(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Revue des langues romanes"

^ny 



REVUE 



DES 



LANGUES ROMANES 



^^ 



REVUE 



DES 



LANGiiiîs imwms 



Tome LIV 



Vl'' SrHIK — ToMK IV 




SOCIETE DES LANGUES KOMANES 
iMONTPRLLIKK 



?c 

2 



ClIAiNSONS I>ASTORALKS 



I. — AMOURS CHAMPETRES 



I. Bergèro iXaneto 



Andantiiio 



4^: 






ÉlZ^ZZëZ- 

Moun pai -re in"a loii - i;a-do pèr gar-dà lei — mou- 

ÊliiiïSiliifiiigpilii 

tous, pôr gar-dà Ici mou- in vi^, lier - y è - ro Na - ne-to. 



z:^=:fi~4^:: = 



;iz:=:iP=:Éz::l=f==p 



ÎE^=^EiE^E^ESElEtE?E 



pôr gar-dà lei mou - tous, Ber - i/è - ro Na - noim. 

1) .Moun i)airc Jua luugado in r yarda Ici moutous, 

Pèr garda lei inoiilous, 

Bergèro Xaiwlo, 
Pèr garda loi moutoiis, 
Bergèro Xdiiouii. 

2) léu lei gardi poi sonlo. m'aii iotigal un paslou ; 
;>) A cado rebirado luc dcniaud') un ponlou ; 

'i) Icu noiin sdiiu pas ingi'alo, alahels n"iu l'an dous. 

.")) « liau dire à la niaiiHî qu(î lonjoun iV- rainour. » 
U) « — Ma niairo l'abiô i'aito, oaduno noslre à luur. » 

Bergèro Naiielo, 
Caduno à noslre loiir 
Bergèro Xanouii. 

M. Pierre Rkynaud. Belvis (Aude). 



I.\ i-i;thi: hl;kgl;hi:. — 1) M<>ii père m'a louée jtour 
garder les moulons, — lictgère Aanelle, — poui- gar- 
der les moulons. — Bergère Nanon. 



6 niwsoxs r.\SToi;.\[.ES. 

iJ) Je ne le> g;ir<le jms seule, t;ii ia"a loué un berger. 

3) A cliaciue rapjjel du Iroupeau il nie (Jeniaude un baiser; 

i) Je neu suis pas avare, aussilùl je lui en fais deux. 

,")) « — Je vaisdire à la mère ((ue toujours lu fais l'amour. » 

0) « — Ma mère l'avait fait, diacune ;i notre tour. » 



11. Li; he.\ul:/,-\ ous 

1) « — Jauelo. cnl aniren gordà, <|u'agen bon Icmii? 
uno (Hiro ? LaiiUi. (Juagen bon temps uno ouro ? » 

2) « — .\val.a\;il. ;il prà bmà. i'o di- lan belo crbelo. » 

3) Ouan S'Oguèroun al l'oiiu dal pf;i. l'erbelo èro ba- 
guado. 

'i) Lou jiaslour (luilo sonii nianld j>èr l'a sil.'i Jaiielo : 

')) « -- Janelo. silà vous ali. faren uno parlido. » 

ti) 1 sùun ialonien deiuouià. lo nèil lous a sousi)resis : 

7) « — Oue m'en dir(') Ion uiio popà. d'estre tant 

demourado ? » 
S) « — N'en diras à loun popà (|ue lou lou]) te rou- 

davo, 
'J) Uue sens un gcnlc pasloiircl lou loii[i t'auriô min 

jado. » Jjtiila. Lou lou[j 1 aurio nnnjado. 

M. Besse. Argentat. 

1) (( — Janeltc, où irons-nous gardei'. <|ue nous ayons 
bon lem|)S une lieure ? » 

■J) « - - l,à bas. au pré cbiliiri'. il y a de bien Ixdle 
lioi'bcite ? » 

3) Ouand ils l'inenl au ImmiI du pic riieilic ('■lait inoiiilb'îe. 

'\) Le berg<'r (|intlc sou nianlcau poiu' l'aire asseoir Ja- 
neltc : 

5) (( — ■ Janclli'. asseye7,-\ ous là. nous nous dixcrlirons. » 

6) Us y s<'nil li'llciui'iil i-(>sli'"s (juc la nuil les a surpris : 

7) « — Oue nie dira mon pèii' d'iMii' lanL restée ? » 

8) « — ■ lu diras à ton père (pic le louj) le guetlail, 

y) — Oue sans un gentil berger le lou|) t'aurait mangée. » 



CFIANSONS PASTOI',Ar,i:S. 



Alle-'rett. 



III. l.or l'ASTOlllEI, 

iiiïiplii^iimi'EiitiiË^i 

Pas - ton - re - le - ta, mas a - inours, iéu 

=m-;:=-:= 






t'ai-ma-rai tou-jour, Se me prou -me-tes un pau 



- O'S" 



!é 






de re - tour ; Sou - fris -se lou mar - ti - re, po - de 



i^iï^ïiiifi^ 

pas me coun-sou 



mmm 



g — ^ — 



;^*=^ 



là, La neit quan me re- 



ilSï^l^ 



bi - re, fau que 



sous - pi 



LOU PASTOLREL 

1) « — Paslourelela, mas aiuoiirs, 
Iéu t'aimarai loujoiir. 
Se me proumetes un pau de retour. 

Soufrisse lou marlire, 
Pode i)as me counsoulà ; 
La nèit, quan me rebire, 
Fau que souspirà. » 



LA l'ASrOURELA 



2) « — Paslour, le plagnc quan (1) uoun pode pas 
Te soulajà, 

f/aïuoiir le sera, cpic lu liiarà ; 



Var. : (IJ car. 



o CHANSONS PASTOrtAr.F.S. 

\ ('iii Innlos. siil xosprc, 
(Jucsliciiinrcii l»»ii Ix'sliaii, 

Farm à noslir aise (I) 
I. aiimiir (•niiin,) c;!!!. » 

Mvs. A, 107. 

I) Jciiik; lici'Liùri'. iiics aiiiniii<. - je raiiiicrai hiii 
jitiii's. — si In me iiihiim'Is un pcn de idonr. — ■ Jo 
siailïrc \v niail\ ic. je ni- piMix nie consolci- : — la nnil, 
(|tiaii(l je me n.'li^ur-nc [dans mon lit|). je ne lais (|iio 
soui»irer. 

■J) Bei'îirr. je le plains de ne |iou\uir te soulager, — 
l'amour le dessèche, il le luera ; — \iens lantôl, sur le 
soir, — nous enfermei-ons le hélail. nous Icrous à noli'e 
aise — l'aiiiour coiaïuc il j'aul. 



1\. I.Ksi'i: 



AllegreUi 



|==:B-z:Û=; 



A - lialli, à la jn-a - de - to, i'a'n 

m 



Iee-ee^eeÎ^?^' 



pas - ti-e ma - lu - mus, De 



■a-li;i-iio en ca- 



• • 






— # 



i^m^^^ 



lia 



cà — 



1) Ajjalli. ;i la piadelo. i';Vn paslre maluroiis. 

De cahauo en caliano ita eeicà sais amours (2). 

■J) Si lanl las a cercados. Ironliadflos las a, 

Sus la Itasso moiudagiio (ô). (|ni' gai'da le heslià. 

(1) leze (Mfi. G. 20). 

(2) Var. : Cerco sais auidui ctus. lai tmbos |)ii.- oun l(x-. 

(3) A iiautj HU« la mounUigno. 



niwsoxs pASTOHAr.FS. y 

3) « — Dieu de Itauiijiniii. Iioriièiro, hciids voui soirc 

;u-i. 
Sus la xcnlo lOuyciro maiijai'<'ii rcspctii. » 

■'i) « -' Toul ((iiiiiaul la [laïKilii. (jufl \ilrii Iraliidnii, 

Per dessus uia lauliflo m'a lauliat nu |m>iiI<iu. n 

5) Pra([ui \('ii a |.a>sià un (•lu\aliè ou douis : 

(( — Atal. alal. Iieiiièicd. l'ai Ixiu haisà's |iasliius i » 

li) « — ■ l*en|ut' alal le haisi. perqué alal lur plai. 

Le paslourid urauiadn. |i> Ixili acouuleulà. » 

7) « — Te ci-duiiiiiaiai de lauhos. ' raidnis c daliaMlal>. 
E qu'ende iéu, bei-gèiro, bourguèsses l'aire atal. » 

8) « — Moussu, i(ni \i)us couuegui, \(»ui uou uic cou- 
neguets, 

("lafdals lio^hdi laubelos à las ([ue councgiiels. 

Mme Cathciiiie Pinai'I). lîekNsta (Arièg-e). 



\.v. <;oi JEU. — 1) r. à-bas. à la piairi(\ il y a un beigrr 
Mialheureux, — de cabau(^ eu cabane il \a elieiehei- 
ses amours. 

'!) 11 les a tau! clu'iclH'es. ((u'il les a trou\('M>s <nr la 

basse nioulagnc. gai'danl le liiMail : 

•3) « — hitMi de bonioiii-. lii-ruère. \eniv. mmis assroii' ici. 

— sur la \ci1c l'ongèrc non- niangci-on'- le uoùlei'. » 
•i) « — Ton! en coupant le |kiui- ce \dain li-ailre. - [lar 

dessus Jua fobc ma \o|i' un baixT. » 
~^) Par la \ieul à pasxT un clicvahcr on deux : - — 

(( — Ainsi, ainsi, bei'gci'c. il l'ail bon d cndnasser les 

bergers ? » 
(■>) « — Puiscpi'ainsi je le baise, c'csl (|ne c(da un' plail. 

— le berger m'agrée, je \(MI\ le conlenlcr. » 

7) « — Je rachèterai des robes, des robes cl des la 
bliers, • — si, avec moi. bei'gère. lu mmix en faire di- 
même. » 

8) « — Monsieur je xous connais, vous ne me connaissez 
pas. — garde/. \(js ridies pour cidles ([ne xons con- 
naisse/. » 



10 



CHANSONS PASTOfi.MF.S. 



\ . La Fu.M 



Amlanlino 



y^m 






L'au - tre jour iéu me per - me- 

Ren - coun - trôre u - na ber - ''ci- 



m^^ 



i-:^-- 



.=izd5: 



na 
re 



-ë- 
ve 
ta 



-• — 

à 
qua 



la 
vie 



n- 
soun 






bi'u 



ta — 
da — 



d'u 
vaut 



na 
lou 



font. 

front. 



— 3^=z:î5zz:z:5=z::â^=iz^: 

di - gué - re, hou - ca 






cra - da : € fai 



iis^^il^ 



-F 1^—^:1=^=^ 



m'uM {lou - liiu, fai ui'un pou - tou,- 






-.^:=z- 



i^igl 



fai — ni'uii pou - lou, u - ua bras - sa 



da 



1) l/aiilic j'iiii- iéu me |i(Miii('iia\ c à la nvela d'iuia 
lonl, 

Uancoiiiilrcrc une bergèirela (ju"a\ic souii bèu davaiil 
lou Iront . 

!(• (liyiiric. Iiuiica suciada : 

« Fai iriiiii ponton (In) nna hrassada. » 

2) « — l*èr de jmntons e de brassadas, iéu vou'ii 
i'arai tant ([ne vonrrés, 



CirWSONS ['ASlOliAI.I.S. 



11 



M;ii ([lie iiKMiii pairt". ;iiii;ii 111:1 iii;urt» \(Mil;(iii |i;\s ;'i ik^ 

s;ui|ir(' res. 

S'acô yvnic à sui coiinouis'&ciiisa, 
Me t'arion fa (/<'/■) la |»('iiil(Mis;a. » 
■"î) « — • l^ergrii'a. n'ai une (.iiliiid.i (|nc don [)as rcs 

à toiin agiiel, 
Au pra(. rnanja l'erha riouridji. au bosi', hni roumani 

nouvel ; 

[.a \'os jniioà à rescoiifi'ida : 
Toiiii Im'I aLîiiel (/('/■) e ma cahi'ida '.' » 
•'i) « — Hergir. aiicii au |iasl'ii.i'gagc, Ions l)(M-gès \é 

van à rciifouc. 
Oue diran las grns dan \ilaiL;(', qu'ajc ion ((uilal nions 

nionlous ? 

Hergiè. pas pus de l»adinag(!. 
Aiicii-iionscii (Icf) (lin Ion Itouscage. » 

Mme Rkboi'i.. Lunel-Vicl (Hérault). 



La Fomaim;. — 1) l/anlrc joni- je nie |)ioin('nais an lioid 
dune l'onlaiiH" ; — j<' rcuconli'ai nnc bcrgèin; (|ni avail 
son liandran d('\anl le l'ronl. — J(^ lui dis a\ec donccnr 
(bouche sucrée) : — « l'ais-inoi nn baiser, — ■ une em- 
brassade. » 

2) « — De baisers et diMnbiassades. je \ous eu l'erai lanl 
(jue \ons \()udi'e/,, — pouiAii ([ne mou père el ma mère 
uen saclicid rien. — Si cela \(Miail à être su deux, — 
ils me l'eraitMd l'aire pénilence. » 

o) « — liergère, j'ai nnc clie\rclle qui est aussi belle <|ue 
ton agneau, — an pr('' elle mange l'herbe fleurie, au 
bois, h' romarin nou\<'an : — \enxdu jouer à la course 
— - ton bel agneau — el jua chevrelle ! » 

4) « — lîerger, allons au |)àlurage, tous les bergers y 
sont anloui-, -— (|U(; diraient les gens du \illage que 
j'aie ainsi ([iiillf'' mes nionloiis ".' - Px-rgcr, plus de 
badinaui'. allons iion> en <lans le bocage. » 



12 



CHANSONS PASTOHALF.S. 



.Mudcral. 



\ 1. Le Beri.lu riniii.L 



U - na pas-tnu-re- la, al pratTau-tre jour, Sus 
Ter - 1)3 iiou - \r - la se i)la - irtu' iTa - iiiour 1 



=?=É=J=»^=g= 



=!: 



Ai l>er - ^'c von - la - gc, pei- - que m'as qui - lat ? Té- 



"^^^ 



:-:!=âÊË^I='=^; 






iT Ircip (i - di' - la, — m'as a - lian-dou - iiat. » 



1) Ina ])aslourcla au pral. l'aiilrc joui-, 
Sus Terba iiouvèla se plaiiir (rainoiir : 
« Ai ! bcrgè voulago. pei'cpK'; m'as ((uil;il '.' 
I ère trop lidèla. mas abauduuiial. d 
■J) « M"a\iès r.-i |>iniiiiii'ss;i (le loiiidiir m'aiuiù, 
Ai ! Iiergè Aoulage. se (■iii )i;i> ([uii.i : 
I'k's (le pus scusililc. l'i's ilc pus doulcnl 
l'vS ([iiaul iMi Si' (|uiI;i (Io <|u"nii ^";iuu;i lieu. » 
.']) I.ou Imm-l;('' \uuI;iuc. ([iiri'a ;iu inn (|;ui pi';il. 
Au/.is soun kiiLîjijc. I(iu ciir i';i loucal ; 
()uila sa iiiusel;i. r('|>rcu sous ;uunurs : 
(( \''in. Mi;i p.isl<iur;i. r;iini;i i.'ii loujniir. » 

.Ms^. A vl G, 121, 43. 

1) Une i'-uiic licrgèi'c, au pré laulrc jour, — sur riicilio 
ll(>u\(>lli' •-(■ pl;iiL;n;ul de ^>>\\ .unouicux : <( Ali ! IvM-gci" 
volatif. pipin(|uoi Mi.i-- lu (|iull(''i' ".' .If l'i'lais li'op 

lidèle, lu lu as ;d);uid(iuuéi' 



{ Il \\S().\> IWSTUKAI.KS. 



13 



■J) « I II iii;i\;ns l'.-iil l,'i (iidiiicss.' de (oiijoiiis iii'.-iiiiicr. — 
\li ! liiTLicr \i>I;il;('. il ne r;iiil |>;is s(> (|iiill('i- ; - rien 
Il l'sl plus sciisihic. r'ieii iiesl plus ilniiloiiiciix. l(irs 
([uo l'on so ([uillc (Ml s'niinaiil bien. » 

• >) 1,0 bci'LliM' \nl;iUt\ ([ui rlnil .111 lioiil du prr — cillcild 

00 langage, le ea-ur toiil ému : -- il ([uill(> sn niusclU', 
relourno à ses amours : — « \'i(Mis. 111:1 iicrgric. jo 
laimerai loiiidiirs. » 



\ II. I.E Hi-n(.i.i< 1 ii>r.r.i; 



Moderato 

- -5 — 



iiiïiï^i^igiïil;^^!!! 



Rnus - si - gnou que can - tes sens ces - sa, ilin 

», 1 ' ' ~ ■ 

moun jar - di, Vai trou- hà la miéu - na mes 



|;/âj=i=iz=^z:!=igj-|— |Ei=fz:^=;|z=g=| 



;23: 



tres-sa de l)oii ma - li : K di - ga ié, din 



s:z~- 



:ê:=» 



toiin len - f,'a -i:e, Tant a - mou - rous, Que soui lou 



1-5 -S- 



l:l=^ËiiiïigËl^i^ifiiyiiH^ 

ber - gé dau vi - |la - ire Lou mens u - rous. (1) 



1) Koussignôu ({uc caulcs sens cessa, 

L)iii 111(1(111 jardi, 
Vai troubà la miéuiia mcsiressa 

De bon mail. 



(1) L'air est noté dans: Ballard, La rlef des chansonniers, 
{■>. 124, sous le timbre: Qu'on ne me parle plus de guerre. 



14 (•|l\\S<).\> I'\M<>|; \l.i;S. 

\] (I|L:.I 11. lllll I<MI1I IcIlU.'IUr 
T.llll .llIluUfdllS, 

( )iic ><>iii loii |)(>rii("' ihni \ il.i'-;i' 

l.dll IIMMIS iinni'^. 
■J) \iii;ii (|iic l.'i \(Mirs sir |m.iiI|(|;i. 

\] i|<Mi- Idiiii (■;iiil. 
Se lii.'i |i;isl(Hii;i (•< (Mii|iiliiliii(l;i 

( 'aiil.'i II phiii : 
l'ioi, ([iiaii \('iias (|ni' se rcM'Ilia, 

Scii g(N (l'cl'ort. 
.\niiii lofUK's ([111111 |iaii sdim aiircllia. 
l'aria a ■•(Hiii tny, 

Ms. G, 109. 

]) llossiaiii'l (|in ihaiili's •-ans cesst — dans iikui jardin, 
— \a Inuixci- ma niaiticsso — <lo bon malin, — ■ et 
dis-lui dans Ion laniiatic — si amoureux, — (pie je suis 
le berger (hi xillage — le moins lieiu'euN". 

'2) Ouoique la \(M\ soil jolie - el Ion eliaiil doux, — si 
ma l)erg("'i'e esl endormie clianle Im doueemenl ; -- 
puis, ([iiand In \eiias (iiielle se i-(''\eille. -sans aiieim 
elïor'l — ne [>arle |>as ;i son ofeille, -- |iai'le à son cu'Ui'. 



\iil. La ia:uGKijR \oi.A(.e 

(Sur l'air prf^ct^dent) 

1) (Jiiaii me dis(>s. janlia pasloiifa. 

()ne \(ius m aiiiias. 
Aei» iioiin es cjue |ièr niia onra 

Ou'ou tcmougnas. 
Mos d'nbord qu'ai virai l^^squina, 

l.oil |il|s soll\(MI 

Vcv d'aulres ras(;"s la farina, 
Pèr iéu, lou bren. 

2) Ara que ses jouina e |)onlida. 

S'aimas pas r(;s, 
Oïlaii sai'f's \iellia icli'onssida (1). 

(1) \'ar. : aniui frounzitla (ridée). 



{•ii\\S()i\s r.\<Toit.\i.i:^. 15 

\(>iis |il;igiiir(-'s. 
l'aiil la (le lillietas, pecairc ! 

O n'a 11 1-0 l'usai 
Las artlims (11111 |iruiiiirr Irinuairr. 

Ou ail pioi aimai. 
3) J aiil lèu (\uc I aniiiiir preii iiaissciisa 

l/èr li sulis, 
E sens l'aire Liraiida desiieiisa 

On luu nouris ; 

Mes des que sourtis de l'enlansa. 

Que deven grand, 

Mouris, se n'a pas de pilansa, 

Lou leiideman (I). 

Ms. A, 103. 

1) Quand \ous nie diles, genlilii» iiergère, — que \ous 
m'aimez, — ce n'est que jxuii- une heure — que vous 
le témoignez. — Mais aussilùl ([iie j'ai tourné le dos, — 
le plus souvent, — i>oiii- daulres xoiis laites la farine, 

— pour moi, le son. 

2) A présent que \ous èles jeune d jolie, si xous n'ainK'z 
rien, — • quand vous serez vieille ralatinée. — vous \oiis 
plaindrez. — (On a vu) tant de filles, hélas ! — qui ont 
refusé — les ardeurs d'un ju-emier amoureux. — qu'el- 
les ont ensuite aiiué. 

3) Aussitôt que Tamour prend naissance, — l'aii' lui 
suffit, — et sans faire grande dépense — on le nourrit ; 

— mais dès qu'il sort de Tenfançc, — qu'il devient 
gratid, — • il meurt, s'il n'a pas d'aliment, — le lende- 
inain. 



IX. La folc.w 

Se vou - 16s fou - gnà, fou - gnen A - c6 m'es in 



lii^iiii^^^i^ipiii^i 



iii^Ëiiiii=ii^Êii 



di - fe - ren ; La fou - gna vous pas - sa 

(1) Var. : aquel grouman (ce gomniand). 



16 



^="zziff; 



(Il \\>n.\^ l'XMOl; \l.i;S. 



iEzï~.E^=i=^- 



=-^=i7==^: 



-^-:z-f. 



XI ^J —\ 



rà. iii'ii vnii - (1res fom- - n;i, pioi vou - dres tour- 



-G # •— I — • J ■ # - 



nà, La l'on - <^na vous pas - sa - rà, pioi vou-dres tour- 



na m'ai - ma, vous vnu-dres e iéu vou-drai pas. 



Se \iiiilr'- l'(ninii;i_ l'iniLiiMMi. 
Acô iiM^s iiidilVroii. 
l.:i lOuiiii;! Aoiis jiass;ii'i"i. 
l'ioi \uii(lr(''s loiinià (/us) ; 

l.;i InlILlIin \()IIS paSS.MI'M, 

rio'i \(ni(li'('s l<iiirii;'i iiraiinà : 

\(iiis \(»ii(lrés. (' it'ii Munirai pas (1). 

Mss. A et G. 26 et 2. 



l.A i!()ri)i;iiii:. Si \niis xniilc/. IkmkIi'I-. IkihiIoiis. — coin 
m'est iiidillÏM-eiil : - la iiiainaise Iniiiiciii' vous iia>sei'a. 
— |)uis vous xiimli'ez eiieore (6/.s) : la mauvaise liiuiieiif 
vous ]iasS(Ma. puis \ous xouHrez encore maimer ; — 
viMis \(>ii(In'/ el mni y^ ne xDudi'ai pas. 



(1) Cet air est très ancien, il a seivi de timbre à plufiieui-s can- 
tiques, noëls et ch;insons pi-ofanes, notamment à Désaugiers, poui- 
ea célèbre cbanson : M. et Mme Denis. Il est noté dans: B.^li.arb, 
JjU rhf de.<< clian-'^oiuiifr.-', p. 104. tout; la iiibriniip : Vous h sravez 
liien. sourcnpz-i'oiixcn. 



CHANSONS PASTORALKS 



17 



X. Le i5i:iu.i:it i\i idi'.ii: 



Andaiilino 



U - no jan - tio pas - lou - ro, tout 



:i=?: 



=i5i: 



a - ques - te mai - ti, — Sie - ta - do sus Ter- 



be - to, près de soun boun a - lui, — Mc-s — 



-#-— 



±=^--;i=r^- 






si i'a dit : ount bas? — Ga - lant, lu iu"a - ban- 



i 



lEE^E* 



--=1=S=l=»;5:=:&====^i|3 



ï=f= 



dou - nos, quou - ro tu tour- na - ras? 



3=1=^ 



1) liK* jniilio pnsliHiro. loiit ;i(|U('slr nuiili. 
Sictado sus Irrhclo, près de soiiii lioiin ami. 

Mes si i"a dil : « (liiiil bas. 
Galant, lu m'abandounos, qu'ouro lu louiuaras ? » 

2) « Be-n-sirc déjà ouio ([ue foiisquèsses tournai ; 
An qualqu'autro paslouro toiui cor hi ei doiuiat ? 

Digoi me la hrrlal. 
Si jamai n'as agudo cap d'iulidelilal ? » 
o) « — Solto. inipertineiilo. sa dits soun paire alal. 

lOujoun t'ai la liadinn (|uand es al pasluial : 

M"as perdudis ni(»ulnus. 
Les pagaras, paslouro. lu. du lnun aninurous. » 

4) « — De bous me n' jauli uaire. niiuai bitslris mou- 

lons, 

2 



18 CHANSONS PXSTOriALES 

M";tiiiii iimi riKniii rriiiuiuiv. que r.-iitiii iii.'ii que loiil : 

.Idii r.iimi [liai f[ii'n lions. 
A liiHis. ;'i liisli'oi liofdds. luiili lio-lri- iiimiloiis. 

'>) <( \(|iii ahcls lai I'imIos, las gaido (jui IxHinlrà. 

Soiiii lasso (j"osli-<^ paslro. mo lioli inaiidà : 

\]r Inili iiiaridà. 
\(|iii alirts lai IVdns. las uardo (jiii hoiii'dfà. » 

Mlle Marie Basset. Belesta (Ariège). 

]) lue Liciililif Iii'i-u<'mi'. loiil ce malin. — assise sur 
I hérite ineiiiK'. jU'ès do son anioiiieux. — lui a dit : « Où 
\as-lu. — nmaid lu urahaudoniies. f|uand reviendras- 
Ui ? 

V) « Il sérail déjà leini)s (|iie lu lusses re\eiiu ; — à quel- 
(\\\r autre l)ei\uèi(' lu as donn*' ton cœur ? — Dis-moi la 
\éi'ité. — t ;>i-j<' jamais lait aucune infidélité ? » 

."!) « -- Sotie. im|)(M'lin(Mil(\ - lui dit ainsi son père, — 
lu lais toujours la l'olàli'c (|nand lu es au pâturage ; — 
lu iii"as pci'du i\{'< moulons. - lu les payeras, bergère, 
loi, ou ton amoureux. » 

'i) « — l)e \(ius je ne me soucie guère, ni même de vos 
moutons, — j'aime mieux mon amoureux, je l'aime 
mieux que tout ; — je l'aime mieux que vous, — que 
vous, que vos nuMairies. et tous vos moutons. 

5) « Vous avez là les brebis, les garde qui voudra, — je 
suis lasse d'être bergère, je \eux me marier : — je 
\eux me mariei'. — \'ous avez là les brebis, les garde 
(jui \oudra. » 



XI. La pastolreto 



Allegretto 



U - no jan - lio pas - tou - re - to s'ei le- 
ba - do de mai - ti, Si ne pren sa cou - noul- 



CHANSONS PASTOKALKS 



19 



::fî=:D; 



:i=É: 



=^=?: 



lie - to, tout en gar - dant le bes - tià. .4/ son 

=:i=::=--^==Êip:B=:^=i=.iFi~45==:;=:Ê-f=q=i! 



iîiîii^l^^ïii^ 



</f ^a can-sûu - ne - to le fus i dcoiso a la ma. 



1) lue janlio pnsloiirelo sVi lehiulo de maili. 

Si ne |in'n sa (■(ninoiilliclo. huit en uardaiil le Im'sIi.'i. 

.1/ sijii (le 1(1 i(tiis(iLuu-l(i le fus I ildiisii il lu ma. 

'■i) i.c paslre (|iio rarregardo, c la siec à pas, à pas, 

Elit i discn : « Janlio pashniro. qu'ouio no pailan 

d'aias ? » 
.')) « — Ouaii to heze tout nialiuûii'. tout noLiiu^ ot 

tout niascarous, 
James iéu non podi croire quo sioi lo iiiiéii anioiiious.)) 

4) « L'autre joiui, la biionouso (|uo me la del délicat, 
Alalo caro que s'amouro duii cor (juim autre a gagnât. 

5) L'autre joua me miralhèri alprès (\o la iioslro i'ount. 
Autant bel iéu m'atroui)èri. autant l)oi coumo lo joun. 
0) « — Lei presens (pie iéu t"<'i l'eilis, me lei boli le 

tourna ; 

Pèr camis ou i)èr carrièros le loi boli demanda. 

7) Quan fousquessen sus la plasso, (|uo i" ajègui 

milo gens, 

Te dirai : jantio pastouro, ren-me toutis mous pro- 

sens. » 

.4/ sou de la cansouneUt le /us ( dansa à la ma. 

Mme Bouichou, dite La Ctnifs.-n. Bélesta (Ar'ège). 



La JKiXE ni:RC.ÈRE. — 1) Lue gonliib' borgoicllo s'est lovée 
de bon matin, — elle jii'ond sa (luenouillo (pour filer) 
tout en gardant lo troupeau. — .lu son de ht chaiison- 
iietle le j'useau lui danse à la main. 

'J) Le berger la regarde et la suit (\t' ])as à pas — on lui 
disant : « (îentille i)orgèr<\ (|uand parlerons-nous de 
nos amours '.' » 



20 



CHANSONS PASTORALES 



;i) « - (Juniid je le \(>is loul m;iiiii<,n'(\ loni noir et tout 
iiiricimrt'. - jaiii.-iis je ii<* |i(»iiir;ii ciimii' i|ii(' (h sois 

i) « l/.-nilrc jniif. I;i \il;iiii(\ (|iii liiil taiil ];i dilTifilc, 

— s'îuiioiii-aclic <riiii iiialolrii. — (jui a gagné son cœur. 

Ti) L"aulio jonr je nie mirai anprrs de notre fonlaine, — 
je nie tioinai aussi lioan. — aussi beau que lo jour. 

(i) Les i)rt''S(Mils (|iit' je l"ai faits, je voux me les faire 
rendre ; — ])âi' mes cl pai' chemins je \eux le les rede- 
mander. 

7) Ouand nous serrions sur la place. (|n"il y aurait mille 
gens, — je le dirai : geidilh^ liergère. l'ends-moi tous 
mes présents. » 



XII. La brlneta 



Andanlino 

:=zjz:ii::di=p: 



C|=i=iiii^i^^|^^ii^ 



fe 



ifilEÎliiiïiÉÊ^^iïiif 



cor; Es gen - ta, pou - li - de - ta, Vau un tre- 






•- 



:p=|:r=t=lz:p=F 



11=11=-^=^ 



:t::=t: 



léu li lais - se fà ce que vùu, Mes iéu 



I 
n'ai gran pou Que me trouin - pa - rà. 



;£^ 



T^—t—K 



-,_ — 



lEÊ^*EfE?EfcJ=?El 



^^3=tEîE^^fE^3:J: 



-• Q- 

V- 



gué Ion la, lan - le - va, gué Ion la. (I) 



(1) Cet air est noté dans: Bam-AIid. La Chf des rlinn-^onnier/i, 
p. 194. 



CHANSONS PASTORALES ?1 

1) léii ir.'uiiic uiia l>riiiicta 

i)(' tdiil moiiii cor ; 
Es geiila, poulidf'la, 

\'au un Ircsor. 
luu li laisse fà ce (|iie \ùu, 

Mes i<'U n"ai uraii iioii 

Ouo me trouinparà. 
(jué Ion la, Uinlcid. 

O gué but la. 
■J) Aulfas l'i's, pèr me plaire, 

Ouaii ne veziè 
.\lir()ueli;i un fringaire, 

Lou rugissiè. 
Ara lou sap pas pus l'ugi, 

Lou laissa veni, 

Léu lou seguirà 

(jué lou. la, etc. 
3) Ouau (lifiè. à moun âge, 

Ouau ou creiriè 
(Jiraimess(> lui coi' Aoulage 

A la fouliè ? 
llode à renloui' (ratincj filliou 

Couuia un pai'|ialli<»ii 

Ouaud se \ nu lu'ulli'i. 
fjuc Ion la, lanlvva. 
ijué Ion la. 

Mss A et G, 161 et 72. 



La BRiNETTE. — 1) J'ainu» une lu'untMIe — de loul mou 
cœur : — elle est geulillc, jolie — (elle) vaul un trésor. 
— Je lui laisse l'aire ce (|u"ellc \eul, — mais j'ai grand" 
peur — qu'elle me U'ompe. — (juc Ion la. lanlèic, — 
o yué Ion la. 

2) Autrefois, i^our me plaii'c ~ ([uand elle voyait — 
a]iprocher un amoui'cux. — 'Aie le fuyait. — A présent 
elle ne sait plus le fuir. — elle le laisse venir. — 
bientiM elle le sui\ra 

3) Qui dirail, à mon âge, ~- ((ui le eroirail — (|Ul' j'aiiuc 



22 CHANSONS f'\STOI!M.KS 

un cii'iii" xohiyc à l;i lnlic '.' je yCn\i' ;iiii<)iir (le celle 
fillellc — c<iiiiiiii' un ii.ipillMU (|ni mmiI ^r luùlcr. — 
O ijur Ion In. de. 



Mil. L.MINKIA 

Même (lii- 

1) M.'i Inuiia (alincta 

iMula la rièil 
J'ai Icnguda soulcla 
iJediii mou lèil ; 
Lous i^ia/és que uaulro prcuian 
Eu nous caressau 

Se |inl pas (iiunilda. 

O ,'/(/(' /on /'/, hinlcid, 
(J ijuc Ion ht. 

2) Ai ! ((ur (je caresselas. 

(Juc (II- puulous, 
Ai ! (|U(' de hrassadelas 

Aie l'asias vous ! 
(Juan ou gousta lanl de doussous, 

Ou'oii es nialurous 

De se revelhà ! 

(jué Ion la, elc. 

3) Se vous \()ulias, pccaire ! 

Per carilat, 
L) a(|uel hèu souille l'aire 

Lna \erlal, 
(Jue sarici couuleu de niuuu sort, 
E que de bon cor 
M'eulendrias caulà : 
;jué Ion ht. hmlcia. 
(juc Ion ht. 

.Mss. A et G. 151 et 73. 

Cathf.rinettf::. — - 1) Ma brune Calberinellc, — loulc la 
nuit — je fai tenue seule — dans mon lit ; — les plai- 



CHANSONS PASTORALES 



?3 



sirs que nous prenions -- en nous caressanL -- ne 
peuvent se compter. — O i/nc Ion ht. hiDlcrc, — r/uc 
Ion Ui. 

2) Ali ! (|ue (le petites caresses, — (|uc de Kaisers, — Ah ! 
(ju(> (Feniltrassades — vous ni(> taisiez. ! — Ouand on 
îToùlc laiil de diuiceurs, — (|u'ou est niailicureux — d(> 
se réxciller ! — O r/uc Ion In. ele. 

3) Si vous ^•oulie/,. hélas ! — pai' charilt'. — de ce hean 
songe l'aire — une \érilé. - - (|U(; je sciais content de 
mon sort, — cl ([ne d(> lion cceur \ons m'(Milendric/. 
chanter : — () (juc Ion lu. hinlcte, — O (jnc Ion In. 

\\\ . Alihi: uni .xiriri; 



Ouan \e/e ma inunela 

Soui eiicaiilat. 
(Jnan hai/e sa hoiNfuela 

Sniii Iraiisponrial 
i^ou bèni j'Mii' ([n'aurai ([uicom mai 

Segù mniiiirai : 

Ou vole riscà ! 

{/ué Ion lu. Inniera. 
fjnc Ion In. 



Ms. G, 74. 



Quand je vois ma luainelle. — je suis enchanté. — quap.d 
je baise ses h''\ir<. ^ je suis traus|)orl(^. -- Le beau 
jovu' on j'ojiliciidrai ([uel([ue chnse de [dus. — bien sûr 
je moiu'rai : — • je \eu\ le ris([uer ! — O (juc Ion la, etc. 



XV 



Moderato 



feiEî 



~J:=:E[^=5:^3^=^ 
:r::^*;=zÉz I zr=:mz:—0 # f 



Ai, pas - tour, lais - sa m'es - ta, Cou-nouis-se à toun 






l:Piz=Éi=:3r=*z==i=z=:*=zz:*î=:li=:!= 



:i)=É: 



ai - re ce que me vos 



fai - re, Ai pas- 



CII.WSOXS PASTORALES 



î=i=^i[l=3^È=|=Ê=il 



tour, lais - sa m'es - l;i, Cou - nouis -se à toun 



:^—^—±zz]-- 



Fin. 



ai - rc ce que me vos là. 



lEEFEE^l 



Ouan iéu 






-zz:t:i=t=^=^i=t==:F: 






:lEt=:û=E=l=p=:t 



-t^' 



vo - le ta la - mour, n"ai- me pas que siè - gue 

n. c. 



:fz 



■-i:—:^—:^^ 



iiëli^îE^fe 



jour, n'au - sa - riai fjas pus te re - gar - dà. 



1) Ai ! |t;is|()ui', laissa tn'cstà. 

( 'ounouissc à toiiii aire 
Ce que me \os l'aiic, 
Ai ! }jaslour, laissa iircsln, 

C'ouiiouisse à loim aire 
(_'c que me \"os là. 

2) (Juaiid iéu \<)le là rauioiu'. 
X'ainir pas f[ue sièmie joui-, 
Wiusariei pas pus te r(>gardà. 
Ai 1 paslour, laissa m'està, elc. 

Mss. A, 200; G, 17. 



1) Ah ! berger, laisse-inni li'auquille — je connais à Ion 
allure — ce {|ue lu veux nie faire : — Ah ! hei-ger, laisse- 
moi Iranquillc, — je coiuiais à Ion air — ce ({uc tu 
veux me faire. 

2) Ouand je veux faire l'amour, je n'aime pas quil soit 
jour, — je n'oserais i)lus te regarder. 



CHANSONS PASTORALES 25 

X\ I Mciiic (dr 

1) Ai ! (|U(' mouii sort (>s urous 
(Juan hmc razeUi 
l'jiilx' ma Jaiiota. 
Ai ! ([iK- iiiduii siii'l (>s mous 
Oiiaii ltm(^ ra/.<ia 
K li t'au do ]tout(ius. 
1?) Mais ([iiaii \n\r ([iiirom mai. 
Mo (lis : le urauligiiarai ! 
Pioi 1111- lai la |'ala (\r \el()us. 
Ai 1 c{ue mouii sort es urous, etc. 

Ms. A, 200. 

1) Ah ! ([lie mou soi'l est heureux — quand je ])ois à \ei're 
plein — auprès de ma Jf'ami(>ll(\ — Ah ! ((ue ludii soiM 
est heureux — ([uand je hois à \'erre idein — r\ lui lais 
des baisers. 

2) Mai' ([uand je \eux ((uelque chose de jilus. — (^lle me 
dit : je t'égratiguei-ai ! — Puis elle me l'ail i>atle de 
velours. — .\h î que mon sort est heureux, etc. 

W II. Pa lŒKOÈRi: DATTl E 

1) Là bas. là bas al juli /'o/>; i'o'no clèro Ifinlèno ; 

2) Gairc diguu uouu la saJjio non ma belo bergièro, 
'.)) .\mai uou la sal»i6 pas l)ien. souri ualant la li meno. 
■'i) Figuéreu |)as al mé del bois. lou galant met pèd 

terre. 
5) « — Galant, perqué dessendès vous, perqu(3 metès 

pèd lerro ? » 
(j) « — Ma mio. |)èr coupà'n bastou, pèr \ous uno 

gôulclo. » 

7) Aqiii in i o bé tant (lounà. pèr morlo l'o laissad'O'. 

8) Lou roussignol qu'ci din lou bois. que toujour ié 
credaAO : 

0) — Janti galant, la tues pas. te siro demandado. 
lu) « — Mais roussignol. (|u //ou diro à soun paire, 
à sa maire ? » 



26 CHANSONS PASTORALES 

11) « — jiuili tinlnnt, iou /.'ou dii'ù à soim jiaiic, à 

sa maire. » 
l'J) « — Mas roussiiiuol si te leiiioi à Paris fliii ma 

cliambro, 
i;!) « — A (jui iou lo larioi dansa do Ici j<jlio couraiilo.)) 

M. le vicomt'e de Gouroues. Lanquais (Dordogne). 



I.\ nrnt.tiu: hatti i:. — 1) 1. à-bas. là-has. dans le joli 

bois, il y a une clairo l'onlainc ; 
■J) i)eu de gens la sa\aient, hors la belle bergère. 

0) el même elle ne la savait i)as bien : son galanl ly 
eonduit. 

1) Ils ne lurent |»as au milieu du bois, ([ue je galant mil 
pied à terre. 

5) « — Galant, pour((uoi descen(l(>/;-vous. ]iour([uoi met 

te/.-\ous pied à terre ? » 
0)« — M'amie. pour couper un l)âton. pour \ous une 

houssine. » 
7) Il lui en a tant domié (fie coups) ((uil l'a laissée pour 

morte. 
.S) Le rossignol qui est dans le b(MS, ([ui icnijours lui 

criait : 

9) Gentil galant, ne la lue pas, elle te sera flemauflée. 

10) « — Mais, rossignol, qui le dira à son père, à sa 
mère ? » 

11) (' — Gentil galant, je le dirai à son père, à sa mère. » 
l'3) « — .Mais, rossignol, si je te tenais, à Paris dans 

ma chambre, 
bJ) — là je t(> ferais danser de jolies courantes. » 

W m. Loi -MAS DL GoLi:v 

Allegro 

:g--Sr:=^z*=i:dz=t:==:tn=:r==t2==T=t:z=:t:z=] 

Moun pai - re in"o ma - ri - da - da 



ra I U zzzg=a=iz^:z=i:B=[zz=p=l=L— a=bzz=g=l 



|:z5::J:_ 

Al mas de Gou - zi, Amb' un ber-gér m'o dou- 




CHANSONS PASTORALES 27 

EE*EE|Ej'^gi=«i-:E^=fcE|Ei=^:Ë^giE| 



na - da, .1/ — mat^ de Gou - zi. Bis- toun, bis- 
tei-na, ôis-toun - ijuei-Jia, Al mas de Gou - zi. 



1) Moiiii [lain- inD mai'idada, 

.1/ mus de Gouzij 
Aiiib" un bcriier in'o douiiada. 

.1/ mas de Gouzij. 

Bisloun, bisleina. 
DislouiKjueina. 

Al mas de Crouzii. 
2) Mr lu garda la eabrada. 
Ai perdul la pus inarcada. 
'S) Un berger nie Vo Iroubada : 
« Berger, torna me la cabra ? 
i) Te farai un gros i'rouinaje. 
Scquenou moun cor on gajc. » 

5) « — Bole pas toun cor en gajc, 
N'aimo mai lou gros froumaje. » 

6) So counoui (jue sios inainajc, 

.4/ mas de Gouzy, 

OuilPs la car ])er lou froumaje 

.4/ mas de Ciouzn. 

Bistoun, bisteiiia, 

BislouiK/ueiiia. 

Al mas de Gou://. 

Le mas de Golzy. — 1) Mon père m'a mariée — au mas 
de Gouzy — à un berger il ma donnée — au mas de 
Gouzy. 

2) Il me fait garder les cbèxres. j'ai ]>erdu la plus belle. 

3) Un berger l'a trouvée : — « Berger, rends-moi la 
chèvre ? 

4) je te ferai un gros fromage, — ou sinon mon cfï'ur 
en gaee. » 



28 CHANSON? F'ASTORALES 

T)) (( - — Jo nr \(Mi\ nas loii ('(piii" cii traffc. — j'aiiiie 

iiiioux \r gros fi'Oinauïc. » 
0) « — On \<>it hioii ijiK' lu es ciifaiil. — tu laisses la 

chair pour le fromage. » 



XIX. Lo BER(;iÈRo DE SE\T-GinMr;\ 

1) Din lo fourcl de Sent Girnieii i'oiin helo hergièro 

Que gardo oulhos e moutous pcl lu Aordu fougièro. 
'2} Mas lou loup sort de din lou lios. \en o lo derou- 

bèio, 
Lo pu l)el(> de souii tr()U[)el c\ i lo enipourtèio. 

o) Lo bcla se met à eredà : « Ai ! ([ue siou marirouso ! 
(Jue romenoi'6 mo brehi niduro iou i)èr espouso. » 

4) In bel moussu ven à possà, desplèio soun espèio 
]•] fo 1res tour dedin lou bos : lo bndiis es tournèio. 

5) « — Tcnès, bclo, vostro l»rebi. iou \()U lai rome- 
nado ; 

\e migres })as, se porlo bien, iou \ou l'ai bien sol 

vado. » 
0) « — Moussu, en bien vous remercian. meix-i de 

vostro peno. 
]•] quon iou loundrai nio bi'ebi \(tui dounorai lo leno. » 

7) « — lou ne soui jias niarelian drapié, ni reveiidur 
de leno ; 

l)clo. me dounoias toun cur ou iou perdrai mo pono. » 

8) « — Moussu, l'osés ])U doussomen, niouii [lèro vous 
escouto, 

1*^ se mo mèro \<)us enlen, \<)us piolhoro son douto. » 

'.<) « — Iou ne eregni [jas toun po));'!. niinai noun 

j)lus lo mèro. 

Belo, me dounoi-as loun eur, ou iou perdi'ai mo ])eno.)) 

M. lo ^■i(■omte de Gour(;ues, Lanquais (Doi-dogne). 



La bergère de Sai.nï-Germaix. — 1) Dans la forêt de 
Saiul-Germaiii il y a une belle bergère — qui garde 
brebis et moulons sur la verte fougère. 



CHANSONS i>ASr()i: ALES 29 

■J) Mais le loup sori du bois, ri \ioiil ;'i la diTohée, — la 

|ihis liclli' (hrrliis) (le smi li'(Ui|i('aii il la lui a (•iii|mii'[(''0. 
il) I .a lii'IK' se iiK'l à crii'i' : k \Ii ! (|iir je sui> iiiallicii- 

reusc ! (('clui) (|iii raiiirin'ia ma licchis m'aiiia. moi. 

pour épouse. » 
'i) l 11 hi'aii iiioiisii'iir xiciil à passer, lire son (''p(''e — ri 

l'ail Irois loiirs dans le liois : la lireUis i^sl rexenne. 
ô) « — Tene/. Iiellej. \oil;'i \olre Inchis, je \oii^ l'ai ra 

iiieiK'e ; - ne \diis cliai^i'iniv. pas, elle se porle bien, je 

\"oiis l'ai samée. » 
()) « — Monsieur, en lii(Mi \oiis renierciaiil. inei'ci jioiir 

^■()l^c ]iciiio. — - el (|uaiid je loiidrai ma lii'ehis. je \ons 

(loniioi'ai la laine. » 
/) « — .!(> ne suis pas marcliaiid dra[)iei'. ni revendoii'- 

de laine : — Ixdle. In me donneras Ion (■(eiir. on j'aurai 

perdu ma peinr. » 
S) « — Moiisicui'. jiailez ])lus doneemenl. mon père \diis 

écoule, — cl si ma mère vous enleiid. ell(> x'oiis yroii- 

dera sans doute. » 
D) « — Je ne crains |)as Ion papa, ni non pins la mère, 

■ — l;.'lle, donne-iiioi Ion ('(rur, ou je peidrai ma peine. » 



XX. La pastouro risado 
AndantiDo 



:qi=iq: 



:gi=i=z=f; 



Un jour, din le — bous — ca - ge, Me 



M m. 



:p==p: 



prou - me - nan tout soûl, dins un ras-toul. Un 






;§: 



^=-= 



:p=:p: 



:pi=±=t=f:=t=:l 



jour, din le — bous — ca - ge. Me prou-me- uan tout 



-S) • — 



:p::_p."_fEzzf=p=:tpî=p=fzqi: 

ztuzzU L k^=:h3pzz=b-=b3= 



soul, Be - le béni 'n mai — na - ge, Al 



80 



CHANSONS PASTORALES 




tra - bès del bous - ca - ge, Be - ze béni 'n mai- 



i 



S=:p:=zp- 



îïlÉ 



ig p-p:=^ 



e^»: 



11! 



na - t:e, Al tra - bès d'un — ras — 



toul. 



1) Lu jour, (lin le hoiiscage, 
Me prouinenaii toul sou! 

Diiis un rasto il, 
La jour, (lin le Itousraue, 
Me |)ii»uin('nan tout soûl. 
Bezi l)eni"n niainage, 
Al Irabès del bouscago. 
Bezi bénin mainage 
Al trabès d'un l'astoul. 

2) lé i'au uno guignado, 
Per bèire se bcndriô, 

Ou que i'ari<J. 
lé I'au uno guignado 
Per bèire se bendrio. 
La pastouro rusado 
Elo s"es aproucliado, 
La paslouro rusado 
M'a dit : dequé boulio ? 

3) « — Janlio pasloui-eleto, 
Bous boudriô dire un mot 

Sus le fagot, 
JanTio pastoureleto. 
Bous boudriô dire un mol. 
Sielado sus l'erbelo. 
Janlio pastoureleto, 
Sielado sus l'erbelo, 
Pansais boslre fagot. » 
-'«) « Lon fagot (jue iéu poili 
X'es un pane espinous 

E dangeirous. 
Lou fagot (|uc KMi ]iorli 



CHANSONS PASIOI'.AI.ES 31 

W'S un |);nic ospiiioiis. 
Moussu, iéu l)(iiis ('.\(uli, 
I )('l Inuol ([lie i(''U |i<»iti 
Moussu. it'U lious cxiiilï 
IM'ciu'Is Li;irilii iis houiclious. » 
.")) La [lastouro rusado 
A (lil : (( MCn cal aiià 

St'ii pus lai'dà. » 
La paslouro rusado 
A ilit : « .NLon cal auà, 
Crcuto que Ici scgaires 
lîcnyuéssouu à i)assà ; 
l(éjà Louro ci hcuiiudo, 
Ajudals m'a cargà. » 
(■)) De so (luc i'ajudaiji 
A cargà le fagot, 

Counio lui pâlot, 
De so que i'ajudabi 
A cargà le fagot, 
As bouichous in'espignabi. 
De so que i'ajudabi 
As bouicbous in'espignabi 
Sens gauzà dire un mot. 

AL Anc;lade. Belesta (Ariège). 



1) Un jour, dans le bocage, — nie |)roineiiaut tout seul — 
dans un cliaunie, — je vois venir une jeune fille, — ■ ;"i 
travers tlu bocage, — je vois venir une jinnie fille — ù 
travers un chaume. 

2) Je luis fais une (cillade — [)our \oir si elle viendrait — 
ou ce qu'elle ferait : — la bei'gère rusée — s'est appro- 
chée et m'a demandé ce ({ue je voulais. 

3) « Gentille bergerette, — je voudrais te dire un mol — 
sur le fagot, — assise sur l'herbe menue ; — posez 
votre fagot. » 

A) « — Le fagot que je |)orte — est un peu épineux — et 
dangereux. — Monsieur, je vous exhorte, — du fagot 
que je porte, — i)renez garde aux épines. » 



35 



( iiW'^oxs PA^ioii \[.i: 



.".) La IxM'u' <■•!•(' nisi'c - iii";i dil : il me l;iiil |i;irlii' - (l;ins 

l;i craiiili' (|iic les iiioi'-'-uiiiK ins ii<' xiriiiiciil ;'i pas 

SCM" : - <l<'j;i I Im'iiii' i'^i m'huc. aidr/ moi à cliaiiicf 
(le ra.uni). n 

(>') l'oinlaiil <|ii(' jr lui aidais à cliarLicr \r l'aunl. - - 

coiiiiiii' lin liciirl. aii\ i''|iiiics ]'(> nie |iii|iiais — sans 
user dire un iiml. 



\\ I . M MU WM'IO 



Allegretto 



U - no ma - li - na - do fres - co, tvoii lu 
la la la la ta la la la la la 



:SEE:^EE.EE=fEÎ:=5=p=^= 



F ■ • — — é— 



lu. u - no ma - ti - na - do fres - co, soun a- 



iKil al Ijosc cas - sa, soun a - nal al bosc cas - sa. 



I) l iio iiialinado fi'cscô. 

//•o(/ hi, lu, lu. lu. 
ht ((/nul.). 
l'iM» iiialiiiado Ircsco. soun anal al bosc cnssà ; 
■J) \i iciiconnii-al uno niiio. scn L;an/à la rrhidlà. 

;■>) \'ai ciilii un i(MiLf de hinuios, sus s(»nii s(' las l»au 

pau/à : 
'i) Las liinnlclos èinun Trcpcos jirr la nino i-clndhà. 

")) « — Ouc l'as aici. ualanl joulu'. j""'^' 1 «ninilii'o 

de le Mil il là ? » 



cuA^so^■s pastorales 3;i 

("•) « Lu luassal tie lions, iiiimiuun... -.i mi- !.• Im.h 

lels ilounà '.' » 

7) M — lu hrasisal iiCs pos giaii c^usf». non bal je^î 
lou deiiiaiidà : 

8) « — Tr ijriiics |M.-. jiiiiic. gau/o. |>it'iii Ions (|iio le 
plaira. •• 

'.') I)el toiii]i> qiir ■«•• ra/"iinalM.nn. s<>nii l'i:iii<' Ih-ii a 

passa : 
lu) « — Oiie las a(|ui. Mariaiinelo. loii |»airo U- Iru 

.carà ! » 
U) « — Se me Inico. que me truque. jt»u m'en tiais- 

snrai Iruoà. 
1,*) « M'a gariiitln la Itoui-elo de cinquante esculs 

dargent. >» 
lo) « — Jès ! que ne dira nioiin paire. quan heiià 

lanl de diniès ? » 
l'i) « — le dirai per desencuso : Ions ai gagnais on 

fîalanl. » 

Madame veuve MArRT. Bélesta (Ariège). 

I) Par une Iraîclie malint'e. je suis alli'- au hois. chasser : 
■J) .lai renconlié une jt'une fillf (fudonniei. sans oser la 

réveiller. 
:^>) Jai cueilli un iioU(|uei (lin. une rangée) de violelles. 

sur son sein je vais les poser : 
î) Les violettes étaient fraîches, la jeune fille se réveilla, 
ô) « — Oue i'ais-tu ici. iialanl jeune homme, à l'omlire 

de l'olivier ? » 
0) « — (Je voudrais) un baiser de vous, mienonne. si 

vous voulez me le donner ! » 

7) « — In baiser nest pas sfrandchose. cela ne vaul pas 
la peine de le demander : 

8) ne te gène pa*. ami. <<^«\ )>i<Mids-en nulaiil qui! i-^ 
plaira. » 

D) Pendant qu'ils sentrolenaienl. son frère \ient à passer 
10) « — - Oue fais-tu là. pelilc M.iriMiiin'. le jière if bat 
tra ! » 

II) « — S'il me bat. qu'il nie lialle. je me laisserai liap 
per, 



Al CHANSONS PASToHALES 

l'J) il III ;i u.-illil l.i prlilc Imiiiix' de riii(|ii;i|j|r immis 

frai'goiit. » 
lO) « — Jrsus ! (|IH' (lii;i hioii prie. (|il:iiiil il \(Mi;i l;ilil 

(lo (l(Miiois ? » 
1 'i) « — Je Hii";ii i>oni' iikhi excuse : je les ;ii u.iliii'''^ en 

filant. » 



Wil. 1.(11 (.HWh .loi i;e 

1 ) « — Oiio cei'cals |iia(|iii. ui;iii(l joiihe, que eresels 

(|(^ i"alroiibà ? » 
■J) « — léu cer(|iu mais aiiiniireios. crosi pas de lui 

Iroumpà. » 
•'->) « — ■ Alla loi (leiiiaudà" iiioiin paire, e] \ous 1ns- 

acducilarà. » 
'i) <( — .Ta las i el deiiiandados. ma pas \ouruill 

escoulà. » 
.")) « — Alla \iiiin (l.iné la main ([iie licLi'uls iiou'ii 

ha sauià. 
<■») l'as fiiie l(^s aii/.tds ([ue xolouu. .|iie iiouii sal)Oiin 

pas parla : 
7) ()iie iMMi la leiiLid periiieso. non l»a saliiMui de 

clarà. » 
S) Se me! la mail ,i la Imhiiso. ceiil esculs l»e ii"ia 

dnimal. 
!)) « - Ai ! Ai ! (|iie (lii;'i m;iiraslr<>. (|ii;iii xcir.'i laiil 

de diiiiès ! )) 
In) « lé diras per dtV'-euciisd: « los ai Lsaçinais on 

lialaiil. » 

M. le doctoni' A(aissoi,. ho Caviar (Iféiault). 



Lr (;ram> (.\it(()\. — 1) ()ue cherclie/ \ous là. t^rand 

.U'arcou. (|iie pense/ \(iiis y Iriuncr ? » 
■J) « — Je clierclie mes aiiiiiiiii-lles. je ii(> crois ]>as ino 

li'ompiM'. » 
3) « - \lle/ Ir^ deiiKinder a liioii père, il VOUS les 

accordera. » 



CHANSONS PASTon.VLES ,l5 

\) « - .le li'> lui ;il i|i'lii;ili(l(''i's. il ii';i |);i> \iiii|ii m'c- 

i-dlilcr. )) 
.")) (( - - \llc/ ilciiKMc la liai(\ ([lie |mms(iiiiu> non saura 

lien. 
Cl) rien ((H'' |r^ oivcanx i|iii \olciil cl ne savciil pas |>ai-|('r : 
7) ils iTonl \>:\^ la laiiuiH' «li'lii'c (?) ils ne sauraient lo 

(li''clarer. )) 
S) Il mil la iiiaiii a la lioui-sc i-l lui doiiiia ciMit (;cus. 
!•) « - Ali ! (|Ui' (lira ma maràli-c .(|uan(l rWc. \('rra lanl 

(le deniers ? » 
1(1) « — Tu lui (liras pDur t'cxeuseï- (|ue lu l(\s as i;aL;riés 

>Mi fllanl. » 



\\m. i.o.isoN 



l) Lue l»(M'uère \a-l-au\ eharn|»s 

l'ilaiil -a (|Ueiiiiiiillelle. 
(^lardaiil -.••< jolis UKUiluns hlanes 

Sur la \('ile rdUgrre. 
'2) Un ea\alier \ieiil a passer. 

S"esl assis auprès (["(die. 
Lui di-aii! : (( ( liaruianh^ fjiitison 

II! seias ma niaïiresse ? » 
.'!) La Loiiisoii répond (jue non : 

« Il me l'ail de la [leine. 
Monsieur, si \iius xoule/, uiainier. 

Me l'aul doiiiu'r r(''li'enne. » 

4) \"a mis la main à son iioussel 

]{f eeni (mus lui (lonn(\ 
Lui disaiil : « < liarmaale heaule 
Soiivioiis-loi de ma p(Ms(»rine. » 

5) T-a Louison aussi s'en \a : 

« Tene/.. lene/. ma mère. 
Les cent crus (|ue jai gagnés 

Sur la \erte fougère. » 
fi) « — Ma (illc. \ou- ave/. Licand tor 

Ave/ les couleurs i)àles. 
Et vous avez les veux brillants, 



30 nUAiNSONS l'ASTUlJALES 

7) « - .\l;i iiiric. \oii- ;i\('/ r;usoii. 

( "csl iiii clicx ;ilicr de liiktit 
A qui j ;ii doiiiH' tiioii rn-wv 

Sur l.'i \('i'lc roii*;ère. » 

M. le (lorteur CïrArssiNAT'D. Coux (Aidèihe). 
(.4 xiiirre.) I,. I.\\iMi:nr. 



ETUDE 

Sur les souhces de J. M. de Heheuia 

DANS LES CINQUANTE-SEPT PUEMIEKS SONNETS DES « Tropk'CS » 

{Suite) 



\.E f,Ai:urni:ri{ (1) 

l.Aiilholugic r<Hii'iiiill(' crL'(iigiaimiu\s \(ili\os de lour 
cl didcc li'ès analogues, ({ui seinljleiil (•()|)iL'es les unes 
sur les aulrcs, et qui le sonl (k ("nil. Pdiii' faire eoiicl. 
nous n'en retiendrons (|ii(' deux : le Icclcur pourra, à loi 
sii', consuller quehiues-unes des aulres. (1. paiic,' OÙ. ép. 
■i et "i + I, page ~:^, ép. 'Jl, ■Jl\ "J,") + pag(^ '^^, <^'|'- ''• 
A'J + page 85, ép. lO'i, etc.) 

L'u'ujuillon à la pointe de ter, ^/«i dirige et menace les 
bœufs, la besace qui contient la mesure de froment à semer, 
la fiiux {sic) (2) recourbée, arme des moissonneiu's, la fuiirchr, 
qui, comme une muin, secoue les ijerbes à l'encontre du vent, 
ses manteaux de peau de mouton troués, Parinis, le laboureur, 
consacre tout cela à Céiès, ayajit renoncé aux pénibles travaux 
des champs. iAiitiphile. i, 84, 95.) 

Un semoir avec sa courroie, une masse ù briser les mottes, 
des taux recourbées jwur la moisson, des herses à pointes pour 
séparer le grain de la jKiille, un timon avec des socs arron- 
dis, un contre qui pénétre avec amour dans la terre, des ai- 
guillons, des fourches, mains de ceux qui travaillent aux 
champs, tous ces dons sont consacrés à Cérès par Lysixène, 
dont le labourage à la longue a parah'sé le bras. 

(l'IiHippc 1.1e T h essai (inique, I, 86, 104.) 

(1) Rerui' des Diux-Muiu/rs, 15 mai 1890. avec cette éj.igr. « Ces 
dons sont consacré.s à la Déesse » (Philippe de Thessalonique). 

(2) Heredia écrit faidx. 



38 ÉrrPF. srn les •^oircfs 

( '(• nrsl [lins ;"i hrmcliM'. ("csl ;i IUk'c (|iii' sndrcsîic |o 
l'aiiiiis (II' lI(M't*(Ii;i. sans doiilc ;'i cause de la riuio. IMii- 
lippc (lt> l"liessaloiii(|ii(' lui lail cnusaiTcr pai' ('1\ loslhèiio 
(I, 8'i. Wi). now lies oulils aLiiicolcs. mais ties cvinbalcs. 
(1rs tamliiturs. des llùles. des (''|M'es. (|ui i"(>u\ iciuieiil bien 
mieux à sa di\iiiil«''. (|iie |miui|;iiiI l'xiuiiliel identilie avec 
eelK> de (vlx'le. ((T. au conliaii-t' Pieller. Ciicch. .U////i., 

\ iuiiy ilil dans /,(■ Suinnaïuhulc : 

Par raiititiue Vosta, pttr F i m m oit cil i' lihic. 

\iius JK'silerous à admelire (|ue llei-edia ail imilé te 
\efs. Mais lorsiju'il éeri\il : 

Pour lui, sa tâche est faite, il a cjuatre-vin<;ts ans 
Kt son^e (|ue peut-être il faudra chez les morts... 

il se lappelail l'eiiaiiienieul un |>assa,L;e îles; l'ocinc^ Tia- 
;//'/l/CN : 

Il a ([uatre-vingts ans. 

Et songe (juelquefois que la mort est prochaine. 

{Lr Liriicr Je Mn'inus.) 

.Mais il esl à eioire ijue le \ieu\ l*ai'mis n'a |>as la cous 
cieuce lieauriiu|i |>lus Irauiiuille (|ue Matiuus, car Piiulare 
allirme (jue : u \u\ enfers, les .lusles iiiènenl uuo \ ie 
oxemple de Iraxaux el ne fali^uenl jamais leurs bras à 
fiiuillei' la lerre ». (O///;///'//.. II.) Pnuiquoi donc \icillil il 
sftns rciiiniils ? s'il craini d'aMnr a labourer un jour les 
eliajn|>s arrosés par l'I-jélie ".' (1) 

A Ili:i<\ii:s < ukumioul 

l.duis Ménanl esl dnublemenl Tinspiraleur de ce 
souMcl. d'aluinl par les cours de mythologie qu'il faisait 
au jeime Ileredia. alms ipiil lui expliquait ce que sigiii- 
liail la dixiuilé (rilermes el (|ue lirréxérencioux disciiilc 
le surnommai! le Sc'ujncm ('/ (■/m/s( «/<•, ensuite par deux 
passages du l*<tliilln''isinr llrllritiiinf. k\[\o xoiei : 

C'oinnu' Pau dont il est le père. Hermès préside à la géné- 
(1) On sV'tonive tpie Htredia fa*s* un fleuve de lErèbe. 



Dr J. 'M. DF, HKUEDIA 39 

ration; il unit k* mâles auz tenielles et augmente la richesse 
par la multiplication des troupeaux (page 44). 

Si les fruits abondaient dans le verger, si les troupeaux se 
multiplaient dans l'étable, on le devait à ce dieu utile... II est 
le trait d'union, l'intermédiaire universel; aussi place-t-on ses 
images sur la limite des champs (1) (p. 116). 

II est jjrol);iIilc iiuiiii Muncuir d Horace ((';inii.. III, 
23), déjà utilisé tlaiis Les Bcnjcrs. a inspiré 1(^ prcjiiicr 
Icrcel. (Cf. Lcconlo de Lisle, Eludes Lalincs. X.) La péii 
phrase : le ( ninji'u/ndii des Xdiadcs se retrouve. |ioiir 
désigner Hernies, dans l' AnMioiouie (II, 238, 177), donl 
une autre épigrannne a l'oinni limage (inale du sonnel : 

et que pour toi, Pan, l'époux des chèvres, au pied do 

ton autel, épanche de sa gorge velue les flots de son beau sang 
pourpré. (II, 137,17.) 

Mais la linesx- du videur d' Apolluu i-si assez eoniuie 
p(ju.r i|ue rexpres'sion : le snlilil Iminmicl s'e\pli(iue sau> 
])rélendre que II<u'edia cunnul la Uu'^'se de Guigniaux : 
De Mercurii Mulluil'Kjid ([>. ['>). tandis t|ue e'esi bien 
d'IIor-ace (ju'il a appris ([ue les bergers l'onl paître leurs 
brebis sur les bords (\\\ Cj.\\t'«' (II. VI, K»). 

La .In m: Morii^ 

On ne saurait se détendre en li'^aul ee s(»nnet de songer 
à La Jeune Tarenlinc de (In-nier (DiniolT, page 107). 
Pourlanl on se dcîuiande à la réflexion si les deux élégies 
sont aussi semblables (jiTon Tavail cru d"aboi-f|. Le sujel 
est assez dilïi'renl et le Ion est tout autre. Il l'aut se repor- 
ter aux épigramnn.'s (|ui avaient déjà inspiré Chénier poui- 
trouver les véritables sources de Ileredia. 

Toutefois on n'y découvrira rien qui ait suggéré les 
deux premiers quatrains ; ce ne sont en somme que les 
trois vers du premier tercet qui sont pris, encore que très 
modifiés, aux épigraimnies de Méléagre (I, 153. 182), de 



(1) Cf. Ami dressons un tertre aux Iwrnes de ton pré. 



40 ÉTUDE SUR LUS SOURCES 

IMiilii.i.<' (I. I')î, IN(1). (r.\iil(.iiiiis Tli;illii> (I. ir.'i. 188), 
• rij-iiiiic (1. -ioO. 7 Kl ri 71-,'). (r.\iili|.al(M' (i. •J;;.7. 711). 
Nulle pari ce lù'sl l;i Jciiik' MoiIi- <|iii |)I<'IhI la parole, 
saiil' dans une pièce (|ni ii";i ;i\("c le soniiel aucun autre rap- 
jioi'l. Pcul-cire esl c(! un mol de l.)euys de llhodcs (1) : 
(' Auhmi- (If lu lomhc (jcinil l'insensible oiseau de Mi- 
ncivc », (jui a inspir('' le \(M-s : 

Tu t'arrêtes'' Un cliant de colombe a gémi. 

Toule^l'ois riiypollièse es'l l'orl peu pr(d)alde. cl il est 
plus naturel de lappeler ici \ iiiiile : 

Xec gemere aeria eessabit Ivutur ab ulmo. 

(Bue. I, 59.) 



lvi;(.lLLA 

()ii()i(|uc llcrcdia ;ul nus coininc sous lilie à ce soniiel, 
lorstpril le publia dans la llciuc des Deiu-Mondefi du T'"' 
lé\ lier 189:!, les mois : « Instiiplion Iriopéenne du Luu- 
ite », il a liouxé ladite inscri[)lion à la page 'JW tlu se- 
cond volume de ['Anlliolocjie Giec(juc. 

C'est un véritaMe jtelit poème, de Marcellus, dont le 
litre est e.xactenieni : Dédicace de la slalue de Régula., 
épouse d'il évade Allicus, dans le lenijde de Cérès et de 
Fausiine, au bourg de Tiiapium ». Idle est trop longue 
p<iur èlre re|)i'oduilc ; (nul en iccdinniantlant au lecteur 
de Téludiei' en (Milier. je m- rcpi'iMJiiirai c|ue les passa- 
ges directement imités. 

Régilla était de fopulente race des Enéades, du sang illus- 
tre d'Anchise et de Vénus Idéenne... les déesses de l'Olympe 

auxquelles est consacrée son auguste et charmante image 

Pour elle, elle habité, parmi les héroïnes, dans les îles for- 
tunées isic) où règne Satin-ne... c'est ainsi que Jupiter a con- 
solé un mari en deuil, vieillard désolé qui pleure sur sa cou- 
che solitaire... il a cliargé les zéphyres élyséens de porter cette 



(1) I, 238. 716. 



DF. J. ,M. DE HEREDIA 41 

jeuiu' t'finuu" (hiiis les ilos (le l'Oc'éiin ; et rfinpercur a donné 
au iils (rHôrotlo la cliaussuif a\i ilis(|iu' lunaire... (1) C'est 
(ju'en Grèce, nxil n'égale en nol)le^i.so Hérode. IClle aussi, Ré- 
gilla, était une des plus charmantes petites-filles d'Enée, une 
.sœur de Ganyniède... Passant, oflfre-lui un sacrifice... ce n'est 
ni une mortelle, ni une déesse... mais son âme s'est abritée 
sous le sceptre de Rhadamanthe..., etc., etc. 

\.c Iraducleiir rcinoic ;i diMix oin faïucs ([iii" je n'ai |iu 
iiir iirnciii'cr cl où Ilcrodia a pu Iroijxci' le pri'iKuii fTAii 
nia ; ce soiil : \ iscouli, l aric Ojicic. I. [lauc "JTO « In 
criKioiii Triopoc » — el l'iorillo. Ilnudls Ail ici (/tinc 

■SU/KT-SU/)/, |i. 38 (2). 

I,f prcinicr l(.'ic(>l lappdh' plusieurs passaucs de 1" An 
lliolDuil'. (Il' l<Mi lirs ('r(ili(|nc (1. '■'>'>. li'.l d ~)~k 'JoT), cl le 
(IcImiI de /.'/ 1 iijiic de \(ihnlh, dans les l'ociiws Bar- 
bares : 

Au fond de sa demeure, Akhab, l'œil somlire e( dur, 
Sur sa couche d'ivoire et de bois de Syrie, 
Git, muet et le front tourné contre le mur. 

Sans manger ni dormir, le roi de Samarie 
Reste là 



Lk ( Ol jtia n 

A pail un \('y^. \r onzième : 

Et l'effort fait saillir .ses muscles de métal 

([ui semble mspiii' pai- l'Ilcraldcs au l'aurcau de Lcconle 
de Lisle : 

De grands muscles roidis gonflaient son bras viril, 

à [tari l'nc.ore le vers six : 

L'ne sueur d'airain à son front perle et coule, 



(1) L'a nommé sénateur romain. 

(2) On pourra consiiltei' aussi Pausaiiias. Vil. 20; Lucien, JJé- 
iiionnx, 37, 33 ; Kafap/ou.a, 24 ; Histoires Vraies, 6 ; et sur les Iles 
Fortunées, Pindare O/i/miJ., ÎT. H<im(TP. Oi/i/.^---,'i', 4. 561 : H(#iode 
'l'rav. et Jours, 171. 



'iO 



ETUDE SUR LES SOURCES 



duiil ]r it';ili^iii<' r^l li(Mii<'iiS(Mii('iil i iiwiLiiiKî ]»af 1111 poelc 
iloiilili' (1 lin ;i!lislc ('nMlil. (•"est (riiiH" c|ti,m';uiiiiic ;iin» 
iiviiic lie lAiillioloLiic fiu't.'sl lii-(' l(»iil II" s<tiiiK'l : 

Tel que tu étais loisque ïhy- Tel que Delphes l'a vu quainl. 
mus te suivait, [Thymos le suivant, 

léger comme le vent, svelte et plus vif que le vent, 

lorsque, penché en avant, et le torse en avant 

tu effleurais le sol de tes pieds. 

tel, ô Ladas, Tel Ladas court eucor sur le 

[socle qu'il foule 
vivant encore, Myron t'a coulé D'un pied de bronze... ^ 
en hronze On dirait que l'athlète a jailli 

[hors du moule 

Tandis que le sculpteur le fon- 

[dait tout vivant. 

en imprimant sur tout ton l'nc ^ut ur d'airan à son front 
corps l'attente [perle et coule, etc. 

<\'.' la couronne ohjinpiqtie (sic). 

