(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Revue celtique"

àir^ 



31^ • ^ ;*.• ''••»•-• 



S:-..C.ïfK' 



^È^.. 



^è'^m^^ 






REVUE CELTIQJJE 



TOME IV 



A ^ PUBLIÉE V-^ >• 

^ ^^ 

^J^ AVEC LE CONCOURS DES PRINCIPAUX SAVANTS '^^> 

DES ILES BRITANNIQUES ET DU CONTINENT 



DIRIGEE PAR 



H. GAIDOZ 

Directeur-Adjoint à VÉcole des Hautes Études, Professeur à ['École des Sciences Politiques, 

Secrétaire correspondant de la Cambrian Archœological Association, Memhrtdtlà 

Royal Archceological Association of Ireland, etc. 



Tome IV 




F. VIEWEG, LIBRAIRE-ÉDITEUR 
67, rue de Richelieu, PARIS 

1879-1880 



TABLE DES MATIÈRES. 



Pages 
es dieux de la cité des Allobroges, d'après les monuments épigraphiques, 

par M. Florian Valientin i 

— Cf. Note additionnelle 445 

Comment le druidisme a disparu, par M. Fustel de Coulanges ... 37 

Devinettes bretonnes recueillies et traduites par M. L.-F. Sauvé. . . 60 

Sirona, par M. Charles Robert 133 

— Cf. Note complémentaire 265 

— Cf. Erratum 479 

Supplément aux dictionnaires bretons, par M. Emile Ernault . ... 145 

PopuîarTales of Ireland, by David Fitzgerald, Esq 171 

— Cf. Additional notes 268 

— Cf. Errata 202, 516 

L'amitié d'Amis et d'Amiles, texte gallois publié d'après le Livre Rouge 

d'Oxford, avec une traduction française par M. H. Gaidoz .... 203 

— Cf. Addenda et Corrigenda 479 

Tidings of Doomsday, an Early Middle Irish Homily, edited and trans- 

lated by W. S 245 

— Cf. Errata 479 

Cornica, by W. S 2^8 

Monnaie gauloise inédite de Lucterius, chef cadurque, par M. A. de 

Barthélémy 317 

Old-Breton Glosses, by W. S 324 

O'Clery's Irish Glossary, edited and translated by Arthur W.-K. Miller, 

Esq 349 

— Cf. Errata 479 

Les Contes populaires de la Haute-Bretagne, par M. F. -M. Luzel . . 429 



vj Table des Matières. 

MÉLANGES. 

Le Dictionnaire breton de Roussel, par M. E. Ernauit 104 

Une version tchèque du Purgatoire de saint Patrice, par M. L. Léger . 105 
Les langues celtiques dans les Iles Britanniques et en France, par M. Paul 

Sébillot 277 

Mercurius Finitimus, par M. Florian Vallentin 444 

Taliesin's Littie World, by Reinhold Kœhler, Esq 447 

Le breton dans maistre Pathelin, par M. J. Loth 451 

La Société pour la conservation de la langue irlandaise, par H. G. . 457 

BIBLIOGRAPHIE. 

H. d'Arbois de Jubainville, Voyelles et consonnes du breton moderne 

(E. Ernauit) 465 

Barges, Les colonies phéniciennes (Philippe Berger) 283 

Edm. Blanc, Épigraphie des Alpes maritimes (H. G.) 460 

Berson, La nation gauloise et Vercingétorix 469 

Bulliot et Roidot, La cité gauloise (H. G.) 109 

Bye-Gones 463 

J. Costa 282 

Daremberg et Saglio^ Dictionnaire des antiquités 463 

John Davies, The Celtic Languages 470 

Decharme, Mythologie de la Grèce 126 

De quelques publications d'outre-Pyrénées (H. G.) 279 

Durand, Études de philologie 301 

Duval, Esquisses marchoises 47' 

Emgann Kergidu (Ernauit) 299 

Fita 280 

Gaidoz, Esquisse de la religion des Gaulois (A. de B.) 112 

— La religion gauloise et le gui de chêne 470 

Geslin de Bourgogne et A. de Barthélémy, Anciens évêchésde Bretagne. 296 

E. Hubner 279 

Joyce, Old-Celtic Romances (H. G.) 294 

Koschwitz, Sechs Bearbeitungen des altfr. Ged. von Karls des Grossen 

Reise(H.G.) 117 

Laurens de la Barre, Fantômes bretons (Luzel) 297 

Lemière, Les Gaulois étrangers à la race celtique 469 

Liebrecht, Zur Volkskunde (H. G.) 118 

Loch Etive 3°' 

Luchaire, Étude sur les idiomes pyrénéens (H. G.) 111 

Luzel, Veillées bretonnes 125 

Mortillet, Les potiers allobroges (Héron de Villefosse) 289 



Table des Matières. vij 

Napier, Folk-Lore 125 

Nedelec, Cambria Sacra 114 

Pryce, The ancient British Church 114 

Quellien, Annaïk 299 

Revon, La Haute-Savoie avant les Romains (H. G.) 279 

Rhys, Lectures on Welsh Philology, 2d Ed. (H. G.) 116 

Ch. Robert, Inscriptions antiques du musée de Bordeaux 122 

E. Rolland, Faune populaire '25, 471 

Ruelle, Bibliographie générale de la Gaule 301 

Sacaze, Épigraphie de Luchon (H. G.) 460 

Sarmento 280 

Sikes, British Goblins (H. G.) 295 

FI. Vallentin, Divinités indigètes du Vocontium 122 

— Le culte des Matras 308 

— Le musée épigraphique de Gap (H. G.) 460 

De Valroger, Les Celtes, la Gaule celtique (H. G.) 107 

J. de Vasconcellos 279 

De la Villemarqué, Poèmes bretons du moyen âge (H. G.) . . . . 117 

Vingtrinier, La statuette d'Oyonnax 470 

Windisch, Irische Grammatik (H. G.) 112 

Wynne, The History of the Gwydir Family (H. G.) 464 

CHRONIQUE. 

La Société celtique. — Une poésie de M. Luzel. — The Folk-Lore 
Society. — M. P. Sébillot sur la statistique de la langue bretonne. 

— Les manuscrits de Th. Stephens. — Un inde.x à la Grammatica 
Celtica 12^ 

La Revue épigraphique du midi de la France. — Un musée gallo-romain 
à Dornach (Alsace). — Un ancien poème français sur sainte Nonne 
(cf. rectification, p. 479). — La poésie à la Société celtique. — Une 
poésie de M. Milin. — Les causeries bretonnes de M. Le Bos. — La 
bibliothèque galloise de M. Robert Jones. — La discorde chez les 
celtophiles de Gratz. — Un recueil de contes de la Haute-Bretagne. 

— Les nouvelles commissions archéologiques 302 

Les revues épigraphiques. — Un nouveau livre de M. Rhys. — Le 

calendrier d'Oengus, par M. Stokes. — La Société gaélique d'Inver- 
ness. — La Société des Cymmrodorion. — La mission de M. Quel- 
lien en Basse-Bretagne 472 

NÉCROLOGIE. 

MM. Halliguen : — Ed. Barry ; — Robert .lones ; - Th Nicholas . 132 



viij Table des Matières. 

MM. le général Creuly ; — Charles de Gaulle ; — abbé Henry ; — 

O'Longan ; — François Stark 312 

MM. Wynne ; — Le Men ; — De Saulcy ; — Encina 474 

Addenda et Corrigenda 479 

Erratum du t. II 479 

Errata du t. III 479 

Errata du t. IV 479 



AVIS. 

Ce volume contient une feuille et demie de moins que les précédents 
parce que nous avons donné un plus grand nombre de feuilles de la 
Grammaire galloise de Griffith Roberts que nous publions en supplément. 
Nous saisissons cette occasion d'annoncer que cette réimpression sera 
achevée avec la dernière livraison du tome V. 



^y /^c...~^'-^^^<^ ^tc^^^ ^ c£f 



LES DIEUX DE LA CITE 

DES ALLOBROGES 

D'APRÈS LES MONUMENTS ÉPIGRAPHIQUES. 



La religion des Gaulois a été l'objet de recherches et d'investigations 
de la part de plusieurs érudits qui se sont attachés surtout aux mythes 
et aux légendes. Je crois qu'il ne faut pas dédaigner dans cette étude 
l'archéologie, et spécialement l'épigraphie, qui est un précieux auxiliaire. 
En effet, les inscriptions sont les seuls textes d'une authenticité indiscu- 
table que l'on possède. 

J'ai fait connaître dans une précédente publication les divinités indi- 
gètes des Voconces d'après les monuments épigraphiques '. Un travail 
analogue pour la cité des Allobroges m'a paru présenter quelque 
intérêt. 

Les Allobroges possédaient toute l'étendue de la région comprise entre 
le Rhône et les Alpes, le lac Léman et l'Isère 2. Ce vaste territoire se 
divisait naturellement en deux parties distinctes : la plaine, qui était très 
peuplée et qui produisait du blé en abondance, et la montagne, domaine 
exclusif des forêts et des pâtures qui fut défriché après la conquête. 
V Les Allobroges, dit Tite-Live, ne cédaient à aucune autre nation gau- 
loise, ni en richesse, ni en puissance, ni en renom. « En effet, les peu- 
plades de la rive gauche du Rhône formaient une confédération dont les 
Allobroges avaient le patronage; ces derniers appartenaient à leur tour à 

1. Grenoble, 1877, in-8',87 pages. (Extr. du Bull, de l'Acad. delphinale, 1876, t. XII 
de la 3'-' série.) 

2. Allmer, Inscriptions antiques de Vienne, t. II, p. 390 et s. — Cet érudit pense avec 
raison qu'il faut comprendre dans VAllobrogie certaines parties de la rive droite du Rhône 
et de la rive gauche de l'Isère, opinion corroborée par l'étude des monuments épigra- 
phiques. Voir sur ce point E. Desjardins, Céogr. hist. et adm. de la Gaule romaine, 
t. II, p. 5 j I . — On admet généralement que les Allobroges appartenaient à la race celtique. 
E. Desjardins, id., p. 234 et s. 

Rev. dit. IV i 



2 Les Dieux de la cité des Allobroges. 

la confédération Arverne, conformément au système de groupement en 

usage dans la Gaule '. 

Avant la conquête romaine, Vienna était la métropole des Allobroges 
grâce à sa situation sur les bords du Rhône, le plus considérable affluent 
de la Méditerranée et la voie la plus fréquentée pour les relations com- 
merciales ^ Les oppides disséminés alors sur le territoire allobroge 
étaient Cularo^ Genava, Solonium, Ventia 5. Il faut ajouter à cette liste les 
localités connues par les inscriptions ou les itinéraires et dont les noms 
paraissent appartenir à la nomenclature gauloise : Figlinae, Tegna, Ursoli 
entre Vienne et Valence, Taredonnum, Morginnuin entre Vienne et Gre- 
noble, Bergusium, Etanna, Condate entre Vienne et Genève, Lavisco, 
Lemincum, Voludnia, Mantala^ Turno entre Vienne et la vallée des 
Centrons 4. 

Il est inutile de rappeler les démêlés des Allobroges avec les Romains, 
leurs défaites aux batailles célèbres de Vindaliiiin et du confluent de 
l'Isère, leur soumission, leurs révoltes et enfin leur complet et définitif 
assujettissement s. L'Allobrogie fut alors élevée au titre et aux préroga- 
tives d'une colonie de citoyens romains ; elle fit partie, comme la plu- 
part des cités de la Narbonnaise, de la tribu Voltinia ^. La métropole 
officielle fut maintenue à Vienne : la colonie de Vienne remplaça la cité 
des Allobroges, et par suite les Allobroges devinrent des Viennois. Cette 
colonie prospéra rapidement et eut une brillante destinée. L'étude des 
monumentsépigraphiques recueillis dans l'Allobrogie a permis à unarchéo- 
logue distingué, M. Allmer, de reconstituer l'histoire de cette région 
sous la domination romaine 7. 

Lorsque les Romains avaient pris possession d'une ville gauloise, ils 



1 . Ce fait est très important : il nous explique pourquoi Teutomal, roi des Salluves, 
battu par Calvinus, se réfugia chez les Allobroges, et pourquoi ceux-ci, attaqués pour ce 
motif par les Romains, demandèrent l'assistance des Arvernes. Déjà antérieuiement à cette 
époque, Annibal, après avoir franchi le Rhône, ne crut pas devoir tenter de gagner les 
Alpes sans s'être entendu avec les Allobroges. — Voir : D'' Guillaud, Des différentes races 
qui ont successivement habité le département de l'Isère; Herzog,Gd//. Narbonn. Descript.; 
Allmer, ibid., t. Il, p. 39? ; E. Desjardins, ibid., p. 217-236. 

2. Le nom gaulois de Vienne serait peut-être Vigenna, nom qui figure sur la table de 
Peutinger. E. Desjardins, ibid., t. Il, p. 237 et note de M. d'Arbois de Jubainville. 
Allmer, ibid., t. II, p. 401. — Strabon, 4, 1, 11. 

3. E. Desjardins, ibid., t. Il, p. 350. 

4. On peut ajouter : les Albinnenscs (Albens), les Bellicenses (Belley), les Venetonima- 
genses (Vieu), etc. Allmer, ibid., t. II, p. 393 et 406. — Desjardins, ibid., t. II, p. 238, 
note de M. d'Arbois de Jubainville. 

j. E. Desjardins, ibid., t. II, p. 277 et s., p. 350 et s. 

6. Allmer, ibid., t. II, p. 141. 

7. Inscriptions antiques de Vienne, ouvrage remarquable qui a obtenu la première 
médaille au concours des antiquités nationales de 1874. — Le territoire de la colonie de 
vienne dut rester le même que celui de l'ancienne cité des Allobroges. 



Les Dieux de la cité des Allobroges. 3 

en faisaient une contrefaçon de la ville éternelle frappée à la même 
effigie ; ils construisaient des cirques, des théâtres, des capitules, des 
aqueducs, pour mettre Rome à toute heure sous les regards du Gaulois 
et enseignera celui-ci qu'il était devenu romain. Le culte et les noms 
des dieux de Rome remplaçaient le culte et les noms des divinités indi- 
gènes , des temples et des autels s'élevaient en leur honneur; mais ces 
dieux, dépaysés dans un pays humide, regrettaient le ciel bleu de 
l'Olympe et les déesses frileuses grelottaient dans les brouillards. 

Le nombre des temples érigés dans l'Allobrogie aux dieux de l'Olympe 
romain était très considérable, à en juger par les inscriptions qui sont 
parvenues jusqu'à nous. Ces temples étaient desservis par des prêtres 
d'un haut rang et d'origine ingénue, pontifes, augures ou /lamines'. Les 
divinités gauloises avaient été reléguées dans les laraires des carrefours, 
desservis par les sévirs augustaux choisis généralement parmi les 
affranchis. 

Auguste, Pontifex Maximus et chef de l'empire, unifia le monde romain 
de la manière la plus complète au point de vue religieux. L'assimilation 
faite pour les divinités de l'Orient et de l'Afrique était impossible pour la 
(Taule et l'Espagne ; il fallait la remplacer par une organisation nouvelle. 
Aussi Auguste profita de la restauration qu'il accomplissait des dieux 
lares et pénates à Rome et en Italie, et il y comprit les dieux de la Gaule^. 
Les dieux conservés du culte gaulois furent seuls aptes à figurer dans 
les laraires publics, et prirent le surnom d'Augustes en souvenir des 
décrets de l'empereur qui les avaient admis à l'honneur de divinités offi- 
ciellement reconnues 5. En outre, l'étude des monuments épigraphiques 
montre que les Romains rapprochèrent leurs dieux des divinités gau- 
loises qu^ils pouvaient leur assimiler : ils cherchèrent des analogies, des 
ressemblances dans leur Olympe. La divinité indigète fut obligée de se 
parer du nom du dieu latin correspondant ou présumé tel. 

La fusion des cultes avait été considérée par les Romains comme le 
meilleur moyen d'arriver à la destruction du druidisme, dont l'impor- 
tance politique leur portait ombrage, et par suite à l'assimilation de la 
Gaule ; c'était d'ailleurs le complément nécessaire des institutions admi- 
nistratives et sociales qu'ils avaient introduites dans notre pays. Cet 
état de choses permit rapidement au vaincu de jouir de la plénitude des 



I. Ce sont les seules fonctions que font connaître les inscriptions. Choisis à vie parles 
décurions de Vienne, ces prêtres pouvaient cumuler leurs fonctions religieuses, qui étaient 
gratuites, avec des fonctions civiles. Allmer, ibid., t. II, p. 274. 

2 et 3. Sueton. Vit. Augusti, c. 30-31. Ballet, de l'Acad. des inscr. et bell. lettr. 
1872, p. 410 (M. L. Renier). Allmer, /oc. citât. Est-ce bien certain? 



4 Les Dieux de la cité des Atlobroges. 

droits de cité qui ouvrait l'accès aux honneurs : plusieurs Viennois par- 
vinrent à de hautes situations sous l'empire '. 

La transformation officielle des divinités gauloises en lares Augustes 
eut ses conséquences dans les croyances et dans les cérémonies du culte : 
le dieu indigète devint métis ou gallo-romain, ainsi que ses adorateurs, 
cultores templi. Dans la suite le dieu latin s'empara peu à peu des attri- 
buts de la divinité indigète, dont le nom ne fut plus considéré que 
comme un surnom topique. Cette fusion des cultes a été aussi symbolisée 
par le type des statuettes. En effet, ces statuettes, tout en présentant les 
attributs des dieux romains, diffèrent essentiellement de la représentation 
officielle par le costume, par les formes ou par les traits du personnage divin. 
Ainsi, par exemple, les innombrables figurines de Mercure montrent ce 
dieu sous l'aspect d'un jeune homme comparable pour la beauté plas- 
tique et la perfection des formes au type admirable de l'Apollon grec 2. 

Les Romains n'ont jamais prohibé les rites et les pratiques gauloises ; 
ils étaient très tolérants pour les religions étrangères, à condition que 
ces religions ne fussent pas en opposition avec les lois et en désaccord 
avec leur politique. La représentation des divinités nationales n'a pas 
même été proscrite : c'est ce que démontrent les nombreuses statuettes 
du dieu gaulois dont on ignore encore le nom et qu'on appelle générale- 
ment, faute de mieux, Dis Pater i. 

Les Sévirs augustaux étaient, comme je viens de le dire, les desser- 
vants des laraires publics ; ils présidaient aux fêtes des lares, ils faisaient 
les sacrifices prescrits et contribuaient à la solennité des cérémonies par 
des spectacles, des repas publics, etc. Ces fonctions s'exerçaient sans 
salaire, et elles étaient de plus soumises à Vhonorarium au profit de la 
caisse municipale : elles devenaient par suite très onéreuses. Aussi leur 
durée paraît avoir été limitée à une année. En outre, les sévirs étaient 
choisis parmi les personnes riches et plus spécialement parmi les 
affranchis, qui s'étaient emparés du monopole du négoce ■♦. 



1. E. Desjardins, ibid., t. II, p. i et s., p. jo6. Allmer, ibid., t. I. — Sur le drui- 
disme, voir Rev. arch. oct. 1877, p. 217 (art. de M. d'Arbois de Jubainville). E. Desjar- 
dins, eod. loc, t. Il, p. s 18. 

2. Je soumets aux lecteurs une remarque que j'ai eu occasion de faire souvent pour 
les différentes statuettes des dieux de Rome de fabrication gauloise. Je cite celles de 
Mercure qui sont les plus répandues; point déjà signalé par M. Mowat, Rev. Arch. 187s, 
t. XXX, p. 572- Je reviendrai plus loin sur le caractère du Mercure gaulois. 

}. Rev. celt., t. 1, p. I. Il en a été découvert plusieurs en Dauphiné, musées de Gre- 
noble et de vienne, collection Vallentin, etc.; Tarants d'après M. Gaidoz, Esq. de la 
retig. des Gaulois, p. 11. 

4. Les questions relatives aux sévirs sont encore assez obscures. Les sévirs formaient 
des collèges de 6 membres, de là leur nom. On trouve dans les inscriptions des sévirs 
pour la 2" fois (Orelli, 689, 3919, 3922). Voir: Zumpt, de Augustalibus. De Boissieu, 



Les Dieux de la cité des Allobroges. 5 

Dans la cité des Allobroges, il y avait, d'après les inscriptions, des 

sévirs dans les principaux vici non moins qu'aux chefs-lieux de cité, à 

Aix, à Aoste, à Genève, à Grenoble, à Vienne et à Vieu : ils étaient 

nommés par les décurions de Vienne '. 

Les divinités allobroges que les inscriptions de l'époque gallo-romaine 
ont sauvées de l'oubli sont au nombre de dix-sept. Sept de ces divinités 
me paraissent appartenir à la mythologie nationale; les autres se ratta- 
chent très vraisemblablement à des cultes locaux. 

Les monuments épigraphiques que j'ai à signaler ont déjà été publiés ^i 
ce sont des ex-voto ou des actes de dévotion. Dans aucune de ces ins- 
criptions il n'est question de sévirs, mais il n'est pas douteux que les 
prêtres des divinités allobroges doivent être, en général, rangés dans 
cette catégorie. Toutefois, il existait dans les campagnes des sanctuaires 
sans prêtres ou desservis par des prêtres sans caractère public. Aussi il 
pourrait se faire que quelques-uns des monuments consacrés aux dieux 
allobroges aient appartenu à ces sanctuaires. 



DIVINITÉS NATIONALES. 

Quelques monuments épigraphiques de l'Allobrogie font connaître 
cinq divinités : Bormo, Bormana^ Caturix^ Segomo, Siicellus, dont les 
noms se retrouvent sur des inscriptions découvertes en divers lieux de la 
Gaule. Aussi il me paraît très vraisemblable d'admettre que le culte de 
ces divinités n'était pas restreint à l'Allobrogie et qu'il appartenait à la 
Gaule tout entière. Les Allobroges suivaient la même religion que les 
différents peuples gauloise 

Je n'ai pas l'intention de rappeler dans cet essai tout ce qui a été 
écrit sur la religion de nos ancêtres. Je me bornerai à constater que 
cette étude est entrée dans une voie nouvelle et que l'on ne se contente 
plus de la critique de M. l'abbé Fontenu 4, de M, l'abbé Fenel s et 
même de M. A. Thierry '\ 



Inscript, de Lyon, p. 169 et s. Herzog, ibid., p. 196 à 199, 202 à 204 et 212. Allmer, 
ibid., t. II, p. 299, et surtout J. Schmidt, deseviris Augustalibus (1878, in-8"), p. 66 et s. 

1. M\mer, ibid., t. II, p. 218, 304, 306, 307, 308, 310, 312, 314, 315, 318, 319, 
320, 321, 322; t. III, p. 593. 

2. Allmer, ibid. On trouvera dans cet ouvrage l'indication de toutes les publications 
relatives à ces inscriptions. 

3. E. Desjardins, ibid., t. II, p. s 12. 

4. Acad. insc. et belles lettr. Mém., t. V. 

5. Id., t. XXIV. 

6. Hist. des Gaulois, t. 1, livr. 4, p. 471 et s. (5= édit.). 



6 Les Dieux de la cité des Allobroges. 

BORMO et BORMANA. 

Le dieu Bormo était adoré particulièrement à Aix-les-Bains (Savoie] , 
où deux inscriptions votives rappellent son culte ' : 

1° On voit dans l'établissement thermal une petite pierre oblongue 
engagée dans le mur de la piscine gratuite des femmes, sur laquelle est 
gravée cette inscription : 

CNEIIIVS 

CVTICVS 

BORVVSLM 

Cneius Eppius (?) Guticus Bormoni ut voverat solvit libens nierito ^. 

2" Dans la maison Perrier-Chabert est une longue bande de pierre 
sciée en deux parties et formant les deux premières marches de l'escalier 
par lequel on descend dans un vaporarium antique où est une piscine 
octogone incrustée de marbre blanc : on lit sur cette bande de pierre : 

M . LICIN . RVSO . BORM . V . V . S . L . M. 
Marcus Licinius Ruso Bormoni ut voverat solvit libens merito 5. 

La déesse Bormana avait un temple à Saint-Vulbaz, ainsi que l'atteste 
une inscription qui figure sur un autel, divisé en deux fragments, dont 
la base manque et dont le couronnement a été abattu à fleur du dé : 
l'un a été placé dans un contrefort de l'église à gauche de la porte, 
l'autre se voit dans le mur du moulin Convers 4 : 

a b 

BORMANAE SABINIANu^ 

AVG . SACR D . S . D . 

CAPRI 

A//RATINVS 

/////7/////////7 

Bormanae Augustae sacrum, Caprii Atratinus (?) et Sabinianus de suo dants. 

1. Allmer, ibid., t. 111, p. 303 et s. Sur deux inscriptions votives en l'honneur de la 
déesse Bormo. Lyon, 1859, in-8°. A. Bernard, Rev. savois., avril 1862. Bourquelot, Inscr. 
antiq. d'Aix-les Bains, p. S9- • 

2. Ces deux premières lignes sont douteuses ; la lecture de M. Allmer me paraît vrai- 
semblable ; cet éiudit avait d'abord lu Cn. Vettius Cupicus. Le nomen Eppius se trouve 
sur plusieurs inscriptions de l'Allobrogie, Allmer, ibid., t. 111, p. 108 et s.; mais il n'y 
a pas d'autre Guticus. — Haut, de l'inscription, 0,20 cent., larg. 0,38. 

}. Haut. 0,20, long. 1,90. 

4. De Moyria-Mailla, Mon. de l'Ain, 1836, in-4°, p. 7J-76. Allmer, eod. loc, t. 111, 
p. 4(2. — Saint-Vulbaz, cant. de Lagnieu, arr. de Belley (Ain). 

5. La lecture de M. Allmer n'est pas douteuse. Haut. 0,90, larg. 0,50. 



Les Dieux de la cité des Allobroges. 7 

Ces trois inscriptions se rapportent au culte des eaux qui formait avant 
la conquête le fond de la religion populaire des Gaulois. Un être divin 
pouvait seul alimenter les sources ; aussi est-ce par milliers qu'il faut 
compter dans la mythologie gauloise les divinités, tantôt mâles, tantôt 
femelles, des fontaines, des lacs, des rivières et des mers ■. Bormo et 
Bomana, dont le nom est identique, représentent la même divinité, une 
divinité des eaux minéro-thermales dont le culte était très répandu dans 
la Gaule. En effet, les monuments épigraphiques font connaître un dieu 
Bormo à Bourbonne-les-Bains 2, un dieu Borvo à Bourbon-Lancy et à 
Bourbon-l'Archambault5, un dieu Bormanus et une déesse Bormana à 
Aix-en-Diois4. Ces divers noms ont la même origine, la même significa- 
tion et se rapportent à la même divinité dont le nom a subi de légères 
modifications suivant des variations locales de la langue gauloise. Les 
inscriptions découvertes à Bourbonne-les-Bains et à Bourbon-Lancy ne 
laissent aucun doute sur le caractère de cette divinité. Dans un texte de 
Bourbonne-les-Bains, son nom est associé à celui d'Apollon, Deo Apol- 
lini Borvonis. Le rôle de génie des eaux salutaires et bienfaisantes con- 
vient très bien à Apollon, dont une des principales attributions était la 
science médicale. C'est surtout à ce point de vue que les Gaulois parais- 
sent avoir envisagé ce dieu '^. 

Bormo, esprit mâle, et Bormana, esprit femelle, sont donc les génies 
protecteurs de sources minéro-thermales situées à Aix-les-Bains et à 
Saint-Vulbaz. Les Gaulois, avant la conquête, avaient su apprécier et 
utiliser les eaux thermales et minérales?. Les sources médicinales avaient 
chacune leur génie mâle et leur génie femelle : ainsi, il y avait à Bour- 
bonne-les-Bains Bormo et Damona, à Aix-en-Diois Bormanus t\ Bormana^ 



1. Pictet, Orig. ind. Europ., t. Il, p. 624. — Cox, Mythology of the Aryan nations, 
vol. 2, p. 136. Brueyre, Contes aryens de la Grande-Bretagne, p. 253 et s. G. BuUiot, 
Culte des eaux sur les plateaux Eduens, mém. lus à la Sorbonne, 1868, p. 11, et ex-voto 
de la déesse Bibracte, Rev. celt., t. 1, p. 308, et t. II, p. 21 ; II, p. i et s.; — Bull, 
mon. 1872, p. 194. 

2. Greppo, Etud. arch. sur les eaux therm. ou miner, de la Gaule à L'époque romaine, 
p. 28 et s. 

3. Greppo, ibid., p. s 6. Orelli, 1974. 

4. Essai sur les divinités indigètes du Vocontium, p. 47. 

5. Orelli, 1974. On regardait comme sacrées toutes les sources d'eau chaude. Senec. 
EpistoL, 40. — Sur l'étymologie et la signification du nom de Borvo et de ses variantes : 
de Belloguet, Ethnog. gauL, p. 234: E. Borb, Borbhan, enfler, enflammer. Arm. Bour- 
bon, Bourbonnen, ébullition, bouillonnement. Littré, Dict. de la lang. franc., v Bourbe. 

6. Apollinem morbos dcpellere, Caes. lib. VI, 17. — Apollo salutem promittit, Orelli. 
4329. — Apoltini et Nymphis, Henzen, 5702, 5767. C'est l'Apollon oly-egioç ou medicus. 
Il présidait aux eaux chaudes. Eumène, Panégyr. de Constantin-Auguste^ 121. Rev. arch., 
1860, janv., p. s8, et juin, p. 391, L'Apollon gaulois, par M. Maury. Dict. des antiq. 
grecq. et rom. de MM. Daremberg et Saglio, p. 510 et s. V Apollon. 

7. Greppo, loc. citât. 



8 Les Dieux de la cité des Allobroges. 

à Luxeuil Luxovins et Brixia'. Les Allobroges ont fréquenté les stations 
d'Aix^ et de Saint- Vulbaz ; ils avaient très vraisemblablement connu 
les vertus curatives des eaux d'Uriage. Les Romains, en vertu d'une 
loi en quelque sorte naturelle, n'ont fait que s'approprier, en le 
perfectionnant, ce qu'ils avaient trouvé établi par ces derniers 5 . Pendant 
la domination romaine, les génies gaulois des stations d'eaux parta- 
gèrent leur influence bienfaisante avec Apollon, Hercule, Esculape et 
les Nymphes4. 

Les inscriptions d'Aix sont des ex-voto qui témoignent de la gratitude 
de deux malades, M. Licinius Ruso et C. Eppius Guticus, dont les breu- 
vages quotidiens et les ablutions continuelles avaient rétabli la santé. 
Ces ex-voto présentent un intérêt tout particulier, parce qu'ils ont été 
trouvés dans l'endroit même où fluaient les sources. 

L'inscription de Saint-Vulbaz oflfre une plus grande importance, car 
elle atteste l'érection d'un sanctuaire à Bormana, en reconnaissance sans 
doute d'une guérison inespérée. Les dévots personnages Caprins Atrati- 
nus et Caprins Sabinianus étaient peut-être deux frères : l'inscription, 
aujourd'hui mutilée, fournissait probablement des renseignements sur ces 
deux personnages. Qu'est devenu ce sanctuaire ? L'église où est encastré 
un fragment de l'inscription ne lui aurait-elle pas succédé s ? 

Si les thermes de Saint-Vulbaz n'ont laissé aucun souvenir, les 
thermes d'Aix jouissent encore d'une réputation aussi incontestable 
qu'incontestée. 

La petite ville-d'Aix, toute fumante, toute bruissante et toute odorante des 
ruisseaux de ses eaux chaudes et sulfureuses^, a eu pendant la domination 
romaine une grande importance ; c'est en efïet la ville allobroge qui a 
conservé, avec Vienne, le plus de monuments de cette époque 7. il n'est 



1. Orelli, 2024. Greppo, p. 125. 

2. On montre à Aix une piscine allobroge dite aussi bain de César. 

3. Les Romains faisaient grand usage des eaux; ils préféraient les sources thermales 
aux sources minérales par suite de leurs habitudes domestiques, Greppo, id. : ils avaient 
su déterminer le caractère particulier des eaux, Pline, Hist. naîur. i, 51 ; ils prenaient 
les eaux en bains, boissons, douches ; ils se servaient aussi de la vapeur et des boues. 

4. Greppo, ibid., p. 40. Les malades guéris ou soulagés adressaient leurs remercîments 
à ces divinités. Us payaient en outre un tribut en jetant dans les piscines des pièces de 
monnaie et des ex-voto qui étaient la représentation de la partie du corps guérie par les 
eaux. Id. et Dicî. de MM. Daremberg et Saglio, p. 534, v" aguae, p. 648, v Ealncum. 
Il existait dans les stations d'eaux des confréries ou collèges. M. de Boissieu, Inscript, de 
I.yon, p. 49, cite des cultorcs Urae fontis (le ruisseau d'Eure, près Nîmes?), Herzog, 
ibid., append., p. j2, n" 254. 

5. Les noms de Licinius et Caprius figurent sur diverses inscriptions de l'Allobrogie : 
ces divers personnages étaient d'origine ingénue. 

6. Lamartine, Raphaël. 

7. On y a découvert des objets de toute forme et de toute nature. L'Arc de Campanus 
est encore existant. Allmer. ibid., t. m, p. 312. Les inscriptions font connaître des 



Les Dieux de la cité des Allobroges. cf 

pas douteux que le voisinage de l'Italie, l'abondance des eaux, la dou- 
ceur du climat, la beauté du site ont beaucoup contribué à cette prospé- 
rité. Les thermes furent très fréquentés ; c'était sans doute, alors comme 
aujourd'hui, une station à la mode, recherchée autant pour les agréments 
qu'on y trouvait réunis que pour les soins de la santé. Cette localité 
s'appelait Aquae Bormonis : le mot aquae a survécu au nom Bormonis 
qu'il couvre'. Pline, énumérant les villes de la Narbonnaise qui ont 
obtenu le droit du Latium, cite la ville de Bormanni, sans indication qui 
permette d'en retrouver l'emplacement. M. de Saint-Andéol pensait que 
Bormanni n'était autre qu'Aix-les-Bains ^. Cette opinion ne me paraît pas 
fondée : j'ai établi précédemment que cette localité devait se trouver 
avec plus de vraisemblance dans le midi de la Narbonnaise 5. 

Saint-Vulbaz, où a été découverte l'inscription de Bormana, portait 
autrefois le nom de Saint-Bourbaz, nom qui dérive de celui de Bormana : 
cette localité devait en effet s'appeler, à l'époque romaine, Aqu(Z Bor- 
manae 4. 

H est à remarquer que les monuments dédiés à cette divinité thermale, 
Borvo, Bormo ou Bormanus, ont été découverts dans les localités qui ont 
conservé leur nom assez peu altéré pour être reconnaissable. Le dieu 
des eaux était en même temps celui du lieu où les thermes étaient 
situés s. 

temples et des autels de Jupiter, ibid., 3, 302; de Mercure, ibid., j, 303; des Comedovae, 
ibid., 3, 307; la statue d'un Viennois parvenu à la préture et aux fonctions de légat du 
proconsul d'Asie, élevée à Viviers près Aix, ibid.. t. 1, p. 2:9, 221; un templum cum 
suis ornamcntis omnibus, ibid., 2, 378; Lucus, ibid., 2, 276, et campus pecuarius, ibid., 
2, 376; Nundinae, ibid., 2, 376; Diaetrae (auberges), Asiciana aut.... Raconiana, ibid., 
2, 576: Decemprimi et patroni, ibid., 3, 374. — On m'a affirmé qu'on avait trouvé des 
tesserae luso.riae (dés à jouer) : nil sub soie novum. 

1. Cette localité n'a jamais porté le nom d' Aquae Domitianae ou Gratianae comme 
on l'a prétendu. Dict. de MM. Daremberg et Saglio, p. 334, v" aquae.. Allmer, eod. 
lac, t. III, p. 301. Les inscriptions parlent des Aquenses vicani, possessores Aquenses, 
ibid., t. II, p. 373, 374, 380. ■ — Les Romains donnaient le nom d'Aquae aux stations 
thermales ou minérales en le faisant suivre du nom de la localité. Le nom de la localité 
était le plus souvent celui du génie de la source auprès de laquelle une agglomération 
s'était formée : Aqute Sorvon/j (Bourbon), Aqute Luxovii (Luxeuil), Aqu<e Lixonis (Ludion), 
etc. 

2. Ce qu'est l'Alaise de Novalaise. Bull, de l'Acad. delph., 186g, p. 31. 

3. Divinités indigètes du Vocontium, p. 49. — Voir E. Desjardins, ibid., t. I, 18 j et 
s. ; t. Il, p. 91. 

4. De Moyria-Mailla, loc. citât. : il y a en cette localité des eaux remarquables par 
leur limpidité et leur fraîcheur ; l'une, appelée la fontaine des Rois, est devenue triste- 
ment célèbre par la mort du duc de Savoie Philibert le Beau. 

5. On pourrait citer des stations thermales en dehors de la Gaule connues sous des noms 
identiques à celui de Bormo, ainsi Bagni di Borni en Valteline. On pourrait aussi citer 
des localités de France qui tiendraient probablement leur nom de celui de Bormo, ainsi 
les divers Bourbon, les thermes de la Bourboule, etc. Allmer, Inscript, votives en l'honneur 
de la déesse Bormo, Inscript, antiq. de Vienne, t. III, p. 303; de Saint-Andéol, /oc. c/faî.; 
Divinités indigètes du Vocontium, p. 50. C'est à cette divinité bienfaisante de la Gaule 
que doit son nom l'antique et glorieuse maison de Bourbon. 



10 Les Dieux de la cité des Allobroges. 

CATVRIX. 

A Chougny, près de Genève, on voit dans la propriété Fol l'inscrip- 
tion suivante ' : 

MARTI • CATVR 

SACR 
PRO SALVT ET INCo 
LVMITATEDVAI// 
AMTI SEX CR/// 
PIN N IGRINVS 
V S L M 

Marti Caturigi sacrum, pro sainte et incolumitate D. Valerii Amati, Sex. 
Crispinius Nigrinus votum solvit libens merito'^. 

"^. Le dieu Caturix, dont le nom se retrouve sur des inscriptions votives 

découvertes en Suisse et en Souabe 5, me paraît avoir des titres sérieux 

t.. à figurer dans l'Olympe gaulois. 

Quels étaient le rôle et les attributions de ce dieu ? 
L'inscription de Chougny contient à cet égard des indications pré- 
cieuses : Caturix a été invoqué pro sainte et incolumitate. Cette expression 
permet de supposer qu'Amatus a échappé à des dangers sérieux qu'il 
avait dû affronter, et probablement qu'il a pris part à une campagne 
contre les ennemis de l'empire romain. Avant son départ, Nigrinus, un 
parent ou un ami dévoué, avait promis un sanctuaire 4 à Caturix, s'il 
conservait la vie à ce guerrier. Le dieu gaulois se laissa fléchir, et Nigri- 
nus, après l'heureux retour d'Amatus, s'acquitta de son vœu. Malheu- 
reusement, le temps a fait disparaître ce monument sur lequel nous 
n'avons d'autres renseignements que ceux fournis par l'inscription votive. 
Je crois que l'on peut avec quelque raison considérer Caturix non pas 
comme le dieu de la guerre chez les Gaulois, mais plutôt comme un dieu 

1. Mommsen, Inscript, helv., n° 70. Allmer, eod. loc, t. III, p. 2(5; contra sur la 
provenance Rev. Arch. 2' s., t. XVI, p. 156. 

2. La lecture de M. Allmer paraît certaine. Remarques : le T et l'I de MARTI, le P et 
l'R de PRO forment des monogrammes, le T à la s' ligne est surmonté d'un I entre celui 
qui vient après. Les deux personnages sont d'origine ingénue. 

3. De Bonstetten, Rec. d'antiq. suisses, p. 55 et ?7- Orelli, 1980. Aussi il ne paraît y 
avoir aucun doute sur le nom de la divinité qui figure sur l'inscription de Chougny. 
CIVIT- CATVR, Spon, Miscel. p. 161. 

4. L'expression sacruin se retrouve sur plusieurs inscriptions votives consacrées à des 
divinités gauloises. La traduction exacte me paraît être sanctuaire plutôt que /cmp/e. Indé- 
pendamment du culte officiel que ces divinités recevaient dans les laraires publics, elles 
avaient encore des temples et des sanctuaires. 



Les Dieux de la cité des Allobroges. 1 1 

guerrier, un dieu qui veille sur les combattants dont les caractères 
seraient ceux du Mars miliîaris ' et du Mars custos et conservator^. 

La linguistique apporte un appui sérieux à cette opinion. Le nom de 
Caturix est composé, en effet, du thème bien connu Catu et du mot rix; 
catu s'explique par le vieil irlandais cath, qui signifie combat. Le mot rix 
se rencontre dans un grand nombre de noms gaulois : le sens est chef, 
roi, puissant, fort 5. 



On a découvert en 1852 à Culoz (cant. de Seyssel, arr. de Belley, 
Ain), sur le monticule situé au sud-est de ce village, un très grand autel 
brisé en deux fragments. Une inscription est renfermée entre deux 
pilastres au-dessus d'un soubassement avec base et corniche ; elle est ainsi 
conçue : 

N . A V G 

D E M A R 

TI . SEGOM 

ONI' . DVN 

ATI . CASSI 

A S A T V R 

NINAEXVOT 

V • S • L • M • 

Numini Augustorum, Deo Marti Segomoni Dunati, Cassia Saturnina ex 
voto, votum Suivit libens merito^. 

Segomo Dunates est le nom de la divinité gauloise envers laquelle la 
pieuse Cassia Saturnina s'acquitte de son vœu. Segomo est connu par 
des monuments votifs découverts à Arinthodi, à Conte^, à Lyoni, et par 
une inscription que porte un petit bronze représentant un âne ou un 



1. Orelli-Henzen, 5672. 

2. Orelli-Henzen, 1345, 3427, 5490. 

}. Rev. celt., t. 11, p. 494. G. C, II, p. 786. Voir aussi de Belloguet, Ethnog. gaut., 
p. 1S9, 244, 281, 309. 

4. Rey. aich., t. IX, p. 315. Allmer. loc. citât, t. III, p. 409. — Remarques épigra- 
phiques : à la 4'-' ligne, l'N et PI de ONI, à la 7= ligne, l'X et le V de EXVOT sont 
réunis en monogrammes ; le T de VOT est inscrit dans l'O ; tous les points sont figurés 
par des feuilles cordiformes. Numini Augustorum, voilà le dernier mot du panthéisme 
romain. — On doit dire Dunates et non Dunas. Rev. Arch. 187J, t. XXIX, p. 33 
(M. Mowat); contra Rev. des Soc. sav. 1875, t. I, p, 250 (M. Chabouillet). 

5. Monnier, Ann. du Jura pour 1852, pi. i. 

6. Inscript, antiq. de Nice, n" 10. Mém. des antiq. de France, t. 20, p. 58. 

7. Cruter, )8-5; Spon, Antiq. de Lyon, édit. L. Renier, p. 153 et note i. 



1 2 Les Dieux de la cité des Allobroges. 

mulet recueilli à Nuits '. Les provenances respectives de ces inscriptions 
montrent que ce dieu jouissait dans toute la Gaule d'une grande popula- 
rité : l'inscription de Lyon donne à son culte une réelle importance 2. 

Dunates est un surnom local sous lequel Segomo était plus spécialement 
adoré à Culoz : il est même très vraisemblable que son sanctuaire s'éle- 
vait sur le sommet de la colline au pied de laquelle l'ex-voto de Satur- 
nina a été retrouvé 5. Sur l'inscription de Conte, cette divinité porte le 
surnom de Cuntinus ; ce nom paraît être la racine étymologique de la 
dénomination moderne de cette localité. 

Quel était le caractère de Segomo dans la mythologie gauloise ? 

Les divers monuments épigraphiques que j'ai signalés sont muets à cet 
égard. 

Les Romains avaient assimilé Segomo à Mars. Faut-il par suite consi- 
dérer ce dieu gaulois comme le génie de la guerre et des combats.? Je 
ne crois pas qu'il soit vraisemblable d'attribuer ce caractère à toutes les 
divinités gauloises identifiées à Mars, car ces assimilations sont arbi- 
traires, une légende offrant quelques analogies avec celle du dieu latin, 
et même un seul attribut ont pu les motiver ; aussi il est peut-être plus 
exact de rapprocher Segomo du Mars que les villes d'Italie avaient placé 
au rang de leurs divinités tutélaires, et du Mars que les inscriptions 
appellent auxiliaîor, custos, conservator, amicus 4. En effet, le surnom 
topique de Dunates paraît donner à Segomo le caractère d'un génie tuté- 
laire et protecteur de la localité où était son temple, et chargé de s'inté- 
resser à sa défense, d'en détourner les malheurs et de lui procurer toute 
sorte de biens et de prospérités. On pourrait peut-être trouver dans 
l'étymologie la confirmation de cette attribution s. 



1. Autun arch., p. 262, Rev. Arch. 1877, t. XXXIV, p, 210, pi. xix. 

2. Cette inscription savamment restituée par M. L. Renier {eod. loc.) se trouvait 
jadis dans la tour du clocher de l'abbaye Saint-Pierre à Lyon ; l'église n'auraitelle pas 
succédé au temple élevé par Martinus ? 

M. de Boissieu estimait que Segomo était un dieu essentiellement séquanien dont la 
célébrité s'était propagée loin de cette région. En présence des diverses inscriptions que 
je viens de citer, cette opinion ne me semble pas fondée. 

5. L'étymologie paraît confirmer cette opinion. Dunates pourrait se rapprocher de l'irlan- 
dais Dun, montagne, élévation, forteresse. Zeuss. p. 30. V. Belloguet, ibid., p. 102 
et 307. — Une inscription de Bouhy (Nièvre) est dédiée MARTI BOLVINNO ET DVNAr/, 
Congr. arch. 1873, p. 245. 

4. Orelli-Henzen, (09, 1341, 3427, 5490. 

5 . Segomo est un mot composé de Sego et du suffixe mo. Le mot Sega figure dans un 
très grand nombre de mots celtiques : Segomaros, Segovia, Scgobriga, Segodunum, etc. 
Gliicli compare Scgo à l'irlandais Segh, bœuf sauvage, dans le sens d'animal /or/, allié au 
sanscrit sohas, robur (rac. sah, perferre, resistere, posse) (Gliick, Noms celtiques, p. 149); 
Belloguet, Ethn. gaul., n'" 255, 306. Je crois qu'il vaudrait mieux se rallier à l'opinion 
de Pictet et voir dans Sego l'irlandais Seagh, habileté, art, valeur, prix, estime, respect, 
ft surtout l'irland. Seaghmhar, erse, Seadhmhor [dh = gh), avecles mêmes acceptions, 



Les Dieux de la cité des Allobroges. 1 5 

Le petit bronze trouvé à Nuits représente, ainsi que je viens de le 
dire, un âne ou un mulet avec la dédicace Deo Segomoni. Quelques 
érudits ont rapproché cette dédicace de l'inscription de Craon MARTI 
MVLIONl. Serait-ce, dit M. L. Renier, la traduction latine du nom de 
Segomo auquel on vouait les images d'âne ou de mulet ' ? Segomo devien- 
drait ainsi un Mars muletier. 

Cette opinion ne me semble pas satisfaisante. Les Grecs et les Romains 
avaient l'habitude de dédier aux dieux des objets remarquables par la 
richesse de la matière ou par le mérite de l'art : c'était le plus souvent 
des cratères, des autels, et quelquefois des statues de particuliers et même 
de divinités; l'offrande portait presque toujours le nom de la divinité à 
laquelle le don était fait et quelquefois aussi le nom du donateur 2. Le 
bronze de Nuits me parait avoir eu cette destination. En outre le sujet, 
âne ou mulet, pouvait être en même temps l'expression indigène d'un sym- 
bolisme gaulois, sur lequel nous n'avons aucun renseignement'. Un 
cheval en bronze, trouvé en 1861 à Neuvy-en-Sulias ; Loiret), est posé 
sur un socle sur lequel est gravée une dédicace au dieu Rudiobus'^. Les 
animaux symboliques existaient dans le culte de nos ancêtres : ainsi les 
pierres sculptées de Reims présentent un veau couché et des têtes de 
bélier; sur l'autel que la corporation des nautoniers parisiens érigea à 
Jupiter sous le règne de Tibère, figure le célèbre Tarvos Trigaranusi. 



Un petit autel en pierre trouvé en 1860 dans les travaux du perce- 
ment de la rue de la gare à Vienne porte l'inscription suivante '' : 

DEO • SVCELLO 
GELLIA • IVCVNDa 
V-S-L • M 
Deo Sucello, Gellia Jucunda votum solvit libens merito. 

et qui correspond ïSegomarus. Pictet, Essai sur quelques inscriptions en langue gauloise, 
1859, p. 18. 

1. Allmer, ibid., t. III, p. 409. Rey. arch., 18(2, t. 9, p. 315, fév. 1878, p. 106. 
Bull, du corn, de la langue, de l'hisî. et des arts de la France, t. III, p. 207. 

2. Rev. arch., i" année, p. 439: Usage des anciens de consacrer la statue d'un dieu à 
un autre dieu, mém. de M. Letronne. Allmer, eod. loc, t. III, p. 335 et 420. — Cette 
habitude existait en Gaule : l'inscription gauloise de Volnay en fournit la preuve (Pictet, 
Nouvel essai sur les inscriptions gauloises, 1867, p. 36). 

3. Dans la mythologie gréco-latine, l'âne et le mulet étaient spécialement consacrés à 
Bacchus à titre d'animaux phalliques. Dict. de MM. Daremberg et Saglio, t. I, p. 469 et 
621. Est-ce pour le même motif que les Gaulois consacraient l'âne ou le muleta Segomo? 
Je n'ose l'affirmer. 

4. Antiq. de Fr. Bull., t. XXVI, p. 79. 

5 . Au musée de Cluny, il y a aussi des têtes de cerf. 

6. .\llmer, eod, loc, t. II, p. 454. La forme des lettres de cette inscription indique 



14 Les Dieux de la cité des Allobroges. 

Il existe à Yverdun, en Suisse ', une autre inscription en l'honneur 
de Sucellus, ce qui permet de supposer que le culte de ce dieu n'était 
point restreint à la cité des Allobroges. Aussi il me paraît vraisemblable 
de classer Sucellus parmi les divinités de l'Olympe gaulois. Qu'était ce 
dieu ? L'inscription de Vienne et celle d'Yverdun ne fournissent aucun 
renseignement sur son caractère ; aucun dieu romain n'y a été men- 
tionné 2. Sur le monument votif d'Yverdun, Sucellus est décoré d'une 
épithète locale : Ipadco ou Iradco. 

Les dieux de l'Olympe gaulois révélés par les monuments épigraphi- 
ques de l'Allobrogie sont Bonno, Calurix, Segomo, Sucellus. Bormo est la 
divinité des eaux thermales ; il n'y a, je crois, aucun doute à cet égard. 
Quant à Caturix, à Segomo et à Sucellus, leurs rôles, leurs attributions ne 
sauraient être qu'incertains en l'absence de documents précis sur ces 
personnages divins : il n'est pas même possible de déterminer leur impor- 
tance respective. 

César a consacré dans ses commentaires un court passage à la religion 
de nos ancêtres 5 ; mais comme il écrivait pour des Romains, il a jugé 
inutile de donner les noms des dieux gaulois et il les a désignés par les 
noms des dieux romains correspondants ou présumés tels. Le dieu le 
plus important de la Gaule a été caractérisé dans les termes suivants : 
Deuin maxime Mercurium colurtt ; ejus sunt plurima simulacra, hune omnium 
inventorem arlium ferunt, hune viarum atque itinerum ducem, hune ad ques- 
tus pecunia mercaîurasque habere vim maximam arbitrantur : post hune 
Apollinem et Martem et Jovem et Minervam etc.. A. César avait cru recon- 
naître dans ce dieu pacifique et bienfaisant le Mercure de l'Olympe 
romain s ; il semble le placer au premier rang et le considérer comme le 
dieu suprême des Gaulois. 

Mercure remplaça et absorba rapidement le dieu national: les attributs, 
le caducée et le pétase, inconnus à la mythologie gauloise, furent intro- 

soit une époque de décadence, soit l'inhabileté du lapicide. Les G et les L ont leur 
branche terminale tombante ; l'autel, dont la hauteur est de 40 centimètres et la largeur 
de 30 centimètres, est incomplet par en bas : il est aujourd'hui chez M. Combaudon, 
marchand de plâtre à Vienne (chef-lieu d'arrondissement de l'Isère). Le nom Gellius existe 
sur plusieurs inscriptions de l'Allobrogie. 

1. In curia Yverdun, Mommsen, Inscript, helv., n° 140 : Sucetlo/ ipadco ou iradco/ 
V. s. L m. 

2. Faut-il voir dans Sucellus le radical véd. Suk, rendre heureux, d'où irl. Sugach, 
joyeux, heureux, et le suffixe el (en latin ellus) commun en gaulois? 

}. Comment., VI, i6 et s. 

4- 'd-, >7- 

j. Ce n'est pas le Mercure romain primitif, mais, celui de la 2" époque, qui s'était 
emparé des attributs de l'Hermès grec. Rev. arch. 1873, t. 26, p. 94, Le Mercure gaulois, 
par M. d'Arbois de Jubdinville. 



Les Dieux de la cité des Allohroges. 1 5 

duits pour consacrer cette identification. J'ai fait remarquer plus haut les 
particularités curieuses que présentaient les statuettes de Mercure que 
l'on trouve assez fréquemment sur le territoire de l'ancienne Gaule ". 

L'importance et l'universalité du culte du dieu suprême de la Gaule 
assimilé à Mercure sont attestées par le nombre des monuments ^inscrip- 
tions et statuettes) plus considérable que celui des monuments consa- 
crés aux autres divinités. Ainsi, dans la cité des Allobroges, il avait des 
temples à Aix-les-Bains, à Amblagnieu, à Annecy, à Aydier, à Beau- 
croissant, à Belley, à Blanieu, au Bourget, à Briord, à Charancieu, à 
Chatte, à Choulex, à Echirolles, à Genève, à Groisy, à Hières, à Lucey, 
à Mont-du-Chat, à N.-D. -de-Limon, à Saint-Félix, à Saint-Innocent, à 
Saint-Vital, à la Terrasse, à Tournon, à Vienne et à Villaz 2. Un grand 
nombre de noms de lieux de la France dérivent vraisemblablement du 
nom de Mercure : dans notre région on peut citer Mercurol (Drôme), 
Mercury (Savoie). 

Les temples de ce Mercure étaient érigés généralement sur les hauts 
lieux. Ainsi ce dieu avait des sanctuaires aux sommets du Puy-de-Dôme 
et du Donon, sur le mont de Sène et aussi sur divers points élevés de 
l'Allobrogie, notamment au mont du Chat, sur le revers occidental du 
mont qui projette ses noires ombres crénelées dans le beau lac bleu du 
Bourget 5. 

Le culte central du dieu suprême de la Gaule paraît avoir été en 
Auvergne. Il existait en effet chez les Arvernes un temple célèbre dans 
toute l'étendue de notre pays et dont la renommée durait encore au 
temps de Grégoire de Tours 4. C'est pour ce temple que l'ariiste grec 
Zénodore avait exécuté une statue colossale de Mercure, statue haute de 
120 pieds et qui lui avait coûté 10 années de travail s. Il est très pro- 
bable que le culte du dieu était entretenu aux frais communs des cités de 
la Gaule ^. 

En 1873-74, lors de l'établissement du nouvel observatoire au sommet 

1. La figure imberbe qui existe sur certaines monnaies gauloises ne serait-elle pas 
plutôt celle de ce Mercure que celle d'Apollon ? 

2. Allmer, eod. loc, t. IV, p. 538 et s.. Statistique monumentale d'après les inscrip- 
tions. A vienne, dans l'amphithéâtre, était une statue de Mercure, Id., t. Il, p. 291. 
Toutefois, il faut admettre que des temples étaient consacrés au Mercure purement 
romain. 

3. Allmer, eod. loc, t. III, p. 299. 

4. Hist. Franc, 30. Ce temple, appelé Vassocaletes en gaulois, fut détruit vers 258 
par Chrocus, roi des Alamans. Rev. Arch. t. XXIX, p. 17s et 325, t. XXX, p. 3S9- 

5. Pline, Hist. nat., XXXIV, 18; Bull, monum. 1875, p. 557 et s. 

6. On sait que le temple de Rome et d'Auguste, au confluent du Rhône et de la Saône, 
fut élevé et entretenu aux frais des cités gauloises. De Boissieu, Inscript, antiq. de Lyon, 
p. 82. Rev. des Soc sav. 187J, t. I, p. 23 (M. L. Renier), p. 252 (M. Chabouillet). 
Dans tous les cultes il y a des centres religieux. 



i6 Les Dieux de la cité des Allobroges. 

du Puy-de-Dôme, de nombreuses substructions ont révélé la présence 
d'un antique temple de très grandes dimensions et de construction somp- 
tueuse ; il n'est pas douteux que ces ruines ne soient les restes du temple 
des Arvernes. Parmi des objets de diverse nature, on a recueilli une 
plaque carrée en bronze à queue d'aronde avec la dédicace Deo Mercurio 
Dumiati, c'est-à-dire au dieu auquel était consacré cet édifice'. Aussi 
on pourrait peut-être, non sans raison, considérer Dumiates comme le 
dieu suprême de la Gaule que César avait identifié à Mercure 2. 

Sur un grand nombre d'inscriptions de la Gaule, Mercure est associé 
à des divinités locales. Je crois qu'il ne faut voir dans ces dénominations 
topiques que des surnoms donnés au grand dieu indigène qui devenait 
ainsi plus particulièrement le génie tutélaire et protecteur de la localité 
où s'élevait le sanctuaire. 

Dans la cité des Allobroges, les monuments épigraphiques font con- 
naître un Mercure Artaius et un Mercure Magniacus Veilaunus. 

Ces derniers noms se lisent sur un autel carré avec base et couronne- 
ment découvert en 1857 dans le mur du cimetière d'Hières : 

AVG • SACR • DEO 

MERCVRIO 
VICTORI • MAC 
NIACO VEILAVNO 
C CAPITOIVS • MACRI 
N VS • RESTITVIT 

Augusto sacrum deo Mercurio Victori Magniaco Veilauno, Caius Capi- 
toius Macrinus restituit 3 . 

Artaius figurait sur un autel votif qui se trouvait dans les ruines d'un 
édifice romain près du village de Beaucroissant. L'historien Aymar du 
Rivail a conservé le texte de ce monument épigraphique qui avait été 



!. Rev. arch., 1874, t. 28, p. 332. Rev. celt , t. II, p. 426. L'escalier qui conduisait 
à la façade semble ne pas avoir moins de i ;o pieds de long. 

2. Il faut restituer à Dumiates les inscriptions dédiées au Mercurius Arvernus, inscrip- 
tions qui se retrouvent jusque sur les confins germaniques. Rev. arch., 1875, t. XXlX, 
p. 41. Dumiates a donné son nom à la montagne où s'élevait son temple, le Puy-de- 
Dôme. De même Pœninus, Vosegus, Rudianus, ont donné le leur aux monts des Alpes 
Pennines, des Vosges et du Royans, Divin, indig. du Vocontium, p. 22. — Lucain men- 
tionne Tarants, Esus et Teutates comme les trois grandes divinités de la Gaule. Jusqu'à 
ce jour, aucun document ne confirme cette opinion. 

3. Allmer, eod. loc , t. III, p. 191. Cet autel est aujourd'hui déposé à la porte de la 
maison Delastre sur la place de l'église. Haut, i m. 25, long. 0, 46. M. Allmer estime 
qu'il faut lire Magniacus et non Macniacus. — Hières, canton de Crémieu, arrond. de 
La Tour-du-Pin (Isère). 



Les Dieux de la cité des Allobroges. 17 

transporté au château voisin d'Antoine de Blanc, son cousin ' ; depuis 
lors ce monument a disparu : 

M E R C V R I 
AVG • ARTAIO 

SACR 
SEX-GEMINIVS 

CVP I T V S 

EX VOTO 

Mercurio Augusîo Arîaio Sacrum, Sextus Geminius Cupitus, ex voto. 

Il me paraît bien difficile de présenter une signification satisfaisante 
des dénominations topiques Artaius, Magniacus et Veilaunas. Faut-il 
rapprocher Artaius de la déesse Artio du musée de Berne ^ ? On lit 
sur l'inscription billingue de Toàile mol artuas'i; le nom Artos figure 
sur une monnaie gauloise 4. Aymar du Rivail rapporte que le lieu où 
a été trouvé l'ex-voto de Cupitus était appelé Artay par les habitants, 
adhuc incolae Artaium vacante. Aujourd'hui ce nom est absolument 
inconnu dans la localité ; mais le témoignage de cet historien est de ceux 
auxquels on peut accorder toute créance. D'ailleurs, il ne serait pas sur- 
prenant que le lieu ait retenu le nom gaulois du dieu, car ce fait se vérifie 
dans bien d'autres localités ^. L'édifice en ruines d'Artay était certaine- 
ment le temple élevé par Cupitus à la suite d'un vœu exaucé par le dieu 
gallo-romain. 

Le nom Veilaunas appartient également à la nomenclature gauloise : 
on lit sur une inscription Velaunis 7 ; d'autres documents font connaître 
Velauni. Vellaunodunum, Cossivelaunus, etc...^. Magniacus présente un 
suffixe acus fréquent dans les noms géographiques de la Gaule '>. 

L'inscription d'Hières rappelle la restauration du temple de Magniacus 
Veilaunas par Macrinus ; elle contient quelques particularités à signaler. 



1. De Allobrogibus libri novem, etc., édition de Terrebasse, p. 24. Allmer, ill, p. 112. 
— Beaucroissant, cant. de Rives, arrond. de Saint-Marcelliri (Isère}. 

2. Mommsen, Inscr. Helvet. 21;. 

3. Fictet, Nouvel essai sur les inscript. gauL, p 75- 

4. Rev. celt., t. I, p. 295. 

5. Eod. loc. — Chorier, Hist. du Dauphiné, t. I, p. 88 et 235, dit que le nom Artaius 
s'applique soit à Artas près Vienne, soit à Artay près Grenoble, localités situées à une 
grande distance de Beaucroissant. Il est inutile de rappeler l'explication bizarre que cet 
historien donne du Mercure Artaius. — Sur la signification de ce mot, Pictet. loc. citât. 
Belloguet, eod. loc, p. 321. Stokes, Three Ir. gloss., p. xxxiii. 

6. Divin, indig. du Vocontium, p. 22. 

7. Rev. celt., t. m, p. 310; E. Desjardins, Ibid. t. II, p. 225 net. 5. 

8. Belloguet, id., n° 274. Rev. des Soc. sav., 1874, t; 6. p. 132. 

9. Belloguet, n> 209 et 2:1. V. Rev. Celt. t. 111, p. 268, not. 2. 

RcY.Cdt. IV 2 



1 8 Les Dieux de la cité des Allobroges. 

La formule de début AVG. SACR. DEO est rare ' ; l'épithète Viclor 

donnée à Mercure ne figure sur aucune autre inscription ^. 

Tels sont, d'après les monuments épigraphiques de la cité des Allo- 
broges, les souvenirs qui se rattachent au dieu suprême de la Gaule, 
identifié par César à Mercure, et qui ne serait, à mon sens, autre que le 
Dumiaîes des Arvernes. 

DIVINITÉS INDIGÈTES. 

Au-dessous des dieux principaux étaient des divinités secondaires qui 
peuplaient l'air, les eaux, les forêts, les vallées, les montagnes, en un 
mot la nature entière. A ces esprits étaient attribués tous les phénomènes 
naturels ; les éléments qu'ils habitaient étaient soumis à leurs ordres. 
Chaque lieu avait sa divinité éponyme, être surnaturel qui en était 
comme l'âme 5 ; toutes les nations aryennes dans leur développement 
parallèle en étaient arrivées à reconnaître ces dieux secondaires et inter- 
médiaires dont les attributs étaient analogues chez chacune d'elles. 

Ces divinités, qui personnifiaient les forces élémentaires de la nature, 
avaient généralement leur pendant dans une divinité féminine ; elles se 
mêlaient à tous les actes de la vie domestique ; le Gaulois multipliait ses 
vœux et ses offrandes. Le jugement de César sur la religion gauloise 
trouve ici une exacte application : « natio est omnium Gallomm admodum 
dedita religionibus » (pratiques de dévotion et superstitions) 4, 

Le culte des eaux, une des formes primitives du naturalisme aryen, 
était le plus répandu. Les génies aquatiques étaient considérés comme 
les amis bienfaisants de l'homme, ils calmaient ses douleurs, lavaient ses 
blessures et guérissaient ses maladies. Des oratoires avaient été élevés 
près des sources sacrées, et chaque année au printemps des fêtes, des 
pèlerinages attestaient la popularité du culte des eaux. Le christianisme 
consacra les vieux usages et les appropria au culte des saints s. 



t. Greppo, id., p. 307. Bull, des Antiq. de France, 1865, p. 153, etc.. Au mont de 
Sène, l'inscription dédiée à Mercure est exactement semblable à la formule que je signale : 
Aug. sacrum deo Mercurio, même Bulkt., 1873, p. 50. 

2. Allmer, ibid. Cette épithète Victor n'est-elle pas un argument de plus en faveur de 
l'attribution au dieu suprême de la Gaule ? 

3. Gaidoz, Esquisse de la religion des Gaulois, p. 9. En Italie, on l'appelait genius loci. 
Il était représenté sous la forme d'un serpent. Preller, Les dieux de l'ancienne Rome, 
page 72. 

4. Comment., VI, 16. 

5. l'ictet, Orig. Ind. Europ., t. II, p. 624. Brueyre, Contes aryens de la Grande-Bre- 
tagne, introd. et p. 253 et s. Rev. des Soc. sav., 1867, p. 23$. Rev. celt., 11, p. i. 
Divin, indig. du Vocontium, p. 44 et s. — Voir plus haut ce qui est relatif au dieu Bormo. 
Il en est resté des traces dans les superstitions populaires relatives aux sources et aux lacs. 



Les Dieux de la cité des Allobroges. 19 



ATHVBODVA OU CATHVBODVA. 

En 1867, on a découvert dans un champ appelé Vers-Jan, au lieu dit 
les Fins de Ley, commune de Mieussy, un petit autel privé de son cou- 
ronnement sur lequel on lit ' : 

ATHVBO D VA E 

AVC 
SERVILIA • TEREN 

TIA 

S L M 

Athuboduae Augustae, Servilia Terentia [votum] solvit Hbens meriio *. 

Cette curieuse inscription est malheureusement mutilée sur le côté 
droit. 

Le nom de la divinité mentionnée a donné lieu à deux études fort 
remarquables, l'une linguistique due à M. Pictet 3, l'autre mythologique 
émanée de M. Hennessy4. M. Pictet croit que le nom Athubodua est 
incom.plet par suite d'une cassure de la pierre et il propose de lire Cathu- 
bodua, rectification appuyée sur l'armoricain Catuuodu et sur l'irlandais 
Cathbadh. Le savant genevois considère par suite Cathubodua comme 
une Bellone gauloise. En effet, le nom Cathubodua se compose : i" du 
terme Catu, pugna, terme essentiellement gaulois qu'on rencontre dans 
un grand nombre de mots comme préfixe [Caturix., Caturicus, etc...)'; lu 
2° du terme Bodua, qui se trouve dans les noms d'homme gaulois, /JO^i 
soit en composition^ soit avec un nouveau suffixe de dérivation [Bodua- 

En Savoie, au renouvellement de l'année, on couronne de guirlandes les puits et les fon- 
taines {L'Allobroge, 1842, p. 42) ; dans un grand nombre de localités du Dauphiné et de 
la Savoie, cet usage a lieu au mois d'octobre, après les vendanges. Au temps de Grégoire 
de Tours, on apportait encore des offrandes aux lacs. J'ai été témoin au petit lac du col 
de la Coche au-dessus de Laval (canton de Domène, arrond. de Grenoble) de pratiques 
religieuses qui rappellent ce culte. 

1. Allmer, eod. loc, t. III, p. 557. Revon, Rev. sav., 1867, p. loi. Cette inscription 
a été décrite par M. Revon dans les Inscript, antiq. de la Haute-Savoie, ouvrage que je 
n'ai pu consulter. Les moulures de la base et de la corniche font le tour de la p-erre. 
Cette inscription, placée au moment de la découverte dans un mur de la maison Cornillon 
au hameau du Ley, puis transportée à Tanninges chez M. le juge Tavernier, est aujour- 
d'hui au musée d'Annecy. Haut. 0,76 cent., larg. 0,30 cent. Mieussy, canton de Tan- 
ninges, arr. de Bonneville (Haute-Savoie). 

2. L'E et l'N de Teren forment un monogramme; il faut noter Terentia employé comme 
surnom, ce qui indiquerait une affranchie, P. C. Robert, Étude sur qq. inscr. du musée 
de Bordeaux, p. 30. C'est le seul exemple dans la cité de Vienne. 

3. Rev. arch., 1868, t. XVIII, p. i et s. 

4. Rev. celt., t. I, p. 32 et s. L'inscription est reproduite en /(ic-.rim(7e. 

5. Rev. celt., t. III, p. 163. 



20 Les Dieux de la cité des Allobroges. 

eus, Boduacius •) ; ce second terme, en breton bodu, en irlandais bodbou 
badh, signifie corbeau et s'emploie dans l'acception de sorcière et de 
virago. Ainsi, le nom Caihubodua se traduit par corvus pugnx^ corbeau de 
la guerre. 

M. Hennessy pense avec raison que l'interprétation de M. Pictet est 
fondée s'il est exact que le nom de la divinité Aîliuboduu a perdu sa lettre 
initiale et si cette lettre est un C. La déesse Cathubodua serait alors, 
d'après cet érudit, semblable à Badh-Catha, fée qui figure dans les légendes 
irlandaises représentée par un corbeau, et qui prédit le sort des combat- 
tants avant la mêlée 2 ; elle deviendrait ainsi une déesse des combats. 
Les deux noms Cathubodua et Badh-Catha sont absolument identiques. 
L'article de M. Hennessy est des plus intéressants; il apporte des docu- 
ments importants et peu connus sur la mythologie comparée des Ger- 
mains et des Celtes, et il signale plus d'un point de contact entre les 
deux religions 5. 

Toutefois il pourrait se faire que le nom Athubodua fût complet sur 
l'inscription votive de Terentia; l'examen de l'autel, les dispositions des 
lignes et des lettres ne s'opposent point à cette supposition. Dans ce 
cas il n'est peut-être pas sans intérêt de rapprocher du nom de la 
divinité allobroge les noms suivants qui figurent sur des monuments épi- 
graphiques 4 : Ateboduus s, Atebodui fd '^ , Ateboduai. Je dois ajouter que 
l'assimilation de Athubodua et Atebodua est impossible, au dire de M. Pic- 
tet, parce que le préfixe ate ou ati ne peut jamais être devenu athu à 
cause de la voyelle finale ^. 

L'inscription votive de Terentia ne me paraît pas présenter des indi- 
cations suffisamment précises pour considérer Athubodua ou Cathubodua 
comme une déesse de la guerre dans la mythologie gauloise. Je ne con- 
teste pas les savantes conclusions des articles de MM. Pictet et Hennessy; 

I. Pictet, eod. loc. 

1. M. Hennessy fait connaître en détail Badh-Catha et' ses attributions ; il rapporte 
diverses opinions intéressantes sur cette fée qui figure dans les récits de batailles irlan- 
daises : le corbeau joue un grand rôle, rôle sinistre, dans l'Irlande, l'Ecosse et le comté 
de Galles. J'ajoute que dans la mythologie gréco-latine le corbeau était consacré à Apol- 
lon, et on l'appelait Delphicus aies. 

3. Dans la mythologie germaine, Odin est accompagné de corbeaux et de loups. Les 
vieux noms gaulois Caturix (voir plus haut le dieu Catiirix), Toutiorix, Segomaros, Albio- 
rix ont leurs correspondants en Germanie, Hedrich, Dietrich, Sigmar, Alberich ; non seu- 
lement les noms, mais aussi les légendes et les traditions sont identiques (note de 
M. Lottner à l'article de M. Hennessy). 

4. Pictet, Rev. arch., eod. loc. 

5. Inscription de Dœhmannstorf en Carinthie, Gruter, 7(8-11. 

6. Inscription de Cilly, Stein, 5, 105. 

7. Inscription de Leibnitz en Styrie ; il y a littéralement atepodiia, Stein, 300J. 

8. Pictet, eod. loc. — On pourrait penser que le premier terme d'/l//!ufco(fu(7 est une parti- 
cule réitérative : botfua conserve naturellement l'acception précédente. V, Rev. Celt. l,p. 29}. 



Les Dieux de la cité des Allobroges. 2 1 

j'estime qu'en l'état il est plus prudent d'attribuer à cette divinité un 
caractère purement local et d'en faire le génie tutélaire et protecteur de 
Mieussy. 



Dans le mur du cimetière de Morestel, du côté de la route, on lit l'ins- 
cription suivante sur un autel brisé par en bas qui a été trouvé dans les 
décombres de l'ancienne église paroissiale ' : 

lOVI 

B A G I N A T I 

CORINTHVS 

NIGIDI • AELIANI 

EX VOT 

lovi Baginati, Corinthus Nigidii Aeliani (servus), ex voto ^ 

Plusieurs inscriptions de la Gaule nous montrent Jupiter, adoré 
comme dieu officiel de l'État au Capitole et dans les provinces, souvent 
associé à des divinités topiques 5. D'après César, Jupiter ne jouait qu'un 
rôle secondaire dans la mythologie gauloise; ses attributions étaient 
imperium cœlesiium tenere, c'est-à-dire qu'il présidait aux phénomènes 
célestes et plus spécialement au tonnerre 4. Tous les peuples de l'anti- 
quité ont eu un culte pour la foudre qui frappe de mort les êtres vivants, 
incendie les maisons, déchire les arbres et disparait ensuite dans la terre; 
tout lieu frappé par la foudre était sacré et ne devait être ni foulé aux 
pieds ni exposé aux regards. Une tablette de pierre trouvée en 1765 sur 
les hauteurs à^Ampuis parmi des ruines porte cette inscriptions : 

lOVI 
FULGVRI 
FVLMINI 



1. Allmer, eod. loc, t. III, p. 197. Pilot, Bull. soc. stat. Isère, t. III, p. Ji- — 
Morestel, ch. d. c, arrond. de La Tour-du-Pin (Isère). 

2. Les lettres sont peu profondément gravées, une palmette de chaque côté du mot 
lovi, l'H dépourvue de jambage vertical vers la gauche, l'L, l'I, l'N et l'I de aELIaNI 
en monogrammes. Haut, i m., larg., o,sj cent. — Le nom d'Aelianus qui figure sur 
l'inscription inaique qu'elle n'est pas antérieure à Adrien ou aux premiers Antonins. 

3. Orelli-Henzen, notamment n" 5617. 

4. On rencontre sur les inscriptions de la Gaule et d'autres régions les expressions plu- 
vialis, Orelli-Henzen, 5641, tonans, 5649, fulgerator, 1258, 1240; Tempestatum divina- 
rum païens, Spon, Miscel., p. 76, etc. Dans la Gaule, le dieu du tonnerre s'appelait, 
dit-on, Tarants, c'est le deus Taranucus, Taranucnus et Tanarus des inscriptions, assi- 
milé à Jupiter. H. Gaidoz, Esq. de la relig. des Gaulois, p. 11. 

5. Allmer, eod. loc, t. Il, p. 426; au musée de Vienne. Les lettres ont une mauvaise 
forme et sont mal gravées. — Ampuis, cant. de Condrieu, arr. de Lyon (Rhône). 



2 2 Les Dieux de lu cité des Allobroges. 

Le Jupiter /u/gur et fiilmen est le dieu qui descend lui-même dans la 
foudre sous la forme d'une pierre appelée ceraunios^ ou lapis fulminis '. 
Il est inutile de rappeler les croyances populaires relatives aux pierres de 
tonnerre, et les vertus talismaniques qu'on leur attribue encore dans nos 
campagnes ^ La découverte d'une pierre de tonnerre aurait-elle provo- 
qué cette inscription ? 

Quel caractère faut-il attribuer à Baginaîes identifié à Jupiter, est-ce 
celui de Jupiter julgur ou celui de Jupiter pluvialis 5 / Il est impossible de 
résoudre la question en présence des termes si concis de l'inscription 
votive de l'esclave Corinthus. Cette inscription a été recueillie dans l'an- 
cienne église paroissiale de Morestel qui avait probablement succédé au 
sanctuaire gallo-romain. 

Il n'est peut-être pas sans intérêt de signaler un lieu-dit du nom de 
Bachelin, dans la commune de Passins, voisine de celle de Morestel 4. Y 
aurait-il une relation entre les noms Baginates et Bachelin ? 

Une inscription, aujourd'hui perdue, et citée par divers auteurs comme 
existant à Genève, était ainsi conçue s : 

lOVI 

ASSIGN 

M . F 

N 

Il est probable que le terme Assign... était la première partie du nom 
d'une divinité indigète assimilée à Jupiter. Ce nom ne se retrouve sur 
aucune autre inscription ; il est donc impossible de le rétablir. 



1. Dlct. des antiq. grecques et rom. de MM. Daremberg et Saglio, v" Bactylia. Cicéron, 
[adfam., vii-12), Aulu Celle [met. Attic, 1,21), Apulée (de dco sacr., i ? i) mentionnent 
un Jupiter Lapis. Je ne connais aucune autre inscription donnant à Jupiter l'épithète 
fulgur ; on trouve souvent fulgcrator, tonans,fulminans,fulgurans; dans l'autel d'Ampuis 
la cause est confondue avec l'effet. 

2. J'ai fait connaître les traditions populaires du Bas-Dauphiné relatives aux pierres de 
tonnerre : Les âges de pierre et de bronze dans V arrondissement de Montélimar, Grenoble, 
1878, in-8°, p. 12 et s. — V. Cartailhac. L'âge de pierre dans les souvenirs et supersti- 
tions populaires. Paris, 1878, in-8°, 

3. 1! existe dans nos campagnes de nombreux oratoires très anciens qui ont certaine- 
ment succédé à des oratoires gallo-romains, et dans lesquels on se rend en procession 
pour demander ou la pluie ou le beau temps. L'homme des champs se préoccupe avec 
raison des variations atmosphériques ; c'est là le premier de ses soucis, de ses craintes ou 
de ses espérances ; tout pour lui, bonheur ou aisance, réside dans l'état de calme ou de 
tempête de ce grand océan d'air qui entoure notre globe. 

4. Un hameau des Avenièies, commime voisine, s'appelle le Bajet. 

j. Cruter, 13-3. Guichenon, p. 35. Spon, Hist. de Genève, II, p. 308. Muratori, II, 
5. Orelli, 270. Mommsen, n" 66. Allmer, eod. toc, t. III, p. 253- A Blankenheim 
existaient des Matronae Aserguehae, Orelli, 2082. — Scaliger avait traduit adsignatum 
Jovi, Orelli, 270, not. 



Les Dieux de la cité des Allobroges. 2? 



Deux inscriptions sont consacrées au dieu Vintius : 
1° La première est gravée sur un autel avec base et couronnement 
engagé dans le mur extérieur de l'abside de l'église de Seyssel ' : 

DEO • VINTIO 

POLL VCI 
CN • TERENTIVS 
BILLONIS-FIL 
TERENTIANVS 

EX-VOTO 
Deo Vintio Polluci, Cncius Terentius, Billonis filius Terentianus, ex voto. 

2° L'autre se lit sur une table carrée trouvée dans le voisinage du châ- 
teau d'Hauteville dans la vigne des Idoles, près du champ des Idoles ^ : 

AVG • VIN 

SACR 
T • VALERIVS.... 

CRISPINVS 

SACER VINTI 

PRAEF • PAGDIA 

AEDEM • D 

Augusto Vintio sacrum, T. Valerius... /. Crispinus, sacer Vintii, prsjectus 

pagi Dia... aedem dat. 

Dans la mythologie latine, Pollux, admis parmi les astres après sa 
mort, avait été gratifié par Neptune du don d'apaiser les flots ; c'était le 
dieu propice aux nautoniers L'identification de Vintius à Pollux permet 
de lui supposer un caractère analogue et de le considérer comme le pro- 
tecteur des miariniers du Rhône?. En effet le dieu gaulois paraît avoir 
laissé son nom à une colline voisine de Seyssel : on l'appelle Vence ou 



1. Orelli, 2065. Allmer, eod. toc, t. III, p. 243. Seyssel, ch.-l. de cant., arrond. de 
Saint-Julien (Haute-Savoie). 

2. Allmer, eod. loc, t. II, p. 34 j. Orelli-Henzen, 5922. Cette table, ornée d'une mou- 
lure, a été transportée depuis longtemps à Rumilly où, par les soins de M. Croisollet, 
l'auteur de l'Histoire de Rumilly, elle vient d'être placée derrière les murs de la chapelle 
neuve du collège. Haut., m. 40, larg. m. 45 cent. Hauteville, cant. de Rumilly, 
arr. d'Annecy (Haute-Savoie). 

3. Le nom de Vintius se retrouve dans la nomenclature gauloise. Faut -il voir dans 
son nom: k. Cwynt, ar. Gwennt, c. Gwynx, e. et ir. Gaoid, Caoth, vent; ou Ar. Gwinnt, 
élévation: Belloguet, id., n" 258. 



24 Les Dieux de la cité des Allobroges. 

Vens. Il existe de temps immémorial au pied de cette colline une 
chapelle dédiée à Notre-Dame, qui jouit d'une très grande vénération 
auprès des bateliers du grand fleuve. Le nom du lieu, l'oratoire et le 
culte remontent certainement au temps du dieu Vintius : le christianisme 
n'a été, là comme en d'autres lieux, que l'héritier d'une croyance gau- 
loise. 

A l'époque romaine, il y avait une corporation des nautae Rlwdanici, 
corporation riche et puissante, dont le siège était à Lyon ' et qu'une 
inscription appelle splendidissimum corpus^. Quelques-uns de ses membres 
ont été l'objet de distinctions honorifiques de la part de diverses villes 
situées sur le parcours du Rhône 5. 

L'ex-voto de Tcrentianus 4 ne serait-il pas le témoignage de la recon- 
naissance d'un marinier qui aurait dû à Vintius d'échapper à un danger 
imminent sur ce fleuve souvent orageux? 

Le culte de ce dieu bienfaisant s'était étendu sur la région voisine de 
Seyssel et située sur les bords du Rhône et du lac du Bourget. L'inscrip- 
tion découverte à Hauteville fait en effet connaître qu'il avait un temple 
dans ce lieu s. Vintius était aussi probablement la divinité du pagus Dia.. 
(Hauteville?;, dont Valerius Crispinus était le prcefectus'^. Les habitants 
de cette région devaient être en général des nautoniers; le Rhône était 
alors la seule voie naturelle et rapide de communication pour échanger 
leurs produits du nord au midi de la Gaule. On comprend ainsi l'impor- 
tance qu'avait le culte de Vintius. 

Crispinus, qui fit construire de ses deniers un sanctuaire à Hauteville, 
est appelé sur l'inscription commémorative Sacer Vintii; cette expression 
indique soit un prêtre sans caractère officiel, soit tout simplement un 
dévot. Les magistrats municipaux n'avaient pas d'attributions plus impor- 
tantes que celles de veiller à l'accomplissement des rites religieux et aux 
besoins du culte. Le terme aedes donné à ce sanctuaire est, en général, 
employé plus particulièrement en l'opposant à templum, pour désigner un 



1. De Boissieu, Inscript, de Lyon, p. 386 et s. Allmer, eod. loc, t. I, p. 60; II, 
p. 257; m, p. 3S4- 

2. Au musée de Lyon. — De Boissieu, eod. loc, p. 26J. 

5. Allmer, loc. cit. Je n'ai pas l'intention d'assimiler ces nautae Rhodanici aux simples 
mariniers ou bateliers du grand fleuve. 

4. Cn. Terentius Billonis filiiis Tercntianiis : Billo, nom du père du dévot, appartient 
probablement à la nomenclature gauloise, Rev. celt., t. UI, p. i6o; on le retrouve cepen- 
dant sur des inscriptions de l'Italie méridionale. 

j. Aux Fins d'Annecy a été trouvée une inscription à Castor et Pollux, les dieux pro- 
pices aux navigateurs (s'agissait-il de la navigation du lac d'Annecy ?). Allmer, t. III, 
page 3 3 S- 

6. .Seyssel était probablement compris dans ce pagus : la navigation ordinaire du 
Rhône commence aujourd'hui à Seyssel. 



Les Dieux de la cité des Allobroges. 2 5 

édifice pour lequel n'avaient pas eu lieu les cérémonies àeVinauguraiio'. 

M. Mommsen et M. Herzog ont regardé comme fausse l'inscription 
de Hauteville par le motif qu'il n'y avait que des rici chez les Allobroges. 
Cette opinion est infirmée par le témoignage multiplié des inscriptions 
qui mentionnent des vici et jusqu'à trois pagi de la cité de Viennes 

Vintius, le protecteur des bateliers du Rhône et du pagus Dia , n'a 

aucune parenté avec le Vintius de Vence 1 Alpes-Maritimes', assimilé par 
les Romains à Mars s. 



En 1844, on a découvert dans la petite plaine des Fins d'Annecy^ en 
même temps que plusieurs fragments d'architecture et des médailles de 
Claude, un autel fracturé par en bas présentant sur une de ses faces 
l'inscription suivante 4 : 

APOLLINI 
VIROTVTI 
T . RVTIL . BVRICVS 



Apollini Viroîuîi, T. Rutilius Buricus 'votum solvit libens merito). 

Virotutes, que l'inscription assimile à Apollon, ne serait-il pas un dieu 
medicus? J'ai indiqué plus haut que les Romains considéraient l'Apollon 
gaulois comme un dieu sauveur et purificateur, morbos depellerei. Le 



1. Dict. des antiq. grecq. et roni. de MM. Daremberg et Saglio, v" Aedes. 

2. Les inscriptions révèlent trois pagi dont le nom ne nous est point parvenu en entier : 
pagus DIA ..., pagus Vakr ..., pagus Oct ... Allmer, eod. loc, t. Il, p. 341. Les pagi 
étaient des divisions de la cité 'Cass. Bell. Gall., 1, 12). Les praefecti, sans doute nommés 
par les décurions de la cité, et exerçant leurs fonctions à titre d'honneur, administraient 
dans de telles limites d'attribution que nous ne savons dire, assistés par un conseil de 
pagani (Henzen, suppl., table, 163, 164J, Allmer, eod. loc. Les vici, centres de popula- 
tion, non chefs- lieux de civitas, dépendaient adminlstrativement du chef-lieu de la civitas 
à laquelle ils appartenaient. Bien qu'ils n'eussent aucune administration municipale, ils 
avaient pour la religion, l'édilité et la police , une petite administration propre co.mposée 
de deux édiles et d'un conseil de Vicani., et probablement aussi un collège de sévirs (Léon 
Renier, Inscript, de Troesmis, p. 22). 

3. Orelli, 5227. — Mém. delà Soc. des se. nat. et hist. et des beaux-arts de Cannes, 
1874, t. IV. 

4. Au musée d'Annecy. Allmer, eod. loc, t. III, p. 55} : cet érudit a lu Verotuti, 
M. Revon Virotuti; la forme est identique ; manque le couronnement; les deux I et l'N 
d'Apollini, le T et l'I de Virotuti forment des monogrammes. — Annecy, chef-lieu de la 
Haute-Savoie. 

5. Dans la cité des Allobroges, Apollon avait des temples à la Balme, à Genève, à Gilly, 
à Groisy, à Limony, à la Rochette, à Ruffieux, à Vienne et à Virignin. Allmer, eorf. loc, 
t. IV, p. 538, Stat. mon. 



26 Les Dieux de la cité des Allobroges. 

véritable caractère de Virotutes nous échappe complètement, et il serait 

dangereux de suppléer au silence des textes par de brillantes hypothèses. 

Ne pourrait-on pas rapprocher le dieu Virotutes de la déesse Viroddis 
dont le nom figure sur une inscription trouvée dans les murs du cime- 
tière de Kaelbertshausen, maintenant au musée de Carlsruhe ' ? 

Le surnom Buricus indique peut-être un étranger latinisé venant du 
pays des Bures, qui habitaient vers les sources de la Vistule ^. 



Chaque ville gauloise était sous la protection spéciale d'une divinité 
éponyme, être surnaturel qui en était la personnification. Les inscriptions 
romaines de la Gaule ont conservé les noms de plusieurs dieux munici- 
paux : on peut citer Nemausus, Vesonîio, Vasio, etc., génies tutélaires 
de Nîmes, Besançon, Vaison 5. Chaque année les Gaulois célébraient la 
dédicace de leurs villes ; ils immolaient au génie des victimes, ils lui fai- 
saient des libations. Cette coutume, qui existait encore au viir' siècle de 
notre ère, fut vivement combattue par saint Eloy4. Le génie de la ville de 
Lyon est représenté au revers d'un denier d'argent d'Albin et sur un 
médaillon en terre cuite ; c'est une figure nue et debout couronnée de 
créneaux, la main droite appuyée sur un sceptre, une corne d'abondance 
sur le bras gauche, un glaive suspendu à ce bras; à ses pieds est un 
corbeau sur un rocher affectant la forme d'un lion accroupi î. 

Dans l'Allobrogie, les monuments épigraphiques ne font connaître 
aucune divinité municipale. Une inscription votive de Genève, décou- 
verte en 1752 dans les fondements de l'église cathédrale, est consacrée 
au génie du lieu, genio loci, associé à Mithra ; cette inscription est ainsi 



!. Rev. celt., t. III, p. 311. On trouve dans la nomenclature indigène Virodu sur une 
monnaie gauloise, Rev. num., 1869-70, t. XIV, p. 4, Rev. celt., t. 1, p. 298; Verotus 
ou Verotius, nom d'homme, Verore ou Virrore, divinité topique, Viromarus, Viromo, noms 
d'hommes, etc. Rev. celt., t. III, p. 311. — Serait-ce le préfixe Gwir, Gwyr, gwirt, pur, 
juste, vrai, fort .? 

2. Tacit. de morib. Cerm., 43 (Burii) ; le nom Buri (génitif) se trouve .sur une inscrip- 
tion, Orelli, 3 s 58. — Outre le temple de Virotutes, il y avait encore à Annecy des temples 
ou des autels de Jupiter, de Mercure, de Castor et de PoUux, et des Numina Aiigiistorum. 
Allmer, eod. toc, t. IV, p. 54', Stat. mon. 

3. Orelli, 2064, 2245. Rev. celt., II, p. j. — Divin, indig. du Vocontium, p. 42. 

4. Dom Martin, Relig. des Gaul.,t. II, p. 199. 

5. De Boissieu, Inscript, antiq. de Lyon, p. 46; H. Cohen, Méd. imp. t. III, p. 224, 
n" 22; Acad. Inscr. et Bell. IMtres, Compt. rend. 1877, p. 6j (corn, de M. de Wilte). 

6. Cette inscription, datée de l'an 201 de notre ère (sous le consulat de L.Annius Fabia- 
nus et de M. Nonius Arrius Mucianus), est gravée sur un autel avec base et couronnement 
qui est au musée cantonal à Genève. Haut., o,8j c, larg. 0,40 c. — Orelli, 275. Momm- 
sen, n" 64. Herzog, n" 599. Allmer, eod. loc, t. I, p. 372. 



Les Dieux de la cité des Allobroges. 27 

DEO • INVICTO 

GENIO • LOCI 
FIRMIDIVS SE 
VERINVS MIL 

LEG • VIII AVG • P • F 
ce • STIPXXVIARAM 
EXVOTOPRoSALvTE 
SVAVSLM-PoSITA 
MVCIANO ET FABIANO CoS 

Deo Invicto, Genio loci, Firmidius Severinus, miles legionis Vlll'"'' Augus- 
tae Piae Fidèlis Constantis Commodae, stipendiorum XXVI, arain ex voto pro 
sainte sua votum solvit lihens merito. Posita Muciano et Fabiano consulibus. 

Le culte du dieu persan Mithra, Deus Sol Invictus, s'était communiqué 
aux Romains pendant leurs nombreuses expéditions en Orient. Déjà très 
répandu au temps de Claude et de Néron, il était à l'époque de Septime 
Sévère, à laquelle se rapporte l'ex-voto de Severinus, parvenu aux extré- 
mités de l'empire. Les inscriptions de l'Allobrogie font connaître à Lucey, 
à Vienne et à Vieu des temples consacrés à Mithra '. 



DÉESSES MÈRES. 

J'ai réuni dans ce chapitre les monuments de la cité des Allobroges 
consacrés aux Mères, Matres, Matrae, Mairae, Matronae, divinités secon- 
daires dont le culte paraît avoir été particulier à la Celtique continen- 
tale et insulaire, ainsi qu'à la Germanie, où existait la croyance au 
pouvoir surnaturel des femmes prophétesses, honorées presque à l'égal 
des déesses 2. 

On a beaucoup écrit sur l'origine de ces divinités, sur leur culte et sur 
leurs diverses influences ' ; elles ne sont connues que par des bas-reliefs 
et par des inscriptions de l'époque romaine. 

Les Mères figurent toujours au nombre de trois sur les bas-reliefs : le 
nombre trois joue un grand rôle dans les mythologies et dans les tradi- 

1. Allmer, eod. loc, t. IV, p. J38 et s., Statistique monumentale d'après les inscriptions. 
Il y avait à Genève des temples ou des autels de Jupiter, de Mars, de Mercure, d'Apol- 
lon, de Caturix, de Silvain, des Mères, et des numina Augustorum. Allmer, ibid. 

2. Tacit. de morib.Germ., 8. — On trouve quelques traces de ce culte dans la Gaule 
cisalpine. 

3. De Wal, De Moeder Coddinen, Leyde, 1846 ; ouvrage qui, quoique ancien, contient 
de nombreux et intéressants documents sur les Mères. — Mèm. acad. des inscript, et belL 
lett., t. X, p. 22; Rev. arch. 1848, t. V, p. 363 ; Encyclop. mod. V Fée. 



28 Les Dieux de la cité des Allobroges. 

tions religieuses et magiques de tous les peuples aryens ', c'est là un des 
témoignages les plus frappants de leur commune origine. Les Mères sont 
ordinairement représentées sous la forme de jeunes femmes à l'air grave 
et bienveillant, vêtues de robes talaires, généralement assises, portant 
des fruits et quelquefois tenant un enfant sur leurs genoux. Sur un petit 
autel du musée de Vienne, celle du milieu est assise et elle a sur ses 
genoux une corbeille pleine de fruits ; les deux autres sont debout, d'une 
main elles relèvent les plis du manteau qui les enveloppe et de l'autre 
elles écartent la partie supérieure du même vêtement dont elles ont la 
tête couverte : cet autel anépigraphe a été vu longtemps au-dessus de la 
porte d'une petite tour qui s'élève sur des ruines romaines au sud-est du 
mont Sainte-Blandine^. 

Ces attributs permettent de considérer les Mères comme des divinités 
champêtres, dispensatrices de l'abondance, qui représentaient les forces 
productives de la nature 5. 

Les Mères étaient les génies bien-aimés du peuple gaulois, l'immense 
popularité de leur culte est attestée par de nombreux monuments 4. Leur 
protection tantôt se bornait à une personne, à une famille, à une maison, 
à un domaine s, tantôt embrassait toute une ville, une province, une 
nation entière ^. Non seulement elles faisaient mûrir les moissons, mais 



1 . On peut citer à titre d'exemples la trinité indoue, les trois Nornirs Scandinaves, 
les trois [^arques, les trois Grâces, etc. : en Gaule, le Tarvos Trigaranus. ou Taureau à 
trois grues, le dieu Tricéphale {Bull. acad. des inscr. et bell. lett., 4^ série, t. III, 
p. 33s) ; on trouve quelquefois de petits taureaux en bronze à trois cornes au front. — 
Suivant Pythagore, trois est le nombre des plus sublimes mystères ; dans les Védas, trois 
est un nombre sacré. Dans les légendes, le nombre trois joue un grand rôle (de Ville- 
marqué, Les Fontaines du Morbihan, p. 238 ; Brueyre, Contes popul. de la Grande-Bre- 
tagne, introd. divers contes). — Je dois indiquer dans l'Allobrogie les trois fées Ternes 
du Chdblais [VAllobroge, 1841, p. 97). Le nombre sept avait le même caractère que le 
nombre trois. 

2. Delorme, Descript. du mus. de Vienne, p. 226, n" 216. L'autel a 74 cent, de haut; 
il a été donné au musée en 1827. Il est probable que les ruines romaines appartenaient 
à un temple élevé aux Mères. Sur un bas-relief à Metz, les Mères sont toutes trois debout 
portant d'ans leurs mains des fruits ou des fleurs (Gruter, 92-1)- — Un bas-relief du masée 
de Lyon montre celle du milieu portant des fruits, une corne d'abondance et une patère; 
un autre bas-relief du même musée donne la corne d'abondance aux deux de chaque côté, 
la 3= tient sur ses genoux un objet indéterminé, probablement un enfant (de Boissieu, 
Inscr. antiq. de Lyon, p. j6). V. Mém. lus à la Sorbonne, Arch., 1867, p. 23. 

3. Elles n'avaient qu'une parenté très éloignée soit avec les Pénates, les Genii, les 
Junones, contrairement à l'opinion d'Orelli (sous le n" 2094), soit avec les Proxumes, 
divinités dont le culte paraît jusqu'à ce jour à peu près restreint aux Volces Arécomiques 
et sur lesquelles on discute depuis deux siècles. Voir Ludovic Vallentin, Sur un autel inédit 
dédié aux Proxumes. Valence, 187s, in-8'. — Bull, des Antiq. de France, 1872, p, 101. On 
a dit qu'en Gaule des femmes, devenues particulièrement célèbres de leur vivant, avaient 
reçu après leur mort d'un peuple reconnaissant les honneurs de l'apothéose et étaient ado- 
rées sous le nom de Mères ou Matrones (notamment Keysler). 

4. Orelli-Henzen, n" 2074 et s., 5928 et s. 

$. Orelli-Henzen, n" 2075, 2093, 5933, S954, 6935. 

6. Orelli-Henzen, n"" 2090, 2092, 2106, J928, 5941, (942 ; l'inscription J928 trouvée 



Les Dieux de la cité des Allobroges. 29 

elles veillaient aussi à la perpétuité des familles, à la prospérité des villes 
et des cités ; leur nom implique, dit-on, une idée de surveillance, de 
tutelle et de garde'. 

Les Mères figurent parmi les divinités reconnues du culte gaulois ^ 
elles paraissent avoir conservé sous la domination romaine leur carac- 
tère indigène. L'étude des monuments épigraphiques montre qu'elles 
n'ont été assimilées à aucune déesse de l'Olympe latin 3 ; elles sont sou- 
vent décorées d'épithètes topiques. 

Les Mères sont devenues au moyen âge les bonnes dames, les dames 
blanches, etc...., fées bienfaisantes qui peuplent les rochers, les grottes, 
les sources et les ruines des vieux châteaux, qui protègent le faible 
contre l'injuste oppression du fort et effrayent par leurs apparitions 
nocturnes les spoliateurs et les meurtriers 4. Quelques-unes couronnent 
d'une auréole mystérieuse l'origine des grandes familles et prédisent leurs 
destinées : on les voit sous les formes poétiques de Mélusine, de la Dame 
blanche des Avenel, de la Banshee des Fitz-Gérald s, etc. 

Le christianisme a rattaché les croyances relatives aux Mères et aux 
fées au culte de la Vierge 6. En 1872, dans une des sépultures gallo- 

en Angleterre est consacrée Matribus omnium gentium. — Pictet, Nouvel ess. sur les inscr. 
gauL, p. 51. — Elles apparaissent en songe à des soldats romains, Bull, monum. 1868, 
p. 813. 

1. Belloguet, Ethnog. gauL, p. 237 : ar. maer, surveillant, de mera, surveiller, con- 
duire ; ir. ér. mairn, garde ; kim. mair, qui garde, qui veille sur quelqu'un, plur. mairi. 

2. Sur le plus grand nombre des inscriptions, elles sont en effet décorées de l'épithète 
Augustae. 

3. Un monument de Milan, en Italie, est érigé par une femme Matronis Junonibus, 
Orelli, 2085. Ces matronae sont-elles les mères de la Gaule? il est permis d'en douter. 
Les Junones étaient les esprits gardiens et protecteurs des femmes dans la mythologie 
latine. 

4. La fée Abonde qui pendant la nuit répandait les richesses dans les maisons. — La 
fée Esterelle de la Provence qui guérissait la stérilité des femmes. — En Franche-Comté 
la Dame Verte qui veillait sur les chaumières, la fée Aril qui veillait sur les prairies, la 
Vouivre du Jura. — Les fées de Loc-il-du en Bretagne, etc.. Le nom de fées est resté 
dans le langage populaire attaché à des rochers, à des sources, etc.. Dans les légendes 
on peut reconnaître quelques parties des mythes gaulois. La Villemarqué, Contes pop. des 
anc. Bretons. Brueyre, Contes aryens de la Grande-Bretagne. Revon, la Haute-Savoie avant 
les Romains, p. 52 et s. 

5 . Mélusine était le génie tutélaire des Sassenage (ainsi que des Lusignan et des 
Luxembourg). En Dauphiné, elle habitait les célèbres cuves de Sassenage. Chorier, 
Hist. de la mais, de Sassenage, p. 2 et s. — L'Allobroge, 1842, p. 93. On peut ajou- 
ter Morgane, Viviane, les fées Ternes du Chablais (Haute-Savoie), etc. 

6. 11 est inutile d'insister sur ce point qui a souvent été signalé. Les croyances gau- 
loises se sont ainsi perpétuées jusqu'à nos jours. — A Vaison, une inscription aux Mères 
se lit sur un autel dédié à la Sainte Vierge invoquée sous le nom de bonne mère : elle 
est ainsi conçue : MATRIBVS/ ADCVLTVS/ VASSEDONIS. F./ V. S. L. M., c'est-à- 
dire Matribus Adcultus Vassedonis filius votum solvit libens mérita, le sens paraît très 
clair. M. Pilot (Antiq. dauph., t. 11, p. 2ss) a cru devoir traduire ainsi : Aux déesses 
mères pour la population les filles de Vaison (pourquoi pas les femmes) se sont libre- 
ment acquittées de leurs vœux, c'est-à-dire reraercîment par les filles de Vaison de la 
faveur qu'elles avaient obtenue de contribuer à la population ! Vaison, Vasio, appelée 
Vassedo ' 



p Les Dieux de la cité des Allobroges. 

romaines de Troussepoil ', il a été trouvé avec des objets de diverse 
nature une statuette en bois qui offre l'image d'une femme assise, voilée, 
et sur les genoux de laquelle on voit l'arrachement d'une figure d'enfant 
qu'elle soutenait de ses deux mains. Cette statuette a été considérée avec 
raison comme représentant une déesse Mère. Cette découverte peut ser- 
vir à expliquer l'origine d'un certain nombre d'églises du vocable de 
Notre-Dame, bâties sur des emplacements où la légende rapporte que 
des statues de la Vierge furent trouvées par miracle ^. 

Les monuments épigraphiques de l'Allobrogie consacrés aux déesses 
mères sont au nombre de dix : 

I, — Autel carré avec base et couronnement et dont la corniche a été 
abattue à fleur du dé trouvé à Sainte-Colombe, — au musée de Lyon : 

MATRIS 
AVGVSTIS 
C-TITIVS 
SEDVLVS 
EX-VOTO 
Matris Augustis, Caius Titius Sedulus ex voto^. 

H. — Partie supérieure d'une plaque mince en marbre découverte en 
1849 '^^ris la plaine du miroir à Saint-Romain-en-Gal, — au musée de 
Vienne : 

MATRIS 

AVGVST 

AEDEMET 



Matris augustis, aedem et' 



1. Commune du Bernard (Vendée) ; ce sont des puits funéraires qu'explore depuis de 
longues années M. l'abbé Baudry. 

2. Bull, de la Soc. des antiq. de France, 1872, p. 54. Ces statues, généralement en 
bois, sont connues sous le nom de Vierges noires (à cause de la couleur du bois qui a 
longtemps séjourné dans la terre). Les plus célèbres sont celles de Péglise de Saint-Victor- 
lès-Marseille, de Notre-Dame del Pilar près Saragosse, de Notre-Dame d'Oropa (trouvée 
sous un rocher) dans les pittoresques montagnes de Biclla. Dans la commune de la Tronche, 
près Grenoble, est un sanctuaire très populaire sous le vocable de la Vierge noire, où l'on 
se rend en pèlerinage le lundi de la Pentecôte ; il est très fréquenté par les personnes 
(surtout les femmes) qui désirent se marier : si la Vierge est favorable, le mariage se fait 
dans l'année. La statue actuelle est moderne ; elle est en pierre du pays qui a été noircie, 
elle a 2 pieds 8 pouces de haut. La légende rapporte qu'un cultivateur trouva dans une 
vigne une statuette en bois noir de la Vierge (aujourd'hui disparue), et le sanctuaire fut 
élevé à l'endroit même de la découverte. — V. Rev. des Soc. sav. 1875, t II, p. 1 1 5-4, 

5. Allmer, eod. loc. II, 4^0 ; hauteur de l'inscript. 0,7s, larg. 0,40. Sainte-Colombe, 
canton de Condrieu, arr. de Lyon (fUiône). 

4. Allmer, II, 451. Lettres étroites de forme rustique; haut, et larg., 0,20. Sur Vaedes, 



Les Dieux de la cité des Allobroges. ■> i 

III. — Autel carré avec base et couronnement trouvé il y a trois 
siècles dans le quartier de Fuissin à Vienne, — sous le porche de l'église 
Saint-Pierre à Vienne : 

MATRIS 
AVGVST I S 
D • DIMARIVS 
MESSVLVS 
RESTITVIT 
EX VOTO 
Matris augustis, Decimus Dimarius Messulus restitua ex voto ', 

IV. — Autel avec base et couronnement découvert en 1864 dans les 
travaux de la cathédrale de Grenoble, — au musée : 

MATRIS • AVG • 

•SACRVM- 
T • CASSIVS • EROS 
Matris Augustis sacrum, Titus Cassius Eros^. 

V. — Partie supérieure d'un autel dont le couronnement a été retaillé, 
trouvé postérieurement à Grenoble, en abaissant le niveau de la place 
Saint-André, — au musée : 

MATRIS 
NEM ETI ALI 
LVCRETIA-Q_ 
LIB////7//7/IIVM 



Matris Nemeîialibus, Lucretia, Q. libertaK 



VI. — Sur un fragment que supporte la pierre du maître-autel de 
l'église d'Aoste, — perdu : 

MATRIS AVG EX STIPE ANNVA X XXXV ET D... 

Matris Augustis, ex stipe annua denariorum XXXV et donisQ) 4.... 

voir plus haut ce qui est relatif à Vintius. — Saint-Romain-en-Gal, même cant. que 
Sainte-Colombe. 

1. Allmer, II, 446, trouvé dans un amas d'énormes pierres, ce qui indiquerait que le 
monument restauré par Messulus avait une certaine importance. Haut. 1,30, larg. 0,60. 

2. Allmer, III, 126. Bull. Soc. stat. Isère, 1864, p. 424 et 4J9; lettres rustiques, 
points figurés par des feuilles cordiformes. Haut. 0,90, larg'. o,$o. 

3. Allmer, III, 127. Lettres de mauvaise for:iie. Haut. 0,57, larg. 0,3}. 

4. Allmer, III, 204. La lettre X traversée horizontalement d'une barre était la figure 
par laquelle les Romains exprimaient le denier, Borghesi, il, p. 283. — Aoste, cant. 
du Pont-de-Beauvoisin, arr. de La Tour-du-Pin (IsèreJ. 



32 Les Dieux de la cité des Allobroges. 

Vil. — Bloc carré engagé dans le mur de clôture du cimetière d'Al- 
londaz, en face de la porte de l'église : 

MATRIS 

MITHRes 
SOC • XL ■ VIL 

AD-TVR. 
L • xTl f P A • VI 

Matris, Mithres sociorum cjuadragesimae villicus ad Turnonem; latum XIII 
pcdibus, altum VI ' . 

VIII. — Tablette bordée de moulures encadrant l'inscription trouvée 
en 1866 dans la démolition de l'ancien clocher de Saint-Innocent, — 
dans le jardin de la maison de campagne de M. le D' Despine : 

MATRIS AV 

L. DAVERIVS.... 
V S L 

Matris Augustis, L. Daverius.... votuin solvit libens [merito)^. 

IX. — Fragment trouvé dans l'église cathédrale de Genève et laissé 
dans les murs > : 

MATRIS , AVG . //////// 

X. — A Belley, sans indication de provenance, — perdue^ : 

IN HONOREM DEABVS 

MAIRABVS 

In honorem Deabiis Mairabus ou Matrabus, .... 

Ces diverses inscriptions indiquent que les déesses Mères avaient des 
sanctuaires à Allondaz, à Aoste, à Belley, à Genève, à Grenoble, à Saint- 
Innocent, à Saint-Romain-en-Gal, à Sainte-Colombe et à Vienne ; les 



1. Allmer, I, 341. L'inscription est renfermée dans un cercle en relief (couronne ou 
serpent ?) ; elle a été trouvée dans la démolition de l'ancienne chapelle qu'a remplacée 
l'église neuve. — Mithres est peut-être un adepte du culte de Mithra; il est esclave de la 
compagnie du quarantième des C.aules (impôt de douane) dont il était le préposé, Villicus, 
ad Tur..., probablement Tournon. localité voisine d'Allondaz, sur la rive droite de l'Isère. 
Les mesures de largeur et de hauteur à la fin de l'inscription s'appliquent à l'objet donné 
par Mithres aux déesses mères. — Allondaz, cant. et arrond. d'Albertville (Savoie). 

2. Allmer, 111, p. 294. Incomplète du côté droit et par en bas; haut. 0,50, larg. 0,38. 
Saint-Innocent, commune de Brison-Saint- Innocent, cant. d'Aix-les-Bains, arr. de Cham- 
béry (Savoie); il y existe une grotte des fées. 

3. Allmer, III, p. 262. Mommsen, n'71. 

4. Allmer, t. III, p. 421. Belley, chef-lieu de l'Ain. 



Les Dieux de la cité des Allobroges. 53 

unes sont des actes de dévotion [n°^ i, 5, 6, 7, 8) ; les autres rappellent 
l'érection (n"' 2 et 4' et la restauration (n° 3] de sanctuaires. 

A Saint-Romain-en-Gal, le souvenir des Maîrae se retrouve dans une 
légende attachée à un curieux monument de la nature situé à très peu de 
distance de l'église de Saint-Romain, du côté du nord, et appelé le 
Puits des fées ou le Fort des Fées. Chorier en donne ainsi la description : 
« Sur un petit rocher qui regarde le Rhône auprès de Saint-Romain 
sont trois creux ronds que la nature seule a formés, quoiqu'il semble 
d'abord que l'art y a travaillé après elle. On dit qu'ils étaient autrefois 
fréquentés par les fées ; qu'ils étaient remplis d'eau quand il leur plaisait 
et qu'elles y venaient prendre souvent le plaisir du bain ; car on feint 
que toutes ces fées n'avaient pas de plus charmante volupté que 
celle-là '. )■) 

L'inscription de Grenoble transcrite sous le n° 5 donne aux mères 
l'épithète Nemetiales, qui appartient sans aucun doute au dialecte natio- 
nal. Cet adjectif dérive en effet du mot nemetum qui forme plusieurs 
noms de lieux celtiques, Augustoneinetuin, Vernemetum, Casinemetum , 
iVemgfaciim, etc., et quelques noms d'hommes, Nemetocena, Nimet, Ne- 
meoid, Neimhead, etc. Le terme Nemetialibus serait-il la traduction gau- 
loise du latin augustis ^ ? 

Sur l'inscription d'Aoste (n° 6>, l'expression ex stipe annua denariorum 
XXXV... (du produit des collectes d'une année s'élevant à 35 deniers 3) 
donne l'idée d'un sanctuaire d'une simplicité toute rustique ; l'inscription 
n'est pas complète ; il faut peut-être ajouter ET ï)onis, bien nécessaire 
pour subvenir à l'insuffisance de la somme recueillie. D'après des monu- 
ments épigraphiques du musée de Lyon, on faisait en l'honneur des 
divinités gauloises devenues des Lares une collecte annuelle, annua stips^ 
pour en assurer le culte 4. 

La forme barbare Mairabus ou Matrabus employée sur l'inscription de 
Belley m" 10^, et qu'on rencontre dans d'autres inscriptions gallo- 
romaines, est sans doute provenue d'une latinisation du Matrebo gaulois 



1. Rech. sur les antiq. de la ville de Vienne, p. 185. 

2. Pictet, Or/g. indo-europ., t. Il, p. 691. Ess. surquelq. insc. en lang. gauL, p. 25. 
Rcv. celt.. Il, p. i, III, p. 303. La déesse Nemetana en Grande-Bretagne, id. — D'après 
Fortunatus [carmen, i, 9), Vernemetis, ancien nom du lieu où Léonce, évêque de Bor- 
deaux, érigea une église, signifiait en gaulois fanum ingens. Ce mot se retrouve dans 
l'ancien irl. nemed, sacellum, dérivé de nem, ciel, en irl. moderne neamdhah, céleste, divin, 
de neamh. Neniet était le nom armoricain d'une forêt sans doute anciennement consacrée. 
Pictet, eod. loc. — Sur une inscription de Vaison en langue gauloise, mais avec des 
caractères grecs, on trouve NEMHTON. Div. ind. du Vocontium, p. s 8. 

3 . 3 j deniers équivalaient, à l'époque à laquelle paraît appartenir cette inscription , à 
140 sesterces, soit 28 francs de notre monnaie. k\\mtr,ibid. 

4. De Boissieu, loc. citât., p. 9 et 18; voy. Rev. arch. 187s, t. XXIX, p. 34. 

kev. Celt. IV 3 



34 ^ÊS Dieux de la cité des Allobroges. 

qui figure sur le célèbre monument de Nîmes ; le nom Deabus a la même 

origine '. 

D'autres inscriptions de la cité des Allobroges font connaître des divi- 
nités inférieures qui me paraissent analogues aux Mères, ce sont les 
Comedovae^ les Dominae et les Virgines^. 

COMEDOVAE. Sur une tablette carrée sans ornements trouvée à Aix- 
les-Bains et emportée en Piémont en 1838 par M. le marquis d^Aix : 

COMEDOVIS 

AVGVSTIS 

M • HELVIVS SEVERI 

FIL • IVVENTIVS 

EX VOTO 

Comedovis Augustis, Marais Helvius Severi fdius lurentius ex voto ?. 

DOMINAE. — Sur une tablette engagée dans le mur du cimetière de 
Saint-Innocent du côté du chemin : 

DOMINIS 

EXS VOTO-S-L-M 

M • CARMINIVS MAGN 

PRO SALVTE SVA • ET 

SVORVM 

Dominis, exs voto solvit libens inerito Marais Carininius Magnas pro sainte 

sua et suorutn 4. 

VIRGINES. — A Saint-Romain-en-Gal, dans un cartouche ovale sur 
une colonne brisée par en haut : 

SANCTI S 

VIRSINIDVS 

SAP • AVIDVS 

CAM P AN A 

POSVERVNT 

Sanais Virginibus^ saaum (/) Avitus (et) Campana posuerunt î. 

1. Pictet, Nouv. ess. sur les inscr. gaul., p. 54 et s. Le datif abus est fréquent dans 
les inscriptions consacrées aux mères, aufaniabus, gabiabus, Vedantiabus, eic. 

2. Ces divinités faisaient partie du culte des lares, comme l'indique l'épithète augustae 
que leur donnent les inscriptions suivantes. 

3. Allmer, eod. loc, 111, p. 307. 

4. Allmer, III, 294; h. 0,44, 1. 0,55. — Les points sont figurés par des feuilles cor- 
diformes, l'M et l'A de Magnus forment un monogramme, XS pour X est un archaïsme 
assez fréquent dans l'antiquité. — V. sur une inscription de Grenoble, Allmer, 111, i6j. 

$. Allmer, II, p. 4S2. — La correction Virginibus a été déjà reconnue. M. Allmer 



Les Dieux de la cité des Allobroges. 55 

Les Comedovae figurent sur une inscription découverte près de Co- 
logne ' ; leur nom appartient au dialecte national. 

Les Dominae sont plus particulièrement les ancêtres des Dames du 
moyen âge ; l'ex-voto de Magnus permet de les considérer comme des 
génies protecteurs de la famille. Orelli cite une inscription portant /t^nurn 
Dominarum -. 

Dans la mythologie latine, le nom de Virgines est donné aux Parques, 
aux Furies, aux Heures, aux Nymphes, aux Fontaines. Il est souvent 
question dans les actes des frères Arvales de Virgines divae. Les sanct£ 
Virgines de l'inscription de Saint-Romain-en-Gal se rattachent très vrai- 
semblablement aux déesses Mères ; peut-être les expressions Dominae et 
Virgines sont-elles des synonymes de Matrae : j'ai signalé plus haut le 
Puits des fées, situé à très peu de distance de l'église de Saint-Romain- 
en-Gah. 

Ainsi je crois qu'il faut classer les Comedovae^ les Dominae et les Vir- 
gines parmi les divinités champêtres et leur attribuer un caractère iden- 
tique à celui des Mères. 

Telles sont les divinités de la cité des Allobroges que des inscriptions 
gallo-romaines ont sauvées de l'oubli. Elles peuvent se partager en deux 
classes : 1° les dieux nationaux [Bormo, Caturix, Segomo, Sucellus, Ma- 
trae, Domina, Comedova, etc.) dont le culte n'était point restreinte cette 
contrée ; 2° les dieux indigètes [Atliubodua, Baginates, Virotutes, Vintius, 
etc.], dieux secondaires qui paraissent particuliers à une localité ou à 
une région. Cette division ne saurait être absolue, car elle pourrait être 
modifiée par la découverte d'autres monuments. 

Le culte de ces divinités est inconnu, leur caractère incertain malgré 
le secours puissant de la linguistique, car les inscriptions ne mentionnent 
que leurs noms. Il n'est pas sans intérêt de faire remarquer que la plu- 
part des monuments épigraphiques que j'ai reproduits ont été découverts 
dans des lieux religieux (églises, cimetières, etc.), c'est-à-dire aux 
endroits mêmes où s'élevaient autrefois les sanctuaires 4. 

propose avec raison celles de SACr et d'AVITVS ; ce sont d'évidentes fautes de transcrip- 
tion. 

1. Brambach, 469. — D'après M. le général Creuly, l'inscription de Cologne doit 
être lue Comedovibus et non Comednnibus, comme on l'a fait, Rev. Celt. Il, p. 295- J^ 
ne connais pas d'autre inscription aux Comedovae. 

2. 4260. Orelli ajoute : eaedem quae aliàs Matres, Matronae; on trouve aussi domina- 
bus. Sur le datif abus, voir ce qui précède. 

3. Je n'ai trouvé aucun texte épigraphique mentionnant des Virgines dans cette accep- 
tion. 

4. En vertu de dispositions légales, le christianisme s'appropria dans la deuxième 
moitié du iv siècle tous les sanctuaires de l'empire, et plus d'un dieu gaulois entra dans 



5 6 Les Dieux de la cité des Allobroges. 

Je n'ai nullement l'intention d'avoir définitivement résolu les questions 
soulevées par les inscriptions relatives aux dieux de la Gaule ; c'est un 
modeste tribut que je suis heureux de pouvoir apporter à la restitution 
du Panthéon gaulois. Je me tiendrai pour satisfait si ce travail provoque 
de nouvelles recherches et conduit ainsi à des résultats de plus en plus 
certains. 

Florian Vallentin. 

Grenoble, mars 1879. 



l'empyrée chrétien. Les rites et les usages se sont conservés et ont résisté. Les vogues, 
les fêtes patronales, les feux de Genièvre (le i" janvier), des brandons, de Saint-Jean, 
la fête des laboureurs, le jugement de Carême-Entrant, la fin des veillées, les mayanches, 
les arbres-mais, les reines de mai, les couronnes de fleurs mises sur les fontaines, les 
processions pour la pluie, les dévotions des gens celibes ou vrbi à certaines chapelles et 
bien d'autres coutumes de l'ancienne Allobrogie encore en usage, sont les vestiges du culte 
national des Allobroges. 



COMMENT LE DRUIDISME 

A DISPARU. 



Deux textes anciens, l'un de Pline, l'autre de Suétone, semblent indi- 
quer que la religion druidique aurait été absolument détruite par l'auto- 
rité romaine, et cela dès le règne de Tibère et celui de Claude. Nous 
lisons dans Pline : le principat de Tibère fit disparaître les druides, 
Tiberii Cssaris principatus sustulit druidas ' . De son côté Suétone écrit : 
druidarum religionem Claudius penitus abolevii, phrase que l'on traduit 
généralement ainsi : Claude abolit entièrement la religion des druides ^. 

Au premier abord, ces deux phrases sont d'une parfaite clarté et d'une 
grande énergie. Elles donnent tout de suite l'idée d'une destruction com- 
plète. Remarquons bien, en effet, les deux mots sustulit, abolevit. Les 
deux écrivains ne nous disent pas seulement que le prince ait prononcé 
une interdiction, qu'il ait lancé une loi, suivie ou non de succès. Ils par- 
lent d'un fait accompli, d'une disparition totale. Il semble donc qu'il n'y 
eut plus de druides à partir de Tibère^ plus de religion druidique à par- 
tir de Claude. 

Pourtant, si l'on continue à observer les textes et les faits de l'his- 
toire, on est saisi par un scrupule et par un doute. En effet, ces mêmes 
druides que Tibère aurait « fait disparaître «, cette même religion que 
Claude aurait « effacée «, nous les retrouvons encore debout aux époques 
suivantes. Ainsi, Pline lui-même dans un autre passage montre les 
druides existant encore et présidant aux cérémonies religieuses à l'époque 
où il écrivait, c'est-à-dire au temps de Vespasien. Il décrit les rites avec 
lesquels ils cueillent le gui du chêne. « Les druides n'ont rien, dit-il, 
qui leur soit plus sacré, et ils emploient cette plante dans leurs plus 
grands sacrifices; la recherche du gui se fait le sixième jour de la lune, 
qui est pour eux le commencement du mois et de l'année ; quand ils 



1. Pline, Hist. nat., XXX, 4, 

2. Suétone, Claude, 25. 



5 8 Comment le Druidisme a disparu. 

l'ont trouvé, ils font un sacrifice et un repas religieux au pied de l'arbre; 
un prêtre vêtu de blanc coupe le gui avec une serpe d'or, puis on immole 
deux taureaux blancs en prononçant des prières'. « Pline décrit cette 
cérémonie comme étant pratiquée au moment où il parle ; tous les verbes 
qu'il emploie sont au temps présent, et il ne paraît pas se douter que les 
druides et leurs pratiques aient été supprimés sous l'un des règnes précé- 
dents. Ailleurs, il rapporte la croyance des druides à la vertu magique 
de « l'œuf de serpent », et c'est encore au temps présent qu'il s'exprime ^ 
Les druides ont si peu disparu que Tacite mentionne leur action dans les 
troubles qui agitèrent la Gaule à l'avènement de Vespasien ; profitant du 
désordre de l'empire déchiré par des compétiteurs, « les druides répan- 
daient des prédictions mensongères, qui annonçaient la chute de Rome 
et l'empire passant aux nations transalpines 3. » Et ce qui est digne d'at- 
tention ici, c'est que Tacite ne saisit pas cette occasion pour nous dire 
que les druides eussent été proscrits antérieurement et que leur existence 
fût contraire aux lois de l'empire. 

Voilà donc une contradiction au moins apparente. D'une part, Pline 
et Tacite nous montrent les druides vivant et agissant sous Vespasien ; 
et d'autre part Pline et Suétone nous disent que ces druides ont cessé 
d'être sous Tibère. En présence de ce désaccord, on est amené à se 
demander s'il est bien vrai que, dans les deux phrases que nous avons 
citées d'abord, Pline et Suétone aient voulu parler de la disparition des 
druides. Reprenons donc ces deux textes ; examinons-les de plus près et 
dans leur intégrité. Tous ceux qui lisent, savent que le vrai sens d'une 
phrase, c'est-à-dire la pensée que l'auteur avait dans l'esprit en l'écri- 
vant, n'est déterminé que par les phrases qui précèdent et qui suivent, 
c'est-à-dire par le contexte. 

Pline, dans toute la partie du XXX'' livre où se trouve le passage 
allégué, traite de la magie et de ce qu'il appelle les impostures des magi- 
ciens, magies vanitaies. « Nous allons dévoiler, dit-il, les mensonges de 
la magie ; elle est à la fois ce qu'il y a de plus faux et ce qui a le plus 
régné dans le monde. On ne s'étonnera pas de l'empire qu'elle s'est 
acquis, si l'on songe qu'elle a embrassé et confondu en elle les trois choses 
les plus puissantes sur l'esprit humain, la médecine, la crainte des dieux 
et le désir de connaître l'avenir. C'est en Orient qu'elle est née, chez les 
plus anciens Perses. On la trouve ensuite en Grèce. Elle a existé aussi 



1. Pline, Hist. nat., XVI, 9S, 249-251- 

2. r^line, ibid., XXIX, 12, 52. 

5. Tacite, Hist., IV, $4 : Possessionem rerum hiunanarum transaipinis gentibus por- 
tendi superstitione vana druidx canebant. 



Comment le Dniidisme a dispara. :>9 

en Italie ; on en voit des traces dans nos lois des XII tables et dans 
d'autres documents; ce n'est même qu'en l'an 657 de Rome qu'un 
sénatus-consulte a interdit d'immoler des victimes humaines, ce qui 
prouve que jusqu'à cette époque on faisait cet horrible sacrifice. y> Nous 
voyons déjà par ce commencement dans quelle direction se meut la pen- 
sée de Pline ; son esprit a en vue cette sorte de magie qui ne se con- 
tente pas de prédictions inoffensives, qui ne s'arrête même pas aux 
incantations et aux sortilèges, mais qui va jusqu'à l'immolation de 
l'homme. Il indique les trois objets de cette magie, qui sont la méde- 
cine, la crainte des dieux et la divination ; elle immole un homme pour 
guérir un autre homme ; elle immole pour apaiser la divinité; elle immole 
encore pour deviner l'avenir dans les entrailles du mourant. Tel est 
l'ordre des idées de Pline ; il continue : « Cette magie a aussi possédé 
les Gaules, et même jusqu'à un temps voisin de nous. « Arrêtons-nous 
encore ici un moment pour remarquer que cette assertion de Pline en ce 
qui concerne la Gaule est confirmée de tous points par César et par 
Tacite. Pour ce qui concerne la médecine, César écrit que <c lorsqu'un 
personnage est atteint d'une maladie grave, il immole pour victime un 
autre homme ; ce sont les druides qui président à l'immolation ; ils pen- 
sent qu'on ne peut racheter la vie d'un homme que par la vie d'un autre 
homme'. » S'agissait-il de plaire aux dieux ou de les apaiser^, c'était 
encore des hommes qu'on sacrifiait 2. Enfin, pour ce qui est de la divi- 
nation, Tacite nous dit que les druides « consultaient les dieux dans les 
entrailles palpitantes des hommes 5. » On comprend que de telles pra- 
tiques appliquées à la médecine, à la religion et à la divination, ne fussent 
pas du goût des Romains ; aussi Pline dit-il : « Cette magie a possédé 
les Gaules jusqu'à un temps dont nous nous souvenons ; c'est seulement 
sous le principal de Tibère qu'un sénatus-consulte a fait disparaître leurs 
druides et toute cette tourbe de mages-médecins 4. » 

Assurément, quand nous lisons ce chapitre entier, notre impression 
n'est plus la même que quand nous avions sous les yeux ces deux seuls 



1. césar, VI, 16 : Qui sunt affecti gravioribus morbis, aut pro victimis homines immo- 
lant, aut se immolaturos vovent, adrainistris que ad ea sacrificia druidibus utuntur; quod 
pro vita hominis nisi hominis vita reddatur, non posse deorum numen placari arbi- 
trantur. 

2. Justin, XXVI, 2 : Sperantes deorum minas expiari csede suorum, conjuges et libe- 
ros suos trucidant. — Pomponius Mêla, III, 2 : superstitiosi adeo ut hominem optimam 
et gratissimam diis victimam csederent. 

3. Tacite, Annales, XIV, 30 : Hominum fibris consulere deos fas habebant. 

4. Pline, XXX, 4, 13 : Callias utique possedit, et quidem ad nostram memoriam ; 
namque Tiberii Caesaris principatus sustulit druidas eorum et hoc genus vatum medico- 
rumque per senatus-consultum. 



40 Comment le Druidisme a disparu. 

mots sustulit druidas. A voir ces deux mots isolés, nous pouvions suppo- 
ser que Pline songeait à l'interdiction d'un culte ; le chapitre entier nous 
montre qu'il avait seulement dans sa pensée l'interdiction de la sorcelle- 
rie, surtout quand cette sorcellerie allait jusqu'à immoler des hommes 
pour guérir des malades ou pour deviner l'avenir. La Gaule « était pos- 
sédée )) de cette imposture avant César ; elle en fut débarrassée sous 
Tibère. Voilà ce que dit Pline. Sa pensée n'est pas que Rome ait pros- 
crit une croyance religieuse, qu'elle ait interdit un culte, qu'elle ait sup- 
primé des prêtres. Il ne songe qu'à une chose, c'est qu'un sénatus-con- 
sulte a délivré la Gaule d'une horrible pratique. Ce qui prouve bien que 
telle est sa pensée, c'est la phrase qu'il écrit immédiatement après : « Il 
n'y a plus aujourd'hui que l'île de Bretagne qui use de ces pratiques de 
magie ; aussi ne saurait-on estimer assez haut ce que l'on doit aux Ro- 
mains pour avoir fait disparaître une monstruosité dans laquelle c'était 
un acte de religion d'immoler un homme et un remède efficace d'en 
manger la chair'. » Telle est la page écrite par Pline ; il fallait la lire 
tout entière pour voir sa véritable pensée et pour comprendre ce qu'il 
entendait par ces mots sustulit druidas. 

Le passage de Suétone est plus court : raison de plus pour n'en sup- 
primer aucun mot. Druidarum religionem dirx immanitatis et tantam civibus 
sub Augusto interdictam Claudius periitus abolevit. Les deux mots dirs im- 
manitatis me paraissent dignes d'attention ; ils marquent sur quel point 
se fixe la pensée de Suétone. En parlant ici des druides, il ne songe ni 
à leurs dieux ni à leur doctrine sur l'âme ; son esprit ne voit qu'une 
cruelle barbarie, dira immanitas. Pour avoir le sens de cette expression 
de Suétone, il faut la rapprocher de celle de Lucain : Immitis placatur 
sanguine diro Teutates^., ou de celle-ci de Tacite : luci sxvis superstitioni- 
bus sacri, nam cruore adolere aras fas liabebantK Toutes ces expressions 
désignent les sacrifices humains que César avait déjà décrits, et en écri- 
vant les mots religio dira immanitatis, Suétone n'a pas en vue autre chose. 
H faut d'ailleurs prendre garde au sens que le mot religio présentait à 
l'esprit d'un Romain ; on le traduirait très inexactement par notre mot 
religion ; il se disait de toute pratique qui était ordonnée par les dieux 
ou qui avait pour but de leur plaire et surtout de les apaiser 4. Je tradui- 



1. Id., ibid. : Nec satis aestimari potest quantum Romanis debeatur qui sustulere mons- 
tra in quibus hominum occidere religiosissimum erat, mandi vero etiam saluberrimum. 

2. Lucain, Pharsale, I, 445 ; cf. III, 404 : Structae diris altaribus arae. 
5. Tacite, Ann., XIV, 30. 

4. Ainsi pour ne citer qu'un exemple entre cent, nous voyons dans Virgile, dont la 
langue est toujours si précise, les Troyens demander, à la vue du cheval de bois, qu£ 
religio aut qux machina bdii ! Est-ce un objet dont la construction a été ordonnée par 



Comment le Druidisme a disparu. 41 

rais donc la phrase de Suétone de cette façon : La pratique religieuse 
des druides, la cruauté des sacrifices humains avait déjà été interdite par 
Auguste aux citoyens romains, Claude l'interdit à tous et la fit disparaître. 
Il ne me semble pas que Suétone ait voulu dire autre chose. 

Si l'on comprend de cette manière le chapitre de Pline et la phrase de 
Suétone, ils ne sont plus en contradiction avec les autres passages de 
Pline et celui de Tacite qui nous montrent encore des druides au temps 
de Vespasien. Ils se trouvent surtout en parfait accord avec trois autres 
textes qui se rapportent aux mêmes faits. Strabon, qui écrivait au temps 
de Tibère, dit, non pas que Rome ait interdit le culte et supprimé les 
druides, mais « qu'elle a fait disparaître ce qui, dans leurs pratiques 
sacrées et dans leur divination, était en opposition avec les mœurs 
romaines ' ; » et pour préciser sa pensée il ajoute aussitôt « qu'aupara- 
vant les druides égorgeaient un homme et prédisaient l'avenir d'après la 
nature de ses convulsions. » — Aurélius Victor n'a sans doute pas une 
grande autorité ; encore peut-on noter que cet abréviateur n'avait proba- 
blement pas vu dans les livres que Claude eût supprimé les druides et le 
culte, puisqu'il dit seulement qu'il supprima « les infâmes pratiques des 
druides^ «. — Pomponius Mêla est un témoin ; il a écrit au temps de 
Claude ; or, non-seulement il ne nous dit pas qu'on ait supprimé le drui- 
disme, mais après avoir mentionné l'abolition des sacrifices humains, il 
ajoute qu'on permet encore d'en faire au moins le simulacre ; on ne va 
plus, dit-il, jusqu'à immoler des hommes ; mais il y a encore des hommes 
qui sont désignés pour être victimes, on les approche des autels, on fait 
mine de les frapper, et par quelque piqûre on fait couler des gouttes de 
I leur sang 5. Ainsi le culte subsiste, et toutes les cérémonies restent per- 
mises, pourvu que Pon n'aille pas jusqu'à mort d'homme. 

En résumé, voilà trois textes de Strabon, de Pomponius Mêla, et 
I d'Aurélius Victor, qui marquent très clairement l'abolition des sacrifices 
I humains et non celle des druides. Deux textes de Pline et de Suétone 

; les dieux, un objet voué à la divinité, ou bien est-ce un instrument de guerre ? — Ainsi 
I encore, César dit en parlant des Gaulois, natio adinodum dedita religionibus : il ne veut 
j pas dire que les Gaulois aient un sentiment religieux plus profond ou plus élevé que les 
autres races, mais qu'ils se livrent aux pratiques les plus minutieuses du culte. De même 
I il dit des druides (VI, i}) : religiones interpretantur, ce qui ne signifie pas qu'ils fussent 
l des théologiens expliquant les dogmes, mais qu'ils expliquaient quelles pratiques étaient 
i ordonnées par les dieux. 
] I. Strabon, IV, 4, 5, éd. Didot, p. 164. 

2. .Aurélius Victor, De Caesaribus, 4 : Compressîe per Galliam druidarum famosae 
j superstitiones. * 

3. Pomponius Mêla, III, 2 : Gentes superstitiosas , aliquando etiam immanes adeo ut 
hominem optimam et gratissimam diis victimam caederent ; manent vestigia ferilatis jam 
abolitae, atque, ut ab ultimis casdibus tempérant, ita nihilominus, ubi devotos altaribus 
admovere, delibant. 



42 Comment le Druidisme a disparu. 

nous paraissent devoir être compris dans le même sens. Enfin trois autres 
textes de Pline et de Tacite nous montrent les druides subsistant sous 
Vespasien. Tous ces écrivains nous semblent d'accord entre eux ; ce qui 
a été aboli par l'autorité romaine, ce n'est pas le culte, ce ne sont pas 
les prêtres, c'est seulement l'immolation de l'être humain. Sur ce point, 
la suppression a été complète, et les termes sustulit et abolevit dont se 
servaient Pline et Suétone, n'ont rien d'exagéré. L'histoire ne contient 
plus la trace d'aucun sacrifice humain en Gaule. Les lois impériales ont 
été parfaitement exécutées. 

Quant à une persécution du druidisme, il n'y a aucun texte qui en 
parle. On a dit, il est vrai, que la politique romaine n'avait pas pu man- 
quer d'être hostile à un ordre sacerdotal qui représentait l'esprit d'indé- 
pendance de la Gaule. Mais ces raisonnements à pz/or/ ont peu de valeur. 
Pour que celui-ci eût quelque justesse, il faudrait démontrer d'abord que 
les druides étaient particulièrement ennemis des Romains. Or, durant 
les années de la conquête, César n'indique jamais qu'ils se soient fait 
remarquer par l'ardeur de leur patriotisme ; nulle part il ne les présente 
comme les chefs du parti national ; il ne leur attribue aucune action 
dans les luttes que la Gaule a soutenues ; il n'a jamais vu dans les révoltes 
ni leur main ni leur inspiration. Après la conquête, aucun écrivain ne 
les signale comme des hommes de résistance. Il y a eu plusieurs révoltes 
en Gaule ; ils n'y figurent jamais. Tacite dit bien que, dans un moment 
de trouble général, ces devins ayant appris l'incendie du Capitole, préten- 
dirent que c'était le signe de la colère des dieux contre Rome ; ils ajou- 
tèrent même que l'empire allait passer sans nul doute à des nations trans- 
alpines '. Mais il y a loin de ces « vaines prédictions « à une révolte 
effective. Or Tacite ne dit nulle part qu'ils se soient révoltés ou qu'ils 
aient réveillé l'esprit d'indépendance chez leurs compatriotes. Quant au 
paysan Marie qui s'arma contre les Romains^ rien ne nous dit qu'il fût 
un druide 2. Remarquons que dans ses récits des soulèvements de la 
Gaule, Tacite n'a pas un mot sur la religion du pays ; il dit que les Gau- 
lois étaient mécontents des impôts et du service militaire; il ne rapporte 
pas que la religion ait été pour quelque chose dans leur révolte. Présen- 
ter le druidisme comme le champion opiniâtre et invaincu de la liberté 
gauloise est une hypothèse qui concorde bien avec l'ensemble des idées 
que les modernes se sont faites sur ce sujet, mais une hypothèse qu'au- 



1. Tacite, Hist., IV, 54 : Fatali nunc igné signum caelestis iras datum, et possessionem 
rerum hurr.jnarum gentibus transalpinis portendi superstitione vana druidae canebant. 

2. Tacite, Hist., Il, 61. 



Comment le Draidisme a disparu. 45 

cun texte n'appuie et à laquelle aucun auteur ancien n'a pensé '. Nous 
ne voyons donc pas de raisons suffisantes pour supposer à priori que 
Rome ait dû exercer des rigueurs contre les druides, alors que les docu- 
ments ne contiennent aucun indice de ces rigueurs. 

Il n'est fait mention d'aucune condamnation à mort contre les druides 
ou contre leurs sectateurs. On a allégué, d'après une phrase de Pline, 
qu'un Gaulois avait été mis à mort parce qu'on l'avait trouvé en posses- 
sion d'un objet du culte druidique, d'un « œuf de serpent ^ ; » mais si 
l'on se reporte au passage de Pline, on voit qu'il s'agit d'un citoyen 
romain, même d'un chevalier romain, qui avait un procès et qui 
avait imaginé de se munir d'un talisman connu pour faire gagner tous 
les procès, c'est-à-dire d'un « oeuf de serpent ; » il portait cet objet sur 
lui, devant le tribunal, in lite; mais « ce talisman lui servit si peu qu'il 
fut au contraire condamné à mort. » Pline donne à entendre que sa 
cause n'était peut-être pas si mauvaise qu'il méritât une peine aussi 
sévère ; mais le juge, qui était précisément l'empereur Claude, le punit 
surtout pour avoir employé un talisman en justice, c'est-à-dire pour 
avoir essayé de le tromper. Mais Pline ne dit nullement que cet homme 
fut mis à mort parce qu'il croyait aux dieux gaulois; il ne dit même pas 
s'il y croyait. On ne peut donc pas voir dans cette sentence de Claude 
l'indice d'une persécution contre la religion gauloise h 

La meilleure preuve que les druides ne furent ni persécutés ni suppri- 
més, c'est que nous les voyons durer pendant presque tout l'empire 
romain, et même sans se cacher. Je ne sais s'il faut faire beaucoup de 
fond sur une inscription où l'on croit lire qu'une druidesse, druis antistita, 
a élevé un monument sacré pour obéir à un songe 4 ; mais nous avons 
d'autres documents. Lampridius, dans la vie d'Alexandre Sévère, rap- 



1. Michelet dit que u la lutte du druidisme ne peut être étrangère au soulèvement des 
Gaules, quoique l'histoire lui donne pour cause le poids des impôts. » La seule raison 
qu'il donne est qu'un des révoltés s'appelait Julius Sacrovir » et le nom de Sacrovir n'est 
peut-être qu'une traduction du mot druide. » Ce n'est pas avec de pareils raisonnements 
que l'on fait la science historique. 

2. Am. Thierry, Hist. des Gaulois, t. 111, p. 285, éd. de 18-14 • " Des lois barbares 
défendirent sous peine de mort tous les signes qui appartenaient à cette croyance, et un 
chevalier romain du pays des Voconces fut livré aux bourreaux parce qu'on découvrit sur 
lui ce talisman druidique appelé œuf de serpent. » On ne trouve dans les documents 
aucune trace d'une seule de u ces lois barbares » dont parle l'historien. On ne voit pas 
non plus où il est dit que « Claude ait frappé de proscription les druides et en ait fait 
périr un grand nombre. » 

3. Pline, Hist. nat., XXIX, 3, 54 : vidi equidem id ovum... ad victorias litiummire 
laudatur, tantae vanitatis ut habentem id in lite in sinu equitem romanum e Vocuntiis a 
divo Claudio principe interemptum non ob aliud sciam. 

4. L'inscription est dans Orelli, n" 2200, qui l'a prise dans Gruter; mais l'original 
est perdu, et il y a de bonnes raisons pour douter de l'authenticité ; la lecture du mot 
druis est suspecte; voy. Ch. Robert, Epigraphie gallo-romaine de la Moselle, p. 89. 



44 Comment le Druidisme a disparu. 

porte que la mort de cet empereur lui fut prédite p:(r une druidesse qui 
cria sur son passage : Défie-toi de tes soldats'. Un autre historien, 
Vopiscus, dit qu'Aurélien consulta les druidesses gauloises 2. Il raconte 
encore que Dioclétien, n'étant encore que soldat, vivait à Tongres dans 
une sorte d'auberge tenue par une druidesse qui lui prédit qu'il serait 
empereur 3. Ce qu'il y a de curieux dans ces anecdotes, ce ne sont pas 
les prédictions, — tout le monde en faisait en ce temps-là, — mais c'est 
l'existence persistante des druidesses qui suppose bien aussi l'existence 
de quelques druides. Allons encore plus loin; voici, au iv'' siècle, Ausone 
qui écrit des vers à la louange des professeurs de l'école de Bordeaux ; 
or, deux d'entre eux appartiennent à des familles druidiques. L'un, 
nommé Patéra, est né à Bayeux, stirpe druidanim satus, d'une famille 
vouée au culte de Bélen 4 ; l'autre, le vieux Phébicius, est né dans l'Ar- 
morique, stirpe satus druidùm, et il a été d'abord attaché au culte de 
Bélen, Bcleni £dituus s . On aurait tort assurément de serrer de trop près 
ces lignes d'Ausone, de les prendre trop à la lettre, et surtout d'en con- 
clure qu'il existât encore un sacerdoce druidique organisé. J'en tirerais 
plutôt la conclusion opposée; car ce Phébicius, paraît-il, avait tiré si peu 
d'argent et d'honneur de sa qualité de prêtre de Bélen qu'il avait échangé 
son sacerdoce contre une chaire à Bordeaux. Encore faut-il que le nom 
des druides n'ait été ni proscrit ni méprisé, pour qu'Ausone, le fidèle 
observateur des moindres lois impériales, loue deux de ses maîtres d'ap- 
partenir à des familles druidiques ; assurément, on a le droit de conclure 
de là que le nom de druide n'était pas une injure. 

Il y a pourtant quelque chose que la conquête romaine a supprimé 
dans le druidisme, c'est l'unité d'organisation et la hiérarchie. Avant 
César, les druides tenaient des assemblées régulières, périodiques, où ils 
se réunissaient de tous les points de la Gaule'' ; on n'aperçoit aucune de 
ces assemblées après lui. César parle d'un chef suprême que les druides 
se donnaient par élection et qui présidait au culte de la Gaule entière ; 
après lui, ce chef suprême ne se retrouve plus. Or, si la Gaule avait 
continué à élire un chef de sa religion, il est vraisemblable que l'histoire 
ferait quelque mention d'un acte qui aurait été le plus important dans la 

1. Lampridius, Akxander, 60 : Mulier dryas eunti exclamavit gallico sermone : vadas 
nec victoriam speres nec te militi tuo credas. 

2. Vopiscus, Aurélicn, 44 : Gallicanas consuluit dryadas. 

3. Vopiscus, Carin et Numérien, 14 : Diocletianus apud Tungros in Gallia in quadam 
caupona... cum dryade quadam muliere rationem convictus sUi faceret... 

4. Ausone, prof essores, IV. 
j. Ausone, professores, X. 

6. César, VI, 13 : Hi certo anni tempore, in finibus Carnutum, considunt in loco 
consecrato ; hue omnes undique conveniunt. 



Comment le Druidisme a disparu. 4^ 

vie des Gaulois, le plus fertile en incidents graves, et qui aurait certai- 
nement éveillé l'attention des gouverneurs romains. Le silence absolu 
des documents sur un pareil sujet nous paraît suffisant pour croire que 
les druides n'avaient plus ni assemblées ni chef suprême. Est-ce l'auto- 
rité romaine qui a défendu ces réunions et renversé cette hiérarchie, ou 
bien sont-elles tombées d'elles-mêmes et ont-elles disparu spontanément 
au milieu de la transformation du pays, c'est ce qu'on ne saurait dire. 
Les textes ne montrent ni un acte de Rome pour détruire ces institutions 
ni un effort de la Gaule pour les conserver. 

Rome a donc interdit certaines pratiques de magie, elle a défendu 
absolument les sacrifices humains, elle a fait disparaître ou a laissé tom- 
ber l'organisation druidique ; voilà tout ce qu'on peut affirmer qu'elle ait 
détruit. Quant à une persécution contre les croyances, à une interdiction 
des cérémonies du culte, à des rigueurs contre les prêtres, il n'y en a 
pas le moindre indice dans les documents. 



Mais maintenant une autre question se présenteà l'esprit. De ce que les 
croyances n'ont pas été persécutées, il ne suit pas nécessairement qu'elles 
n'aient pas disparu. De ce que quelques druides subsistent sous la domi- 
nation romaine, il ne faut pas se hâter de conclure que le druidisme sub- 
siste aussi. L'un n'entraîne pas l'autre. Il y a donc ici un nouveau pro- 
blème, fort différent du précédent, et qu'il importe d'étudier à part. 

Ce qui augmente la difficulté, c'est que ces croyances elles-mêmes 
nous sont fort mal connues. Ceux qui passent leur vie à chercher la 
vérité historique savent combien il est difficile de comprendre avec exac- 
titude la pensée religieuse d'un peuple ancien. Apercevoir les traits exté- 
rieurs, les rites, les formules, est chose assez facile ; mais il y a loin de 
cette vue superficielle à la connaissance précise des idées qui ont eu vie 
autrefois dans des âmes qui ne ressemblaient peut-être pas aux nôtres. 
On connaît passablement les croyances des anciens Perses, parce qu'on 
a une partie de leurs livres. On se fait une idée assez nette de la religion 
de l'ancienne P^gypte, parce qu'on possède ses inscriptions et son rituel. 
Pour les Grecs et les Romains, nous avons, à défaut de leurs livres sacrés 
qui sont perdus, un nombre incalculable de renseignements épars dans 
toute leur littérature. Malgré cela, il reste encore beaucoup d'incertitudes; 
il est surtout une chance d'erreurs que nous devons reconnaître : nous ne 
sommes jamais sûrs, quand nous avons sous les yeux des textes anciens 
relatifs aux croyances des hommes, de posséder le rapport exact entre 



46 Comment le Druidisme a disparu. 

les mots et les idées; nous ne pouvons pas affirmer que telle expression 
réponde précisément à telle croyance. Le mot Dieu, par exemple, et le 
mot âme peuvent n'avoir pas présenté à l'esprit de ces anciens hommes 
l'idée qu'ils présentent à notre esprit moderne ; et il en est de même des 
mots religion, prière, sacrifice, vœu, serment, et de beaucoup d'autres. 
Une autre cause d'erreur est que les opinions peuvent se modifier sans 
que les mots changent, sans que les formules et les rites varient, en sorte 
que les transformations les plus graves d'une religion peuvent nous 
échapper. C'est assez dire combien il faut être réservé quand on parle 
de la religion d'un peuple disparu, et combien il faut se réduire à citer 
les textes qu'on a, sans y rien mêler de nos idées personnelles ou des 
idées de notre temps. 

Or, sur les vieilles croyances druidiques, nous ne possédons aucun 
livre sacré, et notre unique renseignement à cet égard est qu'il n'en 
existait pas '. Nous n'avons même pas d'inscriptions ; les quelques signes 
qui sont marqués sur quelques pierres n'ont aucune signification cer- 
taine, et c'est notre esprit seul qui croit y voir des symboles de croyances. 
Aucune formule de prière, aucun chant réellement druidique n'est par- 
venu jusqu'à nous. Des rites, nous ne connaissons que ceux qui se rap- 
portent à la manière de cueillir le gui du chêne, et ils sont de même 
nature que ceux qu'on rencontre dans toutes les religions. Des pratiques, 
nous ne connaissons guère que les sacrifices humains, et nous ne pou- 
vons pas affirmer qu'ils aient eu une autre signification que celle qu'ils 
avaient chez tous les peuples barbares -. Nous connaissons aussi leur 
excommunication ; mais ce châtiment, qui consiste à éloigner un coupable 
des cérémonies du culte, à l'exclure de la religion et en même temps de 



i. césar, VI, 14 : Neque fas existimant ea litteris mandare. 

2. Les textes présentent ces sacrifices humains comme inspirés par la pensée d'apaiser 
la colère des dieux. César, VI, 16 : quod pro vita hominis nisi hominis vita reddatur, 
non posse deorum nunien placari arbitrantur. Voyez un exemple curieux de cela dans 
l'abréviateur de Trogue-Pompée : SperanUs deorum minas expiari cade suorum, conjuges 
et libéras suos trucidant (Justin, XXVI, 2). — Les anciens Grecs aussi ont immolé des 
victimes humaines pour apaiser la colère des dieux ou pour obtenir leur faveur ; voyez 
la légende d'Iphigénie, et beaucoup d'autres exemples dans Plutarque, Questions grecques, 
39 ; Pausanias, I, 5 ; IV, 9 ; Vil, 19 : Vlll, 2 ; IX, 8 ; X, 24 ; yElien, Hist var., XIl, 
28. — La même pensée que la divinité fût apaisée par l'immolation d'un homme ou se 
fît payer sa faveur à ce prix, se retrouve chez les Romains ; voyez Tite-Live, XXlI, 57: 
Ad oraculum missus est sciscitatum quibus suppliciis deos passent placare... Gallus et 
Galla, Gr<£cus et Grccca in foro bovario sub terra vivi demissi sunt in locum saxo con- 
septum, jam ante hostiis humanis imbutum. Cf. Pline, Hist. nat., XXX, 4, 12 : Anno demum 
DCLVll urbis senatus-consultum factum est ne homo immolaretur. L'idée antique est 
exprimée par Virgile, II, 116 : Sanguine placastis ventos et virgine cœsa... animaque 
litandum Argolica. — A la même idée se rattache la pratique appelée devotio ; voyez 
Preller, Fœmische Mythologie, VII, 2. Tacite remarque les mêmes usages chez les Ger- 
mains : Mercurio humanis hostiis litare fas habent {Germ., 0). 



Comment le Druidisme a disparu. 47 

la société civile, n'est pas particulier aux Gaulois ; nous en trouvons 
l'analogue chez les Grecs, chez les Romains, chez les Germains '. Il ne 
nous est pas parvenu une. seule légende dont nous puissions dire avec 
certitude qu'elle soit gauloise, et surtout qu'elle soit druidique 2. Quant 
aux monuments, tels que dolmens et menhirs, ils ont ce grave incon- 
vénient qu'on en rencontre de semblables dans tous les pays du monde, 
jusqu'en Asie et jusqu'en Algérie, ce qui fait qu'on ne saurait y trouver 
la clef des croyances propres aux Gaulois 5. 

