marsyas. Minerve, drapée et casquée, les 
bras nus, s'appuie de la main gauche sur son bouclier; 
le personnage barbu, probablement le mont Tmolus, 



n'a pour vêtement qu'un manteau. Derrière Marsvas, 
une Victoire, marchant vers la gauche, vêtue d'une 
tunique relevée, porte la palme et la couronne destinées 




au vainqueur. Deux autres femmes drapées, l'une 
debout, l'autre assise, complètent le groupe. On peut 



y reconnaître des Muses. De la main droite levée, celle 
qui est debout porte aussi une couronne. Sur les faces 





latérales, à gauche, en deux scènes distinctes, Diane 
surprise par Actéon et Actéon dévoré par ses chiens. Tous 
les personnages sont nus. Diane est accroupie près d'une 
fontaine, contre un arbre; une Nymphe, placée derrière 
elle, essaie de la protéger, en jetant sur ses épaules une 



draperie, contre les regards d'Actéon, dont le buste 
apparaît au-dessus d'un rocher, dans l'angle supérieur 
gauche du tableau. Le chasseur coupable a déjà des 
cornes de cerf. Une autre Nymphe est à côté de la 
déesse. Le second bas-relief, à ce qu'il semble séparé du 



BIERBAGH, BREITFURT. 



485 



premier par un arbre, se rapporte au châtiment d'Ac- 
téon. Le héros, marchant vers la droite, cherche à se 
défendre contre deux chiens qui i'assaillent. Un léger 



manteau couvre ses épaules. Du côté droit, délivrance 
d'Hésione par Flercule. Hésione, complètement nue, est 
attachée au rocher par les poignets. Hercule, l'épaule 




gauche couverte de la dépouille du lion, se tourne vers 
l'héroïne et, de sa main droite armée d'une massue, s'ap- 



prête à frapper le monstre marin qui les sépare. Cette 
partie du bas-relief a particulièrement souffert. L'artiste 




■^-■; 




a représenté un miroir à côté d'Hésione. Le bloc a du 
constituer l'une des assises d'un monument dont il n'est 
pas possible de préciser la destination. L'hypothèse d'un 
tombeau n'a rien d'invraisemblable. 
Voiries n°' 17 et 2997. 



4486. Statue découverte à Breitfurt, près de Deux- 
Ponts. Au Musée de Spire. Grès rouge. Hauteur, 2 m. 65: 
longueur, 2 m. 5o. 

Photograpliie communiquée par M. Hildenbi'and. — Hilde>- 
BRAND, Rôm. Steinsaal, p. ai, n° 1 (gravure). 



486 



BRKITFURT, BLIESCASTKL 



Le sculpteur avait, à ce qu'il semble, l'intention de 
faire un groupe du cavalier et de l'anguipède. Il n'a 



(5baucli(5 que le cavalier et sa monture. L'homme, chaussé 
de botlincs, paraît vêtu d'une tunique et d'un manteau; 




le cheval est bridé. Une seconde statue presque iden- 
tique, mais plus dégradée, provient également de Breil- 
furt. Elle est, comme la précédente, au Musée de Spire. 



4487. Bloc mutilé , trouvé près de Bliescastel. Au 
Musée de Spire. Pierre commune. Hauteur, o m. 18; 
largeur, m. ^0; épaisseur, m. 38. 




Photographie communiquée par M. Hildenbrand. — Hilden- 
BRA^D, Rôm. Steinsaal, p. 89, n° io5 et pi. llf, n" 16. 

Cheval et taureau marins sur deux faces adjacentes. 
Des deux autres faces, l'une est détruite; l'autre a con- 



servé quelques traces d'un bas-relief qui n'est plus recon- 
naissable. Ce bloc et celui qui est décrit ci -dessus, 
sous le n° 6/i8/i, paraissent avoir fait partie de la dé- 
coration d'un même édifice dont il n'est, du resle, pas 
possible de préciser la destination. 



HOMBOURG. 



487 



4488. Stèle mutilée, en deux fragments, trouvée à de Spire. Grès. Hiiuleur, i m. 36; largeur, o m. 85; 
Kirkel-Neuhausel, au sud-ouest de Hombourg. Au Musée épaisseur, o m. i G. 




HiLDENBRAND, Rôm. Slemsaal, p. a8, n° 6a (gravure). 

Mercure et Rosmerta, debout de face, dans une 
niche. Mercure, coiffé du pétase, les épaules couvertes 



d'un manteau, porte une bourse de la main droite et 
s'appuie de l'autre main sur un caducée posé sur le 
sol; Rosmerta, vêtue d'une tunique longue, tient de 
la main gauche une corbeille de fruits. 



488 



HOMBOliRG, BITCHE. 



4489. Fragment d'autel trouve dans les ruines du 1 Spire. Grès. Hauteur, o m. og; largeur, o m. .') .^ ; épais- 
chàteau deCarlsberg, près de Ilombourg. Au Musée de | seur, o m. ào. 




HiLDENBRAND, Rôm. Slemsaal, p. 29, n° àj. 
Restes de Mars et d'Hercule. L'autel était proba- 
blement à quatre dieux. 




4490. Stèle en plusieurs fragments, trouvée près de 
Bitche par le D' Knepper. Donnée au Musée de Metz en 
1911. Grès rouge. Hauteur, m. 7 (5; largeur, o m. 63. 



ï 





Photographie commiiniqude par le Musée de Metz. — Keone, 
Lothr. Jahrb., XXIII (1911), p. 789 (gravure). 

Mercure et Rosmerta. Les deux divinités sont debout, 
de face, dans une niche. Mercure, nu, coiffé du pétase, 



a son manteau sur le bras gauche; il tient de la main 
gauche peut-être une bourse, et s'appuie de l'autre 
main sur un caducée. Rosmerta, drapée, porte de la 
main droite baissée un objet fruste, de l'autre main 
probablement une corne d'abondance. 



4491. Fragmenls de stèle trouv(5s à Lohr, près de 
Lùtzelslein, en 1876. Au Musée de Saverne. Grès. Hau- 
teur de la stèle, environ 1 m. 38; larjjcur, o m. 60; 
épaisseur, m. 16. 



LOHR, DRULINGEN. 

l'inscription : [D]eo [Mcrcurio 
s(olvitj [l{ibens) m(priVo)]. 



C 1. L., XIII, 4538. — ScHLOssER, Bull, de la Soc. pour la 
conserv. des mon. hist. d'Alsace, XII (1886), proc. verb. , p. io3. 
— Wf.ndling , Steliidenhn. des Zaherner Muséums , p. ,5 , n° 1 5 . 




Mercure debout, de face, dans une niche, les 
épaules couvertes d'un manteau, coiffé du pétase, por- 
tant sur son bras gauche Bacchus enfant, qui des 
deux mains tient une grosse bourse. Le dieu s'appuyait 
de la main droite sur un caducée. A sa gauche est 
un bouc, tourné vers la droite. Au-dessus de la niche. 



•] 



sacra 



489 
v(otum) 



Voir les n°' 4 i 1 3 et M 7 1 



4492. Stèle à sommet cintré, en plusieurs fragments , 
découverte en 1897, près de Drulingen, «dans la ban- 




DAS-nELlEFS. 



iieue de Hirschland^i [scul.]. Au Musée de Strasbourg. 
Grès. Hauteur, im. 67; largeur, m. Sa; épaisseur, 
m. 37. 

SciiLossER, Bull, de la Soc. pour la conserv. des tuonum. hist. 
d'Alsace, a' série, XJX (1899), p. 4ii. — IIenmng, Denkm., 
p. 5o et ])1. XIA'II, 11° 1. 

Ga 



[UrniMERIE MTIOXALB. 



490 ZILLfNG, WOLFSKIIICIIEN 

Hercule barbu, nu, debout, de face, dans une niche. 
Le dieu tient de la main droite une massue, et porte de 
l'autre main la dépouille du lion. 



4493. Fr.igment de groupe découvert à Zilling, 
près de Pbalsbourg. Au Musée de Saverne. Grès. Hau- 

l'vn-. o m. 2() ; longueur, o m. .^ i . 




