Skip to main content

Full text of "Revue des langues romanes"

See other formats


REVUE 



LANGUES ROMANES 




REVUE 



DES 



LANGUES ROMANES 



PUBLIEE 



PAR LA SOCIETE 

POUR L'ÉTUDE DES LANGUES ROMANES 



Q u. a t r» i è xxi e ÎS é r i e 

TOME QUATRIÈME 

TOME XXXIV DE LA COLLECTION 




MONTPELLIER 

AU BUREAU DRS PUBLICAIION.S 
DU LA SOCIÉTÉ 

POUU [.'ÉTCIOIi! DIÎS LAXaUItS UOMANES 

Rue de l'Ancion-Courrier, n" 3 



PARIS 

JEAN M A I S N N E U V E 

LiniiAiH!C-i;i)iTnun 

25. QUAI VOLTAIRE 



il DCCC LXXXX 






6-^H 




REVUE 



DES 



LANGUES ROMANES 



POESIES PROVENÇALES INEDITES 

TIRÉES DES MANUSCRITS d'iTALIE 



Barlsch, Gnmdriss, b<> 2, 2. — Ms. D 142.— Les vers 1 à 12,25 à 32 sout 
imprimés dans Rayn. Clini.r 5, 1; Malin, Werke 3, 848. 

N' AIMARS JÛRDANS 



Sj tôt m'ai estât loniamenz 
guerreian ab mon mal seingnor, 
e pert lai entre mos parenz, 

c'uns no me"n acor, 

5 ges non lais per tan 

qe solaz e clian 
no sega e clomnei, 
si tôt me guerrei. 

Ane guerra no"m fo espavenz 
10 ni mais traitz, perso c'a honor 
pogues estar entre las genz, 
ses maldich de fol parlador ; 
c'als non vei qe n'an 

10 Iraics. 
TOME IV DE LA QUATRIÈME sÉRir.. — JaQvioi'-Févriei'-.Murs 1890. 



POÉSIES PROVENÇALES INEDITES 

li rie, qant se*n van, 
15 per q'eu o plaidei 

segon so qe'n vei. 

Bons cavals e bons garniinenz 
am mais qe non faz ioc d'austor; 
mas dels deseretaz sostrenz, 
20 qui, -1 malvaz, no*m fan paor, 

mi torn' ad affan 

qui me*n van parlan, 

e non am ni ciei 

lor aunida lei. 

25 Puois qe'l vescoms m'es avinenz 
e-m rete per son servidor, 
molt li serai obedienz ; 
e llo coms non aura peior 
guerrer a son dan, 
3U q'eu non ai talan 

mas de far qe*ill grei, 
on q'an ni estey. 



21 tor. 



4. Vers trop court de trois sj'llabes. 

19, Il y a bien sostrenz dans le manuscrit. Je ne sais ni expliquer 
ce mot ni le remplacer, avec quelque certitude, par un antre. 

20. Vers trop court. Corr. qui^ li m. ? 
22. Faut-il corriger va p. ? 

Quant à l'auteur de cette pièce, rien n'est plus vraisemblable que la 
supposition de M. Chabaneau [Hisloire de Languedoc, X, 327j, qui 
reconnaît le troubadour dans le chevalier Azemar Jordan, fait prison- 
nier en 1212 par Simon de Montfort à Saint-Antoniu. Les deux poésies 
attribuées dans les chansonniers à Eaimond Jordan sont pleines 
d'un esprit belliqueux, ce qui s'accorde parfaitement avec le vers 2367 
de la Chanson de la Croisade, qui parle du chevalier de Saint- 
Antoniu : 

Cel de Sant Antoni se prezon a enardir 

Per n Azemar Jorda ; mas cant venc al partir, 

Ane non i ac negu que' s ne poguesjatizir. 



TIREES DES MANUSCRITS D ITALIE 7 

L'identité admise, il est probable que le vescoms dont parle le vers 
25 est le vicomte Pons, qui fut fait prisonnier avec le chevalier, et le 
coms, au vers 28, ne serait autre, dans ce cas, que Simon de Montfort. 
Le sirventesfut donc probablement écrit vers 1212, pendant les prépa- 
ratifs du combat. 

Il y a deux poésies qui suivent le même compas : Bertran de Born 
20 et Peire Cardenal 40 (celle-ci faite sur le modèle de celle-là) ; 
mais les rimes sont différentes de celles d'Azemar Jordan (sauf la 
tlernière, en eï) et la forme de la strophe étant assez simple, il n'est 
pas sftr que le son des trois poésies ait été le même. Il est pourtant 
à remarquer que le sirventes de Peire Cardenal date précisément du 
temps que nous avons cru pouvoir assignera celui de notre troubadour. 



Gnindriss, n» iU, 16. — M?, c 50 
N' AIMERIG DE PEGUGNAN 



Chaiitar vuilh. — per qe ? — ia'm platz. 
iate'iî eras tu laicliatz? — 
eu. — fols es tu. qin' es 
de cui chantas ? — fola res. 
5 de la gensor q'el mon sia. — 
oc, benleu; mas si tu'l cres, 
altre no'l te creiria ges. — 
per deu, si faria 

toz hom qe vis sas beutatz. — 
10 es tan pros corn lo-m lauçaz? — 
la melher q anc dieus feçes. — 
doncs fas tu ben qe cortes. — 
et eu, fol, no t'o diçia? — 
si be. — douez, de qe-m moscres? — 
15 sai, si es, platz mi e sos bes. — 
no'ra entremetria, 

1. qpm ia plaJz. — ."j. fia. — 9. sa. 



8 POESIES PROVENÇALES INEDITES 

sai, si no fos la vertatz. — 
era, vos, qar me digaz ! — 
e qe ? — ama*us tan ni qan? — 
■^0 vai tu, mensongier truan ; 
ela per qe m'ameria? 
en tant qant soleilhs resplan, 
n'a tan pro ni tan preean. 
fol, co's tanheiia 

25 a mi sos genz cors liondratz? — 

Ben es doncs nesis e fatz, — 

cum? — car as mes tôt afan, 

a guisa de fol aman, 

la on ga res no*t valdria. — 
30 cre me tu qe merseian 

aman sirven e preian 
conqer hom amia 

tost o tard, don, . . — er auiatz 

qe be"n es hom enguanatz. — 
35 non es ges. Saps qe m'a sors? — 

eu no. — us conortz : q'amors 

restaura tôt en un dia 

qant qe a mesfait alhors, 

per qe*m sofri sas dolors 
40 en pae tota via 

e*ls afans qe m'a tardatz. 
las, eu mur! — cum ? — soi nafratz. — 
q.ui't nafret ? — del mon la flors. — 
qe flors es? — de las melhors. — 
45 per qe fetz? — qar se voila. — 
be'l cre ; don atens socors? — 
de leis, qe sa granz valors 
m'es suaus medgia. 

garir ses leis no poiria 
50 per re de mas greus dolors, 

29. Ce vers est placé à la fin du couplet, après 30 « 33. — 36. conorl. 
- 43. flor. — 44. la. — 40. atea. — 47. grao. — 48. medgria. 



TIREES DES MANUSCRITS I) ITALIE 

q'asrm nafret gent s'amors, 
no*n sai con m'estia. 

Na Beatrix, cui lois giiia, 
fVEst, ff es flors de las gensors 
55 e mellier de las meillors, 
meillura tôt dia. 



51 . naifret. — 'A. hi. 

1. On pourrait lire aussi sans interruption : Chantar vuilh pcr qn 
ia m plats. 

3. (['tn' = qu'ina, « quelle, de quelle sorte. )) Diez fait venir ce pro- 
nom, qui se trouve sous les formes quin, quinh et quanh au masculin, 
quina, quînlia et qiianha au féminin, du latin quinam. Alors la forme 
masculine devrait avoir été faite sur le féminin, en prenant l'a de quina 
pour terminaison du genre. Encore resterait-il à expliquer 1'» mouillée 
de quinh, Qtd. Peut-être vaut-il mieux dériver le mot du latin quinè. 
Qahie donnerait qui dans les régions où tombe Vn entre deux voyelles. 
En ce cas, le pronom quine ne pourrait plus être distingué du pronom 
interrogatif qui, et il est remarquable que, d'après Mistral, qïiin, 
quinh ne semble guère se trouver que dans les régions où Vn «mobile » 
persiste. Dans cette partie delà France méridionale, çia'rte donnerait 
donc quin et, en se méprenant sur la nature de la terminaison n, on 
aurait formé le féminin quina sur quin d'après l'analogie de fin: 
fina. Dans quinh, je suis disposé à voir un exemple de « Satz-pho- 
netik », principe qui peut s'appliquer avec un peu plus de vraisem- 
blance à l'explication des formes pronominales (pi'ailleurs. Quine- 
èst? pouvait donner quinh-es ? qowwwq ille-est a pu donner eZA-fô , à 
côté de el es, en provençal et, ce qui est plus concluant, egli-è en 
italien. Du reste il semble que ce pronom se soit confondu avec l'inter- 
rogatif quant, puisque nous trouvons en provençal moderne qu'mt, 
forme qui, à ma connaissance, n'existe pas dans la vieille langue ; mais 
on pourrait vouloir expliquer par une confusion joareille la vieille fcirme 
quan, quanh. 

7. Une syllabe de trop. On peut corriger wot creiria ou nu'/ te 
creira . 

10. Il ne semble pas nécessaire de lire ^r»i nu lieu C[QJo'm. 

15. Sai {^= «je sais )>) semble être employé ici et au vers 17 pres- 
que comme une sorte d'interjection. De même, en provençal moderne, 
sai, bessai sont devenus une sorte d'interjection dans quelques locu- 



10 POÉSIES PROVENÇALES INÉDITES 

tions, voy. Mistral. — La leçon du vers 15 ne pourrait guère être 
acceptée. Il faut, je pense, supprimer e, et, probablement, lire tos au 
lieu de sos. 

27. Corr. ton afan. 

41. Lisez cargatz au lieu de tardaiz? Il était plus usuel de dire 
don m'a cargra te, mais la construction gwe m'a cargatz n'est pas impos- 
sible. 

63. Pour Beatrix d'Esté voy. Diez, Lehen iind WerJce, seconde 
édition, p. 353. 



GruJidrisSjno 94, 1. Ms.D 197. — V. 9 a 16 imprimés Raya. 55, 14. 
LO YESQUES DE BASAZ 



Cor, poder, saber e sen 
ai de chantar e d'amor 
e de servir gai seignor 
que prez e valor enten; 
5 q'esters es obra perduda, 

e « 'ill mort son greu per garir », 
e si"m volguesson auzir, 
mel traissera de secuda. 

Bella dompn' ab cors plazen 
10 triât co'l grans de la flor 

am eu, del mont la genzor : 
que negun' ab leis no'S pren 
oilz de falcon trait de muda, 
bocha rien per ben dir, 
15 e"l cors plus dolz per sentir 

c'uns prims ranzans sus char nuda. 

Bona dompna etavinen 
am, e no ges per amor. 
mas en luoc de bon seignor 
20 servirai son bel cors gen, — 



15. cor. 



TIRÉES DES MANUSCRITS d'iTALIE 11 

ar es tost causa sauhuda, — 
e pren per luoc de iauzir 
qant li plai que'm faz'auzir. 
aitals, domna, vos saluda. 

24. donnae. 

8. secuda, cignë = cicuda dans llaynoiuird. Prov. uiod. cigudo. 
12. « Nulle ne peut se comparer à elle. » 

Le compas de cette poésie ayant été imité dans la tenson de Blacatz 
et d'en Eainibaut (Gr. 97, 4), et Blacatz étant mort eu 1237, il ne 
peut s'agir, pour l'auteur de cette pièce, que de Gaillard de la Mothe, 
qui était évêque de Basaz de 1186 à 1213, ou d'Arnaud des Pins, 
1220-26, ou encore, à la rigueur, de Rainioud, que l'on trouve évêque à 
partir de 1230 jusqu'en 1261. Voy. Galliaclmst., I, c. 1107, Chabantau 
dans ^'S^ de La>u/uedoc, X, c. 334. 



Gnoulriss, n" 167, 13 (comp. 136, 2, 3) 

Robert Meyer (Das Lehen des Trohadors Gaucehn Faidit, p. 10 s.) 
et Chabaueau [Histoire de Languedoc, X, p. 246 s.) ont fait impri- 
mer, d'après le ms. H, trois couplets qui ont été écbangés entre Elias 
d'Uisel et Gaucelm Faidit. Il faut y en ajouter un quatrième, qui ne 
se trouve pus dans H, mais qui est dans D (fol. 210\ C'est la réponse 
de Gaucelm Faidit au couplet d'Elias : Maneus fora l francs pclrgris '; 

A juzameii de sos vesis 
mena grant de sa honor 
n'Elias sa meia seror; 
ço diz n'Ebles, q'es lei cosis. 

5 Non 

. . . .qar parlet de gruissa fez no-sen, 

^ Roberl, Meyer n"a pas remarqué que les mots qui suivent ce premier cou- 
plet, et qu'il a imprimés comme de la prose, sont une tornada de deux vers ; 

Aqpstz raotz fetz n'Elias, qe'ls saup far 
miels qV.n Gauselms, q'es plus gros d'un pilar. 

Ces mois ne sont donc pas une interpolation, comme le croit Chabaneau. 



12 POESIES PROVENÇALES INEDITES 

q'andui em gros, mas el o es, cho-m par, 
de clara fam, et eu per pro maniar. 

2. Une syllabe au moins manque. Y avait-il en vieux prov une phrase 
menar a granl comme en vieux franc, estre en grant, meire en graDl?ro?/. 
Tobler, li dis dou vrai aniel, v. 2 note. — 5-6. Le copiste a sauté une 
ligne. — 7. em] en. 



GARIN D'APCHIER ET TORCAFOL 



Les poésies de Garin d'Apchier et de Torcafol, son adversaire, 
oiïrent assez de difficultés, tant pour leur texte, qui est souvent 
obscur, et pour les événements historiques dont il y est parlé, qui 
sont difficiles à éclaircir, que ^wur la question de propriété litté- 
raire, puisque nous verrons que les poésies n'appartiennent pas 
toujours à celui des deux auteurs à qui les manuscrits les attribuent. 
Pour deux pièces, les attributions ne sont pas d'accord : Le sirventes 
Comunal vielh ma tor appartiendrait à Torcafol selon IK, à Garin 
selon D ; le couplet Memhrarius ciel jornal se trouve deux fois dans 
D, une fois comme poésie de Garin, la seconde fois comme poésie 
de Torcafol. Pour les autres pièces, les mss. sont unanimes à les 
attribuer ou à l'un ou à l'autre des deux poètes, mais les attiibutions 
ne sont pas pour cela plus incontestables. 

Pour éclaircir la question, il faut partir d'une pièce dont l'auteur 
soit bien certain, c'est-à-dire du sirventes Comtor d'Apchier rehuzat, 
qui est naturellement l'œuvre de l'adversaire de Garin, de Torcafol. 
Il se trouve dans les mss. DR, et a été publié par Rayn. 4, 253 et 
réimprimé par Mabn, W. 3, 277. Bien que, dés lors, il n'entre pas dans 
le plan de mon travail, je ne crois pas superflu de le publier encore 
une fois, avec toutes les autres pièces des deux troubadours, sauf 
Comunal en rima clausa, imprimé récemment dans mes Provcn~a- 
lische Inedita aus pariser Handschriften, p. 30-5 ss. Ce qui m'en 
donne le droit, c'est que ces pièces difficiles ne sont pas publiées p;ir 
Eayuouard d'après tous les manuscrits, et que, par conséquent leur 
texte réclame quelquefois des corrections. Je ne me flatte pat--, 
pourtant, de fournir uioi-mêrae un texte définitif. Il n'y reste que 
trop d'obseurilcs. 



TIREES DES MANUSCRITS D ITALIE 13 



Gr. 443, 1. Mss. D 139, R 23. Rayn. 4, 253; Mahn \V. 3,2";7. 

Comtor d'Apcliier rebuzat, ■ 
pos del clian vos ai laissât, 
recrezut vos lays et mat, 
luenli de tota benanansa, 
5 vencut de guerr e sobrat, 
comtor mal encompanhat, 
ab pauc de vi e de blat, 
plan d'enuey e de carn ransa 

Aisi prenc de vos comjat, 
10 pos. 

e de vostre vielh barat, 
e de vostra vielha pansa, 
e del nas tort mal talhat, 
e del vezer biaisât, 
15 que tal vos a dieus tornat 
c'anas co escut e lansa. 

Beus a hreuiat lo coril 
Monlaurs, que tonins vil, 
que de maj tro en abril 
20 vos fai estai' en balansa ; 
e non aves senhoril 
tant aut son dur cor apil. 
que ia'us trobon en plauil, 
per que'm i)ren de vos pezansa. 

25 Et an vos claus lo cortil 
sil que'us son deus lo ca[)il, 
e tornat de brau humil 

Ortogvaphe d'après R. — 2. de R ; es laUsatz R. - 5. guerre e D. — G acoin- 
paignat D. — .7. A D. — 9 pren D, — 10. oimais de mi chanlat D, may de 
mi no chaatalz R. — 11. del R. — li. l^aissat D. — 15. Ca D. — 17 briuat 
D ; orrilli R. — 18. Mos iaiirs D, Montiaur R ; qi lenez D. — 1V\ tio 
qu'n R. — 22. so dun D. — 23. iaiis] nos D; plan mil R — 25. V.àn 
V. R — 'lù. que s. daus D. 



14 POESIES PROVENÇALES INEDITES 

e tout chant et alegransa ; 
e s'anc raubes loc mongil, 
30 ara'iis faitz dire a mil 
que dieus e Torde clergil 
vos an tout pretz et onransa. 

Pos del chantar em al som, 
aisieus desampar lo nom. 

35 totz votr' ai'gens torn' en plora 
e vostr' afars desenansa. 
vilhet pus blanc d'un colom, 
be*us menon de tom en tom, 
e no sabetz qui ni com. 

40 tart seres mais reis de Fransa I 



30. flir R. — 31. lorde de glognil D. — 32. a R. — 33. de clianla hoai 
D. — 34. desam per D. — 35. Tôt v. argen R; torna D. — 36 afar R; 
desenassa D. — 37. Viellz D; blancs D. — 38. Vos D. — 39. saubes D. 
— 40. Farz D. 



10. La leçon n'est pas sûre. Ni l'un ni l'autre manuscrit ne peut 
avoir le texte correct. Il semble que le vers doive dire à peu près 
ce que disait le vers 2 : pos de chan vos ai laissât. En partant de 
la leçon de D, on pourraitlire pos ai mais de m'iei chantât « puisque j"ai 
dianté plus qu'à demi », c'est-à-dire « puisque j'ai chanté tout à fait, 
puisque j'ai fini de chanter » (voy. Zeitschrift, XI. 133). Mais l'expres- 
sion serait bien peu naturelle. 

17. Eaynouard a traduit {Lex. II, 490): « Monlaur vous a bien 
abrégé le chemin. » Mais cette traduction est-elle correcte ? S'il faut 
dériver corll de ciirrere, il vaut peut-être mieux encore lire « hrivat lo 
coril {corrilh, qui est dans R, = curriciihtm) « il vous a activé la 
course, il vous a fait courir. » IVIais il semble que Torcafol distingue 
dans la rime l d'avec Ih. Voy. plus loin la note du vers 2 de 162, 7. 

21 à 23. Vers assez obscurs. Je ne connais pas d'autre exemple de 
planil, mot qui doit signifier pays plat : « On vous trouve en pays 
plat, réduit au pays plat. >> 

26. esser a alcu deiis lo capih Encore une expression dont je ne con- 
nais pas d'autre exemple. 

37. Le diminutif c'dliet manque dans Rayn. 



TIREES DES MANUSCRITS D ITALIE 15 

Lu pièce précédente est placée daus les deux umniiscrits entre 3fos 
Coinimals fai hen parer et Veillz Corimnals ma tor. Ces deux poésies 
étant réunies aussi dans les mss. IK, on peut supposer qu'elles étaient 
voisines dans le manuscrit qui était la source commune de D I K R. 
En effet on voit qu'il y est parlé des mêmes événements (comp. 
les vv. 36 à 38 de j\[os ComunuU aux deux premiers couplets de Vielh» 
Comunals ma tor], et, bien que les compas ne soient pas les mêmes, 
on peut dire que la seconde répond à la première. 

<ir. [62, 5. AIss. D 139, I 192, K 177, R 23 (Maha Ood. lOil;. 
[mpriraée Rayn. 4, 250; Mahn W 3, 275. 

Mos Comunals fai ben parer 
que, si el pogues dir ni far 
causa que-m degues enoiar, 
ill en faria son poder ; 
5 mas paubrieira e veillencs Tassaill 
e poders e iovenz li faill. 
per qu'aïs guerriers non fai paor : 
e non a amie ni seignor 
que no-I teingna per enoios 
10 mas tant quant ditz nostras tcnsos.- 

E s'ieu lo voill ben dechazer, 

que-1 vuoilla tolre mon chantar, 

ia non er qui'l don a maniar 

ni-1 voilla albergar un ser ; 
15 per que métrai"! chan dinz serailK 

per qu'el sovent trembl'e badaill ; 

que la verchiera de sa oissor 

vendet, dont son gai maint pastor. 

car lai vivi, ab sos lairos 
20 emblan las fedas e'is moutos. 



Orfographe d'après K. — 1. Pos comioal R. — 2. sil DIK; saubes IK. — 
3. So qua mi IK. — 4. Quel IK. — 5. vilenc R. — 5, 6. Mas iouenz e 
poders len faill E paubrieira e ueillors lasaill IK. — 6. la f. D. — 7. cal 
R; Per qua home IK; nom R. — 9. euueyos R. — 11. Mas seul u. D. — 12. 
Quill D, Que IK; uoill la l. IK. — 15. Perquel ch. métrai d. lo s. IK; Ma? 
metray lo R; metraill canzD. — 17. Quel u. IK; uergiera de soi.sor D; sa 
sor R. — 18. dont] de R.— 19. Que IK ; uenia D ; les D.— 20. Erablar D. 



16 POESIES PROVENÇALES INEDITES 

Ane ab armas non saup valer 
hom meinz, tant se*n volgues lauzar, 
ni aïs guerriers, mas ab parlar, 
no saup hom meinz de dan tener; 

25 mas sovent mou guerra et assaill 
a cels que an croz e sonaill, 
don mil monge dinz refeitor 
pregan plorant nostre seingnor 
qu'en Pons-tortz e'n Sainz-Laurenz fos 

30 si cum es, viellz e soffraitos. 

Leiautat sol molt mantener 

e falsetat totz temps blasmar, 

mas al tornell la"i vim laissar 

e del tôt mètre e non caler ; 
35 per que ditz lo pair d'en Eraill 

que home qui nafre ni taill 

ni prenda son lige seingnor 

ni que'l toilla castel ni tor, 

no"l deu mantener nuls hom bos, 
40 per qu'el no"l mante ni"n Randos. 

Ja nuill marit non cal tenjer 

de lui ni sa moiller gardar, 

anzlo po laissar domneiar 

et estar ab leis a lezer ; 
45 que quais que-1 deboisni'll entaill, 

deboissar lo po d'aital taill : 

ses pel, ses carn e ses color 

e ses ioven et ses vigor ; 

e d'ome qu'es d'aitals faichos, 
50 non deu esser maritz gelos. 

21. sap IK. —22. senj en IK ; guabar IK. — 23. guerres D, gerres K. — 
24. sap D; de manque R. — 25. trebaill IK. — 26. qan c. D; o R; sooiail I. 
sooiailsK.— 27,refreylor R. —29. Que p. t. D;poDstotz e son I. R. — .30. 
es]elD. — 31. Leialtaz D;nio't »2rt«ry2<e D ; — 32. falsilaz D. — 33. .\]al R; 
lorneill D tornei R;laill IK. — 35. paire D, par IK, payre R; d. E. J uenalli 
R. — 36.qes uaure D; e DR. — 37. E DR; preo IK. — .38. E D ; Nil reuou 
ia c. R. — .39. No d. D. — 40. no m. I) ; ni r. K ; raso.< D — 41 nuillz 
mariz D; nom R. — 42. ni de s. R. — 44. a^ en D. — 45. cal DR : u: Il 1. 
— 4G. DebossarlK. — 49. daylal R. —.50. deo D; mariilz IKR. 



TIREES DES MANUSCRITS hll'AI.IE 17 

Or. IG^, 8. Mss. D 139, I 19:?, K 177, R i^3. V. 27) à 3^; Rayii. 5,449; 
Mahn W. 3,347. 

Veill Comuual, ma toi- 
ai cobrad' ad lionor, 
car bon envaidor 
non pot hom leu faidir; 
5 qu'a vos o auzi dir; 
per que 'm mis en la via 
e fi"n cellui issir 
que a tort la ténia; 
don sapchon mei amie, 
10 tuich, li paubr'e li rie, 
qu'ieu guerrai so que die, 
puois sus son, don issic. 

Qui m'apela traichor, 

el men per mieg lo mor; 
15 mas quar al meu seignor 

podion ren laich dir, 

eu non o vole sofFrir ; 

ni voill que tracher sia ; 

e saup lo meillz garrir 
20 qu'el eus no se*n garia, 

qu'en aissise'n partie 

qu'anc colbe no'i feric, 

et eu û so qu'ieu die, 

que-1 pris e no-I retie, 

25 Ben viu a grant lionor 

Crtogvaphe d'après K. — 1. Veillz D; ComiDal R: Comunal ueill I K; 
corR. — 3.Qua b. esuaidor IK. — 4. NosD. — 5. Car D; ausai IK. — 
6. mes D. —7. Eq li IK; fi D. — 8. tor DIK, cor R; lemia R. — 9 à 12 
ont échangé leurs places, dans I K, avec 21 à 24. — 9. Esaupchon IK. — 10. 
p. eill r. IK. — 11 manque D. — 12. P. sui d. il i. U. — 13, Siii I. 
Cul K; maa pela I K. — 14. m. deoan pel m. I K. — 15. a mon s. 1 K. — 
16. Podiom IK; laidir D, iay dir R, — 17. ro lo D; vuelh R. — 18. Irai- 
chers D. — 19 et 20 manquent R. — 19. saubil D; grazir I, garzirK. — 
21 à 24, voy. 9 à 12. — 21. issic DR. — 22. colpe D. — 23. fi manque 
IK; f. s. q. d.] si fo que d R. — 24. que p. R —25 à 36 manq-uent DR. 



POÉSIES PROVENÇALES INÉDITES 

qui pert son mal seignor, 
qu"ieu perdei lo'peior 
qu'anc morz pogues aucir, 
mas eu non, puois moric; 
30 ni non voill qu'om m'aucia: 
per ma vida gandir 
garni la maison mia 



35 



Si be"s fan gabador 

H filial e'ill oissor, 

Monlaui's fai sobre lor 
40 SOS honraz faiz auzir ; 

e quant l'auzon venir, 

no"lserron ges la via, 

auzlor a faicli gequir 

Torgoill e-ill gaillardia; 
45 e parec a Nou-Vic. 

on preiron tal destric 

que quan l'estors partie, 

el remas près en gie. 

Ges no me don paor 
50 per lor dig de folor, 

Si tôt quatre comtor 

mi menasson d'aucir; 

quar en els po venir 

anz qu'e mi la moria ; 
55 et yen; podes lor dir, 

30. que 1. — 33 à 36 tnanquent aussi IK; espace laissé libre. — 37. 
beus R; cabador DT. — 38. e Jorsor R, — 39. Monlaur R. — 40. Ses I; hon- 
rar fdi grazir 1 K. — 42. seron D, saron 1 K. — 43. AnD; an DR; gechir I K. 
44. e la feonia 1 K. — 45. en R; non uic IK, vau vie R. — 46 à. 48 quant 
la cliocha partie. On preiroo tal destric. Quancar laa iai en gic IK . — 46. 
prozon R. — 47. lestorn R. — 48. Lay R. — 49 à 60 manquent D. — 49. 
nom d. gran p. IK. — 50. Ni ira ni dolor IK. — 52. Me mes sen daucir 1 K . 
— 5i. 11 moria I K, la raurria R. — 55 ù 57. Queu en prec lam e fie I K. 



TIRÉES DES MAiNUSCRlTS d'iTALIE 19 

prec dieu a casciin (lia 
que gotela me fie 
el lag mal don moric 
uns comtors, qu'ieu ausic 
00 qu'anc preveirc non vie. 

ri8. laie 1 K. — 59. aussic R. 

5. J'ai suivi la leçon de D R, qui, généralement, ont le nu illcnr 
texte, mais eu égard aux vers 11 et 23, on i)Ourniit préférer ici misai. 

11. guerrai dans tous les mss. ; on aimerait mieux f ara i. 

25. Ce fragment d'vm troisième couplet n'est que dans IK. Cest un 
travestissement curieux d'un couplet de P. Vidal (Gr. 364, 13) : 

Ben viu a gran dolor 
qui pert son bon senlior. 
q'eu perdei lo melhor 
qu'anc mortz pogues aiicii: 
e quar non pose morir 
ni es dreitz qu'om s'aiieia, 
per ma vida gandir 
m'en anei en Ongria, etc. 

La rime du vers 29 n'est pas correcte. Mais il n'est guère permis 
de lire comme dans le sirventes de P. Vidal : Mas eu non pose morir. 
Cela n'aurait pas de sens ici. Tout ce fragment me paraît bien suspect. 

45, J'ai choisi la leçon de D, qm. me paraît la plus vraisemblable; 
mais je n'ai trouvé aucun Neuvic où il y ait eu un combat en ces 
temps-là, 

' 48. Gic est-il substantif verbal de gequir ? et signifle-t-il, par cou 
séquent, « abandon? » Je ne trouve le mot qu'ici. 

54. Morla, miirria, voy. Godefroy, morie, mourle, mûrie, » mort, 
massacre. » Il semble que le mot français désigne la mort causée par 
une maladie contagieuse. 

57. Autre vers difficile que je ne comprends pas sans des cliangc- 
ments trop considérables. 



Il est évident que ces deux pièces ne sont pas du même auteur, et 
on ne peut douter que 3Ios Comunals n'appartienne à ïorcafol, puis- 
qu'on y retrouve le portrait de Garin, comme il était tracé dans 
Cvmtor d'Apchier, portrait d'un pauvre vieillard, décrépit, mais qui 



20 POESIES PROVENÇALES INEDITES 

est toujours acharné contre les religieux. La seule différence est 
cju'il est désigné ici par son senliaJ, dans l'autre pièce par son nom 
réel ; et ceci s'explique, si j'ai bien compris les vers 33, 34 du premier 
sirventes (p. 14). Ces vers semblent dire que Torcafol voulait cesser 
désormais d'appeler Garin par son nom poétique: eje vous quitte le 
nom'. » Il en résulterait que le sirventes Comtor fut postérieur à Mos 
Cominials et peut-être aussi postérieur à Veill Comunal ma tor, puisque 
Garin y appelle encore son adversaire Comunal, ce qu'il n'aurait pro- 
bablement pas fait après le sirventes Comtor. Mais alors il faut sup- 
poser que Garin avait nouvellement perdu le château dont il était en 
possession au temps de la pièce Veill Comunal. 

Les trois poésies dont nous avons parlé jusqu'ici forment, nous 
l'avons vu, une sorte de groupe dans les mss. qui les renferment. Un 
autre groupe est formé par Comunal veill flac plaides et Comunal en 
rima clausa. La seconde de ces deux pièces est attribuée dans tous 
les mss. à Torcafol. En effet, nous y retrouvons tous les traits qui 
caractérisaient le portrait de Garin d'Apchier: sa vieillesse qui le ren- 
drait impropre, d'après l'opinion de son adversaire, à être druf, son 
hostilité envers les religieux et envers les pauvres paysans, dont il 
aime à voler les moutons, etc. Il est donc évident que cette pièce est 
bien de Torcafol. (Voyez Inedita aus pariser Hdss, p. 305.) 

L'autre pièce est attribuée dans les mss. à Garin d'Apchier. 



Gr. 162, 2. Ms.'^. D 1.38, 1 191, K 177, R S. - Rayn. 4, 249; 
Maha W. 3, 274. 

Comunal veill, flac, plaides, 
paubre d'aver et escas, 
tant faitz malvais serventes 
que del respondre sui las ; 
5 e'I vostra cavalaria 
venra tota ad un dia 
quant er cho denan detras, 
Pavois bos e"l bos malvas. 

Orthograplie d'après K. — 1. uiellz flacs D, — 2. escars I K. — 5. Sil 
R; voslre 1 K. — 6. Vaudra D. — 7. Car R ; so DR. — 8. Lauol bea eill pro 
m. IK, Lauol bo el bo m. R. 

1 Ce nom a été, cooforméraent à uu usage bien connu, commun à tous les 
deux, ce qui explique la confusion dans les atlribulioas de leurs poésies. 



TIREES DES iMANUSCRlTS D ITAI.IE 21 

Ane un bon mot non fezes 

10 non i âges dos malvas, 

pcr qu'ie-uf? tolrai vosd'o ses : 
mon clian, ab que' us formias ; 
quar chantatz ab vilania, 
que'ill comtessa me"n chastia 

15 que ten Beders e Burlas, 
que ditz que vos rebusas. 

Ane sagramen non tengues 
del tornel, quant Tavias ; 
ni nuill temps ver non disses, 
20 si mentir non cuidavas ; 
et anatz queren tôt dia 
qu'oni se fi; e qui se fia, 
tenetz lo taulier e*ls das, 
e del ioe sabetz assas. 

25 Qui -us tolia Vivaros, 

FArgenticira e'I Solas, 

on lorcomtatz mainz orbes, 

mesures vos bom lo vas ; 

que quant Pons-tortz vos passia 
30 e Sainz-Laurens vos vestia, 

siatz totzpaubres e ras, 

que sieus es anquer, si" os plas. 

Et avez tanz de mais près 
aras e d'aissi en tras 
35 que non sai cum vos tolgues 
qui-1 pe no 'US tolli ' o-l nas 

10. fl<! D, des T; malualz IK. — H. queus D; fes R. — 12. Mos R; quieiis 
K ; formais IK ; E m. ch. îib formas D. — 13, Can R. — 14. El R; me R; 
Qui corlesamea cii. D. — 15. Beders] lobresD, lombes R. — 17 à 24 après 
25 à 32 D R. — 18. t.] tort uey R; lamas l). — 19. nuillz D. — 22. Cusi fi e 
cussi faria D, Conssi e per maystria R. — 23. Tener D. — 24. assatzIK. — 
25. Quieiis R. — 27. comtes R,— 28. Mesuresoa D . — 29. tort R, lorstz 1 K, 
manque D; vos manque D; passai IK. — 30. san laures qeus v R. — 31. 
mollDR. —32. ED; siusDIK ; er D; sieus R. — 33. tans de mal D; laiis 
mais après R. — .35. Qeu D; corn D, col R. — 36. Si D,Sil R; pel D. 

2 



22 POESIES PROVENÇALES INEDITES 

del tôt no* us aussizia, 
si no fos la cofrairia 
de Chasiers e de Carias, 
40 ab los pecols anaras. 

37. nos auzizia IK ; Ois oillz o nous a. DR. — 38. coffaria D. — 39. cha- 
liers IK, chassier R ; o D ; carals IK. 

15. Beâers e Burlas est la leçon de IK, qui, pour cette pièce, ont 
généralement le meilleur texte. D a lobres au lieu de Beâers, R lombes, 
ce qui donnerait la comtessa que ten Lomhers (dép. du Tarn, plutôt que 
Lombez dép. du Gers) e Burlas. Outre que la leçon de Beders est 
mieux attestée, labiographie d'Arnautde Maruelh nous dit expressément 
qu'il y avait une comtesse qui fut appelée par les troubadours comtesse 
de Béziers et de Burlats, c'est-à-dire Azalaïs de Toulouse. 

26. Il y a plusieurs lieux du nom de Soulage, Solage, Soulatge, 
Soluise, Soulages. Je n'en connais aucun qui soit nommé Soûlas. Mais 
est-ce bien de noms de lieux réels qu'il s'agit ici, ou n'est-ce plutôt un 
exemple de cette sorte de jeux de mots dont parle Toblerdans « Ver- 
bluemter Ausdruck und Wortspiel in altfranzosischer Eede », p. 2 ss.? 

27. orbes n'est pas dans Rayn. Je ne comprends pas le sens du 
vers. Peut-on corriger ordes = ordescs « ordures »? 

32. « Vous êtes encore le sien », c'est-à-dire : « Vous appartenez 
toujours encore au tombeau, à la mort » ?? Cela ne donne pas de sens 
satisfaisant. Y a-t-il un jeude mots entre vas «tombeau» et vas «vain» ? 
« vous appartenez encore toujours à la vanité ; tant elle vous plaît » ? 
Dans les vers 29, 30 il faut peut-être lire no 'us au lieu de vos. 

39. Probablement Chassiers, département de l'Ardèche, et Carias, 
département du Cantal. 

40. j^^col «menu bétail », manque dans Rayu. ; jjecow, pecoul, 
pecoidh dans Mistral « niais, imbécile. » 

Si nous rapprochons ce sirventes des poésies précédentes, nous ne 
douterons pas que les mss, n'aient tort de l'attribuer à Garin d'Apcbier. 
(Outre le portrait de celui qui y est attaqué, comp. particulièrement 
les veis 17, 18 et 29, 30 de cette pièce-ci aux vers 33 et 29 de Mos 
Comunalsfai ben parer.) Cette pièce encore est sans doute l'œuvre de 
Torcafol. 



TIREES DES MANUSCRITS D ITALIE 2 3 

Il nous reste quelques poésies qui ne se trouvent que dans le ms D . 
Gr. 162, 4. D 202, attribuée à Gaiin. 

Mais albergiers dinarada de feri 
no vendet anc mielz qe el a vendut 
la verchiera e de l'autre gran ren ; 
mas e mal luoc li faill, si dieus m'aiut. 
5 vieil enoios rebussat Comunal, 
mon oliver vert e foillat brancut 
cossi m'ausses anc retraire per mal ? 

1. fen rimant avec ren, Vn à la lin doit être mobile. « Denrée de 
foin » ne donne pas de sens satisfaisant. Faut-il lire/e : re et traduire 
« denrée de foi, denrée commise à sa bonne foi, pour la garder » ? 

Nous avons vu que dans Mos Comunals, vers 17, on reprochait à 
Garin d'avoir vendu la dot de sa femme. Ce reproche étant répété 
dans les premiers vers de ce couplet-ci, nous conclurons qu'ici encore 
c'est Garin qui est attaqué, et que c'est probablement Torcafol qui est 
l'ao-resseur. 



Après avoir trouvé que tant de pièces attribuées à Garin par les 
niss. ne sont pas de lui, nous hésiterons aussi à lui accorder celles 
qui ne démentent pas aussi clairement le témoignage des mss. Nous 
nous déciderons probablement à reconnaître Torcafol pour l'auteur de 
la pièce Vielhs Comunals plaides , où l'on remarque à peu près le même 
style et le même genre d'injures que dans les autres sirventes de ce 
troubadour. 

Gr. 162, 7. Msc. D. Ib9. Impr. Klein, die Dichtuogen des Mœachs voa 
MonUiudon, p. 107. V. 1, 3 à 9, 11 et 12. Raya. 5, 156. Mahn W. 3, 276. 

Veillz Cumunals plaides, 
ver brivat lo corves; 
e'ill malvatz serventes 
qe vos auch far e dir, 
5 me toruon en azir, 
e-ill vostra ianglosia, 

L. cumunal. 



24 POESIES PROVENÇALES INEDITES 

don vos faiz escarnir, 
me desplaz chascun dia, 
e-m n'es vos enoios, 
10 que limars d'esperos, 
gais esems e falcos 
am mais auzir que vos. 

Mas sobrebe vos près 

car viella no volges, 
15 c' ab autra foraz mes 

e fera* us greu soffrir. 

e non a obs que -us tir 

tossa sa drudaria, 

se ia se*n vol iauzir; 
20 qe no se'n iauziria, 

c'outra doas messos 

non auria drut de vos ; 

e de nulla"! ianglos 

no sera ia cogos. 

10. des esperos. — 11. falcons. 

2. La leçon semble corrompue. Mais comment faut-il corriger? 
Corves pourrait être le cortves vfr. corvois « cordouan », constaté 
récemment par Tobler dans la Chansoneta leu e plana de Guillem de 
Berguedan (Zts. 13, 546). Alors corves serait probablement par méto- 
nymie pour sotlars de corves, peut-être aussi pour braias de corves. Ou 
doit-on y substituer plutôt corves, corretz «courroie» et lire hreuiar 
(Ve'us hreuiat?) lo corres [hr'iuar D = hreuiar Pi aussi daus Comtor 
d'Apchier, V. 17), ce qui serait le contraire de alounga la courreja 
« donner des libertés'» dans Mistral ? On est tenté aussi de rapprocher 
les deux expressions hriiiar lo corres ici et hreuiar (briuar D) lo corril 
dans 443, 1. v. 17 ; mais je ne vois pas alors comment dériver corril. 
En somme, je ne sais pas expliquer ce vers. 

3. Le malvaz serventes dont parle ce vers sera Veill Comiinal, ma 
tor, qui a le même compas que cette pièce-ci et qui la précède, cbro- 
nologiquement, puisqu'il a adopté non seulement le compas de Pierre 
Vidal Be viu a gran dolor, mais encore ses rimes, tandis que Veillz 
Comunals plaides n'en suit que la forme métrique sans en adopter 
les rimes . 

14. Corr. viella vos volges. 



TIREES DES MANUSCRITS D ITALIE 25 



22. Vers trop long. Corr. aihra. 

23. Corr. gelos? 



Il ne me semble pas aussi sûr que les trois poésies qui restent 
appartiennent à Torcafol. Le style m'en paraît un peu différent, et le 
fait que la personne attaquée y est caractérisée comme un pauvre 
gueux et comme un vieillard ne suffit pas pour y reconnaître Garin. 
Les pièces Uautrler trohei et Aissï con hom sont attribuées à Garin 
seul ;'le couplet Memhrari' us ciel iornal est attribué, nous l'avons dit, 
aux deux auteurs. 

Gr. 162, 3. Mss. D 202, impr. Kleiu. p. 107. V. 17 à 24 Rayn. 5, 155. 
Mahn W. 3, 276. 

L'autrier trobei lonc un fogier 
un crol', onn era us efas mes 
e la olet' e dos conres 
e la noirissa en un gat nier. 
5 aquest ostals fon d'un parier, 
Comunal, qu'i veich dechaier ; 
e qant lui vi, cuidei vezer 
Ruqet, un viel ioglar lanier. 

D 140 : L'autrier trobei tras un fogier 

un croille ab dos enfanz mes 
en un leit ab dos cures 
e*l nuirissa, im chat nier. 
5 aqest ostals fo d'un parier, 
Cumunal, qu'i vei deschazer; 
e quant lui vi, cuidei vezer 
tu, lait veill iuglar lainier. 
8. lais. 

Cel, s'es paubres, mal no Ten mier, 
10 q'ieu no'ill tulc ren mas las pares 
e*l moli donrendia ses 
al paire d'en Poisson Gaifier ; 
qe-n dis un tal enuich l'autrier, 
don men, qe no "m dis point de ver; 

2. un — 5, soQ. — 14. poinz. 



2 6 POESIES PROVENÇALES INEDITES 

15 mas no 'S pode mal dir tener. 
an vos los maiors colps q'el fier! 

Eu no m'apel ges Olivier 
ni Rothlan, qe q'el se* n dises ; 
mas valer los cre maintas ves, 
20 quant cossir deleis q'eu enquer; 
e non sai el mon cavalier 
q'eu adoncs no • 1 crezes valer ; 
e volria tal fieu aver 
a partir regisme o enpier. 

23. sieu. —24. regieme. 

La forme métrique et les rimes sont les mêmes que dans Peire 
Cardinal Ane no vi Breio ni Baïvier. 

3. Pour coures, cures, voj. la note du vers 2 de la pièce précé- 
dente. Oleta n'est pas dans Rayn. Le mot sera le diminutif de oîa. 

1 1 , Corr. del moli ? 

12, Corr. Ponson? 

13, 14. \ÀïQ que"in,no'nf 

16. An est-il le même que ec? v. Mistral an-7ious-aq>ii « nous 
voici » (à Castelnaudary) . 



Gr. 162, 1. Msc. D. 202. 

Aissi con hom tra l'estam 
as envers, q'era adreich, 
e si cum meno'l carreich 
li bou, qanttrao'l legnam, 
5 un nou sirvenies ailluc 
de mon Comunal astruc, 
qui chaschus torna en desdeing 
6 destorz son entresseing. 

la no'ill cal gardar cho clam 
10 per si ni per son arneich, 



7. descleing. — 8. e.] au tresseing. 



TIREES DES MANUSCrJTS D ITALIE 27 

ni per bon astre qe*il veich 
nipel sieu cori'en volam, 
pel ioglareiar faduc, 
ni per las canas del suc, 
15 ni per las cordas del seing 
qui son el sieu col susteing. 

4. legnam manque dans Eayn. ; voy. it. legname, catal. lenyam, 

8. Lire^-n? 

12. volam manque dans Rayn.; je ne le comprends pas. 

16. Le dernier mot du vers ne peut être sostenh « soutien ». Peut- 
on corriger sotz fenh? « pour les cordes de cloches qui sont à son col, 
au-dessous de la teinte », c'est-à-dire « sa barbe ressemblerait à des 
cordes de cloches, si elle n'était pas teinte » ? 



Gr. 443, 3. .Msc. D 202, 140. Impr. Rayn. 5, 156. Mahn \V. 3.277, 
Kleio, p. 106. 

Membrari'us del iornal 
qant perdes vostres cussos 
a Montfort, e meses vos 
dinz en la boissera? 
5 granz esmais 

vos i crée e grans esglais, 
qe'ls draps vos trauqes denan. 
be • us garit dieus, per semblan, 
car no • us toqes en carn nuda. 
10 « savis apren e fols quda. » 

D' (202) : 4. D.una b. 

D2 (140) : 2. cuissos. — 3. messes. — 6. Vos uieng. — 7. traisses. — r, 
torqes. — 10. floscuida. • 

4, 5. Ces deux vers sont sans doute incomplets. Il est probable qu'ils 
ont eu sept syllabes comme tous les autres, et que le quatrième finissait 
eu al comme le premier vers du couplet. 



En somme, des huit pièces qui se trouvent dans les mss. sous le nom 
de Garin, nous ne pouvons lui attribuer avec certitude qu'une seule 



2 8 POESIES PROVENÇALES INEDITES 

trois ne sont certainement pas de lui, une quatrième probablement 
non plus; trois sont douteuses. 

Du reste, Garin n'a pas beaucoup à se plaindre du résultat de nos 
recherches. S'il ne lui reste qu'une seule pièce, c'est du moins 
la meilleure, et pour la vivacité du style, et pour le genre de la satire, 
moins grossière et plus ironique que dans les compositions de son 
adversaire, et pour les sentiments qui y sont exprimés. Auteur de 
cette pièce et, surtout, inventeur du descort, Garin occupera encore 
une place honorable dans la littérature provençale. 

Mais qui est donc ce Garin d'Apchier?Il semble impossible qu'avec 
tant de noms de personnes et de lieux, qu'il y a dans les sirventes 
des deux troubadours, on ne puisse retrouver Garin dans l'histoire. Il 
me le faut confesser, poui'tant, je n'ai pas été plus heureux à présent 
que la première fois que j'ai essayé de résoudre la question (Zeitschr. 
f. roui. Plïil., t. XI, 221 ss.). Ce n'est pas l'impossibilité de trouver 
des noms identiques dans les documents qui fait la difficulté, c'est 
plutôt l'embarras de choisir parmi toutes les j^ersonnes du même nom. 
Il y a un assez grand nombre de Garin d'Apchier, et s'il est vrai que 
presque tons ceux que nous connaissons ont vécu dans un temps trop 
moderne pour notre troubadour, il est bien probable aussi que le nom 
de Garin était fréquent dans la famille dès le commencement du XII" 
siècle. Du moins je crois qu'il s'agit d'un membre de cette famille (qui 
est appelée dans les documents « de Apcherio » ou « de Castronovo », 
c'est-à-dire de Châteauneuf-de-Randon, département de la Lozère), 
dans l'extrait suivant d'une charte de 1126. 

Nolum siL . . quod ego Raymundus cornes Barchiiionae el Proviiiciae mar- 
chio et coDJux mea Dulcia et filii nostri Raymundus et Berengarius donatores 
sumus vobis Garino el Odiloni fidelibus noslris et uxoribus veslris et filiis 
el filiabus vestris ia perpeluum castrum quod vocatur Rando, ut iiabealis et 
teneatis illud per feudum... {Bist. de Languedoc, V, 886.) 

Il y a donc à trouver parmi les divers Garin d'Apchier celui qui 
peut avoir été notre troubadour. 

Il n'en est pas autrement des noms d'Eralh, de Monlaur et de 
Randon. Le nom d'Eralh est commun dans les familles des vicomtes 
de Polignac (nous trouvons des Héraclius de Polignac déjà au ix« siè- 
cle, voy. Hist. de Languedoc, t. IV, Registre) et des seigneurs de 
Monlaur, qui tous les deux étaient du voisinage des seigneurs 
d'Apchier et qui se trouvent souvent ensemble avec eux dans les 
documents. 

Les hostilités de Garin envers les religieux ne nous aident pas non 
plus à fixer le temps où il vivait, puisque, aux xiie et sm^ siècles, les 



TIREES DES MANUSCRITS D ITALIE 29 

évêques de Mende et du Puy étaient presque toujours en guerre avec 
les barons de leurs diocèses, et entre autres avec les seigneurs d'Apchier, 
dePolignaoet deMontlaur'. En 1165, nous voyons le roi Louis le Jeune 
entreprendre une expédition pour protéger l'Eglise contre les vexations 
de ces seigneurs (Hist. de Languedoc, t. VII, 8 ss.), expédition qui 
fut suivie d'une autre en 1 171. L'évêque de Mende, Aldebert de Tournel 
(1 151-87), reconnaissait alors la suzeraineté des rois de France {Gallia 
christ. 1,90), de sorte que, dès lors, les ennemis de l'évêché de Mende 
étaient aussi les ennemis de la France. Les comtes d'Apchier étant 
feudataires des évêques de Mende, mais combattant toujours contre 
eux, cette circonstance pourrait peut-être servir à expliquer les vers 
A iKiuc apchiers no'usfo Fransa [Comunal, en rima clausa,v. 12) et 
ta)'t seres mais re'is de Fransa {Comtor d'Apchier, v. 40). 

L'époque où florissait^e troubadour serait fixée^ jusqu'à un certain 
point, si la comtessa que ten Beders e Burlas était en effet Azala'ïs de 
lîéziers, surnommée de Burlats dans la biographie d'Arnaut de Maruelb. 
Elle était fille de Eaimon V de Toulouse, épousa, en 1171, le comte 
Roger V de Béziers et mourut avant 1201 (v. Hist. de Languedoc, YI 
156, X 220). Mais il n'est pas bien certain que ce soit la même comtesse. 

Dans la Zeitsch.f. rom. Phil. t. XI, p. 223, j'ai dit que les deux sir- 
ventes Gr. 162, 7 et 8 devaient avoir été composés après 1196, puisqu'ils 
suivent le compas d'une poésie de Pierre V'^idal qui est de cette année- 
là. Ce n'est peut-être pas exact. La pièce de Vidal étant un sirventes, 
toutes les trois peuvent avoir imité un original aujourd'hui perdu. 
Mais le sirventes de Garin serait naturellement une imitation de celui 
de Vidal, si le fragment du couplet, dont nous avons parlé à la page 
19, était vraiment de lui. La chanson de Raimbaut de Vaqueiras, 
dont le compas est imité par 162, 5, est probablement à placer entre 
1180 et 1190. Le genre poétique du descort, inventé, selon la biogra- 
phie de Garin, par ce dernier, existait déjà avant 1 180. Si la notice de 
la biographie est exacte, ce dont nous n'avons pus le droit de douter, 



' Une charLe de 1223 peut, en quelque manière, servir d'illustration aux 
reproches faits à Garia de voler les moutons aux paysans. Gallia christ., 
1,92: « In schedis R. P. Andreae a S. Nicolao... lego hune Stephanum 
(évèque de Meude) strenuum se ostendisse in compescendis nobilium vexa- 
tionibus erga rusticos, quibus arare non nisi dominicis et solemnioribus 
diebus permitlebant. Ut eorum superbiam frangeret, multos équités et du- 
ceutos milites accersivit, maxime ex Arvernia, qui ducibus domino de Mer- 
corio, comité de Bononia, etc. Randonem de Castronovo debellarunt, et 18 
castra tam de feudo et retrofeudo, quam de proprietate Raudonis ceperunt 
et destruxerunt. » Empêcher les paysans de labourer ou leur voler les mou- 
tons, il n'y a pas grande différence. 



30 POESIES PROVENÇALES INEDITES 

la carrière deGarin doit avoir commencé vers 1175, au plus tard. Il 
me faut abandonner les recherches ultérieures à ceux qui disposent 
d'une bibliothèque historique jjIus riche que la mienne. Je ne doute 
pas qu'on n'arrive à déterminer les dates de quelques-uns des événe- 
ments dont il est fait mention dans ces poésies. 



Gnindriss, n» 167, 20»'. Ms. T 141. 
GIAUSEM FADITZ 



D'un 'amor on s'es asis 
mos ferms cors fis, 
movon luit miel cortessaber; 
c'amors m'ensegna 
5 cansons far e'm maïstris 
e-m esbaudis 
cor e sen e geng e poder, 
per c'ieu devegna 
e gais SOS 
10 coindes e bos ; 

qe s'il! non fos, 
gia per autra isciensa 
mos trobars, 
qi es fins e clars, 
15 non fora cars 

ni agra gran valensa. 

Ni non cre qu'om gia*l graisis 
ni abelis 
gia, tant non o sabr' eu voler, 
20 s'amors, ce régna 

' J'avais oublié de publier cette pièce, omise par Bartsch, dans mes Ine- 
dita ans pariser Handschriften. Je profite de roccasion qui s'offre pour la 
publier ici, bien que cette poésie, n'étant contenue dans aucun des manu- 
scrits d'Italie, sorte du cadre du présent travail. 

2. mon ferra; fins. — 4. camor. — 5. nais liis. — 9. sons. — 15. clars, — 
18. Mabelis. — 20. samor. 



TIRÉES DES MANUSCRITS d'iTALIE 31 

e me giors e sers e matis, 
no'm crecis 
de vos, ce-m fatz viur 'e valer, 
domna, on c'ieu tegna. 
25 tant es pros 

ce mas cansos 
an pretz pros. 
par so non bistensa 
merceiars 
30 e mos cantars 

ni gens prechars 
ab cor d'umil parven?!a. 

Donc non es gies vers devis 
aicell ce dis 
35 c'ieu cant per aver; 

ch'en re no-1 degna 
mon cor tant per ce-n mentis 
lei, c'obesis, 
e mos cantz, on no t'as parer 
40 ce-m desovegna 

sos gioios 
cors amoros ; 
es es raisos; 
qu'en tant, ses faglensa, 
45 cVnclau mars 

no es sa pars; 
per qe'l lausars 
de leis e-1 pretz m'agenssa. 

Soau e gient me concis, 
50 can vole c'ieu vis 

son bell cors blanc gioios giaser, 
don bes me vegna. 
e no cresatz ce ieu partis, 
s'il m'o sofris 



21. E] el. — 23. fat; ualens. — 31. Nigus p. — 33. uer. — 39. cant. 
40. Com. —41. Son.— 44. Con clau. — 47. Por quieu lau?ors. 



32 POESIES PROVENÇALES INEDITES 

55 so qu'ieu plus vole veser. 

trop eut qe-m fegna! 

c'a sasos 
notz ben al pros 
paue' oeiaisos. 
60 per so'm fai temensa 

fols vanars 
e trop parlars, 
ce mans afars 
en assi'S desavinensa. 

65 tan be-1 soi aclis, 

car-Sû que'U quis, 
me àet, qe ges no-m po^ plaser 
c'autra'm retegna. 
ans no lais Lemosis, 
70 un dotz pais, 

perlieis, en cui ai bon esper 
ce giois me-n vegna; 
don ganglos 
contrarios 
75 fais ni gelos 

no i ay' entendensa 
cil ganglars 
ni'l cridars 
braus : «falsamarsî n 
80 nos ni nostr' amor vensa. 

E per aiso m'esgausis 
car s'afortis 
mos bels Sobiras ab cor ver 
en pretz revegna, 
85 q'era, s'ell no Vacidhis, 
ia meg-aucis 
per tais qui-11 degran mantener. 



55. Camu(so) oîf CQraai(so). — 59. ociaisons. — 64. enaseis. — 65. o t.; 
aclins. — 67. der;poc. — 72. gioi. — 73. sanglos. — "îô. ag. — 78. cridar. 
— 79. Brau. —83. sobirar. — 85. Géra; nola ciiguis. —87. tal. 



TIRÉES DES MANUSCRITS d'iTALIE 33 

e cal qu'estregna 
son corblos 
90 flac enoios 

vas gioi duros, 
a lui a tenensa 
pretz, donars, 
ses faitz avars, 
95 e gens ondrars 

ab francha captenensa. 

Ma cansos 
ab ditz gioios 
va dir 

100 n'Agout en Provenssa 

ce'wl près clars 
de vos m'es cars 
e'I gerears 
de Santongier m'agcnsa. » 

88. que stregha. — 89. cors. — 90. noios. — 94. Sos.— 9.5. gems. — 
102. mos c. — 104. santangier. 

5. J'ai introduit mmstrîs, bien que le verbe maïstrir n'existe pas 
dans Raynouard. On y trouve pourtant enmaistrit « babile ». 

12, Ou ce vers-ci est trop long d'une syllabe, ou les vers 28, 44, 
GO, 92 sont trop courts. La mesure du dernier vers de chaque cou- 
plet, vers correspondant à celui-ci, rend probable qu'il doit y avoir 
six syllabes dans tous; mais alors il faudrait corriger quatre vers sur 
six, tandis qu'on n'aurait à en changer qu'un seul, si l'on acceptait pour 
ces six vers la mesure de cinq syllabes. 

22. créais. Il paraît qu'il faut corriger enrecis = enrequis. 

21: Vers trop court. Il faudra remplacer pros, qui est déjà au 
v. 25, par un adjectif de deux syllabes, peut-être ricos. 

31. Corr. pveghars. 

35. Vers trop court de trois syllabes. 

36 ss.: « puisque mon cœur ne Testime point'(c.-à-d. l'avoir) à un 
tel point que je mente pour cela, dans mes chansons, à elle, à qui 
j'obéis. >> 

37. Pour mon cor au lieu de mos cors, voy. Inedita ans pariser 
Handschrlfien, p. xv, xvi et Mushacke, AUprov. Marienlclarje, p. 57. 

55. Lisez Cane vis, etc. ? 



34 POESIES PROVENÇALES INEDITES 

65. Lisez Ja ? mais il manque encore une syllabe. 

69 . Lisez ne l. ? 

69, 78. Vers trop courts. 

77. cil = que'ill. 

83, 100, 104. Four Sohira, n'Agout, Santongier, voy. Hisl. de Lan- 
guedoc X, p. 246, et Robert Meyer, Lehen des Trohadors Gaucelm 
Faidit, p. 56, 57. 

99. Vers trop court de deux syllabes, qui devaient contenir aussi 
la rime en os. 



Gr. 231, 2. Msc. D 260. 
GUILLELMR RANOLS 



Laissatz m'era de chantar, 
mas per esqivar los danz 
qe preniaiois e chanz, 
m'erper eus pas atornar. 
5 e no-m chai s'entrels maritz 
non es mes chanz achoillitz, 
tan gen s'acord' ab los gais ; 
mas trop n'i trob de savais 
abrigatz sotz bel parer, 
10 quais qez ill cuion saber 

de prez com vai ni don mou, 
ezunsno tastec del brou. 

Malvestat vei trop poiar 

e prez decazer a panz, 
15 e per colpa dels truanz 

vei tôt lo segle torbar, 

qe'l bocs es al lop arditz 

e l'austor sec la perdiz, 

Tagnels garda e'I pastre pais, 
20 e"l muls cavalca son fais, 

e vei lo frevol tener 

4. a]o.— Lps couplets 2 et 3 so7it intervertis dans le manuscrit.^ 15. delz. 



TIRÉES DES MANUSCRITS d'iTALIE 35 

e*l fort bruzar e cazer 
e • 1 carre denan lo bou 
e nadal segrent an non. 

25 Si "m qers ni -m vols demandar 

don es traitz aquest semblanz : 

dels ries, qar per lor enganz 

losvol deus tant abaissar 

q'us frevols pobols petitz, 
30 armatz de sobrepelitz, 

q'anc mais az enan no'S trais, 

lor tolon tors e palais, 

e"s fan contr'els tan temer 

qe contra lor fais poder 
35 ban bastit un segle non, 

e no son mas oitz o non. 

24. El. 

Uu beau sirventes de Guillem Raiool, dirigé comme celui-ci contre 
le clergé, mais plus encore contre Simon de Montfort et les Français, 
date des années 1216 à 1218. Voy. Stimming, Bertran de Born, pp. 
82, 136. 

2. esqivnr, dans le sens de « détourner », manque dans Rayn. 

12. broUj Yoy. hro dans Rayn. 

22. Corr. brucar « broncher ». Raynouard n'a que la forme burcar. 

24 . segrent par métathèse pour seguentre . 

Cari Appel. 
{A suivre.) 



LE LIBRE DE MEMORIAS 

DE 

JACME MASCARO 



AVANT-PROPOS 



On ue connaît de Jacme Mascaro que son nom, l'époque approxi- 
mative de sa naissance et ses fonctions. Né probablement à Béziers 
au commencement du xiv^ siècle, il fut élu écuyer du consulat en 
1348, ainsi qu'il nous l'apprend lui-même; « E van elegir que fos 
lur escudier Jacme Mascaro. » (folio 4 verso). Chaque consul avait 
à son service un écuyer, et l'écuyer du premier consul, outre les 
charges habituelles de cette fonction (exploits pour le recouvrement 
des impôts, exécution de la justice consulaire, etc.), devait tenir un 
registre des affaires de la commune : telle est sans doute l'origine 
du Libre de memorias. 

Ce livre contient, année par année, la liste des fonctionnaires 
principaux de la ville de Béziers, l'exposé sommaire des faits qui 
intéressent directement la cité (montant des impôts, privilèges, tra- 
vaux publics, pestes, disettes, phénomènes météorologiques, passages 
de rois ou de grands personnages, entrée des évêques, dissensions 
intestines, etc.), des événements les plus saillants de l'histoire géné- 
rale, comme la mort et la naissance des princes de la maison royale, 
les principaux épisodes de la guerre de Cent Ans, et notamment la 
prise par les Anglais des localités de la région. 11 s'étend de l'année 
1336 à l'année 1390 inclusivement*. En dehors de son intérêt histo- 
rique, cette chronique constitue un document important pour Tétude 
de la langue d'oc, et particulièrement du dialecte biterrois, au xiv" 
siècle. 

Le manuscrit de Mascaro est conservé à la Bibliothèque munici 
pale de Béziers, salle des Archives, armoire 8, n" 1. C'est un grand 

1 La clironique s'ouvre par la mention, en l"an 1247, de l'abdication du 
dernier des Trencavel, c'est-à-dire d'un des faits les plus importants pour 
riiisloire de la cité ; Mascaro passe ensuite sans transition à l'année 1336. 



LE «LIBRE DE MEMORIÂS » 37 

volume (40 X 29 X 4 cent.) relié à l'aide de deux planches de bois 
recouvertes de cuir, ornées chacune de cinq gros clous de cuivre ; la 
face supérieure porte en outre un anneau de fer rectangulaire qui 
était destiné à enchaîner le manuscrit. La tranche est peinte en bleu, 
mais la couleur a* disparu en grande partie. Le papier est du papier 
d'ouate. Il y a deux sortes de foliotation, l'une à droite, en chiffres 
romains, qui a le plus souvent disparu par le fait de la rognure, l'au- 
tre à gauche, en chiffres arabes, conforme à la précédente, qui sub- 
siste entière ; nous l'indiquons dans notre copie. L'écriture, très 
espacée, est à l'encre noire, sauf quelques lettres initiales, titres ou 
signes à l'encre rouge. C'est une gothique assez régulière, d'une lec- 
ture facile, à part quelques rares additions au texte, faites par une 
autre main et que nous signalons en note. Les abréviations sont peu 
nombreuses et aucune ne présente de difficulté. 

Le Libre de Memorias a déjà été publié en 1836 dans le Bulletin 
de la Société archéologique de Béziers, l""" série. If volume, page 
67-146. L'auteur de cette publication n'a pas toujours reproduit le 
texte avec fidélité. C'est pourquoi nous ne croyons pas inutile d'en 
donner une seconde édition, rigoureusement conforme à l'original. 
Nous avons cru devoir respecter jusqu'aux caprices même de l'ortho- 
graphe, souvent variable pour un même mot. 

Ch. Barbier. 



[F. 1 recto] AYSSO ES LO LIBRE DE MEMORIAS, LO QUAL 
Jacme Mascara, escudier dels hotiorables senhors cossols de la 
viela de Beses, afach e hordenaide motas e diverssas causas que 
son endevengudas. aissi quan se ceq: 

Premieraraen : 

L'an MCCXLVii, el seten jour del mes d'abriel, Trencavelli, 
viscointe de Bezes, fes carta et instrumen d'absolucio aïs se- 
nhors cossols de Bezes, del sagramen de fizeltat, que los ditz 
senhors cossols et la viela de Bezes li farian et eran tengutz de 
far, et yschamen del servisi e servitut, que los sieutadas de 
la dicha viela li farian. Esta ne carta publica, la quai es en la 
gran cayscha de la mayo comuna. 

[1 V.] Item l'an dessus dig mccxlvii, e la novena calenda de 
jun, se comenset lo tractamen de far lo comensamen de la 
font del mercat de Bezes, per los honorables senhors cossols, 

3 



38 LE «LIBRE DE MEMORIAS » 

e per tôt lur honorable cosselh de la dicha viela de Bezes, en 
la manieira que podes vezer hobrada, 

So son los senliors cossols sobreditz que en aquel temps 
eron, so es a saber ; 

Sen Bernât de Pradas ; sen Pejre Fauta Salada ; sen 
Esteve de Bajas; sen Peyre de Santa Aularie ; sen Guilhem 
Dajnha; sen Bertran Sayschac; sen Peyre Molinier. 

Losquals senhors cossols dessus nominatz van apelar los 
senhors de jus escrlgz, e motas genz de la viela de Bezes, per 
saber si degun y volia deguna cauza dir. 

[2 r.] Premieyramen van appelar los sobreditz senhors 
cossols : 

Mossen Johan Eranha, senescalc de Carcassona e de Bezes ; 
pus van apelar mossen Ramon, evesque de Bezes ; pus mos- 
sen Guilhem, abat de mossenhor Sant Jacme; pus mossen 
Jacme, abat de mossenhor Sant Afrodisi ; pus van far venir lo 
sen Bernât Caus, el sen Guilhem Guitart, los quais dos sen- 
hors van perpenre l'obra de la dicha fon, aissi quant vezer se 
pot hobrada. 

L'an Mcccxxxvi foron cossols : 

Mossen Peyre Desmas, savi en dreg, per taulas; sen Ber- 
nât Gibeli, per mercadies ; maystre Guilhem Danha, notari ; 
sen Raraon Laures, per parayres ; sen Johan de Sant Andrieu, 
per sabaties ; sen Peyre Serinha, per pelicies ; sen Andrieu 
Galhart, per lahor. 

[2 V.] Item Fan sobredich mcccxxxvi, el xvii jour de 
genoyer, los sobreditz senhors cossols van manlevar de 
mossen Andrieu Frezols, filh que fo saentras de mossen P. 
Frezols, cavalier, del castel de la Vcruna. vii^ xi libr. vi d. 
torn., contan lo tornes xii d. 

Item l'an dessus eserich mcccxxxvi, dijous; que fo lo vme jour 
de febrier, a hora de vespras, venc a Bezes lo rey de Franssa 
nostre senhor, que avie nom mossen Phelip de Yaloys. Et 
anava amb el madama la regina, sa molher. Els senhorscos- 
sols de la dicha viela feron li présent de belcop de bêla vais- 
sela d'argent. Et feron mantos los ditz senhors cossols, que 
degun temps no fouc vist qu'en portesso davan '. 

' Dans le maauscrit, le mol davan, écrit a. l'encre noire, est rayé d'un trait 
à l'encre rouge. 



DE .lACME MASCARO 39 

Et van venir am nostre senlior lo rej sobre dig, so es a 
saber : lo rey de Navarra et motz d'autres dux, princeps, 
comtes, baros, et tanta de nobleza que non se pojria nomnar. 

[3 r.] L'an mcccxli foron cossols : 

Sen Guilhem Augie de Fauiha ; sen Sicart Roart ; sen Jolia 
Barrieyra ; sen Amalric Lieura; sen Miqnel Folcran ; sen 
Johan Nadal; sen Mathieu Vilar, 

Aquel an mezeis dessus dig foron autriadas letras per lo 
rej de Franssa, nostre senhor, lo rey Phelip, als senhors 
cossols dessus ditz et a lur honorable cosselh de la viela de 
Bezes, que son en la manieyra que es aissi escrig. Et en la 
maniejra que se seq es estât publicat et cridat a vos de 
trompa, que los sobreditz senhors cossols, que la hora eron, 
aguezon et empetrezo las letras dessus digchas, que aguesso 
fiejra en la viela de Bezes per tostemps. Et sus ajsso los 
sobreditz senhors cossols feron gracias, et a votz de trompa las 
crideron a totas vielas e castels, et a totz merchans, aissi quan 
se seq: 

[3 V,] Premieyramen, autriam per nos e per nostres suc- 
cessors cossols, que per tostemps seran en la dicha viela de 
Bezes, als senhors merchanz, comprados et vendedos de Nar- 
bona, la Grassa, Carcassona, Lyraos, Fangaus, Montolieu, 
Vielapencha, Avinhonet, Tholosa', Sant Paul, Sant Felis, 
Monrial, Sozere, Trebes, Belpuech, Mazeras, Pamias, Mira- 
peys, Albi, Castras, Sant Pons de Thomieyras, Sant Amans de 
Valthoza, Lodeva, Ginhac, Clarmon, Montanhac, Castelnou- 
darri, Sant Paragori, Monpeylier-, Nemze, Belcaire, Vivies, 
Avinho, Aies, Aycx, Tarasquo, Masselha, Aurenga, Carpen- 
tras, et de totz autres merchans, et de totz los autres lox e 
castels, vielas et ciutatz del rialme de Fransa, e de foras lo 
rialme d'on que sian, que vengan a las fieyras, que nostre 
senhor lo rey de Fransa ha autreiadas a nos ditz cossols, et 
a la viela de Bezes, et a nostres successors perpetualmen, las 
quais fieyras son e seran d'aisi avan j^erpetiialmen, al xx' 
jour del mes de may, am vi jorns prodanamens enseguens. 

Item donam et autriam nos ditz cossols, e nom de nos e dels 

' Le manuscrit porle Thola, avec un tilde sur l'o. 
=* Le manuscrit porle Monplr, avec un tilde sur le p. 



40 LE « r.IHIlE DE MEM0RIA5 » 

autres successos nostres cossols, que per tostemps seran en 
la dicha viela de Bezes, a totz mercadies, comprados e ven- 
dedos dels lox so^jredilz, et de totz autres, quais que sian, que 
vengan en las diclias fiejras de Bezes, que sian quittis e franx 
de pagar deniers nj autra causa, de botigas, de liegz e d'es- 
tacas, de iiii*^'"'^ ans essegueus, tenguda la preraievra fieyra. 

Item volem et autriani et jnometem a totz comprados e ven- 
dedos, (tenguda la premievra fieyra), qu'els puesco totas las 

horas que se volran elegir, mètre et establir ' ses ape- 

lar nos ditz cossols ny autres de la viela de Bezes, per lo 
tem[)S avenen, segon que lor sera avist de far, et segon que 
en las autras fieyras de Fezenas e de Montanhac son escri- 
nadas. 

Item volem et autriam nos ditz cossols, e nom de nos e de 
nostres successos, que per tostemps seran, de tener et de gar- 
dar lo for de vis, de civadas et de fes aissi quan valra i mes 
davan las fieyras de Bezes. 

Item volem et autriam nos ditz cossols, et prometem, e 
nom de nos et de nostres successors cossols, que per temps 
seran de la dicha viela de Bezes, de encartar, tener e gardar 
l'estima de las botigas que per alcus prosomes dessus ditz, 
elegidos i)er las alas dels merchans avenidos, sera fâcha, els 
bes de la maj^o comuna e de la universitat de Bezers obligar, 
per las cauzas contengudas en aquestas letras atendre e no 
contravenir, totas las horas que \iev los sobre pauzatz o 
alcus d'aquelas alas ne seran requistz. 

Item fam a saber e manifestam nos ditz lossols, a totz qui 
aquestas [4 r.] letras veyran, que totz mercadier que porte o 
fassa portar draps, o aver de pes, o autras meroadarias en 
las dichas fieyras, es e sera quittis d'intrada, de leuda e de 
barra, et si tant es que tenga botiga e taula en la dicha viela 
e en las fîej'ras dessus dichas de Bezes, no pagara deguna 
leuda de las mercadaries que vendra, sino tant solaraen iiii d. 
per taulier e de botiga al rey, aisi coma es acostumat en las 
fieyras de Perenas e de Montanhac e en la dicha viela de 
Bezes. Et si tant es que vemlre no puesco, que cascu las ne 
puesca tornar vas son hostal ses pagar leuda ny peratge. 

• Il y a ici une lacune d'une ligne dans le manuscrit. 



DE JACME MASCAllO 4 1 

Item autriam et volem que las mercadarias et totz los autres 
homes e femnas, que venran a las fiejras de la davan dicha 
viela de Bezes, seran quittis de pagar vara viii jorns davan 
las diohas fiejras,e viii jorns après, et aytant quant las dichas 
fieyras duraran. Et per so que aquestas gracias et promesas e 
las autras cauzas, en aquestas presens letras contengudas, 
sian veras, e fermas, etestabblas per tostemps perpetualmen, 
ses jamay neguna cauza franlier ny amermar. 

Nos Guilhem Augie, Sicart Roart, Jolia Barieyra, Amalric 
Lieura, Miquel Folcran, Johan Nadal, Mathieu Vilar, cossols 
dessus ditz de la viela de Bezes, per nos et e nom de nostres 
successors cossols, que per tostemps seran en la viela de 
Bezes, pausam lo sagel del coma de la dicha viela de Bezes 
en pendent, de voluntat et de cossentimen del cosselh nostre 
gênerai, Tan de la nativitat de nostre senhor Dieu mil 
cccxLi, el ters jorn del mes de may. 

[4 V,] E en Tan mil cccxlviii, la premieyia semmana de 
carema, comenset a Bezes la gi-an mortaliiat, et comenset 
Costa lo porge d'en Sicart Taborieg, mercadier, costa en P. 
Peruc, qu'es de peyra al cap de la carieyra franceza. et 
moriron totz los senhors cossols, els clavaris, els escudiers, 
et après tanta de gent, que de mil non y remanian cent. 

p]n après estefe tota la mayo corauna desolada, que no fouc 
home que lay trêves ny rodes; et va venir lo seii Guilhem 
Auj^ie de Pauiha, borzes, et auet per la viela parlar als hos- 
tals d'aquels que eron raalautes, e que hom volgues provesir 
sus lo fach del cossolat, et ajustet tant de bos homes quant 
poc trobar, et aneron far regens per lus cossols, so es a 
saber : 

Sen Johati Guitart , per taulas; sen Steve Barba, per 
raercadiers; sen Johan Corregie , per raarel; sen Bernât 
de Serez, per sabatiers; sen Ramon Hue, per aludies; sen 
Steve Portai, per lahorayres. 

E van elegir que fos lur escudier Jacme Mascaro. 
Pus van elegir clavaris, a xx de may, coma regisson : 

Sen Aymeric Barbât, per taulas; sen Olivier Pauliuha, per 
pararia ; sen Guilhem Raynes, per lahor. 

[5 r.] Et van levar una talha, que era endicha per los 
senhors cossols, que mortz eron, que valie lo d. vi sols. 



4 2 LE « LIBRE DE MEMORIAS » 

Pus feron caritadies mages : 

Sen B. Guitart, per taulas ; sen Razols Sira, per merca- 
diers; sen B. Olivier, per mesies ; sen Guilhem Roma, per 
lahorayres. 

Et feron encantajres lo jorn que mossen P. Desmas moric, 
et aiso fouc a xxiiii de maj, davan la porta mage de Sant 
Felis : 

"Vices Cruvelier, Steve Rajnaut, Berthomieu Bonafos. 

L'an McccxLviii.lo jorn de sant Andrieu, que era dimergue, 
se va endevenir que lo comte d'Armanhac, que era adonx loc- 
tenen del rey nostre senhor en Lengadoc, venc aBezes; et 
I cavalier seu s'en anet deportar al bore del Rejforas los murs, 
et anet en una cariejra près del bordel, en que avia una 
novia, en que balavon e dansavon. El cavalier regardan lur 
estât, van li dir que s'en ânes. El cavalier no s'en vole anar, 
et els van lo batre etnafrar ; el cavalier va s'en anar al'ostal 
del comte, de que lo comte ne fouc trop corrossat. Et mandet 
que aquels que ho avian fach fosson près, e que s'en feres jus- 
ticia. Et va lo hom mettre a la cort, e fouc jujat a pendre. 
Maj lo poble menut se va escomoure, et aneron a la cort, e 
van dir que aquel que era jujat a pendre lo laycesson anar, 
sino els romperon las portas de la cort. Et la una partida 
[5 v.] de las gens aneron a la hostalaria del comte, et van li dir 
que feres revocar la sentencia, e lur bayles lo prionier, sino 
que pesses de mori. El comte mandet a la cort que tantost 
lur fos bajlat. 

Ben valgra maj non ho aguesso fach, que pue^'sas ne 
foron pendutz trops, et aquel que ho avia fach no perdet raaj 
lo ponh. 

L'an MCCcxLix foron cossols . 

Sen Johan Bigot, per taulas; sen Guilhem Escardavilha, 
per mercadies ; majstre P. Pastre, per notaris; sen Jacme 
Betinha, per marel ; sen Nicholau Pojol, per mersies; sen 
B. Rog, per covraties; sen Guilhem Capelie, per orgies, e 
moric aquel an. Els senhors cossols feron sonar lo gros cen 
de Sant Nazari. 

[6 r.] Foron clavaris : 

Sen Razols Sira, per mercadiers ; maystre Miquel Sedel, 
per notaris; sen Pej. Segui, per messiers; sen P. Gavasto, 



DE .lACME MASCARO 4 3 

per coyratiers. 

Et feron de talha en aquel an x sols per denier. 

Foron caritadiers : 

Bernât de Badonas, per tuulas ; Jacme Vaniejra, per mer- 
cadiers ; Benezeg Bru, per marel ; Bernât Amielh, per cojra- 
tiers. 

[6 V.] L'an mcccl foron cossols : 

Sen Guilhein Augie de Fauiha, per taulas ; sen Razols Sira, 
per mercadiers ; sen Esteve Emengau, per pararia; sen Johan 
Cotelier, per peliciers; sen Pons Ros, per sabatiers ; sen 
Esteve Sabatie, per raolinies ; sen Johan Cortinals, per lahor_ 

Foron clavaris : 

Hue Cabot, per taulas ; Ramon Gavschae, per mercadiers : 
Ramon Yslan, per lahor. 

[7 r.] Feron aquel an de talha per testa i flori. 

Pus per denier ii sols. 

Pus per denier m sols. 

Pus per denier m sols, et v sols per testa. 

Foron caritadiers : 

Gruilhem Audi, per taulas; Johan Benezeg, per mercadiers; 
maystre Bernât Cornelh, per notaris ; Johan Visme, per 
pelicies. 

L'an sobredich, lo jorn de sant Berthomieu, moric lo rev 
de Fransa, que avia nom mossen Philip de Valojs. Dieu del 
cel li aia la sua arma. 

[7 V.] L'an mcccli foron cossols : 

Mesier Guilhem Morut, per taulas; sen P. Astrebo, per 
mercadiers; sen Guilhem Rossilho, per marel; seu B. Abelha, 
per messiers ; sen P. Bonet, per fabres; sen Ramon Folcran. 
per lahor ; sen Johan Baudriga, per sabatiers, et moric cossol, 

Foron clavaris : 

Johan Benezeg, per mereadiei's ; Ramon Ortz, per saba- 
tiers; Johan Andrieu, per messiers; Bernât Raynes, per fa- 
bres. 

[8 r.] Foron caritadiers : 

Brenguie Augie, per taulas ; Pons Amielh, per mercadiers; 
Ramou Navar, per mesiers; Pej. Ramon Revel, per fabres. 

Aquel an feron de talha per testa i flori. 

Pus per denier i sevré d'escut. 



4 4 LE « LIBRE DE MEMORIAS » 

Pus per denier i ters de flori. 

L'an sobredich, fouc una gran questio entre la cortde Car- 
cassona et la oort de Bezes, so es a saber, que per manda- 
men de mossenbor lo senescalc de Carcassona, venc a Bezes 
majstre Ramon Rogie per comessari, e ben xii sirvens de 
Carcassona, per trayre alcus sirvens riais, que se dirie que 
avian fach una gran enjuria al jutge de crims de Carcassona. 
El dig mossenhor senescalc, volen far justicia, volia que lo 
dich comessari los ne gites de la cort de Bezes, els ne menés 
a Carcassona. E sobre aisso, los senhors cossols de Bezes 
foron requitz que lor [8 v,] plagues que, per la vertut dels 
privilèges qu'els avian de nostre senhor lo rey, qu'els no sos- 
tenguesso que la cort de Carcassona non los trenquesso, quar 
els volian que, si els aguesso res fach, que la cort de Bezes ne 
feres justicia. Els senhors cossols, veren et regardan la enju- 
ria, van perpenre la dicha causa, el quas que los ditz prioniers 
aguesso fâcha causa mai a ponch, que lo dig mossenhor senes- 
calc ne feres justicia, quant se vengra a las siras, en aisi 
coma lo cosselh de la cort de Bezes ordenera. 

L'an MCccLii foron cossols : 

Sen Frances Bofat, per taulas ; sen Andrieu Astrebo, per 
mercadies ; sen Olivier Paulinha, per pararie; sen Guilhem 
Boq, per notaris ; sen Bernât Rog, per cojratiers; sen Johan 
Gangi, per peliciers ; sen Augie Nicholau, per fustiers. 

[9 r.] Foron clavaris : 

Sen Guilhem de Badonas, per taulas ; sen Foie Girona, per 
pararie ; sen Ramon Boquet, per fustiers. 

Feron de talha aquel an per d. mieg flori. 

Pus per denier i quart de flori. 

Pus per testai flori, et i quart de flori per denier, 

Aquel an valc lo carto del vi i gros. 

Foron carraj^ries : 

Sen B. de Badonas, per taulas ; sen P. Boquie, per merca- 
diers ; sen Guilhem Duran Sicart, per parajres ; sen G"". 
Marti, per fustiers. 

[9 v,] Foron caritadies ; 

Sen Ramon Brenguie, per taulas; sen Esteve Barba, per 
mercadies ; majstre Guilhem Salât, per notaris. 

Aquel an comenset la pladeiaria d'Ajgas Mortas. 



DE JACME MASCARO 4 5 

Et en aqiiel an meteis, lo dimecrcs davan nadal, fouc près 
Sant Anthoni per lo captai de Bucg, que ara engles. 

Lo senhor de Sant Guiraut es tengut de pagar cascun an, 
a la festa de Totz Santz, al cornu de Bezes xxx sols. Près ne 
carta majstre B. Pons, alias Sabatier, notari rial, i'an mccciji, 
a XXV del mes de jun. 

L'an MCCCLii, a xxv de jun, feron donacio als senliors cos- 
sols de Bezes e a tota la universitat totz aquels que son en 
aquest cartel escrigz, so es a saber de la parso que avian en 
la fon del mercat de Bezes, aisi quant se conte en las notas 
de majstreB, Pons Sabatie, notari rial : 

[10 r.] Lo sen Jehan Bigot, borzes, i carto d'ajga, 

Sen P. Cabot, mercadier, m cartos, 

Sen Guilhem Honelha, fustie, v cartos e mieg, a xxvi de jun, 

Mossen Guiraut Buadela, ix cartos, quar el ne cantava en 
la capela de la Majre de Dieu de la Magdalena, quar lo sen 
P. Aludie lay donet, [)er so que pregues Dieu per l'arma de 
si e de sos payros ; 

Sen P, Giniejs liy remes tôt lo dreg que j avia; 

Sen Jacme Bedos, parajre, y remes ii quartos que y avia. 

L'an McccLiii foron cossols : 

Sen Cabot Cabot ', per taulas; sen P. Raynols, per mercci- 
dies;sen Johan Coregie, per marel ; sen Brenguie Laures, 
per sabaties ; sen Johan Garnit, per aludies ; sen Johan 
Rossel, per peyralies ; sen Guilhem Ronia, per lahor. 

[10 V.] Foron clavaris : 

Jacme Vanuieyra, per mercadiers; Peyre Thomas, per sa- 
baties; Ramon Hue, [)er aludies ; Johan Costans, per peyra- 
liers, 

Feron de talha aquel an per testa mieg escut, et i quart 
d'escut per denier. 

Pus mieg escut per testa, e i quart d'escut per d. 

Pus una talha, ad ops dels murs, vi d. per d., et levet se 
per XV sempmanas. 

Foron levayres de bans : 

Johan Raynaut, per marel; Peyre Romieu, per lahor; 
Bernât de Badonas, per taulas. 

' Le mol est répété dans le manuscrit. 



4 8 I.E « riBHE DE MEMORTAS » 

[14 r.] E feron de talha per denier i ters de fiori. Pus 
par denier i quart de flori. Pus ad ops dels murs i quart de 
gros. Et no se levet mays per vi sempmanas. 

Foron levajres de bans ; 

Sen P. Estaci, per taulas ; Rauiou Gaudel, per marel ; 
Guilhem Trencavelh, per orgies. 

Foron carajries : 

Ramon Cotelier,per taulas; Veria ScMinha, per mercadies; 
majstre Guilhem Revel , per notaris ; Jacme Yidal, per 
mesies. 

[14 V.] Foron caritadiers : 

Sen Hue Cabot, per taulas ; sen Ramon Gayschac, per 
mercadies ; sen Pons Veria, per coyraties ; sen Johan Cor- 
regie, per raarel. 

L'an MCCCLV, davan las Totz Sanz, venc en aquest pays lo 
princep de Galas. E vengueron los coredos entro a Bezes. 
Mais quant el saup que en Bezes avia grans gens d'armas, no 
vole pus avant passar ; e venc ta grau neu que si no s'en 
fos tornat, non y aguera engles no fos remangut en las 
plassas. 

[15 r.] L'an mccclvi foron cossols : 

Sen Razols Sira, per Tescala de taulas ; sen P. Astrebo, 
per mercadies ; sen Foie Girona, per pararie ; sen Ramon 
Ortz, per sabaties ; sen P. Aymoy, per pelicies ; sen Esteve 
Sabatie, per monies ; sen .Johan Cortinals, per lahor. 

Foron clavaris : 

Aymeric Barbât vielh, per taulas ; Guilhem Mauri, per 
pararie ; Peyre Bragayrie, per laor. 

[15 V.] Feron de talha en aquest an davan dich mieg flori per 
denier. Pus per denier i flori. 

Foron levayres de bans : 

Veria Serinha, per mercadies; .Johan Rial, per i)elicies ; 
Brenguie Laures, per sabaties. 

Foron caritadies : 

Peyre Boquie, per mercadies ; Ramon de Puzac, per peli- 
cies ; Esteve Gautier, per nioiiies ; Ramon Yrlan, per lahor. 

[16 r.] Foron carrieyries : 

Ramon Cotelier, per taulas ; Jacme Gautaroia, per merca- 
dies ; Peyre Boyer, per parayres ; Bernât Miralhie, per 
sabaties. 



DE JACME MASGAUU 49 

L'an dessus dig mccclvi, a vm del mes de setembre, foiic 
près nostre senlior lo rej de Fransa, que avie nom mossen- 
hoi^ Johan. Et aisso davaii la viela de Pejties, don ne fouc 
tôt lo rialme en tristor. Et près lo en batalha rengada lo 
princep de Galas, filli d(^l rey d'Anglaterra, e pueys menet 
Ion en Anglaterra. 

Aquel an mezeis comenset liom a bastir la muralha de Bezes. 
Els capitols de las gliej'sas et totz los autres clergues comen- 
seron a pagar a las dichas muralhas. 

Pus en aquel an se comenseron a mètre e enpauzar las 
imposieios sus totas las mercadarias, las quais emposicios 
foron autreiadas al cornu per lo rey nostre senhor, o son 
loctenen, en ajutori de bastir la muralha; e las dichas empo- 
sicios montavan gran soma ^ 

[16 V.] E foron clavaris dels ditz murs, que jamay non 
avie fag pus lo cossolat : 

Sen Peyre Amielh, canabasier; sen Nicholau Pojol, espe- 
ciayre ; sen Andrieu Galhart, lahorayre. 

La venue desjuifz- 

L'an dessus dig mccclvi, venguero a Bezes los jurieus en 
tal ponch, que despueys en sa la viela ny los casteis no ferem 
nostre pro. 

[17 r.] L'an mccclvii foron cossols : 

Mesie Bertran Andrieu, per taulas ; sen Ramon Gaysac, 
per mercadies ; sen Ramon Gaudel, per marel ; sen Johan 
Baudriga, per sabaties ; sen Nicholau Pojol, per mesles ; 
sen Andrieu Galhart, per laor ; sen Guilhem Fabre^, per 
fabres. 

Foron' clavaris : 

Esteve Desmas, per mercadiers ; Jacme Vidal, per mesies; 
Bernât Redorta, per sabaùes. 

]17 V.] Feron de talha aquel an i flori per denier. 



' La fiQ de l'alioéa à partir de las quais emposicios est d'une autre maiu. 
"■^ Cette ligne a été écrite après coup, bien postérieurement au reste du 
manuscrit. 

ï Le mot est répété dans le manuscrit. 



4 8 T,E « riBRE DE ^MEMORIAS » 

[14 r.] E feron de talha per denier i ters de flori. Pus 
per- denier i quart de flori. Pus ad ops dels murs i quart de 
gros. Et no se levet majs per vi sempmanas. 

Foron levayres de bans ; 

Sen P. Estaci, per taulas ; Rainou Gaudel, per marel ; 
Guilhem Trencavelli, per orgies. 

Foron carajries : 

Ramon Cotelier, per taulas ; Veria Serinha, per niercadies ; 
maystre Guilhem Revel , i)er notaris ; Jacnie Vidal, per 
mesies. 

[14 V.] Foron caritadiers : 

Sen Hue Cabot, per taulas ; sen Ramon Gayschac, per 
mercadies ; sen Pons Veria, per coyraties ; sen Johan Cor- 
regie, per marel. 

L'an MCCCLV, davan las Totz Sanz, venc en aquest pays lo 
princep de Galas. E vengueron los coredos entro a Bezes. 
Mais quant el saup que en Bezes avia grans gens d'armas, no 
vole pus avant passar ; e venc ta gran neu que si no s'en 
fos tornat, non y aguera engles no fos remangut en las 
plassas. 

[15 r.] L'an mccclvi foron cossols : 

Sen Razols Sira, per Tescala de taulas ; sen P. Astrebo, 
l)er mercadies; sen Foie Girona, per pararie ; sen Ramon 
Ortz, per sabaties ; sen P. Aymoy, per pelicies ; sen Esteve 
Sabatie, per monies ; sen Johan Cortinals, per lahor. 

Foron clavaris : 

Aymeric Barbât vielh, per taulas ; Guilhem Mauri, per 
pararie ; Peyre Bragayrie, per laor. 

[15 V.] Feron de talha en aquest an davan dich mieg flori per 
denier. Pus per denier i flori. 

Foron levayres de bans : 

A'eria Serinha, per mercadies: .Johan Rial, per pelicies ; 
Brenguie Laures, per sabaties. 

Foron caritadies : 

Peyre Boquie, per mercadies ; Ramon de Puzac, per peli- 
cies ; Esteve Gautier, per monies ; Ramon Yrlan, per lahor. 

[16 r.] Foron carrieyries : 

Ramon Cotelier, per taulas ; .Jacme Gautaroia, per merca- 
dies ; Peyre Boyer, per parayre.s ; Bernât Miralhie, per 
sabaties. 



DE .lACAlK MASCAKU 49 

L'an dessus dig mccclvi, a viii del mes de seterabre, fouc 
près nostre setihor lo rej de Fraiisa, que avie nom mossen- 
lior Jolian. Et aisso davau la viela de Pejties, don ne fouc 
tôt lo rialme en tt'istor. Et près lo en batalha rengada lo 
princep de Galas, filh di>l rey d'Anglaterra, e pueys menet 
Ion en Anglaterra. 

Aquel an mezeis comenset liom a bastir la muralha de Bezes. 
Els capitols de las gliejsas et totz los autres clergues comen- 
seron a pagar a las dichas muralhas. 

Pus en aquel an se comenseron a mètre e enpauzar las 
imposicios sus totas las mercadarias, las quais emposicios 
foron autreiadas al cornu per lo rey nostre senhor, o son 
loctenen, en ajutori de bastir la muralha ; e las dichas empo- 
sicios montavan gran soma *. 

[16 v.j E foron clavaris dels ditz murs, que jamay non 
avie fag pus lo cossolat : 

Sen Peyre Araielh, canabasier; sen Nicholau Pojol, espe- 
ciayre ; sen Andrieu Galhart, lahorayre. 

La venue des jaifz - 

L'an dessus dig mccclvi, venguero a Bezes los jurieus en 
tal ponch, que despueys en sa la viela ny los castels no ferem 
nostre pro. 

[17 r.] L'an mccclvh foron cossols : 

Mesie Bertran Andrieu, per taulas ; sen Ramon Gaysac, 
per mercadies ; sen Ramon Gaudel, per marel ; sen Johan 
Baudriga, per sabaties ; sen Nicholau Pojol, per mesies ; 
sen Andrieu Galhart, per laor ; sen Guilhem Fabre'"*, per 
fabres. 

Foron clavaris : 

Esteve Desmas, per mercadiers ; Jacme Vidal. [)er mesies; 
Bernât Redorta, per sabalies. 

]17 V.] Fet'on de talha aquel an i llori per denier. 



' La fm du l'alinéa à parlir de las quais emposicios est d'une autre maiu. 
- Cette ligne a été écrite après coup, bien postérieurement au reste du 
manuscrit. 

ï Le mot est répété dans le manuscrit. 



50 LE « LIBRE DE MEMÛRIAS » 

Pus ters de flori per dénie. 

Pus ad ops dels murs i gros per d., e levet se per vi meses. 

Foron levayres de bans : 
■ Hue Cabot, per taulas ; Benezeg Bru, per marel ; Johan 
Certes, per laor. 

Foron caritadies : 

Brenguie Augie, per taulas ; Daunis Serinha, per merca- 
dies ; Jaome Majstre, per marel ; Pons Ros, per sabaties. 

[18 r.] Foron carriejries : 

Gruilhem de Badonas, per taulas ; Jacme Vaniejra, per 
mercadies; Bernât Abelha, per mesies ; Ramon Garoti, per 
fabres. 

L'an dessus dig mccclvii, fouc trames sen Johan Bigot, 
borzes, per embajsador, am lo sen Johan Servia, parajre de 
Bezes, al rey de Fransa nostre senhor,que era près en Engla 
terra. 

[18 V.] L'an mccclviii foron cossols : 

Sen Johan Bigot, per taulas ; sen P. Rajnols, per merca- 
dies ; sen Guiraut Blanquier, per parayres ; sen Johan Cote- 
lier, per pelicies ; maystre P. Fabre, per notaris ; sen Ramou 
Boquet, per fusties ; sen Bernât Rog, per coj-raties. 

E feron raubas la i partit de vay. 

Foron clavaris : 

Guilhem Audi, per taulas ; Ramon Guiraut, per pararie ; 
Johan Pastre pus vielh, per fusties. 

[19 r.] E feron de talha aquel an per denier i ters de flori. 

Aquel an se leveron los portais de la viela de Bezes, e se 
caveron las cavas. 

Aquel an meteis passet a Bezes lo cardenal de Boluenha. 

Foron levayres de bans : 

Andrieu Gasc, per taulas; Benezeg Bru, per mnrel ; Ramon 
Yrlan, per lahor. 

Foron carrayries : 

Ramon Cotelier, per taulas ; Jacme Lombart, per merca- 
daria ; Peyre Pelegri , per fusties ; Peyre Bechier, per 
messies. 

[19 V.] Foron caritadies : 

Hue Cabot, per taulas : Esleve Fabre, per mercadies ; 
Guilhem Rossilho, per marel ; Bernât Miralhier, per saba- 
ties. 



DE JACME MASCARO 51 

Aquel an comenset hom a far las cossieyras dels murs de 
Bezes, tôt entorn la viela. e comenseron a plareiar am los 
clercz. 

[20 r.] L'an dessus mccclviii, fouc mot gran descencio 
entre los seuhors cossols de Bezes, mossen Tibaut de Bar- 
bara, mossel senesjalc de Carcassona, lo jutge mage, lo 
jutge de crims, lo avocat del rej, el procurayre del rej. 
Totz aquestz officiers de Carcassona foron requisitz per los 
ditz senhors cossols. que venguesson jurar las libertatz e 
franquezas o privilèges de la viela. Et els recuran qu'els non 
ho volian far, los sobreditz senhors cossols agueron letras del 
rej de Franssa nostre senhor, que fosson totz aquetz officies 
ajornatz davan lo rej. Et els, vezen l'ajornamen, volgron 
far lo dig sagramen non pas dins la viela de Bezes. Et sus 
aiso mossenhor Tarcivesque de Narbona e l'avesque de 
Bezes van s'en entroraetre, et van ne parlar al dig mossenhor 
senescalc et als autres officies de Carcassona, e van los ditz 
senhors oberi, e feron totz lo sagramen. Près ne carta 
majstre Frances Causenuejols, notari rial de Bezes. dedins 
la viela de Narbona. 

[20 V.] L'an mccclix foron cossols : 

Sen Brenguie Augie, per taulas ; seu Jacme Gautaroia, 
per mercadies ; sen Johan Coregie, per marel ; sen Pons 
Ros, per sabaties ; sen Johan Garnit, per aludies ; sen 
-Viathieu Lombart, per pejralies. e mori aquel an cossol ; 
sen Johan Folcran, per lahor. 

Foron clavaris : 

Pons Amielh, canabassie ; Ramon Vielar, per pejralies ; 
Argaiit ' Barriejra, per sabaties ; Sjmon Savajda, per alu- 
dies. 

[21 r.] Feron de talha aquel an m quartz de flori per denier. 

Foron levajres de bans : 

Andrieu Gasc, per taulas ; Benezeg Bru. per marel ; Ramon 
Yrlan, per lahor. 

Foron earitadies : 

Sen Hue Cabot, per taulas; sen Esteve Fabre, per merca- 

• Ce nom remplace Bernai, écrit d'abord et exponclué. Argant est au- 
dessus dans l'interligne. 



5 2 LE « LIBRE DE MF.MORIAS » 

dies ; sen (Tuilhem Rossilho, per marelies ; sen Bernât 
Miralhie, per sabaties, 

[21 V.] Foron carrajries dedins la viela : 

Raraon Cotelier, per taulas ; Jacme Lombart, per merca- 
dies ; Peyre Bechie, per messies; Pons Viplar. per peyra- 
lies. 

Aquel au los clergues de Lis glieyas de Bezes, de voluntat 
de lur capitols, so es a saber : del capitol de Sant Nazari e de 
totz los senhors canonges, del capital de Sant Afrodisi, e de 
l'abat de Sant Jacme', et de totz los canorgues, el prior de 
Cassa ^ e de totz los canorgues de Cassa, e la viela de Bezes 
am totz son cosselh aneron mètre en compromes lo débat et 
questio, que era entr'els ^ , en los honorables senhors cosse- 
Ihiers de mossenhor lo comte de Peyties, aisi cum fo mossen 
Pey. de Carato, cavalier, e mossen R. la Roqua d'una part, 
e mossen R. Barot, canonge de la glieya de Sant Just de 
Narbona, e a maystre R. Malpel e al sen P. Dorimnis. 
merchan de Narbona, et en lo sen Pey. del Lac, cossols de la 
viela de Narbona. E van ordenar que los senhors de las 
glieyas dessus nommadas paguesson lo fach de la muralha 
de so que era fach nys feres per tostemps, très melia tioris 
e dos cens floris ; e que d'aqui avan non aguesso pus des- 
cencio. 

Item may ordenero que el quas que d'aqui avan agues res 
a far, tant a pons, a fons, quant a mais passes, que paguesso 
la novena part de tôt quan costera. Près ne carta maystre R. 
Bertran e maystre Bernât Agel, notaris riais ^. 

[22 r.] L'an mccci.x foron cossols : 

Mesie Bernât Garra, per taulas ; sen Peyre Cabot, per 
mercadies, et mori cossol en la viela de Monpeylier ; sen 
Jolian Servia, per pararie ; sen Pey. Thomas, per sabaties ; 

' Le mot Jacme est rayé, et au-dessus est écrit un mot à demi effacé et 
illisible. 

'^ Les mots de Cassa sont écrits en surcharge dans l'interligoe. 

3 Les mots en compromes lo débat et questio que era entr'eh sont en 
renvoi dans la marge du manuscrit, à droite. 

"* En face de cet alinéa il y a dans la marge du manuscrit, à gauche, une 
main grossièrement dessinée, au-dessus de laquelle sont écrits les mots : de 
la fontayna. 



DE JACME MA3GAR0 5 3 

sen Johan Cabrayressa per canabassies. Et aquest an comen- 
sero aver cossol que encaras non avian ahut, et agron lo 
que los pelicies los aqulhiro. 

Sen B3rnat Rujneâ, per labres ; sen Ramon Gili, per 
lahor. 

Foron clavaris : 

Aymeric Estaci, per taulas ; Pejre Mauri, per parajres ; 
Guilhem Pages, per lahor. 

Feron de talha per denier m. franc. 

Pus per denier autre mieg franc. 

[22 V.] Foron levayres de bans : 

Jacme Lombart, per mercadies ; mesie Jaques Goch, per 
canabasies ; Guilhem Fabre, per fabres ; Bernât Miralhie, 
per sabaties. 

Foron caritadies : 

Andrieu Gasc, per taulas ; Daunis Serinha, per mercadies ; 
Peyre Segui, per canabassies ; Peyre Fabre, per lahor. 

[23 r.] Foron carrayries : 

Jacme Botho, per taulas ; Pons Amielh, per mercadies ; 
Bernât Fromit, per parayres ; Bernât Arnaut, per sabaties. 

Aquel an dessus dich se comenset à far lo compes, mais los 
grans rix homes de la viela non lo layssero aternir, ny vol- 
gro que se feres, per sso que hom no saupes lur estât. 

[23 V.] L'an mccclxi foron cossols : 

Sen Brenguie Bertran, per taulas ; sen Ramon Gayschac, 
per mercadies, e mori estan cossol ; sen Benezech Bru, per 
mazel, e mori estan cossol; sen Pons Veria, per coiraties ; 
maistre Esteve Vices, per notaris ; sen Pey. Massas per 
messies, e mori estan cossol ; sen Arnaut B'ornie, per orgies. 

Foron clavaris : 

Peyre de Badonas, per mercadies ; maistre Bernât Sebeli, 
per notaris ; Peyre Gaubart, per mesies ; Johan Marti, per 
coyraties. 

Feron de talha, per d. i franc. 

[24 r.] Foron levayres de bans ; 

Sen Jacme Botho, per taulas ; sen Pej^re Arnaut, per 
orgies ; sen Peyre Acde, per marelles. 

Foron carayries : 

Ramon Cotelie, per taulas; Esteve Fabre, per mercadies ; 

■1 



5 4 LE « LIBRE DE MEMORIAS » 

maystre Guilhem Revel, per notaris ; Ramon Massas, per 
messies. 

[24 V,] Foron caritadies: 

Arnaut Barbât, per taulas ; Johan Esteve, per mercacUes ; 
Guilhem Rossilho, per marel ; Brenguie Cambavielha, per 
coiraties. 

Eu aquel an dessus dicli fouc fâcha la portalicira nova de 
la mayo comuna. 

Item aquel an mezeis feq hom genz d'arnias per estar en- 
establida contra Gassiot del Castel, que era engles, lo quai 
avie près en carema per escala lo luoc de Cesseras ^ 

Pus aquel an mezeis venc el pais de Lengadoc lo comte de 
Tustamera, que era frayre del rey de Castela. 

Pus en quel an venc en lo dich pais mossen Segui de Bada 
fol, que era engles, et près lo luoc de Frontinha. 

Mays non triguet gaire que la vigarie de Bezes y anet 
provesir, et fes motas de genz d' armas tant que gaires no y 
esteron, e los feron passar tôt lo pays. 

[26 r.^ ] Foron levayres de bans : 

Jacùie Lorabart, per mercadies ; Ramon Ortz, per sabaties; 
Peyre Catala, per pelicies ; Bernât Fabre, per monies. 

Foron caritadies : 

Ramon Cotelier, per taulas ; Andrieu Amielh, per merca- 
dies ; Ramon de Puzac, per pelicies ; Esteve Sabatie, per 
monies. 

Foron carrayries : 

Jacme Boto, per taulas ; Daunis Serinha, per mercadies ; 
Peyre Mauri, per parayres ; Bernât Golfî, per marel. 

[26 v]. L'an mccclxiii foron cossols : 

Mesie Pons Peyre, per taulas ; sen Jacme Gautaroia, per 
mercadarie ; sen Guilhem Rossilho, per marel; seu Jacme 
Vidal, per mesies ; sen Ramon Ortz, per sabaties ; sen Johan 
Sahonier, per fabres ; sen Ramon Roqua, per lahorayres 

Foron clavaris : 

Esteve Fabre, per mercadies ; Johan Coyra, per me>ies ; 
Bernât Bermon, per fabres ; Daude Albi, per sabaties. 

Feron de talha très miegz ûoris per d.. 

1 iMs. Cecesseras. — ^ La feuille 25 d(i manuscrit est en blanc. 



DE JACME MASCARO • 55 

[27 r.] Foron levayres de bans : 

Guilhera Audi, per taulas ; Fraiices Barrieyt-a, per marel ; 
Pons Ermengau, per lahor. 

Foron carrayries : 

Ramon Cotelier, per taulas ; Raraon Massas, par mesies ; 
Ramon Viguier, per mercadies ; Raynaut Passavan, per 
fabres. 

Foron caritadies : 

Jacme Botho, per taulas ; Peyre de Badonas, per mer- 
cadies ; Jacme Maistre, per marel; Peyre Bragayrie, per 
laor ; B. Miralhier, per sabaties. 

[27 V.] L'an dessus mccclxiii, venc a Nemze lo rey Johan, 
et aiso quant ysit fouc de prio, so es a saber d'Anglaterra. 
E covidet totz los cossolatz a dirnar lo jorn de nadal. 

Rem Tan dessus dich, a xi de novembre, la nueg de Sant 
Marti, fouc près lo luoc de Peyriac per Bertrugui et sos 
companhos ^ 

Aquel an meteis % fouc près lo castel de Linlia per avol 
garda, la nueg de Sant Nazari, per Loys Roinbaut, que era 
engles, de que n'ac, avans que laysses ni desampares lo dig 
luoc, de Favesque de Bezes e dels senliors cossols de la dicha 
viela, X milia-floris. 

Rem costet pus d'autres x milia floris per tener gens d'ar- 
mas et autres en establida contra lo sobredieh Roinbaut et 
sos companhos; et las establidas estavan en très luox, so es 
a Maraussa, a Thesa et a Cornelha. 

[28 r.] L'an mccclxihi foron cossols : 

Sen Jacme Boto, per taulas ; sen Jacme Lombart, per mer- 
cadies; sen Ramon Promit, per parayres ; maystre Johan de 
Fontaynas, per notaris ; sen Bernât Promit, per coyraties ; 
sen Ramon de Puzac, per pelicies ; sen Johan Pastre, per 
fusties. 

Foron clavaris : 

Sen Peyre Vilar, per taulas ; sen Jacme Genestas, per 
parayres ; sen Pons Laurens, per fusties. 

Feron de talha aquel an per denier i flori e mieg. 

' Dans le manuscrit cet alinéa est barré. 

■^ Le mot meteis a été barré, et au-dessus on a écrit : lxiu. 



5 6 LE « LIBRE DE MEMORIAS » 

[28 V.] Foron levajres de bans : 

Sen Audrieu Amielh, per mercadies ; majstre Guilhem 
Boquie, per notaris; sen Pey. Gavasto, per coyraties ; sen 
Bertran Pratz, per pelicies, 

Foron carrajries : 

Guilhem Cotelier, per taulas ; Guilhem Carie, per mer- 
cadies ; Ramon Sabatie, per parajres; Arnaut Fromit, per 
coyraties; Bernât Porquie, per fusties. 

[29 r.] Foron caritadies : 

Mesie Esteve Crotz, per taulas ; Jacme Emengau ; majstre 
Berthomieu Sajnier, per notaris ; Johan Rial, per pelicies. 

L'an sobredich, fec ta gran freg que totz los olivies 
moriron, ny non se trobavo ges de cauls, e vendie se la 
lieura dels cauls xv deniers. 

Item l'an dessus dig fouc près lo luoc de Bederieus per 
alcus engles. 

Et aquel an fouc près lo luoc de Peyriac. 

Item aquel an meteis, a xvi de may, fouc mes ceti per 
davan lo dich luoc de Peyriac. 

[29 V.] En après Tan dessus dich mil cccLXiiii, fouc donada 
la crozada per nostre senhor lo papa, papa Urba, contra 
aquels que tenian et occupavan lo dich luoc de Peyriac, et 
generalmencontra totz aquels que raubavan, pilhavan et des- 
cipavan lo reyalme de Franssa, dont non triguet gayres de 
temps, que totz ho la major partida foron mortz e destrutz a 
mala mort. 

Es a saber que l'an dessus escrig mil ccclxiiii, avie en la 
senescalcia de Carcassona ciiii milia fuox. 

Item avie ne en la senescalcia de Belcayre lxx milia 
fuox. 

Pus avie ne en la senescalcia de Tholoza l milia fuox. 

Somma las très senescalcias ii'' e xxiiii milia fuox. 

[30 r.] L'an dessus mil ccclxiiii mossen Guilhem Arnaut, 
morgue de Sant Gili, prior de Malsa, de l'avescat d'Uzes,ven- 
det tôt quant avie a Bezes ni en lo termenal de la dicha vila, 
so es a saber, totz los bes que eron estatz de mossen Bertran 
de Monpezat, cavalier, a nostre senhor lo papa, papa Urba, 
ad ops del monestier de sant Girma de Monpeylier, et ayso 
per pretz de mil iiu^ libras. 



DE JACME MASCARO 57 

[30 V.] L'an mccclxv foron cossols : 

Sen Brenguie Bertran, pertaulas; sea Pej. Boquie, per 
mercadies ; sen Raraon Gaudel, per marel ; sen Bernât Mira- 
Ihier, per sabaties ; sen Pey. Cambavielha, per laor; sen Johan 
Garnit, per aludies; sen Guilhem Barta, per peyralies. 

Foron clavaris: 

Andrieu Amielli, per mercadies ; Johan Bonservisi, per 
mesies; Bernât Arnaut, per sabaties; Helias Geli, per pey- 
ralies. 

Feron de talha per d. i franc e mieg. 

[31 r.] Foron levayres de bans: 

Ranion Brenguie,per taulas; Pejre Acde, per marel; Johan 
Certes, per laor. 

Foron carrayries : 

Rumon Alari, per taulas ; Peyre Lunas, per mercadies; 
Benezeg Guitart, per aludies ; Paul Bossela, per peyralies. 

[31 V.] Foron caritadies : 

Guilhem Cotelier, per taulas; Guilhem Carie, per merca- 
dies; Johan Dolha, per sabaties; Johan Corregie, per marel. 

Aquel an dessus dich mccclxv se comenset ad empauzar la 
gabela de la sal. 

Item aquel an mezeis fouc fagacort entre los senhors clercz 
els senhors cossols de Bezes, que totas las mesuras, quais que 
fosson, dels capitols de Monflores, de l'Almorna, de Sant 
Afrodisi, e de Sauma Longa, tornesso a mesura quer es^de la 
peyra en lo capitol de Sant Nazaii. 

Aquel an mezeys imcci.lxv, a xviii de febrier, comenset a 
venir a Bezes lo duc d'Ango, frayre et loctenen del rey 
Karles, rey de Franssa, filh del bon rey Johan, en Lengadoc. 

[32 r.] Item aquel an dessus dich veng\ieron tantas de lan- 
gostas, que a penas veria hom l'ayre del cel. 

Item en aquel an fouc tractât et ordenat, per los ditz sen- 
hors cossols e la cort de Bezes, que tota femnaque se aja- 
gues d'effant, al batejar del dich enfant non ânes ni agues 
sino VI ho vil homes et atrestant de femnas. Et aiso sur la 
pena de i franc. 

En l'an mil cccLXv dessus escrig, pagava la vila de Bezes 
als subsidis et talhadas per xii*^ menhs v fuox, e duret entro 
l'an MCccLXxviii, que tornezon los fuox de Bezes a vie fuox. 



5 8 LE « LIBRE DE MEMORIAS » 

Et en aquel an mccclxxviii, trobet se que de cent melia 
fuox,que avieenla senescalcia de Carcassona, Fan mccclxiiii, 
fouc tornat et amermat axvi melia fuox. 

Item es tornada la senescalcia de Belcayre de lxx melia 
fuox que y avie a xii melia fuox. 

Item la senescalcia de Tholoza de l melia fuox, que y solie 
aver, coma dessus es dich, es tornada a viii melia fuox. 

Somma las très senescalcias xxxvi melia fuox. 

Et solie ne aver iic e xxiiii melia fuox. 

[32 V.] L'an mccclxvi foron cossols : 

Mesie Ramon Fabre, per taulas ; sen Bernât Laur, per 
raercadies; sen Ramon Guiraut, perparayres; majstre Ramon 
Genieys, per canabassies ; sen Bernât Redorta, per sabaties; 
majstre Guilhem Rossel, perfabres; sen P. Agel, per lahor. 

Foron clavaris: 

Ramon Alari, per taulas; Ramon Rog, per parayres; Gui- 
lhem Bonet, per lahorayres. 

[33 r.] Feron de talha aquel an per denier ii floris. 

Pus autriet hom a mossenhor lo duc d'Ango i subsidi de 
V gros per fuoc. 

Foron leA'ayres de bans : 

Peyre de Badonas, permercadies; Jacme Fabre, per cana- 
basies; Ramon Ortz, per sabaties; Raynaut Passavan, per 
fabres. 

Foron caritadies : 

Ramon Brenguie, per taulas ; Johan Pradas.per mercadies; 
Rayrolet Trenquie, per canabasies; Ramon Garoti, per 
fabres. 

[33 V.] Foron carrayries: 

Jacme Emengau, per mercadies; Arnaut Bonet, per para- 
rie ; Jacme Laures, per sabaties. 

Aquel an passet a Bezes mossen Bertran de Clequi, cava- 
lier, que s'en anava en Castela, am gran cop de gens d'armas, 
et la viela li fes gran yssida am totz los bos homes de la viela- 
E feron li grans presens, elh doneron gran cop de bêla vay- 
sela d'argent. 

[34 r.] L'an mccclxvii foron cossols : 

Sen Bernât Guitart, per taulas ; sen Andrieu Astrebo, per 
mercadies; maystre Guilhem Boquie, per notaris ; sen Johan 



DE .TACME MASCARO 59 

Paralops, per mesies ; sen Jacme Betinha, per marel ; sen 
Esteve Albanhana, per cojraties ; sen Pejre Arnaut, per 
orgies. 

Foron clavaris : 

Sen Jacme Emengati, per mercadies ; maystre Guilhem 
Ramon, per notaris; sen Anric Malras, per mesies ; sen Gui- 
lhem Salvajre, per coyratîes. 

Feron de talha aquel an per denier i franc. 

[34 V.] Foron levajres de bans : 

Sen P. Vilar, per taulas; sen Johan Corregie jove, per 
marel; sen Esteve Carapanha, per orgies. 

Foron carra^'ries : 

Sen Ramon Brenguie, per taulas; sen Johan Pradas, per 
mercadies; majstre Guiraut Tejsejre, per notaris; Vesia 
Gobi, per mesies. 

Foron caritadies : 

Johan Teron, per taulas; Peyre Lunas, per mercadies ; 
Guilhelmes, per marelies ; Jacme Bonaric, per coyraties. 

r35 r.] En aquel an se venderon totz los arquibanx de las 
gliejas de Sant Felis et de la Magdalena. 

L'an dessus mccclxvii, a xi de genoier, los senhors cossols 
de Bezes, ara motz d'autres bos homes de la dicha vila, 
aneron a Monpeylier, per far la reverencia a nostre senhor 
lo papa, papa Urba, que era vengut a Monpeylior, lo premier 
jorn de genoier. 

[35 V.] L'an mccclxviii foron cossols : 

Sen Guilhem de Badonas, per taulas; sen Pejre Lunas, 
per mercadies; sen Bernât Gibeli, per parajres ; sen Jacme 
Laures, per sabaties ; sen Bertran Pratz, per pelicies ; sen 
Bernât Fabre, per monies ; sen Ramon Roqua, per lahor. 

Foron clavaris : 

Johan Teron, per taulas; Arnaut Bonet, per parai'ie ; Pons 
Emengau, per lahor. 

Feron de talha aquel an per denier i fiori. 

Pus per denier i franc. 

[36 r.] Foron levayres de bans : 

Guilhem Carie, per mercadies; Bernât Redorta, per sabaties: 
Ramon de Puzac, per pelicies ; Esteve Gautie, per monies. 

Foron caritadies : 



fin LE « LIBRE DE MEMORIAS » 

Ramon Cabot, per taulas; Lojs Vajssa, per mercadies ; 
Paul Bajas, per parayres; Bernât Miralhie, per sabaties. 

[36 V.] Foron carrajuMes : 

Bernât de Golbias, per taulas ; Ramon Viguier, per merca- 
dies; Pejre Laures, per lahorayres ; Duran Canier, per monies. 

A quel an foron mot grans aygadas, so es a saber la nueg 
de Sant Guiraut. 

Item passeron tantas de gens d'armas entorn Bezes, que 
era ses nombre, que liom no podia vendemiar ni semenar. 

Et aqiiel an meteis autriet hom a mossenhor d'Ango, en lo 
mes d'octobre, a Tholosa, ii franx per fuoc. 

[37 r.] L'an dessus mccclxviii fouc mot gran secada, Els 
senhors cossols e tota la viela de Bezes ho los habitans 
d'aquela, totz pes nutz, s'en anezon vigolar am grans proces- 
sios a la Majre de Dieu de Serinha. Et aportet hom lo crocific 
de Sant Felis, e motas d'autras emaginas de sans. 

L'an dessus mccclxviii, a m de desembre, vengueron a 
Bezes letras de part raadama la regina de Fransa, farens a 
saber que ela se era ajaguda de i bel filh, lo quai lo comte 
Marti lo avie batejat. Et avie nom Caries; de la quai causa 
tota la viela n'ac mot grant gaug, en feron mot gran festa. 
E fouc mandat et cridat a vos de trompa per los senhors 
cossols, que tôt home vengues am lur baniejras a la majo 
comuna. Et anezon de dos en dos a la gliej^a de mossenhor 
Sant Nazari, et aqui foron totas las processios de las gliejas 
de Bezes, e partiron se d'aqui e venguero s'en am grans ora- 
tios a la glieia de la Maria Magdalena, hont se fes mot sol- 
lempne sermo, pregan totz, petitz e grans, que nostre senhor 
Dieus li dones bona vida e longa. 

[37 V.]. L'an mccclxix foron cossols : 

Mesie Esteve Cros, per taulas; sen Jacme Lombart, per 
mercadies ; sen Johan Coregie, per marel; sen Jehan Dolha. 
per sabaties; sen Peyre Gaubart, per mesies ; sen P. Ramon 
Revel, per fabres ; sen Johan Menerbes, coma regen, que loy 
mes hom per l'escala de laor. 

Foron clavaris : 

Sen Johan Pradas, per mercadies; sen Johan Evesque, per 
messies; sen Esteve Roziejra, per sabaties; sen Ramon Ga- 
roti, per fabres. 



DE JACME MASCARO *>! 

Feron aquel an de talha per d. ii franx. 

[38 r.] Foron levayres de bans : 

Bernât de Golbias, per taulas ; sen Guilhem Rossilho, per 
raarel ; sen Ramon Geli, per lahor. 

Foron caritadies : 

Sen Pej. Vilar, per taulas; sen Loys Vayssa, per raercadies; 
sen Johan Cabrel, per marel ; sen Johan Cruzi, per sabaties. 

Foron carra jries : 

Ramon Cotelier, per taulas ; Johan Benezeg. per mercadies; 
Johan de Boservisi, per mesies. 

[38 V.] Aquel an dessus dig fouc autriat per los cornus, en 
la viela de Carcassona, a mossenhor d'Ango ii franx per fuoc. 

Pus, aquel an meteis, i autre subsidi de ii franx per fuoc. 

L'an dessus mccclxix fouc mot gran carestia de blat, que a 
penas s'en trobava ges, e valc lo sestie del fromen ii franx. 

[39 r.j L'an mccclxx foron cossols : 

Sen Peyre Vilar, cambiador, per taulas; sen Peyre Boquie, 
per mercadies; maystre Ramon de Fuelhval, per notaris : sen 
P. Vidal, per pararie ; sen P, Gavasto, coyratie ; sen Pey. 
Catala, pelicie, e mori estan cossol ; sen Johan Augie, fustier. 

Foron clavaris : 

Ramon Brenguie, per taulas; Peyre Barot, parayre; Peyre 
Porquie, fustier. 

Feron de talha aquel an per denier i franc. 

[39 V.] Foron levayres de bans : 

Sen Jacme Emengau, mercadie; raaistre Raraon Catala, 
notari ; sen Guilhem Aymoy, pelicie; sen Bernât Fromit. 
coyratie. 

Foron carrayries : 

Sen Bernât de Golbias, per taulas ; sen Ramon Viguie, per 
mercadies ; sen Symon Dalmas, perparayres; sen Bernât 
Sedada, per cojTaties ; sen Bernât Porquie, per fusties'. 

[40 r.] Foron caritadies : 

Pey. Genieys, per mercadies ; Paul Glieyas, per tauîas ; 
maystre Bernât Agel, per notaris; sen Pey. Esteve, per peli- 
cies. 

' Il n'y a pas en général de réclames dans ce manuscrit. Cependant au 
bas de la feuille 39 verso on lit la réclame : foron caritadiet:. 



6 2 LE « LIBRE DE MEMORIAS » 

En aquel an comprezon los ditz senhors cossols la part 
pertoqiian ad Ymbert de Montadi, so es a saber totz los 
vigayrals, exceptât las copas e las lengas del mazel. 

Près ne carta majstre Bernât Sebeli, notari rial de Bezes. 

L'iin dessus mccclxx, vendet Guilhem Peyre, filh que fo 
d'enSicart dePauli, aïs sindix deLespinha, lobandejratge els 
erbafge^ del termenal de Bajscha per tostemps, per pretz de 
ii"^ Lx franx. Els senhors cossols dessus ditz, non saben aquesta 
venda, van tantost provesi d'anar a mossenhor d'Ango, que 
era loctenen del rej, e van aver letras mandans al viguier 
del rej, que si los sobreditz sindix de Lespinha venguesso 
ho no venguesso foriscapia, [40 v,] quez el prezes tota la dicha 
compra a la raan del rej, e tantost que Fagues presa, que 
la feres forescapia als senhors cossols de Bezes. Totas ves 
los sobreditz sindix de Lespinha sauperon que los dilz senhors 
cossols ho volian, van ho tantost remetre als ditz senhors 
cossols. Els ditz senhors cossols van la foriscapia de maistre 
Ramon Pascal, clavari de Bezes, per lo rej nostre senhor. 
Et costet lo foriscapi xliii franx vi sols vin d. Près ne carta 
maistre Pejre Salvajre, notari rial, Tan mccclxx, a xxiii 
del mes de mars. 

Item aquel an meteis, las donas morgas de Bezes, coma 
heretiejras del sen Frances Boftat saentras de Bezes, ven- 
deron als senhors cossols de Bezes totz los usatges que pre- 
nie lo dig sen Frances Boffat, per pretz de mil franx. E près 
ne carta maistre Esteve Prunet c mavstre Bernât Sebeli, 
notaris riais. 

Item en aque! an dessus dig fouc fâcha la gran cayscha, 
en la quai estan totas las letras et privilèges, qiîe son de la 
maj'o comuna de Bezes. E costet xx tloris d'aur. 

L'an dessus mccclxx compreron los sobreditz senhors cos- 
sols de Bezes las très partz de Ba3'ssa d'en Guilhem Peyre 
de Pauli, per pretz de nii*^ lx franx. Près ne carta maistre 
Guiraut Got, notari reyal. 

Pus fouc foriscapiat de maystie Ramon' Pascal, clavari 
de Bezes per lo rey nostre senhor. 

1 Le mot Ramo7i est écrit en surcharge au-dessus du mot Peyrr qui a 
été effacé. 



DE JÂCME MASGARO 6 3 

Près ne carta lo dig maistre Guiraut Got a i d'abriel. 

[41 r.] L'an mccclxxi foron cossols : 

San Johan Teron, per taulas ; sen Jacme Emengau, per 
mercadies ; sen Johan Cal)rel , per marelies ' ; sen Pey. 
Thomas, per sabaties ; maistre Alias Geli, per pejralie-= ; 
sen Johan Garnit, per aludies; sen Pey. Messier, per lahor. 

Foron clavaris : 

Peyre Genieys, per mercadies ; Hue del Bosc, per sabaties ; 
Duran Canie, per monies ; Ramon Savola, per atudies. 

[41 V.] x\quel an feron de talha per denier i flori. 

Pus aquel an meteis per denier i franc. 

Âquel an meteys comessero de far i moli de sanc al verdie 
de la mayo comuna, mais non valc res. 

Foron levayres de bans: 

Guilhem Cotelie, per taulas ; Ramon Gaudel, per mare) ; 
Raraon Roqua, per lahor. 

Foron caritadies : 

Ramon Cabot, per taulas ; Peyre de Badonas. per merca- 
dies ; Brenguie xiudran, per marel : Johan Barrieyra, per 
sabaties. 

[42 r.] Foron carrayries : 

Ramon Cotelie, per taulas; Esteve Desmas, per mercadies ; 
Pons Vilar, per peyralies ; Peyre del Truelh, per aludies. 

En l'an sobredich venc a Bezes madama Johana, fîlha del 
bon rey Philip de Franssa, e dévie esser molher del duc de 
Girona, premier r>at del rey d'Arago, dont fo grandamen 
malauta, de la quai malautia ela vay mori. E fouc sebelida 
al pe de l'autar mage de mossenhor Saut Nazari de Bezes. 
Et après a cap de i temps mossenhor lo duc d'Ango ne fes 
portar la hossa en Franssa. 

En après lo duc de Girona, saubut que ac las novelas que 
la sus dicha madama Johana era venguda a Bezes, e que ela 
era malauta, venc a Bezes en manieyra qu'el no fos conogut. 
mais ben se saup tantost, dont fouc mandat als senhors cos- 
sols, que per muralha e per viela e tôt entorn l'ostal, on 
era la dicha madama Johana, agues grau multitut de gens 
ben armadas, e tôt entorn on lo duc tornava, et fouc fach. 

' 11 y a dans le manuscrit : marelinies, avec r« et 1"; suivant exponclués. 



64 LE « LIBRE DE MEMORIAS » 

Totas de vetz lo clig duc yssic a las fenestras, et ac mot gran 
meravilhas, quan vie aquelas gens armadas. 

[42 V.] L'an dessus mccclxxi, a jiii de dezembre, mossen 
Sicart d'Ambres, evesque de Bezes, près sa pocession, et 
intret per lo portai de la Sors Menos, e juret los privilèges 
de la vila. Près ne carta maistre Johan de Fontajnas et 
raavstre Pey. Comte, notaris reials. 

Item en aquel an se mes lo soquet en lo quarto del vi, que 
montava la octava part del quarto. 

Item aquel an meteis comprezo los ditz senhors cossols 
Tostal, quesolia esser d'en P. Saseno, que es al Segares. Cos- 
tet L floris. 

Item comprezo los sobreditz senhors cossols aquel an de 
maistre Johan de Camplonc r autre hostal aqui meteis. Cos- 
tet xxiiii franx. 

Item comprezo i autre hostal aqui meteis d'en .Jacme Régi 
Ortola, per pretz de xx franx. 

Et[es]a saber que totz aquestz hostals foron compratz per far 
escorjados, en que escorgesso los marelies. 

Aquel an dessus digpaguet hom a mossenhor lo ducd'Ango 
I subsidi de dos franx per fuoc 

[43 r.] L'an mccclxxii foron cossols : 

Mossen Bertran de la Garda, doctor en lejs, per taulas ; 
sen Bernât Laur, per mercadies ; sen Ramon Rog, per para- 
rie ; sen Johan Cruzi, per sabaties ; mesie Jaques Gog, per 
canabàsies ; sen Johan Certes, per lahor ; maistre Raynaut 
Passavan, per fabres. 

Foron clavaris : 

Sen Ramon Cabot per taulas ; sen Peyre Fromit, per para- 
rie ; sen Ramon Agel, per lahor. 

Feron de talha aquel an i franc per d. 

Item mieg flori per denier. 

[43 v.] Foron levayres de bans : 

Duran Selie, per mercadies ; sen Ramon Coregie, per 
canabassies ; sen Johan Dolha, per sabaties ; sen Anric 
Goroti, per fabres. 

Foron carayries : 

Andrieu Gasc, per taulas ; Johan Benezeg, per mercadies: 
Jacme Paulinha, per pararie ; Guilhem Benquelh, per sabaties. 



DE .TACiMK MASGARO 65 

[44 r.] Foron caritadies : 

Ramon Alari, per taulas ; Andrieu Astrebo jove, per mer- 
caiiies ; Jacme Fabre, per canabasies ; maistre P. Rogie, per 
fabres. 

Paguet hom aquel an a mossenhor d'Anjo v franx per 
fuoc. 

L'an sobredig MCCCLXxii, comprezo los ditz senhors cossols 
l'iimenlayreda, qu'es foras lo portai de Presicadors, dels ditz 
Presicados. 

[44 V.] L'an mccclxxiii foron cossols : 

Sen Johan Bermon, per taulas ; sen Gruilhem Karle, per 
mercadies ; majstre Esteve Prunet, per notaris; sen Peyre 
Acde , per marel ; sen Ramon Massas , per niesies ; sen 
Brenguie G-raza, per cojraties ; sen Guiraut Portel, per 
orgies. Totas ves l'escala dels ditz orgies non ho volian. Totz 
aneron s'en a la cort, e van far qu'el no jures ni fereslol 
sagramen coma los autres senhors cossols, e van li enpauzar 
quer el era lebros et mezel. D'aiso lo dig sen Guiraut Portel 
s'en defendet, en feq la proha qu'el era sa e net. Totas ves, 
atant quan duret la pladeiarie, la cort y mes regen en son 
luoc, so es a saber, lo sen Jacme Lombes, lo quai fouc vestit 
del tros de las raubas dels ditz senhors cossols ; e fenida la 
pladeiarie, fouc mes et receubut en cossolat coma cossol et 
régie coma cossol, don las escalas de orjarie, defustarie e 
del lahor lo van vestir d'unas raubas semblans ad aquelas 
dels autres senhors cossols. El sobredig sen Jacme Lombes 
fouc foras, mays el non perdet per so sas raubas. 

[45 r.] Forons clavaris : 

Esteve Desmas, per mercadies ; maystre Ramon Catuia, 
[ler notaris; Guilhem Castras, per mesies; Johan Promit, 
per coyraties. 

Aquel an feron de talha per denier ii franx. 

Foron levayres de bans : 

Andrieu Gasc, per taulas; Jacme Causenuejols, per marel; 
Guilhem Miquel, per orgies. 

[45 V.] Foron caritadies : 

Guilhem Cotelier, per taulas; Pons Floyra, per mercadies; 
Steve Campanha, per orgies: Jacme Sicre, per marel. 

Foron carayries : 



66 LE « LIBRE DE MEMORIAS » 

Sen Ramon Cotelie, per taulas; sen Esteve Fabre, per 
mercadies; maystre Ramon Seguie, per notaris ; sen Johan 
Emengau, per mesies. 

[46 r.] L'an sobredig, a ii jorns del mes de mars,lo premier 
dimercres de carema, a miega nueg, fouc gran terratremol 
per tôt aquest pais, e fouc dos ves en aquest an. 

L'an sobredig fouc fâcha la cambra de costa la clavarie els 
setis que son dedins la porta de la majo comuna. 

Aquel an meteis los ditz senhors cossols venderon lo soquet 
del vi, que era la octava part, ixc i libras ; la pevssonarie, 
iiiic libras ; lo pes del blat, xviiic libras; lo mazel, ii^ libras ; 
la polarie, lx libras. 

Pus lo quart de la sal prezeron los clavaris de la majo, 
lo quai mossenlior d'Anjo donet à la viela de Bezes. 

[46 V.] Pus donet lo sobredig mossenhor d'Ango a la dicha 
viela de Bezes lo quart de las emposicios. 

Aquel meteis an autrieron los cornus de las très senescal- 
cias de Carcassona, de Tholosa e de Belcayre al sobredig 
mossenhor d'Ango un franx per fuoc. 

Transaction faite d'acord par messieurs les conseuls et les 
juifs '. 

L'an dessus mccclxxiii, a xiiii de novembre, fouc fâcha la 
iransactio et l'acordi dels senhors cossols de Bezes e dels 
Juzieus, so es a saber, que d'aqui avan los ditz Juzieus no 
prestesso ni aguesso a prestar a deguna persona, quai que 
fos, de la dicha viela, aur ni argent am carta, ni sus gatge, 
et en quas que ho feresso ^ qu'els non preresso degun renou. 
Près ne carta maistre Johan de Fontajnas. 

[47 r.] L'an mccolxviiii foron cossols : 

Sen Bernât Guitart, per taulas; sen Andrieu Astrebo, per 
mercadies ; sen P. Mauri, per parayres ; sen Guilhem Aymoy, 
per pelicies ; sen Johan Barrieyra, per sabaties ; sen Duran 
Canie, per monies ; sen Ramon Yrlan, per lahor. 

Foron clavaris : 

Andrieu Gasc, per taulas; Symon Dalmas, per pararie ; 
Johan Boyer, per lahor. 

' Cette ligne a été écrite par une autre main, bien postérieurement au reste 
du manuscrit. — ^ Ms, fevosso. 



DE JACMR MA3CAH0 6 7 

Aquel an ferou de talha pèr d. i franc. 
[47 V.] Foron levayres de bans: 

Pons Floyra, per mercadies ; Bertran Pratz, per pelicies; 
Frances Bechieu, per sabaties ; Esteve Gautie, per monies. 

Foron carayries : 

Ranion Cabot, per taulas ; Esteve Desmas, per mercadies; 
Daude Albi, per sabaties ; Johan Blanquet, per parayres. 

[48 r.] Foron caritadies : 

Mesie Loys Blonde, per taulas; Peyre Esteve, per pelicies; 
Ramon Emengau, per mercadies; Jacnie Fabre, per monies. 

L'an dessus mccclxxiiti, sen Pey. de Mozere ena Margarida, 
sa molher, amdos essemps, venderon als senhors cossols de 
Bezes tôt lo dreg que els avian en los molis del rec. Près ne 
carta maistre Guiraut Got, notari rial de Bezes. Et fouc foris- 
capiat de maistre Ramon Pascal, clavari de Bezes, per lo rey 
nostre senhor. 

[48 V.] L'an mccclxxv foron cossols: 

Mesie Pons Peyre, per taulas ; sen Peyre Genieys, per mer- 
cadies; sen Ramon Gaudel, per marelies; sen Johan Emen- 
gau, per mesies; sen Bernât Golfi, per sabaties ; sen Anric 
Garoti, per fabres ; sen Johan Folcran, per lahor. 

Foron clavaris : 

Pons Floyra, per mercadies; Ramon Betizac, per mesies ; 
Veria Londras, per sabaties ; Mathieu Rossant, per fabres. 

Feron de talha aquel an i franc per denier. 

[19 r.] Foron levayres de bans : 

Bernât de Golbias, per taulas ; Frances Barrieyra, per 
niarel ; Pons Cavalie, per lahor. 

Foron carrayries : 

Ramon Cotelie, per taulas ; Guilhem P. Trenquavelh, per 
mercadies; Johan Laures, per mesies; Daude Creyschieu, per 
fabres. 

[49 v.] Foron caritadies: 

Andrieu Gasc, per taulas ; Paul Barba, per mercadies; Ber- 
nât Roquacels, per marel ; Bernât Redorta, per sabaties. 

L'an dessus mccclxxv fouc mot gran carestia de blat, (|ue 
valie lo sestie de torela vi franx ; el sestie del froraen v franx ; 
el sestie del ordi un floris. 

Els senhors cossols dessus ditz s'en anezo a la gleysa de 



68 LE « LIBRE DE xMEMOUIAS » 

mossenhor Sant Nazari, e van esplicar als senhors canonges 
de la dicha glieja, que las genz de la viola eron paubres, e 
que, per amor de Dieu, volguesso aver misericordia ad aquels 
que lur l'arian usatge. Els ditz senhors canonges feron ho, so 
es a saber, que paguesso per le sestie del fr.omen dos franx, 
e pel sestie del ordi i flori e mieg. 

[50 r.] L'an sobredich, trames hom una gale en Serdenha 
per[que] portes de blat, e non aportet ges, quar lo jutge 
d'Arboreya non vole permetre que degun blat no salhis foras 
del pais. 

L'an dessus venderou los ditz senhors cossols lo pes del 
blat xvic libras ; item vendero lo soquet del vi xim° libras; 
pus ordeneron que se levés per cada saumada de vi per intrada 
m sols. 

[50 V.] L'an mccclxxvi foron cossols : 

Sen Johan Teron, per taulas; sen Andrieu Astrebo jovo, 
per mercadies; sen Frances Rog, per pararie; maystre 
Ramon Seguie,per notaris ; sen Johan Promit, per cojraties; 
sen Bertran Pratz, per pelicies; sen Johan Pastre jove, per 
fusties. 

Foron clavaris : 

Sen Guilhem Cotelie, per taulas; sen Johan Estassi, per 
pararie ; sen Jacme Boquet, per fusties. 

[51 r.] Feron de talha aquel an per denier i franc. 

Pus paguet per saumada de vendemia mieg gros. 

Pus per saumada de vendemia d'avol bestia iiii patatz.. 

Pus per saumada de careta viii patatz. 

Foron levajres de bans : 

Sen Pejre Geniejs vielh, per mercadies; majstre Jacme 
Hejraut, per notaris ; ArnautFromit, per coj'raties; Guilhem 
Aymoj, per pelicies. 

[51 V.] Foron carrajries: 

Aymeric Barbât, per taulas ; Johan de Pradas, per merca- 
dies; Peyre Gorgori, per coyraties ; Jacme Vedel, per fusties. 

Foron caritadies: 

Johan Gordo, per taulas : Peyre Gautaroia, per merca- 
dies ; maystre Ramon Peno, per notaris; Ramon de Puzac, 
per pelicies. 

L'an dessus mccclxxvi, a xiiii de setembre, papa Gregori 



DE JAGME MASCARO 09 

partie de la ciutat d'Avinho per anar en Roma, de que des- 
pueys ensa la glieja nil pais non fes son pro ni son ben. 

[52 r.J Aquel an dessus dig mccclxxvi fouc mot gran 
sequada, que lo poble se pessava que non nasques ges de 
blat, dont no se farian majs plorar. E fes liom motz grans 
processios a Bezes, que aportero lo crocific de la glieja de 
Sant Felis e lo cors sans de mossenhor Sant Afrodisi. E faren 
la dicha processio, veiic tanta de plueia que lot home fouc ben 
banhat. Benezettes en sie nostre senhor Dieus Jliesu Christ, e 
lauzat e grazit ne sie lo sien santé nom. 

En a([uel an mezeis mccclxxvi, se trenquet e sse talhet per 
fortuna d'alcunas genz de Bezes, laribiejra qu'es de la molher 
de mesie Guilhem de Taurel, que es en la ribiej[ra] d'Orp de 
jus los molis del ga de Bezes, de que ne paguet la viela de 
Bezes v'^ franx, dont fo gran pecat, quar la viela non raesia 
mal. E ben fora estât pus razonabla causa que ho aguesso 
pagat cels que la feron talhar ni rompre. 

[52 V.] L'an mccclxxvii foron cossols: 

Sen Guilhem Cotelier, per taulas ; sen Lojs Vayscha, per 
mercadies ; maystre Johan de Fontaynas, per notaris ; sen 
Johan Coregie, permarel ; sen Bernât Miralhier, per sabaties; 
sen Ramon Sahola, per aludies; sen Ramon Roqua, per laor. 

Foron clavaris: 

Sen P. Gautaroia, per mercadies; sen P. Fons, per saba- 
ties; sen Arnaut Guinho, per peyralies; sen P. Truelh, per 
aludies. 

[53 r.] Aquel an paguet la viela de talha ii franx per denier. 

Pus paguet hom per Tintrada de cascuna saumada de bona 
bestiade vendemia i gros. 

Foron levayres de bans: 

Paul Glieyas, per taulas ; Jacme Mauri, per mercadies; 
Peyre Aymoy, per aludies; Esteve Gautie, per monies. 