Le cœur palpite d'espérance, 11 palpite, il frémit d'espéran- 

[ce et de fièvre. 

sur les lèvres on voit le souf- Son tlanc halète, l'air qui 

lie interne de la poitrine haie- [fend fuit sa lèvre 
tante. 

Peut-être le bronze va s'é- L'irrési.stible élan de sa course 

lancer vers la couronne, la ba- [l'entraîne, 

se même ne le retiendra pas. J'Jt passant par dessus son pro- 

Le vent est bien rapide, [pre piédestal, 

l'art l'est davantage. Vers la palme et le but il va 

(II, 143,03.) [fuir dans l'arène. 

lIi'i(Mli;i ne rclii'iil rien de celle l'criexiuii ininriioni- 
iiiesque. 

Lue aulre cpiLiraiiiiiie, la précédenle : 

O vitesse prodigieuse! Ladas a-t-il bondi? a-t-il volé à tra- 
vers le .stade? personne ne peut le dire. 

a suggéré le \ers : 

il volait par le stade aux clameurs de la foule. 

(Je -^oiiiiel. jiulilii' (hiii"- la llciiic tivs Dtii.r-Mondcs d[\ 



DF i. M. Dr Hl rxl.DIA lO 

I.") iii;ii iSUii. |Hiil;iit iMi ('|ii^r;i|)|i(' : « Sur une \lului- ilc 
Miliiiu ». ()ii jM)iin;i (•(lii'-iilh'i- sur rr\ .iilislc cclrlirc IMiii" 
r.\iicieii, •Ji. .S : cl 1" \iilli<)l<»L;ir. I. :',.V,i d :!(•»(» : sur l.adas 
lui-inèiiie. Paiisanias. II. ]'.». 1. r\ III. "Jl. j. rt \I1I, 11', 
.") : ('aUill(>. l.\ . le. : .lu\.'iial. \III. HT. (Me, clc. 



Le Cûciii:u 

I ." Aiilliiijii^ic coiiliciil plus tif ciuiiuaiilr (''|iimani- 
incs iiiscril(>s au snclc de slaluc-- (raflilôlc-. ijaus riiip- 
|p(ulrf)Ul(' (je ( 'iMislaulili(i|il(' (II, IST à M.X'i); \ i iii^l cjuci 
soiil cmisaciécs au simiI l'orplivi-c. ((T. aussi 11. T'.l. Ul 
ri 17.) 

Ilcrcdia a Iioum} daus ces (^piuianinii'> r('lal-ci\il do 
siiu iKM'Soniiauc. Il n inxciilc pas un df'lail. Sun k illus- 
Irc )) {.èiT csl l)icu Calclias (n"** ilSO-oSI ). Calclias le lijcu 
(;i'ji). « Le Libijcn lundi » (o-'îi) est clicr à rciiipcrcur 
.Iiisliuicii. (|ui l'a honoré dune slaluc (-VSk '■V,\H. oiU, 
• l'i-î. ■lî'i, -l'iN. :!i!», '.',7>U). ('('Ile slaUlc csl plac('c <lans 
Ihippodionic à cùlé do c(dlo do la \ icioirc (-''l'i I -•'!'! •')). (| 
cosi poLirciiiui nous la \errons xoler j)our rejoindre le 
Irioniphaleur. Elle le couronnera ello-niènio. coninie dans 
répigiamine ;>37. 

11 n'esl pas jus(|u'au Ion onlliousiasie ilu souuci (|ui ne 
soil liX'S juste: le second tercet, (jui peut paiailic un 
peu c\ag(''ré. csl plulôl iéscr\<' cl pl<Mu de niodf'-ral ion. 
Le tableau du d('l)ut rapp(dl(> la descfipli(^u de la statue 
c(|ueslre l'aile dans l'épi^raunni; '-IH^) : 

Le fils de Calclins te Bleu, Porphyre, dans la Heur de sa jeu- 
nesse, serre les rênes et retient ses clievaux.... 



Sur l'Oinhys 

11 n'osl pas inipossildc de \nw auti'c chose ((u'uno 
analoL^ic fortuilc cnlic ce sounci cl le (h'-hiil du Moïsc 
d" Alfred de \iL;n\. (|ui l'iil d'ailleurs luie dci^ sources flo 
/.'/ luml dv \ uhuilii {l.cconlc i|c l.isle, Poèmes Anli- 



44 ETUDF. SUR LES •=«OURCCS 

qtirs). Idiilrluis il ol plus |iin|i;ili|<' (|iii' Ilcicdia ;i Ipiiu 
;i Icriiiiiirf 1(1 prciiiK'ic |);irlic de mui icciicil |i;ii' un soiiiirl 
(|iii lui iicllciiM'iii nii ('iiiliii-iic. l,n pins clnic*' iniil.-ilion 
(|n"(»n r(Hi(in\r cIkv. lin ilr X'iunx. est |i('ul c-lrc rindilïé 
rencc a rexaclilude yé(JLiia|ilii(|U(\ S'il clutisil roilirv^. 
cesl paixo t[n(^ le inoiil esl an (••nlrc de la Gi'ècc el que 
son nom est liaiinimioux : mais d «'sl iiiij)Ossil»l(' à qui se 
Ifouvc suv la |)(,'nl(' XDid d ajin'cevoir toul à la l'ois 
rOlympc an .\<iril-l*>sl. lo T\ inplifesle à rOuesl. rKnliée 
au Sud-Ouost, rUela el le Callidroiiie au Snd. sans parler 
inèuie du Parnasse (Slrahou, IX, \', 8 et 1(»). 

Aussi la source piineipalc de ee sonnet esl peni èlif 
la lin df la picinière Hueulitjne de \ iiuile : 

Hic tanieii inecum poteras rt'quiescere iioctom 
Fronde super iiiridi. Sunt notais mitia pouii, 
Castaneae molles et pressi copia lactis. 
Et iam summa procul uillaruin culmina huiiant, 
Maioresque cadunt, altis de montibus umbrae. 

Le \ers -i : 

Reste avec moi, cher hôte envoyé par les Dieux 

rappelle edui de Leronle de Lisle : 

J'entre, qui que tu sois, au palais des Atrides, 
Etranger, qui nous viens des Dieux... 

(P. \. UHcnc.) 

(Je même (jne le sui\ant : 

Tandis que tu boiras un lait fumant... 

esl une reprise d une eoiMeclion de etdui ci : 

Viens >avuiuer encor ce vase de lait frais 

(Lee. de Lisle. P. A. Les BaroHastcs.) 

L(jrst|ric le poète éci'il : 

et rOeta dont Hercule 

Fit son bûcher supiéme et >nn premier autel. 

ne sonue-l-il pninl a la lin de la Hohc du ( 'ciihiuir ? 



m, ,1. M. i)i; iii:i;i:i»i\ 1.» 

Vous ctmsuinez un liouiiuo cl nous laites un Dieu 

(Lee. de Lisle. P. A.) 

l'iiid'ii. le (IcniK'f \('is. SI licaii cl s| ;i(lic\ ('>. csl ,1 i;i[i 
liroclicr (11111 |i;iss;il;(' de I ji \h>il' de 1 (ilmil:i : Xoyc/ 
|>liil('il I Icicdia : 

Et là-bas, Il travers la lumineuse gaze 

Le Parnasse où, le soir, las d'un vol immortel. 

Se pose et d'où ^'(>nvole, à l'aurore, Pégase! 

id ni;iiid(Mi;iid Lccnidc de l.isic : 

Il contemple, immobile, une dernière fois, 
Les Heuves. les cités et les lacs et les bois, 
Les monts, piliers du ciel, et l'Océan sonore 
D'où s'élance et fleurit le rosier de l'Aurore. 



1*01 lî ri: Xaissf.ai dr \ ir(;ii,i. 

Oui no conii;iîl |);ir (-(rMir les d(Mi\" prciuiri'fis sir'oplics 
do l;i Iroisirmc ntlo (ril(ir;icc. ((dlcs {irécisémoiil qiin 
ici iiiiilées IIoi'(Mli;i ? lionioiis ikhis donc ;i nli'^crxcr (|ii il 
a iicgliîiX' de [iarli-]M'is les (Hiahc cincjiiiènics de son 
modèle, l^luil-ee [larce ([u'il d('sitail laii'c du \"aiss(\'Mi 
de X'irgile le synd)o]e de l'esqnil (|ni coiidnil ("lernelle- 
MU'td les poêles à la Teri'e des l)i(Mi\ ? Je j'a|ip(dlerat 
seulenieid (|ne ( liénier a\ ail dil : 

Oli ! soit ([lie l'astre pur des deux frères d'Hélène 
C'alme, sous ton vaisseau, la vague ionienne... 

(Néére, Ed. Dimofî, p. 137.) 

([u'on Ironxc dans l.econle do l.isle : 

Divins frères d'Hélène, éclatants Diosoures 

...Refusez vos clartés si pures 

illrJriir.) 

ce (|ni senihle hicn l'aire le |)retriier qnali'ain : 

Que vos astres plus clairs gardent mieux du danger, 
Dioscures brillants, divins frères d'Hélène, 



'M) Il II»! -I l! I I - -oi l;( l> 

lip poète liitiii (|ui \iiit, ;iii cifl lu-llène, 
\'oir les C'ycliidi-s d'oi- de l'azur émerger. 

>-iii'lt)iil si l'on n'iii;ii(|iic (jiic ce dernier mms es! niie 
cnrreeli'in Irès jiisie de eeini ci : 

Dans les des d"ii/,ur (pie l)iiigne un flot veinieil 

iLec. de Lisle. P. A. Les Eoluhx.) 

Il s(M';iit irn|iriideMl d'iilliriiKM' snns i)reii\('S (|iic In 
denxn'Mne >li()|ilie esl une iind.-iliiin de l.eeoiile de I.isle : 

Et, propices toujours, que vos traiches haleines 
•Jusqu'iui ]iort désiré gonflent les voiles pleines, 

car ces d<Mi\ \(ms (h. I'.. Pnrjurn r/e.s Xéicides) soni 
poul elfe |H)sl(Mi(Mii- iin suniiel. (|ui |>;uiil dans la liciur 
(/es Dcn.r-MniKirs du l"'' j;ni\iei- 18.SS. 



I.e sujcl (|iio traite Ileredia dans, le sonnet de \ illula 
est un (les oranfis lieux eoinrimns de la poésie latini'. 
( 'ilcM'ons-iHius XiiLiile e| son Foilunalc Scije.r ? {Bue f. 
'i7 S(|([.) ou son Mrinini me uidissc scucni? {ficott).. \\ , 
]'2T) s(|q.) : ou liieii Horace ? {('ami. II. ('>. l-'> à 'J'i. et lll, 
U"). ■,".» s(|(|) {Efxxh-s. II. :!:;-;îi) : ou hien Tiliulle (I. 1)? 
ou hien Mailial (I. lAI el l\'. I.WT.' (Silva crânes lur- 
(los exatiilata d(>dil). el lll. lAIII?) 

("est as<in-('nienl di' (laiidieii (/•.'///.'//•. Le \ icIlhiKl de 
l'é/onc) : 

Félix, qui proprium aevum transogit in aruis 
Jpsa domus pueruni (pieni uidit, ipsa seiuMu. 

(|Ue \ieniienl les deux \ers : 

C'est là que, satisfait de son destin borné 
Gallus finit de vivre où jadis il est né 

à moins fjiie ee ne soit dr l.eeonte de l.isje : 

Heureux qui peut vivre et peut mourir aux lieux 
Où l'Aurore premièie a réjoui ses yeux. 

(P. A. Hélène.) 



Di: i. M. 1)1 iir.iii;i)i\ 



n 



un (le \ ichii I limi 



lleurt'ux qui peut, au ^oill du viillou solitnire, 
Naître, vivre et mourir dans les cliaiups paternels 

Khir.s rf li,ilhnlrs_ Au Vallon de Cliérizy.) 

()\\o\ (jifil (Ml sod. (-(die \ill;i (I) i;ip|v(dli' crllr ([lie 
N'ipoilc |t()ss('Ml;i (( (]ii,-i ^c •-uliduciTc colles I iiciiMiiid molli 
([lie iumiiii (IciniliMT (diiio ». 

Mais un ra|)|)r<)clioiii('id (\\ù i\o s'allciul poinl du toid. 
r'esl celui quo l'ail Ilorcdia lui-inèmo. loiscpTil iiud en 
lèlc (le ce sninnd {llcnic tics l)cii.r-\l (iiidfs. 17) mai IS'.td) 
r(''|)i,L;ra])lio : « l\((/uis riiil j'orhiiidliaf ? n (IVm'oiico.) ('es 
li'ois mois sonl hicii de IV'iciicc : ils son! empiMiidés au 
\rrs [ de la scène l\ de Tafdc \ de V l'UtiHKiiic : 

O ])o]iulares! l'iCCjuis me hodie uiuil f'ortunatior ? 

('"est l(^ cri de joie de ('Iiéi'(''a. a|»]>i'enanl rpic. m'àee à 
Pai'in(''non. il \a |ion\<iii' enfin (''ponser l'ampliile. Mais 
l'on se d(Mnand(> ce ([ne c(dlc ('\(daniali(Ui pi'ul a\oir de 
connnim a\rc la \illida dn \ien\ (ialhi'-. 

1-A Fllti; 

('(die Unie, (ui plnl(')l syriiix, est. comme nous lapprend 
l'i'piLiraplie <pi(^ porlail ce soiiind cpiand il paind. le I-"» 
mai I.S'dn. d;ms la llciiic des l)cu.r-\l(intlcs. |;i nuMm^ (pie 
celle di'i ('or\(liMi de la seconde l>nct)li(pK' : 

Est inihi dispd rihiia septeni roiniKicfti ciciiti-s 

Fistulu. 



I.a descriplion qn'en l'ail l'érasle vir,uilien sulTil à Ilere- 
dia (d il ne scnddc [>as (piil ail lin'' [>arli des noies rtdrini- 
\i''es sur ce jnèine siij(d dans le^ papier-- de ('lM''nH'r e| 
((uil a [)i'(''cis(''menl i-eprodniles dans le r.'ic-simili'' (pie 
porle son (''(lilion des lîncoliqu'es. 

(1) Le pin abiitait souvent les villas dans la campagne romaine, 
lomme enicore dans nos garrigues languedociennes. (Cf. Horace, 
Carm., III, 22,5 « Imminens uillae tuae pinus esto », et Ovide, 
A. A. 3, 692; Virgile, Bue, 7, 65; Végèoe, 4,34; Columelle, 4,26; 
Pline 16, 10,. 17.) 



'iS 



i:ii I)J -I i; l,i> -oi i;( i> 



Si ir.iillciiis iMMi^ iHMiv |i|;iivi,||v ;i ne |,;i>, lairc (In i-\\r 
\ii('r ;iii(|ii<'l sdiil .•hI|('s>l's ces f|ii;il(iiv(' vns un Alexis 
(|n<'lripn(|iii' un un \ni\nl.is. ce >^(m;i ilunr MiMiIkm" mi Mi'- 
n;il(|iif>- nu \lnriis. --cldn iii>< pri-riMCMci'-. ciir l'uii le Sou- 
nd ;i un |i;iiriuu \iiL;ilirn 1 1 r^ doux cl |i('ni''li;inl . ( C débul 
nirnii'. duni' soirée |i;ii-ililf. nou> l'iiil ini hililcau f|uc les 
l^gloiiues nous onl jippris .1 ;iinier. \ous ;i\ons lrou\é 
(l;uis 1(> Culc.r ( I T)? H il I ) un heiuci- seniltliihlenienl élendu 
.1 lOniliii'. (( Iciilus m hcilm ». jn-és (rinii' souree. SeuJ ce 
philane nous élonne d.uis eo |i;iys;i|U"e nninlouan et sorail, 
senil)le-l-il. plus ;'i sa place dans un sile iirec ou dans 
(|U('l(|ue (^|ud<'nli' \dla lomauH'. (< T. Anlhnhxjii-. 11. 171. 

Il est possible ((uc lo \\\ii\> ; « une tiiiKiiuvUsc j)('iiic n 
soient insi>ir(''s par un xcrs dr lidusaid. (jnc HiMcdia 
connaissail l»ien : 

Heureux celui (jui souffre une amoureuse jyeine. 

(Sonnets pour Hélène, I, 3.5.) 

f.o délail du Iniiil Irais des soui-ecs. déjà n.olé par le 
poète dans Lu (liasse cl l'an. ia|»|Kdli'. nous linons dit. 
Tli(''ocrilc. l'.nlin ridiM' t\r conihalire ranimu' pai' la iuus<' 
esit cnipiinil('c au l'olvplicnic {\t' la XI'' Idvllc : « Il n'cxisie 
contre l'ainiMU-. ô .\icKi-. aucun aiilrc rcniè(|e. soit pou- 
dre. >oil (iniincnl. (pic |e> l*i(''ridcs <> : (>l. a|>ic< hcanconp 
danlre^. ('iK'uier l'a rép('t('' : 

Dans un vallon tran(|uiUe 

Les muses contre lui nous offrent un asile. 

(E. Dinioff. paf^e 27.) 

Ouant aux trois \er's si iiarnicnicux cl si ex])rcssil's : 

Laisse, ami, l'errante chèvre 
Sourde au.K chevrotements du chevreau qu'elle sèvre, 
Kscalader ta i-oelic ot brouter les hour<!;eons. 

ils sont. p(Uir ri(l(''c seujeinenl. iiuih's de l.eeonle de Lisle. 
(Cf. P. A.. Eludes LnliiH'.^. Ml.) 



1)1 j. M. 1)1 iii;i;ii)i\ l'.l 

fiuissi' aux poiiU's d'Algido, au vcit pay^; AHmiii, 
La brebis ((ui promet une toison prochaine 
Paîti'e cyl ise ot lliym sous ryousc et le chêne. 

(P. A. Kfu,Ir.^ Lnfnirs, X.) 

A Si;\iiis 

\'oici It'rs ciM-hiiiiriiiciil I'ikIi' (rildr.Mc (|ii(' Ic^ Mddcf- 
ncs ont le pins iMiil(''(\ A ne cilci' (|ii<' les |ii'iiici|i;iii.\. 
iioiniuoiis riiiM)|i|iil(' (l;iiilii'i' (l'nciiics liKulils. .1. /.. Se./' 
Uns, écril en ISCdlj. (|iii snil <\i' ln>[i jirrs le Icxlc l.-iliii cl 
l'csle 1res iiilÏM'iiMir ;i I IciimIi;!. cl l.ccnirh^ lic I.is'lc (I*. \., 
FAikU's, Ijdiiicx. \l). Iic;iii((>iip plus lilirc s;iiis cire iiicil 
leur. 

I.c pociiic (Il loi'.icc (I. I\ ) se ((iliilHi^c (II' cilHI sli'd- 
])ll(^s. iiiiilil('"cs. liMMi ciilriKlii. il;iiis les (''( lil imis cliissuiiics. 
II(M'(M|i;i (Ml rcil'.-iiiclic lliill ^l'IlIcilliMll les deux (|(M'lli(M'S 
\(M-s. in;,iis ('iic(i|-(> |;i seconde ^Iniplie. (|ni peini les clifriifs 
des .\\niplie^ sons l;i lune el le li;i\;ul des ('yrlopes. lies- 
ieiii qualor/.c m'c^. (|n"il l'.nl p;is>-ei- pres(|ne enlièremenl 
(lan.s son soniiel. en en honicx (msjuiI le phni. Il parvieid 
inèine ;'i y £zlissiM' (juehjnes r(''nnniscenees de l'ode \ Il du 
li\re 1\ : (« hlffum-ic nho^. rcdcmil imn (ji(iiiiii}>i r<nnj)i. 
elc.) ». el peni (''Ire .nissi de l'ode \ dn livre I (« Tu ne 
(ju(tcsicri'< .. »). 

Il esl si frécpient (I) de irouxcr clie/ Ileredia. an d(''|pnl 
(hi \('i's, l'inxilahon : I iciis. l icns (Unie. \ <-iic: (on /l'cs/c. 
Pars, Parlons), ipie je nie horne a (•oiiipai'(M'. à lilic de 
cui'iosiU''. sa deniii'ic siroplnv 

Viens donc. Les bois sont verts et voici la saison 
D'immoler à l''aunus en ses retraites sombres, 
Un bouc noir ou l'agnelle à la blanche toison. 

(1) Détail de versification probablement pris à Chénier (Cf. La 
Chnn.inn des Yeux, La Nymiilie, Banltus, etc.), qu'on retrouve 
dans la Flûte, les lic'rgers, Bretaf/ne. C'est au contraire Reste qui 
est préféré dans Le C/icrrier. Sur rOflni/s: c'est Pni:< ou /'aif«ii.< 
dans Les Bergers, La Prihe du Mort, Plus Ultra. Notons au 
passage que Herédia a quatre ou cinq manières de lier ses tercets 
aux quatrains et n'en emploie guère d'autres : c'est par exemple 
une opposition marquée par Aujourd'hui (Le Vœu, Vitrail, T e« 

4 



-Ml Kl I 1)1, -I l; Il - -oi uci.s 

;'i ce p.'issjiLK' ili' IIiil;i'. (|iii Iciininc l.i \ j||" pièce des 
] oir liilciicurcs : 

Veno'/,. liC printemps rit, l'ombre est sur le chemin. 
L'air est tiède et là-bas, dans les foiêts prochaines, 
La mousse épaisse et vcrle abonde au pied des chênes. 

IldH I OUI \i I >i:i s 

Les eiiKj sdiiiiels (|iie lleie(li;i ;i iiMiiiis SOUS ce litre 
(tilt été iiiiil(''s (le liiiis (''|iiL;i;i!iiiiie>- de 1" \ iil IidIc iLiie l.aline. 
Malgré les diriieidh's que |ir<'^eiile une élude délailh'O 
(le ces imilalious. ji- \;ii-. ;i |irn|Mis de cliaqiie soiiiKd. 
citei' les imssagcs dnnl ils sont lirt-s. On lrf»iivera le |e\lo 
e()ni|ilel, dans les ('diiious liaelirens. un i'urmann. 

1 

La cilatiiiii d'Ildraee (>'(//.. I. S. 1) nous révèle la 
source du \ers Ci. \{'aiini<'iiis c'esi jdiilôl rAulhologie 

dniKje, A. ('/fiu(/ius l'opc/in) ; une (.onséquence marquée par C'est 
pDurqiiin; mais le procédé le plus habituel est de commencer un 
des deux tercets par 11 n ru, car il a ru. il n'a jtcix ïii, etc.. Ex. : 

Il s'étoe : // a ru la ten'euÉr de Némée {Xémée). 

Enfin le Soleil rif à travers ces nuées {Styinphah). 

Mais depuis que j'ai ru l'épouse triomphale (IVessus). 

Car il (I ru la Inné éblouissante et pleine [Fuite de. Ce-nfnures). 

Et l'Euxin rif. à l'aube, aux plus lointaines berges (Le Ther- 
rnodon). 

Car elle a vu, d'un vol vertigineux et sûr (Andromède nu Monstre). 

//.■< riiivnt, irradiant du Bélier au N'erseau [T^e Jïarixscnmt 
d' .Andromède). 

Kf roi.'i, au clair de lune, il fait danser mes chèvres (Le Chevrier). 

Et tn vas roir, .si l'œil d'un mortel peut suffire [Le Cocher). 

Vni.< l;i mer. et l'Eubée et. rouge au crépuscule (Sur rOthrys). 

Tous anxieux de rair surgir au dos vermeil [Ajnis Cannes<). 

Et ses yeux n'ont ixt» ru, présage de son sort (Le Cydnus'). 

Vit dans ses larges yeux étoiles de points d'or (Antoine et Cléo- 

Jl^'lio). 

Et ses yeux nont jxis vu sur le cippe romain [La Source). 

1/ f'n rue. Il sourit dans la barbe du masque (Le Samouraï). 

Mais il (I ru, vei-s l'Est, éclaboussé d'or, l'astre [Le Daïmio). 

Et je r/.«. me dressant sur la bruyère rose (Annor). 

J'ai ru, j'en ai frémi jusques au fond de l'âme (-4. Rossi). 

Vois, l'oblique rayon, le caressant encor [Sur un Marbre brisé). 



i)i: j. M. i)i; m ui;i)i\ ,)1 

( i|'cc<|lli"' (|iii ,1 -ii!^i;ci('' le SdiiiK'l. ( ()iii[);ir('/. pliihM le 
sccoiiil (ju.-il l';iiii :i ci llr l'iULiiaiiiliic ;iii()ii\ nie : 

Loin, hit'ii loin du ^;n-.lirii de ce \('ig(M-, sois sur tes gai'dos. 
Tel (|U(" tu nie vois, étranger., toi (|ui t'approches, je suis en 
bois de liguier non travaillé à la lime, ni peint en vermillon; 
des pâtres m'ont sculpté a\ec leuis couteaux naïfs, rustiquc- 
ment. Ris de moi, si tu veux, mais garde-toi de toucher à ces 
fruits, de peur qu'après avoir ri, tu ne pleures. (II, 148,86.) 

( ellr (''pinrjuiiiiM' ;i ilircilciiicnl inspire'' les vers 1, •"), 
t), 7 et S (lu sdiiiH'l : 

•N'approclK'. pas! Va-t-en! Passe au large. Etranger! 



A coups de serpe, autrefois un berger 

M'a taillé dans le tronc d'un dur figuier d'Egine; 
Ris dn sculpteur. Passant, mais songe à l'origine 
De Priape, et (|u'il peut rudement se venger. 

Los {\ru\ \«'rs : 

Dérober les raisins, l'olive ou l'aubergine 
Que le soleil nifirit à l'ombre du verger 

\iiMiii('nl (le cciix-ci (A. L. Ki'iniiiiiiii. \l. SU) : 

Pallentes que c-ucurbitae et suaueoientia ma la. 
Uua pampinea rubens educata sub luubra. 

I.c l'ojrl lin MTs T) : ,/"// n'illc csl imili'' (11111 /•,'// /(/'//■ 
S(Miil)l;il)l(Mii(Mil |il,ici'' (hiiis ré|)io|-;iiiiino 8t) (lîTiniiiiiiii \'l) 
cl (11111 Tucn] ;iii;il(ii;iic de r('[iior;iiiiiiic 8."). I .c pi-ciiiicr 
IcI'CmM |-;i|i|ic||c lr(''s iicllciiiciil diilis rciisciiililc le lx'K'Im'c 
« l*h(txc!iix illc... n (le (';ihillc. I .c sccinid : 

A pré.sent, vil garilien de tiuits et de salades, etc. 

Itt'ovKMil diiii MM's des Prinjicd (ll.ielii-ciis. 1. LMII) : 

Cucurbitarum ligneus uocor custos. 

II 

I^ vers do Caliillo ciN' p;ir Ilorodia pourrait être nussi 
bien attribué à X'irgilo. L"(ju se demande pourquoi le 



.JV LTlDi: SI l! 1 I - -ol l<( I - 

jjoclc ii'ji |ias ('ci'il. roiiiiiic ,111 ^iHiiM'l \ : « I )i\ l'i'^i'iiiiii 
Pocl;iiiii|ii l.ii>-ii< ». ()ii(ii ([u'il cil <(iil. fi' \('\'~ ;i|i|>;iili('iil 
M une (''piLirniiiiiic (|!H. ;i\<'c dciiv ;niln's ;iii;i|iil;iics. rsl 
la xHiicc (le CCS (juatrc soiiiicl^ : 

Hujus iiam cloiiiiiii coluiit dcumqiit' si\hit;int. 

(Anthologie l;itiiii>. l'iditioii Biirninnii. VF, 8(i,").) 

1,0 |i'\lc c\acl csl : lliijus nain ((•liiii! inc dcniiKinc sain 
laiil.) 

Respecte, 6 voyageur, si tu Pioïii tu. vintor, liunc deum 
[crains nui colÎM-e [nereberis. 

tOp. inid. VI, 86,1(5.) 

Cet Imnible toit do joncs très- Ti-ctani uiniiut' iunceo caricis- 
[sés et de glaïeuls [que nianiplis 

{VI, 8(i,2.) 

Il n'a point d'autres Dieux, Pauperis tuguri pater filiu.s- 
[aussi je garde seul LqiiP adulescens, 

Le jardin qu'il cultive et fleu- Altor adsidua colens diligentia 

[rit pour me plaire [ut herbae, 

Asper ac ruljus, a meo sint re- 

[mota sacello 

(VI, 86, 6 à 9.) 

Par eux, la violette et les soni- Piiniltus tenera uirens .spici 

[bres pavot.s [mollis arista 

Ornent ma gaîne avec les verts Lutcae uioiac milii lacteumque 

[épis de l'orge [papa ne r 

Pallentesques cucurbita'e... 

(do, VI, 86,11.) 

L'agreste autel a bu... Kt tenera matre mugiente uac- 

Le sang d'un jeune bouc inipu- [cula 

|diquc et liarbu Dcniii jirot'uTulit ante templa 

[.sanguinem 
(VI, 8ô,14.) 

Libidinosus immolabitur caper 
(Horace, Kpodes, IX, 23.) 

Sanguine etiam mihi sed tace- 

[bitis, arani 

Barbât us liait hirculus corni- 

[pe.sque capella 

(VI, 86,15.) 



DE J. M. DF. HF.REDTA oô 



III 



Eccf villicus Vfiiit... ...M pol ecce uilicus iienit... 

(d°, VI, 85,19.) 
Holà, maudits enfants... Quarc liinc, o pueri, nialas ab.s- 

[tinete rapinas 

(VI, 86,19.) 

Le colon vous épie, et, s'il Parata nam trux stat eccc 

[vient, par mon pieu! [mentula. 

Vos reins sauront alors tout l'elim pol, iinjuis; at pol ecce 

[ce que ]x>se un Dieu [uillicus 

De bois dur enunanché d'un l'euit, ualenti cui l'cuulsa brac- 

[bras d'homme (jui frappe. [chio 

Fit ista mentula apta claua 
[dexterae. 
(VI, 85,18.) 
Vite, prenez la sente à gauche, 
[suivez-la 
Jus(ju'au bout de la haie où l icinus propre diues est negle- 
[croit ce hêtre, et là, [gensque Priapus ; 

Profitez de l'avis qu'où vous Jnde sumite : seniita haec 
[glisse à l'oreille : [deinde feret ipsa 

(VI, 86,20.) 
l'n négligent Priajjc habite au 
[clos voisin... 
Où sous l'ombre du i^ampre a Uua pampinea l'ubens educata 
[rougi le raisin [sub umbra 

(VI, 86,14.) 

IV 

Flores nitescunt discolore gra- 

[niine. 

Et sous ma treille neuve où le Pinguritque terram gemmaeis 

[soleil se glisse [honoribus... 

L'ombre est plus douce. L'air Opaca praebent arbores um- 

[embaume la mélisse. [bracida 

Avril jonche la terre en fleur Prohibentque densis feruidum. 

[d'un vrai tapis. [soleni comis. 

Vomauus, De Laudibus Hor- 

tuli. Pseudo-Virgile ou 

Pseudo-Catulle. 



54 ÉTUDE SUP LES SOURCES 

Les saisons tour à tour me jia- Floridf) milii ponifiir picta ue- 

rent : [blonds épis. [rv coroUa, 

Raisins mûrs, vortc olive ou Piiiiiitus tcncia uirens spica 

[printanier calice [mollis arista 

Luteae uiolae mihi lacteum- 

[que, papauer... 

(VI, 86,10.) 

Le maître de ce clos m'honore. Pio qiiis nmnia honoribus, huie 

[J'en suis digne. [necesse Priapost, 

Praestare et domini hortulum 

[uineamque tueri. 

(VI, 86,17.) 

Chaque soir de marché, t'ait ^leisque ])inguis agnus ex oui- 
[tinter dans sa main [libus 

Les deniers d'argent clair qu'il Grauem domum remittit aère 
[rapporte de Rome [dexteram 

(VI, 8.5,12.) 

...Xonisque diebus 

Vénales olerum fasces porta- 

[bat in urbem, 

Inde domum, ceruice leuis, 

[grauis. aère, redibat. 

(Virgile, Moretum. Le Janliii 

de Siinuhis.) 

V 

I ,;i (il;ili(iii (le llercdiji. (r.-iillciirs iiicxiicic. csl lii'(''e des 
INulac MiiKirc- (cd. liiicliiciis, I, I.XllI). ,]v rejtrothiis de 
répigrainiiii' l.iliiic loiil ce ijuc tics ledeiirs français pcu- 
\c'ii[ (Ml siii)p(irl(M" : 

Parum est qnod, hic nt fiximns, sedeni, 
Agente terra per caniculam rimas, 
Siticulosam sustinemus aetatem. 
Parum, (|Uod inu».s perHuunt sinus imbres 
Et in capillos giandines cadunt nostros, 
Riget(|ue duri l)arba u'nxjtd cijistdllo (sic) 
Parum, (|Uod, acta sub laboribus luce, 
Parem diebus jieruigil tralio noetem. 
Hue adde, quod mt> fustc de rudi uil(>m 



Dr j. ftt. Dr. hf.iu:di\ oo 

^lamis .siiu' aito rusticju- ddolaui'i mit . 
Iiitciquo fiuutos ultiniiiin cU'os mimeu, 
C'ucurciibitariim lignciis uocor custos. 
Accodit i>stis impudentiae sigiium, 
Libidinoso etc., etc. 

Il 0^1 possible ({uc Ilcrcdia ail (''LîaK'iiH'iil coiimi une 
cpigramme très courle quv \(iici : 

Uere rosa, autoiinio poiuis, aotate frecjuentor 
Spicis; una mihi est hoirida pestis hiems. 
Xaiii fiigus nietuo et uereor ne ligneus quideiii 
Hic deiis iiiiiauus .piaebeat agricolis. 

(Bueclieler, J, 778.) 

l">iiliii les iiciucs du Sofjictc rappelicroiil à lous le \erp 
d'IIuracc : 

Uidf.s ut alta stet niue candidum 
Soracte 

{('una., 1, 8,1.) 

Li-; ri:i'ii)\itii M 

Le Bain osl un des lieux connnuns du roman liisloi'i 
([lie; el il n'a dune lenu (|u a ll('i'e(lia daxoir des ddu/.ai 
lies de modèles, il sérail \vk\> Ihul; el Icés innlile de 
citer les auteurs (|u'il a pu considler. Sans doule n'en 
a-t-il imité aucun, pas m<~'uie Alli'ed de Xitiiiy (Le littiii 
ilunc IJiunc ItoriKuiu'). 

Le premier xci's nous otïre encore un i-\eniple de ces 
réiuiiiiseences curieuses (|u'a\ail llere<lia de l.econle de 
l.isle. l n \crs de ACs-s/zv elail l'ail a |ieu près de deux 
liémisliclies de Kliirôn. Or celui ci : 

La luynlie a paifiinié leiu-s membres ass()ui)lis 

(»sl ineouleslalileuK'ul eniprunir- lui même, le^ six pre 
inicrs pieds à un \i'rs de /,'/ \ ii/nc de Xalmlli : 

La iin/rrhe a purfinné leiu's membres vénérables 

<'l le- six aulre>. à Mahc : 

L'huile baigne k doux tlots leurs niembn'S assouidix. 



56 ÉTUDE SIR LE? SOURCE? 

I/iinitalioii csl (raiilaiii |»lus iicllc ([ur Loconfe r|p I.islo 
écrivail eiisuilc : 

De longs tissus de lin les couvrent de leurs jilis, 
source cvidciilc du liiiilièinc \crs : 

Le lin v()ln})tueux dessine de longs plis 

Au rcslf, i:cll(> paue loul entière est à ra])[)rocher du 
soDuel. 

Il esl moins ccrlaiii (]iie lleredia se soil sou\euu de 
Théophile Gautier c[ de Sulhin Malmuiiid : iM'auuioiu.s le 
hasaitl d'une rencontre ne sendile pas e\|)li(|uer {|ue le 
tableau tracé dans le Tcpidai ium rcsseinhle aussi étran 
LïenienI à celui iiu poêle roiuanli(|ue : 

Dans mon harem se groupe 

Coninie un bouquet, 
...Tout te que cherche ou rêve. 

D'opium usé, 
Dans son ennui sans trêve 

Un cœur blasé 
Mais tous ces corps sans âmes 

Plaisent un jour. 
Héhis! j'ai six cents femmes, 

Et pas d'amour. 
Ni la vierge de Grèce, 
Marbre vivant 

...etc., etc. 

1-Jilin. nol<tns (|ue le \ers (h; Musset : 

....\u milieu des langueurs du parler d'Ausonie, 
Tu dédaignas la rime et sa molle harmonie... 

(Poésies So^treUes. Après une Lecture.) 

a pi'ul-èlrc. 'nial!m-(' la dirrércnce des sujets, |)Ius (|u'un 
rappoi'i lorluil a\('C le second tercet de Heredia : 

Et le pâle troupeaii des filles d'Ausonie 

S'enivre de la riche et sauvage harmonie 

Des noirs cheveux roulant sur un torse d'airain. 

lit ANonr i.rs 

f,a source que Hercdiji mmiI l>irn nous indicpu-r lui- 
même — iiour({uoi |i()nr ce sonncl plulol (pie pour les au- 



nr. j. M. nr Hiurnix o< 

Ires ? — n'est iMnliiililcnnMil |ia> l;i seule ou il ;iit i>iiisn. 
riiiii'. (I;uis la Icllrc .\\l\ du lixic I. =c lniriic a (IciiiaiHliT 
à son ami r)aoliiii> llispaiins (|iicl sci-ail le pfix (rniic \illa 
(|ii(' SuoldiK" il<'>>ii(' acliclrr : 11 a v.lr s('Mkiil par la 
proximilé de Home, les prdporlioiis ni(M|('sl(\s de rédifico, 
raofréinenl du sile. A d(\s ucns coniine lui. « suff'uil 
(d)undc Idiiluni soli. ul rclciuiic ((tpiil. icjucn- o( u/os, 
rcplaic. jici liiiiilcni nnniiKjuc scniilniit Icicrc (nnncsijue 
ttilicuhis suas nasse cl ituiuciufc dibusculas pui^sinl ». 
Il esl à croii'e, par les deux \ei's : 

Parmi là vigne, il reste encor un pan de mur, 
Un arceau ruiné que le pampre festonne, 

que Ileredia a eu sous les yeux le inéinoii'(> de cpielquc 
arcliéoloLiue (|ui aura eru a\<»ir relr<)u\é la \dla de Su('' 
toue. 

I-l l'LUCl s 

Lupeicus, au couli'aii'e. iia itoini daulrc sourec que 
colle (|ue nous réxèle le poêle, l^'pi^rainiue ( .W'III du 
|>reniier !iMc de Marlial. lin xoici la li'aduelion (d"a|irès 
lanonyine de la eo||(>elioH Gnfuier) : 

Toutes les fois que tu me rencontres, Jiupercus ; <( Te plait- 
11, me dis-tu sur le champ, que je t'envoie mon esclave pour 
prendre ton petit livre d'épigrammes. Je te l'enverrai sitôt lu.» 
(( Il est inutile, T^upercus (Non est (ptod pueiu'm, i.iipnrr, 
iicj'cs), qne tu donnes cette peine à ton jeune esclave. Il au- 
rait beaucoup de chemin à faille pour venir au Poirier; de 
plus, je loge au troisième étage {rt smlis J'dhito tribus, scd ol- 
fis), et otis étages sont très hauts. Ce que tu demandes, tu 
peux aller le chercher plus près; car tu as coutume de fré- 
quenter r.Vrgilète. Or, piès du P^oiuni de César, il se trouve 
une boutique, dont la devanture est toute couverte de titres 
d'ouvrages, de sorte que l'on y lit, en un instant, les noms de 
tous les poètes. Là, tu me demanderas à Atrectus — c'est le 
nom du marchand. — Du preniiei- ou du second de ses rayons, 
il tirera un Martial, poli à la pierre ponce et orné de pour- 
pre, qu'il te remettra pour cinq deniers. » — « Ton livre ne 
vaut pas cela », dis-tu. — <( Tu as raison, Tiiqiercus (1). » 

fl) On pourra (xmsnltei- ;iiissi l€.« épisiammes IV. 72 et T, 4. 



58 ÉTUDE srn les «olrces 

I .\ I Hi.itr.i \ l'I \i-iii> ( \N.\i,> 

SimiillilllS (I;iImi1(| ([lie (■(•'- (|r||\ sollIK'ls l'iircill |)ll|l||t'S 

pour la première Ims diins |;i Itcrur dcsi iJctij-Mandc^ 
du lô niai 180(1. I.c prcinici- poitail en ('pigra|)lii' : « llc- 
cenlis (inimi Sc/n/;/ o/(///.s cixjnc jmn-ior » (Tilo-I.ixc) : le 
second : « Aiii/cIkiiiI inclnin pvodin'ui » (Tilo l.i\ (>). J'ai 
relevé entre les deux xcrsions (le .l/>/('.s Cuiiiics les \a- 
rianles que voici : 

Première version Deuxième version 

Un des consuls est mort, l'an- Un des consnls tué, l'autre fuit 

[tre fuit vers Linterne [vers Linterne 

Ou Venuse. L'Aufide a reflué, Ou Vciiuse. l'Aufide » déhorde, 

[trop plein [trop plein 

De nos cadarres. La foudre au De morts et d'armes. La fou- 

[Capitolin [dre au Capitolin 

Tombe, le bronze sue et le ciel Tombe, le bronze sue et le ciel 

[rouge est terne. [rouge est terne 

\iais sôinunes daiilaul plu.- aulorisé à éluilior (Miscm- 
lilc ces deux sonnets (jue Ilei'edia a lui-nièiue étrangement 
nièlé tous les renseignements (jue lui l'ournissait Titc-Live, 
dans ses livres \.\I {~)'2 à ~û el jxi^s'mi) el XXII Çi'i à ~}(S et 
jKissitn). lieniai'(|U()ns seulemeni (|ui' le S(Mn|>r()nius du 
poêle rcsseiuMe l»eaucou|» au Flanuniiis de riuslori(Mi. ( t 
ra|>p('|iiiis i|U(' 1 ite-l,i\(' s'est rd'usi'" a peindre lanxiélé rie 
Home à la nou\elle du désastre de (aunes. Ileredia lui 
eni|)i'unle le lahleau ([u"il l'ait <le la \ille, après la défaite 
du I .ac Tiasimène. 

Sans auciui doule le dernier lereel : 

Tou,s anxieux de voir surgir, au dos vermeil 

Des monts Sapins où luit l'œil sanglant du soleil. 

Le chef liorgne monté sur réléphant gétulc, 

est lir('' de .ln\('Mi;d (.niisi (|iie le sonnel suivant (\. 157- 
158) : 

O (|U;dis faciès et (piidi ili^na tabolla 

Ciim gaeiula (luc(>m poiiaiot liollua liiscum. 

et de 1 .écoule de l.isle ; 



DL J. Al. DE HERLDIA 59 

Vers Ir couchant rayé d'écailatc, un (vil louclu- 
Et rouge s'enfoii(,ait dans les écumes d'or. 

(P. B. Qnïii.) 

Et le rouge Sahil, au tond des nuits tragiques 
Seul iiambe, et darde aux flots son œil ensanglanté... 
(P. T. L'Astre Bou'ir.) 

Jliésilc à rapinoclior de ce somicl le passage corres 
pondant de Siliiis llalicus, malgré les vers : 

pous eccc cadentuni 

Corporibus struitur reicit eadauera funians 

Autidus 

CVIII, G()7.) 

Il est pKurlaiil |in'|i;ilil(' (|uc llercdia a lu r(''poj>ce 
latine. 



A IN l'niuMiMiM i;i i{ 

I /(•pigraplic i|iic pdilail ce sdiiiicl lorsiiu'il parut dans 
la Itcntc (les Dcux-.Moiidcs du ]■') mai KS'.X) : 

Bi'lloruin ej-iniiu... iiictiKiiic trirciiiis 

Aplustre. (Juvénal.) 

nous (Ml r(''\èlr liicn la source principale, ("est en eftel la 
célèbre satire \ ( l-'i:! I i(l). \ oici la Iraduetioii du pas- 
sage (li-aduclion l)ussanl.\ el Pierrol) : 

Des dépouilles ravies dans les combats, une cuirasse atta- 
chée à un trophée, des casques brisés, le pavillon d'une tri- 
rème vaincue, un captif tristement enchainé sur un arc de 
triomphe, voilà ce qu'on regarde parmi les hommes comme le 
souverain bien ; c'est ce c|ui enHamma les généraux grecs, lo- 
uiains et barbares; c'est ce qui leur fit affronter les périls et 
les travaux: tant nous sommes plus altérés de gloire que de 
vertu! Supprimez en effet l'attrait des récompenKcs, qui em- 
brassera la A'ertu pour elle-même? Cependant cette gloire, par- 
tage de quelques hommes, cette soif des éloges et des titres, 
vainement gravés siu" le marbre qui couvre une cendre insen- 
sible, a été de Tout t<Mnps funeste à la patrie. T'n mépri.sa- 
ble et stérile figuier suffira pom- détruire ces monuments fri- 
voles, car les sépulcres eux-mêmes sont sujets à la mort. » 



60 KTior. srrt lk^ soirces 

M.ii^ k' •«(•(•«•ml I^Mci'l ; 

Et seul, aux blocs épais des maibii>s triumphaux 
Où ta gloire en ruine est par l'herbe étouffée, 
QueUiue faucheur ébréchera sa faux. 

csl é\ iili'iiiiiicnl iiiK' iiiiihilioii. daillriirs assez [»àlc, «les 
beaux \ers de Xiri^ilc : 

Scilicet et teni})us ueniet, cum finibus illis, 
Agricola, iucuruo terram niolitus ai'atro, 
Kxesa inueniet scabra robigine pila 
A ut grauibus rastris galeas pulsabit inajus 
Grandiaque effossis mirabitur ossa sc])ukris. 

(Gronjiqnes, I, 493 sq.) 

l'a^rii les iiiiitnlioiis plus (Imih'iises. ciluiis le vers : 
Quel cjue tu suis, issu d'Aucus ou bien d'un rustre 

([iii \i('iil iM'iil ("'Ire (II- 1 lin nii r.-iiili-c (le ces deux passaiiies 
d Iliil'acc (li;i(|iiclli>ii l.ccoiilc de Lisle) : 

Riche, issu de l'antique Jnachus, ou pauvre, issu de race 
infime... tu mourras, victime de l'inexorable Orcùs. Corin. il, 
3,20 sq.) 

Mais nous, là (jîi Jious tombons, où sont le père .Vcneas et le 
riche Tnllus, et Ancus, nous ne sommes que jxnissière. (Citnit. 
IV, 7,14 sq.) 

(Cf. Horace, Cum, IJ ,14,10 sq., et JI, 18,33 sq.) 

\ul('n>i)s nous cnliii. |p|ul(M |H.ur ('lalilir une dilïéreiic<> 
dans rins|»ii'ali<Mi (lu'uii r;i|i|H.ii. ks deux poèMies de 
\"iclo|- IIuti(». d;ili- lr< FcTiilIcs d' Aulniniw . ("csl UIW 
cli')sc ijr<iii(l('... r\ .1 ;//; inii<i<irni ? 

•SlR I.H ( 'iliNI - 

liciedia s'est iiisitiré dans ce sonnet (h; riién|.hil(' (lau 
tiei', de lianviile et aussi île IMularque. 

Le récit «lu l.i(.-:ia|)lic de Maïc \nt.nn<' (■,'(' ;i ."il) a été 
la soni-ce <ruiii' toidc de poèmes que nous ne poiuons 



t)i; j. \i. i»i iiri;i in\ li| 

Imis cilrr. \(iii(' iiM-nir iiMli(|ii('r : il c'-l ji^m-/ cniiii. du 
tcsli' : 

(îléopàtre alla ti(iii\'('r AutoiiU'. iia\i^uaiit sur lo Cydiiiis, 

dans un navire dont la ))<)upe était d'or, les voiles de pour- 
pre, les avirons d'argent, et le mouvement des rames cadencé 
au son des Hûtes. Elle-même était couchée sous un pavillon 
hrodé en or... les donx rives du fleuve étaient embaumées de 
l'odeur des pariiuns fju'on hrv'ilait sur le vaisseau 

\ oici iii;iiid('ii;iiil (i;nilii'|-. (I;ins s;i ii(iii\<'llc : / ne .\uil 
(le ( U'iijtnli c : 

Vu milieu de la l)ai(|ue, s'élevait une cabine à toit jilat, 

une espèce de naos^ ou tente d'honneur , le soleil de midi 

décochait ses flèches de plomb... une lumière crue, éclatante 
et poussiéreuse à force d'intensité, ruisselait en torrents de 
flamme; l'azur du ciel blanchissait de chaleur, comme un métal 
à la fournaise... L'eau du Xil, terne et mate, semblait s'en- 
dormir ilans son cours et s'étalait en nappe d'airain fondu... 
La reine Cléopâtre avait pour coiffure une espèce de ea.sque 
d'or trè'; léger, formé par le corps et les ailes de l'épervier 
sacré; les ailes, rabattues en éventail..., etc. 

Iliifiii Bjunilic. (Iniis les Occidciildlc^i. La l'cilr (\), 
pièce joiH-e en mai 1<S77. éci-il : 

...Quand je te vis pour la première fois, 

C'était sur le Cydnus. Le flot send)lait sourire. 

Tu vogimis, étonnant les cieux, sur un navire, 

Dont la poupe était d'or; le radieux soleil 

Sur ses voiles de pourpre étincolait, vermeil ; 

Les avirons étaient d'argent, et, pleins de joie, 

Tremblaient et frissonnaient les cordages de soie. 

Toi, couchée à demi sous un pavillon d'or 

Et portant les habits de Vénus, mais encor 

Plus belle que Vénus, et gardant une pose 

Divine, tu brillais dans tes voiles de rose. 

Tu nu)ntrais un lien de fleurs pour bracelet ; 

L'air était embaumé des parfums qu'on brûlait. 

Sur ton vaisseau, le peuple et moi, nous t'adorâmes, 

Des lyres par leur chant guidaient le vol des rames. 

Et les flûtes mêlaient leur voix à ce concert. 

Tout le troupeau charmant qui t'adore et te sert, 



iV* i'; 1 1 i»i ~i i; I I - -oi i;( i> 

N viiililu'--. ])i\iiiités. fijracts iiiix licis visiigcs, 

N'éréiili's, l';iis;iieiit ()l)éii- les cordiiges. 

Ou (le IcMiN Ix'Ilos iiiiiiiis tenaient le gouvei-nail. 

Kt de petits Amours agitaient l'éventail, 

Alin lie rat'iaichir la reine de Cytlière, 

Vénus. l'riicliantciiH'Ut cl i'di-gueil de la 'l'en-e. 

Il ne vi'tulilc |i;i- ;iii Icch-iir (|iii. ;i\;iiil relu je soimol. 
]Kii'c<)Ufl ces Irois cllalinii-. (|iic lIcitMli.i ;iil i)(';nicoii|i 
.•ij(Hilé à IMul.Mifjiic. (iatiiicr cl H.iiixillc. J-J |i()url;iMl il ;i 
su (loiiiHM- ;'i SCS (|iial(>i/c \(m-> une ciicrLiic cl une \igucur 
qui uiau(|ucul aux |i|(''ci'(lcul-. Si. dan- le second qua 
li'aiu : 

A la proue éclata nti^ où l'épervier s'éploie, 
Hors de son dais royal .se penchant pour mieux voir. 
Cléopâtre, deliout en la splendeur du soir. 
Semble un f^rand oiseau d'or cpii guette au loin sa 

[proie. 

les deux |if(Muicfs xcis sou! iuiiU's do Gaulior. les deux 
aulrcs. f|ui l'ouï le lal»l<'a\i uraudiosc cl doinioul au souiict 
une alliu'c d"(''|><i|i('(>. son! hicn de Hcrcdia... aulaul du 
nioius (pic (|ucl([uc clios<" |icul cire t\r Ilcrcdia : cai' si 
nous (tuvi'ous Paul de >;\\\\\ \ ichu'. Les Dcii.r Mdsfjuc^;. 
volume I. jiauc •"Kt-"'). nous lisons (à luopds des SupplirmU's 
d'EsclivIc (?) on ne >^"allcndail liuccc à \oir Escliyle en 
celle alTairc !) : 

...Du liant de la colline oii il < st monté, Danaos aper^'oit une 
barciuc sinistre (pli vogue veis le rivage à force de rames, 
elle approche, elle croit à viu^ d'œil ; il distingue déjà ses ma- 
riniers noirs, ceints de pagnes blancs. 11 voit aussi, sans doute, 
le grand (eil (xsii-ien ceiné d'antimoine, cpii s'ouvre au bec 
de la proue, comme la prunelle d'or d'un oiseau de proie. 

Ouan! au second Uu'ccl : 

Et ses yeux n'ont j^as vu, présage de son sort, 
Auprès d'elle, effeuillant, sur l'eau sombie, des T-oses, 
Les deux l'aifants divins, le Désii' et la Mort, 

ces deux cnlanls ipii ^mil >ans doiih" |iai-nu les (li\init(''s 
que ilanvillc |«lacc aiilnur i\<- ( 'h'oiiàl n-, rappellent une 



i)i; j. \i. i»i iir.iir.Dix ()3 

|i,il;c lie I.iiii]^ Mciiiiid. iiii | i.'I'-^iil;'' i|i- ^;i (( I S\ clioloui,. 
\l\sli(|ll(> ». (|ll(' Ton ll(iii\ci;i (l;iii>- Ir-^ |\\li;iils de M. ]\ov 
llicinl {.[ii\('ii. l'.iris. |k;iL;(^ \-V.\). cl oi'i le pliilo«;n[)li(>' 

('\|ill(|ll(' loilUlKMIIcill (|ll(' le h(''sir (ill \ (t|ll|i|(' ;i ) iri-cj |)i|é 

ITiiiir (l;iii- l;i \ ic. iiiiis i[\\r l;i hoiilciir dii Mml. I;i r.iiiiriK^ 
MTS les s|iliri-(>s siiiuMiiMiics. (_'(■ soiil liicii les deux l'Ji 
r.-lllls I Mn illS ilnlil |i;irlr |r |)(m"'I(\ 



.SoiH hi: r>\r\ii.i,i; 

\ (»il;'i un lnMi ciiiiiiiiiiii (|ii(' r(>iii;iiili(|iics cl ji;ii'iiiis«iens 
uni Idiii- ;i jour Iraih' cl ;i (|ni [HHiilniil lIiM-c(li;i donne une 
]iuiss;uih' oiiL:in;dM('. 

IMul;ii'(HU', d;nis ■~;i l ic de Maii -.{ithiiiic . ;ni <lia|)iUo 
Xl.l, nous l'aconlc (••muncnl celui ci enlrepril une cani- 
pauno coiitic les l*arllu>s, coininandés par ce même 
Pliraalcs (1) donl parle Horace {('ann. II, 'J. 17) et Ef)isl., 
I. rj. 'JT). La campagne l'iil (l(''sasl relise, caf le général, 
rollemeni épiis de ( '|('Mi|)àli'e cl n'ayant que le dc'sir de 
la i'e\()ir, connuil l'aiilc siu' l'aulc cl impi'udence sur im- 
prudence, au grand m(''c()nl<>nleniciil de lai'nK'e. 

Le combat, car il y en cul |>lusicuis. au(iucl [)eut cou 
\('iiir le itreinicrs vers : 

Le clioc avait été très riulc..., 

n'est pas celin diml le r('cil a inspiri- le sonnet. Hcredi;» 
a sans doute pcnsi' à rescarmouche de cnvalorie, où 
après la retrailc ilcs Larllies. le^s lîoniains « vnulurenl 
rcciiiniKihc le nonihic des mnils cl des /*/ /.son/uVrs ciuii'- 
inis : ils iw li-nuirrcnl <jiic Irciilc de ces dcinicix ri (/ua- 
//■('-( ('/I///.S des (iiilrcs. ('(■ l'id alors nu di'coufaf/ciiwnt cl 
lift desespoir (jcnéKil... lors(ju'ils i ircid (lucux-incmcx 
aidicnl jicidit un si ijrnnd innniire de siddnls. (Trad. I»i- 
eard.) 

Les deux tercets sont peid èli'c inspirés |iai' un autre 

(1) Une niiiuvaise leçon des nxiinuscrit.s donne Phiaortes. leçon 
retenue pur Heredia. 



O'i i.ii i)i. >rii 1.1- >-oi i;( 1^ 

|i;1^S;IL:<' 'I'' rilll.l n |IH'. nu || r-l |;i(n|ili> ((Il \lllni||C. |in|ir 

i'iiiiiii\nir le- -dM.iI-. \()iiIiiI. (imI.iiii jour. |>;ii';iilr<' dovniil 
l'iix (Ml \ iMiMii('iil>- iM'ii-.. iii;ii> -iir lc> citiisi'ils de sos \\oi\- 
li'ii;iiil>. jpr'il an cniil laiic -a mande tiMiiic il'Iiii|K'i-al(H-. 
Il l'sl |M(S>iM<' (pic le- \(MS : 

l";t Uk cciitiuions. ralliiint les c-oliortes, 

Huniiiieiit cncor diuis l'air où vibrnient leurs voix 

[fortes 
li;i clialeur du caiiiago et ses Acres ))art'unis 

Sdit'iil une n'iiiiiii^cciicc hiinlaiiic de i.ccMiilc de l.islc : 

L'oppresseur stupide aux t lioinphauts lioui^ra.s 

Eespire eneor ton air qui parfume et qui \ibre. 

(P. B. .1 rittilir.) 

Mais. Ii't's (■(•flaiiMMinMil. |i>is(jiic Ilcrcdia écrit : 

l^es soldats rega niaient, eoninie des feuilles mortes, 
.\u loin tourbillonner les a reliées de Phraortes, 

il se souxiciil de r>a:i\ill(' : 

(Cette femme) 

Envoya chez Hadès, le« perçant de ses flèches 
Des Achéens nombreux comme les feuilles sèches 
Que le vent enveloppe en son tourbillon fou. 

{K.rilrs. Penthé.silée.) 

Xotoiis cidiii (pit'. à de iniiiilpicnx ('tiards. vc sonnet 
doit (Mrc ra|i|ir()clic de deux aiilic-^. Le Sninnurdï et Le 
Daïndo. 



\\iiM\i; i;i ( 1 r.di'M m: 

Je n"ai pu Iioiimt un ^cnl lexte (pii ail snoméré à Horo 
(lia ridt'C oéiiéi'ale de ce smini'l (•(■Iclnc. Mais le lableaii 
du |ii'enii(M' quali'ain esl iiiiih' de (iaiiiicr (pnssatrc filé 
à j)ro|)os de Sur h' ('ijdinis): Miclielel. dans son Hisloiri' 
(le la lîi'f)ul)li(jnc Hoiiinlnc. a |i('nl-("'li-e inspiré le sixième 
vers. .\[)pien {De licl. Cil., \), ra((ude (ju'Antoine passa 
un hiver auprès de Cléopàtre, \i\ajil eonime un roi 



ui'iciilal, \clii (!<• I;i shil.-i d cIliii^-i' dr |ili('cast'S..., i-c, 
qui m'csI i;iKM(' le cosluiiu! (]iic lui prùlc llcrcdifi. 

I.'alliliidc (les pci'SDiiiiagt's rappelle élrangemeiil celle 
(rilerciilc el (!"( hiipliah'. cliiv, r>aii\ille : 

Hercule souiinit. j)euclié; la chevelure 
D'Omphale fiissoniiait près de sa gorge j^ure. 
La Lydienne, avec la douceur des bourreaux, 
Languissante et levant vers les yeux du héros. 
Ses yeux de violette où flotte une ombre noire, 
Lui posa dans les mains sa quenouille d'ivoire. 

(Exilés. La Reine Omphale.) 

(.'léopàlre esl [)àle sans dniile a la suite du jeune au(|U(d 
elle se eoiulaïuna [lour apiloxer. à loi-ee de pâleur el de 
laiiglieui', Aiiloiiie, (irèl a la (juiller pour rejciindre à 
Home sa jeune l'ennue, Oela\ie. 

l'^l l'on croirail (|ue le deniiei' IcrccI : 

Et sur elle courbé l'ardent Imperator 

Vit, dans ses larges yeux étoiles de points d'or. 

Toute une mer immense où fuyaient dos galères. 

esl imilé des passa, ues suivanls : 

Et tandis qu'elle dort, délices et bourreau 
Du monde, un dieu de jaspe, à tête de taureau 
Se penche, et voit son sein où la clarté se pose. 

(Banville. Exilés. Cléopâtre, Sonnet.) 

...Tu verras 
Celle dont la prunelle en ton regard se plonge 
Attentive, épiant ton désir... 

(Banville, La Pcrh', X.) 

si l'on ne Irouvail pas. dans X'iclor llngo. |>atianl de 
riiilipjie ÏI {Lcgcnde des Siccirs. La lîose de rinlanle) : 

Si quelqu'un pouvait voir dans l'œil de ce fantôme 



Ce qu'on distinguerait, c'est, mirage mouvant, 
Tout un vol de vaisseaux en fuite dans le vent. 



66 ÉTi i)i: srii lis ^^ol nc:i:s 

iJuii \H)U^ [iuu\oiis t'Ialtlii' un i;i|'|nirl iiiallciidii ciili-c les 
galères éperdues tl'Acliiiin d riii\ imiltle Arni.id.i, ctiuloii- 
tie dans rAtlantiquc. 

Au lecteur ciui a hicii \<>ulu siiixrc jus(|u'au houl colle 
pénible lecture, je dois |)résenlcr mes excuses de TaNoir 
obligé à nie lire le le\l<> dos Troj.'liées à la main, quoique 
MM. Loni(Mi(> m'cussonl. axco mio lionne ui'àce ilonl je les 
remercie, aulorisô ,'i rciiinduirr /// ciiciiso doux ou trois 
sonnets. 

Puisque jo n"on ;u cih" (|n"uu. jo lions à terminer par 
un autre ; il es'l poul-ôl ro danucKHix d'olïrir au lecteur 
certaines comparaisons : il est peul-ètre aussi ha- 
bile de le laisser sous l'impression de quatorze beaux 
\ers. Ouoi qu'il en soil, si l'on veut bien se souvenir 
qui' jo me suis défendu de formuler un jugement personnel 
sur celle originalité de Ileredia. si incontestable, on me 
pardonnera de me born(M' ici à reproduire le dernier 
sonnet d€s Tropliées, (jiu li\ro iiont être le secret du 
poète et sa mélliode : 

La mous.se fut pieuse en fermant ses yeux mornes. 
Car dans ce bois inculte on ctierclierait en vain 
La Vierge qui vei'sait le lait pur et le vin 
Sur la terre au tjeau nom dont il marqua les liornes. 

•Vujourd'liui le houblon, le lierre et les viornes 
Qui s'enroulent autour de ce débris divin, 
Ignorant s'il fut Pan. I'"aune, Hermès ou Silvain, 
A son front mutilé tordent leurs \ertes cornes. 

Vois. L'oblique rayon, le caressant encor, 
Dans sa face camuse a mis deux orbes d'or; 
La vigne folle y vit comme une lèvre rouge ; 

Et, prestige mobile, un murmure du vent. 

Les feuilles, l'ombre errante et le soleil qui bouge, 

Do ce nuii'bro on ruine ont fait lui Dieu vivant. 

Raoul TuAiziÈs. 



NOTEREIJ.E PROVENZALI 



Un '< COMJAT » ni .MAucAURr attribiito a Uc Catoi a ? 

Xoir ulliiiia o 1miiiii;i ('ili/iiiiic (Iclla ci'osloiiiazia Ai'l 
Barlsch (Chicsl. piov. par l\. Uartsch. 0" éd. eiilièreiuenl 
ï-eroiulue par 1-]. Koscliw il/,, Marluiru. lOO'i. col. ail) si 
higge il setiueiilo coniiat, in roi'iiia di dinli),<4i) Ira Tauiala 
il poêla, dalo dal solo ins. 1). c. •JtiN : 

le Catoi.a ' 

— Nom (1) pois niudar, bels amies, q'en (2) cliantanz 
Xoiis onqueira cossi m' aven de vos, 

Q'estat m'avez adreiz et amoros, 

Fran" et liumils e blos de tot[z] enianz (3), 

K s'aissi es perduz lo bo.s talanz 

Qe m'aviaz quant (4) nos partim amdui 

O si per altra m'avez en refui. 

S'al prini vos fi ren que (5) nous fos a srat, 

Si m'aiut deus, ben o ai car comptât. 

— Bell(a) amiga, ensegnamenz os granz 
De dompneiar qin (6) sap esser geignos 
Que tuit s'aiaston gai e voluntos, 
Mas al partir en es cliascuns blasmanz. 
Mas eu de vos sui iauzens esloinanz (2), 

(1) Il ms. dà itotn e non vedo perche Bartsth-Koscliwitz registriiio 
in nota la lezione e stampino nel testo no». T, chia.ro che vom »> 
iezion« esatta, din. a p. 

(2) Seguo la grafia del nis. — B.-K. stanipano i/u'in. Cosi negli altii 
casi il ms. ha q dove B.-K. hanno qu. 

(3) Ms. tôt enianz. B-K. hanno vrija-nz. 

(4) Ms. (i(/mit. 

(5) Ms qut. 

(6) î\Is. qim. 

(7) Ms. inuzisenz (-zsenz B.-K.) eloivanz. L's délia prima parola 
è cavato da t. 



fis N(»Ti;i;i:i.i,i; n;<)\ r..\/.\i.i 

Et vas de mi no V(js iiliisuiii/,, flioiii ciii. 
Per ço fai ben qui hi nuilii fin fui. 
Car toz faiz creis en la fin o s'nhat, 
Per c'ab lo ben pren [eu] de vos coniiat. 

Ora qucslo com/al r slalo lislaiiipulo dal l)cjoanne, 
Poésies coinplèU's chi Iraubudour Marcabiu, 'J'oulousc, 
1909, j). '-.MU cou jilciiiii' t)ssci-\a/io'ni, che tendono a mo- 
slrare clu' Le L'nUjla non ii<' diw'csscro l'ituloro. Il coniponi- 
ineiiio, secoiido il l)('j(';iiiiic. sarcMii» jinoiiiino, non polcii- 
dosi altribiiirc iiè al Calola iiè a Marcaliru. Seconde nie. 
iiixecc, il coiuial è di Marcabru e uli edilori lo hanno sin 
([ni (lato al Calola per non a\ere rellainenle inlerpretalo 
il nis., o ineglio per a\ei-e accollo. sen/.a discnssione, 
ratliibnzione del ms. 

Il hcjeanne lia l'agi'uu^ ([iiando alTernia che, esaminando 
nna rologralia del codicc, non si è |)orlali ad altribuire 
il coni'inl al ( 'alola, ma ha torlo cjuando crede che non se 
ne j>ossa slal»ilire Tantore. l'^gli non ha avverlilo che ini 
grup[)ello (li coiu[)oni;nienli. di cni il nosiro fa parte, ("■ 
contradistinto da nn nnniero (rordin(\ in niargine, che 
(levé a\er(^ la sna l'agion d'essere, conie spessissimo 
arcade n(>l ins. D. Ecco conie stanno le cose : 

I), c. :i08^ (llnbrica :) le Catoi.a. 

I. Amies marchabrun car digatii. ï'. la len/one ira 
Marcabru e CaloJa édita dall' Appel. J'ior. Chrcsl*.. 124e 
\dliniainente dal Dejeanne, p. ~i. 

c. :l'08" II. Toi a cslrum vei maicabi un. È la tenzone 
Ira Marcabrn e Audric (l'orsc Andric d(^l \ ilar) édita dal 
Snchier c ora dal Dejeamie, p. d'i. 

c. 'JOS" m. Ao;/( pois inudnr bds aiuics cfcn chftnlanz. 
\\ il coni|)oninienlo. a cni sono dedicalc h^ linec presenti. 

\\ cliiaro che a chi lenga rocchio al numéro d'ordino 
dei lr(; lesli (tre ten/.oni), anche l'nltimo va ascrilto al 
Calola (Harisch-Koschwitz) ; inentre a chi non osservi 
(|ues|o parlicolare (Dejeanne), il comi)onimenlo sembra 
anonimo, perché in lesta a<J esso il nome dell" autore si 
ricercherebbe invano. 



I 



XOTCRIIJ.F, Pi;0\ lAZAI.r 69 

Siii (|iii, si s;ii('bl)(' dispusli a ilar rauiniio al liailscli ; 
ma ce un l'allo clio sconvolgo liilto il ragioiiaiiiciito c 
cliirde iiui)cri()saiiionle d'esserf^ spieualo. E iioi ci acciii- 
yianio a s|)iegarlo. Il sccondo loslo è iina Iciizoïic l'ra Mar- 
cabru e Audric. iiclla (juab; (aldla non cuira [)r,v mdla, c 
non si capisce pci'chè mai cssa abbia il n° li l'ra i Icsti di 
Calola. Forse la rubrica ini/.ialc di D non è osalla ? Allora 
avrebbe ragione il Dejeaunc a non darc alcuu peso al 
numéro d'ordine dci coniponimenli. 

11 pt'oblenia \a. inxccc. a [tarer mio, risolulo cosi : il 
copisla di I) cbbc diaan/i un gruppetlo di Ire lenzoni di 
Marcabru : la |»riina con ( alola, la seconda cou Audric, 
la lerza con uiia hclhi nmi<ja, clie. se non l'osse un' in\en- 
zione del poêla, dovrebbe essere riguardala comc la piii 
anlica poetessa di l'r(n(Miza. Fors' anclie. s(> si \iiol(>, cbbc 
soll' occhio più [(>sli di Marcabru. 11 falio sla cli' (^gli ne 
scclse tre. Il rubricalore avrebbe do\ulo indlere in capo 
alla piccola série il nome di « Mai'cabru », ma dovè 
rimanere sorpreso dal modo conio il primo componimento 
cominclava : Anne Maraihru. car digain. Ma duaupie. si 
sarà egli detlo, quesia [toesia. indirizzala a Marcabru, non 
è di Marcabru e la scorse con l'occliio. \'ide clie era uiui 
Icnzone con Catola e regislrô ailora il nome di qncsl' 
ultinio, non facendo atlenzione al segnilo dci com])oni- 
menli, nei quali Marcabru. e non |)ii'i ('alola. era iulerlo- 
cufore. Di qui Terrore del lîariscli, di qui anclie le osscr- 
vazioni del Dejeannc ; ma se noi abbiamo saggiamenle 
inler|)rela[o rorrore del rubricalore, non \' ha dubbio chc, 
per quanlo spetta al cod. D, si i>uù con Iranquilli'là lo- 
gliere il testo a Uc Catola e darlo a Marcabru. Taie è il 
responso non inappcllabile, si badi, del ms. D (1). 

In queslo Coinidl, Marcabru non l'ece uso, dalo cbc l'allri- 
Inizione di D sia giusia. del suo ingegnoso e enigma- 
tico Irobar dus. siccliè il conqionimenlo puô essere 

(1) Voglio infatti fare qui. in nota, un 'osservazione. La. ooa- 
ilusione. a cui condiue l'esame del codice o eeame estemo del 
lomponimento, che dir si voglia è dimque clie il comjat appartiens 
a ^larcabru. Ma non è detfco che le fonti del m&. D fossero la 
bocca délia verità e che tutte le sue attribuzioni siano perciô sicui-e. 



70 XOTERELLE PROX-ENZAU 

facilmenl^ trarlollo. Lo ha Iradollo il Dejeanne, al quale 
rimando, lacendo sollanto iiolare che al v. 6 quanl nos 
parlim non è felicemenle reso per « quand nous nous 
sommes séparés ». Oui partir ha il solito senso di rom- 
pt rla con l'amata o allonlanarsi dal sue amore. Con 
questo signifîcato. com' è ben nolo, il verbo passo anche 
ai pocli deUe origini italiane. 

ESPERDUT 

(( Esperdut » compare nei manoscrilli provenzali come 
autore di alcuni poehi componimenli (Barisch. Grundriss. 
142 ; 1-3). il cui interesse storico è veramente ragguarde- 
vole. Che si Iralti di un sopranome. è cosa. si puô dire, 
eerta ; ma non si sa bene quai poêla si nasconda sotlo co 
desta designazione suggesliva. Recenlemenle, C. Fabre ha 
proposto di identificare « Esperdut » col Irovalore Gui de 
Cavaillon (1) ed io credo che a questo riconoscimento si 
debba fare buon \iso. non tanlo per le ragioni adotte dal 
nosfro studioso. cp.ianto per un argomenlo. che qiii inlendo 
di presentare ai compagni di lavoro. 

Comincio dal dimostrare che le basi. sulle "qiiali il 
Fabre ha edifîcato la sua. in fondo. felice congeltura. non 
sono inatlaccabili. Egli osser\a che nel ms. G. la tenzone 
che si inizia col verso Segner Ponz de Monlaur. per vos 
è attribuita (c. 95*) a \esperdut de ponz, il che è vero, e 
aggiunge che una mano contemporanea ha corretlo in 
margine De nesperdut (veramente nel cod. esperdud) e de 
ponz. In verità. in margine potrebbe darsi che si averse, 
anzi che una correzione, la proposta del copista a! ni- 
bricalore. Se quesli ha scritto \esperdul de ponz. la 

Analizzato intemamentie, come contennto e come forma, il romjat 
non présenta attinenze con gli altri testi di Marcabrnno. neppure 
per qnanto spetta alla fattora del verso. Se D è nel vero. bisogna 
ammett«re che Marcabruno abbia ancfae coltivato un génère di poesia 
diverso da qoell* ch'egli sopra tutto amava. Comnnque sia di ciô, il 
me. D non si preeta, a mio awiso, che ail' interpretazioDe data 
nei testo. 