Hertlein', Die Juppileriffganteimiukii , p. 8. — \\ e.\dli>'g, 
Sfeiiuknh'm. , p. 6, n° 17. 

Cavalier paraissant velu d'une cuirasse avec lambre- 
quins ; sa jambe droite est portée en arrière. L'angui- 
pède a complètement disparu. 

4494. Bloc mutilé, découvert en 1881, par un culti- 
vateur de W olfskirchen, en arracbant des pommes de 



(erre f dans un champ qu'il possède au ban de cette 
communes [sciil.] , sur l'emplacement d'une ancienne 
église. Au Musée de Strasbourg. Grès bigarré. Lon- 
gueur, 2 m. 28; plus grande hauteur, cm. Ifj; plus 
grande largeur, m. 77; épaisseur de la cuve, de 
m. 10 à m. 1 5. 

C. /. L., XIII, 4539. — ScHLOssEB, Bull, de la Soc. pour lu 
coiiseri). (tes moiiiim. Iiist. d'Alxaco, 9' sério, XII (i88i-i884), 




j). io« (gravure). — Zasgemeister, Westd.-Koir.-Dlalt, 1888, 
p. aSi. — Hknning, Denkm., p. Sa et pi. XLVIII, n° 5. 

Par devant, l'inscription : /)(»«) [M{anihus) et memo- 
riVi![e]; Mascellioni, Malutini fl(io), defundo, et Malulino, 
Marciani _fil{io), paire (^= palri^ ceus (= eius), et... 
Le bloc ayant été creusé pour servir de sarcophage à 



l'époque mérovingienne, la fin de celle inscription a dis- 
paru. Deux personnes, l'une assise dans un fauteuil rond, 
l'autre debout, sont figurées, du côté gauche, devant un 
mur percé d'une porte cintrée. La personne assise est 
un vieillard, vêtu d'une tunique longue et d'un tablier, 
sans doute de cuir, arrondi vers le bas. Son compa- 



WALDFISCHBAGH, NEU-SAARWERDEN. 



491 



gnon, beaucoup plus jeune, portant une saie, le fait 
boire ou le rase. De ces deux hypotbèscs, la seconde me 
parait préférable. 

4495. Stèle mutilée en deux fragments, découverte 
à Waldfiscbbach. Au Musée de Spire. Grès. Hauteur, 
1 m. o'i; largeur, o m. .'j 2 ; épaisseur, m. 12. 

C. /. //., XIII, 45 1 5. — HiLDESBRAND, 110111. Sleiiisaul , p. aij, 
n° 46 (gravure). 

Diane debout, de face, dans une niche, vêtue d'une 
tunique courte serrée à la taille par une ceinture, 
cbaussée de liantes bottines, portant en bandoulière un 
carquois rempli de flèches. La tête est moderne et les 




deux bras manquent. La déesse, de la main droite, cher- 
chait sans doute à puiser une flèche dans son carquois, 
et de l'autre main tenait son arc, dont il reste des 
traces. Un chien et une biche, l'un et l'autre debout, 
sont figurés, de faible relief, derrière Diane. Au-dessus 

et au-dessous de la niche , l'inscription : [D\ianae V[ ] , 

Pollionts [filii oa Jiliae) , ex /m[.s'(.s(/)] «««((;'«/«?). 

4496. Fragment de bloc, découvert à Neu-Saarwer- 
den (Saarunion). Au .Musée de Mannheim. Pierre com- 



mune. Hauteur, i m. 3o; largeur, o m. 5i; épaisseur, 

m. 99. 




Pliolograpliie conimuniquée par le Musde de Mauiilieim. — 
C. I. L., XIII, iSag. — Graff, Anliquarium in Maimhcim, l 
(1887), p. i4, n° ai. — OsANN, Zeitschr. J'ilr Allerlhiimsw. 
(i844), p. a'iô. — Bbambacii, C. I. Rit., p. 336, n° 1860. — 
Becker, Honiter Jalirb. , XLIV (1868), p. 253. — Christ, ibid., 
LU (187a), p. 69. — Hacg, Die rôm. Denksteine des Gross- 
herzogl. Antiquar. in Mannheim (1877), p. 25, 11° ai. 

Junon debout, drapée, diadémée et voilée, tenant de 
la main gauche un sceptre, et versant peut-être de l'autre 
main le contenu d'une patère sur un autel en forme de 
balustre. Contre l'épaule droite de la déesse, un paon 

62. 



492 

posé sur un pilier. Au-dessus l'inscription : | 
nius Priscus. 



IJKTTWILLEH 

. P^ri'mn- 



4497. Bloc trouvé à Betlwillcr, caiilon de Drulingen, 
au mois de décembre 1878. Au Musée de Strasbourg. 




Grès blanc. Hauteur, m. 53 ; largeur et épaisseur, 
cm. 21. 

SciiLOSSER, Bull, de la Soc. pour la conscrv. des montim. hisl. 
d'Akuce, 2' série, X (1890), mém., p. 291. — IIeinmxg, 
Denhn., p. /i6 elpl. XLIII, 11° 1. 




Sur une face, femme nue (déesse indéterminée 
ou peut-être Horn du printemps), marcbant vers la 
droite et soutenant des deux mains, au-dessus de 
sa tête, un cadran solaire. Du côté opposé, iMcrcure 
portant de la main droite une bourse, de l'autre 



BETTWILLER, PISTORF. 493 

maio un caducée. A droilc, une seconde femme nue, 1 une écharpe llollanle. A gauche, Apollon [Sol), coiffé 
Diane (Am/w), vue de dos, tenant au-dessus de sa tête | d'un diadème, une mèche de cheveux sur chaque 





»2t' 



épaule et, delà main gauche, tenant un arc; le dieu 
paraît placé parmi des rayons. 

4498. Stèle découverte, au mois de mai 1899, à 
Pislorf, près de Saarunion. Au Musée de Strasbourg. 



Grès. Hauteur, m. 38; largeur, cm. 97; épaisseur, 
m. ih. 

ScHLossER , Bull, (le ta Soc. pour la conserv. des tmnuin. hist. 
d'Alsace, 2' série, XXI (igoS), p. 1* (pholotypie). — Henning, 



benkm., p. 69 et pi. XLV, n° /i. 
de reliefs, II, p. yy, n° 1. 



PISTOIIF. 

Salomon Rkinach, Report. 



Minerve assise sur un trône, dans une niche, tenant 
sa lance de la main droite et s'appuyant de l'autre main 




sur son bouclier; à sa gauche, une chouette posée sur un 
oiseau. La déesse est casquée et velue d'une tunique 



lonfjue, à manches courtes, par-dessus laquelle est fixé 
le gorgonéion. 



A95 



ADDITIONS ET CORRECTIONS. 



Page 83 . n° 3786 , 1" coloniic, ligne -2. Au lieu de : rdroitei , 
lire : tr gauche. 

Page 86. n" 3788, dernière ligne. Au lieu de : rrhilt-i-n, 
lire : ^4138". 

Page 87, ligne 3. Noyon s'esl appelé Noviomagus el parait, du 




images de la stèle, d'après un niculage (jui est conservé au 
Musée d'Épiiial. 

Page 170, ligne i. Au lieu de : "Nemelumn , lire : fNe- 
meUicum-n. 

Page 208 , n° /1008 , avant-dernièie ligne. Au lieu de : crdroite» , 
lire : ir gauche». 

Page 9^3, n° Aoôo. Au lieu de : gaucliei , lire : ndroiten et 
inversement. 

Page 969, 9* colonne, 3' ligne à partir du bas. Au lieu de : 
rdroite», lire : ttgaiichen. 

Page 978, n" /i 1 1 1 . La femme ncue ou dénoue sa ceinture; 
il peut s'agir de Vénus. 



reste, avoir l'ail partie du territoire des ] iromandui. Le Norio- 
dimum des Suessioiies fut, je crois, sur les plateaux au nord de 
Pommiers, ])iès de Soissons, où M. 0. Vauvillé a découvert l'em- 
placement d'un oppidum considérable. 