Sont-ce les livres de l'Irlande et du pays de Galles qui nous diront ces 
vieilles croyances ? Mais ces livres sont, par la date, plus rapprochés de 
nous que des anciens druides ; ils sont postérieurs de beaucoup au chris- 
tianisme, et aucun d'eux ne nous parle en termes précis de l'antique 
religion gauloise. Il y a beaucoup de témérité à supposer que le 
recueil connu sous le nom de Mystère des Bardes représente la doctrine 
druidique ; car ce livre n'a paru qu'en 1794 et l'on n'a jamais pu mon- 
trer un manuscrit ni un indice quelconque qui le rattache à une époque 
ancienne. Peut-on, sur des textes dont la date est certainement récente, 
dont l'origine est incertaine, dont le contenu est vague et obscur, dont 
les termes sont d'une interprétation douteuse, prétendre qu'on ait retrouvé 
une religion et des croyances d'il y a vingt siècles .? 

Qu'un homme paraisse et nous dise : voici une suite de sentences ; 
c'est moi qui vous les présente le premier, mais elles ne sont pas de 
moi, elles sont vieilles de vingt siècles et elles constituent une antique 
doctrine religieuse; il est vrai que je ne puis vous montrer dans l'his- 
toire personne qui ait professé cette religion depuis quinze siècles, ni 
dans les livres aucune ligne qui contienne le moindre indice de cette 
doctrine ; mais il n'importe ; elle est très ancienne et je la tiens des 
druides par une tradition non interrompue. Si l'on nous dit cela, sommes- 
nous tenus d'y croire ? La critique historique est-elle obligée d'abdiquer 
tous ses droits, de renoncer à toutes ses méthodes .'' Et si l'histoire entre 
dans cette voie, jusqu'où nous faudra-t-il aller ? 



I. césar, VI, 13 : Sacrifiais interdicunt... neque iis petentibus jus redditur neque 
honor ullus communicatur. Comparez l'àrtaîa chez les Grecs : sipyzn%oLi t^ç àyopàç 
y.ai Twv iepûv,. WTXE (xi^x' àof/oû[j.îvov w.rfi XaSîiv (Lysias, in Andocidem, 24); voyez 
surtout Eschine, in Timarclium, 21 ; même chose à Sparte, Thucydide, V, 34; Plutarque, 
Agêsilas, 30. — Comparez chez les Romains Vinterdictio aqua et igni et l'infamia. — 
Les Germains, qui n'avaient pas de druides , connaissaient pourtant l'excommunication 
avec ses effets religieux et civils : neque aut sacris adesse aut concilium inire ignominioso 
fas est (Tacite, Germ., G). 
_ 2. Peut-être l'érudition attentive de nos celtisants parviendra-t-elle à dégager quelques 
légendes de cette nature ; mais les recherches ne font que commencer. 

3. Voy. Alex. Bertrand, Arcliéologie celtique, pjges 111-131, 148 et suiv. 



A t 



is * 






48 Comment le Druidisme a disparu. 

Un texte est publié en 1794, et la seule raison qu'on nous donne pour 
nous prouver qu'il est antique, est que la doctrine était secrète et ne 
pouvait pas être révélée; mais cette preuve aurait elle-même besoin 
d'être prouvée. On n'a rien montré jusqu'ici qui indique que durant les 
siècles du moyen âge il y eût un druidisme qui se cachait. Tous ces 
pays étaient chrétiens, et l'on sait comme l'Église veillait. C'est une con- 
jecture bien hardie que de penser qu'un druidisme ait pu durer à travers 
cinquante générations chrétiennes. Que les bardes, poètes assez sembla- 
bles à nos trouvères, aient eu entre eux de certains secrets professionnels 
ou qu'ils aient prétendu en avoir, cela ne prouve pas que ces secrets 
fussent ceux des druides ; n'oublions pas que ces bardes étaient chré- 
tiens. Aussi ces triades du Mystère des bardes sont-elles chrétiennes par 
bien des endroits ; tout ce qui n'y est pas chrétien ressemble fort à des 
fantaisies demi-poétiques et demi-philosophiques. L'ancienneté de trois 
ou quatre termes ne prouve pas nécessairement l'ancienneté du texte et 
de la doctrine. Il n'y est pas parlé des anciens druides, et l'on n'aper- 
çoit pas nettement par quel point de jonction elles se peuvent rattacher 
à ce que l'on connaît du druidisme '. 

C'est donc uniquement par le canal des écrivains grecs et latins que 
nous savons quelque chose des croyances de l'ancienne Gaule. Trois 
chapitres de César, quelques lignes de Diodore et de Strabon, quinze 
vers de Lucain, et une assertion du grec Timagène reproduite par 
Ammien Marcellin, voilà nos seuls documents. On ne voit pas qu'aucun 
de ces écrivains ait fait une étude approfondie et vraiment scientifique 
de la religion gauloise ; la plupart d'entre eux n'ont même jamais vu la 
Gaule ; César lui-même ne nous assure pas qu'il ait conversé longue- 
ment avec les druides et qu'il ait obtenu leurs secrets, au cas qu'ils en 
eussent. Malgré cela, le peu que ces auteurs ont su est la mesure de ce 
que nous pouvons savoir, et le plus sûr est encore de nous en tenir à ce 
qu'ils disent sans y rien ajouter de nous 2. 

Or, il y a dans ce qui nous est dit de la religion gauloise deux 

1. Pour l'opinion contraire à h nôtre, nous recommandons la lecture du beau travail 
de M. H. Martin, dans ses Études d'archéologie celtique, p. 289 et suiv. Nous n'avons 
nul besoin de protester de notre respect pour la science et la conscience de cet historien. 
Sa méthode, que nous n'osons pas suivre, conduira peut-être quelque jour à la vérité. 
Peut-être trouvera-t-on un jour des documents qui donneront raison à sa théorie ; 
nous disons seulement que jusqu'ici cette théorie nous paraît manquer de preuves et 
nous nous prononçons provisoirement pour une méthode plus rigoureuse. — Voyez d'ail- 
leurs Leflocq, Études de mytiiologie celtique, 1869 ; Roget de Belloguet, le Génie Gaulois. 
1808; Ferd. Walter, Alte ^ates, 1859; de Valroger, Les Celtes, iSj^ ; Gaidoz, Esquisse 
de la religion des Gaulois, 1879, et Revue Celtique, t. 1, p. 467. 

2. Voyez sur ce sujet des vues très justes et très sages émises par M. Gaidoz dans son 
Esquisse de la religion gauloise, 1879. 



Comment le Druidisme a disparu. 49 

éléments qu'il importe de distinguer, d'une part les noms et les attributs 
des divinités, de l'autre les doctrines intimes que les druides possédaient 
peut-être sur la nature divine et sur la nature humaine. 

Sur les dieux gaulois, nos renseignements sont assez nombreux. Nous 
avons d'abord un chapitre de César ; seulement il se trouve que César 
désigne les divinités gauloises par des noms de divinités romaines ; les 
druides ne l'avaient donc pas averti qu'il n'y eût rien de commun entre 
les unes et les autres. Il les appelle Mercure, Jupiter, Apollon, Minerve, 
Mars. Il fait plus : il reconnaît formellement dans ces dieux gaulois les 
mêmes attributs que ceux des dieux de Rome. « Les Gaulois disent que 
Mercure est l'inventeur des arts et le dieu du commerce, qu'Apollon 
guérit les maladies, que Jupiter préside aux phénomènes célestes, que 
Minerve enseigne les travaux et les arts, que Mars conduit la guerre '. » 
Ils ont aussi une sorte de Pluton, un Dis Pater., qui règne dans la nuit 
infernale ^. César, qui est, de tous les anciens, celui qui a le moins 
imparfaitement connu les Gaulois, affirme qu'il ne voit presque pas de 
différence entre les idées qu'ils ont sur les dieux et celles des autres 
peuples 3. Il ne paraît pas que la représentation des dieux par la figure 
humaine fût interdite par leur religion 4. 

D'autres documents nous font connaître les noms gaulois d'un assez 
grand nombre de divinités. Les écrivains latins nomment Teutatès, fi 
Hésus, Tarann s, Belen ^ et une sorte d'Hercule appelé Ogmios7. Outre H 
les divinités d'un caractère général, les Gaulois a^'.ient, comme les 
Grecs et les Romains, un nombre infini de dieux topiques qui étaient 
attachés à un fleuve, à une montagne, à une ville. Les inscriptions de 
l'époque romaine nomment souvent ces divinités locales, telles que Vosa- 
gus, Arduinna, Borvo, Grannus, Nemausus, Luxovius et beaucoup 
d'autres ^. 



1. césar, VI, 17 : Mercurium... inventorem artium ferunt, viarum atque itinerum 
ducem ; hune ad questum mercaturasque habere vim maximam arbitrantur. .. Habent 
opinionem ApoUinem morbos depellere, Miiiervam operum atque artificiorum initia tra- 
dere, Jovem imperium cœlestiura tenere, Martem bella regere. 

2. César, VI, 18 : Galli se omnes ab Dite Pâtre prognatos praedicant, idque ab Drui- 
i dibus proditum dicunt ; ob eam causam spatia temporis non numéro dierum sed noctium 

fmiunt. — Sur ce dieu de la mort, voyez d'Arbois de Jubainville, dans les Mémoires de 
l'Académie de l'Aube, 1878. 

3. César, VI, ly : De his eamdem ferequam reliquiae gentes opinionem habent. 

4. César, VI, 17 : Mercurii sunt plurima simulacra. Il est vrai que le mot simulacrutn 
ne désigne pas toujours formellement une statue ; mais Lucien, dans son petit traité inti- 
tulé Hercule, dit que les Gaulois représentaient ce dieu sous la figure d'un vieillard. 

5. Lucain, Pharsale, I, 445-446. 

6. Hérodien, VlII, 3 ; Jules Capitolin, Maximin, 22. 

7. Lucien, Préface ou Hercule. 

8. Il n'est pas de notre sujet de décrire ce Panthéon gaulois. On trouvera de plus 

Rev. Celt. IV A 



50 Comment le Druidisme a disparu. 

La domination romaine a-t-elle détruit ce Panthéon gaulois ? On 
n'aperçoit pas quel motif les Romains auraient eu pour proscrire des 
dieux qui ressemblaient tant aux leurs. Aussi trouvons-nous une infinité 
d'autels et d'images qui , au temps de l'empire , nous montrent ces 
dieux toujours adorés. Rome a si peu proscrit les dieux gaulois, que nous 
ne les connaissons que par Tépoque romaine. On peut dire que, sans la 
domination de Rome, nous ne saurions rien de ces dieux et que c'est 
grâce à elle qu'ils ont laissé quelque souvenir et quelque trace. Mais il 
est bon d'ajouter que, dans les textes de l'époque romaine, ces dieux 
gaulois sont toujours présentés comme fort semblables aux dieux romains. 
Ils sont souvent adorés sur les mêmes autels et reçoivent un culte ana- 
logue. Les hommes associent Hésus à Jupiter et à Vulcain ' ; leur Bélen 
est un Apollon ^ leur Bélisama est une Minerve. Les mêmes Gaulois qui 
continuaient d'adorer leurs anciens Dieux, adoraient également Jupiter, 
Diane, et même des divinités orientales comme Isis, Sérapis et Mithra. 
Ainsi, nous apercevons bien la persistance des dieux gaulois, mais nous 
n'apercevons pas la persistance d'une religion qui soit particulière à la 
Gaule et qui soit différente de celle du reste de l'empire. 



Il reste à nous demander si, en dehors des dieux et du culte, une doc- 
trine intime et secrète a subsisté. Mais il faudrait d'abord démontrer que 
les druides, au temps de l'indépendance, aient possédé une doctrine 
mystérieuse, profonde, supérieure aux opinions populaires, supérieure 
aussi aux pratiques abominables et au culte grossier. Or, c'est là un point 
qui n'a jamais été démontré. L'opinion que les druides avaient une doc- 
trine secrète repose sur une phrase mal interprétée et inexactement citée 
de César. On la cite ainsi : neque in vulguni discipUnam efferri volant. 
Mais dans le texte il n'y a pas volunt., il y a velint, et ce subjonctif mérite 
bien qu'on y prenne garde?. C'est que César n'affirme pas un fait, il 
exprime une simple supposition de sa part. Après avoir rapporté que les 
druides s'interdisent de mettre en écrit leurs chants sacrés, quoiqu'ils 

amples détails dans Roget de Belloguet , le Génie gaulois ; Gaidoz, Esquisse de la religion 
gauloise ; de Valroger, Les Celtes. 

1. Orelli, n" 1095. 

2. Dans Jules Capitolin, Maximin, 22, le même dieu est appelé dans deux phrases 
consécutives Bélen et ApoUo ; voyez d'ailleurs Hérodien, VIII, 5, et deux inscriptions 
dans Orelli, n°' 1967 et 1968. Il faut faire toutefois cette réserve que l'assimilation de 
Bélen avec Apollon n'apparaît que dans des monuments d'Aquilée ; il y a là un motif 
de doute en ce qui concerne la Gaule. 

3. César, VI, 14, éd. Fr. Kraner et Dittenberger, 1875, p. 249. 



Comment le Druidisme a disparu. 5 1 

sachent écrire ', il se demande quelles sont les raisons de cette règle 
qu'ils s'imposent, et il lui semble qu'il y en a deux : id mihi duabus 
de causis institulsse videntur. « Il me paraît vraisemblable, dit-il, qu'ils 
aient eu deux raisons : l'une, qu'ils ne veuillent pas [non velint) que cette 
connaissance se répande dans la foule ; l'autre, qu'ils ne veuillent pas que 
leurs élèves se fient à l'écriture et négligent la mémoire. » Ce sont là deux 
explications que César présente^, et il les donne comme des conjectures 
personnelles. — On n'a pas non plus regardé d'assez près au sens du 
mot disciplina qu'il emploie dans sa phrase. Il veut parler de la connais- 
sance des vers et des chants sacrés, et ne songe nullement à la connais- 
sance de dogmes particuliers 2. Or, nous savons que, chez tous les 
peuples anciens, les sacerdoces avaient grand soin de cacher les for- 
mules, les chants sacrés, les rites, souvent même le nom des divinités, 
afin de se réserver la possession de ces paroles puissantes et de ces 
hymnes auxquels les dieux ne résistaient pas. Un esprit moderne, pour 
qui toute religion est un ensemble de dogmes, suppose d'abord que les 
druides cachaient une doctrine ; mais César, qui est accoutumé aux pen- 
sées des anciens, remarque simplement qu'ils cachaient des vers. C'est 
seulement dans les phrases suivantes qu'il arrive à parler des dogmes, et 
ici il n'est plus question de secret : « ils veulent persuader à tous que l'âme 
est immortelle, et ils veulent qu'on le croie pour que les hommes en 
aient plus de courage 5. » Que les druides se soient réservé la connais- 
sance de chants sacrés, de formules magiques, de règles augurales 4, 

1. Id., ibid. : Neque fas esse existimant ea litteris mandare, cum in reliquis fera rébus 
publias privatisque rationibus graecis litteris utantur. 

2. Cela ressort manifestement du contexte: Magnum numerum versuum ediscere dicun- 
tur. Itaque annos ncnnulli vicenos in disciplina permanent. Neque fas existimant ea lit- 
teris mandare, id que mihi duabus de causis instituisse videntur, quod neque in vulgus 
disciplinam efferri velint neque eos qui discunt litteris confisos memoriae minus studere. 
Il est question en tout cela de vers et non pas de dogmes. 

3. Un texte de Pomponius Mêla, III, 2, signale aussi des écoles druidiques qui auraient 
été établies loin de la fouie, dam, dans des cavernes ou des forêts ; mais on remarquera 
que le géographe ne fait ici que reproduire en le paraphrasant le passage de César. D'ail- 
leurs Pomponius Mêla se trompe gravement s'il se figure les druides comme des hommes 
vivant loin du monde ; César les présente au contraire comme très mêlés au monde et 
très avant dans la vie politique ; ils formaient une aristocratie ; ils jugeaient; ils figuraient 
dans les comices. Qu'ils eussent quelque chose de semblable à des couvents, cela est pos- 
sible, et il se peut aussi que dans ces retraites la religion druidique ait pris une teinte 
particulière; mais il y a loin de là à un ensemble de doctrines secrètes. — M. Ern. Des- 
jardins, dans sa Géographie de la Gaule romaine, page 520, a émis une conjecture ingé- 
nieuse ; « Nous avons été amenés, dit-il, par nos études et nos réflexions personnelles, 
à considérer les druides plutôt comme des missionnaires étrangers que comme formant 
un sacerdoce séculaire sorti des entrailles du pays. » Nous craignons toutefois que cette 
manière de voir ne puisse pas se concilier avec les textes de César, avec le grand pou- 
voir judiciaire dont les druides étaient armés, avec l'influence politique que la constitu- 
tion, mos civitatis (VII, 33) leur accordait, avec leur richesse et leur exemption d'impôts 
(VI, 14), enfin avec le rôle d'aristocratie que l'écrivain latin leur attribue. 

4. Cic. de divinat., 1, 41. 



52 Comment le Driddisme a dispara. 

c'est ce qui se voit dans les documents ; qu'ils se soient réservé aussi la 
connaissance de quelques dogmes, c'est ce qui est possible, mais les 
textes ne l'attestent pas. On ne peut, sur ce point, ni affirmer ni nier. 

Secrète ou non, quelle était leur doctrine ? Croyaient-ils à un dieu 
unique, ou tout au moins à un dieu suprême ? Sur ce point si grave, 
nous n'avons aucun renseignement. Rien qui ressemble à l'unité de Dieu 
n'est attribué aux druides par les anciens '. Il est avéré qu'ils croyaient 
à l'immortalité de l'être humain, ce qui n'est pas très étonnant, puisque 
tous les peuples anciens y ont cru ^. Mais, quelle était la nature de cette 
immortalité, c'est ce qui est loin d'être clair. D'une part, César dit que 
les druides enseignent que les âmes ne meurent pas et passent d'un corps 
d'homme dans un autre corps d'homme 5. Lucain va plus loin ; il parle 
d'une suite d'existences, toujours dans un corps, mais au milieu d'un 
autre monde 4. D'autre part, Pomponius Mêla représente la vie future 
des druides comme celle que se figuraient les Romains; ce n'est pas une 
suite d'existences, c'est seulement une seconde vie, et elle se passe sous 
la terre, dans la région des mânes, ad mânes, adinjeross. Or, ce qui 
donne quelque poids à cette assertion de Pomponius Mêla, c'est d'abord 
que nous savons que les Gaulois avaient un dieu infernal, un Pluton, un 
Dis Pater; c'est ensuite qu'ils avaient la coutume d'enterrer ou de brûler 
avec le mort les objets qui pouvaient lui être utiles dans cette autre vie<^. 
Beaucoup de sépultures gauloises nous montrent qu'on entourait le mort 
des armes ou des ustensiles dont il pouvait avoir besoin dans son exis- 
tence sous la terre. Un ancien prétend même que les Gaulois avaient l'ha- 
bitude d'aller consulter et interroger les morts sur leurs tombeaux, tant 
on croyait qu'ils vivaient là i. Il faut avouer que de tels usages s'accor- 

1. On a pensé que Lucain, I, 452, faisait allusion à ce dogme par les mots : Solis 
nosse deos aut solis nescire datum (Belloguet, p. 131) ; cette interprétation nous paraît 
bien hardie. 

2. César, VI, 13 ; Mêla, III, 2 : Valer. Maxime, II, 10 ; Ammien, XV, 9. 

5. César, VI, 14 : Non interire animas, scd ab aliis transire ad alias. Les mots ab 
aliis ad alios ne peuvent s'entendre que de corps d'hommes. 

4. Lucain, I, 445 : Régit idem spiritus artus orbe alio. — Nous ne citons pas, et pour 
cause, un passage de Plutarque que l'on a quelquefois appliqué aux Gaulois {de facic 
lun<e, c. 26) ; il n'a aucun rapport avec la Gaule ; Plutarque rapporte un récit entendu à 
Carthage et relatif à des îles imaginaires qui auraient été situées à cinq journées de navi- 
gation de l'île d'Ogygie, qui est elle-même une île imaginaire. Il faut beaucoup de bonne 
volonté pour reconnaître là la Bretagne. Ni le nom des druides, ni celui des Bretons ou 
des Gaulois n'est piononcé dans ce récit. 

5. Pomponius Mêla, III, 2 : y^ternas esse animas vitamque alteram ad mânes. — 
Valere Maxime, II, 6, 10 : Deferebatur ad inferos. 

6. César, VI, 19-20. — Pomponius Mêla, ibid.: Itaque cum mortuis cremant ac defo- 
diunt apta viventibus. 

7. Nicander, cité par TertuUien, de anima, 21, édit. Caillau, t. II, p. 6is : Et Nasa- 
monas propria oracula apud parentum sepulcra mansitando captare... Et Celtas apud viro- 
rum fortium busta eadem de causa pernoctare Nicander affirmât. 



Comment le Druidisme a disparu. s ^ 

dent mal avec la doctrine de la métempsycose ou avec celle de la résur- 
rection dans un autre monde. Peut-être les idées des Gaulois étaient-elles 
très confuses, très mêlées ; nous pouvons douter au moins qu'ils eussent 
sur ces difficiles questions des dogmes bien arrêtés. 

A en croire quelques auteurs grecs, les druides auraient eu les mêmes 
doctrines que Pythagore, et ce serait même ce philosophe ou un de ses 
disciples qui aurait instruit les prêtres gaulois. « Le système de Pytha- 
gore régnait chez eux », dit Diodore de Sicile. « Ils se conformaient, 
dit l'historien Timagène, aux dogmes et même aux règles de discipline 
que Pythagore avait instituées. » Cette opinion était fort répandue dans 
le monde grec ; Origène la répète ; il sait même le nom du disciple de 
Pythagore qui a enseigné sa doctrine aux druides h De telles assertions 
nous mettent naturellement en défiance, et l'on ne peut s'empêcher de se 
demander comment Diodore de Sicile et Timagène, à supposer qu'ils 
sussent bien ce que Pythagore avait enseigné, pouvaient savoir ce qu'en- 
seignaient les druides. Cette opinion courait parmi les Grecs sans que 
nous puissions savoir comment elle y était venue ; à peine est-il besoin 
de dire qu'elle n'a aucune valeur aux yeux de la critique historique. 

Il est encore un trait du druidisme que les écrivains anciens se plaisent 
à signaler. Aristote parlait déjà de la philosophie des druides, comme de 
celle des gymnosophistes indiens et des prêtres de Chaldée4. Diodore 
appelle les druides « des philosophes et des théologiens î «. Strabon dit 
qu'ils se livraient à l'étude de la nature et à celle de la morale <^, et Pom- 
ponius Mêla les appelle des maîtres de sagesse 7. On a parlé aussi de la 
science des druides. César remarque « qu'ils disputent sur le cours des 
astres, sur la forme et la grandeur de la terre, sur le système de la 
nature 8. « Il est vrai que disputer sur le cours des astres n^est pas 
nécessairement connaître les lois de l'astronomie. S'ils enseignaient, 
comme le rapporte Strabon, que le monde n'aurait pas de fin, mais 
'< qu'un jour le feu et l'eau l'emporteraient », il faut reconnaître qu'une 



1. Diodore, V, 28. 

2. Timagène, cité par Ammien Marcellin, XV, 9. 

3. Origenis opéra, éd. de 1735, t. l, pages 335, 882, 906. Philosophoumena, édit. 
Cruice, I, 22, p. 48. Ce serait le Thrace Zamolxis, élève de Pythagore, qui aurait porté 
sa pensée dans la Gaule. 

4. Aristote, cité par Diogène Laerte, proœmium. 
(. Diodore, ibid. 

6. Strabon, IV, 4, 4, édit. Didot, p. 164 : Ttpb; -rri çuirtoXoyia xai x/jv r,9txr,v 

à.GY.VJGl-/. 

7. Pomponius Kela, III, 2 : Habent et facundiam suam magistrosque sapientis 
druidas. 

8. César, VI, 14 : Multa de sideribus atque eorum motu, de mundi magnitudine, de 
rerum natura, disputant. 



54 Comment le Druidisme a disparu. 

pareille théorie n'avait rien de bien scientifique'. Pomponius Mêla dit 
w qu'ils prétendaient connaître la forme de l'univers et le cours des 
astres 2». Enfin Ammien Marcellin écrit que «les druides vivaient en 
communautés étroites, l'esprit toujours tendu vers la recherche des pro- 
blèmes les plus élevés, et dédaignant les choses de la terre 3. » Voilà 
encore des affirmations en présence desquelles la critique historique est 
assez embarrassée. Ces « philosophes « étaient les mêmes qui « immo- 
laient des hommes pour découvrir la volonté des dieux dans leurs 
entrailles palpitantes 4. « Ces « solitaires qui tendaient leur esprit vers la 
recherche des grands problèmes « étaient très certainement des devins 
et des sorciers ; toute l'antiquité l'atteste. Ces hommes qui, suivant Stra- 
bon, « étudiaient la physiologie «, guérissaient aussi toutes les maladies 
sans exception avec quelques gouttes d'une eau bénite oi!i avait trempé 
le gui sacré s ; ils avaient une autre herbe qui était aussi fort efficace, à 
la condition qu'on l'eût cueillie de la main droite passée dans l'ouver- 
ture gauche de la tunique blanche ^ ; une troisième herbe guérissait tous 
les animaux de toutes les maladies, pourvu qu'elle eût été cueillie de la 
main gauche ; mais le grand et capital remède pour sauver la vie d'un 
homme était d'immoler aux dieux un autre homme 7. Telle était leur 
médecine. Pour ce qui est de leur astronomie, Cicéron a connu intime- 
ment un druide, l'Eduen Divitiac, qui a été son hôte à Rome ; or, Cicé- 
ron dit bien que « ce druide prétendait connaître le système de la 
nature », mais il ajoute aussitôt « qu'il se servait de cette connaissance, 
et aussi des augures, pour faire des prédictions 8. « Voilà un renseigne- 
ment qui rabaisse les connaissances des druides à un emploi qui n'est pas 
précisément celui de la science. Pomponius Mêla dit aussi que ces 
druides « prétendent savoir le mouvement des astres et la volonté des 
dieux?. )) Etait-ce astronomie ou astrologie ? S'agissait-il de science, de 
poésie, ou simplement de divination et d'augurat ' ° .'' C'est ce qu'on ne 

1. Strabon, ibid.: àspGâpTouç Xéyouçi ràç '|'U5(àç xat tôv xôaij.ov, cTrc/pDCTriictv os ttots 
xat Ttùp xa\ 'jofop. 

2. Pomponius Mêla, ibid. : Scire profitentur. 

3. Ammien, XV, 9 : Druidae ingeniis celsiores, ut auctoritas Pythagorae decrevit, soda- 
litiis adstricti consortiis, quaestionibus occultarum rerum altarumque erecti sunt, et des- 
pectantes humana pronuntiarunt animas immortales. 

4. Tacite, Annales, XIV, 30 : Hominum fibris consulere deos. Cf. Strabon, IV, 4, j ; 
Didot, p. 164 et 165. 

j. Pline, Hist. nat., XVI, 9s, 2JI. 

6. Pline, XXIV, 63-64. 

7. César, VI, 16. 

8. Cicéron, de divinatione, I, 41 : In Galiia druidae sunt, e quibus ipse Divitiacum 
.Çduum, hospitem tuum laudatoremque cognovi, qui et naturae rationem notam esse sibi 
profitebatur et partira auguriis partira conjectura quse erant futura dicebat. 

9. Poraponius Mêla, ibid. : Motus siderum et quid dii velint scire profitentur. 

10. L'abréviateur de Trogue Pompée signale, comme Cicéron, la pratique de l'augurât 



Comment le Druidisme a disparu. <; ^ 

saurait dire. Il ne faut donc accepter qu'avec les plus grandes réserves 
les éloges, d'ailleurs très vagues, que les anciens font de la philo- 
sophie et de la physiologie des druides. Leur métempsycose pouvait 
être aussi naïvement matérielle que l'Erèbe des Grecs et des Romains. 
Leur science de la nature était peut-être aussi grossière et aussi fantai- 
siste que celle des Étrusques. Pour apprécier et admirer de telles doc- 
trines, il faudrait être bien sûr d'elles, il faudrait surtout en posséder 
l'expression exacte et le détail. 

On observera encore que, si les druides avaient réellement possédé 
quelques connaissances positives en astronomie, en médecine, en philo- 
sophie, il est infiniment vraisemblable que ces connaissances n'auraient 
pas été aisément rejetées par les Gaulois, et qu'elles auraient même 
pénétré dans le monde romain. Les Romains n'avaient aucun intérêt à 
s'en priver. On sait qu'ils empruntaient volontiers aux vaincus tout ce 
qui pouvait être utile, et que, comme dit Pline, ils étaient ardents à s'ap- 
proprier tout ce que les autres peuples avaient de bon, omnium utUitatum 
et virtutum rapacissimi '. Ils n'ont rien pris aux druides. 

Nous pouvons donc conserver de grands doutes, jusqu'à ce que sur- 
gissent de nouveaux documents, sur les doctrines secrètes du druidisme. 
Dès lors, il est bien difficile de dire si l'autorité romaine a volontairement 
combattu ces doctrines et d'établir la mesure de ce qu'elle a détruit. 
Tout ce qu'on peut affirmer, c'est que les documents ne mentionnent 
aucune lutte à l'égard des croyances ou des théories druidiques ; nul 
indice d'instructions données aux fonctionnaires romains à cet égard ; 
nul indice d'un effort de l'autorité publique ou d'une résistance des popu- 
lations. Une chose sans doute a disparu, ce sont les écoles druidiques. 
On ne peut pas constater que Rome les ait fermées par un acte d'auto- 
rité ; mais on ne peut pas constater non plus qu'elles subsistent. Il semble 
bien que les druides n'enseignent plus. 

Il est une autre remarque qu'on peut faire. Tous les textes qui per- 
mettraient de concevoir quelque haute idée des doctrines druidiques, 
sont des premiers temps de la domination romaine ; ils sont de César, 
de Diodore, de Strabon, de Pomponius Mêla, et le dernier est de Lu- 
cain. A partir de là, tous les textes relatifs aux druides prennent un 
autre caractère. Pline ne voit en eux que des magiciens, magi- ; Tacite 
ne connaît d'eux que les sacrifices humains qu'ils font encore dans la 
Bretagne, et, en Gaule, leurs prédictions mensongères; puis, on ne nous 

chez les Gaulois : Augurandi studio Galli prêter caeteros callent (Justin, XXIV, 4). 

1. Pline, Hist. nat., XXV, 2. 

2. Pline, Hist. nat., XVI, 95, 249; XXV, 59, 106. 



Comment le Druidisme a disparu. 

signale plus les druidesses que comme des diseuses de bonne aventure. 
Ammien Marcellin fait encore un grand éloge des druides, mais il nous 
avertit qu'il prend ses renseignements chez le grec Timagène, qui vivait 
au temps d'Auguste ; il semble même qu'on ne connût plus les druides à 
l'époque où Ammien écrivait ; il s'exprime sur eux au temps passé ; il 
parle du druidisme comme d'une chose qui n'existe plus '. 

Il est visible en effet, dans les documents et les faits de l'histoire, que, 
dès le m" siècle, il n'y a plus de doctrine druidique. Les dieux de la 
Gaule, tels que les monuments et les inscriptions nous les montrent, sont 
semblables aux dieux du monde romain ; ils ont les mêmes attributs, les 
mêmes autels, les mêmes prêtres. L'intelligence gauloise, si nous en 
jugeons d'après toutes les manifestations qui nous viennent de cette 
époque, a exactement les mêmes conceptions que celle de l'italien ou de 
l'espagnol du même temps. S'il y a eu des différences, elles échappent à 
l'historien et, ne pouvant être prouvées, elles sont du domaine de l'hy- 
pothèse. Partout, dans cet empire, la vie privée et la vie publique pré- 
sentent les mêmes habitudes. Ecoles, langage, littérature, travaux et 
plaisirs, croyances et cérémonies, culte et superstitions, par tout cela la 
Gaule paraît semblable au reste de l'empire. Il n'est pas jusqu'aux druides 
et aux druidesses de ce temps qui ne ressemblent trait pour trait à tous 
les devins et magiciens qui pullulaient alors dans toutes les provinces. 
Ainsi, il est possible qu^il existe encore des druides; mais quant à une 
doctrine druidique, quant à un ensemble d'opinions propres à la Gaule, 
il n'en est jamais question. 

Ce qui est encore bien digne d'attention, c'est que l'on n'aperçoit pas 
que la religion chrétienne ait eu lieu de faire la guerre au druidisme. On 
a supposé, à la vérité, qu'elle avait pu au contraire se servir de lui, le 
réveiller en se l'associant pour renverser le polythéisme romain : pure 
hypothèse qu'aucun document, aucun mot, aucun indice n'autorise. La 
prétendue affinité entre le druidisme et le christianisme n'a été remarquée 
par aucun des écrivains ecclésiastiques 2. Quand il serait avéré que les 



1. Ammien Marcellin, XV, 9. 

2. On a allégué un passage de saint Augustin, Cité de Dieu, VIII, 9 ; mais il fallait le 
citer entièrement, et non pas un mot isolé. Saint Augustin dit qu'on a vu chez toutes 
les nations quelques hommes qui ont eu quelque notion d'un dieu unique, et il ajoute 
qu'il y a eu de ces hommes parmi les Gaulois, aussi bien que chez tous les autres peuples, 
Égyptiens, Perses, Indiens, Espagnols : Si aliarum quoque gentium qui sapitntes vel philo- 
sophi habiti sunt, Atlantici l.ibyci. /Egyptii, JuiU'i, Persce, Chaldiei, Scythie, Calli, Hispani 
alii que reperiuntur qui hoc videtint ac docuerint, eos omnes cceîeris anteponimus eosque 
nobis propinquiores fatemur. Cela peut-il signifier que le druidisme eût des affinités plus 
particulières que la religion des Égyptiens, des Chaldécns ou des Scythes avec le chris- 



Comment le Druidisme a disparu. 57 

deux religions eussent quelque analogie par certains côtés, ce n^étaitpas 
précisément une raison pour qu'elles fussent moins ennemies ; car on sait 
bien qu'en matière de religion, moins on est éloigné, et plus on se 
déteste. Il n'y avait donc pas de motif pour que l'église chrétienne ména- 
geât le druidisme, si elle l'avait trouvé encore debout. D'ailleurs, en un 
pareil sujet les raisonnements ont peu de valeur ; il vaut mieux constater 
qu'aucun document chrétien ne mentionne le druidisme, ni pour l'ap- 
prouver ni pour le combattre. Je ne connais aucun acte des conciles de 
la Gaule qui nomme les druides. Je trouve encore leurnom dans Origène 
et dans Clément d'Alexandrie ; mais il est visible par le texte de ces deux 
écrivains qu'ils ne connaissent les druides que par des écrits antérieurs 
comme ceux de Diodore de Sicile et d'Alexandre Polyhistor '. Lactance 
nomme encore deux dieux gaulois, mais il s'exprime au temps passé, et 
ne dit nullement qu'ils fussent encore adorés au moment où il écrit 2. 
Sulpice Sévère raconte la résistance que le paganisme opposa à saint 
Martin ; mais il ne cite ni les druides ni aucun dieu gaulois, et tous les 
détails de son récit conviennent au polythéisme romain 5. Dans les écrits 
des pères et des évêques de la Gaule, on voit quels sont les dieux qu'ils 
poursuivent de leurs prédications ou de leurs anathèmes : c'est Jupiter, 
c^est Vénus, c'est Minerve; ce n'est ni Hésus, ni Teutatès, ni Bélen. 
Parmi les opinions qu'ils s'efforcent de détruire, je ne vois pas la doc- 
trine de la métempsycose, ni rien qui semble spécialement gaulois. 
Parmi les superstitions qu'ils signalent, je ne trouve pas la vénération 
particulière pour le chêne ni pour le gui. Certains usages ont duré, tels 
que les feux de la Saint-Jean ; mais ils sont communs à presque tous les 
peuples et personne ne soutient qu'ils soient plutôt gaulois que romains. 
Les fées et les lutins 4 ont persisté, mais comme objets d'imagination 
populaire plutôt que comme objets de religion. On sait aussi que jus- 
qu'au viii= siècle l'Église dans ses conciles et les rois par leurs capitu- 
laires continuent à poursuivre certaines pratiques, comme le culte des 
fontaines et l'évocation des morts ; mais nul ne peut dire que ces pra- 
tiques appartiennent plus au druidisme qu'au polythéisme romain ou 
germanique s ; ce sont des superstitions qui sont de tous les peuples , on 

1 . Origène ne fait que répéter les fables sur le pythagorisme des druides. Saint Clé- 
ment d'Alexandrie [Stromates, I) ne les mentionne que d'après Alexandre Polyhistor, qui 
vivait avant l'ère chrétienne. 

2. Lactance, De falsa religione, 21 : Galli Hesum atque Teutatem humano cruore 
placabant. 

3. Sulpice Sèvere, Vita Martini, 12-15, dans la Patrologie latine, t. XX, p. 167-169. 

4. Les dusii dont parle saint Augustin (Cité de Dieu, XV, 23) sont assimilés par lui 
aux 00LÎ1J.0VÎÇ des Grecs, aux Genii des Romains. 

5. Les Germains,, qui n'avaient pas de druides, avaient le culte des fontaines et des 



5 8 Comment le Druidisme a dispara. 

les voit chez toutes les sociétés à l'état barbare, et, même dans les 
sociétés civilisées, on les retrouve chez les esprits incultes ; elles vivent 
toujours dans le fond de l'âme humaine, car elles sont l'infirmité natu- 
relle de l'humanité. Elles n'ont rien qui soit propre aux Gaulois, ni qui 
soit spécialement druidique'. Il n'y a pas, à notre connaissance, un 
seul document qui marque que l'Église chrétienne ait rencontré en Gaule 
une religion qui fût différente de celle du reste de l'empire romain. 

IV. 

De cette étude des textes, il nous paraît résulter deux choses : la pre- 
mière, que les Romains, en proscrivant les pratiques sanguinaires, en 
brisant la hiérarchie et l'unité d'organisation du sacerdoce, n'ont pour- 
tant jamais proscrit ni les dieux gaulois ni les druides ; la seconde, que 
le druidisme, sans être autrement persécuté, est pourtant tombé et que 
ses croyances n'existaient plus dans les derniers siècles de l'empire. La 
disparition de la religion gauloise n'a pas été le résultat d'une mesure 
politique ou d'un acte de violence; elle s'est faite insensiblement, spon- 
tanément, comme toute la transformation sociale et intellectuelle de la 
Gaule. 

Il n'était pas nécessaire de déclarer une guerre ouverte au druidisme. 
Les religions peuvent mourir de mort naturelle, lorsque l'esprit et la 
conscience les quittent. Avant César, les druides avaient été un ordre 
puissant, riche, dominateur, et l'historien avait remarqué qu'ils tenaient 
\a plèbe fort au-dessous d'eux; après lui, ils ne paraissent plus comme 
caste supérieure, ils sont de la plèbe. Autrefois, ils avaient été les juges 
de la Gaule ; crimes et procès avaient été portés devant eux ^ ; en poli- 
tique, on les avait vus intervenir dans l'élection des magistrats 5 ; ils 
avaient eu des privilèges en matière d'impôts 4. Ils avaient pratiqué seuls 
l'unique espèce de médecine que la Gaule connût. Ils avaient tenu de 
grandes écoles où la jeunesse des plus nobles familles gauloises se pla- 
çait sous leur discipline s. Tout cela disparut après César et sous la 

forêts (Tacite, Germ., <) ; Grégoire de Tours, II, lo). 

1 . On peut noter d'ailleurs que les documents qui les mentionnent, les actes du con- 
cile de Leptines, Vlndiculus superstitionum, et le capitulaire de 785, s'appliquent bien 
moins à la Gaule qu'à la Germanie. 

2. César, Vi, 13 : fere de omnibus controversiis publias privatisque constituant. Si de 
fmibus controversia est, decernunt. Prœmia psnasque constituant. Considunt in loco 
consecrato ; hue onines qui controversias habent conveniunt judiciisque parent. 

3. César, Vil, }] : Magistratum qui per sacerdotes, more civitatis, esset creatus. 

4. César, VI, 14. 

5 . César, Vl, 14 : Sua sponte multi in disciplinam conveniunt et a parentibus mittuntur. 
— Pomponius Mêla, 111, 2 : Docent multa nobilissimos gentis. 



Comment le Dniidisme a disparu. 55 

domination romaine. L'autorité judiciaire leur fut enlevée; les magistrats 
municipaux furent élus sans eux ; les exemptions d'impôts cessèrent ; on 
ne crut plus à leur médecine ; il s'ouvrit partout des écoles latines et la 
jeunesse gauloise y courut; aux vieux vers druidiques, qui étaient inin- 
telligibles et qu'il fallait vingt ans pour se mettre dans la mémoire, on 
préféra les vers de Virgile et d'Horace. Les druides n'eurent plus rien 
de ce qui fait la force ou de ce qui donne au moins le prestige. Leurs 
pratiques, qui avaient terrifié les générations précédentes, n'inspirèrent 
plus que le dégoût. Leurs sacrifices humains, réduits à un simple simu- 
lacre, firent sourire. Leurs sentences d'excommunication n'effrayèrent 
plus personne ; elles furent une arme impuissante, qui, s'ils continuèrent 
à s'en servir, ne nuisit plus qu'à eux-mêmes. Les Romains n'eurent pas 
besoin de les persécuter ; les Gaulois les abandonnèrent. Les esprits 
incultes purent leur rester assez longtemps fidèles ; mais à la longue 
toutes les classes de la société, à mesure qu'elles s'éclairèrent, se sépa- 
rèrent d'eux, et quand vint le christianisme, il n'eut pas même à les 
combattre. 

FUSTEL DE COULANGES. 

C .^, lu hJloj hJfJu^ 7^ ^cj /u^Mxji</ 






DEVINETTES BRETONNES. 



1. — LOKORNAN. 

Lavar d'in-me : 
Pera a ia war blad ar roue, 
Ha ne ve ket drebet ; 
Er mour, ha ne ve ket beuzet ; 
En tan, ha ne ve ket devet ? 
— Eur skedenn heol. 

1. — LOCRONAN. 

Dis-moi 
Ce qui va sur le plat du roi, 
Et n'est pas mangé ; 
Dans la mer, et n'est pas noyé ; 
Dans le feu, et n'est pas brûlé ? 
— Un rayon de soleil. 

2. — LANRODEK. 

a) *Duvun a dremen mesk ann drens hep kad droug ebet' ? 

— 'Hiaol. 

2. — LANRODEC. 

a) " Devine ce qui passe au milieu des épines sans se faire aucun mal ? 

— Le soleil. (Cf. Eugène Rolland, Devinettes ou énigmes populaires 
de la France, 6.) 

PERWENAN. 

b] *Piv a dremen ann drens hep kad droug ebet .'' 

— Ann awel. 



I. Les devinettes précédées d'un astérisque ont été recueillies, dans les pays de Tré- 
guier et de Goello, par M. E. Ernault, professeur à l'École Saint-Charles, à Saint-Brieuc. 



Devinettes Bretonnes. 6i 

PENVENAN. 

bj *Qui traverse un lieu rempli d'épines sans en ressentir aucun mal ? 

— Le vent. 

3. — POULLAN. 

Divin, divin divinadenn : 

Eur vantel glaz gat steret argant. 

— Ann oabl. 

5. — POULLAN. 

Devine, devine devinette : 

Un manteau bleu avec des étoiles d'argent. 

— Le firmament. 

4. — TERRUG. 

Savet eus ann dour e ia d'ann dour. 

— Ar goummoulenn. 

4. — TELGRUC. 

[Une chose qui] s'élève de l'eau et retourne à l'eau. 

— Le nuage. 

5. — DOUARNENEZ. 

a) Tapon war dapon, ha groui abet morse. 

— Ann oabl koummoulek. 

5. — DOUARNENEZ. 

a] Rapetassage sur rapetassage, et de couture jamais aucune. 

— Le ciel nuageux. (Cf. Mélusine, 69, 70, col. 259. — Cf. E. R. 1 1.) 

BEUZEK. 

b) Eur chupenn a vil damm hag a vil liou ne z-e na gouremennet na 
gruiet. 

— Ar c'hoabr. 

BEUZEC-CAP-SIZUN. 

bj Un pourpoint de mille pièces et de mille couleurs qui n'est ni ourlé 
ni cousu. 

— Les nuages. 

6. — DOUARNENEZ. 

Her santout a reer, — her gwelet ne reer ket. 

— Ann avel. 

6. — DOUARNENEZ. 

On le sent, on ne le voit pas. 

— Le vent. 'Cf. L. Léger ; Mélusine, col 200.) 



62 Devinettes Bretonnes. 

7. — DOUARNENEZ. 

Fera e ia buhen, buhennac'h, ar buhenna ? 

— Ann avel, ar sklerijenn^, ar sonj. 

7. — DOUARNENEZ. 

Qui va vite, plus vite, le plus vite ? 

— Le vent, — ia lumière, — la pensée. 

8. — PLOARE. 

Glebi e ra, maga e ra, laza e ra, kemar e ra, renta e ra, dont e ra, 
mont e ra. 

— Ar mour. 

8. — PLOARÉ. 

[Qu'est-ce qui] mouille, fait vivre, fait mourir, prend, rend, vient et 
s'en va ? 

— La mer. 

9. — PLOUEG-AR-MOR. 

*Duvunet in dra hag a zo ordinal e vont hag e tont, ha na bauz jamez, 
kouskoude n'han eus ket a dreit ? 

— Ar mor. 

9. — PLOUEZEC. 

*Devinez une chose qui toujours va et vient, ne se repose jamais, et 
cependant n'a pas de pieds ? 

— La mer. (Cf. L. Léger ; Mélusine, col. 200. — E. R., 24.) 

10. — DOUARNENEZ. 

Fera e ra ichou d'ann hini ez a war he c'horre hag e gemer en eun tu 
ar pez e goll en eun tu ail ? 

— Ar mour hag al lestr. 

10. — DOUARNENEZ. 

Quelle chose fait place à ce qui monte sur elle, et prend d'un côté ce 
qu'elle perd de l'autre ? 

— La mer et le navire. 

11. — PLONEVEZ. 

a] Eun dra a zoutenn mil bern plouz ha ne hell ket soutenn eur spil- 
lenn. 

— Ar mour. 

II. — PLONEVEZ-PORZAY. 

a] [Devinez] une chose qui soutient mille meules de paille et ne peut 
soutenir une épingle ? 

— La mer. (Cf. E. R., 2^— En Haute-Bretagne on dit: Qui porte- 



Devinettes Bretonnes. 6j 

rait plus de cent faix de paille, et qui ne porterait pas un fer d'âne ? — 
L'eau.) 

BEUZEK. 

b) Eun dra a zoug kant karrad foenn, 
Ha na zoug ket penn eur spillenn. 
— Ar mour. 

BEUZEC-CAP-SIZUN. 

b) Une chose qui porte cent charretées de foin et ne porte pas une 
tête d'épingle. 

— La mer. 

12. — POUHINEK. 

Gwenn e giz lez, glaz e giz kôl, don e giz puns. 

— Ar mour. 

12. — PLOUHINEC. 

Blanc comme lait^, vert comme chou, profond comme puits. 

— La mer. 

15. — PLOARE. 

Va mamm ez eo ar mor, hag hi pe he c'hoar 've ato va meuntrac'h. 

— Ann halon. 

I 3, — PLOARÉ. 

Ma mère est la mer, et elle ou sa sœur est toujours mon bourreau. 

— Le sel. (Cf. E. R., Indov., XL) 

14. — TERRUG. 

Chouet hag e chouo, 
C'hoarzet hag e c'hoarzo, 
Lenvet hag e lenvo. 
— Ann ekleo. 

14. — TELGRUC. 

Criez et il criera, 
Riez et il rira, 
Pleurez et il pleurera. 
— L'écho. 

15. — TREVEREC. 

*Duvun a dreuz ann dour hep skeut ? 

— Ar zonn. 

I 5. — TRÉVÉREC. 

* Devine ce qui traverse l'eau sans [y faire d']ombre ? 

— Le son. (Cf. Mél., 2, col. 2 54. — E. R., 2 1 .) 



64 Devinettes Bretonnes. 

16. — HUELGOAT. 

Kamm-digamm, da belec'h e ies-te? 
— Reor douzet, ha fors d'id-de ? 

— Ar waz-dour hag ar prad. 

16. — HUELGOAT. 

Clopin-clopant, où vas-tu ? 
— Que t'importe, c. tondu ? 

— Dialogue du ruisseau et de la prairie. (Cf. Mél., 73, col. 259, et 
col. 556. — E. R., 25.) 

17. — GOULIEN. 

Kamm-chilgamm, da belec'h e ies-te ? 

— Da flastra traou da ober boed d'id-de. 

— Eul labourer douar hag eur waz-dour. 

17. — GOULIEN. 

clopin-clopant, où vas-tu ? 

— Écraser choses pour te faire à manger. 

— Dialogue entre un laboureur et un ruisseau (en amont d'un moulin). 

18. — AR FAOU. 

Eul liser wenn 
N'hen deuz na grina gouremenn. 
— Ann erc'h. 

18. — LE FAOU. 

Un drap de lit blanc, sans couture et sans ourlet. 

— La neige. 

19. — BEUZEK. 

Eun dra a c'holofe Bro-C'hall, ha ne c'holo ket ar feunteun. 

— Ann erc'h. 

19. — BEUZEC-CAP-SIZUN. 

Une chose qui couvrirait la France, et ne couvre pas la fontaine. 

— La neige. (Cf. E. R., 12.) 

20. — PLONEIS. 

a] Divin pera a ia gwellac'h dre ar c'harz evid dre ann hent bras ? 

— Ann tan. 

20. — PLONÉIS. 

a] Devine ce qui va mieux à travers les broussailles qu'en suivant le 
grand chemin ? 

— Le feu. 



Devinettes Bretonnes. 6 s 

POULLAN. 

b] Fera e ia gwellac'h dre greis ar c'hoal eget dre he goste ? 

— Ann tan. 

POULLAN. 

b] Qu'est-ce qui va mieux par le milieu du bois que par le côté ? 

— Le feu. 

21 . — LOKORNAN. 

Mont e ra eun dra e laegad ar mené 
Ne'n euz na korf nag ene. 
— Ar mouged. 

2 1. — LOCRONAN. 

Une chose gravit la montagne. 
Et n'a ni corps ni âme. 

— La fumée. (Cf. Haute-Bret. : Qui n'a ni pied ni jambe, mais qui 
monte bien dans sa chambre ? — La fumée.) 

22. — BRASPARS. 

Fini a ve ar penn araoge vont d'ar voar, hag a ve ar penn warlerc'h 
e tont d'ar ger .? 

— Ann hent. 

22. — BRASPARTZ. 

Qui va la tête en avant pour se rendre à la foire, et la tête en arrière 
pour revenir à la maison .'' 

— Le chemin. (Cf. E. R., 14. j 

23. — PERWENAN. 

*Hir, hir, evel landonn; plad, plad, 'vel golvaz. 

— Ar wenojenn. 

23. — PENVENAN. 

'Long, long comme une courroie ; plat, plat comme un battoir. 

— Le sentier. 

24. — LOKORNAN. 

Harz ! Dira-z-onn-me a bleg ann holl. N'em euz bro ebet, hag a beb 
lec'h ez onn. Harz ! 

— Ann Ankou. 

24. — LOCRONAN. 

Gare ! Devant moi tout plie. Je ne suis d'aucun pays, et je suis de 
tout lieu. Gare ! 

— La Mort. 

Rcv. Celt. IV < 



66 Devinettes Bretonnes. 

25. — PERWENAN. 

*Eur plac'h 'kerzet 'tre daou douar. 

— Eur plac'h a doug eur poudad laez war hi venn. 

25. — PENVENAN. 

*Une fille marchant entre deux terres. 

— Une fille qui porte un pot de lait sur la tête. (Parce que son pot 
est en terre.) 

26. — GOAÏENN. 

Blevennik deuz blevennik 
Eur martinik ' en he doullik. 

— Al lagad. 

26. — AUDIERNE. 

Poil contre poil, 
Un martinet dans son petit trou. 

— L'œil. 

27. — HUELGOAT. 

Eun hibil kik 'n eun touU kik 
Ha pa 'teu kuit e ra « flip ! » 

— Eul leue e tena d'he vamm. 

27. — • HUELGOAT. 

Une cheville de chair dans un trou de chair, 

Quand elle en sort, elle fait « flip ! «. 

— Un veau qui tette sa mère. (Cf. E. R., 290.) 

28. — PLOUHINEK. 

Me'm euz pidir bik en er 

Ha pidir en traon a gass profit d'ar ger. 

— Ar veuc'h. 

28. — PLOUHINEC. 

J'ai quatre pointes en l'air 

Et quatre en bas qui envoient profit à la maison. 

— La vache (ses cornes, ses oreilles et ses trayons). (Cf. Mél., 88, 
col. 260. — E. R. 44, 400.) 

29. — BRASPARS. 

a) Pedir dimezel c'hont gad ann hent, 
Coude ma rafe glo kement ha mein, 

I. J'ignore le sens du mot martinik que je traduis par martinet. 



Devinettes Bretonnes. 67 

Ne rafe bered war ho c'hein. 
— Pedir bronn ar veuc'h. 

29. — BRASPARTZ. 

a) Quatre demoiselles s'avancent sur le chemin, 

Et quand il ferait de la pluie grosse comme des pierres, 

Sur leur dos goutte ne tomberait. 

— Les quatre pis de la vache. (Cf. une devinette française de Trémé- 
loir : Quatre petites demoiselles dans le milieu d'une cour, quand i(l) 
tombe de la pluie, jamais i' n' se mouillent. — Les quatre triyons (trayons) 
d'une chèvre.) 

LANRODEK. 

b] *Duvun peder dimezel 

E font war-drao gan ar ru, 

Hag ober glâ ken a zû, 

Ha ne goue takenn ebet war-n-he ? 

— Bronnao ar vioc'h. 

LANRODEC. 

h] 'Devine quatre demoiselles 

Qui descendent la rue ; 

Il fait de la pluie à verse, 

Et il ne tombe pas une goutte sur elles ? 

— Les pis d'une vache. (Cf. E. R., 45.) 

30. — BEUZEK. 

Saladenn, dizaladenn, 
Heb na kik na kroc'henn. 
Ha gouskoude mamm saladenn 
E deuz kik ha kroc'henn. 

— Ann amann hag ar veoc'h. 

30. — BEUZEC-CAP-SIZUN. 

Salé, non salé, 

Qui n'a ni chair ni peau, 

Et pourtant la mère du salé 

A chair et peau. 

— Le beurre et la vache. 

31. — BRASPARS. 

a) Divin d'id divinadenn : 
Petra a dreuzo ar ster hep bea glebet .? 

— Al leue e kof he vamm. 



68 Devinettes Bretonnes. 

31. — P.RASPARTZ. 

a) Devine pour toi devinette : 

Qu'est-ce qui traversera la rivière sans être mouillé ? 

— Le yeau dans le ventre de sa mère. (Cf. E. R., 46.) 

HUELGOAT. 

b) Petra e ia d'ar marc'hat hep touch he dreit en douar ? 

— Al leue, etc.. 

HUELGOAT. 

b) Qu'est-ce qui va au marché sans que ses pieds touchent terre ? 

— Le veau, etc. 

DOUARNENEZ. 

Divin pini a ia d'ar c'hoad 
Hep touch ann deillenn deuz he droad, 
— Al leue, etc.. 

DOUARNENEZ. 

c) Devine ce qui va au bois 
Sans toucher feuille du pied ? 

— Le veau, etc. 

32. — DOUARNENEZ. 

Pidir flikez-flakez 
Hag eun takon besk. 

— Al lapin. 

32. — DOUARNENEZ. 

Quatre flic-flac 

Et un petit lambeau de queue. 

— Le lapin. 

33. — PLOARE. 

a) Daou toulla, 
Daou talc'hen da doulla, 
Daou sellet toulla, 
Unan o fess' toulla, 
Daou chilou toulla. 
— Eur c'hi. 

33. — PLOARÉ. 

Deux qui creusent, 

Deux qui continuent à creuser, 

Deux qui regardent creuser, 



Devinettes Bretonnes. 69 

Un qui sent creuser, 
Deux qui écoutent creuser. 

— Un chien. (Ses pattes de devant, ses pattes de derrière, ses yeux, 
son nez et ses oreilles.) 

PLANNIEL. 

b) *Unan 'teurgnal 

Ha daou sellet teurgnal. 

Ha daou chilao teurgnal, 

Ha daou skrabat, 

Hag unan skei war ann toull. 

— Eur c'hochon. 

PLEUDANIEL. 

b]'\]nà fouiller 

Et deux à regarder fouiller. 

Et deux à entendre fouiller, 

Et deux à gratter. 

Et un à frapper sur le trou. 

— Un pourceau. (Son groin, ses yeux, ses oreilles, ses pieds de 
devant et sa queue.) 

34. — BEUZEK. 

Daou zo vont gad ann hent ; 
Unan a lavar gwir, eun ail a lavar gaou, 
Hag ar memeuz tra a lavaront ho daou. 
— Eur vez hag eun hoc'h. 

54. — BEUZEC-CAP-SIZUN. 

Deux se promènent ; 

L'un dit vrai, l'autre dit faux, 

Et tous les deux disent la même chose. 

— Une truie et un verrat. (Parce que tous les deux grognent « hoc'h, 
hoc'h )i, ce qui, en breton, signifie verrat.) 

35. — POULDERGAT. « 

Da chasseal ez eo et : ar pez e bako, war he lerc'h a jomo ; ar pez 
ne bako ket, d'he di e gasso, 

— Ann dilaouad. 

35. — POULDERGAT. 

Il est allé à la chasse : ce qu'il attrapera, il le laissera ; ce qu'il n'at- 
trapera pas, il le rapportera à la maison. 

— La chasse aux poux. (Cf. E. R., 80. — Luzel, Mél., col. 465.) 



70 Devinettes Bretonnes. 

36. — BEUZEK. 

Va zad hen deuz lazetar pez ne wele ket. 
Ha drebet ar pez ne oa ket ganet, 
Ha poazet gant geriou. 

— Eur vamm lapin, re vihan gant-hi, hag a oa poazet gant kaierou 
koz leun a c'heriou. 

56. — BEUZEC-CAP-SIZUN. 

Mon père a tué ce qu'il ne voyait pas, 
Et mangé ce qui n'était pas né, 
Après l'avoir fait cuire avec des mots. 

— Une lapine pleine que l'on a fait cuire au moyen de vieux cahiers 
couverts de mots. 

37. — DOUARNENEZ. 

Ann hini uhella zo beo ; ann hini izella zo beo ; ann hini zo être ho 
daou zo maro, lenva 'ra hag e ra bleud. 

— Ann heskenourienn, ann heskenn hag ar brenn-heskenn. 

37. — DOUARNENEZ. 

Le plus haut est vivant ; le plus bas est vivant ; ce qui est entre eux 
est mort, pleure et fait de la farine. 

— Les scieurs de long, la scie et le bran de scie. 

38. — PLOARE. 

Pevar emaint redek ann eil warlerc'h egile : ann eil a zreb ar c'henta, 
ann dride a zreb ann eil, hag ar pevare a zreb anezho holl. 

— Eur gad, eul louarn, eur c'hi hag eur blei. 

38. — PLOARÉ. 

Quatre sont à courir les uns après les autres : le second dévore le 
premier, le troisième dévore le second, et le quatrième les dévore tous. 

— Un lièvre, un renard, un chien et un loup. 

39. — PRIMELIN. 

Prestet d'in-me ho tra douzet 

Da lakat va zra blenvek ; 

Me roio d'hoc'h tri devez reorek. 

— Eur foennek, eur marc'h ha tri vi. 

39. — PRIMELIN. 

Prêtez-moi votre tondu 
Pour y mettre mon poilu ; 
Je vous baillerai trois journées de c... 

— Un pré, un cheval et trois œufs. (Cf. E. R., 37.) 



Devinettes Bretonnes. ji 

40. — POULLAN. 

a) Ann tad a zo rouzard, 
Touzard ha melinouzard ; 
Ar vamm a zo rouzerez, 
Touzerez ha melinourez ; 
Ar vugale a zo rouzerienn, 
Touzerienn ha melinerienn. 

— Ar raeden, ar vamm hag ar re vihan. 

40. — POULLAN. 

a] Le père est roussâtre, 

Tondu, meunier ; 

La mère est roussâtre, 

Tondue, meunière ; 

Les enfants sont roussâtres, 

Tondus, meuniers. 

— Le rat, sa femelle et ses petits (qui ont le poil roux et ras, et rédui- 
sent le bois menu comme farine avec leurs dents) . 

PERWENAN. 

b) *Eur vroegik vihan rouz mouzerez, 
He bugale rouz mouzerienn, 
Hag hoU int milinerien. 
— Eul logodenn. 

PENVENAN. 

b) * Une petite femme rousse, cachottière. 
Et ses enfants roux, cachottiers, 
C'est une famille de meuniers. 
— Une souris. 

41. — BRASPARS. 

Pe sort loen a zebr ha ne gac'h ket ? 

— Ann teurek. 

41. — BRASPARTZ. 

Quelle espèce de bête mange et ne ch.. pas ? 

— La tique. 

42. — HUELGOAT. 

Petra han euz ankounaet ann aotrou Doue d'ober, pa oa oc'h ober 
tro ar bed P 

— Eun toul reor d'ann teurek. 



72 Devinettes Bretonnes. 

42. — HUELGOAT. 

Qu'est-ce que le seigneur Dieu a oublié de faire quand il voyageait 
sur la terre ? 

— Un pertuis au c. de la tique. 

43. — DOUARNENEZ. 

Bevi e ra e lec'h ma varvfe ar ier ; n'hen euz na pao nag askell hag 
ez a buhen. 

— Ar pesk, 

43. — DOUARNENEZ. 

[Qu'est-ce qui] vit où mourraient les poules, n'a ni pattes ni ailes et 
va vite ? 

— Le poisson. 

44. — HUELGOAT. 

a] M'em euz eur ganpik (var. arbelik) venn 
N'e deuz na dor na prenn. 
— Eur vi. 

44. — HUELGOAT. 

a) J'ai une chambrette {var. une petite armoire) blanche 
Qui n'a ni porte ni barre (pour la fermer). 

— Un œuf. (Cf. E. R., 64. — Haute-Bretagne : Qui n'a ni porte ni 
fenêtre, et qui est plein jusqu'au faîte .?) 

TREVEREK. 

b) * Duvun eur voestik vihan venn 
N'e deuz na toull na prenn. 

— Eun û. 

TRÉVÉREC, 

b) * Devine un petit coflfret blanc 
Qui n'a ni trou ni serrure. 

— Un œuf. 

4$. — TRKMEVEN. 

* M'em euz eur ganbik vihan venn 
Hag a zo alc'houeed en daou benn. 

— Eur vi. 

4$. — TRÉMÉVEN. 

'J'ai une petite chambrette blanche 
Qui est fermée à clef des deux bouts. 

— Un œuf. 



Devinettes Bretonnes. 7j 

46. — POULLAN. 

a) A-dreist va zi unan e dolon, 
Da glask pa iaon, tri e gaon. 
— Eur vi. 

46 - POULLAN. 

a) Par-dessus ma maison je jette un ; 
Quand je vais chercher, je trouve trois. 

— Un œuf. (Cf. E. R., 63.) 

TREVEREK. 

b) *Duvun a doler a-dreist ann ti 
Ha pe glasker, 'gaertri. 

— Eun û, pen é gwir eman ar bluskenn, ar gwenn hag ar raelen-û. 

TRÉVÉREC. 

b'j *Devine ce qu'on jette par-dessus la maison, et quand on cherche, 
on en trouve trois .? 

— Un œuf, puisqu'il y a la coque, le blanc et le jaune. 

47. — PLOARE. 

Divin pera ez a buhen h.eb mannea he ziviskarr war eun hent n'e ket 
meinet ^ 

— Al labous. 

47. — PLOARÉ. 

Devine ce qui va vite, sans remuer les jambes, sur un chemin où l'on 
n'a pas mis de pierres ? 

— L'oiseau. 

48. — DOUARNENEZ. 

a) Eun ti uhel, uhel saet, 
A zo priatet mes n'e ket raet. 
— Eun neiz pik. 

48. — DOUARNENEZ. 

a) Une maison haute, haut perchée ; 

On y a mis du mortier, mais pas de chaux. 

— Un nid de pie. 

BEUZEK. 

b) Eur maner uhel n'euz bet kristen ganet ebet sevel anezha. 

— Eun neiz pik. 

BEUZEC-CAP-SIZUN. 

b) Un manoir élevé qu'aucun chrétien né n'a bâti. 

— Un nid de pie. 



74 Devinettes Bretonnes. 

49. — HUELGOAT. 

Daou gostez koat hag ho c'hreiz kig. 

— Eur marc'h e limon. 

49. — HUELGOAT. 

Les deux côtés de bois et le milieu de chair. 

— Un cheval au brancard d'une voiture. 

50. — PLONEVE. 

Koad ar c'hreiz ha kig ann daou du. 

— Ann ejennet ouz ar c'harr. 

50. — PLONEVEZ-PORZAY. 

Bois le milieu et chair les deux côtés. 

— Les bœufs à la charrette. 

51. — POULLAN. 

Blenchou bevin, griou houarn, eur c'horf koat hag eul lost kristen. 

— Ar c'holeou deuz ann alar hag al labourer douar. 

$ I. — POULLAN. 

Extrémités de viande de bœuf, coutures de fer, un corps de bois et une 
queue chrétienne. 

— Les bœufs à la charrue et le laboureur (qui conduit l'attelage). (Cf. 
Mél., 97, col. 261.) 

52. — AR faou. 

Me am beuz eur wezenn e-dreon va zi. 
Ez eo gwelloc'h he c'hroc'henn evit-hi. 
— Ar c'hanab. 

52. — LE FAOU. 

J'ai un arbre derrière ma maison ; 
Mieux vaut son écorce que lui. 

— Le chanvre. (Cf. E. R., 92. — Barzaz Breiz, Troad ann eginane.) 

53. — GUITALMEZE. 

Glas en douar, glandour en dour, 
Kaer dirag pep aotrou, 
Kenderv-gompez d'ann Ankou. 
— Ar c'hanab. 

5J. — PLOUDALMEZEAU. 

Vert sur terre, mousse dans l'eau, 
Beau devant tout monsieur, 
Cousin-germain de la Mort. 
— Le chanvre. 



Devinettes Bretonnes. 75 

54. — TREGARANTEK. 

Petra a ia d'ar marc'had hag a lez he eskern er ger ? 

— Ar c'hanab pe al lin, pa vez kribet. 

54. — TRÉGARANTEC. 

Qu'est-ce qui va au marché et laisse ses os à la maison r 

— Le chanvre ou le lin quand il est teille. 

55. — BEUZEK. 

Ru pa ia, glas pa deu, 
Mad he gorf, gwelloc'h he groc'henn, 
Mad he benn ha gwelloc'h he empenn. 

— Al lin. 

55. BEUZEC-CAP-SIZUN. 

Rouge quand il entre, vert quand il sort, 

Le corps bon, la peau meilleure, 

La tête bonne, et meilleur ce qu'il y a dedans. 

— Le lin. 

56. — BEUZEK. 

a) Eur bragou glaz, eur chupenn wenn, 
Hag eur glipenn wenn war he benn. 

— Ar bourenn. 

56. — BEUZEC-CAP-SIZUN. 

a] Des braies vertes, un pourpoint blanc, 
Et une houppe blanche sur la tête. 

— Le poireau. (Cf. E. R., 115.) 

DOUARNENEZ. 

b) Eur chupenn gwer plancheet ' 
Hag eur bonnet truillennek. 
— Ar bourenn. 

DOUARNENEZ. 

b) Un pourpoint vert 
Et un bonnet en loques. 

— Le poireau. 

57. — PLOARE. 

a] Pemp breurik 
En eur rochedik. 

— Ar vesperenn. 

I . Je ne traduis pas le mot plancheet, mot altéré sans aucun doute, et dont je ne puis 
retrouver la filiation. 



76 Devinettes Bretonnes. 

57. — PLOARÉ. 

a) Cinq petits frères 
Dans une petite chemise. 
— La nèfle. 

BEUZEK. 

b) Pemp kornik ha pemp kalonik, 
Hag eun ail war he vidonik. 

— Eur vesperenn. 

BEUZEC-CAP-SIZUN. 

b) Cinq petites cornes et cinq petits cœurs, 
Et un autre sur son petit bedon. 
— Une nèfle. (Cf. E. R., 404.) 

$8. — TREVEREK. 

* Duvun duvunétes : 

Diwar goad, na koad na n-e ; 

Rond 'vel boul, na boul na n-e. 

— Un aval. 

58. — TRÉVÉREC, 

* Devine devinaille : 
[Qui vient] du bois et n'est pas du bois, 
[Qui est] rond comme une boule, et n'est pas une boule ? 
— Une pomme. 

59. — POULLAN. 

Fera a ia d'ar marc'hed he bao en he ziadreon ? 

— Ann aval. 

$9. — POULLAN. 

Qui est-ce qui va au marché, la patte dans le derrière ? 

— La pomme. 

60. — LANDÉDA. 

Divin petra a ia d'ar marc'had 
War eun troad ? 
— Ann aval. 

60. — LANDÉDA. 

Devine ce qui va au marché sur un pied ? 

— La pomme. 

61. — POULLAN. 

Ann tad uhel, ar vamm ingrat hag ar bugale rous. 

— Ar wenn gisten, ar gloerenn hag ar c'histin. 



Devinettes Bretonnes. 77 

61. — POULLAN. 

Le père est haut, la mère est revêche et les enfants sont roux. 

— Le châtaignier, la coque et les châtaignes. (Cf. Mél., 18, col. 255. 
— E, R., 112.) 

62. — BRASPARS. 

M'em euz gwel't anehon beo, 

Ha gwel't anehon maro, 

Ha gwel't anehon redek goude ma oa maro. 

— Eur bod radenn. 

62. — BRASPARTZ. 

Je l'ai vu vivant, 

Je l'ai vu mort, 

Et je l'ai vu courir après sa mort. 

— Un pied de fougère. iCf. Mél., 76, col. 260. — E. R., 88. - Fanch- 
Cos, ... ha Michel Pipi (Montroulez, 1857), P- 22.) 

63. — DOUARNENEZ. 

Pa 'n em zastum ar re ail en ho zillet evit tremen ar goan, me a dol 
va re hoU. Lavarit d'in piou ez onn ? 

— Ar wenn. 

65. — DOUARNENEZ. 

Quand les autres se ramassent dans leurs vêtements pour passer l'hiver, 
moi, je jette tous les miens. Dites-moi qui je suis .'' 

— L'arbre. 

64. — PLOMODIERN. 

Gwenn ha sec'h da genta, griz ha gwag goude-ze, e teu du, gwenn 
ha kalet d'ar fm. 

~ Ar bleud, ann toaz, ar bara. 

64. — PLOMODIERN. 

Blanc et sec d'abord, gris et mou ensuite, il devient noir, blanc et dur 
à la fm. 

— La farine, la pâte, le pain. [Cf. E. R., 229.) 

6). — PERWENAN. 

Divin hir gant ann oc'h, 
Rond gand hi wrek, 
Ha chouk bop toi ? 
— K-ouchan forniat. 

65. — PENVENAN. 

Devine ce que le mari a long. 



78 Devinettes Bretonnes. 

Sa femme rond, 
Et qui se donnent à cliaque coup l'accolade ? 
— Mettre du pain à cuire dans le four. 

66. — BRASPARS. 

à) Uhel krouget 

A lak ann dud da redek. 

— Ar c'hloc'h. 

66. — BRASPARTZ. 

a) Haut pendu 
Fait courir les gens. 

— La cloche. (Cf. E. R., 274.) 

PLONEVE. 

b) Uhel pignet 
Pa vez hejet, 

E lak ann hoU da redek. 

— Ar c'hloc'h. 

PLONEVEZ-PORZAY. 

b) Haut monté, 
Quand il est secoué, 
Fait toutes gens trotter. 

— La cloche. 

PERWENAN. 

c] * Uhel montet, 
Fall wisket, 

'Lak ar goz grac'hed da redek. 

— Ar c'hloc'h. 

PENVENAN. 

c) 'Haut monté, 
Court habillé, 

Qui fait les petites bonnes femmes trotter. 
— La cloche. (Se dit ainsi à Saint-Brieuc.) 

67. — BRASPARS. 

a) Furik, furik dre ann ti 
N'hen deuz na daoulaget na fri. 
— Ar valaenn. 

67. — BRASPARTZ. 

a) Furet furetant dans la maison, 



Devinettes Bretonnes. 79 

Sans yeux et sans nez. 

— Le balai. (Cf. Barzaz Breiz, Troad ann eginane.) 

GOAÏENN. 

b) Fera e ra tro ann ti, 
Heb lagat na fri ? 

— Ar valaenn. 

AUDIERNE. 

b] Qu'est-ce qui fait le tour de la maison 
Sans œil et sans nez ? 

— Le balai. (Cf. E. R., 177.) 

68. — GOAÏENN. 

a) Diouskouarn heb a benn, 
Kouv heb a vouellou, 
Piviar heb' ivinou. 

— Ar poud houarn. 

68. — AUDIERNE. 

a) Oreilles sans tête, 
Ventre sans boyaux, 
Pieds sans ongles. 

— La marmite. 

PERWENAN. 

b) *K.orv hep boelio, 
Treid heb evino, 
Diouskouarn hep penn. 

— Eur pout houarn. 

PENVENAN. 

b) * Corps sans boyaux, 
Pieds sans ongles, 
Oreilles sans tête. 

— Une marmite. 

69. — PERWENAN. 

*Seiz troad, peder skouarn hag eul lost. 

— Eur c'hochon bihan (pe eul loen ail bennaketi tibin bouet e- 
barz eur pout houarn. 

69. — PENVENAN. 

' Sept pieds, quatre oreilles et une queue. 

— Un petit cochon (ou quelque autre animal) mangeant dans une 
marmite. (Cf. Mél., 92, col. 261. — E. R., 42.) 



8o Devinettes Bretonnes. 

70. — PLOZEVET. 

Duik war ruik a lak ar gwennik da lammet. 

— Ar goter, ann tan hag al lez. 

70. — PLOZEVET. 

Noiraud sur rougeaud fait sauter blanchet. 

— Un chaudron dans lequel on fait bouillir du lait. 

71. — PLOUEG-AR-MOR. 

*Duvunet in dra hag han euz korf heb treid, gouk hep penn ? 

— Eur voutaill. 

71. — PLOUÉZEC. 

* Devinez une chose qui a un corps sans pieds, un cou sans tête ? 

— Une bouteille. (Cf. Mél., 47, col. 258.) 

72. — PLOUEG-AR-MOR. 

*Duvunet in draïk vihan hag han eus korf heb treid na hep penn, ha 
deouarn heb divrec'h ? 

— Eur poud dour. 

72. — PLOUÉZEC. 

* Devinez une petite chose qui a un corps sans pieds et sans tête, et 
des mains sans bras ^ 

— Un pot à eau (parce que son anse s'appelle dorn, main). 

73. — BRASPARS, 

Du 'vel ann diaoul, 

Rond 'vel bragou va iontr, 

Plad 'vel bragou va zad. 

— Ar bilik. 

75. — BRASPARTZ. 

Noir comme le diable, 

Rond comme la culotte de tonton, 

Plat comme la culotte de papa. 

— La galetière. 

74. — GOAIENN. 

a) Tri doull, eur beg hir, eur skouarn 1er. 

— Eur vegin. 

74. — AUDIERNE. 

a) Trois trous, un long bec et une oreille de cuir. 

— Un soufflet. 



Devinettes Bretonnes. 8i 

BRASPARS. 

b) Petra han euz daou gein ha n'hen deuz nemet eur c'hov ? 

— Eur soufflet. 

BRASPARTZ. 

b) Qu'est-ce qui a deux dos et n'a qu'un ventre ? 

— Un soufflet. fCf. E. R., 157.I 

75. — BRASPARS. 

Petra a zeskeuz he zent da gement den a teu en ti ? 

— Ann drezenn. 

75. — BRASPARTZ. 

Qu'est-ce qui montre les dents à quiconque entre à la maison ? 

— La crémaillère. (Cf. E. R., 150.) 

76. — AR FAOU. 

a] Unan a ia d'he labour en eur c'hoarzin hag a zeu d'ar ger en eul 
lenva. 

— Ar saill. 

76. — LE FAOU. 

a) Qui se rend au travail en riant et revient à la maison en pleurant .? 

— Le seau. 

PLOARE, 

b) Pera ez a e lae en eur vouela hag a ziskenn en eur c'hoarzin ? 

— Ar saill. 

PLOARÉ. 

b) Qu'est-ce qui monte en pleurant et descend en riant ? 

— Le seau. 

77. — BRASPARS. 

a) Petra a ia war he giz d'al labour ? 

— Eur saill. 

77. — BRASPARTZ. 

a] Qui va à reculons à son travail ^ 

— Un seau. 

PERWENAN. 

b) * Divin a zous da gemer hi garg ? 

— Eur c'helorn. 

PENVENAN. 

b) * Devine ce qui va à reculons prendre sa charge .^ 

— Un seau. 

Rev.Celt. IV 6 



2 Devinettes Bretonnes. 

78. — TREGARANTEK. 

Petra a ia war he benn d'he labour ? 

— Eun tach. 

78. — TRÉGARANTEC. 

Qui va sur la tête au travail ? 

— Un clou. (Cf. E. R., 139.) 

79. — BEUZEK. 

Fini a bur er prad, a zideon er c'hoad, 

Hag a ia d'ar ger da zispartia ann drouk deuz ar vad. 

— Eun tamoez. 

79. — BEUZEC-CAP-SIZUN. 

Qu'est-ce qui paît dans le pré, lève dans le bois, 
Et va à ia maison séparer le mauvais du bon ? 
— Un tamis. 

80. — DOUARNENEZ. 

Divin divinadenn : 

Eur prison a vil grambrik. 

— Eur roed. 

80. — DOUARNENEZ. 

Devine devinette : 

Une prison aux mille chambrettes. 

— Un filet. 

81. — HUELGOAT. 

d) Petra e ia d'ar marc'hat en eul lenva ? 

— Ann amann. 

81. — HUELGOAT, 

a) Qui va au marché en pleurant ? 

— Le beurre. 

TREGARANTEK. 

b) Divin d'in-me petra a ia d'ar marc'had 
Ann dour en he zaoulagad ? 

— Ann amann. 

TRÉGARANTEC. 

b] Devine ce qui se rend au marché, 
De l'eau dans les yeux ? 

— Le beurre. (Cf. Barzaz Breiz, Troad ann eginane.) 

82. — PLOUHINEK. 

M'em euz eur chibi dreut 



Devinettes Bretonnes. 8j 

Gret he galon gad ann neut. 
— Eur c'houlaouenn roussik. 

82. — PLOUHINEC. 

Je possède un maigrelet, 

De fil son cœur est fait. 

— Une chandelle de résine. 

85. — KEMPER-GOEZENNEK. 

'Petra ann ti a ve komanset dre lein da gentan ? 

— Eur ruskenn-wenann. 

83. — QUIMPER-GUÉZENNEC. 

* Qu'est-ce que la maison que l'on commence par le faîte ? 

— Une ruche. 

84. — DOUARNENEZ. 

Va mouez skiltr a spount anezhan, petra-bennag onn deud euz kro- 
c'henn he vreur maro. Va c'har zo breac'h unan maro, ha gant unan 
beo ez onn gourc'hemennet. 

— Eur skourjez. 

84. — DOUARNENEZ. 

Ma voix éclatante l'effraie, quoique je sois sorti de la peau de son 
frère mort. Ma jambe est le bras d'un mort, et c'est par un vivant que 
je suis commandé. 

— Un fouet. 

8^. — POULLAN. 

a] Strinkerezik en dour, pignerez er gwe, 
Rouanez en nous hag intanvez en de. 
— Al liser. 

8$. — POULLAN. 

a] Qui fait jaillir l'eau, monte aux arbres, 
Est reine la nuit et veuve le jour ? 
— Le drap de lit. (Cf. E. R., 172.) 

DOUARNENEZ. 

b) Rouanez en nous, intanvez en de, 
Fouetterez en dour, strillerez er gv/e. 
— Al liser. 

DOUARNENEZ. 

b) Reine la nuit, veuve le jour, 
Qui bat l'eau et dégoutte le long des arbres ^ 
— Le drap de lit. 



84 Devinettes Bretonnes. 

86. — LANRODEK. 

a) * Duvun a doler dreist ann ti, 
Hag e ver krog 'barz c'hoaz. 
— Eur bêlenn neud. 

86. — LANRODEC. 

a) 'Devine ce qu'on jette par-dessus la maison, sans cesser de le tenir 
encore ï 

— Une pelote de fil. (Cf. E. R., 184.) 

TREGARANTEK. 

b) Me a dolo eun dra dreist va zi, hag a zalc'ho ar penn gan-in em 
dorn. 

— Eur belenn neud. 

TRÉGARANTEC. 

b) Je jetterai une chose par-dessus ma maison, et la tête en restera 
dans ma main. 

— Une pelote de fil. 

87. — LOKORNAN. 

Divin d'in pera a veach kerkouls goude he varo hag epad he vuez ? 

— Boutou 1er. 

87. — LOCRONAN. 

Devine ce qui voyage autant après sa mort que pendant sa vie ? 

— Des souliers. 

88. — TREVEREK. 

* Duvun eun tiik bihan koat 

Leun a eskern (yar. a gik) hag a wad. 

— Eur votez-koat. 

88. — TRÉVÉREC. 

* Devine une petite maisonnette de bois 
Pleine d'os (yar. de chair) et de sang. 
— Un sabot. 

89. — TREGARANTEK. 

Divin d'in-me'n divinadenn : 

Eun dra a zo bet beo a zo maro, 

A zoug ar re veo hag a vale war ar re varo P 

— Boutou. 

89. — TRÉGARANTEC. 

Devine-moi une devinaille : 

Une chose qui a vécu et qui est morte, 



Devinettes Bretonnes. 85 

Qui porte les vivants et marche sur les morts. 
— La chaussure. (Cf. Mél., 5, col. 254.) 

90. — GOAÏENN. 

a) Pemp e poulsa, deg e iala, 
Evit krapa ru ker-bramma. 

— Pa ve eun den e lakat he lerou. 

90. — AUDIERNE. 

a) Cinq qui poussent, dix qui tirent, 
Pour monter la rue de Ville-aux-Pets. 

— Quand une personne met ses bas. (Cf. Mél., col. 511.) 

BRASPARS. 

b) Pemp e vunta, deg e chanchet, e sevel en trec'h gad ar roz ar 
brammou. 

— Lakat he lerou. 

BRASPARTZ. 

b) cinq qui poussent, dix qui tirent, pour gravir le tertre des pets. 

— Mettre ses bas. 

91. — PLOUHINEK. 

Pemp e talc'hen, pemp e troei unan. 

— Eur vaouez neza. 

91. — PLOUHINEC. 

Cinq qui tiennent et cinq qui tournent un. 

— Une femme qui file. 

92. — PLOUGERNE. 

Petra a ra kant tro d'ar c'hoad, 
Hep touch deillenn ouz he droad. 
— Eun hinkinad neud. 

92. — PLOUGUERNEAU. 

Qu'est-ce qui fait le tour du bois cent fois 
Sans toucher feuille du pied .? 
— Le fil enroulé sur le fuseau. 

93. — BEUZEK. 

Divin d'id pera a zo maro hag a zo bet beo, 

A zo badeet goude he varo evit dougen ar re veo. 

— Eul lestr. 

93. — BEUZEC-CAP-SIZUN. 

Devine une chose morte et qui a vécu, 



86 Devinettes Bretonnes. 

Qui a été baptisée après sa mort pour porter les vivants. 
— Un navire. 

94. — aber-wrac'h. 
Me am beuz eun inkane wenn, hag a verra he lost bep pas a ra. 

— Eun nadoz. 

94. — aber-vrac'h. 
J'ai une haquenée blanche dont la queue se raccourcit à chaque pas 
qu'elle fait. 

— Une aiguille. (Cf. Mél., 61, col. 259.— E. R., 189. — Cf. 
l'énigme lithuanienne publiée par Schleicher, Indogermanische Chresto- 
mathie, p. 299 : Jument de fer, queue de chanvre. Qu'est-ce ? — Une 
aiguille et du fil.) 

9$. — GURNUHEL. 

'Divunet pini ha d'ar marc'had ha lezen hi voellou 'gaer ? 

— Eun noade. 

95. — GURUNHUEL. 



* Devinez ce qui va au marché et laisse ses boyaux à la 



maison 



— Une aiguille. (Ses boyaux sont le fil.) (Cf. une devinette des envi- 
rons de Lamballe : Qu'est-ce qui traîne ses boyaux derrière soi.^ — Une 
aiguille.) 

96. — HUELGOAT. 

Petra a ia d'ar ster 

Hag a lesk he boellou er ger ? 

— Eur c'holc'hed. 

96. — HUELGOAT. 

Qui va à la rivière 

Et laisse ses tripes à la maison ? 

— Une couette. (Cf. Mél. S2, col. 258. — E. R., 173. — En 
Haute-Bretagne on dit : Qu'est-ce qui quitte son corps pour aller boire ? 
— Une tête d'oreiller.) 

97. — PERWENAN. 

* Divin a delc'h da labourât pad ar bla hep kad peamant abet ? 

— Ann horlach. 

97. — PENVENAN. 

'Devine ce qui continue à travailler toute l'année sans aucun salaire ? 

— L'horloge. 

98. — PERWENAN. 

'Fera 'zo 'vont hag tont ordinal barz en ti ? 

— Ann horolach. 



Devinettes Bretonnes. 87 

98. — PENVENAN. 

*Qu'est-ce qui est toujours à aller et venir dans la maison ? 

— L'horloge. (Cf. E. R., Mél. col. $4.) 

99. — ESKEVIENN. 

Divin d'in pera a harp hag evit he boan zo douget ? 

— Eur vaz. 

99. — ESQUIBIEN. 

Devine-moi ce qui supporte et qui pour sa peine est porté P 

— Un bâton. 

100. — HUELGOAT. 

Kant toull war eun toull hag eun hibil kik d'ho stanka tout. 

— Eur veskenn. 

100. — HUELGOAT. 

Cent trous sur un trou, et une cheville de chair pour boucher le tout. 

— Un dé à coudre. iCf. E. R., 183.; 

ICI. — HUELGOAT. 

a) Kovik euz kovik 

c'hoari gand eun hibilik. 

— Ar vaouez e tigori he armel. 

ICI . — HUELGOAT. 

a) Petit ventre contre petit ventre 
A jouer avec une chevillette. 

— La femme qui ouvre son armoire. iCf. E. R., 144.] 

AR FAOU. 

b\ Kovik deuz kovik, 

Hag ar bistoulik 

E vont en he doullik. 

— Ann nor a zigorer gant ann alc'houe. 

LE FAOU. 

b] Petit ventre contre petit ventre, 
Et la petite affaire 

D'entrer dans sa petite fente. 

— La porte qu'on ouvre avec la clef. 

PERWENAN. 

Cj Da droad ouz ma zroad, 
Da gof ouz ma c'hof, 
Hag eur vekillenn 



88 Devinettes Bretonnes. 

Da voutan 'n ez kreizenn. 

— Lakat eun alc'houe barz toull 'près. 

PENVENAN. 

c) Ton pied contre mon pied, 
Ton ventre contre mon ventre 
Et une béquillette 
Pour fourrer dans ton milieu. 

— Metire une clef dans la serrure d'une armoire. (Cf. l'énigme dina- 
naise : Pied à pied, ventre à ventre, je prends une petite affaire et je 
la lui fourre dans le ventre.) 

102. — AR FAOU, 

Petra a ia d'ar foar hag a lesk he doull er ger ? 

— Ann alc'houe. 

102. — LE FAOU. 

Qu'est-ce qui va à la foire et laisse son trou au logis ? 

— La clef. (Cf. E. R., 143.) 

103. — TREVEREK. 

*Eun tiik bihan pri, leun a voged hag a dan. 

— Eur c'horn-butun. 

103. — TRÉVÉREC. 

"Une petite maisonnette d'argile, pleine de fumée et de feu. 

— Une pipe. 

104. — PERWENAN. 

'Kaeran hano tra zo barz en ti, ha c'hoaz e bihan .'' 

— Eskop ar c'harr-nea. 

104. — PENVENAN. 

*Quelle est la chose qui a le plus beau nom dans la maison, quoiqu'elle 
soit petite ? 

— L'évêque du rouet. (On nomme eskop l'instrument qui sert à tenir 
le fuseau.) 

10$. — DOUARNENEZ. 

Pidir redek ann eil war-lerc'h eben hep 'n em baka. 

— Rojou eur c'harr. 

105. — ■ DOUARNENEZ. 

Quatre qui courent l'une après l'autre sans s'attraper. 

— Les roues d'une voiture. (Cf. E. R., 218.) 

106. ~ POULLAN. 

Pidir dimezel wenn e vont gad ann hent. 



Devinettes Bretonnes. 89 

Ma 'n em drapfent hen em zreillfent. 
— Eur veill-aël. 

106. — POULLAN. 

Quatre demoiselles blanches font du chemin ; 

Si elles s'attrapaient, elles se mettraient en pièces. 

— Un moulin à vent. (Cf. E. R., 255.) 

107. — PLANNIEL. 

'Divin divinétes : 
Diou oc'h ober ha diou paoues, 
Diou en plek ha diou en ret, 
Ha diou oc'h ober bopret. 
— Eur vilin-awel. 

107. — PLEUDANIEL. 

* Devine devinaille : 
Deux qui se reposent, deux qui travaillent, 
Deux qui plient et deux qui courent, 
Et deux qui travaillent toujours. 
— Un moulin à vent. 

108. — PLOGON. 

Fera e ra bonjour da gement-hini a teu en ti .'' 

— Al liked. 

108. — PLOGOFF. 

Qu'est-ce qui fait la révérence à quiconque entre à la maison ? 

— Le loquet. (Cf. E. R., 148.) 

109. — TREGARANTEK. 

Petra ar c'heriussa en ti ? 

— Treujou ann nor. 

109. — TRÉGARANTEC. 

Qu'est-ce qui est le plus curieux de la maison .'' 

— Le seuil de la porte. 

I 10. — PERWENAN. 

•Pesort a wel tout pez a hantre barz en ti ? 

— Treujou ann nor. 

1 10. — PENVENAN. 

'Qu'est-ce qui voit tout ce qui entre dans la maison? 

— Le seuil de la porte. 

111. — AR FAOU. 

Seul vuigna a vo, 



90 Devinettes Bretonnes. 

Seul neubeuta 'boezo. 
— Toullou er c'hrer. 

III. — LE FAOU. 

Tant plus il y aura, 
Tant moins ça pèsera. 

— De trous dans un crible. (Cf. Mél. 54, col. 2^8. — E. R, , 194.) 

112. — PLOARE, 

Fera a gresk pa ve tennet out-han ? 

— Ann toull a ra ann taler. 

112. — PLOARÉ. 

Qu'est-ce qui augmente quand on en retire ? 

— Le trou que fait la tarière. (Cf. E. R., 26.) 

113. — KEMPER-GOEZENNEK. 

*Divunet para a diminu pa ve laket war-n-han, hag a chom 'vel ma 
ve, pa ve lemmet digant-han ? 

— Eur c'houlaouenn, a diminu pa ve tan en-hi. 

113. — QUIMPER-GUÉZENNEC. 

'Devinez quelle chose diminue quand on y ajoute, et demeure telle 
qu'elle est quand on en retire .'' 

— Une chandelle, qui diminue quand elle est allumée. 

114. — KONK-LÉON. 

Petra a ziwan er c'hoad, hag a deu en kear da ober trouz ? 

— Ar vombard. 

114. — LE CONQUET. 

Qu'est-ce qui germe au bois et vient à la ville pour y faire tapage ? 

— Le hautbois. (Cf. E. R., 200.) 

115. — BRASPARS. 

Pehini e ar gwella hag ar valla tra 'zo war ar bed ? 

— Ann teod. 

115. — BRASPARTZ. 

Quelle est la meilleure et la pire chose au monde ? 

— La langue. (Cf. E. R., 124.) 

116. — ESKEVIENN. 

a] Eur zall vras, diou renket kezek gwenn, e kreiz eur marc'h ru 

— Ar ginou, ann dent hag ann teod. 



Devinettes Bretonnes. 91 

I 16. — ESQUIBIEN. 

a] Une grande salle, deux rangées de chevaux blancs, un cheval 
rouge au milieu. 

— La bouche, les dents et la langue. (Cf. E. R., 123.) 

PLOUHINEK. 

b) M'em euz eun toullet ronsed gwenn, 
Hag unanik ru d'ho c'hempenn. 

— Ar ginou, ann dent hag ann teod. 

PLOUHINEC. 

b) J'ai des chevaux blancs plein un trou. 

Et un petit bonhomme rouge pour les tenir propres. 

— La bouche, les dents et la langue. 

POULLAN. 

c) M'em euz eur vandenn demezelet gwenn 
Hag eur foëtik ru d'ho c'hempenn. 

— Ar ginou, etc. 

POULLAN. 

c] J'ai une bande de demoiselles blanches 
Et un petit fouet rouge pour les épousseter. 
— La bouche, etc. 

I 17. — PLOZÉVET. 

Petra 'zo du e giz bran, ha bran n'e ket, 
Guenn evel erc'h, hag erc'h n'e ket. 
— Ar belek. 

1 17. — PLOZÉVET. 

Qu'est-ce qui est noir comme corbeau, et corbeau n'est pas ; blanc 
comme neige, et neige n'est pas .'' 

— Le prêtre. (Cf. E. R., 270.) 

I 18. — PLOARE. 

a) Ar beg karn a ziveun ann den hantar-varo ; ann hantar-varo a 
ziveun ar c'horf heb a ene ; ar c'horf heb a ene a ziveun ann den han- 
tar-varo a ia e kov he vamm da zribi he dad. 

— Ar c'hok a ziveun ar c'hloc'her ; ar c'hloc'her a vrall ar c'hloc'h ; 
ar c'hloc'h a ziveun ar belek a ia d'ann ilis da gommunia. 

118. — PLOARÉ. 

a) Le bec de corne réveille l'homme à demi mort ; le demi-mort 
réveille le corps sans âme ; le corps sans âme réveille l'homme à demi 
mort qui va dans le ventre de sa mère pour y manger son père. 



92 Devinettes Bretonnes. 

— Le coq réveille le bedeau ; le bedeau met en branle la cloche ; la 
cloche réveille le prêtre qui se rend à l'église où il communie, (Cf. Mél. 
26, col. 256.— E. R., 272.) 

BEUZEK. 

b) Divin d'id piou a vale war he vreur ha war he c'hoar^ a ia en he 
vamm da zrebi he dad, hag a zoug he wreg a zindan he gazel ? 

— Ar belek a dreuz ar veret evit mont d'an ilis da gommunia. Diwar 
fars, ar breviel, a zoug a zindan he gazel, a zo hanvet he wreg. 

BEUZEC-CAP-SIZUN. 

b) Devine qui marche sur son frère et sa sœur, entre dans sa mère 
pour y manger son père, et porte sa femme sous son bras ? 

— Le prêtre qui traverse le cimetière pour se rendre à l'église où il 
communie. Familièrement, on appelle le bréviaire qu'il porte sous le bras 
sa femme. 

119. — PLOARE. 

N'em euz ket dour hag e evou dour ; mar em befe dour, a evfen 
guin. 

— Ar meillar, mar 'n defe dour, e c'honefe argant hag a evfe guin ; 
ne 'n eus ket dour hag e rank eva dour. 

119. — PLOARÉ. 

Je n'ai pas d'eau et je boirai de l'eau ; si j'avais de l'eau, je boirais 
du vin. 

— Le meunier, s'il avait de l'eau [à son mouHn], gagnerait de l'argent 
et boirait du vin ; il n'a pas d'eau et doit boire de l'eau. 

120. — BRASPARS. 

Mar teuont ne teufont ket ; mar ne teuont ket e teufont ' . 

— Ar pijonet hag ar piz. 

120. — BRASPARTZ. 

S'ils viennent, ils ne viendront pas ; 
S'ils ne viennent pas, ils viendront. 

— Les pigeons et les pois. (Cf. E. R., 69. — Fanch-Cos, p. 22.) 

121. — KEMENVENN. 

Be am euz ha n'em euz ket, 

Mont e ran da glask evit n'em ket. 

I . Les énigmes auxquelles sert de pivot une restriction mentale constituent un genre 
dont on n'abuse en aucun pays plus volontiers qu'en Bretagne. Comme il serait sans 
intérêt de s'embarrasser dans une trame le plus souvent inextricable, je crois devoir me 
contenter d'en donner seulement quelques exemples. 



Devinettes Bretonnes. 9^ 

— Be am euz naon ha n'em euz ket bara, hag e ian da glask bara 
evit n'em o ket naon. 

121. — QUÉMÉNÉVEN. 

J'ai et je n'ai pas. 

Je vais chercher pour ne point avoir. 

— J'ai faim et je n'ai pas de pain ; je vais chercher du pain pour ne 
pas avoir faim. 

122. — PERWENAN. 

d) *« Ari on da glask mar na zo ket, 
Ha mar zo na c'houlan ket. » 

— « Bed a poa, pa na oa, 
Ha bean 'po pa na vo : 

Et d'ar ger, rak bean zo ! » 

— Eurt'hawel ha bugale. 

122. — PENVENAN. 

a) « Je viens chercher s'il n'y a pas, 

Et, s'il y a, je ne demande pas. » 
— « Vous avez eu quand il n'y avait pas, 
Et vous aurez quand il n'y aura pas. 
Allez-vous-en, car il y a ! ^ 

— Un berceau et des enfants. (Une femme vient emprunter un berceau., 
s'il n'y a pas d'enfants dans la maison où elle s'adresse.) 

KERLOUAN. 

b) Ken a vezo, 
Ken n'ho pezo ; 
Bet ho poa 
Pa na doa, 
Hag ho pezo 
Pa na vezo. 

KERLOUAN. 

b) Tant qu'il y aura, 
Tant vous n'aurez pas ; 
Vous avez eu 
Quand il n'y avait pas. 
Et vous aurez 
Quand il n'y aura pas. 

123, — POULLAN. 

Be am euz ha n'em euz ket ; ne garfenn ket kaout ; mar em befe, ne 
venn ket evit hen dioueret. 



94 Devinettes Bretonnes. 

— Be am euz diviskarr ha ne garfenn ket kaout eur gar goat ; mar 
em befe, ne venn ket evit hen dioueret. 

123. — POULLAN. 

J'ai et je n'ai pas ; je ne voudrais pas avoir ; si j'avais, je ne voudrais 
pas m'en passer. 

— J'ai deux jambes et ne voudrais pas avoir une jambe de bois; si je 
l'avais, je ne voudrais pas m'en passer. 

124. — TREVEREK. 

*Mar g-oc'li eun den a gizel blomm, 
Pe sort a verv heb bean tomm ? 

— Ar zist ebarz ar varrikenn : 
'M ije bannac'h, ac'li efenn. 

(^Var. Eur varrikenn jist mad en he vlomm 
Hennés a verv na ve ket tomm.) 

124. — TRÉVÉREC. 

'Si vous êtes un homme bien tranchant, 

Qu'est-ce qui bout sans être chaud ? 

— Le cidre dans la barrique : 

Si j'en avais un peu, j'en boirais. 
{Var. Une barrique de bon cidre, bien d'aplomb, 
Voilà ce qui bout sans être chaud.) 

125. — AR FAOU. 

Eun aotrou e koste ar c'haë 
N'hen deuz na mantel na saë. 

— Eur bern-kaoc'h. 

12$. — LE FAOU. 

[Il y a] un monsieur à côté de la haie, 
Qui n'a ni manteau ni robe. 
-— Un étron. 

126. — BRASPARS. 

Pehini e ar c'henta tra a gac'h war eur c'hleun neve .'' 

— Eur reor. 

126. — BRASPARTZ. 

Quelle est la première chose qui ch.. sur un fossé neuf.? 

— Un derrière. (Cf. E. R. Indovinelli, XL.] 

127. — LANCOAT. 

Eun tousek bridet war lein ann erw, 



Devinettes Bretonnes. 95 

Touzet he benn, touzet he reor, 
Tremenet dre ar pout mitonn, 
Malet gant ar vilin askorn. 
— Koc'h marc'h pe vioc'h. 

127. — LANGOAT. 

Un crapaud attaché sur un sillon, 
Sa tête est tondue et son c. aussi ; 
Il a passé par la marmite à mitonner, 
Après avoir été moulu par le moulin à os. 

— Du crottin de cheval ou de la bouse de vache. 

128. — BRASPARS. 

Pehini e ann nopla delienn a zo er c'hoat .'' 

— Ann delienn gelenn. 

128. — BRASPARTZ. 

Quelle est au bois la feuille la plus noble ? 

— La feuille de houx. (Parce qu'on ne peut l'employer à certains 
usages du domaine de la scatologie.) (Cf. E. R., 116. — P'anch-Cos, 
p. 20.) 

129. — HUELGOAT. 

Petra a ra ann dro d'ar c'hoat hep mont ebarz ? 

— Ar c'hleun. 

129. — HUELGOAT. 

Qu'est-ce qui fait le tour du bois sans y entrer ? 

— Le fossé. (Cf. E. R., 86.) 

I 50. — AR FAOU. 

Petra 'z eo ann hevala tra deuz penn eur marc'h er prenestr ? 

— Penn eur gazek. 

I 30. — LE FAOU. 

Qu'est-ce qui ressemble le plus à la tête d'un cheval à une fenêtre ? 

— La tête d'une jument, 

131. — POULLAN. 

Piou hen euz daoulagat eur c'has, fri eur c'has, beg eur c'has, dent 
eur c'has, piviar eur c'has, ivinou eur c'has, kroc'henn eur c'has, ha 
n'ez eo keteur c'has. 

— Eur gaez. 

131. — POULLAN. . 

Qui a les yeux d'un chat, le nez d'un chat, la gueule d'un chat, les 



96 Devinettes Bretonnes. 

dents d'un chat, les pattes d'un chat, les griffes d'un chat, la fourrure 

d'un chat, et n'est pas un chat ? 

— Une chatte. (Cf. E. R., 383. — Fanch-Cos, p. 21.) 

132. — DOUARNENEZ. 

Pc seurt pesket ar muia 'zo er mour ? 

— Pesket beo. 

1 32. — DOUARNENEZ. 

De quels poissons y a-t-il le plus dans la mer .? 

— De vivants. 

133. — DOUARNENEZ. 

Pe seurt men ar muia 'zo er mour ^ 

— Men glib. 

133. — DOUARNENEZ. 

De quelles pierres y a-t-il le plus dans la mer ? 

— De mouillées. (Cf. E. R., 347.) 

134. — ESKEVIENN, 

Pe seurt geot ar muia zo er foennek ? 

— Geot glaz. 

I 34. — ESQUIBIEN 

De quelle herbe y a-t-il le plus dans le pré ? 

— De la verte. 

I 35. — POULLAN. 

Pehini ar c'hoat stanka war ann douar .? 

— Ar c'hoat kamra. 

135. — POULLAN. 

Quel est le bois le plus commun sur la terre .? 

— Le bois tordu. 

1 36. — POULLAN. 

Père e stanka roudou a basse war bont Kemper da zevez foar sant 
Kaourintin ? 
■ — Roudou ann nadoz. 

1 36. — POULLAN. 

Quelles sont les traces les plus nombreuses qui passent sur le pont de 
Quimper, le jour de la foire Saint-Corentin ? 

— Les traces de l'aiguille [sur les habits]. 

I 37. — TREGARANTEK. 

Petra 'zo uheloc'h evit ann aotrou Doue ? 

— He gurunenn. 



Devinettes Bretonnes. ^-j 

I 37. — TRÉGARANTEC. 

Qu'y a-t'il de plus haut que le bon Dieu ? 

— Sa couronne. (Cf. E. R., 256.) 

138. — BRASPARS. 

Petra n'hen deuz ket gallet Doue da ober ? 

— Eur vaz heb daou benn. 

138. — BRASPARTZ. 

Qu'est-ce que Dieu n'a pu faire ? 

— Un bâton sans bouts. (Cf. Mél., col. 292.) 

1 39. — TREVEREK. 

a) ' Petra 'zo ha n'hall ket Doue da gâd ? 

— Hi bar. 

1 39. TRÉVÉREC. 

a) * Qu'est-ce que Dieu ne peut pas trouver ? 

— Son égal. (Cf. Mél., 30, col. 256. — E. R. 258. — Fanch-Cos, 
p. 20.) 

GURNUHEL. 

b) 'Pez ar païzant a wel baonde, hag ar roue na wel met raramant, 
hag ar pab na wel guech ebet ? 

— Hi bar. 

GURUNHUEL. 

b) * Qu'est-ce que le paysan voit chaque jour, le roi rarement, et le 
pape jamais ? 

— Son égal. 

140. — PLOARE. 

Pera hen euz ar memor hir .? 

— Ar paper. 

140. — PLOARÉ. 

Qu'est-ce qui a la mémoire longue ? 

— Le papier. 

141. — HUELGOAT. 

Petra e reomp tout assamblez ? 

— Kosaat. 

141. — HUELGOAT. 

Que faisons-nous tous ensemble ? 

— Vieillir. (Cf. E. R., 360. — Fanch-Cos, p. 22.) 

142. — BRASPaRS. 
Petra a zebr dre he gof hag a gac'h dre he gein .? 

— Eur rabot. 

Rev. Celt. IV 7 



98 Devinettes Bretonnes. 

142. — BRASPARTZ. 

Qu'est-ce qui mange par le ventre et ch.. par le dos ? 

— Un rabot. 

145. — BRASPARS. 

Petra a zebr dre he reor hag a gac'h dre he vek ? 

— Eur ziminel. 

143. — BRASPARTZ. 

Qu'est-ce qui mange par le c. et ch.. par la bouche ? 

— Une cheminée. (Cf. Mél., 4$, col. 258.) 

144. — KERLOUAN. 

Da biou e tleomp madou ann douar ? 

— Da zant Alar. 

144, — KERLOUAN. 

A qui sommes-nous redevables des biens de la terre ? 

— A saint Alar. (Jeu de mots, alar signifiant charrue. — Saint Alar, 
inconnu des hagiographes, est honoré dans presque toute la Bretagne, 
sans doute à cause de son nom, comme l'un des protecteurs de l'agri- 
culture.) 

145, — HUELGOAT. 

Pet plun a zo war ar iar ? 

— Kement a blun a zo war ar iar 

'Vel a steret endro d'al loar, 

145. — HUELGOAT. 

Combien de plumes a la poule ? 

— Autant de plumes a la poule qu'il y a d'étoiles autour de la lune. 
(Cf. E. R., 403. — Barzaz Breiz, Troad ann eginane.) 

146. — AR FAOU. 

Pe da vare a ve ar muia plun war ar iar ? 

— Pa ve ar c'hillok war he gorre. 

146. — LE FAOU. 

En quelle saison la poule a-t-elle le plus de plumes ? 

— Quand le coq est sur elle. (Cf. E. R., 352. — Indov., XLIV.) 

147. — BEUZEK. 

Perag eo eur c'hok a lakeer war ann touriou eleac'h lakad eur iar ? 

— Abalamour ma vez lakeet eur iar, ha ma zeufe da zesvi, he viou 
en eur goeza a dorfe. 

147. — BEUZEC-CAP-SIZUN. 

Pourquoi met-on sur les clochers un coq au lieu d'une poule ? 



Devinettes Bretonnes. 



99 



— Par la raison que si l'on y mettait une poule, et qu'elle vînt à 
pondre, les œufs se briseraient en tombant. (Cf. Fanch-Cos, p. 22. — 
E. R.,53i-) 

148. — POULLAN. 

Père ann dud ne iaont ket d'ar brosession ? 

— Ar re a ve e vralla ar c'hleier. 

148. — POULLAN. 

Quels sont les gens qui ne vont pas à la procession ? 

— Ceux qui sonnent les cloches. (Cf. E. R., 367.) 

149. — AR FAOU. 

E pelec'h ema kreiz ar bed .'' 

— Aman. Mar ne gredit ket, mesurit. 

149. — LE FAOU. 

Où se trouve le centre du monde ? 

— Ici. Si vous ne le croyez, mesurez. (Cf. E. R., 353.) 

I 50. — AR FAOU. 

Ped lost leue e ranker kaouet evit paka ann ne .'' 

— Unan, mar g-ez eo hir awalac'h. 

I 50. — LE FAOU. 

Combien faut-il de queues de veau pour atteindre le ciel ? 

— Une seule, si elle est assez longue. (Cf. E. R., 356.) 

151. — DOUARNENEZ. 

Pe seurt differanz ez eo être eun avokad hag eur rod ? 

— Ann avokad, e rank beza lardet he zaouarn evit ober trous, hag 
ar rod evit ne reio ket. 

I 5 I. — DOUARNENEZ. 

Quelle différence y a-t-il entre un avocat et une roue ? 

— Il faut graisser les pattes de l'avocat pour qu'il fasse du bruit, et 
la roue [de la charrette], pour qu'elle n'en fasse pas. 

I 52. — AR FAOU. 

Pe seurt differanz a zo être eur beleg hag eur marmous ? 

— Eur belek n'euz tamm bleo war gorre he benn, hag eur marmous 
n'euz ket war he reor. 

I $2. — LE FAOU. 

Quelle différence y a-t-il entre un prêtre et un singe ? 

— Le prêtre n'a pas de cheveux sur le dessus de la tête lia tonsurei. 
et le singe n'en a pas sur le c... 



100 Devinettes Bretonnes. 

153. — PERWENAN. 

a] * Petare differans zo 'tre eur beleg hag eun eskalier ? 

— Ar beleg a ra zevel ann dorn da zaludin 'nean, hag ann eskalier, 
e ann troad. 

153. — PENVENAN. 

a] 'Quelle différence y a-t-il entre un prêtre et un escalier ? 

— Le prêtre fait lever la main pour le saluer, et l'escalier fait lever le 
pied. (Cf. Fanch-Cos, p. 22.) 

DOUARNENEZ. 

b) Pe seurt differanz zo être eun diri hag eur barner ? 

— Dirag eur barner e zaver ann dorn, ha dirag ann diri e zaver ann 
troad. 

DOUARNENEZ. 

b) Quelle différence y a-t-il entre un escalier et un juge ? 

— Devant un juge on lève la main, et devant un escalier le pied. 

l $4. — PERWENAN. 

Petare differans zo 'tre eur beleg hag eur iar ? 

— Ar beleg a c'hone he dewez dre ar geno_, hag ar iar dre ar revr. 

1 54. PENVENAN. 

Quelle différence y a-t-il entre un prêtre et une poule ? 

— Le prêtre gagne sa journée par la bouche, et la poule par le c... 

155. — AR FAOU. 

Daouzek labous war eur brank, ar chasseour a lac'h unan : ped a 
jomm eno c'hoas ? 

— Nikun. 

1 55. — LE FAOU. 

Douze oiseaux sur une branche, le chasseur en tue un : combien en 
reste-t-il ? 

— Aucun. (Cf. E. R._, 390. — Fanch-Cos, p. 22.) 

I 56. — MONTROULEZ. 

Me n'am euz bet tamm d'am c'hoan, 
Nemet eur grampoenn hag unan, 
Eur grampoenn hag unan hanter, 
Eur grampoenn ha ter hanter, 
Ann hini domm, ann hini ienn, 
Hag ann hini dosta d'al lienn. 
— Dek'. 

1 . Ce problème, dans lequel le paysan breton voit une énigme, comme dans tout 



Devinettes Bretonnes. loi 

I $6. — MORLAIX. 

Je n'ai eu miette à mon souper, 
Si ce n'est une crêpe et une, 
Une crêpe et une et demie, 
Une crêpe et trois demies, 
La chaude, la froide, 
Et la plus rapprochée de la toile. 
— Dix. 

I 57. — BRASPARS. 

Ped a ra tri vemp pemzek, daou zeitek ha tri ugent .'' 

— Ugent. 

1 57. — braspartz. 

Combien font trois (fois) cinq quinze, deux dix-sept et trois vingt? 

— Vingt. fLa phrase bretonne signifie également : Combien font trois 
fois cinq fois quinze, deux fois dix-sept et trois fois vingt?) 

1 58. — PLONEVEZ. 

Mont e ran d'ar foar gant daou zek brid; prenaerannaontekmarc'h ; 
lakat e ran eur brid war pep marc'h, hag e jomm eur brid gan-in heb 
implich. 

— Daou zek, ugent. 

158. — PLONÉVEZ-PORZAY. 

Je vais à la foire avec deux dix brides; j'achète dix-neuf chevaux ; je 
mets une bride à chacun et il m'en reste une sans emploi. 

— Deux ifois) dix vingt. {Daouzek, 2 + 10 = 12, et daou zek, 
2 X 10 = 20.) 

159. — TREGARANTEK. 

Divinet d'in-me, divinet : 

Pet krampoezenn a zaou liert 

A iafe da baea eur ferm a gant skoet ? 

— Daouzek mil. 

1 59. — TRÉGARANTEC. 

Devinez-moi, devinez : 

Combien de crêpes de deux liards 

Iraient à payer une ferme de cent écus "^ 

— Douze mille. 



calcul, du reste, qui lui demande un effort de mémoire ou de réflexion auquel il n'est 
pas accoutumé, m'a été communiqué par mon ami M. Luzel. 



102 Devinettes Bretonnes. 

l6o. — TREGARANTEK. 

a) Salud d'e-hoc'h, tregont penn-gwazi ! 

— Salokraz , emez-ho , n'edomp ket tregont penn-gwazi : hor 
c'hem'nt hag hon hanter-kem'nt ha nin a rafe tregont penn-gwazi. 

— Daouzek. 

160. — TRÉGARANTEC. 

a) Je vous salue, trente oies ! 

— Sauf votre respect, répondent-elles, nous ne sommes pas trente 
oies : notre entier, la moitié de notre entier et nous, ferions trente oies. 

— Douze (2 X + - = 30). 

2 

LANGOAT. 

b) * Me ho salud, tregont a wai ! 

— Salud-kroas, 'me ar gars braz, ni n'emom ket tregond a wai : om 
c'hement hag om hanter-kement ha ni, ne raem nemet tregont a wai. 

— Daouzek. 

LANGOAT. 

b) *Je vous salue, trente oies ! 

— Sauf votre grâce, dit le grand jars, nous ne sommes point trente 
oies : notre quantité, et la moitié de notre quantité et nous, nous ne fai- 
sons que trente oies. 

— Douze. 

161. — PLOARE. 

a) Per, eme Fanch, ro d'in eun danve hag em bo kement ha te. Per 
a respont : ro d'in kentac'h unan euz da zenvet, hag em bo ann hantar 
muiac'h evidout. 

Pet denvet zo e bandenn Fanch hag e bandenn Per ? 

— Pemp ha seiz. 

161. — PLOARÉ. 

a) Pierre, dit François, donne-moi une brebis, et j'en aurai autant 
que toi. Pierre répond : donne-moi plutôt une des tiennes, et j'en aurai 
la moitié plus que toi. 

Combien de brebis dans la bande de François et dans celle de Pierre ? 

— Cinq et sept, x + \ =^ y — i \ y + i = 2 {x— i). 

PLANNIEL. 

b) *Roed d'in eun u, hag em ou ann hanter muoc'h evid-oc'h, eme 
unan. Ha laro iben d'ei : d'aman c'houi eunan, hag am kement ha 
c'houi. 

— Seiz ha pemp. 



Devinettes Bretonnes. loj 

PLEUDANIEL. 

b] * Donnez-moi un œuf, dit l'une, et j'en aurai deux fois plus 
que vous. — L'autre répond : donnez-m'en un, et j'en aurai autant que 
vous. 

— Sept et cinq. 

162. — HUELGOAT. 

To pa ri ti ' . 

162. — HUELGOAT. 

Couvre quand tu fais maison. (Cf. Barzaz-Breiz^ Ar gouriz.) 

163. — LANDÉDA. 

Gra pa ri tra. 

163. — LANDEDA. 

Fais quand tu fais. (Cf. Barz. Br. 1. c.) 

164. — TREVEREC. 

* Fais us est, est us fais. 

164. — TRÉVÉREC. 

*Faucille use moisson, moisson use faucille. 

165. — POULLAN. 

Karr us men^ men us karr, men us men. 

165. — POULLAN. 

Charrette use pierre, pierre use charrette, pierre use pierre. 

166. GUITALMEZE. 

Rai e gad du. 

166. — PLOUDALMEZEAU. 

Rare est lièvre noir. 

167. — GOAÏENN. 

Esducam ceducam oduront. 

167. — AUDIERNE. 

S noir et crochu, C noir et crochu, noir et rond. 

L.-F. Sauvé. 



I . Cette phrase et les suivantes sont rangées dans la classe des devinettes, par suite 
des analogies de sons qu'elles présentent, les unes avec le latin, les autres avec tel ou tel 
idiome encore plus éloigné du breton, et qui font que le paysan armoricain qui les 
entend pour la première fois ne manque presque jamais de les attribuer à une langue 
étrangère. 



MÉLANGES. 



LE DICTIONNAIRE BRETON DE ROUSSEL. 

Ce curieux ms. se compose de 6 cahiers portant les n"^ ^, 4, 5, 6, 7 
et 8, comprenant 260 pages d'une écriture serrée et de format in-4" ; 
elles ne portent point de pagination. J'ai pu l'étudier à l'île de Batz, 
grâce à l'obligeance de M. Milin à qui il appartient depuis 1857 environ ; 
il était auparavant à M. Guillaume Le Jean. 

Il contient un dictionnaire bret. -français qui, malheureusement, ne 
commence qu'au ch (les deux premiers cahiers étant perdus), mais qui 
par ailleurs est complet. Il a été écrit à Landévennec par M. Roussel, 
dont le nom se trouve en marge au commencement des n, ou peut-être 
par dom Le Pelletier, mais sous la dictée ou sur un ms. antérieur de Roussel. 
Voici, par exemple, ce qu'il y a au mot ïcs ; dom Le Pelletier l'a cité et repro- 
duit exactement : « ïès' manière, mode, façon de parler idem ïé ; on le 
dit du jargon des petits enfants, même de la manière dont on croit que 
les betes font comprendre ce quelles veulent. Yez manière de se faire 
entendre yez est plus que Langage cest manière ou naturel. On ditar-yez 
et au pluriel ar-yezziou Les manières grossières, impolies et mauvaises 
qui approchent de celles des betes, qui veulent faire comprendre leurs 
besoins ou passions : manières qui ne sont pas bien séantes aux hommes, 
qui peuvent parler sans agir des mains, de la tête, etc., ce qui est en 
francois gesticuler. » 

La publication de ce précieux ms. serait d'autant plus importante, 
qu'il ne contient que les mots bretons avec leur traduction et des exem- 
ples, l'auteur s'abstenant de toute dissertation étymologique ou autre, et 
se bornant à constater l'usage. Dom Le Pelletier est loin de l'avoir 
entièrement fondu dans son Dict.; Le Gonidec n"a pas dû le connaître ; 
M. Troude ne l'a que très légèrement mis à contribution, ses études 
portant directement sur le breton pratique, c'est-à-dire parlé. 



Une version îchèt^ue du Purgatoire de Saint- Patrice. 105 

M. Roussel était, paraît-il, originaire de RoscofF, où existent encore 
des familles de ce nom ; aussi a-t-il suivi l'usage de Léon. La signification 
la plus fréquente de iez, langage, idiome, est aujourd'hui en haut-Léon et 
surtout près de Saint-Pol, « génie, faculté, puissance physique ou morale -. 
prezek, labourât hervet ou dioc'h lie iez, parler, travailler d'après ses 
moyens ; enn ho iez, selon votre pouvoir ; diouz va iez-me, à mon goût, 
à mon avis. » On le dit aussi, ordinairement au pluriel iesou, au sens de 
« grimaces, gestes indécents «. 

On voit que non seulement pour les mots inconnus, mais même pour 
l'histoire et les différentes acceptions des mots connus, il serait bon que 
la science fît quelque chose pour écrire ce qui est parlé et pour imprimer 
ce qui est écrit. Et si elle veut arriver un jour à répondre scientifique- 
ment à cette question dont elle s'occupe avec un soin jaloux : Qu'est-ce 
que les auteurs bretons ont dit, qui n'existe pas ? — elle doit d'abord se 
mettre en mesure de répondre à celle-ci : Qu'est-ce qu'ils n'ont pas dit, 
de ce qui existe ? Car en cherchant enfin à vérifier, elle trouvera certai- 
nement beaucoup plus à ajouter qu'à retrancher. Qu'elle prenne donc 
patience jusqu'au jour de la moisson, « de peur qu'en voulant tirer 
l'ivraie, elle n'arrache en même temps le bon grain «. 

Emile Ernault. 



UNE VERSION TCHÈQUE 

DU PURGATOIRE DE SAINT-PATRICE. 

M. Gaidoz a publié dans la Revue Celtique, d'après un mémoire de 
M. Toldy (vol. II, n° 4, p. 482-484), une notice sur le pèlerinage d'un 
noble hongrois au purgatoire de Saint-Patrice. La Revue philologique 
tchèque de Prague ■ nous révèle l'existence d'une version tchèque de ce 
pèlerinage. Il y a à la bibliothèque publique de cette ville un manuscrit 
tchèque intitulé : « Ici commence la belle chronique de Georges qui a 
été dans le purgatoire et a vu là des choses merveilleuses, et aussi dans 
l'enfer. » Un autre ms. du xvi" siècle se trouverait également à Vienne. 
La vision de Georges [Jirzikovo Videni], ainsi que l'appellent les biblio- 
graphes tchèques, a d'ailleurs été plusieurs fois réimprimée comme livre 
de lecture populaire. L'an dernier, il en a paru une nouvelle édition à 
Lytomysl. L'édition de librairie est identique au manuscrit conservé à la 

I. Listy filologické. Prague, 1879. Sixième année, fasc. I, p. 38 et suivantes. L'article 
est d'un philologue bien connu, M. Gebauer. 



io6 Une version tchèque du Purgatoire de Saint-Patrice. 

bibliothèque de Prague ; on trouve en plus à la fin une lettre de Paul, 
« prieur du monastère de Rykman (?) », datée de l'année 1053, dans 
laquelle « Paul, prieur et chanoine de l'île et du purgatoire de Saint- 
Patrice, » invite les fidèles « à croire, sans se permettre aucun doute, 
Georges, son pèlerinage et autres diverses choses, qu'il a vues dans le 
purgatoire, dans l'enfer, sur le pont tremblant (vrtkavy most) et dans le 
paradis ' . » 

La version tchèque a évidemment été faite sur un texte qui a déjà été 
signalé dans la Revue ; Georges est le fils d'un seigneur hongrois Crysaf- 
fan ; il commet, comme lieutenant du roi de Hongrie en Apulie, une 
foule d'atrocités et s'en va en pèlerinage, d'abord à Saint-Jacques 
de Compostelle, puis ensuite au purgatoire de Saint-Patrice. Il a trente 
visions qui sont racontées avec de grands détails. Après un séjour de 
vingt-quatre heures dans le purgatoire, il est reçu à sa sortie par le 
prieur, par les chanoines, par le roi Mathamatam (?) et le peuple. 

M. Gebauer, qui donne dans le recueil tchèque une analyse détaillée du 
manuscrit de Prague, se demande sur quel texte original la version 
tchèque a pu être traduite ou paraphrasée. Il ignore l'existence de la 
légende hongroise dont la Revue Celtique s'est occupée. Il nous saura gré 
sans doute de lui signaler le travail de M. Toldy dans les Mémoires de 
la Société historique hongroise (Szazadok.. a Magyar lœrtinelmi tarsulat 
Kœzlœnye. Avril 1871, p. 229-247). S'il ne lit le magyar, il pourra lire 
ici même l'analyse du travail de M. Toldy. 

L. Léger. 



I . D'après le texte même du récit, Georges, lieutenant du roi de Hongrie dans la 
Pouille, dut vivre au xiv'= siècle. La lettre de l'abbé, datée de 1053, est sans doute une 
invention de quelque éditeur. 



BIBLIOGRAPHIE. 



Les Celtes, la Gaule celtique. Étude critique par L. de Valroger, 
professeur d'histoire du droit romain et du droit français à la Faculté 
de droit de Paris, 560 p. in-8. Paris, Didier, 1879. Prix : 7 fr. 50. 

M. de V. est professeur de l'histoire du droit à la Faculté de droit de 
Paris : il a donc rencontré devant lui le problème des origines du droit 
français. Plusieurs juristes, patriotiquement enthousiastes de l'antiquité 
gauloise, ont cru y trouver une image, un écho des usages et des insti- 
tutions des Gaulois. Pour se rendre compte de la valeur de ce système, 
M. de V. ne s'est pas contenté d'étudier et l'histoire du droit romain et 
l'histoire de la Gaule ; il a voulu étudier aussi les institutions des autres 
peuples celtiques, les neveux des Gaulois plutôt que leurs descendants, 
pour voir si cette comparaison ne jetterait pas quelque lumière sur son 
sujet. Ces recherches l'ont amené à étudier l'histoire des peuples néo- 
celtiques, « histoire, dit-il avec beaucoup de justesse, peu connue, sou- 
vent très défigurée ». 

La conclusion à laquelle il est arrivé est une conclusion négative ; il 
pense que « les coutumiers celtiques n'ont pu entrer que pour une très 
faible part dans la formation de notre ancien droit. . . Tout en effet dans 
notre ancien droit s'explique sans qu'il soit besoin de remonter aux 
Cehes. La Gaule était devenue romaine quand les Germains s'y établirent. 
Dépouillant alors cette forme romaine, elle prend une forme germanique. 
La féodalité, fille elle-même du germanisme, se constitue et donne 
encore à la France une forme nouvelle. Mais aux xu" et xiii'= siècles, il 
se fait une renaissance ; les villes s'affranchissent ; la royauté reprend 
force ; l'étude restaurée du droit romain présente aux légistes le spectacle 
d'une société qui contraste singulièrement avec celle qu'ils ont sous les 
yeux. Ils n'ont plus dès lors qu'une pensée : c'est de faire rentrer la 
France dans le moule de la société romaine. Droit romain, germanisme, 
féodalité, romanisme restauré, voilà le drame qui se déroule dans l'his- 
toire du droit français. Voilà de quels éléments fut formé par le génie 



io8 • Bibliographie. 

national le droit qui régissait la France avant la Révolution. Tout au 
plus pourrait-on découvrir quelques atomes d'élément celtique dans le 
droit comme dans la langue. — L'époque celtique n'est donc pas le vrai 
commencement de l'histoire du droit français : elle n'en est que la pré- 
face. » 

Bien que ce résultat soit tout négatif, M. de V. a voulu faire con- 
naître à ses lecteurs la longue suite d'études qui l'ont conduit là ; et il les 
a emmenés à la recherche du droit celtique comme saint Brandan emme- 
nait ses compagnons à la recherche de la « terre de promission ». Ce 
n'est pas sans raison que nous le comparons à saint Brandan ; car, 
comme ce saint, il a fait beaucoup de haltes et beaucoup de détours. 
Son livre est partagé en quatre parties : I. Les temps primitifs de la 
Gaule ; — II. Les Gaulois dans les temps historiques, dans les temps 
anciens; — IH. Les peuples de langue celtique; leur histoire, leurs 
vieilles littératures; — IV. Les problèmes, c.-à-d. les origines de la 
Gaule, le druidisme, et le droit des différents peuples celtiques. Cette 
division n'est pas sans troubler le lecteur : elle amène M. de V. à parler 
en deux endroits d'un même sujet; c'est le cas de la religion des Gaulois; 
c'est le cas des peuples néo-celtiques dont l'histoire politique et litté- 
raire est séparée de l'exposé de leurs institutions. On préférerait, telle 
est du moins notre impression, trouver ensemble et d'une seule teneur 
ce qui touche le même peuple. 

Le livre de M. de V. est de ceux qui embarrassent la critique, parce 
que si elle trouve à louer, elle trouve aussi à reprendre. Il faut louer 
l'entreprise hardie de résumer en seul volume ce que l'on sait de Phis- 
toire, de la littérature et du droit de tous les peuples celtiques anciens 
et modernes, synthèse que les plus savants n'avaient pas encore osée et 
qui demandait des recherches dans les sens les plus divers : il faut louer 
le talent d'écrivain avec lequel M. de V. intéresse le lecteur jusque dans 
les détails les plus ardus. Les défauts du livre sont la conséquence de 
l'entreprise elle-même : embrassant un sujet aussi immense et ne s'étant 
pas préparé par l'étude des langues celtiques, M. de V. n'a pas réussi à 
en dominer toutes les parties : il est des documents dont il n'a pas tiré 
tout le parti possible, il en est d'autres (notamment pour l'Irlande), dont 
l'existence lui est restée inconnue. Sur plusieurs points, il soutient des 
opinions qui nous paraissent en contradiction avec l'état de la science ' ; 

I. Donnons-en quelques exemples : — P. 307. l! n'y a plus qu'un drame comique. 
— I^. 3S9. L'hypothèse que les Pietés seraient des Scandinaves est toute gratuite et 
contraire à ce fait que les mots cités comme pietés sont incontestablement d'un dialecte 
britannique. — P. 587. Hu le Puissant (Hu Gadarn], bien loin d'être une divinité cel- 
tique, est un personnage de nos romans de chevalerie français, qui a pénétré avec eux 



Bibliographie. 109 

en ce qui touche la religion des Gaulois, il a tenu trop peu de compte 
des résultats de l'archéologie et de l'épigraphie. 

Malgré ces défauts, l'ouvrage de M. de V. est un des meilleurs qui 
aient été écrits pour le grand public sur les choses celtiques, et il faut 
en recommander la lecture surtout dans le pays où le système ethno- 
graphique de M. Amédée Thierry, et les théories mystiques de MM. Jean 
Reynaud et Henri Martin ont encore tant d'autorité. En ce qui touche 
les peuples néo-celtiques, on y trouvera résumées leur histoire et leurs 
institutions, et pour le pays de Galles notamment, les pages que lui a 
consacrées M. de V. sont ce qu'il y a de plus complet et de plus exact 
dans notre langue. — L'ouvrage de M. de V. n'a pas la prétention de 
renouveler son sujet, mais de le vulgariser; aussi, malgré ses lacunes, 
peut-on le recommander comme une utile introduction à l'étude des 
choses celtiques. 

H. G. 

La cité gauloise selon l'histoire et les traditions, par J. G. Bulliot, 
président de la société éduenne, et J. Roidot, président du tribunal 
civil d'Autun, 286 p.in-8. Autun, Dejussieu; Paris, Champion, 1879. 
Prix : 6 fr. 

De ces deux savants d'Autun, l'un, M. Bulliot, est bien connu des 
archéologues et de nos lecteurs par ses fructueuses fouilles de Bibracte. 
L'objet de leurs recherches a été d' « esquisser les traits principaux 
d'une cité gauloise, en étudiant rapidement sa civilisation, sa constitu- 
tion, ses mœurs, son agriculture, ses constructions, au moment où César 
entra dans la Gaule, l'an 59 avant Jésus-Christ. » Leur livre, écrit avec 
talent et composé avec goût, est d'une lecture plus attrayante que ne 
sont souvent les ouvrages d'érudition ; on y sent un esprit philosophique 
habitué à comparer, ayant le sens des époques barbares et cette intui- 
tion du véritable historien qui refait un tableau avec quelques traits que 
le temps a épargnés. Ils se sont également permis, avec grand'raison 
selon nous, de ces rapprochements avec tel ou tel peuple barbare ou 
sauvage qui éclairent d'un trait tout un état social. 

La plus grande partie du volume est consacrée à l'étude de la cité, 
c.-à-d. de la tribu ou peuplade, du pagus, que MM. B. et R. traduisent 
hardiment par « clan «, de l'oppidum militaire, de l'oppidum com.mer- 

et par eux dans le pays de Galles. — P. 397. La croyance aux fées n'est pas particu- 
lière à la Bretagne ni aux pays celtiques. Tout au plus peut-on dire qu'elle s'y est 
mieux conservée qu'ailleurs. — P. 503. Les monuments de l'ancienne langue irlandaise 
ne se bornent pas aux gloses publiées par M. Nigra, comme M. de V. peut s'en con- 
vaincre en lisant la préface de Zeuss ou en feuilletant les Goidilica de M. Stokes. 



1 1 o Bibliographie. 

cial ou emporium et du dunum. Ils montrent que c'est exagérer que 
d'employer notre mot « ville » pour traduire le terme à'urbs les rares 
fois que César l'emploie pour la Gaule. Ce n'est qu'un lieu habité, un 
vicus. « Les villes celtiques ne sont qu'une illusion. Il n'y a pas de villes 
chez les peuples dont les notions d'architecture se bornent à des maisons 
de bois. La Gaule centrale, au temps de César, ne renferme pas plus 
de villes que la Germanie », p. h 9. 

MM. B. et R. ont décrit la cité gauloise « d'après l'histoire et les 
traditions «. Les traditions, ce sont pour eux, d'abord, les superstitions 
et usages du Morvan — nom moderne de l'ancien pays éduen, — une 
des régions de la France où les anciens souvenirs se sont le mieux con- 
servés : ils ont pensé à juste titre que ces nombreuses pratiques auprès 
des sources ou des dolmens se faisaient aussi au temps des Gaulois, et 
que pour le paysan qui attribue au prêtre certains dons surnaturels, le 
prêtre a simplement remplacé le druide. Ce sont aussi les traditions des 
autres pays celtiques, mais représentées pour l'Irlande par la Vie de 
saint Patrice et un article sur le premier volume des Lois des Brehons, 
pour la Bretagne et le pays de Galles, par les publications de M. de la Vil- 
lemarqué. C'est dire que leur champ de comparaison était assez borné et 
que dans plus d'un cas ils ont employé des documents d'une antiquité ou 
d'une authenticité contestables. Ainsi nous ne pouvons admettre qu'ils 
représentent les Gaulois dansant la « danse de l'épée » du Barzaz Breiz 
(p. 173), ni qu'ils aillent chercher la doctrine des Druides ni même quel- 
que chose de rapprochant dans un chant de Taliésin (p. 239) et encore 
moins dans le prétendu mystère des Bardes de l'île de Bretagne qu'ils 
appellent, on ne sait trop pourquoi, « le livre des Runes ». Ils ont éga- 
lement le tort de regarder comme un pur produit du génie celtique ces 
Lois d'Howell le Bon (p. 11) qui sont mélangées d'éléments romains et 
saxons. Nous n'acceptons pas non plus ce qu'ils disent (p. 231-2) du 
caractère sombre de la mythologie celtique : les sacrifices humains sont 
à l'origine de mainte religion, et quant aux v gracieuses fictions de 
la mythologie payenne » qui servent de repoussoir aux génies des Celtes, 
il ne faut pas oublier que ce sont les poètes et les artistes qui les ont 
rendues si « gracieuses ». 

Nous pourrions aussi relever quelques détails dans l'emploi des témoi- 
gnages de l'antiquité : MM. B. et R. identifient (en passant, du reste) 
les Cimbres et les Kimris (p. 181) ; ils font d'Ésus « le Dieu suprême » 
(p. 232) ; et d'après qui assurent-ils qu'il « s'appelait encore « le sei- 
gneur des chênes » au temps de César et de Lucain » [ibid.) ? Peut-être 
aussi ne faut-il pas prendre à la lettre ce que Tacite fait dire à Boa- 



Bibliographie. 1 1 1 

dicée : « L'herbe suffit à notre nourriture, l'eau à notre boisson, l'arbre 
à notre toit » (p. 24). Si causidici qu'aient été les Bretons avant la con- 
quête romaine, ce langage sent pourtant trop la rhétorique. 

Ces critiques de détail ne diminuent en rien notre estime pour l'ou- 
vrage si remarquable et si attachant des deux savants éduens. Ces 
ombres sont plus que compensées par la lumière qu'ils ont jetée sur leur 
sujet. Le bon ordre des matières et la clarté de l'exposition sont des 
mérites dont il faut particuHèrement tenir compte aux érudits. 

H. G. 



Études sur les idiomes pyrénéens de la région française, par 

Achille LucHAiRE, maître de conférences d'histoire et de langues de 
la France méridionale à la Faculté des lettres de Bordeaux. Kii-573 p. 
in-8 avec une carte. Paris, Maisonneuve, 1879. 

Ce nouvel ouvrage de M. L. peut être regardé à certains égards comme 
le développement, à d'autres comme la continuation de ses Origines lin- 
guistiques de l'Aquitaine dont nous avons parlé plus haut (t. III, p. 468). 
Les deux derniers tiers du volume sont consacrés à la langue basque et 
aux patois gascons : le premier tiers traite principalement des noms de 
personnes et de divinités indigènes dans les inscriptions latines des Py- 
rénées. M. L. a une liste fort étendue de ces noms (elle forme 241 n"^) 
et il en a essayé l'analyse. Par des rapprochements avec les noms des 
inscriptions des pays gaulois, il rend vraisemblable la cehicité de plu- 
sieurs de ces noms, sinon de « la très grande majorité », comme il le 
dit lui-même. M. L. fait remarquer un fait qui concilie cette opinion avec 
les données générales de l'ancienne ethnographie pyrénéenne. « Ce 
résultat, dit-il, s'explique en partie si l'on songe que la plupart des ins- 
criptions étudiées proviennent des vallées du Comminges, où l'élément 
tectosage a dominé, comme y prévalut aussi plus tard l'élément romain, 
à cause du voisinage des eaux minérales et des grandes carrières de 
marbre. L'absence ou l'extrême rareté des inscriptions funéraires ou 
votives dans le plus grand nombre des vallées pyrénéennes tient aux 
habitudes de la population aquitanique primitive, qui ne pratiquait pas la 
coutume romaine ou gallo-romaine de graver sur le marbre le souvenir 
adressé au défunt ou à la divinité. Les quelques indigènes de nom aqui- 
tain que nous font connaître les inscriptions, étaient en contact direct 
avec les grands centres gallo-romains de la chaîne et avaient adopté les 
coutumes des conquérants. » Cette observation est fort juste. 

H. G. 



1 1 2 Bibliographie. 

Esquisse de la religion des Gaulois avec un appendice sur le dieu 
Encina, par H. Gaidoz (Extrait de V Encyclopédie des sciences religieuses, 
t. V), 24 p. in-8. Paris, Fischbacher, 1879. — Prix : 2 fr. 50. 

Dans ces quelques pages, M. G. a donné un bon résumé de ce que 
l'on connaît sur la religion et sur les prêtres des Gaulois. Cette esquisse 
est le programme d'un livre qu'il fera peut-être un jour ; il ne le promet 
pas, mais nous l'espérons. Ses appréciations, qui nous paraissent justes, 
démontrent qu'il voit sous son vrai jour ce problème difficile, dont la 
solution ne peut être exposée qu'à la condition de s'appuyer sur des faits 
et de s'abstenir de la fureur des hypothèses qui a égaré les celtomanes. 
Cette brochure est terminée par une surprise très piquante qui prouve 
où peut mener l'abus des étymologies, surtout lorsqu'on les emploie à 
expliquer une langue à peine connue. C'est une lettre d'un savant étran- 
ger, aujourd'hui décédé, qui, à l'aide de l'irlandais, du gallois et du 
comique, a déterminé le nom gaulois d'une divinité, d'après une gra- 
vure. Malheureusement, ce nom est la signature de l'artiste qui a exécuté 
la gravure ' . 

A. DE B. 

Kurzgefasste Irische Grammatik mit Lesestùcken, von Emst 
WiNDiscH, X-149 p. in-8. Leipzig, Hirzel, 1879. P"^ • 4^^- (5 f^-)- 

En publiant cette grammaire résumée de l'ancien irlandais, M. W. a 
rendu un service signalé aux études celtiques. Nous ne voulons pas 
rabaisser l'œuvre monumentale de Zeuss, mais sa Grammatica celtica est 
d'une lecture pénible et les règles y sont souvent noyées dans les 
exemples. Le but de M. W. a été de résumer les règles de l'ancien 
irlandais, en ne donnant d'exemples que ce qu'il faut pour faire com- 
prendre celle-ci. Peut-être est-il tombé dans l'excès contraire, et a-t-il 
trop condensé certaines parties, le pronom par exemple, à notre avis. 
En tout cas l'œuvre de M. W. est destinée à rendre l'étude de l'ancien 
irlandais beaucoup plus abordable et plus prompte : elle ouvre une grande 
route dans une forêt où il n'y avait encore que des sentiers perdus 
souvent dans les broussailles. 

La grammaire se termine par quelques morceaux choisis et un glos- 
saire pour l'intelligence de ces morceaux. M. W. a parfois jugé inutile 
d'enregistrer dans ce glossaire des formes verbales qui se trouvent citées 



I . Ce nom est celui d'Encina, qui figure au bas d'une gravure qu'on trouvera à la 
p. 2 du tome 1 de la Revue Celtique. 



Bibliographie. 1 1 ^ 

dans la grammaire : il serait néanmoins plus commode pour l'étudiant 
de les trouver de nouveau à leur ordre alphabétique. Plus d'un lecteur 
novice aimerait aussi à trouver la table des abréviations des titres de 
mss. cités dans l'ouvrage et dans les morceaux choisis. 

On ne saurait être trop clair dans une œuvre destinée aux débutants. 
Après avoir dit que l'infinitif irlandais gouverne le génitif (p. 97), M. W. 
cite comme exemple ro pad maith lim-sa lahrad ilbelre dûib-si, et il tra- 
duit : « esset acceptum mihi vos loqui multas linguas ». Est-ce que l'al- 
lemand même ne pourrait pas fournir un décalque de la phrase irlan- 
daise ? Par exemple « Das Reden vieler Sprachen bei Euch wasre mir 
angenehm n. M. W. cite plusieurs fois des idiotismes français qui cor- 
respondent à des idiotismes irlandais. On pourrait en augmenter le 
nombre : P. 43, la phrase irlandaise citée § 184 se traduit littéralement 
en français « celui d'entre vous qui est plus fort tue l'autre ». — P. 98, 
§ ^66, en français comme en irlandais l'infinitif peut se construire après 
la proposition : iar n-aîlugud buide do Dia « après avoir rendu grâce à 
Dieu » ; ria-n-dul don caîh a avant d'aller au combat » ; bàtar oc 61 « ils 
étaient à boire ». — P. 107, § 392, à la formule irlandaise dûs in 
(= do fias in] correspond tout à fait, mais dans le français populaire, la 
formule savoir si dans le sens de est-ce que. 

M. W. a communiqué à M. d'Arbois de Jubainville, qui l'a publiée 
dans la Revue critique (n" du 19 avril 1879, p. 297), une liste d'errata 
que nous croyons utile de reproduire ici : 

P. 1 50 manque césad « souffrir ». 

Ibid. s. V. cldr, lire cldr-lestar. 

P. 1 52 s. V. cuindrigium, lire VI, 9. 

Ibid. s. V. ddl, au lieu de can ddil, lire do cach ddil. 

P. 133 col. 2 1. 1, lire dia, s. do. 

P. 136 Wre fâidinnpour fdidil . 

Ibid. manque Find Finn ; do ind — do Find IV, 7. 

P. 140 manque Laigin, gen. Laigen, Lagenienses (habitants du 
Leinster). 

P. 146 manque sirirn ich suche '. 

A ces errata, nous en joindrons quelques-uns de peu d'importance. 

P. 46, 1. 6, lire si. 

P. 47, dans le tableau des prépositions, lire ocainn, frinn, triun ; 
M. W. donnant les autres cas et les autres prépositions sans les notas 

_ 1. En publiant ces errata, M. d'Arbois de Jubainville donnait de son côté cette correc- 
tion : erhœrt pour erheelt p. 57, 1. ij. Nous avouons ne pas comprendre cette prétendue 
correction qui rend la phrase de M. W. vide de sens. 

Rtv.Cdt. IV 8 



114 Bibliographie. 

augentes, il serait bon, pour la symétrie du tableau, de supprimer 

celles-ci dans les mots que nous citons. 

P. 65,1. 22, lire obtulerunt. 

P. 67, 1. 3 avant la fin, lire Praes. 

P. 1 17, n° 47, lire n-amreid. 

P. 118, fragment II, si M. W. rétablit Lochlind, au moins devrait-il 
dire en note que le ms. porte lotldind, comme l'affirme M. Nigra {Reli- 
(]uie celtiche ], p. 19). M. Nigra donne aussi, à l'avant-dernier vers, 
chail et chlaim comme lecture du ms. où W. écrit chuil et chluim. — 
Dans le même vers lire ro-is ou rois au lieu de ro is. 

Nous sommes heureux de terminer cet article en annonçant que M. W. 
achève d'imprimer une chrestomathie irlandaise avec un copieux glos- 
saire. Ce glossaire sera le premier dictionnaire de l'ancien irlandais, 
œuvre dont les érudits sentent si vivement le besoin. M. W. aura ainsi 
ouvert une ère nouvelle pour les études irlandaises, et on ne tardera pas 
à voir les heureuses conséquences de sa féconde activité. 

H. G. 

The ancient British Church, a Historical essay, by John Pryce, 

M. A, Vicar of Bangor, xi-292 p. pet. in-8. Londres, Longmans, 

1878. Prix : 6 sh. (7 fr. $0). 
Cambria Sacra, or the History of the early Cambro-British Christians, 

by the Rev. Louis Nedelec, xxx-584 p. in-8. Londres, Burns et 

Oates, 1879. Prix : 10 sh. 6 d. (i 5 fr. 1 5). 

Un des sujets mis au concours de l'Eisteddfod de 1 876 était l'Histoire 
de l'ancienne église bretonne : le mémoire couronné a été celui de 
M. John Pryce, pasteur à Bangor, que son auteur publie aujourd'hui. 
Au miheu des luttes religieuses qui animent le pays de Galles, et dans 
lesquelles maint polémiste cherche à peindre l'ancienne église bretonne 
des couleurs de sa propre secte, il faut louer M. P. de ne s'être inspiré 
que de l'amour de la vérité et d'avoir gardé l'impartialité qui convient à 
un si grand sujet. L'ancienne église bretonne (faut-il le dire ici .?) était 
catholique, mais par suite de son isolement elle avait gardé, comme 
l'ancienne église d'Irlande, certaines pratiques, certains usages aban- 
donnés sur le continent. Ces usages furent l'objet d'un grave conflit 
lorsque le clergé breton, c.-à-d. gallois, se trouva en contact avec les 
missionnaires romains qui avaient converti les Saxons, et lorsque ces 
missionnaires voulurent établir l'unité de rite dans toute la Grande- 
Bretagne et ne faire qu'une église de l'ancienne église bretonne et de la 
nouvelle église saxonne. Mais l'hostilité des races, compliquant la ques- 



Bibliographie. 1 1 5 

tion ecclésiastique, rendait l'accord plus difficile. En fait, ce furent les 
victoires des rois saxons qui triomphèrent de ces résistances et réduisirent 
les évéques bretons à reconnaître la suprématie du siège de Cantorbéry, 

L'étude de M. P. est approfondie et puisée aux sources : nous nous 
étonnons seulement qu'il n'ait pas profité des anciennes inscriptions 
chrétiennes de la Grande-Bretagne publiées en 1876 à Berlin par 
M. Hùbner, et, avant cette époque, éparses pour le plus grand nombre 
dans VArcImologia Cambrensis. D'autre part, il donne un peu trop d'im- 
portance aux Triades, et quand il cite (p. 7, n.) le jugement de Stephens 
d'après son histoire de la littérature galloise, il paraît ignorer le travail 
de beaucoup postérieur de ce savant sur les Triades, publié dans le 
Beirniad de 1 86 5 . 

Nous aurions aussi voulu qu'il essayât de développer davantage ce 
qui touche à la vie intérieure de l'ancienne église bretonne, et qu'il 
donnât quelques détails sur l'art ecclésiastique de l'ancien pays de Galles. 
Ces réserves ne nous empêchent pas de reconnaître la sincérité et la 
valeur de l'histoire de M. Pryce. 

L'ouvrage de M. Nedelec traite le même sujet, mais à un point de 
vue tout différent. Comme son nom l'indique, l'auteur est breton : il est 
prêtre, il appartient au clergé catholique de Cardifî, dans le sud de 
Galles. La présence d'un prêtre breton dans une communauté de catho- 
liques gallois forme un pendant aux missions protestantes de pasteurs 
gallois dans notre Basse-Bretagne. L'ouvrage de M. l'abbé N. n'est pas 
un ouvrage d'érudition : l'auteur ne s'est servi que de travaux de seconde 
main. C'est un livre de vulgarisation et de propagande où M. l'abbé N. 
s'attache à démontrer, — si inutile que cette tâche puisse paraître à nos 
lecteurs, — que l'ancienne église bretonne était catholique et non pro- 
testante. Ce caractère de propagande et d'édification qui domine son 
ouvrage est l'excuse de l'auteur pour entremêler son récit de digressions, 
p. ex. sur la nécessité pour l'Angleterre de revenir au catholicisme 
(p. 87) ou sur le ritualisme et la confession (p. 1 181, ou encore un conte 
breton d'après Souvestre (p. 1 59). Au point de vue de la critique histo- 
rique, on pourrait lui reprocher d'accepter trop aisément de pieuses 
légendes, comme le voyage en Grande-Bretagne de saint Pierre, saint 
Paul et Joseph d'Arimathie, et l'histoire du roi Lucius. C'est sans doute 
par sa facilité à accepter les faits les moins prouvés que M. l'abbé N. 
fait naître saint Patrice en 372 en Armorique, à Pontaven, dans le 
Finistère. La plus grande partie du volume est occupée par la vie des 
saints de l'ancienne église bretonne. 

H. G. 



1 1 6 Bibliographie. 

Lectures on Welsh Philology. By John Rhys, M. A., Professer of 
Celtic at Oxford, Hon. Tutor of Jésus Collège, late Fellow of Merton 
Collège, perpétuai Member of the Paris Philological Society, Corres- 
ponding Member of the Esthonian Society of University of Dorpat. 
Second Edition. Revised and Enlarged. xiv-466 p. in-8. Londres, 
Trùbner, 1879. P"^ • ' 5 sh. (18 fr. 75). 

Une seconde édition au bout de dix-huit mois, voilà une preuve et du 
mérite de l'ouvrage de M. Rhys et de l'intérêt que la philologie galloise 
trouve aujourd'hui auprès du public d'outre-Manche. M. d'Arbois de 
Jubainville a donné ici même (t. III, p. 280-5) un compte-rendu détaillé 
de ce livre, à propos de la première édition, et après lui nous n'aurions 
que peu de chose à dire. M. R. a retouché son ouvrage, mais par le 
détail : il en a maintenu toutes les théories. 

Les critiques présentées par M. d'A. de J. sur l'origine ethnogra- 
phique des inscriptions oghamiques du pays de Galles conservent à notre 
avis toute leur force ; d'autant qu'aux arguments présentés par M. d'A. 
de J. on peut ajouter ce fait que la tradition de l'écriture oghamique 
s'est conservée en Irlande, tandis que le pays de Galles n'en présente 
pas de traces. Mais nous avouons que sur une question aussi neuve il y 
a matière à discussion. Quoi qu'il puisse en advenir, quand les matériaux 
seront plus nombreux, quand on sera certain de la lecture de ces ins- 
criptions, M. R. n'en aura pas moins fait faire un grand pas à ce pro- 
blème. Il a réuni les inscriptions oghamiques et les inscriptions latino- 
chrétiennes du pays de Galles, et s'il a été devancé par M. Hùbner 
dans la pubhcation de la plupart de ces inscriptions, il n'en a pas moins 
le mérite d'avoir frayé la voie. 