(1) C. F.«RE. Point d* Montlnur rf/m» ïhi^tmn et dans la jioi^it 
provençale, Le Pny. 1909. 



\OT[.Rr.LLE PHOVENZALI 71 

ragi'Huc .saià ila ricercarsi in uiia svisia o in un 
crrorc ahba.slanza siiicyahile. Ciô, ad ogni niodi), non ha 
a che vedeic cou la queslione, chc qui ci occupa. Ma il 
Fabrc \icno al nodo del problenia, alTcrmando che lo 
slesso ms. G fa seguirc inunediatainenle la Icnzone citala 
d'un' altra En Maenart Rus, a saubudo, allribuita al mede- 
simo Nespcrdut de Ponz e preziosa pcl ("alto che in essa 
« N'Esperdut nous révèle son nom. \u lieu de garder le 
)) pseudonyme de iX'Esperdut, il y prend le nom de Gui 
» cl de Guionet (p. 58). » Ora, risi)ezione del codice non 
deve essere slala lortunala. perché fra la tenzone Segncr 
Pons de Monlaui- per vos e quella En Maenard Ros, a 
saubudd, il nis. G ne intercala una, senza rubrica, che 
inconiincia : E itanbaul pros damna d'aul lignatr/e. Oltre 
a ciô parecchie t(Mizoni conq^aiono in G senza rubrica, e 
la rubrica, a sua voila, quando compare, riguarda esclusi- 
vamente il dibaltito, sul quale é slata scrilla. 

Un allro argomenlo, in l'aNore délia sua ipotesi, il l''abn' 
desunie da un componimenlo di Faure e Falconel, ch' egli 
opina sia stalo sci'illo in risposla a quello di l'>spcrdul 
Oui no dirials failz dolcns e che contiene il seguenlc, 
verso : 

Per qu'ieu no soy del jogar csperdutz 

I litre al nome di Gui de Gaxaillon. îVon è clii non \eda 
({uanlo ciô sia, se si vuole, ingegnoso, ma iiicerlo. I.a 
lenzone di Faure c Falconel, è slala edila da !.. Selbach. 
iJas Slicihjrdirhl in dcr dllproi . IjjriU, Marburg, 188(), 
p. lOo, e non permeilc di inlerirc nulla di sicuro. I.a 
slroj'e, elle secondo il Faltre doxicblH' rivelarci il imuiu" 
deir aulore di Oui no diriirls failz dulcns, è lutl' ail m 
che limpida e suona : 

Faure, del joc vos dei esser tengutz, 
car d'aital joc sai a tôt home pro, 
per qu'ieu no soy del jogar esperdutz 
e jogueraus En Gui de Cavalho 
si no fos pros e agra -n be razo... 

('iô non oslanle, io inclino, corne dicevo, a rilcncre 
esatla ridenlifiGazionc proposla dal Fabre. E l'argomento, 



Tl 



XOTF.RF.LI.F. Pl^OVF.NZALI 



clie mi i>arc assai i'orlc o a cui (csic acceniiavo, è il 
scmiciile. 11 JHs. I) rcca sollo la dosit;iia/ioiio tli .Vcspc/Jur 
cil ponz de inonlhiuf din' cKiiiiiuniinciiti conlradisliiili da 
nii iiumcro d'ordiiic : riiiKt ù la Icn/oiie Seiyii en l^ons de 
Monlaur per vos ; l'ail ro è il lestn Seigneiras c cavals 
(trinal:, chc dcv' cssere allrihiiiln veramentc a Gui de 
Uavaillon, accellnndo riiidicn/ioiir (|(>| P>ar|ech ((iîundriss, 
192, i). il quale iii»ii lia jmm(i ;i\ \ cilili» clio in 1) csso è 
dalo ad Esperdul. Ora, al componimenlo Seigneiras ab 
(iiKils urmalz ha risposto per le rime Guillem dcl Baus 
(o clii U'Kgc il li'-li) iiikMide perché) e ha svelalo nella 
loniala il nome dell' aulorc. L'allribn/.ione di D (c. 205*) 
è dunque una spia pre/.iosa a convalidare l'ipolesi che 
Esperdul allri non sia che Gui de Cavaillon. 

Mi sia concesso di riporlare qui diplomalicam.enle i duc 
Lcsli nella le/.ionc di D. l>si l'urono composli (Schultz- 
Gora, Zeilsclii-. f. loin. Pliil., 1\, 125) dopo il 15 Gcn- 
iiaio 1215. 



(D,205a) 

[y^Esperduz e' nVonz de Mon- 
laur.^ 

I. Seinnieiras ab caiials ar- 
matz ab iiassals iialenz e pre- 
satz. Auran oimais loc e sazo. 
E niant al don de cortezo. 
Que ia non cug estar en patz. 
Si tôt ces ab frances juratz. 
Co7itral co;i.solat dauignon. 

II. E ia non uoill esseï' sel- 
latz. Quel dans daqtiels del 
baus nie platz. Et ai en ben 
dreg errazo. Quil me fonderon 
robion. Et ancars nonien soi 
ueniatz. Mas endomenz que 
tenc los datz. Lur en cug ren- 
dre guisardo. 

III. Coms si uolez esser pre- 
satz. Siatz adretz et ensei- 
gnatz larces e de bella niession. 
Quen aissius tenra boni prr 
bon. Si als estranis et als 



(D,205a) 

Willems del baus 

I. En gui a tort mi menas- 
satz. Et fatz i que deismesu- 
raz. Car nianas troban ochai- 
son. Qeu nos die si dieus nii 
jierdon. Cane per mi non fos 
enchausatz. Ni uencuz ni dos- 
barataz. Ni fui al uensemcn 
dusoii. 

II. Derrobion don mencol- 
patz. Mas ben fis baissar un 
canton. Eu no» sai si mo fis 
o non. En gui mas uos uos en- 
clamatz. Mas al seijinor cui es 
senatz en fis ben auer sarra- 
zon. 

m. Es ab nagout uos en- 
contratz. Conseil quen sia 
faita patz. E que romaingnatz 
amies bon. E pleguasses uos- 
tre leon. Cun pauc nos uni 
trop irisatz. Qi<e sins auia 



NOTERELLE PHOVENZAT I 



73 



prhiatz. Doiialz cis eneniics 
baissatz. Et aines mais dir oc 
que non. 

IV. Nostres que niiegs 25i'iii- 
ces ces clamatz. Reis de nitji- 
na coronatz. So sabon ben tut 
siei baron. ]Mi uai dit tost nar- 
don. Que non iesca de los re- 
gnatz. Si fort ben no/i era gui- 
satz. Qkc trop souen cai eu 
[ireizon. 



totz nianiatz. A nos no;i ten- 
rial nuil pron. 

IV. En gui trop ben fost 
conseillatz. Can uenguest qi/er- 
re nostra patz. Cus niesest en 
nostra preizon. Et en niarseil- 
la cre que i fon ^las lo (1) 
coms noK nos a emblatz. E cre. 
cauers ies passatz. On atendes 
son guisardon. 

V. Amies en ijni de camil- 
.on. Si ben ucjs est ries e pe- 
natz. Non siatz trop de«me- 
suratz. Qi^rn pauc dora camion 
bâillon. 



Iiiulilc l';in' ;i\\('i-liln il Irlhirc. dopn Ir (-«isc discorse, 
clic il « (jiii )t cilalo ncllo sir. 1. il. 1\' ilci cdiiipoiiinieiilo 
(li (aiillriii (Ici liaiis. cidc Ciiii de Caiialloii (sir. V), l'au- 
liirc (ici Icsio (la ikm ((ni sdjira. si iticnlilica ncl nis. L) 
coii |-".s]icrdiil. lô ({iicsla \(illa il ms. D sarà, cou ogiii 
\crisiini,L;liaii/,a. iicl \cro. 

Giulio Beuto.m. 



(1) Ms. >l(i. con / ofiuuki e 1 corrctt'fj su n. 



DEUX LETTRES INÉDITES DE Gii. LINNÉ 

RELATIVES A l'EsPAGNE 



Parmi les iiih'icssaiils luaiuiscrits cjuc Bôlil voii Faber 
f'ri\oya au l)"" .\.-lI. .Iiiliiis au cours d'un coimuorce épisLo- 
lairc doiii iioug avons suffisainiiieul caraclérisé la nature 
dans noifc lliè&c sui' La Querelle ('(ihléionieruie (1). il s'en 
lininnit un (l<iiil la coininunicalion contribuera à jeter 
(|iicl(jue jour sur un |)oinl i)eu connu de l'histoire de la 
\ie s.ci<;ntifi(|uc es|)aauolt\ on ce X\ IIP siècle aussi gcné- 
ralenieut (h'dainné (juc nud étudié ])ar les historiens de la 
littérature de « //ï/s lus inontes ». 11 faut, en elïet, recourir 
à la coliection. déuKxh'e et c<*})end'aut si utilo, de la Bi<i- 
(jiniihie l nirerselle (incieime el inodeinc <le l..-,l. Micliaud, 
t. XXIY (Paris, 1819), |». 018 019. pour y trouver la 
première notice, successivement plagiée par' les lexico- 
gia])hes jus(prau Larousse — la Grande Encyclopédie 
ayant bizarrement exclu Lœfling de ses colonnes — sur 
Pelir LocfliiKj. « botaniste du roi d'Espagne », dont le 
nom sui'\il. parmi ses collègues, grâce à la piété de son 
maître Linné, (pii ba|)tisa du \ocable de Lceflingla « une 
}»etite plante, de la lamillf' des caryoi)liyllées, dont une es- 
pèce croît en l'Espagne et l'autre aux Indes ». Mais l'auteur 
de cette notice. ( '[atleyiul-Callerillc .] a eu soin de dissi 
nuder h* ']»lagial, (pi'il commettait, lui qu^e sa qualité 
d'ex-pasteur à léglist' Irançaise réformée de Stockholm et 
de spécialiste des choses de .Suède avait rendu familier 
avec les livres suédois, en ne signalant aucun© source pour 
ces deux colonnes, pillées litléralemorit, (Micore que mal- 

(1) La grKHK.i.LK Cai.dkhomknnk de Johan-Nikolas Bohl von Fa- 
ber ET JOSÉ-.JOAQtÎN DE .MORA, RECONSTITUÉE D' APRÈS LES DOCUMENTS 

((RifaNAUX, fxir Cnmilh l'itolht, fKjréi/é f/'i "jx/f/vo/, ilocteur <s let/rcs 
(Paris, F. Alcan, 1909. LV et-272 p. in-S"). 



DEUX LETTRES INÉDITES DE fil. LIWÉ 75 

e 

adroilciTUMit, dans le Forclal, coiileiiaut la biographie de 
La'i'liiig, que. Linné a\ait mis. m 1758, à la publiealion 
poslhu'iiie tl'iho à sies soins : Petiu l,()i:ri.i\(, S. /.'. \l:Hs 
flispan. Bolnnici, Soc. Rcg. Scient. Ups. Soc Iter His- 

I'\M( l \I, ('//('/• Ui;S.\ /('/ SpANSKA f.ANDERNA uH EuROPA OC/l 

u o 

\\n;]ui<\. fOricllatl ijri'tn An 1751 lil \\\ 1750, ;/i('(/ BiisuniF- 

MM.AU Och \\0\ ôfvcr DE MARKVADIGASTE VaXTER, UlgifvCIl 

o n 

cfici- Desis F/(//(/a//(' uf (aju, Li.wAELiS, (STocKni)L.\i, Injclii 

}tn Direct. Lars Salmi ko^tnad. Ar 1758), où elle occupe 
li i^p. n. p.. à la suite de la dédicace à Ferdinand VI. 
En coinniuniquanl les dcMix nnssives de Linné et la traduc- 
tion espagnole jninlo par le r(qn'ésentanl d'Espagne à 
Sto<*kliolin à sa lettre au premier ministre Carxajal, nous 
n'aurons pas. quant à nous, la \aine pr(''tenli()n d'alourdir 
de foute la facile érudition d'un long comjuentaire ces 
docUimenl'S que le zèle de Loefling avait suscités, et qui 
conq)lèlent légèrement le tabltvui de sa mer\"eilleiise acti- 
vité scientitbiue, dont sa dissertation doctorale : Gemmac 
arbonini. sub pracsidio Dn. D. (\iro\i Linnaei, S:ae R:ae 
.\lai:s .Arcinalri. clc. clc. proposilac, a Pelro Lôfliiuj, 
Mcdclpiddo. Lipsaliac 1749. Novemb. 18. 

l'c/'c iiilciil Teirac. icre remissu^i Ager, 
Xiuic Ih'fbac. nipla lellure, cacumina tolluni, 
Xunc liunido (icmiutts corlicc palmes agit. 

(Ovin. fasl. Il : 126.) (1). 

donnait, en \('rilé. un assez, médiocre présage, et c[ue 
jjcrmet de sonpro'nnci' son lier llispanicum, niaillieure.usc- 
nicnl non traduit en notre langue, bien qu'accessible à 
l'érudil dan.s une domble version étrangère, allemande et 
anglaise. Détail curieux : Linné, qui donne p. 296-301 de 

(1) Insérée par Liniiu au foluniifn •iectindum de ses Atiue7iitatfs 
Acadamicae, etc. (Holmiae, mdccli), p. 182-224, avec, p. 224, un 
Probhi.'ia Boldiiiruin in t/rafidiii 1) :ni Aurtmis prapusiluiii a 
/)rar<i(/('. Un autre petit travait de Lœfling : Dexcriptio mnnoriili 
cauda folinrea, avait pani p. 42 des Arfa Arrrd. Vps'nl. de 1744 50, 
mais nous n'avons pu le lire encore. 



76 DF-.rX IJ-.TTHF.S IXÉDITF.S DP. TH. LINNÉ 

icllr |iiiMi(;ilinii lieux iiiis-i\i's iiiédiles, à lui envoyées de 
Miidriil en mai ITT)",' cl juillcl 1703 ptii' le srcr<'laii'(' W ar- 
ueiiliii cl I'. l.i)filiii|L;. n'y loii€lio |)as uji mot de la corres- 
poinlaiicc rcJaliM' aux [ilaiiics (Lc-slinées à arrêter le sable 
luoiuaiil. ('c tinii cùl |)ii dire à ce sujet eûl cependant 
surpasse en intcrèl les médiocres reiiiseignemcnls sur la 

e 

Tlurfasl (//cs/r/ r/c li)rns). (|iii in' remplissent pas moins 
do 93 lignes î Mais poul-èli-e ira\ait-ii {)as altachc d'im- 
portance à celte consultation, ou n'a\ail-il pas conservé le 
double de ses lettres. Oue si l'on s'étomi^iir (|ue l'une 
l'ill. ("crilo en latin — selon rusage, d'ailleurs iiénéral, des 
savants d'alors dans leur relatic^ns internationales — et 
laulic en esi)aiinol. nous rappellciions que Linné, fût-ce 
au prix de (|nek|ues solécistmes, maniait, à l'occasion, le 
castillan avec intrépidité et ren\errions, à ce propos, à 
sa dédicace « '// scfi-iiissinio // polciilis^iino Principe y 
Sehor Don Fernando 17. jior la (jracia de Dios rey de 
Espaîia del r/s (s/V) Indias Orientales y Occidentales, etc., 
cJc. » de r//c7 llispaincuni, morceau de littérature au'li- 
(|uc (jue l'on ne lira peul-ètrc pas, dans ce llecueil, sans un 
certain plaisir : «Sengr. Xo desdene V : .l/ay'* cl subniia^o 
Iribulo de es/a nUra. son ininj n(i{(d)les las observaçiones 
i/ue la ihislnin. ij llegan alentadas à los pies de tan grau 
Monarca poi- harcr naçidn en sas eslados, de su Real 
(irdvn. tic rffecins de su lilx'nil iiiuiiifi<:ençia // de las 
iareas de sa Bolannico. 

Arreboleme (sic) l<i mucile esie discipido en el lieinpo 
ijuc (sic) c(ni mas ard(a' peiegrinava (I). // indilaid ba.ro de 

(1) [-"aiti le 25 iiiiii 1751 de Helsiiigor. Lofliiig était le 31 juillet 
à Porto, le 28 septembre à Lisbonne, et le 1" novembre à Madrid, 
d'où il se rendait immédiatement à l'Esoorial, où il présentait à 
Carvajal les lettres de son protecteur, le manjuis de Grimaldi. 
« Han bpfaltf miij, dit-il à ce propos p. 21 de VIt(r, at bese det 

uiâldriya « Ilerharium », som lifj'jfr forvnrat pâ Koikj. Bihlio- 

tlK'quef vid l'jsniiiiil , Inillit foniK'iitc" b/:ri/ snmlat (if Herna.VDEZ 

(>r]i rar inniu ii/i /niii/ii/<n i/odf tihlfhid. oiiiisfdf det rakandt sin 
aider ait ifn'iii Koiiuih/ Piiir.iri'i il. li<l. » C'est du 18 décem- 



i)i;i X Li:iTi!i;s im.ditis di; ( h. i.inm'; 77 

lus hiiiiflcnis (le hhiiti. In (juc me jm uullioruuido à hit^oti. 
lin siii IdfjriiiKts^ en su linnlxi la ujiuukida dcficri[>çion d( 
Ins jinrh'iilns ijuc {>\v) lu iiului-ulc:u lia cm iijuvt Idn cl i usln 
cmfn-rin espoiiol (^ic) en li^umjxi ij Ainerica. 

Lu llislniia (h'sdc lu ici nlurinii (le [os siglns mas rcmn- 
/os lin (il((iii:u l'i (ificccrnns exi'tiijiln de (dijuii Itcij ijuc 
uiju eonlrihuidn mus ijuc \ : Mui/'' ù ciisulzai- [a adoraçioii 
dciidu al Allissimn dcsi nhiicndn en In perfcceion // laric- 
(lud de In ( liudn lu iminiiisidud (sic) dd ciiudni _ 

l'iiundc es eiilre lus Ilernes el nombre de Alexandro. 
mus iiffenden ù lu liumunidud sus licloriua y lu sangrt. 
iniineenle ijue < uestuii : el liui en (sic) desi iineeidn piu 
niedin de Aiislnleles lu crussu niibe de la ignorançia que 
eelijts(d)U lu PhilnsnjiUiu ludiirul le ha lalido entre los 
surins muelin mufinr (jlnrlu : lu de 1 ; Mag'' la borrara 
indubilublumenle (sic) iierfecliunando durante su incom- 
jiuruble lleijiuidn el noble essuerzo (sic) con que la Boki- 
nieu inlenla descubrir // (Uifinienlar los Ihesoros Philoso- 
jdiieos del nueio inundo. 

Passaitin si(jlos ij se pcrderu ùun lu memoiia de grandes 
lièges pero subsislira elerna la de \ : Mag'^ y me rcpre- 
senlo los naiuralislas de la posWridad mas remola cele- 
bfundo conslunlcs el annirersario de los dias felices que 
ilio à sUs caledras Don Feinundo el sejio. 

RI Difunln Seùor Cuiruial digno minislro de las pieda- 
des de \ : Mag'' me pmmelio nnu porçion dessecada de 
lus liienus g plunlas recoxidas en America, sera lodo mi 
eiuiuln hdirui enn ellas raniilleles j/ guirlandas (sic) que 
udornen lus esluliius del Augustn Mnnuveu que pndege 
lus seieneias por ijue las eonoze. 

bre 1753 ([u"est daté son lelevé des plante^; du Puerto de Savtn 
Maria (p. 93-99) et c'est le 15 février 1754 qu'il s'embarquait à 
Cadix, sur la Saiifa Ana, pour le Pérou, via Cuniana (où il her- 
borisait le 18 avril 1754, pour y rédiger encore, le 20 octobre de 
la même anniée, des notes de botanique). Linné a brièvement narre 
le but de cette expédition scientifique et l'issue tragique qu'elle eut, 
avant d'avoir été menée à bonne fin, pour son infortuné disciple, 
emporté par un mal impitoyable dans la mission de Merercuri, le 
22 février 1756. 



78 1)1.1 X M/i'i i!i:s iM-niii - ni ( n. i inm'; 

/:'/ <'l<-ln ( o/i.s(7Tc (/ ciiliiic tir fcUriilitdcs la iiupnrlmilc 
rithi (II- l ; \fa(/'' . 

B. L. /»' . rie 1; 1%" . 
Carlos Linné », 



Si li'S lieux Irllicv (le l.iniii''. (|||c ||(iil< ;|\<UIS rilCUfc-llSO 

rorliiiic (I ;i\iiii- (I('((mi\ cilis. ne inrsciilciil ;iiicLiiics diffi- 
ciillés (le ii;iliirc ;'i ^n-citor un cnjuiiienlaire, en revanche In 
Icllr'i^ (lu n'|ii'r'S(Mil;Hil (["Espogric à Slockliolm appelle 
rfi'Iaines i-éiriexioiis. l,'oimbaT'ra>- <lu lii-a\c homme en 
présence d'c'XpressHHis lechiii(Hie^ hni- de sa coiniKMeiK-e 
lia. (Ml somme. l'ieii (luc de iiainrel : mais il est <'uri'eu\ 
de le voir, lui (jui siégeait aux sources mêmes de la science 
holaniquo, prélemdre', en en\oyanl la traduction, extra- 
or dinairemonl malaflroite. du passage que l'on pourra 
lire i)p. o3(J-!'iU de l'édition originale de Vller Scanicum, 
I)aru à Slockliolm en 1751. que cette traduction représen- 
lail « las niliciilos (jtic Irahin de clhis \l(is iihmhis] ». aloi's 
(pie f.mné a\ait Tait paraître en IT'iT) son lier Œlanàicum 
et Gnllaiiduurn. el en 17 i7 son lier Weslrùgothicum, l'un 
el Taulre à Stockholm et en suédois, où l'on trouve deux 
fort curieuses notes relatives aux plantes que Carvajal 
voulait acclimater sur les côtes esi>agnoles ! On nous per- 
inelli'a. (mi (■ons(M|U'eiK-e. el \u La rareté i'elali\e des (»u\ra- 
ges en (piestifin, de doiuier ici noire propre lra(hiclion de 
ces deux jtassages. donl le pii'niief esl aaix pp. loS-KlO de 
17/. O/-:/. <■/ C.'dl. el le second aiix pp. -Afi-JHC de 17/. 
W estr. 
C'esl donc à la date du 18 juin 1741, que l'illustre pro- 

e 

l'es-^euf d'Cpsal élan! allé de Sjolorp au village voisin de 
(Irankulla. y rencontra cette arundo arenaria dont il parlait 
déjà |). io de sa Flora Ijipponica (.-Xmstel. 1736), et p. 102 
d(v la r'' (h1. (Flolm. 17'ir)) de sia Flora suecica et que les 

Suédois ai)p(dlenl S<tnd-l!or, le-s Scaniens Margras et les 
Hollandais II chu. « Le sable mobile, écrit-il, étail poussé 
de la mer par un forl venl du sud dans la direction du 
nord, pour se déposer finalement dans les champs qui se 



l)i:i \ i,irii;i:s im.dih- i»i i ii. i iwi i\) 

hniiidiciil sur sdii pdxsiKjc. Mais il n'ij icsidil m repos 
ijiùqircs cire (irrirc à itii huis, ut) ivijnnil le (dliiic ri où In 
tcmprlc nnvail /k/s de prise. On roiiail donc de gros mon- 
lieules de sa/t/c. semblables à des bancs de neige, sur la 
lisière du buis el dans lesquels les hauls pins élaient si 
profondémenl enfouis (ju'il arrivait fréquemment que, seul, 
le dernier iiers de leur sommet en dé})ass<U et sur la face 
inlérieure seulement des montieules. De la sorte, ces arbres 
dispannssaienl progt-essiremenl, le sable buvant toute l'hu- 
midité, toute ieau de pluie nécessaires à leur nourriture . 
Les pins des dernières rangées s'en allaient un à un cl le 
s(dile poursuivdil chaque année j)lus avani sa conquête de 
la foret, de sorte ijuen escaladant ces monticules, on j)OU 
rait se pagcr la fantaisie de bolaniscr sur des cimes de 
pins. Ce sable élail différent de celui de Schonie, par sa 
induré grossière et sa blancheur immaculée. Il consistait 
en un quartz éclatant, mélangé à très peu de spath rou- 
geâlre, mais si rude el inégal quil eût été absolument 
improftie aux fins du ncltogagc domestique. L&s bancs 
étaient loul à fait plais du côté des eliampSj avec des ondu- 
lai ion'< et des rigoles, comme en présente le fond de la 
mer. tandis que. du côté du bois, ils élaient tellement à 
pir ipi'il élail fort difficile d'ij monter, leur hauteur com- 
porUint environ quatre brasses. 

« Arixdo arcnaria foliorum lateribus conuolutis : acu- 
mine pungente » (1). 

croissail à la façon d'un arbuste sur ces monticules et 
s'opposail à la progression du sable. Nous essayâmes d'en 
melire à nu les racines, mais elles descendaient si bas 



(1) Dans le seconde édition, revue et corrigée, de la Flora sue.ciift 
(Stockholmiae, 1755), Linné a ocnsacré son art. 108, p. 37, à cette 
plante, qu'il définit: « ca/i/cibus uniflorù, foliis inioluti.< vtitcin- 
iwto-jJintgentihuf », daprès sa Species planfarum (Holm. 1751). 
p. 82, en reproduisant, d'ailkure. la définition ci-dessus, et c&lle» 
lie ScHEUCH., hist. 138 {Gramen ■■^picalnii) secalinuiii maritimum . 
■<inca longiore) et de Bauh. pin. 5. theatr. 767. (flramen sparlfuiit 
itpicatum, foliis mucronatis longionbus, s. i^picn secaiina.) « HabiUif, 

e 

ajoute-t-il, in Gofhlnndiae insula Far-on ad littus orifntn/isfptcn- 
trionah sponte, d: in Scania ad Engelfiolm Sata. s 



(SO 1)1,1 \ Li'.Tiiii:s i\i.i)iii> I)!, (II. ii.wi; 

(jti'dii n'rn pnuiail Iraincr ï r.rli cinUé . I\llcs ainiciil /'<•- 
/Hiisscni il nue [iccllc. se ^iiliilinsaiciil <-ii r (iinificalioits 
iiil'iiiics, jinin- j'di mer. it Icui- c.rirrinilc. r/cs louffcs compo- 
sées (le ricillcs j'vuilli's. tlcssécliccs cl ri(jidcfi. Ce roseau 
(les sdJilcs esl le ntrnic i/iic j)hiiilv)il . su/- leius dunes, les 
llnlIniKhiis jiniir cmi^Dlidci- le suhlc cl an le Irouie aussi 
rn Scltdiilc. » Mai^. si iiihMcssaiilc (nùail élé la communi- 
ralioii de ce jjassaiic par Xaxicr de ( 'ai'i'iciii, la suite l'eût 
élé (la\anlnge encore. i)iii>({iie Linné y découvre positive- 
iiii'iil nue (ilaiilc iiis(|iraliii-,s incdinnu^ en Suède et aple 
à s'opposer, elle anssi. anx procurés du #al)lc marin enva- 
hisseur (2). « Lti (Jaukx (irciKti-'ia spica cornpnsiht; spicuUs 
iiiidraimnis : inj'cridrihiis rcnidlidrilnis f<diolo lonrjiori ins- 
liuclis, dil-il, plaide fjue Fou lùaail pus encore trouvée en 
Suède, rroissail dans ce sable. Les racines en élaieni ram- 
paiitcs. Iduijucs de (juehjues brasses, et produisaient géné- 
ridejiienl. à une dislance ^/"l/'i (faune, un petit slipe et 
des feuilles, de sorte que Ion eût iuré (ju'ellc fût plantée 
au (ordcau. La Xalurc clle-niéinc nous enseigne à nous 
serrir de celle herbe, pour arrcler V envahissement des 
sdides mobiles, tnen (jue personne n'ij ait encore songé. 
Ce végétal cl le préiédcid soid les seuls qui puissent vivre 
sur ce sable. Sur les chatnps compris entre la mer et les 
biuics de sable, où se trouvaient naguère des monticules, 
au/durd'hui déphucs. il n'ij av(dl que quelques maigres 

safiins. On voijfdt de là l église de Boda ». 

Voiei inaiidctiiainl. In Iraduclion {{\\ pasisatie àe 1 //. 
C,dtl.. (\\\\é du •J!) juin IT'il. el consécutif à la reproduction 
d"niie cnriens(^ insci-ipliDn \\\c paî' l.iiiné sur la muraille de 

o '■ ne 

l'église de Faro, ainsi (pTà la descriplion de l'île de Far(^ : 
« Le sa1}le mobile avait. ç() et là, élé recelé cl accumulé par 'a 
luer sur le rivage, mais, sur la' pointe nord, toute la contrée 
en éUdt envahie cl il ij forment de véritables montagnes, 
d'inégale hauteur. Xous avions presque rimpression de 

(2) Dans la Flora .'<uecicn, deuxième édition citée, Linné a oonsaoré 
une longue dcecription à cette i)lanto, ait. 855., p. 325. C'est le 
êSand-starr des Suédois, qui abonde aussi en Scanie. 



m: IX i.i:rTi!i:s inldiii^ di: ( ii. i.iwi'; SI 

iiuirihcf sur 1rs rltincs de llolbtndv. Le sable élail, ici, 
hluiH . luisdiil çl d'un iiraiu iiiciiu. Les accidents de terrain 
•sur CCS" monlat/tu's fie sable pi (ïicnuient du roseau qui ;/ 
cri)iss(nl et II reteitail le sable. A finlérieur de ces dunes, 
l'on Kiijait. fiour innsi dire, des murailles de même matiè- 
re. c(inccntri(jues eb l'axe lourifè vers la terre ferme, mais 
ditninuani à mesure qu'elles s'en rapprochaient. Entre ces 
iiiur(dlles sldi/nail nue eau inorle et croissaient la Drosera 
rotuiidifdlia cl lon(jif(dia. le Polomayeton natans, la Clxara 
ruigaris. le Juncus conqlomeralus et la Gentiana centau- 
riutn. L'Amndo arenaria. ou IIhi.m des Hollandais, pul- 
lulait >^ur ces monts de sable : plaide typique, qui se déve- 
loppe si bien, en liauteur et en profondeur, dans le sable 
le plus desséché et j)OUsse d'autant plus de branches — 
cluKpie article en produisant une — quelle s'élève plus haut 
au-dessus du sable. Comme les feuilles se dessèchent et 
périsseid sous le sal)li'. elle a. en dedans de celui-ci, l'as- 
peel d'une lirosse, qui sert à fixer le sable. .Vous fouillâ- 
mes dans l'espoir d'atteindre l'extrémité finale des racines, 
mais ne pûmes arriver assez bas. dans cette substance 
mouvante. Xous constatâmes cependant, ce faisant, que ce 
léi/élal ne pousse pas seulement verticalement sous le 
sable, mais qu'il s'y développe aussi latéralement. Quand, 
sur ces monts, un tel arbustle manque, le vent entraine le 
sable et creuse uiw vallée : de là les accidents de ce pay- 
sage de sable. Quant à la plante, son utilité est multiple : 
car. fxu'tout où elle croît, elle retient le sable mobile iefé 
pai- la mer. de façon à ce que, ne pouvant plus inonder les 
terres, celles-ci soient préservées de la ruine. Plus le sable 
s'accumule sur elle, mieux elle léus^^it et plus la montagne 
s'exhausse. C'est pourquoi l'on voyait ici, entre la terre 
ferme et ces monts de sable, d'autres monts, plus anciens 
et moindres, ayant maintenant l'aspect d'un pâturage : 
depuis que les plus hautes montagnes, du côté le plus 
rapproché de la mer. barraient l'entrée au sable, le roseau 
y dépérissait, en l'absence de sable frais, indispensable 
pour su croissance normale, ("est ainsi que la terre ferme 
est constamment agrandie par ce végétal, puisque, la mer 
reietant chaque pjur ses sables sur le rivage et ceux-ci ne 

9 



82 nr.rx i.i.riiii.s inkditis i»i, cii. linm', 

lintudiil fniinhir ht ciinc de ces hniils moulti, il faul donc 
(/u'ils s'accuiniUentl à leur bm^c, où l'anindo arenaria s'im- 
plank' à son (our. les consolidant de ce fait, de sorte que 
la montagne de sable s'accroU < ontinuellemenl du côté de la 
mer cl, par suite, élarf/it les terres. En outre, la dite mon- 
laqne s'oppose à ce que la iner produise en hiver des inon- 
dalionx et mange le tirage, ff ailleurs, on peut, en Hol- 
lande, enfre Uarheni et La liage, constater combien les 
duiu's. telle une muraille, ferment à la mer l'accès du 
bas-pays. » Puis, ;i\aiil nMii;ii(|ii(' (|ii"iiii t'oiinni-Iioii, 
surpris |»nr lui dau? ces tluiics, otirait une bigarrure 
plus brillante (jue celui qu'il a\ail décrit, le 19 juin, 
pp. lii) ].")! de 17/. Or/, et correspondail à la descrip- 
tion de notre grand lléauinur, au /. VI, mém. X de 
son Histoire des Insectes, Linné continuait : « S.\lix 
arenarid foliis inlegeriimis dualis acuiis : supt\i. subuillo- 
si.x. sulilus tomenidsis : petit nsicr croissant partout sur 
les monts de sable de l'intérieur, les plus anciens. Les sti- 
pes n'en étaient guère plus hauts que ceux de la myrtille: 
le< feuilles était ovales, poiiduçs, le bord, sans échan- 
crures. replié sur lui-n\ême, velues sur les deux faces et 
luisantes comme de la soie, les pédoncules si courts, qu'on 
les voyait à peine. Les branches étaient rougeâtres; les 
ieunes pousses, au contraire, pâles et velues... » 

Quant à la « raiz del LUjmn i). apjjelée « par Linné 
Oirichrot ». dans 17/. Scan., p. 340, le bon Carriôn n'eût 
eu, ]iour être édifié à son sujet et éviter la grave erreur 
qu'il commettait. (pTà réfléchir au sens que donnai' le 
contexte. Linné, en comparant la racine de VElymus 
arenarius — le Sand-Hafre des Scaniens — à celle du 
Trilicum repens — le Ouiclc-Hwele des Suédois et Quick- 
rot des Uplandiens, dont les chiens utilisent si adroite- 
ment les propriétés vomitives des feuilles — n'entendait, 
naturellement, pas confondre deux plantes si différentes 
de mœurs, et d'aspect, et aussi d'habitat, si opposées, en 
un mot, l'une à l'autre et si Carriôn se fût reporté, d'une 
part, à la p. 8G de la Species jilantarum, de l'autre aux 
pp. :13 de la Flora Lapponica, 24 de VHortus Cliffortia- 
nus {Amslelod. 1737). 37 de la Mater'm Medica {Holm. 



DHi'X Li::iTi;i:< i.\L;urii;> di; in. i iwi'; 83 

IT'jU) ri, <"liliii. ](ir) (le \n l'-'- (nI. ,1,- I;, l-'lnin sur< i,n. il -.. 
lui, ;i l'on ti>iii|i|('. |i(Msu;i(li' (Ir sdii Iniisux. 

II lions rosir- ,i ii..lci- (|im' le « Kaluiius » dont il est 
(|U(>?iion (I;ius r('|iilrr l.iliiic il(> l.iriné à F.ocfling, ne peut 
(Mrc (|ii(' le Pclru> K.iliii, « Pinf. œvonoui. Abœnsis ». nii- 
Icur, a crie tlalc, (rtiii //<•/■ Jjultiisicnsc puhlioi à Stockholm 
cil IT'iG, in-8°, oO'i p.. en sucdois et d'un lier- Ainciicanuin 
en doux \i)lu!iucs, donl ikhis nr coiniaissons ([ur le prc- 
luicr, écrit égalcnicnl en sncdoi- cl paru ihid. en \~~h>. 
in-8°, iSi p. 

Camille Pitollet. 

Xime< {(lard), i/éccmhie 1910. 

I 

Ex"'° Senor : 

Si'fior. lîcniilo à \'. I-]. la adjunta Iraduccion de lo que ei 
Profcssor de Uolaiiica Linaeus m su Libro que se intitula 
« \ iagc de Scania » lui escrilo de las dos Ycrbas de (|ue 
\'. E. me tiene mandado embiarle una descripcion y las 
simientes. Por lo que mira à estas no hè tenido todavia 
rescucniros del Sugelo à quien el mencionado Professor 
nie dirigio coino tube la lionra de escrivir à V. E., en mi 
carta de 4 de este, y niieintras aca>o con cllas logro oli-as 
uoliicias ulteriores relalivas à diclias Plantas, lie querido 
Iraducir los Articulos (pie tratan de ellas para passarlos h 
la inleligencia de V. E., mas como taies materias son 
absoluitamonle extrangeras à lo que alcanza mi corto 
coiiocimieuito, esparo me 'dispeinise V. E. lo informe de !a 
'rraduccion en quanfo à la denominacion de las Yerbas que 
nunoa hè visto, y assi nunca sabria nombrarlas en lengua 
alguna. El Botanista Lofling las hallarà sin duda en aigu 
nn de las Playas de estos Ueinos, y los iXaturales las 
daràn cierlamente una denominacion. Tampoco me ha 
sido possible saber que sea aquello à quien la raiz del 
Elvnio semeja. v (pie en su l.iliro llama l.inaeus Oiricl;- 
rot. 

Xo pierdo de vista mi obligacion de remitir à V. E. las 



8'i i)i;rx Lirnins iM:i)rn:s m < ii. linm: 

scinilla^. y (IcihmhIc solo de ([wc me las haixa lein^r el 
sugelo à qiiion oslàii coïncidas. En el interiii qu€clo con 
el inayor respeto dispuosto à obedecer à V. E. en quanto 
me mandare, y rogando .1 hios u^ su Ex"'« Persona m." a.' 
conio des<^M) \ lu' iiiciic-Iit. SlocklKdiii. '2~k iIc May<» de 
1753. 

Ex"" Senor 

B. L. M. de V. E. su mas rendido y reconocido fiel 
Servidor. 

Fran*"" Xavier de Carrion. 

j7j.mo 9r f-)^ Joseph (Ic Cavidial ;/ Lanca^^ter. 



II 

TrANSLMTO (sic) DE LA CARTA DEI. S"" LiNNAEUS TRATANDO DE 
LA UTII.IDAD DEL CULTIVO DE LAS CiRAMINAS ARENARIAS EN 
LAS CERCANIAS DE MaDRID. 

Por orden del Ex""" S"" /)" Joseph de Carva'ial. 

... El {^ic) Ari \do arenarlv Flor. suecic. 102. (6 el Es^ 
parto tercero de Clusio), de los Suecos llamada Sand hafre 
y on Ilolanda Hclm, en nuoslro pais no es cullivada, si no 
en la pioviucia de Scania, cerca la propria villa de Engel- 
holm. como ensena mas largamenle el diario de mi viage 
(le Scania. Este Esparlo arenario, no se cria en otro 
terreno, que solamente en su arena mobil y maritima, y 
uunca en Snhulo. ni Cilarea meiililci-raiiea. Annca le In^ 
visto en otros parages, que donde el viento marino ha 
ounudado la ai^ena moliil. JVro Elvmls Flor. .Su'ec. lOG. 
(la otra idnnta (pic cullivan en Suecia debaxo del nombre 
de Maryriis) puede bien criai'se en sabulo, y en campos 
llanos arenoso'S lexos del mar, como he ohser\'ado cerca 
de Joncoping (que villa esta remota del mar cerca de 
'JO léguas), etc. {^ic, dans l^ original.) 

Eas Hojas, y los tallos de las ambas graminas son tan 
duras {^ir). (pic iiingun ganado: los puede corner tanto que 
liallan olro pasio. En Scania cerca de Engelholm han cul- 
tivado estas plantas, por fixar solamente la fatal arena 
mobil, (jui- assi l'cmcdiadn yà d(\\n. (jciiti'i) de- los dichos 



DEUX LETTRES INÉDITES DE ni. LINNÉ 85 

Kspiirlos. (le propnlnr y iiropagarsc olras ospccies de Grn- 
iiins, ([lie inojor sirvcn para [laslo 6 heno. Lo que lie 
soiiihr.iild (Ml los colliiii-s (sic) |)reci|tilos areiiosos drl l'a 
lacio <nntiiiiio d'C T'psala no siiccedia bien, no se porquc iio. 
Pcro la olra cxpcrioncia, que lie heclio do planlarle cou 
lauios, y sarmionlos corlados de las roizos, pareso (sic) 
([uo suic€ederia mejor. Si alla en Ks[>ana liarau plantaciou 
alguna de tal generf), cno por cierto, que la de] Elymo 
succéda bien. Orca de f.auids-croiiia no han heeho nin- 
guna Planlacion. ni en oiro lugar de Succia.nias que ccrea 
do la diclia \illa <le Kngelholni, y alla paga cl, qwe ha 
euipezado è insliUiido la planlaicioii, alguna cosa de tribulo 
à la Coroiia. iior cl Icrreno ([ue yà esta cultivado, y dende 
(s/'c) la arena niolnl eslà lixa. conno ahora pucclen recogcr 
una eanlidad de Iicik». y |)a<lar cl ganado en estos mis- 
mes parages. 

Upsala, y Abril 10 de 1753 a". 

Carl Linnaeus. 

III 

TpADLCCION de LO QIE EL CaTEDRATICO Y PrOFESSOR DE 

BoTA.MCA D° Carlos Lixaeus dicr en su Libro intitu- 
LADO Skàn!<ha Rcsa, esto es Vlvge de Scanla. sobre las 
DOS Yerbas llamadas Mar-gras y Sand-hafre. 

La Yerba que con friito puede felizmenle crecer en la 
arena movediza, como en su proprio terreno, es de dos 
gencros : lo que el sapientissimo Criador ha dispuesto para 
no solo hazer fructifère un arenal esteril, mas tambien 
bolverlo en una tierra estable que produzca Yerbas y 
plantas, admita la licrra negra, y de un inulil Baldio, se 
haga un util Campo à Bosque para benoficio y provecho 
do los Habitantes de la ïierra. Estas dos lan maravillosas 
Yerbas que crecen en la pura arena, donde ninguna olra 
so halla, se Uaman acjui Mar-grâs, y Sand-hafre. 

Mar-gras, Arundo foliis mucronalo pungcnllbus (Fi. 
102.) 

Sand-hafre, Elyinus foliis mucronalo pungcnlihus (FI. 
106.) 



8fi DFJix i.FTTnrs iNF.niTi s ni' ru. t.inné 

AiiiIkis "^ (M'has >on al parcccM' iiiiii siemejanlois ciitro ?i, 
aiiiiqiio en su genero mui diferentes. Ambas crecen en la 
piira arena sin otro bénéficie : ambas son allas de dos 
varas ; ambas lienen espigas iilancas ; ambas, ojas que 
terminan en puni a aguda y pican como alfilerillos en las 
Piernas del (juc camina entre ollas, y sus ojas verdes 
son a/.ules claras en la parte de arriba, de suerte que 
nuichos j)odriain créer (|iie la una prodncc^ la olra. La 
diferencia entre estas tan parecidas Yerbas es esta. La raiz 
de la primera arundo entra mas profunda y semeja à una 
escoba. pero la de la otra E///mi/.s se exiiende en la cii'oun 
ferencia como un Ouickrot : por eso el Elymo se tiene por 
la mejor para plantar en la Arena. Las ojas del Arundo 
son curbas en lo largo cf>mf> un medio Cilindro y assi 
son redondas por abajo, pero ])or arriba marcadas con 
nueve rayas gniesas elevadas, de las quales la 4' y 6' 
son algo menores ; mas las ojas del Elymo son lisas, 
anchas como las ojas de los juneos con mas y mucho mas 
largas rayas. I^ espiga del Arundo es suelta y termina 
en un ramai oomo la de la aven a, pero la del Elymo 
semeja en algima manera à la de la Cevada, y la acompa- 
nan otras chicas menores espigas que estàn situadas dos 
à dos. El Elymo madura con el cenfeno de S" Lorenzo el 
24/5 de .Julio/Agosto y la otra el 3/14 de Agosto. 

Estas dos Yerbas creren solo en la Arena, y se hallan 
lo mejor en la mo-vediza. de suerle que mieniras mas arena 
se le hecha (aie) encima, mas lozanas vienen como las otras 
plantas con el beneficio. Retienen la arena entre las mu- 
chas ojas que salen de la raiz, de modo que la arena como 
encantada, no puede escaparse, mas forma con cllas una 
especie de cespcd ô mota con la que recivc doble fuerza 
para crecer y tener mas arena, de suerte que quando estas 
Yerbas han |)odido assi aumentarse y estenderse à to<Io 
cl arenal. ])erinaii(X'c (|ni('la. y permite f|ue otras se arrai- 
guen con ella y le cubran. y finalmente .«e ligue y 
afirme con la buena ti(MTa. Tal es la Lei de la Naturaleza 
que el arte debe segiiir si se han de hazer con exito favo- 
rable alffiinns Planlios en los Areniscos. 



DEUX LETTfJF.S INÉDITES DE CH. LINNÉ 87 

IV 

Amk. issnii: I.okfi.ing : 

II(M-i li;iiniii lil(M';is Tuas, datas Alalrili d. 5. Marlii, |)i(i 
fjiiibiis debilas Tibi refcro gratias. 

Laclor ex animo quod coram venerari Tibi liceat Maccc- 
natom vcre magnum Excellentissimum Dominum de Car- 
\ajal, cui debes non (antum ipse, sed et totus orbis eru- 
dilus, plantas rarissimas. i|uae in felicissima Hispania 
prognascunlur. 

In Epistola ex iiiandatis Excollentissimi Maecenatis a 
me petis Semina Afundinis Helm dicii, et reliquorum quae 
S(M'uiilur in arena : Ouofl \-Oiro ad anuKlinem s,pecLat, cer- 
tus sis, quod nunquam proveniat, nisi iibi arena volatilis 
inundat terrain in loris marilimis ; alferum vero gramen. 
f|uod seritur in Arena Scaniae est E/j/nn/.s FI. Suec. 106. 
quod in omni arena felicissime provenit. Hujus semina 
proximo autumno mitt.am copio^sissima ; crescit enim in 
Horto quotannis et luxuriaf, at f^emina •ex gramine perenni 
colligere antea solitus non lui, cum nulhim mihi usum 
praeslaret. Mabebis autem ea ceilissime. 

Caelerum ad me e Lusitania luisisti nramen et Semina 
Cynosuri .1. Daetylidis,qu()d inseribitur Gramen inarilimuin 
spica crassa doctuloide tcnninali. odore roncido. Gronov. 
Virgin. 135 et Daetylis spicis allernis secundis erecfh 
approximalis, calycibus uniflorls suhulaiis. Gron. virg. 13i 
quod prO'Cul dubio etiam in vestra Hispania oocurrat ; hoc 
enim eoideni nuxlo crescit iM luxurial in arena ac l^lymus, 
uli vidi in Horto, proin aiitor essem, ut hoc sereres, nullus 
dubitans, quin idem prestet, et climati vesiro sit magis 
adcomodatum. 

Jubés Semina virginica a Kalmio niissa, sed scias ejus 
semina lecta fuisse anno ITÔO. lediit enim vcre 1751, 
adeoque cum iig eompai-atum (V'^se, uti cvmi ovis avium, 
fpiae ultra annum alterum\e annum nunquam sunl foeta, 
sed mora exsiccantur. rance>scunt et iuutilia e\adunt. Adeo- 
que nulla serva\imus semina, cum proprio fato effœta 
évadèrent. Colligam autem hoc autunmo semina ex sin- 
gulis, quae potero obtincre, et ad te mittam. 



88 DEUX LETTRES INÉDITES 1)1 ni. EIXNÉ 

Si [loss 'S ohliiiefc |)l;iHla> o (_';irnliii;i. mmd pio corto, 
f[uod cscdcni apud \os l'elicissiinc, et lanquam in palrio 
solo, satae sponte sua (loin se propagaront : sic Sassa- 
fras, Cascarilla el iiiultac aliac plantae possent apud vos 
scri, et doin per lotam Europani dixcn-di ingeuli lucro. 

Eliam si posses oblinere seinina ex arbore Maliagoni, 
C' quo mcmsas el oiunia pretiosa e ligno conficiunt fabri 
lignarii, certus sum, quod in sola Ilispania posset cres- 
cere, el ox eo Regia veslra dilni'i. Ai'borcni deliiicatani 
vides in Cntesbeyi coroUn. vol. 3. 

Quaeras eliam Hiipocisfidem et inquiras, qua arle posset 
multiplicari apud vos, (juam omnes officinae pharmaoeu- 
ficae per Europam deberent liabere ianquam Medicinann 
divinam, noc amplius ])rostat. Crescit tanlum supra radiées 
Cisti, quorum patria Ilispania, adeoque deberet ab His- 
panis studiose coli, quod reportaret lucrum non contem 
nendum. 

Devotissima mca officia dicas Excellentissimo Domino 
Florae Maecenali Illustrissimo. Vale. Dabam Upsaliae 
1753, die 20. Aprilis. 

Carolus Linnaeus. 



BIBLIOGRAPHIE 



REVUE DES REVUES 

Revue de Philologie française et de Littérature. XXIV, 3. — 

.1. (Itiéiiniit: Notes sur le parler de Messon. p. 161;" — A', llrkdl : 
(Iraniniaire historique du patois de Déniuin. jtp. 175 et 241; — 
M. -G. Wahhjren: Quelques remarques sur la forme « creinent » de 
lEpitre de saint Etienne, p. 205; — J. Dé-<oi miiux : Mélanges 
savoisieiis. p. 120: — /. GUliéron et .1/. Hoqui-.^: Etudes de philologie 
linguistique, mots' en rollision : Le coq et le chat, — épi et épine, 
p. 280; — /-. ('h'diif : L'imparfait du subjondif. temps défectif. 
p. 308. 

Romania. XXXIX, n° 156. — l'. Salriuid: Miscellanea etimo- 
logica e lessicale, p. 433; — E. Philijjon : Les parlers du duché 
de Bourgogne aux XIII* et XIV siècles, p. 476; — /'. Meyc.r: 
Notice du nis. Egerton 735 du jNIusée Britanni<jue, p. 532 ; — G. Bar- 
ioni: Un frammento di nna versione perduta dei Roman de Troie, 
p. 570; — :Mélanges, p. 580. 

Bulletin trimestriel de la Société scientifique et littéraire des 
Basses-Alpes. XIV, 5. — /'. Hracoiinkr : Variations locales du 
français, p. 265. 

Bulletin du parler français au Canada, IX. 3. — Lexique cana- 
dien-français, p. 114. 

Archiv fur das Studium der neueren Sprachen und Literaturen. 
CXXV. — 0. NobiVouj: Berichtigungen und Zusàtze zuiu por- 
tugiesischen Teil von Kôrtings Lateinisch-romanischem Wcirterbuch, 
pp. 154 et 393. 

Zeitschrift fur romanische philologie, XXXI V, 6. — A'. Piettch : 
Zur spanischen Grammatik. p. 641; — L. Wiener: Byzantinisches, 
p. 651; — B. Gatti: Il dialetto di Jesi, p. 676; — G. Bertoni: Il 



90 COMPTES REM)r«. 

serviMitcse <li Ri(;iiit Boudiiu'I. {k 701 ; — A. Kinl : Vit- do sainte 
Elisabetli de Hongrie, p. 705 ; — Vermischtes, p. 734. 

— XXXV, 1. — ./. lU'iiiliiiltl : Ueber die veisthiedenen Fassungen 
fier Bertasage, p. 1; — K. /'fllziirr: Das anglonormannischc Ge- 
diiht von Brendaii als Quelle einer lateinisrhen Prosafassung, p. 31 ; 

— <j'. lie ri oui: Note etiiiiologiclu' e lessiiali einiliane, p. 67; — 
H. Scliitr/utrdt : Zuiii Xasaleinsthub. p. 71; — Verniischtes, p. 93. 

• — XXXV, 2, • — J. Jii.in/iol</ : Ueber die verschiedenen Fassun- 
gen der Bertasage. p. 129; — A', llupffiwr : Die Balladen des 
Dicliters Jelian de la Mote. p. 153 ; — A', l'ictsch : Zur spanisehen 
(Irannuatik, p. 167; — .4. Honiinij: Zum Glossar von Belniont. 
p. 180; — L. Spitzei : Stilistich-Syntaktisches ans den spanistli-por- 
tugiesisclien Ronianzen. p. 192; — ^'el■)llisclltes, p. 231. 

Revista Lusitana. XIJJ. 1, 2. • — /-'.-.]. (/( Azcrcdo: Dotumentos 
de îSanta Maria de Aguiar, p. 1; — A. Thumû>i Pires: Investiga- 
çôes ethnographicas, p. 18; — douiez dv lirHo: Analetta littera- 
lia e historica, p. 46; — l'.A. d<' Az<'c<do: Cai-tas de totar 
ou de pacto com o Demonio. p. 66: — C. Basto: Falas e tradiçôes 
do distrito de Viana-do-C'astelo, p. 72; — A. Gu)iie-< l'ereira: Xovo 
supplemento as tradiçôes populares e linguageni de Villa Real, p. 95; 

— 'rrnares Teixeiru: Vocabulario Trasniontano. p. 110; — Mii'ce!- 
lanvu, p. 127. 

Revue de dialectologie romane. II, 3. 4. — /'. liarbiir jih: 
Certaines formes latines des gloses latines anglosaxonnes. p. 181 ; — 
/'. Fankhau^cr : Das Patois von Val dllliez. p. 198; — (•'. Battisli: 
Zur Lantlelire der Nonsberger Miindart. j). 345; — Mélanges, p. 373. 



CO-MPTES REXDUS 

E. Romilly. — Rêves et Réalités, l'uris. Benjer-Lerrault. 1910. 

Au moment même où je publiais ici (li L H, LUI, p. 180) mon 
compte rendu du livre de M. Romilly intitulé Vers Vefforf, un 
second volume pa.raissait: Néces et IféaJités. Le premier recueil ne 
contenait guère que des sonnets et j'avais conseillé à l'auteur de 
renoncer à ce genre qui étreint la peiieée dans de petites règles 
mécaniques toujours pareilles; il a compris de lui-même combien 
pouvait lui nuire ce cadre uniforme et gênant, jinisqu'avant de 
connaître mon avis il a publié un nouveau livre où le sonnet est 



COMPTES RENDUS. , 91 

exceptionnel. Tci les pièces sont longues ou lourtos, mais 1«> (KHail 
fie leur structure n'est pas arrêté d'avance. 

Pour le fond, je n'émettrai qu'une critique : il i a trop de pièces 
filosofiques. Quand une considération filosofique est mêlée à de la 
poésie et qu'elle s'incorpore au développement qui l'appelle, c'est 
parfait; mais une pièce qui n'est qu'une suite de réflexions abstrai- 
tes, comme la première du recueil, ne présente aucun attrait pour 
l'amateur de poésie. Où M. Romilly réussit le mieux, c'est dans le 
genre idillique et gracieux ; voyez pai' exemple Le PrintempK, p. 45, 
A/i .' ijitf'/.< m<)t-< pouridicnt ixprinirr. )). b'è.- Viens, la lune brille ce 
soir, p. 60, Autoiiun', p. 83. J.a pluie, p. 87. Mais les genres plus 
sévères ne lui sont point interdits, connue le montre sa grande 
pièce intitulée Beethocen, p. 183. qui est d'une belle tenue. 

Dans la forme, je retrouve les mêmes qualités d'adaptation des 
sons à l'idée exprimée, et je note que dans les pièces où il i a des 
mouvements liriques les changements de ritme suivent en général 
assez eui'eusement les diverses nuances du développement. Mais le 
vers alexandrin ne présente pas encore toute la souf)lesse ni toute 
la variété désirables. 

A l'égard des règles classiques. M. Romilly a accueilli un certain 
nombre de libertés dont il n'i a le plus souvent cju'à le louer, comme 
lorsqu'il dit, p. 154 : 



67 



Que je rie de vous, lirai es gens, 

Mais tu secoues la blonde tête 

Et m' e ntlirasse, et me dis tout bos, 

ou lorsqu'il fait rimer lombes avec lonibinl. p. 191. e( es/xue a\ec 
pussent, p. 184. Mais pourquoi écrit-il sans .-■. p. 59: 

Et de riiiii/iiiic (jue tu console 

ou p. 66 : 

Ce n'est pas à moi que tu pense:' 

Est-ce ([u'il s'imagine que dans le premier vers I'.- eiupc'clierait l.i 
rime avec boussole et dans le second avec récompense.^ Ou bien alors 
comment peut-il tolérer, p. 107 : 

Comme un souffle d' amour . depuis ijuatre ijronds mois 
Vibrer autour de moi? 

11 faut d'ailleuis que je lui fasse une cjuerelle pour ses rimes. 
La rime est un instrument très délicat et très puissant, mais son 



9"? COMPTES RENDUS. 

in.'iiiii'iiioiil <li'iH;iii<lr une main fort abilc et légère. M. Roniilly. 
idinme je lavais déjà lait obseiver l'année dernière, a l'obsession 
(le la rime riche, et la reclienhe constante de la rime riche mène 
infailliblement à la lourdeur, à la monotonie et à la pauvreté. Tou- 
jours les mêmes rimes, toujours des mots de même catégorie gram- 
maticale rimant entre eux. Je ne prendrai qu'une pièce de ce 
nouveau recueil, la première, qui décidément n"a pas mes simpaties. 
Elle n'a que cinq petites pages et ji relève: rêve, trêve, — insu, 
su, — sombre, ombre, — i^ossible, admissible, — vérité, autorité 
— harmonie, génie, — it/nurance, tolérance, — humanité, piété. — 
tombeaux, lamheatix. — anntlièmes. systhiie-'. — clarté, été, — 
sunye, mensonge, — éperdu-", entendus, — enchen'trement. tista- 
inenf, — cultes, incultes, — (ibstraction<. fictions. — espérance, 
exubérance, — instinctifs, destructifs. — totalité, réalité. — lumière, 
priire. — ralliement, firmament. — diviser, maîtriser, — pardonne, 
diinnc. Tout cela est riche d'après la définition de Banville, je le 
confesse, mais je dois avouer aussi qu'au bout d'une page je suis 
accablé sous cette richesse de mauvais aloi. C'est encore sa recher- 
che abusive de la rime riche qui lui a joué le mauvais tour de 
faire rimer, p. 195, extase avec entasse; or, cette fausse rime riche 
n'est pas même une l'inie de la dernière pauvreté, ce n'est pas une 
rime du tout, et une faute de cette nature n'est pas plus tolérable 
que le croc-en- jambe que reçoit la sintaxe, à la p. 186, dans les vers 
suivants : 

J'Jlle avait dix-sept ans, gracieuse et Julie 
Comme on l'est à son âge et qu'on vient d'Italie. 

Maurice Grammont. 



F. Brunot. — Histoire de la langue française, des origines à 1900. 
— Tome I, de l'époque latine à la Renaissance, 1905, in-8°, 
xxxviii-548 p. — Tome II, le seizième siècle. 1906. xxxii-504 p., 
Paris, Colin. 

Nous venons tro}) tard jiour faire de la publicité à ce grand 
ouvrage dont le premier volume a paru en 1905; il a eu et il conti- 
nue à avoir le succès qu'il mérite. On a dit que l'auteur avait 
entrepris là une œuvre grandiose et qu'il l'exécutait de façon 
magistrale; on a loué l'étendue et la sûreté de son information, la 
clarté et l'élégance de son exposition ; on a même ajouté qu'il était 
un des rares onimes au monde, pour ne pas dire le seul, qui fût en 
état de mener à bien ce grand travail d'un bout à l'autre; en effet, 
s'il est évident quel tel ou tel savant qui s'est spécialisé dans 



toMi'i !:;< i;i.M>rs. '.)3 

l'i'liKlf (l'un pniiil |i;ii lit iilici' Minuit )iii ti;iiU'r ((Mtaiii (lia[>ilii' axcc 
plus (le niîutiiso. on no voit pas troj) leipii^l aurait pu aborder avec 
autant d'aisance et avec une compétence aussi st'rieuse toutes les 
(luestions de toutes les périodes. Nous nous associons volontiers et 
sincèrement à ces jugements et à ces éloges que nous faisons n(*)tres : 
mais si nous nous en tenions là, l'auteur et le public pourraient 
penser que nous n'axons |)as même pris la peine de lire ces deux 
gros volumes et que nous nous sonnnes borné à nous reporter aux 
comptes rendus parus avant le nôtre, })our en extraire les conclusions 
et les contresigner. Certains t'ont ainsi, puis ils se reposent avec 
le sentiment du devoir accompli; c'est se contenter à bon marché, 
mais il vaudrait peut-être mieux ne pas prendre la plume. 

Mettons-nous à la place de l'auteur, qui est en train d'achevé? 
son quatrième volume et qui vraisemblablement prépare en même 
temps une seconde édition du premier. Qu'est-ce qu'il peut le plus 
désirer lire actuellement sur les chapitres déjà publiés? Des critiques 
(jui appellent son attention sur certaines parties à revoir oii à rema- 
nier. C'est donc des critiques que nous allons lui présenter, les 
unes poi'tant sur des points de détail, les autres sur des questions 
|ilus générales. Non pas que nous ayons l'intention d'éplucher mot 
pour mot sa publication, de discuter telle étimologie incertaine, de 
contester telle restitution peu sûre; ce serait faire injure à une 
œuvre de cette étendue et de cette importance. Notre but est uni- 
(juement d'énoncer des critiques dont l'auteur puisse, après examen, 
tirer profit s'il le juge utile. 

Mais auparavant nous devons insister sur un point qui n'a pas 
été suffisamment mis en lumière. C'est que son ouvrage n'est presque 
nulle part un simple résumé des travaux antérieurs; il n'i a guèi'e 
de chapitres qui ne portent la trace de recherches personnelles, et 
certains sont à peu près entièrement neufs. C'est le cas en particulier 
pour la majeure partie du tome II: Le --pizih/ie siicic. On n'avait 
sur le développement de la langue pendant cette période que des 
notions vagues ; on i voit clair maintenant, grâce aux recherches 
approfondies de ^f. Brunot. Nous devons lui savoir d'autant plus 
de gré de ses travaux sur cette éjioque, qu'elle présente un intérêt 
capital au point de vue de la linguistique générale. On i reconnaît 
nettement comment l'évolution naturelle de la langue a été conti- 
nuellement et en tout contrariée par les téoriciens et les grammai- 
riens, qui tentèrent de fixer la langue en lui donnant une gram- 
maire, de la simplifier, de l'enrichir, de l'embellir, obéissant dans 
l'élaboration de leurs règles à leur sentiment personnel, se laissant 
entraîner par des tendances souvent divergentes, ravivant un usage 
arcaïque qui leur {paraissait plus noble, consacrant une mode vul- 



•.Il roMi'TEs |{i:m)i;5. 

t^iiiio «jni loin s(iiil)l;iil plus \ivanti', exerçniil liMir iiiyôuinsiU' ;"i 
imaginer de luiienses exceptions, codifiant en un mot un langage 
composé de disparates et d'irrégulaiités. Le même fénomène s'est 
pnKluit dans toutes les langues qui ont eu une littérature assez 
longtemps pour donner naissance à des grammairiens et à des 
pédants; mais le plus souvent, et surtout lorsqu'il sagit de langues 
anciennes, il est bien difficile de distinguer ce qui représente l'évo- 
lution spontanée de la langue et ce qui est dû aux règles arbi- 
traires des donneurs de piéceptes: on ni arrive guère que par 
ipotèse : ici le départ est presque toujours aisé et certain, parce 
(ju'on dispose d'ordinaire de documents bien nets. 

Nos critiques, nous les ferons porter de préférence sur la fonéti- 
([ue. M. Brunot (1) est un grammairien, mais largement émancipé, 
puisqu'il est devenu un istorien de la langue et qu'il connaît les 
métodes des linguistes et des fonéticiens; pourtant il n'est pas 
devenu un fonéticien lui-même; sa fonétique est restée celle d'un 
grammairien ou d'un filologue; elle manque de pénétration et de 
vues générales. 

T. I, pp. 149 et 150. Q^i'est-ce que c'est qu'un c sourd'' Un t est 
sonore ou n'est pas. En a. fr. fraindrc se terminait par un e sonore, 
aujourd'hui trififindre se termine par un r \oyelle. On comprend 
bien ce que veut dire l'auteur, mais dans un livre comme celui-ci. 
qui est à la fois une œuvre de vulgarisation et une œuvre scienti- 
fique, on doit veiller à la précision des termes. Dans le même ordre 
d'idées, p. 161 dernière ligne, c'est fonéfiijin' s'uitnrticjuv. et non 
f<'u>faxi</iie qu'il faut dire. Ue même encore il i aurait avantage à 
remplacer par d'autres les expressions tonirptCfi ■prinripale.'^ et foiii- 
ques fecondaircn (pp. 151 et 159) ; il est certain que les sillabes 
initiales visées à la p. 159 ont une résistance particulière, mais il 
faut craindre et éviter les mots (jui risijuent d'entraîner des idées 
fausses, ici celle du iifbenton (( f . J! L Jl, LUI, p. 165). 



(1) A quel principe obéit M. lîrunot ))i)ur faiie ou non précéder 
de .1/. les noms des auteurs cju'il cite? A la p. 329 du t. 1, on lit 
M. dnsfon Paris, en 1905; à la p. 387 ]>'„,}i(t. à la p. 245 Clvdut, 
à la p. 280 .-1. Tlioi,i(i.<. ailleurs .1/. Cléihit. M. Tin, unis. etc. ("est 
l'abitude en Allemagne de donner le nom tout court; mais en 
l"'rance on fait précéder les no.ns des vivants d'un .1/.. que l'on 
supprime devant ceux des morts. Cliaque langue et chaque pays a 
ses usages; mais quand il n'est pas démontré que les usages alle- 
mands sont supérieuis aux nôtres, tenons-nous-en à ces derniers, 
qui parfois ont du bon. 



COMPTES KKXDl S. 9.") 

1'. 163. (iiw M'iil iliri- cette fia se : « Devant les voyelles palatales, 
le lieu d'articulation de l'explosive [r. <j) s'était a\aiué vers le 
[vilais mou? » C'est veis la ytartie antérieure du palais dur ipi'il 
s'était avancé. 

P. 407: « Devant ces consonnes {r et /) qui étaient linguales... » 
On sait bien ce qu'entend l'auteur en désignant ces fonèines par 
l'épitète « linguales ». et il n'est pas le premier à l'employer dans 
te sens; mais il faut reconnaître que cette expression est bien 
mauvaise et que son abandon s'impose, l a-t-il des / et des / qui ne 
soient pas linguaux ? Et même est-ce que tous nos fonèmes ne scmt 
pas plus ou moins linguaux ? Il ne manque pas de mots précis qui 
désignent nettement les divers modes d'articulation sans laisser 
I)lace au doute ou à l'ésitation. 

P. 164. Il ne faut pas mettre dans la même catégorie 1'// de huit 
et celui de honte ou même de hurhr (cf. pour ce dernier li L It, 
XLIV, p. 135). L'/( de huit est purement grafique (cf. If L N, 
XLV, p. 284) et ne s'est jamais prononcé. Si l'on dit le uit comme 
Ip onze, la ulfièine comme la onzième, c'est vraisemblablement parce 
iju'il s'agit ici de noms de nombre, les deux seuls avec un qui com- 
mencent par une voyelle; le besoin de les mettre en relief pour 
éviter toute erreur ou toute confusion amène à les détacher du mot 
qui précède. ]Mais on dit dizvit, un uitaine, et on a dit Vonziime. 
Si un, ime admettent le plus souvent la liaison, rersez-Ies toutes 
tl(ni< z une, réunissez-les tous en n un, c'est sans doute par l'influence 
de un. une. article indéfini, sur lequel on lie toutes les fois que le 
mot précédent est liable : mais il semble bien qu'il reste des traces 
figées du détachement de un; ainsi on dit ccn{t)-mi en face de 
ren(t) t ommes, quntre-vin{gts) -un en face de quntre-rin[gts) z 
omnirs, et si l'on dit vingt-et-un à côté de ringt-deux, c'est i>eut-êtro 
bien pour éviter la liaison vin,{gt) t un. 

P. 175. Si -rpn- se réduit à -m-, comment rorjj(e)ni> a-t-il pu 
donner charme.^ (cf. .1/ S L, X, p. 201). si l'on pose mand{u)gcirr, 
la logique exige comp{o)dare et non romp{o)tfire ; ce n'e^t pas à une 
contradiction dans le traitement des intervocaliques qu'est due la 
divergence de mnngier, conter, et la consonne médiane n'a pas 
disparu sans laisser de traces (cf. .1/ .S' L, ihid.). 

P. 160. Pourquoi dire à propos de Vo fermé : « Quelquefois il y a 
eu afî'aiblissement en e : .tohmonere ^ seniondre? » Il semble résul- 
ter de cette formule qu'un certain caprice préside à l'évolution, ou 
bien on est en droit de se demander pourquoi solario par exemple 
n'est pas devenu *selaz; en réalité nous sommées ici en j)résence 
d'une condition spéciale: Vo atone est suivi d'une sillabe qui con- 
tient un tonique; il est donc régulièrement dissimilé en e par ce 



ÎH) (OMITES lŒNDUS. 

tlernirr, cl Ion u xiiiKunln' an lieu dr .-iuikiikI ic, idiiiiiie fvror de 
■oirorc, eti'. 

P. 170. note 1. (( Dans (eitains mots l'atone f)énultiènie subsistait 
encoio, (juand... » P<nii(iuoi dans (es mots-là et pas dans les 
autres? I a-t-il des mots désobéissants qui réussissent à se soustraire 
aux lois fonétiques, ou bien serait-ce tout simplement (jue ces mots 
ne se trouvent pas dans les mêmes conditions que les autres? 
« Après .<• le r réduit à y agit sur la voyelle quand il y a lieu : 
iifi<(0 ^ iKiix ». p. 166, note 3. Comprendra qui poura. Mais p. 170 
on voit (lu'il i a des r-< (pii se sont constitués « par métathèse de 
.^v• », et à la note 2 de la même page que « la métathèee invers* se 
fait quelquefois » ; à la p. 172, « of. "c ^ i/ + - », mais « devant e. 
■<(.■ > srh ». Décidément le asard préside seul aux changements 
fonétiques, et ce asard est terriblement ami des chinoiseries. Voilà 
où conduit la fonétique des grammairiens. Ils prennent les faits 
Fun après l'autre, ils les rangent dans des catégories multiples et 
pourvues chacune d'un nombre illimité de subdivisions, où l'on se 
perd, où l'on ne rencontre que sujets d'étonnement et contradic- 
tions. Et les grammairiens se plaignent du discrédit dont ils jouis- 
sent I Ont-ils donc des droits à récolter autre chose que ce qu'ils ont 
semé'' Au lieu de ces classifications à perte de vue. de ces cadres 
faits d'avance, où tout est dispersé, si l'on avait rassemblé les faits 
de même nature ils seraient devenus clairs par leur simple rappro- 
chement, et l'on aurait eu à exposer un fénomène d'évolution très 
simple. expli(]uant tout, et non pas à ranger dans des casiers succes- 
sifs des cas particuliers, qui ne tiennent à rien et qui sont tous 
plus obscurs et plus surprenants l'un que l'autfe. .V cet égard, la 
lecture du chapitre sur les consonnes implosives. pp. 168-172, est 
franchement intolérable; aucune idée générale, aucun fil directeur: 
les consonnes sont divisées en sifflantes, liquides, nasales, palatales, 
dentales, labiales, et chacune de ces catégories apparaît successive- 
ment devant ceci, puis devant cela, et les mêmes subdivisions revien- 
nent devant consonne devenue finale, et il semble que l'on ait tou- 
jours affaire à des faits nouveaux et différents, alors qu'au fond 
c'est toujours la même chose. Qui se douterait qu'il n'i a en réalité 
dans tout cela cju'un seul grand fénomène. qui pouvait être exposé 
en deux lignes'^ 

Au surplus il ne faudrait pas s'imaginer qu'avec ces classifications 
à outrance et ces énumérations indéfinies on a du moins l'avantage 
d'être complet. C'est en énumérant des exemples au lieu d'exposer 
des fénomènes, c'est en donnant les faits successivement et isolément 
au lieu de les groui)er, qu'on a le plus de chances d'en oublier et 
j)arf(jis de fort importants. Ainsi nous avons beau chercher daais 



COMI'J J .-^ i;l.M)l >. 97 

les Lliapitrcs uîi il est (jucslioii des xoyellcs atones, nous ne trouvons 
nulle part (jue l'auteur ait dit (jue les atones pénultièmes ne sont 
pas tombées à la même date selon (jue la voyelle ultième était a, e 
ou ii: débita'^ dette, euljiln'^ cmule ; ee n'est pourtant pas un fait 
à passer sous silence (cf. .V S L, X, j). 201, et XIII, p. 80). On 
lit à la {). 159: a libre en sillabe initiale atone « s'all'aiblit en e 
quand il était précédé de la palatale c (sauf devant /) ». Et clui- 
[Kaii, chaineiiii, etc."' Et qu'e^t-il tlevenu après </ ((jelhie, etc.)'' 
Au reste, que « se soit aifaibli en c ai)rès 2)alata.le, cela ne 
se comprend guère, et si c'était vrai comment expliquer girofle, 
(jisfnit, gésir, dont l'auteur ne souffle mot'l II serait temps de 
renommer à cette vieille opinion qu'il faut qu'une voyelle eoit 
longue pour se dif tonguer ; on troiiverait alors tout naturel que 
(t libre en sillabe initiale atone soit devenu ic après palatale 
aussi bien que « tonique (cf. .1/ .S' L, X, pp. 171 et 172). Il est 
dit à la page 157 (voyelle devant nasale) : « Les voyelles /, o, m 
n'ont pas, pendant cette première période (du VU' au XII° siècle), 
été influencées par les nasales » ; nous trouvons un peu plus loin, à 
la p. 334, la nasalisation de o (XllP siècle) ; mais nulle part nous 
n'avons appris ce qu'il était advenu de i et de u; pourtant au t. Il, 
p. 261, on voit in, vit, devenir e. œ (XVI' siècle) ; mais qu'étaient- 
ils auparavant, quelle était la fase antérieure et à quelle époque 
remontait-fclle ? On trouve éparses dans les pp. 168 et 169 les for- 
mules suivantes accompagnées d'exemples : « entre .<^ et r s'intercale 
un (/ », — « ,^-i- + r intercalent un f », — « devant ;• dental et 
après I s'intercale un d », — « entre ni et r ou I, il s'intercala un b; 
entre ?i et r un d » ; mais rien n'indique qu'il s'agit dans tout cela 
d'un fénomène unique, ni (jue c'est le même qui a donné naissance 
aux formes fraindrc, ■poudre, joindre, croître, reinfre, etc. (cf. 
.1/ S L, X, pp. 199-200) ; au surplus il nous semble bien que l'au- 
teur n'a signalé ces dernières nulle paj't. 