Page 91, n° 8797. Le cliché obtenu par la photographie 
directe de la pierre étant mauvais, je donne ici de nouvelles 




i^ 



Page 990, n" /ii3o. I.a déesse (|ui accompagne Mercure n'est 
sans doute pas Uosmerla, mais plutôt Vénus. On n'a aucun 
exem[>le de liosmeita repi'ésentée sans vêtement. 

Page 99/1, 9" col., 3' ligne à partir du bas. ^K lieu de: rr la Diane 
de Cnossos v, lire : k la Diane de Cnossos , et l'Artémis de Lycosurai . 

Page 3/11, n" /i9io. La pierre décrite sous ce numéro a été 
letroiivée en 1913. Elle est actuellement au Musée de Luxem- 
bourg, mais en partie retaillée et foi-t dégradée. Hauteur, o m. 45: 
diamètre, o m. 73; largeur des faces, o m. 33. Je n'ai reconnu 
(pie les i-estes de Mars, Mei'cure el une déesse qui poiu'i'ail être 
Vénus. Les divinités représentées étaient probablement celles de 
la semaine, avec adjonction de la Fortune sur la huitième face 
du bloc. Il s'agit, je pense, du couronnement du pié<lestal d'une 
rr colonne au géant». 



INDEX ALPHABÉTIQUE. 

(LES CHIFFRES RENVOIENT AUX NUMEROS DES SCULPTURES.) 



Abbeville, SgSa. 

Abondance, 8796, 8980, 8992, /iiaS, 4i4i, 
4191, 4266, 4373, 4a8o, 4464, 4474. 

Acbillc et Penlhésilée, 4i46; — et Priam, 
4835; — etThétis,38o3. 

Acléon, 4107, 4 180, 4485. 

Aigle, 3699, 8742, 8955, 8987, 4o66, 4228; 
— dans une couronne, 4886. 

Aiglemont (Ardennes), 8777. 

All-Linster (Luxembourg), 4222. 

Alltrier (Luxembourg), 4219, 4228, 4348. 

Amazone, 4i46; — (Bouclier d'). Voir Bou- 
clier d'Amazone. 

Amberloup (Belgique), 4126. 

Amour, 4o4o, 4079, 4182, 42o3, 42i5, 
4961; — bestiaire, 8928; — dans un rin- 
ceau de vigne, 4ao8, 4926;^ — endormi, 
4990; — jouant avec un lapin, 4829; — 
portant : un fardeau, 48o2 ; des fruits, 
8926, 8986; — porté par un monstre 
marin, 368o, 88i4, 8817, 4353; — soute- 
nant : un cartouclie, 4ooo, 4o49, 4i62, 
4228, 4384; une couronne, 4228; une 
draperie, 368 1, 4069; une guirlande, 368 1 , 
4o35, 4o64, 4078, 4i85, 435o; un mé- 
daillon, 368i, 8791, 4i8i; — • tenant des 
oiseaux, 4398; — et Vénus, 4 i45; — et Vic- 
toire, 43ii; — volant, 8785, 48o6, 447a. 

Amiens, 8938, 8929, 3981, 8984, 8986 à 
8950, 8953, 8959; — (Musée d'), 8938 
à 3951, 3952 à 8959. 

Ampélos, 4208. 

Amphitrite, 8828. 

Amphore, 4072. 

Andromède (Persée et), 4096. 

Andropbage (Carnassier), 4o53. 

Anguipède (Cavalier et). Voir Cavalier et an- 
(fuipède. 

Animal marin. Voir Monstre marin. 

Animal votif, 8884. 

Année entourée des Saisons, 8681. 

Anwen (Luxembourg), 4224, 4388. 

Aphrodite. Voir Venu». 

Apollon, 38o6, 8964, 4oo3, 4009, 4oi4, 
4ii6, 4139, 4i3o, 4i83, 4187, 4i4o, 
4i44, 4ao9, 43o5, 42i4, 4325, 4346, 
4347, ^^9^' ''346, 4458, 4459, 4497; — 
et Marsyas, 4485; — (Dieu cornu. Mercure 
et), 8653; — (Tète d'), 8746, 4249, 
4398,4416, 4486, 444i. 

Arc de triomphe, 8680, 8681. 

Archer, 4179. 

BAS-BELIEFS. ¥. 



Ariadne (Tète ou buste d'), 38ii, 8894; — 
et Bacchus, 42 1 5. 

Arlon, 4oi3 à 4oi5, 4017 à 4o20, 4oa2 à 
4iii, 4ii8, 4ii4, 4iai, 4ia5, 4i38, 
4 186; — (Musée d'), 4oi3, 4oi5 à 4o83 , 
4o35 à 4087, 4o4o à 4o55, 4067, 4o58, 
4077, 4090, 4ioi à 4io3, 4io6, 4107, 
4109, 4iia, 4i94, 4126, 4139, 4949. 

Armes. Voir Epée, Javeline, Lance, Poignard, 
Gladiateur. 

Artisan. Voir à la profession. 

Ascia, 8789, 3744, 4328, 4344, 4468. 

Askiépios. Voir Esculape. 

Athéna. Voir Minerve. 

Altique (Bas-relief), 8910. 

Attitude dite bouddhique (Divinité dans T), 
3653, 8781. 

Attelage, 4o85, 4o4i, 4o43, 4o88, 4t02, 
4i55, 4» 57, 4297, 4831; — de labour, 
409a, 4243. 

Altis, 4oo8; —(Tète d'), 8924, 4971. 

Auguste , 8799. 

Aurigo, 4o33. Voir Voiturier. 

Aulel coramémoratif d'un taurobole, 43o3. 

Aveugle (Guérison d'un), 4178. 

Baàlon (Meuse), 8785, 8788. 

Bacchant, 4436. 

Bacchante, 38i3, 8985, 4420. 

Bacchus, 8926, 8987, 4ioi, 4i63, 4496; — 
et Ariadne, 49 15; —porté par Mercure, 
44i8, 4471, 4483, 4496; — (Tète ou 
buste de), 8895, 8897, 8912, 8917, 
4994. 

Ballot (Hommes liant un), 4i3i, 4i56. 

Barbare, 8677. Voir Captif. 

Barbier, 4494. 

Barque, 4079, 4o8o, 4i2o, 4871. 

Basiieux (Belgique), 4189. 

Bassée (La), 8988. 

Batelier, 407a. 

Bavay (Nord), 8979 à 8988; — (Musée de), 

3979- 
Beaumont-en-Argonne (Ardennes), 8778. 
Beauvais, 8919, 8934, 8926; — (Musée de), 

8919, 8933 à 8926. 
Bêche, 446a. 
Bélier (Tète de), 3668, 8669, 48o3; — et 

oiseau, 3603, 3654 à 8659, 8748. 
Belle (Pas-de-Calais), 8977. 
Belval-Bois-les-Damcs (Ardennes), 8768, 8769, 

8772 à 8775. 



Bergburg (Luxembourg), 433 1. 

Borg-lez-Tongres , 4oo4. 

Berny (Mont), 8847, 8849, 885o, 3854. 

Belting (Lorraine), 443a, 4489, 4448. 

Beltiviller (Alsace), 4497. 

Bewingen (Belgique), 4ii3. 

Bierbach (Palatinal), 4485. 

Bige, 8978, 4o83. 

Binsfeld (Ancienne collection), 4o8i, 4091, 
4092, 4094, 4098, 4i4a, 4i43, 4i47, 
4i54 à 4i56, 4158, 4i6i, 4i63, 4167, 
4169, 4170, 4171, 4176, 4178, 4i8o, 
4i8a à 4i84, 4198, 4203, 4261, 4276. 

Bipenne, 4339. 

Bitche (Lorraine), 4490. 

Blavat-Delculle (Collection), 3684. 

Hliescastel (Palatinat), 4478, 4484. 

Bœuf attelé à une charrue, 8681, 4093, 
4343. 