Nous regrettons que M. R. n'ait pas, suivant le conseil de M, d'A. de 
J., donné une table de concordance entre son numérotage des inscrip- 
tions et celui de M. Hûbner. Les deux ouvrages se complétant l'un 
l'autre pour l'étude des inscriptions chrétiennes du pays de Galles, 
M. R. eût évité une grande perte de temps à ses lecteurs en donnant 
cette courte référence. Les citations seront même dans l'avenir d'autant 
plus laborieuses et plus périlleuses que M. R. n'a pas gardé son propre 
numérotage de la première édition. Il a détruit ce numérotage pour y 
insérer à leur ordre géographique les inscriptions découvertes dans l'in- 
tervalle de ses deux éditions (ce sont ses n"" 5, 7, 1 ?, 39, 52, 79, 90, 
ici) : il eût pourtant été bien aisé de donner à ces nouvelles inscrip- 
tions des n''^ bis. Ils dédaignent vraiment trop leurs lecteurs, les auteurs 
dont les livres traversent plusieurs éditions, quand ils modifient inutile- 



Bibliographie. 117 

ment des dispositions de chiffres qui facilitent les citations et les recher- 
ches. — Ajoutons, pour compenser cette critique, que la nouvelle 
édition contient une série très complète d'indices des mots cités. 

Si nous nous bornons à des critiques, c'est que l'éloge de M. R. 
serait banal dans une revue qu'il honore de sa collaboration et qu'il a 
enrichie d'importants et remarquables articles. 

H. G. 

Sechs Bearbeitungen des altfranzœsischen Gedichts von Karls 
des Grossen Reise nach Jérusalem und Constantiaopel 

herausgegeb. von Dr. Eduard Koschwitz, Privatdocenten a d. Uni- 
versitast Strassburg. xix-186 p. pet. in-8. Heilbronn, Henninger, 
1879. Pf^x : 5 mk. 40 (7 fr.). 

Dans notre précédent volume (p. 287), M. Rhys a rendu compte d'un 
travail de M. Koschwitz oh se trouvaient cités des fragments de la ver- 
sion galloise du voyage de Charlemagne à Constantinople. Aujourd'hui, 
M. K. publie six versions de cette histoire choisies parmi les plus 
anciennes, deux islandaises, trois françaises, et la version galloise du 
livre rouge d'Hergest dont il avait été question plus haut. C'est par ce 
point seulement que nous appartient le nouvel ouvrage de M. K. C'est 
M. Rhys qui a obligeamment fourni à M. K. la copie du texte gallois et 
la traduction en langue anglaise qui l'accompagne. C'est dire que cette 
édition ne laisse rien à désirer comme fidélité et comme exactitude. 
Cela fait un texte moyen-gallois de plus sorti des manuscrits et donné 
au public. Ce n'est, comme on peut le penser, qu'une imitation du 
récit français du voyage de Charlemagne à Jérusalem et à Constanti- 
nople ; il contient quelques détails assez libres, comme c'est le cas de la 
littérature du moyen âge, et on fait en le lisant la réflexion que les Gal- 
lois du moyen âge n'étaient pas aussi pudibonds que ceux d'aujourd'hui. 

H. G. 



Poèmes bretons du moyen âge, publiés et traduits d'après l'incu- 
nable unique de la Bibliothèque nationale, avec un glossaire-index, 
par le vicomte Hersart de la Villemarqué, membre de l'Institut, 
284 p. in-8. — Paris, Didier, 1879. 

Notre éminent collaborateur M. d'Arbois de Jubainville a parlé ici 
même (t. III, p. 293-$) de la réédition avec traduction du « Trépas de 
Madame la Vierge Marie » publiée par M. de la V. dans la Revue de 
Bretagne et de Vendée. Depuis, M. de la V. a publié dans le même recueil 
deux autres petits poèmes provenant du même incunable, l'un « les 



1 1 8 Bibliographie. 

quinze joies de Marie », l'autre « la vie de l'homme », sorte de poème 
macabre. Le savant breton a fait de ces divers articles un tirage à part 
qui, 'avec une étude sur les sources et la langue de ces textes et un glos- 
saire, forme un assez fort volume. — L'étude sur les sources se borne 
au « Trépas de Madame la Vierge Marie », et aux divers textes de ces 
antiques légendes, plus spécialement le texte latin qui a servi de proto- 
type au poète breton : M. de la V. n'a pas retrouvé les sources des deux 
autres poèmes, dont il est pourtant vraisemblable de croire qu'ils sont 
également imités du français ou du latin. — Le glossaire, auquel M. de 
la V. a donné de grands soins, est fort étendu et forme un complément 
d'autant plus utile à Lagadeuc qu'il donne des mots omis par ce dernier. 
M. de la V. a souvent cité, comme éclaircissement, les mots congénères 
des autres langues celtiques. Il les donne quelquefois dans une ortho- 
graphe qui n'est pas l'orthographe ordinaire ; ainsi pour le gallois il écrit 
ffydd et carennydh ; il faudrait choisir entre dd et dh, et même à notre 
avis écrire partout dd, puisque cette orthographe a prévalu chez les 
Gallois eux-mêmes. 

H. G. 

Zur Volkskunde, alte und neue Aufsastze von Félix Liebrecht, xiv- 
$22 p. in-8. Heilbronn, Henninger, 1879. Prix : 12 m. (16 fr.). 

M. L. est un des maîtres de la science des traditions comparées ; il a 
beaucoup écrit sur ces matières, éclaircissant un usage, recherchant 
l'origine d'un conte, d'une chanson, suivant la même superstition à travers 
le vaste monde. Tous ses articles étaient épars dans de nombreuses 
revues où il était souvent difficile de les chercher. On l'a heureusement 
décidé à réunir en gerbes les épis qu'il a glanés dans le champ de la 
mythographie : et nous espérons que le volume que nous annonçons sera 
suivi de plusieurs autres. 

Le titre de ce volume indique des études d'ethnographie, mais il faut 
prendre ce mot dans son sens le plus large, l'étude des traditions et des 
usages des peuples et de ces thèmes littéraires qui, par un mode de 
transmission resté encore obscur, se rencontrent chez les peuples les 
plus éloignés par la race, par l'espace et par le temps. Les essais réunis 
sous ce titre traitent de contes, de chansons, de traditions, de mytholo- 
gie comparée, de superstitions, usages et fêtes populaires, et aussi d'his- 
toire littéraire. 

Il n'est ni pays ni époque que l'érudition de M. L. n'ait mis à contri- 
bution, et ce ne sont pas les moins piquants de ses essais ceux où il 
retrouve les mythes germaniques en Perse et en Amérique, où il com- 



Bibliographie. iiç) 

pare des usages de l'antiquité grecque et latine avec ceux de notre 
temps. Les rapprochements avec les traditions et usages des peuples 
celtiques sont fréquents; M. L. en fait plus d'une fois, autant qu'il en 
trouve la matière dans les ouvrages qui ont été à sa disposition. Mais 
la littérature celtique étant encore peu connue et peu répandue en dehors 
d'un cercle étroit, les rapprochements de M. L. sont moins nombreux 
qu'ils pourraient l'être. Si nous en ajoutons quelques-uns ici, ce n'est 
pas pour critiquer M. L., c'est pour montrer de quel secours ses travaux 
peuvent être aux celtistes qui veulent étudier telle ou telle tradition 
celtique. 

M. L. parle (p. 280) de l'emploi mystique de pierres pour maudire 
un ennemi. Il n'est pas inutile de citer à ce propos une incantation 
irlandaise peu connue et qui est ainsi racontée par M. Wakeman dans le 
Journal of the Royal Hist. and Arch. Ass. of Ireland, 4» sér., t. III, 
p. 460 : « A peculiar manner of cursing, one at least that, as far as I 
know, has not hitherto been recorded, though rapidly dying out, still 
rather entensively prevails in Fermanagh. It is called the Fire of Stones, 
and the malédiction is usually fulminated by tenants who suppose them- 
selves to be in danger of wrongful éviction. The inodus operandiïsextre- 
mely primitive, simple and original ; how far it may be effective it is 
difficult to say. The plaintifï (if I may use the term) coUects from the 
surrounding fields as many small boulders as will fiU the principal hearth 
of the holding he is being compelled to surrender. Thèse he piles in the 
manner of turf sods arranged for firing ; and then kneeling down prays 
that until that heap burns may every kind of sweet bad luck and mis- 
fortune attend the landlord and his family, to untold générations. Rising, 
he takes the stones in armsful, and hurls them hère and there in loch, 
pool, bog-hole, or stream, so that by no possibility could the collection 
be recovered. « 

Un autre mode d'incantation par les pierres est celui qu'O'Donovan 
et après lui Lord Dunraven ont constaté dans la petite île d'Inismurray, 
en face la côte de Sligo. Voici comment Lord Dunraven le décrit dans 
ses Notes on Irish Architecture, publiées après sa mort par Miss Stokes, 
t. I, p. 51. Comme on le verra, cette incantation est mélangée d'élé- 
ments chrétiens. « There are three singular little structures within the 
cashel [ce nom, qui vient du latin castellum, désigne ici un fort préhisto- 
rique, formé de pierres sans ciment] called by the people Leachta or 
beds. The largest is called Clocha Breaca 'the speckled stones'. It is a 
square structure 7 ft. on each side, and from 3 ft. to 4 ft. high. The top 
is covered with rounded stones of différent sizes. The people say they 



1 20 Bibliographie. 

can never be twice counted to the same number... The superstitions and 
the ancient customs connected with thèse relies are curious. They were 
used as cursing stones, and for purposes of revenge. The aggrieved 
party must perform stations (that is, must make the circuit termed the 
Way of the Cross repeating the prayers at the différent stations) nine 
times, and then turn the stones, and it is believed that if his enemy 
be really guilty, he will soon die or lose his mind. Such is the account 
given me by the natives and confirmedby one or two curious illustrations. 
As to the original use of thèse stones, I can give no opinion. « M. Wa- 
keman, dans l'article cité plus haut, mentionne une superstition analogue 
dont était l'objet une pierre appelée la pierre de Sainte-Brigitte, à Killi- 
nagh près Blacklion, comté de Cork, et il donne un dessin du monu- 
ment. C'est à cette pratique que Sir Samuel Ferguson faisait allusion dans 
un de ses poèmes : 

They loosed their curse against the king ; 
The cursed him in his flesh and bones ; 
And daily in their mystic ring 

They turned the maledictive stones ' , 

Une superstition analogue a été signalée en Angleterre dans le 
Devonshire [Notes and Queries, 6 mai 1876, p. 363). 

L'article suivant de M. L., un des plus intéressants de son recueil, 
traite des hommes murés vivants dans les fondations d'un édifice pour 
porter bonheur à l'édifice et à ses habitants 2, usage très répandu et qui 
s'est conservé en beaucoup de pays en substituant des animaux à des 
hommes ou en versant quelques gouttes de sang sur les fondations. 
M. L. mentionne, p. 289, l'histoire de la tête du roi Bran Ab Llyr. Une 
histoire analogue est celle des os de Gwrthefyr : toutes deux sont ainsi 
racontées dans une des triades dites historiques (Tr. 53,3'' sér.) : 
ce Trois objets cachés et découverts? de l'île de Bretagne. Le premier, la 
tête de Bran le béni, fils de Llyr, que cacha Owen, fils de Maxime le 
Prince, dans la colline blanche à Londres ; et aussi longtemps qu'elle 
serait dans cet état il ne devait pas venir d'invasion dans cette île. Le 
second, les os de Gwrthefyr le béni, qui furent enterrés dans les princi- 
paux ports de l'île ; et aussi longtemps qu'ils seraient dans leur cachette, 
il n'y avait pas d'invasion possible dans cette île. Le troisième, les dra- 
gons qui furent cachés par Lludd, fils de Beli, dans la ville de Pharaon, 



1. Lays ofthe Western Gael, London, i86s, p. 54, cf. p. 239. 

2. M. L. aurait pu à cet égard signaler une légende chinoise mentionnée par Dennys: 
The Folk-Lore of China, p. 233. 

3. Litt. trois caches et trois décaches, s'il nous est permis de forger ces mots. 



Bibliographie. 1 2 1 

dans les rochers de l'Eryri (Snowdon). Ces trois objets furent placés 
sous la protection de Dieu et de ses mystères, et il devait arriver malheur 
du moment que quelqu'un les découvrirait ' . Gwrtheirn (Vortigern) à la 
bouche torte découvrit les dragons pour se venger du mauvais vouloir 
des Cymry contre lui ^, et il invita les Saxons sous prétexte de l'aider à 
combattre les Gaëls Pietés : et après cela il découvrit les os de Gwrthe- 
fyr le béni, par amour pour Ronwen, fille d'Hengist le Saxon ; et Arthur 
découvrit la tête de Bran le béni, fils de Llyr, parce qu'il dédaignait de 
conserver l'île autrement que par sa propre force ; et après ces trois 
découvertes 3 l'invasion eut le dessus sur la race des Cymry » (Myfyrlan 
Archalology of Wales, Gee's Ed. p. 406). 

P. 293, M. L. parle d'animaux enterrés vivants pour apaiser le génie 
d'une épizootie. Aux pays pour lesquels il donne des exemples de ce 
sacrifice il faut ajouter l'Ecosse : voir Simpson, Archaological Essays, 
Edinburgh, 1872. T. I, p. 41 et 20$. 

Ajoutons encore quelques rapprochements aux faits cités par M. L. 
dans ce chapitre, mais en les empruntant à d'autres pays. Aux faits de 
substitution pour une victime humaine (p. 292), il faut ajouter les super- 
stitions relatives aux ombres d'hommes murés dans les fondations d'un 
édifice. En Bulgarie, d'après M. Kanitz, l'homme qui a été victime de 
cette pratique devient un vampire 4. M. Hyde Clarke a signalé une sem- 
blable superstition à Smyrne s. 

Aux sacrifices d'animaux cités par M. L. p. 294, nous ajouterons 
quelques exemples. Lors de la pose de la première pierre du nouveau 
bâtiment de l'école française à Athènes, on immola un coq pour se con- 
former aux usages du pays. M. Hyde Clarke [Notes and Queries du 
14 avril 1877) assure que consacrer un bâtiment avec le sang d'un ani- 
mal est une coutume des Arabes et des Turcs, et il raconte avoir vu 
immoler un mouton en cette circonstance : le sacrifice est accompagné 



1 . Pour traduire littéralement le verbe gallois, il faudrait décacher au lieu de découvrir. 

2. Ces dragons se rattachent sans doute à la légende du dragon rouge qui symboli- 
sait la nationalité bretonne. 

3. Litt. décaches. 

4. Das Vampyrthum ist in gewissen Familien erblich, es gibt aber auch Dispositionen 
fiir dasselbe und oft wird man ganz unverhofft durch bœsen Zauber zum Vampyr. Am 
haeufigsten, wenn ein heimtiickischer Maurer bei Beginn eines Hauses des VoriJbergehen- 
den Schatten mit einer Schnur misst und dièse dann in die Grundveste desselben mit- 
einmauert. Bereits nach 40 Tagen wird man zum bœsen Geiste (talasam) und beunruhigt 
des Nachts bis zum ersten Hahnschrei mit allerlei Spuck die friedlichen Ortsbewohner. 
Kanitz, Donau-Bulgarien und der Balkan, t. 1 (Leipzig 187J), p. 78. 

5. Asiatic Greeks say if a person is passing a place where building is going on, and 
a stone or plank is built on his shadow, he will die within the year. In revenge, the 
ghost of a peison who was so killed at Boojah hides in a well in the garden, and cornes 
out every night. Notes and Queries 26 janvier 1878, s. v. Folk-lore of Smyrna. 



122 Bibliographie. 

d'une prière. On a constaté le même rite chez nos Arabes d'Algérie, lors 
de l'ouverture de puits artésiens forés par les ingénieurs français. Voici, 
d'après le récit du lieutenant Rose, un épisode de l'ouverture du premier 
puits dans l'Oasis de Tamerna : « A peine M. Jus [c'est le nom de l'ingé- 
nieur] avait-il fait retirer l'instrument de forage que des hommes du pays, 
se frayant un passage, apportèrent une chèvre qui fut immolée sur le 
puits même. » J'emprunte ce fait au feuilleton scientifique du journal le 
Français du 14 août 1878. Nous signalerons encore les faits relatifs à 
l'Inde, réunis par M. Weber dans son article iïber Menschenopfer bei 
den Indern der vedischen Zeit, dans ses Indische Streifen, t. I, p. $8 et 59. 
Il nous serait aisé, mais il serait peu utile, de continuer ces obser- 
vations de détail : nous croyons en avoir assez dit pour montrer l'in- 
térêt de l'ouvrage de M. Liebrecht. Puisse-t-il continuer bientôt de 
réunir ses précieux articles ! 

H. G. 

Nous avons aussi reçu les ouvrages et opuscules suivants : 

Ch. Robert. Étude sur quelques inscriptions antiques du musée 
de Bordeaux. 34 p. in-8 et 5 planches. Bordeaux, 1879. (E.xtrait des 
Mémoires de la Société archéologique de Bordeaux, t. IV.) 

C'est une bonne fortune pour les études gauloises quand M. Ch. Robert tire 
quelques notes, trop rares pourtant, de ses cartons. Cette brochure est un 
recueil de quelques articles sur diverses inscriptions du musée de Bordeaux; 
mais nous ne pouvons en retenir ici que deux : i" l'un, sur le Jupiter des Boii, 
où nous trouvons corrigé en Tertius un nom lu à tort Tetrus par M. le général 
Creuly et figurant à son ordre alphabétique dans la table publiée plus haut 
(t. III, p. 308) ; le nom est en lettres liées ; — 2° l'autre sur le culte de Tutela 
qui, comme son nom l'indique, était d'origine romaine, et symbolisait la puis- 
sance divine protectrice d'une localité. 

Florian Vallentin. i" Essai sur les divinités indigètes du Vocon- 
tium d'après les monuments épigraphiques. Grenoble, 1877, 
87 p. in-8. (Extrait du Bulletin de l'Académie delphinale.) 

Travail analogue à celui du même auteur que nous publions dans ce numéro 
sur l'Allobrogie. C'est en dire l'intérêt et la valeur. De semblables monogra- 
phies sur la mythologie d'une région déterminée, faites avec érudition et cri- 
tique, sont les assises sur lesquelles on pourra un jour faire reposer solidement 
une mythologie générale de la Gaule. Il serait à désirer que l'exemple de M. V. 
trouvât des imitateurs parmi les savants de nos diverses provinces. — 2° Les 
âges de pierre et de bronze dans l'arrondissement de Montéli- 
mar. Grenoble, 1878, 35 p. in-8. — Cette étude est accompagnée d'une sta- 
tistique des monuments et découvertes de l'époque préhistorique dans l'arron- 
dissement de Montélimar et d'une carte préhistorique de cette région. 



Bibliographie. 125 

James Napier. Folk Lore, or superstitious Beliefs in the -west of 
Scotland -within this century. Paisley, Gardner, 1879, vij-190 p. 
in- 12. 

On a déjà beaucoup écrit sur les traditions populaires de l'Ecosse, mais un 
sujet aussi vaste n'est jamais épuisé. L'ouvrage de M. N. est bien divisé et les 
faits y sont agréablement racontés avec quelques commentaires et réflexions qui 
montrent un homme de goût et d'esprit. Il contient plusieurs détails qui nous 
paraissent n'avoir pas encore été relevés, notamment sur les jeux et usages des 
enfants. Le presbytérianisme, malgré son active prédication, n'a pas détruit les 
superstitions en Ecosse, ni même l'esprit superstitieux, comme on peut voir par 
les histoires relatives au choléra (p. 14) et sur la persistance de la croyance 
aux présages (p. 50). Si l'on entend pendant la nuit un tic-tac dans le parquet 
de la chambre qu'occupe un malade, c'est un présage de mort. Insinuerait-on 
que ce bruit est produit par un ver ou par un insecte qui appelle sa compagne, 
ce serait souvent, dit M. N., s'attirer le reproche d'impiété ou de manque de 
foi dans l'Écriture, « car les gens superstitieux cherchent toujours un appui dans 
l'Écriture ». Ce trait de caractère est bien écossais! 

F. M. LuzEL. Veillées bretonnes, mœurs, chants, contes et récits 
populaires des Bretons-Armoricains, 291 p. in- 18. Paris, Cham- 
pion, 1879. Prix : 2 fr. 

Dans ce charmant petit volume, M. Luzel a voulu donner une idée de ces 
veillées dans lesquelles se conservent et se propagent les traditions, les chan- 
sons et les contes des paysans de la Basse-Bretagne. Il a reproduit et comme 
dramatisé les conversations qui s'y tiennent et il y a fait entrer bon nombre 
d'usages et de superstitions qui courent encore le pays. Ce volume contient un 
' peu de tout, des contes, des chansons (l'un et l'autre seulement dans la traduc- 
tion française), des histoires de revenants ; il contient surtout un tableau inté- 
ressant et fidèle de la littérature populaire des Bretons et des soirées autour de 
l'âtre des fermes oià les vieilles histoires se content encore. Ce nouveau 
volume continue dignement la série des publications dans lesquelles M. Luzel 
exploite avec tant de zèle et de critique la littérature traditionnelle de la Bre- 
tagne armoricaine. 

Eugène Rolland. Faune populaire de la France ; noms vulgaires, 
dictons, proverbes, légendes, contes et superstitions. T. I. Les 

mammifères sauvages, xv-179 p. in-8. Pr. 5 fr. T. II. Les oiseaux sauvages, 

xv-421 p. in-8. Pr. 10 fr. Paris, Maisonneuve. 

Sous une apparence modeste de compilation, M. R. publie un répertoire 
'. excessivement précieux par le nombre immense des renseignements qu'il a réu- 
nis et qu'il coordonne. Pour chaque animal, M. R. donne ses divers noms et 
les formes dialectales de ces noms pour toutes les provinces de la France ; puis 
viennent les dictons auxquels ils ont donné lieu, le rôle des animaux dans les 
croyances populaires, les contes et les chansons dont ils sont les héros. C'est 
pour chaque animal une monographie linguistique et mythologique où les faits 
I sont classés avec soin, sans commentaires hypothétiques. M. R. a fait entrer la 



1 24 Bibliographie. 

Bretagne bretonnante dans le cadre de ses citations, autant que cela lui était 
rendu possible par les dictionnaires bretons et les divers ouvrages publiés sur la 
Bretagne. En dehors de son intérêt général pour la mythographie, l'ouvrage de 
M. R. n'est donc pas sans intérêt pour les études celtiques elles-mêmes. T. II, 
p. 207. M. R. donne quatre noms bretons de l'alouette : Alc'houedcr, Federell^ 
Kodioc'k et Huidr, ce dernier pour le Morbihan. Huidr est évidemment une 
forme aphérésée d'alc'houeder. Il en est sans doute de même de Federell où cil 
est un suffixe de dérivation et où Vf initial est le durcissement de l'aspirée 
c'hou. Quant à Kodioc'h., M. Hamonic nous assure que ce nom est surtout 
réservé à l'alouette huppée. — La forme costic, que M. R. cite (p. 269) à côté 
d'Eostic (rossignol) et de ses dérivés, n'est sans doute qu'une faute d'impression 
dans Souvestre, invoqué par M. R. comme autorité. M. R. rendrait son 
ouvrage plus utile encore en faisant suivre chaque volume d'un index alpha- 
bétique. 

Decharme. Mythologie de la Grèce antique, xxxv-é44 p. in-8, avec 
4 chromo-lithographies et 178 figures d'après l'antique. — Paris, Garnier, 
1879. 

Ce n'est pas sans quelque hésitation que nous mentionnons pour terminer un 
livre qui n'est pas du domaine de notre revue. Si la mythologie grecque et la 
mythologie celtique se touchent, c'est en effet par quelques usages et quelques 
superstitions ou par la lointaine analogie de légendes héroïques. Mais quelques 
lecteurs nous sauront gré de leur signaler l'œuvre considérable du savant pro- 
fesseur de Nancy. Son introduction, où il explique et justifie sa méthode, est 
une critique fine et précise des systèmes d'interprétation mythologique qui se 
disputent la prééminence. Pour son œuvre même, il s'est tenu dans un éclec- 
tisme prudent. Sa tâche principale a été de faire l'histoire des mythes grecs en 
remontant à leurs formes anciennes, et en notant leurs variantes, sans cepen- 
dant négliger de tenter leur interprétation. Il convient lui-même que les adeptes 
de la mythologie comparée le trouveront trop timide, tandis que d'autres le 
trouveront peut-être téméraire. Ce que personne ne lui contestera, c'est d'avoir 
fait un tableau de la mythologie grecque qui instruira également les amis de 
l'antiquité grecque et ceux de la mythologie. 

H. G. 



CHRONIQUE. 



La Société Celtique. — Une poésie de M. Luzel. — The Folk-Iore Society. - 
f M. Paul Sébillot sur la statistique de la langue bretonne. — Les manuscrits 
i de Thomas Stephens. — Un index à la Grammatica Celtica. 

! Dans le cours du printemps de 1879, des Bretons résidant à Paris se réuni- 
rent quelquefois chez M. Gaidoz. L'idée vint de continuer ces réunions d'une 
façon régulière et de fonder un dîner mensuel, analogue à celui qui réunit les 
Provençaux sous le nom de la Cigale, les Normands sous celui de la Pomme. 
iLa société prit le nom de Société Celtique pour témoigner qu'à côté des Bretons 
elle accueillerait aussi des Celtes d'Outre-Manche et des amis des études cel- 
itiques. M. Renan, Breton comme on sait, voulut bien se joindre aux fonda- 
jteurs, et le premier dîner eut lieu sous sa présidence le 18 juin 1879. 

Le second dîner, le 14 juillet, fut marqué par un épisode poétique. La veille 
avait eu lieu le pardon de Plouaret, le village natal de M. Luzel, et M. Luzel 
[avait eu l'aimable attention d'envoyer au banquet une caisse àt crêpes de pardon, 
laccompagnée d'une charmante poésie qu'on nous saura gré de reproduire ici. 

KRAMPOEZ PARDON PLOUARET. 
D'ar Vreuriez Keltik. 

C'hui hoU, Bretoned a Baris, 
A em dastum eur wech ar miz, 
'Vit komz euz Breiz-Izel, ar vro 
A garfet betek ar maro ; 

Kredet penaoz am eûz keuz braz 
Dre m'oun dalc'het aman, siouas ! 
Ha n'hallan bezan en ho touez 
Hag ober d'ac'h klevet ma mouez. 

Hogen, ma speret en ho kreiz, 
War ann awfl a zeu a Vreiz, 
A nizo skanv, — tra burzuduz ! — 
Hag e vinn ganeoc'h evuruz. 

Ouspenn a zo, ha mar karet 
Kaout lod a bardon Plouaret, 



126 Chronique. 

A zo hirie, hag euz a-bell 
Klewet ha gwelet Breiz-Izell, 

Setu aman krampoez-gwiniz, 
Krampoez pardon, hervez ar c'hiz, 
Grêt gant bleud gwiniz, leaz, viou. 
Debret peb a unan pe diou. 

Ar gwiniz er parle a savas, 
Ha gant ann heol a zarevas, 
Ha pa oe medet, war ar skour, 
Einidigou a gane flour. 

Eur vuc'h vriz 'roas ann amann, 
Ive al leaz, fresk ha gwenn-kann, 
Grêt gant ar ieot ha gant bleuniou 
Ar parkou hag ar meneziou. 

Hag ar viou, eur iarik wenn 
Ho dovas, war zoilier ar foenn, 
Lec'h ma defoa hie neiz kuzet ; 
Met dre he c'hân eo bet kavet. 

Hag ar c'hrampoez a zo bet grêt 
En Keranborn, en Plouaret, 
Gant eur vatès koant, eur plac'hik 
A gane laouenn eur zonik. 

Debret 'ta, paotred, ma c'hrampoez, 
Ha neuze e saovfet ho mouez 
Evit kana melodi Breiz, 
A sonjet en-hi, noz ha deiz. 

O Breiz-Izell, o kaera bro, 
Koad en he c'hreiz, ha mor en-dro, 
N'eus ket a gaeroc'h bro er bed, 
Ha dreist holl da garinn bepred ! 

LES CRÊPES DU PARDON DE PLOUARET. 
A la Société Celtii]ue. 

Vous tous, Bretons de Paris, — Qui vous réunissez, une fois par mois, - 
Pour vous entretenir de la Basse-Bretagne, le pays — Que vous aimerez jusqu' 
la mort ; 

Croyez que j'ai grand regret — De ce que je suis retenu ici, hélas ! — Et 
que je ne puis être parmi vous — Et vous faire entendre ma voix. 

Mais, mon esprit au milieu de vous, — Sur le vent qui vient de la Bretagne, 
— Volera léger, ô merveille ! — Et je serai heureux avec vous. 

Il y a davantage, et si vous voulez — Avoir votre part du pardon de Ploua- 
ret, — Qui se trouve être aujourd'hui, et de loin — Entendre et voir la Basse- 
Bretagne. 



Chronique. 127 

Voici des crêpes de froment, — Des crêpes de pardon, selon la coutume, — 
Faites avec de la farine de froment, du lait et des œufs. — Que chacun de vous 
en mange une ou deux. 

Le froment poussa dans un champ, — Et par le soleil fut mûri, — Et quand 
il fut moissonné, sur la branche, — Les petits oiseaux chantaient gentiment. 

Une vache mouchetée donna le beurre, — Aussi le lait, frais et tout blanc, 
— Produit des herbes et des fleurs — Des champs et des montagnes. 

Et les œufs, une poulette blanche — Les pondit sur le grenier au foin, — 
Où elle avait caché son nid : — Mais, il fut découvert, grâce à son chant. 

Et les crêpes ont été faites, — A Keranborn, en Plouaret, — Par une ser- 
vante jolie, une fillette — Qui chantait gaîment une chansonnette. 

Mangez donc, les gârs, mes crêpes, — Puis vous élèverez la voix — Pour 
chanter les louanges de la Bretagne, — A laquelle vous pensez nuit et jour. 

Breiz-Izel, ô le beau pays! — Bois au milieu, et mer autour ; — 11 n'y a 
pas de plus beau pays au monde, — Et par-dessus tout je t'aimerai toujours ! 

En réponse à cette poésie, toute de circonstance, M. Quellien, barde de Tré- 
guier, improvisa un quatrain qui fut immédiatement télégraphié à M. Luzel. 

Mad ê da werz, mad da grampoez, 

Med gwelloc'h c'hoaz hon c'harantez. — 

Ronan, Hamonik ha Gaidoz, 

Rolland, Loth ha Kelien. Bennoz ! 
Ton chant est bon et aussi tes crêpes ; — Mais meilleure encore notre amitié 
(pour toi) ; — Renan, Hamonic et Gaidoz, — Rolland, Loth, Quellien. Béné- 
diction ! 

Les deux derniers vers, comme on voit, contenaient les noms des membres du 

banquet. M. Sébillot, Breton-Gallo, un des membres fondateurs, était absent ce 

1 jour-là. La Société Celtique est à ses débuts : elle se recrutera l'hiver prochain de 

membres nouveaux ; mais comme ses réunions sont de fraternelles agapes, elle 

ne peut admettre dans son sein que des personnes résidant à Paris. 



— Nous félicitons d'autant plus cordialement les Anglais d'avoir fondé une 
société pour recueillir et étudier les traditions populaires, que nous-même 
avions essayé, avec M. Rolland, une œuvre analogue pour la France. Le ter- 
rain est mieux préparé en Angleterre qu'en France : un plus grand nombre de 
personnes s'intéressent à ces recherches et l'Angleterre, par ses nombreuses 
colonies, a pour ainsi dire le pied partout : de là un grand nombre de livres 
sur les traditions et les coutumes de l'Afrique, de l'Asie, de l'Amérique. 
L'Angleterre semble ainsi destinée à devenir le grand emporium du folk-lore, et 
ce sont en quelque sorte ses docks que lui élève la nouvelle société. 

La Folk-Lore Society a, sitôt née, publié un volume : elle en publiera un tous 
les ans, sans compter les œuvres originales qui formeront des extra-volumes. 



128 Chronique. 

Le premier volume de son Record contient : un recueil de superstitions du 
West Sussex, par M' Latham, un article de M. Ralston sur la classification des 
contes populaires, un choix de contes japonais, et des notes sur les sujets et les 
pays les plus divers. C'est sans doute par suite de la hâte avec laquelle la jeune 
société a publié ce volume qu'on a oublié d'y joindre une table et un index 
général. C'est une lacune qui sera sans doute réparée avec le volume suivant. 
Nos confrères anglais savent mieux que personne de quelle utilité sont pour cet 
ordre de recherches les indices étendus et détaillés. 

Parmi les ouvrages dont la société annonce la publication, nous remarquons 
une bibliographie du Folk-Lore par M. Th. Satchell, un ouvrage sur la méde- 
cine populaire par M. Black, etc. 



— M. Paul Sébillot, qui avait exposé à l'Exposition universelle de 1878, 
dans la section anthropologique du Trocadéro, une carte linguistique de la 
Bretagne, a publié une notice sur les limites du breton et du français dans le 
Bulletin de la Société d'anthropologie (séance du 9 juin 1878). Il y a résumé, en 
le complétant par ses propres informations, la plupart des observations qui 
avaient déjà été faites sur cette question en différents endroits. M. Sébillot a, 
du reste, présenté sa notice, moins comme un travail définitif que comme un 
programme de recherches plus précises à entreprendre dans le pays même, vil- 
lage par village. Depuis lors, il a eu quelques renseignements nouveaux sur la 
statistique de la langue bretonne et il veut bien nous les communiquer. Les 
voici : 

« J'ai eu connaissance, depuis la publication de ce mémoire, de documents 
officiels qui jettent un jour assez nouveau sur le nombre des personnes sachant 
lire et écrire en français (le recensement officiel ne s'occupant pas de ceux qui 
savent lire et écrire en breton). 

« En 1872, le Finistère comptait 75,283 personnes sachant lire seulement 
en français, 165,977 q^' savaient lire et écrire en cette langue, soit un total de 
241,260 individus qui peuvent se servir du français : on peut estimer à 20,000 
au moins le nombre des habitants du Finistère qui parlent le français sans 
savoir le lire ou l'écrire. 

« Pour le Morbihan, le même recensement donnait 58,558 personnes sachant 
lire, 147,665 sachant lire et écrire en français, soit un total de 206,223 indi- 
vidus sachant le français, auxquels il convient d'ajouter une douzaine de mille 
personnes qui parlent le français (en pays bretonnant) sans le lire ni l'écrire. 

« Comme le nombre des individus instruits est en moyenne pour le départe- 
ment de 42 0/0, le chiffre de la population en pays bretonnant étant de 
335,000 y compris les pays mixtes, on peut compter que dans le Morbihan 
170,000 gallots, 140,000 bretonnants lettrés, 12,000 illettrés entendant le fran- 
çais, ce qui donne pour la population pouvant se servir de la langue française 
un total de 322,600, et 182,900 individus auxquels le français est complète- 
ment inconnu. 



Chronique. 129 

« Si l'on fait le même travail sur le département des Côtes-du-Nord, on 
trouve 300,000 individus en chiffres ronds qui savent lire, ou écrire et lire; 
l'instruction de 98,000 individus n'a pu être vérifiée. Le nombre des instruits 
peut être porté à 50 0/0 de la population totale; si l'on applique cette statis- 
tique au pays bretonnant et au pays mixte, on trouve que 152,500 individus 
parlant la langue bretonne savent aussi le français. 

« Il résulterait de cela que le nombre des bretonnants qui ignorent absolu- 
ment le français s'élèverait : 

Pour les Côtes-du-Nord, à 152,500 

Morbihan nh^°° 

Finistère 379i50o 

705,500 

« Sur les2, 979,422 habitants de la péninsule armoricaine, 705, 500 ignoreraient 
absolument le français; 2,263,900 sauraient ou parler correctement cette 
langue, ou du moins s'en servir assez pour se faire comprendre ; une partie 
d'entre eux toutefois se servant plus volontiers du breton que du français. 

« Cette façon d'agir des recenseurs, qui semblent compter comme illettrés 
tous ceux qui ne savent pas lire et écrire en français, mais qui peuvent lire ou 
écrire le breton, m'engagea à chercher à connaître le nombre possible des per- 
sonnes qui peuvent lire le breton, ou qui peuvent l'écrire, et qui ne savent 
pas le français. 

« J'écrivis à mon ami M. Luzel, qui ne put me donner un renseignement sta- 
tistique précis, mais qui m'indiqua des faits curieux. Ainsi la tragédie bretonne 
des Quatre fils Aimon, dont la première édition date de 1815, publiée chez 
M. Ledan à Morlaix, s'est vendue jusqu'à présent à 15,000 exemplaires envi- 
ron, et l'édition ne contient que le texte breton. Comme le livre coiîte 4 fr. 
l'exemplaire, et que les paysans le paient sans broncher, on peut juger combien 
les bretonnants sont avides de lecture. 

« Il est, ajoute mon correspondant, tels gwerziou ou soniou imprimés sur 
feuilles volantes de gros papier roussâtre qui se sont vendus à des chiffres vrai- 
ment étonnants. Vous n'entrerez guère dans une chaumière, si pauvre qu'elle 
soit, sans en trouver un certain nombre déposés dans un tiroir ou sur une 
planche à côté de la Vie des Saints ou de l'almanach de l'année. 

« L'almanach de Léon et de Cornouaille publié cette année en breton et en 
français, et qui compte 95 pages, a été vendu en quinze jours à 5,000 exem- 
plaires. 

« Il est regrettable que les recenseurs n'aient pas songé à ouvrir une colonne 
pour y inscrire les Bretons qui savent lire leur langue, et il est à désirer qu'au 
prochain recensement cette lacune soit comblée. Le nombre de Bretons non 
illettrés serait intéressant à connaître, et il contribuerait à faire un peu pâlir 
les teintes foncées qui colorent sur la carte de l'instruction primaire les départe- 
ments bretonnants. 

« Dans le compte-rendu, très bienveillant et très intéressant, que M. Léon 
Rev.Celt. IV C) 



1 50 Chroniijue. 

Brunschvigg a consacré à mon mémoire dans le Phare de la Loire, il donne des 
détails curieux sur la colonie bretonne du Havre, ville où il a résidé pendant 
plusieurs années : « Les Bretons bretonnants habitent le quartier de l'Eure 
« situé à l'extrémité de la ville, du côté d'Harfleur, quartier de raffineries et 
« d'usines, où, sauf pour affaires, les citadins ne mettent jamais le pied. Est-il 
« besoin d'ajouter que les Bretons, presque tous employés comme manœuvres 
« dans ces usines, viennent de leur côté fort rarement en ville, sauf le dimanche 
« où ils se promènent par bandes de quatre ou cinq personnes dont une seule 
« souvent sait à la fois le français et le breton. Les femmes ont conservé le 
(I costume national, la coiffe et la jupe de serge bleue garnie de velours. Ils 
« sont, en général, originaires des Côtes-du-Nord. — Si le quartier de l'Eure 
« est spécialement habité par les Bretons, on en trouve pourtant aussi dans le 
« quartier Saint-François, notamment dans la rue du Grand-Croissant, et dans 
« les ruelles qui y aboutissent. C'est dans ce quartier-là que se trouve la cha- 
« pelle qui leur est réservée et que dessert depuis quelques années seulement un 
« ecclésiastique breton. » 

M. Sébillot, qui est Breton-Gallo, c.-à-d. Breton de la partie française de la 
Bretagne, a aussi publié sur le patois gallo (dans la Revue de Linguistique de 
février 1879) une notice dont il sera plus amplement parlé dans notre pro- 
chaine livraison. 



— L'illustre historien de la littérature galloise, M. Thomas Stephens, a laissé 
en manuscrit un certain nombre de travaux, dont quelques-uns entièrement 
achevés^ une édition du Gododin, texte, traduction et commentaire, une histoire 
de la légende du prince Madoc, et une histoire du jury dans le pays de Galles. 
Ce dernier ouvrage a obtenu un prix àl'eisteddfod d'Abergavenny en 1853 et le 
juge du concours était le baron Bunsen 1. M™"^ Stephens, qui conserve avec un 
soin pieux la mémoire de son mari, cherche à publier ces travaux, et nous 
croyons savoir que l'Histoire du Jury en Galles verra bientôt le jour. Mais la 
société archéologique cambrienne, qui a l'excellente habitude de publier de 
temps à autre des extra-volumes, ne devrait-elle pas se charger de donner au 
monde savant ces oeuvres posthumes de Stephens qui ont un plus grand et plus 
général intérêt que ses Original Documents? L'association cambrienne a déjà 
rendu un service de ce genre avce les Celtic Remains de Lewis Morris ; elle ren- 
drait un plus grand service en publiant ces ouvrages de Stephens dont personne 
ne conteste ni le mérite ni l'utilité. 



— M. John Molloy a entrepris de publier un index pour la partie irlandaise 
de la Grammaticû celtica. Dans le manque où nous sommes encore de diction- 



I. On peut voir le jugement de Bunsen dans la vie de Stephens (p. xxx) qui figure en 
tête de la seconde édition de son histoire de la littérature galloise. 



Chronique. 131 

naire de l'ancien irlandais, une pareille œuvre est appelée à rendre de grands 
services. Le premier fascicule, contenant 80 p. et allant jusqu'au mot 0/5, vient 
de paraître. Nous croyons que M. M. aurait pu se dispenser de donner des 
groupes de mots écrits d'une seule teneur par les scribes des gloses, mais qu'il 
n'est pas difficile de décomposer ; p. ex. : afcr vir ejus, afil quod est, afir^ 6 
homo, etc. C'est allonger son œuvre et augmenter les frais de sa publication 
d'une façon inutile. M. Molloy est son propre éditeur. Le prix de l'index est 
pour les souscripteurs de 10 shellings ; on souscrit en envoyant cette somme en 
un mandat-poste international à M. John Molloy, 7 Askew Crescent, Shepherd's 
Bush, London, W. 

H. G. 



NÉCROLOGIE. 



— M. le docteur Eugène Halléguen, né à Châteaulin (Finistère) en 1813, 
mort à Paris en janvier 1879. Il a écrit : Armorique et Bretagne, origines armo- 
rico-bretonnes^ ouvrage en deux volumes : I. Armorique bretonne (1864); II. 
Histoire politique et religieuse; — Les Celtes, les Armoricains^ les Bretons^ Nou- 
velles recherches d'archéologie, de géographie et d'histoire sur l' Armorique bretonne 
(1859); — Essai sur l'histoire littéraire de l'Armorique-Bretagne (1875). M. Hal- 
léguen avait l'amour de l'érudition et s'occupait avec zèle de l'histoire et de la 
littérature de son pays natal ; mais il lui manquait l'art d'exposer ses idées 
de façon à les rendre intelligibles à autrui, et il y a peu à tirer de ses écrits. 

— M. Edward Barry, né à Avesnes (Nord) le 27 mai 1809, mort le 
17 mars 1879 à Toulouse; il avait été professeur à la Faculté des lettres de 
cette ville de 1833 à 1874. On lui doit un grand nombre d'articles et de 
mémoires sur les antiquités et les inscriptions de la région pyrénéenne épars 
dans les publications de l'Académie de Toulouse, de la Société archéologique 
du midi de la France, dans la Revue archéologique, dans la collection de 
Mémoires lus à la Sorbonne. Il a aussi collaboré, pour l'antiquité, à la nou- 
velle édition de l'histoire du Languedoc de dom Vaissète. 

— Le rév. Robert Jones, ministre de la paroisse d'Ail Saints, à Rotherhithe, 
Londres, né à Llanfyllin, Montgomeryshire, mort à Londres le 28 mars 1879, 
à l'âge de 70 ans. Quoiqu'établi à Londres depuis trente-sept ans, M. Robert 
Jones était au premier rang parmi les patriotes gallois et les amis des lettres 
galloises. Il a écrit un certain nombre d'articles dans les revues galloises, 
publié un recueil d'hymnes et réimprimé le rare ouvrage du D' John Davies, de 
Mallwyd, Flores poctarum Britannicorum. Il avait été il y a deux ans le principal 
fondateur du Cymmrodor, et il est douteux que cette publication lui survive. 
M. Robert Jones avait formé une admirable collection de livres gallois qui sera 
probablement dispersée aux enchères publiques. 

— Le D' Thomas Nigholas, né en 1820 près de Saint-David, comté de 
Pembroke, mort à Londres le 14 mai 1879. Professeur au collège presbytérien 
de Caermarthen, M. Nicholas avait quitté ce poste en 1863 pour venir s'instal- 
ler à Londres. Il avait été un des plus actifs à demander la création d'une 
université galloise, et la jeune université d'Aberystwyth est due à la propa- 
gande dont il avait pris l'initiative. Il a publié un ouvrage sur les origines de 
la nation anglaise qui a donné lieu à un curieux procès (cf. t. I, p. 170) et plu- 
sieurs volumes sur l'histoire locale du pays de Galles. 

H. G. 



Le gérant : F. VIEWEG. 



Imprimerie Gouverneur, G. Daupeley à Nogent-le-Rotrou. 



8? 



Cyphelybiaul. megis, mal, nidamgen. 

Vnued, vnfod, yrunphunyd. 

Amryuogaethaul. amgen, ynamgen. 

Cynnedfaiil. da, drug, a phob heny da 

mniaul, gida berf damueiniayl heb fod 

ierbyniayl idi, a fyd yn le rhagferf gynned 

^aul, mal : taro yndrum, rliedeg yn Juan. 

Mainîiolayl. jayer, ychydig, gormod, di- 

jon. 

Ystynniaul. iayn, cida heny damueiniayl, 

-nal : drug iayn, ynfayr, ynfyyaf ol, ynho- 

'ayl, yn gybl, yn gynt, yn arythr. P 

Laessayl. braid^ prinn, achen, gamnyyaf, ^^^^^ 

^èos. :héo- 

pynnbilayl. ynrunle, ynghyd, 

^Jyahanayl. ynunig^ o'rneildu. sède, 

balyedigayl. hoy,hai. ^^ O" 

Attebayl. syry. ar? "' 

Petrussayl. ysgatfyd, nidhyyrach, ondodid, ^^^^^ 

l'allé. tula- 

ICymheiriayl. cynn, mor, ag, na, mal : cyn- 

I ' gyn- \Tll 

1 du 



[177] 



'TA- 

C M 



/.S. 



kk'.. ocken- 

|J> chrech anianayl. porta po,M, corpus 

corph carcer carchar, et, yn th, perfectus ^NiS. 

perfaith, lacté laeth, delecto, dyleithio , ce, ^^^'^ 

yn, eh, siecus sych, saccum saeh da hefyd oed ^g^^' 

farcie pa derfyn a roder i'r gair, mal uicti- ,^' ^p 

ma, gyithifen, hostia, osten, serifen , scri- 

bo, 



Gr. Megis i'rheny, ond rhoi, yn, o'r blaen : 
megis : da, gyel, gorau syd henuau ; yn da^ 
ynyel, yn orau, rhagferfau ydynt. 



Mo. 



Ai'r vn fath ansayd, a phurf syd genn 
ragferf a'rhannau erail o^madrod? 



88 



gynted ag ef. morhydysc ag yntau, guel na 
dim. 

Mo. Mae'r gradau syd i ragjerf? 

— M. 
mort à p. 
nco-bretoi 
Histoire, y 
V elles rec 

(•859); 

léguen a' 

littératur 

de façon 

— M. 
17 mars 
cette vill' 
mémoires 
dans les 
du midi 
Mémoire; 
velle édil 

— Le 
Londres. 
à l'âge d' 
Jones et 
galloises 
publié u 
Mallwy 
fondâtes 
M. Roi 
probabif 

— L 
Pembrc 

de Caerm..-ii.>.., „.. ini>.. .j . -t quiué ce poste en i&uj puui venir sn.^coi- 
ler à Londres. Il avait été un des plus actifs à demander la création d'une 
université galloise, et la jeune université d'Aberystwyth est due à la propa- 
gande dont il avait pris l'initiative. Il a publié un ouvrage sur les origines de 
la nation anglaise qui a donné lieu à un curieux procès (cf. t. I, p. 170) et plu- 
sieurs volumes sur l'histoire locale du pays de Galles 



Gr. ie, amhynny nid rhaid son ynayr dim 
myy amdanynî. 



Diyed Rhagferf. 

Cysyldiad. 
. beth y y cysyldiad? 



Mo. 



Gr. Cysyldiad syd rhann 

[178] 



madrod yn clym- 
mu 



H. G. 



Le gérant : F. VIEWEG. 



Imprimerie Gouverneur, G. Daupeley à Nogent-le-Rotrou. 



mu geiriau, achloysau ynghygyd. 

Mo. Pa^ayl peth a damuain i Gysyldiad? 

Gr. tri, gallu, cyfle, ag ansayd. 

Mo. Pe^ayl grym, ne allu, fyd. i 
gysyldiad? 

Gr. Rhai syd. centhynt rym i gyply^u, ag ai 
gelluir cyplysayl, mal. ag, a, hefyd. 
Gyahanaul. mal, ai, yntau, nag, na, na- 
chyaith, ne. 

Cyfloynayl. am eu hod megis yn lany meyn 
ymadrod, mal : ynyyr, hagen, hachen. 
Dieithrayl. ond, eithr., namyn. 
Cyrthnebayl. er , mal : er dy fod yn frayd 
ym, etto mi a'th drayaf. 

Attebayl i'rhain, erhynny, etto, ettoerhynny : 
leiedigayl Orhynleiaf. 
pettrussayl. ai, onidef. 
Cymheiriayl. Cyn, mor. 

Achosayl. ermyyn, am , oblaid , oblygid, 
M oheryd, 

[179] 



prêté 
Ibut 
rôler 
:héo- 

sède, 
le ou 
et 9, 
'.ance 
lents 
tula- 

iT// 
n du 

ITA- 

r. M 
V. s. 



lu chrech anianayl. porta po,M, corpus 
corph carcer carchar, et, yn th, perfectus 
perfaith, lacté laeth, delecto , dyleithio , ce, 
yn, ch, siccus sych, saccum sach da hefyd oed 
farcio pa derfyn a roder i'r gair, mal uicti- 
ma, guithifen, hostia, osten, scrifen , scri- 

[i9î] 



ocken- 

GNiS. 
IVNiA 
ilLAl 
S. L. 
:h, op. 



90 



oheruyd, can , canys, cannad, yngymaint a, 
yn anyedig, o achos, 
Amodayl. os, ond, o, 
Cynhillaul. felly, yrthynny , 

Mo. pe^aul ansaud. syd. i gysyldiad? 

Cr. tri sengl, mal : eîto, cyfansodedig, mal : 
ondetto, ailgyfansodedig mal : ondettoerhynny. 

Mo. pe^ayl cyfle a gaiph cysyldiad^ 

Gr. Rhai a fydant bob amser o flaen y gair a 
gy^yldont mal : os, mal, mor ; rhai erail a 
fydant arol, mal : chyaith : Rhai yeithiau 
orblaen, yeithiau arol mal : ynyir ; hefyd., ef 
a eil yr vn gair fod yeithiau yn rhagferf, yei- ' 
îhiau yn gysyldiad, yrth fal y bo'r rhes- ' 
sym yn i ofyn, canys pan fo'r gair yn clymu 
ne glay^au ynghyd ci bernir yn gys- 
eithr os byd. yntau yn egluro synyyr 
berf,\ 
[180] 



— M. 
mort à F 
rico-breto 
Histoire 
velles rti 

('8S9); 
léguen a 
littératur 
de façon 

— M 
17 mars 
cette vill 
mémoire, 
dans les 
du midi 
Mémoire 
velle édi 

— Lt • 
Londres 
à l'âge d 
Jones él 
galloises 
publié i 
Mallw} 
fondate 
M. Roi 
probabl 

-L . 
Pembrc 

de CaerniXii... 
1er à Londre'- 

université gai.. ,.ie université u .berystwyth est due à la propa- 

gande dont il avait pris l'initiative. Il a publié un ouvrage sur les origines de 
la nation anglaise qui a donné lieu à un curieux procès (cf. t. I, p. 170) et plu- 
sieurs volumes sur l'histoire locale du pays de Galles. 

H. G. 



geiriau, 
syldiad, 



Le gérant : F. VIEW EG. 



i 



Imprimerie Gouverneur, G. Daupeley à Nogent-le-Rotrou. 



91 



herf , ne henu damyeiniaul heb gysyUiu 
amrafael beîhau ynghyd rhagferf a fyd. 
Ardodiad adroir yeithiau yn rhagferf^ ne gy 
syldiad, pryd na bo'r ganlau yn heny ne ferf. 

Ardodiad. 
Mo. Beth yu Ardodiad? 

Cr. Ardodiad yu rhann O'madrod, a rodir 
oflaen rhannau erail O'madrod, yeithiau yn 
yahanrhedayl, mal : truy'r dref , o'r dref. yei 
thiau yn gyfansodaul mal : tryydynt, rhaguas. 



prêté 
Ibut 
rôler 
:héo- 

Mo. pessayl amryy ardodiad syd? 

sède, 
Gr. Dau, un a fyd bob amser yn gyfansode- ^^ ^^ 

dig a gair, ac ni chair dim onau fyth yn ya- 
hanrhedayl, mal : di, dy, an, rhy , cy , cyd, 
cyf, dad, ad. lys. led, gor.? Mae rhai erail tula 

a gair yeithiau yn yahaurhedayl, mal : at, ar, 
a, rhung, truy, tros, cen. I T// 



M 2 Mo. 

[i8i] 



et 9, 
\ance 
lents 



n du 



ITA- 
r. M 



V. S. 

ocken- 



lu chrech anianayl. porta porth, corpus 

:orph carcer carchar, et, yn th, perfectus *^^'^ 

oerfaith, lacté laeth, delecto, dyleithio, ce, 

yn, eh, siccus sych, saccum sach da hefyd oed 

farcie pa derfyn a roder i'r gair, mal uicti- ± op. 

ma, guithifen, hostia, osten, scrifen , o scri- 

['93] 



IVNiA 

^ILAl 

s. L. 



92 



Mo. oes vahaniadeth ar yrhain? 



Gr. Mae rhai onynt a fynant y gyrchfa gyn- 
îaf, .s. cyrchfa, o, ir gair y bont ganlay ido, 

mal : 



at yr 

ar yely 
am fyyd 
tann lay 

5 . tryy dref 

6. îros for. 



Y rhain syd yn canlyn, 
a'-r eu hol. 



heh dir 
yrîh gastel 
Cen duy 
i Rufain 
loegr 



a fynaut y yreidiayl 



mort à F 

rico-breto 
Histoire 

velles re. 

('859); 
léguen a 
littératui 
de façon 

— M 
17 man 
cette vili 
mémoire 
dans les 
du midi 
Mémoire 
velle édi 

— Lv ■ 
Londres 
à l'âge d 
Jones éi 
galloises 
publié i 
Mallw] 
fondatt 
M. Roi 
probabi 

— 1 - 
Pembn 

de Caern. .1 
1er à Londrtr 

université gai. ^ne université . tberystwyth est due à la propa- 

gande dont il avait pris l'initiative. Il a publié un ouvrage sur les origines de 
la nation anglaise qui a donné lieu à un curieux procès (cf. t. I, p. 170) et plu- 
sieurs volumes sur l'histoire locale du pays de Galles. 

H. G. 



rhag dolur 
er Duy 
meyn long 
rhung cig a cliroen 



[182] 



A, syd' 



Le gérant : F. VIEWEG. 



Imprimerie Gouverneur, G. Daupeley à Nogent-le-Rotrou. 



95 



i, syd ardodiad a fyn yr ail gyrchja ar i 
hol, .s. cyrchfa, a, mal : e'm trauyd a chlede, a 
'hrosdan, a phaul. 

Yn, yr ardodiad, a fynn y yreidiol i gyph ber 
faul; mal : yn caru, yn gyeled, yn taro, yn 
ioedyd, A chyrja jy, ir henu a (o'n aryyd- 
hau'r mannau ne'r amser y bytho'r peth yn- 
do, mal : ymhenn y brym, ymmad Sion, yn~ 
hy'r brenin, ynnyd y farn , ynghaer leon, 
yngylad forgan. Ond pan fo'r rhagyas 

rhyng yr ardodiad yma a'r cyfryy heuyau y pj.^^^ 

yreidiol a sai yn yasîad, os gyryy fyd yr he- I but 

ny, mal : yn y îy eido Sion. yn y tir eido 'r rôler 

brenin. Eithr os Banyu fyd y'r heny, Cyr- 
chfa, 0, a fynn, mal : yn y gaer eido chui. 



:héo- 



sède, 

Ond pob amser aral cyrchfa, o, a fynn, \e on 

mal : yn yrda, yn doeth, yn galed, yn drist, et o, 

yn fychan. A digon yu hynn ynghlylch yr ar lance 

dodiad guahanredayl. A fynnuchui son 

dim am yr anyahànuhedaul : 

mo. oes dim oi nodi ynghylch yr ardodiad cyn 

ê^y^ n du 

[•83] 



lents 
tula- 

VI 



ITA- 

r. M 
V. s. 

ocken- 
GNiS. 



P chrech anianayl. porta porth, corpus 
■orph carcer carchar, et, yn th, perfectus 
^erfaith, lacté laeth, delecto, dyleithio , ce, '^NiA 

m, ch, siccus sych, saccam sach da hefyd oed "'^^^ ' 

'arcio pa derfyn a roder i<r gair, mal uicti- .jf" ^• 

na, gyithifen, hostia, osten, scrifen , scri- ' ' ''^" 

bo, 



94 



— M 
mort à 
rico-breh 
Histoire 
V elles re. 

(•859); 
léguen a 
littératu 
de façon 

— M 
17 mars 
cette vil 
mémoire 
dans les 
du midi 
Mémoire 
velle édi 

— L. 
Londres 
à l'âge > 
Jones éi 
galloise 
publié i 
MalKvj 
fondate 
M. Roi 
probabl 



glyn ne anuaharhedaul Gr. oes lacrr : Ond 
digon ynayr yu edrych, paun a una gureidiol 
y gair y cyfansodir huynt ag e/, ai sefyl, 
ynîau neyidio, i un o'r tair cyrchfa. Mo. A 
fynn yr un o'rhain y ureidiayl yn y cyfryu 
gyfansodedigaeth? Gr. na fynn eithr y rhann 
fyyaf onynt, a droanî y yreidiol i gyrchfa, 
0, rhai i gyrchfa, fy, mal y doedyn rhaglau. 
Da hefyd ydoed farcio grym, a gai lu pob un 
honyn pannr gyfansodir gair a huynt. Canys 
rhai honynt a leiha, ne a yaethyga aryydhad 
y gair symlig, megis go, ne gor oflaen bo- 
gail. mal : mynnu gofynnu, gyenu goryenu, . 
led, mal : cyscu ledgyscu; lys mam lysfam \< 
Rhai erail syd yn gyrthnebu synnyyr y sym il 
lig mal : gyrth ; îroi , guthtroi, fylly , ad ne , 
dad mal rhod adrod, troi dadtroi, di, mal : 
blas, diflas, dysc didysc, mae ymbel un yn • 
chyanegu ne yn mynychu aryydhad y gair 
symlig mal : dy, tra, &c. megis yn y rhain. 
Cas, dyga^eii, mayr tramayr, Arhain igyd | 

a fynant 
[184] . 



Pembn 
de Caeri 
1er à Londrc- 

université ga>. ^ne université . iberystwyth est due à la propa- 

gande dont il avait pris l'initiative. 11 a publié un ouvrage sur les origines de 
la nation anglaise qui a donné lieu à un curieux procès (cf. t. I, p. 170) et plu- 
sieurs volumes sur l'histoire locale du pays de Galles. 

H. G. 



Le gérant : F. VIEWEG. 



Imprimerie Gouverneur, G. Daupeley à Nogent-le-Rotrou. 



9J 



i fynanî gyrchfa, o, ynle'r yreidiol i'r sym 
ig megis y guelir yn y siamlau uchod. Ond 
nae rhai erail a fynn gyrchfa, fy, pann fo 
nud yn yreidiol i'r symlig. megis yrhain : 
in, cy. mal : puynt ammhuynt. clod, anglod, 
\ristych anrhisîuch, doeth , annoeth. gleyder 
lingleyder, buchedol, amuchedol. Eithr pann 
'0, l , rh, a dry yn, f, mal : layenyd aflauenyd ; 
■huyddeb, afryyddeb. 

Mo. pette yir y rheol yma ni dylid doedyd 
inuir, anlan, anfyyn, eithr anguir, anglan, 
.imuyn canys felly mae cyrchfa, fy, mal : fyn 
igvir , fynglandyn, fymyyndyn. Gr. Craph 
^dychyithau yrth geissio diphig., a bai yn y 
fheoledigaethau hynn ; 

U hynny syd orau, canys pann dango^jochyi 
(y tyllau, mi a'ilafinnau yn ymann roi pyyth 
ne clutî arnyn, gyir yy am y rhai uchod fod, 
n, heb sylfyd yn'r ardodiad, a gyreidiol yr 
henyau yn troi i gyrchfa, o, a hynny a fyd 
'bob amser y bytho. g. ne ; m ; yn yreidiol i'r 

gair 
[185] 



chrech anianayl. porta port h, corpus 
■orph carcer carchar, et, yn th, perfectus 
^erfaith, lacté laeth, delecto , dykithio , ce, 
m, ch, siccus sych, saccum sach da hefyd oed 
'arcio pa derfyn a roder i'r gair, mal uicti- 
m, guithifen, hostia, osten, scrifcn , scri- 

[I9J] 



'.erprété 
.eul but 
întrôler 
archéo- 

ossède, 
2ule ou 
' et 9, 
mnance 
lements 
apitula- 

'Il I T// 
Tien du 

RTA- 

;/T. M 

I V. S. 
ocken- 

GNiS. 

IVNlA 

^ILA| 

s. L. 
:h, op. 



98 



gynted? pa un yr scrifennir huynî ai y 
ghyd, yntau yn yahanedig. Gr. ef a ei 
i gadel yn yahanedig : ag yna cyn syd ra 
ferf megis, tant, yn y ladin, tam sapien 
cyn doethed ; etto am nad arferir ef, ond ^ 
da*r henyau yn, ed, yn unig, nid ydyii g» 
fattebayl i'r tam, ladin aellir i arfer gidt 
phob henii damijeiniayl am hynny ni byûi 
anghyfadas i rodi ef ynglyn urth i ganl 
mal : cyndeyed, cynboethed. Ag os yn un gc 
yr scrifennyr huynt nid rhagferf, eithr a 
dodiad anyahanaul yu^ cyn. Ond yn hy, 
beth cymred payb y phord a jynno i sa 
fennu'rhain a^r cyphelib. Mo. beth a 
ry, ne dir ai rhagferfau ynt, yntau anjodii 
dau. Gr. rhy pan fo yn aryydhau nimis j 
ladin, syd bob amser yn rhagferf mal : ri 
frijd, rhy drud, rhy dry m, ond pann ofcr 
ef dros re, yn ladin, ar dodiad fyd, mal : ri 
pello, rhy bel lu, rebella, rhy f élu, felly h 
fyd prynnu emo , rhybrynnu redimo. ond 

dit 



— y 

mort à 

nco-breti. 
Histoire 
velks re 

(1859); 
léguen i 
littératu 
de façon 

— M 
17 man 
cette vil 
mémoire 
dans les 
du midi 
Mémoirf 
velle édi 

— L> 
Londre; 
à l'âge 
Jones et 
galloise 
publié i 
Mallwj ^ 

fondatt' [188] 

M. Roi 

probabl 
- 1 
Pembn 
de Caen 
1er à Ljndrtr 

université ga.. -^ne université . iberystwyth est due à la propa- 

gande dont il avait pris l'initiative. Il a publié un ouvrage sur les origines de 
la nation anglaise qui a donné lieu à un curieux procès (cf. t. I, p. 170) et plu- 
sieurs volumes sur l'histoire locale du pays de Galles. 

H. (j. 



Le gérant : F. VIEWEG. 



Imprimerie 



Gouverneur, G. Daupeley à Nogent-le-Rotrou. 



99 



(-, ardodiad ydyu bob amser ynglyn ai 
InUu mal : mayr, dirfaur , traha, dir- 
hha, ag a doedir yeithiau dirdra. Y dau 
ja bob amser a fynnant gyrchfa, a, pa fod 
^nag yr scrifenner hyynt ai ynghyd yntau, 
j yahanayl. Mo. moe^uch fyy o siamlau 
iUgluro y pethau a doeda'^och. Gr. Rhaid 
j gyybod pafod y cy^yltir, cy, a geiriau ni 
[|/io i gyreidiol yn lythyren fud. 
Ènn fo, rh, ne l, ne fogail , ne di- 
kong yn yreidiol, yna, cyf a^rjerir, mal : 
Ifurio, laboro, cyflafurio collaboto, e doe- 
c\- hefyd cydlafurio meyn amryy dealt, layn 
olaun, rheibio , cyfreibio, rhyyd cyfryyd 
v.n, parens, cyfren, alius ex eodem pâtre : 
c er bod y symlig yn henu syluedayl y cy- 
fisodedig a fyd damyeiniaul , mal : yn y 
peg thanatos mors, athanatos immortalis. 
n fo, m, yn yreidiol e roir^ m, aral at- 
mal : mediannu cymmediamu , Pann fo 
I f, a dodir mal : nos, cyfnos, nod cyfnod, 
N 2 nayd, 

[189] 



œrprété 
.eul but 
intrôler 
archéo- 

ossède, 
eule ou 
' et 9, 
•nnance 
lements 
apitula- 

■// I T// 
nen du 

RTA- 

;/T. M 



y chrech anianayl. porta porth, corpus 
■orph carcer carchar, et, yn th, perfectus 
mfaith, lacté laeth, delecto , dyleithio , ce, 
m, ch, siccus sych, saccum sach da hefyd oed 
'arcio pa derfyn a roder i'r gair, mal uicti- 
na, gyithifen, hostia, osten, scrifen , scri- 



1 V. S. 

ocken- 

GNiS. 
IVNiA 

^ILA| 

s. L. 
:h, op. 



:i9j] 



dyscu ai'amgledu, a guneuthur cyyilid i'r ici 
thoed estronaiil oi hanigylch, er maint i cym 
heriad, ai parch ymysc y saul sydyn i me 
dru. Mo. moesyn fyry gayni ar donydiϔh 
amser aral [îruy duij) ni a gayn odfa, a chy 
fie adas i roi man bythau truy^r hol ramar 
Gr. mae hi yn rhy hyyr i dechrau ynayr, a 
honno, ayn ymaith bellach, erbyn fyîhoi 
gartref hi a fyd amser sypper. Mo. A fy 
dim ynol, yedi dosparth y pedair. colej 
yma, a fydai raid i gymro yrtho , par,': 
chuenuchai ossod allan yn gymraegaid h', 
peth a gai yn scrifennedig nieyn ieithoi\ 
erad f Gr. byd. layer : ond yn anyedig, de 
ngos phord deg, a gyedaid i uneuthur ga 
ladin yn gymraegaid pan fo ei'^io gair can 
raeg cyfattebayl, i'r ladin, ne i'r groeg c 
edrych pa fod y luniai'r cymru gynt y q , 
fryy eiriau. megis, y gair ladin a dechra., 
ag, II, gysson, a gymer, g, yn y gamraeg oflr 
en yr. u. mal : uinû, guin, yiri, gyyr, uir 

[192] 



— IV 
mort à 
rico-breU 
Histoire 
V elles re 

('859); 
léguen i 
iittératu 
de façon 

— M 
17 man 
cette vil 
mémoire 
dans les 
du midi 
Mémoire 
velle édi 

— L« 
Londre- 
à l'âge 
Jones é' 
galloise 
publié \ 
Mallw^ 
fondate 
M. Roi 
probabi 

— 1 
Pembn 
de Caer. 

1er à Londrt- 

université gai. ^ne université . vberystwyth est due à la propa- 

gande dont il avait pris l'initiative. 11 a publié un ouvrage sur les origines de 
la nation anglaise qui a donné lieu à un curieux procès (cf. t. I, p. 170) et plu- 
sieurs volumes sur l'histoire locale du pays de Galles. 

H. G. 



Le gérant : F. VIEWEG. 



Imprimerie Gouverneur, G. Daupeley à Nogent-le-Rotrou. 



SIRONA, 



icrj 

':o gyraig, uitrum guydr, l, ladin ynnechrau 
'r gair, a dry yn l lihro lyfr , latinum la- 
'in, laboro, lafurio, lapidare labydio, b, allan 
rdechrau'r ladin a dry yn, f, mal : lyfr, la- 
\ur, lagof, scribo, scrifen, felly, m, hefyd, 
\rmamentum, furfafen, columna colofn, sa- 
ramentum sagrafen , testamentum , testa- 
\:n, poeîice, testefn. 

iArchyt ystyr arch testefn 
i da adref, a dodrefn. 
P, yn y cyfryu loed a dry yn, b, ,d, yn d, 
'xpidus cybyd, ?, yn ,d, mal uitrum gyydr, yi- 
'um, guyd, c yn, g, consecro cyssegru. g, a 
ay4 Aegiptus Eipht, ciuitas legionum caer 
',on uagina gyain, tromlefn ar ol, r, a dry 
1 chrech anianayl. porta porth, corpus 
orph carcer carchar, et, yn th, perfectus 
erfaith, lacté laeth, delecto, dyleiîhio , ce, 
\n, ch, siccus sych, saccum sach da hefyd oed 
\Ucio pa derfyn a roder i'r gair, mal uicti- 
ifl, gyiihifen, hostia, osten, scrifcn , o scri- 
' bo, 

[195] 



terprété 
;eul but 
întrôler 
archéo- 

ossède, 
eule ou 
""• et 9, 
mnance 
lements 
apitula- 

7/ I T// 
nen du 

RTA- 

//T. M 

I V. S. 

ocken- 

GNiS. 
IVNiA 
-IILAl 
S. L. 
:h, op. 



— N 
mort à 
nco-brel 
Histoire 
Villes re 

(•8$9); 

léguen i. 
littératu 
de façon 

— M 
17 mars 
cette vil 
mémoin 
dans les 
du mid. 
Mémoin 
velle édi 

— L> 
Londre 
à l'âge 
Jones é' 
galloisf 
publié i 
Mallw; , 
fondatt 
M. Ro] 
probabl 

— 1 
Pembn 
de Caer 

1er à Lonc 
université ^ 
gande dont 
la nation a; 
sieurs volur 



dyscu al^amgledu, a gyneuthur cyuilid i^r iel 
thoed estronaul oi hamgylch, er maint i cym 
heriad, ai parch ytnysc y sayl sydyn i me 
dru. Mo. moesyn fyry gayni ar donydiϔh 
amser aral [truy duij] ni a gayn odfa, a chy 
fie adas i roi man bythau truy^r hol ramar 
Gr. mae hi yn rhy hijyr i dechrau ynayr, a 
honno, aun ymaith bellach, erbyn fythoi 



iio 



cîum, paith, pvacticus, praethig tracîus tr, 
eîh : er bod yeithie yr vn fogail yn trigi 
mal : plector plethu, complector, cymlhethu^ 
lectio, lith, , ss, hefyd yn dyfod 0, x, ladin_ ■ 
a fynn diphdon ôi blaen mal : saxones Saes- ' 
son, laxo laessu, Uxiuium, leissu Mo. gyn-' 
eych yn gamraeg y gair, hœreticus. Gr. 
haeredig, ag haresis, haeredigiath. am i boà 
yn haeru i celyyd megis, petîe gyir. Mo.', 
oes ragor yn y gamraeg rhyng geiriau, 
prydydion, a'rheini mae'r historiayyr yn i 
harfer, a phayb syd yn traetku peth, meyn ' 
ymadrod ryd. Gr. oes megis yn y ladin\ 
rhyng y poedydion, a'r areithuyr, Canys y i 
prydydion i gynnyys gair, meyn, meidr, a 
messur caeth , a dorrant yeithie yraid y gair, 
yeithie aral nhyy a scythrant i frig ef, ym- 
bell yaith nhyy a dynnant allan i berfed 
ef, heryyd pan fyrraf fo,r gair, hoyssaf 
^ Îy4 i gyfleu meyn pennil : am hynny rhaid i 
yn fynych dorri yn dau hancer y geiriau \ 

hirion, 
[200J 



SIRONA. 



rion, cyn gai lu, i sengi meyn pleth cyn- 
laned mal : yscyfarnogod cardnaliaid : 

yscyfar {yn ar ynos,] 

nogod syd ytna'n agos 

ag ar i du, i gard {vych] 

naliaid, canlau annyylyych. 
ïd yrhai syd yn traethu peth meyn yma- 
ipd ryd a geissiant y geiriau teccaf, gye- 
idiaf, cymhyy^af, ami o sillafau, a sa- 
fedig ymysc y bobl jylly y neb a chyenny- 
i0 fod yn hyodl, yn ymadrodus, ag yn da- 
iyd parabldoeth, yn y gamraeg rhaid ido 
rych yn gynîaf dim, a ces un gair ar- 
/edig ymlhith y .cymru eussus, i yspressu 
fedyl, ag i dangos i amcan, ai gynghei- 
id. Onid oes ; rhaid benthygio yn gyn- 
f gen y ladin, os gellir yn diyrthnyssig i 
ineuthur yn gymreigaid : os byd caledi 
na, rhaid duyn i nechyyn, gan yr eida- 
yrj phrancod, ysphaenyyr, ag od oes gei- 
lu saesneg yedi i breinio ynghymru ni yas- 

naetha 



;s, interprété 
/[on seul but 
les contrôler 
iversarchéo- 

on possède, 
uée seule ou 
, 7, 8 et 9, 
■ ordonnance 
iseignements 
i récapitula - 
hes. 

//////// I T// 
l'examen du 

////LORTA- 
////////T. M 

'INA I V. S. 

[. (Hocken- 

m SIGNiS. 
I ET IVNiA 
/LA HILA I 
^ • V. S. L. 
ambach, op. 



102 



— ^ 

mort à 
rico-bnl 
Histoire 
velles re 

(>8S9); 
léguen i 
littératu 
de façon 



dyscu ai'amgledu, a guneuthur cyyilid i'r iei- 
thoed estronaul oi hamgylch, er maint i cym- 
heriad, ai parch ymysc y saul sydyn i me- 
dru. Mo. moesun fiiry gauni ar donydiœth, 
amser aral [truy duij] ni a gaun odfa, a chy- 
fie adas i roi man buthau triiy^r hol ramar 
Gr. mae hi yn rhy huyr i dechrau ynaur, a, 
honno, aun ymaith bellach, erbyn fyîhon 



17 mars 
cette vil 
mémoin 
dans les 
du mid. 
Mémoin 
velle édi 

— L- 
Londre 
à l'âge 
Jones é' 
galloisf 
publié i 
Mallw; 
fondate 
M. Roi 
probabl 

- 1 
Pembr* 
de Caer 
1er à Lonc 
université ^ 
gande dont 
la nation a 
sieurs volui 



yn da, ni dehellir fyth mo'r dogfennau, t 
rheolalhau sy'n perthynu at y gelfydyd hon 
yr un phunyd, nid guiu ceissio ysplygu yn egi 
mo donydi£th, nés dychmygu laver hen\ 
adas, a chuymyys, i bob punc yndi. ag t 
drachefn, i neb geissio dysgu, y rhann yma, 
dealt yn gyntaf yr henyau hynn, a darfu i ' 
tfiu, ai lunio yn unig i ossod ail an. y donydiai 
yn fyrr, yn eglur ag yn dymhoraid. a plu 
uyper yn rhugl y cyfryu eiriaa, ai dealt yn 
ni byd dim caled yn y dogfennau a roder : m 
penn fo'r gyssain ragodlig yn dauuynebog, 
^H> y gynghaned fod yn groes dymchuiele 
onis gyydir beth yy cyssain ragodlig, ne gyss 
dauuynebog, ne groes dymchyeledig , ni d 
hellir byth mo'-r dogfenn uchod. Mo. moe\ • 
chuithau felly, yeled yn grynno , yspon 
byrr, ar y gyfryy henyau technennig, sy'n g 
snaethu i'r donydiœth. Gr. Cannig cyfanbu, 
ne gyfanbyyl, yu hynnu a fo a rhessym cyflc ] 
yndo, cannig anghyfanbyyl yy'r rhimin,] 

fy 
[208] 



SIRONA. 



1 Je n'ai pas la prétention d'avoir, dans ces quelques pages, interprété 
d'une manière définitive le mythe assez obscur de Sirona. Mon seul but 
était de réunir les rares monuments qui la concernent, de les contrôler 

, avec soin, et d'en rapprocher ce qu'ont dit de cette déesse divers archéo- 
logues et mon savant confrère M. Alfred Maury. 
Aucun écrivain de l'antiquité n'a mentionné Sirona, mais on possède, 

I comme on va le voir, plusieurs inscriptions où elle est invoquée seule ou 

' avec Apollon, et, parmi ces textes, il en est, les n"' i, 6, 7, 8 et 9, 

1 qui sont accompagnés de bas-reliefs comportant, malgré leur ordonnance 

, sommaire et leur très mauvais état de conservation, des enseignements 
d'un certain intérêt. Voici, suivant l'ordre géographique, la récapitula- 
tion des inscriptions; je reviendrai plus loin sur les anaglyphes. 

1° APOLLINl I GRANNO et \ siRONAE ] //I///////// | ///////// | T// 

' IJj/lOjjj I VSLLM. Trouvée à Baumberg (voir plus loin l'examen du 

t monument) . 

i 2» ////SIRONA////// 1 QVE • IM////// i ////NIS • ESNA 1 ////LORTA- 
LAEE/////// I ////PONIVS • SECVN//// | //////TOAMCV////////T. M 

[//////// (Mayence; Brambach, Corp. inscr. rhen.^ n° looi). 

1 3» DEO I APOLLINl | ET SIRONAE | IVLIA FRON 1 TINA | V. S. 
L. L. M. (Nierstein ; Brambach, op. laud., r\° 719). 

■ 4° DEAE I SIRONAE ] CL MARIANVS ] V. S. L. L. M. (Hocken- 
heim; Brambach, op. laud., n° 1698). 

5° IN H. D. D. APO I ////N ET SIRO NAE | AEDEM CVM SIGNiS. 

< C. LONGINiVs I SPERATVS VET. LEG. XXII. PR. P. F. | ET IVNiA 

\ DEVA CONIVNX. ET. LON ] GINi. PACATVS. MARTINVLA HILA | 
RITAS • SPERATIANVS FILI • IN | SVO POSVERVNT • V. S. L. 
L- M I MVCIANO ET L-FABIANO COS (Grossbotwar; Brambach, op. 
laud., n° i $97). 

Rev.Cdt.lV 10 



134 Sirona. 

6° DEAE • 8IR0NA// | L. LVCANIVS. CÉNS0R//NV////////1GIL 
LVM D//. Trêves; Brambach, op. laud., n° 814 (voir plus loin pour 1 
monument). 

70 IN H DD APOLLIN | ET SIRO Trêves; Brambach, op 

laud., n" 81 5 (voir plus loin pour le monument). 

8° DEAE BIRONAE | MAIOR MA | GIATI FILIVS | V. S. L. M 
Sept-Fontaines, près Saint-Avold (voir plus loin pour le monument) . 

9° APOLLINI I ET SIRONAE | IDEM | TAVRVS. Luxeuil (voi 
plus loin pour le monument). 

10° NVM. AVG. DE// | SIRONA// | MAGIVSIA • SIBI | V. S. L. M 
Corseul; de Caumont; Bulletin monumental, t. VI, n° $, p. 252. 

11° SIRONAE I ADBVCIETVS | TOCETI FIL | V. S. L. M. Bor 
deaux, Mém. de la Société archéologique de Bordeaux, article de M. R 
Dezeimeris, t. I, 1874, in-B". 

12° APOLLINI I GRANNO • ET | SANCTAE • | SIRONAE ] SA 
CRVM. Rome, Corp. inscr. lat., t. VI, n^é. 

A ces douze inscriptions il y a lieu de joindre, sous bénéfice d'inven' 
taire, deux vœux, incorrectement transcrits par les premiers copiste! 
et que M. Becker, de Francfort, a essayé de restituer à Sirona '. Assuré 
ment cet auteur a raison, lorsqu'au lieu de APOLLINI ET • S • V ] 
RONAC... I BITVRIX TVLI F, lu sur une pierre découverte à Grau, 
(Vosges) et détruite aussitôt ^, il propose la leçon suivante : APOLLIN; 
ET SI I RONAE SACRVM | BITVRIX TVLI F ; mais il s'avance troii 
lorsqu'il propose de reconnaître l'abréviation du nom de Sirona dan 
un texte de Saint-Gaudens, ainsi altéré par Dumège5 : GEMINVS | Q 
IVL. BALB. F 1 SIR 1 V. S. L. M. La pierre est au musée de Toulouse' 
elle porte : GEMINVS | Q. IVL. BALBI | SER[vvs] | V. S. L. M. 4. 

Il n'y a pas lieu de s'arrêter à l'inscription fausse s d'Olâh Brettye 
publiée par Gruter '^ d'après le recueil justement suspect de Zamosius e 
reproduite il y a plusieurs années par MM. Ackner et Mùilerv. Enfin j 
mentionne, mais seulement pour ordre, un texte en l'honneur d'Apollon; 
de Sirona et des Nymphes, qui ne me paraît pas pouvoir être accept; 
comme élément d'étude ^. 

1. lahrbuch des Vereins von Aiterthums Freunden im Rheinlande, t. XX, p. 108 et suiv 
et t. XXVII, p. 80 et suiv. 

2. Mémoires de la Société des Antiquaires de France, t. V, p. 22. 

3. Monuments religieux des Volces Tectosages, p. 203, n" 23. 

4. E. Barry, Mém. de l'Acad. de Toulouse, t. VI, p. 109, d'après le monument 
ginal conserve au musée. 

5. Cf. Corp. inscr. lat., t. III, p. 10, n° 74. 

6. P. XXXVII, n" II. 

7. Die rœmischen Inschriften inDacien^n' 203, Vienne, 1865. 

8. Cf. Ch, Robert, Épigraphie de la Moselle, m-4°, 5869, p. 12. 



Sirona. i ^ 5 

Les inscriptions qui mentionnent Sirona, en acceptant celle de Graux, 
sont au nombre de treize et se répartissent de la manière suivante : 

Norique i 

Extrémité de la Belgique et confins germaniques. . . 9 

Gaule lyonnaise i 

Aquitaine i 

Italie. I 

Ainsi sur treize inscriptions, neuf appartiennent aux rives du Rhin 

et aux régions de la haute Moselle ; une autre vient du Norique où 

la race gauloise avait laissé des traces. On est donc fondé à dire que 

Sirona appartenait au groupe des divinités féminines propres à l'est des 

Gaules et aux régions rhénanes. Il est vrai qu'un autel à Sirona s'est 

rencontré à Bordeaux ; mais on ne saurait en conclure que le culte de 

cette déesse fût pratiqué par les Bituriges Vivisci, car leur riche emporium 

, était peuplé d'étrangers, ainsi que le prouvent non seulement des pierres 

sépulcrales rappelant des hommes de tous les pays et par exemple 

: des Germains, des habitants de Trêves et de Metz, etc., mais encore 

; deux cippes élevés en l'honneur, l'un d'une divinité rhénane, Mercu- 

• rius Visucius, l'autre du Jupiter des Bo/7'. Quant au monument qui 

, se trouve à Rome, on sait que tous les cultes provinciaux se prati- 

, quaient dans cette ville, où un citoyen de Reims unissait dans le même 

i vœu les dieux de sa patrie, Arduinna et Camulus, à Jupiter, à Hercule 

■ et à Mercure 2. 

I Sirona, dans quatre des cinq textes qui la mentionnent seule, est 
; invoquée sous le titre de Dea ? ; dans le cinquième, à Bordeaux, elle 
est simplement désignée par son nom. Dans les huit autres, où elle 
partage les vœux des fidèles avec Apollon, elle ne porte plus le titre de 
: Dea et se montre seulement une fois qualifiée de Sancta. Quant à son 
: parèdre, il ne reçoit que deux fois le surnom de Grannus-t. Ces remar- 
i ques auront plus loin leur application. 

; Si l'on passe aux consacrants, on voit que plusieurs d'entre eux ont 

; des noms indigènes, comme Magiusia, Adbucietus Toceti filius, Maior 

Magiaù filius , mais que d'autres sont dénommés à la romaine, comme 

I. Le personnage qui avait érigé ce monument appartenait soit aux Boii restés dans 
l'Est, soit à ceux qui avaient poussé jusqu'à l'Océan et s'étaient installés vers le bassin 
d'Arcachon. 
I 2. Corpus inscr. latin., t. VI, n» 46. 

}. Le titre de Dea ne se lit pas sur le monument n' 2 de Mayence; mais il est à 
remarquer qu'il existe, avant le nom de Sirona, un espace libre qui doit être rempli par 
ce mot. 

4. A Baumberg et à Rome ; l'inscription d'Olâh Brettye donne aussi au dieu le sur- 
nom de Grannus, mais on a vu plus haut qu'elle est fausse. 



1 5 6 Sirona. 

Iulia Fronùna, ClÇaudius) Marianus, L{ucius) Lucanius Censorinus. Un 
vétéran de la légion stationnée à Mayence, C. Longinius Speratus, avait 
associé à son acte pieux sa femme lunia Deva, et ses enfants Pacatus, 
Marîinula^ Hilaritas, Speratianus. Sauf le surnom de la femme, ce ne 
sont pas là des appellations indigènes. Mais, en tenant compte de la 
tendance bien connue des provinciaux à se transformer en Romains, il 
est permis de dire que le culte de Sirona était surtout pratiqué sous 
l'empire par les anciens habitants du sol. 

Voici maintenant ce qui reste des anaglyphes qui représentaient 
Sirona. 

SAINTE-FONTAINE. 

Le cippe trouvé à Sainte-Fontaine est le seul bas-relief arrivé complet 
jusqu'à nous, mais il ne présente qu'un buste et ne comporte pas grand 
enseignement. Cet antique, découvert en 175 1, a été détruit lors de 
l'incendie de la bibliothèque de Strasbourg, en 1870. J'en possédais^ 
heureusement un moulage, aujourd'hui au musée de Saint-Germain, qui' 
m'a permis de faire graver la figure suivante : 




Sirona. 



'37 



Ce petit bas-relief présente une base rectangulaire de o'" 32 sur 0"^ 15, 
sur laquelle se développe l'inscription ; puis, au-dessus, un tableau en 
fer à cheval duquel se détache le buste de la déesse vu de face. La coif- 
fure est remarquable et rappelle quelque peu celle des sphinx égyptiens. 
Les chevelures à courbures régulières et symétriques sont d'ailleurs fré- 
quentes sur les monnaies gauloises. Le bas du cou présente une double 
saillie circulaire figurant un collier, ou plutôt l'amorce du vêtement. Le 
nom de la déesse commence par un caractère fréquent dans le nord-est 
de la Gaule ', le D barré, qui a la valeur d'une sifflante analogue au th 
anglais. 



TREVES. 

à Trêves en l'honneur d'Apollon et de 



Les deux monuments élevés 
Sirona sont très mutilés. Sur l'un apparaît seulement la partie inférieure 
des synèdres, c'est-à-dire les pieds nus du dieu, le bas de la longue tunique 
de la déesse et l'amorce d'une ara. Sur l'autre, rien ne reste de la figure 
féminine; Apollon est encore visible; il a pour attributs une lyre et une 
branche de laurier. 

BAUMBERG. 

Le monument de Baumberg, aujour- 
d'hui au musée de Munich, est très 
détérioré ; il offre cependant la plus 
complète représentation de la déesse. 
Je l'ai fait reproduire d'après un mou- 
lage dont M. Alexandre Bertrand a eu 
la bonne fortune de doter le musée de 
Saint-Germain. 

La hauteur totale de ce monument est 
de G'" 91 et sa plus grande largeur de 
0" 45. Trois de ses faces sont sculp- 
tées ; la plus large est occupée par la 
dédicace, les deux autres par les divi- 
nités. 
/ 'i^'i'/IMWi'^fôTrnTTJs^yyfr^ L'inscription est très effacée. Les 

|.-/î^^^^%^iî^/^'' "^'^^ premières lignes laissent voir 
l ^^^^^^:wÊ$ÉtU^^^^^ cependant le nom et le surnom d'Apol- 
Ion Grannus ; mais la troisième qui 
devait mentionner la parèdre est en grande partie oblitérée ; quelques 
lettres seulement servent de guide pour reconnaître le nom de Sirona. 




I. cf. Ch. Robert, Epigr. de la Moselle, p. 95. 



1^8 Sirona. 

Des trois autres lignes, deux n'offrent plus que des éléments impossible: 

à utiliser; la dernière montre nettement la formule V. S. L. L. M. 

Les bas-reliefs sont frustes. 

L'un, à gauche du spectateur, montre Apollon dans une attitude large 
ment interprétée. Le dieu avait dans le pli du bras gauche une lyre dt 
dimension démesurée et, de la main droite, ramenée vers l'instrument 
il tenait probablement un plectrum. 





L'autre bas-relief montre la déesse debout, vêtue, comme à Trêves 
d'une longue tunique. Les objets qui lui servent d'attributs sont ma 
conservés. On reconnaît toutefois dans sa main droite des fruits, peut-, 
être une grappe de raisins de proportions exagérées et, dans sa mainj 
gauche levée, une poignée d'épis. ' 

Il m'a paru d'autant plus intéressant de donner une représentation 
exacte de ce monument qu'il a été longtemps le sujet d'une méprise justi-; 
fiée par son état de détérioration. Hefner, qui l'a publié le premier, avait! 
bien reconnu des fruits comme attributs de la déesse, mais il avait été 
par là même entraîné à la prendre pour Pomona'. Plus tard il s'aperçut 



1. Acta Academiat Monacensis, 1846, t. IV 
risches Archiv fur Vatcrlaendische Geschichle. In- 
Roemischc Denkmaeler Oberbayerns, t. II, p. 50, n" 



p. 104 
', t. VI, 



; tab. I, fig. 6. — Obcrbaye-' 
p. 399, et tab. 111, fig. 15. — i 



Sirona. 139 

de son erreur et rendit à Sirona sa place sur l'autel de Baumberg ' . Cette 
rectification a été consacrée par les savants les plus autorisés d'Alle- 
magne 2 et notamment par M. Mommsen qui a vu le monument original, 
et n'a pas hésité à reconnaître Sirona dans la déesse portant des fruits^ ; 
un examen attentif du moulage m'a conduit au même résultat. Il semble 
donc acquis désormais que Sirona, dans son association avec Apollon 
Grannus, était symbolisée par une figure féminine portant des fruits. 




ISÏRDNAEÎ1 



LUXEUIL. 

Le monument de Luxeuil est un autel 
en grès blanc dont je reproduis ici l'ins- 
cription d'après un estampage que je 
dois à M. Ernest Desjardins et les bas- 
reliefs d'après un dessin que M. Ed- 
mond Le Blant a bien voulu faire exé- 
cuter à mon intention pendant son 
récent séjour dans cette station ther- 
male. 

L'inscription, très nette et renfermée 
dans un cartouche, occupe le haut de. 
la première face, dont le bas est orné 
d'une guirlande de fruits. Le nom du 
personnage est précédé de l'adjectif 
idem que les premiers éditeurs de l'ins- 
cription n'avaient pas reconnu 4. Taurus 
avait sans doute dressé non loin de là 
un autre monument, dont l'inscription 
le faisait amplement connaître; il lui 
suffisait donc, dans le vœu à Apollon 
et à Sirona, de se désigner par cette simple formule : idem Taurus. 

On avait prétendu que l'objet contourné et mal conservé qui accom- 
pagne la guirlande était un serpent s rappelant le caractère médical du 




1. Roemisches Bayern, 3'' édit., p. 78 et suiv., n" lxxiv. 

2. Becker, Jahrbuch des Vereins von Alterthtims Freunden im Rheinlande,t. XX, p. 107. 

3. Corpus inscriptionum latinarum, t. III, n° 5588. 

4. Le Journal de la Haute-Saône, mentionnant la découverte du monument en 18 $8, 
avait donne pour la troisième ligne XDEM. La Rev. archéol. (i8j8, p. 120) et le Bull, 
des Soc. sav. (18(8, i'" sem., p. 248) reproduisirent ce mot inexplicable ; M. Bourque- 
lot {Mém. des Antiq. de France, t. XXVI, p. 29), crut pouvoir le remplacer par DEAE. 

5. Bourquelot, Mém. des Antiq. de France, t. XXVl, p. 31. 



140 Sirona. 

dieu invoqué dans l'inscription. Le dessin permet de reconnaître que 

c'est tout simplement une lemnisque. 





Sur chacune des deux faces contiguës à celle qui porte l'inscription se 
voit une représentation virile dont le haut du corps et les jambes sont ; 
nues, tandis qu'une courte tunique est attachée sur les reins. La figure 
de gauche est barbue, celle de droite est imberbe ; elles sont si dégra- 
dées l'une et l'autre qu'il ne reste rien de leurs attributs distinctifs ; 
aussi me paraît-il impossible de déterminer leur caractère tant qu'un 
monument analogue n'aura pas été découvert. On pourrait, à la rigueur, , 
constater que l'attitude et le costume sommaire de ces deu.x figures les i 
rapprochent de certains génies sculptés sur des monuments des bords i 
du Rhin et de l'île de Bretagne ; mais un visage barbu conviendrait mal 
à des personnifications de cette nature. 

La face parallèle à celle de l'inscription montre une figure virile entiè- | 
rement nue, ce qui dénote un dieu. La main droite élève un attribut res- i 
semblant à un couteau ; la gauche, qui a disparu, descendait le long du 
corps. La jambe gauche est repliée sur un objet aujourd'hui détruit, 
mais dont les traces, quelque peu visibles qu'elles soient, semblent indi- 
quer une lyre. Dans ce cas, l'attribut placé dans la main droite serait 



Sirona. 141 

un plectrum et le dieu se trouverait 
symbolisé comme sur l'autel de Baum- 
berg. J'ajoute que l'attitude d'Apollon 
est presque identique à celle qu'il prend 
sur un monument d'Athènes, une jambe 
infléchie derrière l'autre, la main droite 
tenant un plectrum en forme de fer de 
flèche et la gauche appuyée sur la lyre ' . 
Sirona n'est pas représentée dans le 
monument de Luxeuil; ce n'est pas la 
première fois, du reste, que les divinités' 
nommées dans l'inscription et les divi- 
nités représentées ne sont pas les 
mêmes. En se rappelant que la déesse 
porte des fruits, à Baumberg, on serait 
tenté d'accorder à la guirlande de fruits 
un caractère symbolique; mais cette 
sorte d'ornement a été si souvent em- 
ployée dans la décoration des monu- 
ments religieux et autres qu'il vaut mieux s'abstenir. 

Tels sont les textes et les bas-reliefs que nous avions à examiner. 
Rappelons maintenant ce qu'on a dit de Sirona. 

Au xv!!!--' siècle, Oberlin proposa d'identifier cette déesse à Diane 
chasseresse, mais sans appuyer son hypothèse d'un seul argument 
solide 2. Cependant, l'assimilation de la compagne gauloise d'Apollon à 
la sœur hellénique de ce dieu était si naturelle 5 qu'elle a encore cours 
aujourd'hui. M. Alfred Maury l'a remise lui-même incidemment en 
lumière en 1860, avec son incontestable autorité 4, dans une courte note 
relative à l'Apollon gaulois s. Ce savant, toutefois, ne considérait plus 
Sirona, dans son association à Apollon, comme une protectrice de la 
chasse, mais comme une déesse ayant emprunté le caractère médical 
dont Diane parait avoir été quelquefois dotée. Ce caractère conve- 




1. Huart, Monum. d'Athènes, t. I, p. 25. 

2. Muséum Schœpflini, Strasbourg, 177J, in-4', p. 16. 

}. Millin {Voyage dans le midi de la France, t. IV, p. 650) admet que Sirona est un 
surnom de Diane. 

4. Revue archéologique, 1860, p. 58 à 60. 

5. M. Roget de Belloguet, après M. Maury, a soutenu cette identification avec des 
arguments philologiques dont la valeur est contestable {Ethnogénie gauloise, t. II, 
p. 271). 



142 Sirona. 

nait à la parèdre de l'Apollon gaulois qui, du témoignage même de 
César, avait le don de repousser les maladies, depellere morbos^. ' 
M. Maury, qui, il faut le remarquer, ne connaissait pas tous les monu- 
ments que j'ai réunis, ne se borne pas à assigner un caractère médical à 
Sirona, mais, précisant davantage, il semble restreindre le rôle de cette 
déesse à la protection des eaux thermales, si bien qu'elle serait devenue 
une Artemis thermia. Pour faire ressortir cette action spéciale réservée 
à la déesse, le savant académicien rappelle d'abord une ou deux étymolo- 
gies du mot Sirona , qu'il ne m'appartient pas d'apprécier. Il remarque 
ensuite que ce nom renferme un suffixe qui reparaît dans les noms de 
plusieurs cours d'eau, tels que Divona, Aronna, Axona, Calarona, 
Sagona, Exona^, etc. Mais il ne faut pas, ce me semble, s'attacher trop , 
au suffixe qui n'a généralement qu'une importance secondaire dans les ( 
appellatifs géographiques. Ainsi, par exemple, Divona appartient à un 
groupe assez considérable de noms de sources, tous formés avec la 
même racine, mais n'étant pas, pour la plupart, terminés en ona^. On 
peut ajouter que ce suffixe ne caractérise pas exclusivement en Gaule lesj 
noms de cours d'eau ? et qu'il se retrouve dans des noms de divinités! 
gauloises qui ne semblent pas avoir été les protectrices des sources, telles j 
que Nemetona, associée à Mars 4, Rittona invoquée à Nîmes s, et mêmej 
Epona dont le nom est, il est vrai, latin suivant Corssen'', mais que Zeussj 
attribue au celtique 7. Bien des divinités romaines avaient également 
leur nom terminé en ona^. 

Enfin M. Maury a constaté que des vœux à Sirona se rencontrent dansi 
les stations d'eaux. Il est certain que trois des inscriptions où cette déesseï 
est mentionnée viennent l'une de Nierstein, l'autre de Luxeuil et la troi-' 
sième de Sainte-Fontaine, localité dont le nom dénote une source bien-' 
faisante ; mais la plupart des autres ont été découvertes dans de grands 

1. De bello gallico, liv. VI, ch. 17. j 

2. Les noms de la Deba, de la Dee ou Duy, de la Deve ou Duis, des Diva, Dive 
Dives, Die, Divette, Divatte entrent dans ce groupe avec ceux de la Divonne, de U\ 
Deheunne, de la Deonne, du Devon. On peut voir dans la Revue celtique (t. II, p. 1 et! 
suivantes) l'article de M. Pictet sur quelques noms celtiques de rivières. Dans un autr( 
article {Revue celtique, t. I, p. 299), cet auteur a montré le rôle de la racine Dru qui, 
dans les appellatifs de cours d'eau, est unie à des suffixes très variables. 

5. Ce suffixe se retrouve dans des noms de forêts, telles que la forêt Calydona, d( 
villes, telles que Ancona, Cremona, Dertona, Verona (Cisalpine), Alpona (Helvétie) 
Aemona, Vindobona (Pannonie), Alona, Scarpona (Gaule), et dans des noms de personnes 
Vindona (Orelli, 2019). 

4. Lersch, lahrbuch des Vereins von Alterthums Freunden im Rheinlande, t. II, p. 121 

5. De Wal, Mythologiae septentrionalis monumenta latina, 1847, in-8°, n" ccxxxv. 

6. Corssen, Ueber Aussprache, Vokalismus und Beîonung der lateinischen Sprache, 2" éd. 
1868, t. I, p. 116. 

7. Grammatica celtica, 1" édit., 1871, p. 9, 65, 71, 85, 772. 

8. On peut citer Alemona, Annona, Bellona, Bubona, Duellona, Mellona, Pomona, etc 



Sirona. 145 

centres tels que Mayence, Trêves, Corseul, Bordeaux et Rome. Les 
eaux de Luxeuil n'étaient pas spécialement placées sous la protection de 
Sirona, mais plutôt sous celle du dieu à nom topique Lixovius et de la 
déesse Brixia ' . Les autres eaux avaient aussi leurs divinités propres ; 
c'est ainsi que le couple de Borvo et de Damona présidait aux sources 
de Bourbon-Lancy et de Bourbonne, et que le dieu Ilixo ou Lixo aurait 
donné son nom à Luchon ^. Un auteur qui pense aussi que Sirona est la 
personnification particulière des sources 5 insiste sur le titre de déesse 
qu'elle portait et qui aurait caractérisé en Gaule les génies des sources; 
mais on a vu que Sirona n'avait pas toujours ce titre lorsqu'elle était 
seule et qu'elle ne le portait jamais dans la compagnie d'Apollon. D'ail- 
leurs, d'autres créations féminines étrangères aux sources, par exemple 
Rosmerta, la parèdre de Mercure, étaient qualifiées de Dea. 

En général les déesses parèdres partageaient les attributions du dieu ; 
si donc on juge du caractère de Sirona par celui d'Apollon , on renoncera 
à faire exclusivement de cette figure divine une protectrice des eaux 
bienfaisantes, car Apollon était en Gaule non seulement un dieu qui 
guérit les maladies, mais, comme à Rome, une personnification du soleil; 
cela résulte d'un passage même de la note de M. Alfred Maury, dans 
lequel il admet pour étymologie de Grannus le mot irlandais et gaélique 
Grian ; par sa force vivifiante, le dieu que les Gaulois nommaient Grannus 
et les Romains Apollon, exerçait d'une manière générale une action 
bienfaisante dont son caractère médical n'était que la conséquence. 
Il avait une grande analogie avec l'Apollon sauveur honoré à Rome 4; 
aussi se montre-t-il en Gaule, dans son association avec Sirona (voir 
le monument de Trêves), avec la lyre et la branche de laurier qui 
servent d'attributs à Apollon Salutaris s sur les monnaies de Trébonien 
et de Volusien^. Grannus était invoqué par Caracalla malade, non 
comme le protecteur des sources, mais comme l'égal des grands dieux 
de la santé, Esculape et Serapis? ; il était associé, dans les vœux, à la 
fille d'EscuIape, Hygia, ainsi que le démontre une inscription trouvée 
dans le lit du Danube s. Les eaux à vertu médicinale étaient tout natu- 
rellement placées sous la protection du grand maître de la santé. U est 



1. Bourquelot, Mém. des Antiq. de France, t. XXVI, p. 22 et suivantes. 

2. Dictionnaire archéologique de la Gaule, aux mots Bourbon-Lancy et Bourbonne. 

3. Bulliot, Revue celtique, t. I, p. 308 et 519. 

4. Orelli-Henzen, n^^ 5897. 

5. Une inscription de Rome donne à l'Apollon Salutaris le titre de Medicinalis. Corp. 
inscT. lût., t. VI, n- 39. 

6. Eckhel, Doctrina numorum, t. VII, p. 357 et 368. 

7. DionCassius, liv. LXXVII, cli. 15. 

8. Corp. inscr. lat., t. 111, n" 5873. 



144 Sirona. 

dès lors logique que son nom se retrouve dans celui de quelques locali- 
tés célèbres par leurs sources, comme Aquae Granni'. En présidant aux 
sources thermales 2, l'Apollon gaulois ressemblait encore à l'Apollon 
romain, à qui les baigneurs des Aquae ApoUinares adressaient leurs vœux, 
ainsi que l'ont montré les belles découvertes faites, en 1852, sur les 
bords du Lago, près Vicarello 3. En somme, je crois qu'Apollon en Gaule, 
même quand il était qualifié de Grannus, avait un rôle très étendu, qui 
ressort du reste de l'article de M. Alfred Maury; mais eût-il été limité, 
comme divers auteurs l'ont dit 4, au rôle de protecteur des eaux bienfai- 
santes, on ne pourrait rien en conclure au sujet de Sirona, puisque, 
dans son association avec elle, il ne porte que deux fois ce surnom. 

Si donc on doit étendre à Sirona le caractère du dieu auquel elle est 
six fois associée dans les inscriptions, soit par des indigènes, soit par des 
consacrants à noms romains, on admettra qu'elle était aussi une puis- 
sance fécondante favorisant les productions de la nature, repoussant le ' 
mal et agissant sur les eaux thermales soit comme déesse de la santé, 
soit comme distribuant la chaleur. Ce caractère plus général de Sirona 
justifierait les attributs qu'elle porte sur le monument de Baumberg que 
ne connaissait pas M. Alfred Maury, attributs qui sont, ainsi qu'on l'a 
vu plus haut, des fruits et des épis s. 

En résumé je ne conteste pas que Sirona , comme Apollon, ait 
présidé aux sources bienfaisantes, mais je pense que ce n'était là qu'une : 
des faces de son rôle plus général. Si la voie que j'ai ouverte ne paraît i 
pas devoir être suivie, j'aurai au moins réuni une partie importante des 
éléments de la question. 

Ch. Robert. 

Paris, le 51 août 1879. 

1 . On peut joindre à ce nom d'une station thermale célèbre celui que porte aujourd'hui 
le ruisseau dit Eauxgraunnes, dans lequel se déversent les eaux chaudes de Plombières, i 

2. Je ne parle pas des eaux bouillantes punissant les parjures auxquelles, suivant 
Eumène {Panégyrique de Constantin, ch. XXl), présidait Apollon. Le dieu agissait là' 
comme source de la chaleur, plutôt que comme protecteur de la santé, 

3. Annales de l'Institut archéologique de Rome, 1859, p. 34 et suiv. 

4. Eckart, Dissert, de Apolline Cranno Mogouno, Viceburgi, in-4". — Bimard de la 
Bastie, Thésaurus de Muratori, t. 1, col. (9. — Greppo, Études sur les eaux thermales et 
minérales de la Gaule, 1848, in-8°, p. 60. — Bulliot, Revue celtique, t. 1, p. 309, etc. 

j. M. Becker {Jahrb. des Vereins von Alterthums Freunden im Rheinlandc, t. XX, p. 107 ' 
et suiv.) a essayé, il est vrai, de concilier le caractère de Sirona, protectrice spéciale des 
eaux thermales, avec les fruits et les épis qu'elle porte. Ces attributs s'expliqueraient, , 
dit cet auteur, parce que la déesse faisait partie des génies maternels symbolisant les j 
diverses forces de la nature. On le voit, en faisant partager à Sirona le rôle de son | 
parèdre, M. Becker arrive par une voie détournée à la conclusion qui s'impose. t 



k 



SUPPLÉMENT 

AUX DICTIONNAIRES BRETONS-FRANÇAIS. 



Je laisse de côté les variantes phonétiques, et les mots usuels que je 
me rappelle avoir vus écrits, pour m'occuper de ceux que je ne connais 
que par l'usage. Je rectifierai quelques fausses restrictions de dialecte 
ou de sens, et rétablirai des mots regardés à tort comme inusités. 

Le but de ces recherches partielles serait atteint, si elles pouvaient 
en provoquer d'autres du même genre, mais plus étendues et plus appro- 
fondies. 



-a : kouignaoua, aller chercher des gâteaux à la Saint-Étienne, Lan- 
rodec ; kouignaouàr, celui qui y va, Trévérec ; lœsa (= gall. llaetha], 
quêter du lait, en parlant des pauvres ; lesàrienn, ceux qui le font ; 
lusa, cueillir des « lucets » {lus, eur luzenn; la plante, koad-lus), d'oii 
lusâr ; moala (gall. mwyara), chercher des mûres; subst. moalàr 
(Lanrodec). Teskaoua, glaner, plus régulier que teskaodn : teskaoua 
avalao, recueillir des pommes (Trév.) ; trouskanna, Lanr., îrouskenna, 
Ploezal, chercher de la mousse ; ziliodr, pêcheur d'anguilles, Trév. 

■ -Ab[l] : lennab[l] lisible; stagab[l) [fou] à lier, lachab{l) [bête] à tuer, Trév. 

ac^hel, m. (essieu) d'un couteau, clou qui attache la lame au manche; 
ac'helin, emmancher ; dizac'heled, démanché (Trév.) ; èl; èla, élan, 
èlin; dizèled, Pleudaniel et Langoat; ac'hel, diac'heled, St-Mayeux. 

-ad, term. exclamative, Lanr., semble un comJDromis entre -^ superlatif 
et -e^van. (gaW.-ed), comme brazeres, femme grosse, Gurunhuel, par 

: confusion entre brazes et dougeres. 

'-adek, f. : aradek, réunion pour labourer, Trév., Lanr.; breuzadek-lin, 
pour peigner le lin, Lanr.; cVwanadek, jeu collectif; c'houiriniadek, 
hennissements (par exemple dans une foire), Cornouaille ; dlskaradek 



146 Supplément aux Dictionnaires bret. -français, 

[gwe] abatis; divarradek {gwe) réunion pour émonder les arbres, Trév.; 
dornadek, battage, Lanr.; evadek, partie de boire, Corn.; goeladek,, 
partie de pleurs, Tréguier ; goulennadek^ demande en mariage, décla- 
ration à l'église, Pleud. ; [c)harzadek chas, aboiements (d'une meute), 
kannadek, réunion de femmes qui battent le linge, Corn. ; kleun- 
nadek, réunion pour arranger les talus, Lanr. ; loiikadek, partie de 
goinfrerie ; medadek, réunion de moissonneurs ; mevadek, d'ivrognes ; 
miaouadek., sabbat des chats; pi{g]elladek ., réunion d'hommes qui 
arrangent la terre après la charrue, Corn. ; tennadek, tir à la cible. 
Gommenec'h ; troc'hadek, action de couper ensemble. Corn,, Trév.. 
Lanr. A St-M., kannadenn, kleuniadenn, pi{g)elladenn; kleunieres, ten- 
neres (tir, tirage), dorneres., Gurunhuel dorneri. 

-adenn, f., dibunadenn, action de dévider. Corn.; cVwariadenn, une parti( 
de jeu, Trév.; goradenn-veriofin, fourmilière, Pleud.; goradenn-yir 
couvée; eur c'horadenn 'm eus em bis, j'ai une plaie au doigt, Trév: 
(à St-M. gorad)\ goroadenn, ce qu'on trait en une fois, d'une ou d« 
plusieurs vaches, Trév.; [c']harzadenn, aboiement, miaouadenn, miau- 
lement. Corn.; souzadenn, act. de reculer, Trév.; trocViadenn. coupure 
valladenn, défaillance, (= fallaenn) Lanr.; dic'hougadenn, personm 
décolletée; distoladenn, rejeton, Trév. 

aksiantet, bien posé, bien apparenté, Douarnenez. 

alla! à droite ! (aux chevaux) Langoat. Cf. lat. illàc, par là : à gauch 
se dit hakh ! c'hak ! (Goello) cf. hac, par ici, car le charretier se plac 
à gauche de ses chevaux. A gauche se dit encore de ! ded ama. 
(Goello) = deu{z], deud aman, viens, venez ici ; da! Lang.; de plus 
tast! (Go.) tast, tost, LanvoUon, tost à Pléhédel et en Trég., à St-M' 
tos! tos! ou tus! viennent de tost, près, approche 1 Wichedrou, wiche, 
duru, vichederou (Go.) à droite ! signifie litt. tourne en biais, de viche 
et de tro. Wichedrou-berr ! vite (litt. tourne court) à droite ; hak-berr 
vite à gauche (Ploezal). 

aluzoïln (aumône) : muoc'h — a ve, on a plus de mérite (Trév.). j 

anfan pelote, Gommenec'h; c'hoari — , jouer à la ballotte (Quimper 
Guézennec), en franc, de Lanr., « jouer à Venfant. « 

annaj-dall, Gurunhuel ; aïinves, annve, annves-dall, Plusquellec ; année' 
penn-kalet (f.), Pïoezâl; ma nnac' h, p\. ed, Pléhédel et Quimper-Guéz. 
manac'h, Gommenec'h, orvet. A Langoat, aerkalet; à Lanr., aer dal 
aer penn-dall (m.). 

anndell, grimace; anndeller, grimacier; afindellet, bigarré, St-M. G: 
ant, andenn, raie. 

anpustul, m., homme timide, Trév. 



Supplément aux Dictionnaires br et. -français. 147 

ar- : ar-wenn [Si-M.., ar-huenn, war-huenn), ar-da (St-M., id. tXwar-du]., 

ar-ru, ar-velen, ar-c'hlaz, un peu blanc, un peu noir, etc., Trév.; 

ar-vihan, ar-vras, ar-zec'h, ar-c'hleb, assez petit, assez grand, etc.; 

eun ar-imhisiU ar-c'henauek, presque un imbécile, Trév., St-Clet ; eun 

ar-in{n]osant, Trév. Cf. arzod. 
ardoàr, m., qui fait des façons {ardo) Trév. ardo'r Pleud. ardawher St-M. 

Syn. mistik (pr. ekh), kaz gleb. 
-asenn (fr. -ace, -asse) : dourasen(n)ek, dégouttant d'eau; dourasen[n]in, 

dégoutter, suinter, pleurer; mogodasenn, f., grande fumée, Trév.; 

treutasenn., ï., haridelle; femme maigre, Lanr. A St-M., dourasen[n]ein; 

mogedadenn, qui veut dire à Trév. une femme sans ordre. 
auzan, panser, remettre un membre, Trév. ; vanner le blé ; auzadur, 

débris qui en résultent, Lanr. ; auzadek-lin, réunion pour préparer le 

lin, Trév.; à St-M., auzadenn-lin. 
avalo-spern ou koc'h-pér, Trév., perigo (pron. egho) spern, ou sperejo 

Doue., Pleud., fruits de l'aubépine. 
avuennek : douar—, mauvaise terre qui colle, qui s'en vient en cailles 

comme le foie, avu. Lang. Pleud. 

B. 

Bara! bara! bara ! Lr., Trév., St-M., baraïk, baraïk (pr. ekh), Lr., 
interjection pour appeler les moutons fcomme si on leur promettait du 
pain). On dit aussi bara bè (de leur cri), d'où bèikh, mouton (enfantin), 
Trév. Pour les chasser : cha bouch, cha bouch du-me ou tu-me ['ta) ! 
Trév. Cf. cha tu-maii, cha du-mï, cha tu-me ['ta., laer)\ St-M., Lr., 
Trév., Go., quand on s'adresse aux chats : haut-breton cha{t) ci! 
M. Troude donne pour ce dernier sens gaz! que je suppose une alté- 
ration de kaz, et chegad, qui s'emploie en Go. pour chasser les veaux 
[chegaidj du-më!) On dit eur chegad, un veau, fig. un niais, Trév. Cf. 
echegad (Troude) et peut-être ichekonn (Go.), ichecon (Feiz ha Breiz, 
7 juillet 1877), int. d'étonnement. — Tourch tak tak, maotik! (ekh)., 
cri pour exciter les béliers à se battre [tourchal], Tv. — Bichekh, petit 
ohdil, hr., Milbisekh, Misekh, Minet, h.-br. Biche, semblent venir de 
bich-bich-bich, St-M., bss bss, Tré\., pich-pich-pich, Lanr., pss pss, Lr. 
et h.-br., int. pour appeler les chats. Cf. angl. Puss? A Trév., bisekh, 
petit chat, pi. bisegho. Bisegho halek, les chatons du saule, Trév.; 
bichego, bicheio halek, à Pleud. et à Plouezec (où l'on dit même bichego 
ros, des boutons de rose). Le mot propre est kéjer bihan, kéjer halek, 
Lanr., Trév. Pour chasser les moutons et les veaux, turch tu-me, Lr.; 



148 Supplément aux Dictionnaires bret. -français. 

pour appeler les veaux, tu tu tu tuy ; pour les chasser, prr-chett! 
St-M. Pour chasser les moutons, on dit à St-M. comme si on appe- 
lait un chien : khiê, khiê ! Ce mot, à Lang. khen, doit venir du fr. 
tiens^i ainsi que khié, khi'é! St-M., khiê, khiê! Lanr., pour faire venir 
les chevaux, chien, chien, chien ! pour appeler les poulains, et peut- 
être tien, kien, tian, kian, usités à Landerneau et aux environs pour 
dire « n'est-ce pas? » On dit encore pour appeler les chevaux : 
d'aman ! Trév.; ou hei, do (du fr. donc], hei ! Lr.; hei si (du fr. ici). 
Trég.; et pour les chasser, da du-ze! St-M.; cf. fr. dada ? Pour chasseï 
les chiens : tè du-man, tè du-me [poezon] ! Lr., Trév.; tè isi, Trév.. 
St-M., d'où tè tè, tè tè hihan, un chien (enf.), Lr., Trév. Pour appeler 
les vaches : do, do, do ! do (paour) ! Lr.; zo, zo, zo ! Trév.; pio-ho . 
St-M. Pour les arrêter : cho! cho-ho-ho! Trév., Lr. Pour les chasser : 
boit! Trév.; boï tu, Lanr., St-M.; boi tu-mc ! Trév., Lr.; Cf. Barz 
Br., La Chanson de fête des petits pâtres, et boeicho, Lanr., cho-cho.\ 
Trév., vache, vaches (enf.). — Pour appeler les pourceaux : c/îîèm | 
chïém! Trév.; khiou, khiou I Lanr. et h. -bret. (onomat.) ; khiouekhi 
khiouekh! Tressigneaux ; toch, toch, toch! près de Lanr.; tochekh} 
tochekh! Trév.; tac'hekh, tac'hekh, tac'h bian, tac'h, tac'h, tac'h, tach. 
St-M. Pour les chasser, sikh ! Pontrieux, Lr., Trév.; sikh tu-me, Lr. 
Trév.; sikh tu-ze, sikh'u-me, sikk'u-man, Lr., Go.; sikh'u, sikh'u. 
St-M. (forme qui m'empêche d'écrire boit-hu). Cf. sik, van. dan: 
Troude, qui y soupçonne à bon droit un ancien subst. Cette interj. s<i 
retrouve en letton et en russe (Orig. indo-europ., I, 372). — Poui 
appeler les poulets : peti, peti! ou keti, keti! St-M.; pouti, pouti! Trév. 
bouti, bouti, bouti! Lr.; ar bouti bihan, Lr., les petits poulets (enf.)' 
du fr. petit. Cf. La Fontaine, le Faucon et le Chapon. Pour chasseï 
les poules et les poulets : chou du-man ! chou 'ta! Trév., Lr., St-M. 
h.-br., cliou ci! — Pour faire venir les canards : kan, kan, kan 
Trév., St-M.; kanekh, kanekh ! Trév. Cf. kanikhenn, f. pi. kanikhen[n]o 
kanikho, canard, Trév. 

barr : c'hoari barr, jouer au volant, Gommenec'h. 

barrenn, Trég. barrennik (pr. barn'ekh) Pleud. c'hoari —, jouera la ma- 
relle (à cause des barres qu'on y trace sur le sol). 

bas, pâte des crêpes. Trég. et Lanv. 

batorellet, Trég., bator'let, Pleud., à moitié endormi; Trév., étourdi (pa 
un coup). 

beg : Mari ou Mai beg arog, bavarde; bégezenn, id. Trév. 

bek-ivinet, beg-ivinet ou penn-ivinet e'vioc'h, le lien de la vache est prirj 
dans la fente de son pied, Trév. i 



Supplément aux Dictionnaires bref. -français. 149 

beran, couler (se dit d'une chandelle), Trév.; à St-M., berein ; bered e 
ann ti, la maison s'est écroulée, Trév. 

berteik, bertcik-tout, changeant, vif, remuant, Trév. 

béstenn, celui qui n'est ni d'une paroisse ni d'une autre (Saint-Nicodème). 

beureoc'li, adv. , plus matin, Trév. 

binset eun den — , un cul-de-jatte, Trév., litt. vissé, écroué. 

blaza, blazan, assaisonner, donner du goût à ; blazenn, fumet, arrière- 
goût, Trév, 

blejer, m., hurleur, qui chante trop fort. Trév.; blej, blejadek, blejeres, 
hurlements, Lanr. 

blezen{n)enn, f., pi. bkzen(n)ao (ognon)., paquet d'oignons en grappe; 
blezen[n]in ognon, les mettre ainsi, Lr. 

i»/o?//î, caler, consolider lun meuble), Lohuec. Cf. blot, anc, marche- 
pied (Troude) et le fr. blottir. 

boedek : taol — , coup avantageux (au jeu) ;boeta, mettre les gerbes dans 
la mécanique. Trév. 

boseal, casser des mottes de terre, Trév.; bosein, St-M. 

bouc'h beafi — , être perdu, pris (propr. t. de jeu de cartes); dur (en 
parlant du pain) ; qui ne coupe pas (d'un couteau) ; bouc'heed, devenu 
plus rigide (du temps), Trév. 

bourr-boas (pain) à moitié cuit, Trév. Bourr, St-M., et le van. bourrus, 
id., se disent aussi d'un temps chaud, lourd. 

boustouf, bouchon, petit homme trapu; homme de rien, Go.; petit Trég. 

braz : loar vraz, pleine lune, Pleud. korf bras u. b., le buste, Trév. 

brejèo^ pi., lendemain d'un pardon, St-M. A Trév., hat-pardon. 

breskenn, f., Lr., St-M.; brechenn, St-M. : krog e'vreskenn gan à\r] zaout, 
les vaches courent çà et là, Lanr.; lann vresken(ji)er .^ homme remuant, 
Trév.; han'ta, breskenn ! Lr.; brechen{n)er, coureur, St-M. 

broadan ra ar vioch, la vache frappe des cornes, Trév. 

broust, lierre ; broustaix, en chercher, Lanr. 

brud, bruit, au sens propre de truuz; Trév. 

C'H. 

C'hoant. On dit des animaux en chaleur : 'Mail ar vuoc'li e c'hoand lé, 
eman ar wiz e c'Iwandmoc'h, ou moc'h bihafin ; 'maà ar gazek 'c'hoant 
marc'h (moins souvent c'hoant eubel), Trév. 

c'hoari. Oi'm c'hoario, nos faits et gestes, Trév. C'hoari zac'h, jouer à la 
loterie, Gom., Pleud., Trég. ; c'hoarieres, courtisane, Trég. 

c'hoet, petit sarcloir ; c'hoetan, sarcler, Lanr. 

chouip, c'huib, voleur, fripon : — evd ann dour, comme l'eau ; c'houib- 
Rev. Cdt. IV II 



I jo Supplément aux Dictionnaires bret. -français, 

laer, pi. on, voleur adroit, filou, escamoteur, accapareur. Trég., 
Goello. Cf. gall. chwip, rapide. 

c^houit : ar — le but, le petit-maître, Trév. ; c'houitan^ manquer, mou- 
rir : c'houited 'n eut hi grav (à Lr., war hi daul], il a manqué son 
coup ; c'houited e, il est mort, Trég., Go. 

CH. 

Chelpeta, rôder, chelpeta(e)r, rôdeur. Cf. dichelpan^ être essoufflé [dicliel- 
per, celui qui l'est, f. dichelpadenn] ? Syn. : c'houéafi 'ra 'nn hi zoubenn, 
berr e war-n-han, Trév. A St-M., dihelkein, dihelker, dihelkadenn, 
souffle; cf. dielc'ha, et difelc'ha. 

Choukenn, pi. o, ce qu'on met aux sabots pour les couvrir : botoio 
chouket koat, gros sabots, dont le dessus est en bois ; botoio koat chou- 
ket, id., Lohuec et Pleud. ; kas eun den da choukan, mettre quelqu'un 
à bout, le presser, le réduire, Lanv., Trég.; antred e chouk ban enn. 
douar (la charrette) est enfoncée dans l'ornière, Lanr. 

choulou^ choulouenn, f., femme qui a ses habits en désordre, Lanv. 

chucher., quêteur, Trég., Go.; chuchal, renifler, comme les chiens, chiner. 

chupere, St-Clet, Trév., Pleud.; chufere, Pleud., Pabu, Lanr.; chipere^. 
chifere,jufere, Trég. jifere, Lang. hydromel, —-kufr, Barz.-Br. VII, = 
gall. cwrwf., bière; dans Brizeux, cuféré. A St-M., bochat. 

chut, chuteik, Lanr. chutel, Trév.; à Laniscat, bronnichao : rein-da, 
donner à téter ; chutelad, act. de téter, Trév. 



Dala eun — , une ballotte, Quimp.-Guéz. 

dall : noz du-dall e, il fait nuit noire, St-M., Trév., Lang., Pleudan.; hahter- 

dall, borgne ; myope, Trég., Go. 
daouzeget ann — , la pleine lune, Trév. et Lanr. 
debroh, debran jave{z], appétit (chatouillement d'estomac), Trév., Lanr. 
den : me rei eun — , gan-id, je t'apprendrai ! Trév. 
deol, dévot, se dit encore quelquefois (Plouezec). 
diannes 'm euz bet deuz ma marim, j'ai eu regret de la mort de ma mère, 

Trév. (= dienez). 
diaouliin ?) Glao a re ken a diaoule, il faisait de la pluie que le diable, 

Trév. (St-M., id.) 
diarbenn ar zaout, fais retourner les vaches d'un autre côté, Lanr. 
dibab : 'n eni dibabel 'vel ma karfet, arrangez-vous comme vous voudrez, 

Trév.; 'n om dibabet 'vel ma karhet, St-M. 



Supplément aux Dictionnaires bret. -français. 1 5 1 

dibellan, tirer la balle du blé; dibelleres, machine pour cela, Lanr. 

dibin : 'n im —, se faire de la peine, Trév., Lang., Peud.; 'nom dèbein, 
St-M.; 'n on chakat, id. St-M., Pleud. ; chakad hi stripo^ Trév.; Drè- 
bans, nourriture, Lanv., Trég.; dèbafis, St-M. 

dic'hronchaiï : hes d'en em — , tu vas te faire sauter le menton ^avec ton 
fusil) ; dic'hronchek, qui n'a pas de menton ; dic'hronched, qui n'en a 
plus, Trév. — didantek, n. et adj., sans dents, Trév. 

dichala, dichalan, enlever des choses superflues, abattre, détruire, Trév., 
Lang. ; dichaladur^ débris, Trév. 

didokafi, décoiffer, Trév.; à St-M,, didokein ; didogan kistin, tirer l'en- 
veloppe des châtaignes ; — ou digoken\n]in eur gor, enlever la peau 
sur un abcès, Trév. 

difourbouill : plac'h — , femme sans ordre, Trég., Go. 

difroâkan, arracher ,des branches, des arbres) sans les couper, Trév. 

digoann, sans souper, Trév. 

dihud, dihuedin u. b. ; ober dihuet d'u. b., amuser quelqu'un, Trév. 

dilavet, icidrei qui a déposé, Trév.; cf. liva, l. diluo. 

disannve, inconnu, étranger, Trév. 

disc'hlaveres, dislao{e)res, gouttière ; disc'hlaver, parapluie, abri pour les 
marchandises, Trév. ; verbe, dislôi (act. et neut.) Lohuec. 

dislaret u. /?., corriger quelqu'un qui parle ou qui prononce mal, Trév. 

dislivet., Gom. ; disliwet, Pleud., Lang., igilet) à couleur changeante. 

dislonnket, (yeux) écarquillés, Lanr. 

dispouean, déboucher (des bouteilles], Gommenec'h. 

diveulbezin, déniaiser, attraper, Trév.; diveulbezein, St-M. 

divez : war divez, à la fin, au bout (d'un ouvrage), Trév. 

dlvi, fatigué, Trév. , Ploezal ; skouiz-dhi : skouiz breoet^ très fatigué ; 
diji^ Pleud., Lang.: Ma kéres, me ha da divian 'nout, si tu veux je vais 
te lasser; formule de défi à la course ; difian, Pleud., Lang., lasser. 
(Défier se dit défiai]. Cf. van. deouiein., se hâter. 

divoulchan, entamer (une bouteillei, Pleud., Lang.; divolc'hein, St-M. 

diwelchan kaul., Trév., effeuiller les choux pour les vaches, sans les cou- 
per; à Ploezal, didelioin. 

dizawelia, se mettre à l'abri du vent, Tré^. 

dizerc'h, act. de couper les menues branches sur les fossés : ober ann —, 
ou dizerc'hein., St-M.; dizerc'ho, Corlay, Plussulien, Saint-Nicolas-du- 
Pélem. 

dizoac'han : en onn d., sauter, caracoler (se dit d'un cheval], Pleud., 
Lang. ; dizoac'het, fringant, dispos. 

dont : deud e gan-i, j'ai réussi, Trév. 



152 Supplément aux Dictionnaires bret. -français. 

Doue entre dans des expressions intensitives : mêmes tra Doue, quelque- 
fois mêmes Doue tra, tout à fait la même chose, Trég. Cf. ...a 
lammas manific Doue, F. ha B. 43 ; ehad-Doue (Troude), plaisir divin, 
et les locutions anal, en hébreu. Brema zohn Doue, tout à l'heure. 

dramm to anout ! lambine que tu es ! Trév., Pléhédel ; me dramfe anout, 
je te renverserais, Lang. 

drein-chas, églantine, St-M.; — kàd drouk-penn, être jaloux, Trév. 

duon, duon-mîn, sorte de cirage qu'on tire de la suie de la poêle à faire 
les crêpes {min-kranpoas), Trév. et St-Clet ; paour-du, très pauvre, Tv. 

E. 

Ebarz. Deud e 'barz, il est guéri, St-M.; arri e deud ebarz arre, il est en 
convalescence, il s'en est encore tiré, Trév., Lang., Pleud. 

-ed : gouged mad, goall-c'houged, qui a un bon cou; penned, skouarned, 
îaled mad, qui a une bonne tête, etc., St-M., Trév. TriouecVied e bel, 
il a eu 18 ans, Landéda (Léon); marc'het mad, bien monté, Trév.; 
diouared hu(/)l, haut sur jambes, Gur. 

-ellek : kovellek, n. et adj., Trév., Pléhédel, et teurgellek, ventru; eunn 
îeurbellek a dén (Trév.). (Cf. korvellek dans Le Gon.) 

em-berr, bientôt ; ken — , à bientôt, Tréc, Corn., St-M.; (pron. souvent 
om-berr). Ce mot signifie cette après-midi, h.-br. tantôt : 'berr^nos 
= em-berr da noz, ce soir, Trév., Pleud. Cf. Bomb. K., 62. 

-enn : brizenn, (f.), vache bigarrée (syn. de bailles] Pleud.; duenn, vache 
noire; ruenn, vache rousse (Pleud., St-M., Plougras, Lohuec); kozenn, 
vieille terre, jachère (Lang., St-M., Pleud.) ; krennardenn, pi. kren- 
nardezet, petite fille, Trég., Pleud. ; — aw[a]lenn, pi. — ichet, pom- 
mier, Laniscat; kistinenn, pi. ao, châtaignier (et châtaigne, pi. kistin], 
kreoenn noisette, pi. krao ; noisetier, pi. kraoennao, on dit aussi koat- 
kreo, Lanr.; perenn, poire, pi. per, et poirier, pi. perennichet ; prunenn, 
prunier, pi. -ichet, Laniscat ; et même rezinenn, une vigne, St-M., 
Lanr.; koulmenn, pi. et, colombe (gall. = colomeri], Gurunhuel ; 
skantenn, intelligence; keinenn, f. éminence, colline, Paimpol ; dista- 
gellenned mad, qui a le filet de la langue bien coupé, Trév.; hlevennek, 
chevelu, Pléhédel ; subst. à St-M. blehuennek. 

entfann dé, tout le jour (= être pad ann deiz], Trév. 

-eta (prob. pour ata) Tréc. : dervejetar, journalier ; neijeta, nœ'fta, cher- 
cher des nids ; nejetar, celui qui y va, Trév. ; forc'heta, vorc'heta, 
remuer avec la fourche, Trég., Goello ; skolieta u. b., instruire, faire 
l'école à quelqu'un, Plouezec ; skourjeta, part, ât, fouetter, Lanv. ; 



Supplément aux Dictionnaires bret. -français. 1 5 5 

stropeta, couper avec une faucille, Trév. ; jinvetar^ homme remuant, 
selleiar, un curieux, qui regarde partout, Gur.; troieta, aller par-ci 
par-là, tortiller : ne droietaou ket (futur) ; troietar, qui va de côté et 
d'autre, par quatre chemins, Lanr. Cf. le partie, troietaat, fait des 
détours Histoariou, 141. Gaouieter, pi. ien, menteur, St-M. 

eubeuyenn bilian [— petits poulains), croûte jaune de la baisure, Lanr. 

eiined-mor, oiseaux de mer, mauves, Lanr.; eiin-kas (oiseau-chat), chat- 
huant, Tv., St-Clet ; ann eiin touer-Doue, l'alouette, St-M. 

ézel, membre, usité à Trév., Lang., Pleud., Lanr. (qqf. izel) : eunn 
ézel d'han zo bet diwikhofreet, diwikhewret, Trév., il s'est démis un 
membre. 



Fallakr, gourmand, Perros ; v—, qui ne veut pas partager, Pleud., Lg. 

fenos, à Lohuec et Trefïrin, aujourd'hui; cf. Saint-Brieuc ane{t]., Ille-et- 
Vilaine, anuit. 

fen'tj am eus gant-han, il m'amuse [eunn den, eunn dra); fentus, plaisant, 
Lanr. CL feinta, dict. bret.-fr. LeGon., Hist. p. 39, et fr. feindre. 

flemm-èr, libellule, Lohuec. 

flip, sorte de grog, boisson enivrante formée de cidre, d'eau-de-vie et de 
sucre. Plusq.,Trév. et Corn.; h. -br., normand etangl.id.; flipad, coup : 
me ro flipat d'it! je te donnerai un coup, Lanv. ; flipado, des coups, 
Tréc. Diflipaiï u. b., arracher quelque chose des mains de quelqu'un : 
difliped'n eus egile, ed e'r vas gant-han, Lang., Pleud., St-M., id.; 
dom Le P. diffrapa. A Lohuec, se détendre (d'un ressort), se dénouer 
(d'une corde). Cf. da flapi daflip! daflip! da flapi Barz. Br. IV, et 
Bomb. K. 92, clic-clac !/?//?, flip, flip! qui représente le vol d'un oiseau 
(Dict. fr.-br. de Tr., p. 91 5)7 et l'anglais //a;?. Flapafi, frapper, Tv. 

flôtennin, fermer ; divlôtennin, ouvrir, Lanr. 

foet, fo't : laiin —, tout à fait plein ; fo[e]tan, verser, en parlant d'un sac 
trop plein, etc.; fo{e)tan jist; diwall fo{e)tan\ Trév., Plouizy ; cf. 
foeta lie dra. Ang. waste, dissiper, = h.-br. et norm. gâter, verser. 

foubenn, mousse terrestre ; Lohuec et Gur. ; moiïd da foubenna, aller en 
chercher, Gur. 

fouillennek, qui a les jambes aussi grosses près du pied qu'au-dessous 
du genou, Trév. 

foukenn, un tamm —, chaumière, trou, pi. 0. Goello. 

fret : lann ar fret, homme remuant, Trév. Cf. difreta, frétiller, ang. fret. 

froudan, Goello, synonyme de breskenn, courir çà et là (des vaches"). Cf. 
froudenn. 



154 Supplément aux Dictionnaires bret. -français. 



Gai, sot, fém. gaïes ; gaïa, ennuyer : Eur gai zo anout; ban'îa^ gai! Deus 
ket da c'hàian anon, Trév. (très-vulgaire). A St-M., kai, kaies. 

gant : c'houezan ra, gand tomm e'nn amzer, il sue, tant il fait chaud, 
Trév.; e oa prest da verwel, gant penoz e oa ktan, ou gant penoz an oa 
naon, il était près de mourir, tant il était malade ou tant il avait faim, 
Gur. 

garzennach^ niaiserie, sottise ; garjeta, flâner, perdre son temps à aller 
d'un endroit à l'autre (petit Tréguier) . 

gècho, gècho bihan, veau, veaux (enf.), Lanr. 

gita^ habiller, gitach, accouivemerït, kitoujenn, f., pi. o, fille mal habillée, 
Trév. 

glarich, terre jaunâtre et lourde, esp. d'argile. Trév., Lang., Pleud. 

glac'harikh^ m. indolent, négligent, St-M. 

glas. 'Man'r c'hlas 'n em gar, krigi 'ra ar c'hlas '/z em gar, j'ai àes four- 
mis (engourdissement et picotements) aux jambes, Trév. A St-M., 
glazik, f. 

glas : boukedao glas, bluet (Laniscat), c'houil glas, jardinière, bupreste, 
Lanr. A Lohuec_, glaz s'emploie presque toujours pour bleu, vert se 
dit gwér (cf. Le Gon.); à Pleud., au contraire, ainsi qu'à Audierne, on 
emprunte le fr. bleu, et glaz ne signifie guère que vert. 

glazard : eur — den, un homme au teint brun (signe de vigueur), Lanr. 

goaradenn [dour], ruisseau (Paimpol) ; van. gouaratenn (Trd.); cf. gmz. 

godel laer [kranpoas], poche intérieure d'une veste, Trév. 

goges., niais ; gogeal, se railler, Trév.; gogeza, Bomb. K., 78. 

goro 'r c'haour, « traire la chèvre « en signe de réjouissance quand la 
charpente est mise à une maison neuve. Tréc. C'est faire une musique 
primitive en tenant d'une main dans un bassin plein d'eau un brin de 
jonc sur lequel on fait glisser l'autre main, comme pour traire une 
chèvre. Cet usage avait lieu, il y a peu d'années, dans l'Ille-et Vilaine, 
à l'occasion de la Saint-Jean ; il existe encore à Saint-Mayeux, pour 
la Saint-Jean et la Saint- Pierre. 

grizienn, grizion, grains du sable (mêlés avec le blé, ou qui entre dans 
les souliers), Trév.; greannenn, pl.greann, Pleud., Lang. Cf. grozolenn 
(Van.), et grizill. 

grizinkal., gerzignkhal, Plusq. hennir; à Gur., syn. de hreskenn. Cf. gri- 
sinca, hennir, P. Grég. Ce mot, sur lequel l'onomatopée a influé, 
rappelle, pour le son, le basque irrinzinaka (ji pron. gn doux). 



Supplément aux Dictionnaires breî. -français. 1 5 5 

groesko, ce qui reste quand on a coupé la fougère, etc.; débris qu'on 
recueille dans les champs pour les brûler et en faire du fumier (Goello) . 

gwalenn-gein, colonne vertébrale : gw. ma c'hein, etc., Lanr.; gwalennad, 
coup de bâton, Trév.; gwalennik^ [ekh] petite gaule (Plouezec). 

gwasât, gâtées, en parlant des pommes de terre iGommenec'h). 

gwaskat, Plouaret, gwaskenn, Perros, tousser. 

gwaspell, m., paille hachée par la machine à battre, St-M. 

gwastell on, tout mon blé est battu; Bed e'[r] wastell du-ze ? A-t-on fini de 
battre chez vous ? Lanv. ; Te zo gwastell ? Tu n'as rien à faire? Lang., 
?\tnà.; gwastelled^m eus hidi, j'ai fini de battre aujourd'hui, Lanr. 
Cf. Prov. 741. 

gfve : ober un taul-gwe d'un dra b., faire un tour brusque à quelque chose 
pour l'arracher (par ex. une denti, Trév.; a-we, en tordant, de côté, 
en se dandinant, Trég.; n'omp ket evit gwea kevret., n'eo ket evit gwea 
gan-in, nous ne pouvons nous arranger ensemble ; diswe, angle : — 
krenn, krak, — brusque, Trév.; diswean, se détordre ; faire un détour, 
Trég. ; tomber d'inanition ; diswied e, il est mort dans des convul- 
sions ; crever : Me garfea tizwifez! Me garfe 've diswiet, Loh.; ober 
eur gue d'Iii har, se donner une entorse (Mur). 

gwèged, un peu malade, indisposé, Trév. 

gwellar, guérisseur, médecin, réformateur^ Trév. 

gwenn. Dont e guenn d'ar gear, revenir bredouille. Emgann Kergidu, 151; 
eundro venn, un coup manqué, ibid., 122. Ces expressions sont usi- 
tées dans le Finistère ; et l'on dit à Trév. ober eun dro wenn, dans le 
même sens : cf. fr. nuit blanche, et Prov. 52. 

gwenteres : milin-wenteres, tarare, van; milin-malah, moulin, Lanr. 

gwernan eur berchenn, lever de terre une perche et la tenir droite icomme 
un mâtl, Trév. 

gwiber : eur c'harr war c'hwiber, une voiture suspendue, Trév. 

givif, L, fourche à pied long, Lanr. 

gwikefre, gwikhefre., f., machine; chose singulière; installation; eurg., 
m., un original, un drôle d'individu ; gwikhefrean, arranger, installer ; 
diwikhefreaà, gâter, détruire, arracher, Trév. 

gwintel : war wintel, en pente, Trév. 

H. 

Ha : berr ha berr, tout à fait court ; yin ha yin, etc. Trév. 
haâ — , préf., Tréc, aussi vivant que le fr. re — : hadgrâ! da c'Iiadober! 
bis ! Trév. ; hadgwelet, revoir , hadzéwel, relever, Lanr. ; hadkouéan, 



156 Supplément aux Dictionnaires hret. -français. 

retomber, Trév. ; hadkouéed e klaiî, il est retombé malade, Quimper- 
Guéz.; hadkoueadenn, rechute, Trév. Cf. azcouez, Van. acoueh, P. Grég. 
de Rostr., accoueh, L'Armery, à'azkoueza = hadkoueaii, comme ar 
peur-zorn, la fin du battage (dans l'iUe-et-Vil. laparbatfe] . de pemzornan 
et non de peur dorn directement. Azderaoui, déjà vieilli selon le Père 
Grég. de Rostr., est rare parce que deraoui ne s'emploie pas souvent, 
quoiqu'il existe à Douarnenez dans quelques expressions. Cf. Prov. 
82$ de M. Sauvé; la rac. derou, delou, Trég. delao, Lanr. — mad, 
étrennes (d'un marchand, etc.), anc. dezrou, à Lanv. dizro [mad]. 
Hadleln, second déjeuner, hadvern, second dîner, hadkoafin^ second 
souper; liadskoaian, remettre une épaule, Trév. 

hàikhel! à droite! (aux chevaux) Saint-Mayeux. 

hdlegenn, capot, qui ne réussit pas au jeu ou ailleurs, bredouille : hennez 1 
zo 'vel sant Pipard ann —, c'est un drôle de personnage, Trév. 

Iianter-pred : pa oa — , quand on était au milieu du repas, Pleud. 

he — , e — , é — , facile à ..., particule usitée à Landerneau et aux 
environs : hedorr, facile à rompre, fragile; hegoll, facile à perdre, etc. i 
Cf. Dom Le Pelletier et le Suppl. aux dict. bret., p. 60. 

helebini^ hel'bini zo entrée, da c'hout piou a c'honeo^ etc., il y a de l'ému- 
lation entre eux, Trév. 

lient. Mont d'ann — , aller faire ses journées de prestation. Pet dé 'out 
bet enn — ^ Trév. Combien de journées de prestation as-tu faites.? 

heuzan ra, il tremble, Trév. 

hinkin, m., (fuseau) au fig. : hemen a zo un hinkinabaut, c'est un enfant 
remuant, Ploaré ; eunn hinkin, un maître, un homme rusé, qui sait se , 
démener, se retourner, Plusq. 

hirr-poudek, mougedus, liuel pignet. — Eur bibenn (Douarn.), pot à longue 
queue (litt. qui a un long pot}, enfumé, haut monté, — une pipe. 

Hun^ heun, m., somme, court sommeil : ann heun kreiste, le sommeil, 
d'après-dîner, Goudelin ; ober heun kreiste, Pleud. ; ober un hun, faire , 
un somme, Perros, Trév. ; n'em eus kret 'met eunn hun pe daou ; je i 
n'ai fait qu'un ou deux sommes, Trév.; barz ma hun kentan (da noz], • 
dans mon premier sommeil, Pleud., Lanr. ; hun., dormir : EmaiV hun 
aze, il est là à dormir; ke[r]s te hun, va dormir, Trév. Cf. Barz-Br., X. 

I, J. 

-ik [ekh] : girigo, petits mots (d'un enfant qui commence à parler) ; ial- , 
c'hik, petite bourse, Plouezec ; nebaunik, or çà, Trév. ; sahtik, petit I 
saint, Pleud. ; zantik ar rod, instrument de musique autrefois usité en 



Supplément aux Dictionnaires bret. -français. 1 57 

Bretagne dans les églises (par ex. à Ploumagoar, Kérien), et consis- 
tant en une grande roue entourée de clochettes, tournée par un saint 
au moyen d'un mécanisme, Trév.; taulik, petit coup (Plouezec). On 
dit même deudik , venez, tostadik, approchez (nuance mignarde) , 
Trév., diminutifs verbaux comme en basque ^Rev. de Ling., III, 18). 

inderr (= enderf] après-midi : 'vi{d/nn inderr, cette après-midi, Lanr. ; 
inderv., Trév. ; inderw^ Gurun. ; eun inderves vrao, une belle après- 
dînée, Trév. ; un inderwesbrao, Gurun. [demiài à quatre h.) ;aprèsquoi 
vient abarde, abardeves^ Gurun. abaderves, le soir, la soirée. 

intrudi^ savoir-faire, Gommenec'h ; dizintrudu, négligent, Trév. 

iè{r]st, fatigué, Perros, cf. yosted de Goësbriand, fables, p. 5, et lat. 
exhaustus^ angl. exhausted? 

jech : kik jech^ ou kik astenn, chair molle, qui s'allonge, qui n'a pas de 
consistance, Trév. Rac. sachat, tirer. 

jogan, chiffonner; kàd jog, être secoué; ober tamm jog d'u. b., secouer 
quelqu'un, Trév. 

jostram, m., un jocrisse, un imbécile, Trév. 



Kac'helat kerc'h^ nettoyer l'avoine avec un crible à grands trous [ear 

c'hreur kdc'heler], Trév. 
kalfichat un tamm koat, travailler un morceau de bois; kalfichadur, brin 

de bois pour faire une cheville, ou pour s'amuser, Lanr. ; kalvicher, 

celui qui travaille le bois pour son plaisir, Lohuec. 
kalkenn, f. une grande fille, Trév. 
kalledok, dur, à moitié cuit (en pari., par ex., des pommes de terre], 

Plusq. A Trév., poas kalet. 
kalounadik (ekh), f., le dernier des enfants, le benjamin, Quimp.-Guéz. 
kals, m. : eur d'haïs teil, un tas de fumier, Trév. 
kammigellat, boiter, Trég., Go. 
■kampenn, f. pi. ed, bavarde, Trév. 
■ kaàn, bataille, batterie, masc. dans Le Gon. et le dict. fr.-br. de Td., 

est du fém. à Trév.: eur gafin vras être ar zaout ; à Lanr., St-M. et 

dans Bomb. Kerne, p. 92. 
kano, sablon, Audierne. 
kaiiv. Ar c'hanvou, les draps mortuaires, S.-M.; maiïtel-gaiïvo, Trév.; 

ober kanvo, Trév., oberkaon, Go., porter le deuil. 
■kàralou, ar c'haralou, pommes de terre, Pléhédel, Quimp.-Guéz. ; kala- 

lou, Trév. (un peu enfantin;, corrupt. de douar àlou, comme l'allem. 

Kartoffel de ErdapfeU Cf. kareo == doareou ? 



158 Supplément aux Dictionnaires bret.- français. 

kared e'patô, les pommes de terre se sont collées à la casserole. Lanr. 

kareo, kareou, manières : kareou eun den ; kareo drol a ra, ou an eus, il 

prend de drôles de tournures, par ex. un cheval malade; kareo vall, 

mauvais tours; 'man gafid hi gareo, il est à ses affaires; diwall deus ta 

gareo ! Prends garde à ce que tu fais ! Trév., syn. treso. Cf. doareou. 
kas. Ann drouk kas-arok (le mal qui fait courir), la colique, Lanr.; è 

Trév. ar feur dà gas [feur = foerell)., comme eun tir-de-bouch = m. 

tire-bouchon. 
Katel (Catherine), lann Gatel., lann ar c'hateler, celui qui s'occupe à d( 

petites choses, à des niaiseries ; katelat, katelein, a blij d'ehan, il se 

plaît à niaiser, Trév. 
kauzeiis., affable, causeur, Lob. 
kaz aonnik, kaz born, homme peureux, St-M. 
kaz cher u. rf., chercher à faire une chose, Lanr., Gur. (Barz. B. kas 

par ex. XLVI , gall. ceisio). 
kelad, m., pi. ou, — neud, écheveau, Trév. 
kelo, kelo-ze., si peu : kelo wech., si peu souvent; kelo pez a ra a c'hlao lu 

mann zo mêmes tra, il fait si peu de pluie, que ce n'est pas la peini 

d'en parler; kelo vit-ze, pour si peu, Trév. A Pléh., kelou. 
keloied mad e bet, il a été bien renseigné, Lanr. Cf. keloia, annoncer 

Feiz ha Breiz, 24 nov. 77. 
kempenn. 'Ma'ober lie gempenn, il fait son tripot, son petit ménage, Trév' 
ken. Skuiz on, ken a hon, je suis si fatigué que... je le suis ; gwelan r 

ken a ra, ou ken a wel, il pleure tant, qu'il pleure en effet ; Tomm 

'nn amzer, ken a lie, le temps est si chaud, qu'il l'est ; strakal ra ken . 

ra, ou strakal ra ann treo ken a strak, [k tonnerre) gronde fort, etc 

Ces sortes d'identités sont en usage dans le petit Trég. 
ken{n]ebeiid-all, non plus. Pleud., Trév. 
ker. Droug ar ger, le mal du pays, la nostalgie. Perros ; Trév. 
kertri ve zevel beure-mad, cela coûte de se lever de bon matin; kert- 

'neus, kertrius e, il est paresseux, Trév. (= Van. keltri, f., cherti. 

disette) . 
keveler, kenveler, pi. ien, associé; voisins qui s'aident dans les granc 

travaux. Me zo kenveler ganac'li, je suis votre homme, je vais voi 

donner un coup de main, Trév. 
kilienn, pi. 0, Perros, ou, Lohuec, gaillard, homme querelleur. Cf. ki 

lenn, Histoariou p. 146, et Barz. Br., 7'' éd., p. 202. 
kilviclienn,Ad\x\iQ; on dit aussi kaol-moc'h, lezegez, Plourivo, lezeget, Tré^ 
kilwean, mofid a gilwe, aller de travers; liend a-gilwe, chemin sinueu; 

Trég., Go. 



Supplément aux Dictionnaires bret. -français. 159 

kistin Bourdel, des marrons; eur wéenn gistin Bourdel., marronnier, Lanr.; 

à Trév. kisten-moc^h, des marrons. 
klanvât : eur c'hi klanvât, un chien enragé, Lanr. 
klehi, pi. de kloc'h : bokedo klelii, clochettes, fleurs, Trév. Lanr. 
■ kletenn, pi. 0, f., mauvaise fille, celle qui est drôlement habillée ; kléket 

mad, bien attifé. Corn., kleinket mad, St-M. Trég. klenka, mettre de 

côté, ranger, cf. Hist. 210. Lanr. kleinkan. Voir Prov. 308 et kinkla. 
koaill, m. (caille), homme habile, Trév.; kaill, pi. et, St-M. 
'koata, chercher du bois; — u. b., faire la cour, cajoler, Trév.; 

digoada, digoadan., équarrir, Trév., Lanr. ; — gwé , couper les 

branches, Trév. 
koc'ha, mofid da goc^ha, aller chercher de la bouse de cheval ; koc'har, 

au fig. un homme de rien, Trév. ; c'houil koc'her, Plounevez, c'houil- 

koc'har, Lanr., bousier. On dit familièrement d'une chose qui répugne : 

gwell ve ganin mofid da goc'ha gand eur gordenn, j'aimerais mieux aller 

chercher du crottin de cheval avec une corde (pour l'attacher, comme 
I si c'était du bois) ; Trév. 