P. 151 à 156. M. Brunot distingue soigneusement les voyelles 
entravées et non entravées, ce qui donne lieu à quantité de classes 
et de subdivisions où il se complaît visiblement. Qu'on parle d'en- 
trave lorsqu'il s'agit de comparer le traitement de parte à celui do 
2)atre, c'est admissible, c'est peut-être même commode pour l'ensei- 
gnement, bien qu'il fût probablement plus clair et sûrement plus 
scientifique de parler de la coupe des sillabes. Mais lorsqu'on veut 
appliquer cette question d'entrave au yod et aux groupes qui le 
contiennent, on tombe vite dans l'inintelligible et même dans l'ab- 
surde. Qu'est-ce qui indique en effet qu'il i a ou qu'il n'i a pae 
entrave? le traitement de la voyelle qui précède les éléments con- 
sonantiques. Par conséquent, comme le montre l'auteur, le groupe 



98 ( UMl'lL.-> JU.M)l>. 

(■/ par exemple fait entrave après é fermé, mais pas a[)ri;s /■ ouvert, 
puisque so/éc/ii donne sn/ti/ et iiichi mil. Ce n'est done pas le 
groupe qui a la propriété de faire ou non entrave, c'est la voyelle 
qui le précède qui lui donne ou non cette propriété, ce qui est inin- 
telligible. Un yod intervoealique fait entrave, puisque Va de mayu 
« mai » n'est pas devenu è, mais « s'est combiné avec le y pour 
former une diphtongue descendante ciy (écrite cii), qui jusqu'au XI' 
siècle assonna avec les mots en a » ; mais les groupes sty et même 
stry ne font pas entrave puisfju'on a »/.< de oatiu, uitre de ostrea, 
bien que st tout seul fasse entrave : oct de hosie. Voilà où mènent 
l'abus des classifications et des subdivisions et l'absence de vue 
générale. Nous ne savons pas, n'étant pas romaniste de profession, 
si en exposant les choses ainsi M. Brunot n'a fait que suivre ses 
devanciers, ni si persoinie les a jamais présentées avec plus de 
logique. 11 nous semble pourtant que ce ne serait pas bien difficile. 
Si l'on considère que l'évolution des voyelles françaises a consisté 
essentiellement et dès les périodes les plus anciennes en fénomènes 
de différenciation (cf. Meillet, M S L, XII, pp. 14 sqq.), tout devient 
simple et clair. Quand la difl'érenciation frappe en elle-même une 
voyelle indépendante, le commencement ou la fin de cette dernière 
devient plus fermé ou plus ouvert que l'autre partie : é devient 
ci, èi, — è devient iè, ié, etc. ; c'est la diftongaison. Comme le yod 
est la plus fermée des sonantes françaises, quand l'évolution indé- 
pendante de la voyelle devrait fermer sa partie qui est en contact 
avec le yod, cette partie ne se ferme pas (par différenciation) ; si 
c'est la partie opposée qui doit se fermer, le yod ne l'en empêche 
en rien. Par conséquent a ne devient pas aè, è, mais reste a: 
iii(ic[u)hi ^ i/ifiiflc. — é ne devient pas ri. mais reste c : f^o- 
Iic(ii)/ii ^ ■<o/i-il, — 6 ne devient pas ou, mais reste o: genii- 
(■{u)lu ^ ijcnoil; mais è devient le: ueclii ^ vieil, — o devient uo, 
ue : oc{ti)fti ^ ueil. De même main ^ nin-i, téctii ^ fe-it, uore ^ 
ro-i.--, mais lèrtii > *lie-it, lit, ô-itren ^ *iio-istre, ui-<fre. 

Si nous avons formulé ces critiques avec tant de détails et d'insis- 
tance, c'est que 1' « Histoire » d'une langue, bien plus qu'une étude 
spéciale sur un point particulier, devrait présenter les faits par 
grandes masses. Ils ne devraient jamais apparaître que par groupes, 
et ces groupes mêmes ne devraient pas être isolés; on devrait voir le 
lien qui les unit, saisir comment les fénomènes sont expliqués et 
déterminés les uns par les autres. Une langue est un tout, une 
unité; elle est comme un organisme dont la même vie anime toutes 
les parties, dont tout l'ensemble est sounns à l'action des mêmes 
causes, dont tous les éléments évoluent d'une manière simultanée et 
parallèle. Tant qu'elle est vivante, une langue est en perpétuelle 



COMl'TKS lU'ADIb. 00 

évolution. Ses teiuiiiiues générales. si)ont;uu'es ou non, i)eu\L'nL vin^ 
assez diverses à deux moments de son existence éloignés l'un de 
1 autre; mais quand un étudie une période donnée, nous voudrions 
(|ue l'on nuuquàt d'alinid (juelles ont été ses tendances générales et 
■ |U(' l'on montrât ensuilc (oiiiment tous les l'énomènes plus ou moins 
[jarticuliors qui s'i sont iiuinii'estés se rattaclient les uns aux autres 
et ne sont (pie le ilévi'lojipeiuent et la réalisation de ces tendances. 

^Maurice Guammonï. 



F. Brunot. — L'enseignement de la langue française. Ce qu'il est, 
ce qu'il devrait être dans l'enseignement primaire, Paris, Colin, 
1909, in-18 Jésus, 192 p. 

Petit livre excellent. L'autcuir s'élève, avec juste raison, contre 
l'enseignement de la grammaire tel qu'il est pratiqué encore presque 
[lartout et qu'il ressort de la plupart des manuels que les élèves 
ont à leur disposition, c'est-à-dire contre l'abus des nomenclatures 
vides de sens, des règles inintelligibles qu'il faut apprendre par 
cœur avec leurs innombrables exceptions et sous-exceptions, contre 
l'exercice insensé qu'on appelle analise logique, contre la confusion 
perpétuelle de la grammaire avec l'ortografe, contre l'étude stérile 
d'une grammaire purement formelle, scolastique et morte qui n'a 
pas d'autre but qu'elle-même. Ce n'est pas des mandarins qu'il faut 
former, mais des onunes intelligents, aptes à comprendre et à manier 
leur langue. La grammaire doit être réelle et vivante; elle ne doit 
pas s'adres&er à la mémoire, mais à l'enbendement. C'est la langue 
iju'il faut enseigner, et la grammaire n'a droit à l'existence qu'en 
tant qu'elle en est un moyen. 

Du reste, ce n'est point un livre de récriminations vagues; tout i 
est appuyé sur dee exemples décisifs. D'autre i)art l'auteur ne noufi 
laisse pas avec un desideratum incertain; il indique d'autres méto- 
des, sûrement meilleures, et il les éclaire aussi par des exemples 
précis. Ce petit ouvrage devrait être entre les mains non seulenu^nt 
des instituteurs, mais de tous ceux (]ui sont chargés à un degré 
quelconque, d'enseigner la langue française. 

Maurice Gr.\mmont. 

H. Suchier. — Les voyelles toniques du vieux français, traduction 
de l'allemand, augmentée d'un index et d'un lexique, par Ch. 
GuERi.iN i)E GuER, l'iiiis, ('Jifuiijii(i)i. 1906 (230 p. in-16). 

Ce petit volume est un recueil des formes contenant une voyelle 
tonique, qui figurent dans la littérature de rile-de-France et de la 



lOO ( OMI'li:- lillM)!'-. 

Noi'iiKUulic ciilro l'iin 1100 et Van 1300. i^o iiniii du l'aiiteiii- nous est 
gaiHiit (l'un (lépoiiillciiicul s( iiqnileiix. d'iine éiiiditiim solide et 
étendue. 

Quant à la fonétique, c'est au suprême degré de la fonétique de 
grammairien. Non seulement il n'i a aucune espèce d'idée générale, 
mais le plan même qui a été adopté, le mode d'exposition est tel 
qu'il écarte automatiquement toute vue d'ensemble et supprime tous 
les rapprochements qui s'imposent. Au lieu de montrer quelle évolu- 
tion les fonèmcs ont subie aux Xll'-Xlll' siècles par rapport aux 
périodes antérieures, on énumère les mots qui possèdent telle voyelle 
tonique en les classant d'après les sons que cette voyelle représente en 
latin vulgaire. Voici dès lors l'économie d'un chapitre: à: A. Sources 
du son, ù provient: 1° de o entravé latin, non suivi de nasale; 2° 
de au lat. devant une consonne, sauf devant nasale; 3° de a + l>, 
de a + p, de o + o ; 4" dans les mots d'origine savante, on 
a -ôi\ -ôi'. Et de même dans les mots empruntés. Le latin, 
dans ces mots, a o ou u libre. — 13. ÎNIots isolés. — C. ue à côté de à, 
i>u à côté de o, ou à côté de o. Rem. Sur le pf. en -bt -ôrent et 
l'impf. en -àe, cf. §..., sur o venant de ou, §..., sur pô, §..., sur o 
pour ue, §..., sur prôî-iite, §..., sur ù venant du franc, au, § .... sur 
cJierùl. § 

Tous les chapitres sont ainsi ordonnés. C'est ce que j'appellerai le 
classement en désordre. 11 \a de soi qu'iui index complet est indis- 
pensable, et celui (jui termine l'opuscule a été très soigneusement 
établi. 

Je ne demanderai pas à l'auteur ce q"^ c'est qu'une nionodiftongue 
(p. 75) ou (|u'une monotriftongue (p. 120), ni comment il peut i 
avoir une diftongue ou une triitongue dans ùv(\ eirc (p. 51); ici la 
fonologie perd ses droits. Je ne chercherai pas davantage à savoir si 
le chêne est le produit adultérin d'un châtaignier et d'un frêne 
(p. 70), ou quelle difficulté peuvent bien présenter brrbiz, Galice , 
espice et r.^uel rapport ils ont avec feiz (p. 50) ; mais je constaterai 
qu'il n'i a guère (ju'une discussion fonétique dans ce livre, qu'elle a 
poiu' objet les mots fiiu et jr)t (j). 106), et qu'elle ne supporte pas 
l'examen. 

La traduction est claire et paraît fort bien faite, mais nous som- 
mes surpris qu'elle ait été entreprise. On traduit un ouvrage qui se 
distingue par sa nouveauté et son oi'iginalité, ce qui n'est certes point 
le cas, ou un livre de vulgarisation qui se présente avec des qualités 
particulièrement éminentes ; mais c'est une singulière idée de traduire 
un inventaire ou un catalogue. Les Français qui peuvent être tentés 
de se reporter à ce travail savent certainement assez d'allemand 
pour le consulter dans le texte original; j'imagine d'ailleurs que 



COMPTES RENDUS. 101 

Ifl ne sera pas son usage priiuipal. mais qu'il si'ivira essentiel lenioiiL 
à être dévoiipé eu petites tvaiuhes pour figuier dans les notes abon- 
dantes dont les jeunes rouumistules, trais émoulus du « séminaire », 
empliront les bas de pages des textes dépourvus d'intérêt qu'ils 
éprouveront le besoin d'éditer. 

Maurice Gkammont. 



A. Meillet. — Introduction à l'étude comparative des langues indo- 
européennes, 2° étlition, Paris, Hachette, 1908 (XXVI-464 p. in-8"). 

On dit volontiers que les Français ne sont pas colonisateurs ; ils 
ont jwurtant des colonies très prospères. Cc'UX qui leur font cette 
réputation n'i auraient-ils pas quelque intérêt? On déclare égale- 
ment (|u"ils n.e sont pas doués pour les langues étrangères et <|ue 
ce geme d'étude ne les intéresse pas. Pourtant ils possèdent des 
linguistes qui font bonne figure à côté de ceux des autres nations, et 
les livres qui paraissent sur les langues ou la linguistique ne i^em- 
blent pas être particulièrement délaiesés du public. Il faudrait peut- 
être en conclure que baaucoup de pex'Sonne<5 (jui n'ont appris aucune 
langue étrangère éprouvent le besoin d'excuseo' leur paresse en taxant 
d'inaptitude l'ensembLe de leurs compatriotes, ou bien qu'un grand 
nombre de eux qui se sont fait im fief de l'enseignement jugent à 
propos de dénigrer une métcde et une science qui ruinent leurs pro- 
cédés rétrogrades et scolastiques. 

Quoi qu'il en soit, Y Introduction à l'étude comparative, des lan- 
gues iindo-européinneu de M. A. ileillet, a paru en 1903, et, bien 
que le livre soit assez gros et d'un prix plutôt élevé (10 francs), 
dès 1907, une seconde édition était devenue nécessaire, et nous 
apprenons que cette seconde édition est déjà très foi-tement entamée. 

Nous avons rendu compte de la première édition ici même (t. 
XLVI. p. 600) ; nous avons montré combien cette publication venait 
<a projxjs, nous avons signalé les qualités de métode et d'exposition 
qui la caractérisent, nous avons essayé de faire entrevoir combien 
les connaissances de l'auteur sont étendues, solides et précises, et 
nous avons indiqué quels services ce livre était appelé à rendre. 
La nouvelle édition reproduit essentiellement la fisionomie générale 
de la première, en sorte que ce qui a été dit de celle-ci convient 
rigoureusement à celle-là ; mais il faut ajouter que l'ouvrage a été 
entièrement revu avec le plus grand soin et mis scrupuleusement 
au courant des découvertes récentes, en sorte que pas une page 
peut-être n'est restée telle quelle ; certains chapitres sur la mor- 
fologie, le vocabulaire et surtont la frase indo-européenne ont 
été presque totalement refondus; enfin le livre s'est enrichi d'un 



102 COMPTES ni:\DLS. 

fhapitie nouveau Sur le développement des dittlertrs indo rurnpéens. 
En 1903, la question des dialectes indo-européens n'était encoio 
qu'entrevue par les esprits clairvoyants; mais en 1907, grâce sur- 
tout aux travaux personnels de l'auteur, elle était suffisamment 
avancée pour qu'il fût nécessaire de lui donner une place dans un 
traité ayant pour but de retracer les grandes lignes du sietème 
linguistique indo-eurojiéen. Il est bon que ceux qui abordent l'étude 
des langues de la famille sachent dans quel sens elles ont évolué, 
et d'autre part il est intéressant pour tout le monde de voir avec 
(juel parallélisme vraiment remarquable elles se sont développées. 

jNIaurice Gbammont. 



A. Meillet. — Linguistique historique et linguistique générale (Es- 
Iratta dalla h'iri.<i(i di Scienza « Scie/itiu », vol. IV, anno II, n" 
viii). lioliKjnn. 1908. 

Article de vulgarisation, où l'auteur expose nettement ce qu'est 
la linguistiquie générale, quel développement elle est appelée à pren- 
dre et quels services elle rendra. « La linguistique générale, dit-il, 
etst dans une large mesure une science déductive et u priori... Mais 
quelles que soient les difficultés de la linguistique générale ainsi 
comprise et quels qu'en soient les dangers, on n'a pas le droit de 
refuser de la faire. Car ne pas la faire explicitement c'est se rési- 
gner à la faire imi>licitement sans garanties et sans contrôle. » 

M. G. 

A. Keller. — Spanisch fur Kauflcutc. 2' auflage, Lcipziij. Itei^hind, 
1907 (VlII-178 p. in-12). 2 :\I. 80. 

^Manuel pour apprendre l'espagnol sans maître. Il est divine en 
35 leçons, compiienant chacune quelcjues notions grammaticales, para- 
digmes, variations de tèmes ou de désinences, etc., puis deux exer- 
cices, l'un en espagnol l'autre en allemand, composés uniquement 
de frases qui servent d'aj)])liiation à la jiartie grammaticale, enfin 
deux exercices de conversation, l'un en espagnol l'autre en alle- 
mand, et en outre le plus souvent deux exercices de frases com- 
merciales ou de correspondance commerciale, toujours l'une en 
espagnol et l'autue en allemand. 

Les notions grammaticales sont simples, piécises et suffisantes. 
Comme dans tout livre intelligent, aucun chapitre spécial n'est 
consacré à la sintaxe ; la sintaxe espagnole ne présente pas assez 
de iiarti( uhirités ])our que les frases que Ton rencontre au cours de 



COMPTES RFADCS. 103 

roiiviagc iio piiffisciit |i;i>^ iioiir la faiio (onnaitio : la partie gram- 
maticale contient d'ailleurs à l'occasion une brève remarque Pur 
l'ordre des mots. L'esjiagnol des exercices de conversation et d'a])- 
l>lication est de fort bon aloi ; quant aux exercices en allemand 
à traduire en espagnol ils sont composés de telle sorte que l'usage 
d'un dictionnaire est tout à fait inutile ; tous les mot« dont on ]>eut 
avoir besoin se trouvent ou dans la leçon même ou dans les pré- 
cédentes. 

Ce traité est composé spécialement jwur les commerçante, mais 
il n'i a aucune raison iiour qu'il ne soit })as employé tout aussi 
bien par les personnes que le commerce n'intéresse pas particuliè»- 
rcment, car c'est en somme le meilleur manuel d'espagnol qui existe 
eu ce genre. M. G. 

M. Niedermann. — Contribution à la critique et à l'explication des 

gloses latines (Académie de Neuchatel, Eecueil des travaux publiés 

par la Faculté des lettres, premier fascicule), Xciic/iàfel, Atliiu/er. 

— /'mis. Picard, — Leijjziij, Hurrassowitz, 1905 (x-49 p. in-8"). 

.M. Xiederniann étudie quelqvie vingt-cinq gloses latines qu'il ein 

pruutc au Tln'.<ciuius de 'SI. Gœtz. Tantôt c'est pour les corriger, 

tantôt pour montrer qu'il i a lieu de les maintenir. Ses explications 

sont toujours ingénieuses et intéressantes ; elles sont constamment 

appuyées sur les données de la grammaire comparée, ce qui leur 

apporte une solidité ])articulière et les distingue de la plupart des 

corrections publiées journellement par les filologues et qui laissent 

trop souvent l'impression de vues subjectives et éfémères. 

Parfois la discussion d'une glose est pour l'auteur le point dç 
départ d'une recherche étendue sur un point particulier de linguisti- 
que, sur la formation du féminin en latin (p. 33). sur les fénomènes 
de dissimilation et de superposition sillabiques (p. 19) ; ainsi l'intérêt 
de cette étude devient plus général et plus élevé. 

C'est encore de dissimilation et de superposition sillabiques qu'il 
est question dans une autre petite plaquette du même auteur intitulée 
ICluih" sur ht iJis.-i/iii/alion consoncintique en Inlin (Le Musée belge, 
XII. 3, 1908). Nous ne pouvons pas développer ici comme il le fau- 
drait l'examen de ces fénomènes. mais nous le ferons prochainement 
ailleurs. M. G. 

Ch. Bally. — Précis de stylistique, (ieiilrc. /']r/r/iiHan. 1905 (186 
p. in-12). 

L'enseignement secondaire que l'on donne actuellement en Kurope 
étant encore essentiellement scolastique et formel, la première idée 



10 I COMPTES RENDUS. 

(jiio suggoie in nous le mot .<tilistiquc est <fllf «le lèglrs j)our 
tourner des frases abilement. M. lîally ne s'ocrupe pas de la langue 
écrite; c'est à la langue parlée, la seule vraiment vivante et natu- 
relle, qu'il applique le mot stilistique, et cette application est des 
plus légitimes. La stilistique, c'est l'étude des moyens d'expression 
dont dispose une langue et des qualités impressives qu'elle possède. 

Ce que la stilistique étudie dans la grammaire et surtout dans la 
syntaxe, ce n'est pas le mécanisme des lois grammaticales, mais 
les moyens d'expression qui en dépendent. Ce qu'elle étudie dans 
les mots, ce n'est ni leur étimologie, ni leur istoire, mais l'idée ou 
le sentiment qu'ils renferment, l'elfet qu'ils produisent. Ce qu'elle 
étudie dans la sémantique, ce n'est pas l'évolution du sens des 
mots, c'est la nuance de signification qu'ils présentent à une époque 
donnée. L'examen des stiles individuels et des procédés estétiques 
ou expressifs employés par tel ou tel écrivain ne sont pas son fait; 
mais elle recherche quels sont les moyens d'expression généraux dont 
dispose une langue, quels sont ses traits caractéristiques et ses ten- 
dances communes. 

Voilà en quelques mots le programme de cette discifjline nouvelle. 
Après l'avoir exposé, l'auteur s'efforce de le remplir en prenant 
chaque point successivement. Ce n'est pas qu'aucun chapitre ait la 
prétention d'être définitif ou complet. ^I. Bally ouvre une voie nou- 
velle, mais il ne fait pas un dénombrement de tout ce qu'on rencon- 
tre en la parcourant ; il indique où elle mène, il montre à quels 
moyens on doit avoir recours pour la suivre, il fournit des spécimens 
de ce qu'on i trouve à chaque pas. Les exemples qu'il donne sont 
toujours bien choisis et il les accompagne d'un commentaire fin et 
pénétrant qui fréquemment les rend propres à devenir des tipes ; en 
outre il tire d'ordinaire de leur examen des réflexions générales qui 
souvent peuvent être érigées en principe. Il en résulte que son livre, 
bien qu'un peu compact, est toujours agréable à lire. On i voudrait 
trouver beaucoup de choses qui n'i sont pas; mais l'auteur sait 
mieux que personne qu'il n'a pu, dans ce premier essai, que donner 
un aperçu des principales questions qui sont du domaine de la 
stilistique. En ce qui nous concerne, nous désirerions particulière- 
ment un chapitre sur la valeur expressive (jue peut donner à un mot 
le déplacement de son accent d'intensité: Vous êtes vn assassin/ — 
C'est dégoûtant ! et un autre sur le choix des mots lorsqu'il est 
déterminé par la présence de sons susceptibles de devenir expressifs 
et sur la mise en valeur de ces sons ; que l'on compare à ce point de 
vue: effrayant et effroyable, ou bien: cest un sinistre imbécile et 
ce n'est qu'uti pauvre imbécllr. 

L'ouvrage se termine par un appendice sur la traduction, où il i a 
des pages excellentes. • Maurice Grammont. 



COMPTES Hi:\nL:s. 105 

Ch. Bally. — Traité de stylistique traii(,aisc. [, Uiiililhiiuj. Winh r, 
vt Paris, Kliiickslcrl-, 1909 (xx-332 pages in-12, 6 fr. 25). 

Ce que nous avons dit du /'réci.< s'applique également au Trtiilr. 
On i retrouve les mêmes qualités d'analise pénétrante et d'observa- 
tion précise. Mais le Traité n'est en aucune numière une seconde 
édition ni une refonte du Précis. Le plan est tout diiïérent, les 
questions de métode sont discutées de plus près, les principes 
établis avec plus de rigueur, reliés entre eux d'une façon plus 
sistématique et éclairés par des exemples plys nombreux. 

Nous avions trouvé le Précis un peu compact, le Truilé l'est 
davantage. Certes on ne regrette pas sa peine quand on est arrive 
au bout du volume, mais on n'i arrive pas d'une traite; il faut s'i 
reprendre à plusieurs fois. Il est vrai que le chapitre qu'on vient do 
lire invite toujours à aborder le suivant; l'intérêt se soutient d'un 
bout à l'autre. Certains chapitres étaient à peine en germe dans le 
Précis, telle l'étude sur les etïets par évocation de milieux (cinquième 
])artie). telles les recherches sur la langue parlée et la dislocation des 
membres do frase (septième partie). L'une des deux questions dont 
nous regrettions l'absence dans le Précis, à savoir la valeur impres- 
sive du déplacement de l'accent d'intensité, est abordée dans le 
Traité. Nous avons donc ici un ouvrage beaucoup plus complet ; 
mais nous le voudrions plus court. Ce volume est sorti, comme le 
j)récédent. d'un enseignement donné au Séminaire de français ino- 
denic de l'Université de Genève (1). lin effet, c'est plutôt un cours 
qu'un livre; les mêmes questions sont reprises à différents endroits, 
ce qui est nécessaire dans une suite de conférences sur un sujet 
dont toutes les parties sont étroitement reliées l'une à l'autre, se 
pénètrent et s'entrecroisent. Ainsi, pour ne citer qu'un point, il est 
parlé de la valeur affective de l'intonation au paragrafe 105 (deu- 
xième partie), au i)aragrafe 177 (troisième partie), aux paragrafes 
250. 257-264 (sixième partie), aux paragrafes 287 et voisins (sep- 
tième partie). Nous voudrions maintenant un exposé plus analitique, 
isolant davantage les diverses questions, quelijue chose de court, un 
manuel en un mot, où l'on se retrouve aisément. Ce serait la meil- 
leure manière de répandre ces notions, dont l'importance n'est plus 
contestable, et en même temps de susciter des recherches approfon- 
dies sur des points particuliers. 

Maurice Gram.most. 



(1) « C'est la cinquième roue d'im char j> (p. 306) est du français 
de Genève, non du français de France. 



100 COMPTES RENDIS. 

J. Scliâtzcr. — ll( rlviiiil't uiid Ciestaltiiiig dcr l'riin/iPhi.silicn Heili- 
gennaiiKMi. Dissertation. Miinstrr i. 11'.. 1905 (96 p.). 

La France est. semble-t-il. par exccUemc le pays des saints. Nulle 
part peut-être leur culte n'a reçu un pareil développement, nulle 
part autant d'églises, de chapelles, de lieux abités ou de lieux dits 
n'ont été placés sous le vocable d'un saint. Aussi les noms de saints 
sont entrés dans les parlers populaires et ont évolué avec eux. 11 
pouvait donc être intéressant de recueillir et d'étudier les diverses 
formes qu'ils i ont prises. C'est le travail qu'a tenté M. Schàtzer et 
il s'en est acquitté onorablement. 

Après un chapitre d'istoire sur le développement du culte des 
saints en France, il examine les formes de leurs noms ; tout d'abord 
ceux qui appartiennent surtout au nord de la France, puis ceux 
qui sont plutôt fréquents dans le midi ; ensuite ceux qui ont lUie 
protèse constituée par la fin du mot .^aiiit, ceux dans lesquels on 
reconnaît des formes de nominatif ou d'accusatif, ceux dans lesquels 
il i a eu déplacement d'accent, ceux auxquels s'est soudé le mot 
r/(i/uiini.^-, enfin leux dont la forme a été modifiée par étimologie 
populaire. 

Le plan est simple, l'exposition est claire et les explications sont 
généralement correctes. L"ou\rage se termine par la liste des noms 
sous leur forme latine ou latinisée; on voudrait le registre de 
toutes les formes qui sont signalées dans l'étude. 

M. G. 



L. Wiener. — Economie histoiy and philology (p]xtrait de T/ir </nti 
ff'ily journal of rcoiioiiiic-i. XXV, 2, pp. 239-278), ('aiiiljri(/r/r Mass.- 
U. S. A., Harwurd Unircrsifi/, 1911. 

ISI. Wiener essaie de reconstituer l'istoire de quelques termes de 
commerce et de quelques noms de marchandises en adjoignant à la 
comparaison des formes dans les diverses régions et aux dilïérent«s 
dates les indications fournies par ce que l'on peut savoir sur les 
grandes voies économiques suivies au cours du développement de la 
civilisation par tel produit ou telle abitude commerciale. Les prin- 
cipaux mots examinés sont les noms de Vacier dans un certain nom- 
bre de langues européennes et asiatiques, ceux de la tirctainc et du 
trirni^ du ijdihi) italien, du ijinri r angrais. Etufle intéressante. 

M. U. 



COA[PTES RENDUS. 107 

E. Lefèvre. ■ — ■ Catalogue gc'-iiéral de la Lihiaiiii' iiii>\t'ii(,a!c, aiiiu'i' 
1910. Mnr.<iiU<', Uunt, 1911 (15 ji.)- 

« l'ar librairie provençale, dit rauletu-. nous eoinpreiiuiis tous les 
livres écrits en dialectes du Midi do la France et les ouvrages s'y 
rapportant. » 

Ce plan n'est pas net et nous send)le illimité. Qu'est-ce ipie l'au- 
teur entend par un livre? 11 signale des publications de 4 pages, 
des plaquettes de 8 pages (dont 4 bia.nches) ; est-ce que ce sont des 
livres? Un tirage à part d'un article de revue est-il un livre? 
Alors pourquoi ne pas citer tous les articles de revue, même ceux 
dont l'auteur n'a pas reçu de tirage à [)art, dans lesquels il est 
question des parlers du Midi? 

A fpiel titre fait partie de la « librairie provençale » un ouvrage 
en français qui « contient une tirade de 40 vers environ pour la 
glorification de l'accent méridional », ou un autre qui donne à uni- 
certaine page une « appréciation du Félibrige et de V. Mistral? » 

Quel profit i a-t-il, lorsqu'un auteur a produit trois ouvrages (jui 
doivent figurer à la suite l'un de l'autre, à répéter les trois fois les 
renseignements biografiques qui concernent cet auteui? 

Les fautes d'impression surabondent dans ce petit catalogue. Les 
mots allemands sont écrits avec une fantaisie (jui transforme Wur- 
Urfiiirh en Xoitcrhitrl: ; les mots provençaux ne sont pas toujours 
beaucoup mieux traités: tifidiiclm devient / lyn/ur/i u. cru boafs dcid 
uiountanliv devient ara hoitl--< de la iiimintaiihn, etc. 

M. G. 



Félix Gaiffe. Thomas Sebillet. Art Poétique françoys, 1548, édition 
critique avec une introduction et des notes. Paris. E. ('oriiéli/, 
1910. Un vol. in-8° de xxvi-226 p. 

11 était très désirable que Ton rééditât l'.lrf l'ac/ique de Sebillet, 
qui occupe une place inqiortante dans l'histoire des idées littéraires 
au XVI' siècle et qui était inabordable pour beauccjup de travail- 
leurs. 

Toute la partie criti(|ue de cette édition nouvelle est excellente. 
Le texte pris pour base est, comme il convenait, celui de l'édition de 
1548. celle qui joua un rôle dans l'histoire de la Pléiade, celle qui 
suscita des répliques et des contre-répliciues. L'indication de toutes 
les variantes des autres éditions (sauf celle des variantes purement 
orthographiques) est jointe au texte, et les pages xiii-xx de l'intro- 
duction établissent clairement la filiation de ces diverses variantes, 
leur valeur, leur intérêt. 



108 COMr»TES RENDU?. 

Le coiiimi'iitairt' [iiiilologi<iiie piéi ise ou leclifie (c iju'on savait 
jusqu'il! d'un assez grand iiouibie des mots employés par Sel)illet 
dans ce texte. Le volume de yi. Gaitfe apporte donc une contribution 
notable à l'histoire du vocabulaire au XVI' siècle. (La liste des 
mots étudiés est donnée dans l'index.) — Ce commentaire aurait uu 
être enrichi de quelques notes de plus. Par exemple, on aimerait 
avoir un mot sur l'histoire de rctardatlon (p. 23), de coahi'cencc 
(p. 75), de sifjnainment (p. 125), d'accrfencr (p. 153), etc. — Une 
note sur oit, employé au sens de tandis que, alors que, m'amène à 
poser une question. Sebillet écrit, p. 155 : « Mais je Ay que l'Elégie 
traitte l'Amour, et déclare ses désirs, ou plaisirs, et tristesses a celle 
qui en est la cause et l'obgét. mais simplement et nuément : nu 
l'épistre garde sa forme de superscriptions et soubzscriptions, et de 
stile plus populaire. » M. Gaiiie met en note: « Il faut sans doute 
comjirendre là oii et non ou bien ». Cet emploi de oit au sens de 
ht oii, tdtidis que, au contrain-, est fréquent à la fin du XVI<= siècle. 
Il y en a un exemple dans un passage très connu de la satire de 
Régnier contre Malherbe, vers 83. Malherbe et ses disciples, écrit 
le satirique, « rampent bassement, t'oibles d'inventions Et n'osent. 
f)eu hardis, tenter les fictions... Oit ces divins esprits, hautains 
et relevez (Ronsard et. ?es élèves...) » Le sans doute de ^I. Gaiffe 
semble prouver qu'il n'a pas rencontré oii employé en ce sens dans 
les textes du XVI" siècle qui lui sont familiers, c'est-à-dire dans 
ceux de la première moitié du siècle. Faut-il en conclure que cet 
emploi de oit s'est développé seulement après 1550? 

Le commentaire historique, très abondant et très jnécis. ))ermet 
bien de voir quelle est l'originalité de l'Art ))oétique de Sebillet 
parmi les Arts poétiques antérieurs et postérieurs. Ce commentaire 
est complété dans l'inti'oduction : 1' par une courte biographie de 
l'auteur (l'orthographe de son nom y est fixée: il faut écrire 
.Sebillet) ; 2° par une bibliographie de ses œuvres (la paternité de 
deux traductions lui est enlevée) ; 3" par une liste des Arts poétiques 
antérieurs et postérieurs. Comme beaucoup de ces Arts poétiques 
sont encore inaccessibles à In grande majorité des travailleurs, je 
regrette que ]\L (Jaifl'e, tio)) discret, n'en ait pas donné une brève 
analyse et n'en ait pas inditpié les caractères généraux. 

Sur un point le commentaire historique de M. Gaiffe est un peu 
incomplet : celui de savoir si Sebillet a soupçonné les dettes de 
l'école marotique envers les Italiens. M. "Gaifl'e pose la question à 
propos de l'épigramme. Sebillet la déclare toute française. Il ne voit 
donc pas, ou ne veut pas dire, remarque M. Gailfe. que le goût de 
l'école marotique pour l'épigramme fut fortifiée par le goût des 
Italiens contemiiorains ))()ui' le st roiiilnilhi. — Il fallait ajouter deux 



( t>Mi'iJ> iii;M)is. lO'.l 

autres iciiiiiiiiuos : bien loin île leroiiiiaitii^ (|iu' Maint doit à San- 
iiazar une de ses églogues, Sebillet ne nomme même pas Sannazar ; 
plus loin, il cite une pièce de Saint-Gelays en rimes tierces sans 
nommer J'enibo, son inspirateur. — Sebillet a-t-il ignoré ces em- 
prunts à l'Italie, ou, les ayant connus, les a-t-il dissimulés? .Je 
crois qu'il les a ignorés. Sans doute, il connaît lui peu la poésiu 
italienne: il parle de Pétrarque, de ses sonnets et de ses sextines ; 
il nomme quelque part Séraphin et cite même son épitaphe. Mais 
il n'attache pas une importance extrême à l'invention ; il ne t'ait 
aucune difficulté de reconnaître les dettes de Marot envers les 
anciens ; il conseille l'imitation, même celle des poètes de la même 
langue ; il est partisan des traductions. S il avait su ce que Marot 
et Saint-Gelays devaient à l'Italie, on ne voit donc pas pourquoi il 
l'aurait tu. 

Sebillet, (jui ne reconnut pas les emi)iunls faits à l'Italie par 
l'école de Marot, fut probablement un de ceux qui reconnurent les 
emprunts faits aux sources italiennes par du Eellay, auteur de 
rOlirr. Sebillet ayant conseillé la traduction, du Bellay la con- 
damne nettement dans sa Dcffense et tJhi-itration : elle est toujours, 
à son avis, moins bonne que l'original et elle devient sacrilège quand 
elle s'attaque aux poètes. Dans l'avis ans Lecteurs, qui précède sa 
traduction de Vlphirjcne d'Euripide, Sebillet riposte vivement, puis 
ajoute : « Si je fay moins pour moi en traduisant anciens auteurs 
qu'en cérchant inventions nouvelles, je ne suy toutefois tant a 
reprendre que celuy qui ee vante d'avoir trouvé, ce qu'il ha mot a 
mot traduit dés autres. » En citant ce texte p. 188, note 2, M. Gaiffe 
ne dit pas que Sebillet vise ici l'auteur de VOUre. Mais je crois 
que c'est bien lui qui est visé. Dans la préface de sa première 
Oliip. du Bellay se vantait en efi'et « d'avoir trouvé ». alors que 
beaucoup de ses sonnets étaient « mot a mot traduits des autres » ; 
or, nous devinons en lisant la préface de la seconde Olii-e que les 
emprunts du poète furent reconnus par quelques-uns. Sebillet fut 
sans doute un de ceux-ci. et probablement avant d'accuser du Bellay 
de plagiat, sans le nommer, dans l'oi î.s qui précède son Iphiijène, 
il dut le faire plus d'une fois dans la conversation. 

Un mot sur deux vers de Sebillet singulièrement coupés. Ce sont 
les deux derniers vers du sonnet a re)irieii-< mis en tête de VAr' 
l'uettque : 

Et le montrant si j'ay pu rencontrer 
Chemin pour y venir, que tu en uses : 
Sinon, que tu en montres un plus seur. 

Du Bellay, dans sa Deffense et illustration, II, 9, critique la 



Il'' coMi'l i;s i;i.M)i!^. 

i()ii|>e de (('. «ieinicr vois, .M. (jailh- sPiiibie i;i ( riti(|UC'r iiiissi. ot 
Hvec ello lelle du vers précédent. Le (Juin/il. pour déleudie Seljiilet, 
se borne à leniaiiiuei' ijne l'iuiteur de l'Olirc est tombé lui-même 
plusieurs fois dans (e défaut. JOnfin, le qui est plus eurieu.x, t'est 
«pie Sebillet, quand il parle du vers de 10 syllabes dans son Art 
J'(>eti<jue, n'admet pas qu'il soit coupé autrement qu'après la 4' 
syllabe. — Cependant les deu.x coupes (jue nous avons ici me parais- 
sent heureuses. L'avant-dernier vers, au lieu d'ofliir la coupe 4 + 6, 
offre la coupe 6 + 4 : « Chemin pour y venir,/ que tu en uses. » 
Mais puisque la coupe 4 + 6 est légitime, pourquoi donc la coupe 6+4, 
qui n'en est qu'une variante, serait-elle défendue, si le poète en fait 
un emploi intelligent, ce qui est précisément le cas ici ? — Le 
dernier vers est plus audacieux. 11 a deux coupes principales au lieu 
d'une: « Sinon / que tu en montres / un plus seur. » Mais, est-ce 
(pie nous n'avons pas ici pour le vers de dix syllabes léquivaleni 
de ce qu'est pour le vers de douze syllabes la coupe dite romantique 
divisant le vers en trois métro? ? Cette coupe convient aux conclu- 
sions. Elle convient ici. Donc je féliciterai Sebillet de s'être mis 
dans la pratique en désaccord avec ses théories, d'avoir donné au 
vers do dix syllabes deux coupes nouvelles et intéressantes qui 
eussent mérité d'avoir plus de succès. 

Joseph VlANEY. 

Emanuel Mattsson. — Etudes phonologiques sur le dialecte (truhp 
vuhjiiin- (le Jioyrouth. V i,.«il . A /)pr'/l>rr>j, 1910 (188 p. in-8'). 

Par son intéressant travail « sur ie dialecte arabe vulgaire de 
Jjeyrouth », M. Mattsson a réalisé un progrès sur ses devanciers dans 
l'étude des parlers de Syrie et a réussi, en suivant de près le 
système phonéticpie des grammairiens indigènes » comme Sibawaihi 
f't Zama Hsari. à combattre et peut-être aussi à dissiper ceitains 
préjugés que quelques orientalistes européens avaient à l'égard de 
ces savants. Les linguistes poui'ront donc le consulter avec profit, 
tout spécialement dans les cliapiti-es ipii concernent la description 
(les consonnes et \"ini('tht. 

L'auteur n'a voulu tenir aucun compte de la plupart des travaux 
de ses devanciers sur la Syrie et en particulier de ceux <\e Landberg. 
11 n'a peut-être pas tort, du moins quand il s'agit des (( Proverbes 
et dictons » de Landberg. ipii contiennent assez d'inexactitudes et 
de fausses interprétations. 

On peut reprocher seulement à .M. ]\Iattsson d'avoir étudié uni- 
quement « la langue parlée cultivée » et négligé la langue du peuple, 
qui n'est pas la moins intéressante. 11 aurait dû entrer en contact 



( ()Mi'Ti;s i;i;m)1 s. I H 

iiuiiu'diat avec les gens privés de toute mit me iiitelleetuelle cL ne 
pas se borner à prendre eoinnie uiiiques informateurs des professeurs 
arabes, tel l'éininent Joseph Harfoueh. qui. imonsiiemment et pres- 
que malgré eux, parlent un langage beaucoup plus proche, surtout 
|iour les voyelles, du classi(|ue que du vulgaire. Mais, vu le court 
séjour que M. Mattsson a fait à Beyrouth, il lui était difficile d'em- 
ployer d'autre moyen pour arriver à son but. On peut lui reprocher 
aussi de n'avoir pas employé la même terminologie linguistique que 
l'école française (ce qu'il aurait dû faire, puisqu'il a écrit en fran- 
çais), ou du moins de ne nous avoir pas donné une définition de 
chaque terme technique employé dans son étude. Son travail aurait 
aussi gagné en clarté et en précision s'il avait été un peu plus 
soigné : beaucoup de mots et même de passages qu'il serait trop long 
d'énuniérer ici ne seraient pas à peu près incompréhensibles (on ne 
rencontre que très rarement les mots classiques en face des mots 
dialectaux et il faut vraiment être du pays même pour surmonter 
tes difficultés). Passons maintenant à des observations de détail. 

P. 35. M. Mattsson écrit: « devant s et 3 7 remplace k », et un 
peu plus loin : « g se produit à la place de ti » et il donne un exemple 
pour chaque cas. Pour ma part, je n'ai jamais prononcé, ni entendu 
prononcer byiyzih « il ment » pour byilzih et hy'ujhir « il nie » pour 
byinkir. Si l'auteur a bien entendu, il ne s'agit sûrement que dune 
prononciation individuelle, exactement comme colle de y sonore dans 
quelques mots d'emprunt, le (j n'existant pas en pi-incipe dans 
notre dialecte. 

P. 38. M. Mattsson aurait beaucoiip mieux fait de distinguer dans 
la transcription entre la faucale ' et la gutturo-palatale q. Bien 
que q soit dans le dialecte de Beyrouth et de plusieurs villages 
libanais prononcé à peu près comme '. 11 en reste cependant 
distinct pour l'oreille d'im indigène, à tel point que le peuple recon- 
naît un mot prononcé avec q d'une autre avec '. On sait par 
exemple que la prononciation de qnJnn « plume » est différente à 
1 initiale de celle de 'amel « espoir ». Ce qui le prouve, c'est que, 
tout d'abord, q, bien qu'affaibli, produit toujours dans le dialecte 
les mêmes effets que q classique: il empêche par exemple Vimâla, 
ce que ' ne fait pas : qnl « il dit » ; qoDi « il se leva » ; mais '«/e 
« instrument » <^ clas. 'âhitiir : 'liincn « il a cru » <^ clas. amann 
(pp. 66-7) ; en second lieu, ' tombe toujours lorsqu'il n'est pas 
suivi d'une voyelle, tandis que q se maintient toujours, et je ne 
connais pas d'exemple où il soit tombé. L'auteur aurait donc dû 
attribuer à q un signe spécial ou du moins lui laisser sa notation 
ordinaire et avertir le lecteur de sa véritable prononciation. 



I r? fOMi'Ti:» iti:Nuus. 

r. 43-4 cl 47-B. Il fsl luut à fait l'xait de souti'iiir <hk' les faïuales 
/( et ' ne sont aeeonipagnées (raïuune voyelle seiondaire ni du 
Itnliih l'urtif à lîeyroiitli et ;m J^ihaii. coninic le jii'étendeiit Land- 
herg et d'autres auteurs. 

P. '60-1, 109 et suiv. Le traiteineut du /kn/izh (atlaijue voealique 
forte) est le point le plus faible de le travail. .M. Mattsson avance 
cette assertion inexacte que le « li<iniz<i initial subsiste générale- 
ment ». Je vais donner brièvement quelques règles précises sur le 
maintien et la chute du hunizd à lieyrouth et au Liban. 

En règle générale, le Junnzu se maintient tontes les fois que la 
voyelle qui le suivait n'est pas tombée; l'auteur a donc tort de 
prétendre que c'est la chute du haiiizd (]ui entraîne celle de la voyelle 
suivante (et commet du reste une erreur en écrivant (p. 52) 'ttùwvh 
« bâiller » au lieu de Hâwvb ou 'ittthrah). En effet, la voyelle et par 
conséquent le hni/tza à l'initiale des mots se maintient d'une manière 
i:onstante, lorsqu'elle se trouve en syllabe fermée et qu'elle porte 
l'accent du mot: 'iirz « cèdre » ; \ini(/) « lièvre »; 'allxir « plus 
grand » : le hainzu se maintient aussi dans quelques mots de sens 
interrogatif, exclamatif, etc.. parfois même en syllabe ouverte, 
lors(iu'il précède une voyelle frappée de l'accent: 'a/'s « quoi! »; 
'dh « connnent »; 'an « ah! »; ^abbedig « je ne veux pas »; '»'a 
« prends garde ». En dehors de ces cas, le Jitn/iza initial tombe tou- 
jours: ?/();■ « prince » <^ class. 'aiu'irun : liûii « il otfensa » <;[ class. 
'fihùn'i: /;//>■ « démon » <;[ class. 'ibl'i-^: ktaf « épaules » <;[ class. 
'dlddf : uUid « enfants » <^ class. '(nihidiin (1). etc.. 

Le fia/iiza médiat tombe toujours dans le dialecte en allongeant 
la voyelle brève voisine: /y/.-- « tête » <;[ ;y/.-:'""; un petit nombre 
de mots gardent cependant leur Jiainza, mais ce maintien est dû à 
l'influence de la langue classique; so'd! « il demanda », )ii\if/(/rh 
« bien élevé », xtd'zcii « il demanda la permission ». • 

Le hamza final tombe toujours en général, et l'auteur le reconnaît 
bien (p. 61). Il se maintient cependant dans quelques mots monosyl- 
labiques et parfois il est ajouté à des particules classiques pour leur 
donner une valeur emphatique: hc' « tiens « <;; class. hû'n: Jii'Jii' ou 
zi z'' " t'''i dont on se sert ))our jiuur inviter les chameaux à manger 
et à boiie » ; /à' ou hih « non <^ cias. /à. 

V. 61. « Le t du féminin tombe à la fin des mots, lorsqu'ils ne se 
combinent pas comme sfat. ronstr. avec les mots (jui suivent », et 
iM. Mattsson donne comme exemple ■•'inl « année » <^ clas. saiiaf. 

(1) Ici la première syllabe était fermée en classique, mais c'était 
la seconde qui portait l'accent en vertu de sa longueur. 



t oMi'ir.s lu.Nnrs. 1 |.î 

H olail iniiipleuim-iit iiiiitilL' ùv iolt'\er ce « pliénoiiièno », qui est 
on ne peut plus banal soit dans les ilialettes, soit en classique, 
soit même dans d'autres langues sémitiques. ])evant les formes sfiiint 
et inaw('iniat à l'état absolu, il aurait à\x metti'e un astérisque, car en 
vieil arabe on avait déjà .<una et iiiatvâriiic « jMaronites ». Il s'agit 
en effet ici de vieil arabe préhistorique présentant le même état pho- 
nétique que le sémitique primitif. 

P. 75 (voyelles). Je partage complètement l'opinion de Hartmann, 
qui soutient que a se prononce à peu près comme c « lorsqu'il est 
placé entre les deux dernières consonnes du mot », avec cette res- 
triction cependant qu'il ne faut pas que l'une de ces deux dernières 
consonnes soit une emphatique ou même r emphatique : qaJein 
* plume » <^ class. qalain"" ; viarkeb « vaisseau » <^ clas. mat- 
kab^'"; mais mauda' « lieu » <^ manda"''; ituib^ad «lime » <;_ class. 
wi6R«rf>"> (1) ; l'auteur se trompe en soutenant le contraire. 

P. 92 et suiv. Le chapitre sur la chute des voyelles brèves laisse 
beaucoup à désirer comme clarté et exactitude. Au heu de tâcher de 
donner autant que possible des règles précises sur la chute des 
voyelles o, i, h dans la langue du peuple qu'il aurait dû étudier de 
préférence, l'auteur n'a fait que décrire le langage à demi-classique 
de ses informateurs instruits. De là cette confusion et ce manque de 
précision dans l'exposition : les huit pages qu'il consacre à la chute 
des voyelles brèves ne sont guère qu'une énumération des faits iso- 
lés. Et pourtant, il y a des règles constantes qui n'admettent pas 
d'exception et qu'on reconnaît aisément, si l'on n'est pas influencé 
par la langue classique. D'après elles, les trois voyelles brèves tom- 
bent à l'intérieur du mot. par exemple, toutes les fois qu'elles se 
trouvent dans un même mot en syllabe ouverte suivie ou précédée 
de deux autres syllabes plus fortes: narbû « ils frappèrent » <;^ class. 
wirabù ; narbct « elle frappa » <^ class. Dnrnhaf : wirnbnu « il nous 
a frappés » <^ class. ïtarabaïu'i ; baqra « vache » <;^ class. briqiiarat"" 
' a^ra « dix » <^ class. 'a^arat"" (/'n féminin provenant de af pri- 
mitif joue le même rôle qu'une voyelle longue (1); et aussi toutes 
les fois qu'elles se trouvent en syllabe ouverte, suivie immédiate- 
ment d'une syllabe longue et accentuée, que cett* syllabe soit ouverte 
ou fermée: Unf'if « léger » <^ class. Hnfif"": lihrnôr « âne » <;;] class. 



(1) On a désigné ici ;• emphatique par la majuscule //. De même 
pour les autres emphatiques sauf le lirlli simple qu'on a noté hli. 

(1) Toute syllabe fermée comptait comme longue, de mémo cpie 
dans la métrique grecque et la métrique hindoue et sans doute aussi 
dans la métrique indo-européenne. 

8 



I I I (()Mi'H>; KiADis. 

hiiiiiir^"': t<fil « loiiid » <^ c lass. fj iii/'il^'^^ ■ tnih- « U'i-ie » <^ ulass. 
turràh»". L'auteur no veut jias ie( onnnîtic ces règles et écrit naufara 
« jet d'eau », ziioiji/ara « petite » : Hafif « léger » qnlil « peu nom- 
breux « lihonùr « ânes » (95). à côté de /»//// /■^/, zoi/;/ârn, Iniiliàr (p. 44), 
Hyàr « concombre » (p. 70). (iH'in « épais », etc. Sa graphie manque 
donc de logique, puisque des traitements ditlerents ne sauraient 
exister dans un même dialecte pour des voyelles qui se trouvent dans 
les mêmes conditions phonétiques (cf. Vt-ndryes, M. S. L., t. XVI, 
p. 58). Cela montre en outre que M. Mattsson a adopté comme 
norme un parler qui n'est ni complètement vulgaire, ni tout à fait 
classique. 

En résumé, bien cjue l'auteur se félicite d'avoir sur les autjes 
dialectologues arabisants l'avantage d'appliquer des connaissances 
acquises à l'école de M^f. Jespersen, Sweet, Sievers et autres 
phonéticiens, il semble qu'il voie la langue d'un point de vue tout à 
fait extérieur et qu'il n'ait pas encore assez présente à l'esprit 
l'importance de l'idée d'évolution dans le langage. Il ne suffît pas 
pour être un bon linguiste, même arabisant, de bien connaître phi- 
lologiquement la langue, de l'avoir observée sur place et de ne pas 
être étranger aux recherches de phonétique expérimentale; il faut 
encore et surtout avoir des notions de linguistique générale et tâcher 
d'arriver pour les langues sémitiques à la même précision à laquelle 
on est arrivé pour les langues indo-eiiropéennes. 11 faut savoir saisir 
l'ensemble de la langue et ne pas craindre de rechercher par hypo- 
thèse de quel système linguistique résulte le système actuellement 
observé. C'est ce que ne fait pas assez M. Mattson. 

M. T. Feghali. 



Emile Faguet, de l'Académie française. — Les préjugés nécessaires. 
Pa>i.<, Siiriété françaisf t/'impriiiieiip rf <1f Jihriiirie, 1911, in 18 
Jésus, 3 fr. 50. 

Le 23 novembre 1771, Galiani écrivait à Mme d'Epinay: 
« La persuasion de la liberté constitue l'essence de l'homme. On 
pourrait même définir l'honinic nu animal qui se croit libre, et ce 
serait une définition complète. .M. do Valmire lui-même, lorsqu'il 
dit qu'on n'est pas libre, jiourquoi le dit-il'' Pour qu'on l'en croie. 
Il croit donc les autres hommes libres, et capables de se déterminer 
à le croire. Il est absolument impossible à l'homme d'oublier un 
seul instant, et de renoncer à la persuasion qu'il a d'être libre. 
Voilà donc un premier point. Second point : être persuadé d'être 
libre est-il la même chose qu'être libre cm eliet ? je réponds : ce n'est 



COMPTES RENDUS. llo 

|piis la même iliose. mais cela produit les inêines elVets on morale. 
L'homme est donc libre, puisqu'il est intimement persuadé de l'être, 
et que cela vaut tout autant que la liberté. Voilà donc le mécanisme 
de lunivers expliqué clair comme l'eau de roche. S'il y avait un seul 
être libre dans l'univers, il n'y aurait plus de Dieu, il n'y aurait 
plus de liaisons entre les êtres. L'univers se détraquerait; et si 
l'homme n'était pas intimement, essentiellement convaincu toujours 
d'être libre, le moral humain n'irait plus comme il va. La conviction 
de la liberté suffit pour établir une conscience, un remords, une 
justice, des récompenses et des peines. Elle .suffit à tout, et voilà le 
monde expliqué en deux mots. » 

Ce curieux passage résume quelque peu d'avance la thèse fameuse 
(le M. Fouillée sur La Liberté et le Déterminisme : il contient déjà 
en germe la théorie des idées-forces. 

Et déjà il fait aussi pressentir l'idée fondamentale du nouveau 
livre de ^L Faguet : Les Préjugés nécessaires. 

Qu'est-ce que les préjugés uécessciircs.^ des croyances « qui sont 
tantôt des vérités, tantôt des erreurs, mais dont, vérités ou erreurs, 
les hommes ont besoin pour vivre en société. L'instinct social les 
a créées, ou l'instinct social les a formées, et de leur solidité dépend 
la solidité même de 1" édifice social. 

Enumérons les études successives que M. Faguet, avec sa pénétra- 
tion ordinaire, est ainsi amené à faire: L'amour de la vie, Le libre 
arbitre. La nuirale. Les reli<jioii<. La rie future. La Xémésis. Lm 
réversibilité des fautes. Le culte de la farce. L'aristocratie, Le 
mariage, La jjrojjriété. 

Ces divers points examinés, ^L Faguet montre comment l'instinct 
social pousse à la fois à rechercher et à craindre la vérité ; il étudie 
d'une façon générale les luttes et les trath-iformations des préjugés 
nécessaires. 

Un chapitre final, empreint dune mélancolie résignée, nous fait 
entrevoir dans la décadence en notre pays des préjugés nécessaires 
la décadence même de notre société. 

Livre à lire, et qui fait penser. Mais ne contribuera-t-il pas à pré- 
cipiter la ruine qu'il déplore ? 

Dans la lettre (pie nous avons citée tout à l'heure. Galiani. à 
propos de la liberté, disait encore : 

« Comment peut-on, me demanderez-vous. être intimement con- 
vaincu d'une chose, pendant que le contraire est démontré?... 
Toutes les fois que la cervelle humaine ne peut pas se former 
d'idée de quelque chose, la démonstration ne peut pas se changer 
en persuasion... Il nous est impossible de nous former l'idée de 
n'être pas libres. Nous démontrerons donc que nous ne le sommes 



1 If) COMPTES hi:ndls. 

|i;is. et nous iigiroiis toujours (.ouiiue si nous l'élions. L'cxpliration 
(le ce plicnoiuèue est que les idées ne sont pas des suites du raison- 
nement ; elles précèdent le raisonneiuont, elles suivent les sensa- 
tions. » 

\Mais est-il bien sûr que nous ne perdrons pas le sentiment de la 
liberté à force de nous entendre dire que la liberté est impossible? 
Et, quoiqu'on nous affirme qu'elles sont nécessaires, nabandonnerons- 
nous pas de plus en plus des croyances, dont on nous dit que, à tout 
prendre, elles ne sont que des préjugés? 

Eugène RiGAL. 



A. Joannidès. — La Comé<lie-Fraii(,;iisi'. 1910. I'(ii'i.<. I'Jdii. Xainrif 

<'t Cir, 1911, in-8% 7 fr. 50. 

L'année 1910 a été marquée, pour la Comédie- l'iançaise, par les 
inondations, par le jubilé Claretie, yjar les amusants démêlés entre 
M. Le Bargy et ^I. Silvain. Sur ces incidents et sur toute la vie 
artistique et administrative de la Maison de Molière, le nouveau 
fascicule du JouniiuJt.-' contient les détails les plus complets et les 
plus [)iquants. 

E. R. 



E. Faguet. — Le Féminisme. Société fiaiir/ii.-c d'iiii prime rie et de 
librairie, in-18 Jésus, 3 fr. 50. 

S'il existe une question qui, par les importants problèmes c^u'elle 
soulève et les aspects variés, graves ou réjouissants qu'elle revêt, 
était de nature à solliciter la curiosité et la verve de M. Emile 
Faguet, c'est assurément le Féminisme. 

Les F'éministes se pi'oposent d'établir non pas l'uniformité, ce qui 
serait absurde, mais une quasi-égalité entre les deux sexes : égalité 
d'instruction, égalité de droits, égalité d'accès aux professions. 
Dans une série de pénétrantes analyses consacrées aux diiiérents 
ouvrages publiés pour ou contre ce mouvement, M. Faguet a su 
faire ressortir l'ensemble des efl'orts tentés pour élever le niveau 
moral et intellectuel de la femme. S'il en raille finement les excès, 
il proclame l'excellence du but à atteindre. 11 a réussi notamment 
à mettre en relief cette idée que le fond du féminisme est moins 
une insurrection de la femme contre l'iiomine que contre eUe-viémc. 
contre les défauts qu'a développés en elle depuis des siècles sa subor- 
dination à l'homme, intéressé à les cultiver et à les entretenir. 



COMPTES RF.NDUS. 117 

W. Haereus. — .Siliiiae uel potins Aetheri;ie Pcregriiintio ;ul lora 
saïK-ta. Ilndclhnii. Wintrr. 1908. Petit in-8" de viii-42 p. 1 m. 20. 

L'édition que nous annonçons forme le premier volume d'une 
CoUcctioti de fcxfe< en latin cu/ijuire publiée à la librairie Cari 
Winter (à qui nous devons une Collection de lirrrs élémentaires de 
[ihilolofjie romane), sous la direction de MM. W. Haereus et H. ^lorf. 
Les auteurs de cette collection ont été bien inspirés en nous donnant 
tout d'abord le texte si précieux de la Pereijrinatiu ad loca sancta. 
Voilà un livre qui peut se vanter d'avoir eu du succès, quoiqu'écrit 
dans la première partie du VP siècle. 11 y en a bien déjà une demi- 
douzaine d'éditions, et celle-ci, sous sa l'orme commode et grâce à 
son bon marché, procurera de nouveaux lecteurs au récit naïf de 
l'intéressante pèlerine. 

D'ailleurs de nouveaux problèmes se posent constamment à propos 
de ce texte. ^I. Haereus le croit encore du IV" siècle (1) : or M. Cler- 
mont-Ganneau a d'abord prouvé et M. Karl Meister a confirmé 
ensuite (jue cet écrit était beaucoup plus récent : d'après Karl 
Meister, il serait des environs de 540, en tout cas peu antérieur à 
cette date. On avait cru d'abord Silvia originaire d'Aquitaine : 
Dom Férotin démontra que le nom de Silvia lui avait été donné à 
tort par le premier éditeur Gamurrini et que le vrai nom de l'auteur 
était Egeria, Echeria ou Aetheria. Il semble que ce dernier nom 
soit le plus vraisemblable. Enfin Aetheria change de patrie en 
même temps que de nom. Elle devient Espagnole, et, pour préciser, 
Galicienne. Les paroles du moine Valérius, originaire de la Galice, 
me paraissent suffisamment claires sur ce point. J'ai recherché les 
hispanismes qui pouvaient s'y trouver dans une étude publiée en 
1905. J'avais peu d'illusions sur les résultats de ces recherches et 
l'étude purement linguistique d'un texte de latin vulgaire me paraît 
insuffisante pour établir même d'une manière approximative l'ori- 
gine de ce texte. Cependant le j)eu de particularités que j'avais 
relevées pouvaient à la rigueur s'expliquer par l'origine espagnole 
de l'auteur. M. Karl Meister (2) est allé plus loin que moi dans cette 
voie, et après avoir réfuté — sans aucun succès à mon avis — 



(1) M. J. Deconinck. rendant compte dans la //me Hililifuie (1910) 
du ti'avail de ]\I. K. Meister. revient à cette date, après avoir discuté 
à fond les arguments d'ordre archéologique et liturgique donnés par 
M. K. Meister. 

(2) ])e Itineiariii .[elliariar a/ifia/i.<sae. etc. l{li<ini<rlie.< Mii.<viui), 
64, pp. 337-368. 



1 18 rOMI^I 1 s HINDIS. 

I'()[)iiiii)ii (le ( eux ciiii croii'iit, en sr l'oiidant sur le texte ilu moine 
Valérius, à Torigine espagnole d'Aetheria, il essaie de démontrer 
que les particularités de sa langue s'expliquent mieux par son 
origine provençale. 

Cette dernière partie de son travail ne me paraît pas plus con- 
vaincante que la précédente. Mais ce n'est pas le lieu d'instituer ici 
une c()iii})araison : nous avons voulu montrer seulement combien les 
problèmes qui se posent au sujet de la Pc>c(/iiiiafio sont intéressants 
et comment ils changent aisément de face. 

Pour en revenir à l'édition Haereus, félicitons l'éditeur de s'être 
tenu aussi près que possible du manuscrit d'Arezzo et de n'avoir 
hasardé de conjectures qu'avec la plus extrême prudence. Nous espé- 
rons que dans la prochaine édition il acceptera la date du Vl* siècle 
(au lieu du l'V^') et que les noms de R. Duval et de Clermont- 
Ganneau seront compris dans la bibliographie qui suit l'introduc- 
tion (1). 

Le second texte de la collection est la Cciki Til/iiiih-]iii)>ii.<. suivie 
d'un choix d'inscriptions pompéiennes. 

Le troisième volume contient des extraits assez nombreux des 
livres II et III des Miiloincdiruia Chironl" (éditeur, I\I. Nieder- 
mann). On sait que ce traité d'art vétérinaire, imité par Végèce, 
est écrit dans une langue d'une parfaite rusticité. Les extraits (ju'en 
donne M. Niedermann sont accompagnés de nombreuses notes criti- 
(jues. Pour le texte complet, il faut avoir recours à l'édition que 
M. Oder a publiée il y a une dizaine d'années, avec l'aide de 
M. Bùcheler. 

Le tome IV (qui est le dernier (jue nous ayons sous les yeux) 
comprend des textes se rapportant à la légende d'Alexandre {K/einr 
Texte ziini Ahxaudcnotnun, éd. F. Pfister). Ces textes, édités 
d'après un manuscrit de Bamberg, comprennent le Coininouitoriuni 
Palladii, le traité de Dindimus sur les lîrahmanes, la correspondance 
échangée entre Alexandre et Dindimus, et la lettre d'Alexandre à 
son maître Aristote au sujet des merveilles de l'Inde. 



(1) On peut voir pour plus de détails le eouipte rendu (pii paraîtra 
dans la Zeif.-'r/irif/ fiir f lanzntxisrhr Spnir/ir uiid lAitcrniur. Quel- 
ques fragments d'un mamisciit de la l'i rciirinittio ont été publiés 
dans la licrue Béuédirtitir (1909. pp. 481-84) ; mais ils sont courts 
et il n'y a rien d'inédit. Le texte de la lettie de Valérius a été publié, 
d'après un nouveau manuscrit, par .M. Garcia dans les Antilectn 
lioUainlhiiKi (1910). 



tOMi'ir.s Hi.Nni?. 1 10 

Parmi les oïlitiuiis aniidiuées. nous rt'iiiar(]U()iis un Choix de 
<jrainm<iiripn< hi/ui-< et un ('lici.i- ilr furitm/cs </c /'é/XKjiic utérin in- 
(jicnuc ft rnriiliiKjicniic. 

J. Angladk. 



Les classiques français du Moyen-Age ; la Chastelaine de Vergi (éd. 
G. Raynaud) ; Villon (éd. Un ancien archiviste) (1). Paris, 
H. Chain pinn. 1910. 

Voici les premiers volumes d'une collection dont le besoin se 
faisait vivement sentir en France. Elle a pour but de mettre à la 
portée du plus grand nombre de lecteurs possible des textes rares 
(ou dun prix trop élevé) de notre littérature du Moyen-Age. Elle 
est publiée sous la direction de ^I. Mario Roques. On nous annonce 
les Chanson--' de Colin Musct (éd. J. Bédier), le Coronement Loois 
(éd. Langlois), etc. 

Le directeur et l'éditeur de cette collection imprimée en jolis 
caractères (Protat) ont voulu comprendre sous ce titre de Classiques 
français du Moyen- Age nos auteurs méridionaux, et ils ont été bien 
inspirés. Classiques, nos troubadours le sont plus peut-être que les 
poètes de langue d'oil de la même époque, par leur souci extrême de 
la forme tt de la composition, et français, ils sont aussi dignes 
qu'eux de l'être, si l'on entend par ce mot ce qui a fait en partie le 
charme du Moyen- Age français de la chevalerie, cette exaltation de 
Cnrtoisie et de Dnierie dont l'expression se retrouve si heureusement 
dans Chrestien de Troyes. En vérité il eût été bien dommage que nos 
troubadours ne fussent pas de la collection. Aussi on ne sera pas 
étonné d'y trouver im Peire Vidal (nous avons terminé (mars 1911) 
l'édition aux trois quarts ; nous reproduisons en partie le texte de 
liartsch, en l'accompagnant d'une traduction); nous donnerons éga- 
lement un Richart de Barbezieux et un Choi.z de poésies de Guiraut 
Riquier. La collection comprendra également un Bertran de Born (par 
M^L Jeanroy et Thomas, si nous sommes bien informés), un Arnaut 
Daniel (par M. R. Lavaud). etc. La collection sera d'un bon marché 
(maximum trois francs par volume) auquel les romanistes ne sont 
pas habitués, au moins dans notre pays. Nous attendons beaucoup, 
pour le développement de nos études, de cette nouvelle collection. 

J. Angi.ade. 



(1) La première annonce de la collection portait par A. Longnon 
c'est sans doute le même éditeur. 



I •.'(> (OMI'IIS ItKNDlS. 

F. Baldenspcrgcr. — l^tudt-s d histoire litlérairc, 2' sûiic. l'arU, 

ll,i,h,ll, . 1910 (inl8 . 216 j).)- 

l'ne pieiiiièit' série avait pain iii 1907. conlcnant de solides études 
de littérature toiiiparée. sur Young et ses .\'iii/.< eu France, sur 
la Lénoïc de Bùrger dans la littérature française, et un examen très 
touillé, à la t'ois eonsfientieux et fin, des définitions qu un peu par- 
tout on a essayées de Ihuniour : « 11 n'y a pas d'humour, il n'y a que 
des humoristes ». concluait-il, se ralliant au point de vue adopté par 
AI. Cazaniian dans son étude psyihologicjue et estliétic^ue de l'humour 
(Ii'crue ijen/itiiiiquc, 1906). 

Cette 2' série ollre les mêmes qualités de séiieux et d'agrément. 
Elle comprend une étude curieuse sur la Société précieuse à Lyon 
au XVI P siècle (Groupe accueillant: on y rencontre des religieuses 
et des réformés; la confrérie du Saint-Sacrement a des ramifications 
avec ce monde. Rien de commun avec les pecques provinciales. 
M. Baldensperger pense qu'aux yeux de Molière lui-même les pré- 
cieuses ridiculcf pouvaient bien n'être que le second ban de la 
préciosité) ; puis ime liistoire des théories de Lavater dans la litté- 
rature française, intéressante notamment en ce qui regarde Balzac ; 
une importante étude sur Chateaubriand et l'émigration royaliste, 
précisant les l'apports de Chateaubriand avec les groupes de Français 
émigrés comme lui en Angleterre (on aime à croire que c'est le prélude 
d'une liisfoirr. littéraire de Vérnitjrntion que AI. B... nous promet et 
qu'il est très qualifié pour écrire) ; enfin l'esquisse d'une Histoire 
de Sliakespeare en Fraiicn. Ensemble très vivant, plein d'une scienct- 
clairc, et (jui rapproche de nous toutes les (]nestions qu'elle touche. 

J. AI. 



Auguste Rey. — .leim-Jnc quosT?ou.sseau dans la vallée de Alontmo- 
rcu. y. l'ari<. Plan, Xovrrif, sd (in-12 iv-293 p.. 3 fr. 50). 

Ce livre, d'une i)i formation scrupuleuse et d'une composition 
agréable, fera plaisir à tous ceux qu'intéresse la querelle, tant de 
fois discutée et encore embrouilk^e, de Rousseau, de Aime d'Epinay 
et de Diderot. Al. Rey n'ignore rien de la vallée de ALcmtmorency ; 
grâce à la carte et au commentaire (ju'il en donne, on pourra faire 
un curieux pèlerinage en ces lieux que d'illu.stres orages sentimen- 
taux, des tendresses passionnées et de grandes douleurs d'amour- 
propre ont rendus chers aux amateurs de psychologie littéraire. 11 
conduit Rousseau juscjue chez Aime de Luxembouig. puis à Erme- 
nonville. Guide excellent. 

J. AI. 



co.MPTi:s I!i;ndus. J'21 

Bernard Sarrieu. — Persistance de ratlicaux leltibériens (noms 
<l'lK)nunes et noms de divinités) dans quelques noms de lieux de 
Gascogne, liullctin de la Société (irr,fiéo/o(/i<jiic du Cîcr.<, 2' et 3' 
trimestres 1910, p]). 203-211. — Les « Thermes des Onésiens », 
d'après E. Camoreyt. Saint-UniHloit", imjirinic.ric et lihrairie AOa- 
ilie, 1910, tirage à part de la Ne eue de Cuiiuuiiujc^, 1910. — 
Et Perdut, pastouralo luchounéso. Ban/ières-de-Luchoun, '////;;/- 
mariô-Uhrariâ Sarllic. 1910. — Sans-Parro de Oço, dramo ion 
mengés. Ibid. 

Notre Revue a reçu presque simultanément "ces quatre témoignages 
de l'activité intellectuelle si vai'iée que déploie un de ses collabora- 
teurs les plus appréciés. 11 ne m'en voudra pas d'insister surtout 
sur les deux premiers, comme se rapportant plus directement aux 
études que nous poursuivons ici. 

M. S. entend « par celtibériens, sans vouloir préciser davantage, 
des radicaux d'origine non latine, attestés cependant par les auteurs 
anciens ou par les inscriptions gallo-romaines ». Les faits (pi'il 
discute avec une excellente mêtode prouvent la persistance non 
seulement de radicaux, mais encore de dérivés à suffixes non latins, 
exemple les nombreux noms de lieu gascons en -oit tonique corres- 
jiondant à -ossi, -asî>o des inscriptions citées d'après Julien Sacaze. 

L'article sur />r,< « Tliermev des Onésiens » contient d'abord un 
travail laissé manuscrit par feu E. Camoreyt, conservateur du 
musée de Lectoure, puis des remarques de M. S. qui sont en somme 
une réfutation formelle des condusions du manuscrit qu'il publie. 
11 s'agit de savoir si les ^j^v 'OwiTtwv Ôeûaâ ^^^ Strabon sont notre 
l5agnères-de-Luchon. En faveur de l'affirmative M. S. présente 
plusieurs arguments qui semblent très bons; en particulier il n'a 
pas de peine à lever des objections que Camoreyt fondait sur une 
connaissance insuffisante de la to])ononiastique et de la fonétiquo 
luchonnaises. 