Bonn (Musée de), 4919. 

Bouc et chèvre, 4298. Voir Mercure. 

Bouclier, 4o58, 4o6i, 4o84, 4087, 4i2i, 
4i64, 4200, 423g, 4288, 4374; — d'ama- 
zone, 8809, 4328, 4233. 

Bouddhique (Altitude dite), 3658, 8781. 

Boulogne-sur-Mer, 8968, 8965 à 8972,8974; 
— (Musée de), 8968 à 8074, 8976 à 
8978. 

Bourg-et-Comin (Aisne), 8770. 

Bourse. Voir Mercure. 

Breitfurt (Palatinat), 4486. 

Briquetier, 4o3i. 

Brimont (Marne), 8698, 8716, 8781, 
8751. 

Bronze (Statue de), 8863. 

Brouch (Luxembourg), 4227. 

Bruxelles (Musée de), 8980, 8983, 8984 à 
8986, 8990, 3991, 8994 à 8998, 4ooo, 
4007, 4oii, 4o4o, 4ii8, 4i8o, 4i32 à 
4i34,4i37, 4i38, 42o8. 

Bucràne soutenant une guirlande, 4o4o, 4o57, 
4128. 

Buste votif, 8877. 

Cache-nez. Voir Cravate. 

Cadran solaire, 4498. 

Caducée, 8681, 4453. Voir Mercure. 

Caisnes (Oise), 8859. 

Camiorica, 8797. (Voir p. 495.) 

Caracalla, 8891. 

Carlsberg (Château de) [Palatinat], 4489. 

Carnassier androphage, 4o53. 

63 



lurnitiEniB katio^ale. 



498 

Cartable, Ii3f6. 
Caryatide, 38o8. 

Casque (Serviteur teaantun), 8677; — à vi- 
sage, /uSg, 4431. 
Cassei (Nord), 8975. 
Cassette. Voir Cojfret. 
Castcl (Luxembourg), /iao4,4a3o. 
Castor. Voir Dioscures. 
Cavalier, 8782, 8910, 8900, 8997, 8988, 

8940 à 8943, 4oa2, 4oa6, 4800,4899, 

44ig, 4486; — etanguipèdo, 4o24,4ii9, 

4982,4976, 44a3, 4495, 4465, 4498; — 

et homme à pied, 8940. 
Centaure marin, 8998, 4885. 
Cerbère (Hercule et), 4485. 
Cercueil de plomb, 8934, 8956, 8969, 

4885. 
Cérès, 4i96,4i39,4i85,490 9, 4927, 4267, 

4986; — et Démophon, 88o3. 
Cerf, 8677, 4479; — (Tête de) vomissant des 

pièces de monnaie, 4 195; — et taureau se 

nourrissant de graines, 3653. 
Cermmnos (Mercure, Apollon et), 3653. 
César, 3858. 
Chàlons-sur-Marne , 8788, 8744; — (Musée 

de), 8724, 8788, 8789, 8749, 8744, 

3747, 8749, 8750. 
Champlieu (Oise), 38o3 à 8846. 
Chanvre (Rouissage du), 4o3i. 
Chapiteau, 8746, 8889, 4090, 4208, 4466. 
Char (Course de), 4 088. 
Charcutier, 368 1. 
Chariot, 4o43, 4og2. 
Charleville (Musée de), 8776, 8781. 
Charretier. Voir Vukuiier. 
Charrue, 368 1. 
Chasse (Scène de), 8676, 8677, 368i, 8788, 

8744 , 4169. 
Chàlcau-Bellant (Oise), 8927. 
Cheval, 368i, 4089,4828, 446o; — (Femme 

à), yoirEpona; — (Homme conduisant un), 

8677, 8707; — marin, 38oo, 4a53, 43o4, 

4487. 
Chèvre, 8791, 4298. 
Chien, 8957, 4oa9, 4472. Voir Scène de 

chasse. 
Chilly (Ardcnnes), 8779. 
Chimère, 4479. 
Chouette posée sur un rameau, 4869. Voir 

Minerve. 
Cippe surmonté d'une pomme de pin, 4075, 

4098, 4981. 
Claude, 8901. 
Clausen (Luxembourg), 4]57, 4i6o, 4177; 

— (Ancienne collection Mansfeld à), 4oi3, 

4 125, 4i4i à 4i85. 
Cocher. Voir Aurige. 

Coffret (Personnage portant un), passim. 
Coliez (Collection), 442 1. 
Colonnette, 44 a. 
Compas, 4075. 



INDEX ALPHABÉTIQUE. 

Compiègne, 385i; — (Musée de), 8849, 

885i, 8853,3890 à 8918. 
Condren (Aisne), 8962. 
Conducteur de char. Voir Voiiuiier. 
Conllans ( Meurthe-et-Moselle), 442 1 . 
Cons-la-Grandville (Château de), 4417. 
Conteren (Luxembourg), '4273. 
Coq, 3668. Voir Mercure. 
Coquillage, 4236. 

Corbeille, 4o44, 4827; — de fruits, 4o44. 
Cordier, 8667. 
Corinne, 8899. 
Corne d'abondance, 8997. 
Cornu (Dieu). Voir Cernunnos. 
Couronne, 8977, 42a8, 4879, 4386, 4456, 

4463. 
Couteau de sacriflce, 48o3. 
Cravate, 8868, 4o46. 
Creutzwald (Lorraine), 4434. 
Crolales. Voir Danseuse. 
Cuirasse, 4087, iaag. 
Cultivateur, 4o36, 4o44, 4i47, 4i48. 
Cutry (Meurthe-et-Moselle), 4417. 
Cuveau, 4827. 
Cybèle, 3670, 3678 43675. 
Cygne, 868 i. 

Dadophore, 8967. 

Dalheim (Luxembourg), 4i88, 4207, 4211, 
42i3 à 49i5, 4267, 4980. 

Danseur, 4o82, 4 180. 

Danseuse, 368i, 4097, 4o4o, 4o56, 4082, 
4094, 4iii, 4190, 4194, 4307. 

Daspich (Lorraine), 4438. 

Dauphin, 8919, 43o4, 4871; — gardant une 
urne, 4877. 

Dédale, 38o4,4o65. 

Déesse mère, 8796, 8958, 8978, 8999, 4266, 
4268 à 4270, 4272, 4280, 4991, 4358, 
436o, 4383, 4464, 4474- 

Déesse : allaitant un enfant, 8679; — cou- 
ronnée de fruits, 8787; — tenant : une 
corne d'abondance, 8670, 8678 à 8675, 
8681 ; — des serpents, 4i48, 4902, 42i4, 
4927; une torche, 8665, 3666; — entre 
deux chevaux, 4478; — indéterminée, 
passim. 

Démêler. Voir Cérès. 

Démophon et Cérès, 38o3. 

Dévots (Images de), 8946, 8947, 8958. 

Diane, 8666, 8788, 4ii6, 4126, 4i39, 

4i4o, 4i48, 4i5i, 49i4, 4629, 443o, 

4479, 4477, 4489 , 4495, 4497; — et Ac- 

téon, 4107, 4i8o, 4485; — (Tète de), 

■3746. 

Dieu : ailé, 494i, 4954; — assis, les jambes 
croisées, 8658, 8781 ; — parc d'un torques, 
8653; — tenant une bourse, voir Mercure; 

— tenant un caducée , voir Mercure; — 
et déesse debout, voir Mercure et Rosmcria; 

— tricéphale, voir Tricéphale. 



Dieux (Pierres à quatre). Voir Pieires ditts 

quatre dieux. 
Dinant, 8999. 
Dionysos. 'Voir Bacchus. 
Dioscure, 4359. 
Divinité : ailée, 493i , 4954; — indéterminée, 

pastim; — entre des oiseaux, 385o, 4956, 

4265. 
Dompelfeld (Luxembourg), 490i. 
Draperie, 4076, 4098, 4357. 
Drapier, 4o43. 
Drulingen (Alsace), 4493. 

Echternach (Luxembourg), 4298, 494o, 4a6o. 