Foron caritadies : 

Andrieu Gasc, per taulas; Peyre Genieys pus vielli, per 
mercadies ; Jacme Lauzes, per marel ; Johan Dolha, per saba- 
ties. 

[53 v.J Los senhors cossols dessus digz dobleron aquel an 
lo pes del blat. 

L'an dessus mccclxxvii, mossenhor l'evesque de Bezes donet 

5 



7 LE « LIBRE DE MEMORIAS « 

licencia als sobreditz senhors cossols de Bezes qu'els poguesso 
far cantar messas et celeiDrar lo cor de Dieu en la capela, que 
es dins la majo comuna, totas las vegadas qu'els se vol- 
guesso. 

Lo premier capela que cantet en ladicha capela, so fo mos- 
sen Pey. Dolha, capela de la glieya de mossenhor Sant Felis 
de Bezes. 

Aquel an dessus* dig, paguet la viela de Bezes a mossenhor 
d'Ango I subside de vi franx e mieg per fuoc. 

En aquel an dessus dig mccclxxyii, los dessus ditz senhors 
cossols de Bezes se vestiron, e feron raubas d'una fina escar- 
lata vermelha, que costava la cana x franx, don d'aqui avan 
los cossols ny los escudies no son estatz vestitz sino a taxa, 
so es a saber, que cascun senhor cossol agues per raubas del 
cossolat xxiiii franx, els escudies vi franx. 

[54 r.] L'an mccclxxviii foron cossols : 

Mesie Jacme Bru, avocat, per taulas ; sen Jacme Gautaroia, 
per mercadies; sen Johan Estaci, per pararie; sen Pey. Fons, 
per sabaties ; sen Jacme Fabre, per canabasies; sen Raraon 
Garoti, per fabres ; sen Johan Cortes, per lahor. 

Foron clavaris: 

Sen Johan deCamplonc, per taulas; sen Daude Comte, per 
pararie; sen Peyre Trobat, per lahor. 

[54 V.] En aquel au dessus dig feron de talha perd, ii 
franx. 

Pus ordeneron que tota persona que molgues o feres moire 
blat pagues xx blancas,que eron vu gros menhs un patatz.Et 
aiso per cascun saq. E duret da xii de genoier entro lo pre- 
mier jorn d'abriel. 

Foron carrayries : 

Ramon Cotelie, per taulas ; Paul Baiba, per mercadies ; 
Peyre Biro, per parayres ; Johan Dolha, per sabaties. 

Foron levayres de bans : 

Jacme Mauri, per mercadies ; Daude Creysieu, per fabres ; 
Daude Albi, per sabaties; Peyre Lieura, per canabasies. 

[56 r.*] Aysso son los subsides inditz e levatz per monsen- 
hor lo duc d'Anjou, frayre e loctenen del rey de Franssa, nos- 

' La feuille 55 du manuscrit est en blanc. 



DE JAGME xMASCARO 71 

tre senhor, en las pai-tidas de Lengadoc, en las très senes- 
calcias de Tholoza, de Carcassona e de Belcajre, aissi quant 
se seq : 

Premieyramen : 

L'an MCCCLXvi, i subside de v gros per fuoc ; item Tan après 
Lxvii, autre subside de v gros per fuoc ; item l'an lxviii, i sub- 
side, autriat a Tholoza, en octobre, de ii franx per fuoc; item 
l'an Lxix, a Tholoza, i subside de ii franx per fuoc ; itemaquel 
an mezeis, a Carcassona, i subside : ii ffanx per fuoc ; item l'an 
Lxx, el mes de mars, i subside ; m franx per fuoc; pus aquel 
an mezeis, en abriel, i subside de i franc per fuoc; pus aquel 
an mezeis, en novembre, i subside de i franc e quart per fuoc; 
item l'an lxxi, i subside : ]i franx per fuoc ; item l'an lxxii, 
I subside : n franx per fuoc ; pus aquel an mezeis, i subside : 
I franc per fuoc; pus l'an meteis, a Carcassona, en octobre, 
1 subside : ii franx per fuoc ; [56 v.] item Tan Lxxui,aNarbona, 
en mars, i subside : iiii franx per fuoc ; pus l'an mezeis, en 
desembre, a Nemze, i subside : ii franx per fuoc; item l'an 
Lxxiiii, en abriel, a Tholoza, i subside : ii franx per fuoc; pus 
aquel an meteis, el mes de jun, i subside: m franx per fuoc; 
item l'an lxxv, i subside : ii franx per fuoc; item l'an Lxxvi, 
en ahost, i subside : ii franx per fuoc ; item l'an lxxvii, per tôt 
I an, I subside : vi franx per fuoc ; item l'an lxxviii, i subside : 
XII franx per fuoc ; pus aquel an mezeis que indit sus cada 
sauniada de vendemia i gros que valc plus de i franc per 
fuoc; item l'an lxxix, i subside de xn franx per fuoc. 

Soma Lxn franx xiiii gros '. 

[57 r.] L'an mccclxxix foron cossols : 

Sen Ramon Alari, borzes, pertaulas; sen Jacnie Eniengau, 
per mercadies; sen Peyre Bru, per mazel; majstre Guilhem 
Boquie, per notaris ; sen Anric Malras, per mesies ; Arnaut 
B'romit, per cojraties ; Guilhem Miquel, per orgies. 

Foron clavaris: 

Sen Jacme Mauri, per mercadies; majstre Ramon Peno, 
per notaris ; sen Johan Navas, per mesies ; sen Bernât Cam- 
bavielha, per coyraties. 

Feron de talha aquel an, ad ops de la muralha, un gros per 
denier. 

* Celle ligue difficile à lire est écrite d'une autre maiu . 



12 LE « LIBRE DE INJEMORIAS » 

[57 V.] Foron levajres de bans : 

Sen Johan Gordo, per taulas ; sen Frances Barieyra, per 
mazel ; sen Jacme Lombes, per orgies. 

Foron caritadies : 

Ramon Cotelie, per taulas; Pevre de Badonas, per merca- 
dies ; Jacme Caucenuejols, per marel ; Guilhem Salât, per 
orgies. 

Foron carravries: 

Ymbert Ajnart, per taulas ; Ramon Emengau, per merca- 
dies ; mavstre Bernât Feriier, per notaris ; Johan Evesque, 
per mesies. 

[58 r.] L'an dessus mccclxxix, a xxiiii jorns del mes d'oc- 
tobre, fouc mot gran decencio entre la viela de Monpejlier 
els senhors cosselhiers de mossenhor io duc d'Anjo, so es a 
saber : lo chancelier del dig mossenhor d'Ango ; maystre Johan 
Perdiguie; maistre Arnaut del Lar, governador de Monpej- 
lier ; mossen Guy Gonestaria*, senescal de Roergue; Fabina 
de Gontaut, e motz d'autres, e demandavo i franc per fiioc 
quascun mes, per tôt i an, e la dicha viela ^ non y vole cos- 
senti; els ditz comessaris e los cosselhiers feron liar los cos- 
sols de la dicha viela de Monpeylier, per menar a Someyre. 
El poble, vezeii tal fag, vay se levar et eseomoure en armas, 
e van los totz aussir, et mezeron los en diverses pozes foras de 
la viela. Per lo quai fach mossenhor d'Anyo ne vole far gran 
justicia, mays mossenhor lo cardenal d'Albana, frayre que 
fouc de papa Urba, venc a Monpeylier et tractet la pas e la 
concordia entre lo dig mossenhor d'Anyo e la viela de Mon- 
peylier. Totas de vetz lo dig mossenhor d'Anyo n'ac una gran 
somma d'aur, e foron perdonatz. 

[58 V.] L'an mccclxxx foron cossols : 

Johan de la Gariga, per taulas , sen Peyre Boquie, permer- 
cadies ; sen Peyre Fromit, per parayres ; sen Johan Barrieyra, 
per sabaties ; sen Peyre Esteve, [)er pelicies; sen Esteve 
Gautie, per monies; sen Johan Boyer, per lahor. 

Foron clavaris: 



' Ce mot a élé corrigé par une autre main en : Lestaria; la première syl 
lahe a élé rayée et Vn transformée en L. 
- Ces quatre derniers mots sont répétés clans le manuscrit. 



DE JACME MASGARO 7 3 

Ajmeric Barbât, per taulas; Pejre Girona, per pararie;" 
Jacme Estaci, per lahor. 

Aquel an feron de tallia per denier n franx. 

Pus, ad ops de la muralha, per denier iiii gros. 

[59 r.] Foron levayres de bans: 

Paul Barba, per mercadies; Guilliem Barriejra, per saba- 
ties ; Pejre Rodie, per pelicies; Guilliem Bedos, per monies. 

Foron caritadies : 

Antlioni de la Garda, per taulas; Ramon Emengau, per 
mercadies; Esteve Cornuejol, per pelicies; Bernât Catala, per 
monies. 

[59 V.] Foron carrayries : 

Ramon de Monestie, per taulas; Jacme Mauri, per merca- 
dies; Duran Canie, per monies; Jacme Lauzes, per sabaties. 

L'an dessus, a xvi de genoier, partiron de Bezes los 
senhors deputatz per anar en Franssa, so es a saber : sen 
Ramon Alari, borzes ; majstre Bernât Sebeli, notari ; 
sen P. Promit, parayre e cossol ' ; sen Anric Malras, mesie ; 
sen Bernât Promit, cojratie. Et aiso per monstrar, dize e 
notificar a nostre senhor lo vey los grans greuges que lo 
poble el pays sostenian, tant de subsides quant d'autras 
opressios. 

L'an dessus mccclxxx, la nueg de Santa Lucia, fouc près 
et escalat lo castel de Cabrieyra per Benezeg Chipparel et pel 
Bastart de Landorra, capitanis d'alcunas rotas de genz d'ar- 
mas, et d'aqui en foras [60 r,] donezon al pays motz grans 
dampnages. Totas de vetz lo pays, so es a saber, la vigaria 
de Bezes, de Ginhac e de Narbona, lor donet xiipi franx, et 
aneron s'en. Empero lo pais avia donat a mossenhor d'Anyo 
11^ franx que lor ne gites, mays el non fec res. 

E costet mays d'atrestant de gatges a genz d'armas qu'es- 
tavan en establida a Fontes, a Pezet, et a Perenas, et ad 
Aspira de Cabrayres-. 

L'an dessus mccclxxx, lo xvi jorn de setembre, a xi horas, 
moric e trespasset lo rey de Franssa nostre senhor, que avia 
nom Karles, filh que fo del bon rey Johan. 

1 Les mois e cossol ont été ajoutés par une autre main. 
^ Les mots ad Aspira de Cabrayres sont d'une autre main, écrits au- 
dessus d'un grattage. 



74 LE « LIBRE DE MEMORIAS » 

Aquel an passet a Bezes madama la duguessa d'Ango, que 
venie de Tholoza e s'en anava vas Avinho, am son bel filh, 
que avie nom mossen Loj^s. Els senhors cossols anezon li fa 
la reverencia, e deron li vi tassas d'argent. 

L'an dessus dig mccclxxx, dimenge a v de novembre, fouc 
coronat en la viela de Rems lo rev de Franssa, que avia nom 
Karles, filh del dessus dig mossen Karles. 

[60 V.] L'an mccclxxxi foron cossols : 

Mesie Esteve Gros, per taulas ; sen Duran de Guirgols, 
per mercadies ; sen Frances Barriejra , per mazel ; sen 
Johan de Bonservisi, per mesies ; sen Johan Dolha, per saba- 
ties ; maystre Sans Symeon, per fabres ; sen Bernât Jolia, 
per lahor. 

Foron clavaris : 

Ramon Emengau, per mercadies; Pejre Puech, per mes- 
sies ; Hue Miquel, per sabaties ; majstre Johan Ajraut, per 
fabres. 

[61 r.] Feron de talha aquel an i franc per denier. 

Pus feron autra talha, ad ops de la muralha, iiii gros per d. 

Foron levavres de bans : 

Ramon Cotelie, per taulas ; Jacme Sicre, per mazel ; Esteve 
Cambavielha, per laor. 

Foron carravries : 

Ramon Brenguie, per taulas ; Johan Benezeg, per merca- 
dies ; Johan Masens, per mesies ; maistre P. Rogie, per 
fabres. 

[61 V,] Foron caritadies : 

Mesie Bertran Andrieu, per taulas; Paul Barba, per mer- 
cadies ; Bernât Roquacels, per marel ; Johan Crusi, per 
sabaties. 

L'an dessus dig mil ccclxxxi, à viii de setembre, que fouc 
lo jour de Nostra Dona de setembre, se ajusteron los senhors 
cossols de Bezes am tôt lur honorable cosselh a la majo 
comuna, per consulta sus la intrada de mossenhor lo duc de 
Berri, que era loctenen del re}^ de Fransa, nostre senhor, 
en las partidas de Lengadoc, et en lo dugat de Guiajne. 
Et els estan en lo cosselh, venguezo motas genz plenas de 
mais esperitz, etesperezo que lo cosselh fos defenitz, et quant 
las portas foron ubertas, comesseron a far mot gran rumor, 



DE JACME MASCARO 7 5 

tant que totz aquels del cosselh agiiezo gran paor, e tornezon 
a reyre dedins la majo comuna, e tanquero las portas. E 
aquels de totasmalas enequitatz comessero a cridar ad armas, 
e la horas totz aquels que eron dins la majo comuna van se 
totz esbayr. Etotz aquels pies de mais esperitz trenquero 
las portas amb abchas et am conhassas. Et alcus bons senhors 
van s'en montar sus la tor de la diclia mayo, afRn que fosso 
pus segurs. Els ditz pies de totz mais esperitz van venir am 
fuoc, e van lo mètre a la tor, en tal guiza que totz aquels que 
lay eron van ardre et cremar, exeptat alcus senhors que per 
paor del fuoc sauteron de la tor aval, los quais senhors aisi 
mezeis foron mortz. 

[62 r.] Ayso son los noms de quels senhors que arderon en 
la tor : 

Sen Bernât Gaitart, Iforzes ; mesie Guilhem de Taurel, 
licenciât en ley s ; sen Jacme Boto,borzes; maystre Ramou 
Genieys ; maystre Guiratit Got, notari de la mayo comuna ; 
Paul Barba, mercadie ; lo filh d'en Jacme Salamo de Thesa ; 
raossen Esteve Carbonie, capela del sobre dig sen B. Guitart. 

Aquels que sautero de la tor per paor del fuoc : 

Sen Ramon Alari, borzes ; Johan Sabatie, que era bothe- 
Ihier del sen B. Guitart. 

[62 V.] En après quant agron fach aquest horrible fach, 
los ditz pies de totz mais esperitz van s'en anar per la viela e 
per los hostals, e van aussir et pessejar aquels que se segon : 

Sen Brenguie Ferrier, sirven d'armas, et son gros vaylet 
ara el ' ; sen Ramon Bermon, borzes ; sen Johan Teron, bor- 
zes ; sen Andrieu Astrebo jove ; sen Peyre Genieys; Pey. 
Cava, conhat del sen Johan Bermon ; Bona Grassia,lo sirven : 
Guiraudo, lo sirven. 

Et quant aguezon mortz et aussitz totas aquestas bonas 
gens, s'en van anar per la viela, rauban e pilhan los hostals 
dels bos homes, e mesclet si tanta de gent que non se poyrie 
nommar, mal a lur ops que pueysas ne fouc fâcha gran justi- 
cia,que ne foron escapitatz ependutztotz aquels dejotzescrigz, 
e foron fâchas las forchas de la peyra que son foras lo portai 

' Les mois et son ijros vaylet am el ont été ajoutés par une autre 



7 6 LE « LIBRE DE MEMORIAS » 

de Presicadors, hont foron messes totz. Et devise! las dichas 
forchas e las fes far maistre Pej. Fabre, notari, que era loc- 
tenen de viguier adonx. Et si el agues i pauc mais viscut. . , 
{la suite manque). 

[63 r.] Aquels que foron escapitatz en la plassa sus una 
vit de truelh : 

Johan Huguet, sirven del bore de Sant Jacme; Cabot, alias 
Bonet, lahoraire; Guilhem Amat, teissejre ; Pejre Amat, 
teissejre. 

Aquels que foron pendutz son aquestes * : 

Esteve Boia, teissejre; Pons Tantusel, teissejre; Johan 
Pastre, tejssejre ; Bernât Gontart, teisseire ; Guilhem Reme- 
nie, teissejre ; Johan Sonie, teisseire ; Pons Pepi, teissej-re ; 
Johan Sauze, teissejre ; Pejre Bira, teissejre ; Emengau 
Andrieu, teisseire, e son frajre ; Bernât Emengau, teisseire; 
Bernât Vezola, teisseire; Pejre Trebes, sabatie; Pejre Bra- 
conet e son filh, sabaties; Bernât Massal,lahoraire;P,Sa!vajre, 
laorajre ; Guilhem Masselha, laorajre ; Duran Bedos, laorajre; 
Johan Caramanh et son filh; Guilhem Pejrie, que farie las taver- 
nas; Pejre Rajnie, lahorajre; JohanLabana, parajre; Guilhem 
Caratie, sirven ; Pejre Lombes, trompaire; Andrieu Njcholau, 
crida; Ramon lo Rog, laoraire ; Johan Botagrais, laorajre ; 
Guilhem lofustie ; Guilhem Sabatie, fustie ; Gamot e sa molher, 
laorajre ; Esteve Balhot, laoraire; Johan Auriac, teisseire ; 
G. del Bosc, laoraire; Girart lo frances; Gasco ; Johan Gau- 
tie, laoraire; lo genre de G. B., monie ^, 

[63 V.] Et sia memoria a totz qui aquestas cauzas dessus 
dichas ausiran ny legiran, que aion a dir e manifestar a lur 
enfans, et a totz aquels que ho demandaran,per tal que se aion 
a castiar de esser rebelles contra nostre senhor lo rej de 
Franssa ni als seus que regiran son reialme, nj a sos officiers, 
e non re menhs vuelho esser hobediens a mossenhor l'evesque 
de Bezes % als senhors cossols, et az aquels que regiran los 
cossolatz. E per tal que cascun j prenga jssample, regardo 

' Le mot aquestes a été ajouté par une autre main. 

2 Sur trois colonnes dans le manuscrit. 

3 Les mots a mossenhor l'evesque de Bezes sont écrits en renvoi dans la 
marge, à droite. 



DE JACME MASCARO 7 7 

la gran destruccio el dampnatge, que la viela de Bezes et lo 
poble n'a près e sufFertat, ny la gran justicia que s'en es fâcha, 
que plus de cent personas ne son estatz destrutz e justiciatz, 
qui descapitatz, qui escartayratz, qui pendutz. E qui ajtal 
fara aital périra. Per que cascun et cascuna s'en aia a gardar 
QUE VUELHAN BEN FAR, ET LO MAL LAYSSAR. 

[66 r,] ' L'an mccclxxxii foron cossols : 

Sen Pej. Vilar, per taulas ; Guilhem Carie, per mercadies ; 
Jacme Genestas, per pararie; maistre Guilhem Ramon, per 
notaris ; sen Hue Pomajrols, per fusties; sen Esteve Cor- 
nuejol, per pelicies; sen Bernât Promit, per coyraties. 

Foron clavaris : 

Johan Gordo, per taulas ; Pey. Bechie, per pararie ; Jacme 
Guiraut, per fusties. 

Feron de talha aquel an vi franx per fuoc. 

[66 V.] Foron levayres de bans : 

Sen Johan de Pradas ; sen Jacme Gorgori, per coiraties, 

Foron caritadies : 

Sen Ramon Cotelie, per taulas; sen Jacme Mauri, per 
mercadies; maistre Guilhem Fenassa, per notaris; sen Peyre 
Rodie, per pelicies. 

L'an dessus dig mccclxxxii, el un jorn del mes de gen- 
oier, intret premieiramen a Bezes monsenhor lo duc de Berri, 
loctenen del rey de Fransa nostre senhor, et intrezon amb el 
lo comte de Sant Surra, el comte de Stampas, el cardenal 
d'Amiens. Et esteron a Bezes entro la festa de Panthacosta, et 
paguet la viela de Bezes al dig mossenhor de Berry per l'en- 
sult que si era fach, e per so que tôt fos remes e perdonat 
xii'^î franx. 

[67 r.] L'an dessus dich mccclxxxi, el segon jour del mes 
de novembre, los senhors cossols sobreditz de la viela de 
Bezes, de voluntat de lur honorable cosselh de la mayo co- 
muna, anezon aremprar la molher del sen Bernât Guitart, 
saentras borzes de Bezes, quez ela lor volgues prestar e bailar 
alcuna somma de moneda que avien bezonh, per pagar a mos- 
senhor lo duc de Berry la finanssa de xii*' franx, la quai avien 
fâcha per l'ensult que lo pobolar de la dicha viela avie fach 

' Les feuilles 04 el 65 du manuscrit sont en blanc. 



78 LE « LIBRE DE MEMORIAS » 

déclins la vielae de foras, en contra el ni contra tota autra 
persona. 

A las quais paraulas per los sobre ditz senhors cossols 
dichas, la dicha dona molher del sobredig sen B. Guitart vaj 
respondre et dir quez ela non avie ges. 

Els senhors cossols sobreditz, sabens et entendens que 
alcuna quantitat de vajschela d'argent obrada del dig saen- 
tras sen B. Guitart s'era atrobada resconduda en la glieja 
de mossenhor Sant Affrodizi de Bezes, la quai vaissela era 
estada bailada al sacrista de mossenhor Sant Afrodisi a la 
man del rey, van asemprar la dicha dona autra vegada, que 
d'aquela vaissela dessus dicha, que era estada atrobada, lor 
volgues prestar et bajlar. 

Et la dicha dona, coma tutrix de ssos enfans, va lor prestar 
et baylar la vaj'ssela que s'enseq : 

Premiejramen très tassas d'argen dauradas pezans v marx 
iionsas; item dos tassas dauradas d'argen, pezans iiimarxionsa 
m* III d.; item m tassas d'argent dauradas, pezans iiii marx 
VII onsas i quart d'onsa; item ii tassas d'argent dauradas pe- 
zans II marx vi onsas m d. ; item ii pintas d'argent, pezans 
VI marx vi onsas e ma.; [G7 v.] item una pinta d'argent pezant 
vimarxe mieg e vi onsas; item una autra pinta d'argent pezant 
VI marx i onsa; item una copa d'argent daurada am son co- 
bessel pezan m marx ii onsas; item vi gobels am sa pinta pe- 
zans V marx e v onsas; item xxx qulhiers d'argent pezero 
m marx v onsas m quartz ; item d'argent trenquat i marc 
menlis ii d.; item i drage d'argent am son culhier perans 
ni marx v onsas menhs m d.; item una tassa fâcha a forma de 
nau pezet v onsas menhs ii d. ; item m tassas d'argent daura- 
das am las armas de l'ostal, pezans m marx x onsas m d.j- 
item m tassas d'argent dauradas am las dichas armas: vi marx 
I quart d'onsa; item i tassa sobre daurada am son coberto pe- 
zan m marx V onsas XXI d.; item xu escudelas d'argent pezans 
XV marx e m quartz d'onsa, 

Soma tota aquesta vayschela dessus dicha daurada et no 
daurada, la quai fouc pezada en presencia de la molher del 
sen Bernât Guitart dessus dicha, e de sa dona mayre, et de 
la molher de messie G. de Taurel, e del sacrista de Sant Afro- 
disi, e de motz bos homes : iiiix^xn marx v onsas m d. 



DE JACME MASCARO 7 9 

Et van la recebre los clavaris de Tan sobredig, dont es 
estada ben pagada la major partida sus lo pes del blat, estans 
cossols senhor Johan de la Garriga. Près ne carta maistre R. 
Peno, notari rial. 

[68 r.] Item * las esealas de lahorados, e de fusties, e d'orgies, 
queeraniii esealas ensemps ajustadas, serancoma davan ero, 
que res non si mou ny si ajusta nj se devesis res en lur cos- 
solat, aisi quan se seq, so es a sa!)er, que los lahorados au- 
ran d'aisi avan dos ans a ve cossol, el ters orgies, el quart el 
sinque lahorajres, el sej^re fusties. Et aisi torno a cap d'aisi 
avan. Et auzan x cosselhiers so es asaber, lahorayres vu cos- 
selhiers, e fusties dos cosselhies, e orgies i cosselhier. 

Item las esealas de sabataria e de coyrataria que non eron 
may dos, son ajustadas am iiii autras esealas, so es a saber 
sabatiers, coyratiers ^, pelicies, fabres, molinies e peyralies. 
E d'aisi avan seran vi esealas. Emperono faran may très cors, 
so es a saber: sabatarie fara per si i cors; e coyratarie e pelis- 
saria i autre cors; molinies, fabres e peyralies i autre cors. E 
devisizan lur cossolat, aisi quant se seq, so es a saber, que la 
I an auzan cossol los sabaties; el segon auzan cossol los coi- 
raties el pelicies ; el tes an auzan cossol tes fabres, molinies 
e peyralies. Et aisi torno a cap d'aisi avan. Et auzan x cos- 
selhiers, so es a saber: sabatarie m cosselhiers, coyratarie 
et pelissarie m cosselhies, fabres ii cosselhies, am ^ molinies 
I cosselhier e peyralies i autre. 

[68 v.] Et es a saber que, en lo quas que en lo nombre de 
cascuna de las dichas esealas, al quai membre pertocaria 
d'aver cossol justa son torn, e no si atrobes persona sufflcien 
per esser cossol, quehom ne deu penre dels autres membres 
amb aquel ajustatz, sens prejudici del dig membre. Et en lo 
quas que en temps endevenidor si atrobes hom sufficien per 
esser cossol, que hom elegigues quant venria autra vegada 
son torn, e fos cossol. 

Item dels cosselhies se deu servar en la dicha manieyra e 

' Le commencement de la charte consulaire que l'on va lire manque. 
^ Les mots sabatiers, royratiers sont écrits en surcharge dans l'inter- 
ligne, par une autre main. 
■' Le mol am a été rayé dans le manuscrit par une autre main. 



80 LE « LIBRE DE MEMORIAS » 

forma coma dels cossols, et sens prejudici dels membres, coma 
es dig. 

Es a saber que cascun an davan la festa de Sant Andrieu, 
los ditz cossols ho lur plus propda predecessor cossol de sa 
escala, en quas que n'y agues degiin mort, o absen de la viela, 
et que autramen no y pogues esser, auran cascun de totz sinq 
los plus propdas très cossols predecessors lurs cascu de 
sas escalas, par far la eleccio d'autres sinq cossols per Tan 
aladoncas seguen los quais seran quinze elegidos en nombre. 
E en lo quas que degun d'aquels que deura e$ser elegidor fos 
mortz, ho séria absems de la viela, o autramen non y pogues 
esser, que hom prenga d'aquela escala meteissa i autre cossol 
plus propdanamen davant aquel passât en loc d'aquel mort e 
que autramen non poirie esser. 

Item juraran los sobreditz xv elegidos, en las mas dels sen- 
hors curials del rey nostre senhor, e de mossenhor Tavesque 
de Bezes, que ben e lialmen se auran en la elecxio dels ditz 
sinq cossols, totas pregarias, totz pretz, tota temor, amor, 
favor, odi, rancor, enequitat, [69 r.] malavoluntat e perentat 
foras gitat. E que els eligiran los plus sufficiens els plus nota- 
bles personas que trobaran en aquelas escalas, a qui pertocara 
d'aver cossol, etlo cas, coma dessus es dig, * 

membre a qui pertocara de aver cossol non auzia persona suf- 
ficien per esser cossol, que els ne penran dels autres membres 
amb aquel ajustât dels plus sufficiens e plus notables, els ne 
eligiran i cossol. 

Item juraran si son estatz sobornatz ni pregatz per deguna 
persona, ny si lur es estât res promes, ny donat, remes, quitat 
ny absolt, ny ad els, ny autres per els, e que aqui o aian a 
revelar als ditz senhors curials per so quez els ne prengan tal 
correxio, que d'aqui avan sie yssimple als autres. 

Item, fach lo dich sagramen, los ditz xv elegidos e los sen- 
hors cossols d'aquel an s'entizaran en la mayocomuna. E los 
senhors cossols se seyran ad una part, et auran aqui davant 
els lo notari de la mayo comuna, et i nota ri de la cort del rey, 
et autre de mossenhor Tavesque. Els sobreditz elegidos se 
seyran ad autra part. E la i dels senhors cossols apelara la 

' Il V a ici une lacune dans le manuscrit. 



DE JACME MASCARO 81 

I ciels ditz elegidos davan senhors autres cossols els ditz très 
notaris, et enterogara lo en son sagramen quai te el per plus 
sufficien de essor cossol de Tescala, a la quai perthocara ad 
aver cossol. E donada per aquel sa votz ad aquel que li pla- 
zera, los ditz très notaris la escriuran, et aquel se anara sezer 
en autra pari, que non tornaraponch sezer la ont es partitz, 
per so que non puesca enformarlos autres, a qui aura donada 
sa votz. Et après aquel ne apelara i autre cossol per la dicha 
forma, et après i autre, entro que totz xv sian passatz, et aion 
cascun donadas lur votz az aquels que lur sera vist faredor 
al cossol d'una eseala, et après se fara d'un' autra escala per 
la dicha forma e maniera, et après d'un' autra, tro que los 
ditz sinq cossols sian elegitz. 

[69 V.] E qiiar se poyrie endevenir que y aurie dos o très 
personas elegidas en cossols que serien engals en vorzes, que 
cascu ne aurie sinq, o vi, o majs, o menhs, es ahordenat que 
en aquel cas los noms d'aquels se escriuran, so es a saber lo 
nom de cascu d'aquels, en i petit albara per los ditz notaris, 
et après aquels ditz albaras metran los ditz notaris en una 
borsa, o en una brostia, et après lo sambotaran be per so 
que los albaras se mesclo; e fach aquo, de contenen aura 
hom I enfant petit, e bayli li hom la dicha borsa o brostia, e 
que la hubrisca, en traga i dels ditz albaras, aquel que li pla- 
zera, ses aiso que deguna persona li diga qu'en prenga majs 
I que autre, et aquel que sera escrig en lo dig albara sia cos- 
sol, et autre no. 

E fâcha la dicha elexio en la forma dessus dicha, los ditz 
V cossols sian aqui nomnatz en presencia dels ditz senhors e 
dels XV elegidos per los ditz notaris, o la un d'els, e s'en fassa 
carta. E fach aiso, que hom los ane nomnar e notifficar a las 
cortz del rey nostre senhor e de mossenhor l'avesque de 
Bezes,lo die raeteis, o al menhs la vespra de Sant Andrieu ; e 
pueys anaran jurar en las mas dels senhors curials de las 
dichas cortz, quant als senhors cossols plazera. 

Et es a saber que degun home menor de xxv ans non pot 
ny deu esser cossol, quar non pot per simeteis estar enjuziri, 
et si per si meteis non pot estar, doncas menhs per autre. 

Item que degun home que sie estât clavari et encaras non 



8? . LE «LIBRE DE M E MO RI AS » 

aya rendutz sos comptes nv no sie quitat ben e lialmen de sa 
ministracio non pot nj deu esser cossol'. 

Item que deguna persona que sie estât cossol non pot nj 
deu esser cossol autravegada, sino que sian passatz m ans a 
prop la fi de son cossolat premier. 

[71 r. ^] L'an que dessus, dilus, a vu d'abriel, fouc fach 
mandamen de part monsenhor de Berri als senhors cossols 
dessus, qu'els venguesso far sagramen de fizeltat a nostre sen- 
hor lo rej de Franssa. Puejs en après fouc fâcha crida a votz 
de trompa que tôt home,' de qualque estât e condicio que fos, 
entro l'atge de xiiii ans, vengues a l'avescat far lo dich sagra- 
men, ont era monsenhoi' lo duc de Berrj présent, el cardenal 
d'Amjes, el comte de Sansurra, et l'avesque de Bezes, et mais 
l'avesque de Masque, et motz d'autres. Près ne carta maistre 
Johan de Bezuenha, notari de Carcassona. 

[71 V.] L'an mccclxxxiii foron cossols: 

Sen Ramon Cabot, per taulas et per mesies; sen Andrieu 
Astrebo, per mercadies, notaris et canabassies; sen Jacme 
Sicre,per mazel, pararie et aludies; senDaude Albi, persaba- 
ties, coyraties, pelicies, fabres, monies e pejralies; sen P. 
Brenguie, per laor, fusties e orgies. 

Foron clavaris : 

Sen Johan Rejnaut, per canabasies; sen Bernât Fabre, 
sabatie. 

Et feron de talha aquel an mieg franc per denier. 

[72 r.] Foron levayres de bans: 

Aymeric Barbât, per taulas ; Frances Barriejra, per marel ; 
Johan Jotglar, per laor. 

Foron carrayries: 

Ramon Cotelie, per taulas ; Veria Londras, per sabaties. 

Foron caritadies: 

Berthomieu P% per taulas; Jacme Eniengau, per mercadies; 
Perrin de Rems^ per sabaties; Brenguie Cesseno, per mazel. 



« En face de cet alinéa, il y a dans la marge, à gauche, une main grossière- 
menl dessinée, au-dessus de laquelle sont écrits les mots de clavariis. 

2 La feuille 70 du manuscrit est en blanc. 

3 La place du nom est restée vide sur le manuscrit ; seule la première 
lettre a été écrite. 



DE JAGME MASCARO 8 3 

[72 V.] L'an sobredig los senhors cossols se vestizo d'un 
drap blau de melinas, e foron taxatz axxini franx per cossol, 
els escudies a vi franx. 

Aquel an mezeis davan dicli, passet a Bezes lo rey d'E'rmi- 
nia, que s'en era fugit de son pais, per so que los Sarrarys li 
avian près tôt son reialme, et li avian presa sa niolher e sos 
effans, et anava al rey de Franssa. 

Aquel an mereis moric et trespasset mossenhor Sicart 
d'Ambres, evesque de Bezes, lo jour de Santa Maria Magda- 
lena, a hora de terssia. 

Aquel an mezeis mccclxxxiii, fouc fach evesque de Bezes 
mossenhor Symon de Grimoart, frayre de mossenhor Sant 
Anthoni'. Et près la pocessio de Tavesquat lo segon jour de 
setembre. 

En aquel an dessus dig los sobreditz senhors cossols de 
Bezes, venderon lo pes del blat, et vendet se iim e ii'^ libras. 
Et comprezo ho los eretiers, enfans del sen Bernât Guitart, 
per so que se paguesso dels iiiF^ e xti marx v honssas e m 
deniers d'argent, que avian prestat e lur mayre al cornu de 
Bezes, aissi cum dessus es dig^ 

Item aquel an mezeis paguet tôt hom delà dicha viela de 
Bezes per cascuna saumada de vendemia que mezes dins viela, 
so es a saber,debona bestia mieggros,etde careta viii patatz, 
et d'aze un patatz. 

[73 r.] L'an mccclxxxiiii foron cossols : 

Sen Johan de la Gariga, per taulas : sen Pey. Gautaroia, 
per mercadies ; sen Guilhem Revel, per pararie ; sen Bernât 
Sedada, per coyratarie ; sen Esteve Cambavielha, per lahor. 

Foron clavaris : 

Sen Ramon Sira, per taulas ; sen Guilhem Catala, per para- 
rie ; sen Pej'. Cartolha, per lahor. 

Feron de talha aquel an que paguet per testa d'orne viii 
gros. 

Pus per testa de femna un gros. 

Pus una blancha per libr. 

1 Les mots Grimoart, frayre de mossenhor Sant Anthoni sont rayés dans 
le manuscrit, et au dessus est écrit d'une autre main le mot Cramant. 

2 Cf. folio 67 verso. 



84 LE «LIBRE DE MEMORIAS » 

[73 V.] Foroa levayres de bans : 

Sen Bernât Laur, per mercadies ; sen Brenguie Camba- 
vielha, per coiraties. 

Foron caritadies : 

Sen Pos Gordo, per taulas ; sen P. de Badonas, per mer- 
cadies ; sen Jacme Estaci, per lahor. 

Foron cai-rajzies : 

Sen Johan de Camplonc, per taulas; sen Pejze Treiiqua- 
velh, per mercadies ; sen Guiliiem Peyrie, per cojraties. 

[74 r.] L'an dessus mccclxxxiiii, a xvi del mes de may, 
inlret à Bezes, per lo portai de las Sors Menos, mossen Simon 
de Grimoart \ evesque de Bezes, lo quai, avans que intres 
dedins la viela,promes etjuret de tener et servar las libertatz 
e franquezas delà dicha viela, en la forma et manieira que sos 
predecessors avian acostumat. Près ne cirta maistre Johan 
de Fontainas et maistre P. Estaci, notaris riais. 

Es a saber que lo sen Johan de la Gariga cossol, e lo sen 
P. Gautaroja cossol, et totz sos companhos anezo dissendre 
de lurs cavalgaduras a terra. El ditz sen Johan de la Gariga 
el sen Pejre Gautaroia prezeron lo sobredig mossenhor l'aves- 
que per las régnas de son ca^al. Els autres senhors cossols 
anezon tôt entorn e destrezon el menezon entro al pe de Sant 
Salvajre, et aqui el descavalguet, car aqui foron vengutz los 
senhors canonges et los autres capelas, portans las santas reli- 
quias, e van lo recebre coma senhor evesque. Erapero los 
sobreditz senhos cossols sen Johan de la Gariga e sen 
P. Gautaroia lo destrezon el menezon perlas régnas tôt a pe, 
coma es dich. Totas de vetz els non ho feron de voluntat del 
cosselh de la majo cornu na, si no de lur propria auctoritat 
et voluntat, quar janiay non se erafach a degun autre senhor 
evesque. 

Aquel an mezeis, la nueg de Sant Mathieu, a dos horas de 
la nueg, moric lo duc d'Anjo en Ytalia, en la viela de Bar. 

Item l'an sobredig, dijous, a xxvi de may, moric lo comte 
d'Armanhac a Vinho. 

[74 v.] L'an dessus mccclxxxiiii, los sobreditz senhors 

' Le raof. Grimoart est rayé dans le manuscrit, et au-dessus est écrit d'une 
autre maio le mot Crcuiiaut. Cf. la note 1 de la page 83. 



DE JACME MASCAIIO 8 5 

cossols de Bezes venderon per hun an lo pes del hlat, per 
[ii-eiz de ip' n^' libras. 

Pus veiidero los ditz senhors cossols lo soquet del vi, i)er i 
autre an, per pretz de m fianx. 

Pus vendero la intrada de la venderaia, per i autre an, per 
pretz de xiii^' libras. 

Pus vendero lo bosc de Baiseha, per mit'''' ans, per près de 
XXX franx. 

[75 r.] L'an que dessus mccclxxxiiii, se fes lo compas de la 
viela de Bezes per los senhors dessotz escrigz, los quais 
foron deputatz per los sobreditz senhors cossols <^t per lur 
honorable cosselh, 

Premiejramen : 

Mesie Esteve Gros, per taulas ; sen Jacrae Gautaroia, per 
mercadies; sen Ramon Guiraut, parajre ; sen Johan Estaci, 
paraire ; sen Ratnon Corregie, canabassie ; sen Ramon Mas- 
sas, especiayre ; sen Pej. Fons, sabatie ; sen Ramon Roqua, 
laoraire ; sen P. Brenguie, laoraire ; sen Guilhem Salvajre, 
cojratie. 

Cascun d'aquestz senhors sobreditz comperajres n'aguezon 
per trebalh xxx franx. Dieus vuelha quels aion leialment 
gazanhatz, a profiech et salvacio de la lur arma. 

[75 V.] L'an mocclxxxv foron cossols : 

Mesie Ramon Seguie, avocat, per taulas ; maistre Pey. 
Fabre, notari, e moric estan cossol ; sen Brenguie Audran, 
mazelie ; sen Ramon Emeric, per monies ; sen Jacme Lom- 
bes, per orgies. 

Foron clavaris : 

Maj^stre Pons Trebes, per notaris ; sen Daude Ci-ejsieu, 
per fabres. 

Feron de talha aquel an i denier per libra. 

Item per testa d'ome un gros. 

Pus per testa de dona e d'enfan pupil ii gro.i. 

Pus una autra talha per libra ii dénies. 

Pus per testa ajsi coma dessus. 

[76 r.] Fozon levajzes de bans : 

Pons Flojza, per taulas ; Guilhem Rigaut, per mazel ; 
•lohan Campanha, per monies. 

Foron carrajzies : 

6 



8 6 LE «LIBRE DE MEMORIAS » 

Ymbert Aynart, per taulas ; Guilhem Miquel, orgie ; 
maystre Olivie Paulinha, notari ; Esteve Gautie, molinie. 

Foron caritadies : 

Maystre Sicart Boquas, notari ; Pons Yedel, marelie ; Symon 
de Gaholhiac, orgie. 

[76 v]. L'an dessus dig, mossenhor le duc de Berry, que era 
adonx en la viela de Bezes, va maudar en i roUe alcus rix 
homes de la dicha viela, que li prestesso iiii^ franx. Et aquels 
rix homes van s'en anar al cossolat, e van adordenar que tôt 
home que pogues prestar que prestes. E presteron 11 los 
im-^' franx. 

Pus donr^zo los sobreditz senlmrs cossols de Bezes a mosse- 
nhor de Berr_) ii conquas d'argent, tiue avian d'ample ii palmps 
e mieg, faolias an formas de Damas. 

Item niay li cioneron e li presteron los ditz senhors cossols 
II potz d'argent dauratz grantz au dos brocz, e portavo davan 
1 escut fach de las armas de mossenhor lo duo. 

Et pezet tôt mi^^ marx d'argen, de que paguet la viela de 
Bezes mil franx en Avinho. 

Aquel an mezeis dessus dig, se baylet a près fach la fon del 
mercat de la mayo del Tor entro lo portai de las Sos Menos, 
a frayre B. Maistre, de Torde dels Prezicados, del coven de 
Clarmon, per près de iii'^LXX franx, mays non ferom lur pro 
que tôt quan fec no valc res. Près ne carta maistre R. Peno. 

L'an dessus se trenquet et cancelet la carta de l'obliganssa, 
que era entre los senhors cossols e frayre B. Maistre, quar 
avie adobat la fon del mercat, mais foron ne ben enganatz, que 
valgra mais non y aguesso toquât. 

[77 r]. L'an dessus escrig mccclxxxv, a xxiii d'abriel se sa- 
gret la ymagina de la mayre de Dieu, quez es en l'orde dels 
Carmes, de Bezes. Etsagretla l'avesque d'Alboreya qu espre- 
sicador. 

Pus l'an sobredich se gitet e se fec lo sen de Santa Maria 
Miigdalena de Bezes, dijous a ix de novembre. 

Pus aquel an et el mes dessus dig de novembre, que era 
di'.us XIII, se bateget lo dig sen, et bategetlo maistre Johiai 
de Betizac. Et foron aquel an obriers de la glica de Santa 
Mag lalcna lo sen Peyre Fons, el sen Johan Barrieyra, saba- 
ties, et Johan Tomas, cordie, e Bernât delTelh, los quais feron 
far aquesta bona hobra. 



DE JACME MASCARO 87 

[77 v]. L'an mccclxxxvi foron cossols : 

Sen Johan Cojra per mesies, borzes et avocatz; sen Joliau 
de Pradas, per mercadies, notaris et canabassies ; sen Guilliem 
Nicholau paraire, per para(ra)rie, mazel etaludarie; sen P. 
Fons, per sabaties, coiraties, fabres, nionies e peyraliers; sen 
llamon Roqua, per laor, fusties e horgies. 

Fot'on clavaris : 

!Sen Johan Orlliola, per mesies; sen Estaci Duran, per pa- 
raires ; senRatnon Marti, per lahor. 

E feron de talha aquel an per testa cascun dimergue una 
blancha. 

Pus feron i dénie per libra. 

Pus feron de talha per testa viii gros e vin patatz. 

Pus feron per libra i patat '. 

[78 r.] Fozon levajzes de bans : 

Johan Gajschac, per mercadies; Bernât Miralhie, per sa- 
baties. 

Fozon carrajries : 

Johan Betinha, per messies; Ramon Emengau, per merca- 
dies; Esteve Gaucelm, per pararie. 

Foron caritadies : 

Johan Avesque, per mesies ; Pejre Trenquavelh, per mer- 
cadies; Johan Barrieyra, per sabades; sen Pejre Brenguier, 
per lahor. 

[78 V.] L'an sobre dich, a xvii dezembre, venc a Bezes 
l'enquisidor de Carcassona, et fec ajornar los senhors cossols 
que venguesson davatit el. Et los ditz senhors cossols anezon 
laj, am mesie Ramon Fabre e mesie Jacme Bru, avocatz, et 
am motz d'autres bos homes de la viela. Efes lur far sagramen 
de l'enquisicio. Près ne carta maistre P. Estaci, notari rial. 

Aquel an sobre dig mccclxxxvi, a xxiii de dezembre, fes 
mot gran neu que ne carec tanta que totz los olivies tren- 
quava et arabava, per lo gran pes que avie. 

Aquel an mezeis, item lo an aprop Lxxxvn % lo premier 
jour de genoier, que fouc a dilus, ad hora de tercia, fouc 

* Au bas de la feuille 77 verso on lit la réclame : foron levayres de 
bans. 

' Les mots item lo an aprop lxxxvii sont écrits d'une autre main, au- 
dessus de la ligne, en renvoi. 



88 LE « LIBRE DE MEMORL\S » 

eclipsi que semblet que lo jour fos tornat nuech negra, don 
motas genz de pahor s'en fugiron a la gliejza. 

En aquel mezeis an MCCCLxxxvr, a xviii del mes geli, près 
molher nostre senhor lo rey de Franssa, mossen Karles jove, 
que era del état de xviii ans, so es a saber, la filha del duc de 
Bavaria d'Alamanha. Et non jac amb ela mais très nuegz, que 
venguezo li novelas, que la viela de Dam s'era fâcha englera, 
laquai viela es en Flandres. Per laquai causa lo rey vay far fa 
motz grans provesios, so es de u*^ raelia saumadas de besquech, 
et m^ naus car-[79 r.]-gadas de fustas e de castels per tremetre 
en Englaterra, am lo conestable mossen Olivie de Clisson, 
las quais provisios foron totas creraadas per los Engles et per 
las genz de Gans. 

l^^l rey de Franssa, auzen las novelas dessus dichas, tantost 
montet enarmas, et anet s'en en Flandres, etvay mettre lo seti 
davaii la viela de Dam, e tenc hi lo ceti xxxv jours, et après 
va penre per facli d'armas la dicha viela, en que avie dedins 
M e v° bassinetz d'Engles e de Gans, e fes los totz niori e 
mètre a l'espaza, que no y demoret home ny femna ny enfans 
que tôt no moris a l'espaza, exeptat los Engles d'Anglaterra, 
que no vole que morisson. Et en après fes ardre tota la viela. 

L'an dessus dig, a xxv d'octobre, vengro letras de part la 
regina de Fransa, que fouc filha del duc de Bavaria en Ala- 
manha, quez ela s'era ajaguda d'un bel filh, lo quai avia batejat 
lo comte Marti, et avie li mes nom Karles. Dieus del cel lo 
nos salve. 

Et ahudas aquestas letras, los senhors cossols sobre ditz 
van ordenar que hom ne fezes grans processios, e van man- 
dar totas las escalas dels mesties, que cascun véngues am lur 
banieyra a la mayo comuna. E van ho fa. E d'aqui partizo et 
s'en anezo a la glieya catredal de mossenhor Sant Nazari en 
la maniera que se sec : 

Premieyramen foron mandatz totz los relegios et totas las 
autras glieyas de Bezes, que venguesso a la glieia de mos- 
senhor Saut Narazi, per far preguieyras a Jhesu Christ', que 
li dones bona vida e longa^. 

' Il y a dans le manuscrit : ihu x. 

^ Au bas de la feuille 79 recto ou lit la note suivante écrite d'une autre 



DE JACME MASCARO 89 

[79 V.] Item partie tota premiejra a caval de la raajo 
comuna tota solala baniejra del rej' ; 

Pus après anet la baniejra de la mayo comuna tota sola a 
caval ; 

Item anet après la baniejra de taulas, am la baniera de 
mercadies essemps, tôt a pe ; 

Pus la baniera de pararie, amb aquela de mazel essemps, 
tôt a pe ; 

Pus la baniera de notaris, amb aquela de messies; 

Pus la baniera de sabaties, amb aquela del bore de Sant 
Afrodisi ; 

Pus la baniera de canabasies, amb aquela del bore de Sant 
Johan ; 

Pus la baniera de cojraties, amb aquela del bore de Sant 
Jacme; 

Pus la baniera de fusties, amb aquela de pelicies; 

Pus la baniera de fabres, amb aquela del bore del Rej ; 

Pus la baniera d'orgies, amb aquela del boic de Montibel; 

Pus la baniera de Campnou, amb aquela de pejralies; 

Pus la baniera de sarties, amb aquela de peyssonies ; 

Pus la baniera de molinies, amb aquela de candelies; 

Pus la baniejra de tejssejres, amb aquela de tenhejres; 

Pus la baniera de cardajres, amb aquela de messatges. 

[81 r. ] * Et après totas las baniejras, anezon los senhors 
cossols am tôt lo poble de la viela de Bezes, et partizo de la 
majo comuna en la maniejra dessus dicha, et anezo totz a la 
glieja catredal de môssenhor Sant Nazari. E van jssir totas 
las processios e aporteron davah las dichas processios la ba- 
niera del Capitol de Sant Nazari, e d'aqui partiron las ban- 
diejras de dos en dos, anezon per la viela, e venguero totz 
al sementeri de Santa Magdalena, et aqui se feq mot gran 
sollempnitat, e hi feron mot gran serrao, que presiqnet i 
fraj're mono, maistre en santa theolegia. 

[<S1 V.] L'an mccclxxxvii fozon eossols : 

Sen Ramon Cabot, borzes, per taulas; sen Jacme Mauri, 

main : « L'an m. une e xxiu a iii de juli, nanquel Loys, fllh del rcy de Fransa. 
rostre sobran senhor, que avia nom Karles seleme. » 
* Les feuilles 80 et 81 du manuscrit ont été transposées. 



9 LE «LIBRE DE MEMORIAS » 

per mercadies ; sen Ramon Rajnes, per pararie, e de fauta 
de aludies, e moric cossol ; els senhors cossols feron ne sonar 

10 gros sen de Sant Nazari; sen Bertran Pratz, per pelicies ; 
sen Bernât Jolia, per lahor, 

Fozon clavaris : 

Johan Gayschac, per mercadies; Andrieu Lieura, per coj- 
raties. 

Aquel an feron de talha xxii gros per testa. 

Pus II patatz et mieg per libra. 

[80 r.] * Foron levajres de bans : 

Ymbert Ajnart, per taulas ; Johan Rogie, per pararie; 
Peyre Cartholha, per laor. 

Foron carairies : 

Aymeric Bai-bat, per taulas ; Guilliem P. Trencavelh, per 
mercadies; Jolian de la Gros, per pelicies. 

Foron caritadies : 

Jolianet Cotelie, per taulas; Ramon Emengau, per merca- 
dies; Guilhem Fabre, per parayres; Peyre Aymoy, per peli- 
cies ; Ramon Marti, per lahor. 

[80 V.] Aquel an dessus dig mccclxxxvii, fouc portât lo cap 
de mossenhor Sant Felis de Bezes a Linha, ont era mossenhor 
Bcrthomieu de Montolieu, evesque de Bezes, e senhet lo. 

Aquel an mezeis, dijous lo derrier jour d'abriel, a hora 
de vespras, venc a Bezes mossenhor Berthomieu, evesque de 
Bezes, e dirneron se amb el los senhors cossols davan ditz. 

Item aquel an mezeis, lo jorn de l'Acencio, que s'apela las 
Caritatz a Bezes, ont se faria mot gran festa e jocz, carec 
plueia e peyra mesclada mot granda; may, la merce de Dieu, 
no feq degun darapnatge. 

Item Tan sobredig mccclxxxvii, fouc aportada a Linha al 
sobredig mossenhor Tavesque de Bezes una bêla crotz d'aur 
e d'argent de la glieya de mossenhor Sant Felis de Bezes, 
am una espina, que era cadastada en la dig cros, la quai 
Paul Triquart de Bezes avia donada, la quai espina es estada 
de la corona de la testa de Jhesu Christ ^ E fay tal senhal 
que lo jour del(s) Venres Sanz torna tota vermelha coma sanc. 
E lo dig mossenhor Tavesque va ho tôt senliar e benezir. 

1 Voir la note de la page précédente. 
•-■ Il y a dans le manuscrit : ihu xst. 



DE JACME MASCARO 91 

I/an dessus dig, a xix dezembre, venc a Bezes mossen 
Rotgier d'Espanha, senescalc de Carcnssona e de Bezes, per 
tener las siras, aisi corna es acostiimat. Els senhors cossols 
van lo requesi que jures las franquezas e libertatz de la dicha 
viela, e juret las en la maniera que sos predecessors avian 
fach. Près ne carta naaisfre B. Ferrier, notari rial de Bezes, 
e raaistre G. Sicart, notari de Carcassona. 

[82 r.] ' L'an mccclxxxviii foron cossols : 

Sen Jehan de la Ganiga, per taulas, per avocatz et per 
mesies ; sen Ramon Corregie, per canabasies, mercadies et 
notaris ; sen Pej. Golfi, per mazel, pararie et aludies ; sen 
Johan Pastre jove, per fusties, lalior e orgies ; sen Mathieu 
Rossaut, per fabres, coiraties, sabaties, monies et pejraliers, 

Foron clavaris : 

Sen Anthoni de la Garda, per taulas ; sen Guilhem Vayssa, 
per mazel ; sen Jacme Nicholau, per fusties. 

Feron de talha aquel an per testa i franc. 

Pus II patatz per libra. 

[82 V.] Foron levaj'res de bans : 

Johan Rajnaut, per canabasies; Anric Garoti, per fabres. 

Foron caritadies : 

Pe^'re Flojra, per taulas ; Bernât Cornelh, per canabasies ; 
Bi'enguie Cesseno, per mazel ; Poyre Rotgie, per fabres. 

Foron carrajries : 

Johan de Camplonc, per taulas; Johan Bru, per canabasies; 
Bernât Roquaceis, per mazel; Guilhem Espanol, per fabres. 

[83 r.] Aquel an dessus dig paguet la viela de Bezes e tôt 
l'autre pays i subsidi, que era estât endich e enpauzat per 
mossenhor de Berrj', Tan lxxxvii, i franc e ters per fuoc. 

Pus aquel an meteis paguet la dicha viela e tôt lo pais très 
franx per fuoc, que dizie hom e farie entendre que lo comte 
d'Armanhac dévia far hoiar las plassas et los lox, que tenian 
los Engles en Roergue, et en autre pais, e los dévie gitar 
foras del reaime de Fi'aiissa, malalng s'es enseguit. 

Item aquel an mezeis paguet la dicha viela de Bezes e 
l'autre pais i autre sub:;idi de ii franx e quart per fuoc, per 
lo quai ne vendero los senhors cossols de Bezes lo emolimen 

I Voir la note de la page 89. 



92 LE «LIBRE DE MEMORIAS » 

del pes del blat e de las farinas, et compret lo maistre Johaii 
de Betizac per près de xvn<^ libras. 

L'an dessus dig mccclxxxviii, dimenge que fo lo v^jour 
del mes de geli, se sagret la capela apelada de la Mayre de 
Dieu de Pietat, que es en Tordre dels Carmes de Bezes, e 
sagret la Tavesque de Malhares, ont fouc Tavesque de Cotze- 
rans atressi. Et fes si mot grau soUempnitat, dont Tavesque 
de Malhares lu donet de perdo xl jours, e mossenlior Faves- 
que de Bezes autres xl jours, e l'avesque de Cotzerans autres 
XL jours de verav perdo. 

[83 V,] L'an mccclxxxix foion cossols : 

Mesie Ramon Fabre jove, licenciât en lejs, per l'escala 
dels senhors avocatz, de taulas e de mesies ; maystre Bernât 
Ferrier, notari, per l'escala de notaris, mercadies et canaba- 
sies; sen Guilhem Catala, parayre, per l'escala de pararie, 
d'aludies et de mazel ; sen P. Cartholha, laliora^^e, per l'es- 
cala de lahor, de fusties et' d'orgies; sen Esteve Vanieyra, 
sabatie, per sabatarie, pelicies, coyraties, fabres, monies et 
peyralies. 

Forou clavaris : 

Maystre Olivier Paulinha, notari ; sen Brenguie Sedada, 
coyratie, en de fauta de sabaties. 

Aquel an feron una talha, que paguet hom per testa i franc. 

Pus feron ii patatz per libra. 

[84 r.] Pus paguet liom per cascuna saumada de vendemia 
que fos de carreta d'intrada : un patatz ; pus per saumada 
de bona bestia: m patatz ; pus per saumada d'aze: ii patatz ; 
item per cada saumada de vi que intres : viii gros. 

Item aquel an meteis denan dig se vendet lo xii* de la 
pe^^ssonarie, del premier divenres de carema entre lo jour 
de Pascas, per près de lxvii libras. 

Item l'an dessus dig, a xvii d'abriel, se vendet lo xii'^ de la 
peysonarie en i an per * de ifvi libras. Compret lo Peyre 
Fons, sabatie : ii'^vi libras. 

Pus se vendet lo mazel; compret lo sen Ramon Cabot: v^lx 
libras. 

Pus venderon lo pes del blat e de las farinas, de xv jours 

' Le mol /M'es a été omis dans le manus^cril. 



DE JAGME MASCARO 9 3 

d'octobre en i an, a maistre Johan de Fonta \ nas, notari, et 
a Guilhem Revel, parayre, per près de xviu^ libras a pagar 
tantost : xvjii^ libras. 

Item aquel an dessus dig fouc endig per mossenhor de 
Berry i subsidi de v franx per fuoc. Et, fouc pogat a nostre 
senhor lo rey per son novel avenimen en Lengadoc, 

[84 V.] Fozon levayzes de bans : 

Mesie Bertran Andrieu, savi en dreg, per avocatz ; sen 
P. Grirona, parayre ; sen Johan de Sas, per lahor. 

Foron. carrayries : 

Mesie Jacme Bedos, per taulas ; maystre P. Estaci, per 
notaris ; sen Johan Rogie , per pararie ; sen Guilhem de 
Moyschac, per sabaties. 

Foron caritadies : 

Mesie B. Costa, per taulas ; sen Bernât Gibeli, per merca- 
dies ; [85 r.] maistre Jacme Bena, per notaris ; Arnaut 
Barrieyra, per sabaties ; Pons Cavalie, per lahor. 

Aquel an meteis, dijous a xiii de may, passet a Bezes la 
filha del comte de Boluenha, molher de mossenhor lo duc 
de Berr}^ que venie del comte de Foys. 

E la viela de Bezes fec 11 la honor que se seq : 

So es a ssaber que del cap del portai del pont fouc tôt 
erapaliat de doblas e de tendas, entro a Tostal de maistre 
Johan de Betizac, que es aras del rey, et aqui se aloget. 

Item anezo li yssir los senhors cossols de la viela, ara lo 
mielhs de tota la viela a caval. 

Item van li donar i vayssel de vi. 

Pus li donezo xu entortas de cera. 

Pus de doblos de cera xii libras. 

Pus XII tassas d'argen pezans xviii niarx. 

Item aquel [an] mezeis Mccciiii'^^ e ix, los sobreditz senhors 
cossols feron far e mètre sus cada portai de la viela i escut am 
très flors de li en cascun esqut, quar las très flors de li son 
las armas proprias de nostre senhor lo rey, et sus cascun esqut 
avie una bêla corona d'aur. Et aisso fouc fach per honor del 
rey de Franssa nostre senhor, e per so quar novelamen venie 
en lo pays de Lengadoc. 

[85 V.], Item'may fei'on far los sobredigz senhors cossols per 
honor et reverencia del rey sobredig nostre senhor un bel pava- 



^\ LE «LIBRE DE MEMORIAS » 

Iho d'un draj) d'aur, que eron las angardas d'un sendat d'azur, 
tôt obrat de flors da lis d'aur fin batut, pendens tôt en torn 
lo pavalho. Etaissoper mètre sus lorey quant intreraa Bezes. 

Item feron far penos ad ops de las trompas et dels autres 
raenestries. 

Pus feron far raubas los ditz senhors cossols a xii menés - 
tries de mieg partit d'un drap vajr e d'un drap de mesclat . 

Item los sobreditz senhors cossols, am tôt lur honorable 
cosselh, van ordenar que per la novela vengnda del rey las 
escalasdels mesties feresson liureva. En après los ditz senhors 
cossols anezo a las cortz del rev e de mossenhor l'avesque, per 
saber am los senhors curials. si volian esser de las liurej[a]s 
de las escalas dels mesties; els ditz senhors curials et notaris 
van dirque volian, etfoion totz vestitzd'unalieurej-a vermelha. 

Item quant los senhors cossols sentizo ni saupro que lo rev 
fouc vengut a Sant Thiberi, van mandar que tôt home que 
agues fâcha lieureya vengues iantost a la majo comuna, tôt a 
caval, per anar far yssida et reverencia al rey nostre senhor. 

Item plus ordenezo los ditz senhors cossols, e tôt lur hono- 
rable cosselh, qu'els no fosson pas vestitz de neguna lieureva, 
sino d'aquela del cossolat, per tal que lo rey los conogues a 
las raubas mieg partidas. 

[87 r.] ' En après los ditz senhors cossols van s'en anar al 
rey. E foron pus de iiic homes a caval vestitz de la lieureya 
vermelha. E anezo entro la cros de lalega, e van li fa la reve- 
rencia. E fâcha la reverencia, van s'en venir al hostal dels 
tiradors, et estenderon lo pavalho sus lo rey. Et intrezon per 
lo poi'tal de Presicados, portan tôt a pe los senhors cossols lo 
dig pavalho. 

E es a saber que quant lo re^^ fouc vengut al cap de la Mer- 
cadaria, van gizar ves la mayo comuna, et van gizar de la 
part de la Orgaria, anan vas la sieutat. E quant lo rey fouc 
a Sant Salvayre, va descavalgar, et aqui fouc mossenhor l'aves- 
que de Bezes tôt revestit ani totas las reliquias, el rey anet 
las adorar. Et anet tôt a pe adorar a mossenhor Sant Nazari. 
Et après montet a caval, et anet s'en en son hostal, que es 
Costa lo portai d'en Grindas. 

' Les feuilles 86 el 87 du manuscrit ont été transposées. 



DE .TACME MASCARO 95 

L'an McccLXViii a iiii del mes tle dezembre/iiasquet mossen 
Karles, filh que fo de mossen Kai'les, rej de Franssa, nostre 
'^enlior, al quai Dieus fassa veraj perdo. 

L'an Mccciiii^^ e ix, lo jour de la Santa Trenitat, que fo lo 
xx.<^ jour de novembre, a hora de con)pleta, venc et intret 
novelamen a Bezes nostre senhor lo rej de Franssa dessus 
dig-, et avie nom Karles, et era del état de xxii ans. 

Et venc amb el mossen Lojs, son fi'ajre, que era duc de 
Tliorena ; [87 v.] pus tnonsenhor lo duc de Borbon ; pus 
mossen P. de Navarra, fravre del rev de Navarra ; pus lo 
filh del duc de Bar; pus lo conestable de Franssa; pus 
mossen Loys de Sansuerra, raarescal de Franssa; pus lo 
senhor de Lebret; pus lo senhor de Corsi. 

Item tanta de bêla nobleza et de cavalarie, que era sens 
nombre. E jac lo rej aquela nueg a Bezes, e Tendema que 
fouc dilus après dirnar s'en anet jazer a Narbona, e d'aqui 
en fora s'en anet a Tholosa. 

Ensegon se los presens que la viela de Bezes feq a nostre 
senhor lo rej dessus dig : 

Premiejramen dos bassinas d'argent totas dauradas, que 
avian d'ample cascana ii palms. 

Item I flesco d'argent tôt daurat, tenen très quartos; pus 
dos justas d'argent, tenen cascuna i quarto e mieg. 

[86 r.]* Item viii tassas d'argent pezan cascuna i- marc e 
mieg, e la una era ara son cobessel. 

Pus donero los ditz senhors cossols a mossen Loys, duc de 
Tozena, frayro de nostre senhor lo rej, una bêla nau d'argen 
tota daurada, que li fouc presentada a taula, quar lo dig 
mossen Lojs se dirnava ab lo rej, de que nostre senhor 
lo rej n'ac mot gran joja et plazer. 

L'an Mcccini^^ e x foron cossols : 

Sen Johan Navas, messier, per l'escala de messaria, d'a- 
vocatz et de taulas; sen P. Gautaroia, mercadier, per l'escala 
de mercadaria, de notaris et de canabasies ; sen Jacrae Cau- 
cenuejol, marelie, per l'escala del niazel, de pararie et d'alu- 
darie ; sen Ramon Roqua, lahorairc, per l'escala de lahor. 

' Voir la note de la page précédente. 

- Une autre main a corrigé, et on lit : « ii marc {au sinynlier).» 



9 6 LE « LIBRE DE MEMORIAS » 

de fustarie et orgarie; sen P. Ajmojr, pelicie, per Tescala de 
pelissarie, coyratarie, sabatarie, fabres, monies e pejralies. 

[86 V.] Foron clavaris : 

Sen Ramon Gilabert, per Tescala de messarie ; sen Bernât 
Roquacels, per Fescala de raazel ; sen Johan da Sas, per 
l'escala de lahor. 

Feron de talha aquest an nii d. per libra '. 

Foron levayres de bans : 

Jacme Mauri, perTescala de mercadarie ; sen Brenguie Cam- 
ba.vielha, coyratie, per Tescala de cojratarie e de^ pelissarie. 

Foron carrayries : 

Johanneri Grueyraut, per messarie e per taulas ; Bernet 
Laur jove, per mercadarie; Guilhem Rigaut, per mazel ; 
Guilliem Pej'rie, coyratie, per pelicies. 

[88 r.] ■'' Foron caritadies : 

Johan Lames, per l'escala de taulas; Andrieu de Fon- 
■taynas, per mercadies ; Daude Raynaut, per coyraties ; 
Peyre Joida, marelie, per mazel; Johan Faberza, per lahor. 

L'an dessus dig mccclxxxx, dimas a xviii de genoier, veiic 
a Bezes nostre senhor lo rey de Franssa que venia de Tho- 
losa. Et anet prener conget de nostre senhor lo papa a Aviiiho, 
epueyss'en anet a Paris. 

Item aquel an sobredig et aquela venguda de nostre senhor 

10 rey derieyra, los senhors cossols davan ditz Johan Nuvas 
els autres sos companhos foron per lo rey desapausatz et 
amermatz del nombre, so es a saber que de v cossols que y 
avie los tornet a iiii. Et en aqui meteisho fes per tôt lo pais 
de Lengadoc. 

E es a ssatier que los senhors cossols dessus nomnatz se 
vestiro las raubas del cossolat lo jour de nadal, e non las 
portero, sino de nadal entro lo divenres a xxi de genoier, que 
y intrezon los autres senhors cossols desotz escrigz. 

[88 V.] Item l'an dessus dig mccciiii'''^ e x,a xx de genoier, 
fes cridar a votz de trompa nostre senhor lo rey per totas las 
vielas, que d'aqui enan non agues per las vielas, sino iiu 

' Uûe autre main a ajouté: et viii d. per testa. 

- Les mots coyratarie e de sont rayés dans le manuscrit. 

■' Voir la uote de la page 94. 



DE JACME MASGAUO 97 

cossols. E fâcha aquesta crida, los senhors cossols sobreditz, 
que erou davan la crida, van relaxar lo cossolat, quar no 
sabian quai de totz sinq fos foras, e non fazen enjuria de la i 
a Tautre, foron d'acort que totz ensemps non y remangues 
degun de totz sinq. 

Pus lo jour e Fan dessus ditz, a xx de genojer •, fes far una 
autia crida en la viela de Bezes, aissi quant se seq : 

Aiijatz que vos fa hom a saber de part lo rey de Franssa 
vostre seiihor, e vos notiffiqua hom, que lo dig nostre senhor 
lo rey de Franssa, aven pietat e couipacio al poble de son 
rialme, a volgut e ordenat per certanas causas sus aisso la 
sua gracia moven, que tota persona, quai que sia, ni quai que 
no de Lengadoc, que se sia partit del rialme de Franssa per 
tallias mezas el temps passât, o per deutes per els degutz al 
qiialque persona que sia, sia juzieu ho crestia, que puesca 
retoi'nar en lo pais, estar, demorar francamen e quitia e pari- 
blamon de tôt so quez els poyran dever a las dichas talhas o a 
crededors, an condicio que els aian a pagar lor ditz deutes 
enfra im*^''^ ans contados de la data de las letras sus aisso 
autriadas, cascun del ditz un ans la quarta pai'tida dels deu- 
tes, e que seran tengutz an prestaii caucio de pagar los deutes 
aquela que poyran prestar. 

[89 r.] Encaras raay vos fa hom a saber que lo rey nostre 
seulior a ordenat, per lo reaime- relevamen de son poble, que 
dels bes que foron de maistre Johan Betizac saentras de 
Bezes confiscatz al rey nostre senhor se converttsca sua lo 
fag de la hueia dels Engles la somma de xx melia franx. 

Encaras raay vos fa hom a saber que lo rey nostre senhor, 
per lo ben del poble et de la causa publica, a hordenat que lo 
nombre e la quantitat dels capitols, cossols, governados de 
cascuna viela de Lengadoc majore pasan lo nombre de quatre 
sia apetisat, destreg et reraes al dig nombre de irii, los quais 
capitols, cossols, ho autres governados no se puescon asem- 
blar, ny congregar, ny deguna causa far, sino que lo' senes- 
calc, ho viguier, ho jutge de las dichas vielas hy sia présent. 

Item vol e ordena lo rey nostre senhor, que totas aydas, 

* r.esmotsaxx de ijenoyer »oid d'ui\e aulremain.ccrilsau-dessusde la ligne. 
'^ Le mot reaime esl expooctué et doit être négligé dans la lecture. 



V)S LE « LIBRE DE MEMORIAS » 

carges, messios, presas al temps passât per los ditz capitols, 
cossols, governadûs en las dichas vielas, empauzatz sus fari- 
nas, carns, peys et autras denajradas o bas sessen de tôt e no 
sian plus levatz, nv los ditz ca[)itols, cossols, ho governados 
no puescaii los ditz carges mettre, nj enpauzar, uy far culliir, 
nj levar d'aisi enan, sens exprès mandamen ho ordenansa del 
rej nostre seuhor ho de son cosselh. 

L'andessus escrig mccclxxxx, divenres a xxi de genoier, lo 
sen Caries del Templier, raesie Bernât Audran, el sen Jacquet 
de Bencjerget* vengueron a la mayo corauna de las partz de 
nostre senhor lo rey de Franssa, per ordenar cossols novels 
an cossentimen de tôt lo cosselh de la mayo comuna. E feron 
cossols novels, so es a ssaber; 

[69 V.] Sen Guilhem Cotelie ; sen Duran de Guirgols, uicr- 
cadie ; sen Johan Estaci, parayre; sen Peyre Brenguie,laho- 
cayre. 

Item fouc autriat als ditz senhors cossols per lo gran cos- 
selh de la mayo comuna, en presencia de mossenhor lo 
viguier del rey, que aguesso raubas del cossolat. Et feron ho. 

Pus los ditz senhors cossols se vestiron las raubas dimer- 
gue, que fouc lo xiiijour d"e febrier, que fouc lo jorn de Cara- 
mantran ^. 

Item Tan dessus dich mcccii^'^'ii e x, dimars a xx del mes de 
setembre, lo jour de las asiras, juret los privilèges, las fran- 
quezas e libertatz de la viela e vigarie de Bezes mossen 
Peyre de Mornay, cavalier, senescalc de Carcassona e de 
Bezes, et mossen Guilhem del Bruelh, doctor en decietz, 
jutge mage de Carcassona, en l'ostal del cabiscol mage de la 
glieia quatredal de mossenhor Saut Nazari de Bezes. Prezero 
ne carta maistre Bernât Ferrier, nolari de Bezes, et maistre 
Johan Hue, notari de Carcassona. 



' Les mois de Be7icyerget sont dans la marge, à droite, presque effacés 
par le temps. 
* Les mois que fouc lo jorn de Caramantran sont d'une autre main. 



DE JAGME MASCAKO 9 9 



APPENDICE 



Le volume sur lequel est écrit le Libre de Memorias de Jacme 
Mascaro contient en outre (feuille 92, recto et vei'iO ') la copie d'un 
privilège accordé en 1371 à la ville de Béziers par le roi Charles V. 
Cet acte, rédigé en latin, est précédé du titie suivant: 

Aysso es lo privilège de la viela de Bezers sus lo fach de la vin- 
fdemia e del vi estranha^. 

Dans le même volume se trouvent aussi les deux pièces suivantes, 
que nous publions in-extenso : 

I 

[93 r ]. L'AiS MIL CCCC E NOU, A DETZ JOR.\S BEL 

mes de febriei^ iniret a Bezers, per lo portai de las Sors Me- 
nors, mossen DEIURAN DE MALMO!ST, avesque de Besers, 
lo quai, avnns que hel mires dedins la vila, al incran del parlai, 
pronies et Jurel de tener et servar las liber tatz e franquesas de la 
dicita vila, enla forma e manie'jra que sos predecessorsavian acos- 
tiiniat. E près ne carta maistre Bernât Raynaut, niaistre Pcyre 
Marinier e maistre P. Estassi. Empero maistre B. Rai/naut 
recitet la carta. Et es a ssaber que en aquel an cran cossolz 
maistre Domcrane^ de Cnciiro, maistr^i en medecina, scn P. 
Laieret, canabassier, sen Guillem Conort, parayre, sen Andrieu 
Roma, lauraire, e scn Ramon Yvern, peyralier. E fouc azorde- 
nat per lo graiit conselh, que hom dones e présentes al dig- 
mosseiihor lo avesque quant fora pausat lo raust entro a xx 
a xvui marx de argent obrat, de que los senhors sobre ditz 
cossolz compreron dotze tassas obradas, que pezavan entre 
totas entorn quinze marx, que costavalo mare de las sieys set 
franx e mieg, e de las autras siejs set franx, quar en las siejs 
non avia de obratge. E majs Ihi presenterou ab las dichas xii 
tassas hun gobel daui-at, ab sa cubei-ta, e bon bobrat, que 
pezava très marx, e costava lo marc detzlibi-as, dos solz, siejs 
deniers lornes. 

' Les feuilles 93 et 91 du manuscrit sont en blanc. 

"^ Il y a là sans doute une faute du copisle ; il faut lire : estranh, 

■' La dernière syllabe du nom est d'une autre main. 



100 LE « LIBRE DE MEMORIAS » 

II 1 

L'an Miii^ e xv, divenres a vu de junli, fes eclipsi que 
tornet lo die nueg, e vit hom las stelas en lo cel, com si fos de 
tôt nueg; estet a passai' lo solelh sos la luna, que fouc novela 
aquel die a hora de vx lioras de jorn, ben l'espari de ni. quart 
de hoza en scurtat; e fouc ben freg lo temps ; e fouc lo signe 
cranc. 

Item en Tan desus dig, a xv de ahost, venc en Bezes l'era-, 
perador, lo quai avia nom Seguimon, et ajsso perfar la uiiio 
de santa glieya; et aquel jorn partie, et anet jazer aNarbona, 
et aqui tenc son cosselh, e lo senhor emperador, aven pre- 

guarias dels senhors consenhors de Perpinha, que el - 

[93 V.]- E cant fouc de part de la, y fouc lo senhor rej de 
Araguo, am très donas reginas, so es a ssaber : la regina 
Violan, e la regina Marguarida, e la regina niolher del senhor 
rej e fouc alotgat en Torde delz frajres menos, e raossenhor 
P. de Luna al castelh de Perpinha, ont el y avie per sa guarda 
mot grans gens d'armas de sasanh et autres; et entre venc y 
molt gian scandol que los Catalas feron et aussigron de gens 
d'un senhor avesque trames al cosselh, que era de Castela, 
ont cremeron hun hostal en lo dig loc de Per[)iuha, e de las 
gens en que eran alutgatz, que fouc jutgat a paguar, per lo 
dampnatge que si fes, xxx melia floris, dont mot stet esbajt 
lo senhor emperador, e fec arma ben e tostz sas gens d'armas, 
cum si entresso en batalha arenguada, tro que ac novelas del 
rey de Araguo bonas, que non \y qualia ponh aver (a)neguna 
pavor de re ; et aqui fes mot gran procès del fag de la unio 
de santa glieya am mossenhor P. de Luna, e non y fes negun 
aponhiamen que hom sertanamen ne pogues saber sertana 
causa. Et aqui venc lo compte de Armanhac, et après venc lo 
compte de Foix et autres baros ; e cant aqui agron pro stat, lo 
senhor emperador s'en tornet a Narbona, a vi de novembre. 

(A suivre.) Ch. Barbier. 

1 Celte deuxième pièce, dont le commencement est sur la même page que la 
précédente, n'ea est séparée que par un léger intervalle en blanc; comme la 
précédente, elle ne porte pas de titre ; elle est d'une écriture bien différente, 
beaucoup moins régulière, beaucoup plus difficile à déchiffrer. 

2 La feuille du manuscrit a été rognée de telle sorte qu'une ou plusieurs 
lignes ont été enlevées. 



NOTES DE PHILOLOGIE ROUERGATE 



TABLE DES NOTES 

AVEC SOMMAIRE, CORRECTIONS ET ADDITIONS 



Note I. — T. VII (1882), p. 62 

Sommaire. — Double traitement des d, s, t primitifs entre deux 
voyelles, donnant lieu à une série de doublets dont il est produit de 
nombreux exemples. — Genèse phonétique de fàu, je fais, et defàu, 
ils font; de vàu, je vais, et vàu^ ils vont. 

Corrections. — A la page 63, dernier alinéa, lire: BosXs et BoÀs, 
au lieu de : bossa et BosA — Page 66, ligne 2 de la note, lire : assu. 
rément, au lieu de : assuréméent. 

Additions. — Page 66, entre les exemples n'^ 9 et n° 10, introduire 
le suivant, sous le n" 9 his : crus, crdsa, et cru, crua, adj., du lat. 
crudus, a. — P. 68, à la fin de la page, en note, il est dit : « estau, 
avec a ouvert pour la 1''® personne du singulier, et estou avec «fermé 
pour la S'^ du pluriel, sont entièrement oubliés. » A cette remarque 
il convient d'ajouter que la 3^ personne du singulier de l'indicatif 
présent, estai, hors d'usage, s'est conservée dans le proverbe suivant : 

Que trepa, leca. 
Qu'estai, seca. 

Note II. — T. VII (1882), p. 71 

Sommaire. — Discussion sur les formes jumelles vila, vilar et 
viala, vïalar. — Autres doublets analogues en il et ial. 

Corrections. — P. 74, avant-dernier alinéa, au lieu de : Ce type 
loi, lire : Le type iol. 

Note III. — T. VII (1882), p. 218 

Sommaire, — Dissertation sur l'étymologie du mot trahalh, fr. tra- 
vail. 

Correction. — P. 219, 3e alinéa, au lieu de : An American Dic- 
tionary of tlie ençjUsh lanrjuage, lire : An American Dir.tionary of the 
English language. 

7 



102 NOTES 

Note IV. — T. VIII (1882), p. 221 

Sonnnaire. — Analj'se de proverbes rouergats à double sens dont 
on obtient le sens caché en restituant à certains de leurs mots 1'?» 
terminale caduque, tombée dans les parlers du Rouergue, mais qui 
existe encore dans les patois de l'Est. Cette particularité plionétique 
date les dictons auxquels elle appartient en fixant leur origine avant 
l'époque très reculée de la chute delà lettre en question. 

Addition. — P. 225, 2*= alinéa. Ajouter, à ce qui est dit du nh 
terminal, que dans certains patois, notamment celui du Gers, il pos- 
sède encore sa prononciation première de n mouillée. Ainsi on y dit 
castanh, en donnant à nh le même son que dans Castanha, et comme 
nom propre on l'écrit aujourd'hui Castaing, tandis qu'en Rouergue le 
même mot s'écrit de nos jours Castan. 

Note V. — T. VIII (1882;, p. 20 

Sommaire. — De certains diminutifs épenthétiques en oeit jjour oet. 
— Les verbes torrelhar et eslorrelhar. 

Correction. — P. 21, note, au lieu de: extorricalare, lire: extorri- 
culare ; et, au lieu de : èstorruculare, lire : extorruculare. 

Note VI. — T. VIII (1882). p. 21 

Sommaire. — Discussion du jugement de M. P. Meyer sur les 
racines romanes cail et cair. — Cailus et cailar, de castlus et cast- 
lar par casbis et caslar, variante barbare de casiellus et castellar, qui 
a dû prendre naissance parmi les habitants d'origine germaine. 

Note VII. — T. X (1883), p. 157 

Sommaire. — Caire, au sens de rocher fortifié et de château-fort, 
n'est pas le même mot que ca'ire signifiant carreau. Ce dernier procède 
du latin quadrum ; le premier tire son origine du celtique, où l'on 
observe haer avec la même signification, — Preuves à l'appui de 
de cette thèse. 

Note VIII. — T. X (1883), p. 159 

Sommaire. — Doublets par différence de position de l'accent toni- 
que, et doublets par concurrence de contraction et de non-contraction, 
sans dift'érence de tonalité. — Ces dichotomies phonétiques ne peu- 
vent s'expliquer que par l'hypothèse de la superposition de deux 
l'omans contemporains, tous deux directement issus du latin, mais 
parlés par des catégories sociales distinctes, l'un étant à l'usage des 
hautes classes, l'autre de la classe inférieure. 



DE PHILOLOGIE ROUEHGATE 103 

Note IV.— T. X (1883), p. 210 

Sommaire. — Etude sur les noms d'arbres et d'arbustes et leurs 
collectifs de divers types observés dans le rouergat. — Une nouvelle 
étymologie du mot garric, chêne. — Inductions sur l'histoire agricole, 
économique et politique du pays tirées des collectifs d'arbres usités 
à diverses époques. 

Corrections. — P. 215, 2e alinéa, 2'= ligne, au lieu de: besonna, 
lire : hesonia. — P. 220, fin de la page, au lieu de: 

La penche de bois 
A la rusca se coaoit. 
lire : 

La penche de bois 
A la rusca se concis. 

P. 226, 2e alinéa, 8e ligne, au lieu de : fagcta, lire : fageta . — P. 230, 
fin de la page, au lieu de: 

Qiiod natura est 
S'arraba pas com' un ginest. 
lire : 

Quod natura est 
S'arra pas coma 'n ginest. 

P. 238, 5» alinéa, au lieu de: visus est mancere, lire: visus est 
manere. 

Dans le tableau synoptique : 

lie ixiot de la l^'e colonne, au lieu de : acelaris, lire : aceralis ; — 
17'' mot de la pe col., au lieu de : XURUS, lire: r.nxus ; — 19^ et 
20o mots de la 7« colonne, au lieu de : Fraissinet Fr-axinetum, lire: 
Fraissinet (?) Fraxinetum (?) ; — 22« mot de la 5® colonne, au lieu 
de : Mesimlarium, lire : Mespularïum (?) ; — 2« colonne, à la suite du ' 
mot RUMEX de la P^ colonne, ajouter Ruhus ; — 7"= colonne, au lieu 
de : Treraolet Tremuletum., lire : Tremolet (?) Tremuletum (?) 

Additions. — P. 212, au 6<^ alinéa, il est dit: « Le français litté- 
raire moderne n'a pas l'homonyme de notre alhar et de ses dérivés. » 
Il convient de compléter cette observation en ajoutant que, d'après 
Littré (au mot Aubier), le vocabulaire berrichon a aubier avec le 
même sens que le rouergat alhar ou auhar. — P. 215, 2* alinéa, 
ajouter au mot hesonia, comme autre exeraj^le de dérivés de hes, le 
moi Besbna (par o ouvert), nom d'un village des environs de Rodez. 
— Deux lignes plus bas, je cite le mot Besorg, en déclarant que je ne 
puis l'expliquer; je crois que l'explication s'oiïre dans un primitif 
latin possible hetionicum. — P. 217, 4'^ ligne, ajouter que le mot Bes- 



104 NOTES 

sola est par o ouvert. — P. 228, à la 12^ ligne du 2'^' alinéa, après 

Rutheiiensis , ajouter : farrar, atarrar, jcdar, pour Et après ces 

mots ajouter comme autres exemples : Clamens et Clamensa pour 
Clemens et Clemensa. — P. 231, dernière ligne, ajouter que dans 
77iespoîa, nespola, Vo est fermé. 

Note X. — T. XI (1884), p. 77 

Sommaire. — De diverses causes de corruption phonétique. — Réac- 
tions difEérenciatrices des parlers en contact s'exerçant de l'un sur 
l'autre (corruption des bs, chs, es, ds,ps, ts, x, organiques en ch ; — kl. 
du suffixe ià =■ lat. ianus, en ^er,• — id. de ou organique en au; — 
id. de oa organique en o ouvert ; — id.de obbe = oe be, en apé; — id.àe 
la voyelle française eu en u, et consécutivement de la v. fr. u en eu dans 
la prononciation du fi'ançais chez les hommes de langue d'oc ; — sub- 
stitution du b au V, et consécutivement du w au & chez les mêmes gens 
de langue d'oc dans leur prononciation française). — Influence de la 
rédaction française sur l'orthographe de la langue d'oc chez les scri- 
bes bilingues du xvi^ siècle. — La grande différence que l'on croit 
observer entre le provençal écrit du xvi^ siècle et nos patois à par- 
tir duxvii'' siècle est une pure illusion résultant de ce que les vieux 
textes provençaux sont lus par nous à la française, c'est-à-dire bien 
autrement qu'ils n'étaient lus par les « Provençaux » contemporains, 
et que d'un autre côté, quand nous écrivons nos patois, c'est également 
à la française, c'est-à-dire avec une orthographe tout autre que celle 
qui leur aurait été appliquée par les vieux Provençaux. 

Corrections. — P. 80, dernier alinéa, au lieu de: excellents, lire: 
excellent. — P. 81, S" ligne, au lieu de acaptar, lire: acapsar. — P. 83, 
IS** ligne, au lieu de : le féminin bizarre, lire : ce féminin bizarre. — 
P. 88, 12^ ligne, au lieu de : les mots à la provençale, lire : ces mots 
à la provençale. 

Note XI. — T. XI (1884), p. 189 

Sommaire : Formation des mots Roergue (Rouergue) et Roergas, 
et de leurs analogues Auvernhe et Auvernhas . — Le mot Rosergas, 
lu Rosengas par M. P. Meyer, et laissé en blanc dans sa traduction 
de Flamenca. — L'histoire et l'anthropologie du Rouergue éclairées 
par la philologie. — Solution du problème anthropologicohistorique 
du contraste entre le type moyen de la population française moderne 
et le portrait classique du Gaulois. 

Corrections et additions : P. 189, 15^ ligne, au lien de: introduit, 
lii-e : intraduit. — P. 193, 7"= vers de la citation, au lieu de: cinq, 
lire : cinc. — P. 194, 3e alinéa. Ce qui est dit de l'acception 



DE PHILOLOGIE UOUERGATK 105 

première de Roergue comme adjectif s'appliqnant aux habitants et 
choses du pays, ainsi qu'au pays hii-mêmc, trouve une confirmation 
intéressante dans le mot ruderyice employé dans la partie septen- 
trionale du département de l'Hérault pour désigner le vent du Nord. 
Cet exemple établit l'emploi d'une variante de Roergue comme adjec- 
tif, et cette variante est remarquable d'ailleurs en ce qu'elle nous 
offre une forme intermédiaire entl'e le prototype latin rutenicus et la 
forme rouergate la plus archaïque, rosergue, forme intermédiaire 
où la dentale primitive existe encore quoique adoucie. Enfin cette 
variante est digne d'intérêt en ce qu'elle diverge de la filiation de 
roergue, Vu de rutenicus y étant resté m, tandis qu'il s'est transformé 
en dans notre mot indigène. — Même page, dernières lignes, il est 
dit que AuvernTias est formé d'un adjectif primitif, awvera^e, répon- 
dant à un prototype latin arvernius. Cette hypothèse se trouve véri- 
fiée par les mots suivants de la Charte vi® (année 930) du Cartu- 
laire de l'abbaye de Conques : in pago arvernio . 

Note XII. —T. XII (1884), p. 226 

Sommaire : Les mots Irôa et randa et leurs origines. 
Correction : P. 227, 6*^ ligne, au lieu de : english language, lire ;. 
English language . 

Note XIII. —T. XIII (1885), p. 85 

Sommaire : Noms propres de langue d'oc transformés en génitifs 
latins. — Noms propres de langue d'oc, d'abord francisés, et puis 
ramenés au provençal par une fausse interprétation qui les défigure. 
— Noms propres de langue d'oc passés dans le français avec une 
fausse orthographe, résultant de ce que, au lieu d'être transcrits d'après 
leur orthographe provençale, ils ont été écrits sur audition par des 
plumes (( françaises » sous la dictée de bouches « provençales ». 

Addition: P. 85, aux exemples de noms rouergats sous forme de 
génitifs latins, ajouter les suivants : Bertrandj^ (Bertrândi), pour 
Bertrand ; Casàlis, pour Casai ; Comitis, pour Comte ; Dominici, pour 
Domergue; Fabry (Fàbri), pour Fabre; Fauvety (Fouvéti), pour 
Fouvet ; Marcilhacy (Marcilhàci'), pour Marcilhac ; Maurandy (Mau- 
rândi), pour Maurand. 

Note XIV. — T. IV (1885), p. 44 
Sommaire : Etymologie du mot marra. 

Note XV. — T. XIV« (1885), p. 44 

Sommaire : Les mots lerla, et Revoit, Révolta, de la toponymie 
cadastrale du Rouergue ; leur origine et leur formation . 



106 NOTES 

Correction : P. 46, les deux vers qui terminent la page ne doivent 
en faire qu'un ; on doit donc lire : 

Tan l'exemple del mestre entancha los variais. 

Notes XVI et XVII. —Avril-mai-juin 1887, p. 296 

Sommaire : Réponse à des diatribes de M. P. Meyer. — Substantifs 
rouergats en o fermé atone ; ils paraissent être d'origine espagnole. — 
Les Rouergats savent distinguer l'un de l'autre, dans les mots espa- 
gnols, Vo et Va atones désiueutiels ; ils les prononcent respective 
inent comme o et a fermés, ce qui prouve que Va fermé provençal a 
un son distinct de Vo vrai et qu'il ne doit pas être exprimé par ce 
signe. — L'auteur revendique la priorité de l'assimilation de Vo 
estrech des grammaires provençales à Voto de la graphie des patoisants 
et félibres. — Réplique à M. P. Meyer au sujet de sa leçon Rosengas 
pour Rosergas. — Rudergue, variante de Roergue, encore employé 
comme adjectif. — Discussion avec M. C. Chabaneau, à propos du 
mot rudergue, sur les transformations de Vo et de Vu latins dans le 
provençal . 

Corrections : P. 301, 15« ligne, au lieu de : le c dur, lire un c dur. 

— P. 308, 5« ligne, au lieu de : exiologiques, lire : lexiologiques . — 
P. 305, 4^ alinéa, au lieu de: Cadurceua, lire : Cadurciens. 

Note XVIII. — 4« Série, T. III (1889J, p. 45 

Sommaire : Examen critique de la thèse de MM. Paul Mej^er et 
Gaston Paris de la non-existence de dialectes dans le gallo-roman. 

— D'après ces auteurs, il n'y a pas de langues filles, il n'y a pas de 
langues mères, et le gallo-roman est une masse linguistique com- 
pacte, indivisible en'dialectes, qui ne se déversifie d'un lieu à un 
autre que par des « traits linguistiques » discordants. Ces proposi- 
tions sont démenties par l'observation, et l'on peut dire d'ailleurs 
que si elles étaient vraies elles seraient également applicables à tous 
les groupes de langues, et aussi à l'histoire naturelle, chez qui toute 
tentative de classification serait dès lors chimérique. — C'est le latin 
classique seul qui s'est établi dans les Gaules, c'est par les hautes 
classes seules qu'il a été d'abord employé, et c'est d'elles qu'il est 
passé plus tard au peuple. — Le germanique de l'invasion a eu au 
contraire son premier contact, en Gaule, avec les mas.ses rurales, et, 
simultanément ou successivement, par ses différents dialectes de peu- 
plade. — Qu'est-ce qu'une langue, et qu'est-ce qu'un dialecte? — 
Langues génériques et langues individuelles. — La langue latine est 
la mère des divers idiomes romans, et la langue romane en est le 
genre, dont ces idiomes sont les espèces ou les individus. — Dialec- 



DE PHILOLOGIE ROUERGATE 107 

tes chronologiques ou dans le temps, et dialectes géographiques ou 
dans l'espace. — Chacun des dialectes géographiques du gallo-roman 
dérive du latin par une ligne directe et distincte à lui propre ; ils 
sont entre eux dans un rapport de parenté purement collatérale, et ne 
peuvent par conséquent pas se prêter à une classification généalogi- 
que. — Exemples de classification généalogique dans les langues. 

MM. P. Meyer et G. Paris soutiennent que les « traits linguisti- 
ques » ne coïncident jamais avec « les limites anciennes ou moder- 
nes »; faits à l'encontre de cette assertion, principalement tirés de 
l'histoire linguistique du Eouergue, — Un atlas de différents traits 
phonétiques dont les cartes ont été dressées par l'auteur il y a qua- 
rante ans. Ces cartes sont consacrées aux traits phonétiques sui- 
vants : 1° lut. CA, QA, t= ca, gcts et = cha,ja; 2° lat. CT =r ch et =: 
H; 3° lat v = w et == & ; 4° lat. f = / et = /;. ; .5" prov. ch.j, = ch, 
j et = ts ; 6° prov. o larc= uo et = io. — Particularités caracté- 
ristiques du rouergat et de ses diverses variétés locales. — Reprise 
de la question de cailar et caihis, et des influences locales du ger- 
manique. — Liste de noms germains de femme relevés d'après les 
vieilles chartes rouergates. 

Réponses de MM. P. Meyer et G. Paris aux critiques de l'auteur, 
et réplique de ce dernier. 

Corrections. — P. 267, avant-dernière ligne, au lieu de : l'un de 
l'autre, lire : l'une de l'autre. — P. 280, P^ et 2^ ligne, au lieu de : 
féminime, lire : féminine. — Même page, 11« ligne, supprimer la pre- 
mière virgule. — P. 437, P'<= ligne de la note 2, supprimer la pre- 
mière virgule. — P. 444, 17^= ligne, au lieu de: fut portée, lire: fut 
parlée. — Même page, 24'' ligne, au lieu de : des manses les plus écar- 
tées, lire : des manses les plus écartés. 

Additions. — P. 278, 3'' alinéa, mentionner encore comme trait 
caractéristique du parler local la corruption de la désinence ia en ié. 
donnant, par exemple, ahadié pour ahadia, malautié ^om- malautia 

P. 437, aux exemples du suffixe kss (en note) énumérés ajouter les 
suivants: cantussîer, lutrin, qui suppose un verbe, cantussar, lat. 
cantutiare, fréquentatif de cantare, qui se rencontre en composition 
dans le rouergat cantussejar , chantonner ; ca^ifssa/, participe passé, se 
disant pour huppé, par allusion de la tête du chapon, capô, qui est 
garnie d'une touffe de plumes au lieu de crête. 

P. 440, une rectification et une addition sont à faire au passage 
relatif à la contraction du lat. vetulum en iieclum. Il paraît que 
VAppendïx Probi, que j'ai cité d'après Littré, n'est pas de Probus, ce 
que j'aurais dû voir tout d'abord, et que cet appendice daterait du 
iir siècle. Incompétent sur ces questions d'érudition, je me bornerai 



108 NOTES 

à faire observer que plus le texte dont il s'agit est ancien, et plus il 
vient à l'appui de ma thèse comme quoi le groupe tJ répugnait à la 
phonétique latine, et non pas seulement à la phonétique gallo-romane. 
Cela dit, voici une autre observation qui me paraît intervenir à propos, 
c'est que dans les langues romanes de l'Occident (j'ignore ce qu'il en 
est du moldo-valaque) les métajDlionies de vetiihis Aisent toutes une 
forme intermédiaire veclus, témoins l'ital. vecchio et le castil. viejo, 
respectivement formés à l'instar de ocdiio eiojo, de ocwZws, tout comme 
le prov. vielh. et le fr. vieil, analogues de iielh et œil. 

Les mois cailar et cailiis, sur lesquels j'ai glosé dans les Notes VI 
et XVllI, appellent encore quelques observations. Ces deux mots 
constituent un phénomène de tératologie linguistique des plus remar- 
quables, digne d'une étude approfondie. J'ai constaté que cette 
curieuse anomalie ne se montre que sur le territoire de la langue 
d'oc et même que sur une section restreinte de ce territoire. Partout 
ailleurs les mêmes mots se retrouvent sous leur forme normale, qui 
est castelar et castelus pour le domaine provençal, chàtelier et châtelux 
pour le domaine français ; et l'italien et l'espagnol, qui ne les ont 
pas seulement conservés comme noms propres de lieu, mais les possè- 
dent jusqu'à présent, du moins partiellement, dans le vocabulaire de 
la langue, nous offrent, le premier, castellare et castelluccio, le second, 
castellar seulement. On a contesté que le Chàtelier des pays fi-ançais 
répondît à notre Castelar, c'est-à-dire au lat. castellare, en se fondant 
sur ce que la désinence française ier procède du suffixe latin arius. 
D'après cette opinion, Chàtelier procéderait de castellarius. A cela 
je répondrai d'abord que castellarius, dans Du Cange, a la significa- 
tion de châtelain : « Castellaeius, Ugotioni, Dominus Castri, velqui 
lorœest castris. » En second lieu, je ferai observer que le suffixe lat. 
aris fait le plus souvent ier en français ; témoins: aubier, de albaris ; 
collier, de collare ; familier, de familiaris ; sanglier et singulier, 
de siNGULARis ; soulier, de subtelaris ; villier,de villare. 

Le dictionnaire de Eaynouard cite un texte provençal du xiii« 
siècle où castelar et caslar figtirent concurremment comme deux 
mots de signification distincte : « E'I caslar e'I castelar (Arch. du Roy. 
J. 323). >) Je vois là un nouvel indice à relever à l'appui de ma 
thèse comme quoi les formes anomales caslar et caslus seraient des 
barbarismes romans de facture germaine. On peut très plausiblement 
supposer que castelar, dénaturé en caslar par les Barbares, fut en 
même temps détourné par eux de sa signification rigoureuse, qui était 
celle d'un adjectif employé substantivement, et désignant ce qui 
appartient au Castellum, ses appartenances, ses diverses fortifications. 
« Castellare, castrum, ipsa castelli munitio ». dit Du Cange. r,es 
Barbares, en ceci comme dans nombre d'autres cas, n'ayant pas 



DE PHILOLOGIE ROUERGATE 109 

saisi la nuance des appellations latines, auront appliqué à l'habitation 
du fort, au château proprement dit, ce qui se disait de l'ensemble 
des fortifications environnantes ; puis le mot, ainsi altéré par eux de 
façon à rendre son identification avec le type original difficile, aura 
été accepté par les « Romains » comme une expression tudesque, telle 
que la sala, qui a à peu près la même acception, et les deux termes 
castelar et caslar, qui n'en formaient d'abord qu'un seul, auront 
ainsi vécu côte à côte, chacun avec son usage propre. 

Il est à remarquer que nos Cailar, Cailus (Caylar, Chaylar, Caylus, 
Chaylus) se présentent invariablement, dans les textes les moins an- 
ciens du moyen âge, à l'état de caslar, caslus, qui ne se rencontre plus 
dans la prononciation actuelle. 

J.-P. Durand (de Gros). 



DEUX POÉSIES EN PATOIS NORMAND 



Notre confrère, M. Henri Bailleul, docteur en droit, directeur de la 
4® circonscription pénitentiaire, à Rouen, nous communique les pièces 
suivantes en patois normand contemporain. 

Elles sont l'œuvre d'un vieux curé né en 1803, mort il y a quelques 
années à peine. L'une, la Notre-Dame d'Autretot, composée vers 1830, 
est une poésie réellement populaire, véritable photographie des 
réjouissances en usage dans la plupart des villages lors des fêtes 
patronales, assemblées en Normandie, pardons en Bretagne, Ker- 
messes dans les pays flamands, volo en Provence, festas tout court 
dans une grande partie du Languedoc. 

L'autre, composée vers 1847, pour la fête d'un confrère de l'auteur, 
est une œuvre littéraire, moins intéressante à la rigueur pour les lec- 
teurs de notre Revue, mais qui montre avec quelle facilité l'auteur 
avait su, dans un sujet plus sérieux, s'assimiler la langue populaire. 

A. E. 



LA NOTRE-DAME D'AUTRETOT 

(Vers 1830) 

Air : la Comète. 

La Noter-Dame d'Autertot 
Est eunne superbe assemblaje ! 
Lés pu grands violonnneux d'Yv'tot 
Et tous les râcleux d"la tornaye 

Y violonnent si bien 
Q'cha vo' z'enleuve (bis) ; 

Y violonnent si bien 

Q'cha vo met tout le monde en train ! 

La veuiir lès homm' vont cheux Tboucher 
Fair' couper gigots et cot'lettes; 
De là no s'rend cheux l'épicier. 
Pou' l'café no fait ses emplettes. 



DEUX POESIES EN PATOIS NORMAND 111 

L' marchand qui n'en r'vient point 
Dit: « Cham'euleuve (bis). » 
L'marchaud qui n'en r'vient point 
Dit: « Cha m'enleuv', tant q'cha va bien ! » 

N'y a point besoin d'avé d'iergent^ 
I suffit d'êt' eunn' vieull' pratique ; 
L'marchand est oco bien cotent 
D'vo vair choisi dans sa boutique. 

No dit : « Ecrisez cha. » 

Pi no z'enleuve (bis) 

No dit : u Ecrisez cha : 
L'ergent viendra quantt cha s'pourra. » 

Pendant cha, la maîtresse, au four, 
Pétrit des gatiaux, des galettes ; 
E chaque marmot, à son tour, 
Veut des douillons et des boulettes. 

No cuit du galuchon 

Qui vo' z'enleuve (bis); 

No cuit du galuchon 
Qui vo' z'enleuv' tant qu'cha sent bon! 

Le jou' d'ia faîte, un bon daînné 
Met en gaîté chaque famille, 
No prend un bon quart ed'café 
Pi dans les verr' l'iau d'vie pétille ; 

Quand cha vient à passer 

Cha vo' z'enleuve (bis) 

Quand cha vient à passer, 
Cha z'enleuv' la piau du gosier. 

Cha n'est pas tout, i faut danser, 
Car, sans la dans' n'iérait point de faite ; 
Stilà qui voudrait s'en passer 
S'rait bien sûr d'en pédre la taîte. 

C'te flûte, ces violons 

Chavo' z'enleuv' (bis); 

C'te flûte, ces violons, 
Cha vo' z'enleuv' fill' et garchons. 



112 DEUX POESIES EN PATOIS NORMAND 

C'est là q'chacuii mont' sen talent, 
Surtout quanttno dans' la gavotte. 
Noz est joyeux, noz est cotent, 
L'moins dégourdi s'y ravigotte ; 

Mais quantt no crie u l'galot » ! 
Chavo' z'enleuve (his) 
Mais quantt no crie « l'galot » ! 
Cha vo' z'enleuve ! no val'grand trot. 

Souvent il tonne, il grêle, il pleut; 
Pour cha quitt' ra-t-on l'assemblave, 
Contre l'mauvais temps, qu'est qu'nopeut? 
No brave l'vent et la grêlaye. 
Su tambour, seu flûtiau. 
, Cha vo' z'enleuve (bis) 

Su tambour, su flûtiau 
Cha fait danser les pieds dans l'iau. 

Su plaisi-la vo sembl' si doux 
Q'no l'fait duai toute eun' semaine : 
Chaq' soué no s'réunit tertous ; 
No saut', no danse àpédre haleine. 

Su tambour, su crin-crin 

Cha vo' z'enleuve (bis) ; 

Su tambour, su crin-crin, 
Cha vo fait omblier l'chagrin. 

I n'y a point d'bonheur qui n'prcnne fin, 
N'y a point d'si biau jou' qu' la nuit n'vienne. 
Bintôt ne change de refrain 
Et chacun répète c't' antienne : 

C'te flûte, su tambourin 

Cha vo' z'enleuve (bis) ; 

C'te flûte, su tambourin 
Cha vo' z'enleuv' l'argent et l'pain. 

A quelqu'un qui s'était, pour ainsi dire, attrihué cette chanson 

Plus d'un s'est prétendu l'auteur 
De cette pauvre chansonnette ; 



DEUX POÉSIES EN PATOIS NORMAND 1 1 3 

Mais il faut être bien menteur 
Pour nous conter cette sornette. 

S' vanter d'avai fai cha, 

Chavo' z'enleuve fôisj; 

S'vanter d'avai fait cha, 
Clia vo' z'enleuv' le droit d'papa. 



POUR LA FÊTE DE M. L'ABBÉ PIERRE BOSSEL 

CURÉ d'hARFLEUR ' 

(Vers 1847) 

Bien V bonjour, not' bon Maîte, 
No v' nons pou vo faîter. 
C'est aujourd'y vot' fête 
J'allons la célébrer 
Ah ! mais, oui-dà 
Comment peut-on trouver du mal à chu? 



bis. 



Bravant tout' réprimande, 
Dans un charmant bosquet 
Pour vos en faire offrande, 
J'ai volai un bouquet. 
Ah ! mais, etc. 

Pour vo s'haiter vot' fête, 
,J' veux faire un copliment; 
No m' dit que j' sieux trop bête, 
Que c' n'est point m'n' élément. 
Ah ! mais, etc. 

Quandj' veux fair' vot' éloge 
Et chanter vos vertus, 

• Le jour de sa fêle, celte année-R, il souffrait, beaucoup d'un accès de 
goutle à laquelle il était très sujet. - L'auteur se préseulaH accompagoe des 
membres du clergé paroissial. 



114 DEUX POESIES EN PATOIS NORMAND 

Men pauvre esprit déloge 
Et ma mémoir' n'y est plus 
Ah ! mais, etc. 

Vous avez trop d' mérite 
Et nous trop p'tieu d' talent; 
Ma cervelle s'en irrite, 
Mon cœur en est adolent. 
Ah! mais, etc. 

Eh bien! chantons l'histoire 
De votre saint patron ; 
No dit qu' vos li fait' gloire 
En bien portant son nom. 
Ah ! mais, etc. 

Saint Pierre avait du zèle, 
Il aimait le Sauveur; 
Le prenant pour modèle 
Nous aimons not' pasteur. 
Ah ! mais, etc. 

— M'aimez, m'aimez-vous, Pierre, 
Lui d'manda le Sauveur? 

— Mon ardeur est entière, 
Dit Pierre avec humeur. 

Ah! mais, etc. 

L'apôtre à sa parole 
Certatns jour fit faux bond ; 
A la sienn' gloriole 
Chacun d" nous tiendra bon. 
Ah! mais, etc. 

Pierr' trembla, faisant route 
Sur la moite élément; 
Sur terre avec la goutte, 
Eut-il fait autrement? 
Ah ! mais, etc. 



DEUX POESIES EN PATOIS NORMAND 11 

Pierre, no dit Thistoire, 
Mourut la tête en bas : 
Il fut donc à la gloire 
Sans avoir fait un pas. 
Ah! mais, etc. 

Quittez donc votre chaise 
Et changez votre sort; 
Pour vivre enfin à l'aise, 
Marchez comme il est mort. 
Ah ! mais, etc. 

Pierre, ajout' la chronique, 
Vécut quatre-vingts ans ; 
Si Dieu veut d' ma supplique, 
vos vivrez p'u longtemps. 

Ah! mais, oui-dà ) 

Qui pourrait donc trouver du mal à cha? j 



IL PANE DI AMORE 

(dAL PROVENZALE DI A. DE GAGNAUd) 



Bea saporoso il pane de Famore 

Ma non si assagia affatto in tuLte Tore. 

T. ÂUBANEL. 



Si vori'ebbe gustare in tutte Tore 
11 saporoso pane de l'amore ! 

L'amor talora dal ciel scende solo, 
E a noi di attorno svolazzando va; 
Ma se ghermirlo vogliamo per l'ala, 
Verso le azzure altezze ei vola già, 
E per sempre da noi piglia il suo volo. 

Ma non si gode affatto ciascun di 
Il pan gustoso de l'amore, oh si! 



LOU PAN D'AMOUR 
A Teodor Aubanèu 



Manjas d'aise lou pan d'amour: 
Se n'en manjo pas chasque jour. 

T. AUBANEL. 

I 

N'en voudrian tasta cade jour— dôu pan sabourous de rameur! 

L'amour, perfés, dôu cèu davalo — e voulastrejo à noste entour; 
— mai se voulen i' aganta Talo, — vers lis auturo_celestialo, — cate 
cant lando, e pèr toujour ! 

Se n'en pasto pas cade jour — d"aquéu pan goustous de l'amour. 



IL PANE Dl AMORE 1 1 7 

II 

In raezzo a mille lacrime del core, 
Chi mai non fa i suoi sogni di araore? 

Vediàm talora che una stella brilla 

Di chiarezza abbagliante in suo fulgore: 

Il suo splendore brucia la pupilla, 

Ma al mane impallidisce Tastro adorno 

Per estinguersi allor che spunta il giorno. 

L'eterno amore è un sogno, un vago incanto; 
Solo eterno è quaggiù Faffanno e il pianto! 

III 

Si vorrebbe ascoltarla in tutte le ore 
Quella dolce canzone de l'amore. 

Talor tua voce dolce e chiara scende, 
poeta, a Tabisso : esulta il core 
Per tutta udirla ; al suo poter si arrende 
L'aima più dura ; tu ben disacerbi 
Sue pane un' ora, o cantico di amore. 



II 

Entre-mitan de milo plour — quau noun fai soun pantai d'amour? 

Vesen, de fes, coume uno estello — qu'esbrihaudo pèr sa clarour 

— soun trelus abro la parpello; — mai, lou matin, vèn palinello, — 
e s'amosso quand vèn lou jour. 

Es un pantai l'eterne amour: — i' a d'eterne, eici, que li plour! 

III 

Li voudrian ausi cade jour, — 11 dôuci cansoun de l'amour. 

De fes, claro e siavo, descende — ta voues, pouèto,dins lou gourg: 

— lou cor tressaute quand l'entende ; — l'armo la mai duro se rende ; 

— esvarto, uno ouro, si doulour. 

S 



118 IL PANE DI AMORE 

sigiiore, co' tuoi versi di amore, 

Deh, culla ciascun giorno il nostro core ! . . . . 

Cav. G. Spera. 

Monte Cassino, 1 décembre 89. 



mèstre, emé ti vers d'amour, — brèsso nùsti cor cadejour 

A. DE Gagnadd. 



Pourchiero (B.-Aup). 



LOU POURQUET DE LAIT 



Francomen m'estounariot pla 
Qu'ajèssets pas ausit parla 
Dal ritou que bau mètre en scèno : 
Erabas, apetissat, se pourtabo à rabi, 
Car, se cantabo pla l'antièno, 
Fiulabo million lou bouii bi. 

Ero pas flèsc ; quand coufessabo 
Las fennos, que benion à bols! 
« Passais à l'acroucho ! cridabo, 
» Que daissariot ruma 's fabols ! » 

El, quand la salço se broussabo, 
Ou bé que lou roustit abio dous tours de trop, 

Birabo d'èls coumo 'no crabo, 
Diguent : « Acô bal pas uno bato d'esclop ! » 



LE PETIT COCHON DE LAIT 



Je serais franchement étonné — que vous n'eussiez pas entendu 
parler — du curé que je vais mettre en scène : — brave homme, 
jouissant d'un bon appétit, il se portait à ravir ; — et, s'il chantait 
bien les antiennes, — il sifflait encore mieux le bon vin. 

11 n'était pas mielleux ; quand il confessait — les femmes, qui 
venaient en foule : — « Prenez le plus court chemin, leur criait-il ; 

— vous laisseriez brûler vos haricots ! » 

Lui, quand la sauce était manquée, — ou que le rôti avait deux 
tours de broche de trop, — il tournait les yeux comme une chèvre, 

— disant : « Ca ne vaut pas le cuir d'un sabot ! » 



120 LOU POURQUET DE LAIT 

Amé tout acô, caritable : 
A sous paures malauts mandabo de boulhoun. 
Tabé, rebiscoulats, dision : « Qun ome afable ! 
« Coussi 's pas riche d'un milhoun ! » 
Soun soûl défaut, fort perdounable, 
Au mens à moun moudeste abis, 
Es qu'escoupissio pas sus lous bounis boussis. 

L'autre an dal gros ibèr, per la fèsto loucalo, 
Coubidèt cinq ou sièis ritous. 
« Arribats amé la fringalo, 

» Tabio 'scrit, éi de-que fa tiba lous cintous, » 

De fèt, on besio à la tendilho 
E de gibiè de plumo e de bourre, abenat 
Qu'atendio que la dent ; mes lou tal mai presat, 

Qu'ai ritou fa dansa la cilho, 
Es un pichot pourquet, poulit coumo 'n amour, 
Lusent, tout roso-blanc de la cougueto al mour. 

Es digne, sa-fasio, d'uno taulo papalo ! 
En babant de plasé ! Wpp ! quand aquel legum 
Sara flambât e quèit à punt, 



Avec tout cela, charitable : — à ses pauvres malades il envoyait 
du bouillon. — Aussi, uae fois ressuscites, ils disaient: « Quel 
homme affable ! — Que n'est-il riche à millions! » — Son seul défaut, 
très pardonnable, — au moins à mon humble avis, — c'est qu'il ne 
méprisait pas les bons morceaux. 

L'année du rigoureux hiver, à l'occasion de la fête locale, il invita 
sept ou huit curés. — « Arrivez avec la fringale, leur avait-il écrit ; 
— j'ai de quoi tendre vos ceinturons. » 

En effet, on voyait au garde-manger — du gibier à plume et du 
gibier à poil, faisandé, — attendant le coup de dent; mais la plus 
précieuse pièce, — celle qui faisait reluire l'œil de notre curé, — 
c'était un petit cochon de lait, joli comme un amour, — luisant, tout 
rose et blanc de la queue au groin. 

« 11 est digne d'une table papale ! — disait le curé, en bavant de 
plaisir. — Vpp ! quand ce légume — sera flambé et cuit à point, — 



LOU POURQUET DR LAIT 121 

Auren mai fantesiè d'atrapa la cigalo 
Que de predica la mouralo! 

Lou sant jour dal Patrou se mostro ensoulelhat. 
Moussu l'abat Jalard, — bous Fabio pas nouraat, 

Mes l'abiots toutis à la bouco, 

A soun bièl cousiniè Jaquet, 

Lurrat e sourd coumo 'no souco, 

Recouraandabo soun pourquet. 

En presenço de sous coullègos, 
Qu'abion fait très ou quatre lègos 

Am'un frech que tenio tout lou mounde arroupit, 
I disio, d'uno boues sereno : 

Jacou, de temps en tems unto-si la coudeno, 

Mes sans arresta l'ast ! Ten-te bo pla per dit, 

E sustout fanes pas endourmi sul roustit ! 

Lou darniè de la messo souno; 
Lous chantres soun al cor prèstis à fa tampouno ; 

l'a très ou quatre gargalhols 

Que fan boula las tatiragnos. 
Picounèl, Jan-Francés soun de bièlhis rascagnos 

Al constat d'aqués roussignols. 



nous serons plus enclins à prendre un plumet — que désireux de 
prêcher la morale. » 

Le saint jour de la fête patronale arrive, ensoleillé. — Monsieur 
l'abbé Jalard (je ne vous l'avais pas nonnmé, — mais vous aviez tous 
son nom sur les lèvres), — à son vieux cuisinier Jacquet, — stupide 
et sourd comme une souche, — recommandait le friand morceau. 

En présence de ses confrères, — qui avaient fait trois ou quatre 
lieues, — par un froid qui tenait tout le monde pelotonné, — il disait 
dune voix douce au gâte-sauces : — « Jacquet, de temps en temps, 
il faut oindre la couenne, — mais sans arrêter la broche. Ne l'oublie 
pas, — et surtout ne va pas t'endormir sur le rôti. 

On sonne le dernier pour la messe. — Les chantres sont a.; choeur, 
prêts à s'égosiller. — Il y a, parmi eux, trois ou quatre voix — 
qui enlèvent les toiles d'araignées. — Picouiiel, Jean-François, sont 
des grillons — à côté de ces rossignols. 



122 LOU POURQUET DE LAIT 

Moussu Jalard ouficiàbo : 
Coumprendrets aîné iéu sas sicrètos rasoas. 
Toujours, dins soun esprit, lou porc de lait troutabo 
E, de l'auta, soun èl flambejant surbelhabo 

Lou roustit dabant lous tisouns, 
Car la capelaniè besinabo de sorto 
Qu'on besio la cousine à trabèts uno porto. 

Tout d'un cop, paure abat Jalard 1 
Dal sancôpi ne perd très liuros de soun lard ! 
Jaquet, l'animalas ! ben de fa cap-in-pocho. 
Uno minuto après s'endourmits e la brocho 

Rodo pas pus, noum d'un pétard ! 

Ai, moun Dius I lou pourquet se rumo 

La coudeno, lous coustelous ! 

La fumatièro mounto'n brumo, 
Lou grais rajo azimant lou foc das estelous ! 

Moussu Jalard se descrestiano ; 
Pousso quatre ou cinq hèms ! sans èstre enraumassat ; 
S'enfregounits e chasublo et soutano, 
Se debigosso encrispassat ; 
Se mouco 'n faguent la troumpeto, 



Monsieur Jalard officiait. — Vous comprendrez avec moi ses 
secrètes raisons: — Il était toujours préoccupé par le cochon de lait; 

— et de l'autel son œil vigilant pouvait surveiller — le rôti devant 
le feu, — car la disposition du presbytère était telle, — qu'on voyait 
la cuisine par une porte entr'ouverte. 

Tout à coup, pauvre abbé Jalard, — du coup, il en maigrit de trois 
livres: — Jacques, ce gros animal! vient de saluer; son nez touche 
à sa poitrine. — 11 s'endort, et, une minute après, — la broche — 
ne tourne plus, nom d'un pétard ! 

Ah! mon Dieu! le cochon se brûle — la couenne, les côtelettes ! 
La fumée monte en nuage : — la graisse ravive les flammes. 

Monsieur Jalard se donne au diable ; — il pousse trois ou quatre 
hum! sans être enrhumé ; — il chiffonne sa chasuble et sa soutane ; 

— il fait mille contorsions, tant il est crispé ; — il se mouche avec 
un bruit de trompette ; — il tousse encore : — il crache de nouveau ; 



LOU POURQUET DE LAIT 123 

Tourno toussi, 
Tourno Vscoupi ; 
Pato das dous talons à touraba la barreto. 
Mes tant bal que caiite Malbrouc, 
Jaquet ausits pas res, roupilho coumo 'n souc. 

Zan ! uuo espiraciu subito 
Illumino nostre ritou ; 
Coumo 'n pétard de dinamito 
Bous fa 'sclata 'queste sermou 
Court e bon. 

« Mous fraires, es pas sus la fèsto 
» Que celebran aqueste jour 
» Que bau parla; l'abat Ginèsto, 
» Das ouratous la fino flour, 
» A bèspros prechara 'soun tour. 

léu soulomen béni bous faire 
Quaucos oubserbacius que tendrau dins sièis mots. 

Podi pas mai demoura 'staire 
Al sutjèt das pourquets que fisats as marmots, 
Lous daissouu en pertout ronda la patantèino, 
Tout i deben planiè, digus pus nou se gèino ; 



— il frappe du pied, au point de laisser tomber sa barrette ; — mais 
autant vaudrait clianter Malboronr/h : — Jacques n'entend rien , — 
il dort comme un billot. 

Crac! une inspiration subite — illumine notre curé. — Comme une 
explosion de dj-namite, — il lance le sermon qui suit, — court et 
bon : 

<c Mes frères, ce n'est point sur la fête — célébrée aujourd'hui — 
que je vais parler. L'abbé Gineste, — des orateurs la fine fleur, — 
aux vêpres prêchera à son tour. 

» Je viens seulement vous faire — quelques observations en peu 
de mots. — Je ne puis garder plus longtemps le silence — au sujet 
des jeunes cochons dont vous confiez la garde à vos enfants, — qui 
les laissent partout courir la prétantaine. — Tout est permis à ces 
animaux, et ils ne se gênent pas — pour piétiner et farfouiller dans 
les champs ensemencés. — Et pas de danger que vous criiez : — 



124 LOU POURQUEÏ DE LAIT 

Lous besèts mousilha, trepeja semenats, 

Mes l'ase quilhe se cridats ! 
« Digos ! biro louporc !... » Nostre ouratou s'arrèsto. 

Abio talomen naut gisclat : 
« Biro louporc », que ne sioguèt eogargassat 
Coumo s'abio 'iigoulit pel trabès uno arèsto. 
Coumo 'n cop de fusil dreit lou sermou pourtèt ; 
Jaquet, estrementit, bitomeii s'espertèt, 
Poussèt un loun badal e la broche roudèt. 

20 de Mars 1889. 

A. MiR. 



« Hé ! là-bas! gare au cochon ! » Notre orateur s'arrête. — 11 avait 
crié si fort : — Gare au cochon ! qu'il en eut le gosier malade, — 
comme après avoir avalé de travers une arête de poisson. 

Comme un coup de fusil, le sermon alla droit au but. — Jacques, 
quoique sourd, secoué, s'éveilla, — poussa un long bâillement, et 
remit la broche en train. 



CONGRES DE PHILOLOGIE ROMANE 



(26-27 mai 1890) 



COMPTE RENDU 

Le Congrès de philologie romane organisé par la Société 
pour l'étude des Langues Romanes a eu lieu à Montpellier, 
dans le grand amphithéâtre de la Faculté des Lettres (Palais 
de rUniversité), le 26 et le 27 mai 1890, à la suite des fêtes du 
sixième centenaire de l'Université de Montpellier, célébrées 
du 22 au 25 mai. 

Une circulaire adressée à tous les romanisants et dont on 
trouvera le texte dans la Revue des Langues romanes ' avait 
indiqué les principales questions qui seraient traitées (dialec- 
tes, cours d'amour, épopée provençale). Un avis, inséré plu- 
sieurs jours à l'avance dans les journaux montpeliiérains, 
priait tous les hôtes de l'Université qui n'avaient pu être 
invités personnellement de venir honorer le Congrès de leur 
présence. Comme on pourra en juger par la liste des membres 
du Congrès, que nous donnons plus loin, les auditeurs ont été 
assez nombreux. Malheureusement, plusieurs circonstances 
défavorables ont empêché beaucoup de philologues de venir 
se joindre à nous. Le congrès annuel des Sociétés savantes 
ouvrait en même temps ses sessions à Paris et le quatrième 
congrès des philologues modernes d'Allemagne se réunissait 
à Stuttgart et nous privait de la plupart des maîtres de la 
science. 

Les personnes qui assistaient au Congrès étaient les sui- 
vantes : Monseigneur de Cabrières, évéque de Montpellier ; 
M. le général Borson, commandant la 3L division d'infan- 
terie ; M. Maurice Faure, député du département de la 
Drôme ; M. Daubian-Delisle , directeur des contributions 
directes ; MM. Gaudenzi, professeur à l'Université de Bolo- 

1 T. XXXllI, ann. 1889, p. 629. 



120 CONGRES 

gne, Harvey, délégué du Candian Instilute de Toronto, 
M"'' Harvej, Lévj-, professeur à TUniversité de Fribourg-en- 
Brisgau , Nyrop , professeur à l'Université de Copenhague, 
Sôderhjelm, professeur à l'Université d'Helsingfors, Trojel, 
professeur au Ljcée de Copenhague, Van Haniel, professeur 
à l'Université de Groningue, Wahlund, professeur à l'Univer- 
sité d'Upsal ; M. Frédéric Mistral, M. Mariétou, chance- 
lier du Félibrige, M. Roumieux, assesseur de la Maintenance 
de Languedoc ; M. Bréal, membre de l'Institut, professeur au 
au Collège de France ; MM. Clédat, professeur à la Faculté 
des lettres de Lyon, Constans, professeur à la Faculté des 
lettres d'Aix, Devaux, professeur à l'Université catholique de 
Lyon, Thomas, [irofesseur à la Faculté des lettres de Paris; 
D"^ Dejeanne, délégué de la Société Ramond (Bagnères-de- 
Bigorre), D'' Durand de Gros, D'' Garrigou, directeur de V As- 
sociation pyrénéenne et de la Revue des Pyrénées et de la France 
méridionale \yiM. le D' Balestier, G. de Bosc, D'Fr. Cazalis, 
D' E. Claparède, A. d'Espous, Farrouch, Fontenay, Le Bars, 
De Possac-Génas, E. Sahut,Tédenat, Terapié, de Montpellier ; 
L. Mangeot, de Paris ; MM. Bonnet, Pélissier et Dauriac, 
professeurs à la Faculté des lettres de Montpellier; Glaize, 
professeur à la Faculté de droit de Montpellier; Méon, profes- 
seur au Collège d'Agde ; Bousquet, Braguin, L. Castets, Falk, 
Rivoire, Thomas, étudiants ; MM. Castets, Chabaneau, D'' 
Espagne, Grand, Lambert, Ré villout, de Tourtoulon, membres 
du Comité directeur de la Société pour l'étude des Langues 
Romanes. 



Séance du 20 mai 1890 

La séance est ouverte à deux heures et demie de l'après- 
midi. 

Le Congrès est inauguré par l'allocution suivante de 
M. Castets, président de la Société pour l'étude des Langues 
Romanes : 

Messieurs, 
A l'occasion de la célébration du VI^ Centenaire de FUniversité de 
Montpellier, nous vous avons priés de vous réunir dans cette ville où 



DE PHILOLOGIE ROMANE 127 

fut fondée, il y a viagt aus, la Société pour l'étude des langues 
romanes. Quel moment était plus opportun pour inviter les romani- 
sants à se réunir en un Congrès, que celui où l'une des plus anciennes 
Universités latines, celle qui pendant des siècles a jeté un si vif éclat 
sur notre Languedoc, reçoit la visite de nombreux savants de toutes 
les nations? Quel lieu pouvait être mieux choisi que celui où la lan- 
gue des troubadours est restée une langue vivante ? Vous avez bien 
voulu répondre à notre appel : nous vous en sommes reconnaissants 
et nous vous en remercions. 

Je regrette vraiment que nous ne puissions espéi'er de vous retenir 
plusieurs jours. Mais, quelle que soit la durée de ce Congrès, il 
n'aura pas été inutile. Sans parler des résultats immédiats que don- 
neront vos discussions sur les différents points que nous vous avons 
soumis, votre présence, cette sorte de manifestation de l'intérêt que 
vous portez aux recherches et aux progrès de la philologie romane, 
ce témoignage de votre foi dans ses destinées, est en soi un fait d'une 
importance considérable. 

Notre Congrès aura enfin des conséquences qui, pour n'être pas 
d'ordre scientifique, ne nous en touchent pas moins. Il réunit des 
hommes qui ne se connaissaient que parleurs travaux. Au lien qu'éta- 
blissait entre eux la communauté des études, il ajoute celui d'une 
confraternité amicale et durable. Soyez les bienvenus, Messieurs, 
et puissent ces assises de la philologie romane se renouveler souvent! 

La tâche de la Société est terminée, et il ne me reste plus qu'à 
vous prier de nommer le bureau qui présidera à vos travaux. 

L'assemblée élit pour pi'ésideut M. Castets, pour vice- 
présidents MM. Chabânfîau et Révillout et pour secrétaire 
M. E.-D. Grand. 

M. Chabaneau donne les renseignements suivants sur les 
convocations adressées à l'occasion du Congre? : 

Messieurs, 
J'ai d'abord à vous donner lecture d'une lettre que je viens de rece- 
voir de M. Gaston Paris, membre de l'Institut, professeur au Collège 
de France, de qui plusieurs de ceux qui sont dans cette salle ont eu 
l'heureuse fortune de recevoir les leçons. 

Paris, dimanche 25 mai 1890. 
Cher Monsieur, 
Voulez-vous dire aux membres du Congrès des romanistes combien, en 
d'autres circonstances, j'aurais été heureux d'être avec eux et combien je 



128 CONGRES 

regrette de oe pas y être? Vous inaugiirez des réunions qui, je l'espère, se 
mulliplieroQt et dont la Société des Langues romanes aura toujours l'hou- 
neur d'avo:r pris l'initiative. 

Croyez-moi bieu siocèreraent votre dévoué, 

G. Paris. 

Cette lettre pour la plupart d'entre vous n'a pas besoin d'explication. 
Je n'y ajouterai que quelques mots. M. Gaston Paris, lorsqu'il apprit 
que la Société avait l'intention de réunir un Congrès de philologie, 
accueillit cette idée avec une grande faveur et il se faisait une vérita- 
ble fête d'y prendre part. Dans l'intervalle, il a été frappé dans ses 
affections du coup le plus cruel : il a perdu sa femme, et c'est ce funeste 
événement qui nous prive de sa présence. Je propose que le Congrès 
envoie à M. Gaston Paris une dépêche lui exprimant les regrets que nous 
éprouvons tous de ne pas le voir aujourd'hui, parmi nous, à la place 
d'honneur que nous lui réservions (Approbations) *. 

M. Chabaneau ajoute : 

Nous avions adressé des invitations, en Europe et en Amérique, à 
tous ceux qui ont une certaine notoriété dans nos études, sans compter 
les maîtres, que nous ne pouvions pas oublier. Beaucoup de ceux 
qui n'ont pu venir nous ont exprimé les sentiments de la plus pro- 
fonde sympathie, en même temps que des regrets très vifs de ne pou- 
voir se joindre à nous. Nous avons reçu des lettres de ce genre des 
différents départements-, d'Allemagne*, d'Italie*, des pays scandi- 

' A l'issue de la séance du 26 mai, la dépêche suivante a été envoyée à 
M. Gaston Paris: « Le Congrès de philologie romane de Montpellier vous 
exprime à l'unaaimité ses regrets de ne pas vous avoir à sa tête. 

» Castets, président. « 

2 MM. Charmes, directeur du Secrétariat, Liard, directeur de l'Enseigne- 
ment supérieur, Rabier, directeur de l'Enseignement secondaire, et Buisson, 
directeur de l'Enseignement primaire au Ministère de l'Instruct on publique; 
Delisle, directeur de la Bibliothèque Nationale ; Gaston Paris, dont on trou- 
vera la lettre ci-dessus, Renan, Boissier, du Collège de France; Crouslé, 
professeur à la Faculté des lettres (Paris) ; Joret, professeur à la Faculté des 
lettres d'Aix ; Condamin, professeur à l'Université catholique de Lyon ; 
Leroux, archiviste de la Haute- Vienne ; D' Vincent, de Guéret ; Du Puitspelu, 
de Lyon ; Bailleul, directeur des prisons de Rouen ; Chenu, instituteur à 
Montgirod (Savoie), Chiron, inst'tateur à Saint-Just (Ardèche) ; Mazat, insti- 
tuteur à Coubon (Haute -Loire), Ranc, instituteur au Colombier-Saint-Pierre 
(Lozère); Viguier, instituteur à Maussans (Tarn). 

3 MM. Appel (Kônigsberg), Behrens (léna), Fôrster (Bonn), Gaspary (Bres- 
lau), Grôber ^Strasbourg), f\oschwitz (Greifswald), Settegast (Leipzig), Sten- 
gel (Marbourg), Tobler (Berlin). 

* MM. d'Ancona (Pise), Ascoli (Milan), Cesare de Lollis (Rome), Rajna 



DE PHILOLOGIE ROMANE 129 

naves', de Suisse 2, de Belgique 2, d'Espagne^, et de Russie °. Je les 
dépose sur le bureau ^ I 



M, Castets rend un hommage spécial à M. Harvey, délégué 
du Canadian Imlitute de Toronto (Canada), qui, pour arriver 
à temps au Congrès, a dû changer de ligne de paquebots et 
arriver par Bordeaux (Applaudissements) . 

M. Harvey remercie AI. le Président dans les termes sui- 
vants : 

Monsieur, 

C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai accepté cette invitation. 11 
y a très longtemps que je n'ai pas l'habitude de parler français. Si 
je ne m'explique pas bien, acceptez mes excuses. Nous avons chez 
nous deux sociétés où l'on étudie les langues romanes : une société 
pour l'étude des langues romanes, Societij for t/te siudij of Romances 
Lanr/uages, qui s'inspire de la même idée qu'ici et veut étudier la 
langue française canadienne, l'espagnol, puis le portugais et toutes 
les langues d'origine latine, mais la langue française surtout ; Vln- 
stitut Canadien, qui est une société plus connue: elle est divisée en 
sections, et nous avons une section qui est consacrée à l'étude des 
langues romanes et à leurs diverses transformations, aussi bien dans 
le Valais que dans la Roumanie, la Croatie ou la Dalmatie. Elle s'est 
efforcée, dans ces dernières années, de se mettre en rapports avec 
les sociétés d'ailleurs, la vôtre, celle de Liège, qui nous envoient leurs 
publications. Elle m'a prié de venir ici pour faire hommage à votre 
Société et lâcher de savoir de quelle manière vous étudiez les langues 

(Florence', Spera (Moat-Caspin). Ce dernipr a envoyé à la Société deux articles 
sur l'Epopea provenzale et La Lirica provenzule, exlraits des 4' et 5" parties 
d'un Saggio di letteratuva comparata greco-latino-italiana, qui paraîtra 
prochainement, et deux pièces de vers : Omaggio alla Covle di Amove et 
Saliito a' C07ifratelli provenzali. 

1 MM. Sundby (Copenhague), Storm (Chrisiiania), Geijer (Upsal), Vising 
(Luud). 

2 MM. Bonnard (Lausanne), Morf (Zurich), Rabiet(Fribourg),Ritter (Genève). 

3 M. Wilmolte (Liège). 

4 M, Castelar. 

•• MM. Fleury, Wesselofsky (Saint-Pétersbourg). 

•= Dans des lettres reçues après le Congrès, MM. Monaci (Rome), II. Suchier 
(Halle) et Scluirhhardl (Graz) ont aussi exprimé le regret de n'avoir pu y 
assister. 



T3n CONGRÈS 

romanes. Je viens ici pour apprendre et non pour tâcher d'enseigner 
quelque chose: c'est tout à fait pour apprendre (Applaudissements). 
Si quelqu'un d'entre vous voulait savoir quelque chose de la race et 
de la langue française au Canada, je serai très heureux de le faire 
connaître (Applaudissements ) . 

M. Harvej^ est appelé à siéger au bureau. 

Le bureau s'occupe du programme et du nombre des séan- 
ces du Congrès. 

M. DE TouiiTOULON fait la communication suivante sur la 
classification des dialectes : 

MONSEIGNEDB, MESSIEURS, 

Je regrette, dans la communication que je vais faire, d'avoir à 
m'attaquera une autorité bien forte; mais j'y suis en quelque sorte obligé. 
Puisque le Congrès a posé la question des dialectes, il faut d'abord 
savoir s'il y a des dialectes. Un homme que tout le monde ici connaît, 
respecte et aime, M. Gaston Paris, a nié l'existence des dialectes : je 
ne puis guère me dispenser de donner mon avis pour les raisons que 
je ferai connaître tout à l'heure. 

Le Congrès des Sociétés savantes, tenu à la Sorbonne en mai 1888, 
fut clôturé par un discours plein d'intérêt, mais tout à fait déconcer- 
tant. M. Gaston Paris, avec le charme et l'autorité qu'on lui connaît, 
s'y proposait de (( dire très brièvement ce qu'on sait aujourd'hui sur 
les idiomes parlés dans notre pays, ce qu'il reste à découvrir, à com- 
prendre et à préciser, et les points sur lesquels l'activité des travail- 
lem-s, surtout de ceux de province, pourrait se porter avec le plus de 
chances de succès ^ » 

Il y a dans ce discours, — personne n'en sera surpris, — des par- 
ties absolument parfaites ; il y en a qui renversent les idées reçues, 
non seulement dans la science du langage, mais dans toutes les 
sciences connues. 

S'il s'agissait d'une circonstance moins solennelle, on pourrait voir 
dans ces passages de sinij^les boutades servant à donner le relief du 
paradoxe à des idées qu'il fallait imprimer fortement dans l'esprit 
des auditeurs. On n'a eu que trop, — c'est certain, — de délimitations 
de dialectes sans étude intrinsèque des dialectes à délimiter, de con- 

1 Les Parlers de Fraiice, lecture faite à la séance générale de clôture du 
Congrès des Sociétés savantes, le 26 mai 1888, par M. Gaston Paris (Extrail 
du Bulletin du Comité dcf; travaux historiques, année 1887). Paris, 
1889. 



DE PHILOLOGIE ROMANE 131 

clusions prématurées sur la concordance des circonscriptions linguis- 
tiques et des anciennes circonscriptions politiques, de roclierclies 
vaines de i-adicaux celtiques dans le vocabulaire des patois de la 
France ; aussi comprendrait-on qii'afin de couper court, avec éclat, 
à d'inutiles travaux, un maître se soit écrié, dans un moment de 
mauvaise humeur : « Il n'y a pas de dialectes, ..... Les limites lin- 
guistiques n'ont rien de commun avec les limites politiques 

Nous parlons latin et rien que latin. » On admettrait peut-être 
encore qu'obéissant d'instinct à une de ces vagues craintes patrioti- 
ques qui peuvent obséder même un esprit sain, il ait laissé échapper 

à propos de patois, cette phrase : " Il n'y a pas deux Frances 

Aucune limite réelle ne sépare les Français du Nord de ceux du 
Midi.). 

Mais, faut-il ne voir dans les paroles de l'éminent philologue que 
des exagérations de forme ? Je n'ose le penser. Lorsqu'un homme de 
ce caractère déclare à un auditoire sérieux qu'il veut « donner une 
idée du point où en est arrivée aujourd'hui l'exploration linguistique 
de la France, » il n'avance rien qui ne doive être pris à la lettre et 
qu'on ne soit disposé à accepter comme acquis à la science. Il semble 
difficile cependant de reconnaître cette valeur aux propositions sui- 
vantes que je copie textuellement: 

« Les parlers populaires de toute la France se perdent les uns dans 
les autres par des nuances insensibles. 

» Dans une masse linguistique de même origine, comme la nôtre, 
il n'y a réellement pas de dialectes; il n'y a que des traits linguisti- 
ques qui entrent respectivement dans des combinaisons diverses. .. 
Il ne faut même pas excepter de ce jugement la division fondamen- 
tale qu'on a cru, dès le moyen âge, reconnaître entre le français et 
le provençal ou la langue d'oui et la langue d'oc. Ces mots n'ont de 
sens qu'appliqués à la production littéraire. 

» Nous parlons latin Il ne faut plus répéter, comme on le fait 

trop souvent, que les langues romanes viennent du latin, qu'elles sont 
les filles dont la langue latine est la 7nère. 

» Si le développement naturel (du latin) n'avait pas été entravé par 
des actions politiques et littéraires, il n'y aurait sans doute pas 
aujourd'hui deux communes qui parlassent le même latin. 

» Les limites des traits linguistiques ne coïncident pas avec les 
limites politiques anciennes ou modernes. » 

Tout ^ela est-il rigoureusement démontré, et peut-on accepter ces 
cinq propositions comme autant de vérités acquises? Les deux der- 
nières, par exemple, ne gagneraient-elles pas à être émises sous la 
forme du doute, les preuves manquant aussi bien dans un sens que 
dans l'autre ? Dans celle qui les précède immédiatement, faut-il voir 



132 CONGRES 

l'expression paradoxale, — non pans danger scientifique, — d'une 
Térité courante, j'allais dire banale. Enfin les affirmations relatives 
à la fusion graduelle des parlers de toute la France les uns dans les 
autres, à l'impossibilité de les diviser même en deux groupes, sont- 
elles appuyées sur un assez grand nombre d'observations concor- 
dantes, et n'y trouve-t-on pas un déconcertant oubli des procédés en 
usage dans toutes les sciences? 

Simple curieux des choses de la philologie, je n'aurais aucun droit 
de prendre la parole en ce débat, si je ne m'y trouvais depuis longtemps 
engagé. M. G. Paris a rappelé en termes bienveillants la recherche 
des limites communes aux langues d'oil et d'oc commencée par moi en 
1873 avec la collalioration de nîon regretté confrère et ami Oclavien 
Bringuier. Je n'ai pas renoncé à ce travail, malgré les circonstances, 
parfois bien douloureuses, qui, depuis des années, l'ont trop souvent 
interrompu. On comprendi'a sans peine mon embarras à la lecture du 
discours de M.G.Paris. Devais-je abandonner ma tâche, puisqu'elle 
était déclarée inutile par un juge dont personne ne songe à contes- 
ter l'autorité? Mon devoir était-il de m'incliner devant l'nffirmation 
du maître, ou de ne renoncer à l'œuvre entreprise qu'après m'être con- 
vaincu Y>ar moi-même de son inutilité? On me pardonnera peut-être 
d'avoir pris ce dernier parti, et de m'être mis aussitôt au dépouille- 
ment des travaux de toute sorte où pouvaient se rencontrer quelques 
données propres à étaj'er le système que patronne M. G. Paris, tout en 
reportant à M. Paul Mej'er l'hoïmeur de la découver'e. 

Deux questions m'intéressent surtout : 

La fusion graduelle des idiomes vulgaires les uns dans les autres, 
si souvent affirmée à 2^rwri, si souvent démentie par l'observation, 
est-elle enfin démontrée ? 

Cette fusion, en la supposant prouvée, s'opposerait-elle à la distinc- 
tion des langues entre elles, à leur subdivision en dialectes et sous- 
dialectes, en un mot à la classification morphologique ' des parlers et 
à leur délimitation géographique ? 