:kokan, fâcher, se fâcher (comme un coq); digokan, défâcher, Pleud. 
kokenn, f., écuelle en bois; petit vase pour prendre le lait dans le pot, 
'. Trég. ; koke{n)nat, f., plein une coque, un coquillage; coup à boire, 

Ploezal, Trég. ; coup sur la figure, Trég., Go. 
•kokes, h.-br. coques, coquillages. Daoulagad bras evel kokes, des yeux 
i grands comme des coques, Trév. On dit fam. à Saint- Brieuc « ouvrez 
j vos coques! » c'est-à-dire vos yeux; par une fig. analogue, on a 
I formé en bret. digokan, digogan, faire de grands yeux, d'où ober digo- 
\ kadenno, digogadenno, id., digoker, f. es, celui qui fait des yeux, Trév. 
koll out, tu as perdu (à un jeu^, Trév.; meo kollet, Quimp.-Guéz.; saoul 

perdu (h.-br.) ; meo-dall-kollet, Trév. Eur c'holl-penn eo evid-oun gwe- 

let se, cette vue me fait perdre la tête, Trév. 
kornouriez, f., sorte de toupie organisée, Sarzeau. Cf. kornigell. 
kouchad, m. Eur c'h. den, eur c'Ii. mad a den, un petit homme bien 

doublé, trapu, St-M. 
Jcraou gallek, des noix, Lohuec ; k[r]aounek, (terre) dure (comme des 
I noix), St-Clet. 

kregi ra 'nn amzer, le temps devient plus sûr, plus décidé, Trév.; krigin 'nn 
: tarin, allumer le feu ; krog 'naiï 'ta, (tandis que krog enn- han signifie 
; mords-lel ; krog 'golo 'ta, allume donc la chandelle ; krog out ? ta 
'• pipe est-elle prise? (quand on donne du feu) ; krog on, j'ai réussi, 

Go., Trég. 
krek, m., pi. 0, trognon (de pomme), Trév. A St-M., gn^/zor, f. 



i6o Supplément aux Dictionnaires bret. -français. 

kreneres : koat-kreneres, tremble, Lanr. 

kre(y), krevasenn, f., chevelure (négligée); krevichen{n]ek, chevelu, kreous 
pi. zienn, f. kreouzes^ pi, zerf, paresseux, Trév, 

krivin, eur grivinenn, le gratin, Lohuec. 

kroec'h : broio kroec^h (litt. pays hauts), pays étrangers, lointains (peti 
Trég. et Goello). 

kûch, réserve, provision : ari 'm eus débet ma c'hùch, j'ai à peu près fin 
ma réserve (de pommes), h.-br. cutte; act. de garder; ce qu'oi 
garde; avalo kûch, des pommes de garde (== kuz, cf. kuchaol, cou- 
cher du soleil, petit Trég.; kuchaul, Go., kus-{h)eol, grand Trég.) 
oberr hi gnjat, faire sa provision, petit Trég., Go. 



Lac'li-lutekh, éteignoir (par plaisanterie), Trév. 

laer. 'Man 'laer gahd ar golo, il y a un voleur à la chandelle, Trév. 

lagad : Bean 'n eus eul lagad letern, eul lagad skornet, il est borgne ' 
lagad skorned zo anout ! Trév. 

lamm ou zaill tosek, (faire un) mauvais coup, St-M. 

landourchenn, f., personne de haute taille, Trév. 

lannvas, quenouillée, Bégard et Lanv. ; le lin travaillé, tillé, Trév. 

lapenn, pi. ao, lèvre; làpen[n]ek^ maladroit, Lanr., Trév. Cf. genauek. 

lapous, ver blanc, Gur. 

las, m. Ann daouet las, le second son des cloches ; eul las dornan, ur^ 
troupe de gens qui vont battre le blé ; te n'oares ket da las, tu ne sa ' 
pas battre le blé à ton tour ; me reio las dUt, Lanv., me ro las d'i' 
Lanr., je te battrai (inf. à Lanr., rein à[l] las). Me roou 'las dornan d'i 
Trév. Gred 'n eus eul lajat, il a sonné un coup (aux cloches), il a fa 
une séance (de travail); bob eil lajat, par accès, Tv. V. Bomb. K. li 

las. Choari las, jeu autrefois très en vogue. On présente à son partf; 
naire sur une table un lacet tout embrouillé, et les deux bouts noui 
ensemble; il faut que celui-ci y mette son doigt de manière à cequ'c 
ne puisse retirer le cordon sans passer sous ce doigt. Trév. Henn 
car c'hoari las ! c'est un artiste (souvent en mauvaise part). 

Veete 'nn dour, l'eau est trouble, Lanr. 

lemmer. Min lem[m]er,p\erTe à aiguiser, Tv., St-M.,qqf. min lem[m]an ,1 

lenn. Mont da lenn hi blanedenn, consulter son sort ; lenneres planedenn, 
diseuse de bonne aventure, Trév. ' 

les onn, lait écrémé*; après avoir été passé par une passoire, et laissé ii 
jour, Lanr. ; leski, laitue, Gurunhuel. 



Supplément aux Dictionnaires br et- français. i6i 

liboudenn, f., pi. o, ou, chiffon, guenille, Pleud., Go.; id. et* femme mal 

habillée, Trév.; lipenn, pi. o, chiffon, Trév. 
lihouz, sorte de mousse qui vient sur l'eau, Lanr. ; liboust, Trév., id. 

et espèce de croûte qui se forme dans le cidre quand il tire à sa fin, 

Trév., Gur. Syn. mammenn, Sarzeau mammienn, h.-br. mère. 
likenn, Trév. glissant, leste, dégourdi, rapide [<zt war hi dacho). Cf. lik, 

likaoui et link(f). 
lip, tout à fait : Me zou voeltred lip^ je suis tout à fait fichu, troc'hed 'm 

eus ma biz, lip, je me suis coupé le doigt, le morceau est détaché ; 

valc'hed 'm eus toud ar prad, lip, j'ai fauché entièrement le pré, Trév. 
//zê/^ betteraves, Pléhédel, Go.; sing., ear lizetenn. 
loaio-rannet (cuillers de grenouilles), nénufar. Lanr. 
loegacfi : laret loegach, dire des bêtises, Trég., Pleud. ; syn. piîach, voel- 

trach, kac'hach, marc'hach, tourc'hach, moc'hach. 
logoîer, m., souricière, Lohuec ; logotaer, Trég. ; logotàr, Go. 
lonkeres. Toull — , gosier; stoufan t. /., engouer, Trév. 
lorc'han u. b., flatter, vanter quelqu'un, Trév. 
lorgnek [evel eur c'hochonj, qui a de grandes oreilles, Pleud., lorikennek, 

Trév. A St-M., lorchennek [ch allemand douxi. 
'oukes, étrange, drôle ; loukezenn, femme mal habillée, Trév. 
'ut, lutik 'pr. ekh) résine;, argent, par plaisanterie, Trév. 



M. 



Mad. D'ann dist'ran vad, e fach, il se fâche à la moindre chose, pour la 

■ moindre raison. Go., Trég., syn. d'ann disf rah tra. 

\Iaï dourjou, drôle de personne (surtout au vocatif). Go. (fam.j. 

nalac'h, n'est-ce pas ? Mazeu est plus respectueux (Mur). A St-M. enta; 
Trév., laga, laga-ze, qqf. écrit laka ; à Perros, kouita = {ne ket) 
gwir'ta; van. hama (Manuel bret.-fr. Guyot-Jomard). 

tan, m., rein eur mari, donner un baiser (enf.), Trév., Lanr. Cf. 
h.-bret. faire main. Diminutif, manekh, Trév. 

mnn : ober vann deus u. b., faire cas de qqn, diouzin, de moi, Trév. 

larch : — dubunein, Lanr. ; dubunan, Trév. instrument pour dévider ; 
— iot, iouî, grand trépied pour mettre la poêle, Trév., St-M. ; — 
kaàvo, Trév.; kaoiï, Go., catafalque; — karr, levier qu'on met sous la 
charrette pour la soutenir pendant qu'on graisse l'essieu, Lanv., 
Paimpol ; — loaiou, loaio, ancien meuble pour mettre les cuillers, 
Trév., Go.; à St-M., léc'h-Hstri; — taul, ce qu'on met pour soutenir 
la table, Lanr. 



i62 Supplément aux Dictionnaires bret. -français. 

marc'hadour bara, boulanger, Plouha, Trév. 

mardos, pluie qui tombe par la cheminée, Plusq. 

maro : noz marv^, pleine nuit, Gommenec'h, Trév.; maro-amzer, automn 
(morte-saison), Go. et Trég. ; diskar amzer est plus spécial au gran 
Trég. Le breton n'a pas perdu la faculté de former des composés à 1 
manière galloise (le déterminant avant le déterminé) : marw-skao 
« escabeau de mort », Go., Trég. ; néve-amzer, printemps, « la saisoi 
nouvelle », Trév. ; koz-amzer, automne, St-M.; dorn-hibill, Trég.' 
Go., ou hibill-dorn, « cheville de main », cheville sur le timon d'ur: 
charrette; tewal-glewet, huel-glewet, drouk-klewet, entendre haut, Tré^ 
— La composition inverse là la française) est pourtant plus usitée '. 

mds. Mond da v£s gand al loenet, aller garder les troupeaux ; hennés : 
da v£s ganimp, gand honn c'hoario, il est à nous épier, Trév.; St-M., 

melget : bek melget, teint jaune (rouillé). Plusq. 

menn, men[n]eik, chevreau, St-M., Plounez; pi., men(ri)eghao, Lanr. ( 
mot et son diminutif ont pris en outre l'acception de « roupie », Ph, 
hédel (d'où l'adj. menn'kus, Lanv.), qu'on voit, comme les chèvre] 
dumosâpendere... Peb gaor a gar hi mena., prov. St-M. ' 

mentet, grand, qui a de la taille, Trév. 

merdead, mordead, pi. merdeidi, merdidi, matelot, se dit en Trég., sur 1 
côtes, de même que morar, pi. ien, Trév. 

mesk, agitation, Trég. Go. : hennés zo mesk tout, hens so mesk (S. -M 
reuz) ennhi gorj, se dit d'un homme remuant, Trév. 

meves^ femme ivre, Mur; divè, adj., qui n'est pas ivre. Lanr., Trév. 

mik[kh] e 'nn amzer ^ le temps est calme, St-M., Trév.; ar mour zou mi 
la mer est silencieuse ; un den mik, un homme silencieux, Go. 
Trég. ; ann avel zo mik, le vent s'est abattu, Go. Cf. kouskeî mik., et ; 
gall. mygu, br. mouga. Miket eo, il est mort, Romb. K. 40. 

mill-deillen, mille-feuille, Lanv., Trév. 

min (petit) : kemenÇt) min mad zo 'ne, tous tant qu'ils sont, Lanr.; kenit 
munet mad, Plouezec, cf. Explication an doctrin christen, Guing. 185 
p. 90, dreist da guement munet mad so [= munud, jusqu'au plus peti 

moezik = maouezik, petite fille, Plougonver. 

Moji, cheval, par plaisanterie, et enfantin : ha seta Moji 'rauk ! et 
voilà en route, Trév.; moild war gein Moji, aller à dada, Lanr. CV 

I . On peut distinguer dans ces deux compositions une variété chinoise., par redi 
dance, où l'un des composants ne sert qu'à empêcher de confondre l'autre avec 
homonymes : gwaz-dour, ruisseau (d'eau), dour-c'huez (eau de) sueur, koin-buîun, f 
(à tabac), pesk-korn (poisson) grondin; ou à édaircir un mot étranger : tad-paer 
(père) parrain, aval-oranjes, cf. h. -bret. pomme d'orange, chat d'écureuil, et casta 
nuces — angl. chesinuts. 



Supplément aux Dictionnaires bret. -français. 16^ 

le nom de l'enchanteur Mogis dans les quatre fils Aimon. Hennez a zo 
eur Moji! c'est un malin, Lanr. 

morgenn, f., t. d'injure, Lanv. Cf. Mari morgant. A Trév., femme drô- 
lement habillée : syn., divarc'heres dorejo. 

moug. Eur vouez moug, une voix sourde, caverneuse ; eur vougenn, ou 
mougenn zo enn amzer, le temps est sombre, lourd. Trév. 

moug : Hou moug, gris pommelé, noir et gris mélangé, Lanv. 

mousk, moust : maro-mousk, tout à fait mort, Go.; toud ned moust, tous 
jusqu'au dernier, Lanr. 

moiiz/it, m., celui qui est fâché, qui boude, Trév. 

N. 

Neaii ra 'nn doupin, 'nn douhin, la toupie gronde ['man 'ober ann ogro, 
elle ronfle comme l'orgue; Trév.; kousketa ra, elle dort, Trév., Lanr., 
Gurunh.; udal ara, elle bruit, St-M.). Cf. ir.Jiler, en pari, des chats. 

neû {= neuz) : f eus ket a neù da ober ze, tu n'as pas de chic à faire 
cela; bean dizneu, ne savoir s'y prendre, Trév., Gurunh., St-M. 

neuden[n]i eur park, mettre des fils dans un champ pour effrayer les cor- 
beaux, Trév., Gur., St-M.; par plaisanterie, n. signifie « uriner », Tv. 

nienn, f., crochet pour repêcher un seau tombé dans un puits, St-M. 

0. 

Ober 'nei, s'en donner, avoir du plaisir; ober ouz u. b., terrasser, tuer, 
venir à bout de quelqu'un ; en pari, des choses, s'occuper de, ache- 
ver ; ober ouz dannve u. b., ruiner quelqu'un, St-M., Plussulien, pet. 
Trég. ; 'm eus gret out-hi, gred 'm eus ouz ma labour, j'ai fini mon 
travail, p. Tg.; n^init] ket 'vid'n im ober, ils ne peuvent s'entendre, Tv. 

mari, f. : eur — , un petit bateau à deux roues qu'on manœuvre au moyen 

• d'une manivelle, Trév. 



^alevlrë, m., une bonne giffle, Trév. ; à Plédran (h. -bret.) une paravi- 

1 rée (= pare à virer). 

<aliketenn, f., pelle à feu, Lanr. 

?anpes, adj., bizarre, étrange, sot; subst., drôle d'homme. Hennés zo 

panpes, ou piponn, panpelour, c'est un niais; tud panpes, diwat ou 
' diwizat fgens arriérés), onpaourkez disadorn, (né le) samedi ; brezonek 

panpes., pipi, piponn, diwat, disadorn, mauvais breton, Trév. 



164 Supplément aux Dictionnaires bret. -français. 

paoik (pron. ekh), gret paoik d^han, frappe dessus (aux petits enfants). 
Lanr., Trév.; à St-M., pailik., païk. 

paourante 'm eus, j'ai froid, Gur., St-M.; paouranteach, (dire des) plai- 
santeries, langach paour, fadaises, Trév. 

pechar, gris, rouge et blanc, gris et blanc, de plusieurs couleurs, en par 
lant des animaux. Trég., Sarzeau, St-M. et haut-bret. id. 

pegan, tomber d'aplomb et s'enfoncer en terre au même endroit, ei 
parlant d'une boule, Trév. 

pèket : lèz pèket, Tv. ; lez bèket, Lr., premier lait d'une vache qui a vêlé 

peill, écorce du chêne dont on fait le tan, Lanr. \ peillast, m., peau 
pelure (des pommes, des pommes de terre), Trév., Quimp.-Guéz.; 
S\-U.,peill. 

pempenn, cinq petits faisceaux de lin tiré; pempenni Un., mettre le lin e 
paquets ou pempennao, Trév. A St-M., pempennein ; sing. du nom 
pempennenn, f. 

pempihh. C'hoari mein pempikh, Lanr. ; pempiao, Gommenec'h, jouer au, 
osselets (avec des pierres). A Trév,, c'h. min pempekh, c'h. penipeio. 

penn. Me 'm eus pendrabet ^nean, 'vad, je l'ai culbuté, secoué, Trév. 
eur pennad vust, une femme désordonnée, Lanr. ; c'hoari penn-bourde 
penn-bourdelik, Lang., Pleud., se mettre la tête en bas et les pieds e 
l'air; penn-ki, m., un toton, un venis, Ploezal (à Quimp.-Guéz., en 
doupi tach-koai] . 

penton, m., cuve ; — koue, vase où l'on fait la lessive, Trév., Lanr. 

p'cîelek, m., homme ventru, Trév. 

petezenn : n'eus tamm — bet, ou hennés n'eus ket a betesa, il n'a point c 
valeur morale, de consistance, de caractère, Trév. 

peur, per, par-: perdranchat, finir de biner; perlakat, achever, Lanr. 
glao a r£ ken a barstrake, il faisait de la pluie à torrents, Trév.; Peuv 
badus, Grég. de Rostr., p. 712, éd. de 1732, est une imitation c 
perdurable ; le bret. n'a en propre que l'adv. bikenn, éternellement, i 
futur (Trég.). Cf. le van. birhuikin àans ce sens, Pedenne.u, Van. i86<: 
p. 140, etadj. an ioae bizhuicjuen, la joie éternelle [Tremenvan, 16). 

peurik : Ober peurik d'en prad, Lang., preudik prat, Pleud. (syn. ( 
c'hoari penn-bourdel), corrupt. de tourik prad, pour toullik. Cf. c'hoa 
penn-toullik, litt. faire un petit trou dans le pré avec sa tête. j 

pichot : koz pichot, homme minutieux, qui fait des niaiseries; pi. pichodi' 
f. pichodes.1 Trév. 

pif, m., sifflet, clarinette; eur goiltel bif, un couteau à sifflet; pifc 
jouer de la clarinette ; pifer, celui qui en joue, Trév., St-M.; ( 
pipeau, fifre, it. piva, etc. 



Supplément aux Dictionnaires hr et. -français. 161; 

pik = put , commt chic! Gr. de Guillome, p. 125 = chut^ Dall-pikli, 
tout à fait aveugle, Trév,, Quimp.-Guéz., Ploezal, Gur. (cf. Emgann 
Kergidu, p. 2, dall-puty St-M., id.); bouzar-pikh, luch-pikh, inmosant, 
zôd — ; clwm pikh, s'arrêter court, Trév. ; leunpik, tout à fait plein, 
Audierne, Plozevet ; laiïn-pikh ou lahn-tenn, Trév. On dit à Ploezal 
le fém. pikes, penn-pikes, femme effrontée, chicanière ; à Trév. put, 
aigre, trenk-put, tout à fait aigre, c'houer{v] put, très amer, avalou 
put-chas, des pommes très amères ; à St-M., lez pùten(n)et, lait tout à 
fait aigri; sali pik Troudei, en h.-br. salé comme du pic. 

pikha stank, marcher vite, Trév. 

pikouz labour — , travail pénible, difficile, Trév. 

pil : pil-doar, dour-bil, m. averse, Trév.; à St-M., pilad dour, m. 
: pimpoell'ni, mond da bimpoelQynn, faire un saut périlleux, tomber la 
I tête la première, Trév. ; c'hoari pimpoelilenn, faire la culbute, Gom- 

menec'h, Plouha ; c'hoari pimpoell' nik, Trév. 
■ pintet, suspendu, Trég.; pintet mad, bien monté sur jambes, Trév. Cf. 
m pign k\, en pendant, Lanr., en pink, Hist. 62, et le fr. pendre. En 
élevant dans les airs les petits enfants, on leur dit : Pintekh! pintekh! 

I et pour leur demander s'ils le veulent : Gred va pintekh d'ac'h? Trév. 

\pis-moc'ha. Ke[r]z da b., va-t'en te promener! Lanr., Plussulien ; à St-M., 

1 pis-moc'hein. 

pitach, niaiserie ; pitouch^ un drôle de corps (Sî-M., id.) ; pitowèn{n\ek, 
id., Lam. ; piîekhiar, homme mou, sans force; piten[n]ach, sottise, 
Trév. Cf. fr. pitaud, rustre. 

plahkenn (ma] skoa, imon) omoplate, Trév.; pleinkenn me skoe., St-M. 

pkk, m., ourlet, Trév., St-M. 

podat, m. : eun tamm p., eur p. mad a dén, homme ramassé, trapu, St-M. 

.pokhol, poyol, m., poulain, t. d'amitié aux enf., Trév. ; farceur, p. Trég. 

pr'est, m., pi, prestiaou, instrument, outil, St-M. 

priotat., Lanr.; priota, Trév.; priât, St-M., maçonner. 



Rahetlr, ratière, Pleud., Lohuec ; rahetàr, Trév.; rac'heter mad (chat), 

qui attrape bien les rats, St-M. 
ralek, qui use ses chaussures plus d'un côté que de l'autre ; (soulierj usé 

d'un côté, Trév. A St-M., treuzet. 
ranf, raàvel, Trév., r'cvel., Pleud., instrument pour peigner [ranvelat, 

rïvelah le lin. 
ranjenn, guides, corde, Trév.; à St-M., chaîne. 

Rev. au. IV ,2 



i66 Supplément aux Dictionnaires bret. -français. 

ranp : paut rahp, garçon insinuant, Trév. 

ranv, St-M., Tressigneaux et Lanv., bêche; reon, Douarnenez, Ploaré, 

pelle ; cf. irl. ra/n, gall. rhaw. 
rask, fém., instrument tranchant à deux poignées recourbées pour polir 

(raskan) le bois, Trév. 
Tatous, grincheux, Plounevez, St-M.; qui branle, qui n'est pas solide. 
reuz : liennez zo — gant-han, il fait des embarras, Tv. 
ribourtadenn, ritournelle, Plusq. 
rigenn^ rang ; regennad, rigennat, rangée, Trév. 
rord, grosse corde, Lanr., Trév.; ne se dit à St-M. que dans ron 

milin, grand câble pour soulever la meule d'un moulin. A Lr., rordai 

eur garg, lier une charge avec de grosses cordes (^korden[n)an, ave( 

des petites, Trév. korden(n)in). 
roualek, noir, jaune foncé, Lanr., St-M. 
ruskenner, celui qui fait des ruches, Trév. 

S. 

Safit : gred ho saht bihann, ma loj, ma locheik, faites votre petit saint 
mon chéri (aux petits enfants pour leur dire de se tenir debout) , Lanr 

seuit, fracas. Corn. Cf. chahut ? 

siklud, m., pi. o, objet de peu de valeur, Trév. 

silaouret, doré, Trév. ; chilaouret, Trég., Go.; selaouret, St-M. 

skarbelek, m., celui qui butte contre les pierres en marchant, Trév. 

skas, entrave de ronce qu'on met aux poules pour les empêcher d 
gratter la terre ; ce qu'on appelle skasein eur iar. Hennez zo skaset, 
marche avec peine, St-M.; hennez zo skas., il se frappe la cheville d 
pied en marchant, Trév. Du fr. échasses : voir dom Le Pellet., scas: 

skavat, plein une petite barque (de goémon, etc.), Plusq., p. Trég., Gc 

skiljenn, éclat de bois qui entre dans la peau ; celui qui est haut si 
jambes, pinted huel : eur pikol skilfenn. On dit de même skolpennel. 
adj., de haute taille, Trév., de skolp, copeau ; cf. sklipad. 

sklaïnan, chainan : les ket da dillad da — , ne laisse pas tes affaires 
traîner. Syn., ruzan, ruillan, Trév.; chahinafi, Pléh., Païmp.;cheïnai. 
Pleud., traîner; a chaïn, en traînant. Go. 

skoaz : diskoaiet, qui a l'épaule démise, Trég. 

skoazell, pi. skoazeyao, ornière, Lanr. 

skoemp, skoem, peureux, vif, alerte (d'un cheval) ; délicate (affaire 
démarche) ; (homme) sujet à caution, fripon, petit Trég. et Go. 

skouer-bank, espèce de banc pour s'asseoir, le long des meubles, Tré' 



Supplément aux Dictionnaires bret. -français. 167 

skoill : dour — , eau stagnante ; skoillet e 'nn dour., l'eau est arrêtée par 

une chaussée, Lanr.; skoillan dour, arrêter Peau, Trév. 
skrijal, v. qui exprime le cri du pourceau : — ra' moc'h, Trég. 
sparlet, dont les sourcils sont arqués et se rejoignent. Plusq., Trév.; 

— eo he garr, il est embarrassé ; — oc'h, vous êtes attrapé^, Trév. 
stagalenn, Bégard, stagelenn, St-M., ce qui tient la quenouille ; boed staguz, 

aliment qui dessèche la bouche ; stak-prenn, ce qui sert à attacher le 

harnais du cheval à la voiture, Trév. 
stipan, arranger, mettre en ordre, attifer ; stipadenn, i., pi. 0, femme 

coquette l'syn., modenn, f., pi. 0, femme à la mode]., Trév. 
stovel, pi. eillao, ornière, St-M. Cf. stivel. 
strdkeres, Go. et petit Trég. ; strakéres, gr. Trég., crécelle. 
strogellach, des riens, Trév. 
sîrouill, éparpiller^ étendre : — teil, du fumier^ Lanr.; struill, Lr., St-M. 

Cf. strouill, boue; strei, streauein, 1. sternere, etc.; strouillenn, Trév., 

femme crottée, malpropre. 
stum : kaozeal e — Coello, parler le dialecte de Goello, Pleud. 



Tagaâ ra ar vouez, la voix s'arrête; tagus, (voix) qui s'arrête, Tv., Gur. 

tal : a dal da, vis-à-vis de ; 'dal 'n eil d'egile, vis-à-vis l'un de l'autre, 
Trév., Lr. 

talbenn, fém., planchette qu'on met au front des vaches pour les empê- 
cher d'avoir peur et de se brocher {en em vrochafi); talben(n)ed e' vioc^h, 
Trév. C'est aussi un bandeau : talben(n]ed e, elle a pris le voile (en 
parlant d'une religieuse; enfin eun dalbenn garr, ou lalbenn ar c'harr, 
se dit de deux planches qu'on met devant et derrière la charrette 
pour empêcher sa charge de tomber, Trév., Gur., Plusq. Talben{n)et, 
(sourcils! arqués et qui se joignent ; celui qui les a ainsi, Trév. 

talkad : m., 'nn eun talkad, (boire) d'un seul coup, Trév. 

taltous, m., traître, sauvage, Lanr., Trév. 

taoiis, épis; taonsennet mad e 'nn id, le blé a de bons épis, Trév.; taon- 
zeta, glaner, Pléhédel, Trév. (cf. van. toezenn). 

taouled, usé, en pari, des habits, Trév. 

taul : 'lier dà zonn tauyao, 'ver soiïn ann tauyao., on va, on est à son- 
ner le glas, Lanr.; taulad, m., ce qu'on fait en un coup, sans se repo- 
ser, Pléh. ; bataille, Trév. ; taul douar, bande de terre que détache la 
charrue, pi. tauyao douar, Lanr. 

temjo , pi., des contes, prob. de temzan , assaisonner (une salade), 
[■= tetnpza), fumer (une terre), Trév. 



i68 Supplément aux Dictionnaires br et. -français. 

tennari, tirer (un portrait) ; — plouzennik, — à la courte paille, Tv. 

terchal, jeter un couteau pour tirer au sort qui choisira la première part 

dans un travail aux champs, Trév.; ce qui s'appelle îennaH d'ar bal 

à Ploezal. 
fermai souffler, ne rien faire; chom ked aze da d., ne reste pas à rien 

faire ; han 'ta, fermer! allons, paresseux, Lanr., St-M. 
ferri (ou îremen) a ra d'ezhan^ il se calme; torr-penn, m., casse-tête; celui 

qui crie, qui ennuie, Trév.; à St-M., torrein a ra d'ohon., torr-penn. 
tesk, m., gerbe, pi. ao ; teskaoa, glaner, teskaoàr, pi. ien, glaneur, f. 

feskaoarez pi. et, Lanr. 
teurk, tique ; par métaphore, insectes, poux, Trév. ; teurgen{n)nef, t. 

d'inj. : maladroit! Lanr. 
firennet (pron. tir'nef) e' hara, se dit du pain (surtout du pain de seigle) 

mal cuit, qui a une raie noire et dure entre la croûte et la mie, Lanis- 

cat, St-M., Plussulien, Corlay. La rac. semble être « tirenn, bouclier ». 

En h.-bret. on dit litre, c'est-à-dire probablement bordé. On prétend 

que si l'on coupe avec un couteau un pain tiré du four avant que toute 

la fournée ne soit tirée, cela fait litrer les autres ; il faut le casser avec 

la main (Saint-Brieuc). Tirenn' a ra ar bara, ma ve torref ar bladenn 

gant eur gontel, St-M. Pladenn (Trév., id.) est un petit pain piaf qu'on 

tire avant la fournée. — A St-Clet, seien[n]et (qui a une ceinture). 
fivignal, n., pendiller, Trév. 
foagenn, f., taie (d'oreiller), Trég., Go. 
tobios. Eun tamm —, un homme petit et gros, Trév. 
tokad, m., quantité quelconque : eun — mad deio, tud, etc. Quimp.- 

Guéz., Trév.; tok, pi. togo, enveloppe des châtaignes, Trév. 
tomm. Ober eun — , se chauffer, Gur., St-M. Aze zou bef eun tommat, 

'vad, c'est là qu'il y a eu un grand effort (un travail échauffant, un 

bon coup de collier), Lanr., St-M. 
forfa 'ra dindan lie veach, il est accablé sous son fardeau, Trég. , Go.; 

ober un tortad, s'en payer une bosse, Plusq. 
fos, pi. 0, ou, tronçon ; — lann, ce qui reste de l'ajonc quand on Pa 

coupé à ras de terre; eun tamm fos, fos fall, homme trapu. Go., 

Pléh., Gur. 
touill, pourri, Trév. 

foull : eun — gouzoug breizadan euz, il a l'accent breton, Trév. 
foullik (pron. foulekh], m., le dernier de la famille, de la couvée, Pléh. 
tramaill, tranmaill, pi. ao, herse ; — cire gezek, k chevaux ; tramaillat, 

fraiïmaillaf, herser, Lanr. 
frantel (fortune) : eun overn drantel, drannfel, une messe à rebours, Trév., 



Supplément aux Dictionnaires bret. -français. 169 

■de même qu'on appelle par superstition kaz ann arc'hant un chat noir, 
Lanr., Pleud., Trév. 

tremener, pi. ien, fém. es, passant, Lanr. 

treuzadenn, f., poutre qui traverse une maison, Trév. ; passerelle, petit 
pont, Prat ; me zo treujet, je suis traversé (de pluie), Lanr. 

tribouleî. Ober ann — , faire une culbute sur la tête, St-M. 

tri-hanteri, rare et abusif, partagé par tiers, Trév. 

tro : mond \iro, aller mendier; traouaill= troil., dévidoir, masc, Lanr,, 
St-M.; traouill, manivelle pour serrer les cordes d'une charrette ; ed t 
a-benn-draouill, penn-draouillet e bet, il est dégringolé, Trév.; ar c'harr-ze 
'ha d'ann druill, d'ann dreill, cette voiture va au grand galop, Lanr,; 
troidell, f., lizeron ; troidellat, aller de travers, Lanv. ; troieta, id. Gur. 
On dit fam. d'une chose qui répugne : Gweli ve ganin moàd da drein 
mein da zechan, j'aimerais mieux aller tourner la pierre pour la faire 
sécher, Trév. Troidellad, tournoyer, Bomb. K., 22. 

trutell, f., commère, bavarde, Trév. 

tud : den, plac'h evelann dud, ipersonnei sociable, qui connaît le monde, Tv. 

tumenn ar chiminal, le manteau de la cheminée, oij l'on accroche les 
fusils, Trév. 

turieller-douar, mauvais laboureur, St-M.; turniadur-goet, Pleud.; terfia- 
dur g., Lohuec, taupinée. 

V, W. 

Vin : eur — , une petite venelle ; — dali, impasse, Trév. Cf. veine, d'où 
venelle. 

vlik-e-vlamm : iaouank, néve, noaz — , tout jeune, tout nouveau, tout nu, 
Trév. 

vlistreres dour, seringue, pompe, Trév.; vlistran =flistra. 

vloc^h, dim. vloc'hik, celui qui monte bien à cheval, bon écuyer, Trég. 

vlutafi koncho, raconter des contes; vlutach, niaiseries, Lanv. Cf. Bomb. 
Kerne, pp. 4, 72. — vriteres : pillik — , poêle à frire, Tv. 

vo-vo, cheval, dada (enf.), Lanr., Trév. 

war. Mond war benn a hent da u. h., aller à la rencontre de quelqu'un, 
Trév. ; jiletenn war var, Pontrieux ; war c'hourre, Corn., un pardes- 
sus. Ar ieoîenn-ze a zo war vlar ann dour, cette herbe pend sur l'eau, 
son extrémité est balancée par le courant, Lanr. ; war lein, id., Lr., 
St-M.; kerzet war destum, Trév., marcher les pieds en dedans, à 
St-M. bechein, d'où bechik, maladroit, ibid., et peut-être bëchekh, m., 
Lang., petit taureau, cf. z['/d~oixq eA-./.ac iîojç. 

witè! à droite! laux chevauxl La Roche-Derrien. 



70 Supplément aux Dictionnaires bret. -français. 



Zac'hed e, il est à bout, arrêté dans son entreprise^, Trév.; syn. zouc'hed, 

houc'hed, hourded. 
zaltin, adj., avare, Plougonver. 
zauz, m. (propr., anglais), bègue, Lr. (petit Trég.), St-M.; zauzer, Trév., 

zauzan, Lr. , zauzein, St-M., bégayer. Cf. gregach, grec et charabias. 

Les Hauts-Bretons traitent de même la langue celto-bretonne de 

ouar-ouar (m., à Saint-Donan, baragouin). Barbarus hic ego sum...! 
zelbenn, cheville, entrave pour attacher les vaches, Plusq. 
zelland, adj., avare, regardant, Trév., St-Mayeux (Cornouaille). 
zellédou : levr ar zellédou, les saintes Écritures (Plougonver, ce mot est 

connu des vieux). 
zerrer, m., un avare, un accapareur, St-M., Trév. On dit encore eur 

zerrer treo, eun den he c'hodell[o), paotr he ialc'h, eun den evit-han he 

unan, Trévérec (petit Trég.) '. 

Emile Ernault. 



I . C'est un devoir en même temps qu'un plaisir pour moi, en terminant cet article, de 
remercier M. l'abbé Héry, mon beau-frère, le sympathique barz Koatmin, de son obli- 
geante et précieuse collaboration. 



POPULAR TALES OF IRELAND. 



Thèse examples of Irish tradition are from a now extensive collection 
formed by the editor during the leisure of some years past. He would 
hâve preferred for several reasons to publish it in its entirety ; but at 
the suggestion of the Director of the Revue Celtique the foUowing trifles 
(selected chiefly for their brevity) are offered as spécimens of the tradi- 
tion of the westernmost Celts, as now found existing in the mouths of 
the people. 



OF A YOUNG MAN THAT ILLTREATED HIS FATHER 
AND MOTHER. 



There was a wild, illconducted young man in Ireland once, who 
lived with his parents. His days were given up to idleness, his nights to 
card-playing, drink, and debauchery ; and when his father and his old 
mother talked to him about mending his evil habits the answer he gave 
them was to beat them. Well, time rolled on; the parents died ; and 
one day, a long while after, some sentiment of remorse began, it would 
seem, to stir in his heart, for he bethought him of going to confession. 
He went to the priest, who asked him when was he at his duty last. 
He told him how long he had staid away. Then the priest began to 
question him as to the sins he had on his conscience ; and the young 
man proceeded to tell ail his doings, his blackguardism, his drunkenness, 
his undutiful behaviour to his father and mother. The priest asked him 
did he ever raise his hand to beat them. « I did, » he said, « bâte and 
« ray-bate them. « « And why, » said the priest, « did you never come 
« ail this time to make your peace with God ? « « I was afraid to come, 



172 Popular Taies of Ireland. 

« sir, )> he answered. « Well, « said the confesser, when he had heard 
ail, « I can do nothing for you. You must go to the bishop, and ask 
« him to absolve you. » To the bishop accordingly the young man had 
to betake himself. To him he related what brought him thither, and 
asked for the absolution which the priest had refused. The bishop liste- 
ned to ail he had to say about his past life, but when he had made an 
end, he told him that he could not undertake to absolve him, any more 
than the priest : ail he could do was to send him to Rome, to the Pope. 
Well, the young man set out on this journey, over sea first, then on foot 
over land, till in course of time he made his way to eternal Rome. There 
he sought the présence of the Pope, threw himself on his knees at his 
feet, and told him the history of his life, as he had told it to the priest 
and the bishop in Ireland. The Pope heard him out, and what he then 
commanded him to do was, to go back, and the first living thing he 
should meet on his way, to kneel down, kiss it and worship it. The 
young man shortly after left the city, and started ofî on his road home. 
On the way, towards evening, there met him a great leech-like thing, 
such as comes out of the river, and in obédience to the Pope's command, 
the young man knelt down and kissed it. The créature fastened the 
next instant in his throat, and ail the strength of three men would not 
loosen its hold. He had at last to throw l;iis handkerchief over itto cover 
it, and to drag himself and it, as well as he could, to a house by the 
road, where he asked for lodging for the night. There he withdrew to 
his own room. Next morning the people of the house waited a long time 
without his coming down, and at last, fearing something was wrong, 
they went to his door, which they found fastened on the inside. They 
forced it open, and then a fearful sight met their eyes. Of the young 
man there remained nothing but the fleshless bones ; the rest of him 
had been devoured during the night. 

(John Young, of Rathkeale, 27 april 1877.) 

/ can do nothing for you. Mr T. Wright in his notes (p. 5 5) to his édition 
of the Proceedings against Dame Alice Kyteler, prosecuted for sorcery 
in 1324, by Richard de Ledrede, Bishop of Ossory (London, 1845), 
enumerates from a MS. of the fifteenth century the « casus quibus 
« solus papa absolvit » and « casus quibus papa, sive episcopus, 
<( sive alius, eorum potestate accepta, absolvit. « The former class 
includes 

Incestum faciens, deflorans, aut homicida, 

Sacrilegus, patris percussor, etc.; 



Popular Taies of Ireland. 17} 

the other, 

Si qua suffocat partum, aut negligit occat, 

Si pater aut mater violenter lœditur, etc.; 
further on, 

Non scelus énorme vitii solvas sine papa ; 

Sacrilegus, cleri percussor sive parentum, 



Taies vel similes Romam vadant, nisi sexus 
Obstet femineus, aut debilis aut senis aetas, etc. 
The discrétion however allowed the bishop in certain cases is expres- 
sed by the line (ibid.), 

Dictos qui possunt sine papa solvere solvant. 
A great leech-like thing. Démons often appear in thèse stories in the form 
of a water-serpent or eel. In another unpublished story, too long to 
give hère, the Devil appears wound as an eel round a butter-firkin. 
He is allowed to punish the impiety of a farmer's wife by devouring 
her body^ but (as in the présent taie) the soûl is saved. 
Notwithstanding some différences of détail, this is the same story 
with Lou gouiat castigat of the Contes populaires recueillis en Agenais (Paris, 
1874] of M. J. F. Bladé. In the Agenaise taie the sin of the young 
man is différent ; he provides himself with iron shoes for his journey ; 
the bells of Rome sound at his approach (« Aqui las campanos que sou- 
« non l'arribado d'un gran peniten, » the people say) ; and a compa- 
nion of his makes the journey with him. 



THE HIMIDE-HAIMIDE. 

(galway.) 

A woman had an illthriven youngster, who was lying in his cradle 
)ne day when the little child belonging — or thought to belong — to 
mother neighbouring woman came to the door with a message from his 
nother, who wanted the loan of a sieve. « Chuir mo mhamaidhe asteach 
< mé, « said this latter, « ig iarraidhe iasacht an himide-haimide. My 
c mammy sent me in to ask the loan of the himide-haimide. » That was 
he childish name he gave the sieve. « Hd, hd! » laughed the fellow in 
he cradle, loud and bitter ; « '■Nûair a bhi Coillte-Con an dsannuidhe 's 
'•. deas a déirthéa criathar. When Coillte-Con woods were growing it's 
;■- bravely you could say 'sieve'. » 



174 Popular Taies of Ireland. 

It was a good three hundred years since the saplings of Coillte-Con 
were growing. After thus for the first time breaking silence, through 
losing ail patience at the déception of the other joker, the sifreôg leaped 
out of his cradle, made for the door, and neither he nor his friend was 
ever seen after. 

(Man froir. Laghtgeorge, 31 march, 1878.) 

The very word ordinarily used for the good people, Sidhfir, Sidbeo- 
gaighe, probabiy means the « Immortal Men, « the « little ImmortalS; v. 
Slùagh Sidhe, the Immortal Host, the Spanish Huesta Antigua, Exercito^ 
Antiguo. We may compare OReilly's sidsat, they wait[ed], remainedji 
sithbeo, siîhbûan, lasting, perpétuai; sithbe, long life. In several tradi- 
tions concerning them the notion of great âge is implied, as hère. In one 
of Croker's taies (Master and Man) Billy Mac Daniel's sidhfer master say; 

to him, « Billy, / will be a îhousand years old to-morrow I think it ii, 

« fuU time for me to get married. ^ In the County of Galway the belle 
of the people is expressed in the saying, « No one diesin the Bruidhin) 
(the dwelling of the Spirits, the Bniden of ancient taies) '. 

The editor has not been able to identify the old wood alluded to [ 
Coillte-Conchubhair and Coillte-Conmaicne were respectively in the presen 
Roscommonand Leitrim. There is a Cathair-a-con wood in Clare. 



III. 
WHERE 'LL I GO ? 

WESTMEATH. 

A voice used to be heard at night, crying ever from the butt of 
bush, « Where '11 I go ? Where '11 I go ? « A man was coming alon, 
that road one night, mellow with drink, and when he heard the ghost' 
question, Where '11 I go ^ « Where 'ould you go«, he answered, « bu 
to God out o'that, and leave the people in peace ? » The spirit thanke 
him, and was never heard again. 

(Young man at Clare, august, 1878.) 

Cf. « Grsenzpfsehl verrùckt», Wolf (Niederkndische Sagen ; Leipzig 
1843, p. 509), and Mùllenhoff « Das Gespenst mit dem Grenzpfahl 
{Sagen, Mterchen und Lieder der Herzogiliiimer Schleswig-Holstein un 

1 . cf. the berg in Norse legends of the Aesir. 



Popular Taies of Ireland. 175 

.aaenbuTg; Kiel, 1845, p. '^9)- Thèse two stories turn on the fraudu- 
ent displacement of a boundary post, which the rogue is condemned to 
un about with at night after his death, asking continually, « Wohin 
: soll ich ihn setzen ? Wo soll ich ihn lassen ? » A drunken man, who 
lad fallen asleep in the haunted fieid, lifts his head and answers, « Ei, 

lumpenhund, setz' ihn wieder hin, wo du ihn genommen hast^ du 
: Dummbart du ! « « Gott sei gedankt, » cries the spirit ; « Nun bin 
ch erlœst ! « 

The « bush » in the Irish story was probably one of the solitary 
horns, which are always associated with the dead (they frequently mark 
;raves), and are in Galway said to hâve ail sprung up from dead rnen's 
lust scattered through the world. 

IV. 

THE GOOD PEOPLE'S QUESTION TO SAINT PATRICK. 

I . LIMERICK. 

Saint Patrick had a serving man called Crom Dubh, and he sent him 
*ut one day to get wood for the fire for cooking; for ail the beggars of 
he country used to be fed at Saint Patrick's house. Crom Dubh met 
ome people who offered to draw the wood for him if he would put a 
uestion to his master at the moment of the Elévation in the Mass. 
:rom Dubh did so on the Sunday foUowing. « A Phddraig, « he said, 

gai é an ùair a ra'ig na Slùagh Sidhe go Parrathas ? « (Patrick, what 
me will the Sluagh Sidhe go to Paradise ?| « Donas dûbhais air t'oide 
lûinteadha », said Saint Patrick, « ni ra'ig siad go La an Breiîheamhantais 
hiirighthe (Grief and ill-luck to your teacher, they '11 not go there till 
le Day of Judgment, for certain). » 

Before that the Good People used to put the sickles in the corn 
nd the spades in the ground, and spade and sickle used to be seen 
■'orking for men without visible assistance ; but thenceforward the 
idhfir would do nothing. That question was put on the last Sunday in 
Lily, and ever since, that day lor the first Sunday in August, itsometimes 
.) is called in Ireland, Dômhnach Chroim Duibh or Crom Dubh's Sunday. 
(Old woman from Askeaton, 50 march 1879.) 

2. LIMERICK. 

When Saint Patrick was at the Rock 0' Cashel, and the Friars were 
et in it, he and they were poor enough : and every day Saint Patrick's 



176 Popular Taies of Ircknd. 

serving man used to go out to gather firewood sufficient for the nex 
day. While he was thus employed one Monday morning, up ther 
cornes to him a little redheaded man, who asked the servant what h 
was gathering. « The next day's firing «, he said, «for Saint Patrick. - 
What does he give you for that ? « asked the little fellow. « Two-and 
fourpence a week, « said the other. « Well, » said the redheaded mar 
« I '11 get you, in one day, as much firing as will last you the whole weel» 
« and besides sparing your labour, I '11 give you what your getting, 
« you '11 ask your master one question for me at the moment when he 
<( raising the Host at Mass. ^^ The serving man said he would, and tt 
stranger told him that the question was. Ce hiad na tri dream nàch bjeu 
feadh na Flaithis Dé go hrâth? (Who are the three sorts of people th; 
never will see the kingdom of God). Well, the serving man found th 
week's bundle of firing lying ready for him in the morning at the stai 
foot, and he resolved to do what he had undertaken to do. When Saii! 
Patrick was on the altar on Sunday, and when the moment of the Elev;' 
tion arrived, he suddenly heard the question put to him. Turning sterni 
about towards the congrégation he asked who was that unfortunate ma 
that had put such a question as that to him. The man cried out that 
was he, his own servant; and Saint Patrick commanded him to corr' 
to him in the sacristy when the Mass was ended. When the servant di 
so, Saint Patrick told him that he would give him his answer, but \ 
also told him that he might dig his grave that night. The three classt 
who hâve the least chance of Heaven are 

Deamhna Aerig; 

Leanbh gan hàisteadh ; agus 

Céile Sagairt : 
the Air Démons; a child unbaptized : and a priest's mistress. Saii 
Patrick commanded the man to go that night and dig a grave below h 
own depth, then to lay the spade and shovel over it crosswise, and s 
await Them; for they would come to get the answer of the questioi' 
and he would be in deadly péril when they found what the answer wa: 
On the Monday morning the man saw the little red fellow and the re 
of the Good People surrounding the spot where he was awaiting then 
When they got their answer, they could not touch him, but fil 
flashed from their eyes and blazed from their mouths, and they tore i 
the ground in their wrath. Since then the spade and shovel hâve alvi^a; 
been crossed over graves in Ireland. ,' 

(Man from Oola, winter of 1875 ; old woman from Kilbehinny, 7 janua; 
1876; old man from Kiidorrery, and others.) 



Popular Taies of Ireland. 1 77 

According to one narrator the little red man was the Luprachdn [Cla- 
charachdn, Cork). He said when he heard Saint Patrick's answer, « If 
« that 's so, we'll do good and bad (Before that they had donc nothing 
« but good »). When they saw the crossed grave, « It waswell for you,» 
said they, « and wise was the man that told you. » 

3. CLARE. 

The answer was Céile Sagairt; leanbh gan bdisîeadh; agus Slûagh- 
Sidhe-Thùatha-Dé-Danann. 

(Old man, D. L., from Broadford, Clare, but résident sortie thirty years 
f in the Abbey, Limerick, where the editor heard this variation, 7 october, 
' 1876.) 
I 4. DONEGAL. 

Saint Colum Cille had broken his golden chalice, and sent it by a 
servant to the mainland to hâve it repaired. The servant took it in his 
currach Cuisle^ and on his way fell in with another currach, rowed by 
a stranger, who enquired his errand. When the man told it, the 
itranger blew his breath on the chalice, which got whole again ; and 
bade him return it to Colum Cille and bring back word what he should 
5ay. Saint Colum said, Monûar ! Monûar ! fear na noibreacha sin, as go 
'brdth nach b'fuil mahheamhnas lé fdghail aige (Alas, Alas, for the man of 
>uch Works, for ever there 's no forgiveness to be got by him). On hea- 
'ing the saint's reply the stranger exclaimed, « Woe is me, Manannân 
:( mac Lir ! for years l 've helped the Catholics of Ireland, but I '11 do it 
X no more, till they 're weak as water. I '11 go to the grey waves in the 
ï Highlands of Scotland ! » 

(From the editor's brother, in Donegal, 1870.) 

5. OTHER VARIATIONS (Cork, etc). 

I The serving man was pulling fraoch (heath) in a wood, to make a 
nosna or faggot of, when he found that the harder he pulled the firmer 
t was clinging to the ground. At last he heard the voices of people near 
'lim, telling him it was they that were holding the fraoch in the earth. 
rheir question was to be asked between the élévation of the Host and 
he Chalice, of the priest at Mass, not of Saint Patrick. Instead of Céile 
^^agairt, Leandn-sidhe-sagairt (spirit mistress, succuba) occurs ; and the 
3ood People appear as Aingil Anùabkair (the Proud Angels). 

>Ofn Dubb, Black Crom. The Irish writers of the beginning of the cen- 
tury, who were so inaccurate in many things, were perhaps quite 



lyS Popular Taies of Ireland. 

right in identifying the name of this ancient Irish divinity wii 
OReilly's cruim, « thunder » (O'Halloran, History of Ireland, Dublin 
1804, I, 34; . Reinsberg-Dùringsfeld mentions the Bohemian usai 
of throwing a buckgoat from the top of a tower, etc., with varioi 
superstitious cérémonies, on the 25 july, « ein Rest, » as he think 
ce von einem ehemaligen Opferfest zu Ehren Perun's oder Donar's 
{Fest-Kalender ans Bœlimen^ Pi"ag) 1862). Goats were thrown from 
height and burnt, in honour of the thunder-god. The workjustcit( 
also mentions Bohemian popular auguries drawn from the occurreni 
of thunder in August (p. 580). 

Deainhna Aerig. One of the many popular names of the good peopli 
Other names are Sliiagh Si'dhe, Daine Maithe, Sidhfir, Sidheôgai'dhi 
na Uaisle, Aos 'An, Sliiagh na Marbh, Dream Aniiabhair, Ainj, 
Anûabhair; to which may be added Sliiagh Cille, which, howeve; 
the editor has not obtained, as he has obtained ail the rest, fro 
oral sources. Sliiagh Cille (or the Host of the Churchyard) occurs 1 
one of the poems published by the Ossianic Society {Seilg-na-Féin\ 
os cionn Locha Deirg, Transs. VI. 1 56). As to Sidhe, Sidhfir, etci 
see above. Daine Maithe is commonly englished « good people i 
but the words were originally used for «nobles », « the wellborn ; 
Thus the Bodleian copy of the Annals of Innisfallen (Miscy. Ce' 
Socy. 1849, p. 1 3, note p.) records at the year 1234 the defeat ; 
Trâigh-li by the Foreigners on the Gaidhels, wherein was slain Dia 
mait son of Cormac Liathanach, ocus daini maithi imdadi do Desm, 
main^ « and many (other) nobles of Deas Mûmha. » Daine Maitl| 
would thus correspond to the names, « the Gentry r>, na Uaisle [ih 
Noble, Kighborn), applied to the same beings. Daine dna (« nobi 
people ))) occurs in Leahhar-na-gCeart (éd. ODonovan, p. 110). Tl; 
form Aos 'An (the Noble Folk) requires confirmation; forthough; 
appears to be a genuine euphuistic popular name for the Sidhe^ aij 
corresponds to compounds like daine dna and the hving aos ûas. 
(nobility), the editor has only obtained it from one source, ano, 
woman from Kilbehinny, Limerick, and in the phrase Poc-Aos-'Ai 
referred to below. Dream Anûabhair, Aingil Anûabhair (^^V\htïQQ\^ 
Cork; Kildorrery, etc ) the excessively proud people, proud angel| 
The expression Slûagh na Marbh, Host of the Dead, has found ii 
way into the Irish Catechism at présent in use in the diocèse 
Tuara. 
There are early références to the Air Démons in Irish literature, f( 

example, in the old rann cited by Keating : ! 



Popular Taies of Ireland. 17g 

Béchoill agas Danann (sorceresses of the Tûatha-Dé- 

, Danann) 

^ Feascor a ndraoidheacht fd dheoigh 

iLe deamhnaibh odhra aieoir. 
Béchoill and Danann 

t Their magie withered away (?) at last 

Through (by) pale démons of air. 
l (Keating éd. Halliday, p. 208.) 

\ The Demna Aeir are perhaps identical with ihe Geinte Glinne; and the 
; last Word the same with glîn, « the firmament, the sky » (ODon. ad 
S OReilly). Ceinte Glinne would thus be the people, tribes of the sky. As 
' in parts of Indo-China a person afflicted with epilepsy, or like myste- 
' rioas seizures, is said to be « smitten by wind » or « smitten by a 
' spirit )) [Athenœum, 19 april 1879, p. 507), in Ireland it is said of aman 
slruck with paralysis, Fuair se poc (He has had a stroke) ; and the affec- 
tion is known as Poc on Spéur (a stroke from the sky), Poc Aeridheacht' 
: (stroke of the Air [powers]), Poc 'Aos-Ain. We may compare with this 
lastterm the wordsof theschool masterGood, in Camden, who, after des- 
cribing the procédure of an Irish wise woman, called in in cases of 
obscure illness, says, « then returneth she home unto the sicke party, to 
1 « try whether it be the disease called Esane, which they are of opinion is 
t « sent by the Pairies », etc. (Hollandes Camden, 2d. edit. 1636) '. 
f The common Irish adjective aeridhe, aereach, aoiridhe , aoigheardha 
I [Reliques of Irish Jacobite Poetry éd. John Daly. Dublin, 1844, p. 6) has 
! the sensés : i. Aery, of the air. 2. Relating to the Air Spirits, haunted 
; etc. (of places). 3. Under the influence of the Air Spirits, wild, flighty, 
t etc. Through a parallel Highiand form of this word, the word eery has 
* without doubt found its way into English. Aeridhe in the ^rd. sensé 
' is a term often applied to tailors; and in Ireland, as in other countries, 
> that class of craftsmen are, like smiths, associated in legends with the 
Good People or with supernatural beings. (Asbjœrnsen, Norske Huldree- 
' ventyr, I, 1 1-14. Cf. Campbell, West Highiand Taies, II, 58.) 

Laughter, and especially violent laughter, seems to hâve been held, 
like sneezing, to indicate the unseen présence, and the influence on the 
Company, of the Spirits. In such a notion is perhaps to be sought the 
origin of the formula often heard from women after laughter, Cuis gdire 
6 Dhia chùinn! (Cause of laughter from. God to us); and is not this the 

I. Epilepsy is called by significant names in Ireland : the Blessed-Sickness (Westmeath 
= morbus sacer); Tinneas Mûr Eôin Bâisûdhe (Limerick), morbus magnus loannis Bap- 
tistae. It is cured by St. John's Night dew, caught in a vessel covered with a white doth. 



i8o Popukr Taies of Ireland. 

meaning of the Scottish belief that men become violently hilarious, fey. 
just before a violent death ? The unexplained word fey recals the oldei 
uses of the French fée : un cheval belliqueux pommelé, ayant une petite 
teste, un regard fier et courageux, et outre les bonnes conditions qui 
estoient en luy, il estait fée [Les facétieuses nuits de Straparole, éd. Jan- 
net. Paris, 1857, I, 173). 

A little redheaded man. The Irish Luprachdin, Lugh-chorpdin, seem te 
hâve been originally fire-and mine-dwarfs. i. Like the Incubones 01 
Petronius they appear guarding a treasure, and with red caps, rec 
jackets, or red hair. It will be noticed that in the présent case one 
of them promises money, and collects fuel. They hâve sporân-na- 
scillingce, thepurse always containing a shilling. 2. Their subterra- 
nean mill, Muilleann Leprachdn, is shown near Tuam. 3. The Lupra- 
chân is often betrayed by the tacking noise of his hammer as ht 
Works as a brogue-maker. This hammering recals the Welsh Kno-, 
ckers, whose sound has led to the discovery of so many mines, anc 
the German mine-spirit Hâmmerling. 

Slûagh-Sidhc-Thûatha-Dé-Danann. A valuable variation^, identifying the 
Si'dhe with the Irish Plèbes Deorum. 

This same story appears in Scotland, but in a form very différent froir, 
the foregoing. The saint, his servant, and the priest disappear, and are 
replaced by an old Cromarty farmer, who, seated among his sheep on i 
Sabbath noon, reading his Bible, is addi-essed by a woman in green,^ 
« Old man, you are reading the book; tell me if there be any offer oi, 
« salvation in it to us. « « The gospel of this book, « he made answer,i 
« is addressed to the lost children of Adam, but to the créatures of ne 
(c other race. » His interlocutor disappears with a shriek. (Hugh Miller, 
Scènes and Legcnds of the North of Scotland, Edinburgh, 1858.) 

The strong attachment of the Irish to their ancient pagan traditions 
is curiously illustrated by legends of the présent class, where an 
attempt is made to christianize divinities, demigods or heroes which the 
converted pagan was unwilling to give up altogether. Thus one of the 
most popular of modem legends is Bâisteadh Oisin, the Baptism of Oisin;| 
Oisi'n becomes servant to Saint Patrick, as Crom Dubh hère; Cu-Chu- 
laind himself is reckoned among the saved ; and the sea-god Manannân 
becomes a friendly power. A legend in the book of Fermoy which pro-i 
fesses to account for the name Domnach Crom-Dubh relates how the sal- 
vation of Crom-Dubh was revealed to Saint Cainnech. ! 



Popular Taies of Ireland. i8t 

SLIABH-NA-MBAN-FIONN THRI LASADH 

I. LIMERICK. 

There was a woman once, somewhere or, the borders of the counties 
of Limerick and Cork, and she was the laziest thing that ever walked. 
She let ail the wool go on gathering for seven years, because she was 
too idle to spin it, and with other work it was the same. One night 
however she bethought her that it was high time to do some spinning, 
and after her husband had gone to bed she sat down and worked away 
at her wheei till it grew very late. As she sat there, suddenly in walked 
an old woman, who sat down uninvited and began to spin furiously. 
She made incredibly swift progress with the work, and then the two 
began to card. While they were so employed in came another woman, 
who cried, 

Cior' ollai'ge, ciof allai' ge, cior' ollai'ge Uhdîhaoi; 
Cior' ollai'ge fada fi'ge, as fada liom athdthaoi : 
Carding wool, carding wool, wool ye are a-carding ; 
Carding wool so long and white, and still ye are but tardy. 
She too sat down, and another came in, till the house filled with 
people. There were old and young women, ail ready to spin, and wea- 
vers ready for their own work. They ail sat down, and spun, carded, 
and wove at a fearful rate, the woman of the house looking on, and net 
knowing what to make of it ail. They shortly finished, and then they 
cried out for a striuch-chdrddil, or treat after their work. They would 
take neither excuse nor déniai, and the woman had at last to consent, 
and she went out to bring some water for the purpose from the well. 
But when she reached it, she heard a warning voice sound in her ear. 
« Don't give it them, » it said. « AU that ever the seven générations of 
ft your people had would not give them food to night. » ÇNd tahhair aca : 
a raibh ig d'seacht sinnsear nd tabharjadh se hiadh dôibh 'nocht je] « And 
« what '11 I do t » asked the woman. « You '11 go back n, answered 
the voice, « and dash that can of water against your door, and cry out, 
Td Sliabh-na-m Ban-Fionn 
Agus sliabh as a cheann 

Tri dhearg lasadh. 
There's the White Women's Hill 
And a higher hill still 
In a blaze of red fire ! 

Rev. Celt. IV I j 



i82 Popular Taies of Ireland. 

« They '11 ail rush out of your house, and do you hurry in. Put the 
(f broom across the door ; throw out the feet-water ; take the band off. 
« the spinning-wheel ; put the tongs up against the fireplace ; and turn j 
« the feetwater bowl and every other vessel down on its face. » Going 
back to the house, the woman, as she was bid, dashed the canful of 
water against the door, and cried out at the top of her voice 
Td Sliabh-na-mBan-Fionn 
Agus sllabh as a cheann 
Tri dhearg lasadh ! 
A terrible hubbub arose that instant within, and the crowd came rushing, 
to the door. « M' jhear as mo plmstldhe! » (My husband and my children) ■ 
cried the women, « Mo bhean as mo phdistidhe! « (My wife and my chil-' 
dren) shouted the men, each hurrying off to save his own. The woman 
of the house in the meantime got inside and shut the door upon them. 
She stuck the broom across it; poured out the feetwater, and turned the. 
bowl face downwards on the ground ; took the string ofF the spinning-i 
wheel ; set the tongs standing up against the fire-place; washed thej 
cock's feet, and put him on the cleithbheK She had not well fmished' 
when approaching noise, threatening voices and quickening feet, told 
her that her unbidden guests were coming back. « Are you there, Feet-i 
« Water .^ « cried they, as they beat savagely at the door. « No, » the 
Feet-Water made answer, ce I 'm under yere feet. « « Open the door,j 
« Wheel, » they cried. « I can't, » said the Wheel, « the string is ofij 
« me. )) « Open the door, Tongs. » « I can't, » said the Tongs, « she 
has set me standing against the fireplace. » The Cock and the Broom, 
had to give the same answer; and the crew outside at last made off, 
leaving their parting curse to the woman's adviser. She had thus ail thfi 
woolthey had spun and wove ; but from that out she changed a card ir 
the matter of laziness ; did her work regularly ; and went to bed ir 
proper time. 

(Old woman from Kilbehinny 12 aprii, 1877.) 



Suidhedn-na-Mnd Finge afire. 

Suidhedn-na-Miui-Finge, as it is called in the dialect of the locality, 

« the White Woman's Seat », is a heap of stones on the summit 

Killawillin Mountain, between Ballyhooly and Mallow. The Bean Finr 

used to be seen walking out of thèse stones. Two men one day sawher.| 

I. A wicker shelfor perch, fixed against the wall or behind the door. 



Popular Taies of Ireland. 185 

and tried to get near her, but she withdrew between two stones and 
got out of their sight. 

Tradition speaks however of many White Women, Mnâ Fionna, and 
tells that they were out one night, and visited the house of a certain 
woman, as in the foregoing story, where they were only got out by her 
device of shouting that Suidheân-na-Mnd-Finge was afire. In the subsé- 
quent dialogue the Key could not open the door for the unearthly visitors 
because the mistress had put him in her pocket. The Feet-Water makes 
a like refusai because she had cast him three yards beyond thethreshold, 
The Tongs is keeping the fireplace and dares not stir. The White Wo- 
men départ, crying « Donas dûbhais air do chômhairleach. » (Grief and 
ill luck on your counsellor.) 

(Man of over eighty from Kildorrery, 1874.) 



Cnocàn-Bhaik-na-Gaoithe-îhri-lasadh. 

Cnocdn-Bhaile-na-Gaoithe and Ratha-Bhaile-na-Gaoithe are near Tobar- 
Bél-atha-na-nanam, near Oranmore. In a house hère close by the raths 
lived a woman called Brighid Ni Tuathail, Anglice Bridget Toole. One 
Friday night she and her daughters were busy preparing frieze, bréidin, 
for the Galway market. It was after twelve, and the wearied girls were 
for going to bed. The mother, however, said it was better to stay up 
and finish the work. They therefore went on with it for some time, when 
ail on a sudden two women came in, followed by two more, and more 
after them, and each called out Tûirle as cdrla domhsa (A wheel and a 
card for me] . They set to work, and soon a great quantity of bréidin 
was prepared. 

[Then comes the incident of the woman going to the weli for a can of 
water, whither she is followed by a friend of hers among the mnd sidhe, 
who instructs her what to do.] The woman and her daughters, when the 
deceived Good People returned to the door, heard the water-can shivered 
to pièces outside : and the house-dog was found next morning dead on 
the wall. The great roU of bréidin, the fruit of the strange women's 
labour, was taken up high into the air, and let down again. 

Some time after, Brighid Ni Tuathail went to the market of Galway to 
sell her frieze. A man she had never seen before came up to her and salu- 
ted her by her name. « Marach dhuit, Brighid Ni Tuathail; an é bréi- 
din Bhaiii-na-Gaoithe .'' » (Good morrow to you, Bn'ghid Ni' Tuathail; 
is that Baile-na-Gaoithe frieze] . Surprised to be called by her name by a 
raanshe never saw, and still more to hear him ask after the frieze made 



184 Popular Taies of Ireland. 

at her house under such strange circumstances, she made him no ans- 
wer; for she had no désire to be talking about the affair. Soon after^ 
however, another man came up, and he too asked, An é bréidln Bhaili- 
na-Gaoithe? A third came, who asked, « How much do you charge for 
« it ? « « Two thirteens (the old money) a bandle «, she answered. The 
man told her not to sell it, but to take it home, and while she kept it 
she would hâve luck. She obeyed his advice ; and his words turned out 
quite true. Every thing prospered with them so long as they had the 
roll of frieze. 

(Man at Oranmore, 1875.) 

4. GALWAY. 

Crocàn-Chac'-Madaidh ablaze. 
Localized at a hillock with this graceful name near Comar old castle, 
near Corrofm. Tôirne 's cdrla damhsa ! each woman cried ; and when ail 
the flax was spun they wanted more. The spinner's staying up late is 
supposed to hâve interfered with the diversions of the sldhe women. 
(Young man at Tuam, 1875.) 

5. CORK, KERRY. 

It happened to a woman who lived at the foot af the famed Lunatics' Val- 
ley, Gleann-na-nGealî, in Kerry. The words were Td Sliabh-na-mBan-Fionn^ 
tri theinne, at which the spinners rushed out crying Af' jhear as mo Mann 
yc. (My husband and my children etc.). The woman arranges the articles 
in the house in the way indicated in the other versions, with the follo- 
wing différences. The hair which people eut off is, in Munster at^ 
leasî, stowed away under the door lintels etc. ; for if birds should get at 
and carry it away you would suffer from headache. Some say you will 
come back to look for it at the Last Day. This hair the woman was 
now to pull out and throw behind the fire. The bellows is also introdu- 
ced into the story. The spinning women call upon the tongs, the bel- 
lows, the broom, etc., but each object replies Td mé sochair (I am 
easy) *. 

(Young man from Gianworth (now in America, 20 mardi, 1879.) 

Three printed Irish variations of this story are known to the editor. 

1. There is a hill so named in Kerry, besides the well-known mountain near Clonmel. 

2. This mention of the tongs, wheel, broom, feet-water, recais a passage in the Insti- 
tutes of Manu which may help us to connect the story with the East : « A house keepei 
has five places of slaughter [or where small living créatures may be slain] ; his kitchei 
hcarth, his grindstonc, his broom, his pestle and mortar, his water pot etc. » {Instituts 
of Hindu Law, éd. Sir W. Jones. Calcutta, 1796, p. 60.) 



Popular Taies of Ireland. 185 

I . « Black Stairs on Fire_, » an imperfect and distorted Wexford ver- 
sion. Kennedy, Legendary Fictions of the Irish Celts (London, 1866). 2. 
(( Crohan Hill's on fire ! » Folk-Lore of the County Donegal (Cornhill 
Magazine, February, 1877). 3. A version from Tipperary, more valuable 
than any ofthe others, in the Kilkenny Archseological Society's Journal. 

The tradition has travelled over to Argyll and adjacent parts of the 
West of Scotland. « Dunvuilg ra theinne. « Campbell, West Highland 
ra/Ê5 (Edinburgh, 1860, II, $2-53). 

The White Women in this story are apparenîly identical with the 
Dominae Albae of Gulielmus Alvernus, and their queen. Dame Habonde, 
Domina Abundia, may be one and the same personage with the Irish 
'Anu, and with the Bean Finn mentioned above. It will be observed 
that in two cases the legend is associated with the White Womanox Women, 
and in a third with the Lunatics' Valley. In this last version thereis an al- 
lusion to the cutting of hair, which superstition places, with many other 
things, under the rule ofthe Moon. In the Tipperary variation the wo- 
men are horned. Taking thèse various points into account, it does not 
seem rash to see in thèse White Women, Nymphae Albae, Dominae 
Nocturnae, the personified moonbeams ; and in their queen (who in 
mediaeval legends was called Habonde, Herodias, and Diana) the Moon'. 

VI. 

GEROID lARLA AND AINE N' CHLIAR. 

I. LOCH GUIRR». 

This lake, ail Munster knows, is enchanted ; but the spell passes ofï 
it once in every seven years. The lake then, to whoever has the luck to 
behold it, appears dry; and the Tree may be partly seen at the 
bottom of it, cûvered with a Green Cloth. A certain bold fellow was at 
the spot one day at the very instant when the spell broke, and he rode 
his horse towards the tree and snatched away the Brat 'Uaine that cove- 
red it. As he tumed his horse, and tled for his life, the Woman who sat 
on the watch, knitting under the cloth, at the foot ofthe tree, cried out, 

Chûghat, chùghat, a bhûaine bhalbh! 

Marcach à Thir na mBan Marbh 

A' fûadach an bhruit liaine dhom bhathas. 

I . The reader may be reminded of her ancient connexion with mountains. 

Montium cuslos nemorumque, virgo, 

Diva trifomis. (Hor. Carm. III, 22.) 

:. Loch Gair, IV. Magg. 



1 86 Popular Taies of Ireland. 

Awake, awake, thou silent tide ! 
From the Dead Women's Land a horseman rides, 
From my head the green cloth snatching. 
At the words the waters rose ; and so fiercely did they pursue him 
that as he gained the edge of the lake one half of his steed was swept 
away, and with it the Brat 'Uaine, which he was drawing after him. 
Had that been taken, the enchantaient was ended for ever. 
(Old woman from Askeaton, 24 april, 1879.) 

2. TADHG A BHI IM LORGSA. 

There is another old tradition about this lake. Divided from it only by 
the road is the ancient burial-ground of Grange. It used to be found 
every morning that the graves hère were ail bored with holes, and as it 
was thought that possibly this was the work of dogs, a neighbouring 
gentleman directed two of his men to go to the place provided with 
guns, and watch during the night. To the amazement of thèse men 
they saw a great eel rise from the lake, and coming ashore, roU on and 
on over the ground till she had worked herself into the church-yard. 
Then she began to bury her snout in the soil over a grave, and was fast 
making her way into it, to feed on the dead people, when the men fired 
and hit her. When they came up they found her lying motionless, and 
to ail seeming dead ; and in this state they carried her to their mas- 
ter's place, and threw her down in a corner of the kitchen, where she 
lay ail the next day. Now on the night following the mournful cries of 
another eel were heard about the lake, and some of the men who had 
heard them came into the Colonel's kitchen, and there began to tell 
what they had heard. « Tadhg a bhi im lorgsa ! « said the eel in the 
corner, raising herself up, « Tadhg that was looking for me. » « Im- 
« thig go dtf Thaidhg, in ainm an Diabhail,» cried one of the astonished 
Company, « Go to Tadhg, in the name of the Devil ; » and the créature 
glided through the door, rolled herself towards the lake, and there disap- 
peared. 

(Old man [M. Whelan] from Inchinlaurence. 26 march, 1877. The nar- 
rator, who is since deceased, had heard the taie from old people.) 

3- 

This lake is however most celebrated in legend as the dwelling of 
Gerdid 'larla. 

Some couple of Irish miles from Loch Guirr, at the foot of the ancient 
hill of Cnoc-'Aine, and close by the brink of the little river Camôg, 



I 



Popular Taies of Ireland. 187 

stands the square tower of an old castle ; and at no great distance off is 
another spot, also by the bank of the river, called by the country 
people the Bonn, or foundation, which is the site of another castle. In 
thèse two castles, according to the tradition of the place, lived long 
ago a famous Earl of Desmond, and his more famous enchanted 
son, Gerôid 'larla, Earl Gerald. They say that the Earl of Desmond 
led very much the life of a libertine, and that walking one morning 
along the river's edge he saw a beautiful woman seated by the water, 
combing out her long hair after bathing. Her cloak was laid behind her 
on the grass, and knowing that if he had but possession of this he 
would hâve her in his power, the Earl advanced noiselessly from behind, 
and seized it before its owner was aware of his approach, 

The beautiful woman was 'Aine-n'-Chli'ar herself ; and she told the 
Earl that he never could hâve had his will with her had he not seized her 
cloak. She told him further that she would bear him a son, whom he 
was to bring up with ail possible care, like any other gentleman, spa- 
ring no cost on his éducation. One caution however she gave her lover : 
he was not to show surprise at anything, how strange soever, his son 
should do. When the usual time of nature was accomplished 'Aine 
brought one day to the Earl his infant son; and the father's pride was 
great in him, then and after, as he grew up from year to year to man- 
hood. Of thèse years nothing specially strange is handed down. The 
young earl led just such a life as any other young lord of his day ; and 
he excelled in the accomplishments of his âge and rank. But one mémo- 
rable evening it happened that there was a gathering of great ladies and 
gentlemen at the castle of the Earl of Desmond. There was dancing, 
and of ail the ladies none could vie with a certain one among the guests. 
The grâce and the endurance of this young woman were however bea- 
ten, every one said, by those of the young Earl Gerald himself. When 
the dance was ended, this lady engaged him in another contest, for while 
ail were seated at the supper-table she suddenly arose, and at one leap 
cleared guests, table, dishes and ail, and then leaped back again. The 
old Earl of Desmond turned to his son and said, « Can you do anything 
« like that ? )) « No», said Gerôid. « jWell, stand up and try. Don't 
« let yourself be beaten by a woman. » Thus commanded, Gerôid 'larla 
rose to his feet, and making a spring from where he stood, leaped right 
into a bottle, and then leaped out again. There was great admiration at 
this feat ; and with the rest the Earl of Desmond looked in the greatest 
astonishment at his son, saying he never thought he had such power. 
« Were you not warned », said the young Earl, « never to show won- 



1 88 Popular Taies of Ireland. 

a der at anything I might do ? Now you hâve forced me to leave you. « 
He turned about at the words, and walked from the hall, his father and 
others following him. He walked out on the brink of the Cam6g, which 
almost washes the base of the castle, and they saw him step from the 
bank on the water. Up to that instant he had the shape of an ordinary 
man, but when he touched the water he was transformed into a goose, 
and in that form away he swam before their eyes. Where he went to 
was an island in Loch Guirr, and from this he has his name of Gé-an- 
Oiledin, the Goose of the Island. From this too comes the imprécation 
which many yet use in that cursing county, but few understand, « Im- 
« îheacht-Gédh-an Oileàin ort ! » « That you may go like the Goose of i 
« the Island. » i 

Though he no longer dwelt in the castle at Knockainy after this, it is j 
said that Gerôid used to sometimes visit his father ; that when the old ; 
lord was drawing near his end he made his will in favour of 'Aine and ; 
his strange child ; and that both mother and son came to the castle the . 
night before his death. i 

After the death of the Earl o' Desmond, 'Aine longcontinued todwell 
on Cnoc-'Aine — as indeed she dwells in it yet. But in those days it 
was not such a rich and fertile pièce of land as much of its surface, 
where clear of rock, is now. Gerdid came one day to visit his mother, 
and looking round on the bare soil he said, Is fad' 6 cathadh corna inso, 
a h' Aine (It is long since barley was winnowed hère, 'Aine). Next mor- 
ning when he looked at the hill it was ail planted with pease, set by 
his mother during the night. 

Another time, coming from Loch Guirr on a like visit, it would seem 
that, though he was of the water himself, he was yet in danger of his 
life at theford of Cnoc-'Aine. » h beag ndr hddhag mé san dth-san thair, 
he said, « I was ail but drowned in yon ford to the east. » The day 
following, when he returned to the ford, behold, 'Aine had laid down 
the casdn, the set of massive stepping-stones by the aid of which people 
now cross the swollen water in safety. But some old people say that it , 
was not 'Aine, but another enchanted woman, the Cailleach Bhiiirach ', 
that laid thèse stones. 



I. The first word means a hooded woman. Bïàrach [al. Bérach, Biorach) probably 
means « horned ». The Cailleach Bhérach seems, like 'Anu, to be the Moon. Like the 
Beat! Fhinn, she has given her name to mountains ; and the fine well at Oranmore, which 
runs wine every seventh year, is called from her, Tobar-na-Caill'ighe Béaraighe. Atâ 
tiobrad ag an Easga, « There is a well at the Moon, » says Find in the Fcis-Tighe 
Chonâin (p. 174). She appears in Cantire tradition, wherein she repairs every seventh 
year to a certain médicinal well to renew her youth [The White Wife etc., by Cuthbert 



Popular Taies of Ireland. 1 89 

'Aine is sometimes to be seen, half her body above the waters, on 
the bosom of Loch Guirr, combing her hair, as the Earl of Desmond 
beheld her by the bank of the Cam6g. The commoner account is that 
she dwells within the hill which bears her name, and on which she has 
often been seen. Every Saint John's Night the men used to gather on the 
hill from ail quarters. They where formed in ranks by an old man called 
Quinlan, whose family yet (1876) live on the hill; and cllars, bunches, 
that is, of straw and hay tied upon pôles, and lit,were carried in proces- 
sion round the hill and the little moaî on the summit, Mullach-Crocdin- 
Idmh-lé-leab'-an-Triùir (the hillock-top near the grave of the three). 
Afterwards people ran through the cultivated fields, and among the 
cattle, waving thèse cliars, which brought luck to crops and beasts for 
the following year, There was this about the night of the clîars, that if 
you came, say, from some neighbouring village to join in the sport it 
was necessary that on getting on the hill you should look at the moon, 
and mark what her position was in regard to the place to which you 
had to return : otherwise you would lose your way when the cliars were 
eut, and you had to get back home in the darkness. One Saint John's 
Night it happened that one of the neighbours lay dead, and on this 
account the usual cliars were not lit. Not lit, I should say, by the 
hands of living men ; for that night such a procession of cliars marched 
round Cnoc-'Aine as never was seen before, and 'Aine herself was seen in 
the front, directing and ordering every thing. On another Saint John's 
Night a number of girls had staid late on the hill, watching the cliars 
and joining in the games. Suddenly 'Aine appeared among them, « than- 
« ked them for the honour they had done her «, but said that now she 
wished them to go home, as They wanted the hill to themselves. She let 
them understand whom she meant by « they », for calling some of the 
girls she made them look through a ring, whenbehold, the hill appeared 

Bede. London, 1865. P. 124). She is a wonderful reaper-carries, that is, the moonsickle. 
She places stepping-stones etc. in the waters; and the floods, it is said, can never rise 
îbove them, — a character which recals certain attributes of Diana : 
Hanc tibi, marmoreo caesam de monte, Diana, 
Regina undaruni, nympha decus nemorum, etc. 
|Given as from Gruter by ToUius in his curious Fortuiata, Amstelaedami, 1687, p. 77.) 
Montium domina ...., 
Silvarumque virentium, 
Saltuumque reconditorum, 
Amniumque sonantum. 

(CatuUi V. 50i.) 
jhe is said in the Lough Cooter neighbourhood, Clare, to hâve been, like lo and Bôinn, 
•1 cow. 

The identification of 'Anu, at least, with the moon is not new. See the papers of 
^icholas Kearney (Transs. Kilk. Arch. Soc. 1852. Transs. Oss. Soc. 1854) where the 
original lore is as curious as the reasoning is loose. 



190 Popular Taies of Ireland. 

crowded with people before invisible. Anolher time she came one nigh 
into the house of some people whose friends are yet living at one enc, 
of the hill, and brought thein a sheep. So long as the family kept thi 
animal, luck remained with them, and when they parted with it, lue! 
abandoned them. 

'Aine is spoken of as « the best-hearted woman that ever lived' » 
and the oldest familles about Knockainy are proud to claim descent fron, 
her. Thèse Sliochî-'Aine (descendants of 'Aine) include the OBriens 
Dillanes, Creeds, Laffins^, Deas. We must add Fitzgeralds, what fe\ 
remain thereabouts. 

The meadow-sweet, or queen-of-the-meadow ^, is thoughl to b 
'Aine's plant, and to owe to her its fragrant odour. 

Of her son's appearances at Loch Guirr there are many legendj. 
According to one, which differs from the foregoing account, a gran • 
castle stood where now roll the waters of the lake, and in it Hve 
Gerôid 'larla and his wife. She bore him three children, each of whic 
was taken from her at its birth. He warned her not to lament for the 
loss ; but when the third infant was taken from her she could not res 
train her tears. When the enchanted Earl saw her weeping he dre- 
out his handkerchief and placed it over her eyes. That instant the wate; 
rose over the castle and ail in it, and Gerôid showed his wife how t\ 
tears shed from her eyes had destroyed one of the eyes of her chilc 
But placing his handkerchief to the infant's eye, it became as sound ; 
before. On a clear day, as you go over the lake in a boat, you can s( 
the towers and windows of the castle far down in the water, 

A man was once going to the fair of Hospital, on the ninth of Jul; 
with a black horse which he intended to sell. Near Loch Guirr he met 
gentleman that he had never seen before, who asked him what he wou 
take for that beast. The man said such and such a price, and the strai 
ger told him he would give him that money, and that he need not tal 
the trouble of going on to the fair. The purchaser brought the countp 
man into some large house near, which also was entirely new ar 
strange to him, and there he showed him in the stable five other horse 
ail grey. The newly-bought black horse was put in with them, so th 



1 . So Bryan Merriman calls Aoibhill of Craigliath, Cro'idhe gan aon lochd. 

2. Spiraea ulmaria. — One of its Irish names is Airgiod-lûachra. The English nan 
notwithstanding the opinion ot Dr. Prior {Popular Names of British Plants, s. v.), see 
to be nothing but « mtadow-sweat ». Cf. the Welsh name of the same plant, Chv 
Arthur = sudor Arturi {Welsh Botanology, by Hugh Davies, London, 1813, p. 180) a. 
the Irish name of the St. John's Wort. Allas Mhuire (sudor Mariae); W. Chwys M 
(Buttercups). Meadow-sweet is called in Limerick maid-sweet. 



Popular Taies of Ireland. 191 

hat made six. Shortly after the man prepared to return home, and asked 
he gentleman for the money. The buyer however now offered him a 
;maller sum, pretending to believe that the bargain was forthatamount. 
rhe countryman stood eut for the price agreed on ; the other still main- 
ained that he agreed for less. At last he told the man to go to the stable 
md take his horse back ; he would hâve nothing more to say to him. 
rhe vendor accordingly went to the stable, but what was his bewilder- 
nentto now fmd six grey horsesthere, out of which he could never choose 
lis own. Tears came into the poor man's eyes, and he bitterly reproa- 
:hed the owner of the grey horses. That personage had only wanted to 
lave a laugh at him from the beginning, and he at last brought out the 
nan's horse, in its proper colour, and sent him home, glad to get his 
îroperty safe out of that bedevilled spot, and vowing to keep out of 
eroid 'larla's way for the future. 

In another story, omitted hère for brevity's sake, a countryman is 
hown three coïts beneath the lake, and told that when those coïts hâve 
rown to horses^ and their gold shoes are worn out, Gerôid 'larla shall 
ome back to head the Irish. 

As to the manner of Ger6id's disappearance from the earth, one story 
'which must also be hère omitted relates that some men of the Clerys, 
Vhose enmity he had incurred, lay in wait for him near Loch Guirr, that 
ney saw his horse, which he used to ride furiously, gallop swiftly by 
nem, but the Earl was not to be seen on his back, and has never been 
'«en since. 

Others relate that the sudden disappearance of the Earl was due to 
he same woman knitting who is mentioned above. She could hâve 
•aved him when he called on her, but she said « Ni tiucfad an ao'chor 
' go gcnirfead an biredn' Idr a chûil. l'il not come at any rate till I put 
• the needle in the back of the stocking « (as knitters do when laying 
«ide their work. Lâr a' chûil, « middle of the back » of the stocking). 
"hat much delay ruined him, and the enchantment came on him. 
■ Others again say he was taken up into the clouds of heaven ' ; and 
•lere is a rann to that efïect remembered by old people, which names 
:ie three enchanted heroes of Munster : 

Donn Firinne ; as Ribedrd a Chairn ; 

As Gerôid 'larla a chuaig i nealthaibh. 

Donn Firinne ; and Robert of the Mound ; 

And Gerald the Earl that evanished in the clouds. 

I. So Virgilius, another magician, disappeared at last in a storm. 



192 Popular Taies of Ireland. 

1. From people at Knockainy and its neighbourhood, october, 1876. 

2. Episode of Geroid and his wife from old woman from Kilfmnar 
15 september, 1876. 

3. Horses épisode from old man from Inchinlaurence 26 march, 187 

4. Rann from old man from Kildorrery near 90 years of âge. 

Notes. 

1 . « Loch Guirr. « This legend is obviously related to Mr. Campbel 
« Sanntraigh » West Highland Taies, II, 42-45), where the rhyrae is 
A bhean bhalbh — a bhean bhalbh 
A thàinig oirnn a tir nan sealg ; 
Fhir a tha'n uachdar a' bhruth etc. 

Bûaine (which is probably a corruption) is explained to mean the tic 
the waters of the lake'. « Dead Women » probably means mortal wom( 
like marhu dutaini, « shortlived mortals, » in the legend of Condla C; 
(LU. 120). The Tree in the lake, at whose base a Woman sits knittnl 
seems to correspond to the Eastern world- and fire-orsoma-tree, spr j , 
ging out of a lake, the identification of which with the ash Yggdrasil 
one of the many striking features of Kuhn's remarkable book i. 
Herabkunft des Feuers und des Gœttertranks, pp. 124-153). The Ir 
woman knitting, who is clearly connected in some way with Ger6i 
fate, seems to answer to the Norse three Fates, Past, Présent, i 
Future, (beings who appear as women splnning) whose office it is w 
water from the well of the Past to bedew the earth and keep it gr<. 
and fresh. 1 

The tree is conceived as subterranean (as the roots of Yggdra) 
strike down to the lower world) ; and the Green Cloth above is perh.) 
the earth's végétation. The editor hopes to take an early occasion i 
treat the subject more at length, but he will hère briefly indicate onef 
two of his conclusions. j 

a. The notion of a world-tree has left other ancient traces in Iii 
tradition. As in the Veda two birds sit on the top of the imperisha; 
açvattha, one eating its figs and the other looking on (apud Kuhn, . 
cit. 127] so in the Dd Brôn Flatha Nime (the Two Sorrows of the Ki::- 
dom of Heaven, LU. 17) Elias appears beneath the Tree of Life'l 

I, Balbh is a poetical epithet sometimes found applied to the Boyne [Bôinn); and iiS 
earliest form this taie was perhaps associated with that legendary well overshadowecy 
nine hazels, whence the Boyne issued, and into which fell the red nuts of knowledg - 
apparently another analogue of the world fire- and soma-tree and the waters at its r ^. 
(Cf. Curry, M. and C. 11, i4}-i44; Hardy, Legends and Théories of the Buddh.i, 
London, 1866, pp. 92, 93, 96; and vid. infra.) 



Popular Taies of Ireland. 19^ 

'aradise, and a Gospel in his hand, for preaching to the birds upon the 
free, which are meanwhile eating itsberries. « Large berries now those : 
< sweeter than ail honey, and more intoxicating ihan ail wine. » 

b. This same tree is named by the glossarist on the Féiire Oenguso at 
he 20 april. « A great tree that was in the Eastern World, and the 
; heathens used to worship it, so that the Christians fasted against the 
: saints of ail Europe that the tree might fall, et statim cedidit » (51c) ' 
Leabhar Breac, facs. 86). 

c. The legend of a Heaven-Tree is often transferred to an earthly loca- 
ity. An instance of this was the ever green tree of unknown kind which 
tood at a well before the temple at Upsala. The trees (often ashes] over 
rish holy wells had apparently a like pagan origin and significance. 
rhe belief about Saint Brigit's Oak at Kildare, 

I that Oak of Saint Bride, which nor Devil nor Dane, 
Nor Saxon nor Dutchman could rend from her fane, 
ecals Yggdrasill, and Virgil's oak 

quae quantum vertice ad auras 
Aetherias, tantum radice in Tartara tendit. [Georg. II, 291.) 

As the lizard menaces the Iranian haoma, in the lake Vouru Kasha, 
:iear the tree bearing every kind of seed, and as serpents guard Yggdra- 
|:ill's roots, a lizard appears at footofthe oak, the crest of the Ui Duinn, 
vho claim Saint Brigit as their kinswoman. 

, à. In this conception is to be sought the key to the meaning of the 
•)bscure name Beltene (May). The theory that the first élément is the 
lame of an old solar- or fire-god has many adhérents yet, not by any 
neans confmed to the class of the superficial and half-educated. As hin- 
:ed above, the editor has hère only space to state conclusions, and will 
eave detailed inquiry for another occasion. The following however 
vonld seem to be the true explanation. 

First, the Northern antiquaries seem to hâve been quite accurate in 
ieeing a représentative of the world-tree in the May-tree, or May-pole^, 
md the Christmas tree. It will be noticed that the Félire référence occurs 
U the period of the great spring solar célébration. The usage yet survives 
n Galway, Donegal^ Westmeath and elsewhere of planting a May-Tree or 
May-Bush [Crann-Bealtaine, Dos-Bealtaine] on the dunghill or before the 
armhouse door, and eventually throwing it into the bonefire. The name 
)f the festival, La Beltene, was the same as Ld Bile-tenidh (or Bele-tenidh), 
3ay of the Fire-Tree, and came from the bonefire and May-tree usage ^. 

1. Text printed, Beitr^ege zur Vergleichenden Sprachforschung, 1871, pp. <2-53- 

2. Scott calls the Highland May-fires the Beltane-Tree [Border Minstrelsy). 



194 Popukr Taies of Ireland. 

ODonovan had the explanation of Bealtaine before his eyes ; for tl- 
Four Masters, at the âge of the World 3505 record the mythic battle 1 
Bile-Tineadh, and in a note that deservedly honoured Celtic schol; 
correctly translates Bile-Tineadh « the ancient Tree of the Pire », ar 
attempts to localize the battle in Meath. The battle was perhaps nothir 
but the fight at May between Summer and Winter which is représente 
by a riiock battle on Celtic ground on May Day yet (Train, Histy. of ti 
IsleofMan, 1845. II. 1 18. Waldron, Description, 1 54). Bêle, belle, Ar\§\\o 
« bellow-tree' », is a parallel form to bile, as is noted by ODonovai 
who mentions the connexion of such a sacred tree in the popul; 
mind with fire. « They believe that the house in which any part of 
« should be burnt would soon meet the same fate. » (OD. ad OReiL 
s. V. Bile.) With Bile-tenidh cf. the similar compound Craf-tine — Crad 
teinidh, which occurs as an ancient proper name. 

It is unnecessary to remind Irish scholars of the numerous referenci 
to sacred trees which occur in the ancient literature. One however m? 
be cited from the Leabhar Breac, which would go to show that eac 
church had its tree — often, no doubt, over a well. i( ... is a Mucrain 
an iarthar Connacht ata Daire Echdroma, ocus atcither bile na cille de, 
muig, ocus in tan tiagar for a hiarrad isin doire ni fagubar hi; ocus atcluii 
ter guth in chluig ocus in sailmchedul indsin ocus ni fagubar in chell fcssin... 
« It is in Mucraime in the western part of Connacht that Daire Ect 
« droma is ; and the tree of the church is seen from the open country, 
« and when one goes to look for it in the oak-wood itisnot found ; air 
« the Sound is heard there of the bell and of the psalmchanting and th 
« church itself is not found. » 

(Note on the Fclire, L. B. facs. 87.) 

2. Tadhg a bhi im lorgsa. Thèse words are proverbial in the south ( 
Ireland. Some interesting variations (from Galway, etc.) are omittec, 
The notion of evil créatures feeding on the dead occurs in Eastern stcj 
ries (Arabian Taies, from the French into English by R. Héron. Edin, 
burgh. 1792. Vol. I. pp. 240-241). 

3. 'Aine n' Chliar. 'Aine, 'Anu is an Irish divinity in whom lunar chai 
racteristics are easily recognisable. She is understood to be surname^ 

I . And sometimes « bell-tree », a name which seems to hâve given birth to lati 
legends. Cf. the tree in the arms of Glasgow, with a bell hanging from its bough, a bii' 
on its top, and a salmon at its base. This salmon (notwithstanding the Fish and Rinj 
story) seems to answer to the Irish salmon of knowledge {Eô Fesa) at the foot of tf| 
hazels in the well mentioned above. (P. 192 n.) 



Popular Taies of Ireland. 195 

n' Chliar from the wisps lit in her honour ; but cli'ar (which seems unk- 
nown to dictionaries) is perhiaps corrupted from Cliach, the ancient 
name of the territory in which Cnoc-'Aine is situated. The reader will 
nave noticed the significant belief about the necessity for observing the 
Tioon when ascending the hill on Saint John's Night. 'Aine hère appears 
as the mermaid love of the Earl of Desmond, and as the ancestress of 
certain familles, like the Mélusine of French tradition. Her association 
,>vith the particular hill in question may possibly be due to its shape, for 
t seems to form a rough crescent. One of its old names was Carrdn 
"earaidhe (Transs. Oss. Socy. 1857. P. 114, note 4. cf. carrdn, a 
;ickle). ODonovan however makes « Carn Fearadaigh » a différent hill 
ad OR. s. V.). 

Ribedrd a' Chairn is one of the Barrys^, enchanted in Cdrn-Tighernaigh 
lear Fermoy. He is the subject of a legend admirably told by Croker. 
I Passing to the Geroid 'larla legend, its chief éléments seem to be [a] 
nis birth from a waterwoman, who has been allied to a mortal lover ; 
ib] the alliance of Geroid, himself a being of the waters, with a mortal 
vife ; (c) the young earl's leap into and out of a bottle ; [d] his disap- 
oearance as a goose ' ; [e] his disappearance from his horse's back, or 
nto the clouds ; (/) the horses legend ; [g] his présent enchantment 
imong the Sldhfir, whence he is to return. We can only sélect the more 
loteworthy of thèse features for remark hère. The tradition of Gerôid's 
irigin recals classical legends of the birth of heroes on the banks of 
ivers : 

ille Aeneas quem Dardanio Anchisae 

Aima Venus Phrygii genuit Simoentis ad undam (Aeneid. 1,617-618), 
vhere the reader may be referred to Heyne's note. 

Of the many stories of alliances between waterwomen and Christian 
nen we may sélect a lypical one from Vincent of Beauvais. The ori- 
gnal Latin text is not at hand, and the taie may be presented in 
he French of De Lancre [Tableau de l'inconstance des mauuais anges et 
'emons. A Paris, mdcxiii]. « Le roy Roger régnant en Sicile, vn ieune 
omme fort bon nageur se baignant de nuict aux rais de la Lune auec plu- 
ieurs autres ; voyant ce luy sembloit quelqu'vn qui se noyoit, croyât 
ue ce fust de ses compagnons il court après pour le sauuer : et comme 

eust bien auant plongé le bras dans l'eau pour le secourir, il trouue 
ue c'est vne femme : laquelle ayant empoignée il tire hors par les 
heueux : et ne pouvant sur l'heure en tirer aucune parole, il la mené 

I- A goose is offered in sacrifice to the Russian water spirit (Ralston R. Popular 
ongs, 129). 



196 Popalar Taies of Ireland. 

en son logis, et la trouuant de très-belle forme, il s'en amouracha si for 
qu'il l'espousa publiquement, et en eut vn bel enfant. De là à quelqu( 
temps vn sien compagnô et luy estant en propos, comme il luy eus 
asseuré que c'estoit vn phantosme, il s'en va à elle, et désirant rompn 
son silence, il luy dict fort aigrement, Que si elle ne vouloit reueler soi 
origine et extraction, qu'il tueroit leur enfant deuât elle. A quoy elli 
respondit : Ha misérable, tu me prives de ta présence me contraignan 
de parler, car si tu m'eusses permis de garder tousiours le silence qu 
m'estoit commandé, i'eusse demeuré auec toy à tout iamais, au lieu qui 
maintenant tu me perds et ne me verras plus. Ce qu'ayant dict, soudaii 
elle disparut et s'esuanoùit : et l'enfant deuenu grand, et aimant à nage 
comme son père, s'estant faict considérer à plusieurs qui le voyoiêt nage 
au mesme endroict que sa mère fut trouuee, cette mesme femme phan- 
tastique parut, qui le rauit deuanttout le mode, et ne se vit iamais plus. ; 
Ger6id betrays his supernatural origin by his power of leaping into ; 
bottle, as in a taie of Indian origin the démon who assumes the forn 
of the minister's son diminishes his size and enters a jug, a feat impos 
sible to the real son. (Jùlg, History of Ardshi-Bordshi Khan apud De Gu- 
bernatiS;, Zoological Mythology^ I, 136; Sagas from the Far East, 260'. 

The legend of Ger6id 'larla's trick upon the countryman is old, as i 
shown by a letter written from Limerick in august, 1640, by a Mr 
Holme to the Archbishop of Armagh, who was at Oxford, in which it i 
related as fact. Castleconnell was then believed to be haunted by « thi 
« enchanted Earl of Desmond » and his people (ODonovan in Irisl 
Penny Magazine, 1841, p. 186). The story is also associated with ; 
moat near Letterkenny, Donegal, called Marcach's Stable, and was m 
doubt told of Marcach (a grandson of Manannân mac Lir) when Desmom 
and Kildare were still under the rule of chiefs of Irish race 2. 

The historical personage around whom thèse traditions hâve gathe 
red is Garrett, fourth Earl of Desmond, called « the Poet » anc 
« the Magician ». Irish writers praise him for his knowledge of th( 
native learning, and his bounty to its professors ; and he is th< 
« Gerroyd erle » to whom were attributed some of the poems in Th^ 
Dean of Lismore's Book (Edinburgh, 1862, pp. xci, xciv, xcvi). Th( 
Four Masters and other Irish writers record his death in the ordinar^ 
course of nature, after the victory of penance, in 1 598 or 1 399. A lear 



1. There is also a joke about conjurers in England pretending to jump into a quar 
pot. 

2. Bruodar, who wrote in the seventeenth century, alludes to Gerôid 'larla « triaiti 
na ccaoil-each, Lord of the slender steeds ». 



Popular Taies of Ireland. 197 

ned writer however in the Kerry Magazine for 1855, who would seem 

^ to hâve had access to family papers, agrées better with popular tradition 
in stating that Earl Gerald « disappeared mysteriousiy from hiis camp or 

, castle » of the Island in Kerry in 1597 (p. 125). 

There appears to be little doubt that the « Island » referred to in the 
name Gé-an-Oileâin is the Castle of the Island, and that the legend of 

, the disappearance of Gerôid 'larla has been transferred from Kerry to the 
Iake in the neighbouring county, where, according to ODonovan (ad 
IVMM. 13981 Earl Garrett had a castle. It is plainly a mistake to 

, say, in the tradition as presented above, that Gerôid « used to some- 
times visit his father » after his transformation, for Imîheacht Gédh-an- 
Oiledin is emphatically Imtheacht gan casadh go hrdth — to go and never 
corne back. There is probably some connexion in tradition of the car- 
rying ofî or disappearance of Gerôid — who came from the waters and 
went back to them — with the fact that the son of the historical earl was 
also drowned in the Suir (IVMM. 1 398. 1 399, Daly). 

The legend or myth of the transformation of Garrett of Desmond, 
Gerôid 'larla, and his return to the watery realm of his people, may hâve 
found its way into Ireland from the continent of Europe, whence his 
family originally came. For in the first form of the story Garrett, Gerôit, 
Gerald, must hâve been united to an ordinary woman, obliged to leave 

. her through her disregard of a certain prohibition, and then carried 

. away on the waters in the shape of a goose. (In some printed legends 

. he takes the form of a huge eel.) This is in substance the story of the 
good Gerhard Schwan, or Gerhard Gans, Duke of Swabia, Charlema- 
gne's brother-in-law, and that of the Swan-Knight, Helias, Lohengrin. 

^ In most of thèse versions of the legend the goose is replaced by a swan, 
though both « Gérard Swan » and « Gérard Goose » occur. On the 
Lower Rhine Gerhard becomes Genêt (Simrock, Mythol. 89). There is 
a certain significance in the connexion of the Swan-Knight with Swabia, 
since genealogists hâve amused themselves by tracingthe descent of the 
Fitzgeralds, to whom the Gé-an-Oileâin belonged, the Carews, etc. to the 
ancient lords of that country. One would look for some traces of the 
story of 'Aine and Gerôid in heraldry ; as in the arms of the houses of 
Guelderland , Cleves and Rheineck the swan appears, and the mermaid 
is found in numerous other cases. Nothing of the sort seems to be extant 
in the case of the Irish family ; but the editor has found traces of a story 
of one of its members, a noted duellist, who is tricked into taking off his 
shoes and stockings in a cofïee-house to prove that the Fitzgeralds are not 
web-footed. Such a story would be évidence, and the présent writer 
Rev.Celt.lV 14 



198 Popular Taies of Ireland. 

would be grateful for a référence to it. There is a term glégeal constan- 
tly associated with the name at présent, (« Gearaltach glégeal ») which as 
it stands means « white w, « bright », « fair », but which one is temp- 
tèd to regard as a corruption of some older compound. Can it hâve con- 
tained the élément gé (a goose) ' ? 

The legend of a spellbound chief and his enchanted band awaiting 
the hour of their deliverance to sally forth to battle is as well-known 
in Ireland as elsewhere. Now told of one ofthe Mac Mathgamhnas, now 
of an ODonchadha ; in Cork, of Barry of Carn Tighernaigh, in Galway, 
of Cailpin Galchobhair; its most common form makes the chief Gerôid 
'larla, generally an Earl of Desmond, occasionally an Earl of Kildare^ 
The locality is, as we hâve, seen. Loch Guirr, or Mulahether fort, or 
Kilkea Castle, or the rath of Mullaghmast. In Innishowen Gerôid 'larla 
has even taken the place of ONéill or Marcach. MM. Kuhn and Schwartz 
are without doubt right in understanding the battle mentioned in such 
stories as the war between the Aesir at the end of the world. « Die 
« grosse Schlacht, welche einst stattfinden wird, ist der beim Weltunt 
« ergang eintretende Kampf, zu v^elchem Heimdallr die Gœtter mit 
« seinen Giallarhorn zusammenrufen wird » [Norddeutsche Sagen,Le\pz\g, 
1 848, p. 496) . An important form of the Irish legend places the enchant- 
ment in Mullaghmast (Kennedy, Legendary Fictions, 172-174), which 
was famous in popular tradition in Camden's time as the future scène 

of the final war : a As for the Giants dance as also of that most 

« bloody battell which shall be one day betweene the English and the 
« Irish at MoUeaghmast, I willingly leave unto the credulous lovers of 
c( fabulous antiquity, and the vaine beleevers of prophesies. For my pur- 
ce pose is not to give fond taies the telling. » Holland's Camdcn. 2 edit. 
16^6, p. 88). Mythologists hâve again been apparently right in refer- 
ring the German legends to Odin ; and Simrock sees in Gerhard, Ger- 
ret etc. one ofthe many names of that divinity. Nor is évidence wholly 
wanting ofthe existence of traditions making Gerhard or Gerold of Swabia 
— Gerhard Goose or Gerhard Swan — the hero who, when the spell 
is broken, shall return to the upper world, We cannot be far wrong 
in the conjecture that among the enchanted warriors at the old castle of 



1. It should be added that two versions of the Knight of the Swan story hâve been 
recently (October, 1879) found by the editor in Westmeath. One is closely allied to the 
Flemish popular taie Der Ritter mit dem Schwan (D. Sagg. 540). The other seems to be 
more Celtic; and its scène is partly laid in Tir-na-h'Oige, the Land of Youth. Ail three 
stories appear to be related to the ancient taie Oîdeadh Chloinne Lir, the Tragic End of 
the Children of Ler. 

2. A modem ballad connects the tradition with Lord Edward Fitzgerald. 



Popular Taies of Ireland. 1 99 

Gerolds-eck was originally that Duke Gerold who fought on his knee 
before Charlemagne at Roncesvalles, and whose valour was believed to 
hâve won for the Swabians tlie right to take their place in the van of 
battle. « Geroldseck, ein altes Schloss im Wasgau, von dem man vor 
« Jahren her viel Abenteuer erzaehlen hœren : dass nêemlich die uralten 
« deutschen Helden, die Kœnige Ariovist, Herman, Wittechind, der 
« hùrnen Siegfried und viele andere in demselben Schlosse zu gewisser 
« Zeit des Jahres gesehen wùrden; welche, wann die Deutschen in den 
« hœchsten Nœthen und am Untergang sein wùrden, wieder da heraus 
« und mit eth'chen alten deutschen Vœlkern denselben zu Hilf erscheinen 
« sollten. » iGrimm, Deutsche Sagen, 21). 

There seems to be a connexion between the Gerhard of legend and a 
god or giant of the underworld, or the world of the dead iSimrock, Der 
Gute Gerhard). The Eddie giant Geiroedhr is the lord of subterranean 
treasure ; and it is worthy of note that his daughter Giâlp in a certain 
passage has the power of causing a river to overflow when she intends 
to drown Thor '. 

The editor hopes to be able to hereafter obtain a less imperfect ver- 
sion of this story than that hère published. In another fragment the Earl 
says of himself « Mise mac righ Sidhe Gallaibh agus m' ainm Gearôid 'larla, 
a I am the Sidhe prince of the Gaill, and my name is Gerôid 'larla. » 
This can only bave been his answer to the question of his too curious 
wife, just as in the Lohengrin taie. Others, while making Gearôid mac 
Gearailt Gerald mac Gerald) the Priom Stdhe na Mi'imhan (chief Sidhe of 
Munster give him, with Donn mac Miledh and Riobdirdde Barra, a fourth 
companion, Domhnall-na-ngeil-eich a Loch-Léin, Domhnall Donchadha 
of the white steeds, in Killarney Lake. 

David Fitzgerald. 

Hammersmith. London. 1879. 



The editor was absent from home when the first proofs of the fore- 
going sheets were sent to him for revision. His corrections arrived too 
late to be carried out; and he must ask the indulgence of his readers for 
such typographical errors as they may fmd, and request a référence to 



I . cf. also the passage sup. p. 188 where Gerôid 'larla says, « I was ail but drowned » 
etc., with legends of Odin or Thor wading. Since the above was written a Norwegian 
scholar has corne to the conclusion that the Geirœdhr of the Edda is no other than 
Geryon ; and that parts of the Edda exhibit traces of the influence of the Apocalypse. 
Afîenbladet, 3 November. 



200 PopuLir Taies of Ireland. 

the following Errata. The title should also be read « Irish Popular 

Traditions ». 

P. 174, 1. 8, read Sidheôgaidhe. 

P. 178, l. 24, instead of itndadi — read imdha eli. 

— 1. 25, read Desmumhain and suppress the brackets. 

— 1. 34, read Skibbereen. 
P. 179, 1. 10, read glin. 



A relie of the Swan-Knight story is possibly preserved in the follow- 
ing English child's game-rhyme, which the editor has not met with in 
print. It was obtained from a young woman from Northamptonshire. 

A number of little girls join hands and form a ring. « They ail jump 
round », and sing to a certain air : 

I saw a ship a sailia', 
A sailin' on the sea, 
And oh it was laden 
With pretty things for me. 

There were comfits in the cabin, 
And apples in the hold, 
The salis were made of silk, 
And the masts were made of gold. 

Four and twenty saiiors, 
That sat upon the deck, 
Were four and twenty white mice 
With chains about their necks. 

The captain was a Duck, 
With a packet on his back, 
And when the ship began to move, 
The captain cried Quack ! Quack ! 

The game ends by the girls following one of their number, in a string, ■ 
ail quacking like ducks. 

Cailleach Bhidrach. — Lucian, in the first book of his Vera Historia, j 
describes a wonderful well at the moon : xai [xy;v v.aà aXko boiù\x(x èv ; 

TOtç (îaffiXsioiç âôsacâpjv. xàxoTTTpov [jiYiaxov xeTxai UTrèp tppéaxoç où 
TCavu ^aôéoç. âv [xev ouv èç xb çpéap y.axa6fj xiç, àxouet tcocvxwv xûv 
Tuap' -JjiJLÎv èv XY^ YTi ^^'io\)Àvii)'f v.. x. X. 

D. F. 



L'AMITIÉ D'AMIS ET D'AMILES. 



C'est à l'obligeance de M. Llywarch Reynolds, de Merthyr Tydfil, 
que nous devons de pouvoir publier ici la version galloise d'une des 
histoires les plus répandues du moyen âge, VAmitié d'Amis et d'Amiles 
(pour conserver à ces personnages la forme française de leurs noms). 
M. Reynolds avait copié ce texte, en 1870, dans le célèbre manuscrit 
gallois d'Oxford connu sous le nom de Llyfr Coch ou « Livre rouge » ' , 
dont Lady Guest a publié les plus intéressants Mahinogion^. M. Rey- 
nolds avait copié ce texte pour le mettre à la disposition de son ami, 
feu Thomas Stephens, l'historien de la littérature galloise. Stephens 
n'ayant pas utilisé ce texte, M. Reynolds, qui n'avait pas le loisir de le 
publier, a bien voulu nous donner sa copie. Nos lecteurs joindront leurs 
remerciements aux nôtres pour cette gracieuse libéralité ; et nous devons 
aussi remercier M. Rhys d'avoir bien voulu, en collationnant avec le 
manuscrit les épreuves du texte gallois, en assurer ainsi la parfaite cor- 
rection. 

Nous publions ce texte en respectant scrupuleusement son ortho- 
graphe?. Nous nous sommes borné à étendre les contractions, et quand 
nous avons cru devoir corriger les lapsus calami évidents du scribe, 
nous avons donné au bas des pages les termes mêmes du manuscrit. 



1. On place communément au xiv" siècle la date de la compilation de ce manuscrit. 

2. The Mabinogion ... éd. by Lady Guest. London, 1849, 3 vol. in-8. 

}. Nous avons représenté par le signe 6 la forme de Vu long employé concurremment 
avec w. Ce signe, imaginé dans la seconde moitié du xiii= siècle, céda plus tard la 
place à w. 



202 L'amitié d'Amis et d'Amiles. 

Nous avons accompagné le texte d'une traduction dont les prétentions 
sont plus littérales que littéraires. Nous avons essayé de reproduire le 
style du conteur gallois, style d'une simplicité tout enfantine, où les 
phrases manquent de pondération et d'ordre^ où la pensée du lecteur 
doit corriger l'amphibologie des mots. Nous avons même dû renoncer à 
reproduire l'accumulation de pronoms personnels explétifs dont abonde 
le texte gallois. 

Nous n'avons pas à étudier ici l'origine et les destinées de l'histoire 
si populaire au moyen âge d'Amis et d'Amiles \ Parmi les versions qu'on 
en a publiées, notre version galloise se rattache de plus près à la ver- 
sion latine qui se trouve dans un manuscrit du xiii^ siècle de la biblio- 
thèque de Saint-Omer et qui a été publiée par Mone, et à la version en 
prose française de la même époque publiée par MM. Moland et d'Héri- 
cault. La forme de certains noms dans le texte gallois indique de préfé- ■ 
rence un original latin :Luc^m pour Lucques, Clusas pour Cluses, Desider 
pour Didier, et surtout Amie d'Amicus comme nom d'un des héros de; 
l'histoire. Il est inutile de remarquer quelques différences de détail ^ ; ; 
dans la partie proprement romanesque de l'histoire, ces trois récits (latin j 
de Saint-Omer, prose française de M. Moland et gallois) se suivent de 
très près. Notre texte gallois s'en éloigne davantage quand il arrive à la . 
guerre contre Didier et les Lombards. 



La langue de notre texte étant celle des autres Mabinogion dont Zeuss 
a fait la grammaire, nous n'avons que peu d'observations à faire à cet 
égard. Nous signalons seulement une forme qui manque dans la Gram- 
matica Celîica. C'est col. i io6 gwnaut « tu faisais », à insérer dans Z. ^, 
p. 588, 1. 22. — Zeuss aurait dû également soit dans le chapitre du 



1 . Sur cette légende, voir principalement : 1 
Anzeigerfàr Kunde der teutschen Vorzeit hrsgg. von Mone, 5'' année (i8}6), col. 14J,' 

353 et 420. ' 

Li Romans des Sept-Sages, éd. Relier, 1856, p. ccxxxi et suiv. i 

Un miracle de Nostre-Dame d'Amis et d'Amille dans Théâtre français au moyen âge,: 

publié par Montmerqué et Francisque Michel, 1839, p. 216 et suiv. 
Amis et Amiles. hrsgg. von G. Hoffmann, i8)2. 
Nouvelles françoises en prose du Xlll' siècle, publ. par MM. L. Moland et C. d'Héri- 

cault, 1856, p. XV et 35. 

2. Dans notre texte gallois, le pape s'appelle Constantin ; — il baptise les enfant;, 
dans l'église de Saint-Pierre; — le discours du père d'Amlyn à son lit de mort es' 
plus développé et forme presque un sermon ; — c'est au monastère de Saint-Germair 
(c.-à-d. à l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés) que les deux héros renouvellent leui 
amitié par un serment solennel. — Charlemagne promet le duché de Bourgogne avec 1; 
main de sa fille, et après le combat il donne au mari de sa fille des terres en Nor- 
mandie. 



I 



L'amitié d'Amis et d' A miles. 20 j 

pronom relatif, soit dans celui des substantifs pronominaux, mentionner 
l'emploi du substantif gwr « homme « et gwreic « femme » comme pro- 
nom relatif « lequel, laquelle ». Cette expression }» gwr a, litt. «l'homme 
qui », est si bien devenue pronominale que dès la première page de 
notre texte (col. 1085) nous la trouvons appliquée à Dieu même. Cette 
formule est d'un emploi fréquent dans notre texte. Le pluriel y gwyr 
est également employé pour « lesquels ». L'expression y wreic, litt. 
«la femme [qui])) se rencontre dans le sens de «laquelle)) fcol. 1090). 

On rencontre quelques mots avec une demi-voyelle adventice que 
le gallois moderne n'a pas gardée '■ ffuryf (col. 1087); amylder (col. 
1087-8); dedyf (col. 1088) ; ^6/yr (col. 1099 et 11 13), hoedyl (col. 
1 102) ; cwbyl (col. i 107) ; trSyadyl (col. 1 1 10), etc. Par contre, notre 
texte ne présente pas cette voyelle dans des mots où l'orthographe 
moderne l'a introduite [symdeist (col. 1092] ; ymoglyt (col. 1095 et 
1098). — Au point de vue phonétique il faut encore noter daly (col. 
1 109) pour dalu, forme ordinaire qui se rencontre quelques lignes plus 
bas, et yn dyn pour un dyn (col. 1086). 

Grâce à cette traduction, l'histoire d'Amlyn et Amie devint populaire 
en Galles et les bardes des xive et xv"^ siècles y font de fréquentes allu- 
sions quand ils veulent vanter l'amitié héroïque de deux personnages. 

H. G. 



204 Kedymdeithyas Amlyn ac Amie. 

« Llyfr Coch « (col. 1085). 

Yny mod h6nn y treythyr o gedymdeithyas amlyn ac amie. 

Yn yr amser ydoed pepyn hen yn vre/zhin yngwlat ffringa y ganet mab 
i uarcha6c arderchaôc bonhedic or almaen. yny kastell aelwit berigan 
oewreic bria6t. Ac oachaôs nat oed na mab na merch udunt namyn 
h6nn6. diruaôr lewenyd a gymerassa/zt. ac o garyat du6 y g6r a rodas-, 
sei etiued udunt. ada6 aônaethant dr6y ovunet y du6 mynet ar mab t\x\ 
aruvein y gymryt bedyd ygan ygwr da sant aoed bap ynyr amser h6nn6. 
val y bel well tr6y rat achynnyd all6ydyant eu mab. Ac ynyr amser 
h6nn6 yd ymdangosses gweledigaeth dr6y yhun yr g6r da aoed iarll yn 
aluern ae wreic yn veicha6c. Nyt amgen weledigaeth a dangosset ida6. 
no gwelet pab ruvein yny neuad yn aluern yn bedydyaô i meibyon ac 
yn eu kadarnhau dr6y vedyd escob. A g6edy dihunaô or iarll. dyvynnv 
aoruc attaô doethyon ygyvoeth. a datkanu udunt y vreudôyt. ac erchi 
y dehongyl 6rth na wydyat ef beth aarwydockaei hynny. Ac yna yro-' 
des du6 yspryt asynhôyr y vn or doethyon y 6rtheb idaô yny wed| 
honn. Arglwyd iarll heb ef byd lawen. kanys or beichogi yssyd yng-| 
kroth dy wreic y genir mab ratlaôn Uôydyanna^ clotuaôr. avo diaerebj 
y berffeithr6yd ae vuched ae vil6ryaeth dros y byt. ar mab h6nn6( 
arglôyd heb ef aaberthy di ydu6. ac a ey ac ef parth aruuein y gym- 
ryt bedyd y gan y g6r da yssyd bab val y bo g6ell. a ratlaôn allwyd- 
yannus y ansaôd ohynny allan. Ac yna y bu laôen yr iarll am dehon- 
gyl y vreudwyt yn y wed honno. ac am y kynghor arodassei y g6r da 
bu (col. 1086) chedaôl ida6. ac ympenn yspeit o amser y ganet mab; 
yr iarll. ac y magôyt dr6y diruaôr lewenyd. A g6edy y uagu yny oed' 
m6y no d6y vl6yd. y kychwynnaôd y dat ac ef a niuer ma6r y gyt ac ei 
varchogyon ac yssweinyeit tu aruuein. Aphan doethant yr dinas ael- 
wit lucam. y dywetpwyt udunt bot g6r da gôedy kymryt lletty yny 
dref. Ar mab teyrneidyaf gyt ac ef athebyckaf yth uab ditheu or awel-' 
sei neb eiryoet. Nyt amgen oed y g6r da h6nn6 nor marcha6c o gastelli 
verigan y g6r aoed ynkynnal tir y dan vrenhin ffreinc. ae uoned ot 
almaen. A g6edy ymwelet or iarll arg6rda h6nn6. adyuot eu meibyon 
rac wyneb. nyt oed yn vy6 yn dyn awypei wahan y r6ng y meibyon. 
nac veint nac obryt dyeithyr ar eu dillat. a g6edy gôybot o bop vr' 
onadunt ystyr amedwl y gilyd. diruaôr lewenyd agymerassant oacha6s' 
yr vnneges yd oedynt yn mynet oe geissaô nyt amgen noc adolwyn yti 



L'amitié d'Amis et d'Amiles. 205 

De cette façon il est traité de l'amitié d'Amlyn et Amie. 
Au temps qu'était Pépin l'ancien roi dans le pays de France naquit un 
fils à un chevalier élevé et noble d'Allemagne, de sa femme légitime, 
dans le château qui s'appelait Berigan. Et comme ils n'avaient ni fils 
ni fille que celui-là, ils conçurent une grande joie, et par amour de Dieu 
qui leur avait donné un héritier, ils promirent par un vœu à Dieu d'al- 
ler avec leur fils à Rome pour y être baptisé par le noble saint homme 
qui était pape en ce temps-là, afin qu'il en advînt mieux pour le bonheur, 
le développement et la prospérité de leur fils. 

Et en ce temps-là il parut une vision en son sommeil au noble homme 
qui était comte en Alvern; et sa femme était enceinte. La vision qui lui 
apparut n'était autre que de voir le pape de Rome dans le palais d'Al- 
vern baptiser des enfants et les fortifier par son baptême épiscopal. 
Après que le comte se fut réveillé, il appela à lui les sages de ses états, 
et il leur fit connaître son rêve, et il leur en demanda l'explication, car 
;il ne savait pas ce qu'il signifiait. Et alors Dieu donna esprit et sens à 
un des sages pour lui répondre de cette façon : Seigneur comte, dit-il, 
: réjouis-toi. Car du faix qui est dans le sein de ta femme naîtra un fils 
plein de grâce, prospère et glorieux, et on parlera de sa perfection, de 
sa vie et de sa chevalerie par le monde. Ce fils-là, seigneur, dit-il, tu le 
consacreras à Dieu, et tu iras avec lui à Rome pour être baptisé par le 
noble homme qui est pape pour qu'il en arrive bien ; et heureuse et 
prospère [sera] la situation qui en sortira. Et alors fut joyeux le comte 
pour l'explication de son rêve de cette sorte et pour le conseil que lui 
.avait donné ce noble sage homme. 

• Et au bout d'un espace de temps naquit un fils au comte, et il fut 
élevé avec une grande joie. Et après qu'il eut été élevé à l'âge de plus 
de deux ans, son père se mit en route pour Rome avec lui, et un grand 
nombre avec lui de chevaliers et de damoiseaux. Et quand ils arrivèrent 
dans une ville qui s'appelait Lucques, on leur dit qu'un noble homme 
avait pris logis dans l'endroit : et avec lui le fils le plus seigneurial et le 
plus ressemblant au tien propre qu'on ait vu jamais. Et ce noble homme 
là n'était autre que le chevalier du château de Berigan qui tenait un fief 
sous le roi de France ; et sa noblesse était d'Allemagne. Et après que le 
comte et ce noble homme-là se furent vus, et que leurs enfants furent 
mis en présence, il n'y avait pas un homme en vie qui sût distinguer 
entre les enfants, ni pour la taille ni pour l'apparence, n'eût été aux 
vêtements. Et après avoir appris l'un de l'autre leurs intentions et leurs 
projets, ils prirent grande joie à cause de la même affaire qu'ils étaient 
entrain de chercher, c'est-à-dire prier le pape de baptiser leurs fils. Et 



2o6 Kedymdeithyas Amlyn ac Amie. 

pab vedydyaô eu meibyon. ac ordyd h6nn6 kytfford uuant. a diruaô 
gedymdeithyas avu y ryngthunt dr6y gywir garyat. A pha beth bynna 
avei garyat y r6ng y gôyrda ti awelut gedymdeithyas ryued y r6ng • 
meibyon. yn gymeint ac na mynnei yrvn onadunt na b6yta nac yvet n 
chysgu heb y gilyd. A pha gyhyt bynnac y buant yn kerdet parth aru 
uein. 6ynt adoethant att y g6r da aoed bab aelwit Gustennin ac a dywe 
dassant wrthaô val hynn. argl6yd dat ysprydaôl yg6r awdam ni y vc 
yn llywyaô y gristonogaeth y dan du6 yn lie pedyr ebostol. y mae ym 
iarll aluern. a marcha6c arderchaôc clotuaôr o gastell berigan yny 
almaen. yn adol6yn yth dadolyaeth di. (col. 1087) bedydyaô an meii 
byon ni. arodi dy uendith udunt. dr6y gymryt y gennym ninheu a vyr; 
nych oeur ac aryant dros dy lafur. Ac yr ymadrodyon hynny y g6rtheba 
6d y pab udunt yny mod h6nn. Ych r6yd ewyllys chwi amgynnic yc 
da ymi yssyd gymeredic ygennyfi. a6ch da ch6itheu hagen. nys myn| 
nafi. acha6s nat reit ym 6rtha6. Yda a vynnasseôch chwi y rodi y m:j 
rodôch y aghenogyon yr karyat du6. yrei yssyd reit udunt 6rtha6. Bj 
arch a archassaôch ch6itheu. honno ageffwch. Sef y6 hynny bedydya{ 
a6ch meibyon. ac ydodes yn en6 ar vab iarll aluern. amlyn. ac ar vab j 
marchaôc o berigan. amyc. ac erchi y du6 rodi rat ac yspryt udunt j 
wassanaethu y du6 yn gywir. yny veynt yn kaffel dros eugwassanaett 
y du6 llewenyd teyrnas nef. Ar marchogyon pennaf owlat ruuein adai 
lyassant y meibyon 6rth vedyd. A gôedy yr pab vedydyaô eu meibyo' 
rodi a6naeth y bob vn onadunt ffiol o euruchweith odidaôc o eur a. 
oaryant. amein g6erthua6r aoed ar y fiolleu. yn vn 1116 ac yn vn veir; 
ac yn un eurychweith. ac nyt oed yn vy6 yn dyn awypei wahan y ryn* 
gthunt. rac eutebycket or ae gôelei ar neilltu. A dywedut awnaeth e 
tat ysprydaôl 6rthunt yny ffuryf honn. Kymerôch y rod honn argl6y, 
di veibyon y gan a6ch tat ysprydaôl. yn dystolyaeth tra voch vy6 2 
a6ch bedydya6 yn egl6ys pedyr yn ruuein. A gôedy daruot yr gôyrd; 
kaffel eu negesseu yn r6yd 6rth eu heôyllys. diolôch awnaethant yr paj 
y lavur ae anregyon arodassei yeu meibyon. a thrôy diruaôr leweny! 
y kychwynnassant parth ac eugôlat. A gôedy kynnyd mab y marchaô:' 
archderchaôc o gastell berigan. ef arodes duô idaô am (col. 1088 
ylder o synhwyr adoethineb. adonyeu yn erbyn y uot yn dengmlwyi 
arhugeint ual y gelwit ef ympob gwlat yn eil selyf o achaôs y doethinet: 



L'amitié d'Amis et d'Amiles. 207 

i partir de ce jour ils firent route ensemble ; et une grande amitié il y 
;ut entre eux par véritable affection. Et quoiqu'il y eût d'affection entre 
es nobles hommes, on voyait ' amitié étonnante entre les fils, au point 
qu'aucun d'eux ne voulait ni manger ni boire ni dormir sans l'autre. 

Et après avoir encore quelque temps voyagé du côté de Rome, ils 
vinrent vers le noble homme qui était pape, qui s'appelait Constantin, et 
,1s lui parlèrent ainsi : Seigneur père spirituel que nous savons gouver- 
'ner la chrétienté sous Dieu en place de l'apôtre Pierre, voici le comte 
i'Alvern chevalier élevé et glorieux du château de Berigan, en Alle- 
,nagne, qui prie Ta Paternité de baptiser nos fils, et de leur donner ta 
oénédiction ; et tu prendras de nous ce que tu voudras d'or et d'argent 
pour ta peine. Et à ces paroles le pape leur répondit de cette façon : 
Votre bonne volonté à m'offrir vos biens m'est très agréable ; mais de 
vos biens pourtant je ne veux pas, car je n'ai pas besoin de cela. Les 
biens que vous vouliez me donner, donnez-les aux pauvres pour l'amour 
de Dieu ; eux ils en ont besoin, et la requête que vous m'adressiez, 
vous l'obtiendrez, c'est-à-dire de baptiser vos fils. Et il donna comme 
nom au fils du comte d'Alvern Amlyn et au fils du comte de Berigan 
Amie ; et de prier Dieu de leur donner grâce et esprit pour servir Dieu 
en vérité, de façon qu'ils obtinssent par le service de Dieu la joie du 
royaume du ciel. Et les premiers chevaliers du pays de Rome tinrent les 
enfants au baptême. 

, Et après que le pape eut baptisé leurs fils, il donna à chacun d'eux 
lune coupe, oeuvre d'orfèvrerie, ornée d'or et d'argent : et il y avait des 
pierres précieuses sur les coupes : [elles étaient] d'une même couleur, 
d'une même grandeur, et d'une même orfèvrerie, et il n'y avait personne 
en vie qui sût distinguer entre elles, à cause de leur ressemblance, de 
quelque côté qu'on les vît. Et leur père spirituel leur parla de cette 
façon : Acceptez ce présent, seigneurs fils, de votre père spirituel, en 
témoignage, aussi longtemps que vous vivrez, de votre baptême dans 
l'église de Pierre à Rome. Et après que les nobles hommes eurent fait 
ileurs affaires librement à leur gré, ils remercièrent le pape pour sa peine 
let pour les cadeaux qu'il avait faits à leurs fils. Et avec une très grande 
joie, ils s'en allèrent devers leur pays. 

Et après qu'eut grandi le fils du chevalier élevé de Berigan, Dieu lui 
donna quantité de sens et de sagesse et de dons, comme il se trouvait 
avoir trente ans, au point qu'on l'appelait dans tout pays un second 
Salomon à cause de sa sagesse. Et en ce temps-là son père ^ fut malade 

1. Litl. « tu voyais ». 

2. Litt. « celui qui était son père ». 



2o8 Kedymdeiîhyas Amlyn ac Amie. 

Ac ynyr amser h6nn6 y clefychaôd yg6r aoed dat ida6 or clevyty ' 
uar6. Ac yny wander kynn gôahanu y eneit ae gorff y gelwis y v 
atta6. Ac y kynghores yny wed honn. arglwyd uab heb ef. llyma di 
ymdôyn i atta6. ac yth ada6 ditheu heb dat kna6ta61 6rth dy ewyll 
dy hun. wrth hynny arglwyd uab heb ef kymer du6 yn dat ht. ac 
Uywyaôdyr arnat y g6r ny byd mar6 vyth. ag6na ygymenediôeu achai 
y gynghoreu yn graff yn dy gallon, ac yn diannot medylya beth ad 
lyych y gad6. Nyt amgen nor de/2geir dedyf. beth adylyych y ochi 
Nyt amgen no phechaôt. beth a dylyych y gredu. nyt amgen nor ff 
ar gret y mae yr egl6ys gatholic yny dangos yr gristonogaeth. Nyt i 
gen y6 hynny no bot vn du6 hoU gyfoethaôc. a bot teir person y tat 
mab ar yspryt glan. a geni iessu o veir wyry kynn esgor. a g6edy esgc' 
A chyuodi Iessu grist o veir6. ac esgynnv ohonaô ar nefoed. ae dyil 
y uarnu dydbraôt ar vy6 ac ar veir6. Medylyaô heuyt a dylyy bett! 
dylyych y obeithaô. Nyt amgen noc amlewenyd teyrnas nef dr6y w<j 
thredoed da oth blegyt dyhun. ac o rat yr iessu grist dr6y rym y (j 
odeifyeint ar y groc. Car du6 ath gymodogyon. a pha beth bynni ' 
awnelych. nac adywettych nac a vedylyych medylya am dy angei 
kanys hynny aeirch yr ysgrythur lan. yr honn adyweit dr6y eneu sel| 
uab dauyd. Medylya am y pyngkeu diwethaf ac yn dragywydaôl i 
phechy. Nyt amgen y6 hynny no phandel angheu (col. 1089) y wahai' 
dyeneit ath gorfï. y byrir y corff ryvygus yr pryuet. areneit y boen 
uffern. Ony heydy nef oweithredoed da kynn angeu. ac y byd reit itt dy 
bra6t yggwyd y trillu wrtheb dros dy weithredoed. Keis heuyt gynr! 
kedymdeithas yn gywir a mab iarll aiuern. o herwyd y6ch gymryt bed;; 
yn vn dyd gan bab ruuein. a chafïel rodyon y ganthaô. ach bot y 
gyndebycket o bryt a gosged a meint. ac nat oes dyn a wypo gwah; 
y rynghoch rac a6ch tebycket. Agwedy yr g6rda sant kynghori y vabj 
ny wed honno. ef agymerth y rinwedeu a berthynynt ar yr eglwy| 
athalu y yspryt yr creawdyr. Ae gorff agladwyt dr6y diruaôr enrydi' 
yny vanachlaôc a seilyassei y dat kyn noc ef. A gwedy mar6 y gônj 
ae gladu yn lie brenhinaôl. y kyfodassant rei dieflic ysgymunllyt ogn 
nedyl y gwas ieuanc. abot yndr6c 6rtha6 awnaethant ae amhercb 



L'amitié d'Amis et d'Amiles. 209 

e la maladie dont il mourut. Et dans sa faiblesse avant que se séparât 
on âme de son corps, il appela son fils et il le conseilla de cette façon : 
eigneur fils, dit-il, voici que Dieu m'appelle à lui et qu'il te laisse sans 
ère charnel [pour vivre] selon ta propre volonté. Ainsi, seigneur fils, 
rends Dieu pour père ; et pour gouverneur celui qui ne meurt pas. 
ais ses commandements et garde ses conseils sûrement dans ton cœur, 
it tout d'abord pense ce que tu dois observer, c'est-à-dire le péché, ce 
ue tu dois croire, c'est-à-dire la foi et la croyance que l'église catho- 
que montre à la chrétienté. Et cela est qu'il y a un Dieu tout-puissant, 
: qu'il y a trois personnes, le père^ le fils et l'esprit saint, et que Jésus 
,;t né de Marie, vierge avant son enfantement et après son enfantement, 
,; que Jésus-Christ s'est levé d'entre les morts, et qu'après cela il est 
onté aux cieux, et qu'il viendra pour juger, le jour du jugement, les 
vants et les morts. Tu dois encore penser qu'il y a une chose que 
)us devez espérer, c'est-à-dire la joie du royaume du ciel par les 
onnes œuvres de ton propre compte, et de la grâce de Jésus-Christ 
ir la puissance de sa passion sur la croix. Aime Dieu et tes semblables, 
;, quoi que tu fasses, quoi que tu dises, quoi que tu penses, pense à ta 
,ort. Car c'est ce que demande l'Écriture sainte, laquelle parle par les 
/res de Salomon et de David. Pense aux derniers points et évite éter- 
;llement le péché. C'est-à-dire lorsque viendra la mort pour séparer 
n âme et ton corps, le corps présomptueux est donné aux vers et l'âme 
x peines de l'enfer, à moins que tu n'ailles au ciel par tes bonnes 
.tiens d'avant la mort, et il te faudra le jour du jugement en présence 
s trois troupes ' répondre pour tes actions. Cherche encore à garder 
ièlement l'amitié avec le fils du comte d'Alvern, parce que vous avez 
,çu le baptême le même jour du pape de Rome, et que vous en avez 
:.:u des présents et que vous vous ressemblez par l'apparence, la 
lure et la taille, et qu'il n'y a personne qui pourrait distinguer entre 
us deux à cause de votre ressemblance. 

Et après que le noble saint homme eut conseillé son fils de cette 
l,:on, il reçut les sacrements qui appartiennent à l'Église, et il rendit 
il esprit au créateur, et son corps fut enseveli avec grand honneur 
(ns le monastère que son père avait fondé avant lui. 

. Nous avions d'abord pensé qu'il s'agissait ici de la division ordinaire des person- 
t^es dans la scène du jugement dernier, les élus à la droite de Dieu, les réprouvés à 
s gauche, et, entre les deux, les anges faisant le service d'ordre. Mais un vers d'Einion 
aGwalchmai (xiii= siècle) semble indiquer une conception différente : Pan ddel rac 
' ' trillu trdlawd « Lorsque paraîtront devant Jésus les trois troupes misérables » (cité 
psle Dict. de Richards, s. v. Rhag). L'épithète « misérables » exclut les anges et semble 
li quer une division en trois groupes des hommes justiciables du jugement dernier. Est-ce 
»>i allusion au Paradis, au Purgatoire et à l'Enfer qui auront chacun leur contingent ? 



210 Kedymdeithyas Amlyn ac Amie. 

Athrôy eu henwired ac eu hysgymundaôt y treissassant y g6as ieua! 
am dref y dat ae gyuoeth. ae yru yn alltut awnaethant ida6. ar dra^ 
ybyd y gardotta. Ae yr hynny ydoed ef yn karu ba6p o honu/7t 6y ac • 
erchi y du6 y vadeu udunt. ac ar vyrder kymeint vu ennwired y gen 
dyl yny erbyn ac nas gedynt ef y gardotta yny gyuoeth ehunan. nac e 
nadyn or awypit arnaô y garu. Yna y doeth cof ida6 kynghoreu y dat. a( 
dywa6t 6rth y deudeng mrodyr maeth. aoed yny ganlyn yn yr ansa> 
honno. Argl6ydi vrodyr heb ef. enwired vynghenedyl ochwant vyngh! 
uoeth i yssyd yn an pellau ni. ac yn andehol ongôlat. Keiss6n ninheu vec; 
lya6yrIde6on deholiessu grist ae anurda6 ae grogi am dref y dat. G6erti 
heuyt veibyon iago badriarch loseph eu braôt ae dehol oewlat. a throj 
du6 pob vn or deu b6ngk hynny ynglot ac enryded (col. 1090) udu! 
Du6 heuyt adyweit nadeuir y deyrnas nef onyt tr6y drallaôt a llauur. w: ' 
hynny arglwydi vrodyr gobeith y6 gennym y trossa du6 hynn ar enryc 
a lies yninhev etto. kanys y neb y bo trallaôt arna6 yn M^irion ac ae ^ 
defo yn bôyllic. ymae du6 y g6r ny dyweit kelwyd yn ada6 ida6 te; 
nas nef. Wrth hynny arglwydi vrodyr. a6n ragom parth a llys i; 
aluern vynghyfeillt y g6r omtebic. ny phalla ynn odim or aarchôyf idij 
Ac ony chaffôn ni lewenyd y gan y g6rda h6nn6. ni aa6n att hildeg;| 
vrenhines ffreinc. y wreic yssyd gynnefodic kytdoluryaô ar neb^ 
gôelo gouit arnaô. Ac yna y kerdassant racdunt parth achyuoeth i,l 
aluern. agôedy eu dyuot ovywn y gyuoeth yr iarll. govyn awnaeth : 
y fford parth ar llys yr oed yr iarll yndi. Aphan doethant yno. neurfj- 
chwynnyssei yr iarll parth allys amie y gyueillt. g6edy clybot marC' 
g6r da aoed dat ida6. Ag6edy na chafas yr iarll amie yny lys ehun , 
dirua6r dristit agyraerth orachaôs h6nn6. a medylyaô aônaeth nat y'- 
choelei vyth draegevyn y wlat. yny gafïei chwedleu hysbys y6rtll 
gyueillt. Ac yna ykerdaôd ef ar dra6s teyrnas fïreinc y amovyn ami; 
gedymdeith. A gôedy na chavas ynfîreinc dim hyspyssrwyd amdan-. 
kerdet racdaô awnaeth y parth ar almaen yblith y genedyl. ac ny chajJ 
yno dim o hyspysrwyd am danaô. Ac ot oed va6r llauur amlyn il 
keissyaô amie uelly. mwy olawer bei gallei oed lauur amie yn keiss;? 
amlyn. heb orffowys. Ac ual ydoed amie yn keissya6 amlyn. ef adca 
nossweith parth allys g6r da ef ae gedymdeithyon. ac erchi lletty i" 
naethant yr du6. allawen vu y gôrda 6rthunt. acharyat g6yr ty adj- 
gosses udunt. a pharch gwesteion. Agwedy ank6yn amovyn (col. lOi 



L'amitié d'Amis et d'Amiles. 2 1 1 

Et après que le noble homme fut mort et enterré en lieu royal, se 
levèrent de mauvaises et diaboliques gens de la race du jeune homme, 
et ils se mirent à se conduire mal avec lui et à l'injurier. Et par leur 
déloyauté et leur méchanceté, ils mirent le jeune homme hors de la ville 
de son père et de ses possessions, et ils le chassèrent à l'étranger, à men- 
dier par le monde. Et pourtant il aimait chacun d'eux et il demandait 
pardon à Dieu pour eux. Et, pour abréger, la méchanceté de sa race 
contre lui était telle qu'ils ne le laissaient pas mendier dans ses propres 
possessions, ni lui ni personne qu'on sût l'aimer. 

Alors lui vinrent à l'esprit les conseils de son père, et il dit à ses 

douze compagnons, qui le suivaient dans cette situation : Seigneurs 

:ompagnons, dit-il, la déloyauté de ma race par l'envie qu'ils ont de mes 

Dossessions nous chasse et nous exile de notre pays. Cherchons à nous 

■appeler les Juifs chassant Jésus-Christ et l'outrageant et le crucifiant, et 

encore les enfants du patriarche Jacob vendant Joseph leur frère et le chas- 

iiant de son pays, et Dieu tournant chacun de ces deux faits en gloire et 

m honneur. Dieu encore dit qu'on n'arrive au royaume du ciel que par 

jes fatigues et de la peine. D'après cela, seigneurs compagnons, j'ai 

l'espérance que Dieu tournera aussi cela en honneur et en avantage ; 

.:ar à celui qui a de véritables peines et qui les souffre avec courage, 

■Dieu, qui ne dit pas de mensonges, lui réserve le royaume du ciel. 

D'après cela, seigneurs compagnons, allons devant nous du côté de la 

:our du comte d'Alvern, mon ami, qui me ressemble : il ne nous refusera 

ien de ce que je lui demanderai. Et si nous ne trouvons pas joie chez 

;e noble homme, nous irons vers Hildegarde, reine de France, laquelle 

: usage de compatir à celui sur qui elle voit du malheur. Et alors ils 

lièrent devant eux du côté des possessions du comte d'Alvern. 

Et après être venu au milieu des possessions du comte, ils deman- 

■èrent le chemin vers la cour où était le comte, et quand ils furent là, 

i comte était allé vers la cour d'Amie son ami, après avoir appris la 

■lort du noble homme son père, et comme il ne trouva pas le comte 

..mie dans sa cour, il prit une grande tristesse à cause de cela : et il se 

iiit à penser qu'il ne retournerait plus dans son pays, s'il n'avait de nou- 

elles sûres sur son ami. Et alors il alla à travers le royaume de France 

our chercher Amie son compagnon. Et comme il ne trouvait en France 

ucune nouvelle de lui, il se mit à aller devant lui du côté de l'Alle- 

agne au miheu de sa nation : et il n'en eut là aucune nouvelle. 

Et si était grande la peine d'Amlyn cherchant Amie de cette façon, 

us grande encore, s'il était possible, était la peine d'Amie cherchant 

mlyn sans cesse. 



212 Kedymdeithyas Amlyn ac Amie. 

awnaeth y g6r da ac y6nt beth oed eu negesseu. ac oba wlat yd hano( 
dynt. aphale ydeynt. ac yna datkanu ida6 y ansa6d or dechreu hyt 
diwed aoruc amie, nyt amgen no gô'edy marô y dat. y digyvoethi i 
alltudaô oe genedyl yn gymeint ac na diodefynt ida6 gardotta yr 
gyuoeth ehun. ae vot ynteu yr6ng dyd a nos or pan vuassei ardeh 
yn keissyaw iarll aluern y gedymdeith. y g6r ydoed yngobeithyj 
6rtha6 kaffel gôaret or govit aoed arnaô. A gôedy yr g6r da clybot 
ansaôd. kyt doluryaô ac ef aoruc. ac adnabot ar y barableu y v 
yndoeth ac yndonyaôc. a dywedut 6rtha6 awnaeth ual hynn. Havnbei, 
teyrneid heb ef. herwyd vy adnabot i. kael ohonat ti ragor odoethinf 
ada6n rac dyn or aweleis i ym amser. mi arodaf itt vy merch yn bria 
yr honn yssyd yn etiued ymkyuoeth. ath vrodyr maeth awnaf ; 
gyfoethogyon o dir a daear ac enryded. val na bo reit udunt dr6y ner 
du6 vn goval. A llawen vu gan amie ae gedymdeithyon y parableu hynn 
a chytsynnyaô a wnaethant ' am y briodas. agôneuthur neithyaôr dr); 
diruaôr lewenyd. agôedy trigyaô amie ae gedymdeithyon gyt aewrt j 
vlôydyn a hanner. dywedut aoruc 6rth y gedymdeithyon ual hynj 
Argl6ydi vrodyr heb ef. ni awnaethamyr hynn nysdylyem. Sef y6 hynni 
llesgu a diogi ynkeissyaô amlyn. y g6as adebygafi y vot yn gywirachj 
garyat noc vn gôreic or byt. Ac o gyffredin gy/jghor ef ae gedymd(! 
thyon y kymerth kennat y chwegr6n ae wreic. ae ada6 ygyt ae wrel 
deu oe vrodyr maeth. aeherdet awnaeth yntev racdaô. ac ef ae wy; 
mrodyr maeth ynsweinyeit ida6 ar dra6s y byt parth agwlat i ffringaj 
geissyaô amlyn. ac yna y kymerth ganthaô y fiol arodassei gustenr; 
bab idaô ydyd y kymerth vedyd y ganthaô. Ovy6n (col. 1092) hyn; 
amser a theruyn yd oed amlyn yn y geissyaô ynteu tr6y dirua6r lau' 
a goual. A phan doeth parth a pharis y kyfaruu bererin ac ef. a gov; 
awnaeth idaô awelsei dim y ôrth amie uab y marchaôe o gastell verig^ 
neu ae clywsei. nachyglef kyffessaf y duô heb y pererin. ac ny 6 
dim y ôrthaô. ac yna y rodes amlyn peis yr palmer^ yr gwediaô ganthai 
ac yr ymbil a duô ar seint y rôydhav raedaô y geissaô amie, ac amd(j 
uynu y llauur maôr arnaô yny geissyaô yr ys dôy vlyned ac ychôane! 
Ac yna ydoeth amlyn parth allys chyarlmaen brenhin ffreinc. ac : 
chafas ef yno dim o hyspysrwyd am danaô. y pererin hagen y rodas 
y beis idaô a gerdaôd raedaô hyt am bryt gosper ordyd hônnô. ac y 
y kyfaruu amie ac ef ae gedymdeithyon. a gôedy kyfareh gwellorper 



1. Ms. anaethant. 

2. Le gallois emploie ici le vieux mot anglais palmer « pèlerin 
en désuétude. 



L'amitié (TAmis et d'Amiles. 2 1 5 

Et comme Amlyn était à chercher Amie, il vint un soir à la cour d'un 
noble homme, lui et ses compagnons, et ils lui demandèrent à loger 
pour Dieu. Et le noble homme fut courtois envers eux et il leur fit avoir 
l'amitié, des gens de la maison et le respect des hôtes. Et après le sou- 
per le noble homme leur demanda quelles étaient leurs affaires, et de 
quel pays ils étaient originaires et où ils allaient. Et alors Amie lui fit 
connaître son histoire du commencement jusqu'à la fin, c'est-à-dire 
qu'après la mort de son père il avait été dépouillé de ses possessions et 
exilé par sa nation au point qu'ils ne lui permettaient même pas de men- 
dier dans sa propre possession ; et qu'il était jour et nuit, depuis son 
exil, à chercher le comte d'Alvern son compagnon. 

Et après que le noble homme eut écouté cette histoire, il eut de la 
sympathie pour lui, et il reconnut à ses paroles qu'il était sage et bien 
doué, et il lui dit comme suit : O chef princier, dit-il, comme je recon- 
nais que tu as excellence de sagesse et de dons sur homme que j'aie vu 
de mon temps, je te donnerai ma fille en mariage, laquelle est héritière 
de mes possessions, et je ferai tes compagnons riches de terres, de sol 
et d'honneurs, de sorte que par la grâce de Dieu ils n'auront pas un 
souci. Et agréables furent ces paroles à Amie et à ses compagnons. Et 
ils se mirent à s'occuper du mariage et ils firent la noce avec une grande 
joie. 

Et après qu'Amie, avec ses compagnons, fut resté auprès de sa femme 
un an et demi, il parla ainsi à ses compagnons : Seigneurs compagnons, 
dit-il, nous ne faisons pas ce que nous devons, c'est-à-dire nous pares- 
sons et nous tardons à chercher Amlyn, à qui je dois être plus fidèle 
en affection qu'à aucune femme du monde. Et d'un commun avis lui et 
ses compagnons prirent congé de son beau-père et de sa femme ; et il 
laissa avec sa femme deux de ses compagnons. Et il se mit à marcher 
devant lui, lui et huit de ses compagnons comme écuyers, à travers le 
monde, du côté du pays de France pour chercher Amlyn. Et là il prit 
avec lui la coupe que le pape Constantin lui avait donnée quand il en 
avait reçu le baptême. 

Au même temps et à la même époque Amlyn était à le chercher avec 
grand'peine et fatigue. Et quand il vint du côté de Paris, il rencontra 
un pèlerin. Et il lui demanda s'il avait rien vu au sujet d'Amie, fils du 
chevalier du château de Berigan, ou s'il en avait rien entendu. Je n'en 
ai rien entendu, je le confesse à Dieu, dit le pèlerin, et je ne sais rien 
sur lui. Et alors Amlyn donna un manteau au pèlerin pour prier pour 
lui, et pour demander à Dieu et aux saints de lui rendre plus facile la 
recherche d'Amie et de mettre un terme à la grande peine qu'il avait à 
Rev.Cdt.lV jj 



214 Kedymdeithyas Amlyn ac Amie. 

rin ida6. kyuarch g6ell awnaeth amie ida6 ynteu. a dywedut. Oe awasi 
du6 aglyweist di chwedyl or byt fford y kerdeist yôrth amlyn iarli 
aluern. A ryuedu yn ua6r aoruc y palmer. agovyn ida6 paham 3 
gwattwarei ef was du6 yngymeint acheissyaô y d6ylla6. ynherwyd it; 
heb ef argl6yd govyn ymi y bore hediô yr hynn ydôyt yny ovyn yi 
a6r honn. Hyspys y6 gennyf i y mae tydi j6 amlyn iarll aluern. a ryue- 
dach gennyf no meint. paham y symdeist gwisgoed a meirch a chedym- 
deithyon ac arueu. acheissyaô gennyf inheu yr hynn ageisseist hediô ] 
bore pan rodeist ym y beis yssyd ymdanaf yr gwediaô gennyt. Ac yn; 
y dywaôt amie 6rth y palmyr. Arglwyd balmer heb ef. na dickya ny 
mi amlyn y g6r adebygy di. namyn amie mab y marehaôc gastel 
berigan. (col. 1093) y g6r nyt ytti6 yn gorflfoôys yny geissya6. A rod 
aryant awnaeth idaô yr gwediaô ganthaô ual y bei r6ydach racda(, 
gaffel y neges. Ac yna y kynghores y palmer ida6 kerdet parth a phari.' 
y geissyaô amlyn y g6r ydoed yny garu yn gymeint ac nat oed orfïa 
wys ida6 yny geissyaô. a chymryt y fîord aoruc ef tu apharis. a megy 
yd oed yn dyuot tu ardref. y géelei y my6n g6eirgla6d meillyonaôe ai 
lann yr avon aelwir sein, niuer tee brenhinaôl varchogyon yn kymry 
eu kinyaô. Nyt amgen oed y marchogyon hynny noc amlyn ae gedym- 
deithyon. Ae val y g6elas amlyn y marchogyon aruaôc yn dyuot tu a^ 
attaô. eu kyrchu yn llidia6c awnaeth. odebygu eu bot ynlladron ae yi 
herwyr. ac ual y gwelas amie ae gedymdeithyon y niver h6nn6 yn ei, 
kyrchu yn greulaôn. dywedut aoruc 6rth y gedymdeithyon. Arglwyd, 
vrodyr maeth oherwyd a6ch bot yn bara6t eiryoet hyt hediw y diode, 
trallaôt a gouit a pherigyl y gyt ami. keissyôch hediô yn wra61 diaj 
a6eh g6aet. ac ymlad yn wychyr ar g6yr ny welaf dim trugared 
ganthunt parth ac attam. Os budugolyaeth aryd du6 yni or niuer ma6: 
racko. g6ahanreda6l glot agafî6n dros deyrnas ffreine. ae vrdas ae enry 
ded ynllys y brenhin ragor rac agauas neb eiryoet. a g6edy daruot ida( 
rodiyky^ghor h6nn6 oe gedymdeithyon. gostông helymeu awnaethant 
a goll6ng penneu eu meirch. a gostông gôaewyr bopparth. Acymgyr-i 



L'amitié d'Amis et d'Amiles. 2 1 5 

le chercher voilà deux ans et davantage. Et alors vint Amlyn du côté de 
la cour de Charlemagne, roi de France, et il ne trouva là aucun rensei- 
gnement sur lui. 

Le pèlerin cependant à qui il avait donné le manteau marcha devant 
lui jusqu^au moment du soir de ce jour-là ; et alors il rencontra Amie et 
ses compagnons. Et après beau salut du pèlerin, un beau salut lui fit 
Amie, et il dit : Est-ce que, serviteur de Dieu, tu as entendu nouvelle 
au monde, sur le chemin où tu as été, d'Amlyn comte d'Alvern ? Et le 
pèlerin s'étonna grandement, et il lui demanda comment il se moquait 
de lui, serviteur de Dieu, au point de chercher à le tromper. Puisque, 
dit-il, seigneur, tu m'as demandé ce matin même ce que tu me demandes 
maintenant : il est clair pour moi que c'est toi qui es Amlyn, comte 
d'Alvern. Et je suis plus que grandement étonné comme tu as changé de 
vêtements, de chevaux, de compagnons et d'armes. Et tu me demandes 
ce que tu me demandais ce matin quand tu m'as donné ce manteau que 
j'ai sur moi, pour prier pour toi. 

Et alors Amie dit au pèlerin : Seigneur pèlerin, dit-il, ne crois pas 
que je sois Amlyn que tu penses, mais Amie, fils du chevalier du châ- 
teau de Berigan, qui suis sans cesse à le chercher. Et il lui donna de 
l'argent pour prier pour lui, afin qu'il lui fût plus facile d'arriver à son 
but. Et alors le pèlerin lui conseilla d'aller du côté de Paris pour cher- 
cher Amlyn, celui qu'il aimait au point qu'il n'avait pas de cesse à le 
chercher. Et il prit le chemin du côté de Paris. Et comme il allait du 
côté de la ville, il vit dans un pré de trèfle, sur le bord du fleuve qu'on 
appelle Seine, une troupe belle et royale de chevaliers qui prenaient 
leur repas. Ces chevaliers n'étaient autres qu'Amlyn et ses compagnons. 
Et comme Amlyn vit des chevaliers armés se diriger vers lui, il se mit à 
les charger avec ardeur, pensant que c'étaient des voleurs et des cou- 
reurs. Et comme Amie vit avec ses compagnons cette troupe les charger 
avec acharnement, il dit à ses compagnons : Seigneurs compagnons, 
puisque vous avez été de tout temps jusqu'à aujourd'hui prêts à suppor- 
ter les peines, les fatigues et les dangers avec moi, cherchez aujourd'hui 
virilement à venger votre sang et à vous battre vaillamment avec ces 
hommes, que je ne vois pas vouloir nous faire merci. Si Dieu nous donne 
victoire sur ce grand nombre qui est devant nous, nous aurons une 
gloire particulière par tout le royaume de France et distinctions et hon- 
neurs à la cour du roi de France, tels que personne n'en a eu aupara- 
vant. 