Ecolo, 4o84, 4io3. 

Ecolier, ùo84, 4io3. 

Écureuil, 8987. 

Égide. Voir Minerve. 

Elouges (Belgique), 8991. 

Emerange (Luxembourg), 49o3. 

Empereur, 8898. Voir au nom. 

Encrier, 4i48. 

Endymion, 4889. 

Enfant : accompagné d'un chien, 486i ; — de- 
bout et drapé, 8749; — dans son berceau, 
4 '179; — emmailloté, 8679, 8880, 4364, 
4366; — fustigé, 4o34 ; — monté : sur un 
dauphin, 3895; sur un Triton, 383i; — 
nu, 8898; — portant : un cartable, 8786; 
un jouet, 48io; — tenant : un lièvre, 8907, 
3go8; une poupée, 8788, 8786; — (Femme 
et), 3693, 8720. Voir Amour. 

Engelsdorf ( Luxem hourg ) , 49 36. 

Epéc, 4o58, 4o6i, 4i2i, 4874. 

Épona, 367a, 8991, 4ia4, 4i88, 4907, 4ai9, 
Û24o, 4955, 4269, 4962, 4a68, 4978, 
4984, 4985, 435o à 4356, 44i5, 4417, 
4435,4437, 4446, 4448, 445i, 4478; — 
et palefrenier, 4355, 4356. 

Eppeldorf (Luxembourg), 4287. 

Eros. Voir Amour. 

Escargot, 8987. 

Esculape (Tête ou buste d'), 8890, 8914, 
8915. 

Étalon, 368 1. 

Étiie (Belgique), 4127, 4199. 

Eventail (Femme tenant un), 4385. 

Faiistulus, 368 i. 

Fauïillers (Belgique), 4128. 

Femme : accomplissant un sacrifice, 4999, 
4336, 4348, 44 10; — assise et drapée, 
8698, 8717, 8739 à 8735, 8735, 8750, 
3g3i; — couchée, 8988; — debout et 
drapée, 8966, 8996, 4007, 446i; — et 
enfant, 3699, 3790, 8870, 8984; — parce 
d'un collier, 8979; — tenant; une bague, 
4o45; un bouquet, 8971, 8973; un chien, 
44o8; un coffret, passim; un sanglier-en- 
seigne, 4439; un éventail, 4835; une fiole 
à parfums, passim; un flacon, passim; des 



INDEX ALPHABÉTIQUE. 



499 



fleurs ou des fruits, 8699, 8698, 8717, 

8739 à 8790, 8735, 8901, 43i4, 4885; 

un l'obclet, passim; une mappa, fasshn; 

un miroir, 8716; une patère, voir Abnn- 

(lance, Déetse mère; une quenouille, iiig; 

un vase, passim; — (Tète ou buste île), 

4166, 4469. 
Fleury (Lorraine), 44o4 à 44o6. 
Fleuve, 8677, 4302; — (Tête de), 48o4. 
Flùlo (Joueur de), 4i58; — (Joueuse de), 

4028. Voir Pan {Flùle de). 
Fonlaine (Ornement de), 8754, 8995. 
Fontoy (Lorraine), 4424, 4427, 4485. 
Forgeron, 4488. 

Fortune, 4oo3, 4oo4, 4i4i, 4247, 4286. 
Foudre, 8955. 
Foulon, 4 125, 4i36. 
Fouron-le-Comte (Belgique), 4007. 
Frécourt (Lorraine), 4419. 
Freybousse (Lorraine), 4483. 
Funéraire (Repas), 4o4i, 4o62, 4097, 4io4, 

4i56, 4i48, 4i84, 43o6. 
Fuseau, 8678. 

Gaia, 8791. 

Ganymède (Enlèvement de), 4o66. 

Garenne-du-Roi (Forêt de Compiègne), 8859. 

Géant, 4107. 

Génie, 4o49, 4199; — portant une urne, 
3691. Voir Amour. 

Genou votif, 8875, 3888. 

Gladiateur, 8999; — ■ (Lion et), 8928. 

Gorgonéion. Voir Méduse {Tète de). 

Graudcourt (Belgique) , Iti-ifi. 

Grec (Ouvrage inspiré de l'art), 8671 , 8892 , 
88g4, 8895, 8899, 8906, 8909, 8910, 
8918, 3916, 8935, 8952, 8989, 8994, 
8996,8998, 43ii, 4349, 4884, 44t3, 
4471 , 4495. 

Griffon, 8908, 8955, 4171. 

Grundhof (Luxembourg), 4235. 

Guerrier. Voir Soldat. 

Guirlande, 4o4o, 4o48, 4067, 4o58, 4o6o, 
4io4, 4138. 

Hache double. Voir Bipenne. 
Hagondange (Lorraine), 4899, 4487, 4449. 
Halatte (Forêt d') [Oise], 38ti4 à 8889. 
Haller (Luxembourg), 4935. 
Harnaché (Cheval), 8677. 
Harpe. Voir Couteau de sacrifice. 
Haul-Ilombourg (Lorraine), 4455. 
Hébé (Hercule et), 8664. 
Hébreux (Les trois), 4i69. 
Hécate (Triple), 8985. 
Héiios. Voir Soleil. 
Hcllange (Luxembourg), 4189. 
Héphaistos. Voir Vulcain. 
Hérakiès. Voir Ilei-cule. 

Hercule, 8662, 8665, 8684, 8691, 8849, 
8918, 8963, 3969, 8975, 4oo3, 4oo4, 



4oi9, 4oi4, 4071, 4073, 4io5, 4ii6, 
4126, 4197, 4129, 4i39, 4i38, 4i85, 
4187, 4i4o, 4i48, 4i4û, 4187, 4902, 
42o5, 49i4, 4225, 4937, 4938, 4289, 
4246, 4947, 4999, 4477, 4489, 4499; — 

— et Hébé, 3664; — et Hésione, 4485; 

— ètreignant un serpent, 4987; — (Tra- 
vaux d'), 4i5o, 438G, 4339, 4485; — 
(Tête ou buste d'), 8746, 8959, 4oo6, 
4179. 

Hermaphrodite, 8862. 

Hermès (Oise), 8990, 8992, 8995. 

Hermès. Voir Mercure. 

Herstal (Belgique), 4oJi. 

Herse, 4o86. 

Hésione et Hercule, 4485. 

Hettange (Lorraine), 449 6. 

Heure, 4497. 

Hiéraple(Lc) [Lorraine], 4498, 4444 à 4446, 
4448, 445o à 4458, 4456 à 446o, 4462 à 
446g, 4471, 4476. 

Hiéromont (Luxembourg), 4978. 

Iligny (Lorraine), 4493. 

Hippodamie, 8986. 

Hoeylaort (Belgique), 8997. 

Hollerich (Luxembourg), 4igo, 4199. 

Hombourg (Palatinal), 4489. 

Homme : accompagné d'un chien, 3846; — 
buvant, 4o4g, 4ioo; — conduisant : un che- 
val, 8677, S?"?; "f" voiture, voir Voiturier; 

— debout et drapé, 4890; — nu et debout, 
3689, 8788, 8845, 8858, 8854, 3867; 

— paré d'un collier, 4365; ■ — penché sur 
un cuveau, 4212;- — -pilant dans un mor- 
tier, 3688; — portant : un filet, 4196; 
un oiseau, 44o8; deux oiseaux, 8778; une 
verge, 48i3; une volaille, 48i8; — relevant 
son vêtement, 8864, 8871, 8876; — te- 
nant : une bipenne, 4190; une bourse, 
8695, 8698, 8708, 8718, 8855, 4170, 
4178, 4 194; des ciseaux, 8688; un colfret, 
passim; une corbeille, 368i, 8879; une 
écharpe, 8788; une arme, 8869, 8874; un 
flacon, passim; une flûte de Pan, 48o6; un 
gâteau, 4i42; un gobelet, passim; une 
mappa, passii'i; un marteau de tailleur de 
pierre, 48i8; un outil indéterminé, 8900; 
une serpe, 3852, 3865; un style, 4o46; 
une syrinx, 8705; des tablettes, ;)a«sim; des 
tenailles, 4483; un tranchet, 4817; — 
tirant un râteau, 368 1 ; — • velu d'un man- 
lelet, 8701. 