Une pastorale en piose mêlée de chants, sur le tème d'un accident 
de chasse à l'ours, et un drame en vers inspiré par une légende 
i ommingeoise nous apportent des preuves nouvelles de la maîtrise 
avec laquelle jM. S. manie le parler luchonnais. .Mais après Kra 
(iarlaiido, Piréno et lira' llrcneclténi^o la démonstration n'était 
plus à faire. Aussi ^M. .S. voudra-t-il sans doute excuser la liberté 
grande que je prends en lui disant — mon opinion ne sera peut-être 
pas isolée — que le charme ressenti à la lecture de ses compositions 
littéraires se tempère d'un certain regret de le voir disperser une 
activité précieuse, qui gagnerait peut-être à se concentrer au moins 
pour un temiis, jusqu'à l'achèNement de ses belles études sur le 



122 roMPTF.s nr.NDL"?. 

parler liulioniiais. i coiiipiis le (littioiinairc <iue nous attendons tous 
impaticMiinent : ee serait sans doute la plus utile et partant la plus 
belle manifestation de la toudiante iiiiin di /ki/i'ui qui anime sa 
personne et ses œuvres. Jules Ronjat. 

Novelari català dels segles XIV a XVIII. publicat per R. Miquel y 
Planas. Harcelons, carrir ilv Mallurcu, 207. 

J'ai déjà dit (1910. p. 202) Tintérêt de cette publication et le soin 
apporté à la rendre aisée à consulter. Voici six fasc-.i'ules nouveaux : 
Sovini de Francesch A/e(/ie, inédit, i'ornie les folios 239-252 du 
Jardinet d'Orafî' conservé à la Bibliotèque universitaire de Barce- 
lone; liahonmnent ctiire Franrcscii Alegrc y Spcranra, écrit à la 
suite du précédent dans le Jardind ; l'cnsnmcnt de Pcrc Joaii Ferrer, 
folios 92-98 du Jardinet, DexjirofTiamenl d'amm de Nnmeu LuU, 
folios 258-263 du Jardinet (l'éditeur n'indique pas la date de ce nis., 
mais elle ressort du fait, cité à la fin du Hahonament, qu'un ouvrage 
de Fr. Alegre a été imprimé à Barcelone en 1494) ; Tractât sobre 
Scipiô y AnibaL composé par le F. Antoni C'anals d'après Tite- 
Live et Pétrarque et conservé dans deux mss. du XV' siècle, l'im à 
l'Académie royale de Barcelone et l'autre à la Bibliotèque universi- 
taire de cette même ville; Jjo fill dej .lene.trcd. version catalane d'un 
original français (publié par M. ^léon. Xoiueau recueil de fabliaux 
et contes inédit».... Paris, 1823) déjà publiée en 1876 dans Komania, 
le ms. du XV° siècle est conservé à la Bibliotèque nationale de Paris 
(fonds espagnol 154, ancien 7696. décrit sous le n° 128 dans le cata- 
logue de M. Morel-Fatio) : les dernières feuilles sont arrachées, 
l'éditeur a complété le récit à partir de la ligne 506 en donnant, 
avec l'original français ci-dessus, une version en catalan du XV' 
siècle sur les imperfections de laquelle il s'excuse avec un louable 
modestie (j'ai relevé p. ex. rin(/iierrn. 529. contre rengren. 419) ; 
de plus, il donne sous les lignes 187-237 un fragment d'une autre 
version d'après un feuillet dépareillé conservé à la bibliotèque de 
Vlnstitut d'estudi)^ caiedans. 

Ces six opuscules m'ont intéressé surtout au point de vue de l'état 
de la langue. Voici quelques traits qui me semblent dignes de 
remarque : 

Un peu partout, assez fréquemment '' jwur a posttonique et confu- 
sion entre e et a jjrétoniqiies : plus rare est -a pour -e, ex. com 
jJdura. reura {Samni 206. 596), reura. [tendra {Pe.-'prfipr. 236, 244). 
iiuciura [Scijno 271): on trouve parfois -'■ pour -a en proclise : se. te. 
asse « sa, ta, à sa » {Scipin 413, 648, 690. 1228, 1229. 1413) ; a- est 
omis dans ab stucia, ali ■<fusia « avec astuce» {Soinni \59. W^), stucias 



COMPTES RENDIS. l'?3 

Sriplii 37, 252), coinine <■ l'est (très fréqueiunieut) devant --l-ronsoinio, 
ox. .-r(/,-o (SoiiDii 423). Sripiii présente très fréquemment — a.< au 
pluriel des noms en -a (187. 203, 207, 213, 214, etc.); les autres 
textes ne connaissent que -es. Oçiu <;" occiclit, mais auciura 
<; occidcre {Scipio 271, 274). Tniibre <; * timere (Scipiô 485). Knlc- 
gre « entier » et entegrainent « entièrement » {FiU 376, 386, 389). 
Carthagine > Cartayne -a (Scipiô 437, 665. 686. 713. 1026, 1036, 
1037, 1210, 1247, 1315, 1349, 1350; Cnrtmuja 947 peut représenter 
une inadvertance du scribe). Pii.< (proclitique devant négligent) 
< plus {Scipiô 997). 

Pluriel redoublé abdosos « tous deux » {FUI 77). VaJicr <^ ridirc 
(Fil! 76. 444), mais rciird <; *ridere (ex. plus aut. et cf. fenihrc). 
2' pers. plur. -ts dans Scipiô et yfjZ/, maii -m dans les textes du 
Jardinet. Fa-y <; facio (FUI 471, 486). Tous les prétérits forts ont 
des formes courtes arcaiques dans FUI: dix 52, 69, 82, rcnc/i 172, 
Cideuenc/i 47, re.<pos 63, captcnch 73, planch, rnoclt, hac, rolch, 
concrh, etc.; Scipiô dix 335, 352, hac 958, etc.; dans le Jardimt 
apparaissent les formes modei-nes allongées, ex. Jiagiie « eut » {Dcs- 
propr. 73, 225). L'ancien conditionnel est encore employé dans 
Scipiô: haguera « aurait » 641. Plusieurs exemples de futur coupé 
dans Scipiô.' dirmas « tu me diras » 581, (///• to he « je te dirai » ou 
« je te le dirai » 650 (io pour te, ou contraction de te ho, mais hu 
est inutile au sens de la frase), non restrenyer e tanchar >ii'.< him 
703. 

l'oi uv< nireti « vous vous en irez » (FUI 275) explique bien 1 ori- 
gine du futur aniré pour anaré: le croisement ir — anar doit être 
parti de ni ré <^ iiidc ire habvti. dont Vu fournit le contact fonétiijue 
avec anaré. 

Accord tiirbn ruunt dans Scipiô 959; A' tota lu hast, ab caru niolt 
alcgra, rr.-pongueran ab en carutge et ab ma rcii. 

Ordre prédicat ou régime + verbe assez fréquent dans Dcpropr. : 
j)ortat fos « que je fusse porté » 37, aturat me lench « me tint 
arrêté » 46. en Io portai portes non riu « je ne vis point de portes 
au portail » 47. La construction sintétique de Scipiô 1330 e-- conna- 
tarai que penucfin [,, mon p<rir per .-■(}la iniquitat doit être un 
calque du latin. 

Scipiô 406 emploie torcimuni/ (plur. torciinani/s, 995) au sens de 
« trucheman » ; le dictionnaire de Bulbena et Tosell traduit tnrci- 
many par « fourberie, ruse, artifice, guadramana ». Aç « ligne de 
bataille » dans Scipiô (notamment 847. et phir. accy 844. 902) a-t-il 
été calqué par l'auteur sur le l;itin oriis. ou le mot a-t-il existé en 
catalan, comme liaz en vieil espagnol et en vieux portugais? 

J. R. 



\-2\ ( oMi'Ti.s i;i:m)i>. 

Il Gran Mondo. livista nrtistici. lotteraii;!. illiistriita, (iin)i(liriiiali-. 
/,'omn, 10 ottoLir 1910. 

Numéro consac-ré à F. .Mistral, à l'onasion de ses quatre-vingts 
ans. A côté de l'opinion d'un Pic Rajna ou d'un Y. Crescini on i 
voit des choses dans ce goût : p. 10, les écrivains provençaux de 
marque auraient été au XV' ( '!) siècle Belaud de la Jielaudière, Pierre 
Paul et « la d'Altouvitis » ('')• au XVII* Bruys (Brueys), Bertet ( ?) 
et Salboy (Saboly) ; p. 14, la Teneur blanche commençait vers 
1848; p. 18, la muse méridionale aurait aussé le ton de ses chants 
avec Jasmin (oui). Peyrottes ('/). Chailan (??), Bellot (???) et 
Bénédit (????). La plupart des collaborateurs auraient mieux fait 
de suivre l'exemple donné dans une lettre adressée de Milan (p. 16) : 
« Esprimere banalmente la mia animirazione per ilistral ? Oh. n(j. 
Sci'ivere su di lui qualcosa di profonde e di originale? me ne manca 
il tempo e la preparazione. Mi perdoni dunque il mio laconisnin. 
Mistral non se ne accorgercà... » 

J. 11. 



AVIS DE CONCOUliS 

La Société i/c Linr/iii-'^li'/iir de Pari." nous prie de faire savoir que 
le prix Bibesco sera donné par la Société, en 1911. au meilleur 
ouvrage imprimé ayant pour objet la grammaire, le dictionnaire. 
les origines, l'histoire des 1a!iguc< romnnrs! en général et. préférable- 
ment. du roumain en particulier. 

L'auteur pourra appartenir à n'importe quelle nationalité; il 
pourra être ou non membre de la Société de Linguistique. 

Seront seuls admis à concourir les ouvrages écrits en fronçai--, 
roumain ou Iafi)i, publiés postérieurement au 31 décembre 1908. Les . 
auteurs, en avisant par lettie le président de la Société de leur 
intention de prendre part au concours, devront lui faire parvenir, 
aranf le 1" mai 1911. deux exemplaires au moins de leur ouvrage. 

Les communications et envois relatifs au concours devront être 
adressés franco à :\I. le Président de la Société de Linguistiipie. à la 
Sorboiino, Paris. 



FRAGMENT D'UN TERRIER DE I.A RÉGION 
DE CADOURS 

(IlAlTE-GARONMi), KCRlï AU X\^ SIÈCLE ET CONSERVÉ A Ly 



ON 



Lo (locLimienl en dialecle gascon (1) quo nous publions 
ci-après est un l'ragnienl de lerriei'; conservé à la Riblio- 
Ihèque de Lyon, dans la colleclion Alorin-Pons. Il est 
transcrit sur un cahier de 23 folios de papier, qui ne sont 
pas numérotés. Ce texte n'est pas daté. La date se trouvait 
sans doute au début ; malheureusement le commencement 
inaïKiue, <ce qui justifie l'expression de terrier imparfail, 
placée, il y a de longues années, en haut du premier folio. 
Mais on y a joint à la fin trois petits juorceaux de papier 
sur lesquels se trouvent des notes eu caractères très cur 
sils. Sur le dernier, écrit en latin, on lit les dates du 30 
mars 1486 ; du 20 mai de la même aimée ; et celle du 
7 juin 1486. Ces notes ne sont pas de la même main, 
mais l'écriture paraît être ilu même temps que celle du 
lerrier kii-mème, (jui a pu ainsi être rédigé avant la fin 
du XV« siècle (2). 

Les localités dont il est fait mention dans ce texte se 
trouvent toutes près du chef-lieu de canton actuel de 
Cadours, situé à l'ouest de Toulouse, non loin du Gers, 
entre la Save et la Gimone, deux affluents de la rive 
gauche de la Garonne. Les plus connues sont Colomiers, 
Drudas, Launac, Pelleport, Grès. Les personnages dont 



(1) Nous devons adresser ici tous nos remerciements à M. Jlillar- 
det, professeur à l'Université de Montpellier, du soin apporté par 
lui à revoir nos épreuves. Nous remercions aussi très vivement 
M. Jeanroy, de diverses indications qu'il nous a données. 

(2) Au parâg. CXL, on lit la date du 19 mai 1493. Ce doit être la 
date de la rédaction du terrier. 

9 



\W IN II i;i!Ii;r i»i: r..\ iœgion di: cadolrs 

on déiionibre les lomires sont Bernard de La Mota, Pey 
Caries, iUmon de Lal'un, Pey de Lespiel, Pey (1) Dar- 
l)in. Jehanon de TAxoiau. les héritiers de Jehanon de Du- 
ras, Guilhem Tere. los héritiers de Guiraut Gisberl, 
Guilhem Bandera, Jehanon de Vilamot, Laurens Jehanon 
et les héritiers de daane Guirota de Ver, Guilhem Tolosa, 
Johana do Roav'S, Jehanon de Miirat et Peyrona, sa 
i'omnie. 

Ils relevaiLMil tons du soigneur de Launac (2). Au point 
d" \uc philologique, entre autres particularités, nous noie- 
rons la forme aperat (r lingual) (pour apellat), si connue 
on gascon, la forme Germa, pour German (Germain), 
usuelle aussi dans le Ouercy (3) et la forme Joes (ailleurs 
/oc//, jeune, ainsi que les graphies Guihem pour Guilhem 
(n'^ ni), et Guahardet j.our Gualhardet (n° IV). 

L. Caillet. 



(Hihl. mun. de Lyon. Coll. de Chartes léguée par 
M. Henry Morin-Pons, eu cours de classement et d'inven- 
taire.) 

Cahier de papier, non foliole, dans lequel ont (Hé cou- 
sues des noies diverses. Plusieurs trous au début. Plu- 
sieurs passages très effacés. Incomplet. 

[]] {FoL V") ItiMii, Ion I ai'poni de Lerra a l'Averahel 
(pio foc d'en — Pey del Gisca joes, que se confronta 
d'uni Bernât de — La Alola o d'arn na Guirauda 



(1) Pierre, comme Pé. dans St-Pé 

(2) Sur cette buronnie, qui faisait partie du oomté de l'Isle-Jour- 
dain (dont ■elle fut un moment détachée) voir pp. 302-303 de la Nou- 
velle édition de V IJt.^toii" du Laiit/int/or de 1). Devic et de 1). 
Vaiseette (note de M. Molinier) tome XII. Toulouse (Privât), 1889, 
in 4 . Elle comprenait Launac, Peileport. Caubiac, Garac et Saint- 
Jean-de-Cauque/.ac. 

(3) Nous devons prévenir le lecteur que, si dVf//i est autorisé par 
l'étymologie {i/r + (iin ; (im. avec), dam est lonsacré par l'usage, 
comme l'est par exemple, en français, davantage (d'avantage). 



IN TKKHIKH DT. LA RÉGION' DE CADOUHS I .T 

Cabarda e d'ain lo cami — que va enta Cadors (1) e 
te 1 diiic lolosaii ol VP agro en — qii-e lo dit Galardel 
a lo caii per non de visdam — Mossenh do Launac. 

[II] Item, kii a Guilarlz III arpeiis, que terras que prat/., 
— ([lie loiiMi d'en Jehanon deus Pugnos, que con- 
li'outau d'aiii so — ([ue lo (lo) dit Jehanon de Na 
Fauressa [a]ve coniprat de na — Yissent-a e dam... ("-?) 
e fe d'ob — lias XI. toi., en que Galardet a la 
niilat (3) per non — de visdam Mossenh de Launac, — 

[III] Ilcm, ten I pessa de terra e de bo [se] [oblial] el 
loc aperat — Arguahart que se confr[on/a d'am] lu 
métis e d'am — la lera que foc de na Uus [ ] lo 
prat d'en Lissa — e d'am Guihem Jehanon Boet, e 
le doblias... (4) — , en que Gualardet a la mitât [per 
no]m tie visdam — Mossenh de Launac (5). — 

[IV] IUmu, leii 1' pessa do terra e do bosc [ot»]lial el loc 
a[ie — rai bosc Faubet cpie se confronta d'am lu 
métis — e d'am Guilliart Flamenc e d'am Guahardei 
d'am — Germa Escare, e i& d'oblias — , en que 
Galhardet a la mitât per nom de visdam — Mossenh 
de Launac. — 

[\] {Fol. V"). Item, leu al Golome (G) L^ pessa de terra 
obiial, que se confronta — d'am het métis (7) e d'am 
los heretes de Berlran - - Guibert (8) e d'am lo cami 



(1) Cadoiirs (ch. 1. do canton de la Haute-Garonne, arr. de Tou- 
louse). 

(2) Le scribe a laissé en blanc ie nom qu'il ignorait sans doute, 
oomptajit l'iiiisciire plus t<u'd, lUie fois renseigné : puis il a oiiiie de 
le faii-e. Le même fait te reproduit plusieuns fois dane la euite après 
d'ctni et de même aprèss l'expression fe d'oblias, où, ignorant la 
somme exacte, il l'a laissée en blanc. 

(3) Pour meitat, moitié. 

(4) Oblia, en (français oublie, pâtisserie). A ici le sens de rede- 
vance. 

(5) Lauiiac (Haut«-Garoxuie, arr. de Toulouse, canfc. de Grenade- 
sur- Garonne). 

(6) Colomiers-La^ijlanes (Haute-Garonne, arr. et cant. de Tou- 
louse), d'après ^I. Jeanroy. 

(7) het métis, lui-même (= et illuvi), en gascon. 

(8) Gdsbert, effacé. 



1*28 UN TERRIER DE LA RÉGION DE CADOURS 

que va a Dru ■ — das (1) cl fe II (2) dines tolosanes, 
en quio Galardct a lo cart, — per non de visdam 
Moss'enh de Launac. 
[\'I] Ilem, ten I* passa de terra el loc aperal a Berlran 
que — .se confronta d'am Jehanon Amielh e d'am lu 
métis e — d'am las bossolas, que son entre la juri- 
dision — de Pela[p]urc (3) e del Grès (4) e fe d'o- 
hlias... — , en que Galardet a la mitât per non de vis 

— dam Mossenh de Launac. — 

r\ II| Ilem, te aquï [m]eti& 1* peesa de pral oblial que 

— se confronta [d'am] lu métis de duas partz e 
d'am... — o fe d'oblias — ■ on que Ci[alardc]l a la mitât 
per non de visdam — Mossenh de Launac. — 

[VIII] Item, ten a [la] P'ageda 1' pessa de terra e de 
l)0sc oblial — ■ (lue se confronta d'am lu métis et d'am 
\'iels e d'am — lo riu, e fe d'oblias, en que Galar — 
del a la niilal per non de visdam Mossenh de Lau- 
nac. — 

[l.\] It(MH. len aqui métis una pessa de terra agral que 

— confronta d'aiu lo cami de la Fagieda e d'am Ber- 

— nal de La Mota, c d'am lu luelis e d'am los hère — 
tes de m'oncle Guiraut de la Fita e d'am Jehanon (5) 

— Barera e d'am Galarl Flament e d'am Aunos de la 

— Fita en que Galardet a la mitai per nom de visdam 

— Mossenh de Launac. — 

[\] {Fol. 2''*'). Item, ten 1' pessa de terra agral, el loc 
aperat Pral — Ardon. que se (6) confronta d'am G™ 
Jehanon (h'u Torgilh e — d'am lo bosc de Nargua- 
ghat, en que Gualardet — a la mitât per non de 
visdam Mossenh de Launac. — 

[XI] Item, plus ten 1* pessa de terra agral el loc 
aperal — a la Fageda, que es delà lo cami que va del 
Grès — ontia Launac, que se confronila d'am las ien- 

(1) Drudas (Haute-Garonne, air. de Toulouse, lant. de Cadours). 

(2) III, effacé. 

(3) Pellepoi-t (Haute-Gaix)nn€, arr. de Toulouse, cant. de Cadours). 

(4) Grès (Haute-Garonne, arr. de Toulouse, cant. de Cadours). 

(5) Jehanon, effacé. — Dans le texte, il y a heretos. 

(6) Il y a so (sic) dans le texte. 



UN TERRIEU DE LA RÉGION DE CADOL'RS 1 '20 

gudas (1) — del Grès e d'am lo dit cami, en que Ga- 
lardet a la — rnilat d'am Mossenh de Lauiiac. — 
{Fol. 2"°). Jehan de \a Foressa ho te lot so que d'en foc — 
(2) Bernart de Lamota — 

[XII] Bernai de Lamola ten 1° borda d'am II arpons — 
de terra que s'i tenon o plus el loc aperat a l'A — 
verahot. ol)li;il. ([im se confrontan d'am Je-hanon — 
Marsel et (rain Jchanoii de .\a Fauressa e d'am lo — 
cami que va a Ta dors e fe II sols tolosans en que — 
Gahardet a lo cart per non de visdam Mossenh — de 
Launac. — 

[XIII] Item, len III puniiaraclas do \inhas hoblials -- cl 
loc aperat a l'AvcM'ahet (]ue se confrontan — d'am 
.Tehanon de Xa Fauressa o d'am Pey Caries e d'am — 
lo cami que va a Cadors, e fe VIII dines tolosanes, (3) 

— e II'' poges, en que Gahardet a lo cart per non — de 
visdam Mossenh do Launac. — 

[XIV] Item, len P pessa de vinha el loc aperat a l'A \<' 
rahet que se confronla d'am Poy Darbin o d'am — 
Bertran de Roays. — 

[XV] Item, Ion 1' pessa de bosc oblial el loc aperat — 
aïs Pralz Maubetos. — 

[XVI] Item, ten P pessa de prat oblial (4) que se — con- 
fronta d'am .Tohanon do Xa Fauressa de II" part/., — 
e fe II dines lolosans on (pie Galardet ha la milal 

— per non de visdam Mossenh de Launac. — 

[XVII] {Fol. 3'°). (5) Germa de l'Averan lo quit de XII dines 
tolosans — per afitanage (6). — 

[XVIII] Jehano do l'Averan. fdli de (iaUiarl do l'Axera, es 

— herete de Germa de l'Averan que Dius aya, — en 
te los bes e tôt son heretage, e paga com d^esus — 
part se conten. — 

(1) ïènements. 

(2) Il faudrait : foc d'en. 

(3) en que, effacé. 

(4) el loc, effacé. 

(6) Le fragmeoit d'en liaut seul subsiste. Au recto, et en haut 
du v% qqs. lignes très cui-sives, d'une autre main. 

(6) Afitanage mot inueité pour ainsi dire- M. :Millardet le croit 
délavé de afita « affermer, louer » (même radical que fita). 



130 UN TERiar.n de 1,.\ région DF. CADOliRS 

[MX] llem. — 

fXX] (Fol. 4'"°, première moitié cii hbine) Pey Caries ten 
1 arpent de bosc el loc — apcrat Herola, oblial, que 
se confronta d'am — Iiet métis de totas part/, e fo 
XII dines tolosans, en — que Galardet a lo cart per 
non de visdam Alossenh — de Launac. — 

[XXI] Ilcm, ton 1' pessa de prat aqui métis oblial — 
que se confro-nla d'am bel métis ot d'am... — e fo 
VIII dines loloisans, on que Galardet a lo — cari per 
non d'e visidam Mossenh do Launac. — 

[XXII] Ilom, to!! aqui métis IP arpent de terra oblial 
— ■ que se confronta d'am het métis o d'am... — e fe 
VI dines tolosans, en que Galardet a lo — cart per 
non de visdam Mossenh de Launac. — 

[XXIII] {Fol i™(l) Item, ten aqui métis I" quartonada 
de terra agral — que se confronta d'am lict métis e 
d'am .Tehanon Marsel — e d'am lo cami que va enta 
la "^Iha Caranba, en que — Galadet ha lo cart per 
non de visdam Mosisenli de Launac. — 

[XXIV] Ilom, len a(|ui métis 1" cartonada e mec de terra 
agra — ■ al (2) que se confronta d'am lo cami public c 
d'am — el métis, en que Gniai'del a lo cari i)or non 
de — visdam Mossenh de Launac. — 

[XXV] Item, ten al Pradrt II'' nrpeni de prat o mes, — 
oblial, que se confronta d'nin het métis de IL' — pariz 
e d'am lo cami que va enta la Ylha Ca — ranba e fe 
I (Une tolosanes en que Galardet — ha lo cart per 
non de lisidam Mo'ssenh de Launac. — 

[XXVI] Item, ten II" cartoiiadas de terra, al VHP, <> 
Buras, — que se confronlan d'am Pey Boet. joes o 
d'am — Germa Escare, en que Mossenh do Launac 
pren — la mitât del dit VHP mens lo X per en — 
Béton del Folque, e l'autra mitai Mossenh de La — 
unac pren de VIII garbas las V, he — Galhardet las 
III garbas. — 

[XXVII] Item, te I' pessa de prat a la Ylha Goranba e 
terra — que s'i ten e foc d'en G™ de la Fujaida, que se 

(1) Jheeufi, Maria, Gratia. 

(2) Il faudrait agraral. 



UN TERRIER DE LA RÉGION DE CADOl'RS 131 

COU — froiila d'ani liet molis de IP' part/, e d'ani los 

— heretes d'en Giiiraut de la Fita e d'am aquero (1) 

— ("i) que liera d'en Jeliauon del disca, c teii se — 
propi de Galardcl. e fe d'oblias VIII dines tolosa 
lies. — 

(Fol. '/") [XXVIII] Ilfiii, ton aqiii métis l'pcssa de terra 
o lie prat. obliail cpio se comlronla (raiii \\o\ iiiclis 
e d'am los hère te d'en Jehanon de la Fita e d'am 
los heretes d'en Jehanon — del Gi-sca, e toc III dines 
lolosanes, on que Galardet a lo — cart per non de 
Aisdani Mossenh de Launac. — ■ 

[XXIX] Ilem, ten I** pessa de terra e de vinha oblial cl 
loc aperat — Rari, que &e confronta d'am dus camis 
publiez. €> cViim ■ — lu métis, e fe XII dines tolosanes 
en ([ue Galardet ha la — mitai, per non de \i'sdani 
Jehanon Marsel. — 

[XXX] Item, te a(]ui meti.s l" pessa de terra oblial que 
se — confronta d'am el uielis et d'am Bernât de l.a 
Mota ■ — e ffe VI dines (3) tolosanes, en que Galardet 
ha la mitât — per non de visdam Jehanon Marsel. — 

[XXXI] Item, fe i)er afitanage III dines tornes. — 

[XXXII] Item, le plus 1 pessa de terra que sole estre 
\inha que — fo-c de lia Guirauda, molhe que foc d'en 
Bertran de — Mameac (|ue se coufronla d"am Aunos 
de la Fita — e d'am el métis, e fe XX dines tolosam^s, 
en que Galar — det a la mitât d'am los heretes de 
m'oncle en — Guiraut de la Fita. — 

[XXXIII] Item, plus le terra que sole e'stre vinha que foc 

— d eu Moiicl de T^afonl e d'eu Gales, que confronta 

— d'am la carera publica e d'am het métis e fe — IX 
dines tohisanes, en que Galardet a la mitai per non 

— de visdam los heretes de m'oucle en Gniraiil — de 
la Fita. — 

{Fol. ô""") (4) [XXXIV] Johana, ma (?) molhe, que foc d'en 

(1) Aquero, cela, en gascon (= Aqnello). 

(2) AquerOy effacé. 

(3) Il y a : (/ r/. 

(4) Le fol. 5^° «st blanc. 



132 UN TERRIF.R DF I,A fiÉC.ION I)F CADOURS 

Pey Tissinie te I — hostau el Bari obblial que se con- 
fronta d'am liera — inelissa o d'ani Ginlarl Flamenl c 
dam la carera |)u — blica c fe VIII dines tolosanes, 
en que Galardei a lo cari — piT non de \isclam Mos- 
senh de Laiinac. — 

[XXXV] Ilem, te aqui melis I casai (1) oblial que se 
confronta — d'am lo dit hostal e d'am na Guirauda 
Colarda — e d'am la carera, e fo VI dincs tolosanes, 
en que Galardet — a la milat d'am Jehanon Marsel. — 

[XXXVI] Item, lo 1* pessa de terra oblial el loc aperat au 
Camp — Prima, que se confronta d'am hera métissa 
•e d'am — Pe Darbin o d'am la carera d'en Martin 
e fe IX dines — tolosanes en que Galardet a lo cart 
d'am Mossenh de Launac — e d'am l'espitau de Sent 
Jehanon. — 

[XXXVII] Item, te 1* pessa de terra oblial el loc aperat a 
la Cla — reda que confronta d'am dus camis e ten 
se propi — de Galardet, e fe XII dines tolosanes. — 

[XXXVIII] R[amon] de — La Font— ho te. — (2) Item, 
te I* pessa de terra oblial que se confronta d'am Je- 
hanon — de Na Fauressa e d'am la carera publica e 
d'am la — carera d'en Martin, e fe II dines tolosanes, 
en que Ga — lardet a lo cart per non de visdam Mos- 
senh de Launac. — 

(Fol. CP'°) [XXXIX] Item, te 1' pessa de terra & vinha a 
l'Averahet que — se confronta d'am Pey Darbin c 
d'am la carera d'en — Martin e d'am era métissa do 
jos et d'am Lieys — de las Vinhas (3). — 

[XL] Item, plus te aqui métis autra pessa de Aanha — 
que se confronta d'am Ramon de Lafont et d'am 
Pey — Darbin e d'am era medissa dejos (4) e d'am 
Lieys — de las Vinhas, e ffen d'oblias IIII tolo- 
sanes, en que — Galardet a lo cart per non de visdam 
Mossenh de — Launac. — 

(1) Métairie. 

(2) En marge. 

(3) Louis de Vignes. — Lieys ou Loyes, fo7me gasconne du nom 
de Louis. 

(4) Deeeoue. 



UN TERRIER DE LA RÉGION DE CADOURS 133 

[XLl] (Fnl. T") (1) Ramon de Ixifon lo l pessa de terra 
o|)lial ol loc — aporat a Saiil .Tehanon de Fi'iMhos 
c|uo pr cniil'roiila d'am — liel métis e d'airi lo caini 
(|uii va a Cadors c d'ain Jelianon — Marsel, c te'n se 
propii de Oalardet, e fe XII dines lolosan'es. — 

[Xl.ll] Item, te arpii melis meia cartonada de terra al 
NoA^e — que &o confronta d'am et melis e d'am lo 
eami — que va a Cadors e d'am Jelianon Marsel o 
d'am n.dnrt — Flamenc, en cpie Galardet a lo cart ])er 
iinii de \is — dam Mossenh do Launac. — ■ 

[XIJII] Item, te \^I punharadas de terra, al VP que 
se coiit'io - nia d'am lo (\imi que \n a ( 'adors e d'am 
lo eami (|ur — va au Ores e d'am na Guiraiiida Co- 
larda e le — mes per oblias I dine tolosan, en que 
Ga lard et a lo cart — per non de visdam Mos&ein'h de 
Launac. — 

f\LI\'] Ili'ni. le unas paretz dabant la borda que se con- 
fronta — d'am dus camis e d'am lu métis, •& fen II 
dines tolosanes — en que Galardet a la milat per 
non de \isdam — Mossenh de Launac. — 

[.\LV] Item, te aqui métis 1" pessa de terra que se con- 
fronta — • d'am bet métis de duas partz e d'am Lau- 
rens .lebanon — e d'an lo eami d'en Martin e fe 
IIII dines tolosanes, eu que — Galardet a las III 
partz per non de visdam — Mossenli de Launac. — 

(Fol. V) [XLM] Ilcni. le a(|ui métis ]' pesisa de terra 
oblial aperat — Clans del Casteran (2) que se con- 
fronta d'am bet — métis e d'am la carera d'(m Martin 
e d'am — Aimos de la Fita e d'am Galardet e d'am 
Laurens — - Jebanon. e fe d'oblias al dit Galardet IIII 
dines tolosanes. — 

[XLVII] IliMu. te a l' Averahet I* pessa de vinha que se — 
confronta d'am Galari Flamenc e d'am Na Janna. — 
molbe que foc d'en Pey ïeysinie, de duas partz, 
e d'am — Lieys de las Vinbas, que va feri a la carera 

(1) Sans doute Castéra (Haute-Garonne, arr. de Toulouse, cant. 
de Cadours). 

(2) Jhesus, Maa'ia, Gratia. 



13'l IN TKRKII.H I)i: LA lŒGION DE CADOURS 

— (l'en Martin, c fe II diriios lolosanes, en que Galar- 
(let — a lo cari i)er non de \is<laiii Mossenli rlo 
Laiinac. — 

(Fol. S""") Bamon de l^afont no a rc en la vinlia de juis — 

Helafa es de Pey de l.es]uel. — 
[XIA'III] Peu de Lef^piet len 1' (1) pessa de vinha hoblial 

-- a r.\\eialH>l que se confioiita d'ani Jclianoii de \.\ 

— Fauressa e d'am Bertran de lloays, e fe d'oblias 
\'1I — dines lolosanes, en que (lalardcl a lo cai't ])ei' 
non de \isdaiii — Mossenli de Launac. — 

Avsn (le jos seginl (2) es de Ramon de Lafont e de Pey de 

i.r.s — i>iet per niieg. — 
[XLIX] Item, plus teno I casai de terra (3) oblial que se 

confronta d'am — Los heretes d'en Guiraul Gisbert 

e d'am Bertran — Fors he ten se propii de Galardet 

et le IIII dines lolosanes. - 
[f.] Item, plus teno I liostal el Bari, oblial, que foc d'en 

— Jehanon Haudera que se confronta d'am lu mclis 
e d'am — Je'lianon Barera e d'am la carera e fo 

d'oblias \' lolosanes — en que Galardet a la mitai 
i'i) per non de visdam Jehanon MarseL — 
[U] Item, plus tenu aqui métis autre hostal teulal (5) — 
que sse confronta d'am lu métis de duas partz e d'am 

— la carera cominal e fe V lolosanes en que Galar — 
(lel ha la mitât per non de visdam Jehanon Marsel. - 

[LI1| llciii, plus teno a(iui métis aulra pla.ssa il'ostau — ■ 
(> eas/sa (jue foc d'en Kaniou Gisbert que se conifronla 

— d'am lu métis e d'am los hereles d'en Guiraul — • 
Gissberl o d'am hi carera e fe V lolosanes en cpie 
Galar — del ha la mitai per non de visdam J<>hanon 
Marsel. — 

fl.lll] {Fol. 8'") Item, fen mes los desus V poges (G) d'o- 
blias [)er — las caussas desus ditas, so es per las te- 

(1) bo, effacé. 

(2) ,<c(jumt, suivant. Devant Pey, il y a : et ye. 

(3) En surcharge. 

(4) En surcharge. A lo carf, etiacé. 

(5) 11 y a tcucat. dans le texte. 

(6) Poyes, pougeoises, momiaie du Puy, valant la moitié de 
l'obole ou le qxiart du deJiier. 



T'N TKRKir.R nr. I.\ région T)F. CADOITtS 135 

ras. — plassas dels liostals, car las diias ([ue (1) — len 
na Guirauda. filha d'on GuiraiU Gissbert. — fe'n XI 
dinos' tolo<sanos»quie se confrontai! d'ani las desUiS — 
ditas. — 

[FJ\'] Item, plus Pey de f.espiel. per afitanage, II din<^s 
tolosanes. — ■ 

{Fol. O""") [TA"] Pcij Darbîn le 1 cassai oblial cl Bari que 
confronta — d'am Pey dcl Gisca e d'am Jehanon 
Florens e d";nn la — carera poblica e d'am lo caray- 
roi o fo MI dines — tolosanes en que Galardet a lo 
cart per non de vis — dam Mossenh de Lannac. — 

[lA'I] licni. |(- n arpent de \inha el loc aperal Avc- 
raliet, — oblial. qne se confronta d'am los heretes 
d'en Pey — Tissinie, de duas partz, e d'am Lieyos 
de — las X'iulias. e ïo 1 diiic tornes, en qu€ Galardet 
— a lo cart per non de \isdam Mossenh de Lan- 
nac. — 

flAII] Item, t(^ 1" pessa de Aiiitia oblial el loc aperat 
Ave — rahet, qne se confronta d'am Bernât de La 
Mota e d'am — Bertran de Roayas e d'am Guilhauma. 
molhe que foc — d'en Pey Teysinie, e fe II lolosanes 
e 1 tornes, en qne — Galardet a lo cart, per non de 
visdam Mossenh de Launac — . be que le pitau (2) ne 
pren la mitât. 

{Fol. 10™ ; le 9'" es/ btaiu) [L\ III] .b-lianon Pescado ha 
la mitât en so de Pey del Gisca. — Pey del Gisca 
mager de dias te I hoslal dedins — le castet oblial 
que se confronta d'am G™ Bandera e — d'am Galart 
de L'Averan e len se propii de Galardet — e fe II 
dines tolosanes. — 

[LIX] Jehanon Pes — cado o le (3) — Item, te l' pessa 
de terra oblial el loc aperal a la Peyrera — qu-o se 
confronta d'am bel métis <> d'am Jehanon de Na Fau- 
re — ssa e fe VII dines tolosanes, en qu© Galardet a 
lo cari per — non de visdaim Mossenh de Laonac. — 



(1) que, elïacé. 

(2) Pitau = espitau, hôpital. 

(3) Plus grand. 



136 UN TERRIER DE LA RÉGION DE CADOIRS 

[I.X] JcliriiKin l*c — scado o te (1) — Item, te I pessa de 
l<.'rra c do virilin oblial cl loc aporat — Haverahet, que 
ssi' coiirionla d'ain la carei-a cr<Mi,.Mar - lin c d'aiii 
los liereles d'en Pey Teysinie, de II" partz, — e 
(Kaiii lu inelis e fe VI dines lolosanes, eai que Galardol 
a ]<) — cart, pcr non do xisdam Mossenh de Lau- 
nac. — 

[L\l] Ilcni. te a(|ui nidtis 1 " pessa de terra e vinha oblial 
qii(> — se conl'ronla d'am het métis de IP* partz e 
d'ani .Iclianon de — Na Fauressa e d'am na Condessa, 
mollie que- loc d'en — Jehanon del Gisca, e ten se 
])roi)ii de Galardel e fo IX dines lolosanes. — 

[LXIl] ItfMn. te I hostal e cassai (jiie s'i ten el Bari, oblial. 
c|uc — so confronta d'am la carera poblica el d'am 
Pey Darbin — e d'am Galnrdet e fe VIII dines tolo- 
sanes, en que Galardel — a lo cart per non do \ isdain 
Mossenh de Launac. — 

{Fol. lo'" [LXIII] Item, le aqni métis 1 cassai de Icrra 
que sse confronta — d'am lo dit ostal e d'am Jehanon 
de Na Fauressa e d'am — ■ la carera e fe IIII dines 
tolosanes, en que Galardel a lo — cart per non de 
\isdam Mossenh de Launac. — 

[LXIV] (1) Jehanon Ba — rera ac — len (2) — Item, te 
las très partz, de 11°^ punharadas de terra — ablial 
en (|ne Galardet ha le VHP, per nos de vis — dam 
Mossenh de Launac, el d"am l'ospitau que s-e con — 
fronla d'am Pey del Gisca joes de 11"^ partz e d'am — 
Berlran de Roays e fe a Galardet 1 poges. — 
Le lot vostre filh Johan de Las. — 

(Fol. 1 F") [l-VV] Jehanon de V — Averan te I cassai oblial 
el Bari que se — confronta d'am Pey Darbin de II"* 
partz e d'am la carera — pnblica e d'am le cararol 
que va enta las vinhas — e fe IIII dines tolosanes (3) 
en que Galardel a lo cart per non de vis — dam Mos- 
senh de Launac. — 



(1) En marge. 

(2) En marge. 

(3) En surcharge. 



UN TERRIEU DE LA RÉGION DE CADOURS 137 

[I.XVl] Los liereU's d'en Jchanon de Buras tenon 1" rasa- 
lera (1) — el Bari lioblial que sse confronta d'am la 
oarera publica — e d'am na Guirauda Colarda e d'ani 
lo cararot o d'am Galar — det e ten se propi de Ga- 
la det e iïe VI dines toi os a nés, — 
{Fol. ir») [LXVIl] Urdan d'en — Guilamat — ac 
len. (2) — Guilem Tere te T' passa de terra oblial cl 
loc aperal — lo Biigel que se confronta d'ajn los hore- 
les d'en Ramoii — ■ d^e Neys et d'am los hereties d'en 
Bei'tran dol Gisca — e fe IIII dines tolosanes, en que 
Galardel a lo cari per non — ■ de visdam Mos&enh de 
Launac. — 

[LXVIII] Jehanon Ba — rera ac — ten (3). — ■ Item, le 
I' passa (4) de prat oblial a la Font de — l'Auba que 
se confronta dam Johanan Baudera e d'am — los 
lieretes de mestre Jehanon Boet e fe IIII dines tolo- 
sanes — , en que Galardet a lo cart per non de 
visdam Mossenh — de Launac. — 

[LXIX] Ilem, te mieg arpent de bosc oblial el loc ape- 
ral — a l'Averahet que se confronta d'am Pey del 
Gissca — joes e dam (5) na Guirauda Colarda e iïe 
V — poges, en que Galardet a lo cart (6) de la — 
niilul per non de \i&dam Alossenh de Launac e d'am 
— rospilau. — 

{Fol. 12'"'') [LXX] Jehanon de — Buras — ac ten (7). — 
Item, te I" punharada de terra oblial el loc aperat a la 
Clavera — que se confronta d'am Galart de l'Averan e 
d'am Vidon — de Marmont e fe a Galardet 1 dine 
tolosane. — 

[LXXIJ Jehanon de — Buras — ac len (8). — Item, te I' 
pessa de vinha oblial el loc aperat a Guitarl — que 



(1) Casine, chaumière, petite maison. 

(2) En marge. 

(3) En marge. 

(4) de terra, efîacé. 

(5) e (Vain, effacé. 

(6) 'per non, effacé. 

(7) et (8) En marge. 



138 IN Ji;i{iiii:i{ de la hlgion de cadoi rs 

se coiilronla d'ain (!"' de la Pujada e d'am dus 
cajiiis -- >' ïr \ 111 dines Lolosaues, en que Ga- 
lai'drt a la iiiilal per non — de visdam Jehanon Mar- 
sel. — 

{Fol. \2"' [I.XXli] (lalarl. l'iaiiicnc te la forga de Pela- 
pojl oblial — de totz ios senhors e ffe VI sols tolo- 
saiies, en (jue Galardel — ■ a sa pari Xll lolosaii'eis e I 
lornes. — 

[LXXIII] Item, lo IF ai-j)enl de viiiiia el loc aperat a 
lAxerahe que — sse conlioula d'am Aunos de la Fila 
daiu Jehauou liarera e dam — G" Baudera e fe 
VI diues lolo'sanes, en que Galardet a lo cart — per 
non de \isdam Mossenh de Launac. — 

[LXX1\] llem, to lll-^punliaradas de vinhas el loc aperat 
a l'Axera — lie que se confronta d'am U. de Lafont e 
d'am Pey del Gi&ca — e d'am GuiLauma, mollie que 
foc d'eai Pey Teysiiie, e d"e I — dino tolosan, ©n que 
Galardel a lo cart per non de visdam — Mossenh de 
Launac. — 

[LXXV] llem, le 1 lioslal c cassai oblial el Bari que se 
confronta d'am — liet métis e d'am G"'", molhe que foc 
d'en Pe^y l'eysine, — e d'am Galardet e d'am la carera 
publica, e ffe a Galardel — III dines tolosanes que 
fasse als senhos d'Emnes. — 

[LXXVI] llem, te 1* pessa de lerra hoblial el loc aperat a 
l'Averahel — que se confronta d'am Jehanon Barera 
e d'am Jehanon .Marsel e d'am — la carera que va 
enta Cadors e fe 111 sols e VI dines — tolosanes, 
en que Galardel a lo cari per non de visdam Mossenh 
do Launac. — 

[LXXVIl] Julian de — Aa Faure — ssa ho — ac ten. (1) 
— Item, le I" pessa de pratz hoblial el loc aperat al 
bo.sc — Faubel que se confronta d'am Jehanon de IMa 
Fauressa, de lolas — part/ e fe III dines tolosanes en 
que Galardet a la milal per nom — de visdam Mos- 
senh de Launac. — 

{Fol. i:V°) [LXXVIII] Item, te I arpent de terra agral 

(1) En marge. 



i\ Ti:i!i;ii:ii i>i. [,.\ laiciox ni; c\norns l'îO 

cl loc ape([jc)ial a Saut Xehanon — de F'retbos que 
se confronta d'ani llarnon de Lafont e d'am — Jeha- 
non AniioUi c dam lo cami qne va enta Colonha (1), 
en que — Galardel a lo cart. per non de visdam Mos- 
senh de Lannac. — 

(Fr)/. 13^° flAXTX] Los hcrctrs d'en Guiraul Gisbert 
tonon duas — ])lassas d'ostals défera ab les cassaus 
([ue i son, — oblials, •e'I Bari, que se confronta d'am 
T-auren? do — Loays, de I' part (2), e d'am Pey de 
I.espiel — e ah Ramon de Lafont, d'autra part, e 
d'am lu métis — , d'autra part (3), et fen d'oblias XI 
dines tolosanes en — que Galardet a la mitai per non 
(le visiflam — los heretes de m'oncle en Guiraut de la 
l'ita — lo a Galardet V tolosanesi et 1 tornes. — 

fl.XXX] Item, ten mes los desiis 1' pessa de terra oblial 
que sse con — fronta d'am Ramon de Lafont e d'am 
lu métis e d'am los — heretes de m'oncle en Guiraul 
de La Fita et ten se propii de — Galardet e fe d'oblias 
VIII dînes tolosanes. — 

[LXXXI] Itm. plus teiio 1* pessa de vinlia a rA\eralK't 
que sse con — fronta d'am Jehanon Marssel e d'am 
Lieys de las Vinlias de — II' partz e d'am Bertran de 
Roa}s e iïc d'oblias Vil dines — tolosanes. en que 
Galardel a la caria part i)er non de visdam — Mos- 
sienh de Launac, e fe a Galardet VII poges. — 

(Foi. 14^'' : If fol. iy° est blanc). [LXXXII] Bertran 
Fors de Liuran te P pessa de terra oblial que sse 
■ — confronta d'am la carera que va au Bada e d'am lu 
métis — e d'am Jehanon Barera e d'am Lieys de jus 
part, e ffe — d'oblias XIX tolosanes e 1 tornes, en 
que Galardet a la (4) — mitât per non de visdam, los 
lieretes de m'oncle en — Guiraut de la Fila. — - 

[LXXXIIl] Item, plus te aqui métis 1' pessa de terra 



(1) Sans doute, Cologne-du-Gers (Gère, ch.-l. de cant, de ra.rr. 
de Ijombez}. 

(2) (/'•„■, effacé. 

(3) e fes, effacé. 

(4) cart, effacé. 



1 lO IN Ti:RRll£i« DE LA RÉGION DE CADOURS 

oblial (lu-o s-se con — Iroiila d'am lu métis e foc d'en 
Pey Laurens e ffe a Ga — lardel I tolosano. — 

[I.X.WIX] Iloiii, plus fe per afilanage XII tolosanes, en 
que GalardtM a lo — • cart per non de \isdain Mossenli 
de Launac. — 

[l,.\.\\\'J lleni, plus te 1" pessa de prat oblial ed loo 
aperat — a Yilanova que se conlioula d'am Germa 
Escarc e foc — ■ den Pey del Gisscar e fe a Galardet 
III tornes. — 

[I-WXVI] Item, plus te 1" pessa de terra que foc d'en 
Pey Dantin el loc — aperat a la Coma de N'Emeric 
que se confronta d'am — lu métis e d'am Vidon de 
Marmont. de 11*^ parlz, c d'am Ga — lart de l'Averan 
e dam las parelz on era la borda — e ten se propi de 
Galardet e fe VII lolosanes. — 

[I.XXXMI] Item, plus lo I'(l) arpent de terra ag[r]aral a 
la YUa — Caranba, que sse confronta d'am Ramon 
de Lafonl e d'am — los heretes de m'oncle en Gui- 
raut de La Fila, en que — Galardet a lo cari del agre 
per non de visdam Mosisenh de Launac. — 

{Fol. 17)'°) [LXXXVlllJ Ilem, plus te aqui métis 1" car- 
larada de terra agral — que sse confronta d'am mes- 
tro Jehanon Boel e ab sos heretes — de IP* partz en 
que Galardet a lo cart per non de — \ isdam Alossenli 
de Launac. — 

[LXXXIXJ Item, plus le 1" pessa de terra agral el loc 
aperat al — Cassau Sontot, que se confronta d'am 
Pey del Gisca e d'am — aquero que foc de iXaruzat, en 
que Galardet a — lo cart per non de \isdam iMossenli 
de Launac. — 

{Fol. 15'" [XL] (iuilhcm Bandera te mieg arpent de 
vinlia el loc — • aperat a l'Averanet (2) qwe sse con- 
fronta d'am Jehanon de — Murât, de I* part, e 
d'am Jehanon Marsel, d'autra part, — e d'am Sans de 
Tilhot e fe d'oblias III dines tolosanes e 1 tomes, en 

(1) Pessa, effacé. 

(2) Cf. Lavéran (Haute-Garonne, an', de Toulouse, cant. de Ca- 
dours, conini. de Drudas). 



VN TiLixnuM ni: i.v iîéc.ion nr. cadoi i;s l 'i I 

— (jLie Galardel a lu cari pci- non Je \is(l;uii Mo^sciili 
— ■ (le Lauiiac. — 

fXri] Jehan Jehanon — oc ten — Jchanun de VUainot le 
1' cassalola do teri'a el Bari — oblial (|iie sse coiifroiila 
salola (le liM'i'a cl P);iri — oblial ([uo sse confi-onl.i 
(Tarn I.aureiis Jehanon di' I" — pail c d'ani la carera 
pnhlica. d'aulra part, e d'am — Bcriran Fors, d'aii- 
Ira iiarl. c d ;un les hcrcles d'en — Gniraut Gisberl 
dejus part, o le a Galardel — Vil dinos tolosancs. -- 

[.\('I1] Iteni. plus fe lo deisus dil a Jelianon de \ ilaniot 
per — afitanage II dines iolosaiios. 

(Fo/. 10'°) [Xrill] Laurent Jehanon e /o.s heielex de \a 
(iuiruki de \ eyi[(diel {':)] — tcno 1' pessa de terra e do 
\iulia Imltlials ({ue sise conironta — (Tain Haiaon de 
I aloiil e dam Jehanon Barera e d'am la ca — rora 
e dam G'" Bandera, e d'am Galardel el loc — aperal 
a 1 \\i'rahe (^ lïe d"obliaas II sols e \'lll - lolosa- 
iios, en cpio Galardel a lo cari por non île \ isdajn — 
Mossenh do Launac. — 

[.\(l\'] Item, |)liis leno l'' pessa de })ral oblial (i) ei loo 
— aperal a Gnilarl o a \ ilanova, que se i-onlronta 
d am Jehanon de Na Faure&sia •e i'oc d'en Polin e le 
dOb — - lias 1 dine tolosan, en que Galardel a lu 
earl [«er non — do visdam Mosseidi de Launac. 

{Fol. IV" ; le fol. I(j" es/ blanc) [X('\] Jehanon liaieia 
te 1 ostal cassau el Bari oblial — que sse confronta 
d'am Ramon do Lafon e d'am Lieys — o d'am la ca- 
rera pvd)liea. (^ lie d'oblias Illl dini^s lolosanes • -, on 
([ue Galardel a la mitât per non do \isdam — Jehanon 
Marssel. — 

[\('\'l] lleiii. \A\\> le T pessa do lerra oblial cl loc 
ai)orat al — ■ cami d"en Bada que sse confronta d'am 
Borlran Fors o dam — Sans de l'ilhol e ab la carera 
que \a a on Bada — e fie d'oblias IX dines tolosanes 
el 1 lornos, en ([ue Galardel — a la milal [>ei- non de 
\isdam Jehanon Marsel. — 

[XCMI] Ilem. plu< le 1' pessa de terra ohli.-d (pie sse 

(l) rlaJ, effacé. 

10 



I'l2 LN Tl.KItlI.I! ni: LA lŒGlON DE CADOUKS 

coiirroiila — craiii Galart l'Iamciil <-■ d'ain las vinlias 
cI'Escolo — mes e d'am la carcra. ({ue va enta Colha 
e es — el loc aperat Avcraet c lïe doblias II sols — 
e VI tolosanes, en que Galardet a lo cart per non de 

— visdam Alossenh de Latinar. — 

[\( \'lll] Ite^n, plus le 1' (I) cailarada do pral e 1'^ pessa 

— (le lerra agral el loc aperat a la Costa, en coniet, — 
c|uo se confronta dam Pcy ("arles o d'am Girma 
Esca — re e dam lo canii e dam G™ Tere, en que 
Galardet — ■ a lo cari, }»er non de \isdam iVIossenli 
do Launac, e le — d'oblias lo prat IIII dines tolo- 
sanes, en qu€ Galardet — a lo earl, — 

(F"/. 17^" [XCIXJ Laurens (2) de lloaijs te I' plasa d'os- 
laii e casau el — ■ Bari oblial, (pie s© confronta tlam 
la carera cominal — e dam lOstal e casai d'en J-eha- 
non -Marsel e d'am Ga'lart — Flamienc, de duas parlz, 
e tcm se propi de Galardet — e le d'oblias VI dines 
lolosanes. — 

[( 'I llcm, plus te 1 ostal el caslct oblial que se confronta 

— d'am Pey del Gisca joes e dam Bertran de Roays 

— e d'am las paretz del castet e d'am la carera — e 
ten s^e propi de Galardett e le d'oblias III tomes. — 

[Cl] Hem, plus le a Terabona 1" pessa de terra que sse 
coniionta — d'am Bertran de Uoays e d'am lo cami 
que va del — Grès enta Launac, e fe a Galardet 
d'oblias II — poges e mieg. — 

{Fnl. 18'") [CII] Ilom. le 1' p(>ssa Ar lerra oblial el loc 
aperat a Velaliet — que sse cunlronla d'am Jelianon 
de l\a Fauressa e d'am — Pey del Giesca mager dias (3) 
e d'am la carera puib ■ — lica. (^ le XVIII diues lolo- 
sanes, en quei Galardet a b» cart — • per non de 
vi&dam Mossenli de Launac. — 

[CIII] (Fol. 18^") Bcrlran de lloaus le 1 oslal el castet 
obbal (|ii(^ sse — confronta d'am Laurens de Roays 



(1) Pessa, efface. 

(2) En haut: Oninis liomu rirbet iiruiiii' suliim liliiini. 

(3) Aine. 



UN TERIUIIH Dt: LA KÉtUON DE CADOUHS 1 'l3 

dam Galait de — l'odis e Icn i:;c propi de Galard'Cl 
o le doblias 11 diiu-s lolosanes. — 

[('1\'] KiMii. plus l(^ l iislal defora e casai oblhd (lue se 
(•oiiriiiiiia — d";uii cl iiielis de 11-'* partz ■& d'aiii lu 
liaial de la — villia e d'am la carera poblica e le 
doblias 1111 diues lolosanes — , eu que Galardcl a lo 
i-arl per non de visdam Mosseuh de Lauuac. — 

[(■\'] lleui, {dus te 1' pos«a de lerra oblial que sse 
fonfrouLa dam — Laurens de Uoays e dam lo riu, e! 
loc aperal Terabona, — e le d'oblias a GaLardeL 11 
poges e mieg. — 

[<'\1] Iteiu. te 1' pessa de vinha oblial el loc aporal 
Averahet — que sse confronta d'am Uamon de Lafout 
et d"am Pey — Darbin e d'am Lieys de las Vinhas e 
le 11 diues lolosanes, en — que Galardel a lo cail pei' 
non de visdam Mosseidi de i.aunac. — • 

[('\"ir] Ileni. plus le aciui jnelis' H'' arpent de terra 
oldial que — sse coniroula d'am los hereles d'eu 
Bei-nat de la Mota — e d'am Pey del Giesca joes 
e dam los herebes d'^en Gui — raut Gisberl e te 111 
lolosanes, en que Galardel :i lo — cart de la mi lai 
per non de visdam Alossenh de Launac — e d'am los- 
pilau de Sant Jehanon. — 

[<'\ UIJ {Fui. 19™) Item, te P cartarada de prat el loc 
aperal Auriabat — • oblial que sse confronta d'am Pey 
Caries e d'am Vidon de — de Marmont e fe III dines 
lornes, en que Galardel a lo cart — per non de 
visdam Mossenh de Launac. - 

James Barada ho te. — 
[CIX] Item, plus te aqui métis de prop 1" pessa petita 
(1^ — pi-at oblial que se confronta d'am Jehanon de 
\a Fauressii — e d'am llamon de La Font e d'am 
Pey do Lespiel e d'am Pey — Caries, et fe 1 tornes. 
en que Galardel a lo cart, per — non de visdam 
Mossenh de Launac. — 

James Barada — lio te. (1) — 
[CX] {Fol. Id'") Beiiran Escare, de Cadors, fe per 1 ar 

(1) Au-dessous, à droite. 



144 UN Ti'.iiitii I! m. i.\ i!i;(,i().\ i)i; ( adoi us 

peut, de b<>>c ;iii lue ;i|m'i;iI \L;iiiss;il. (|ii(' ?(^ cou- 
l'ronla d<? 1° pJirl d'aiii .■^i iiielis — e dnulra pari dam 
lo riu de Cotz (I) c fe de oblias XII dines tolosanes — 
ail noble Yiiail de la Fila dol loc de Pelaporl, eii la — 
fesla de JMartro (2) — De la Reula. — 

[rXI] Foiion de Silje<i fe d'o-Mia?; al noble '^'iiarl de la 
Fila, (l(î — Pelaporc, en la lesta d(^ Marlro, V dines 
tob^sanes, e I livran — de sivada e II pegas de vin. — 

[CXII] Item mes, fe Hertran de I-ibes de la Reula peu 
Buscai'el — de oblias al dil Viiarl II lolosanes- et I 
dine. — 

[(■XIII] Ilem mes. le .Mi(iiieii d'on Mirolan per l claus 
al dil — Ynarl lll dines. — 

[CXIV] Item, fan los hereles d'en Ribeyra pes pradaus 
— de oblias \'Il dines lolosanes e 1 tomes. — 

[('X\'] Ilem. feu mes per lo clans de Xailis al dil Ynarl 
X — dines lolosanes e i"e mes, per lo claus ([ue es 
davani — la gleysa entre II camis, fe l'agro e 1 li\ro 
morlan (3) — de oblias. — 

f( 'XYI] {Fol. 20''°) Pe.v (lel Giesca joes le I hoslal el castet 
oubliai que — se confronta d'am Laurcus de Roays e 
d'am Galardel — e ten se ]>ii)|ii de Galardet e fe 
d'o-blias 1 dine lolosan. — 

[(.W'II] Item, te 1 cassalel defora que sse confronla 
d'am Peiy — Ba(>l jdi^- de II"** pariz e d'am Galart Fla- 
menc — e d'am In hâta! e IV d'oblias a Galardel 1 
lolosaTi. — 

fTXVIII] Item, phis 1 " pessa de terra e de bosse oblial 
als pralz — Maubri'X (|iie sse roiifrcjnta d'am na Gui- 
rauda Colarda - e dam In riu de la Fageda, e fe 
d'oblias I dine ln|nsaiM\ en (iiic (lalai'det a lo cari 



(1) Sans floute Cox (Hant-e-Oaronnc. air. de Toulouse, rant. de 
Cadoure). 

(2) La ]\Iarti«i- (Mai tyi uni) [dies]. la Tous^^aint, dans le ÎMidi de 
la France. 

(3) Morlan. monnaie de Morlaas en lîéarn (lîasses-Pyrénées). 
c'.-l. de l'ant. de l'arr. de Pau. 



IN TI'.PJUII! ni: I.A lŒGION DE CADOIRS 145 

(le la mihil piT non de \is — dam Mossenli de \.nu- 
nac (' d'ani ("ospilan. — 

fL'XI\| IhMu. |>lns te aqiii melis 1 '' cartarada de vinlia 
oldial ■ ((ne sse confronla d'am Germa Scare ■» d'a'iii 
lîei'h'an - (le> lloays c d'am Jehanou ATarsel e t'e 
dOhlias a (lal.ir dd niieg poges e la caiia pail de 
1 poges. — 

[(J\X] llem, pins t(^ 1" pcssa de lerra agr^esca oldial 
(|n(^ — "^o conlronta d'am lo caini ({Uo va de Pela|)orl 
enta — - Puegsegu (1) e d'am aqnero que fos de Maru- 
sac — et ten se propi de Galardet e fe \^ dines tolo- 
sanes. — 

[CXXI] If(Mii. pin- le p(M' afilanage TU lornes. — 

(Fol. 20^") [rXXII] Arnnnt de Sent Pe le ]■■* pessa d<' 
lerra oblial el loc — aperat a Sent Pe que sse con 
fronta d'am lie( melis — e d'am Pey Boet jo&s de 
duas i)arl/, e^ d'am la plassa — de las bordas e d'am 
lo cami de la gleysa de Sent — Pe. (2) e ten se 
|)ropi de Galardet. e fe d'oblias TI — dines tolosanes e 
1 poges, e fo€ (Ten Jeluiiion de Sent Pe. — 

(Fol. 2P° [CXXTII] (iuilhcm Tnlosn c .lohnna (3) de 
iioaiisi i(>no 1' — casnlei-a de lerral oblial que se con- 
l'i'onla d'am los lieides — d'en Pey Laurens e d'am 
Sans de Tilliot e d'am Pey — del Giesca mager de 
(lias e d'am la carera coniinal — (>^ Ce d'oblias X\' 
(lin(^is tolosanes en (pie Galardet a la mitai — [ter non 
de visdam Jehanon Mars(>l. — 

[GXXIV] Item. ]dns le per nlilanagi^ III din(>s lolosane-s 
a Galardet. — 

(F'il. 21''") [CXXV] Jehanon de Mural c Pi'niond. sa 
tnnllu'. leno T' liorda — d'am la l(Mia (pie s'i leii 
oblial el loc ai^erat Segui — nolz (i). que ssc con- 



(1) Pin'eségur (Haute-Garonne, an. de Toiilou^t'. i-ant. do C:i- 
douis) . 

(2) c fcn, effacé. 

(3) Sa molhe, efTacé. 

(4) Les Séguinots (flaute-Garonne, air. de Toulouse, cant. de Ca- 
doui-s, comm. de PeJlepoi-t). 



1 i6 IN TFnrtiF.n df t,a récion df. rxDorns 

fronlM fraiii Rprlran Sogninot/. c rl'nrii -- Inp licrotcs 
(i'pn Jolianon de Casselas, e fo d'oblias II sol?' — c 
VII dines tolosanes, en que Galardet a lo r-arl ]tof 
non d« vis — dam Mossenh de Launac o d'à ni les 
heretes do Po Ramon Assaillit. — 

[CXXVI] Item, plus teno bosc o terra de \iiilia a(iui métis 
de prop — oblial que sse confronta d'ain Bertran 
Sepruinofz e d'am — .Tehanon de Casselas e fe d'oblias 
\^1II dines tolosanes, en que — nalardel a lo cart 
pof non de visdam Mossenh de Launac — o- d'am los 
heretes de Pe Ramon Assalhit. — 

[nXXVIT] Item, plus teno I* pessa de vinha oblial de bal 
la viela — que sse confronta d'am H™ Raudera e d'am 
los heretes d'en — Guiraut Gisbert e d'am Sans de 
Tilhol o d'am — Jehanon Marsel e fe d'oblias III 
dines tollosanes e 1 tornes, en ciue — Galardet a lo 
cari per non de A'isdam Mossenh de Launac. — 

(Fo/. 2? M [CXXVIIT] Bert.ran Seguinot. te 1-^ borda d'ann 
dus arpens de — terra oblials el loc aperat a la Sau- 
betat que sse — confronta d'am et métis de IP*" part?, e 
d'am lo — rin de la Savetat. e fe II sols de tolosanes 
einque Ga — landet a lo car! per non de visdam 
Mossenh de Launac — e d'am los heretes d^ Pe 
Ramon Assalhit. — 

[CXXIX] Item, plus te a la Saiibelaf TT'' arpent d'e pral 
oblial — que sse confronta d'am Vidal Hole e d'am 
los heretes de — Domens Seguinat e fe VI dines 
tolo&anesi en que Galardet — a lo car! per non de 
visdam Mossenh de Launac e d'am los — heretes de 
Pe Ramon Assalhit. — 

[CXXX] Item, j'ilus te aqui métis II'" arpent de terra ho- 
blial quie ■ — sse confronta d'am na Peyrcna, molh:' 
d'en Jehanon de Murât — e d'am en Guiraut Seguinol 
e fe, VI dines tolosanes en que — Galardet a lo cari 
per non âe visdam Mossenh de Launac — e d'am los 
heretes de Pe Ramon Assialhit. — 

[CXXXI] Item, plus te 1 escag (I) di^ terra oblial que sse 

(1) Escag, morc«au, pièce. 



UN TERRIER DE LA REGION DE CADOIRS l l7 

confronta — d'am na Peyrona, fîHia d'pii rmiraiil 
Segiiinot. - - o d'ain los lien^es d'on Dom<Mis Srpuiiiol 
e d'am Kiinietisses e fc Fil dines lolosanes, en que 
(jalardet a lo cart. — 
[CXXXII] (Fol. 23'°) Item, plus le a la Coma (1) de la Sau- 
IxMat 1 arpent — de terra e de \inha ohlial ((ue sse 
confronta d'am Jehanon — de Murât e d'am Erime- 
tisses e d'am lo riu. e fe XII — dines tolosanes. en 
(|ue Galardet a lo cart per non de visdam Mossenh 

— de Lannac e d'am los liercle? do Pe Ramon As- 
saillit. — 

("CXXXIII] Ilein. plus le a las Narsas IP* cartonadas de 
terras — agrals ([ue s&e confronta d'am et métis e 
d'am Jehanon de Sant — Pe e d'am Germa E&care. en 
que Galardet a lo cart — . per non de visdam Mos 
senh de Launne e d'am los heretes de — Pe Ramon 
Assalhit. — 

[GXXXIY] Item, le II"* paretz que solle aver borda el loc 
ape — - rat Seguinotz que sse confronta d'am Jehanon 
de — ■ Murât e d'am los heretes d'en Jehanon de Cas- 
selas — • e fo d'oldias II dines tolosanes. en que 
Galardet a lo en ri — per non de visdam Mossenh 
de Launac e d'am los heretes de — Pe Ramon As- 
salhit. — 

[L'XXXV] Item, plus le aqui métis i casai de terra ohlial 

— que sse confronta d'am Jehanon de Mural cl d'am 
los heretes — d'en Jehanon de Casselas e fc II dines 
lolosanes, en que Galardet — a lo cai't j)er n(tn dr 
visdam Mossenh de Launac e d'am los — heretes 
d'en Pe Ramon Assalhit. — 

[CXXXVI] (Fol. 23^") (2) Item, plus te (3) I'^ pessa de 
vinha e terra qui métis — que sse confronta d'am los 
heretes d'en Jehanon de Casselas — e d'am Jehanon 
de Mural e fe X dines lolosanes en que Galardet - 
a lo cart per non de visdam Mossenh de Launac c dam 
los heretes — de Pe Ramon Assalhit. — 

(1) Forme gasconne de Comba, vallée. 

(2) En haut. Jhesus, Maria, gratia plena. 

(3) aqui, effacé. 



148 VK TKKiai l{ DE LA lŒGION DE CADOl HS 

[CXXXVII] Itrni. i)lus lo 1 ;irpenl de terra oblial el loc 
nperal Segiii — noiz ({lui sse confronta d'am et métis 
p d'am los heretes — d'en Cayssan e fe X dines tolo- 
sanes, en que Galardet a lo eart — j^er non de vis- 
dam Moss'enh do Lannac (^ d'am lo? hcreles — d'en Po 
Ram on Assalhit. — 

[CXXXVIII] Item, plus teno so que foc d'en Sans de Par- 
bes de Galan — bru, (1) el loc aperat Seguinotz, que 
sse confronta d'am los — heretes d'en Vidau HoUe — 
fe d'oblias VI dines lolosanes en que Galardet a lo 
cart — per non de visdam Mossenh de T.aunac c d'am 
los heretes de — Pe Ramon Assalhit. — 

[CXXXIX] (Fol. 24^'^) (2) Item, plus te a Buras duas quar- 
tona — das de tera agrarals que se confron — tan 
d'am Pe}' Caries Pes e d'am — lo riu, e que Gualhar- 
det pren de — VII guarbas duas per no de vis — 
dam Mossenli de Launac. — 

[CXI.] (Fol. 2rv'^) (3) Lo dit &" Foguasse a feyta rebenda 
au dit — noble Benat de La Fitat de XXVIII do''* 
icnduables — que lo dit de la Fila abia bendudas 
au dit Fage. — sso per lo pretz et somade detz soulz 
petitz casscun, — balhen XXXIII do" fornersa las- 
(4) qualhas hoblias — lo dit C" Fouguasse se es tengut 
(lo fo aui dit — de la Fita toutz los ans a la festa do 
Toutz Sans — -, aussy au arsar per reconeyssenssa 
pressa per — messtre Johan Malhet, notary de Leu- 
nac, e so — a feyt l'an M IIIL c nobanta e très et 
lo XIX jorn de — 1 mes de may, lien pressencia de; 
G"* de Na Fauressa — et de Bernât Dalquis. — 

[Fol. 20'"^) Jhesus. — Anno Domini millesimo cccc™° lxxxv, 
penullima marcii, etc. — 

L. Caillet. 



(1) CJalembnm ( Ha uto- Garonne arr. de Toulon :;:<.>, cant. de (j1i( 
naxie-sur-Gai'cnne comni. de Lannac). 

(2) D'une autre main. 

(3) D'une autie main. Ecriture très cursive. 

(4) qe, effacé. 



\0.\lb bE POISSOXS 

NUT1:;S ÉTYMOLOGIOUES KT LEXlt Ui.HAI'll loi i; 



IV 

l'JS. es|). abadcio, Ixidcjo 

OiKliii. Le Tlircsor des Ti-uis Ijuujucs. Cologne. 1(1 17. 
a les articles sui\ants : 

esp. abadcio o escarava ponçonoso, la niouchc can- 
lliaride ; ahadejo, ave, petit oiseau apiu'lé |iocli(>- 
qneue ou liochecuë, et, selon aucuns, le ii>il(>lcl. 

abadcjo, de la morue sèche, du merlus ou stockfisch. 

Pour le premier sens, l'emploi de l'esp. nbades = « mou- 
ches cantharides » prouve qu'on a dans abadcio un dérivé 
du lat. abbas. Abadcio est un diininulir ([ui vient d'* abba- 
tïcûlûs . 

En général, les noms ayan! un sons i-approclié (prèlrr, 
chapelain, moine, religieux, etc.). se donnent aux ani- 
maux |)our des raisons tirées de leur couleur (comparai- 
son, par exemple, avec le vêtement gris, noir, etc., des 
ordres religieux) ou paice qu'on les compare au prctie 
en calotte, en ca})uchon, etc. Le p\jrrhula vulgaris Tem- 
minck ou bouvreuil se dit, à cause de sa tète noire, à 
Florence luoiiachino, en France prêtre, etc. (Rolland, 
Faune Pop., ii, 167). Le corvus cornix L. (la corneille man- 
tclée), d'un gris cendré, porte les noms de iacobinc, de 
religieuse (Rolland, op. cil., ii. l'Ji'O. On |ieiil donc expli- 
quer l'esp. abadcio — motacilla alba L (la bergeronnette 
grise) par la couleur, noire conmie chez h^ bouxieuil. du 
dessus de la tète de Toiseau. On r;ip|ielle à .\aides 
îiionacélla, en SaM»ic religieuse, dans le Hugey damelle, 



150 NOMS DE POISSONS 

dans la Saône (M l.oiio i<t(<)biin' (liiilland. op. (II., ii. 
230 ; Bonelli. dans les Sludi di Filologia Romanza, IX, 
379). 

Pdiii- iihii(h'in, noin do poisson, il l'anl d'aliord rnnar 
({lier (juc dans la péninsnle ilt('ri((ne il si'nd>l(' se dire mm 
pas d'une espèce parlienlirn\ mais en jLr<''n('ra1 des ])ois 
sons lie la l'amille des (iddiddc. l'onr la (lalice. \'alladares 
Xunez donne Ixidcjo — (jadiis mon hua I..: mais, dès 
I7(S8, ("ornide a\ail |iosé. pour la mèni(> pi'oxince. ttha- 
deio, badi'io — (jadiis polhKhiux 1.. |)i\ers diclionnaires 
<?S]iagiiO'ls naltesleni abadejo (juau s(M1s du petit gadc 
{gudus niimilus. I... etc.). I.e [loilnpais abadejo. badejo. 
dont la tonne t'ai! croire qu"il \ienl de l'espagnol, a coiniii(> 
Tespagnol le sens général de jiiorne sèche. 