Et après qu'il eut achevé de donner ces conseils à ses compagnons, 
ils abaissèrent leurs heaumes, lâchèrent les têtes de leurs chevaux, et 



2i6 Kedymdeithyas Amlyn ac Amie. 

chu yn llidiaôc. hyt nat oed i neb onadunt awypei yn hyspys p6y a orffei. 
A g6edy y ba6p o honunt torri eu g6aewar yny gilyd. tynnv cledyfeu 
awnaethant ac ymffust. Du6 hagen hoU (col. 1094) gyvoethaôc y g6r 
aeill llunyaethu pob peth a phop karyat. a theruynu pob llauur. aanuones 
goleuni yspryda61 dr6y rat yn eu kallonneu yn gymeint ac adnabot obop 
vn onadunt y gilyd. Ac yndiannot y dywaôt mab y marchaôc o gastell 
berigan 6rth amlyn ae gedymdeithyon. Argl6ydi uarchogyon pa rei y6ch 
ch6i. apha glot y6 y niuer kymeint ac ydyôch ch6i llad amie alltut. y 
g6r aoed reidyach ida6 groessaô a Ilewenyd gôedyr govit ar llauur avu 
arnaô yn keissya6 amlyn uab iarll aluern. no cheissya6 y lad yny wed 
honn. A g6edy clybot o amlyn yr ymadrodyon hynny diruaôr dolur a 
gymerth. ac adnabot amie y gedymdeith. a dywedut 6rtha6 ual hynn. 
Och y kywiraf or kedymdeithyon. och blodeu y marchogyon. ponyt 
atwaenost ti amlyn uab iarll aluern y g6r yssyd yn g6ibya6 byt ys d6y 
ulyned a hanner yth geissyaô. Ac yna y disgynnassant elldeu yr lla6r 
tr6y oll6/2g eu dagreu yn hidleit. amynet d6yla6 myn6gyl. Acolwyr di- 
hewyt eu kallonneu diol6ch ydu6 awnaethant. y g6r ny at yn ryhir ar 
gyfeilyorn adidro aymdiretto ac a ymgeissyont ymwelet dr6y garyat 
kywir. Ac yna ydaethyant y gadarnhau eu kedymdeithyas. aduundeb y 
ryngthunt dr6y 16 ac aruoll ym manachloc seint iermin uchbenn yr 
allaôr va6r arcreiryeu gôynnyaeithyat aoedynt yno. na phallei neb o 
honunt y6 gilyd. nac ogaryat nac o gynghor nac o ganhorthôy tra vei 
vy6 herwyd kyfyaônder kyfreith du6 o bop peth. a berthyneiargedym- 
deithyas gywir. Ac yna yn diohir y kerdassant racdunt parth allys chyarl- 
ymaen brenhw ffreinc. Ac yna y gôelit (col. 1095) deu unbenn deyrneid 
gyweirdoeth ygyt gôedy y du6 eu kanhysgaedu o amryuaelyon donyeu. 
ahaelyoni adewred a phryt adoethineb. A phan doethant yr Uys. eu her- . 
bynnyeit awnaeth y brenh/n uduntynenrydedus. Ac ot oed ua6r eu parch ' 
ac eu henryded oblegyt yhrenhin. m6y pei gallei oed lauur y vrenhines 
yn eu hanrydedu ac yn eu perchi. ac ar vyrder nyt oed dyn or ae g6e- ; 
lei ny bei yn eu karu. Ac ar vyrr o amser y g6naethp6yt amlyn yn j 
ystiwart llys yr brenhin. ac amie yn drysor6r ida6. Sef gôassanaeth . 
oed h6nn6. synnyaô ar yeur ae aryant ae vein g6erthua6r ae dlysseu. 
A g6edy eu bot yny llys teir blyned y dywa6t amie 6rth amlyn yny 



L'amitié d'Amis et d'Amiles. 217 

abaissèrent leurs lances de toute part. Et ils se chargèrent avec ardeur, 
si bien qu'il n'y avait personne parmi eux qui sût clairement qui l'em- 
porterait. Et après qu'ils eurent chacun brisé leurs lances contre l'autre, 
ils se mirent à tirer leurs épées et à se frapper. 

Mais Dieu tout-puissant qui peut régler toute chose et toute amitié, 
et terminer toute peine, envoya par sa grâce une lumière spirituelle 
dans leurs cœurs, si bien qu'ils se reconnurent l'un l'autre. Et sans 
retard le fils du chevalier du château de Berigan dit à Amlyn et à ses 
compagnons : Seigneurs chevaliers, qui ètes-vous et quelle gloire y 
a-t-il pour une troupe comme vous êtes de tuer Amie l'exilé, celui à 
qui vous devriez plutôt bon accueil et courtoisie, après la peine et la 
fatigue qu'il a eues à chercher Amlyn fils du comte d'Alvern, plutôt que 
de chercher à le tuer de cette façon.? Et après qu'Amlyn eut entendu ces 
paroles, il eut une très grande douleur et il reconnut Amie son compa- 
gnon et il lui dit ainsi : le plus fidèle des compagnons, ô fleur des 
chevaliers, comment n'as-tu pas reconnu Amlyn, fils du comte d'Alvern, 
celui qui court le monde depuis deux ans et demi pour te chercher.'' Et 
alors ils mirent tous deux pied à terre en versant des larmes en abon- 
dance, et ils s'embrassèrent. Et du profond zèle de leurs cœurs, ils 
rendirent grâce à Dieu, qui ne laisse pas trop longtemps dans l'erreur et 
dans le mauvais chemin celui qui a confiance en lui et ceux qui cherchent 
à se revoir par véritable amitié. 

Et alors ils allèrent pour fortifier leur amitié et leur union par un ser- 
ment et un contrat dans le monastère de Saint-Germain au-dessus du 
grand autel sur les reliques consacrées qui étaient là, qu'aucun d'eux ne 
manquerait à l'autre ni en amitié ni en conseil, ni en assistance, tant 
qu'il vivrait, suivant la justice et la loi de Dieu, en toute chose qui appar- 
tient à la véritable amitié. 

Et alors sans tarder ils allèrent devant eux du côté de la cour de 
Charlemagne, roi de France. Et alors on vit ensemble deux chefs prin- 
ciers d'une égale sagesse que Dieu avait comblés de dons innom- 
brables et de générosité et de force et de grâce et de sagesse. Et quand 
ils vinrent à la cour, le roi les reçut honorablement. Et si était grande 
leur considération et leur honneur auprès du roi, plus grande s'il était 
possible était la peine que la reine prenait à les honorer et à les consi- 
dérer ; et, pour abréger, il n'y avait homme qui les vit qui ne les aimât. 
Et en peu de temps Amlyn fut fait sénéchal de la cour du roi, et Amie 
trésorier de celui-ci. C'est-à-dire que leur service était tel, prendre soin 
de l'or et de l'argent et des pierres précieuses et des joyaux. 

Et après avoir été à la cour trois ans Amie dit à Amlyn de cette façon : 



2 1 8 Kedymdeithyas Amlyn ac Amie. 

mod h6nn. Y kywiraf or kedymdeithyon. Ar de6raf or marchogyon. ar 
haelyaf or dynyon. gan dy gennyat ti. reit y6 ymi vynet y ymwelet am 
gôreic briaôt. yr honn nys gweleis yr ys teir blyned. a phan y gallwyfi 
gyntaf mi a deuaf drachevyn attat ti. ac yma y trigy ditheu arglôyd 
gedymdeith. a cheissya6 yssyd reit itt bot yn gall. ac ymoglyt yn wa- 
gelaôc rac t6yll ac enwired ardric iarll y g6r yssyd la6n o gynghor 
vynt 6rthym am yr urdas ar enryded ymae y brenhin yny wneuthur 
ynn. Acheissyaô yssyd reit ytt vot yn gall. rac rodi dy vryt ath ved6l 
ath garyat cna6ta6l ar verch y brenhin. Ac yna y dywa6t amlyn val 
hynn. Y kywiraf or kedymdeithyon dr6y nerth du6 dy gynghor awnaf. 
amadol6yn y6 ytti yr y karyat yssyd rom. dyvot kyntaf ac y gellych 
drachevyn. ag6edy y amie gaflfel kennyat y gan y brenhin a (col. 1096) 
g6yr y llys. tr6y dagreu hidleit o bop parth. kychwyn awnaeth racda6 
parth ar wlat yd oed ywreic briaôt ae vrodyr maeth. A g6edy riuedi by- 
chan odieuoed or amser h6nn6 y disgynna6d karyat merch y brenhin yngy- 
meint yn amlyn ac nat oed gyg6n vn asg6rn yn y gorff ny bei la6n oe 
charyat. A phan gauas kyfle gyntaf agori y gallon idi aoruc. adangos 
y karyat aoed ganthaô tu ac attei. Ac yna y g6rtheba6d hi ida6 ef ac 
ydywaôt bot yn v6y deg6m y charyat hi arnaô ef. noe garyat ef oll ar 
nei hi. aphan gaôssant gyfle gyntaf ac amser or dyd h6nn6allan. dangos 
aônaethant dr6y duvndeb gôeithret bot ynv6y no meint y karyat o bop 
parth. neur daroed ida6 yna. gadu dros gof ac ysgaelussa6 kynghoreu 
amie, y rei ny bu les ida6 eu hebryuygu. Annobeithya6 yr hynny hagen 
nys gônaeth. namyn medylyaô na difïerth y santolyaeth dauyd. nae 
doethineb selyf heb pechu. y deuwr y mae du6 ynyr ysgruthyr y^ d6yn 
g6ahanreda61 dystolyaeth. vy6n hynny. ardric iarll yg6r aoed lewe- 
nyd ganthaô gôelet gouil adr6c ar bob dyn. ac adristaei pan welei y 
gytuarchogyon ynkael clôt ac urdas. a dywedut awnaeth ef 6rth amlyn 
ual hynn. pony wdost di arglwyd iarll y amie dy gedymdeith g6neuthur 
lledrat ath6yll ynghyueir y brenhin am yda ac na cheifï byth bellach 
ymwelet ac ef. ac 6rth hynny g6na6n vi athi gedymdeithyas tr6y 16 
achret uchbenn creireu. ac aruoU yn bot yndi ymadaô ogaryat a chywir- 
deb o hedi6 allan. Ag6edy ymrwymaô ohonunt yny mod (col. 1097) 
h6nn6. ymdiret awnaeth amlyn ida6 yn gymeint ac adefyransaôd artro 
aoed y ryngthaô a merch y brenhin. Ac ual yd oed amlyn dydgweith yn 
rodi d6fyr y ymolchi yr brenhin y dywa6t y twyll6r brad6r gan ardric 



1 



L'amitié d'Amis et d'A miles . 219 

le plus fidèle des compagnons et le plus courageux des chevaliers et 
le plus généreux des hommes, avec ta permission, il me faut aller pour 
revoir ma femme, que je n'ai vue de trois ans. Et dès que je le pourrai 
je reviendrai vers toi. Et toi îu resteras ici, seigneur compagnon, et il te 
faut chercher à être prudent, et te garder avec circonspection de la 
tromperie et de la déloyauté du comte Ardric qui est plein de mauvaises 
intentions contre nous à cause des dignités et des honneurs que le roi nous 
a conférés. Et il te faut chercher à être prudent, à ne pas donner ta pen- 
sée et ton esprit et ton affection charnelle à la fille du roi. Et alors 
Amlyn dit ainsi : le plus fidèle des compagnons, par la grâce de Dieu, 
j'accomplirai ton conseil, et il te faut penser, par l'amitié qui est entre 
nous, de revenir aussitôt que tu le pourras. Et après qu'Amie eut pris 
congé du roi et de toute la cour avec des larmes abondantes de tout 
côté, il alla devant lui du côté du pays où étaient sa femme et ses compa- 
gnons. 

Et après un petit nombre de jours de ce temps-là, l'amour de la fille 
du roi descendit sur Amlyn au point qu'il n'y avait jointure ni os dans 
son corps qui ne fût plein d'amour. Et quand il en trouva occasion, il 
lui ouvrit aussitôt son cœur, et lui déclara l'amour qu'il avait pour elle. 
Et alors elle lui répondit et lui dit que l'amour qu'elle avait pour lui était 
dix fois plus grand que tout l'amour qu'il avait pour elle. Et lorsqu'ils 
trouvèrent pour la première fois occasion et temps à partir de ce jour-là, 
ils montrèrent en s'unissant que de chaque côté leur amour était plus 
grand que tout. En vérité il avait négligé de garder dans sa mémoire et 
d'observer les conseils d'Amie. Il n'eut pas avantage à les oublier. 
Cependant il ne désespéra pas, mais il pensa que sa sainteté ne défendit 
pas David du péché ni sa sagesse Salomon, hommes que Dieu, dans 
l'Écriture, montre en perpétuel témoignage. 

Alors le comte Ardric qui se réjouissait de voir peine et mal sur cha- 
cun, et qui se peinait de voir ses compagnons chevaliers obtenir gloire 
et honneur, parla à Amlyn ainsi : Comment ne sais-tu pas, seigneur 
comte, qu'Amie ton compagnon a si bien trompé et volé le roi qu'il ne 
peut jamais plus le revoir ? Et pour cela, faisons toi et moi une amitié 
par serment et foi sur les reliques et jurons que dans cette amitié nous 
nous garderons affection et fidélité à partir d'aujourd'hui. Et après qu'ils 
se furent unis de cette façon, Amlyn se confia à lui au point de lui con- 
fesser l'histoire et l'intrigue qui existait entre lui et la fille du roi. 

Et comme un jour Amlyn était à donner de l'eau pour se laver au 
roi, ce traître trompeur d'Ardric paria au roi de cette façon : Seigneur 
roi, n'accepte pas service au monde du traître Amlyn qui a fait 



2 20 Kedymdeithyas Amlyn ac Amie. 

6rth y brenhin yny mod h6nn. Nachymer argl6yd vrenhin wassanaeth or 
byt ygan amlyn vradôr. yg6r awnaeth kewilyd itt ac yth teyrnas ag6- 
neuthur dy vnverch o vorwyn yn wreic. Ac yna y kymerth amlyn kewi- 
lyd ma6r. ac ovyn yngymeint ac na allei dywedut. a syrthyaô rac bra6 
awnaeth. Agôedy yr brenhin trugara6c g6elet hynny ygyuodi awnaeth. 
ac erchi ida6 yn wra6l ymdiheuraô os gallei. adangos y vot yn wirion.. 
A g6edy y gyuodi y dywa6t 6rth y brenhin. Y trugarockaf or bren-j 
hined y g6r yssyd gynnefodic ganthaô dileu enwireda chanmaôlkywir-, 
deb. y g6r ny ellir y drossi y 6rth gywirdeb. nac yr ovyn nac yr karu 
nac yr gobyr nac yr gôerth. mi aadolygaf yth enryded di na chretych 
ymadrodyon ardric bradôr. namyn gat ym oet y aros vygkynghor ual y 
gallwyf ym gadarnhau rac dy vronn di y dangos gôirioned dr6y rodi vyng- 
corffyny erbyn. adangos y vot yn gelwydaôc ynggwyd dylys athgyn-; 
ghor di. Ac oedi aoruc y brenhin. Ac erchi udunt erbyn pryt na6n 
drannoeth dangos p6y a uei ar yr ia6n. Yd oed ygyt ac ardric herbet, 
iarll yny ga/zma61. Ac yna tristau yn ua6r aoruc amlyn rac hyt yd oed 
amie y gyueillt yn trigiaô. y g6r y kaffei ef gynghor y ganthaô ympob; 
govit. Ag6edy gwelet o ildegart vrenhines nat oed neb aymyrrei ygyt 
ac ef. dyuot awnaeth att y brenhin. ac erchi ida6 oet dyd teruynedic y'. 
amlyn y aros (col. 1098) y gynghor. ac ony bei bara6t ynyr oet teruy-i 
nedic 6rth weledigaeth y brenhin ae gynghor. na chaffei hi vyth dyuot 
y vn gwely ar brenhin ohynny allan. ae hadol6yn a gauas hi ynllawen.; 
ac yna y kerdaôd amlyn yn diannot racda6 y geissyaô y gynghor. ac 
megys yd oed ynkerdet. nachaf amie ae gedymdeithyon ynkyuaruot ac 
ef. ac yn mynet parth allys y brenhin. Ac ual y gwelas amlyn ef. dis-, 
gynnu awnaeth. a gost6ng ar benn y lin ac erchi na6d ida6 athrugared. 
adatkanu or dechreu hyt y diwed y gyfrangk pawed y daroed idaô yn; 
erbyn y gynghor ef traethu merch y brenhin. a phawed yd oed dyd' 
teruynedic y ryngthunt tr6y eiryaôl y vrenhines. ac yna tr6y v6r6; 
uchenedyeu prafî. a gell6ng dagreuoed hidleit yd erchis amlyn ida6.' 
vynet ygyt ac ef yr coet yr oedynt yn seuyll yny ymyl. ac adaô yno eu 
kedymdeithyon. A g6edy eu dyuot yno y dirgel6ch y coet. y gerydu 
yn va6r awnaeth amie am ysgaelussa6 y gynghor. ac erchi aw^naeth 
ida6 newidyaô g6isc a march ac ef ual y gallei ef yn gyntaf peth mynet. 
tu ae lys ef att y wreic briaôt. Ac ynteu aaei parth allys y brenhin y gyn-j 
hal oet y dyd aoed y ymlad r6g amlyn ac ardric iaill. a thr6y nerth du6 ' 
y oruot. Ac yna y dywaôt amlyn ual hynn. Y kywiraf or kedymdei- 



L'amitié d'Amis et d'Amiles. 221 

opprobre à toi et à ton royaume et qui a fait ta fille femme de pucelle. 
Et alors Amlyn prit grand'honte et peur au point qu'il ne pouvait parler, 
' et il tomba de terreur. Et quand le prince compatissant vit cela, il le fit 
1 se relever et l'invita à se défendre courageusement s'il le pouvait et à 
montrer qu'il était loyal. Et après s'être relevé il dit au roi : le plus 
compatissant des rois, toi qui as accoutumé de détruire l'iniquité et de 
récompenser la justice, toi qu'on ne peut détourner de la justice, ni par 
crainte, ni par affection, ni par présents, ni par argent, j'en prie ta sei- 
gneurie, ne crois pas les paroles d'Ardric le traître, mais donne-moi 
temps pour attendre mon conseil, pour que je puisse me fortifier devant 
toi et montrer la vérité en offrant mon corps contre lui et montrer qu'il 
est un menteur en face de ta cour et de ton conseil. Et le roi mit un 
délai, et il les invita à montrer l'après-midi du lendemain qui des deux 
' était dans son droit. 

Ardric avait le comte Herbet comme répondant. Et alors Amlyn s'at- 
trista grandement de ce qu'Amie son compagnon demeurait absent^ celui 
dont il obtenait conseil en toute peine. Et comme la reine Hildegarde 
voyait qu'il n'avait personne qui s'entremît avec lui, elle alla trouver le 
roi et lui demanda de laisser à Amlyn délai et terme pour obtenir son 
conseil, et que s'il n'était pas prêt dans le délai fixé à paraître devant le 
roi et son conseil, elle n'irait plus dans le lit du roi à partir de ce jour. 
Elle obtint sa prière et en fut joyeuse ; et alors Amlyn alla sans tarder 
•devant lui pour chercher son conseil. 

i Et comme il était en chemin, voilà qu'il rencontre Amie et ses compa- 
gnons qui allaient du côté de la cour du roi. Et comme Amlyn le vit, il 
descendit de cheval, se jeta à genoux et lui demanda pardon et pitié, et 
il lui raconta son affaire du commencement jusqu'à la fin, comment il 
-lui était advenu contre son conseil d'agir avec la fille du roi, et comment 
un délai leur avait été fixé par l'intercession de la reine. Et alors en 
poussant de profonds sanglots et en versant des larmes abondantes, 
Amlyn le pria de venir avec lui dans le bois sur la lisière duquel ils se 
trouvaient, et de laisser là leurs compagnons. Et après qu'ils furent venus 
dans le secret du bois, Amie se mit à le réprimander grandement pour 
.avoir enfreint son conseil et il lui dit de changer avec lui de vêtements 
et de cheval pour qu'il pût en premier lieu aller du côté de sa cour vers 
sa femme. Et lui, il irait du côté de la cour du roi pour observer le 
rendez-vous du jour marqué pour le combat entre Amlyn et le comte 
'ardric et pour l'emporter par la grâce de Dieu. Et alors Amlyn parla 
îinsi : le plus fidèle des compagnons, comment irai-je à ta cour, 
puisque ne me connaissent ni ta femme ni personne de ta cour ? Va devant 



2 22 Kedymdeiîhyas Amlyn ac Amie. 

thyon. pa ansa6d ydafi yth lys di o herwyd nam hatwaen dy wreic r 
neb oniuer dy lys. Dos ragot heb yr amie, ac amovyn am vyng gwre 
am tylôyth. athi ageffy gyfarwydyt yn ha6d. acheis ymoglyt yn gyw 
na wnelych gewilyd ym am vyng gwreic. Ac yna yd ymwahanyssan 
amicparîh allys y brenhin yn rith amlyn. ac amlyn tu allys amie yn rii 
amie. (col. 1099) Aphan doeth amlyn tu allys amie, dyuot awnaeth 
wreic yny erbyn dr6y dirua6r lewenyd. athebygu y mae y g6r priai 
oed amyn/zv niynet dwylaô myn6gyl ida6. ac yd erehis ef yr argl6ydi 
nas kussanei. oherwyd nat oed hyfryt ganthaw yuedél am adatkanyss 
ida6 ar yfford. Ac yr hynny erehi aoruc hi ida6 ef bot ynhyfryt. ohe 
wyd bot yn hyspys genthi y deuei dibendaôt da or chwedyl h6nn6. ; 
nos honno yd aethant y gysgu yr vn gôely. ac ual y doethant yr g6el; 
ydodes ef ygledyf yn noeth y ryngthaô ef a hi. a dywedut 6rthi. o ne 
saei hi atta6 ef yn nés no hynny ylladei yphenn. Ac uelly y buant beii 
noeth yny doeth kennat amie yn dirybud nossweith atîunt yr ystauej 
y edrych pawed yd oedynt yn kad6 kywirdeb ac ef am y wreic. Chwe(! 
yl amie ynteu ortu arall vu ydyuot yn rith amlyn parth allys y brenhrl 
erbyn yr oet teruynedic aoed y ryda6 ac ardric. a diruaôr lewenyd ag;! 
merth y vrenhines pan y gwelas. Ac yna ydoeth ardric guhud6r atti 
brenhin ac y dywaôt na dylyei y vrenhines vyth dyuot y vn wely .; 
brenhin am duunaô ohonei ac amlyn am y merch. Ac yna y dywa 
amlyn 6rth y brenhin yny mod h6nn. Y kyfya6naf or brenhined ygc 
yssyd gynneuodic ganthaô ost6ng enwired kedyrn. a nerthau a chai! 
ma61 kywirdeb tlodyon. mi adangossaf ythenryded di vymot i hed 
ynbaraôt dr6y nerth du6 y dangos bot ardric yn d6yll6r kelwyda6. 
ambot i arurenhines ae merch yn wirion a hynny tr6y ymlad ac ef. ) 
yna y dywaôt y brenhin trugaraôc ual hynn. argl6yd iarll heb ef by 
lawen kanys os budugolyaeth aryd du6 ytti. or g6r racko ual y m;, 
tebic gennyfi. Mi arodaf belisent vy merch ynbria6t itt. athywyssogaej 
byrgôynn (col. 1100) ygyt ahi. Ar bore drannoeth y gôisgassant yni 
danunt arueu tr6m estrona61. Ac y doethant raedunt yr maes. yng g6]j 
brenhin ffreinc. a 116yrwys y holl deyrnas o veibyon gôyrda a rianed. ' 
edrych ar yr ymlad. Ar bore ydyd h6nn6 yd aeth y vrenhines hi ari; 
ned y deyrnas y vanaehiogoed ac egl6ysseu. y adol6yn ydu6 ar sei 
dr6y len6i yr alloryeu o ofïrymeu abreinyaôl rodyon yr bot yn nerth 
amlyn iarll, a g6edy y amie g6ybot yn hyspys bot y marehaôc yn bara; 



I 



L'amitié iVAmis et d'Amiles. 225 

oi, dit Amie, et demande ma femme et mes gens, et tu feras aisément 
l'expérience, et cherche à éviter sincèrement à ne pas me faire d'op- 
orobre relativement à ma femme. Et alors ils se séparèrent. Amie du 
:ôté de la cour du roi sous la forme d'Amlyn, et Amlyn vers la cour 
l'Amie sous la forme d'Amie. 

Et quand Amlyn arriva vers la cour d'Amie, sa femme vint à sa ren- 
contre avec une très grande joie, et elle pensait que c'était son mari et 
;lle voulait l'embrasser. Et il pria la dame de ne pas l'embrasser, parce 
jue son esprit n'était pas joyeux de ce qu'on lui avait appris sur le che- 
nin. Et elle lui dit d'être joyeux parce qu'il était clair pour elle qu'il 
irriverait bonne fin de cette affaire. Et cette nuit-là ils allèrent coucher 
lans un même lit, et comme ils allèrent au lit il mit son épée nue entre 
lui et elle, et il lui dit que s'il s'approchait d'elle plus près que cela, il 
'ui couperait la tête. Et ainsi étaient-ils chaque nuit lorsque vint un mes- 
iager d'Amie d'une façon inattendue une nuit dans la chambre pour 
iavoir comment il lui gardait fidélité relativement à sa femme. 

L'histoire d'Amie de l'autre côté fut d'aller sous la forme d'Amlyn vers 
a cour du roi au temps fixé comme terme entre lui et Ardric. Et très 
grande joie eut la reine quand elle le vit. El alors le traître Ardric alla 
/ers le roi et lui dit que la reine ne devait plus jamais aller dans un 
■nême lit que le roi, parce qu'elle s'était entendueavec Amlyn au sujet de 
;a fille. Et alors Amlyn parla au roi de cette manière : le plus juste 
ies rois, toi qui es accoutumé de briser l'injustice puissante, et de forti- 
lier et d'élever l'honnêteté des malheureux, je montrerai à ta seigneurie 
:iue je suis prêt aujourd'hui, par la grâce de Dieu^ à montrer qu'Ardric est 
jn traître menteur, et que la reine et sa fille sont innocentes, et cela, en 
■ne battant avec lui. Et alors le roi miséricordieux lui parla ainsi : Sei- 
gneur comte, dit-il, sois joyeux, car si Dieu te donne la victoire sur cet 
lomme-là, comme il est vraisemblable pour moi, je te donnerai Relisent 
na fille en mariage, et la principauté de Bourgogne avec elle. 
; Et le lendemain matin ils revêtirent des armes lourdes et rares, et ils 
allèrent dans la lice, en présence du roi et de l'assemblée de tout le 
'oyaume formée de fils des gentilshommes et de dames pour assister au 
:ombat. Et le matin de ce jour-là la reine et les dames du royaume 
illèrent dans les monastères et les églises prier Dieu et les saints en 
■emplissant les autels d'offrandes et de dons royaux afin que cela fût une 
orce pour le comte Amlyn. 

Et quand Amie sut clairement que le chevalier était prêt à combattre 
ivec lui, il se mit à réfléchir, et pensa ainsi dans son esprit : Malheur à 
noi, dit-il, d'être si mauvais chrétien de désirer la mort de cet honnête 



224 Kedymdeithyas Amlyn ac Amie. 

y ymlad ac ef. medylyaô awnaeth. ac ymadra6d ac ef ehun yny ved 
val hynn, Gwae vyvi heb ef vy mot i yn gyndrôc crista6n a chwen^ 
chu angheu y marchaôc géirion racko. os myui ae llad ef. pawed ygal' 
af ymwelet adu6 dyd bra6t. Os ynteu am llad ynheu. vy angklot 
gerda ardra6s y byt yn dragywyd. A g6edy y med61 h6nn6 y dywa 
ef 6rth ardric iarll yny wed honn. arglwyd iarll heb ef. ysdr6c a gyi 
ghor y6 y ti chwenych vy angheu yn gymeint ac ydwyt : ath rodi dith( : 
dy hunan ym perigyl angheu. namyn os vyndiheuraô i awney di val ' 
gelly ar vymperigyl i yn ha6d or kelwyd a dywedy di. mi a vydaf gyw 
gedymdeith yti tra v6yf vy6. Ac yna y dywa6t ardric y ennynedic 
lit achyffro 6rtha6 ual hynn. Nath gedymdeithyas nath garyat nys ray 
naf. namyn provi gôirioned arnat tr6y d6yn dy benn y ar dy gorfî. 
yna y tynga6d ardric ryweithredu o hona6 ef 6rth verch y brenhin. / 
y tyngaôd ynteu bot yn gelwyd hynny. A gôedy hynny ymgyrchu a\ 
naethant yn llidyaôc ac yn awydus ar ymlad ar deu uarch. ac erbyi' 
pryt anterth or dyd. neur daroed y amie gael y uudugolyaeth dr6y L 
penn ardric. (col. HOl) Ac yna y bu drist y iarll am golli ardric. ac 
buwyt lawen o bop parth am dianc y mackwy arall. Ac yna y rodes 
brenhin y verch yn bria6t y amie yn rith amlyn. a llawer o dir a daeai 
ac eur ac aryant ygyt a hi. achyuoeth tec arodes udu/zt yn norman' 
arlann y mor. ar kastell teckaf. A gôedy goresgyn o honaô y dir ae da 
ar ae da. adolwyn kennyat yr brenhin awnaeth am wneuthur y neiti' 
ya6r a chysgu gyt ae wreic yny wypei agaffei vn chwedyl ovy6n 
vlwydyn honno y 6rth amie y gedymdeith. a channyat a gauas yn 11 
wen y gan y brenhin ae gynghor. Ac yna yndiannot y kerdawd racd;' 
aniuer ma6r y gyt ac ef arbennic y ymwelet ac amlyn. A phan y gôel* 
amlyn ef yn dyuot ar niuer h6nn6 ygyt ac ef. ffo awnaeth o teby{| 
daruot llad amie, a brathu march aoruc amie yny ol. ac erchi idaô i 
fïoei herwyd ida6 ef kaffel y vudugolyaeth o ardric iarll. achael men^ 
y brenhin yn bria6t idaô ynteu. Ac yna y doeth amlyn attaô dr(: 
diruaôr lewenyd. adiol6ch y amie y lauur ae gywirdeb. ac aaeth par' 
allys brenhin fïreinc. Ac yna y parattoet neithyaôr vrenhinaôl. ac ' 
presswyla6d gyt ae wreic yny kastell yn normandi ar lann y mo 
agweithyeu ereill yn aluern yny gyuoeth ehun. A gôedy yspeit hir ; 
amser. yd anuones du6 keing o glafri ar amie megys na allei gyfodi i 
gwely. kanys y mab agaro du6 ef aenvyn du6 trallaôt agovit arna6. l 
ohynny allan kyn gasset vu gan obias y wreic ef ac na mynnei gwel 
gol6c arna6 yr da y byt. Ac yn vynych keissyaô a6naei y dagu. ac yn 



L'amitié d'Amis et d'Amiles. 225 

chevalier! Si c'est moi qui le tue, de quelle façon pourrai-je me rencon- 

:rer avec Dieu le jour du jugement ? Et si c'est lui qui me tue, mon 

déshonneur se répandra par le monde pour toujours. Et après cette 

-éflexion il parla ainsi au comte Ardric : Il est mal que tu aies le dessein 

je désirer ma mort au point où tu la désires, et de te mettre toi-même 

în péril de mort : car si tu veux m'innocenter, comme tu le peux aisé- 

nent dans mon danger, du mensonge que tu dis, je te serai compagnon 

idèle tant que je vivrai. Et alors Ardric, enflammé de colère et d'émo- 

ion, lui dit ainsi : Ni ton compagnonnage ni ton amitié je ne désire, 

nais prouver la vérité contre toi en séparant ta tête de ton corps. 

'. Et alors Ardric jura qu'il avait abusé de la fille du roi, et celui-ci jura 

nue c'était un mensonge. Et alors ils s'élancèrent avec colère et impé- 

uosité au combat sur leurs deux chevaux, et vers la troisième heure du 

Dur, Amie obtint la victoire en coupant la tête d'Ardric. 

: Et alors le comte fut triste de perdre Ardric, et on fut joyeux de toute 

i)art devoir échapper l'autre jeune homme. Et alors le roi donna sa fille 

n mariage à Amie sous la forme d'Amlyn, avec beaucoup de terres et 

je pays, et de l'or et de l'argent. Et il leur donna un beau territoire en 

Normandie sur le bord de la mer, et le plus beau château. Et après avoir 

onquis le pays, la terre et les biens, il demanda au roi congé pour faire 

,j noce et coucher avec sa femme, jusqu'à ce qu'il sût s'il pouvait avoir 

ouvelle en cette année d'Amie son compagnon, et le roi lui donna 

,)yeusement congé et conseil. Et il partit sans tarder, et avec lui une 

"oupe nombreuse et choisie, pour aller voir Amlyn. Et quand Amlyn le 

;it venir avec un si grand nombre avec lui, il se mit à fuir pensant 

u'Amic avait été tué, et Amie se mit à éperonner son cheval après lui 

,t à lui dire de ne pas fuir, puisqu'il avait obtenu la victoire sur le comte 

rdric, et qu'il lui avait obtenu la fille du roi en mariage. Et alors 

ralyn vint vers lui avec une grande joie, et il remercia Amie pour son 

évouement et sa fidélité et il se dirigea vers la cour du roi de France. 

t alors fut faite la noce royale, et il s'établit avec sa femme en Nor- 

andie sur le bord de la mer et d'autres fois en Alvern dans ses pos- 

!ssions. 

, Et après un long espace de temps, Dieu envoya une attaque de lèpre 
jr Amie, de sorte qu'il ne pouvait plus se lever de son lit. Car l'homme 
le Dieu aime. Dieu lui envoie peine et tribulation. Et à partir de ce 
,oment il fut tellement hai d'Obias sa femme qu'elle ne voulait plus jeter 
,1 regard sur lui pour tous les biens du monde, et souvent elle cherchait 
l'étrangler. Et alors il appela vers lui Aron et Onvur ses serviteurs, et 
leur demanda pour l'amour de Dieu de l'emmener de là loin de la dia- 



226 Kedymdeithyas Amlyn ac Amie. ! 

y gelwis ef atta6 aron ac onvur y weissyon. ac erchi udunt yr du6 
landwyaô ef odyno y 6rth (col. 1102) y dia61es aoed wreic ida6. 
chymryt yndi arwybot y ffiol arodassei y pab ida6 ae d6yn parth ach; 
tell berigan yny lie y dylyei ef vot yn arglwyd. A phandoethant ac 
dr6y diruaôr lauur parth ar kastell y kyfaruu niuer ac 6j odieithyr 
kastell. a govyn awnaethant udunt p6y y claf ydoedynt yny d6 
tu ar kastell. Sef y dywedassant 6ynteu y mae amie eu hargl6yd 
oedynt yny arwein tu ar kastell y geissyaô eu trugared am gat 
lletty ida6 yr du6. A g6edy clybot yr ymadrodyon hynny or tylw)' 
aoed wyr ida6. ac adylyynt vot yn uvyd ida6. maedu y g6eissy' 
awnaethant yn greulaôn. ae v6r6 ynteu yn amharchus yr lla6r 
kerbyt yd oed ynda6. ac erchi yr gôeissyon ual y kerynt eu hoec 
ada6 y kyfoeth ae deruyneu kyntaf ac y gellynt. neu 6ynteu 
vynnynt var6 yn diannot. Ac yna yd wyla6d amie, ac y dywa6t. D 
hollgyuoethaôc dat. y g6r yssyd pria6t idaô bot yndrugara6c. a chyt(. 
luryaô aphob govidyus. gwna vn o deupeth ami. ae rodianghev; 
dr6y drugared ym heneit. ae trugarhau 6rthyf oford arall tr6y vynd 
vudyaô. Ac yna y dywaôt ef 6rth y weissyon ac yderchis udunt 
du6 y arwein ef tu aruvein y geissyaô nerth a chyngor ygan y gôr , 
aoed bab ac ae bedydiassei' ef. A phann doethy ruveiny bulawenki, 
tennin ar marchogyon o lys ruuein ae dalyassynt 6rth vedyd. tr6y r 
tr6ydetida6 ae weissyon o v6yt adiaôt adillat yn Uawen. A g6edy y j: 
yno teir blyned ynyr ansa6d esmwythaf aallei. Ac yna ydoeth dryci 
anewyn yngymmeint ynggwlat ruuein. ac nat hanbôyllei y tat or n 
nar uam or (col. 1103) verch rac newyn athlodi. Ac yna ydyw! 
aron ac onvur 6rtha6. arglwyd hyspys y gôdost ti yr pan vu uar6 dy . 
hyt hediô. nac yr ryuel nac yr hedôch yr a vu arnam oovut na phall ■ 
sam ni yti obop ufylldaôt agwassanaeth or aallassam. weithyon ar- 
6yd. kymeint y6 y newyn ar noethi arnam ac na all6n drigyaô yg) i 
thi. a ninheu a ffo6n rac y uarwolyaeth honn parth ar lie y kaffom v ; 
adia6t y gynnal yn heneidyeu. Ac yna y disgy/znaôd ryuerthin owy'' 
ar amie, ac y dywaôt ôrthunt ual hynn. Argl6ydi gedymdeithyon hdi 
y g6yr yssyd ia6nach ymi eugal6 yndateu im noc yn weissyon. yr ' 
Uafura ga6ssa6ch 6rthyfi. ac yr du6 y g6r yssyd bara6t ydalu y baôf 
weithret da. adolwyn y6 gennyf y6ch nam adawoch yma yn vnic. nan\ 
vy arwein parth allys amlyn iarll. athrugarhau awnaethant 6rtha6. - 



\. Ms. bedyassei 



L'amitié d'Amis et d'Amiles. 227 

blesse qu'il avait pour femme, et de prendre avec lui comme signe la 
coupe que lui avait donnée le pape et de le mener du côté du château de 
Berigan où il devait être le seigneur. Et quand ils vinrent avec lui à 
grand'peine vers le château, ils rencontrèrent une troupe en dehors du 
château qui leur demanda qui était le malade qu'ils portaient vers le châ- 
teau. Et ils répondirent que c'était Amie leur seigneur qu'ils conduisaient 
vers le château, pour demander à leur compassion de lui donner logis 
Dour l'amour de Dieu. Et alors cette troupe qui était ses gens et qui 
jevait lui être obéissante, après avoir entendu ces paroles, se mit à mal- 
raiter cruellement ses serviteurs, et à le jeter lui-même sans respect en 
)as du chariot où il était. Et ils dirent aux serviteurs de quitter, s'ils 
enaient à leur vie, le pays et ses frontières le plus tôt qu'ils le pourraient, 
i moins qu'ils ne voulussent mourir sans tarder, 

' Alors Amie pleura, et il dit : Dieu, Père tout-puissant, toi qui as pour 
ïssence d'être miséricordieux et compatissant pour tout être qui souffre, 
iccorde-moi une de ces deux choses, de me donner la mort en ayant 
)itié de mon âme, ou d'avoir pitié de moi d'une autre façon en mettant 
in à mes souffrances. Et alors il s'adressa à ses serviteurs et il les pria 
)Our l'amour de Dieu de le mener vers Rome pour chercher force et 
lonseil du noble homme qui était pape et qui l'avait baptisé. Et quand il 
'int à Rome, Constantin fut joyeux, et aussi les chevaliers de la cour de 
lome qui l'avaient tenu au baptême, et il donna joyeusement à lui et à 
es serviteurs toute franchise de vivres, de boissons et de vêtements. 

Et après qu'ils étaient restés là trois ans, dans l'état le plus tranquille 
i[u'il se pouvait, il arriva disette et famine dans le pays de Rome au 
•toint que ni le père ne s'occupait de son fils, ni la mère de sa fille, à 
ause de la famine et de la misère. Et alors Aron et Onvur lui dirent : 
eigneur, tu sais clairement que depuis que ton père est mort jusqu'à 
ujourd'hui, ni en guerre, ni en paix, pour toute la peine que nous avons 
ue, nous ne t'avons manqué en toute obéissance et en tout service que 
DUS pouvions. Maintenant, seigneur, la famine et le besoin nous prés- 
ent tellement que nous ne pouvons plus rester avec toi. Et nous nous 
nfuyons de cette mortalité vers quelque endroit où nous trouverons à 
langer et à boire pour soutenir nos vies. Alors Amie laissa couler un 
)rrent de larmes et il leur parla comme suit : Seigneurs compagnons, 
it-il, vous qu'il serait plus facile à moi d'appeler des pères que des ser- 
iteurs, pour la peine que vous avez prise avec moi, pour l'amour de 
lieu qui est prêt à payer à chacun ses bonnes œuvres, je vous supplie 
ue vous ne m'abandonniez pas ici seul, mais me conduisiez du côté de 



228 Kedymdeithyas Amlyn ac Amie. 

Iand6ya6 parth allys amlyn. A phan doethant yr porth. ffustaô eu cla] 
peu awnaethant ual y g6naei gleivyon or clevyt gwahan. Ac ual 
kigleu amlyn 6ynt yny porth, erchi aoruc y vn or yssweinyeit. d6y 
b6yt yr cleivyon. a llenwi y ffiol aalwei amlyn ruuein orgôingoreu ao( 
yny llys ae d6yn udunt. a phandoeth yr ysswein yr porth. ytynna6d ; 
claf oe yscrap yffiol ynteu. a oed debic y ffiol yr iarll y erbynyeit y dia J 
yndi. Aphan doeth yr ysswein yr neuad att yr arglwyd. ac y dywaC-j 
Arglwyd heb ef. myn y kiwirdeb a dyngeis i ytt pa ny bel vot ym llaô | 
ruuein dy ffiol di. mi adyngôn yr holl seint mae hi yssyd ynlla6 r claf ; 
y porth oherwyd nat oes yn vy6 un dyn awypo gôahan y ryngtht 
(col. 1104) nac veint nac oli6. Ac yna yd erchis amlyn yr yssw( 
mynet yn ol y claf ae d6yn attaô ef. A phan doeth. govyn awnaeth 
iarll ida6 oba le pan hanoed. a ph6y oed. a pha le y kaôssei y ffiol. 
yna y dywa6t yntev y hanvot o gastell berigan ynyr almaen. arodi, 
gustennin bab ida6 y ffiol pan y bedydyassei. am hen6 pria6t y6 am;' 
ac yna yd adnabu amlyn y mae ef oed yg6r aathoed ymperigyl anghj 
drostaô, ac a baryssei ida6 gael merch y vrenhin fïreincynbriaôt. am 
net aoruc d6yla6 myn6gyl ida6 diruaôr lewenyd. Ac ot oed law 
amlyn wrthaô. seith lawenach pei gallei oed yr arglôydes. tr6y oll6n^ 
dagreu olewenyd. ad6yn ar gof awnaethant py enryded py urdas a\ 
nathoed udunt. Ac wedy wylya6 Uawer o lewenyd o bop parth. ag 
neuthur g6ely brenhina61 ida6 yn vn ystauell ac ef aorugant. ae waha 
dr6y garyat awnaethant ida6 y gymryt kystal tra vei vy6 o v6yt adi; • 
adillat dr6y barch ac enryded a charyat ef ar niuer a vynnei y gyt 
ef. ar llys ar kyvoeth 6rth y ewyllys. Ac yno y trigyaôd ef ae devwi' 
A megys ydoed nosweith ef ar iarll yn kysgu yn yr vn gwely. ar ar! 
6ydes g6edy mynet yr eglôys. yd anuones du6 raphael aghel yal6 ; 
amie, ac y dywedut 6rtha6 ual hynn. amie awyt ti yn kysgu. Sef a' 
naeth ynteu. tebygu y mae amlyn aoed yngal6 arnaô. adywedut r 
6yf argl6yd gyfeillt heb ef. Ia6n heb yr angel y g6rthebeist o herw 
y du6 dy wneuthur yngyfeillt yr engylyon or nef. ac yn eil iob a th( 
odef y amynedus b6yllic o honat tralla6t agovit. angel ydu6 6yfi yr h6 
aelwir raphael yndyuot y dangos medeginyaeth itt or clefyt yssyd arn 
kanys y mae du6 yn trugarhau 6rthyt tr6y dy (col. 1105) wedi 
kyfya6n. Arch ditheu y gennyfi oblegyt du6 y amlyn Uad y deu uab. ' 
a gwaet y veibyon dy olchi di. ac uelly ti a gefïy iechyt. Ac ym 
dywaôt amie 6rth yr angel. Nyt ef awnel du6 llad or iarll y veibyon 



L'amitié d^Amis et d'Amiles. 229 

la cour du comte Amiyn. Et ils eurent pitié de lui, et ils le menèrent 
vers la cour d'Amlyn. 
Et quand ils arrivèrent à la porte, ils se mirent à frapper leurs clap- 
I pettes, comme font les malades de la lèpre. Et comme Amlyn les enten- 
dit à la porte, il dit à un de ses serviteurs de porter de la nourriture 
t aux malades, et de remplir du meilleur vin qui était dans la maison la 

■ coupe qu'Amlyn appelait la Romaine, et de la leur porter. Et quand le 
page vint à la porte, le malade tira sa coupe de sa besace. Et semblable 
était la coupe du comte dans laquelle on lui offrait à boire. Et quand le 

'} page revint dans la salle vers son seigneur, il lui dit : Seigneur, dit-il, 

! par la fidélité que je t'ai jurée, si je n'avais dans ma main ta coupe 

romaine, je jurerais par tous les saints que c'est celle qui est entre les 

mains du lépreux à la porte ; car il n'y a personne en vie qui saurait la 

■ différence entre elles ni pour la grandeur ni pour la couleur. 

Alors Amlyn dit au page d'aller vers le lépreux et de le lui amener. Et 

quand il vint, le comte lui demanda d'où il était originaire et qui il était 

et où il avait eu la coupe. Et alors il dit qu'il était originaire du château 

de Berigan en Allemagne et que le pape Constantin lui avait donné la 

I coupe quand il l'avait baptisé et que son propre nom était Amie. Et alors 

I Amlyn reconnut que c'était celui qui avait été en danger de mort pour 

i lui, et qui lui avait fait obtenir la fille du roi de France pour femme, et 

l il l'embrassa avec une grande joie. Et si Amlyn était joyeux de cela, plus 

' joyeuse s'il était possible était la dame qui versait des larmes de joie, et 

1 ils se remémorèrent de quels honneurs et de quelles dignités ils avaient 

. été l'objet. Et après qu'on eut pleuré beaucoup de joie des deux côtés, ils 

; lui firent faire un lit royal dans la même chambre qu'eux, et ils l'invi- 

I tèrentavec affection à prendre, tant qu'il serait en vie, vivre, boire et 

i vêtement par respect, honneur et affection, lui et tous ceux qu'il voudrait 

. avoir avec lui ; et la cour et le pays étaient à sa volonté. El là il resta 

lui et ses deux serviteurs. 

Et comme ils étaient une nuit, lui et le comte, couchés dans un même 

! lit (et la dame était allée à l'église), Dieu envoya l'ange Raphaël pour 

^ appeler Amie et il lui parla ainsi : Amie, dors-tu ? Il pensa que c'était 

' Amlyn qui l'appelait, et il répondit : Non, seigneur ami, dit-il. Tu as 

bien répondu, dit l'ange, car Dieu te fait l'ami des anges du ciel, et un 

second Job et un second Tobie par le courage sérieux avec lequel tu 

: supportes peine et tribulation. Je suis l'ange de Dieu qui s'appelle Raphaël 

et je viens pour t'indiquer un remède à la maladie qui est sur toi, parce 

que Dieu prend pitié de toi par tes justes prières. Demande de par moi 

au nom de Dieu à Amlyn de tuer ses deux fils, et de te laver de leur 

Rev. Celt. IV 16 



2^0 Kedymdeithyas Amlyn ac Amie. 

iechyt ym corff i. Ac yna y dywaôt yr angel. Reit y6 heb ef wneuthur y 
hynn y mae du6 yny orchymyn. Ac ar hynny y diflannaôd yr angel. Amlyi 
iarll hagen a oed yn clybot yr ymadrodyon megys trôy y hun. a chymry 
ovyn maôr awnaeth. a gofyn y amie p6y ary uuassei yn ymdidan ac ef 
Arglwyd heb ef ny bu neb. namyn mi yn gwediaô. ac yn ymbil adu6 dro 
vympechodeu. Nac ef yrof a du6 heb yr iarll ef a vu ry6 beth yn ymdidai 
athi. ac yn gyflym kyuodi aoruc yr iarll. yedrych adaroed y neb egoi 
yr ystauell. A g6edy kafïel yr ystauell yn gaeat. yna yd erchis yr iar 
ida6 yr y gedymdeithyas ar karyat aoed y ryngthunt dywedut ida6 p6 
a vuassei yn ymdidan ac ef. Ac yna y disgynnaôd ryuerthin o wyla6 a 
amie, a dywedut 6rth yr iarll yny mod h6nn. argl6yd heb ef nyt oe 
dim anhaôs gennyf noe dywedut itt. kanys os dywedaf itt. mi a6nn n 
chaf na charyat na chedymdeithyas y gennyt vyth ohynny allan. Dygi 
ydu6 vyng kyffes heb yr iarll beth bynnac a dywettych na digyaf 6rth) 
m6y no chynt. — Raphaël angel argl6yd heb ef oblegyt du6 adoet 
attaf y erchi ymi péri itti llad dy deu uab. ac agwaet dy veibyon vyn 
golchi ynheu. a dywedut y kaff6n waret or clevyî yssyd arnaf or fïor 
honno. A g6edy clybot or iarll yr ymadraôd h6nn6. llidiaô yn va6 
aoruc. a dywedut 6rth amie. Amie heb ef pan daethost attafi dr6y dir 
ua6r lewenyd yth erbynneis. vi am gôreic am niuer. ac yr hynny h] 
hediô. (col. 1106) vyntylwyth amda auu gynbarottet itt ac y minne 
dr6y enryded a phareh a charyat. cam awnaut ti bot yn gymeint d 
greulonder ath ennwired di yn glaf gwahan ual ydôyt. ac ystyaô dr6 
dy gelwyd keissyaô llad vym meibyon. athalu dr6c im dros vyn da ai 
enryded itt. Ac yna tr6y wyla6 y dywaôt amie. Argl6yd heb ef medyly 
y mae vyngkymell awnaethost i dyôedut hynn itt. Ac 6rth hynny } 
du6 ac yr dy uoned yd archaf itt nadickyyeh 6rthyf yn gymeint ai 
gyrru oth lys. oherwyd ny 6nn pa le yd af om gyrry. ac na eheissy; 
vinheu ohedi6 allan vyth yth lys dym amgen noc y reidus arall. N 
yrraf yrofi adu6 heb yr iarll tra vych vy6 kymeint ac aedeweis 
yti mi ae kywiraf. namyn erchi awnaf itt yr y vra6doryaeth ysprydaôi 
yssyd y rom. ac yr yfîyd yssyd itt 6rth du6 dywedut ymi yn dige! 
wyd a vu ohir dyuot yr angel attat yny mod y dywedy di. argl6yd he 
yr amie herwyd ual ymae g6ir hynny y kaffôyf waret gan du6 yi 
heneit. ae ym corff or cleuyt h6nn. Ac yna y disgynnaôd wyla6 ; 



It looks in the ms. like ysrrydaGl. 



Vamitié d^Amis et d^Amiks. 2 3 1 

sang ; et ainsi tu obtiendras santé. Et alors Amie dit à l'ange : Dieu ne 
fera pas tuer ses fils au comte pour ma santé à moi. Et l'ange lui répon- 
dit : Il faut, dit-il, faire ce que Dieu t'ordonne. Et après cela l'ange 
disparut. 

Le comte Amlyn cependant entendait ces paroles comme dans un 
rêve, et il prit grand'peur, et il demanda à Amie qui avait été en con- 
versation avec lui. Seigneur^ dit-il, il n'y avait que moi qui priais et 
implorais Dieu pour mes péchés. Non! par moi et par Dieu, dit le comte, 
il y a eu quelqu'un à converser avec toi ; et aussitôt le comte se releva 
pour voir s'il était arrivé à quelqu'un d'ouvrir la chambre. Et après avoir 
vu que la chambre était fermée, le comte lui demanda pour l'affection et 
l'amitié qui étaient entre eux de lui dire qui avait conversé avec lui. Et 
alors Amie laissa couler un torrent de larmes, et il parla ainsi au comte : 
Seigneur, dit-il, il n'est pas chose plus difficile à moi que de te le dire, 
parce que si je te le dis, je sais que je n'aurai plus ni amitié ni affection 
de toi à partir de ce moment. Je donne ma foi à Dieu, dit le comte, que, 
quoi que tu dises, je ne t'en voudrai pas plus qu'auparavant. Seigneur, 
dit-il, l'ange Raphaël par l'ordre de Dieu est venu vers moi pour me dire 
de te faire tuer tes deux fils et de me laver de leur sang, et il a dit que 
de cette manière j'obtiendrais guérison de la maladie que j'ai. Après 
avoir entendu ce discours le comte s'irrita grandement et dit à Amie : 
Amie, dit-il, quand tu es venu à moi, je t'ai reçu avec une grande allé- 
gresse, moi, ma femme et mon monde. Et depuis ce temps jusqu'à 
aujourd'hui mes gens et mes biens ont été à ton service aussi bien qu'au 
mien par estime et par amitié. Tu as mal fait d'avoir tant de méchanceté 
et de déloyauté, lépreux comme tu es, et de chercher par ton mensonge 
à tuer mes fils et à me rendre le mal pour le bien et l'honneur que je 
t'ai faits. Et alors Amie dit en pleurant : Seigneur, dit-il, pense que tu 
m'as forcé à dire cela. Et après cela au nom de Dieu et de ta noblesse, 
je te supplie de ne pas t'irriter contre moi au point de me chasser de ta 
cour, parce que je ne saurai pas où aller si tu me chasses, et à partir de 
ce jour je ne chercherai plus rien autre dans ta cour que les choses 
nécessaires. Je ne te chasserai pas, par moi et par Dieu, tant que tu seras 
vivant, autant fidèle que je me suis conservé à toi. Mais je te prie par la 
fraternité spirituelle qui est entre nous et par la foi que tu as en Dieu, 
de me dire sans détour si l'ange est bien venu à toi de la façon que tu 
dis. Seigneur, dit Amie, comme ceci est vrai, j'obtiendrais de Dieu gué- 
rison de cette maladie pour mon âme et pour mon corps. Et alors les 
larmes coulèrent d'Amlyn, et il se mit à penser et à se parler à lui-même 
ainsi : si celui-ci a été prêt à souffrir la mort pour moi, comment moi 



2 J2 Kedymdeithyas Amlyn ac Amie. 

amlyn a medylyaô aoruc. adywedut 6rtha6 ehun ual hynn. Os y g6r racco 
a vu baraôt y odef angheu drossofi. paham na ladaf vinheu vy meibyon 
yr y garyat ef. Os ef a vu kynngywiret a chad6 116 ac aruoll. ae vot yn 
baraôt y odef angheu drossofi. paham na bydaf inheu kyngywiret yny 
gyueir ynteu. Medylyaô heuyt adylyafi yr vream benn ffyd kaffel clôt 
tragywydaôl oacha6s y gywirdeb ae vfylldaôt y lad y vab o arch yr 
angel. Medylyaô heuyt adylyaf ymae dr6y ffyd a chywirdeb herôyd y 
dyweit yr yscruthur lan y kafas y seint teyrnas nef. Medylyaô heuyt a 
dylyaf bot du6 yn yr yscruthur lan yn dywedut (col. 1 107) beth bynnac a 
vynnych di y wneuthur oth gymydaôc it. gwna ditheu idaô ynteu. A gwedy ^ 
medylyaô ohonaô ykywirdeb ar urdas awnathoed amie idaô kyrchu' 
awnaeth parth ar gwely ydoed y veibyon yn kysgu yndaô. A dywedut 
ôrthaô ehunan ual hynn. pôy a gigleu nac a welas eiryoet tat a ladei y 
veibyon oe gôbyl vod. hediô allan ny ellir vyng galô yntat yôch. 
namyn yn vurnôr creulaôn. ac yn gynllôynôr enwiraf or gôyr. A chan' 
dagreu eu tat yn wylaô y gwlychaôd eu dillat ac eu hwynebeu. a dyhu-l 
naô awnaethant ac edrych yn wyneb eu tat. a chwerthin aoruc yrhynal! 
onadunt. nyt oed vôy y oet no theirblôyd. arglôydi ueibyon aôchôerthin' 
adrossir yn wylya. ac aôch llewenyd yn dristit. o achaôs bot aôch creu- 
laôn dat yn baraôt ydangos y mae nessaf kymodaôc yôch yô angheu. ac 
ar y geir hônnô llad eu penneu aônaeth. ac erbynneit ev gwaet ymyôr 
kaôc aryant aoruc. ac adaô eu kyrff yny gôely . a chyweiryaô dillat arnunt, 
ynvnansaôd aphei beynt yn kysgu. a dyuot awnaeth racdaôyn lie ydoec 
amie, agolchi y holl gorff awnaeth o wartha y benn hyt yngwadneu ) 
draet. a dywedut ual hynn. Arglôyd iessu grist y gôr yssyd yn erchi )' 
bop dyn bot yn drugaraôc ôrth y gilyd. y gôr yssyd vedeginyaeth yr clei- 
fyon. ae lleuuer yr deillyon. a llewenyd yr dynyon trist. yr dy diruaôi 
drugared. lâcha amie vyng kywir gedymdeith or clevyt yssyd arnaô. V 
gôr ny russeis i ollông gwaet vymeibyon yr y garyat ef. Ac wedy y wed 
honno yn diannot y bu gyn iachet ef ac nat oed yn vyô yn dyn a vei iachacl 
noc ef. ac yna y bu lewenyd (col. 1108) maôr yny llys drôy diolôch ]; 
duô ny phalla vyth yr neb aobeithyo ôrthaô drôy gywirdeb, Ac arnei 
gôiscaô gôisc vn ryô a gôisc y iarll awnaethpôyt ymdanaô. a rayne 
parth ar eglôys y diolôch y duô wneuthur yrdunt beth kymeinta hynny , 
ac nyt oed yn vyô yn dyn awypei wahan y rông yr iarll ac amie rac er 
tebycket. A phan doethant parth ar eglôys. y dechreuassant clych y 
eglôys canu ehunein. Agôedy clybot y chwedyl yny dref y doeth pob dyi 



L'amitié d'Amis et d'Amiles. 2^5 

ne tuerais-je pas mes fils par amitié pour lui ? S'il a été assez dévoué 
pour garder sa parole et son serment et pour être prêt à souffrir la mort 
pour moi, comment moi ne serais-je pas aussi dévoué à son égard ? Je 
dois aussi considérer qu'Abraham, chef de la foi, a obtenu une gloire 
immortelle par son dévouement et son obéissance à tuer son fils sur 
l'ordre de l'ange. Je dois aussi penser que c'est par la foi et le dévoue- 
ment, selon ce que dit l'Écriture sainte, que les saints ont obtenu le 
royaume du ciel. Je dois aussi penser que Dieu dit dans l'Écriture sainte: 
ce que tu désires que ton voisin te fasse, fais-le, toi, à lui-même. Et 
après avoir pensé au dévouement et à l'honneur dont il était redevable à 
Amie, il se dirigea vers le lit où dormaient ses fils. Et il se parla ainsi à 
lui-même : Qui a jamais ouï ou vu un père qui tuât ses fils de son 
plein gré ? A partir d'aujourd'hui on ne pourra plus m'appeler votre 
père, mais votre cruel assassin, et un traître le plus perfide des hommes. 
Et des larmes de leur père qui pleurait furent mouillés leurs vêtements 
et leurs visages et ils se réveillèrent et ils regardèrent leur père en face : 
et l'aîné d'entre eux se mit à rire ; il n'avait pas plus de trois ans. Sei- 
gneur fils, votre rire se tournera en pleurs et votre joie en tristesse, 
parce que votre cruel père est sur le point de montrer que votre plus 
prochain voisin est la mort. Et sur cette parole il coupa leurs têtes et il 
reçut leur sang dans un bassin d'argent. Et il laissa leurs corps dans le 
lit, et il arrangea leurs vêtements de telle façon que s'ils étaient à dor- 
mir. Et il alla à l'endroit où était Amie et il lava tout son corps depuis 
le sommet de la tête jusqu'aux plantes des pieds, et il parla ainsi : Sei- 
gneur Jésus-Christ, toi qui demandes à chaque homme d'être miséricor- 
dieux envers son semblable, toi qui es le remède du malade et la lumière 
des aveugles, et la joie de ceux qui sont tristes, au nom de ta très 
grande miséricorde, guéris Amie mon sincère ami de la maladie qu'il a, 
lui pour l'amitié duquel je n'ai pas hésité à verser le sang de mes fils. 
Et à l'instant après cette prière il fut si bien guéri qu'il n'y avait pas 
homme en vie qui fût plus sain que lui. 

Et alors ce fut une grande joie dans la cour à remercier Dieu qui 
n'éloigne jamais celui qui espère en lui avec sincérité. Et aussitôt on le 
revêtit de vêtements de la même espèce que ceux du comte, et on alla 
devers l'église pour remercier Dieu d'avoir tant fait pour eux. Et il 
n'y avait pas homme en vie qui sût la différence entre le comte et Amie 
à cause de leur ressem.blance. Et quand ils vinrent à l'église, les cloches 
de l'église se mirent à sonner d'elles-mêmes. Et après avoir entendu 
cette histoire, chacun, dans l'endroit, qui le pouvait, allait à l'église 
pour voir le miracle que Dieu avait fait pour le jeune homme. Et quand 



2J4 Kedymdeiiliyas Amlyn ac Amie. 

or aallei gerdet parth ar egl6ys. y edrych ar y gôynnyeith adaroed ydu6 
y wneuthur yr y was. Aphan welas yr iarlles ylldeu yndyuot yr eglwys. ny 
wydyat hi or byt p6y onadunt oed y g6r priaôt hi. Ac yna y dywaôt yr 
iarll. miui y6 amlyn heb ef. allyma amie vyngkyfeillt gwedy kael gwaret 
y gan du6. arglôyd heb hi yr y karyat yssyd y rof athi. dywet pa vod y : 
kaffat gôaret y amie, arglôydes heb ef diolchôn y du6 y g6r arodes gwaret 
ida6. ac na cheissyôn ni wybot pa ansaôd vu hynny. A g6edy g6yla6, 
llawer or dyd. abot yn bryt b6yt. y v6yta yd aethant dr6y dirua6ii 
lewenyd. ag6aha6d pa6b or auynnei v6yt adiaôt ac eur ac aryam 
agôisgoed. a diruaôr lewenyd aoed yny neuad. a phei v6yhaf vei j 
llewenyd awelei yr iarll. môyhaf y tristaei ynteu am angheu y veibyon. 
Ac yna yd erchis y iarlles duhunaô y meibyon ac eu d6yn yr neuad 
Yna y dywa6t y iarll. arglôydes gat y meibyon y gyscu digaôn. ac ar ) 
geir h6nn6 aaei ef yr ystauell. ac awylei. Aphan doeth parth ar g6el]! 
yd oed y deu vab yn g6are. a chwerthin awnaethant ual y g6elsan! 
eu tat. achreith ar vynôgyl (col. 1109) pob un onadunt ual edei, 
sidan coch yn tystolyaeth yr gôyrth awnaethoed du6 yr amie. Ac yna^j 
kymerth yr iarll y deu uab y r6ng y d6yla6. ac y duc 6ynt yr neuac; 
att eumam. Ac y dywaôt ualhynn 6rth yr iarlles. Byd lawen arglwydei 
oachaôs gôneuthur o du6 beth kymeint y rom achyuodi an meibyon i 
veir6. a ladyss6n i hediô y bore o arch raphael angel y olchi afni' 
vy//g kyfeillt ac eu gôaet. ac ual y kigleu yr iarlles yr ymadra6d h6nn6' 
kerydu yr iarll awnaeth hi yn yn v6y no meint dr6y oll6ng dagreu. an 
nas rybudyassei hi y daly y ka6c y erbynnyeit g6aet y meibyon. a 
ualygallei hi ae d6yla6 ehunan olchi amie. Argl6ydes heb yr iarll oher' 
wyd y du6 gôneuthur pyngkeu kymeint ahynn y rom ni nyt a pharableij 
gwac y dylyem ni y diolôch y du6. namyn a gôeithredoed fifrwythlaôii 
y dylyôn dalu y du6 am awnaeth hediô ac eiryoet yrom. Ac yna y rodas 
sant ovunet y du6 gwassanaethu du6 o weithredoed a diweirdeb ■ 
hynny allan. ac uelly y g6naethant tra vuant vy6. ardyd y kafas amil 
waret orclefyt aoed arnaô y bu uar6 obias y wreic o angeu deissyuyt- 
dr6y y chymryt or diefyl ae d6yn y ufFern yn gorfïoraôl. Ag6edy rifec 
bychan o dieuoed or amser h6nn3 y kerdaôt amie a llu ma6r ganthaô 
varehogyon a phedyt parth a chastell berigan. ac y bu yn ymlad ar kasj 
tell yn y cafas. A gwedy kaflfel y kastell a budugolyaeth ar y alon. ' 
rodes madeueint a chymmot y ba6p or avuassynt yny erbyn. ac ercl 



L'amitié d'Amis et d'Amiles. 2 j j 

, la comtesse les vit tous deux venir à l'église, elle ne savait au monde 

■ lequel des deux était son mari. Et alors le comte dit : c'est moi qui 

suis Amlyn, dit-il, et voici Amie mon ami qui a obtenu guérison de Dieu. 

; Seigneur, dit-elle, par l'affection qu'il y a entre moi et toi, dis-moi de 

quelle façon guérison a été obtenue à Amie. Dame, dit-il, remercions 

; Dieu qui lui a donné guérison, et ne cherchons pas à savoir de quelle 

façon fut cela. Et après avoir passé une grande partie du jour en fêtes, 

comme il était l'heure du repas, ils allèrent dîner en grande allégresse, 

I et on offrit à qui le voulait vivre, boire, or, argent et vêtements, et il y 

, avait grande joie dans la salle. 

I Et plus grande était la joie à laquelle assistait le comte, plus grande 
I était sa tristesse à cause de la mort de ses fils. Et alors la comtesse 
demanda qu'on éveillât ses fils et qu'on les menât dans la salle. Alors le 
: comte dit : Dame, laisse les enfants dormir leur content. Et sur cette 
I parole il alla lui-même dans la chambre et il pleurait. Et quand il arriva 
: au lit, les deux enfants étaient à jouer, et ils se mirent à rire en voyant 
leur père. Et autour du cou chacun d'eux avait comme un fil de soie 
1 rouge en témoignage du miracle que Dieu avait fait à Amie. Et alors le 
: comte prit ses fils entre ses bras, et il les mena dans la salle vers leur 
mère. Et il parla ainsi à la comtesse : Sois joyeuse, dame, de ce que 
1 Dieu a fait pour nous au point de ressusciter nos enfants des morts. Je 
les avais tués aujourd'hui ce matin par ordre de l'ange Raphaël pour 
i laver Amie mon ami de leur sang. Et comme la comtesse entendit ces 
paroles, elle se mit à faire des reproches au comte plus que grandement 
: en versant des larmes de ce qu'il ne l'avait pas appelée pour tenir le 
I bassin où était reçu le sang de ses fils, et comme elle aurait pu elle- 
même de ses mains laver Amie. Dame, dit le comte, puisque Dieu a fait 
: de si grandes choses pour nous, ce n'est pas avec de vaines paroles que 
nous devons le remercier. Mais c'est par des actes efficaces que nous 
: devons payer à Dieu ce qu'il a fait pour nous aujourd'hui et toujours, et 
alors ils firent vœu à Dieu de le servir par leurs oeuvres et leur chasteté 
I à partir de ce jour. Et ainsi firent-ils tant qu'ils furent en vie. Et le jour 
qu'Amie obtint guérison de la maladie qu'il avait, Obias sa femme mou- 
rut d'une mort soudaine : les diables la prirent et l'emportèrent corporel- 
lement en enfer. 

Et après un petit nombre de jours de ce temps-là. Amie, et avec lui 
une grande armée de chevaliers et d'hommes à pied, marcha vers le 
château de Berigan, et il combattit avec le château jusqu'à ce qu'il s'en 
emparât. Et après avoir pris le château et obtenu la victoire sur ses 
ennemis, il accorda pardon et paix à chacun de ceux qui avaient été 



2^6 Kedymdeithyas Amlyn ac Amie. 

aoruc y du6 y vadeu udunt. ag6edy kymot ae wyr y bu yn gôledychu 
y/i eu plith dr6y hed6ch yspeit o amser ar mab hynaf i amlyn y gyt ac 
ef. ac yn yswein ida6. ac o hynny allan y gwassa(col. 1110) naethaôd 
ef du6 dr6y gywirdeb tra vu vy6. a g6edy kaffel y gyfoeth a iechyt 
corff ac eneit achaffel y byt 6rth y ewyllys. yd anuones adrian bab ym- 
penn rifedi bychan o dieuoed or amser h6nn6 vn or kardinalyeit att 
chyarlys brenhin ffreinc yngkôyn rac desider brenhin lômbardi. y g6r 
aoed yn ymlad ar egl6ys ac yny dreissyaô ynteu am y wyr ae vreint. 
g6edy gwahaôd atta6 milyoed o sarassinnyeit ac Idewon y ymlad ar 
cristonogyon. ac adolwyn ida6 ynteu herôyd y vot ef yn vlodeu yr mar- 
chogyon ar brenhined. ac yn gledyf yr gristonogaeth. anuon nerth owyr 
a meirch gyt ar kardinal ydial ar yr ysgymmunyon sarassinyeit. ac ar 
yr ysgymun vrewhin aoed yneu kanmaôl yr amarch ar sarhaet ydoedynt 
yny wneuthur yr cristonogyon. dros vot y g6r da aoed bab yny rydhau 
oc eu pechodeu. y neb a vynnei oe g6byl vod mynet yr lluyd h6nn6. a 
phan doeth y kardinal ar negesseu hynny ganthaô. ydoed chyarlys yny 
dref aelwir theodothyon. a g6edy gôneuthur or g6r da aoed gardinal 
aelwit pedyr y negesseu yn dr6yadyl. yd anuones y brenhin trugara6c 
yn diohir Uythyr att desider vrenhin 16mbardi y erchi ida6 oll6ng oe 
oresgyn ytir ar trefyd adugassei y dreis yar y gristonogaeth. apheidya6 
aryuelu ar y pab dr6y gymryt y ganthaô pedeir arhugeint o bunnoed 
eur. Adim nys gwnaeth desider yr Uythyr y brenhin. nac yr yrodyon. 
namyn y ysgaelussaô ae dirmygu yn gymeint acheissyaô llad y kenna- 
deu adoethent ar Uythyr atta6. agwedy g6elet or brenhin' trugara6c 
nawaredei ida6 medalhau kallon y brenhin creulaôn dr6y dec a hegar- 
6ch. kynnullaô 116yrwys o ieirll abarwneit a marchogyon. ac archesgyb 
ac esgyb ac abadeu. am benn lômbardi (col. 1111) Ac yna y kymerth 
yr anrydedus dat albin escob assô^. y g6r aoed wahanreda61 glot ida6 
dros y byt oe santolyaeth aedoethineb niuer ma6r o lu ffreinc y gyt ac 
ef. achyrchu y mynyd aelwit ffmen J y lie yd oed y kastell kadarnhaf 
ydoed yr ysgymunedic vrenhin ynda6. ar brenhin or tu arall yr mynyd. 
aachubaôd y dinas aelwit clusas. yny lie yd oed clo achedernit holl 16m- 
bardi. ac aymlada6d ar dref. a g6edy clybot o desider hynny. Disgynnv! 
aor/ic ohyt nos ambenn y kastell. ae lenwi o v6ytadia6tag6yr a meirch. 
athrigyaô yno awnaeth ynteu y amdiffyn y gastell yn wra61. A thran- 

i, Ms. brinhin 

2. assiv est sous la plume du scribe une corruption, d'origine probablement graphique, 
du mot anjoii qu'il aura trouvé écrit lîiou ou àfioii. On peut comparer le nom d'homme 
français Roger écrit Rosser dans l'histoire de Gruffudd ab Cynan {Myvyrian Archaiology' 
o/ Waks, Gee's éd., p. 728, a). 

}. Le scribe gallois a pris pour F l'S initial de Mons Sinensis. 



L'amitié d'Amis et d'Amiles. 237 

contre lui, et il demanda à Dieu de leur pardonner. Et après sa paix 
avec ses gens il régna au milieu d'eux en paix un espace de temps. Et 
le fils aîné d'Amlyn était avec lui et était son page ; et à partir de ce 
moment il servit Dieu avec fidélité tant qu'il fut en vie. 

Et après qu'il avait obtenu ses terres et la santé du corps et de l'âme 
et qu'il avait le monde à sa volonté, le pape Adrien, au bout d'un petit 
nombre de jours de ce temps-là, envoya un des cardinaux vers Charle- 
magne, roi de France, pour se plaindre de Didier, roi de Lombardie, 
qui combattait contre l'église, et qui l'opprimait, lui, dans ses hommes 
et dans ses privilèges, après avoir fait venir des milliers de Sarazins et 
de Juifs pour combattre les Chrétiens. Et il le priait, puisqu'il était la 
fleur des chevaliers et des rois et l'épée de la chrétienté, d'envoyer une 
force d'hommes et de chevaux avec le cardinal pour se venger de ces 
Sarrazins excommuniés, et pour excommunier le roi qui leur conseillait 
l'outrage et l'insulte qu'ils faisaient aux chrétiens; et parce que le noble 
homme qui était pape relevait de ses péchés quiconque voudrait de son 
olein gré aller dans cette armée. 

Et lorsque le cardinal vint avec ce message, Charles était dans la ville 
qui s'appelle Thionville. Et après que le noble homme qui était cardinal 
qu'on appelait Pierre eut fait promptement son message, le roi miséricor- 
dieux envoya sans tarder une lettre à Didier, roi de Lombardie, pour lui 
demander de cesser son oppression sur la terre et les villes qu'il avait 
prises par force de sur la chrétienté, et de cesser de faire la guerre au 
pape, en recevant de lui vingt-quatre livres d'or. Et Didier ne fit rien de 
la lettre du roi, non plus des présents, que les dédaigner et les mépriser 
au point de chercher à tuer les messagers qui étaient venus avec la lettre. 
Et quand le roi miséricordieux vit qu'il ne réussissait pas à adoucir le . 
cœur du roi cruel par la paix et l'amitié, il convoqua une assemblée de 
comtes, et de barons, et de chevaliers, et d'archevêques, et d'évêques, 
et d'abbés au sujet de la Lombardie. 

Et alors l'honorable père Albin, évêque d'Anjou, qui avait une grande 
gloire par le monde entier pour sa sainteté et sa sagesse, prit une grande 
partie de l'armée de France avec lui ; il se dirigea vers le mont qu'on 
appelle Cenis, là où était le château le plus fort, et le roi excommunié 
était dedans. Et le roi de l'autre côté de la montagne occupa la ville 
qu'on appelle Cluses, en un endroit qui était le nœud et la force de toute 
la Lombardie, et on se battit avec la ville. Et après qu'on eut appris de 
Didier qu'il avait pris possession du château pendant la nuit, qu'il l'avait 
rempli de vivres, de boissons, d'hommes et de chevaux, et qu'il y restait, 
lui, pour défendre courageusement le château, le lendemain matin, 



2^8 Kedymdeithyas Amlyn ac Amie. 

noeth y bore g6edy clybot o chyarlymaen hynny. ydanuones kennadeu 
arbennic att desider y erchi ida6 wneuthur ia6n dros y cam awnathoed ; 
yr eglwys ar gristonogaeth. Ac or bu ua6r a/zmarch y kennadeu kyntaf: 
adathoedynt ar Uythyreu atta6. m6y ynda vu ar y kennadev hynny. 
agôedy g6elet or brenhin nawaredei ida6 ost6ng ryvic desider nac yv 
caryat nac yr kedymdeithyasnacyr kynnicgôystlon idaô. Erchi awnaeth 
ef ydu6 rodi nerth idaô ydial y draha ae sarhaet ydoed desider yny 
wneuthur yr eglwys. ar nos honno am hanner nos yd anuones du6 bra6 
ac ovyn ym plith llu desider. yn gymeint ac nat oed yr vn onadunt a 
arhoei y gilyd yn ffo. namyn ada6 eu kasteli ac eu pebylleu. ac eu heui; 
ac eu haryant ac eu meirch y ba6p or a vynnei eu kymryt. Ac yna y ffoej; 
desider a niuer bychan y gyt ac ef yr dref a elwit campania. achadarn- 
hau ydref awnaethant arnadunt yn ffeuedic ac ymlad yn wra61. a g6ed} 
gwelet desider na allei gad6 y dref arna6. erchi awnaeth ef y vrenhir 
fifreinc kyngreir tra vei yn gwisgaô ym danaô ef aelu. y rodi kat ai' 
uaes yr brenhi/z. a hynny a vu lawen gan chyarlymaen. Acyna y gelwiii 
attaô y lu. ac yd erchis (col. 1112) y amlyn ac amie reoliy lu.achwei] 
rya6 y gadoed. a rybudyaô pa6b y vot yn bara6t y ymlad a desider. ac 
y dial eu gwaet o herwyd nat oed le y kiliynt odyna. Yd oed haget: 
y gyt ac ef deudeckat o gadoed, ac ym pob kat ohynny. chwegwyj 
athrugeint achwechant achwemil. owyr a meirch heb pedydkant. nyj 
oed haôd eu rifaô rac eu hamlet. agwedy y baôp onadunt reoli ei 
kadoed ac eu dysgu. Gostông helymeu aorugant obop parth. ac yn 
gyrchu yn Uidiaôc dr6y dodi ga6r ual y clywit llawer o villtiryoet 
odyno yn egori ac yn rwygaô gan y g6yr yn annoc. ar meirch yi' 
gôeryru. ar peleidyr yntorri. ar cledyfeu yn seinyaô ar yr helmeu. ai 
brein yn greu uch benn y kalaned. a gôedy eu bot teir nos a thri dieii 
heb na dia6t yn ymffust yny wed honno. heb uot yn nés y vrenhiij 
ffreinc kael y vudugolyaeth. dynessau yny wersyll tu ar vrwydy| 
aoruc. ac amie ygyt ac ef. alleng owyr a meirch o dewisswyr y gyt a ' 
6ynt. ac yna o newyd yd annoges y wyr y ymlad. ac erchi awnaeti 
udunt yr karyat y g6r a diodefassei angheu dros bopyl adaf gwneuthu 
vn odeupeth. ae ymlad yn wychyr dr6y vot yn baraôt y odef angheu y 
keissyaô budugolyaeth. ac na delynt nés no hynny yr vrôydyr. ony bej 
gymeint eu karyat ar du6. ac eubot yn baraôt y odef angheu drostaô. O] 
bel reit udunt. Medylya6 arglwydi vrodyr adyly6ch pôybynnac aodef 



L'amitié d'Amis et d'Amiles. 2^9 

Charlemagne, après avoir appris cela, envoya des messagers extraordi- 
naires à Didier pour lui demander de réparer le tort qu'il avait fait à 
l'église et à la chrétienté. Et s'il avait été fait grand déshonneur aux pre- 
miers messagers qui étaient venus le trouver avec des lettres, plus grand 
encore fut-il fait à ces messagers-ci. 

Et après que le roi vit qu'il ne réussissait pas à abaisser la présomp- 
tion de Didier, ni par l'affection, ni par l'amitié, ni par une offre d'otages, 
il demanda à Dieu de lui prêter force pour venger le tort et l'outrage que 
Didier faisait à l'église. Et cette nuit-là, au milieu de la nuit, Dieu 
envoya panique et terreur au milieu de l'armée de Didier, au point qu'il 
n'y avait pas un d'entre eux qui arrêtât son compagnon dans sa fuite ; 
mais ils laissèrent leur château et leurs tentes et leur or et leur argent et 
leurs chevaux, à qui voulait les prendre. Et alors s'enfuit Didier, et un 
petit nombre avec lui, à la ville qui s'appelait Campania, et ils fortifièrent 
la ville de façon à s'y tenir, et ils combattirent courageusement. Et après 
que Didier vit qu'il ne pouvait garder la ville, il demanda au roi de 
France une trêve pendant qu'il serait à s'armer lui et ses troupes pour 
donner bataille au roi en campagne, et de cela fut joyeux Charlemagne; 
et alors il appela son armée et il demanda à Amlyn et Amie de disposer 
son armée et d'entraîner les bataillons et d'engager chacun à être prêt à 
se battre avec Didier et à venger leur sang parce qu'il n'y avait pas 
d'endroit où ils pussent fuir de là. Il avait cependant avec lui douze 
bataillons et dans chaque bataillon six mille six cent soixante-six hommes 
et chevaux sans les troupes à pied; il n'était pas facile de les compter 
à cause de leur grand nombre. Et après que chacun d'eux eut orga- 
nisé et instruit ses bataillons, ils baissèrent leurs heaumes de toutes 
parts, et ils se chargèrent avec rage, en répandant une clameur qui fut 
entendue à beaucoup de lieues de là, clameur qui sortait et qui retentis- 
sait des hommes s'excitant et des chevaux hennissant et des lances se 
brisant et des épées résonnant sur des heaumes et des corbeaux se ras- 
semblant au-dessus des cadavres. Et après être resté trois jours et trois 
nuits sans [manger] ni boire à se battre de cette façon, sans que le roi 
de France fût près d'obtenir la victoire, il s'approcha dans le camp du 
côté du combat, et Amie avec lui, et une troupe d'hommes et de che- 
vaux et d'hommes d'élite avec eux. Et là de nouveau il excita ses 
hommes au combat et il les pria pour l'amour de celui qui avait souffert 
la mort pour la race d'Adam de faire une des deux choses : ou de com- 
battre dans la bataille en étant prêt à souffrir la mort pour obtenir la 
victoire ou qu'ils ne devaient pas s'approcher davantage de la bataille, 
si leur amour pour Dieu et leur disposition à souffrir la mort pour lui 



240 Kedymdeithyas Amlyn ac Amie. 

angheu yny vr6ydyr honn. y byd yn llewenyd teyrnas nef kynn oeri 
waet. a g6edy kynghori ywyr aphregelhu udunt yny wed honno. j 
diohir amlyn ac amie ual deu le6 newynaôc ymplith man ysgrybyl. 
gyrchassant ygat yd oed desider yndi. ac ae tyllassant. (col. 1113) j 
a ladyssant y gôyr ar meirch bop parth udunt hyt nat oed na g6r r' 
march alauassei eu haros. A gôedy gôelet odesider y deu uack6yj: 
gwasgaru ygadoed. ac yn g6are yn eu plith ual bleidyeu ymplith s6i| 
deueit. colli y gallon awnaeth ynteu affo ef ar meint a dihangyssei ( 
niuer. parth ar lie aelwir yr a6r honn mar6olyaeth. ac aelwit y coet te 
A gbedy y dyuot ef yno pregethu aoruc y wyr ac eu hannoc y gad6 ' 
coet arnadunt. herwyd nat oed gastell na lie y fïoynt odyno narav 
h6nn6. ar nos honno y bu ef ae lu yno yn gorffowys heb dim orbôyt' 
nyt bara ad6fyr. A thrannoeth y bore y doeth chyarlys ae lu am eu pen 
ac yna onewyd y bu yr ymlad girat marwaôl. ac y lladwyt milioed 
bop tu. ac y gyt ar rei kyntaf y lias amlyn ac amie, y g6yr a vu w(' 
ganthunt tr6y odef angheu yr karyat du6. amynet yn gedymdeithyoHi 
lewenyd teyrnas nef. no dianc drachevyn or vr6ydyr yr byt trallod | 
drachevyn. a godef angheu periglus or diwed dr6y wahanu pob vn y6r 
ygilyd. ac achaôs na mynnassant wahanv garyat a chywir gedyr 
deithyas yn y byt yman. yr vn y6rth y gilyd onadunt. y gôahodes di 
6ynt attaô y lewenyd teyrnas nef yn yr vn amser. ac yn yr vn a6r ■ 
dyd y gyt arseint ar engylyon yngkyt lewenyd. ac achaôs y llad 
auu yno y gelwir y lie aelwit gynt y koet tec yn varwolyaeth h 
hediô. agwedy llad canmôyaf y deulu bop parth. y fïoes desider 
ychydic oelu ygyt ac ef. tu ar dref aelwit papi. a chyarlys ae lu yn 
hymlit. ac ual y doeth yr dref eau y pyrth awnaethp6yt a chadarnh 
y gaer. ac ymdiffyn yn wra61. Ac yna y rodes chyarlys ovunet na cl, 
lyei ymlad ar gaer. yny vei vn deupeth ida6 aekael y vudugolyaet 
ae ynteu aodefei angheu yno. (col. 1114) A g6edy gossot peiryann 
vlifieu a magneleu yngkylch y gaer. ymlad awnaethant yn wra61 i 
kastell. ac amdiflfyn awnaeth y tylwyth vy6n yn dilesc pei asgellyi' 
Ac vy6n hynny amser tra vu y llu yn ymlad ar gaer yd anuones 



I. Cette touchante réflexion du narrateur rappelle un sentiment analogue chez un po^ 

de notre siècle : « Aines heureuses — A qui Dieu fit cette faveur — De partir encj 

amoureuses, — De vous rejoindre sur le seuil, — L'un joyeux, l'autre à peine en deij 
— Et de finir votre misère — En vous embrassant sur la terre — Pour aller aussi 1 
après — Là-haut vous aimer à jamais!.... » A. de Musset, Simone. 



L^amitié d'Amis et d'Amiles. 241 

n'allaient pas jusque-là ; il leur fallait [choisir]. Seigneurs compagnons, 
vous devez penser que celui qui souffrira la mort dans cette bataille aura 
la joie du royaume du ciel avant que son sang refroidisse. Et après avoir 
conseillé les hommes et les avoir harangués de cette façon, sans tarder 
Amlyn et Amie, comme deux lions affamés au milieu de bêtes de somme, 
se dirigèrent sur le bataillon où était Didier, et ils le trouèrent et ils 
tuèrent hommes et chevaux de tous côtés jusqu'à ce qu'il n'y eût plus 
ni homme ni cheval qui osât les attendre. Et lorsque Didier vit les deux 
jeunes gens disperser les bataillons et jouer au milieu d'eux comme des 
loups au milieu d'un troupeau de moutons, il perdit courage et il se mit 
à fuir, lui et quiconque pouvait s'échapper de sa troupe, du côté de 
l'endroit qui s'appelle aujourd'hui la Mortalité, et qui s'appelait la Belle 
Forêt. 

\ Et après être arrivé là il se mit à haranguer ses hommes et à les 
exhorter à garder la forêt, parce qu'il n'y avait château ni lieu où ils 
pourraient fuir de là, si ce n'est celui où ils se trouvaient. Et pendant 
cette nuit il resta là lui et son armée sans rien avoir de vivres ni de 
pain ni d'eau. Et le lendemain matin Charles arriva sur eux avec son 
armée, et là de nouveau eut lieu le combat terrible, mortel. Et il fut tué 
des milliers de chaque côté. Et parmi les premiers furent tués Amlyn et 
Amie, pour lesquels il fut meilleur en souffrant la mort pour l'amour de 
pku d'entrer en compagnons dans la joie du royaume du ciel que 
d'échapper à la bataille pour rentrer dans ce monde troublé et de souf- 
frir à la fm une mort périlleuse en se séparant l'un de l'autre. Et 
comme par affection et par vraie amitié, ils n'avaient pas voulu se sépa- 
rer l'un de l'autre dans cette vie. Dieu les invita à lui dans la joie du 
royaume du ciel, en un même moment, et à la même heure du jour, 
avec les saints et les anges dans la joie'. Et à cause du carnage qui eut 
ieu là, l'endroit qui s'appelait auparavant la Belle Forêt, s'appelle jus- 
qu'aujourd'hui la Mortalité. Et après que fut tuée la plus grande partie 
ies deux armées de chaque côté, Didier s'enfuit et quelques-uns de son 
îrmée avec lui du côté de la ville qui s'appelle Pavie. Et Charles et son 
jrmée le poursuivirent. Et quand il vint à la ville, on ferma les portes 
.ît on fortifia la ville, et on la défendit courageusement. Et alors Charles 
it vœu de ne pas se retirer du combat contre la ville jusqu'à ce qu'il eût 
me de ces deux choses : ou obtenir la victoire, ou souffrir la mort là. 
ît après avoir établi des machines de catapultes et de béliers autour de 
a ville, ils se mirent à combattre courageusement contre le château, et 
■es gens qui étaient dedans se défendirent le plus vivement qu'ils pou- 
/aient. Et en ce moment pendant que l'armée était à combattre contre 



24^ Kedymdeithyas Amlyn ac Amie. 

brenhin arderchaôc yn ol hildegart vrenhines y wreic briaôt. y erchi ic 
dyuot atta6 gyntaf ac y gallei hi ae deu vab. Agôedy eudyuot y rode 
seint albin escob ass6 y g6r adaroed y du6 y ganysgaedu o santolyaetl 
ac amryuaelyon donyeu kynghor yr brenhin ar vrenhines y gladu e 
marchogyon adaroed eu llad yr karyat du6 yn eu reit. ac y wneuthi] 
urdas ac enryded am eu kyrff. ar kynghor h6nn6 a vu lawen gan ' 
brenhin. Ac yna y g6naethp6yt d6y egl6ys. vn o arch chyarlys. 3 
honn a gyssegr6yt yn enryded y seint euseb conffessor. Ar Hall arch 
vrenhines. yr honn agyssegrwyt yn enryded y bedyr ebostol. Ac yr 
yd anuonet ynol dv^y ysgrin tu amelan yny lie yd oed yr yscrine 
teccaf or byt y dodi kyrff amlyn ac amie yndunt. ac yn vn ohonunt 
cladwyt amlyn yn yr eglwys adaroed y chyssegru y bedyr. ac yr 
Hall y cladôyt corff amie, adaroed y chyssegru y seint euseb. ar marche 
gyon ereill ereill ' a gladwyt herwyd eu breint ac eu hurdas yn yr egl6y 
seu hynny dr6y enryded diruaôr. A phan gyfodet y bore drannoeti 
neur daroed ydv6 dra6sgwydya6 corff amlyn or yscrin. ae dodi } 
ysgrin amie gyt a chorff amie yn eglwys euseb yn yr vn ysgrin. Ac ; 
bot y deu gorff yn yr vn ysgrin. nyt oed gyfynghach udunt elldeu. n( 
y gorff amie ehunan kyn no hynny. Ac yna yd adnabu ba6p yn aml( 
bot du6 yndangos vot yr eneidyeuyn diymadaô ynynef oherwyd namy 
nei wahanu eu kyrff yny byt h6nn yman. A gwedy gwelet or brenhin 
gwyrth ar gwynnyeith adaroed y du6 (col. 1115) y wneuthur yr y me 
thyri hynny. Gwneuthur arôyl vrenhina61 awnaeth ynteu. a gwass. 
naeth y meirô dros eu heneidyeu deng niwarna6t arhugeint. dr6y ro 
eur ac aryant abôyt adia6t adillat y ba6p or ae mynnei yr karyat du6. 
chanysgaedu yr eglwysseu ynyrei ydaroed cladu y merthyri hyni 
odeilyngdaôt abreint athir adaear. a thra vu y brenhin ar niuer arde 
chockaf or llu yng kylch y neges honno. y bu y rann arall or llu ] 
ymlad ar gaer. Agôedy eu bot uelly. deudengmis yn ymlad ar ga 
ouaes idi. yd anuones du6 ne6yn a marwolyaeth ar desider ae lu ]; 
gymeint a goruot arnadunt ymrodi y chyarlys 6rth y ewyllys. ag6e(; 
caffel ochyarlys y vudugolyaeth a gostông y wlat. ad6yn desider vrei' 
hin yngkarchar ablodeu y deyrnas parth affreinc dr6y ada6 kyfanh 
dr6yd ma6r offeiryeit ac ysgolheigyon. a thir a renti tragywydai 
udunt yngôassanaethu du6 ynyr egl6ysseu a dywedassam ni uchot dr 
yr eneidyeu adaroed cladu eu kyrfyno. ydymchoela6d chyarlys tu aphi 



L'amitié d'Amis et d'Amiles. 24J 

la ville, le puissant roi envoya après la reine Hildegarde sa femme, pour 
lui dire de venir vers lui le plus tôt qu'elle pourrait, elle et ses deux 
fils. Et après leur arrivée, saint Albin, évêque d'Anjou, que Dieu avait 
comblé de sainteté et de dons innombrables, donna conseil au roi et à la 
reine d'ensevelir leurs chevaliers qui avaient été tués pour l'amour de 
Dieu dans leur service, et de faire honneur et gloire à leurs corps. Et le 
conseil plut au roi. Et alors on fit deux églises, une par l'ordre de Charles 
qui fut consacrée en l'honneur de saint Eusèbe, confesseur ; et l'autre 
par l'ordre de la reine qui fut consacrée en l'honneur de l'apôtre Pierre. 
Et alors on envoya après deux châsses, devers Milan où étaient les 
plus belles châsses du monde, pour y mettre les corps d'Amlyn et d'Amie. 
Et dans l'une d'elles on ensevelit Amlyn dans l'église qui était consacrée 
à Pierre, et dans l'autre on ensevelit le corps d'Amie [dans l'église] qui 
était consacrée à saint Eusèbe. Et les autres chevaliers furent ensevelis 
dans ces églises avec grand honneur suivant leurs privilèges et leur rang. 
Et quand on se leva le lendemain matin, voilà qu'il était arrivé à Dieu 
de transporter le corps d'Amlyn de sa châsse et de le mettre dans la 
châsse d'Amie, avec Amie dans l'église d'Eusèbe dans une même chasse. 
Et pour être les deux corps dans une même châsse, la châsse n'était pas 
plus étroite pour eux deux qu'elle n'était auparavant pour le corps d'Am- 
lyn lui-même. 

Et alors chacun reconnut clairement que Dieu montrait que leurs âmes 
n'étaient pas séparées dans le ciel, puisqu'il ne voulait pas séparer leurs 
corps dans ce monde-ci. Et après que le roi vit le miracle et la chose mer- 
veilleuse que Dieu avait faits à ces martyrs, il fit faire des funérailles 
, royales et fit faire un service des morts pour leurs âmes pendant trente 
Jours, tout en donnant de l'or et de l'argent et des vivres et de la bois- 
son et des vêtements à quiconque en désirait, pour l'amour de Dieu, et 
en comblant les églises dans lesquelles étaient enterrés ces martyrs de 
dignités^ de privilèges, de terres et de possessions. Et pendant que le 
roi et qu'une puissante partie de l'armée étaient à s'occuper de cette 
affaire, l'autre partie de l'armée combattait contre la ville. Et après être 
resté à combattre contre la ville de la campagne avoisinante. Dieu 
envoya famine et mortalité à Didier et à son armée au point qu'ils furent 
forcés de se rendre à Charles à sa volonté. Et après que Charles eut 
Dbtenu la victoire et soumis le pays et qu'il eut mené le roi Didier en 
orison et la fleur des chevaliers en France, en laissant des établissements 
ie prêtres et de clercs et à ceux-ci de la terre et des rentes perpétuelles 
pour servir Dieu dans les églises que nous avons dites plus haut pour les 
âmes de ceux dont les corps y étaient ensevelis, Charles retourna vers 



244 Kedymdeithyas Amlyn ac Amie. 

ris dr6y diruaôr lewenyd. adiol6ch y du6 y vudugolyaeth a rodassei ida6. 
ar gôyrth ar gôynnyeith ydoed yny wneuthur. ac y mae hedi6 heuo yi, 
amlyn ac amie, y g6yr auerthyrwyt yr karyat du6. Y dryded vl6ydyr 
achweugeint amil oed hynny or pan gymerth iessu grist gna6t o vru wy- 
ry yr arglôydes veir. y pedweryd dyd o galan ebrill. yny vlôydyn y bi 
uar6 seint bernât aoed abat ynglcleros. ar volyant ac enryded y du6 ai 
egl6ys. y g6r y bo bendigedic y en6 yn dragywydaôl poet g6ir amen 
— ac velly y teruyna kedymdeithyas amlyn ac amie. 



Paris en grande joie et il remercia Dieu de la victoire qu'il lui aval 
donnée et du miracle et de la merveille qu'il avait faits. Et il est aujour 
d'hui avec Amlyn et Amie, qui ont été martyrisés pour l'amour de Dieu 
Ce fut l'an mil six-vingts et trois après que Jésus-Christ eut pris chair dan 
le sein virginal de madame Marie, le quatrième jour des kalendes d'avr:' 
dans l'année où mourut saint Bernard qui était abbé de Clairvaux, pou; 
la gloire et l'honneur de Dieu et de l'église '. Que son nom soit éternelle 
ment béni. Ainsi soit-il ! Amen ! — Ainsi se termine l'amitié d'Amlyn ( 
Amie. I 



ADDENDA ET CORRIGENDA AUX PAGES PRÉCÉDENTES, 

P. 202, 1. 15, ajouter: theodothyon pour Thionville (Theodothionis villa). 

P. 204, 1. 31, verigan ou berigan. M. Rhys nous assure qu'il est fort diffici 
de distinguer ces deux lettres l'une de l'autre dans le ms. 

P. 212, I. I, au lieu de yGnl lire 6-jnt 

P. 220, I. 1 1, au lieu de brader lire vradGr 

P. 224, I. 10, au lieu de -j cnnynedic lire yn ennynedic j 

P. 209, ajouter à la note « Cf. Four ancient Books of Waks., éd. Skene, t. 
p. 507, et t. II, p. 9 et 329. 



I . Le scribe gallois a pris pour la date de la mort d'Amlyn et Amie ce qui était Vexpï^ 
cit de l'original, probablement latin, qu'il traduisait. Encore a-t-il commis une erre' 
dans la lecture de la date qu'il copiait : saint Bernard est mort en 1 1 n et no" en 1 12 



itho yndo, eissie rhyy beth i gyflouni'r ystyr 
^r destyn, oed, ymryd y neb syd yn i ossod 
Uan . mal : 

Ath Jod di yn losgi pob lesgdyn 

a'r ladu 

yn lyydo'r mo'r tonuyn, 
hyi a yeluch er bod y cannig, a'r rhimin yma 
chynghaned yndoy etto mae'n amherphaith, 
rann ystyr, a synnuyr . y cannig cyfanbyyl 
jd un, bump rhyyogaeîh . s. Carol, ne, 
iniid, englyn, gosîeg o'nglynion, coyyd, oydl. 
'o . beth yy cannig . Gr. cannig, a eily'r La- 
•nuyr canticû, ne rimin . a eilu'r Eidalyyr ri- 
a, nid yy dlm amgen no phob ymadroci a 
neler o eiriau cyflais, cynhonig yn gyfadas iu 
mu. E jyd ymhob cannig cyfanbyyl ami 
•nnillion mal y dangossyn rhag lay yn i dyle- 
is le . drachefn ymhob pennill e fyd dau fraich 
r hynn leïaf, yeithiau fuy megis y gyelir urth 
>plygu messurau cer4i yn fanylach . y sain 
methaf ymhob braich, a'r cysseiniaid os by- 

dant, 
[209] 



raarn, ar odldarn, perphaii. utO. idynt jou 
n ymgadyyno ai gilid, y gyntaf, o'r ordarn, 
'r gyntaf o'r odldarn, ag felly yr ail, ar ail, 
'r dryded, ar dryded os bydai gimaint . mal : 
Dihino i'n bro, a^n bron. n, b. r. 

^hui a yelych, n, b. r, ymhob un o'r dyy darn 

yn 
[22s] 



en from 

Book of 

■eserved 

first, as 

r world, 

e, and, 

)rds and 

take for 

i, Eger- 

.fitir, 3d 

ithenach, 

2tla .1. 

'dib, cf. 

r. richis 

cicarach 

>.£Y. to 

1, O'Cl.) 

rtabith, 

tairthim 

lell) .1. 

y.éXeu- 

.). The 

perhaps 

l6r, II, 

tancaid 

from 

dthe 

.airsed 



8 



244 

ris dr6y 
ar g6yrl 
amlyn z 
achweu^ 
ry yr ar 
uar6 sei 
egl6ys. 
— ac V 



Paris e 
donnée 
d'hui av 
Ce fut 1' 
le sein \ 
dans l'a 
la gloirf 
ment bt 
Amie. 



P. 2C 
P. 2C 

de distin 
P. 2. 
P. 2- 
P. 2, 
P. 2t 

p. 507, ( 



àanî, ar i hol, a elyir, odl, mal : 

Medylier am adoli 

da iaun y dyl di enu di 
Yr odl yy, i, y mhob un o'r dau fraich i'r pe 
nill hunn. 

A'r trydyd dyd yr îradoeîh ■>,} 

fru'r daear du e doeth. 
Yr odl yy, oeth, yn y dau fraich, canys ni d 
frifir mo'r cy'^einiaid^ sy oflaen y sain, yn rha 
o'r odl . heb lay hynn rhaid gyybod, fod yml 
braich saith sillaf, ne fuy, a fytho a chyngh 
ned sain royiog indo dair darn, s. rhagdai^ 
gordarn, odldarn, mal y gyelir yn y breichi. 
issod. 

Gelyn, y glyysfryn, glasfrig 

A gadel [gafel] gyfiavn. \ 

Y darn gynîaf, yu^r rhagdarn, yr ail, yy'r ('• 
darn, y dryded yy'r odldarn . diyed y rha 
darn, [heb gyfrif mo'r cy^einiaid syd oflaen 
sain diyaethaf,] a eluir rhagodl, felly diyed 
ordarn, a eluir gorodl, megis y doedassom n 

dii 
[210] 



H 



p. 9 et 329. 



I Le scribe Rallois a pris pour la date de la mort d'Amlyn et Amie ce qui était 1 «p - 
c//del'or7ginal%bablement latin, qu'il traduisait. Encore a-t-il commis une er eur 
dans la 1 aure de la date qu'il copiait : saint Bernard est mort en .1 n et non en .123. 



iiued yr oddarn, oed yr odl. 

Cuefus, bur felus, ber fach. us, us ach 

Ni allaf, haelaf, yu honn af af onn 

Araiîh, genn y fronfraiîh, fry. aith, aith. y. 
Y rhagodl, a'r orodl meun cynghaned sain a fyd 
^r un faîh . Mo . chui a doedassoeh mae,r sain 
iiyaethaf i bob darn yu i diued, maneguch bel- 
'ach beth yu sain, a phessayl amryy sain y syd? 
jr. sain a eluir^ pob bogail, a diphdong, am fod 
iîhain yn seinio, ne'n guneuthur syn perphaith 
u i pennau i hun . y lythrennau erail a elyir 
:ysseiniaid, am na ynant, na syn perphaith, na 
ùllaf, ond ynghyd ar seiniaid, me gis y gyelsom 
irth fyned îryy'r lythrennau yn yr ymdidan 
:yntaf, ynghylch iaun scrifennydiaeth. Mo . 
nae'r mod y perthir y sain ? Gr. Sain [mal y 
nae'n perthyn at y jann yma] syd nail ai 
iymlig, yntau cyfansodedig. Symlig fyd pann 
'ytho un fogail yn unig meyn sillaf, mal a, e, i, 
?y u y . ond pann yneler un syn o duy o'rhain 
meyn diphdong ei geluir sain deuplyg, mal : ae, 
B oe, 

[211] 



^aarn, ar odldarn, perphan. uta idynt Jod 
1 ymgadyyno ai gilid, y gyntaf, o'r ordarn, 
■r gyntaf o'r odldarn, ag felly yr ail, ar ail, 
r dryded, ar dryded os bydai gimaint . mal : 
Dihino i'n bro, a'n bron. n, b. r. 

hui a uelych, n, b. r, ymhob un o'r duy darn 

yn 

[22$] 



en from 
Book. of 
•eserved 
first, as 
r world, 
e, and, 
)rds and 
take for 
U Eger- 
ifitir, 3d 
ihenach, 
%tla A. 
idib, cf. 
r. richis 
cicarach 
Izy. to 
1, O'Cl.) 
rtabith, 
tairthim 
lell) . I . 
•/.éXsu- 
)). The 
perhaps 
\6r, II, 
tancaid 
from 
dthe 



244 

ris dr6y 
ar gôyrt 
amlyn t 
achweuf 
ry yr ar 
uar6 sei 
egl6ys. 
— ac \ 



Paris e 
donnée 
d'hui av 
Ce fut 1' 
le sein ^ 
dans l'a 
la gloin 
ment bi 
Amie. 



P. 2t 

P. 2C 

de distir 
P. 2- 
P. 2- 
P. 2 

P. 2C 

p. 507, e 



ce, ou yu c . ond pann fo tair bogail meiin diph- 
dong yn gyneuthur un sun, sain driphlyg i ge 
lyir, mal : iaith gyiy, gyaith, arc. Mae moi 
aral iu parthu hyynt . pan font, diphdongiaid 
ne gyfansodedig. Canys pob diphdong syd nai 
ai rhoyiog, yntau, afrouiog : tri phunc a fyt 
ymhob diphdong rouiog . y cyntaf : ni byd, fyh 
ond duy fogail yndi, yr ail bunc, hi a ryd 
rhann o'r accen, a'r sun, yn gystal i'r flaenor. 
ag i'r dylynayl, mal : au, au, ai, oe, y trydyi 
punc yu, na eil hi meun cynghaned sain, ym- 
gloi, ag ymgynghanedu ond a hi i hun. Eiîh 
y diphdong afrouiog a fyd yndi yeithiau dai , 
bogail, mal, iaith, ioed, gyaeth . a phob amse 
y dylynayl a gaiph y syn, ar accen, ganmyyi 
igyd. Mal : iar, iur, ion, iaun, guir, guiu , 
chui a yelych, nad ydyu'r, i, ne'r, y, flaeno: 
yn cael haeach o'r syn, ne o'r accen . hefyc 
yrhain meyn cynghaned sain, a allant ymgyn-, 
ghanedu yeithiau a hyynt i hun, mal : 

Suliau, a guiliau, a gyaith. iau, iau 

uel' 
[212] 



I Le scribe gallois a pris pour la date de la mort d'Amlyn et Amie ce qui était 1 «V - 
n7 de l'original! probablement latin, qu'il traduisait. Encore a-t-il ^°">";'^^ ""^^^ f/: 
dans la lecture de la date qu'il copiait : saint Bernard est mort en n n et non en .123 



II 



yeithiau a bogail symlig mal : 

A bar mayr i'r iar a roud, ar. iar 

Am Sion gyiu yu'r son y syd. ion. on. 

yeithiau erail , a diphdong rouiog mal : 

Yn uniayn, ai rhaun yn rhyd. iaun, aun, 
Bydych cofiych, uyr cyfion. ych, iych. 

Ni chyfrifir fyth meun cynghaned, mo'r flae- 
nor, meyn diphdon afroyiog mal y dangossyn 
vrth ysponi'r cynghanedion. Mo . mi a yelaf 
mae'r flaenor meyn diphdong yu'r gyntaf a'r 
'dylynayl yy'r diyaethaf, mi a dehellais hefyd, 
'na byd ond un fogail symlig, yn flaenor, ag un 
symlig aral yn dylynayl meyn diphdong ro- 
yiog . mi a ferciais hefyd meyn diphdong afro- 
yiog er na ho un amser , onid un flaenor; etto 
yeilhie e fyd duy dylynayl mal ier, ior, iaun, 
iaith. Moe^uch iaflan ferr, i dangos yn gyn- 
taf blaenorion sy meun diphdon rouiog, a pha 
dylynayl, a damyain idynt . yedi hynny un 
aral., o'r diphdong afroyiog. Canys hays fyd 
i dall meun cof, urth i gyeled, ar un olug, yn 
urdinig meyn taflan. 

[2n] 



rdarn, a'r odldarn , perphaith oed idynt fod 
n ymgadyyno ai gilid, y gyntaf, o'r ordarn, 
'r gyntaf o'r odldarn, ag felly yr ail, ar ail, 
'r dryded, ar dryded os hydai gimaint . mal : 
Dihino i'n bro, a'n bron. n, b. r. 

'hui a yelych, n, b. r, ymhob un o'r 4yy darn 

yn 



en from 
Book of 
eserved 
first, as 
r world, 
e, and, 
)rds and 
take for 
i, Eger- 
ifitir, jd 
ithenach, 
lîla A. 
idib., cf. 
r. richis 
cicarach 
Xsy. to 
1, O'Cl.) 
rtabith, 
tairthim 
lell) . I . 

y.éXsu- 
». The 
perhaps 
\6r, II, 

tancaid 
from 
d the 

.airsed 



12 



244 

ris dr6y 
ar g6yr 
amlyn ; 
achweu; 
ry yr ai 
uar6 sei 
egl6ys. 
— ac \ 



Pans e 
donnée 
d'hui a\ 

Ce fut r 

le sein ' 
dans l'a 
la gloir 
ment b 
Amie. 







a 




lau 






e 




leu 




u iun^ 


i 


mal 


eurli 




chuech 







loud 


meun diphdong 




u 

y 




duu 

lyv 

rhai 


rouiog e fyd yn 






dylynaul nail. 


,i, i un 


e 


mal 


rheir. 


ai 


dair 







rhoi 




,e, i un i a 
duy { 


mal 


aeth 
oed 




,u, i un ( a 
duy { e 


mal 


1 au 
{ euthi 




1 rhu[ 


\ romg 
( u meun 
y ,1, un \ ' 

( diphdong 


mal 


< cuy, 
1 chu- 



afrouiog mal. 



gvy 



P. 2C 

P. 2( 

de distii 
P. 2 
P. 2 
P. 2 
P. 2. 

P- 507, 



Mo . mi a yelaf yn amlug urth y daflan ud 
pessaul bogail a eil fod yn flaenor meun diphdo; 

rouie' 

[214] 



I. Le scribe gallois a pris pour la date de la mort d'Amlyn et Amie ce qm était \expl^ 
cit de l'original, probablement latin, qu'il traduisait. Encore a-t-.l commis une er eut 
dans la lecture de la date qu'il copiait : saint Bernard est mort en n n et non en 112}. 



«5 



'ouiog ; a phe^ayl dylynaul i bob blaenor . mi a 
m hefyd yrth a doeda^och, na byd meun diph- 
iong ajrouiog ond dyy fogail yn flaenor, nail 
j/, i, yntau y . ond bod i bob un o'r dyy amryu 
iylynayl, moe^ych hefyd daflan i rlain yma, 
;r I afroyiocced. Gr. I ryngo bod i chyi, mi a 
'jnaf, fyy nog a'ilyyf . mi a dechreuaf a'r diph- 
iong afroyiog y bytho y yn flaenor yndi. 



meyn diphdong 
afroyiog pann fo 
y, yn flaenor e 
fyd idi ueiîhie 





a 




gyann 


dylynaul 


e 




gyenn 


syniligs.o 


i 


mal 


gyin 


un fogail 


y 




gyynn 







gloeuon 





au 






ai 




dylynayl 


ae 




deublyg 


au 


mal 


diphdo 


ei 




ng rouiog 


eu 




mal 


ou 





gyaud 

chuain 

chyaer 

gyau 

gyeirn 

gyeuyd 

gyoydyd 



[215] 



'darn, a'r odldarn, perphaith oed idynt fod 
fi ymgadyyno ai gilid, y gyntaf, o'r ordarn, 
'r gyntaf o'r odldarn, ag felly yr ail, ar ail, 
'r dryded, ar dryded os bydai gimaint . mal : 
Dihino i'n bro, a'n bron. n, b. r. 

hui a yelych, n, b. r, ymhob un o'r dyy darn 

yn 



.en from 

Book of 

"eserved 

first, as 

r world, 

■e, and, 

)rds and 

take for 

U Eger- 

ifitir, 3d 

ithenach, 

%tla .1. 

idib^ cf. 

r. richis 

cicarach 

Xey. to 

1, O'Cl.) 

rtabith, 

fairthim 

lell) . I . 

y.éXsu- 

», The 

perhaps 

l(5r, II, 

îancaid 

from 

d the 

.airsed 



14 



244 

ris dr6y 
ar g6yr 
amlyn 
achweu 
ry yr a 
uar6 se 
egl6ys. 
— ac ^ 



Pans f 
donnée 
d'hui a: 
Ce fut I 
le sein 
dans Vi 
la gloir 
ment b 
Amie. 



P. 2' 
P. 2 

de distii 

P. 2 
P. 2 
P. 2 
P. 2 

P- 507, 



dylynaul 

synnlig 

mal 



lar 
ieruer 
mal ] ior 
iurch 
iyrchc 
ialth 



ae 




iaeth 


au 




iau 


dylynuul ^y 




iaun 


deuhlyg ei 




ieiîhy. 


ou 




ioynai 



pan fo, i, yn flae- 

nor meurt diph. 

afrouiog e fyd 

idi ueithiau 



Rhaid nodi yn gyntaf, ynghylch y diphdong ,• 
froyiog y bytho, i, yn flaenor yndi, i bod hi i • 
thiau yn duy s'ûlaf mal : diod, dial, dieithr , 
priod, guennlian, yn yrhain, nid diphd , 
eithr duy s'ûlaf yahanedig ydynt, ag felly'' 
cyfrifir huynt yrth fessuro cerd, pan fo hi \ 
diphdong, ni furir moni ond un sillaf . a liai 
fyd adnabod, pabryd y byd un sillaf pa bit 
yn duy. Canys pann, fo, i, y flaenor yn c] 

i s' 
[216] 



I Le scribe gallois a pris pour la date de la mort d'Amlyn et Amie ce qm était \apU 
c;/de l'original! probablement latin, qu'il traduisait. Encore a-t-il ,'^°"'";" ^^ p^ 
dans la lecture de la date qu'il copiait : saint Bernard est mort eni . n et non en 1 123 



15 



sun, ai lafar yn groeu, ag yn eglur, a'r accenn 
m uych i phenn, yna y byd duy sillaf, ond 
ann fytho hithau heb gael, nai syn yn eglur 
a.'r accenn, un sillaf diphdongayl, a unair oni 
i ai dylynayl. Mal : Sian, Sion, Siop. siyrl. 
ferciych hefyd ynghylch y diphdong afroyiog 
rai le bo, y, yn flaenor, y byd In yn un sillaf 
iphdongiq er bod, l, n, ne r, rhung y flaenor ai 
ylynayl mal : gunaeth, gynid, gylith, gidan, 
',uled, gyraig, gyrach, Canys lythrennau îayd 
u'r tair yma, yn ïodi megis petten heb fod, ag 
i chyfrifir mo'rhain ond yn un sillaf bob amser. 
4ae parthiad aral ar y seiniad : Canys pob 
ain syd nail ai pur, yntau amhur ; y sain bur 
l'u honno a fytho ynniued gair, heb un gy^ain 
iir / hol . beth bynnag a fo, ai symlig yntau 
iiphdong. Suliau, heno hynny dyylay. Sain 
lu honno a fytho, ynniyed gair, a chys- 
ain ar i hol, yn cyssillafu a hi, mal : mair, ar- 
lluyd, tad, mam, nos, yn y sain amhur ^ yei- 
•hiau ni byd, ond un gyssain ar ol y sain, mal : 

gyen, 
[217] 



darn, a'r odldarn, perphaith oed idynt fod 
î ymgadyyno ai gilid, y gyntaf, o'r ordarn, 
r gyntaf o'r odldarn, ag felly yr ail, ar ail, 
r dryded, ar dryded os bydai gimaint . mal : 
Dihino i'n bro, a'n bron. n, b. r. 

hyi a yelych, n, b. r, ymhob un o'r duy darn 

yn 



iJaken from 

'Book of 

preserved 

, first, as 

îrworld, 

jre, and, 

ords and 

stake for 

d, Eger- 

nfitir, 3d 

Hthenach, 

atla . I . 

xidib, cf. 

Ir. richis 

cicarach 

Xsv. to 

1, O'Cl.) 

rtabith, 

fairthim 

lell) . I . 

y.éXeu- 

.). The 

perhaps 

l6r, II, 

tancaid 

from 

d the 

.airsed 



i8 



244 • 
ris dr6y 
ar g6yr 
amlyn 
achweu 
ry yr a 
uar6 sC' 
egl6ys. 
— ac • 



Pans f 
donnée 
d'hui a> 
Ce fut 1 
le sein 
dans l'i 
la gloir 
ment b 
Amie. 



P. 2< 

P. 2' 

de distii 
P. 2 
P. 2 
P. 2 
P. 2 

P- 507, 



lyyberau . ag feUy bob amser y bytho dyi^n 
bettrus ynghylch yrhain, ystynned y gair'ts 
bod y sillaf divaethaf, yn aildiyaeîhaf, t^d 
amlug ag amhettrus y peth. Mo. beth am y ir 
yma, lythr, lythyren, lythrennau? mae,'^^ 
yn aildiyaethaf, yn y gair lythyren, ag nia u, 
yn y gair lythr oflaen yr, r, na chyaith, ; ) 
gair lythrennau. Gr. er bod y prydydiorm 
arfer doedyd lythr, etto y rhessum syd tr y 
lythyr, lythyren, lythyrennau . cnaud 'r 
cymru yn fynych dynnu lythyren berfed [^, 
yn anyedig pann fytho^r gair yn rheir. W 
yrth ganu ef a ellir canlyn hunn a fynner, h 
arfer yntau'-rhessym. Mo. Oes dim aral'iy 
nodi cynn myned ynghylch y cynghanei\i 
Gr. da oed hefyd yybod y cy^einiaid, oa\, 
gorodlig. rhagodlig. e pheth y y cy^ain da.^t 
nebog, y cy^einiaid a font yn yr odl, ar ol y il, 
a elyir cysseiniaid odlig, yn yr orodl, goroi^„ 
yn y rhagodl, rhagodlig. Mal : 

Oer dynged, y digred daU, d d H 

'^' 
[220] 



iS«s=ass?ss-5'-ss~; 



'9 



Ni chyfyd ifouydfarn. d. d. rn. 

Fy meibion, annuylion uyr. n. n. r. 

Mastr Robart, gryfdart gras. rt. rt. s. 

Isàin a fyd dau yynebog pann fytho yn rha- 
ic'ig ne'n orodlig, ne'n odlig, a hefyd yn atteb i 
^ain aral yn brost ofeun yr un braich mal : 

Ag fal unig aflonyd 
\t ,g, ynghanol y braich yn ter f y nu' r rha- 
[C; ag megis pette ynnechrau'r odldarn, yn 
ïït i'r .g. gyntaf. 

Gorau stad i Grist yduyf 
i 4, yn gy^jain ragodlig, agyn brost i'-r ,d, 
jin'r odl. 

Ni royd un i raid einnioes. 
If, ,n, ganol, yu rhagodlig, yn brost i^r ,n_, 
lyaf, a hefyd i^r ,n, ojlaen'r odl. yr ail 
a ynghylch y cynghanedion. Mo. doe- 

li aithau fell y beth yu cynghaned , a phes- 
ii bath syd arni. Gr. Cynghaned, a eluir 
us cydganed, yn ladin concenîus. Ag am 
ayd cyd, ond rhung amrafael beîhau, ni eil 
C 2 cyn- 

[221] 



'Urn, a'r odldarn, perphaith oed idynt fod 
, ymgadyyno ai gilid, y gyntaf, o'r ordarn, 
'' gyntaf o'r odldarn, ag felly yr ail, ar ail, 
'■ dryded, ar dryded os bydai gimaint . mal : 
Dihino i'n bro, a'n bron. n, b. r. 

'ui a ueluch, n, b. r, ymhob un o^r duy darn 

yn 
[225] 



s taken from 

'Book of 

preserved 

, first, as 

îr world, 

jre, and, 

ords and 

stake for 

d, Eger- 

nfitir, ^d 

nthenach, 

atla . i . 

iidib, cf. 

Ir. richis 

cicarach 

\ey. to 

1, O'Cl.) 

rtabith, 

tairthim 

iell).i. 

y.éXsu- 

.). The 

perhaps 

l6r, II, 

îancaid 

from 

d the 

.airsed 



22 



244 

ris dr6y 
ar g6yr 
amlyn 
achweu 
ry yr a 
uar6 sC' 
egl6ys. 



Paris f 
donnée 
d'hui a^ 
Ce fut 1 
le sein 
dans 1'; 
la gloir 
ment b 
Amie. 



P. 2- 
P. 2 

de disti; 
P. 2 
P. 2 
P. 2 

P. 2 

P- $07, 



Mo. dangossuch yn gyntaf y gynghaned. sa 
ag yedi hynny. dosperîhuch y gynghaned bn 

Y Cap. 3. ynghylch cynghaned 
sain royiog. 
Gr. mac duy fath ar gynghaned sain, un a e\ 
sain rouiog, a'r lai cynghaned lusg. ond ^ 
doeder cynghaned sain, yn symligaul, s, heb 
di dim i dangos i bod yn lusg, e dehellir y i 
rouiog, mal pann doeder y poedyd, ymysg g. 
guyr e dehellir, Homerus, ymysg y ladini 
Vergilius, ne pann doeder yr Abostol, e 
hellir sain paul. Mo felly dephinyduch, a 
scrifiych yn fyrr. gynghaned sain. Gr. h 
fyd i dephiny4ii, adealt, y dephinydiad, 
àall cof ar a doedais ynghylch rhagdarn, , 
darn, ag odldarn. Canys nid y y gyngk, 
sain, dim amgen, no rhagdarn, a gordarn , 
herjyn., a'r ordarn yn brost i'r odldarn, mal 
Bod hynod, yiuglod, eglyys od. od 

Yy dynnion, beilchion, y byd. on, ot, 

[224] 



'¥ 



, . Le scribe gallois a pris pour la date de la mort d'Amlyn et Am c ce qu eta, 1 «^J 
cit de l'originaf probablement latin, qu'il traduisait Encore 3-'-'' f °"^™'; J^',' '"' ! 
dans la lecture de la date qu'il copiait : saint Bernard est mort en 1 1 n et non en i .25. 



TIDINGS OF DOOMSDAY 



AN EARLY-MIDDLE-IRISH HOMILY. 



I , . ,_The following homlly. now for the first tirae nrinted 



2î 



lui a ueluch yn y braich cyntaf, mae, od , 

terfyn yr rhagdarn, a'r ordarn. [am hynny 

lent yn gynnherfyn, s. a'r un terfyn genîhynt 

iiied,] a bod, gl, o'r ordarn yn atteb i, gl, 

yr odldarn, yn yr ail braich, on, syd derfyn, 

y duy darn gyntaf : a, b, yn^r ordarn, yn 

igloi yn brost a, b, yn'r odldarn. Mo. ryyfi 

dealt yn da beth yu rhagodl, a gorodl cyn- 

fyn, s. pana fytho'r un sain bur , ne amhur 

niyed pob un o''r dyy. ond mi a jynnun gael 

ybod, ai rhaid i bob cy^ain o'r odldarn gael 

ihyfatteb yn yr ordarn, i'mgloi yn brost a hi. 

(. meun cynghaned brost, ef a eil, pob cyssain 

ciggorodlig., a rhagodlig, fod heb gy^in gy- 

jtebaul idi. am y cyÇieiniaid erail sy yn yr 

c'arn, a'r odldarn, perphaith oed idynt fod 

). ymgadyyno ai gilid, y gyntaf, o'r ordarn, 

(> gyntaf o'r odldarn, ag felly yr ail, ar ail, 

û dryded, ar dryded os bydai gimaint . mal : 

Dihino i'n bro, a'n bron. n, b. r. 

(■yi a ueluch, n, b. r, ymhob un o^r duy darn 

yn 



is taken from 

'Book of 

preserved 

, first, as 

^rworld, 

jre, and, 

ords and 

stake for 

id, Eger- 

nfitir, ^d 

nthenach, 

•atla . i . 

lidib., cf. 

Ir. richis 

cicarach 

XsY- to 

1, O'Cl.) 

rtabith, 

tairthim 

lell) .1. 

yiXeu- 

». The 

perhaps 

lôr, II, 

tancaid 

from 

d the 

MTsed 



22 



244 

ris dr6y 
ar g6yr 
amlyn 
achweu 
ry yr a 
uar6 se' 
egl6ys. 



Mo. dangossuch yn gyntaf y gynghaned sai 
ag yedi hynny. dosperthych y gynghaned bro. 

Y Cap. 3, ynghylch cynghaned 
sain roylog. 
Gr. mae dyy fath ar gynghaned sain, un a eh 
sain royiog, a'r lai cynghaned lusg. ond p 
doeder cynghaned sain, yn symligaul, s, heb c 



Paris f 
donnée 
d'hui a^ 
Ce fut 1 
le sein 
dans 1'; 
la gloir 
ment b 
Amie. 



P. 2 
P. 2 

de disti 
P. 2 
P. 2 
P. 2 
P. 2 

P- 507, 



I. Le 

CM de r 
dans la 1 



30 



gyelych uchod. Mo. mi a yelaf yrîh y siami 
a roe^och, o*y lyîhrennau syd heb gynih 
genthynî, yn y gorymyl assy, i bod nhuy : 
geisseiniaid o'r ordarn ; oni hyd yr un o^r 0,' 
dam, heb i chyfaîteb? Gr. anfynych y ci^ 
cy<^ain yn yr odldarn, odieithr y rhai odlig he\ 
chynglo. eîto yeithiau ei cair nhyythau yn co; 
mal : j 

n. t. Trech a gais fantais, dijarn ,d, yn col 
p. b. Angylion pob ton yn ty t. ,n, yn col ' 
Mo mi a ferciais fod y gyssain nessaf i'r odl. 
cael ei chynglo yn yr o'rdarn bob amser yrt 
siamlau a roessoch. a bod y nessaf oiblaen ; 
thau, ymhob sain deuglo, yn cael i chymhar\ 
ag meyn sain drichlo, y dryded gyssain oflae, 
odl, yn ymgloi ai chyjatteb, ag os byd yr 
yn anghyngclo, y bellaf diyrth yr odl a] 
mal : 1^ 

Vn phras ag oras gynt g f 

Yy saiîh iaith berphaith oth bcnn. oih. 
Guefus, bur felus, ber fach. b. r, 

Yi 



TIDINGS OF DOOMSDAY 



AN EARLY-MIDDLE-IRISH HOMILY. 



J-a 



Ihe following homily, now for the first time orinted '. 



31 



yifl nid oes yr un o'r odldarn yn coUi i chym- 
'fks. Ond yn hynn a ganai. T. Aled. 
! j Vcha dyd fyd ar foydyn 
k, r, yn yr odldarn, sy gy'^ain bellaf od- 
if.h yr odl, heb ymgynghanedu a neb. hefyd 
■w a ferciais ynghylch cy^einiaid yr ordarn, 
4 gmeth pa un a gollo i chy mares, ai'r gyn- 
îi, ai^r ail, ai'r dryded mal : 
i,l Pendefigion phryythlon phraeth. 
' Mae, l, yn colli, syd ne^af at yr orodl. 

Felly yma, D. ap. Edun. 
Melfed y y îorsed y tir 
,g,Tiiysogion, marchogion chiiyrn 
sfij cy^ain, ond, ch, syd yn y canol heb gyn- 
'4^yr un mod. 

rith. Blodeuaist nerthaist, yn ol, ,n, 
; Bellach mi a bref a ganu yrth, y dogfennau 

A roessoch, os byd bai rhybudiych fi. 

dedyyd yy'r arvyd eiriayl, 

Yn rhuyd i gelluyd e gaid. 
i W ydyy honn yn gynghaned sain da ? Canys 



'A 



is taken from 
ire 'Book of 
y, preserved 
"old, first, as 
otherworld, 
rature, and, 
h words and 

mistake for 
irpud, Eger- 
srdinfitir, ^d 
. tôithenach, 
s eatla . i . 
chtaidib, cf. 
O. Ir. richis 
ath, cicarach 

aie. XeY. to 
feoil, O'Cl.) 
rbairtabith, 

in tairthim 
fo-chell) . I . 

: cf. xéXsu- 
one ». The 
I (perhaps 
as M6r, II, 
rish tancaid 
it. act. from 

1 8, and the 

and tairsed 

: s. 



•7 



L2H] 



i 



244 

j-is dr6y ^"^ <^^ngossuch yn gynîaf y gynghanei sain 

ar gôyr ag y^ài hynny. dosperîhuch y gynghanei brost 

amlyn 

Y Cap. 3. ynghylch cynghaned 

sain roylog. 

Gr. mae dyy fath ar gynghaned sain, un a dm 

sain royiog, a'r lai cynghaned lusg. ond pa 

doeder cynghaned sain, yn symligaul, s, heb do 



achweu 
ry yr a 
uar6 se 
egl6ys. 



Paris f 

donnée 

d'hui a^ 3 S 

Ce fut 1 

^e sein amryu gy^einiaid^ yn y rhagodl, ai chj\) 

°^"^ . ' flaen yr odl : Canys yeithiau e fyd yr ur ^ 

° , geiliaid ymhob un o'r dau fann, ag amryu n 

^jjjjj. mal : Pob celluyd, caiph aflyydiant. [ 

Y mae yyd, yn y rhagodl, ag yn i chyr.j, 

etto am i hod yn y fann gyntaf yn diphr^ 

afroyiog. ag yn yr ail, yn diphdong rouiog, i 

ydynt un sain, felly hejyd am y fogail, y,^ 

yu un svn ynniued gair, ag yn ail diuaei", 

P- 2 mal : 

P. 2 

de disti ^''^ "^^'^ ^3"^ ^ ^y^y^"^- 

p. 2 Am hynny ni eil cynghaned lusg gloi fyîh i 

P- 2; ar sillaj y bytho, uy, diphdong afroniog ji 

' ^\ na chyaith, ar honno y bo, y, symlig yndi. ' 

p ,Qy , Heb tau ^rhain, mae diphdongiaid rhouiog i 

obennydgar, s. a fydant yn gobennu, ne yri- 

uedu gairie ond pann ystynncr nhuy, nés ^ 

^,-/jg I y diyaethaf, yn ail diuaethaf, yntyy a neuiûiï 

''^"^ '^ i fogail ne diphong aral. mal : au, ai, duu\\i 

duyioldeb, rhoyiayg, rhoyiougruyd, bij, 

bkidiau. rhaid rheittach, yrhain, ai cyt 

''b 
[240] 



TIDINGS OF DOOMSDAY 

AN EARLY-MIDDLE-IRISH HOMILY. 



I The following homily, now for the first time printed ', is taken from 
i pp. 31-34 of the lithographie facsimile of the Lebor na huidre 'Book of 
the Dun Cow', a ms. of the early part of the twelfth century, preserved 
lin the library ofthe Royal Irish Academy. Its value is threefold, first, as 
throwing light on the notions of the mediaeval Irish as to the other world, 
secondly, as a spécimen of a little known homiletic literature, and, 
thirdly, as the situs of a large number of rare Middle-Irish words and 
'forms. Thus in paragraph i, conifolbthalde, which seems a mistake for 
\co-molbîhaide : cf. molbhthach 'praiseworthy'; 5, îerbod {=terpud, Eger- 
jton93, fo. I. b. 1) .1. innarbad no deligud, O'Dav. 12. srdinfitir, ^d 
jpl. b-fut. passive of the verb nov^ written sraolnim. 14. tôithenach, 
jO'Reilly's taoitheannach. 17. congain chride : cf. O'Clery's eatla .1. 
|ciamhaire, congain ctiroidhe, aithrighe no déra. 20. sinechîaidib^ cf. 
' O'Ckry's sirreacht .1. truagh : riches, dat. pi. richessaib, 0. Ir. richis 
l(gl, carbo) Z^ 273, Corn, regihten gl. pruna, Br. reguez, Cath. cicarach 
l'ravenous', cirriud, cf. cirr 'comb', Rev. celt. I, 5 5. aslom an aie. ^ey. to 
ime. 21. brothgal the vapour (gai) of burning flesh [broîh .1. feoil, O'Cl.) 
22. îesmalta, cf. coneicsed-side do îesmolta andaine7 acomairbairtabith, 
LE. 21 la cin 'a drop' O'R. 23, tairîhim splendor? also in tairthim 
[ilatho LU. 1 32 and in the Félire, prol. 166. 24. tôichell (do-fo-chell) .1. 
imtheacht, O'Cl. dofoichlenn an innsi, H. 2. 16, col. 374 : cf. xéXsu- 
'6cç, callis. 25. ammàin, O'Reilly's « am/i^w adv. only, alone ». The 
following forms are noticeable ; the dat. sg. spirutu in para. 1 (perhaps 
ta mistake for spirut, but cf. dia mogha manchuine, Senchas M6r, II, 
'^,22], the \erha\ iorms tancabair, tancaibair, 5, 9, for Old-Irish tancaid 
j'venistis', for{f]acsabar-si, 18. scérait 19, 3d pi. redupl. fut. act. from 
scaraim. doraga adveniet 5,13, ragait y enient, 15, 16, 17, 18, and the 
secondary forms of the s-future rosesed (*ro-sech'sed) 2, and îairsed 
f(*tairicsed) 24. 
[ W. S. 

I . Two short extracts were published in my édition of Adamnan's Vision. 

Rev, Celt. IV I7 



246 Tidings of Doomsday. 

scéla lài brdtha inso sis.^., 

1 . Dia dobennachad nanéstidi uli. 

2. Tabrad cach ôen dib fâteith amenmain 7 ainnithim codlchra friscé- 
laib Idi brdtha . i . amalferfas incomdiu fdelîi frisnandemaib j frisnafîrénaiï 
doaittreb naflatha nemda. amal ferfas immurvo anfdelti frisnapecthachaib '■ 
frisnahanfirenaib ocaninnarba iniffernd. 

^. ISu crïst mac de bi slanicid indule domain intresperso na deachta uasl 
aschomsuthain 7 ascomfolbthaide dondathair 7 donspiruta ndem. isse rord'u 
nascelasa gair bic rianachésad dofolsigud natuaruscbdla bias do féin ill 
brdtha conanôemaib 7 conafirénaib. 7 donertad aapstal 7 adescipul [32^] 
nachasragbad torsi diachessadsom. arrofitirsium corochomacsig amse 
achesîa. 



4. Matha mac alphln sûi ebraidi indara fer déc rothog isu namuintem 
incethramad fer roscrib insoscela comdeta issé roscrib 7 rolesaig nascélaSi\ 
lathi bralha. mar rochùala abélaib amdgistrech .1. isu cofarcaib hicumn^ 
condeclais conebairt fônninnasa. 

5 . INtan doraga mac de 7 duinl inôenpersaind. cononôir 7 comiadamla 
7 aule aingil malle fris, suidfd intansin forachathair rîgda 7 forsossan 
amiadamla. 7 tinolfter andsin nahuli daine na fiadnaisi 7 dogéna andeli 
gud 7 aterbod iartain. Ordaigfid ém anôemu 7 frémi diadeis. Ordaigju 
/mmurro napecdachu 7 nahanfirenu di[a]clé. ISandsin atbéva inri doni 
fairind beti diadeis. Ticid abennachtnachu selbaid flaith mathar rofuirei 
dûib othosuch domain, ùair roba ingorta 7 doratsaid biad dam. Robd inl 
taid 7 doratsaid dig dam. Robd irrichtain aies tigi diged 7 doratsaid aigi 
dechtdam. Robdcenetach 7 doratsaid etach dam. Robd ingalur 7 tancabai 
domtorroma. Roba icnmriuch 7 tancaibair donithûaslugiid 7 domfortacht. 



6. ISandsin doberat nafiréoin infrccrasa forincomdid. Athigerna for ia\ 
cuin atchoncammdrni thn ingorta no in itaid 7 doratsam biad 7 dig dait ' 



Tidings of Doomsday . 247 

TIDINGS OF DOOMSDAY, THIS BELOW. 

1 . God to bless the hearers ail ! 

2. Let every one of them severally give his mind and his attention 
earnestly unto tidings of Doomsday, to wit, how the Lord will welcome 
the Saints and the Righteous to inhabit the heavenly kingdom, but how 
he will show sternness = to the Sinful and to the Unrighteous in banishing 
them into hell. 

3. Jésus Christ, son of David, Saviour of ail the world, the third 
Person of the high Godhead, who is co-eternal and equally to be praised 
with the Father and with the Holy Ghost, he it is that told thèse tidings 
a little while before his Passion, to set forth the appearance that he him- 
self will hâve on Doomsday, with his Saints and with his Righteous 
ones, and to strengthen his apostles and his disciples, so that sadness 
for his sutïering might not take hold of them, for he knew that the time 
of his Passion was at hand. 

4. Matthew son of Alpheus, an Hebrew sage, the twelfth man whom 
Jésus chose into his household, the fourth man who wrote the Gospel of 
the Lord, he it is that wrote and revised 2 thèse tidings of Doomsday, 
as he heard (them) from the lips of his Master, namely, Jésus, and left 
them in remembrance with the Church, and spake in this wise. 

$. When the Son of God and Man in one Person shall come with 
honour and with glory, and ail his angels along with him, then will he 
sit on his throne and on the station of his glory, and ail the human beings 
will be collected there in his présence, and he will make their division and 
their séparation thereafter. He will set in order, forsooth, his Saints and 
his Righteous ones on hisright hand ; but the sinful and the unrighteous 
hewill set in order on his left. It is then that the King will say to those 
that are on his right, « Come ye, oh blessed ones, possess my Father's 
kingdom that hath been prepared for you from the beginning of the 
world ! For I was in hunger and ye gave me food : I was in thirst and ye 
gave me drink : I was in need of a guesthouse and ye gave me hospita- 
lity: I was without raiment and ye gave me raiment : I was in sickness 
and ye came to watch me : I was in captivity and ye came to loose me 
and to help me. » 

6. It is then that the Righteous will give this answer to the Lord : 
« Oh Lord, « say they, « when saw we thee in hunger or in thirst and 

1 . Lit. make unwelcome. 

2. Lit. bettered. 



248 Tidings of Doomsday . 

Cuin atchonnarcmâr irrichtain aies tigi diged no cenetach îù 7 doraîsamar 
digidecht 7 étach duit. no cuin atconcamar ingalur no icumriuch thù 7 
tdncamdr dotfis scél 7 doîfuaslucud. 

7. ISé seo Immurro frccra dobéra incomdiu forsnafirénaib. Cachtan arse 
dorônsaith maith arnabochtaib imanmumsa isjoromsa dorônsaid. 

8. ISiaî sin ira se hernaili natrôcairi ocennaigthev indflaith nemda. 
ISiat nasé dorsi glainidi triasatic solsi inbethad suthain isindeclais. ISiatsin 
nasé cémend iarsafrescabat na ndim 7 nafiréoin dochom nimi. 

9. Atbéra incomdiu dana cid dondfairind beti diachli innathesc nacarb 
nadûathmarsa .1. donlucht ndrochomaill athoil 7 athimna. 7 ised atbéra 
friu ocacur iniffern. Scuchaiddim amallachtnachu 7 evcid isin tenid suthain 
rofdired dodiabul 7 diadrochmuintir. ùair robd ingorta 7 iniîaid j nithdrd- , 
said biad no dig dam. Robd irrichtaiit aies tigi diged 7 étaig 7 ni thard- 
said digidecht no étach dam. Robd ingalur 7 icumriuch 7 ni thancabair 
domfisscél no domthûaslucud. 



10. ISandsin doberat nahecraibdig infrecrasa f or incomdid. Athigerna 
forsiat cuin atcoT\narcmdrni ingorta. no initaid. no irrichtain aies tigi 
diged. no cen étach. no ingalur no icumriuch. 7 nadersamar timthircclit 7 
umallôit duit. 

1 1 . ISandsin dobéra incomdiu frecra f or rosom. Cachtan for se nadersaid' 
maith arnabochtaib immanmaimsea ' isforomsa nader[n]said. 

12. ISiatsin ira se nechi airegda triasa ninsaigther iffernd. Sràinfit'ir tra 
iarsin na hanfiréoin hipéin iffirn 7 isintodernam suthain ragait /mmurro 
nandim 7 nafireoin isinmbethaidh suthain doaittreb nime malle fridia cona 
ainglib triabithu sir. 

13. [^2b] Cesnaigther isinscriptùir ndim can asatarga incomdiu do\ 
fugiull brdtha. Ocus cinnas doraga ocus cia aratarga. \ 

14. Denim tra codemin^ doraga incomdiu do fugiull brdtha mardemniges' 
inrigfaith dahui niâc iese. Innas /mmurro doraga demnigid infdith cétna 7 
issed atbeir. Bid follns arse doraga incomdiu dondfugiull 7 nibdtôithenach. 

i. Facs. immanmainsea 
2. Facs. codenim 



Tidings of Doomsday . 249 

gave thee food and drink ? when saw we thee in need of a guesthouse or 
without raiment, and gave thee hospitality and raiment ? or when saw 
we thee in sickness or captivity and came to get tidings of thee and to 
loose thee ? 

7. This then is the answer that the Lord will give to the Righteous : 
« Every time, » saith he, « that ye hâve done good for the poor in my 
name, it is for me ye hâve done it. » 

8. Those then are the six kinds of mercy by which the heavenly 
kingdom is bought. They are the six glassen doors through the which 
cornes the light of eternal life into the Church. Those are the six steps 
whereby the Saints and the Righteous ascend to Heaven. 

9. Then shali the Lord give also unto them that are on his left hand 
this bitter, awful answer, to wit, to the folk that hâve not fulfilled his 
will and his commande and it is this that he shall say to them, casting them 
into hell : « Départ from me, oh cursed ones, and go ye into the ever- 
lasting fire that hath been prepared for the Devil and his evil household. 
For I was in hunger and in thirst and ye gave me not food or drink : 
I was in need of a guest-house and raiment and ye gave menothospitality 
or raiment : 1 was in sickness and captivity and ye came not to get ti- 
dings of me or to loose me. » 

1 0. It is then that the impious ones shall give this answer to the Lord : 
a Oh Lord, » say they, « when saw we (thee) in hunger, or in thirst, 
or in need of a guest-house, or without raiment, or in sickness, or in 
captivity, and rendered not attendance nor lowly service unto thee? » 

11. It is then the Lord will give an answer to them : « Every time », 
saith he, « that ye hâve not done good for the poor in my name, it is 
for me ye hâve not done it. » 

12. Those then are the six chief things through the which hell is 
attained. Thereafter then the unjust shall be hurled headlong into hell's 
pain and into the everlasting punishment, but the Saints and the Righteous 
shall go into the life everlasting to inhabit heaven along with God and 
his angels for ever and ever. 

15. It is asked in the holy scripture whence it is that the Lord will 
corne to the judgment of Doom, and how he will come, and wherefore 
he will come. 

14. From Heaven, then, certainly the Lord will come to the judg- 
ment of Doom, as certifieth the royal prophet David the son of Jesse; 
but how he will come certifieth the same prophet, and it is this that he 
saith : « It is raanifest, » saith he, « that the Lord will come to the 
judgment, and he will not be not silent. « There will be a great fire 



250 Tidings of Doomsday. 

Biaid dana tene mbr arlassad nafiadnaisi 7 ainbthini dermdr imme dicach 
leith. ISaire /mmurro doraga incomdiu donduugiiill dômes forinciniud ndoenna 
eter biu 7 marbu. mar atbeir inrigfaith cetna. Tinolfaiter arse muinter 
nime 7 ?a/man hifiadnaisi inchomded illô brdtha. 

15. ISdemin dana condingniter cethri budni don chin[i]ud dôenda illô 
bratha. Buden ém dib dogentar dômes 7 ragait aithle ammessa dochom péné 
7 tôder(nà]ma. Isfriuside atbéra incomdiu innaiîhesc naduaîhmarso ocanin- 
narba uad. Scuchaid dim amallachtnachu isintenid suthain rojaired dodia- 
bul 7 diadrochmuintir. isiatsede nacomallat ognim inmaith gellait obélaib. 
Ise ainm nafairnisin isinscripîâir. mali non ualde . i . uilc nach adbulolc. 



16. Buden aile dib nadingenîar dômes aclit ragait fôchetôir cenmesrugud 
eûr forro dochom ni ffrind. 7 pianfaitiv iarsin triabithu nambetha centro-' 
caire dé diafortacht drnithabratsom smacht no recht noriagail ardenam apec-\ 
caid 7 andualach hifus. acht cach oie as ma rofétaî dosdrugud dé 7 ddine] 
issed dogniat. î se ainm na budnisin. mali ualde .1. anasmesu don cliin[i]ad' 
dôenda. 

17. Buden aile dib dogentar dômes 7 ragait a aithle ammessa dochum 
focraice. ISiatsede dogniat. z/us aithrige ndichra tria chongain cride. 7 
iesaigit anulcu remtechtacha triasualchib 7 cdingnimaib. 7 dana doberat 
almsana bid 7 etaig donabochtaib inonoir inchomded. condichletsede napecda 
doronsat riam. connachcumnig incomdiu dôib thall nahulcu dorônsat ifus. 
Isfrisidi atbéva incomdiu illô bratha icangairm chuce dochum nime. Tait ., 
innossa abennachtnachu doaitreib naflatha nemda. Ise dana ainm nabudnisin] 
isinscriptuir ndim. boni non ualde .1. mathi nach adbolmaith. 



18. Buden aie i'mmurro dib nadingentar dômes, acht ragait fôchetôir cen- 
mesrugud et'w dochum nimi. -j focraici fororda. ISleosedc nach leor di maith 
comallud nach nerailend inscriptur diada forro dodenamcotuillct trianasual- 
chib 7 trianacaindu... féin sin .7 condénat ni asmô demaith andas an [er] 
ailter forro isnatimnaib diadaib. ISdôibside d. . . gellas 7 tairngires isu in 
mormaith seo n... nister isintsoscéla conebre friu ocanascin... chuce immôr- 
chomddil Idi brdtha l'iair foracsabar si... sa ar isu cach maith robôi ocaib 
isintsdegul. (tan)cabair immuinterus{s]a 7 imchomaitecht[s]a. Tditsi innossa 
.... combethi malle frini fordibrigsudib déc cen m ... gud foraib. issibsi 
ocmes inchiniuda dôenna 



i 



Tidings of Doomsday. 1 5 1 

flaming before him and a mighty storm around him on every side. It is 
for this that the Lord will come to the judgment, to décide on thehuman 
race both living and dead, as saith the same royal prophet, « there shall 
be gathered together, « saith he^, <( the household of heaven and earth in 
the présence of the Lord on the Day of Doom. » 

15. It is certain, then, that there will be made four troops of the 
human race on the Day of Doom. Now a troop of them shall be brought 
to judgment and shall go after their doom to pain and punishment. It is 
to them the Lord shall make the awful answer in banishing them from 
him : « Départ from me, oh cursed, into the everlasting fire that has been 
prepared for the Devil and for hisevil household. » It is thèse that do not 
fulfil by deed the good which they promise by lips. This is the name 
of that folk in the scripture, mali non valde, that is, bad, not greatly bad. 

16. Another troop of then will not be brought to judgment, but to 
Hell they will go at once, without adjudication at ail then, and they 
will be tortured thereafter through âges of âges without God's mercy to 
help them, for they do not put term, or law, or rule on committing their 
sins and the vices hère, but every evil which is greatest they could to 
outrage God and men, it is this that they do. This is the name of that 
troop, mali valde, that is, what is worst of the human race. 

17. Another troop of them will be brought to judgment, and they 
will go after their judgment unto reward. Thèse are they that hère make 
earnest repentance through grief of heart, and amend their former evils 
through virtues and fair deeds, and then they give alms of food and of 
raiment to the poor in honour of the Lord, and thèse hide the sins they 
bave before committed, and the Lord remembers not for them there the 
evils they did hère. It is to thèse that the Lord will say on Doomsday, 
calling them to Him unto heaven. « Come now, Blessed, to inhabit the 
heavenly kingdom ! ». This, then, is the name of that troop in the holy 
scripture boni non valde, that is, 'good who are not greatly good'. 

18. Another troop ofthem, however, will not be brought to judgment, 
but unto heaven and ail golden rewards they will go at once without 
adjudication at ail. With them it is not enough of good to fulfil everything 
that the divine scripture enjoins on them to do, so that they abound 
through their own virtues and through their fair... and they do more of 
good than what is enjoined on them in the divine commands. It is to 
them ... that Jésus pledges and prophecies this great good ... in the 
gospel, that he will say to them, seeing them .... to him in the great 
convention of Doomsday, « Since ye hâve left for me », saith Jésus, 
« every good thing that ye had in the world, ye hâve come into my 



2 5 2 Tidings of Doomsday . 



1 9. [p. ^]à] do aitreib iffirnd triabith sir. Ocus ité beii iscoraib 7 illon^ 
phortaib diabuU. Ocus scérait friairfitiud indomainseo rocharsat. Ocus fr. 
gnùsib muintire nime . i . nanaingel 7 nanôem 7 naflren. armbith dôib mi 
W/adna itenid bratlia. arisésin ré laîhi bratha mar innisit trachtalrea. 
nacanoni nôimi. 

20. Nibâ soinmech ira asét napectachsin. nifaigbet dig nabiad. acht si, 
gorta 7 roita 7 rouacht. ISedbertair iarsin do taig diabmi cofogur derchdin 
cotromosnadaib sirrechtaidib. Bid tri'mg gàir 7 nùall golfadach 7 éigmea' 
bron 7 basgaire. nati'tath pecdach andsin icatarroing dochum pêne iffirnd. ac^ 
bidhisin inmall aithrige cexï greimfurri. arnichluinfider angudisium andsL\ 
ûair narofoichlitar arthus céin robdtdr hifus hicomaitreib acorp 7 ananmani[ 
ladfaihr andsin triglais napccthach .1. iadad iffirn tria bith sir fovru. i 
ladad asul frisindomun diotartsat grâd 7 iadad naflatha nemda friu. Suit 
fit iarsin sudi nemthrôcar forrichessaib rothened arbélaib rig na clai 
inglind napian airm imbiat dôib todernama tromma . i . bas cenbetaid. te. 
dorcha. bethu brônach toirsech salach inglan. airm imbiat ilchoin géra de. 
ra[cha] crôesmôra clùaslethna ingnecha crobgéra attôebaib. Ocus loscii 
géra garba ocimesorcain. Ocus nathracha nemnecha imlùatha inchuai 
cathrach diabail. Ocus léomain lonna leîartliacha. Ocus ilar nandubdlù 
7 nandublûachat. airm imbiat éoin etecha ingnecha dgmara iarnaide. Oc\ 
brenlocha ainbthencha l'iara iffernaide. Tenti dorcha oc sirloscud. Leccader\ 
fochossaib. Claidib iccirriud. Cait icscripad 7 icdercad. Demna icpiana [ 
Créchta cenleges. Lassar cendibdud. Gabailfortengthaib. Tachtud arbrdgti 
Bûadred arcennaib. lachtad 7 gabail argothaib. Glassad arbonnaib. Ait 
imbia fritdib cachuilc inpheist irdairc ûathmar ilchennach corubnib rich, 
n'iad. Ni diatuarascbâil .1. cet muinel fuvri 7 cet cend fovcach muincol.l 
coic .c. fiacal cachôen chind. cet lam furri. 7 cet mbas forcach laim. 7 < 
ningen forcach bais, airm imbethir cenchoemu cencardiu initaid inacox 
irrouacht irrothes. inesbaid cachmathiusa 7 hicomlaintius cachuilc. inôenta\ 
esôentad demna 7 muintiri iffirn. Biaid dana andsin mairg 7 iachtad. ^\ 
7 egmech. cnet 7 grechach. cachôenbeoil. 7 mallacht cen chumsanad 0.', 
pecthachaib foranapaid . i . fordiabul. arisseô dos[p. 3 ^ b]beïrsiuni icfulail 
phéne cac\\ olc doronsat triana aslachsom. Ocus mallacht dax\z ûadsoni for' 
manchaib imme. i . forsnapecdachaib arismoti apiansom fein cach olc dorons 
sum triana asloni forro ocaslach cach uilc. 



Tidings of Doomsday. 2 5 3 

ousehold and into my fellowship. Corne ye now that ye may be 

long with me on twelve thrones, without adjudication on you. Ye are 
jdging the human race »... 