Horgne-au-Sablon (La). Voir Metz. 
Hydre de Lerne et Hercule, 4i5o. 
Hygie, 4449, 4454. 

Icare, 38o4 , 4o65. 
Impératrice. Voir au nom. 
isis, 8798, 4999. 
Ivoire (Tablette d'), 8926. 
Ixion, 8904. 



Jametz (Palalinat), 448i. 

Jambe votive, 388 1. 

Jenelter (Ancienne collection), 4078, 4077, 
4097, 4io4. 

Jésuites (Ancienne collection des), à Luxem- 
bourg, 4071, 4078, 4075, 4o88, 4096, 
4097, 4098, 4ii3, 4i49, 4i43, 4i47, 
4i54 à 4i56, 4i58, 4i6i, 4i68, 4167, 
4169 à 4171, 4176, 4178, 4i8o, 4182, 
4i83, 4i84, 4»9o, 4191, 4196, 4198, 
4199, 4901, 4310, 4911, 42i4, 434o, 
4244, 4946, 4247, 4261, 4275. 

Jours de la semaine (Divinités des), 43io. 

Jouy (Aisne), 38o9. 

Julia Paula, 8goo. 

Junon, 8g63, 3g84, 4oo4, 4129, 4i8o, 
4i32, 4i85, 4187, 4197, 4202, 4225, 
4288, 4246, 4999, 4496. 

Jupiter, 3666, 38o9, 8976, 4o)4, 4071, 
4i32, 4i38, 4i44, 4193, 4938, 4947, 
495i, 4476;— Caelus, 4i88; — (Tète 
de), 8740,8953, 4394, 43o5. 

Juprelle (Belgique) , 4ooi. 

Jusienville. Voir Theux. 

Kédange (Lorraine), 4499. 
Kelen (Luxembourg), 4989. 
Kirkel-Neuhausel (Palatinal), 4488. 
Kirschnaumen (Lorraine), 4499. 
Knutange (Lorraine), 4490. 

Laboureur, 368i, 4099, 4243. 

Laocoon, 4o65. 

Laon (Musée de), 8760, 8769, 8765, 8766, 
8798. 

Lambertye (Collection de), 4189. 

Lapin, 8987, 8g85; — tenu par un enfant, 
8907, 8908. 

Laraire, 4198, 49o6. 

Latour (Eglise de) [Belgique], 4i99. 

Laurier (Rameau de), 8988; — (Couronne 
de), 4228. 

Lautzkirchen (Palatinal), 4476. 

Léda et le cygne, 368i, 88o5. 

Lemberg (Lorraine), 4478. 

Lenningen (Luxembourg), 42i8, 4220. 

Les Fontaines (Nord), 8984, 3986. 

Lévriers, ioag. 

Liège (Musée de), 4ooi, 4oo3, 4oo4, 4oo8, 
4oio. 

Limbach (Palatinal), 4479. 

Linden (Luxembourg), 4381. 

Lion, 8972, 8974, 8980, 39g3, 4o53,4iii, 
4i54, 4920, 4385, 4443; — cl Gladia- 
teur, 8928. Voir Scène de cha»ti<. 

Lohr (Alsace), 4491. 

Lor (Aisne), 8658. 

Louvain, 4oo6. 

Louve, 4o58; — romaine, 368i, 4077. 

Louvre (Musée du), 8790, 8989. 

Lucille, 8903. 

63. 



500 



INDEX ALPHABETIQUE. 



Lune (La), 8978, 4ot6,/)074, 1497. Voir 
Hécale ( Triple ). 

Luxembourg, ioi3, iogS, ij86, 4187; — 
(Musée de), iiaô, 4187, 4i88, 4199 à 
iigS, 4ao6, 4ai3, 4ai3, 43i5, SaiS, 
4auo, 4aai, 4aa3, 4a3tî, 4a38, 4a5i, 
4a5a, 4a54 à âaSg, 4a63 à 4374, 4376, 
4378 à 4280, 438a, 4a83. XoirJésuilei {An- 
cienne collection de>). 

Lyre. Voir Apollon. 

Maëstricht, 8999, 4oo3, 4oo5; — (Musée 
de), 3999, 4oo3, 4oo5, 4009. 

Mages (Les Irois), 4)69. 

Magna mater. Voir Cybèle. 

Mains ( Étreinte de ) , 4370. 

Main volive, 3875. 

Maître d'école, 4o34,4io3. 

Majot de Guerne (Collection), 8794. 

Malade (Ex-voto de), 3864 à 3883, 3885 à 
3888. 

Marner (Luxembourg), 4191, 4i94. 

Malmaison (La) [Aisne], 8756. 

Mannheim (Musée de), 4494. 

Mansfeld (Ancienne collection). Voir Clauscn. 

Mantelet (Homme velu d'un), 8701. 

Marange (Lorraine), 44i6. 

Marché (Scène de), 4360. Voir Vente [Scène 
de). 

Marin, 4i so. 

Mars, 866a, 8665, 8691, 38i9, 8849, 8968, 
4071, 4ao3, 4393, 44a5, 445o, 4477, 
4489; — (Porte de), 8681; — cl Minerve 
(ou Victoire), 3664; — et Rhca Sylvia, 
4o8o. 

Marsyas, 8689; — et Apollon, 4485. 

Marteviile (Aisne), 8961. 

Masque : de bronze, 4189, 4491 ; de feuillage, 
43i3r438i, 4888; — de Satyre, 8995; — 
scénique, 8989, 8945, 8965, 4oii, 4879; 
grimaçant, 4o5i. Voir Méduse. 

Masques adossés, 8754. 

Massue. Voir Hercule. 

Maus (Collection), 4119. 

Médaillon (Buste dans un), 3868. 

Medica, 4863. 

Méduse (Tête de), 885 1, 4833. 

Mercure, 3663,3665, 3666, 8669, 3684, 
3690, 8798, 38o6, 3847, 8863, 8859, 
8919, 8939, 8976, 8976, 8984, 4oo4, 
4009, 4oi9, 4o68, 4071, 4i36, 4137, 
4i33, 4i35, 4i37, 4189, 4i44, 4187, 
4ai4, 4346, 4389, 43oa, 483i, 438a, 
4347, 4348, 4398, 44oi, 44ii, 4438, 
4455, 4498; — (Dieu cornu, Apollon et), 
3653; — "el Rosmerta, 3668, 8745, 8756, 
896a, 4a88, 4334, 4346, 4475, 4488, 
44go; — portant Bacclius, 44i3, 4471, 
4483, 4491, 4497; — tenant une lête de 
bélier, 3668; — (Tête de), 3688, 39o6;> 
— el déesse nue, 4i3o. 



Mère (Déesse). Voir Déesse mère. 

Merlebach (Lorraine), 44i8, 443i, 4486, 
4438, 444o à 4443, 4454, 4470. 

Mersch (Luxembourg), 4399, 4934, 4978. 

Merlen (Lorraine), 4493. 

Messancy (Belgique), 4i3o, 4i4o. 

Melz (La Ilorgne-ari-Sablon, Montigny et), 
4984 à 4898, 44oo à 44o3, 4407 à 44ia; 
— (Musée de), 4071, 4096 à 4098, 4284 
à 4a88, 4390 à 6807, 4809 à 43ii, 48i8 
à 4890, 4333, 4338, 4836 à 4337, 4839, 
433o, 4333 à 4343, 4345 à 4864, 4866 
à 4899, 44oi à 44o3, 4407, 44i4, 44i6, 
44i8 à 44ao, 4434 à 4496, 4498 à 
4499, 448i à 4434, 4436 à 4443, 4446, 
4448 à 4469, 4471, 4474, 448i, 4483, 
45oo. 

MiUiaire (Borne), 4o85. 

Minolaure, 881 5. 