J'ai parcouru avec soin tout ce qui a été publié depuis quinze ans 
sur les parlers vulgaires de la France, et j'y ai vainement cherché 

1 J'emploie ce mot afin d'indiquer qu'il ne s'agit pas ici d'une classification 
empirique qui grouperait, par exemple, sous le nom de languedocien tous les 
parlers en usage dans l'ancienne province de Languedoc; sous celui de pro- 
veiiçal tous ceux de Provenre, etc. On a distingué la classification morpholo- 
gique des langues de leur classification généalogique. En fait de parlers 
romans, M. G. Paris n'admet pas plus l'une que l'autre ; mais il est vrai de 
dire que, lo"squ'il s'agit d'idiomes aussi intimement apparentés, la classification 
généalogique n'est qu'une classification morphologique dans le temps. 



DE PHIT.OLOGIE ROMANE 133 

l'ensemble d'observations précises, la série de faits concluants néces- 
saire à la confirmation de la nouvelle théorie. Je ne connais pas, il 
est vrai, le mémoire, de M. Paul Meyer sur les dialectes. Ce travail 
couronné par l'Académie des Inscriptions, est resté manuscrit. 
Malgré le nom de l'auteur, malgré la récompense obtenue, des conclu- 
sions dont les prémisses n'ont pas été rendues publiques et ne peu- 
vent, par conséquent, être utilement discutées, ne sauraient être reçues 
comme des vérités incontestées. De sorte que, jusqu'à nouvelles preu- 
ves, le système de MM. P. Meyer et G. Paris repose uniquement sur 
cette double affirmation : 1° Qu'une « observation bien simple, que 
chacun peut vérifier, » démontre la fusion des parlers de toute la 
France les uns dans les autres par nuances insensibles ; 2° que cette 
fusion reud impossible tout groupement des idiomes locaux et régio- 
naux. Mais si, d'une part, l'observation dont il s'agit n'était pas aussi 
simple, aussi facile à vérifier qu'on pourrait le croire au premier abord ; 
si elle avait conduit tous ceux qui vivent au milieu des parlers po- 
pulaires à des conclusions opposées à celles de MM. P. Meyer et 
G. Paris ; si, d'autre part, la nécessité d'une classification était reconnue 
dans toutes les sciences, quels que soient l'entrecroisement des carac- 
tères et la difficulté des déterminations ; si. en un mot, les deux affir- 
mations, sur lesquelles la nouvelle théorie a été édifiée, étaient sérieuse- 
ment contestées, il faudrait conclure que cette théorie n'est pas acquise 
à la science, qu'elle est simplement une opinion personnelle des plus 
respectables, étant donnée l'autorité de ceux qui l'ont mise en circu- 
lation ; mais qu'il est permis de la combattre à l'aide des faits et du 
bon sens, c'est-à-dire avec des armes qui ne sont pas à l'usage 
exclusif des philologues. 

On trouvera sans doute un peu longues les pages qui suivent ; mais 
il y a trop longtemps qu'on escarmouche autour de la question sans 
jamais l'attaquer de front, au moins en public. Si je dois être battu, 
je ne veux pas que ce soit sans avoir mis tous mes arguments en 
ligne et en bonne posture pour vaincre ou tomber avec honneur '. 



Le passage suivant renferme l'exposé du système que j'examine : 
« En faisant partir d'un point central plusieurs longues chaînes 
d'hommes dont chacun comprendrait son voisin de droite et son voi- 

1 Je û'ai pas besoin rie dire que le discours de M. G. Paris a soulevé bien 
des protestations. Je signalerai, entre autres réponses, celles de M. le pro- 
fesseur Castets et de M. Durand àc Gros, Tune et l'autre dans la Revue des 
Langues romanes. 



134 CONGRES 

sin de gauche, on arriverait à couvrir toute la France d'une étoile dont 
on pourrait de même relier les rayons par des chaînes transversales 
continues. Cette observation bien simple, que chacun peut vérifier, 
est d'une importance capitale ; elle a permis à mon savant confrère et 
ami, M. Paul Meyer, de formuler une loi qui, toute négative qu'elle 
soit en apparence, est singulièrement féconde, et doit renouveler 
toutes les méthodes dialectologiques : cette loi, c'est que, dans une 
masse linguistique de même origine, comme la nôtre, il n'y a réelle- 
ment pas de dialectes; il n'y a que des traits linguistiques qui entrent 
respectivement dans des combinaisons diverses, de telle sorte que 
le parler d'un endroit contiendra un certain nombre de traits qui lui 
seront communs, par exemple, avec le parler des quatre endroits les 
plus voisins, et un certain nombre de traits qui différeront du parler 

de chacun de ces quatre endroits Il suit de là que tout le travail 

qu'on a dépensé à constituer, dans l'ensemble des parlers de la France, 
des dialectes et ce qu'on a appelé des sous-d'ialectes, est un travail à 
peu près complètement perdu. 

» Il ne faut même pas excepter de ce jugement la division fonda- 
mentale qu'on a cru, dès le moyen âge, reconnaître entre le français 
et le provençal ou la langue d'oui et la langue d'oc. Ces mots n'ont de 

sens qu'appliqués à la production littéraire C'est bien autre 

chose si on essaie, comme l'ont fait il y a quelques années deux vail- 
lants et consciencieux explorateurs, de tracer de l'Océan aux Alpes une 
ligne de démarcation entre les deux prétendues langues. Ils ont eu 
beau restreindre à un minimum les caractères critiques qu'ils assi- 
gnaient à chacune d'elles, ils n'ont pu empêcher que tantôt l'un, tan- 
tôt l'autre des traits soi-disant provençaux ne sautât par-dessus la 
frontière qu'ils élevaient, et réciproquement. Et comment, je le 
demande, s'expliquerait cette étrange frontière qui, de l'Ouest à l'Est, 
couperait la France en deux en passant par des points absolument 
fortuits ? Cette muraille imaginaire, la science, aujoui'd'hui mieux 
armée, la renverse, et nous apprend qu'il n'y a pas deux Franccs, 
qu'aucune limite réelle ne sépare les Français du Nord de ceux du 
Midi, et que, d'un bout à l'autre du sol national, nos parlers populaires 
étendent une vaste tapisserie dont les couleurs variées se fondent 
sur tous les points en nuances insensiblement dégradées. » 

M. Paul Meyer aurait donc découvert une loi linguistique. Il serait 
plus exact de dire que le savant directeur de l'Ecole des Chartes a 
constaté l'application à la linguistique d'une loi déjà formulée depuis 
longtemps : « Natura non facitsaltus ». Cette application pouvait être 
supposée à priori, puisque le langage, fonction d'un être organisé, 
appartient, par un certain côté, au domaine de l'histoire naturelle. 
Mais, tandis que les naturalistes de tous les pays ont tiré de la grande 



DE PHILOLOGIE ROMANE 135 

loi que je viens de rapporter, cette conclusion qu'il faut fciciliterTétude 
des êtres en s'efforçant de les classer aussi exactement que le permet 
l'entrecroisement des caractères, MM. P. Meyer et G. Paris concluent, 
en sens inverse, qu"il faut renoncer à toute classification. Ils n'admettent 
même pas la division des parlers de la France en deux groupes : l'un 
septentrional ou langue d'oil, l'autre méridional ou langue d'oc. Ces 
mots, d'après eux, n'ont de sens qu'appliqués à la production littéraire. 

Mais, si tout groupement des parlers de la France est rendu impos- 
sible par ce fait que ces parlers se perdent les uns dans les autres 
par des nuances insensibles ; s"il n'y a même pas de ligne de démar- 
cation entre ce qu'on appelle encore la langue d'oil et la langue d'oc, 
il n'y en a pas davantage entre les parlers de la France et ceux de 
l'Italie et de l'Espagne, entre les parlers de l'Espagne et ceux du Por- 
tugal. C'est la conséquence inévitable delà loi « NaturanonfacH saltus » 
interprétée par M. P. Meyer. Cette conséquence n'efBraie pas M. G. 
Paris : « Si nous examinons, dit-il, le vocabulaire et la grammaire qui 
leur sont en très grande partie communs (aux parlers de la France), 
nous y découvrons sans peine la plus visible affinité avec les langues 

qui se parlent en Espagne, en Italie et dans la lointaine Roumanie 

La langue que nous parlons, que parlent les autres peuples que je 
viens de nommer, c'est le roman, la langue des Bornant, c'est-à-dire 
le latin. » Et le savant professeur, remarquant avec raison que « la 
nature ne fait pas plus de sauts dans le temps que dans l'espace », 
mais persistant dans sa manière d'interpréter cette vérité, n'admet 
pas que l'on distingue le latin parlé aux temps antiques dans les rues 
de Rome des idiomes vulgaires de nos jours, qui sont le « résultat de 
l'évolution spontanée, variée suivant les lieux, du latin importé par 
la conquête romaine. » D'où cette conclusion assez inattendue que les 
langues romanes ne viennent pas du latin, ne sont pas les filles du latin, 

mais sont le latin même. Je cite : » Nous parlons latin 11 ne faut 

plus, en effet, répéter, comme on le fait trop souvent, que les langues 
romanes viennent du latin, qu'elles sont \v.s filles dont la langue latine 
est la mère. Il n'y pas de langues mères et de langues tilles. Le lan- 
gage, sous l'empire d'imiiulsions encore mal connues, les unes d'or- 
dre physiologique, les autres d'or'ire psjrchologique, va sans cesse en 
se modifiant, mais ses états successifs ne se séparent pas avec plus 
de netteté que ses variations locales. » 

Comme personne n'a jamais soutenu que la naissance d'une langue 
ait quelque rapport avec la naissance d'un animal, ou qu'un parler 
populaire ait jamais été créé un beau jour de toutes pièces et aussitôt 
adopté, les paroles qui précèdent ne peuvent avoir qu'un sens : c'est 
que les langues romanes et le latin ne font réellement et absolument 
qu'une même langue. Si l'orateur pensait, en effet, que l'évolution 



136 CONGRES 

spontanée du latin eût prorluit peu à peu, par un travail aussi insen- 
sible qu'on voudra le supposer, des langues nouvelles, il ne pourrait 
nier que ces langues viennent du latin, et qu'il est permis de les 
appeler, par une métaphore qui n'a rien de îorcé, filles du latin. Cette 
façon de parler ne peut être inexacte que si l'évolution spontanée du 
latin n'a pas produit de nouvelles langues, si les langues romanes 
ne doivent pas être séparées du latin et ne font absolument qu'un 
avec lui, car on ne peut naître de soi-même, être la fille de soi-même. 
Ainsi, après avoir affirmé qu'il n'y a pas de dialectes en France, 
pour cette raison que le langage vulgaire se modifie graduellement 
d'un point à un autre, M. G. Paris reste conséquent avec lui-même et, 
pour une raison analogue, nie qu'il existe scientifiquement des langues 
romanes distinctes entre elles et distinctes du latin. Langues roma- 
nes actuelles et latin parlé du haut moyen âge et de l'antiquité ne 
forment pour lui qu'une « masse linguistique « dans laquelle il n'y a 
de subdivision possible ni dans le temps ni dans l'espace, et qui doit 
s'appeler le latin. Il ne s'arrête pas là: « Si les formes principales de la 
langue indo-européenne, ajoutc-t-il, l'indien, le grec, le latin, le cel- 
tique, le germanique, le slave, nous apparaissent comme parfaitement 
distinctes les unes des autres, cela tient à ce que nous ne possédons 
sur l'évolution de chacune d'elles que des notions absolument frag- 
mentaires. » Rien de plus exact que cette constatation, mais rien de 
plus étrange que la conclusion à laquelle conduit l'inexorable logique. 
La langue indo-européenne n'est donc à son tour qu'une « masse lin- 
guistique » dans laquelle le hasard a produit des subdivisions artifi- 
cielles, mais qui, si elle était mieux connue, serait aussi indivisible 
que l'est le latin. On juge de la clarté qui se répandrait sur l'étude des 
langues le jour où la science n'admettrait plus que des « masses lin- 
guistiques )) et des « traits linguistiques », étudiant ceux-ci pris iso- 
lément, proscrivant l'emploi des mots qui servent à distinguer ou à 
rapprocher les idiomes suivant leurs dissemblances et leurs analogies. 
Tel paraît être cependant l'idéal de M. G. Paris, puisqu'il ne veut 
entendre parler ni de la distinction entre les langues romanes et le 
latin, ni de la division des parlers de France en deux groupes, le 
groupe d'oil et le groupe d'oc. Si tout ce qu'il dit de l'unité et de 
l'indivisibilité du latin dans le temps comme dans l'espace, n'est 
qu'une explication philosophique de la formation des langues, l'étude 
sur le vif des idiomes vulgaires doit en être influencée de la même 
façon que les travaux de classification des animaux et des végétaux 
le sont par la théorie qui considère tous les êtres organisés comme le 
résultat de l'évolution spontanée, — variée suivant les milieux, — 
de la cellule. Rien ne s'oppose donc à ce que, dans la pratique, on 
distingue entre elles les langues romanes, comme on distingue les 



DE PHILOLOGIE ROMANE 137 

diverses classes d'êtres vivants, sous la réserve des modifications que 
les progrès de la science peuvent apporter aux classifications actuelles. 
Mais alors, rien ne s'oppose non plus à ce qu'on sépare la langue d'oc 
de la langue d'oil, et à ce qu'on groupe, suivant certaines règles, les 
diverses modifications locales ou régionales de chacune de ces langues. 
Si, au contraire, M. G. Paris fait passer sa théorie dans la pratique 
au point de nier la possibilité de distinguer entre elles les deux 
langues de la France et les modifications locales ou régionales de ces 
deux langues, la logique le force à étendre ces conséquences de son 
principe à tous les parlers romans et même à tous les parlers indo- 
européens, c'est-à-dire à tomber dans l'étrangeté et la confusion que 
je viens de signaler. 



II 

MM. G. Paris et P. Meyer me paraissent errer gravement en ne te- 
nant aucun compte du besoin qui s'impose à l'homme de tout classer, ce 
qu'il voit et ce qu'il entend, les choses et les idées, les êtres et leurs 
manifestations. Il est facile de constater que ce besoin de classifica- 
tion s'étend jusqu'au langage. 

Supposons cinq hommes en présence : l'un est né à Paris, le second 
à Rome, le troisième à Madrid, le quatrième à Lisbonne, le cinquième 
à Bucarest *. Chacun d'eux ne connaît que la langue de son pays 
d'origine; ils essaient vainement de se comprendre. Cependant, d'après 
M. G. Paris, ils parlent tous latin. Ils ne parlent pas des langues qui 
viennent du latin, des langues filles du latin, ils parlent latin. Si l'on 
demande à mon éminent contradicteur pourquoi ces cinq hommes 
qui parlent tous latin, ne peuvent s'entendre, il sera bien forcé de ré- 
pondre que cela tient à ce que l'évolution spontanée du latin parlé 
dans l'ancienne Rome et importé en divers points de l'Europe par la 
conquête, ayant varié suivant les lieux, le latin parlé aujourd'hui à 
Paris diffère du latin actuel de Rome, comme celui-ci diffère du latin 
de Madrid, de Lisbonne et de Bucarest. Cette explication seule est 
une classification ; car définir une chose, la différencier d'une autre, la 
rapprocher d'une troisième, c'est classer, et pour éviter des répétitions 

1 II serait mieux de dire: aux environs de Paris, de Rome, de Madrid, 
elc; car, suivant une remarque de M. G. Paris, qu'il convient cependant de 
ne pas trop généraliser, les langues littéraires enseignées à l'école ont souvent 
modifié et parfois remplacé les parlers locaux dans les villes. Il reste donc 
enleudn que, lorsque, pour plus de concision et de clarlé géographique, je 
désigne les parlers par le nom d'une ville, il s'agit du langage populaire de 
la campagne environnant cette ville. 



138 CONGRES 

fatigantes en classant, on se sert de mots qui, une fois leur sens con- 
ventionnel connu, rappellent ces définitions, ces distinctions, ces rap- 
prochements. 

Dès que vous admettez que les parlers de Paris, de Eome, de Ma- 
drid, de Lisbonne, de Bucarest diffèrent aujourd'hui entre eux et 
diffèrent également du latin, il devient d'une subtilité presque puérile 
de nier que ce ne soient là six parlers distincts dont le dernier, le latin, 
a produit les cinq premiers. Il est beaucoup plus rationnel et surtout 
plus commode d'appliquer à ceux-ci une dénomination qui indique à 
la fois ce double fait incontestable, qu'ils diffèrent entre eux de nos 
jours et qu'ils n'étaient autrefois qu'une même langue, le latin ; en 
un mot d'appeler chacun d'eux d'un nom particulier: français, italien, 
espagnol, portugais, roumain, et de les grouper sous l'appellation 
commime de kmgues romanes. 

Si maintenant nous mettons eu présence deux hommes, dont l'un 
■ est né à Tours, l'autre à Marseille, et qui ne connaist^ent que la langue 
de leur pays d'origine, ils ne se comprendront pas mieux que le Pa- 
risien de tout à l'heure ne comprenait l'Italien, l'Espagnol, le Portu- 
gais ou le Roumain. Or, d'après M. G. Paris, non seulement ils par- 
lent latin tous les deux, mais leurs langages appartiennent à la même 
masse linguistique résultant de l'évolution spontanée du latin importé 
en Gaule par la conquête romaine, masse dans laquelle il n'y a réel- 
lement pas de dialectes, pas de subdivision possible, même en deux 
parts. 

L'éminent philologue sera cependant forcé d'avouer que le latin 
importé en Gaule ayant évolué d'une façon à Tours et d'une autre 
façon à Marseille, le résultat n'a pas été le même aux deux endroits 
et que, pour cette raison, le Tourangeau et le Marseillais ne peuvent 
se comi^rendre. Dire que l'évolution du latin à Tours n'a pas été la 
même que l'évolution du latin à Marseille, c'est constater deux résul- 
tats distincts, l'existence de deux jjarlers, c'est faire œuvre de clas- 
sificateur. 

Mais M. G. Paris ne nie pas qu'il y ait des parlers divers ; ce qu'il 
nie, c'est qu'on puisse les grouper, les classer. D'après lui, le patois 
de chaque commune est un patois distinct, plus ou moins différencié 
du patois de telle autre commune. Dès que vous essayez de rapprocher 
ces langages, ils se fondent et ne forment plus un groupe de parlers 
divers, mais un bloc unique, une masse linguistique. Entre le patois 
d'une commune et la masse linguistique à laquelle il appartient, il n'y 
a jûlace pour aucune division intermédiaire. C'est bien là, je crois, le 
vrai sens du système que j'examine. 

Il est cependant évident que si l'on considère ces patois séparés les 
uns des autres en les prenant \-iIlage par \allage, il en est qui ont 



DE PHILOLOGIE ROMANE 139 

entre eux plus d'affinité qu'ils n'en ont tavec d'autres patois de la 
naême masse linguistique. Que, par exemple, le parler de Toulouse a 
plus de ressemblance avec celui de Marseille ou le parler de lîouen 
avec celui de Tours que celui de Tours avec celui de iMarseille. Enon- 
cer ce fait indiscutable, c'est faire un pas de plus dans la voie de la 
classification. Car aussitôt cette vérité connue, la personne à qui vous 
la révélez, — l'élève en philologie par exemple, — en vertu de la 
faculté classificatrice de l'esprit humain et du fonctionnement normal 
delamémoirc, rapproche par la pensée le parler de Rouen de celui de 
Tours, le parler de Toulouse de celui de Marseille. Que vous le vouliez 
où non, voilà deux groupes constitués. Toutes les fois que l'élève 
entendra parler d'un nouveau patois de France, il le rapprochera 
instinctivement soit du groupe Rouen-Tours, soit du groupe Toulouse- 
Marseille. Que vous donniez à ces groupes les noms de langue d'oil 
et de langue d'oc ou tout autre nom, peu importe ; la division que 
vous refusiez de reconnaître est faite par vous-même et malgré vous. 
On objectera qu'à un moment donné, l'élève se trouvera en présence 
de parlers qui réuniront assez de caractères empruntés à la fois aux 
parlers du Nord et aux parlers du Midi pour qu'il ne sache plus dans 
quel groupe les classer. Ce sera une difficulté comme il s'en rencontre 
à chaque pas dans l'histoire naturelle et ailleurs ; ce ne sera pas un 
argument contre la nécessité d'une classification. 

A quel moment de sa transformation insensible le germe cesse-t-il 
d'être germe pour devenir l'être qu'il renfermait en lui? A quel 
moment l'œuf cesse-t-il d'être œuf pour devenir l'animal qui doit en 
briser l'enveloppe ? Et, dans un autre ordre d'idées, ne dit-on pas, 
précisément pour obéir à la nécessité de classification dont je parlais 
tout à l'heure, qu'un bâton a deux bouts et un milieu ? Il serait impos- 
sible cependant de marquer le point précis où finissent les bouts et où 
le milieu commence. Direz-vous pour cela que le bâton n'a ni bouts 
ni milieu? Proscrirez-vous l'emploi de ces mots qui représentent 
évidemment une réalité, une subdivision de ce tout appelé bâton ; 
mais ime subdivision dont les limites ne sont pas marquées par la 
nature de l'objet? 

Donc, alors même que toute délimitation nette des langues et des 
dialectes serait impossible, il n'en serait pas moins nécessaire de les 
distinguer, de les grouper, en un mot de les classer. 

III 

Jusqu'au discours de M. G. Paris, j'avais compris ainsi qu'il suit 
les objections que M. P. Meyer avait bien voulu faire à mes essais 
de délimitation géographique des langues et des dialectes : 



140 CONGRES 

« Il est certain, disait à ce qu'il me semble l'éminent directeur de 
l'Ecole des Chartes (je n'ai pas sous les yeux ses paroles textuelles), il 
est certain qu'il existe des familles de langues, par exemple la famille 
romane. Ces familles se subdivisent naturellement en langues, ainsi les 
diverses languesromanes ou néo-latines, parmi lesquelles on distingue, 
depuis des siècles, la langue d'oil et la langue d'oc. Les langues elles- 
mêmes se fractionnent en dialectes, si l'on prend pour types leepar- 
1ers nettement caractérisés de certaines régions ; mais si, non content 
de classer ces parleis types, choisis sur des points divers du territoire 
relativement éloignés les uns des autres, vous voulez tracer exacte- 
mentleurs limites respectives, ou même la limite qui sépare la langue 
d'oil de la langue d'oc, vous verrez ces parlers se fondre les uns 
dans les autres d'une manière tellement insensible qu'il vous sera 
impossible de mai'quer par un trait sur la carte les contours de leurs 
domaines respectifs. Contentez-vous donc de vous référer à ces dia- 
lectes types sans essayer de les délimiter, à peu près comme vous 
parlez des bouts et du milieu d'un bâton sans vouloir tracer les limi- 
tes de ces bouts et de ce milieu. » 

Réduite à ces proportions, l'objection n'a rien de paradoxal, rien 
qui choque l'évidence. Elle n'est pas nouvelle : Bringuier et moi 
l'avons signalée dans les observations préliminaires de notre rapport. 
Il y a plus de trente ans, cette croyance à la fusion des idiomes 
m'avait frappé lorsque, après l'obtention d'un très modeste diplôme 
scientifique, la pensée me vint qu'il ne serait sans doute ni impossi- 
ble ni inutile d'importer dans le domaine linguistique les méthodes 
de classification claires et précises qu'on m'avait appris à appliquer 
à l'histoire naturelle. Cette pensée est d'ailleurs celle de bien des 
maîtres de laphilologie ; Max Mûller, entre autres, a dit à ce sujet : « La 
philologie comparée est une des sciences de la nature, et, par con- 
séquent, sa méthode doit être identique à celle qui a été suivie avec 
tant de succès en botanique, en géologie, en anatomie et dans les 
autres branches de l'étude de la nature » ( Lectures sur la science 
du langage). Bien que, durant de longues années, je n'aie pu tenter 
une application méthodique de ces principes à l'étude des dialectes, 
j'étais cependant comme hanté par cette idée dans mes fréquentes 
excursions à travers la France, la Belgique, la Suisse, l'Espagne et 
un tout petit coin de l'Italie. Je me suis trouvé un jour avoir recueilli 
assez d'observations pour que mon hypothèse m'apparut comme une 
vérité. Depuis longtemps, j'ai la conviction que la classification des 
idiomes, même locaux, et la classification des êtres offrent les mêmes 
avantages etles mêmes difficultés, que toutes les objections qui peuvent 
être adressées à l'une ont été résolues par l'autre, et que si les natu- 
ralistes de tous les temps et de tous les pays ont trouvé utile de se 



DK PHILOLOGIE ROMANE 141 

diriger dans leurs travaux au moyen de méthodes de plus en plus 
perfectionnées, les philologues et les historiens ne retireraient pas 
un moindre profit d'un procédé qui permettrait de grouper les parlers 
suivant leurs affinités et d'en préciser V habitat; car en linguistique 
la classification doit aboutir à une délimitation géogra[)hique. 

Je viens de rapprocher les histoiiens des philologues. On ne peut, 
en effet, isoler le langage du milieu où il se développe, des cerveaux 
qui l'ont conçu, des sociétés dont il est le lien. Etudié soit dans ses 
grandes manifestations, dans ce qu'on pourrait appeler sa physiolo- 
gie, soit dans les menus détails de son anatomie, chaque idiome fait 
partie de l'histoire même des races qui le parlent, des territoires sur 
lesquels il s'étend. 

Uevenant à l'opinion que je combats, je constate qu'elle repose non 
seulement sur une observation imparfaite, mais aussi sur une erreur 
théorique énoncée par M. P. Meyer à titre d'objection à mon adresse 
et qui peut se traduire ainsi: « L'histoire naturelle classe des êtres, 
c'est-à-dire des individus parfaitement distincts, en tant qu'unités, 
des autres êtres de même espèce ou d'espèce différente qui les 
entourent. Il peut y avoir doute sur la place à assigner à l'individu 
que vous avez sous les yeux, jamais sur son entité. Quand il s'agit 
de langage, au contraire, la difficulté est de déterminer l'unité à 
classer. L'idiome que vous entendez ou dont vous lisez un échantillon 
écrit, se perd dans l'idiome voisin, vous ne pouvez y voir une vérita- 
ble unité, ce qu'en histoire naturelle on appelle un individu. » 

L'argument est spécieux. La réponse est cependant facile et je suis 
étonné de ne l'avoir rencontrée nulle part'. L'unité, ['individu à clas- 
ser en matière de langage, c'est le parler de chaque homme. Nous 
avons tous une langue apprise dès le berceau, dans laquelle nous 
pensons, que nous employons dans l'intimité de préférence à toute 
autre. C'est ce langage naturel à chaque homme qui constitue l'unité 
linguistique. Le langage de deux hommes ayant même parler- peut 
ne pas être exactement pareil; mais les différences ne sont pas plus 
grandes que celles qui existent souvent entre deux êtres de même 

1 MM. Vau Harael, professeur à l'Uiiiveisilé de Grooiogue, et Kiisloffer 
Nyrop, professeur à rUoiversité de Copenhague, ont eu l'obligeance de me 
sigaiilor cptUiqs passages des Principien de)- Sprachgeschichte de M. Her- 
mann Paul el de VEinleitiing in dus Sprachstudium de M. B. Delbiùck rela- 
tif-; au rôle de l'individu dans le développement du langage. (VoirKr. Nyrop, 
Adjcktivernes Kônsbôjning i de romanske xprog . Copeuhague, 188G). Ce 
point de vue diffère quelque peu du niieu. J'aurai roccasioii d'y revenir dans 
riûlroduction de mon Essai de géographie de la langue d'oc. 

"2 Je ne dis pas: deux hommes nés dans le même village, puisqu'il y a des 
villages où se parlent deu.K idiomes distincts. 

10 



142 CONGRES 

espèce. Que si l'on remarque chez quelqu'un une altération réelle 
du langage local par suite de l'introduction d'éléments étrangers ou 
pour toute autre cause, c'est le pendant exact en linguistique soit de 
l'hybridité, soit de la monstruosité en histoire naturelle. Les règles 
de l'hybridité et de la tératologie végétales et animales s'appliquent 
à l'hybridité et à la tératologie linguistiques, de telle sorte que la 
méthode n'en reçoit, dans son ensemble, aucune atteinte. 

M. G. Paris me semble regarder le parler de chaque commune 
comme une sorte d'unité linguistique. On rencontre cependant en 
France des communes composées de plusieurs villages et hameaux où 
sont parlés des idiomes différents ', et même des agglomérations plus 
ou moins importantes dont tous les habitants n'ont pas le même 
patois. Tout le monde connaît le provençal particulier du quartier 
Saint-Jean de Maiseille. Bringuier et moi avons recueilli quelques 
observations, restées inédites, sur le parler du quartier de Montpel- 
lier appelé le Plan de l'Olivier ; nous avons aussi constaté dans 
notre rapport l'existence de plusieurs patois dans une même ville et 
parfois dans un même petit village-. Pour M. G. Paris cependant le 
parler de la commune n'est pas à proprement parler l'unité lin- 
guistique, et il se croit obligé de chercher celle-ci dans le u trait 
linguistique.» C'est de l'auatomie; ce n'est pas l'observation de la 
nature telle qu'elle se présente à nous, pas plus que l'étude des 
tissus et des organes considérés en eux-mêmes, indépendamment des 
êtres dans la constitution desquels ils entrent, n'est l'étude complète 
de ces êtres. Je ne nie pas l'utilité scientifique de cette façon de pro- 
céder; mais toute science serait faussée qui s'en tiendrait à cette 
méthode unique. 

IV 

L'unité linguistique une fois déterminée, le philologue doit grouper 
les individus suivant les règles qui lui paraissent les plus ration- 
nelles. Il n'y a pas plus de difficultés à ce groupement qu'au groupe- 
ment des êtres. 

M. G. Paris semble croire qu'une classification est quelque chose 
d'absolu qui ne prête à aucun doute et ne doit être, suivant ses 
expressions, ni « arbitraire )> ni « factice. » Personne n'ignore cepen- 
dant que la répartition des êtres en espèces, genres, familles, ordres, 
classes, règnes, n'est pas une loi de la nature, qui « ne fait jamais de 
sauts. ))Ce qui est une loi, c'est la nécessité pour l'homme de classi- 

1 Rapport sur la limite géographique de la latigue d'oc et de la langue 
d'oU, p. 20, 23, 27 à 33, 35, 37, 41, 42, 51, 52, 54, 55, 57, 59. 

2 /(/ , p. 24, 29, 31, 32, 34,35, 59. 



DE PHILOLOGIE ROMANE 143 

fier tout ce qui lui tombe sous les sens. Cette classification est tan- 
tôt purement instinctive, tantôt raisonnée ; elle peut être plus ou 
moins rationnelle, plus ou moins scientifique; mais il y a toujours en 
elle, dans des propoi'tions varialjlôs, quelque chose d'arbitraire et de 
factice. 

Dans les sciences, ou a voulu tirer parti de la faculté classifica- 
trice de l'esprit humain, la rendre plus féconde en la réglementant de 
façon à ce qu'elle s'exerçât au moyen de mots qui rappellent les traits 
les plus caractéristiques et les rapports réciproques des objets à clas- 
ser, et c'est précisément ce procédé qu'il ne serait pas inutile d'intro- 
duire dans l'étude des parlers locaux et régionaux. Supposer qu'il 
existe quelque part au monde un groupe d'êtres ou d'objets dont aucun 
des caractères ne se retrouve dans un autre groupe est une erreur 
des plus évidentes et des plus graves. Mais tous les caractères n'ont 
pas la même valeur; la tâche du classificateur est de rechercher 
ceux qui paraissent les plus saillants, qui donnent à l'objet sa vraie 
physionomie, point sur lequel les opinions peuvent varier et ont varié 
en effet dans toutes les sciences. 

L'antique classification des êtres d'après la Genèse, — végétaux 
« herbes vertes et bois portant des fruits », animaux subdivisés en 
reptiles aquatiques, reptiles terrestres, grands cétacés, poissons, 
animaux « volant sous le firmament », animaux « se mouvant sur la 
terre » — est basée sur des caractères qui frappent les yeux de l'ob- 
servateur le plus superficiel. C'est quelque chose comme la réparti- 
tion des parlers humains en_ grandes classes, en familles, en langues, 
en dialectes ; quelque chose comme la distinction de la langue d'oil 
et de la langue d'oc, du dialecte gascon et du dialecte provençal, du 
normand et du picard, pris dans leurs types les plus caractérisés. 
L'existence de ces groupes tombe sous les sens ; il n'y a pas de sub- 
tilité philosophique qui puisse prévaloir contre cette évidence. Sur 
ce point un paysan a le droit d'en remontrer au plus savant philolo- 
gue, comme il aurait le droit de rappeler à la vérité l'anatomi.-ite qui 
affirmerait que les oiseaux ont quati-e pattes sous le prétexte qu'on 
retrouve dans leurs ailes tous les éléments des membres antérieurs 
des quadrupèdes. 

Mais lorsque, après avoir constitué des groupes suivant certains 
types, on prend chaque unité soit d'histoire naturelle, soit de linguis- 
tique et qu'on veut la faire entrer dans le groupe qui lui convient, 
on rencontre des unités qui, par l'ensemble de leurs caractères, sont 
comme à cheval sur une des limites tracées. On trouve, par exemple, 
des végétaux doués de mouvement et de sensation, du moins appa- 
rente, qui se nourrissent ou paraissentse nourrir d'insectes vivants, 
tandis que certains animaux sont fixés au sol ou se reproduisent 



144 CONGRES 

par boutures. Et dans le règne animal seulement, tel classificateur, 
qui a voulu prendre pour caractère les sécrétions des téguments, poils, 
plumes, écailles, test, s'est vu forcé de réunir dans le même groupe 
des poissons, des reptiles, les papillons et le mammifère appelé tatou. 
Tel autre, se basant sur le mode de locomotion, a dû mettre le 
poisson volant et la chauve-souris à côté de l'oiseau et de la mou- 
che. On a vu longtemps le lézard et le cheval figurer l'un et l'autre 
dans l'ordre des quadrupèdes, et les mammifères englobent aujour- 
d'hui le singe et la baleine. Je me borne aux grands traits ; 
M. Dui'and de Gros a donné, dans la Revue des langues romanes, 
des détails fort instructifs sur les incertitudes de classification en bo- 
tanique. On peut donc appliquer à l'histoire naturelle aussi bien qu'à 
la linguistique ces paroles de M. G. Paris : « Les groupes qu'on est 
tenté de former se dissolvent et se recomposent autrement suivant 
le critérium qu'on emploie à les constituer. » 

Malgré les difficultés, les imperfections, les erreurs mêmes; mal- 
gré des discussions qui ne sont pas près de finir, qui ne finiront 
jamais, les méthodes empiriques, artificielles ou naturelles, ont rendu 
suivant les temps des services inappréciables à la science, et per- 
sonne n'a songé à nier l'utilité même des plus imparfaites. En ce 
moment, les découvertes de l'embiyogénie semblent destinées à 
amener la lefonte complète de la classification zoologique ; mais 
tant que le nouveau moule ne sera pas formé dans son entier, on 
se gardera de briser l'ancien. La classification, qui n'est pas le but 
de la science, mais un simple procédé d'études, doit forcément se 
perfectionner à mesure que de nouvelles connaissances sont acquises, 
de sorte que, pour arriver à la meilleure méthode dans une branche 
quelconque des connaissances humaines, il faudrait que la science 
fût définitivement ariétée et qu'il n'y eût plus rien à découvrir, ce qui 
est impossible aussi bien en linguistique comme en histoiie naturelle. 

Quatre conclusions résultent de ce qui vient d'être dit: 

1° L'unité est facile à reconnaître en linguistique, aussi bien que 
dans les sciences naturelles, l'unité linguistique étant le langage 
maternel de chaque homme ; 

2° En vertu du principe Natura non facit saltiis, il est impossi- 
ble, dans quelque science que ce soit, de former des groupes absolu- 
ment tranchés, ne présentant que des caractères leur appartenant en 
propre, à Lexclusion de tout autre groupe ; 

3" Toutes les objections que Ton peut faire à la classification des 
langues peuvent être adressées à la classification des êtres, d'où il 
résulte que celle-ci étant universellement reconnue indispensable, il 
n'v a aucune raison pour ne pas travailler au perfectionnement de 
celle-là ; 



DE PHILOLOGIE ROMANE 14 3 

4° Cette classification ne sera jamais définitive et immuable ; elle 
doit îiii contraire varier plus ou moins à mesure que s'étendront les 
connaissances en matière didiomes. 

La possibilité d'une classification linguistique ainsi établie en théo- 
rie, montrons quels jirocédés peuvent être employés pour y parvenir 
dans la pratique. 



Pour se faire une idée juste d'un être quelconque il ne suffit pas, 
— on ne saurait trop le répéter, — de l'étudier à l'aide du scalpel et 
du microscope; il faut aussi l'observera l'état vivant et agissant. 
Pour juger de l'importance et du rôle d'un organe, il faut voir cet 
organe en jeu. Or il arrive trop souvent que les philologues n'ont 
pas vu assez vivre le parler qu'ils étudient sur des échantillons 
écrits, c'est-à-dire dans un état voisin de la mort. 

Je n'ai pas besoin d'insister sur les altérations que les copistes de 
tous les temps ont fait subir aux textes en langue vulgaire ; mais 
je rappellerai que dans toutes ou presque toutes les langues, litté- 
raires ou non, il s'est établi par tradition des formes graphiques 
qui n'ont aucune raison d'être acceptable, rapprochant par l'écriture 
ce qui est distinct en tant que son, et réciproquement. J'ai été 
témoin, par exemjile, de l'étonnement de bien des philologues lors- 
qu'ils appi'ennent que la désinence ac des noms de lieux est géné- 
ralement en France prononcée comme la désinence al, c'est-à-dire a 
accentué non suivi d'une consonne. Pendant longtemps, des hommes 
très instruits dans les patois de langue d'oc ont rangé le parler de 
Nice au nombre des patois italiens parce que, sous la domination pié- 
montaise, on a pris l'habitude d'orthographier le niçois à la manière 
italienne: gl pour l mouillé ; ch pour qu = h ; (ji pour J = dj. etc. 

Il est superflu, je crois, de faire remarquer que les caractères ne 
doivent pas être comptés, mais pesés ; et (qu'on pardonne l'étrangeté 
de l'expressionj on ne peut les peser qu'à l'oreille, la langue étant 
faite d'abord pour être parlée. Les traits que la prononciation ne mar- 
que pas doivent être comptés pour rien ou à peu près rien dans la 
classification. Parmi ceux qu'elle marque, il en est qui modifient plus 
ou moins profondément la physionomie du langage, et auxquels les 
indigènes ne se trompent jamais lorsqu'ils veulent distinguer leur 
parler de ceux des régions voisines. 

Je rappellerai ici, comme corollaire de ce qui précède, ce qui a été 
dit dans le rapport sur la limite géographique de la langue d'oc et 
de la langue d'oil au sujet de la nécessité d'étudier les patois dans les 
pays même où ils sont parlés, et des précautions à prendre pour être 



14 6 CONGRES 

assuré qu'on s'adresse à des personnes parlant le vrai langage indi- 
gène. Je ne saurais trop le redire, c'est dans le peuple, parmi les 
illetti'ép, qu'il faut chercher des renseignements exacts et sur l'idiome 
local et sur les traits qui le distinguent des idiomes voisins. Mais 
tout le monde n'est pas apte à recueillir de bonnes observations pho- 
nétiques; la science acquise dans les écoles- et dans les livres est pour 
cela d'un bien faible secours. J'ai connu plus d'un philologue distin- 
gué qui, n'ayant pas été familiarisé dès l'enfance avec les langues à 
paroxytons et à proparoxytons, était incapable de reconnaître, autre- 
ment qu'en théorie, la place de l'accent tonique et encore plus de le 
marquer en parlant. M G. Paris, dans son Traité du rôle de Vaccenl 
latin, a signalé cette « incapacité de l'organe des Français à porter 
l'accent autre part que sur la dernière sj-llabe ». L'incapacité de 
parole provient souvent d'une incapacité d'ouïe et se remarque chez 
les plus lettrés. Ce n'est pas un des moindres obstacles que rencon- 
trent les Français du Nord dans la pratique des langues étrangères. 
Pour démontrer d'une manière absolue la possibilité de délimiter 
les dialectes et les sous-dialectes, il faudrait procéder au tracé géo- 
graphique de tous les parlers dépendant d'une même langue, de tous 
les patois d'oc, par exemple, ce qui serait tout à fait hors de propor- 
tion avec le cadre du présent travail. Je dois me borner ici à établir, 
en premier lieu, que les gens du peuple classent d'instinct les parlers 
qu'ils comprennent ; en second lieu, que l'observation scientifique 
justifie ce classement tout au moins dans ses principaux traits. Je vais 
donc faire connaître tout d'abord quelques-unes des observations qui 
m'ont conduit à réclamer l'application à l'étude des patois d'une 
méthode naturelle de classification ; puis, prenant pour exemple uue 
région peu étendue, mais intéressante, du midi de la France, j'essaierai 
de montrer les caractères distinctifs les plus saillants de chacun des 
parlers qu'on y rencontre, et de prouver qu'en cet endroit, du moins, 
il existe des limites bien tranchées entre deux langues romanes, 
entre deux dialectes et même entre deux sous- dialectes. 

Première Observation. — La femme P..., née en 1810, à Montpel- 
lier ; d'intelligence moyenne ; sait lire, presque pas écrire ; connaît par- 
faitement le patois de sa ville natale et malheureusement assez bien 
le français pour une femme du peuple de ce pays. Pendant plus de 
trente ans, cette femme est restée attachée successivement à deux 
personnes de ma famille avec qui j'ai voyagé en France et en 
Espagne. 

A Nice, la femme P... est un peu surprise par l'idiome local et 
demande tout d'abord qu'on le lui parle lentement. Après quelques 
heures, elle le comprend facilement et se fait comprendre d'un assez 



DE PHILOLOGIE ROMANE 147 

grand nombre de Niçois sans trop de difficulté en leur parlant 
montpelliérain. Dès que son oreille est habituée aux sons niçois, les 
flexions, les tournures de phrase, la grammaire en un mot, ne lui 
offrent à peu près aucune difficulté. Le vocabulaire est ce qui la 
gêne le plus. Bien qu'en contact, durant près de trois ans, avec des 
personnes parlant l'italien officiel, le génois et le piémontais, la 
femme P... ne parvient à comprendre aucun de ces trois idiomes; 
elle en apprend quelques mots isolés , mais ne parvient jamais à 
construire ni à comprendre une phrase. Il faut reconnaître que, 
n'étant pas absolument obligée de communiquer à l'aide de ces lan- 
gues, mon sujet ne fait aucun effort sérieux pour se familiariser 
avec elles. 

Je crois pouvoir affirmer que la femme P... comprend également 
toutes les variétés de niçois parlées depuis Sospel ^ jusqu'au Var, 
limite de ce sous-dialecte. Du Var, en suivant le littoral jusqu'aux 
limites du catalan et, plus haut, jusqu'aux parlers gascons carac- 
térisés par l'emploi de h pour f initial, elle entend aisément tous 
les idiomes, à quelques vocables près aussitôt expliqués. Dans les 
conversations entre femmes, la volubilité méridionale ne souffre nulle- 
ment de la différence des parlers. Vers Toulouse et vers Foix, il est 
nécessaire cependant do quelques heures d'accoutumance ; la femme 
P... doit « se mettre dans l'oreille » les sons, l'accent dans le sens 
vulgaire de ce mot. Je ne parle pas des divergences du vocabulaire 
qui commencent plus ou moins à quelques lieues de Montpellier et 
ne constituent jamais une vraie difficulté. 

En pays gascon, la femme P... a assez de peine à s'habituer à \'li 
tenant la place de 1'/"; mais il est facile de voir que c'est à peu près 
tout ce qui la gêne dans ce nouveau dialecte. Si l'on remet Vf k la 
place de 1'/;^ toute hésitation disparait. 

Sur les limites de l'ancien Roussillon, entre Leucate et Salces, 
petites villes qui ne sont séparées que par une distance de 13 kilo- 
mètres, le catalan succède brusquement au languedocien. Ici deux 
des principes posés par M. G. Paris sont nettement contredits par 
les faits : il n'y a pas de fusion entre les deux idiomes juxtaposés et 
la limite linguistique coïncide avec une limite politique. C'est une 
exception, dira-t-on. 11 y aurait à vérifier si les exceptions de ce 
genre ne se renouvellent pas si souvent qu'elles finissent par deve- 

1 Je prends Sospel comme point fiontière et non Vinlimille parce qu'entre 
cette dernière ville et Nice, se trouve, outre le génois de Monaco, le dialecte 
menlonais sensiblement différent du niçois, et sur lequel l'attention de la 
femme P... n'a jamais été appelée. J'étudierai pins loin l'idiome de Menton 
compare aux parlers de Vintiraille et de Nice. 



148 CONGRES 

uïv plus fréquentes que, la prétendue règle. Cette limite franchie, 
notre voyageuse et les indigènes ne se comprennent qu'avec de grands 
efforts d'attention. J'essaie de prononcer des phrases catalanes avec 
l'accent (sens vulgaire) de Montpellier, et des phrases de montpel- 
liérain en imitant de mon mieux l'accent catalan, je suis à peu près 
compris des deux côtés. Après quelques jours passés à Barcelone, le 
catalan courant n'a plus guère de difficutés pour la femme P... 11 
en est tout autrement du catalan littéraire et même en général du 
catalan écrit. Tandis qu'elle éprouve toujours une véritable joie à 
lire ou à entendre lire les œuvres du montpelliérain Favre, du tou- 
lousain Gondouli, du rouergat Peyrot, du niçois Raneher et des 
félibres provençaux, le rector de Vallfogona et les contes en prose 
catalane lui donnent trop de peine à comprendre pour qu'elle les 
écoute avec plaisir. Cependant, pour tout ce qui est usuel, elle com- 
munique parfaitement avec les personnes de Barcelone, de Valence, 
d'Alicante et de Lerida. 

Entre le catalan et l'aragonais, la transition est aussi brusque 
qu'entre le languedocien et le catalan. Sur la route de Barcelone à 
Sarragosse, le petit village d'Almacellas marque l'extrême limite du 
catalan, et, après un intervalle à peu près inhabité de 18 kilomètres, 
on rencontre Binefar. premier village aragonais. Sur ce nouveau ter- 
ritoire, il est impossible à la femme P... de communiquer avec les 
habitants autrement que par signes. « Ce n'est plus, dit-elle, le même 
espagnol qu'à Barcelone ». J'essaie quelques explications ; elles servent 
de peu: il auiait fallu faire un cours complet de langue espagnole. 
Après un séjour à Madrid de plus de deux mois, la bonne femme ne 
fait d'autres progrès dans la langue de Cervantes que l'acquisition 
d'un certain nombre de vocables, à l'aide desquels elle essaie de parler 
petit nègre en castillan. 

Si, partant de Montpellier, nous nons dirigeons vers le Nord, la 
femme P... comprend très aisément le parler des Cévennes, le lozé- 
rien, le rouergat; avec un peu plus de peine, mais encore assez bien, 
le dauphinois, l'auvergnat, le limousin de la Creuse. 

Sur les confins de la langue d'oil, l'expérience devient plus difficile: 
le français appris rend le contraste des langues moins appréciable. 
Cependant ce que Bringuier et moi avons appelé le sous-dialecte 
marchois est traité de franchiinan (français du Nord) par mon 
sujet. En revoyant et classant d'anciennes notes relatives à cette 
observation, je constate que la femme P. . . appelle fraixcfnman tout 
parler où les paroxytons d'oc sont devenus oxytons, soit par le 
déplacement de l'accent tonique, soit parla substitution de Ve muet 
aux voyelles post-tonique.s. Dans le limousin bien parlé, elle recon- 
naît la place de l'accent tonique même lorsque la finale post-tonique 



DE PHILOI-OGIE ROMANE 149 

est longue, puisqn"elle range ce dialecte dans la catégorie des pap- 
iers (jahachs. Il faut noter encore que, pour l'usage courant, le fran- 
çais lui est aussi familier que le montpelliérain ; mais, tandis que rien 
ne lui échappe des idées les plus liantes cxpiimées dans les beaux 
vers de Mireio, la lecture du françuis lui laisse beaucoup d'impressions 
incertaines et souvent fausses ; elle ne paraît jamais bien assurée 
d'avoir compris tout ce qui n'est pas terre à terre, et en effet elle se 
trompe sur le sens de phrases assez simples. 

En résumé, pour cette femme, les langages sur lesquels son atten- 
tion a été appelée se divisent ainsi : 1° son patois moutpelliérain; 
2" le provençal; 3° le niçard (niçois); 4° les parlers ^a&ac7(S (patois 
de Béziers, de l'Aude, de Toulouse, de l'Ariège, cévenol, lozérien, 
rouei'gat, auvergnat, dauphinois, limousin), qu'elle distingue presque 
tous les uns des autres; 5° le parler de Bordeaux {h pour /" initial); 
6° le catalan; 7" les parlers frunchimans ; 8" les langues qu'elle ne 
comprend pas, espagnol et italien, dans lequel elle englobo le génois 
et le piémontais. Tout ce qui n'est pas langue étrangère, catalan ou 
franchinian, est pour elle « notre patois ou un patois qui ressemble 
au nôtre. » 

Je sais avec quels sourires dédaigneux et quelles fines plaisante- 
ries certains théoriciens vont accueillir cette classification des par- 
lers par une femme du peuple. Mais les gens de bon sens, qui savent 
combien d'indications précieuses sur des nuances de structure ani- 
male ou végétale les naturalistes doivent à des remarques de pay- 
sans, ne seront pas étonnés de me voii- donner cet exemple de classe- 
ment instinctif des langages. Ils savent que, pour saisir l'allure et la 
physionomie des parlers pojjulaires vivants qu'elle comprend, une 
cuisinière vaut dix élèves de l'Ecole des Chartes, comme pour relever 
àpremièrevue certaines particularités de la faune ou delaflore locales 
un paysan vaut dix citadins, fussent-ils membres de l'Institut. 

2" Observation. — Augustiue R. . ., âgée de douze ans, née dans 
un petit village de la Lozère, éloigné de tout grand centre et de 
toute voie importante de communication ; n'a jamais quitté son vil- 
lage. Instruction do l'école primaire; intelligence au-dessus de la 
moyenne; parle presque toujours ])atois; sait bien lire. 

Elle a sous les yeux un conte en dialecte de Montpellier et le lit 
couramment en transformant sans hésitation les formes du texte en 
formes lozériennes, n'ayant pas l'air de se douter que les mots 
imprimés sont sensiblement différents de ceux qu'elle prononce. Elle 
lit, par exemple : pièi pour piol, fremicjeto i)our four>iigueta, sou- 
fjuel pour50M/'eZ, anat pour anàs. Elle comprend parfaitement tous 
les mots pris isolément et toutes les nuances des phrases. Elle trans- 



150 CONGRES 

forme ainsi en lozéiien tous les textes de langue d'oc de diverses 
régions, toutes les fois qu'elle les comprend à première lecture. Jamais 
d'hésitation pour les désinences ; elle les remplace toutes par les dési- 
nences exactement correspondantes de son parler lorsqu'elle saisit 
le sens du mot. Le vocabulaire la fait souvent hésiter; mais l'absence 
d'un mot n'obscurcit jamais le sens grammatical de la phrase. Elle 
lit ainsi le provençal des bords du Rhône [Otibrelo en proso de Rou- 
manille), le dauphinois, le toulousain, le rouergat, l'auvergnat, le 
limousin. Pour plusieurs, il est nécessaire de lui expliquer parfois 
le vocabulaire, jamais la grammaire. L'/t initial des parlers pyrénéens 
la déroute, ainsi que l'orthographe italienne du niçois. Si je remplace 
Vh par f, et si j'écris le niçois à la manière provençale, elle n'y voit 
pas plus de difficulté que pour les autres dialectes d'oc. Elle renonce 
à lire le catalan et le comprend peu si je le lui parle. Elle est décon- 
certée par les textes en langue d'oil vulgaire qu'on lui met sous les 
yeux. Ne pouvant plus les lire à sa manière, et ne reconnaissant pas 
le français de l'école, elle demande quelle est cette langue. Elle saisit 
bien tous les contes en langue d'oc, quel que soit le dialecte, et y 
prend grand plaisir. Les contes en français nécessitent chez elle de 
grands efforts d'intelligence. Alors même qu'elle comprend bien tous 
les mots pris isolément, elle se trompe souvent sur le sens de la 
phrase. 

3« Obskrvation. — La veuve A..., née en 1850, à Saint-Girons 
(Ariègej, parlant médiocrement le français usuel, ne sachant ni lire 
ni écrire ; intelligence au-dessous de la moyenne. 

On lui parle le langage de Saint-Girons qu'elle reconnaît pour celui 
de son pays. Puis, prenant pour centre la région où domine cet 
idiome, on lui parle successivement les patois des régions environ- 
nantes, en procédant par cercles concentriques. Si, comme on le pré- 
tend, les parlers de toute la France se perdent les uns dans les 
autres par des nuances insensibles, la différence entre un parler quel- 
conque pris pour centre, et chacun des patois qui l'entourent à la 
même distance, devra être égale en intensité bien que ne portant pas 
sur les mêmes traits. En d'autres termes, si l'on prend successive- 
ment chacun des hommes formant les longues chaînes imaginées par 
M. G. Paris, chacun doit comprendre avec la même facilité son voi- 
sin de droite et son voisin de gauche. Mais si, en quelques points, 
le voisin de gauche est mieux compris que celui de droite ou réci- 
proquement, la fusion ne sera plus insensible et ce point marquera 
une limite linguistique. Or, c'est ce qui arrive pour la veuve A. . . ; elle 
considère l'idiome du Médoc, éloigné de plus de 350 kilomètres de 
Saint-Girons, comme plus voisin de son parler que celui de Foix, qui 



DE PHILOLOGIE ROMANE 151 

commence à quatre ou cinq lieues de chez elle. Je ne dis pas que la 
femme A. . . comprend mieux le premier que le second; car, d'une 
part, le langage de Foix et celui de Saint-Girons sont parlés concur- 
remment, mais non mêlés, à Saint-Girons même et par conséquent 
également compris ; et, d'un autre côté, il y a dans le dialecte du 
Médoc des mots inconnus dans l'Ariège; mais la veuve A. . . recon- 
naît la parenté du médocain et de son propre idiome, s'étonnant qu'on 
parle presque comme chez elle dans un pays aussi éloigné. C'est Vh 
initial pour f, la vocalisation du b dans certains cas qui m'ont semblé 
constituer aux yeux de cette femme la ressemblance entre son dia- 
lecte et celui du Médoc. Elle distingue les patois de Foix, ceux de 
Pamiers et de Cintegabelle (Haute-Garonne) ; elle donne à tous le 
nom de totiloiisain. Elle comprend un peu le catalan de Perpignan, 
qu'elle a entendu parler par des colporteurs ; mais pas du tout l'espa- 
gnol. Elle distingue, parmi les dialectes d'oc, le provençal et le mont- 
pelliérain du toulousain et de son patois ; le limousin lui paraît un 
parler gabach ; elle le comprend avec quelque difficulté. P^lle n'en- 
tend à peu près rien aux dialectes d'oil, elle les appelle du franchi- 
man ; c'est l'accent tonique qui paraît la dérouler. Le français d'école, 
qu'elle comprend tant qu'il exprime des idées qui lui sont familières, 
lui échappe complètement sinon quant à la signification des mots 
isolés, du moins quant au sens des phrases, même quand on lui lit 
de simples faits-divers. 

Les trois observations qui précèdent, données à titre d'exemple, 
sont corroborées par des centaines d'autres. Le procédé qui consiste 
à prendre comme centre l'idiome d'ime localité et à lui comparer 
successivement, en suivant des cercles concentriques de plus en plus 
grands, les parlers qui l'environnent, m'a toujours donné le même 
résultat sur divers points des pays d'oc et des pays mixtes. Jamais 
l'idiome central n'a été en se dégradant également dans toutes les 
directions. Tandis que ses caractères saillants se prolongeaient sou- 
vent fort loin dans un sens, ils s'arrêtaient brusquement à une 
courte distance dans un autre sens. Ce fait a été signalé dans le 
rapport sur la limite des deux langues de France ' : il a servi de 
base à la délimitation de ces langues et des dialectes mixtes. C'est 
le résultat absolument contraire à celui que M, G. Paris donne comme 
constant. D'où vient cette divergence radicale sur un point de fait 
qu'il semble facile de vérifier? C'est, je crois, que MM. P. Meyer et 
G. Paris dissèquent dans leur cabinet des échantillons écrits des 
parlers vulgaires^, les décomposent, en séparent les éléments et con- 

' Voir notamment la note 2 de la page 16 du rapporL 



152 CONGRES 

cluent, par exemple, que si Tidionie a renferme dix traits qui lui 
sont communs avec l'idiome b, dix traits qui se retiouvent dans 
l'idiome c et dix traits qu'on remarque également dans l'idiome d, 
il y a parenté égale entre a et chacun des idiomes b, c, d. C'est là 
une erreur que l'observation sur le vif rend évidente. La physionomie 
d'un parler est constituée par les traits les plus saillants, c'est-à-dire 
qui se reproduisent le plus souvent dans le discours et frappent à 
chaque instant l'oreille. 

Je reviendrai tout à l'heure sur cette question du choix des carac- 
tères, Pour le moment, je constate les résultats suivants des trois 
observations que je viens de résumer et qu'un très grand nombre d'au- 
tres, je le répète, pourraient confirmer au besoin : 

1° Les gens du peuple du midi de la France distinguent très nette- 
ment la langue d'oc des parlers étrangers environnants ,piénion- 
tais, génois, italien, espagnol) et aussi des patois d'oil ou fran- 
chimans; 

2" Ils reconnaissent une parenté intime entre tous les parlei's qui 
s'étendent de la frontière italienne à Salces (Pyrénées-Orientales), 
à l'Océan et à Guéret, avec certaines différences suivant les légions. 
Ils reconnaissent une parenté moins rapprochée entre les patois du 
midi de la France et le catalan ; 

3° Ils distinguent les principaux dialectes d'oc considéi-és dans 
leurs types (provençal, niçois, languedocien, gascon, rouergat, etc.), 
bien qu'ils ne sachent pas toujours le nom qu'il convient de donner 
à chacun de ces dialectes ; 

4° Ils distinguent leur parler des parlers d'oc qui l'entourent et, 
parmi ces derniers, ils signalent ceux qui sont plus ou moins appa- 
rentés avec leur propre parler. Ils constatent qu'il n'y a pas de rap- 
port constant entre le degré de pi^renté et la distance géographique; 

5° Ils ne sont point déroutés par les différences grammaticales entre 
les idiomes d'oc. Les principales difficultés proviennent pour eux du 
vocabulaire. Lorsqu'il s'agit de langues étrangères et même du fran- 
çais d'école, c'est la grammaire qui les déconcerte suitout ; de là leur 
tendance à parler petit nègre les langues étrangères et même le fran- 
çais, ce qui ne leur arrive jamais lorsqu'ils veulent se faire compren- 
dre dans un dialecte d'oc qui ne leur est pas familier; 

6° Le vocabulaire ne fournit probablement aucun caractère pour 
la distinction des dialectes. Il importe peu, en effet, qu'un radical ait 
disparu d'une région et se soit conservé dans une autre; les faits de 
ce genre ne sont jamais assez nombreux pour influer sur l'ensemble 
du langage, sur sa physionomie. 



DE PHILOLOGIE ROMANE 153 



VI 



Je crois utile de rapprocher de ces conclusions les remarques sui- 
vantes qui les confirment. 

La plui)art des faits révélés par l'instinct des gens du peuple con- 
cordent avec les observations des personnes éclairées qui ont vécu 
au milieu des parlers populaires, du moins en pays d'oc. On a signalé 
ailleurs ' cette particularité que tous les auteurs qui se sont occupés 
de la délimitation de la langue d'oc et de la langue d'oil pour la 
région qu'ils habitaient et dont ils connaissaient l'idiome, ont tracé 
une limite très nette. Mais, parmi ceux mêmes qui, vivant loin de la 
frontière, ne paraissent pas admettre la possibilité d'un pareil tracé, 
il n'en est aucun, je crois, qui soit disposé à reconnaître la fusion 
insensible des parlers, telle que la comprennent MM. P. Meyer et 
G. Paris. Je prends pour exemple l'abbé de Sauvages, auteur d'un 
Dictionnaire languedocien estimé (175G), où il a traité la question 
avec quelque étendue. Pour lui, la langue d'oc, qu'il appelle le gascon, 
se perd par nuances dans le français, l'italien et l'espagnol; mais il 
ajoute que « les nuances du gascon vont par des bandes parallèles » 
à la limite de la langue d'oil, « en sorte que le bas peuple et les habi- 
tants d'une même bande qui traverse en ce sens le royaume, parlent 
tous à peu près le même langage, ou sont du même dialecte, et s'en- 
tendent mieu.x entre eux qu'avec ceux de la bande voisine, mais plus 
éloignée de la frontièi'e 11 suit de là que les habitants des Cévenues, 
du Rouergue, de l'Agenois, etc., doivent s'entendre mieux entre eux 
qu'un Cévenol et un Toulousain, et c'est ce que l'expérience confir- 
me'^.» Voilà bien la négation de lafusion insensible des dialectes, puis- 
que les idiomes situés sous un même parallèle diffèrent moins entre eux, 
à distance égale, que ceux qui se trouvent sous le même méridien. 

L'auteur avait dit, dans son Discours préliminaire :« Les Cévenols 
qui ont fait quelque séjour à Toulouse ne trouvent de différence dans 
le langage courant du peuple de cette ville d'avec celuiqui est propre 
aux Cévennes que dans une douzaine d'expressions qu'ils ont coutume 
de rassembler dans une phrase qui contient les termes de Goirs.i^rê'à'- 
palia, Engranéi'o, Gouj/io ^, etc. Si, dans des cantons plus éloignés 
l'un de l'autre, il se rencontre un plus grand nombre de ces termes 

' Itappori sicrl'i limite géor/raplticjue de ta langue d'oc et de la langue 
d'oil, p. 5. 

' L'abbé de Sauvages, Dictiomiaire languedocien, verbo Franchinian. 

'^ Ces mots sont orthographiés d'après le système un peu étrange de l'abbe 
de Sauvages. 



154 CONGRES 

que n'entendent pas ceux d'un centre plus éloigné, on en doit con- 
clure tout au plus que ces termes caractérisent un dialecte parti- 
culier et non un langage tout différent. » Et encore : « La diversité 
de langage dans ces différents endroits (le Langnedoc et les pro- 
vinces voisines) ne se trouve le plus souvent que dans quelques 
changements de lettres, dans la terminaison des mots et dans le ton 
de leur prononciation : la plupart des expressions y sont communes, 
le tour de phrase peu dilTérent ; nous nous en sommes assurés en 
traversant les provinces qui s'étendent de Tune à l'autre mer, et en 
parcourant un bon nombre de petites feuilles imprimées dans les 
différents dialectes de ces provinces. Il en est à peu près comme de 
la langue grecque dans ses différents dialectes; on y trouve le même 
ton, le même accent, le même fond de langage. C'est pour cela que 
nous tombons tous dans les mêmes gasconismes '. » Donc, unité de 
la langue d'oc dans ses variétés dialectales, facilité pour les Méri- 
dionaux de comprendre les divers parlers d'oc, peu d'importance des 
variations grammaticales, puisque le « Cévenols » ne relève que des 
divergences de vocabulaire entre son parler et celui du Toulousain, 
qui sont pourtant notablement différents. 

On objectera que l'abbé de Sauvages n'était pas un philologue. 
C'est vrai; il était naturaliste, et, comme tel, mieux préparé qu'un 
philologue à l'observation rigoureuse de la nature. 

11 est donc avéré que, pour les illettrés comme pour les lettrés qui 
savent entendre et comprendre les parlers d'une région de quelque 
étendue, les dialectes existent. Ils ne sont niés que par des philolo- 
gues de profession, habitués à l'analyse minutieuse des langues écri- 
tes, et qui, — je ne saurais trop insister sur ce point, parce que là 
est l'origine du malentendu, — procèdent comme le ferait un savant 
qui refuserait de distinguer les êtres vivants autrement que par les 
éléments de leur organisme, tissus et cellules, liquides et gaz. Par 
ce système, on trouverait de telles affinités entre tous les êtres 
vivants, même les moins apparentés, qu'on arriverait à douter de la 
possibilité d'uue classification. Et cependant, le premier homme qui a 
ouvert les yeux sur les animaux et les végétaux dont la terre est 
peuplée, en a fait un classement instinctif, que la science a confirmé, 
du moins dans les grandes lignes. 

Le problème de la classification en histoire naturelle ne s'est point 
posé ainsi: « Chercher par l'étude delà structure intime des organis- 
mes vivants, s'il y a des êtres distincts et s'il est possible de les 
grouper suivant certaines règles ; » mais bien de cette manière : 
« Etant donné qu'il existe des êtres distincts qui, à première vue, 

Dict. lan(jii€fl.. Discours préliminaire, p. xv. 



DE PHILOLOGIE ROMANE 155 

peuvent être groupés suivant des affinités évidentes, rechercher d'où 
proviennent ces affinités, marquer avec plus de rigueur les limites de 
chaque groupe et préciser les rapports dos divers groupes entre eux.» 
De même en linguistique, étant donné qu'il existe des idiomes distincts 
qui, à première vue, peuvent être groupés suivant des affinités évi- 
dentes, il convient de rechercher d'où proviennent ces affinités, de 
marquer avec plus de rigueur les limites de chaque groupe et de pré- 
ciser les rapports des divers groupes entre eux. 

Qu'il y a des idiomes distincts entre lesquels on remarque dès 
l'abord, — à la condition de les comprendre, — des affinités plus ou 
moins étroites, c'est ce qui résulte des observations rapportées plus 
haut et de bien d'autres qui les confirment. Ce point étant acquis, la 
tâche du classificateur consiste à reconnaître les traits qui donnent à 
chaque idiome sa physionomie et peuvent servir de base à un grou- 
pement méthodique. 11 n'est pas indispensable pour cela d'avoir la 
grammaire complète de chaque parler, pas plus qu'il n'a été néces- 
saire de connaître dans ses détails la structure anatomique de chaque 
animal et de chaque végétal poiu' procéder au premier classement des 
êtres organisés. 11 importe de ne pas perdre de vue l'objet principal 
de toute classification, qui est de mettre de l'ordre dans les résultats 
acquis, afin de les rendre à la fois plus accessibles et plus profitables 
anx ignorants de bonne volonté, pour lesquels en somme la science 
est faite. Il s'agit donc de connaître suffisamment chaque idiome pour 
en distinguer les caractères les plus frappants ; c'est dire qu'il est 
nécessaire de le comprendre à l'audition et non pas seulement à la 
lecture. M. Paul Meyer a dit que l'aptitude à l'étude scientifique d'une 
langue est en raison inverse de la connaissance pratique que l'on a 
de cette langue; d'où il faudrait conclure que les Français seraient le 
plus mal préparés à l'étude de la langue française. Je n'ai pas à dis- 
cuter cette opinion en ce qui touche à l'anatomic pure du langage; 
mais lorsqu'il s'agit d'observer les parlers sur le vif, il semble difficile 
d'admettre que la première condition <à remplir soit de ne pas les 
comprendre. 

Voici maintenant, à titre d'exemple, comment j'ai cru pouvoir pro- 
céder pour reconnaître les traits caractéristiques des parlers popu- 
laires en usage entre Vintimille et Antibes. Sur ce parcours de 50 
kilomètres, nous rencontrons deux langues romanes, l'italien et la 
langue d'oc ; un dialecte mixte, le mentonais, et deux sous-dialectes, 
le niçois et le marseillais, d'un même dialecte, le provençal. 

Je n'ai pas besoin d'ajouter que, fidèle à la règle que je me suis 
imposée, j'ai étudié ces idiomes sur les lieux où on les parle '. 

' Je ne crois pas nécessaire de donner ici, comme il a été fait dans le rap- 
port sur la limite de la langue d'oc, le nom de toutes les personnes aux- 



156 CONGRES 



VII 



En suivant la rivière de Gênes dans la direction de la France, on 
remarque, — pour peu que l'on connaisse l'italien et le provençal, — 
que le génois, dialecte évidemment italien, renferme quelques traits 
provençaux s'accentuant d'autant plus qu'on approche davantage delà 
frontière française. La langue semble aller en se dégradant insensi- 
blement, suivant la théorie de MM. G.Paris et P. Meyer, c'est-à-dire 
que les limites des diverses variétés ne sont pas facilement appré- 
ciables pour qui n'a pas une connaissance approfondie du dialecte. 
Vers Savone, le langage subit comme un ressaut, marquant une limite 
que des recherches spéciales arriveraient à déterminer exactement. 
On entre là sur le domaine d'un parler qui s'étend, sans variations 
notables, jusqu'à la frontière de France. C'est le parler de Vintimille. 
Mais, dès qu'on a franchi les falaises de la pointe de la Murtola, limite 
du territoire français, la langue, qui s'était peu modifiée depuis Gênes 
et presque pas depuis Savone, change brusquement. Il n'est pas pos- 
sible de méconnaître qu'on se trouve en présence d'un nouvel idiome 
mélangé sans doute d'italien et de provençal, mais dans des propor- 
tions telles que la physionomie du langage en est tout à coup trans- 
formée; c'est l'idiome de Menton i. Quels traits ont produit cette 

quelles j'ai eu recours pour mes reuseigoemenls ; mais je ne saurais passer 
sous silence l'utile et obligeant concours que je dois à M. le professeur Giro- 
larao Rossi, de Vintimille ; à mon excellent ami et confrère de la Société des 
Langues romanes, M. Paul Glaize, consul de France à Monaco, à M. le 
baron Eugène de Milo, secrétaire du consulat; à M. Sardou, le très distingué 
président honoraire de la Société des lettres, sciences et arts des Alpes-Mari- 
times ; à M. l'abbé Tombarel, curé de Gagnes, à M.M. Louis Funel, inslilu- 
leur à Vence, et Roque, inslituteur-adjoint à Gagnes. Un mémoire de M. Louis 
Funel sur les dialectes de la région des Alpes-Maritimes a été couronné, il 
y a plu.sieurs années, par la Société des Langues ro'nanes. Ce travail est 
malheureusement re.-le manuscrit el il m'a été impossible jusqu'ici de le 
consulter; mais l'auteur, dont tous les amis des études méridionales connais- 
sent la compétence el l'iotelligenle activité, a bien voulu me donner des 
indications précieuses, que je n'ai pu cependant accepter en tous les points. 
1 M. James Bruyn Andrews a publié, en 1875, un Essai de grammaire du 
dialecte mentonais, et, en 1877, un Vocabulaire français mentonais, dans 
lesquels on trouve d'utiles indications. .Mais l'auteur, qui , dans une très 
modeste préface, reconnaît ce que son travail a d'incomplet, n'a pas toujours 
bien entendu. Il donne comme certaine la transformation de 1'/ en r, qui est 
souvent douteuse, du moins à Menton, et n'a pas remarqué que l'accent 
tonique se déplace parfois dans les mêmes cas qu'en provençal: facile et 
non pas facile. 



DE PHILOLOGIE ROMANE 157 

transformation? Pour répondre à cette question, qui se pose à chaque 
frontièio linguistique, je procède de la manière suivante: 

Je pi'ciids au hasard une phrase du nouveau dialecte et je me de- 
mande à quels caractères je reconnais que cette phrase appartient 
à un parler différent de celui que je viens de quitter; en d'au- 
tres termes, je recherche en quoi cette [ihrase diffère de la phrase 
exactement correspondante du précédent idiome, et je note avec soin 
toutes les différences. Je renouvelle la même expérience sur un très 
grand nombre de phrases toutes usuelles, recueillies pour la plupait 
de la bouche de gens du peuple dont j'ai préalablement constaté l'ori- 
gine indigène, et j'ai ainsi le plus grand nombre des caractères qui, 
da7ïs l'usar/e, servent à distinguer ce parler du parler voisin, carac- 
tères que je classe d'après leur fréquence et non d'après leur valeur 
■intrinsèque. Une flexion du verbe peut avoir scientifiquement plus 
d'importance que la transformation d'une voyelle ; mais s'il s'agit d'une 
voyelle d'un usage fréquent, a ou o, par exemple, et si la trans- 
formation est constante, ce caractère frappera dès la première phrase 
entendue et marquera le changement d'idiome, tandis que le temps 
ou la personne du verbe affectée d'une flexion spéciale se présentera 
peut-être si rarement dans le discours que, si ce caractère était le 
seul; on pourrait entendre une longue conversation sans se douter 
qu'on a changé de dialecte. Découvrira-t-on un rapport plus ou moins 
étroitentreies particularités de structure intime qui constituent les ca- 
ractères plus spécialement scientifiques de chaque parler, et les traits 
plus superficiels, mais plus souvent répétés, qui marquent la physio- 
nomie du langage"? C'est ce qu'il est impossible d'affirmer en l'état de 
la science des parlers populaires; mais il pourrait bien se passer ici 
quelque chose d'analogue à ce qui s'est produit en histoire naturelle, 
où l'ajjparence extérieure a servi tout d'abord à grouper les êtres; 
apiès quoi l'anatomie est venue démontrer que la masse de chaque 
groupe ainsi formé, présentait un caractère scientifique de la plus 
haute importance jusque-là méconnu ou négligé. De ces démonstra- 
tions l'ésultent presque toujours des modifications vers les limites de 
la classe, l'élimination de quelques genres ou de quelques espèces, 
l'accession de genres ou d'espèces piis à d'autres groupes; mais le 
noyau reste le même, parce qu'il est rareque l'apparence extérieure ne 
se l'attache point, par des liens souvent invisibles, à des caractères 
de structure intime Le groupe des roses a existé avant que les bota- 
nistes eussent délimité la famille des rosacées ; les poissons ont 
foi'mé une classe avant qu'on en eût séparé la baleine et le phoque. 
Il fallait qu'il en fût ainsi pour que la science pût progresser sans 
confusion, et jeter dans la grande circulation, — à laquelle en somme 
ils sont destinés, — les résultats utiles de ses découvertes. C'est fausser 

11 



158 CONGRES 

la science que d'y voir la négation et non Texplication de ce que la 
nature montre clairement à tous les hommes ; c'est la stériliser pen- 
dant des années ou pendant des siècles, que d'en faire, durant une 
période plus ou moins longue, un ramassis de matériaux où ne pour- 
ront utilemenc puiser ceux qui, sans être ses iuitiés ou ses piètres, 
ont cependant besoin de son secours. 

Appliquant le procédé que je viens de faire connaître au langage 
de Menton comparé à celui de Vintimille, je remarque entre ces deux 
parlers, appelés respectivement dans leur pays me)itonascJi ' et ven- 
timirjlioso, des dissemblances que je vais énumérer par ordre de 
fréquence. 11 m'a paru que les cinq premiers des caractères qui 
suivent frappaient à peu près également dès qu'on franchissait la 
frontière française; que les trois suivants étaient moins appréciables 
dès l'abord, et enfin que les deux derniers influaient encore moins sur 
la physionomie générale du langage mentonais, en tantqu'on'le com- 
pare au parler de Vintimille. 

1. — Le viutimillois, à l'exemple de l'italien littéraire, conserve à 
presque tous les mots le nombre de syllabes qu'ils avaient en latin ; 
le mentonais supprime ou contracte certaines syllabes et produit ainsi 
des diphthongues inconnues aux idiomes de l'Italie, du moins dans 
cette région: veni, venir, au lieu du vintimillois venire ; vende, ven- 
dre, au lieu de vendere; gione ^, jeune homme, au lieu de zùvano ; 
•paure, pauvre, au lieu de pôvero ; aurar, tu auras, au lieu de avérai. 

2. — A Vintimille, comme dans toute ou presque toute l'Italie, 
tous les mots, à l'exception de quelques monosyllabes, sont terminés 
par une voyelle, toutes les fois que l'euphonie n'exige pas la siippre- 
sion accidentelle de cette voyelle linale. A Menton, il y a de nombreux 
substantifs et adjectifs qui, au singulier, se terminent par une consonne, 
et la même particularité se remarque à certaines personnes des ver- 
bes : gat, chat ; dent, dent, utpelàs, grand chapeau ; omenet, petit 
homme ; caud, chaud ; prudent, prudent ; est, tu es et vous êtes ; 
avent, ayant ; parler ian, nous parlerions. On dit à Vintimille : gato, 
dente, cappellasso, omette, caiido. prudente, sei (tu es), se (vous 

' A Menton, suivant l'orthographe italienne, ch = c guttural C final se pro- 
nonce tch. Je coQserve aux deux parlers de Vintimille et de Menton leur 
forme orthographique usuelle, qui est celle des dialectes de l'Italie. Je marque 
l'accent tonique loisque cela me paraît nécessaire. 

2 A Menton, u a le son ou après une voyelle, comme dans la langue d'oc; 
mais ici Vi n'a d'autie fonction que d'adoucir la consonne g {gi =: j d'oc). 
Il ne faut donc pas le considérer comme une voyelle; c'est pourquoi, au lieu 
de giue, j'écris gioue, qui serait plu.s log quement orthographié joue, si, 
comiiie c'est mon avis, on classait le mentonais dans les dialectes d'oc. 



DE PHILOr,OGIE ROMANE 159 

êtes), avendo, parleremnio ou ciarleremmo. Ce dernier idiome, il 
est vrai, termine par une consonne les troisièmes personnes du plu- 
riel des verbes : eli i son, ils sont ; eli i parten, ils partent ; et il y 
a en mentonais des adjectifs avec voyelle finale au singulier : belo, 
beau ; caro, cher ; vero, vrai ; qui cependant ont aussi la forme pro- 
vençale, usitée lorsque le verbe les précède : u vende cà, vous le 
vendez cher ; acô es vè, c'est vrai. Mais ces exceptions n'ont pas 
plus d'importance, quant à l'ensemble du langage, que l'habitude des 
Mentonais d'appuyer sur la consonne finale de telle sorte qu'on la 
croirait parfois suivie d'un e muet français. 

3. — L'u latin a le son ou à Vintimille et le son de u français à 
Menton comme dans toute la langue d'oc. Le son ou provient presque 
toujours à Menton d'une consonne vocalisée après une voyelle ou de 
Vo latin qui a donné l'o estreit en langue d'oc ; on l'écrit o. Il est 
un peu plus fermé que l'o cliiuso des Italiens. 

4. — La conjugaison mentouaise est presque toute de langue d'oc. 
Je viens d'en donner quelques exemples. Il faut diviser les formes 
de cette conjugaison en quatre catégories : 1° celles qui sont com- 
munes à la langue d'oc et aux dialectes italiens, particulièrement au 
vintiuiillois ; 2° celles qui sont italiennes ou vintimilloises et ne se 
retrouvent pas dnns la langue d'oc, du moins dans les régions voisi- 
nes : 3'^ celles qui sont de langue d'oc et ne se rencontrent pas en 
vintimillois ; 4" celles qui, jusqu'à plus ample informé, doivent être 
considérées comme exclusivement mentonaises, puisque nous ne 
les retrouvons ni dans les dialectes italiens, ni dans les dialectes 
d'oc en contact avec le mentonais. Je considère comme semblables 
les formes dont les parties essentielles sont identiques et ne se distin- 
guent tout au plus que par une légère altération de certaines voyelles; 
ainsi, son et su, sarenio et serema, eira et era sont semblables ; ho 
et hai, sarô et serai, avessa et aghessa sont différents. 

Les formes de la première catégorie, c'est-à-dire qui se rencon- 
trent à la fois dans le mentonais, le vintimillois et la langue d'oc des 
régions voisines, sont nombreuses. Elles ne peuvent évidemment 
fournir aucun indice pour distinguer le premier de ces idiomes des 
deux autres ; mais ces caractères venant s'ajouter à de nombreux 
traits exclusivement provençaux, alors que les traits exclusivement 
italiens sont insignifiants, me permettent de dire que la conjugaison 
mentonaise est presque toute de langue d"oc. 

Dans la deuxième catégorie, celle des formes exclusivement italien 
nés ou tout au moins particulièrement vintimilloises, — je constate 
seulement : 1" le changement en e, au futur et au conditionnel de la 
voyelle caractéristique de la première et de la deuxième conjugaison, 



160 CONGRES 

et le maintien de la même voyelle à la 3" : calerai (de cai«) j'achè- 
terai ; senterian (de senti) nous sentirions ; perdefiar (de perde), vous 
perdriez ; 2° la terminaison en e)na {amo et emo à Yiniimille) de 
la première personne du pluriel de l'indicatif présent, du futur et 
de l'impératif de toutes les conjugaisons. Mais la terminaison d'oc 
est très souvent employée : anén à Mentan, au lieu de anema à 
Mentan, allons à Menton ; avén fam, au lieu de acema fam, nous 
avons faim. 

La troisième catégorie, exclusivement de langue d'oc, comprend, 
sauf quelques exceptions et irrégularités : 

La première personne du singulier de l'indicatif présent du verbe 
avoir {hai) ; 

La deuxième personne du singulier de l'imparfait de l'indicatif 
du même verbe {aviéj ; 

La première personne du pluriel de l'imparfait de l'indicatif de 
tous les verbes [avian, p)arlavan, vendian) ; 

Le" futur du verbe avoir {aurai), moins la deuxième personne du 
singulier, qui est exclusivement mentonaise {a^irar), et la première 
du pluriel, qui est de la deuxième catégorie {aurenia) ; 

La première personne du singulier du futur de tous les verbes, 
moins le verbe avoir (parlerai, senterai, perderai); 

Le conditionnel présent de tous les verbes de la deuxième et de 
la troisième conjugaisons, moins la deuxième personne du pluiiel, ex- 
clusivement mentouaih^e {venderiar vous vendriez}; et la troisième du 
pluriel, qui est de la première catégorie (venderian) ; 

L'impératif du verbe avoir (aighe), moins la deuxième personne 
du pluriel qui est de la quatrième catégorie (aigar), et la troisième, 
qui est de la première catégorie (aigan) ; mais y compris la pre- 
mière personne du pluriel, pour laquelle la désinence ema n'est pas 
usitée (aigan) ; 

L'impératif de tous les autres verbes moins la première personne 
du pluriel qui est de la deuxième catégorie (parlema) et la troisième 
qui se range dans la première catégorie (parlan) ; 

Le présent du subjonctif du verbe être et du verbe avoir (sicghe, ai- 
ghe); moins la deuxième [lersonne du pluriel, exclusivement meutonaise ; 

L'imparfait du subjouctîf du verbe être sous une de ses formes 
(foghessa) ; l'autre forme (fossa) étant analogue à la forme vintimil- 
loise fossi; moins la deuxième personne du pluriel, qui est de la qua- 
trième catégorie dans les deux formes; 

La première personne du pluriel de l'imparfait du subjonctif de tous 
les autres verbes (catessan, vendessan) ; 

Le participe présent (calent, vendent) et le participe passé (ngii, 
cala, vendu) de tous les verbes. 



DE PHILOr.OGlE ROMANE 161 

La quatrième catégorie comprend : 

La deuxième personne du singulier de l'indicatif présent du verbe 
être (est) ; 

La deuxième personne du singulier du présent de l'indicatif du 
verbe avoir (har) ; 

La deuxième personne du singulier du futur 'de tous les verbes 
(caterar, venderar) ; 

La deuxième personne du pluriel de l'impératif et du subjonctif jiré- 
sent des verbes être et avoir (sicr/nr. aigar) ; 

La deuxième ]ieisonne du iiluiiel de l'imparfait de l'indicatif, du 
conditionnel et de l'imparfait du subjonctif des autres verbes. (crt^a- 
var , vous achetiez; venderiar , vous vendriez; venghessar, que 
vous vinssiez). 

Le passé défini n'existe pas en mentonais. 

5. — Le vintiinillois a à peu près tous les proparoxytons (sdrtcc- 
cioli) italiens et notamment ceux que j'appellerai artificiels, forméspar 
l'adjonction, — on pourrait dire l'agglutination,— de mots enclitiques, 
de telle sorte que l'accent est quelquefois reculé jusqu'à la cinquième 
syllabe avant la dernière: mândamivisene, portàndomivelo, dàte- 
lomi. Menton ne connaît pas cette espèce de sdruccloU. Si, par une 
imitation maladroite de l'italien, on y a pris l'habitude d'écrire par 
exemple donamelo, menamely, les mots ajoutés au verbe ne sont pas 
enclitiques et l'on prononce dona me lo, menante hj. Quant aux pro- 
paroxytons proprement dits, ils paraissent importés d'Italie. Ainsi 
principe existe concuremment avec prinse ; mùgero . mulet (poisson) ; 
médico, médecin, sont d'origine italienne comme l'indique leur termi- 
naison en au singulier et i au pluriel (mî/^'er*, mèdlcM). Quelques 
adjectifs en évole sont absolument italiens, par exemple amichévole, 
amical, à côté duquel on trouve a.mislôs'^. Ces importations italiennes 
sont aussi évidentes que les emprunts nu français tels que niarapropô> 
mal à propos ; d'emblé, grenadié, etc. Les adjectifs sdrxiccioli en 
bile : arnàhile, bcribile, etc , sont en réalité prononcés amable, bevi- 
ble, Mônego est le nom de Monaco emprunté à la langue monégasque, 
variété du vintiinillois. Je ne connais à Menton qu'un proparoxyton 
qui paraisse indigène : duménighe, dimanche, que nous retrouverons 
à Nice, avec une légère modification. On pourrait y ajouter pèssigo, 
pêche (fruit), malgré sa terminaison italienne. En somme, le mento- 
nais a peu de goût pour les sdrvccioli, la preuve en est dans le 
déplacement de l'accent do certains mots {facile et non facile), 

' Oi3 a aussi siinventôs. et non s/i(rve»fevole, èpniiventaltlfi ; compatissent 
et non cnmpassionevole, compatissaul; et quelquRs autres qui pioiiveal l'ori- 
gine étrangère des adjectifs en evole. 



IfîS CONGRES 

dans la contraction ordinaire des adjectifs en bilis : amable, bevible, 
et dans la disparition de ce que j'appelle les proparoxytons artificiels, 
formés par l'adjonction de mots enclitiques au mot principal. 

6. — A Vintimille, comme dans toute l'Italie, c palatal (^c7î) provient 
du c latin devant e, i, ce, ce ; cas dans lequel la langue doc pure 
n'admet que la sifflante. A Menton, à côté du c italien {cède, facile, 
celo) on trouve le c palatal de la langue d'oc provenant de et: nuec 
(pron. nuetch^), nuit; tec, io\i ; liée, lit ; faç, fait; beaucoup plus rare- 
ment de c devant a : ciarmant, (pron. tcharmanl), charmant, et une 
vingtaine de mots analogues, tous empruntés au français : ciagriii, 
chagrin ; cmjH&fjZaw, chambellant ; ciarcularia, etc. Les mots incon- 
testablement indigènes ont tous le c guttural dans ce cas : cambi, 
carclo, cantà, canssina, chaux ; etc. Dans quelques mots, le mento- 
nais a adopté la sifflante au lieu du c palatal italien : ausse, oiseau ; 
prinse, prince. 

7. — Les groupes bl, pi, cl, gl, fl, que la langue d'oc pure res- 
pecte, se transforment à Vintimille en bi et quelquefois gi, ci, gi, Rci. 
Exemples : biondo, blond; gianco, blanc: classa, place; ciave, clé; 
giassa, glace; sciura, fleur. A Menton, bl ne devient jamais gi ; pi 
devient pi ; cl, chi : gl est traité comme à Vintimille ; fl se transforme 
en /î. Exemples : biond, bianc, piassa, chicni, giassa, flou. 

8. — A Menton comme à Vintimille, s initial suivi d'une consonne 
ne s'appuie jamais sur une voyelle antécédente. On y dit : spirilo ou 
mieux sperit ; stacù, attacher; spacenlà, é-pQUYanter;strec (prononcé 
slretch) étroit, etc. ; et non esperit ou esprit, estacà, espaventà, 
estrech, comme dans tous ou presque tous les dialectes d'oc. Mais 
pour renverser le sens d'un mot ou pour exprimer une idée de sépa- 
ration, de destruction, de dépréciation, le mentonais n'emploie l"*- 
initial qu'exceptionnellement ; il se sert d'ordinaire, comme toute la 
langue d'oc, du préfixe de. On trouve snienti, démentir ; sharassà, 
débarrasser: sconsiderà, inconsidéré; scoret, incorrect, etc., mais 
plus fréquemment des formes comme celles-ci : descoronà, découron- 
ner, étêter; desdegnà, dédaigner; descaussà, déchausser; despiega, 
déplier; à Vintimille : scalzare, spiegare, scoronare, sdegnare. 

9 — Le pluriel des substantifs et des adjectifs se termine par une 
voyelle à Menton comme à Vintimille ; mais, dans cette dernière 
ville, cette voyelle est i pour le masculin, e pour le féminin. Elle est 
uniformément e pour les deux genres en mentonais : o gat, le chat ; 
u gâte, les chats ; a noas, la noix; u noase, les noix ; prudent, pru- 
dent ; prudente, prudents et prudentes. Le plus souvent e s'ajoute 

1 f7 ne se prononce on à Menton que lorqu'il est précédé d'une voyelle. 



DE PHILOLOGIE ROMANE 163 

simplement au singulier pour former le pluriel, comme dans les 
exemples qui précèdent; mais, si le singulier est terminé par une 
voyelle, Ve se substitue à cette dernière : l'auca, l'oie ; Vauche, les 
oies. La plupart des substantifs terminés en n font le pluriel par la 
simple suppression de cette consonne, et parfois modifient la voyelle 
qui la précède : o can, le chien; u ca, les chiens; o pigian *, le pigeon; 
u figiô, les pigeons. Les adjectifs helo, beau: caro, cher; vero, 
vrai, font au pluriel masculin belu, carii, veru. Cet u très fermé 
est presque un l, d'où l'on peut conclure que ces adjectifs, déclinés 
comme en italien, ont été empruntés à cette langue. De même 
quelques rares substantifs masculins en o ont le pluriel en i : 
medico, medlcln. Il ne serait probablement pas impossible de retrou- 
ver la forme mentonaise de ces substantifs, ainsi que des exemples 
de belo, caro, vero, ou plutôt bel, ca, v<?',. déclinés à la manière men- 
tonaise. 

10. — L médiane tombe à Vintimille : a scaa, l'escalier: a saa, la 
salle ; elle est remplacée à Menton par r très douce : a scara, a sara , 
Dans cette dernière ville, l initiale de l'article, qui persiste devant 
une voyelle et dans certains cas réglés par l'euphonie, tient le milieu 
entre l et r. Quelques villages ont l'r bien marquée, qui se retrouve 
d'ailleurs en génois. On ne peut donc considérer comme un vrai carac- 
tère cette nuance de prononciation. 

L'article, malgré des différences de graphie, est sensiblement le 
même en vintimillois et en mentonais. 

En résumé, à la limite du territoire français commencent les traits 
suivants, qui ne se rencontrent pas sur le territoire italien limitrophe: 

Contraction d'un grand nombre de mots qui, en Italie, ont le même 
nombre de syllabes qu'en latin; 

Nombreux substantifs et adjectifs terminés au singulier masculin 
par une consonne; 

U latin prononcé à la française ; 

Conjugaison presque entière d'oc; 

Disparition complète des proparoxytons formés [)ar l'adjonction 
de mots enclitiques, et presque complète des autres proparoxytons ; 

C palatal d'oc (nrtec, ciarmont) ; 

Traitement différent des groupes 'pl> cl, fi ; 

Pluriels masculins en e ; 

Persistance de l médiane. 

Ces caractères sont plus que suffisants pour permettre d'affirmer 
que l'idiome de Menton est différent de celui de Vintimille. Faut-il le 

* Le vrai soq de cette nasale est entre an et on; il n'y a donc pas là, 
à proprement parler, changement, mais modification de la voyelle. 



164 CONGRES 

ranger parmi les dialectes d'oc ? Je le crois ; Qiais ce n'est pas là ce 
qu'il s'agit d'établir aujourd'hui. Je veux seulement prouver que le 
mentonais, qu'on le classe parmi les dialectes italiens, les mixtes ou 
les provençaux, est bien un idiome distinct de ceux qui l'entourent. 

Les caractères que j'ai fait connaître apparaissent brusquement à 
Garavan, faubourg de Menton situé près de la frontière, où l'on 
retrouve encore quelques indigènes noyés dans une foule d'étrangers 
aux langages divers et souvent fort composites. Les communes de 
Roquebrune, Gorbio, Sainte-Agnès, Castelar et les hameaux de Cabrol 
et de Monti ' parlent comme Menton. C'est entre ces villages qu'on 
pourrait noter des nuances à peine sensibles, donnant l'illusion d'une 
fusion graduelle du langage ; mais, dès qu'on franchit en un point 
quelconque la limite du parler mentonais, la transition est tout aussi 
marquée que celle que nous avons constatée en quittant le territoire 
vintimillois. 

Nous allons nous en convaincre en comparant le mentonais au 
niçois qui l'entoure de tous les côtés sur le teiritoire français, excepté 
du côté de Monaco, 

VIII 

Le domaine du parler mentonais, dont je viens d'indiquer les limi- 
tes, est borné du côté de la terre par un demi-cercle de montagnes 
la plupart fort élevées, ce qui explique comment cet idiome a pu 
conserver ou acquérir une physionomie distincte de celle des parlers 
environnants. Juxtaposé à ce demi-cercle s'en trouve un de moins 
grandes dimensions qui renferme la principauté actuelle de Monaco. 
Là encore on entend les langages les plus divers ; le niçois y domine 
parmi les petits marchands , les ouvriers et les domestiques de la 
Gondamine et de Monte-Carlo. 11 faut aller chercher le langage indi- 
gène dans la vieille ville, où un millier de personnes tout au plus 
représentent aujourd'hui la race du pays. Ce langage est à peu piès 
celui de Vintimille. M. le professeur Rossi explique cette particula- 
rité par l'arrivée sur le rocher de Monaco, vers l'an 1000, d'une colo- 
nie vintimilloise. D'autres pi'étendent que les Monégasques ont tou- 

* Je n'ai pu visiter tous ces villages, maisj'ai eu Foccasion d'interroger des 
gens du peuple qui étaient originaires de troisd'entre eux. En outre, quelques 
personnes connaissant bien le pays m'out. confirmé cetle délimitation dounée 
déjà par M. Andrews dans son Essai de grammaire du dialecte mentonais. 
Je n'ai pas d'ailleurs pour but, dans le présent travail, de délimiter les idio- 
mes dont je m'occupe, mais seulement de marquer leurs points de séparation 
le long du littoral. 



DE PHILOLOGIE ROMANE 165 

jours eu des relations suivies avec Gênes et Vintimille. Mais pour- 
(|Uoi Menton, qui a fait longtemps partie de la principauté, aurait-il 
eu moins de relations avec Monaco que celui-ci avec Gênes ? Com- 
ment la capitale et la ville la plus peuplée n'ont-elles pas exercé 
Tune sur l'autre une influence appréciable au point de vue du lan- 
gage, alors que Menton adoptait Tidiorae de villages qui n'ont point 
fait partie de la principauté ou leur imposait son parler? Serait-ce 
[)arce que, — suivant l'opinion de M. G. Paris, — le développement 
naturel du latin à Monaco et à Menton, n'a pas été entravé par des 
actions politiques et littéraires que la première de ces deux villes au 
lieu de parler le latin de la seconde, parle le latin de Vintimille? 
Ou bien seraient-ce, au contraire, des influences politiques qui 
auraient imposé à Monaco le parler de Vintimille et de Gênes? 

Je me borme à poser ces questions, qu'à défaut de preuves directes 
il semble impossible de résoudre pour le moment, et je constate qu à 
la Turbie. sur la frontière même de la principauté, se révèle brusque- 
ment un ensemble de traits linguistiques qui ne permettent de confon- 
dre le parler de ce village ni avec celui de Monaco, ni avec celui de 
Menton. Ce nouvel idiome est celui de Nice', encore en usage même 
dans la haute bouigeoisie. 

Le monégasque, je viens de le dire, est, à peu de choses près, le 
vintimillois, et je n'aurais qu'à répéter à son sujet les remarques 
faites plus haut à propos du langage de Vintimille. Je vais montrer 
en quoi l'idiome de Nice, qui commence brusquement à la Turbie, 
diffère de celui de Menton, dont il est moi-phologiquement i)lus rappro- 
ché que de celui de Monaco. 

Le caractère le plus frappant est que tous les mots, à très peu 
d'exceptions près, ont la forme d'oc : contractions, aphérèses, diph- 
thongaison, toul est provençal. On remarque dans certains quartiers 
de Nice et dans plusieurs communes des environs une tendance à 
ajouter à la consonne finale, particulièrementà la dentale et à la gut- 
turale, un son assez analogue tantôt à l'Cj tantôt à Vou: es vengule, 

' MM. A.-L. Surdon et J.-B. Calvioo ont pubhé, en 18S1, une Grammaire 
de l'idiome niçois, pour laquelle ils ont mallieureusement adopté la méthode 
pédagogique. Au père de Fillusire auteur de Theodora et de La Haine 
revient l'honneur d'avoir entrepris la première campagne sérieuse contre 
l'orthographe italienne si maladroitement appliquée à un idiome d'oc. Par 
une singulière contrad'clion, ce parler, ainsi travesti à l'italienne, est, de 
Ions ses congénères, celui qui a accepté les plus choquantes importations 
françaises, de telle sorte que la pittoresque langue niçoise presque mécon- 
naissable sous ses oripeaux italiens et /'>Yi(«c/Hmû?î.<;, dépouillée de ses vii^lles 
formes qu'il faut aller chercher aujourd'hui chez les paysans et les marins, a 
pris, dans les publications de la ville, des allures vraiment carnavalesques. 



166 CONGRES 

il est venu; amicoî(.a.im. Mais le plus souvent cette voyelle finale est 
à peine perceptible; elle n'a d'ailleurs jamais été écrite. 

Le c palatal italien, c'est-à-dire venant du c latin devant e, ce, ce, 
a complètement disparu; il ne reste que le c palatal d'oc. 

Les groupes bl, pi, cl, gl, fl ne subissent aucune altération. 

Us suivi d'une consonne est toujours précédé d'une voyelle, et 
l'on ne met jamais cette lettre au commencement des mots pour en 
changer le sens ou pour marquer une idée de disjonction, de destruc- 
tion ou de dépréciation. On emploie pour cela, comme dans toute la 
langue d'oc, le préfixe de. 

Le verbe est entièrement de langue d'oc : aiman, nous aimons, et 
non amema; venguessias,q\ie vous vinssiez et non vefiguessar'. Toute 
trace exclusivement mentonaise a di.sparu. Il ne reste comme ves- 
tige de la conjugaison italienne, que le futur et le conditionnel avec e 
au radical; «ùnerfu", j'aimerai ; senterii, je sentirais; venclerion, ils 
vendraient. Mais l'imparfait de l'indicatif des deux verbes auxiliaires 
et des verbes de la deuxième et de la troisième conjugaison, qui 
était à peu près d'oc en meutonais, revient, pour les deux premières 
personnes du pluriel, à une forme voisine de l'italien : eravan, era- 
vas, aviavan, aviavas, sentavan, nous sentions ; sentavas ; renda- 
van, nous rendions : rendavas . 

Comme caractère spécial à la conjugaison niçoise, il faut encore 
noter la première personne du singulier de l'imparfait de l'indicatif du 
verbe avoir, des verbes de la deuxième et de la troisième conjugai- 
son et du conditionnel présent de tous les verbes, qui est en /*' dis- 
syllabe avec l'accent sur le premier i: aï? /«^ j'avais ; sentît, ]e sen- 
tais; aimerii, j'aimerais. 

Le passé défini existe ; il est en éri, ères, et, eriàn, eriàs, éron. 

De même qu'à Menton, il n'y a à Nice aucun sdrucciolo formé par 
des mots enclitiques, malgré la graphie vicieuse laissemi, ])ouvlaisse- 
mi, laisse-moi ; regarjalu, pour ra^rar^a-Zw, regarde-le. Nous ne trou- 
vons ici que quatre proparoxytons : pèssegne, pêche (fruit), diméne- 
gue , anima et ànimo '. 

Les substantifs n'ont pas de marque du pluriel en niçois, non plus 
que les adjectifs masculins 2. Les adjectifs féminins font le pluriel en 
i: una filha saja, une fille sage ; de fUha saji, des filles sages. 

L médiane et initiale est conservée dans les mêmes cas qu'en langue 

' AL Sardoii m'a signalé les deux proparoxytons péssegiie et ànimo, &n fai- 
sant remarquer le vrai sens de ce dernier mot, qui est ardeur, courage et 
non àme. 

^ Les quatre adjectifs masculins béii, beau; /jouo7i,hon; picltotni, petit et 
tout, tout, font, par exception, au pluriel, f^èi, houoi, pichoûi el toûi. 



DE PHILOLOGIE ROMANE 167 

d'oc : escala, échelle ; lou, le ; la, la ; lu, les (masculin) ; //, les 
(féminin). 

Le pronom personnel sujet est, à la première personne, mi à Men- 
ton comme à Vintimille ; il est iéii à Nice comme en Provence. Mais 
comme dans aucun de ces idiomes il n'est d'usage de faire précéder le 
verbe du pronom personnel, ce caractère passe souvent inaperçu. 

A ces traits il faut ajouter les deux suivants, vestiges de l'italien : 

Emploi du pronom possessif pour l'adjectif possessif : lou miéii 
capèu, mon chapeau ; ranima mieuva, mon âme. 

Distinction de l'ablatif et du génitif: véni da la vila, je viens de 
la ville ; la pouorta de la vila, la porte de la ville. Les génitifs con- 
tractés dôu, du ; dei, des (masculin) doivent rigoureusement être 
distingués des ablatifs dau et dai; mais on les confond le plus souvent 
dans la pratique. 

Il faut noter encore comme apparaissant sur la limite du comté de 
Nice : 

1° La nasalisation de certaines vo\-elIes finales : cen que, pour ce 
ou ço que, ce que ; peu pour 2)6, pied ; nen pour nautre ou nous, 
nous ; 

2° La chute fréquente, mais non constante, de s doux : maioun, 
maison ; caua, chose ; afroua, affreuse ; g)'ia, grise ; ou son rem- 
placement par V : afroiiva, caiiva ; 

3° L'addition d'un r initial ou niédial : vuech, huit ; mieuva, 
mienne. On dit aussi mieva ; dans ce cas v est une transformation 
de H. 

En résumé, au village de la Turbie se trouve la limite précise des 
traits linguistiques suivants, qui suffisent à marquer très nettement la 
physionomie respective des dialectes de Menton et de Nice : 

Disparition des caractères mentonais et italiens de l'article, du 
substantif, de l'adjectif, du pronom personnel et du verbe, à l'excep- 
tion de l'ablatif pour l'article, du futur et du conditionnel pour le 
verbe; 

Disparition complète du c palatal italien et de Vs initiale suivie 
d'une consonne, quelle qu'en soit l'origine ou la fonction ; 

Apparition des groupes bl, pi, cl, gl, fl, sans modification ; 

Absence du signe du pluriel pour les substantifs des deux genres 
et pour presque tous les adjectifs masculins. 

L'idiome niçois domine dans une région beaucoup plus étendue 
que celle où se parle l'idiome mentonais. Il règne dans la plus grande 
partie de l'arrondissement de Nice. Il se subdivise en variétés; mais, 
comme je l'ai déjà fait remarquer, les variétés d'un même sous-dia- 
lecte se distinguant entre elles par des ti'aits peu accentués, semblent 



168 CONGRES 

donner raison, en certains endroits, à la théorie delà fusion insensible 
des parlers. Je ne crois pas utile, pour le moment, de démontrer la 
possibilité d'une subdivision des sous-dialectes. 

Si nous continuons à suivre le littoral dans la direction de l'ouest, 
nous rencontrons, dès que nous posons le pied sur la rive droite 
(In Var, un pai'ler nouveau sensiblement distinct du niçois, que nous 
ne quittons qu'avec les derniers hameaux de la rive gauche. Mais ici 
nous passons simplement d'un sous-dialecte à un autre sous- dialecte ; 
car, malgré ses légers vestiges d'italien, le niçois est incontestable- 
ment provençal, à la différence du mentonais qu'on pourrait consi- 
dérer comme un dialecte intermédiaire entre les parlers italiens et les 
parlers de langue d'oc, bien que très nettement distinct des uns et 
des autres. Les parlers des deux rives du Var, vers l'embouchure du 
■fleuve, différent p<ar des traits de second ordre qui caractérisent deux 
subdivisions du dialecte provençal, c'est-à-dire ce qu'on a appelé avec 
raison, selon moi, deux sous-dialetes. 

Le caractère le plus saillant qui soit commun à tou tes les variétés 
du dialecte me parait être la répugnance pour les finales sifflantes 
surtout dans les substantifs et les adjectifs. On la remarque à la fois 
sur les deux rives du Var inférieur. 

Comme le niçois, le mentonais et les dialectes italiens, le parler 
de la rive droite offre la diphthongaison de Vo tonique : voiiaslre 
ou vouostfe, votre ; founrço ou fouorço, force ; bouen, bon . En niçois : 
vouoslre, fouorça, bouon. En mentonais : voasc ou voastre ("pronon- 
cez : vouasc et vouasire), foarza; mais bart, Vo nasal à la fin des mots 
se transformant, à Menton, en une sorte d'à nasal. La diphthongaison 
de Vo n'a pas lieu dans le sous-dialecte provençal ihodanien. 

Voici maintenant quelles sont les principales différences entre le 
niçois et le parler de la l'ive dioite, qui n'est autre qu'une variété du 
sous-dialecte marseillais : 

Disparition des dernièi'os tiaces d'italien, c'est-à-dire : 1° des 
rares proparoxytons niçois ( tUmcnge, amo, et non plus diménegue, 
anima); 2° de l'ablatif de l'article (veni de la vilo, et non da la 
vilo) ; 3° de l'imparfait de l'indicatif, du futur et du conditionnel 
italiens erian, avian, sentian, rendian, aimarai, rendriéu, et non 
eravan, aviaoan, sentavan, rendavan, aimerai, renderii) ; 4° du 
pronom possessif employé comme adjectif possessif (jnoww capèu,et 
non loii miéu capèu) ; 

Première personne du singulier de l'imparfait de l'indicatif du verbe 
avoir, des verbes de la deuxième et de la troisième conjugaison et du 
conditionnel de tous les verbes eu iéu monosyllabe ( triphthongue à 
peine sensible, presque iou diphthongue)et non plus en ii dissyllabe; 



DE PHir.OLOGIE ROMANR IT.O 

Pluriel de l'article leix, dont Vs se fait sentir en certains endroits, 
pour les deux genres devant une voyelle ; jamais devant une con- 
sonne : leis ome, les hommes ; leis aiyo, les eaux ; et non, comme à 
Nice, In ome, li aiga. 

J"ai noté en o la finale féminine atone des parlers de la rive droite 
du Var; elle est en réalité entre l'a et Vo sourd, presque eu ou e muet 
français ; mais elle est si indécise qu'on ne peut guère y voir un carac- 
tère du sous-dialecte. 11 en est de même de la finale provenant de Lio 
ou cio latin, qui est ioun à Nice : admiracioun, counipassiottn ; et 
un son intermédiaire entre ioun et ien à Gagnes et à Saiut-Lauient- 
du-Var; à peu près admiraclen, coumpassien. 

Le sous-dialecte qui commence à la rive droite du Var inférieur 
s'étend sur le littoi-al à ti'avers l'arrondissement de Grasse, dans les 
Alpes-Maritimes, le département du Var et l'ouest des Bouches-du- 
Rhôiie. 11 se subdivise en plusieurs variétés. 

IX 

Il résulte des constatations qui précèdent : 

Qu'un dialecte italien, dont le domaine se continue à une distance 
notable vers l'est, cesse brusquement à la frontière française actuelle, 
qui fut jadis la frontière du comté de Nice et de la princip'Uité de 
Monaco ; 

Qu'un dialecte mixte, ayant des rapports très étroits avec la langue 
d'oc, commence à la frontière de France et s'arrête net à la frontière 
occidentale de la principauté, enclavant Monaco, où les indigènes 
parlent le dialecte italien dont il vient d'être question ; 

Que le provençal avec ses caractères essentiels apparaît au village 
de la Turbie, situe sur la frontière de la principauté, et qui fut dans 
l'antiquité la limite entre l'Italie et la Gaule; 

Que les caractères distinctifs du provençal se prolongent considé- 
rablement vers l'ouest; mais que, sur le Var, à l'ancienne frontière 
du comté de Nice et de la France, il se pioduit tout à coup des modi- 
fications secondaires qui ditféreucient sensiblement le parler de Nice 
de celui de la rive droite du Var inférieur, de telle sorte que le parler 
de Nice s'étend sur une partie de l'ancien comté de ce nom, et le par- 
ler de la rive droite se continue vers Antibes, Toulon, Marseille, avec 
quelques variations de moindre importance que celles que l'on remar- 
que entre le langage de Nice et celui de Gagnes. 

Dans la région dont je viens de m'occuper, il n'y a dune pas de 
fusion in-ensible des parlers locraix les uns dans les antres, et les 
limites des traits linguistiques coïncident avec des limites politiques 
anciennes oi^ modernes. 



170 CONGRES 

On m'objectera que nous sommes en présence d'une série d'excep- 
tions. Il serait intéressant de savoir combien d'exceptions de ce genre 
on rencontrerait sur le territoire de la France. J'ai voulu seulement 
indiquer comment on peut procéder, — en l'état des connaissances sur 
les patois et sans attendre des études qui ne seront jamais complètes, 
— à une délimitation des dialectes et sous-dialectes de notre pays. 

Parmi les caractères que j'ai assignés à chacun des parlers obser- 
vés par moi, il en est qui ne se continuent probablement pas sur tout 
le territoire du dialecte. D'autre part, certains traits notables peu- 
vent m'avoir échappé. J'ai donné ceux qui, — indépendamment de 
leur valeur intrinsèque et de leur persistance, — ^.impriment à ces 
paliers leur physionomie ,et indiquent, sans qu'on puisse s'y mépren- 
dre, qu'on passe du domaine d'un idiome dans le domaine d'un autre 
idiome; c'est là ce qui constitue une vraie limite linguistique. 

Le point où le dialecte change n'est pas toujours celui où s'arrête 
un trait linguistique impoitant. Il suffit parfois qu'un trait saillant 
pei'de de son relief, de sa fréquence, ou qu'un trait jusqu'alors 
secondaire devienne prépondérant pour modifier l'aspect de la lan- 
gue. Ainsi, en histoire naturelle, un organe cesse d'être un carac- 
tère essentiel dès qu'il ne se présente plus qu'à l'état rudimentaire. 
La confusion entre la persistance d'un trait linguistique et son inten- 
sité est une des causes d'erreur auxquelles on doit la croyance à la 
fusion des parlers. Prenons pour exemple la région que nous venons 
de parcourir: 

Les caractères italiens s'y prolongent jusqu'au Var, de telle sorte 
qu'à Nice on retrouve encore des traces de proparoxytons, les futurs 
aimerai, venderai ; les conditionnels senlerii, renderii ; les impar- 
faits erauan, aviavan; l'ablatif veni da lavila; la tournure lou mien 
capèu. Si l'on compte ces traits sans avoir une idée nette de leur fré- 
quence, de ce que j'appelle leur intensité; si l'on remarque, d'un 
autre côté, que le mentonais offre encore plus de caractères italiens 
mêlés à un certain nombre de traits provençaux, et que le vintimillois 
se ressent, jusqu'à un certain point, du voisinage de la langue d'oc; 
si, enfin, on observe qu'entre Savone et Vintimille, entre Menton et 
Roquebrune, entre la Turbie et l'embouchure du Var, il y a, du parler 
d'un village, parfois d'un quartier, au parler du village ou du 
quartier voisin, des nuances à peine perceptibles, entre lesquelles il 
semble impossible de tracer une limite, on sera disposé à conclure 
que, de Savone à l'embouchure du Var, tous les parlers du littoral se 
fondent les uns dans les autres par des nuances insensibles, et que 
ces parlers intermédiaires entre l'italien et la langue d'oc, ne peu- 
vent être légitimement classés dans l'une ou l'autre de ces deux 
langues. C'est par des observations de ce genre qu'on est arrivé à 



DE PHILOLOGIE ROMANE 171 

la théoi'ie que je combats. Or, rieu n'est plus 'inexact qu'une pareille 
conclusion. En effet, entre Savone et Vintimille, le langage est presque 
tout italien : les quelques noms, les quelques formes d'oc, sont 
comme noyés dans la masse des sons et des formes étrangers à 
la France. Sur la frontière, on se heurte brusquement au flot pro- 
vençal qui, refoulant la plupart des formes italiennes, se laissant 
pénétrer cependant par quelques-unes d'entre elles, constitue le lan- 
gage de Menton, assez distinct à la fois de celui de Vintimille et de 
celui de Nice, pour qu'il ne puisse y avoir discussion sur ses limites 
et sur son entité, bien qu'il soit permis d'hésiter sur la place à lui 
assigner dans un classement des dialectes. A la Turbie, un nouveau 
flot provençal vient délayer ce qui restait d'éléments italiens, au 
point qu'on n'eu aperçoit plus que quelques traces. Qu'importe, 
par exemple, qu'il subsiste dans le parler de Nice de rares proparo- 
xytons? M. Sardou et moi n'en avons constaté que quatre. En quoi 
la physionomie générale de ce langage en est-elle influencée? Et si, 
dans une carte des traits linguistiques, on prolonge le trait mar- 
quant les proparoxytons jusqu'au Var, ce qui est rigoureusement 
exact, peut-on dire que ce trait a la même valeur à Nice, où il ne 
représente que quatre mots, et à Vintimille, où sdriiccioti proprement 
dits et sclruccioli par adjonction d'enclitiques paraisssent à peu près 
dans toutes les phrases? 

On me permettra de faire ressortir par une comparaison la diffé- 
rence qui existe entre l'opinion que je combats et la mienne. 

On sait qu'en peinture le mélange du bleu et du jaune donne le 
vert. Rien n'est plus facile que de passer par des nuances absolu- 
ment insensibles du bleu au jaune, le vert franc se trouvant à égale 
distance de l'un et de l'autre. Dans ce cas, on ne peut indiquer le 
point précis où commence chaque couleur ou chaque nuance. M. G. 
Paris conclurait de là qu'il n'y a sur la surface peinte de cette façon 
ni jaune ni vert, ni nuances intermédiaires ; mais seulement une cou- 
leur unique, une masse colorée dans laquelle il est impossible d'éta- 
blir des séparations. D'autres, ne s'élevant pas jusqu'à cette concep- 
tion philosophique de l'unité, reconnaissent dans cet ensemble trois 
couleurs tranchées et des nuances intermédiaires, dont les limites 
respectives ne peuvent être tracées d'une manière précise, mais qu'il 
est utile de distinguer par des noms divers. Telle était, transportée 
dans le domaine linguistique, l'opinion de tous ceux qui, il y a peu 
d'années encore, croyaient à la fusion graduelle des parlera. 

Mais au lieu de fondre les nuances les unes dans les autres, ou 
peut juxtaposer par bandes les principales d'entre elles. L'addition du 
jaune au bleu, au lieu de se faire par doses imperceptibles insensi- 
blement augmentées, peut avoir lieu par quantités notables, de telle 



1 7 ? CONGRES 

sorte que, côtoyant le bleu franc et bien distincte sur la ligne de con- 
tact, se trouve une bande bleu-vert, puis une bande verte, puis du 
vei't-jaune et enfin du jaune franc. On peut même supposer entre ces 
cinq nuances des nuances intermédiaires suffisamment nettes, ne se 
confondant pas avec leurs voisines. Ici, comme dans le premier cas, 
il y a transition du bleu au jaune : mais non plus transition insensi- 
ble. Chaque bande est bien limitée ; plusieurs sont composées des 
mêmes éléments, mais combinés en proiiorlions diverses, ce qui 
donne des nuances parfaitement distinctes. Le bleu-vert, le vert, le 
vert-jaune et leurs intermédiaires sont également composés de bleu et 
de jaune, et n'en constituent pas moins autant de bandes différentes 
qui commencent et finissent en des points précis. Les parlers locaux 
sont, à mon avis et suivant mes constatations, disposés d'une manière 
analogue. Nous venons de voir, de Vintimille à Antibes, le vinti- 
millois, le mentonais, le niçois, se nuancer, dans des proportions 
diverses et suffisamment tranchées, d'italien et de langue d'oc, puis 
le marseillais éliminer les derniers vestiges de la langues italienne, 
et j'espère qu'il me sera possible de prouver bientôt que les choses se 
passent ainsi sur tout le territoire de la langue d'oc. 

Eu attendant, j'ai pu constater que la prétendue fusion insensible, 
que nous avons cherchée vainement vers la frontière italienne, n'existe 
pas davantage entre le languedocien et le catalan sur la limite du 
Roussillon, ou entre le catalan et l'espagnol sur la limite de l'Ara- 
gou. Sur la limite de la langue d'oc et de la langue d'oil. on ne sau- 
rait nier que la démarcation ne soit nette sur un parcours d'au moins 
200 kilomètres. Pour le surplus de cette limite, je crois avoir établi 
que, s'il y a doute sur la place à assigner, il n'y a pas fusion, ce qui 
concoi'de avec ce fait que les idiomes d'oil voisins de la limite sont 
traités à première vue de langages francldmans par les gens du 
Midi. 

iS'en déplaise à M, G. Paris, il y a bien deux langues françaises 
séparées par une frontière non imaginaire. « Et comment, dit-il, s'expli- 
querait cette étrange frontière qui, de l'est à l'ouest, couperait la 
France en deux, en passant par des points absolument fortuits? » 
Explicable ou non, un fait est ou n'est pas, et lorsqu'il s'agit seule- 
ment de constater s'il existe ou n'existe pas, c'est une déplorable 
disposition d'esprit pour un observateur que de se préoccuper de 
l'explication à donner. 11 serait un étrange savant celui qui élimi- 
nerait de la science tout ce qu'il n'explique pas. Le fait incompris 
aujourd hui paraîtra peut-être tout naturel demain. Nous trouvons au 
delà des Pyrénées l'analogue de ce que M. G. Paris con.si(lùre comme 
inexplicable en France. La péninsule ibérique est i»artagée du nord 
au sud eu trois bandes linguistiques inégales : à l'est le catalan, au 



DE PHILOLOGIE ROMAXE 173 

centre le castillan, à l'ouest le galler/o ou portugais. Aucune des 
trois langues ne se fond dans la langue voisine. A-t-on quelque 
explication de cette étrangeté? J'en ai hasardé une: la conquête 
musulmane, en refoulant les chrétiens vers les Pyrénées, les frac- 
tionna en trois groupes restés longtemps tout à fait séparés et peut- 
être inconnus les uns des autres. Le parler de chaque groupe évo- 
lua dans un sens différent pendant cette période d'isolement ; il en 
résulta trois langues, qui, la reconquisla venue, s'étendirent peu à 
peu, à mesure que les peuples qui les parlaient refoulaient devant 
eux les musulmans dans la direction du Midi. Puis, le domaine de 
chaque peuple ou groupe dépeuples s'élargissant, les idiomes en vin- 
rent à se toucher; mais leur développement était trop avancé pour 
qu'ils aient pu s'influencer notablement aux points de contact. Ce 
n'est là qu'une hj'pothèse dont je ne me dissimule pas les côtés fai- 
bles ; mais une hypothèse est une explication provisoire qui prouve 
tout au moins la possibilité d'une explication définitive. Or, une 
supposition analogue n'est-elle pas acceptable pour la France? Ne 
peut-on pas admettre que de larges espaces boisés et inhabités aient 
longtemps séparé les populations du Nord de celles du Midi, que 
les parlers des unes et des autres se soient dévelopi)és dans des sens 
différents, et que, le défrichement ayant progressivement rétréci, 
puis supprimé la zone déserte, les idiomes se soient rencontrés à 
une époque où leur développement ne leur permettait plus de se fon- 
dre les uns dans les autres. L'analogie plus ou moins grande des 
parlers en contact indiquerait la plus ou moins grande ancienneté de 
leur rapprochement*. 

Si maintenant on met en présence des affirmations, jusqu'ici 
dénuées de preuves, de MM. P. Meyer et G. Paris, les faits et les 
arguments que nous devons d'une part à l'observation, d'autre part 
aux principes posés dans toutes les sciences par des maîtres dont 
l'autorité ne le cède à nulle autre, il me semble difficile de ne pas 
modifier ainsi qu'il suit les cinq propositions de M. G. Paris que j'ai 
relevées en commençant : 

1° Les parlers populaires de la France paraissent se fondre les uns 
dans les autres sur certains points; mais il n'a pas été prouvé encore 
que ce soit par nuances insensibles, et qu'il n'y ait pas toujours un 
ou plusieurs caractères saillants qui marquent la physionomie de 
chaque idiome et servent à le déterminer ; 

2° Dans une masse linguistique de même origine, comme la nôtre, 
qui a été et est encore soumise à tant d'influences variées, ethniques, 

> Voir Rapport sur la limite. . . • , p. 35 et 49, note 1 . 



174 CONGRES 

climatologiques, économiques, politiques, etc., il y a des parlers qui 
sont des types de dialectes, autour desquels se rangent d'autres par- 
lers plus ou moins ressemblants. Parmi ces parlers d'un même dia- 
lecte, on peut distinguer des groupes secondaires, qui constituent 
les sous-dialectes, des variétés et même des sous-variétés de sous- 
dialectes ; mais la divergence est surtout marquée entre la masse des 
dialectes du Nord et celle des dialectes du Midi, c'est-à-dire entre la 
langue d'oil et la langue d'oc ; 

3° Nous parlons latin ; mais un latin qui a évolué de diverses 
façons suivant les lieux, de telle sorte que le latin actuel est non 
seulement fort éloigné du latin vulgaire de l'antiquité, mais se divise 
en langues tout à fait distinctes. Ces langues, qu'on appelle langues 
romanes, viennent du latin par une suite de transformations insen- 
sibles, et c'est pour indiquer par un mot clair et commode cette ori- 
gine qu'on les appelle fiUes du latin ^; 

4° Si le développement naturel du latin n'avait pas été influencé 
par des actions politiques, littéi'aires et autres, il se serait produit 
autre chose que ce qui existe aujourd'hui. Mais l'expérience de ce 
développement libre n'ayant pu être faite nulle part, et les impuisions 
d'ordre physiologique et d'ordre psychologique, auxquelles le langage 
obéit, étant mal connues, on ignore absolument ce qui serait arrivé 
si les peuples romans avaient pu soustraire leur parler à toute 
influence extérieure ; 

5° Il ne paraît pas que les limites des traits linguistiques coïnci- 
dent toujours avec des limites politiques anciennes ou modernes ; 
mais, eu gardant sur chaque cas particulier une prudente réserve, 
il est permis de croire que les actions politiques, qui ont influencé le 
développement du latin, ont pu avoir quelquefois pour résultat de 
rapprocher la limite linguistique de la limite politique. 

' Max Millier a défini très neltenienl le sens des mots langue mère et langue 
fille: «Je ne vois pas d'inconvénieDt, a-t-il dit, à appliquer aux langues ces 
noms de mèi^e et de fille, pourvu que nous ne laissions pas des termes eu 
apparence si clairs et si simples couvrir des conceptions vagues et obcures. 
Or, si nous appelons la langue italienne fille du latin, nous ne voulons nulle- 
ment attribuer à l'italien un nouveau principe de vie, car pas un seul radical 
nouveau n'a été créé pour le former ; c'est du latin sous une nouvelle forme, 
du latin moderne, ou bien encore le latin est de l'italien ancien. Les noms de 
mère et de fille ne marquent que des périodes dans le développement d'une 
langue dont le fonds est le même. » Ces quatre mots : « sous une nouvelle 
forme », sont tout ce qui distingue l'opinion de Max Millier de celle de 
M. G. Paris ; ils marquent entre elles toute la distance qui sépare la vérité du 
paradoxe. 



DE PHILOLOGIE ROMANE 175 

Ce n'est qu'en tremblant que je me permets de retourner ainsi les 
axiomes du maître. 11 faut que je sois bien convaincu de mon bon 
droit ; car je ne me dissimule pas le danger que je cours. Je sais com- 
bien il sera toujours plus malaisé de s'entendre en linguistique qu'en 
tout autre science. Un cas de phonétique est moins aisé à vérifier, 
pour la généralité de ceux qu'il intéresse, que la plupart des faits scien- 
tifiques d'un autre ordre. Qu'un naturaliste prenne pour un mammifère 
un reptile exotique, qu'il ne connaît qu'à l'état de squelette incom- 
plet ; qu'un historien diplômé place en Champagne une localité de la 
Touraine, il sera facile à un simple amateur mieux renseigné do 
prouver l'erreur en quelque pays qu'elle se soit produite. Qu'un phi- 
lologue parisien persiste à nier des constatations phonétiques évi- 
dentes à Marseille ou à Toulouse, mais difficilement perceptibles 
pour son oreille d'homme du Nord, l'ignorant qui essaiera de le 
détromper sera tenu en suspicion par tous ceux qui ne peuvent véri- 
fier par eux-mêmes le point en litige. Et pourtant l'ignorant aura rai- 
son. Il aura raison, non seulement lorsqu'il affirmera ce qui est 
l'évidence pour des millions d'individus, mais aussi lorsqu'il dira que 
le devoir de la science est d'expliquer ce qui tombe sous les sens et 
non de le nier, que ses résultats appartiennent à tous, qu'ils doi- 
vent concorder, pour être justes et féconds, avec ce que l'observation 
et le bon sens apprennent à tous, et que l'on aura beau philosopher 
sur le moi et le non moi, sur la matière et la forme, sur l'évolution 
de la cellule, sur l'unité du latin dans les temps anciens et modernes, 
chacun de nous continuera, dans la pratique de la vie et dans la pra- 
tique scientifique, à avoir conscience de sa personnalité, à confondre 
dans ce qu'il voit la matière et la forme, à regarder la cellule deve- 
nue herbe comme différente delà cellule devenue homme, et la lan- 
gue parlée des Alpes à l'Océan comme distincte, dans son unité essen- 
tielle et dans ses variétés régionales, de la langue également une et 
variée qui se parle dans la moitié septentrionale de la France. 

Une discussion s'engage entre divers membres au sujet des 
limites géographiques des dialectes du midi de la France et 
du caractère d'unité qu'ils peuvent présenter par rapport aux 
dialectes d'Italie et d'Espagne. 

M. Mistral, qui entre à ce moment, est appelé à la 
présidence d'honneur du Congrès. 

M. CoNSTANS, après avoir rendu hommage aux efforts faits 
par MM. de Tourtoulon et Briiiguier pour donner des bases 
à l'étude scientifique des patois et rappelé dans quelles condi- 



1 7 G CONGRES 

lions rigoureuses de méthode et d'observation sur place cette 
étude se fait aujourd'hui, propose au Congrès d'émettre le 
vœu que, en raison de la disparition possible et de l'altération 
progressive des patois de la France et en particulier des 
patois de la région intermédiaire entre la langue d"oc et la lan- 
gue d'oil, le Ministre de l'Instruction publique encourage 
l'étude sur place des patois et spécialement de ceux de cette 
dernière région. 

MM. Castets, Révillout et de Tourtoulon appuient le 
projet de M. Constans. 

M. Chabaneau fait valoir l'importance des recherch :3 que 
M. de Tourtoulon a entreprises sur les patois intermédiaires 
entre la langue d'oc et la langue d'oil et dont il doit bientôt 
publier la suite. 

M. Maurice Faure signale tout particulièrement à l'atten- 
tion des membres du Congrès l'importance philologique des 
patois modernes pour l'étude des dialectes anciens et propose 
l'adoption du vœu suivant: 

Considérant que, notamment en ce qui concerne les dialectes de la 
langue d'oc, l'enseignement officiel, dans les Facultés, ne s'applique 
presque exclusivement qu'aux anciennes formes de ces dialectes; — 
considérant qu'un dialecte ne peut être bien connu et étudié que s'il 
est envisagé à tous les degrés de son évolution ; — considérant que, 
spécialement en ce qui touche la plupart des dialectes d'oc, les élé- 
ments vivants et actuels d'étude abondent, soit parmi les populations 
qui les parlent, soit dans les livres des auteurs qui ont écrit dans ces 
dialectes, — le Congrès émet le vœu: que, dans l'enseignement offi- 
ciel, l'étude des anciens dialectes romans ne soit pas séparée de celle 
des dialectes actuels et, au contraire, y soit étroitement rattachée, 
même au besoin par la création de cours spéciaux. 

M. Chabaneau fait remarquer que précisément il applique 
toujours, dans son enseignement, la méthode préconisée par 
M. Faure, et il pense que ses collègues n'agissent pas autre- 
ment. 

Une discussion s'engage sur la rédaction définitive du vœu 
à adopter. MM. Castets, Chabaneau, Révillout, Constans, 
Faure. Clédat, Thomas, etc., y prennent part. On parle de 
l'avenir des patois et de l'utilité ou de l'inconvénient de leur 



DE PHILOLOGIE ROMANE 177 

maintien. On traite la question de savoir si l'étude des patois 
doit être recommandée de préférence pour les patois intermé- 
diaires entre la langue d'oc et la langue d'oil, c'est-à-dire 
ceux de la Marche, du Bourbonnais, du Lyonnais, etc., qui 
s'altèrent beaucoup plus rapidement que les autres, ou, au 
contraire, pour les patois qui sont encore presque intacts , 
comme ceux du Languedoc, de la Gascogne et de la Pro- 
vence. 

M. Durand dr Gros est partisan du maintien des patois. Il 
donne quelques exemples des altérations subies par le dialecte 
rouergat: des sons nouveaux s'introduisent, comme le cA (dans 
machine)^ et une foule de mots tombent du vocabulaire. Le 
patois est en train d'être remplacé par un jargon. 

M. l'abbé Devaux donne quelques renseignements sur les 
patois de l'Isère (environs de La-Tour-du-Pin). Ces patois 
subissent très foitenient l'influence du français, qui liîS refoule 
vers le sud. Le provençal se maintient par îlots, isolés les uns 
des autres, où la caractéristique du patois est la persistance 
du son aou. 

M. RÉviLLOUT propose qu'on émette le vœu que l'on rédi- 
geât, pour l'étude des parlers locaux, des questionnaires des- 
tinés à ceux qui, se trouvant sur place, tels que les instituteurs, 
les percepteurs, les contrôleurs, les facteurs, etc., pourraient 
travailler à l'inventaire de ces parlers. 

Le Congrès se décide à adopter le vœu suivant, rédigé par 

M. CONSTANS : 

Le Congrès émet le vœu : 

Que le Ministre de rinstruction publique favorise, par des missions 
et des encouragements, Tétude sur place des patois de France, et en 
particulier des patois qui n'ont pas encore été suffisamment étudiés. 

M. Castets donne lecture de la communication suivante, 
envoyée par M. le docteur Garrigou : 

Le docteur Garrigou, qui n'est nullement linguiste, mais qui est le 
collaborateur de Julien Sacaze, comme rédacteur de la Revue des 
Pyrénées et de la France méridionale, SiThonneuv de rappeler que ce 
regretté savant a fait faire, dans toute la région pyrénéenne, par les 
hommes les plus compétents du pays et par les instituteurs, la traduc- 



178 CONGRES 

tion d'une légende dans tous les dialectes pyrénéens, de manière à ce 
que cette traduction serve à l'étude des langues . 

Ce travail constitue une œuvre considérable, collectionnée dans 
trente volumes, qui furent exposés en 1887 à l'Exposition internatio- 
nale de Toulouse. Ils sont aujourd'hui la propriété de la bibliothèque 
de Toulouse, où l'on vient souvent les consulter. 

M. Mistral fait une communication sur les effets intellec- 
tuels de la suppression du patois dans l'enseignement primaire. 
Le petit paysan, auquel on enseigne les éléments des sciences 
naturelles en français, perd la notion d'une foule de termes 
patois correspondant à des désignations précises. Il n'em- 
ploiera plus le terme patois prègiie-Dim-de-restouble, mais il 
n'appellera pas cet insecte de son nom français, la sauterelle, 
et ne fera plus usage que d'un terme vague, une bête. Le 
pêcheur marseillais, qui n'a pas oublié son patois et qui con- 
naît les termes précis des noms des poissons et de tout ce qui 
a rapport à son métier, présente un développement intellec- 
tuel beaucoup plus grand que le petit gamin qui a désappris 
son dialecte à l'école primaire, qui ne connaît plus les expres- 
sions de sa propre langue et qui, lorsqu'il a besoin d'une épi- 
thète, ne trouve plus que les mots français rigollot, chic, ou 
lin machin, une chose. 

Une discussion s'engage sur l'opportunité de l'interdiction 
de l'enseignement du patois à l'école primaire. MM. Durand 
DE Gros, Mistral et Castets défendent les patois, contre 
M. RÉviLLOL'T, qui souhaite leur amoindrissement. 

M. Castets déclare que la pensée de M. Mistral est que le 
patois soit considéré, dans l'enseignement primaire, comme un 
instrument pour l'étude plus complète de la langue française. 
Le Midi sait parler français et a produit des oi'ateurs qui 
sont là pour le prouver, mais il possède aussi une langue qui 
sait exprimer des sentiments intimes et délicats et qui a le 
droit d'exister. 

La séance est levée à cinq heures du soir. 



DE PHILOLOGIE ROMANE 179 



Séance du 27 mai 1S90 



La séance est ouverte à neuf heures et demie du matin. 

MM . Bréal et Harvey sont appelés à la présidence d'hon- 
neur du Congrès. 

M . Harvey fait une communication sur l'Université de 
Toronto et Tétude de la langue française au Canada. L'Uni- 
versité de Toronto vient d'être détruite par un incendie, ce 
qui sera, dit-il, une occasion de faire mieux, en reconstruisant 
un bâtiment mieux adapté au progrès. Les étudiants de l'Uni- 
versité forment une association, divisée en sections, qui se 
réunissent presque tous les jours. Ils publient une petite 
gazette. 

M . Harvey communique au Congrès diverses publications 
canadiennes ^ 

M. Trojel fait la communication suivante sur les Cours 
d'amour: 

Messieurs, 
D'abord je vous demande bien pardon, si je ne m'explique pas assez 
bien en français : je suis étranger. Puis je vous prie d'excuser ce 
que mon discours pourra avoir de leste: ce caractère est inhér' nt au 
sujet, et je ne saurais l'en exclure. Afin de ne rien laisser dans l'obscu- 
rité, je vais expliquer d'abord en peu de mots mon opinion sur la ques- 
tion des Cours d'amour. Il y a de nos jours trois opinions différentes 
sur cette question: une qui rejette tout ce qui en a été dit comme 
faux, une qui suppose vrai tout ce qui en a été dit, et enfin mie qui 
se tient au milieu des deux, qui rejette bien l'idée des tribunaux de 
dames, mais qui n'ose poui'tant nier que des dames n'aient jugé par- 
fois des différends d'amour réels; seulement, il ne faut pas supposer 
des tribunaux siégeant et fonctionnant comme les tribunaux ordi- 
naires : la dame qui juge est choisie comme arbitre par les parties 
en litige et, si elle veut, elle peut demander le conseil d'autres 
dames. C'est là mon opinion et, quoi qu'on en ait dit, elle n'est pas 
conforme à celle de Raynouard. Après cette introduction qui m'a paru 
nécessaire, j'appellerai votre attention sur quelques faits, bien connus 
à la vérité, mais qui n'ont pas été mis en rapport avec cette question, 

* Ces publications feront robjel d'une notiie ultérieure. 



1 8 CONGRES 

que je sache. Ils me semblent confirmer mon opinion en affaiblissant 
la force de quelques remarques très judicieuses qu'on y a opposées. 

Dans son intéressant article sur les Cours d'amour, M. Paris dit 
ce qui va suivre : 

« Que des personnes engagées réellement dans une liaison illégitime 
(on a déjà vu qu'il ne s'agissait pas d'autre amour) aient jamais 
soumis à un jugement de ce genre un différend survenu entre elles 
(sauf peut-être pour quelques discussions sur la théorie de l'amour, 
comme le comte et la dame qui écrivent à Marie de Champagne et en 
reçoivent la lettre citée plus haut), c'est ce qui n'a aucune espèce de 
vraisemblance, pour des raisons sur lesquelles il semble vraiment inu- 
tile d'insister. Je dirai même que cette intrusion d'une autorité pour 
ainsi dire légale dans les rapports des amants aurait été directement 
contre les idées les plus essentielles de l'amour, tel que le définissait 
le xii"* siècle. Si en effet cet amour ne peut exister dans le mariage, 
c'est, dit la comtesse de Champagne, parce que les amants s'accordent 
librement et volontairement tout ce qu'ils se donnent, taudis que les 
époux ont l'un envers l'autre des droits et des devoirs mutuels. L'amour 
peut bien créer aux amants des obligations, mais elles ne sauraient 
avoir d'autre sanction que leur propre vouloir, d'autres juges et exé- 
cuteurs qu'eux-mêmes. Une femme qu'un arrêt d'amour aurait forcée 
à se donner à l'amant qu'elle écartait aurait été moins libre qu'une 
épouse ne l'est envers son époux, et l'amant qui aurait joui par ce 
moyen de faveurs non volontaires aurait à coup sûr manqué à toutes 
les règles de l'amour « honnête' ». 

Quoique ces objections, tirées de la nature de l'amour, soient faites 
presque pour clore la bouche à toute discussion ultérieure, j'ose me 
mettre sur la brèche pour les combattre. Quelques passages des écrits 
du moyen âge me semblent prouver qu'on voyait ces liaisons d'un 
autre œil qu'on ne le pense, et qu'on n'avait pas peur d'invoquer l'aide 
d'un tiers en cas de différend survenu entre les amants, ni de réta- 
blir, d'après l'avis de celui-ci, les relations antérieures. 

Mes auditeurs se souviendront d'un épisode de l'histoire de Ber- 
tran de Born. Le fameux troubadour entretenait une liaison avec 
Maeuz de Montignac. A l'arrivée dans le pays d'une dame, célèbre 
par sa beauté, le poète invite tous (je n'ai pas besoin, je pense, d'af- 
firmer qu'il ne s'agit, dans tout ce qui appartient à l'amour galant, 
que de la chevalerie, non pas de toutes les classes delà société), il 
invite donc tous à faire la cour à cette dame, et il semble vouloir se 
mettre lui-même sur les rangs pour obtenir ses faveurs. Aussitôt 

1 Journal des savants, ann. 1888, p. 783 (décembre). 



DE PHILOI-OGIE ROMANE 181 

Maeuz lui donne congé et ne veut plus le voir. Irrité, Bertran ne 
l'épargne pas dans une autre chanson, où il se tourne encore vers 
l'astre levant de la nouvelle enchanteresse. Mais, n'ayant rien obtenu 
de celle-ci ou n'ayant rien voulu obtenir, il cherche par quelques chan- 
sons bien flatteuses et ingénieuses à regagner l'amour perdu. La dame 
ne veut pas lui pardonner ; elle fait la sourde oreille. Enfin, il va 
rendre visite à une dame connue dans tout le pays pour sa beauté, 
sa courtoisie, sa prudence; elle s'appelait Tiburge de Montausier. 
Après s'être plaint devant elle de la conduite de Maeuz deMontignac, 
il la prie de le prendre pour serviteur et chevalier. Tiburge lui répond 
qu'elle est bien sensible à l'honneur qu'il lui fait, mais que, s'il a dit 
ou fait ce que lui impute Maeuz, elle ne saurait nullement l'approu- 
ver : ni elle, ni aucune autre dame ne saurait en ce cas ni le recevoir 
chez elle, ni accepter ses services; cependant elle prendra des ren- 
seignements et, au cas qu'il n'ait pas commis de faute, elle lui fera 
ravoir la faveur de sa bien-aimée; si elle ne réussit pas, elle promet 
de le prendre pour serviteur et chevalier, et lui, de son côté, jure de 
n'en jamais aimer aucune autre. Peu après, Maeuz se laisse convain- 
cre, et tout rentre dans l'ordre. Seulement, elle exige que Bertran prenne 
congé de Tiburge et qu'ils se rendent mutuellement leurs promesses. 
Le biographe n'a pas inventé ce récit en brodant sur les vers du trou- 
badour. Certains passages appuient ses paroles; mais tous les détails, 
les noms, tout ce qu'on apprend sur la visite de Bertran à Tiburge, ne 
s'y trouvent pas. On ne saurait donc prétendre que ce soit un conte 
postérieur fait d'après les vers. 

On voit que les dames et le conteur prennent la liaison bien au 
sérieux. Personne n'en parle comme d'une relation illégitime, et, 
quoique les trois personnes agissantes soient mariées, aucune allusion 
n'y est faite. On pourrait sui)poser que Tiburge se réjouît de voir 
cesser une telle liaison ; mais non, elle prend à tâche de la restituer, 
et même, si elle n'y réussit pas, elle a bien envie de s'engager elle- 
même dans une liaison pareille. Il faut remarquer aussi la menace 
d'expulser Bertran de la bonne société, et avant tout l'intervention 
de Tiburge dans la querelle et le désir des autres de se conformer à 
son vouloir. 

Si nous n'avions que ce fait unique, on n'en^ tiendrait pas compte; 
mais le biographe de Pons de Capdeuil raconte sur celui-ci une his- 
toire tout à fait analogue. Lui aussi, ayant excité le courroux de sa 
dame, cherche à la radoucir par des chansons pleines d'humilité et de 
galanterie. Désespérant de réussir, il s'adresse à trois dames de la 
plus haute aristocratie, pour les prier de lui servir d'intermédiaires, 
et c'est par leur secours qu'il obtient à la fin son pardon. Aussi il 



182 CONGRES 

nomme dans une chanson deux de ces dames, bien connues dans le 
monde des troubadours, et prie le Ciel de les garder. 

Enfin, nous trouvons dans la biographie de Guillaume de Balaun 
un cas pareil. Seulement, le médiateur est cette fois un homme, en 
tous points considéré, à ce qu'il semble, qui s'offre lui-même pour 
rétablir une liaison pas tout à fait innocente. 