La liste sui\ante va nous montrer que cappellanus a 
servi de nonis à pi-(>s([uc loiiles les espèces Ac la i'amilli' 
des Gadidae : 

Hérault (npclan — gadus ineilangus !.. (Holland. 
op. cit.. m. 1 12) : 

Baléares cajxdlà. ('elle. \ai'. \icc (dpclan. l'em 
prunt français capelan = rjadus minutus L. Rol- 
land, op. cil. m, ilo) : 

Iviga, capellnn = gadus luscus 1.. ; 

prov. capelan = phgcis blennioides Schneider ; 

esp. capellan = molella Jusca Bonap. (Carus, Pro- 

c/ronius, etc., ii. ôTl. 572. 575. .578 (1). 

On trouve encore à Venise pescc prèle — merluccius 
vulgaris Fleming (= gadus merluccius L.) et le Diclion- 
naire général de Ilal/iVid el Dannesleler dil à Tarticle 
capelan que le provençal preieirr iiidir|ue le gadus nii- 
nulus 1.. 

Pourquoi al on donné aux Gadidae ces noms de petit 
abbé, de capelan. de |)rêtre ? 

Pour l'asliir. abaderu — esp. Uuchuela. Halo y IIe\ia 

(1) Carus. op. rit., ii, 580-588, cite: (a) capellan à Cadix et à 
Iviça= ophidium barbafvm L. ; (b) capellà à Majorque — arnogJoi<- 
sus Boscii Gûnther et eucitharuA linguatula Gill. Ce dernier poisson 
s'appelle prêtre à Cette. 



XOAfS DE POISSONS l.)l 

(\ ocahuldrio de his pahibtfis ij //ï/sc.s hcihlcs. Miidrid. 
ISOl) olïre une (explication que je crois fanlaisistc : « [to/. 

([lie l'tH'ala ;i l;i cosla luicia la [H'iiiiax ri;i. |'",r;i cl ([uc 
servia [>ara [uiiiai' los lribiil(ts al aliad. \ de ((Hiiida lii;- 
cuciilo on las abadias, de donde lonia cl iiojnlire n. 

De son c(Mé. Kondelcl a\ail |pI(i|)(ps(' |m»iii- le |irii\. 
(■(t])clan la solulioii stiixanle (De Pisiihiis \hiriiiis. p. 
liM) : (( Est enini laevis el sine s(jii;iniis. (pieni iioslii 
capclan noininanl. a raso. (ipiiioi'. cl gjabro. cl ob id 
eandido saccrdoUini caipite. (pius rrti>cl<uis linuii.i no^lia 
appellaunis ». 

Je serai idubM t(^id(' de croire que c"esl la couleur i^risc 
ou Lirisàlre du dos de la |»luparl des gadiddc qui doit nous 
roiirnir Texplicalioii (]ue nous cliei'rlioiis. \'oici (|ucb|ues 
lernies de conij)aiaison : 

(a) i-M'ec ô'voç . lai. asiiiux. qu'on a expliqué, comme 
nom des gades. [)ar une comparaison avec la cou- 
leur gi'i^c du dos de làrK". 

(Il) angl. gray loirJ -- gadus vlrcits !.. e! voir les 
notes 60, 106. 

(c) lir(don h'fini'h = gadus lirciis !.. o\ gadus p(dl(i- 
chius L.; leanek du moy. bret. Icaii (gallois lleian) 
gris, d'où encore Icaii. uiouie. Icanc:, religieuse. 

(d) le gaélique glalsean = gadus virciis !.. (quand le 
poisson a 2 ou 3 ans) d'où eu Ecosse glasseiu gl(i>>- 
sin. glossan, etc., pius eu l'Ecosse glassoch' — g. 
vireiis E. ; tous ces noms \icniicul du gaél. glas. 
gris. 

(e) le suétl. grasida = gadus, de gra. gris el sid(t. 

côté et [)liis |)articulièreinenl le suéd. grasilc — 
gadus virens !.. 

120. alousas 

Alousas = Icuciscus alhuiinis ( uw est ciù; dans l!o|- 
land, Faune Pop., m, 141 pour Chef-Boutonne (Deux- 
."-^èvres), d'après Beauchel Filieau. 

On peut y comparer f'resfiwalei spiai dont s'est servi 



15'2 NOMS 1)1. l'OlSSONS 

Isnak W'nllDii pour iiKli(|ii(M' l(^ Icutlscus (ilhuinus Ciiv. 
(Day. Ihilisl, Fislus. n. lUU). 



l;'.M. 11-. Unlidliinl 

Je li()U\c hahillaid r plcuioncclus solcu K. dniis i\cm- 
iiicli, Wôrleihiiclier dcr \alurgeschichte (1798). Peut-êlre 
csl-ce parce (jiio ce poisson a la l'oi-ine (rime langue ; cf. 
ital. linguatla, linnudllola (U ses congéiièi'es dans les lan- 
gues romanes : angl. lonr/ue = jeune sole ; dans le Moray 
Firlh longue sole — solea rulgarix d'ai)rès Day, Britlsh 
Fishes, ii, Ai) ; boll. long. jlam. tonghe = sole. Je ne sais 
ce que veul dire lînynioiid. Dicl. Ccn. (1832) ])ar son 
ai'ficle hahilltird. « soilo de poisson qui lait un hruil que 
l'on peut comparer à celui d'une personne ([ui parle \ile ». 

I^IJ. \r'iiil. iKiiiitold 

Ou Irouxera les iudicalions .-uixanics sur ce noju des 
raies d^ans t'ai'us. Prodrotiius. clc, ii. .■')18-.")20 : Adria. 
Venise, Trieste baracola, Spalato baracula (baranula du 
texte est vme coquille) = raia claiata T.. ; Adria, Venise 
baracola, baracoleta = raia bicolor Risso : Adria, Venise 
baracola. baracola bianca. S|»alalo bairtcalica = raia 
puiictata Risso ; lit. rom. I>arracola, Spalato baracula, 
baraculica = raia niiralclufi L. ; \'enise baracola = rtna 
f'ullonica L. Tous les poissons iionunés sont de la famille 
des raiidae Gùidher ; [lour la l'amille \oisine des Injgo- 
nidae Rona]». on ajoutera Triesie barracola ^ lifigon pas- 
tinaca ('ii\. ; divers dictionnaires vénitiens donuont aussi 
baracola comme nojii à \^Miise de la pastenaque. 

Le mot baracola est sûrement un dérivé de baraca, mais 
dans quel sens ? Je crois que c'est au sens de « couver- 
ture », qui est attesté pour le nord de ritali(\ 

Pour baraca = couverture : Gênes baracca dô càro 
« copei'lino (voce did conlado) » dans ("asaccia, Dizion. 
(ienov.-Iial., 2" ('(1.: ])iém. baraca sal cher o sla barca. 
« copertino, quella tela che si adatta sopra alcuni archi 
piegati a guisa d'arco e clie formano una specie di ca- 



NOMS 1)1. POISSONS 1.-)^ 

j)aniia sul cain». o iicl navicello » dans Saiil' Albino, 
liriin iJizioii. l'inn.-lldl., 1859. 

Pour (les mois signifiant « coii\erliir(> » domu's coiiiihl' 
iioiiis aux raies, on peul comparer : 

1. l'amille S(/U(iliiii)rai<ic Hasse : X'aleneia iiuinhi = 
rhinolxilus < '(ilinnndc Honao. 

■J. l'amille Trin/oniddc Bonafi. : arabe (à Alexandrie) 
fufch (= « leelus ») — laciiiiini (//((buld \ï. Ille. : 
Palenno jiitjuvd niniilcllinii. ru(j<jhiu iiudilflliiiu — 
ptctoplaicd (ilhticla M. Ille. 

:>. l'amille Myliobulidac M. Ille. : .\laj(tr(|ue uimilnUlnn 
— rhinoplcra jn<ii</in(il<i ('u\. : \liij(ti(iuc maiild = 
cephalopleia Giorna ( 'u\ . 

'i. l'amille Raiidac Gûntlicr : ]iro\ . flinixsado (fr. flos- 
sadc dans Ijllré = raie oxyrliynque el raie balis) 
= ndd iliagrinea Pennant : pro\ . flassado (Cr. 
flossadc dans I.illré = l'aie bâtis : pi'eniier exem- 
ple dans du Pinet. Pline. i'h\. I.ISJ. i, 353), mairn.'^- 
ffo = raia oxurJiynchus L. ; [irov. couverinro (eï. 
enui crluic dans Lacépède. ///s/. \(il. des /'o/ss.. 
ITt)8. I. 3.5), f'ioussfidn = raid Ixilis !.. 

132. bit. * Udvhnld 

Le Dicl. (ién. a ini ailide htnbur. « poisson de mer 
plal du genre pleuronecle, ele. » ; pour rtUvinologie, nous 
dil-on, c'est un léminin de barbu. Plus liant, barbu, adj,. 
est tiré (bi l'r. burbc. ce qui l'erail sup|M)ser que barbu est 
de création Irançaise. 

Il vaudrait nueux (bre que ladj. burbu remoide au lai. 
* baibulus. ivOrling. à l'art. 1227 de son Lalcin.-ltnmau. 
1176., ne cite cjue le Ir. barbu v\ le port, barbudo comme 
représentant * barbulus ; il faut ajouter l'ii. burbub), le 
[)rov. barbul et l'csp. barbudo. 

Ce qui m'intéresse [)articulièrement, c'est cfu'il est vrai- 
semblable que * barbula = ihoinbus laevis Gottsclu! 
(= iliombus uulgaris Cuv.) a existé dès l'époque latine. 
Après le fr. barbue, attesté dès le XIIP siècle, il y a le 
prov. barbuda donné par Carus (Prodionius, etc., ii, S5) 



I.)l NOMS I)K POISSONS 

([iii cite I\(''utiis. l''lori() a un ilal. Ixiihula, « a kind ol' 
liiil)(tl lisli callcd a dal) ou saiitlIiiiL; ». l)aiis son Xovo 
Diccioiinrid du l.ingua Porlugueza c Allemâ, 7° éd. 1905, 
II. Mi(.-haelis ddimc liniUiidn. ikuii de poisson. (>l Ir lia 
diiil par rallcin. harliiuinnclicn, i nulenacholle. 

133. prov. bdidiiuliii 

l)"aiuès (ai'us, Pradraiitu^;, iMc. ii, 501. 50i, 509, bar- 
dniiliii csl un nom pi-ovrucal du prisliunis ini'htnosloinus 
liouap.. et on dirail plus parliculièi'ejueiil à Xice bai- 
(Initliii = sjnnax nigcf ('Icxjiicl cl burdoulin de jouiis ~ 
Idi'inargus rostralus M. Hle. 

Je trouve dans lioqu(d'orl. (ilossairr de la Ijinijuc !>>>- 
nidiic. 1808 iS'JO, bardollu ^ pclit nudcl. l'an! il prendre 
le pro\ent;al baidoulin dans ce sens et le lat lâcher au 
radical de l'ital. baidollD d'où le fr. bardol ? 

On aurait donné le nom de « petit mulet » aux requins 
mentionnés plus haut à cause de leur couleur grise : 
(jrisco-coeruleus dit Carus du laemargus rostratus, fuscus 
(lul niger du spinax ingcr. (Mdin [idvo-griscus du prisliu- 
/•us mclanosiomuH. 

(T. le grec ô'voî , le lai. asinus. nom de gades, et \oir 
notes 00, 89, 100. ]-J8. l'il. 

13'i. IV. bougon 

Le Dicl. Cién. de hi Ijtnijuc Fr((nçaisc de Raymond 
(1832) a un article « bougon, s. ni., hareng dont on a ôté la 
tète et la queue ». 

Il y a un bougon, mot du palois noiiuand sur lequel on 
|ieut recueillir les renseignements suivants : 

1870. DelbouUe, Glosa, de la \'(dlre d'Yères : « bou- 
gon, s. m., bout de bois mort ». 

1879. ]{obin, Le Prévost, Passy et de lUossevilJe, 
Dicl. du Patois .\ormand de lEure : « bougrons 
ou bougons — morceaux de bois gros, courts et 
torlus comme le sont très sf)uvenl les branches des 
pommiers. T'est le mol bougion (pie j'ai entendu 



NOMS I)F. POISSONS 1.);) 

prononcer : laulrc forme est doiinén par I.. Du- 
bois, (pu la recueillie à l.isieux ». 
1887. Moisy. Diel. du Palais :\orm(iml : « hoiKjon. 
s. m., morceau de i)ois, gros et court ». 

Il esl vraisemblable que ce hmujon a[)pailieul au nièiiie 
radical que bi)ui/uclU\ don! .Mois\ dit : « traverse de bois 
ai'quée qui retienl le carcan an nm du cochon ; c'est mi 
diiuinutil' de bouijuc \\u<\ en usaLic dans la Manche et qui 
S(M"t à désigner le hàlnn de in»''ine ti»i-nu'. mais beaucoup 
plus grand, an innven duquel (m maiidienl \r cou t\\[ 
bœut" sous le joug ». (oiuparer enciu'i' Ixnujui. « arrondi 
par la tension ». 

Ces mots sont d'oi'igine germani(pie ; à c(Mé de buijlic. 
boot/lie, arc, le l'Iamainl a botjlutl, « carcan de vache ou 
fie pourceau » selon Alellema, l>rn SiIkiI dcv Duiilsvltcf 
Talc, Rotterdam, 1630. 

Bougon = hareng sei-ail-il lire (hi mèjue radical V 1! 
laudrait connaître son lieu d'oi'igine ; en attendant, on 
pourra noter l'ail, buekliny. « inclination, courbure, l'évé- 
rence », mais aussi « luu'eng saur » ; et le l'Ianiand buc- 
huiii, à côté de bocliiny. « hareng saur », à rapprocher 
de />(/(/■(■/(. bochen, se courber. 

105. \énit. braïKÏn. 

Je ren\oie à la noie 183, vuraccia, pour l'étymologie 
du vénit. brancin (pia proposée Af. Schuchardt dans un 
article publié dans la '/.vilsrlirijl jùv Itoinanisi hr l*hilolo- 
ijic, XXXI, 6il sq. 

Ma note a pour bul d'e\pli((uer (|uelle est. selon moi. 
]"(■•! vmologie \éritable du MMiit. bruitcin. braiiziit. i]\i parni. 
branzeii. nom du diceiiirarchus labrax Jordaens. 

Au radical du lai. braiica. [lalte (cl. Kôiling, I.al.- 
Iloman. Wlb., ai't. 15'i'i) se i-allaclie l'il. branca, patte, 
grilïe, serre ou luncette d"écre\isse, etc., biancarc, grip- 
per, empoigner, etc. ; de branca on ne peut séparer lit. 
branco, griffe, serre ou pincette d'écrevisse, brancio, cité 
par Florio comme ayant les sens de branco, branculo, 
grilTu, ergoté, etc. 



ir)() NOMS Di: POISSONS 

liraiiciii rsl un diiniinilii' de bratico (\oiiil. bianco de In 
força = il. ichhin d après Paf)l('lli) : <li' mOiiio le parme- 
san br((ti:cii i^st iiii (liiniiHilil' (lu panii. Inaii: = il. icbbio 
(\[alaspiiia). 

L'es noms soiil c()in]»arabU's à dixcrs aiili'cs qui servent 
à désigner en Italie le dicenlrarchus labrax Jord. : 

llonie spigola (Uonddel, De P/sr . Mniiii., éd. ITi-Vi, p. 
208) ; Gaële spinola, \aitles s/<(/(o/a. spinola di pielra, 
Alessine spinuhi (('aiiis, l'ioch.. ii. (108): sicii. spinollo. 
spinoUd (Tiaina. \ nctiboluriclUi) : Malte xpiyula, spmilld 
(Carus éri'il i)ar erreur sprnlta). (T. encore sicil. apiiiubi 
iinpcii(di — dicenlrarchus j)unctalus Jord. 

Ces derniers noms, tirés tlu lat. spica ou du lai. spina. 
s'expliquent comme ceux qui viennent du radical brniic — -. 
par le fait (jue, chez le dicenh^arcJnis labrax Jord., les 
opercules écailleux se terminent en deux épines. 

Cf. encore breton dreineU = dicenfrarcJius labrax Jord. 
du breton drean. épine (v. celt. * dnuj-ino): gallois drae- 
itoij. nom du mémo j)()issoi). 

130. génois brnnco 

Bronco = congre est dans Due/. Divl. ilal. -franc., éd. 
IGGO. C'est à Gènes que bromo se dit du coiujer ndgaris 
Cuv. (Casaccia, D(':/on. (lenor.-lhd.): Carus {Prodromus, 
etc., II, 541) écrit briinco d'après Sassi. Bronco doit sVn- 
tendre au sens de tronc, brandie d'arbre, bâton ; il s'agit 
d'une analogie de forme; cf. es]). (Calalogne, X'alencia. 
Baléares) varga = congronniraciKi bolcarica l\]». oi'i rarg.i 
est le lai. ('ïrga. 

Pour les élymoiogies qu'on a pi'oposées pour l'il. bron- 
co, tronc darbie, etc., je renvoie aux die lionnaires élymo- 
liques de Diez (art. bronco) et de Korting (art. 158- 
brocc-). La forme primitive est certainement bruncus (<■!. 
sarde bruncu) ; on peni hi faiie l'cmonlor jusciu'au vif 
siècle pour le moins, puisque bruncus est glosé p;ir l'an- 
glo-saxon iLfol dans les glossaires d'Kpinal. d'Krfurl et 
de Corpus Cliristi. L'anglo-saxon uiol \eut dire (a) ra- 
cine (b) mus(\m (cf. sardo brun<u. mns(>au). Disons qu(î 



NOMS DE POISSONS 157 

cela nous suggère un rap[nocheiiicul : l'il. ceffo, museau, 
dont 011 a donné diverses élyniologies assez fantaisistes 
(cf. Kôrting, 9429 liébr. schaaph, 9371 radie, gerni. tap-) 
pourrait très l)ien n'èlre ([u'un doublet de ccppo, Ironc 
d"arbre (< lat. cïppiis) ; cf. dans Due/, ceppo del becco, 
« le gros du bec de l'oiseau ». Je fais encore l'observation 
suivante : là où ralleniand dit rûssel (= groin, boutoir) 
pour la trompe de l'éléphant, l'anglais se sert du inol 
//un/,- (< fr. ironc). 

137. lit. rom. bucchio. buccJiia, etc. 

Dans cette note, je mo propose de dire quelques mots 
sur ["origine de la série sui\anlc : 

sicil. buiu, lugyhiii sjjuiusii ==: Irijgon Ihalassia M. 
Hle; 

sicil. uiu, bulu, vuiu, luggh'iu, à Palermc^ vugghiu 
niuru lisciu — trygon brucco Bonap. ; 

i\aples inucchio, sicil. (Palermo) biqu, vugghiu, bug- 
ghiu, (Alessina) bugghiu — trygon violacea Bonap.; 

losc. mucchio, lit. rom. bucchio, bucchia, Naples 
inuccJiio, iiiuio, iiiulo uacca, niuio liscio, Reggio 
buglio, vuglio, Scilla vuglio, sicil. (Palermo) vug- 
ghiu biancu. buju, vuju, (Girgenti) bugghiu,buggiu, 
(.VIessina) buggldu, (Catania) vughiu, (Venise) muc- 
cio, mucchio = Uygon pastinaca Cuv. ; 

sicil. (Palermo) vuggldu maniellinu, (Messina) bug- 
ghiu — pleroplalea altavcla M. Hl<^ (^ Iryguii 
altavela Bonap.) ; 

Naples inuccliio, sicil. niuggJiiu, ntuiu, inuiu lisciu 
= niyliobalis aguila Duju. (et cf. le nom de mylio- 
batis bovina Geolï. donné à un poisson qui porte 
les mêmes noms que la myliobalis aquila Dum.) ; 

Xaples muio vacca = cepJialoitlcra giatiui Cuv. 

(V^oir pour ces noms Carus, Prodronius, etc.. ii, 517 
522). 

On aura remar([ué que tous ces noms servent à indiquer 
sur la côie occidentale de l'Italie et en Sicile (exception- 

11 



158 NOMS DE POISSONS 

nelleilieiil à Xeiiisc mucchin. iiuiccio = le mâle de res|)èce 
trygon pasliiiaca <.'uv.) des raies des r;iinilles liiinoiiidac 
Hoiui}». et Mijliohulidae M. Hle. 

Or on Iromc pour ces mènies |ioissoiis des noms lii'és 
du lat. vdCCfi (voir Carus. np. el /oc. cit.) : 

esp. raya vaca, \aples fuujo vacca ~ Iruf/on pasli- 
iiaca Cuv. {Iriigoiiidac} ; prow vaco, vaquelo (Nice 
vacca, vacchellu). Gènes pcscia vaeca, N<iples vacca 
marina, niuio vacca, vaccarcUo = cepJialoplera 
giorna Cuv. {M\jliohalidae). 

On j)eut encore ajouter, à lilie de comparaison, le fr. 
bœuf = inyliobalis aquihi iMun. d'après Cuvier, Règne 
Animal, éd. 1829, ii, 'lOl. et langl. ox-ray, horned ray = 
rephcdoplera giorna ("uv. flaprès Day. Brilish Fishes, ii, 
354, qui explique le nom « froni their horn like heads ». 
Pour une raie d'une autre famille, la raia oxyrynchuf^ L., 
on a encore : l'esp. raya vaca, le prov . vaco marina, et 
dans la traduction de Pliiio par Du Pinet (éd. 1581, i, 353) 
le fr. vache de mer. 

IvCs mois lai. hncûlus l)ou\ illun. bncûla, génisse, ne 
sont pas cités par Kôrling ; ils expliquent admirablement 
le bucchio, buccliia du littoral romain. Pour les autres 
formes que l'on a lues plus liaul. j'y \errais soit des 
dérivés du radical du lai. mugire, * mogûlare (it. mug- 
gire, mugghiare, mugliare) soil des résultats de l'action 
de ces dérivés sui- buculus, buciila. On pourra noter, à 
titre de comparaison, pescio tnuggio, nom à Gênes de 
Vliexanchus griseus liafincsque. poisson qui porte en 
Italie les noms de pesce bove. pesce manzo, pcscc vacca 
(voir Carus, Prodromus, elc, ii, 500). 

138. {'xpulngiic bltiijuel 

lhie(/uel, s. ni. - l-]chaiitill(iii de harengs apporté par 
le vendeur à la salh^ des (•ri(''es. Doit \enir de bouquet, 
choix. 

.\insi s'exprime Ernest Deseille d,ans son Glossaire du 
Patois des V/a/c/o/s Boulonnais (1884). 



NOMS DE POISSONS I •'»0 

Il iiic semble clair que bucqucl vii^nl de bucqiu\ s. T., 
traduit : « pelitc quaiitih'-. jjetil morceau », par Deseillc 
lui-mêine. Buv<iue est le v. pic. bufique qui remonte à un 
type * bfisca . Les dérivés de * busca en France montrent 
(]ue du sens de « bùclie, bùchclle », il a passé à cidui de 
(( hriu, parcelle, pelile chose ». 

Bucquel, échantillon de harengs, aurait la même ély- 
mologie que buquel, iiislnunenl qui sert à agiter l'indigo 
dans la cu\o de fabrication. 

139. P)Oidogni> briliolle 

Buhotle est un nom du (jobius niinutui< L. à Boulogne 
d'après Rolland, Faune Pop., m, 156. Day, Biitisli FisJics, 
1, 164, cite bouJiollc connue un des noms français du 
môme poisson. 

Il faut sans doute rapprocher buhoUc, nom de poisson 
(masculin d'après Rolland) du norm. buhotte, s. f., « la 
petite limace des jardins » (Moisy, Dictionnaire du Paloi'^ 
Xormand). 

En effet on a l'angl. fjiouiidliiuj = gobius nigev 1.. 
(Day, British Fislies, i, 164) et groundling est un nom des 
loches (genre cobitis). Nemnich cite le fr. loche de nier = 
gobius aphija ; il s'agit du gobius aphia de Rafmesque. 
qui n'est autre que le gobius ininulus !.. Enfin h^ fr. 
loche est un nom des limaces. 

140. sicil. buracciola 
Voir note vuraccia. 

141. ])orl. burrinho 

Nemnich, dans ses Wôrierbucher der \aiurgeschichle, 
imprimés à Hambourg en 1798, donne burrinho, nom 
portugais du labrus merula L. Dans Carus, Prodronius, 
etc., II, 597, on trouve l'esp. borriquele, nom du même 
poisson. Pour la couleur du labius merula, voici l'indica- 
tion de Carus : « fuscus aut viridi-olivaceus, maculis 
nonnulilis obscuris nigrescentibus ». 



160 NOMS Di: POISSONS 

Voir noUis <S0. 133, IC-'i, pour les noms de r.nie el du 
mulet tiennes à des poissons. 

l 'iV. l'r. ((tpchm 
\'oir noie li?8 fthadcjo. 

143. esp. cazon. e'e. 

D'après les indications qu'a réunies Carus (Prodr.. ii, 
.^Ol-oll), je cite les noms suivants de poissons apparte- 
nant ions au sous-ordre des Schirhaidci de Gûnlher : 

sicil. cazzuni (à nirficnti) = prisliunts inchinoaloinuf: 

Bonap. : 
calai, cassa — sciiinmis lichia Cuw. acanlJiid^ vul- 

garis Risso. echinorJiinus spinosus Blainv. 
esp. cazôn = sciimmis lichin Cu\. . r/dJeus ranis lîo- 

nap.. miistela vulqnv'is M. Hle. 

Ajoutons encore d'aj^rès Nemnich le port, cacao = 
tjidcus canis Bonap. 

On sait qu"on a donné aux ScUuIioidci le nom général 
de chais de mer et que d(^s dérixés du lai. callus servent 
à désigner un très grand nombre d'espèces de ces pois- 
sons (cl', mes notes -iT. ôO et \oir aussi Carus. Prodr., ii, 
A9d sq.). Les noms que j'ai cités ci-dessus s'expliquent 
tous par un lat. * càitf'ônem dérivé de * catteus qu'on a 
déjà postulé pour expliquer l'it. carzo = mentula. 

W'i. nioHetla cridronc 

Le grec xevTjOtV/;;, nom d'un reqiun que les dictionnaires 
identifienl avec laiguillal, esl lire du radical de «vt/wv, 
aiguillon (cf. xîvTew . je i)ique). Les naturalistes n'ont 
jamais hésité depuis llondelel (De Pisc. Marin., éd. 1551, 
p. 384) à y voir riunnanlin (squahis ccnlrina L., cenlrina 
Salriani Cu\ .) et daprès Heldreicli xevTjstv» est toujours le 
nom grec de ce i)oisson (Carus, Prodrnmus, etc., ii, 502). 
Le mot latin ccnlrina n'est employé \)nr Pline que comme 
nom d'insecle (cl', les sens du grec xsvTjOtvvj;) . Dans ces 



XO.MS UE POISSONS I T) | 

coïKlilioiis, remploi do ccnirone = cenliina Snlviaiii L'uv. 
à MoHeUa (Cariis, loc. cil.) esl inlércssanl l'I l'uil croire 
;i un type latin * cciilio, -oncm, au sens d'aiguillon. 

I."luiuiaiiliii a vin aiuuillou 1res dur à chaque doi-sale. 

145. lai. (Iclplninix 

Le grec h^iç, ^e^a = dcl})hiinis dcli>his 1... doil sans 
doute s'entendre au sens de « cochon •» ; cl'. (Tune pari 
âs^çaÇ , cochon de lait, el de Taulre di\ei's noms du delphi- 
nus dclphis L. : (iard jxn lumiii, l*\r. Or. porc marin^ 
allem. ineerschiceiii (ilolland. Faune Pop., i, 173). 

Le lalin a dclpliin {-'inem) , delj)hi>; {-'mem) el dcljihinus 
{-înum). 

L'art. 2818 dclpliinus de Kortiug ne l'ail pas ressoi'lir 
les ditïérences que [U'ésenlent les dérivés romans. On a 
d'une pari le dalju. dupiii, \éuil. dolfin, ipii send)lenl 
requérir * didphimis. 0\\ a depius h)nul(Mnps accepic 
* dalpliinus ])Our \c \. \)vo\\ dulfin. le l'r. dduphlit. \ .r 
sicil. tiafinu pourrait hicn èlre pour * d(ir])hiitus (|)our 
d > t cï. notes 33 liaiyiw, 85 lrac{c)Ido). 

Les noms du dauphin ont été donnés à divers poissons. 
Il n'y a sans doute pas à compter avec dauphin — aspro 
vulgaris Cuv. à Dijon (Rolland, Faune Pop., m, 180) où il 
s'agit probablement du titre des lils aînés des rois de 
France. Mais Carus, Pvodroniu><, etc., ii, 1347 cite un sicil. 
pcsce Irafino, Irafino iinpciiali (à Catane Irafinu) = peris- 
ledion calaphracluin (.'u\ . ; plus loin on trouve encore le 
génois draj'inetto = gouania Wildcnou ii Moreau, poisson 
dit porchetlo à Adria (Carus, op. cil., ii, 691). 

Pour le nom du dauphin donné au conjphacna hippurus 
L., voir la note 148 [cro. 

140. prov. dovclo 

Carus, Prodromus, etc., ii, 000, cite doiclo comme 
un des noms, en Provence, du coris iulis Gunther ( = 
labrus iulis L.). 

Ce doit être le même mol que douelo « planche très 



162 NOMS DE l'OlsSONS 

mince en bois <lo sapin » (rn|irèp le Uicl. Lniigucdocicu- 
François (éd. 1785) de l'abbé do Sauvages, et douelo 
remonte (cf. franc, douclle, d<nivclle) au latin doga (grec 
Soxiî). 

On a donc comparé la girelle à une planche mince ; en 
effet, le corps de ce poisson est comprimé, il est cinq fois 
plus long qu'il n"est haul, enfin la hauteur est sensible- 
ment la même de la tête à la queue. On pourra voir deux 
girelles, une mâle (M une femelle, admii-ablement figurées 
à la planche i.xwii des Brilish Fishcs de Day. 

147. fr. ('■iiii^Sdlc, inissolv, iiissolc 

I.e mot latin mûstêla est ejnployé par Pline poui' indi- 
quer (a) la belette (b) la lotte (c) un poisson de mer. 

Les naturalistes ont vu dans ce dernier poisson un 
genre des squales de Linné, celui qu'on nomme commu- 
nément émissole et dont il y a deux espèces, l'émissole 
proprement dite, et l'émissole tachetée de blanc, dite aussi 
chien de mer étoile, poissai} éloilé on lentillat. 

Bien qu'on ait sans doute raison d'identifier le poisson 
de mer appelé mûstèla par Pline avec l'émissole, cepen- 
dant je n'ai trouvé aucun dérivé roman de niustela, qui 
soit donné comme nom de l'émissole ou du lentillat (ce- 
pendant Carus, Prodronms, etc., ii, 511, cite musiela de 
mar = émissole dans le Houssillon ; je doute qu'il soit 
populaire). 

Pour le mot émissole on n'en a proposé, à ma connais- 
sance, qu'une seule étymologie ; c'est celle du Dictionnaire 
Général de Hatzfeld et Darmesleler, qui s'exprime en ces 
termes : « emprunté du prov. emissolo, mieux meissolo, 
qui paraît dériver de maisso, mâchoire ». 

Cette explication ne me satisfait point, et après avoir 
passé en revue les noms de l'émissole, je suis convaincu 
qu'on peut en distribuer un certain nombre entre trois 
séries : 

(a) ceux qui sont tirés d'un type * nïtéôlûs, * nW'ôla ; 

(b) ceux qui sont tirés d'un type * nùcf'olûs, * nû- 
cëôla; 



NOMS DE POISSONS I fi3 

(c) coux qui, coinme 1o prnv. ;/ici>s.so/o, (iiil ;;i ;~i l'iiii 
lia le. 

* Nttêola (1) ;i existé ;i vCûé des loriiics allcslées par les 
textes latins, nitèla, tiUella, ndêdûla noms dans Pline du 
du nuilot ou rat des champs, dans Solin de l'écureuil (cC. 
myoxus nitela. nom donné par l.iinié au lérot). * Nitpôla 
a donné l'ital. nizzola, « une sorte de très subtile belette » 
(Duez). « a beasi like a weasel » (Florio). On trouve aussi 
l'ital. nizzolo. (]ui liaduil dans \l;das]iina. \ nvalxilaiin 
Parinigiano-ItaliaiKi (18r)(j-9) Ir panu. iiizzoh'-ii inno.rus 
avellanarius L. (cf. milan, nisciolln de même significa- 
tion), c'est-à-dire le iituscar <Uit. croquC'iini.r on croijue- 
noisettes (cf. ail. haselmau:^. nussbeisser). 

Mais à cùté des sens déj;"i indiqués des déri\('S de * nl- 
tèôliis, on en a d autres. Ou a nolaïunn'iil la st'M'i(^ suixanic : 
it. nizzola (Due/. : noisette), parm. nizzoeula = « nocciuolo 
commune », nizzolnr — « corileto », nizzolén — noccio- 
lino » (Malaspina). génois nissêua = « nocciuola » (Ca- 
saccia), prov. iiissol (Bartliès). ii'issoou (Sauvages) ^ clià 
taigne de noix, noix de Ic-rre, tei-re-noix, série où il est 
très curieux de lrou\ei' \c uiènie nom poui' la noisette et 
pour le muscardin ([ui la croque. Mais celte première 
coïncidence, si curieuse qu'elle soit, se retrouve pour les 
dérivés de noire seconde série, ceux qui sont lires de 
* nûd'Oliis , * nûcf'ola. Ou trouxc eu elTet, d'une part. 
l'ital. nocciuolo, noisetier, nocciuola, noisette, etc., et de 
l'autre, nocciuolo, traduit par Florio : « a kind of field 
rat, that like a squirrel, climbs trees and feeds on nuts ». 
Les formes nicciuolo, nicciuola. qu<' Florid donne comme 
équivalentes à nocciuolo, nocciuoln (cf. nicciuola - noi 
selle à Sienne et ailleui-s en Toscane), semblent même 
marquer une (•onlauiinalinn de la pii'tmére de nos séries 
par la seconde. 

Mais la coïncideuci^ sur la(|ui'll<' ikmis axons appelé 
raltenlion pour les déi'ivés de * nlteolus, * mU-ola, d'uni' 

(1) Pour les dérivés de *nitca, 'niteolu, etc., voir C. M-erlo dans 
la Bec. de Dial. Foin., i. 251. L'art. 6547 de Kôrting devrait être 
rayé. 



164 NOMS DE POISSONS 

part, cl de * nûcëôlus. * nûcrbla, <!(> r.uilrc, devient plus 
frappante (juajid l'on constate (jue les dérivés de lune et 
de l'autre série ont servi à faire des nojus de poissons : 

parm. nizzolén = cobltis taenia L. (Malaspina) ; 

pnrin. pcss nizzocula -■ genre muslclus Cuv. (Malas- 
pina) ; 

génois nissêua = genre mustelus Cuv. (Casaccia) ; 

niçois nifisula Iraduil pai' le franc, nissola poinlillée 
dans le dictionnaire de rahlx' Pellegrini ; 

franc, nissnle (Cotgra\e : « a \\Iiilish dog fîsli which 
is indiffèrent good incal. or. al least, Ihe l)est of 
dog-fîshes »). 

A ces mots j'ajonle niso, Jiissolo, que Florio traduit 
« the white dog-fish » et dont la forme fait croire à une 
origine dialectale. Enfin di\ers dictionnaires donnent noc- 
ciuolo comme le nom italien de l'émissole ; c'est en effet 
son nom sur les côtes de la Toscane, et Koestlin le cite 
comme employé à l'île d'Elbe. 

Si l'on trouve ces noms donnés à des [loissons, c'est que 
l'on a comparé la forme de leur corps à celle du corps 
du muscardin. J^appelons que les poissons du genre 
cobilis et du genre muslelns portent également les mêmes 
noms que les belettes. 

J'arrive enfin à ma troisième série, qui se compose des 
noms à ni initiale que porte l'émissole : 

Valence, Catalogne niiix, inussola (1) (mussola à 

Iviça) ; 
Cette missola, Bouclies-du-Rliône, Var ineissolo ; 
Nice missola (traduit par un franc, missole dans le 

dictionnaire de labbé Pellegrini), Sard. inus- 

sola (2). 

Certains points semblent assez clairs. Le français émis- 



(1) On trouve un esp. musola dans Minslieu, Vocabularium His- 
panico- Latinum et Anglicum, Londres, 1617. traduit par l'angl. 
hound-fish, dog-fish. 

(2) Pour ces noms, voir Rolland. Faune Populaire, m, 84, et 
Carus, Prodrormis, etc., ii, 511. 



NOMS DE POISSONS 165 

sole vient de Hoiidelet, De Fisc. Marinis (éd. 1554, p. 373) 
où il est donné conimc provençal. Le prov. cinlssolo \\c 
doit sans iloule [)as être séparé fies mois à m inilinle. el 
s'explique penl-èire par inie agg^lnlinalion partielle do 
Farlicle défini {la missola ."> ianiissola). Enfin il fandra 
rattacher les mois de notre troisième série aux noms hypo- 
corisliques du chat, dont .M. Sainéan a dressé une liste, 
incomplète il est vrai et non exemple d'erreurs, mais fort 
suggestive (1). 

J'ai déjà dit (voir note 50 sur les dérivés du latin 
(Citlus) que parmi les requins, c'est sniiout aux genres 
scyllium et mustelus qu'on a donné le nom de chats de 
mer. Assui'ément, dans ces conditions, il sera difficile de 
séparer le sarde (>l le catalan inussola du sicil. musso, 
chat, du sarde iniissi. petil chai, de l'espagnol mi/.s. cri 
pour appeler les chats : le [>ro\ençail missahi d'un 
* missa, chat (cf. ital. micia) qu'on trouve sous la forme 
nasse à Planchcr-les-Mines, dans la Haute-Saône (Uol 
land. Faune Populaire, iv, 81). 

Peut-être faudra-t-il encore ciler deux auti-es noms de 
requins : le maltais mulsola = acanlhias vulgaris Hisso et 
le sicilien muzzolu = galcus eanis Bonaparte. Un rap- 
prochement qui s'impose, c'est celui de niussole, nom du 
congre dans les Pyrénées-Orientales d'après Cojupanyo, 
cité par Rolland, Faune Pop., m, 98. Dans le même 
département, le grand-duc (slrix buho L.) porte les noms 
de mussol et de soriguer parce qu'il est grand chasseur 
de souris (Rolland, op. cit., ii, 53). On voit qu'ici encore 
mussol est un nom de chat. 

Enfin disons qu'il faudra peul-clre encore rattacher à 
miss- de missola le pro\eiic;d niissarro, nom de la mar- 
mote dans le Languedoc (Sauvages) et du loir dans 1<^ 
Tarn (Rolland, Faune Pop., i, 38). 

148. fero 
On trouve dans t.illré « fera, s. m., nom à \ice du 

(1) La création Métaphoriqve en Français et en Tioman [lieihefte 
zur Zeitschrift fiir Eomanischen Philologie, 1 Heft: Le Chat). 



166 NOMS DE POISSONS 

lioisfeoii .-ippelé par les iialui'alisles corvphèiM' liippiii'c ». 

11 s'agit du niçois fera, s. T. = coiijplidcna hippurus \.. 

Fera est en Sicile un nom des gros cétacés ; à l*aleraic 
fcia comune = delphinus delphis \.. A Naples, d'après 
Valpe, Vocab. \apolcl.-Iial., 1809, on distingue fcroiic, 
le mâle du dauphin do fera, la ieunelle. 

Ce qui ferait croire que le niçois j'cra, nom du cotij- 
phaenn hippuru;> L., est prijuilivemenl un nom du delplii- 
nus delphis 1... c'est que celte transféi"ence rie sens a eu 
lieu ailleurs. On lira dans le \'ew English Dictionary 
divers exenqjles de l'angl. dolpliiii — i oiiiphaeiid liip- 
purus L. ; Cu\ier, Itùgne Animal, éd. 1829. ii. ^l."). dit : 
« les coryphènes. vulg. dorades et par les Hollandais 
dniphin et dofin » ; de là sans doute « dofin, nom du 
coryphène dorade » dans le Did. (îén. de llaymond (18.32), 
et dolfin cité comme un nom vulgaire des cory])liènes dans 
Rouille!. Dirl. des Sciences, des Lettres et des Aits (éd. 
1872). 

149. 'l'ai'enir fraio 
\'oir note IGS pJiagrus. 

150. rojn. ijiunclld 

Selon les dictionnaires de Do/.y. de Devic et d'Eguilas 
y Yanguas, c'est de zenata. zenela, nom d'une grande 
nation berbère connue par sa cavalerie que viendrait l'esp. 
et port, jinete, le catalan et majorqnin >jinet, janet, d'où 
ensuite l'ital. gianelto. (/indla. le li'. ijcncl. nom d'un*- 
espèce de cheval. 

La lance que portail riioinnn" inonh' sni- un genêt s'ap 
pelait en espagnol gineta, lanza yinela (poil, ginela) que 
le dictionnaire de l'Académie espagnole (éd. 1791) définit 
« cierta especie de lanza corta con el hierro dorado y una 
borla por guarnicion, que en lo antiguo era insignia y 
distintivo de los capitanes de infanteria ». De là l'ital. gia- 
nettn, « une sorte d'arme » (Due/). « a kiiid of horseman's 
lance or spear » (Floi'io), gianeltnne, « une sorte d'arme 
à lusl » (Duez), le Ir. genetie, « courte lance » (Devic). 



NOMS DE POISSONS 167 

A Rome giaiiclla, nom du zijgaena maliens Valencien- 
iies, doit, venir dt^ l'analogie perçue (Milrc la lèle de ce 
poisson et eelh; de la lanee doni il a été (jui'slion (v<iir 
Carus, Prodi-oiitus, etc., ii, 510). 

151. anL;('\iii yodcl 

Godel, selon Millel (Rolland. Faune t'aji.. m, IT'i). (>sl 
un nom du cottus gobio L. en Anjou. 

( 'e [xtisson a tiré de sa grosse tèl(^ des noms liimi iioni 
hr-eux. De l'idée de grosse lêle le peuple passe fréquem- 
nienl à l'idée de stupide ; le coltus gobio (mi a pàti. témoin 
di\ers noms : âne, têlc d'âne un peu partout en France. 
linolle (cf. lèle de linofle) en Bourgogne et bien d'autres 
de ses noms populaires. 

Le Glossaire des Patois de r Anjou de MM. Verrier et 
Onillon cite godel au sens de lètard de grenouillo : en 
elTet, à cause de la grosseur de leur tète par rapport au 
reste du corps, les têtards de grenouille ont très souvent 
les mêmes noms que le cottus gobio. 

Comment donc entendre godel? MM. Verrier et Onil 
ion, dans leur Glossaire, citent gars godel et traduisent 
godet par « qui a des manières de fille ». Faut-il croire 
qu'il s'agit d'un diminutif de Claude, non propre, et (jue 
le sens premier c'est « niais ? » Rapprochons godel de 
godiche, que le Dici. Gén. (expliquerait conmie « dérivé 
du radical de Godon, loriue l)yi)ocoristique de Claude ». 

152. guignard 

Dans son Diclionnairc Général (iSo'J). Raymond a les 
articles : 

guignard, s. m., es|)èce de [joisson du genre des sal- 

mones. — On écrit aussi guignarl. 
guiniard, s. m., poisson du P)résil. du genre des 
salmones. 
J'imagine qu'il s'agit de guiniard, que Lacépèdc, dan^ 
son Hist. Nat. des Poiss., v, 245, affirme être un nom, 
en Angleterre, du salnio lavai élus I.imi., vuregonus lava- 
relus Lac. 



168 NOMS DE l'OlSSONS 

I.;icC|i('mI(^ ;i <Iù IroiiVfM' le mol dans l'cMiiiaiil. Ihilish 
Znolagil (éd. ITTO. m, 316), où cependant on lit gwiiniad. 
Willoughbv (y/(.s/. Pisciuin, Ôxfoi-d. KuSd. p. I8;i) ocril 
(juiniad. C'est le gall. i/niiiiidd (di; l'adj. (juijii. blanc), 
nom du cofcgojius clupcoidcs Lac. (voii' j.acépède. op. 
cit., V, 698-9). 

153. iol 

Dans rili'îault ol le Gard on donne au gobio fluiialihs 
Cuv. lo nojn de /o/ (Koiland, Faune Pop., ht. 147) : il n'y 
a aucun doute qu'il s'agit d'un dérivé du laliu ocûlûs ; on 
a donné ce nom au goujon ])arce que. de tous les cypri- 
nidés, c'est celui qui a le plus gros œil relativement à la 
grosseur du corps. 

C'est pour la grosseiu" de loui's ycu\ fju'on a aussi 
donné aux poissons du genre atherina des noms tirés 
d'Ôcûlûs ; \oir Koiland, Faune Pop., m. I.")8. (^f dans mon 
compte rendu de VEtiiin. Wlb. der Franzôsischen Siiraclw 
de M. Kôrting dans la Bévue de Dialeclologle Poniane. i, 
438. la note sur 1(> français /oé7. 

154. nie. lainbai-dd 

Le pro\-. lainhardo. nie. lamharda = prisliurus mela- 
nnsldinus Honap. (('arus. Piadi.. ii. 5(>9) s'expliciueiit pai' 
le nie. lanibarda. Iiall(>barde. à causi^ (hi uuiseau allongé 
du poisson et de >-a bouche r\\ forme i\r croissant : la 
ressemblance enlrc hi Iclc (hi poisson \ue [tai- rb^ssous el 
celle d'une ballebai'de es! fiappanh^ (\()ii' figure ci.x dans 
Day, Bri/f.s/i FisJies, vol. n). 

Pour rit. alabarda. hdtaida. \. f. alabaide (ex. de 1333 
dans Godefroy, Conipl.), fr. mo(L hallebarde, esp., port. 
alabarda, gailic. alabarda au sens propre mais aussi « la 
]iuiil.a de la cana deJ maiz » (Valladares Nunez), on a pro- 
posé une étymologie par l'arabe (1) qui est certainement 
à rejeter. L'étymologie ]iroposée par Die/, est la bonne, 

(1) Voir Ménage, Dict. l'Jti/ni., éd. 1750, ;i liulhharde; Kôiting, à 
l'art. 3227, d harbet; New Engl.-Dict., à halberd. 



NOMS DE POISSONS 169 

du moins dans co sens que le second éh'nu'ul du mol {>st 
un gcrm. barda, hache (2). (v. h. ail. barta, \. sa\. l'I \. 
lioU. barda). 

I.c niçois latnharda est intéressant par son m et contri- 
bue à confirmer l'étymolouie par les dialectes germani- 
ques. 11 laut la compar(M' à lall. lu'liiiharU\ à la glose 
helembarl : dolabrum dans Diet'enbacii cité par Grimni. 
au flam. helinbacrde. haliubaerde. au halumbard de Coire 
cité par Diez, au l'r. hallenicrde rimant avec perde dans 
r.lncjc7i Tliéâtre Fi(iin:ais (Bibl. l{lzé\ .), mii, 293, et que 
1*. Jannct croit être « un exemple un peu outré des modi- 
fications qu'on fait subir aux mots au profit de la rime ». 
Peut-être Fangev. lambardine appartient il à cette série ; 
il est noté par \'errier et Onillon, G/os.s. des Patois de 
l'Anjou (1908) avec la mention : « sorte de faux à longm; 
et large lame. On en fait peu d'usage à Montgeron mais 
elle est fort employée vers Montrevault ». A Longeron, 
lambardine serait une pierre à aiguiser les faux (cf. fi'. 
daille = 1. faux, 2. pierre à aiguiser les faux). 

Un mo; encore siu' la foniie halumbard de Coire. Les 
dialectes du nord de rilalie attestent qu'elle a passé la 
frontière : Milan lombardee = « alabardiere, lanzi che- 
necco. Diisusa la parola a gran passo » (Angiolini. 
\ ocab. Milan. -liai., 1890) et bolon. lumbarda = alabartla, 
labarda (Coronedi-IJerli, \'ocab. Bolofjnese-lUdianft, 1800- 
1877). 

Enfin je serais porté à voir dans le génois lambardnn 
« uomo grande e scipito » (Casaccia, Dizion. Genov.-Ilal., 
2*^ éd.) le résultat dune comparaison (fun gi'and llandriii 
à une hallebarde. 

155. sarde Icnutiu 

Le sarde lemuru = pagellus erijlhrinus Cuv., cité par 
Carus, Prodroimis. etc., ii, 630. d'après Targioni, ne vien- 

(2) Pour le sens de doloire, cf. flani. baerde traduit par doJoir 

dans le Dict. Flam. -Français de Mellema (éd. 1630), et la glose 

IicIe/nOart : dolahniin dans Diet'enhath cité par Grinira. Deuttidie.< 
Wtb. à hallebaite. 



170 NOMS Di: POISSONS 

dr;ul-il pas d'un lai. *lïin(inis (cf. adj. L;rec. huripo; , af- 
iaïué, de ).£f/ô; , l'aijii ?) 

On connaît la voracité du poi.ss(in dont il s'agit ; on 
rappelle en Sicile, d'après Traiiia. lurdiii, luvuiu (ù Gir- 
genli uvaru : à Naplos lui(ti() = paijcllus boijaraveo Cuv.) ; 
si luvdi'u vient du radical du lai. lujjus (H. Schucliardt 
dans Z. fiir Roman. Phil., xxm, 6ii). je rappellerai que 
lupus et ses dérivés ont donné des noms aux poissons 
\oraces. D'autre part, presque tous les noms du pagellus 
erylluinus d'uv. \iennent du radical du lai. phagrus, pa 
(jrus, pagev et notannuenl d'un tliminutif * pagellus. ei 
ces mots latins viennent du gi'oc fiipoç , tiré de fi-f-u. 

156. linotle 

Pour le bourguignon linolle = collus gobio L., voir la 
note 151 godel. 

Cf. pour le genre trigla, loul proche du genre collus, et 
qui se compose aussi de poissons à grosse tête : fr. 
linette = « trigle hirondelle » dans Littré et à Celle linola 
= trigla obscura L. La tête de la linotte (/ri/îgrt//a caiina- 
bina L.) est petite ; il faut donc entendre linotle au sens 
d' (( étourdi, imbécile ». 

157. baléar. llunada 

Dans le De Piscibus Mm-iiiis (éd. Lyon, 1554), au cha 
pitre XI (de Zygaena) du livre xiii, Hondelet cite connue 
noms espagnols du marteau de mer (sphyrna zygaena 
Hafin.) : peis limo, limada, toilandalo. 

J'ai déjà dit ce que je pensais de toilandalo (\oir note 
125). Peis limo, limada, tout comme toilandalo, ont passé 
dans divers ouvrages. Or, limada est une faute d'impres- 
sion pour lunada; llunada est un nom du sphyrna zy- 
gaena aux Iles Baléares, et à Cette ce poisson s'appelle 
pei luna (cf. Carus, Prodiomus, etc., n, 513). 

On pourrait croire que ces noms s'expliqueraient par 
la forme de la bouche du marteau de jner, mais je suis 
convaincu que c'est encore la forme de la tête qui est en 



NOMS DE POISSONS , 171 

cause. On ;\ \ii aux notes oi cl 107 [xtnrcfiioi nu rloinic au 
marteau le nom de « béquille ». à Calanc iiuzza. à llojue 
pcacc slampt'lln, à Gènes pcscio scrùasua ; il est peul-èlro 
il propos de citer ici rexplication de scrùssua au sens de 
béquille que donne le Dizionavin Genovese-Ilaliano de 
Casaccia : « hastone di lunghezza taie clie giunge alla 
spalla deir uonio. in capo al ({uale è infilto o coiujnesso 
un pezzo di legno di lungluîzza di un pahno, incavalo a 
guisa di luna nuoia per inforcarvi le ascelle da chi non 
si puô reggere sulle gambe ». 

Ouant au peis liino de llondelel. je doute aussi qu'il 
corresponde à une réalité en espagnol ; il lauilrail peut- 
être y voir un prov. peis liiiio ; d'autre part, un pro\ . 
peis lima est cité par C'arus. Prodioinux. elc. ii, 513. 
d'après Réguis. 

158. Gene\-. mangcmcide. 

Mange-incidc = Icuciscus albiirints L"nv. à Cionîn'e est 
cité par Rolland, Faune Pop., m, 141. 

Day, Brili^li Fislws, ii, 199. i)arlant de ce poisson, dit : 
« il revels al oullets of drains ». et plus bas il ajoute : 
« BucUland obser\es thaï al tlie Severn al Shrewsbury lie 
went lo tlie inoulh of a s(>\\or : tlie waler was ink black 
l'rom wasle dye, and so warni Ibat steani was on the sur 
face ; bleak was hère in vasl shoals ». 

Ce plaisir à fréquenter les bouches des égouts |H)n irait 
bien exj>lif[uer le mangc-inei(lc gen■e^■ois. 

159. niç. niissola, etc. 
\'oir note 147 cDassole. 

160. lit. !(»ni. innccofia 

\ l'art. (3.")31 * muccôsiis [mruosns) , Korting. dans son 
Lalein.-lioman. Wlh (éd. 1907), ne donnr coiujne dérivés 
italiens que le savant //luco.so, qui est tiré ^\\\ lat. cl. mù- 
cosus et moccio><o, qui appartient plutôt à l'art. (V-VJH 
mûccëûs et dérive d'un type * mûccëosiis. 



17"? NOMS DE POISSONS 

Moccoso, dérive régulier de * mtïccosûs n'en a pas 
moins existé en Italie ; ;i prcHue le inoccosa du littoral 
romain, nom de kt raia (i.iLirhyiuJius L. (Carus, Prodru- 
niu.s, ele., ii, 52'J), ({u'on peut coniiiarer à (Taulres noms 
du même poisson : Adria havosd, hatisit. X'enise lidosn 
del l'olldvcJno (Carus, op. et loc. cil.). 

161. Iviça mnchriii 

De la Roche (Observations sur des poissons recueillis 
aiLT îles Baléares dans les .4;(;). du Mus. d'Hisl. Nat. de 
1SU9) donne mocho, mochon, comme nom d'une athérine à 
Iviça. Ciivier (Règne Animal, éd. 1829, ii, 235) dislingue 
donc le « mochon d'I\ ira » des autres athérines. L'atherina 
mocho Cuv. s'appelle n\oi.ro, moixonel sur les côles de la 
Catalogne cl de la pro\ince de Valenciâ. D'après Targioni. 
cité par Carus, Prodromus, etc., ii, 702 sqq., on donne- 
rail en Sardaigne à toutes les athérines le nojn de 
niuxioni : et Spano, V ocaholariu Sardu-ltalianu, à l'art. 
muscione, dit « lalterino, pesce che vienne dall' Isola Iviça 
chiamalo mochon ». Tous ces mots reinontenl au lat. 
* inuscio. -oncm ; Kôrting, qui a consacré à celte tonne 
son article 7403. ne cite sous celte rubrique que des noms 
d'oiseaux. 

C'est pour leur })etilesse que les athérines auraient élé 
ainsi norimiées. Peut-être que mouclion dans sargue inou- 
chon = sargus Ilondclclii ('u\., (ju'on lii'a à l'art, sargue 
du \ouveau Larousse Illustré, doil-il sexpliquer de la 
même l'açon. Citons à ce jn'opos un passage de la Iraduo- 
lion de Pline par Du Pinet (éd. Lyon. 1581, i, 370) : « mais 
celte menusaillerie de poissons qui sonl connue nious- 
chons de mer, sort de la putrélaclion de l'eau... ». En 
marge on lit : eulices muiini. 

162. il. moro 

Le lat. morus, nom ^\\\ mûrier (genre morus), a élé 
donné i)ar analogie à la ronce (genre rubus). Le rubus 
fruticosus !.. ou lonce des haies iu)i'tc communément en 



NOMS DE POISSONS 173 

France les noms do nniroii, mûrier sauvage, mûrier de 
renard (cf. pour les diahx'.tes Rolland, Flore Pop., iv, 
175-6). 

Cet emploi ôsl ancien ; inoriis — ronce serait allesté 
dès le vil" siècle dans Isidore de Séville, d'après llolland. 
op. cit., n . 170 ; pour le xiii" on piMil citer la glose VS~)o 
du glossaire latin-anglo-saxon de Corpus Chrisli, imiriis : 
braer, où braer — l'angl. briar, ronce. 

On pourra \oir à la note romaguera que les noms de 
la ronce ont servi à désigner des raies. Dans la liste 
suivante : tosc. moro tnora, Chioggia pesée moro = raia 
oxyrhynclius L. {laeviraia morula Nardo), Venise moro — 
raia macroHiynclius Rafînesque, Adria moro = raia 
balis L., Baléares elavell morell = raia flossada Uisso, 
\ alencia morell = raia fullouiea C. (Carus, Prodromus, 
etc., II, 522 sqq.), il faut donc sans doute voir le nom de 
la ronce. 

On doit tenir compte de la couleur des raies (famille 
raiidae Gùnther), et du fait ({u'aucun nom j)opulaire de 
celte famille ne s'explique par l'idée « noire » ; d'autre 
part, les idées de « ronce », d' « épine » sont très bien 
représentées dans la nomenclature populaire de ces pois 
sons. 

163. fr. muge 

Muge, s. m., nom des poissons du genre mugit, est, 
selon le Dicl. (rén., « emprunte du provençal muge, qui 
est le lat. mugil. ». Il ajoute : « les patois français de 
l'ouest disent meuille, autrefuis muille, qui se rattache 
directement au latin ». 

i.e latin mugil a-t-il eu des dérivés populaires? Dé 
blayons d'abord le terrain. Ni Tilal. mugile qui est dans 
Duez, ni le franc, mugil de 1552 cité d'après Cli. Estienne 
par le Dicl. Gén., ni l'esp. mugil ne peuvent être consi- 
dérés ccjmme tirés par la voie populaire du lat. mûgïlem 
(Kôrling à l'art. 6341 écrit micgil par erreur) ; ils sont tous 
les trois savants. D'autre part, nous trouvons dans les 
noms actuels des i^oissons du genre mugil L., la preuve 

12 



174 NOMS or. l'oi^so.Ns 

ciue Ton a rciiiplacé le siil'fixo <lo mûgïlem ]iai' (laiilrcs 
plus viables. C'est de * mùgïnem que vicuii(>nt l'il. inug- 
yine, le prov. muge (d'où le Ir. muge), le galic. munge, 
le port, mugem. C'est de * mugiôlûm que sont tirés le 
prov. muiol. mujou et Tesp. mujol (à Majorque aussi 
//iu/o/). 

Uesteul qucl(|ues cas spéciaux : 

(a) Le mujel d"l\i(^a ; je n'ai |)as (riuronualiou sur l'ac 
centuation du mol. 

(b) Le génois mùzao correspond à un ilal. * muggero, 
comme le génois dallao, gambao, siigao, à l'ital. daltero, 
gambero, sughero ; cl", aussi * pagurus >• génois pagao. 
De dàcliilum, mûgilem, (IùIUkj, //((i:</o ne sont pas des 
dérivés l'éguliers ; il laiil supposer un changement de suf- 
fixe. 

(c) Les formes de Fouest de la France : saintongeais 
îiieul, mcuil (Jonaiii) : poil, meuil. s. m. (Lalanne qui cite 
un ex. de 1396 de mugllie) ; Rabelais écrit meuillc et donne 
le diminutif meuillet (liv. i\ , cli. 60). — Je ne connais pas 
muillc du Dicl. Gén., mais je ne comprends pas comment 
muille aurait passé à meul. meuille : je serais porté à 
\oir dans mcul, mcuil (cf. fi'. linceul, linccuil) un dérivé 
par * mueul. * muieul de * mûgiolum (poui- * muieul > 
meuil, cf. v. fr. braieul > brcuil, etc.). 

164. fr. mullc 

Le Dicl. Gén. dit que mulle, nom scientifique du rouget 
ou mulet, est emprunlé du lat. mûllus. C'est juste. Mais le 
même dictiomiaii'e ajoute cojnme premier exemple do 
l'emploi du mot un texte de 15U5 (« le mul ou mulet », 
d'après Desdier, Ilunn. Volupté, P SS"""). 

Or mulle n'existe pas. j'inuigine. avant Linné ; il a été 
cailqué sur le mûllus de cet auteur {mullus barbatus, mûl- 
lus surmule tus) ; on le trouve dans les ouvrages des natu- 
ralistes français de la seconde moitié du xviii® siècle. 

Pour le mul de Desdier, j'y verrais tout simplement le 
lat. mûlus qui a fourni ù la nomenclature ichthyologique 
des noms de poissons des genres mugil (à Malte, en 



NOMS DE POISSONS 1 i.) 

Sicile, en France), mullus (en France). Sans avoir pu 
voir le texte de Dosdicr cilé par le Dlcl. Gén., je serais 
tort enclin à croire (juc son mul ou mulet est un poisson 
du genre mugil et non du genre mullus ; les poissons du 
genre uiugil portent toujours en Saintonge et à Toulouse 
le nom de mul (1) (Kolland. Faune Pop., m, 158). 

Je ne connais d'autre dérivé populaire du lat. mûllns 
que le catal. moll (usité dans les provinces de Catalogne 
et de \'alence et aux îles Baléares). L'art. 0355 * mallus 
(fur mùJlus) de Kôrting devrait être rayé, l'ital. mullo qu'il 
cite et qui est déjà dans Duez (éd. 1060) avec un diminutif 
mullulo, étant savant et tiré sans doute du mullus des 
naturalistes du xvi" siècle (nondelol. Sahiani, etc.). 

En résumé, on a : 

(1) les dérivés du lai. mullus tous savants à l'excep 
tion du catal. moll ; 

(2) les dérivés du lat. midus nuiJct, donné à divers 
poissons à grosse tète, considérés pour cela connue 
obstinés ou slupides, et notamment aux poissons 
du genre mugil L. (mugil cephalus (\iv., mugd 
capito Cuv.. etc.) : — malt, mulel, sic. m,ulettu, 
fr. mulet, et (h) du genre mullus : iv. mulcl (et sur- 
mulet). 

105. fr. nissoli' (Cotgravc) 
V. note 147 émissole. 

100. sicil. pnddoluld 

On connaît Téquation : lat. p(dln (i>rec ttu/Ix). * h alla 
(cf. V. h. ail. halla) > it. palla. tmllu. De pallotla. f>allotta, 
petite balle, viennent pallottola. halloUola, qui entre au- 
tres sens ont celui de furet attesté par Du-ez, ou plutôt de 
belette, Traina dans son Vocabolarielto (éd. 1888) tradui- 
siant le sicil. baddoiiula par l'it donnola. On pourra com- 

(1) Rolland, pour la Saintonge, ciLe Jonain ; vérification faite, je 
vois que Jonain dit que mul est un nom du genre mull-us. Quoi qu'il 
en soit, mul vient de inutus. 



176 NOMS DE POISSONS 

parer poul-ùlro hallolle = muslda vuhjdiis !.. à MorilrcM, 
arr. de Louliaiis (Uollaiid, Faune Pop., i, 51), auquel 
j'ajouterai halellc, de inèuie sigiiilicaliou, cité par Guille- 
maut, dans son D'ul. Palnis de la Bresse Loiiluinnaise 
(1894-1902). 

C'est au sens de belette (piil l'aul cniuprendre le sic. 
jxtddoluhi (cité par Cocco d'après Carus, Prodr., ii, 501) 
= scyinnus lichia Cuv. Pour les noms de la belette et 
du muscardiji donné à des squales, cf. note 107 guiseau, 
147 émissole 

167. génois jiescio sciossua 

Carus, Prodromus, etc.. ii, 513-4, cite pescio scrossua. 
nom à Gènes du spJiyjua znçjaena l\ai'. et le prov. scro- 
seno (à .\ice scrossua, scrossena, scrosena), nom du 
sphyrna iudes M. Hle. 

Le génois scrossua veul dire béquille ; c'est le même 
mot que le milan. scro::nla ti-aduit par « grnccia, stam- 
pella » dans Arrighi, Dizionario Milanese-Ifaliano, 189(). 
\^oir les notes 54 crozza et 157 llunada. 

168. lai. phagrus, pagrus, etc. 

La lecture d'une note de M. Merlo sur fraio, nom à 
'l'arente du pagellus enjUirinus Cwv. (Ao/r ilaliane cenlro- 
meridionali dans la Rev. de DialerUdogie Uotnanc. i. 240 
sqc}.; voir surtout \^\^. 250-253) in"a lail icpiHMidre l'étude 
(.les dérivés romans du lat. pagrus. 

Disons brièvement ofi en est la question. 

Les textes latins nous offrent phagrus, pagrus, pagcr 
(cf. grec fxypoz , Trâyooç) auxquels il faut sans doute ajouter 
le pagur d'Ovide (cf. le Wôrlorbuch de Kôrting, art. 6785). 

La forme pagrus explique un assez grand nombre de 
formes romanes : malt, pagru, Catane, Messine pauru — 
pagrus vulgaris Cuv. : sicil. paulu dans paulu incoronatu, 
Xaples pauro dans pauro incoroiialo — deniex gibbosus 
Cocco ; sard. pagra (cf. pagara des Iles Baléares pour l'a 
final). Var, T'>o\ich('s du-Ilbône. Colle pagre, Iles Baléares 



NOMS DE POISSONS 177 

pagre, esp. pagre — pagrus vulgaris Cuv. 1 /italien a 
pagro ; le français pagre vient du provençal et rcnionic à 
Rondelet, De Pi^cibus Marinis, éd. 1554, p. 142. 

Mais pagrus n'explique pas toutes les formes. J'ai déjà 
montré aux notes 14. 20, 22, 98, à propos des mots ita- 
liens fangro, fragolino, frangolino, [ravolino, et du fran- 
çais du XVI® siècle farvolin qu'il fallait tenir coTn|Mo de 
phagrus, ainsi que de certainies niétatlièses dues au dépla 
cernent de Vr et enfin de l'influence de franger e sur le 
radical. 

Je crois qu'il faut aller plus loin i>ncore et prendre en 
considération certaines formes autres que celles que nous 
ont transmises les textes latins. Je classifierai ces nouvel- 
les formes de la façon suivante ■ 

I. * pàgdrus , * pârdgiis — * Pagarus semble sûr d'a- 
près le pagar de Spalato, le sarde pàgaru (.A/.uni dans 
Rolland, Faune Pop., m, 168, et le dictionnaire de Spano), 
le pagara des Iles Baléares. M. Merlo dit que le génois 
pàgao yient de pagrus : mais j(> ne vois pas comment : cf. 
lat. nigruni et génois neigro. Le gên. pàgao vient de pâga- 
rus ; cf. génois gâmhao, dàllao, etc. — ■ Pour * pàragus, 
cf. ital. pàrago. Tous ces noms s'appliquent au pagrus 
vulgaris Cuv. 

II. pagrus. * pargus. * pragus. — * Pargus est attesté 
dans la péninsule ibérique ; esp., galic. port, pargo = 
pagrus vulgaris Cuv. : il faut comparer le galic. pargo = 
prabo = sargus annularis Geoffr. d'après Cornidc dans 
Rolland, Faune Pop., m. 169. — De * pragus viennent, 
selon moi, le sicil. praju = pagrus vulgaris Cuv., A Na- 
ples praio dans dentice praio = dentex gibbosus Cocco ; 
enfin, citons diverses formes siciliennes cp^ii supposent pr- 
initial : prau. prauru = pagrus vulgaris Cuv.. prau bnpc- 
riali. pagu (<C * pragu ?) = dentex gibbosus Cocco, et 
pragagghianu que donne Traina dans son l ocabolarielln 
avec la mention « pesce simile al parago ». Au sicil. 
prauru correspond le néapol. praulo = pagellus acarne 
Cuv. 

III. phagrus, * phragus. — Pour phagrus, cf. il. fagro, 
fangro, à la note 98. Que * phragus. * fragus ait existé à 



178 NOMS DE POISSONS 

côté de phagrus, c'est ce (|u"indir|ue déjà lit. jnKjo (l)uez ; 
« pagre, poisson marin», fragolino, fravolino = pagellus 
erythrinus Cuv. sur le lillornl romain (\oir aussi frango- 
lino à la note 14). Je n'iiésilerai [uis à ajouter aux dérivés 
de * phragus : Lecce fraio = denlex gibbosus Cocco, Ta 
ranle fraio, fraiu = pagellus erythrinus Cuv., Naples 
fraio dans denlice fraio = denlex gibbosus Cocco (1). 

Dans rinléressante note sur le fraio de Tarante à la- 
quelle j'ai fait allusion au commencement de cette note, 
M. Merlo propose d'expliquer fraio par une métafhèse de 
* fajro < phagrus : fajro (faira) est la forme où abouti- 
rait normalement phagrus. On voit donc par où je me 
sépare de lui : pour juoi. la métathèse de Vr est ancienne, 
phagrus > * phragus >> fraio. On remarquera que ce 
qui rend cette seconde hypothèse plus probable, c'est que 
frag- (comme prag- d'ailleurs) est nécessaire pour expli- 
quer bien d'autres formes que celle de Tarante (1). l^e 
napol. praio, fraio (de * pragus, * fragus) peut se com 
parer au napol. faio (de fagus) sur lequel on lira une note 
de M. Merlo dans la Revue de Dialectologie Bomane, i, 
240). (2) 

169. lai. pïlosus et * pllittus 

Pour exprimer l'idée de « poilu », le latin a eu, à côté 
de pïlosus (>> il. peloso, pro\.. calai, pelos, esp. port., 
peloso), uu adjectif * pîlûtus qui manque dans Kôrting ; 
ce * pîlûtus a survécu dans le prov. pelul, fr. pelu (poilu), 
cat. pelut, esp. port., peludo. 

Pïlosus et * pîlûtus ont servi à donner des noms à des 
raies et toujours à celles de la famille des Raiidae de 

(1) Pour la plupart des formes que j'ai citées, on consultera le 
précieux ouvrage de Carus, Prodroinu." Fauuae MeditPrraneae, ii, 
625-630. Il faut encore noter deux noms provençaux du pagrun 
rulgaris Cuv. : padre à Nice, bagre à Port-Vendres. — Carus, op. 
cit., II, 630, enregistre brogagnanu pour Messine. 

(2) ileyer-Lûbke, Gramm. de." Langues Ifoinanct--, i, 391, donne 
comme le dérivé normal du lat. plaga un sic. chiaga (graphie 
kyaga) ; c'est chiajn qui est la véritable forme populaire en Sicile 
et à Naples. 



NOMS DE POISSONS 179 

Giinlhor si l'on excepte l'unique pnlnuso. noin dans le 
Gard de la raia lorpedo !.. (Rolland. Faune Pop., m, 89). 
On a d'abord pelousa, nom à CcUe de la raid asleria!^ 
Ilondelet. Puis, l'abbé de Sau\ages, dans son Diclion- 
naire Languedocien-François, Xinies, 1785, a palouso = 
elavelado, c'esl-à-dire la raia claiala L. ; ce qui est inté- 
ressant, puisque Pclouze, nojn de cuisinier dans l'ouvrage 
du Rabelais, lixi-e i\', cliap. iU, est ti'aduit ])ar l,e Molleux 
par l'angl. thornbach-, nom de la raia, claiala. Xjoutons 
encore les noms que donne Carus. Prodroniux, etc. ii, 
523-6 : prov. pelouse ■— raia balis L : à Celte pc/ou.sa = 
raia punclata Risso et pelouzela = raia miraletus L. ; 
enfin aux îles Raléares raliada peluda = raia radula De 
la Roche. Dans tous les cas cités le prox'. jicloiis, pelousn, 
a le sens de « jtoilu. hérissé de poils, de jticpiants » (eC 
prov. pelous, hérisson de la châtaigne). 

Pïlùsus et * pïlûtus se retrouvent pour les noms des 
poissons de la famille des Pleuronectidae (\c Fleming 
(voir Carus, Prodromus, etc.. ii, ôSO-oOo : sicil. runiulu 
pelusu — phrynorhombus unimaculatus Gûnther ; esp. 
peludu = arnoglossus lalerna Giuithei' (cf. pelada, nom 
de ce poisson à Majorque ; faut-il lire peluda ?) à Valencia 
peluda — arnoglossus (îrohnianid Gunlher et cucilharus 
linguatula Gilil ; à Majorque peluda — solea ocellala Gini- 
Iher, solea variegala Gûnther (ce dernier poisson porte à 
Venise le nom de sfogio peloso, à Spalato celui de peloso) 
et solea lulea Bonap. (X'enise sfogialo peloso). Enfin Rol- 
land, Faune Pop., m. 105. cilo. d'après De la Roche. 
pelud, peludel = solea lascaris Risso {solea pegusa ^ar- 
rell) à Majorque et en Catalogne. 

Ajouter calai, pelul — Irigla lyra !.. (ra|)rès Carus, 
Prodr., etc , ii, 645. 

170. Neuchàtel platelle 

C'est à cause de son corps com[)rimé qu'à .Xeucliàtel 
en Suisse Vabrands blicca Cuv. reçoit le nom de plalelle 
(Rolland, Faune Pop., m, 145) ; à titre de comparaison 
je cite breamjlal, nom dont se servent les pêcheurs du 



180 NOMS DE POISSONS 

Cambiidgeshirc i)oiir désigner le iiiènie poisson, d'après 
une conununicalion Tnile p;ii' le l{év. L. Jenyns à Yarrell 
(voir Yarrell, Hist. of Brilish Fishes, i, 341). 

171. encore lat. pomjiilufi (cf. note" 7-?l) 

A ma noie 74 j'ai déjà indiqué que je voyais des dérivés 
du lai. ponipilus dans l'il. pampalo, nom du mollusque 
dit pompile el dans le niçois fanfré — naucrates ductor 
Cuv. 