Minerve, 8663, 8798, 8849, 4oi3, 4017, 
4o68, 4ii6, 4i3a, 4i96, 4137, 4139, 
4i3o, 4i33, 4i85, 43a5, 4a38, iaSa, 
4359, 44a5; 4485; — assise, 4498; — 
(Tête de), 4437, 4447. 

Miroir (Femme tenant un), 8716. 

Mithra, 38o6; —(Culte de), 4i34. 

Moissonneur, 368 1. 

Monderkange (Luxembourg), 4ia3, 494 1, 
4943 , 4943, 4345. 

Monnaies (Perception de), 4i48; — (Cerf 
vomissant des), 4196. 

Mons (Belgique), 8986. 

Monstre marin, 8791,8810, 8897 à 883o, 
3839 à 3884, 3886, 8838, 4o5o, 4o54, 
4o55, 4i6o, 4177, 4261. Voir Néréide, 
Triton. 

Mont ( Meurthc-el-Moselle ) , 4 4 1 5 . 

.Montcy-Saint-Pierre (Ardennes), 8776, 8780 
43788. 

Montigny (Lorraine). Voir Metz. 

Mothe (Château de la), 38o8, 88o5 38807, 
8809, 8811 à 38i3, 8819, 8830, 3894, 
8887. 

Mousty (Belgique), 8990. 

Mu.«e, 4485. 

Musicien, 8713. 

Nabuchodonosor, 4i62. 
Nancy (Musée de), 44i8. 
Narcisse, 4oo5, 4070. 
Neplune,4i8o; —(Tète de), 43o4. 
Néréide et monstre marin, 8810, 8817, 8890, 

8898, 4076, 4i66. 
Neu-Saarwerden (Alsace), 4496. 
Neuveforge (Ancienne collection Louis de), 

•4087, 4095. 
Niobide, 8790, 8819; — (Têle de), 8909. 
Nizy-le-Comte (Aisne), 8755, 8760, 8769, 

8768, 8766. 
Noyon, 8795, 38oo. 
Nymphe, 4485. 



Océan, 8791. 

Octavie, 891 1. 

OKnomaiis et Pélops, 8986. 

(JKtrange (Luxembourg), 4917. 

Oiseau, 8954, 8979, 4964, 4905, 4989; — 

et tête lie bélier, 3659, 3654 à 3659, 8748; 

— (Divinité parmi des), 885o, 4956. 
Ornement de fontaine. Voir Fontaine ( Ornement 

de). 
Osperen (Luxembourg), 4953. 

Pallas. Voir Minerve. 

Pan. 8998; — (Flûte de), 48o3, 48o6, 
4379. 

Panthère , 4 1 1 . 

Paon (Déesse accompagnée d'un). Voir Junon. 

Panllière marine, 8839, 8833, 4483. 

Pâtissier, 4396. 

Patte votive, 3886. 

Pêcheur, 8995, 43o6. 

Pédagogue des Niobides, 8790. 

Pedum. Voir Bâton. 

Pélops el OEnomaiis, 8986. 

Pelta. Voir ( Bouclier d'amazone ). 

Penlhésilée (Achille et), 4i46. 

Peppange (Luxembourg), 4a 10. 

Perroquet, 8979. 

Persée et Andromède, 4096. 

Personnage inconnu (Tète ou buste de), 8794 , 
8891, 8899, 8900 à 8908, 8916, 8989, 
8989, 8990, 8994, 4iia, 433o. 

Phénix, 4 1 70. 

Philippsburg (Palatinat), 4479. 

Philosophe (Tête ou buste de), 8899,3908, 
8918. 

Phrygien. Voir Attis, Mithra. 

Pied votif, 3885. 

Picrquin (Collection), 8779, 878a, 8788. 

Pierres dites «à quatre dieux», 8669, 3664 à 
8666, 8691, 3776, 8798, 3849, 3968, 
8975, 3984, 4oo3, 4oo4, 4oi3, 4oi4, 
4o68, 4071, 4to5, 4ii6, 4ia9, 4i96, 
4197, 4199, 4i3o, 4i39, 4i83, 4i35, 
4i4o, 4i48, 4i44, 4187, 4197, Aaoa, 
43o5, 43i4, 43a5, 4997, 4938, 4989, 
4346, 4347, 4490, 4489. 

Piéton, 4 109. 

Pistorf (Alsace), 4498. 

Plante stylisée, 43i5, 4879, 4876, 438a, 
44o3. 

Plautille, 434 1. 

Plessier (Collection), 8969. 

Plomb (Cercueil de). Voir Cercueil de plomb. 

Poisson, 8970, 4986, 4286. 

Pollux. Voir Dioscures. 

Polyxène, 38 19. 

Pont-.Sainte-Maxence (Oise), 8869. 

Porc, 49 16. 

Portrait d'un inconnu. Voir Personnage inconnu. 

Poséidon. Voir Neptune. 

Potier, 4o85. 



Poupée (Enfant tenant une), 8738, 3786. 
Priam et Achille, 4325. 
Prométhce, 38o4. 

Quadrige, SgSG, iioa, 4i34. 

Rabatteur, 8788. 

Rame (Triton tenant une), 38!8, 8826. 

Rameur, 4 190. 

Rai, 3653. 

Reims, 365i à 8677, 8681 à 8699, 3694 a 
8715, 8717 à 8780, 8782 à 8787, 8789 à 
8743, 8745 à 37DO, 8753, à 8754; — 
(Dépôts lapidaires de) : Cimetière de l'Est, 
8667, 8707, 8718; Clairmarais, 366o, 
3665, 3582, 8687,8694 à 8697, ^702, 
8708, 3710, 8719, 3790, 3728, 8794, 

8728, 8735, 3740, 8741, 3748, 8759; 
Hôtel de ville, 8669, 3686, 8690, 8691, 
8699,8700, 8708, 8704, 3706, 8709, 
8714, 3715, 8717, 8718, 8739, 3796, 

8729, 8780, 8782, 8786, 8787; Hôtel- 
Dieu, 3662, 8668, 8664, 8666, 8677, 
3683, 3685, 3688, 8699, 8698, 8705, 
3711, 8721, 3734, 3743, 3745, 8746; - 
(Musée archéologique de), 865i à 8659, 
8661,8670 à 8675, 8689, 3701,8712, 
8795, 8727, 8783. 

Remerschcn (Luxembourg), 4212. 

Rémus. Voir Louve romaine. 

Repas d'enfants, 4097. 

Repas funéraire. Voir Funéraire (Repas). 

Rliéa Syivia et Mars, 4o3o. 

Reinheim (Palatinal), 448o. 

Rinxent (Pas-de-Calais), 8976, 8978. 

Rocher sculpté, 4422, 4478, 4474, 4477. 

Rome (Déesse), 3885. 

Romulus. Voir Louve romaine. 

Rosace, 8968, 4897; — ""'""e deux swastikas, 

4002. 

Rosmerla, 3686, 8782; — (Mercure et), voir 
Mercure. 

Sablon (Le). Voir Metz. 

Sabolier, 3685. 

Sacrifice (Scène de), 4o23. 

Sains (Somme), 8955. 

Saint-Acheul (Somme), 8958, 8969. 

Saint-Avold (Lorraine), 448o, 4447. 

Saint-Germain (Musée de), 3666, 8685, 

3756, 8770, 3849, 8849, 385o, 3852, 

3854, 8857, 386o, 386i, 8863, 8952, 

42ig, 4470, 4479. 
Saint-Ingbert (Palatinat), 4474, 4477, 4483. 
Saint-Quentin (Musée de) [Aisne], 8960. 
Saint-Tliaurin (Somme), 8957. 
Sainte-Fonlaine. Voir Merlebach. 
Saisons, 8681, 8789, 4oa6. 
Saleux (Somme), 8956. 
Sanglier, 4o48, 4472; — enseigne, 4489; 

— marin, '1160. Voir Scène de chasse. 



INDEX ALPHABETIQUE. 