On pourrait citer d'autres exemples encore; ceux-là suffisent pour 
montrer qu'on ne refusait pas les services d'un intermédiaire, qu'on 
les recherchait même. Et c'est ce que nous voyons confirmé par les 
vers de Jacques de Baisieu, qui dit qu'un amant, s'il se sent mal- 
mené, doit s'adresser à d'autres pour obtenir une réconciliation par 
leur moyen, qu'il faut porter plainte devant ceux qui sont les fidèles 
de l'amour. 11 faut avouer, ce me semble, que nous avons ici affaire 
à un usage du xiie siècle. Et si cela est, quelle différence y a-t-il 
en réalité entre cet usage et ce que raconte, dans sa nouvelle, 
Raimon Vidal, des deux dames qui demandaient à Ugon de Mataplana 
de décider sur leur querelle? Si les dames de Bertran de Born, de 
Pons de Capdeuil. de Guillaume de Balaun, et celles de la nouvelle 
de Raimon Vidal ont pu se laisser fléchir et accorder aux amants les 
faveurs qu'elles leur avaient refusées, il me semble qu'on en pourrait 
conclure que cela n'était pas contraire aux lois de l'amour galant et 
qu'on n'avait pas peur de s'adresser à de grandes dames et de leur 
parler sans façon d'une liaison de cette sorte, ni d'invoquer leur 
secours pour la rétablir. 

Dans les biographies des troubadours, nous voyons donc un amant 
s'adresser à une ou à plusieurs dames, les priant de vouloir bien 
intervenir auprès de sa bien-aimée pour lui faire entendre raison. 
Dans la nouvelle de Raimon Vidal, deux dames, sous le sceau du 
secret, font demander à un homme expert en matière d'amour de 
juger entre elles; de même, dans la lettre de Guillaume de Bergue- 
dan ; Jacques de Baisieu recommande aux amants maltraités de 
s'adresser aux fidèles de l'amour pour qu'ils ramènent la bonne intel- 
ligence entre les amants; il n'exige pas expressément le secret, seu- 
lement, les paroles doivent être couvertes, de sorte qu'elles soient 
inintelligibles à tous ceux qui n'y sont pas intéressés. Il me paraît 
très vraisemblable que nous avons dans tout cela les traces d'un usage 
qui aura existé sous des formes quelque peu différentes, au fond 
pourtant analogues. 

Dans tout ce qui précède, je n'ai pas nommé André le Chapelain. 
C'est que cet auteur n'offre peut-être pas de base solide. Cependant, 
en comparant avec les exemples cités les règles qu'il donne, s'il faut, 
comme il dit, s'adresser aux dames, il me semble encore y trouver 
une confirmation de ce que je viens de dire. On sait que lui aussi 



DE PHILOLOGIE ROMANE 183 

recommande aux amants de faire vider leurs querelles par d'autres, 
qui seront d'après lui des dames, et qu'il exige le secret quant aux 
noms des personnes en litige, lesquelles devront se faire représenter 
par des confidents. S'il fallait voir, dans les lois de l'amour courtois, 
un obstacle à l'usage de provoquer un jugement entre les amants, 
comment André, ce maître expert, peut-il donner ces jugements 
en exemples à son disciple ? Si l'idée d'un jugement était contraire 
à l'amour courtois, dont il ne cesse de prêcher les règles, il n'au- 
rait que faire de ces jugements. On a dit que les cas de controverse 
qui s'y trouvent ne sont pas d'autre nature que les tensons. Je le 
veux bien, les Judicîa amoris d'André n'ont d'autre contenu que 
des tensons, et comment l'auraient-ils ? Mais ce qui est d'autre 
nature, ce sont les règles qu'il donne pour ces controverses, les 
mêmes règles qui semblent suivies dans les autres exemples que 
j'ai cités. Je ne connais pas de tenson ni de jeu d'esprit où il soit 
dit qu'il faille garder le secret quant aux noms des personnes, ni 
qu'il faille envoyer des confidents pour traiter l'affaire. Les person- 
nes étant sans réalité, on n'a que faire de garder le secret. Le 
jugement du roi de Bohême et les jeux dans le Filocolo me sem- 
blent appartenir à la même catégorie que les tensons. Ce sont des 
cas fictifs et personne ne songe à donner des règles pour la conduite 
de ceux qui y prennent part et qui ne sont pas même des amants. 

J'ai cité dans mon livre * l'épisode du jugement d'amour dans 
Méraugis de Portlesguez. Comme on se le figure bien, je l'ai fait, 
parce qu'il me semble y voir une certaine ressemblance avec une 
telle assemblée de dames voulant juger une querelle d'amants; d'ail- 
leurs, certaines paroles, comme celles de la reine, qui dit que les 
jugements d'amour lui appartiennent, m'ont semblé mériter quel- 
que attention ; enfin, cette affaire est représentée par le poète comme 
quelque chose de sérieux et non pas comme un amusement des dames. 
11 y a d'autres vers du moyen âge où sont racontés des jeux et des 
amusements ; on en conclut que ces jeux et ces amusements ont été 
d'usage en ces temps-là, même si aucun chroniqueur n'en parle ; si 
nous trouvons des vers où sont représentés des usages pris au sérieux, 
ne serait-il pas permis d'en conclure que de tels usages aient pu 
exister, quand même les chroniqueurs ne nous en apprendraient lien? 
( Applaiidissenienls . ) 

M. Chabaneau félicite M. Trojel de sa communication et 
lui oflfre de publier, sous les auspices de la Société des langues 

' Middelaldereyis Elskovskoffcr, Copenhague, 188X, in-S», p. 173. • 



18 1 CONGRES 

romanes, une traduction française de son ouvrage sur les 
Cours d'amour. 

L'ordre du jour appelle la question de l'épopée provençale. 

M. CoNSTANS s'excuse que ses occupations l'aient empêché 
de préparer aucune communication sur ce sujet. 

M. l'abbé Devaux fait une communication sur l'origine 
du Fragment d' Alexandre, dit de Besançon ou de Briançon. 
M.Ascoli l'a rattaché au franco-provençal. M. l'abbé Devaux 
croit pouvoir le considérer comme appartenant aux dialectes 
provençaux, parlés au sud de la ligne séparative du provençal 
et du franco-provençal (Drôme ou Hautes-Alpes). 

M. A. Thomas fait une communication sur la légende de 
Saint-Vidian, honoré à Martres-Tolosanes (Haute-Garonne). 
Il montre que cette légende reproduit les traits essentiels de 
deux chansons de geste françaises, les Enfances Vivien et Alis- 
cans. 

Cette communication donne lieu à quelques observations de 
MM. RÉviLLOUT et Constans sur l'étjmologie du nom de 
Martres. 

M. BRBALfait une communication sur l'étymologie du verbe 
toucher. Il compare ce mot, dont l'étjmologie est inconnue, 
au verbe grec xijyyj-j.-v(ù, qui signifie arriver, mais qui a pour 
sens primitif toucher : un guerrier d'Homère, lorsqu'il est 
manqué par le dard que lui lance son adversaire, lui crie : 
ou/. £Tu;^£s, tu ne m'as pas touché. li'idée de toucher a donné 
naissance à celle d'arriver au but par fortune, de réussir : 
Tu;f>j est en grec le nom de la Foi'tune. 11 est possible que tou- 
cher, tocar, toquer, soit le frère jumeau de Ty7;^avw. 

M. RÉVILLOUT fait une communication sur les moyens pra- 
tiques à employer pour l'étude des patois et appelle l'atten- 
tion sur les secours que peuvent donner pour cette étude tous 
les fonctionnaires que leurs occupations retiennent dans les 
campagnes. 

M. Chabaneau parle de l'expérience qu'il a acquise, en ce 
genre, dans l'administration des postes, du parti qu'il tirait des 
facteurs ruraux, et cite quelques exemples d'étymologie popu- 
laire. 

M. le docteur Espagne fait part au Congrès de la mort de 



DE PHILOLOGIE ROMANE 185 

M. le docteur Noulet, de Toulouse, dont il vient d'apprendre 
la nouvelle. 

M. Chabaneau fait l'éloge de M. le docteur Noulet et rap- 
pelle ses études sur la littérature provençale et sa connais- 
sance des dialectes modernes. 

M. Chabaneau proclame les lauréats du prix Boucherie, 
dont le sujet était un travail philologique sur un texte pro- 
vençal ancien, imprimé ou inédit*. Ce prix a été paitagé entre 
MM. Charles Barbier et Georges Rejnaud, boursiers d'agré- 
gation près la Faculté des lettres de Monti)ellier. 

M. Bréal [)rononce une allocution sur le rôle de l'Univer- 
sité de Montpellier, sur l'importance et l'activité ininterrom- 
pue de ses Sociétés savantes et sur la création de chaires spé- 
ciales pour l'enseignement du provençal. (Applaudissements.) 

M. Chabaneau distribue aux membres du Congrès un cer- 
tain nombre d'exemplaires d'une publication offerte par 
M. Stengel, de Marbourg, qui n'a pu se rendre au Congrès 
[Kleinere Schriften von Ferdinand Wolf... zusammevgestellt 
von Edmund Stengel..., Marbourg, Elwert, 1890, in 8°, 16 pp.). 

La séance est levée à onze heures et demie du matin. 

Une dernière réunion a eu lieu le même jour, sous forme 
d'un banquet, auquel assistaient 21 membres du Congrès et 
qui s'est terminé par un certain nombre d'allocutions. 

E. -Daniel Grand. 



* Voy. le programmp du concoure dans la Revue des Langues romanes, 
T. XXXIII, 1889, p. 468. 



PÉRIODIQUES 



Zeitschrift fur romanische Philologie, XIII, 1-2 — P. 1. 

H. Werth. Traités sur la chasse en ancien français et la bihliogra- 
jjhie générale des manuscrits de la littérature cynégétique en Occi- 
dent (suite et fiaj. — P. 35. E. Bechmann. Trois Dits de l'âme, tirés 
du manuscrit Ms. Gall. Oct. 28 de la bibliothèque royale de Berlin. 
Ces trois dits n'ont pas encore été signalés ailleurs, à l'exception de 
quelques couplets du troisième, qu'on retrouve dans un ms. de Bru- 
xelles. Le ms. de Berlin, nouvellement acquis, contient un assez 
grand nombre d'opuscules pieux dont M. B. nous donne les rubriques, 
mais non, sauf pour le traité de la Messe, les premiers mots du texte. 
Pour les mss. de ce dernier ouvrage, voy. Rom. VI, 10 et Bulletin 
de la Soc. des anc. textes, 1885, p. 50.— P. 85. H. Andresen. Fragment 
duroman en anc.fr. li'Amadas et Ydoine. Il s'agit de deux feuillets de 
parchemin tirés d'une vieille reliure et qui renferment le premier 140, 
le second 146 vers appartenant à deux passages distincts. — P. 98. 
R. Otto. Ordonnance sur le duel judiciaire à Barcelone, Elle est tirée 
du ms. du Vatican. Ott. 3058, dont deux extraits ont été récemment 
publiés par M. 0. dans les Modem Language Notes (Voy. Rom. XVIII, 
187). — P. 115. A. Feist (récemment décédé). Extraits de vieux 
recueils de imcsies religieuses en italien. L'auteur a dressé une table 
alphabétique du ou des premiers vers de 1,381 pièces empruntées à 
onze recueils imprimés et à trente-huit manuscrits. — P. 186. 
A. Tobler. Mélanges de grammaire française (nouvelle série). 10. 
Nouvelles observations sur ce fait depuis longtemps signalé par l'au- 
teur [Gottinger Gelehrten Anzeigen, 1875, p. 1065 sqq.), que l'ancien 
français n'emploie la forme atone des pronoms personnels ni devant un 
infinitif, ni devant un gérondif, ni devant un participe passé. Les 
exemples anciens que l'on allègue de l'usage moderne s'expliquent 
par l'enclise du pronom sur le verbe qui régit l'infinitif (etc.), et non 
par la proclise du même pronom sur l'infinitif. — 11. Explications 
de phrases conditionnelles comme celle-ci : S'il i eussent tous 
jours mis leur avis, s'est (= si est) l'uns de l'autre noblement envais, 
où la proposition principale est introduite par si = sic. — 12. Snp- 



PERIODIQUES 187 

pression de l'article devant certaines catégories de noms, principale- 
ment dans l'ancienne langue. — 13. Emploi de que dans les propo- 
sitions de sens temporel concessif, etc. : on essayait encore de le retenir 
qu'il était déjà dans l'antichambre ; je ne l'écoute jamais qu'il ne me 
fasse peur ; nous nous égarerions que nous finirions bien par arriver 
ailleurs, etc. — P. 213. H. R. Lang. Notes de 2>hilologie portugaise. 

— P. 217. H. R. Lang. Traditions populaires des Açores. — P. 225. 
C. Appel. Le Lucldarius provençal (Voy. Rom. XIX, 628). — P. 253. 
F. Schulze. Ritornelli romains. Ils sont au nombre de 410 et se rappor- 
tent principalement à l'amour ou aux femmes. 

MÉLANGES. I. Histoire littéraire. — 1. P. 291. A. Feist. Sur 
le Poème inédit de Jfartin Le Franc de Gaston Paris (Voy. Rom. XIX, 
628). — 2. P. 294. R. Zenker. Sur Guilhem Ademar, Eble d'Uisel et 
Ccrcalmon. — II. Textes. P. 300. F. Lauchert. Fragment d'un rema- 
niement du Trésor de Brunetto Latini (trouvé à Strasbourg dans une 
reliure). Au f" 2-^, 1. 4, Ensl est li dechiaus, où l'éditeur corrige est 
en sont, il faut lire : Fnsi est il de chiaus. — III. Exégèse. 1. P. 307. 
A.Gaspary. Ploler lecorjon. Essai d'explication de cette locution, qui 
se trouve dans Ivain, v. 5916 et qui a des analogues en provençal et 
en italien. — 2. P. 309. H. R. Lang. San Secreto. Explication de 
cette expression plaisante, que l'on trouve dans Galderon [La vida 
es sueilOj III, 1) et ailleurs. — 3. P. 310. E. Levy. Sur la nouvelle 
de Raimon Vidal : Ahvïls issi'e mays mtva.v a [Bar tsch, Denkmsdler, 
p. 144-192). Corrections au texte. — IV. Grammaire. 1. P. 317. 
H. Schuchardt. Hiatustllgung. Explication de ce terme (Cf. Zeits- 
chrift, XII, 442 sqq.). — 2. P. 319. W. Sander. Passage du j espagnol 
du son sifflant au son râpant (son spécial difficile à émettre pour les 
étrangers). — 3. P. 322. D. Behrens. Normand non, nou, no = n'on. 
Ces formes viendraient de un hon, (u)n'on, ce qui semble difficile, à 
cause de leur ancienneté. — V. Etymologie. 1. P. 323. A. Horning. 
Etymologies françaises : suie = " sûdlca pour sûcida; courtier, rattaché 
à currere. — 2. P. 325. A. Gaspary. Ancien fr. pec, « pitié ». Ce 
serait le nom verbal de pechier ; on sait que « péché » et « malheur » 
sont synonymes dans l'ancienne langue (cf. encore aujourd'hui pecalre 
= peccator, dans les patois du Midi). L'idée de « pitié » semble bien, 
eu effet, se rencontier déjà très anciennement, du moins pour l'ad- 
jectif. Cf. Alexis, 79 d : A las! pechable . La forme seule pourrait 
faire difficulté, à cause de l'e bref. 

Comptes rendus. — P. 327. Ed. Montet, La noble leçon (E. Levy). 

— P. 328. Romania, n°' 08 et 09 (W. Meyer, A. Tobler). — P. 331. 
Revue des langues romanes, t. XXXI, juillet-décembre 1887, 
t.XXXlI, janvier-septembre 1888 (E. Levy). —P. 340. Giornale 



183 PERIODIQUES 

storïcodella Letteratura ïtaliana, anno VI, vol. xii, fasc. 3 (A. Gaspary). 
— P. 343. Livres nouveaux annoncés sommairement par M . Grôber. 

3-4. — P. 353. B. Eggert. Développement du dialecte normand dans 
le dépiartement de la Manche et dans les îles de Guernesey et Jersey. 
Etude méthodique basée sur de nombreux documents (textes littérai- 
res et chartesj et qui semble bien conduite. — P. 404. D. Behrens. 
Etymologie: 1. patois de l'Est zwayi (audirej (le z provient des pro- 
noms noz, voz,ez) ; 2. pat. de l'Est zivay (auca) etc., (le z provient 
de l'article pluriel); 3. fr. sépoule;A. fr. étnefle (le même que tenettes', 
revient de l'article pi.); 5. fr. 02f s, os pour vous; 6. pa.t. de l'Est 
deto d^ ( ^ d'atout de, atout de) ; 7. fr. itou ( = ancien atout, a tout, 
« avec ))j ; 8. dauphinois councou pour ouncou, ouncle (Cf. tante = fante); 
9. anc. pr. avaissa, avais (l'a provient de l'article la); 10. fr. coche, 
« truie » ; 11. morvan auve, « graisse de porc » ; 12. fr. annille ( = 
anaticulaj; 13. fr. hallope; 14. anc. fr. bracon; 15, ital. guanto ; 
16. ital. bricco; 17. prov. brac. — P. 416. H. R. Lang. Traditions 
populaires des Açores (suite). — P. 431. Ch. Bonnier. Étude critique 
des chartes de Douai de 1203 à 1275. l""^ partie : Mechei'ches sur l'an- 
tagonisme des chartes et dulangage vulgaire. Cette étude est précédée 
dune discussion où l'auteur, combattant les idées généralement reçues, 
cherche à ilémontrer qu'il n'y a presque rien à tirer des chartes pour 
l'étude des dialectes, et qu'il faut partir des patois modernes: c'est 
ce que fait l'auteur. Nous croyons, pour notre part, qu'il y a lieu de 
tenir grand compte de l'état actuel des patois, mais qu'on ne saurait 
se passer des chartes, qui peuvent être d'un utile secours, dans les 
parties qui ne constituent pas des formules savantes. — P. 463. H. 
Schuchardt Contribution à l'étude du créole roman . 

MÉL.\NGES. I. Etymologie., H. Schuchardt. -£J?^/»ioZo^ies romanes: 
1. port, eiro, eiroz ; esp. chorizo, port. chouriço,-a ; 2. esp. port, yo/o / 
3. fr. aller; esp. lerdo, etc. ; port ardégo; esp. port, lôbrego ; 
port, manteïga, esp. .manteca; port, vadio ; 4. Aliboron ( = lat. 
elleborum) ; 5. ital. disio ; fr. reproche (ne doit pas être séparé de 
l'ital. rimprôvero et àeobbrobrio). — ii. Grammaire. P. 533, W. Fœrs- 
ter. 1, Vol&wtiers et volontiers; 2. lieu de locum (l'i développé 
d'abord dans gieu par la palatale, s'est étendue ensuite par analogie 
à lôu, leu, etc. ; feu est resté tel, sans doute pour éviter la confusion 
avec^ew, « fief »); 3. fr./issu de -d-. — III. Lexicologie. P. 
546. A. Tobler, prov. cortves (= cuir de Cordoue), meliana {= ajuc. 
fr. merûenne, « milieu du jour »). 

Comptes rendus. — P. 548. Giovanni Sercambi, Novelle inédite... 
per curadi R. Renier (A. Gaspary). — P. 556. A. Stimming, Ueber 
den provenzalischen Girart von Rossillon (A. Pakscher). — P. 567. 
A. Malmignati, Il Tasso a Padova, suo primo ainore e poésie gioranili, 



CHRONIQUE 189 

ete (V. Crescini). — P. 571. A. Ebert, Allgemelne Gesclnchte (1er 
Literatur des Ifiltelaltem im Abendlande bis rjum Begmne des XI 
lahrJmnderts , l, 2'= édition (G. Grœber). Rappelons que cet excel- 
lent ouvrage, arrivé à son troisième volume, est traduit au fur et à 
mesure en français par MM. Aymeric et Condamin et paraît à Paris, 
à la librairie E. Leroux. — 572. Il Projmgna tore, nouvelle série, I, 
2-6 (A. Gaspary). — P. 580. Archiv fur das Studium der neueren 
Sprachen, LXXVII-IX (E, Schwan). — P. 587. Giornale storico 
délia Letteralura italiana, XIII, I (A. Gaspary). — P. 596. Romania 
(n''^ 70 et 71 W. Meyer-Lùbke, A. Tobler). — P. 600. Additions 
à Ze'iUchrift, XIII, 213 et 330. — P. 601 . Livres annoncés sommai- 
rement par M. G. Grœber. 

L. CONSTANS. 



CHRONIQUE 



Congrès d'études languedociennes. — Le Congrès d'études 
languedociennes organisé par le Comité félibréen (sous-section de la 
Maintenance de Languedoc du Félibrige), sous la direction de MM. 
Roque-Ferrier et De Lapouge, a eu lieu à Montpellier, du 28 mai 
au 2 juin 1890. Parmi les communications qui ont été faites à ce Con- 
grès, un certain nombre ont porté sur des sujets philologiques. 

M. Roque-Ferrier a traité la question des rapports des limites 
des dialectes avec les limites des anciens diocèses de la France 
méridionale et il a constaté une corrélation étroite entre ces diverses 
limites, sur une foule de points. 

Le même a étudié quelques mots gaulois conservés dans la langue 
d'oc, ainsi que les diminutifs et les augmentatifs pendant l'époque 
gallo-romaine. Il a examiné en particulier les noms topographiques 
Alzoun, Auzoun, Ausonnet, appliqués à divers cours d'eau et qui 
signifient rivière. Il l'a cité les équivalents provençaux de Mosa et 
Mosella. 

M. E.-D. Grand a expliqué et commenté une proclamation d'un 
héraut du roi de Majorque, en dialecte montpelliérain, faite à l'occa- 
sion de la publication de lettres de sauvegarde accordées par le roi de 
France à l'Ecole de Droit. Ce document est inséré dans un acte notarié 
du 8 février 1336, publié dans le Cartulaire de l'Université de 
Montpellier (t. I, p. 709). 

M. Savinien, des Écoles Chrétiennes -d'Arles, majorai du Féli- 
brige, a fait une communication sur l'enseignement du français 

13 



190 CHRONIQUE 

par le provençal, sur les facilités que la connaissance des patois donne 
au maître d'école pour l'enseignement et sur l'usage des versions en 
provençal, dont il a publié un recueil qui lui sert pour ses élèves. A la 
suite de cette communication, un vœu a été émis en faveur de l'ensei- 
gnement du français par la langue d'oc dans les écoles primaires. 

M. le D' Espagne a proposé une interprétation du mot rouergat 
joura, signifiant dormir et, en particulier, faire la méridienne ou la 
sieste, dans l'expression Moussu Antoni jotira. Il l'a rapproché 
de la 3* p. pi. pf. jurent, en citant un exemple emprunté à la chanson 
de Roland. 

M. Roque-Feruier a lu diverses communications de M. Lafont de 
Sentenac, sur le poisson d'avril, rapproché de YtyOuc, des chrétiens 
des Catacombes, et de M. Elzéar Jouveau. sur le conte provençal de 
Cendroulet, où Cendrillon se transforme en jeune gascon, qui épouse 
la fille du roi. 

M. J. Laurès a exposé la biographie des deux poètes montpellié- 
rains Cyrille et Auguste Rigaud. 

M. le D"" Marignan, de Marsillargues, a fait une communication 
sur les sirènes gravées sur des cornes de taureaux de la Camargue 
(ourguenas, serenas, serenelas). 

M. C. Brun a fait une communication sur les troubadours à la cour 
des Guilhems, seigneurs de Montpellier (Guilhem de Balaun, Folquet 
de Lunel, Arnaut Peire de Ganges, Gormonda, Peiie Raimon de 
Toulouse, Gui Guerrejat, Folquet de Marseille, Arnaut de Ma- 
reuil, etc.). 

M. Roque-Ferrier a expliqué l'origine de la légende biterroise de 
Pépésuc, qui est un nom donné à une statue de Béziers. Le nom du 
capitaine Montpezuc, qui défendit Béziers contre les Anglais en 1355, 
a été tranformé en Pechpezuc, comme dans le nom de lieu Montau- 
berou, quelquefois appelé Pechauberou {pech =z mont\ 

M. Varlet a communiqué quatre romances montpelliéraines, dont 
deux des frères Rigaud et une de Benoît Gaussinel, en les faisant 
accompagner d'une exécution instrumentale. 

M. Roqde-Ferrier a étudié les comparaisons, les métaphores, les 
énigmes, les provei-bes, les dits et les ternaires du languedocien, en 
les comparant à leurs analogues en Bretagne, Sicile, Chypre, Grèce 
et Italie. 

M, Fontenay a signalé des proverbes biterrois. 

M. C. Brun a communiqué deux fragments de comptes des consuls 
de mer de 1372, en langue d'oc, de Montpellier, appartenant à une 
collection particulière. 

M. Roque-Ferriek a fait l'histoire de la substitution, qui a eu lieu 
à Nimes^ des articles provençaux lei et li aux articles lous et las. 



CHRONIQUE 191 

Cette substitution est déjà achevée, uu xvii'' siècle, dans VEmharras 
de la fieiro de Beucaire de Michel de Ninies, qui n'emploie plus 
Ions et las, et apparaît déjà, par intervalles, dans les Actes du 
synode de lasainle Ré formation, de Guillaume de Reboni (1590). 

M. J. Laurès a donné la bibliographie des poésies languedociennes 
de Peyrottes, de Clermont-l'Hérault, publiées dans des journaux vers 
1850. 

M. Lafont de Sentenac a envoyé un recueil de noëls del'Ariège. 

M. DoumErguit, instituteur, adonné une traduction languedocienne 
d'un acte latin de 1535, dans une monographie de l'église de Saint- 
Martin-de-Londres . 

M. l'abbé Doumenjou, curé de Saurat (Ariège), a envoyé une série 
de documents sur le père Amilia, poète de Pamiers au xviie siècle. 

M. Roqur-Ferrier a étudié les poésies montpelliéraines de Tou- 
chy, qui vivait au commencement du xix^ siècle et dont les manu- 
scrits se trouvent à la bibliotlièque de la ville de Montpellier. 

Le même a communiqué une fable en vers, le Sonneur et l'Arai- 
gnée, attribuée à La Fontaine, dans le recueil des Mémoires de 
l'Académie des sciences et belles-lettres de Béziers (1736). 

Le même a signalé des variantes inédites des Méditations de 
Lamartine, qui se trouvent à la bibliothèque de la ville de Montpellier. 

Le même a fait connaître quatre sonnets français et un sonnet 
toulousain sur la pose de la première pierre du canal des Deux-Mers, 
contenus dans un Mémoire imprimé du xviie siècle, adressé aux 
capitouls de Toulouse par Arquier. 

Le même a traité la question des légendes dracontiaques de la 
Provence (la Tarasque de Tarascon ; légendes de Draguignan, Mé- 
thamis, Vaucluse, Montdragon, Rochemaure), qu'il a rattachées à 
une origine gauloise. 

M. le D"" Vincent, de Guéret, a envoyé les conclusions d'un travail 
relatif à la géographie dialectale de la Creuse, comparée à celle des 
anciens diocèses de la Marche et des pays circonvoisins. 

M. Roque-Ferrier a lu une étude sur la Roumanie dans la litté- 
rature du midi de la France et le Languedoc dans celle de la Rou- 
manie. Il a, en particulier, analysé la tragédie La Fontaine de Blan- 
dusie, d'Alecsandri. 

Le même a fait connaître deux poésies avignonnaises de Royer et 
deux versions languedociennes du conte de Mitât de Gai. 

Parmi les seize vœux spéciaux émis par le Congrès d'études lan- 
guedociennes, plusieurs ont un objet philologique : introduction des 
versions languedociennes-françaises dans l'enseignement primaire, 
de la langue d'oc parmi les matières des examens des instituteurs et 
d'un thème ou d'une version en langue d'oc, roussillonnais, basque 



192 CHRONIQUE 

et breton, suivant les régions ; parmi les matières du certificat d'é- 
tudes primaires (no 1); rétablissement d'une chaire d'arabe (no 2); 
création d'une chaire de sanscrit et d'une conférence de roumain et 
de macédo-roumain (no 3): création d'une conférence de littérature, 
d'histoire et de droit languedociens à la Faculté des lettres de Mont- 
pellier (no 4) ; institution de représentations en dialecte montpellié- 
rain au théâtre municipal de Montpellier (no 6) ; publication d'un 
corpus poetaruni des dialectes de la langue d'oc, depuis leurs origines 
jusqu'en 1850 (n» 7) ; publication des œuvres de Jacme-le-Conqué- 
rant (no 8) ; publication des oeuvres de Bernard de Tréviers, avec les 
traductions et les imitations (no 9) ; indication des noms de lieux 
patois, des surnoms vulgaires des habitants et insertion de la tra- 
duction de la parabole de l'Enfant prodigue, dans le langage des 
chefs-lieux de cantons, dans les dictionnaires topographiques (no 11). 

E. -Daniel Grand. 



Cérémonie de l'inauguration de l'inscription commémo- 
rative de Jacme-le-Conquérant à, Montpellier. — La céré- 
monie de l'inauguration de Tinscription consacrée à Jacme !<='■ le Con- 
quérant, roi d'Aragon, Comte de Barcelone et seigneur de Montpel- 
lier, a eu lieu le 26 mai 1890, sous les auspices du Comité félibrin du 
sixième Centenaire ce l'Université. 

L'inscription se compose de treize lignes, rédigées en dialecte mont- 
pelliérain du xiii^ siècle et gravées sur une plaque de marbre veiné, 
appliquée dans le mûrie plus ancien de la Tour des Pins ', du côté du 
boulevard Henri IV. "Voici le texte de cette inscription: 

A LA MÉMOIRE 

DE JACQUES I D'ARAGON, 

FILS DE MARIE DE MONTPELLIER. 

EN l'an m ce VIII E LO I JORN DE FEBRIER, NASQUET EN AQDEM'A CIUTAT 
EN JAUMES I LO CONQDESTAIRE, REIS d'ARAGO, 

COMS DE BARSELONA, senher de MONTPESLIER, 

AQDEL QUE PRES TRES REIALMES ALS SARRAZIS, 

DONET JDSTAS LEIS A SOS POELES, AMPARET LOS MKSQUIS, 

ASSOSTET LOS LAORADORS, LOS MERCADIERS, LOS SAVIS ELS TR0BADi)RS, 

RENONCIET, PER AMOR DE SANT LOYS E DX LA REIKA MARGARITA, 

ALS DREIGS DE SON LINHATGE SOBRE GRAN PART DE LA LENGUA d'oC 

K DE LA PROVENSA, E MORI A VALENSA d'esPANHA , LO XXVI DE JULH 

M ce LXX VI 

1 La Tour des Pins est un édifice dalaut eu partie du xiie et du xiv« siècles 
et coutenaDt les Archives municipales de Montpellier. 



CHRONIQUE 193 

L'inauguration avait été précédée de la cérémonie de la bénédic- 
tion du marbre de Jacme dans la cathédrale par Monseigneur l'Evê- 
que de Montpellier, le 22 mai'. Une allocution sur Jacme-le-Conqué- 
rant fut prononcée à la cathédrale par Monseigneur l'Evêque, le 
dimanche 25 mai ^. 

Les invités, qui étaient très nombreux, avaient reçu la lettre sui- 
vante : 

« COMITÉ FÉLIBRIN UE MOiNTPELLIER 

» 17 mai 1890. 
» Monsieur, 

» La ville de MontpeUier fêtera, le 22 mai et les jours suivants, le 
sixième centenaire de la fondation de son Université et la naissance 
de J:icme-le-Conquéraut. 

» M. le Président de la République et plusieurs de ses ministres, 
MM. Mistral, Roumanille, Henri de Bornier et les félibres provençaux ; 
les délégués et les Etudiants des principales Universités de l'Europe 
et du Nouveau Monde honoreront de leur présence la commémoration 
de ces dates capitales de l'histoire languedocienne, méridionale et 
latine. 

» Le Comité félibrin de Montpellier vient. Monsieur, vous prier de 
vouloir bien assister à l'allocution que Sa Grandeur Monseigneur 
l'Evêque de Montpellier prononcera surJacme-le-Conquérantle diman- 
che delà Pentecôte, dans la cathédrale de Saint-Pierre. 

)) Il vous convie également à l'inauguration solennelle du marbre 
sur les vieilles murailles de la Tour des Pins (26 mai) et aux Jeux 
Floraux latins de Jacme-le-Conquérant et du Félibrige montpellié- 
rain. 

» Le Languedoc et la Couronne d'Aragon ont été longtemps deux 
mains jointes ensemble. Les souvenirs de cette vieille union, la fra- 
ternité d'aspirations, de gloires et de périls communs qu'elle rappelle 
ne s'effaceront point de la mémoire des Catalans, des Montpellié- 
rains et des Languedociens. Vous fortifierez, Monsieur, la persistance 
de ces grands souvenirs en acceptant notre invitation et en ajoutant 
ainsi une page nouvelle et pacifique à l'histoire que les Languedo- 
ciens, les Catalans et les Provençaux écrivirent sur les champs de 
bataille où les conduisait le fils à jamais glorieux de Pierre II et de 
Marie de Montpellier. 

» Daignez agréer. Monsieur, l'expression de la considération très 

1 Voy. le journal l'Éclair des 23, 24, 25 et 26 mai 1890. 
s Voy. le même journal, n° du 27 mai 1890. 



194 CHRONIQUE 

respectueuse avec laquelle j'ai l'honneur de me dire votre bien dévoué 
serviteur. 

» Pour le Président du Comité félibrin du Vl^ Cente- 
naire de l'Université de Montpellier, 
» Le Délégué général, 

» A. Roque-Ferrier, 
)) Secrétaire de la Maintenance de Languedoc. 

» P.-S. — Cette lettre servira de carte d'entrée personnelle à l'inau- 
guration du mai'bre de la Tour des Pins et à la séance des Jeux Flo- 
raux. » 

Cette lettre d'invitation avait été envoyée aux alcades des villes de 
Barcelone, Sarragosse, Valence, Palma, Murcie, Lérida, Girone et 
Vich et aux principaux poètes et lettrés de la Catalogne. Plusieurs 
alcades (ceux de Barcelone, de Valence, de Murcie et de Lérida) ont 
adressé au président du Comité félibrin des lettres où, tout en s'ex- 
cusant de ne pouvoir se rendre à la cérémonie de l'inauguration du 
marbre de Jacme-le-Conquérant, ils glorifient en termes abondants 
et éloquents le passé du Languedoc et rappellent les liens de frater- 
nité qui l'unissent à l'Aragon et à l'Espagne. 

M. J.Verdaguer, qui a envoyé une poésie que nous reproduisons 
plus loin, avait adressé les lettres d'excuses qui suivent : 

« 1°.S'"" D. A. Roque-Ferrier. 

» Mon estimât amich y confrare, molt plasent me seriâ assistir à 
les festes celebradores en Montpeller en lo sise centenari de sa Uui- 
versitat, mes ab molta recansa vos ho dich, no m'es posible per no 
trobarme be desde la mfluenza. Si Deu ho vol, vos enviaré un verset; 
poca cosa, mes preneune la bona voluntat. 

» Gloria al gran rey En Jaume lo Conqueridor! 
» Queda vostre de cor. 

» Jacinto Verdaguer, Pbre. 
» 15 niaig. 90. » 

« 2° S°^ D. A. Roque-Ferrier. 

» Mon respectable amich y S"'' : no se si m sera posible animar 
algun de nostres lletrats à venir à la festa de Don Jaume. Cutxet 
esta invalit, Aguilo, Collell y Calvet malalts, Mateu esta espérant un 
altre fill aquestos dias. D. Anton Rubio, fill del Gayter del Llobregat, 
esta d'examens, com â catedratich. 

« No obstant jo cerco y empenyo y tendrià un sentiment de que 



CHRONIQUE 105 

Catalanya no estigues representada en aqueix acte que tant l'honra. 
» Demâ vos tornaré â escriure, mentres tant quedo vostre de cor, 

)) Jacinto Verdaguer, Pbre. 

n22 maig. 90. » 

« 3° M. Roque-Fevrier. 

» Mon ihistre y estimât amich: avuy estan mes animats mos amichs 
Catalanistes y espero que'n vindrau algunes, acompanyant les très 
regidores de nostre ajuntament que venen â la festa del rey don 
Jaume. Ajunt li euvio un retall de la Renaixensa, que'n parla y un 
pobre souet raeu dedlcat al assumpto. 

» Prengan V. la bona voluntat y cregam de cor ab tots vostés 

» seu afim y. y. a. 

» Jacinto Verdaguer, Pbre. « 

M. J. CoUell s'était également excusé par la lettre suivante : 
« Jhs. — AD. Alfons Roque-Ferrier. 

» Barcelona, 23 Maig de 1890. 

» Molt apreciat senyor meu y amich : quan, très anys ha, m'anun- 
ciareu lo propôsit de dedicar â Montpeller un monument â la memoria 
del ail Rey en Jaume, jo proposi no faltar â la solenmitat de la inau- 
guraciû. 

» Mes una llarga dolencia, que'm te quasi impossibilitat de tôt 
treball me privan del gust, que quasi puch anomenar un deber sagrat, 
de assis tir à la ceremonia, y cregau que es ab gran recansa de mon 
cor, que tiuch de renunciarhi. Aquest monument que axecau â la 
memoria del nostre gran Rey, ha de ser corn una pedra termenal ô 
miliaria plantada en eixa gloriosa carrera del renaxement, sino de las 
velles nacionalitats, del esperit que les informava, que es lo que'ns 
mou als que cerquem la uniô dels pobles llatins en altres rahons que 
en les dels costosos exércits y en les fortificacions de les fronteres. 
La memoria que plantaréu en les antigues muralles de Montpeller, 
sia també recordansa de la nostra germandat. 

» Vullau ser présent mos sentiments d tots los companys de Man- 
tenensa y lletrats de la vostra Cort de Amor, y vos, compteu ab la 
seguritat del afecte que vos professa 

» vostre aff'" SS. y AA. 

>) Jaume Collell pbre. » 

On pourra juger, par l'extrait suivant de la Renaixensa de Barce- 
lone, envoyé par M. Verdaguer, de l'intéièt que la Catalogne prenait 
à l'inauguration du marbre de Jacme : 



196 CHRONIQUE 

« En las darren'as d'aquest mes se celebrarân en la ciutat de Mont- 
pellier solemnissimas festas en conmemoraciô del sise centenari de 
la fundaciô de la famosa Universitat de la ciutat llenguadociana. 

» Los organisadors de la gran festa recordantse bé de que la historia 
de Montpelliei' fou un temps llarch y gloriôs part de la historia de 
Catalunya, han dirigit â varias corporacions )' â distingidas persona- 
litats catalanas efectuosas esquelas de convit, pregântloshi que hi 
concorrin y procurin ferhi coucorrer la major numéro possible de 
catalans. 

» També nosaltres desitjariam que aixis fos, y que, sobre tôt, dels 
catalanistas n'hi anés una bona representaciô, puig apart del interés 
que ja hem indicat te per nosaltres la festa montpellerina, s'hi reali- 
sarâ un altre acte que. per si sol exigeix lo concurs dels catalans. 
Aprofitant la ocasiô d'aquestas festas, la Comissiô encarregada de 
posar una lapida en recort del naixement de nostre gran rey En 
Jaume '1 Conqueridor, eu la ciutat que fou son gloriôs bressol, ha 
decidit celebrar la festa de sa colocaciô en las murallas de la iorre 
dels pins, lo prôxim dilluns de Pasquetas. Corn diumenge y dilluns 
son festas, es de creure que aquesta bona ocasiô decidirà â alguns 
catalans â assistir â la glorificaciô del gran Rey. » 

{La Renaixensa, p. 3166, an. 1890, in-8°.) 

La cérémonie de l'inauguration a été ouverte par un discours de 
M. Roque-Ferrier. Ce discours rappelait que l'idée première du marbre 
de Jacme revenait à Verdaguer, qui composa à ce sujet une poésie, 
lue aux Jeux floraux de la Maintenance de Languedoc le 18 juillet 
18861. 

Le palmarès des Jeux Floraux de Jacme-le-Conquérant et du Féli- 
hrige montpelliérain a été ensuite proclamé. Pour le concours sur 
Jacme, les récompenses suivantes ont été décernées : 1"^"^ prix, à 
M. W.-C. Bonaparte-Wyse, pour sou ode triomphale en provençal 
(reproduite ci-dessous); médailles d'argent, ex-fequo, à M. l'abbé Mali- 
gnon (poésie reproduite ci-dessous)'et à M. Hubert Fabre, de Lansargues 
(Hérault), pour sa poésie la Roiimansa dau rei Jaume e de dona 
Tresa; mention honorable, à M. Alexandre Roux, de Laroque.près 
Ganges (Hérault), pour l'Efanl del miracle, pièce en un acte et en 
vers. Pour les sujets libres ou indiqués et le concours de versions 
en langue d'oc, 41 pièces ont été citées, dont 18 avec récompenses. 
Parmi ces pièces, on remarque plusieurs éloges de Montpellier, deux 
éloges de Marseille et de la Provence, des traductions de Dante, de 
Virgile, de Cervantes, etc. Les dialectes languedocien, provençal, 

1 Voy. le journal l'Éclair, n° du 27 mai 1890. 



CHRONIQUE 197 

gascon, dauphinois, roumanche, sicilien, macédo-roumain, etc., y sont 
représentés'. 

Un certain nombre de pièces récompensées et divers autres mor- 
ceaux ont été ensuite lus, quelques-uns par leurs auteurs mêmes. 

1. Un monument pel reij don Jaume, par J. Verdaguer 

Tria l'arbre mes bell de tes campanyes 
Per l'estatua del gran Conqueridor, 
Oh Montpeller : tu que en la mar te banyas, 
Traune, gentil Mallorca, arènes d'or. 

Dona '1 marbre mes fi de tes montanyes, 
Valencia, y de ton pla roses y ajuor : 
Tu '1 ferro virginal de tes entranyes, 
Catalunya, y tos brassos y ton cor. 

Voltau son ample front d'un raig de gloria, 
Armau son bras del Ilamp de la Victoria. 
Mes perqué 't veja d'Avinyô a Almeria, 

Bella garba de pobles que ha lligat, 
La estatua del gegant tallada sia 
Del penyal mes altiu del Montserrat. 

2. Lov, grand Rèi, loii bon Rèi ! Odo à la lausour de l'ilustre 
Mount-pelieren , En Jaunie Ion Coimquislaire, Per William-C. 
Bonaparte-Wyse. 

Composée au Manor of St-John's, Waterford (Irlande), en 1887. 

« Le manuscrit de l'auteur avait l'épigraphe suivante : « Lo pus 
bell princep del mon, é lo pus savi, é lo pus gracios, é lo pus dretu- 
rer, é cell que fos amat de totas gents, que rey, que hanch fos : que 
aytantcom lo mon dur se dira lo bô Rey en Jacme Daragô (Chron. 
de Ramon Muiitauei', chap. VII, fol vi), accompagnée d'une abeille 
sur une fleur, avec la devise : « Me pause ounte flouris. » qui est celle 
de M. Bonaparte-Wyse 

Dôu grand Rèi, dôu bon Rèi. 
Dôu nistoun dou Clapas, dôu famous Counquistaire, 
Sarén tôutis iuei lis enfant, li coumpaire; 

A la lausour dôu Rèi 
D'Aragoun, Valènço e Maiorco, 
Largaren nôsti cant, bèn amourousameu ; 

' Voy. le journal V Eclair, no du 28 mai 189U. 



lOS CHRONIQUE 

Coumblaren nôsti plaço e nôsti bastimen 
De lausié, de loso e de toico ! 

Lou bon Rèi, lou grand Rèi ! 
Dedins aqueste siècle inchaiènt e trufaire, 
Este tèms d'amaresso e de nègre desaire, 
L'eisemple soûl d'un rèi 
Tant grand coume lou sies. En Jaume, 
mignot de Barcino, o car Mount-pelieren, 
Me liisis i vistoun coume un azur seren, 
A moun cor coulo coume un baume. 

0, cantèn lou grand Rèi, 
L'enfant de Mount-pelié, bèus amis, mi counfraire ! 

dono i clàri voués ! o melicous troubaire ! 

Car aqiiéu rèi di rèi, 

Esbrihant jout l'or de si floto *, 
Que l'istôri a quiha sus lou mai aut cresten 
Dôu renoum miejournau, es, veritablamen, 

Nosto eros e coumpatrioto. 

0, canten lou bon Rèi, 
Qu'èro uno souleiado en mitan de si fraire, 
Un rivau soubeiran di mai fiers emperaire, 
Di mai sublimi rèi ; 
Que, fèr aigle, sus lis abisme 
E li roco e li ro , voulant superbamen. 
De vitôri en yitôri, esbaudissié li gen. 
Sus soun pit la crous de l'Autisme. 

Lou bon Rèi, lou grand Rèi, 
Qu'èro di Catalan lou pastour e lou paire, 
La gau di bèlli dono e di Muso l'amaire ; 

Qu'èro i reiaume, i rèi. 
Un nivas e pièi uno estello ; 

1 nemi de la Glèiso un uiau cerulen ; 
A milo e milo ami un delicious alen ; 

Tour à tour, tron, voués cantarello ! 

1 « Havie bells cabells e rossos que serablavon fil d'aur », nous dit le chro- 
niqueur d'Esclot, daos son histoire de la Conquista de Mnllorca. J'en suis 
témoin, ayant en ma possession une mèche de ses cheveux très authentique, 
que M. Hernandez, l'archéologue bien connu de Tarragone (qui la coupa 
lui-même sur la tête du roi à l'occasion de l'ouverture de son tombeau à Poblet), 
voulut bien m'ofîrir. (Note de M Bonaparte-Wyse.) 



CHRONIQUE 199 

Lou grand Rèi, lou bon Rèi ! 
La floui- di cavalié, lou lam dis escalaire, 
Di Maugrabin lou dôu, di catau l'aclapaire, 
La perlo entre li rèi ; 
Au councile, au coumbat fènt flôri, 
Di pais souleious li serre, lis aven, 
De la mar di Latin li flot, li oaraven, 
Fasièn tôuti clanti sa glôri. 

Lou grand Rèi, lou bon Rèi, 
Mai bèu qu'un bèu pauraié, dret, savi, de bon aire, 
Qu'èro ama de soun tèrns coume un fiéu de sa maire ; 
Un rèi subre li rèi, 
Qu'à travès la mar e la terro 
Castelane prélat seguissièn touis ensen, 
A la gàrdi de Dieu sèmpre invinciblamen, 
Au crit de soun « Desperto ferrol » 

Lou bon Rèi, lou grand Rèi ! 
Coume un pinas brounzènt au mistrau boulegaire, 
L'aguste tregen siècle, en tout constat e caire, 
Resouuavo dou rei : 
I nacioun de raço latino, 
D'eila li Dardanello i Pilas Erculen, 
Soun regard enaura, soun iue paradisen 
Ero un calèu dins l'escurino. 

Lou grand Rèi, lou bon Rèi, 
Noun calas de canta, don Peirou li trevaire ! 
Fasès boumbi lèu-lèu fin qu'i toumple de Taire 
Lou renoum dôu grand rèi 
D'Aragoun, Maiorco e Valènço, 
Que soun fres souveni, sempiternalamen, 
Espandira 'n perfum, un dous rebatrosen 
Dessubre soun nis de neissènço ! 

Lou bon Rèi, lou grand Rèi ! 
Sa glôri espetaclouso aura sèmpre un esclaire. 
Tant que lou Mount-serrat dentelejara l'aire ! 
E, rèi entre li rèi, 
Soun noun sara cen de Taimenço 
De Barcino la belle e di Mount-pelioreu, 
Tant que lou soulèu d'or, sus soun trône azuren, 
Is ome fara lumenenço ! 



200 CHRONIQUE 

MANDADIS A JACINTE VERDAGUER 

Poiièto, grand pouèto ! 
A tu premiè moun odo en l'ounoui- dôu grand rèi, 
Que belavo soun pople, estent jouve, estent vièi... 
Qu'èro perèu pouèto, 
Se coumplasènt dedins li vers. 
Li troubaire d'elèi soun de raço reialo : 
An, coume li grand rèi, au cor de bèllis alo 
E counsacre aquest cant à tu, grand Verdaguer ! 

3. Au Rèi Jaume d'Aragoun, par M. l'abbé C. Malignon 

S'amount, quand vèn Sant-Jan, s'entre-vèi fiô d'estello, 

Que, dins l'èr fasènt farfantello, 
Lampejon un moumen, pièi s'esperdon subran, 

Manco pas d'estello lusènto 

A l'iue badant toujour présente, 
Pourgissènt àplasé soun rebat soubeiran. 

Coume uno estello majo, au clar cèu de l'istôri, 

Rèsto giganto, ta memôri, 
Jaume: sies-ti pas lou rèi Conquistador f 

Parié titre es proun de requisto 

Pèr jamai se perdre de visto, 
E pèr cencha toun noum d'uno auriolo d'or. 

Mai pèr nàutri es pas tout, aquéu titre de marco : 

Se tant d'amour chascun te marcu, 
Es que sies clapassié, Jaume; vaqui perqué 

luèi la ciéuta mount-pelierenco, 

Urouso maire, en cor atrenco. 
Autour de ta Ijressolo, e cansoun e bouquet ; 

E perqué, de pertout, clantisson crit de joio, 

Que t'ôufris elo, pèr beloio. 
Au grand jour festenau qu'enauro à soun enfant. 

Sies dôu Clapas, o moun bèu Jaume ; 

Avans d'ajougne toun reiaume. 
Es eici qu'as passa, jouinet, ti premiès an. 

Es eici lou palai mounte ta pauro maire, 

Souleto, liuencho de toun paire. 
Te bressavo, enfantoun, pèr cala soun mau-cor. 



CHRONIQUE 201 

r as viscu ta primo jouvènço, 
E, pèi" t'ensigaà la valènço, 
Te counfisè, ta maire, à Simoun de Moimt-fort. 

Pèire toumbo à Muret e ta maire es à Roumo : 

L'Aragouii alor rèi te uoimio 
En plaço de toun paire, e tant lùu que Simoun 

N'en aprend li novo, te mando 

Au légat que te redemande, 
E partiguères pièi au pais d'Aragoun. 

Eres bèn jouvenet, ansin quand nous quitères, 

E que, de forço, counquistères 
Toun reiaume espagnôu, que dous ouncle marrias, 

Vesènt touu âge e ta fiblesso, 

Gueiravon : ta soulo prouesse, 
Derrôutant si calcul, te sauvé de si las. 

Es pau après Muret, qu'en l'ardour que t'aflamo, 

Escriucelères sus ta lamo 
Ta devise inmourtalo, o rèi: cVino-e o mouri! » 

E l'as coumplido toute entière : 

Jamai, en piano bataiero, 
Desastre n'es vengu toun cor endoulouri. 

Counquistant toun reiaume, em lou sang de ti veno, 

Ferme, alor, tenguères li reno. 
E quand li pus catiéu, te vesènt rèi titra, 

Te jurèron pas e councô.rdi, 

Bèn mens pèr ta misericôrdi, 
Que pèr ta glôri, à tu li faguères vira, 

Seculàri nenii de tôuti lis Espagne, 

Li Mouro tenièn la campagno, 
Toujour lest à doumta li Crestian si vesin. 

Déjà, luchant pèr sa patrie, 

Lou rèi Ferdinand de Gastiho 
Avié, souvèati-fes, batu lou Sarrasin. 

En Jaume, de segur, istara pas en resto 

E noun fugira la batesto. 
Dôu tèms que soun cougnat, dins sa bouiènto ardour, 

Rambaio lou creissèut sus terro, 

le déclarant nouvelle guerre. 
Eu sounjo, dins sis isclo, à lou jougne à soun tour. 



202 CHRONIQUE 

Vès-lou ! passant la mar, s'esmarrant vers l'estrange, 

S'en vai au pais dis arange, 
Plan d'ardidesso, abordo, e, lèu, l'espaso au pouiig, 

Après rùdi coumbat s'emparo 

Di vilo e fort di Balearo, 
E Maiorco e Minorco à sa courouno apound. 

S'en torno triouniiant, e l'Aragoun l'aclamo. 

Mai en repaus tant bono lamo, 
Noun se rouvihara, segur, dins soun fourrèu. 

Valènço, la gènto Valènço, 

Tento de longo sa valènço 
E partis pèr n'ana cousseja Tlnfidèu. 

Rèn ie pou rèsisti : e pau àpau tout croulo, 
Bàri'i, tourre, armado emai foulo ; 

Enfin tant cranamen se dis que bataiè, 
Que pèr Sant-Jôrgi lou prenguèron 
Si soudard, e qu'atribuèron 

Tant fainouso vitôri au patroun di guerriè. 

E Valènço fugue prouvinço aragouneso. 

Jaunie, après tant richo preso, 
Aviès gagna toun noun de rèi Conquistador ; 

Eres fidèu à ta' deviso, 

E l'istôri, que tout révise, 
Souto aquéu noum d'elèi t'a liéura passo-port. 

Mai, s'ères pèr toun pople un valent counquistaire. 

Eres tamben amenistraire 
E juste e religions e de longo au devé. 

A Valènço la Musulmano, 

Fères presica fe crestiano ; 
La doutères d'evesque e de prèire à souvet. 

Jusquo dins ti desbord ta fe deniourè vivo, 

E, pèr tancà l'ardour cativo 
Que transissié toun cor, en cerco d'un èr pur, 

Penitènt, quitères lou mounde, 

Avide de trouva 'n abounde. 
Au founs d'un niounastié, de perdoun, de bonur. 

Oublidaren pas, iuei, ta noblo bènfasèuço : 

Mount-pelié, per dré de neissènço, 
Ero tiéu, d'Ara^oun èro fièu e coumtat. 



CHRONIQUE 2^^ 

Après pau tèms, lou deliëurères, 
Au Lengadô lou rendeguères, 
R mai i'aguères voués, o celebro ciéuta; 

D'aqui tant qu'un bèu jour, coume flunie e ribiero, 

Deverson sis ouiido pleniero 
Pèrcoungreia l'amplour de l'inmense Oucean, 

Emé ti sorre miejournalo, 

Pèr unioun douço e leialo, 
Pensères de te jougne au mage pople franc. 

le dounères toun sang, m,ai, pèr ie faire arengo, 

Vouguères counserva ta lengo, 
Sauva lou parauli dôu bon vièi tèms passa. 

Franco, t'aiman de cor e d'amo, 

Pèr t'apara sian tout de flamo ; 
Vengon li marrit jour, contro toun sen preissa, 

Fidèu nous troubaras sènso pou ni reproche, 

Sèmpre, de tu raarcharen proche. 
Laissent lis esprit court à si deliramen. 

Noun, es pas tu, Patrio, o maire, 

Que de nàutri as pouscu mau-traire ; 
Hou sabes que t'aman, te sufis que t'amen. 

Mai, tu, ciéuta d'elèi, s"à Touro d'iuei t'agrado 

D'èstre vilo franceso astrado, 
A Jaume, de segur, deves un grameci. 

léu, la vese, ta gratitudo. 

Sus lou front de ti multitudo, 
En aquéu jour seren, gaiamen trelusi, 

E vaqui perdequé, fier de ta remembranço, 

Enfant d'Espagno, enfant de Franco, 
IJrous, iuèi, t'oufrissèn lou maubre de Tounour, 

E Lengadoc e Catalougno, 

Ardit ! fan clanti si zambougno 
Pèr enaurà toun noum e lausa ta valour. 

Jaume, ligaras mai que mai lou dous liame 

Que rend fraire dous pople flame ! 
De Pirenèu, n i'a plus ! Di mountagno, en cantant, 

Nosto voués, trespassant Tauturo, 

Crido pèr cimo e pèr planuro : 
— (c Vivo la lengo d'O ! Vivo lou Catalan!...» 



20 4 CHRONIQUE 

4. Strophes exLruiles de la cantate écrite en Vhonneur de Jacnie-le- 
Conquèranl, poésie languedocienne couronnée en 1889 à la fèli- 
brée de Lengarran, par M. Xavier Peyre, de Bédarieux. 

Jaume devotament airaava 
La vila à-nounte era nascut: 
A MouQt-peliè tout lou menava, 
Disoun lous que lan counougut, 
Maugrat lou sagan treboulaire, 
Qu'aviè'raé lous Môious d'enlai, 
La dessoublidet pas jamai : 
Lou fil aimet toujour sa maire. 

Dins lou prince que festam ara, 
A part lou sourdat aguerrit 
E lou grand gênerai encara, 
l'aviè tabé lou bel esprit, 
Lou savant que de pouësia 
Aimava de se regalà ; 
E, quand vouliè s'en enmesclà, 
Fasiè pas ges de gabusilha. 

E coussi la cieutat famousa, 
Que de tout tems a jitat lum, 
Demourariè dessoublidousa, 
D'un fil que menet tant de fum ? 
Sus unas de sas permenadas, 
Per de que n'a pas mes quicom 
Que se deviste de ben lion? 
Série tems après tant d'annadas. 

D'aquesta festa un pau tardieira, 
Au grand felibre catalan, 
N'en devem l'ideia premieira ; 
Es el qu'a bailat lou balan. 
loi, Verdaguer, lou fier cantaire, 
A fach segui sa lira d'or, 
Emb el per cantà de bon cor, 
A tour, Jaume lou Counquestaire ! 

Pioi que s'agis d'un tant grand prince, 
Cau fa las causas grandament. 
Aquel moucel de malbre mince, 



CHRONIQUE 205 

Aco's bon per en a tendent ; 
Fau pas una peira fragilla, 
Fau un mounument defenit, 
Siegue de brounze ou de granit, 
Digne d'aquesta nobla vila. 

Mais carguen pas à la bravoura 
Un abilhage trop destrech ; 
Una estatua, à la bona oura ! 
En Jaume d'Aragoun i'a drech. 
La plaça n'es touta marcada, 
En lioc mai série pas milhou : 
Louvis Quatorze es au Peirou, 
Que Jaume siegue à TEsplanada. 

Refrin 

Après tant d'ans passats de fila, 
Que Jaume âge soun ped-estal, 
Plantât au pus bèu de la vila ! 
Que lèu loii vegem à chival. 

Estudiants, jouinessa galoia 
D'aquestas quatre Facultats, 
vautres que menas la joia 
Per tout à-n-ounte vous moustràs, 
Venès, mesclàs-vous embé nautres 
Per cantà Jaume d'Aragoun 
E mountà naut lou diapasoun. 
Tout Mount-peliè comta sus vautres. 

Veni, lusenta Estudiantina, 
Tus tabé, seguis lou courront. 
Enfants de la raça latina, 
Cantàs Jaume lou Counquerrent. 

Touta aquesta vila s'apresta 
A rendre un oumage pious 

— Degus deu pas estre de resta — 
A Jaume lou Vitourious. 

Dins lous acesses de la febre, 
Aicî tout crida à plen gousiè : 

— « De Maria de Mount-peliè, 
Viva l'enfant vint cops célèbre ! » 

14 



20 6 CHRONIQUE 

E, zou ! cournetas e musetas ! 
Zou, lou tambourin e l'auboi ! 
Que se parle dins las gasetas 
De la festa que fasem loi ! 

5, A Mount-pelié, sus lou sieisèn centenàri de soun universita, par 
L. M. Bard. Epigraphe : « Lou passa ensegno l'aveni. » 

Ero la guerre aièr, e lou canoun brutau 
Fasié trambla lou sôu, desoundrant lis oustau, 

Chaplant lis orne pèr centeno. 
Aièui, en pleno pas, la joie c li cansoun, 
Mount-pelié, de toun cèu esbrandon li ressoun 

E proumeton d'ouro sereno ! 

Pèr s'ajougne à ti fèsto, à toun trefoulimen, 
S'amano à toun entour, de vint despartamen, 

Dins uno coumuno alegrio, 
Tout ço qu'aimo l'utile e lou vrai e lou bèu, 
Tout ço qu'aimo d'amour aquel double simbèu : 

La grando e pichoto patrio ! 

Car lou pople es fidèu, maugrat si divisioun, 
I grand revieutamèn, i vièhi tradicioun, 

A la poulpro de soun istùri ! 
Quand un d'aquéli jour se lèvo, un sant desbord 
Lou barbèlo, l'estrèn, e saludo em tresport 

Lou revieure d'aquéli glôri ! 

Alor, vengue de biôu ! Alor, fau que l'auboi, 
Maride si refrin au tambourin galoi ! 

Zou ! de danso e de farandouno ! 
Pèr iue jour à Toustau, laisso peno e soucit, 
E s'afresco lou sang dins d'ouneste plesi, 

Car la joio veraio es bouno ! 

Car la joio, l'a dich un de ti majourau ', 
De l'amo es lou besoun e dôu cor es la sau. 

Quand lou pople ris emai canto, 
Counèis ges de maucor, tout à fiéu d'aigo vai ; 
Pièi quand s'es esbaudi, mai drud, toruo au travai, 

Plen de voie fourtificanto ! 

1 Antonin Glaize, Li sèt vertu de la joio. 



CHRONIQUE 207 

E vejaqui perqué, bourgés, oubrié, pacan, 
Arribon d'en pertout, à l'apèl di Decan, 
Pèr célébra lou centenàri 

De rUniversita qu'a 'spandi toiin renoum ! 
Es pèr glourifieà, pèr enaussa toun noum 
Que s'anioulounon dins ti bàrii ! 

Quand, pièi, estrambourdà, farandoulejaran, 
Quand si crid, si vivat dins toun cèu vibraran 

Coume un tron que boumbo e reboumbo ; 
Li doutour, li letru qu'en glùri t'an aussa, 
Qu'i cimo de la sciènço, en luchant, t'an quiha, 

Tresanaran dedins si toumbo ! 

E la Gleiso, perèu, elo te benirà ! 

Car toun escolo es nado à soun alen sacra ; 

Es fièro de l'agué creado ! 
E souto soun aflat, au sortre de si man, 
De longo a couneigu que d'urous lendeman, 

De jour sens ges de mau-parado ! 

E nautre, li felèn dis encian troubadour, 

Venèn, la flamo au front, d'Espagno e dôu Miejour, 

Lauseja tis obro inmourtalo, 
T'auboura mai-que-mai, car sies un di fougau 
Ounte a recaliva l'engèni patriau 

E flouri la lengo meiralo ! 

Nous abéura venèn au pouèti rajôu, 

Ounte an déjà begu, dôu tèms dis grans aujou, 

Li mèstre de la pouësio 
E dôu cop te prouva qu'oublidarèn jamai 
Qu'empures aquel fiô crèmadis tournamai, 

En ounourant nôsti sesiho ! 

Es ta glôri qu'aièui s'alargo e bat soun plèn ! 
Mostro au pople afouga qu'as encaro d'alèii, 

Que te trufes di mau-disènço! 
Qu'à vôu lis escoulan, sus ti banc empreissa, 
Te fan un aveni digne de toun passa, 

Digne perèu de sajouvènço ! 

Mai-que-mai, fai-te bello! Alando tipourtau! 
En l'ounour de tis oste, enflouris toun lindau! 



20S CHRONIQUE 

E que ta courouno coumtalo, 
Esbrihaude lis iue coume au tèms di Guihèm 
E cantaren, ravi, l'alleluia maièn 
Que tnarco ti triounfle, o rèino miejournalo !. 

6, Vers en l'honneur de Jacme-Ie-Conqiiérant , par M. Hippoljte 
GuiLLiBERT. Datés d'Aix-en-Provence, le 25 mai 1890. 

Ounour à Jaunie, au Couûquistaire, 
Qu' esbleugissé Tage miejan; 
Que pèr lou pople e si cautaire 
Fugué subre-nouma lou Grand. 

D'autres morceaux, qui n'avaient pas de rapport direct avec l'inau- 
guration du marbre de Jacme, ont été lus à cette cérémonie : la Chan- 
son de l'Enfant, poésie de M. Henri de Bornier, en français ; Jeanne 
d'Arc, poésie de M. Martin, de Nimes, en provençal ; Li Moiisco, 
conte en prose provençale, par le même. 

E. -Daniel Grand. 



Le Gérant responsable: E. Hamelin, 



Montpellier, Imprimerie centrale du Midi. — Hamelin Frères. 



LEGENDES PIEUSES EN PROVENÇAL 



î'ai-mi les manuscrits jadis volés dans nos bibliothèques, dont la 
France est rentrée en possession, grâce au zèle et aux habiles négo- 
ciations de M. Léopold Delisle, figure unms. provençal, ainsi décrit 
dans le Catalogue des mss. des fonds Libri et Barrais, p. 119 : 

« Nouv. acq. franc. 4505 (Libri, 107). 

» LÉGENDES PIEUSES, en provençal Volume en parchemin. 

44 feuillets. 187 millim. sur 130. Ecriture à longues lignes du xiii'' siè- 
cle. Une note frauduleusement ajoutée au bas de la dernière page : 
« Iste liber est conventus Sancti Dominici de Mantua », permet de 
supposer que le volume a été dérobé dans une de nos bibliothèques. 
Le manuscrit a perdu les cinq feuillets du commencement', et peut- 
être plusieurs cahiers à la fin, ce qui en rend jusqu'à présent l'identi- 
fication très incertaine, comme l'a fait remarquer M. Meyer dans la 
liomania, t. Xll, p. 341. — Reliure en ais de bois, avec dosen cuir ^ .->■> 

Ce ms. a été en effet volé dans une de nos bibliothèques, et cette 
bibliothèque n'est autre que celle de Cart)entras. Les 44 feuillets qui 
constituent le ms. 107 de Libri ont été arrachés au commencement 
du ms. 461 de Carpentras, dont la reliure, qui n'a pas été réparée 
depuis, conserve la trace trop évidente de cette mutilation. J'avais eu 
de ce méfait un vague soupçon dès le premiei- jour (il y aura bientôt 
dix ans) où j'ai pu examiner ce dernier ms., grâce à la comparaison 
que l'extrait publié par M. Paul Meyer ^ dums. Libii permettait d'é- 
tablir entre les deux, au point de vue de la langue et du contenu ^. Ce 

' C'est neuf feuillets, et non ciaq, qu'il a perdus au commencemeut, comme 
on le verra plus loin. 

^ Cette reliure est récente. Le titre, en or, sur le dos, est Vite \ di \ santi 
et, plus bas, in provenzaie. 

3 liecueil d'anciens textes, p. 136. 

* Mon soupçon pourtant, je dois le dire, était contrarié par l'abseûce, dans 
l'extrait publié par M. Meyer, de l'un des traits caractéristiques les plus fré- 
quents du texte de Carpentras, je veux dire de la fornie fe>i (^ fidem), due, 
comme plusieurs autres qu'on y remarquera, à l'influence analogique de mots 
en 71 instable, tels que ren, ben, etc. (cf. fon, tnercen, sen, ?nin, sin, etc., 

TOME IV DE LA QUATRIÈME SÉRIE. — '^yfil.Mai-Juln 1890J. 

15 



210 LEGENDES PIEUSES 

soupçon devint une quasi-certitude quand M. Léopold Delisle eut 
publié la description, rapportée ci-dessus, du ms Libri, et que, sur 
ma prière, M. Georges Reynaud, qui venait justement d'achever, pour 
la Société des langues romanes, la copie, jadis commencée par moi, 
du ms. de Garpentras, comparant les mesures, données par M. De- 
lisle, du premier de ces mss. à celles du second, les reconnut iden- 
tiques ou à très peu -près. Quant à la lacune que celui-ci présente au 
commencement, nous savions déjà que 44 feuillets, nombre de ceux 
dums. Libri, n'auraient pas suffi à la combler. 

Depuis, et tout récemment, j'ai pu moi-même, grâce à l'obligeance 
de Tadministratioa des deux bibliothèques, avoir à la fois sous les 
yeux les deux mss. et les comparer à loisir ; et aucun doute ne me 
reste aujourd'hui sur l'origine du ms. Libri. C'est bien, comme je l'ai 
déjà dit plus haut, et je le réi)ète ici avec une certitude absolue, un 
fragment du ms. 461 de Garpentras, arraché au commencement de 
ce dernier. 

Les 44 feuillets, numérotés récemment en chifl'res arabes, dont se 
compose le ms. Libri, que j'appellerai désormais ms. de Paris, se 
suivent sans lacune et peuvent paraître au premier abord former un 
tout complet, grâce au soin qu'on a pris de gratter les chiffres 
romains de l'ancienne foliotatiou qui n'étaient pas déjà devenus illisi- 
bles. Mais on en distingue encore çà et là, plus ou moins vaguement 
des traces *. 

Le ms. de Garpentras se compose dans son état actuel de 123 
feuillets. La feuille de garde, en papier, sur laquelle on lit, d'une 
écriture, à ce qu'il semble, de l'avant-dernier siècle: Demonslralio \ 
16 I Acta sanclor. \ aliquot, a été comprise dans la nouvelle folio- 

pour fo{fuit), nievce, se, mi, si), la forme fe se rencoatrant au contraire trois 
fois dans la pnblicalion de M. Meyer. Mai.5 il se trouve justement que le ms. 
porte fen. Seulement V?i est ou paraît exponctuée, ce que M. Meyer, contre 
sou habitude, a négligé de constater. Voir ci-aprè.s, p. 267, n. 1 et 4. 

1 Ainsi sur les folios actuels 11, 12, 20, 21, 22, 35, 37, 43, il est encore 
po.ssible de deviner, de reconstituer à l'aide de ce qui reste apparent (37), ou 
même de distinguer entièrement (22, 43) les cliifîres primitifs xx, xxj, xxiv, 
XXX, xxxj, xliiij, xlvj, lij. — Dans le passage de la Romania cité plus haut, 
M. Paul Meyer signale, parmi les numéros de l'ancienne foliation qui ont échappé 
au grattage, le n" 14, lequel, dit-il, correspond au folio 9 actuel. Ce folio 9 
est au contraire, aujourd'hui du moins, l'un de ceux oii l'ancien chiffre a été 
le plus gratté. Mais on y distingue encore trois petits traits qui probablement 
surmontaient autant d'î. Or le chiffre primitif était certainement xviij, comme 
il résulte de la concordance des autres indications, et non xiiij, que Al. Paul 
Meyer avait cru lire, d'où son erreur, répétée par M. Delise, sur l'étendue de 
la lacune du commencement. 



LEGENDES PIEUSES ' 211 

tatioa en chiffres arabes, ce qui réduirait à 122 le nombre effectif des 
feuillets du ms., si ua même numéro (60j n'avait pas été inscrit sur 
deux feuillets consécutifs, 

La lacune du commencement, comblée, en partie seulement d'ail- 
leui's, par le ms. do Paris, n'est pas la seule qu'on y remanpie ; il y 
en a plusieurs, plus ou moins considérables, à l'intérieur, et une 
encore à la fin, l'ésultant toutes, comme la première, de mutilations 
récentes, postérieures dans tous les cas à la reliure actuelle, — qui 
ne paraît pas très ancienne', — comme l'indique clairement le misé- 
rable état de celle-ci. La plus considérable de ces lacunes (26 feuil- 
lets) se trouve entre les folios actuels 22 et 23. Provient elle aussi 
d'un vol de Libri? 

Grâce aux indications fournies par les restes encore nombreux ^ de 
l'ancienne foliotation, par les feuillets doubles du milieu des cahiers, 
qui devaient en compi'endre chacun quatre, soit huit feuillets simples, 
et par ce qui subsiste encore des numéros d'ordre des chapitres, on 
peut arriver sans trop de difficulté à se représenter l'état primitif du 
ms. et à marquer avec précision la place et l'étendue des lacunes. 
C'est ce que nous avons essayé de faire dans le tableau suivant 3. 

l^"" cahier. F»^ j-vHj- Manque entièrement. 

C F" l'x. Manque. 
2^ cahier. \ ^.^^ ,,,t^.p ,„ 

( — [x-xvj] . = Ms, de Pans ("^ 1-7 

.3" cahier, — [xvij-xxiv] 8-15 

4« cahier . — [xxv-xxxij] 16-23 

5-^ cahier. — [xxxiij-xl] 24-31 

6*^ cahier. — [xlj-xlviij] 32-39 

* Elle n'est pas, d'un autre côté, postérieure aux neuf premières années 
du XVIII' siècle, car sur le plat intérieur sont collées les armoiries gravées 
d'André Jos'^ph de Brancas, personnage que l'on sait être mort e i 1709, à 
Beaucaire, dont. il était gouverneur depuis 1697. 

' Dans le ms. de Carpent.as seulement, car celui de Paris, comme on l'a 
déjà remarqué, n'en a conservé que des traces rares et peu distinctes. Dans 
c-^lui de Carpenlras même, on n'en trouve plus aucune à partir du 1° 106 de 
la nouvelle foliotation, probablement parce que les ancien.^ chiffres romains, au 
lieu d'être seulement plus ou moins entamés par le couteau du relieur, comme 
il est arrivé à plusieurs des précédents, ont été à partir de là entièrement 
rognés. 

^ J'imprimerai en italique les numéros d'ordre afférents aux feuillets per- 
dus, en romain ceux des feuillets subsistants, sauf à placer ceux-ci entre cro- 
chets, en tout ou en partie, selon qu'ils auront disparu eu entier, par grat- 
tage ou autrement, ou qu'ils seront seulement mutilés. 



80 cahier. 



2 12 LEGENDFS PIEUSES 

I — [xlvix-lj] 40-42 

7* cahier. — [lij-liij^] (feuillet double du milieu). .. . 43-44 

I — liv-Ivj =Ms. de Ciiipentras f°s 2-4 

[ — loij-lciij . Manquent. 

— Iix2 20 

— Ix-lxi (feuillet double du milieu) 21-22 

' — LrAj-lxiv . Manquent. 

Q'' cahier. — Ixv-lxxij 5-12 

10"= cahier. — [lxxiij-lxxx\. Manque. 

,,„ ,. ( — Ixxxj-lxxxvij 13-19 

11'^ cahier. ] , -• r^ ■ i • ■■! 

( — Lcxxviij. Déchirer 

12* cahier. — ■ Ixxxix-lxxxxvj. Manque entièrement. 

13'' cahier. — Ixxxxvij-civ . Id. 

14'' cahier. — cv-cxij. Id. 

— cxiij Ç!). Manque. 

— cxiij ^-cxiv , 23-24 

15'' cahier, i — cxv-cxvj (feuille double du milieu). .. . 25-26 

— cxvij-cxviij 27-28 

— cxix . Manque 

— co:x. Manque. 

— cxxj cxxij 29-30 

16- cahier. <| — cxxiij-cxxiv (feuille double du milieu). . 31-32 

— cxxv-cxxvj 33-34 

— cxxvij. . . 35 

— cxxviij 36 

— cxxviij (bis; 37 

17® cahier, j — cxxix 38 

(Complet.)) — cxxx-cxxxj 39-40 

— csxxij-cxxxiij 41-42 

— cxxxv 5 ... 43 



* Pour ce qui pf;ut encore se disliogner ou se deviner de.s numéros x à liij 
(= Paris 1-44), voir ci- dessus, p. 210 n. 1. 

2 Feuilletlransposé, ainsi que les deu.x quisuivent, (iepuis la ninlilalion du ms. 

•' Il reste deux minces fragments du bord extrême de la marge. 

'• Ce qo ou Tun^de ceux qui précédent, à partir de Ixxxvij, a du être répéié 
par erreur, comme il est arrivé plus bas pour quatre autres. Delà l'irrégularité 
dans la série des nombres et l'anomalie que présente le feuillet double intérieur 
du 15« cahier dont la première partie devrait porter un nombre pair et qui 
est foliotée cxv, au lieu de cxvj . 

5 Sic, au lieu de cxxxiv, erreur qui compense celle du feuillet 2 de ce cahier 
et laisse par conséquent subsister l'irrégularité signalée dans la note précé- 
dente. 



I.EGFNDES PIEUSES 213 

— cxxxvj 44 

— cxxxv[ij] 45 

— cxxxvi[ij] 4G 

18"" cahier. ( — cxxxvi[iij] 47 

— cxxxix* 48 

— cxxxx 49 

— cxxxxj-cxxxxij . Déchirés - 

— cxliij. 



{ Déchiré.s^ 
cxliv . ) 



,„„ , . 1 — [cxlv?] 

19^ cahier. ' , ., • ,x 

J — cxlv (bis '). 

' — cxlvj 

> — cxlvij-cxlix. 



20" cahier. 



— cl. Déchiré ^ 

— clj-clij 

— cliij-cliv. . . . 

— clv 

— clvi 



24« cahier 



50 


51 


52 


53-55 


56-57 


58-59 


* 60 


60 bis 


61 


62-69 


70-77 


78-85 


86 


87 


88 


89 


90 


91 


92 



— clvij 

21" cahier. — clviij-clxv 

22« cahier. — clxvj-clxxiij 

23" cahier. — clxxiiij-clxxxj . . . 
/ — clxxxi[ij].. ...... 

— clxxx[iij]. ■ 

— clxxx[iv] 

— clxxxv 

— clxxxv [i] 

— clxxxvfii] 

— clxxx [viii] 

— clxxxix. Déchiré ^. 



* Ce feuillet devrait porter le n» cxxxx ; l'un des 4 nombres précédents, 
136, 137, 138 ou 139, a donc été répété à tort. 

2 11 reste à chacun un morceau de l'extrémité supérieure de la marge. Quelques 
lettres se lisent encore sur le premier débris, moins étroit que le second. 

3 Reste à chacun un morceau, en forme de coin, du milieu de la marge ou à 
peu près. On y lit quelques lettres et même quelques mots, mais d'où il n"y a 
rien à tirer pour l'intelligence de ce qui est perdu. 

4 Ce peut être aussi bien l'un des nombres compris entre 140 et 144 inclus, 
qui a été répété, puisque le feuillet préeéden! a perdu son n" d'ordre et que 
quatre autres ont disparu avant ce dernier. 

■i 11 ne re^e que deux tout petits et très étroits morceaux de la marge. 
6 Reste un morceau de la marge, vers la partie supérieure, où se voient 
seulement quelques l^ttrefs. 



211 LEGENDES PIEUSES 

— clxxxx 93 

— cxc (bis) 94 

— clxxx[xjj 95 

, — clxxxrxiil 96 

25« cahier. ^ . ^ .;!^^ 

— clxxxxi[ijj 97 

— clxxxx [iiij] 98 

— clxxxxv 99 

— clxxxxvj. , 100 

— clxxxx[vij] 101 

— clxxxxv [iij] 102 

, — Fclxxxxixl 103 

26» cahier. < ,^. 

— ce 104 

— ccj 105 

— [ccij-cciv] 106-108 

27« cahier. — [ccv-ccxij] 109-116 

\ — rccxiij-ccxixl ■ 117-123 

28« cahier. ^ n- i,- - -i 

/ — ccxx. Déchire ou coupe ^. 

Entre ce 28e cahier et la feuille de garde, il y a la place d'au moins 
un autre cahier, qui a dû être enlevé, mais avec plus de précautions 
que ceux du commencement, car la reliure n'est pas de ce côté aussi 
maltraitée. 

Ainsi, en admettant, comme nous le supposons, que le nis. dans son 
état primitif se composât de 39 cahiers complets, il devait avoir 
232 feuillets, dont il reste aujourd'hui 167, ainsi répai'tis: 

Paris : 44 ; 

Carpentras : 123 ; 

Il en aurait donc perdu 65. 

J'ai parlé plus haut de n"' d'ordre de chapitres, encore subsistants. 
On remarque, en effet, de loin en loin, sur la marge gauche du verso 
de quelques feuillets, tant du ms.de Paris que de celui de Carpentras, 
à la hauteur de la première ou de la seconde ligne delà page, des 
chiffres romains qui ont évidemment cette destination. Ces chiffres 
n'apparaissent que lorsque un nouveau cha^utre commence, soit sur le 
verso où ils figurent, soit sur le recto suivant, c'est-à-dire sur l'une ou 
l'autre des deux pages que le lecteur a simultanément sous les yeux, 

1 L'extrémité de la marge subsiste dans les deux tiers de sa hauteur; une 
ou deux lettres au plus des dix dernières ligues sont PDcore apparentes, mais 
seulement au rectoavec netteté; au verso on n'eu distingue plus aucune, bien 
qu'il soit évident, par les traces qu'elle a laissées, que l'écriture se continuait 
jusqu'à 11 fia de la page et que le manuscrit ne se terminait pis là. 



LEGENDES PIEUSES 215 

et ils se suivent dans un ordre régulier. C'est ce que montrera la table 
suivante, dans laquelle je place entre croclTots et les numéros qui man- 
quent entièrement aujourd'hui pour une cause quelconque, et les 
chiffres retranchés par le couteau du relieur des numéros partielle- 
ment conservés. 

[1]. Le premier cahier, dans lequel ce n° devait se trouver, avec la 
légende correspondante, a disparu en entier. 

[IIJ. Même observation. 

[111]. Folio ix y" (disparu). — Passio imar/inis Domini nostri Jesu 
Christi. F° x r° (= Paris 1 r"). 

[IV]'. F» xvij v" . — Chapitre sans rubrique. Ibid. (= Paris 8 v"). 

[V]'. F" XX v". — In dedicatione saiicti Michaelis. Ibid. ( = Pa- 
ris 11 v"). 

VI. F" XXV v". — fn festivitate sancti Pétri. Ibid. (= Paris 16 v°). 

VII. F' xxxiij v". — In commemoratione sancti Pauli. Ibid. (== 
Paris 24 v"). 

[Vlll]'. F° xlj v°. — Passio sanctarum virginum Fidei, Spei et 
Caritatis et nia'ris earum Sapienlie. F°xlij r" (= Paris 33 r°). 

[VII II]'. F'' Ij V".— Obitiis sancle Petronille et Felicule. F" lij r» (= 
Paris 43 r°}. 

[X]2. F" liij v''(= Paris 44 v").— Passio sancti Adriani. Fo liv r" 
(== Carpeatras 2 r"}. 

XI. Fo Ixviij v(>. — Vita sancti Icronimi. Ibid. [= Carp. 8 vo). 

XII. Fn Ixxj vo. — Passio sancti Maximi. Ibid. {:= Carp. Il vo). 
Xni. F'i ixxij v".— ? — Huit feuillets (Ixxiij-lxxx) manquent après 

celui-ci. C'est au recto du premier de ces huit feuillets que com- 
mençait ce chapitre XIII, perdu en entier. 

[XIV]. Au verso de l'un des feuillets perdus qui précédaient le n^lxxxj 
(= Carp. 13). — IPassio sancti Thnmre]. Manquent de ce chapitre le 
commencement etla fin. Ce qui en reste occupe les folios Ixxxj-lxxxvij 
(=Carp. 13-19). 

[XV] et [XVI]. Ces deux chapitres, dont le sujet ne peut être de- 
viné, occupaient, avec la fin de la vie de S. Thomas et le com- 
mencement de celles de S. Simon et S. Jude, les feuillets Ixxxviij à 
cxij,dont la perte a produit la lacune la plus considérable de notre ms. 

[XVII] Au verso d'un des feuillets perdus qui précédaient le n°cxiij 
(= Carp. 23). — [Passio sancti Simonis et sancti Judœ.] Manquent 
de ce chapitre le commencement et la fin. Ce qui en reste occupe les 
feuillets cxiij à cxviij. 

' Gratté, mais se distingue encore sous le grattage. 

2 L'angle du folio liij, où devait se trouver ce n» d'ordre, &f-i déchiré. 



2 1 6 LEGENDES PIEUSES 

[XVIIIj. Sur l'un des feuillets perdus cxix ou cxx. — [Passio sancli 
Andréa'^. F" cxxj r" {= Carp. 29 r"). Le commencement fait défaut 

[XJVIIII. F° cxxxvj v°. — Passio sancti Jacohi. F" cxxxvij i" 
(= Carp. 45 r"). 

[XXJ. Sur l'un des folios disparus entre cxl et cxliij. — Le peu 
qui reste de ce chapitre au recto du folio cxliv ne permet pas d'en 
deviner le sujet. 

[XXI]. F" cxliij v° (disparu). — Sancti Johannis evangeliste. 
F° cxliv r° (= Carp. 50 r°). 

[X]XII. F» cxlv v". — Yita sancti Silvestri. F° cxlvj r" (= Carp. 
52 r°) . 

XXIII. F" clvij v". — Passio sancti BarLolomei apostoli Ibid. {= 
Carp. 61 v°). 

[XjXIIII. F" clxiv v».— Passio san -ti Malhei. F° clxv r» (= Carp. 
69 r°J. 

XXV. F° clxxxj v. — Passio sancti Sixti et sancti Laurentii. 
F° clxxxij r" (= Carp . 79 ro) . 

[X]XVI. F° clxxx v°.— Passio sancti Stephani martyris. Ibid. (= 
Carp. 84 v°). 

[XJXVII. F° clxxxij v". — Vita sancti Panthaleonis. F° clxxxiij 
r° (= Carp. 86 r"). 

[XjXVIII F" clxxxxij \'0. — Vita sancti Martini. F" clxxxxiij r" 
(= Carp. 97 r«). 

XXVIIII.F» ccj v°.— Vita sancti Beaedicti. Ibid. (= Carp. 105 v°). 
Manque la fin. 

Le n" 405 des nouvelles acquisitions de la Bibliothèque Nationale et 
le n" 461 de l'Inguimbertine étant donc, comme il résulte de ce qui 
précède, deux fragments d'un seul et même manuscrit, il était naturel 
de les réunir dans une seule et même publication. C'est ce que nous 
faisons ici. Je suis seul responsable de la copie et de l'impression des 
44 feuillets du manuscrit de Paris Le reste a été transcrit parM. Geoi-- 
ges Reynaud; mais j'en ai corrigé moi-même les épreuves sur le ms. 

La perte du i)remier et du dernier feuillet du manuscrit, par con- 
séquent de Vincipit et de Vexplicit, nous laisse ignorer le titre que 
l'auteur ou du moins le copiste avait donné au recueil dont nous pu- 
blions les restes. Celui de Vitœ sanctoriim , inscrit sur la feuille de 
garde et au dos du manuscrit de Carpentras et que Libri s'est borné 
à traduii-e en italien, paraît convenir moins que celui de Légendes 
pieuses, du catalogue de M. Delisle. puisque dans les deux premiers 
des récits conservés, ce qui était peut-être aussi le cas de ceux qui 
précédaient et qui sont perdus, c'est de Jésus-Christ qu'il est ques- 



LEGENDES PIEUSES 217 

tion. Nous croyons, en conséquence, devoir adopter ce dernier titi'e, 
non sans faire reuiarquer toutefois qu'au point de vue de la forme, 
c'est, dans la plup;u't des cas du moins, à de véritables homélies que 
nous avons ou pai'aissons avoir à faire'. Le tout est, du reste, comme 
on le verra dans les notes qui suivent le texte, traduit, plus ou moins 
fidèlement, du latin. 

C. C. 



LEGENDES PIEUSES 

EN PROVENÇAL DU XIII° SIÈCLE. 



[I] 



[H] 



[III] 

[ 2 po 1 ro] INCIPIT PASSIO IMAGINI3 DOMINI NOSTRI 
JKSU CHRISTI 

Kl temps que li fes de Jesu Christ acoraensava a florir per 
lo mont & a creisser, s'ajosteron tuh li evesque d'Asia & ven- 
groii en Capadocia, en una gran ciutat qued horn appellava 
Cesarea, per* confermar los establimenz de sancta Gleisa. E 
can se foron tuh ajostat ensemps en un lue, levet sus le ves- 5 
ques de Nicomedia &: acoraenset a parlare dis:« Si a toz vos 
autres, sennors^, plazia, saintre ha un libret de saint Athana- 
sii, la patriarcha d'Alexandria, e poiria lo hom legir. » Res- 
ponderon tuh essemps &. disseron que mot lur plazia que fos 
legitz. Ab aitant acomenset a legir & dis : 10 

I Cela ressort encore, pour les n"' V, VI et VIT, de lenr rubrique même. 
^ Ms. de Paris. — 3 Ms. sennols. 



218 LEGENDES PIEUSES 

«Una ciutatz es en Ciria, denfra los termes de Tyri <i Sjdo- 
nis, qued es appellada Beritus ; <k. en aquesta ciutat estavan 
moût Judeu, car en aquella ciutat avia major synagoga qued 
en nengun loc autre de la terra, Josta aquesta sjnagoga 

15 estava uns bos hom christians en una maison que logava. 
Aquest bos hom avia fah far una image de nostre Seinnor 
Jesu Christ aici con fo mes en cros, ce avia la messa en sa 
cambra on jazia, sagellada en la paret, denant lo leg on jacia. 
Par la figura d'aquella magestat el pregava nostre Sennor 

20 de jornz e de noh. Cant ac estât lonc temps aquel pros hom 
en aquella maison,. .' loguet el corn de la ciutat [1 v°] una 
autra maison, car aquil li era trop pau ca ad el & a sa mainada. 
Meiret se la ab tota sa rauba &. ab tôt quant avia, estiers 
aquesta majestat qued oblidet. Aquist magestas remas per la 

25 voluntat de Deu, qui vult omnes hommes salvos feri et ad agni- 
cionem veritatis venire;\Q qualz volria totz los homes del mont 
esser salz, & que venguessan a la fe de veritat. Apres, quant 
aquest bos hom s'en fon eissitz, intreti us juzeus per estar. E 
quant iac estât gran pessa, non se fon donatz garda d'aquesta 

30 magestat; car aquil cambra, on aquist magestatz era, era locs 
escurs, e non la podia hom vezer fort clar. Cant venc un jorii 
arjuest juzeus envidet un autre juzeu, e manjeron laintre en 
la cambra on aquist magestatz estava; e domenz qe manjavan, 
aquest juzeus autre qued era envidatz esgarda en la^ paret 

35 e vi aquesta magestat de nostre Sennor Jesu Christ sagellada 
intre ; e cant Tac vista, fon moût iratz e marritz, e regarda se 
vers cellui que l'avia envidat, à comenset lo a rasonar mont 
asprament, oc dis li: « En per que tenes esconduda en ta 
maison la figura de Jesu Nazaretz? » Ab aitant aquest folz 

40 acomenset a dir tan folias paraulas e tant malas de notre 
Seinnor Jesu Christ que nuilz bos hom qued crezensa ni espe- 
ransa agues en Deu [2 r°] soff'rir ni escoutar per nuilla ren 
non pogra. L'autre juzeus, qued aquel trachoravia envidat, 
acomenset se arazonar k. far moût granz sagramenz qued el 

45 non s'era ancar donaz soin d'aquella magestat. Ab aitan 
aquest tracher se calet & non parlet adonx plus. Alanjeron, 

1 Deux ieUies illisibles [el?). 
' Ms. sa. 



LEGENDES PIEUSES 219 

e quant agron manjat, aquest autre comandet l'a Dca e tenc 
sa carrera. & va s'en alz sabis & alz princes do lur gent e dis 
lur qued «aitalz judeus qued era de nostre linnatge & de nos- 
tra lei avia & tniia en sa maison rescondudamenz la mages- 50 
tat de Jesu de Galilea. » Kil, cant ausiron aquesta paraula, 
toron moût irat &. moût marrit; &. era ja vespres, cV non vol- 
gron parlar de tôt aquel seras tro al matin. 



Item. 



» Quant venc lo matin, li princep e tuh li major, ab tôt bb 
l'autre pobol delz judeus, ab aquest qued avia aici trahit son 
conpainno, anneron a sa maison d'aquest. Intreron laintre, e 
troberon la magestat aici con aquest lur avia comtat. E van 
penre aquest mesqui de juzeu, irat & marrit per la magestat, 
e bateron lo e tormenteron lo moût asprament; e pois van lo 60 
penre e me[ne]ron lo denant la synagoga diraei mort. Pois 
van penre la majestat de nostre Sennor Jesu Christ, e getant 
la en terra &. acomenseron la a batre ab los pes è: a escarnir 
&. adiré: [2 v°] « Totas aquellas causas que nostre pairon 
feron a Jesu Nazaretz, &. nos fnssam, per lo seu despecg, 65 
ad aquesta soa magestat e non nos en triguem. Car aici 
con hom leg en la soa passion que nostre pairon meseron 
sobre son cap corona d'espinas &. l'abeureron de vinaigre 
mescle ab fel, el meseron en cros, el fiqueron clavelz en las 
mans è: elz pes, & pois feron li passar una lansa per lo seu 70 
latz, e nos, car non fom ad aquo, fassam, al seu despech, 
tôt aizo ad aquesta soa magestat. » Adonx, ab aquestas 
malas paraulas, tôt so que fon fah a Jesu Christ el temi)s 
de la soa passio eil renovelleron e feron ad aquesta soa 
magestat, et a dererelegiron un delz plus fortz trachors qued 75 
aqui era,e meseron li una lansa en las mas e feron li foire lo 
latz. E can le tracher ac fah aquesta maleza, per lo manda- 
ment delz autres judeus, repente orbis terre elementa snnt 
mutata et ali'a signa renovantur antiqua, quia ab jectu ferientis 
lancef", tanrjunin ex materia sensibili, aqua et sanguis distillare go 
cepit ad laudem et gloriam elcrni Dei palris. En eus pas li élé- 
ment del segle foron mudat c^ las signas antiquas foron reno- 



220 LEGENDES PIEUSES 

velladas. E de quai manera foron' renovelladas las antiquas 
seinnas à li élément de la terra mudat? Car, quan le tracher 
85 trais la lansa del costat de la iinagen,e lo [3 r°] n'issi sanx & 
aigua, con fera de nuil home carnal, (^ [comenset] a rajar moût 
fort, ad laudem et gloriam elerni Dei patris. 

Item de imagine. 

» Tibi igitur, Christe, cum Pâtre Sanctoque Spiritu gloria ait 
90 perpes honorqua per/iennis ac virlus inde/iciens per indeficientia 
temporum secala. Amen. A te, Senner Jesu Christ, ab lo Paire 
& ab lo Saint Esperit, sia gloria & durabla honors ai vertuz 
non defallenz per totz temps. Amen. Seinner, qui es aici con 
tu? Car autre Deus non es mas tu ; tu fas meraveillas sus el 
95 cel e miraclas granz sa aval en terra. A ! Seinner Jesu 
Christ, con granz es en homilitat, qui, cum deus esses invisibi/is 
el wipassib/lis, de supernis moatibus inhanc convallem lacrimarum 
descendendo et morticinum'^ nostre carnis assumendo apparuisti 
tocius mundi salvator. Tu, qued eras Deus non sofFrens mort, 

lUO (S: qued non podias esser vist, descendest delz sobeiras polig 
en aquest val de lagrimas, & presist la nostra carn mor'tal &. 
appareguist salvaire d'aquest mont. Otu, Senner, quan granz 
e quanmisericordios & quan sennorilz es, car tu, el temps que 
dévias esser trahiz, non vediest que le tracher que te traie 

105 non te b àses, k al serv reddest Taureilla que li fon taillada, 
quan tu pei' los nostres i)eccatz eras menaz, quais agnelz 
soaus, a la mort. qucun pins es homousion^ ! tu, Senner 
Deus, quan bons &i quan soaus [3 v"] es! car, domenz que tu 
eras en la cros, preguiestlo tieu paii-e, qued es podei'os de tôt 



• Ms. fon, avec le signe ubréviatif qui vaut er au dessus de \'o 
^ Lecture iocertaine; le mot a été corrigé; il semble qu'on avait d'abonl 
écrit niorciu, avec le signe de la nasale au dessus de Vu; on parait ensuite 
avoir fait de IV un groupe indistinct (^+) et exponctué I'î; au dessus de lo 
dans rinteriif;;ne on a ajouté un r et au dessus de 1"/ un n. Le tout ferait bieu 
morticinuni (= charogne, métaphoriquement), si l'on considérait comme invo- 
lontaire le point placé au-dessus de l'z et qu'on lût ou suppléât la même lettre 
après le t. C'est, du reste, la leçon du texte latin ici reproduit. 

3 Ms. hoo, avec un tilde au dessus, séparé de usion, comme s'il y avait là 
deux mots. La traduction montre d'ailleurs que l'auteur provençal n'a pas com- 
pris. 



r,EGENDES PIKUSES 22 1 

quant es, per aquelz que te crucifiavaii & dissist : ^i. Pater, H'J 
if/nosce illis, quia nescmnt. Pairo, perdona lur, car eil non 
sabon que se fan. » Senner, tu nos laisseist eissemple & 
(lemonstrament de la toa sancta bontat, que nos aguessam 
vers nostres enemix. tu, Jesu Christ, bénigne reformaire de 
Tuman linnatge, qued en aquella carn, que tu presist de la 115 
sancta vergen Maria, te laissest tener & iiar & flagellar à 
granz anctas far, & a derrier te laisseist mètre en cros per 
la nostra frogilitat. A.! Senner Reis d'Israël, quan glorios te 
sezes en la cadera del tien règne, lo quai li fello & li non cre- 
zevol, (juantte viron amermat un pauc menz delz angelz, non 120 
te tempseron far morir ad espanteol mort &: que non te ple- 
guesson a salvatga sentencia. E tu, bons luejers de Deu e 
delz homes, filzdo Deu lo viu,vec te que, per aqui mezeis, per 
la humana salut as sufFert que li serpentina genz delz juzeus 
ajan mes la toa image en la cros, non solament per reprenne- 125 
ment delz non fîzelz, mas a conformament, de tos fizelz. Per 
aquest dos à. per toz los autres bens fagh de la toa gracia, que 
tu donas & as donat a Fuman linnatge, per la toa misericordia 
te rendem' nos granz laus & granz gi'acias, [4 r°] nos tei serve 
e tei serven, aoras àiper infinita secula seculorum. Amen. 130 

» Audite, seinnor, zo que Deus vole e suifero que n'esdeven- 
gues puis. Per la soa voluntat n'esdevenL; zo que vos anem 
comtar aici. Aquil juzeu ({ued eran aqui, quan viron aquesta 
meravilla, ^ alz princes & ad aquelz majors qued eran aqui: 
« Sennor, nos auzem dir ad aquelz de Galilea que crezon en 135 
Jesu que, quant annava per terra, el fazia seinnas e meravillas 
el pobol. Aporte om una amola de veire & pause l'om a la bocca 
de la naffra de la magostat, & vejam si i donara ni i degotara 
seinna del sano) Ab aitant aporteron una ampolla de veire 
& meseron la a la bocca de la nafïra ; c^ aqui eis fon plena 140 
del sanc entro sus a la bocca. Quan li juzeu viron aizo,comen- 
set a dir Tus a l'autre: « Porte om aquesta ydiia a nostra 
sjnagoga, e fassahom venir toz los malautz e totz los frevolz 
qued hom poira atrobar, c^ oinna los hom d'aquest sanc; et 
en eis pas seran sanat, si veras son aquelhis causas que nos M5 

1 Ms. renden. 

^ Suppl. van dir? 



222 LEGENDES PIEUSES 

auzem dir de Jesu Christ.» Et fon aventura qued en la' vila 
avia juzeu malaut, qued avia estât lonc temps que non s'era 
levaz de son leg ni se podia girar de l'un latz en l'autre, qui 
nol girava; & avia una malautia qued hom appellava parali- 

150 sin; 6i destren-[4 v°]-nialo tan fort que po(r)der non avia nen- 
gum, mas solament en la lengua. Van penre aquest li autre 
juzeu, e poiteron lo a Ix synagoga, & oisseron lo d'aquest 
sanc ; éc en eus pas qued aquest fon oins d'aquest sanc, a laus 
& a la gloria de nostre Seinnor Jesu Christ, el levet sus del 

155 leg en que jazia, e fon aici sans (k alegres con si mal non agues 
agut, è: acoraenset a saillir et a trepar, eo fa le sers en la 
forest. Le pobolz toz, cant auzi aquesta meravilla, aduzian los 
cex, ce oinnia lur hom los oilz, &i eran enluminât &. recobra- 
van lo vezer aicel que non avian veul^. Lo[s] contragh & los 

IGO mangs & totz los malauz de qualque malautia qued aguessant 
en eus pas eran sauat e garit, quant eran oinzh d'aquel sanc; 
e recobravan kir raenbres celz que non avian; li sort reco- 
bravanlur auzir; li mut recobravan lur parlar ; li lebros i eran 
sanat; las plantas delz clops i son refermadas ; et alie infa^mi- 

165 tates diverse ad laudem et yloriam fabricatoris mundi remedium 
consecuntw salutis; e de las autras enfermetatz a laus û: a la 
gloria d'aquel seinnor que fabreguet lo mont i recebiant re- 
medi de salut. 

» Igitur hebrei, dam talia fièrent, compuncti corde, omnes pa- 

170 riter crediderunt in Dominum Jesuin Christum et cum lacrimis 
incredulitatem sue mentis [5 r°] deftebant dicentes : Gloria tibi, 
domine Deus patrum nostrorum, qui nobis miser is et indignis pec- 
catoribus rêve! asti Jesum Christum, filium tuum, quem ut Esaya- 
num cecinit mticinium virgo ante parlum genitrix Maria edidit et 

175 non solum in partu, verum etinm post partant, eadem mater 
inviolata permansit. Li ebreu, can viron aquestas causas, cre- 
zeron tuh ensemps en nostre Sennor Jesu Christ, k osteron 
lur non crezensa de sobre se ; & dizian ab lagriraasû: ab plors: 
« Senner Deus de nostres pairons, a te sia gloria & laus, 

180 qued a nos, mesquis peccadors, as révélât lo tieu fil Jesu Christ, 

1 Ms. sa- 

2 Le mol est surchargé; il semble qu'oo ait voulu corriger vist ; mais Vs, 
dans ce cas, a été omise. 



LEGENDES PIEUSES 22 3 

lo quill avia prophetizat lonc temps adenant Ysayas, & avia 
(lih (juo verges lo concebria & vergens Fenfantaria & apiop 
renfantamen remanria vergens. tu, Jesu Christ, filz de Dou 
vin, a te sia gloria &. laus, car tu as fag conoisser la toa grau 
vertut en ganren pobolz, & as révélât lo tieu glorios' in Israël 185 
& as sostrah los filz de Jacob de la foUa crezensa^ en que osta- 
van. tu, Sainz Esperiz, a te sia granz gloria, qued es vivi- 
fiaire â: restauraire del human linnatge, le qualz donas ad un 
cada un, per Taigua del sant baptisme, remission del peccat 
original (peccat), te manifestem nos per sennor e per Deu ; a te 190 
reddem granz gracias & grand laus. Seinner, perdona a nos, 
peccadors escumenegatz, car nos [5 v°] nos tornera a te de 
totz nostres coratges. Senner, recep nos en la confession del 
tieu saint nom, car nos fugem a te per penitencia » 

» Eo tempore, apud eandem civitatem, v[i\r religiosus et per 19.5 
cuncta laudabilis Adeodatus preera[t] métro politanus. Ad qucm 
accedentes hebreiicurn lacrirniset ijemittibus,universa inpropatu- 
lo que acta fuerant pandunt jjer ordinem. En aquel temps era 
en aquela ciutat uns arcivesques moût bons hom e moût reli- 
gions & en totz afars temenz Deu. Ad aquest saint liomen ven- 200 
gron tuh li liebreu, qued estavan en la ciutat, e comteron li 
tôt per orde de quai manera era esdevengut. Quan le bons 
hom auzi aizo, rendet granz laus e granz gracias a nostre 
Sennor ; après demandet lur le bos hom de cui avian agut 
aquella image de la figura de nostre Sennor. Eil responderon 205 
e disseron qued aitalz hom avia estât en aquella maison, (k 
avia la oblidada per aventura laintre en aquella cambra en 
que jazia. Aqui mezeis l'arcivesques trames querre aquest bon 
home; & quant aquel bons hom fon venguz denant el, le bons 
hom l'arcivesques demandet li de quai manera era esdeven- 210 
gut ni qui podia aver formada tan meravillosament aquella 
imagen. El respondet & dis qued aquel [6 r°] Nichodemus l'avia 
pencha, le qualz era discipolz de Jesu Christ rescondudamenz, 
car a sauput non osava^ esser, per paor delz juzeus ; le qualz 
parlet ab Jesu Christ de noh, aici con diz li Escriptura: Qui 215 



' Sic. Supp. nomi 

2 Substitué à lei, par un renvoi h la marge. 

^ Corr. ausava ? 



22 4 LEGENDRS PIEUSES 

veverdt nocte ad Dominum Jesum, quia discipulus ejus erat vi 
occulU), propter 7netum judeoriim ; qued era vengutz i)arlar al» 
Jesu Christ de nohg, car sos discipolz era rescondudamenz, 
per la paor delsjuzeus. Aquest avia depencha la iinagen, e 

220 quan vole morir, laisset la a Gamaliel. Aquest Gamalielz fon 
maistre de saint Paul, e can venc a fin, laisset la ad Acheu ; 
à Acheus liuret la a Jacme ; et Jacmes a Symeon, et Sjmeonz 
ad un f[ued avia nom Matheu. Et enaici de pairon^ ede gene- 
racion en génération, estet en Jérusalem tro al quaranten an 

225 qued ;ivia que nostre Senner Jesu Christ s'en era pujatz en 
cel. Pois dos anz enanz que Titus ni Vespasianus li eraperador 
de Roma destruissessan Jherusalemni messessan en caitivitat 
los juzeus que i troberon ^, li fldel de Jesu Christ, qued estavan 
en l;i L-iatat, foron amonestat del Saint Esperit qued eissessan 

230 d'aqnella ciutat, ab toz los sanctuaris qued apertenian a la 
iiostra religion <k a la nostra feu, è: annessan s'en en la terra 
d'un rei qu'îd avia nom Agripa, qued avian elegit <k estabiit 
li Roman. En aquel temps aquist figura de la imagen de nostre 
ScMinor venc [6 v°J en nostra teria, &l eu ac la de mon paire e 

235 de ma maire que la me laisseroti, 6i eu ai la enaici aguda e ten- 
guda [ier heretat. Hec vera racio esse manifeslissone compro- 
hatar. Aquist razons es proada manifestameiit veraia,aici con 
eu vos ai comtat d'aquesta imagen de nostre Sennor Jesu 
Chrisf, salvaii'e del mont, de quai manera fon meirada de 

240 Jiidea en la terra de Siria. » 

» Audiens talia beatissimu^ pontifex, magnanimus redditus,ad 
judeos converti tur, dicens: « Qucso vos ut con/iteamini cjuid de 
Christo )u)stro setUitis.n Le. beuazuratz archivesques, quant ao 
auzit aquesta paraula, ac moût gran gauh e giret se deus los 

245 juzeus, & comenset lur a dir : « Prec vos que vos me diguas 
si vos crezes el nostre Jesu Christ.» Ab aitan eil responderon 
tuh ensemps e disseron: « Unus est Deus pnter et ipse ingen[i]- 
fus. Unus est Jésus Cliristm, ejus filius, et ipse nnigemtus. Unus 
Spii'itus Sanctus et ipse ab utroque procedens. Uns es Deus 

250 le paire 6i el non es engenratz. Uns es Jésus Christ, le seus 
filz, & aquel es solz engenratz. Uns es le Sainz Esperiiz (k. 
aquel eis de l'un <k de l'autre. Aquest Deu crezem nos un 

1 Suppl. 071 fil?. — - Substitué à / eran, écrit d'abord. 



LÉGENDES PIEUSES 22ô 

en trinitat & trin in unitat, Aquest manifestera; aquest lau- 
zeni; aquest benezizeni; aquest gloi'iliam. » En après, quant 
agi'on dih aizo, getan se tuh ensemps en terra, ce ab plors ôî. 255 
[7 r°] ab lagrimas pregueron li qued el, per la soa merce, zo 
es Tarcivesques, los deinnesbatejar. Le sanz evesques, segon 
lur peticion e lur preguera, lavet los totz elz renovellet(z) del 
saint baptisme. Factum est autem magnum gaudium in illa 
civitale, super tanta revocata mullitudine slirpis judaice diabolica 260 
pravitale et ad gratiam suj)erne hereditatis intrante. Granz 
gauh, zo diz, fon fali per tota la ciutat per aquella gran com- 
painna delz juzeus, car se foron tout d'aquella error en que 
eran, e se foron tuh tornat a la fez & a la crezensa de Jesu 
Christ. Cant venc aprop que foron tuh batejat, pregueron tuh 265 
ensemps aquel saint evesque que totas lur sjnagogas recon- 
silies' e sagres, enlahonor de nostre Sennor Jesu Christ, lo 
salvaire del mont. Ab aitant l'arcivesques, josta lurpregueira, 
ab gran gauh nedejet e fe mundar e lavar las sjnagogas, e 
sagret las e fez en gieisas en la honor de nostre Sennor Jesu 270 
Christ. Aquil fama fon saupuda en loin & en près, per tôt lo 
segle & per totas las terras, e fon conseilz que tuh li eves- 
que & li arcivesque de la fen catholica, on que fossan, bas- 
tissan gieisas & oratoris el sagressan & autars^, en la honor 
de nostre Seinnor Jesu Christ, lo salvaire del mont. Car tro 275 
ad aquel temps, li nostre saint pairou & li nostre major non 
s'en eran ausat presumir de far que fezessan gleissas. 

» Venerabilis [7 v°] autem pontifex, etc. L'onratz evesques 
acomenset a pensar de jornz e de noh & a tractar en son cor 
que faria ni que poiria esser fah d'aquesta ydria, qued era 280 
plena del sanc & de Taigua qued era^ eissit del latz de la ima- 
gen, qued era fâcha a la figura de nostre Sennor Jesu Christ. 
Pero trobet conseil bon & profechaol, a salut de la fen ca- 
tholica & de sancta Gleisa. Près ampollasde veire e d'evori e 
de cristal e d'argent (Sl d'aur, e mes en cada una d'aquel sanc, 285 
e trames las per totas las terras en las gieisas, e trames escrih 
en carta de quai raanera era esdevenguda aquist granz mera- 



1 Ms. r consilietz. 

2'Corr. e sagressan autars? Ou seulement els? 

^ Corr. eran ? 

16 



226 LEGENDES PIEUSES 

villa, e que fos totz temps mais sauput e récitât en sancta Gleisa. 
Pois establi que trastuh li fizel de sancta Gleisa que cacVan 

290 fesessan testa, en remenbransa de la passion d'aquella gloriosa 
imagen de la figura de nostre Sennor Jesu Christ, e la onres- 
san e la colguessan aitan fort con farian lo jorn de Pascas o 
de Calendas .v°. idns novemhris. Per amor d'aizo, conoscan 
tuh cil que son de la nostra religion à. coledor de la nostra fen 

295 qued aquist relations es certa e veraia, qued aici eissi sanx 
& aigua del latz de nostre Sennor Jesu Christ sus en la cros 
con a fah de la soa sancta imagen, en la ciutat de Berit ; (k. 
d'aquel sanc troba hom ancar en montas gleisas. E per aizo 
volem vos pregar ô: amonestar que [8 v°] nuil sanc non cre- 

300 zaz autre que sia de Jesu Christ mas aquest (k aquel que per 
las mas delz preveires e per la obra del Saint Esperit le vis 
esdeven sanx, sus en la ara de l'autar. E qui aquestas causas 
creira d'autra manera senz dopte es loin de la veritat. Sennor 
fraire, car eu sabia aizo, ai moût désirât qued eu o fezes saber 

305 a la vostra amor & a la vostra caritat, qued vos per aquestas 
causas puscas saber quan granz es li misericordia de Deu, qued 
ell a ab nos. Per aizo, sennor. annaz per la via delz sens man- 
damenz sen tota triga, (k rendes li trastotas horas laus & 
canz, e pregaz la soa longuanimitat e la soa pietat benigna, 

310 manifestant ab la Psalmista que diz: « Magnificate eum et 
exaltate nomen ejus pe?' cunctn secula seculo^nnn. Au^n . 
Magnifiatz &; eissaussaz lo seu nom per totz temps. 
Amen. » 

Item. 

315 Cant sainz Peire, evesques de Nichomedia, ac legit totas 
aquestas causas, qued ac trobadas escrichas el libre de nos- 
tre paire saint Athanasii, ô: ac las recitadas en concili, eu 
Capadocia la terra, en una ciutat qued avia nom Cesarea, 
humilment redderon tuh ensemps gracias a nostre Seinnor 

320 Jesu Christ ; pois comanderon se tuh ensemps a Deu,à: tornet 
s'en cada us la don era, lauzant nostre [8 v°] Sennor. Aquist 
leissons fon pois tornada de grecx, en qued era, en lati, zo 
es en aquesta nostra lengua ; cS: es esgricha en mouz libres 
nostres. C/nde sit laus et honor Palriet Filio^ Sanctoque Spiri- 

325 tui, ab utroque procedenti, per secula indeficientia . Amen. 

1 Après filio, et (en abrégé) exponctué. 



LEGENDES PIEUSES 227 



[IV] 



Le nostre salvaire c^ le nostre rezemeire Jésus Christ, 
davant que recoupes mort ni iiassion sus en la cros, per la 
rezemzo de i'uman linnatge, trames una pistola, escricha ab 
las soas saintas mas, al rei d'una ciutat qued avia nom Edis- 5 
sena, qued era caps de tota Mesopotamia Syria. Aquest reis 
volgra moût vezer Jesu Christ, per malautia qued avia gran, 
de que volgra esser sanatz. Aquest reis desirava à. avia mot 
gran talent de vezer Jesu Christ corporalmenz^iVfl?n idem rex, 
audi[ti]s signis mù'aculorum ejus, per Ananiam cursorem in Ihe- 
rosolimis ad eum direxit epistolam. Carie reis, quant ac auzit 10 
las seinnas e las granz meravillas que Jésus Christ fazia, 
trames li letras per un messatge, qued avia nom Anania, en 
la terra de Jherusalem on Jésus Christ estava ; en las qualz 
letras li fez saber lo gran talent qued el avia de lui a vezer 
e la gran voluntat. 15 

Epistola quam misit rex Jesu Christo. 

[9 r° ] (( Agarus, toparcha, Uchane filius,Jesu,salvatori bono, 
qui in locis apparuit Iherosolimorum, sahitem dirigimus ma- 
ximam. Agarus toparcha, le fils d'Ucha, a Jesu lo bon Salvador, 
le qualz es apparegutz en la terra de Iherosolima, trametem 
moût granz salutz. Eu ay auzit de te k. de la sanitat que tu fas, 20 
que senz herbas à: senz totz autres metjamenz sanas et curas 
las enfermetatz delz homes ; & per aizo eu sai en mon coratge 
que tu est us d'aquest dos: o tu es Deus, o tu eist filz de Deu. 
Peramord'aizo, eu,desirans moût te vezer, ai trames atehumil- 
menz aquestas letras, que tu, si li toa merces es, deinnes venir 25 
ad me,c\: que tu me sanes d'aquesta mena mala malautia & me 
desliures,li qualz m'a tengut& tormentatper mouz anz en mon 
legh. Eu ai auzit que li fellon juzeu t'agachan à; se trabaillan 
moût conte poscan delir & aucire & ostar la toa memoria de 
sobre terra. Senner, eu ai una ciutat, jacia zo qued a te sia 30 
pauca, a nos autres es granz, e ven t'en estar aqui ; e fai en 

1 Sans l'ubrique dans le ms. 

' lUs. corpalmenz,a.w&Q, p simplement barré. 



228 LEGENDES PIEUSES 

a ta voluntat 6: a ta guiza. Va/e, Jesu bone, saivutor orbis terre, 
semperque nosiri digneris memor esse. Deus te salv, Jésus bons, 
salvaire del mont, menbre te, si te platz, totas horas de nos. » 

35 Epistola Domini quam misit régi. 

[ 9 v° ] « Beat us es qui in me credidisti, cion ipse non videris. 
Benazuratz es tu que non m'as vist à. as crezut en me ; car 
escrih es de me que cil que me veiran non me creiian & 
cil que non me veiran, cil creiran en me, per tal que sian 

40 salv. D'aizo que tu m'as escrihg, qued eu vengues ad te, 
primeirament conven qued eu adimplisca zo per qued eu soi 
trames aissi ; e pois, quant o aurai tôt complit, conven que 
cel que m'a trames me recepia per aijui mezeis; e puis, quant 
eu m'en serai pujatz, eu te trau^etrai uu de mos discipolz, 

45 que te sanara ai te curara de ta enfermetat (k salvara tôt 
ton pobol. Mas, car tu as talent que me vejaz corporalment, 
vec te qued eu ti tramet drap Une, el quai eu ai pausat la 
figura e la image de la mia eara e de tôt mon cors ; e quant 
tu veiras aquella image ni aquella figura, lo talent qued as de 

50 la mia vista se refrezira. Benazuratz es e tuh aicil seran bena- 
zurat que non auran ira en me. Ben aiaz tu en la sapieza de 
Deu lo paire per toz temps. » 

A ! quan lauzevolz e quan nobles fon le prex del just e del 
sanctisme rei Agari, le qualz ameritet que le salvaire del 

55 montlo lau-[10 r^J-zes ni l'oni-es, e non solament en sa pistola, 
mas ab sa propria bocca diz que benezuraz era,car el li plazia 
moût, e qued el mezeis le filz de Deu li vole far son plazer en 
totas causas, en tant que se mezeis afiguret en un drap blanc, 
e pois trames lo li, que, car el non podia vezer el mezeis, 

60 vis la soa imagen e la soa figura en aquel drap en qued el s'era 
transformatz et avia pausat sa semblansa, et ad el & a tôt 
autre home que non aguest vist nostre Sennor en carn, can 
veiria aquella transformatio, li aondes. Aquel draps es gardaz 
per la diviua gracia, que per veilleza de temps non pot enveil- 

65 lezir ni corrumpre, à: es en la major gleisa de la ciutat de 
Edissa, qued es caps de tota Alesopotamia Sjria, & aqui es 
tenguz <k gardaz; et a totas las granz festas de l'an, aici con 
son Calendas e Pascas, sol l'om traire de l'escrin de l'aur en 



LEGENDES PIEUSES 229 

qued es, & ab gran reverencia totz le pobolz venia e baizava 
os pes de la figura de la raagestat. 70 

A.ncar dizoïi cil qued an vist aquesta raajestat de nostre 
Seinnor, qued es afiguradaen latoailla, que, quan venia cad'an 
lo jorn de Pascas, se solia mudar en diversas etatz, per las 
divcrsas horas del jorn ; aici con es a la prima hora del jorn, 
la viras en enfansa; la tercia, puricia; la quinta, adolescentia; 75 
[10 v"] la se[)tiraa demonstrava juveutut ; la nona tota sa état, 
en la quai Jésus Christ sufferc mort et passion, en la ara de la 
cros, per los nostres peccatz. 

Parlât vos avem de la toailla è: do la transformation, con 
Jesu Christ la i fez. Ara a obs que vos diguani aizo que plus 80 
uecessari es, de quai manera li promessions que nostre Senner 
avia fah al rei s'esdevenc pois ni fon adimplida. Car el mezeis 
nostre Seinner diz en l'avangeli: « Ego sum via, veritas^ e[t] 
vita ; eu soi via, veritaz e vida. » 

Apres quan nostre Seinner Jésus Christ s'en fon pujatz sus 85 
el cel, unum ex septuaginta discipulis, Tadeum noinine, ad se- 
minanduin dwinuinverùuin in corde credentium viisit Mesopotha- 
miam Syrie ad Agarum regem, sicut ei olimper cpislole sue tex- 
tum mandavcrat. Ti'ames un delz setanta discipolz, Tadeu 
per nom,persemenar la divinaparaula elz cors del[z] crezenz, 90 
en JMesopothamia Sjria, al rei Agar, aici con el li avia man- 
dat sa en reire, en sa pistola. Aquest discipolz, quan venc en 
la ciutat de E lissa, venc a la maiso d'un prohome de la vila, 
qued avia nom Thobia, &: laintre alberguet & estet, & rendet 
sanitat ad un fil seu, qued era moût malautz, per sa oration. 95 
Venc a saber al rei qued uns hom de Galilea era venguz en 
la ciutat, que dizia que sers e discipolz era de [11 r°] Jesu 
Christ, loqual avian li juzeu crucifiât, & el cui nom el podia 
sanar totz los malautz. Trames lai lo reis pros homes de sa 
cort, quedab gran reverencia c^ab gran honor lo liaduissessan 100 
denant. Quid plara? Anneron lo querra3^ & atroberon lo c^ ad- 
duisserou lo davan lo rei. E can l'apostolz ac fâcha sa oration, 
vai peure lo rei por la man e levet lo del paviment on jacia 
san &. salv & desiiure de tota sa malautia, al laus de nostre 
Sennor Jesu Christ, &. reformet lo a sa sanitat, & rendet lo a 105 

1 Ms. veritalz.— ^ Sic. 



230 LEGENDES PIEUSES 

toz SOS homes c^ a tota sa terra, lui qued era veilz, tant levât 
e tant magnifiât de la vertiit de nostre Sennor que quais 
jove hom fon. Le reis, can vi aquesta miracla, ac granz mera- 
villas e gran gauh a se mezeis, quar ben saup qued aici con 

110 Jésus Christ lui' avia mandat era esdevengut; e fez sebatejar, 
ab totz los rix homes &. ab tota la gent de sa terra ; e d'aqui 
enant el fon messatges e predicaire de la fen de Jesu Christ. 
Des aqiiel jorn en sa nostre Seinner non suïferc qued en la 
ciutat d'Edissa vi[s]ques nulz juzeus ni pogues estar, ni nuil 

115 autre home que crezes idola ni nuilla error, mas la vera fen 

de Jesu Christ. Ni anc, pois que le reis ac receupuda la pis- 

tola de la man de nostre Sennor Jesu Christ, nulla genz 

estrainna non poc envazir la ciu-[ll v°]-tat ni far nuil mal. 

Aquist leissons es translatada de la lengua de Sjria en latina 

120 et offerta a sancta Gleisa, aici con peira preciosaresplandens 
con aurs. Unde simplex Trinitas et triplex Unitas benedicta sit 
in sempiterna secula, qui siimn ecclesium ita mirifice dianm^ pro- 
vehit et lionorificat. Amen. 

[VJ 
IN DEDICATI'^NE SANCTI MICHAELIS ARCHANGELT. 

Una ciutatz es en las fins de Campainna, qued es appellada 

Sepontina, & es prop de dotze millas d'un puhg qued hom 

appella mon Gargan. Sus en aquest pug ha una gleisa de saint 

Michel, que non fon fâcha pcr mans d'omens carnalz ; e direm 

5 vos co ni de quai manera aquist gleisa fon atrobada. 

Eu aquesta ciutat qued eu vos ai dicha, avia un rie home 
qued era appellatz Gargaii. Aquest avia moutas bestias, bous 
& vaccas. Esdevenc un jorn que sos vacquers menet paisser 
sas bestias en aquest pugh. Ab aitan uns taurs quais per gail- 
10 lardia part se de totas las autras bestias, & pujet s'en sus el 
pug, en tal lue on mais bestia ni nuil home non avia agut. Can 
venc lo seras qued aquest acampet sas bestias, reconoc las 
e vi qued aquest taurs non i era. Quer d'amont e quer d'aval, 

' Corr. //? on /o/? Ou lire Uni — ^ Sic ; ou du moins din + cinq jam- 
bages. Coït, diamatl \ ox . diamnre dans Du Cange. 



LEGENDES PIEUSES 2 31 

e non l'atrobet. E cant [12 r°] Tac gran pessa quesit, esgarda 
e vl Testai* sus el som del pugh, a la bocca d'una balma. 15 
Vi que non la poc annar; fon moût iratz; e va penre son arc 
e tendet lo, e met sus una sageta entoisegada, e laissa la li 
annar. Li sagetta, quan fon près del taur que lo vole ferir, 
torna atras e va ferir celui que l'avia tracha. Annet s'en 
aquest hom a la ciutat, e comtet a la gent con li era esdeven- 20 
gut. Li home, cant o auziron, agron granz meravillas &. anne- 
ron a l'evesque de la ciutat, e comteron li o, e demanderon 
li que poiria esser. El fez venir tôt lo pobol de la ciutat denant 
se, e comandet lur a totz que dejunessan très jornz, que nos- 
tre Seinner, per la soa merce, lur demonstres que volia esser 25 
aizo. Cant agron fah lo dejuni, sainz Michelz apparec una 
noh a l'evesque e dis li : a Jam bene fccisti quod homines late- 
bat a Deo qtierendo mysterium, videlicet liominis percussi suo 
telo. Ben e gent as fah zo qued as falig, car tu faras saber 
alz homes aizo qued eil an quist a Deu, de Tome qued ha 30 
naffrat li soa sageta. Sabchas que per la mia voluutat es 
esdevengut. Eu soi sainz Michelz, Fangelz qued estauc totas 
horas davant Deu ; et en terra garde aquel loc on era le taurs ; 
e voil monstrar e far saber alz homes qualz [12 v"] causas son 
fâchas aqui e qued eu soi garda d'aquel lue. » Cant venc l'en- 35 
deman que l'evesques ac vista aquesta révélation, retrais o al 
pobol de la ciutat ; & anneron s'en tuh ensemps la al puh, e 
feron carrera con pogron pujar entro sus ; e vengron ad 
aquella balmeta, e troberon la fâcha en loc de gleisa, e trobe- 
ron i doas rejas, aici con deu aver en gleisa ; (S: la una era 40 
majer que li autra, aici con en gleisa. Mas pero en la gleisa 
non auseron intrar, mas de foras a la reja esteron, e pregue- 
ron saint Michel. 

Non triguet gaire que li sarrazin d'una ciutat qued era 
appellada Neopolita agron granz mesclas e granz tensos ab 45 
aquest d'aquesta ciutat Sepontina, si que ne * s'escomeseron 
de batailla e doneron en jorn e preseron très jornz d'espazin. 
Cant los agron près, aquelz très jornz, anneron &. aconseilleron 
se ab l'evesque. L'evesques conseillet lur que dejunessan 
aquelz très jornz e que preguessan sainz Michel qued el lur 50 

' Ma. plutôt ue; corr. be? 



232 LEGENDES PIEUSES 

fos capdelz e guis. Li pagan atressi pregueron lur ydolas e 
lurs falz deus que lur ajudessan. Ab aitan, en aquella noh 
que l'endeman degrou far la batailla, sanz Miquelz apparec 
a revesque(s), e dis li que las pregueiras e las orations eran 

55 auzidas e que Tendeman, la quarta hora del jorn, intressan en 
la batailla, car toz lur enemix vencerian [13 r"] (k aucirian, & 
el séria lur en ajutoris. Quan venclo matin, e l'evesques retrais 
e diz al pobol zo que sainz Miquelz li avia dih lo seras, que lur 
pregueras eran auzidas e qued eil vencerian la batailla. Eil, 

60 quant o auziron, agron gauh e foron moût alegre ; &. acerraan 
lur bataillas, e comenseron s'en ad annar encontra als sarrazis; 
& el primer cap de la batailla, le pog de Garga se crollet par 
gran tremor. Fulgura crehra volant et qualigo tenebrosa tolum 
montis cacumen obduxit, [et] impleta [est] proplietia Dominum 

65 laudans qui facit angelos suos spiritus et minntros siios flammam 
ignis. Una nuz tenebrosa cuberc tôt lo som del puhg e li fouzer 
voleron espes e cazegron, e fon adimplida li proplietia que diz : 
«Cel que falosseusangelz esperiz e delzseus ministres fa flama 
de foc. » Li pagan, can viron aizo, agron gran paor e comen- 

70 seron a fugir, una partida, per los fouzers quelz aucian, e li 
cristian quelz apreissavan raout fort; et en aici fugiron entro 
a lur ciutat cil que n'escaperon ; e can foron iaintre en lur 
ciutat, reconogron se e disseron que Taugelz de nostre Sennor 
era vengutz en aitori alz cristians, e que fouzer avian ben 

75 mort delz lur set cenz. Et en eus pas tota aquil eiutatz se 
tornet a Jesu Christ, e vestiron las armas de la soa fen. Li 
Christian, cant agron vencut la batailla, torneron s'en [13 v°] 
a lur ciutat & vengron al pug, ad aquella gleisa, & renderon 
granz gracias a Deu ck a l'archangel saint Michel, e regar- 

80 deron, e viron denant la mener reja pezadas quais d'ome, 
inz en la rocha sagelladas, 6i sanpron e conogron que sainz 
Michelz volia monstrar &. far saber qued el era aguz en aquel 
loc; & en aquel loc feron pois l'autar 6: lo bastii'on, & per 
aquellas pezadas li gleisa fon pois appellada Ipodoma. Pois 

85 fon granz doptansa entre los homes de la ciutat, que séria fah 
d'aquel lue, si ausarian intrar Iaintre e sagrar, aici con gleisa 
deu esser sagrada. Pois prezeron conseil enfr^elz mezeis, e 
fon lur conseilz que fezessan gleisa de saint Peire, deus soleil 
levant. E feron o & edifieron i autars de madonna sancta 



LÉGENDES PIEUSES 233 

Maria e de saint Joan Baptista. Pois Fevesques de la ciutat 90 
près conseil a se mezeis e trames mesatges a rapostoli, que 
11 doues conseil que faria d'aquest afar, qued era esdevengutz 
d'aital manera. L'apostolis estava adonx defora Roma, el 
pug de Sjmptim, que n'es loin cinquanta millas, lo quai i)ug 
appellan cil qued estan entorn sobre nom de saint Salvestre, 95 
car el estava aqui quan l'emperaire lo getet de Roma, car 
predicava la fen de Jesu Christ ; e man-[14 r°]-det li aizo, si 
hom carnalz dévia sagrar aquella gleisa, e marjorment ad 
aquel jorn que li Victoria fou fâcha ; si non que bastis hom 
gleisa en autre loc, a la honor de sant Michel, qued es gar- loo 
daire d'aquel loc, si ad el venia a plazer. L'apostolis, cant ac 
auzit aizo, fez li saber per letras & entreseinnet li très jornz 
que dejunessan amdui, e preguessan nostre Seiniior e saint 
Michel (jued el lur fezes saber que volria que fos fah d'aquest 
afar. Can venc la deriera noh qued agron complit lur dejuni, 105 
e sauz Michelz appareo a l'evesque de Sepontina e dis li : « Non 
est, inquit, vos opus hanc quam ego liedrficavi dedicare ecclesiam . 
Non es obs, dis el, qued aquesta gleisa qued eu ai heditii'.ada 
vos autre sagres. Mas intratz laintre, & frequentatz lo loc 
per orations, qued eu serai guarda e capdelz del loc; e tu, 110 
canta deraa laintre messa e comenega lo pobol, aici con cons- 
tumna es ; et eu demonstrarai de quai manera eu ai sagrat 
aquel lue. » Can venc l'endeman, venc l'evesques ab totz los 
clergues, ab gran procession & ab tôt lo pobol de la vila, & 
intreron en aquella gleisa ; & aici con intreron, atroberon un 115 
gran portegue que tenc entro a l'autra re-[14 v°]-ja, don 
foron atrobadasla^ pezadas, aici con dih vos ai ; e pois intre- 
ron laintre et atroberon deus orient una grant gleisa plus aut 
non sai quantas grazas ; et entre la gleisa e lo portegue 
pogron caber entro a cincxenz homes ; <S: atroberon laintro 120 
un moût bel autar, cubert d'un pâli vermeil moût bel, prop ' 
del meg de la paret deus megh jorn. Aquil gleisa era moût 
angulosa ; e per que ? Car eil non era fâcha ab mans d'ornes 
carnalz, ni las paretz non eran polidas ni hedificadas a lei 
d'ornes carnalz ; mas aici con roca es aapra & en un loc auta 125 
& en autre bassa, aici era aqui ; car en un lue pogras tocar 

* Ms. pprop, le premier p bouclé. 



234 LEGENDES PIEUSES 

ab la testa cv en l'autre non pogras tochar ab la man. E per 
aizo eu crez ben, aici con l'angelz o a monstrat &. esseinnat, 
que Deus nostre Senner non vol ni quer hornament de bellas 

130 peiras, mas de coratge ; puritat e neteza de coratge vol e 
quer. E sus el som d'aquel pugh a, des l'una part, una gran 
selva de corniers, e des l'autra, un gran plan en que non ha 
arbres. Can Tevesques ac celebra[t] la messa e le mestiers 
fon compliz, cada us s'en tornet ab gran gauh & ab gran 

135 alegreza en lur maisons. L'evesques fez far aqui maisons &. 
estars granz, à. establi i preveires e clergues, que servissan 
la gleisa. Nuilz hom, zo diz, de nogh non ausava intrar den- 
fra aquesta [15 r°] gleisa, mas, cant li alba era clara, cantava 
hom laintre matinas. D'aquella rocha, qued es sobre l'autar 

140 deus cars, degota una aigua moût clara e moût dousa ; et a 
i un orzol de veire que pent ab una cadena d'argent, que 
recep aquella gotta. Et es constumna & usatges que, quan 
le pobolz a cumeneguat, qued aici con cada us cumenegua, 
puja ad aquest orzol per grazas, e vai heure d'aquella aigua, 

145 car moût douza e moût soauz es a heure e dona salut d'en- 
fermetatz, car ja nulz hom non aura agut ta mala fehre qued, 
quant ha begut de l'aigua, non sia gueriz e sauatz, Aquestas 
meravillas de sanar los malautes, ed autras montas de qued 
eu non sai nombre, i son esdevengudas per la podestat delz 

150 angelz, e majormeut ad aquest jorn quant hom fa la festa, car 
totas las genz d'aquella vila i venian ad aquel jorn. E per zo 
que tuh crezas plus fermament que li angel an poder en terra 
de soccorre los amix de Jesu Christ, direm vos zo qued en 
diz l'apoîtolz, qued el en vi esperitalment. In Jesu Christo 

155 Domino nostro. Amen. 

Angélus Domini descendit de relo cum Azaria el sociis ejus in 
fornacem et excussit flammani ignis de fornace et fecit médium 
fornacis quasi ventum rnris flantem. L'angelz de nostre Sennor 
descendet de cel <k venc ad Azaria (k a sos compainnos, qued 

160 eran en una fornaz [15 v°] ardent, e fez del meg de la fornaz 
eissir. un vent que sofflet la flama sa e la; et anc le fox e 
nuilla guisa non toquet elz, ni lur fez malz ni nulla re que 
greu lur fos. Adonx aquist très quais ab unabocca acomense- 
ron a lausar à, a benezir nostre Seinnor ùc a dir en la fornatz : 

165 « Benedictm es, Domine Deus palrum nostrorum et laiidabilis et 



LEGENDES PIEUSES 235 

(jloriosus et superexaltatua in secula. Benezegli es, Senner Deus 
de nostres paires, c^ laiizevolz & glorios èc eissausevolz sobre 
totz los segles. » 

En autre lue trobem' que l'angelz venc a la propheta Daniel 
e diz li : « Non aias, paor, Daniel, quia ex die prnno, qiio oppo- 170 
suisti cor tuiun ad inlelligendum lit te affligera (ad intelligen- 
diimj in conspectu Domini, cxnudifa sunt verba tua, et ego veni 
propter sermones tuos. Cardes lo primer joru que tu pausest 
ton cor ad entendre, c^ t'afïlechezist davant la fatz de nostre 
Sennor, las tieuas paraulas son auzidas, et eu soi venguz per 175 
aco aici a te. Le princes del règne de Persa a estât encontra 
me vin k. un jorn ; e vec te que sainz Miquelz, us de nostres 
majors princeps, es venguz per adjutori a me. Ven en & eu 
esseinnarai te aizo tôt qued esdevenra a ton pobol elz derrers 
jornz, car tu es ancar en Sjon-. Verunlamen annun-[l6 i-°]-ciabo 180 
tibi quod expressum est in scripturis veritatis. Ancar t'anuncia- 
rai zo qued es escrili en l'escriijtura de veritat, c\: en tôt aiso 
non ai adjutori mas saint Michel, lo nostre prince. » 

Item. 

f7i tempore aiitem itlo consurget Michael, princeps magmis 185 
qui stat pro fîliis populi sui, et veniet tempus qnale non fuit, ab 
eo que génies esse ceperunt iisque ad tempus illud. Eu aicel temps 
se levara sainz Michelz, le granz princes, le qualzesta per los 
filz de son pobol, & venra aquel temps le qualz non era aguz, 
d'aicella sazon que las genz acomenseron ad esser entro 190 
adonx; et en aicel temps se salvara letieus pobolz. Tuh aquil 
que seran atrobat escrih el libre de vida & moût d'aquelz que 
dornion en la polz de la terra s'esveillaran, e li un annaran en 
la vida durabla, & li autri annaran en torment per toz temps 
mais. Qui autem docti fuerint fulgcbunt sicut splendor firma- 195 
menti. E cil que seran sa[)i res[ilaudran aici con li resplandors 
del firmament, e cil qued aui'an esseinnat drcchura seran aici 
con las estelas perpétuai <k eternal. 

* Corr. tvobaml — 2 t.e texte de la Vulgate, dans le livre de Haniel 
(X, 14), d"où est pris ce passage est ici : oQuoniam adhur. visio in dies. » 



23 6 LEGENDES PIEUSES 



Item. 



200 In diebus illis factum est prelium magnum in cela : Michael 
et angeli ejui preliahantur cum drnchone. En aicelz jornz fon 
[16 V] fâcha uiia granz batailla eu cel : Sainz Michelz e sei 
angel se combatiaii ab lo dragon, e le dragons e sei angel se 
combatian ab el, e fon vencuz, e d'aqui adenant non ac plus 

205 loc en cel, e fon getaz aicel granz dragos foradal cel, serpenz 
antix, qued era appellatz diabolz e Sathanas, que torbava tôt 
lo segle; cV fon getatz en terra e cei angel ab el. Et auzi una 
gran voz pois sus el cel que dis : Nunc facta est salas et virtus 
et reyniim Dei nostri et potestas Christi ejiis, quia projectus est 

210 accusator fratrum iwstroruin, qui accusabat illos a.nte conspec- 
tum Dei nostridie ac nocte. Ara es fâcha salutz & vertutz dk le 
règnes de nostre deu à: le poders del seu Christ, quar Tacu- 
saire de nostres fraires es getaz a terra, que los accusava de 
jornz et de noh davant Deu; e sanz Michelz e sei angel an lo 

215 vencut per lo sanc de Tainnel è: per la paraula de la soa gua- 
rentia. Propterea letamini, celi et qui liabitatis in eis. E per 
aizo alegra[tz] vos, cel, & tuh cil qued habitatz en elz. 



VI 

IN FESTIVITATE SANCTI PETRI 

Igitur post corporeum dominice nativitatis adventum, cum 
ipse dominas Jésus Christus, vera lux niundi, mundanis teuebris 
illuxisset, ambulans juxta mare Galilée, vidit duus fraires, 
Symonem, qui vocatur Petrus, et Andream fratrem ejus, mit- 

5 tentes recia in mai^e. Erant enim [17 r°] piscatores. Et ait illis 
« Venite post me ; faciam vos fieri piscatores kominum. » Et 
continua relictis retibus, secuti sunt eum. Aprop lo corpo- 
ral esdeveniment de la nativitat de nostre Sennor, cant el 
mezeis nostre Senner Jésus Christ, lumnera del mont, luzi en 

10 las tenebras del mont, el, annanz de josta la mar de Galilea, 
vi dos fraires, Simon, qued era appellatz Peire, ck Andreu son 
fraire, que mettian filatz en la mar, car eil eran pescador. E 
dis lur nostre Senner: « Venez e segues me, qued eu vos farai 



LKr,ENDES PIEUSES ?37 

pescadors d'oines, zo es que penres homes. » lît aqui eis lais- 
seron lur filatz à: seguiron lo. Et anneron, e quan foron en la 15 
terra d'una ciutatqued hom appellava Cesarea Philipi, deman- 
dât a SOS discipolz e dis lur: « Quem dicunt Jiomines esse filium 
hominis? m At illi dixerunt : « Alii Johannem Baptistam, alii 
aiUem Heliam, alii vero Jcremiam aud unum ex prophelis.i^ 
« Li home, que dizon de me, que soi filz de la vergena ? » 20 
Eil responderon e disseron: « Li un dizon que vos es Johans 
Baptista, qued Héros lia degollat, li autre dizon d'Elias la 
pro])lieta, li autri de Jheremias, li autri d'un de las autras 
prophetas. » — u E vos autre, diz nostre Seinner, qu'en 
dizes? » Respondet sainz Peire e dis : « Tu es [17 v°] Christ, 25 
filz de Deu lo viu.D Respondet nostre Seinner e dis li : « Bena- 
zuratz es, Sjmon, car zo qued tu as dih non t'a révélât carnz 
ni sanx, mas le meus paire qued es el cel; et eu die te que tu 
es Peire, e sobre aquesta peira eu bastirai la mia gleisa, e las 
portas d'enfern non seran fortz escontra te, e darai te las 30 
claus del règne celestial, e tôt zo que tu liaras sobre terra 
sera liât el cel(z), et zo que tu desliaras sobre terra sera des- 
liat el cel(z). » 

Sciens aidem Dominus Jésus quia omnia dedii ei pater in 
nianus et quia a Deo exivit et ad Deum vadit, surrexit a cena et 35 
ponit veslimcnta sua, et cum acceptisset linleum, precinxit se, 
et cetera. Laissarem vos estar la razon que vos aviam moguda 
de sus, e penrem vos d'autre lue, car qui tôt o volia dire per 
orde, aici con annet, longas novas serian trop. 