Les dérivés de pompilus sonl d'ailleurs beaucoup plus 
nombreux que la note 74 ne le ferait croire el s'étendent 
sur toute la côte méridionale de la Méditerranée de Spa- 
lato à Gibraltar. 

On a d'abord des noms du naucrates ductor Cuv. . — 
Spalalo, Fiume fanfan, Triesle ? janfano, Malte janjru, 
Sicile (à Messine) pampana, (ailleurs) fanfaru, pesce fan- 
faru, nfanfaru, Naples fanfaro, Gaëta nfanfaro, njanja- 
riello, Sardaigne pampana, Gènes panipano (traduit fan- 
fano par Casaccia, Dizionario Genovese-Italiano, 2* éd.), 
Nice, Marseille, Cette fanfre, Baléares pampol, Valencia 
pampol rascat (cf. Carus, Prodronius, etc., ir, 661). 

On trouve ensuite les mêmes noms pour divers pois- 
sons assez rapprochés l'un de l'autre et qui portent sou- 
vent les mêmes noms : 

(a) Le ccntrolophvs ponipilus Cuv. (cf. ma note 74) : 
Adria, Venise fanfano, Malte janjru barrani, Nice janjre 
d' America, Catalogne, A'alencia, pampol. pam}>ol ver, 
Alicante panipano (cf. Carus, op. cit., ii. 664) ; 

(b) Le slromalcus jialola L, : esp. panipano, Valencia 
pampeno (cf. Carus, op. cit., ii, 664). auxquels j'ajouterai 
le pample des colons français de la mer des Indes, nom 
donné par eux à divers stromatées (Cuvier, Règne Animal, 
2' éd., II, 213) el l'.ill. Pampel-jisch = stromaleus jia- 
lola L. ; 

(c) Le coriiphaena hippiirus L. : Naples pesce pampana 
(cf. Carus, op. cit., ii, 666). 

Enfin on trouve par ci, par là, ces mêmes noms donnés 
à des poissons tout autres que ceux que nous avons déjà 
nommés ; 



NOMS DE POISSONS 1<S1 

(a) A Nico fanfrc = balislc>i capi'iscus \.. (Cariis, op. 
cil., II, 539) ; 

(b) A Nice fanfrc ncgre = plciidhun kIiuiii (( 'nriis. <ip. 
et/., II, 579) ; 

(c) A Gên^s painpanollo = joiinr du jxihiprion cciniuin 
Valonc. ; Cotte fanfre rascas, \ alcMiria pumpol rascas = 
poliiprion cefniimi X'alenc. (Canis. o}>. cil., ii, 610) ; 

(d) Esp. painpann = box salpn (\w. (PvcillancI, Faune 
Pop., m, 108, d'après (yornidc) : purt. jinnifiano. do inêiiic 
signification selon Nemnich. 

172. poulin (\oniiiicli) 
Voir la note 173 })ucclle. 

173. pucclk' 

Pucrllc. nom do [loisson, so troiuo pour la proiniri'o 
fois dans la liste du chapitre 60 du iv* livre de Rabelais. 
Colgrave, qni l'a inséré dans son dictionnaire, lui donne 
deux sens : (a) « llie river pilchard », (b) « a young, or 
liltle shad-fish ». 

Dans les doux cas il s'agil do [u lissons du geni'o clupca. 
Pour le sens (b), « jeune ou petit alose ». on sait que 
Lîftré, après d'autres lexicogra[)lios, a admis pucclte = 
clupea finla Cnv. ; Raymond. Dicl. gén. de la Langue 
Française (1832) a pucelle, « femelle de l'alose feinte » ; 
enfin, d'après Nemnich, Calholicon (1793), et Rolland, 
Faune Pop., m, 122, pucelle, nom d'alose, serait plus 
particulièrement de Paris. 

Quant au .sens (a) de Cotgravo. « célerin de rivière ». 
je suppose qu'il s'agil des jeimos poissons que les courants 
amènent à l'embouoluire dos livièrcs. Je ne connais pas 
autrement pucelle au sens de célerin = clupea pilchardus 
Cuv. ; mais Nemnich donne ini Ir. poulin — clupea pil- 
chardus dont l'origine est la même que celle de poiine, 
dont j'ai parlé à la note IL") ; on effet à Nice poulina se dit 
du jeune clupea pilchardus (Carus, Prodromus, etc., ii, 
552). 

L'angl. niaid = alosa finla Cuv. ne me semble pas être 



182 NOMS DI. POISSONS 

popvilain' : pai'Jiii les oxoiDplos (|U(^ dniiiH' lo \cir EtKjlish 
Dicfiontirii de //iai(/ comme nom de poisson, le premicM- 
qui se rapporte clairement à Valosa jinUi est de I8(VJ el 
vient du naturalisle Coucli. (jui peut 1res l)ien avoii' traduit 
le fr. puceUe. 

(Quant à l'angl. fuir mnid = vlupcn jiilchnrdus Cuv., le 
New English Dicliondrii ne donne [tas d'cxeimple antérieur 
à 1848 ; on se sert de fair nmid dans le Devonshire et il 
est admis que ce terme est ime altéiation })ar étymologie 
populaire de fumadc, [uinudn. dont le*> e\em])les remon- 
tent jusqu'au x\'i* siècle. 

Enfin, en anglais, iiudd. uKiidcn. maidcn skulc. rnij- 
maid sont des noms des petits des raies et notamment i\r 
la raia clavcda L. (Day. Brilish Fishes, n, ;}44, et voir le 
i\ew English Dictionanj à maid). 

IT'i. Cette rascoun 

L'existence d'un type * rasco, ace. * rasconeiu. dès 
l'époque latine, est prouvée, me sembk-t-il. par l'existence 
des dérivés sur une étendue considérable du sol roman. 

A rital. rasconc, râteau, l'esp. rascon, oiseau dit râle 
(voir Rev. de Philol. Franc., xxi. 250 sqq., xxiii, 129 sqq.), 
il faut ajouter le sicil. rascuiii = « gralTiatura, graffio » 
(Traina), sans doute l'adj. espagnol rascon, rascona = 
aigre, puis le galicien rascon, 1. nom des râles, 2. « almo- 
haza instrumento de hierro para rascar y limpiar las 
caballerîas, antes de hacerlo con el ce{)illo, 6 bru/a » 
(Valladares .\ufiez). 

Enfin n'oublions pas rascoun. noju à eôlc de rascas- 
soun, à Cette, du poisson lepidulrigla aspcra Guntlicr 
(Carus, Prodr., ii, 646). 

175. esp. roinagucra 

Je supi)Ose que ronce, nom dune raie dans di\ers die 
tioimaires depuis Colgrave jusquà l.illré. est le |)rovençal 
ronse, cju'on lit dès 1554 dans le De Piscibus Marinis de 
Rondelet (p. 354). On a donné aux raies (i'amille des 



NOMS DE POISSONS 183 

raiidne Guntlier) les noms do la ronce i\ cause des épines 
ou aiguillons cioclius qui se trouvent sur la surface supé- 
rieure de leur corps (cf. le uf. /Sâro,-, roiive. /Sàroç , /3aTtç , 
noms des raies) ; et selon les naturalistes qui s'en sont 
&er\is. les combinaisons vaia vubus et raia bali.s ont servi à 
désiuiier des raies assez différentes : la Iratluclion française 
raie ronce se trouve dans les cinnres de i^acépède et de 
Cuvier et dans les dictionnaires. 

On peut donc expliquer par les noms de la ronce divers 
noms populaires des raies. Ainsi du lai. rûbus, Tilal. roro, 
rovelta, le sicil. ruiellu, ronce, et les noms de poissons 
suivants : sicil. ruve{l)tu = raia punclala Risso, ruveta = 
laia fullonica !.., auxquels on peut ajouter, à titre de 
comparaison, le sicil. ruvellu, pisci ruvellu = thyrsiles 
pretiosus Cuv. {ruvclius preliosus Cocco) ; \^oir Carus, 
Prodronius, etc, ii, 525, 526, 655). 

Ne faudrait-il pas rattacher au radical du lai. rûmex 
(lat. riimïcem >> fr. ronce) les noms suivants : il. ronieia = 
« raye estelee » dans Rondelet, De Piscibus Mariais, p. 
352, dans le Var et les Bouclies-du-Rliône roumeio = 
raia chagrinea Pennant (= raia fullonica L.) d'après Rol- 
land. Faune Pop., m, 92 (cf. prov. roumeio = églantier 
ou ronce de chien dans Rolland, Flore Pop., iv, 227) ? Il 
est en tous cas certain que le calai, roniaguera = raia 
clavata L. et raia fullonica I.., l'esp. roniaguera — raia 
radula De la Roche est un dérivé en -era de * roniaga 
< lat. * rûmaca. 

Un type * rûmaca ne doit pas surprendre. A côté du 
lat. class. rûmex il semble bien (pi'il faille supposer 
rûmica pour le pro\ . (Lot, Lozère) roumego, ronce. Ru- 
inix et rumica sont attestés tous les deux dans le latin du 
moyen-âge (Rolland. Flore Pop., v, 171). L'esp. romaza = 
runiex acutus, qui manque à l'art. 8199 rûmex du Lal.- 
lioman. Wib. de Kôrting, repose sur * rûmacea d'un 
type * rûmax. On peut encore citer d'après Rolland, op. 
et loc. cit., deux noms de la ronce, rouniagass à Saorges 
(.Mpes-Maritimes) et surtout roinaghera dans les Pyrénées- 
Orientales, où persiste Va (!<> la l'orme * rûmax, * rûmaca. 

Voir la note more. 



lO'ï NOMS DL POISSONS 

176. esp. roiwa, olc. 

Les dérivés du radical du lai. rûncare altcsié aux sens 
de sarcler, épiler, et qui a dû avoir celui de raboter (ci", 
le dérivé rûncinare) sont n(Mubreux en italien (il. roncare, 
sarcler, eic). 

Reste à savoir si l'it. foucaïc, iiroinmeler. gronder (el 
l'oncheggiare, ronfler), le \)vo\. loinica. i-onfler, rAler. 
l'esp. roncav, ronfler, faire le cri du chamois en rut, le 
poi-t. roncar, ronfler, mugir, fanfaronner, dérivent de 
rhoncare (grec pô-^yoç) qu'on lit une fois dans Sidoine 
-Apollinaire au sens de ronfler, ou s'il faut les rati-acher 
à rûncare au sens de raboter. Rhoncare peut très bien ne 
pas avoir eu une vie populaire ; el quant aux changements 
séinasiologiques qu'on constaterait pour les mots cités 
plus haut au cas ofi ils ^•iendraient de rûncare, ils n'au- 
raient rien d'étonmuil et jjourraienl se comparer à ceux 
que présentent les dérivés du lat. rndere, racler (voir 
Revue de Philol. Franc., xxi, 250-4). 

Ouoi qu'il en soil, c'est le radical de rûncare raboter 
(cf. ital. roncoso. raboteux) qu'on a dans ronco, nom à 
Livourne de Ycchinorhinus spinosus Blainville (Bonaparte 
d'après Carus, Prodromus Faunae Medilcrrancae, ii, 501) : 
ce poisson a la peau couverte de gi'osses tubercules, l^lanl 
donné la tête épineuse cl tuberculeuse des scorpènes. il est 
l)robable qu'on en |)eut dire autant de l'esp. ronca = scor- 
jxicna sci-ofa L. (Cisternas d'après Carus, op. cil., ii, 
GiO), ce qui serait Intéressant, car les autres sens de l'es]*. 
fonca remontent f)lulôl à roncarr. ronfler. 

177. fr. scij 

Je crois qu'il serait difficile de citer un ailicle moins 
satisfaisant que celui que j'enqjrunle au dictionnaire fran- 
çais-anglais de Chambaud (éd. 1815), où il se trouve mal 
placé entre slhénohéc et slibir : 

(fr.) styfish ou .se// ou grasey ou ofs, s. m. [charbon- 
nier ou morue noire] (angl.) styfish, ofs, black cod. 

Si peu satisfaisant qu'il soil, il a passé dans d'autres 



NOMS DE POISSONS 1 Sf) 

dictioiinaii'(>s Iraiiç^ais anglais. [m\v v\cn\\Ar dans cclni de 
Fleming and Tihbins, (]ue MM. Didot ont publié on 18ii ; 
on s'est contenté de changer le slijfisJi Irançais en slifish 
et d'insérer le tout entre stibié et sliynuile. 

Je suppose qu'il faut lire sey fish i)our sly fiah, et scy 
pour ,sc(/ ; pour le reste, on pourra consulter Lacépède, 
Uist. .\(il. des Poiss., II, 3. (jiii nous a[>prcMidra ijue dans 
le nord de la Nor\ègc le (j(tdus lircns L. se dit à l'âge 
d"un an morl, à deux ans pulle, à trois ans Ireacrin, à 
quatre ans sey ou (jiaasey et dans la vieillesse ufs. 

De tous ces mots qu'on cite comme français, le seul qui 
ait eu quelque vogue, c'est sey. On le trouve dans divers 
dictionnaires, dans ceux de Bouillet (à l'art, merlan) et 
de Raymond. Les naturalistes s'en sont servis ; Cuvier dit : 
« le sey — yadus virens L. d'après Aacanius » {Règne 
Animal, éd. 1829, ii, 333, en note) ; Lacépède de son côté 
dit le sey, le gade sey {Ilisl. \al. des Poiss., u, 267 sqq.). 
Le plus ancien exemple du mot que je connaisse se lira 
dans le Dictionnaire du Comnierce de Savary des Brûlons 
(éd. 1759-62) à l'art, morue (tome m, coi. 1020) ; il est 
curieux d'y trouver d'une part « du sey » et « le sey de 
l''inmark » et de l'autre « de grandes et grasses seyes ». 

178. fr. taburon 

Litlré a inséré dans son dictionnaire un fr. laburon = 
« marteau do mer » (spliynia Hafinesque) ; un peu plus 
loin il donne encore libéron. liburin, liburon avec renvoi 
à inarU'du, sons n° 12 (lire n" 13). On trouve dans le Dict. 
yen. de la Langue Française de lîaymond (1832) : liboron, 
« espèce de gros poisson du genre des requins ». 

Tiboron, liburon. liburin, !?onl dans l'édition de 177 1 
du Diclionnaire de Trévoux, au sons de « poisson célacé 
qui se trouve dans la mer .Mlantiqiie et vers l'Amérique... 
On le nomme aussi laburin ou laburinle... ». Tiboron, 
« poisson fort appréhendé des pKjiigours de rAjuéricpio ». 
est déjà dans l'édition de 1760 du Diclionnaire des liimes 
de Ilichelet, où on lit aussi la coquille liburon (1) (« pois- 

(1) Liburon, espèce de poisson, est toujours dans Raymond, Dirt. 
Gén, etc. (1832). 



186 NOMS DE POISSONS 

son, piscis specics) = lihumii. Tihurin et laburinlc soiil 
dans les Dul. f/cs .Ir/.s cl des Sciences (lôO^) de Thomas 
Corneille, qui atlirme qu'il a trou\é laburinte dans un 
ouvrage do Vincent le Blanc. 

Pour tiburon, on en trouxcra un exemple de 1671 dans 
la lioniania, xxxiii, 36'! ; Cotgra\e le traduit : « a kind of 
sea-call'e in the Indian sea », ce qui prouve qu'il l'a trouvé 
dans le De Plscibus Marifiis de Rondelet (1554) ou peut- 
être dans la traduction de cet ou\rage. En elïet, au chaj). 
16 du livre x\i on lit : « liburo piscis est indicus quem ex 
génère vitulorum marinorum esse puto... ». 

Quoi qu'on pense de quelques-unes des formes que j'ai 
citées, il est clair qu'on ne pourra séparer tahuron, tibu- 
ron des noms catalans et espagnols de requins que je cite 
d'après Carus, Prodromus Faunae Medilerraneae, ii, 505- 
514 = catal. taburà, tiburà — carcharodon Rondeletii 
M. Hle, carcharias glaucus Ag. et carcharias lamia Risso; 
esp. tiburon = lamna cornubica Flem., carcharias glaucus 
Ag. et carcharias lamia Risso ; enfin esp. laburon = 
sphijrna tudes M. Hle (= sphyrna liburo Rafinesque). 

Mais quelles relations y a-t-il entre ces noms catalans et 
espagnols et le portugais tubarào, tuberâo, requin ? (1) 

Pour moi, le radical du port, tubarâo, tûberâo requin, 
ne lait qu'un avec celui du port, lubara, lubera, truffe. Le 
nom de tûbarâo aura été doimé aux lequins parce que la 
peau de ces poissons, pour nous servir des mots de Lacé- 
pède {Hisi. Nat. des Poiss., i, 174, éd. 1798 sqq.), « est 
garnie de petits tubercules très serrés les uns contre les 
autres ». Cette peau tuberculée est si dure qu'elle est em- 
ployée, dans les arts, à polir différents ouvrages de bois 
et d'ivoire (peau de chien de. mer). 

On sait que le lat. tuber (et dial. lufer, cf. Ernout, Les 
Elémenls Dialectaux du Vocabulaire Latin, 1909, p. 240) 
avait le sens de « tumeur, tul)ercule, excroissance, bosse ». 
De ce substantif neutre ont dû naître un masculin * tûbàrus 
et un féminin * tûbdra. Tuhera est attesté par des gloses 



(1) D'où un tttberon, cité avec- des exemples de 1611 et 1680, et 
un touberan de 1630 ; voir Rollaoïd, Faune, xi, 153. 



NOMS DIC l'OISSOXS 187 

du ix* sii'cli- cilcM's par Die/, d'après ("iialï (poiii' Utfcni, 
également altesté. voir Ernoul, op. et loc. cit.). Pour 
* tubarus, il faut comparer * tûfûlûs qui expliquio le 
sicil. {lar)luffulu. {cala)luffulu à côté, pai' exoniplc. du 
vénitien {lar)lufola. De * tûbârus l'it. lubero, truffe (\(>ir 
les sens donnés par Duc/, dans son Dicl. ital. -français, éd. 
1660). De * tûbàra divers noms des truffes : ital. tubera, 
sard. tuvara, aragou. lubcra, enfin le port, lubara, lubern. 
Si l'on accepte lexplication que j'ai donnée du port. 
tubarào on se demandera si les formes catalanes et espa- 
gnoles citées plus haut appartiennent au même radical. 
On pourrait, à la rigueur, expliquer l'esp. laburon, le 
catal. taburô par une métalhèse de \oyelles, mais les 
formes avec i .■ es}). liburon, catal. liburô offrent une 
difficulté. Je ne prétends pas pouvoir la résoudre ; je ferai 
seulement cette observation cpie parmi les noms romans 
des truffes, il y en a un certain nombre où l'on a i pour u. 
A côté du gèuois Iriffolo (Casaccia), divers dictionnaires 
donnent trifola pour Parme, le Milanais, le Piémont, .\icf 
et la Savoie. L'excellent Dictionnaire Savoyard de Cons- 
tantin et Désormaux note tarlijle à côté de iartufle, et ce 
qui est encore plus intéressant tifcni, lifra, f[u'on me per- 
mettra de mettre à côté du latin lufera du Corpus, qui vit 
encore d'après Borao dans l'aragoiiais tufera (à côté de 
tuftcra), truffe. 



179. Tarante Iraulo 

Les Grecs (Athénée, Oppien) appelaient le trachurus 
Linnaei Malm. (scomber tracliurus; L.. caranx trachurus 
Lac, etc.) du nom de Tpi/oijpo; ou Tpxxo'Jpoi- « Ab caudae 
asperitate nomen Iraxil », dit Kondelet {De Pisc. Marin - 
p. 233), qui est le premier naturaliste moderne à lui 
donner le nom de trachurus. 

Les noms de poissons dans le sud de l'Italie sont très» 
souvent d'origine grecque ; le tarantin traulo = trachurus 
Linnaei Malm. continue un trachurus accentué sur la syl- 
labe initiale (Carus, Prodromus, etc.. ii, 669, pour traulo). 



i88 NOMS DE POISSONS 

180. esp. tioco 

Kôrling, dans son Laiein.-ltoman. 1176., ne dévoue pas 
d'article au lai. Irochus {rpôxpç) dont se servent Properce 
cl Horace au sens de cercle ou cerceau de jnélal. 

Il est impossible de douter que l'esp. troco, qu'on trouve 
comme nom de Vorthagoriscus mola Schneider dans les 
dictionnaires soit un dérivé de trochus ; le grectpôxoç veut 
dire roue, et on sait que les dérivés du lat. rôta ont fourni 
divers noms populaires au même poisson et entre autres 
l'esp. rueda. 

Je suppose que Iroco est populaire ; Carus, Prodr., ii, 
537, le donne comme tel ; et je ne connais aucun système 
de nomenclature ichlliyologique savante dans lequel on 
ait employé trochus ])Our désigner lorthagoriscus mola 
Schn. 

Disons que frocus est cité par M. Thomas, dans la liste 
de noms de poissons extraite du Lalerculus de Polemius 
Silvius, qu'on lira dans la Romonia, xxw. 167. 

181. esp. varga 
Voir note 130 bronco. 

182. lat. * vario 

Dans son Ehjinologisclies \VôrU>iJ)uch dcr Unmanischcn 
SpracJien, Die/, avait dit dès 18.53 : « véron, fr., ein klei- 
ner hunier fisch. clritze : hessor vairon. Aon varius huril ». 
r,et article s'est transformt'î dans l'édition de 1869 en : 
« \'éi'on. fr., ein kleiner hiuiler fiscli, elritze, comask. 
vairon, von varius hunt ». A l'art. 10003 de son Lalein.- 
Iloman. 117/). (éd. 1907). Al. Korting se contente de pos^ 
tuler un latin * vario poui- l'époque latine, mais n'ajoule 
rien de plus aux données de Diez. J'ai déjà dit {Revue de 
Dialectologie Romane, i. 4."J2) combien on est étonné do 
voir M. Kôrling, dans son tout récent FAgm. Wlh. dcr 
Franzôsischen Sprache (1908). expliquer veiron (il fau- 
drait plutôt véron. vairon) par un lat. * verio de ver, 
printemps. 



SOMS DE POISSONS 



,89 



L'explication de Diez est absoluineut sûre ; mais on 
pourrait avanLageusiement compléter rarlicle c[u'il a con- 
sacré à véron = leuciscus phoxiiius Cuv. Un ilal. va'uone 
est donné par Duez au sens de goujon (cf. dans llolland, 
Fauiw Pop., m. 1 'it>, veiron, nom du goujon sur les bords 
du lac de Genè\e). Angiolini, dans son \ ocabdlario Mila- 
nesc-llaliano, a vairon, « pesciolino dei fiumi Unnhardi ». 
Dans la Faune Populaire (m, 139) de Rolland, on trouve 
comme noms du leuciscus phoxinus Cuv. : veiroun (Yar), 
veirou (Gard), loiron (Jnra) et en Picardie, avec une 
influence germanique sur la consonne initiale, woeron. 
Enfin, très important Le port, vairâo = leuciscus phoxi- 
nus Cuv. 



183. sicil. vuraccia 

Dans la Zeit>ir}\ri[t fin- Ihnnauixclic Philologie, xxxi. 
Cil sqq., Al. Schucliardl a contriliué une note sur les 
dérivés des lat. lahco. labrax, lupus, qui ont servi à dési- 
gner divers poissons dans les langues romanes. 

De la table qu'on ltdu\e à la page G'j3, je détache la 
section suivante : 

labrax, neugr. iaê/saxtov, la-upày-t , ail), lebiék S. 



'labracea 



' labracina. -us 



labracus 



alb. l'obrik S 
aroin. Ijabricii S 



serb. lehial:, 

lombrak, 
lumfiiak L. 



* laôraciola 



Sicil. Sicil. Sicil. 

Vuraccia Si. vurracinaS. bur(r_)acciola S. 

venit. 

bvancin S. 

OÙ S indique un nom du dicenlraichus labrax ou du dicen- 
trarchus punclatus .Jordaens et L un nom de labre. Cette 

13 



190 NOMS Di: I^OISSONS 

seclioa pcMiiicttiii. j'iinacriin'. (\r mieux comprendre le 
système d'après 1(mjih'I M. ScliiirliardI rallaclierait le sici- 
lien vuiaccia, etc., au radical du giec liëpo; /âêpaÇ. 

J'ai déjà parlé de l'inféressanl article de M. Scliuchardl 
cl j'ai dit que je ne croyais pas à une inlhience de >â6p«Ç 
sur hrignc (voir note ii). Je ne crois j)as non plus à une 
influence quelconque de >â6/o«^ sur les mots siciliens vurac- 
cia, etc., ni (railjcui's sur le vénit. hranzin, \\o\\v lequel 
je ren\'oie à la note 135, Je voudrais ici présenter une 
explication du sicil. vuvdccia très dilTérente de celle de 
M. Schuchardt. 

Réunissons d'abord les éléments à notre disposition. 
On a : sicil. buracciola, biu^racciola — dicculrarchus labrax 
Jordaens (labrax lupus Cu\ .), nom à Messine des petits 
du même poisson ; sic. vuraccia, vurracina = dicenirar- 
chus punclalus Jordaens. Je ne crois pas qu'il faille sépa- 
l'er de ces mots le sicil. l)urra(jia = serranus cabrilla 
Cuv., boraygia, burayyia = scrranus scr'iba Cuv. 
(tous usités à Cataue, d'après Carus, Prodromus, etc., ii, 
612-3) ; les serrans, proches parents des dicentrarques, 
appartenant à la famille des Pcrcidae de Gunther. 

Tous les noiiis cités appartiennent à un seul type bunac- 
cia, usité en Sicile. Or, Traina, dans son Vocabolaricllo 
délie vuci siciliane dissimili dalle ilallanc (éd. 1888) traduit 
le sicil. bunaccia par (a) l'itai. hoiiitccia, c'est-à-dire bon 
teille de cuir, outre, (b) « sorta di j)esce piii grosso délia 
l)erca ». 

Si Von \out bien se reporter à un spécimen figuré du 
diceiilvurchus labrax tel que celui (jue donnent les ouvra 
ges fie Yarrell ou fie Day sur les poissons des Iles Britan- 
niques, on pouna \oii' (jue la ressemblance du poisson à 
une bouteille de \ in est assez frappante. C'est dans le sens 
de bouteille qu'il faut selon moi entendre burraccia, vur- 
raccia, lorsqu'on applique ces noms au loup de mer. 



Université de Leeds. 
10 mais 1910. 

[A suivre.) 



Paul Barbier fils. 



LA CHANSON DE MONTAUBAN 

EN ROMANCHE HAUT-ENGADINAIS 



La chanson politique, à la note sàtyrique plus ou moins 
acconluée, est, peut-on dire, une spécialité de la vieille 
littérature romanche. 

Au XVIP siècle, toutes les passions politiques et reli- 
gieuses se-mblaient s'être déchaînées sur la petite répu- 
blique des Grisons : la France et l'Espagne se disputaient, 
par mille intrigues, les passes de ses montagnes, tandis 
que, au sein même de l'Etat, la réforme et la contre-réfor- 
me se disputaienl âprement, dans une lutte sans merci, la 
suprématie politique. Bientôt, la républitjue fut envahie et 
dut subir, successivement des deux partis en présence, la 
loi du vainqueur : elle connut à la fois les dragonnades au- 
trichiennes et les exactions de l'armée protestante de 
Rohan. 

C'est ce qui explicjue l'intérêt des Grisons pour les 
luttes politiques et religieuses du temps ; bien qu'étran- 
gères, elles leur étaient en quelque sorte personnelles, 
car elles ne ti'ouvaient que trop d'écho dans leurs }>r()- 
pres partis. 

Ea Chanson de Moiiltiuban se rapporte au siège de celte 
\ille par Louis XIII, en 16"J1. 

Montauban était aux mains des protestants, connue 
« place de sûreté », depuis 157u. Ouand sonna l'heure de 
la lutte qui devait mettre fin à l'existence politique du 
protestantisme français, le duc de Rohan se jeta dans la 
place et en organisa hâtivement la défense. Montauban 
fut investi le 17 août 1G21 ; le 3 septembre, le duc de 
Mayenne tenta un assaut, qui fut repoussé ; le 16 septejn 
bre, lui-même fut tué d'une balle à l'œil ; le 17 octobre, 
un nouvel assaut, commandé par le duc de Luynes, fut 



192 LA CHANSON UF. MONTA UBAN 

encore repoussé ; cMifiii, le 2 novembre, Louis XIII se 
décida à lever le siège. 

C'csl. col éxéncnient (lue i-eiale noire chanson, sons la 
i'oruii' (riin (lialiiL;ue cnire la wUc et l'annéo assiégeante. 
Cl' texte, évi'dennnent contemporain des lails. est .("mprunlé 
an manuscrit 17 du fonds romanche de la Bibliothèque 
canlonale de Coire ; sauf (|ue, en qucl(|ues endroits, il a 
été restauré d'après trois autres versions manuscrites 
conser\ées dans la môme bibliothèque. 

Qu'il nous soit permis de témoigner ici notre gratitude 
au bibliothécaire, et surtout à M. Florin Melcher, le dévoué 
secrétaire de la Société Rhéto-Romanche ; c'est lui qui a 
bien \oulu collationner notre copie et nous aider de ses 
a\is dans l'interprétation du morceau. 

Sauf les quelques changements signalés, nous reprodui- 
sons le manuscrit tel quel ; mais nous avons renoncé à la 
ponctuation, celle-ci étant assez irrégulière pour consti- 
tuer un obstacle à l'interprétation du texte. L'orthogra- 
phe, il est à peine besoin de le dire, n'est pas plus consis- 
tante que dans tous les manuscrits du temps ; mais qui- 
conque connaît la langue pourra l'interpréter sans peine. 

Un mot enfin sur notre traduction : 

Il est particulièrement malaisé de rendre des textes de 
ce genre, car, en ne les suivant pas d'assez près, on leur 
enlève tout leur sel, et on prive le lecteur de ce à quoi il a 
droit, un certaine idée de la forme originale ; tandis que, 
en les suivant de trop près, on risque de devenir inintel- 
ligible ou incorrect. Perpéluelleinent ballolté entre Cha- 
rybde et Scylla, c'est au lecteur à dire si nous n'avons pas 
fait naufrage. 



LA CHANSON Dr. MONTAIBAN 193 



DAVARD MONTALBAN ET L'ARMEDA 
DALG aRAIG D'FRAUNTSGHA 



Armeda 

A' Dieu Mont Alban 
Infin lin otar ann 
Nim ais mia turneda 
Incuntcr lu mais d' martz 
Tuot tieu pajas ars 
Saro fia mia sudeda 

Mont Alban 

Scha vus plu turnais 

Schi qui chiatarais 

Battida l'sera 

E gnis eir â \air 

Cogiiuosclipr a stuair 

(Jhia nus nun temmans guerra 



SUR MONTAUBAN ET L'ARMÉE DU ROI DE FRANCE 



1. Adieu, Montauban, je reviendrai l'année prochaine ; 
pour le mois de mars tout ton pays sera brûlé par mes 
soldats. 

2. Si vous revenez encore, vous trouverez ici Taire bat- 
tue, et vous verrez aussi, vous devrez rccoiuiaîtrc que 
nous ne craignons point la guerre. 



194 LA CHANSON DF. MONTMBAN 

Armeda 

Scha nus darchio furnain 
Cun nus fhia nus manain 
Granda chia\allaria 
Pezas da Chianiin 
Forza da Barun 
Per as schplancr \ ia 

Mont Alban 

Incuiiler voass chianuns 
Sun Dieu da noass Babuns 
Havains nossa fidaunza 
Siin quel havains schanlo 
Nos chiaste sgiiiro 
EH ais nossa spendraiinza 

Armeda 

Trais bottas da chianuns 
Met tan in baccuns 
Vos hommens et femnas 
Vos scrits et paschquins 
Vos raimis et chianzuns 
Siil purlel da Carmek 

3. Si nous revenons encore, certes que nous amenons 
avec nous une nombreuse cavalerie, pièces de canon, 
force de barons, pour vous raser. 

4. Contre vos canons, c'est dans le Dieu de nos pères 
que nous avons notre confiance ; sur lui nous a\ons bâti 
noire châlcau-fort, il sera notre délivrance. 

5. Trois coui)S de canon nuMlroiil en pièces vos hommes 
et vos femmes, vos écrits et vos pasquins, vos rimes et 
vos chansons, sur le portai de Carmels (1). 

(1) Vu notre ignorance de la topographie du vieu.x Monlnuban, 
noue n'avons pu songer à reconstituer ce tenn«, lequel a peut-être 
d'ailleurs été complètement déformé en romanche. 



^ 



I.A CHANSON 1)1. MONTAllîAN 19."") 

Mont Alban 

Dûck Duincni mort 
Vus havais gran toart 
Nun ais plii in pt- 
Nun ho plu virtiidl 
Niaunchia cheiin stûdt 
Saja in sieu lôe 

Armeda 

Alg Raig pur s'arende 
A sia letscha d'fe 
Fe o'bodienzchia 
Schia brig gniares 
Schdrùts ot niinos 
Cun grauda pantenzchia 

Mont Alban 

Da obedir al Re 

Da Dieu letscha es que 

Deda à fuot la glieude 

Mu per nun périr 

A Dieu s'astouva obedir 

Plu co alla ulieud 



6. Le duc de Mayenne (2) mort, vous en avez soulTerl 
grand dommage ; il n'est plus debout, il ne peut ])lus 
faire que même un brin de |)ai!le soit à sa ]dace. 

7. Uendez-vons au roi, prcMc/, obéissance à sa juste loi ; 
sinon vous serez détruits et ruinés, que vous en aurez 
grand regret. 

8. Obéir au roi, c'est In loi donnée par Dieu à tous, 
mais, pour ne pas périr, il tau! obéir à Dieu plus qu'aux 
hommes. 

(1) La déformation est ici gix^sière, mais on ne peut dire que ce 
soit chose rare dans la littérature du temps. 



196 LA CHANSON Dl. MONTAI BAN 



Armeda 



Lg Raig Luvis giiisl 

In tuot la Fraunscha sgiûr 

D' concienzchia scliielta 

Letscha fat nun ho 

Chi hegia scumando 

Iglur vossa ohretta 

Mont Alban 

Xun vsain nus tuot 

Chia quaists sun Is mots 

Per ns illatscher 

Hoatz la S'peda our d'maum 

Dûck suot damaun et puschmaun 

L'ans faro pichere 

Armeda 

Vossa opiniun 

Nun ho hrick ratschun 

Perche lg Raig d'Frauntscha 

S' voul usche mantgnair 

Bain eir as sustgnair 

In sia sçuraunza 



9. Le juste roi Louis, d'une conscience nette, n'a certes 
f)oinl fait dans toute la France de loi pour interdire nulle 
part votre religion. 

10. Ne voyons-nous pas Ions que ce sont là les filets 
pour nous prendre ? Aujouid'hui l'épéc hors de la main, 
soumeltons-nous seukmcul demain, cl, après demain, il 
nous fera pen(h-c ! 

11. Votre opinion est sans fondement, parce que le roi 
de France veut ainsi vous maintenir, il \eut ainsi vous 
soutenir en toute sûreté. 



la chanson de montai ban 197 

Mont Alban 

Nun Asain nus mia 
Chia quaista ais la via 
Chels haun rlruo spesse 
Nus saren \andieus 
Per esser pandieus 
U' piglier su la messa 

Armeda 

Quaist nun ais iingûn lasch 
Lg Raig ho sieu bratsch 
Sfandicu oura in baine 
Ne s' vo'ul amazzer 
Plii bod s" cusalver 
D'iin cor d' fe su plaine 

Mont Alban 

Alg Raig fains hunur 
Defendains eir sgiûr 
Ad eir sa muraglia 
Incunter Ig tradimaint 
Chi vuleg rumper aint 
Dad' otra ciiianaglia 



12. Ne voyons-nous ])as que c'est là la voie qu'ils onl 
souvent employée ? Nous serons vendus, pour être pendus, 
ou accepter la messe ! 

13. Ceci n'est pas un filet pour vous prendre : c'est 
en toule bienveillance que le roi a étendu son bras ; il ne 
veut pas vous luer, mais plutôt vous sauver, d'un cœur 
pkin de bonne foi. 

14. Nous rendons hoimour au roi et nous lui défendons 
même sa muraille contre la trahison de la canaille qui vou- 
drait la forcer ! 



198 LA CHANSON DK MONTMBAN 

Armeda 

Ais qui bain &er\'ir 
Ais que ubadir 
Alg phi ôt sieu Prinze 
S'metter incunter ell 
E's amuser rebel 
Ainl in sa Provinza 

Mont Alban 
Nus ns stuain huster 
Da chi ns voul matzer 
E' pigler la vitta 
Nus stain in servitûd 
Dalg Raig plii co tii 
Sainza otra disputa 

Armeda 

Musser cun l'effet 
Ladrer duk cun Ig pied 
Ais da noscha raza 
Gni oura tiers me 
E' Ig Araig sgunde 
Rand© su la plaza 



15. Est-ce là bien servir, est-ce là obéir à son pnnce, de 
se poser contre lui et de se montrer rebelle dans sa pro- 
vince ? 

16. Nous devons nous défendre contre qui nous veut 
tuer et nous enlever la vie, mais nous sommes meilleurs 
serviteurs du roi que tu ne l'es, sans conteste î 

17. Montrcz4e par les faits : aho^'er seulement, ce n'est 
pas de bonne race. Vejiez à moi, ralliez-vous au roi. 
rendez la place ! 



I 



LA CHANSON DE MONTAITBAN i99 

Mont Alban 

Miro tsclio Ig scril 
Chia Ig Spagnoël chiatet 
Per ha\air la Fraunlscha 
Schdrur Is Huganots 
Schiascher aquels tuots 
Chilg faun cuntrastaunza 

Armeda 

Nus havain un Re 
Chi amma in vaira fe 
Virtùdt et giùstz<;hia 
Filg dalg grand Henri 
Ctii mœ nun sufri 
Vici ne malitzchia 

Mont Alban 

Nos Raig nus savain 
Sa buna fe cuntS'chain 
Mu quaist ais la rabgia • 
Chia Ig Spagnôel thesor 
Spargna brichia Ig or 
Per nudrier sa pratchia 



18. Voyez ici rc<:>ril que rEspagnol a trouvé pour pren 
dre la France, pour détruire les huguenots, pour chasser 
tous ceux qui lui font résistance. 

19. \ous avons un roi qui aime sincèrement la vertu et 
la justice, fils du grand Henri, (jui jamais no souffrit vice 
ni malice. 

20. Nous connaissons noire roi, nous savons sa bonne 
foi, mais, le mal, c'est que le trésor espagnol n'épargne 
pas l'or pour nourrir sa faction. 



200 la chanson de montauban 

Armeda 

Vi l'averta dalg ann 
Havains Mont Alban 
La Ro&chelta l'orta 
Caslrpp et Carmol 
Monpalier Lûnel 
Nemis eira morta 

Mont Alban 

Plaun plaun mien iffaunt 
Nun bratscher brick taunt 
Guarda nun t' surfner 
Lg ais annchia dialoensch 
Nu ns renden usche chioensch 
Saintz otcr ns huster 

Armeda 

A' Di&u eau s' dich 
Ch' nos Raig Ludivig 
Vain à for condûr 
Qui bg^er millinms 
D'hommens et chianuns 
Per as fer tuots schdnir 

21. Pour le commencement de l'année nous aurons pris 
Montauban, La Rochelle, Castres et Carmel (3), Montpel- 
lier, Lunel, ainsi que Nimes ! 

22. Tout doux, mon enfant, n'embrasse pas autant ! 
gare de te surcharger l'estomac ! Cela est encore loin : 
nous ne nous rendons pas si facilement, sans autrement 
nous défendre. 

23. Adieu ! Je vous dis que notre roi Louis fera conduire 
ici beaucoup de millions d'hommes et de canons i)Our vous 
faire tous détruire. 



(3) Nous ne savons quelle est cette loralité. S'agirait-il de Car- 
maux, département du Tarn, arrondissement d'Albi? 



I 



LA CHANSON DK MONTAUBAN 501 



Mont Ai. ban 



A Diçii e.TU s' dich 
Chia nos Raii^ l.udivig 
Nun vuLaro fer i^uorra 
Iiicuntor seis ifauns 
Brick main Iriumpliains 
Per rneer co per terra (4). 

FINIS 



24. Adieu î Je vous dis que notre roi Louis ne voudra 
pas faire la guerre contre ses enfants. Nous ne triomphons 
pas moins pai- mer que par terre ! (4) 

Henri Bourgeois. 



(4) Montauban ne put se maintenir longtemps après la prise de- 
La Rochelle (1628). Richelieu y fit son entrée en 1629, et, la même 
année, 1' « édit de grâce » d'Alais consacrait la ruine du protestan- 
tisme comme élément politique en France. 



NOTES COMPLEMENTAIRES 

Sur la Vie de Saint Hermentaire 



Parrai les publications laissées iuaclievées par M. Cliaba- 
neau se trouve la Vie de saint Hermentaire^ qui a déjà paru 
dans la Hevue des Langues Romanes (T. XXXVI II, p. 157- 
174) (1). M.Cliabaneaii avait l'intention d'y ajouter quelcjues 
notes (cf. p. 159, dernière ligne) et de rechercher en particulier 
quels emprunts l'auteur de cette vie, Nostradaraus (2), avait 
faits aux vies des saints. Dans sa bibliothèque, j'ai trouvé un 
dossieravec cette inscription: Pour annoter saint Hermentaire: 
Mais il contenait peu de chose. M. Chabaneau avait simple- 
ment rédigé ainsi qu'il suit le début des notes. 

«Constatons d'abord, au début de ces notes, que non seu- 
lement l'on ne sait rien de positif relativement à saint Hermen- 
taire, mais encore qu'aucune légende concernant ce person- 
nage ne nous a été transmise par les hagiographes(3). L'idée 



(1) La page 174 porte: à suivre. 

(2) On sait quelle importance attribuait Chabaneau à tout ce qui, de 
près ou de loin, se rattachait aux études qu'il avait entreprises depuis 
longtemps sur Jehan de Nostredame. Par là s'explique le soin qu'il 
avait mis à préparer un dossier sur la Vin rie saint Hermentaire. Mais 
la médiocrité de cet opuscule ne me parait j)as mériter de longues 
recherches 

(3) «On peut voir là-dessus Houclie (Histoire de Provence, I, 747) ci- 
té par M. Roqueferrier {Revue des Langues Romanes, XX, 241). L'ana- 
lyse que donne ensuite cet historien delà pr'^tendue légende « composée 
par Raymond Féraud, gentilhomme provençal, qui vivoit environ l'an 
1300» , prouve surabondamment, et par les mots mêmes que je viens de 
citer et par tout ce qui suit, où d'autres passages du texte que je publie 
sont identiquement reproduits, que c'est ce texte lui-même qui lui a 
servi. On ne saurait donc rien conclure de son témoignage quant à 
l'existence, au temps où il écrivait (1664) , d'un poème provenjal sur 
saint Hermentaire. » 



NOTES SUR LA VIE DE SAINT HERMENTAIRE '203 

de lui en fabriquer une pouvait donc tout naturellement 
venir à un homme si coutumier de pareils faits que l'était 
Jean de Nostredame. » 

Cette note du début était seule rédif^ée; le reste du dossier 
consistait en extraits de la Gallia Christiana et en quehjues 
fiches sans importance. 

Voici dans la Gallia Christiana (III, 1146) ce qui concerne 
saint Hermentaire: 

d Antipolitani EpiscopiA . Armentarius. S. Armentarius 
seu Armatarius et Herraentarius Antipoli primas sedisse 
creiiiturcoliturqueDraguinai, Forojuliensisiliœceseosoppido, 
in sacello extra muros sub élus inuocatione dicato, incuius 
fiorite legitur : ^. Armentarius primus episcopus Antipolita- 
nus. In Breuiario ecclesiae Grassensis, Lugduui impresso 
an no 1528, dies eius festus IV.Idus lanuarii assignatiir . . . 
Quidam opinantur hune ipsum esse Armentariura, qui ex Ebre- 
dunensi sede deiectus in consilio Rejensi, eo quod per uim 
intrusus et a duobus tantum episcopis esset consecratus, ad 
Anti[)olitanam postea regendam ecclesiara fuerit euocatus, 
miiigata sensim quae in eura lata fuerat sententia. Sed haec 
est raera coniectura. . . » 

M. Chabaneau s'était demandé si Nostradamus n'avait pas 
emprunté des traits à la légende de saint Véran pour les 
aitribuer à saint Hermentaire. Il avait lu la Vie de saint 
Véran, evesque de VencCy par M. /iarcillon, chanoine du 
chapitre de Vence en 1630, publiée dans \e Bulletin delà Société 
d'Etudes Scientifiques et archéologiques de la ville de Dragui- 
gnan (T. III, 1860-1861, p. 2 ;5 237,273-287,321-337,385-399, 
T. IV, p. 1-10). Mais je n'ai pas trouvé d'annotations dans le 
volume et je ne crois pas que l'hypothèse de M. Chabaneau 
lui ait paru justifiée par cette lecture. 



Il est fait allusion dans la courte préface de M. Chabaneau 
(p. 157, 1. 5) à deux articles que Roqueferrier a publiés 
dans la Reoue des Langues Romanes sur la Vie de Saint 
Hermentaire. Nous croyons devoir reproduire une partie 
de ces articles, qui renferment quelques détails intéres- 



i^O'» NOTES SUR LA VIE DE SAINT HERMENTAIRE 

sants. Le premier ' est un sim[ile article bibliographi- 
que consacré au compte rendu du volume suivant : Con- 
grh Sclentilique de France, ii^ session. Nice, J879, 2 vol. 
Au tome II, pp. 339-347 se trouve un article de M. Blanc 
sur les Sialions paléolii/iigije.<, néolithiques et de tûye de 
bronze danx les Alpes- M aritim.es. On ne s'attendrait j^uère à 
voir intervenir saint Hermentaire dans cette question. Mais 
il faut rappeler (ju'une des plus anciennes descriptions des 
murs néolithiques d'Agel se trouve dans la Vida de Sant 
Honorât, de Raymond Féraud. Voici comment a'exprime 
Roqueferrier : 

« Raymond Féraiid :^vait écrit, probablement après la Yida de 
sant Honorât, un aiiti'e poème intitulé Vi", fie saint Armentaire, qui 
existerait encore, si j'en croyais l'analyse d'un travail communiqué 
par M. Poulie à la trente-troisième session du Congères scientifique 
de France, tenue à Aix, en 1866, et une monographie locale dont 
il sera parlé plus loin. Le seul fragment qu'en ait cité M. Poulie est 
emprunté à une traduction française, et il contient justement la des- 
cription sommaire d'un dolmen situé près de Draguignan (Var) : 
« Et audit lieu de Dragoniani , qu'on nomme aujourd'hui Dragui- 
gnan, au terroir d'iceluy, assés loin et séparé de la ville, y avoit 
emmy d'un bois une fée uommée Estterella ^, et le lieu se nommait 
Cyclopera, où les femmes des lieux circonvoisins, abusées de supers- 
tition, alloient boire quelque abrevage que leur estoit administré 
par les prestres de cette fée ... Saint Hermentaire y alla, accom- 
pagné des principaux de la ville, et trouvèrent quelques femmes 
voylées le visage d'ung voyle rouge et vestues d'habits inco- 
gneus et inhusités, auxquelles les prêtres et sacrificateui's de la 
Fée administroient leurs guinaudes, estant assizes au dessoulx 
d'ngne grande et grosse pierre soubstenue de trois grosses pointes 
en forme d'obélisque faicts et composés à la rustique... Et il parla 
aussi avec une telle sévérité aux sacrificateurs de la Fée, les com- 
mandant de n'y retourner jamais plus, et s'ils faisoieut le contraire, 
il les faisoit cbastier... 3. » 



' 3« série, tome VI, p. 41-42, 44-45. 

' * Cette fée a donné son nom à l'hérome du Calendau de M. Mistral. 
Voyez la dixième note du premier chant, où l'auteur en parle, d'après 
le Voyage dans le Midi de la France de Millin. ;> 

^ < Congrès scientifique de France, trente-troisième session. Aix, 
Remondet-Aubin, 1868 ; t. IL 212-213. M. Poulie a eu le tort de ne 



NOTES SUR LA VIE DE SAINT HERMENTAIRE 205 

M. Poulie croit pouvoir identitler le dolmen mentionné 
dans la lie de sainf Armentaire âvec un monument de même 
nature existant, à un kilomètre de Draj,^ui;jiian, sur l'an- 
cienne voie romaine qui se dirigeait de Fréjus sur Dragui- 
gnan, et aboutissait à Riez '. Le peuple lui donne encore 
le nom de pierre de la Fée fpeiro de la Fado). * 

Cet article était accompagné du post-scriptum suivant : 

L'existence de la Vie de saint Armenlaire est si peu connue, si 
douteuse même pour les provençalistes, que. je reproduirai ici 
trois autres fragments de ce poëme, insérés déjà dans l'étude de 
M. Barbe. Les deux piemiers sont eu français, et le troisième en 
provençal. 

Après sa victoire sur un énorme dragon qui désolait le quartier 
de ce nom, à quatre ou cinq kilomètres de Draguignan, le sainj 
bâtit une chapelle en l'honneur de saint Michel. M. Barbe cite à 
ce propos le passage suivant de la version française : 

« Quoique de longue main le christianisme fust planté en ce 
quartier-là, encore y fust-il mieux affermi par la doctrine et bons 
exemples de saint Hermentaire, et ne faysoient lors que bien peu 
d'estat de la loy payenne et des Juifs, qui y estoient, depuis que 
les Romains, jadis seigneurs de tout le monde, leur avoient permis 
vivre en leur loy 2. » 

Ce fragment a été peut-être dénaturé par la traduction, car on 
n'y aperçoit rien de la métrique du texte, laquelle semblerait 
encore sensible sous la prose du fragment où il est question de la 
fée Estérelle. 

Plus loin (p. 253) se lisent les mots suivants, empi'untés à la 
même version : 

« A la baulme obscure et noyre, où estoit vis-à-vis une grande 
forest. » 



pas dire qu'il avait emiirunté ce curieux IVagment à une lîlmle sur les 
oriçfines de Druyuignan par M. l'abbé Barbe, insérée dans le t. II 
(p. 237-257) du Bulletin de la Société d'études scientifiques et archéo- 
logiques de la ville de Drayuiynan. Nous avons rectifié sur le travail 
de ce dernier quelques erreurs de copie de M. Poulie, entre autres la 
substitution de guirlandes à guinnudes. » 

1 <' Cette identification paraîtra problématique, si Ion songe que 
Raymond Féraud donne trois supports au dolmen d'Estérelle, tandis 
que celui dont parle M. Poulie en a quatre. * 

2 « L'abbé Barbe. Étude sur les origines de Draguignan (8ul. de la 
Soc. d'étud. se. et arch. de Draguignan, II, 252). > 

14 



206 NOTES SUR LA VIE DE SAINT HERMENTAIRE 

Voici enfin (p. 251) le fragment qui intéresse le plus directement 
les provençalistes. 11 constitue le chant d'actions de grâces que 
Raymond Féraud place dans la bouche du peuple après la mort du 
dragon. Le tour en est coulant et tout à fait de nature à compléter 
la bonne opinion que l'on avait déjà du poète : 

Diou sia grazit, que nous a l'ach, etc. 

On voit que le manuscrit et la traduction de la Vie de saint 
Armentaire, auxquels ces divers fragments ont été empruntés, 
doivent appartenir au xvi* siècle. M. Azam, secrétaire de la 
Société d'études de Draguignan, que j'avais prié défaire quelques 
recherches à l'effet de les retrouver, a bien voulu, par l'intermé- 
diaire du savant archiviste duVar, M. Mireur, me dire que M. Barbe 
avait probablement obtenu communication d'une copie de la Vie de 
saint Armentaire qui se trouvait en 1858 dans la bibliothèque du 
regretté M. Doublier. 11 serait à souhaiter que l'on pût en retrouver 
la trace et que la littérature des troubadours ne fût pas plus long- 
temps privée d'un texte de cette importance. 



Roqueferrier croyait avoir démontré ainsi « que Texis- 
tetice du Sant Hermentari ne peut être mise en doute, et 
qu'il est permis d'espérer que le manuscrit de ce poème ne 
se dérobera pas plus longtemps à la curiosité des proven- 
çalistes' ». Il étudie ensuite le passage où Raimon Féraud 
(dans Saùit Hermentaire) raconte « comment le saint fit périr 
un énorme dragon qui dévastait les environs de Draguignan, 
et comment il construisit une chapelle en l'honneur de Saint 
Michel, à Tendroit même où il avait triomphé du monstre ». 
M. Roqueferrier compare à ce passage le soixante-seizième 
chafiitre de la Vie de Saint Honorât où est raconté le même 
fait.. Pour Roqueferrier, Raimon Féraud aurait versifié deux 
fois le même récit ; mais le « Sant Honorât et le Sant Her- 
mentari auraient des points de contact bien plus nom- 
breux ^ ». Et Roqueferrier qui ne connaissait pas notre 
texte, s'appuie sur le témoignage de Bouche {Description et 
Choiograp/iie de Provence, I, 747-741») pour terminer sa 
démonstration. 



' Bavue des Laii'/ues Rouunies, XX, 237. 
* Ihid. p. 241. 



NOTES SUR LA VIE DE SAINT HERMENTAIRE 207 

Nous ne la continuerons pas pour notre part. Il nous 
paraît sans intérêt de rechercher, à propos d'une œuvre si 
médiocre, comment l'habile mystificateur que fut Jean de 
Nostredame a transformé tel ou tel passage de la Vida de 
Sant Honorât. Ceux qui ont lu ce dernier poème n'auront pas 
de peine à en retrouver des souvenirs dans la prosaïque 
rédaction de Nostradamus. 



Le dossier de Saint Hermentaire contenait des remarques 
sur une autre vie de saint, imitée de la Vida de Sant Honorât ; 
il s'agit de saint Léonce, dont, d'après certains historiens 
du XYii*^ siècle, Raimon Féraud aurait aussi écrit la vie en 
provençal. Nous donnons en terminant quelques notes con- 
cernant ces légendes qui ressemblent à la Vie de Saint 
Hermentaire. 

M. J.-B. Disdier a consacré dans le Bulletin de la Société 
d' Etudes Scientifiques et Archéologiques de la ville de Dragui- 
gnan, une intéressante notice à saint Léonce sous le titre : 
Recherches historiques sur saint Léon, évêque de Fréjus et 
patron du diocèse. Nous ne connaissons que la dernière 
partie de ce travail intitulée : Les Traditions [Bulletin cité, 
t. V, p. 71 et suivantes). On lit à la page 145, n. 1 : « Raymond 
Féraud avait aussi inventé une vie de saint Léonce, [An- 
telmi] De initiis [ecclesiae Forojuliensis, A.ix, 1680], p. 78. Il 
est à présumer que les extraits donnés par le P. Dufour, 
p. 135 et suiv., appartiennent à ce romancier. Voir aux 
Notes et Eclaircissements, n° 5. — ...Si cette vie de saint 
Léonce, écrite en provençal, avait pu être retrouvée, elle 
aurait sans doute donné quelques lumières sur l'origine du 
culte de notre évêque comme martyr ». 

Aux ISotes et Eclaircissements, n" 5, on lit (p. 1G5) la 
notice suivante : « Extraits d'une ancienne vie de saint 
Léonce. — Le P. Dufour cite, dans son ouvrage sur saint 
Léonce, une Vie de cet évêque, écrite en provençal, et qui, 
de son temps, existait à Fréjus. Il la rejette avec raison ; 
elle était pleine d'absurdités. C'était sans doute l'œuvre de 
Raymond Féraud, à laquelle Antelmi fait allusion, De initiis. 



208 NOTES SUR LA VIE DE SAINT HERMENTAIRE 

p. 78. En voici quelques extraits qui se rappoitenl au com- 
mencement de saint Léonce ; ils nous montreront la fable 
à côté de l'histoire : 

o Après diverses pérégrinations pieuses, Léonce et Honorât 
arrivent à Fréjus. Aux portes mêmes de la ville ils rencon- 
trent l'évêque qui allait se délasser de ses travaux par 
quelques heures de promenade. Les voyageurs portaient sur 
leur front je ne sais quoi de majestueux et de saint dont le 
pontife est frappé ; il les salue avec bonté et leur demande 
quel est le but de leur voyage. Ceux-ci, se jetant à genoux 
el demandant la bénédiction du pontife, satisfont à ses ques- 
tions. Sur ses^instances et ses ordres même, ils acceptent 
l'hospitalité qu'il leur offre et se dirigent aussitôt vers le 
palais épiscopal. 

» Comme ils entraient dans la cour, un prêtre, vénérable 
par l'âge, les aperçoit de l'intérieur ; il s'élance à leur ren- 
contre, les embrasse et les prenant par la main, les introduit 
dans le palais. Les voyageurs pénétrant dans le premier 
appartement, y trouvent le frère de l'évêque qu'une longue 
maladie tenait dans son lit. La paralysie, dont il était ntteint 
depuis plusieurs années, ne lui avait laissé de libre, dans 
tout le corps, que les yeux et la langue. 

» Après les premiers saints et les premières paroles 
d'usage, Léonce excite le malade au courage et à la confiance. 
Il avait à peine adressé secrètement à Dieu sa prière, (jue le 
malade, inondé d'une céleste suavité, sent ses membres 
raidis se distendre doucement, et tout son corps recouvrer 
le mouvement et la force. Il croit d'abord être le jouet d'un 
songe ; mais, se sentant parfaitement éveillé, il a peine encore 
à en croire ses yeux, ses mains et tout lui-même. Il s'élance 
alors de son lit, et tombe aux pieds de son bienfaiteur ; d'abon- 
dantes larmes de joie et de reconnaissance coulent seules de 
ses yeux, car la grandeur du prodige dont il vient d'être 
l'objet étoufife ses paroles. Impatient do tout retard, il sort 
du palais, traverse la ville et s'avance à la rencontre de 
l'évêque à qui il raconte ce qui vient de se passer. 

» Aussitôt dans la ville et dans les pays voisins se répand 
le bruit d'un si grand miracle. Le frère de l'évêque, les 



NOTES SUR LA VIE DE SAINT HERMENTAIRE 509 

magistrats de la cité, les citoyens et les habitants du voisi- 
nage, tous, sans distinction de rang, entourent Léonce et 
Honoi-at d'honneur et de vénération. Mais ceux-ci, craignant 
pour leur humilité, forment le dessein de se retirer en un 
lieu inconnu. Ils s'échappent donc secrètement de la ville 
et, traversant d'épaisses forêts, vont se cacher sur une mon- 
tagne voisine, dans une grotte à l'accès effrayant. Là encore, 
le bruit de leurs vertus et de leurs miracles les trahit ; et 
ils préparent une nouvelle fuite. 

» Du sommet de la [montagne on ils s'étaient retirés, ils 
avaient souvent aperçu l'île de Lérins, encore toute inculte 
alors et habitée par des serpents et d'affreux dragons. Us 
la choisissent comme très favorable à la solitude et aux 
divines méditations ; et plusieurs années s'écoulent pour 
eux au milieu des rigueurs de la pénitence et des pratiques 
de la perfection. 

M Cependant, l'évêque de Fréjus vient à mourir. Alors le 
clergé et le peuple de cette ville, se souvenant de Léonce, 
viennent le forcer à quitter sa solitude et lui imposent malgré 
lui la dignité épiscopale. » 

(Dul'our, S. Lcontiiis, episcopus et martyr, suis Forojuliensibus res- 
titutus, p. 135 et suiv.). 

La Vida de sont Honorât fait lire la même guérison mira- 
culeuse ; mais là elle est attribuée aux prières et à l'attou- 
chement du saint fondateur de Lérins. » 

J. Anglauk. 



NOTICE 

SUR l'unique manuscrit français de i.a Bibliothèque du 

nue DE PORTI.AND A WeLBECK. 



A. Strong a donné une description du manuscrit dans le 
Catalogue des manuscrits du duc de Portland (cf. Roma- 
nia, xxxii, fôT). Le manuscrit (1) a 266 feuillets en vélin, 
dont les deux derniers sont restés en blanc. Les feuillets 
ont 254 mm. sur 192, l'écriture est à deux colonnes de 
32 lignes. Les rubriques sont en rouge, une seule initiale 
en bleu. Quelques-unes sont ornées de miniatures qui 
représentent des saints ou des saintes (ff. 55 c, 134 c, 156 
d, 222 a, 246 a), et une fois un moine devant un livre 
(fol. 100 c). L'écriture du premier cahier est du premier 
(juart du quatorzième siècle, les autres du dernier quart 
du treizième. Sui\ant une notice au commencement et à la 
fin du \olume, le manuscrit appartenait, au quatorzième 
siècle, à un couvent de femmes de Campseye, en Suffolk. 

M. A. -T. Baker a publié la « Vie de saint Panuce » 
{Homania, xxxviii, 4 18-42 j) et la « Vie de saint Paul l'Her- 
mite » (The modem Lanf/uage Review, iv, 1909, 491-504), 
d'après ce manuscrit (les numéros 2 et 3). J'ai utilisé le 
manuscrit de Welbeck pour l'édition de la « Vie de sainte 
j-llisabeth de Hongrie », par Xicole Bozon d'après le ms. 
du Musée Brit. Cotton, Dom. xi. Plusieurs légendes sbnt 
encore iné3ites ; pour d'autres, le manuscrit donne un 
texte différent de celui qu'on a connu. Dans l'analyse 
qui suit, je \"ais énumérer les rédactions connues (2), je 
nommerai l'auteur et je signalerai la source des poèmes. 
Voici un résumé de mes recherches. 

On connaît l'auteur de la plupart des légendes, il n'y a 
que quatre poèmes anonymes (les numéros 0, 7. 9, 11). 
La source de quatre était connue (des numéros 2, 3, 4, 

(1) Il est utile de résumer tous les renseignements sur le ms. 
puisque le Catalogue est un livre rare. 

(2) Cf. Hist. Litt., XXXIII, 328-378. 



NOTici: srn r\ mwischit fkantais. Vil 

I.'î) : j";ii lr(tii\('' collo cl(> sopf (des numéros 1, 5, 6, 7, 8, 
11. 1"2). il ne rpstp à tromer que oollo de deux (des 
munéros !) el 10). On n'a i)as d'aulres copies de huit poè- 
mes (les numéros 2, ïi. 0. 7. 8, 9, 10. 12). on en a deux 
|H)iir trois (les numéros 1. .">. 11). trois pour un (le numéro 
i;^) et six pour un (le numéro i). Le rythme des poèmes 
est presque toujours le même, car douze poèmes sont en 
couplels (le \'ers octosyllahiques. un seul est en couplets 
de cinq \crs alexandrins monorimes (le- numéro 4). La 
plupart des légendes sont du treizième siècle, une seule 
est du douzième (le numéro î) et la date d'une autre 
reste incertaine (du numéro lOj. 

1. La vit: DE si^vNTE Elizabetu (fr. 1 a 'i a), par Nicole 
Bozon. dont on eonnaîl une autre copie dans un manus- 
crit du Musée Britannique (Cotton, Domilien XI, iï. OU 
b-101 d). J'ai publié le texte d'après les deux manuscrits 
(Z R Pli. xxxn'. '^d't -'■>]'■->). La source semble être le Liln'l- 
lus de dictis quatuor ancillarum (publié par Alencke, 
Scriptores. etc.. ii. 1728. col. 2012-32. et par \L A. Huys- 
kens, Quelle nsludien, etc. Marburg, 1908, p. 114-140), 
mais Cozon se permet beaucoup de libertés envers sa 
source. 

2. La vie de seyxt Pamce (ff. 4 b-5 d), par Nicole Bo- 
zon, i)ubliée par \l. A. -T. Baker {Homnnia, xxx\in, 420- 
424). Le même sujet est traité [)ar Bozon en prose {Les 
roules moralises, S. A. T. F., 1889, p. 50 et 242, cL G. 
Paris, La Poésie au Moijen Age, i, 1906, p. 151-187). La 
source du poème es! l'Ilisloria Lausiaca (Migne, Pairo- 
logia. Lxxiii. col. 1170). 

3. La me de SEixT Pai i.e le her.mite (ff. 6 a-8 b), par 
Xicole Bozon, publiée par M. A. -T. Baker (Mod. Lang. 
lier. \x. 10(19. pp. 'liU-ÔO'i). La source est la vie du saint 

p;ir sailli .Lmiuht (A \. S.^. iiojl. lO. j;iii. i. p. ()(»:u;(l7). 
mais i'aiitcuf suit cpiel(pi(>s fois la rédaction abrégée de la 
Légende dorée (ch. 15) (1). 

(1) Saint Paul fut particulièrement vénéré en Hongrie (Cf. M. 
Fuhrmanm, Aiwn. Iiuru/ Iiift. de trmulntione. S. Pauli Th., 
Peetini, 1799. pp. 75-147, et Priteszky, AA. SS. Hung. I, pp. 25-33). 
Un ordre religieux a porté son nom. 



•21? NOTICE SUR IN MWUSCnFT FRANÇAIS. 

4. \ IF DE SAINT Thomas de Cantorbkry (ff. 9 a-50 c). 

Trois |)oèMios frnnrais nous racontent la vie de saint 
Tliomas.donI l.i iii<>ii lr-au:ii|uo a vixomenl impressionne les 
contemporains (llisl. lill.. xxxiii, p. 370). 'l'nus les trois 
furent rlt'-jn pTiMiôs r\ rlndif-s (rï. sur le |)oème de Benêt 
Hisl. lill.. xxiii. ;!S:' : suc le frat-nionl M. Paul Meyer, S. 
A. T. F., 1<S8.''>). ,\o|n' IMS. rciirriiiic le poônir dr (iarnier 
de Ponl-Sainte-AIaxeiiro (pii le composa en 1173 en 
France et le reforidil plus lard en Angleterre (G. Paris, 
Esr/u/.s.sc, 1907. p. l 'lO). On connaît le texte dans les 
mss. de Chellenham. du Prit. Mus.. d'Oxford, de la Bibl. 
Nat.. de Welbeck et d.» Wolfenbultel. Bekker (1838) et 
Hippeau (1850) ont publié le ])oème d'après différents 
mss. Bekker donne le texte d'après le manuscrit de Wol- 
fenbiittel (3'i. 6. Ms. Auu. A.), où le commencement man- 
que. C'est le cas pour notre ms., mais la lacune est moins 
grande. A la fin, le texte de Wolfenbûttel est plus com- 
plet : les ff. 83 et 8i, c'est-à-dire 5 strophes et le miracle 
de Piéregort manquent dans le ms. de Welbeck. La source 
de l'auteur n'est pas le Ouadrilofjus (cf. Hisl. liiL, xix, 
p. 118, publié par Robertson, Malcriais foi Uic hislory of 
Thomas Becket, iv, p. 266 408), car il ne fut composé 
que vers 1198 ou 1199. Garnier a fait son premier esquisse 
peu après le meurtre de Thomas (29 déc. 1170), et il est 
allé en Angleterre pour chercher plus de renseignements. 
Alors, il i)0u\ait déjà consulter l'une ou l'autre des vies 
qui ont donné le texte du Ouadrilo(jas et se trouvent dans 
les éditions de Aligne {Pair, lai., cxc) et de Robertson 
(/. c, I-IIl). 

Le lexle commence : 



Kar por ce sufri deus jjur peciuu's la mort, {fol. 9 a) 

Kant se prendrunt a li qu'il les menit a port. 

Si vos voilliez escuter la vie a seint Martir, 

Ci la porrez par mei plenerenient oïr. 

Ne voil rien Irepaser, ne rien ne voil mentir, 

Quatre ainz j"ai mis bien a fere et a furnir, 

De oster et remetre poy la peine suffrir. 



NOTICE SUR UN MAN'USCRIT FRWÇMS. 513 

// se termine : 

S l»(Mi pli et le inartir iiui ai ser\'i maint jur {jol. 50 r). 
I\i inerte pes et règne et tiegne en bon ainiir 
Va I(- piero et les (iz et la bru/, et l'oysur 
Va hir (loinst joie et \ic sanz cbange de seignur ; 
l'J Va lui- ineclo en cuiage (jui nu; lacent lionuf (1). 

5. Ll ek)M\nz di; saixtl: Marii; Magdalkni-; (Cf. 50 c-55 c) 

Trois poèmes français retracent Va vie de Marie Made- 
leine (cf. llisl. L'ilL, xxxiii, 368). La « romance » de notre 
ms. est l'épisode ttaifi' par Guillaume, clerc normand, (cf. 
Wi'igiit. Bi'Hjr. Bril.^ ii, p. 426-'i33). Le poème fut publié 
par AL 11. Hcinscb (.4 S N S., lxiv, p. 85-94) et par M. A. 
Schmidt (/.' St.. XXII. p. 265-270) d'après le ms. de la BibL 
nal. (ïv. ]'.>. 525 ïï . ()7-72 b.). J'ai étudié le texte de notre 
MIS. (/ /.' /'/(. xx\i\ . p. 365-370) qui porte les caractères du 
dialecte anLilo iii>rni.iii(l. La source du poème est un ré- 
cil latin qui se trouve dans un manuscrit de Paris (Bibl. 
nat. lat. 80.3, ff. 225 r.-227 i-.). [.ublié dans le Cat. Coda, 
ilag. Bibl. \at. Paris., m, 1803, p. 525-530). Le fragment 
de Trèxes répond aux vers 401-586 du poème de Guillaume 
(publié la dernière fois par M. Doncieux dans la Bomania, 
xxii. p. 25(î 271»), ei il suii la même iV-daclion latine (2). 

6. Li: ROMVXZ DE SAINT EuWARD RLI (ff. 55 c-85 c). 

On connaît trois poèmes sur ce saint. Celui qui se trouve 
dans noli'e ms. a peut-être la même source que les deux 
autres : c'est la yw djuiposc'e pai' saini \i'lii'i|. pulili<''e 
dans les .4 .4 8 .S BoU. 5. Jan. i, pp. 293 et par Migne 
dans la Patrolofjia latina, t. cxcv, col. 739. M. Baker pos- 
sède un manuscrit qui renferme un fragment (240 vers) 
de notre texte : il va le publier {MoHcrn Langunge Review 
III, p. 374, 375). 



(1) Ms. de Woljinbiittd; 34. 6. fol. 826 (v. 25), publié ijar Beklver, 
Abh. Bea-lin, 1858, p. 166. 8 que j'ai, 9 Qu'il, 10 broiz, 11 d. dolur, 
seignur manque. 

(2) Peril-hs, un drame attribué à Shakespeare renfenne le même 
épisode j il est tiré d'Appollonius de Tyr (ou dee Gesfa Rom.). 



214 NOTICE suri r.\ mam sr rit français. 

Le poème commence : 

Al loenge le crealur (fol. 55 c). 

Commence cest o\re et sa valur ; 

Sa valur et sa aie 
4 De translater ci ceste vie. 

Que mun travail receive en gré 

Et a seint seit a volenté 

De kcl li bons deiis tant ama 
8 Qu'il dcus feiz le coruna. 

En terre est primes coruné 

Et puis en ciel pur sa bunlé ; 

Par la corune terriene 
12 Conquist il la celestiene. 

Poi preisa la richeise humaine, 

l'ar cco out la plenle suvoraiue (1). 

La plente de la granl duçur 
16 De la présence au creatur 

La quele li angle désirent... 

// se termine : 

Saint Piere l'ad amé forment (/. 85 c), 

Ki est pastur de tute gent ; 
20 Ne saveit lequel plus amer 

Ne lequel deveit plus loer : 

U li qui fu del ciel porter 

Et del entré out le dangier, 
24 Ki des apostles prince esteit 

Et sainte église guverneit ; 

li qui est dru al seignur, 

De ciel e de terre creatur, 
28 Le quel deu sur son piz cucha 

Et de s'amur tut l'enjuera, 

De la duçur que iloc beut {fol. 85 d). 

Si digne science receut 

(1) Vie lat. : Nemo ))oinde miretur, si noster Ecluaidue et Rex 
dicatur et sanctu^, quem ceniimus et in divitiis egenxim et in 
deKciis sobrium, in pui'pura humilein, et sub corona aurea mtindi 
contsimptorem. 



NOTICF. SUR UN MANCSCIUT FRANÇAIS. ^IS 

32 Qu'il sout plus de sa deitée 

Ke hom mortel ke en mund fu née. 

Li reis Edward ki ceo saveit 

Ou graiit (luçiir salveit, 
36 Si granlal durement sa amur 

Al dru a son piu creatur, 

7. La vie de saint Eadmond le confessur (ff. 85 d-100 b). 

Il n'y a qu'une seule \ie en français de saint Edmond, 
arclie\èque de Cantorbéry. L'auteur a peut-être connu la 
vie latine composée par Bertrand de Pontigny et publiée 
par ALirlene dans son Thcsaurus anecdolorum. m. p. 177^- 
1S"J6 ; celle qui se trouve dans Surius (16 nov. vi, p. 407- 
417) est toute différente. L'allusion au règne du roi Henri 
III d'Angleterre (1216-1272) nous permet de fixer la date 
de la composition après 1247 ou plutôt après le règne de 
celui-ci (cf. 12 c-d). 