Sarcophage: chrétien, 4i59, 4i69; païen, 
8676, 8677, 8791, 38oi, 385i, 3921, 
3986, 4385; — dit de Carloman, 8676; 

— dit de Jovin, 8677; — dit de Syagrius, 
8791. Voir Cercueil de plomb. 

Sarrebruck (Musée de), 4479. 

Sassenheim (Luxembourg), 4197, 42CO. 

Satyre, 8759, 8905, 4o28, 4o39, 4o4o, 
4498; — portant Bacchus, 4i63; — (Tète 
ou buste de), 8663, 8995, 4o47, 4o53. 

Saverne (Musée de), 4496, 4497. 

Scène de chasse. Voir Chasse {Scène de). 

Scène de sacrifice. Voir Sacrifice (Scène de). 

Scène de toilette. Voir Toilette (Scène de). 

Scène de vendange. Voir Vendange (Scène de). 

Scène de vente. Voir Vente (Scène de). 

.Scène inexpllcjnée, 8784, 4oi8, 4o20, 4o8) ; 
4o34, 4087, 4o8i, 4095, 4ioo, 4ioa, 
4 108, 4ii3, 4it5, 4ii8, 4 147, 4170, 
4175, 4182, 4190, 4196, 4211, 4980, 
4960, 48o2, 43a5, 4884, 4898, 4424, 
443i. 

Scbùttringen (Luxembourg), 4271. 

Scieur de long, 8696. 

Sculpture mithriaque. Voir Mitlira. 

Sedan (Musée de), 8768, 8779 à 8775, 
8778, 8789. 

Sein votif, 3883. 

Séléné. Voir Lune (La). 

Semaine (Divinités des jours de la), 4a 10 
(voir p. 497), 44i4, 4425. 

Senlis, 3858-, — (Musée de), 3855, 3856, 
8858, 3859, 3864 à 8889. 

Senzeilles (Namur), 8998. 

Serpent, 8987, 4109, 4i43; — à tète de bé- 
lier, 8919; — entourant un vieillard, 4oi8. 

Signeulx (Belgique), 4117. 

Silène, 8986. 

Sirona, 4470. 

Sissonne (Aisne), 8767, 8761, 8767, 8771. 

Soissons, 3790, 8791 à 8794, 8796, 8797; 

- (Musée de), 8791, 8796, 8797, 8799, 
8801, 38o2. 

Soldai, 8788, 8744, 8782, 8898, 8988, 
8940 à 8943,8959,4019, 4oi6,4i59, 
4190 , 43oo. 

Soleil (Le), 4oi6, 4497; — conduisant un 
quadrige, 4i34. 

Sphinx, 4oio, 4482, 448i. 

Spire (Muséede), 4478 à 448o, 4483 à 4489, 
4491. 

Statuettes votives, 8879, 8880, 3884. 

Stèle funéraire, passim; — avec portrait: d'une 
personne, passim; de deux personnes, 8692, 
8694 à 8696, 8787, 3744,8949,4088, 
4o44, 4o45, 4o56, 4o88, 4092, 4094, 
4097, 4098, 4i57, 4i68, 4167, 4i68à 
4170, 4176, 4178, 4i8o, 4i86, 4194, 
4292, 4a24, 4275, 4399, 4887, 4862, 
4366, 4394, 44o4, 44o5, 4445; de trais 
personnes, 366a, 368a, 8687, 8697, 8944, 



501 

4089, 4o49, 4o43, 4062, 4092, 4235, 

4a42, 4245, 48o6, 4807, 43io; de quatre 

personnes, 8688, 4o4o, 4091. 
Stenay (Meuse), 8784, 8786, 8789. 
Strasbourg (Musée de), hlfjo, 4492, 4498, 

4496, 4498. 
Swastika, 4oo2. 
Sylvia. Voir Rhéa Sylvia. 
Syrinx. Voir Pan (Flûte de). 

Table (Pied de), 8897,3915. 

Tablettes, 4878. 

Taureau : marin, 4o54, 4483, 4487; — (Têle 

de), 4195, 48o8, 4434. 
Taurobole (Autel commémoratif d'un), 43o8. 
Teinturier, 4i25, 4i36. 
Télèphe, 4oi3. 
Télé : àbarbe de feuillage, 49t3, 488i, 4388; 

— entre deux oiseaux, 885o; — votive, 

8878. 
Thésée, 4889. 
Thétis (Achille et), 8808. 
Thoux (Belgique), 4oo9. 
Tibère, 8799. 
Tilelbcrg (Le) [Luxembourg], 4191, 4198, 

4195, 4906, 4908, 4978. 
Toiietle (Scène de), 4o59,4o68, 4i09, 4i56, 

4987. 
Tonneau, 466i; — x (Barque chargée de), 

4079, 4o8o. 
Tonnelet, 4897. 
Tonnelier, 4991. 
Torse cuirassé, 4888. 
Tortue. Voir Mercure. 
Trajan, 8758. 

Tranchet (Homme tenant un), 4817. 
Treille, 48o6. 
Trêves (Musée de), 4207. 
Triade, 3658. 
Tricéphale (Dieu), 365i, 8652,3654 à 8659, 

8661, 866G, 8761, 8766. 
Trirème, 3g64. 
Triton, 368o, 8819, 8821, 4107, 4i65, 

4 166; — et monstre marin, 4078, 4 160, 

4177, 4a86; — tenant une rame, 8818, 

38a6. 
Tritonide, 4i83. 
Trompette, 4o58. 
Tronc humain votif, 8882, 8887. 
Tutèle,3670, 367838675; — (Tête de), 4067. 
Tympanum, 43o8, 4807, 4874. 

Urne, 4o5o. 

Uscldange (Luxembourg), 4949. 

Valeur (La), 8677. 
Varennes (Aisne), 8787. 
Vasque, 8663. 
Vendange (Scène de), 8681. 
Vente (Scène de), 8785, 8786, 4o48, 4o44, 
4i6i, '1190, 4995, 4'ioo, 4457. 



502 



INDEX ALPHABETIQUE. 



Vénus, 366o, 3671, 368i, 8799, 3984, 
3989, 4oj5, 4397, 4338; — et Amour, 
3781, 4i45-, — et Triton, 368o; — et Mer- 
cure, 4i3o; — et Vulcain, 3664. 

Verdun (Musée de), 3784 à 3788. 

Vermand, 3960. 

Verlumne, 4o65. 

Vervoz (Belgique), 4oo8, 4oio. 

Vichten (Luxembourg), 49 5o. 

Victoire, 8963, 4i59, 434g, 4485; — et 
Amour, 43ii; — sculptant un bouclier, 
368i. 



Vieillard entouré par un serpent, 4oi8, 

Vigne (Rinceau de), 43o6. 

Ville personnifiée, 448o 

Villers-Burgescli (Ancienne collection de), 

4071, 4096 à 4098. 
Villers-sur-Semois (Belgique), 4ii6. 
Vin (Marchand de), 4i6i. 
Virlon (Belgique), 4ii8 à 4i90, 4i39 à 

4i34, 4i37, 4i38. 
Voiturier, 4o3i, 4o4t, 4o43, 4o44, 4o83, 

4io9, 41.57, 4297, 4391. 
Vulcain, 4494, 4433; — et Vénus, 3664. 



Waldbillig (Luxembourg), 4ia6, 4226, 4277, 

4981. 
Waldfischbach (Palalinat), 4495. 
Weiler-la-Tour (Luxembourg), 42o5, 4209. 
Weiler- Saint -Laurent (Luxembourg), 4196, 

4902. 

Wenz (Collection Alfred), 3668. 
Wolfkirchen (Alsace), 4494. 

Zetling (Lorraine), lilijo. 
Zeus. Voir Jupiter. 
Zilling (Lorraine), 4498. 



NB 
1280 
E86 
t. 5 



Esp^randieu, ïmlle 

Recueil général des 
bas-reliefs de la Gaule 
romaine 



PLEASE DO NOT REMOVE 
CARDS OR SLIPS FROM THIS POCKET 



UNIVERSITY OF TORONTO LIBRARY