Nostre Senner Jésus Christ, sabens que le paire avia totas 40 
las causas del mont pausadas enfre sas mas, & aici con el era 
eiscis de Deu lo paire, convenia que tornes ad el, levet, zo 
diz, de la cena, e vai penre un drap line & seis s'en entorn 
se, si que, pausatz sos vestirs, pois mes d'aigua en una conca, 
& comenset a lavar los pes a sos discipolz, & pois a terzer ab 45 
aquel drap de que era ceinz. E cant venc [18 r"] a saint Peire, 
dis li sainz Peire: a Seinner, lavarias me tu donx los pes? » 
Respondet Jésus e dis : « Tu non sas mingua aoras per qued 
eu o fatz, mas sabras o aprop.» Adonx li dis sainz Peire : « Sen- 
ner, j a non me lavaras pes a tota ma vida. » Respondet Jésus 50 
e dis li : « E si eu non te lau los pes, tu non auras part en 
me. » Respondet sanz Peire e dis li: u Senner, non tan sola- 



238 LÉGENDES PIEUSES 

ment los pes, mas la mans e lo cap.» Adonx dis nostre Senner : 
« Zo qued es net non cal lavar . » 

55 Pois can nostre Senner ac receuput morft] e passion, el ap- 
parec a saint Peire e dis H: a Symon Johannis, diligis me? 
Sjmon,amas me ?» Respondet li sainz Peire e dis: «Seinner, 
tu sabes ben qued eu t'am. » Adonx dis li nostre Senner: 
« Pais mos agnelz. » E pois demandet li per aqui mezeis : 

60 « Symon, amas me? » Respondet sainz Peire e dis: « Senner, 
tu sabes qued eu t'am. » — « Pais doux, zo diz nostre Senner, 
mas fedas. » Demandet li la terza vegada si l'amava. Sainz 
Peire acomenset s'en ad iraiscer, can tant li o demandava, 
e respondet li: « Senner, tu conoisses e sas tôt cant es e 

65 sabes ' ben qued eu t'am. » — « Pais, dis nostre Senner, mas 
fedas. Et eu die te verament qued aici con tu te ceinnias, cant 
eras joves hom et annavas on te volias, aici can tu seras veilz, 
&. tu estendras [18 v"] tas mas, & autre te ceinnera ai te menara 
la on tu non voiras. » Aizo li dis, car demostrar li vole de quai 

70 mort dévia morir ni annar a Jesu Christ. 

Postquam autem dominus Jésus assumptus est in celum, Petrus 
et Jokannes ascenderunt in templum ad horam orationis nonam. 
Pois que nostre Senner Jésus Christ s'en fon pujatz en cel, 
sainz Peire & sainz Johanz intreron un join al temple ad 

75 hora nona, per preguar nostre Seinnor; et atroberon un 
contrah a la porta del temple, qued era appellada speciosa, 
qued avia trah del ventre de la maire, & estava aqui per 
querre almorna a celz qued intravan ni eissian del temple. 
Aquest contrah, cant vi saint Peire e saint Johan intrar lain- 

80 tre, acomenset lur a pregar que li fezessan almorna. Regardet 
se sanz Peire & sainz Johanz vers aquest e dis li sanz Peire : 
« Regarda te vers nos. » Regardet se vers elz e cujet que li 
volguessan quedocom donar. « Nos non avem aur ni argent 
que te puscam donar, mas zo qued avem te donarem, el nom 

85 de Jesu Christ de Nazaretz ; leva sus e vai t'en. » E va lo 
penre perlaman dextra e levet lo sus, & en eus pas las join- 
chas de las cambas e las plantas delz pes foron fermadas, 
[19 r°] e comenset a saillir c^ a correr, &. intret ab elz el tem- 
ple, saillenz & trepanz & lauzans Deu. Aquest hora era d'état 

1 Ms. sabas. 



LEGENDES PIEUSES 2 39 

de caranta anz o de plus. Augebalur aiilem numerus creden- 90 
tium in Domino mullitudo vii^orum ac midierum. Le nombres 
delz homes e de las femcnas que crezian en nostre Sennor se 
creissia ades cada jorn, si qued en las plassas jetavan les 
malautz elz pausavan en leg & en colgas, que, can i passaria 
sainz Peire, sivalz li soa umbra los pogues tocar, quar en eus 05 
pas eran sanat e guérit de lur malautias. Totas las genz de 
la terra & de las ciutatz d'entorn Jherusalem aportavan lur 
malautz aqui en Jherusalem & los demoniaix, & en eus pas 
queli apostollostocavan, eil eran guarit&sanat.Canliapostol, 
aquil qued eran en Iherosolima, auziron que li terrade Samaria 100 
avia receuput la paraula deDeu, trameseron lados delz apos- 
tolz, saint Peire Â: saint Johan. Li quai, quan vengron en la 
terra, pregueron per aquelz que Deus lur trameses lo Saint 
Esperit. Ancar en nengun d'elz le Sainz Esperitz non era ven- 
guz, mas batejat eran tan solament el nom de Jesu Christ. 105 
Adonx sanz Peire e sainz Johanz pausavan lurmas sobre elz, e 
recebian lo Saint Esperit. Enlaterra avia un encantador qued 
avia nom Symon. Aquest, can vi que perlo pausament de las 
mans delz [19 v°] apostolz, recebian Saint Espei*it, près gan- 
ren de deniers es. aportet los alz apostolz e dis lur :« Prennez 110 
aques deners, & donatz me aquest poder qued a tôt home 
qued eu pause mas mans de sobre, recepia lo Saint Esperit. » 
Sainz Peire respondet e dis li: « Ta pecunia sia ensemps ab 
te en perdicion, car tu lo don de Deu as adermat a peccunia. 
El mont non* es aquel hom qued aizo degues aver dih. Mas 115 
le tieus cors non es drechuriers davant Deu. Fa penitencia 
d'aquesta toa nequicia, à: prega nostre Sennor, & per aven- 
tura perdonara te aquesta mala cogitacion qued as en ton 
coratge, car eu vehg que tu es en fel d'amaror & en deleg 
de iniquitat. » Respondet aquel Sjmon e dis : « Pregas per me 120 
nostre Sennor que non me vengua de sobre zo qued aves 
dih. » Et un quidem testificati et locuti verbum Domini reddi- 
bant lerosolimmn. Et eil, cant agron guarentida & fah saber 
la paraula de nostre Seinnor, torneron s'en en Iherosolima. 
E moût d'aquella région delz Samaritans acomenseron annun- 125 
ciar &. a predicar ab los apostolz nostre Seinnor Jesu Christ 

1 Le ms. répète non. 



240 LEGENDES PIEUSES 

(ab los apostulz). Can sans Peire passava per las ciutatz ab 
aquelz seus discipolz que lo seguian, venc ad una vila una 
vegada, qued avia nom Lidda. Trobet aqui un home qued 

130 avia uom Enea, [20 r°] le qualz avia jagut octo anz malautz 
en son legh, & era paraliticus, zo es una malautia avia qua 
non avia poder en se meseis. Sainz Peire venc ad aquest 
malaut e dis li : « Enea, Jesu Christ te sane ; vai sus ai esta 
en pes. » Et en eus pas levet sus e fou sanatz e guaritz, E tuh 

135 aqull d'aquella vila Lidda &. (da)d'una autra qued avia nom 
Sarone, can viron aquesta meravilla, se torneron a nostre 
Sennor. 

En' una vila autra qued avia nom Joppe, prop d'aquestas 
vilas Lidda e Farone, on sainz Peira si bistentava, per predi- 

140 car laparaula de Deu,avia una donna, discipula delz apostolz, 
qued avia nom Tabitas. Aquist donna fazia moût voluntiers 
almorna e vestia paupres <k era plena de totas bonas obras. 
Esdevenc qued en aquelz jornz, cant sainz Peire era en Lidda, 
qued aquist donna près malautia e mori. E presseron la donna 

145 li amie e laveron la (!s: acermeron la, aici con tain a mort, e 
meseron la en un portegue. Lidiscipol qued eran aqui, can au- 
ziron que sanz Peire era en Lidda, tramesseron li dos messat- 
ges que non se trigues que vengues tost. Annet sainz Peire e 
venc s'en ab aques mesatges. E can fon vengutz, van lo penre 

150 li discipol e menero[nlo]^ la on era aquist donna morta. Ab ai- 
[20 v^J-tan vengron las vezinas e las vezoas, plorant et fazent 
moût grand dol, e monstravau li las gonnellas e los vestirs qued 
aquist donna lur fazia. E sainz Peire dis lur e lur monstret 
que s'en eissessan tuh, e cant foron tuh fora, getet se ad ora- 

155 tion e preguet nostre Sennor; & quan ac fâcha sa oration, 
giret se deus lo cors e disli; « Tabita, si<r^f. Tabita, leva 
sus. » Ab aitant ellauberc los oilz, e cant ac vist saint Peire, 
a^etet se el leg ; e sanz Peire va la penre per la man e dreis- 
set la sus, e sonet celz que s'en eran eissit, e rendet la lur 

IGO viva. Aizo fon sauput per tota la ciutat de Jopen, e crezeron 
en nostre Senner Jesu Christ. En aquel temps trames le 



' .Ms. Vji, par une erreur du rubricaleur. 

2 u E meneron lo la »; en reuvoi à la marge à l'encre bleue; les lettres 
suppléées ont été rognées par le relieur. 



LEGENDES PIEUSES 241 

reis Héros sos mesatges per las terras qued afflichezes celz 
de sancta Gleiza, et aucis saint Jacme, lo fraire de saint 
Jolian, ab gladi; e vi que mot plazia alz juzeus e fez penre 
saint Peire. Et erant il jorn de Pascha. E can ac près saint 165 
Peire, fez lo mètre (<x) en carcer cM mes i catre compainnas 
de bacallars que lo gardessan, e vole lo rendre aprop Pasca, 
per justiziar, al pobol delz juzeus. E domens que sainz Peire 
era en la carcer, sancta Gleiza pregava nostre Sennor assi- 
dualment per el. Can venc en aquella noh que i'enderaan 170 
lo vole Héros liurar al pobol delz juzeus, e sainz Peire se dor- 
mia entre doas [21 r°] gardas, liatz de doas cadenas, e las 
autras gardas estavan davan Tuis, que gardavan la carcer. E 
vec vos Tangel de nostre Sennor, & estet laintre, & tota li 
maisons de la carcer resplandic' moût fort. E va s'en a saint 175 
Peire e toquet lo al latz, & esprec lo & disli : « Levatost sus.» 
Et ab aitant las cadenas li cazegron de las mans. E dis li Fan- 
gelz : (( Pren ton vestir e met lo entorn te e causa tas caus- 
sas. » E fez o. E quan o ac fah : « Ar, zo diz l'angelz, me 
sec. n Et li carcer s'aobri ab aitan, e l'angelz met se primerse 180 
comensa s'en ad eicir e sainz Peire comenset lo a seguir; e 
non sabia que fos vers aizo qued era fah per l'angel, mas ader- 
mava se que fos somnes. Passeron la primera garda e la 
segonna, e vengron a la porta de la ciutat, qued era de ferre, 
(k. obère se ad elz per sa voluntat. Et eissiron foras (S: passeron 185 
una carrera, cV aqui eisTangelz se parti d'el. Et Petriis ad se 
reversus dixit: « iSunc scio vere quia misit Dominus angelum 
suum et eripuit me de manu Herodis et de omni expectatione 
plebis Judeorum. » Adonx se reconoc sanz Peire e dis : « Ara 
sai eu verament que nostre Senner m'a trames son angel cV a 190 
me trali de la man d'Eron e de tôt Tatent que le pobolz del[s] 
Juzeu[s] en fazia. » 

Uis ita gestîs, surrexit quidam Symon Samarius génère qui 
dudum visis miraculis Pétri peccunia compa-[2l \°]-?-a)-e voluit 
donum spiritale. Cant tôt aizo fon esdevengut aici, levet se 195 
us hom qued avia nom Symon, qued era del linnatge dels 
Samaritans, le qualz, cant ac vist tanta meravilla co sainz Peire 
fazia, volgra compra[r] lo don esperital ab deners. Et aquest 

• Corrigé de resplandac, écrit d'abord. 



242 LEGENDES PIEUSES 

dizia e fazia encrezent a las genz qued el era filz de Deu e 

200 que totz temps viuria, e prometia e dizia que cil qued en el 
creiriau viurian totz temps ati^essi e ja morir non poirian, 
Aquest encantaire se penava moût que zo que sainz Peire 
esseinnava ni las meravillas que fazia pogues desfar e trastor- 
nar e far encrezent a las gens que res non era. E cant venc 

205 un jorn, acomenset a tensonar ab saint Peire e dis li que 
presessan (e) jorn et aquel jorn fos i totz le pobols, & auzent 
tôt lo pobol, desputessan ; e cel que séria vencutz non fos ja 
pois crezutz. Aquestasparaulas foron en una ciutat qued avia 
nom Cesarea Stratonis. Preseron jorn, e cant venc ad aquel 

210 jorn qued agron près, Zacheus, qued era bailles d'aquella 
ciutat, venc a saint Peire e dis li : « Peire, oi es le jornz que 
tu deves venir a desputacion ab Symon. » Adonx aquel Zacheus 
fez ajostar tôt lo pobol de la vila en la plassa e venc aquel 
Simon aqui. Sainz Peire, [22 r^] quant o vi, diz a ses com- 

215 painnos:(( Orem, fraire,e preguem nostre Sennor Jesu Christ 
que, per la soa misericordia, donc salut a son pobol c\: lur tolla 
la error en que son k estan. » Cant agron lur oratio com- 
plida, annet s'en sainz Peire ab sos compainnos en la plassa, 
on totz le pobolz Tatendia ab aquest Sjmon. Et aici con el 

220 intret, el feron tuh ensemps gran silensi,&: saludet los d'aital 
manera: « Pas sia a toz aquelz que son appareillât de donar 
lur dextras a la veritat. Cil qued obezisson a la veritat obe- 
disson a Deu per la soa gracia, e nostre Senner rendra lur en 

225 lo sobeira guizardon, car eil van per las soas vias. Per aizo 
nos es obs a cada un que nos queiram primerament lo règne 
de Deu e la soa drechura. Drechura, per zo que puscam far 
drechurerament zo que farem ; lo règne, que nos puscara 
conoiscer qualz er le guizardos de trabail qued aurem suffert 

230 l'er Deu, le qualz es bons guizardonaire delz eternalz bons. 
Ad aquest qued annaran contra sa voluntat rendra digna 
pena, per aizo qued auran fab. Nos autri, qued em pausat en 
aquesta présent vida, conven que conoscam & sapiam qualz 
es li soa voluntatz, E si alcuns volia saber ni far la voluntat 

235 de Deu, davant qued ha-[22 v°]-gues emendat sos avolz fah, 
non o poiria saber, e séria vans aquel sabers ni aquel deman- 
dars. Aquist vida es breus en que nos estem', enon sabem 

1 Sic. Corr. estant. 



LEGENDES PIEUSES 243 

cora se venra le juizis de Deu sobre nos. E per zo a nos obs 
que demandem, davan totas causas, que nos coven a far cou 
aiam vida durabla, car li sentencia de la propheta es aitalz: 
Cil que dizon qued aman Deu coven que tengan drechura ; e 24U 
per zo a obs que cil que auran ni sabran dechura en se qued 
o digan, o cant autre o dira, qued o aujan bonamenz & en 
pas. Per qued eu vos dis el comensament de la salutation que 
pas vos dones Deus a trastotz. » Adonx respondet Symon e 
dis: « Li toa pas non nos es obs ; car si entre me &: te era pas 245 
è: concordia a trobar la veritat ren non auriam fah ; car li 
lairon e li raubador e li mal fazedor an pas e concordia entr' 
elz ; mas entre me e te non a obs que sia patz, car si era 
patz entre me e ten, aquist que son ajostat aici non auzirian 
la meua razon ni la toa. Per zo non diguas qued aia pas entre 250 
me & te, mas guerra; car entre drechura & non drechura non 
aura j a patz ni concordia, mas davant te voil far saber, cant 
dui se combaton e Tus es vencuz, adonx es pas entr' elz dos.» 
Adonx respondet sainz [23 r°] Peire e dis : « Caitiu, per que 
temes auzir pas ? Non sas tu donx que l'adimplimenz de la Lei 255 
es pas e que de peccatz eisson tenson &: bataillas, et aqui on 
non ha peccat aqui es pas ? En desputacion deu esser veritatz 
& en obras drechura. » Adonx respondet Sjmon : « Aizo que tu 
dis non esplega ren ; mas eu te farai ades conoisser las mias 
vertutz e lo meu poder e la mia divinitat, per zo que tu t'age- 260 
noilles ades aici davant me e que m'adores. Eu intrei el ven- 
tre de Rachel 6c nasquei d'ella con hom, per tal que li home 
me poguessan vezer. Eu volei per Taer, mesclatz ab fuec' e 
fui semblanz a fuec * & ac cors de fuec*. Eu fiz moure las 
images & lur donei armas 6>l las lur tolc. Eu fiz de las peiras 265 
pan. Eu volei d'un pug en autre. Eu fui suffertz per mas d'an- 
gelz. Eu soi deiscenduz a las terras. Et aici con eu ai fah aizo, 
aici pois ancar faire, per tal qued tuh sapian e conoscan per 
aquestas causas qued eu soi filz de Deu e le meus poders 
estara totz temps, e celz que creiran en me farai totz temps 270 
durables. Mas tu e las toas paraulas son vanas e non son 
d'obra de veritat plus que de cellui que t'a trames, de cui tu 
es discipolz, le qualz era encantaire, qued anc se mezeis non 

1 On avait d"abord écrit fuc. L'e a été ajouté au-dessus, dans i'intei'ligne. 



244 LEGENDES PIEUSES 

poc desliurar de la pena de la cros. Eu pois far, si me • oil, 

275 que cil que [23 v°] me volrian penre non me poirian vezer, e 
per aqui mezeis, cant me voirai, eil me poiran vezer. E si eu 
fugir volia, eu tranforaiia los poh e passaria inz per rocas, 
aici con per fane. Si eu me laissava cader de sus d'un aut puh 
en terra, eu non me faria mal plus que si era portatz enfre 

280 mas. Si eu era liatz, eu mezeis me desliaria e rendria liatz 
celz que m'aurian liât. Si eu era encarceratz en carcer, las 
clausuras de la carcer faria obrir de lur voluntat per ellas 
mezeissas. Imagens farai semblar homes tan fort que tuh cil 
que las veiran cujaran que sian vivas. Arbres novelz farai 

235 subtanament naiscer &: aqui eis portar frucg. Me mezeis 
getarai en foc k non ardrai. Ma cara mudarai de guisa que ja 
non serai conogutz e farai sembbiant aiz homes qued eu aia 
doas caras; o me mudarai en cabra, o en feda, on en enfant, 
ofn) en home viel. Sus per l'aer annarai volant. Moût aur 

290 monstrarai. Reis e princes farai. Serai adoratz aici con Deus. 
Vezent lo pobol, me sseran ' fâchas montas honors, de guisa 
qued una imagen faran a ma semblansa & aquella adoraran 
aici con deu. E que voles que vos diga mais? Tôt quant voil 
far pois far. Tôt zo que pot esser fah, tôt ai fah. Un' autra 

295 vegada quan [24 r°] ma maire Rachel me comandet qued eu 
annes el camp per meire, eu anneilai e vi a la terra una serra 
colgada; annet sus li serra e mezet dez aitanz que nenguns 
delz autres messors. Moutz arbres ai fah eissir de terra & en 
unahorac^en un moment lur fiz getarfruc. Aquest puhgqued 

300 es aici prop ai traucat doas vegadas. » 

Cant aquest encantaire ac tôt aiso dih, sainz Peire respon- 
det e dis : « Tu es encantaire à as confessât & manifestât 
aquellas causas qued has fâchas per encantament. I.e nostre 
maistre, fllz de Deu, manifestet e dis aquellas causas que co- 

305 venian que fossan dichas, e seran totz temps mais dichas. Mas 
tu, Sjmon, qued es encantaire, volz qued eut'oprove, vezent 
totz aques que son aici? Si volz qued eu t'o prove, annem a ta 
maison, ab totz aques que son aici, e farai o saber a totz &. 
adonx parra qui es tu. » Can sainz Peire ac dih tôt aizo, 
310 Symon l'acomenset a maldir & a blatesmar ; & fon granz ten- 

' Ms. mes seran. 



LEGENDES PIEUSES 2 15 

SOS el pobol. Sainz Peire non s'en vole gcquir per las blasthe- 
mas, anz ades lo repres plus fort. Totz le pobolz cuminalmenz 
cridet sobre aquestSymoii, car tuh conogron que bausaire era; 
e van lo penre tuh essemps e geteron l[o]' fora las portas d'a- 
quel parlador^ en que eran. E can Tagron getat foras, [24 v°J 315 
uns discipolz seus acomenset lo a seguir totz soletz. Sainz Peire 
seinnet a tôt lo pobol que fezessan pas. E can se foron tuh 
calât acomenset lur a parlar d'aital raanera : « Sennor fraire, 
pacienment devem soffrir los malz e devem saber que Deus 
los poiria aucire, si se volia, e laissa los durar e viure, entro 320 
ad aicel jorn qued es establitz, el quai sera fah juzizis de lot 
quant es. Per que non soffrirem nos donx zo que Deus vol 
soffrir? Vos autri, que vos tornatz a nostre Seinnor per pa- 
ciencia, agenoilla[tz] vos adel. » Can sainz Peire ac dih aizo, 
tuh doneron de genoilz en terra, e sainz Peire regardet se 325 
vers lo cel e preguet nostre Sennor per aquelz, que per la soa 
bonitat los receupes, car eil fugian ad el. Can venc la noh, 
le tracher eucantaire se mes en mar en uua nau et fugi s'en a 
Roma. 



VII 

IN COMMEMORATIONE SANCTI PAULI 

Fuit vir quidam in Jkerusalem de tribu Benjamin, nnmine 
Saulus, eruditissimus in libris Moysi et cunclis Legis cen'mo- 
niis, que tune secundum lilteram gerehantur, niehil in his sen- 
eiens aud advertens. Uns hom fon en Jherusalem, del trip de 
Benjamin, qued avia nom Saul, sabis el[s] libres de Moysen 5 
& en totz los autres mandamenz de la Lei, qued adonx segon 
la letra simpla eran portât. A-[25 r°]-questdestruia & annava 
tant cant podia contra la gleisa de Deu. Intrava en las mai- 
sos e trazia en homes e femenas, que per Jesu Christ se cla- 
mavan, e mena[va] los en carcer. Can venc un jorn, el se 10 
penset con ^ pogues aucir ni destruire de tôt los apostolz de 

* geteron lo eu renvoi à la marge ; l'a suppléé a été rogné. 

* Lecture incertaine ; le mot est presque effacé. 
•* Après ce mot se exponctué. 



24 6 LEGENDES PIEUSES 

nostre Sennor, & annet s'en alz princes de la Lei, 6: quesi lui* 
letras que portes a Domas a las sjnagogas, que si i trobava 
homes ni femenas d'aquesta lei, que liatz los aduisses en 

15 Jherusalem. E domenz que s'en annava, esdevenc que venc 
prop de Domas, e vec vos subtanament qued una lutz de cel 
resplandic tôt entorn el subtanament, &. ab aitant el cadec en 
terra ô: auzi una vos que diz : « Saule, Saule, quid me perse- 
queris? Sau]^ Saul, perque me persegues?» Saulz ac gran 

20 paor & respondet: « Qualz es tu, Senner, que m'apellas? » — 
« Eu soi aquel Jésus, cui tu persegues. Mas leva sus, & intra 
t'en en la ciutat, è: dira te hom zo que conven que tu fassas. » 
Aquil compainnon seu, qued annavan ab el, estavan estabo- 
sit ôc auzian la vos & non vezian nuil homen. Surrexit autem 

25 Saulus de terra; levet se Saulz de terra oc obère los oils e non 
viren. Van lo penre sei compainnon entre lurmas, e porteron 
lo a la ciutat de Damasc ; cV. estet très jornz e très noli que non 
vi ni anc non bec ni manjet. 

[25 v°]En la ciutat de Damasc avia un discipolde Jesu Christ, 

30 qued avia nom Ananias. E nostre Senner venc li en vesion e 
dis li : « Anania ! » El respondet e dis li : « Senner, vec te me 
aici. » — « Leva sus e vai t'en en aital carrera, qued hom 
appella rectus, & quer en la maison d'una juzeua Saul* de 
Tarsensem. Vec te qued ades prega. E vai, pausa li desobre 

35 la mau, per tal que recobre lo vezer. » Respondet Ananias 
& dis : « Senner, eu ai auzit dir a mouz qued aquest hom a 
fag &: fai tan granz malz alz tiens sainz en Jherusalem, et en 
esta vila ha poder delz princes delz preveires que totz aquelz 
que se clamon per lo teu nom lie e meta en preison, » Adonx 

40 diz nostre Senner : « Vade, Ananias, quia vas electionis est 
michiiste, ut portet nomen meum coram gentibus et regibus et 
filiis Israël. Vai, Ananias, carvaicelz d'élection es a me aquest, 
qued el porte lo ^ meu nom davan lo[s] reis e las genz <k los 
filz d'Irael. Et eu demonstrarai li quanz malz coven que sofra' 

45 per lo meu nom. » Annet Ananias en aquella carrera, Oc intret 
en la maison, et atrobet Saul & pauset li sa man desobre e 
dis li : « Praire Saul, nostre Senner Jésus, que apparec [26 r"] 
a te en la via, m'a trames aici a te, que recobres ton vezer e 

1 Ms. Salu. — 2 Ms. le. — ^ Ms. sofria {Vi expontué). 



LEGENDES PIEUSES 24 7 

sias adimpliz del Saint Esperit. » Et en eus pas cazegron ]i 
delz oilz cais escauraa de peis, à: recobret son vezer e levet 50 
sus aqui eis, &. fez se batejar ; e poiz manjet un pauc & con- 
fortet se. Et estet ab aquelz discipolz qued eran en Damasc 
non sai quanz jornz ; et en eus pas intret en las sjnagogas 
delz judeus, e predicava aquest Jesu Christ, e dizia que vera- 
ment era filz de Deu. Tuh aquil que Tauzian parlar se mera- 55 
villavan mont e dezian : « Non es doux aizo aquel que destruia 
en Jherusalem aicelz qued appellavan aquest nom, e per aizo 
era venguz en esta vila qued aicelz ques i* atrobaria en menés 
liatz en Jherusalem alz princes de la Lei? » Saulz, zo dis, 
adonx plus fort desputava ab los juzeus elz confondia, aquelz 60 
qued estavan en Damasc, c^: affermava qued aquest era 
Christ filz de Deu. Cantac aici estât moutz jornz, el juzeu viron 
qued aici desputava elz confundia, preseron conseil eutr'elz 
mezeis con Taucizessan. E cant venc una noh, meseronli agah. 
Custodiebant auteiu [et) portas civUatis die et nocte ut eum inter- 65 
ficerent. Garderon las portas [26 v°] de la ciutat e meseron i 
gardas, col poguessan aucire. Li discipol de saint Paul, cant 
o auziron, van penre saint Paul e geteron lo de noh ab una 
corda foras de la ciutat per los murs. E venc en Jherusalem; 
et volia se ajostar ab los discipolz de Jesu Christ; e tuh temian 70 
lo, car non podian croire que fos convertitz. Barnabas, uns 
delz discipolz, va lo penre &: aduis lo alz apostolz, et comtet lur 
con avia vist nostre Sennor Jesu Christ en la via 6: qued el 
parlet ab el, e con avia prédicat fizelment en Damasc lo nom 
de Jesu Christ. D'aqui en la fon appellatz Paul en lue de Saul. 75 
Esdevenc, quant ac prédicat en montas ciutaz Jesu Christ, lo 
fil de Deu, qued ei venc en una vila qued avia nom Listris. 
En aquella vila avia un raalaut, qued era contrah delz pes, 
le qualz non avia annat des que fon natz. Aquest, cant auzi 
parlar saint Paul, acomenset lo moût fort ad esgardar. Sainz go 
Paulz se regarda vers el, e vi e conoc que fez e crezensa avia 
qued el lo podia sanar. Et ab aitan acomenset li fort a dire : 
(( Leva sus planament sobre tos pes. » Ab aitant le malautz sail 
en pes, sans &: salz, et acomenset ad annar. Las genz, can 
viron aquesta meravilla que sainz Paulz avia fah, crideron 85 

• Ms que si. 



2-18 LEGENDES PIEUSES 

[27 r"] merce a nostre Sennor e torneron se a la fen del seu 
fil Jesu Christ. 

Esdevenc pois qued el annet ab saint Peire a la ciutat de 
Roma. Et aqui atroberon ambedui un encantador qued avia 

90 nomSymon, le qualz era fugitz, per paor de saint Peire, de la 
terra d'outraraar, et era s'en vengutz aqui estar. Sainz Peire 
e sainz Paulz acomenseron a predicar la fen de Jesu Christ, 
e per lur prédication moutz pobolz se tornet a la fen de Jesu 
Christ. En eis esdevenc que per lur prédication Libia, li 

95 moiller de Nero, k Agripina, li moiller del baille, non vol- 
gron plus e>tar ab lur maritz e volgron tenir castitat. Per 
lur prédication laissavan li home maleza e tornavan se a 
Deu. Li cavalier se tnllian de la cort del rei e fazian se 
Christian e non volian [)ois toruar a la maleza ni al palais 

100 del rei. Per aizo le pobolz acomenset moût a parlar mala- 
ment de saint Peire e de saint Paul. L'encantaire Sjmon, 
cant auzi, acomenset malament a parlar d'aques dos, zo es 
de saint Peire e de saint Paul, e dizia qued encantador eran 
e quel pobol fazian tornar en error. Ganren i avia d'aquelz 

105 q^ie crezian Sjmon, per aquo que li vezian far; car el fazia 
moure serpent de coure per encantament, & cans de peira 
fozia lairar, et i - (27 v°] - mages de coure e de peira fazia 
rire e moure e corre davan se. Escontra aizo sainz Paulz 
e sainz Peire, pregant nostre Sennor, curavan malautz, enlu- 

110 minavan cex, encausavan e getavan diabolz delz cors delz 
homes, resuscitavan mortz, e dizian al pobol que non cre- 
zessan Sjmon Mag, ni las obras qued el fazia, car filz era 
de diabol & zo qued el fazia era deus part de diabol, e cil * 
qued el avia convertiz amonestava^ que lo fugissan e se tol- 

115 guessan de las obras soas, & que las descubreguessan & fezes- 
san saber que des part de diabol las fazia. Esdevenc que li 
religions home, que crezian la prédication de saint Peire, 
dizian alz autres qued encantaire^ e zo que fazia era des part 
de diabol tV escumenegatz era. Et encontra li mal home e li 

120 fcllon, cil que le bauzaire avia convertiz, dizian de saint Peire 
e de saint Paul qued encantador eran, e zo qued eil predi- 
cavan era errors. Et aquist tensons era el pobol. Aquist ten- 

• Corr. celz.— - Corr. amonestavan. — ^ Sic. Suppl. ero fh -avoir Symon). 



LEGENDES PIEUSES 2^9 

sons venc a saber a Nero Temperailor, e trames querre 
aquest encantador Sjmon. El, can fon denant el, acomenset 
SOS encantamenz a far; et era sub - [28 r"] -• danament en 125 
guisa d'enfant & a(iui eis esdevenia veilz, e pois tornava 
jovens hom. Et aici mudava se en quai qued état se volia, 
per moutas figuras, diabolo opérante, si que, lo diabol obrant, 
cant Nero l'emperaire vi aizo, cujet se verameut que fos filz 
de Deu. Sainz Peire e sainz Patilz vengron denant Tempe- 130 
rador e disseron: u Emperaire, non crezas aquest lairon, car 
el es messoneguiers &. encantaire, e fa lagezas, et es felz e 
reneguatz, et en totas causas qued a Deu apertenon es con- 
traria de veritat. Nuilla causa de mal non es qued en el non 
sia. » Adonx diz l'encantaire a Nero: « Audi me, bone impe- 135 
rator ; autz me, bons emperaire; eu soi filz de Deu, que so 
vengutz de cel ; avia soffert entro aci ; ara i es vengutz aquest 
Paulz & es doblatz le malz; e tu, emperaire, si non pessas 
con aquist dui sian mort, le tieus règnes non pot estar. » 
L'emperaire, cant auzi aizo, crezet o, e can venc l'endeman, 140 
fez los venir a se. 

Cant venc l'endeman, qued eil foron denant el, Simon diz 
a l'emperador : « Aquist son discipol d'aquel Nazaretz. » 
L'emperaire diz : « Qued es Nazareth ? » Simon dis : [28 \°] 
(( Una ciutatz es en Judea, que totz temps es aguda contra 145 
vos & contra vostres mandamenz, e d'aquesta Nazaretz fon lur 
maistre d'aquest- » Nero l'emperaire respondet : « Deusja 
ama(va) tôt homen & l'amonesta.Tu ner que persegiiesaques?» 
— « Aquist dui an tota Judea convertida e tornada que non 
crezessan en me. » Nero, cant auzi aizo, diz a saint Peire cV 150 
a saint Paul : « Per que es tan trachor vos ni vostre lin- 
natge ? » Adonx diz sanz Peire a Sjmon : « Sjmon, aquelz 
avias deceuputz que crezessan en te ; rai non as pogut dece- 
bre ' ; mas Jesu Christ aquelz qued avias deceupuz a trah 
d'aquella error per me. E pois car tu saps que nos autres 155 
apostolz de Christ non pos convertir per la toa art encantai- 
ritz, meravil me con auzas parlar davan l'emperador. » Adonx 
dis Nero l'emperaire : « Qui es Christ? » Sainz Peire res- 
pondet : « Aquel es Jesu Christ, de cui aquest bauzaire 

1 Suivent imniédialement cinq mots biffés: me non poguist anc cleceLre. 



250 LEGENDES PIEUSES 

160 afferma e diz qued el es. Aquest es malz hom e las soas obras 
son de diabol ; mas tu, bons emperaire, volz saber aquellas 
causas que Jesu Christ fez en Judea ? vejas las letras [que] 
Ponz Pilatz trames a Claudium ô: adoux [29 r"] conoisseras 
(S: sabras o. » Adonx Nero fez se aportar las letras & fez 

165 la[s] se legir davan; e disseron en aici : « Ponz Pilatz a son 
amie Claudi, montas salutz. Voil vos far saber zo qued es 
esdeveug'ut novellarment en la terra delz juzeus, li quai par 
enveja an dampnat se ai aquelz que venran aprop elz, car eil 
trobavan escrih en lur libres, et a lur pairons era promes, 

170 que Deus lur trametria lo seu fil de sus del cel, le qualz nais- 
ceria de la vergen oc appareisseria en terra. Aquest, domenz 
qued eu era bailes en Judea, trames Deus en la terra, Li 
Juzeu, cant lo viron fazent meravillas, qued enlurainava los 
cex, elz lebros mundava, los malauz curava de qualque enfer- 

175 metat qued agues, los diabolz cassava delz cors delz homes, 
los mortz resuscitava, las auras fazia venir o remaissar, sobre 
las undas de la mar annava per essuli pes, e moutas autras 
meravillas que fazia; li juzeu, cant o viron, agron gran enveja 
car le pobolz crezia en el. E van lo penre li fellon prince de 

180 la Lei, e liureron lo me. E dizian me mesoneguas e so que 
res [29 v°] non era, e dizian qued encontra lur lei annava. 
Eu crezei o, e liât e batut e flagellât rendei lo lur. Eil van 
lo penre e meseron lo en cros, <k. aqui feron lo morir ; e pois 
pauset Fom en un sepulchre, e disseron qued hom gardes lo 

185 sépulcre très jornz, e meseron 1 gardas cavaliers me[u]s e 
resuscitet al(z) ters dia, non remas per garda. Li enveja e li 
fellonia delz juzeus crée tant qued aver doiieron alz caval- 
iers, que dissessan que soi discipol avian emblat lo cors. Cant 
li cavalier agron receuput la peccunia, zo que fon fah non 

190 pogron celar, car eil disseron a tôt lo pobol que resuscitatz 
era e qued eil o avian vist e que li juzeu lur n'avian donat 
aver que non o dissessan. Aizo esdevenc enaici, et en autra 
guisa hom non o diz que non menci (dur ; e las messoïiega.6 
de:z juzeus non devon esser crezudas. » 

195 Cant aquist carta fon legida aici, Nero l'emperaire dis : 
« Diguas me, Peire, fon aici fah aizo con o diz li carta? » 
Sainz Peire respondet e dis : « Bos emperaire, crezas ben 
qued aici fon, e non fon d'autra guisa. Et aquest Sjmon, 



LEGENDES PIEUSES ?"1 

plens de mesoneguas e d'engan, & horn carnalz qued es, fai 
se deus. Aici con en Jesu Christ ha doas sustancias, zo es 200 
sustancia de Deu & d'orne: en la sustancia de Deu avia to- 
[30 r°]-ta pleneza de divinitat ; en la sustancia qued avia 
d'omo, rezemet la humanitat ; aici en aquest Sjmon haautras 
doas sustancias : sustancia d'ome & substancia de diabol, 
le qualz s'esforssa de dampnar los homens e de mètre en error, 205 
per la sustancia d'aquest homen, » Adonx respondet Syraon : 
« Meravil me, bons emperaire, con pos auzir ni escoutar 
aquest fol home pescador e mcssoneguier, qued en paraula 
ni en linnatge ni en nulla ren poder non ha. Mas ja plus non 
soffrirai aquest enemic, car ades farai venir mos angelz e 
dirai lur que m'en venjon. » Sanz Peire dis: « Eu non tem 210 
te ni los tieus angelz ; mas eil podon temer me, en la vertut 
et en h\ fizansa de Jesu Christ. » Adonx diz Nero: « Peire, 
non temes tu doux la divinitat de Symon qued a tan gran 
poder que tôt cant vol fa ? » Sainz Peire dis : « Si aquil 215 
divinitatz es en el, li qualz conois los secretz delz coratges, 
digua me zo qued eu pes ni que farai ; et eu dirai te prime- 
rament a l'aureilla zo qued eu pes ni que farai, per tal que tu 
conoscas si ment de zo que dira. » Adonx diz Nero : « Ara 
te fa en sa, Peire, & diguas ma ta cogitation. » Annet sanz 220 
Peire e dis li : « Fa me aportat' un pan d'ordi & fa lo me 
donar a ce-[30 v°]-lat, qued hom non o sapia. » Fez li aportar 
un pan d'ordi ; e caiit Tac près sainz Peire, benezis lo e frais 
lo e pois mes lo en sas manegas. E cant o ac fah, & el dis : 
(( Ara digua Symon oiniais zo qued eu pes ni ai fah. » Respon- 225 
det Nero l'emperaire e dis : « Cujas doux, dis l'emperaire, 
qued eu creza que Symon non sapia aizo que tu pensas, le qualz 
resuscitet lo mort & ei mezeis, can ac perdut lo cap, resusci- 
tet al terz dia, e tôt cant eu li ai dih tôt a fah ? » Adonx dis 
sanz Peire : « Davan me non n'a ren fah. » Nero l'empe- 230 
raire dis : « Eu li port ben guarentia d'aizo, qued el coman- 
det a SOS angelz de cel que venguessan, e vengron.» Respondet 
sainz Peire: a Pois qued aco qued es tan granz causa ha fah, 
per que non fa aizo que non es tan granz causa, qued el digua 
zo qued eu pes ni qued ai fuh ? » L'emperaire dis: « Que 23.J 
dis tu d'aizo, Symon? Eu non sai en que me tengua de vos 
dos. » Adonx dis Symon : « Peire digua zo qued eu pes. » 



252 LEGENDES PIEUSES 

Respondet sanz Peire : a En aizo qued eu ai fah farai saber 

240 a totz zo que tu pensas. » Adonx dis Simon : « Be sapias, 
bons emperaire, que las pensas delz homens non conois ni 
sap mas solament Deus. » Sainz Peire respondet e dis : « Ja 
dis tu que tu es Deus ; diguas doux zo qued ai fahg ni qued 
eu pens, &. fai o saber a totz. » Adonx Sy-[31 r^J-mon ac gran 

245 dol 6i gran ancta, car non poc dir lo secret de Tapostol ; e 
comenset a cridar & a dir : « Vengan gran can e dévorent 
te e te manjon, davan l'eraperador qued aici es. » Et en eis 
pas apparegron can a desmesura gran, <Si abrivan se vers 
saint Peire. Sainz Peire trais lo pan de sas maneguas, & en 

250 eis pas eil avalisson & anc pois non apparegron, cant agron 
vist lo pan que sainz Peire lur moiistret. Adonx dis sainz 
Peire a Nero : o Emperaire, vec te qued eu t'ai monstrat, 
non par paraulas, mas per fah, qued eu sabia zo qued el pen- 
sava ; et el qued avia dih que sos angelz faria venir &. ad 

255 aquelz faria me devorar, a los fah venir ; e par ben que aquil 
angel non aian poder de la divina gloria, car en semblansa 
de cans e de diabolz son vengut, e non a ' agut poder de 
mal far a me. » Adonx dis Nero Temperaire a Symon : « Qued 
es aizo, Sjmon ? Ar euh eu ben que tu sias vencutz. » Res- 

260 pondet Sjmon e dis : « Aquest m'a fah aizo en la terra de 
Judea cV en tota Palestina & en Cesarea, & domenz qued el 
tensonava ab me, après aizo, car a las soas obras era contra- 
ria^ ; e per aizo qued el escapes a me, après aizo, car las 
pensas delz homes non sap mas soletament Deus. » Sainz 

265 Peire respondet : « E tu, que diz qued es Deus, per que non 
dis las co-[3J v^j-gitations delz homes? » Adonx se giret 
l'emperaire a saint Paul e dis li : « Tu, Paul, perque non dis 
quedocom? » Sainz Pauls respondet: « Ben sapias, empe- 
raire, que si tu laissas ad aquest encantador tantas causas 

270 faire, gran mal fara a ton pais, & creissera tant li maleza que 
tôt lo regnum getara de son lue. » Nero respondet e dis a 
Symon : « Qu'en dis tu, Symon ? n Symon dys : « Si eu non 
manifest verament qued eu soi Deus, ja non voil que li home 
me fassan la honor que devon. » Nero dis : « E qued atten- 
des que non o fas ades, per tal queil aquist sian tormentat? » 

' Sic. Corr. an ? — ^ Sic. Corr. contrari'l 



LEGENDES PIEUSES 253 

Symon dis: « Fai me far una torre autha de fust, & pojarai 275 
sus t^ farai venir mos angelz, e, vezent tôt lo pobol, pujaran 
m'en en cel a mon paire, et ad aizo poiras saber qued aquist 
home son fol. » L'emperaire respondet : a Qu'en dis tu, 
Peire ? En aizo pareissei'a ' li soa vertutz &. aquil del tieu deu.» 
Sainz Peire dis : « Bons emperaire, si tu te volz, tu poiras 280 
conoisser que deus part de diabol es. « Nero dis : « Deman 
sabrem qualz de vos dis ver. » Sjmon respondet: « Cres ^ tu 
donx, bons emperaire, qued eu sia encantaire ? Ja fui eu 
mortz e resuscitei. » Le tracher Sjmon avia fab un encanta- 
raent, car el avia dih a Nero l'emperador : « Fai me taillar 285 
la testa en [32 r°] un lue escur, e laissa me aqui estar mort, 
e si eu non resuscite al terz dia, sapias qued eu soi encantaire ; 
et si eu resuscite, sapias qued eu soi fil de Deu. » E Nero avia 
lo fah penre e mètre en un lue escur, e comandet ad un que 
ii tolgues sa testa. E can le tracher fon laintre, ac un aret ser- 290 
mat &. fez son encantament ; e fon vejaire a cel que li volia 
tolre lo cap de Taret qued el fos. Mas pero, cant li ac tout 
lo cap, près lo &. annet lo regardar déferas alla ^ clairor, e vi 
e conoc que caps d'aret era, e non o vole dir a l'emperador, 
per paor de se raezeis, qued el non fos encolpatz, qu'om non 295 
disses que per sa foUia era esdevengut, car el l'enn avia* aici 
enfollit qued un aret li avia fah aucir en son lue ; e per aiso 
non vole descobrir. E per aizo dizia Simon qued al tertz jorn 
era resuscitatz, car el n'avia portât lo cap el(z) cors, <k avia 
fali recebre lo sanc en una conca. Cant venc al terz jorn el 300 
se demonstret e dis que resuscitatz era; et adonx dis a Fem- 
l)erador : « Fai ostar lo meu sanc d'aqui on es escampatz, 
car eu que fui degollatz, aici con o avia promes soi resusci- 
tatz al terz jorn. » Car Nero l'emperaire avia dih : « Deman 
sabrem qualz de vos autres dira ver ni er vertadiers », dis a 305 
saint Paul : « Tu per que non parlas, [32 v°] Paul ? » Sainz 
Paulz respondet e dis : « Zo que Peire diz, crezas qued eu 
die atressi ; una causa dizem, car ambedui prediquem un 



1 Ms. pareixsara. 

2 Ce mot est précédé de non, exponctué et biffé. 
•* Ms. al la. 

' Ms, len nauia. 



254 LEGENDES PIEUSES 

seinnor, Jesu Christ. » Symon respondet : « Entent me, 

310 César. Per zo que tu sapias qued aquist son falz & eu soi 
trames de sus de ce), deman m'en pujarai sus el cel, per tal 
qued eu fassabenazuratz aquelz que crezon en me, et en aques 
que me deneguan demonstrarai ma ira. Et aujas me, César. 
Part aques dos de te, que cant eu serai ab mon paire el cel, 

315 qued eu te pnscha esser bons. » Nero respondet : « Con 
sabrem nos que tu t'en pujes en cel ? » Sjmon dis : « Fai 
far una torre de fust e de granz traus, et eu pujarai en aquella, 
e can serai sus, 11 mei angel venran sus en Taer e portaran 
me ; car a terra non poirian venir a me antre los peccadors. » 

320 Nero respondet : a Ben voil vezer si poiras far zo que tu 
dis. » 

Adonx Nero fez far una torre el Camp de Martz gran &: 
auta. E cant 11 terres fo faclia, fez venir tôt lo pobol e totas 
las genz delà vila per vezer aquesta meravilla. Cant totas las 

325 genz foron acampadas, e sainz Peire et sainz Paulz i fon, e lo 
diz Nero : «Ara apareissera 11 veritatz. » Sainz Peire e sainz 
Paulz disseron: « Nos non lo descobrirem, mas nostre Sen- 
ner Jesu Christ, fils de Deu, cui el se fa, cel lo descobrira. » 
Adonx Sjmon, vezent tôt lo pobol, [33 r°] s'en pujet en la 

330 tor, et fon coronatz de laurier, à. estendet las mans & acomen- 
set a volar. Nero, cant o vi, dis a saint Peire & a saint Paul : 
« Aquest hom es verais; vos au(s)tri es bauzador delz homes 
e del pobol. » x\donx respondet sainz Peire : « Sofri te un 
pauc, que tu sabras e conoisseras' ades que nos autri em mes- 

335 satge de Christ & el es messoneguiers & encantaire. » Nero 
respondet qued « ancar persévéras en vostra dureza ; vec vos 
qued el es ja sus el cel. » Adonx esgardet sainz Paulz- sus el 
cel e dis : « Paul, dreissa ton cap et vejas. » Sanz Paul dreissa 
son cap contra sus e vi lo volar, &. comenset a plorar e dis : 

340 « Peire, que fas ? Monstra aquel poder que Jesu Christ t'a 
donat. » Adonx sanz Peire esgardet el cel e dis : « Eu vos 
conjur, angel de Sathanas, que lo portas en l'aire, per dece- 
bre los coratges delz non fizels homes, per Deu lo creator de 
totas causas e per Jesu Christ lo seu fil, que resuscitet al 

345 tcrtz jorn de mort, que vos d'aici enant non lo portes, e lais- 

' Ms. sahi-es- e conoisseres. — '^ Sic. Corr. Peire. 



LEGENDES PIEUSES 255 

sas lo. » Et en ois pas li diabol lo laissai! e cadec en terra, e 
parti en catre parz, e cada una de las partz esdevonc peira, 
las qualz son guarentia d'aizo entro en aquest jorn. Adonx 
Nero l'emperaire fez penre saint Peire e saint Paul. Saint 
Peire fez mètre en cros & a saint Paul fez taillar lo cap. Et 350 
adonx totz le pobolz de la vila fon iratz, e corregron [33 v°] 
al palais de Temperador e volgron cremar lo palais e Tenipe- 
rador. Can a saint Paul taillet hom la testa, en lue de sanc 
n'eissi lahg. Sainz Peire fon mes en croz, lo cap deus terra e 
los pes contra mont; e domenz qued el era en la cros, el aco- 355 
menset a dir : « Senner Jesu Christ, bons pastre, a te faz eu 

gracias, car las fedas que tu m'as liuradas non sian ni 

estian oimaissenz latoa garda.» E cant acdihaizo, transpasset. 
Et aqui eis apparegron aqui dui saint home, los qualz non avia 
hom vist desenanz ni anc pois non fez, &. dizian que per aquest 360 
cran vengut de la terra de Jherusalem. Aquist dui van penre 
lo cors de saint Peire, essemps ab autre saint home, qued 
avia nom Marcel, le qualz era agutz decipolz de Sjmon Mag e, 
per la prédication de saint Peire, avia laissât aquella error &. 
avia seguit saint Peire, de Jherusalem entro aqui a Roma. 365 
Aquist van penre lo cors e sebeliron lo en un lue qued hom 
appella Vaticanus. Aquist dui bon home dizian que vengut 
eran de Jherusalem & dizian a tôt lo pobol : « Alegras vos, 
car gran gauh deves aver que sainz pairos aves ameritat ad 
aver & amix de notre Sennor Jesu Christ; e sapias que Nero, 370 
aquest fêlions reis vostre, non pot gaire tenerTemperi aprop 
la mort d'aquestz dosapostolz. » Esdevenc alo que le po[bo]lz 
de Roma eniret i'emperador, [34 r°] et acorderon enfre elz 
quel presessan el liessan ad un pilar e qued hom lobâtes tant 
entro que fos mortz, aici con gazainnat o avia. Venc a saber 375 
ad el, .e cant o auzi, ac tan gran paor que non saup que se 
fezes ; e fugi s'en de noh elz bosc c^ en las selvas, &. aqui mori 
de fam et de freh, e lop manjeron lo. Cant venc pois, li grec 
vengron e preseronlo[s] cors delz apostolz e cujeron losportar 
on Orient ; c^ en eus pas li terra acomenset mont fort a tremo- 380 
lar, & venc totz le pobolz de Roma e seguiron los aprop, & 
acosegueron los ad un lue qued hom appella Catacombas, 
&. aqui tolgron lo[s] lur e garderon los aqui un an & set 
mens, entro qued agron fah gleisas, en quel[s] sebeliron pois 



25(5 LEGENDES PIEUSES 

385 honestament. Ubi prestanlur bénéficia usque in hodiernum diem 
et in secula seculorum. Amen. 



[VIII] 

PASSIO SANCTARUM VIRGINUM FIDEI, SPEl 
& CARITATIS c^ MATRIS EARUM SAPIENTIE * 

Mulier igitur quedam nomine Sapientia, de génère primo, 
valde dives, Romam advenif, non filiabus suis, et hee decori^- 
sinie m'tnium fuerunt. Una femena era, qued avia nom Sapien- 
tia, de gran linnatge, et era moût riqua. Aquist femena venc 
5 estar a Roma, ab très fillas qued avia ; & eran moût bellas. 
Cant ioron aqui, las très donzellas anneron e preseron lo sen- 
nal de uostre Sennor Jesu Christ, zo es que batejar se feron, 
Lur maire las [34 v»] avia esseinnadas desenanz que ferma- 
menz e bona tenguessan lo nom de la christianitat. Elias crei:?- 

10 clan cada jorn en la obra 6: eu la fen de Jesu Christ, aici con 
lur avia esseinnat. Lur maire s'alegrava en Deu nostre Sen- 
nor Jesu Chri.st, e pregava lo que major fen e major crezensa 
dones a sas fillas, con ellas estessan à; annessan en la vertut 
de paciencia. Las donzellas eran joves de jornz, viellas de 

15 senz. Zo que las prophetas avian dih tractavan en lur corat- 
ges & alegravan se en nostre Sennor. Ellas annavan cada 
jorn moût voluntiers a la gleisa, e pregavan cada jorn nostre 
Seinnor qued el volgues & soffergiies qued ellas soffrissan ^ 
martyre per el. Esdevenc un jorn qued uns malz hom de la ' 

20 vila, quan vi qued aquestas donzellas annavan tan soven a la 
gleisaper pregar nostre Sennor, annets'en al'emperadore dis 
li: « Sonner, una femena es venguda en esta vila, abtres fillas 
soas, non sai don, & amonesta e predicanostras moillers que 
crezan en Jesu Christ, lo fil de Deu e fa las partir de nos; et 

25 a lias* aici convertidas'6: tornadas ad aquella fen qued apostot^ 
non volon manjar ni heure ab nos. » Cant Femperaire Adrians 
auzi aizo, trames la messatges que li aduissessan aquesta 
femena ab sas fillas. Anneron la cS: aduisseron las ; e cant las 

' Ms. Sapia, avec ud tilde sur Vi. — ^ Ms. soffrissam. — 3 Ms. sa. — 
4 Ms. allm. — » Sic. Corr.? 



LEGENDES PIEUSES 257 

donzellas foron prop del palais del rei, ellas se scnncron el 
nom del Paire e del Fil e del Saint Esperit. Li gracia de Christ 30 
era en ellas, que las conferma-[35 r°j-va, Cant ellas intrerori 
el palais, Adrians Temperaire las acomeasa ad agardar, e vi 
las tan bellas e tan gloriosas, car li gloria de Deu era en 
ella[s], qued anc ren non lur poc dir. Pois cant ac estât un 
pauG, Si. el sonet lur maire e fez la venir a se, & acomenset la 35 
a demandar & a dire : « De quai dignitat ni de quai lei es, ni 
per que venguist en esta vila e denejas nostres deus. que son 
sennor d'estaciutat e quelabastiron? E diguas me ton nom.» 
Li donna respondet e dis : « Christiana soi. » Adrians l'em- 
peraire dis :a Eu te déniant aquel nom ab qued hom t'apella.» 40 
— « Le meiller noms qued eu aia es que soi christiana. Le 
noms que mos paire ni ma maire me doneron es que m'apel- 
leron Sapientia; et en aici m'apella hom ; e soi delz meillors 
homes e delz plus autz de Lombardia, Mas le meus senner 
Jesu Christ, bons & raisericordions m'a aducha en aquesta 45 
ciutat de Roma, ab aquestas très allas ineuas, qued el m'a 
donadas, e gart las en castitat & eu fatz li d'ellas offrenna e 
don. » Cant Adrians l'emperaire auzi aquestas paraulas, 
coinandet las ad un riij home seu entro ajorn qued hom la 
demandes. Menet las hom a la' maison d'aquest rie homen, 50 
qued avia nom Palladii. Can foron laiiitre en l'alberc, li donna 
acomenset sa[s] fillas ad amonestar c\: ad apellar en Saint 
Esperit e dis lur : « Fillas meuas, eu vos ai [35 v"] esseinnat 
bonas letras ; gardas aquellas en cellui en cui avez pausat 
vostra esi)eransa, cel vos appella a la vostra fen. Non vullas 55 
atendre a la vostra joventut ; mas garnes vos de las armas de 
nostre Sennor Jesu Christ, & coronatz vostra maire de vostre 
enemic^ e desliuras me de celui que m'a cargada de peccat, 
zo es del diabol ; car si eu vos tramet davan me a la cavalla- 
ria del verai rei, gran légation lai m'acabares. Fillas, tenez 60 
perfechament la via, qued eu per la vostra fen sia renovel- 
lada del règne celestial; et appellaran me a vos cil que pla- 
zon a Deu et eu estarai lai ab vos totz temps mais. Et vos, fil- 
las menas, las qualz portei en mon ventre, aias merce de vos- 
tra maire, & tensonatz contra las artz del maligne maistre, G5 

1 Ms. la a. — 2 gic- lacune ? 

1^ 



258 LEGENDES PIEUSES 

zo es del diabol, qued escomou contra vos autras tormens elz 
acerma. CIama[tzJ vos per Deu lo Paire et per nostre Sennor 
Jesu Christ, lo seu unial fil, qued vos rendra coronas e gui- 
zardon per la vostra paciencia. » Cant li donna ac semenat 

70 aquesta esperital sernensa el cor(s) de sa[s] fiUas, las donzellas 
non oblidavan minga la senna de Jesu Christ, car tota hora 
fazian lo seinnal de la cros en hir cara, e pregavan nostre 
Sennor qued el lascorones perfechament e qued el lur dones 
forsa contra lur enemic, e pois dizian a lur maire: « Donna 

75 maire, alegra [36 V] te en nostre Seinnor e mena nos davan 
l'emperador Adrian, e veiras nostra forsa e la eonfession de 
la nostra fen. Le nostre salvaire Jesu Christ, del quai nos em 
essennadas, el conois la nostra fen e nos donara respons a zo 
qued hom nos demandara. » Adonx lur dis lur maire : «Fillas, 

80 eu vos engenrei ; nuilla rens non es en aquest mont que vida 
aia ni longamen pusca durar, que non sia destermenat. Per zo 
soffres un pauc temporalz' penas, que vos aias la vida dura- 
bla ; et eu, cant vos aurai offertas a nostre Sennor perfeh 
sacrifizi, segrai vos. )) Tribasque ita diebus transactis, jiissit 

85 imperator Adrianus adduci eus. Que cum ducerentur, sequebatur 
eus mater gaudens et exultans. Can foron passât très jorn, 
Adrias rera[)eraire trames querre las donzellas, e domenz 
qued hom las en menava, lur maire las seguia, lauzant nostre 
Seinnor. Can foron el palais intradas e foron davan l'empe- 

90 rador Adrian, acomenset lur a dir : « vos, bonas tozetas, 
gran pietat ai de vos, car eu vos vei tan bellas. Prec vos qued 
aias pietat de vostra maire, & non vuUas perdre la flor de 
vostra juventut. Crezes me aici con farias a vostre paire, & 
sacrifiatz alz nostre[s] deus, que son sennor de tôt lo segie ; 

95 e si d'aizo me voletz creire, eu vos tenrai en lue de mas fiUas 
et estares en las mias rique-[36 v^J-zas, e sera vos granz 
honors que vos sias appelladas Allas d'em])erador ; et eu farai 
venir toz mos rix homes, mos dux k. mos princes & tôt lo 
scenat, & afiUarai vos denant totz ; e si vos non me voles 
lOO creire, eu vos farai far mouz tormenz, cv vostres cors petitz 
e vostra gran beutat destruirai malament e degastarai per 
tormenz, e zo que remanra d-e- vostres menbres donarai alz 

' Ms. temperalz (per en abrégé: p barre et non bouclé). 



LEGENDES PIEUSES 259 

cans. Crezes me, avan qued eu vos fassa aizo. » Las sanctas 
vergenas responderon totas ensemps e disseron :« Reis, aitalz 
promessions non nos an ren a far. Nos avem paire, Jesu 105 
Chrisf, & aquel recebra nos aici con perfeclias fiUas. En aizo 
avem près armas de veritat, con puscam contrastar alz 
enganz de la toa bauzia & intrar en la maiso de celui que 
pujet el cel, car las portas son ubertas ; e fai nos aquelz tor- 
menz que far voiras, car per aquelz conoisseras la vertut de HO 
nostre Sennor Jesu Christ qued es en nos. » L'emperaire, cant 
auzi aizo, fon enrabiatz; e sonet la maire d'ellas e dis li : 
«Diguas me lo nom de tas Allas ni de canz de jornz son. uRes- 
pondet li donna e dis: « Li majer de mas fillas a nom E<pe- 
ransa à: es d'état de .xii. anz ; li autraha nom Fez & es de dez 115 
anz ; li autra ha nom Caritat & ha nou anz. » Adonx l'empe- 
raire sonet la primera e dis li : « Esperansa, sacrifia a la gran 
Diana. » Esperansa respondet e dis : « tu, [.37 r°] acoraen- 
samenz de la humana cecitat, per que me mandas laissar lo 
meu sennor, que fez lo cel e la terra e toi cant es, e mandas 120 
me adorar las ydolas,que son senz armae son fâchas de peira 
e non han poder plus qued una peira?» Audiens imperatov hos 
sermones, ira rephtus, jussiteam expoliari et virgis cedi, donec 
consentiret immolare. Can l'emperaire auzi aquestas paraulas, 
fon moût iratz, e comandet qued hom la despoilles e donnes 125 
l'om tantas ab vergas & qued hom la bâtes tan entro que 
sacrifizes alz deus.E quan i agron frag dotze manadas de ver- 
guas, plaga nuillanon li parce en sa carn. Adonx l'emperaire, 
cant vi, comandet qued hom li tailles las possas. Adonx totz 
le pobolz, qued era vengutz aqui per vezer aquella justizia, 130 
vezian' la tosa tan jove et tan bella e tan soffrent, avian gran 
pietat quanla vezian batre nitaillarlas possas, e dizian: « Quai 
mal an fah, Deus ! aquestas donzellas, qued aital pena sofFron? » 
D'aquei lue don foron tailladas las possas eissia lahg en lue 
de sanc. Sancta Esperansa acomensot a dir : « tu fêlions, 135 
aizo son las toas menassas ! Vec te que tanz homes as fah 
lassar en me batre, e li mia carnz non o sent, ni le tocamenz 
ni las plagas de las toas vergas non son apparvent el meu cors. 
Mos menbres m'astaillatz, mas vejas, fellon, cazer [37 v"] lahg 

' Corr. vezent ? 



260 LEGENDES PIEUSES 

140 a la terra en lue de sanc. Tu cujas per aizo vencer lo meu 
prepausament e la mia confession, qued ai de la fen de Jesu 
Christ. Ancar tu, tvrant fellon, si tu comandavas a taillar ma 
cara, eu non séria confundnda ; eu soi ferma en Jesu Christ 
& non renegarai mon sennor. n L'emperaire Adrians, cant 

145 auzi aizo, fon enrabiatz e fez aportar una grazilla e far foc 
desotz, tant tro li grazilla fon tota blanca; e pois fa penre la 
donzella e getar desobre. Ella non temps lo foc, anz se 
repausava sus en la grazilla con fa 11 naus en la mar, cant 
esta soau, que las ondas non la bâton. Ab aitant li donzella 

150 acomenset a cridar moût fort : « Seinner Jesu Christ, regarda 
la toa ancilla, e non me fassas morir en aquest fuc, qued eu 
pusca contrastar alz tormenz d'aquest t^yrant, à: confunt la 
soa temporal ' vertut. » Estet très horas sus en la grazilla, 
qued anc le fux non la toquet. L'emperaire, cant o vi, fez 

155 aportar una sartaja e mètre pez e ceu e cera e fondre tôt 
ensemps, & eissia en tan granz flaors que nuillz hom soifrir 
non o podia; e fez getar intre la donzella. Ella, can fon intre, 
acomenset aici estar sana e salva sus, con fera en rosala que 
fos cazucha do cel. Adrians, cant o vi, ac moût gran dol, car 

160 lion li podia far croire sas j'dolas, ni per nuil torment non 
[38 r"] la podia destruire, ni per aquestas penas qued el li 
fazia ; et acomenset a pensar a quai pena la poiria far morir, 
e fon aitalz sos conseilzque li fezes taillar lo cap. Cant saucta 
Esperansa ac auzit del rei lo terme de sa fin, acomenset a 

165 pt'egar sa maire & a dire: k Maire donna, si le tiens plazers 
es, prega lo meu sennor qued el me lais aici persuir& affinar 
lo prepausament qued eu avia de la soa fen & cui eu ai totz 
temps désirât. » Pois annava e dizia a sas serors : « Sorres 
meuas, aconseillas vos ab cellui de cui es en(s)tresseinnadas ; 

170 vec vos que li nostra maire a gaug de las nostras passions, 
per tal qued ella nos pusca vezer en l'autre segle perfechas. 
Sorres douzas, non voillam far irada la nostra sancta maire, 
que nos portct nou mes en son ventre, e que n'ac dolor eau 
nasquem, & que nos allachet ab lo lagh de sas possas, et que 

175 nos essennet en la sapieza de nostre Seinnor, & ara nos 
appella a la vida durabla. Et eu, serors, vauc aquella via, 

1 Ms. tempérai {pe)' en abrégé, comme plus haut, p. S58 n. 1) 



LEGENDES PIEUSES 261 

laquai nostre Seiniier me vol donar, et eu prec vos, dousas 
serres, que vos fassas atretal, que me seguias per aqui on eu 
annarai, i)ei' tal que nos aiam & uzcm ensemps los bens que 
nos son promes del règne celestial. » Et cant ac dih aizo, vai igO 
enbrassar sa maire & baisar, cV quis li que pregues per ella. 
Pois annet [38 v"] a sas serors e baiset las. E pois part se 
d'ellas, et annet s'en a cellui que ténia lo glazi & estendet lo 
col. Sa maire e sas serors ', cant o viron, acomenseron a cri- 
dar 6: a dire : « Donna, alegrament vai a la passion <k non 185 
temias lo glazi ; mas perfecliament vai per la bona via, per tal 
que nos n'aiam plus fort coratge d'annar per aquella eissa 
via e puscam plus fort contrastar al tjrant. Nos vencerem la 
soa forsa & seguirem te al cel. » Et cant cel que ténia lo 
glazi, levet la man per ferir la donzella sancta Esperansa, 190 
ella levet sas mas contra mont e dis : « Benezeh Senner Jesu 
Christ, a te ren eu gracias e recep me, peccairis, ta serva, 
que m'as appellada ad aquest martyri. Senner, menbri te de 
la mia casta maire e de mas bonas serors, que tu las fassas 
partir d'aquest segle per passion. Senner, recep la mia arma 195 
e non voillas soffrir aquest mal home, mas castia lo sieu forsen 
e la soa ira, » E cant ac dih aizo, e cel que ténia lo glazi la 
fer, e taillet li son cap. Ab aitan sa maire va la penre & (e) 
baisar. Le pobolz, qued era aqui, acomenset moût fort a plo- 
rar, de pietat qued avian de las donzellas. Aquist consumet 200 
enaici sa vida. 

Pois i'eraperaire Adrians fez a si venir l'autra, qued avia 
nomPides, & acomenset li a dir : « Filla, crez me & adora e 
sacrifia a la gran Diana, que tu vivas & reman-[39 r°]-gas 
sana & salva. » Fides respondet : « Sapias,reis, qued aques- 205 
tas paraulas que tu me dis non profechan ren, car vanas e 
foUasson. Aquella via que ma sorre ha fah aquella voil eu far, 
e non voillas escarnir te mezeis ; mas fai zo que te voiras de 
me, car aici con eu & aicil qued es morta siam serors de paire 
e de maire, aici voil que siam serors el[s] tormenz. » Can l'enr 210 
peraire Adrians auzi aquestas paraulas qued ella dizia, saup 
ben e conoc que ja ren qued el li disses non auziria nil 
creiria. Comandet qued hom la despoilles & la bâtes ab nervis. 

1 Ms. seroiors. 



2 62 LEGENDES PIEUSES 

Can Tag-rou longament batuda, que si n'i foron lassât seis de 

215 batre, 11 donzella sofria ades douzament los tormenz; sa maire 
Fesgardava de loin & ab gran pietat pregavanostre Sennor e 
dizia : a Senner Jesu Christ, dona suffrensa a la mia filla qued 
eu la veja perfechament annar en la toa via, aici con ai la 
mia filla primera Esperansa. » Li donzella, cant auzi aizo dir 

220 a sa maire, acoinenset a cridar merce a nostre Sennor et a 
dire : a Senner, que m'as donat crezensa en te, dona me suf- 
frensa e Victoria » Pois respondat al rei e dis : a tu, fêlions 
tjrans, lo pejor forment que tu pensaras, aquel me fa, car ben 
sapias verament que li vertutz de Deu es en me. » Can l'em- 

225 peraire auzia aizo, avia lo sen perdut, e pensava a quai pena 
la poiria far morir ; e dis li sos [39 y°] conseilz que la crames. 
El ab aitant comandet qued liom fezes un gran foc, e can fon 
fah, fez sancta Fidera getar intre. Ella cant iutret el foc, en eus 
pas li flamnia fon estencha; e sancta Fez estava el mehdel fuc e 

230 preguavanostre Sennor e dizia: u Seinner, laissa aquesta toa ser- 
va en pas, &. en paciencia fai estar la mia arma, e pusca trobar 
la toa gracia e la toa misericoriliadavant lo tieu esgardament. 
Al fellon tjrant laissa far sa voluntat. » Can Temperaire Adri- 
ans auzi aizo, comandet qued liom la getes del foc e qued hom 

235 la pendes e la tornientes. E domenz qued liom la tormentava, 
de sos raenbres degotavan en lue de suzor oinneraenz meilz 
fiairanz de nuil espessi. Et acomenset a dir : « Tu, tjran, que 
me vez tormentar malament en aquestas penas, en aquest 
segle &. en l'autre tormentara tu Deus ; mas li mia arma non 

240 sent ren de dolor; anz soi salva en cors 6: en arma, aici con tu 
pos vezer. » Adonx comandet Âdrians qued hom aportes un 
par, e fez lo implir de pes e de cera e de résina, e pois fez 
li mètre fuc desotz; e cant le pars boilli fort, comandet Adrians 
qued hom getes intre sancta Fez. Et en eis pas qued ella fon 

245 intre el par, le pars leguet aici con cera, e de la flamma del 
fuc cil qued eran tôt entorn, qued fazian [40 r°] ni aminis- 
travan aquella maleza, foron cremat. Ab tota aquesta mera- 
villa, Adrians l'emperaire non temps que non comandes qued 
homli tolgues lo cap. Li donzella sancta Fes, can auzi aquesta 

250 sentcncia, correc* tost a sa maire, e vai la baisar et dis li : 

' Ms. corroc. 



LEGENDES PIEUSES 263 

« Pax tibi, mater; vade et mémento hujus quam rjenuisli fîlie. 
Maire, pas sia ab te c\: vai e menbre ti de rai, cui tu engeri- 
rest. » Pois vai abrassar sa seror pauca, e dis li: « Sorre 
doussa, eu vauc a la vida durabla, que Deus nos a promessa; 
e tu eoclia te de venir aprop nos. E tu, sorre Caritat, non 255 
aias paor, que cel que nos ha donat caritat, cel es nostre 
deffendeire. » E cant ac dili aizo, acomenset a pregar nostre 
Sennor & a dire ; u Deus Seinner, qued es perfeh e verais & 
vius paire, conferma et recep me. » Sa maire, cant auzi aizo, 
acomenset a dir : « Filla bona & dousa, cui eu ai portada en 260 
mon ventre, aias fort coratge e menbre te de me, que te en- 
g-enrei. » E domeus que sa~maire dizia aizo, & hom li taillet 
la testa. Li maire va penre lo saint cors de sa filla e comenset 
lo a baisar e dis : « Oimais aj tramessas doas Allas davan me 
a nostre Seinnor. » Pois regarda se deus sa pauca filla, e vi 265 
que sa cara non li fon mudada, per ren qued agues^vist far 
de sasserors, & ac gran gauh, e dis li : « Filla Caritaz, [40 v°] 
sias de fort coratge & aias gran paciencia & esgarda la 
via li qualz te menara al cel. Las toas doas serors an receu- 
pudas lur coronas, e li toa t'es appareillada. Pren la de bon 270 
cor e de bona voluntat. Gran gauh ai, car eu vei prop lo tieu 
cors, &. eu correrai aprop te. D'aici adenant, filla dousa, con- 
forta te el nom de nostre Sennor Jesu Christ. » Ab aitan Adrias 
Femperaire appellet aquesta pauca donzella &: essaiava la en 
totas guizas con la pogues far sacrifiar e creire sas ydolas. 275 
Mas Caritatz respondia el dizia perfechament : « Non cretz tu 
donx que cel per cui son mortas mas doas serors semenes 
atressi sas paraulas en me con en ellas, & aici con ma maire 
avia eissennat ellas ha esseinnat me? Et aici con nos siam* 
d'una conversion e d'una doctrina e d'una lei, enaici volem 280 
far una via. » L'emperaire, can Tauzi aici parlar, fon moût 
iratz; e fez moût tost cermar con la fezes tormentar, e coman- 
det qued hom la mezes sus en una post e qued hom Testendes 
sus 6 qued hom la tjres tan que menbre cada menbre la des- 
menbres hom tota. E can Tac longament fah tvrar en aici, et 285 
el l'en fez ostar ; e can fon ostada d'aquel forment, comandet 
qued hom la bâtes ab vergas. Edomenzque labatian, Caritatz 

* Ms. sian. 



264 LEGENDES PIEUSES 

levet SOS oilz verslo cel e dis : a Tyrant, per que te trebaillas 
en van, car eu par lo nieu seinnor non sent aquestas toas 
290 penas? » Cant Adrias Temperairo vi que per [41 r"] nuilla re 
qued el lur fezes, non las podia couvertir e qued aici l'avian 
voncut, fonçais forsennatz, e comandet qued hom appareilles 
un forn e fezes l'om creraar très jornz e très noli. Can venc a 
cap de très jornz, venc rempcraire denant lo forn e fez venir 
295 Caritat e dis li : « Diguas tan solament que granz es nostra 
divessa Diana, e laissaraite. » Respondet Caritatz e dis : «Foli 
cec, & senz tôt sens, per quejanglas en badanime dis tangran 
follia?» L'emperaire, cant auzi aizo, fez la gitar entre elforn. 
Karitatz, cant intret el fort, seiimet se en croz el nom de 
300 ChiMst et intret el forn. E domenz qued intret, li flamma eis 
del forn & va s'en la on eran lur ydolas e lur deu e creniet o 
tôt. Ella annava laintre per lo forn e lauzava e glorifica\ a 
nostre Sennor, car non avia donat al diabol poder encontra 
alla. Adrians l'emperaire, quan vezia aizo, era moût iraz & 
305 avia gran meravilla con podia esser, e meravillava se fort. 
Comandet alz menistres del forn que l'en traissessan. Ven- 
gron al forn li ministre,' & agardan laintre, e viron annar & 
estar ab Caritat très homes, vestitz de blanx vestirs plus blanx 
de neu, à: lur esgardamenz era plus clars qe le soleilz, e lur 
3i0 cap eran [)lus resplandent qued aurs. Eil, cant o viron, agron 
granz meravillas e cazegron abauzos, pois dreisseron se. E 
can se [41 v°] foron dreissat, soneron ladonzella e disseronli: 
ot Ve sai fora, ancilla de Deu, que l'emperaire te demanda.» 
Annct fora li donzella e veFnJc denant Teraperador. L'empe- 
315 raire era totz berusclatz del fuc, cant eissi del forn; e can vi 
que d'autra guisa non podia nafrar la donzella, comandet qued 
hom Taucizes ab espaza, aici con avia hom fah sas serors. Can 
Karitatz o auzi, acomenset a giorifiar nostre Seinnor e dis : 
« Gratia[s] tibi ago, Domine, quodcumsororurnmearinnsocietate 
320 il'Qncitus es me adunare el replesti me deliciis Paradisi. A te 
rent eu gracias, Senner, car voles qued eu sia compainna de 
mas serors, & as me repleta delz deleh de paradis. Prec te 
Seinner, que tu adrechures la mia sancta maire Sapientia, 
que tu ab pas & ab gauh aprop très jornz de la nostra mort 
325 la nos trametas, e que se repause ab nos en la nostra sopou- 
tura, e dona nos essempslo durable repaus,on nosteglorifiem & 



r.EGENDES PlEUSliS 265 

lauzeni. «Sa maire, caut o auzi, acoinenset mont fort a plorai' 
e pregavaDeu (lu'el li doues [icrfecliament persuir ai. consumai' 
son cors e dizia : u Filla douza, aias fort coratge &. esg-arda la 
bona via, car eu ai totz temps/lesirat e quis anostre Seinnor ' 330 
con eu vos pogues oifrir ad el, cou fosses esposas jde Jesu 
Christ. Ara vei la toa corona que L'es appareillada. » E do- 
menz que sa maire dizia aizo, aicel que teiiia lo glazi feri la 
donzella e tolc [42 r"] li lo cap. Ab aitant sa maire va embras- 
sar sa pauca filla, e portet la ab las autras serors soas, & 335 
arezet las e vesti las, aici con atain a mort, & oins las totas 
très de precions engueut ; car usatges era el temps antic que 
los morz oinnia hom de basme, celz quel podian aver, per tal 
que vernis ni nulla mala bestia non i vengues nil toques. Can 
^i donna ac appareillât sas Allas & acermadas, mes las sus en 340 
un carre & portet las loin de Roma m miliarium vicesimum, 
& aqui sebeli las ; e comaudet a!z christians elz preguet qued 
i fezessan gleisa, e feron o aprop. Ab ella eran annadas profe- 
menas- e donnas montas de la ciutat, que portavan precios 
ungueuz, que raeseron en la sepoltura de las sanctas vergenas- 345 
E pois, cant las agron sebelidas, tornerun s'en a Roma, lau- 
zans nostre Sennor e rendens gracias. Can venc al terz jorn, 
venc lur maire al sépulcre on jacian, per far lo septeme, e 
venc ab ella granz compainna de femenas. Can foron aqui, 
pauset se sobre lo monument e dis : « Fillas mias, perfeclias 350 
e coronadas, recebez me ensem])S ab vos. » E cant ac dih 
aizo, tôt soau, cais que s'adormis, transpasset del segle. Las 
femenas qued eran;vengudas^ib ella, canviron que mortaera, 
acomenseron moût fort a plorar, o mes ^'on [42 v"] la cl monu- 
ment, el quai era[n] sas sanctas fillas. Et d'aital mauera trans- 355 
passeron d'aquest segle a nostre Sennor las fillas è: li maire- 
Pois non triguet guaire que Tangelz percuciens feri Adrian 
l'emperador, & cazec en caitivetat, en tan gran qe las p.al- 
perllas delz oilz li cazegron e sas carnz se partjron delz os, de 
guisa qued ab pauc li os non se partion li un delz autres. Li 360 
det li cazian de las mas ck li arteil del pes. De la boccali eissia 
carnz poirida ab verras. Can venc un jorn, qued ac aici estât 
longamenz, acomenset a cridar moût fort e dis : « Seinner 

1 Ms. ..s\ — - W-i. prorofenicnns (p boucle). 



266 LEGENDES PIEUSES 

Deus de las très vergenas, las qiialz eu tormentei, e de lur 
365 maire, jeta tost l'arma d'aquest cors, car eu sai ben que per 
ellas son vengut sobre mi tuh aquist mal. » E[t] cum hec 
dixisset in magno ejulatu exclamans crepuil, et dissipate sunt 
carnes ejus et ossa et comminutus est, secundum sanciarum pro- 
phetiam. E domen -, qued el dizia aizo, p'orant & cridant, 
370 crebet, & sas carnz foron dissipadas e sei os atrissat, e fon 
esdevenguda li prophetia de las sanctas verges, que li avian 
dili : u En aquest segle & en l'autre te tormentara Deus. » 

Las sanctas vergens Esperansa e Fens e Caritatz foron mar- 

tirias e receupron mort, ab lur maire Sapiencia, lo primer 

375 jorn de jul, en la ciutat de Roma, sotz l'emperador Adrian. 

Régnante /)o-[43 Y°]-mino nostro in perpétua Jesu Clirislo. Cui 

est lionor et gloriaper cuncta seculorum secula. Amen. 



[IXJ 

OBITUS SANCTE PETRONILLS & FELICULE 

Sainz Peire avia una filla, qued avia nom Peironella, (k era 
moût bella femena. E per la belleza qued avia sainz Peire 
vole e sufferc qued agues una malautia qued hom appella 
paralisin. Aquist malautia es aitalz qued en quai que menbre 

5 que toque, jamais poder non i aura hom. Aquist jacia malauta 
e non avia poler en se mezeissa. Esdevenc un jorn que 
sainz Peire se disnava laintre, ab discipolz sens. Et us delz 
discipolz qued avia nom Tito, acomenset a dir a saint Peire : 
« Tu ja salvas totz les autres malautz : per que laissas jasser 

10 Peironella malauta al leg?» Sainz Peire respondet e dis: 
« Car aici li conven e li tain qued estia. Mas per zo qued 
vos non aias doptansa que per las mias paraulas pusca esser 
sanada, voil que levé' sus. » E dis li: « Peironella, leva sus 
c\: ser nos. d En eis pas ella se leva sus, sana e salva, e servi 

15 lur. E can se feron disnat, comandet li que tornes al legh. 
E des aqui adenant ella fon perfecha en l'amor de nostre 
Seinnor, cV fon sanada cM garida, e prediquet la fen ' de Jesu 

1 On avait d'abord éciil leu; Te final a été ajouté ea renvoi dans l'interligne, 

2 L'/i a été expoactuée, mais d'une encre plus noire, et, à ce qu'il semble, 
assez récemment. 



LEGKNDKS PIEUSES 267 

Clu'ist, (k. sunet atrcs.^i moutz malautz, con sos paire fazia, 
el[s] tornet a la fen ' de Jesii Christ par sas oraiions. Car 
era tan bolla, venc un jorn ad ella le coms [43 v"] Flaccus, 25 
al) ganren de^ cavaliers, e dis li que be* la penria per moiller. 
Saiicta Peironella respondet e dis li : « A me, que soi don- 
zella, es veugutz ab tos cavaliers armatz. Si penre me vols 
per moiller, tramet me, a cap de très jornz, profemenas <k 
donzellas lionestas, ab oui eu m'en pusca aunar a ton alberc 30 
honestament. » Annet s'en le coms. Sancta Peironella en 
aquelz très jornz qued ac près d'espazi, estet en orations 
éi on dejunis; & estava ab ella una vergena qued avia nom 
Felicula, qued era sa cosina et era perfecha en la fen'* de 
Deu. Can venc ad aquel jorn, qued avia donat respegh al 35 
comte, cV ella fez venir a se un preveire, qued avia nom 
Nichomedi, à fez se cumenegar cV adordenar. Et en eis pas 
que fon cumenegada, et ella clina son cap el leg e traspasset 
del segle. Esdevenc qued aquellas donnas & aquellas profe- 
menas, qued eran vengudas per ella menar alla cort del 40 
comte, l'aonderon a sebelir. Flaccus le coms gira se" pois a 
sancta Felicula, e dis li : « Pren una d'aquestas doas : o tu 
seras ma moiller, o tu sacrillca a nostres deus. » Sancta 
Felicula respondet e dis: « Eu non serai ta moiller, car 
sagrada soi a Jesu Christ, ni sacriiizarai a las jdolas, que 45 
christiana soi. n Adonx le coms fez la penre à liuret la a 
son [44 r"] bâillon e fez la mètre en una cercer escura, senz *" 
draps e senz conduh, et estet hiintre .\n. jornz '^ qued anc 

• Même observation que dans la note précédente. 

2 Ajouté après coup dans l'interligne. — ^ m^. i(g_ 

* L'?i estou paraît exponctuée; mais ici l'exponctuation est peut-être ancienne 
et d'une encre de même teinte. M. Paul Meyer imprime partout fe, sans aver- 
tir de cette particularité, bien qu'il signale plus loin l'exponctuation de l'e dans 
gira se. Voir la note suivante. 

^ L'e est exponclué ; mais le poiut paraît n'avoir pas été mis là avec inten- 
tion. Ce doit être un accident, comme il y en a d'autres pareils çà et là dans 
le ms. (cf. fos 20 r», I. 6; 22 ro, I. 14; 41 ro, 1. 8 du bas); il est d'ailleurs 
beaucoup plus maigre que ceux dont la signification est certaine, p. ex. fos g v", 
I. 4, 25 i-o, 1. 5, 31 v°, 1. 5 du bas. Même observation pour celui qui fait l'objet 
de la note précédente. 

'^ Les lettres imprimées en italique ici et au commencement du verso du 
même feuillet 44 sont suppléées par conjecture. Le ms. est déchiré en cet 
endroit. 



268 LEGENDES PIEUSES 

non bec ni maiijet. E venian li 7noil\ers ' de celz que la gar- 

50 davan e dizian li : « Per que vols^ mofir a ta mala mort? 
Pren aquest rie home, le qualz es de gran(z) paratge & es 
compse belz joves hom & amix de l'emperador. » Caa sancta 
Felicula auzi aizo, non lur respondia nuilla ren aire, mas 
solament aizo : « Verges soi de Christ, & estier el non aurai 

55 autre marit. » Caut ac estât set jornz en la carcer, fez Ten 
jetar le comps, e fez l'en raenar a son alberc, ab sas autras 
donzellas. Laintre estet autres set jornz, senz conduh, car 
en nulla guisa non la pogron ad aizo adurre que preses nuil 
conduh de lur man. Can le comps o vi, fez la pendre en una 

60 trau, & aqui fazia la tormentar. Et aiceil que la tormentavan 
dizian li : u Digas tan solament que non es christiana, t\: lais- 
sarem te. » Sancta Felicula respondia : « Eu non reneguarai 
pas lo meu seinnor, qe per me fon abeuratz de fel mesclat 
ab vin aigre, & fon coronatz d'espinas c^ fon clavellatz eu 

65 la croz. » Cant ac aizo dili, deissenderon la d'aqui e getseron - 
la en una pozaraca lo cap primer. Sainz Nichomedis le preire 
venc la noh et trais la d'aqui, e portet l'en en una balmeta 
on estava tôt rescondudamenz, e sebeli la [44 v»] lainti'e ; 
& es fora de la ciutat de Roma, en un lue qued hom appella 

70 via ardiatina, et en aquel \ua p;z^ hom puis gleisa, on nostre 
Seinner, per la preguera de sancta Felicula, fez pois montas 
meravillas. Venc a saber a Flaccum, qued aici o avia fah le 
preire Nichomedis, e trames lo querre e fez lo venir davan 
se e dis li : « Sacrifia a nostres deus. » Nichomedis res- 

75 pondet e dis : « Eu non sacrifiarai mas solament al deu qued 
es poderos de tôt cant es, e non alz vostres deus, lo[s] qualz 
vos tenes enclaus elz temples, aici con en una carcer. » Cant 
ac aizo dih, fez lo penre Flaccus e fez li tantas donar ab 
massas de plump, entre que fon mortz; e pois fez getar lo 

80 cors en flum de Tyber. Le clergues d'aquest preveire, qued 
avia nom Justus, ques tant lo cors per Taigua entre quel 
trobet; e cant l'ac trobat, vesti lo & arezet lo, & pauset lo 



* Voir la note précédente. — - Sic. — ^ M. Paul Meyer, dont j'ai adopté 
toutes les restitutions au reclo de ce feuillet, supplée ici ba s tis ; mais, ouUe que 
c'est là une forme que son incorrection rend inadmissible, le mot serait trop 
loDg pour le vide à rem()lir. Il n'y a pas place pour plus de trois lettres. 



LEGENDES PIEUSES 26 9 

en un legli, e portet lo en un ort seu, fora los murs de la 
ciutat, & aqui sebeli lo honestament. In quo loco orant.es 
Dominwn consecuntw que postulant intervenlu martyris^ ejus. El 85 
quai lue zo quedhom quer a nostre Seinnor drechurerament, 
per la preguera del martyr, li es donat. Ad honorem Domini 
Nost7i Jesu Chi'istipro cujus nomine passus est. El nom de nos- 
tre Sennor Jesu Christ, per oui nom el sufferc martjri. Qui 
cum Pâtre etS/n'ritu Sancto viuit et régnât per secula seculorum- 90 
Amen. 



[X] 
PASSIO SANCTI ADRIANI MARTYRIS 

[- F" 2 i"] Factum est in secunda interrogatione tgranni Ma- 
ximiani, ut ingcntes pcrsecutorcs ad Nichomediorurn miiteret 
civitatem, ad interficiendos per singula loca eos qui in Christo 
crederent. Uns emperaire, qued avia nom Maximia, trames 
messatges per tota la terra de Nichomedia, per los castelz e 5 
per las ciutatz, que totz aquelz qued hom trobaria que predi- 
carian la lei de Christ, que totz los aucizes hom. Esdevenc 
un jorn qued el mezeis le reis intret en una ciutat, & annet 
s'en tost al temple, & agenoillet se & adoret zos deus, & 
comandet qued hom lur fezes sacrifizi.Las genz de la ciutat, 10 
can auziron aizo, aporteron, li un taurs, li autri vedelz ; e 
fazian lur sacrifizi a lur deus. Las cridas estavan aqui, que 
cridavan que tuh venguessan & aportessan offerendas &: sacri- 
fizessan alz dieus; e clique non o farian,' que mespresarian 
lo mandament del rei, serian tormentat ; e si atrobava hom 15 
nengun Christian, aquel séria tormentatz e crematz. Esta- 
bliron cerquas, qued anneron per la région e per las ciutatz, 
que quesissan curosament, si i atrobaria hom nuil Christian ni 
nuilla christiana, qued hom los aduices al jutge e que fossan 
tormentat aigrament o cremat en fuc. E donet en le reisren- 20 
[2 vj-dezas et aver a celz que los esseinnarian. Cant las genz 
auziron, li un vezin trahiant los vezis, e li amie los amix, li 

1 Ms. mris avec un signe abréviatif au-dessus. M. Meyer a lu matris. Mais 
cT. la traduction qui suit. 
^ Manuscrit de Carpentras. 



270 LEGENDES PIEUSES 

parent los parens, per los dons que le reis lui- avia proraes; li 
autri, non per dons, mas per la paor qued avian del rei ; car 

25 moût greu pena e greu turment devian aver cil que los celavan. 
Anneron cil qued eran eleh per cerquar, & cerqueron laciutat 
el regisme, e pois torneron al rei, e disseron li a celât :« Sein- 
ner, la ciutat avem cerquada, & avem atrobat christians qued 
estan rescondut en una balraa, & aqui cantan tota nolig. » 

30 Comandetle reis a sos bailos que la annessan. Preseron caval- 
iers ab elz, et anneron s'en la, e meseron se entorn la balraa, 
e preseron los. Et aduisseron los a la ciutat on era le reis, 
liatz per lo cors ab cadenas de ferre. Can venc lo matin, 
qued annava al temple le reis, per adorar sos folz deus ô: per 

3.5 far sacrifizi, aduiseron li aques christians denant liatz, e 
disseron li : « Reis, vec que nos avéra cercat tota la région e 
la ciutat, et avem vist que tuh li home de la terra adoran los 
tiens granz deus k obedisson alz tieus mandamenz ; solamenz 
avem aques atrobat, que mesprezan los tieus comandaraenz, 

40 6i neis blastemian los tieus deus. » Can le reis auzi aquesta 
paraula, fez estan-[3 r°]-car lo carre en que annava, e fez 
los venir davan se, e dis lur : a Don es vos autri? » Respon- 
deron ^ tuh esseraps, e disseron: c. En esta terra em nat; mas 
secundwn^ nostra fen era de Galilea.» Adonx lur dis le reis: 

45 «Vos non avez auzit cal pena devon aver cil que son d'aquesta 
vostra religion (son), ne que van contra mon mandament?» 
— «Reis, ben o avem auzit; et diz(i)em que folz es aquest 
vostres mandamenz; & avem escarnit lo diabol que met sas 
obras elz filz non fizelz, del[z] qualz tu es senner et princes.» 

50 Adonx lur dix le reis : « Et auzas dir que le meus mandamenz 
sia folz ! Per los meus deus ! eu consomarai los vostres cors 
per araars torraenz. » E diz a sos princes : « Sian estendut al 
sol, & bâta los hom ab bastos; et veirem si lur veara ajudar 
lur deus, ni los desliurara d'aquesta mia ira. » E fez hom 

55 venir très bacallars que los bateron ab nervis crutz. E do- 
menz qued hom los batia, li martir de Deu disseron : « tu, 
felz ennemix de Deu, fai nos plus fort tormentar, qued on 
mais nos torraentaras, on majors coronas aurem. » Le reis 
Maximias dis:» vos, caitiu, javos farai(s) ades taillar sos 

1 Ms. roxpo7idero7i. — ^ En abrégé {scd'm). 



LEGENDES PIEUSES 271 

caps. Et atendes coronas ! Desam paras aqtiella traclioressa 60 
doctrina vostra c^ non vuUas vos mezeis [3 v°] aici perdre en 
van!» Li saint martjr responderon : « Deiis destriiia to ! car 
tu tormentas senz ucaison los sers de Deu, li quai son senz 
culpa. » Maximias Temperaire dis : « Bâtes lur me sas boccas 
en redon ab peiias. » Ab aitan li tormcnt;idor preseron peiras 65 
e fraisseron lur las gingivas. Li saint martyr disseron: « Aici 
nos as liuratz a torment senz misericordia, con si nos avias 
atrobat mal fazent. Per amor d'aizo Tangelz de Deu te ferra. 
Ancar non es sadolz d'aques torraenz que tu nos faz venir 
desobre, ni non nos temes far tôt jorn tan fellonessa pena 70 
traire, ni ta greu marture. Per que non te pensas tu qued 
atressi em de carn e de sanc, con tu es, ja zia zo que tu aias 
mais de fellonia on tu? Reconois te e vejas car las toas peiras 
agudas non an pogut atrissar las nostras maxillas. » Can 
Maximias auzi aizo, fon moût iratz, e dis :« Per los meus granz 75 
deus ! farai vos taillar sas lengas, que tali sapian qe non 
deves contrastar a vostre sennor. » Li martir de Christ disse- 
ron : « tu, fellon tyrant, si tu aquelz, que segon lo segle 
mespresan lur sennor, adiras ni fas torraentar, per que nos 
cujas far contradir al nostre deu, que nos pot donar aquelz 80 
tormenz que te son appareillât ? » L'emperairc Maximias res- 
pondet, e dis : « Qualz tormenz m'es lo appareillatz? » Li 
martyr disseron : « Aquel cui Deus appareillet al diabol e alz 
seus menbres, qued es vos autri [4 v°] fellon. Zo es fox que 
ja non esteinnera', & verms que ja non morra, e torment que 85 
ja non auran fin, e pena durabla, lac de perdicion, tenebras 
soteiranas, on es plors & estreinnemenz de denz, & autres 
tormenz de que non es nombres, aici con Deus los a appa- 
reillatz al siens enemix, qued es vos. » Maximias Temperaire 
dis : « Ades vos farai taillar las lengas. » Li saint martir res- 90 
ponderon : « E si tu taillas lo son de la nostra lauzor, le gemi- 
menz de nostre coratge poira meilz pujar a nostre Sennor, et 
nostre coratges cridara plus fort a Deu ; car le nostre sanx, 
cui tu as escampat de badas, a major son d'un corn, e crida a 
nostre Sennor, per lo quai nos soiïrem aizo. » Cant le reis 95 
auzia aquestas paraulas, fon plens de gran ira, e dis : « Aujas 

1 Ms. esteinnara. 



272 LEGENDES PIEUSES 

lo respons d'un cada un, e cargas los'me totz de ferre, e metez 
los me en la pejor carcer, e totz los tornienz que ja far lur 
poires, lur fazes ; car eu los farai morir greument aici con 

100 eil 0^ desiran. Car eil non son digne solaraent que moiran ab 
glazi. Anz es obs granz que, per l'eissemple d'aques, tota li 
terra se convertisca. » Adrians per nom, qued era majer en 
tormentar aques, can vi la gran suffrensa e la gran fen qued 
avian contra los tormenz, dis lur: « Eu vos conjur per lo vos- 

105 tre Deu, per lo quai vos sofres aquestz tormentz, que vos me 
digas la veritat, qualz [4 v°] es lo guizardos que vos esperatz 
ad aver per aques tormenz, car semblanz m'es que granz 
guizardos & rix n'esperatz ad aver. » Responderon li saint 
mai'tyr e disseron : « Li nostra bocca non es aondosa a com_ 

110 tar ni las nostras aureillas non o poirian auzir. » Adrias dis: 
« E de tanz bens non aves ren auzit per propheta ni per autra 
escriptura? » Responderon li martyr: « Las proplietas eran 
home simiile, aici con nos aurri em, e non saupron ren plus 
que nos autri fazem. Mas aizo que Sainz Esperiz lur essein- 

115 net, aizo disseron. Scripiurn cnim de gloria itla sic est. Et es 
en aici escrih d'aicella gloria : Ocmhis non vidit, nec auris 
audivil, nec in cor hoîninis ascendit, que preparavit Deus dili' 
(jenlibus se. Oilz non poc vezer, ni aureilla auzir, ni cors d'orne 
pensar zo que'Deus ha appareillât a celz que lo temon n 

120 l'aman. » Gant Adrians auzi aizo, en eis pas vai estar el megh 
d'elz e dis : « Escrives ^ me ab aques sainz de Deu, & notaz 
ma confession, qued eu soi christians. » Et aqui eis movon 
s'en dui d'aquelz que los guardavan & anneron s'en al palais, 
e disseron o al rei, e porteron li la carta. Can Maximians vi 

125 la carta, penset se qued Adrians agues escrih alcuna accu- 
sation contra los christians & dis: « Leges tost aizo que m'a 
trames le meus amix Adrians. » Cil que li avian aportat l'es, 
crig disseron : « Reis % » 

130 [~0 1'°] ac aizo dih, agenoillet se denant elz & adorava la ca- 

* Ms. los; mais 17 et Y s sont exponctuées. 

2 Mot à peine lisible, comme quelques-uns des deux ou trois lignes suivan- 
tes. 

3 Lacune de deux feuillets (Ivij-lviij). Voir l'inlroduclion p. 212. 



LEGENDES PIEUSES 273 

dena ab que erant liât; e pois toriiet a son marit Adrian; 
car el estava en autra maison, estendutz en iina trau ; e 
dis li : « Vejas, seinner meus, îion esgardes la belleza de 
ton cors ni la beutat de ta joventut, car tôt es conduh 
de verms. Non te tempte Faurs, ni i'argenz, ni li precions 135 
vestirs, ni las possessions, ni nuilla res terrenals, car al jorn 
del juizi non sera ja res, que tôt reraan aici, ni adonx non 
poira hona ja ren donar per s'arma, car non sera qui o preses; 
solaraent recebra Deus los dons de las sanctas armas. » E 
cant ac dih aizo, comandet lo a Deu, et annet s'en a sa mai- 140 
son. Cant venc aprop non sai canz jornz, Maximias comandet 
qued Iiom li aduisses los martyrs de Deu denant. Cant Adrians 
auzi, & el dis alz autres : « Sennor, si vos autri o coseilla- 
vas, eu annaria a la mia maison c\: adurria la mia moiller, 
vostra serva, que vis la nostra passion. Car l'autre jorn loi 145 
covinc, e lo li plevi, qued eu li fariasaber cant hom nos appel- 
laria. » Autrejeron lo li li saint martyr. E cant agron autre- 
jat, donet loguier a las gardas que los gardavan, quel laisses- 
san annar, e donet lur fermansas los sainz que 1 eran aqui 
qued ades tornaria. E domenz que s'en annava, vi lo uns 150 
d'aquels delà ciutat, e conoc lo [20 v°] & annet corenz a sa 
moiller e dis l'o :"« Tos mariz es deliures e ven s'en. Eu l'ai a- 
des laissât aici prop. » Nathalia, cant auzi aizo, non crezet, 
e dis : « Et qui lo poc desliurar d'aquesta preison ? Ja Deus non 
voilla qued el se pai-ta d'aques sainz. » Et domens qued ella 155 
dizia aizo, vec vos un parent seu, ben tost, e dis li : <( Donna, 
mos senner es desliures, e ven s'en. » E cant Nathalia auzi 
aizo, penset se qued agues fugit lo martjre ; e fou moût trista 
e dolenta, è: acomenset a plorar. Et ab aitant vi lo venir, e 
getet purre zo que ténia en sas mas, e vai tost claure la porta 160 
de sa maison, e comenset a cridar : « Ja non vengas a me tu 
que t'es partiz de Deu c^li as mentit ta fen ! Ja aquil lengua 
non parlara ab me, ab la quai tu as renégat noste Seinnor; 
ni eu non l'auzirai, car engan afah en l'esgardamen de nostre 
Seinnor. » E pois gira se deusel e dis li : « tu hom sen deu 165 
davan totz autres, qui te fez penre obra que non poguessas 
persuir? Quit'afah partir delz sainz? Oqui t'a enfoUit, que tu 
te sias partitz del conven de pas? Diguas me per que as fugit 
davan que fossas en la batailla ! Con as getatporre tas armas, 

19 



274 LEGENDES PIEUSES 

170 davan que vissas ton enemic ab cui te dévias combatre? Ni 
con es naffratz davan qued hom t'agues getat cairel ni sagetta? 
Eu avia lo meravillas, si [21 r°] de la gent qued es senz Deu, 
ni de la ciutat delz fêlions podia esser res oflfert a nostre 
Seinnor, ni de quai manera podia esser sagratz de gent homi- 

175 cidasacrifizis a Deu. Eu que farai, mesquina que soi, ajostada 
ab aquest(a) fellon del linnatge delz malz? Ni autreiat non 
m'es qued eu sia apellada una hora moiller de martyr. Anz 
serai appellada moiller de mal home. Un petit ai agut gauh ; 
mas oimais aurai tolz'temps mais dol, » Adrians auzia moût 

180 voliintiers aquestas paraulas, e donava s'en gran cura (k. gran 
gai:h ùi ades avia major talent d'adimplir zo qued avia proraes. 
Avia se granz meravillas, con de bocca de femena podian 
aitalz paraulas eissir, per zo car era joves oc non avia gaire 
que Favia presa per moiller, car mas tretze mes non avia que 

185 la près per moiller, ni mais non avia estât ab el. Ad[r]ians, 
can la vi aici irada, comenset la a conortar, e dis li : « Donna 
Nathalia, obri me, car non es aici con tu cujas, qued eu aia 
fugit lo martvri. Ja Deus non vuilla qued eu lo fuja! Mas per 
zo zai soi vengiitz, qued eu t'en mené e que sias a la nostra 

190 passion e que la vejas aici con eu t'avia promes. » Ella non 
crezia zo qued el li dizia, e respondet e dis : « Vejas co me 
cuja engannar aquest bausaire ! Aquest contrafai Judas ! Toi 
te de me, hom, qued ades au-[21 v.] cirai me mezeissa, e seras 
t'en adonx ben venjatz. » Et domenz qued ella se triguava 

195 d'obrir, el dis « Obri tost, que si eu m'en vauc, d'aici enant 
non me veiras ; e ploraras pois car non m'auras vist davant 
qu'eu moira. Fermansas ai donat los sainz. E caut querrant, 
si non m'atroban, li saint martir, cui ai donat per fermansa, 
soffriran los tormenz qued eu deuria aver essemps ab lo lur ; 

200 e sera granz peccatz, qued eil non podon a peuas soffrir los' lur : 
car eil son cais mort, per los tormenz que le malz hom lur a 
fah far. » Can Nathalia auzi aquestas paraulas, annet ben 
tost a la porta ô: uberc, e getet se a sos pes. E sanz Adrians 
dis li : « Beneita es entre totas femenas, car tu es appareguda 

205 soleta sobre terra, qued amas ton marit. Benezeita es li toa 
corona; tu es frucs de Victoria- û: compainnera delz martirs, 

1 Ms. las. — 2 Ms. victaria. 



LEGENDES PIEUSES 275 

jacia zo que tu non sias marturiada. » E près la éi acomense- 
ron s'en ad annar aradui. Domenz qued eran en la via, que 
s'en annavan, e lo dis Adriaus : (( Diguas me, donna, con as 
adordenat ta sustancia ni zo qued as. » Ella res[)Oiidet e dis 210 
li : (( Seinner, non te membre de las causas d'aquest mont, 
per zo que non te tjron a se. Solament te memlire d'aizo en 
que es appelatz. Toi te de totas las causas cor-[22 ro]-rum- 
pudas d'aquest segle ! Mas cocha te de vezer aquellas causas 
que ja non transpassaran, que te son api)areilladas, à: ad 215 
aquelz sainz que van ab te en la via de nostre Sennor. » E 
cant intreron en la carcer, li ancilla de Deu se va getar alz 
pes delz sainz martyrs & baisava la cadena ab que eran liât. 
Trobet lur cors poiritz per los tormenz, tan que verm lur 
cazian de las natFras, e clinava se e terzia lur tôt aquel poiri- 220 
guier. Pois trames donzellas soas a sa maison, que li aportes- 
san delz belz draps que lai eran pro : ella era moût riqua 
femena e de gran linnatge. E cautTagron aportat los draps, 
ellalos vai penre,e torquavalur ab sas mans proprias las naf- 
fias, &. ab los draps faissava lur pois los pes e las mas. Erant 225 
cnùn dissoluta rnenbra pondère fevri.hnv menbre eran desjoinh, 
per lo gran fais del ferre de (|ue eran cargat. Estet laintre ab 
elz en la carcer set jornz e cura las naffras del[z] sainz martirs. 
Can venc lo jorn que Temperaire avia donat, comandet qued 
hom li aduisses çlenant los sainz. Et anneron a la carcer cil 230 
qued en foron mandat. E can foron laintre, getavan los en ad 
enpenchas; e car eran tuh desfali per los tormenz, que non 
podian annar, cargavan los a lur costas, con feiran en ases, 
èc aici portavan [22 v"] los liatz ab una cadena. Adrians venia 
aprop elz, liatz las mas detras lo dos. E cant foron prop de la 235 
cort, vi los aquelz que n'e[ra] maistre davant los autres, cM 
annet o dir al rei : « Senner, aici son aquil dampnat. » Maxi- 
mians dis ' : « Despoille los hom nutz en lur bragas, que l'uns 
veja los tormenz de l'autre e las penas. » Li ministre respon- 
deron : « Senner, aicelz que foron primerament tormentat, 240 



' Ou diz. Ce mot, écrit après coup dans l'iiilerligne, est d'une lecture dou- 
teuse. Les deux premières lettres seules sont sûres ; \'s, si elle existe, est 
absolument iiidislincte; on croit voira la fin un t ou un r. Faudrait-il lire 
dist ".' 



276 LEGENDES PIEUSES 

non pot hom ren demandar. Mas Adrian fassa hom venir 
sainz, que non ha ancar gran mal. Car le cors delz autres 
son tant poirit deus totas partz que las costas lur pareisson, 
e si hom lur deraandava, non poirian respondre, car li un 

245 espiran, 11 autri volon fenir lur vida, e non poirian recebre 
aquest tormenz que lur son appareillât. E nos non volem que 
moiran tan tost; anz devoo recebre grau pena, car fort col- 
pable son. Mas comanda qued Adrians intre. » E comandet le 
reis qued hom l'aduisses. Anneron lai &. despoilleron lo, e 

250 feron lo intrar laintre, &: portava el raezeis ses grillons. E 
domenz qued el s'en intrava, li saint martyr li disseron : 
« Adrian, vec te que tu es dignes que tuleus ta cros e seguias 
Christ. Vejas que per paor non sias desliatz ni tornes atras, 
que le tieus guizardons non sia fali vans, e le diabolz non 

255 te tolla ton thesaur. Aquil que veiras non te espauton; mas 
agarda ad aquellas causas que ' , . » 



[fe]-[5 r°] - menas que li martyr, que volian ja morir per la 
preiso, eran ja guarit per l'amenistrament, fez aportar una 

260 gran colonna de coure e mètre sus en lur pes, que per lo 
gran fais c per la gran pesantura lur fraissessan las cambas, 
e dizia: «Tant lur farai soffrir de penas, que ja non morran 
aici co moron li autri a mort cominal. » Anneron li ministre 
e feron o aici con Maximians lur ac comandat. Aporteron lur 

265 arezament, e vengron en la carcer. Can Nathalia los vi, annet 
ves elz, e preguet lur qued o acoraensessan primerament ad 
Adrian, per tal que, can veiria primerament tormentar los 
autres, non n'agues paor. Feiron o aici con ella lur preguet. 
Vengron primerament ad Adrian et estenderon li las caml)a3 

270 en aquel estrument, e tailleron li los pes. Pois Nathalia dis li ; 
« Senne)', eu te prec, si le tieus plazers es, domens que tu 
vins ancara, que tu estendas la toa man, qued eil la te taillon, 
que tu puscas esser esgalz alz autres sainz martirs, car eil 
an soffers majors turmenz. » Sainz Adrians estendet sa man, 

275 e li questionari feriron sus e tailleron la li. Et en eis pas el 
transpasset del segle. Pois van s'en aquil raenistre alz autres 
sainz martirs, e fraiiinion lur las cambas e las coissas. Li 

1 Lacune de trois feuillets {Ixij'Lviv), Voir l'iatroduclion, p. 212. 



LEGENDES PIEUSES 27 7 

saint martyr, can los vezian venii' ves elz, estendian liir pes 
e dizian: u Sciiiner Jesu [5 v°] Christ, recep lo nostre esperit!» 
E caut avian dili aizo, reddian las armas a Deu. Le reis Maxi- 280 
mians comandet qiied hom crèmes los cors; c dizia : « Per 
aventura venrian aquil de G-aliloa cV portarian los en. » 
Sancta Natiialia avia resconduda la man d'Adria, so marit, 
en son sen, que non fos cremada ab l'autre cors. Li ministre 
portavan los cors delz sainz cremar, aici con le reis o avia 285 
comandat, car uns fornz ardens era appareillatz. Sancta 
Nathalia seguia los cors delz sainz e recebia lo sanc ; e mou- 
tas autras femenas seguian los atressi ab ella, e recebion lo 
sanc en lur draps & en lur vestirs, que degotava delz sainz 
cors delz martirs. Los vestirs d'aquelz que los portavan, qued ^90 
erau tuh sanguenent, compravan las sanctas femenas moût 
carament &. rescondian los & tenian los moût car. Can foron 
vengut al forn, geteron los inz de sus de la soboirana bocca. 
Las femenas qued estavan aqui ploravan e dizian : « Senner, 
membre vos de nos "el vostre repaus ! » Sancta Nathalia ^^^ 
abrivet se e vole se getar el foc. En eus pas jque li cors 
foron getat el fuc, e lo venc subtanament pluia, & eslauci, 
& tron, e tempesta, & fon terratremolz tan granz que tro ad 
aquelz temps non era aguda majers. Totz aquel lues e tota 
li ciutatz nadet en aigua, & aici esteis li fornaz ardens per ^00 
la gran pluia. Li ministre, can o viron, agron gran paor e 
fugiron s'en. Li autri de [6 r"] paor cazian a la terra, &. estein- 
nian. Nathalia e las autras sanctas femenas, qued eran aqui, 
anneron de cors penre los cors delz martirs, e troberon los 
entiers, de guisa que sol uns pelz non lur fon crematz. Aqui 305 
ac un religions home, & venc ab sa moiller, 6i getet se àlz pes 
de Nathalia e delz autres sainz fraires, qued eran aqui, et 
acomenset lur a pregar & a dir : « Seinnor, nos soliam estar 
aqui déferas, lonc los barris d'esta ciutat, tôt privadament, 
e vim e conoguera la maleza del rei, c\: con escampava lo ^10 
sanc de celz que se clamavan per Deu. Fugem d'aici, cV annem 
nos en Bezanci, ck desaraparem aquest lue. E per aizo vol- 
riam vos pregar que vos nos douasses los cors delz sainz ; 
e levariam los en la nostra naveta, e portariam los en, e 
sebeliriam los la on estem ; (k. estarian la, entre qued aquest '-^^^ 
malz emperaire fos mortz. Car si nos los laissem aici, venra 



278 LEGENDES PIEUSES 

aquest malz reis, e comandara qued hom los crème per 
aqui eis, aques que Deus a desliuratz per la pluia e per lo 
trou. » E plac moût aquist paraula a totz aquelz qued eran 

320 aqui, e leveron los cors delz sainz en la nau, & porteron los 
en Bezanti. Nathalia remas en sa maison e retenc ab si la 
man de son marit Adrian. E dizia : « Si per aventura li cors 
delz sainz lur eran tout, Senner Deus, cal conseil penria eu, 
ni on auria eu oiniais ma esperansa? » Près la man de son 

325 marit, &. envolopet la de polpra et [6 v"] ois la de mirra, e 
pois pauset la al capsal de son leg, qued anc hom non o saup. 
Pois can venc aprop non sai quanz jornz, domenz que sancta 
Nathalia era en la ciutat, venc uns rix hom al palais de Maxi- 
mian, e pregiiet lo rei que li doues Nathalia per moiller. Ella 

33Q era mont riqua femena, & valia mais que las autras qued eran 
de la ciutat, t^ era trop bella. Trames li aquest rix hom hones- 
tas femenas & bonas, que li parlessan d'aquest maridatge. 
Sancta Nathalia, cant auzi aquesfas paraulas, respondet en 
aici : « Mont ai grau gauli, car eu auh aquestas paraulas. 

335 Qui me poira lo acermar, qued eu sia moiller d'aital home ? 
Mas prec vos que me dones espazi de très jornz, con eu me 
pusca appareillar, car eu non cujava penre marit. » Aizo 
dizia per tal que fugir s'en volia et annar la on jazian li saint 
martir. E per aquestas paraulas eil deceup las femenas, que 

340 li avia trames le rix hom. Can las femenas s'en foron eissidas, 
c^ ella s'en intret en sa cambra, on era li mans de son marit 
Adrian ; &. getet se a la terra, & acomenset a pregar nostre 
Sennor ab plors & ab lagrimas & a dire: « Senner Deus, 
qued es Deus de celz qued an tribulation, &. es de josta a 

345 celz que so:i tribulat per cor, regarda en me la toa ancilla, 
e non me laisses bautugar ab la man del tieu saint martir 
Adrian. E prec te, Senner, que non oblides lo lieu martir, 
Senner, aias merce [7 r°] de me e de lui, e non oblidar los 
liainps qued el sostenc per lo tieu nom ! Tu, Senner, es mise- 

350 ricordios, c\: non laisses los sens tormens en van, e los caiti- 
vers qued el sofferc per te. Senner, menbre te de lui; sostrai 
me, Seinner, de la compainna del diabol, e que Fenemix non 
bautugue lo legh d'Adrian ! Tu, Senner, que desliurest los 
tieus sers del fuc, desliura me de Patent d'aquest fellon. » 

355 E cant ac ganren pregat ab plors 6: ab lagrimas & ab gran 



LEGENDES PIEUSES 279 

tristicia, c^ ella s'adormi, & ve vos un d'aquelz sainz niartirs, 
& estet deaaiit ella, e dis li : « Pas sia ab te, Nathalia, 
ancilla de Christ ! Aias esperansa, car Deus non t'a despresada, 
ni a oblidat los tiens tt'abailz, que as fah en nos. Car aqui eis 
can nos appareguem* denant Christ, nos lo preguem que ven- 360 
guessas tost a nos. n Respondet sancta Nathalia e dis : 
« Diguas me, sainz, si le meus senner Adrians esta esseraps 
ab vos denant Christ. » E respondet le sainz : « Veranient 
apparec <k. annet davan tostz nos davan la fas de Christ. Mas 
leva sus <S: intra en aquesta nau : c^ vai t'en la on son li nostre 365 
cors, cV^ aqui te visitara nostre Senner, e te menara lai on 
nos em. » Et ab aitan Nathalia reissidet ; e can se ton reco- 
noguda, levet sus, e près solament la man d'Adrian, e laisset 
tôt cant avia ; e portet la essenips ab se è: acomenset s'en 
ad annar. E domens que s'en annava & volia intrar en la nau, 370 
c^ ella atrobet una gran compainna [7 v"] d'omes e de femenas, 
que s'en fugian par paor del rei ; et ab elz ella intret en la 
nau, &: annet s'en. Quan le rix hom, que la dévia penre per 
moiller, saup que Nathalia s'en fngia, annet el palais e ques 
al rei adjutori de cavaliers, <k. intret en una nau, & acomeu- 375 
set a segu[i]r Nathalia. E cant ac annat ben mil millas, venc 
uns venz contraris, e tornet lo lai don era vengutz. E li un 
delz compainnos seus foron mort, e li autre cazegron en las 
ondas de la mar. Can venc entorn meja noh, e le diabolz se 
meiret en semblansa d'una nau ab ganren homes & venc 380 
encontra aquesta nau, on era Nathalia, e comenset a cridar 
cais que fos le nauclers : « Don es eissi(s)t, ni on annares? » 
Aquil de la nau responderon e disseron : u Nos em eissit de 
la ciutat de Nichomedia, &: volem annar en Bezancium. » 
E le diabolz acomenset lur a dir : « Vos erras, car vos non 385 
navigatz ad aquellas partidas. Tenes a la senestra i)art. » 
E volia los mètre en la mar. Eil se cujavan verament qued 
aco fossan verament nautonier d'Orient. Et acomenseron ja 
a mudar lur vêlas, per annar lai on le diabolz lur avia dih. 
E vec vos que sainz Adrians lur apparec subtanament, e dis 390 
lur: « Venez, qued aizo es vostres viatges; e non vuillas 
seguir aquel que vos parlla, car aquel vos cujava destruirc, 

* Ms. appareguen 



280 LEGENDES PIEUSES 

epersec vos ades. » Et d'aquienantle diabolz non lurapparec 
Levet sus [8 r°] Nathalia e conoc qued Adrias les guizava, & 

395 ac moût gran gauh. Et en eis pas levet se uns bons venz e 
menet les a Bezanci davan que fos jornz. Et eissiron de la nau, 
caii foron a Bezanci, & anneron s'en en la maison on eran 
li cors delz sainz martirs. Can foron laintre, sancta Nathalia 
se vai agenoillar davau los cors delz martyrs, li quai avian 

400 sofFert pacienment lo marturi, e près la man qued era aguda 
taillada, e pauset la de lonc lo cors de saint Adrian à. agenoil- 
let se &. acomenset a pregar. E cant ac preguat, intret s'en 
en la maison, e saludet tos los fraires e las serors, e dis lur 
que preguessan per ella. Aqui avia grau compainna de fizelz, 

405 que li pregavan que se pauses un pauc, car moût era aguda 
trabaillada en la nau. Et annet se pausar et adormi se. E can 
se fon adormida, en eus pas e lo li apparec sainz Adrians, e 
dis.li: « Ben es venguda en pas, ancilla de Christ! Ven el 
nostre repaus, ven e recep los guizardos que te son-appareil- 

410 lat ! » Et en eis pas ella reissidet, & comtet o a totz. E cant o 
ac comtat, adormi se, & aqui eis ella transpasset del segle. 
Vengron li fraire e las serors qued eran aqui, e cujeron la 
espreisser, e troberon la morta. Van la penre (k arezeron la, 
aisi con costumna es de mort, e feron lur oration, e pauseron 

415 la al) los martirs. E can to agron tôt complit, establiron fraires 
e serors, que servissan totz temps mais la-[8 v°]-intre a nos- 
tre Sennor, & [desamparessan] las causas terrenalz d'aquest 
segle, &. servissan totz temps mais a nostre Sennor. Cui est 
honor et gloria in secula seculorum. Amen. 



XI 

VITA SANCTl lERONIMI 

Impossibile est omnino et lomjiun de isto vivo ejusque dis- 

trlcta vita et ilh'us moinbus retexere omnia. Sainz leronimes 

fon uns bons hom, e fez moutaz meravillas en sa vida, e 

direm vos n'una ; car si dire las vos voliam totas, longas 

5 novas seriau. Aici con nos trobam escrih, qued o [esjcriuseron 



LEGENDES l'IEUSES 2 81 

li saint home qued o viron cV. o auziroii en la terra de Beth- 
leen, on era le monestiers de saint Iheronime, can venc un 
jorn que sanz leronimus ab toz los fraires eran a colleta, aici 
con usatges es de morgues, e legia hom la leisson, e lo 
intra laintre un[s] granz leons en la claustra, e venc moût 10 
fort dolent, et anuel ab très pes e lo cart portot pendent. Can 
li fraire lo viron, acomenseron s'en a fugir de paor qued 
agron. Sainz leronimes, can lo vi, non ac anc nuilla paor. à 
vai li encontra.aici con fera ad un hoste. Can le leons fon en- 
contra el, moustret a saint leronimo la planta del pen, car 15 
parlar non podia. Can sainz leronimes o vi, appellet los frai- 
res, e dis lur que li lavessan lo pen de que annava clopeian, 
&. vissan curosamen per que se dolia. Li fraire van penre lo 
leon et laveron li lo pen moût curosament, e viron & atro- 
beron qued uns escotz Favia naffrat en sa planta. Sanz [9 r°] 20 
leronimes fez li oinner la naffra & fez s'en donar cura & fez 
l'estar laintre entre que fon(s) guaris. Le leons laisset estar 
la maleza & acomenset estar laintre, aici con una bestia au- 
tra domestegua, entre los fraires. Can sainz leronimes o vi, 
del leon qued aici estava, acomenset a dir alz fraires: <t Frai- 25 
res, prec vos totz, que vos diguas, e doues conseil, quai mes- 
tier poirem far far ad aquest leon, car eu sai ben qued el fara 
zo qued hom li raandara que far pusca. Car eu crez e sai que 
nostre Senner lo(s) nos a trames mais perla nostra fen acreis- 
ser, que per la salut de son pen, car el lo pogra ben garir, 30 
ja non intres ni vengues en aquest monestier. Mas per zo lo 
nos a trames qued el nos adjude a las nostras necessitatz. » 
Adonx responderon tuh essemps himilment, e disseron aital 
respons: « Tu, senner, sas que l'ases, que nos aporta la leinna 
del bosc, non ha mingua de guarda, &. avem gran paor qued 35 
alcuna mala bestia non lo manje e non lo dévore. Per zo, si a 
te platz, senner, si vejaire t'es que drechurera causa sia, met 
l'ase en sa guarda e qued el lo menés a la pastura, e lo guar- 
desla, e pois lo seras tornes l'en. » E fon fah en aici. Carguet 
hom al leon l'asen que lo menés en pastura, e que lo guardes 40 
la, e pois lo seras tornes l'en a maison. Fez o aici le leos : 
raenavalo cadajorn en pastura, el seras tornavaTen. E cant el' 

' Sic. Corr. le. 



282 LEGENDES PIEUSES 

leons era ab el, non aviagaire [9 v°] de regart d'autras malas 
bestias. Et en aici tenc o gran pessa. Can venc unjorn que Fases 

45 Tac menât en pastura, et el s'adormi, e dormi moût fort. E 
domenz que dormia, e lo pas&eron mercader per la via, qued 
annavam comprar oli en Egipte; &. eran i passât moût soven 
autras vegadas, e vezian ades aqui paisser l'asen e vezian 
qued hom nonlo gardava. Van penre l'asen, e meneron lo ab 

50 se. Can le leos reisidet, regardet se e non vi Tase e non saup 
que se fos devengiitz. Fon moût iratz cV acomenset annar de 
sa e de la, e non lo trobet aqui on lo solia laissar per paisser 
(k acomenset a rugir, e quis lo tôt lo jorn de sa e de la.E can 
se fon ben aseguratz del trobar e vi qued en tôt aquel encon- 

55 tre non era, annet s'en lo seras el monestier &. estet a la 
porta, e non auzet intrar, e fon moût vergoinnos quar non 
aduzia son ase aici con solia. Can sainz leronimus e li auti'i 
fraire lo viron estar a la porta e non i viron l'asen, penseron 
se que per fara, qued agues agut, Tagues manjat. E non li 

60 volgron donar a manjar aici con solian. E dizian li: « Vai e 
manja zo que t'es sobrat de l'asen & impie en ton ventre.» 
Si tôt eil li se dizian aizo, eil non eran j^ero cert si el lo 
s'agues manjat non. E per aizo anneron li fraire la on paissia 
l'ases & on le leos lo solia menar, per vezer si ja ren i tro- 

65 barian de las remasillas ; e can la foron, non n'i atroberon 
nuilla ren, e torneron s'en, et [10 r°] anneron o dire a saint 
leronime. Sainz leronimes, cant o auzi, acomenset a pregar 
(k a dir alz fraires : « Fraires, prec vos soffrias lo dan de 
l'asen, el leon non vuillas esfraidar ne getar de saintre. Mas 

70 aici con l'aves tengut entro aici de mangar e de beure, aici 
lo tenes ancara, et estacas lo e menas lo al bosc, et aporte la 
leinna aici con l'ases solia far, e fassa totlo seu mestier. » Van 
penre lo leon, & enbasteron lo & adrezeron lo aici con fazian 
l'asen, (S: acomenset' a portar la leinna (S: a far lo mestier 

75 que l'ases fasia. Can le leons ac aizo tengut non sai canz 
jornz, e fon venguz le termes que li mercadier torneron, cant 
venc unjorn qued ac complit sa obra, ja fos zo que bestia 
muda fos, eu me pes que de Saint Esperit o ac, annet s'en 
la on avia perdut son compainno Â: acomenset a corre de sa 

' Ms. acomenseron , 



LEGENDES PIEUSES 283 

e de la, per saber si ja trobaria ' nuilla novolia de son asen. SO 
Can se fon aitan lassas de querre, venc el cami, per on passa- 
van las mercadarias. Can fon aqui elcarain, acomensetagardar 
de sa et de la, e vi venir de moût loin homes qued aduzian 
camelz cargatz ; &. ab aques venia l'ases toz primers cargatz 
atressi. Mas car li eraii tan loin, non lo {loc guaire ben conois- 85 
ser. Mas pero annet s'en tôt soau encontra elz. Et era aitalz 
usatges en la terra que, can camelz menava hom loin en mer- 
cadarias, prennia hom un asen, e metia li hom una corda al 
col, e metia Tom primer, & estacava [10 \"] hom los camelz 
après a la corda e seguian Tase. Cant aquil mercader appro- 90 
benqueron del leon, & el connoc Fasen &. abriva se en elz, & 
acomenset a rugir cV. ^a bramar & annar moût malament 
enfr'elz;e non toquet pero minguà. Eil li mercadier agron 
paor, can viron lo leon, e fugiron s'en"_ e laisseron estar los 
camelz e tôt cant i avia. Le leos can lo[s] en vi aici fugir, aco- 95 
menset moût fort a rugir & a ferir de sa coza en terra moût 
fort atressi(t), elz camelz totz espautatz, aici con eran car- 
gat, acomenset los en a menar a l'abadia. Li fraire, can viron 
aici venir l'ase cargat elz camelz cargatz e lo leon aprop, que 
los menet, van s'en de cors &. anneron_o dir a saint leronime. 100 
Can sainz leronimes o auzi, eissi foras, e fez obrir las portas 
del monestier, qued hom las meses laintre, 6: qued hom las 
descargues, e qued hom laves a las bestias los [)es e las cambas 
e pois lur doues hom a manjar : « E veirem que nos voira nos- 
tre Senner demonstrar en aizo. » Feron o en aici con el o ac 105 
comandat. Le leos annet laintre perla claustra, menan sa coza 
efazen moût grand gauh ; & annava bai="-an los pes alz fraires, 
que conoguessan que non avia fali aizo qued eil se pcnsavan. 
Li fraire, canto vezian, avian moût gran gauh, et avian granz 
pendensas de la maleza que li metian sus. Sainz leronimus 110 
dis alz fraires : « Appareillatz a manjar, qued hoste nos ven- 
ran.» Appareilleron a [Il r°] manjar. E cant agion appareillât, 
& parlavan essemps ab saint leronime, e vec vos un messatge, 
que dis qued a las portas del monestier avia hostes, que dizian 
que parlar volian ab lo paire del monestier. Cant saint leroni- 115 

' Ou i atrobaria; mais lo ms., bien que la séparation ne soit pas trop 
nette, indique piuiôt ta trobaria. 



. 284 LEGENDES PIEUSES 

mus auzi, comandet qued hom los laisses intrar. E can foron 
intrat, e viron saint leronime, & eil se van getar a sos pes, 
moût verg'oinnos, e quiseron perdon de zo qued avian fah de 
l'asen. Sainz leronimes va los penre e levet los sus & amones- 

120 tet los que non volguessan penre las autrui causas e que de las 
lur se tenguessan [lov pagat, e d'aici adenant estessan en la 
tenior de Deu. E cant sanz leroniraes ac complit aici sas 
paraulas, coraandet qued anaessan manjar; e cant aurian 
manjat, qued presessan lur camelz ab tota lur causa, e qued 

125 s'en annessan. Adonx acomenseron tuh essemps a dire: « Nos 
te preg-ani, paire, qued, al lum de la gleisa c\: a la[s] necessitatz 
del[s] fraires, reten la meitat de Toll, car nos em cert e sabem 
verament que per los vostres obs mais que per los nostres 
aniiem en Egipte per comprar. » Respondet sainz lerouimes 

130 e dis: u Non queres drechurerament zoque queres; car non es 
bon que nos, que devem valer alz autres (k soccorre a lur obs, 
éiem tengut al pobol de Deu, que nos los gravem ni prennam 
lur causas, de que nos non avem soffracha. » Responderon 
eil e disseron : a Ja re que non si aiam non portarem ni en 

135 traireni, [11 v°] si non fas aizo que nos te dizem, que prennas la 
meitat de l'oli. E prometem vos que d'aici adenant toz temps 
mais vos donem cad'an, nos e nostre enfant, una mesura 
d'oli. >i Et aici sainz leronimes totz constreh, e mal grat seu, 
li avenc a far penre la meitat de Toli. E pois cant agron 

140 manjat, preseron lur camelz e lur autri oli, <S: anneron s'en ab 
bénédiction. 



XII 

PASSIO SANCTI MAXIMI 

Uns emperaire, qued avia nom Decius, volia sobrepujar e 
destruire la lei delz christians ô: establi sa lei per tôt lo segle, 
que tuh li Christian se partissan del Deu viu e verai, e sacrifî- 
zessan alz diabolz. En aquel temps era uns bons hom en la terra 
5 d'Asia, qued avia nom Maximus. Aquest vole far saber qe chris- 
tians era. Mestier avia e d'aquel volia viure. Cant hom saup 
que christians era, près lo hom e menet l'en al baille de la vila. 
Can fon douant el, demandet li : « Con as tu nom? » Respou- 



LEGENDES PIEUSES 285 

det e dis : « Maximus. » Adonx dis le bailes ; « Quais ' hom es?» 
— « Eu son, dis el, franx per linnatge ; mas sers soi de Chrisf, 1<^ 
e de mon afan vive, e soi cliristians, jacia zo qued eu sia pec- 
caire. » Respoiidet le viguiers : ((Tu non as donx auzitla lei que 
li emperador sai an tramessa aoras novellarment ? » — (( E 
qualz ? » zo dis Maximus. Respondet le veguiers : (( Que tuh 
li Christian laisson aquella folla vida que tenon &. obediscan 15 
ad elz, que an tôt lo mon en poder, & adoron tuh lur deus. » 
Respondet Maximus: « Car eu conue aquesta sentencia, qued 
era folla & avolz, me voil demons-[12 r°]-trar qued eu sia 
christians. » Adonx dis le bailes : « Sacrifia alz dieus. » Res- 
pondet Maximus : « Eu non sacrifiarai mas solanient al Deu 20 
viu e verai, a oui ai totz temps sacrifiât. » Le veguiers dis : 
« Sacrifia, per tal que non moiras ; si non, eu te farai morir 
ad aigres tormenz. » Maximus respondet : (( Aizo voil eu moût. 
E per zo me soi descobertz, qued eu defailla d'aquesta mes- 
quina vida, e recopia la vida durabla.» Adonx lo fez penre 25 
le veguiers e fez lo batre ab fustz ; e dome[n]z qued hom lo 
batia, e le bailles li dizia :<( Sacrifia alz deus, oseras esca- 
patz d'aquestz tormenz. » Maximus respondet : « Aizo qued 
eu soffri per lo nom de nostre Sennor non son torment, anze 
son ben oinnement. Mas si eu me partia delz comandamenz 30 
del meu seinnor ni del seu avangeli, del quai eu son essein- 
natz, adonx soffriria tormenz perpetualz. » Adonx comandet 
le veguiers qued hom lo pendes. E can fon pendutz, & hom 
lo turmentava, èc el 11 dizia : « Maxime, laissa aquesta toa 
foUia e sacrifia alz deus, que salves la toa arma. » Maximes 35 
respondet; a Si eu non sacrifize, aizi gazainnarai m'arma; 
e si eu sacrificava, eu la perdria. Aquist fust, ni aquist 
vercant, ni nulla res que tu me fassas, non m'es tormenz 
ni pena, car li gracia de Christ [es en me] que me tara saul 
en l'autre segle, per las pregueiras de totz aquelz sainz que 40 
son passât per raartiri & an vengut los vostres forsenz e las 
vostras iras. » Adonx comandet le veguiers qued hom li fezes 
la sententia que li empera-[12 vo]-dor avian establida, car 
non volia saci'ifiar a la gian Diana. Fez lo lapidar, per zo que 
tuh li autri Christian i presessan eissemple e n'aguessan paor. 45 

* Ms. Quais, 



286 LEGENDES PIEUSES 

Et en aici le sers de Christ [en fo menatz] per los rnenistres 
del diabol, gracias rendens a Deu lo paire, per Jesu Christ, 
lo seu fil, que volia e sofFria, qued el en aici softVen venquest 
lo diabol (k aquest mont. Menet l'om foras los murs de la ciutat 

50 ai lapidet l'om ab peiras ô: aici transpansset d'aquest segle a 
nostre Sennor, pridie idua maii. E sofferc passion en la terra 
d'Asia, quan reiniiava Femperaire Daeians; (a aquest que lo 
martirizet era bailles en Asia. Moutz tormenz an soffert li 
martir de nostre Sennor, qued a nos autres serian moût greu 

55 a soffrir. E pero si diz nostre Senner en Tavangeli ; a Qui non 
bajulat criicem suam à. venit post me, non potest meus esse disci- 
pulus. Qui non soffrira martire per me, aici con eu perel, 
non pot esser mos discipolz. » Nos podem ben soflTrir martjri 
sens aucizement de nostres cors, si far volem lo seu servize. 

60 E con? Que venguam a sancta gleisa volontiers, e fassam 
almornas, vesitem malautz, e ftissam obras de misericordia, 
et en aici soffrirem marturi per el, à: serem esgalz delz martirs 
& aurem soffert martire. E nostre [Seinner] lais nos far de 
tal guisa lo seu comandament, que, cant las armas partiran 

65 d'aquest cors, puscam venir a la soa celestial gloria, on es 
gauh senz dolor e vida que ja non aura fin. Quod ipse prestare 
dignelur, qui cum Patine et Spiritu Sanclo vivit et régnât in 
trinitale. et trinitas in unitate, per secula ' [seculorum. Amen.] 

[XIII] 



[XIV] 
[PASSIO SANCTI THOM^] 



[13 r°] nos in omniveritate, ut nichilnobis desi(/)t descientia Dei. 
Conferma nos en tota veritat, que de la sciencia de Deu non 

(t) Lacune de huit feuillets entre les folios actuels 12 el 13. Voir Pintroduc- 
tion, p. 212. 



LEGKNDES PIEUSES 287 

nos failla res.» — «Eu venrai a vos, a l'autra nohg, et estiuirai 5 
vos plus pleneraraent,e que raeil zo entendatz.» Can venc ad 
aquella nolig', &. el venc ad elz, aici con lur avia proraes, & 
estruis les de lafe de Jesu Christ cV baptiset los e sanctifîet los. 
E parti se d'elz, e mes se en la nau e tengron lur carera. Pois 
can s'en fon annatz, non triguet guaire qued el adordenet a 10 
preveire un de sos discipolz, e trames lo en la ciutat, que 
estes aqui, & i bastis gleisa. E fez en aici con Tapostolz o 
comandet : basti gleisa, eu laquai mouz pobolz fon convertiz 
a nostre Sennor, c^ aqui es le setges de saint Thomas l'apos- 
tol, &. li fes catholica entro al jorn d'oi. De l'enfant qued avia 15 
presa la filla del rei, Dionisius que avia nom, fez hom eves- 
que, et el raezeis sagret sa moiller, Pela:?gia per nom, e fez 
en monegua, li qualz sofferc pois martiri aprop la mort de 
son marit, e sobre son sépulcre, et en aici fon escrih sobre so 
sépulcre per letras de grex c^ d'ebraic e de latin : « Aici se 20 
repausa li espoza de Dionisi Tevesque, filla de saint Thomas 
Tapostol. » 

Can sainz Thomas intret en la ciutat d'India, intret Abba- 
nes al rei Gondafre, e dis li qued aduhg 11 avia maistre. Le 
reis, can vi saint Thomas, acomenset li a dir :« Foiras me far 25 
un palais ? » Respondet sainz Thomas e dis qued hoc ben. Vai 
le reis e monstret li lo lue, e dis : « Ar me diguas de quai 
manera lo me bastiras aici en aquest lue. » Sanz Tho-[13 v°]- 
mas respondet e dis : « Eu te dirai ben con lo farai. » E vai 
penre una vergua, e deguizet lo, e dis : « Aici farai la porta 30 
deus Orient, e pois farai aici la sala, & aici aprop lo consistori, 
c^ aici las maisos d'uvern & aici las maisons d'estiu, et aici la co- 
zina, &aici las cambras en qued hom jaira.oEt aici déchet li lo 
palais. Le reis, cant o vi, comenset lo ad esgardar, e dis : «"Ve- 
rament es bons maistre, e tain ben qued obres alz reis. » Près 35 
moût gran aver, tant que non ac nombre, e laisset lo li, 
(k annet s'en le reis en autras terras. Sainz Thomas annet per 
las ciutatz e per las vilas, e prediquet la paraula de Deu ckba- 
tejet los crezenz, & donava larguament alz paupres l'averti a 
toz celz (jued obs era. E cant ac motgran pobol convertit, basti 40 
gleisas &. adordenet clergues. E can venc a cap de dos anz, 
qued estet le reis que non i fon, ac tôt l'aver despendut. Can 
le reis fon vengutz, & ac après zo que l'apostolz avia fah, 



288 [.EGENDES PIEUSES 

comandet qued hom lo preses <k Abbanes e lies los hom ab 

45 cadenas, e pois getes los hom en la carcer. E car le fraire del 
rei era malautz, alonguet se car non foron aucis; car el los 
cujava totz vins far escortegar e pois cremar. Esdevenc que 
mori le fraire del rei, qued avia nom Gatz, e fon fali moût 
granz dolz, car le reis Tamava mais que nuilla ren que fos. 

50 Arezet l'om e vesti l'om de polpra e de bis, & adornet l'om 
tôt lo cors de peiras preciosas. Comandet le reis qued hom 
li fezes vas de peiras vermeillas e qued hom lo pauses intre. 
[14 r"] Domenz que li raaistre appareillavan la sopoutura, & 
agron i ja poinnat quatre jorns, can venc al cart jorn entorn 

55 hora prima, & Gaz qued era moi'tz resuscitet. Li raaistre e 
cil tuh que lo ploravan agron moût gran paor e moût gran 
meravilla, e non poc anc nulz hom mo(u)t sonar de la paor 
qued agron. E domenz qued eil se meravillavan aici, Gaz diz 
al rei Gondafre, son fraire : « Enten me, fraire. Aquest hom, 

60 que tu voilas far escortegar e cremar, es amix de Deu ; e 
li angel de Deu li sei'von. Et eil li angel porteron la mia arma 
sus el cel e montreron me lo palais que l'apostolz Thomas 
t'a bastit sus el cel d'aital maneira con el t'a monstrat en 
terra. Mas totz es fahg de peiras preciosas, de maragdes e de 

65 jacinctes & de cerauneis ; et aici es estruh e dedinz e défera. 
E domenz qued eu pensava la gran belleza qued avia le palais, 
e li angel me disseron : « Aizo es le palais que Thomas l'apos- 
tolz a bastit a ton fraire. » Et eu dis lur : « Per la mia volontat 
eu séria portiers d'aquest bel palais. » Adonx me disseron li 

70 angel : « Le tiens fraire s'es fah non dignes d'aquest palais; e, 
si tu lo volz aver, nos preguarem nostre Sennor Jesu Christ, 
]0 fil de Deu, queii el te fassa resuscitar ; & tu compra lo de ton 
fraire, e ren li totala peccunia qued el cujava aver perduda.» 
E cant ac dih aizo, acomenset s'en ad annar ben tost vers la 

75 carcer. Et intra lainlre &. vai se getar alz pes de l'apostol, e 
pregava li que perdones a son fraire, car el non conoissia ni 
sabia qued [14 v°] el fos apostolz. E vai penre aqui eis los 
liamps de que era liatz, e pregava li que vestis bos vestirs e 
precios. Respondet sainz Thomas e dis : « Pensas te doux 

80 ancara que cel, que vol aver las celestials causas, aia cura de 
las terrenalz ni de las carnalz? Aquist mena gannaeha & aquest 
meus mantelz, que tu me vez aici, m'aondara pro, &. aquestas 



LEGENDES PIEUSES 289 

sandalias ; car ja non saran usadas aitan con en viurai. » E 
clomenz que Tapostolz eissia.de la carcer, ven.c li acontra le 
rei,s GondafresV, e va se getar a sos pes, e preg-ava li que li 85 
perdoneSi Sainz Thomas r.espoudet : u Moût vos a donat. le 
meus sennei' Jesli Clirisfci car vos a deinnat moustrar los sens 
secretz,:i\^êc, yosque vostra terra à: vostras ciutatz son plenas 
degleisas.E vos appareillas vos, que sias sanctifiât cic lavat 
en Fàigua de la font del sant baptisme, e sias falig parzoner 90 
del perpétuai règne. » Adonx dis Gaz : a Lo palais, que tu as 
bastit a mon fraire, pregueron Tangel a nostre Seinnor qued 
eu: pogues çomprar. » Respondet saint Thomas : « Aizo es en 
la volontat de ton fraire. » Goiidafres le reis dis: « Eu euh 
qued aquel palais qued es fah per mos obs sera meus ; e Thomas 95 
fassa en a te autre. E si far non t'en pot autre, d'aquest aurem 
[)yo amdui.» Sainz Thomas respondet: « Eu vos voil far 
conoisser e saber que.li palais, que son bastit en cel, non an 
nombre, e desTacomensament de! niont en sa son bastit, e son 
comprat per près de fe e de crezensa. E si vos voles aver las 100 
ce-[15 r°]-lestialzri(|uezas,nil règne, ni lo palais, obs ha que lo 
compre-: da\an que nioiras. Carja [lois non lo poiriascoraprar. 
Et aquel aver de que lo compraies a obs que lo doues alz 
p<aupres & en âervas los tribulanz (k a celz que soffriran 
desaize, alz raaiautz, a las vetzoas cS: alz orphes, (^ en pascas 105 
celz qued auran fam, à: n'abeures celz qued auran set, (k en 
v-es(ias celz que seran nuz ; & aici comjjrares lo palais. E sias 
segur ecert qued aqui vos seran cent vegadas dobladas las 
vûstras riquesas, las qualz non auran ja fin. » Li fama de 
r^apostol eissi per tota la toira d'India. E saupron las genz 110 
qned en la tei'ra avia un home, que can pausa^'a sa man sobre 
los nialautz, eran sanat : li cec recobravan lur vezer, li sort 
lur auzir, los diabolz encausava, los mortz resuscitava. E 
cujavau se totas las genz que fos Deus. E venian de totas 
la ciutafz -de la terra cic aportavan li coronas d'aur e peiras 115 
jireciosas e l'ix vestirs, e volian los li vestir, c^: volian li sa- 
crifiar bous & aretz, atressi con a Deu. L'apostolz (piis al rei 
Gondafre que se suffergues un mes de batejar, entro que 
totas la genz de la terra i fossan. Can venc a cap do trenta 

.'. Ms. Gondrafres, nvecla première >• expoQctuée. 