[Hère a leaf seems lost.) 
; 19. ... to inhabit Hell for ever. And it is they who shall be in (the) 
')evil's tents and camps. And they shall separate from the delight of this 
i/orld which they loved, and from the faces of Heaven's household, that 
15, of the Angels and of the Saints and of the Righteous, after they hâve 
een a thousand years in the fire of Doom. For that is the length of 
,)oomsday as the commentators on the holy canon déclare. 
' 20. Not happy then will be the road of those sinners : they get not 
Irink nor food, but constant hunger, and great thirst, and great cold. 
' It is they that will be brought thereafter to the Devil's house, with 
oise of despair, with heavy yearning sighs. Sad are the cry and shout, 
vailingand screaming, woeand handbeating, of those sinfulpeoplethere, 
tthe dragging of them to Hell's torture. But that will be sadness of 
epentance without profit thereon, for there their prayer will not be heard. 
'or they prepared not at first while they were hère in possession both of 
leir bodies and their soûls. Then will be shut the sinners' three locks, 
!) wit, shutting of Hell for ever on them, and shutting of their eyes on 
'le world to which they gave love, and shutting of the heavenly king- 
om on them. Thereafter they will sit a merciless seat on glowing coals 
f great fire before the king of evil in the Glen of tortures, wherein they 
hall hâve heavy punishments, to wit, death without life : dark fire : 
fe woeful, sad, foui, unclean : a place wherein shall be many dogs keen, 
reedy, gluttonous, broad-eared, longclawed, sharppawed, beside 
lem. And toads, keen, rough, destroying one another. And adders poiso- 
ous, very swift, around the Devil's city. And lions fierce, rending. 
ind many in their dark mass and in their dark light. A place wherein 
hall be birds hideous (.''), taloned, fearful, made of iron. And stinking 
)chs, stormy, cold, hellish. Pires dark, ever burning. Red flags under 
;et. Swords maiming. Cats scratching and furrowing. Fiends torturing. 
Vounds without healing. Flame without quenching. Gag on tongues. 
tranghng on throats, Vexing on heads. Yelling and gagging on voices. 
ettering on soles. A place wherein beside every evil shall be the Mons- 
îT, conspicuous, awful, manyheaded, with crowds of red glowing coals. 
omewhat of his description, to wit : a hundred necks upon him and a 
undred heads on each neck, andfive hundred teeth in each head. A hun- 
redhandsupon him, and a hundred palms on each hand, and a hundred 
ails on every palm. A place wherein existence is without lovingness, 



2 5 4 Tidings of Doomsday . 



2 1 . ISadûaihmar /mmurro 7 isgranna incarcarsin dorigni incomdia . 
^wiw/ conademnaib . i . f/er/z. /Si'^ê/ ira 7 isdomain asudigud. ar cian 
léicîhe cloch mulin imhelaib iffirn. nimô indd hicind mili bliadna. ros 
seà aichtur. Ude anma dana iartecht acurp frire trichât bliadna oûacht 
coaichtur. mar as chetfaid diarailib ISdaingen ahimtimchell nacarcrachsi 
ISaigthech uamnach. gaibthech golfartach. Isdorcha dubgranna achrôi 
JSall dothimarcain cach anma phiantair . Isbréo doloscud. Is(s]raigelldoeso 
gain. Isfdebur do athchumma. isadaig doerdallud. Is dcthach domuclm 
Iscroch dophianad. ISclaideb do digail. Is arm uathmar doguin 7 dolctra 
Isburiud pian. Isrubne todtvnam. Isbadud isplagud. Is[s]rainiud. isbrû 
islinud. istragud. isdôd. isléod. isloscud. is(s]lucud. isard, isisel. isroûù 
is rothe. iscnmung isfarsiung. isinôr bréni abrothgaile. 



22. Cid ira acht diacurta nech isecht naesaib. 7 combeth mile bliai 
incach dis dib nimô anda ôenmad rand fichet olc niffirnd noinnisfed. 
itiat sin chena primthcsmalta iffirn conaphianaib. Ni mô chin fortalma 
cid ârdrigi indomain oturcbdil cofuniud nobeth acci. diambd liadba indad 
sin 7 diambia icciniud aittreib nacarcrachsin. 






27,. Gairmebtair zmmurro cosomiad. cononôir. conairmitin. nandimy n 
firéoin rochomailsct timna ' inchomded 7 aforcetiil. isinbethaid suthain fo 
deis dé triabith sir . 1 . liicht na censa 7 nahalgini. nadeirci 7 natrocairi 
cachcdingnima arcliena. lucht agi 7 athrigi 7 jcdba irescba ardia. Isan 



Tidings of Doomsday . 2^5 

without friendship, in thirst, in hunger, in great cold, in great beat, in 
want of every good thing and in fulness of every evil thing, in union with 
the disunion of the fiends and the household of Hell. Then will be there 
woe and lamentation, wail and crying, groan and scream of every mouth, 
and a curse without resting from the sinners on their Abbot, to wit, on 
the Devil, for he it is that puts them in endurance of punishment for every 
evil they did through his temptation, and a curse, too, from him on 
monks about him, to wit, on the sinners, since the greater is his own 
punishment for every evil they did through his séduction of them, inciting 
every evil. 
. t 21. Awful, in soothj and hideous is that prison which the Lord has 
:■ tmade for the Devil with his fiends, to wit, Hell. Low, now, and deep is 
its place. For though a millstone were cast into Hell's mouth, notsooner 
than at the end of a thousand years would it reach the bottom. The 
îoul's journey, now, after coming from the body, (is) for a space of thirty 
years from top to bottom thereof, as is the opinion of certain persons. 
Strong is that prison's surrounding : it is full of fear , dread , danger, lamen- 
, tation [?] . Dark, black, hideous is its open mouth. It is a rock for chastening 
: ,every soûl that is tortured. It is a flame for burning. It is a scourge for 
smiting. It is an edge for maiming. It is a night for blinding. It is a fog for 
. ismothering. It is a cross for torturing. It is a sword for vengeance. It is 
jn awful weapon for slaying and for cutting. It is a roaring (?) of tortu- 
res. It is a crowd of punishments. It is a drowning, it is a plaguing. It 
::s a breaking : it is a bruising^ it is a pollution, it is an exhaustion, it is a 
:onsuming, it is a hacking, it is a burning, it is a swallowing: itis high, 
it is low, it is very cold : it is very bot, it is narrow, it is wide : great 
lis the stench of the steam of its (burning) flesh. 
;:[ 22. Now though one should be put in seven âges and though there 
, ijhould be a thousand years in each âge of them, not more than the one 
- md twentieth part of Hell's evils would he relate. Butthose are the chief 
: [détails of Hell with its tortures. Beside it even the high kingdoms of the 
world, from sunrise to sunset, were not greater than a drop on (the) 
îarth if thy dwelling were that dwelling and if thou wert appointing 
the habitation of that prison. 
•■j 23. But the Saints and the Righteous, who hâve fulfilled the commands 
: fDf the Lord and histeaching, will be called to glory, to honour, to vene- 
• iration, into the eternal Life on God's right hand, for ever and ever, to 
;. ;wit, the folk of gentleness and tenderness, of charity and of mercy, and 
Df every fair deed besides, a folk of virginily and pénitence, and widows 
faithful for God's sake. Then shali there be a great noise and mighty 



256 Tidings of Doomsday. | 

sin bias tairm adbul 7 fognr dtvmar nananmand nglan iccéimnigud fordil 
anrig 7 atigernai issinflaith nemda inggradaib rlg nimi 7 talman 7 //fir 
Airm ifil intsoilsi dorôisce cachsoilsi. cachîairthim. ce[n)terbri!d. cendo 
chataid. Bethu suthain cenbas. nuall faelti centorsi. Slanti cengalar. ôei 
cen sentataid. sid ceudebaid. saime cendôinmige. saire cen saeîhar cen snii 
cen ocorus bid no etaig no cotulta. nàimi cen ais cen ercra. Oentu solui 
aingel. Airera parduis. Fledugud centurbrùd eter noingradaib aingel 
noemthuath richid 7 nôemairechtaib inrig rouasail. 7 eter ndemtlachîa 
spirtdldaib nimi. 7 etrochta gréne. hi flaith aird ûasail adamraigthi. chd. 
choir clwmthaiglhi. môir min milidi. sair saim sorchaide. imbrugib richi 
[34a] isostaib dibnib. hi cathdirib ôrdaib. illepthaib glainidib hisostc 
argdidib. isiidigfidev cachôenduine arammiad 7 ardliged 7 arasogm 
fodein. 



24. ISdiasncdi immurrofarsinge 7 lethet naflatha nemda. ar intén aslu 
thiu lûamain forbith nithairsed dé tdichell richid otossuch domain a 
dered. 

2$. ISadbul danâ asuthaige -j asolsi. achaime 7 achobsaide nacathracha 
Asdmi 7 asomilsi. Afostacht alogmaire. arrédi arruthnigîhi. aglaine agré 
maire, agile aceôlmaire. andimi an'iamglaine. ahaille a hailgine. a haré 
hetrocta. a hordan ahairmitiu. a Idnsid a Idnôentu. nitûalaing trd nù 
ndùil inchéîmad rand do tuarascbail mathiusa na cathrachsin dinnisin. ac 
ammdin isferr inbecansa dib dinnisin indd beith hitast. 



26. Mogenair immurro bias condegarliud. 7 condcgnimaib 7 berthair t 
aittreib nacathrachsin illo brdîha. dr biaid tria bitbu cen chrich cenforcei 
inôcntaid nahecailsi nemda 7 fa/man. inôentaid ûasalathrach 7 fddi apstul 
descipul isii crist. nàem 7 nôemog indomain, aingel 7 archaingel inconidd 
isinnôentaid as uasliu cach nôentaid. inndentaid nanôem trinoti ùasli atlu 
7 maie 7 spirta ndim. 



I Tidings of Doomsday . 257 

■ Sound of the pure soûls stepping on the right hand of their King and 
their Lord in the heavenly Kingdom, in ranks of the King of heaven 
and earth and hell. A place wherein is the Light that excels every light, 
every splendour, without interruption, without darkness. Life eternal 
without death : clamour of joy without sorrow : health without sickness: 
youth without old âge : peace without quarrel : rest without adversity : 
freedom without labour, without fatigue, without need of food or rai- 
roent or sleep : holiness without âge, without decay : radiant unity of 
angels : delights of paradise : feasting without interruption among nine 
ranks of angels and of holy folks of heaven and holy assemblies of the 
most noble King, and among holy, spiritual hues of heaven and bright- 
nessof sun in a kingdom high, noble, admirable, lovable, just, ador- 
ned, great, smooth, honeyed, free, restful, radiant : in plains of heaven, 
in delightful stations, in golden chairs, in glassen beds, in silvern sta- 
tions wherein every one shall be placed according to his own honour 
and right and welldoing. 

24. But indescribable are the amplitude and width of the heavenly 
kingdom. For the bird that is swiftest of flight upon earth, for him the 
journey of the kingdom would not end ^though he flew) from the world's 
beginning until the end thereof. 

2^. Vast, then, are this fruitfulness and the light, theloveableness and 
the stability of that City : its rest and its sweetness, its security, its pre- 
ciousness, its smoothness, its dazzlingness, its purity, its lovesomeness, 
its whiteness, its melodiousness, its holiness, its bright purity, its beauty, 
its mildness, its height, its splendour, its dignity, its venerableness, its 
plenteous peace, its plenteous unity. Yea, not fit is any créature to set 
forth the hundredth part of the description of the goodness of that City, 
but still it is better to relate this little of them than to be in silence. 

26. Happily born, in^ooth, was he who shall abide with deservin- 
gness and with good deeds and who shall be taken to dwell in that City 
at doomsday! For he shall abide through âges without limit, without 
end, in the unity of the Church of heaven and earth, in the unity of the 
patriarchs and prophets, apostles and disciples of Jésus Christ, of the 
saints and holy virgins of the vvorld, of the angels and archangels of the 
Lord, in the unity that is higher than any unity, the unity of the high, 
holy Trinity, Father and Son and Holy Ghost. 



CORNICA'. 



I V. — THE FRAGMENTS OF A DRAMA in Add. Ch. 19,491 , Mus. Bri' 

The following fragments were discovered by Mr. Henry Jenner, c 
the back of a Latin charter, in the British Muséum, and published in /, 
Aîhenaeum for ist Dec. 1877. As Mr. Jenner's readings seemed to b 
in some cases, clearly wrong, I procured, through the Rev. Canon W; 
liams of Rhydycroesau, a photograph of the original, and, though tl 
first four lines are very faint, I think the following text is fairly trus 
worthy. In language thèse fragments resemble the dramas published ï 
Mr. Edwin Norris and the poem of the Passion, published by myse' 
The handwriting is said by Mr. Jenner to be 'cire. 1400'. The infectt 
d (Weish dd) and sometimes îh are in the ms. represented by a charact 
like the long German z. For this I hâve had to use z. 

I Golsow (?) ty cowez 
byz na borz mez 
dyyskyn ha powes 
4 ha zymo dus nés 
mar cozes ze les 

ha zys y rof mowes 
ha fest vnan dek 
8 gènes mar a plek 
ha tanha y 
kymmerry zoz wrek 
sconye zys ny vek 
12 ha ty a vyz hy 

hy a vyz gwreg ty da 
zys ze synsych (sic. leg. synsy) 

I. See Revue Celtique, III, p. 8$. 



Cornica. 259 

pur wyr a lauara 
1 6 ha govyn worty 

lemmen yz torn my as re 

ha war en greyz my an te 

nag vsy far 
20 an barz ma ze pons tamar 

my ad pes ' worty byz da 

ag ol ze voz hy a wra 

rag flog yw ha gensy doz 
24 ha gaffy ze gafus y boz 

kenes mes zymmo ymmyug 

eug alemma ha fystynyug 

dallaz a var infrez dar war 
28 oun na porzo 

ef emsettye worzesy 

kam na vezo 

mar az herg zys gui neb tra 
32 lauar ze sy byz ny venna 

lauar zozo gwra mar mennyz 

awos a gallo na wra tra vyz 

in vrna yz sens ze vos meystres 
36 hedyr vywy hag arluzes 

ras ganso re nofferen 
Curtes yw ha deboner 
zys dregyn ny wra 
40 mar an kefyz in danger 
sensé fast indella. 

Translation. 

Hearken, thou comrade, 
Be not ashamed. 
Alight and rest, 
4 And draw nearer to me. 

If thou knowest thine advantage 



I. Ms. ad my ad pes 



200 Cornica. 

1 will give thee a maiden 
And one very fair. 
8 If she pleases thee 
Go, take her. 
Take her for thy wife. 
She will not say thee nay, 
1 2 And thou shalt hâve her. 
She will be a good housewife 
To thee tohold. 
Right truly I say 
i6 Go thou, ask of her. 

Now into thy hand I give her, 
And, by the faith (?), I swear it 
It is not far 

20 On this side to Tamar bridge. 
I pray thee be good to her, 
And ail thy pleasure she will do, 
For she is a child and therewithal sweet, 

24 to find her désire. 

Though itbe a shame to me, kiss ye, 
Go ye hence and hasten. 

[The remaining speeches are addressed to the iady :] 

Begin early 

28. That he hâve no fear. 
To set himself against thee 
Would not be a step. 
If he commands thee to do any thing 
J2 Say to thyself 'Never will 1 (do it)'. 

Say to him a I will do (it) if thou wishest. « 
Though he could, he will do nothing. 
In that hour hold thyself to be mistress 
]6 And Iady, as long as thou livest. 

Grâce was with him, by the mass ! 
Courteousis he and gentle. 
He will not do evils to thee. 
40 If thou wilt hâve him in thy) power 
Hold him fast thus. 



Cornica. 261 

Notes. 

Une I . Golsow (Mr. Jenner has golsoug; but I can see no g in the photo- 

graph) =goslou 0. 1 365 = gosleuw D 496, 2d sg, imperat. of gol- 

sowas to hear : so in Cr. 636 : golsow, golsou, Eva. The Br. 

sezlou may be cognate. 

2. horz a mutation oi porth là sg. imperat. oi porthy portare {V/. portlil): 

met for ineth s. shame, Br. mezz 'honte' Cath. 

3. dyyskyn (Jenner : dy yskyn) 'descend'; cf. dyyskennes descendat 

0. 2029. Br. disque nn Cath. 

4. dus là sg. imperat. of dos. nés nearer. 

5. cozes 'scires' a mutation oi gozes, gozfes., written gothfes 1 5, 2d sg. 

2dy près, oi gothjos (vid-buti), W. gwybod, Br. gouzout. 
8. ha 2d sg. imperat. oi af eo. So in P. 34, 4 : ha nawra na moy pegha 
go, sin no more. Root AG. tanba-y for tanna (pi. tannegh, Mer. 
960) with the suffixed pron. y for /zy. The usual form of the 2d 
sg. imperat. of this verb is tan. 

11. sconye = sconya 0. 1238, to refuse, to deny: the form vek must be 

a mutation of bek or mek — both unknown to me. 

12. ty a vyz, better ty afyth., tu habebis, P. 1 36, 3. 

17. yz torn iov yth dorn, 0. 1455 : yth torn sens the honan 'in thy hand 

hoid (it) thyseif. niy as re (Jenner : my of re] 'I will give her' [rey 
to give). In my as re R. 675 t^e s means 'them'. 

18. te 3d sg. fut. oitoy, W. tyngu, Ir. tongad = do-fongad.,-where fong- 

= £ÙX" in Feu^oiJ.at. (J. Schmidt, Kuhn's Zeitschrift XXIV. 218, 

note) . For my an te (also in P. 85 1 , 1 880, R. 349) Mr. Jenner gives 

us iuyance. 
23. doz, perhaps a loan from the Fr. doux. 
2$. ymmyug 2d pi. imperat. of amme to kiss. Cf. am kiss, 0. 1769, 

)'mm)' thou shalt kiss, 0. 1764. The Br. aja seems cognate, and 

both may be loans from amare. 

28. For oun na porzo ht. 'that he bear not fear'. Mr. Jenner has onnana 

(?) por zo. Cf. na berthewgh own a henna 'do not bear fear of that'. 
0. 2508. na porth own vyth 0. 1467. 

29. worzesy for worihes sy = worthys gy R. 1728, Welsh wrthyt ti. 

31. herg for ergh, ^à sg. fut. of argha = W. erchi. So why a ergh ye 

shall command, P. 170. Hère g is written for g/2 [ch] as in f y stynyug, 

ymmyug 25. 
36. hedyrvywy (Mr. Jenner : hedyj vy wy)==hedre vywy 0. 243, where 

vywy is a mutation of bywy., bewy, zd sg. conjunctive of bewe 

'vivere'. 

Rev. Celt. IV jg 



202 Cornica. 

37. re nofferen for ren offeren, where ren (= ran Mer. 399) is the pre 

re (Z.2 666) with the article, and offeren (= offerenn^ Cath.) is 

loan from the Latin offerendum. 

39. dregyn (Mr. Jenner, dreg yn) pi. oi drok. So in Mer. 1 110, drgg,. 

400$, dregan 41 39. j 

40. rf^/î^er 'power' : so in Mer. 3483, ' 

41. sensé = sens + e a. suffixed pronoun. 

V. — CORNISH PHRASES. 

The following twenty five phrases are found in Borde's Introduction 
Knowledge, i $42, the first book of which was edited by Mr. F. J. Fu, 
nivall, for the Early English Text Society, in 1870. The phrases are givij 
at pp. 124, 125 of Mr. Furnivall's édition, from which I hâve reprintt' 
them exactly, adding after most of the phrases what I take to hâve bei, 
meant by Borde or his Cornish informant. 

1 God morow to you, syr ! 
Borde : Dur day dew a why, serra ! 
Read : Da-deth de why, serra. 

2 God spede you, mayde ! 
Borde : Dar zona de why math-tath ! 
Read : Dorsona de why mathtath. 

3 You be welcome, good wyfe! 
Borde : Welcom a whe gwra da ! 
Read : Welcom oh why gwrac da. 

4 I do thanke you, syr. 
Borde : Dar dala de why, syra. 
Read : Dur dala de why, syra. 

5 How do you fare ? 
Borde : Vata lew genar why ? 
Read : Vatel ew genoh why ? 

6 Well, God thanke you, good master ! 
Borde : Da dar dala de why, master da. 
Read : Da, dur dala de why, master da. 

7 Hostes, hâve you any good meate .'' 
Borde : Hostes, eus bones de why ? 

Read : Hostes, eus boues [= bôs] mas de why ? 

8 Yes, syr, I hâve enowghe. 
Borde : Eus, sarra, grâce a dew. 
Read : Eus, serra, grâce à dieu. 



Cornica. 263 

9 Giue me some meate, good hostes! 
Borde : Rewh bones de vy, hostes da ! 
Read : Rewh boues [= bôs] de vj, hostes da. 

10 Mayde, giue me bread and drinke! 
Borde : Mathtath, eus me barow ha dewas! 
Read : Mathtath, eus me bara ha dewaz. 

1 1 Wife, bringe me a quarte of wine! 
Borde : Gwrac, drewh quart gwin de vy ! 

12 Woman, bringe me some fishe ! 
Borde : Benen, drewh pyscos de vif 

1 5 Mayde, brynge me egges and butter! 
Borde : Mathtath drewgh me eyo hag a manyn de vil 
Read : Mathtath, drewgh oyow hag amanyn de vi. 

14 Syr, much good do it you ! 
Borde : Syrra, betha why lowe weny cke! 
Read : Syrra, bethoh why lowenek. 

1 5 Hostes, what shal I paye ? 
Borde : Hostes, prendra we pay ? 
Read : Hostes, prendrama paya ? 

\6 Syryour rekenyng is .v. pens. 
Borde : Syrra, iges rechen eu pymp in ar 
Read : Syrra, âges recken eu pymp dynar. 

17 How many myles is it [hence] to london ? 
-Borde : Pes myll der eus a lemma de Londres ? 

Read : Pes mylder eus alemma de Londres? 

1 8 Syr, it is thre houndred myle. 
Borde : Syrra, tray kans myle dere. 
Read : Syrra, try kans mylder. 

19 God be with you, good hostes ! 
Borde : Bena tewgena a why hostes da ! 
Read : Bennatew genoh why, hostes da ! 

20 God gyve you a good nyght ! 
Borde : Dew rebera vos da de why ! 
Read : Dew rebertha nos da de why! 

2 1 God send you wel to fare ! 
Borde : Dew reth euenna thee why fare eta ! 
Read : Dew reth ewna the why faria etta. 

22 God be wyth you ! 
Borde : Dew gêna why ! 

25 I pray you, commend me to ail good felowes. 



264 Cornica. 

Borde : Meesdesyer^ tvhy commende me the olde matas da. 
Read : Me as desyr why, commend me the oll matas da. 

24 Syr, I wyl do your commaundement. 

Borde : Syrra, me euyden gewel âges commaundement why. 
Read : Syrra, me a vydn gewel [= gûl] âges commandement wh] 

25 God be with you! 

Borde : Dew gêna why ! à 

Notes. 
i . da-deth pronounced dâ-dê. 

2. dorsona = du-re-sona, may God sain! Rev. celt. III, 8$. mathlh 

for maghteth. | 

3. oh why, Mid. Corn, ough why. 1 

4. durdala = du-re-tala ^may God repay !' Rev. celt. III, 85. 1 
$. Vatel Mid. Corn, fatel =pad-dei. I 
7, 8. eus 'is', 'there is'. In 10 eus me seems 'let me hâve'. | 
i^.amanyn butter, Old Corn, amenen, emenin. Br. amanen, Ir. i 

Lat. unguen. 

14. lowenek = W. llawenog glad, joyful, bethoh why be ye. 

1 5. pendrama 'quid faciam' Mer. 678 (= pa-en-tra-graf-ma). 

19. bennatew = bennath dew 'benedictio dei'. 

20. rebertha— re-pertha 'portet'. 

2 1 . ewna from ewne to make straight, adjust. etta for yn ta well. 

24. vydn a mutation of mydn, late Cornish for mynn. 

25. gêna for genoh, genogh. 



VI. — POLI, POLY. 






In the Cornish drama called Beunans Meriasek (London, Trùbner, 18 ) 
the Word poly occurs at pp. 78, 80, 82, 84, 86, always after Episcof ,. 
I thought it was a mistake for the Istrian town Pola, the seaKa 
bishopric, and translated it accordingly. I now see that poly is the ' i 
Cornish poli, which glosses provincia Z.^ 1077, ^"d that « Episcos 
poly « means a provincial bishop. Poli {the p is quite clear in the n) 
must be a loan from the French palis (jjaulis in D'Aubigné cited / 
Littré), which itself cornes from the low Laûn pâlicium. The « Pal) 
(the English province in Ireland) wiil occur to every one. 

W. S. 



MÉLANGES, 



SIRONA. 

NOTE COMPLÉMENTAIRE. 

Depuis que j'ai envoyé à la Revue quelques considérations sur Sirona, 
des renseignements inattendus m^ont permis de corriger des fautes de 
transcription, de discuter une attribution douteuse et de mettre sous les 
yeux du lecteur un texte oublié. 

I. 

Le n° 4 de ma nomenclature, p. 1 53, porte non pas MARIANVS, 
comme l'indiquait Brambach, à qui je l'avais emprunté, mais MARCIA- 
NUS, ainsi qu'on peut s'en assurer en consultant, au musée de Saint- 
Germain, la précieuse collection de moulages qui s'y développe chaque 
jour. 

Le n" 10, que je ne connaissais que par le Bulletin monumental, a été 
examiné sur place par un savant épigraphiste, M. R. Mowat, qui y lit : 
NVM-AVG-DE | SIRONA-CA///// ] MAGIVSIA'LIB | VS-L-M. 

Le premier éditeur, M. de Caumont, avait remplacé MAGIVSIA par 
MAGIVSA et LIE par SIBI qui n'avait aucun sens. 



M. Sansas, dans un travail posthume récemment publié', avait 
reconnu le nom de Sirona sur un autel quadrangulaire, plus large que 
profond, avec niches et figures. Ce monument a été brisé par le milieu ; 
la partie supérieure seule en a été retrouvée ; elle est fort détériorée. 

I. Note sur les fouilles exécutées à Bordeaux de 1863 à 1876, Société archéologique 
de Bordeaux, t. V, p. 175 et 176. 



266 Sirona. 

Parmi les figures dont le buste se détache dans les niches, on ne di 
tingue nettement que Mercure encore reconnaissable aux ailes de sa tê ' 
et à son caducée. Ce dieu occupe la quatrième face. L'inscription de 
première face se compose d'une dédicace et des dénominations d'i 
consacrant ; elle se développe en deux lignes sur le bandeau de Venu 
blement et sur la frise ; les frises des trois autres faces laissent voir ég; 
lement des noms de consacrants, mais leur entablement ayant été ph 
ou moins détruit, on ignore si leurs bandeaux portaient des dédicaces. 

Les inscriptions se lisent ainsi : 

{0 ////ONAÉ M-SVLPICIVS PRIMVLVS 

TVRIASSONESIS SEVIRAL-D-S-P-F-C- 
2° SVLPICIA PHOEBE-F- 

3" SVLPICIACENSORINA-F- 

4° SVLPICIVS SACVRO-F- 

Le principal personnage de la famille qui avait élevé le monumen 
Sulpicius Primulus, était originaire du municipe de Turiasso et anciej 
sévir. M. Sansas, dont les lectures étaient ordinairement justes, n'avaj 
distingué ni l'ethnique, ni le titre de sévirai ; ces deux mots ont été rétîi 
blis par M. Reinhold Dezeimeris, qui prépare un mémoire dans lequij 
l'autel de Bordeaux sera incidemment étudié. Maintenant, est-ce biej 
Sirona qui est mentionnée, comme le pensait M. Sansas, sur la fac; 
principale? M. Dezeimeris en doute et propose Divona, fontaine de Buv 
digala rangée par Ausone au rang des déesses ', ou mieux encore Beij 
lona, à qui conviendrait peut-être la figure très mutilée qui occupe li 
première niche. Il y a, il est vrai, ainsi que je l'ai dit dans mon premie', 
article, bien d'autres divinités indigènes ou romaines dont les noms sori 
terminés en ona, mais les divinités indigènes, celles qui sont invoquée; 
dans les provinces, ne sortent pas pour la plupart de leur pays d'origine' ; 
il en est de même des divinités secondaires de Rome, dont les autels | 
rares en Italie, se rencontrent encore moins au delà des Alpes. On peu: 
donc supposer qu'aucune de ces divinités n'était mentionnée dans la dédi, 
cace de Sulpicius. Le champ des hypothèses ainsi réduit, on n'a plus ij 
choisir, sans parler de Divona qui n'a jamais figuré dans une inscription 
qu'entre Epona qu'on rencontre un peu partout, Bellona proposée pa:; 
M. Dezeimeris, et Sirona mise en avant par M, Sansas. Mais Epon<| 
semble être hors de cause, car elle est représentée d'ordinaire à cheval oij 

1. Les villes célèbres, XIX. I 

2. Les divinités topiques des provinces, telles que Damona, Jalona, Nemetona, Rittona 1 
Sentona, etc., n'ont été pour la plupart rencontrées qu'une seule fois. 



Sirona. 267 

avec un cheval près d'elle, ce que le dispositif de la niche ne paraît pas 
pouvoir comporter. Restent donc Bellona et Sirona. Mais, si l'on doit 
objecter à M. Dezeimeris que les autels de Bellona sont fort rares, en 
dehors de Rome où son culte avait des fanatiques, et qu'ils ne sont 
généralement élevés que par des hommes appartenant à l'armée, il est 
une remarque qui vient jusqu'à un certain point à l'appui de son opi- 
nion. Sulpicius Primulus était en effet d'une ville renommée, comme sa 
voisine Bilbilis, pour la fabrication du fer et des armes'. On a retrouvé 
à Bordeaux l'épitaphe d'un Bilbilitain. U ne serait donc pas impossible 
de croire que l'habitant de Turiasso était venu également s'établir dans 
le grand emporium voisin de l'Espagne pour y vendre les produits de sa 
ville natale ; or Bellona semble de nature à avoir été invoquée, dans un 
intérêt professionnel, par un marchand d'armes, plutôt que Sirona. 

III. 

Une excellente table des annales de la Société des antiquaires du Rhin, 
à Bonn, m'a fait retrouver un texte que j'avais négligé et dont on doit 
la connaissance à M. Becker, de Francfort ^ : 

SIRONAE I CiVLIVS RESTITVTVS | C' TEMP-D'S-P. 

L'inscription se lit sur un cube de grès exhumé en 1867 à Wiesbade, 
avec une brique de la légion XXIIa PR. P. F. et des conduits dont quel- 
ques-uns portent en estampille : LEG-XIIII-GEM-MAR-VIC. Déjà, en 
1874, le même point avait fourni un vœu à Apollon Toutiorix, consacré 
par un centurion de la légion VI la Gemina. Du tracé des substructions, 
qui semblent appartenir à un édifice religieux, et des découvertes qui y 
ont été faites, M. Becker a conclu qu'il y avait eu à Wiesbade un temple 
en l'honneur d'Apollon Toutiorix et de Sirona et que ce temple avait 
été élevé par les légions romaines. Si donc Apollon, dans les monuments 
qui nous occupent, est surnommé non seulement Grannus ', mais Tou- 

1. Pline, XXXIV, ch. xli, 3. — Martial, epig. L. I. c. 50. 

2. Jahrbùch. des Vereins von Alterthumsfreunden im Rheinlande, t. XLIV et XLV, 
1868, p. 63-65. 

3. D'après l'auteur anglais dont l'opinion est reproduite par M. Alfred Maury, 
Grannus viendrait de l'irlandais Gr'ian, chaleur ; cette étymologie n'est pas admise par 
tous les philologues. M. d'Arbois de Jubainville considère l'étymologie de Grannus comme 
n'étant pas encore trouvée. On peut ajouter qu'il n'est pas certain que les noms propres 
qui se rencontrent sous l'empire dans les inscriptions des deux Germanies dérivent 
exclusivement du celtique. H y avait, dès le temps de César, bien des Germains mêlés 
aux anciens habitants des bords du Rhin ; en outre, les légions chargées de défendre les 
confins étaient loin d'être exclusivement composées de Gaulois et l'on sait qu'elles étaient 
appuyées par de nombreuses cohortes auxiliaires recrutées dans toutes les parties du 
monde romain, en Orient comme en Occident. 



268 Geroid 'larla. 

tiorix ' , on est fondé à repousser la théorie qui s'appuie sur le premiei 
de ces surnoms pour limiter le rôle du dieu dans son association avec 
Sirona. D'autre part, l'Apollon au culte duquel les légions tout entière! 
se seraient associées et dont les fidèles comptaient des deux côtés dt 
Rhin des légionnaires et des vétérans ^, devait, lors même que ses attri- 
buts ne nous l'apprendraient pas, être un Apollon romain ou tout ai) 
moins romanisé, encore bien qu'il ait été associé à une divinité qui paraît, 
indigène. Les hypothèses de M. Becker tendent donc à confirmer ma, 
manière de voir au sujet du mythe d'Apollon et de Sirona. 

Ch. Robert. 



GEROID 'lARLA 
Additional Notes. 

in the following additional notes on the Gerôid 'larla legend, which 
the editor has been able to prépare since the paper was committed to 
type, some wider analogies are briefly examined. 

The taie is probably connected with mythsof ancientindia and ancien! : 
Greece, and one of its oldest forms is the Garuda, or Garudas. Thisi 
fabulous being, half man, half bird, appears in the Vedas, the Mahdbhd- 
rata^ and the Rdmdyana. His bird nature partakes of that of the eagle, 
kite, or crâne. The wars of Garuda, or the Garudas, with the Nagas,j 
or water serpents, seem the parallelofthe warofthe Crânes (^/îru^o;) and, 
the Pygmies, and ofthe fabled enmitiesof Crânes and Frogs5. Thestory, , 
as told in the Mahdbharata, of the birth of Garuda and his twin brother 
from an egg recals the taie of the swan-born and egg-born sons of Leda, ,■ 
the Dioskuroi. In other points the nature of Garuda approximates to that] 
of the swan, which bird alternâtes wiih the crâne in versions of the ! 
seventh story of the First Book of the Panîschatanîra. Garuda is the \ 
father and king of the divine birds (Suparna) ; and it is very important 
that thèse hâve their abode in the underworld (Lassen, I. 786). It may 

1. Les celtistes sont d'.iccord pour reconnaître dans Touiiorix le « chef de la cité ». 

2. La XXII" légion qui aurait, suivant M. Becker, contribué à l'érection du temple de 
Wiesbade et dont un vétéran (voir le n" < de ma nomenclature) avait dédié en Wur- i 
temberg une aedes et des signa à Apollon et à Sirona, est restée pendant presque tout 
l'empire dans les confins germaniques ; il n'en a pas été de même de la XI Va Gemina. 
La Vlla Gemina a appartenu à la Pannonie, puis à l'Espagne. (Voir P. Charles Robert, 
Coup d'œil général sur les légions romaines, in-^", 1867.) 

3. Cf. also Garuda and the dwarf hermits (De Gubernatis, Z. M., II, 95). 



Geroid 'larla. 269 

be mère coïncidence that Garuda, in his contests with the Nagas, bas, 
like Ger6id 'larla, the power of diminishing his size at will (Mahâbhâ- 
rata, éd. Fauche, I. 1496). 

Students of the Swan-Knight legend hâve frequently recognised the 
fact that it is from the other world that the mysterious stranger, Lohen- 
grin, Helias, Salvius, arrives. Ger6id 'larla is directly connected with 
the same world of the dead. He is a king among the Sidhfir; is bound 
(according to another legend) to an enchanted pillar in Loch Guirr; and 
from the other world is to arise, according to a Munster prophecy, moun- 
ted on a black steed with white face — each ciar ceannainn — to join in 
the final war, « and avenge the blood shed on Sunday eve at Aughrim. » 
Gérard and Geréid are related to the classical Charon, the ferryman of 
the underworld, and still more to the Charos of modem Greek supersti- 
tion. As Gerôid 'larla is associated with the underworld tree, so the 
pathetic Neohellenic songs published by Schmidt often mention Charos, 
the bitter Death-God, in connexion with an infernal tree, garden, or 
tower (Griechische Maerchen , Sagen und Volkslieder. Leipzig, 1877. 
Nos. 22, 23, 24)'. Geroid marries an ordinary mortal woman, and 
a marriage is in some way connected with many of the German Gerhard 
legends — even that of Archbishop Gebhard (or Gerhard) of Cologne, 
who so far forgot his order as to marry, and whose image at Lechenich 
bas always been black, let it be painted white ever so often ^Wolf, D. 
Maerchen, 189). Charos also, as would seem, marries a mortal (Schmidt, 
n°2i, p. 16^), and like Geroid he carries off children to the shades 
(Ib. Nos. 23, 24, 39). The young Irish earl's wonderful leap against 
that of the lady at the supper-party answers to the leap by which Charos 
vanquishes the widow's son at the marriage (op. cit. p. 163), only that 
Charos seizes the beaten youth by the hair, and drags him off to the 
grave. The boat feature is perhaps not wholly absent from the Gerdid 
'larla legend ; for there was a prophecy that the last of the Seaforths — 
a Scottish family, whose name was Mackenzie, but who alleged a des- 
cent from the Fitzgeralds — should go back to Ireland in a black boat 
(Celtic Mag. IL 276). Charos's boat and sail are black (Schmidt, 177) 
— like the ships of the Phaiakians. Nor is the feature of the transfor- 
mation wanting to complète this parallelism of Charon with Garuda, 

I. The notion of such a tree was familiar to the ancient mind, and occurs in Virgil's 

famous description of Aeneas's infernal journey : 

In medio ramos annosaqae brachia pandit 

Ulmus opaca, ingens. etc. (Aen. VI, 282-283.) 

The Mohammedans hâve a Sakkum tree in He!l , the fruits of which they say are the 

devils' heads (C. G. Pfander, Remarks on the Nature of Muhammadanism. Calcutta, 1840, 

p. }2)- 



270 Geroid 'larla. 

Gerhard or Gerôid, for in some Neohellenic legends Charos appears as si 

black bird (Preller, G. Myth. I, 673). ' 

Space will net allow of an examination of other related myths, tht 
griffin, hippogriff, and sphinx, ail which, like the swan, are found con-, 
nected in ancient art with the underworld. It is worth notice that in £j 
gem described by Rathgeber the griffin is represented with a snake 
wound round his foot (Goîtheitender Aioler, Gotha, 1861 , p. 399). Swansj 
and dragons are also at war. The griffin is half eagle, half lion, anci 
5(apa)v is used for both « eagle » and « lion «. 

Neither can we do more than allude to other analogies of the legenc 
under considération. It seems, for example, though in a vague and con- 
fused form, to be the basis of Coleridge's Ancient Mariner. At leastth(, 
mariner 's glittering eyes curiously recal Charon (« from his bright fiera; 
eyes, » L. and Scott, s. v.) ; and the mention of the marriage, the deatl 
of the water-bird, and the ship of the dead seem to hâve ail like signi- 
ficance. 

The reader has noted a certain resemblance running through th< 
names Garuda, Charon, Gérard, griffin, garanos. We are not of course 
called upon to make out a real etymological connexion between ail thesf 
words, but it can hardly be doubted that the similarity of form ha; 
affected the development and the dissémination of the several myths ' 
The name Gerhard itself was possibly regarded as formed, not from gêr 
a spear, but, like Eber-hard, Leon-hard, Bern-hard, from the name of ai; 
animal — perhaps geier, the vulture. It is significant that the geier is i\ 
bird ominous of death (Nork, Myth. der Volksagen, 383). | 

Cassel, in his learned little work, DerSchwan in Sage und Leben (Ber-^ 
lin, 1861), justly remarks that thèse Swan- and Goose-legends relate te 
the founding of leading familles. The chief instance is the tradition 
the origin of the house of Bouillon. Another is that of « das Geschlech 
derer Gans » of Putlitz in Ahmark, who sprang from Count Gerharci 
of Mansfeld, an ail but solitary survivor of the knights engaged ir' 
the bloody fight of Welpholz (an. 1 1 1 5) '. In several cases the legenc 
turns on the rise of a line from a point when it was ail but eut ofî. Sud 
is the legend of Tomds-an-'Apa (Thomas of the Monkey) which relateii 
the préservation of the infant heir when the rest of his house fell at Cal-j 
lan, and by which the Kildare Fitzgeralds account for the ape in theii! 
arms^. In speaking of the probable immédiate source from which th(, 

1. Temme, Die Volksagen der Altmark, Berlin, 1859 (p. 65). 

2. In the original form of the taie the monkey must hâve been the direct préserver 01 
the infant heir. 



Geroid 'larla. 271 

Swan-Knight story spread through western Europe it is necessary to 
say a word about a matter which cannot claim any particular gênerai 
interest for its own sake, the origin, namely, of a family with whom the 
legend is connected. The Irish Fitzgeralds claimed kinship with the 
Florentine Gherardini, and the latter with them. An origin has also been 
sought for both in the blood of Etruria or Rome. That theory, however 
flattering to family pride, must surely be abandoned, for the name 
Gérard is clearly Teutonic ; and though Irish antiquaries hâve not yet 
shown sufficient research to be able to clearly connect the houses of 
Desmond and Kildare with Germany, yet there seems to be fair pre- 
sumptive évidence of this connexion. The name Gerhard, Gero, Gebhard, 
Geroid, Gerwalt, goes back, it would seem, to a certain Gerhard (a 
Salian Frank, some say) to whom Charlemagne entrusted the guard of 
the Lahngau. The home of the Swan- or Goose-legend was probably 
not far from Geroldseck, near which was Schwanau, and the streams 
m or Alsa, Else, Use, a name always associated with the legend. The 
names Werner or Warin, Uto or Otto, Gerhard, ail associated with 
the Fitzgeralds, are fréquent in the pedigrees of the Salian-Weiblingen 
familles. There is reason to think also that the familles of Nassau and 
Eppstein were akin to the Irish house. The arms of Geroldseck, of 
Nassau, of some of the Florentine Gherardini, and of the Giraldi, are 
substantially the same, a lion rampant. The irish family hâve a différent 
coat, a saltire, which however appears as the coat of Mehrenberg, on 
the shield of Nassau, and as that of the Girolami. No adéquate expia- 
nation has yet been offered on the following points : 

I. Did the Fitzgeralds come to England, and Ireland, from 
Florence .? 2. Where did they get their arms ? And what does the Flo- 
rentine Gamurrini mean by the statement that they « ne nome, ne inse- 
« gna hanno mutato degli antichi Gherardini di Fiorenza « [Istoria 
genealogicd délie famiglie nobili Toscane et Uinbre. In Fiorenza, 1671. II. 
112) ? The Italian house bore a rampant lion, or three bars. ^ How 
came the Desmond and Kildare houses by their badges of the Boar and 
the Monkey.? On the latter point we will ofFer two suggestions to the 
reader, in default of something better. The castles along the Rhine etc. are 
called, as is well known, by names formed with stein : Eber-stein, Fal- 
kenstein, Epp-stein, Bern-stein. The same thing occurs in Ireland, where 
the castles of the foreign barons are called Cloch (stone). Thus Cloch- 
Gleanna, the Knight of Glynn's castle, Cloch-Locha-' Uachtair , the castle 
(« stone ))) of Lough Oughter. Now the German names are frequently 
derived from animais, — Bern-stein, Eber-stein, Wolf-stein, — and 



272 Geroid 'larla. 

tradition may hâve seen a similar élément in Epp-stein, and in Epp-o, 
the name of the founder of the Epp-stein line. That line frequently con- 
tains the names Eber-hard, Ger-hard, which we hâve seen reason to 
connect with animais; and as the Guelphs had a legend which explained 
their name as Whelps, the name Eppo may hâve been thought to hâve 
somelhing to do with the old high german affo, an ape [*apfo), ang. 
saxon apa, welsh epa. If this conjecture could be established the boar 
and monkey would be mythical progenitors, protectors, or totems of the 
respective races. Secondly , Charlemagne, by some accounts, made Gerhard 
duke of Ardena (Cassel xvi). We know not whether there can be any 
possible connexion of the Desmond Boar with the cognisance of the 
lords of the Ardennes, the Rouge Sanglier'. 

Passing to the mythological basis of the legend, we haveto point out, 
firsl, that the place occupied by Charon in some of Schmidt's stories is 
occupied in others by the sun-god Helios (op. cit. 105, 106). Helios's 
golden boat;, again, is very like the boat of Helias, though the connexion 
of the names is doubtful. The solar explanation, which has been made 
of late the vehicle of many absurdities, seems, nevertheless, to be clearly 
applicable hère. The similarity of the account of the birthof Garuda and 
his brother to the story of the birth of Leda's twins from the egg, and 
the analogy of the Swan Knight taie, hâve been noticed by De Guber- 
natis (II 185, 318). Now the twins born of Leda are nothing but Lato- 
na's twins, Polydeukes and Helen (another form of Selene) answering 
to Apollo and Diana, the sun and the moon. In the Mahdbhdrata Garu- 
da's birth, his almost immédiate growth to great size and strength, his 
loud cry, furious race, and flaming aspect, certainly strongly suggest 
the inspired writer's description of the sun, « tanquam sponsus proce- 
dens de thalamo suo ; exsultavit ut gigas ad currendam viam ; » and not 
less the words of the modem poet. 

Die Sonne toennt nach alter Weise 

In Bruder-Sphaeren Wett-Gesang, 

Und ihre vorgeschriebne Reise 

Vollendet sie mit Donnergang. 
It may be remembered that Kyknos, a near relation of Phaethon — 
the personified solar heat — weeps for him till he is changed into a 
swan. It seems then that the bird in thèse cases is the same which Aes- 



I. In the Westmeath version of the Swan-Children romance, a certain enchanted swine 
plays a leading part as the protectress of the children. Cf. the Kildare monkey story. 
Note also the legend of the founding of Eppenstein (Schreiber) ; where Eppo's bride, 
Bertha, and her « consecrated net » answer to 'Aine and her cochailin àraWicacta. 



Geroid 'larla. 27^ 

chylus calls the « bird of Zeus « [Suppliants, 1 98) , which Indian literature 
knows as « the beautiful bird which flies in the firmament, « and 
« Indra's bird » — the sun. The sea or river on which he swims is that 
of the sky, or of the underworld. 

Charon in Etruscan représentations has often negro features. Charos, 
as we hâve seen, is a black bird, or navigates a black vessel with black 
sail, or he is a black man, and rides, like Gerôid 'larla, a black horse 
(Schmidt, p. 160). A trace of the same idea perhaps survives in the 
legend of Archbishop Gebhard and his black statue, referred to above. 
From thèse and other features it seems clear that the solar bird in ail 
thèse myths is the sun who seemed to descend at night into the lands of 
darkness (hence old myths Connecting him with the Aethiopians, Preller 
G. M. I. 353) > ; one and the same with the swan which in the Kale- 
wala swims on the black waters of the infernal stream (Apud Cassel, xii). 
The swan and goose in thèse legends are often connected with darkness 
and death. In children's rhymes the swan is spoken of as going to 
England — in myth, a land of darkness and the dead (ibid., 38, 39). A 
goose spirit swims on the Use (Proehle, Unterharzische Sagen, p. 100). 
A ghostly white swan draws a man and his boat to an island in a 
legend from Mark (Z. f. D. Mythol. III. 46). A swan-woman and her 
castle sink into the Teufelsee, like Gerôid and his castle (Cassel, 9). 
The leap which appears in the Charos and Gerôid legends does not occur, 
so far as we know, in connexion with Garuda. Garuda, however, is 
Vishnu's bird ; and one is reminded of Vishnu's three (apparently solar) 
strides ; and also of « the three high leaps and the three south leaps » 
which Cu-Chulaind made on the Slighe-Midlûachra [Seirglige Clioncu- 
lainn éd. Curry, 122). 

To what has been offered above upon the probable origin of the 
Gerôid 'larla tradition should be added that the Florentine Gherardini 
had their castles in the Val d'Else; andthat the name Lotteringo (Lohen- 
grin)occursamongthem. Traces of the legend may be perhaps discerned 
in the following names : Schwanau, III^ Elz^ Cans-pâch (Gans-bach), 
Epfen-àorf, ail near Geroldseck; Eber-hâch, Asch-affen-hurg (?) ; Epp- 
stein, Eppen-slein] Gérard-mer (in Vosges, near Remiremont;. 



A version of the Gerôid 'larla legend localized at Castle-Island in 
Kerry makes three of the Fitzgeralds fly away as wild geese, at the fatal 



... Titan médium quo tempore ducit 
Sub nostra tellure diem (Lucan. 6, 570). 



274 Geroid 'larla. 

moment, neverto return. This circumstance, and the identity of geese 
swans, crânes etc. in thèse legends, suggest that in the cycle of myth.' 
referred to above we may find something to throw light on the well-; 
known Gallic représentation found under the choir of the cathedral churcl 
of Paris, the TARVOS TRIGARANVS, or bull with three crânes on hi: 
back. In the first place that représentation should hâve something to d( 
with the very ancient cosmogonie fable — Egyptian, Persian and Chi 
nese — according to which the World-Egg, swimming about the sea 
floated to a rock, and lay there. The Bull came, and broke its shel: 
with his horns : forth came the world and ail therein, and the Bull ani-i 
mated men with his breath (Vollmer, Mythologie, s. v. Urstier). Variouij 
interprétations are no doubt applicable to différent bull-myths. Th«| 
manfaced bull, represented on gems, on whose back rides a womaij 
presenting him drink, is probably a Sea- or River-Bull with a River-| 
Nymph. The original of the myth of Europa seems to be the Babyloniarj 
moon-goddess Istar, depicted on s.eals as carried by the Bull. Th<l 
slaying of the Mithraic Bull represented, according to Statius, the domi-| 
nation of the Sun over the Moon. Corning, however, to the spécial 
country in point, it is plain that the Bull was a prominent figure ir 
Gallic mythology, perhaps figured in some forgotten legend of the origirj 
ofthe Gauls. The Cimbri, Ambrones, and Teutones, the host whicf.l 
menaced Rome with destruction in the consulate of Marius, swore « b}'' 
a brazen bull «. The Merovingian kings deduced their descent from a 
bull which came out of the sea. Besides the Tarvos Trigaranus, Gallic? 
bronzes exhibit (Juppiter) Dohchenius and Mercurius each standing on| 
a bull (D. Martin, Religion des Gaulois, I, 407, 442, 4^5). 

In the majority of thèse cases the Bull would seem to be, in his 
origin, an embodiment ofthe bellowing Thunder'; and the correspon- 
ding female divinity, — lo, Istar, etc., — is primarily the Moon or 
Moon-Cow. The GalHc Bull is perhaps one and the same with the bulij 
of Cùroi mac Dâire — Tarbh Conrui — which is famed in Irish traditionj 
yet. « Géiin Tairbh Conru' san aer » (« the roaring of Cdroi's Bull in thel 
air ») is said of his bellowing ; and he is said to émerge from various 
rivers and various lakes (e. g. Loch-Mic-Aicéid, Lough Hackett, in the 
county of Galway). No doubt he has relations i. to the F indbennach and 
Donn-Chuailnge of the Tain; 2. to the Ychain Bannog who draw the 
Afiinc from the lake in Welsh traditions. Cf. also the « Dainh Dili, the 
« third wonder of Glenn Dalldin. Out of the same lake came his father, 

I. Or of Darkness, from which the Gauls sprang (ab Dite Pâtre). Caes. Comm. VI, 18. 



i 



Geroid 'larla. i-js 

« copulavitque cum a cow of the cows of the braghaidh near the church, 
a so that he begot the Ox [Damh] of it. » (See original Irish apud OD. 
ad OR., s. V. Dam dili.) 

In the breaking of the World-Egg by the Thunder-Bull, and the géné- 
ration of the Sun and Moon-Polydeukes and Helen — by the Thunder-God 
Zeus in swan shape, we seem to see ideas which are illustrated by the 
living superstition that « Swans are always halched during a thunder- 
a storm » [Notes and Queries, II. 510). And as the crânes, in the repré- 
sentation under considération, may be taken as mythologically identical 
with swans, we are thus able to connect both the Bull and the Crânes 
with that élément which we know was the object of suprême adoration 
in ancient Gaul, as in ancient Ireland and ancient Germany etc. — the 
Thunder, deified as Taranis", as Crom, as the hammer-bearing Dis 
Pater^ as Thor or Thunor, and Perkun. 

It seems not wholly impossible that in the Tarvos Trigaranus some 
allusion may hâve been imagined to Gaul itself and its three divisions 
(« Gallia est omnis divisa in partes très «, etc. G.I. Caesaris Comm. I). 
An odd coïncidence may be noted in modem English caricature. During 
the Napoleonic war English mugs were made representing a human- 
faced bail with a Jack-daw on his back looking across the Channel in 
défiance at the Gallic Cock [Notes and Queries, 6 March 1880^ p. 189). 

The Grane-Dance, cited by Dom Martin, performed by Theseus and 
his companions at Delos before Apollo's altar, in thanks for the victory 
gained over the Cretan Minotaur, should properly be mentioned hère. Cf. 
the English Duck-Song and game printed above ; and also the « Frog- 
« Dance » which survives among school boys in England. 

The incident of the weeping of Ger6id's wife, and his restoration of 
sight to his child, seems related to the conception of the sun as k lovis 
« pculus i), a Odin's eye », « Varuna's eye » (Preller, I. 352); to that 
of Charon as « bright-eyed » ; and to the fable of the weeping Sun- 
Swan Kyknos. Probably certain superstitious cures of eye disorders by 
herbs etc. gathered on the eve of St. John's Day, — a solar festival — 
must be explained in the same way. 

Professor De Gubernatis justly remarks, « When the hero... becomes 
« an aquatic bird. . « is drawn by a swan, or rides upon it, it means 
«that heis traversing the sea of death » (Z. Myth. II. ?i6). Dr. Dennys, 
who is unaware of Western parallels, writes as foUows of Chinese 
beliefs. « A number of curious practices connected with burial and mour- 

I. Cf. Etterun, a British idol named in certain Irish tracts cited by Pétrie {Tara Hill). 



276 Geroid 'larla. 

« ning are without doubt purely Chinese. Thus, on the sixtieth day aft 
« death, the family place on a table a number of plates containing offi 
« rings of food etc. accompanied by the never-absent incense. Besid 
« thèse they place on the table a wash-bowl fuU of water in which 
« floating half a duck's egg. A paper and bamboo diick, astride of which 
« a paper hiiman image, is then placed on the water beside it. The ima 
« personifies the deceased, the duck his means of transport and the egg-sh( 

« a boat A yet more inexplicable practice is that of placing a pap 

« image of the departed in a wheeled sedan-chair of similar materiî 

« to which is attached a paper crâne Ranged in front of the crâne a 

« numerous articles of dress, money etc. (ail of course in paper), and 
« some way the crâne is supposed to convey both the spirit of the deceas, 
« and the goods on their onward passage. » (Folk-Lore of China, iSyii 

p- M)- _ ; 

In thèse notes we hâve not attempted an inquiry into the questic' 
how much of the Swan-Knight taie may hâve been borrowed froi 
sources directly Celtic. It has often been conjectured that the elemeij 
El- in Flse, Helias etc. is the Celtic word ela, a swan. The legend assij 
mes interesting forms in Sweden, and other Northern countries ; and :] 
each case the same élément occurs in the names. This would suggej 
that the Northmen may hâve brought back the taie with them froi: 
Ireland and other Celtic lands. In many legends a Ring is associate! 
with the Swan. It appears in the arms of the Counts of Habsburg Lai 
fenburg, of the Lords of Crequi and Plesse, and in the badges of thj 
numerous Swan Orders (Cassel, op. cit., 32) : it may even explain th 
meaning of the obscure badge of the Order of the Eléphant, institutei 
by Christian I. of Denmark. At least it is worth noting that the swan :| 
primarily a solar bird. Now the ring of light which précèdes the sun! 
rising is at this hour called in Ireland fdinne an lae (annulus diei). Can 
be that in thèse Cehic words, ela « swan », fdinne, « ring «, we mu;, 
seek the explanation of the origin of the Eléphant Order? The royî'j 
shield of Denmark, which issurrounded by the Eléphant collar, includci 
also the collared swan of Stormar. 

D. F. 



Les langues celtiques dans les Iles Britannicjues et en France. 27' 



LES LANGUES CELTIQUES DANS LES ILES BRITANNIQUES ET 

' EN FRANCE. 

i 

I D'après le travail de M. Ravenstein publié par le Journal ofthe statis- 
\ tical Society^ voici comment sont répartis les celtisants dans le Royaume- 
Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande. 
j Irlande. 

[ !0 Dans les comtés où les Gaels sont en majorité, l'irlandais est parlé 
1 par 343,297 individus 

; 2° Dans les autres comtés par 474,277 

( 3° Dans la Grande-Bretagne par s 0,000 

I Total des Irlandais qui se servent de dialectes cel- 
tiques 867,574 
Ile de Man. 
Celtisants 12,534 

Pays de Galles. 
r Dans les comtés où ceux qui parlent le gallois sont en majorité, le 
; gallois est parlé par 887,870 individus 

; 2° Dans les autres comtés par 46,660 

j 5° Dans le reste de la Grande-Bretagne par 62,000 

Total des Gallois qui se servent de leur langue ma- 
ternelle 996,530 

ECOSSE. 

1° Dans les comtés où les Gaëls dominent, la langue gaélique est par- 



242,207 individus 
58,746 
301 
8,000 



lée par 
2" Dans les autres comtés par 
3" En Irlande (Antrim) par 
4° En Angleterre et dans le pays de Galles par 
Total des Écossais qui se servent du gaélique 309,254 

Ce qui pour la totalité du Royaume-Uni donne 2,185,892 celtisants, 
soit 1/7 de la population totale. 

Si l'on veut déterminer le nombre de ceux qui se servent exclusive- 
ment des dialectes celtiques et de ceux qui comprennent les deux langues, 
on obtient le tableau suivant : 



Irlande 
Ile de Man 
Pays de Galles 
Ecosse 



i" Individus qui ne 
comprennent que les 
dialectes celtiques. 


2° Qui comprennent 
l'anglais et le cel- 
tique. 


Total de ceux qui se 
servent de dialectes 
celtiques. 


103,560 

190 

304,110 

48,873 


764,014 

'2,345 
692,420 
260,381 


867,574 

12,554 

996,530 

309,254 


456,755 


1,729,160 


2,185,892 



'9 



278 Les langues celtiques dans les Iles Britanniques et en France. 

Pour la France, il n'existe pas de travail aussi complet et aussi sérieu 
sèment fait que celui de M. Ravenstein; il est à désirer que lors d' 
prochain recensement cette lacune soit comblée, et que les feuilles d 
recensement pour les départements où la langue bretonne est en usage 
aient : 1° une colonne où l'on indique les personnes qui ne comprennen: 
que le breton; 2" une colonne où l'on indique celles qui comprennen 
les deux langues; 3° une colonne où l'on indique celles qui savent lir 
et écrire en breton. 

En attendant ce travail complet, je vais essayer de dresser pour 1 
Bretagne un tableau analogue à celui que je viens de faire pour l'Angle, 
terre d'après les travaux de M. Ravenstein. Les chiffres que je cite pouj 
la Bretagne, et qui sont empruntés à deux articles que j'ai publiés l'u: 
dans les Bulletins de la Société d'anthropologie, année 1878, l'autr 
ici même (voir plus haut, p, 128), ne sont que probables, et entre eux r 
la réalité il y a sans doute des différences de plusieurs milliers. 

Bretagne. 



Côtes-du-Nord 
Finistère 
Morbihan 
Loire-Inférieure 



" Individus qui ne 
comprennent que le 
breton. 



2 1 5,000 

379,000 

174,000 

200 



768,200 



2° Qui comprennent 
le français et le 
breton. 



I 50,000 

2 1 1,000 

162,000 

1,000 



524,000 



Total 

de ceux qui se servei 

du breton. 



302,000 

590,000 

336,000 

1,200 



1,229,200 



Si l'on ajoute à ces chiffres celui des bretonnants des colonies de Tré| 
lazé et du Havre, on arrive à un chiffre de bretonnants qui peut aller d, 
1,230,000 à 1,240,000. Si l'on adopte le premier chiffre, on peut dres! 
ser le tableau suivant des celtisants qui habitent l'Europe. 

Total des individus qt 
comprennent les diii 
lectes celtiques. | 



Angleterre 
France 



Individus parlant seu- 
lement un dialecte 
celtique. 



456,735 
768,000 



1,224,735 



Parlant 

le celtique et une 

autre langue. 



1,829,158 
524,000 



2,353,i$8 



2,285,893 
1,230,000 



^5'5>89î \ 



Le nombre des celtisants en Europe peut être évalué en chiffres rond| 
à trois millions et demi, 

Paul SÉBILLOT. 



BIBLIOGRAPHIE. 



De quelques publications d'outre-Pyrénées. 

La renaissance des études archéologiques en Espagne et en Portugal 
doit beaucoup à M. Hubner, non seulement par ses Inscripîiones Hispa- 
n'u Latins, qui forment le t. II du Corpus de Berlin), mais aussi par son 
influence sur les savants de la péninsule ibérique que son exemple excite 
et que sa critique souvent dirige. En même temps le savant de Berlin ne 
cesse, dans des articles soit originaux, soit critiques, de faire connaître 
le mouvement archéologique d'outre-Pyrénées. 

Une récente brochure de M. H. raconte les fouilles de Citania et en 
donne les résultats scientifiques '. Citania est le nom (d'origine problé- 
matique d'une montagne dans la Serra de Falperra, dans la province de 
Minho, nord du Portugal. D'après la tradition populaire, il avait existé 
dans le pays une ville aujourd'hui disparue. On l'a retrouvée il y a quel- 
ques années sur cette montagne de Citania dont la nature avait fait une 
sorte de presqu'île, c'est-à-dire un lieu facile à défendre. Les fouilles 
dirigées par un archéologue zélé et compétent^ M. Sarmento, ont fait 
retrouver des murs d'enceinte, larges de deux mètres, et de construction 
cyclopéenne, des rues pavées, des huttes circulaires, des fragments 
architectoniques, des pierres avec ornements, quelques fragments épi- 
graphiques mais dont il ne sort aucune lumière historiques, des frag- 
ments de poterie, et quelques monnaies (malheureusement la plus impor- 
tante a été aussitôt perdue que trouvée;. — Notons aussi que sur les 
rochers du plateau on a constaté des signes circulaires analogues à ceux 
que l'on a déjà remarqués dans beaucoup de pays et notamment en 
Ecosse. — La conclusion de M. H. est qu'on a dans Citania un oppidum 

I. Citania; Altherthûmer in Portugal, von E. Hùbner, 43 p. in-8. Berlin, Weidmann, 
1880, extrait du t. XV de l'Hermès. — Cette brochure forme comme une seconde édition 
de la monographie consacrée par M. H. aux ruines de Citania. Ce premier travail avait 
été traduit en portugais avec notes et additions par M. Joaquin de Vasconcellos ; traduc- 
tion qui forme le >■= fasc. d'une revue publiée à Porto par M. J. de V. sous le titre 
i'Archeolûgia Arlistica. 



28o Bibliographie. 

de Pépoque anté-romaine, qui a survécu un certain temps à la conquête, 
modifié dans ses usages par l'influence de l'industrie et de la civilisation 
des vainqueurs, mais qui a commencé à se dépeupler dès le temps d'Au- 
guste, alors que la population abandonnait ses nids d'aigle pour les 
villes romaines. L'absence de gravures qui représentent les monuments 
rend plus difficile la lecture du travail de M. H. : l'auteur en promet 
pour une publication postérieure. Les monuments les plus importants 
ont été représentés dans la revue madrilène La Academia de 1877. 

L'un d'eux, la Pedra fermosa ou « belle pierre » où l'on voit, formant 
bordure, une ornementation en spirale, qui rappelle de loin des S et des 
C entrelacés, est figuré dans une brochure de M. Sarmento, l'heureux 
explorateur de Citania, brochure publiée à l'occasion du précédent tra- 
vail de M. Hùbner sur le même sujet '. M. Hùbner a rendu aux services 
et au mérite de M. Sarmento un hommage auquel nous sommes heureux 
de nous associer. Mais ce ne sera pas sans exprimer le regret que les 
savants d'outre-Pyrénées croient licite de fabriquer des étymologies cel- 
tiques avec le dictionnaire irlandais d'O'ReilIy. Nous avons à cela plu- 
sieurs raisons : 1° Il y a dans O'Reilly des mots forgés, qui n'ont jamais 
existé. 2° Les mots y sont donnés sous leur forme moderne. ^5" Pouij 
transporter un mot d'irlandais en ancien celtique, il faut tenir compte 
des lois phonétiques de la famille celtique tout entière. Aussi est-i 
impossible d'admettre que le mot airg, que M. Sarmento croit lire 
dans un monogramme assez compliqué, soit le génitif d'un mot ar^ 
« prince » qu'il a trouvé dans O'Reilly. Il est contraire à toute vraisem- 
blance de supposer que les génitifs à flexion interne aient existé à um 
époque aussi ancienne. 

La même erreur capitale est au fond d'une dissertation publiée par ui 
jésuite espagnol, ingénieux historien, le R. P. Fita^. Le titre Restes d\ 
la déclinaison celtique et celtibérique dans quelques inscriptions espagnole} 
annonce une grande découverte, mais ce n'est qu'illusion. Le P. Fitj 
compare les noms et les formes des inscriptions hispano-latines ave^' 
les mots et les formes de l'irlandais et du gallois : il suppose que le 
phénomènes des langues nco-celtiques se sont passés dans l'ancien cel i 
tique d'Espagne. C'est dire qu'il ne se rend pas compte que ces forme 
néo-celtiques sont le résultat de longs siècles d'usure, et que la flexio 



1. Observacoes a Caîania do Snr. Doctor Emilio Hùbner. Porto, 1879, 46 p. in-8 
2 planches. 

2. Restas de la Declinacion céltica y celtibérica en algunas lapidas Espanolas por 
P. Fidel KiTA, S. J., Madrid, Maroto, 1878, 172 p. in-8. 



Bibliographie. 281 

interne, par exemple, est sortie de la flexion externe sous Pinfluence de 
l'accent tonique. A priori, il est invraisemblable que le celtique d'Espagne 
ait vécu assez vite pour précéder les autres langues celtiques de mille 
ans dans ce travail de décomposition. Cela est également invraisemblable 
a posteriori, puisqu'on ne trouve rien de semblable dans le celtique de 
Gaule. Le grave défaut de la méthode du P. Fita est justement de négli- 
ger les formes gauloises qui sont à peu près du même âge que les formes 
obscures des inscriptions d'Espagne et qui lui auraient fourni un inter- 
médiaire entre l'Espagne et les Iles Britanniques. 

Un exemple fera mieux voir le caractère aventureux des hypothèses 
du P. Fita. Il trouve dans une inscription la formule VIF ip. 17). Pour 
lui c'est la forme correspondante au breton et au gallois mab, au gaé- 
lique mac. Il explique 1'/ pour Va par l'exemple du pi. bret. mipieri et du 
génitif irlandais mie, — le V initial pour M par une mutation analogue — 
et l'F pour P par l'influence des colonies grecques établies dans la région 
où l'on a trouvé cette inscription. Laissant ce dernier point, qui échappe 
à toute discussion scientifique par l'absence de faits du même ordre, il est 
aisé de constater que 1'; pour l'^i dans mipien et mie est un phénomène récent. 
Le génitif irlandais mie est pour l'anc. irl. maie, lui-même pour *maqL, 
forme probablement contemporaine des inscriptions latines d'Espagne ; 
— le pluriel breton mipien est pour meib-ien, double pluriel formé avec 
le suffixe ien à l'époque où la langue avait perdu conscience de l'ori- 
gine de meib. Meib iqui existe sous cette forme en gallois) est en effet 
un pluriel à flexion interne, contracté d'un pluriel à flexion externe 
'mabi ou 'mapi. — C'est peut-être le radical de ce nom qui se ren- 
contre dans le nom gaulois MAPILII connu par une marque de potier 
(Schuermans n° 3253). 

Le R. P. Fita dit très justement que dans l'étude des antiquités cel- 
tiques de l'Espagne, il faut remplacer les systèmes a priori par la claire 
lumière de la méthode expérimentale : « En vez de slstemas a priori que 
condQcen â resultados histôricos y etnolégicos tan exagerados y apuestos 
como los de Humboldt y Lemiére : lo que importa sobre todo es no dar 
paso alguno que no lleve por delante la clara luz del método expérimental, 
ô el criterio despreocupado que se funda sdlidamente en la verdad de 
los hechos » p. 19-20 . Cela est fort bien dit, mais faire de la linguis- 
tique sans tenir compte des lois phonétiques propres à chaque dialecte 
et à chaque époque n'est pas apphquer la méthode expérimentale. Le 
R. P. Fita s'en apercevra lui-même en poussant plus loin ses études de 
linguistique. Il est aisé de voir que cette dissertation est l'essai d'un 
débutant, mais d'un débutant à l'esprit trop large et trop pénétrant pour 



282 Bibliographie. 

ne pas se corriger lui-même. Nous attendons le R. P. Fita après son 

voyage à Damas. 

La dissertation de M. Jacques Costa sur l'organisation des Celtibères ' 
est aussi déparée par des étymologies erronées. M. C. accepte les éty- 
mologies du P. Fita et en tire des conséquences historiques : il en 
donne aussi de son cru, en tirant de cette source impure d'O'Reilly. 
Ainsi il en a extrait (p. 9), après bien d'autres, hélas! ce mot //'/', aibh 
« tribu » qui n'existe pas et qu'on pourrait croire disparu de l'arsenal des 
étymologistes après la note que M. Wh. Stokes a communiquée aux 
Lectures de M. Max Mùller [La science du langage, sixième leçon, note). 
M. C, du reste, a tiré des faits intéressants des inscriptions latines 
d'Espagne publiées par M. Hùbner. — Il nous dit dans une note (p. 34) 
que l'emblème de la race celtique était « la encina »; il ne s'agit pas du 
dieu Encina dont il a été question plus haut (p. 112); encina veut dire 
« chêne » en espagnol. H. G. 



La Haute-Savoie avant les Romains, par Louis Revon, bibliothé- 
caire et conservateur du musée d'Annecy. Paris, Champion, 1878, 
63 p. gr. in-4" sur 2 col. avec 184 vignettes. — Prix : 10 fr. 

Sous une forme simple, claire et modeste, M. R. a dressé un inven- 
taire fort intéressant des antiquités et découvertes faites dans la Haute- 
Savoie. Il traite successivement des objets suivants : grottes et abris, — , 
monuments mégalithiques, — âge de la pierre, — stations lacustres, — ! 
fonderies, — âge du bronze, — sépultures, — oppida ou refuges, — < 
numismatique gauloise, — mythologie gauloise et légendes. — Un grand 
nombre de dessins représentent les monuments et instruments dont il 
est question. La Haute-Savoie est pauvre en dolmens ; on n'en compte 
que cinq ou six, et il paraît que la Savoie est plus pauvre encore. Plu- j 
sieurs monuments ou accidents naturels portent là, comme dans le reste i 
de la France, le nom de Gargantua. M. R. a rapporté quelques histoires i 
de fées relatives aux pierres, mais il ne parle pas de pratiques supersti- 
tieuses dont elles soient l'objet : les archéologues négligent un peu ce 1 
côté de la question. M. R. parle (p. 55) d'un rocher que « les chartes { 
du xiv^ et du xv" siècle appellent peulvanum quod dicetur Margena. » j 
Nous serions curieux d'avoir une indication précise de ces textes : car | 

l'emploi du mot peulvan nous étonne à cette époque et dans cette région, j 

( 
I. Organizacion politica, civil y religiosa de los Cdtiberos por Joaquin Costa, Doctor '■ 
en Derecho civil etc. Madrid, Montoya, 1879, 47 p. in-8. 



Bibliographie. 283 

— M. R. donne une bibliographie détaillée des travaux dont chacun de 
ces monuments a déjà été l'objet. Son répertoire est à tous égards inté- 
ressant et utile. 

H. G. 



Recherches archéologiques sur les colonies phéniciennes éta- 
blies sur le littoral de la Celtoligurie, par l'abbé J.-J.-L. Barges. 
Paris, Leroux, 1878. In-8°, 160 pages. — Prix : 7 fr. $0. 

En 1845, on découvrit à Marseille une inscription phénicienne du 
plus haut intérêt : c'était le tarif des sacrifices d'un temple de Baal. 
M. l'abbé Barges, qui fut un des premiers à Pétudier, crut y voir la 
preuve de l'existence à Marseille d'une colonie phénicienne antérieure à 
l'arrivée des Phocéens; et, depuis lors, il n'a cessé de défendre cette 
thèse. C'est elle qu'il reprend aujourd'hui, en étendant ses recherches à 
tout le littoral de la Gaule méridionale. 

L'existence de comptoirs phéniciens sur les bords du golfe de Lion 
n'a rien que de très vraisemblable. Les Phéniciens avaient des établisse- 
ments sur presque tous les points du littoral de la Méditerranée, en 
Grèce, à Malte, en Sicile, en Sardaigne, en Corse, en Italie; ils devaient 
en avoir aussi en Gaule. Le danger est d'aller trop vite, et de voir les 
Phéniciens partout, comme on a fait dans le temps pour les Celtes et 
pour les Étrusques. 

M. l'abbé Barges passe en revue dix ou douze noms : Pyrene ou Illi- 
beris, Ruscino, Narbonne, Heraclea Viennensis, la Crau, Nîmes, Heraclea 
Caccabaria, Alonis, Monaco, Portus Herculianicus et Marseille. Il 
cherche à en établir l'origine phénicienne, soit par la tradition, soit par 
i'étymologie, soit par des monuments. 

Laissons de côté Narbonne, que rien absolument n'autorise à mettre 
au rang des colonies phéniciennes. Une première catégorie comprend 
des villes qui n'ont rien de phénicien, mais dont la légende rattache les 
origines aux pérégrinations d'Hercule. On admet en général que cet 
Hercule est Melqart, l'Hercule tyrien ; ses aventures sont la forme mytho- 
logique que la légende a donnée aux migrations des Phéniciens. Illibéris, 
l'ancienne Pyrene, au pied des Pyrénées, rentre dans cette première 
catégorie. Le serpent dont accouche Pyrene, la fille du roi des Bebryces, 
amoureuse d'Hercule, nous ramène à un ordre d'idées familier aux 
peuples sémitiques. La plaine de la Crau, cette mer de cailloux qui s'étend 
derrière l'étang de Berre, est le théâtre d'un mythe de la même famille. 
C'est là qu'Hercule, étant arrêté dans sa marche par les fils de Neptune, 



284 Bibliographie. 

Albion et Bergion, le ciel vint à son secours, et écrasa ses ennemis sous 
une pluie de pierres; mais c'est aller bien loin que de compter ces 
endroits, sur la foi d'une légende aussi vague, au nombre des établisse- 
ments phéniciens. 

Une autre série de villes comprend celles dont le nom semble dénoter 
une origine phénicienne. Ce sont tout d'abord les Heraclea, les Portus: 
Herculis, en général, toutes les villes, si fréquentes sur le littoral de la{ 
Méditerranée, dans lesquelles entre le nom d'Hercule. On en comptai 
quatre entre la frontière italienne et l'embouchure du Rhône : Monacoi 
{Portas Herculis Monœd) ; un peu plus à l'est, un autre Portus Herculisi 
[VHerculianicus Portus de l'Itinéraire maritime) que Ptolémée distingue! 
du précédent; puis, en allant vers l'ouest, Heraclea Caccabaria, à la 
pointe Cavalaire,et l'Heraclea Viennensis, sur la rive droite de la grande 
embouchure du Rhône. Nous avons là un degré de probabilité bien plus] 
considérable, parce que ces noms nous attestent l'existence du cultei 
d'Hercule, c'est-à-dire de Melqart, et viennent donner un point d'appui' 
à la tradition. Mais, là encore, il ne faut user de l'étymologie qu'avec ^ 
une grande circonspection. 

L'origine phénicienne de Monaco ne laisse guère de place au doute. 
Il y avait là un fort et un temple d'Hercule, Strabon le mentionne 
expressément ('lepbv 'Hpay.>véo'jç Movoi/.ou xaXou[jLévou, 1. IV, p. 201-, 
202). L'aspect des lieux répond fort bien à l'idée que l'on doit se faire 
des comptoirs phéniciens : un petit golfe, protégé par un promontoire, 
sur lequel s'élevait la chapelle de Melqart. 

L'explication du mot Monœci, qui a donné Monaco, est plus 
incertaine. On le rattache, en général, à un mot grec Mévoaoç, et on 
traduit « qui n'a qu'un seul temple », ou bien : « qu'on adore seul dans 
son temple ». Il vaudrait mieux n'avoir qu'une seule explication, qui fût 
entièrement satisfaisante. Sans doute, Melqart n'avait qu'un grand sanc- 
tuaire, celui de Tyr, mais cela n'empêchait pas les Phéniciens de lui éleveri 
des chapelles dans tous les lieux où ils abordaient. Monaco ne se distin-! 
guait pas à cet égard de tous les autres sanctuaires de Melqart. Serait-ce 
le dieu qu'on adore seul dans son temple.? C'est là encore une idée plus! 
grecque que sémitique. Or la forme !Movo{y.ou doit cacher un nom étran-j 
ger. Môvotxoç n'est pas d'une formation bien régulière au point de vue' 
de la grammaire grecque. Le mot n'est d'ailleurs jamais employé qu'au i 
génitif, comme un nom indéclinable. 

Qui sait si ce ne serait pas la simple transcription du vocable du dieu 
et si le grec M6voaoç ne serait pas un essai d'étymologie a posteriori i 
C'est l'idée qui est venue à M. Barges. Nous n'osons dire qu'il ait réussi 



Bibliographie. 285 

à la rendre acceptable, et que son Hercule Menouah. « Hercule qui donne 
du repos, » vaille mieux, vaille même autant que les anciennes explica- 
tions. Ce qui nous arrête, ce n'est pas le changement du het en kappa; 
la langue phénicienne en offre, quoi qu'on en ait dit, plus d'un 
exemple certain, on les a cités ailleurs; mais c'est que cette étymologie 
ne repose sur rien. 

Heraclea Caccabaria paraît être aussi d'origine phénicienne. Le mot 
Caccabaria rappelle de très près l'ancien nom de Carthage, Caccabe. 
Mais Caccabaria veut-il dire « la tête de lion », caccab ari? M. l'abbé 
Barges nous permettra d'être moins affirmatif que lui sur ce point ; 
d'autant qu'à côté de cette étymologie sémitique, il en est une autre, 
qui pourrait ne pas paraître moins naturelle à certains esprits, et qui 
ferait venir Caccabaria du grec •/.ax/.àê-^, en latin caccabus, « vase, 
poterie ». 

Nous éprouvons moins d'hésitation en présence ù'Alonis, qui était 
située non loin d'Heraclea, à la pointe des Gourdons. Voilà un nom qui 
a certainement une physionomie sémitique. Il reparaît, sous la forme 
'AXwvai, sur la côte d'Espagne. Toutefois, de même que pour Heraclea 
Caccabaria, il est possible que la ressemblance soit trompeuse, et que 
nous soyons en présence d'un nom grec. 

Enfin, à l'autre extrémité du golfe, Ruscino nous offre un nom franche- 
ment phénicien, punique même. On le retrouve, sous la forme Ruscinona, 
sur la côte d'Afrique, entre Hippo Zaritas et Utique. Mais nous ne 
pouvons, ici encore, adopter l'étymologie qu'en donne M. l'abbé Barges: 
Ros liinno, « la capitale du golfe ». Ros ne signifie jamais, dans l'ono- 
mastique ancienne, la capitale, mais le cap ; c'est le Raz de l'arabe 
moderne. Il se peut d'ailleurs que nous n'ayons pas affaire à une ancienne 
colonie phénicienne, mais à une colonie de Carthage, qui aurait emprunté 
son nom à Ruscinona. 

On voit combien de doutes soulèvent toutes ces identifications. Pour 
leur donner de la consistance, il faudrait des monuments ou des inscrip- 
tions. Par malheur, ils nous font presque entièrement défaut pour tout 
le midi de la Gaule. Nous craignons que ceux qu'invoque M. l'abbé 
Barges, au lieu d'entraîner la conviction, n'inspirent à certains esprits 
des doutes sur les résultats des études sémitiques. 

Tous appartiennent à Marseille, sauf un, qui est des environs de 
Nîmes, et dont il nous faut dire présentement quelques mots. 

Les Phéniciens ont-ils pénétré dans l'intérieur des terres ? Cela est 
fort douteux. Il est vrai qu'on a voulu les retrouver à Alesia, et jusque 
dans les Vosges. M. l'abbé Barges nous prévient qu'il n'ira pas aussi 



286 Bibliographie. 

loin; il fait bien. Il s'arrête à Nîmes. Là encore nous retrouvons Hercule 
Son histoire même, s'il faut en croire Ammien Marcellin (XV, 9, 6), éta: 
consignée par écrit sur les monuments de cette ville : quos etiam ne 
legimus in inonumentis eorum incisum. Ces inscriptions, il n'est pas besoii 
de le dire, sont perdues; et peut-être, si nous les avions, y lirions-nou' 
tout autre chose qu'Ammien Marcellin. Celle que reproduit M. l'abb 
Barges a été trouvée à Vaison, et est conservée au musée d'Avignon 
elle est grecque, et mentionne la dédicace d'un temple à la déess 
BHAHCAMIG. Le nom du donateur est gaulois. 

M. l'abbé Barges en rapproche, non sans raison, la Minerva Belisam 
qui figure à diverses reprises sur des inscriptions de Gaule, et il y cro 
retrouver le nom de la grande déesse asiatique Baalat Samaïm, « 1 
reine des cieux ». Il faut reconnaître que les éléments réponder 
assez bien à ceux du nom de la déesse phénicienne. Cette identifi 
cation s'était déjà présentée à l'esprit de Selden dont le jugement éta 
très sévère. On n'a encore trouvé sur aucune inscription le nom de 1 
déesse ; mais on sait, par celui du dieu correspondant, quel il deva 
être. Ce dernier se lit en tête de la grande inscription d'Oum-el-Aouamid 
c'est Baal-Samaim, « le roi des cieux ». On y reconnaît sans peine \ 
PscAcaiJ/fjV de Sanchoniathon, le Baalsamen du Pœnulus. Belesamis n 
correspond pas rigoureusement à Baalat Samaïm. Pourtant, latranscrip( 
tion est moins incorrecte que beaucoup de celles que nous a léguée^ 
l'antiquité. 

Nous n'osons toutefois^, en l'absence d'autres preuves, la donner pouj 
certaine. Surtout, nous garderions-nous de conclure de l'existence d'uj 
temple de la déesse Belisama à Nîmes, à l'origine phénicienne de l| 
ville. L'inscription est de date récente ; et le culte de Belisama a pu êtr; 
introduit à Nîmes, sans que les fondateurs de la ville aient été des Phé 
niciens. A elle seule, cette inscription ne prouve rien, non plus que 1 
petit autel dédié à Jupiier Heliopolitanus et Nemausus, qui est conserv 
dans la maison carrée à Nîmes. 

Tous les autres monuments proviennent de Marseille. Les deux pre 
miers (planches I et II) sont perdus. Nous ne les connaissons que par 1 
dessin et la description qu'en a donnés au siècle dernier un archéologu 
de Marseille, Grosson. L'un est un petit édicule, entouré de niches d 
tous les côtés, et que supporte un monstre à tête de taureau; dans un 
des niches est assise une petite idole, les bras levés. Une inscriptio: 
court le long de la corniche, puis change de direction et remonte verti 
calement, en suivant l'arête principale du monument. Grosson était trèj 
réservé à son endroit : « La bizarrerie de la construction de ce monu ! 



Bibliographie. 2 87 

( ment, dit-il, ne donne qu'une idée confuse de l'usage auquel il devait 
( être destiné ; un édifice et des caractères singuliers laissent à désirer 
( leur interprétation. » Il ajoute pourtant que ce pourrait bien être du 
)hénicien. Mais on sait ce que l'on entendait par phénicien à son époque. 
.:'est ce mot sans doute qui a engagé M. l'abbé Barges dans l'expli- 
cation qu'il en a donnée, car il faut avouer que l'inscription n'a, pour 
in esprit non prévenu, rien de phénicien. M. l'abbé Barges la lit de la 
açon suivante : l'Baal Melqarî mizbeah iehosuah, « à Baal Melqart, autel 
le la victoire «. On pourrait y lire n'importe quelle autre légende avec 
a même facilité. Il n'y a ni Baal, ni Melqart, ni Mizbeah, ni Jehosuah. 
S'il fallait y voir une écriture sémitique, et peut-être Grosson a-t-il eu 
•aison sur ce point, on aimerait mieux y voir du palmyrénien, ou du 
;yriaque, ou même de l'arabe ; il y a entre les lettres des ligatures qui 
appellent les alphabets sémitiques de basse époque. Mais l'architecture 
lu monument déroute entièrement; elle rappelle plutôt ces pastiches 
[ue le moyen âge a produits en si grand nombre, 
t II en est de même d'un second monument ^planche II) également 
jublié par Grosson. C'est un autel supporté par un lion et un sphinx. 
Sans doute, rien n'est plus fréquent, dans l'antiquité, que de voir des 
;iutels entre des lions. La côte de Phénicie, Byblos, l'île de Chypre en 
burnissent de nombreux exemples. Mais la disposition est autre. Ici 
mcore l'aspect du monument n'est pas encourageant et nous impose 
ine grande réserve. 

' Les antiquités encore actuellement existantes sont : 1° 47 stèles qu'on 
Il découvertes lorsqu'on a fait la rue Impériale ; 2° le tarif des sacrifices. 
^es stèles reproduisent toutes, sauf une, le même thème. Une niche avec 
m petit banc sur lequel est assise une femme, vêtue d'une longue robe, 
-e tout est à peine dégrossi. M. l'abbé Barges donne comme certaine 
eur provenance phénicienne. En tous cas elles ne rappellent en rien 
es ex-voto phéniciens connus jusqu'à ce jour. Il est d'ailleurs difficile 
le se prononcer à distance sur des monuments aussi grossiers, et dont 
la reproduction laisse peut-être à désirer. M. Conze, qui les avait déjà 
)ubliés à \'Arch£ologiscIie Zeitung en 1866, en a donné des reproductions 
'lui s'écartent beaucoup de celles de M. l'abbé Barges. Le jugement qu'il 
:n porte n'est pas moins différent. Personne, d'après lui, n'hésitera à y 
econnaître la main d'un artiste de basse époque romaine. Ce sont des 
nonuments qui rappellent l'art grec d'Asie-Mineure et plus spécialement 
es stèles, trouvées dans le temple de Milet, qui sont aujourd'hui au 
iritish Muséum. Sur ce point, d'ailleurs, M. Conze ne fait que suivre 
'opinion précédemment émise par M. de Longpérier devant l'Académie 






288 Bibliographie. 

des inscriptions. D'après M. de Longpérier, nous aurions là l'image de,i 

grande Diane de Marseille, qui avait son temple à Notre-Dame de 'i 

Garde. 

Un seul de ces monuments s'écarte du type ordinaire. Il représeï 
un personnage non pas assis, mais debout, et les bras levés. Là, il i 
vrai, nous avons affaire à un type qui n'est pas ordinaire en Grèce ; pc 
le retrouver, dit M. Conze lui-même, il faut remonter jusqu'aux p' 
anciens monuments de l'art grec. Au contraire, il est d'un usage cor 
tant sur les monuments carthaginois, même de basse époque. Mais 
encore on peut voir combien il faut user de prudence. D'après M. B; 
gès, c'est un homme vêtu d'une espèce de juste-au-corps ; d'api 
M. Conze, c'est une femme, qui porte la robe retroussée par devant ji 
qu'à la ceinture. L'attitude de ce personnage ne suffit pas, à nos yei 
pour le faire décorer du nom de Baal-Ammon , et pour faire attribi 
tout cet ensemble de monuments aux Phéniciens, surtout quand c 
hommes dont l'autorité fait loi en archéologie considèrent ces monumei 
comme grecs. 

Il n'y a donc, dans tout le midi de la France, qu'un seul monumc 
dont l'origine phénicienne soit hors de doute, c'est le tarif des sacrifu 
de Marseille. 

Voilà un monument capital, qui a tous les caractères de l'authentici 
Malheureusement, sa provenance est moins certaine ; et, ce qui la re 
douteuse, c'est l'importance de ce texte et sa ressemblance extrême av 
trois ou quatre inscriptions de la même catégorie qui proviennent 
Carthage. La table des sacrifices de Marseille est la sœur des tar 
presque identiques qu'on a trouvés sur l'emplacement de Carthage. l 
formules et les prescriptions sont les mêmes, l'écriture est la même. 

Il y a là un problème qui n'est pas encore entièrement résolu ; m. 
ce qu'on peut affirmer avec une entière certitude, c'est que ce 
inscription n'est pas antérieure à l'arrivée des Phocéens. Elle n'( 
certainement pas plus ancienne que le iii*^ siècle avant J.-C; peut-él 
est-elle plus récente. Si donc elle est réellement de Marseille, il fa 
admettre que les Phéniciens y ont eu, sous la domination grecqij 
une colonie et un temple. Mais nous sommes bien loin de la thèse , 
M. l'abbé Barges. 

La preuve la plus solide de l'existence d'une colonie carthaginoise 
Marseille est peut-être encore celle qui résulte du passage de Thucydi 
que M. l'abbé Barges a pris pour devise de son volume : <l>(oz,a£Îç j 
MacaaXiav oi/.(i^ovT£ç, Kap/Y]ûov(ouç àv(/.wv vau[j(.a/oijvT£ç (Bell. PelO| 
I, 13). Ce passage prouve que les Carthaginois avaient des prétentio 



Bibliographie. 289 

sur la côte dont les Phocéens s'étaient emparés. Un fait semble confir- 
mer cette hypothèse; c'est que toutes ces localités d'origine phénicienne 
que nous avons passées en revue, Monaco, Alonis, Ruscino, sont appe- 
lées des villes des Massaliotes. Les Massaliotes grecs entretenaient donc 
des relations suivies avec ces comptoirs phéniciens; ces comptoirs étaient 
même jusqu'à un certain point sous leur dépendance. Cela permet de 
supposer qu'à Marseille aussi les Carthaginois avaient des intérêts, et 
partant une colonie. 

' En résumé : on ne possède pas un seul monument qui atteste la pré- 
sence des Phéniciens à Marseille avant l'arrivée des Phocéens. Cela 
n'aurait rien d'étonnant; les monuments phéniciens de cette époque sont 
extrêmement rares. On attache souvent à tort une idée d'antiquité exa- 
gérée aux inscriptions phéniciennes ; la plupart de celles que nous possé- 
■dons sont des derniers siècles avant l'ère chrétienne; bien peu remontent 
au delà du v^ Aucun auteur ancien ne connaît cette colonie; c'est ce 
qu'on peut dire de plus grave contre son existence. Marseille n'a fourni 
qu'une seule inscription, et elle est de l'époque grecque, si tant est qu'il 
faille la considérer comme venant de Gaule. En trouvera-t-on d'autres .-* 
Il faut l'espérer. Si on pouvait déblayer tout le sol à une profondeur de 
vingt mètres, on découvrirait des trésors d'antiquités; mais ce travail, 
difficile au milieu de ruines abandonnées, devient impossible dans un 
■pays où le sol vaut de l'argent, et il faut attendre les découvertes du 
hasard des démolitions. 

Philippe Berger. 



Les Potiers allobroges. Méthodes des sciences naturelles appliquées 
; à l'archéologie, par Gabriel de Mortillet. Annecy, 1879, in-4°, 
f 37 pages, 2 planches. 

' Le musée de Saint-Germain, grâce à l'obligeante intervention de 
M. l'abbé Cérès, s'est enrichi de tout le produit des premières fouilles 
de Bannassac. M. de Mortillet a étudié avec soin les sigles imprimés sur 
ces poteries et en a dressé un catalogue qui forme la première partie de 
son mémoire. Viennent ensuite des considérations générales sur les 
formes et les signatures des bols dits samiens, une monographie des 
produits du briquetier Clarianus, et enfin une étude tout à fait spéciale 
des vases en terre grise portant sous le fond une marque circulaire en 
relief, vases auxquels l'auteur donne le nom de poteries allobroges. 

Je ne puis me défendre de relever une assertion inscrite en tête de ce 
travail. L'auteur paraît croire que l'archéologie serait restée fort arriérée 



290 Bibliographie. 

si les études préhistoriques n'étaient pas venues lui tracer une nouv( ; 
voie en remplaçant la vieille routine par les méthodes rigoureuses t 
précises des sciences naturelles. C'est une manière de voir qu'il m' t 
impossible de partager. Il y a longtemps que des méthodes précises sit 
appliquées à l'archéologie et à l'histoire. Les bénédictins n'ont ]i 
attendu le mouvement actuel pour recueillir des chartes et en tirer le ; 
admirables livres remplis d'une critique si sûre, et quand les grai ; 
épigraphistes des xvi% xv!!*" et xviii'- siècles réunissaient et classait 
patiemment les textes lapidaires rendus à la lumière, ils n'avaient pas 1 
besoin pour adopter ces méthodes d'assister à la naissance de l'éc; 
préhistorique. 

Je demande à faire une autre observation au sujet des termes propoj 
pour distinguer les époques auxquelles se rapportent les produits céi'- 
miques de la Gaule romaine. Evidemment l'auteur voulait choisir c 
termes sur lesquels tout le monde se trouverait d'accord : je crois qii 
n'a pas réussi. La raison mise en avant pour expliquer l'expressji 
époque lugdunienne est, selon moi, insuffisante. Quant à l'express {i 
époque champdolienne, outre que le second mot est inexactement form, 
car on le fait dériver de champs-dolants, il est au moins fâcheux : 
l'employer quand il s'agit du iv*^ siècle, puisque le nom de heu dit Chai. 
dolent ou Champ-dolant ne se rencontre pas avant le xiii^. Du ras 
l'auteur fera bien de revoir, pour une prochaine édition, le paragrap.: 
qui contient l'exposé de cette division, car il contient une grosse héré« 
impossible à expliquer autrement que par une évidente distraction. | 

M. de Mortillet n'a pas abordé l'étude de la transcription des marqit 
de potier, mais il a réuni des éléments suffisants pour la tenter. Il il 
permettra de lui soumettre à ce sujet quelques réflexions ; j'y ajcf 
terai des indications relatives à plusieurs exemplaires qui lui sont res 
inconnus. 

P. 8 et 10. PERRIMM. — On a trouvé en Angleterre une potCi 
portant PERTVJ-M', qui paraît être une mauvaise lecture de | 
même marque. Le musée britannique possède : PERRVSF, Perrusf[eci[ 
Il me semble donc vraisemblable qu'il faut lire ici Perri m(anu)., la d(. 
nière lettre restant inexpliquée ; ou Perri manÇu) en considérant le dern:j 
caractère (M) comme un monogramme de AN. L'exemplaire de Windis] 
que M. Mommsen a publié avec la mention v lecîio ccrta est » poii 
PERRIMN qui se prêterait mieux à ma lecture : Perri m[a)n[u). < 

P. 9. FIVLIAEM. L'exemplaire cité par Tudot et portant OFF 

I. The Journal oj the British Archaeological association, vol. VU, p. lOi). 



Bibliographie. 291 

LIAEM doit se lire certainement : of(ficina) Juli{i] AemiiUani). Il est 
probable que la lettre initiale n'a pas été imprimée suffisamment pour 
être reconnue sur l'exemplaire du musée de Saint-Germain. 

P. 1 3 et 15. RVIRIO. Je pense qu'il s'agit ici du vase trouvé rue 
Gay-Lussac en 1868, dont les reliefs représentaient un homme nu sur 
un socle, deux sangliers, un cheval, un chasseur tenant une lance. 
M. Damour a découvert à Brou ', en 1870, un fragment de vase sem- 
blable avec la marque RVTRIO très visible. 

P. 18. L-GELLl 

L-SEMPR 

Les marques publiées par Fabroni, Riccio et Gozzadini n'ont rien de 
commun avec celle-ci dont j'ai vu une variante à Clermont-Ferrand chez 
M. Grange. Sur cette variante les noms ne sont pas dans le même 
ordre : 

L-SEMPR 
L-GELLI 

En outre dans SEMPR, les lettres M et P sont conjuguées. Il faut 
lire : L[ucii] Sempr'onii], L(ucii\ Gelliiï). Ce sont deux fabricants associés. 

P. 19 et 20. CLARIANVMADA. C'est, je pense, cette marque qui a 
suggéré à M. de Mortillet la pensée que a Clarianus s'était adjoint des 
membres de sa famille ou des associés, comme Numadus et A. Decius. » Je 
ne vois pas clairement par quelle opération on peut arriver à former le 
mot Numadus avec les éléments que présente cette empreinte et, en 
outre, à faire de ce Numadus l'associé de Clarianus. Clarianus était un 
esclave et par conséquent n'avait pas de famille. Quanta A(ulus) Decius 
Alpinus, ce n'était pas son collaborateur, c'était son maître. C'est ce 
que démontre de la façon la plus évidente la brique qui porte 
CLARIANVS 
A-DÈCI -ALPIN 
marque qu'il faut traduire : Clarianus (esclave) d'Aulus Decius Alpinus. 
C'est absolument certain ; il suffit d'avoir l'habitude des empreintes sur 
briques trouvées à Rome pour en être convaincu. J'ai eu l'occasion, dans 
une récente brochure, de citer des faits analogues en m'occupant des 
esclaves qui dirigeaient les briqueteries de la famille Domitia^. Dans 
CLARIANVMADA les trois dernières lettres sont les initiales des trois 
noms du propriétaire de la fabrique, A{ulusj Dyecius] A(lpinus). Artaud et 

1. L. Damour, Les fouilles de Brou en 1870, p. 14 et pi. I, n' 3S- 

2. Sur quelques briques romaines du Louvre (lettre à M. le directeur de l'école fran- 
çaise de Rome), Paris, 1880. 



292 Bibliographie. 

M. de Boissieu ont fait, pour expliquer ces trois lettres, les plus étc 

nantes suppositions'. 

P. 24. CATISIVS-F, Il est nécessaire d'ajouter à la liste qui accoi 
pagne cette marque que toutes les empreintes de C'ATISIVS SAE 
NVS sont placées sur les lèvres de jattes ou de terrines en poterie blanc, 
et non pas en poterie noire comme l'empreinte de Vienne. Dès l'anr 
1820, M. le baron Chaudruc de Crazannes avait signalé une signati 
de C-ATISIVS SABINVS sur un vase de terre cuite du cabinet de M. 
Saint-Amans, à Agen^. 

P. 24. CIVLSFE (les lettres V et L sont conjuguées). La lecti 
CILVS est inadmissible et ne repose sur aucune base. Il faut la rejet 
On pourrait la comprendre, sans toutefois l'accepter, si L lié avec 
était ouvert du côté de I, mais c'est le contraire qui a lieu : rouv( 
ture de L est tournée du côté de S. Il devient donc certain qu'or 
sous les yeux l'abréviation très répandue en Gaule du gentilicii 
IVL(iU5). Dans le plus grand nombre de cas, ce gentilicium est précé 
du prénom C(aïus) : la marque de Vienne en offre un nouvel exemp 
La lettre S qui précède l'abréviation du mot FE(c/7) est la lettre initi 
du cognomen du potier. Les surnoms commençant par la lettre S s( 
trop nombreux pour qu'il soit possible d'interpréter ce sigle avec cer 
tude ; cependant il est bon de remarquer que si ce potier se contenl 
d'indiquer son cognomen par une seule lettre, c'est qu'il était très con 
à Vienne et qu'il suffisait d'une lettre pour le désigner. Or parmi 
fabricants de poterie noire, celui dont les produits sont le plus répaiK 
à Vienne est SEVVO , ainsi qu'on peut le constater sur l'excelh 
tableau dressé par M. de Mortillet. Toutes les marques de C(aii 
Jul(ius) S. proviennent aussi de Vienne. J'en conclus qu'on peut propo; 
la lecture C{aïus) Jul(ius) S[evvo] [?] feÇcit), en faisant cependant suivre 
cognomen du signe de l'incertitude. La comparaison attentive des moi 
ments qui portent la signature de Sevvo et de ceux qui portent la marq 
que nous étudions pourrait seule faire avancer la question. Prière a 
archéologues et conservateurs de musées qui possèdent des poteries a\' 
ces différentes marques de vouloir bien les examiner et les comparer. 

P. 33. FEBRISCVS. C'est évidemment une mauvaise lecture pc 
PRISCVSFE; l'inscription étant circulaire, M. Comarmond n'a pas 
trouver le commencement. Je ne vois pas pourquoi on hésiterait à clas; 
cet exemplaire avec les autres marques de Priscus. 



1. Voir Boissieu, Inscriptions antiques de la ville de Lyon, p. 437. 

2. Mémoire sur quelques antiquités de la ville d'Agen^ p. 15. 



Bibliographie. 2^^ 

P. 57. Je puis ajouter quelques documents au tableau déjà très inté- 
ressant dressé par l'auteur : 

1. [«VjVO'FECIT. Légende circulaire en relief autour d'un 
groupe de petits globules sous le fond d'un débris de vase en terre 
noire. Musée d'Arles. 

2. PRISCVSFE. Légende circulaire en relief, sous le fond d'un 
vase en terre noire. Musée d'Arles. 

3. QVINTVS-F-. Légende circulaire en relief sous le fond d'un 
vase en terre noire ; chaque lettre est surmontée d'un petit globule. 
Musée d'Arles. 

4. NOSTER'F. Légende circulaire en relief sous le fond d'un vase 
en terre noire, appartenant au R. P. Thédenat, de l'Oratoire, direc- 
teur du collège de Juilly. Provient de Feurs. 

5. SEV.O'FEC. Légende circulaire. Fouilles de Brou en 1870 '. 
Les trois marques du musée d'Arles proviennent de la collection Jac- 

quemin. Il n'est donc pas certain qu'elles aient été trouvées dans la 
localité ; elles peuvent avoir été achetées ailleurs par cet amateur. Mais 
la marque de Brou découverte par M. Damour prouve que ces poteries 
grises à marques circulaires et en relief sous le fond ont pénétré 
au nord-est jusqu'à ce point (p. 33). En somme, pour ce qui 
concerne les poteries en question, M. de Mortillet a réuni de très bons 
documents et en a tiré des conclusions auxquelles je m'associe pleine- 
ment. Ces poteries ont été fabriquées dans le pays même où on les ren- 
contre et cette fabrication a eu lieu dès les premiers temps de l'occupa- 
tion romaine. J'ajouterai même un argument purement épigraphique pour 
appuyer la dernière de ces conclusions ; cet argument ne s'applique du 
reste qu'à une marque déterminée. Sur la pi. II, fig. 1 1 , est dessinée 
une empreinte de PRISCVS F ; la forme des caractères de la légende 
permet de la faire remonter aux temps de la République. 

Une dernière observation en terminant au sujet de Q^fuintus) Verrius 
Achillaeus : Mascuriscus était non seulement le gérant de la fabrique, 
mais l'esclave d'Achillaeus, et la marque 

QVERRI ACHILLAEI 

MASCVRICVSFEC 
doit se transcrire : Q{uinti^ Verri\L Achillaei Mascuricas (jervas) jecÇii). 

Ant. HÉRON DE ViLLEFOSSE. 

1. Voir la brochure de M. L. Damour, pi. I, n" ■>,■]. 

Rev.Celt. IV 20 



294 Bibliographie. 

Old Celtic Romances, translated from the Gaelic by P. W. Joyce, LI 
D., T. C. D.; M. R. I, A. London, Kegan Paul and Co, 1871 
xx-420 p. pet. in-8. 

Ce charmant volume nous paraît destiné à rendre à la littérature irla'; 
daise le service que les Mabinogion de Lady Guest ont rendu à la littéD 
ture galloise. En effet, il fera connaître au public tous les jours pli 
nombreux qui s'intéresse à la littérature héroïque et légendaire, non p 
toutes les anciennes légendes de Pirlande (ce qui serait une tâcl 
immense!), mais quelques-unes d'entre elles, choisies parmi les pi 
intéressantes et les plus caractéristiques. Outre l'attrait que présentent 
fable et les incidents du récit, ces légendes ont aussi le mérite de no 
arriver souvent sous une forme ancienne, datée, dès le xii" siècle avec 
Leabhar na h-Uidhri, par les mss. qui les renferment. 

Un certain nombre de ces légendes ont déjà été publiées, mais, comr 
le remarque justement M. J., dans des recueils spéciaux, peu connus 
dehors du petit monde des celtistes, et dans des traductions littéral 
qui étonnent et rebutent le lecteur ordinaire. M. J. les présente 
grand public sous une forme qui lui permette de les apprécier, c.-à- 
sous une forme littéraire, donnant l'esprit du récit sans s'astreindre à 
reproduire les phrases, rétablissant parfois l'ordre logique des incider 
quand il est interverti par un narrateur inexpérimenté et emprunta 
l'aide de la poésie pour rendre avec charme les passages rhythmés 
l'original. 

La parfaite connaissance que M. J. a de la langue irlandaise et qu'i; 
montrée, entre autres publications, par ses remarquables études sur 1 
noms de lieux en Irlande (cf. Rev. celt., I, 160, et II, 500), lui a pern 
de traiter ce sujet d'une façon indépendante des textes déjà publiés 
traduits. Il l'a montré en traduisant directement sur les mss. un desp! 
curieux récits de son volume, le voyage de Maildun, donné d'une faç 
fragmentaire dans le Leabhar na h-Uidhri et d'une façon complète da 
le ms. de Lecan. Il a également traduit sur des mss. l'histoire du pal 
enchanté des Frênes et celle du Garçon Paresseux. Les mss. d' 
sont tirées ces deux dernières histoires sont modernes : mais on sait q 
le cycle héroïque et légendaire de l'ancienne Irlande s'est conservé se 
forme orale jusqu'à notre époque même. 

Les autres récits de ce volume, comme l'histoire des enfants de L 
celle des enfants de Turenn, etc., étaient déjà connus des cehistes ; m 
ceux-là même les reliront avec plaisir dans l'agréable rédaction de M. 
« J'ai, dit M. J., essayé de raconter ces histoires comme j'imagine q 



Bibliographie. 295 

les vieux shanachies (conteurs] les auraient dites s'ils avaient parlé anglais 
au lieu de gaélique. » Ainsi présentée, cette romanesque et féerique 
littérature se lit avec autant de plaisir qu'un volume de contes, - et en 
effet ce sont des contes. 

H. G. 



British Goblins : "Welsh Folk-Lore, Fairy Mythology, Legends, 
and Traditions. By Wirt Sikes, United States Consul for Wales. 
With Illustrations by J. H. Thomas, xvi-412 p. in-8. Londres, Samp- 
son Low, 1880. — Prix 18 sh. (22 fr. 50). 



Les superstitions, traditions et usages populaires ont perdu beaucoup 
de terrain en Galles dans le courant de ce siècle, mais pourtant sans dis- 
paraître. La respectability les cache plus qu'elle ne les détruit, et dès 
qu'un Gallois observateur, exempt de préjugés, a voulu observer et noter 
ce qu'il voyait, il a recueilli des faits intéressants. Plusieurs collections 
de ce genre ont déjà été publiées, mais elles sont aujourd'hui à peu près 
introuvables : peu facilement accessibles, quoique pour d'autres raisons, 
sont les articles disséminés sur ce sujet dans les revues galloises. 
Un Américain établi à Cardiff comme consul des États-Unis pour le 
et pays de Galles, M. Wirt Sikes, s'est intéressé à ce sujet. Il a réuni ce 
n qu'il avait lu sur ces questions, il a complété ses lectures par des 
i I recherches personnelles, et le résultat de son travail est un livre qui se 
lit avec plaisir, et qui donne une bonne idée de l'ensemble des traditions 
et des usages traditionnels du pays de Galles. 
L'ouvrage de M. S. est divisé en quatre parties : I les fées, II les 
"t esprits, III les coutumes, IV les superstitions. Les deux premières occu- 
i ! pent plus de la moitié du volume. On regrette que la dernière partie ne 
: I soit pas développée à l'égal des autres, et que M. S. se soit borné à 
ï i certaines classes de superstitions : il eût pu l'augmenter, même en 
: ( n'usant que de faits déjà publiés. Toute une mine lui a échappé, ce sont 
- 1 les notes et articles publiés il y a vingt ans dans le Bryîhon, sous le titre 
: ' de Lien y Werin, mot ingénieusement inventé pour traduire le mot anglais 
: t Folk-lore. 

M. S. indique presque toujours ses sources. Dans quelques cas pour- 
tant (p. ex. p. 50, 53, 62, 70, 76, etc.), il néglige de dire si les his- 
, ! toires qu'il rencontre ont été recueillies par lui-même (comme celles 
il mentionnées p. 92, 123, etc.), ou par un des écrivains qu'il a mis à 
: contribution. L'utilité de ce renseignement serait de nous dire si les 
: ' histoires et par conséquent les superstitions qui en font l'objet sont con- 



296 Bibliographie. 

temporaines ou déjà anciennes. — La critique de M. S. est généralemer 
sûre; aussi avons-nous été étonné de lui voir donner place, parmi le 
faits de traditions populaires, aux farces druidiques (p. 276-296) imagi 
nées par cet illuminé qui s'appelle Myfyr Morganwg, et qui s'intitul 
« archi-druide de l'île de Bretagne ». 

Les ministres protestants et principalement dissidents qui règnen 
aujourd'hui sur les âmes des Gallois ont fait tout leur possible pou 
détruire la tradition et les usages du vieux temps, et quand ils ne 1 
pouvaient, ils ont fait le silence autour de ces restes du paganisme 
Aussi avons-nous vu avec un malin plaisir dans le livre de M. S. les tour 
que les esprits ont joués à plusieurs d'entre eux, notamment l'histoire d 
ministre Baptiste mis en fuite par un bwbach, sorte de lutin famihe 

(p. 3 0- 

Quelques illustrations, dues au crayon de M. J. H. Thomas, repré 
sentent d'une façon assez humouristique des scènes fantastiques racon 
tées par l'auteur. Quelques illustrations sont données comme faite 
« d'après d'anciennes gravures ». Pourquoi M. S. ne dit-il pas qu'elle 
sont prises dans le vieil ouvrage de Peter Roberts ? 

M. S. cite quelquefois;, en manière de comparaison, des superstition 
yankees, où l'on voit bien que l'esprit utilitaire de la nation américain 
ne détruit pas la croyance au surnaturel. 

En somme, le livre de M. Wirt Sikes est d'une lecture aussi agréabl 
qu'instructive ; il comble une lacune dans la littérature du Folk-Lore 
Nous nous félicitons que les hasards de la carrière diplomatique aier 
amené en Galles un écrivain doué de tant de sympathie pour les tradi 
tions celtiques. 

H. G. j 

Anciens évêchés de Bretagne : évêché de Saint-Brieuc, histoire et 
documents par MM. Geslin de Bourgogne et Anatole de BarthéJ 
LEMY. Saint-Brieuc, F. Guyon, 18^5-1878, 6 vol. in-8", et atlasi 
album de 15 pi. 

Ces six volumes qui ont paru de loin en loin forment une étud 
complète de l'ancien diocèse de Saint-Brieuc au triple point de vue ecclé 
siastique, civil et féodal. Il est évident que les auteurs avaient rêvé' 
dans le principe, de s'occuper des autres évêchés bretons, par exempl 
de Dol, de Tréguier et de Saint-Malo, mais ils avaient trop présumé d 
leur zèle et de leur bonne volonté ; le diocèse de Saint-Brieuc leur ■ 
fourni une telle masse de documents que l'étude de ceux-ci a absorbé 11 
vie de l'un d'eux. 



Bibliographie. 2c)-j 

C'est qu'aussi ils voulaient toucher à une foule de points passés 
sous silence par les bénédictins qui furent les premiers historiens de 
la Bretagne ; espérons que l'œuvre de MM. Geslin de Bourgogne et de 
Barthélémy sera continuée un jour. Ils ont singulièrement facilité le tra- 
vail de leurs successeurs en traitant à fond plusieurs questions d'intérêt 
général. 

Tout en rappelant le jugement porté par M. d'Arbois de Jubainville 
sur les tomes 1 à IV de cet ouvrage [Rev. celt., III, 289), nous indique- 
rons brièvement le plan suivi par les auteurs. 

Les deux premiers volumes sont consacrés aux évêques de Saint- 
Brieuc, au chapitre cathédral, aux paroisses, aux communautés, à l'ad- 
ministration civile, aux grands événements politiques du diocèse et de la 
ville épiscopale. Le troisième et le quatrième volume traitent de l'histoire 
monastique, de l'état des personnes et des choses en Bretagne pendant 
le moyen âge. Les deux derniers volumes, qui viennent de paraître, 
comprennent l'histoire des fiefs du diocèse et des ordres religieux et 
militaires. 

Ce qui donne un intérêt hors ligne à cet ouvrage, c'est la publication 
de plusieurs centaines de chartes et de documents inédits qui ajoutent 
une riche collection de textes à ceux que D. Lobineau et D. Morice avaient 
précédemment fait connaître. Les auteurs en ont profité pour élaborer 
une étude, non encore tentée, sur l'état agricole, industriel, commercial 
de la province, mais il y a encore largement à glaner après eux. Les 
savants qui s'occupent d'onomastique et de géographie ancienne, pour 
ne citer qu'un exemple, ne manqueront pas d'y avoir souvent recours. 

Ajoutons qu'au point de vue archéologique, MM. G. de B. et de B. 
n'ont rien négligé pour instruire leur lecteur dans un style qui ne le 
fatigue pas et revêt parfois une forme assez originale. 



Fantômes bretons, — contes, légendes et nouvelles, par E. du Laurens 
DE LA Barre, i vol. in- 12 de 253 pages. Paris, C. Dillet, 1879. — 
Prix : 3 fr. 

M. Du Laurens de la Barre avait déjà publié, antérieurement aux 
Fantômes bretons, des Veillées DE l'Armor, légendes bretonnes, 1 vol., 
en 18^7, et Sous le Chaume, récits de Bretagne, 1 vol., 1865. 

Ces trois volumes sont conçus à peu près dans le même esprit et selon 
la même méthode, c'est-à-dire avec plus d'imagination et de fantaisie 
que de critique. Je me rappelle pourtant avoir lu dans les Veillées de 
l'Armor, je crois, deux ou trois récits, le Bassin d'or, entre autres, o\i 



298 Bibliographie. 

la version du conteur populaire avait dû être suivie avec une fidélité ai: 

moins relative. 

M. Du Laurens de la Barre est de l'école de M. de la Villemarqué 
Comme l'auteur du Barzaz-Breiz, pour les chants, il arrange, modifie e 
décore les contes et les légendes des paysans bretons, retranchant 
ajoutant, interpolant, faisant disparaître tout ce qui choque le goût ou 1 
morale et visant constamment à une moralité finale, ce dont les véritable 
récits du peuple n'ont ordinairement aucun souci. La moindre traditio 
orale qui se formule, dans la bouche du pâtre ou du mendiant breton 
en quelques phrases bien simples et qui tiendraient dans une seule page 
s'allonge et prend chez lui des développements inattendus. Je le soup 
çonne, par exemple, d'avoir mis beaucoup du sien dans Trémeur 
l'homme sans tête, page 137, et dans la légende du Dourduff, page 9 
Il emploie volontiers le style et la rhétorique de l'école romantique d 
i8?o, quand il parle de fantômes, du diable et des mœurs féodales. Un 
chose qui m'a frappé, dans ce livre, c'est que les contes mythologiques 
qui sont de beaucoup les plus nombreux, dans l'ancien évêché de Tré 
guier, tiennent une place relativement restreinte dans les contes e 
les légendes de M. Du Laurens de la Barre, recueillis pour la plupart su 
les limites du pays de Léon et de la Cornouaille. 

Le nom d'Igilt, que l'auteur donne à la fille du seigneur du Dourdufi 
m'a aussi étonné ; ce nom n'est, en effet, ni breton ni irlandais, et je n 
pense pas que M. Du Laurens de la Barre l'ait rencontré nulle part dan 
le Finistère ; il a plutôt une tournure germanique ou Scandinave. 

Le volume des Fantômes bretons est très mélangé. J'y trouve cim 
contes, en y comprenant les Poires d'or, page 113, donné sous le titr^ 
de récit, trois légendes, une ballade fantastique, quatre récits d'impres 
sions de voyage et treize petites pièces de vers, dont neuf sonnets. 

M. Du Laurens de la Barre conte facilement d'ordinaire, agréable 
ment et avec esprit, trop d'esprit peut-être. Je ne lui ferai d'auto 
reproche que de manquer parfois de la simplicité et de la bonhom.ie qu 
sont le principal attrait des récits vraiment populaires. Je voudrais li 
voir réunir en un seul volume ses trois recueils des Fantômes bretons, d( 
Sous le Chaume et des Veillées de l'Armor, en négligeant les parties troj 
personnelles, comme les impressions de voyage et les poésies. 

F. -M. LuzEL. 



Bibliographie. 299 

Emgann Kergîdu ha traou-all c'hoarvezet e Breiz-Izel epad dispac'h 
1793, gant Lan Inisan, belek... Brest, Lefournier. 2 vol. in-8", 313 
et 325 p., 1877-78. 

Ces épisodes de la révolution en Bretagne sont attachants en eux- 
mêmes, et racontés dans un style qui leur prête de nouveaux charmes. 
Le brezonek iac'h, le vrai génie breton vit et respire d'un bout à l'autre 
de l'ouvrage. Le dialecte suivi par l'auteur reproduit avec une remar- 
quable exactitude et dans toute son ampleur majestueuse le langage géné- 
ralement parlé en Léon. Il me semble cependant obéir à une prononcia- 
tion restreinte et due à l'influence cornouaillaise, quand il écrit ezoum, 
izoum, pour ezom, « besoin ». Parfois aussi il admet des mots français fort 
inutiles^ tels quey^mez, « jamais ». 

Bien que plus étudié que les autres dialectes, le léonnais ne manque 
pas de faits grammaticaux et d'expressions à recueillir. Ainsi l'emploi de 
l'infinitif au lieu de l'impératif y est très étendu, comme en petit Tré- 
guier : digeri., t. II, p. 16^, « ouvrez » ; staga heman, 159, « attachez- 
le» ; et même au passé : beza digaset ganeoc'h, t. I, 170 « (il fallait) en 
apporter avec vous ». 

Pour le vocabulaire, je citerai efeeruz, t. I, 14, «curieux », pron. 
efèruz (cf. fr. affairé?) d'où le verbe mond da efèruza, « aller faire son 
curieux (chez les autres) ». Ces mots sont plus nobles que leurs syno- 
nymes konoc'liuz, konoc'hal, également usités en Léon. — Dremm dilavet, 
49, « visage détrempé ». Ce mot dremm vieillit, mais n'est pas inusité, 
comme le pense M. Troude. On le trouve encore, t. I p. 39, et t. II 
p. 22, employé concurremment avec son trop heureux rival bisach, 
hisaich. Cf. kerkoulz dremm, « aussi bon visage, » Gwerzioii Breiz-Izel, 
t. II, p. 132. 

Emue Ernault. 



Annaïk, poésies bretonnes par M. N. Quellien, avec une lettre-pré- 
face par M. Ernest Renan. Un vol. in-12. Paris, Fischbacher, 1880. 

Nous voyons avec plaisir par l'apparition de ce charmant volume que 
la poésie bretonne ne meurt pas et qu'il se rencontre encore quelques 
âmes délicates pour chanter leur peine dans la langue de leurs aïeux. 
M. Quellien est de Tréguier et il écrit dans ce dialecte. Afin que son 
œuvre puisse atteindre un public plus étendu, il a publié ses poésies 
avec une traduction française. Son volume se présente avec une lettre 



N^ 



500 Bibliographie. 

de son compatriote M. Renan, lettre qu'on nous saura gré de repro- 
duire ici : 

« Cher compatriote, 1 

« Ainsi grâce à vous, notre cher pays de Tréguier aura son poète ; ei 
les chants que vous avez au cœur, c'est dans notre vieille langue bre- 
tonne que vous voulez les dire d'abord. Vous avez bien raison. La poé- 
sie est chose du passé ; il est des temps où mieux valent les morts que 
les vivants, et ceux qui ont un pied dans la tombe que ceux qui naissent 
Un idiome a toujours assez vécu, quand il a été aimé et que de bonne; 
études philologiques ont fixé son image pour la science, comme un fai 
désormais indestructible de l'histoire de l'humanité. Les poètes et le; 
philologues m'apparaissent comme les embaumeurs des langues. Leui 
approche paraît de funèbre augure ; mais ils conservent pour l'éternité 
Chantez donc, cher monsieur Quellien, chantez harmonieusement, dan: 
notre antique dialecte celtique, pour qu'un jour on dise de lui : « Il dis- 
parut, selon la loi de toute chose ; mais, comme il eut de doux accent; 
avant de mourir ! 

Votre affectionné, i 

E. Renan. » 

C'est le cas de citer aussi un charmant tercet que M. Quellien reçm 
un jour de M. de la Villemarqué en réponse à une de ses poésies. Il y s 
un jeu de mots sur le nom de M. Quellien, qui signifie « mouche » 
breton. 

Ha Kelien ouz oc'h a rét ? 

Kelien morse ne moc'h bét ; 

Gwénanen ne lavrann ket ! 

Quellien (mouche) est-ce votre nom ? — Mouche , jamais vous 
n'avez été ; — Abeille, je ne dis pas non ! 



Le culte des Matrœ dans la cité des Voconces d'après les monuments 
épigraphiques, par M. Florian Vallentin. 32 p. in-8°. Paris, Champion; 

1880. ' 

Les inscriptions votives aux Mères du pays des Voconces ont fourni à M. V,| 
l'occasion d'une savante et ingénieuse dissertation sur ces divinités dont il avaiij 
déjà parlé ici même (voir plus haut, p. 27). Sa conclusion est « que le moil 
Matiw est un terme générique qui embrasse les diverses divinités du sexe féminir'' 
dont les Gaulois faisaient leurs esprits protecteurs et dont ils peuplaient les 
eaux et la campagne ». 



Bibliographie. joi 

Études de philologie et linguistique aveyronnaises par D. J. 

Durand (de Gros^. 102 p. in-8. Paris, Maisonneuve, 1879. Prix : 2 fr. 

Ce travail a trait principalement aux noms d'homme et de lieu dans l'Aveyron. 
Il nous parait fait avec méthode : l'auteur a pris pour point de départ les 
grammaires de Zeuss et de Diez. L'élément celtique y est réduit à fort peu de 
chose, et on pourrait le diminuer encore. Ainsi M. D. (p. 6) rattache, mais 
comme hypothèse, le nom d'homme Catusse du nom gaulois Calussa. Mais le t 
du gaulois Catussa aurait disparu comme dans Charges de C^fun'ga et Chaource 
de Cutussia. 

Loch Etive and the Sons of Usnach -with illustrations, London, 
Macmillan, 1879. xj-376 p. in-8. 

Livre assez étrange, composé de dialogues entre différentes personnes qui 
font ensemble un voyage à Loch Etive et qui causent en chemin de l'ancienne 
littérature irlandaise et de ses rapports avec l'Ecosse. 

Au moment de mettre sous presse, nous recevons le premier fascicule de la 

Bibliographie générale des Gaules, répertoire systématique et 
alphabétique des ouvrages, mémoires et notices concernant l'histoire, la topogra- 
phie, la religion, les antiquités et le langage de la Gaule jusqu'à la fin du 
Ve siècle, par M. Ch.-Ém. Ruelle, bibliothécaire à la bibliothèque Sainte- 
Geneviève, etc., ouvrage honoré d'une médaille de l'Académie des inscriptions 
et belles-lettres, xj-208 p. gr. in-8'. 

Nous avions déjà, par avance, annoncé cet ouvrage (cf. Rev. celt., II, 433, 
et III, 147). Il comprendra quatre fascicules qui paraîtront de six mois en 
six mois. 

Nous en rendrons un compte détaillé lorsqu'il sera achevé. Pour aujourd'hui, 
contentons-nous de dire que le répertoire de M. Ruelle comprend « les publi- 
cations faites depuis l'origine de l'imprimerie jusqu'en 1870 inclusivement » et 
qu'il se compose de deux parties : « i" un catalogue méthodique, où les matières 
indiquées sommairement sont disposées de façon à former, suivant le cas, des 
groupes systématiques ou topographiques; 2° un catalogue alphabétique donnant 
sous le nom de chaque auteur le détail, aussi complet que possible, de ceux 
de ses travaux qui se rapportent à nos origines. » 

Le prix de l'ouvrage complet est de 30 fr.; on souscrit chez l'auteur, 1, rue 
de Lille, à Paris, et aux librairies Dumoulin, Champion et Firmin-Didot. 



CHRONIQUE, 



La Revue épigraphique du midi de la France. — Un musée gallo-romai» 
Dornach (Alsace). — Un ancien poème français sur sainte Nonne. — 
poésie à la Société Celtique. — Une poésie de M. Milin. — Les Causer 
Bretonnes de M. Le Bos. — La bibliothèque galloise de M. Robert Jon 
— La discorde chez les celtophiles de Gratz. — Un recueil de contes de 
Haute-Bretagne. — Les nouvelles commissions archéologiques. 



La Revue épigraphique du midi de la France qui paraît depuis janvier il 
en fascicules minces, mais pleins de choses, fait le plus grand honneur et à js 
directeur, M. Allmer, correspondant de l'Institut, et à l'éditeur de provin 
M. Savigné, qui en supporte généreusement les frais. Le midi de la Gaule : 
particulièrement riche en monuments romains, et la matière manque d'aut 
moins que M. Allmer ne se borne pas à publier les inscriptions nouvelles que 
hasard fait découvrir, mais qu'il donne une édition fidèle et exacte de celles i 
avaient été inexactement publiées. L'épigraphie gallo-romaine fournit de p 
cieux monuments à la philologie celtique par les noms d'hommes et de divinî 
que contiennent les inscriptions. Aussi convient-il de remercier ici MM. Allnl 
et Savigné pour leur très utile entreprise. 



Si la précieuse collection d'antiquités gallo-romaines de la bibliothèque 
Strasbourg a péri dans le bombardement de cette ville par les Allemands 
1870, une autre collection qui n'est pas sans importance était en lieu de sûre 
c'est celle de M. Engel-Dollfus, à Dornach, près de Mulhouse. Les antiqui- 
autrefois recueillies par le D' Schnœringer, de Brumath (Bas-Rhin), ont * 
fondues dans la collection de Dornach. M. Engel-Dollfus a également acquis; 
collection formée par M. Napoléon Nikiès, pharmacien à Beufeld (Bas-Rhi 

M. Engel-Dollfus a fait exécuter une magnifique photographie des prl 
cipaux monuments figurés de sa collection, et nous le remercions d'avi 
bien voulu nous en envoyer un exemplaire. Nous y avons remarqué une tl 
belle série de Mercures, notamment ceux dont Brambach a publié les inscri 
tions dans son Recueil des inscriptions du Rhin sous les n«s 1845, 1848-5! 
1854, 18^5. Il peut intéresser les archéologues de savoir que les monuments d( 



Chronique. 303 

Brambach dit « possidet Schnœringer sont maintenant dans la collection de 
M. Engel-Dollfus à Dornach. Nous y avons remarqué aussi un fragment d'un 
groupe représentant un cavalier qui terrasse un anguipède, groupe qui appartient 
à une famille de monuments étudiés par M. Prost {Revue Archéologique de '\2in\\eT 
et février 18791 à l'occasion de la découverte de Merten. 

Ce musée est logé dans une salle de l'édifice que M. Engel-Dollfus a fait 
élever à ses frais et qui sert à la fois de bibliothèque populaire et de lieu de 
réunion et de conférences pour les habitants de Dornach. Grâce à cette géné- 
reuse initiative, la petite commune de Dornach n'a rien à envier à sa grande 
voisine Mulhouse pour ce qui peut répandre l'instruction, les jouissances de 
l'esprit. Des collections scientifiques d'une utilité plus pratique et plus locale 
s'ajoutent au musée d'antiquités. 

Pour être certain que le musée archéologique qu'il a formé avec tant de zèle 
lui survive, M. Engel-Dollfus vient d'en faire don à la ville de Mulhouse. 



, On a découvert dans la bibliothèque de la ville de Trêves, employés dans 
is reliure d'un volume, deu.x morceaux de parchemin qui contiennent un frag- 
ment d'ancienne poésie française. Le nombre des vers est de 78, en strophes de 
six vers. Il y est question d'un homme, d'une femme et d'un enfant. L'homme 
.va trouver le Saint-Père qui l'envoie en Terre-Sainte pour faire pénitence. Quand 
lil revient, sa femme a accouché en son absence et près du rocher où il la laissa 
il trouve un enfant jouant sur le sable. 

Ce fragment a été publié par M. Max Keuffer, professeur à la Realschule de 
•Trêves, dans le volume publié en l'honneurdu congrès des philologues allemands 
.qui s'est tenu en 1879 à Trêves '. M. Keuffer a accompagné ce fragment d'un 
commentaire philologique très soigné, et il suppose que l'auteur de ce poème 
mutilé est Richard Cœur-de-Lion. Mais ce qui nous intéresse est le sujet même 
du poème. M. Keuffer pense, et avec une grande vraisemblance, que ce frag- 
ment appartient à une histoire rimée de sainte Nonne et de saint David son 
s fils. L'homme est le roi Cereticus qui fait ce pèlerinage par pénitence, parce 
■qu'il a abusé de sainte Nonne. Ce fragment ne correspond pas à un passage 
précis du mystère breton de la vie de sainte Nonne, mais il appartient à ce 
cycle. Cette identification fait grand honneur à la perspicacité de M. Max 
Keuffer. 



La Société Celtique (cf. p. 125) a continué ses dîners mensuels pendant l'hiver 
1879-80. Des poésies bretonnes y ont été lues. Nous publions la suivante, dont 



I. Festschrift zur Begrùssung der XXXI V Versammlung deutscher Philologen und 
Schulmaenner. Trier, Lintz, 1879, p. 147-185. 



504 Chronique. 

l'auteur est M. J. Loth, parce qu'elle est écrite phonétiquement dans le diale; 
de l'auteur et qu'elle offre ainsi un intérêt de plus aux philologues. M. L 1 
est de Guéméné-sur-Scorff (Morbihan), c'est-à-dire d'une zone où l'onp;; 
un vannetais modifié par la proximité de la Cornouaille. 



E Brch-izél peb-inon wi' mignon 'n è or zant : 
E peb droug., peb melkoni, doc'hton enim gweltlam. 

2. 
Gweh-erèl n'èm ke' te glac'h zent bro-Gall pé bro Rom : 
Hiriw oll e wèm galwet Job pé Pèr pé Jerom. 

h 
Liessoc^h neoac'h a han zant splan e kurun on bro 
Ewit ne bar a steren tal en oabl tro-ha-tro. 

4- 
Meid pe greskam peurvuian or zant Brch e chuéjam; 

Tudal, Malow pé Kadow, Gwénolé pé Ronan. 

S- 
Goeharzé wid er patron : hon zént zo tostoc'h d'im : 
Hè entent gwèll on iez : ni nouyam ke' latin. 

6. 
Chuéjet e d'ein me hani; lareih ke' toc'h i han, 
Ged aon n'em disderiekècVi d'en otro bèlyan. 

7- 
Kanet enes er stérék e réd dré on c'hér ni 
Ha desket enes d'en oll han i dousék Mari. 



1 



Alaz., marw e pell dohom, pell bras doc'h er Scorwék, 
Pell zo ma dime' Mari^ ancoèheit er c'hloèrek. 

9- 
Mar dan-mé de ont pinwik, me lakei i skeuden 
E mein kalet Kersanton dreist mammen en awen. 

10. 
Pe wèn-mé melkoniet^ pé pemes keu d'em bro, 
I spered e zo genein ag e za ar me zro. 

1 1. 
N'esche' pèll haoal oè d'ein in gwelèn glaharet, 
A men de houlen get-on pèrèk oè ken chiffet. 

12. 
Lennet e pes, eme-mé, Annaïk Kelien 
Ag er c'houn a Variék newéa anken 

'?• 
Pell-zo ma lahet en tan : losk er ledu, 'me-yon : 
Karanîé mem bro ém-kén inîana me halon. 



Chronique. Î05 

•4- 
Pe zelan-mé dré Paris, a hep tu e welan 
Brediahow a bep korn Gall, pep iez e glawan. 

M- 
Alaz, er Vrèhis ém-kén, èl berped er Cheltet 
E chom dizunvanieî, hép brediac'h e bet. 

16. 
Pe gwitanî er vro, zioac'h, hè ancoeha Arvor, 
Er vam-goc'h e chom duhont dilézet tal er mor. 

17- 
Meid, kembro, 'me-mé doc'htu, boud ez inon neoac'h, 
Ag e zo meurbe' brudet, 'n Aoal hati er vrediac'h. 

18. 
Didrouze' î'ein, eme-yon : pe gomzér brohonek, 
Ofh pén 'n anter anehè en im lak te hoarhet. 

19. 
A betrè er Normanet ell comz doc'h Bretonet ? 
A briz er jist, matrezen, pé a briz er c'hezek. 

20. 

— Tawe\ tad, ne chiffe^ ket : or vrediac'h zo zawet 
Léc'h ne ho meit Bretoned., pé marse, Gwihèlet. 

21. 
Kèlted kalonek ém-kén a goèd pé a galon. 

— Han pén-sturier er vrediac'h, eme er Barz? — Renan. 

22. 
Neze splanas drèm er Barz : a Ne glaskan ke' pelloc'h . 
Mil benoèc'h d'en oll breder : me skient e ho genoc'h. » 

Le signe w a la valeur d'un u consonne (u français). Les e non accentués se 
prononcent e muet. 
Dans les formes en ow, ow =^ aoii. 
Ou et u comme en français. 
C'h suivi de e se prononce hie. 

I. 

En Basse-Bretagne, chacun de nous a pour ami un saint : en tout mal, tout 
chagrin, c'est à lui que nous nous vouons. 
2. 

Autrefois nous n'allions pas chercher les saints du pays de France ou de 
Rome : aujourd'hui nous nous appelons tous Joseph, Pierre ou Jérôme. 

3- 
Et cependant plus de noms de saints brillent dans la couronne de notre pays 
que n'étincellent d'étoiles au front du firmament. 



^o6 Chronique. 

4- 
Mais quand nous grandissons, c'est un saint de Bretagne que nous chois 
sons : Tugdual, Malo ou Kado, Gwénolé ou Ronan. 

5- 
Tant pis pour le patron : nos saints sont plus près de nous ; ils comprenm 
mieux notre langage : nous, nous ne savons pas le latin. 
6. 
Moi aussi, j'ai choisi le mien; je ne vous dirai pas son nom, de peur c 
vous n'alliez me dénoncer aux messieurs prêtres. 
7- 
Il a chanté la petite rivière qui court à travers notre village ; il a appri: 
tous le nom de sa douce Marie. 

8. 
Hélas, il est mort loin de nous, loin de son petit Scorff; Marie est mar 
depuis longtemps et a oublié son clerc. 

9- 
Si je deviens jamais riche, je placerai son image en dur granit de Kersant 
par dessus la source de la rivière. 

10. 

Lorsque je suis affligé ou que j'ai regret à mon pays, son esprit est avec n 
et m'assiste. 

1 1. 

Il n'y a pas longtemps, il me sembla le voir affligé, et moi de lui demanc 
pourquoi. 

12. 

« Vous avez peut-être lu, dis-je, l'Annaïk de Quellien, et le souvenir 
Marie a renouvelé votre chagrin. » 

'5- 

— Le feu est mort depuis longtemps, laisse la cendre, dit-il : l'amour 
mon pays seul enflamme mon cœur. 

'4- 
Lorsque je regarde à travers Paris, de tous côtés je vois des sociétés 
tous les coins de la France, j'entends tous les dialectes. 

'^ . j 

Hélas, les Bretons seuls, comme toujours les Celtes, restent désunis, sa^ 

union fraternelle. 

i6. 
Lorsqu'ils quittent le pays, ils oublient Armor, la vieille mère déchue, là-b; 
sur les bords de l'Océan. 

'7- 

— Mais, compatriote, lui dis-je, il y en aune cependant et qui fait du bruij 

son nom est la Pomme. î 

i8. ; 

— Ne m'en parle pas, répondit-il ; lorsqu'on y parle breton, plus de la moi'; 
de la société se met à rire. 



Chronique. joy 

'9- 
De quoi peut parler un Normand à un Breton ? Du prix du cidre, peut-être, 
ou du prix des chevaux. 

20. 

— Tais-toi, père, ne sois pas si affligé : une société de frères s'est formée, 
où il n'y aura que des Bretons ou, encore, des Gaëls. 

21, 

1 Des Celtes fervents seulement de sang ou de cœur. — Le nom du président 
de la société? — Renan. 

22. 

Alors le visage du barde s'éclaira : « Je n'en demande pas davantage : mille 
bénédictions à tous les frères : mon esprit sera avec vous. » 



A l'occasion de la famine qui a désolé cet hiver les campagnes d'Irlande, un 
:Jes poètes les plus distingués de la Bretagne, M. G. Milin, a publié dans un 
journal de Brest (VOcéan du 3 mars i88o) une poésie que nos lecteurs d'Irlande 
;t de Bretagne nous sauront également gré de reproduire : 

AR CERNEZ ENN IRLAND 
Ton kantik : Va Doue, leun a drugarez. 

DISKAN 

Truezuz eo ar c'hlemmou a zao dreist kroz ar mor, 
Klemmou tadou ha mammou, bugale an Arvor ! 
Daoust ha n'ho c'hlevit-hu ket dre '/z avel cViervel, 
Oc'h ho kervel, Bretouned, d'ho rekour kent mervel ? 
Piou ho kalv, tud kalounekf Gant an tarz e diroll, 
Hag eul lestr oc'h ho kerrek a ve vont da goll, 
Pe eur vag pesketerien, hep sîur na roenv e-bed., 
E-kreiz an denvalijen^ a ve eat d'ar goeled ? 
Nan, gwasoc'h kalz eo a zo : tud eurvro holla-bez 
Eur vro gaer evel horbro, enn-hi tud hepdanvez, 
Tud paour ha tud a galoun., tud vad ha kristenien, 
Dare da vervei gant naoun, a c'houlen aluzen. 
N'ema ket pell ar vro-ze diouz hor bro, Bretouned, 
Hon aojou-ni bep mare gant ho mor zo skoet, 
Hag hon tadou gwechall-goz, mignouned ha kerent, 
A zo eat d'ar Baradoz diwar galoun ho zent. 
Euz a vro an Irlanded eo bet skignet e Breiz^ 
Evel goulaouen ar bed, sklerijen gaer ar feiz ; 
Euz a vro an Irlanded, n'euz ket a-veac'h dek vloaz, 
P'edomp vervei flastret, hor beuz bet harp ha skoaz. 



joS ■ Chronique. 

Bezomp d'hon tro kalounek, diskouezomp , Bretouned, 
Ez omp-ni tud anaoudek kever an Irlanded ; 
Pell a zo enn dienez, ma ne varvont brema, 
E \amnt gant ar gernez, abarz nemeur ama. 
Enn ho ziez n'euz eskenn, bod keuneud d'ober tan, 
Gant an naoun, ar ienien, e krenont braz ha bian ; 
Tadou, mammou, bugale, zo ho dillad truillou, 
Ar re zo evitbale, a zo evel spesou. 

Ouspenn an naoun zo c'houero ; ho c'halounou a rann 
Pd welont a-ziraz-ho ho zud e-kreiz pep poan ; 
An tad ia da glask eul lec'h distro evit mervel, 
Ar vamm zo penn he bron sec'h e genou he bugel. 
Mervell a rank gant an naoun, mervel gant an enkrez, 
E kichen dor an Zaozoun, dor an dud digernez, 
An Irlanded kristenien., laeret ho bro, tud keiz ! 
Laeret bara ho cVwuezen..., n'eo bet laeret ho feiz. 
Bretouned, d'an Irlanded roït buan hag affo ! 
Naounegez ne c'hortoz ket, an naoun a zo gara. 
Aluzen ar garantez a domm ar c^halounou, 
A bella pep dienez, a dorr nerz ar poaniou. 
Bretouned d'an Irlanded, ho preudeur peorien geiz, 
Ho kerent, ho mignouned drear galoun, arfeiz, 
Enn hano Doue, hor Zalver, evit en em vaga, 
Roitdiwar ho tiouer arc'hant da gaout bara. 
Bretouned d' an Irlanded., ho preudeur kristenien, 
Tieïen, martoloded, roït holl aluzen, 
Ha diwar-n-hoc'h ho bennoz a zistroio a-bell, 
Gwalennou Doue zo tost, gwall amzer, gwall avel. 

LA FAMINE EN IRLANDE. 

Des cris lamentables retentissent dominant le bruit des flots, les sanglots 
pères, mères, enfants, s'élèvent de la côte ! A travers le mugissement de Von 
n'entendez-vous pas appeler, vous appeler, Bretons, au secours, dans l'agoni 

Qui donc vous appelle, hommes de cœur ? Sous la fureur des vagues, 
vaisseau courrait-il se briser contre les écueils, ou une barque de pêcheurs %i\ 
gouvernail, sans avirons, aurait-elle sombré dans les horreurs de la nuit? 

Non, non, le sinistre est encore plus afTreux, un peuple tout entier, un pî 
beau comme \t vôtre, des hommes infortunés, gens pauvres, au cœur vaillaj 
une nation généreuse et chrétienne, pressurée par la famine, vous demar 
l'aumône. 

Ce pays n'est pas éloigné de l'Armorique; Bretons, nos rivages et les sif 
sont, chaque marée, baignés par la même mer. Jadis nos aïeux et leurs aïei 



Chronique. 509 

parents et amis, sont entrés au Paradis en mourant sur le cœur des saints 
d'Irlande. 

Du pays d'Irlande sur la Bretagne s'est levé, comme un astre sur le monde, 
la brillante lumière de la foi; du pays d'Irlande, il y a moins de dix ans, quand 
nous étions écrasés, mourants, nous avons reçu assistance et confort. 

Soyons à notre tour des hommes de cœur, montrons-nous, Bretons, recon- 
naissants envers les Irlandais : depuis longtemps dans la misère, ceux qui n'ex- 
pirent à cette heure mourront par la famine d'ici à peu de temps. 

Dans leurs demeures, pas un morceau, rien pour se chauffer : de faim et de 
froid ils grelottent, grands et petits ; pères, mères, enfants ne sont couverts 
que de haillons, et ceux qui tiennent debout ressemblent à des fantômes. 

Outre la faim cruelle, la douleur déchire leur cœur quand ils voient devant 
eux leurs plus chers torturés par les souffrances ; le père s'enfuit et cherche un 
endroit pour expirer à l'écart, et la mère aux lèvres de son enfant présente une 
coupe épuisée. 

Ils doivent mourir de faim, ils doivent mourir d'angoisses à la porte de l'An- 
glais, à la porte de gens sans entrailles, ces Irlandais catholiques dont les champs 
ont été usurpés, ces infortunés à qui l'on a ravi le pain de leurs sueurs..., mais 
leur foi, jamais, 

Bretons, aux Irlandais donnez sans retard, donnez à l'instant! car la faim 
n'attend pas, la faim est cruelle ; l'aumône de la charité réchauffe les cœurs, 
éloigne la misère, adoucit l'amertume des douleurs. 

Bretons, aux Irlandais, vos frères pauvres infortunés, vos parents, vos amis 
par le cœur et la foi, pour Dieu, pour notre Sauveur, donnez une aumône pour 
se sustenter; donnez de votre pauvreté un sou pour avoir du pain. 

Bretons, aux Irlandais, vos frères en Jésus-Christ, donnez, laboureurs, don- 
nez, marins, une aumône, et leurs bénédictions chasseront loin de vos têtes les 
fléaux menaçants de Dieu, les mauvaises saisons, les tempêtes. 



La Revue a parlé précédemment (t. III, p. 494) des Causeries bretonnes de 
M. Le Bos. Cet auteur vient de lancer un prospectus d'une seconde partie de 
•cet ouvrage. « La deuxième livraison des Causeries bretonnes, dit-il, beaucoup 
plus importante que la première, est sous presse en ce moment. La marche 
adoptée pour cet ouvrage est bien simple. On croirait lire un feuilleton à la 
portée de tout le monde. » M. Le Bos annonce en outre qu'il reconstituera la 
langue primitive à l'aide du breton. « Les savants de nos jours n'y ont rien 
compris jusqu'à présent. Nos académiciens, MM, Littré, Renan, Jules Simon, 
Hersart de la Villemarqué, n'y ont vu que du feu. » Ce prospectus contient le 
portrait photographique de l'auteur, pensif et le menton dans sa main droite, 
avec cette inscription au-dessous : Eugène Le Bos dans ses réflexions sur la langue 
primitive. — M. Le Bos, 19, rue Clauzel, à Paris, envoie libéralement ce pros- 
pectus à toutes les personnes qui le lui demandent. 

Rev. Celt. IV 2 1 



jio Chronique. 

La riche bibliothèque galloise de feu M. Robert Jones (cf. p. 152) a él 
acquise par la ville de Swansea, où elle formera une sorte de Bibliothèqt 
nationale. A cet égard, il est malheureux qu'on ait négligé de mettre dans ceti 
bibliothèque et qu'on ait laissé vendre aux enchères avec les livres de littératui 
de M. R. Jones un certain nombre d'ouvrages irlandais ou gaéliques fort impoi 
tants, ou même des livres qui, comme le dictionnaire comique de M. R. Wi! 
liamSj ont leur place marquée dans une bibliothèque de philologie galloise. 



Il s'est fondé à Gratz, en Styrie (Autriche), une Société Anthropologiqui 
On nous écrit que dans ses premières séances cette Société s'est occupée d( 
origines celtiques et des noms de lieu celtiques, mais que la discussion a été 
animée et si orageuse qu'un des membres a donné sa démission. La Société c 
Gratz devrait prendre pour devise : Paix sur la terre aux étymologistes de bonr 
volonté ! 



Il vient de paraître à la librairie Charpentier un recueil de contes populairf 
de la Haute-Bretagne de M. Paul Sébillot (xij-360 p. in-12; prix : 3 fr. )û 
Nous en rendrons compte dans notre prochain numéro. 



La Commission de la topographie des Gaules fondée en 1858 par l'emperei 
Napoléon III à l'effet d'étudier la géographie, l'histoire et l'archéologie natic 
nale jusqu'à l'avènement de Charlemagne (voir notre article, t. II, p. 504-( 
vient d'être dissoute. Elle a fait place à une autre commission qui continuel: 
même œuvre sous un autre nom, et avec l'adjonction de quelques nouveau, 
érudits. Voici en quels termes la naissance de cette commission est annonc( 
dans le Journal officiel du 2 février 1880 : 

« Par un arrêté en date du 20 janvier, une commission a été instituée par , 
ministre de l'instruction publique et des beaux-arts, sous le titre de : Comim:\ 
sien de géographie hislorique de l' ancienne France. ' 

« Cette commission aura pour mission d'achever les travaux commencés p; 
la commission de la topographie des Gaules : les cartes de la Gaule indépei 
dante, de la Gaule soit sous la domination romaine, soit à l'époque franque i; 
féodale, les cartes spéciales indiquant la position des monuments mégalithique:^ 
les découvertes de monnaies gauloises, les bornes milliaires, les diverses couch<j 
ethniques qui ont contribué à la formation de la nationalité française. Elle devi| 
aussi terminer le catalogue général des monnaies gauloises et donner, d'apnj 
les nombreux documents recueillis, une édition de la Notice des provinces et d>\ 
cites de la Gaule. 



Chronique. 3 1 1 

« La Commission de géographie historique de l'ancienne France fera, avec le 
concours des correspondants du comité, des archivistes et des instituteurs, un 
relevé de tous les noms de lieux-dits figurant au plan cadastral de chaque com- 
mune ; elle dressera un inventaire des pouillés, pour préparer ultérieurement un 
Corpus général des pouillés de France, et recueillera les textes itinéraires du 
moyen âge, ainsi que les dictons relatifs aux régions, aux villes, aux vil- 
lages, etc. 

« Elle devra, en un mot, centraliser tout ce qui peut toucher à la topogra- 
phie historique de la France depuis les temps les plus reculés jusqu'en 1789. 

« Sont nommés membres de cette commission : 

« Président : M. Henri Martin, membre de l'Académie française, sénateur. — 
Vice-président : M. Léon Renier, membre de l'Institut. — Secrétaires : MM. Anâ- 
tole de Barthélémy, membre du comité des travaux historiques; Alexandre 
Bertrand, directeur du Musée national de Saint-Germain. 

« Membres: MM. Alfred Maury,Ch. Robert, E. Desjardins, membres de l'Ins- 
titut ; Aug. Longnon, répétiteur de géographie historique à l'École pratique 
des hautes études ; Ant. Héron de Villefosse, attaché à la conservation des 
monuments antiques au musée du Louvre ; Hamy (le docteur), aide-naturaliste 
au muséum d'histoire naturelle ; G. de La Noë, chef de bataillon du génie, 
commandant de la brigade topographique ; E. Muret, bibliothécaire au cabinet 
des médailles de la Bibliothèque nationale. » 

Presque au même moment, le ministre de l'instruction publique, sur la demande 
du sous-secrétaire d'état chargé des beaux-arts, créait une sous-commission des 
monuments historiques, chargée de dresser l'inventaire des monuments mégali- 
thiques et des blocs erratiques de la Franceet de l'Algérie. Voici en quels termes 
les journaux ont annoncé ce fait : 

« Par arrêté du ministre de l'instruction publique, une sous-commission des 
monuments historiques est chargée de dresser l'inventaire des monuments 
mégalithiques et des blocs erratiques de la France et de l'Algérie. 

« Cette sous-commission est composée ainsi qu'il suit : 

(I Président: M. Henri Martin, sénateur, membre de la commission des mo- 
numents historiques. 

(I Vice-présidents : MM. Daubrée, directeur de l'école des mines ; deMortillet, 
conservateur-adjoint du musée de Saint-Germain, membre de la commission des 
monuments historiques. 

« Membres : MM. Broca, professeur de l'École de médecine, secrétaire général 
delà Société d'anthropologie; Cartaillac, directeur de la Revue des matériaux 
pour l'histoire de l'homme., à Toulouse; Chantre, sous-directeur du musée d'his- 
toire naturelle de Lyon ; Faisan, géologue, demeurant à Collonge-au-Mont- 
d'Or (Rhône); Leguay, architecte, membre de la société d'anthropologie; 
Pomel, sénateur de l'Algérie ; Trutat. conservateur du musée d'histoire natu- 
relle de Toulouse ; Salmon, archéologue, membre de la société d'anthropologie; 
du Sommerard, directeur du musée des Thermes et de l'hôtel deCluny, membre 
de la commission des monuments historiques. 



3 1 2 Chronique. 

« Secrétaire : M. Viollet-le-Duc, chef de bureau et secrétaire delà commissioi 
des monuments historiques. 

«Secrétaires-adjoints : MM. Lucien Pâté, sous-chef de bureau, secrétaire- 
adjoint de la commission des monuments historiques ; Demanget, sous-chef di 
bureau, archiviste et 2" secrétaire-adjoint de la commission des monument 
historiques. » 

Au premier abord, il semblait que la sous-commission des monuments mégali 
thiques était chargée de reprendre, pour une partie du moins, les travaux dii 
l'ancienne Commission de la topographie des Gaules. Pour faire disparaître cett, 
équivoque, « M. le ministre de l'instruction publique et des beaux-arts, désiran 
que les travaux de la commission de géographie historique de l'ancienne Franc 
et ceux de la sous-commission de l'inventaire des monuments mégalithiques e 
des blocs erratiques de France et d'Algérie concourent au même but, en utilisan 
pour la science les recherches spéciales de chacune d'elles, a nommé M. A. d^ 
Barthélémy membre de la seconde, afin de faciliter les communications réci 
proques des deux commissions. » 

Ainsi donc la Commission de géographie historique, commission permanente 
continuera le Dictionnaire d'archéologie celtique sur le plan suivi dans le tome I 
la sous- commission des monuments mégalithiques, essentiellement temporaire 
s'occupera exclusivement d'établir la statistique complète de ces monuments e 
de désigner à l'attention du gouvernement ceux qui par leur importance mériten , 
d'être conservés et protégés contre toute tentative de destruction. 

H. G. 



NÉCROLOGIE. 