20 



290 LEGENDES PIEUSES 

120 jornz, fon se acampat tan de gent, que non caupron denfra 
vila, ni denfra nuil cubert. Can l'apostolz vi que non trobava 
hom nuilla plassa en que poguessan caber, comandet que s'a- 
campessan tuh en un camp de josta lo puhg de Gozi. E can se 
foron tuh acampat, ac i mot [15 v"] malautz de diversas ma- 
125 lautias. E fez los l'apostolz totz mètre ad una part. E cant los 
ac homtotz ajostatz, & el se mes el meg d'elz, e dis: « Deus, 
Senner, cui hom non pot vezer, & quedesnon prennevolz e 
non mudevolz, e que totz temps es e totz temps seras, e que 
nos tramesist lo tieu fil nostre Sennor Jesu Christ, enlu- 
130 minador de) mont, le qualz, can venc, donet a nos, sos 
apostolz, que nos el seu nom tota dolor e tota malautia sanas- 
sem, e dis nos: « Quodcumque pecierilis Patrem in nomine 
meo, prestabit vobis ; qualque causa que vos queiras al meu 
Paire per me, el vos donara », per aizo eu te prec, Senner, 
135 el seu nom, que trametas ad aquest malautz la metcina de la 
toa majestat, que sane las malautias e las dolors e las febres 
d'aques. Alz cex sia renduz lur vezers, alz sortz lur auzirs. 
Li clop sian redreissat e las autras diversas enfermetatz sian 
encausadas de sobre cada un ; que totz le pobolz qued aici 
140 es conosca que tu es Deus e non es autres deus te enfora <k 
uns Jésus Christ nostre Senner, per cui as fah tôt cant es, 
zo qued hom pot vezer e zo qued hom non pot vezer ; (S: us 
Sainz Esperitz enluminaire é: sanctifiaire de tôt, et nunc et in 
perpétua secula secnlorum. » Cant tuh aquil qued eran ba- 
145 tejat & esseinnat responderon: a Amen ! », e lo venc una 
resplandors sobre elz, talz que tuh cujeron esser ferit de colp 
de fouzer. Trastuh jagron essemps ab l'apostol a la terra, 
ben una meja hora. Dreisset se Fapostolz, e cridet a totz : 
« Levaz sus ! Car le [16 r»] meus senner Jesu Christ es ven- 
150 gutz aici con fouzers, et a vos sanatz totz. » Eil leveron sus 
tuh san, e glorifîeron nostre Seinnor (!s: Thomas, lo seu apos- 
tol. Adonx pujet sainz Thomas en unapeira, que los pogues 
vezer totz e que tuh poguessan vezer el,e sennet lur que 
fezessan pas, e dis lur : a Aujaz me tuh ô: entendes zo qued 
155 eu vos dirai. Le meus senner, de cui eu soi sers, qued es 
appellatz Jesu Christ, m'a trames a vos, <k el a aquest pobol 
visitât e curât de sa malautia. Eu soi hom, aici con us de vos 
autres, trames ad aizo qued eu vos esseinne e que vos fassa 



LEGENDES PIEUSES 291 

partir (Vaquestasydolas, que son senz entendement e senz tôt 
sen, e que colas un creator vostre, qued es Deussusel celé: que 160 
vol sanartotz celz que creiran en el. Aujatz, horaee fennenas, 
enfant e donzellas, joven home e vergenas, veil e joven, cV un 
c^ autre, si voles venir a la vida durabla, crezes en un Deu,lo 
Paire, lo quai anc nuilz hom non poc vezer, e lo sieu unial fil 
nostre Seiunor Jesu Christ, per lo quai totas causas son fâchas, 165 
per la voltintat del Paire, las causas qued hom pot vezer e cellas 
qued hom non pot vezer, las celestialz e las terenalz; cV el 
Saint Ksperit qued es non vezevolz e senz acomensament, aici 
con le Paire e le Fils. E tuh très son d'una sustancia, e d'un 
poder. Le Sainz Esperiz enlumina las armas d'aquelz que cre- l'^O 
zon en Deu, ab los qualz vos autri seres, si crezes en Deu, cV 
despoiilas lo veil home ab totz sos fah, e destruies las ydolas 
del [16 v° ] diabol e trastotas sas festas k. calcigas. Laissas 
tenebras, que puscas trobar lutz ! Fuges mort et atrobares 
vida ! Toiles vos de totz malz e totas blastemias. Si creire 1~5 
voles en nostre Seinnor Jesu Christ, lo primer fruc aures en 
vos, si ben crezes; lo segon, si vos fais batejar ; lo ters, que 
vos abstenguas de fornication ; lo cart, que non aias avari- 
cia; lo quint, que aias poder en la gola, zo es que non vuillas 
trop manjar ni trop heure, lo seize, que tengas paciencia; lo '80 
seten, qued en aquestas obras observes especialment pacien- 
cia ; Toctau, qued albergues los paupres ; lo noven, que veillas 
saber qualz es li voluntatz de Deu &. que aquella fassas ; lo 
dezen, que demandes zo qued a Deu non plas e quetl aco non 
vuillas far; l'onzen, que aias caritat c non solament ab vos- 185 
très amix, anz ab vostres enemix ; lo dotzen fruc aures, si 
aves pensament con puscas gardai" las riquezas de totas 
aquestas vertuz. Carcel que mais ha de lascelestials riquezas, 
plus las deu gardar, que non las perda. En aquestas dot- 
zen vertutz es tota li perfections de celz que volon esser 1^0 
coledor del verai Deu. Aquest dons cM aizo que m'avias apor- 
tat donas alz paupres. Car eu non soi Deus, anz zoi ben 
sers de Deu. Et appareillaz vos con cada us vos batejes. n Can 
venc lo ditmenegue aprop, cV. el los batejet; et ac n'i nou 
milia homes, deus las femenas elz petitz enfanz. Pois comandet 195 
los a Deu l'apostolz, e moc se d'aquella terra, &. annet s'en en 
la [17 r°] sobeirana India, per amonestament de Saint Esperit. 



29 2 liEGJENDES PIEUSES 

Can le pobolz d'aquella tei'ia vi las meravillas qued el fnzia 
e las vertutz, auzian moût volnntiers sa prédication. Car el 
200 decassava los diabolz delcors delz homes, mortz resuscitava, 
eex eniuminava, los lebros moudava, totas dolors e totas 
enfermetatz decassavadelz cors delz homes. Esdevonc qued una 
dona'a, qued avia nom Sinthica, qued avia estât seis anz cega, 
^: i re,eobret ?on vezer per l'apostol. Et venc ad una autra donna 
205 q.uedavia nom Magdonia, qued era moût s'amigua à: era moil- 
1er del coinnat del roi. Aquist donna, quan vi Sinthica qued 
avia aici recobrat'son vezer, qued aici clararaent & aici sana 
era garida, e vezia ben^ con si ja mal non i agues agut, et 
acomenset a dir : « Aquest es verament Deus g angelz de 
210 Deu, qued aici senz tota medicina t'a ren^lut ton vezer.» 
Respondet Sinthica e dis : « Con ! E non a dotix sanat mas 
solament me? Quanz homes e cantas femenas e quanz enfanz 
a sanatz de diversas malautias, el nom d'aquel qued hom 
appella Je^u Christ ! » Adonx dis Micdonia : « Pensas sija 
215 lo i)oirai vezer?» Respondet Sinthica :«Deman deu far ser- 
mon al pobol, e si te volz, poiras lo vezer. Muda ton ves- 
tir e cobri ton cap, e met te entre las autras femenas, e ja 
non. seras conoguda. » Aquist Migdonia era mailler de Ca- 
risi, coinnada del rei AJisdeu, qued aici avia nom. Cant ac 
220 mudat aici son vestir à: se fon [17 v°] messa enfre las autras 
femenas, & ella venc aqui on Tapostolz predicava lo fil de 
Deu. E dizia : « Aquist vida, en que nos autri em nat, es 
mesquina e jaz per aventura, que can nos la cujam tener, 
' ■ ella s'en fuhg e se part de nos. Aventura la nos toi subda- 
225 iiament, e ja pois non er acosegud;i, tan fort s'en fug. E 
per aizo venc entre nos li lutz del ccl, zo es le filz de Deu, 
que nos monstret c\: nos esseinnet autra vida, en la quai non 
aura ja mort, ni dolor, ni gemiment, ni tristicia, mas toz 
' ■ temps i a gauh et alegreza, e toz temps i es hom sadolz e 
230 repletz, e totz temps i a clardat senz tenebras. Per aizo 
trames Deus son fil en aquest mont, que los homes, qued 
erant nat en mort, &. fossan per aqui eis nat a la vida, et 
fossan fali fil de Deu per la doctrina delz apostolz aquist que 
• son peocador é fil -de peccadors. Car li fil delz homes raoïtalz 
235 non podian esser fah non mortal, si per aigua hoc e per 
Saint Esperit; e per aco son renat e son fah fil de Deu. Et 



LÉGENniîS PIEUSKS -93 

per aizo qued aquist prédications pusca esser crezuda, cel 
que nos comandet aizo a predicar nos donet poder qued al 
seu nom illuraenassem cex, rendessam auzir alz sortz, alz 
clops annar, encausassem diabolz, mondassem lebi'os, resus- 240 
citassem niortz, per tal qued totz hom conosca e digua que, 
si aquist predicacions non era veraia,ja non fariam aquestas 
nieravillas ni aquestas vertutz. E peraizo, fil mei, hier cV a .sel 
autre fost appellat que li vostre cors sian sanat. Et iioi 
avernêstablit, qued al metjament de la parau-[18 r°]-la d& 245 
Deu las vostras armas sian salvadas, cant auran receuput • -' 
la paraula de Deu. Car aici con li cil, que non recebon cûl- 
liri, non podon esser sanat per metges, ni li nialaut, que non 
volon beure las poisons ni recebre los emplastres, non podon 
esser curât per metges, en aici las armas de celz non podoa 250 
esser curadas ni sanadas per apostols ni per doctors, li quai 
non recebon la paraula de Deu ni crezon la veritat, & de 
tôt lur entendement non gardan castitat, ni se gardari-'dé; 
glotonia & avaricia non parton de lur, ni temoh gravar 
nengun liomen , e que non s'esforsan d'auzir e de gardar 255 
la paraula de Deu. Mas tuh aicil que gardaran aizo, lur 
armas son curadas e sanadas & acomensan . a querre lo 
ûonduh de la paraula de Deu, las qualz, davan qne fossan' 
sanadas, non lo podian manjar. Car aici con li malautia del 
cors non laissa Tomen carnal manjar ni recebre conduh, 260 
aici li malautia de l'arma non la laissa sadollar de Tespe- • ■■ 
rital conduhg. Car totz hom, que met s'amor e so senz en; 
Tamor de la carn, non pot amar en nulla manera Tarma. 
Per que dis li antigua propheta: u Quùniam qui diligit intqiii-' 
tatem, odit animant suam. Car cel qued ama iniquitat, adira 265 
s'arma. » Et dis aqui eis aprop : « Pluet super peccatores là- • 
queos ignis. Sobre los peccadors ploura latz de fuc. » Aujaz 
qualz es aquist ploja, & entendes las penas delz peccadors. 
Vejatz la ploja qued es aiguadoUza, que si vos es en un camp, ■ 
e plou, e non aves de que vos cobrias, moût vos er mal e 270 
greu a sof-[18 v^J-frir. E pois qued er annat en una hora, 'o en 
un jorn, que faran aquil mcscjui sobre los qualz cairà totz 
temps, senz fin. e senz repaus, pluja de foc e .. de fouzer ?• 
Crezas que li peccador auran veraias penas en enfern, e li 
just auran veraias riquezas el cel. Per aco son veraias, car 275 



294 LEGENDES PIEUSES 

durablas son. Car tota res qued Jiâ fin, es semblanz, cant es 
annada, que non sia aguda. » Cant l'apostolz ac dih aizo e 
montas autras causas, crezet totz le pobolz en nostre Sennor, 
e dejuneron set jornz, e pois feron se batejar. Migdonia non 

280 vole d'aqui enant jacer ab son marit; c^: can o conoc sos ma- 
riz, saup que la predicacion de l'apostol aviaauzida. Et annet 
s'en al rei Misdeu, e dis li, e preguetli que fezes penre l'apos- 
tol e mètre en carcer. Fez lo penre le reis e fes lo mètre en 
carcer. Sinthinca annet a Migdonia, e menset' la celadamenz 

285 a la carcer, e doneron aver al carcerer, e laissetlas intrar. E 
Migdonia va se getar alz pes de l'apostol k acomenset lo- a 
pregar & a dire": « Apostolz de Deu, eu te prec, car per me 
soffris aquest tort, que tu fassas venir la ira de Deu sobre me.» 
Respondet l'apostolz : « Torna t'en tost en ta maison, car eu 

290 venrai lai a te, per zo que sapias e conoscas que eu voil sof- 
fiir per ma voluntat aizo, el nom del raeu sennor, e quan gi'an 
poder hali fens qued es en nostre Sennor Jesu Christ. » Tornet 
s'en li donna en sa maiso, cV enclaus se en sa cambra, & aco- 
menset a pregar nostre Sennor & a dire : « Senner Deus po- 

295 deros de tôt quant [10 v°] es, lo quai predica Thomas l'apos- 
tolz, fai me, peccairis, parzonera de la soa doctrina. » Can 
venc a meja noh, e lo li apparec l'apostolz denant, e dis li : 
« Migdonia, sias suffrens, car aici con tu venras per me a la 
- vida durabla, en aici venrai eu per te al meu seinnor Jesu 

300 Christ per corona de martiri. » Cant o auzi Migdonia ac gran 
paor, e dis : « Demonstraire de la durabla lumnera, eu te prec, 
qued aici con tu uberguist los carnalz oilz delz cex, en aici 
adobrias los oilz de la mena arma, qued eu pusca vezer e co- 
noisser la via drecha, e non caja en la fossa. » Sainz Thomas 

305 dis li: (( Esta set jornz en dejunis, c^ a l'octau jorn eu venrai 
a te e batejaiai te, e sagrarai te en Fonda del saint baptisme, 
etotzaquelz que creiran perte. » Carisius, le coinnatz del rei, 
la cui seror avia le reis per moiller, preguet lo rei e dis: 
« Senner reis, eu te pregaria, si te plazia, que tu fessas annar 

310 vezer Migdonia a ma donna la regina, per vezer si la poiria far 
tornar a so sen, ni a sa pensa. Car eu per pregueras, e per 
menassas, e per prometemens, e per amix, e per amiguas, e 

1 Sic. — 2 Ms. la . 



LKGKNDES PIEUSKS 295 

pcr vezis e per parenz, Fai pregada e fah pregar, <s: en nuUa 
maneira non la pois far tornar a son leg, ni per nuilla razon 
non la pusc far manjar ni heure ab me, ni neis non la pois 315 
far esgardar en sa meua cara. » Respondet le reis e dis : 
(i Annatz lai vos a vostra seror, e pregas l'en, cV annara lai 
voluntiers. » Annet Carisius a sa seror Trepicia, la moiller del 
rei, &. acoraenset la a pregar e dis [19 v"] li: « Aniicdonia, 
[li meua] moUer, se part de me e non l'en pois tornar. Annas- 320 
ses lai & amonestases la. « Annet la li regina c\: acomenset la 
a pregar tV: a dir : u Amigdona, cara amiga e cara sorre, eu 
te prec, si te platz, que tu laisses aquest fol coratge, e non 
laisses las drechuras de ton maridatge, e non voillas annar 
contra los deus ni contra ton linnatge ni contra l'arma de ton 325 
marit. Car le reis es moût iratz, e tuh tei parent e tei amie en 
parlan. Trastuh te plainnon e te queron e ploran, car tu tan 
subtanament es cambiada ni eissida de ton sen. » Respondet 
Migdonia e dis: « tu, sorre Trepicia, si tu sabias zo qued 
eu ai après, tu annarias ades vezer aquel home. Car li meua 330 
amiga Sinthica, qued avia estât cega per moutz annz, a reco- 
brat per el son vezer. E que te diria ? Li sort recobran lur 
vezer* & a totz los malautz dona salut; los mortz resuscita e 
torna a vida. Aquest monstra &. esseinna qued autra vida es, 
on ja non aura mort, ni ja non sentira hom dolor, ni aura hom 335 
dol ni tristicia. E si non m'en crezes, can venc est'autra noh, 
le filz del duc Symforus fon mortz, annet s'en Svmforus a la 
carcer, e près lo delz carceriers en sa fen, e menet lo a sa 
maison ; e can la fon, fez sa oration, e resuscitet lo. Et ancar 
es en la maison & esseinna toz aquelz qued intran laintre ad 340 
el e cura las enfermetatz. » Respondet Trepicia: « Si en aici 
es con tu dizes, annem ad el, e si eu velig que vers sia ni o 
pois provar, eu creirai en el. Folz es qui non vol aver vida 
du - -[rabla] 



' Sic; corr. auzir. 

2 Ici s'ouvre une lacune de 2& feuillets. Voir rinlroduction, p. 212. — Les 
feuillets actue's 20, 21 ot 22, comme on Ta déjà remarqué [ihid., note 2), ont 
été déplacés et par suite mal foliotés; leur place véritable, qui leur a été ici 
restituée, est après les folios actuels 4 et 5. 



296 LEGENDES PIEUSES 

[XVj 

[XVI] 



[XVII] 
PASSIO SANCTI SIMONIS ET SANCTI JUD.E] 



[23 r°] E caiit agiou fah pas, sainz Sjmon acomenset lur 
d'aital manera a parlar : « Sovennerament esdeven, seinnor, 
5 que denfrabelz escrinhs, cubertz d'aur e d'argent e de peiras 
preciosas, son enclansas raout.as res que non son profechaolz. 
Et atressi esdeven que denfra causas de fust, que son vilz e 
vilment fâchas, ha montas bonas causas e preciosas rescos- 
tas. Bel vaissel solon esser plen montas vegadas de vin aigre, 

10 e d'avol, e de toriiat; et avol vaicel, de foras poirit e lag, 
solon esser plen dedinz de bons vis. En aici o fan li homen 
e las genz, car si eil non vezon las bellas personas e qued 
"hom sia ben vestitz non lo presan nuilla, e son i moût engan- 
nat. Car si hom vol aver una causa, en tota manera* deu 

15 pensar con l'aia. E per aizo li nosti'a persona ni lo nostres 
vilz vestirs non vos deu offendre ; car denfra nos ha aquel- 
las causas que nos faran atrobar durabla vida. Trastuh nos 
autri fom nat d'un paire e d'una maire, li quai, can foron fah 
e pausat en la région delz vins, transpasseron la lei qued avian 

20 receuput de lur creator, e foron fah serv de cellui cui crezeron 
per sons amonestamenz. Pois foron getat d'aicella région de la 
durabla vidaà: foron meseissillaten aquesta terra. E Deusesta- 
bli en aquesla partida d'aital m.anera la soa misericordia alz eis- 
sillatz, que totz hom que colria sou creator, aicel angelz ene- 

25 mix non li pogues nozer. Aquest malz angelz ha o fah en aici, 
qued el fa adorar alzfolz homes las ydolas, pertal que los [23 v°] 

1 Ms. maneras ; mais 1'* est exponctuée. 



r.ÉGENDES] PIKUSKS 297 

fassa partir de lur creator,'(S: adoraii los elemenz, e dizon a 
la peira c^ al fust :'"(( Dens meus es tu. Tu es lejmeus Deus. m 
Cant hoii) s'es partitz del seuDeu, & el sec^ la error, & es 
obedieus a sou eiiemic. Aquest arigelz, princes d'enveja, 30 
noiris per aizo aquesta error elz homes, qued el pusca esser ■- '■■ 
lur seiuner à fassa d'elz aizo qued el se|volra ; car le verais 
Dcus, lo quai temp aquest anpelz malignes, non es ab elz. E per 
aquesta causa aquest angelz, per aques encantadors seus, a 
vos fah estar mutz, aitant can se vole ; c pois fez vos estar 35 
que non vos poguest moure ni annar, pois que non poguesl 
vezer; & aici per aquestas falsezas enganna los homes. E per 
zo que vos sapias e [iroves qued aizo es vers, aici con nos o 
dizem, venes a nos, e prouietes nos a partir d'aquellas follas 
ydolas, e coles c^ adoras solament [lo verai Deu viu, le qualz 40 
non pot esser vist per los carnalz hoilz. Et cant aures aizo fah, 
nos vos pausarem las mas sobre vostres caps & farem vos lo 
seinnal de Christ en vostres fronz ; e si non los confondes, 
sapias (i. entendes]qued escarnitz vos avem. » Adonx tuh aquil 
qued eran aqui saupron qued aquist paraula era vera ; e van se 45 
getar alz pes delz apostolz e disseron : « Vos o fais de guisa 
que non nos puscan nostras lengas liar, ni nuil encobolament 
mètre en nostres menbres. E li ira de Deu venga sobre 
nos, si nos jamais crezem las ydolas ! » Adonx acomenseron 
ad orar li apostol e disseron : « Senner, Deus d'Israël, qued 50 
en-[24 r°]-vanezist los encantamenz elz enfeinnemenz de Jam- 
nes e de Mambres, e fezist los tornar en confusion, e fezist 
naiscer en lur carn nafras & poiriguer, en aici vengua li toa 
ira sobre aquelz encantadors. Et aques sers tieus, que se pro- 
meron partir de colre las ydolas, faifortz e permanenz encon- 55 
tra aques ; que tuh conoscan e sapian, que tu es Deus poderos, 
& non es autres mas solament tu , que reinnas in secula 
seculorwn. Amen. » Cant tuh ensemps agron respondut : 
« Amen n , feron tuh cros en lur fronz & anneron. Vengron • 
ensemps ab lo duc davan lo i-ei ; e foron i atressi li encanta- 60 
dor, e volgron o atressi far d'aques con o avian fah a l'autra 
vegada ; et en nuil senz ni en nuilla manera far non o pogron. 
Uns d'aquelz sapis, qued avia nomZebedeu, acomenseta dire: 
«Reis, aquist dui son merdas, e deuria los hom getar d'aquest 
tieu règne ; car paors es qued alz homes non engenron poi- 65 



298 LEGENDES PIEUSES 

riguer. Eil lian ensemps alj lur raiigel, qued es eiiemix de 
l'iiman linnatgo ; & ab aquel escarnisson los homes, los qiialz 
aque! malz angelz pot aversubjecs, per zo car non volon esser 
subjec al poderosDeu. Anz volon aver per Deu celz cui eil 

70 gardan, zo sun las ydolas, las qualz non los podon gardar ni 
deffendre de nuilmal. E per aizo, reis, dizian aquist encanta- 
dor que li apostol adoressan las jdolas, qued aquel malignes 
angelz los agues en son poder. Et eil, li apostol, an nos fah 
lo signe de lur [24 \°] Deu en nostres fronz &. an sai nos 

75 -trames e disseron noe, que si eil nos apoderavan aprop aquest 
signe, qued tôt aizo, qued eil nos avian esseinnat ni dih, era 
mesonega. E vec vos qued el nom de Deu nos los cofondem. » 
Trastoz le pobolz, qued era aqui acampatz, cridavan sobr'elz e 
dizian : « Ara fais, si podes, zo que fezest lier! » Can li encan- 

80 tador auziron aizo, foron moût irat e non se volgron partir de 
lur engan ni de lur bauzia. Et aici con eran fugit d'Ethiopia 
davan la faz de saint Matheu Tapostol, en aici fugiron davant 
aques dos autres apostolz. Et anneron per la terra de Persida, 
& venian alz temples e movian enemistatz antre los coledors 

85 de las ydolas encontra los apostolz, e dizian : « Dui enemic 
de nostres deus venran a vos aici ; e si voles aver ad amix 
nostres deus, constreinnet los, elz foi'sas que lur sacrifizen e 
los adoren ; et si non o volon far, aucizes los. » Aquist en- 
cantador annavan per totz los temples, e fazian lur sacrifizes 

90 alz (iiabolz ; e fazian subdanament los homes liatz, e desliatz ; e 
fazian los cex, e per aqui mezeis vezer; e fazian los mutz, e 
per aqui mezeis parlar. Li apostol esteron en la ciutat de 
Babelonia per amonestament del rei, k aqui facian montas 
miraclas e montas meravillas. Eil avian moutz discipolz, & 

95 avian' delz uns preveires, e delz autres diaques ; &. aquil ser- 
vian lasgleisas qued eil avian bastidas&enstruchas, Esdevenc 
qued ad un d'aquelz diaques, qued eil avian adordenat, mes 
hom un gran blas-[25 r°]-me de sobre. Aquest diaques era vezis 
d'un rie home. Et aquest rix hom avia unafilla moût bella. Et us 

100 jovens hom de sa vila avia li tout sa vergenitat, 6i avia la 
penreinnada. Can venc al jorn que dec enfantar, e sas dolors 
la meneron, e lo venc sos paire e sa maire, e sei amie, e 

* Suppl. adordenat? 



LÉGENDES PIEUSES 209 

demandavan li (jui l'avia enpreinnada. Ella respondet e dis 
lur que le bons hom, le diaques Eufrosinus, Tavia enprein- 
nada. Cant o auziron li paren, foron moût irat k acomeuseron 105 
acermar con presessan venjansa d'aquest. Yenc a saber aizo 
alz apostolz ; e cant o saupi'on, anneron alz parenz de la don- 
zella. Can le paire e li maire viron los apostolz, acomenseron 
se moût fort claraar d'aquest diaque, & fort ad encusar c^ a 
dir qued aital blasme avia fah è: aital lajeza. Can li apostol 110 
auziron, acomenseron lur a demandar amdui cora era natz 
Tenfas. Responderon li parent e dissseron : « Hoi nasque(s)t, la 
primera liora del jorn. » Disseron li apostol : « Aportas l'en- 
fant (!!>: adduzes lo diaque, cui encolpas. » Can foron tuh 
ajostat denant los apostolz, et eil demanderon : « El nom 115 
de nostre Sennor Jesu Christ, parla, enfas, e diguas si 
aquest diaques t'a engenrat, ni ha fâcha aquesta eniquitat. » 
L'enfans pnrlet c^ respondet moût espertament e dis : « fste 
diaconus vir sanctus et castus est et nimquam inquhiavit car- 
neni siiam. Aquest diaques es lo sainz hom &: castz, <k nnc non 120 
bautuguet sa carn.» Can li parent o auziron, pregavan [25 v°] 
los apostolz que li demandessan qui n'era colpaolz ni de cui era 
el* l'enfanz. Responderon li apostol e disseron : «A nos autres 
conven que solvara celz que non son colpable, e non coven 
mingua que destruiam cel[zj qued auran colpa. » 125 

Canvenc autravegada, le reis annetenbatailla,&ad un amie 
seu, un rie home qued avia nom Nicanor, nafret hom en 
sogenoil ab una sagitta, la quai nuilz hom, per art niper gein 
qued agues, traire non la li poc, & essageron s'i moût home. 
Fez hom venir saint Sjmon l'apostol, et en eis pas qued el 130 
toquet ab la man la sagetta el nom de nostre Seinnor Jesu 
Christ, e li sagetta va fora & aqui eis fon aici sanatz e garitz, 
que neis li plaga non li fon aparvent. Esdevenc per aqui 
mezeis que doas malas tigres, qued hom ténia enclausas en 
cavas desotz terra, s'escaperon; e tôt cant atrobar podian ni 135 
aconsegre, tôt devoravan e destruian. Venc totz le pobolz et 
tota li genz, & anneron alz apostolz, e disseron lur: « Sein- 
nor, soccoretz nos, car las tjgres nos devoran e nos man- 
jan.» Can li apostol o auziron, anneron s'en la on estavan las 

» Dans l'interligne, au-dessus de ra. 



300 LEGENDES PIEUSES 

140 tjgres, e coraanderon lur el nom de nostre Seinnor Jesu 
Christ que los seguissan en la maison on eil estavan ; e feron 
o et esteron ab elz très jornz. Can venc a cap de très jornz^ 
feron venir lot lo pobol aqui, e disseron : « Aujatz, vos autri, 
fil delz liOTnes, qued es fahg a la image de Deu, et alz qualz 

145 Deus a donatengein e memoria et en-[26r°]-tendement! Regar- 
das vos ad aqiiestasbestias salvatgas, qued anc mais non pogron 
esser domptadas; et aras, cant auziron lo nom de nostre Seinnor 
Jesu Christ, son tornadas plus domesteguas qued unsainneiz. 
E li home son endurzit en tan gran follia, éi en tan granz 

150 tenebras, qued eil non podon conoisser que las jdolas, que 
son fâchas per agin d'omen d'aur e d'argent e de peiras e de 
fust, non sian lur deu. Aquel Deu que vos a fah e creatz, 
aquel non conoisses, le qualz vos dona la ydoja del cel & vos 
fa eissir lo pa de la terra, e lo vin e Toli de las soccas del 

155 fust. E per zo que vos sapias qued el es vers Deus, aquestas- 
tigres vos estaran en garentia, que per aquesta manera vos 
amoneston que vos non colatz ni crezas autre deu, mas nos- 
tre Sennor Jesu Christ, per lo oui nom aquestas bestias son 
fâchas soaus, & estaran e conversaran el mei de vos autres, 

160 aici con fedas, e lo seras ellastornaran en lur maisons. A nos 
autres coven a predicar perlas ciutatz e per las terras, qe 
li prédications de Favangeli de nostre Seinnor Jesu Christ 
posca esser connoguda. » Totz le pobolz, cant auziron qued 
annar s'en volian, acomenseron mont fort a plorar, e prega- 

165 van lur que non se partissan d'aqni. Li apostol, can viron la 
volontat del pobol, e que tan fort los pregavan, remaseion 
un an e très mes. Et en aqucst meja batejeron ben seissanta 
milia homes, estiers los petitz enfanz e las femenas, si que, 
bate-[26 v°]-jat prime rament lo rei ab tota sa mainada, ab sa 

170 moille'r 6i ab sos enfanz c^ al) tolz sos rix homes, car eil 
vezian que solament per paraula curavan totas las enferme- 
tatz, los cex illuminavan, elz mortz resuscitavan el nom de 
nostre Seinnor Jesu Christ, tuh li pobol eran tornat a la fen 
de Jesu Christ, &. destruian los temples de las ydolas, <^ bas- 

l''5 tian gleisas. 

Li apostol adordeneron en la ciutat un evesque qued avia 
non Abdiam, le qualz era vengutz ab elz de la terra de Judea, 
e qued avia vist nostre Seinnor Jesu Christ carnalment ab sos 



LEGENDES PIEUSES 301 

oilz. E tota li ciutatz fon adimplida de gleisas. E can li apostol 
las agTon adordenadas aici cou degron, anueron s'en par las 180 
terras predicar la fe de Jesu Christ; e seguiron los ben dozen 
discipol o d'aqui en sus. Kt annavan per las terras de Persia é 
predicavan pertotas las ciiitatz e per totz los castelz, e cover- 
tiron moutz pobolz et torneron a la fen de Jesu Christ. E tôt 
can feron e totz los malz e las penas que sofergron, Cratoii, 185 
us lur discipolz, o escrius en des libres, en lengua d'ebraie. 
E pois uns bons clergues, qued avianom Affrican, translatet o 
en aquesta nostra lengua latina, êtes moût longa narrations. 
Mas nos avem en près breument. Car totz hom que voira saber 
l'acomensament de lur prédication ni la fin, con li saint 190 
apostol laisseron aquest mont ni transpasseron alz celestialz 
palais, aquist breus legenda que nos avem tracha de tan gran 
libre loi monstrara e loi esseinara. 

. Li [27 r°] encantador que nos vos aviam dihs de sobre, Zo- 
roes & Arfaxat, fazian lur hijezas, per las ciutatz e per los 195 
castelz, e dizian qued eil eran del linnatge delz deus, e fugian 
ades davan los apostolz, & estavan tan en cada una ciutat, en- 
tre que sabian que li apostol i devian venir. Li apostol, en 
qualque ciutat qued intressan, descobrian los lahg fag delz 
encantadors, e demonstravan que lur doctrina avia atrobada 200 
le diabolz, enemix de Tuman linnatge. Vengron en la ciutat 
de Suasis, en la quai avia setanta evesques del[z] temples, on 
eran las ydolas que colian en lue de deu. Aquist evesque fazian 
quatre granz festas Tan de la ydola del soleil : a l'intrar d'es- 
tiu en fazian una, & a l'intrar d'hivern en fazian autra, c\: a 205 
l'intrar de primavera autra, & a Tintrar d'auton autra; & a 
cada una festa, le reis donava a cada un evesque una liura 
d'aur. Ab totz aques evesques avian parlât li encantador, per 
tal que moguessan contraria alz apostolz, e disseron lur : c Dui 
Ebreu venran aici a vos, que son enemic de totz los deus, et 210 
acomensai'an a predicar qued autre deu deu om adorar, e non 
lo vostre. Et aqui eis creira los hom, e tolra vos hom tôt cant 
aves, e getara vos hom foras a cent diabolz. Parlatz ab tôt lo 
pobol, qued, aqui eis cant intraran en aquesta ciutat, hom los 
prenna elz fassa hom sacrifiar alz deus. E si adorar ni sacrifiar 215 
lur volon, aian pas ab vostres deus. Si lar non o vol[on], ben 
sapiatz qued eil non son [27 v°] vengut mas per vostra mort e 
per vostre destruiement. » 



302 LEGENDES PIEUSES 

Can li apostol agron prédicat per totas las terras de 

220 Persia, per los castelz e per las ciutatz, vengron a la gran 
ciutat de Suazis; & albergueron ab un lur discipol, qued era 
de la ciutat & avia nom Sennes. Can veuc lo ben matin, la 
primera liora del jorn, e vec vos totz los evesques ab gran 
pobol & ab gran gent, cS: acomenseron a cridar ad Sennes: 

225 « Greta nos sai deforas los enemicx de nostres deus; e si non 
sacri[fi]an a nostres deus, e tu mezeis ab elz, nos cremarem 
ta maison e vos totz ensemps laintre. » Ab aquestas paraulas 
van laintre, e van penre los apostolz de Deu e meneron los al 
temple, on era li j'dola del soleil e de la luna. E doraenz que 

230 li apostol intravan al temple, li diabol, qued eran en las ydo- 
las, acomenseron a parlar per los traux. e dizian : « vos, 
apostol del Deu viu e verai, qued aves a far de nos autres? 
Car can vos intras saintre, nos cremem ' per granz flamas. » 
En la una part del temple estava li ydola del soleil, en una 

235 carreta ab cavalz, (k era tôt d'aur, moût fort resplandent. De 
Fautra part era li luna, sus en un cari'e, ab bous que lo 
menavan per semblant, & era tôt d'argen moût reflamejan. 
Aqui eran ab lo pobol li dui encantador, Zoroes et Arfaxat, 
qued avian niogut aquesta maleza. Adonx dis Judas a saint 

240 Svmon : « Fraire Svmon, eu vei notre Seinnor Jesu Christ, 
que nos appella. » Res|)ondet sainz Svmonz e dis:» Atressi 
vei eu estar lomeu Sein-[28 r°]-nor enfre sos angeiz. E domenz 
qued eu orava, Tangelz del meu Seinnor me dis: (<■ Faciam 
vos egredi de templo et faciam irvue?'e templum super eos. 

245 Eu vos getarai d'aquest temple, e pois derrocarai lo desobre 
totz aques. » Et eu dis: « Non sia fah, Seinner : car per aven- 
tura en aques n'aura qualquedun, que se tornara ancar a 
nostre Seinnor. » Endomenz que li apostol dizian aizo entre 
lur en ebraic, que le pobolz non o entendia, ab aitan l'an- 

250 gelz de Deu apparec lur e dis: « Confortas vos e prennes una 
d'aquestas doas : o qued aquist moiran tuh ades subtanament, 
que vos vengaz ades a la corona de martiri ab gauhg & ab 
lizansa de mal trahg, qued aves soffert.» Responderoii li apos- 
tol e disseron : « La misericordia de Deu devem pregar qued 

255 el perdon ad aques ô: a nos ajude, que nos puscam parvenir 

1 Sic {cremê). Corr. cremam. 



LEGENDES PIEUSES 303 

a la corona del martjri. » Aizo auzian e vezian solament li 
apostol, e li autri qued aqui eran non sabian ren, &. li evesque 
cochavan los ades d'azorar las ydolas del soleil e de la luna. 
Adonx lur disseron li apostol: « Fais far pas, qued auja totz 
le pobolz lo respons que nos vos farem. » E can se foron tuh 2ôO 
calât, e li saint apostol disseron : « Aujas trastuh e vejas ! Nos 
sabem certamenz e conoisseni que le soleilz es creatura de 
Deu, e li luna es atressi en sa subjection ; e sabem ben que 
sus el firmament del cel estan, e séria granz tortz si vos autri 
los enclausias saintre en aquest temple, li quai nos donan 265 
gran clardat de sus del cel. E per zo que vos autri [28 v°] 
conoscas e sapiatz qued en aquesta jdola non es le soleilz ni 
li luna, anz son amdoas plenas de diabolz, eu comandarai al 
diabol, qued es en la jdola del soleil, k mos fraire comandara 
atressi ad aqtiel qued es en la jdola de la luna, qued escan 270 
foras, e cada uns atressi la soa'. » Can le pobolz auzi aquesta 
paraula, raeravillet se moût. E va sanz Sjmoiiz, & acomenset 
adir a la jdola del soleil: « Eu te cornant, escarnire d'aquest 
pobol, fêlions diabolz, que tu escas d'aquesta jdola del soleil, 
& espessa la, e la carreta en qued esta atressi.» Can .Judas 275 
ac dih atretal a la jdola de la luna, e lo eissi de cada una le 
diabolz, vezent tôt lo pobol, en forma de dos sarrazis nuz, 
moût nègres e moût fers, &: ab horrible esgardament, e cada 
uns vai penre sa jdola, en que estava, c^ frais c^ atrisset 
trastot can mala j ac, ab granz bramps, &. ab critz que fazian. 280 
Adonx tuh ensemps li evesque corregron sobre los apostolz 
& aucizeron los. E domenz qued eil los aucizian, el eran ale- 
gvse e gaujos, e rendian gracias a nostre Seinnor Jesu Christ, 
quar eil eran digne de recebre mort per lo seu nom. Eil 
receupron passion drehlojorn delà calenda dejuil;efon 285 
atressi martirizatz ab elz Sennetz, lur ostes, car non vole sacri- 
fiar a las jdolas. En aquella hora, can foron martirizat, era 
le celz moût serens e clars, e veugron subtanament fouzer e 
fox de cel, e feriron el temple, e fenderon lo tôt, des amont 
entro aval el fondament. Aquelz encantadors, Zoroes et 290 
Arfaxat, feri le fouzers, e cremet los totz,e foron tor *-[nat]... 
(A suivre.) 

1 Sic; manque le verbe {espesse ou f?-aif;sa?) 

' Lacune de deux feuillets. Voir rintroduction, p. 212 



BIBLIOGRAPHIE 



Chrestomatliie de l'ancien français (IX'^-XV« siècles), précédée d'un 
tableau sommaire de la littérature française au moyen âge et 
suivie d'un glossaire étymologique détaillé. Nouvelle édition soi- 
gneusement revue et augmentée avec le supplément refondu, par L. Coqs- • 
laas, professeur à la Faculté des lettres d'Aix. Ouvrage couronné par 
l'Académie française. Paris, Bouillon, 1890; in-8°, XLViu-497 p. 

Nous avons déjà loué ici comme il convenait la première édition 
et le Supplément de la Chrestomatliie; nous ne voulons aujourd'hui 
qu'annoncer rédition nouvelle. Tout d'abord, le Supplément a été 
fondu dans l'ouvrage primitif, de sorte que chaque texte à étudier est 
maintenant accompagné (ie ses notes et que les plus difficiles sont 
immédiatement suivis de leurs traductions ; seules, les variantes, 
auxquelles ne s'intéresse qu'une certaine catégorie de lecteurs, ont 
été rejetées à la fin du recueil. Mais M. Constans ne s'est pas contenté 
de réunir les deux parties de sou travail, il a tenu à les améliorer. 
Aussi a-t-il ajouté un millier de vers environ, pour mieux faire connaî- 
tre les genres littéraires les plus importants ; le glossaire et les notes 
ont été soigneusement revus et complétés ; quelques textes ont été 
améliorés, grâce à de nouvelles publications, comme les extraits de la 
Chanson de Roland de "SI. G. Paris, la deuxième édition du Voi/age 
de Charlemagne à Jérusalem de AI. Koschwitz, le Cligès de Chrétien 
de Troyes, publié par M. Fœrster. Deux morceaux surtout sont faits 
pour piquer la curiosité des romanisants: un fragment du Roman de. 
Troie que M. Constans a essayé de reconstituer d'une façon critique 
d'après tous les manuscrits (n° XVI), et un extrait de l'édition criti- 
que du Roman de. Thèbes à laquelle M. Constans travaille depuis si 
longtemps (n° XVII). 

Nous souliaitons de bon cœur luie troisième édition à la Chrestoma- 

thie de M. Constans, sûr que ce travailleur infatigable saura encore 

ajouter quelque mérite à un ouvrage utile et excellent. 

E. U. 



Le Gérant responsable : E. Hamelin, 



LÉGENDES PIEUSES 

EN PROVENÇAL DU XIIP SIÈCLE 

(Suite) 



[XVIII] 
[PASSIO SANCTI ANDREA] 



[29 r°] Pois sainz Andreus tornet s'en en sa région don era 
niogutz. Can venc un jorn, & el annava per la vila e sei discipol 
aanavan ab el, & venc li uns cex e dis li : « Andreu, apostol 
de Christ, eu * sai ben que tu me pos rendre vezer ; mas eu non 
lo voil recobrar, entre que tu m'aias fah donar ad aques, que 5 
van ab te, tan de lur peccunia, de qued eu pusca totz temps 
mais aver vestir e causar e manjar e heure.» Respondet sanz 
Andreus, e dis : « Ben sai veramenz e conosc qued aquist vos 
non es d'ome, anz es ben del diabol, le qualz non laissa ad 
aquest home recobrar son vezer. » Et ab aitan gira se deus el 10 
& toquet li sos oilz; e recobret son vezer, e glorificava nostre 
Seinnor. Sos vestirs era moût veilze moût avolz, e dis l'apos- 
tolz : « ToUez li aquestz vestirs horres, e donaz los li totz 
nous. » E domenz quedhom lo despoillava, e lo disTapostolz: 
« Aitalz vestirs con obs 11 son, aitalz los li donatz. » E feron 15 
o. E cant ac son vestir receuput, annet s'en a sa maison, 
gracias rendens a nostre Seinnor. 

Uns delz plus rix homes d'aquesta ciutat, en qued era sainz 
Andreus, avia un enfant, cui amava aitant con hom Tama can 
non n'a mas un. Venc granz malautia ad aquest enfant, e 20 
mori. Aquest rix hom, Demetri qued avia nom, paire de l'en- 
fant, auzi las meravillas que sainz Andreus fazia.Venc ad el e 
getet se a sos pes & acomenset moût fort a plorar, e dis ; 

1 Ms. fu. 
TOME IV DE LA QUATRIÈME SÉRIE. — Juillel-Aoûl-Septembre 1890. 21 



306 LEGENDES PIEUSES 

« ministres e messatges de Deu, eu me fiz moût en te. Vec 

25 te qued uns meus enfans, cui eu amava aitant, es moiHz ; e 
prec te eu, si le teus plazers es, que tu vauguas [29 v"] a la 
mia maiso, e que lo me rendas. » Cau sainz Andreus auzi aizo, 
ac en pietat, et annet s'en ab el en sa maison, on l'enfans jacia 
mortz. Etcan fon laintre, acomenset a predicar zo qued aper- 

30 ténia a lur salut. E cant ac ganren prédicat e dih, giret se 
deus lo leg on jazia l'enfans, ^e dis : « tu, enfans, eu te die, 
el nom de nostre Seinnor Jesu Christ, que tu vaugas sus 
sans & alegres. » Et en eis pas l'enfans se levet sus sans et 
alegres, (k rendet lo a son paire. Cant aquil qued eran aqui, 

35 non crezent, viron aquesta meravilla , crezeron en nostre 
Seinnor e feron se tuhg batejar a Tapostol. 

Can venc autra vegada, venc ad el uns enfas christians, qued 
avia nom Sustrat, & dis li en secret: « Seinner, ma maire s'es 
adautada de me e volria qued eu jagues ab ella &. a m'o dih. 

40 Eu, cant o auzi, ac dol e vergoinna ; (k respondei li moût ma- 
lamenz, e soi m'enfugiz. Ella, cant o auzi, fon moût irada; et 
es s'en annada al jutge, e cuja tornar lo blasme desobre me. 
Et eu am mais esser mortz qued eu descobria ma maire. Et 
eu die te aizo en celât, que tu pregues nostre Seinnor per me, 

45 qued eu per aizo non moira. » E domenz qued el dizia aizo a 
saint Andreu, vengron li metssage del jutge, e van penre 
l'enfant. Sainz Andreus fez sa oration, e can l'ac fâcha, vai 
penre Tenfant per la man, & annet s'en ab el. Sa maire estava 
denan lo jutge &. accusava ades l'enfant, e dizia : « Seinner, 

50 aquest avia oblidat la pietat de [30 r°] sa maire, e volia se tor- 
nar ', si qued apenas m'en pue desliurar.» Adonx disle jutges: 
« Diguas, enfas, es aici vers con o dis ta maire ? » Le tozetz 
de vergoinna non volia respondre. Le jutges demandava li 
per aqui meseis, e li demandava &i el non volia ren respondre. 

55 Le jutges, cant o vi, demandava conseil qu'en poiria far. Ma- 
ter autem pueri répit fJere. Li maire del tozet plorava. A la 
quai sanz Andreus acomenset a dir : a tu, femena malas- 
truga, que getas los plors d'amareza per lo blasme que volias 
far far a ton fil, e li toa cobezeza ha te tant enpencha, e ta 

60 luxuria te crema tant, que tu non ternes far aucire aquest fil 
tieu solet ! » Domenz qued sainz Andreus dizia aizo, li femena- 

^ Sic. — 2 Ms. f émana. 



LÉGENDES PIEUSES 30 7 

respondia : « Escouta me, seinner jutges. Pois que le meus 
filz vole far aizo e non poc, mes se ab aquesthome& anc pois 
d'el non se partie. » Le jutges, cant auzi aizo, fon mot iratz, 
e comandet qued hom li lies los pes e las mas, el meses hora 65 
en un sac, et que lo getes hom en un fluvi. E saint Andreu 
comandet qued hom meses en una carcer, entre que s'agues 
pensât a quai mort lo poii'ia far morir. Al) aitant sainz Andreus 
acomenset a pregar nostre Seinnor, (x en eis pas tota li terra 
se moc, e venc uns moût gran/. irons, si que le jutges cadec 70 
de la cadera e trastuh li autri cadegron a terra. Venc fouzers, 
e feri la maire del tozet <S: fon morta. Le jutges, can vi aizo, 
[30 v"] vai se jetar alz pes de Tapostol, e dis : « tu, sers de 
Deu, aias merce de nos autres que non periscam, ni li terra 
non nos deglutisca! » Ab aitant Tapostolz acomenset ad orar, 75 
e li terra, que se movia, e li fouzer e li tron remaisseron. Sainz 
Andreus annet entorn aquelz que jacian a la terra dimei mort, 
per los colps delz trons e de'l[z] fouzers, e fez los levar sus sans 
& alegres. Le jutges receup la paraula de Deu e crezet en 
Jesu Christ ab tota sa mainada, & l'apostolz batejet los totz. 80 

Esdevenc qued en una autra ciutat avia un rie home, 
qued avia nom Grati, & aquel rix hôm avia un fil, e domenz 
qued aquel filz se bainnava una vegada eil bain on se lavavan 
las femenas, intret li le diabolz el cors, e perdet lo sen, e 
tormentet lo le diabolz moût malamenz. Va Gratins e fez far 85 
una carta, e trames la ad aquest jutge, que, si ad el plazia, 
pregues saint Andreu que vengues entre ad el. Et el mezeis 
Gratis era mot malautz de febre, e sa moiller d'una autra 
malautia, qued hom appella jdropjsi. Annet sainz Andreus 
per lo prec del jutge, e pujet en una bestia e tenc ad aquel- 90 
la ciutat, e venc a la maison d'aquest rie home Grati ; et 
aqui eis cant intret laintre *, le malz esperiz acomenset moût 
fort .a tonnentar l'enfant. E vai se getar davanlospes del'a- 
postol. Sainz Andreus acomenset a menassar lo diabol,e dis: 
(i tu, enemix de Fuman linnatge, part te d'aquest famol de 95 
Deu ! » Et en eis pas, cridan e bramant, parti se d'el. [31 r°] 
Pois venc s'en sainz Andreus al legh on jacia Gratins, e dis 
li : « Folz es. Gratin, car per gran drehg t'es venguda aquist 

Ms. la'mtref, et, après ce mot, laintre, bifl'é à l'encre rouge. 



308 LEGENDES PIEUSES 

malautia, que tu desamparavas lo leg de ta moiller, & anna- 

100 vas jacer ab putas. Leva sus el nom de nostre Seinnor Jesu 
Christ, & sias sans; e non voillas d'aici adenant peccar, per 
tal que non cajas en major malautia. » Et en eis pas el fon 
sans & alegres. Pois annet s'en aqui on jacia li donna, e dis 
li: «0 tu, femena, 11 cobezeza de tos ollz t'a deceupuda; 

105 car tu laissavas ton marit e mesclavas te ab autres. » E pois 
acomenset a pregar, e dis; « tu, Seinner Jesu Christ, eu 
prec la toa gran misericordia que tu m'aujas e voillas que, 
si aquist femena a cor ni voluntat de toruar el peccat, qued a 
fah sa en reire, ja non sia sanada ni guarida; car, Seinner, 

110 per lo gran poder tieu conoisses las causas que son ad avenir; 
e si ella se pot tener d'aquest peccat, qued ella sia sana e 
salva. » Domenz que Tapostolz dizia aizo, ella fon sanada de 
sa malautia, E va penre sainz Andreus de pan. e frais lo, e 
donet Ten a manjar el nom de Deu. Ella receup lo, &. lendet 

115 gracias, e crezet en nostre Seinnor ab tôt son alberc. E d'aqui 
enant ella ni sos maritz non torneron el peccat. Pois Gratis 
trames per SOS sers (pois) granz dons a Tapostol. Et el mezeis 
e sa moiller anneron la, e geteron se a sos pes e pregavan li 
que preses aquel aver. Respondet sainz Andreus, e dis: « Eu 

120 non dei mingua recebre aizo ; car non o dei far ; mas major- 
ment aperten a vos qued o doues alz paupres. [31 v°] Et anc 
ren non vole penre de zo que li aportavan. 

Pois annet s'en sainz Andreus a la ciutat de Nicea, on 
estavan set diabol en un cementeri, entre los sépulcres del[z] 

125 homes mortz ; et era aquest cementeris de josta una via peron 
hompassava. E can venia entorn mehg jorn, celz que passa- 
van per aqui lapidavan, &. aucizian en ganres. Can saupron 
en la ciutat que sainz Andreus i venia, totz le pôbolz eissi li 
encontra ab ramps d'olivers, lauzant nostre Seinnor e di- 

130 zent: « tu, hom de Deu, tota nostra esperansa e nostra 
salutz es en la toa man. » Et esposeron li tôt l'afarper orden, 
aici con li diabol o fazian. Can l'apostolz o auzi, «k el lur dis : 
« Si vos crezes en nostre Seinnor Jesu Christ, lo fil de Deu, 
e lo Saint Esperit en un Deu, vos seres desliure per la soa 

135 ajuda d'aquest engan que vos fan li diabol. » Eil acomenseron 
tuh a cridar et a dir : « Tôt cant tu nos predicaras, tôt crei- 
rem, (k obedirem alz tieus mandamenz, sol tan solament nos 



LEGENDES PIEUSES 309 

desliura d'aquesta persécution. « Ab aitan sainz Andreus ren- 
det gracias a Deu, per la fe qued avia atrobada en elz, e co- 
mandet alz diabolz que venguessan aqui davan tôt lo pobol, 140 
e vengron en serablansa de cans. Giret se deus elz Tapostolz, 
e dis : « Vec vos los diabolz que vos an fahg tanta contraria. 
E si vos crezes qued eu los pusca ostar de sobre vos, el nom 
del raeu seinnor Jesu Christ, manifestas o aici davan me. » 
Ab aitan acomensan tuhg essemps [32 r"] a cridar : « Nos cre- 145 
zem que Jésus Christ es ôlz de Deu, lo quai tu predicas. » 
Adonx comandet sainz Andreus alz diabolz, e dis lur. «Annatz 
en lux sex & non fructifiaolz, e jamais non vos appropies de 
nuil home, ni mal non lur fassas, ni jamais non venguas en lue 
on hom me [n]tauga lo nom de nostre Seinnor Jesu Christ, en- 150 
tro al jorn del juzizi, que recebres lo torment el fuc d'enfern 
e vostre guizardo !» E cant ac aizo dihg l'apostolz, li diabol 
acomenseron moût fort a rugir & evanuiron davan los oilz 
d'aquelz qued estavan aqui. Et aici li ciutaz fon desliura delz 
diabolz. E feron se trastut batejar a l'apostol. E pois establi 155 
lui* gleisa &. adordenet lur evesque, qued avia nom Celestum, 
moût sapi home e moût bon homen, e que lur esseinnet pois 
fizelment la doctrina de saint Andreu. 

Pois cant o ac adordenat, tornet s'en a la ciutat de Nico- 
media. E can fon a la porta de la ciutat, e vec vos qued hom 160 
nportava un mort sus en un lehg, e seguia lo moût granz 
pobolz, e SOS paire qued era tan veilz que non podia annar, 
e sufFria l'om de sa e de la enfre lur bratz, car a penas podia 
seguir lo cors. Sa maire era atressi d'aquesta eissa état, e 
seguia lo plorant e tirant sos cabeilz, e dizia : « Eu, mes- 165 
quina, per que ai tan visent qued eu veja sebelir lo meu fil ? 
Moût estaera meilz, qued el me vis sebelir. » Cumque hec et 
his similia [32 v"] deplorando cadaver vociférantes prosequeretur, 
ndfuit apostolus Dei, condolensqite lacrimis eorum ait. Dôme n s 
que li donna dizia aizo e seguia aprop celz queploravan, esde- 170 
venc que Tapostolz fon vengutz aqui & ac pietat, can los vi 
aici ploi'ar, e dis: «Baron, eu vos prec que vos me diguas que 
esdevenc ad aquest, per que sia mortz. » Can aquil qued eran 
aqui auziron aizo, agron granz meravillas, e li servent respon- 
deron, cil qued eran de Talberc, e disseron : « Domenz qued 175 
aquest se jacia soletz en un leg, vengron subtanamenz set 



310 LEGENDES PIEUSES 

can, e corregron li desobre & escoissenderon lo â: auciseron 
lo aici. » Cant sainz Arulreus o auzi, acomenset a sospirar, e 
levet SOS oilz al cel, e dis ab lagrimas : « Seinner Jesu Christ, 

180 eu sai qued aizo es l'agag d'aquelz diabolz qued eu ai decassat 
de la ciutat da N[i]cea'. Et eu prec te, Seinner Jesu Christ, 
que tu lo resuscites, que Fenemix de l'uman linnatge non s'ale- 
gre de la soa mort. » E pois dis al paire del mort : « Que me 
donaras, si eu te rendi ton fil ? » Respondet le paire, et dis: 

185 « Eu non ai nuilla ren tan cara con el, e si torna de mort a 
vida, lui te donarai, si tu o voles. » Vai l'apostolz & acomen- 
set apregar nostre Seinuor, e dis : « Senner Deus, eu te prec 
que torne Tarma d'aquest enfant el cors, que, can sera resus- 
citatz, aquistqued o veiran laisson la error de las ydolas e tor- 

190 non a te, e li soa résurrections sia fâcha salutz de totz los 
perillatz, que jamais non sian subjet a mort, mas per la toa 
voluntat pusca[n] atrobar vida diirabla. » Responderon tras- 
tugh : [33 r°] « Amen ! » Et cant agron respondut, tornet se 
deus lo mort, e dis : « El nom de Jesu Christ, te comant eu 

195 que levés sus ; & esta sobre tos pes. » Et en eis pas el levet 
sus, e totz le pobolz ac granz meravillas & acomenseront tras- 
tugh a cridar & a dire : « Granz es Jesu Christz Deus, lo quai 
predica le sens sers Andreus.» Le paire e li maire doneron a 
Fefan moût granz dons, a lur fil, qued aportes a Tapostol ; mas 

200 el non vole nuilla ren penre. Mas a l'enfant coraandet que lo 
seguis (S: annes ab el entre a Alacedonia; <k esseinnet lo <^ 
estruis lo de la fen de Jesu Christ, 

Moc se d'aqui sainz Andreus & intret en una nau, e vole 
annar en Bizanti. E li mars, can fon enpelevat, acomenset se 

205 a moure, e levet se moût granz venz, e li naus acomensava a 
plumbiar tant fort que tugh dizian e cujavan esser mort. 
Sainz Andreus comandet alz venz que se calessan ; 6i en eis 
pas fo fâcha granz soavitatz, e li mars e li vent se caleron. 
Can foron escapat d'aquel péril, vengron a Bizanti. Pois par- 

210 tiron se d'aqui, e vengron en Tracia sainz Andreus ab sos 
compainnos. E domenz qued eil s'en annavan, & eil viron 
venir une gran compainna d'omes; & tengron lur espazas tra- 
chas e lur lansas en lur mas, <^ vengron vers saint Andreu & 

' Ms. dancea. 



LEGENDES PIEUSES 311 

vers Inr compainnos, perelz ad aucire. Sainz Andreus, can los 
vi venir de loin aici ves se & vers sos compainnos, fez signe 215 
de cros encontra elz, e dis : « Eu te prec, Seinner, que le dia- 
bolz lur paire, que lur fa far aizo, [33 v"] sia destruhg e caja.» 
E cant ac dihg aizo, l'angelz de nostre Seinuor passet per 
aqui ab gran resplandor, e toquet totz lur glazis à. ab aitant 
cazegron tuhg en terra. Passet per elz l'apostolz ab totz los 220 
seus, & anc nengus motz non li sonet, ni agron poder que li 
fezessan mal, car tuhg getavan por lur glazis & annavan lo 
adorar. 

En la ciutat de Tliesalonica era uns jovenshom moût rix e 
de gran paratge, qued avia nom Exosus. Aquest venc moût 225 
ceiadament a l'apostol, qued anc non o saupron sei parent, 
e getet se a sos pes, e pregava lo e dizia li :« Eu te prec, sers 
de Deu, que tu me monstres la via de veritat; car eu conosc 
ben e sai que tu es verais ministre de celui que t'a trames. » 
L'apostolz prediquet li nostre Seinnor Jesu Christ; crezet le 230 
jovens hom &acomenset ad annarab lo saint apostol, & anc 
non li membret de sos parens, ni anc de ren qued el agues 
non ac cura. Anneron lo querentsei parent, e troberon lo en 
la ciutat de Philippis, qued estava ab l'apostol, & vengron & 
aporteron li gran aver, e pregavan li que se partis de l'apos- 235 
toi. Mas el non o volia far, e dizia: « Per lo meu grat vos 
non aurias nenguna d'aquestas riquezas, per tal que cono- 
guesses lo fazedor del mont, qued es verais Deus, que vos 
poguesses sostraire las vostras armas de dampnation.» 
L'apostolz descendet foras ad els, & predicava lur la paraula 240 
de Deu. Mas eil non la volian auzir.-Can l'apostolz o vi, intret 
s'en intre & ciaus la porta. Eil cant o viron, feron acam-[34 
r°]-par aqui denant l'estar moût gran gent, e volgron lo cre- 
mar, e saint Andreu e lo mancip qued era intre ; & dizian : 
(( Moiia aquest tracher enfas, qued ha laisat e desamparat 245 
sos parenz e sa terra ! » Van penre faillas e pailla e leinna, e 
metou fuc entorn l'estar; e volgron cremar tôt cant i ac. Can 
l'enfans qued era laintre ab saint Andreu o vi, va penre una 
botriga plena d'aigua, e dis : « Seinner Jesu Christ, en cui 
ma son totas las naturas delz elemenz, le qualz fas reverdir 250 
las seccas causas, e pois las vfîrz fas seccar, lo fuc fas refre- 
zir, e cant es esteinz lo fas avivar, tu fa esteinner aquest 



312 LEGENDES PIEUSES 

fuc, per tal que cil que son tieu non s'entebeziscan, anz 

sian mais enbrasat en la toa fen.» E cant ac dih aizo, escam- 

255 pet l'aiga de l'ampolla sobre lo fuc, & en eis pas lo fon aici 

amoi'sat, con si fuc non i agues agut. Can li parent de l'enfant 

o viron, dizian : « Vec vos que nostre filz es ja fah encan- 

taire! » E van penre escalas e volian pujar sus el soler, per 

tal que l'aucizessan ab glazi. Dominus autem. excecavit eos, ne 

260 vidèrent ascensum scalarum . Mas nostre Seinner essequet lui- 

oilz, que non podian vezer pujar per las escalas. E doraenz 

qued eil estavan en aquesta error, uns d'aquelz qued eran 

aqui, qued avia nom Lis[i]machus, acomenset a dir : « Baron, 

per que vos trabaillas de badas? Car nostre Seiuner se combat 

265 per aques & vos non o conoisses. Laissa[s] vos d'aquesta fol- 

lia, que li ira del cel non vos vengua desobre. » Cant aquest 

[34 v°] ac dih aizo, trastuh aquil, qued eran aqui, acomenseron 

moût fort a plorar & dizian : « Verais es aquest Dieus qued 

aquist colon, cui nos cujavara persegre. » E domenz qued eil 

270 dizian aizo, vec vos subtanaraenz que venc una granz lutz 

de sus del cel, car adonx eraja nohg, <k li oil de totz aquelz 

foron enluminât. E pujeron sus el soler on era Tapostolz de 

Christ, e troberon lo orant, e van se tuh getar aqui el sol, & 

acomenseron a cridar & a dire : « Seinner, nos te pregnam 

275 que tu ores per los tiens sers, que siam envolopat en error. » 

Tan gran compunction avian tuh qued aquel Lisimachus dizia: 

« Verament Jesu Christ es filz de Deu, lo quai predica le seus 

sers Andreus. » Adonx va Tapostolz e dreisset los, e foron aqui 

eis ferm en fen, mas solament li parent de l'enfant que non 

280 crezeron. Mas menasserou moût fort l'enfant e torneron s'en 

en lur terra. Cant venc aprop cincanta jornz, sos paire e sa 

maire de l'enfant moriron amdui ensemps, en un moment & 

en una hora. Et aprop aizo, car li home de la ciutat amavan 

l'enfant, le seinner de la ciutat desamparet li e li autrejet 

285 tôt quan sos paire ni sa maire avian ni tenian, e l'enfans receup 

0, e non desamparet mingua l'apostol; mas tôt cant aisia 

de la honor, tôt o donava alz paupres, e tôt o despendia en 

la nécessitât de las vezoas e delz orfes. Le mancips preguava 

l'apostol que lo menés ab se en Thesalonica E can foron 

290 aqui, feron acampar lo pobol. Le pobolz, can vezia l'enfant, 

avia [35 r"] moût gran gauh. E can foron tuhg acarapat al 



LEGENDES PIEUSES 313 

théâtre, l'enfans predicava la paraula deDeu, e l'apostolz non 
volia raotz sonnar, per tal que tuhg aguessan meravillas de 
la savieza de l'enfant. Acomenseron trastuh a cridar & a 
dire: « Seinner, salva lo fil d'un prohome d'esta vlla, qued ha 295 
nom Carprian, car fort es malautz, e nos creirem trastuh en 
aquest Jesu Christ cui tu predicas. » Respondet lur l'apos- 
tolz e dis : « Nailla res non es que Deus non pusoa far. Mas 
per tal que vos crezas, aduzes lo denant nos, à. nostre Sein- 
ner Jesu Christ sanara lo. » Can le paire de l'enfant auzi 300 
aizo, annet s'en a sa maison, e dis a l'enfant, zon fil : « Car 
filz Adimant, encoi seras guaritz. » Respondet l'enfas e dis: 
« Ara sai euben verament que mos sonapnes es vers. Car eu 
avia somniat qued uns hom me guaria de ma raalautia. » E 
cant ac dih aizo, vestic se tost, e levet del leg & annet s'en .305 
tost e de cors ab son paire al theathre. Et aqui eis, can fon 
aqui, va se getar alz pes de Tapostol, e pregava lo fort que 
li rendes sanitat. Et en eis pas l'apostolz mes H la raan deso- 
bre, et fon sanatz. Le pobolz, totz aquel qued eraaqui, agron 
granz meravillas, car el avia estât vint e très anz malautz, cV 310 
glorifiavan Deu e dizian car non era Deus aitalz con le Deus 
que predicava sainz Andreus. Ab aitant uns d'aquelz autres 
homes, qued eran aqui, acomenset a preguar l'apostol, <!s: 
dizia: « tu, hom de Deu, eu te prec que tu sanes lo meu 
fil, car' le diabolz lo trabailla malaraent. » Le diabolz, cant 315 
conoc qued eissir de-[35 v°J-via del cors de l'enfant, menet 
lo en un secret lue, e fez lo pendre en un latz, e fez lo morir 
aqui. Venc lo paire de l'enfant e trobet lo mort, e can vi qued 
aici s'era mortz, acomenset moût fort a plorar, e dis a so^ 
amix : '( Portaz lo cors de mon fil qued aici es mortz. Eu me 320 
fiz en Deu qued aquel hostes, que predica Jesu Christ, lo resus- 
citara. » Can l'agron aportat, pauseron lo denant l'apostol, e 
comteron li tôt de quai manera le diabolz l'avia mort. « p]t eu 
crez ben, zo diz le paire de l'enfant, o tu, hom de Deu, que tu 
lo me puscas rendre. » Tornet se l'apostolz ileus lo pobol, e .325 
dis: « vos, baro de Thesalonica, qualz profehg vos er, si 
vos vezes aquesta meravilla d'aquest, que sia resuscitatz, e 
non crezes en Jesu Christ? » Respondet totz le pobolz, e dis: 
« Hom de Deu, non aias doptansa, que, cant auras aquest 
resuscitat, nos creirem tugh a toa paraula. » Cant agron aizo 3.30 



314 LEGENDES PIEUSES 

dih, dis Tapostolz : « El nom de Jesu Christ, lo meu Seinnor, 
te cornant eu, enfans, que tu leus sus.» Et en eis pas levet sus 
l'enfans. Can le pobolz o vi, acomenset a cridar & a dir : « Hom 
de Deu, ben devem oimais creire tuh lo Deu que tu predicas. » 

335 E van lo penre ab faillas & ab lucernas, e meneron en l'apos- 
tol a son alberc, per zo car nohg era ja venguda. 

Can venc lo matin, eil torneron tuh ad el, & en aquel alberc 
el los entroduis per très jornz de la paraula de Deu. Aqui 
venc ad el uns pros hom, qued era d'una vila, qued avia nom 

340 Philippis, & avia nom Médias, le qualz avia un fil que jacia en 
moût gran malautia; & dis a l'apostol: « Otu, hom de Deu, eu 
te prec que [36 r"] tu sanes mon fil : car totz es desfahg de 
son cors e de sos menbres. » E domenz qued el li dizia aizo, 
el plorava mot fort. Le sainz apostolz terzia las gautas, e te- 

345 nia li la raan sus el cap, e dizia: a Filz, conforta te e crezas, 
e sera adimplida li toa voluntatz. » Et ab aitant va lo penre 
per la man, & annet s'en ab el en sa vila. E domenz qued eil 
s'en intravan per los portalz de la ciutat, e lo lur venc encon- 
tra uns pros hom vieilz, & acomenset a pregar saint Andreu 

350 per dos filz sens, lo[s] qualz ténia près en sa carcer aquest 
Médias, senz tota colpa, & eran tuhg plen de nafi'ras, las 
qualz per la longa preison lur eran poiridas, Can l'apostolz 
auzi aizo, tornet se deus Médias, e dis li : « tu hom, aujas 
zo qued eu te dirai. Tu pregas que tos filz sia sanaz, e tu te- 

355 nés homes en ta preison, de qualz lur carnz son poiridas. E 
per aizo, si tu volz que las toas pregueiras sia[n] profechaolz 
a Deu, largua primerament aques mesquis de ta preison, que 
le tiens filz sia largatz de sa malautia. Car eu vei encobolament 
a las mias pregueras, zo es aquist maleza que tu fas.» Adonx 

360 Médias cadec a sos pes & baisava los li, & dis: « Aquil dui, 
seinner, sian desliure, & autre set que lai n'a, de que tu non 
sas ren ni as auzit, sol le meus filz sia sanatz. » E comandet 
sainz Andreus qued hom li aduises los près denant. E can fo- 
ron denant el, pauset lur sa man desobre, e lavet lur las naf- 

365 fras, & en eis pas foron sanat e guarit. Can venc Tendeman, 
annet s'en aqui on jacia l'enfas, e dis li : « Leva sus el nom 
de [36v°] nostre Seinnor Jesu Christ, que m'a trames aici, 
qued eu sane la toa enfermetat. » E va lo penre l'apostolz per 
la ma, e levet lo sus. Et en eis pas el fon sanatz e guaritz, &. 



LÉGENbES PIEUSES 315 

acomenset ad annar, lauzanz Deu. Aquel mancips eraappellatz 370 
Philionedis & avia estât malautz vint e dos anz. Adonx totz 
le pobolz acomenset cominalmenz a cridar & a dire : « tu 
Andreu, sers de Deu, vai per nostras maisons 6: sana nostras 
enfermetatz. » Respondet l'apostolz, e dis a l'efant cui avia 
sanat: « Vai per las maisons delz malautz, et el nom de Jesu 375 
Christ, per cui tu es sanaz, e digas lur que levon sus san 6: 
salv. » Le pobolz, cant auzi aizo, ac granz meravillas; e le 
mancips annet per las maisos delz malautz, et el nom de Je- 
su Christ sanava los. Trastoz le pobolz crezet, & aportavan 
granz dos a l'apostol, & el non los volia penre, anz lur pre- 380 
gava qued auzissan la paraula de Deu, & fasia lur sermo. 

E domenz qued el predicava, venc li denant uns rix hom de 
la vila, qued havia nom Nicholau, & aduis una carreta sobre 
daurada, abqu[a]tre muls blanx &: ab quatre cavalz atressi totz 
blanx; &:disa Tapostol: « tu, sers de Deu, pren aizo, car en 385 
tôt Tafar qued eu ai, non pois trobar ren plus precios nimeil- 
lor d'aizo ; sol tan solament me sana ma filla, qued es moût 
malauta. » Can l'apostolz o auzi, acomenset a somrire, e dis : 
«0 tu, Micholau, eurecebi los tiens dos, mas non mingaaques 
que tu m'as aportatz aici. Mas tu aici con as aportat per tan 390 
filla la plus [37 r°] cara causa qued avias en ton alberc, aici 
deves donar moût plus preciosa causa per l'arma. Eu voil de te 
aver que tu conoscas de tôt ton coratge lo Deu que t'a fahg, 
e ton creator, le qualz non vol las terrenalz causas, mas las 
celestialz, e raespresa aquesta vida défaillent, per Tautra que 395 
ja non faillira. » F^ois amonestet a tôt lo pobol cuminalment 
que laissessan laerrorde lasydolas,e crezessan el verai Deu. 
R va penre la Alla de Micholau, e sanet la de sa malautia. E 
totz le pobolz acomenset alauzar Deu; e li famade las vertu tz 
que fazia l'apostolz annet per tota la terra de Macedonia. 4lmi 

Cant venc l'endema, qued el parlava al pobol, e lo li venc 
denant us joves hom, & acomenset a cridar (S: a dire : « tu, 
Andreu, sers de Deu, que t'avem forfah, per que tu nos vens 
getar de nostres propris setges?» Adonx l'apostolz respondet 
al mancip, e dis : « tu, diabolz, enemix de l'uma linnatge, 405 
que parlas el cors del joven home, digas me qualz es li toa 
obra. » Respondet le diabolz inz el cors del joven home : oEu, 
dis el, ai estât el cors d'aquest joven home, des que era paux 



316 LEGENDES PIEUSES 

enfans, & pensava me que jamais non m'avengues a partir 

410 d'el. Mas can venc oi a très jornz, & eu auzi dir al paire 
d'aquest: « Annarai m'en a Tome de Deu, e sanara mon fil. » 
Eu, cant o auzi, tims los tormenz que vos autri, apostol, nos 
lais ; soi vengutz aici, per tal qued eu esca del cors aici denant 
te.» Etaqui eis lejoves hom cadec alz pes de l'apostol, [37 v°] 

415 e le diabolz eissi li del cors; e fon sanatz, e levet sus e glo- 
rifiava nostre Seinnor. Tan gran gracia avia nostre Seinner 
donnât a l'apostol, que tuh venian adel per auzir la paraula 
de Deu, e dizian : « tu, hom de Deu, fai nos connoiser 
qualz es le verais Deus, en cui nom tu curas los malautz. » 

420 E venian li sapi d'aquella lei, e desputavan ab el, & non 
podian constrastar a la soa doctrina. E domens qued eil des- 
putavan ab l'apostol, levet se us d'elz, et venc al jutge de la 
vila e dis li (aquest avia nom Viri) : « Seinner, uns hom s'es 
levatz moût malz en aquesta ciutat de Tessalon[ic]a, le qualz 

425 predica qued hom destruia los temples delz deus, & comanda 
a laissar los sacrifizis & totz los mandamenz de nostra lei. Un 
Deu comanda solament a colre, del quai el dis e manifesta 
qued es hom e sers. » Can le jiitges auzi aizo, trames la ca- 
valiers ab cavalz, & ab garnimenz, que lo li aduisessan 

430 denant. E can foron a la porta de la maiso, demanderon si 
era laintre e dis lur hom qued hoc, & intreron s'en; (ic can 
viron saint Andreu, viron que sa cara getettan gran resplan- 
dor, que de paor cazegron tuh a sos pes. E can foron cazuh, 
l'apostolz acoraenset a comtar a toz aicelz qued eran aqni, 

435 de quai manera era fah encrezent d'el al jutge. E venc totz le 
pobolz ab glazis, e volian toz' los cavaliers aucire, mas l'a- 
postolz non o laisset far. Ab aitant li cavalier torneron s'en. 
Le jutges, cant vi que non aduzian l'apostol, frémi totz aici 
con leos, [38 r"] e trames la autres vint cavaliers. E cant foron 

440 laintre en la maison, e viron saint Andreu, foron tan torbat 
qued banc re non saupron dir ni pogron, e torneron s'en. 

Le jutges, cant o auzi, fon moût iratz, e trames la una gran 
compainna de cavaliers, que per plana forsa l'aduissessan. 
Quan sainz Andreus los vi, acomenset lur a dir: « Non est 

1 Ou tos ? La dernière lettre est indistincte et surchargée. On pnraît avoir 
fait un 2 d'un s. 



LEGENDES PIEUSES 317 

donx vos autri vengut per me? » Responderon eil : <( Per te 445 
em nos vengut, si tu es encantaire que predicas qued hom non 
cola los deus. » Adonx dis sanz Andreus : « Eu non soi en- 
cantaire, anz soi apostolz del meu Seiunor Jesu Crist, cui 
predico. » E domenz qued el dizia aizo, e le diabolz intret el 
cors ad un d'aquelz cavaliers, &. perdet lo sen, & trais s'espaza 450 
& acomenset a cridar et a dire : « O tu, jutges, que t'avem 
forfahg, que m'as trames ad aquest home, que solament non 
me pot getar d'aquest vaisel, anz me art tôt e me crema per 
las vertuz qued en el son. Per mon grat tu mezeis sai venrias, 
e ja nuil mal non li farias. » E cant ac aizo dih, le diabolz 455 
eissi del cors del cavalier, e le cavaliers cadec, e fon mortz. 
Ab aitan venc le jutges moût iratz, et estet denant l'apostol &. 
anc vezer non lo poc. Adonx dis li l'apostolz: « tu jutges, 
eu son aquel que tu queres. » Et en eis pas li sei oil del jutge 
foron ubert, e vi l'apostol, e dis li moût ergoillosament : 4GÛ 
« Qualz es aquest tieus forsenz, qued aici mespresas mon 
mandament, e de mos raenistres fas aizo que te volz? Eu sai 
ben verament & entent que tu es malz hom & encantaire; 
[38 V"] & eu farai te manjar a bestias salvatgas, perlo mespresa- 
raent que tu fas de nos e de nostres deus ; e veiras si aquel 465 
deus que tu predicas, que fon crucifiatz, te poira desliurar de 
la nostra man. » Respondet l'apostolz e dis: « jutges, lo 
coven que tu crezas lo verai Deu, &. lo seu fil Jesu Christ, que 
m'a trames ; car tu vezes prezent aici un de tos cavaliers 
mort, & eu el seu nom resuscitarai lo.» Et ab aitant l'apostolz 470 
getet se ad oration; & cant ac fâcha sa oration, toquet lo ca- 
valier e dis : a Leva sus ! Nostre Seinner Jesu Christ te res- 
suscite, lo quai eu prediijue. « Ab aitan totz le pobolz aco- 
menset a rendre gracias a Deu, e le jutges acomenset a dire : 
« vos, pobol, non vuUas creire l'encantador. » Respondet 475 
le pobolz, e dis : « Aizo non es encantamenz, anz es ben doc- 
trina sana e veraia. » Adonx dis le jutges: '( Aquest home 
farai devorar a malas bestias, e de vos autres escriurai a 
César que totz vos fassa aucir, car vos aves despresadas las 
soas leis. » Eil van tuh ensemps penre peiras e volian lo la- 480 
pidar e dizian : « Ara escriu a César que li Macedonenc an re- 
ceupuda la paraula de Deu <k mesprezan las jdolas <S: adoran 
lo verai Deu. » 



318 LEGENDES PIEUSES 

Adonx anriet s'en totz iratz le jutges, e parti se d'aqui. E 
cant venc lo matin, el fez mètre bestias salvatgas el teatre, 

485 e comandet qued hom aduisses saint Andreu. Van lo penre 
per los cabeilz li menistre, e tiravan lo, e li autre lo ferian 
detras ab bastos <k ab fustz ; éi. aici bâtent meseron lo en 
l'arena ; e pois laisseron li [39 r°] annar un porc cenglar, moût 
mal e moût borrible ; k annet tôt entorn très vegadas a 

490 saint Andreu ai ren plus non li nohc. Can le pobolz qued era 
aqui viron aizo, renderon gracias a Deu. Pois le jutges, can 
vi aizo, fez adurre un taur ; & aduiseron lo trenta home, & 
meseron lo en Tarena ab saint Andreu ; &. anc nol toquet; mas 
vai penre dos delz ministres, et escoicendet los totz, e mes 

495 los mortz ; pois cant o ac fahg, acomenset a mugir e cadec 
mortz. Et ab aitant acomenset a cridar toz le pobolz &. a dire : 
« Verais Deus es Jesu Christ. n E domenz qued eil eran en aizo, 
et eil viron descendre l'angel de nostre Seinnor del cel, que 
confortavaTapostol en l'arena. Le jutges, can viqued aquellas 

500 bestias non li avian tengut dan, fez adurre un laupart mot 
cruzel, e fez lo larguar a l'apostol. Le laupartz laissa estar 
l'apostol e sail sus al setge del jutge, e A^a penre son fil, & 
aucis lo. Tant avi[a] le diabolz encecat los oilz del jutge que 
sol son fil non plainnia, ni ren non dizia. Adonx giret se 

505 l'apostolz deus lo pobol e dis : « Ara podes tuhg conoisser 
que vos coles lo verai Deu, per la cui vertut totas aquestas 
bestias malas son vencudas e sobradas, lo quai Viririus, le jut- 
ges, non conois. E per zo que vos autri o crezas meilz,elnom 
de nostre Seinnor Jesu Christ, resuscitarai lo seu fil, lo quai 

510 eu predique, e per zo que li foUia del seu fol paire de l'enfant 
sia cofunduda. » Et ab aitant l'apostolz getet [39 \°] se ad 
oration. E cant ac orat, levet sus, et annet lo penre per la 
man, e resuscitet lo. Can le pobolz vi aizo, ag gran gauh, e 
lauzeron nostre Seinnor, e renderon li gracias, e feron se 

515 batejar a l'apostol. Le jutges cofundutz parti se d'aqui totz 
iratz, &. annet s'en. 

Ab aitant us joves hom, qued era aqui ab l'apostol, can vi 
aquestas meravillas que fazia, part se d'aqui ; &. annet o dir 
a sa maire, e pregava li qued annes veslo bon home. Ab aitan 

520 li donna levet sus éi annet s'en la on l'apostolz era ; e va se 
getar a ses pes, e pregava li que li monstres e li disses la 



LEGENDES PIEUSES 319 

paraula de Deu. E Fapostolz acomenset li a monstrar la fen 
de Jesu Christ; e can Tac gran pessa predicada, li donna 
acomenset li a pregar que, se le seus plazers era, qued annes 
ad un camp seu, on avia un trop gran serpent, que degas- 525 
tava tota aquella région. Annet s'en la l'apostolz. E can fon 
el camp, le serpenz acomenset a venir encontra a Tapostol, e 
portet lo cap moût aut, e siblet moût horriblament. De lon- 
geza avia cincanta cobdadas ; tant era granz qued aquil, 
qued eran aqui ab saint Andreu, agron tan gran paor, qued 530 
tuh se geteron a terra. Adonx l'apostolz dis al serpent : « Otu, 
bestia salvatga, clina lo cap qued has dreissat per destruire 
l'uman linnatge, & sias subjexalz sers de Deu, e moirasades!» 
Etaquieis le serpens getet un moût gran bram, e pois mes 
se entorn un gran rover, qued [40 r°] era aqui de prop, et 535 
liet se tôt entorn el, e getet un grand riu de vérin ab sanc 
mescle per la bocca, et cazec mortz. Pois l'apostolz tornet 
s'en, e venc a la maison de la donna, et atrobet que tenian 
aqui un enfan mort, le qualz era mortz per lo sufflament del 
serpent. E cant sainz Andreus vi plorar aici sos parenz de 540 
l'enfant, acomenset lur a dir: « Le nostre Deus, que vol que 
vos autri sias salv, m'a trames aici a vos, que crezas en el, 
Annas foras el camp, e trobares mort cellui qued ha mort 
vostre fil. » Eil responderon e disseron: « Ja non plainneriam 
la mort de nostre fil, si podiara vezer venjansa de l'enemic. » 545 
Anneron s'en per vezer si era en aici con l'apostolz o avia 
dih. E can foron foras, l'apostolz dis a la moiller del jutge : 
« Vai, e resuscita l'enfant.» Ella non doptet anc en ren, e 
venc al cors de l'enfant, e dis : « Vai sus, enfans, sans e salz, 
el nom de Jesu Christ. » Et en eis pas el levet sus. Ab aitant 550 
SOS paires et sa maire vengron ab gran gauh, car agron 
atrobat lo serpent mort ; e can foron a lur alberc, troberon 
lur enfant viu e san. E van se getar alz pes de l'apostol e ren- 
dian li montas gracias, e torneron se a la fen de Jesu Christ. 

Can venc la nohg, e sainz Andreus somniet un somne, e 555 
retrais lo l'endeman a sos discipolz, e dis : « Aujaz, fraire, lo 
pantais qued eu ai a nohg fah: So m'era vejaire qued eu vezia 
denan me un gran puhg, qued esta-[40 v°]-va sus entrenant 
moût aut & non avia nuilla causa terrenal de sobre se, mas 
tan solament resplandia per gran lutz, de guisa que toi lo mon 560 



320 LÉGENDES PIEUSES 

enluminava. Et ab aitan esteron denant me nostre dui fraire, 
Peire & Johanz, apostol, e sainz Johanz estendet sa man a 
saint Peire, e levet lo sus el som del pugh. Pois tornet se deus 
me, e pregava me qued eu m'en pujes après saint Peire, & 

565 acomenset me a dir : « Andreu, tu beuras ab aquel enap, que 
Peire a begut. » Et estendet sa man, e dis me : « Appropia te 
de me, & estent tas mas, & ajosta las a las menas, e lo tieu 
cap ajosta ab lo meu. » E fiz o e non fui tan granz con sainz 
Johanz. E pois dis me : « Volz conoisser ni saber que vol dir 

570 aquist figura, que tu vezes, o qui son eu que parle ab te? » 
Respondei eu, e dis que moût o volria conoisser. E dis me: 
« Eu soi li paraula de la cros, en la quai tu pendras breument, 
per lo nom de celui cui tu predicas. » E montas autras causas 
me dis, que non coven qued eu las diga aoras ; car can eu 

575 m'apropiarai de la mort, & ellas seran manifestas. E vos autri, 
fais ajostar totz aicelz qued an receupuda la paraula de Deu, 
& eu comandarai los a nostre Seinnor Jesu Christ, qued el los 
gart de tôt bautugament, e los conserve en la soa doctrina. 
Car eu transpassarai d'aquest segle & annarai ad aicella pro- 

580 messio, que m'a promes le reis del cel e de la terra, qued es 
filz de l'autisme Deu, ab lo Saint Esperit permanens in secula 
sempilerna. » 

Can li fraire e li discipol, qued eran [41 r°] aqui, auziron 
aizo, acomenseron moût fort a plorar, e batian lur fronz ab 

585 lur palmas, ab granz gemps & ab granz plors. Vengron tuh 
aquil que crezian, e, can foron tuh acampat, acomenset lur a dir 
sanz Andreus : « Fraire e serors, eu sai qued eu me partirai 
de vos. Mas eu me fiz el meu Seinnor, la cui paraula eu pre- 
dique, qued aquesta semensa, qued eu ai semenada en vos, 

590 non laisse arancar a l'euemic, zo es li conoissensa e li doctrina 
del meu Seinnor Jesu Christ. Vos autri, oras ades assidual- 
ment, & estas fort en fe, que nostre Seinner aranque la zizania 
mala & aici con bon froment e mont el vos deinne mètre el 
celestial graner. » Et aici sainz Andreus per cinc jornz es- 

595 seinnava lo pobol, el eonfermava el[z] comandamenz de Deu. 
Can venc a derrer, & el estendet sas mas a nostre Seinnor, e 
dis : « Seinner, eu te prec que tu gardes aquest pobol, cui 
as fah conoisser la toa salut, que l'enemix non lur pusca tener 
dan; mas aquellas causas, qued eu lur ai esseinnadas per lo 



LEGENDES PIEUSES 321 

tieu mandament, poscan tener complidament, senz tôt failli- GOO 
ment, in secula seculorum. » E cant ac dih aizo, tuh aquil 
qued eran aqui, responderon : « Ainent. » E pois près un pan 
e rendet gracias a nostre Seinnor, e frais lo, e comeneguet 
los totz, e dis : « Recebez la gracia que nostre Seinner Jésus 
Christ vos a donada per lo sen serv. » E pois baisava los totz, 605 
e comandava los a Deu. Et el auaet s'en en Tesalonica. E moût 
home de Mascedonia anueron s'en ah el, delz qualz [41 v"] 
foron doas naus plenas. Trastuhg querian qued hom per 
amor de Deu los laisses intrar en la nau, on era sanz Andreus, 
quar moût desiravan eon Tauzissan parlar, que li paraula de 610 
Deu non lur failles en mar ni en terra. 

Aqui eis, can foron intrat tuh en las naus, venc venz bons ; 
& enpeis los a la ciutat de Patras, de la quai era bailles Egeas. 
E can foron aribat aqui, eissiron de las naus, & intreron s'en 
en la ciutat. E sainz Andreus acomenset a predicarla parau- 615 
la de Deu ; e domenz quepredicava, venc li una femena, qued 
avia nom Ephidiraa, e getet se a sos pes, & acomenset li a 
dir : « tu, sainz hom, apostolz de Deu, li mia donna JVIaxi- 
milla es moût malauta de febre, e pregava te, si le tieus pla- 
zers era, que tu l'anessas vezer ; car eil désira moût auzir la 620 
toa doctrina e la toa paraula ; car le jutges sos maritzesta de. 
nant son leg, s'espaza tracha, qued, alo cant eil morra, el se 
cuja aucir. » Vai sainz Andreus à: annet s'en la; e venc al 
leg on jacia li donna, e vi son marit que l'estet denant, s'es- 
paza tracha, e dis li sainz Andreus : « Tu non te fassas mal ab 625 
aquel glazi, mas estoja lo en son lue ; car encar venra temps 
que tu lo trairas per nos.» Le jutges, cant auzi la paraula, es- 
tojet son glazi, e laisset lo venir entro al legh. Venc l'apos- 
tolz denant lo leg de la malauta, e fez sa oration, e pois va la 
penre per la man, et en eis pas ella acomenset a suzar, e li 630 
febres laisset la, e coraandet l'apostolz [42 r°] qued hom li do- 
ues a manjar. Vai le jutges e fez aportar a l'apostol cent 
marx d'argent ; mas el sol non los vole tocar ni esgardar. Ma- 
ximilla venia cadajorn al teatre, can sos maritz non i era, e 
trametia querre l'apostol & auzia ades volontiers la paraula 635 
de Deu. Le jutges non era en la ciutat de Patras, anz era an- 
naz en Macedonia , e li donna annava mot volontiers vers 
l'apostol, que, can sos maritz i era, non ausava venir en lue 

22 



322 LEGENDES PIEUSES 

qued el fos; car mot portava gran enemistat a l'apostol, per 

640 aizo quar anc, pois que sa moiller Maximilla ac auzit sa pré- 
dication, non se vole ajostar ab el. 

Domenz que sainz Andréas conversava en la vila, e predi- 
cava la paraula de Deu, Egeas,le jutges de laciutat de Patras, 
lo fez penre & adurre denant se, e dis li : « Tu es Andreus, 

G45 que destruis los temples delz deus & amonestas alz homes 
aquesta folla sexta per colre, li qualz es atrobada novellar- 
menz?» Respondet sainz Andreus, e dis: «Eu soi benaquelque 
predique la paraula de la veritat e nostre Seinnor Jesu Christ, 
e que li home se partan de la error de las ydolas, que son fa- 

650 chas per mas carnalz, e conoscan lo verai Deu, per lo quai 
totas causas son fâchas. » Egeas dis : « Aquestas paraulas, 
que tu dis, son follas e vanas. Car aquel Jésus, que fon cruci- 
fiatz, o dizia &. o esseinnava atressi. » Respondet sainz An- 
dreus, e dis : « El, qued era seinner de magestat, descendet 

655 per aizo del cel, qued el pre-[42 v°]-zes e receupes la forma de 
l'orne, le qualz era perdutz per la transgression qued avia 
fahg. De son grat vole sofrir mort, qued- el desliures de mort 
cellui qued avia fahg. » Adonx comandet le jutges qued hom 
lo meses en carcer, e dis que l'endeman lo faria aucire.E can 

660 fon enclaus en la carcer, venia le pobolz aqui déferas ad el, 
e parlava lur e dizia : « Eu soi apostolz del meu Seinnor Jesu 
Christ, que m'a trames a vos, sennor fraire, que vos, qued es 
pausat en tenebras &; en umbra de mort, per la paraula del 
meu Seinnor, sias tornat a lumnera ck a la via de veritat. 

665 D'aizo non me cessarai qued eu non vos diguacM amonesti vos, 
que vos partias del coutivament delz diabolz; c^ queres e de- 
mandas lo verai Deu, e persévéras el[s] sens mandamenz, que 
vos puscas esser hères de la soa gran promession. Et eu, 
seinnor fraire, die vos, e vos amonesti, que la vostra fen, 

670 qued aves pausada sobre lafondamenta del meu Seinnor Jesu 
Christ, que vos la fassas creiscer en esperansa & en lauz del 
meu Seinnor Jesu Christ. Eu non vos dirai, ni vos farai saber 
aquellas causas que a me esdevenran, per talque vos non sias 
irat. Car tôt aizo m'a pronies le meus Seinner Jesu Christz, 

675 aici con es escrih: Quia pro nomine iilius opovtetnosmulta pati. 
Car per lo seu nom conven que nos soffriam motz torraenz, 
que siam flagellât ô: aduh denan los reis e los comtes, e que 



LEGENDES PTEUSES 32 3 

liortem guarenti[a] d'el. Et qui peneveraverit iisque in finem, 
hic salons erit. E cel que perseve-[43 r'J-rai-a entro a la fin, 
cel sera salz. Per aizo ha obs qucd ores senz tota cessation, 680 
quar le diabolz que vos environa senz repaus, aici con leons, 
volria alcun de vos devorar, et vos autri captenez vos de 
guisa qued el jassa subjetz et apoderatz per vos autres. » 

Aquestas causas e montas autras hir monstret tota la nohg, 
E can venc lo ben matin, levet se Egeas le jutges &. annet se 685 
sezer en sa tribu[n]a*, k comandet qued hom li aduisses saint 
Andreu. Aduis l'om. E can fon denant el, acomenset li a dir : 
u Andreu, eu comandei qued hom te mezes eu carcer, qued 
eu conogues e saupes certanamenz alcuna causa de te. Eu ai 
auzit dir, mas non sai si se sia vers, qued a nohg tota noh as 690 
parlât à: amonestat a la gent tas vanas paraulas e tas foUas. » 
Sainz Andreus respondet : « Eu non me cessarai, ni me dei 
cessai' d'obrar zo que le meus Seinner m'a esseinnat ni cargat 
qued eu fassa, qued aquest pobolz sia getatz de la via d'error 
e sia tornatz a la vera conoissensa. » Le jutges dis : « Toi te 69o 
d'aquesta follia, & non veillas celz que ben vivon tornar 
atras ni mètre en error. » Sainz Andreus respondet : « Le 
meus Seinner Jesu Christ me carguet qued eu en totz senz 
prediques la soa paraula, e que non m'en cesses, e qued eu 
demonstres penitencia alz erranz. » Egeas dis : « Si tu non '700 
prometes que te partas d'aquesta follia <k d'aquesta avol doc- 
trina, eu comandarai qued hom te auciza. » Sainz Andreus 
respondet : « Eu soi appareillatz de recebre [43 v°] mort e 
totas maneras de tormenz, per lo meu Seinnor Jesu Christ, 
enanz qued eu me parta de la soa paraula a predicar. » Va le "'^^ 
jutges e comandet qued hom lo bâtes ab flagelz, e pois lo 
meses hom en cros. E comandet alz ministres qued hom li lies 
los pes e las mas en la cros, e qued hom non los li clavelles 
per tal que plus longament e mais poinnes en morir. 

E domenz que li carniflcer lo menavan per mètre en la cros, "10 
una gran compainna delz flzelz los seguia aprop, cridan e di- 
zent : « Le drechuriers hom, & l'amix de Deu, el bons maistre 
es menatz a mort ! » Sainz Andreus los amonestava, e lur dizia 
moutas bonas paraulas, entro que venc el lue on hom lo dévia 

* On peut lire aussi bien tribna que tnbua . 



324 LEGENDES PIEUSES 

715 mètre en croz. E can vi la ci^oz, d'aitan loin con la vi, acomen,- 
set a cridar&adire : « Deus te salv, croz, qued eras enohiada 
del lonc atent qued has fah de me. Certament sai que tu as 
gauh e t'alegras, car tu recebras lo discipol de celui que pen- 
det en te. Per qued eu totz alegres vauc vers te, quar eu 
720 conosc e sai lo tieu secret, ni per cal causa tu es ficada. Recep 
cellui cui tu desiras, car eu ai longament disirada la toa beu- 
tat. Eu conosc en te aquellas causas que le meus Seinner 
m'a promessas. tu, benezeita cros, per Deu recep mi himil 
& transpassa me al meu Seinnor Jesu Christ ! » E can l'apos- 
725 tolz acaizo dih, despoillet se, eliuret sos vestirs alz menistres. 
Et eil van lo penre, e lieron li los pes e las mas, aici con lur 
fou Gomandat a far, e penderon lo en la cros. [44 r°] Aqui era 
vengutz totz le pobolz per vezer, tant que ben eran entro a 
vint milia, entrelz qualz era Stratocleus, fraire d'Egeas lo 
730 jutge. Uberc sa bocca sainz Andreus etamonestava los tan fort 
qued aquil. que non crezian, tornavan a la vera fen de Jesu 
Ciirist. Tôt lo jorn e tota la nohg los amonestet, qued haiic 
nengus non fon las d'estar aqui. 

Can venc l'endeman, toz le pobolz vi la soa paciencia, e lo 
735 seu sen, e la gran forsa de sa pessa. Vengron tuli ensemps ad 
Egeas, lo jutge, et acomenseron li a dir : « tu, jutges, qualz 
es aquisttoa sentencia? Malamenz has*jutgat. Cruzel senten- 
tia as donada. Fellon son tuh li tieu juzizi. Cal mal avia fah 
aquest sainz honi ? Ni qued avia dih? Tota aquist ciutatz es 
740 torbada e tuh deuriam périr. tu, jutges, non veillas des- 
truire aquesta ciutat de César. Liura nos aquest drechurier 
home. Ren nos aquest saint home. Non veillas aucir aquest 
car home de Deu. Non voler destruire aquest bon home, 
ni aquest mansuet. Dos jornz ha estât penduz & ancar es 
745 vins, & non se cessa de parlar ni d'amonestar sanctas parau- 
las; & trastuh amem lo mais escoutar que manjar ni heure. 
Rent nos aquest saint home, que non periscam e puscam viure. 
Laissa annar aquest cast home, e tota li terra er en pas. 
Desliura aquest home sapi, e tota Achaia aura misericordia.» 
750 Egeas non volia auzir ni escoutar nuUa re que li dissessan. 
Cant eil o viron, mogron se tuh ensemps e volgron aucire lo 
jutge. Can lo jutges o [44 v°] vi,ac gran temensa que non Tau- 
cizessan, e levet se de sa cadera, 6l acomenset s'en ad annar 



LEGENDES PIEUSES 325 

la on era sainz Andreus en cros.Le pobolz, can lo viron raoure, 
agron gran gauh tuh, car se penseron qiied annes per des- 755 
liurar saint Andreu. Can fon vengutz en aquel lue on era 
sainz Andreus, & e! vi lo jutge, acomenset li a dir : « Qued 
es vengutz far, Egea? Es me vengutz desliurar? as penden- 
sas de zo que fas, e voles tornar a la fe de Jesu Crist? Non me 
digas ni me amonestes nuilla error, queja non t'en creiria. 760 
Car eu ren gracias al meu Deu & al meu Seinnor, car m'a 
liurat en las toas mas, que per la bona confession eu aia la 
perpétuai gloria e sia fah sos amix e sos conogutz. E tu non 
t'apropies de me, qued eu sia fah proprias del meu Seinnor 
toz temps mais, & en la soa gloria pusca habitar, e qued el 765 
me renda las promessions que m'a fâchas. » Le jutges, cant 
auzia aquestas paraulas, estava toz esbaiz, e non li podia ren 
dire, ni sabia. Toz le pobolz acomenset a crïdar : « Desliura lo 
saint home, el drechurer, el cast, & home de Deu. » Apro- 
piet se Egeas de la cros, e vole saint Andreu desliar. Can 770 
sainz Andreus, o vi, que desliurar lo volia, acomenset a dir: 
« Seinner Jesu Christ, non laisses lo tieu serv desliurar de 
la cros, que per lo tieu nom i es pendutz. Seinner, eu te prec 
que, eu qued acomenz a tocar alz tieus secretz, non me laisses 
tornar a la humana conversation. Seinner, eu que conosc la 775 
toa granneza per la croz, non voillas qued eu plus viva en 
aquest segle. Seinner Jesu Crist, maistre, cui eu am, e cui 
[45 r°] conosc, e cui tenc, e cui désire vezer, & en cui es tota 
ma esperansa, Seinner, recep mon esperit. » El hec dicens 
glorificans Dominum, et gaudens, et populo fiente, reddidit xpi- 730 
ritum.Et cant ac aizo dih, totz le pobolz plorava niout fort; et 
ab aquestas paraulas, glorifianz Deu, rendet Tesperit sanz 
Andreus a nostre Seinnor. 

Maximilla,li moiller d'Egeas, sancta femena e bona, vapenre 
lo cors de saint Andreu ab gran diligencia, et ois lo de rix 785 
oinnemenz, e sebeli lo en un moût bon lue. Le jutges en 
aquella eissa noh enrabiet, & uns diabolzintret li en son cors, 
e d'una auta torre deroquet s'en, e fon mortz. Can Strato- 
cleus, sos fraire, auzi qued aici era mortz Egeas, non vole 
ren tocharde sa substancia ni de ren qued agues,e dis : «Tôt 790 
cant m os fraire avia ni ténia, tôt sia en perdicion, aici con 
el es ! Eu ai pro, ab que le meus Seinner Jesu Christ me veilla 



3 26 LEGENDES PIEUSES 

ajudar, lo quai eu conosc c^ ai couogut per lo [seu] serv 
Andreu. » Le qualz es martirizatz un jorn enant la caleuda de 
795 dezembre, eu Acaia, en la ciutat de Patras, cant Egeas n'era 
bailles. Rengnante ' Domino noslro Jesu Christo, cui est honor 
et gloria in secula seculorum. Amen. 



XVIIII 

PASSIO SANCTI JACOBI APOSTOLI, FRATRl S 
JOHANNIS 

{Jacobu\s-, frater Johannis, apostoli et evangelisfe, [omnem] 
Judeam et Samariam visitabat. Ingrediens per sy[nagoga]s,secun- 
dum scri'pturas sanctas, ostendebat omnia que [a prophetis pre]- 
(lictaerant, in Domino Jesu Christo esse impteta 

5 [Sainz Jjaemes. fraii-e de saint Johan evangelista, an[nava 
per tota la] terra de Judea e de Samaria c^ intrava en [las 
sjnagjogas delz juzeus, e raonstrava, segon las [45 v°] escrip- 
turas, que zo quedavian dih las prophetas era complit en Jesu 
Christ. 

10 Esdevenc que domenz qued el predicava, uns encantaire, 
qued avia nom Ermogene, li trames un seu discipol, qued avia 
nom Philet. Aquest Philez raenet ab se ganre de phariseus, c^c 
affermava e dizia que Jesu Christz de Nazarethz non era ve- 
rament filz de Deu, del quai Jacraes dizia qued era discipolz. 

15 Sainz Jacmes desputava ab el e per Saint Esperit vencia totas 
las questions qued el li fazia, e per sancta escriptura falsava 
totz SOS argumenz e monstrava qued aquest era filz de Deu. 
Aquest Philetus, can vi que re non li valian sas questions, 
tornet s'en ad Hermogene, son maistre , e dis li: «Ben 

20 sapias, maistre, qued aquestz Jacmes, que diz & afferma qued 
apostolz e sers es de Jesu Christ de Nazaretz, non poira 
ja esser vencutz per home. Car el nom d'aquel Jesu li ai 

1 Sic. 

2 La leltre initiale de ce chapitre a été coupée. Il résulte de cette muti- 
lalion que les sept dernière^^ lignes du recto et du verso ont ciiacuoe perdu 
quelques lettres, celles-là au coinineucement, celles-ci à la fin. On a placé ici 
entre crochets les lettres qu'on a cru pouvoir suppléer. 



LEGENDES PIEUSES 3 27 

vistencaussar diabolz del cors delz homes ce li ai vist en- 
luminar cex, lebros li ai vist sanar. E cil neis que son mei 
amie m'an dih verament qued eil li an vist morz resuscitar. 25 
Et que voles qued eu vos digua mais? Totas las sanctas 
escripturas(sanctas) sap etenmemorialment, perlas[qualzde]- 
monstra que non es autre fil de Deu, ma[s aicel] que li juzeu 

crucifizeron. E non me te zo qued eu te dirai, e 

crezmon conse[lJ [ad] el e quer liperdon que si non o 30 

fas i jamais li toa artz encautaritz non 

... ni ren valer. E sapias ben qued e [u tornarai m'en] [46 r°] 
ad el e querrai li perdon e d'aici adenant serai sos discipolz. ;> 
CantHermogenus auziaizo, fon raout iratz e fez Phileton estar 
en un lue per encantament, de guisa qued hanc non se poc 35 
moure, e dizia li: « Ara veirem si le tiens Jacmes te poira des- 
liurar d'aquestz liamps. wAdonx Philetz diz ad unjoveii liome 
seu : « Vai o dir a Jacme, qued aici me fa estar Hermogenus. » 
Annet s'en la on era sanz Jacmes e comtet li de quai manera 
era près ni liatz Philetz. Can sainz Jacmes auzi, donet li al 40 
messatge un de sos vestirs e dis li : « Ara prenna aquest ves- 
tir e digua: Dominus Jésus CItristus erigit elizos et ipse solvit 
compeditos. Nostre Seinner Jesu Christz dreissa los abaisatz 
e deslia los liatz.» Annet s'en le messatges, et en eis pas que 
toquet Philet del drap, k. el fon soutz delz liamps del encan- 45 
tador, (k annet s'en de cors a saint Jacme (k. acomenset escar- 
nir losencantamenz d'aquel maistre seu Hermogene. Hermo- 
genus, can saup qued aici l'escarnia, fez venir per encanta- 
ment los diabolz e trames los a saint Jacme, e dis lur:((Annas 
& aduzes me Jacme e Philetum, lo meu discipol, e venjarai 50 
m'en, per tal que li mei discipol autre non me escarniscan 
airessi. » Anneron s'en li diabol la on era sainz Jacmes, e vo- 
lavan sus per l'aer, e dizian: « tu, Jacme, apostolz de Deu, 
aias merce de nos, car, davan que le nostres jornz sia ven- 
guz, nos cremam' tuh per granz flammas.» Respondet sainz 55 
Jacmes, e dis lur : « Per que es vengut aisai a me ? » Dis-[46 V]- 
seron li diabol: « Ermogenus nos a trames aisai a te, que te 
& Philet aduissessam ad el. Et en eis pas can fom aici, l'an- 
gelz de nostre Seinnor nos ha liatz ab cadenas de fuc et em 

1 Ms. cremem. 



3?8 LEGENDES PIEUSES 

60 moût fort tormentat. » Respondet lursainz Jacmes, e dis: 
« El nom del Paire e del Fil e del Saint Esperit, vos desliure 
Tangelz de nostre Seinnor, que puscas tornar ad Hermoge- 
num e senz naframent de son cors Fadugas aici denant me 
liât.» Ab atant torneron s'en li diabol ad Hermogenum, e 
65 lieron li las mas ab retz detras lo dos, & adduisseron lo a 
saint Jaeme, e dizian ad Hermogenum: « Tu nos bas trames 
aqui on em tormentat & cremat e degastat malament. » Ab 
aitan foron vengut denant saint Jacme. E can sainz Jacmes 
lo vi, acomenset a dir ad Hermogenum : « tu,hom folz, per 
70 que mantenes en paraula ni en razon l'enemic de Tuman lin- 
iiatge? Car en aici con tu pregues lo diabol qued el trameses 
sos angelz a me, per destruire e per aucire, aici los tenc eu 
près e liaz que non lur don poder qued eil estendan en te 
lur ira. » Li diabol cridavan ades e dizian :« Jacme, dona nos 
75 poder con puscam venjar en aquest los tieus tortz e lo crema- 
raentque nos a fah penre.» Respondet sainz Jacmes, e dis: 
(( Philetz,le seusdiscipolz, es aici; ad aquel, pois que comandat 
vos avia, per que non fais mal?» Responderon li diabol: 
« Nos non possumus nec formicam contingente que in cubicuîo tuo 
80 est. Nos non avem poder de tocar nuilla ren qued en ton 
poder sia, neis una formiga. » Adonx dis sainz Jacmes ad Phi- 
let: «Portai que tu e tuhli autri [47 r°]home del mont sapian 
e conoscan que li leis el comandamenz del meu seinnor Jesu 
Christ es qued hom renda ben per mal, tu. aici con elte liet, 
85 en aici lo deslia tu. Et aici con el te fez liar alz diabolz ai 
adurre a se, en aici lo desliura de la preison delz diabolz. » 
Vai emPhiletz e desliet lo. E cant Tac desliat, Hermogenus 
estet moût himilz e moût vergoinnos. Adonx li dis sainz Jac- 
mes : « Vai la on te plazera souz e desliures, car non es en la 
90 nostra disciplina que nengus hom mal gratseu seconvertisca.» 
Respondet Hermogenus: «Senner, euconoscben las iras del[z] 
diabolz ; e si tu non me donas quedhocom del tieu que port 
essemps ab me, eil me penran & auciran me per divers tor- 
menz eper diversas penas. » Adonx li dis sainz Jacmes : « Pren 
95 aquest baston qued eu port, & vai segurament la on te voiras 
ab aquest. » Vai penre Hermogenus lo baston de Tapostol <k. 
annet s'en a son alberc, e près totz sos libres k impli en ma- 
letas, o carguet en se e sos discipolz, et aportet los davan l'a- 



LEGENDES PIEUSES 3 29 

postol, & acomensetli a pregar que los cremessan. Respon- 
det sainz Jacmes e dis: « Per tal que le fums non fassamal 100 
a la gent, raetganre de peiras e de plurap intre en las maletas, 
e fai las getar intre en la mar. ))Fez o aici Hermogenus co l'a- 
postolz lui coraandet; e cant o ac fah, tornet a Tapostol e vai 
se getar a sos pes \ & acomenset lo a pregar et a dire: « 
tu, desliuraire & capdelaire de las armas, recep aquest pêne- 105 
dent, le qualz es agutz falz e desleialz entro aci! » Sainz 
Jacmes dis : « Si tu offris a nostre Seinnor vera [47 v°] pe- 
nitencia, el te tara vera perdonansa. » Respondet Hermoge- 
nus : « Si eu non oâris vera penitencia a nostre Seinnor, 
mos codis ni mos libres, en qued eran escrichas montas pre- 110 
sumptions, non agra eu getat en mar, ni ja non agra renegada 
las artz del enemic. » Adonx li dis Fapostolz: «Vai per las 
maisons de celz qued as convertiz, e torna los ad aquel sein- 
nor a cui los as toutz; e fai lur saber &. entendre qued aizo 
es verai,quelur avias dih qued era falz; et aizo es falz, que 115 
lur fazias entendre qued era verai. Las j^dolas que tu adora- 
vas et los devinamenz, que tu pensavas qued allas te respon- 
dessan, tôt o frain à o delis. Las peccunias qued bas de mala 
obra conquestadas, totas las despent en bonas obras; qued 
aici con es agutz filz de diabol, fazent sas obras, aici sias filz 12U 
de Deu, fazent las soas obras. Car el dona los sieus bens cada 
jorn a celz que non li son agradevol, & a celz que lo blasman 
dona, per la gran misericordia qued en el es, dona lur viure. 
Car domenz que tu eras malz escontra Deu, el, que te pogra 
delir en un moment & en una hora, fon bons escontra te, 125 
car anc non te vole delir ; & encar te sera plus bénignes, si 
te volz gequir que non sias encantaire, e li voles plazer per 
bonas obras. » De totas aquestas causas e de montas autras 
que l'apostolz li dis lo crezet Hermogenus, à. acomenset tan 
fort esser perfehg en la temor de Deu que nostre Seinner 130 
fazia pois moutas vertutz per el. 

Can li juzeu viron qued [48 r°] aquest encantador avia aici 
convertit, lo quai eil pessavan que ja non séria vencutz, 
e sos discipolz e toz sos amix, li quai solian venir a lur sjna- 
goga, qued aici los avia tornatz a la fe de Jesu Christ, foron 135 

I Ms. peis, \'i exponclué. 



330 LEGENDES PIEUSES 

moût irai, e porteron grau peccunia a dos rix homes de la 
terra, qued eran capdel de tota lerosolima, Lisias éc Theocri- 
tus, que fezessan penre saint Jacme. Preseron lo e meseron 
lo en carcer. Entre lo pobol se levet moût granz tensos, e 

140 disseron qued, enanz qued hom l'aucizes, lo deuriahom adurre 
(k auzir zo que deria, segon la lei. A.duz Fora; e can fon aqui 
en la plassa, li phariseu li acomenseron a dir : « Per que 
predicas aquel home Jesu, le qualz fon crucifiatz entre lairos? » 
Sainz Jacmes, repletz del Saint Esperit, respondet e dis : 

145 « Aujas, seinnor fraire, aici con es tuh del linnatge d'Abraham : 
Deus promes al nostre paire Habraham, qued en la soasemensa 
heretarian totas las genz. Abrahamps ac dos filz, Ismahel & 
Ysaac. Ysmahel ac de sa serventa Agar û: Ysaac ac de sa 
moiller Sarra. Ysmaelz e sa maire Agar foron getat de tôt lo 

150 pertenement d'Abram. E dis Deus ad Abraham qued en Ysaac 
séria appellada li soasemensa. Abraham nostre paire fon ap- 
pellatz amix de Deu, davan qued el receupes la circuncision, 
ni colgues lo saptes, ni saupes nuil establiment de la divina 
lei. Amie de Deu fon appellaz, non per la circuncision, mas 

155 crezet en Deu, c\i aizo fon Teretamenz que totas las genz [48 v"] 
feron en sa semensa. E pois qued Habrahams fon amix de 
Deu, car lo crezet, deu esser, per razon [enemix de Deu] cel 
que non lo crez. » Responderon li juzeu: « E qualz es aquel que 
non crez Deu?» Dis sainz Jacmes : « Cel que non crez qued 

160 en la soa semensa hereton totas las genz, e cel que non crez 
Mojsen, quediz: Suscilabit Dominusvobis prophetam magnum, 
ipsum audietis tanquam me per omnia quecumque precepsrit 
vobis. Deus suscitara entre vos autres una grau propheta ; 
d'aquel auzire[s] tôt cant vos dira, aici con farias me, e fares 

165 tôt can vos comandara. D'aquesta propheta dis Ysajas de quai 
manera venria: Ecce virgo in utero concipiet et parie t fîlium et 
vocabilur nomen ejus Hemanuhel, quod est rnterpretatum nobis- 
ciim Deus. Vec vos que li verges concebra en son ventre 6l 
enfantara un enfant, & le sens nomps sera appellatz Hemanuel, 

170 que es interpretaz que Deus es ab nos. E Jeretnias dis atressi: 
Fcce veniet redemptor tuus, Jherusalem, et hoc ejus signum erit : 
cecorum oculos aperiet, surdis reddet auditum et voce sua exci- 
tabit mortuos. tu Jherusalem, le tieus rezemeire venra, et 
aizo er le seus signes : el adubrira los oilz delz cex, e rendra 



LEGENDES PIKUSES. 331 

auziraent alz sortz, & ab sa paraula resuscitara los mortz. 175 
D'aquest adsignet Ezechiel, e dis o en aici : Veniet rex tuus. 
Si/on, humilù veaiet et restaurabit te. tu Sjon, le tieus reis 
venra himilz & restaurara te. Danielz dis atressi : Sicut filius 
hominis, ita veniet et ipse obtinebit principatus et potestates. Le 
filz de la vergen venra & tenra en son poder los princes e las ISO 
podestas. David dis atressi per la bocca del fil de Deu : Domi- 
nus dixit ad me: [49 r"] Filius meus es lu. Nostre Seinner dis 
a me : Tu es le meus filz. E li vos del paire dis del fil : Ipse 
invocabit me : pater meus es tu. El m'apellet, e dis me : Tu es 
le meus paire. Et ego primogenitum ponam illum excetsum pro 185 
regibus terre. Et eu pausarai mon primer engenrat davant 
totz los reis de la terra. E nostre Seinner dis a David : De 
fructu venir is tui ponam super sedem meam. Del fruc de ton 
ventre pausarai sobre ma cadera. Delasoa passion disEsayas : 
Sicut ovis ad occisionem duclus est, et cèlera. Aiei con fedasera 190 
menatz per aucire. Et David dis en la soa persona: Foderunt 
manus meas et pedes meos [et] dinumeraverunt omnia ossa mea. 
Eil han fos mas mas & mos pes c\: an nombratz totz mos os. 
Ipsi vero consideraverunt et conspexerunt me ; diviserunt sibi 
vestimenta mea, et super vestem. meam miserunt sortem. Eil se 195 
penseron entre lur;& esgarderon me, & entre lur partiron 
mos vestimenz, e sobre mon vestir meseron sort. Et en autre 
lue dis atressi David : « Dederunt in escam meam fel, et in siti 
mea potaverunt meaceto. Eil me doneron a manjarfel à a beure 
vin aigre. De la soa mort dis atressi : Caro mea requiescel in 200 
spe. Li mia carnz se repausara en esperansa. Quom'am non dere- 
linques animam meam in inferno, nec dabis sanctnm tuum videre 
corruptionem. Car tu non laissaras la mia arma en enfern, ni 
laissaras vezer al tieu sant corruption. Li vos del fil dis al 
paire : Exurgam ad hue et tecum sum. Eu m'en pujarai ancar 205 
a te, e serai ab te. Et en. autre lue : Propter miseriam inopum 
et gemituni [49 y°]pauperum nunc exurgam, dicit Dominus. Per 
lo caitiver delz sofrachos t^ per lo gemement delz paupres, 
eu me levarai, zo diz nostre Seinner. De la soa ascention dis 
li propheta : El s'en pujet en aut, &: escaitivet la caitivitat. 210 
Et per aqui mezeis dis : Ef^ ascendit super Chérubin et volavit. 

' Us. Es. 



33^2 ■ LÉGENDES PIEUSES 

Deus pujet sobre Chérubin & volet. Anna, li maire de Samu- 
hel, dis atressi : Dorninus ascendit celos et lonat. Nostre Sein- 
ner pujet sobre los celz & tonet. Aquestas causas e moutas 

215 autras son trobadas en la lei, que portan guarentia de la soa 
ascencion. E perzo car el sez a la dextra del seu paire aoras, 
diz David : Dixit Dorninus Domino meo : Sede a dextris mets. 
Nostre Seinner dis al meu Seinnor : Sez a la mia dextra. E 
venra jutgai' tôt lo segle perfuc; per que diz li autrapropheta : 

220 Deus tnanifes/e veniet, Deus noster, et non silebit. Deus venra 
manifestameiit, le nostre Deus venra, e non se quezara. /^nîs 
in conspeclu ejus exardescet, et in circuitu ejus tempestas valida. 
Davan lo seu esgardament cremara fux, &. tôt entorn el caira 
granz tempesta. Tôt aizo qued eu vos ai en aici dih es adim- 

225 plit en nostre Seinnor Jesu Christ, e zo que non es aiicar 
fah, zô er (er) ancar adimplit, aici con es prophetizat. Car li 
propheta Ysayas dis: Surgent mortuiet résurgent qui in monu- 
mentis sunt. Li mort levarant sus, à resuscitaran cil que son 
elz monumenz. En aquella résurrection, rendra a cada un 

230 son guizardon, aici con diz li Escriptura : Quia tu reddes 
unicuique secundum * 



[XX] 



[50 r"] fazemenz escomou lo deleh, e le deleh la frequentaciou. 
Aizo Sun doas cordas, scilicet transgressoria voluntas el transito- 
ria voluptas, ab las qualz cobezeza tira lo mesqui de peccador 

5 & enlassa. Deprecemur igitur Dominum ut nos ab istis funibus 
illaqueare non permittnt. Preguem nostre Sennor que per la 
soa pietat non nos gequa enlassar en aquestas cordas, ab las 
qualz nos fossem tjrat ad aquestas nossas & ad aquest conduh 
del enfernal espos, ubi erit flefus et stridor dentium. Mas el nos 

10 fassa intrar ab las vergenas sapias a las seuas nossas. Uùi erit 
gaudium sine fine in secula seculorum. Amen. 

1 Lacune de quatre feuillets. Voir l'iolroduction, p. 218. 



LEGENDES PIEUSES 333 

[XXI] 
SANCTI JOHA.NNIS EVANGELISTE 

In illo tempore igitur, cum sancti apostoli Domini et Salva- 
toris nostri Jesu Christi celerique discipuli ad pred'icandum 
verbum Dei per singulas quasque provincias orbis terre dirigun- 
tur. En aicel temps, quan nostre Senner trames sos apostolz 
per lo mont, per predicar la soa paraula, elegi saint Johan 5 
apostol & evangelista, fil de Zebedeu, fraire de saint Jacme, 
le qualz era vergens. Aquest amava mais nostre Senner delz 
autres discipolz, & Tadormi desobre son pegh, & aqui bec de 
la sancta font de l'avangeli de nostre Seinnor. Aquest sainz 
Johanz, domenz qued an-[50 v°J-nava predicant l'avangeli de 10 
nostre Seinnor [50 v°] Jesu Christ en la terra d'Asia, venc en 
una ciutat qued avia nom EfFesum ; ai aqui predicava la pa- 
raula de Deu. Venc a saber al seinnor de la vila e fez lo penre; 
e dizia li que crezes la lei de l'emperador e tolgues se de la 
prédication d'aquel Jesu Christ, qued el annava annunciant. 15 
Sainz Johanz respondet e dis:» Oporlet ohedire Deo niagis 
quam hominibus. Meilz es qued hom obedisca a Deu qued alz 
homes. Et eu, diz el, non reneguarai mon sennor Jesu Christ, 
ni me laissarai de la prédication, entre qued aia consummat 
lo cors qued eu ai acomensat. » Cant aquel balles de sa vila 20 
auzi aizo, fez escalfar una plena chaudera d'oli, &, domenz que 
buillia, fez lo gitar intre. El estet aici sans et salz, en l'oli, 
con si fons aigua en que se bainnes. Aquel bailles, quan vi 
aquesta meravilla, estet esperduz, e fez l'en getar san e salv, 
e voie lo far estar franc'; mas temps lo mandament de l'empe- 25 
rador e non vole annar contra la soa lei. Mas comandet qued 
hom lo menés en eisseil, en una isla qued era appellada Path- 
mos. En la quai el escrius Apoca-[51 r°]-lipsin, e quanl'aces- 
crih, trames lo a las set gleisas, qued avia bastit en Asia. 

Primerament i escrius aici con avia vist lo fll de la ver- 30 
gêna, sedent en sa cadera, & vint & quatre veils & quatre bes- 
tias qued estavan denan el. Aquellas quatre bestiassignifiavan 
las quatre evangelistas, e non vos direm l'estoriaminga aoras, 
car trop serian longas novas. Pois escrius los dotze milia 



334 LEGENDES PIEUSES 

35 tribps del[zj sers de Deu, qued eran entreseinna[t] elzfronz; e 
pois con li set angel canteroii cada us ab un corn, si que tem- 
pesta, e fox, e sanx en cadia en terra. Aqui vicon li tersapartz 
de la terra dévia cremar, e li tersa partz de la mar esdevenia 
sanx, e con li tersa partz de las estelas perdian lur clartat. 

40 Aqui vi e conoc de quai raanera eissia fums del pos d'enfern, 
& con le fumps engenravaligostas. Follas ligostas aviaen ai- 
talz; certe nichil aliud nisi rfemones ; nulla autra res non era 
mas diabol; & aquestas ligostas avian poder de nafrar totzcels 
que non eran seinnat del sanc de l'ainnel en lur fronz. Aizo 

45 deu tôt esdevenir & esdevenra a la fin del segle. 

Li libre qued vos avem dih desobre, era cada uns [51 y°\ 
claus de set sennalz; & en aquelz libres era escrih le caitivers, 
e li mortz, e li clamors delz aucis, e li fins del segle. Tôt aizo 
escrius sainz Johanz aici con o avia vist. Et escrius con sainz 

50 Miquelz se combatet ab lo serpent, zo es ab Lucifer*, le qualz 
era le plus autz angelz el plus belz de totz los autres, e con 
esdevenc aici fers c\: aici espautevolz, per Torguil que fez. Car 
can Deus Tac fali aici bel & aici precions, k. el se sentit tan 
autz e tan poderos, en la gloria, dis a se meis : « Ponam sedem 

55 mearn ad acjiiilonem et similis ero Altissimo. Eu pausarai ma 
cadera el plus aut lue del cel, e serai semblanz al Autisme. » 
Per aquesta paraula, aici con era plus belz, esdevenc lag (k 
horribles c^ dragos granz éc antix ; à: sanz Miquels getet lo del 
cela la terra. Tôt aizo escrius en son libre, e la figura de 

60 l'Antéchrist que venra a la fin del [segle], lo quai afiguraqued 
aura set caps del règne (k des corns de poder. Si eu aici con 
dih vos ai vos volia aplanar Testoria, non séria oi en aquest 
jorn dicha. Pois escris resdeviniment del juizi, e la mort de 
l'Antéchrist, el gran torment del diabol que sofrira en [52 r"] 

65 enfern, ab aquelz que per lur peccat seran sei parzoner, e con 
resuscitarem tuh, e pois con Deus fara cel nou & terra nova, 
e con nostre Senner fara lojutjaraent, e con se voira demons- 
trar aici con li juzeu lo meseron en la cros. Tôt aizo escris 
sainz Johanz en aquella ysla on estava eissillatz. 

70 Pois esdevenc que le consolatz de Roma aucis l'emperador 
de Roma, Domicia qued avia nom, le calz decassavatotz aicelz 

1 Ms. luti/'er. 



LEGENDES PIEUSES 335 

que predicavan lo nom de Jesu Christ. Car toUia lur drechu- 
ras al consolât, auciseron lo. E tuh li près qued el ténia nisei 
bâillon per lo mon foron desliure ; e li eissillat foron restaurât 
en lur pais. Sainz Johanz & tuh aquil qued eran ab el eissillat ~5 
en la isla de Pathmos s'en torneron en la ciutat d'EfFesum. 
En aquella ciutat pi'ediquet lo pobol ; e cant Tac tottornata 
la fen de Jesu Christ, li evesque qued el avia establit en Asia 
li pregueron qued escriuses \o< fah de Jesu Christ e que par- 
les esperitalment, car li autri evangeliste avian escrih los fah 80 
de Jesu Ciii^ist carnalment. Adonx sainz Johanz acomensetson 
avangeli, e dis : « In principio erat verbum. » Aizo fon l'aco- 
mensamenz [52 v°] de son avangeli. 

Aprop lonc temps, can sainz Johanz ac visent lonc temps, 
venc nostre Seinner' & dis li: « Veni,quia tempus est ut epuleris 85 
in conv/mo meo cum fratribus tuis. Ven en, car temps es oimais 
que tu manjes el meu conduh ab tos fraires. » Sainz Johanz, 
cant auzi la paraula, ac gran gauli. E can venc lo ditmenegue 
aprop, el fez ajostar tôt lo pobol de la ciutat d'Effesum a la 
gleiza, e predirjuet los, &. amonestet los, e diz lur que nostre 90 
Senner Tavia appellat, & qued el non podia plus estar en 
aquest segle. El cant ac dig aizo, totz le pobolz acomenset a 
plorar &. ac gran pietat del seu departiment; car en el avian 
tan bon paire c^ tan bon capdel de lur armas. Adonx sainz 
Johanz acomenset a pregar nostre Seinnor (k a dire : « Sen- 95 
nor, tu qui es solz salvaire, le qualz as conquestat aquest 
pobol per la gloriosa passion del teu fil, que perman en las 
toas obras, tu, Senner, lo capdella totas horas, el garda de 
totz malz, 6c voilla qued eil permainnan elz tiens mandamenz. 
Seinner, autz la mia preguera &. esdreisa aquest pobol teu. » 100 

Cant sainz Johanz ac aici prédicat e [53 r°] dih tôt aizo, fez 
se cumenegar, e puis cumeneguet tôt lo pobol ; e fez far sa 
sopoutura davan Tautar, e davan lo pobol colguetse intre totz 
vins, e fez se cobrir; et en eis pas li sopoutura fon plena de 
manna que fon cais farina, e moût granz claritaz resplandi 105 
laintre en la gleisa, de guisa qued anc nuilz hom non poc es- 
tar en pes. Et aici sainz Johanz transpasset d'aquest segle. 

Aizo es aquel sainz Johanz del quai nostre Senner avia dih 

' Ms. .s. 



336 LEGENDES PIEUSES 

a saint Peire. « Sic eum volo manere quoadusque veniam. Tu 
110 ver^o, sequere me. Eu voil qued aquest estia en carn entro qued 
eu lo vengua querre ; mas tu penras marture per me, aici con 
eu fiz per tu. » Ara preguem nostre sennor saint Johan, que 
per la soa merce & per la soa pietat, pregiie nostre Sennor 
qued el nos lais far en aquest segle aquellas obras per que 
115 puscam aver la soa gloria perpétuai. Quod ipse prestare digne- 
tur, qui vivit et régnât. 

XXII 

VITA SANCTI SILVESTRl, PAPE ET CONFESSORIS 

Silvesler igitur, nrbis Home episcopus, ciim essel infantulus, a 
vidua matre sua, Justina nondne, traditus est Cvino presbgtero. 
Cnjus [53 v"] et vitam immitatus et mores ad summum apicem 
Christiane religionis attigit. Factus juvenis (juvenis), hospitali- 
5 tatem tota animi diligentia exhibebat. Can sainz Seivestres, que 
fon apostolis de Roma, era enfans, sos paire mori, c^ sa maire 
remas, e comandet lo per esseinnar ad un bon home preveire, 
qued avia nom Cjrin. Aquest preire essennet lo & estruis lo 
debonas costumnas e de bona vida e de bons fahg. 

10 Esdevenc qued, en aquel temps que fon ja talz qued granz 
& avengutz fon, venc en aquella ciutat on el era uns bons hom, 
qued avia nom Timotieu; et era venguz de la terra d'outra 
mar, d'Antiocha, e predicava la fen de Jesu Christ. ?]n aquelz 
temps era granz persécutions delz messatges de Deu,que neis 

15 li evesque non los auzavan recebre en lur alberx. Sainz Sal- 
vestres nonlaisset, per nuilla paor ni per nuillatemensa, qued 
aquest non receupes en son alberc à. que la soa bona vida e la 
soa predicatio non lauzeze non manifestes al pobol. Aquest Ti- 
motheus prediquet en aquesta [54 r"] vila un an & très mes la 

20 fen e le veritat de nostre Sennor Jesu Christ, & converti moutz 
pobolz e montas genz. 

Venc a saber al veguier de la vila qued aquest Timotheus 
predicava e convertia aici las gens. Trames la messatges, e 
fez lo penre e mètre en carcer ; e fez lo tormentar à. destrein- 

25 ner, que se tolgues d'aquella prédication e se tornes a lur 
deus e sacrifizes a las ydolas. El, aici con fortz messatges de 



LEGENDES PIEUSES 337 

Deu, estef. ferms en fen, e per nuiltorment quedeilli fezessan 
non lo pogron moure dé la vera fen de Jesu Christ. Cant le 
bailles o vi, fez H taillai- sa testa. Cant venc la nogh, sainz 
Silvestre, ab totz los christians qued el i poc aver, lo 30 
portet a sa maison, e pois fez o saber a l'evesque Melchiadem, 
e preguet li querl i vengucs. L'evesques canto auzi, venc i ab 
toz SOS preveii'es & ab sos clergues, e sagret son martir. 
Pois preguet l'evesqne una bona femenn, una christiana qued 
avia non Therone, que li laisses lo cors, e sebeliria lo en son 35 
ortjuxta la sepultura de saint Paul. Cant li Christian qued 
eran aqui auziron aizo, plac [54 v°] mont a totz, & sebeliron 
aqui lo cors moût honestament; puis us cada uns tornet asou 
alberc. Tarquinius, aquest veguiers, coraandet e fez penre 
saint Silvestre, quar el sepensava qued el agues agut aver de 40 
saint Thimothieu, e fez lo venir davan se : « Si tu non me 
rendes l'aver d'aquest escumeneguat, cui tu albergavas, eu te 
farai tormentar moût aigrament. )> Sainz Salvestres dis li, e 
monstret 11 per mout[z] guarenz qued el non avia agut d'el 
dener niinezailla. Cant Tarquiniuso auzi, dizUque,si non lais- 45 
sava aquella fen christiana, e que [non] sacrifizes a lasydolas, 
qued el lo faria morir a greu mort. Sainz Salvestres respondet, 
e dis li : « Tu, mesqui, sapias lo que seras tormentatz en dura- 
ble torment, si non creses en nostre Sennor Jesu Christ. » 
Adonx fon iratz Tarquinius e fez lo mètre en carcer, e dis li : 50 
« A greus tormenz te farai ades morir. » Sainz Salvestres 
respondet, e dis : «Eu te parlarai per la sentencia de l'avan- 
geli : Stulte, bac nocte auferettir anima tua a te, ut tormenta, 
que c/trisfianis temporalia irrogai^ti, tu etevna recipias, et inter 
ipsa tormenta hune esse Beum, quem cliristiani colimus, reco- 55 
gnos-[bo v°]-cas . Fol, en aquesta noh te sera touta li toa 
arma, qued aquelz tormenz teraporalz' que tu fas alz christians, 
que tu lo[s] recepias lai durablament; e domenz que tu seras en 
aquelz tormens tu reconoisseras qued aquest es verais Deus 
lo quai nos autri Christian colem e crezem. Et adonx prova- qq 
ras e conoisseras qued aquest Thimotheus non es escumene- 
guatz, aici con tu l'apellas ; anz es martjr de Deu. » Ab aitan 
el fez liar saint Salvestre & mètre en la carcer; cV. el annet 

1 Ms. lempeials (p simplemenl barré). 

23 



338 LEGENDES PIEUSES 

manjar. E domenz qued el manjava, li venjansa de Deu fon 
65 manifestada. Car aici con sainz Salvestres li avia dih, uns os 
entransverset li en sa gola, le qualz par nuilla art de metge non 
li poc esser trah. Et estet deus aquella hora, éi sufferc moût 
gi'an dolor entre a la meja noh; et adonx, segon la sentencia 
de saint Salvestre, qued el li avia dih, transpasset del segle. 
70 E la primera hora del jorn, en la quai el avia menassat ad 
aucir saiut Salvestre, el fon portatz a la sopoutura e fon 
sebeliz. 

Adonx annet sainz Melchiadesl'evesques a la carcer, ab tofz 
los christians, & traisseron en saint Salvestre ab gran gauh 
75 cV ab gran [55 v°] lionor. Vengron denant el tuh aquii que 
per lo mandament de Tarquinii li avian fah mal, e geteron se 
a genoillos davan sos pes, o pregavan li que per la soa merce 
pregues nostre Sennor per elz, qued aitalz causa non lur 
esdevengues, quo era esdevengut a Tarquini. 
80 Sainz Salvestres, eau fou d'état de xxx^^ anz, Melchades 
Tevesfqjues en fez diaque. Toz los autres clergues passava de 
totas bonas costumnas. Pois non triguet guaire que fon ador- 
deuatz a preveire. Adonx li donet nostre Senner tan gran gra- 
cia, qued totz le pobolz can lo vezia n'avia gauh, e dizian tuh: 
85 « Aquest es sers de Deu. » F)'at aulem aspectu angelicus, ser- 
monc nitidus, opère sanctus, corpore integer, ingenio oplù/uis, 
consilio magnus, fide cathoUcus, spe pacientissimus, can'/ate dif- 
fufsjsus. Esgart avia d'angel, en paraula era resplandens, en 
obi'a era sainz, en cors era entiers, per engien era bons, en 
90 conseil era granz, en fez era catholicus, en esperansa sapis, 
en caritat larx. Mas car hoiii non pot dir totas las bonas 
costumas qued el avia eu se, digaaui en una partida. 

Esdevenc que sainz Melchiades Tevesques mori, e trans- 
passet d'aquest segle a nostre Sennor ' 

95 [5(5 r° ] la salut delz homes ; e per lo poder del seu nom, le 
diabolz, aquest diabolz, fos confondutz. 

Can venc lo terz jorn, Tapostolz sainz Peire apparec a 

saint Salvestre, e dis li : « Pren aquestz très preveires ab te, 

Theodoram & Dionisium &. Felicissimum &. aquest dos dia- 

100 ques, Honoratum c^: Romanum ; (k enanz que descendas al dra- 

1 Lacuue d'ua feuillet. Voir ci-dessus=, p. 213. 



LEGENDES PIEUSES 339 

gon, fa sacrifizi a Deu e canta raessa. E pois cant auras can- 
tat, peni'a[s] aquest cadenat, e venras laintre & atrobaras la 
luga on jatz le dragos; & ha i portas de coure, et en aquellas 
portas ha anelz. E cant i seras, clauras las portas, e passaras 
la cadeua per aquelz hanelz, e pois pestellaras la ab aquesta 105 
clau, e diras : « Aquestas portas non sian mais ubertas entro 
al jorn del juizi. » Pois pren la clau, e sotterra la aqui on te 
voiras. Levet sus l'apostolis, e fez o aici con sainz Peire 
lui ac dih en vezion. Le serpenz estet pois enclaus e totz temps 
mais la estera entro al jorn del juizi. Can venc a cap de l'an, 110 
li pagan agron prohat que le serpenz era vencuz e crezeron 
en nostre Seinnor Jesu Christ, e feron se batejar. 

En aquel temps Constantis Femperaire reinnava, e trames 
sos messatges per totas las terras que prezes hora los cristians, 
per tôt aqui on hom lostrobaria, e qued los fezes hom sacrifiar 115 
mal grat d'elz a las ydolas ; e comandet que cil que non volrian 
sacrifiar fossan tormentat; e fez n'aucir tanz per aquest co- 
mandamenz que non fon nombres ; e per aizo nostre Seinner 
feri lo de lebrosia. E per aizo sainz Salvestres escondet se ab 
totz los sieus sus [56 v°] en un pug, en una balma. 

D'ciquella lebrosia non poc garir l'eniperaire, per nuilla 120 
medicina que metges li fezes, ni per nuilla art d'encantador. 
Can venc tôt a derrier, li evesque d'aquest capitoli doneron 
li aital conseil que fezes far una piscina laintre el mehg del 
capitoli, e que fezes [aucire] tant d'efanz vergens que delsanc 
fos plena aquil piscina, e pois qued hom l'escalfes, e que se 125 
bainnes inz; c^ en eis pas séria sanatz e gueritz. Et ab aitan 
l'eniperaire fez penre totz los enfanz qued hom poc trobar que 
tetessan. Cant venc ad aquel jorn qued hom hac establit per 
aucir los enfanz e que Femperaire se dec bainnar el sanc, el 
s'en annava al palais, e domenz qued el s'ennanava, e lo li venc 130 
encontra una granz compainna de femenas ; &. ac n'i tant que 
non fon nombres; e vengron tiran lur pelz, &. escoissendent 
lur caras e lur [)ehg e tôt cant agron, e ploreron e crideron 
tan fort qued aco fon eissit de tota auzida. L'emperaire e tuh 
li rie home qued eran ab el, can viron aizo, agron grau fereza, 135 
& acomenset a. demandar l'emperaire qued era aizo. Dis li 
hora qued aco eran las maires delz enfanz qued hom dévia 
aucire, del cui sanc hom dévia implir la piscina. L'emperaire, 



340 LEGENDES PIEUSES 

140 cant o auzi, ac gran fereza e refuget, e dis que ja aquist 
fellonia non séria fâcha, e dis qued aitanz peccatz auria fali 
vers Deu, quanz enfanz auria mortz. Et aici li pietatz del 
emperador venquet la crueleza d'aqnelz evesques d'aquella 
lei. E Ciin fon al palais, appellet totz celz [blr°] qued eraii 

145 aqui, e dis lur: « Aujas me trastuli aici co es. Per que auciria 
eu los eiifanz que mal non me meron ni peccan de ma ma- 
lautia? Ni per que escaraparai lo sanc del non nozent pobol 
per la mia salut? Ja es lo nostra leis, que, cant nos em en 
batailla ab nostres ennemix, que totz hom qued i auciza' 

150 enfant de nostres eneraix deu perdre la testa. E pois que nos- 
tra leis veda qued hom non auciza los enfanz de nostres ene- 
mix, ben sembla que plus fort déjà esser delz nostres tengut. 
E si nos autri, de cui eisson las leis, las frainniam, deuriam 
esser colpavol e subjet a la lei. » 

155 Can Femperaire lurac dih aquestas paraulas et moutas au- 
tras, e moût granz pobolz cru vengutz aqui per vezer aquest 
marturiament, dis l'emperaire : « Redda hom los enfanz a las 
maires & a cada uua done hom gran aver, qued, aici con eran 
vengudas iradas per la mort que lur enfant devian recebre, 

160 aici s'en tornonalegras e pagadas per lur enfanz e perTaver.» 
Et aici fez rendi'e los enfanz a las maires ab gran aver a cada 
una. 

Can venc la nohg de seguentre, el vi en vision qued esteron 
denant el dui apostol e disseron li ; « Nos dui em Peire *X 

165 Paulz. Car tu non as volgut far tan gran maleza, qued as 
tempsut escampar lo sanc delz non nozenz, nostre Seinner 
Jesu Christ nos ha trames aici a te, que te donem conseil de 
recobrar sanitat. Et aujas zo que nos te direm. Salvestres 
l'apostolis s'en es fugitz, per las toas [57 v°J persécutions, & 

170 esta rescondutz ab totz sos clei'gues en una cava, sus el puhg 
de Syrap. Tramet lo querre. Ecant er vengutz, aquelte mons- 
trara la piscinade Deu, en la quai can te sei'as plumbiaîz très 
vez, <k auras rennegat las vdolas e creiras en nostre Seinnor 
Jesu Christ, tu récebras sanitat de ton cors e tei peccat te se- 

175 ran perdonat. » 

* Après ce mo', la fin de la ligne, une douzaine de lellre-i environ, a été 
grattée. Oo n'en distingue plus rien. 



r.EGENnES PIEUSES 341 

Can l'emperaire reisidet, trames cavaliers al puhp: de Sjrap, 
on sainz Salvostres estava en oration. Cau sainz Salvestres vi 
los cavaliers, crezet que fos vcngfutz a la coroiia de marturi, 
cV acomenset a dir a sos clergiies : « Ecce mine tempus accep- 
tahile ; ecce nunc dies salutis. Vec vos lo temps acceptable e 180 
vec vos los dias de salut. Nostre Seinner vai per aqui mezeis 
entre los homes; e, si nengus lo vol seguir, denegue se me- 
zeis e leu sa cros, e seguia nostre Seinnor ! » E cant ac fâ- 
cha sa oration, près pas de totz. E vec vos que li cavalier foron 
vengut, que li disseron que Temporaire lo demandava. 185 

Ab aitan sainz Salvestres s'en acomensa ad annar, e sel 
clergiie acomenseron lo a seguir, xxx. preveire qued iavia& 
cinc diaque, ab autra gran compainna de clergues ; e dizian 
que maisamavan recebre mortab el que visquessan en aquest 
segle senz el. Et en aici venc el palais de Letras. Can fon aqui, 190 
annethom dira Temperador que Salvestres era venguz &. es- 
tava a la porta ab sos clergues. Comandet l'emperaire qued 
boni lo laisses intrar ab très preveires &. al) dos diaqaes. E 
can fon intratz e Teraperaire lo vi, [58 v°] &. el se leva ben 
tost, e va li encontra, e saliidet lo ptituers, e dis : « Ben sias 195 
tu vengutz, car gran gaulL ai car eu te veih. » Res[)ondet 
sanz Salvestres : « Pas e victoria te sia donada de cel ! » Can 
l'emperaire l'ac aici bonament receuput, comtet li tôt con li 
era révélât, 6i pois acomenset li a demandar quai eran aquil 
deu qued aici l'avian visitât. Respondet sainz Salvestres, e 200 
dis li ; <( Uns Deus es totz solz, lo quai nos colem, que fez tôt 
cant es. Sanz Peire e sainz Paulz, que te son apparegut, non 
son miga deu, mas sers de Deu son ; e per la fez qued agron, 
plagron tant, a nostre Seinnor qued el vole que mais agues- 
san de sancteza que li autri; e son primer el nombre delzapos- 205 
tolz e de totz los autres sainz, e primerament prediqueron la 
lei de Deu a las genz e sancta gleisa près comensament 
d'elz; e cant agron com[)lit tôt lur offici de l'apostolat, & eil 
transpasseron d'aquest segle ab corona de martiri, & son ao- 
ras amie del poderos Deu. » 210 

Can l'emperaire auziaizo, fon li mont bon, c^preguet li que 
hîi el avia en la soa gleisa las images d'aques penchas eu al- 
cun lue. que las li monstres, qued el pogues conoisser e sa- 
ber si aco eran aquil que li eran apparegut, .\donx l'apostolis 



34 2 LEGENDES PIEUSES 

215 comandet a un de sos diaques qued annes querre las images 
delz apostolz. E cant las _ac aportadas, e Temperaire las vi, 
acoraenset a dir : «Ben saicertament qued aizo esli semblansa 
d'aquelz que m'aparegron en vezion. Aquist me disseron : 
« Tramet querre Salves-[58 v°]-tre l'apostoli, & aquel te mons- 

220 trara la piscina de Deu. E cant te seras lavatz en aquella pis- 
cina, e tu seras sanatz de ta malautia. » Respondetsainz Sal- 
vestres, e dis; k Auz me, reis, e demanda la piscina e la 
quer, qued es necessaria a latoa salut, per aital manera: pri- 
merament crez Jesu Christ, lo fil de Deu, que per aizo venc 

225 del cel, qued en aquesta piscina se manifestes a celz que lo 
creirian.» Respondet Constantis, e dis : « Si eu non o crezes, 

• ja non te agra trames querre.» Adonx 11 dis sainz Salvestres ; 
«Ara tota aquesta senmana dejuna, & toi aquest(z) vestir de 
polpra, & vest un celitz, & non escas de ta cambra, e prega 

230 ades nostre Seinnor ; e manifesta lo peccat e la error en qued 
has estât, car perseguias los christians et Jesu Christ, lo Sal- 
vador de las armas. Los temples comanda qued hom clausa, e 
qued hom non sacrifize a las j'dolas. Totz los preisoners e 
totz celz que tens en eissil, o de calque manera sian en ta 

23'- preison, tu los desliura, &. per tota aquesta senmana fa gran 
almorna. » L'emperaire dis: « Verament crez eu que las 
ydolas non an en se nuilla deitat, e toz hom es mesoneguiers 
que diz ni crez que li jdola sia deus. Et eu sai verament qued 
aquel Deus poderos, que sana los cors, lava las armas delz 

240 peccatz. » 

Can l'emperaire ac dih aizo, sanz Salvestres li pauset laman 
sus el cap, e crestianet lo.Et fez venir totz los christians, e dis 
lur que dejunessan & estessan en abstinencia: «Aici con feron 
aquil de [59 r°] la ciutat de Niniven perla prédication dejo- 

245 nas la propheta, que dejuneron très jornz & aici escaperon de 
la ira de Deu, e nos escaparem de la persécution delz malz 

homes.» 

Canttuh agron fah lur dejuni e complit, sainz Salvestres 
venc a Temperador, e disli: « Auz me, reis : aquist piscina 
250 es tota aigua ; mas tant granz es li vertutz del nom de Jesu 
Christ que li aigua lava los peccatz e dona sanitat. » Can 
venc al sapte al seras, e sainz Salvestres comandet a l'empe- 
rador que s'en intres el palais, e fez acermar aigua, e seinnet 



LEGENDES PIEUSES 3 43 

la; e cant Tac seinnada, coraanriet aTemperador qued intres 
intre. E can fon intre, el nom del Paire e del Fil e del Saint 2oo 
Esperit, plumbiet lo très vegadas eu l'aigua c^ oinz lo de 
cresma, e dis: « Seinner Deus, que muudiest la lebrozia de 
Nahamau Siro en flum Jorda, e per aigua oberguist losoilz de 
cellui qued era natz cex, et a saint Paul l'apostol per lo bap- 
tisme rendest lo vezer, e de perseguedor qued era de la toa 260 
sancta gleisa en fezist maistre & esseinnador de las genz, 
Seinner, tu munda aquesttieu sers Constantin per Taigua e 
per lo Saint Esperit, qued aici con el erapersegueired'aquesta 
toa sancta gleisa, aici sia d'aici enant defendeire de totz celz 
que mal i volrian far, per nostre Seinnor Jesu Christ, lo tieu 265 
fil, qui tecum vivit et régnât Deus in unit aie Spiritus Sancti per 
omnia sec u la seciilorum. » 

Can tuhg agron respondnt : «Amenn, e lo venc subtana- 
menz una las de cel e resplandi mont [59 v"] fort, e tota H ai- 
gua acomenset aici a frémir con fa li sartais cant es sobrel 270 
flic. Et aqui eis cant Constantis eissi de Taigua, fon aici monz 
&. aici sans con lo jorn que fon natz, e diz e confesset qued 
el el baptisme avia vist Jesu Christ. 

Can venc Teademan, &. el donet aquesta lei que tuhg ado* 
ressan e crezessan Jesu Christ, le qualz Tavia mondât de la 275 
lebrosia. Al segon jorn donet que totz hom que no lo crciria 
fos tormentatz. A.1 tertz jorn donet que totz hom, que fariatort 
alz christians, perdes totas las causas qued auria. Al cart 
jorn donet privilegi a l'apostoli que tuli li preveii'e del mont 
Tobezissan, aici con fan li rie home los reis. Al cinque jorn 280 
donet que cada una gleisa agues aquest poder, que si nuilz 
hom colpaolz podia venir ad ella, d'aquella colpa fos soutz e 
disliures. A l'octau jorn & el laisset sas albas. e venc s'en 
sans e salz a la confession de saint Peire e de saint Paul, e tolc 
sa corona, & agenoillet se, & acomenset moût piatosament a 285 
dire que non era dignes d'intrar en tant saint lue, &. fez aqui 
sa oration; & aici cantac receuput lo ben fah de nostre Sen- 
nor, tornet s'en ab gran gauhgen son palais. 

Can venc l'endeman, & el felz acomensar denant son palais 
una gleisa en honor delz dotze apostolz. Can venc a l'autre 290 
jorn, cl capitoli, qued era el seu palais de Letras, acomenset 
a bastir una gleisa en honor de saint Johan ; e donet aquesta 



34 4 LEGENDES PIEUSES 

lei : « Conogut sia a toz que [60 r°] nos em tornat coledor de 
Christ, ô: avem fah una gleisa el mei de nostrse palais el seu 

295 nom, per tal que plus cert en sias, en la quai toz le pobolz li 
renda gracias essemps ab nos. » 

En aquel temps li juzeu e 11 phariseu agron desputations 
ab saint Salvestre. E cant agron desputat li un e li autri, e lo 
S3 levet uns encantaire, qued avia nom Zambri, & acomenset 

300 a dir : « Si Salvestres nos pot vencer per zos argumenz, nos 
laissarem nostras paternalz leis e segrem la lei d'aquel en- 
cantador Jesii Christ, oui nostre pairo crncifieron. Mas tu, 
seinner emperaire, auz me de zo qued eu te dirai : Fai querre 
un taur fort brau, el quai demonstrem la vertut del poderos 

305 Deu. Et aqui poires saber e conoisser qualz de* noz diz ver; 
car eu non voil ab el contendre per pai'aulas. » 

E vai Temperaire, e fez lo querre. Et en aquel meja, sainz 
Salvestres acomenset a demandar a Zambri per que fazia de- 
mandar aquest taur. Respondet aquest encantaire Zambris, e 

310 dis : « Car nuilla vertutz non pot ren valer contra lo nom de 
nostre Seinnor. Car nostre primer paire, can fazian sacrifize 
a Deu, et offrian taurs braus, dizian aquest gran nom de Deu 
en l'aureilla del taur, è: en eis pas getava un bram, e cazia 
mortz. Nuilla res non es qued aquest nom auja, que viure 

315 pusca. » Sainz Salvestres respondet : a E con Taprezist tu 
doux, si non Tauzist? » Zambris dis : « Cujas tu doux qued 
eu l'aprezes per auzir dire, zo que nuilla res humana, sia 
bestia o aucelz, soffrir non pot? n Sainz Salvestres respon- 
det: « Diguas o a l'empera-fôO v°]-dor, de quai manera l'apre- 

320 zist, si non l'auzist. » Zambris dis : u A te non tain qued o 
sapias, car eneraix es d ;lz juzeus. » Respondet l'eraperaire : 
« Con non Tapresist doux legent? » Zambris dis : « Aquest 
nomps non pot esser escrih en pel, ni en carta, ni en peira, ni 
en fust; car cel que l'escriu alo mor,& aquo en qued es escrih 

325 es dissipât. » Respondet, Temperaire e dis : « Diguas nos tôt 
simplament con l'apre-ist. » Zambris l'encantaire dis : « Set 
jornz dejunei. Cant venc a cap de set jornz, & eu hac una 
conca d'argent tota nova, en la quai non avia hom fah nuilla 
ren, èi impli Tom tota de Faigua d'unafont. E can fon plena. 

330 benezi l'om. K pois ab lo det fez hom las letras, qued essein- 
nan lo nom, e reten l'om en son coratge. Et eu en aici, deus 



LEGENDES PIEUSES 345 

lo matin cnt.ro al seras, fazent ades las letras, poinnei en 
apenre, si qued a penas lo pue retener en mon coratge. Et 
aici poira liom conoisser si eu die ver, o qualz de nos dos deu 
esser crezutz. Car tensonar poiriam pro e dir aco e l'aire. » 3Sô 

E domenz qued Zambris dizia aquestas paraulas, e vec vos 
qued hom aduis liât lo taur ab cordas. Adonx Zambris aco- 
menset a dir a saint Salvestre : « Ara, Salvestre, penran fin 
li argument de las toas paraulas. Ara diguas lo nom del tieu 
deu en l'aareilla del taur, e poiras saber si tu coles lo pode- 340 
ros Deu. eu lo dirai, e trastuh tornou se pois a la nostra 
religion. » Can li fizel de Deu auziron aquesta paraula, ab 
pauc tuh non foron torbat ; [60 bis r°] mas sainz Salvestt-es 
estet ades ferms & alegres, e dizia qued on majors enpacher.î 
aurian del diabol, e nostre Seinner majors a'toris lur faria. e .315 
plus fort los acorreria, con eil los venquessant ; car necessitalz 
era qued en l'acomensament li fez de celz que creirian on 
Jesu Christ fons fermada per miracles. 

Trastuh acomenseron a dire qued Zambris disses lo nom 
del seu deu en l'aureilla del taur, per vezer si era vers aici 350 
con el avia promes. Vai s'en al taur e dis li lo nom a Tau- 
reilla, & en eis pas le taurs cazec, & getet u!i l)ramp, e li oil 
sailliron li de la testn. e fon mortz. E can li juzeu viron, le- 
veron se tuh, cV a':oinensenseron ad escarnir saint Salvestre 
& a dir queben era mesoneguatot cnnt dizia; et acomenseron 355 
lo moût fort a repenre. Sainz Salvestres quis ajuda a nostre 
Seinnor et acomenset a pregar a l'emperador que fezes far 
pas, Can fon tôt calât, sainz Salvestres acomenset a dir : « 
vos, prince e pozestatz, e totz le pobolz romans curainalment, 
aujazme ! Le meus seinner Jesu Christz, cui eu ])rediqne, en- 300 
luminet los cex, alz sortz rendet auzir. alz iiiutz parler ; a celz 
que non avian poder en lur ma-; rendet sanitat; alz clops 
rendia annar; los lebros mundava; lo[s] paralitices sanava, e 
los mortz resuscitava ; per que es ben semblanz qued aquest 
nomps no sia de Deu, si de diabol hoc, qued aquest taur aia 365 
mort, si non lo pot far reviure. Cel es enemix do vida e de 
salut, qui ["60 bis v"] zo que viu aucis, e, cant es mort, non o 
pot resuscitar. » Adonx Zambris escoissendet se totz, cV aco- 
menset a dir : « Seinner emperaire, car aquest Salvestre non 
pot hora vencer per paraulas, comanda li que fassa quedo- 370 



34 6 LEGENDES PIEUSES 

com e qe non o parle tôt. n Sainz Salvestres respondet : «Volz 
qued eu el nom del meu Seinnor Jesu Christ resuscite aquest 
taur, quô tu-AS mort? » Adonx dis Zambris: « Tôt atressi cou 
tu poirias volar, tôt atressi poiras resuscitar aquest taur. » 

375 L'emperaire respondet : « Meravil me d'aquesta engressesa 
que tu as, que tu as dih qued lioi mais non tensonasses &: que 
per fah monstrasses qualz deuria esser crezutz. Et el diz e 
promet que resuscitara lo, e tu dis à. afferuias que non o poi- 
ra far; per qued es drechurera causa que, si el resuscita lo 

380 bon, que tu crezas qued aquest es verais Deus per lo quai le 
mortz er resuscitatz, & aquel es verai diabolz, perlo quai nom 
le taurs es mortz et non pot reviure. » Adonx Zambris res- 
pondet, e dis e covenc a Temperador que, si Salveslres podia 
resuscitar lo taur, qned el laissaria tota la lei delz jnzeus e 

385 tornaria se a la religion delz chiistians. 

Vai sainz Salvestres, &: e.^tendet sas mas vers lo cel, <k aco- 
m[en]set a pregar nostre Seinnor cV a dire : « lu, Seinner 
Jesu Christ, eu manifest lo tien nom, auzent totz, & auz me, 
que soi tos sers, qued aquest taurs reviva per l'apellament del 

3'JO tieu saint nom, le qualz es mortz i)er rapellament del dialiol ; 
qued totz aquest pobolz te conosca e ma-[61 r°]-nifeste la vert ut 
del tieu gran poder, qued ara es temps e sazos que li vertutz 
del tieu nom se demonstre. » Fois cant ac dih aizo, <k el s'ap- 
propiet del taur, e dis li : « El nom del meu Seinnor Jesu 

395 Christ, lo cal crucifieron li juzeu sotz Ponz Pilât, te die eu 
que tu levés sus. » Et aqui eis le bous levet sus sans e salz. E 
vai ves el sainz Salvestres, e desliet lo, e comandetli que s'en 
annes bonament a las autras bestias don era mogutz e que 
non fezes mal ad home, ni hom non fezes mal ad el. E cant ac 

400 dih aizo, laisset Tannar, & annet s'en tôt bonament & soau . 
Et aqui eis tuh li juzeu van se getar a sos pes &. clamavan li 
meroe, que lur perdones, e que pregues nostre Seinnor per 
elz. Et Elena, li maire de l'emperador, vezent tôt lo pobol, 
se vai atressi getar a sos pes & acomenset li a pregar que li 

405 dones penitencia. Et aici totz le pobolz de Roraa, e li juzeu, 
foron convertit e tornat a la fez de Jesu Christ. E car serian 
longas novas de comtar zo qued Helena fez, prennam deus la 
fin de la legenda. 

En aquella hora aduisseron a saint Salvestre le pobolz 



LEGENDES PIEUSES 3 47 

moutz demoniaix, e pcr lo mandament de saint Salvestre 410 
eissian delz coi's delz homes li diabol. Pois fez escriure lo nom 
de cada un e nol vole far batejar entro a Pascas, don eran 
prop, carli intradade martzera. Aquest fon letrentae cincques 
apostolis aprop saint Peire, e tenc la cadera vint e très anz 
& des mes & unze jornz. E cant ac complit drechurerament 115 
son cors, transpas-[61 v'J-set a nostre Seinnor; e fon sebelitz 
el sementeri de Priscilla, qued es a via Salaria, .m. kalendas 
januarii. Regyiante Domino nostro Jesu Christo, qui cum Pâtre 
et Spiritu Sancto viuit et régnât in secula seculorum. Amen. 



XXIII 

PASSIO SANCTI BARTOLOMEI APOSTOLI 

Seinnor, nos autri sabem, aici con li escriptura o diz, que 
très Indias son. Li primera es aquii que se ten ab Ethiopia. 
Li autra India s'en ten ab una autra terra, qued ha nom 
Medos. Li autra India es al corn del mont, car d'aqui en la 
non ha terra, mas li granz mars, que li toclia des l'una part, 5 
e des l'autra li régions escura. En aquesta India intret sainz 
Bertalmeus Tapostolz. Cant venc un jorn qued el era en una 
ciutat d'India, intret en un temple, on avia una ydola qued 
appellavan Astaroth ; & acomenset aici con romeus estar aqui. 
En aquesta ydola avia un diabol aital que donava respos, e 10 
dizia que sanaria los malauz. Los cex, los qualz el essecava, 
dizia qued el senz dopte los enluminaria. Tuli aquil home 
erant, zo diz, senz lo verai deu, per qued era necessitatz que 
le falz dous los escarnis. Per aquest art escarnis le falz 
deus aquelz que non crezon lo ver deu : el lur fa venir dolors 15 
& enfermetatz &; danz & mouz perilz, e dona lur respons que 
crezan en el &.que li sacrifizon,& quais qued eil sian sanat per 
el. Et era semblanz alz folz homes, qued el los sanetz. Aquil dia- 
bol non sanan, mas del mal que faut, can s'en [02 r°jlaissan, 
es vejaire a la foUa gent que los guariscan. 20 

Esdevenc que, domenz que sainz Bertalmeus estava aqui, 
Astaroth non poc douar nuil respons, ni poc acorre celz 
qued avia naffratz. Cant totz aquel temples fon ja plens de 
malautz, & cada jorn sacrifiavan ad Astaroth, e non lur 



34 8 LEGENDES PIEUSES 

25 donava nuil respos. Avia moutz malautz, inied i avia hoin 
arluh de longas régions ; e can viron que par prec ni por 
sacrifiar qued eil fezessan non liir valia ren, qued Astaroth 
lur dones respons nilos guaris delur malautias, anneron s'en 
ad una autra ciutat, on colian las genz un autre diabol qued 

oO avia nom Borith, e feron 11 sacrifize ; e cant li agron sacri- 
fiât, acomenseron li a demandar per que lur deus Astaroht 
non lur avia donat respons. Respondet lur le diabolz Beiriiz, 
dis : « Car le vostres deus es aici lengutz près e liatzque 
neis suspirar ni parlar non ausaet, des aquella hora que Ber- 

35 talrneus. Tapostolz de Deu, fon aqui. » Disseron aquil qued 
eranaqui: h E calz es aquest Bertalnieus? » Respondet le 
diabolz : « Amix es del poderos Deu. Et per aizo es vengulz 
en aquesta provensa, qued aquelz deus, que vos aiitri coles, 
destruia e deroque. » Dixerun li coledor de la jdol i :« Diguas 

40 nos antreseinna, con lo puscam trobar; car entre tan gran 
gent lo f'aria mal conoisser. « Respondet le diabolz, e dis : 
« L' cabeil de son cap son nègre e creps ; sa carnz es blan-[62 
v°]-ca; li sei oil son grant; lo nas a e.^gal e dreli e ben fahû- ; 
sei cabeil li cobron las aureillas; la barba ha un pa^ic feranna 

45 ô: esta li moût gent; et es moût ben fahg per cors. Vesîitz 
va d'una gannacha de polpra blanc(l)a; sos raantelz atressi 
blancx, ab peiras preciosas vermeillas. Vint e seis anz a portatz 
aquelz vestimenz, e ja non s'enlagesiran ni s'enveillezir;in, 
mas totz temps seran aitaii bel con lo jorn que fornn fali. 

5U Atressi a portât sas sendalias .xxvj. anz, (|ue ja non seran si 
novas hoc. Cent vegadas s'agenoilla lo jorn o cent vegfidas 
la nohg per pregar nostre Seinnor. Li soa paraula es mont 
dousa, e moût auta. Li angel de Deu van ab el, que non lo 
laissan lassar ni aver nuil fam ni nuil desaise. Aitalz con es en 

55 la cara, aitalz es per coratg.^ Nuilz enganz el seu cors' non 
es. Totas horas es alegi'es c gauzenz Tôt cant es vez, e tor 
cant es conois. Los lengatges de totas las genz parla & entent. 
Et ancara vos die mais aizo que vos non me demandas: li 
angel de Deu parlan ab el, e fan li saber tôt cant es , 6: lui 

()0 annuncian. E can vos lo querres, si el se vol, el se demons- 
trara a vos ; o si se vol, ja non lo [)oires vezer. Et eu prec 

' Ms. tors. 



LEGENDES PIEUSES 349 

VOS que cant l'iiiires ti-oliat, que vos H preg-uos que non venna 
sa, per tal que li angel, que son ah ol, non fassan atrestal de 
nie con an fahg de mon fraire Astaroht. » E eau le diabolz ac 
dih tôt aizo, &. el se calet. 65 

Tornei'on s'en aquist, e can s'en foron tornat, acomenseron 
[cercar] totz los ostalz delz pelle-[6;> i-"]-gi'is ; à totz ag-ardavan 
en sas caras e lur vestirs, per tal si conoisserian saint Bertal- 
meu. Et aici de dos jornz non feron ane si querre hoc, c^ anc 
trobar non lo pogron. 70 

Can venc un jorn, & uns qued avia lo diabol el cors aco- 
menset a ciidar & a dire : « O tu, Bartolmeu, apostolz de 
Deu, tas orations me creman tôt. » Adonx dis l'apostolz: «0 
tu, diabolz, eis foras I » Et en eis pas Tom fon desliures d'aquel 
diabol que Tavia tengut près e liât per moutz anz. Foie- 75 
mius, le reis d'aquella terra, avia una fiUaqued era lunatica. 
E fon li dih qued en la vila era un home, qued avia nom 
Bertalmeu, et avia aici getat lo diabol del cors de Tome. E 
trames li messatgesle reis que vengues ad el.Vencsainz Ber- 
talmeus; e cant fon deuant lo rei, acoraenset li a dir le reis: 80 
«Ma filla es malamenttrabaillada ; et eu prec te, se le tiens 
plazers es, qued aici con tu as desliurat Seustium, qued avia 
estât moutz anz trabaillatz, que tu desliures e sanes la mena 
filla. » Ab aitant levet se le reis, ô: annet ab saint Bertal- 
meu la on era sa filla. Can foron laintre on ella era, sainz 85 
Bertalmeus Tacoiiienset al e-gar.iar, e vi la que fon liada ab 
cadenas moût fort, car tôt cant podia peiire ni îener, tôt o 
escoissendia,& o taillava, &. o mordia; per que nnilz honi non 
s'ausava appropiar d'ella. Adonx comandot l'apostolz qued 
hom la deslies. Responderon aquil qued eran aquiictEqui 90 
ausaria pausar sa man sobre ella?» L'apostolz dis: « Non vos 
cal temer, [63 v"] car eu tonc liât l'enemic qued es en ella; 
e desliatz la, e pois toUetz li son vestir e lavatz la; e lo 
matin e vos la m'aduzes.» E feron o tôt en aici con l'apostolz 
liirac comandat. E d'aqui en mt le diabolz non la poc tra- 95 
baillar ni tener dan. 

Tune rex honeravit camelos auro et argento, e de peiras pre- 
ciosas, 6 de rix vestirs, e trametia o lot a l'apostol. Mas anc 
tant nol quiseron, de sa ni de la, qued hanc atrobar lo po- 
guessan; & pois cant li messatge viron que nol podian atro- 100 



350 LEGENDES PIEUSES 

bar, torneron o al palais. Passet aquel jornz e li nohg. Can 
venc Tendeman, que li alba acomenset a pareisser, &: le reis 
era tôt soletz en sa cambra, e l'uis era serratz, e Tapostolz 
li apparec davant. E foron tuh sol laintre eil dui. Et aco- 

105 menset li a dir sainz Bertalmeus: « Per que me fezist er tôt 
so dia querre ab ton aur & ab ton argent è: ab tas peiras pre- 
ciosas & ab tos vestirs? Aquist don son necessari a celz que 
queron las terrenalz causas. Eu non voil ni quer nuilla causa^ 
terrenal ni carnal. Mas aizo te voil annunciar e far saber, 

110 que le filz de Deu deinnet venir en aquest mont, e près carn 
humana el ventre de la vergen, e d'aqui nasque(s)t ensemps 
deus & liora, que fez lo cel e la terra e tôt cant en elz es. Aizo 
fon aquil vergena que non vole aver paria ab nuil liome del 
mont. Ella fon primera que vodet al poderos Deu que tenria 

115 virginitat. Per aizo die primera que vodet, car deus Facomen- 
sament del segle, ni deus qued [64 r"] hom fon fahg, nuilla 
femena non avia fahg aquest vot a Deu ; car ella establi en 
son coratge, e dis : « Domine, offero tibi virgimtatem meam. 
Seinner, eu offri a te ma vergenitat. » Ane aizo non fez saber 

120 per paraula ni per semblant ad home, mas solament a Deu, 
qued ella estes totz temps vergens per amor de Deu. Can venc 
un jorn qued ella estava enclausa en sa cambra, e loresplandi 
laintre subtanamenz una clartafz quais de soleil, & apparec 
li davant sainz Gabrielz Tangelz. Ella, can lo vi, ac moutgran 

125 paor, e dis li Tangelz: « Non aias paor. Maria, car tu conse- 
bras un enfant. » Ella cant o auzi, pauset la paor, & dis moût 
ardidamenz e moût coratjosa : « Quomodo in me fiet hoc, quo- 
niam viruin non cognosco? Con poira aizo en me esdevenir, 
qued eu non conosc home?» Respondet Tangelz e dis: « Per 

130 zo car tu avias promes a Deu verginitat, le Sainz Esperitzso- 
brevenra en te, e li vertutz de l'Autisme se solombrara en 
te. E zo que naiscera de te sera sainta causa, & appellatz filz 
de Deu.» Aquest, can fon natz, sofferc que le diabolzlo temp- 
tes, acel diabolz qued aviavencutlo primerhome, amonestant 

135 que presumis manjar de l'albre queDeus li avia vedat. Aquest 
diabol laisset appropiar de se ; car aici con el avia dih al pri- 
mer home Adam,per labocca de la femena : « Manja d'aquest 
fruc », e manjet en, & en eis pas el fo getatz de paradis, & 
eissillatz en aquest mont, et en [64 v] aquest peccatengenret 



LÉGENDES PIEUSES 351 

tôt Tuliman linnalge, aici sofforc aquest filz de Deu qucd 140 
aquest diabolz li disses : « Die lapUIlhiis ul panas fiant et inan- 
duco, ut non esurias. Digiias a las peirasque siaii pan àmatija, 
que non aias fani. » Respondet el, e dis : « Non in pane tan- 
tum vivil honio, sed in uinni verho Dei . Tan solameiit non viu 
liom per pan, mas en la paraula de Deu.» Aquest diabolz, que 145 
nianjant avia vencut horaen, per cel que lo mesprese(s)t deju- 
nant perdet sa Victoria. Per aizo era digna causa que cel qued 
avia vencut lo fil de la vergen fossa vencutz perle fil de la 
vergen. » 

Respondet le reis,e dis : « E con podes tu doux dire qued ai- 150 
se sia li primera vergens, de la quai nasque(s)t ensemps Deus (a. 
hom ? » Adonx dis l'apostolz : « A Deu faz eu gracias, car tu 
as entendut zo qued eu t'ai dih.Le primers hom fon appellatz 
Adam, & aquel fon fah de terra. Aquil terra, de que fon fahg, 
era vergens, car ancar non era bautugada per huma sanc, 155 
ni non era ancar uberta per soboutura d'alcun mort. E per 
aco era digna causa, aici con eu t'ai dih, que cel, qued avia 
vencut lo fil de la vergen, fos vencutz per lo fil de la vergena. 
Et el, qued avia estât venceire el primer home, tramet ancar 
SOS compainnos eji totz lux, qued aqui on poiran vencer, ni 160 
conquerre ren, pauson lo titol de la Victoria e del règne 
d'aquest tirant. Aici Jesu Christ, qued ha vencut aquest tirant, 
princep de mort, a trames nos autres per totaslas terras, que 
nos [65 r"] decassem los menistres del diabol, li quai halji- 
tant per los temples inz en las jmages, et aquelz homes que 165 
los colon getem del poder de cellui qued es liatz. E per aizo 
nos non volem aur,ni argent, nil prenciem, anz lo mesprezem 
aici con Jesu Christz lo mespreset. Car nos non volem esser 
rie, mas aqui on es le sens emperis e le sens règnes. Car aqui 
non aura ja nialautia, ni enferraetat, ni mort, ni dolor, ni 170 
tristicia, ni ja lue non i poiran aver. Aqui es perpetualz feli- 
citatz, &. durabla benazuranza, & gauhg senz fin, e durable 
delehg. Per zo, reis, te die eu que, pois qued eu intrei el 
vostre temple, le diabolz, que vos donava respons inz en la 
jdola, tenc liât per losangelz de cellui que m'a trames. Et eu 1~5 
farai lo te vezer, e conoisser quan granz penas soffri, si tu te 
laisses batejar, que sias enluminatz del Saint Esperit. Car 
totz aquelz malautz, que jazon el temple, devian esser curât 



352 LEGENDES PIEUSES 

per l'art cl el diaboj, le qualz avia vencut lo primer home aici 
180 con eu t'ai dih desobre; car per aquella Victoria a encar a- 
quest mal poder sobre aquelz que vencer pot. Et en los us 
ha mais de poder qued en los autres. En aquelzque maispec- 
cant, en aquelz ha mais de poder. En aquelz que meinz peccant, 
en aquelz ha meinz de poder. Aquest diabolz fa per sa art los 
185 homes malautz (S: amonesta lur que crezan en las j'dolas. E 
per zo qued aia poder en las armas, se cessa que non lur fa 
mal, cant dizon a la peira, o a qualque niet.ail: n Deus meus 
es tu. [65 v°] Tu es le meus deus. » Per aizo venon li home 
cadajorn, e dizon al métal : «Tu es le meus deus. » Mas per 
190 zo car eutenc liât lo diabol qued esenlajdola, non pot donar 
respons a celz que li sacriflan ni l'azoran. 'Et si tu volz saber 
ni proar qued aiso sia en aici con eu t'ai dih, eu comandarai 
al diabol, qued es en la ydola, qued el digua e manifeste, au- 
zent totz, si el es en aici liatz que non posca donar respons » 
195 Respondet le reis e dis : « Cant venra deman la primera hora 
del joi'n, serai! appareillât li evesque, ai. eu venrai i, que 
vejam aquest meravillos fahg. » 

Can venc lo matin la primei'a hora del jorn, e lo venc le 
reis, e foron tuh aquil evesque a[)pareillat,,& acomenseron a 
200 far lur sacrifizis. Ab aitant le diabolz acomenset a cridar inz 
en la jdola : « Caitiu, cessa[s] vos de sacrifiar a me, que non 
sotïrias majors tormenz qued eu fatz, que soi liatz per los 
angelz de Jesu Christ ab cadenas de fuc, lo quai crucifieron 
juzeu, car lo pessavan aucire ; mas el morent escaitivet la 
205 mort, qued es nostra regina ; &. mezosme nostre prince, qued 
es maritz de la mort, liet ab liaraps de fuc. Et al terz jorn el, 
venceire de la mort, resuscitet, éi donet fantreseinna de sa 
cros a SOS apostolz, & ha los trames per totas las partz del 
mont. Et aquest Bertalmeus, qued es aici, es en uns, le qualz 
210 me ten liât. Et eu die vos que lo pregues que me laisse an- 
nar en autra terra. » Adonx dis sainz Bertalmeus : « tu, 
horres enemix, manifesta e diz qualz [66 r"] es aquel que fa 
aver aquestas diversas malautias qued soffron ni an aquist 
home. » Respondet le diabolz : « Le nostre princes, qued es 
215 liatz, nos tramet alz homes, que nalFiem primerament lur carn^ 
per que eil nos sacrifian, que si non nos sacrifiavan, ja. non 
auriam poder en lur armas. E [cant] per salut de lur cors sa- 



T,EGENDE3 IMEUSES 35 3 

crifîan nos, e nos cessem nos que non lur fazera mal, car lur 
ai'ma^ acomensem ad aver en nostre poder. E eant nos nos 
cessera que non lur fazem mal, es lui' semblanz que los curem 220 
de lur raalautia, e per aizo colon nos atressi con deus. E pois 
que tu, apostolz Bertolineus, (k discipolz de Jesu Chi'ist, fust 
ni venguist aici, eu soi liatz e consumitz per cadenas de fuc, 
E per aizo paide car tu m'o as comandat; car eu ni neis le nos- 
tre princes non ausera parlar que tu i fessas presenz. » Adoiix 225 
dis l'apostolz : « Per que non sanas totz aquestz que son aici 
vengut ad te ? » Respondet le diabolz : « Nos cant nafreni 
los cors, si non naffravam las armas, li cors seiian sanat. » 
Adon dis sainz Bertalmeus a tôt lo pobol : « Ar podes auzir 
novellas del verai Deu, le qualz habita sus el cel ; e non o 230 
crezas per paraulas vanas, mas per veras. E si voles qued eu 
pregue per vos, que trastuh rescipiatz sanitat, pausatz aquesta 
ydola a terra, etfrainnetz la. E cant o aures fahg, eu sagraraj 
aquest temple el nom de Jesu Christ, e pois totz vos autres 
sagrarai en aquest temple del baptisme de Christ. » Adonx 235 
comandet le reis qued hom aportes cordas. E cant foron [66 v°] 
aportadas, e lieron la jdola, & anc en nuilla manera ni en 
nuilla guisa moure ni trastornar non la pogron. Can sainz 
Bertalmeus o vi, dis lur que la desliessan & ostessan aquellas 
cordas. E canto agron fah, dis al diabol qued era en la ydola : 240 
« Si tu volz, diabol, qued eu non te metta en habis, eis 
d'aquesta ydola e fraiu la ; et pois vai t'en en tal désert, on 
aucelz non vola, ni voz d'orne non i es auzida. » Et en eis pas 
el eissi de la ydola, et trisset la tota, aquella e las autras 
qued eran per las pares del temple, de guisa que neis penchura 245 
non i parec. Adonx acoraenset totz le pobolz cumilnament a 
cridar : « Uns deus es soletament poderos, lo quai predica le 
sens apostolz Bertalmeus ! » Adonx estendet sas mas l'apos- 
tolz a nostre Seinnor, e dis : « Deus d'Abraham, e Deus de 
Jacob, e Deus d'Isahac, que per la nostra rédemption trame- 250 
sist lo tieu unial fil, nostre Seiiinor Jesu Christ, que totz nos 
autres, que siam sorv de peccat, rezesmes de son sanc & en 
fezes los tiens filz ; qui per aizo es conogutz verais Deus, car 
totz temps es uns, e persévéras non mudevolz, tues uns Deus 
Paire non engenratz, &. us Filz tos engenratz, nostre Seinner 255 
Jesu Christ, et uns Sainz Esperitz, enluminaire <k guizaire de 

24 



354 LEGENDES PIEUSES 

nostras armas, que nos ha donat poder que salvem los malautz, 
e desliem los paralites, & encaussem los diabolz, & suscitem 
260 los mortz, e dis nos : Amen dico vobis, quecumque in nomine meo 
yecieritis a pâtre meo, dabit vobis. Verament [67 y"] vos die eu, 
car tôt can vos querres a mon paire el meu nom, lot vos 
donara. Per aizo, Seinner, quere eu, el seu nom, que tuli aquist 
malaut que son aici sian sanat, que tulig conoscan que tu es 
265 uns Deus en cel & en terra & en mar, le qualz donas salut 
per mezesme nostre Seiiinor Jesu Christ, ab lo quai es a te 
honors, Deus Paire, & gloria ab lo Saint Esperit, per inmorta- 
lia secula seculorum. » 

Caiit tuhagron respondut: « Amen », & li malauteforon tuh 

270 sanat, e guérit, & apparec aqui l'angelz de nostre Seinnor, 
resplandens aici con le soleilz, & ac alas, & volet, per lo tem- 
ple, & a cada un delz cornz el escrius ab son det en la paret si- 
gne de cros, e dis : « Le meus Seinner, que m'a trames, me dis 
aizo, qued, aici con vos autri es sanat e guérit de vostra ma- 

275 lautia, en aici raundes eu aquest temple de tôt lo bautugament 
del diabol e de las ydolas on el estava, al quai aquest apos- 
tolz de Deu a comandat que s'en vauga el désert. Mas enanz 
qued el lai vauga, eu lo vos demonstrarai manifestamenz, e 
cant lo veires, non aias paor, mas ab lo det fais en vostres 

280 ff onz aquel signe qued eu ai fah eu las pares, c^ tuh mal seran 
encaussat de sobre vos.» Adonx apparec lur en guisa d'un gran 
sarrazin, moût nigre plus que niella, La carra ac aguda, la 
barba ferranda, li cabel li toqueron entro alz pes, los oilz ac 
aici vermeilz con es ferres eautz, bellugas cremanz li eissiron 

285 P6r la bocca e per lo natz [07 v°] & flamma de solpre, alas 
ac ai fon totz empennatz cais d'espinas, &. ac liât las mas detras 
lo dos ab cadenas de fuc. E dis l'angelz de nostre Seinnor : 
« Car tu as auzit la vos de l'apostol, et bas mondât aquest 
temple de totz los tiens enganz, segon la promession de l'apos- 

290 toi, te desliarai ; e vai t'en en aquel lue on non ha nulla con- 
version d'ornes ni de nuilla bestia, & aqui esta entro al jorn 
del juzizi. » E cant l'angelz l'ac desliat, acomenset a getar le 
diabolz un moût fer bram, & acomenset s'en a volar, & ane 
pois non apparec en nengun lue. L'angelz de nostre Seinnor 

295 s'en volet el cel,vezent totz. Adonx le reis, ab sa moiller & ab 
dos filz seus èi ab toz sos rix homes cv: ab tôt lo pobol d'aquella 



T.EGENDES PII-:USES 35Ô 

ciutat e do totas las autras, qued a son regisme apertenian, c 
que crezoron en la fcn de Jesu Christ, se batejet. E tolc la 
corona de son cap & la polpra de qued era vestitz, éi. acomen- 
set a seg'u[i]r l'apostol. 

Entre aizo li evesque de totz los temples s'ajosteron en?emp3 300 
&. anneron s'en al major rei, fraire d'aquest, qued avia nom 
Sti'age, e disseron li : « Le tieus fraire s'es fahg discipolz 
d'aquel encantador, que torna los nostres temples a sa lei e 
totz nostres deus frain. » Domenz qued aquist dizian aizo al 
rei plorant, & veo vos los evesques d'una autra ciutat, <k aco- 303 
menseron moût fort a plorar, & acomenseron se a clamar al 
rei d'aizo eis que li autri s'eran clamai Cant le reis auzi aizo, 
fon li [68 r'^] moût mal, e trames mil homes armatz ab los • 
evesques ; e mandet qued, on qued atrobessan l'apostol, lo li 
aduissessan liât. Anneron s'en la, e preseron saint Bertalmeu 310 
& aduisseron liât al rei Strage, E can fon denant el, le reis li 
acomenset a dir : « ïu es aquel qued bas mon fraire aici tras- 
tornat ? » Respondet l'apostolz : « Eu non l'ai minga trans- 
tornat, mas convertit l'ai ben. » Le reis dis : « Et es aquel 
qued bas fah atrissar totz nostres deus ? » Respondet sainz 315 
Bertalmeus : « Eu soi ben aquel que donei poder alz diabolz, 
qued eran en elz, que totas las ydolas vanas cassessan e frais- 
sessan, en las qualz eil permanian & estavan, per zo que tub li 
home laissessan aquella error e crezessan al poderos Deu, 
qued es & habita sus elz celz. » Le reis dis : « Aici con tu as 320 
fab qued eil aian laissât lur deu e crezon lo tieu, en aici farai 
eu a te laissar lo tieu deu e creire en lo meu, e que tu li sa- 
crifîaras. » Respondet l'apostolz, e dis : « Aquel deu, que tos 
fraire colia, ai raonstrat a totz liât las mans detras lo dos, & 
ad el ai fahg frainner la ydola en que estava ; e si tu podes far 325 
aizo al meu deu, tu me poiras ben far sacrifiar al tieu. E si tu 
non pos far, razos es que tu crezas al meu deu, et qued eu 
frainna totz lo[s] tieus.» Domenz que l'apostolz dizia aizo, e lo 
venc uns messatges, que dis al rei que sos deus era cazubg &. 
era tornatz polz. Can le reis o auzi, fon moût iratz, & escois- 330 
sendet la polpra de [68 v°] qued era vestitz, e fez escortegar 
saint Bertalmeu ; e pois can fon escortegatz, comandet qued 
hom li tailles la testa. Abreujarai mas paraulas, car qui volia 
tôt comtar per orden, aici con o trobam escribg, non séria de 



3c 6 LEGEiNDES PIEUSES 

335 gran pessa comtatni dih. Can Tagron escortegat, e fahg moût 
d'autres tormenz, taillet li homlo cap, E can o saupron per la 
terra, qued aici era mortz sainz Bertalmeus, venc toz le pobolz 
de dotze ciutatz, cui el avia convertit ab lo rei Polemium, e 
porteron en lo cors, abyranis k ab laus & ab gloria, que ren- 

340 deron a nostre Seinnor. Le diabolz intret el cors del rei 
Astriges, & annet s'en a son temple, cui el colia ; e foron la- 
intre li evesque, è: intreron atressi li diabolz el cors de cadaun. 
Et aici foron tuh enrabiat, & manifestavan, e dizian qued Ber- 
talmeus era apostolz de Deu. Pois aucizeron se tuh entr'elz, 

345 e d'aital manera eil moriron. 

Factus est autem timor e[t] tremor super omnes incrednlos, et 
crediderent universi, et baptizati sunt a presbyteris, quos ordi- 
navei^at apostolus Bartholomeus. Cant aizo fon aiciesdevengut, 
granz paors e granz temors fon sobre aquelz que non crezian, 

350 e crezeron tuh aqui eis, e feron se batejar alz preveires que 
sainz Bertalmeus avia adordenatz. Pois, per revelament de 
Saint Esperit, tuh li clergue e totz le pobolz curainalment 
[crideron] que fezes honi evesque del rei Polesmi ; & aici fon 
adordenatz ade(s)ve3que, [69 r°] & acomenset a far, el nom del 

355 l'apostol, las meravillas qued el fazia cant era vins. 

Sainz Bertalmeus estet en son evescat vint anz ; et cant ac 
aici perfechament adordenat tôt son afar & ben &; estantural- 
nient a la fen de Jesu Christ, &. el transpasset d'aquest segle, 
aici con vos avem dih desobre, ab corona de martiri, 6:. annet 

360 ab nostre Seinnor, cum quo per secula régnât. Amen. 

XXIIII 

PASSIO SANCTI MATHEI 

Quoniam Deo cura est de hominibus et plus animarum cuiam 
(jerit quam corporum. Nostre Seinner ha cura de totz homes, 
mas mais ha cura de las armas que delz cors. Car maintas 
vegadas esdeven que le gauh del cors e le deleh. qued es 
5 temporalz e traspassanz, enganna home, e fai aver a l'arma la 
durabla tribulation ; car del deleh del cors naisson ligraniiec- 
cat, qued aucizon l'arma. E per zo die que nostre Seinner ha 
mais curas de las armas que del cors, qued el fa venir tem- 



LEGENDES PIEUSES 357 

poralz iras, qued afflichezisson lo cors, que non podon aver 
los temporalz* gauh, que toUon los eternalz. E car nostro 10 
Seinne[r] a cura del cors e de l'arma, las granz enferraetatz 
cura ab granz medicinas. 

En la terra de Ethiopia avia dos encantadors : Tus avia 
nom Zoroes e l'autre Arfaxat, &. estavan en una gran ciutat 
qued avia nom Nadaven, en la ({ual estava le reis Eglippus. 15 
Aquest rei escarnian aici aquist dui encantador, qued encre- 
zent li fazian qued [69 v°] eil eran deu ; e le reis crezia o, e 
totz le pobolz de la ciutat. Et eraannada aquist fama lur per 
tota Ethiopia, si que de raoutas longas régions venian ad 
aquesta ciutat, & adoravan los. Eil fazian subtanamenz estar 20 
los homes en un lue, qued en nuilla manera non se podian 
moure, entro que eil se volian. Et aici per encantaraent tol- 
li;in ad home l'annar, el vezere Tauzir; e pois lo rendian cora 
se volian. Comandavau alz serpenz que morsessan los homes; e 
cant los avian mors, venian ad aques encantadors, e aqui eis 25 
per lur encantament curavan los. Et aici con dis li escriptura, 
major reverencia sol om portar alz malz per paor, que non 
fa alz bons per amor. E car Deus ha cura delz homes, que non 
se perdan, trames saint Matheu encontra aques. Cant sainz 
Matlieusintret en la ciutat, acomenset a descobrir los enganz 30 
d'aquest dos encantadors. E tolz aquelz homes qued aquist 
(lui encantador fazian que non se podianmoure, sainz Matheus 
los desliava, el nom de Jesu Christ; e totz aquelz qued eil 
encecavan, sainz Matheus enluminava; et aquelz cui eiltollian 
lo vezer, sainz Mathieus lo lur rendia. Los serpenz qued eil 35 
escomovian per los homes aueir, aquest los fazia adormir, e 
celz qued avian mors, celz sanava de la nafra, ab lo signe de 
la cros de Jesu Christ. 

Can vi saint Matheu uns Ethiops crestatz qued avia nom 
Candatis, lo quai avia batejat uns diaques, qued avia nom 40 
[70 r"] Phelip, & tornat a la fen de Jesu Christ, vai se getar 
a SOS pes &. acomenset lo a pregar & a dire : « Deus ha reguar- 
dat aquesta ciutat, quar desliurarla vol de la man d'aques dos 
encantadors, delz qualz cujan li fol home que sian Deu.» E 
receup saint Matheu en sa maison. E venian laintre tuh li amie 45 

' Ms teniperalz {p barré). 



358 LEGENDES PIEUSES 

de Candace c^: auzian la paraula de Deu predicar a saint Ma- 
theu, e crezian en Jesu Christ, e fazian se batejar, e car vezian 
atressi que tôt zo que li encantador fazian alz homes, eTapos- 
tolz desfazia tôt. Per aco nafravan totz celz que podian, qued 

50 aquelz naffratz tornessan a lur lei. Sainz Matheus curava 
aquelz qued eil naffravan, e totz los autres qued hom li apor- 
tava, de lur diversas malautias. El predicava a tôt lo pobol la 
veritat de Deu, de guisa que tuh cil que l'auzian meravillavan 
la soaeloquencia. Adonx Candaces, cel que Tavia receuput en 

55 son alberc, acomenset li a demandar & a dir: « Eu te prec, 
seinner, que tu me digas, tu qued eshebreus, con apresist lo 
lengatge delz grex, ni delz egiptienx, ni d'aquesta terra de 
Ethiopia, que cil neis que son nat en esta terra non laparlan 
tan ben ni tan drehg con tu fas. » Respondet li Matheus 

60 l'apostolz, e dis : « En tôt lo mon non solia aver mas un 
lengatge, mas nasquet i una presumptions aitalz, que li home 
ctijeron far una torre tan auta que le somps toques al cel. 
Mas aquesta presumption tornet nostre Seinner d'aital ma- 
nera en [70 \°] reire que Tus non poc entendre l'autre. Et 

65 aici con aquil presumptions era fâcha per un lenguatge, en 
aici remas per montas lenguas. Bona fon aquil voluntatz que 
fezessan la torre, que le somps toques al cel. Mas mala fon li 
presumptions, car eil non volian annar ab bona volontat ni 
ab sainta el saint lue. Venc le filz de Deu, lo poderos, et 

70 demonstret de quai manera dévia hom bastir la tor, ab que 
hom pujes al cel, e trames lo Saint Esperit a nos autres, que 
siam dotze discipol seu de sus del cel, quau nos seziam en una 
maison enclaus; (k. venc sobre cada un de nos en semblansa 
de lenguas de fuc &. fom enaici enflamat à: escalfat, con es le 

75 ferres per lo fuc. E cant aquil paors & aquil resplandors se 
fon partida de nos, e nos acomensem a parlar ab totz loslen- 
gatges las meravillas de la nativitat de Christ, e de quai 
manera el, filz de Deu, nasquet en aquest mont, le qualz era 
natz enant l'acomensament del segle, e de quai manera el 

80 nasquet del ventre de la vergen, nos o annunciem &. o fam 
saber e con li vergen Talachet, e lo noiri, e l'esseinnet, & 
pois con fon batejatz, ni temptatz, e con sufferc passion, e 
con fon mortz & sebelitz, e pois resuscitet al terz jorn, 
pois s'en pujet el[z] celz, &. aqui sez a la dextra de[l] seu 



LEGENDES PIEUSES 1^59 

paire, e d'aqui venra jutgar a la fin del mont tôt lo segle per 85 
fuc. Non solament aici coil tu pessas eu sai parlar aquestas 
quatre lenguas, an sai totas aquellas del mont parlar plana- 
mente perfecha, et eu e li autri onze qued [71 r°] em sel dis- 
cipol. Et ad qualque gent que nos venguam, entendem e par- 
lam' perfechament lur lengatge. Et ara es bastida li terres, 90 
non perpeiras, mas per la vertut de Christ. Et atotz celz que 
son batejat el nom del Paire e del Fil e del Saint Esperit, 
aquist torres li es uberta, la quai ha estrucha Jesu Christ. E 
per aquesta hedificantes, zo es cil que la bastisson, pujaran 
tant, entre que tocharan al règne del cel. » 95 

Domens que sainzMatheus dizia aizo e montas autrasparau- 
las, venc uns messatges, que dis que li encantador venian ab 
sengles drachos. Aquist dragon avian helmes en lur cap ; fox 
e flama lur eissia per la bocca; per las nars lur eissia aura 
de solpre, li odors de la quai aucizia los homes. Ado.nx sainz 100 
Matheus seinnet se & eissi foras moût seguramenz. Candaces 
claus son uis, e vedava li que non lai issis, mas que per las 
fenestras parles ad aquelz encantadors. Adonx dis sainz Ma- 
theus: « A me obri, mas tu esta sus en la fenestra, e d'aqui 
esgarda Tardiment delz encantadors. » Uberc l'uis sainz Ma- 105 
theus, & aqui eis eau fon eissitz déferas, e vec vos que li 
encantador foron vengut, 6: aduisseron lur dragos denant elz. 
En eis pas que li dragon foron denant los pes de Tapostol, e 
eil s'adormiron. Adonx dis l'apostolz alz encantadors : « On 
es aoras li vostra artz? Ar los espreises, si podes ! Si eu non 110 
agues preguat lo meu seinnor Jesu Christ, tota aquella ma- 
leza que vos avias escomoguda, qued fezessan en me, tôt o 
feran en vos autres, e tôt vos [71 \°] tornera de sobre. Mas 
aquist serpent estaran tant adormit, entro que totz le pobolz 
sia vengutz, et adonx eu lur coniandarai qued eil s'en tornon 115 
en lur lue. » Li encantador s'esforsavan ades cou los espre- 
guessan ab lur encantament, & en nenguna manera solament 
non lur podian far obrir los oilz ni meure nuilla ren. Totz le 
pobolz pregava l'apostol e dizia: « Nos te pregam, seinner, 
(}ue tu eomandes qued aquest pobolz & aquist ciutatz sia des- 120 
liura d'aquestas bestias. » Respondet l'apostolz, e dis : « Non 

* M s. pnrlrm. 



360 LEGENDES PIEUSES 

aias paor. Eu lo[s] farai partir d'aici bonament oc en pas.» 
E cant ac aizo dih, giret se deus los dragons e dis lur: 
(( El nom del meu Seinnor Jesu Clirist, qued es conceu- 

125 putz del Saint Esperit, e natz de la Maria Vergena, lo quai 
liuret Judas alz phariseus, que lo crucifieron, & aprop fon 
sebelitz 6: al tors jorn resuscitet de mort &. converset ab 
nos autres, zos discipolz, .xl. jornz, e fez nos entendre aquellas 
causas que nos avia esseinnat davan la Passion, et aprop 

130 aquestz .xl. jornz, nostre vezent s'en pujet el[z] celz, ai sed a 
la dextra del seu Paire, e d'aqui venra jutgar los vius elz 
mortz, el seu nom & per la soa vertut, levas sus, e tornas vos 
en vostre lue la d'on venguest, e non fassas mal a nuil home 
ni a nuilla bestia, ni a nuil aucel. » Ab aitant li serpent 

135 leveron lur caps, & eissiron foras de la ciutat, et anc pois 
non foron vist en alcun lue. 

Adonx acomenset a dir sainz Matheus [72 r°l a tôt lo pobol 
qued aqui era :« Aujatz me tulig, fraire e fil, li quai voles des- 
liurar vostras armas del diabol e del dragon. Nostre Seinner 

140 m'a trames aici a vos autres per vostra salut, que vos laisses 
la vanitat de las ydolas, e vos tornes ad el que vos formel. 
Deus, cantac fahg lo primer home, lo pauset el delehg de pa- 
radis, ab samoiller Eva, oui formet d'una costa soa. Paradis 
es lux de delehg, 6: es plus aut loc de terra, si que prop es 

145 del cel. Nuilla re non ha en paradis, que sia contra salut 
d'oraen. Laintre non ha aucel, qued aia paor d'orne. Laintre 
non naisson espinas ni boisson. Rosas ni lili non lai seccaran 
ja, ni nuilla fiors non lai perdra sa color. Ja tanz anz non 
aura hom que laintre pusca enveillesir. Lainz non aura tra- 

150 bail, ni lassezer, ni ira, ni marriment, ni nuilla malautia, mas 
ades sanitat e gauh. Ja mortz non la trobara* son lue. Las 
auras, que laintre son, corron moût soau, e donan durabletat 
per las nars ad home. Car aici con le fumps de l'ences de- 
cassa las malas flairors, aici aquellas auras espiran per las 

155 nars vida durabla, que non laissan home lassar ni cazer en 
nuilla dolor, mas totz temps viu joves <k alegres, e ja non 
se cambiara. Laintre sonant las orguenas delz angelz, e las 
doussas vos son aportadas en las aureillas. Serpens ni es- 

' Ms. trobora. 



LÉGENDES PIEUSES 361 

corpions non aura ja laintre lue, ni escaravais, ni mosca, 
ni nuilla res que sia encontra home. Li leon, e las tj-[72 v°]- \oO 
gres.eli lauparl:, e liaucel, e totas las bestias salvatgas autras 
obezisson aqui ad lioraen, e fan tôt son niandament, aici con 
al car amie de Deu. De laintre eisson quatre fluvi. I/uns d'a- 
quelz ûuvis es appellatz Gizon, l'autre Fizon, e l'autre Eu- 
frates, e l'autre Tygris. Aquist iluvi son plen de totas mane- 165 
ras de peiras preciosas. Ja lainti'e non rugira leons; car totas 
las bestias de laintre son soaus, emansuetas, e totas estan en 
gran repaus. Ja laintre li cara del cel non s'enumbrara per 
cobriment de nutz. Ja lainfre non resplandran fouzer, ni sons 
de tliron non lai sera auzitz. Laintre ha totz temps gauh senz 170 
fin, e li festa que ja non aura terme. Per aco vos ai dih de 
sus del serpent queja lue non lai aura, car per lo serpent obret 
primerament lo rovil de la soa enveja le diabolz, & en eis pas 
el fon malezehz. E per aco en lue benezihg non pot esser ni 
estar causa malezeita. Enveja nasque(s)t primerament d'aquest 175 
aiigel de Sathanas. Car el vi la imagen de Deu sagellada en 
iiome, e car hom' podia parlar en aquesta benazurada région 
ab totas bestias, aquest angelz, qued avia conceuput enveja, 
intret el serpente^ amonestet a la moiller d'Adam, que manjes 
del pom que Deus li avia vedat, que ja tan tost non manjaria, 180 
que el séria mortz. Manjeten li moiller, pois fez en manjar al 
marit. Et aqui eis cant ambedui agron aici traspassat lo man- 
(lament de nostre Seinnor, foron eissillat en aquesta terra. 
Et el mezeis le diabolz, atrobaire e fazeire de tan gran fellonia, 
[73 r°] fon atrobatz ancar el serpent, que non n'era eissitz, 185 
receu[) en malédiction durabla. Aquest filz de Deu que, ])cr 
lo niandament de son paire, fezhomen, per lanostra fragilitat 
deinnet penre persona d'ome c^ non perdet sa deitat. Aquest 
homjesu Christrecobret aquest home qued era perdutz, sof- 
frent lo torment de la cros, elz batemenz elz esquernz que li 190 
juzeu li fazian. El venquet la mort morent, que resuscitant 
aiiobris i)aradis. Car nenguns non deves aver doptansa que 
tuh aquil que creiran en Jesu Christ la intraran.EnJaquest pa- 
radis mes Jesu Christz primerament lo laii'on,a cuidonet signe 
delfust en qued el era pausatz; c per aquest fust li prevari 195 

1 Ms. ad home. 



3 62 LEGENDES PIEUSES 

cations del fruhg fo(s) clestrucha, &. obère paradis a las sanctas 
armas, cant eissirian del cors. Et al derrier jorn, can tuh 
resuscitaran, &. el Jesu Christ obrira los celestialz règnes, 
que puscan intrar. Per aizo totz hom, que la voira intrar, esca 

200 de mort, e corra a la vida, con pusca tornar en paradis, don 
le nostre paire carnalz Adampsfon getatz en aquest eissil, on 
ha totz nos autres engenratz. Nostre Seinner nos ha ubertas 
las portas de paradis, que nos lai, don em eissit, puscam tor- 
nar, el quai lue mortz non ha lue, mas gauh perpetualz la 

205 persévéra. » 

Domenz que l'apostolz dizia aizo e predicava al pobol, vec 
vos subtanamenz que vencuns moutgranz dolz, e granz plors, 
que tota li genz plorava; car le filz del rei era mortz, e 
plainnia Tom moût fort. Et eran la annat [73 v°] li encanta- 

210 dor, et eran se moût penat eon lo poguessan resuscitar. E 
cant viron que ren non lur valia, acomenseron a dir al rei 
queli deu l'avian raubit e mes en lur compainna, que sia uns 
deus aici con uns delz es : c E conven, reis, que tu li fassas 
temple & imagen.» Adonx venc Candacis a la regina, maire 

215 d'aquest enfant, e dis li : « Donna, fai penre aquestz dos en- 
cantadors e fai los gardar fort, e pregatz que vengua aici a 
vos l'apostolz de Deu Matheus ; e si el pot resuscitar vostre 
fil, fais cremar aquest dos encantadors, car tuh li mal que ve- 
non en aquesta ciutat, tôt ven per aquestz dos falz encanta- 

.220 dors. » Vai li regina, e près onratz homes e coseillers del 
rei, e trames los a saint Matheu, e pregueron li qued annes 
parlar ab lo rei. Annet s'en ab elz sainz Matheus. Et aqui eis 
cant intret, li regina se va getar a sos pes, e dis : « Eu sai 
e conosc, apostolz, que Deus t'a trames per la salut delz 

225 homes, & tu es sos discipolz de cellui qued ha resuscitatz los 
mortz e totas las malautias ha decassat delz cors delz homes. 
Per amor d'aiso, seinner, ven aizai & appella lo seu nom 
sobre mon fil, qued es mortz; 6i eu crez que, si tu o fas, el 
reviura ben». Respondet l'apostolz, e dis li: « Encar non as 

230 auzit la prédication del meu seinnor Jesu Christ per la mia 
bocea, e dizes que be ' lo crezes. Per amor d'aizo sapias ben 
qued eu te rendrai ton fil.» Intret l'apostolz laintre on era 

* Ms. ue. 



LEGENDES PIEUSES 363 

1g mortz, & estendet sas mas al cel, e dis: « Deus [74 r°] 
d'Abraham, e Deus d'Isaac, (k Deus de Jacob, que per lo 
nostre l'estaurament tramesist lo tieu unial fil del cel a las 235 
terras, le qualz nos tornes de la error en que siam, e nos fez 
conoisser te qued es verais Deus, membre te de zo que nos dis 
nostre Scinner Jesu Christ, le tieus cars fllz : Amen dico 
vobis quia omnia, que in nomine meo pecierids a pâtre meo, 
dabit vobis. Verament vos die que tôt cant vos querres almeu 240 
paire per lo raeu nom, tôt vos donara. E per zo que totas 
las geuz crezan que non es autre deus poderos, mas solament 
tu, à: que ' li paraula de la mia bocca qued eu afferme de te sia 
vera, aquest enfans resuscite !» Et ab aitant va penre sainz 
Matheus la ma de l'efant mort, e dis & appellet lo per so 245 
nora:« Eufranon, leva sus el nom del meu Seinnor Jesu 
Christ. » Et aqui eis Tenfas levet sus, sans e salz. 

Cant le reis vi aquest gran fahg, ac gran fereza e gran 
gauh en son cor, &. comandet aqui eis qued hom aportes coro- 
nas d'aur à riquas polpras, & aver moût, qued hom dones a 250 
saint Matheu, & trames mesatges per totas las autras ciutatz 
e per totas las terras, que tuh venguessan ad aquesta ciutat 
on el estava, per vezer Deu, qued i era vengutz en semblansa 
d'ome. Venc totz lepobolz de la terra, ab candelas & ab lam- 
pezas & ab encens & ab lur ofFerendas & ab lur sacritizis ; & 255 
can fori totz le pobolz acampatz, sainz Matheus lur acomenset 
a parlar [74 v"] en aici : « Fraire e serors, eu non soi mingua 
deus, mas sers soi del meu seinnor Jesu Christ, fil de Deu 
omnipotent, que m'a trames aici a vos, que laisses la error de 
las ydolas que coles, e vos tornes al verai Deu. E si vos autre 2(d0 
ciijas e crezes qued eu sia deus, que soi hom aitalz con huns 
de vos autres, majorment deves creire en aquest deu, del 
quai eu soi hom e sers, & eu oui nom eu ai resuscitat aquest 
mort, lo fll del rei. Et vos tuh qued entendetz aquesta sainta 
razon, aquest aur & aquest argent & aquestas coronas estas 265 
denant mos oilz, e fais en un temple a nostre Seinnor, el quai 
nos puscam acampar per auzir la paraula de Deu. » 

Can le pobolz totz auzi aizo, preseron tôt ^a^■cr qued avian 
aqui a[)ortat, e foron en una gleisa, 6: ac i l)en caranta milia 
homes qued i obreron, c^ agron la en meinz de trenta jornz 270 
comp'.i la. E can fon fâcha, apellet la sainz Matheus Resur- 

1 Ms. f/ui. 



364 LÉGENDES PIEUSES 

l'ection, car li résurrections del mort fon ucaisons de bastir 
la gleisa. 

Sedit autcin Matheus in ecclesia annos viginiie[t] très, et cowi- 

275 tituit presbijteroset diacones per civitates et castellas, etordinavit 
episcopos, et maltas fabricavit ecclesias. Sainz Matheus tenc la 
setz de la gleisa vint & très anz, & establi preveires <k dia- 
ques, ai adordenet evesques per las ciutatz, e basti moutas 
gleisas per las vilas e perlos castelz. Fon se fahg batejar le 

280 reis Eglippus & sa moiller Euphanisia e sos filz Euphranou, 
que fon resuscitatz, e sa filla [75 r°] Epigenia, qued estet ver- 
gens de Christ, ai que fez far un raonestier, en qued establi 
sainz Matheus dozentas donnas. Can li encantador Zoroes & 
Arfaxat viron aizo, agron paor e fugiron s'en en Persia. E 

285 car serian trop longas novas de comtar quanz cex enluminet 
sainz Matheus, ni quanz paralites curet, ni quanz homes des- 
liufet del poder del diabol, ni quanz mortz resuscitet, ni quan 
bons hom ni cant christians fon pois le reis, ni sa moiller cant 
bona femena, ni cant devota fon a Deu totali compainnadel 

290 rei, ni con destruisseron totz los temples, ni fraisseron totas 
las jdolas, tôt aizo aici con vos ai dih laissarem estar per las 
longas novas que son, à direm vos de quai manera el celebret 
e roceup passion. 

Le reis Eglippus cant ac complit sos jornz e fon veilz, et 

295 el transpasset d'aquest segle, & annet s'en a nostre Seinnor ; 
<k Hjrcus tenc pois son rengne. Aquest Yrcus volgra penre 
per moiller Epigenia, la filla del rei qued era mortz, qued era 
monegua sagrada a Deu éa avia receuput lo saint vel de la 
man de l'apostol (k. estava ben ab dozentas moneguas. Et avia 

300 gran esperansa aquest folz reis que l'apostolz sainz Matheus 
li pogues son coratge tornar atras ad aquesta Epigenia', con 
el la pogues aver per moiller. E dizia li : « Tota la meitat del 
meu règne te donarai, si solament la pos convertir con eu 
l'aia per moiller. » Respondet l'apostolz e dis : « Reis,prega 

305 drechureramentz zo [75 v°] deuras', e fai ajostar en aquel lue, 
on eu soil predicar la paraula de Deu al pobol, totas las mo- 
neguas del monester, on es Epigenia, éc ella sia i ab ellas, 
<k. adonx auziras can granz bens lur dirai de bon maridatgc. 
Car Deus recep bon maridatge, e moût li es agradavolz. » 

* Sic. Suppl- que après zo'l 



LEGENDES PIEUSES 365 

Cant Yrtacus auzi aizo, ac moût gran gauh, e comandet ([uc jirj 
venguessant totas las vefgens & Epigenia ab ellas, per auzii- 
la paraula de la bocca de Tapostol, quais qued Epigenia vol- 
gues que fos moiller d'Yrtaci. Cant totas las vergens foroii 
vengudas, e totz le pobolz, e feron pas, l'cipostolz uberc sa 
bocca, e dis : « O vos totas, fiUas de sancta Gleisa, aujatz ma 315 
paraula, aujatz à. entendetz zoque eu vos dirai, que remangua 
escrich en vosties coratges. Le nostre Deus benezi priraera- 
ment nossas. E totz matrimonis, cant es ajostatz, deu esser 
leialraent e bona fah, e que sia adornatz d'onestat, de bona 
obra, que vivan saintament &. justa, c^ qued hom non los 320 
pusca de ren repenre, & aquel maridatges es adonx bons. 
Mas si uns reis ha hoi una moiller, cS: ha un sers que sia tan 
urditz que la li auze malviziar, non solaraent fai failliment 
vers ella, anz fa vers son seinnor tan gran lageza e tan gran 
blasme que totz vins deuria esser cremalz. Non per zo car 325 
hapreza moiller, mas per zo car era moiller de son seinnor lo. 
rei c\: ha la preza per meillurar, o per zo aw vol lo matrimoni 
de so seinnor offendre, e que li vol malviziar sa moil-[76 r°]- 
1er. En aici es de te, o tu, reis Yrtacus, que tu sas que Epi- 
genia fon filla del rei ton ancesser, & es se fâcha espoza del 330 
rei celestial <S: es sagrada e cuberta del saint vel. De quai 
manera poiiias tu penre ni tolre per razon sa moiller ad aquel 
rei, qued es plus poderos que tu, e que la prezessas a tos obs 
per moiller ? » 

Cant le reis Yrtacus auzi aquesta paraula, fon moutiratz,e 335 
parti se d'aqui. L'apostolz non temps anc ren ; anz estet plus 
alegres, cV acomenset adir : <( Aujatz tuh vos que temes Deu! 
Totz terrenalz reis conoissem tuh, e sabem que ten pauc sa 
seinnoria, e non pot gaire durar. L'emperis del rei celestial 
es durables; et aici con el fai aver gauh tan granz que cors 340 
d'orne non los pot pensar, a toz celz que gardan la soa fen, 
en aici dona tornienz, que son eissit de tôt nombre, a celz que 
se parton de la soa fen e de la soa sancteza. E pois qued hom 
temp la ira del rei, per que non teinera hom mais la ira de(l) 
Deu? Carli ira de l'ome es consumadaper tormenz temporalz, 345 
& es complit en un pauc d'ora. Mas li ira de Deu, aquil abrasa 
alz peccanz durabla flamnia, que ja fin non aura. Per que 
nostre Seiancr Jesu Christ e nostre Maistre nos dis presen- 



3G6 LEGENDES PIEUSES 

ment : Apud reges stabitis, qui cum flagellaverlnt vos aud occi- 

350 de.rint, post hec non habent quid facient. Et ideo dico vobis ne 
tinmeritis eos. Vos estares davan los reis, e los princes, cV 
flagellarant vos, & auciran vos ; mas pois [76 v°] sera anuatz 
totz lur poders. Et eu die vos o per aizo que non los teniias. 
Mas cellui ternes que, pois qued hom es mortz, ha poder de 

355 mètre l'arma e lo cors en la flamma èi el fuc durable. Et eu 
die a totz vos autres que temias aquel. » 

Ab aitant Epigenia se leva,e vai se getar alz pes de l'apos- 
tol, e dis li : « Eu te prec, per cellui de cui tu es apostolz (k 
raessatges, que tu pauses sobre aquestas vergens tans mans, 

360 e per la toa paraula sian sagradas a nostre Seinnor, que nos 
puscam escapar las menassas d'aquest Yrtaci.Car domenz que 
mos paire e ma maire eran viu, el lur prometia moût con 
aquest fah s'esdevengues ; e car eil non o volian far, mena- 
s;iva los moût. E domenz qued eil eran viu, el auzava aizo far 

365 ni essajar; que fara el aoras que son mort? » Cant Tapostolz 
auziaizo,ac gran fizansa en Deu & apostot non temps anc ren 
Yrtacum, mas pauset lo vel sobre lo cap d'Epigenia e de las 
autras vergens, qued aqui eran, & dis aquesta benedictio : 
« Deus, plasmaire delz cors & parlaire ab las armas, le qualz 

370 non mesprezas état ni refugas nuil home, ni nuilla re, (]ue 
tu aias fah, non fas non digne de la toa gracia, & es creaire 
de tôt cant es & rezesmeire, tu, bons pastre, tria aquestas 
toas ancillas de ton foie, a conservar & a gardar la corona de 
la perpétuai castitat, e cobri las de l'escut de la toaprotectio, 

375 a tota obra de la toa vertut e de la toa gloria, & appareilla 
lur que li toa sapieza lur esseinnae a vencerlas fail-[77r°]-lidas 
de la carn, con ellas refujon los maridatges de peccat, e qued 
ameriton ad aver lo maridament que ja non se partira, zo es 
del tien fil, nostre Seinnor Jesu Christ. Senner, eu te quer 

330 que tu las garniscas d'armas non carnalment, mas del poder 
e de la vertut del tieu esperit, que, cant auras garnit lur 
menbres e lur sen, peccatz non pusca reinnar en lur cors, e 
qued ellas vuillan totz temps viure sotz la toa gracia, que 
cel, qued es deffendeire delz malz à: enemix delz bons, non 

385 pusca penre venjansa en aquestas, que son sagradas en lo tieu 
nom. Tota la calor de luxuria esteinna en ellas li pluja de la 



LEGENDES PIEUSES 307 

celestial gracia; e li perpetualz castitàtz enlumcne en ellas 
son lum, e li failla casta sia enbrasada en ellas ; e negli- 
gencia non lur don ucaison de laissar. Verginitatz siaenella?, 
armada & ornada d'entera fen, d'esperansacertana, do caritat 390 
puia, e que lur coratgc sian appareillât de recebre la gran 
vertut de continencia, qued ellas poscan vencer los sobrepu- 
jamenz del diabol e los divers enfeinnemenz, e qued ellas 
inespreson las presenz causas, & aian la[s] futuras. Aian 
abstinencias de carnalz conduh ; & en lue de manjar e de 395 
beure, aujan las sanctas leissos, que per orations sian pagu- 
das, e per éruditions sian repletas; enluminadas sian de vigi- 
lias, que puscan far la obra de la virginal gracia. D'aquestas 
armas de vertutz aquestas toas ancillas sian garnidas dedinz 
e deforas, qe senz tota contra-[77 v°]-ria puscan ' adimplir lo -100 
cors de virginitat per nostre Seinnor Jesu Christ, rezesmeire 
denostras armas, ab lo quai es a te honors, Deus paire, & glo- 
ria ab lo Saint Esperit, aoras & totas autras oras, & per inmor- 
talia secula seculorum! » Responderon tuh : « Amen. » Ab ai- 
tant celebret la messa, e cumeneguet tôt lo pobol, de josta 405 
Fautar on avia sagrat lo cors de Christ ; & aqui receup mar- 
tjri. Car cant ac sonmesLier complit, et le reis Yrtacus tra- 
mes sons carnificers armatz ; e van penre saint Matheu, e 
lieron li las raans detras lo dos, e pois tailleron li la testa, 
& d'aital manera l'apostolz de Jesu Christ receup martiri. 410 

Cant le pobolz o saup, acomenseron tuh ensemps ad annar 
ab fuc al palais del rei, e volgron cremar lo palais el rei 
intre. Can li preveire e li clergue e li discipol de saint Ma- 
theu viron aici correr lo pobol ves lo palais, cv eil lur acomen- 
seron a pregar, & a dire : « Seinnor fraire, non voillas far 415 
conti'a lo mandaraent de nostre Seinnor; car can li juzeu lo 
prezeron, e sainz Peire trais son glazi, c taillet l'aureilla ad 
un d'aquelz que tenian nostre Seinnor, qued avia nom Malc, 
e can nostre Seinner o vi, non vole qued hom rendes mal per 
mal, e dis (qued) a saint Peire ([ue torncs Tauroilla en son lue ; 420 
& aqui eis can li ac pausada, fon sanada e guerido. E dis 
nostre Seinner a saint Peire: « Peire, si eu me volia, non 
me tramotria le meus Paire dotze légions d'angelz [78 r" ] o 

1 Ms. puscani. 



3G8 LEGENDES PIEUSES 

plus, qued auciiian toz aquestz? « Mas per amor d'aizo, cele- 

425 brem tuh ab gran gauh lo martiri de Tapostol, & aguardem 
cui Deus voira adordenar en son lue. » Epigenia, qued era sa- 
crada vergena de Christ, tôt cant avia en aur &: en argent & 
en peiras preciosas, ni aver poc, tôt o portet alz jjreveires, c 
dis lur qued en bastissan gleisa, en honor de Fapostol, e las 

430 sobras donessan totas alz paupres. « Me laisas estar ab Yrco, 
car lo conven qued eu aia guerra ab el & tenson. » Aprop 
aizo Yrtacus le reis fez venir a se las raoillers de totz les rix 
homes, e cujava se que per alcuna razon ellas poguessan con- 
vertir Epigenia, con el Tagues per moiller, e trames lai las 

435 donnas on ella era. Et anc per nuilla ren convertir non la 
pogron. Cant Yrtacus ovi, fezappareillar el mehg de la plassa 
un gran fuc, e fez inz mètre Epigenia. Cant le fax fon atj- 
satz tôt entorn ella, e Tangelz de nostre Seinnor apparec li 
ub saint Matheu, e dis li: « Epigenia, sias ferma, e non temias 

440 aquestz fux, car ad aquelz que lo t'an mes, ad aquelz tornara 
de sobre. » Etal) aitant can le fux fon abrasatz tôt entorn la 
vergen, e Deus fez levar un vent moût fort, et ostet li fuc, c 
fez l'annar al palais del rei Yrtaci, e cremet lo, de guiza que 
nuilla ren, que laintre fons, non poc hom acorre ni traire, 

445 qued a penas soletament le reis ab un fil seu s'en poc eissir. 
[ 78 v° ] Mas meilz li vengra que fos crematz laintre, car le 
diabolz intret aqui eis al cors a l'enfant & acoinenset lo moût 
fort atrabaillar, à. el mezeis le diabolz liet li las mas detras 
lo dos, e pois de gian cors menet loa la sopoutoura de l'apos- 

450 toi, et dizia aqui e manifestava el mezeis las tracions elz enganz 
de son paire. Mezesme Yrtacum feri de lebrozia deus lo suc 
entro alzpes. Etel, can vi que non poc esser curatz per mede- 
cina nuilla de metge, ni per nuil encantament, vai el mezeis 
penre un glazi & aucis se. Et aici con el avia fahg transforar 

455 lo cors de Tapostol, en aici transforet lo seu ventreil ab son 
glazi. 

Totz le pobolz ac gran gauh, car en aissi se fon moitz. E 
van penre lo fraire d'Epigenia, qued avia nom Behor, loqual 
avia batejat sainz Matheus e tornat a la fen de Jesu Christ, 

4(30 per la predicacion d'Epigenia sa seror, e feron en rei; &. era 
joves hom, d'état de vint e cinc ans ; & acomenset a reinnar, 
e rengnet seissanta e très anz. Et aici visquet oitanta &. .viij. 



LEGENDKS PIEUSES 369 

anz ; e domenz qued el vivia, establi e fez d'un seu fil rei. 
E vi los ûVa de sos filz entro en la carta g'eneration, et establi 
per tota sa terra grau pas e ferma delz Ronias cV d'aquelz de 4G5 
Persia, Totas las terras d'Ethiopia foron adiraplidas de 
gleisas, las qualz i son ancar entro al jorn d'oi, e fan ancar 
gran fcsta pèr E|)igenia, la fiUa del rei. E D.-us fa ancar granz 
meravillas a la confession de saint Mat heu Fapostol, le qualz 
escriiis [irinierament l'avangeli de nostre Seinnor Jesu 470 
Christ en Ebreu. Cui est /w)wr et gloj'ia, jjer m/i-['79v°]-nita 
secula seculorum. Amen. 



XXV 

PASSIO SANCTI SIXTI & SANCTI LAURENTII 
MARTYRUM. 

Decius imperalor lenuit beaiissimian senem Sixtum, episco- 
pum rouuinum, cinn oinniclcro suo et reciusit in custodia publica, 
et faeruntibiclausi tnultis diebus. Decius, Temporaire de Roma, 
près saint Sixst, qued era apostolis ab totz sos clergues, e fez 
lo mètre en carcer. Can venc un jorn, qued eilagron longament 5 
estât près, e Decius Temperaire c\: Valerians, qued era jutges, 
coraanderon qued boni lur aduisses davan en la plassa, vezent 
lo pobol, Fevesque ab sos clergues. E can fon denant elz, e 
Decius César, l'eraperaire, li dis: o Sas tu per qued es près, 
ni aduh aici davan nos, vezent tôt lo pobol? » Respondet 10 
saint Sixst, e dis : « Eu o sai lo ben. » Decius Temperaire dis : 
(( Ara fai de guisa que tuhg aquist o sapian, per zo que tu 
vivas e ta clerzia puscha creiscer. » Sainz Sixst respondet : 
« Verament o ai eu fah, et o farai, e li mou clergue seran cre- 
gut. » L'eraperaire dis: « Per amor d'aizo, sacrifia alz deus 15 
non mortalz, e seras princes e seinner de totz los autres pre- 
veires. » Respondet le sainz evesques : « Eu ai totas horas 
sacrifiât e sacrifiarai a Deu lo Paire poderos & a nostre Sein- 
nor Jesu Christ & al Saint Esperit sacrifizi pur e net.» Adonx 
comandet Femperaire qued hora lo menés al temple d'en 20 
Mart, e que lo fezessan aqui sacrifiar. Mas el, per nuil for- 
ment qued eil li fezessan, non lo pogron far sacrifiar ; e 
cant eil o viron, raeseron lo en una carcer ab diaques seus, 

25 



370 LEGENDES PIEUSES 

Felicissi-[79 v°]-mum &. Agapitum.E can l'en menavan, sainz 

25 Laui-enz l'archidiaques li acomenset a clir aitalz paraulas : 
« tu, paire, oti annaras seii ton fil ? tu, sainz preire, on 
tenras senz ton diaque? Tu non avias lo usât, qued offrissas 
ton sacrifizi senz servidor, tu paire, que t'es desplagut en 
me? As doux après qued eu forlinne? as près autre sirvedor, 

30 que sia plus fizelz, a cui as comandat lo sagrameut del sanc 
de nostre Seinnor? Aici con soi agutz tos compainz el sacri- 
fizi del cors de Jesu Christ, deuria eu esser tons compainz el 
sacrifizi del tieu cors. Vejas, seinner, que le tiens juizis sia 
drechuriers, car mal o fale maistre, can mespresalo discipol. 

35 Abrahamps otFerc son fil ; sainz Peire trames saint Esteven 
denant se a nostre Seinnor. E tu, paire, demonstra el tieu fil 
latoavertut. Offre primerament me cui asesseinnat, e tramet 
me primer, que plus segurament puscas annar per la via on 
deves annar a la corona de martiri. » Adonx li dis sainz 

40 Sixst : « Filz, eu non te laisse pas ni te desampare. Mas majer 
corona de martire t'es deguda. Nos, car em veil, recebrera 
plus leu batailla; et a te, qued es jovens horn, coven qued aias 
major Victoria del tjrant, que soflfrias major forment. E non 
voillas plorar, qued ades venras a me. Apres très jornz me 

45 segras. Car primerament dsu vencer le maistre la batailla, 
e pois tu deves li querre adjutori. Mas pren tôt l'aur e l'ar- 
gent e tôt [80 r°] lo thesaur de la gleisa, e départ o a celz 
que vejaire ti er ». 

Cant sainz Sixst ac donat aquest poder a saint Laurens, an- 

50 net sainz Laurenz per la terra, oc aqui on sabia los clergues 
paures, qued estavan escondut, per la fen de Jesu Christ, por- 
tava lo thesaur, e donava en a cada un zo qued obs li era. Can 
venc aprop, l'eraperaire dis qued hom li menés davant saint 
Sixst. Cant fon aqui davant el en la plassa, & Felicissimus éi 

55 Agapitus ab el, e l'emperaire Decius, pies d'ira, li acomenset 
a dir: « Tu es veilze nos dariam te bon conseil. Auz, e fa nos- 
tre mandaraent, & sacrifia alz deus. » Respondet sainz Sixst e 
dis : « Caitiu, tu acoseilla te mezeis, <k non voillas tas paraulas 
getar en va Mas fai penetencia del sanc delz sanz, qued as 

60 escampat. » Adonx Decius, per lo conseil de A'^alerian lo 
jutge, comandet qued hom lo menés al temple d'en Mart, e si 
non volian sacrifiar qued hom aqui eis lur tolgues las testas. 



LEGENDES PIEUSES 371 

Menet los hom foras de la ciutat, ad un temple d'en Mart ; e 
can foron aqui, sainz Sixst, acomenset a dir al temple : « Des- 
truet te Chn'atusfîlitis Deivivi! Destruia te Christ, le filz de Deu fô 
viu!» Cant tulig li Christian agron respondut: «Amen», aquieis 
cadec una granz partida del temple, & fon tota atrissada. Adonx 
sainz Laurenz acomenset a cridar : « Sainz paire, non me 
laisses, car aquelz tresaurs, que tu m'avias comandatz, ai totz 
despendutz. » 70 

Li ministre, cant auziron delz thesaurs, prese-[80 v°]-ron 
saint Laurenz, l'arquidiaque Saint Sixst, 6: Felicissiraon (k: Aga- 
pitum meneron davan lo tem[)le d'en Mart, c\: aqui taillet lur 
hom las testas, .viij . idus augusti. Can venc la nohg, e lo ven- 
gron li clergue e li Christian (S; coilliron los cors del[z] sainz 75 
martirs, e sebeliron saint Sixst en una crota el cimenteri de 
Calixti, enmesesmala via ; los autres martirs, Felicissimum&. 
Agapitum, sebeliron atressi en mezesme lo sementeri. Ab 
aquest foron atressi martiriat autre quatre, aici con hom o 
troba legent en la gesta delz evesques, Januarius, Magnus, 80 
Vincencius& Stephanus, & atressi fon martirizatz ab elz Beatus 
Quartus, aici con o escrius sainz Cjprians. Aquest sainz Sistz 
fon natz & esseinnatz ad Afhenas, e fon primerament philoso- 
pus, e pois fon discipolz de Christ. Et estet un an en l'evescat 
et .x. mes & .xxij. jornz'. 85 

Aici con dih vos avem desobre, sainz Sixst, can annetamar- 
tire, coraandet los thesaurs de la gleisa a sant Laurenz. Annet 
s'en sainz Laurenz en un poi qued avia nom Celion, on estava 
una donna (lued avia estât .xxx.ij. anz vezoa. e ténia escondutz 
en sa maison moutz crestians e moutz clergues e motz pre- ÔO 
veires. Venc s'en laintre sainz Laurenz 6: aportet los thesaurs 
de la gleisa, e vestlmenz, e donet lur o a cada u, segon qued 
obs li era, & lavet a totz los pes. Aquil donna, Ciriaca qued 
avia nom, vai se getar a sos pes de saint Laurenz, (k acomenset 
li a dir : «Senner, eu te conjur per Jesu Christ que tu pauses 95 
[tas mas] sobre mon [81 r°] cap, car moutgran dolor e moutgran 
enfermetat i sofri. » Sainz Laurenz seinnet la e pauset li sas 
mas desobre lo cap, & lo - drap ab que terzia los pes del sainz, 
6: aqui eis fon sanada e guerida. 

* Ou avait d'abord écrit .xxx.iij. Le dernier x el le second i ont été grattés. 
2 Ms la. 



3 72 LEGENDES PIEUSES 

100 Cant ac fahg, moc se d'aqui & annet s'en en una carrera 
qued hom appellava Canarius, &i venc a la maison d'un qued 
avia nom N;ircissi & era cliristians, à atrobet laintre moutz 
christians ajostatz, que s'escondian per l'emperador, &. lavetlos 
pesatotz, à: pois donet lur deltresaur. Laintre en aquellamai- 

105 son, avia un home cec qued avia nom Croscencius, &. acomen- 
set a pregar saint Laurentz que li pauses sa man sobre sos oilz. 
Sainz Laurenz, cant o auzi, acomenset a plorar, e dis: <( Nos- 
tre Seiiiner Jesu Christz,qued uberc los oilz de celui qued era 
natz cex, el enlumine los teus oilz ! » E fez li cros sobre los 

110 oilz, (k en eis pas foron enluminât, e vi clarament. Cant sainz 
Sixst l'evesques fon menatz a martire ab dos diaques sens, e 
domenz que l'en menavan, e lo venc sainz Laurenz k. acomenset 
moût fort a cridar : « Sainz paire, non me voillas laissar, car 
los thesaurs, que tu m'avias comandat, ai totz despendutz. » 

115 Cant li cavalier de l'emperador, (jued eran aqui, auziron del 
tresaur, van penre saint Laurenz & liureron lo al veguier, 
qued avia nom Paternion. Et aquel mandet a l'emperador e 
fez saber que près avia Tarquidiaque Laurenz, qued avia rescos 
los thesaurs de l'evesque [81 v°] Sixst. L'emperaire, cant o 

120 auzi, ac gran gauh, e comandet qued hom lo li aduisses 
davant. E cant fon denant el, c^ ac auzit sa razon, liuret lo al 
jutge Valerian. Valerians donet lo en garda ad un qued avia 
nom Ypolite. Aquest Ypolites mes lo en sa carcer, ab moutz 
autres que n'i avia. 

125 Laintre en la carcer avia un home, qued avia nom Lucillus, 
&. era cex. E dis li sainz Laurenz : « Lucille, crez en Jesu 
Christ, lo fil de Deu, & bateja te, à: recobraras ton vezer. » 
Respondet Lucillus, e dis : « Totz temps ai désirât con eu 
fons batejatz el nom de nostre Seinnor Jesu Christ. » Ab ai- 

130 tant sainz Laurenz christianet lo, e pois fez se aportar d'aigua, 
e batejet lo ; et aqui eis sei oil foron enluminât. Can saupron 
per la vila aquesta meravilla, qued ac fahg sainz Laurenz, 
venian moût cec en la carcer on era sainz Laurenz, e pausava 
lur las mans sobre los oilz, & eran enluminât. Cant Ypolitus, 

135 quel ténia en sapreizo,vi aizo, crezet en Jesu Christ, e dis a 
saint Laurenz que lo batejes. Pois mandet Valerianus le jut- 
ges qued hom li aduisses saint Laurenz denant, E can fon de- 
nant el, et el li dis : « Laurenz, laissa aquesta foUia, et rent 



LEGENDES PIEUSES 373 

nos lo thesaur de Sixst, que nos sabem qiied tu as rescost. » 
Respondet li sainz Laurenz, e dis : « Dona me espazi de dos 140 
joruz de très, e pois aportarai los te davant. » Larguet 
l'om ; e can fon largatz, annet per la eiutat, &. acampet los 
paujires, [82 r°] elz frevolz, elz cex, elz clops, e mes los en la 
maison d'YpoIite. Valerians fez saber a Teraperador que Lau- 
renz avia quist espazi de très joruz, e pois rendria los thc- 145 
saurs. 

Aprop très jornz, sainz Laurenz venc al palais de Salusti, e 
dis li Decius l'emperaire : « On son li thesaur que tu avias 
promes que rendrias? » Ab aitant sainz Laurenz eis s'en foras, 
& ac acarapatztotz los paupres, &. fez los toz intrar el palais, 150 
e dis : « Eniperaire, aizo son li thesaur durable, que ja non 
amermaran, anz creisson cadajorn; e tuhg podon lo aver, 
aquest thesaur, e cada uns hora pot Taver tôt. » Valerians le 
jutges acomenset a dir : « Q[uid] varias^ permulta ? Per que 
nos vas aici essajant ? Sacrifia alz deus & oblida aquestas 155 
artz encantairitz en que te fizas! » Respondet sainz Laurenz, 
e dis : « Per que vos destrein tant le diabolz que vos diguas alz 
christians : Sacrifiatz alz diabolz ? » Cant l'emperaire Decius 
auzi aizo, comandet qued hom lo despoilles, & qued hom 
lo bâtes ab aguilensiers. E domenz qued hom lo batia, & el 160 
dizia : « Eu ren gracias al nieu Seinnor Jesu Christ, que vol 
qued eu sia en la compainna delz sens sainz martirs. Mas tu, 
mesqui, zo dis a l'emperador, tormenta ta ira e tos forssenz. » 
Adonx dis l'emperaire : « Levatz lo, c^ tormentatz lo en totas 
maneras qued hom pot nuil home tormentar. » Van penre 165 
sanz Laurenz e lieron lo ab cadenas, e meneron lo al [82 v**] 
palais de Tiberii. L'emperaire fon en un temple d'en Jupiter, 
qued era laintre el palais, (S: sez se en una cadera, e menet li 
hom denant saint Laurenz, Cant fon denant el, acomenset li a 
dir : « Sacrifia alz deus, & non te volerfizar el[z] thesaurs qued 170 
has rescondutz. » Sanz Laurenz respondet desliuramenz : 
« Veramentme fiz eu en mos thesaurs, &. en soi ben segurs. » 
L'emperaire, cant o auzi, fon moût iratz, e comandet qued 
hom lo bâtes ab fustes. E domenz qued hom lo batia, el cri- 
dava a l'emperador, e dizia : « Ar podes conoiscer, mesqui, 175 

1 Ms. Quarias. 



374 LEGENDES PIEUSES 

qued eu me fitz tantel[z] thesaiirs de Christ que los tieus toi*- 
menz uoii senti. » Can l'emperaire o auzi, comandet qued hom 
li ajostes al latz platas de ferre ardens ; e cant o agron fahg, 
sainz Laurenz acomenset a dire : « Domine Jesxi Christe, Deusde 

180 Deo, miserere mei servo tuo, quia accusatus non negavi nomen 
sanction tuum, interroyatuste Christian dominum Ji^sum ronfes- 
sus sum. Seinner Jesu Chi-istz, Filz de Deu, aias merce de me, 
que soi tos sers, car eu aecusatz non ai denegat lo tieu saint 
nom, ce ai ades confessât, cant eil me demandavan, te, Seinner 

185 Jesu Christ. » Ab aizo eil l'acomensavan moût fort a batre 
ab massas de plump. E domenz qued eil lo batian,el acomen- 
set a dir ; « Seinner Jesu Christ, que par la nostra salut dein- 
niest recebre la forma deto sers, que nos desliuressas del ser- 
vizi del diabol, recep lo meu esporit ! » Ab aitant e vec vos 

190 una votz de cel, que li dis: « Laurenz, ancar te son degu(s)t 
ma-[83 r°]-jor torment. » Ab aitant va l'om penre, éa estendet 
Tom en un estrument, e liet Tom aqui, 6i acomenset l'om moût 
malament a batre. E domenz qued hom lo batia, & el aco- 
menset gracias a rendre a nostre Sennor, & dizia : « Benezeihg 

195 sias tu, Seinner Deus, Paire de nostre Seinnor Jesu Christ, 
que nos lias douât la toa misericordia, que non aviam ameri- 
tada. Mas tu, Seinner, per la toa pietat, dona nos aquella gra- 
cia, qued aicel, que son aici entorn me, conoscan que confor- 
tas los tieus sers. » 

200 Aqui eis uns delz cavaliers qued estavan aqui, qued avia nom 
Roman, crezet en nostre Seinnor Jesu Clirist, e dis a saint 
Laurenz : « Eu vei qued uns hom trop belz esta aqui ab te, e 
ten un di'ap ab que torca tos menbres del sanc. Et eu conjur 
te per Jesu Christ, que t'a trames son angel, que tu non me 

205 laisses. » Ab aitant levet hom saint Laurenz d'aquel estru- 
ment, & deslietl'om erendet l'om ad Ypolite laintre al palais. 
Venc Romas À: aportet aigua en una conca, epauset la alz pes 
de saint Laurenz, e preguet lo que lo batejes. "Vai sainz Lau- 
renz e benezi Taigua, e batejet lo. Cant l'emperaire auzi que 

210 Romans s'era aici fahg batejar a saint Laurenz, fon moût 
iratz, e comandet qued hom lo bâtes ab fastes ôc ab palz. Et 
enanz qued hom Tapelles, el acomenset a cridar : « Christians 
soi. » Ab aitant l'emperaire comandet qued hom lo menés foras 
de la ciutat, e qued hom li tailles lo cap. MeenetTora foras de 



LEGENDES PIEUSES 375 

laciutat, e tailletlihom la testa, segon lo coraan-[83 v°]-dament 215 
de Femperador, y. idus augusli. Cant veno la nohg, e lo venc 
le preire Justis, e près lo coi's e seheli lo en una crota en 
camp Vera. 

Can venc en aquella eissa nolig, Decius l'emperaire venc en 220 
la plassa, josta lo palais de Salusti, e coraandet per aqui eis 
qued hom li aduisses saint Laurenz davant; et aduis lo li liom, 
& aportet hom ab el montas maneras de tormenz, plumbute, 
fustes, lamine, iwrjues, lecti, baculi. E dis a saint Laurenz l'em- 
peraire : « Pausa l'engan de la toa art encantairiz, èi digas 
nos ton linnatge, ni don est. » Respondet sainz Laurenz, e 225 
dis: « Mos linnatges fon d'Espainna. Esseinnatz e noiritz soi 
en Roma, & des qued era el brez soi christians ; e des qued 
acomensei a parlar, ai après la sancta lei e la divina. » L'em- 
peraire dis : « Sacrifiza alz deus, que si non o fas, totaaquesta 
nohg seras tormentatz.» Respondet sainz Laurenz, e dis : « Mea 230 
nox obscurum non habet, sed omnia in liice clarescunt. Li mia 
nox non ha d'escur, mas tôt cant i a resplàndis per gran lutz.» 
Vai l'emperaire, e comandet qued hom li bâtes sa bocca, e 
domenz qued hom la li batia, sainz Laurenz rizia, e se con- 
fortava, e dizia : u A te, Seinner, qued es Deus de totas eau- 235 
sas, rent eu gracias. » Ab aitant aportet hom una grazilla ab 
1res costas de ferre, e despoillet hom saint Laurenz de sos 
vestimenz, & estendet l'om desus, & ab forquetas de ferre & 
hom l'estreis de sobre que non se po-[84 r^J-gues moure, 
Adonx can fon aici estendutz, & el acomenset a dir a l'em- 240 
perador : « Ego me obstuli sacrificium Deo, in odorem suavi- 
talis, quia sacrificium Deo est spiritus conlribidatus. Eu me soi 
ofFertz sacrifiais a Deu en odor de suavitat; car sacrifizes es a 
Deu esperitz contribulatz. » Li carnificer, que lo destreinnian, 
acermavan h\s brasas, e metian las desotz la grazilla, e de 245 
sobre prennian saint Laurenz ab forquas de ferre. Ab aitant 
sainz Laurenz acomenset a dire : « Mesquin, ara vejas can 
granz es li vertuz del meu SeinnOr, car li tieu carbon me 
donan refi-igeri ; & a te daran durable forment. Car le meus 
Seinner Jesu Christz sap ben que, cant eu fui accusatz, non 250 
lo deneguei, anz ades ai confessât qued el es mos seinner. E 
domenz qued hom me raustis, eu li rent gracias. » Et ab 
moût gran gauh k ab alegre vont el dizia : « Gralias ago 



376 LEGENDES PIEUSES 

tibi, Domine Jesu C/trïste, qui me confortare dignaliis es. A te 

255 fatz eu gracias, Seinner Jesu Christ, car tu m'as deinnat con- 
i'ortar. » Et ab aitant levet sos oiiz, e regardet se vers l'era- 
perador, e dis li : « Msesqui, vec te qued as raustit Tuna [)ar- 
tida; gira me deus l'autra part, e manja. » Et acomenset a 
glorifiar & a lauzar nostre Seinnor, e dis : « A te rent gra- 

260 cias, Senner, car eu ai ameritat ad intrar per las toas portas.» 
Et ab aitant Tesperitz li eissi del cors. E cant venc a la prima 
alba del jorn, c^ Ypolitus emblet lo cors e portet l'en, et 
envolopet lo en moût be-lz'ck'aps, et [84 v°] mandet o al pre- 
veire Justin, que saintLaurenz avia aicifahgaucir l'emperaire. 

265 Venc le preire Justis, & Ypolitus, moût trist & plorant, e por- 
teron en lo cors del benazurat martir in via Tiburtina, en la 
maison d'aquesta donna vetzoa Ciriaca, in carnpo Verano, a 
cui alberc sainz Laureiiz avia portât de nohg alz paupres 
que lainz eran del thesaur, &. ad ella avia donat per la dolor 

270 del cap lo drap, ab qued avia ters los pes alz paupres ; &. cant 
venc lo seras sebeliron lo aqui, . iiij'^. idiis ogusti. Aqui 
vengron li Christian, & dejuneron, & feron i vigiliastres nohg. 
Sainz Justis le preire cantetsasmessas, e cumeneguetlopobol, 
e rendet son sacrifizi a nostre Seinnor. 



XXVI 

PASSIO SANCTI STEPHANI MARTYRIS 

In diebus illis, ct^escente numéro discipulorum, factus est mur- 
mur inler apostolos, eo quod non haberent qui ministrarent ad 
mensam Dei Can li apostol annavan predicant la paraula de 
Deu, & eil acomenseron a dir un jorn entr'elz, à: acomenseron 

5 se a rancurar, car non avian discipolz adordenatz que lur cir- 
vessan a la taula de Deu; e disseron: aElejam^ de nos autres 
talz. vij., que sian bon à. util & plen de Saint Esperit e de 
sapieza; & aquestz establam sobre aquesta obra. » Plac moût 
aquist paraula a tota la compainna. Et elegiron Esteven, plen 

10 de fez e de Saint Esperit, & Philipum & Prochorum & Nicha- 
norem, & Thimotheum & Parmenam & Nicholaiim advenam 

1 Ms. eleian. 



LEGENDES PIEUSES 377 

Anthioce-[85 i°]-num. Aquest establiroii davan los apostolz. 
E cant los agron elegitz, pauseron lur mas de sobre, e pregue- 
ron nostre Seinnor, e receupron Saint-Esperit. Li paraiila 
de nostre Seinnor Josii Christ creiscia ades, e multipliava, et 15 
le nombres atressi tlelz (li.sci[)olz en Jherusalem moût fort. 
Moût preveire de la lei delz Juzeus obedian a Uifen de Jesu 
Christ e s'i tornavan. Slepkanus plenus yratia et fortitudine 
faciebat prodiyia et signa magna m populo. Esteves, plens de 
gracia e de forsa, fazia signes e granz meravillas el pobol. 20 
Can li Juzeu o viron, leveron se encontra saint Esteve acjuil 
de la sjnagoga, qued era appellada delz Libertiencx, e delz 
Cirenenx, ùi delx Alexandrienx, &. d'aicelz qued eran de Cilicia 
e d'Azia, desputanz ab saint Esteven. Mas non podian con- 
trastar a la sapieza de lui ni al Saint E^perit qued era en el. 25 
El lur dizia de lur lei con la degran tener, si con Deus la 
donet a Moj^son, e cal amor portet al pobol d'Israël, can lur 
passet mare rubrum e xl. anz los pac de la manna el désert, 
el mesprezeron, e laisseron la leiel[z] comandame[n]z de Deu, 
e feron jdola en semblansa de vedel, et adoreron lo en lue de 30 
Deu; per zo foron perdut eil e tuhg aquil que segon la lur 
leig obravan. Per aquestas paraulas qued el lur dizia e per 
los malz captenemenz de que los reprennia, irasqueron se ab 
el per gran ira, &. amouesteron a de talz n'i ac que deissan e 
fezessan encrezent al pobol qued aquest Esteves blatliesmava 35 
Deu & Mojsen. 

Ab aitant feron ajostar tôt lo po-[85 v°]-bol e totz los sapis 
homes de la lei, e corregron tuhg ensenips, cV van lo penre, 
& adduis-^eron lo el conseil, et establiron a sos nian falz 
guar'enz que deisseron: « Aquest honi non se cessa de parlar 40 
paraulas contra aquest lue & escontra la. sanctalei. Nos 
avem auzit qued el a dih qued aquest Jésus Nazarelz des- 
truira aquest lue, e niuda aquelz comandamenz que nos ha 
liuratz Mojses. » Et ab aitant tuhg aquil, que se sezian el 
concili, acomenseron ad agardar saint Esteve e ^•iron sa fatz 45 
aital con fatz d'angel. Mas sainz Esteves, plens de Saint Es- 
perjt, esgardet vers lo cel e vi la gloria de Deu, e dis: « Eu 
vei los celz ubertz, e Jesu Christ estar a la dextra del seu 
Paire. » Eil non volgron entendre la paraula qued el dizia. 
Mas tuhg ensemps s'abriveron moût malament en el éi aco- 50 



378 LÉGENDES PIEUSES 

menseron a cridar: «PrennaTom. » Et ab allant encausseron 
lo foras de la cliitat, e tolllan liir vestlmenz, per zo que plus 
fort lo pog-uessan encaussar e lapidar, e pausavan les alz pes 
d'un enfant, qued avia nom Salu. Aquest enfans que gardava 

55 lur vestlmenz, domentre qued ell lapidavan saint Esteve, zo 
fon sainz Paulz l'apostolz, que non era ancar convertitz. E 11 
mescrezent Juzeu lapidavan saint Esteve, et el pregava &. dl- 
zia : « Seinner Jesu Christ, recep lo meu esperlt, e non lur 
queras aquest peccat, car ell non sabon que se fan. » E cant 

60 ac aizo dlhg, & el feni en Crist, zo es en bona obra. Ad quam 
finem nos perducat Dominas nosler Jésus Chrislus, qui cum 
pâtre ' [vivit et régnât.] 

XXVI I 
[86 r°]VITA SANCTI PANTHALEONIS & PASSIO 

In diebus Ulis, rengnanfe impiissimo Maximiano, plurimi, hanc 
vitam despicientes, per fidem Dei et Domini nostri Jesu Christi, 
in montibus se abscondebant. En aquel temps, cant relnnava 
le malz reis Maximlans, e cil que crezian en Jesu Christ, per 
5 paor del mal emperador, escondian se el[z] puhg, 11 autre en 
lascavassotz la terra, con poguessan fuglr las penas e los 
trabailz d'aquest(z) segle. Ll autre non se volian moure, anz 
attendianlos tormenz delz malz princes, & aicl fenlan lur vida, 
el nom de nostre Seinnor Jesu Christ. Adonx sanciitas e fez 

10 probava persapieza los messatges de Deu, los qualz menava 
Victoria a vidadurabla. Le fêlions reis Maximians se trabail- 
lavaab los messatges de Deu, lo[s] qualz podia atrobar en la 
ciutat de Nichomedia, ou el estava; e li saint constrastavan 
ab el entre a la mort. 

15 En aquelz jornzerauns rlx liom en laclutat de Nichomedia, 
qued avia nom Eustorgius, &. avia un fil qued avia nom Pan- 
thali, e liuret lo per esseinnar ad un qued avia nom Eufrosln, 
que servia al rei en son palais. Près [lo] aquest maistre & es- 
seinnet 11 l'art de mettîia ; &. menava lo moût sovent le maistre 



1 Fin de la ligue et de la pa^e; c'est pourquoi sans doute le scribe n'a pas 
achevé la formule. 



LÉGENDES PIEUSES 379 

ab se el palais del rei. Cant le reis e tuh li rie home de la cort 20 
viron aquest enfant, dizian al niaistre EutVosin : « De oui es 
aquest belz enfans? » Aquest Panthalis era talz que niiil[86 v°] 
home non podia hom atrobar de la soa belleza, car tota bel- 
leza que nuilz hom degues aver ni |)Ogues, deus le suc entro 
alz pes, tota l'avia el. Eufrosinus respondet lur, e dis : u Filz 25 
es d'Eustorgio lo consol, & sa maire ha nom lùivola. Et ha lo 
me liurat qued eu l'essein l'art de metgia. » Le reis e cil qued 
eran ab el acomenseron a dir : « Per la vertut delz deus, dignes 
es qued estia davan rei. » Venian cada jorn al maistre tuh li 
rie home, e dizian lique l'esseinnes fort. Le reis atressi con- 30 
jurava moût Eufrasiii, qued en fos moût pregatz, con l'es- 
seinnes fort, car pausar lo volgra en son lue, si saupes de la 
fisica, 

En sa vila avia un prohome qued avia nom Hermelau éi. era 
se escondutz en una maison ab dos chi-istians autres, per paor 35 
del rei ; & denant aquella maison passava moût soven aquest 
Panthalis. Hermelaus, cant vi aquest un jorn passar per aqui, 
aici con solia, e vi la gran belleza e la graii reverentia de l'en- 
fant, conoc per Saint Esperit que vaicolz d'élection dévia es- 
ser, aici con fon Sainz Paulz l'apostolz. Neiigus hom non li -10 
podia tant dire qued el se volgues appariar ab feaiena, nil 
podia hom far annar en plassa, ni jugar, ni rire, aici con es 
usatges d'autres enfanz. Cant venc un jorn, e lo lo sonet 
aquest veilz Hermelaus, cant passava, aici con solia, per la car- 
rera, e fez l'intrar laintre en la masoneta on s'era escondulz. 45 
E cant Pan-[87 r"]-thalis intret, saludet lo Hermelaus, e 
dis : « Deus te don gauh, enfans. » Respondet l'enfans, e dis: 
« Et a te don gauh e te fassa digne de tota honor. » Ab aitant 
le veilz va lo penre per la man, e dis li que se sezes. E pois 
acomenset lo mètre en novas, e dis li : « Filz con estas tu? 50 
de quai doctrinaes? quai disciplina segues ? » Respondet 
Panthalis, e dis : « Eu soi filz del sénat Eustorge, e ma maire 
fon Euvola, qued ancar non ha gaire qued es mQi'ta.» Le 
v[e]ilz li dis: « De quai sexta es?» Respondet Panthalis .•« Can 
ma maire era viva^ volgra qued eu estes ades ab ella. Mas 55 
mos paice non o vole e volgra qued eu estes el palais del Rei, 
èi aqui apreses cavallaria. Mas pois que ma maire fon moi ta, 
mos paire a me liurat aqui on se vole. » Hermelaus le vielz li 



380 LEGENDES PIEUSES 

dis: « Qualz causas t'a esseinnat tos raaistre ? » Panthalis res- 

60 pondet: « Asclepi el Ypocratis et Galieni arfem, l'art d'Asclepi 
éi de Galian & d'Ypocras; e dis me mos maistre que, cant eu 
sabrai aquesta disciplina, qued eu sabrai curar totas las enfer- 
metatz delz homes.» Le veilz li dis : « Filz, aquest Asclepius, 
ni Galians, ni Ypocras, ni li autre deu que Maximians le reis 

65 col, non son res. Mas crez, filz, lo conseil qued eu te darai. 
Torna te a la fen de Jesu Christ ; car per l'apellament del seu 
nom, sanaras totas las enfermetatz. Car el, Jesu Christz, resus- 
ciiet los mortz, rendet lumen alz cex, sanetlos [87 v°] malautz. 
Et una femena, qued era ag-uda malauta dotze anz de fluxum 

70 sanguinis, can toquet solament al som de son vestir, fon sanada 
e guerida. L'aiguafetz tornar en vi, e fez tanta[s] meravilla[s] 
de las qualz non es nombres. El es ades ab sos sers & desliura 
los de totas lur tribulations ; et a celz que crezon en el, ha 
donat que podon far major[s] meravillas qued el non fazia.» 

75 Aici con li bona terra recep la semensa e rent per un gran 
trenta, e per autre seissanta, e per autre cent, aici sainz Pan- 
thalis receup lo saint evangeli en son cor, a fructiflament & a 
salutz de moutz. E dis ad Hermelau lo preveire: «Senner, si 
tu te voilas, eu te faria saber a mon paire. Car aizo que tu 

80 dis auzi eu moutas sazos dire a ma maire, à: qued ella orava 
e pregava Jesu Christ que tu predicas. » Respondet le preire 
e dis: <( Crez en Jesu Christ, e faras tôt aizo qued eu t'ai 
dih ; car el non se part de sos sers. » De jorn en jorn annava 
Panthalis al preveire à affermava se de la fen de Jesu 

85 Christ; ô:ja non vengra a son alberc, entro qued avia vist 
l)rimeraraeiit lo preveire ; tV aici fon repletz de la gracia de 
nostre Seinnor Jesu Christ. 

Can venc un jorn, e sos maistre laisset annar Panthali a 
son alberc, e domenz qued el s'en annava, <k el se troba ab un 

90 enfant, que jac mortz per un serpent que li era de lonc, que 
l'ac mors. Cant Panthalis lo vi, ac paor, e loinnet se un petit; 
et pois reconoo se, e menbret li de las paraulas que [88 r"] le 
preire li ac dichas, & acomenset a dir a se mezeis: « Ar pois 
conoisser si son veras las paraulas que m'a dichas Hermelaus 

95 le preire. » E regardet se vers lo cel, e dis : « Seinner Jesu 
Christ, si eu soi dignes qued eu te appelle, à. volz qued eu sia 
tos sers, el tieu nom resuscite aquest enfans. » Et aqui eis 



LEGENDES PIEUSES 381 

l'enfaiis resuscitet, e le serpens esclalet per lo melig. 
Adonx receup m^jor gracia Panthaleons e dis: « Benegh 
sias tu, Seinner Jesu Christ, que m'as d[e]iniiat ajostar ab tos 100 
sers! » Val s'en ab aitan ab moût gran gauh, e vai se getar 
alz pes d'Ermelau, lo preveire, edis li : « Eu te prec, seinner • 
sers de Deu, que tu me batejes, car eu ai oi en aquest jorn 
conogut que non es autres Dons, mas solament nostre Seinner 
Jesu Christ, cui tu predicas, per lo cui nom li mort resusci- 105 
tant. » E comtet li tôt con li era près, de quai manera, per 
l'apellament del nom de Christ, Tenfas era suscitatz de mort e 
le serpenz era esclatatz. Can Hermelaus le preire auzi aizo, 
ac moût gran gauh, e dis li : «Sai ven, filz, e monstra me lo 
serpent mort.» Et annet ab Panthaleon, e vi lo serpent mort. 110 
E cant Hermelaus lo vi, esgardet verslo cel, e dis : « Seinner 
Jesu Christz, benezehg sias tu, e benezeita sia li toa gloria de 
la toa pietat, e li gracia de la toa misericordia! Car la toa 
gloria non pot nuilz hom comtar ; car tu as donat al tieu fa- 
mol Panthali los tiens sagramenz. » Cant ac diclia sa oration, 115 
torneron' amdui en la maison d'Ermelau, e feron segon la 
lei [88 v°] de sancta gleisa. Donet li Hermelaus le preire lo 
saint batisme &. estet laintre ab el .vij. jornz. Can venc a 
Foôtau jorn, annet s'en Pauthalis a son alberc. Et cant sos 
paire lo vi, acomenset li a dir:((On as estât, filz, aitanz 120 
jornz?» Panthaleon dis li : « Paire, un home qued era moût 
malautz avem sanat el palais. Et per zo car era delz meillors 
homes de laintre, amix del rei, avem la estât set jornz ab el, 
entro qued es ben sîtiiatzde sa malautia.» Ab aitan sos paire 
se quezet. 125 

Cant venc l'enderaan, annet s'en a son maistre Eufrosi- 
num ; e cant Eufrosinus lo vi, acomenset li a dir : «Diguas 
me, Panthaleon, on as estât tanz jornz? » Respondet el e dis : 
«Mos paire a comprat un camp, & trames lai me, per vezerlos 
termes ; & ai la estât set jornz, entro qued el venc e vi qualz 130 
era aquilz possessions. E val moût mais aquil possessions de 
nuilla peira preciosa, la quai ha comprat mos paire.» Aizo 
dizia per lo enluminament del baptisme. E cant Eufrosinus 
auzi aizo, non li vole plus demandar. Panthalis, repletz de la 

* Ms. tornerom. 



38ê LÉGENDES PIEUSES 

135 gloriade Christ, conqueria adeslo thesaur de Christ, e donava 
se ades gran cura con pogues tornar son paire a la fez & a la 
crezensa de Christ. Cadajorn parhivaa son paire, e Ui diziala 
vertut de Christ e la vana gloria de las jdolas. E dizia 11 : 
« Paire, per que appella hom aques deus que totz temps eslan 

140 e ja non se mouran, e totz temps se sezon e ja non se mou- 
ran, ni se levaran?» Respondet sos paire, e dis li : u Per 
ma fez, te die eu qued [89 r°] aquist paraula que tu dis es meut 
greus, e non te sai respondre.» Sainz Panthalis, cant auzi 
aizo, acmout gran gauh, e rendet gracias a Deu, car sol per 

145 una paraula avia appellat son paire a la sciencia de Deu. Des 
aquella hora fon ades pois sos paire doptans en las jdolas, car 
el non lor ' volia offrir ni far sacrifizi. éi avia en son alberc 
montas vmagens. Panthalis volia las frainner maintas vega- 
das, e pois pensava se que sos paii'e en séria iratz ; per que 

150 non o volia far, mas fizava se en nostre Seinnor Jesu Christ, 
que dones voluntat a son paire, qued el volgues que fossan 
frachas. 

Domenz que Panthalis era en aquestas paraulas, e vec vos 
que soneron a la porta homen qned aduisseron un cec, e de- 

155 manderon si la era Panthalis le metges. E can saupron que 
lainz era, pregavan li qued eisses deforas, e sanes aquel cec. 
Can Panthalis auzi aizo, eissi ben tost foras, per vezer lo cec, 
& eissi sos paire essemps ab el. E cant Panthaleon vi lo cec, e 
le cex li acomenset a dir: «Eu auz la toa douza paraula, mas 

IGO la lutz non vei. Tuhg li metge an obrat en me, &. nuilla ren 
non m'H[n] profechat ; & aquo eus pauc qu^ vezia, aco eis m'an 
tout. Ara soi remasuz cex e paupres. » Panthalis dis li : « Alz 
autres as donat ta sustancia tota. A me que donaras, si pos 
recobrar ton vezer?» Respondet le cex: «Aquo de ma sus- 

165 tancia que m'es remasut, aquo te donarai.» Panthalis dis li : 
« Lo don de lutz te donara per me [89 v"] Jesu Christz. Evai, 
& aquella part que tu me donarias dona alz paupres.» Le 
paire de Panthali li vedava ades, e li dizia: « Filz, toi te d'a- 
quest home e non t'en entrametas.Tu non podes essermingua 

170 plus sapisd'aques metges, que non l'an pogut curar, per poinna 
qued i aian mes. » Sainz Panthalis dis a son paire :« Seinner, 

» xMs. los. 



LEGENDES PIEUSES 38 3 

la cura qued eu done ad aquest homen, nenguns delz autres 
metges nonlali pot donar.. Le meusmaistre sana solament ab 
sa paraula aicelz que crezon en el.» Le paire cujava qued o 
disses d'Eufrosino, son maistre. Panthalis tenc la man del cec, 175 
e fez li cros sus elz oilz, e dis ii : «El nom del meu Seinnor 
Jesu Christ, qued enluminet aquellas causas qued eran denant 
escuras, e sana las estrechas malautias, e coil aquellas causas 
que son escampadas, 6: convertis los erranz a sa voluntat, 
veiras totz temps mais aquesta lutz, aitaut can viuras, <k en 180 
l'autre segle veiras majorment, si crezes en Jesu Christ. » E 
doraenz qued el dizia aizo, e sei oil foron ubert. E cant le 
paire de saint Panthali vi aquesta meravilla, crezet en Jesu 
Christ, e cel atressi que recobret lo vezer. Et anet aqui eis 
Panthalis e comtet o al preveire, quant granz causas avia 185 
nostre Seinner fahgperel. Et estset pois mainz jornz cel que 
fon guaritz ab Panthali, & annava ab el & ab son paire al 
preveire cada jorn, que los confermava en fen, éi [90 r°J lur 
donet lo baptisme de la celestial gracia. 

Aprop non tarzet guaire que mori sos paire de Panthali. E 190 
tôt Taver e tota la sustancia, (|ue sos paire 11 laisset, donet alz 
paupres;(ka celz qued eran en carcer ni en tormenz per lo 
nom de nostre Seinnor, el lur servia^, e lur arainistrava, e 
los curava. Nostre Seinner obrava ensemps ab el en totas 
causas, e li autre metge avian moût gran envej-a de zo qued 195 
el fazia. Cant venc un jorn e tuhg 11 metge foron ensemps, e 
fon aqui denant elz aquel cex cui avia Panthalis sauat, E can 
lo viron, acomenset a dir Tus a l'autre: « Non es donx aizo 
aquel cex que nos autri non poguem anc sanar ni guérir? 
Qualz es aquel que Ta aicisanat?» Et appelleron lo, e disseron 200 
li : « Qualz es aquest que t'a sanat ni guérit? » E dis lur: 
«Panthalis, le filz d'Elustorgii, m'a curât. » Li metge disseron 
ad Eufrosinum :« Aquest Panthalis non es donx tos discipolz?» 
E dizian pois entre lur : «Per Deu, discipolz es de rie metge.» 
Mas aizo prophetizeron, non sabent, de Christ. 205 

Gran enveja avian li metge encontra Panthali, c\: annavan 
ades querent ucaison con lo poguessan encusar c^ dii'o alcuna 
ucaison encontra el. Cant venc aprop loue temps, agarderon e 
viron un d'aquelz que sainz Panthalis ac guaritz, e confesset 
e disia qued el nom de Jesu Christ l'avia guarit e sanat. Et 210 



384 LEGENDES PIEUSES 

anneron s'en li raetge al rei, e disseron li : « Reis, aqiiel que 
ta comandest [90 v"] qued apreses tost l'art de medicina, per 
tal qued estes ab te en ta cort, aquest vai ab aquelz que van 
encontra aquesta art, e los cura, & consent a las lur paraulas, 
215 E si tu tost non l'en toiles, moutz homes fara tolre de sacri- 
fiar alz deus ; e la sanitat que dona Asclepis transportar fara 
a Jesu Christ. » E pregueron al rei que fezes venir lo cec, qued 
avia sanat Panthalis, e que li demandes per quai art era 
sanatz. E can fon vengutz denant lo rei, acomenseron li a dir 
220 li raetge : « Diguas per quai cura, ni per quai medicina es 
sanatz? » Dis sel qued era agutz cex : « Lo nom de Jesu 
Christ appellet Panthalis &. seinnet mos oilz, à. aqui eis eu vi 
clarament. » Le reis dis li : « E tu qued en dis ? Es sanatz 
per la vertut delz deus, o per aquel ([ued es appellatz Christ?» 
225 Respondet el e dis : « Reis, tuhg aquist metge, que tu ves, 
an obrat montas causas en me c^ an agut tôt cant eu avia, & 
anc nuilla ren non me profecheron ; anz aco eis petit qued eu 
vezia, aco m'avian tout. E non val donx mais aquest que m'a 
rendut mon vezer que non fa Asclepis, que non me pogron anc 
230 pro tener ? » Ab aitant le reis dis li : « Vai, e non voillas 
esser folz, que diguas que Christz o aia fah ; car li deu t'an 
rendut ton vezer. » Aquel respondet e dis : « Mas tu, reis, 
non voillas esser folz ; car Jesu Christz m'a rendut lo vezer 
per lo seu sers Panthali ; car el m'a adubert los oilz & m'a 
235 enluminât lo sen de l'arma, per lo renovellaraent de Saint Espe- 
rit. Reis,li tieu deu que ren [91 r"] non vezon, con me pogran 
rendre lo vezer ? » Cant le reis'^auzi aizo, acomenset a dir : 
« Per la fen qued eu dei alz meus deus, vers es en aici con 
hom me dizia. Car si gaire viu, moutz homes tolra de la cre- 
240 zensa delz meus deus. » E comandet qued hom getes aquel 
foras, e qued hom li tailles la testa. E cant li agron taillât la 
testa, sainz Panthalis donet aver a celz que l'agron degollat, 
que li aportessan lo cors. E cant lo li agron aportat, preslo e 
sebeli lo honestament dejosta son paire. 
245 Pois comandet le reis qued hom annes querre Panthali. E 
domens qued hom l'aduzia, el annava dizent : « Deus, laudem 
meam ne tacueris, quia os pcccaloris et os dolosi super me aperlum 
est. Locuti sunt udoersum me linrjua dolosa. Senner Deus, non 
laisses la mia lauzor, car li bocca del peccador e de l'engan- 



I,EGENDES PIEUSES 38 5 

nadores iibeita sobre me. Eil an parlât encontra me ab lenga 250 
engannairitz, ck an me environat de paratdas d'aziraraent, Ôi 
combateron se encontra me de lur grat. E per zo qued eil me 
degran amar &: eil me trahian, à. eu pregava ; e pauseron 
encontra me malz en lue de bens, & azirament per l'amor qued 
eu lur portava. Seinner Deus meus, ajuda me e fai mesalv per 255 
la toa gran misericordia ! Cil que me traisson sian vestit de 
vergoinna e de reverentia, & sian cobert de lur confusion ; e 
le tiens sers s'alegrara. » Et ab aitan Pantalis fon adulig 
denant lo rei, à: avia ades sos oilz [91 \°] a nostre Seinnor, 

Ab aitant le reis li acomenset a dir : « Diguas me, Panthali, 260 
si aizo es vers qued eu ai auzit dir de te. Non avia eu doux 
pregat ton maistre qued ab gran diligencia t'esseinnes, car eu 
te volia aver per ta belleza en mo palais ? » Panthalis res- 
pondet . « Qued es aizo que n'as auzit, reis ? » Le reis dis : 
« Eu non crez zo qued eu n'ai auzit, car ben poiria esser mes- 265 
sonegua. Eu ai auzit dir que tu vas ab los crestians ; & celz 
que nos tormentem per la non crezens?. delz deus, tu los sa- 
nas, e lur fas lur obs de manjar e de beure ; e tu manifestas 
essemps ab elz lo nom de Jesu. » Panthalis respondet : 
« Scriptum est : Dii qui cehim et terram non fecerunt dispereant ; 270 
a terra enimdii non sunt. Escrihg es : Li deu que non feron lo 
cel ni la terra sian confondut. Diguas me, reis, si li tieu deu 
an resuscitat mortz, ni rend ut vezer alz cex ; & si vers es 
qued aian fah, eu creirai en elz. Tu qu'en dis, reis ? » Le reis 
dis : « Con pot doux far aizo aquel Jesu Christz que colon 11 275 
Christian ? » Panthalis respondet : a Cel que colon li Christian 
fai aizo. E comanda qued hom aporte aici un d'aquelz malautz 
que jazon en la plassa & fa venir, reis, aquelz que tu voiras ; 
& appellon los tieus deus, & eu appellai^ai lo meu, & adonx 
conoisseras per cui vertut sera sanatz ; et d'aqui adenant 280 
devem croire a cellui que sera plus poderos. » Adonx dis le 
reis : u Per deu, ben as dihg. Sia fahg en aici. » Comandetle 
reis qued hom aportes un delz malautz de la plassa, <k annet 
l'om quer-[92 r°]-re, & aportetl'ora en un legh. E fez venir le 
reis los preveires de sa lei, e dis lur qued e! nom de lur deus 285 
sanessan aquest malaut. Ab aitant aquil liorre preveire 6i li 
philosophia acomenseron ad aver tuhg una crezensa. Li un 
d'elz acomenseron a cridar Asclepium, e li autri Ypocrat, e li 

26 



3 86 LEGENDES PIEUSES 

autri Jupiter, e li autri Diana, e li autri Herculem, è: totz liir 
290 deus autres, qued eran diabol, &. totz lur appellamenz era vans. 
Panthalis estet, <S: agardavalur vanitat e lur trabail ; e fazi' en 
son esquern. 

Can le reis vi que ren non podian far, acomenset a dir : 
« Fassa Panthalis son appellament. » Panthalis reguardet 
295 el cel, e dis : « Domine Jesu Christe, exnudi oralionem meam, 
et clamor meus ad te veniat. Seinner Jesu Christ,' autz la mia 
pregueira, e li mia cridors vengua a te. Seinner non me tras- 
vires ta cara ; e cora qued eu t'apelle, auz me tost ! Car eu ai 
levada a te la mia arma, Seinner, demonstra ad aques non 
300 dignes &. horres preveires, que tu es Deus, que sanas acelz 
qued esperan en te. » E vai penre ab aitant la man del malaut, 
e dis : « El nom del meu Seinnor Jesu Christ, esta sans e 
salz d'aquesta hora enant.» & aqui eis le malautz vai sus sans 
e salz &. annet s'en a sa maison alegres & lauzans nostre Sein- 
305 nor. Ac n'i moût d'aquelz que crezeron en Jesu Christ, can 
viron aquella meravilla, & se partiron de la vanitat de las 
ydolas. Li horre pre-[92 v°]-veire e li metge eran moût iratz 
encontra Panthali, e dizian al rei : « Reis, li vertutz delz tieus 
deus es destrucha, si tu lo mantens. Totz los homes fara tolre 
310 de sacrifiar alz deus. Reis, non voillas creire en el^z), car 
aquest malautz es sanatz per las vertutz delz deus. » E crezet 
los le reis d'aizo, et acomenset a dir a Panthali : « Crez me 
de zo qued eu te dirai, Panthali, e sacrifia alz deus. Non vez 
tu donx cant home son mort, car non lur volian sacrifiar? » 
315 Panthalis respondet, e dis : « Cil que moron per Jesu Christ 
vivon durablament, quar per lo seu nom sunt mort. » Le reis 
dis : « Panthali, non voillas appellar lo nom de Christ, et aias 
merce de te mezeis, e de ta joventut, & ven &. sacrifia alz 
deus, que, si non o fas, montas granz penas te agardant, si 
320 persévéras en aquesta non crezensa. » Panthalis respondet : 
e Reis, aquestas penas, que tu dis, tost son annadas, & eu 
soi appareillas de recebre per nostre Sennor Jesu Christ. » 
Maxiraians le reis dis : « Non sans tu dons quantas penas 
sofferc l'autre jorn le preire Artemius ? » Panthalis dis : « Tu 
325 sas cant granz tormenz sofferc, <k anc per aco non laisse t sa 
fe, anz liuret ardidament <k ab gran gauhg son cors veil al 
mariiri, confortans en fez. Et eu que soi joves, dei raout plus 



LEGENDES PIIÎUSES 387 

ardidaracnt appropiar a la fen, qued eu sia falig dignes de ]a 
corona do raai'tiri.» Vi le reis que ja non lo poii-ia lioni moure 
de sa fez ni de sa crezensa ; comandet qued hom ' 330 

[93 r"! saint Pantliali per la man, e menet lo entro a la riba, 
glorifianz e lauzanz nostre Seinnor, e dizia : « Cnnfitebor tibi, 
Domine, in tvio corde meo, narraho omnia mirabilia tua. Sein- 
ner, eu te confessarai de tôt mon coratge, e comtarai tota[s] 335 
las toas meravillas. Eu aurai gaulig, à alegrarai me en te, Au- 
tismes, et saillirai per lo teu nom glorios. Li meu enemic sian 
torna[tJ atras, &: siau enferm, (k periran davan la toa fas. Car 
tu que sezes sobre lo ti-on. e jutgas la drecliura, as jutgat lo 
meu juzizi e lo meu plalig. E menasses las genz, e le fêlions 340 
peric,e tu, Seinner, permanes durablament. » E cant fon ven- 
gutz a terra, acomenset li a dir le reis : « Con an li tieu encan-' 
tamentsobrada la mar? » Panthalis respondet: « Eu non o ai 
fahg, mas cel qued es ab me, cel o fez, del quai tu non es di- 
gnes que lo vejas. » 345 

Le reis, cant auzi aizo, fon dessennatz e plens de gran ira, 
e comandet qued hom aduisses las bestias salvatgas qued el 
ténia enclausas, que lo devoressan. Et acomenset li a dir le 
reis : « Vejas, Pantliali, totas aquestas bestias : totas son 
appareilladas per te a devorar. E crez me, e sacrifia alz deus. 350 
&. aias merce de ta belleza, car es joves, que non moira?, aici 
con son mort li autre sa en reire. » Panthalis dis al rei : « De 
tota error es replefz e pies ; e per aizo faz me appareillar 
majors tormenz et plus fortz. D'aquelz que tu dis que son 
périt, aquil [93 v°] an vencut totz los tiens atrobamenz, Per 355 
lo nom de nostre Seinnor, serai atressieu enbellezitz per corona 
con son li autri. Et eu, per lo seu nom, ai estenh las toas lam- 
pezas, & ai dessipatz tos ministres, e ton plomp ai fahg frehg, 
e tas cruzelz bestias ai fâchas soaus, que per ta plana ira 
sias tormentatz e moiras. » 360 

Can le reis auzi aizo, comandet qued hom lo meses en l'are- 
na ; &. aqui eis can fon intre, e lo li apparec Jesu Christz en 
semblansa d'Ermelau lo preveire, e dis li: « Panthali, bons e 
flzelz m'est auguz en paucas causas : sobre montas te establi- 

1 Lacune d'un feuillet. Voir ci-dessus, p. 21o, 



388 I.EGENDES PIEUSES 

365 rai. » Et comandet le reis qued hom laisses annar las bestias 
laintre en l'arena ab saint Pantali. E can foron laintre, aco- 
menseron li annar entorn. Lileon venian& afflatavan lur cara 
a SOS pens. Li laupart veiiian e licavan los li. Las autras bes- 
tias ce pelegavan entr'ellas mezeissas, qualz primera pogues 

370 venir a sos pes, & pois can li avian baisât los pes, partian s'en, 
cais ab lur vos lauzant Deu. Cant totz le pobolz vi aizo, ac 
granz meravillas, et acomenset a cridar & a dire : « Granz 
es le Deus delz christians. Otu,tjrant, disseron al rei, laissa 
estar lo just. » Vai le reis, e fez penre aquelz que cridavan, 

375 e fez en aucire ben entre a mil, e fazia los getar a las bestias, 
mas ellas non los volian tocar. Le reis, cant o vi, comandet 
qued hora auzizes las bestias, ab^los bornes essemps, car non 
los tocavan. 

Adonx [94 r°] sainz Panthalis acomenset a glorifiar nostre 

380 Sennor et a dire : « Gloria sia a te, Seinner Jesu Cluist, per 
las toas granz meravillas, car per te non nior solament Turaans 
linnatges, anz las bestias salvatgas aman mais morir que to- 
con un delz tiens sers. » Tuhg aquil que foron mort foron se- 
belit rescondudamenz la nolig per los christians. Mas peroel, 

385 le reis, avia comandat qued hom fezes una gran fossa, e qued 
hom mezes intre los homes ab las bestias, et aici sotteres o 
hom tôt essemps. E pois acomenset a d[L]r a celz (^ued eran 
entorn el: « Que poirem far d'aquest enfant, qued aici per 
son encantament a fah convertir aitanta gent, que non volran 

390 saerifiaralz meus deus ? » Et acomenseron li a dire : « Coman- 
da qued hom fassa una gran roda, e qued hom la puje sus en 
un aut puh, et pois qued hom i lie ben &fort Panthali ; epois 
laisse l'om annar d'aqui en aval per la costa, &. aici li roda 
dissipara totas sas carnz, &. morra, voilla o non. » Et coman- 

395 det le reis qued hom o fezes en aici. E comandet le reis qued 
hom mezes Panthali. en la carcer, entro que li roda fos fâcha. 
Can li roda fon fâcha el théâtre, et hom la pujet sus en un 
puhg ; e cant fon sus, & hom la menet atressi saint Panthali; 
e fez cridar atressi le reis per tota la vila, e per tota la ciu- 

400 tat, que vengues totz le pobolz, per vezer la mort de Pantali, 
que tuhg aquil, que creirian en Jesu Christ, n'agaessan pen- 
densas, e se tornessan alz seus folz deus. [94 v'J E comandet 
le reis qued hom aduisses Panthali. E domenzqued hom l'adu- 



LEGENDES PIEUSES 389 

zia, et el pregava nostre Sennor e di/.ia: « Sennei", clina ta 
aureilla & auz me, car eu soi pauprcs e soïïi'achos. Senner, 405 
gat'da la mia ai'raa & salva me, car eu ai espérât eu te. Aias 
merce de me, car eu t'ai cridat tôt zo dia. Alegra l'arma del 
tieu sers, car eu l'ai levada a te,,Seinner, Car tu, Seinner, es 
soaus e bons &. es moût misericordios a celz que t'apellau en 
veritat. Seinner, recep la mia oration en tas aureillas c^ en- 410 
tent a la vos de la mia preg-uera. Seinner, eu ai cridat ad te 
à: auz me, car tu, Seinner, m'as ajudat<k m'as consolât. » 
Cant ac aiei comi)lida sa oration, meneron lo aqui on era li 
roda, e lieron lo sus. E cant acomenseron a volver la roda, 
en eis pas las liguaduras foron desjoinclias, eli roda fon dissi- 415 
pada e desfacha. Sainz Pantalis remas sans e salz ; et Jesu 
Christz era ades ab el, quel capdelava. 

Can tuhg aquil qued eran aqui viron aquest fahg, agron 
gran paor e granz meravillas, Mezeis le reis ac gran paor &: 
grau meravilla, & acomenset a dir qued hom li aduisses 420 
Panthali denant. E cant fon denant el, acomenset li a dir. Li 
roda, aici cou correc un pauc, aucis delz ministres qued aco- 
seguet cincanta.Et acomenset a dir le reis a sant Panthali : 
Per que fas aizo, car tu convertisses lo pobol a la toa lei, e 
celz que non pos convertir aucis ? » [95 r°] Sainz Panthalis 425 
respomlet, e dis : « tu folz e traclier filz de diabol, ben diz 
de vos li propheta : Convertantur dolorcs eorum ia cajjiid, e^ 
in vertice eorum descendat iniquitas eorum. Las dolors d'elz lur 
tornon sobre lur cap, à. en lur vertitzdescenda lur iniquitatz!» 
Maximias le reis acomenset li a dir : « Qui(s) es aquest que t'a 430 
esseinnat aizo ? » Sainz Panthalis respondet e dis : « Le meus 
seinner Hermelaus, le preire, m'a esseinnat aizo & tota la fen 
de Jesu Christ. » Le reis dis : « Poiria l'eu vezer? qued eu vol- 
ria aizo apenre d'el.» Aizo dizia per engan e per bauzia. Sainz 
Panthalis respondet, e dis : « Reis, laissa lai me aiinar & 435 
eu adurrai lo te. » Le reis comandet li que la annes; e donet 
li gardas qued anneron ab el per gardar. Annet Panthalis & 
venc a la maison on Hermelaus le preire s'era escondutz <k 
intret intre. Et can fon inz, & vi Hermelau, cV el Panthalis li 
acomenset a dire : « Senner paii'e. le reis te demanda. » Le 440 
preire respondet, e dis : « Bene venisli, fili : tempus enim memyi 
est. Ben sias tu vengutz, filz: le meus temps sai ben qued es 



390 LEGENDES PIEUSES 

vengiitz. Car en aquesta nohg querl es annada, m'aparec le 
meus Seinner Jesu Christze dis me : tu sers meus, oi conven 

445 que recepias martyre, essemps ab lo meu sers Pantliali. » Et 

ab aitan acomenset s'en ad annar ab Pauthali moût alegrant. 

Aqui eis, can foron amdui denant lo rei Maximian, àel lur 

dis:« Qualz [95 v°] (Qualz)es tes nomps?» Respondetlepreire : 

« Le meiller nomps qued eu aia el raajer, es que christians soi 

450 appellatz; e per linnatge soi appellatz Ermelau.» Le reis' dis: 

« Con an nom aquil qued estan ab te? » Le preire respondet, 

e dis : « Eu ai dos fraires : l'us es appellatz Ermicus, & l'autre 

Herraogradus , & amdui son Christian.» Dis le reis qued bora 

los annes querre. E cant hom los ac adubg denant el, et le reis 

455 lur dis: « Es vos aquil qued aves fabg reneguar a Panthalilos 
meus deus? » Responderon eil, e disseron : « Christ Ta fabg 
digne de se, » Le reis dis : « Amonestatio que sacrifizealz deus, 
(S: seres mei amie car.» Responderon tuhg ensenips li home de 
Deu : « Preguem tuh essemps nostre Seinnor, que tu, reis, 

460 crezas en cellui en que nos crezera, <k en el consumem nostra 
vida.» E domenz qued eil estavan & oravan tuhg quatre, e.Jesu 
Christz lur apparec, à: en eis pas totz aquel lux en qued estavan 
se moc. E le reis acomenset lura dir :« Vejas con se iraisson li 
deu, que tota la terra fanmoure. » Pantalis respondet, e dis: 

465 «Li terra s'es moguda, reis,elitieu deu son cazubg, e son tuhg 
atrissat. Car tu, reis, non dis ren de zo que tu dis, » E domenz 
que sainz Pantbalis dizia aizo, e lo venc uns messatges, e dis 
al rei: a Reis, li deu son cazuhge son tuh frahg. » Lereisdis: 
«■ Per ma fen, si eu non aucistost aques, eil penran conseil que 

470 destruian los deus.» E totz le pobolz acomenset li annar en- 
contia. E comandet qued hom tornes Panthali en la carcer. 
E los très autres comandet qued hom tormentes, et [93 r°] 
que los menés om foras de la ciutat, e que lur tolgues hom las 
testas, 

475 Feron o aici li ministre, con le reis o ac comandat. E can 
foron foras de la ciutat, eil acomenseron a pregar ; e cant 
agron fabg lur oration, e li ministre lur tailleron los caps. E 
pois vengron li Christian, e sebeliron los honestament. E pois 

' De preire, écrit d'abord on a fait '-eis, eu exponctuatil la première et la 
dernière lettre, et eu changeant en s la deuxième r. 