Nos lecteurs n'ont pas oublié la liste des noms supposés gaulois des inscrip 
lions latines que le général Creuly a donnée au précédent volume de notn 
Revue. L'absence d'un Corpus des inscriptions gallo-romaines rend cette listi 
d'autant plus précieuse parce qu'elle fait connaître des noms conservés dans ce: 
inscriptions. Cette liste a été la dernière œuvre du général Creuly : et nou: 
pouvons dire aujourd'hui que le mauvais état de sa santé défaillante ne lui avai 
pas permis de corriger les épreuves de la seconde partie; c'est ce qui expliqu( 
l'absence de références pour quelques noms de la liste. — Nous reproduison: 
ci-après la notice nécrologique que lui a consacrée le Polybiblion : 

« M. Casimir Creuly, né à Cherbourg le 14 novembre 1795, est décédé; 
Paris le 14 juin 1879. Il était commandeur de la Légion d'honneur, officier di 
2» classe de Charles III, officier de l'instruction publique et général de brigade 
Entré à l'École polytechnique en 181 3, le général Creuly sortit, après de bril- 
lantes études, dans l'arme du génie ; il fut chargé de missions importantes, par 
ticulièrement au Sénégal, et conquit en Algérie, à la suite de plusieurs expédi- 
tions, les grades de lieutenant-colonel, de colonel et de général de brigade ; i 
avait, en 1823, pris part à la campagne d'Espagne. 



I 



Nécrologie. ^ i j 

« A dater de 1857, époque à laquelle il entra dans le cadre de réserve, 
M. Creuly se livra avec ardeur à l'étude de l'histoire, de l'archéologie, de la 
géographie et de l'épigraphie antique; le goilit de l'épigraphie lui avait été ins- 
piré pendant son séjour en Afrique, où, malgré ses occupations multipliées, il 
avait recueilli de précieuses et nombreuses notes. Il appartenait à la Société des 
Antiquaires de France dont il fut président, et à la Commission de la topogra- 
phie des Gaules à titre de vice-président. — Voici les principales publications 
qu'il a laissées : Les Quinquègcnliens et les Babares., anciens peuples d'Afrique ; — 
Copie rectifiée du milliaire de Tongres ; — Les descendants immédiats d'Éporédorix ; 
— Quelques difficultés du deuxième livre des Commentaires de César, étudiées sur le 
terrain ; — Etudes sur les musées de Beaune et de Dijon ; — Quatre inscriptions 
funéraires de l'époque mérovingienne; — Un nouveau pagus gallo-romain; — La 
carte des Gaules : examen des observations auxquelles elle a donné lieu ; — Gué 
antique dans le lit de la Mayenne ; — Estampille du dolium du musée d'Alger ; — 
Sur une inscription antique trouvée à Vieux en 1 864 ; — Note sur l'authenticité du 
nom de famille Jallius ; — Inscriptions récemment découvertes en Algérie; — Etude 
W l'Aquitaine des Romains ; — Inscription funéraire de Tarbes. Tous ces travaux 
•ont paru dans la Revue archéologique. M. Creuly a donné, en outre, un travail 
'sur Uxellodunum, dans la Revue des sociétés savantes ; — un mémoire sur VInscrip- 
'.ion de Torigny, dans les Mémoires de la Société des Antiquaires de France; — un 
Catalogue des noms propres, présumés gaulois, dans la Revue Celtique. — Enfin, il 
avait entrepris la traduction des Commentaires de César ; on regrette qu'il n'ait 
Daru que le premier volume de cet excellent ouvrage (en collaboration avec 
\1. Al. Bertrand), i vol. in-8, Paris, Didier). » 

— L'œuvre de la mort est plus triste encore quand elle frappe, non plus un 
lomme chargé d'années comme le général Creuly, dont la vie a été active et 
éconde presque jusqu'à son dernier jour, mais de jeunes hommes qui dispa- 
■aissent sans avoir pu réaliser la promesse de leur talent. Tel a été le cas de 
lotre excellent ami M. Charles de Gaulle, né le 3 i janvier 1837, inort à 
^aris le i" janvier 1880. M. Charles de Gaulle avait été frappé de paralysie 
iresque au soi-tir de l'adolescence. Ce triste état ne l'avait pourtant pas empê- 
hé de s'adonner à l'étude et son goût l'avait porté vers les langues celtiques ; 
ans quitter Paris où son infirmité précoce le tenait cloué sur son fauteuil, il 
vait appris le breton au point d'en faire sa seconde langue maternelle. Il a 
nême écrit plusieurs poésies bretonnes ; la Revue de Bretagne et de Vendée en a 
onné une dans son numéro de mai 1864; les poètes bretons le regardaient 
omme un des leurs et le traitaient en confrère, et l'on peut voir dans leurs 
euvres plus d'une pièce dédiée à celui qui, jouant sur un nom prédestiné aux 
tudes celtiques, avait pris le spirituel nom de plume Barz Bro C'hall « le 
arde du pays de Gaule ». M. Charles de Gaulle avait acquis du gallois une 
onnaissance presque aussi étendue qui étonnait les Gallois dont il recevait la 
isite à Paris. 

En 1864 il avait publié dans la Revue de Bretagne et de Vendée une série d'ar- 



314 Nécrologie. j 

ticles qui ont été réunis en une forte brochure sous ce titre : Les Celtes 1 
XIX^ siècle; appel aux représentants actuels de la race celti(]uc (64 p. in-r 
M. Charles de Gaulle rêvait la résurrection des langues celtiques comr 
langues littéraires et nationales, et l'union des peuples celtiques en une soi 
de fédération morale. Aussi a-t-ii pris une part active à la préparation du co 
grès celtique international qui se tint à Saint-Brieuc en 1867. Il est inutile 
dire ici les nombreuses causes pour lesquelles de semblables projets devaie 
rester le rêve et l'illusion de quelques généreux esprits. 

C'est seulement dans un domaine moins étendu que ce mouvement de renai 
sance pouvait se produire. Il se manifesta en Bretagne par la fondation du jou 
nal breton Fciz ha Breiz et par l'établissement d'une sorte de société des poèi 
bretons sous le nom de Br curiez Breiz « Confrérie de Bretagne » avec le ne 
illustre de M. de la Villemarqué à sa tête. A vrai dire, nous ne croyons p 
que cette société ait jamais fait autre chose que provoquer l'éclosion 
poésies, que les membres du cercle se dédiaient et se lisaient les uns aux autn 
Ce n'était pas, comme l'avait espéré M. Charles de Gaulle qui fut secrétaire 
cette société, un foyer de lumières pour la Bretagne, l'aurore d'une nouvelle lit 
rature celtique, c'était plutôt un modeste feu de Vestales. Il s'éteignit pourtar 
des bardes qui devaient l'entretenir, les uns moururent, les autres se brouillèrei 
et la Breuriez Breiz n'est plus depuis longtemps qu'un souvenir ! 

A ce propos, on ne nous saura pas mauvais gré de reproduire ici quelqi 
vers bretons de notre ami. Nous les empruntons à la pièce mentionnée plus h.i 
et qui était dédiée aux poètes de Bretagne : 

Ann hini a reaz ar zon-man, 
A reer a-vro-c'hall anezhan ; 
Hogen breizad eo a galon : 
Roït d'ezhan eunn hano gwirion. 
— He gorf e Bro C'hall 'zo dalc'het ; 
He spered a vad n'ema ket, 
NizaI 'ra trezek Breiz-Izel 
Bemdeiz, bemnoz, a denn askel. 

Celui qui a fait cette chanson — S'appelle de Gaulle; — Mais il est de Br' 
tagne par le cœur ; — Donnez-lui le nom qu'il mérite. — Son corps est retej 
en Gaule; — Mais certes son esprit ne l'est pas ; — Il vole vers la Bas:! 
Bretagne — Tous les jours, toutes les nuits, à tire d'ailes. 

C'est au moment de l'épanouissement de la Breuriez Breiz que M. Charles 
Gaulle publiait dans la Kfw;c (/c Bretagne et de Vendée (n° d'octobre 1865) , 
article sur le mouvement de renaissance de la littérature bretonne où il donn 
aux écrivains bretons des conseils très sages sur l'orthographe de leur langij 
Il le complétait l'année suivante (n" d'août 1866, p. 89-103) par une revue cj 
plus récentes productions de la littérature bretonne, principalement dans ! 
domaine de la poésie'. 

1 . C'est M. Ch. de Gaulle qui se chargea de mettre en breton la bulle Ineffabilis, lorscj 



Nécrologie. ^515 

A ce moment déjà se ralentit l'activité littéraire de M. Charles de Gaulle. Il 
n'écrivit plus dès lors que de rares articles, la plupart fort courts : faisons une 
lexception pourtant pour son étude sur l'Epilogue à l'Art ciiritiende M. Rio, qui 
parut encore dans la Revue de Bretagne et de Vendée de 1872 ^. Raconter la 
vie et les œuvres de M. Rio, c'était pour notre ami raconter une page de 
l'histoire de Bretagne qui lui était chère, de la Bretagne catholique et royaliste 
jdu commencement de ce siècle. Dans cet article même il nous dit que c'est la 
lecture de La petite Chouannerie de M. Rio qui lui donna, encore écolier, l'amour 
de la Bretagne et le désir d'apprendre le breton. Citons encore l'article que 
M. Charles de Gaulle écrivit ici même (t. II, p. 265) sur un supplément aux 
Dictionnaires bretons. Ce furent, croyons-nous, les dernières lignes sorties de 
-sa plume. Son infirmité faisait chaque année de nouveaux progrès ; tout en 
■gardant la lucidité d'esprit qui ne l'a pas quitté jusqu'à sa dernière heure, 
tout en suivant avec amour le progrès des études celtiques et la destinée 
des peuples néo-celtiques, la force lui manquait déjà pour produire et pour 
iaire œuvre d'écrivain. Il faisait des projets, mais il ne pouvait les réaliser. Par 
«es rares qualités de son esprit, par sa facilité d'assimilation, par la finesse et 
«a perspicacité de son jugement, il eût été, si la force et la santé ne lui avaient 
■fait défaut, un de ceux qui auraient fait le plus honneur aux études celtiques 
:n France, comme il avait été un des premiers à s'y consacrer. 
. Bien que nous ne devions apprécier que l'œuvre scientifique chez ceux dont 
jous dressons ici la liste nécrologique, déjà bien longue hélas ! on nous per- 
nettra de dire un mot de plus sur celui qui était pour nous un ami et souvent 
in conseil. Le charme de ses relations, la sûreté de son amitié, la douceur de 
;on caractère, le courage chrétien avec lequel il supportait son infirmité et ses 
louffrances, laisseront une impression ineffaçable à ceux qui ont eu le privilège 
le connaître de près Charles de Gaulle et d'apprécier à sa juste valeur cette 
Ime d'élite. 

— M. l'abbé Henry, né le 14 décembre 1803 à Mellac (Finistère), mort le 
2 février 1880 à Quimperlé. M. l'abbé Henry était regardé comme un des 
jIus fins connaisseurs et des meilleurs écrivains de la langue bretonne. Voici la 
iste de ses principaux ouvrages que nous devons à l'obligeance de M. Audran, 
ie Quimperlé : 

1° Eunn Dibab Toniou evit kanaouennou santel ha gwersiou Breiz-izel lakeat war 
,m-Pleumenset gand an aotrou lann-Wilhou Herry, belek. E Sant-Briec, in-8», 
^rudhomme, 1842. 

, 2° Huez hor zalver Jesuz-Krist grcat gant komzou ar pevar avieler. E Kemperlé, 
loulet é ti Guffanti-Breton, 1858. 

3° Kantikou eskopti Kemper ha Léon. Choazet ha renket drt ghemenn ann aotrou n 

abbé sire, du séminaire de Saint-Sulpice, imagina d'envoyer au pape Pie IX la traduc- 

■on en 300 langues et dialectes de la bulle qui proclamait le dogme de l'Immaculée- 

lonception. 

■ I. Le tirage à part forme une brochure de 38 pages in-8°. 



Îi6 Nécrologie. 

eskop R. N. Sergent. Quimperlé, Th. Clairet, 1864 (c'est une 2^ édition d' 

recueil publié à Saint-Brieuc en 1842 sous le titre de Kanaouennou Santel d'iU' 

net ha reizet cvit escopti Kempen. A la suite de l'édition de 1864 on trouve Eu 

dibab Toniou (1842) avec supplément (Kresk) de 1864. 

4° Buez an duk a Vourdel Herri V. Kemperlé, Moulet e ty Th. Clairet, 187 
L'abbé Henry a de plus publié en 1849 à Quimperlé, chez Guffanti-Bretc 

une traduction de la Genèse, et en 1861, dans la même ville, chez Clairet, i 

traduction de l'Exode, l'une et l'autre en breton. 

— On annonce aussi la mort, à Dublin, de M. Joseph O'Lonoan, scn 
irlandais attaché aux travaux de l'Académie royale d'Irlande, et l'auteur c 
fac-similés du Leabhar na h-Uidhri, et du Leabhar-Bieac publiés par cette Ac 
demie. 

— M. François Stark, bibliothécaire de l'École polytechnique de Vieni 
né à Kruman, en Bohême, le 17 janvier 1818, mort à Vienne le 27 mars \%l\ 
M. Stark était connu des philologues par un livre qu'il publia en 1868 sur j 
noms familiers des anciens Germains (Die Koscnamen der Germanen). Vers la mê ' 
époque, il avait publié dans les comptes-rendus de l'Académie de Vienne, se 
le titre de Kcltische Forschungen, une série d'études sur les noms celtiques ce 
tenus dans le Verbrùderungsbuch de Saint-Pierre de Salzbourg et dans le Coc 
traditionum ecclesia Ravcnnatensis. Dès lors il s'enfonça dans ses études onom; 
tiques avec une telle ardeur et un tel acharnement au travail que sa santé 
succomba et qu'il fut atteint en 1876 d'une maladie cérébrale. Il se survéc 
quatre ans. — Le maître de l'onomastique gauloise, Gliick, est aussi mort p 
maturément, et d'une névrose amenée par l'étude. L'onomastique celtique sera 
elle donc l'antre de Trophonius? 

H. G. 



L 



POPULAR TALES OF IRELAND. 

FURTHER ERRATA. 

P. 181,1. 16, read : faid fi'gc 

P. 188, 1. 5 from the bottom, read : Oranmore 

— last line, read : certain 

P. 189, foot-note, 1. I, read : reaper 

— 1. 6, read : Tollius ... Fortuita ... Amstelodami. 

— I. Il, read ; Catulli, XXXII. 

— last line, read : lore 

P. 190, 1. 4 from the bottom, read : « meadow-sweat » or « maid-sweat 
P. 196, 1. 24, read : Earl 



Le gérant : F. VIEWEG. 
Imprimerie Daupeley-Gouverneur, à Nogent-le-Rotrou. 



39 



ib nid ydynt adas, i gloi cynghaned lusg, ar- 
'ynt. Canys rhaid i'r seiniau y cher cyngha- 
'cà lusg arnynt nid yn unig alla sefyl,yn gystal 
n y diyaethaf a'r aildiyaethaf, eithr hefyd ca- 
',u'r un syn, yn gyfannyed, unlais ymhob le, 
\'n gystal ai gilid, Mo. pa fod y hyd îyyl gyn- 
\[haned tryy'r cy^einiaid, meyn, sain ne lusg? 
(îr. pann fo'r sain yn bur, ni byd îyyl gyngha- 
\i£dfyth yn yr un o'r dyy y ma. eithr yn y sain 
^.mhur, pann dybyger mae'r un gy'^iain syd ar ol 
sain yn y daufann gynglo. heb i bod yn un- 
ihyu., ond yn debig y nail, i'r lai mal: tebig 
■u'r b, a'r p. g, a'r, c, d, a'r, t, megis y mae^n 
glur yrth y daflan o'r mudiaid ai gyesteion. 
)nd ef a ellir tynnu 'rhain i gyd tann dau fai 
■yphredin, s. crych a lyfn, trym ag ysgafn, 
nal yn y daflan issod. 



mud 



TE 



très 



cadémie 
a faisait 
vase en 
l'autre 
/a sans 
-n faire. 



[241; 



Yr ail mod i gadarnhau, yscafn yu pann fo yr 
in fud yscafn ynniyed un gair, ag ynnechrau'r 
lair nessaf sy'n canlyn mal : T. Aled. 

Nad dy roi i nattur is. 

Pob bron fal y pappur yy. 



dd. t. 
b, b. pp. 
Ym 



le coins 
renetis, 
j à cinq 
je je ne 

résence 
ne date 

gré l'état 



[257] 



40 



Îi6 

eskop R. 
recueil p'. 

net ha rei. 

dibab Ton 
4» Bue: 
L'abbé 

une tradu 

traduction 

— On 
irlandais 
fac-similés 
demie. 

— M. ; 

né à Kru.i 
M. Stark ' 
noms fa m' 
époque, i. 
le titre de 
tenus dans 
traditionum 
tiques avef 
succomba e 
quatre ans 
maturémen 
elle donc ' 



mud 

nail 



sy4 
ai 



Itromlefn 



lyfn 



crech 



'jsgafnlefn-ui 

Iph 

[tromgrech yh 

ich 



\ysgafngrechV 

Mo. moe^ych siamlau o bob un o honynt. > . 
mi a rodaf drum ag ysgafn yn y lyfnion. 

Y mae''r mab yn anhapus. b.,. 
Ni eil i dad moi atal, c 't 
Dyn gyag yu'r dyn acu. ^<c 

Trym ag ysgafn, rhung y crychi . 

Tynnu rhaph, heb orafyn. p j 

Y mae Elsbeth yn medui th i 
Crech a lefn mal : 

Mae Sioned yn anue4us d. I 

Mae fy mab yn anafus. If 

Mo. chyi a doeda^och mae trom yu'r sillay 

[242] 



P. 181 
P. 188 



— laot i...e, read : lore 
P. 190, I. 4 from the bottom , read : « meadow-sweat » or « maid-sweat 
P. 196, 1. 24, read : Earl 



Le gérant : F. VIEWEG. 



Imprimerie Daupeley-Gouverneur, à Nogent-le Rotrou. 



41 



bo duy gyssain, o'r unryu, ar ol sain, mal : 
gyann, gucnn brait, sadd, chyipp, ag mae ysgafn 
yu'rheini le bytho grym un gissain symlig, mal : 
gylan, guen deg, cuyn, brad : a fyd tuyl gyn- 
ghaned, pan fytho trom ag ysgafn, o'r fath y ma, 
yn ymgloi ? mal : 

Qy droes duynuenn y leni enn en 

Somod y fran, urth rannu an ann. 

Gr. ef a cllir galy'r fath sillafau a rhain, km 
\a hirlaes, ag, am nad oes, ond un do, a hynnu 
iyn seiniayl meyn cynghaned lusg, lu a dylai fod 
yn gybl gydlais. am hynny yn fymarni nid yy'r 
fath yma gymradyy ymysg beird auduredig, nag 
meyn sain royiog, nag meun lusg yn aniiedig; 
ond cynghaned brost, groes, ne drays, nid 
rhaid gurthod mo'r fath, mal y dangossyn yrth 
i dosparth rhag lay. Mo. e ganod gyyr o enu 
ymysg prydydion fal hynn. 

Vn garchar yyf a harri 

Rhoych ych gofal bob callon 

Meldith dy famm, yt amen. 
F 
[243] 



- / cyrch gh. c. 

Kr ail mod i gadarnhau, yscafn yu pann fo yr 
m fud yscafn ynnlyed un gair, ag ynnechrau'r 



lair nessaf sy'n canlyn mal 
Nad dy roi i nattur is. 
Pob bron fal y pappur yy. 

[M7] 



T. Aled. 



dd. t. 

b, b. pp. 

Ym 



TE 



lyyr enu 


cadémie 




a faisait 


ar arr. 


vase en 


al. ail. 


l'autre 


amm, am. 
Felly . 


va sans 
-n faire. 



ie coins 
renetis, 
i à cinq 
je je ne 

résence 
ne date 

gré l'état 



42 



Îi6 

eskop R 
recueil [ 
net ha n 
dibab Toi 
4° Bue 
L'abbé 
une tradi 
traductio. 

— On 
irlandais 
fac-similés 
demie. 

— M. 
né à KrLi 
M. Stark 
noms far 
époque, ., 
le titre d 
tenus dan 
tradiùonun 
tiques ave 
succomba 
quatre an'- 
maturémei 
elle donc 



Felly hefyd meun cynghaned sain rouiog mal 

Yngharchar yrth farr uyfi, ar, an 

Gr. ni doedaf dim yn i herbyn, er muyn a 
canod, ag ni chyennychyn moi callyn, na 
harfer, o heriiyd y rhe^jum a doedais. Mo. beti 
am y rhain yma, sy ai hodlau, yn yahanol, ar 
pennaa i hunain, ? mal : 

Er na allon aeron. yn 

laun i fard dianard. vr 

Rhoiiiougryyd aryyd oed. 
Pa gynghaned yy honn ? Gr. am yrhain , a 
cyphelib, ef a ellir i gadel yn lusg, gann na<, 
oes dim yn colli ond yr odl. etîo guyr coyraint' 
a dysgedig^ yn y gelfyfyd ai barnant, yn sai<\ 
rouiog, ag i uneuthur prost rhung yr ordarn, a' , 
odldarn, e gymrir y gyisain ragodlig, ai chyngl' 
yn dauyynebog, ag felly yrth fessuro cerd, t- 
cymrir nhyy nid yn unig megis terfyn i'r dar 
y maent yndi, eithr hefyd megis ynghyplys a 
darn sy'n callyn. mal : 

Er na allon naeron nyn 

lay\ 
[244] 



P. 181 

P. 18S 



P. Il 



— laoi luie, read : lore 
P. 190, 1. 4 from the bottom, read : « meadow-sweat » or « maid-sweat 
P. 196, 1. 24, read : Earl 



Le gérant : F. VIEWEG, 



Imprimerie Daupeley-Gouverneur, à Nogent-le -Rotrou. 



43 



layn i fard^ dianard dur 
Rhoijiognjyd, daryyd, doed, 
Megis y doeda'^om o'r hlaen, ag y doedyn 
rhaglau^ yrth draethu cynghaned groes ano- 
tidayg. 

Veithiau meun cynghaned lusg e fyd y gy^ain 
ragodlig yn yahanol, o diyrth i sain, tryy scythr- 
nod. A nosio tu a'r pared. a'r. ar 

Cynghaned hrost. 
Ynghylch cynghaned groes. 
Cap. 5. 
Mo. mi a yn mae cynghaned hrost yy honno 
. syd yn cloi ar y cysseiniaid yn unig, a gorau fyd 
hi, pann fytho amryy sain oflaen y cysseiniaid 
cyfymglo, er na hytho hynny yn anghenrhaid. 
Yn uyrd las liy, yrd lyys lan. 
Arth yisg lyyd, yrth yas glan. 
Doedych bellach pessayl bath syd honynt? 
Gr. dyy : un groes syd heb un gy^ain yndi, yn 
anghynglo, s. heb cyfatteb idi, odieithr y cys- 
seiniaid odlig, a rhagodlig mal y gyelych yn y 
F 2 siamlau 

[245] 



TE 



cadémie 
n faisait 
vase en 
l'autre 
/a sans 
,n faire. 



-- -^ ■ o-'/ cych gh. c. 

'r ail mod i gadarnhau, yscafn yy pann fo yr 

'■n fud yscafn ynniyed un gair, ag ynnechrau'r 

'Air nessaf sy'n canlyn mal : T. Aled. 

Nad dy roi i nattur is. 4 ^, ^_ 

Pob bron fal y pappur yy. b, b. pp. 

Ym 



ie coins 
renetis, 
j à cinq 
ae je ne 

résence 
ne date 

gré l'état 



Îi6 

eskop R 
recueil f 

net ha rc 
dibab Te 
4° Bm 
L'abb 
une trad 
traductic 

— On 
irlandais 
fac-simili 
demie. 

— V 
né à Kl 
M. Stai 
noms fa 
époque, 
le titre 
tenus d 
traditior 
tiques a 
succomba 
quatre an 
maturéme 
elle donc 



P. i8i, 
P. i88, 

P. 189 



44 



siamlau uchod. Canys yrhain ni dylent, jo< 
yn unryii. ag yn gyfatîebaul, oblygid bal ydyu 
a eluir, prost i'r odl. Y lai syd gynghand 
drays, a fyd a chy^einiaid yn colli, rhimg 
rhagodl, a dechrau'r odldarn, mal : 

O'r ayr [ith vêlais] erioed. 
Ayr syd ragodl, ioed syd odl, er, syd odldaVi 
o'r syd ragdarn, ith uelais ; syd lany yn colli 
rhyng y dyy darn. Mo. pe^ayl darn a fyi 
meyn braich y bytho cynghaned brost yndo 
Gr. dijy yn iinig, s. odldarn a fo a'r odl yn di 
ued idi, a rhagdarn, ai diued hithau yy'r rha 
godl, Mo. beth syd raid i farcio gyntaf, yt 
ghylch cynghaned groes? Gr. fod yn rhaid z' 
gyssain gyntaf o'r rhagdarn ymgloi a'r gynta 
o'r odldarn, i'r ail a'r ail ag felly rad i rad ne 
dyfod at yrhagodl a'r odl mal, y canod. 
T Aled : 

1 Dali im cof, dyliy o'm cysg 

2 le duy layn, ocd y lann 
5 Ond yryyf yn darofyn 



d, l, m, c 

n, d, r,f. 
4 Nin 



[246] 



— ias>t une, read : lore 
P. 190, 1. 4 from the bottom, read : 
P. 196, 1. 24, read : Earl 



leadow-sweat » or « maid-sweat 



Le gérant : F. VIEWEG. 



Imprimerie Daupeley-Gouverneur, à Nogent-le Rotrou. 



45 



, Ik k Nim gyrr bun, im guir boeni^ n, m, g, r b. 

l'ij! 1; Ni royd un i raid einioes n, r. d, n, 

\it k Ath diudrijyd, ith edrych. th, d, r. 

5.' m. mae duy, l, yn y rhagdarn ag un yn unig 

y« yr odldarn, yn y braich cyntaf, heb fod ond 

m cynglo i'r nail o'r duy, l,felly nid guir, bob 

;;• amser, y byd pob cy^ain, o'r rhagdarn yn cael 

h, \cymhares yn yr odldarn. Gr. pann fo'r unrhyu 

i] \gysseiniaid Mghyd, heb amryu gysseiniaid 

!j \rhyngthynt meyn un darn, ef a eil un yn y 

• darn aral , yasnaethu i'mgloi a hyynt ildued mal. 

Dyro heibio, d'air rhybeli r. r r. 

Dy laesualt di, dy lyyssael d, d d. 

Ofn nad rhyd y m fyned dray d. dd. 

Hael imp pur yilliam parri pp. p. r. rr, 

Mo. chyi a doedassoch mae bai oed, jod yr odl 

yn brost i'r rhagodl., Etto yn yr ail siaml o yaith 

Tudur Aled, mae hynny yn damyain. s. 

le duy laun, oed y lann. 
Canys ayn, ann sy'n cynghanedu yn unig, ar 
\y cy^einiaid. Gr. yn yir y gynghaned a fua'^ai 

ber- 
[247] 



TE 



très 



cadémie 
a faisait 
vase en 
l'autre 
/a sans 
-n faire. 



t. gii 

-- -. . o-/ cyrch gfj^ c. 

'r ail mod i gadarnhau, yscafn yy pann fo yr 

nfud yscafn ynniyed un gair, ag ynnechrau'r 

.air nessafsy'n canlyn mal : T. Aled. 

Nad dy roi i naîîur is. ^ ^ ^ 

Pob bron fal y pappur yy. ^^ ^^ ^^_ 

Ym 

[257] 



Je coins 
renetis, 
i à cinq 
je je ne 

résence 
ne date 

gré l'état 



46 



Îi6 

eskop R 



berpheidiach, le duu laun, oed a lyyd^ i 

meyn mod aral, go^od amrafel gy^einiaid, y 

y cyfleoed y ma. Ond penceirdied yrîh bryd- 

, Bu ^^' êyell genîhynt fod lythyren ar gam, ne 

L'abb ystyr diflas, ne dychymig amhuyl, anghyfû 

das. amhynny yrth ryfig prydydig, ai haydui 

Jod, nhyy yeithiau a allant, heppian, ne drippi 

yn difarn, yn anyedig, yrth hir ganu. Tar: 

tum opère in magno fas est obrepere somnan,', 

hefyd, nid y y ayn, anri, brost cy/layn am fod 

n, nn, yn hirlaes a lem. Mo. chyi a doedai. 

soch na chyfrifid na'r odlig, na'r rhagodlig yrt 

ymgadyyno'r cysseiniaid, meyn cynghane- 

brost. etto mi a yelaf, f, yn y dryded siami, 

yn rhagodlig, ag yn ymgloi ag, f, yn yr old\ 

darn, syd nessaf o flaen yr odl. Drachefn yr 

traditio y bedyared, a'r bumed siaml. mae, n, rhegod] 

lig yn ymgloi a'r gyntaf o'r rhagdarn, ag ar dl\ 

yaethaf oflaen'r odl yn yr odldarn, felly ni byil 

y cy^einiaid y ma heb i cyfrif bob amser. Gr\ 

ni doedais ynnau, na allant huy ymgloi yn di\ 

farn '. 
[248] 



recueil 

net ha n 
dibab Tl 

4° 

L' 

une trad 
traducti 

— C 
irlandai 
fac-sim" 
demie. 

— l 
né à Kl 
M. Sta 
noms f; 
époque 
le titre 
tenus (* 
traditio 
tiques 

SUCCOÎT' 

quatre 
maturt 
elle dor 



— idiL une, read : lore 
P. 190, 1. 4 from the botton-i, read : « meadow-sweat « or « maid-sweat ».| 
P. 196, 1. 24, read : Earl 



Le gérant : F. VIEWEG. 



Imprimerie Daupeley-Gouverneur, à Nogent-le Rotrou. 



k 



47 



rn, ond nad rhaid idynî ymgymharu, ag er i 
i hiiynt yn coUl, e fyd y gynghaned yeithiau 
'. groes odidaug, dymchueledig. Mo. mi a 
kellais inth a doedassoch y geil cyssain ra- 
tdlig fod yeithiau yn unyynebog. s. heb yneu- 
ur dim ond terfynu'r rhagdarn. mal : 

Am îry amgen, om trymgysg. n. 

■niliiau heb lay hynn yn ymgloi a'r gyntaf 
\r rhagdarn, megis pe bai ynnechre'r odldarn 
d: 

Ar yynt a dur, ond iy di r, r, 

mthiau yn cyfatîeb i'r diyaethaf a flaen yr 
n mal : 

Ond yryyf yn darojyn. f f. 

dthiau erail , yn îerfynu y rhagdarn, ag yn 
■teb i'-r gyntaf o'r un darn, ag i'r diyaethaf he- 
d flaen yr odl mal : 

Nim gyrr bun, im gyir boeni. n, n, n, 

Tarrian yyt ar y noytir t. t. t. 

nd beth pan fytho dyy gyssain ragodlig, a af- 
in hyy il dyed fod yn dauyynebog, yntau'r 

diyae- 
[249] 



DITE 



cadémie 
a faisait 
vase en 
l'autre 
/a sans 
,n faire. 



-- - . o" / cyrch gf,^ c. 

'r ail mod i gadarnhau, yscafn yy pann fo yr 
nfud yscafn ynniyed un gair, ag ynnechrau'r 



air nessafsy'n canlyn mal : 
Nad dy roi i nattur is. 
Pob bron fal y pappur yy. 

[M7] 



T. Aled. 



dd. t. 

, b. pp. 

Ym 



ie coins 


renetis, 


i à cinq 


ie je ne 


résence 


ne date 


gré l'état 



Îi6 

eskop F 
recueil 
net ha n 

dibab r, 

4» Bi 

L'abl 

une trac 

traducti 

— C 
irlanda 
fac-sirr' 
demie. 

— l 
néàK 
M. Sts 
noms f, 
époque 
le titre 
tenus r 
traditk 
tiques 
succon 
quatre 
matuni 
elle do 



50 



/ fioph fyynauj, i chorph union ph,h, 

f Odiar y phord [idr hoph] faur. ph^\_ 

Nid oes ond du y ysgafngrech, d, a. f. Can) <r 
dromgrech, ch, ni byd un ysgafngrcch, am, ,. 
ny ynhaflan y lythrennau mudiaid mae 'r 
ysgafngrech yn yag, yn y teulu taflodavl. L 
A eil cyssain drom dodi yrth glun i hysgafn, L 
gis y mae'r ysgafn yrth glun y drom main 
yrhain. 
th Vrth dysg yiy yrdas y gyyr 

p. Anhap byd, yn y byd 

ph Y dyyf phol rhodaf fyyd 

t Brad taer yn briyo dyn 

c. Daui geissio de g co^yn. 

Gr. mae ymhob un o'rhain dyyl gynghancâ, n 

fod y cysseiniaid tromion, yn gadarnach noi 



scafniaid, ni eil y yannaf dodi sun y gadarna % 
fytho yrth i chlun,felly rhaid i'r gadarn gâi 
chymhares bob amser ond yr ysgafn, am ) 
y dyn cimaint i thrust, ai throm, hi a eil le i 
ynghyscod y drom a fytho cares idi, s. o'r 1 

îeu>, 

[^52] ! 



— labi une, read : lore 
P. 190, 1. 4 from the bottom , read : « meadow-sweat » or « maid-sweat »j 
P. 196, 1. 24, read : Earl 



Le gérant : F. VIEWEG. 



Imprimerie Daupeley-Gouverneur, à Nogent-le Rotrou. 



51 



ti'u, ag o'r un anadl a hi. urth hynny rhaid 
hscafn, a'r drotn y byîho hi urth i clan fod 
jgynheulu^ s. o'r un teula il doyed, nail ai 
y yefassayl, yntau yn deintiaul, yntau yn da- 
fi'aul il doued. a hefyd yn gyfanadl, s. nail ai 
j grychion il doued, yntau yn lyfnlon. Mo. 
l nad oes i, ch, un ysgafngrech hi a gyscoda, g, 
éfnlefn, fal na bo rhaid idi gael i chynglo, os 
yv''^ gyighaned yma : 
^ lach gurd' a gaiph a chard gijych. 
C rann y gynghaned gyell fua^ai 

lach yrd a gaiph, a chard gyych, 
il-o heruyd ystyr, a medyl y prydyd gyell 
)r phord gyntaf. Canys y fryd ef oed doe- 
d y rhessym sy tann y geiriau ladin yma : ge- 
niogiam boni viri habehit; eithr y phord di- 
uthaf sy'n aryydhau; geneologiam bonus ille 
u habebit. felly mae nail, ^' camymadrod, 
)%u tuyl gynghaned. Mo. ni velafi mo'r 
piydion erail, yn gochel mo'r fath gamyma- 
di. mal : 

G 2 Troi- 

[253] 



DITE 



très 



cadémie 
n faisait 
vase en 
l'autre 
/a sans 
-n faire. 



0. ^n 

-.^ . o- / O'^'c/z gh. c. 

r ail mod i gadarnhau, yscafn y y pann fo yr 

n fud yscafn ynniyed un gair, ag ynnechrau^r 

air nessaf sy'n canlyn mal : T. Aled. 

Nad dy roi i nattur is. d d. t. 

Pob bron fal y pappur yy. b, b. pp. 

Ym 
[2 $7] 



k coins 
renetis, 
j à cinq 
je je ne 

Tésence 
ne date 

.gré l'état 



54 



Îi6 

eskop F 
recueil 

net ha n 
dibab T 
4° Bi 
L'abl 
une trac 
traducti 

— C 

irlanda 
fac-siir 
demie. 



néàK 
M. St£ 
noms f 
époque 
le titre 
tenus ' 
traditii 
tiques 
succon 
quatre 
matun) 
elle do 



Hoeliod dyn hyy afluydianî : 
Mae'r do cynghan cyntaf, ar, h, yr ail ar, j 
trydyd ar, d, ond mae, f, yn coUi. Gr. h 
yy hynn, a doedais, pann dechreuo'r c) tV 
niaid. yingadijyno, ni uasnaetha i'r un ^U 
yn i mysc ; ond, h, nid yu gyssain, na'r clo,\. 
ghan a fo arni, yn glo cysseiniayl rhoyiog 'n 
y siaml a roe^ochui o yaith. T. Aled. y _ i. 
ghaned brost royiog syd yn dechrau' mgloi^ \t 
y cysseiniaid, l, l, agfelly chyi a yelych, f .'i 
ymysg y cy^einiaid sy'n ymgloi, ond n is 
lany rhyng y duy darn yn colli, ag mal y /, 
h, yn fynych heb i chynglo, felly y do a fo n 
hi, a eil dodi heb i gyfrif ueitbiau, a'r gyn i- 
ned yn difai. Mo. mi a yybum yrîh a doe\- 
sodi o'r blaen y geil un gy^ain o'r nail d i, 
attcb i dyy or unrhyy yny dam aral , ji 
na ho cy^ain aral rhynghynt, mi a deheiU 
hefydy geil cy^ain yscajn fod heb gynglo, [h 
glun i throm. doedydi eîto, a eil yr un oi ) 
fat h hynny golli. Gr, ,n, a eil dodi y n dij,}, 

'yi 
[256] 



— lasc une, read : lore 
P. 190, 1. 4 from the bottoni, read : « meadow-sweat » or « maid-sweat 
P. 196, I. 24, read : Earl 



Le gérant : F. VIEWEG. 



Imprimerie Daupeley-Gouverneur, à Nogent-le -Rotrou. 



MONNAIE GAULOISE INÉDITE 



55 



nnechrau'r rhagdarn, ag yn y canol, rhung 
' duy dam. mal : T. Aled. 

Nid un sir dan y seren 

Duu a fuassai'n dyfeisiau. 
1o. ai rhaid i'r un lythrennau ymhob do prost 
"ngyfatteh? oni ail un gyssain yscusodi îros y 
il, un amser? Gr. mae mod i gadarnhau cys- 
lin yscafn mal y gallo, hi ymgloi ai îhroni ; y 
od cyntaf yij pann fo ,h, ar ol yr yscafn mal : 



cadémie 
a faisait 
vase en 
l'autre 
/a sans 
,n faire. 



D. ap. Edem. 

Cau'r ty, no rhag cariad hir t. dh 

Och duu tad, na chudiuyd hunn t dh. 

Anhap oed i uyneb honn ; ' p. bh 

Dicc anard i deg hynod c. gh 

Colyg honn, o gil y cyrch gh. c. 

r ail mod i gadarnhau, yscafn yu pann fo yr 

1 fud yscafn ynniyed un gair, ag y nnechrau'r 

ûr nessaf sy'n canlyn mal : T. Aled. 

Nad dy roi i nattur is. d d. t. 

Pob bron fal y pappur yu. b, b. pp. 

Ym 
[2 $7] 



ie coins 
renetis, 
i à cinq 
ie je ne 

résence 
ne date 

gré l'état 



54 



Îi6 

eskop I 
recueil 
net ha r 
dïbab 7 

4.0. 

L'abl 
une tra( 
traducti 



irlanda 
fac-sirr 
demie. 



né à K 
M. St; 
noms 1 
époque 
le titr^ 
tenus ' 
tradith 
tiques 

SUCCOl: 

quatrf 
maturi 
elle de; 



P. 1 



P. V 



Hoeliod dyn hyy afluydiant : 
Mae'-r do cynghan cyntaf, ar, h, yr ailar, l 
trydyd ar, d, ond mae, f, yn colli. Gr. g 
yu hynn, a doedais, pann dechreao'r cy^ 
niaid. ymgaduyno, ni uasnaetha i'r m go 
yn i mysc ; ond, h, nid y y gyssain, na'r c/ocj 
ghan a fo arni, yn glo cysseiniaul rhouiog. 
y siaml a roe^ochyi yaith. T. Aled. y g] 



62 



D. Ap. éd. 
r, ■ Cynglynrhuym, yy'r cengl anrheg, m, 1 
S. Tudur \ 

m, l, Poen tryy freib, mal, paintio'r fran, h, 
Mo : mi a uelaf, fod pob cy^ain, meyn cyngha.' 
ned drays, nail, ai yn ymgloi, yntau yn lany, ne \ 
rhagodlig. oni eil ,n, dodi meyn cynghaned i. 
y s megis y mae, meyn croesf Gr. pryd na 1 
erail yn colli gida hi ni diuyna hi gyngham\ 
yn y byd, nag ynghanol braich, nag yn i i\ 
chrau. canys rhyng y dyy darn, pann fyîho ;• 
yn unig yn colli y gynghaned a fyd groes Oi\ 
dayg. mal y doeda^om o'r blaen ynncehrau 
rhagdarn hi a dayd ymhob math ar 
ned drays mal : D. ap. Gyilim. 
T. I . ni bu ymdidan o'r byd. 

S. Tudur. 
T. 2. nid yy boen eissie da byd 

T. Aled. 
T. 3, yn aros gijaith; Emirys gynt 
T.]. ni thystiai bregeth Austyn 

r. î 

[264] 



MONNAIE GAULOISE INEDITE 



65 



}, na thym amherphaith arni 

3. nis du g angyles degach 
il. oni eil,n, dodi ymysc y cysseiniaid cyfym 
t> mal y caned rhyu un. 
il'/ oi mysc, er lenui mayl 
ne ,n, yn y gair lenui^ a chysseinlad cyfym- 
^1 oi blaen^ ag ar i hol, a hithau heb gyfatteb. 
(. ni yelafi fod i scusodi 'r gynghaned, na 
t^yy re^ym technenig nag yrîh aydurdod hen 
j'i pencerdiayl Mo. maer rhagdarn bob 
c.ser, yn dechraa ymgadyino, ar y gi^ain gyn- 
l meun gair, odieithr bod honno yn ,n, ai rha 
i ir odldarn dechraa, meyn dechrau gair bob 
im : Cr. na raid; mal y gyelir yn y siam- 
h yma : 

,Dy vise dy gerdod i uann 
,Dy fin fal diod fed 
ji ai da'r gynghaned yma ? 

,na chaa bottum, cynn byyta 

ma'r penn guynn, meyn poen a gyall. 
<• na da dim, canys megis meyn mur a une- 

ler 
[26s] 



'.s-lettres 



. l'Académie 
L'un faisait 
3 un vase en 
:.ot) ; l'autre 
onserva sans 
vait en faire. 



:ies de coins 
'un grenetis, 
itoiles à cinq 
es que je ne 

la présence 
1er une date 

1, malgré l'état 

22 



Îi6 

eskop I 
recueil 
net ha r 
dibab 7 
4- fi 
L'ab 
une trai 
traducti 



Irlande 
fac-sir 
demie 



54 



Hoeliod dyn huy aflijydiant : 
Mae'-r do cynghan cyntaf, ar, h, yr ailar, l 
trydyd ar, d, ond mae, f, yn colli. Gr. g 
yu hynn, a 4o£dais, pann dechreuo'r cy^ 
niaid. ymgaduyno, ni uasnaeîha i'r un go 
yn i mysc ; ond, h, nid yu gyssain, na'r cloc) 
ghan a fo arni, yn glo cysseiniaul rhouiog. 
y sianil a roe^ocliyi o yaiîh. T. Aled. y g) 



néàK 
M. St 
noms i 
époquf 
le titr 
tenus 
traditi 
tiques 

SUCCOÎ 

quatrf 
matur 
elled: 



P. I 



P. I 
P. J 



70 



rau. mal : mae yn da fymyd, ma&'n da y n 
mae'n da'myd. à hynn nid yn vnig i at 
pennil à chynghaned meun mydr, à chai 
eithr hefyd meun ymadrod ryd, difydr. del 
i'ch cof am y geiriau hoey, a gloeu mae i 
llafog ydynt, am fod, v, yn todi yndynt 
amser truy gytundeb pob prydyd coure 
Gr. rhaid guybod fod laver peth ymys 
beird heb ressym iy roi drosto^ ond darfod ic 
thuy yn i eistedfodau, ai cymynfau, i gystat 
nnu, ai safedlu, a chan nad oedynt, ond i 
megis erail, nid yy'r pethau à darfu idyi. 
i gynglhydu, ai derfynu, mor auduredig na < 
rhai erail doedyd yn i herbyn, megis y g\ 
ethont huythau am dafyd ap Guilim, ag n 
oed, yyr enyog oi blaen. canys er bod enu, a 
maur am fagod o fcird lien truy gymru, h) 
à fu, yn fyy o eissiau gyyr cyfandysc , odiù 
a didiphig meun gyybodaeth ag ieithoed, 
heruyd i rhagoriaeth nhuy. a brenin 
vnlygeidiog ymysc deillion. Mo îeych 



a h 



[272] 



MONNAIE GAULOISE INÉDITE 



DE LUCTÉRIUS, CHEF CADURQUE. 



Note lue à la séance de P Académie des inscriptions et belles-lettres 
du 9 Juillet 1880. 

La monnaie gauloise que j'ai l'honneur de présenter à l'Académie 
n'est connue jusqu'à ce jour que par deux exemplaires. L'un faisait 
partie d'un trésor de 4,000 pièces environ, contenues dans un vase en 
terre, découvert en 1879 ^^3"^ la commune de Cuzance (Lot) ; l'autre 
exemplaire fut acheté à Toulouse par îvî. Feuardent qui le conserva sans 
se rendre compte de sa date ni de l'attribution que l'on pouvait en faire. 




Ces deux pièces, en argent, sont identiques bien que sorties de coins 
différents ; au droit, elles portent, dans le champ entouré d'un grenetis, 
le mot LVXTIIRIOS', gravé horizontalement entre deux étoiles à cinq 
pointes ; au revers, une croix cantonnée de quatre symboles que je ne 
puis assimiler qu'à des sceptres fleuronnés. 

Le style de ces deniers, qui pèsent en moyenne i gr. ^4, la présence 
d'une légende en caractères latins permettent de leur assigner une date 

I. La forme de la lettre romaine R est facile à distinguer, sur l'original, malgré l'état 
fruste de cette partie de la pièce. 

Rev. Celt. IV 22 



3 18 Monnaie gauloise inédite de Lucterius. 

voisine du milieu du premier siècle avant l'ère chrétienne. En dehors de 
ces deux indices qui sont généralement employés dans la classification 
chronologique des monnaies gauloises, il y en a un troisième, particulier 
aux pièces qui nous occupent en ce moment, qui vient corroborer les 
deux premiers : je veux parler de la présence d'une légende inscrite dans 
le champ ; ce fait n'a pas encore été signalé dans la numismatique 
antique de notre pays. 

Les légendes gravées horizontalement dans le champ de la monnaie et 
servant de types se retrouvent en Bretagne ; les numismatistes anglais 
pensent que cette habitude date du dernier quart du premier siècle avant 
l'ère chrétienne ' ; nous ne pouvons pas supposer un instant qu'une 
monnaie, qui appartient, ainsi que nous le verrons plus loin, au sud de 
la Gaule, soit une imitation empruntée au monnayage breton. Il faut donc 
chercher ailleurs, dans des conditions plus probables, le prototype qui a 
servi aux monnayers en cette circonstance. Je n'ai pas besoin d'insister 
ici sur la propension qu'avaient les Gaulois à chercher à l'étranger les 
modèles à imiter pour leur numéraire. 

Or, ce prototype, qui fut aussi très probablement celui des monnaies 
bretonnes, je le trouve tout simplement dans la monnaie romaine. Pen- 
dant le dernier quart du premier siècle, nous y voyons en effet s'étabHr 
l'usage de tracer des légendes horizontales, parfois accompagnant un 
type, parfois figurant seules dans le champ ; je citerai, par exemple, dans 
l'ordre chronologique, les deniers suivants : 

IMP CAESAR ALBINV M'AGRIPPA COS COS ITER ET 
DIVI-F BRVTIF DESIG TER'DESIG 

M-SILANVS-AVG 
Q-PRO-COS 

Toutes ces monnaies, que l'on trouve dans les planches du recueil de 
M. Cohen, classées aux familles Julia, Postumia, Vipsania, ont été frappées , 
entre l'an 46 et l'an 20 avant J.-C.^. j 

Si le rapprochement que je propose ici est admis, il aura pour double 
conséquence de dater approximativement la monnaie de LVXTIIRIOS 
et l'apparition des légendes horizontales sur les monnaies de la Bre- 
tagne. 

Examinons maintenant les données que nous fournit l'étude attentive 
du denier trouvé à Cuzance. 



1. J. Evans, The coins of the ancient Britons. 

2. H. Cohen, Description générale des monnaies de la République romaine, pi. XXl, 
29 et 30, XXIV, 19, XXV, 10, XLIl, I, 2 et 3. 



Monnaie gauloise inédite de Lucterius. 519 

Le nom de Lucterius était déjà connu dans la numismatique gauloise ; 
il est gravé sur une pièce de bronze, très rare, reproduite dans la Revue 
numismatique à l'appui d'un mémoire du baron Chaudruc de Crazannes ' ; 
cet archéologue en avait eu un très bel exemplaire trouvé alors à Cos 
(Tarn-et-Garonne) ; il rappelle, à cette occasion, que La Saussaye avait 
attribué au même personnage un denier en argent portant la légende 
LVCT, mais cette lecture était inexacte ; des exemplaires mieux conservés 
ont permis de lire LVCCIOS sur ces monnaies qui appartiennent aux 
Pictons et aux Pétrocores. La description de Crazannes est, d'ailleurs, 
bien moins exacte que celle que nous trouvons dans le Catalogue de 
Duchalais, p. 14, d'après l'exemplaire du Cabinet de France mal 
déchiffré par Mionnet (t. I, p. 91). Je crois devoir donner ici une gra- 
vure exacte de cette pièce curieuse dont je connais deux autres exem- 
plaireSj l'un au Musée de Rouen ^, l'autre au Musée de Saint-Germain, 
provenant du département du Lot : 




LVXTIIPIOS. Tête nue, imberbe, à droite. 

R/ : cheval libre, marchant à droite ; au-dessus, un sceptre ou 
enseigne militaire dont le sommet est formé d'un globule entre trois 
points. 

Ici, nous sommes en présence d'une monnaie de style arverne ; la 
forme de la légende diffère de celle du denier en ce que le R latin est 
remplacé par un P grec. Ces deux observations suffisent pour conclure 
que les deux pièces ne sont pas tout à fait contemporaines ; ajoutons 
que le revers du denier a été disposé de manière à rappeler le type 
cruciforme , dégénérescence de celui de Rhoda , en Ibérie , qui , 
pendant plusieurs siècles, parut sur les drachmes et les deniers frappés 
dans le sud-ouest de la Gaule. La monnaie de bronze a été émise sous 
l'influence des Arvernes ; la pièce d'argent se rattache au monnayage 
méridional; toutes deux se retrouvent sur le territoire des Cadurques. 

La monnaie en bronze a été attribuée avec raison, je crois, à Luctère, 
chef des Cadurques, par les numismatistes qui en ont parlé jusqu'à ce 



1. Revue numismatique française, 1845, p. 33}. 

2. Ed. Lambert. Essai sur la numismatique gauloise du nord-ouest de la France, 
'" panie, p. 144, pi. X, n° 11. 



3 20 Monnaie gauloise inédite de Lucterius. 

jour; examinons ce que l'histoire nous a appris sur ce personnage et 

voyons si la numismatique ne vient pas compléter les textes classiques. 

Nous ne connaissons Luctère que par quelques passages de César; 
Orose, qui écrivait au commencement du v'' siècle, n'ajoute rien aux 
témoignages de l'auteur des Commentaires et de ses continuateurs; il s'est 
contenté de les résumer. 

Lorsque Vercingétorix se mit à la tête de la faction arverne qui vou- 
lait la guerre, lorsqu'il eut réussi à se faire reconnaître chef par ses 
concitoyens, il arriva assez promptement, parla persuasion et la menace, 
à se former une armée ; celle-ci fut divisée en deux corps. Vercingétorix 
prit en personne le commandement de l'un et se dirigea sur le territoire 
des Bituriges. Il confia l'autre corps au cadurque Luctère, connu par 'f 
son caractère audacieux, avec la mission d'opérer chez les Rutènes ; 
Luctère gagna ceux-ci à la cause des Arvernes, reçut des otages des 
Nitiobriges ainsi que des Cabales, et, se trouvant à la tête de forces 
singulièrement augmentées, menaça Narbonne. 

César, apprenant qu'un mouvement important des peuples situés entre 
la Loire et l'Allier, la Dordogne et les limites occidentales des Nitiobriges, 
menaçait la Province, ne songe plus qu'à défendre celle-ci, se réservant 
d'aller ensuite attaquer les Arvernes chez eux; il vient à Narbonne, place 
des garnisons chez les Rutènes Provinciaux, les Volkes Arécomiques, 
les Tolosates, et concentre des troupes sur le territoire des Helviens, 
limitrophe de celui des Arvernes. En présence de ces dispositions straté- 
giques rapidement prises, Luctère s'arrête et rétrograde. 

Ceci se passait l'an 52 avant J.-C; le nom de Luctère ne paraît 
plus dans les Commentaires avant les événements qui se terminèrent par 
la reddition d'Uxellodunum. 

Cependant il semble évident que, puisqu'il ne figure pas au nombre 
des chefs gaulois qui sont mentionnés dans la défense d'Alise, Luctère 
était resté dans son pays ; ce fut lui sans doute qui commanda les 
Cadurques et les Rutènes réunis que Vercingétorix, confirmé par l'as- 
semblée de Bibracte dans son titre de général en chef, lança sur le terri- 
toire des Volkes Arécomiques ' . 

Luctère reparaît à la suite de la tentative de Dumnacus, chef des 
Andes ou Andecaves, contre les Romains et Duratius, chef des Pictons, 
leur allié. Parmi les auxiliaires de Dumnacus se trouvait Drappès, origi- 
naire du pays des Sénons ; c'était un chef de bandes qui s'était formé 
une armée d'un ramassis de gens sans aveu. Après la défaite de Dum- 

I. césar, De bell. GalL, VII, j et 7. 



Monnaie gauloise inédite de Lucterius. 321 

nacuS;, Drappès, comme plus tard les capitaines des Grandes Compa- 
gnies, réunit 5,000 fuyards et, cherchant fortune, se dirige vers le 
midi avec la pensée de rejoindre Luctère qui songeait encore à attaquer 
de nouveau la Province. Caninius se met à sa poursuite avec deux 
légions et le force, pour se défendre, à s'arrêter sur le territoire 
cadurque. C'est alors que Drappès et Luctère, agissant de concert, 
choisissent Uxellodunum pour base d'opérations ; seulement, comme le 
siège d'Alise leur avait ouvert les yeux sur le danger de laisser bloquer 
des forces trop nombreuses dans une place, ils laissent dans l'oppidum 
une garnison suffisante pour le défendre et tiennent la campagne afin 
d'approvisionner la place et d'inquiéter les assaillants. Caninius mit en 
fuite le corps de Luctère et s'empara des positions de Drappès. Je n'ai 
pas à entrer ici dans les détails de l'investissement et de la capitulation 
d'Uxellodunum ; notons seulement que César vint en personne terminer 
cette expédition, que Drappès, fait prisonnier, se laissa mourir de faim, 
que Luctère, réfugié chez les Arvernes, fut livré au vainqueur par 
Epasnact '. 

Pour moi, comme pour tous mes devanciers, la monnaie de bronze 
dont j'ai parlé plus haut, de style arverne, a été frappée par Luctère, 
alors lieutenant de Vercingétorix, entre le moment où celui-ci prit la 
direction de la guerre nationale et la capitulation d'Uxellodunum. 

J'ai déjà exposé les motifs qui me font considérer le denier d'argent 
comme postérieur de quelques années à la monnaie de bronze ; que 
penser alors du nom de Luctère qui est gravé au droit.'' 

Je suis convaincu que Luctère a survécu à la capitulation d'Uxello- 
dunum. Hirtius, qui n'oublie pas de noter en passant la mort de Drappès, 
ne fait aucune allusion au sort du chef cadurque livré à César ; néan- 
moins, nous avons vu que, pendant la campagne de Gaule, il avait joué 
un rôle important ; il avait été le premier lieutenant de Vercingétorix ; 
il avait menacé à plusieurs reprises la Province ; il semble que son sup- 
plice ou sa mort violente auraient été relatés. Est-il trop hardi, en 
présence de ces faits, de croire que Luctère fut au nombre de ces 
principes que César s'empressa de se concilier pour assurer la tranquillité 
de la Gaule pendant qu'il serait au-delà des Alpes ? « Itaque honorifice 
civitates appellando, principes maximis praemiis adficiendo^. » 

Cette conjecture acquiert un caractère sérieux de probabilité quand 
on voit, dans la première moitié du premier siècle de l'ère chrétienne. 



1. Ibid., VIII. 30 à 44. 

2. César, De bell. GalL, Vlll, 49. 



3 22 Monnaie gauloise inédite de Lucterius. 

paraître une famille dont les membres portent le nom de Luctère, occu- 
pant dans la cité des Cadurques un rang élevé ; on peut affirmer que 
cette famille était alors la plus considérable, puisque l'un de ses membres, 
après avoir passé par tous les honneurs de sa ville, était arrivé jusqu'à la 
dignité de prêtre de Rome et d'Auguste à Lyon ; il n'est pas inutile de 
rappeler ici le texte de l'inscription ' : 

M-LVCTER 
LVCTERII SENE 
CIANI-F-LEONI 
OMNIBVS-HO 
NORIBVS-IN PA 
TRIA-FVNCTO 
SACERD-ARAE 
AVGiNTER-CON 
FLVENT-ARAR 
ET RHODANI 
CIVITAS-CAD 
OB-MERIT-EIVS 
PVBL-P0SVIT2 

Si Luctère, comme Duratius, comme Julius Togirix, comme Gaius 
Julius Caledomapatis, tous trois connus par des monnaies, gouverna ses 
concitoyens après leur soumission aux Romains, le denier de Cuzance 
aurait été frappé entre l'an $o et l'an 27 (av. J.-C), date de l'organi- 
sation administrative de la Gaule à l'assemblée de Narbonne ; de l'an 27 
avant J.-C. à l'an 50 de l'ère chrétienne, nous comptons 77 années, en 
calculant d'après les dates les plus extrêmes cette période qui repré- 
sente deux générations. Celles-ci peuvent être représentées par Lucterius 
Senecianus, père de M. Lucterius Léo, fils et petit-fils du défenseur 
d'Uxellodunum. 

En terminant, je crois opportun de dire quelques mots sur les nom- 
breuses monnaies gauloises, plus de 4,000, au milieu desquelles le 
denier de Luctère figurait comme unité. Elles appartiennent toutes à la 
série des monnaies dites à la croix ; quelques-unes , c'est le petit 

1. Champollion-Figeac, Nouvelles recherches sur la ville gauloise d'Uxellodunum, Paris, 
1820, p. 105. — Lacoste, Hist. manuscrite du Quercy. — Épigraphie des Cadurci par 
M. Kadurk, Cahors, 1877, p. 7. Cette pierre a été trouvée, dit-on. auprès de Saint- 
Georges, au bord d'une voie romaine, dans un cimetière appelé le Trépadou; elle fut trans- 
portée dans l'église de Pern parle propriétaire du château, oià elle était encore en 1816, 
et depuis à l'hôtel de la préfecture de Cahors. 

2. A la seconde ligne, les lettres NE sont liées; la dixième ligne est terminée par une 
feuille. 



Monnaie gauloise inédite de Lucteriiis. 5 2 3 

nombre, sont représentées par des types décrits et gravés sous les 
n°' II, I $, 17 et 18 dans le savant travail de M. Ch. Robert, d'après 
des exemplaires isolés recueillis dans diverses découvertes ' ; le plus 
grand nombre présente une singularité que je ne dois pas passer sous 
silence. 

Notons tout d'abord que les pesées des plus anciennes monnaies attri- 
buées aux Volkes Tectosages et aux Tolosates varient entre 3 gr. 62 et 
3 gr. 22 pour les drachmes, et 0,45 et 0,30 pour les fractions division- 
naires. Les monnaies de Cuzance pèsent en moyenne 1,20 et 1,29; 
elles se rapprochent donc singulièrement du denier de Luctère et 
appartiennent à un système monétaire particulier et d'époque assez 
récente. 

Ces pièces ont un revers très nettement gravé ; c'est une croix can- 
tonnée de symboles variés : hache, rouelle, croissant, etc.; le droit est 
toujours fruste, écrasé, ne présentant que des linéaments informes, des 
traces d'empreintes tantôt en relief, tantôt incuses ; sur quelques-unes, 
il semble que l'on ait pensé à représenter un rameau à plusieurs 
branches 2. Tout d'abord je crus que j'avais sous les yeux les produits 
d'une opération ayant pour but de frapper de nouveaux types sur des 
pièces démonétisées, mais, après avoir consulté des hommes du métier, 
je dus renoncer à cette hypothèse. L'explication la plus satisfaisante jus- 
qu'à ce jour est celle de M. Léon Lacroix, numismatiste à Agen, qui a 
pu étudier de son côté un certain nombre des monnaies de Cuzance ; 
suivant lui, les lingots, aplatis au marteau sur l'enclume, auraient reçu les 
empreintes des reliefs et des creux dont la surface même de l'enclume était 
couverte : de là proviendrait la confusion des types du droit. 

En admettant cette explication, nous sommes en présence d'un mon- 
nayage fait à la hâte, sans aucune précaution autre que celle de l'exac- 
titude du poids ; la grande quantité de pièces réunies ensemble présentant 
les mêmes caractères distinctifs ne peut s'expliquer que de deux manières : 
ou une émission faite à l'occasion de quelque révolte, ou, et je penche 
vers cette conjecture, une fabrication clandestine destinée à répandre 
une masse de ces pièces à la croix qui couraient depuis quelques siècles 
dans le sud-ouest de la Gaule. 

Anatole de Barthélémy. 



1. Le n" 18, particulièrement, provenant de Capdenac, a une grande analogie avec 
certaines pièces de Cuzance, mais il pèse 3 gr. 17, ce qui en fait une drachme, apparte- 
nant à un système monétaire différent et plus ancien. 

2. Il ne faut pas oublier que le rameau est un type fréquent dans la péninsule ibérique. 



OLD-BRETON GLOSSES 



PREFACE. 



Two sets of Old-Breton glosses are generally known : one^, those in > 
the Bodleian Eutychius, printed as Old-Welsh in pages io52-io54ofi 
the second édition of tlie Grammaiica Celtica ; the other, those in the 
Luxemburg fragments of the Hisperica Famina, printed, also as Old- 
Welsh, in pages 1063-1065 of the same book, and, with corrections by 
Professor Rhys, in the Revue Celtique, tome I, pages 348-350. Thèse 
glosses must be Welsh, Cornish, or Breton. That they are not Welsh, 
has, I think, been proved by Mr. Bradshaw, who points out, inter alia, 
that forms like doguo-misur . ^ do-guo-hintiliat^ do-uo-hinuom, do-guo-renn- 
iam, do-iio-louse, cannot be Welsh, in which languagesimilarcompoundS 
begin with di-guo, dygua = dyo. That they are not Cornish is rendered 
probable by the occurrence in didanuud (gl. elicio) of the compound 
préposition didan [= di -j- tan), for which in Middle-Cornish we hâve 
always either yn-dan or a-than, and by the absence of the Anglo-Saxon 
signs for the sounds îh and w. It follows, then, that they are Breton; 
and thèse arguments are re-inforced by palasographical considérations 
and by the gênerai agreement of the forms occurring in the glosses above 
referred to with those in the glosses now printed, which are incontesta- 
bly Breton. 

The mss. from which the following glosses are taken are six in num- 
ber, namely : 

1. The Berne codex 167, containing scholia on Vergil and fifty-seven 
Old-Breton glosses. This is described, as follows, by Professor Her- 
mann Hagen ' : 

I. At pp. 6qo, 691 of his book entitled Scholia Bernensia ad Vergilii BucoUca atqut 
Georgica, edidit emendauit praefatus est Hermannus Hagen. Commentatio ex supple- 
mentis annalium philologicorum seorsum typis exscripta. Lipsiae, in aedibus B. G. Teub- 
neri, MDCCCLXVII. 



Old-Breton Gtosses. 525 

a Codicem Bernensem 167 (C) saec. IX-X... eadem sed non omnia 
codicis B scholia continere iam erat notum... Continentur autem eo 
codice... haec : fol. I r° — I v" cum figura astronomica quaedam ex 
Isidori de rerum natura libro excerpta ; f. I v" — III v° titulo INCIPIT 
ARGUMENTUM IN VIR. de Vergilii uita scriptisque nonnuUa medii 
excogitamenta...; f. III v° INCIPIT CARMEN OCTAVIANI CAESARIS 
DE VIRGILIO... Manu recentiore subscriptum nomen 'Richardus,' lec- 
torisscilicet...; f. IVr — V v» INCIPT. EXPST. SERVII. QRAM. 
IN BVCOLIC. IN LIBRIS GEORG. ATQUE AENEIDUM Seruii praef. 
in Bucol. Georg. Aen.. Secuntur; f. V v° uersus uitae interpolatae... 
Sequitur VITA VERGILII POETAE...; f. VI r*^ decem uersus... Indea 
fol. VI V fol, XX r° Vergilii Bucolica, INCIPIT DRAMATICON : MIC- 
TON. MELIB.TITVR.,cumscholiisBernensibus;f. XXr"— f.XXXIII v" 
Georgica cum schol. Bern. Sequitur inde usque ad finem Vergilii Aeneis 

Codicem in Britannia uel Scotia scriptum esse testantur glossae 

haud paucae Iro-Celticae, quas ad uirorum doctorum, quibus talia sunt 
curae, usum sub uno omnes conspectu iuvat proponere. » 

Mistakes such as 'frigora .i. guascotou,' 'fuscus .i. daliu,' 'tribuli 
>pine labet .i. gloiatou' and 'obnixus .i. utgurthconeti' seem to shew that 
:he glosses in this codex were transcribed from another ms. by an igno- 
"ant or careless copyist. 

2. A copy of Amalarius De divinis officiis , written (according to 
VIr. Bradshaw) A. D. 9^2, apparently at Landevennec. It afterwards 
)assed over to Canterbury and is now in the library of Corpus Christi 
loUege, Cambridge, No, 192. 

^,4, 5,6. Four copies of the Collatio Canonum, a work apparently 
;ompiled in Brittany at the beginning of the eighth century. Thèse mss., 
;ays Mr. Bradshaw, range from the ninth, or ninth-tenth, to the eleventh 
:entury. Ail four hâve Old-Breton glosses and must hâve passed out of 
Brittany during the Norman désolation of the country, — one to Corbey 
n Picardy, now in Paris ; one to Glastonbury, now at Oxford ; one to 
3anterbury, now in the British Muséum ; and one to Fécamp in Nor- 
nandy, now also in Paris. 

The first copy, now in the Bibliothèque nationale ims. lat. 1202 il is, 
iccording to Mr. Bradshaw, written by a man named Arbedoc by leave 
)f his Abbot Haelhucar. It contains three Irish phrases ' among some 

li 

. I. « Hec est poena magi uel uotiui mali si credulus id demergach uel preconis uel 
ohabitatoris uel heretici. » Hère « id » stands for « id est », and demergach is perhaps 
3 be equated with dibergach in aiîh-dibergaig « renegades » ? Fis Ad. 
A man has to fast on t panibus qui efficiuntur de tertia parte coaid siir throscho. » 



J26 Old-Breton Glosses. 

extracts ' de disputatione hibernensis senodi.' It has also the canons ( 
Adamndn, described (from misreading the Irish n as r) as 'canonf 
addamnari uel addominari.' 

At the top of one of the pages of the second copy (bibl. Bodl., m: 
Hatton, 42) occurs the address 'matguoret benedic mihi,' a name whic 
seems to point to Brittany, while one of the probationes pennae in û 
margin serves, in Mr. Bradshaw's opinion, to connect this copy with t[ 
Luxemburg fragments of the Hisperica Famina. 

The third copy, which has been greatly injured by the fire of 1 7 5 
is the Cotton ms. Otho E. xiij. The scribe glosses 'quidam patricius' t 
'tiranus,' which reminds one of the tiranni or machtierns of the Redc 
cartulary. 

The fourth copy (Bibliothèque nationale, ms. lat. 3182) is, sa' 
Mr. Bradshaw, the latest of ail the mss., but even this cannot be lat' 
than 1 100. 

For the fifty-seven Berne glosses I am indebted to Professer Soph' 
Bugge of Christiania. He accompanied them by a commentary in Ge 
man, and, except as regards n"' 5, 5, 1 1, 12, 23, 28, 29, 55, 57, 5 
44, 47, 48, $3, my notes on thèse glosses are little but a translation 
his. He also afterwards sent me a new collation of the Berne gloss 
made by Professor Hagen, which furnishes one additional gloss (ue 
trem .i. tar] and corrections of six of the others as printed in the Schot 
Bernensia. The restof the glosses now published I owe to the kindne 
of Mr. Bradshaw, who sent them to me, in January 1877, with a su{j 
gestion that I should comment upon them. In so doing I hâve be(! 
greatly aided by the remarks contained in a letter from Professor Bug.\ 
dated the i6th September 1879. 

W. S. 

Simla, 2istOctober 1879. 



Hère we should read coid sïrthrosctho « of the food of a longfasting {troscud) ». 

A man has to live as a commutation for a year's penance so much time « fordok 
fiit, )) besides having to say so many extra ps'alms a day. This should be for doborp 
(( on water-diet » : « in pane et aqua » is the usual phrase. 



Old-Breton Glosses. J27 

OLD-BRETON GLOSSES. 

I, — THE BERNE GLOSSES. 

E. II. 8 frigora id est guascoîou. 18 ligustra .i. melgahr. 50 hibiscum 
.i. e/éi?r. 47 uiolas .i. uileou. III 55 quandoquidem .i. annaor. IV 23 
conabula .i. mabcauuelou. 47 fusis .i. aguirtiîou. VII 42 Rusco .i. ethin. 
VIII 34 supercilium .i. guorail. X 19 opilio .i. ousor. 38 fuscus .i. dallu. 
I41 Serta .i. coaarcou. 

\ G. I. 44 putris .i. bue. 153 labet .i. gloiatou. 166 uannus .i. caml. 
fi73 tilia .i. limncollin. 178 cylindro .i. acronnmain. 201 lembum .i. cau- 
fefl/. 262 obtusi .i. truch. 266 fiscina .i. ser uel ce5/. 308 Auritos .i. sco- 
'barnocion. 309 Stupea .i. iscarîholion. 323 foedam .i, daureth. 363 fulice 
^i. guilannou. 364 ardea .i. corcid. 388 cornix .i. cornigl. 392 putres .i. 
bocion. 

! G. II 391 proscenia .i. racloriou. 389 Oscilla .i. luscou. 394 lances .i. 
^discou. 413 rusci .i. ethin. 449 tiliae .i. Umncollou. 
\ G. III 100 notabis .i. agnosces uel signabis .i. ercentbidite. 148 musca 
'uolitans .i, attanoc .i. clehurin. 406 sérum .i. meid udcosmld. $64 pabule 
'.i. huiîal. 

• G. IV 120 Intiba .i. cocitou. 122 uentrem .i. îar. 131 uerbenas .i. 
lueruencou. 168 Fucos .i. saïron uel guohi. 388 ceruleus .i. duglas. 
I Aen. I 726 laquearibus .i. aninou uel aceprtou. 
' Aen. II 29 manus .i. bodin. 85 cassum .i. Ihepcoriin. 180 patrias .i. 
^broolion. 236 canabina .i. coarcholion. 236 lapsus .i. Ubirlou uel stloit- 
'prenou. 646 iactura /^nf/n. 

. Aen. III 20 auspicibus .i. doromantorion. 22 tumulus .i. c«oc/î. 31 len- 
l\im limn. 92 cortina .i. esceilenn. 158 idem uenturos .i. nionuret. 289 
transtris .i. libiriou. 549 antemnarum deleiou. 

Aen. IV 131 plagae .i. guinodroiîou. uenabula guinaclou. 332 obnixus 
.i. utgurîhconeti. 

II. — GLOSSES IN AMALARIUS. 

Corpus Christ i Collège, No. 192. 

uicarius amsauath. segnitia blinder, habilis camadas. nihilominus nihil 
îiinus sic quoque [in marg.] .i. non minus, nahulei uel int coucant. 

m. — GLOSSES IN THE COLLATIO CANONUM, IST COPY, 

Bibliothèque nationale^ Ms. Lat. 12021. 
inopportunius enterajoh. se ingerit heuanemdoguo. turpi lucrum douretit 



^28 Old-Breton Glosses. 

amgmit. aeditui id cosîadalt. accommodata dehloueîic. fastu amuoei, 
piacula .i. abscenia .i. caul. istriones .i. guanorion. phitonistarum .i' 
torleberieti. agipam gulcet. uos fascinauit ar uao art hui. 

IV. — GLOSSES IN THE COLLATIO CANONUM, 2ND COPY. 

Bibl. Bodl. Ms. Hatton, 42. 

ultro .i. aiul. amhii araania. incaenis inuaneiou. antropas (leg. andn 
nas) dadiuo. acitamenta clou, fenus .i. endlim. 

V. — GLOSSES IN THE COLLATIO CANONUM, ^RD COPY. 

Mas. Brin. Cotton Ms. Otho E. XIII. 

andronas À.dadlou. scurilis .i. guaan. nepta .i. niîh. gomor mod. cli 
matibus Rannou. uorticem mentis .i. cunrunî. passae .i. admet, conlvouçi 
siam controliath. agipam .i. latic. defer .i. gutric. ferula .1. aaltin. hirsi 
tis aceruission. beluina rabies cunnaret boestol. curiae dadlou. strutionei 
.i. trot, noctuam .i. couann. larum .i. tracl. attacus deuo :: a. epimachi 
biunrun. 

VI. — GLOSSES IN THE COLLATIO CANONUM, 4TH COPY. 

Bibliothèque nationale, Ms. Lat. 5182. 
graciles saltrocion. probum guohethe. bouello buorth. 



COMMENT ARY. 

I. — THE BERNE GLOSSES. 

1 . guascotou. The context is 

Nunc etiam pecudes umbras, et frigora captant. 
guascotou must gloss umbras, net (as the glossographer says) frigora. 
is the plural oï guascot^ now gwasked 'abri/ W. gwascawt, now gwasgo> 
'shelter,' O. \v.foscad Z.^ 1028, now f os gad 'shadow,' 'shelter.' In tl 
modem Bret. gwaskaden war al loar 'a lunar éclipse,' lit. 'a shadow ov 
the moon,' the meaning of umbra is retained. From gua-, by regressi' 
assimilation for guo-, Ir. /o-, ù-o, and scot, Mid.-Br. squeut, Corn, sca 
0. Ir. scdtli. Compare u7:c<7y.io;, as Mod.-W. cysgod is analogous to su 
v.ioç. The plural ending -ou seems hère to be original, for that scot w 
an u-stem is probable from Goth. skadu-s. 

2. mclgabr (gl. ligustra). In the Berne scholia to Ecl. II 18 'ligustr 
is explained by 'flores papauerum.' Mel is therefore = Corn, mill (f 



Old-Breton Glosses. 329 

papauer) Z.^ 1076. Compare also 0. W. mellhionou (gl. uiolas), Corn. 
mel-hyonen 'vigila.' As to gabr it must be the Mid. Br. gaffr 'capra,' 
Corn, gduar, W. gafr, O. Ir. gabor, Gaulish gabro-, which is cognate 
with 0. Ir. gaibiu = habeo as caper is cognate with capio. Mel-gabr thus 
means ""papaver caprae,' and is an improper compound like Penn-ohen 
'caput boum,' Z.^ 126, W. costad-alt infra No. 75, rjf-yc/zen 'vadum 
(boum/ 'Oxford,' Penn-iclienn Z.^ i2j, îal-cen, etc. 
; 3. etor (gl. hibiscum 'wild parsnip .?' 'mallow .f") now élestr 'iris/ 
elestrenn 'gladiolus' Cath., Corn, strail elester (gl. matta) Z.^ 1079, eles- 
îrenn (gl. carex) Z.^ 1076, W. elestr 'flag,' fleur-de-lis/ 'iris,' Ir. ailestar. 
elestar, f-elestar, s-oHestar (gl. gladiolum) Ir. Gl. No. 795. Probably 
cognate with àXi(7[xa 'waterplantain.' Ducangehas a/a/rare, alistrarei. e. 
humectare. 

4. u/7êou (gl. uiolas), a loanword. 

5. annaor (gl. quandoquidem). Prof. Bugge compares the Corn, an 
ur R. 882, and Mod. Ir. anûair 'when' : this is the Mid. Ir. inùair 
(Three Fragments, 122), the O. Ir. inn-ïcair (Isésin tra in cochoU rofar 
ieà for a gilla innùair ut, LL. 2i4.b.i) '. The Old Breton ann for enn 
is the defmite article, and aor (W. awr] is for ôr borrowed from hôra, 
just as caul, infra No. 78, is for cûl, borrowed from, or cognate with, 
)Culpa. 

6. mabcauuelou (gl. conabula i.e. cunabula). A compound of mab 
'child', 0. W. map, Ir. macc, and cauuelou, better cauiiellou, pl.oï cauell 
(gl. uannus) infra No. 15, cauell 'berseau a gésir enfants,' cauell da 
quempret pesquet 'nassa,' Cath., Corn, cawal, W. cawell 'corbis,'Z.2 819, 
A. S. cawl^ ceawl 'basket.' AU borrowed from the Romance caauella, 
which occurs in the Cassel glosses. 

7. aguirtitou (gl. fusis). Hère a is the préposition (W. ac], which is 
used to express the ablative, as in a cronnmain, a ninou, a cepriou, a 
'.émission, a muoeî, a altin, and guirtitou is the pi. oi guertit, now gwenid, 
Corn, gurthit, W. gwerthyd 'spindle,' 'axis,' Ir. fersaid. Ail, apparently, 
from a groundform 'verttati, root VERT, whence also Ch. Slav. vreteno 
'and Mod. High German wirtel. 

•' 8. ethin (gl. rusco). So ethin (gl. rusci) infra No. 31. This is = Corn. 
'-ythinen (gl. ramnus) ZJ 1077, W. eithin 'furze,' 'gorse,' Ir. aittenn. 
Prof. Bugge compares, doubtfuUy, Ch. Slav. ostïnâ 'stachel,' Lith. 
2kzstinas. 



I . « Now that is the cowl which Aed asked of his gillie then. « The corresponding 
Welsh adverb is yr awr: a honno ae gweircheidw wy yr awr y kandeiryocont « and tliat 
one guards them when they rave, » Y Seint Gréai, éd. R. Williams, p. 418. 



Î30 Old- Breton Classes. 

9. guorail (gl. supercilium). From guor 'super,' Z.^ 905, and aiU 
0. W. ail 'brow,' Kuhn's Beitr. VII, 390, 398, now ael. 

10. ousor (gl. opilio) = Mid. W. heussawr 'pastor,' now heusor, Zi 
830. Compare Mod. W. heus-leuen 'sheeplouse,' heuso 'to protect,' ' 
shield.' The stemword, according to Prof. Bugge, seems Lat. hapsu 
'vellus lanae' Gl. Isid. cited by Diez, Etym. Wœrterb. 4teAusg. s. $i: 
s. V. aus, which in the Mod. Provençal means 'fleece,' 0. Fr. heus < 
mouton. For the change of meaning Prof. Bugge compares Skr. mesn 
'fleece' and 'sheep.' 

11. daliu{g\. fuscus). This is an obvious mistake for duliu, a con 
pound of ^u = Ir. dub 'black' (cf. du-glas, gl. ceruleus infra No. 4 
and //u 'color.' So liou (gl. neuum) Lux., Corn. Bret. disliu (gl. disc< 
lor), W. disliw, Corn, unliu (gl. unicolor) : W. lia (gl. gratia) : La 
llvor ; and cf. Apollini Livio, Orelli 2021, Livius, Z.^ 109. 

12. couarcou (gl. serta) seems compounded of cou- for cov-, corn-, Z 
902, and arcou pi. of arc for arch, which I take to hâve lost initial/?, ai 
to be cognate with Skr, praçna 'geflecht,' 'geflochtenes korb,' Bl 
TiXéxo). plico, plecto. Compare coarchol No. 46 infra, 

13. bue (gl. putris), pi. bocion (gl. putres) infra No, 27. The ms. h 
putris .i, bue .i. mollis. This is now written bouc 'mou,' 'tendre,' 'dél' 
cat.' It is the Mid. Ir. boc (gl. tener), compar. buigi (gl. mollior), bo 
glas, Tâin Bô Frâich, Mod. Ir. bog 'soft, "moist, ' whence to^ac/z 'mars 
and the English loanword bog. If, as is possible, the b hère is from g 
we might compare AS. cweccan, cwacian, though the Teutonicc in inla 
does not correspond with the Celtic final c. 

14. gloiatou. The ms. has in the margin, opposite Georg. I 153, Tr 
buli spine labet .i. gloiatou. The context is 

Lappaeque tribulique interque nitentia culta 

Infelix lolium. 
Hère the copyist has obviously blundered, for 'labet' should be 'lappa| 
and g/o/a/ou can only refer to 'nitentia.' Compare 0. W. gloiu, no' 
gloyw., gloew, 'limpidus,' 'lucidus,' Kuhn's Beitr. IV 411, 0. Ir. gi- 
Z.2 J7, 105. For the suffixcf. «/zg-co/^î 'co-uterinus,'c/m)'<af 'mantinu 
i. e. scaeva, -guilat 'hilaris,' girat 'lamentabilis,' Z.^ 842. 

1 5. cofinus uel cauell (gl, uannus), See above. No. 6. 

16. limncollin (gl. tilia), pi. limncollou (gl. tiliae), infra No, 32. The; 
are compounds oi limn (gl. lentum), infra No. 50 = W. llyfn 'smooth 
Ir. slemon {slemna gl, levia Z.^ 776), slemain 'lubricus' (ex *slibn. 
*slibni) and coll-in, coll (ex *cosla) = W. collen, coll 'hazel,' Z.^ 79 
Kuhn's Beitr. VII 396. 



i 



Old-Breton classes. 351 

t 17. a cronnmain (gl. cylindro). Hère a is the préposition already noti- 
ced (No. 7), and cronnmain, a compound of cronn 'round,' O. Br. cron 
(gl. tornatili) Lux., 0. W. crunn, Kuhn's Beitr. Vil 391, 0. Ir. cruind, 
.and main 'stone,' now maen, Corn, men, W. maen, Kuhn's Beitr. IV 404. 
I 18. caubal (gl. lembum). Borrowed from the Latin caupulus, like W. 
\ceubal 'ferry-boat,' 'skiff' lO. W. coupalva 'ferry place', Lib. Landav. 
,p. 142'i, Old-Northumbrian cuople 'navicula,' and Scotch coble 'a small 
fishing-boat.' 

19. trucli (gl. obtusil. Borrowed from the Latin truncus, like Mid. W. 
Jtrach, Kuhn's Beitr. IV 423, now trwch. The Mod. Br. trouc'h is used 
'only as a substantive, meaning 'coupe.' The Corn, trech glosses truncus, 
^.* 1077. 

; 20. ser uel sest (gl. fiscina, 'a small basket of wickerwork,' 'a mea- 
sure for milk'). Hère I think ser must be borrowed from the Latin séria 
'jar.' Possibly, however, it is a mistake of the scribe for per 'bassin' 
('chaudron' = W. pair, Ir. coire ex *kvapria. The other word cesî, now 
kest, 'corbeille,' 'panier,' is, like W. cest 'a narrow-mouthed basket,' 
borrowed from Lat. cista.There is a W. cist in Y Seint Créai 99. It is 
lalso found, spelt kisî, in Salesbury's Dictionary, A. D. 1 547. 
i 21. scobarnocion (gl. auritos), pi. oî scobarnoc 'auritus' = now skouar- 
nec 'hare,' Corn, scouarnoc (gl. lepus), W. ysgyfarnog, and (if it be 
genuinei O'Reilly's sciberneog. The stemwordis scovarn, Mid. Br, scouarn 
•ear,' now skoarn, (Corn, scouarn (gl. auris), scovern, scoforn, Mid. W. 
fskeuarn, now ysgyfarn. Thèse words hâve nothing to do (as Prof. Win- 
iisch, Kuhn's Zeitschrift XXI 429, supposes) with the root sku 'schauen' 
or the Gr, %oa, ày-GÛsi. They are apparently, as Prof. Bugge sug- 
^ests, loans from the Latin caverna. For the meaning he compares Pliny 
N. H. XI 50, 1 : 'cavernas habere aurium loco.' The s is prosthetic, as 
nsclacc^= Fr. 'glace,' sclaer := Fr. 'clair.' For the he compares 
,?ort. covo 'hoUow,' cova 'hole,' and other words in Schuchardt's Voca- 
ismus I 178. For the b of scobarnoc he compares Bret. benin^ bilen, 
nsaig, beronic, rambre. 

■ 22. iscarîholion (gl. stupea). Plural of an adj. iscarthol, formed like 
noolion, coarcholion (infra Nos. 45, 46). The substantive iscarth is = 
^V. ysgarîh 'offscouring,' 'excrétion,' 0, Ir. escart igl. peripsema, i. e. 
ztçi'.ùr,[j.x] Z.2 800, Mid. Ir. escart (gl. scupa, leg. stuppa), Ir. Gl. No. 
254. From the prefix is, W. es-, ys-, Z.^ 904, Ir. es- and carih now 
:arz ''raclure,' 'ordures,' W. carîh 'hemp,' 'tow,' ''ôakum.' 

23. daureth (gl. foedam). The context is « Et fœdam glomerant tem- 
îestatem imbribus atris. » This is obviously cognate with douretit infra 



îp Old- Breton Classes. 

No. 64 and possibly with the 0. W. dâfraud in the phrase dàjraud ah 
Juvencus, pp. 2, 18, Kuhn's Beitr. IV 390, V!I 412, where aîuis 
perhaps the 0. Ir. athiss ''opprobrium.' I conjecture that it stands f 
'drauâd, dravâja, a derivative from the root dru, whence also the Wel 
drewi 'olere,' 'foetere,' Rhys, Rev. Celt. i. 368. 

24. guilannou (gl. fulice i. e. fulicae 'coots'), pi. of guilann = Mi 
Br. goelann 'ulula' Cath., now gwélan, goélan, goilan, Corn, guilan [{ 
alcedo) = Ir.foilenn, Z.^ 778. Ail from a root meaning to wail, M. E 
goelaff, now gwéla (W. gwylaw, gwylo is of doubtful authenticity). T 
words under notice hâve furnished two of the rare Celtic loanwords 
English and French, namely, Eng. gull and Fr. goéland. 

25. corcid (gl. ardea), Mid. Br. quercheiz, Cath., now kerc'heiz, Cor 
cherhit i. e. kerhith, W. crychydd. If corcid is not a scribe's mistake f 
cerchid, the e, y in the forms just cited must hâve sprung from 0, ai 
Professor Bugge may be right in comparing the Gr. •/.ipy.opaç, Fick 
141. The 0. H. G. hreigir, N. H. G. reiher A. S. hrâgra, 0. N. hq 
(for hreigri] may possibly be cognate. 

26. cornigl (g\. cornix). A loan from Lat. cornicala. One would ha 
expected cornicl as arîicl from articulas, Z.^ 817. 

27. bocion (gl. putres). See above, No. 13. 

28 racloriou (gl. proscenia), pi. of raclaur 'proscenium,' a compoui 
of the prep. rac 'before,' Corn, rak, rag, W. rac, Z.^ 677, 678, 67 
now rhag (Skr. prâk, Ebel), and laur (gl. solum) Z.^ 1054, Mid. B 
laur, Buhez Mabden, 280, leur 'aère,' 'aéra' Cath., now leur 'se 
'aire,' Corn. /or (gl. pavimentum vel solum), W. llawr, Ir. Idr. The| 
words hâve ail probably lost initial /?, and are identical with A. S. flô' 
Eng. floor, N. H. G. flur. 

29. luscou (gl. oscilla). The context is 

tibique 
Oscilla ex alta suspendunt mollia pinu. (G, 2, 389), 

and hère, of course, oscilla is the pi. of oscillum, the littlemasks of Bai- 
chus hung up in vineyards. But the glossographer obviously tookif 
be the pi. of oscillum 'a swing ;' for luscou is the pi. of lusc, which 
cognate with the modem luska ''osciller,' luskelladur 'oscillation,' Mii] 
Br. quef-lusqui 'remuer,' 'tressaillir' Poèmes Bretons., 204. The Cori 
lesk 'a. cradle/ Lhuyd, Arch. Brit. 53, s. v. cunabula, 69 s. v. incun; 
bula, is perhaps cognate. The Irish Huska and Heinv-lusca,' whic; 
Lhuyd also quotes, are to me unknown. But the Ir. luascad ^a rocking! 
luascach 'waving/ luascan 'cradle' may be cognate. Chevallet connec 



Old-Breton Classes. 3?^ 

the Fr. locher with thèse words. But Littré prefers Diez's etymology 
from MHG. liïcke 'loose '.' 

30. discou (gl. lances), pi. oî dise, borrowed from dlscus. Hence also 
Ir. tesc (gl. lanx) Sg. 20% AS. dise [dix], Engl. disk. From the diminu- 
tive disealus cornes W. disel (gl. lance) Juvencus, p. 59, Mid. W. dysgyl, 
Y Seint Greal 144. 

31. ethin igl. rusci). The ms. has 'Exiguum rus rusci id. inculti agri 
ruse ethin. See above, No. 8. 

32. limncollou {g\. tiliael. See above, No. 16. 

33. ereenthidite (gl. notabis .i. agnosces uel signabis). Hère er- is the 
particle found in em-er-bedaf, but generally written ar, Corn, ar-, er-, 
yr, W. ar- Z^ 900 : cent another prefix from cant Z.^ 901 =: y.a^i ; and 
bidite is = the Corn, byîhyîh 'ens,' Z.^ $ 56, W. /?}'rf}', with suffixed te 
ofthepron. of the 2d sg. Z.^ 370, 507. The corresponding verb in 
Welsh is arganfot Z.^ 574, 907, arganuot, Y Seint Greal 272, now 
arganfod 'xo behold,' 'to discover/ 'to perceive.' The Irish cognate 
seems eétbuith, cétbuid 'sentire,' 'sensus,' Z.^ 992, = W. canfod. 

54. attanoc .i. clehurin ''gl. musca uolitansi. Hère attanoeïs for atanoe, 
pi. atanocion (gl. alligeris) in the Luxemburg glosses. The cognate Welsh 
îdjectives are adnog, adeiniog 'winged,' both derived from t^^a^z'penna,' 
pi. ataned, an older form of which, etn (= Ir. e'/z), is preserved in the 
'ïloss etn-eoilhaam (gl. aspicioj Eutych. 6 ^. Thèse words hâve ail lost 
nitial p and are connected with zé-o;j,a'. and other words treated by 
lurtius G. E. No. 214. clehurin is the Mid. W. cleheren 'tabanus/ now 
'■lyr)n, cleren ^fly.' Salesbury has also icreyren 'a brese' and ^r)'erÊ/2 'a 
^ad flye.' 

3^. meid uel cosmid (gl. sérum). Hère meid is = Corn, meith ('Lhuyd, 
^rch. Br, 149'=, 289a), W. maidd, Ir. medg ''whey/ and cos-mid is W. 
aws maidd 'whey-curds :' cas, now kaouz, W. eaws 'cheese/ cosyn 'a 
:heese,' Ir. càise, are ail borrowed from the Latin câseas. 

36. huital uel uerrucae (gl. pabule /. e. papulae), the collective to 
huitalenn, W. chwydalenn 'blister.' The Mid. Br. huedaff now c'houéda, 
nd W. ehwyda 'to vomit,' are cognate. So, as Prof. Bugge remarks, 
.at. vomica is cognate with vomo. 

I 37. cocitoa (gl. intiba). Notwithstanding the différence of meaning 
■etween cicuta and intybum, this should, I think, be cecitou (gl. intyba), 
/hère cecitou is the pi. of cecit, now kegid, borrowed, like W. cegid, 

1 . 1 am indebted to M. Loth for the foUowing note : Le mot usité dans le dialecte 
e Vannes pour dire 'bercer' est huchellat qui nous reporte à uscellat \== oscillarei, les 
annetais prononçant se devant e et ; ch (à la française). » 

Rev.Cett. IV 25 



JÎ4 Old-Breton Glosses. 

Corn, kegaz, from the Latin cicUta. The scholia Bernensia hâve « Intub 
quod intus cava sint quasi tuba » . The stalks of the cicuta or hemloc 
are hollow : see Lucr. 5, 1 382^ Verg. E. 2, 36. Professor Bugge prefei 
to connect cocitou with W. cecys 'plants with hollow stalks,' [whenc 
Eng. kex ?] ceccysen 'canna,' Davies, and cêg 'throat' = Ir, scôig. Bi 
this last seems the Br, chouc^ 'on lit scouc dans un ancien ms.' (Le Pe' 
letier) ■ . 

38. îar (gl. uentrem). This gloss stands over the word 'nec' in tl 
line Cresceret in uentrem cucumis, nec sera comantem. It must refer 1 
'uentrem' and is =: the Ir. tarr, Mid. Br. ton, Corn, and W. tor : 
reoccurs, spelt tor, infra, No. 7 1 . 

39. ueruencou (gl. uerbenas). A loanword from Lat. verbena. The c 
perhaps to be compared with the g of the Corn. îivul-g-ou, Z.^ 847. 

40. satron uel guohi (gl. fucos). Hère satron is the collective of tl 
singulative saîronenn, Mid. Br. sardonenn 'bourdon,' ^assillus,' '^fuscu 
(leg. fucus) Cath., now sardonenn 'frelon,' 'taon'. The Com\ûi sudroiui 
(gl. fucus) should apparently be sadronenn. 

guohi. The singulative of this is *guoliienn == Corn, guhien (gl. vesp£ 
The Lat. vespa, Ch. Slav. vosa, O. Pruss. wobse, Lith. vapsà see 
cognate : cf. uher in Corn, gurth-uher = vesper. 

41. duglas (gl. ceruleus) is, like W. dulas, Ir. dubglass, a compound 
du, Ir. dub {= *dugva, dunkel) and glas 'viridis' (gl. glaucum) Lu 
cognale mlh glastum, Kuhn's Beitr. IV 398, Vil 589. 

42. aninou uel acepriou (gl. laquearibus). The context (Aen. I 726) 

dépendent lychni laquearibus aureis 
Incensi. 

As to the prep. a before the ablative, see No. 7, supra. Ninou is t 
pi. of nia = W. nen 'ceiling,' 'vault,' 'roof,' 'the heaven.' nen t 
'toppe of a house,' (Salesbury). Corn, nen-brenn (gl. laquear), Bret. m] 
'sommet,' ''faîte,' 'âme/ 'comble.' There is an Irish nion (leg. nu\ 
which O'Reilly explains by 'Heaven, the expanse or firmament', ai 
which he exemplifies by '■ Pattraicc fri heasgnamh Ninne' (leg. nine) 'Patri 
when ascending to heaven.' This may be the Irish cognate. 

cepriou (= cepriou gl. tignae, Luxemburg Gl.) is the pi. oi cepr, Mi 
Br. quepr, 'chevron', now kébrm., Corn, keber (gl. tignum), W. cet 
from Med. Lat. caprio, a derivative from caper, as Fr. chevron 
caprionem. 

43. bodin (gl. manus). The context (Aen. II 29) is 

I. Poèmes bretons, p. 181, s. v. chouc. Salesbury has kegiden ne kegysscn 'kecki 



Ohi- Breton Glosses. ^35 

Hic Dolopum manus, hic saevus tendebat Achilles, 
'Compare bodin (gl. phalangem) Lux. pi. bodiniou (gl. phalanges), Mid. 
'W, bydin, Z.^ 90, Ir. buiden, Kuhn's Beitr. II 174. Root bhadh. 

44. i hepcorim (gl. cassum). The context ^Aen. II 85) is 

nunc cassum lumine lugent. 
Hère i, for in^ is the préposition, later en, and hepcorim is an abstract 
substantive, formed like ^;/?nm Z.^ 821, molim, etc. and = Mod. W. 
hebgori 'to dispense with,' 'to put aside,' 'to omit.' It is compounded of 
hep, the préposition meaning 'without/ Z.2 679, W. heb, Ir. secli, Lat. 
secus, compar. sequius, and corim — Ir. cor 'to put,' 'to cast.' 

45. broolion (gl. patrias), pi. of brool, a deriv. from bro = W. bro 
'land/ 'brogae Galli dgrum dicunt' Z.^ 207 : O. Ir. mrug = 0. N. mork, 
Zend mer^zu and cognate also with Lat. margo and Goth. marka. 

AfG . coarcholion (gl. canabina). The ms. has uincula .i. canabina .i. 
coarcholion. This is the pi. of coarchol, a derivative from coarch now 
[in Vannes] koarcVi, kouarc'h, Corn, kûer, W. cywarch 'hemp,' 'flax.' 

47. Uberiou uel stloitprenou. Prof. Hagen says that this gloss is on the 
'margin v. 2 36 of the second book of the Aeneid over the words « Lapsus 
■siue rotunda hgna quae rôtis subponuntur. » The context is 

23$. Accingunt omnes operi^ pedibusque rotarum 
Subjiciunt lapsus. 

'They put the runnings of wheels under its feet ;' 
md to the rollers over which Sinon's horse was dragged into Troy the 
^lossographer doubtless refers. As to libiriou, pi. of libir, I think the 
;econd i is an irrational vowel and that Ubir should be equated with the 
viod. W. llyfr, which occurs in the phrase llyfr car 'that part of a drag 
vhich is on the ground.' It is just possible that Gr. oA'.êp6ç, 0, H. G. 
leffar may be connected with this llyfr. 

' In stloitprenou, we hâve a compound of stloit for sloid (A. S. slidan, 
Ing. to slide, 0. Norse sledhi ^schlitten, Fick? III 359) and prennou pi. 
)f prenn, Corn, prenn (gl. lignum), Ir. crunn, Lat. quernus. Our stloit, 
ike the Ir. slaod 'sledge/ W. ysled, Corn, slodyys, 0. 2318, appears 
be a loan-word. From stloit descend the modem stlej 'rampement,' 
tleja 'ramper,' stlejet, stlejuz, the final t becoming the lingual sonant 
pirant, as in ruejou infra No. $6, egenn, nigal, and pinigen. 

For the intercalation of t betwenn s and /, cf. s-t-labez 'ordure,' 
-t-laon 'anguille', W. slywen 'schlange'. 

48. pritiri (gl. iactura). The context is 'facilis iactura sepulcri,' 'the 
3SS of a tomb will fall on me lightly ;' over iactura is written 'dampnum 
el pritiri .i. proiectio mea in sepulchro'. The glossographer seems to 



^36 Old-Breton Glosses. \ 

hâve regarded iactura as possibly meaning 'considération' (cf. iactanteJ, 
pectore curas, Aen. I, 227). For pritiri is the modem pridiri 'soini 
'souci,' 'sollicitude,' Mod, ^.pryderi 'anxiety,' 'deep thought:' cf. C 
W.preteram (gl. perpendo). 

49. doromanîorion fgl. auspicibus .i. considerantibus). Hère do is tl 
Bret. and Corn, form of the préposition = W. di, Ir. du, do, ar 
romantorion the pi. of *romantor, which Prof. Bugge equates with tl 
Lat. praemonitor. The ro (W. rhy-^ Lat. pro] hère corresponds with La 
prae-, as in W. rhy-farnu 'to prejudge,' '/jrae-judicare.' 

50. C/70C/2 (gl. tumulus). This is the Mid.-Br. knech, quenech, quen. 
chenn, now kréac'h 'montée,' 'tertre,' 'petite montagne/ W. cm 
'hump,' 'hillock,' Ir, cnocc. Zeuss connects the last mentioned word wi 
W. cwnwg 'summitas, culmen,' erchyniad 'elevatio/ cwn 'summita; 
'altitude,' and the names Cuno-bilinus, Cuno-tamus, Cuno-maglu: 
Maglo-cunus, 'Ap-xuvîa (opYj), Hercynia silva, Her-cuniates, G. C 
praef. vij. 92, 101. 

5 1. limn (gl. lentum). See above, Nos. 16, 52, and compare gur-lum 
(gl. delinitij, Orléans ms. 

52. esceilenn (gl. cortina). The Latin word means the round slab ( 
which the Pythia sat. But hère, as in the Old Welsh gloss lenn (gl. ce 
tina) Mart. Cap. Kuhn's Beitr. vij 409, cortina is understood to be 
'curtain' ('vélum ex pelle'j, and esceil-enn is a singulative form, cogns 
with the Mid. Ir. scdil 'shade,' 'phantom' and the modem Gaelic se 
'veil,' 'curtain.' For the prosthetice, so rare in Breton, compare Esc 
marc and e-sier, Rev. celtique, III, 409. 

53. nionuret. The context is 

. . idem uenturos (.i. nos) tollemus in astra nepotes. 
'We it is that will raise to the stars the descendants that shall cor 
after you. ' 

Hère ni is 'we/ Z.^ 369, on is the possessive pron. of the first pers 
pi. Z,* 383, and uret may be an abstract noun, a mistake for, or a ce 
ruption of, unet, W. unyd, meaning, as a substantive, 'unitas,' or, as 
adverb, 'as one,' 'hke,' 'the same as.' Compare the Mod. Bret. phra 
ni hon unan 'nous mêmes.' Another conjecture is that uret is deriv 
from ur — the Irish infixed pronoun or ' ; that they hâve each lost n 

I. The foUowing examples will suffice : con-or-tinoltar (gl. locemur) L. H. 38 (Gc 
2d éd. 64, where it is wrongly explained) : ragmuidne at degaid isin muir con-or-ba 
and « we will go after thee into the sea, so that we may be drowned there, » H. 2. 
col. 371 : After the particles no and ro : iwr-forraig do gko garb glé ror-briss is r 
buaidre, LL. job. i. Compounded with the prep. do : no-dar-be-ne .i. biûid lin 
(I we shall hâve, » O'Cl. Gl. The corresponding form of the 2d pers. pi. bor, bai 



Old-Breton Classes. ?^7 

anlaut [like Br. effou, azr, Ormanî : Ir. ace, dru ex ''naghran, eas, eascu, 
Uiichongbail, uimir) ; and that they may accordingly represent an Old 
Celtic no-r, just as the Ir. bor, bar, far 'you,' for-n, bor-n, far-n 'your' 

;may stand, respectively, for vo-r and vor-n. The most probable hypothe- 

isis is that the copyist has misread the n of unet as r. 

1 54. litiriou igl. transtrisi. Prof. Bugge thinks that the glossographer 
may hâve regarded transtra as meaning « quaecunque tigna in piano 
transversum posita. » It has also been conjectured, with some probabi- 
lity, that libiriou is a mistake for dibiriou pi. oi dibir, now dihr^ Corn. 

■diber 'gl. sellai^ W. dibyr. Possibly, too, it may be a mistake for lïbir- 

\nou = the Ir. Uberna 'galleys', which occurs in LE. 119 b, and is a 

lloan from the Latin Uburna. 

1 jj. deleiou (gl. antemnaruml. Plural of dele, now délez 'vergue ou 
antenne,' 'hors de Léon délé,' Legon., Corn, dele fgl. antempna) Z.^ 
1070, Ir. deil 'rod,' Goid.^ 176, del, Corm. s. v. Caindelbra. 

^6. guinodroitou (gl. plagae). A compound of gainod, borrowed from 
Lat. venatus las Mid. Br. guiznezl, guinhezl, Mod. Br. gwénaer, gwinaer 

ifrom Lat. venator] and of roitoii, Mid. Br. roedou ZJ 98, 287, now 

\Touejou, pi. of roit, roet Cath., Corn, ruid Igl. rethe), Mid. Corn, ros, 

;D. 54, W. rhwyd, ail borrowed from Lat. rëte. 

57. guinuclou A. lanceae uenatrices (gl. uenabula), pi. of guinucl, 
from the same root as guinod, No. 56. But the suffix -ucla is Celtic and 

as found also in W. mynwgl 'collum/ Z.^ 820 = Ir. muinéL 

<)S. utgurîhconeîi (gl. obnixus .i. perdurans .i. contra nisus) ; the 
context is 

nie lovis monitis immota tenebat 
Lumina, et obnixus curam sub corde premebat. 
This seems a mistake for utgurthconeîic, the part. prêt. pass. (hère used 
Iwith an active meaningi of a verb *ut-gurthconam, compounded with 
two prépositions ut for ud, Ir. ud (in ucu ex ud-gu), od, Z. ^ 878, 885, 
Skr. ud, in Gr. 'Jz-tpoq ex uo-T£p3-. Goth. ût, 0. H. G. ûz, N. H. G. 
ms, and gurth Z.^ 682, 905, 0. W. gurt, Z.^ 1057 = Ir. fort, frith Z.^ 
875, Lat. versus. As to conam Prof. Bugge puts it with the W. cynu 
'suTgere,' erchynu 'elevare/ 'exaltare,' Z.^ 92, 89^. It seems to occurs 
in anguoconam (gl. lacto ', not 'vigilo,' as printed in Z.^ 1054). Astothe 

exemplified in Rev. Celtique III, 95 : dn-bor-ficba, LU. 15 a, ro-bor-ficba, 84 a, ro-bar- 
zuTcd 84 b, ar-nack-bar-accaister 85 a, do-for-fuc, ro-bar-bia, LL. 197, a. 2, do-bar- 
beraid, LL. 46, b. 2, ro-bar-îinoil LB. 8 a, do-bar-raachtadar, Leb. Buide Lecain, 
col. 647, to which may be added ro-far-cruthaigfe, LB. 184 a. b, ro-bar-diminigsebar, 
LB. 184 b. 
I. Lactare. deficere in pondère. - Ducange. 



3^8 Old-Breton Glosses. 

termination in eîic (the regular form in Old Welsh, now edig); cf. dch- 

louetic infra No. 67 and the pi. craseticion (gl. spisis, leg. spissis) in Lux 

II. — GLOSSES IN AMALARIUS. 

59. amsauath (gl. uicarius). The context is : « quasi ergo ante iudi 
cem sic ante sacerdotem quia uicarius Xti. dni. [Christi Domini] est. » 

The root of this word seems sta (Curtius, No. 216), whence sîam (Ir 
se ssam) sam, sav now sao 'posture d'un corps qui est debout, élevé.' Th 
termination -aîh for -at as in lagat 'oculus,' Z.^ 859 : the prefix am 
hère signifying variety or interchange^ as in W.am-liw, am-ryw, am-gcn 
Z.* 897. M. Loth says that « amzaw s'emploie encore dans le bas-van 
netais dans le sens de capable de. » 

60. blinder (gl. segnitia) = Mid. W. blinder 'fatigatio,' Z.2 829 : 
derivative from blin 'fatigatus, 'lassus,' 'defessus,' which Prof. Bugg 
regards as a participle pass. in na (Kuhn's Beitr. VII 67) = Skr. glln. 
'erschôpft,' 'fordone.' For the formation by der cf. breinder 'putredo, 
berrder 'brevitas,' etc. Z.^ 829. 

61. camadas (gl. habilis). The context is : « qui secundum uerb 
sancti Gregorii semet ipsum metitur ipse habilis est. » This is the 0. W 
cimadas (gl, par), Kuhn's Beitr. VU ^90, now cyfaddas^ the Ir. comada 
'fitting,' 'meet/ Z.^ 994, from corn- and adas, W. addas. 

62. Non minus nahulei uel int coucanî (g\. Nihilominus) in caeteri 
operibus quantum segregetur. In nahulei = the nahu seems now naou ii 
naouac'h 'néanmoins,' where na is the négative ; but I cannot ex 
plain the -hu. The ki (like liai in W. nid an-llai), Corn, le, Ir. laigu 
is = è/vâcffwv. The adverb int coucant is Mid. Br. couganî 'certainement, 
Poèmes Bretons du Moyen Age, 5, 248, 266, 279. W.yn geugant., ceiigan 
'certo, certus,' addew yn geugant 'certo promittere,' ar peth yn angheu 
gant ' re incertâ et dubiâ/ ceugant yw angaw 'certa est mors,' Davies 
The prefix int =ent, No. 63, is = the Greek àvxt 'like,' in à^mhoulo: 
àvTtOsoç, àvTiTratç. In Welsh and Cornish it assumes the form in, yn 
Z.2615. 

III. — COLLATIO CANONUM, FIRST COPY . 

65. enterafoh (gl. inopportunius). ' 

64. heuanemdoguo (gl. seingerit). 

The context is : « sic is qui ultro ambit uel inopportunius se ingeri 
procul dubio est repellendus. » 

In the former gloss, enterafoh must be an adverb in the comparativ( 
degree, translating 'inopportunius,' just as W. yn gallach Z.- 298, i; 



Old-Breton Closses. jjc) 

' the équivalent of 'fortius' : the positive {ent-eraf, teraf?) is obscure to 

: me. Possibly /^m/ stands for taerab (cf. W. araf ^= Arabus Z.^ 83$) 

cognate, with the Mod. Bret. îéar 'vif, prompt, impétueux.' W. îaer, 

which Bugge equates with 0. Bactr. îighra 'keen.' 

In heuan em-d, we hâve, first, ev the Mid. Br. eff^ Z.^ 372, now hen, 
0. W. em, Skr. ama, and then an-em the Mid. Br. en-em in d-en-em 
diffen 'ad se defendendum/ M. J. 179 a, where émis the common prefix 
used to form reflexive verbs, Z.2 899. 

doguo is either for dogou, later dougo, the ^d sg. près, conjunctive 

of dougaf — to be compared with early Wesh forms in -wy and oe 

■ like galedichuy 'dominetur,' coîhwy i. e. coddwy Maedat,' digonwy 'faciat/ 

carwy 'amet,-' rodwy 'det/ syllwy 'videat,' catwy 'servet,' and creddoe 

'credat' (Evander Evans in Arch. Cambr. April 1873, p. 148), or the 

; beginning of some verb compounded with the two prépositions do and 

' guo, llke doguomisuram^ doguorenniam Z.* 907. If the iatter conjecture 

be right, we may perhaps supply the wanting letters thus : doguodouc, 

where doue is the third sg. près, indic. act. of the verb dougaf 'porto,' 

Z.2 583 : cf. dodocetic (gl. inlatam) Lux. 64. 

65. douretit amgruit (gl. turpi lucrum). The context is : « diaconos... 
non multo uino deditos non turpi lucrum sectantes » and the Breton 
words appear to mean 'baseness of gain.' 

As to douretit — the ms. has dour&it — it seems an abstract noun 
I formed from the adj. douret = daureth (gl. foedam), see No. 23. As to 

> amgruit, it is perhaps = emgruit (gl. questionem in the Orléans ms. where 
» the glosser seems to hâve mistaken questionem for quaestum. 

' 66. id costadalt (gl. aeditui aeclesiarum) ; hère id stands for 'id est,' 

> and costad-alt is an improper compound (like mel-gabr supra, No. 2) of 
'costad, a loan from Lat. custos, custodis, and ait = Ir. ait .i. teach 

'house,' O'Dav. 54, whence ailtire A. saor denma tighi,\h\à. Prof, Bugge 
compares the Med. Latin custos ecclesiae = aedituus, also custos basili- 
cae, sacrarii, altaris (Du Gange), 0. Fr. coustre 'sacristain,' OHG. custor, 
NHG. kiister. 

67. dehlouetic (gl. accommodata). The context is : « uox lectorum 
simplex est et clara pronuntiationis genus (uel generi) accommodata. » 
Vicomte de la Villemarqué suggests that this gloss may be = W. delwe- 
, dig^ prêt. part. pass. of dehi 'to form/ 'to fashion,' a denomina- 
tive from dehv 'figura,' 'forma,' (0. W. delu gl. numismatis Juv. 80), Ir. 
delh. This leaves the h (for ch?) unexplained. I butthink weshould read 
dech-louetic, and compare with the Iatter élément of this compound the 
Orléans gloss doguolouit (gl. redegit) and the Luxemburg douolouse (gl. 



340 Old-Breton Glosses. 

depromis). The dech may possibly be a compound préposition = d, 

+ ach. 

68. amuoet (gl. fastu). The context is : « multi clericorum ieiunan 
fastu superbie ex propriis suis nihil largientes egenis. « Hère a is th( 
préposition used to express the ablative (No. 7) and muoet for mouet i: 
= the Ir. miad (gl. fastus) Sg. io6b. This is cognate with [j.tXooq anc 
the other derivatives from the root smi given by Curtius G. E. No. 46^ 
For the development of meaning cf. OHG. Iiuoli 'hohn' from the roo 
kak 'cachinnari.' 

69. abscenia .i. caul (gl. piacula). The context is : « propter piacul, 
regum. » Hère abscenia is for obscena and caul is = col (gl. nefarian 
rem) Orl. ms., W. cwl ^culpa,' 'peccatum/ Ir. col, gen. in chuil (gl 
piaculi) Ml. cited by Muratori, Anit. Ital. III. col. 871 — au beinj 
written for ïï, as ao in ann-aor, supra. No. 5, is written for ô. 

70. guanorlon (gl. istriones). The context is : « impudicos et istrione 
non nutrire. « Pi. of guanor 'histrio,' 'scurra/ a derivative from guaai 
(gl. scurilis) infra, No. 81, which seems identical with W. gwann 'debi- 
lis,' Ir. fann, Lat. vdnus from *vac-nus. Compare the W. dyn gor-h\h 
'scurra.' 

71. torleberieti (gl. phitonistarum, leg. pythonistarum). The context is 
« magorum et phitonistarum et augoriarum superstitionibus non inten- 
dere. » This is a compound of /or, better torr 'venter' Cath., Corn, to' 
(gl. venter), W. îor, Ir. tan (cf. tar, supra, No. 58) and leberieli, pi 
of leberiet = W. llafariad 'an uttering,' 'a speaking.' Compare darlchci- 
(gl. phitonicus) and dorgnid (gl. pithonicus) in the Orléans ms. For iht 
termination in -lat see Z.^ 840. The meaning of the gloss is thus'ventri- 
loquisms.' Compare the Mod. W. bol-la jariaeth. 

'J2. gulcet (gl. agipam). The context is : « Episcopo liceat commen- 
dare uestimentum quo utitur et agipam et taxam. » This is the Mid. Br 
guichet {golchet da gouruez 'coete de lit,' Cath.) 0. W. cilchet, pi. ir cil-\ 
chetou (gl. vêla) Z.^ 1056, 0. Corn, cilcet (gl. tapiseta, gl. stratorium'| 
Z.2 1063, Ir. colcaid, Z? 802, ail borrowed from Lat. culcita. For the 
weakening of c to g in anlaut cf. gant, gaeffret and gourai. 

"]}. ar uuo art hui (gl. uos fascinauit). Hère ar mio art (leg. aruuoart 
stands for ar-guo-garth, a /- preterite to be compared with the 0. Ir. 
ad-ob-ra-gart (gl. uos fascinauit) Z.^ 455. The root is CAR, whenccj 
YY)p6a) and other words collected by Curtius, G. E. No, 153. Forj 
the infection of the g cf. bu-orth infra No. ici, and the examples in 
Z.2 202, 103. For the development of meaning cf. yôvjç (root GU], 
incantare, Curtius, G, E., No. 642, and Corn, vur-chcniat (gl. incantator). 



Old-Breton Classes. 341 

The Irish verb ar-fo-imim 'recipio' is similarly compounded wiih the pré- 
positions ar and fo = guo = 'jt.o. 

hui is the pers. pronoun of the 2nd pi. Mid. Br. huy, now c'houi, Z.^ 
371, Corn, why, 0. W. hui, Mid. W. chwi. From *svï, Ir. -si, sib, = 
'si-svi-. 

IV. — COLLATIO CANONUM, SECOND COPY. 

74. 6h'u/ (gl. ultro). This adverb is formed from the prep. a, supra 

! No. 8;, and the subst. iul, Mid. Br. youll, M. lo^, eoll : am eoll 'à ma 

I volonté,' Cath., now ioul, Corn, awell^ awel, 'désire,' W. ewyll, ex 

■■ *avilla. Root AV, whence Lat. avidus, avarus^ avère, and possibly (as 

Siegfried thought) the Irish deoHd 'gratia,' indeoUd (gl, gratis). 

7 5 . araantd : the context is : « Sic is qui ultro ambit uel inopportu- 
nius se ingerit procul dubio repellendus. r, Mr. Bradshaw says, « The 
Word aruanta \\ am not quite satisfied about the second letter) is written 
' in the margin opposite the line beginning inopportunius. Does it refer 
to ingerit ? There is no referring mark. « I conjecture that aruanta is a 
glos.^ on 'ambit' and corresponds with the 'cupit' by which 'ambit' is 
glossed in ms. lat. 12021. It is compounded with the prep. ar, Z.^ 900, 
and the -uanta may possibly be for huanîa, the jrd sg. près, indic. act. 
of a verb cognate with W. chwannawc 'desiderans,' Z.^ 15^, W. cliwen- 
nycbu 'desiderare,' chwant = Ir. sant 'desiderium' andO. Br. couhuanto- 
lion gl. andrivenereis i. e. cupidi (if this be the right reading of the 
Lu.xemburg gloss). For the third sg. in -a, see Mid. W. kanhatta, 
tsru}nd and other forms cited Z.^ 508, to which may be added peniîra 
(gl. tractât) and the foUowing collected by the late Professer Evander 
Evans ' : doluria 'dolebit,' eheta 'convolabit,' cerda 'procedet ;' thèse 
•from the oldest copy of ihQ La-w s : guada 'dénies/ palla 'înih,' gnàa 
'does :' thèse from Cynddelw : puylla 'considers,' treidia 'pénétrâtes,' 
bryssya 'hastens,' atveilya 'decays ;' and yd aa 'goes' from Llywarch 
Hen.' 

76. inuanetou (gl. incaenis). The context is : « non oportet sacer- 
dotes uel clericos quibuscumque spectaculis incaenis aut nuptiis inte- 
resse, y> whence it would seems (according to Mr. Bradshaw) that the 
Latin word intended was 'encaeniis,' which mustmean 'secular festivals.' 
Hère inuanetou (if this be the right reading) is the pi. of inuanet. The 
in seems the prep. in- used as a prefix, Z.^ 905, butinfectingasin Mod. 



I. Studies in Cymric Philology. No. II, in Archaeologia Cambrensis , April 1873, 
147. 



Î42 Old-Breton Glosses. 

W. infer = Ir. inbher 'influxus.' The -uanet (from banet ? manetîj is obs- 
cure to me. Is Ir. banessa (gl. nuptiae) cognate ? or is the uninfected 
form manet cognate with Lat. inen-sa, as banquet with banc ('c'est ainsi 
qu'en Allemand îafel possède à la fois le sens de table et celui de festin,' 
Brachet) ? Or^, lastly, should we read in uaretou (gl. in cenis) and regard 
uaretou as the pi. of uar-et, a compound of uar 'evening' (Corn, uher, 
uer, uar, W. ucher) and et 'a meal' = Mid. Br. eîh 'corn/ W. yd^ Ir. 
ith = Skr. pitu ? It is to be hoped that a new collation of the ms. will 
justify this suggestion, which is due to Prof. Bugge. 

77. dadluo (gl. antropas). The context is : « Clericus per plateas et 
antropas nisi certa necessitate non ambulet. » Hère 'antropas' is mis- 
written for 'andronas,' ace, pi. of andron. 'Festo et aliquot scriptoribus 
Latinis Andron, compitum, locus publicus ubi viri, ol àvcpeç, invicem 
confabulantur,' Ducange. Dadluo (= dadlou, infra, No. 80) is the pi. of 
dadl (ms. dadlt] (gl. curia), dadl (gl. concio) Eutych. 3b, 8a; 0. W. 
datl (gl. foro), datlocou (gl. fora) Z.^ 1055, Ir. ddl ^cuna,' 'forum,' 
Corn, datheluur (gl. concionator) . The plural ending -uo is for -ou, as in 
muoet supra, No. 68, and in 0. W. crummanhuo (gl. scropibus). An 
older Breton form datol (for datl] is preserved in the verb datolaham (gl. 
lego) Eutych. 5b. 

78. clou (gl. acitamenta). The context is : « unus uendidit acitamenta 
eius in oblationem ecclesiae dei. « The gloss stands over the space bet- 
wenn 'acitamenta' and 'eius.' I cannot explain it. Prof. Bugge conjec- 
tures that clou is for cloou pi. oï clo = clavus (W. cloeu 'clavi,' Z.^ 285) 
and that acitamenta is for acutamenta [acutus 'nail,' Ital. aguto, Placi- 
dus XXI 91 éd. Deuerling.) The story is about the two sons of an 
artifex. 

79. endlim (gl. fenus). Mid. W. ennill, Y Seint Créai, 42, 196, now 
ynnill 'lucrum,' 'qusestus/ 'emolumentum,' Ir. indile i. îonnach 'in- 
crease,' H. 3. 18, p. 71, col. 1, ami see Cormac, p. 96. In Irish indile 
or innile also meant 'cattle :' tecfdt ass fochétoir in innile 7 in bûacliaill, 
LU. 26a. For the termination of endlim, cf. diprim, erchim, molim, Z? 
821, stlinnim, Kuhn's Beitr. IV. 392 and supra corim No. 44, and guo- 
monim (gl. pulliceri), Orléans ms. 

V. — COLLATIO CANONUM, THIRD COPY. 

80. dadlou (gl. andronas). See above. No. 77. 

81. guaan (gl. scurilis). See above, No. 70. 

82. nith (gl. nepta). The context is : « Clerici cum matre uel thia 



Old-Breton Glosses. 34? 

filiaque uel sorore nepta tantum uiuant. » Hère nith 'neptis ex fratre uel 
sorore,' is Mid. Br. nyz, Cath.;, Corn, noit (gl. neptis), W. nith, 0. Ir. 
necht (gl. neptis) Z.^ 68. 

85. mod (gl. gomori. The context is : « Sciendum quantum est pon- 
dus primitiarum .i. gomor. » Hère gomor h theUehrev/ homer or chômer, 
a measure for things dry, and mod, like Mod. W. môdd, is borrowed 
from the Latin modus. The Ir. muide 'churn,' W. buddai, and Mod. Br. 
méz seem from modius, Fr. muid. 

84. rannou (gl. climatibus). So in Lux. rannou (gl. patrimonia). Pi. 
of rann 'pars,' Cath., W. rhann, Ir. ra/2/2. Hence rannam (gl. partior) 
Eutych. 4. 

85. cunrunt (gl. uorticem montis). 

86. admet (gl. passae), 

The context is : « cumque dauid transiet paululum uorticem montis 
apparuit ei siba ... cum duobus asinis qui honorati [sic] erant cc'''s pani- 
bus et .c. alligaturis uuae passae. » 

Hère cunrunt seems a compound of cun (W. cwaî 'altitude,' ''summitas^' 
Z.2 92) and ra/2Z for run^ now rond 'rotundus/ n? being for nd, as in 
cantoell, confuntaff, respontas, etc. 

tîcimeî is = W. addfed 'maturus,' Mid. Br. azff, Rev. Celt. i. 599, 
Corn, arvez, Ir. ahaidh (ex ad-vati, ad-mati), from the prefix ad^ Z.* 
897, and met, which is either ex mati and connected with Lat. mat-urus, 
Mat-uta, matu-tinus, or (as Prof. Bugge thinks) cognate v/ith Old Welsh 
metetic ''reaped/ et-met 'retonde/ Mod. Br. médi, midi, just as the 
English ripe is cognate with reap. 

87. coniroliaht (gl. controuersiam). The context is : « De iurgatori- 
bus quod per controuersiam cuncta faciunt incerta. » Hère controliaht 
(for controliacht, -iact, or for controliath : cf. W. dranoeht, Laws 2, i', 
271 is a derivative from "control, Mid. Br. contrel, borrowed from Lat. 
contrarias, whence also Mid. W. y kythreul ''the Devil,' Y Seint Créai 
75, kythreul, Z.^ 819, now cythrawl, as in gwynt cythrawl 'a contrary 
wind.' 

88. latic (gl. agipam). The context is : « commendare uestimentum 
quo utitur et agipam [ ] taxani. » Hère latic is the équivalent of 
gulcet, No. 72 supra. It must be a loan from lôdix 'a counterpane.' Hence 
also the Ir. hit [lôit?) in dia bit find 'two white blankets' Cormac (Mac 
Firbis'copy) s. v. cermnas. The a oï latic, says Mr. Bradshaw, may be 
0, but there is a little hole which just destroys the letter. For Br. à =ô, 
cf. costad, No. 66. 

89. gutric (gl. defer). The context is : « Si debitor inrogandus uel 



Î44 Old-Breton Glosses. 

exigendus defer. « The margin has :: ffer, probablythe remains ofdiffer. 
Compare the Orléans gloss guotric (gl. difer) and the O. W. noulnn- 
guotricusegeticion ^nine delays/ Mid. W. godrigyaw 'to tarry/ Y Saint 
Greal, 227, Mod. W. godrig 'mora,' from guo and trie [trigo 'morari') 
cognate with, or borrowed from, Lat. tricari 'to make difficulties/ to 
trifle,' tricae 'hindrances,' '^tricks,' Prov. trie. Hence also the Mid. Br. 
trig in the phrase hep trig 'sans tromperie/ 

90. aaltin (gl. ferula). The context is : « nec ferula curare meditetur 
quisquequod gladio percutiendum. » Hère a is the prep. usedtoindicate 
the ablative (as in Nos. 7, 17, 41) and altin, Mid. Br. autenn now aôten 
""rasoir,' 'couteau' is the 0. Corn, elinn (gl. nouacula) Z.^ 1062, W. 
ellyn, 0. Ir. altain .1. seian bearrtha, O'Dav, 54, amal in n-altain n-dith 
(gl. sicut rasorium acutum) Ml. col. 301. The glossographer hère, as 
elsewhere (Nos. 29, 52), is inexact in his renderings. 

91. aeeruission (gl. hirsutis). 

92. emnaret boestol (gl. beluina rabies). The context is : « alios hir- 
sutis serra dentibus attriuit : alios armato ferro insulcans ungula sparsit : 
alios beluina rabies morsibus detruncando comminuit. » 

In aeeruission a isthe préposition used to indicate the ablative (No. 7, 
supra\ and ceruission stands for geruission, pi. of gérais s the g being pro- 
vected owing to the influence of the lost c of a, which is still found in 
the Luxemburg gloss ac-i[r)-riminiou. So in the Mod. Br. dék kad 'ten 
hares' [gad] and the Cornish drok-eoleth from drok + goleth. With the 
geruiss thus obtained cf. W. gerwin 'asper,' 'rigidus,' a derivative from 
garw 'asper,' M. Br. garu, Cath., now garo. Corn, garow, Ir. garb. 
For the termination in -iss cf. the W. adjective dilis, dylis now dylys 
'certus,' 'securus,' (Ir. diles], Z.^ 834. 

cunnaret is = W. eyndaredd ""rabies,' the final t being written forinfec- 
ted d as perhaps in muoeî supra, No. 68, and the d in inlaut assimilated as 
in the Mid. Br. eonnar 'rage,' Cath., whence eonniryee ^rabidus'= Corn. 
con[n]erioc (gl. rabidus), Mid. W. kandeiryawc, Y Seint Greal, 301, 418, 
now eyndeiriog '. Thèse words must ail come from some Old Celtic cun- 
dara-s meaning 'hound-madness/ 'hydrophobia.' For the nasal infection 
oi d see Z. * 118, 205, 207, 901. 

boestol in an adj. formed from boesthonov/ed from Lat. bêstia, whence 
also W. bwyst (fil), Ir. béist. 

1 . 1 may take this opportunity of pointing out that the Cornish di-scortwnait (gl. 
rabies) Z.- 1072, is to be explained by référence to the Br. curun « thunder » = 
xïpa-jvôi; for (jxspauvé;, Curtius G. E, 694, just as the Cormsh folter-guske (gl. frene- 
ticus) is to be explained by the Br. foultr, Fr. fouldre, « fulgur ». Compare the Greek 
è[>.fjçifrn-i)Trjr„ xepa-jvogX-riÇ, and the Latin attonitus. 



Old-Breton Glosses. 345 

9^. dadloa (gl. curiae). See above, No. 77.. 

94. frof (gl. strutionem) . 

95. couann (gl. noctuam). 

96. ?Mc/ — ^I think notfra^/ says Mr. Bradshaw/ — (gl. larum). 
The context is : « Haec sunt que de auibus comedere non debetis 

[see Leviticusxi. 1 5] strutionem et noctuam et larum. » The first of thèse 
birdnames trot, like Corn. îrocî, Ir. struth, seems borrowed from struthio 
or Prov. estruî. (W. ostruth is, like Fr. autruche from avis-struthio and 
the Mid. Br. lotrucc, Cath. is borrowed from Fr. l'osîruce, now l'au- 
truche.) 

couann is now kaouen or kaouan 'hibou,' 'orfraie :' cf. Med. Lat. 
cauannus^ cauanus, Ducange, and many other words cited by Diez, 
Ètym. Wœrterbuch, s. v. choe. 

tracl I cannot explain, except as borrowed from trochilus, a kind of 
wren. Is trad be the true reading, compare W. trod-wen 'a stare' (Sales- 
bury) . 

97. deuo : : : a (gl. attacus). This I cannot explain. 

98. biunrun (gl. epimachus), the ôcpio[;.axog of the LXX, a kind of 
grasshopper. 

The context is : « comedere debetis ... attacus atque epimachus ac 
locusta»... [Leviticus vi. 22]. For biunrun v/e should certainly read 
(according to Prof. Bugge's conjecture) bianran, a compound of bian 
for bihan = W. bychan ' 'little' and ran borrowed from rana, which in 
German dialects (Grimm, Deutsches Wœrterbuch, s. v. Frosch) is called 
grashùpfer. 

Mr. Bradshaw has lately given me two more glosses from this codex, 
viz. bann (gl. canora) and buuoorth (gl. bobello). The former seems = 
Ir. bind, the latter is — baorth infra N". loi. 

VI. — COLLATIO CANONUM, FOURTH COPY. 

99. saltrocion (gl. graciles). The context is : « Sunt aliae pénitentes 

I . The Irish cognate is becc (W. bach), which Prof. Bugge, with much probability, 
regards as a very old loan from the vulgar Latin piccus « spitz, « whence also Ital. 
piccolo, Sp. pequeho « little ». Other instances of b for p in Celtic loanwords are Ir. 
biâil, W. bwyell « hatchet » from pialla Diez II 9:4, Ir. b'i from pix, Ir. bôc from 
pacm, Br. baradoes from paradisus. Rhys puts becc, bach with au.ixpô; [Rev. celî. II. 
189) and seeks a trace of an earUer anlaut zb ffrom sn) « in the fact that in North 
Wales bach forms a remarkable exception to the initial mutation of féminine adjectives. 
Thus geneth bach 'a little girl, » ajon bach « a small river, » not fach, as might be 
expected according to the gênerai rule. » Bugge justly observes that this peculiarity is 
explained by his assumption that baçh originally began with p. 



546 Old-Breton Glosses. 

quae sic uiuere uolunt . uitiosae . garrulae . uagae . fabulosae . graciles 

nihil commodi praebentes aliis. » 

The Word glossed must be ''uitiosae,' not 'graciles/ for saltrocion is 
the pi. of an adj. salîroc, derived from saltr^ now saotr 'saleté/ 'corrup- 
tion/ a loan (like Fr. sale) from the OHG. salo trube. The 0. Corn. 
halou (gl. stercora) Z.2 1063, and W. balawg, Ir. salach, 0. Bret. haloc 
(gl. lugubri, ueste, Orléans ms.), seem cognate with salo. 

100. guohethe (gl. probum, var. lec. pravum). Thecontextis : « Patri- 
cius. Non oportet iudices tam ueloces esse in iudicio donec sciant quod 
probum fiat^, quod dictum est. Noli iudex esse cito. » For 'probum' we 
should perhaps read 'probrum/ guohethe seems the mod. gwasa 'pessi- 
mus/ the irregular superlative of drouk., Corn, guetha^ D. 1 130, gueze, 
P. 196, 2, W. gwaethaf : cf. Mid. W. gwaethau ''to make worse', Y 
Seint Greal, 141. The insertion of h between the éléments of the diph- 
thong oe for oa (cf. goazhat 'empirer/ Cath.) is curious ; we fmd it also in 
Corn, bahell 'securis/ = W. bwyell, bahet (gl. aper) = W. baedd 'boar/ 
and chaen (rit) = W. cain- and in the W. luîhahelo (Rhys, Lectures, 
2d éd., p. 232) and tranoheth 'trans noctem/ 'mane,' Laws 2, i, 27. 
The loss of the final m is remarkable ; a similar loss is noticeable in the 
Old-Cornish ms. Bodl. 572 (the glosses in which are printed in Zeuss^ 
1060-63 as Old-Welsh), where we find dowomisura mi (gl. compen- 
sabo) '. 

ICI. buorîh (gl. bouello). Thecontextis: « canis peccorum quodcum- 
que maH fecerit in bouello uel in pascuis » (his owner is to make good 
the damage). jBove//um idem quod ^ovi/e, in Canonibus Hibern. lib. $1, 
cap. 5, Du Cange. Our buorth would therefore mean a '^cowyard/ andis 
compounded of bu^ Ir. bo = bos, ^ojç and gorth now garz 'haie/ 'clos,' 
Corn, gorth, garth in luworth, lowarth — M. Br. liorz, W. lluarth 'gar- 
den,' pi. luird (gl. horti), Ir. gort = %épxoq, 'hortus.' The Welsh équi- 
valent of our buorth is buarth, which Pughe explains » a cow-yard or 
inclosure where cows are turned to be milked ; a place to fold cattle ; a 
fold, » and which he illustrâtes by the adage gwell buarth hysb nag un 
gwag « a dry dairy is better than an empty one. » 

With this proverb the présent essay may fitly close, for though arid 
to most readers, it is, thanks to Professor Hagen and Mr. Bradshaw, 
full of new material for Celtic philology. 

I . For this gloss, hitherto unprinted, I am indebted to Mr. Bradshaw. 1 hâve had to 
represent by w the Anglo-Saxon form of that letter. Other Old Cornish glosses, hitherto 
unprinted, in the same codex, are cennen (gl. membra]na] oui) and geinmou (gl. saphero 
et exsmaragdo). A new Old-Breton gloss from the Luxemburg codex is luson (gl. traini- 
tem). Mr. Bradshaw equates this with the W. llyson pi. ofllws « track ». 



Old-Breion Glosses. 



347 



INDEX. 



a prep. cum abl. 7, 17,42, 1 

admet 86. 

ail 9. 

a-iul 74. 

ait 66. 

altin 90. 

amgruit 65. 

amsauath ^9. 

an- 64. 

annaor 5. 

aor 5. 

ar 73, 75- 

Arbedoc ij. 

aruanta 75. 

aruuoart 73. 

attanoc 34. 

bann 98. 

bianran 98. 

bidite 33. 

blinder 60. 

bodin 43. 

boestol 92. 

bro, brool 45. 

bue 13, pi. bocion 27. 

buorth, buuoorth 98, 101. 

camadas 61. 

caubal 18. 

caul 69. 

cauuel, cauel 6, 1 5. 

cepr 42. 

cest 20. 

clehurin 54. 

clo 78. 

cnoch 50. 

coarchol 46. 

cocit (cecit ?) 37. 

coll, collin 16, 32. 

conam 58. 

controliaht 87. 

corcid 25. 

corim 44. 

cornigl 26. 



90,91. cosmid 35. 
costadalt 66. 
cos 3S. 
couann 95. 
couarc 12. 
coucant 62. 
cronn 17. 
cronnmain 17. 
cunnaret 92. 
cunrunt 85, 
dadl 77, 80, 93. 
daureth 23. 
dehlouetic 67. 
dele 55. 

deuo : : : a 97. 
dise 30. 
do 49. 
douretit 6 j . 
du 11,41. 
duglas 41. 
duliu 1 1. 
elestr 3. 
emdoguo 64. 
en. 64. 
endlim 79. 
ent 62. 
enterafoh 63. 
ercentbidite 33. 
esceilenn 52. 
et (.?) 76. 
ethin 8,31. 
gabr 2. 
geruiss 91. 
glas 41. 
gloiat 14. 
gorth 101. 
guaan 81. 
guanor 70. 
guascot I. 
guilann 24. 
guinodroit 56. 
guinuci 57. 



548 

guirtit 7. 

gulcet 72. 

guo I, 73. 

guohi 40. 

guohethe 100. 

guorail 9. • 

gurth 58. 

gutric 89. 

Haeihucar ij. 

haloc 99. 

hepcorim 44. 

hev 64. 

hui 73. 

huital 36. 

i, in 44, 76. 

int 62 = ent 64. 

inuanet (?) 76. 

iscarthol 22. 

iul 74. 

latic (lotie?) 88. 
laur 28. 

ieberiet 71 . 

lei 62. 
lenn 52. 
Iibir47, 54. 
limn 5 1. 

limncollin 16, 32. 
liu 1 1 . 

louetic (?) 67. 
lusc 29. 
luson 100 note. 
mab 6. 

mab-cauuel 6, 
main 17. 
Matguoret ij. 



Old-Breîon Classes. 

meid 35. 

melgabr 2. 

mod 83. 

muoet 68. 

nahu 62. 

ni 53. 

nin 42. 

nith 82. 

on 53. 

ousor 10. 

prenn 47. 

priteri 48. 

raciaur 28. 

ran 98. 

rann 84. 

roit 56. 

romantor 49. 

runt 85. 

saltroc 99. 

satron 40. 
scobarnoc 21. 
ser 20. 

stloitprenn 47. 
tar 38. 
teraf 63. 
torleberiet 71. 
tracl (trad.?) 96. 
trot 94. 
truch 19. 
uar-et (.?) 76. 
ueruen 59. 
uileou 4. 
uret (unet .?) 53. 
utgurthconetic 5 



O'CLERY'S IRISH GLOSSARY. 



The présent édition of O'Clery's Irish Glossary was begun by Dr. Eduard 
Mûller, who is now engaged upon the Archaeological Survey of Ceylon. On leaving 
England Dr. Mûller gave me his notes, complète as far as the word fotha. In 
this part of the work I havemade such changes and additions as seemed désirable; 
for the remainder 1 am wholly responsible. O'Clery's spelling is not always 
consistent ; he seems to hâve generally printed the words justas hefound them, 
without reducing them to one uniform System of orthography. In a few places 
where this want of uniformity might cause unnecessary trouble in consulting 
the Glossary, I hâve ventured to change the spelling of some words, giving 
O'Clery's form, where it differed, in a bracket. In other cases I hâve shifted a 
few words so as to bring them into stricter alphabetical order. So much change 
seemed justifiable, as thèse inconsistencies were probably mère oversights, and 
their rétention could serve no useful purpose. 

O'Clery's Glossary was incorporated by Edward Lhuyd into the Irish Dic- 
tionary which forms part of his Arckacologia Britannica. Lhuyd leaves many 
examples untranslated, and in this I hâve been frequently forced to follow 
him. The illustrations within brackets hâve been drawn from such ms. and 
printed matter as was accessible to me. I had hoped to hâve been able to 
exhaust ail the sources mentioned by O'Clery in his préface, but I can claim 
to hâve done this only in the case of the Book of Hymns and of the Tripartite 
Life of S. Patrick, one copy of which is in the British Muséum. 

I hâve made free use of Mr. Stokes's books, and especially of the translation 
of Cormac's Glossary, where several of O'Clery's définitions are quoted and 
translated. 

Arthur W. K. Miller. 
Rev.Celt.IV 2A 



îjo O'Clery's Irish Glossary. 



ABBREVIATIONS. 



Beitr., Beitrasge zur vergl. Sprachforschung, etc. 

Br. h., Broccân's hymn (in Goiddica). 

Colm. h., Colmân's hymn (in Goidelica). 

Corm., Cormac's Glossary, in Stokes's Tliree Irish Glossaries, 1862. 

Corm. Tr., Cormac's Glossary, translated. Calcutta, 1868. 

F. h., Fiacc's hymn (in Goidelica). 

Fél., Félire Oengusso (quoted from Lebar Brecc). 

Goid., Goidelica. id édition, 1872. 

Lh., Lhuyd's Archaeologia Britannica. 

LU., Lebar na huidre. 

O'Conn., Peter O'ConneH's Irish Dictionary, ms. Eg. 84, 85 (Brit. Mus.). 

O'Dav., O'Davoren's Irish Glossary, in Three Irish Glossaries. 

O'Don. Suppl.^ Supplément to O'Reilly's Irish Dictionary. 

O'R., O'Reilly's Irish Dictionary. 

Rev. celt., Revue celtique. 

Sanct. h., Sanctâin's hymn (in Goidelica). 

Trip. Eg., Tripartite Life of St. Patrick, ms. Eg. 93 (Brit. Mus.). 

Z.,Zeuss's Grammatica Celtica, 2d édition, 1871. 



Note. Owing to the want of proper type, capital A has been left unaccented, 
in headings. For the same reason the dotted / and s are represented by fh and 
sh in the Roman type. This is of the less conséquence, as fh and sh are occa- 
sionally used in the original édition of the Glossary. 



FOCLOIR NO SANASAN 

NU A 

in a minighthear cdil eigin dfoclaibh 

crualdhe na gaoidheilge, ar na sgriobhadh ar urd aibghitre le brathair 

bochd îuata dord S. Fronsias 

MICHE UL CLEIRIGH, 

a gcolâisde na mbraîhar ndnannach 

a Lobhàin. 

AR NA CHUR A GCLO MAILLE RE HUGHDARDHAS, l64^ 

Dom Thighearna 
ro onôrach 7 domcharaid 
Baoîhghalach Mhac 
Aodhagdin, easbac Ailfinn. 
Agso chuguibh (a thighearna) dioghlaim bheag dfoclaibh cruaidhe ar 
dteangîha duthchais ar na ccruinniughadh as nwrdn do sheinleabhraibh ar 
nduithche agas ar na miniughadh do reir îuigsi agas ghluaise na bpriomh- 
ughdar do bhi inar nduthaigh san aimsir dheigheanuigh 1er bhe an miniugh- 
adh na seanghdoidheilge. 



A NEW 

VOCABULARY OR GLOSSARY, 

In which are explained some difficult words of Gaelic, 

written in alphabetical order, by the poor brother of the order of 

S. Francis, 

MICHAEL O'CLERY, 

of the Collège of the Irish brethren, 

at Louvain. 

PRINTED WITH AUTHORITY, 1643. 

TO MY MUCH HONOURED LORD AND FRIEND 

BAOTHGHALACH MAC EGAN, 
Bishop of Elphin. 
HerCj my lord, is a small gleaning of hard words of our native lon- 
gue, collected from many of the old books of our country, and explained 
according to the linowledge and interprétation of the chief authors who 
hâve been in our country of late, who hâve devoted themselves to the 
interprétation of the old Gaelic. 



3 52 O^Clery's Irish Glossary. 

Ni fhacamar dar nduthaigh môrdn dar bhiomchuibhdhe an dioghluimsi 
dfurdil ar îùs ina sibhse. Agas ni tre amhdin ar naibid do bheiîh ionann 
[cuis dobadh lôr ar chor eile do îharroing ar dtola oraibhsi seach chdch 
eile] do ghluais sinn docimm pdtrùin do dhéunamh dhdoibh don leabhrdnso; 
acht na cheann sin agas go spisialta tre bhar mbdidh fein agas dâthchas bhar 
ccinidh leis an gceirdsi, agas fôs go bfiiil fear comhanma agas coimhchinidh 
dhdoib Baothghalach ruadh mhac Aodhagdin, ar na ddoinibh as prinn- 
siopalta leanmdoid a miniughddh na bfocal ar a ttrachdthar sa leabhrdnsa. 

Mar sin glacaidh chugaibh o thoil mhaith an beagthabartas so, ni ndr 
mhian linn, acht amhdin beagdn eoiuis do thabhairt don aos ainbfhis a 
seinteanguidh a mathar ; agas an tdos ealadhna do bhrosdadh do chum a 
ionnsamhla eile so do dhéunamh ni as fearr agas ni as lionmhuire. 
As Lobhdin .28. Octob. anno 1643. 
Bhar searbhfhogantaidh boclid dileas féin 
an br : Micliéul cleirigh. 

Don 
Leugthoir. 
Biodh fios cheithre neitheadh ag an leughthoir 1er ab mian an beag shao- 



We hâve not found in our country many to whom it was fitting to 
offer this gleaning before yourself. And it is not only the fact of our 
habit being the same, a reason which otherwise would suffice to direct 
our wishes to you, that has induced us to make you the patron of this 
book, but also and especially the hereditary practice of this profession by 
your family, and moreover that a namesake and kinsman of yours, 
Baothghalach ruadh Mac Egan, is of those whom we chiefly follow in 
the interprétation of the words which are treated of in this book. 

Accept then kindly this httle offering, for our désire is only to give a 
little knowledge to those who are ignorant of their ancient mother-ton- 
gue, and also to incite the learned to make another such work, better 
and fuller. 

Louvain, 28 Octob. 1643. 

Your poor affectionate servant, 

Brother Michael O'Clery. 

TO THE READER. 
The reader who wishes to read this little work must know four 
things. First, we hâve not put down any word of interprétation or 



\ 



O'Clery's Irish Glossary. 3 5 5 

thar so sios do leughadh. An céid ni, ndr chuireamar en fhocal ann so sios 
do mhiniaghadh, no do ghluais ar fhoclaibh cruaidhe ar dteangtha mathar- 
dha acht na focail do chualamar féin da mlniughadh, no fuaramar ag 
cdch elle iar na mlniughadh ona maighistribh do ba foirtille agas dobadh 
foghlamtha an eolas chrûais na gdoidhilge in ar laithibh féin. 

As diobh sin go sonnradhach Baothghalach ruadh mhac Aodhagàin, 
ToRNA ua mdolchonaire , Maoileachlainn modardha ua mdoilchonaire, 
agas Lughaidh ua cleirigh. Giodh sâoi oirdheirc gach duine dhiobh sin, as 
é Baothghalach as mô do leanamar do bhrigh gurab uadha as mo do 
ghlacamar fein agas fuaramar ag cdch elle mlniughadh na bfocal, ar a 
dtrachtmdoid,sgriobhtha agas f os gurbhô sdoi oirdheirc dearscaighthe é san 
cceirdsi mar as follas san teisd tug an isdoi reumhrditte elle Lughaidh ua 
cleirigh air iar na ég amhail atd sna rannaibhsi : 

Athairne aîhair na hdoi, 
Dallân Forgaill an fpriomhshdoi, 
Do mheas rem cheile nlr cheart, 
Neidhe ro feas, Feircheirt. 
Seanchais diamhra, dlighîhe ar sean., 
Béurla foirtche na bfileadh, 



gloss on the difficult words of our mother-tongue, except such words as 
we hâve ourselves heard interpreted, or hâve found explained by the 
ablest and most learned masters of the knowledge of the difficulty of 
the Gaelic in our own days, Of thèse especially are Baothghalach ruadh 
Mac Egan, Torna O'Mulconry, Malachy modardha O'Mulconry, and 
Lugaidh O'Clery. Although each one of thèse was a distinguished scho- 
lar, it is Baothghalach whom w^e hâve chiefly followed, because it 
is from him that we hâve ourselves received and hâve found with ail 
others the interprétation of the words of which we treat, and also 
because he was a distinguished and remarkable scholar in this profession, 
as is clear in the testimony which that other aforesaid scholar Lugaidh 
O'Clery bore of him after his death, as it is in thèse verses : 

Athairne, father of learning, 

Dallân Forgaill, the chief scholar, 

To compare with my companion would be unjust, 

Neide the learned, Feircertne. 

Obscure history, laws of our ancients, 

The dark language ofthe poets. 



5 54 O^Clery's Irish Glossary. 

Do bhi an éin mheidh gar nahhnidli, 
eu an élrnidli an ionnaithmhigh, etc. 

As aithnidh dhuinn sdoithe maithe san cceirdsi agas fâs san aimsir dhei- 
gheanaigh mar atd Seaan iia Mdolchonaire priomhoide sgoile na druinge a 
dubhramar cheana agas fhear neireann a seanchas, ina aimsir féin, agas 
Flann mhac Cairbre mheic Aodhagain mhaireas fôs^ agas drong eile nach 
dirmhim ; acht do bhrigh nach dtarla na leabhair ar a ndearnadar miniu- 
ghadh agninn don îdoibhsi don fairrge in a bfuilmîd ar deoraidheachd leath 
amuigh do bheagdn nir bhéidir linn a ccédfadha do leanmhain achd a 
mbeagân. 

An dara ni hiodh a fhios agad gurab iad na leabhair chruaidhe ar ar 
chuirsead na sean ughdair gliiais mhinighthe agas as ar ghlacamar na 
focailsi sios maille re miniughadh na druinge réumhrdite dobhi ag leagasg 
go deigheanach, Amhra Coluim chille, Agallaimh an da Shuadh, Feilire na 
ndomh, Feilire i ghormdin, Leabhar iomann, Sanasân, Bheatha Phatruic, 
Seinscreaptra meamruim agas seinleabhar paipéir ina bfrith môrdn dfo- 
claibh cruaidhe gona miniughadh, Foras focal agas Deirbhshiur don Eagna 
an éigsi agas urmhor an leabhrdin o sin amach do réir na gluaise do gla- 
cadh on Mbâothghalach réumhraite. 

« He in a word to our knowledge, 

« Had the power to explain and analyze « (O'Curry). 

There are known to us good scholars in this art and even in the 
later îime, as John O'Mulconry , the chief historian of those whom 
we hâve mentioned, and of the men of Ireland, in his own time, and 
Flann, son of Cairbre Mac Egan, who still lives, and others whom I do 
not mention ; but because we hâve on this side of the sea where we are 
in exile only a few of the books on which they made interprétations, we 
hâve been able to follow them but little. 

Secondly, you must know that the following are the difficult books 
which the old authors hâve glossed, and from which we hâve taken 
thèse words together with the interprétation of the aforesaid persons 
who hâve taught lateiy : The Elegy on Colum Chille, the Dialogue of 
the two Sages, the Festilogy of the Saints, the Festilogy of O'Gorman, 
the Book of Hymns, Sanasdn (little glossary) , Life of Patrick, old 
manuscripts on vellum and an old paper book in which many difficult 
words with their interprétation were found , Foras Focal and the 
Deirbhshiur don Eagna an 'Eigsi, and a great part of the book according 
to the gloss received from the aforesaid Baothghalach. 



O'Clery's Irisli Glossary. î 5 5 

An treas ni biodh a jhios ag an leughîhôir nar mhian linn ag triait an 
bheag shàothairsi, acht cdil éigin sholais do thabairt don aos 6g agas don 
aos ainbfis agas antâos ealadhna agas eolais do bhrosdadh agus do griosadh 
do chum a ionnshamhla elle so do dhéunamh ni as fearr agas ni as lionm- 
haire. As uime nar leanamar go fada ar mhordn dona hilchiallaibh chui- 
rid an taos ealadhna an iomad da bfuil dfoclaibh ann so, agas do leigeamar 
dhinn fos bunadhas iomad da bfuil ann so dfoclaibh dfoillsiughadh, do 
bhrigh gurab leis an dos ealadhna go sonnradhach as mo bheanas agas nach 
bfuil riachtanas ag cdch go coitcheann leis mar atd aca leis na seinleabhraibh 
do thuiccsin agas do léughadh. 

An ceathramhadh ni biodh a fhios ag an dos ôg agas ag an dos ainbfis 
lerab mian na seinleabhair do léughadh (ni nach bfuil na aincheas ar eol- 
chaibh ar ttire) gurab annamh bhios coimhéd aca ar chaol re leathan, no 
ar leathan re ccaol do sgriobhadh, agas ar firthearc cuirid uathadh ar na 
connsainibh mar atd^ bh, ch, dh, fh, etc. agas-fôs as annamh chuirid sin- 
eadh fada ar jhoclaibh. Sgriobhthar go minic cuid dona consainibh ar son 
a cheile, mar ata c, ar son g, agas t, ar son à. Ag so samhail na bfocal 
tre sa dtuigfidhear sin. Ar son an fhocailsi clog, ionann agas cloc, agad, 
acat, beag, beac, codiadh, cotladh, ard, art, etc. Cuirthear fôs go minic 
ae, ar son ao, agas ai ar son aoi. agas fôs oi ar son aoi. Sompla airsin 



Thirdly, the reader must know that in setting about this little work we 
wished only to give a little light to the young and ignorant, and to 
incite and stir up older and educated persons to make another such 
work, better and fuller. And we hâve not followed at length many of 
the various meanings which scholars give to many of the words, and 
we hâve also omitted to give the etymology of many of the words , 
because it is particularly to scholars that it belongs, and that people in 
gênerai hâve not the same necessity as they to understand and read 
ancient books. 

Fourthly, the young and ignorant who wish to read the old books, (a 
thing which is not difficult for the educated of our country), must know 
that they rarely guard against writing slender with broad, or broad 
with slender, and that they very rarely put the aspirate upon the conso- 
nants, as bh, ch, dh, fh, etc., and also that they seldom put the long 
accent on vowels. Some of the consonants are often written one for 
another, as c for g, and t for d. Hère are examples of words by which 
this will be understood : clog the same as cloc; agad, acat : beag, beac : 
codiadh, cotladh : ard, art, etc. Also ae is often put for ao, and di for 



356 O'Clery's Irish Glossary. 

mar sgriobhthar go minic aedh ionann agas aodh^ agas cael as ionann 
agas caol. Agas bôi agas fôs bdi as ionann agas bàoi. Sgriobhthar go minic 
E ar son A sna seinleabhraibh, mar ata die, as ionann agas à'ia, cie as 
ionann agas cia, etc. Sgriobhthar go minic I ar son A, mar ata so dochu- 
aidh, as ionann agas dichuaidh. Sgriobhthar go coitcheann a, 0, u ar son 
acheile a ndeireadh focail mar ata sompla, somplo, somplu, ceardcha, 
ceardcho, ceardchu, etc. 



doi and also oi for aoi. For example aed, is often written for aodh, and 
cael is the same as caol. And bôi and also bdi is the same as bdoi. E is 
often written instead of A in the old books, as die., which is the same 
dia, cie which is the same as cm, etc. I is often written instead of A, as 
dochuaidh. a, 0, u are commonly written onefor another at the end of a 
Word, as tompla, tomplo, tomplu, ceardcha, ceardcha, ceardcho, ceard- 
chu, etc. 



I 



O'Clery's Irish Glossary. — A. — 3^7 



i .i. ard n6 cnoc 'height or hill'. 

i À. carr no carbad 'car or chariot'. 

iB .i. tighearna 'lord'. 

tBA .i. adhbhar 'cause'. 

lBHail 7 ABHAiLT .i. bâs 'dcath' dearbhadh ar sin an anado abhail libh 

maraidh an fhala 6à thoidhidh. 
.BAiRT .i. ealadha no bés 'knowledge or custom'. As f abairt do m' .i. 

as i ealadha do ni. 
BHRAiD .i. fabhradha 'eyebrows'. abhraid dhubhdhaimh .i. fabhradha 

amhail daol 'eyebrows like (as black as) a beetle'. 
c .i. diûltadh 'déniai'. 

CAiDHEADHA .1. aittrcabhtaigh nô tionôntaighe 'inhabitanls or tenants'. 
CAR .i. aichear. 7 aichear .1. gér. 'sharp'. 

|CLADH no ACLAiDH .i. iasgaireachd -fishing. [do acclaid, adclais, Trip. 
i Eg. 93, 5 a I.]' 

'cLAiDHE .i. mm nô séimh 'smooth or gentle'. 
iCMAC .i. timcealladh. do acmac .i. dothiomchomhacmac .i. dothim- 

chealladh 'to surround'. 
jCMUAiNG .i. ârach no cumhachda 'strength, power'. 
'COBHAR .i. saint 'désire'. 

COMHAL .i. coimhcheangal no cruinniughadh 'union or assembly'. 
:oR .i. saint, amhail atâ isin Amhradh 'désire ; as it is in the Amra' : 
Madh acor latsa 
thanam gomadh gilithear géisi 
ni rochosna neach oile 
ni dot ana dar théisi. 
:ht .i. conntabhairt, amhail atâ, atraigh an giolla gan acht 'doubt. as, 

the boy rose up without hésitation'. 
:ht .i. tabhairt 'to give'. 
:ht .i. agas 'and'. 

:ht .i. corp, amhail atâ isin Amhradh ag moladh Choluim Chille : 
acht go sâothraibh ar sheirc nDé 
acht go nâoine is go noighe 
fri fighlibh roshi'n a acht 
rorir gach dân ar dhiadhacht. 
'body • as it is in the Amra praising Colum Cille : 



358 O'Clery's Irish Glossary. — A. — 

A body with labours for the love of God, 

A body with fasting and with virginity 

In vigils he extended (?) his body 

He gave up every gift for godliness. 
ACHTA .i. tiomâin 'to drive'. 
ADH .i. dligeadh 'law [Beiir. VIII, 3^0]'. 
adhabhair .i. sùgradh 'diversion'. 
ADHAiLG .i. mian 'désire'. 

ADHA1LGNE .i. dligheadh, ailghean nd mi'n 'gentleness'. 
ADHALL .i. truailleadh no peacadh 'pollution, sin'. 
ADHAMHRAiGHTHEAR .i. beannaighthear 'he is blessed'. 
ADHAS .i. maith. 'good' bidh adhas dhuit .i. budh maith dhuit. 
ADHBHAL .i. m6r 'great'. 
ADHBHAL .i. athlamh no ésgaidh 'quick, aciWe [Isadbul a. isaîhlum} 
est, Isadbul acohair, etc. Fél. July 28. Three Irish Glossarie 

P- '3$]'- i 

ADHBHANN TRiREACH .i. purt HO céol asa ttuighthcar thri ni 'a tune ij 
music from which three things are understood,' .i. geanntraig 
golltraighi, suantraighe [Gentraigi .i. treidi imefuilnge gen, « thr 
things which cause cheerfulness, » Corm. Tr. p. 90. — Golltra 
A. adhhand trirech imefuilnge gol » « a melodious (.'') strain wl; 
causes weeping » id. p. 89 and see O'Curry, M. and C. III 2: 
225].' 

ADHBCHLOS .1. âoibhueas 'pleasure'. 

ADHBCHLOSACH .i. lân do ghléir dhiomhâoin 'full of vain glory'. 

ADHBo .i. abach .i. earfhuagra 'warning'. 

ADHBUDH .i. adhbchlos n6 âoibhneas 'pleasure'. 

ADHEiTCHiDHE .i. grânna 'hateful'. 

ADHFHLAiTH .i. flaith dlightheach 'lawful chief. 

ADHGHAiR .i. gairidheachd dlightheach no maith dlightheach 'convenienc 
O'Conn. 

ADHLAïc .i. mian 'désire [roho adlaicc dô^ Trip. Eg. 93, 3b 2]'. 

ADHLANN .1, lâoch 'hero'. 

ADHLAOCHDHA .i. inldochda 'heroic'. 

ADHMA .i. eolach 'wise'. 

ADHNACAL ['burial'] .i. adh, dligheadh 7 cal coimhéd; 7 nai .i. duine . 
coimhéd dlightheach an duine 'i. e. adh, « law, » cal « keeping \ 
and duine ce man », i. e. the lawful keeping of the man. [So Corn' 
Tr. p. 1 5]'. 



O'Clery's Irish Glossary. — A. — 359 

HNACHT [was buried] .i, 6n adhnacal 'from adhnacal to bury [The 

preterite passive, Wind. Gr., p. 83]'. 
HNADH .i. lasad 'to kindle'. 
iHNAOi .i. âosda ^aged'. 
iHRAE .i. diultadh 'déniai'. 
UDH .i. teine chreasa 'a circle-fire/ Lh. 
.1. âon 'one'. dagach ae .i. da gach àon duine. 
DH .i. sûil 'eye'. 

iRAiGiDH .i. éirghi'dh, amhail atâ isin rann : 
Maith ar mana fearr ar bfeacht. 
neart céd curadh in ar gcorp. 
afraighidh suas dénaidheachd, 
foirrghfdh an tréd imon tore. 
'arise ye, as it is in tlie verse : 

Good our cause, better our expédition, 
the strengh of a hundred heroes in our body. 
Rise up, accomplish valour, slay the herd with the boar 
[Quoted rather differently in Four Mast., A. D. 866]. 
H .i. hô 'cow'. 
]h .i, cath 'battle'. 

.H .i. eagla 'fear', aghaim .i. eaglaighim 'I fear'. 
/H .i. cur 'put thou'. aghaid .i. cuirid 'put ye'. 
;HAiD .i. âonaighid no bfd go subhach 'they rejoice, or are happy' [so 

Fél. Sep. 4 and O'Dav. p, 50]. 
<HDA .i. cathaightheach 'warlike'. 
-no AGI .i. eala 'knowledge'. 
;no AGI .i. sealbh 'a herd'. 
-no AGI .i. cuis nocaingean 'cause'. 
.no AGI .i. éigsi no éolcha 'knowledge or learning'. 
/no AGI .i. caora 'sheep'. 
i,iH no AGiBH .i. cosmhaileas 'resemblance'. 
-îHÉis .i. muir 'sea'. 

.:dhe .i. cumhdach 'structure', Beitr. VIII, 332. 
':dhe . comhall 'keeping'. 

t:DHE MHEANMAN .i. doréir meanman 'according to the mind'. 
';e .i. treabh 'tribe'. 
';e .i. oileamhain 'nourishment'. 
-:£ .i. ucca, togha, no mian 'choice or désire'. 
':e .i. in aice 'near'. Acall ar aice Teamhair .i. in aice Teamhrach atâ 



560 O'Clery's Irish Glossary. — A. — 

Acall, no do cithear Acall as Teamhraigh 'Acall is near Teamh; , 

or Acall is seen from Teamhair'. 
AiCHEAR .i, feargach, gér, no fi'iobhrach 'angry, sharp'. 
AicciLLNE .i. églàchas 'servitude'. 

AiDHBHEAN .i. adhbha dhiona, no teughdhais dhi'ona 'abode'. 
AiDHBHEAN .i. imchian nô fada 'far or long'. 
AIDHBHEAN .i. olc, no deoraidh 'evil'. 
AiDHBRiuDH .i. cronughadh 'reproof. 
AiDHBSi .i. ainm céoil no cr6nâin do nithi in Eirinn a nallùd 'a namt f 

music that was made in Erin formerly'. 
AiDHBHSiN .i. taidhbsin 'appearance'. 
AiDHCLKADH .i. aidiiceall no urchôid 'hurt, injury', 
AiDEACH no AOiDEACH .i. lolgach no hô bhainne 'a milch-cow'. 
AiDiDE .i. umhla 'humility'. 
AiDiDiN .i. umhla 'humility. 

AiDHME .i. uradh trealamh, uirnis no culaidh 'dress'. 
AiDHNE .i. aos. mar atâ aidhne na B6ramha , 7 aidhne an dinnsci- 

chais 'âge, as, the âge of the cow-tribute, and the âge of the Di: 

senchas'. 
AiGHE .i. sail, no gabhal 'beam'. 
AiGHE .1. calma 'strong'. losa ionmhain âighe, etc. 'Jésus, belov 

strong'. 
AIGHE .i. cnoc 'hill' fuil damh aithne âighe .i. atâ agam aithne an chnui' 

'I hâve knowledge of this hill'. 
AiGÉN .i. fairrge 'sea'. 

AiGHRÉiRE .i. aighe réire .i. breitheamh 'chief of judgment, a judge'. 
AIL .i. iarraidh 'entreaty'. 
AIL .1. cloch 'stone'. 
AIL .i. athais 'insuit'. 
AIL .i. nâireach 'scandai'. 
AIL .i. arm Veapon'. 
AIL AOBHTA .i. ail aithbhc .i. cloch frith an tràigh 'a stone against^ 

foot'. 
AiLCNE .i. clocha 'stones'. 
AiLEACH .i. ail each, ôir is eich tuccsad a ailbheach .i. a chlocha'iJ 

ail « stone », each, « horse »', 
AiLGHEAN .i. mfn 'gentle (Fi's Ad. LU. 27.3 2)'. 
AILGHEAS .i. mianghas no fonn 'désire, ardour'. 
AiLiM .i. aitchim no guidhim 'I beg, or pray ïailme, « we pray, » Col 

h. 9]'. 



O'Clery's Irish Glossary. — A. — 361 

L .i. cluin 'heard [Aill .i. cluinti, ut est, aiH mo coirpri dû .i. farsan 
.i. faillsigh nocluinîi, O'Dav. 47]'. 

.L .i. feacht 'a time, turn [Aill .i. aonfecht, « once » O'Dav. 48]. 

.L À. uasal 'noble'. 

.LE .i. moladh 'praise [do Crist canaid aille. Fél. Apr. 26]'. 

-LEANN .i. AiLANN .i. clochann 'heap of stones'. 

LiATH LÉO .i. glaodh léomhain 'the roar of a lion'. 

,LSi .i. faillighe 'carelessness'. 

T .i. ùasal 'noble'. 

T .i. teagh 'house'. 

TIRE .i. sâor dhéunmha tighe 'a builder [lit. « a workman who 
makes a house. » Ci. fer dénma bairgine (gl. pistor i. e. vir faciendi 
panis) Z. 486',] 

lEANN no AOiMEANN .i. âoibhinne 'pleasant'. 
i. tâin 'plunder'. 

IBHCHEALLACH .i. ainmin nô garbh 'ungentle or rough'. 

IBHEACH .i. déuraiomdha no fearthain 'many tears, orrain[cf. argairt 
lathe dnbige coercha formedôn rede « She herded on a day of rain 
sheep amid a plain » Br. h. 53]'. 

rBHEACH .i. iomdha a subhâilchibh "^abounding in virtues [Sabina tacr 
ainbech, Fél. July 20]'. 

BHLE .i. ainféile no olcas 'penury or badness'. 

ICHEAS .i. conntabhairt 'doubt_, difficulty', 

iCeoil .i. uilc orra 'evils on them'. 
WCHING .i. anraidh no lâoch 'champion or hero'. 
/iDEAR .i. bean 'woman'. 
«di'arraigh .i. feargach 'angry [Rofég Patraic iarsin coandiarid « Pa- 

j trick then looked angrily ;). Trip. Eg. 93. 3. a. 2.]'. 
AfDREANNDA À. ainmin 'ungentle'. 
/('E .i. âineas 'delight'. 

>iE .i. airfideadh 'music [Lucia conaine (à. conairfitiud) Fél. Feb. 6]. 
/lE .i. ai an no âoi an .i. ealadha mhaith no fios maith 'good science 

' or good knowledge'. 

''îE .i. lûas no déine 'quickness or eagerness'. 

'lEACH .i. marcaigheacht each 'horsemanship'. 

^iBFÉiLE .i. amhnàire 'shamelessness'. 

AiBFÉiTHEACH .i. ainéolach 'ignorant'. 

^iGcis .i. mallachd 'curse'. 

'iGEAL .i. grianda, solasda, no fâoilidh 'sunny, light, or glad'. 

/iJiODHAN .i. neamhghlan 'impure [iodhan À. glan, infra]. 



562 O'Clery's Irish Glossary. — A. — 

AiNNiNNE .i. fearg 'anger'. 

AiNLE .i. âlainn a If 'i. e. «beautiful his colour ». [dlain a H Fél. Jun. 2. 

AiNLEACHT .i. âilghine no mine 'gentleness'. 

AiNMHÉiD .i. iongnadh fonder'. 

AiNNioMH .i. fâsach 'désert'. 

AIR .i. éirigh 'arise'. 

AiRBHE .i. ainm aisde 'the name of a poem'. 

AiRBHE .i. asna 'rib'. 

AiRBHEART .1. tuigsi no ciall "^understanding, intellect'. 

AiRBHEART .i. trcoir 'strength'. 

AIRBHEART BiTH À beatha Mife [cf. airbert biuih (vesci, frui, uti, degô 
ocairblrî biuih coirp Cr. (fruentes corpore Christi) Z. 918. rann '.e 
do airbirt bith (alla pars ad fruendum) Z. 358]'. 

AiRBHiR .i. ualach bheireas duine idir a dhà lâimh 'a load that a rn 
carries between his two hands. [Airber .i. frilt anair munabire 
nombere) iter d6 di lâim, etc. « to the east (in front) of thee tljB 
bearest it between thy two arms » Corm. 4. 'Tr. 9]'. 

AiRBHRE .i. sluagh 'army'. 

AiRC .i. docamhal 'difficult'. 

AIRCHEALLADH .i. goid 'thcft'. 

AiRCHEANN .i. firchinnte 'certain'. 

AiRCHEANN TIRE .i. imeal tire no tâobh tire 'boundary of a country,r 

side of a country'. 
AiRCHEALTRACH .i. agh no ailid, do bhrigh go bfircheilionn a lâogh 'a hir . 
AiRCHis .i. éccâoine 'complaint'. 

AiRCHisiDE A GHUiN .i. éccâoinidh se a ghuin 'he complains of his woun . 
AiRCHLiTHEAR '[i. c. « hc is carried ofî »] .i. 6n oirchill, from oirc l 

« to carry off »'. 
AiRCTHEACH .i. inntleachdach no ealadhnach 'inteUigent or learned'. ; 
AiRDBHEADH .i. aird eibe. i. teasgadh n6 gearradh 'cutting'. i 

AiRDHE .i. sighin no comhardha 'sign\ 
AIRE .i. ainm coitcheann gach grâdha flatha attuaith 'a gênerai name ' 

every grade of chiefs among the people'. 
AIRE .i. cora éisg 'a fishing weir. 
AiREACC .i. inntleacht 'cleverness. 
AiREANACH .i. tosach 'bcginning'. 
AiREAR .i. cuan -harbour'. 
AiREAR ,i. sâsadh 'satiety'. 
AIREAR .i. biadh 'food' gan airear a do acobhar. raeasair choimsi ch;: 

without food to his désire'. ! 



O'Clery's Irish Glossary. — A. — 36} 

AiREAR .i. âoibhinn 'pleasant'. 
AiRÉL .i. leabaidh 'bed'. 

AîRRi .i. ri fiadaigh .i. n'gh fhianaidh 'a hunting king'. 
AiRiDE DALA .i. ccanii no airchinneach dâla 'head of chief of an assembly'. 
AiRiDiN .i. gabhâil 'taking [alritin receptio. Z. 214]'. 
AiRiGH ,i. tôisigh, uasail no uachdarâin 'noble chiefs or rulers'. 
AiRiLLEADH .i. dligeadh 'law'. is âirilleadh .i. as dlightheach dathairne 

Ms right for Athairne'. 
aIRIltean .i. bés. 'custom'. la feabhas an âiriltean .i. la feabhas am bés 

'with the excellence of their custom'. 
AiRis .i. aithinne 'firebrand'. 
AiRisiN CATHA .i. coinne chatha 'order of battle'. 
AiRLE .i. comhairle 'advice' airlethfimne na hôga .i. do ghéunam leath- 

nugadh no comhairliughad ar na lâochaib. 'We will give advice to 

the heroes\ 
AiRM .i. ionadh 'place', airm imeartha an chatha 'the place where the 

battle is fought' .i. imearta an catha in gach airm .i. ingach ionadh. 
AiRMHEADH .i. meadh thomhais 'a balance'. 
AiRMEART .i. gcis ^obligation'. 
AiRMGHEiN .1. amhraghein .i, gein mhaith 'good birth' amhra .i. maith 

'good'. 
AiRMiD .i. on6ir 'honour'. 
AiRMiD .i. geis 'obligation'. 
AiRMiDE .i. geis 'obligation'. 
AiRMiDiN .i. onôir 'honour'. 
AiRNE .i. fuireachras oidhche 'night watch'. 
AiRSAiRE FODHLA A. ait ambi gâir fân roinn 'a place where thereis shou- 

ting'. 
AiRRSci .i. méidhe 'neck'. 
AiRTHNEMH .i. cloch eimhir frisa bfâobhraighthear arma mileadh no 

lâoch 'a whet-stone, on which a soldier's or hero's arms are shar- 

pened'. 
Aïs .i. cnoc 'hill'. 
Aïs .i. deoin 'wish'. 
Aise .i. imdheargadh 'reprooP. 
Aise .i. foghail 'plunder'. 
AiTH .i. ger no luath 'sharp or quick'. 

AiTHBE .i. trâghadh, no laghdughadh mara 'the ebb of the tide'. 
AiTHeHEAS .i. bean an lâoich 'wife of the hero'. 
AiTHCHEASA .i aithchiosaidhc .i. meirdreacha 'harlots'. 



^64 O'Clery's Irish Glossary. — A. — 

AiTCHiM .i. iarraim no athchuingim '1 ask'. 

AiTHE .i. dioghail 'revenge [robo adlaicc dô a aithi do Patraic ani dorigp, 

fri a fer comtlia, etc. « he wished to revenge on Patrick what h 

had done to his companion », etc. Trip. Eg. 3 b. 2.] 
AiTHEACH .i. namha âith, 7 ni hainm acht do dlieagh lâoch 'a kee 

enemy : and only a name for a brave hero. So Corm, p. 4'. 
AITHEACH .i. crâin. aitheach ag iarraidh cullaigh, etc. a sow. a sow se 

king a boar, etc.' 
AiTHEADH, .i. élûdh 'deserting, O'Conn. 
AiTHEALLACH .i. atlisuidhiughadh 'translation'. 
AiTHEANN .i. âith tcinn : ôir as gér teinn isidhe '[furze. — Aittend 

aith theand, acht is âith is teand « because it is sharp and lacera 

ting. » Corm. p. 4. Tr. p. 8.]'. 
AiTHGHEiN .i. samhail 'like'. 
AiTHis .i. dioghlais 'abuse. O'R.' 

AiTHiUBHAR .i. di'birt no ionnarbhadh 'banishment, exile'. 
AiTHLE .i. seanbhrat 'an old cloak. Aithle .i. athjhola [asméssa hi oldà 

fola, it is worse than a cloak, » Corm. p. 3]'. 
AiTHMHEAS .i. traghadh 'ebb'. 
AiTHNEACH i. traisgeadhach 'hoarded up'. 
AiTHRiNN .i. rinn âith .i. teanga gér no faobhrach 'a sharp point, i. e. 

sharp or keen tongue'. 
AiTHRiNNE .i. lâog, Ôir as âith no gér é ris na rinnibh .i. ris na sinea 

dhaib 'a calf ; because it is quick or sharp against the points, i. 

against the teats.' 
AL .i. oileamhain 'nourishment'. 
AL GACH ONGTHA .i. eagal gach athghonta. [Al .i. eccail no tlaith ut est a 

gach hongtha .i. is tlaith inti dia tahair olc. O'Dav. p. 52.] 
ALADH .i. breac 'speckled'. [Alad .i. // a dath « many his colours > 

Corm. Tr. p. 14. — Alad .i. exsamail « various » O'Dav. p. 48. 
ALADH .i. gliocas 'cleverness'. tré âlaidh a urlabhra 'through the clever 

ness of his speech'. 
ALL .i. oll. oU .i. môr 'great'. 
ALL .i. srian 'bridle'. 
ALLABHAiR .i. mac alla 'écho'. 
ALLABHAR .i. oll arbhar .i. sluagh môr, ôir as ionann arbhar 7 skagi 

7 as ionann oll 7 mâr. 'a great army : because arbhar and sluagi 

(army) are the same, and oll and môr (great) are the same. 
ALLADH .i. oirdhearcas 'famé'. 
ALLAiDH .i. ailtiodh. ôir as ionann al 7 oileamhain, 7 as ionan fiodh '^ 



O'Clery's Irish Glossary. — A. — 365 

coill. gonadh de sin adearar madadh allaidh .i. tré na oileamhain a 
bfiodh 'because al and oileamhain (nourishment) are the same and 
fiodh and coill (wood) are the same : so that thence is said madadh 
allaidh (a wild dog) i. e. through his being brought-up in a wood. 
[Cendaid .i. cen fid .i. is cenfhid roalt. no is cendais nâ imtéit fofhid 
na fô diîhrub. cui .i. contrarias est allaid .i. ail fid .i. allair ifhid 
7 andithrub « without a wood i. e. without a wood he was nur- 
tured ; or he is gentle as he does not go into wood or wilderness : 
cui contrarius est allaid i. e. ail fid .i. he is nurtured in wood and 
in wilderness». Corm. p. 12. Tr. p. 38]. 

ALLMHuiR ,i. fri muir anall. 'from beyond sea'. 

ALLRÉN .i. ar an ri'an thall. ri'an .i. slighe '[a foreign voyage, journey, 
or expédition, O'R.] on the way yonder. rian i. e. way'. 

ALLSMAiNN .i. m6r shnadhmanna 'large knots'. 

ALT .i. leim 'a leap'. 

ALT .i. leithéid 'breadth'. in ait an ionaidhsi. .i. a leithéid an ionaidhse 
'the breadth of this place'. 

AMH .i. olc 'evir. 

AMH .i. diultadh 'refusai'. 

AMALL .i. tadhall 'a visit'. 

AMHAR .i. ceol 'music'. 

AMHARC .i. locht 'fault'. 

AMHLABHAR .i. balbh 'dumb'. 

AMHNAS .i. doilidh, no amhnâireach 'shameless [amnas occurs in the 
Hyrans, where Stok.es translates it « hard » : in macc amnas « the 
hard youth », Br. h. 35. erchor amnas « a hard fall, « Sanct. 
h. 13]'. 

AMHRA .i. dorcha 'dark'. 

AMHRA .i. maith 'good'. 

AMHRA .i. aisling 'vision'. 

AMHRADH .i. marbh câoineadh 'mourning'. 
uisge 'water'. 
anacal 'protection', 
sdâbha no soidheach 'vessel, cup'. 
uasal 'noble'. 

ésgaidh nô luath 'active or quick'. 

âineas no âoibhneas no ailne, no fôs âoibhinn no âlainn 'joy or 
delight or beauty, or also charming or beautiful'. 

ANA .i. sonas no saidhbhrios 'prosperity or wealth'. 

ANACH .i. nighe 'washing'. 

Rev.Celt.IV 25 



AN .1 


AN .i 


AN .i 


AN .i 


AN .i 


AN .1 



366 O'Clery's Irish Glossary. — A. — 

ANACHT .i. anacal 'protection'. Colm. h. 22. 

ANAïc .i. guin 'wound'. 

ANAicHiLL .i. anaicilleach no neamh-anaclach 'restless'. 

ANAiRT .i. mâoth no min 'soft or gentle'. 

ANAiTHNiDH .1. droch aithncach ; 7 fos duine ar nach bf aithne 'inhos- 

pitable, and also a man without acquaintance'. 
ANAMHTHAiGH À. anbàtliadh 'stormy'. 
ANANN .i. Eireann 'Ireland'. 
ANBHAL .i. anbfôill .i. romhér 'very great'. 
ANBHOBHRACHT .i. ainm do dhuine sheargas ghalar ionnas nach bi sésiir 

ina churp. bracht .i. béoil no sésiir no siigh 'a name for a man who 

is wasting with disease, so that there is no fat in his body'. brachi 

i. e. fat or juice. So Corm. p. 3. 
ANBHÔD .i. béd nach c6ir, nô éccôir 'a deed which is not just\ 
ANDACH .i. fearg 'anger'. Fél. Prol. 257. 
ANDACH .i. olc 'evil'. 
ANDAGH .i. olc no pcacadh 'evil or sin'. 
ANEADARGNAiDH .i. anaitheanta 'unknown'. 
ANNFOCAL A. gnath fhocal 'proverb'. 
anbhf6tt .i. ainbfios 'ignorance', fôd .i. fios 'knowledge'. 
ANGA .i. inge .1. acht 'i. e. inge^ but'. 
ANGBHAIDH .i. peacadh 'sin'. 
ANGBHAiDH .i. cruaidh an gaisgeadh 'brave'. 
ANGCLU .i. gaisgeadhach maith Walour'. 
ANGHLONN À. gâbhadh 'danger'. 
ANGNATA .i. câirdhe 'friendship'. 
ANMAOïN .i, miosgais 'hatred'. 
ann6id .i. eaglas 'church'. 
ANRÔ .i. iomarcaigh 'excess'. 
ANNSEARG .i. as doilidh a sheargh 'painful his state'. [Andseirg .i. andsa a 

sheirc «difficult or painful is his state » Corm. Tr. p. 2.] 
AODH .1. teine 'fire'. 
AOiDE .i. ôige 'youth'. 
AOiL .1. bel 'mouth'. 
AOiLEANDA .1. âlainn 'beautiful*. 
AOIN .1. luachair 'a rush'. 
AOiNiM .i. troisgim 'I fast'. 

AON .1. oirdheirc 'illustrious'. b;i hi'ion .i. b;i hôirdheirc. 
AON .1. uathadh 'few'. 
AONACH .i. aineach .i. ait ambi marcaigheacht go hân, no go hdoibhinn' 



O'Clery's Irish Glossary. — A. — 567 

'a place in which there is horsemanship nobly {dn) or beaiitifully'. 

aOS éta .i. dâoine âosda 'aged men'. 

AOTH .i. mionn 'oath'. 

APRAiNN .i. olc ''evil'. 

APRAiNN .i. truagh 'wretched'. dioghal aprainne 'a revenge of wret- 
chedness'. [Digal .i. nemgal .i. anad gai caich diandentar digal 
aprainde , « the crying ceases of every one for whom is wrought 
revenge of wretchedness. » Gorm. p. 1 5. Tr. p. 52.] 

AR .i. treabhadh 'dweliing'. 

ARA .i. giolla 'servant'. 

ARA .i. iomramh 'rowing'. 

ARACH .i. achadh an air no antreabhtha 'a ploughed field', O'Conn. 

ARACH .i. crôchar 'bier'. imârach .i. fa chrôchar. 

ARACAR .i. iomramh 'rowing'. 

ARR .i. fiadh 'hind'. 

ARR .i. dealbh 'image'. 

ARADH .i. dréimire 'ladder'. ba hâradh .i. ba dréimire '(she) was a ladder 
[Amra arad dothuataib doascnam flatha maie maire, « a raarvellous 
ladder for pagans to visit (the) kingdoms of Mary's Son. » Br. 
h. 12]'. 

ARADH .i. rith no riadh fri hard 'running or descending headlong'. 

ARADHAiN uiLC .i. dfoichdhi'ol. fuair an ghég ùradhain uilc, etc. 'insuit, 
hard usage, etc.' O'Conn. 

ARC .i. corp 'body'. fâ arc .i. fâ chorp. 

ARCHEANA .i. 6 sin amach 'henceforth'. 

ARCHOiN .i. coin dàsachtacha 'mad dogs'. 

ARCHU .i. eu bhios ceangailti 'a dog that is chained'. 

ARD .i. uasal 'noble'. 

ARDHARC .i. suaitheantas 'ensign'. 

ARDRACH .1. airdn' no ardfhollas, no oirdheirc 'suprême king, or very 
famous or conspicuous'. 

ARG .i. bainne, no braon bhios ag sileadh tre iomadh fleachaidh 'a drop 
which drops through much rain'. 

ARG .i. laoch 'hero'. 

ARG .i. ordhairc, 6n abartharaircheadal .i. argcheadal .i. moladh ordhairc 
no aircheadal oirdheirc 'famous, whence is said aircheadal i. e. 
argcheadal i. e. a famous praising or panegyrical poem. [Arg din 
airdhairc, unde dicitur airchedul .i. argcetul A. cedul orrdhairc ara 
mence conchanair « a poem famous from the frequency with which it 
is sung in concert ». Corm. p. 2, Tr. p. 4]'. 



^68 OXlery's Irish Glossary. — A. - 

ARGAD no AiRGEAD .i. céd 'silver'. 

ARGHAiRE .1. bacâil, no crosadh 'staff or crozier'. 

ARGHAiRT .i. ro ionghair .i. onionghaire 'heherded [Airgairî lathe dnbige 

coercha formedôn réde « She herded on a day of rain sheep amid a 

plain )i. Br. h. 3^]'. 
ARGDHA .i. laochdha 'heroic'. 
ARMAiNN .i. oificcigh 'officers'. 
ARMUiNNTEAR .i. âirmidhcar no beannaighthear 'he is honoured or 

blessed'. Fél. May 6. 
ARNAiDH .i. urnaidhm, no ceangal 'girdle'. 
ART .i. uasal 'noble\ 

ART .i. cloch. 'stone', airténe .i. mionchlocha 'pebbles'. 
ARTHRAiGHis .i. médaighis 'thou hast considered'. 
AS .i. bainne 'milk'. 
ASA .i. brôga 'shoes'. 

ASADH .i. adhannadh no lasadh. 'to kindle'. don tene ba trén asadh, etc. 
ASAiDH .i. fosaidh 'to stay'. 

ASCAiTH .i. scal no lâoch 'a hero [ascaid .i. scAil Corm. p. i]'. 
ASCNAM .i. tiagam Met us corne [^ascnam anasdilsiu (.i. tiagam co arndiles) 

Fél. Prol. 262]'. 
ASLACH .i. furâileamh 'incitement'. 

ASLONNADH .i. atach no aisnéis no innisin 'telling, relating'. Fél. July 9. 
ASNADH .i. osnadh 'groan'. 
ASNASACH .i. snoidhead6ir 'a hewer of wood'. 
ASTAL .i. slis, no ga leabhair 'lance or long spear'. 
ASTAS .i. ga 'spear'. 
ASsuiTH AN GRiAN .1. dof hosaigheastair no do fhosaidh, nodochomnaidlil 

an ghrian 'the sun sets'. 
ASuiDHEADH .1. do adhnadh no do lasadh 'to kindle*. 
AT .i. laith, 7 laith .i. leamhneachd no bainne 'milk'. 
ATACH NDROiCHBHÉRLA .i. bheith an chainnteach 'an ill-spoken clown'. 
ATHACH .i. tamall 'a little while'. 
ATHACH .1. tonna 'waves'. 

ATHACH GAOïTHE .1. sldean gaoithe 'a storm of wind'. 
ATHACH DA DEARBHBHRATHAR .i. larraidh d;'i dearbhbhrathar *a requestof] 

two brothers'. 
ATHAiGH .1. locaidhe 'farmers'. 
ATHAiGH MBiG .i. gaisgcadhaig bheaga 'little warriors'. 
ATHAiLE .i. âudhalle, neamheisdeachd no cluasdall 'deafness'. 
ATHAL .i. audhall .i. bodhar 'deaf. 



[ 



O'Clery's Irisli Glossary. — A. — 369 . 

ATHARGAiBH .i. iomaireag ait .i. cathughadh gér 'sharp fighting'. 
ATHBHACH .i. ionnsaighidh 'to attack.'. 
ATHBHACH .i. ncart 'strength'. 
ATHBHACH .i aithcarrach na huairesin '« a change or différence of time » 

O'R.'. 
ATHBHADH .i. ath fhâs peine '2l renewal of suffering'. 
ATHCHOMHARC .i. fiarfaigheadh 'to ask'. Trip. Eg. 10 a. i'. 
ATH FÉNE .i. âth ulltach 'the Ultonian ford [Ath-feine, at loraras, the 

name of a ford on a stream near Ories or Oris, Westmeath. 

IV Mast. A. D. 1160]'. 
ATHGABHAiL .i. crcach 'plunder'. 

ATHGABHAiL .i. crô aighe ' «wealth, riches... effects retaken », 0'Conn\ 
ATHGABHAiL .i. âoi ghabhâil no adha ghabhâil .i. gabhâil dhlightheach 

'lawful seizure'. 
athghn(5dh catha .i. athghnddhughadh no aithgniomhughadh catha 

'renewal of battle'. 
athlamh .i. ésgaidh 'active'. 
athnamh .i. édâil 'wealth'. 
athréos .i. leasughadh 'correction'. 
atruicc .i. do éirigh 'he arose'. 
audhacht .i. uath fheacht .i. antan téid duine fri feacht nûatha .i. bas 

'when a man goes on a journey of the grave i. e. death [« A dying 

testament », Corm. Tr. p. 5]'. 
AURGHAis .i. ergna no guidhe uasal 'a noble prayer'. Fél. Nov. 1 3. 
AXAL .i. aingeal 'an angel [Amra C. C, éd. Crowe, p. 34]'. 

B. 

BA .i. maiîh 'good'. Fél. Nov. 13. 

BA .i. bas 'death'. 

BABLÔiR .i. fear môrghlôrach. bl6r .1. guth no glér 'a very clamorous 

man. blôr, voice or speech. Corm. Tr. p. 19'. 
BACH .i. ionnsaighidh 'to attack'. 
BACH .i. briseadh 'to break'. 
BACH .i. meisge 'drunkenness'. 
BACHALL .i bearradh 'to eut'. 

BACAT .i. bràighe 'neck [Baicead .i. braige, Dûil Laithne, Goid. 75]'. 
BAD MAiTH DHUiNN .i. bithear go maith frinn 'may it be well to us'. 
BADHB .i. feann6g 'scald-crow'. 
BADHB .1. tùath thire 'a district : « lordship or manor », O'Conn'. 



jyo O'Clery's Irisli Glossary. — B. — 

BAGH .i. briathar 'a word'. 

BAGH .i. cath 'battle [bdg, Fél. Ep. 361. baige(.\. catha) Fél. Sept. 13]*. 

BAGHA .i. geallaim 'I promise'. 

BAGACH .i. cathach 'military. Fél. Mch. 8'. 

baghaim .i. geallaim M promise'. 

BAiCHSEAD .i. dobheansad 'they struck'. 

BAiDHE no BAOïDHE .1. bâoidheamhleacht no faidigheacht 'patience'. 

BAiGHE .i. catha 'battles'. [v. sup., Bagh.] 

BAiGHiM .i. bri'athraighim 'I speak'. 

BAiGHLE .i. laogh allaidh, mar atâ isin rann : 

atchonnarc braicheamh 7 bru, 7 baighle eatorrû, 
sochaide do dhéch an magh 7 bréich ag a mharbhadh. 
'a fawn ; as it is in the stanza : I saw a stag and a hind and a fawn 
between them; a multitude went out, and a wolf killing them.' 

BAiLLÉN .i. deoch 'a drink'. [LL. 200a. 

BAiLLÉiNE.i. ballàmin beag 'a small bubble'. 

BAiRCHE .i. trén no laidir 'strong'. 

BAiRRÉiN .i. barraidhe no taobhâin 'rafters'. 

BAiRNEACH .i. feargach 'angry'. 

BAiscMHALL .1. cruinnmheal 'an assemblage'. 

BAiscNE .i. bile 'a tree'. 

BAiSEAL .i. diomas 'pride'. 

BALC .i. trén, neartmhar, no m6r 'strong, powerful, or great [baie .1. 
trén, Fél. Jan. 13. balcu ,i. tressiu, « stronger », Fél. Jan. 4]'. 

BALG .i. bearna 'chasm'. 

BAN .i. fi'rinne 'truth'. 

BAN .i. umha 'brass'. 

BANN .i. gach cumhsgugadh 'every journeying'. 

BANN .i. liathrôid 'a bail [Bann .i. liatraid, Corm. Tr. 28]'. 

BANN .i. dligheadh 'law'. 

BANN .i. bas 'death'. 

BANN .i. gni'omh 'deed'. 

BANNACH .i. gni'omhach 'active'. Fél. Jan. 12. 

BANNACH .i. sionnach 'a fox'. 

BANGHAL A. gail no gaisgeadh mn;'i 'courage or valour of a woman'. 

BACS .i. drûis 'lust'. 

BAOTHBHLA .i. bâothbhaile 'a city of lust [Bla A. bailc, inf.]'. 

BAR .i. mac 'a son'. 

BAR .1. sâoi 'a sage [Bar A. sai, Corm. Tr., p. 28]'. 

BARA .i. triall 'a journey'. 



BARANN 


BARC .i. 


BARC .i. 


BARC ,i. 


BARR .i. 


BARR .i. 


BARR .i. 



O'CIery's Irish Glossary. — B. — ?7I 

BARA .i. fearg 'anger'. 

BARADH -i. bas 'death [Barad à. bas, Corm,, p. 7]'. 
.i. béim 'ablow'. 
long 'a ship'. 

bâ ârc .i. fâ chorp 'under a body'. ârc .i. corp. 'arc i. e. body'. 
iomad 'abundance'. 
bn'uin .i. cathbharr 'a helmet'. 
cri'och 'end', 
griiag 'hair'. 
BARRCHAS .1. casghrûagach 'curly haired'. 
BARN .i. reachtaire .i. aire no breitheamh an reachta 'a lawgiver i. e. a 

judge of the law'. 
BASC .i. dearg 'red. [Base A. cechnderg, Corm., p. y]'. 
BASC .i. cruinn 'round'. 
BATH .i. bas, nô marbhadh 'death'. 
BATH ,i. muir 'sea'. 
BATHAT .i. atâ aige 'he has'. 
BÉ .i. bean 'woman [Brigit he biîlimaiîh, etc. « Brigit, excellent woman, 

etc.)-) Ult. h. I. and cf. Corm. Tr., p. 2$. Be net .i. badb .i. be ben 

ocus net^ cath^ ocus olca diblinaib, etc.]'. 
BEABHAisno ADBATH .i. fuair bâs 'hc died [Bebais, Fél. Prol. 95, Feb.18]', 
BÉD .i. gniomh 'deed'. 
BEAGFHOLA .1. luath bcag 'little worth. [Bec-Fola occurs as a woman's 

name in the taie of the Tochmarc Bec-Fola. O'Curry renders the 

name « Woman of the small dowry ». Lect. p. 283]'. 
BEANAiD no FORBHANAiD .1. criochnaighid 'they finish'. 
BEAN .1. béim 'ablow'. 
BEAN .i. buail, beanaim .i. buailim 'strike, beanaim^ I sXn]s.e\ben do chlocc, 

« strike thy bell «. Trip. Eg. 93. 7. a. 2]'. 
BEANNACH .i. gabhal 'a fork'. 
BEANNCHOBHRA .i. beanna 'horns'. 
BEARA .i. sleagha 'spears'. 
BEARR .i. gairid 'short'. 
BEARRADH .i. grùag 'hair'. 
BEARG .i. dibheargach 'a robber'. 
BEARG .i. laoch 'a hero'. 

BEARG .i. fearg 'anger [cf. la berga .i. la fer gâcha. Fél. Prol. 41"]'. 
BEART .i. rug. 'he brought'. beart go Criost cléir mbuadha, tri chéd 

molbhthach mile. 'He brought to Christ the company of Victory, 

three hundred thousand praiseworthy persons'. Fél. June 2. 



37-2 O'Clerfs Irisli Glossary. — B. — 

BEARTAR .i. urcharthar. asémo cheannsa céda beartar ar Conaire .i, da 

dtiubharthar urchar arti'is 'is thrown. It is my head that is the first 

that is thrown, says Conaire'. 
BEARTRACH .i. fithchcall no ciar imirthe 'chessboard'. 
BEATHRA .i. uisgc. watcr'. 
BÉiM .i. bi'iain 'eut'. 
BÉiM .i. céim 'a step'. 
BÉIM .i. égnach no toibhéim 'a reproach'. 
BÉIM .i. cinneadh 'a decree'. 
BBiRT .i. cumhdach 'shelter'. 

BEITHKAMHAIN .i. bcich 'bcCS'. 

BEOLACH .i. lâoch bcodha 'an active warrior'. 

BEO .i. ceathra no airnéis 'cattle'. 

BÉs .i. cîos 'tribute'. 

BÉscNA .i. sith 'peace'. 

BÉSCNA .i. gach tir no gach talamh imbid bérladha. atbath in gach 

béscna, etc. 
Bi .i. béo Miving' gach bf biathadh .i. caithfidh gach béo a bhiothadh 

'every living thing will consume its food'. 
BiACH .i. bail fearrdha. amhail adubhradh : 

Dà dti ceallach don bhanna, 

gona triochaid céd ime 

giallfaidh cidh leabhar a bhi'ach 

Ceallach li'ath locha cime. 

'membrum virile, as was said : 

If Ceallach should come to the Bann, 
With his thirty hundred about him 
He should submit, though long his biach, 
Ceallach the grey^, of Loch Cime. 
[Translated by O'Donovan, Four Mast. A. D. 701]'. 
bi'ail .i. ti'iagh 'axe'. 
bi'an .1, croiceann 'skin'. 

bhi as .i. ghonfas 'he that shall wound'. bud morglonnach bhi as .1. 
budh moirghniomhach ghonfas tû 'he will be a valiant man that shall 
wound thee'. 
BiBHSA .i. bi'iain '^cut'. 
bil .i. maith 'good'. 
BiL .i. bel 'mouth'. 
BILLE .i. bochd, mar ta, faighdheach, truagh, lobhar, no beag. Criost ni 



O'Clery's Irish Glossary. — B. — 375 

hatach mbille, etc. .i. ni guidhe boichd, lobhair, thruaigh, etc. Crist 
do guidhe, gonadh uadhsin adeirthear billi'an .i. soidheach beag oir 
as ionann ian acus soidheach 'poor, as, wretched, misérable, mean 
or small : Christ, not a small request, etc. [Fél. Aug. 8] thence is 
said billian, a small vessel, for ian is the same as soidheach ivessel)'. 

BiOLGADA .i. râmha iomramha 'oars for rowing'. 

BioR .i. tiobra no tobar 'a well'. 

BiOR .i. uisge 'water'. 

BiOROR [water-cress] .i. imeal uisge. oir as ionann bior 7 uisge 7 as 
ionann or 7 imeal 'brink of water : for bior and uisge (water) are 
the same, and or and imeal (brink) are the same. [Birr. .i. bir 
tipra no sruth. hor .i. mong (hair) biror din mong thiprat no srothai. 
Corm. p. 6. This word is now biolar, in which form it is met with 
in several place-names ; e. g. Aghaviller (Achadh-bhiolar, called by 
the Four Masters Achadh-biorair) Askinviller {Easc an bhiolair). See 
Joyce, Irish Names of Places, I, 68, II, 32$]'. 

BiORRDHAE .i. uisgeamhail 'watery'. 

BiRiD .i. crâin .i. mue bheiriotais 'sow .i. e. a breeding pig. [Berit A. 
berith. .i. brithit. Corm p. 7. Tr. p. 21]-". 

BiRRAE .i. magh uisge. oir as ionann bir 7 uisge, ionann f6s râe 7 magh 
'a plain of water : for bir and uisge (water) are the same; the same 
also are rde and magh (plain)', 

bi'th .i. guin 'a wound'. 

BiTHE .i. bannda 'féminine'. 

BLA .i. baile 'town'. 

BLA .i. bruinne 'womb'. 

BLA .i. slân 'healthy'. 

BLA .i. fairrge 'sea'. 

BLA .i. faithche 'field'. 

BLA .i. gâir 'a shoui'. 

BLA i. buidhe 'yellow'. 

BLADH .i. clii 'famé'. 

BLADH .i. rann no cuid do nî ''part of a thing'. 

BLADH BAiSEACH .i. biseach blaidhe 'increase of famé'. 

BLAODH .i. gâir 'a shout'. 

BLATH .i. moladh ''praise'. 

BLiNN .i. seile dhuine mhairbh 'spittle of a dead man [Blind .i. saile 
mairb, etc. Corm. p. 7. Blind .i. saile, 0' Dav. p. 62]'. 

BLiNN .i. snâithe ruisg mairbh 'thread of a dead man's eye [Corm. Tr. 
p. 21]'. 



374 O'Clery's Irish Glossary. — b. — 

BLOACH .i. mi'ol m6r no bleidh mh:olmhara 'whale'. 

BLOC .i. cruinn 'round'. 

bl6r .i. guth no gl6r 'voice, or speech [Corm. Tr. p. 1 9. s. v. bablôir^'. 

BLOSc .i. sochraidh, osccailte, léir no solas 'manifest, évident, clear, or 

light'. 
BLOSC .i. cruinniughadh 'assemblage'. 
BLUCH .i. saill 'fat'. 

BOBAS no ADBOBAS .1. do obas 'te I balked, failed, refused « O'Conn'. 
BOCHNA .i. muir no fairge *sea'. 
BOCHÔiDE .i. boill. écsamhla bhios ar sgiathaibh 'unequal bosses which 

are on shields'. 
BOCHT .i. briseadh 'to break', conbocht .i. dobhris 'he broke'. 
BOCHT .i. buain 'eut'. 
BÔD .i. erball 'taiP. téid an fear thart amhail téid abh6d tar chat. 'The 

man goes beyond you, as its tail goes beyond a cat'. 
BOiRCHE .i. borr âgh, no agh mor 'an elk, or buffalo. O'R.'. 
BOiscELL .i. eiHt no agh 'fawn'. 
BOiscELL .i. geilt 'a wild man'. 
BOL .i. éigsi no eicceas 'poetry, or a poet'. 
BOLG .i. tiagh leathair 'a leather pouch'. 
BOLGAN .i. buillscén no meadhôn 'centre or middle'. 
BORR .i. mérdhacht, di'omas, méid mheanman 7 fôs moirmheanmnach, 

etc. 'pride, insolence, magnanimity, and also magnanimous'. 
BORRTHORADH .1. morthoradh 'large produce'. 
BOTT .i. teine 'fire'. 

BOTHACH .i. seisceann no cuirreach 'a marsh'. 
BRA no BRAi .i. mala 'eyebrow' di bhra dhubha .i. da mhalaigh dhubha 

'two black eyebrows'. 
BRAC .i. lâmh 'hand [Corm. Tr. p. 27]'. 
BRACHT .i. sugh no sésur 'juice'. 
BRACCAiLLE .i. mujnchille. ionann brac 7 lamh, 7 cail iononn 7 coimhéd 

'glove : brac and himh (hand) are the same, and cail isthe same as 

coimhéd (a case! [So Corm. p. 6]'. 
BRAiCHEAMH .i. damh allaidh 'wild deer'. 
BRAiNE no BROiNE .i. tûs. brainc na luinge 7 broine na buidhne, etc. 

'front. The front of the ship, and the front of the host, etc. 
BRAiNEACH .i. iomadach 'many'. 
BRAiTHBHEARTACH .i. môrbhuilleach, no moirbhriathrach 'very violent, or 

very talkative'. 
BRAN .i. fiach 'a raven'. 



O'Clery's Irish Glossary. — B. — J75 

BRANN .i. athainne teineadh 'a firebrand'. 
BRAN DUBH .1. fiach dubh 'a black raven'. 
BRAONACH .i. brônach 'dropping'. 
BRAS .i. brég 'a lie'. 

BRATH .i. bri'ad .i. fuigheall. 7 fuigheall on mbreithir brath 'a relie'. 
BRATH .i. milleadh 'destruction'. 
BRAT DUBHLUASGACH .i. brat dubh ar luasgadh no ar iomluaghail 'a black 

cloak for walking'. 
BREACHTAN À. cruithncacht, 7 fos im ur '^wheat and also fresh butter'. 
BREAGHA TEA .i. Teamhair bhreagh 'Tara the beautiful'. 
BREAGHNA À. b6inn 'the Boyne'. 
BREAS .i. ri 'a king'. breas tocha .1. as é ri as annsa leam é 'he is a king 

who is dear to me. 
BREAS .i. môr 'great'. 

BREAS .i. gach greadhan no gach glôr 'every creaking or every noise'. 
BREASDA .i. priomhdha, no beodha, no suilbhir 'original or lively or 

éloquent [comor buidin brestai, Fél. July 19. — Corm. Tr. p. 25]'. 
BREATH .i. bunaidh .i. as bunâiteach a bhreath ^décision. His judgment 

is décisive'. 
BREATH .i. tugadh 'was given'. 
BREATHNAS .1. dcalg. 6 bhratnasc tig, oir as ionann nasc 7 ceangal 

'brooch. It cornes from bratnasc; for /j^icand CM/îga/ arethesame'. 
BRÉCH .i. cû allaidh 'a wolf. 
BREiFE .i. ionga, no poil 'finger-nail, or hole'. 
BREiFNEACH À. pollach. gur bh6 brefneach a ceann uile "^fuUof holes. So 

that his whole head was fuU of holes'. 
BREisi no TEiBRisi .i. sileadh dér, no uisge 'dropping of tears or water. 

Corm. Tr. p. 26'. 
BREisiM .i. gâir 'a shout'. 
BRÉo .i. teine no lasair 'fire or flame [breo .i. lassar, Fél. Apr. 15. — 

breo batses génie « a flame that baptized gentiles », of St. Patrick: 

Ninine's Prayer, 3. Goid. p. 152]'. 
BRI no BRiGH .i. briathar 'a word'. 
BRI .i. magh, no cnoc, no tulach 'a plain or hill'. 
BRI .i. gach ni as fogas duit 'everything that is near to thee'. 
BRIAN .i. briathar. râidhis an bhean mâr do bhrian friu .i. adubhairt 

m6rân do bhriathraibh riu 'a word. The woman said many words 

to them'. 
BRiANNA .i. barânta 'a warrant'. 
BRÎANNA .i. mireanna no greamanna 'parts'. 



376 O'CIery's Irisb Ghssary. — B. — 

BRiATHAR .i. buaidh' victory'. fâgbhaim ort briathar 7 buaidh ar Columî 

Cille re Domhnall mhac Aodha. M leave thee the victory, said Colum' 

Cille to Domnall mac Aodha'. 
BRiGH .i. neart, feart, no miorbhal 'power or miracle', 
BRiNN .i. brionnglôide 'a vision'. 
BRiocHT .i. drâoidheacht 'witchcraft'. 

BRiocHT .i. dath, li no taithneamh 'colour, complexion or brightness'. 
BRioGHACH A. feartach' ^efficacions'. 
BRioGHACH À. neartmhar 'powerful'. 
BRioNN .i. brég 'a lie'. 
BRiSEADH .i. guin 'to wound'. 
BRÔ .1. iomad 'abundance'. 
BRdo .i. brdnach 'sorrowful'. 
BROGADH .1. biseach 'increase'. 
BROGHAiN .i. iomarcaigh no écc6ir 'excess'. 
BROGHDHA .i. iomarcach 'excessive'. 
br6n .i. trosgadh 'fasting'. 

BRONNADH .i. milleadh no caitheamh 'to destroy, or to consume'. 
broth acus BRUiTH .i. feoil. 6 nabarthar ean bhruith no anbhruith .i. uisge 

feola 'flesh : whence is said eanbhruiîli or anbhruith i. e. water 0) 

flesh (i. e. broth)'. 
BROTHAiRNE .i. fionnfadh, ruainne, no ribe 'hair [Trip. Life, Eg. 95, 

7. a. 2. brodirne, Three Ir. Hom. p. 30, « a single hair « Stokes]'. 
BROTHLACH À. poll, no ionadh in a mbearbhthar feoil attalmhain 'a hole 

or place in which flesh is boiled in the ground'. 
BRÛ .i. eilid, no agh allaidh 'a fawn'. 
BRUACH .i. bri'i mhôr. fear brùach , etc. ' big bellied. a big bellied 

man etc.' 
BRUACHDHA ,i. broghdha .i. céimnightheach 'walking'. 
BRUACHDHA .i. broghdha, no môr. 
BRUGH .i. baile 'a palace'. 
BRUGH .i. trosgadh 'to fast'. 
BRÛiGHE .i. fearainn 'districts'. 
BRUiN .i. coire 'a caldron'. 
BRUiNNEACH .i. mathair, dobhrigh go mbiathann nâoidheana ar abruinne 

no ar a cighibh 'a niother; because she nourishcs infants on hei 

breasl [arinni biathas ndidenu for a bruindib, Corm. p. 7]'. 
BRUiTHNE .i. bruithneoir .i. fear bhios ag bearbhadh no ag leagbadh (lir 

no airgid no motal, etc. 'a man who boils or melts gold or silvcr 

or métal'. 



O'Clery's Irish Glossary. — B. — 377 

BRUTH .i. câor 6ir no iarainn. cloidheamh seacht mbrotha .i. seacht 

gcâor 'a mass of gold or iron. a sword of seven braths^ [Trip. Life 

Eg. 95, 5. b. I]. 
BUABHALL .i. beanna no adharca 'horns'. 
BUADHALL .i. ail buadhach no halla buadach 'all-victorious'. 
BUADHARG .1. lâoch buadhach 'a victorious hero'. 
BUADHARGUTH .i. guth buaidliirthc 'shout of victory'. 
BUADHCHAS .i. buadhachas 'power'. 
BUADHLAiNN .1. breitheamhain 'judge'. 
BUAFADH .i. neimh . as uaidhe sin adeirthear Aonghas gai buaifeach, ôir 

Jdo bhi ga aige ara raibhe neimh 'poison. Thence is said Aongus Gai- 
buaifeach, because he had a spear on which was poison'. 
BUAFADH .i. bagarthach 'threatening'. 

BUAL .i. uisge 'water [cotorchair im buaill^ Trip. Life, Eg. 93, 9. a. i]'. 
BUALADH .i. leigheas 'remedy'. 
BUAR .i. ba 'cows'. 
BÛARACH .i. bo 7 ârach .i. ceangal bhios ar bhoin 'i. e. bô fcow) and 

drach (spancel). a spancel which is on a cow'. 
buarach .i. bô éirghe .i moch mhaidean 'i. e. bô (cow) eirghe (rising] i. e. 

early morning'. 
BUBTADH .i. bagar ' a threat'. 
BUDH .i. bioth no sâoghal 'life'. 
BUGH .i. briseadh 'to break'. 
BUCHA .i. bo mue, mar atâ luibh gorm no glas ris a samhailtear sûile 

bhios gorm no glas 'i. e. bo mue, as it is a blue or green plant with 

which are compared eyes that are blue or green'. 
BUiCH .i. briseadh 'to break'. 
BuiNNiRE no LUCHT NA MBUiNNEADH .i. cachlacha no giolladha turais 

'horsemen or travelling servants'. 
BÛiRREADHACH À. borrâgach .i. mdrchathach, oir ionann agh 7 cath, 

7 as ionann borr 7 mor ''warlike : for agh and cath (battle) are the 

same, and borr and mér (great) are the same'. 
BUiTE .i. teine 'fire'. 
BuiTELACH .i. tcine mh6r 'a great fire'. 
BÛRACH THRi' BFEiNDEADH .i. borràgh tri bfcinneadh, no thri laoch ^the 

exploits of three soldiers, or of three heroes'. 

C. 

cabar .i. coinihcheaneal 'union'. 



378 O'Clerfs Irish Glossary. — c. — 

cachain no ROCHACHAiN A. doHghne 'he did'. 
CA CHAN DuiT .1. câ tharbha dhuit 'what good to thee?' 
CACHT .i. cumhal 'a bondmaid'. 
CACHT .i. trosgadh 'to fast'. 
CADHAL no coDHAL .1. croiccann ''skin'. 
CADHLA .i. gabhar 'goat'. 

CADHLA .i. càomh no àlainn 'beautiful'. Fél., Dec. 9. 
CADHLA .i. câolân 'a gut, O'R.' 
CADHLA .i. catalacdha no catoiliocdha 'catholic\ 
CAEMH .i. fleadh no féusda 'feast'. 
CAGHAiDH .i. céir no dlightheach 'just, or lawful'. 
CAi no CAOi .i. cdach. Dognidis câi cuchaireachd ar beannaibh na mbô 
.i. dognidis cuachaireachd ar adharcaibh na mbô 'a cuckoo. The 
cuckoos utlered their cry on the horns of the cows'. 
CAI no CAOi .i. slighe no conair 'way or path' [ancha, Fél. June 10]. 
CAI no CA .i. teach 'a house'. Dearbhadh airsin mar a deirthear creascha 
ris an teagh ina raibhe Muire oidhche gheine losa, etc. 'Creascha is 
said for the house in which Mary was the night Jésus was born 
[Cresca .i. tech cumang, a narrow house. Corm. Tr. p. 46]'. 
CAiBHDEAN .i. buidhean 'troop'. 
CAiBHNE .i. bâidh 'friendsip'. 
CAiDH .i. glân 'pure « holy « Corm. Tr. p. j6. cdid .i. uasal'. O'Dav. 

p. 66. 
CAiDH .i. geanmnaidh 'chaste [Fél. Jan. 4. Bas caid (.i. uasal] Acjuilini]'. 
CAiDHLiDHE .1. croicnidhe 'skinning'. 6 chadhal .i. o chroiceann tig 'It 

cornes from cadlial^ a skin'. 
CAiL .i. sleagh 'a spear'. 
CAiLBHE .i. bel 'a mouth'. 
CAiLC .i. sgiath 'a shield'. 

CAiLFHEARB A. buachaill no gabha, oir as ionann fearb 7 bolg, 7 
ionann fearb 7 b6; as ionann cail 7 coimhéd 'a cowherd or smith: 
ior fearb and bolg (bag) are the same, and fearb and bâ (cow) are 
the same : cail and coimhéd ikeeping) are the same'. 
CAiLTE no CAiLLTE .i. cruas 'hardness'. 
CAiMEAN .i. ciinte 'a satirist'. 

CAiMPER .i. comhiainnteach no fear comhlainn 'a champion'. 

CAiMPER .i. fear morchomhlainn, amhail dhearbhas an file isin rann 'a 

champion : as the poet says in the verse : Ni sain Caimper is einirt, 

etc. ionann sin re a radha, 7 ni hionann fear morchomlainn 7 

duine lag no neamhneartmhar, that is to say « not the same is 



O'Clery's Irish Glossary. — C. — 379 

a warlike man and a feeble or powerless man. « [Caimper À. 
comlainntech. Corm. Tr. 47^. 

CAiMSE .i. léine 'a shirt [camisia]\ 

CAiNGEAL .i. cliath 'a saddle'. 

CAiNSE no CAOïNSE .i. âghaidli 'face [Cf. Cuinsi .i. drech (a face) Corm. 
Tr. 4-jY. 

CAiRCHEACH .i. fionnfadhach 'hairy'. 

CAiRCHEAS .i. cor casta 'a ringlet'. 

CAiRDE .i. sith no cairdeas "^peace or affection'. 

CAiREAMHAiN .i. grésaighthc 'shoemakers'. 

CAiRiGHiM .i. cronaighim H reprove [Trip. Life. Eg. 93. 5.3. i]'. 

CAiRiN .i. feoil gan tsaill 'flesh without fat'. 

CAiRNEACH .i. sagart. on choréin bhios isa chionn adheirthior. amhail 
budh ionann acus coroineacli 'a priest. He is so called from the 
crown that is on his head : so it is the same as corôineacli' . 

CAis .i. sûil ''eye'. 

CAis .i. mioscais no fuath. Dorad eithiar cais do Dhia .i. tug deamhan 
mioscais do Dhi'a. 7 amhail adeir an rann : Mac beag atâ sa thi'r 
thuaidh, ag curaidh isin Craobhruaidh, cidh âlainn a chul cas cain 
môr a chais aga leasmhathair .i. mor a mhiosgais 'hatred. The 
démon bore hatred to God, and as the verse says: A little lad who 
is in the north country, a hero in the Red Branch, though beauti- 
ful his great his hatred with his stepmother'. 

CAIS .i. grâdh. doréir an rainnse : caisi mioscais caisi searc. doréir na 
leabhar laincheart : rosgàoil neart na dtromshluagh dhe. dias dan 
comhdual caisi 'love : according to the verse : caisi « hatred », 
caisi « love »' etc. 

CAisiOL .i. ciosail .i. ail an chlosa .i. cloch gus a dtugthaoi ci'os 'i. e. 
ciosail i. e. the rock of tribute i. e. the stone to which the tribute 
was brought'. 

Caisleoir .i. fear dhéunmha caisiol 'a man who makes a caisioV . 

CAiTHFiR .i. fir cathardha 'fighting men'. 

CAiTiT no cartait .i. dealg ar a gcuirthear cos 'an awl, O^Conn\ 

CAiTTE .i. donnas 'how ?' 

CAiTTiuGHADH CAiCH .i. dénamh forarbhâis do chach no ag a gcur a 
ndimbrigh 'to obtain a victory over every one, or to bring them 
into contempt'. 

Cal .i. codladh no suan '^sleep'. 

CALADH .i. cruaidh 'hard [nirbuchalad (.i. nirbugand) Br. h. 8]'. 

CALADH .i. cuan 'harbour'. 



j8o O'Clery's Irish Glossary. — C. — 

CALADHBUAiLE .i. buaile chruaidh. 

CALBH .i, ceann mhaol no maoilcheannach 'abald head, orbald-headed' 

CALGARD .i, di'reach. ard amhail cholg .i. amhail chloidhim 'straight. ar<i 

like colg (a sword)', 
CALLAiRE .i. bollsaire no fear garma 'a crier'. 
CALLAiT i. gairm no gliocas 'a shout, or cleverness'. 
CAM .i. comhlann 'battle'. 
CAN .i. tan no ùair 'when ?' 
CANA .i. cuilén 'a little dog'. O'Dav. p. 70. 
CANNA .i. cûthionna [ci'ifhionna 'white dogs') .i. leadhmann, mar atd 

beathadhach beag bhios a bfionnfadh an édaigh 'a moth, as it isà 

little animal which is in the hair of cloth'. 
CAOGA no CAOGAD .i. deich acus da fhichiod 'two score and ten', 
CAOïLLE .i. fearann 'land'. 
CAoïMHTHEACHT .i. coimhidheacht 'protection'. 
CAOïs .i. caoi slsaidh no céis .i. on muic *« a farrow, a young pig » O'R.* 
CAOL .i. cail .i. gairm 'a shout'. 
CAOMH .i. beag 'small', 
CAOMHA .i. eolaidh no uaisle 'nobility'. 
CAOMHAiGH no ROCHAOMHAiGH À. do chomhôghaidh .i. dochoimhiomlâ- 

naidh. oir a deirthear mar so. fear rochaomhaidh na cleasa,e?c. 'he 

fulfiUed ; for it is said thus : a man accomplished the feats'. 
CAOMHDHA ,i. filidheachd ^poetry'. 
CAOMHLOisi .i. caomhlasair 'a fine flame'. 
CAOMHNA .i. caraid 'a friend'. 
CAOMHNA .i. comairce 'protection'. Fél. Mch. 15. 
CAOMHTHA .1. caoimhtheachais 'association'. 
CAOR .i. cainneal 'a candie'. 
CAR .1. brise 'frail'. 
CARBH .i. long 'ship'. 
CARDAIS .i. cuiris 'thou didst put'. 
CARN .i. cùigeadh 'a fifth part'. 
CARNA .i. feoil 'flesh'. 

CARNAiL cuiNN .1. cam cloch Cuinn 'Conn's stone-cairn'. 
CARNFADHACH À. carsân 'hoarseness'. 
CARR .i. sleagh 'a spear'. 
CARRMHOGAL .i. carbunculus ''a carbuncle'. 
CARTOiT .i. craibhdheach 'pious'. 
CASAiR .i. teine ghealain 'a glimmering light from old rotten timber in 

the dark'. O'R. 



O'Clery's Irisli Glossary. — C. — jSi 

CASAiR .i. cioth 'a shower'. 
CASAiR .i. dealg 'a brooch'. 
CASAN GEALAiRGiD i. dealg 'a brooch'. 
CASARNACH .i. saighnén 'lightning'. 
CASLA .i. caslô .i. olann chas 'i. e. caslô, curled wool'. 
CATAiDH .i. eneaclann no uaisle 'honour, or nobility'. 
CATHAis .i. fuire no fuireachras 'watching'. 
CATHLABHAR .i. do labhradh accath 'a military speech', O^Conn. 
CATHLAC .i. catalaicdhe 'catholic'. ÏCaîhliiic .i. cathalacda, Fél. Aug. 

28.] 
CAUBAR .i. seinén no énsean 'an o!d bird [Caubar .i. cubearr .i. err iach. 

Corm. Tr. p. 47. Cupar [caubar B] .i. senéii Corm. p. 1 5]'. 
cÉ .i. talamh 'earth'. 
CE .i. ceile 'a companion, wife'. 
CEACHAiNG .i, doching, no dochémnigh 'he walked or stepped [Fél. Mch. 

20, May 22]\ 
CEACHAiR .i. lathach 'dirt'. 
CEACHARDHA .i. salach 'dirty'. 
CEACHLADH .i. ciorrbhadh 'mutilating', 
CEACHLADAR no ROCHEACHLADAR .1, dothochladar 'they dug'. 
CEAD .i. béim 'a blow' fochéidbrigh .i. fobhrigh bhéimnigh 'under a strong 

blow'. 
CEADACH [cédach] .i. beimncach, no béimeannach 'sîriking, dealing 

blows'. 
CEADACH [cédach] .1. brat. cédach chriomhthainn, e?c. 'a cloak [The cedach 

crioinhthainn « a beautiful cloak, embroidered with gold » is men- 

tioned Four Mast. A. D. 9]'. 
CEADAiDH [cedaidh] .1. suidhc 'sitting'. 
CEADAL .i. cantain no innisin 'story, narration'. 
CEADAS [cédas] .i. ar tiis 'at first'. 

CEADLUDH [cédludh] .i. tosach no mi'ochomhall 'beginning'. 
CEADLUTH [cédluth] .i. cédluthghâirc 'the first shout'. 
CEADUDH [cédudh] .i. leaba 'a. bed\ 
CEAL .i. ceilt 'concealment'. 
CEAL .i. neamh 'heaven'. 
CEAL .i. bas 'death'. 

CEALLACH .i. cogadh no imreasain 'war or conflict', 
CEALT .i. édach 'dress'. 
CEALTAiR .i. adhbhar 'cause'. 

CEALTAiR .i. ga 'a spear' di'cealtair .i. crann ga 'shaft of a spear [celtm 
Rev.Celt.IV 26 



î82 O'Clery's Irisli Glossary. — C. — 

catha .i. gae. unde dicitur diccltair .i. crand gae, etc. Corm., p. 24. 

s. V. Caire.]' 
CEANNACH .i. coHiiradh 'contract'. 
CEANNAis .i. fosaidh on cheann .i. comhnaightheach on cheann 'staying 

from the head [Cendais (bridle?) .i. fosaid on cind é « staying 

from the head it is ». Corm. Tr. 43. ceannas .i. srian (a bridle) 

O'Dav. 70]'. 

CEANNAiTHE '[(c a last bcqucst », Stok.es] .i. ceann laithe .i. luis do 

beanadh as an bfocal so ceannlaithe, the / has been elided from this 

Word ceannlaithe. [So Corm. Tr. p. 47.]' 
CEANNDAiL [lice] .i. eallach na gceann 'animais of heads'. 
CEANG DO r6i .i. chéimnlgheas cath, no téid a gcath 'he goes to battle'. 
CEANNTAR .i. céd. centum tainicc, 'it came from centiim. ceanntar; 

chluasta .i. céd cluasta 'a hundred ears\ 
CEAR .i. cur 'putting' focear a fheart .i. docuireadh a fheart no a lighe 

adhnacail 'he made his grave'. 
CEARA .i. dearg 'red'. 
CEARA .i. crû no fuil 'blood'. 
CEARB .i. airgead 'silver'. 
CEARB .i. teasgadh no gearradh '^cutting'. 
CEARB .i. ciorrbhadh no gearradh. 
CEARBHALL [a man's name] .i. cur cathach. bail on ni as bellum .i. cath 

'a hero of battle. bail from bellim\ 
CEARBALL .i. cirre bel .i. ar a chirrae, no ar a bheith ainmheach 'i. e. 

cirre (lameness, maiming) bel (mouth) from his lameness, or from 

his being maimed'. 
CEARMNAS .i. brég no mealladh 'lie or fraud'. 
CEARN .i. buaidh ^victory'. 
CEARN .i. fear 'a man'. 
CEARN .i. caitheamh 'eating'. 
CEARR .i, ciorrbhadh no gearradh 'cutting'. 
CEARRBHACH .i. crcach 'plunder'. 
CEART .i. beag 'small'. Ceart a chlocha .i. beag a chlocha 'smallhis' 

stones'. 
ceaS .i. tuirsi no dobrôn 'fatigue or sadness'. 
CEAS no ADCEAS À. dochonncas 'was seen. [Prêt, pass., quoted Beiir,, 

VU, $9]'._ 
CEASG .i. fiarfaighim 'I ask'. 
CEATHARDHA .i. ccathra neithe 'four things'. 
CEATHRA .i. âirnéis 'cattle'. 



O'Clery's Irish Clossary. — c. — î8j 

CEATHRACHA Tiô ceathrachad .i. dû fhichead 'two score'. 
CÉCHT .i. cumhacht 'povver [cécht din ainm da cach cumachta, Corm., 

p. i6, s. V. Diancéclity. 
CÉDGHEIN .i. céd ghuin '^first wound'. is uadh cédghein a laighnibh. etc. 
CÉIDE .i. conair no aonach 'paih, or fair'. 
cÉiDE .i. faithche 'a green'. 
CÉIDE .i. tulach 'hilP. 
CÉIDEAMHAIN .i. bealtaine 'Mayday'. 
CÉiLE .i. 6glâch 'a youth'. 

CEiLEABHRADH .i. comhrâdh no comhchaint 'dialogue, conférence'. 
cÉiN GO DTARRASTAiR .1. no go dtarla 'until he came'. 
CÉIN MOTHA .i. leath amuigh no a bfhégmhuis '^except'. 
CÉIN MHAiR -i. moghénar '■[mongenair, thrice happy, O'D, Gr. p. 327]'. 
CEiRDCHRÛi .i. ceird imdeargtha no ceird bhàsaighthe 'a bloody trade'. 
CEiRD THOSAiGH .i. ceird dhraoidheachda 'an eminent trade, 0'Conn\ 
CEiRT .i. abhall 'an apple'. 
CEis .i. sleagh 'a spear'. 
■ CEIS .î. on cheasacht 'from ceasacht, grumbling'. 
CÉL. .i. bel 'a mouth'. 
CÉL ,i. faisdine 'prophecy'. 
CENEL .i. clann 'tribe'. 
CEO .i. bainne 'milk'. 
CEO .i. agas 'and'. 
CEOBACH .i. ceo meisge 'vapour of drunkenness'. bac'i .i. meisge 'drun- 

kenness'. 
CERNiNE .i. miasabea:^'a no cldirbheaga. amhail adubhairt an file Cairbre 

mac Eathna : gan coït for crib ceirnine ,i. gan biadh go luath ar 

mheisi'nibh no ar chlâirinibh 'small dishes, or small tables, as the 

»poet Cairbre mac Eathna said ; Without food quickly on dishes, or 
on tables. [Cen. coït ar crâih cernlne., etc. L. U. p. 8. a. 24. — 
Corm. Tr. p. 577. 

chaidche .i. go hoidhche amhail adeir an Muimhneach. câ rabhadhais 
la choidhche .i. ca bionadh ina rabhadhais ar feadh an lâoi gonuige 
an oidhche 'until night; as the Munsterman says : In what place 
hast thou been during the day until the night ? [Ba tair coidce ina- 
gort, etc. It was dry until night in her garden, Br. h. 30]'. 

CHEANA no ARCHEANA .i. G sin amach 'henceforth'. 

CHUiccE .i. gonuige. budh fada chuige .i. budh fada gonuige sin 'until : 
it will be long ère that'. 

ci .1. caoi no gui. amhail adubhairt Ailill Olom : a mhacéin na ci .i. a 



384 O'Clery's Irish Glossary. — C. — 

mhacain nadein caoi, etc. 'lamentation. As Ailell said; Ah child 
lament not !' 

cÎA .i. fear 'man' mochia .i. mo fhear 'my husband'. Rosgaoil go comhlâir 
mochi'a, ar reilg Odhrdin airdia .i. do sgaoil go comhshocair 'he 
gently unbound the body of my husband at Relg Odrain of the Su- 
prême. 0'Conn\ 

CIA BAOi DHE .i. gibé dobhi dhe 'whatever about him or it'. O'Conn. 

ciABSA .i. ge do bhi mé 'though I was'. 

ciACH .i. ceo 'fog'. 

cÎAD no ADCiAD .i. caoinfid 'they will lament'. 

ciAD no AD CÎAD .i. do chid 'they see'. 

ciALLATHAR .i. cudramaighthear, no comhthromaighthear '« let there be 
equalily ». O'R.' 

cÎAMHAiRE .i. on tuirsi 'weariness'. 

ci'an .i. fada 'far'. 

cÎAR .i. dubh 'black'. 

ciB .i. lâmh no glac 'hand, or fist'. 

ci'cH .i. eu 'a dog'. 

ciCHis .i. acâoinis 'he lamented'. As Cûchulainn mo chéilese, ni chichis 
crithir fhola .i, ni égcaoineann braoin fhola bhios coimhdhearg re 
crithir no re drithhnn. He did not lament drops of blood as red as 
sparks of fire. 

ciCHSiTHEARnoFOCiCHSiTHEAR .i. ceimnighfithear no gluaisfidhear 'ibitur 
[A redupl. S-future passive. Beitr. VII. 65]'. 

ciM .i. brâon. 'a drop', os muir cimeardha, etc. 

ciM .i. airgead 'silver. Corm., p. 12'. 

ciMiDH .i. brâigh 'a prisoner. Cimbith, a captive, Corm. Tr. p. 52. — 
cimbid (captivas) Z. 193]'. 

ciNG .i. céimnigh no siubhail 'he walked'. 

ciNGEADH .i. calma 'strong'. 

ciNGTHEACHT .1. calmacht 'strength [do chingthechî (.i. do chalmacht) 
Féi. Prol. 241]'. 

ciNNMHioLA .i. pioctuiri no dealbha, oir as ainm cinnmhiola da gach 
uile rionnaidheachd no dhualaigheachd 'pictures or images : for 
cinnmhiola is a name for every sculpture or engraving'. 

ciNNTEAGAL .i. brat do gnithear do chillchéis .i. do céslach, mar atâ 
drocholann bhios ar chésânaibh na gcîorach 'a cloak which is made 
of coarse wool, for it is bad wool which is on the flanks of sheep'. 

ciocAR .i. cù acorach 'a hungry dog'. 

ciocARDHA .i. conchardha, no amhail choin 'doglike'. 



[ 



O'Clery's Irisli Glossary. — C. — 385 

ciocHLAiDHiM .i. claochl6idhim 'I change'. 
cioGHT .i. rionnaidhe 'an engraver'. 
ciOL .i. claon 'oblique [cil .i. clœn, Corm, p. 1 3]'. 
ciOL .i. bas 'death'. 
ciOLARN .i. soidheach 'a vessel [cilornd cormma, a jug of aie, Trip. Eg. 

93, 7. b. I]'. 
ciOMBAL .i. clog, 6n bfocal laidne chiombalum 'a bell; from the Latin 

Word cymbalum'. 
ciONTA COMHRAITE .i. cionta as a riocht 'a verbal insuit', O'Conn. 
ciORGHAL .i. gai lâmh .i. gaisgeadh lamh, 'manual valour'. O'Conn. 
ciORMHAiRE .i. fiicaire 'a fuller' [L.U. 30. b. 28;, tr, « clothmakers « by 

Stokes]. 
ci'os .i. peacadh 'sin'. 
cioSACHTACH .i. salach 'dirty', 
ci'osAL .i. cios oileamhna 'wages for nursing, O'R'. 
ciRBSiRE .i. fear dheunma leanna .i. cervisiarius "^[a brewer] a man who 

makes béer' i. e. cervisiarius. 
ci'sÉL .i. l'seal eidir da thuinn 'a hollow between two waves'. 
ciucHAiNG .i. do cheachaing .i. docheimnigh no do ghluais 'he went'. 
ciucHLATHAR .i. on chloisdin 'from cloisdin (to hear)' conciuchlathar do 

chaingean -i. cloisfidhear no cluinfidhear do chûis 'thy cause shall 

be heard'. 
c'iURA no FOCHiURA CACH .i. ceannochaid cach 'every one will buy'. 
CLAiDHE .i. tochailt 'digging [Trip. Eg. 93, 13. a. i]'. 
CLAiMHSEACH .i. bean chlamh 'a sick woman'. 
CLAiRiuDH .i. roinn 'division'. 
CLANNADH .i. sâthadh 'pushing'. 
CLANNTAR .i. adnaicthcar no cuirthear 'he is buried'. In Achadh Cdoin 

clanntar Nathf creadhal cruimhthear .i. docuireadh an sagartcraibh- 

theach in Achadh Cdoin. In Achadh Câoin is buried Nathf the pious 

priest \In achud cain clanîar [i. adnaicîher) nahii credal cruimther, 

Fél. Aug. 9]. 
CLARAiNEACH .1. duinc ag a mbhi a agaidh na haonchlâr gan srôin 'a 

man who face is like a table without anose [bennachais indarainech , 

etc. « she blessed the table-faced man », Br. h. 42]'. 
CLAS .i. claisceadal, no ceol no canntaireachd 'music or singing [clds 

« a choir ? » Corm. Tr. p. 3 5]'. 
CLÉ .i. clâon 'oblique'. 

CLÉ .i. olc 'evil' dé mhana .i. olc, urch6id no adgall 'evil or mischief . 
CLEATHAR.SÉD .i. loilghcach no bo bhainne 'amilch-cow. Corm. Tr. p. 29'. 



386 O'Clery's Irisli Glossary. — C. — 

CLEATHARD .i. clothard no cluard 'famé, O'R'. 

CLEATHCHUR A. 

branches'. 
CLEATHRAMH .i. clâoine 'injustice. 
CLEiTH .i. ceilt 'concealment', 

CLÉiTHE .i. uachdar tighe, tulcha no cnuic 'top of a house or of a hill'. 
CLi .i. comharba 'successor'. 
CLi .i. cleath 'a stake'. 
CLIABACH .i. cû allaidh 'a wolf . 
CLiCHiDH .i. tionoilidh . clichidh a fhén .i. tionoilidh a Ulta 'assemble 

ye, Ulstermen!'. 
CLiTH .i. dkii'th no fi'r 'close, or true'. 
CLô .i. tairrnge 'a nail'. Cred acht goin, chlô tré chridhe, doigh as mô 

le millfidhe. 
CLOCHAR .i. coimhthionol 'assembly. Fél. Aug. 15'. 
CLÔDH .i. ionntodh, claochlodh 'change'. 
CLOiTHEARR .i. gaisgeadhach clûach 'a famous hero'. 
CLOTH .i. clu 'famé', transi. « famous », Br. h. 69. 
CLOTHA no ROCLOTHA À. do clos no do cualas 'was heard'. 
CLOTHAR .i. toghaidhe no toghtha 'chosen'. 
CLUAis .i. cloisdin 'hearing'. 

CLUiCHE .i. comhrac 'conflict'. cluithe .i. imirt no sùgradh 'playing'. 
CLUiMHEALTA .i. badhbh no feannôg 'royston-crow. 
CLÙMHAiDHE .1. conaigh 'gentle'. 

CNADARBHARCA .1. longa 'shlps'. 

CNARRADHA .i. longa 'ships'. 

cn6bog .i. bog oirdheirc 'generous'. gnô .i. oirdheirc 'famous'. 

CNÔMHOiDH no DOCHNÔMHoiDH .i. dobhris amhail chnàoi 'it broke like 

decay'. 
COACH .i. ruathar 'onset. Corm. Tr. p. 46'. 
COARD .i. brughâidh 'a farmer'. coairde .i. brughada 'farmers'. 
coBH .i. buaidh ""victory'. cobhthach .i. buadhach 'victorious'. 
COBHACH .i. cios 'trihute'. 
COBHAIR .i, comhorgain 'plunder'. 
COBHAN .i. comhfhân 'a church' O'Conn. 
COBHLUDH .i. comhliith 'activity'. 
COBHRA .i. comhshuilbhire^ 'mirth'. 
coBHRA .i. sgiath 'shield'. 

COBHTHACH .1. fear dhligheas fiacha 'a créditer, O'R'. 
COBHTHACH .1. buadhach 'victorious [so supra, s. v. Cobhy. 



O^Clery's Irish Glossary. — C. — . 387 

COCA .i. curach no cocbhâd 'a boat'. 

COCA .i. côcaire 'a cook'. 

cocAR .i. coimheagar 'perfect'. 

cocDHURN .i. sgialh 'a shield'. 

COCHMA .i. comhchuma 'equality'. 

COCROTH -i. sgiath 'a shield'. 

cocuASTA. i. eadarfholamh, 6ir as ionann coca 7 fâs no folamh 'inter- 
space : for coca is the saine as fds or folamh (emply). 

CODA no ADCODA .i, dlighidh 'he obtains. Z. 882'. 

coDACH 7 CADACH .i. caradradh 'affection'. 

CODAD .i. sliabh 'mountain'. 

CODAL .i. comhdhàl no cairde 'meeting or friendship'. 

coEMH no CAGMH .i. bcag 'small'. 

COEMH .i. coimhéimh .i. coimhésgaidh 'swift' éimh .i. ésgaidh, ullamh 
no luath 'active, ready, or quick'. 

coGAiDH no CAGAiDH .1. côir no dlightheach. Buain ghuirt riasi'n bhus 
abaidh, cair an cagaidh, a ri rinn, etc. .i. fiarfaighim a ri na reann 
an dliglitheach an gort do buain roimh a bheith abaidh 'just or law- 
ful. I ask, king of the stars, whether it is lawful to mow a fieid 
before it is ripe'. 

COGARAS .i. siothchâin. adcoda sochla cogaras .i. dlighidli an duine ar 
a mbf clii siothchâin dfaghàil. 'peace. A man who has famé ought 
to fmd peace'. 

coGoiRSi .i. coimheagar, uasal no iomlàn 'perfect, noble or complète'. 

coiBHCHE .i. ceannach. Tulach na coibhche in âonach Tailtean .i. tulach 
an cheannaigh 'buying. — The Hill of Buying at the Pair of Tail- 
tean. Corm. Tr. p. 48'. 

coiBCHioGH .i. fiachach 'liable to fine', O'Don. 

coiBHDEAN .i. coimhfhcadhan .i. buidhean 'a troop'. 

coiBHLiGE .i. lânamhnas ''marriage'. 

coïc .i. rûn 'secret [So Corm. p. 12]'. 

coiCHME .i. ballân 'a cup' coichmine .i. ballâin bheaga 'small cups'. 

coiGEALTA .1. comhrâdh 'discourse'. 

coiGEART .i. fiarfaighidh 'he asks'. 

coiGEART .i. breitheamhnas 'judgment'. 

coiGEAS .i. c6ig éisi .i. cdig slighthe, 'five ways' ôir as ionann éis 7 
slighe 'for éis and slighe (way) are the same'. 

coiGiLL .i. smuaineadh no rûn 'thought, or a secret'. 

coiGLE .i. rûn 'secret'. 

coiGLE .i. compân 'companion'. 



588 O'Clery's Irlsh Glossary. — C. — 

coiGNE .i. ga 'a spear'. 

coiGCREACH .1. coimhchreach ''equal plunder'. ni fhuil isin choicchreich 

.i. isin choimhchreich. 
coiGRiNN .i. côig reanna 'five points'. 
coiLLEADH .i. caocliadh 'blinding'. 
coiMDE .i. dabhach 'a vat' coimde ag tionsaidin .i. dabhach ag sileadh 

'a vat leaking'. 
COIMDE .i. gnath 'custom'. 

coiMDHE .i. caoimh Dhfa 'i. e. caoimh (gentle) Dhla (God)'. 
coiMDHE .i. ainm da gach tighearna 'a name for every lord'. 
coiMEASDA .i. coimtheiste .i. coimhshileadh neithe 'a simultaneous drop- 
ping of things'. 
coiMHGHNE [synchronism] .i. caoimheagna gheana nan eolach .i. fios gach 

n'gh darghabh a gcomhaimsir re roile 'knowledge of every king 

v^ho was contemporaneous with another [So Corm. Tr. p, 46']. 
coiMHSHLEACHTADH .i. coimhghearràdh 'simultaneous cutting'. 
coiNCHiNN .i. inchinn 'brains'. 
coiNDEALG .i comprâid no tagra 'debate or dispute'. 
coiNDEALG .i. comhairle 'advice'. So For. Foc, L. L. 59$. a. 
coiNDiuiR .i. coimhdhireach . is coindiuir an coimdhe .i. is coimhdhi- 

reach, etc. 'becoming . proper [comiuir (.i. comdi'riuch) Fél. Prol. 

229]'. 
coiNDREACH .i. cosg 'hindrance'. 

coiNDREACH .1. caoindiorghadh no diorghadh go caoin 'directingaright'. 
coiNDREAGAR .i. dû chomraic . coindreagar an cath .i. dochomhraic an 

cath . 'battle is engaged'. 
COIN FHODHAiRNE .i. dobharchoin, no madaidh uisge 'otters'. 
c6iNNE .1. bean 'a woman'. 

coiNREACHTA .i. reachta con 'laws relating to dogs'. 
côiRE .i. coimhré 'the same time'. 
coiRRCHEANN ciOGAiL i. coirrchcann ghabhas fa gcuairt 'the pôle or 

centre {coirrcheann) of a circle (ciogal) ; also the nave of a wheel, 

O'Conn. [ciogal, a cycle, spindle, O'Conn.]'. 
coiRRDHEABHAiDH .1. do niodh deabhaidh le na charr .i. lé na shleigh 

'he fights with carr, i. e. spears'. 
coiSTEACHT .i. cisteacht 'listening'. 

coLAMNA FEARBH .1. cuilmeana fearbh .i. croicne hô i. e. skins of cows'. 
coLBHA .i. condalbha no connailbhe .i. bâidh 'favour'. Fél. Ep. 74. 
coLCACH no COLCAIDH .i. leaba 'a bed'. 
coLG ,i. cloidheamh *a sword'. 



O'Clery's Irish Glossary. — C. — 389 

coLL .i. ceann 'a head' 

COLL .i. milleadh . rocolladh .i. domilieadh 'spoiling'. 
coLLACH no RÔNCHOLLACH .i. colann reamhâr ('having; much flesh'. 
coLMA .i. cruas '^hardness'. 
coLT -i. biadh 'food'. 
coMAGH .i. briseadh 'breaking'. 
coMANN .i. comunion no commaoineacha 'communion'. 
coMART no AS coMORT .i. To ort no do marbhadh 'he killed'. 
COMBACH .i. coimhbriseadh 'breaking'. 
coMH -i. coimhéd 'keeping 'subst.i' comhadh .i. coimhédadh 'keeping 

(verb:'. 
COMHACMAC .i. coimhthimcheall 'circuit'. 
COMHAILLE .1. at bronn, amhail adubhairt Brôgân ag moladh Brighde : 

Sénais an chailligh chomhaill .i. dobheannaigh an gcailligh ag a 

raibhe comhaille .i. at bronn 'pregnancy. As Brdgân said praising 

Brigit : She blessed the pregnant nun. Br. h. ^ç)'. 
coMHAiRC, .1. caismeart 'uproar'. 
COMHAITHCHEAS .i. comharsanachd 'neighbourhood'. 
COMHAL .i. calma 'strong'. 
coMHAL no ACCOMHAL .i. coimhcheangal 'assembiy, union [roçhomarleicc 

iarom in ri a ingin [.i. Cinnu] do ocomd do Crist, The king after- 

vvards consented thathis daughter should be united to Christ. Trip. 

Eg 93, II. b. 2]'. 
COMHAL GLE .i. coimhcheangal a ngléo 'joining in battle'. 
coMHDHAS .i. comhadhas no coimhdhlightheach, (5ir as ionann adh 7 

dligheadh 'suitableorlawful,fora^/iand(i//g/iej^/; ilaw) arethesame'. 
coMHGHABAiL ORDAiN .i. comhchongbhâil ordain, no onura 'adhérence to 

order or honour', O'Conn. 
COMHGHAILL .i. comhgàoil 'relationship': a Mâoilseachlainn mheic Domh- 

naill, do chloinn inghine comhgaill .i. comhghâoil, etc. 
comhghnas .i. comhghnaoi uais no uasal 'noble'. 
coMHLAiR .i. comhshocair. Dosgaoil go comhlâir .i. comshocair 'quiet : 

he went away quietly'. 
COMHSAIGHIDH .1. comhf hosaighidh, no comhnaighidh . comhsaighid bhar 

meic, etc. 'living together'. 
COMMAIM .i. bean 'wife [indin, a yokej'. 
coMMAiRCE .i. comhmarcaigheachd 'riding in company'. 
coMMOR .i. sron 'nose'. 
coMDÛALA .1. câoinndualaigheacht no rionnaidheacht châoin'embroidery, 

sculpture'. 



Î90 O'Clery's Irish Glossary. — c. — 

coNGAiNCHNEAS .i. cncas no cumcnimha 'a coat of mail'. 

coNGHAL .i. comhghail no comhghaisgeadh 'valour'. 

coNGBHAiL .i, aras no baile 'a habitation, town'. 

coNGRAiM .i. culaidh 'clothing'. 

coNGRAiM .i. glés no gliocas 'wit'. 

CONN .i. ciall 'sensé'. 

coNNAiL .i. crionna 'wise'. 

coNNAiL .i. câoindeiliughadh no dealughadh câoin ''mutual séparation 

O'Conn'. 
coNNAiRCLE .i. bog 'gcntlc'. Connairchle fri fann .i. go bog re duint 

fann, no lag 'gentle to a weak man'. Connircle, LU. 27. a. 6. 
CONNALT .i. teach Cuinn .i. Teamhair Bhreagh 'Conn's House i. e. Tara' 
coNNAoi .i. coimhédaidh no cumhdaighidh 'keeping or protecting'. 
coNNTAiRiSMHE .i. baile puirt bhios ag rf 'a town which belongs to i 

king'. 
coNSiNTEAR .i. choiséntar Ms saved, protected, O^Conn'. 
COPAR .i. comprâid 'comparison'. 
COR .i. ceol 'music'. 
COR .i. cuairt 'court'. 
COR .i. urchor 'a cast'. 
COR. .i, urraidh téid an urradhas 'a surety'. 
CÔRA .i. siothcâin 'peace'. 

cÔRAiDH .i. fear môrghaisgidh 'a very valiant man'. 
coRB .i. carbad 'a chariot'. 
coRBADH .1. caitheamh . corbadh an talmhan, etc. 'consuming. [A cast 

or throw, Lh.]'. 
coRC .i. clann 'children'. 

coRCRAN .1. pota 'a pot' corcrân criata .i. pota cn'adh 'an earthen pot'. 
cosAiGH .i. teagaisg . cosaigh do mhac .i. teagaisg do mhac 'instruct 

thy son'. 
coSAiR .i. leabaidh 'a bed'. 
coSG .i. teagasg 'instruction'. 
coSNAMH .i. comhsnâmh 'swimming together'. 
cosNAMH .i. cogadh 'war'. 
coTH .1. biadh 'food'. 
coTHADH .i. caomhna 'a friend'. 
coTTUD .i. sliabh 'a mountain'. 
CRAiBHDHiGH '[religious persons'] .i. crédhiobhdhaigh .i. luchd dhiobh- 

dhaidh, no mharbhaidh a dtola collnaidhe 'people who subdue or 

kill their carnal desires'. i 



O'Clery's Irisli Glossary. — C. — 391 

RANN CAINGIL .i. crann cliath .i. cliath isin crann eidir lâochaibh 7 

cleirchibh 'a beam-hurdle i. e. a hurdle in the beam between lay- 

men and clerics [This is taken from Cormac's Glossary : Tr. p. 46. 

— The Word occurs in the Fis Ad., LU. 28. b. 4, where Stok.es 

renders it « chancel-rail. » Again : forsna cranna caingilsin « on 

the rails of that chancel » ib. 28. b. 8]'. 
:rann dordan .i. crônân 7 dordân 'i. e. a. humming and murmuring 

Sound. See O'Curry, M. and C, iii. 376. 
:ras .1. cum no corp 'form, or body'. 
CREACH .i. sluagh 'army'. 
:reach .i. tonn 'wave'. 
:réach .i. caoch 'blind'. 
:readhal .i. crâibhdheach 'pious [credal Trip. Eg. 93, 15. b. 2, Fél. 

Apr. 4]'. 
readhla .i. cléircheachd 'clergy'. 
:reamhnuall .1. coirmnuall .i. nuallno caint corma no leanna 'noise of 

aie or béer. « Noise ofpeople carousing » O'R'. 
rean .1. ceannach 'purchase', 
:reas .i. cur 'put thou' . do creasadh .i. dochuireadh 'has been put 

[focress .i. rolaad, Br. h. 72, 79]. 
REAS .i. cumhang 'narrow. creascha .i. teach cumhang, a narrow 

house'. 
:reath .i. âoi no ealadha 'knowledge'. 
f':REATAR .i. creidmheach 'pious' nir bhô creatar .i. nir bhô creidmheach 

he was not pious [nibo cretair, Fél. Prol. 1 14]'. 
ZREATAR .i. teach martra né ina mbfd taise nâomhtha 'a house in which 

relies of saints are'. 
:reatar .i. coisreachta 'consecrated [berl Benén cretra di ô Patrice, B. 

took the consecrated éléments to her from P. Trip. Eg., 16. a. i, 

in Corm. Tr. p. ?i]'. 
:rkatar .i. cruthaightheoir. Criost ar gcreatar .i. ar gcruthaightheoir 

'creator. Christ our Creator'. 
:réchthach .i. peacthach 'sinful'. 
:rédh .i. crédhumha, mar atâ miotal as cosmhail ris an umha 'brass . it 

is a métal which is like copper'. 
:reithir .i. cupa no copân no soidheach asa nibhthear deoch 'a cup or 

vessel out of which a drink is drunk' . do daileadh fim a creithir .i. 

deoch a cupa 'drink was distributed in a cup. Corm. Tr. p. 46'. 
ZRÉSEAN .i. creadhal, no craibhtheach 'pious'. 



39^ O'Clery's Irish Glossary. — C. — 

CRÉSEAN .i. sean achre 'i. e. old his faith' [cresen, Fél. Feb. 4, Apr. 2 

cresin .i. craibhtech .i. sen acre, etc. O'Dav. p. 66]'. 
CRiATHRACH .i. fâsach 'deserted. 

CRiB .i. deithneas, no luas 'swiftness [crib .i. luath, swift, O'Dav. 65] 
CRÎNBHRIATHRACH .i. briscbhriathrach 'quick-spoken, O^Conn'. 
CRiNNEAR .i. tuitim n fall [arnabe forcrinditlier Fél. Prol. 297 : quote 

by O'Dav. p. 65 s. v, crinner .i. tuitim]\ 
CRÎOL .i, cofra 'a chest [dohert dlllat icriol, Br. h. 84]'. 
CRiOMHTHANN .i. sionnach *a fox'. 
CRiONMON .i. cnuasach 'a collection', OXonn. 
CRiosDALL no CRiosDAiLL .i. iris bhios as ni 'a suspender', O'Conn. 
CRiTHiDH .i. cridheaglach 'terrified'. 
CRiTHiDE .i. adhbhar eagla 'a cause of terror', 
CRiTHRE .i. drithleanna teineadh no splangca 'sparks of fire'. 
CRÎUN .i. mac tire 'a wolf. 
cr6 .i. bas 'death'. 
cr6 .i. clann 'children'. Di'chu go lion crô .i. go lion clann, etc. 'Diclr 

with ail his children'. 
CROAN .i. cronughadh no crodhachd 'rebukingor valour. Fél. Prol. 49' 
cruch .i. dearg 'red'. 
CRÔCHAR .i. corp ^body'. 

CROiMSGiATH, no cuAiRSGiATH .i. sgiath cham 'a curved shield'. 
CROMROSG .i. gormrosg .i. suile gorma no glasa 'blue or grey eyes', . 
CRON .1. cronughadh 'rebuking'. 
CRÔN .i. dearg 'red'. 
CROiNTSEiLE .i. graintseile .i. seile liath . grant .i. liath, glas no righir 

'phlegm, i. e. grey sp'mle. grant, grey,green or tough.Corm.Tr.36'.: 
CRoiSFHiGHiLL .i. umaighthe no faire do ni duine ar a ghluinibh 7 i 

lâmha sinte a gcrois 'prayers or vigil that a man performs on his 

knees, and his hands joined in a cross'. 
CRÛ .i. fuil 'blood'. 

CRÛACHBHAS .i. deargbhas 'a bloody deâth'. 
CRUFHEACHTA no CRUiDEACHTA .i. badhb no feannôg 'a carrion-crow, 

Corm. Tr. 39'. 
CRUiDEATA .i. cruaidh no criadh . ''hard'. do chalbh re cloich cruideat;; 

.i. do cheann re cloich chriadh no chruaidh 'thy head against a hard 

stone'. 
CRUiM .i. toirneach 'thunder'. 
CRUiMHGHEALA .i. cruimh ar ghile ''a worm for brightness i. e. as bright 

as a glow-worm'. 



O'Clery's Irish Clossary. — C. — 39^ 

CRUiMTHEAR .i. sagart no craibhtheach 'a priest'. 
bRUiNNiocH .i. drûchd. nim cruinnioc a ngion goa .i. brâon do dhruchd 
' am beol na fairrge 'dew. — a dew-drop in the mouth of the sea. 

[quoted infra s. v. Nim]'. 
:ruisich .i. ceol 'music'. 
:ruith .i. glic no beodha 'clever or lively [cruiîh .i. cailg, no glic no 

crod(& subtle, or cunning, or brave. Corm. Tr. p. 48]. 
:ÙA .i. féoil 'flesh'. sleagh chûa rinne .i. sleagh fheolmhar. 
:UAC .i. cumhac no cumhang 'narrow'. 
:iJACCA .i. fâs no folamh 'empty'. 
:ÙADH .i. innisin 'narration'. Cùadh do bhaos .i. sgél dinnisin do dhuine 

bhaoth 'a story for a foolish man'. 
:UALLACHD .i. cuidcachta 'followers'. 
i:iiANA .i. buidhne 'hosts'. 
:ÙANNA .i. cnoc 'a hill'. 
:ÙAR .i. cam '^crooked'. 

:iJAR cuMAiSG .i. ni fa gcuairt no cruinn 'something round'. 
:ÙAS no ADCÛAS .i. do hinniseadh 'was told'. 
:uASACHTACH .i. casachtach 'a cough'. 
:ÛA uiNNE .i. cnâ câocha. cùa .i. cnù. uinne .i. câoch 'blind nuts. cûa, 

nuts : uinne., blind'. 
buBHACHAiL .i. leabaidh 'a bed [cuhiculum\\ 
:UBHAL .i. aibi'd 'habit, monkish dress'. achd énfhlaith ri atâ a gcubhail 

.i. atâ in aibi'd'. 
LUBHAS .i. crann 'a tree'. 

CUBET .i. cuidbheadh no magadh 'mocking, jeering'. 
':ucHT .i. gné 'form'. 
:ucLAiDHE .i. comhnaidhe 'a résidence'. 
:uccLAiDHE .i. cumhacc siilighe no shlighe no slighe chumhang 'a nar- 

row way'. 
:ij CNAMHA ,i. snasàn 'vermin, a louse', O'Conn. 
:uDH no CUTH .i. ceann 'a head'. 
:UDA1M .i. tuitim 'I fall'. Cudaim antslébhe .i. tuitim an tsléibhe mar atâ 

maidhm sléibhe 'fali of the mountain, as it is éruption of a mountain'. 
:uDAL .i. saoth no olc . bâ cudal .i. bâ saoth, no bâ holc 'trouble, or 

evil'. 
,:uDHNÔDH .i. deithneas no deithbhir 'swiftness, haste'. 
::uDRAMA .i. iomlân, comhthrom 'complète, as heavy as'. 
::uiB .i. cupa, no copân 'cup'. 
:uiBH .i. cii 'a dog'. 



394 O'Clery's Irish Glossary. — C. — 

cuiL .i. olc no toirmisgthe. As cuil do radaisdhamh .i. as ni toirmisgth( 

no olc tugais damh 'evil, or forbidden. — It is an evil or forbidder 

thing that thou hast given to me'. 
cuiLCHE .i. brat, no cochall 'a. cloak or mantle' . cuilche fliuch thorarr 

choidche 'a wet cloak upon rne to-night [cuilche fliuch imbi, « a we: 

quilt around him » F. h. 51]. 
cuiLCEACH .i. brat 'a cloak'. 

cuiLLEASGA .i. fleasga cuill no slaitine cuill 'hazel-rods'. 
cuiLT .i. leabaidh 'a bed'. 
cuiME .i. cruas 'hardness'. 
GUINGOIS .i. do chongbhaidis 'they kept'. Cuingdis dligheadh anddlaibh i. 

do chongbhaidis dligheadh in oireachtaibh. 'They kept the law in 

the assemblies'. 
cuiNGHiDH .i. iarraidh 'to ask'. 

cuiRBEACHTA no cuiRBHEACHTA .i. ingne en 'claws of birds'. 
cuiRD .1. ceird ''artizans'. 
cuiRD .i. cùirt 'court'. 
CUIRE .i. buidhean 'a host'. 

cuiREATHAR no DO cuiREATHAR .1. tada 'it happened'. 
cuiRRÉL .i. cur 'to put' réil no soilléir 'brightness'. Cfor churréil .i. cior 

ar araibhe cur réil no soilléir 'a combon which there is brightness'. 
cuiscLE .i. cuis chleithe .i. cuis chéilte 'a secret affair'. 
cûiSLEANNACH .i. feadanach no fear feadâin 'a piper'. 
cuiTEACH .i. diultadh 'refusai'. 
cuiTiGH no DoCHUiTiGH .i. do mhionnaigh 'he swore'. 
CUL ,i. carbad 'a chariot, do threig a chula .i. a chairpthe. he abando- 

ned his chariots'. 
cuLMHAiRE À. sâoT dhéunmha carbaid, no cairptheoir 'aman whomakes 

chariots'. 
cuMA DHUiT .i. ni meisde dhuit 'indiffèrent to thee'. 
cuMAL .i. éraic 'a fine'. 
CUMHACH .i. cumhachta 'strength'. 
CUMHANG .i. neart no cumhachta 'strength or power' .i. nir chumhangair 

.i. nir bh6 chumhachtach é. 'He was not powerful'. 
CUMHSGAL .i. gluasachd no corrughadh .as cumhsgal cairrge, etc. 'move- 

ment or activity'. 
cuMHSGUGHADH .1. gluasacht no athrughadh 'movement, or change'. 
CUNN .i. corp 'a body'. 
cuNNA .i. connailbhe no cûirdeas 'love'. 



O'Ctery's Irish Glossary. — D. — 39 S 

CUNGHAS .i. coimhghniomh. Cunghus àhà dhearbhbhrathar .i. coimh- 

ghniomh 'coopération. — Coopération of two broîhers'. 
cuPAR .i. coimpert no geineamhain 'conception'. 
Cb'RACH .i. corp 'a body'. 
cuRCAis .i. boigshimhin 'a bulrusii'. 
cuRCAis .i. folt 'hair\ Slabhradii airgid go gcurcaisibh .i. go bfoltaibh 

'a silverchain with hairs'. 
cÛRSÔN .i. sâoi 'a sage'. 
cusT .i. croiceann 'a hide'. 
cusTAL .i. trusdâladh 'trussing'. 
CUTH .i. ceann 'a head'. 



DA .1. maith 'good'. 
DAE .1. duine 'man'. 
DAE no DÙA .i. cloidhe ârd, no mûr ard, 'a high rampart, or high 

wall'. 
DAE .i. teach 'a house' rioghdhae .i. leach rioghdha 'a palace'. 
DAE .i. lâmh , éroshi'n a dhâe .i. ô do shfn a lamh 'a hand. — When he 

stretched out his hand'. 
DAGH .1. maith 'good'. 
DAGHAR .i. gâoth 'wind'. 

DAiF .i. deoch 'drink' ro 61 a dhaif .i. do ibh a dhigh 'he drank his drink'. 
DAiGH .i. tug 'he gave'. 

DAiGH .1. teine Tire' go ndaighthibh .i. go dteinntibh 'with fires'. 
DAIGHEADH .1. cadh maith .i. aga mhaith. do bheirim daigheadh don 

ghâoith .1. do bheirim aga mhaith don ghâoith, etc. 'a good time, 

or opportunity'. 
DAiGHiDH .i, losgadh 'burning'. 
DAiL .i. roinn 'parts'. 
DAiMH .i. domus .i. teagh 'a house'. 
DAiMH .i. déoin 'consent' dia daimh .i. dia dhéoin. 
DAiMHLÎAG .i. eaglas . fri huill innan daimhliag an deas, etc. 'a church. — 

At ail the churches in the south'. 
DAiRBHRE .i. dair 'an oak'. 
DAiRT .i. colbthach 'a heifer'. 

DAiTH .i. ésgaidh, no tapaidh no luath 'active or sudden or quick'. 
DAiTHE .i. do dhioghail 'to avenge'. 
DAiTEAN .i. oide 'a guardian, foster-father'. 



396 O'Clerfs Irish Glossary. — D. — 

DAL .i. rann . amhail adearar dàl araidhe 7 dal riadha 'a division : 

is said Ddl Araidhe and Riada's division'. 
DALA .i. mionna 'oaths'. 
DALBH .1. brég 'a lie'. 

DALBHDHA .i. doilbhthi .i. draoidheachd 'i. e. witchcraft'. 
DAMHDHATAR .1. dof huilngeadar 'they endured'. 
DAMH NDARTAiDHE .i. coibthach fhircann 'a maie calf (bullock)'. 
DAMHNA .1. adhbhar 'cause'. 
DAMNADH .1. ccangal 'a tie'. 

DAN AiRGiD .1. maoin no aisgidh airgid 'a gift of silver'. 
DANT .1. mir no greim 'a morsel'. 
DAON .1. duchtaigh . an cnoc dàon forra .i. duchdaigh orra 'rose upon 

them'. 
DARRioGHA .i. 6s rioghaibh 'over kings', 
DART .i. dâir . gur dhart bhoin .i. go ndearna b6 do dhAir ^( that he 

bulled a cow «, O'Conn'. 
DATA .i. dathamhail 'pleasant'. 
DATHADH .i. tiodhlacadh 'giving'. 
DEACAiR .i. iongnadh 'wonder'. 
DEACH .i. fearr 'better' ba dheach .i. ba fearr. 
DEACHAiR .i. dealughadh . ar nach deachradh .i. nach dealâigheadh 

'séparation'. 
DEACHAiR .i. leanmhain 'to follow'. — Ris gan a dhuain nadheachair .i. 

sgél gan a dhuain in a leanmhain. 'A story without its song foUow- 

ing it'. 
DEACHAiR .i. dearsgughadh . 'shining' dealbh an chruim d6r do dhea- 

chair .i. do dheachair .i. do dearsgaich, etc.. 
DEACHRA .i. dealaghthe 'separated'. 

DEACHRADH .i. déine, fearg no di'bheirge 'véhémence, anger, or indi- 
gnation'. 
DEACHTA .i. dinge 'thunder'. 
DEACMAïc .i. docamhlach no doilidh 'difficult'. 
DEACMAiNG .i. iongnadh 'a wonder'. 
DEAD .i. dual 'belonging to'. 
DEADHAiL .']. sgaoileadh no dealughadh 'separating'. 
DEADHOiL .i. maidean . ô dhédhi'ial tig .i. dual do 16 7 dual doidhchi 

'twilight. It cornes from dcdlnial i. e. dûal (belonging) to day and 

belonging to night. [So Corm. p. 1 5. s, v. Dedol]'. 
DEAGHDHAiR .i. luath 'quick'. 
DEAGHNAD .i. réodh HO sioc 'frost'. 



O'Clery's Irish Glossary. — D. — 597 

DE AiTH .i. gâoth 'wind'. 

DEALA -i. diultadh, no doicheall 'refusai'. 

DEALA .i. sine, no ballân 'a teat, or milkpail [Deal ,i, sine hô, Corm. 
p. 15]. 

DEALA .i. gâol, no cairdeas 'love or friendship'. 

DEALGHNAiDHE .i. ain ndlightheach 'unjust'. nocha cleireach dealgnaidhe 
.i. ain ndlightheach. 

DEANAS .i, tamall 'space of time'. 

DEANN .i. Il', no dath 'colour' . deann céideamhain .i. li no céo amhail 
chéo bealtaine . oir as ionann céideamhain 7 bealtaine 'colour or 
fog like the fog of May-day : for céideamhain and bealtaine are the 
same'. 

DEAR .i. inghean 'daughter'. 

DEAR .i. diultadh 'refusai'. 

DEAR [an intensive prefix. Z. 864] .i. adhbhal no m6r . dearmhâr .i. 
adhbhal mhôr 'very great', 

DEARBH .i. cuinnéog no ballân 'a milkpail, or a churn'. mhôsa re hô na 
dearbha .i. mo cluassa re cldais na cuinnéoige, etc. 'my ear against 
the ear (handle) of the churn' dearbh loma .i. ballân bainne . oir 
as ionann loim no luim 7 bainne amhail as ionann dearbh 7 cuin- 
néog no ballân 'a churn : for loim or luim is the same as hainne 
(milky), as dearbh and cuinnéog (milkpail) or ballân (churn) are the 
same. Corm. Tr. p. 58.' 

DEARBHARASC .i. seinbhriathar no seanfhocal *^an old saying, a proverb. 
[Trip. Eg. 5. a. I. Cf. drasg ainm breithre, inf. s. v. lonnrosg.]' 

DEARC .i. uagh, no ûaimh 'a grave, or cave'. 

DEARC .i. suil 'an eye'. 

DEARSAiGH .i. dùsachth 'awake !' amhail adubhairt Torna Eigeas, no a 
mhac ag moladh Néill an dalta. A dhéid gheala a bhéoil deirg. nâd 
condearsaigh fo choimfheirg .i. nar dhuisigh fa fheirg. 'As Torna 
Eigeas said, or his son, praising Ni'all their fosterchild : Ah white 
teeth, ah red lips, awake not in anger !' 

DEASCAiDH .i. dcircadh 'end, dregs'. [Descaid 'lees' Corm. Tr. p. 59.] 

DÉCHASA .i. féchsa 'behold !'. 

DECHÉDFAiDH .i. cogadh ''war'. 

DECHEALT .i. brat 'a cloak [Decelt .i. brat 7 leine^ Corm. Tr. p. 47. s. v. 
Celt\ 

DÉDHBHAL .i. dcarôil no bocht 'wretched, or poor. [Nidedbel .i. nideroil. 
Fél. Jan. 25.]' 

DEDHEL .i. lâogh bô 'a cow's calf. [So Corm. Tr. p. 61.] 

Rev.Celt.IV 27 



398 O^Clery^s Irish Glossary. — D. — 

DÉDLA .i. dâna 'bold [detla (.i. dana) Fél. Prol. 242.]' 

DEFHORDAL .i. scachrân mdr. ôir as ionann fordal 7 seachrân 'a great 

error : for fordal and seachrdn (error) are the same'. 
DEiBHEADH .i. deithneas 'haste'. 

DEiBHEADH .1. deabhaidh no cathugadh 'conflict or fighting'. 
DEicsiN .i. faicsin 'to see'. 
DÉiDE .i. umhla 'humble'. 
DÉiDHE .i. dâ ni . amhail a dubhradh: an dédhe, rorannadh ag ros léighe 

.i. andâ nî do rannadh ag ros léighe, etc. 'two things; as was 

said : the the two things that were divided at Ros Léighe [Dcdc, 

Z. 311. — dorairgert dan Patraic an deidïsin, « Patrick then promi- 

sed thèse two things ». Trip. Eg. 1 1 . b. 2]'. 
DEiL .i. slat 'a rod'. 

DEiLBH .i, maiseach .i. ni deilbh leis .i. ni maiseach leis 'graceful'. 
DEiLCEADH .i. olc, no doiHdh 'evil, or sad'. 
DEiLEANG .i. muc da bhliadhan 'a pig of two years'. 
DEiLEAS .i. doicheall 'churlishness'. 
DEiLETHORC .1. torc da bhliadhan 'a boar of two years'. 
DEiLLiDH .i. luighe, no leanmhain 'following'. deillidh a meanma fair 

doluigh no do lean, etc. 
DEiLLiDRis .i. dealaighid ris *they adhère to him'. 
DEiLM .i. iomad no obann no crioth no foghar no torann, etc. amhail atâ 

isin rann so : Easbhaidh Choluim ar chloinn Chuinn, ag sin an 

deilm dhiofhulaing, etc. 'abundance, or sudden, or trembling, or 

thunder, as it is in this verse etc. [Deilm .i. foghur no crith no gair, 

etc. O'Dav. p. 75.] 
DEIL MUiCE .i. muc da bhliadhan 'a pig of two years'. 
DEiLLTRE .1. dee drâoidheachda *gods of druidism. Idolatry, O^Conn. 
DEiMHE .i. dorchadas oidhche 'the darkness of night [Deme .i. teime . 

deme din for dorchi naidchi, Corm. p. i6]'. 
DEIMHE .i. didean 'shelter' go ndeimheadh .i, go ndidneadh. 
DEiMHNE DO LAOïDH .1. dcimhnigh so it Idoidh. 
DEiN .i. glan 'pure'. 
DHEiNMHEACH .i. diomhûoin 'idle' .i. ni'r bhobair dhuine dheinmheich .i. 

dhuine dhiomhaoin 'There is no profit in an idle man'. 
DEiNMNE .i. luath no deithbhireach 'svvift or hasty. Corm. Tr. p. 51'. 
DÉiRGHE .i. dérach, no nochtadh 'spoiling or stripping'. 
DÉiRGHE .i. fâgbhâil. Déirghe Eireann .i. fàgbhâil, etc. 'to leave. — To 

leave Ireland'. 
DEiRGHEiNE .1. do righne 'he did'. 



O^Clerfs Irish Glossary. — D. — Î99 

DEiRGiNNLEADH .i. inncall dearg '[Icnîi conderciniluid, LU. 5 s a, 17, tr. 

« Kilts with red interweavings y, O'Curry, M. and C. III. 157]'. 
DEiRGLi .i. ceannach 'purchase'. 
DEiRMiDE .i. di airmide .i. mio onoi'r 'dishonour'. 
DEiRRiD .i. diamhair, no seicréid 'secret [lu magin deirrit, Trip. Eg. 9. 

a. 1, 17. a. i]'. 
DEisiDH .i. do shuidh 'he sat' deisidh ina fharradh 'he sat in his pré- 
sence' .i. do shuidh ina fhochair. 
DEISIDH occA .i. do cinneadh léo 'it was decided by them'. 
DEITHBHIR .i. dlightheach 'lawful'. 
DEiTHiDE .i. friochnamh no ciîram 'care'. 
DEOCHAIR .i. eidirdheiliughadh 'distinguishing'. 
DÉoDHAMH .i. do dhéoin dé 'by the will of God'. 
DEOGHBHAiRE .1. giolla copâin 'cupbearer'. 
DEOiGH, DÉiGH, DAiGH .i. ar son, no do bhri'gh 'because'. 
DEOLAiDH .i. grâsa 'charitable'. 

DÉOLCHA .i. di olcha .i. adhbhal 61 .i. 61 m6r 'great drinking'. 
DEOLCHAiRE .1. tiodhlaicthe 'gifts [deolchair, a gift : deolchaire, libera- 

lity, O'Conn.]'. 
DÉoRAiDH .i. trén no lâidir 'strong'. 
DÉORAiDH .i. easurra 'a robber'. 
DÉS .i. fearann Mand'. 

DÉS DRUiMNEACH .1. amhail druimne dés 'hilly land'. 
DÉSE .1. buidhne 'hosts\ 
DÉT .1. tomhaltas no bi'adh 'food'. 
DiA .i. la 'a day. [Die .i. lathi, Corm. p. 1 5.]' 
DiABAiL .i. df âoibhil .i. gan tene 'without fire'. 
DiABLADH .1, dûbladh 'doubling'. 
DiAMHAiN .i. df ainimh .i. neamhainmheach 'without blemish, Corm. 

Tr. 62'. 
DIAMHAIN .i. màoin dhiadha 'godly wealth'. 
DIAMHAIR .1. df mhér .i. adhbhal mhér 'very great'. 
DiAMLADH .i. didean no folach 'shelter'. 
DiAMLUGHADH .i. duaithnioghadh no dorchughadh 'disguising or darke- 

ning'. 
DiARDAiN .i. fearg no gairbhe 'anger or roughness' fear diardain .i. fear 

garbh no feargach 'a rough or angry man'. 
DiBEALL .i. sean no dosta 'old, or aged'. 
DiBEOiL .i. balbh 'dumb'. 
DÎBHE .i. deala, dfultadh no doicheall 'refusai, déniai, or churlishness'. 



400 O'Clery's Irish Glossary. ~ D. — 

di'bhe .i. tart 'thirst'. 

Di'cHEALTAiR .i. crann ga 'shaft of a spear [already given sup. under 

Cealtair .i. ga]'. 
DiCHEALTAiR .i. fé fiadha [Fedli or Fe fiadh 'supernatural disguise', O'D., 

Suppl.] no duaithniughadh, oir ceilidh an té ar a mbf; 'because it 

conceals [ceilidh) him on whom it is'. [do dechaid dichelîair tairsin 

condrardraig fer dib, Trip. Eg, 3. b. i. 'garaient of invisibility', 

Hennessy.] 
DiCHEANN .i. duine gan cheann 'a man without a head'. 
DÎCHNEADH .i. di'cheannadh 'beheading'. 
DiDiL .i. adhbhal dil, no grâdh môr *^great love'. 
DiGHDHE .i. beannachd 'blessing [ocdigde .i. ocdiaguide .i. oc guide Dé 

'praying to God'. Sanct. h. 19]'. 
DIGHDHE .i. buidheachas 'gratitude'. 

DicHE .i. coimhdhiodhnadh no sdsadh 'fulfilling or satisfying'. 
Di-ic .i. doilidh '^sad' fear diic .i. fear doilidh 'a sad man'. 
DiLE .i. grâdii no annsa 'affection, love. 
DiLGHiONN .i. sgrios no diolaithriughhadh 'plunder or destruction [dil- 

gind Ml., Goid. p. 22]. 
DiMCHisiN .i. do choimhdheicsin no do fhéchain 'to see'. 
DiMEAS .i. droichmheas "^disrespect'. 
DiMHEAS .i. meas m6r no môirmheas 'great respect' [îempul derb dimis, 

Fél. Feb. 2]'. 
DiMHicciN .i. làv, no tarcaisne 'contempi'. 
DÎNE .i. tosach 'beginning' dîne gâcha ceithre .i. tosach no céd dén- 

taidh gach dirnéisi 'the beginning or first making of ail cattle'. 
DINE .i. li'ne no saoghal 'an âge'. 

di'neart .i. déneart .i. neart Dé 'the power of God', Fél. Ep. i $4. 
DiNGE .i. toirneamh 'thunder'. 
oiNiATH .i. cathbharr 'helmet', 
DiNNiD no FOR DiNNiD .i. innisidh 'tells' fordinnid an boc du an eass .i. 

innisidh an boc an âith in ar hitheadh é 'the goat tells the place in: 

which it was eaten [fordindet in bocc fesin du indss Trip. Eg. 12. 

a. 1. Beitr. VII. 59]. 
DiNNis .i. tarcaisne 'contempt' Fél. Feb. 27. 
DiNNis .i. luighe, no mionna 'an oath'. 
DfoBHADH .i. bas 'death [dibadh .i. adbulbas, « an enormous death » 

Corm. Tr. p. 61. — faitlii cendibad « prophets without extinction », 

Colm. h. 44]'. 
DioBHADH .i. croaidheachd_, no oidhreachd . is amhlaidh roinnfidhear 



„. _... . 

m gach ndiobhadh, etc. 'inheritance. — So every inheritance shall 

be divided. [Cf. nicossena indnôeb dibad bethaîh che « the holy one 

gained not profit of this world ». Br, h. 22.]' 
DiocHMAiRC .i. goid 'theft' Fél. Aug. 16. 
DiocHOLLNA .i. beith gan cholainn . cailleach diochollna, etc. 'without 

flesh. — A fleshless hag'. 
DiocHRON .i. gan aimsir 'without time'. 
DiocHUiD .i. beag 'small'. Crom diothraibh ar domhnan, nîr dhiochuid 

achd deaghmh6r .i. ni'r bh6 beag achd ba môr, etc. 'Crom Dioth- 
raibh on earth was not small but great', 
DiocsA .i. ard 'high'. gein philip as diocsa .i. as airde 'birth of Philip 

who is noblest', Fél. May i. 
DiODHMA .i. didean 'shelter'. 

DiODHNADH .i. sâsadh ''satisfying'. [didnad, Fél. June 8.] 
DiOFHULAiNG .i. do fhulaing 'to endure'. 
Di'oGHAiNN .i. neamhghann ''plentiful'. 
DioGHAis .i. ard 'summit. fo dhioghais na Teamhrach .i. fo ard. 'Under 

the summit of Tara'. 
DiOGHNA .i. dighne .i. droichghné 'an ill-look'. 
DiOGHNA .i. tarcaisneach 'contemptuous [dignai (.i. dimicnech] Fél. Prol. 

254]'. 
DioGHRAis .i. doghrés no dognâth 'always'. 
DioGHUiN .i. sârughadh ""compelling' .i. olc dhuit mo dhioghuin .i. mo 

sârughadh 'evil to thee is my compulsion'. 
Di'oL .i. cri'och 'boundary'. 

DiOLACHT .i. dilleachta '^an orphan ? [dilleacht., an orphan, O'Conn.]'. 
DiOLGADH .i. maitheamh 'forgiveness' . diolgadhach .i. maithmheach 

'forgiving [dilgadach Trip. Eg. 4. a. 1 .]' 
DiOLLACHT .i. dilochd .i. gan locht 'faultless'. 
DioLLAiT .i. édach '^dress'. 
DiOLLAiT .i. brat 7 léine 'cloak, shirt'. 
DiOLMAiN .i. di'leas 'right [dilmain (legitimus), Z. 777]. 
DioNN .i. tulach, nô cnoc 'a hill' dionngnach .i. dionn gnd-ach .i. cnoc 

oirdheirc 'a conspicuous hill'. gn6 ,i. oirdheirc. dionn .i. cnoc. 

gnâ^ conspicuous [pridchaiss fride indinnib .i. itelchaib, F. h. 28]'. 
DioNNTA .i. tionntiidh ''turning' dionnta na tâna .i. tionntddh na tâna 

to turn the herds'. 
Di-ÔRADH .i. 6râdh mér 'great prayer'. Fél. Ep. 199. 
DioRAiN .i. snighe, no sileadh feartana no fleachaidh '« the pouring or 

dropping of a shower or of moisture », Beitr. VIII. 342'. 



402 O'Clery's Irïsh Glossary. — D. — 

DiORMA .i. buidhean 'a host'. 

DioRMACH .i. diréimnightheach .i. siubhal môr '^moving quickly'. 

DiORNA .i. nuimhir no tombas 'number or measure'. 

DiORSAN .i. droichni no droichsgél. Siorsan, diorsan, deighsgel, droich- 
sgél, maidhm catha ruaidh raonaidh, siorsan rf dia ndearna faoilidh, 
diorsan ri forsraoimhidh .i. as maith 7 as olc leam an sgél maith 7 
an droichsgél, ôir as maith leam an ri dorinne go subhach 7 as olc 
liom briseadh ar an ri arar briseadh 'a bad thing or bad news. — 
Good to me and evil to me is the good news and the bad news, for 
glad am I for the king whom it made happy^ and sorry for the king 
who was defeated [Thèse lines are quoted Four Mast. A. D. 866, 
where O'Don. translates : 
Happiness ! wo ! good news! bad news! the gaining of a great 

triumphant battle, 
Happy for the king whom it makes joyous ; unhappy for the king 
who was defeated]'. 

DIRE .i. éraic no eneaclann 'a fine'. 

DIS .i. dearôil 'weak'. 

DiSLE .1, di uaisle .i. uaisle mhôr ''great honour'. 

DiTH .i. dodhiuil, no do dhin 'he sucked'. dith an lâogh .i, do dhiuil no 
do dhin an lâogh 'the calf sucked [liamathair dith indlôig « at its 
mother the calf suckled ». Br. h. 76]'. 

DiTHEACH .i. séna 'poor'. 

DiTHLEACH A. dearmadach 'forgetful'. 

di'threabh .i. beith gan treibh no gan teagh .i. fâsach 'to be without a 
house i. e. a désert [dithreb .i. beith cen treib no cen trcbaide and, 
Corm. p. 16]'. 

Diu .i. ci'an no fada 'far or long'. 

DiUBLADH .1. didean 'shelter'. 

DiuNNACH .i. glanadh pheacadh. fobithin diunnaich gach duine ing- 
glaine, etc. 'cleansing from sin. to cleanse every man from impurity'. 

Dius .1. didean 'shelter'. 

DLiGHiDH A DHREACH, is A DHATH .i. is dearsgaithc, no saineamhail a 
dhreach is a dhath 'beautiful his face and his complexion'. 

DLOMH .i. innis no aisnéidh 'telling or relating'. 

DLOMHADH À. diultadh . ni dhlomhann, is ni thiomghair .i. ni dhiultann 
is ni iarrann 'refusai, he does not refuse, and he does not ask'. 

DLOMHAiM .i. foillsighim '1 show'. 

DLOMHAisiN .i. milleadh 'destroying'. Baoi ag dlomhaisin na hoibhre .1. 
ag milleadh, etc. 'He was destroying the works, etc.' 



O'Clery's Irish Glossary. — D, — 403 

DLUDH .i. dualghas 'reward, rétribution [dualgus, reward. O'D. Suppl.]'. 

DLUiGH .i. inneall '^service, attendance'. 

DLUiMH .i. nell, no dorcadas 'cloud, darkness'. dlûimh dileann -i. dor- 
cadas dileann. 

DLiiMH .i. iomad 'abundance'. 

DO .i. chuige 'to him' dho dhuit .i. chuige dhuit '« hâve at it^ or fall to 
it;, an obsolète expression », O'Conn.' 

DOBHAR .i. uisge 'water' dobharchû .i. cù an uisge 'water-dog [i. e. 
otter.]'. 

DOCHMA .i. neamhchumachta 'weakness'. 

DOCHRAiTH .1. druis 'lust'. 

DOCHTA ,i. teagaisgthe 'learned'. 

DODHAiL .i. dodhâil no drochdhâil ^bad news'. 

DODHAiNG .i. doilidh 'difficult'. 

DO-ÉT .i. teidhm galair no easlainte 'attack of sickness or ill-health'. 

DOGHAiLsi .i. tuirsi, gui, no doghraing 'sadness, lamentation oranguish'. 

DO-iBH .i, uaidhibh . guidh itche do-ibh .i. guidhim athchuinghe uaid- 
hibh no uatha 'from them (of them). I ask a request of them'. Fél. 
Prol. 17. 

DOiBHRiTH .i. uisge 7 arbhar 'water and corn [dobrith .i. dobur 7 
hith À. usce 7 arbur, Corm. p. 1 5. So too O'Dav. p. 79, whoadds: 
Nô bir uisge isan bretnais 7 ith arbur isan gaedhilg^ etc. « or bir, 
water, in the British, and ith corn, in the Gaelic. » O'R. gives 
doibhrith, sowins, gruel, and O'Donovan « guesses 'gruel' or pot- 
tage. » See Corm. Tr. p. 53]'. 

DoiCH .i. luath 'swift' go ngaisgeadh dhoich .i. go ngaisgeadh luath 
'with swift prowess'. 

DOiCHE .i. dochas no duthchas 'confidence', riom as mor a dhoiche .i. a 
dhochas no a dhùthchas 'great is my trust in him. frim is mor a 
docha, Fél. Aug. 4'. 

DOiCHME .i. do chumtha 'ill-shaped'. 

DÔiD .i. lâmh 'hand'. 

DOiDHEDFAiDH .i. cogadh *war'. 

DÔiGH .i. baramhail 'an opinion, conjecture, simile, etc. O'R.' 

DÔiGH .i. dearbh;, no deimhin 'sure, certain', as da dhearbhadh sin â 
dubhradh an rann so : Is dôigh tir ndé ni niocfaid gôich, ata ti'r 
las na gdcha. as ddcha do rochtain ddibh. ionann sin re a radha 7 
as deimhin nach rachaid luchd na mbreg go flaitheamhnas . 7 ata 
tir ag luchd na mbrég ina docha an dul . goich no gôcha .i. luchd 
brég. 'That is the same as to say, that it is certain that the people 



/ 

404 O'Clery's Irish Glossary. — D. — 

of falsehood will not go to the kingdom of Heaven, and there is a 

land for the people of falsehood, to which it is certain that they will 

go. — goich or gocha, the people of falsehood'. 
DOiGH .i. fiadhnaise deise 'testimony of two persons'. 
DOiGH .i. teine 'Tire'. 
DoiM .i. daidhbhir 'poor'. 
DoiNÉiMH .i. doimhéin ''wretched'. 
DOiRTHEAS .i. donas 'misfortune^ O'Conn.' ni' duitsi doirtheas na hoirgne 

.i. ni duitse donas etc. 
DOiTH 7 DAiTH À. ésgaidh 'quick'. 
DOiTHCHEARNAS .i. docheamas .i. dothiodhnacal no droicheineach ^c nig- 

gardly, churlish », Corm. Tr. 51'. 
DoiTHiR .i. doidhealbh 'ugly'. ba doithir an fear .i. ba doidhealbhdha. 

'The man was ugly'. 
DOLAiDH .i. dofhulaing 'intolérable'. 

DOLAS ,i. doicheall 'gloominess' nir bh6 dolas .i. nîr bo doichleach, etc. 
DOLBH .i. drâoidheachd 'sorcery'. 
DOLMHA .i. do ullmha .i. moilli no n'ghneas 'slowness, delay'. Fâgbhaim 

dolmha naithisg ort, ar Coluim Cille re Sgannlân .i. n'ghneas bria- 

thar. M leave the slowness of answer on thee, said Colum Cille to 

Scannlan'. 
DOMAiRM .i. teagh na narm 'a house of arms'. 
DOMHAoïN .i. olc 'evil'. cia domhâoin .i. cia holc. 
DoMHGHNAS .i. athardha no dùthaidh 'patrimony, inheritance'. 
DON .i. ar son 'therefore'. 
DORAiDH .i. aimhréidh 'uneven'. 
DORAR .i. deabhaidh 'conflict'. 
DORR .i. fearg 'anger'. do dhruim a dhoirre .i. a fheirge 'on account of 

his anger'. 
DORR .i. aggarbh, no rogharbh 'very rough'. 
DOTHAR .i. abhann 'river'. 
DRAG .i. teine 'fire'. 
DRAG .i. fearg 'anger'. 
DRAM .i, iomad 'abundance'. 
DREA AN .i. dreollân . drea an .i. dear, 7 en .i. en beag dearôil, no 

drâoi en .i. en doni fdisdine 'a wren . dear (small) and en (a bird) 

i. e. a little small bird, or drdoi en [a druid-bird i. e. a bird that 

makes prophecy. So Corm. Tr. p. 60, s. v. dris, « brambles »]. 
DREACH .i. dealbh 'form'. 
DREACHACH .i. dealbhdha no âlainn 'shapely, or beautiful'. 



O'Clery's Irish Gbssary. — D. — 405 

DREAMHAN .1. dâsachd, mire, no michiall 'madness'. 
DREANN .i. deabhaidh no comhrac 'a fight or conflict [dreand .i, debaid, 

Corm. p. 1 5]'. 
DREANN .i. doilgheas 'affliction'. Drenn deabhaigh is dreann doilghis, For. 

For., LL. ?9$. a. 
DRÉCHENG .i. triar 'three persons. Fél. Sept. i6'. càoin drécheng .i. 

câoin triar. 
DRÉCHT .i. sgél *a story'. 
DRicc .i. draicc 'anger^ 
DRicc .i. feargach 'angry'. 

DROCH .i. roth carbaid 'chariot-wheel. Corm. Tr. p. 61'. 
DROCH .i. dorcha 'dark'. 
DROCH .i. direach 'straight'. 
DROiBHÉL .i. docamhal 'difficult. Fél. Aug. 26'. 
DROL .i. lùb 'a loop'. 
DRON .i. daingean 'strong'. 
DRON .i. direach 'straight'. 
DRUBH .i. carbad 'chariot'. 

DRUBH .i. tairisiomh, no comhnaidhe 'dwelling, habitation'. 
DRÙCHTA DÉA À. ioth j bliocht 'com and milk. Corm. p. 17'. 
DRUCHTAN .i. millsén .i. meadhgcâisi 'cheese-whey, 0'Conn\ 
DRUMCHLA .i. muUach tighc, tulcha no fairrge 'topofhouse, of hill, or 

of sea'. 
DRiÎTH .i. meirdreach 'a harlot'. 
DRÛTH .i. ôinrahid 'an idiot'. 
DÛ .i. dual 'proper'. 
DU .i. dùthaigh 'becoming'. 
DÛ .i. baile 'a town'. 
DÛAiDH no DÛAiGH .i. dona 'misfortune'. 

DUAL .i. dligheadh no dleisdionach no côir 'right, or due, or just'. 
DÙAR .i. rann no focal . duairfhine .i. fileadha dobhn'gh gurab fine focal 

iad, oirasionanndûar 7 focal 'a stanza or word. duairfhine, poets; 

because they are the tribe {fine) ofwords {focal), for dùar md focal 

(word) are the same. [So Corm p. 16, Tr. p. 55, s. v. duairfhine]. 
DUBH .i. m6r 'great' . dubh an fhuilsi .i. as môr an créchd 'great is the 

wound'. 
DÛBHAiRT .i. dibhearg6id no guidhe dhuthrachdach 'earnest entreaty'. 

Fél. Ep. 71. 
DÛCHON .i. cogadh 'war'. 
DuiBEAL .i, obann, duibeall .i. udmall no luath 'sudden, quick or swift'. 



4o6 O'Clery's Irish Glossary. — E. — 

DUiBHGEANN .1. cloidheamh, amhail dhearbhas an rann so : 
Ni for bhraighdibh damh na hé 
promhthar colg mo ruanadh6 
for braighdibh riogh focheard feid 
a ni'îha duibhgeann ag Diarmaid. 

ionann sin 7 nach ar bhraighdibh damh na bo dearbhthar cloi- 

deamhan ro fheinneadha, acht as ar bhraighdibh rioga gcath do ni a 

cloidheamh fead, etc. 'a sword, as this verse shows : 
Not on throats of oxen nor of cows 
ihe sword of my warriors is tried'. 
DuiLGNE .i. duilchinnte .i. luach sâothair do gheibh duine ar son oibre 

'the reward of labour which a man gets for work\ 
DuiLLEANN .i. ga 'a spear'. 
DÙis .i. séd 'a treasure' drdhûise .i. séoid ôrdha 'golden treasures [dais 

A. uasal (noble) ut est, barc conduisib ingantaib .i. coseduib uaislib 

(with noble treasures). See Corm. Tr. p. 62], 
DUiTHBHiR .i, grdnna no dorcha ^ugly or dark'. 
DUiTiR NA HOiDHCHE .i. maidean 'morning : « the morning or evening 

dusk or twilight », O'Conn. 
DUiTSi .i. diotsa 'to thee'. 
DUL .i. câintééir no fear âoire 7 as dofhulaing é dâ bhrigh sin 'a sati- 

rist or man of satire, and he is intolérable on account of it [dul .i. 

cainte . dofhulachta é ara doilge, « unendurable is he for his harsh- 

ness, » Corm. Tr, 58]. 
DULBHAiR .1. di shulbhair .i. neamhshuilbhir 'not éloquent'. 
DÛNADH .i. foslongphort 'a. fort'. 
DÛNADH .i. sluagh 'army. Fél. Jan. 23, July 22'. 
DUR .i. cruaidh no doilidh 'hard, difficult'. 
DURAiN .i. do dhénam urâin 'to address civilly, O'Conn.' 
DURAS .i. adhbhano ûras 'a house'. 
DURTACH .i. teampall 'a temple'. 
DUS .i. da fhos 'in order to'. 
DUS .i. didean 'shelter'. 



É .i. truagh 'wretched. [« An interjection denoting grief «. O'Conn.]' é 

dodhiol a dhâoir fhir .i. as truagh dodhiol, etc. 
EACHDA .i. glan 'pure' uchdbhruinneadha eachdha .i. uchdbhruinneadha 

glana. 



O'Clery's Irisli Gtossary. — E. — 407 

EACHLACH .i. giolla turais 'a travelling servant'. 
EACHLASG .i. slat 'a rod'. 
EACHRAis .i. iomramh 'rowing'. 
EACHRAis .i. âonach 'a fair'. 
EADARGHAiRE .i. dealughadh 'séparation'. 
EADARGHNA .i. inntleachd 'ingenuity'. 
EADARNAiDH .1. cealg 'deceit [etarnaig, Trip. Eg. 3. b. i.]. 
EADH .i. aimsior 'time'. 

EADURLAMH .i. sén liairc '■[etarlam, opportune, Z. 874]'. 
EALCMHAR .i. tnûthach ''envious'. 
EALCMHAR .i. meirbh 'weak, feeble, lazy, O'Conn.' nir bh6 healcmhar, 

etc. 
EALG .i. oirdheirc 'famous'. 

EALGA, no lATH EALGA .i. tir^ no fearann eireann 'Ireland'. 
EALLABHAiR .1. ollarbhar .i. sluagh m6r . oir as ionann arbhar 7 sluagh, 7 

as ionann oU 7 m6r 'a great army ; for arbhar and sluagh (army) 

are the same, and oll and mor (great) are the same'. 
EALLACH .i. suidhiughadh 'sitting'. 
EALLACH .i. aisde ealadhna 'a kind of verse'. 
EALLACH .i. cath 'battle'. 

EALLAiGHE À. âiméis tirin no âirnéis tighe 'goods, property'. 
EALLAMH .1. coibhche do geibhthear a lâimh '« a dower which is got 

in hand ». Corm. Tr. p. G"]'- 
EALLSCADH .1. bruthmhaireachd , no mire theasaidheachta 'excessive 

beat'. 
EALTAiDHE .i. bân 'whitc' aghaidh ghlasbhân ealtaidhe .i. aghaidh bân, 

etc. 'a white face'. 
EAMHAiN .i. dâ ni 'two things' eamhnadh .i. dubladh 'doubling'. 
EANG .i. lorg 'track' eangsadh .i. dochuadar ar eing no ar lorg 'they came 

on the track, or behind'. 
EANGHACH .1. glorach no cainnteach 'noisy, or talkative. Trip. Eg. 3. 

a. 2'. 
EANGLAiM À. inncach 'the woof in weaving', O'Conn. 'lining', Lh. 
EANGNAMH .1. gHocas 'wisdom'. 
EANGNAMH 'i. eineach 'generosity'. 
EANNACH .1. glan pheacadh 'pure from sin (innocent)'. 
EARADH .i. uireagla ^dread'. 
EARAiM .i. marcaigheachd 'horsemanship'. 
EARAis .i. deireadh 'end' 6 bhraine go hearais .i. 6 tosach go deireadh, 

'from beginning to end'. 



4o8 O'Clery's Irish Clossary. — E. — 

EARB .i. fearbôg .i. cenél fiadha 'a kind of deer [erb cjuia herbis pascitur, 

Corm. Tr. p. 68]'. 
EARB .i. furdileamh 'command'. 
EARBAis .i. furâilis ^he commanded'. 
EARC .i. neamh 'heaven[So Corm. p. 19, O'Dav. p. 81]'. 
EARC .i. beach 'a bee'. 
EARC .i. mil 'honey'. 
EARC .i. bradân 'a salmon'. 

EARC .i. breac, no ni' breac 'speckled, or a speckled thing'. 
EARC .i, hô 'a cow'. 
EARC .i. dearg 'red'. 
EARCADH .i. lionadh .i. earcadh an mhdrshluaigh iomainn. i. lionadh, etc. 

'fiUing'. 
EARCA lUCHNA .i. cenél bho 'a kind of cow,' .i. ba fionna 6 deargha .i. 

clùais dearga "^white cows with red ears'. 
EARCA RAiNN .i. do bheircadh ba ar rannaibh. « he gave cows for songs», 

O'Conn. 
EARCDHA .i. do dhcargadh 'to make red'. 

EARCDAOïs HA SLUAiGH .i. do liondâois na sluaigh 'they filled the armies'. 
EARCHAiLEADH .i. crosadh 'hindering'. 
EARCHAiLL .i. ursa tighe 'pillar of a house'. 

EARCHAOïN .i. erthaithneamhach .i. ùasal taithneamhach 'very bright'. 
EARDACH .i. fésda nô sollamain 'feast'. 
EARDANAL .i. fcar bhios ag fiordhan âlaigh .i. sdocaire, no piobaire 'a 

trumpeter or piper'. 
EARGHAiRE .i. toirmeasg no bacâil 'prohibition', earghairim .i. toir- 

measgaim no bacaim ^ prohibit'. Trip. Eg. 1 3. a. i. 
EARGHALAN .i. fear bhios ag sgalfartaigh .i. piobaire 'a piper'. 
EARGHARADH .i. bacâil . nâdnargharadh .i. nir ghabh se bacâil no toir- 
measg 'hindering'. 
EARGNA ,i inntleachd 'ingenuity' Fél. Feb. 24. 
EARGHNAiDH .i. uasalghniomhach 'performing noble deeds'. 
EARGHNAMH .i. flcadh no ullmhughadh 'a feast'. 
EARNACH .i. iarnach no iarann 'iron'. 

EARNAiL .i. gné, no cuid no roinn 'appearance, part or share'. 
EARNBHAS .i. iambhâs .i. bas 6 iarainn 'iron-death i. e. death from iron 

[ernhas Sanct. h. 14]'. 
EARR no ERR .1. gaisgcadhach 'champion'. 
EARRAiTHEAR .i. friothoiltcar 'is served'. 
EASADH .i. galar 'disease'. 



O'Clery's Irish Glossary. — E. — 409 

EASBA .i. diomhâoines 4dleness'. 
EASCAiRÉ .i. furfhogra 'edict'. 
EASCAL .i. anfadh 'storm'. 
EASCOMAN .i. salach 'dirty'. 
EASCOMATA .i. salach 'dirty'. 
EASCONG .i. uisge 'water'. 
EASCONGRA .i. fûagra 'proclamation'. 
EASCONN .i. seanéir 'an old man'. 
EASCONN .i. ésga ''moon'. 
EASCRA .i. coire bhios ag dâil uisge . easc .i. uisge 'a caldron which is 

for distributing water [So Corra. Tr. 69, core mbis ag dail uisci] 

easc, water'. 
EASCRADH .i. ceimniughadh no gluasachd 'walking'. Ag eascradh mhaighe 

breagh .i. ag ceimniughadh, etc.. 'Walking over Magh Breagh'. 
EASLABHRA .i. cincach 'favour'. 
EASNADH .i. céol 'music'. 
EASNADH .i. amhrân, no binneas 'song or melody [ba hesnad ainm in 

chuil dignitis nafiana umanbfulacht fians£ Corm. Tr. p. 69. s. v. 

esnad. Easna .i. abhran, O'Dav. p. 81]'. 
EASNADH NA GAoïTHE .i. osnadh na gâoithe 'moaning of the wind'. 
EASOMAiN .i. fâilte 'welcome'. 

EASORGAiN .i. comhmbrudh 'crushing or oppressing, O'Conn. [ic essor- 
gain ommna ibair, cuttingdowntrunksof yews, Trip. Eg. 15. a. i]'. 
EASRAOïTE .i. sgâoilteach 'lax'. 
EASSAOTH .i, slâinte 'health'. 

EATAL GAoïTHE .i. eit léog ghâoithe 'a gust or blast of wind', O'Conn. 
EATHA .i. dochuaidh no do cuireadh 'he went'. 
EATHA DHÔ .i. do cuas chuige 'he went to him' ba holc laithe eatha dho 

.i. ba holc an là docuas chuige 'evil was the day he went to him 

[etha (ivit vel eat) Beitr. VII. 27]'. 
EATHAR .i. artrach iomchair 'a ferry boat, Corm. Tr. 66 [ethar, Trip. 

Eg. 4. b. 1, 5. a. i]'. 
EATLA .i. ciamhaire, congain chroidhe, aithrighe no déra 'sadness, grief 

of heart [Rev. Celt. IV. 250], repentance^, or tears'. Fél. Jan. 8. 
EBiRT .i. ràdh 'to tell'. 
EBiRT .i. tuarasgbhàil . 'a saying, word or promise, O'D. Suppl.' as i a 

ebirt chomhadhais .i. as f a thuarasgbhâil chomhadhais no dhligh- 

theach'. 
EBHLiNG no ROEiBHLiNG, .i. do ling 'he sprang'. 
kbr6n .i. coire 'caldron'. 



410 O'Clery's Irish Glossary. — E. — 

ÉCCNACH .i, imdheargadh, reproving [nimor, necnaig^ 'not much of car- 
ping', Br. h. 3]. 
ÉccNAiRC .i. guidhe Dé 'prayer to God'. 

ÉccNAiRC .i. an aimsir do cuaidh thort 'the time that has gone by'. 
ÉccNAiRC .i. impidhe 'pétition' ar éccnairc do nâomh a losa nodguidhe, 

ar éccnairc na sloghsa, etc. 'for intercession of thy saints, Jésus, 1 

beseech thee, for intercession of thèse hosts'. Fél. Prol. 265. 
ECCOSG .i. cuma 'form'. 

ECCRADACH .i. éccreidmheach no easgcâirdeach '^unbelieving, hostile'. 
ECCRAiDE .i. easccairdhe 'hatred'. 
ECE .i. follas 'clear' ece aiér .i. as follas damh ant aiér 'the air is clear 

to me [O'Conn. has ece to see, ece aier, thou seest the air']. 
ÉCNA .i. caitheamh 'eating' bâoi an gioHa ag écna a choda .i. ag cait- 

heamh, etc. 'The boy was eating his portion'. 
ÉcsiDHE .i. solasda 'bright'. ulcha écsidhe .i. feas6g faicealach no solas. 

'a shining or bright beard'. 
ÉD .i. faghâil 'finding'. 
ÉD .i. glacadh 'accepting' ro éd é go bfâilte .i. doghlac é maille re fdilte 

■he accepted it with joy [arrôet, T-pret. Z. 455]. 
ÉD .i. didean ''protection' achd an lâmh chlé do éd an sgiath .i. do dhi- 

din an sgiath 'but the shield protected the left hand'. 
ÉD no ÉiD .i. âirnéis, no spréidh 'cattle'. 
EDEL .i. urnaighthe no dibheargôid ''prayer or supplication [edel .i. ur- 

naigthe no diprecôiî. Corm. p. 18. Tr. p. 64]. 
ÉDiDH .i. grânna 'ugly'. 
EDiRE .i. braighde 'hostages'. 
EicHTGHE .i. échtach .i. en âiridhe 'a certain bird'. 
EiDiRGLEODH .i. brcithcamhnas no criochnughadh 'judgment or décision'. 
ÉiG .i. ésga 'moon'. 
ÉiGEAN .i. dligeadh 'right' . ni héigean dâoib a fochmharc .i. ni dligh- 

theach dâoibh a fiarfaighidh. — 'It is not right for you to ask'. 
ÉiGiN .i. go deimhin 'certainiy'. ni hé éigin .i. ni he go deimhin. 
ÉiGNE .i. bradân 'a salmon'. 

ÉiGHTHEAR ANN .i. do gaircadh fuachas 'an outcry is made'. 
ÉiLE .i. ortha 'a prayer'. 
EiLLGHEADH .i. adhnacal 'burial'. 
EiLLNKADH A. truailleadh 'pollution'. 

ÉiMH .i. ésgaidh, luath, ullamh, no maith 'active, quick, ready, or good'. 
ÉiMHiDHE .i. foichlidh 'rewarding' éimhidhe righ mor .i. foichlidh an ri 

môr 'the great king rewards'. 



O'Clery's Irish Glossary. — E. — 411 

EiMHiLT .i. liosta no righin 'slow'. 
EiNEACH .i. eneaclann .i. ni clanntar do dhuine ar son a einich .i. ar son 

a aighthe '« a compensation for one's honour » (Stokes) i. e. a thing 

which is fixed to a man for his honour. See Corm. Tr. p. 66. s. v. 

EnecLinn'. 
ÉiRGHE .i. comhgliabhâil .i. comhthogbhàil 'to rise'. 
ÉiRiM .i. marcaigheaciid 'horsemanship'. 
EiRis .i. cara 'a friend'. 

ÉiRis .i. mi chreideamh 'heresy', Fél. Apr, 23. 
ÉiRNEADH .i. tiodhiacadh 'giving'. 
ÉiRNEisi .i. do tliiodhiaiceadh si 'she gave' 

EiRR .i. eang 'a notch' sgiath erreadhach .i. eangach 'a notched shield'. 
ÉiRRSCE .i. méidhe mar atâ colann gan ceann 'trunk, a body without a 

head'. 
ÉiRSEADH .i. on éirghe ''to rise'. acht go néirseadh a fhearg .1. go neir- 

gheadh a fhearg 'his anger rose'. 
Éis .i. buidhean 'army'. 
Éis .i. lorg 'track'. do fhagbhadh éis a chos isin gcloich .i. lorg achos. 

'he left the track of his foot on the stone'. 
ÉiscEADH .i. gearradh 'to eut'. — ésci's a gcionna dhiobh .i. doghearr 

a ccinn diobh 'he eut ofî their heads'. 
EiSEASTAiR .1. do ghuidh se 'he asks'. 
EisiBH .i. ibhe . as a neisibh .i. as aribh 'to drink'. 
EisiL .i. eiséolaeh, no nemheolaeh 'ignorant'. 
EisiMH .i. gach ni bhios a geôraidh noa bfoehair a cheile 'everything 

which is with its fellow'. 
EisiOMAL .i. gaisgeadh 'valour'. 
EiSLiNN .i. esinniil no edaingean 'unsafe or infirm'. 
EiSLis .i. failiighe, no dimbhrigh 'negleet'. 
EiSMBREATHA .1. sâoibhbreatha 'false judgment*. 
EiSMEACH .i. brégaeh 'lying'. 
EiSMEACH .i. neamhullamh 'unready'. 
EiSREACHT .1. dilleachta 'an orphan'. 
EiSREDHEADH .i. sgâoileadh no sreathnughadh 'loosening'. 
EiSTEACHT .i. t