LEGENDES PIEUSES 391 

comaiidet le reis qucd liom aduisses Pauthali. E can fun deiiant 
el, acomenset li a parlar le reis &. a dire: «Oujas me tu doux 480 
aici escapar, Panthali, si non sacrifizas alz deus? </ Respondet 
sainz Panthalis e dis: a p]u non ai obsde respondre ad aquesta 
paraula. » Le reis dis : a Vec te que tei maistre, Hermelaus, 
& Ermicus, & Ermogradus, m'an crezut c^ an sacrifizat alz 
deus, et ai losmes en mon palais, e son li meillor amie qued 485 
eu aia.» Sainz Panthalis respondet e dis: « Faislos me vezer, 
qued eu pusca estar ab els en vida durab'a & el celestial 
palais.)) Le reis dis: « Per granz obs les ai trames ad autra 
ciutat, & aqui ai los estab[l]iz, » Sainz Panthalis respondet: 
« tu fêlions, ben diz aizo que dis ; e volz mentir, mas tu 490 
dis la veritat. Car eil sont verament asetgat (k aluguat en la 
celestial ciutat del mou Seinnor Jesu Christ. » 

Cant le reis auzi aizo, comandet qued hom lo tormentes 
fort, e qued hom li tailles la testa, e qued hom lo crèmes. 
Van lo penre li ministre, & acomensan l'en a menar. Sainz 495 
Panthalis annava s'en moût alegres, lauzant Deu, e dizent : 
« Des ma jo-[96 v°]-ventut m'an ades combatut mei enemic, 
& ancar non i anren conquis. Li peccador fabregueron sobre 
mon dons, & an alonguada lur iniquitat. Nostre Sennnerdre- 
churers taillara las servit z delz peccadors.» Ab aitant uns delz 500 
ministres s'apropiet d'el, e cujet lo ferrir ab una ancona, e 
lo ferres pleguet, aici con si fons cera, e non toquet anc 
Tome de Deu. Cantli cavalier, qued eran aqui, viron aquest 
falig, acomenseron a dir entr'elz : « Granz e poderos es le 
Deus delz christians.» E van se getar alz pes de saint Panthali, 505 
e disseron li : «Sers de Christ, nos te preguam quetu pregues 
per nos, & crezam essemps ab te, &recepia nos Jesu Christz.» 
Et ab aitan sainz Panthalis reguardet se vers lo cel, e dis : 
« Domine Deus meus, compte desiderium meum in loco isto. Sen- 
ner Deus meus, adimple mon désirer en aquest lue, e dona 510 
remission de lur peccatz ad aques homes, & dona lur part el 
tieu rengne.» Et ab aitant venc una vos de cel, e dis : « Pan- 
thali, le tieus desiriers es complitz, car li cel te son ubert, & 
Deus ha le donat la gracia de sanitat. Et d'aici adenant non 
seras appellatz Panthalis, mas Panthalamon, per zo car a 515 
moutz as donat misericordia, elz as sanatz, cV appellatz al ren- 
gne de Deu.>j Sainz Panthalis pregava alz ministres quel feris- 



3 92 LEGENDES PIEUSES 

San; mas eil non o volian far. Sainz Panthalis dis lur : «Si 
vos non fais aizo, vos non aures part essemps ab me. » Gant 

520 auziron aizo aquil que s'eran convertir, aco-[97 r°]-menseron 
lo adorar, & aici tolgron li la testa. Et en lue de sanc, eissi en 
lahg de son cors. Et uns olivers qued era aqui fon aqui eis totz 
carguatz e plens de frucg. Moutas genz de la ciutat de Nico- 
raedia, can viron qued en lue de sanc era eissis lahg del cors 

525 del benazurat martir, & que Tolivers era aici adimplis de fruc, 
crezeron en nostre Seinnor, e renderon li laus e gracias. 

Can Maximias le reis auzi qued aici era esdevengut, 
comandet qued hom tailles l'oliver, e qued hora en crèmes lo 
cors de sant Panthali Vengron autre ministre e feron o aici 

530 con le reis o ac comandat: taillerou l'arljre e feron en leinna, 
e creraeron en lo cors de saint Pantali ; e pois laisseron lo 
en aquel eis lue. Can venc la noh, e lo vengron li Christian, 
e leveron en lo cors del saint martir, e sebeliron lo honesia- 
ment. Prestante Domino nostro Jesu Christo, cui esl honor . 



XXVIII 
VITA SANCTI MARTINI 

Igitur Martinus Sabbarie Panoniorwn oppido oriundus fuil ; 
sed intra Italiain Ticini alitas est. So di^ que sainz Martins 
fon de Sabbaiia, mas noiriz fon en Lombardia. Segon la 
dignitat del segle, fon moût d'autz homes e de gran paratge, 
5 mas pagan eran.Sos paires fon primerament cavaliers, e pois 
fon tribuns, zo es comandaire del[z] cavaliers, zo es qued ac 
en son poder tota la cavallaria. Domenz que saintz Martis 
fon petiz, e sos paires li fez apenre leti'as, e can [97 Vo] fon 
talz que poc portar armas, & el en fez far cavalier, e non de 

10 son grat. Car deus qued era paux ni acomenset ad aver 
reconoissement, fon sos coratges con fons cavallei'S de Jesu 
Christ, & en el avia tôt son coratge, con li servis. Car cant 
aprennia letras, & ac entorn x. anz, & el s'en annet, mal grat 
de son paire e de sa maire, a la gleisa, &. quis qued hom en 

15 fezes Christian. Et can viron li preveire qued aici o queria, 
christianeron lo. Et aqui eis can fon chi'istianatz, fon tiici con 



LÉGENDES PIEUSES 393 

vertitz del tôt on la obra de Deu, que cant ac dotz' anz vol- 
gra estât* ermitas el désert; mas li joventutz loi defendia. Son 
coratge avia ades entorn las gleisas & entorn les raonestiers, 
e pensava, domenz qued era enfans, zo qucd adin)[ili pois bona- 20 
ment, can fon d'état qued o poc soffrir. 

Can venc en aqiiel temps, coniandet le reis que li fil delz 
YÏx homes fossan escrihg, que deurian esser cavalier. Vole le 
paire de Martin que fons escrihg sos filz ; escrius l'om. Can 
venc qued ac quinze ans, & le reis en fez cavalier. Caval- 25 
guet &. annet ades pois ab cavaliers. A sos compainnos totz 
fon mont himilz e bénignes, & ac gran caritat en se meteis, 
pacientia &. humilitat, outra tota manera, Tant ac de totas 
bonas bonas constumnas en se que, deus pois que fon caval- 
iers, fazia abstinencias e ténia vida aitan estrecha cou fera 30 
nuils monegues: per que tuli sei compainnon Fonravan moût. 
Car deus jjois qued el fon re-r93 r"]-generatz en Christ, aco- 
menset ad obrar zo qued Jesu Christ dis en l'avangeli : qued 
hom sotzleves los trabaillatz, alz caitius portes ' hom ajuda, 
alz bezoitinos acorregues hom, los paures vestis hom. Nuilla 35 
rende zo que li escazia de sa cavallaria per conduh non volia 
servar tro Tendeman, mas tôt escassament son conduh en 
retenia, car non volia annar encontra l'avangeli, que diz : 
u ISolile cngitm-e de crastino: non veillas pensar de l'endeman.» 

Quoddam iiaqiie tempore, cwn jam nicliil prêter arma et sim- 40 
plicetn vestem milicie haberet, média Itijeme. Can venc uns 
temps, & el cavalguava ab lo rei, & non ac mas solament 
sas armas & son vestir, aital con tain a cavalier, e fon en 
mehg d'uvern, e fazia tan gran freh que moût honien n'eran 
mort. Esdevene que domenz qued eil intravan en una ciutat, 45 
k. eil se troberon ab un paupre tôt nutz, & acomenset lur 
a querre ben aici con passavan, c^ anc iriingua non n'i ac que 
ren li doues. Esdevene qued venc alz derriers sainz Martins, 
(!c can vi aquest paupre aici estar nutz, ac en pietat, & non 
ac nulla ren que li pogues donar ; mas trais s'espaza, e parti 50 
so mantel per lo raegh, e donet lo li ; car tôt cant avia al- 
ren avia atressi douât a paupres. Can sei compainnon viron 
aici annar saint Martin (annar) envout ab la meitat de son 

' yi.s. portez. 



394 LEGENDES PIEUSES 

mantel, acomenseron a rire & ad escarnir, car hihg li estava, 

55 car portava aquel man-[9S v°]-tel aici desfahg. Alz autres era 
mal, qued avian mais de vestirs que lipogran donar, car non 
avian tan fah de lur gent estar. Cant venc la nohg, que sainz 
Martins se fon colgatz, e lo li apparec Jesu Chrisfz, domenz 
que dormia, e portet vestit lo mantel qued el avia donat al 

60 paupre, e portet lo deus aquella part vestit, qued el n'avia 
cubert lo mesquin. Sainz Martins acomenset moût bouament 
a gardar Jesu Clirist, e conoc lo mantel qued el avia donat 
lo jorn. E fon una gran compainna d'angelz entorn nostre 
wSeinnor, & acomenset a dir Jesu Ciiristz, ab clara votz :aM(ir- 

65 (fnus, adliuc cathecuminus, liac me veste conlexit. Martins, que 
non es ancar mans christianatz, m'a cubert deus aquesta 
part. » Vole remembrar nostre Seinner zo qued avia dili a sos 
discipolz : <' Quod uni ex minùnis meis fecislis, mihi fecistis. 
Zo que vos fares ad un delz meus paupres, fares a me 

70 mezeis. » E per confermar la guarentia de tan bona obra, vole 
se demonstrar nostre Seinner en aquel habite que le paupres 
avia receuput. 

Cant sainz Martins ac vista aquesta vision, non s'en donet 
liumana gloria, mas la boneza de Deu reconoc en sa obra. E 

75 cant fon d'état de .xx. anz, &. el se fez batejar. Mas aqui eis 
non laisset minga sa cavallaria. Car domenz que sons pair-e 
tenc lo tribut, vole e li preguet que non se partis de lui, Mas 
el, Martins, li prometia ben a son paire que, [99 r°] cant el 
auria laissât lo tribunat, qued el desampararia lo segle. Can 

80 venc aprop dos anz qued el fon batejatz, tenc cavallaria. En 
aquel meja cavalgueron li barbarin en la terra de Fransa. 
Ab aitan l'emperaire Julius César acomenset a far so man- 
dament, con getes aquellas genz de la terra. Et trames son 
tribut e sos dons alz cavaliers d'una ciutat qued avia nom 

85 Vuagionum. Et aioi con era constumna, nomnava los hom 
toz per lur nomps, & venc hom a saint Martin & escrius 
l'om, aici con un delz autres cavaliers, per recebre lo don 
de l'eraperador. Sainz Martins, can saup qued l'emperaire" 
li daria aver per lo cavalgar, penset s'en a se mezeis: « Si 

90 eu recebi lo don que l'emperaire me fara e non cavalgui, 
mal estara. » Vai el, & annet a l'emperador César, e dis li : 
« Seinner, eu ai estât tos cavaliers entre assi ; prec te, si 



LEGENDES PIEUSES 395 

te platz, que tu voillas e soffrias qued eu d'aici adenant sia 
cavaliers de Deu. Et aizo, que tu me volias donar, part entre 
los autres que se combatran [)er te. Eu soi cavaliers de 95 
Christ, e non conven qued eu mi combata. » Gant Temperaire 
auzi aizo, fon moût iratz, & acomenset li a dir que per paor 
de la batailla, que dévia esser Tendeman, o dizia,'e non per 
nuilla boneza ni per nuil bon cor qued agues vers Deu. Res- 
pondet sainz Martins fermament e segura:« Emperaire, si tu lOO 
cujas qued eu aizo non digua per bonafen, [99 v°] can venra 
deman, eu me métrai davan tota la ost, can deura esser 
batailla, totz desgarnitz; e tarai lo signe de nostre Seinnor 
Jesu Christ; e non serai ja garnitz d'escut, ni d'eline, ni de 
capel de ferre, ni d'auberc, ni de nuilla garnizo ; &. estarai 105 
segurament & envazirai ' totz primers los enemix. e ja nuil 
mal non penrai. » L'eniperaire, cant auzi aizo, fez lo mètre 
en preison & gardar, per proar si aizo, qued el dizia, séria 
vers, ni se el auria tant de fez qued estes aici desgarnitz 
deman en la batailla. 110 

Can venc l'endeman, que dec esser li batailla, e li enemic 
trameseron messatges a Teraperador per pas, e que li ren- 
drian tôt can avian près d'el ni de sa terra, & eil estarian 
pois eu sa merce. Per aizo nuilz hom non deu aver doptansa 
que nostre Seinner fez aquesta Victoria per so saint, qued el 115 
non fos trames en la batailla desgarnitz. Car nostre Seinner 
vole gardar son cavalier denfra los glazis delz enemix, o per 
zo vole que fos li pas, car gardar vole las mas del seu saint, 
que non fossan bautugudas del sanc d'alcun home. Adonx 
laisset aqui sainz Martins sa cavallaria, &annet sen [ad] Ylari. 120 
qued era adonx evesques de Peitieus; 6l adonx era conoguda 
e renomenada per las terras li sancta fez de saint Ylari : per 
que sainz Martins s'en annet ab ^ el, & estet ab el gran pessa. 

Can ac estât ab sant Ylari gran pessa, 6: el conoc la bona 
fen de saint Martin, fez n'archidiaque, volgues non. Car 125 
sainz Mar-[100 r^j-tins se deffendia ades, e dizia que non era 
dignes de tan gran honor, ni de tan gi-an dignitat. Cant venc 
qued ac tengut gran pessa son arquidiaquenat, e lo li venc 
en vision qued annes vezer sos parenz, qued eran ancar pa- 

1 Ms. envazarai. 

2 Sk. Cori-. ad ? 



396 LEGENDES PIEUSES 

130 gan. Retrais o a saint Ylari, & ab sa volontat afFermet s'en 
& annet s'en la. Et raout plorant & ab lagrimas preguet li 
sanz Ylaris que tornes, e dis li sauz Ylaris e fez li sal)er que 
montas adversitatz soffriria en la via. E cant fon sainz Main- 
tins sus en las granz montainnas, e lo li vengron lairon e van 

135 lo penre. E l'us delz lairos levet una destral, e ciijet lo ferir 
sus per lo cap, &. us autres va li penre lo bratz e retenc lo 
colp. Mas van lo penre, & lieron li las mas detras lo dos, e 
meseron lo en carcer. Edomens que l'en menavan, eil li de- 
mandavan qui era. El res})ondet, e dis lur que christians era. 

140 E demandavan ii si avia paor. Sainz Martins respondia lur 
qued hanc mais tan segurament non estet, car el sabia ben 
que nostre Seinner* trametia majorment sa misericordiaa sos 
sers en lur temptacions. Pois acomenset a dire & a monstrar 
alz lairos los amonestamenz de l'avangeli, tant qued un delz 

145 lairos converti; &. acomenset s'en ad annar ab saint Martin, 
e pregava li que pregues- nostre Seiuuor per el, que l'ostes 
d'aquella mala vida. Et aquest converset pois ades ab el. E 
comtava que domenz que s'en annavan, & agron passât la 
[100 v"] ciutat de Mediolana, e lo li apparec en la via le dia- 

150 bolz en semblansa d'ome, & dis li on annaria. Respon<let li 
sainz Martins, e dis que la on Deus volria, la annaria. Res- 
pondet le diabolz, e dis li : « Quocumque leris, vel qitocitmque 
temptaveris, diaboUts libi adversabitur. On que tu vaugas, ni on 
que tu tornes, le diabolz te sera ades encontra, que te fara 

155 ades enobg. » Respondet sainz Martins, e dis: « D o minus mi- 
chi adjulor est, non tiinebo quid faciat miclii homo. Nostre 
Seinner m'es adjutoris, & non temerai nuilla ren qued hom 
me fassa. » En eis pas l'enemix envanezi davant sos oilz, &. 
anc pois non fon vistz. 

160 Venc aqui on era sos paire e sa maire; e converti sa maire, e 
tornet de la error on era del[z] pagans; son paire non poc anc 
convertir, et remas en la error. Moutz liomes salvet, per son 
bon eissemple, e tornet a la via de veritat. Cant venc apt)rop 
non triguet gaire, e sainz Martis basti un monastier en la 

165 vila don era oppida. Et can ac bastit son monestier & ador- 

1 Ms. .s. 

2 Ms prigues (p)-i en abrégé: p surmonté d'un trait droit, au lieu d'un trait 
contourné, comme dans pregava, qui précède.) 



LEGENDES PIEUSES 3 97 

clenat, e lo voue ad el, al raonestier, uns que s'era fahg chris- 
tianar, mas non era ancar batejatz % &. era i per aco vengutz 
([ue pogues esser entroduhg de la disci[)lina de saint Martin. 
Cant venc aprop non sai canz joi'nz, & aquestjoves hom près 
malautia, e fon niout malautz de febre. Et adonx fon aitalz 170 
aventura que sainz Martins era annatz, (k non i fon ni venc 
pois de très jornz. E cant venc, atrobet [101 r°] lo mancip 
mort; et avia lo aici dessubtat li mortz que senz ba[)tisme 
s'en era annatz. Cant sainz Martins venc, agron li fraire lo 
cors acermat, aici con coven a mort, & estet el mehg del sol, l~o 
e li fraire estavan entorn, que li fazian son mestier, aici con 
11 tainnia ; et ploravan & eran moût irat e marrit, car aici eia 
mortz senz baptisme. Can saintz Martis vi lo mort & saup qued 
aici era transpassafz, acomenset moût fortaplorar, e coman- 
det qued eississau tuhg foras la porta delà cella & qued hom 180 
la sarres^, Ciint serian tuhg foras. Et aqui eis el se va getar 
sobre lo mort, e fez sa oration a nostre Seinnor ; e cantac 
orat, l'esperitz tornet al cors, & uber[c] los oilz, & acomenset 
se a moure. Can saintz Martins o vi, ac gran gauhg, & ren- 
det gracias a nostre Seinnor, & uberc la porta, e fez iutrar 185 
totz los fraires ; & ab tant intran inz cal melz e melz. per vezer 
cellui viu, cui avian laissât mort. Et aqui eus batejeron lo, e 
pois visque(s)t moutz anz. Aizo fon le primers miracles que 
sainz Martins fez en aquella terra. 

Le joves hom qued era agutz morz comtava pois que cant 190 
li ar'ma li fon eissida del cors, qued ella fon menada davan 
lo durable jutge, nostre Seinnor, e fon per plan juzizi depu- 
tatz en niout escurs lucx, & ab moût fera gent &. ab moût 
trista. E domenz que dui moût fer diabol Ten menavan per 
moût escurs lux, e lo vengron subtanament dui ange!, e dis- 195 
seron que lo tornessan al [101 v"] cors, car Martins pregava 
per el. Et aici per lo comant delz angelz, le mortz fon tornatz a 
vida, per las or[a]tions de saint Martin. Des aqui enant li fama 
de saint Martin e li sainteza fon saupuda & annet ades crois- 
sent per lo segle. Cant venc aprop non triguet guaire que 200 
sainz Martins passava per la vila d'un rie homen, qued avia 
nom Lupicin ; e domenz que passava, tV. el auzi un moût grau 

1 Ms. batejar — 2 On avait d'abord écrit serres, 



398 LEGENDES PIEUSES 

plor e gran plainlig. Et aqui eis cant o auzie, & el se restan- 
quet & acomenset a demaiidar qued era aquel plors, e dis li 

205 hom qued uns sers de la mainada d'aquest rie home s'era es- 
teiuhg ab un latz. Cant sainz JNIartis o auzi, diz qued hom lo 
menés la on era le mortz. E menet lai l'om. E can fon en la 
maison on le mortz era, fez n'eissir totz aquelz qued eranlain- 
tre, e pois acomenset ad orar sobre lo mort. Et en eis pas le 

210 joves hom fon vius, & uberc los oilz, & esforset aici con poc 
de levar sus, e vai penre saint Martin per la man, & annet 
per lo sol, vezent tôt lo pobol qued era aqui. 

En aquel temps esdevenc que fon mortz l'arcivesques de 
Tors. Et totz le [jobolz acomenset a cridar ad una vos qued 

215 hom fezes de Martin arcivesque, et appelleron saint Martin. 
El respondia e dizia que per nuilla raanera non poiria laissar 
son monester. Cant viron que nuilla ren non i podian con- 
querre, venc us hom de lavila, qued avianon Ruritus, e getet 
[102 r"] se a sos pes, et acomenset li mont fort a pregiiar 

220 qued annes &. eisses foras del monestier, que sa moiller era 
moût malautha, & q>ie Tannes vezer. Ab aitant sainz Martins 
prepauset son monestier & mes i garga, entro qued elfos ven- 
gutz de la ciutat. Annet s'en la a Tors.E can fon en la ciutat, 
venc totz le pobolz, e non solament aquel de la vila, mas de 

225 totas las autras ciutatz qued entorn aqui eran, & acomenseion 
tuh a dir cuminalment que ben era dignes aitan sainz hom &. 
aitan granz de Tarcivesquat.Aqui s'eran ajostatmout evesque 
per l'élection e per establir l'arcivesque; & acomenseron ad 
esser de talz n'i ac encontra saint Martin &. a dire que non 

230 era dignes de l'evesquat, car pauca persona era & non era 
belz hom, ni granz, ni ben vestitz, ni ben cermatz, sei cabeil 
eran lagh ; et en aici despresavan lo. Et antre aquestz evesques 
avia en un, qued annava mais encontra que tuhg li autre. 
Avenc li una prophetia aitalz. Car le leitre que dévia legir ad 

235 aquel jorn non i poc esser, car le pobolz era tan granz qued 
avenir non i podia, cant li clergue viron que le leitre non i 
era, vai penre uns delz clergues un psauteri, 6l uberc lo, à. 
acomenset a legir lo primer vers qued i atrobet, &. fon aizo le 
vers : « Ex ore infancium et laclenciumperfecisti laudem prop- 

240 ier inimicos (nos, ut destruas inimicum et defensorem. De la 
bocca, zo (liz le vers, delz enfanz que tœtan, [102 v°] as fahg 



LEGENDES PIEUSES 399 

essir lauzor per tos cnemix, que destruias reneruic deffende- 
dor. » 

Gant ac aizo dih le leitre, e totz le pobolz acomenset a cri- 
dar que dignes era de Fevescat, & tota \i p;irtz qued annava 245 
encontra fou aici coufunduda. E van penre saint Martin, & 
aici per establiment de Deu fon elegh. Fon seinnatz ad arci- 
vesque. Âne per aco non mudet son habite ni ren quedagues. 
Ades portet himilitat en son cor, & fon ades vestitz paupra- 
ment, &. tenc ades vida de monegue, aici con solia ni avia pre- 250 
pausat. Et estava ades enclaus en una cella de josta la gleisa. 
Venia tan granz pobolz, per el ad vezer laintre cada jorn, que 
anc soffrir non o poc, & annet s'en foras de la ciutat doas legas, 
en un lue moût secret, &. niout loin de tota autra gent, car el 
mont non era aquel lux plus taisses ad hermitatge. De Funa 255 
part avia una* rocha moût auta, que clauzia de Funa part, & 
solament per una via moût estrecha cm intrava intrse en aquel 
lue ; & avia al pe de la rocha fahg una cella de rama, &. aqui 
el estava. 

Moût autre morgue & discipol avian fâchas lur eellas en la 260 
rocha, atressi con sainz Martins, car non se volian partir d'el 
ni de sa doctrina. Et eran oitanta discipol, qued a l'eissemple 
de lur raaistre vivian & estavan. Nuilz hom non avia aqui 
propri, car tôt cant avian aportavan al mehg, &; partia o hom 
a totz zo qued obs lur [103 r°] n'era a cada un. Nuilz no i 265 
comprava ren ni i vendia, mas aici con es constumna de 
morgues quedestian, aici estavan. Nui! mestier de! mont, des 
escriure en foras, aqui non fazia hom ; et aquo era donat alz 
joves homes qued o podian far. Li major eil plus ancian,aquil 
estavan en orations. Tart eissia cada us de sa cella, mas sola- 270 
ment cant s'ajostavan per dire lur mestier. Lo jorn non man- 
javan mas una vegada. Nuilz non i bevia vin, si malautz non 
era. Ganren .i avia d'aquelz qued eran vestit de cédas de ca- 
melz, & aquo era le plus molz vestirs qued eil aguessan. Et 
avia i antre aques mont de rix homens, li quai eran agut 275 
davant moût fort en la error, que pois torneron ai[ci] ferm ^ 

* Ms. «?!0. 

2 Oa avait d'abord écrit aicerm. Du c on a fait une /", mais en oubliant de 
compléter le mot précédent. 



400 LEGENDES PIEUSES 

qued a la vida de saint Martin eran pujat ; e d'aques ac en 
ganren pois d'evesques. 

280 E car serian longuas novas, qui totas la meravillas de saint 
Martin volria comtar per orden, abreujarem o. Un monestier 
avia de prop de la ciutat, & avia i un sépulcre, e dizian 
follas genz que saint martir(s)jacian aqui ; e per aco era moût 
sainz lux e cars ; & avian i establit autar e gleisa li evesque 

285 qued vos aviam dih do sobre. Cant sainz Martins auzi aizo, c 
vi que pobolz i venia per veillolar, acoraenset a demandar 
a preveires &. alz majors d'aquelz, qued estavan ab el en 
aquel herraitatge, qualz martirs jacia en aquel lue. [103 v"] 
ni cora fon martiriatz. Ane nenguns non li saup dir qualz 

290 martirs era, ni qui era. Cant venc un jorn &. el se près ab 
pauc de fraires, & annet s'en la ad aquel lue, on era aquel 
sépulcres ; e can fon aqui, & el se getet sobre lo sépulcre, & 
acomenset a pregar nostre Seinuor qued el, se le seus plazers 
era, qued el li demonstres qui era aquel que jacia aijui, ni de 

295 quai mérite era. Cant ac falig sa oration, & el se giret deus 
la senestra part, & el vi una umbra moût horreza e moût 
cruzel. E cant sainz Martins la vi, acomenset li a dir que 
parles e que disses son nom. Et en eis pas& el li dis so nom, 
e manifestet li que malz hom era aguz e laire, e per las nia- 

300 lezas que fazia fon aucis, & per la error del pobol era cele- 
bratz aici con raartir ; mas el non avia ren a far a martirs de 
Deu, ni part non avia ab elz, car aquil eran en la gloria de 
Jesu Christz & el era en la[s] penas d'enfern. Meravillosa 
causa, car aquil, qued eran aqui ab saint Martin, auzian la 

305 paraula et auzian la vos, e non vezian la causa que parlava 
ab el. Adonx sainz Martins espons lur la paraula, e lur dis zo 
qued aviavist, e comandet aqui eis qued hom penses ' l'autar, 
& fetz tornar tôt lo pobol d'aquella error. 

Esdevenc pois en aquel temps, domenz que sainz Martis 

310 annava per una via, &: el esgardet, e vi qued aportet hom un 
cors d'un home mort qued era paganz, e por-[lÛ4 r"]-tava 
Tom per sebelir, e venia per aquella via per on sanz Martins 
ann[a]va. Cant sanz Martins lo vi de loin, e vi la compainna 
qued i era, non saup verament que se fons, &. estanquet se 

1 Sic. Corv. prenses, pour preses'l 



LÉGENDES PIEUSES 4 01 

un pauc. Et era tant loin del cors qued a penas poc conoisser 
qued era, <k ab aitant vec vos una aura, e levet lo stizari 315 
de que le cors era cubertz ; e cant sainz Martis vi aici levar 
lo suzari, pesset se qued fossan las propcessions que fazian H 
vilan de Fransa, quan portavan lur jdolas per los camps e 
per lur blatz, e penset sen qued aco fossan las toaillas, de que 
annavan cubertas aquellas ydolas et aquellas jmagens delz 320 
diabolz, a cui fazian lui' sacrifizis li pagan. E vai sainz Mar- 
tins e fez lur encontra lo signe de cros, e conjuret los sainz 
Martis que non se poguessan moure d'un lue, entro qued 
aguessan pausat zo que portavan. Aqui viras meravillas, quar 
aquil mesquin s'enregezian aici con rocha, que plus non se 325 
podian moure. Can li autri, qued eran aqui, vezian qued 
aquil, que portavan lo cors, non se podian en nuilla guisa 
moure, fazian en lur esquern e rizian s'en, entro que mal grat 
lur pausavan lo cors. Cant viron aizo, esteron tuh esbait, & 
esgardavan Tus l'autre, & avian se meravillas que podiaesser. 330 
Ab aitant sainz Martis fon prop vengutz d'elz, e conoc que 
prossessions de mort eran, que portava le pobolz. [104 v°] Vai 
sainz Martis e seinnet los per aqui mezeis, & en eis pas agron 
licencia d'annar & de penre lo cors e de portar. Et aici sainz 
Martis, tant can li plac, los fez estar ; e pois can li plac, fez 335 
los annar. 

Autra vegada esdevaenc que sainz Martis venc en una vila, 
& aviai un temple moût antic, en que li paga colian las ydo- 
las; e sainz Martis fez lo derrocar; k avia aqui de prop aquel 
temple un pin, e diz sainz Mart s qued hom tailles aquel arbre. 340 
Li pagan acomenseron a contrastar, e disseron que lo temple 
avian laissât derrocar, e ja per ren non soflfririan que l'arbres 
fos taillatz ni crematz. Sanz Martis acomenset lur amonestar 
moût bonament qued en aquel arbre non avia nuilla reli- 
gion, e covenia qued eil servissan ad aquel Deu, a cui el 345 
servia ; &. covenia qued hom tailles aquel arbre, carsacrada 
era al diabol. Adonx uns d'aquelz qued eran aqui, qued era 
plus arditz de parlar que tuh li autri, acomenset a dir : « Si 
tu lias nulla fizansa del tien Deu, que tu dis que coles, nos 
taillarem aquest arbre ; e tu, can caira, recep lo ; e si le tiens 350 
Deus es essemps ab te, aici con tu dis, tu escaparas, que ja 
mal non te fara. « Adonx sainz Martis se fizet moût en nostre 

27 



402 LEGENDES PIEUSES 

Seinnor, e promes que faria o. Cant tuh li pagan, qued eran 
aqui, auziron aizo, plac lur moût, e disseron tuh que bon era, 

355 e bon conseil avia donat aquel, <k agron moût [105 r°] gran 
gaub, e disseron entr' e[lz] que, si par aital aventura ni per 
aital conseil podian aucir l'enemic de lur deus, inout cujarian 
aver esplegat. Ab aitant acampant se aqui vila per taillar 
Farbre, & ader[man] un poiria caser, et estava molit dis deus 

3QQ la una part, e non era doptes que can séria taillatz ad aquella 
part cairia ; e feron aqui mètre saint Martin, e lieron lo aqui, 
que non se pogues moure. E van li vilan, &. acomenseron a 
taillar deus Tautra part Tarbre, moût ab gran gauh & ab ale- 
gricia. Li autri qued eran aqui se meravillavan moût, car sainz 

3(35 Martis avia tan de fen qued aqui se metia. E cant agron esple- 
gat alques de taillar lo pin, et el acomenset alques a tremolar 
per cazer vers la on sainz Martins era. Li morgue qued eran 
ab el foron moût espautat, & agron gran dol, & agi'on tota lur 
fez e lur esperansa perduda de saint Martin, et non n' atende- 

o-jQ ron ren mas sol la mort. Mas sainz Martis se fîzet moût en nos- 
tre Sennor, e non ac nuilla paor. E cant le pins acomenset a 
frainner, que vole cazer sobre sa servitz, e sainz Martis levet 
sa man e fez li signe de cros. Adonx venc una granz aura, e 
sozlevet lo e fez lo tornar atras, & aconsec aquelz vilas que 

375 cujavan estar en lue segur, è: ab pauc non los mes mortz. 
Sainz Martis remas sanz e salz. Adonx se levet uns moût 
granz bruhg : li monegue acomenseron a plorar de gauhg, li 
pa-[105 v°]-gan cridavan que non era aulre Deus, mas aquei 
que Martis predicava. 

380 En aquel jorn donet Deus salvament a tota aquella région. 
Car anc non i ac tan pauc enfant, que neis têtes, qued non 
li aportes hom a saint Martin denant, e per lo i)ausanient de 
sa man laissavan la error, e tornavan se a nostre Seinnor 
Jesu Christ, & tuh feron se batejar ad el, & anc en tota la 

385 région non remas hom que non se fezes batejar. Aici fenirem 
nostre sermon, car si eu volia tôt comtar can fez en tan can 
visque(s)t, ni aprop sa mort canz miracles fez nostre Seinner 
per el, non nos aondaria le jornz. 



LEGENDES PIEUSES 403 

XXVIIII 
VITA SANCTI BENEDICTI ABBATIS 

Fuit vir tn(e venerahilis gratia benedictus et nomine, ah ipso 
pueincie sue [tempore] cor gerens senile. Etatem quippe moribus 
transsiens, nulli animum voluptati dédit. Uns hom fon, zo dis li 
escriptura, raout d'onrada vida, qued ac nom Benezehg, per 
nom e per gracia. Des lo temps qued era enfans, portet ades 5 
coratge de veil home, sa état transpasset ades per costumnas, 
a 'nuil delegh non vole donar son coratge. Mas car era de 
terra, non podia de tôt laissar las temporalz causas, car 
aquest mont desprezet ab sa flor, El fon moût de gran lin- 
natge, de la terra de Mursia natz, e pois fon esseinnatz en 10 
las escolas de Roma. Mas car el vi e conoc que moût d'aquelz 
qued eran el segle annavan perillan, son pe, qued avia quais 
pausat el segle, trais areire, que per [106 r°] la vanitat qued 
i era non fos de tôt sobrepres. Laisset las escolas e los estu- 
dis de las letras, cV la maison de son paire ; & vole plazer 15 
solament a nostre Seinnor, e ques Fabite de la sancta con- 
versation. 

Cant aquest ac laissât las escholas, e vole intrar el désert, 
una noirissa soa, que Tamava mais que tuhg l'autre, segui 
lo tota soleta ; e domenz que s'en annavan, vengron ad un 20 
lue, on avia moût de bons homes ; & lainz, per doetrina e per 
instruction apenre, estet, & ad una gleisa de saint Peire 
qued i avia. Cant venc un jorn aquil norissa seua de saint 
Benezehg ques un cruvel per mondarblat ad una vezina soa ; 
e cant n'ac fahg, vai penre aquest cruvel e mes lo sus en 25 
una taula. E per aventura aital, cazec le cruvelz e frais. Can 
■venc aquil profemena & atrobet son cruvel en doas partz, ac 
gran dol & acomenset a plorar, car aquel cruvel qued avia 
emprumptat vezia frahg. Sainz Benezehg, can vi aici sa noi- 
rissa plorar, ac en pietat, e vai penre ambas las parz del cru- 30 
vel, e getet se ad oration. E cant ac fâcha sa oration, & el 
levet sus &l atrobet son cruvel san & entier. Et en eis pas 
portet lo a sa noirissa, & acomenset la a conortar, & aici 
rendet lo li san & entier. Et aizo saupron tuhg- aquil qued 



4i)4 LEGENDES PIEUSES 

35 estavan en aquel lue, e, per remenbransa e qued hom saupes 

que vers era, van penre lo cruvel aquil qued estavan en aquel 

lue, ependeron lo a l'intrada de la gleisa, que li présente 

cil que venrian saupessan la gran perfection [106 v°j de saint 

Benezehg. 

40 Pois sainz Benezehg moc se d'aqui, qued anc non o saup 

sa maire, & fugi s'en en un désert, qued ha nom Sublacus, 

qued es ben loin de Roma xl, millas &. d'aquel lue eisson 

moût fregas aiguas ; et aquellas aiguas acampan sen, e fan 

un gran lac, e pois movon sen d'aqui e corron, & fan un riu 

45 grant. E domenz que sainz Benezehg s'en fugia(n), que s'en 

annava en aquel lue, & el s'encontret ab un monegue qued 

avia nom Roman, &. demandet li aquest morgues on anna- 

ria, & sa[inz] Benezehg dis li e manifestet li on, moût secre- 

tament. Can le morgues vi son coratge e conoc sa volontat, 

50 non lo descelet, anz li fez aquel adjutori que poc. Donet li 

l'abite de conversation, fez en morgue, e fez li aquel ben & 

aquel adjutori que poc. Venc sainz Benehg ad aquest désert, 

e mes sen en una balnia moût estrecha, & estet aqui très 

anz, qued anc nuilz hom non l'i saup, mas solament aquest 

55 morgues Romas. 

Aquest Romans estava en un monestier, que non era 
mingua fort loin d'aqui, de cui era abbas un mot bons hom 
qued avia nom Deodet; & zo qued ad aquest morgue Roman 
donava hom a manjar cada jorn,& el partia per lo mehg, ni 
60 zo que penre podia, e cada jorn portava o a saint Benezehg. 
Des aquesta cella on estava aquest Romans, avia una vieta 
entro sus en una roca on estava desoz sainz Benezehg ; & 
entro aqui venia cada jorn [107 r°] e liava son pan en una 
longa corda, & getava lo a saint Benezehg, &. avia fermada 
55 en la corda una esquelleta, qued al son d'aquella esijuelleta 
vengues sainz Benezehg, on que fos, e que proses lo pan. 
Mas can le diabolz vila gran caritat, ac en enveja, car l'autre 
acorria de manjar. E can venc un jorn, qued el li aportava 
son pan, e lo vene le diabolz, e laisset correr una peira, e 
70 frais l'esquella. Anc per aco Romans le morgues non laisset 
qued en totas maneras non li aministres aici conpoc, 

Cant venc que nostre Seinner vole que Romans se i)auses 
del trabail, e vole demonstrar alz homes la vida de saint Be- 



LEGENDES PIEUSES 4 05 

nezehg en eissemple, e que li lumnera, pausada sobre lo 
c andelabre, rendes clardat, e que luzes ad aquelz que son en 75 
la maison de nostre Seinnor, apparec nostre Seinner ad un 
preveire qued estava loin d'aqui, & avia acermat lo jorn de 
Pascas a disnar, & apparec li en vision, e dis li: «Tu appa- 
reillas bons manjars a tos obs, & le meus sers es tormentatz 
defam en aital lue. » Et aqui eis levet sus le preire, &. can ac 80 
fahgson mestier, & acerinat so manjar, &el va tôt penre, &: 
annet s'en la on nostre Senner li avia dih, ab tôt son acerma- 
ment, e questan lo sers de Deu, per los puhg e per las valz, 
e de sa e de la, entro que lo trobet en aquella balraeta on 
estava. E can fon laintre ab el, saluderon se, e feron lurora- 8.5 
tion, &pois asseteron se & agron bonas pa-[107 v°]-raulas en- 
semps. JE cant agron parlât una pessa, et le preire, qued era 
vengutz, acomenset li a dir : « Leva sus, e disnem nos, car oi 
eslejornz de Paschas. » Respondet sainz Benezehg, e dis: 
(( Ben sai qued oi es Pascha, car eu t'ai ameritat a vezer. » 90 
De tota autra gent era loin aquel lux, per (juc non sabia que 
fos Pascha. Et affermet li per aqui eis le preire que le jornz 
de la résurrection de nostre Seinnor era verament ad aquel 
jorn, e que non covenia que dejunes. « Et eu soi trames per 
aco aici a te, qued amdui essemps recipiam los dons de nostre 95 
Seinnor)). Beneziron amdui nostre Seinnor, e pois disneron 
se. E cant se foron disnat, comandet Tus l'autre a Deu, &. aici 
partiron se. Le preire s'en tornet e sainz Benezehg renias en 
sa balma. 

En aquel temps vengron aqui pastor ab lur bestias, et 100 
atroberon !o en aquella balma. D'aqui adenant saup l'om lain- 
tre ; e vengron ganre de genz pastor, &. un c^ autre, e venian 
lo vezer moût sovent, &. aportavan li condulig e zo qued obs 
li era; & aici estet. Can venc un jorn, & el estava soletz en 
sa sella, &vec vos lo diabol que li venc, e venc li en guisa d'un 105 
aucel nègre que nos autri appellem merllc, et aconionset li a 
volar denant la carra, & estar a plan ennohg tôt entorn el, & 
a volar de sa e de la, de guisa qued ab sa nian lo pogra pen- 
re, si se volgues. Mas cant sainz Benezehg o vi, seinnet se, & 
en eis pas l'aucelz evanizi, e d'aqui enant nol vi. Et en eis pas no 
que l'aucelz s'en fon partitz, e lo [108 r°J li venc tan granz 
temptacions de sa carn, qued anc mais le sainz hom, des qued 



4 06 LEGENDES PIEUSES 

anc natz fon, non avia agut: que, quant era el segle, avia vist 
una femena, & aquella le malignes esperitz li avia mes en son 

115 coratge, e fazi[a] l'en menbra[r]. E fez lo serv de Deu eu 
tant embrasar en la beutat d'aquesta femena que, per la vo- 
lontat de la carn, ab pauc non desamparet l'ermitatge e non 
tenc en la. Mas adonx sobtanamenz lo regardet li sobeirana 
gracia, e tornet en son coratge & en so senz, e regardet se 

120 e vi aqui prop de se un boisson, plen d'urtigas e d'espinas, & 
ab aitant despoilletse tos nutz, e getet se intre el boisson, & 
aici entre las espinas e las urtigas voludet se moût fort et 
moût aigrament. E can se fon aqui gran penssa voludatz_, e 
fon ben per tôt lo cors naffratz per las espinas e per las urti- 

125 gas, eissi s'en, &. aici per las naffras del cors guari las naffras 
de la pensa, zo es de Tarma. D'aqui enant pois non 11 avenc 
aitalz causa. Aprop aizo, acometiseron a venir moût ad el, e 
laissavan lo segle, e volian esser sei discipol & estruh de la 
soa doctrina. 

130 Prop d'aquel lue on el, sainz Benezehg, estava, avia un mo- 
nestier, & era mortz l'abhas d'aquel monestier, e tota aquil 
congrégations, qued aqui era, venc a saint Benezehg, et aco- 
menseron li a pregar qued el fons abbas e paire del mones- 
tier, et qued el lo capdelles. Sainz Benezegh dizia e vedava 

135 moût fort qued el non dévia esser lur abbas ni lur paire, 
car el non [108 V^] poii'ia tener la estrecha régla qued eil te- 
nian. E pregueron lur ' tant que fez lur voluntat. Annets'enab 
elz el monestier & establiron lo per abbat, El estet e tenc 
moût estrecha vida, ùi guardet moût fort sa régla, e la fez 

140 tenir a sos fraires laintre ; e tenc los moût en destrehg, si que 
nuilz non ausava eissir del monestier, si per granz obs oc. E 
cil, que n'avian fahg abbat, acomenseron ad encusar elz rae- 
zeis, car eil n'avian fahg paire del monestier, et agron en mot 
granz pelejas laintre entr'elz, e penseron & acorderon entr'elz 

145 con poguessan aucir saint Benezehg. E preseron un jorn vé- 
rin & meseron lo en son vin. E cant sainz Benezehg fon a la 
taula, que vole manjar un jorn sessemps ab los autres fraires, 
cV hom li aportet la copa, en qued eraaquest vis entoissegaz, 
primerament ad el per seinnar. E sainz Benezehg estendet la 

1 Sic. Corr. li. 



LÉGENDES PIEUSES -Î07 

man e seinnset la. Et en eis pas li copa, qued hom li ténia de- 150 
nant, fon aici fracha con si, en lue del seinnar, i agues ferit 
ab una gran peira. Saup alo sainz Benezehg qued en aquel 
vin avia vérin, le qualz non poc sofFrir ni atendre lo signe de 
vida. Et en eis pas el levet sus alegramenz, e non fez anc 
semblant que mal li tons, & acomenset moût bonament amo- 155 
nestar los fraires & a dir : « Seinnor fraire, le poderos Deus 
aia merce de vos. Per que volias far aizo en me ? Non vos 
dis eu donx,davan qued vos en fezesses abbat, que las menas 
[109 r°] constumnas non s'acordavan ab la vostra, ni li mia 
régla ab la vostra? Annatz e segon vostras costumnas queres 160 
abbat, car mi non podes aver d'aici enant. » Vai sainz Bene- 
zehg e tornet s'en la don era mogutz, en son hermitatge, & 
aqui converset pois, &. Deus fon ab el. 

Can le sainz hom ac aici estât longaraent en la solitut, &. 
Deus fazia moutas meravillas e montas vertutz per el, moût 165 
home vengron per el en aquel lue, & volgron estar en la ser- 
vitut de Deu, et acamperon s'en i tanz que dotze monestiers 
n'establic sainz Benezehg a nostre Seinnor. Et en cada un 
delz monestiers establi dotze monegues, & l'abbat, que fo le 
tretzes; e retenc ab se mot pauc de fraires, qued esteron ab 170 
el, e cui el estruis de sa doctrina. Cànt li rie home de Roma 
G saupron e li religions, acomenseron 11 ad adurre lur enfanz 
per noirir e per esseinnar. Adonx li liuret Equicius son fil 
Manrum & Tertullus Patricius, Placidum. E d'aques dons 
enfanz, le filz d'Equicius, Maurus, acomenset a resplandir 175 
per las bonas constumnas de son maistre saint Benezeit. Pla- 
cidus era atressi paciens. 

En un d'aques monestiers que sainz Benezehg avia cous- 
truhg, era uns morgues que per nuUa ren non podia estar ad 
oration. Car aqui eis can li fraire se clinavan per orar, & el 180 
s'en eissia foras & acomensava ad arezar los afars déferas, & 
annava vanejant. Et sos abbas avia lo moût soven amonestat 
que non o fezes. Can Tabbas vi que ren non livalia, me-[109 v°] 
-net lo a saint Benezehg. Can fon denant el,e sainz Benezehg 
lo vi, & el raeomense[t] moût fort a menassar. Respondet li 185 
le morgues que castiaria s'en, e tornet s'en ab son abbat. E 
can s'en fon tornatz a so monestier, a penas poc ben tener 
l'encaut très jornz, que li avia fah sainz Benezehg. Can l'abbas 



4 08 LEGENDES PIEUSES 

del monestier o vi, mandet o a saint Benezehg, que le mor- 

190 gués era tornatz en aquo eis que solia. Dis sainz Benezeh : 
« Eu lai irai, et farai lo esmendar. » Can sainz Benezegh fon 
al monestier, et venc ad una hora qued hom dis, e que li 
fraire se geteron ad oration, can foron complit li psalrae, e 
sainz Benehg esguarda, e vi aquest morgue que non podia es- 

195 tar en oration, qued us paux enfas nègres lo tirava foras per 
lo somp de son vestir. Vai sainz Benezehg, e sonet l'abbatdel 
monestier, Pompeiano, k a Maur, qued era vengutz ab el, dis 
en secret ad una part : « Vos non vezes donx qui es aquest 
que tira aquest morgue foras? » Responderon eil e disseron : 

200 «Nos non vezem ren.» Adonx dis lur : «Orem tuhg très que 
vos puscas vezer.» Cant venc a cap de dos jornz, Maurus o 
vi, & Pompeians non o poc vezer. Can venc al ters jorn, que 
sainz Benezehg eissi de la gleisa, <k el atrobet aquest morgue 
estant deforas, éi ab una vergua, per la cecitat de son coratge, 

205 sainz Benezehg lo feri. E d'aquienant non lo cale anc amo- 
nestar, car ades pois estet plus immobilis en orations que 
tuh li autri. Et aici l'antix eneniix non auset pois sen-[110 r°] 
-norejar en aquest morgue, aici con si fos batutz ben e fortab 
la vergua. 

210 D'aques monestiers, que sainz Benezehg avia bastitz, eran li 
très sus en la rocha, & era lur moût de gran trabail d'aportar 
aigua d'aval del lau(s), e majorment car, per lo derroc del 
puhg,era fort greus perilz, e granz perilz de mort, a celz qued 
i descendian. Acorderon se luh li fraire d'aquelz très mones- 

215 tiers, e vengron a saint Benezehg, e disseron li: « Senner, 
granz trabailz nos es moût de descendre cada jorn sa aval 
per aigua, ad aquest lac, e per zo conven que mudem los mo- 
nestiers d'aqui on son.» Cant sainz Benezeh o auzi, conortet 
los moût gent, e pois dis lur que s'en tornessan. E can venc la 

220 nohg, e sainz Benezehg s'en pujet sus en la roca del puhg, 
ab Placidum l'enfant, e mes sus en la rocha très peiras per 
seinnal, e fez i sa oration. E cant ac orat, ô: el s'en tornet tôt 
secretament a son monestier. E cant venc l'endeman, e li 
fraire torneron ad el, per plana soffracha d'aigua. Adonx dis 

225 lur sainz Benezehg : « Annatz, &: aquella rocha, on atrobares 
très peiras desobre, cavas unpauc. Car nostre Seinner, qued 
es poderos de tôt cant es, vos pot ben donar aigua el som 



LEGENDES PIEUSES 4 00 

d'aquel pulig, e tolre lo tiabail que vos en ternes tant. » 
Anneron s'en lifraire, & atroberon aqucUa rocha que suzet. 
Van se penre, & aconienseron a cavar la rocha, e feron i un 230 
moût ample cros, & en eis pas agron pro aigua, que lur adon- 
det a totz très los nionestiers, & quod en correc [liO v°] pro, 
entre al pe de la montainna. 

Cant [venc] unasazon, e lo venc ad el uns hom paupres per 
esperit, per ucaison de saneta conversation, e sainz Benezehg 235 
receup lo moût volontiers. E can venc un jorn, & sainz Bene- 
zehg coraaiidet qued boni li dones un ferrament, qued hom 
appella falcastre, car es fahg aici con faus, ab que tailles una 
gran boissonada, en qued hom dévia far ort. Aquel lux jacia 
sobre la riba del lac. Domenz que l'om taillava, aitan canpo- 240 
dia, la boissonada, e le ferres li eissi del niargue e cazec inz 
el gorc. Et aqui era tan granz li pregonneza de l'aigua que 
nuilla esperansa non era de querre lo ferrament, ni de trobar. 
Et aici cant ac perdut lo ferre, le gotz aimet s'en moût pavo- 
ros a Maur, e comtet li qued aici avia [lerdut lo ferre, & en 245 
aici li era cazuhg inz en l'aigua. Annet Maurs &. annet o dir 
a saint Benezehg. Et aqui eis sainz Benezebg leva sus, e près 
lo margue de la man de l'orne, e getet lo intre en l'aigua, 
encontra aqui on le ferres era donatz. Et en eis pas le ferres 
eis del pregon de l'aigua &. intret el margue, e va lo ponre 250 
sainz Benezehg e rendet lo al got, e dis li que labores, e 
non agues ira ni se constristes per aizo. 

Can venc un jorn,e sainz Benezehg estava eu .sa cella, co- 
mandet a l'enfant Placiduni qued annespozar de l'aigua el lac, 
.\nnet s'en la le tozetz. E eau fon a l'aigua, et el acomenset 255 
moût abrivadament a mètre intre en l'aigua aquel aize que 
portava; & ab aitan li aigua apode -[i 11 r^J-ret lo, e vai intre 
ab tôt, & aqui eis li onda acomensa l'en a tirar, e tiret lo ben 
loin de terra lo trah d'un arc. Sainz Benezehg, qued era den- 
fra sa cella, conoc aizo per Saint Esperit, & sonet Maur e dis 260 
li : « Fraire Maure, cor, cor, quar l'enfant, qued aviam tra- 
mes per querre d'aigua, es cazuhg intre, e li omia tira l'en 
& ha lo moût loin tirât.» Vai saiuz Benezehg e seinnet Maur; 
c^ acomenset s'en ad annar, e venc ben tost a Taigua & venc 
entre aqui on li onda avia tirât l'enfan, & annava intre per 265 
l'aigua e cujava certamenz annar per terra, c\; aici correnz 



4 10 LEGENDES PIEUSES 

sobre l'aigiia va penre l'enfant par los pelz, e de gran cors 
getet lo de l'aiga. Et aqui eis can fon a terra*, el se reconoc, 
&. reguardet detras se e conoc que sobre las aiguas avia 

270 corregut, & ac en fereza a se mezeis, que se se reconogues, 
ja non o agra fah. E can fon tornatz a saint Benezehg, comtet 
li lot con avia fahg ni con li era près. Sainz Benezehg 
non pensava mingua que per lo seu mérite fos esdevengut, 
mas per la obediencia de Maur; mas Maurs dizia que sola- 

275 ment per lo seu mandament era esdevengut, car nuilla ver- 
tutz non era per celluique fazia zo que non cujava far. Mas do- 
menz qued eil eran en aquest bon contrast & en aquesta ami- 
cabt'li conlencione, à lo venc l'enfans qued era eissis de l'ai- 
gua; &; dis que domenz qued hom lo tirava fora per los pelz , 

280 que semblanz li era qued el vis lo vestir de son paire Bene- 
zeLg [111 v°] et qued el lo traisses de Faigua. Aquil mones- 
tier creissian cada jorn en la fez de nostre Seinnor <k en la 
soa amor & en la soa obra; e raout home seglar laissavan to- 
tas las causas seculars, e venian aqui a saint Benezehg e do- 

285 navan se ad el & a la soa doctrina, & sozraetian lur colz al 
jo(s) de Christ, qued es leus e soaus. 

Can venc una sazon, aici con es usatges que li mal home an 
enveja de las vertutz e de las bonas obras que li bon home fan 
e de las abstiuencias, zo qued eil non volon retener ni aver 

290 a lur obs, uns praire que ténia una gleisa prop d'aqui, qued 
avia nom Florens, fon feritz de la maleza dal diabol, k aco- 
menset aver granz iras escontra los fahg e la vida de saint 
Benezehg ; &. era li mot mal, car vezia annar las genz la on 
sainz Benezehg estava, per el a vezer, & acomenset mot mal 

295 a dire d'el,& amonestava lur que non la annessan e que se 
tolguessan d'el a vezer ni a visitar. Can le preire vi que ren 
non li valia, qued on mais el en dizia de mal e li soa vertutz 
creiscia mais e plus era conoguda, adonx fon plus enbra- 
satz, et mais pensava en son cor de cal manera pogues aver 

300 la lauzor de bona vida, aquella cui el non volia aver ni tener. 
Et ac tant de mala volontat en se, que ve se penset con pogues 
aucir saint Benezehg. E can venc un jorn, & el fez far un pan 
e mesclet i veri, e pois trames lo a saint Benezehg, cais per 

' Ms. terre. 



LEGENDES PIEUSES 411 

bona amor. Vai sainz Renezeg e receup lo pan, <î: rendet ]i 
raoutas gracias, e conoc lo A^erin qued cra denfra. Can venc 305 
que sainz Benezegh se vole disnar, e vec vos un corp de la 
selva, que venia [112 r°] cada jorn aqui ad el, can se volia 
disnar, e donava li sainz Benezehg a manjar de zo qued el 
raanjava. Venc le cors, can sainz Benezehg fon a la taula; e 
vai penre sainz Benehg lo pan, que le preire li avia trames, 310 
e getet lo al corp, e dis li : « El nom de nostre Seinnor te 
cornant eu que tu prennas aquest pan, e geta lo en tal lue on 
nuilz hom trobar non lo pusca.» Adonxle corps acomenset ad 
annar tôt entorn lo pan,boccauberta,& volatejava tôt entorn, 
quais que volgues far lo mandament de saint Benezehg, mas 315 
semblanz li era que non o pogues complir. Adonx sainz Bene- 
zehg acomenset li a dir : « Leva, leva seguramenz, e getalo en 
tal lue on non pusca esser atrobatz. » Vai aqui eis le corps e 
met lo pan en sa bocca, e leva lo, & acomensa s'en ad annar. E 
cant ac estât* una pessa & ac getat purre lo pan,& el tornet, 320 
&. donet li a manjar sainz Benezehg aici con solia. Sainz Be- 
nehg vi lo preveire qued aital enveja li portava e qued aici 
lo cujava aucire; saup li pejor per lo peccat qued el fazia 
que non fez del dan qued el i avia. 

Mas cant le preire Florencius vi que non avia pogut aucire 325 
lo cors del maistre, penset con pogues aucire las armas delz 
dicipolz. Can venc un jorn, e le preire près set donzellas e 
totas nuzas trames las la on sainz Benezehg estava ; e van se 
mètre en Tort, qued era(n) davan sa cella ; e, cnnforon intre, 
preseron se per las mans, & acoraenseron totas set a ballar & 330 
ajoguar, per tal que li discipol de saint Benezehg las vissan, e 
que s'abrases lur coratges per luxuria. Can [112 v"] sainz Bene- 
zehg vi de sa cella on era, temps que sei discipol, cil qued 
eran joven, non fossan sobrepres, et saup ben e conoc que 
per mal d'el erafahg. Donet sainz lue a l'envejos, & mes & 335 
establi capdelladors en aquel lue on el estava, et pois ab totz 
SOS joves morgues annet s'en en autre lue. Et aqui eis can sainz 
Benezehg ac aizi vencut himilment l'enemistat del preveire, 
Deus aucis lo preveire moût espautavolment. Car domenz 
que Florenz estava en un soler, e saup que sainz Benezehg 340 

• Corrigé de gie/a^j écrit d'abord. 



412 LEGENDES PIEUSES 

s'era partitz d'aqui, acomenset a menar moût gran gauh, et 
en eis pas tota li maisons s'acomenset a moure, & le solers 
cazec & aucis lo preveire. Can Maurus, us delz morgues qued 
era remasutz en la cella, auzi que le preire era mortz, man- 
345 det o a saint Benezehg, que s'era loinnatz des legas d'aqui, 
e dis * que le preire, que lo perseguia, era mortz, et que s'en 
tornes. Cant sainz Benezehg o auzi, acomenset a plorar, car 
l'om fon p[e]ris en aitalobra, e car sos discipolz avia gauh de 
la mort, e donet l'en peniteucia. 
350 Moc se d'aqui sainz Benezehg, & mudet sa estaja el castel 
de mont Cassin, qued es sus el som d'un moût aut puhg. Et 
aqui avia un temple, on solian adorar li pagan una ydola, qued 
appellavan Apollon. Et a ben, des lo pe del puhg entre sus 
el som, très millas. E neis ancara can sainz Benezegh i venc, 
355 li pagan, qued estavan en las vilas d'entorn, i venian adorar. 
Vai sainz Benezehg, can fon sus, à: atrobet aquel temple. 
Frais la ydola, e trastornet [113 v°] los autars, &. cremet totas 
las ymages qued atrobet laintre, en aquel temple d'en Apollo, 
e fez d'aquel temple gleisa de saint Martin, &. aqui on fon 
360 l'autars d'en Apollo, fez autar de saint* Johan. Et estet aqui, 
e fez i sa estatga. Et annet predicant entorn aqui, et, per sa 
prédication, tornet los a la fen de Christ. 

Mas cant l'antix enemix vi qued aici era destruhg, non poc 

sofrir que non o disses. Enon rescondudamenz, ni per sonimie, 

365 mas apertament apparec a saint Benezeh e li venc davan sos 

oilz, & cridava moût fort a saint Benezehg que tort li fazia, e 

dizia de guisa que tuh li fraire de laintre o auzian, mas non 

podian vezer laymagen. Mas sainz Benezehg lur dizia ben que 

corporalment li venia davant sos oilz l'enemix, mot nègres e 

370 moût fers,& que creraavatotz, car per sos oilz e per sa bocca 

e per tôt cant avia li essia fux e flama. Et aizo qued el dizia 

auzian tuhg. Primeraraent sonava saint Benezeh per son 

nom. E car sainz Benezehg non li volia respondre, acomensava 

lo a lahg menar, car cant le diabolz sonava « Benezehg ! Be- 

375 nezehg ! » e vezia que per ren non li volia respondi'O, c^ el li aco- 



* Le rf n'est pas sûr. Ou avait d'abord écrit enis; le secoud jambage de 
Vn a été prolongé par en haul. ea ligne droite, comme une l, ?aQs qu'on ait 
fermé la lettre par en bas. 



LÉGENDES PIEUSES 413 

meiisava a dir : « Malazelig ! Malazehg ! e non ja Benezeh, 
qued as a partir ab me? Ni per que me persegues ? Con devon 
se combatre aoras novellarment li saint de Deu ab los dia- 
bolz? » Vai le diabolz, & niniava <\dcs aginnant con li pogues 
far enogh ; mas cnnt el o ciijava far, & el li donava Victoria 380 
encontra se raezeis. 

[113 v°] Can venc un jorn, e li fraire de laintre fazian nna 
maison, & el melig del comprennement on volian far aquesta 
maison avia uua peira, e volgron la levar sus en esta paret, 
e van la penre dui e très e quatre, & anc moure non la po- 385 
gron, & pois van se n'i penre ganres,& aco valc meinz, qued 
ane per ren moure la poguessan ; & estet aici enrazigada en 
terra con si hom Ti agues plantada, car le diabolz s'era ase- 
tatz desus, e per aco non la podian tant home moure. Can 
si foron aici essagat, trameseron a sant Benezehg que ven- 390 
gués ; e can fon vengutz, pregueron li que pregues nostre 
Seinnor qr.ed hostes d' aqui 1' enemic, qued eil se pensavan 
qued el tengues la peira tant apremsa, per que eil non la 
poguessan moure. Et aqui eis sainz Benezehg fez sa pr'eguera 
e seinnet la peira, et aqui eis van penre la peira, et leveron 395 
la aici ieu(s)ment con si nuil fais non i agues. Adonx plac a 
saint Benezehg qued hom fosses aqui la terra, e cantli fraire 
agron fos aqui moût pregon, & eil atroberon aqui una ydola 
de coure, e van la penre, e geteron la fora, epois meseronla en 
la cozina ; e can Tagron messa laintre, fon semblanz a totz los 40O 
fraires, qued eran aqui, que li eissis tan granz fux per la 
bocca a la ydola que tota li cozina crèmes. Van tuh ensemps 
cant o viron, et acomenseron a cridar : « aigua! » jier amorsar 
aquel fuc. Can sainz Benezegh auzi la bruia, venc ben tost; e 
can fon aqui, non vi anc lo fuc, & acomenset a demandar qued 405 
era. Responderon tuhg ensemps e disseron : [114 r"] « Non 
ves tu doux que li cozina vol crcmar del fuc qued eis d'à. 
questa ydola ? » Aqui eis sainz Benezehg getetse ad oration, e 
tornetlos oilz delz fraires, qued encantava le diabolz, alz seus 
oilz, e saupron que le diabolz los annava aici escarnent, & 41Q 
d'aqui adenant non viron las falsas flammas del diabol. Per 
aqui mezeis can li fraire bastian e levavan un pauc plus aut la 
paret, e sainz Benezehg estava en sa cella, e lo li apparec le 
diabolz, dk acomenset li a dir qued annaria s'en alz fraires 



■4 1 i LEGENDES PIEUSES 

415 que laboravan. Can sainz Benezehg o auzi, mandet tost per 
un messatge alz fraires, que fazian l'estar, que fezessan 
sapiament zo que farian, quar le diabolz lur dévia venir 
ades. A penas cel que portât lo messatge ac ben dicha la 
paraula, que le diabolz derroquet la paret qued avian fâcha, 

420 <k aconseguet un pauc morguet, qued era filz d'un rie home de 
la cort de V emperador, <k trisset lo tôt. Li fraire agron 
moût gran dol e gran marriment, cant aizo fon avengut, éi 
nianderon o aqui eis a saint Benezehg. Adonx sainz Benezehg 
comandet qued hom li aportes lo mort. Yan penre lo tos, e 

425 coilliron lo, &. anc non lo li poo hom aportar, si en un sac oc, 
tan fon atrissas ; car aici con li pares cazec, non solament la 
carn, mas totz los os li atrisset. E can l'agron aportat aqui 
denant saint Benezehg, fez lo pausar el sol laintre en sa cella, 
e comandet alz fraires que s'en eississan tuhg ; e cant foron 

430 tuhg foras, acomenset ad orar ; et aqui eis le morgues [114 v°] 
fon sans e salz ; e trames lo sainz Benezehg ab los autres 
fraires al laor, la on fazian la maison. 

Adonx acomenset sainz Benezehg per Saint Esperit a pro- 
phetizar; car el dizia & aununciava zo qued era ad avenir & zo 

435 qued era fahg, ja nono agues vist ni auzit. Constumna era del 
monestier e régla que, can li fraire eis.^ian foras, per alcun afar, 
non devian manjar ni heure foras del monestier. Et aizo era 
moût fort gardât per la régla. Can venc un jorn, e li fraire 
anneron per afar del monestier defocas, à esteron la tant que 

440 prop fon de nohg. Eil cant o viron, anneron s'en a maison 
d'una mot religiosa femena, e disneron se laintre ab ella. E can 
se foron disnat, mogron se ; e fon nogh, can foron al monestier ; 
&. can foron intre, anneron s'en davan lur paire saint Benezehg, 
per penre bénédiction, aici con usatges e régla es que, cant 

445 morgues va ni torna deforas, que prenna bénédiction. E cant 
foron denant el, el lur acomenset a demandar on avian man- 
jat. Eil responderon qued en nengun lue. Dis sainz Bene- 
zehg : « Ara per que mentes en aici? Non aves doux manjat, 
ad alberc d'aital femena, ait al conduh û: aital, &. aves begut 

450 aitanta veguada ? » Cant li fraire auziron qued aici 
lur dizia l' alberc on avian manjat, e qualz conduhg, conogron 
que mal o avian fahg ; e van se getar a sos pes, e confesse- 
ron lur colpa. Et aqui eis sainz Benezehg perdonet lur, e 



T.ÉGENDES PIEUSES 41d 

commandet lur que per nuil-[115 r°]-la ren d'aqui adenant 
non fos fagh, 455 

Aquel morgues, qued avia nom Valentin, del quai nos vos 
avem dih desobre que fou inoriz, avia un fraire qued era 
laix, &. era moût religions hom, &. annava cad'an ad aquest 
monestier, que receupes la oration de sain Benezehg, & per 
vezer son fraire; e cad'an avia en usatge que mogues de 460 
son alberc dejus, e non agues manjat entro que fos al mo- 
nestier & aguesvist saint Benezehg. Can venc unjornque 
vole far son viatge al monestier, & el atrobet un compain- 
non que vole atressi annar la, & ajosteron se essemps, & 
acomensan s'en ad annar ;& aquest autre portet conduhg. 465 
Cant venc que fon ja granz hora, e lo dis aquest (jue portava 
lo conduhg: « Ven en fraire, e manjem lo conduh qued avem, 
que non lassem en la via. » Respondet l'autre e dis: « Non 
farai, fraire, qued acostumat ai que vengua cad'an dejuns 
denant l'abbat saint Benezehg. » Cant o auzi le compainz qued 470 
aici o dizia, callet se ab aitant, e non sonet plus motz. Mas 
cant agron armât autre pauc, acomenset li a dir per aqui me- 
zeis que manjessan. Mas l'autre non l'en vole anc creire. Ecant 
el o vi, non l'en sonet plus motz. Cant agron annat una gran 
pessa, & eran ja las', & eil atroberon un prat & una font. E 475 
cant o agron atrobat, acomenset li a dir le compainz : « Vec 
te aici lo prat e la font, e tan bel lue : manjem aici, e pois fa- 
rem [115 v°] meilznostre viatge. » L'autre, per las paraulas e 
per lo bel lue qued era aqui, obezic li, e manjeron. Cant venc 
lo seras, &. eil foron al monestier, venc aquest denant saint 480 
Benezehg, e quis li bénédiction. Mas aqui eis can fon denant 
el, & el H acomenset a dir: « Qued es aizo, fraire ? Le diabolz, 
que te parlava per ton compainnon, non te poc vencer la pri- 
mera vegada, ni la segonna; mas la tersa vegada te sobret 
ad aizo que se vole. » Adonx el conoc sa colpa, e va se jetar 485 
a SOS pes, e ploran dizia a saint Benezegh que pregues per el. 
El temps que reinnavan li Groth, can lur reis, qued avia 
nom Totila, auzi que sainz Benezehg dizia aizi per Saint Espe- 
rit zo qued era fahg, e zo que dévia venir, annet s'en a so 
monestier, e can fon de prop del monestier, & el mandet que 490 

* Ms. latz. 



416 LEGENDES PIEUSES 

ve i venria. Mandet li hom atressi del monestier que vengues 
eora ad el plazeria. Aquest, aici con el era de tracion e de 
lagh fagh pies, o fazia per essajar saint Benezehg, si el dizia, 
aici con las genz dizian, per Saint Esperit, zo que dévia ave- 
495 nir. Vai penre un de sos cavaliers qued avia nom Rigo, éi fez 
li causar son causament e vestir sos vestirs reialz, e coman- 
det li qued annes en son lue al monestier, e vengues al boa 
homen saint Beneghg; e donet li très rix liomes qued anne- 
ron ab el, e que lo sostengron de sa et de la: Vultfrich & 
500 Ruderch & Blindin; & lo meneron davan saint Benezeih en 
lue del rei ; & penset se qued el cujes que, per los vestirs e 
per los compainnos qued ab el unnavan, lo preses en lue de 
se, & cujava [IIG r"] lo aici sobrepenre. Can aquest Rigo fon 
aici vestitz, per los vestirs fou moût belz, 6: annet moût gent 
505 acompainnatz ; e can fon al monestier, e sainz Benezehg se 
sezia, &. aici con el lo vi intrnr. t^ d'aitan loin con el lo vi, li 
acomenset adir: « Filz, pausa zo que tu portas, car non es 
tieu. » Aquel Rigiio, cant o auzi, ac gran paor, car volia aici 
escarnir lo bon home, e va se getar a sos pes, e tuh aquil, 
510 qued eran atressi ab el, se geteron atressi a terra. Pois leve- 
ron sus, & non s'auzavan appropiar d'el; mas torneron s'en 
ben tost, e comteron o tôt al rei aici con sainz Benezegh o 
avi[a] digh, &. agron moût gran paor per lo sobreprennement 
que sainz Benezehg lur ac fah. Adonx cant o auzi le reis, 
515 acomenset s'en per se mezeis ad annar la. E cant fon al 
monestier evi de loin sezer saint Benezegh, non s'auzet appro- 
piar d'el, e getet se en terra. Ab aitan fon vengutz aqui le 
bos hom sainz Benezegh, e dis li que levés sus, e dis loi una 
vegada o doas, &. anc le reis levar non auset sus ; & vai lo 
520 penre sainz Benezegh, e levet lo sus perla man. Et cant l'ac 
levât, acomenset lo moût a repenre & a castiar de sos malz 
fahg que fazia; & en pauc de paraulas, tôt can li era ad ave- 
nir li annunciet, e dis li : « Moutz malz fas e moutz malz as 
fagh, e toi te d'aquesta toa iniquitat. Tu intraras en Roma, 
525 e pois passaras mar, non anz reinnaras, <k al detze, e tu 
morras. » Cant le reis auzi aizo, fon moût espautatz, e dis li 
que pregues per el, e pois parti d'aqui. E d'aqui adenant non 
fo.i tan [116 v] malz ni fez aquellas malezas que solia. Can 
venc pois non triguet guaire qued el intret en Roma, e pois 



LEGENDES PIEUSES 4 17 

passet mar. Cant venc al dezen an, cV el perdet son regesme 

& mori. 530 

L'evesques de Casuna avia aconstumnat que cad'an annes 
vezer saint Benezehg, e saiuz Benezehg amava lo moût, car 
era liom de sancta vida e de bona. Cant venc que foron amdui 
ensemps, acomenserou a parlai' d'aquest rei Totila e del des- 
truiementde la ciutat de Roma. Acomenset a dir l'evesques: 535 
« Per aquest rei sera destrucha tota aquist ciutatz, e jamais 
hom non i habitara. » Respondet 11 sainz Benezehg, e dis li ; 
« Roma non sera ja destrucha per nuilla gent, mas per tem- 
pestas e per torbilz d'auras, e per terratremol, e per fouzers 
se destruira e s'afollara moût. » Aizo esdevenc pois aici con 540 
sainz Benezehg o dis; car, per aquelz torbeilz qued el dis, 
s'afoUet Roma, e se destruis. 

En aquel temps, uns clergues de la gleisa d'Aquina era moût 
trabaillatz pér un diabol que li era el cors. E l'evesques de la 
ciutat, Constanz qued avia nom, mot bos hom e mot cars, 545 
avia lo trames per montas gleisas de martirs, que Deus li ren- 
des sanitat, & anc li saint de Deu non lo volgron sanar, car 
demonstrar volian la gracia qued era en saint Benezehg. Cant 
venc tôt a derrer, menet l'om a saint Benezehg. Sainz Benezehg 
acomenset a pregar nostre Seinnor, aqui eis cant fon denant 550 
el, & en eis pas getet li lo diabol del cors; e dis al clergue: 
« Vai, fraire, e d'aici enant non [117 r°] manjes carn, e non 
sias jamais preire. Car si tu presumias jamais que t'apro- 
piessas del saint orden, ni de manjar carn, le diabolz auria 
atressi sennoria en te con a agut eutro assi. » Annet s'en le 555 
clergues sans e salz. Et aici con pena novellars sol espautar 
lo coratge, temps o moût de primer, e gardet moût lo coman- 
dament de saint Benegh. Can venc aprop lonc temps, tuh sei 
major e sei prior de la gleisa moriron, & el esguardet e vi 
qued aquil, quederan menor qued el, pujavan alz saiuz ordes 560 
desobre se : temps o mont, & ac en gran enveja, e mes en 
oblit las paraulas de saint Benezegh, (k pujet s'en al saint 
orden, e fon preire. & aqui eis le diabolz, que l'avia laissât, lo 
tenc, &. trabaillet lo tant, entro que l'arma li getet del cors. 

Uns hom qued era moût de gran linnatge, qued avia nom 565 
Theoprobus, que per l'amonestament de saint Benezehg s'era 
convertitz, & avia moût gran fizansa en el, & era li en totz 

2t= 



418 LEGENDES PIEUSES 

senz moût familiars, aquest Theoprobus iutret un jorn en la 

cella de saint Benezegh, e cant fon laintre, atrobet lo moût 

570 fort e moût amarament plorant. Estet aqui una gran pessa 

davant el, e can vi qued en nuilla manera non se gequia de 

plorar, ni anc non Tauzi planner, aici con solia cant era en 

oration, mas ades assidualment plorava, non se poc soffrir 

que non li demandes qued avia, ni per que plo-[117 vo]-rava. 

575 Sainz Benezehg respondet li ben tost: « Totz aques mones- 

tiers, qued eu ai construhg, e totas aquellas causas, qued eu 

i ai appareilladas ad obs delz fraii'es son liuradas al juzizi de 

Deu, & appenas ai pogut acabar ab nostre Seinnor, que sola- 

ment cil qued i estion n'escapon. » Aizo li auzi dir aquest 

580 Theoprobus. Pois esdevenc que li Longobart destruisseron lo 

monestier. Cant venc una nohg, domenz que li fraire se dor- 

mian, intreron laintre li Longobart, e destruiseron tôt cant 

laintre al monestier avia. Anc nengu home penre non la po- 

gron, car nostre Seinner vole complir zo qued avia promes a 

585 son saint, que nenguns delz fraires non i dévia périr. 

Cant venc autra vegada, uns pros hom trames per un ser- 
vent seu dos botz pies devin a saint Benezegh. Annet aquest 
que portava los botz ; escondet l'un en la via, & l'autre el por- 
tet a saint Benezeh. E cant lo li ac aportat, receup lo moût 
590 ab grunz gracias. E cant s'envole annar le joves hom, dis li 
sainz Benezegh : « Vejas, filz, que non bevas d'aquel flascon 
qued as escondut, mas clina lo sapiament, e veiras qued ha 
intre. » Annet s'en le messatges, iratz e vergoinnos, e vole 
provar zo que sainz Benezehg li ac dih: venc al flascon e 
595 clinet lo, e domenz qued el lo clinava, e lo n'issi una serps. 
Cant aquest messatges o vi, ac grau paor, &. penedi se moût 
del mal qued avia fahg. Aquil vila non era fort loin del mones- 
tier, & estavan [118 r°] i moût granz genz que s'eran con- 
vertit a la fen de Christ e s'eran tout de colre las ydolas. 
600 En aquella vila avia un monestier de morguas, e sainz 
Benezehg trametia la sovent los fraires, per amonestar e ' con 
si tornessan de tôt lur coratge a nostre Seinnor. Can venc 
uu jorn, e sainz Benezegh la trames un morgue per amones- 
tar; e cant ac fâcha sa prédication, porteron li las sanctas 

* Après ce mot, ;je;' monstrar, (|u'oo a biffé. 



LEGENDES PIEUSES 410 

femenas doas toailletas, e pregueron li que las proses. Près 605 
las per lur preguera, e pois mes las en so ?en, e tornct s'en. 
E cant fon tornatz a son monestier, e venc denant saint Bene- 
zehg, acomenset lo raout fort a menassar sainz Benezehg, 6i 
a dire : « Per que es intrada iniquitatz en ton sen ? » Le mor- 
gues, cant auzi aizo, ac granz meravillas, e non li menbret 610 
per que zo volia dir. Sanz Benezegh acomenset li adiré : « Eu 
non era lo mingua la, cant tu presist las toaillas de las an- 
cillas de Deu, e las mesist en ton sen? » Le morgues vai se 
getar a sos pes, &. quis li penitencia de la transgression qued 
avia fahg, &. trais las toaillas de son sen c getet las porre. 615 

Cant venc un jorn, que sainz Benezegh se disnava, & era ja 
noh, uns morgues paux, filz d'un rie home, ténia una candela 
davant el, & acomenset a dir a se mezeis, domenz que ténia la 
candela : « Seinner, qui es aquest a cui eu servi & este de- 
nant endomenz que manja? » & avia en moût gran desdein. 620 
Et aqui eis sainz Benezehg acomenset li a [118 v»] dir: « Seinna 
te, fraire ; qued es aizo que tu dis? Senna te! » Ab aitant 
sonet sainz Benezegh los fraires, e comandet lur que presessan 
la candela, & ad aquel morgue dis que se ostes davant el, &. 
que se annes sezer. Et acomenseron li a demandar li fraire 625 
qued avia, &. el dis lur tôt per orden que pensava ni qued 
avia. 

Can venc autre temps, & lo fon moût granz famps per tota 
aquella région, & el monestier de saint Benezehg failli blatz. 
Tuhg li pan foron manjat & degastat, qued anc plus de cinc 630 
non n'ac en tôt lo monestier, ad obs de disnar alz fraires. E 
foron tuhg moût irat et marrit, E can sainz Benezegh los vi 
aici annar marritz & iratz, acomenset los a menassar & a 
repenre moût, car annavan aici ; e pois acomenset lur apro- 
metre & a dire : « Per que es aici tristz le vostre coratges 635 
per pan? Si oi n'aves pauc, dema n'aures pro. » Cant venc 
l'endeman, & eil atroberon, davan las portas del monestier, 
dozens mois de farina, en sax ; et anc hom non saup ni poc 
saber de quai manera vengron ni i foron aportat. Can venc 
lo mati que li fraire los atroberon, agron gran gauhg, e ren- 640 
deron montas gracias a nostre Seinnor. 

Can venc autra sazon, et uns rix liom venc a saint Bene- 
zehg, e preguet li qued en un terrador qued era propis sens, 



420 LEGENDES PIEUSES 

de jostala ciutat de Terrassona, trameses de sos [119 r°] disci- 
645 polz e qued i fezes bastir un monestier. Annet sainz Bene- 
zehg, e, per lo prec del rie home, près morgues seus, &. de 
l'un fez capdel de totz los autres, & trames lai los. E domenz 
que s'en annavan, & el lur acomenset a dir : « Annatz, & eu 
serai la ad aital jorn, &. monstrarai vos en quai lue fares la 
650 gleisa, ni en quai lo refector, ni en quai l'ostal, ni on deures 
far aquellas maisons qued obs seran al monestier. » E cant 
agron receuput bénédiction, & eil s'en anneron. E can venc 
ad aquel jorn que sainz Benezehg lur ac donat, & eil asserme- 
ron amanjar tôt can pogron. Can venc la nohg que l'enderaan 
655 dec venir, aici con promes lur avia, &. el apparec a cellui, de 
cui avia fahg paire & comandador, & a l'autre, que venc après 
el, &. mostret lur totz los lux en vesion, on devian bastir. 
Can venc l'endeman, e lo acomenset a comtar l'us a l'autre la 
vision qued avia vista. Non crezeron mingaperaizo la vision, 
660 mas ades attendian saint Benezeh, aici con promes lur avia. 
Non venc anc plus sainz Benezegh. Cant eil viron que non 
venia, torneron vers el, moût irat, e disseron li : « Paire, 
nos t'aviam aguardat que venguessas, aici con promes o 
avias, & que nos monstressas on bastissem, & non es ven- 
665 gutz. » Respondet sainz Benegh e dis lur : « Fraire, vos per 
que dizes aizo? Non vinc eu doux, aici con eu vos avia pro- 
mes? [119 \°] Non vos apparie donx ad aquel jorn ad amdos, 
can dormias, e vos monstrei las lugas on bastisses? Annatz, 
Si. aici con o aves vist en vision, aici o construies. » Eil, cant 
670 auziron aizo, agron granz meravillas, e torneron s'en la don 
eran vengut, et acomenseron a bastir, aici con avian vist en 
vision. 

Doas donnas moneguas, de moût granparatge, conversavan 
prop del monestier de saint Benezegh, Si eran en lur propria 
675 vila. Ad aquestas donnas s'era donatz us moût religions hom, 
per servir totz temps mais aitan cant viuria. Aquestas doas 
donnas non eran a[n]car perfecbas, ni lur lenguas non avian 
ancar restrechas, per fren de lur habiten. Car aquest bon ho- 
men, que s'era donatz laintre per totz temps mais a far lur 
680 servizi, fazian perlurmalas pai aulas moutsoven iraiscer. Cant 
aquest bons hom o ac gran pensa soffert, à el s'en annet a 
saint Benezeh, & comtet li totz los enogh e totas las iras 



I>EGENDES PIEUSES 4 21 

qued aquestas donnas li fazian. Cant sainz Benezehg auzi aizo, 
mandet lur e dis : « Capdellas vostras lenguas, que, si non o 
fais, eu vos escumenegue. » Aquesta sentencia lur trames. 685 
Elias per aquo non s'en capdelleron anc. E non triguet guaire 
pois que moriron amdoas, e moriron en aquest vet. E can fo- 
ron mortas, sebeli las hom en la gleisa. Cant hom cantava en 
la gleisa messa, e le diaque.-; cridava aici con usatges era : 
« Cil que non comeneguaii donon lue alz [120 r"] autres! », 690 
una noirissa, que las avia noiridas amdoas, qued ofFi'ia cada 
jorn per ellas, las vezia eissir de lur sépulcres cada jorn, can 
le diaquos dizia aizo. Cant aquist noirissa o ac vist ganre ve- 
guadas, qued aici s'en eissian a la vos del diaque, e que per ren 
non podian remanir en la gleisa, nembret li del vet, que sainz 695 
Benezehg lur avia mandat : car si non se capdellavan de far 
l'enogli del bon home, fossan escumenegadas. E fez o hom 
saber a saint Benezehg, cant li femena o ac manifestât. Annet 
(sanz) sainz Benezehg, e donet lur ab sa propria man una ora 
tion, e dis lur : « Annatz & offres aquesta offrenda a nosfre 700 
Seinnor per ellas, e ja pois non seran vedadas. » E cant aquil 
orations fon dicha, e le diaques cridet aici con solia, que cil 
que non comeneguarian eississan de la gleisa, d'aqui enant 
aquellas doas moneguas non foron vistas eissir. Per aizo non 
deunuilz aver doptansa queper laoration de saint Benezehfz^g 705 
eissiron del vet. 

Can venc una veguada, unsenfans qued era morgues an- 
nava trop soven vezer sos parenz, elz amava outra tota 
mesura. Cant venc un jorn, &. el eissi del monestier & annet 
elz vezer, e non près bénédiction de son abbat saint Benezehg 710 
ni annet per sa voluntat ni per son comant. Et en aquel eis 
jorn, aqui eis can fon a sons [)arenz, & el fon mortz. Van lo 
penre sei amie e foron moût irat, e sebeliron lo. Can venc 
[120 v°l l'endeman, & eil atroberon lo cors de sobre terra. 
Van lo penre per aqui mezeis, e sebeliron lo. Cant venc 715 
l'autre jorn, &: eil l'atroberon atressi déferas. Cant eil o viroii, 
anneron s'en a saint Benezegh, mont trist e mont marrit, 
que per la soa merce dones ad aquest sa gracia. Cant sainz 
Benezehg o auzi, donet lur ab sa propria man cuminion, e dis 
lur: « Annas e pausas li sobre lo pehg lo cors de nostre Sein- 720 
ror, e sebeles lo. » Anneron, e feron o aici con el lur ac dihg. 
Sebeliron lo, & anc pois non fon vistz. 



4 22 LEGENDES PIEUSES 

Autra vegada us morgues seus non podia per nuilla manera 
■ remanir el monestier, e dizia ades que ve s'en annaria. Sainz 

725 Benezehg castiava [lo] cada jorn, e l'amonestava que non o 
fezes, non volgues eissir del monestier. El, per nuil prec qued 
liom li fezes, non vole creire qued estes laintre ab los autres. 
Anzpregiiava ades qued hom li dones licencia con s'en pogues 
annar. Cant sainz Benezehg o vi, qued aici l'enojava ades, fon 

730 un jorn iratz per l'enohgqued el Tenfazia de querre licencia, 
e dis li moût iradament un jorn que s'en annes e s'ostes de 
laintre, pois que ren non li valia nuilz amonestamenz qued el 
li fezes. Et aqui eis annet s'en le morgues. E can fon foras del 
monestier, & el s'atroba aqui eis ab un gran dragon que tenc 

735 la bocca uberta, e vole Fannarpenre. Can le morgues lo vi, 
ac moût gran paor, et [121 r°] acomenset moût fort a cridar : 
« Corretz, correz, qued aquest dragos me vol devorar. » Cant 
o auziron li fraire, corregron ben tost foras, e non viron anc 
mingua del dragon ; mas lo morgue atroberon, raout paoros e 

740 tremolant, e van lo penre, e torneron lo al monestier. Et aqui 
eis el promes que jamais del monestier non eissiria; e d'aqui 
enant attendet o, aici con promes o avia. 

En aquel temps que venc li carestia per tota la terra, sainz 
Benezehg donava tôt cant podia aver ni penre a la paura 

745 gent, & tôt cant avia el monestier, qued el pogues penre, tôt 
lur donava ; & ac o de guisa donat qued anc res non fon 
remasut el celler, mas solameut un pauc d'oli. Adonx venc us 
subdiaques, qued avia nom x\gapite, e preguet moût fort a 
saint Benezegh, que si le seus plazers era, que li dones un 

750 pauc d'oli. Annet sainz Benezehg, que s'esforsava de donar 
tôt cant podia aver en terra, qued el pogues aver trasaur en 
cel ; comandet qued hom li dones aco eis d'oli qued era laintre. 
Le morgues qued era despesaire, cant auzi aizo, fon li mal, e 
non o vole far, & alonguet o aitant cant poc. Cant agron estât 

755 un pauc. e sainz Benezehg li dis si avia fah zo qued el li avia 
comandat. Le morgues respondet e dis que non linn avia 
ren donat, que si lin donava, non lin remanria res ad obs 
delz fraires. Adonx fon iratz sainz Benezegh, e commandet 
qued aquella [121 v°] amola de veire, en qued era l'olis, ab tôt 

760 l'oli, getessan per una fenestra foras, qued el monestier non 
remases nuilla res per inobediencia. E fon aici fahg con el o 



LEGENDES PIEUSES 423 

eomaiidet. Li fenestra, per on hom la getet, era mot auta, e 
desotz, aqui on cazec li araola, avia roca moût aspra e dura. 
E cant cazec li amola sus en la rocha, e remas aici entera, con 
si i fos pausada tôt soau, & anc Tolis eissir non poc. Can 765 
sainz Benezehg o vi, comandet qued hom laves Tamola d'aqui 
on era cazucha, e qued hom dones Toli a cel que lo queria. E 
cant o agron fahg, sainz Benezehg ab totz los fraires getet se 
ad oration, aqui on era li amola ; & avian en vojat l'oli, & avian 
lo cubert ab lo cubercel. Aqui eis can sainz Benezehg acomen- 770 
set ad orar, & aquil amola fon aici plena d'oli que lo cubercel 
acomenset a soslevar, e crée tan que foras lo getet, & aco- 
menset a correr Folis per tôt aqui on li fraire eran. Adonc 
sainz Benezehg acomenset lo fraire a menassar, auzent totz, 
de la inobediencia e de Torguil, auzent totz, & acomenset li 775 
ad admonestar qued apreses ad aver fe & humilitat. Le morgues 
fon castiatz ab aitant, & ac vergoinna, car sainz Benezehg li 
ac demonstrat la vertut de Deu per miracle, la quai el li co- 
mandava far. 

Can venc un jorn, sainz Benezehg s'en annava ad una gleisa 780 
de saint Jehan, qued era [122 r°] prop de son monestier, sus 
eis en aquel pahg. E domenz qued el s'en annava la per orar, 
&. le diabolz s'encontra ab el, en semblansa de metge,&: portet 
sas boissezas e son arezament. Et aqui eis cant sanz Benezegh 
lo vi, & el li acomenset a demandar : « On volz tu annar?» 785 
Respondet le diabolz e dis : c Eu vauc alz fraires, per donar 
pozon. » Ab aitant sainz Benezehg s'en acomenset ben tost 
ad annar a sa oration on annava, e, canla fon, fez tost sa ora- 
tion, e pois tornet s'en al plus tost que poc. Le diabolz fon 
venguz al monestier, &: atrobet (ad ') u morgue prohome de 790 
laintre posant d'aigua, et en eis pas le diabolz li intret el cors 
& acomenset lo moût a tormentar, e fez lo getar a terra, cM 
fazia lo trabaillar moût fort. Cant sainz Benezeh tornet de sa 
oration, &. el atrobet aici aquest morgue envoludant per la 
terra, car moût cruzelment lo trabaillava le diabolz. E vai 795 
vers el sainz Benezehg, e donet li a sa gautha, & en eis pas 
le diabolz li eissi del cors. 

* On avait d'abord écrit al ; Vu qui suit a été ajouté, daus l'iaterligne, au 
dessus au cl. Corr. /a? 



124 LEGENDES PIEUSES 

Can venc una sazon, uns gotz eretges qued avia nom Gallas, 
el temps que reinnava Totila le reis, aquest Gallas, totz aquelz 

800 que eran de la fen de Christ, fossan clergue o laie, o morgue 
preveire, qued en las soas mas venguessan, non podian 
escapar senz mort. Can venc un jorn, & aquest malz hom, 
aquest Gallas, près un vilan per rapina e per raubaria, et 
destreis lo moût, e vole lo far rezesmer, e tormentet lo moût 

805 fort per son [122 v°] aver. Can le vilas vi qued aici lo tormen- 
tava, non saup anc aire que se disses ni que se fezes, e dis qued 
a saint Benezehg avia comandat tôt cant aver podia en tôt lo 
mont. Ab aizo le malz hom non lo tormentet plus, mas, sas 
mas liadas ab las rengnas de son caval, lo fez ades trotar 

810 davan se per monstrar calz era aquestz Benezegh. Annet le 
vilas, e, totz liatz, menet aquest Gallas al monestier, on era 
saiuz Benezehg, e ti'obet lo sezent tôt solet davan sa cella, 
que legia, e dis le vilas a Gallas : « Vec te aizi l'ahbat Bene- 
zehg. » Cant aquest malz hom lo vi, acomenset lo mot mala- 

815 ment e mot cruzel a gua[r]dar, aici con en us o avia, à. dis li 
moût asprament : « Leva sus, leva, et rent ad aquest vila zo 
qued has d'el. » Cant sainz Benezehg auzi aizo, levet sos oilz 
vers el, e pois regardet se vers lo vila qued era liatz, <k 
aqui eis las rengnas, qued eran environadas entorn sos braz, 

820 s'acomenseron tan fort per ellas mezeissas a desplegar <S: a 
desvolver que nuilz hom en nuilla guisa, per poder qued 
agues, non las pogra tan fort desvolver. Ab aitant le vilas 
acomenset ad estar totz desliatz davan saint Benezehg. Cant 
aquest Totila* vi que per aitan gran poder era desliatz le vilas, 

825 ac moût gran paor, e descentben tost de son caval a terra, e 
sa regeza cervitz de nialeza clinet alz pes de saint Benezehg, 
e preguet li que, si [123 r«>] le seus plazers era, que li perdo- 
nes, & que l'acoillegues en sas orations. Anc saiuz Benezehg 
non se moc de sa leison, ni se levet, mas sonet los fraires e 

830 comandet lur que^ messan laintre aquelz dos, e que donessfm 
bénédiction ad aquest. E cant o agron fah, &. el tornet denant 
el, & acomenset li amonestar que se tolgues d'aquella maleza 
en qued era. Annet s'en, & anc d'aqui enant non ques ren al 

1 S/c. Gorr. Gallas. 

s Après ce mot, se, exponclué. 



LÉGENDES PIEUSES 425 

vila, lo quai avia sainz Benezehg sol ab son esgiinlament des- 

11 at. 835 

Cant venc un jorn, sainz Benezehg s'en era eissitz ab los 
fraires fora el[z] camps, per vezer los labors. E domenz qued 
el era la, &. us vilas aportet enfre sos bratz un fil seu mort al 
monestier a saint Benezehg. E cant fou laintre, acoraenset a 
deraandar on era sainz Benezehg. Dir?seron li aquil de laintre 840 
que fora s'en era eissitz elz camps, ab los fraires, obrar elz 
camps. Can le vilas o auzi, pauset tost son enfant davan las 
portas del monestier, & acomenset a corre ben tost vers la on 
era sainz Benezehg. E domenz que s'en annava, &. el s'encon- 
tra ab saint Benezehg, que venia de laor ab los fraires. E cant 845 
le vilas lo vi, acomenset li a dir : « Rent me mon fil ! Rent 
me mon fil ! » Sainz Benezehg, cant auzi aizo, arestet se & 
acomenset a dir: « Con ai t'en doux tout ton fil ? » Respondet 
le vilas e dis : « Non. Mas raortz es, e resuscita lo ! » Cant 
sainz Benezeh auzi aizo, fon iratz, & acomenset a dir : « Toi 850 
te de [123 v°] sobre nos. Car aizo que tu queres es delz sainz 
apostolz e non mingua nostre. Per que nos carguas tu aquel 
fais que non poiriam' portar ? « Le vilas, a cui cozia mais 
qued a totz los autres, acomenset a jurar que ja non se par- 
tria d'el, entro que son fil li agues resuscitat. Ab aitant sainz 855 
Benezehg li acomenset a demandar on era le mortz. Respon- 
det le vilas e dis : « Le cors jatz a las portas del monestier. » 
Cant sainz Benezegh fon vengutz aqui, agenoillet se, & getet 
se sobre lo cors de l'enfant, & estendet sas palmas vers lo cel 
e dis : « Senner, non regardes mos peccatz, mas la fen 860 
d'aquest homen, que pregua que sos filz sia resuscitatz, e rent 
ad aquest cors l'arma que li as touta ! n A penas ac complida 
sa paraula sainz Benezehg, que li arma fon toriiada, e le cors 
de l'enfant acoraenset a tremolar, &. en eis pas l'enfans fon 
vins ; & vai lo penre sanz Benezehg, e rendet lo per la man 865 
a son paire. 

Sa sorre de saint Benezehg, Scolastica qued avia nom, 
qued era aguda monegua des qued era tozeta, avia aconstumat 
d'annar vezer son fraire saint Benezehg cad'an una vegada. 
Cant venc una vegada, & eP venc, aici con o avia en usatge, 870 

* Ms. /)o/r/(7S, avec un tilde sur IV; el un poiiU sous l'.j. 

- Sic. Corr. //. 29 



426 ÉTYMOLOGIES LIEGEOISES 

e descendia ades de foras las portas del moiiestier, ad una 
maison qued i avia. Sanz Benezehg, cant saup que sa serre era 
venguda, descendet ad ella, ab dos de sos morgues. Cant 

foron laintre ab ella, tôt lo jorn mezeron en lauzor 

(A suivre,) 



ETYMOLOGIES LIEGEOISES 



Les étymologies qui suivent ne se trouvent pas, sauf men- 
tion au cours de l'étude, dans le Diclionnaire de la langue wal- 
lonne de Grandgagnage, dans la dissertation d'Altenburg, 
Versuch einer Darstellung der loatlonischen Mundart. ... II et 
III (je n'ai pas eu le fascicule I à ma disposition), dans la pho- 
nétique du patois de Seraing de M. Horning (voyez plus loin), 
ni dans les deux ou trois monographies (fort inégales) qui ont 
été publiées sous les auspices de la Société de Littérature lual- 
lonne. Il serait, en effet, sans aucun intérêt de reproduire des 
solutions déjà admises ou au moins déjà proposées. 

Dans la graphie du wallon, les lettres ont la même valeur 
quen français, sauf ^ qui est toujours dur. .\' = le ch alle- 
mand dur. 

]. — MarkotC, f., belette. 

Paraît être une forme féminine, formée avec le suffixe — 
otta, de markou, m., matou, chat mâle (a Liège). Celui-ci n'est 
autre que le nom propre Marculphus, voyez mes Etyniologi's 
wallonnes, lîev. des pat. g.-rom., III, 272, au mot djèra, geai 
( == Gérard) 

Zeliqzon, Loihringische Mundarten, au Glossaire, p. 94, a 
la forme margolatt' (avec le suff. — itla). Adam, Les patois 
lorrains, mentionne markolott' à Laneuville-sous-Montfort, 
morkolott' à Rehérey ( p. 303. ) 

D'après le même, p. 310, le chat s'appelle àRehérey morkou 



ETYMOLOGIES L1EGP:0ISES 427 

(remarquez le parallélisme), à Grandvillers niargo (avec la 
transformation de c en ^ comme dans maryolatC). 

Certaines formes ont changé d'une façon insolite Vm ini- 
tiale en b : bèrkolètt, cité comme usité en Belgique, par De- 
FKECHEux, Faune loa lionne, s. v. inarkotte; baskolèlt', à Saint- 
Hubert (Luxembourg), i^onv barkolèli' ? ; bakoul' k Bouillon- 
ville et ôflA-a/' à Landremont ( Adam, 310) pour barkouV et 
barkal' ?. Sur la transformation insolite de m initiale en b, 
voyez un autre exemple dans mes Etxjm. ivallonnes, loc cit., 
s. v. bèrau {hèrau, bélier = mas, maris -\- suffixe). 

2. — Bawî intr., bayer, baivî, intr,, épier ; baioèW, f., lucarne. 

Cf. Diez, I s. v. badare : « italien badare, provençal et 
catalan badar, a-franç. baer, béer, fr. moderne bayer. La filia- 
tion des sens est : avoir la bouche ouverte, rester fixe, atten- 
dre (avec la bouche bée) ; considérer avec attention ; puis 
enfin considérer avec envie, désirer, convoiter. » 

Bawî, bayera le premier sens. Baioî., épier et le provençal 
bada, sentinelle, sont dérivés du second. Baioètt\ lucarne, 
peut être une ouverture qui bée (cf. fr. baie, ouverture) ou 
l'endroit par où Ton épie. 

Meyer, Gramm. des langues romanes, traduction Rabiet, I, 
50, rattache ces mots à la racine onomatopée ba. 

3, — Bourse, poursè, m., bosse, contusion à la tête. 

C'est le fr. non académique boiaseau, dérivé de bourse, 
vieilli dans le sens de gonflement produit par un coup, mais 
signifiant « par analogie, grosse moulure qu'on forme sur 
l'arête supérieure ou les arêtes latérales des toits d'ardoise, 
et que l'on recouvre de plomb, de zinc. » Hatzfeld et Dar- 
MESTETER, Dictionnaire général de la lamjue française. De bt/rsa, 
bourse -|- ellum. 

Le b initial, qui persiste en wallon, se change sans doute, 
en p pour prêter à une confusion plaisante avec poursê, pour- 
ceau. 

Pour le rapport entre bourse et tumeur, comparez le fr. 
pocke, sac et pocher, meurtrir. 



428 ETYMOLOGIES LIEGEOISES 

4. — El', f., cimetière. 

L'èt" è plint' di djin, le cimetière est plein de gens. Comme 
on le voit dans le Dictionn.dela langue wall. de Grandgagnage, 
s, V. aide (graphie avec un d ?), ce mot correspond à atriuin, 
ou plutôt à atrïa, comme l'indique le genre. 

Le fr. non académique connaît aîlre, terrain libre servant 
de cimetière autour d'une église ; cour, parvis. Voy. Hatzfeld 
et Darmesteter, Dictionnaire. 

Ces mots sont de formation demi-savante ; cela s'explique 
par le milieu clérical d'où ils sont sortis. Dans la langue 
populaire, ii' est réduit à r : cf. lyér^=^ latro. 

A Saint-Hubert, on dit êtriy', f., [aître -f- sufF. eriam], cf. 
pour comparaison La Maladriy = La Maladrerie, lieu dit à 
Saint-Hubert. 

En messin, on trouve âtré y, fovmé a.vec le suffixe -elltan 
d'après Zeliqzon, op. cit. p. 79. Je crois que cette explication 
est le résultat d'une erreur : La finale franc, -ie devient éy à 
Metz'.(§37). 

5. — Grèvî m., vairon. 

En Lorraine, grèvir au Tholj, grèvèl à Dejcimont, gravèl à 
La Chapelle (Adam, 379). Toutes ces formes viennent de 
l'anc. fr. grave., fr. moderne grève -\- suff. -arium ou -ellam. 
Le vairon est le poisson qui se tient sur la grève. 

6. — Uavé, trans,, racler, éplucher. 

=: à Saint-Hubert chavé, éplucher, écorcer, skauf, f., 
écale, skafyott', f., petite écale. Dans la région à l'est de Saint- 
Hubert (Marchot, Rev. des pat. g.-rom., IV, 19), châf, f., 
écale. A Landremont, kâfi, écosser (Adam, 237). DansFrois- 
sart, escafolte, écale de noix ou écaille de moule (Scheler, 
Diclionn. d'étymol., s. v. escafignon.) 

Tous ces vocables paraissent se rattacher au germanique, 
si l'on considère que l'ail, moderne à Schelfe, écaille, écosse. 
Ecale, écaille sont eux-mêmes german. : ail. Schale*. 

1 J'ai.reievéjdans Godefroy les eKemples v.-fr. suivanls: 

2 Escafe, -affe, cscraffe, coquille, cosse. 



ETYMOLOGIES LIEGEOISES 429 

7. — A)i'(/n' krin, urinkrin, arinkrè ou ankrè, m., toile d'araignée 

= araignée-crin (araignée se dit arègn'); cf. en fr. l'expres- 
sion analogue /?/d'aiaignée. 

Pour le procédé propre aux langues germaniques etujjloyé 
dans la composition du mot, comparez le même mot à Mons 
arnùicar, littér. araignée-toile, et encore pîsint\ f., littér, pied- 
sente, sentier, à Liège. 

8. — Bin', f. , dinde 

On dit également poy' dîn ou poy' diC, littér. poule d'île. 
l)in' = donc dite, cf. diiide = d'Inde. 

Le dindon en français s'appelle aussi coq d' Inde et en lié- 
geois kok dîn' . 

9. — Pâw\ m., paon 

S'expliqueramieux par le nominatif />ayo que parTinfluence 
germanique (néerlandais paamc, allem. Pfau), à laquelle 
recourt Grandgagnage, Dictionn., s. v. 2. Paice. Le liégeois 
présente également à côté de paioou, ï., pavorern, la. forme 
paio\ f., plus rare, qu'il faut rattacher à pavor, voj. Grandga- 
gnage, L Paice ; à côté de lyér, m., latro, il a de même lâron, 
m., lafronemK 

10. — Froumix' ou frumix' , f., fourmi 

Semble bien représentei' un tjpe *formicem, proposé par 
M. Horning, Zur Kunde des Neuioallonischen, dans la Zeitschr. 

cscrefe, -eff'e, -affe,' -ofe (avec r épenlhétique). écaille, salel/-, ordure. 
escafelote, coquille de noix. 
escaf'otte, petite coquille. 

1. escafillon, escarpin. 
escafigno7i, escarpin, ciiaussme légère. 

2. escafillon, coquille de noix. 
escafosse, coquille, écaille. 
escaf'ofe, -otte, id id. 

M. Horning me parait faire erreur eu rattachant les mots lorrains analogues 
(dans Grenzdial., 113) au fr, escoffion (= coiffure de femme), del'ilal. scuf- 
fione, tiré lui-même de cuffxa. coiffe (scheler) 11 n'y a pas de rapport, à mon 
sens. 

' La forme pauon a pris une portée diminutive et signifie paonneau. 



4 30 ETYMOLOGIES LIEGEOISES 

f. rom. PhiloL, IX, 489, et ne devoir pas être expliqué par 
une contamination avec le wallon kopicli,f., fourmi (voy. 
Tétymol. dans la Hev. de phil. franc., N, p. 41), comme je 
l'ai fait dans mes Étym. loall., loc, cit., III, 273. Car si ron 
dit à Liège herbi (berbicem), snri (*soricem), djini (juvcnicem}, 
pijhtri (perdicem), on y rencontre également bien les formes 
djinix', djèm'x', dj'nix" et pyèti'ix'. 

11. — Bassî, m., héWer 

Représente le latin bassiis, gras, qui a de rembonpoint(dans 
les Gloses d'Isidore, vov. Qlicherat, Dictionn. latin-français) 
-\- aiHum. Voy. pour les preuves historiques Grandgagnage 
s. V. basî. 

Pour comparaison, je citerai les formes bèdo, m., agneau, 
mouton (sufF.-o^fMs) et bèdéy' (Naraur), f., jeune brebis qui 
n'a pas encore été tondue (suff.-a/a), voy. Defrecheux, Faune 
loalL, 24, qui paraissent bien se rattacher à la même racine 
que le fr, bedon, bedaine, etc. Voy. à ce sujet mes Et. ivall., 
loc. cit., III, 271. 

12. — Pité, iuti'., nier 

Doit remonter directement à un type *pedi(are (dérivé de 
pes, pedis) et ne peut pas se tirer de pî, pied, à cause de 1'/ 
qui est bref (//ï/e). E initial devient assez souvent i en \\A- 
\on'. ci. mitan, milieu (*inedietantem), finyèss\ fenêtre, etc.. 
voy. des exemples de Seraing dans Horning, loc. cit., § 17. 

A St-Hubert, on a pitalè , intr., s'enfuir au plus vite, déta- 
ler, à Landremont />?/C!/c', piétiner (.\dam, 276). C est* peditel- 
larel En tout cas, ce pitalé ne peut pas s'assimiler au pèstè/é, 
piétiner, de Couvin, où M. G. Paris a vu fort ju licieusement 
pistillum, pilon -\- are. (Romania, XIX, 508/ S médiale devant 
f subsiste à St-Hubert :oa sait que c'est un caractère du wallon. 

Paul Marchot. 



VARIANTES AU TEXTE 

DES 

REMONTRANCES DE MONIER DE CHAXEAUDEUIL 



La Revue historique de Provence a publié récemment (T. I, p. 135) 
un texte savamment annoté de cet intéressant document, curieux pour 
l'histoire des Juifs et pour l'histoire de la civilisation en Provence. 
Maison n'indique pas la provenance de ce texte, on y a fait des cou- 
pures arbitraires, et il est fort incorrect. 

L'éditeur n'a pas connu une autre version de la même pièce, con- 
servée dans le manuscrit n° 777 de la Bibliothèque Méjanes, à Aix en 
Provence. Cette autre version lui aurait fourni nombre de variantes, 
dont quelques-unes sont nécessaires pour donner un sens à certaines 
phrases du texte publié par la Revue historique. L'existence de cette 
autre version, qui n'est sans doute pas la seule, semble un argument 
en faveur de l'hypothèse de la non-authenticité au discours de l'avo- 
cat général Monier. Du moins faut-il penser que le discours prononcé, 
s'il l'a été, n'a pas été rédigé par lui, mais seulement d'après des 
souvenirs de ses auditeurs. 

L'éditeur a donné quelques renseignements très brefs, soit sur l'au- 
teur supposé du morceau, soit sur les personnages dont il y est 
question. Le recueil inédit de Fauris Saint-Vincens (Méjanes, ms. 
902) lui aurait fourni divers renseignements complémentaires. 

Le père de Monier de Chateaudeuil, « Manaut Maunier fut, dit 
Fauris, pourvu à Boulogne dans le mois d'aoust 1573 de l'office d'ad- 
vocat général qui vacquait par la mort de Jean Puget, et fut reçu le 
10 octobre suivant. » Pendant la Ligue, il fut duparti royaliste et suivit 
le Parlement royal à Pertuis, àMauosque et à ÎSisteron. Il présida sou- 
vent les États, en chef ou avec le président de Saint-André. Il fut 
nommé conseiller le 2 novembre 1599. Sa femme Perrette Guiard, 
d'une famille noble de Beaucaire, lui donna deux enfants : l'un fut 
président à la chambre des comptes ; l'autre, Jean-Louis, fut avocat 
général au Parlement (Méjanes, ms. 902, p. 804). 

« Ce fils, Jean-Louis de Maunier, succéda dans l'office de président 
à Marc- Antoine d'Escalis, quand celui-ci fut nomraé^premier président 
(par lettres du 7 septembre 1616, et reçu le 25 octobre suivant). Il 
était avocat général par résignation de son père depuis 1595. Il avait 



4 3? DE MONIER DE CHATEAUDEUIL 

épousé Anne de Garron, fille de Jean de Garron, auditeur à la cham- 
bre des comptes. Il en eut deux enfants, un fils et une fille qui 
épousa Ch. de Sabran, seigneur d'Aiguigues. Il mourut âgé de 
soixante-deux ans, le 13 octobre 1638. Moissac dit qu'il a laissé un 
recueil imprimé des harangues qu'il avait faites tant aux ouvertures 
du Parlement qu'en d'antres occasions {ibid, p. 657).» L'éloge de Jean- 
Louis de Monier de Chateaudeuil est dans Nostradamus, Histoire de 
Provence, partie viii, p. 1081. 

L'éditeur conteste, d'après Barcilon de Mauvans, l'origine juive 
des Tliomassin. Il aurait pu dire que, d'après le même recueil de Saint- 
Vincens, les Thomassin ne seraient pas d'origine juive, mais provien- 
draient de Th. de Thomassin, chevalier du roi René, du 5 septembre 
1479 (cf. reg. Aqu/la, fol. 149), descendant d'une famille nobie de 
Bourgogne. Jean-André Thomassin, seigneur d'Einac, pourvu de l'un 
des quatre offices créés par lettres d'octobre 1568, serait le petit-fils de 
ce Th. de Thomassin. 

L'éditeur se borne à dire que « les Thomassin et les Aimar surtout 
étaient alliés aux Estienne. «Guillaume Aymar, Jean-André Thomas- 
sin et le président d'Estienne de Saint- Jean étaient beaux- frères, les 
deux premiers ayant épousé Antoinette et Catherine, sœurs du troi- 
sième. 

Voici maintenant les variantes du ms. 777 de la JVIéjanes. Le texte 
donné avant les = est celui de la Revue historique, celui qui les suit 
est le texte du manuscrit. 

Li(j . 1 : Avant que la l'roveuce fût unie à cet Etat, du teiri]v-- de 
Philippe-le-Bel. = Après que la Provence fut réunie à cet Etat, d'au- 
tant que le roi. Lig. 2 : chassa =^ avait chassé. Lig . 3: honneur = 
himieur. Lig. 5 : toujours, suppléez secrètement (p. 136) Lig . 6; dans 
.Mger, fâchés = en Avignon, marris. Lig. 9: des synagogues = de 
la synagogue de Constantinople. Lig. 10: religion chrétienne, en 
apparence pour se rétablir : mettre la virgule après en apparence. 
Lig. 12: laver des eaux du baptême = baptiser. Lig. 14: nom = 
surnom ; de la famille d'Ademar qu'il nomma Aimar = de su famille 
qui est Aimar. Lig. 15: Estienne. etc., jusqu'à Mimet = le seigneur 
de Venelles. Lig . 16 : et lui fit donner jusqu'à la fin de cette phrase : 
= et tout de même lui imposa le surnom d'Estienne. Lig. 18: de la 
maison de Saint-André = de Provence. Lig. 20 : bien que les = bien 
que depuis les. Lig. 20: qui en viennent = qui vivent. Lig. 21: 
ayant pris le nom de = se font appeler Thomassins.Zi*/. 22, 23, 24 : 
à supprimer. Lig. 26: conversion ^confession. Lig. 31: quatre-vingt 
mille = cent mille. Lig. 32 : chrétiens = baptiser. Lig. 34 : néo- 
phytes en ce pays = néophytes, c'est-à-dire nouveaux chrétiens. 
Lig. 3i: nouveaux chrétiens = chre.^tinnos novos. Lig 38 : quelques 



VARIANTKS DU TEXTE DES llEMONTUAXCES 4 33 

offres = des offres. Lrg. 40 : de la guerre qu'il avait en Italie = des 
guerres d'Italie. LtgA\ : qu'il fut lever sur tous ^ qui fut levée et 
tous. Lig . 43 : la chambre = la cour. 

Le texte depuis lig. 44: et d'autant qu'on avait véfioUx jusqu'à 
lig. 56 : enfin la vénalité des charges, — est remplacé dans notre 
copie par: 

Et d'autant qu'on avait résolu de les exterminer et cependant de 
continuer sur eux de grandes impositions, et qu'ils étoient méprisés 
et détestés, publiquement pleins d'opprobres et d'ignominies, qu'ils 
ne pouvaient parvenir à aucunes dignités ecclésiastiques, parce que 
les anciennes constitutions canoniques et les conciles y résistent, ni 
aussi à la moindre charge publique de quelques villes qu'ils habitent 
et quoiqu'ils n'aient manqué de brigue ni de corruption, jamais ils 
n'y ont été élevés, tant ils y sont odieux pour leur malice et perfidie, 
après avoir longuement recherché quelque moyen pour s'établir, s'af- 
franchir de ces impositions pour s'acquérir quelque sorte d'honneur 
et d'autorité. 

Lig. 56: charges := offices. Lig. 57: planche pour arriver aux = 
planches aux. Lig. 58: qui sont plus = qui sont les ytlus. Lig. 59 : 
doivent = devroient. Lig. 59 : exclus encore plus que des autres = 
exclus plutôt que des autres. Lig. 61: par conséquent ^ conséquem- 
ment. Lig. 62 : moyen = moyens. Lig . 62 : d'exercer leur avarice = 
d'exercer les effets de leur avarice. Lig. 62 : usure supprimé. Lig. 62 : et 
vengeance sur eux = et de leur vengeance. Lig . 63 : sous le règne 
de Charles IX = sous le roi Charles IX.Xig'.65: du = audit. iigr.66: 
été baptisé = été fraîchement baptisé. Lig. 67: et après lui ses 
enfants. Et les deux autres, savoir Stéphane et André ou dit Tho- 
inassin furent aussi = et après lui les enfants des deux autres frères 
baptisés savoir d'Estienne et d'André dits Thomassin.iig'. 69: = au 
même temps, ou supprimé. Lig. 70 : soit pur argent, soit par faveur 
(lu intérêt de la parenté = par argent et faveur de leurs parents. 
Lig. 71: des mêmes = de semblables. Lig . 72 : composaient = com- 
posent. Lig.TS : Parlement, ajoutez ainsi qu'il appert par la liste ci-des- 
sous transcrite. Lig. 76 :mais pour couvrir leur parenté = pour couvrir 
leurs parantelles. jLi(7.77 : parmi eux= ensemble. Lig. 79 :Thomassin, 
ajoutez conseiller. 

Le passage supprimé par la Bévue historique de Provence est 
celui-ci : 

« Les trois cousins, germains d'origine et beaux-frères d'alliance, 
ne se contentèrent pas d'être entrés au Parlement et d'en avoir intro- 
duit quelques autres de leur fan)ille ; mais parce qu'ils ne pouvaient 
exercer leur avarice et leur industrie, d'autant que tous les autres y 
résistoient et veilloient sur leurs actions, ils ont dessein de s'établir 



«34 DE MONIER DE CHATEAUDEUIL 

au Parlement en tel nombre qu'ils y soient les plus forts et puissent 
y exercer leur tyrannie. 

» Et pour parvenir à leur dessein ils ont fait tous leurs enfants de 
leur robbe, espérant par argent de les établir avec offices et bénéfices 
les plus importants de la Provence et s'emparer du grand et du petit 
sceau de S. M. pour se faire honorer et adorer. 

Lig . SO : Ledit Aymar = En exécution de ce, ledit Aymar. Z?^. 80 : 
siqjpr . Joseph Aymar. L^p'. 82: s'opposa= s'étant opposée. Lig. 84 : 
après remontrances au Roi , lire les troubles qui survinrent en ce 
royaume en Tannée 1588 lui ont donné moyen de s'établir en ladite 
charge. Ledit Etienne a établi un de sa famille et surnom greffier 
civil, lors de la vente du domaine, de sorte etc. Lig . 88 : suppr. civil. 
Lig. 89: suppr. du palais. Zi^r. 89: entre leurs mains =les mains de 
cette race. Lig. 90 lire car il vaut plus de 2,00U écus de rente et il 
n'a pas été payé 10,000 écus. 

Il faut suppléer entre les lignes 91 et 92 un paragraphe tout entier 
omis par la Revue historique de Provence : 

Lig. 91-92. Cette charge leur donne ungrand moyen dexercer leurs 
méchancetés ; car tous les commis du greffe qui escrivent aux cham- 
bres sont de leur famille ; ils savent par ce moyen tous les secrets de 
Provence, en font tomber lesi^rocès entre les mains de ceux que bon 
leur semble, font esgarer les requestes et autres procédures, falsifient 
les arrêts et décrets de la cour et tourmentent les sujets du roy eu 
mille façons dont il y a des plantes amères. 

Lig. 92 : nommé Andréas =- qui était maître Andréas. Lig. 94 : 
d'avocat général du Roy = du second avocat général. Lig. 97 : il a 
poursuivi = ayant poursuivi. Lig. 97 : laquelle lui ayant été = et lui 
ayant été. Lig. 99 : il lui en a présenté = lui en présenta. Lig. 100 : 
aucun des degrés de parenté =^ aucun des degrés de parentelle. Lig. 
101 : d'y avoir jeté de l'encre =: d'y avoir tombé d'encre. Lig. 104 : ce 
qui est une faute grandement = qui est grandement. 

Les lignes 106 à 111 difiiérent absolument : 

"Fault remarquer en passant qu'il y a deux procureurs généraux au 
Parlement de Provence, l'un civil et l'autre criminel, et qu'auparavant 
que lesdits Aymard et Thomassin entrassent au parquet, le premier 
procureur général ja receu estoit le sieur Rabasse, leur oncle d'alliance, 
de sorte que de quatre ils étoient trois proches parents. Chose si 
étrange, qui fut cause, efc. » 

Lig. 116 : demeuroient = demeurent. Lig. 116 : ce qui est cause 
(jue les plaintes en révocation sont si fréquentes contre eux, = et les 
plaintes et accusations contre eux sont si fréquentes. Lig. 119 : seule 
personne = autre personne privée, lig. 120. Us ne sont pas= encore 
ne se sont ils pas. Lig. \22. composent = soient. Lig. 123. moyenne = 



4 35 VARIANTES DU TEXTE DES HEMONTRAXCEï; 

proeuvé. L'^g. 124, 125, 126, depuis BOXiB dispenses à toutes fois, rem- 
placer par. Et bien qu'il ne pouvoit être reçu audit office de Président 
.«ans dispense, ayant son père et plusieurs autres parents dans le Par- 
lement, toutefois par les brigues et artifices des siens il l'a obtenu. 
Lig. 127 : mais ça été à condition = mais c'est à condition. Lig. 128: 
office = état. Lig. 129: autre = aucun. Lig. 129: qu'au degré = au 
degré. Lig. 130: néanmoins = toutes fois. Lig. 130 : après résigné, 
ajoutez son dit état et office de procureur général. Lig. 131 : et par sur- 
sis = et potu-suivi Lig. 133: y fait = y fit. Lig. 135: compagnie = 
petite compagnie. Lig. 136 : et des parents qui excéderont = outre 
plusieurs parents qui excèdent. ZJr/. 139: aussi = davantage, iigr. 140: 
remettroit son office =résigneroit son état Lig. 143 : 12.000 =plus de 
dix mille. Lig. 145 : d'autant qu'il s'est = d'autant plusqu'il s'en est_ 
Lig. 146 : jointe à la = jointe avec sa. Lig. 147 : forfait = forfaiterie 
Lig. 147 : un office =: son office. Lig. 148: Et d'ailleurs = Il y a plus 
car. Lig. 149 : après enfants, ajoutez auxdits offices de Président et 
de procureur général. Lig. 149: mais il se trouve = mais il s'est 
trouvé. Lig. 150 : avoit ^^ avoit obtenu. Lig. 150: del'année 1588 = 
dès l'an 1588. Lig. 152: pendant = durant. Lig. 153: bien que = 
combien que. Lig. 154: par lettres patentes = par les patentes. 
Lig. 154 ; 1598 = 1588. Lig. 157. de son état = del'exercice de son 
état Lig. 158 : après réception, ajoutez et installation. Lig. 159 : à 
cause des lettres patentes= à cause des parantelles et alliances. Lig. 
160 : pour être reçu = pour être les survivances révoquées. Lig. 162: 
et l'on a fait remettre aux parties ^ et a fait mettre ledit office. Lig . 
164. grandes parentés = desdites parentelles. Lig. 165. car dès qu'il = 
car aussitôt qu'il. Lig. 167 suppr. de cette charge. Lig. 167. lui être in- 
terdit = être interdit au père. lig. 170. faudroit = faut Lig. 172. qui 
chassa cette mauvaise race = il chasscât cette vermine gens {sic), Lig. 
173. et principalement de cette province =. et même de celles de 
Provence. Lig. 175. d'autant plus = autant et plus volontiers. Lig. 175. 
après disposée, lire que la conscience y est obligée par les lois et par 
la raison. Lig. 180. en leurs chapitres généraux = en leurs chapitres 
et assemblées. Lig. 180. de ne recevoir aucun néophyte qu'il n'aj'-e 
passé la neuvième race, ^ de n'en recevoir aucun qui n'aye passé 
la septième race et ceux-ci n'ont pas encore passé la troisième. 
Lig. 182. ils ne sont admis = ils ne les admettent point. Lig. 183. qu'- 
après la sixième génération et hors de cela, ils les tiennent = qu'après 
la septième race, les tenant désormais. Lig. 185. stq^pr. la phrase. Dans 
la ville d'Aix jMs^-zt a qu'ils soyent. Lig. [88. ajyrès recevoir, ajoutez 
aucuns en l'administration de la justice. Lig. 188. glisser de = glisser 
deux de. Lig. 190. y furent ^ y ont été. Lig. 191. siipjv.de conseillers 
et de procureur général. Lig. 192. soit le seul rempli la plupart de 



4 36 DE MONIER DE OHATEAUDKUH. 

cette maudite race = soit rempli de cette ordm-e.ii(/. 193. et que des 
bons = et les. Lig. 194. être à leur = soient soumis à leur. Lig. 196. 
à aucune charge publique, parce que leurs =: à leurs desseins. Leurs. 
Lig. 197. et méchancetés = et autres méchancetés. Lig. 198. autorisés 
sous les règnes des Roys = tolérés et favorisés sous le roy. Lig. WO. 
grandes = bien grandes. Premièrement. Lig.20l. loy = religion. Lig. 
201. ils foDt= ont. Lig. 202. cérémonies purticuVièr es, interverth-, Lig. 
2U2. parmi eux = entre eux. Lig. 203. entrelien = entretènemeut. 
Lig. 204. allé par mégarde chez un = entré par mesconte dans la 
maison d'un. lig. 206. suj^i^r. de quoi. Lig. 207. mais aussitôt = et 
aussitôt. Lig. 207. artifices = artifices et corruptions. Lig. 207. aisé = 
facile. Lig. 209. vains = unis. Lig. 210. de se venter = de s'avancer. 
Lig. 210. ils se cotisent = tous se cotisent. Lig. 214. font tous une ca- 
bale et si étroite liaison = ont leur cabale en si étroite liaison qu'ils 
n'ont. Lig. 215. la conscience =: la confiance. Lig. 218. siipjn-. mau- 
vaise conscience. Lig. 219 suppr. la phrase. Ils ont cette maxime 
jusqu'à hors de leur race. Lig. 222. Enfin ils n'oublient rien pour leur 
établissement et pour parvenir à toutes les charges = en sorte qu'avec 
l'argent ils s'établiront en toutes les charges qui viendront à vacquer. 
Lig. 224. ce qu'ils revendent = puisqu'ils vendent. Lig. 226. se rem- 
bourser = se remplacer. Lig. 229. maison ou les greniers ne fussent 
remplis que d'or = maison d'or. Lig. 231. ce qui se passedans lesvilles 
comme aussi dans la province = ce qui se fait en toute la Provence 
Lig. 232. et même dans = jusque dans. Lig. 233. d'obliger = pour 
obliger. Lig. 236. avec leurs parents et leurs alliés = et leurs parents 
et alliances. Lig. 237. qu'on n'entend = qu'on n'ouït. Lig. 237. plaintes 
contre les conseillers juifs du Parlement de Provence = plaintes et 
évocations contre le ditParlement. Lig 23S. suppr. rfe^wls ce qui oblige 
jusqu'à outre les usures. Lig. 240. avaid outre les usures, ajoutez : 
ceux même qui sont magistrats. Lig. 242. métiers mécaniques et sor- 
dides = métier sordide. Lig. 243. remjylacer depuis C'est qu'ayant le 
prétexte jusqu'à {lig. 246) perdre la province, ^jar qu'ayant la reli- 
gion et la volonté du tout étrangères et l'alliance de la France et du 
Christianisme, ils se rendent si forts qu'ils perdront la Provence Lig. 
247. les y pousse == les possède. Lig. 248. : vendroient aussi faci- 
lement leur liberté et fidélité pour se venger et se mettre = vendront 
aisément leur fidélité et eux-mêmes pour se mettre. Zi^. 249.de l'étran- 
ger = des étrangers. Lig. 250. pendant les divers troubles delaLi' 
gue = durant les derniers troubles. Lig. 251. suppr. bon et ny deson 
parti. Lig. 251. se sont = s'estans. Z/^'. 252. ajouter ap-ès Avignon, 
lieu ancien de leur origine. Lig. 252. n'affectent rien tant = n'aifec- 
linnnent rien plus. Lig. 252 du pape := des papes. Lig. 256. suppr. l^i 
l'iupart portent sur leur visage les pâles couleurs. Lig. 257. du grand 



VARIANTES DU TEXTE DES REMONTRANCES 437 

vendredi = de vendredi. Lig. 260. autorisés dans = autoriser à. Lùj . 
261. trop dangereuse = très dangereuse. Lig. 262. cette race judaïque 
dans = ces gens-là à. Lig. 264. qu'ils s'établissent = de s'établir. Lig. 
265 suppr. partout où ils habitent. L'ig. 266. prévenir tous les abus 
=: pourvoir aux abus. Lig. 267. de cette apréhension = de tant d'op- 
pressions. ii(/. 2(j1. suppr. et très nécessaire iï<7. 268. province = Pro- 
vence. Lig. 269. qui sont immenses = qui valent plus d'un million 
d'or. Lig. 270. de leurs charges et offices = des charges publiques 
qu'ils exercent. Lig. 270. 500.000 = 300.000. Lig. 272. charges places. 
Lig. 272. suppr. et de probité. Lig. 273. plus de la moitié = plus de 
deux cent mille écus. Lig. 274. de très humbles remontrances =: des 
remontrances et très humbles supplications. L\g. 275. Il faudroit en- 
core -^ en ce cas il faudrait. Lig. 276. établi à prendre = établies et 
prendre. Lig. 276. tant par tant = tant pour cent Lig. 279. il est cer- 
tain qu'il en tireroit = il en pourroit tirer. Lig. 280. des galères et 
garnisons de la Provence de ses galères et garnisons Lig. 282. parentés 
= parentelles et alliances. Lig. 282. dangereuses en = les plus dange- 
reuses à. Lig. 283. suppr pour ainsi dire qu'une âme et. Lig . 287. re- 
ligion prétendue réformée == bonne religion. 

Les deux derniers paragraphes du texte de la Revue historique sont 
remplacés dans notre texte par : 

Kôle de ceux qui sont officiers au Parlement. 

M® Guillaume Aymar, conseiller. 

jNP Joseph Aymar son fils, Président. 

M* Jean Augustin Thomassin son neveu, conseiller. 

M« Jean Estienne Thomassin, avocat général, son frère, neveu dudit 
Aymar. 

M« Honoré Agut, conseiller, cousin desdits Thomassins. 

M. Joseph Mazargues, conseiller, cousin desdits Aymars et Tho- 
massins. 

M° Honoré Saint-Marc, conseiller, aussi leur cousin. 

M° Honoré Rabasse, procureur général, neveu desdits Aymars et 
cousin-germain desdits Tliomassins. 

M'' Paul Chailan, conseiller, son beau frère. 

Outre ce, il y a M® Tlioron, conseiller, et plusieurs autres leurs 
proches parents. S'il est nécessaire, le rolle cy-dessus [sera] transcrit 
et tout le contenu au présent mémoire. Par extrait des registres de 
la Cour des Comptes et autres pièces authentiquer. 

L.-G. PÉLISSIKH. 



VARIETES 



CANAPÉ 

Littré a donné, après les Bénédictins, la véritable étymologie du 
mot canapé. Il le fait dériver du bas-latin canapeum , par corruption 
du grec y.wvwTrsïov mais il ne dit pas conament xwvwTrstov est devenu 
canapeum . 

Voici l'explication que nous proposons : la transcription latine régu- 
lière de x.wvwTTsîoi/ est cono2Mum que donnent les écrivains classiques. 
Isidore de Séville n'a pas reconnu l'identité de ces deux mots, et il a 
fait dériver connpeum du nom de la ville égyptienne de Canope. 
« Conopeum : Eetes qua culices excluduntur in modum tentorii quo 
magis Alexandrini utuntur, quia ibi ex Nilo culices copiosi nascun- 
tur ; unde et conopeum dicitur ; nam Canopea ^gyptus est*, » On 
sait en quelle estime l'ouvrage d'Isidore a été tenu au moyen âge ; 
son étymologie a fait fortune, et, sous son influence, conopeum est 
devenu successivement canopeum, canapeum. Le mot français canapé, 
qui n'est évidemment pas de formation populaire, reproduit simple- 
ment cette dernière forme. 

Le lexicographe Ugutio de Pise ^, qui a beaucoup emprunté à 
Isidore, écrit bien conop>eum ^ ; mais déjà Papias, antérieur à Ugutio, 
paraît avoir écrit canopum '' . La Bibliothèque Nationale possède deux 
copies manuscrites d'un vocabulaire provençal-latin du siv^ siècle, qui 
doit beaucoup à Isidore de Séville et à Ugutio, La meilleure de ces 
copies, qui paraît remonter à la fin du xve siècle, écrit s. v. Cortina : 
canopeum'. Un glossaire latin, cité par D. Carpentier, confirme 
même directement notre hypothèse: « Canopeum dicitur reticulum 
subtile circa lectum positum ad defensionem muscarum, et dicitur a 
Canopo civitate^.» L'italien Cfmc7:>e remonte bien évidemment à cette 
forme. M. Brachet croit que le mot français a été emprunté à l'italien 
au cours du xvi* siècle. Nous sommes plus disposé à croire que le 

< Etymologiae, XIX, v. 4. 

2 Mort en 121-2. 

3 Cf. Du Gange, s. v. zinzala. 
* Du Cange, s. v. Canopeum. 

8 Bibl. Nat., fonds latin, ms. 7685. 

« Bibl. Nat.. fonds latin, ms. 4120, cité par Du Cange, s. v. Canopeum. 



BIBLIOGRAPHIE 439 

français a fait, comme l'italien, un emprunt direct au bas-latin. Sous 
Tinfluence de l'a initial, canopeicm était devenu canapeum. Nous trou- 
vons cette dernière forme dans la plus ancienne des copies du voca- 
bulaire provençal-latin dont nous venons de parler*. Il est à noter que 
ce ms. du xv® siècle est dû à un copiste fort ignorant qui s'est très 
vraisemblablement conformé dans sa graphie du mot latin à la pro- 
nonciation courante autour de lui. 

Rabelais, cité par M. Brachet, a employé la forme Conope -, qui 
n'est certainement pas empruntée à l'italien . Nous pensons que Rabe- 
lais se sera rendu compte de la véritable origine du mot et aura voulu 
se rapprocher de la fonne grecque . 

Il nous paraît inutile d'insister sur le sens de ^ce mot, qui, après 
avoir désigné un moustiquaire et le lit que le moustiquaire protège, ne 
sert plus aujourd'hui qu'à désigner un siège. 

Alplionse Blanc. 



BIBLIOGRAPHIE 



Le latin de Grégoire de Tours, par Max Bonnet, professeur de litléralurft 
latine à la Faculté des lettres de Montpellier. Paris, Hachette, 1 v. 752 
pages, avec une table des passages commentés et une table alphabétique. 

Quelle place occupe Grégoire de Tours dans l'histoire de la littéra- 
ture latine? Que faut-il penser du latiu parlé en Gaule au VIesiècle? 
Est-ce une nouvelle langue qui se crée ou bien est-ce l'ancienne langue 
qui vit encore, plus ou moins transformée ? Quelles sont les modifica- 
tions subies et où ont-elles été le plus fortes ? Est-ce dans le vocabu- 
laire, dans la flexion ou dans la syntaxe ? Comment prononçait-on 
alors le latin ? Quels sont les caractères distinctifs du style de Gré- 
goire ? Telles sont les principales questions auxquelles l'auteur de cet 
ouvrage se propose de répondre directement. Mais, comme il nous en 
avertit lui-même, son étude à un intérêt plus général. Elle doit con- 
tribuer à faire la lumière (c sur ce qu'on appelle la décadence du latin 

t Bibi. Nat., fonds latin, ms. 7657. Le ms. 7685 permet de corriger la cita- 
lion incompréhensible empruntée par Dom Carpentier au ms. 7657. s. v. 
Cnnopeum. 11 faut lire: Pro culicihu.-^ et mu-icii reticidatn cortina. 

* Pantagruel, 111, 18. 



440 BIBLIOGRAPHIE 

et la naissance des idiomes nouveaux, sur la part qu'ont eue dans ces 
événements chaque siècle, chaque pays, peut-être même chaque in- 
dividu.» Elle complète de la manière la plus utile la série des travaux 
de Hageu, de lîœnsch sur la Vulgate, de Kofïraane sur l'histoire du 
latin de l'Eglise, de H. Gœlzer sur la latinité de S. Jérôme et sur 
Sulpice Sévère, de Mohr sur Sidoine Apollinaire, de H. d'Arbois de 
Jubainville sur la déclinaison latine en Gaule à l'époque mérovin- 
gienne, etc.. Ce ne serait pas déjà un mince mérite d'avoir fourni à 
d'autres des matériaux préparés de premièie main, d'avoir soumis le 
texte de Grégoire à une critique minutieuse, d'avoir coUationné plu- 
sieurs manuscrits de ses ouvrages, et de s'être astreint à vérifier scru- 
puleusement les nombreux textes cités. Cette part, qui pourrait rai- 
sonnablement satisfaire une honnête ambition, M. Bonnet a raison de 
croire qu'elle n'est pas laseule qui lui revienne. Il a fait plus. Non 
seulement il a établi une base solide en triant avec autant de soin 
que de compétence les documents, non seulement il a donné un bel 
exemple de ce qu'on peut appeler la probité scientifique, mais grâce 
à lui plus d'une erreur a été rectifiée, plus d'une idée fausse redressée ; 
il a corrigé et expliqué bien des passages de Grégoire, en philologue 
rompu àlacritique verbale et à l'interprétation des textes. 

Une idée généralement reçue estqu'il y aen latin deux langues dis- 
tinctes, le latin littéraire et le latin vulgaire, celui-ci ayant son vo- 
cabulaire, ses flexious, sa syntaxe, sa prononciation, pouvant avoir 
par conséquent sa grammaire comme tout autre idiome. De Diez cette 
idée a passé en s'exagérant dans l'ouvrage de Fuchs sur les langues 
romanes, plus récemment dans celui de W. ileyer sur le même su- 
jet : elle se retrouve un peu partout, eu France, dans la « Gram- 
maire française >> de F. Brunot et dans « les Parlers de France » de 
M. Gaston Paris. Déjà un savant d'une haute compétence E. Wôlfflin, 
en distinguant six ou sept degrés dans le latin vulgaire, avait mis 
plus de précision dans la conception de ce latin et tempéré la 
théorie régnante. Mais c'est M. Bonnet qui a su le mieux se dégager 
de l'opinion courante et qui, en soumettant la question à un nouvel 
examen, est arrivé à conclure qu'il pouvait bien en être de ce latin 
vulgaire, en tant qu'idiome, comme de la « langue indo-européenne » 
reconstruite par Schleicher. L'un ne parait pas avoir plus de réalité 
que l'autre. La vérité est qu'il pouvait y avoir pour le peuple une 
certaine façon de s'exprimer, un langage, mais non une langue à 
part, distincte de la langue latine proprement dite. On peut donc par- 
ler de la langue du peuple mais non du latin du peuple. Le fond de 
la langue était le même pour ceux qui se servaient de termes ou de 
toiu's populaires, du «sermoplebeins'>, que pour ceux qui, plus instruits, 
d'un rang plus élevé, parlaient un latin pur, le 'fsermo urbanus*». Ce 



HIBLIOGRAPIIIE 441 

n'est pas iiu prétendu latin populaire qu'il faut ojiposer à ce qu'on 
pourrait appeler le bon latin, le latin littéraire : ce qui est vrai, c'est 
que le latin, un au fond, comportait une infinité de variétés, suivant 
qu'il était parlé ]iar telle catégorie de gens ou par telle autre, et 
par la mèine catégorie, dans telle circonstance ou dans telle autre. 
Comme M. Sclmchardt l'avait déjà finement fait remarquer dans son 
ouvrage sur le vocalisme du latin vulgaire: <( le même homme se ser- 
vait d'un latin différent, quand il se consultait avec son esclave sur 
les emplettes à faire pour un repas, ou quand il envoyait un billet à 
un ami pour le prier de venir à sa villa, ou quand il composjiit une 
ode pour célébrer un prince ou une maîtresse.» Il y avait donc des nu- 
ances infiniment variées, adaptées au caractère des personnes, aux 
besoins du moment, à la langue écrite et à la langue parlée : diffé- 
rences dans la manière de parler la même langue, voila ce qui répond 
aux faits et à la nature des choses, mais non pas dualité de langues 
vraiment distinctes. Le latin, importé dans les provinces à la suite de 
la conquête, n'était pas, comme on le lit partout, ce prétendu latin 
vulgaire d'où serait venu, ici le français, là l'espagnol, ailleurs l'ita- 
lien ; c'était le latin tout court, c'est-à-dire le latin de tout le monde, 
plus ou moins altéré dans le vocabulaire ou la prononciation par des 
influences aussi diverses que l'origine, le rang, l'éducation, la position 
des immigrants ; car c'est encore une légende que celle du légionnaire 
apportant le latin en Gaule, en Espagne, et l'enseignant aux provin- 
ciaux. Outre les gens du négoce, chaque nouvelle annexion amenait 
dans les provinces nombre de fonctionnaires publics, dont quelques- 
uns appartenaient aux plus hautes classes delà société, étaient ins- 
truits et gens du monde non moins qu'élevés en dignité, et de- 
vaient par conséquent parler le sermo erucUtus, perpolitus, urhanus. De 
même, en Gaule, à côté des marchands, des artisans, des paysans, il 
y avait ceux qui, par leur situation, leur instruction, leur éducation, 
appartenaient à un milieu plus élevé : ceux-ci échangeaient entre eux 
des idées que la généralité des Gaulois n'avait que rarement ou plutôt 
même jamais l'occasion d'exprimer, comme eux-mêmes n'étaient pas 
amenés ordinairement à se servir des termes et des tournures propres 
aux illettrés ; si bien qu'il faut se représenter chez les Gaulois non 
moins que chez les Romains de nombreuses différences dans la ma- 
nière de parler le latin, les besoins et les moyens de chacun variant 
snivant son rang et son instruction. 

Ces réserves faites sur la distinction qu'on établit ordinairement en- 
tre le latin littéraire et le latin vulgaire, M Bonnet n'admet pas que 
chez les Romains, les Gallo -Romains, pas plus que chez nous, il y ait 
eu un abîme entre la langue parlée et la langue écrite, comme on l'a 
prétendu, l'une restant immobile, l'autre suivant ime marche indépeu- 

30 



442 BIBLIOGRAPHIE 

danto, Tune arrêtée dans son développement, l'autre continuant de 
vivre. La langue littéraire elle aussi change : elle subit, comme un or- 
ganisme vivant, une évolution, pour la plus grande partie, incons- 
ciente. Elle exerce aussi, et c'est co qu'il faut bien voir, son influence 
sur la langue parlée. Les Gallo-Romaius, comme les Romains, comme 
nous autres Français, cherchaient, soit en parlant, soit en écrivant, â 
reproduire, comme ils pouvaient, la langue littéraire classique. Le bon 
latin était leur modèle, leur idéal, comme pour nous le français de 
nos classiques du XYII* et du XVIII« siècle. C'est encore l'ancienne 
langue qu'on parle au VP siècle ou qu'on écrit, quelque altérée qu'elle 
soit. Ce n'est pas une langue nouvelle qu'on crée. 

Ce qui s'écarte le plus du modèle suivi, c'est la syntaxe avec le vo- 
cabulaire. « Sur la plupart des points c'est un état de transition entre 
la règle ancienne ébranlée et la nouvelle non encore établie». « On 
pèche par ignorance; c'est l'ancienne langue qu'on parle incorrecte- 
ment. » M. Bonnet, en effet, ne partage pas, avec juste raison, l'opi- 
nion de ceux qui ne veulent pas qu'on parle de fautes ni d'incorrections. 
S'il est vrai que c'est l'usage qui a fait la grammaire et non la gram- 
maire qui a établi l'usage, la grammaire une fois faite n'en a pas 
moins eu force de loi : elle est devenue un code, accepté et reconnu 
par tous, transgressé seulementpar ceux qui l'ignorent ou le connais- 
sent mal. C'est le cas de Grégoire comme de ses contemporains. 

«Le vocabulaire, extrêmement riche, doit son abondance, après la 
conservation de l'immense majorité des mots anciens, non seulement 
à l'emploi qu'il fait de termes empruntés àtoutesles variét