Le poème commence : 

Ki de un sul felun ad victoire {fol. 85 d) 

Mut pot aver joie et gloire ; 

E ki veint sul deus enemis 
4 Tant désert cil grignur pris ; 

Ki sul veint treis, cist plus désert 

Que los eit en escrist apert. 

Ceo moz vus escrist e sunt (?) 
8 Pur le arceveske saint Edmund, 

De Canterbire le prélat 

Et de Engleterre fu primat. 



// se termine : 

Ke ge trespasse droit ne pas, {fol. 100 b.) 
12 Ore nus ad deus transmis le pas 

K'enpreint est cum en cire tendre 

En marbra kant a cungé prendre. 

De tere munta sus en cens 
16 Veiant et présent morteus, 

Ke deus fist pur remembrance 

De li ke ne fust obliaunce. 



516 Norici: sur in MwrsrniT fhwçais. 

Li reis Henri/ ki erf fiz .lohnn (1) 
20 En tfentime [aiincr ;in 

De son rogne nus |iurcli;ira 

Le sanc ke a seinl Edward dnna ; 

Et pus le pas en l'an suanl 
2-1. Duna u fist le sanc a\anl. 

Omnipolenl ki en ciel tnnc (?) 

Teu Iticiis a Englelerie dune 

Ki règne reis celcslien 
28. l'^n Inz tens en gloire. Amen. 

8. I.A \ii: SEiXTE Al DRÉE. i.ioncyxf: (?) DE Ely 
(IT. 100 c-134 c). 

La A'ie d Etiicldreda.ahbessc rjn cou\ent bénédictin d'Ely 
(morte en GTO) est racontée dans Bède (673-73."">). Hislonu 
Ecclesiaslicn gentis Antjloiuni. I. i\. cli. xix et publiée 
dans les .1 .4 S S. BolL. 23. .lun. i\ . i80 102. Une rédaction 
amplifiée fut rédigée par Thomas du monastère d'Ely 
au XIP siècle (/. c. 493.538), qui y inséra un poème de 
Bède en l'honneur de la sainte (ch. mi) et ajouta des mira- 
cles (/. c. 538-576). ("est cette seconde rédaction que l'au- 
teur du poème français, .Marie, i>eul-être une nonne du 
même couvent. a\ait sous les yeux, car elle mentionne la 
\ie et les miracles {\. 24. 2.5). Mais elle pouvait être 
inspirée aussi bien [uir les \ers et la prose de Bède dont 
le témoignage est in\o(jué par Thomas. 

Le poème commence : 

En bon houre et en bon porpens {fol. 100 c). 

Deveroit chascun user son tens. 

Pur sage deveroit hon tenir 
4 Celui ke porroit sovenir 

Dont il est fait e qui le cria 

Et quel part il revertira. 

Cil qui bien font sunt honuré 
8 Et de dieu e del siècle amé. 

Poy ^■aut a home ses trésors 

Puis ke l'ame se part del cors ; 

(1) Henri III (1216-1272), fils de Jean sans Terre (1189-1216). 



NOTICE SUR r\ MAMStHll 1 i; \\( AI.^. "2 17 

S'il n'el ha por deu départi 
1? l-lt en sa vie de[)ar'li deseivi 

Ke les biens vencjuent les malices. 

Son orguil, ses mauvaises vices. 

Mariz est ki désert en vie 
16 i.a deu grâce et sa compaignie. 

Ce list la virge saint Audrée, 

La royne bonurée 

Ky déguerpi règne et hautesce 
20 Por a\oir uu deu la ricliesce (1). 



// se termine : 

Issy ay ceo livere fine, (fol. 134 c.) 

En romanz die et translaté 

De la vie seinte Audrée, 
2'i Si com en latin Fay Irové. 

Et les miracles ay oy 

Ke voil nul mectre en obli. 

Pur ce dejjri la gloriuse 
28 Seinl Audrée, la précieuse 

Par sa pité ke a moy entende 

Et ce servise a maine rende. 

Et cens [)ur ki ge lay depri 
32 Ke ele lur ait par sa merci, 

Mut par est l'ol ki se oblie : 

Ici escris mon non Marie, 

Pur ce ko soie rernendîrée. 

0. Ea \ ik SEiMi: < )sicu. \ ihgine e martirr (ff. 13i b- 147 h). 

Ou ne ccjiniaîl ipruiie seule copie de la vie en vers fran- 
çais d'Osgitlia ou d'Ositha. Eauteur anonyme a-t-il, con- 
nu la vie latine publiée par Sirius {Vitae S S., 7 oct.) 



(i; Vif, /lit. pur JJtde : yuie muUum diu Regem postidajis, ut 
seciili curas lelinquiei^e, atque in raonasterio tantum vei'o Régi 
Christo sei-vire permitteretux. 



518 NOTICE SUi! l .\ MWl'SCIUT FRANÇAIS. 

et i(-iiiii)riiiiéc dans les .4 A S S. BolL, 7 oct., m, p. 942- 
944, je ne poui-i-ais pas l'affirmer (1). 

Le poème commence : 

Ceo nus niustre seinle escripture (/. 134 c). 

Bon fet ki met en deu sa cure, 

Et aime e creient son creatur 
4 Plus ke ne fet autre seignur ; 

K'il aime e creient e bien le sert 

Ne ci ne ailliurs ja ne pert : 

Ki guerpist terre \nir son non 
8 Ciel li donne de guerdon. 

Ne change cil jias follement 

Ke terre lesse e le ciel prent, 

Ne folement ne change mie 
12 Ke lesse mort et receit vie ; 

Cil change bien, cil change a dreit 

Ki mort lesse et vie receit. 

Kar certes del munde la richesse 
16 N'est fors dolur e granz tristesce ; 

Honur del mond est trespassable 

Et a nus tuz mut poi estable. 

Ki ne volt crere ne saveir 
20 Bien los dire fols est pur \eir (?) 

U cum cens par ke sunt aie 

Nos ancestres et trespassé. 

U sont mes aels et nos pères, 
24 U nos uncles, u nos mères 

Ke lant furent riches et beaus. 

Assez orent dras et chivaus ? 

Tuz i sont alez, sachez en fin, 
28 Si vous atendunt en chemm. 

Quel jur son eire ert aprestez 

Pur ceo vous di si l'entendez. 

Ki aijiif (hni bonz fu néez (2), 

(1) Deux mss. latins du Musée Britannique renferment la vie de 
S. Osich. Lansd. 436. fol. 29 et Tib. £. 1, fol. 75. M. A.-T. Baker 
va publier le poème français datie les Mod. Lang. Rev. (juillet 1911). 

(2) Lacune. 



.\OTI( i; SI U L.\ MAM'SC I!IT 1K\.\(AIS. 211) 

32 Kar tant ciim il den amera 
Et son ser\ise nieintendra, 
Pur veir vous di, si estut doter, 
Quel jiir (le\"ie del siècle aler. 

// se termine : 

Sainte Osich nus seit en aye (fol. 147 b.) 

Tant cum sûmes en ceste vie, 

Ke tant i puissum bien overer 

E de peclîé nos cors garder. 
40 Kc puissum au jur de la fin 

\'ers deu tenir le dreit chemein 

E meindre ou ses chers amys 

Ke unt la joie de parais ; 
44 \'ers nus doint sa maiesté, 

Ive maint vus deus en trinité. Amen. 

10. La vil seinte Fey, virgine et martire (ff. 147 b-156 d.) 

On a composé plusieurs chants latins en l'honneur de 
sainte Foi d"Agen. patronne de Chartres et de Morlas et 
une vie latine qui sont réunis dans les .4 A S S. BolL, 
oct., III, p. 286-329. 

Symon de Walsingham, moine de Bury-Saint-Edmond 
(v. 50), s'excuse de sa connaissance imparfaite « en ro- 
mance » (v. 32) ; mais il veut traduire la vie latine 
(\-. ~)9) pour ceux qui n'ont pas étudié cette langue (v. 45_). 
I/allusion à l'étymologie du nom de la sainte (v. 15, 16), 
rapi)elle Jacques de Varège (pii aborde son sujet de la 
même manière. 

Le poème commence : 

Seignurs, vos qui en deu créez {fol. 147 c.) 

E en la ici estes ferméez 

Oï a\ez, si jeo ne ment, 
4 E savez trop cerlcynement 

Ke Iioiiie en ceste siècle vivant, 

Veuz e jovencez, petit ne grant 

i\e serra sauf sanz ferme fei : 
8 Ceo est veirs e bien le crei. 



'•20 NUTICE S^Llî l .\ MWISCHlT FHA.\(, AlS. 

La bone l'ei nus sauvera 

E la joie de cel iiierra ; 

Pur cco cel nus vient a pleisir, 

12 Devez plus volunliers oïr, 
De seinte Fey chanter e lire 
E les vertuz bien descrire, 
Kar cum vus plus de Fei orrez 

16 En fei plus ferme en serrez. 
Pur ceo entendez ore a mey, 
Si vus diray de seinte Fey, 
De une seintime pucele, 

2U Bole de vis, do ici ['lus Ih'Ic, 
La seinte vie e la passiun 
E la seinte conversaciun, 
("um son seint nun e seinte vie 

24 \e se descordereient mie, 
Mes se acorderunt plus bel 
Ke ne fet la uemme en anel. 



L'auteur s'excuse : 

Mes vus ki cest escrist orrez (fol. 117 c.) 
28 Pur deu vus pri, ne me blâmez (fol. l'iT d.) 

Si jeo en cest romanz mesprenge ; 

Bien sai grant liardement enprenge, 

Jeo ke ne say guer de lettre 
32 E poverement en romance 

E ki sui frêles et pécheur 

\] ki mespreng nuit e jur 

i']n dit e en fet e en penser, 
30 Kant os de seinte Fey traiter 

1'^ en nu le manere enprendre : 

De ceo me devez bien reprendre. 

// ftc nomme : 

E jeo par amur en compaignie (Jol. 148 a.) 
40 Ay comencé cest escrit. 
Deu doinl ke lurne a profit 
A tuz iceus ky l'averunt 



NOTICF-: SUK UN M.WrSCrtlT FRANÇAIS. '^'^ I 

E ki eilicmire on voudriinl. 
44 A cesf lomanz deivent entendre 

Ke latin ne sievent aprendre. 

Ore, seignurs, dcu pur vus pri, 

\e mei niptle/. en id)li, 
48 Kant vus (Icju'ic/, seinte Fey, 

Pur deu siucigniez vus de mey. 

Symon de W'alsingham ai nun, 

Serf Marie a seinte ad nuni. {fol. 148 6.) 
52 Pur deu (pianl \us mun nun lisez. 

En vos bien fez me recevez ; 

Priez a deu, mère Marie 

E seinte Fey la dcu amie 
56 Ke dcu pur seinte prière 

\us donne le règne de son père. 

Mes ore vus dirrai brevement, 

Sulum ke latin mei aprent, 
00 La passiun de seinte Fey 

E cornent Jliesu la prist a sey 

Le poème se termine : 

A tuz cens ke sunl encumbrfV, (fol. 15G d.) 

De maladies, de pechéz 
64 Pur ki se voleient repentir 

E requere cel martir 

Tantost se sentunt alegéz 

E de tuz mauz desencumbréz. 
68 E dampne deu par sa ducur 

Nus doint pur la sue amur 

Amendement de nos pechéz 

Dunt ore sûmes encumbréz ; 
72 De noz pechéz deu nus amende 

E de tuz maus nus défende 

E a sa joie doint partir 

Pur amur son cher martir 
76 De ky nus parlé avum : 

Amen, amen, trestuz dium. 

15 



'•2'"2V^ XOIICE STJR INMANUSCRII Fli WrAIS. 

11. l.i: noM.w/ m: i a me seinte Modwenne noneyne 
(tï. mO (1-221 fl.) 

I)eii\ iiiaïuiscfits nous ont conservé en \ers français la 
vie (l(^ sainte Modwciuir on Monynne. abl^esse du monas- 
tère à (Oiiavs (moilr en i(l(i), et patronne de Burlon-upon- 
Trente : le nis. (fOxford, Bodléienne, L)igby 34, dont nn 
inort-.eau a été pnhlié par M. M. Snchier. Ueber die Mat- 
llmeiis Paiis zugeschriehene, « Vie de aeinl Auhnii » 
(Halle, 1870). p. .Vi-58 el le ins. de Welbeck. La vie latine 
dans les A A S S. Boll. G .Inl. ii, p. 297-312 fut composée 
par ('oncliul)ranns. tne jiriére latine se trouve à la fin 
du poème français de ranteni" anonyme, ainsi qu'à la fin 
de la vie latine, mais les paroles ne sont pas les mô- 
mes (1). 

Le poème commence . 

Ucz, scii^nuis. i)nr den \ns pi'i. {fol. 15U d.) 

(Moment le munde ke ert péri 

A la glorie dunt il chay 
4 Par .Ihesu Crisl puis reverti. 

Car kant Adam par son peehé 

De parais esteit jeté, 

Deu en out mut grant pité 
8 De ceo ke il ert si dampné. 

La lie de la ^idinte : 

Aioduenne esteit nomée (foL 157 b.) 

De ces parens, quant esteit née ; 

De gueles genz fu engendrée, 
12 lîien \us dirai, si vus agrée. 

Vax iccl lens en ci lionur 

Un reis esteit de grant valur 

Ky en Yrlande out grant honur. 
lu Kar de ( innin-ck (îsii'il seiginw. (2) (fol. 1.57 c.) 

(1) .M .\.-i. l!;ii<er a rintontion fie piihlici' le )io('iiie i'iaii(,'ais par 
les soins (in Slii//(/ail Lilrr<iri<<li(r Vcrciii. 

(2) Vit lui. : De supradicto itaqiie conalleoruni populo santta 
]\Iov©nna pativm habiiit nomin© Mau.gtheum regentem Oveahhulue 
et totam teriam iia circuita Hardmaoha... 



NOTICE Srit I .\ MAM SCliir li;\\( \l-. vvô 

Le poème se termine : 

Pur ceo \<>i\ ci IciMiiincr (fol. 221 d.) 

Icest liveiel e reposer ; 

Mes cil la fin mis voil prier 
20 Pur celii i\i od a jusier. 

Puis a Irosluz ke nus cleigniez 

Deu requcre pur mes itechéz, 

Ke pui' les seens granz bunléz 
24 Paruiil li nnuide esl lut saVéz. 

Pardon nie face de ma l'olic, 

E jeo requier le Hz Marie 

Ke vos cors gard de vilainie 
28 E juz en decurs de ceste vie. 

Puis a la lin vus seit garant 

Li rei del ciel, li tut puissant 

Del fel diable suidivant, 
32 La pater nostre dium atant. Ament. 

12. La vie seint Richard, evesoues de Cycestre 
(iî. 222 a-244 c.~) 

Saint I\ichard se fit enterrer devant l'autel de saint Ed- 
mond (|u'il a érigé à l'église de Chichester (1). Izabelle, 
comlessc d'Arundel qui, suivant Mathieu de Paris, a fondé 
une maison religieuse près de Len, en 1251 (2), a fait 
composer par Francescus Radul|)lius Bocking (?), frère 
prêcheur une vie latine de saint lîichard. Elle fut publiée 
dans les A A S S. Boll. 3 Apr.. i. p. 282-318, en deux li- 
\rcb dont le ftremier raconte la vie, le deuxième les mira- 
cles. Nous devons probablement à la même comtesse 
le poème français en l'honneur de saint Edmond (ci-des 
sus n° 7). dont Tauleur remarcpie : « translaté de latin en 

(1) .1/1. .S'-S'. Boll. 3 Apr., I, p. 282. Et qui corpus suum apud 
Cioestreneem eccleeiam sepeliendum delegiivit, ad Cioeetriam defer- 
tur: et in ipsa ccclesia, coram alta.ri B. Edmundi, quod ipsomet 
ad Aquilonai^em eoclesiae iiartcm dedicaverat, in liiimili Joco sepul- 
tum est: ubi magna et niiranda ad Dei laudem fiunt miracida. 

(2) L. c, p. 278: Fundavit un;im domum de Saiictimonialibus, 
non procul a Len, sumptibus propriis videlicet de libère maritagio 
suc, qua dicitur Marrani. 



004 



NOTRi: sru r.\ .\(\.\i s' lui iii\\< \i- 



roinanz par la i<^i|ii('sl(^ la ciiiilosso de Ariindol » (fol. 85 d). 
Un chanoine de riiicliesler a enxoyé la vie de saint Ri- 
chard à Pierre de Peckham (\ . 51), qu'il a chargé de la 
tiaduire en français (v. 28-32). Pierre est connu connme 
auleiii- de la lAiinictc as lais, dont M. I\ Meyer a publié 
des extraits d"n ])rès les mss. de Cambridge (Romania, 
\ 111. p. 325, et x\ . |i. 287). Le même poème se trouve dans 
tiii ms. de la Hild. lloy. de P)els.;ic|ue, à Bruxelles (n° ii, 
282. fol. .59-155). l.e nom de l'auteur est écrit dans un ms. 
de Cambridge (In. I.ibr. d. I. I.) : Pères de Pecchame, 
dans le iiis. dt^ Hriixelles (fol. 02 v. 2* col., v. 9, et fol. 155, 
\. 2) : Pieis, dans le niannsr.fil de W'eilbcck : Pieres de 
Fcdiaiii. l/auliCiir coiidainiie dans les ])remiers vers In 
poésie mondaine comme beaucoup d'autres {Hist. litt., 
XXXIII, 1906, p. 331) qui ont composé des légendes, mais 
û ne semble pas avoir écrit des poésies légères dont il 
(Ie\ail l'aire nn.endi^ honorable (1). 

Le pnènir commence : 

Bon est de mettre en escrit ([ol. 222 a.) 

Venu cunte de fet et dit 

Ke de oir dune en quer délit, 
4 Si ai)n's en vient le profit 

De humilité e de devociun 

Par iint averum savaciun ; 

Mes relraire cunte de folie, 
8 De fol amant e foie amie 

Pur les jufnes enticer 

K les jefnes folemenl amer, 

1'^ cunfer ausi de chevalerie 
12 Ouc iinkcs n'avint en ceste vie, 

1'^ mes ke d'aukun seit veir le dit, 

Del oir ]>oi en vendra profit. 

Si l'em cunte roman/ d'amur 
16 K'eii \ienl del oir a chief de lur, 

\e sai l'nr incsire le penser 

Mil rolii' rMleniciil amer ; 

(1) M. A.-I. Baker vient de publier le poème français dans la 
E. L. II. (juillet-octobre 1910). 



NOTICE ?ll! IN M\M S( r.n IKWÇAIS. 225 

E quel profit en vient rie cunter 
20 De la pruosce un chevaler ? 
For sulement le délit del oïr 
Kc suvcnt les autres fet esbaudir. 



L'auteur unmuie sa source : 

Sa vie e ses niiraclrs (roni'ance (fol. 222 c.) 

24 En laliii siint mis en renicnhrancc ; 
Mes pui' coo de plusurs est désiré 
Que fust on franceis translaté ; 
Ke lais entendable pot eslre, 

28 M'en pria un chanoine de Cycestre 

Par un niestre ke un livre me portait 
Ko do sa vie e ses miracles esteit 
Ke de translater le lu'enlremeisse 

32 E ke jeo le latin en rraiiocis i'cisse. 
E jeo i)ar l'aie seint Richard 
Me entrcmoctrai de la deu part 
E de latin le translateray 

3ô En franceis au mcuz kc jeo say, 
Orc i met entendement 
Oue bien amer deu ad talent. 



Le poème se termine : 

Prium dune la duce Mario (JoL 244 b.) 

40 La mère flou e deu amie (fol. 2'i'i e.) 
E seint Hichard le confessur 
Ke pur luis prient nostre seignur, 
Ke nus doint i^race de l)ien t'ere, 

44 K'en lu/, nos fe/ le puissum plere, 
En tele manere le di san/ fable 
K'en ne l'asuns iiid lot danipnable ; 
Mes tuz jurs le servum issi 

48 Ke venir pussum a sa merci. 
E mei en voz prières recuilliez, 
Pur deu requer. ne me ubliez : 
Pieres de Fechani a nun ay 

52 Ke cest roman/ lut translatay. 



•^^B NOTICE SUR LN MANUSCHIT FRANÇAIS. 

Deu me rloinU si li plest. sa grâce 
E a \us Irestiiz issi le face 
Ke li piiissuns issi servir 
56 K'a sa grant joie pussum venir. Amen. 

13. La vie sainte Katerine (ff. 246 a-264 b.) 

Onze ]ioèmes français fiii'eiit composés en l'honneur de 
saillie Catherine (rAloxandric {llisl. lill., xxxiii. pp. 342- 
344). La vie, dont railleur sappelle Clémence de Bere- 
kinge (vv. 2678 : Barking en Esscx), remonte k un poème 
perdu. I)on\ mss. dr Paris cl notre ms. ont conservé le 
|pi)èni(\ \I. .I.ifiiik. htr verse shirofranhonsla'' legendii o 
sr. Kdlcriiu' Ale.randiinshé. l'iitijne. ISit'i. a jndtlié le texte 
d"a[)rès les deux mss. de Paris (cf. Hutnaiiia, t. xxiii. p. 
487), c[ue je désignerai ]»ar les lettres a et b. Notre ms. 
se lapproclie plus île b (vv. 32, 33, 48, 50, 54, 60), mais 
on trou\era les Aariantes de tous les deux textes publiés 
sous nos extraits. Il est à reiuar(|uer que la fin, oi^i l'auteur 
se nomme, uianipie dans notre ms. (éd. Jarnik, vv. 2677- 
2688). 

La légende de la sainte fut aussi bien goûtée en latin 
(cf. liomniùa, xxxix, p. 54-60) (ju'en français. M. Jarnik 
a ('tudié eu tchècjue le rapport du [loème français à la 
\ ie latine (|u"il public eu regard do l'édition d'après la 
\ulgate (cf. Knusl, Geschiclile der Lenenden der heiligen 
Kalhnrina von Alexandrien, etc.. Halle, 1890 et Romania, 
XIX, 372). Mais la (piestion des sources de la légende est 
loin d"èti(> n'solue. comme Ta [trouvé 1\L L. Katona dans 
son élude (publié-e dans les Méinoircs de IWcadémie hon- 
(jroise, wui, 1903. ii" 5). L'auteur y ajoute deux textes à 
la Bibl. llagiogr. L<d.. d'après ([ualre mss. des Bibliothè- 
ques des l ni\eisit<''s de Budapest (codd. 79 et 56) et de 
r'racovie (codd. 2ii3!) 15 15. xx\ii. et 2366 A A, xiii, 21). il 
indi(|ue la source inconnue île ipielques miracles. Le 
sujet fut aussi ti-aité en anglais dans deux légendes que 
liorstmuiii {Sdintidiiini (dlenglisclwr Lciicnden, Heil- 
bronn. ii. I8SI. p. 165 et 242) a publiées d'ajtrès les mss. 
Brit. Mus. llarl. 4190 cl Auchinl. Une vie en hongrois de 
4073 vers se trouve dans le ms d'Ersekujvàr, publiée dans 



NOTICE SUR UN MAM SCRIT FRANÇAIS. ?57 

les Mojuunents linguistiques (x, p. 150-274). MM. Szilàdy 
(Annuaire de F Académie Jiong. xvi, n" 1) et Katona {l. c.) 
ont étudié la source du poème et le dernier a contribué à 
la recliorclH' dr rorigine do la légende. 

Le poèiue commence : 

('il (|ii(' le bien sel el (Milenl, (fol. 2'i0 ^0 

Deniuslrer le deit sagement, 

Ke par le fruit de sa bunté . 
•i Seient li autre amonesté 

De bien l'aire, de bien voilier 

Solunc iceo que unt le poer. 

Kar cil kl" sut csl Ikhi di' sci 
8 A nus donat example e lei ; 

Sa bunté ne nus vont celer 

Mes comunement demustrer. 

De son bien est ke suffit a chascun ; 
12 Kar il est sul a lu/, connuun, 

De sa grant largesse nus. [)aisl 

Et lut noslre bien de son naist : 

Bonuréz est qui se alie 
16 Et a cel grant bien son ({uer plie, 

Ke mueisun de tens ne mue, 

Ne lei ne reprent ne argue. 

Unkes a nul ne vont faillir 
20 Ke de lui amer eit désir. 

Mut ad en lui riche conqucst, 

Ki tuz jurs fu et ert et est. 

Ore le prnun [lar sa ducur 
24 K"il nus doinst faire tel labur 

Et ensuire ici issi sa trace 

Ke la le puissum ver face a face 

U il règne en sa maiesté, 
28 Uns deus en sa trinité. 

Pur sa pilé me deit aider 

5 'f. h. f. a de. 6 a S. ço qu'en, /> chou qu'il. 11 a b. s. a cIt., h b. 
est soffis c. 14 h d. lui. 15 a, b s'i. 20 u 1. oiist nul b 1. eûst nul. 25 
(I E issi sivie ci s. t.. h Esi sivir ichi set. 26 a 1. vcuui f., b. 1. 
voions f. 28 u. b sainte, 29 b Par, ni. puist. 



228 NOTICE srn r\ manuschit français. 

A cesl ovre ko voil traiter. 

De une sue veraïe amie, (fol. 246 b.) 
32 Dunt translater voil sa vie, 

De latin espundre en romanz 

Pur ceo ke plus plaise as oianz. 

Ele fu jadis translaté(e) 
36 Solnnc le tens ordené(e), 

Mais ne furent, dune si veisdus 

Les homes ne si envius. 

Cum il sunl al tens de ore 
40 Et ai)res lui serrunt uncore. 

Pur ceo ke le tens est mué 

Et des homes la qualité 

Et la rimo vile tenue, 
44 Kar ele est aukes corumpue : 

Pur ceo l'eslul amender 

Et le tens solunc la gent user. 

Ne l'amend pas pur mun orgoil, 
48 Kar preisé estre n'en voil ; 

Il sul en deit longe aveir 

De ki vent mun povere saveir. 

// se termine : 

Certes meint home l'ainercit (fol. 264 b.) 
52 A ki il ja bien ne ireit ; 

Mes deus n'crl ja de nul amé [fol. 264 c.) 

Kc il ne sente de sa bunté ; 

Ki seiitu n'ad de sa Itunlé. 
56 Mut par pot estre dolenz et abosmé. 

Nul ne l'aime si cum il deust. 

Ne solunc ceo ke dreit eust, 

Ja ne li ert guerduné 

32 a De qui v. t. 33 a 1. respiindre. 36 a. h t. bien o. 39 o, h t. 
qui est o. 40 a a. nus. s. , i a nos pleur encore. 43 a En est 1., h 
S'est en 1. 45 a, h c. si. 48 a Repreisie e. i nun v., h Car point, p. 50 
a D. qui sai m. 51 a. h. vv. 2661-2676 h 0. tant mains on l'a. 52 h 
A cui nul b. ja n 54 <i Ke sentue n"ait s. b. 1) Qu'il n'ait sentie 
s. b. 55. 56 a, h nunujiniit. 58 a que il a/d d. b que il a droit. 60 a 
a demustrée. 



NOTICE SUR UN MANUSCRIT FRANÇAIS. 229 

60 L'amiir ke il nus ad mustré. 

Aies cesto dame bien l'ama 

Et s'amur lui guerduna 

Solunc ceo qu'ele out poeir, 
64 Ne remist pas en son voleir. 

Ore la preium par sa bunlé 

Ke ele nus purclia/. la volenté 

De deu amer et lui servir 
08 Et puis en bon fin finir. Amen. 

Louis Karl. 

(Budapeet, le 20 novembre 1910). 



63 a, h c. qu'en o. le. 67 h a., de Dieu. 68 a, h E en bone fin 
acumplir. N. B. a, b vv. 2677-2688 manquent. 



GRAMMAIRE GÉNÉRALE POPULAIRE 

DES DIALECTES OCCITANIEN8 



Essai de Syntaxe 



INTRODUCTION 

En présentant à rM|)])réi-ialinn du pnblic l€s pages qui 
suivent, rauleur se sent ])ressc de solliciter la bienveil 
lance du monde sa\anl à i'éyiard dnn Iraxail i «triant sur 
un terrain nouveau on. du moins, à peine parcouru par 
les graimnairiens (jni oui Iraité des dilTcrenls dialect'es 
de la langue d'oc moderne. Son jnil, en coordonnant les 
données éparses et en les r-enforçanl de ses lectures et de 
ses ])roprcs éludes, est de venir en aide aux écrivains 
qui sentent obscinément i-e besoin de se soustraire à 
rinfineiice du gallicisme, et anx(|uels a, jusqu'ici, fait 
défaut un guide autorisé. 

Ce simple essai n'a pa^- la |)r(-tention de cond)ler abso 
lunieid une telle lacune ; mais nous cs[)érons que Tindul 
gencc du lecteur lui sera ac(iuise, en fa\cur du zèle dont 
il témoigne ])<jur le fi-libi'igc : d ('"('sl dans Tespoir qu'il 
]>uissc donner un joui- un plus am|tle dévelo|q)emcnt à 
cet ouvrage que l'auteur serai! reconnaissant que l'on 
voidût bien lui (;n signaler les lacunes et les erreurs 
inévitables (1). 

(1) On ne traiteaa ici, afin de ne pae étendre inutilement cee pa- 
ges, que des particularitée qui distinguent la langue d'Oc du fran- 
çais, et qui n'ont pas leur pla.ce maniuée dans la [>artie lexicologique 
de cet ouvrage. Quelques renvoie se infèrent au dictionnaire français- 
occitanien du monte auteur (2 vol. in-B", à la librairie 0. Domège. à 
Périgueux : 24 francs), où l'on tixjuvora l'exposé du système ortho- 
graphique suivi dans le pi-é&ent opuscule. 



GRAMMAIRE DES DIALECTES OCCITAMENS. "231 

CHAPITBE PREMIER 
f/ARTICLK 

Article simple 

1. — ■ L'article, cmi)loyé (lc\anl le présent de l'infinitif ou 
(levant un mol invariable, en fait de véritables substantifs : 
lou heure, la boisson ; lou boufa del vent, le souffle du 
\ eut ; lou Irup j)asso mesuro, l'excès est nuisible ; Vardi- 
teia s'en ei anal de nouale (g.), la fortune nous a lâchés. 

Devaiil un nom jiropre, l'arlich^ indique qu'il s'agit d'une 
|HMsonnr connue : la Marioun, la petite ou la vieille 
Marie ; lou Pot (}ue fis, Paul rit. Ou dil de même : la 
feino, ma l'emme. 

On le place, en gascon, dcvanl le nom du mois, dans 
les dates : lou 2-i dou mai de fan 19U0. le ~i m-ii 11)00. 

Il remidace pai'fois \e pronom démonstratif et, dans ce 
cas, [)eut être sui\i d'un second article an génitif : lou que 
loli, celui que je veux ; lou del Pierre, celui de Pierre. 

11 se fait aussi accomijagner du participe : adusès de 
hniins frais ; voulen fjas lous inacals, apportez de bons 
l'rnils ; nous ne vonlons pas ceux qui sont cotis. 

2. — Le, se rapportant aux objets et traduit par sa, se ou 
iiLi'j, c(inq>oil(> une n]rc diiisislance : es dacô bel, c'est 
du beau ; so pauc (ju'avié, le peu qu'il avait ; per garda 
se sa/, pour garder ce qui lui appartient ; preni acô 
inelhdur, jr prends le meilleur. 

3. — Lorsque, en français, l'article accompagne un subs- 
lantir ou un adjectif qui se rapporte au sujet du verbe, 
lel arlicle se [raduil en occitanicn ]jar l'adjectif possessif : 
/(' jicrdras la testo, tu y perdras la tète ; an mal à soun 
del, ils (Mit mal au doigl ; fui sa bèlo. elle fait la belle : 
fa de soun aniislous, faire l'aimable. 

Dans les locutions adverbiales, le se traduit par de : 
de malin fai frese, le matin il fait froid ; d'iver se li vai, 
riii\ er (111 y va. 

Loixfuc le nom indujnc mie provenance, un i>oint de 
dé[)art, rarlicle se traduit en niçard par da lou, da la, 



53^? GHAMMAIRE Dl'S DIALCCTES OCCITAMENS. 

au pluriol : dai. Tourna dai camp, revenir des champs. 
Dans le même cas, l'auvergnat fait usage de la tournure 
de t'es, dès, de vèl, dèl : cis de vel Inus suis, chants des 
montagnes ; loi ne de rel lou pral ou dcl pral, je reviens 
du pré. 

Artirjr part if ■if 

4. — L'article partitif ne s'exprime (]uc dans les dialectes 
limousins-dauphinois : ses tous nia de las beslias, vous 
n'êtes tous tpie des sots ; ai nùnial de las prunas, j'ai 
mangé des prunes. 

Mais il est de meilleure langue de ne pas exprimer 
l'article de\;uit los noms pris dans un sens partitif ou 
indéterminé : înet de nègre su/ blanc, elle met du noir 
sur le hlaaic ; as de fiauri {i\\\\.), lu as de la fièvre ; 
es vengul d'oines, il est \enu dos hommes. 

On sujjprinic même la })réposition de : voulès de pan ? 
ou voulès pan ? voulez-vous du pain ?; as amassât vineto, 
tu as cueilli de l'oseille. 

Si des est le pluriel de un, on le rend par un, mis au 
pluriel occitanien : ni ai croumpal unes cisèus, j'ai acheté 
des ciseaux ; dab us belels (g.), avec des hôloments. 

5. — On peut, pour insister, placer l'adjectif après le 
nom et répéter la préposition devant chacun : de papiè 
del grand, du grand papier ; uno cebo das blancos, un 
oignon blanc ; un vagnun des auls, un vagon haut ; de 
sau de la bouno, de bon sel. 

On peut aussi supprimer entièrement et l'article et la 
préposition ; cette tournure est j^référée par les dialectes 
occidentaux : douiuis-ine [de] jkiii. donnez-moi du pain ; 
saique croumparias pounios ?, achèteriez-vous des pom- 
mes ? ; ai visl palouinbos, j'ai \u des palombes ; quei 
ardils (g.), j'ai quelques sous ; gran pape i grano escriu- 
iuro (g.), du grand papier et une grande écriture ; mounde 
coume jau, des gens comme il faut. 

Article sous -entendu 

6. — L'article se supprime : 

à) Dans le comparatif placé après le nom : la dourgo 
mai lauiiero, la cruche la plus légère ; 



GRAMMAlia. l)i:> DIALECTES OCCITAMEXS. "233 

h) Kii itrovençiil. dans la plupart di's uonib de cour^ 
deau : sus Hose, sur \c lihône ; de long de Lar, au bord 
du Lar ; Tarn creis, \v Tarn monte ; dans : vivo Prou- 
venso ! \ ive la Provence ! etc. ; 

(■) Dans nujuhre d'expressions consacrées, ou jtour (u 
rapidité de i'élocution : après festo, après la fête ; avans 
ouro, avant Theure ; à noeit passado, la nuit dernière ; 
en casfel, au château ; creh pas brut, il ne craint pas le 
liruil ; parla de nas, parler du nez ; iouga à boulo, jouer 
Pi la boule ; bah i camiso, tremper sa chemise ; manca 
classo, manquer la classe; à soun e nnslre dam, à son pré- 
judice et au nôtre ; u cop ou aut (I).), une fois ou l'autre ; 
que vol, coucoumelo ?, que veut-elle, la sotte ?; la caritat, 
pramou de Diu! (g.), la charité, pour l'amour de Dieu !, 
us lous autris (auv.), les uns les autres ; iouts set ans (b.), 
tous les sept ans. 

Article indéfini 

7. — L'article indéfini un, uno, s'emploie au pluriel de- 
\ant les noms qui n'ont pas de singulier et dans certaines 
expressions : unos braios, un pantalon ; d'unes cops, 
quelquefois ; us arrius a, qui mm riulon mes (g.), il y a 
des ruisseaux qui ne coulent plus ; ni ai crounipat unes 
cisèus, j'ai acheté des ciseaux. 

On le trouve encore employé avec le mot parelh, paire, 
s'acroi'dant, par syllepsc. a\oc le comph'nieiit de ce mot : 
uni bon jxirèu de snulié (pr.), une bonne paire de sou- 
liers. 

Il se met, comme on français, devant le pronom chacun : 
un cddun hiu sap. clinciin le sait ; el aussi dexaut calcun. 
en style juriflique : cand un calcun a recebul un dau- 
/ua/c, lorsque quelqu'un a éprou\é un dommage. 

Un est suivi de la préposition de et d'un nom singulier, 
lorsqu'on est censé parler d'une chose connue, qui est 
répétée ensuite, comme par pléonasme : nen houjo un, 
de levantas .'. le Aont d'est s'en donne !; coure es que n'en 
passo un de tram .'. quand est-ce qu'il passe un tramway ? 
Dans oe cas, il y a un léger tenqjs d'arrêt entre un et de. 

On supprime parfois le substantif après l'article indé- 



V.i I (■.KAMMAllii: DES DIALECTES OCClTAMEiNS. 

fini, lorsque le sens ne laisse aucun doule : /;'/ a un que 
disic. lin lioiinne disait; n'ai lisl uiio que..., jai \ii iiin' 
iciiuiii' (|iii...; n'en Jd luUn uito, rnnuM- une ]iipe. 

En revanelic, un se suiis cnlciid dans certaines expies 
sions consacrées, telles (jue : 

ixtuc plus, jxtuv nicnx, un [>rii plus, nu peu moins ; 

passa buuno nuech, i)asser une bonne nuit ; 

rat l'aire auva'ic, il va l'aire un orage ; 

/m7 iliit (pii ahc plnhul (^.), un jour ([imI a\.iil plu ; 

dcspuch ans t ans, depuis des années el des années. 

Il se rend encore par l'arlicle défini ou par la préposi 
lion de dans les expressions : 

faguèl lou lenis dcl di(d^lc, il fil un temps du diable ; 

acô's derbo <juc li dison..., c'est une herbe que l'on 
appelle..., el autres analogues. 



CJJAJ'ITJ.'J'J II 

Le Substantif 

Du genre 

8. — Un grand nombre de noms communs se présentent 
indifféremment masculins ou féminins. Ainsi, étant données 
les idées de la,che, d'objet pour fumer, pour ramer, 
d'organe ])oui- renifler, (l( prolcclioii poiii' la tête, etc., 
nous lI■ou\■on^ les mois : phiji ou jdajxj, lâche; pip ou 
pipo, l'ipe ; tcni ou i-etno. rame : nasic ou nasieu, narine ; 
(■(dol (jii (■al(,lu, béguin, doul la finale indique le genre. 

A celle calégorie apparlienneni : esplic[()]. explication ; 
^i7/ic/[o], billet ; suc[o], sommet de la lèle ; anounci[o], 
annonce ; eslac[o], attache ; galup[o], bateau ; ct7/i[û], 
cil ; cracinet[o], crécelle ; blet[o], bette ; col[o], colline ; 
rccerc[o], recherche ; laIli[o], coupure; ; cnuberl[o]. cou- 
verture ; cro.s[o], creux, etc. 

On remarquera (jiie les formes féniinines sont réguliè 
renient tirées du masculin. On a donc : liuse, liuso, éclair ; 
culh('\ ( ullino, cuiller ; alaladou, alaladouiro, atteloire ; 
lus, lossu, auge ; canladis, canladisso, concert ; courrecJi, 



GRAM.MAIIU. ni:s DIALECTES OCCITAMENS. 235 

couvre'io, courroie ; descal, descado, corbeillée ; gouver, 

(Ininernn, coiidiiilo ; cdsiic, casligo, punition^, etc. 

Il m- l'aiil |Kis conrondre ci^s noms a\ec les épicèiios 
tels ((iir : ((//*. ;ilpi' ; cigiirro, cigare ; brando, cloison ; 
roumlal, coiiiU' ; ^arli, cordage ; alen, haleine ; ounour, 
honneur ; /('((/<■, huche, etc.. doiil la lerminaison ne change 
pas. Mais, dans les uns comme dans les autres, l'idée 
occitanienne est la même : indilïérence par rapport au 
genre. 

Il est des noms qui n'ont pas le même genre dans 
tons les dialectes, tels ; lubuui , lahoiir ; cap-dulh, chef- 
lieu, en béarnais ; aiiticui, aiMuoire, en auvergnat ; canau, 
canal, dans les Landes, que ces dialectes font féminins, 
tandis que la langue leur attribue généralement le genre 
masculin (\ . au dictionnaire). 

Les jours de la semaine sont du féminin en Béarn : la 
ditiaus, le jeudi ; la dites, le vendredi ; la dimenie, le 
dimanche. Le mot die, dio. jour, est lui môme des deux 
genres. 

9. — Amour est masculin au singulier et féminin au 
pluriel : 

M'em/pachon de hede, 
Mas aiïious oun soun; 

elles m'empêchent de voir où sont mes amours (Despoi'u- 
luxs). Le singidier est aussi féminin dans les expressions 
familières : in'amour, mon amour ; per l'amou (g.), pour 
ton amour. Pour l'amour de s'est contracté en : per 
a//io[t/]/- de, per aino de (g.), penuo de (g.), d'où prauio, 
parce que. 

10. — Mercé[s], merci, est féminin, excepté accompagné 
de l'adjectif grand. Ex. : la mercé Diu, Dieu merci : 
un gran mercés (g.), gra[n]mecis (1. pr.), gramaci, merci 
bien : 

lou gramaci dèu eslre à..., il faut dire merci h... 

11. — Jent, gens, est un collectif féminin : la bravo 
jent, les braves gens ; la viellio ienl, les vieilles gens ; à la 
[enl bous que hefs pou (g.), vous faites peur aux gens. 

Il reste féminin dans le sens de une personne, excepté 



■^Sf» (.UWIMAIIii; l)i:s DlAI.IXIliS occitamens. 

on gascon : es uno lent coume se dèu. c'est un personne 
bien élevée. 

11 seiuploie aussi au plmii'l el \eut au masculin les 
qualificatii's tjui le sui\enl : H [enl liei (pr.), les gens 
vieux ; aqucloa icim souii pas uious, ces gens ne sont pas 
heureux. 

11 prend raugnientalir : la /c/i/a.s.so i enegairo, la genl 
renégate. 

Du 710111 bre 

12. — Certains substantifs s'cnii)lnient au pluriel avec 
le sens du singulier : lous Avciils, TAvent ; unes capelels, 
un chapelet ; las ch<ilibos (g.), la sali\e ; 

les noms de mets s[)éciaux : las abihados, las ahumos, 
/as ciuchados, en Gascogne ; 

des noms abstraits faisant partie d'une locution, tels 
que : ha las pats (g.), se réconcilier ; rendre las tournos, 
rendre la pareiille. 

13. — Noms composés. — Dans les noms composés, 
d'un usage si fréquent en occitanien, il faut considérer le 
sens des composants ; les substantifs cl les adjectifs y 
sont seuls susceptibles de varier. Ainsi Ton dit : un fringo- 
damos, un galantin ; un manio-sants, un bigot ; un ou de 
liro-lanso, un ou des bilboquets ; un reire-auiol, un 
bisaïeul, de reire-auiols ; un nmc-hup, un lycanlhrope, 
d'' ornes-loups ; un vei-la-nucch, un nyclalope, de vei-la- 
nuech ; un Ircnco-dit (g.), im cerf-volant, de trenco-dits ; 
un cubre-cap, une cornette, de cubre-caps. 

En botanique, les noms composés ne varient pas, l'es 
pèce servant à désigner l'individu : acô's de lengo-de-cat, 
c'est de la centaurée ou ce sont des centaurées ; de leslo- 
rousso, des joncs inondés ; de bèlo-denl, des gesses. La 
raison en est que les composants ont perdu leur sens 
primitif et que l'esprit fait le même travail que pour 
dire : du blé, de l'avoine, etc. 

Lorsque, d'après leurs composants, les deux parties 
d'un nom sont susceptibles de prendre la marque du plu- 
riel, la prononciation ne fait entendre Ts (ju'au second 
substantif : de ramounel[s]-laidires, des gagne-netit ; 



GRAM.MAIlîi: ni.S niALF.CTKS OCniAMIXS. "^Sl 

a^i/c.s Jaii[s]-dafi-f'igus, ces bélîli'os ; de cal[fi]-li(jres, des 
cliats-ligres : de porc[s]-espins', des porcs-épics ; lous 
arcs-bulanls, les arcs-boutanls (prononce (irbiilans). 

Il semble donc phis conforme à la logicpie de n'écrire 
\'s ([u'au second mot : hius (ligo-pendents, les pentes des 
collines ; las piyo-indilos, b^s pies giièclies ; lous col- 
lorles, les torticolis ; cap-gri mains, des têtards. 

i\ous a\ons vu précédejuniont qu'il ne faut poini abuset 
du trait d'union pour éci'ire les mots com[iosés, lorsque 
il,' sens de cliaqui> [»artie deiniMire iiitacl : un rai pcnat. 
une chauve-souris ; au féminin : uno ralo penado ; blat 
luic, maïs ; /a.s/n de serp, jouliarbi- ; faiôu hanel, haricot 
\(M'I, cAc. Au pluriel on aura donc : ralos penados, biais 
hues, rasins de serp, faious banels. 

14. — Noms propres. — Les noms propres prennent 
l's du pluriel : las dos Àinerieos, les deux Amériques ; 
lous Bernais, les Bernard. 

Les noms de personnes varient d'ailleurs au féminin : 
Goundran, Contran, Goundrano ; Ravous, Raoul, Ra- 
vousso, pour désigner la femme des susdits. 

Le nom compriment 

15. — Deux substantifs unis en français par la préposi- 
tion à, pour désigner un objet unique, suppriment volon 
tiers cette préposition : papié-cigarelo, papier à cigarette ; 
balèu-vapour, bateau à vapeur. 

Lorscjuc le sens du nom est complété par un substantif 
mis en apposition, on peut, en gascon, les joindre sans 
iidermédiaire d'article ou de (pialilicatif : Ion Poulilo hau, 
IIij)polyte le forgeron ; lou rai curé, mon frère le curé. 

Le complément mar((ué en français par à signifiant 
destination se traduit par de : peiro de floc, pierre à feu ; 
la [eino de l'use, la femme à l'àne ; agulho de bas, de fa 
causso, aiguille à tricoter. 

Le complément d'un adxei'be de quantité ne se place pas 
nécessairement après lui : catd pienes de figos ?, combien 
de (igues prends-tu ?; caid as de tems ?, quel âge as-tu '? 

f.orsqu'un nom suivi de son complément forme une 
expression équivalant à un nom ciMiiposé, le complément 

u; 



238 GRAMMAIia: df.s diaf kctks occitamens. 

peut prendre la finale dirninutive, au lieu du premier 
substanlir : un cof) d'mjulhadcl, un petit coup d'aiguil 
Ion ; un airt d'uureto, un petit quart d'heure. 



CfJAPITTΠIII 
L'Adjectif 

Accord de l'adjectif qualificatif 

16. — La règle qui veut que l'adjectif s'accorde en 
genre el en nombre avec le substantif souffre, en pro- 
vençal, une importante exception. Dans co dialecte, les 
adjectifs en ari, èri. peuvent ne pas varier au féminin : 
uno ôupinioun countidii ou countrario, une opinion con- 
traire ; la chalo lùri ou lèrio, la fraîche jeune fille. 

Au pluriel, Tadjectif placé après le nom ne change pas : 
iouslau grandas, la maison imposante, lis oustau gran- 
das ; la gauto roujo, la joue rouge, li gauio roujo. Placé 
de\ant le nom, il varie : la bello figo, la belle figue, 
li hclli figo ; un l)iave uustau, vnie maison charmante, 
de bravis oustau. 

Dans aigo-ardenl, eau-de-\ie (eau ardente), l'adjectif 
ardent garde la l'orme du masculin, ce qui produit cette 
anomalie apparente : d'aiyu-ardent canfrado, de l'alcool 
campiiré, où les deux adjectifs paraissent de genres dif- 
férents, 

17. — ■ Grand, micch, boun. L'adjectif grand a conservé, 
[jIus que le français, la forme épicène : uno grand femo, 
une grande femme ; ma grand, ma grand'mère ; petit 
niau, gran ligasso (g.), à petit mal, beaucoup de charpie. 
-Mais il s'accorde, placé après le nom : uno femo grando. 

Le français demi se traduit par miech, miejo, qui s'ac- 
corde toujours : uno mieio ouro, me demi-heure. Mais 
devant un adjectif, le mot demi est un adverbe qui se 
traduit par mitât, in\ariable : mitât pleno, demi-pleine ; 
d miiat morto, à demi-morte. 

En auvergnat, boun, bon, s'emploie devant une voyelle, 
bouon de\-anl une consoimc ; placé après le nom, il s'a- 



GIxA.M.M.Mlti: I)i;s DIALECTES OCCirAMENS. '239 

brègc en bon : un on\c bon, un boun oinc ; de bouon po, 
lie bon pain. 

18. — Adlectifs composés. — Les adjectifs composés 
varient conformément à leur signification : tcslo-nut (i. c. 
(jiii est nu de la lèlc), teslo-nudo ; suco-pelal, chauve 
(/ e. pelé du sommet de la tôle), suco-pelado ; pol-fcndut, 
bec-de-lièvre, pol-fendudo ; cap-quilhat à, dressé vers, 
cap-quilhado ci...; jjcu-blanc, chenu, peu-blancos, che- 
nues ; un pè-br(tc, un [lied-bol, unes pè-bracs, des pieds- 
bots ; un, uno boufo-lesco, un affamé, une affamée. 

Certaines locutions adjectives, formées d.'un participe 
et d'un adverbe, se rendent par deux mots distincts, l'aid- 
vcrbe suivant le participe : de luzerno senienado claro- 
nien, de la luzerne clairsemée ; de margaridelos culidos 
de fresc, des pâquerettes fraîches-cueillies. 

19. — Employé adverbialement, l'adjectif qualificatif 
accompagne un verbe ou un autre adjectif : coslon car, ils 
ou elles coûtent cher ; lous biais soun beroi bets (g.), les 
blés sont superbes. Celte dernière tournure est fréquente 
en Gascogne ; néanmoins l'adjectif franc s'accorde dans 
l'expression : uno poumo franco prendibo, une pomme 
franchement précoce. De même : uno lampo loulo nauo 
croumpado, une lampe nouvellement achetée. 

20. — Le qualificatif se place élégamment avant le 
nom et son article : c lous galassels, agul lou bec, 
roulo la cresto, s'en venien, et les jeunes coqs, le bec 
aigu, la crête rouge, accouraient ; aisit es lou remèdi, 
le remède est facile. Dans le même but on intervertit la 
place habituelle de l'adjectif : lairon las hilhos héros (g.), 
ils admirent les belles filles. 

Le nom auquel se rapporte l'adjectif peut être sous- 
entendu, lorsque le sens n'est pas douteux : 

A^e per bèt ne per le, 
Dechis pan la capo darrè. 

ni par beau temps, ni par mauvais, n'oublie point ton 
manteau (proverbe gascon). 

Complément 

21. — L'adjectif qui a pour complément en français 



"240 c.uAMMMKi; 1)1. s i)i\i.i;rTi:s occitamexs. 

un mmIio à riiiliiiilir dt'xioit. en occilauien. un (lualificalif 
(le ce Ai'rhe cl se l'ait piécéder île la iJiéposilion : es de 
bon faire, c'est aisé à l'aire ; de bel negoueia, facile à 
lra\ ailler; aeô's de inditil pena, cela est difficile à peser. 

Dcif/iés (le comimraison 

22. — Comparatif. — Quand l'adjectif au comparatif 
est ri'iii|)lacé par un j>rononi neutre, le signe du compa- 
ratif : }Aus, se rend exclusivement par mai : es tant 
fttrl coutno lu, mai /ou Pol l'es cura mai (et non : enca 
pus, hien que Ton puisse dire également : mai fort et 
f)us forl), il est aussi fort que toi, mais Paul l'est encore 
plus ; Jan z'ei mai (jue se (lim.), Jean l'est plus que lui. 

23. — Superlatif. — Il y a plusieurs manières de ren- 
dre le superlatif absolu : 

a) Par renii>loi d'un adverbe ou d'un équivalent : 
subre, suber (g.), forso, fosso (1.), fort (g.), hère (g. b.), 
pla (1.), alertant (auv.), mai que. Iras que, rede. Ex. : 
subrebèl, suberbèt (g.), très beau ; forso alarganl, très 
libéral ; hère lilhut (g.), très coriace ; plan poulit, très 
joli ; mai que foursut, très robuste ; rede boun, très bon ; 
pire que bel, très l)Oau ; loul plen vielh, très vieux ; un 
(d)ord grèu. très lourd ; es Iras que courouso, elle est 
très élégante ; aco èro lenli atenant (auv.), c'était très 
joli ; a jdeugu licon, a ! (au\ .). il a plu très abondam- 
ment ; à reirc ounourablc Moussu..., au très honorable 
Monsieui'... (dans les suscrijjtions de lettres). 

/)) Par une conqiai'âison. soit inli'oduite et inachevée, 
connue en pro\ençal. soit conq)lèlo et empruntée aux 
incidents de In Aie jouiiialière, comme en gascon. Ex. ; 
de vous agrada soun desirous mai que mai, ils sont 
extrêmement désireux de vous ])laire ; aquelo dono es 
cariladouso mai que mai ou es mai que mai raritadouso, 
cette dame est très charitable ; aquil rs droulelos soun 
galanlos tant que, ces fd-leltcs sont très gentilles ; fin 
(■<nm\() tout, passn-fin. très fin ; magre coume un eent de 
elaus, extrèmenieul maigre ; grand coumn un pallié, très 
grand ; jièc t-oumc la luno, très sot ; aut que fai trembla, 
très liaiit ; /'/ ( malaul coumo sui pas ipie, j'étais excessi- 



GHAMMMUl 1)1 S Dl \l,i:( ri;S 0( ( Il AMIINS. Vil 

\LMii(Mil iiialadr : scia ii( lu\ qui s<ip codiil (g.), — eau sap 
(<iiil (aii\.). — /((■ s'ii (tinl (liiu.), -— que ne saurias, — • 
'///(■ iKiiin sdi. que lou didhle, il sera Irôs riche. 

r) Par radjoiiction du mot Dieu, en provençal : uiio nue 
(le Dieu, wnc 1res 1p(>11(> miit : un pais de Dieu, un très 
beau pays ; clafil île loul ben de Diu. d'une richesse 
excessive. 

d) Par l'adjectif doux fois répété, en gascon : quèro 
grau, (jran, il était très grand ; qu'a, lou mesle brabe, 
brabe, il a un très bon maître. 

e) Par radjoiiction, à certains adjectifs, de désinence» 
tefles que : ut, arul, assié, etc. Ex. : loungarul, très 
long ; gaulai ul. très joufflu ; largassié, très généreux. 
Ces désinences peuvent être assimilées à des augmenta 
tifs : braboulas (g.), très doux ; paurilhas, extrèmemenl 
pauvre ; nienou (au\ .), petite main : inenounel, très j)etite 
main, etc. 

A djcc t ifs dé m o iistrat ifs 

24. — Ces adjectifs peuvent se placer après le nom, 
lorsqu'on parle avec emphase : que hè lou debis aqueste 
(g.), il fit le discours que voici ; lou mau aquet, oe mal-là. 

A djec t ifs possess ifs 

25. — ■ L'adjectif possessif se place généralement avant 
le nom. Si celui-ci le ju'écède, le nom doit être accom- 
pagné de l'artiole : noslres j'elens se lou van ranienla ou 
lous felens noslres..., nos descendants se le rappelleront ; 
(//•(/( (.s au Irihalli lou (g.), grâce à leur travail. 

La seconde tournure s'emploie élégamment dans le 
style soutenu. Elle demande, en conséquence, la forme 
])leiiie (a\ec r) des ailji'ctifs noslre, vostre ; cette forme 
est, au contraire, facullati\e pour les mêmes adjectifs 
placés devant le nom, car, dans cette position, ils perdent 
une partie de leur force, comme font l'article et les 
dfhnonstratifs ; an ren à veire i causo noslro (|)r.), ils 
nont rien à \oir à nos affaires ; nosli causo perihelon, 
nos affaires ]iériclitent. 



242 GRAMMAIRE DF.S DIALECTES OCCITANIENS. 

licin. : Le piovcnç^il iio fait pas varier au pluriel le 
possessif placé après le nom : vosli rcire, H icire voslrc, 
vos aïeux. 

Le gascon a supi^rinié Vr de nos/c, bosle ; i)lacés avant 
le substantif, ces mots s'abrègent en nos, bos, accompi 
gnés de l'article : lou nos ou lou nosie camin, notre 
chemin ; mais : lou cornin nosfe ; au pais bosle, dans 
votre pays. Avec pai, mai, et les mots les plus usuels, on 
se disjjense de l'emploi de l'article : moun pai, ta mai, 
noslos lents, mon i)ère, ta mère, nos ])arents. 

1,0 possessif occitanien accojiii)ngnant un \orbe corres- 
pond au pronom possessif français : es voslre, aquei 
ouslal ?. cette maison est elle la vôtre ?: nqucl libre es 
miu, ce livre est le mien ; lou coiilel <pïci lucn (g.), ce 
couteau est le mien. 

26. — L'adjectif possessif se rend encore par une tour- 
nure usitée surtout dans les dialectes occidentaux, et qui 
est à reconmiander, à cause de sa saveur idiomatique : 

a) Le possessif est annoncé par le pronom complément 
du verbe, tandis que le nom se fait accompagner de l'arti- 
cle : s'a coupai fcsclop, il a fendu son .sabot ; tout Vespril 
se nies esniougul, tout mou esprit s'est ému ; se fjaha la 
vido, gagner sa vie ; .se minja lou pan (g.), manger son 
pain ; me bouti lous esclops, je mets mes sabots ; lous sos 
que se m'en ban (!».). mon argent m'échappe ; lou paire 
t'a mandai, lou père ta envoyé ; lou j)ai que-p a mandat 
(g.), votre père vous a envoyés ; non sap pas oun se 
maridd la gouialo (g.), il ne sait où marier sa fdle ; hè-u 
fiofisii lou cabeslre, a l'aso (g.), mets son licol à l'âne ; 
/'/ /(■('/ que-us n'ei causo (b.), leur lait en est cause ; la 
pluein nouf^ a nrfjal laiis camps (1.). la ]iluie a noyé nos 
terres. 

Rem. : L'article peut être supprimé, lorsqu'il l'est aussi 
dans une expression couraulc d'où pro\ient la ]ihrasc 
actuelle. Ainsi, de ce que l'on dit : se trouver à portée. 
on dira : lous llbcs qui-u s'encountrèn â pouiiado, les 
livres qui se trou\èrent à sa portée. 

b) Le jtossessif est annoncé par la personne du verbe ; 
ai lou pral dalhat, j'ai mon pré fauché ; aven lou paire 



G[!AMMAir!!^ DF.S DIALECTKS OCCITAMKNS. 2A3 

csincril, noire i)èrc esl hiou porlanl ; (// /ou picliot r/u'<'.s 
jxts (jaiard (l)i'.), lumi u;ii'i;()ii ne \a pas 1res l)ien. 

(■) l.e sens sul'lit à in(li(|ucr le possesseur : so que dis 
ht fcnw, ce que dit ma femme ; coume anas, ounclc ?, 
comment allez-vous, mon oncle ?; o belasso /, ô ma belle !; 
iJiu noun !, mon Dieu, non !; ounte as la mamo ?, où est la 
grand'môre ? ; prene civado, prendre son axoine. 

27. — L'adjectif possessif précédé de la préposition (i 
traduit en gascon le sens de chez : à noslo, chez nous ; d 
boslo, elle/, vous ; d loun, chez eux. On sous-entend alors 
le mol caso, maison, (]ui se retrouve d'ailleurs dans : 
à Ion caso, à ta caso, chez toi ; d .sou caso, à sa caso, chez 
lui. 

Précédé de la préposition de, il garde le sens possessif : 
coaus cabalos suun de boslu ? quelles juments sont vôtres 
(à vous) ? 

Adjectif-< indéfinis 

Les adjectifs indéfinis donnant lieu à des remarques 
sont lefc suivants : 

28. — Autre, placé après le nom, ne varie qu'en genre : 
de resouns autro, des raisons autres. Précédant le nom, il 
s'accorde en genre et en nombre : las autres resouns, les 
autres raisons. 

Faisant partie d'une expression énuméralive, autre doit 
précéder le nom ; tous autres cent, les cent autres. 

11 en est de même de Tadjertif tout accompagnant un 
pronom : touli eli (i>r.), louis c/.s (b.), eux tous ; toutes 
îuaitres, nous autres tous. 

Cadc, cado est ré([ui\alent du g;dlicisme tous les : cado 
très mes, tous les trois mois ; cadc premié del mes, tous 
les i)remiers du mois. Le sens de cliaque esl bien rendu 
]nu' fout : tout dio, chaque jour ; luutos semanos, chaque 
semaine. 

Menu', placé après le n(un, ne \arie pas un i)luriel, en 
provençal : H causo mémo, les choses même. 

Tau, tel, aj)|)li([ué aux personnes, est invariable en 
auvergnat : aine pas de tau omis, je n'aime pas de tels 
honmies ; tau lous vesis, tels ([ne lu les vois. De même, 
on dit en général : une tau, une telle. 



2 'l 'i GKAM.MAIMi: 1)1 S 1)1 M.KCTF.S OfTITAMENS. 

Au/, aufun de, ne snccojiipn^ne pas de la ])réposilion 
ot garde le nom au siiiguliiM' : nat moiin (Klbcisari (g.), 
aucun de mes adversaires. 

11 s'emploie ■encore a\ec le sens dr tnich/ue. sans néga- 
tion : e s'en ci iiado isahcro, et si j en ai quelque souci. 

.Vccomiiagné d'une néiialioii, il en renforce le sens : iou 
(jui non .sei pas '[amei estai nat aniidot, moi qui n'ai jamais 
été un effronlé. 

Un. Le sens de cet adjectif pi'end une extension incon- 
nue en français : 

a) Il s'emploie pour l'adverbe quelque, environ, tout 
en restant adjectif et \ariable : ni aiié unes calorie, il y 
en avait en\ iron ((uatoiv.(^ ; erian uni sèt à vue {\>y.), nous 
étions sept f)u huit ; ])er unis dus mi très jouns (toul.), 
pour deux ou trois jours ; 

/)) Il remplace le second leriiie de Texpression l'un 
l'autre : venien l'uno rers l'uno, elh.'s \enaient l'une vers 
l'autre ; 

c) On le trouve pour même, identique : d'une traqueto, 
d'une même taille ; /on/s .sonn pas d'un ijousl, tous n'ont 
pas le même goût ; 

(/) Pour un tel : ai une jeun que la vesi courre, j'ai une 
lt>lle faim que je la vois courir ; 

c) Pour un certain : al cap d'un tems, au bout d'un 
certain temps ; 

/) Suivi d'une négation, il signilie aucun : uno fuelho 
iKiuii Iniulctjo, aucinie feuille ne remue ; 

(j) Il peut prendre l'article txplélixement : la uno canibo 
après raulro, une jambe après l'autre (Cf. d la un, en 
une fois) (1). 

29. Certains adjectifs indéfinis français se traduisent 
par des occitanismes : 

Aucun se rend usuellenieiil par /es de, jens de, cap de, 
:niii(jo de (nie.), (jui ne varient ])as : jfs d'onie lù de fenio, 
aucun iioinme ni aucune femme. 



(1) T^n, jjouvant être articJe, ou adjectif, ou numéral, ou |)ronom, 
zee fomies et eon usage en occitanien tendent à se confondre ; on 
devra &e reporter à ces diflérent* cliapitres pour comploter son 
emploi. 



cijAMM \ii;i i)i> ni\r.i:(ii;s oi ( iiamias. V d 

.!(///■(■. siaiii(i;iiil encore, se Iradui! pjir rail\iM'l)c /'[/]".s 
lia ruai : dcgun mai, iicrsonnc aulre ; en lia /h/s (auv.), 
à aucun autrr (Midnul : endacnm mai (g.), en loiil aulre 
lieu : ]><iilai(ii en caleiin mai. je parlerai à quelqii'ini 
d'aulre ; en ealvo jiai l mai. en quelque aulre pari. 11 en 
est (le même a\ec le sens de : le reste, le surplus : li 
Ixiiftèri aquelns de mai, je lui donnai les autres [cerises]. 

Cerlain. dans un sens 1res vague, se rend par de : de 
iours, à certains jours ; régla de questiouns, régler cer- 
taines questions ; lous d'un atle (g.), ceux d'un certain 
âge ; d'ux coanh dison (g.), certaines personnes disent. 

Même, signifianl semblable, se dit parié-ro : lou faguèi 
fiatié. il lit de mO'uie. Après un pronom, on le rend par 
de per, d'esper : de per lu, de loi-même ; d'esper ieu, de 
moi-même. 

Dans les expressions : tout de mên\e, quand même, il 
se tourne par des occitanismes : cnsin quensin, menimi 
(auv.), tout de même : eniai, quand même il... 

Plusieurs se Iradiiil par une périphrase : forso saventas 
que li a dison, plusieurs savanls disent ; mai que duno 
l'ilho, uno ou tropos filhos, plusieurs fdles ; héros causos 
(g.), i>Iusieurs choses ; mantes sôus, ^ilusieurs sous ; us 
coandes cops (h.), plusieurs fois. 

Quelque, signifiant certain, se traduit par que li a : de 
cap que li a, (jnelques fois ; et aussi par chas, en auver- 
gnat : à chas moumens, à quelques moments. 

Dans l'expression quehjue... que, quelque se traduit de 
dilTéienles façons, et que peut se sous-entendre : que 
tems que jaque, (ptelque le!m])S qu'il fasse ; en cal[que'\ 
siegue Hoc, en quelque lieu cpie ce soit ; quel camin pren- 
gui. (pii'hjue chemin que je prenne ; eus empachomens 
(jue bouton, quelques ohstaoles que l'on mette ; cuno 
fenno siaje (auv.), quelque femme que ce soit. 

(Juclque, a\ec une idée de grandeur ou de qualité, et 
aussi quelque, adverbe en français, se rendent par tant, 
nuii que, si bc[n] : tant mounedo [que] tenguèssi, quelque 
argent (|ue j'eusse ; tant que fuguèsson, quelque nombreux 
qu'ils fussent ; taid mai que siegue luen, si be lucn siegue, 
((uelque loin que ce soit ; per cant que sie pichouno, 
quelque petite qu'elle soit. 



'^''if) .;i;\M\I\ll{I DIS DIAI IXTI-S OrriTAMENS. 

El (jiu'l(/uc (•//r).st', d.Mii.s le sens d'iiiic aiiprf»xiiiialiot>. 
se dit : c hml : si la qiinntilc csl nioindre, on dira : <* 
(julcon ; moindre encore, e calque quicon : es dès onro 
e quicon, il est dix heures cl (]uel(|U('s minutes ; a cent c 
lanl d'avé, il i)ossèdc cent et quelques brebis. 

Tel ne s'exprime pas dans les exi)ressions analogues 
ù celles-ci : uito faut que noun se jiol leva, inie telle faim 
qu'on ne peut l'apaiser ; li a ren à-n acô, il n'y a rien de 
toi ; li a ren al iouveni, il n'y a rien de tel que la jeunesse. 

7'()(// s(^ miforce ])ar radjonclion de eanl (si grand) : 
ioul /ou eanl cèl, le ciel tout entier. 11 est sous-entendu 
dians : qu'eus hedouc espanicals lous dus sus un carriot 
(h.), il les \il étendus lous les deux sur im charrelon. 

Il s'emploie dans le sens de chaque : tout an bolon ha 
huniès (g.), ciiaque année ils veulent faire du fumier. 

Il se place avant le pronom : de louis nous ei lou 
paire, de nous lous il est le père ; a(/ueu toul remudo 
(Landes), toul cela remue. 

Un se traduit volontiers par hèl-o, surfout dans les 
dialectes occidentaux : per bère aule (big.), })Our une 
autre ; bel die qui abè plabul (b.), un jour. qu'il avait plu 

A^ limé rail X 

30. — Les nombi-es cardinaux s'emploient concurrem- 
ment avec les ordinaux pour désigner les souverains : 
Anfôs segound, Al])bonse II ; Louis vounie ou voun- 
ienc, Louis XI. 

Le gascon leur donne la ])i'éfércnce sur les ordinaux : 
qu'es arribal ires sus nau, il est arrivé troisième sur neuî. 

En Auvergne, celle préférence n'atteint que les nom 
bres au-dessus do 20 : is lou cranlo-sèt, il est le 47°. 

Le limousin agit de même, sauf i)Our les dizaines, qui 
retiennent la forme de l'ordinal : lou eineanlienie, le 50^ ; 
mais : ei lou trenlo-un, il est le 3P. 

Ive provençal tourne ainsi la phrase : i nôu iour, au 
9* jour. 

Le languedocien fait de même : es dins sous nâu mes, 
il est dans son 9® mois. 

31. — Pour indiquer le quantième du mois, on intercale 



GRAMMAIKL DKS DIAÎ.ECTi:?^ OCCITAMENS. 247 

(tnlinairenicnt la préposition de après le nombre : avèn 
/()(/ sel de mai, nous sommes au 7 mai ; lou premié de 
(lin, le 1" juin. Le béarnais possède l'expression : un 
desquinze, une quinzaine [de jours]. 

Los lieures se dcsignenl do la façon suivante : quello 
heure est-il ?, queio ouro es ?, cala ouro es ?, eanto ourn 
es ?, (/uourn es ?, cant es d'ouro ?, cant soun d'ouro ?, cant 
is ? (au\ .). Il est cinq heures et demie, es cinc ouros e 
niieio ; il est dix heures, ei las dèse (auv.) ; sept heures 
du soir, sèt ouros de sero ; une heure moins dix, uno 
ouro manco dès ; il est dix heures moins vingt, es dès 
ouros manco vint, se manco vient de las dèse (auv.) ; 
onze heures et demie, ounze ouros e miejo, la dimé de 
meidto (auv.) ; onze heures trois quarts, lous tris carts de 
meidio ou soubre meidio (auv.). Midi et minuit peuvent 
se traduire [)ar las douie [de jour] ou [de nuech]. 

Pour évaluer une somme d'argent, le gascon compte 
par sous jusqu'à 3 francs ; après quoi l'on ajoute les sous 
à chaque unité de francs : cincanio nau sos, 59 sous 
(2 fr. 95) : très liuros. 3 francs ; coate liuros e dets e nau 
sos, 4 fr. 95. 

L'âf/e se marque ainsi : quel âge as-tu ?, cant as [d'ans?], 
cant as de tems ?, cant sis ve ? (auv.). J'ai 40 ans, ai cranlo 
ans ; je vais sur 60 ans, coumplissi lous seissanto. 

Lé nombre cardinal sert encore à exprimer les frac- 
tions : 8/12, das douje parts vuech : un sur deux, de 
(tous un. 

32. — Deux se rend souvent d'une manière détournée : 
a parelhs, par deux ; sen un parelh, nous sommes tous 
les deux ; vendren un parelhat, nous viendrons tous les 
deux ; un jour, l'autre noun, de deux jours l'un ; duno 
entre autro annado, d'an entre autre, de deux ans l'un ; 
uno fes couro autro, une fois sur deux ; fa ni d'un ni 
d'ainbo, ne faire ni une ni deux ; mas bessoun, maison 
nette à deux habitants ; })anié bessoun, panier à deux 
compartiments. 

Les adjectifs cardinaux restent invariables, sauf les 
exceptions déjà vues, qui concernent les nombres : un, 
deux, trois, quatre, vingt, cent, mille. 



'?'i8 (.1! \M\i\ii;i: i)i:s dim i:cTr.s occitamens. 

Los noms de iiombi'»' seul snu\oiil siii\is do la [tj-éposi- 
(ion (le : une (juin'icnn de cents amos, 1.500 âmes ; dous 
ceiiicnics davé, 'MO brebis : a îitilo ddumalho, il a 1.000 
bêles à cornes. Mais on diia : inikmlo cops, des inillion«^ 
de fois. 



CHAPITIΠIV 

Le Pronom 
Pronom ricrsoim^l 

Sujet 

33. — A la différence du français, les formes du pronom 
sujet s'empiloient aussi précédées d'une préposition : 
per ieu, pour moi ; embé lus (1.), emé tu (pr.), dan tu (g.), 
avec loi ; sens el, sans lui ; vès elos, vers elles. 

Lorsque, en provençal, nous autre, vous autre, nautre, 
vautre sont suivis d'un qualilicatif. ils prennent la finale 
i : nous aulri, pauri niourlau, nous. pau\res mortels ; 
vautri que vesès. \()us (jui vovcz. Mais : })er nous autre 
lis an pourta, c'est pour nous qu'on les a apportés. 

Les pronoms français nous autres, vous autres, accom- 
pagnés d'un qiialilicalif, se rendcnl par l'article ou un 
démonstratif : las f'eiuios, ses bravelos. ^(ms auti-es fem- 
mes, vous êtes gentilles : acous d'Oiirarno sen daruls 
(auv.), nous autres d'Auxiîrgue, nous sommes entêtés. 

Tu, vous s'emploient au Aocalif dans le sens de : dites, 
dis donc : mes, qu'es vielho aqueslo tauro, vous, /'n;?jc ? 
mais elle est vieille, cette génisse, dites, l'homme ?; cant 
nen vos, tu paisan ?, combien en \oux-lu. dis donc, 
paysan ? 

34. -- Les ])ronoms sujets ne s'expriment pas, d'ordi- 
naire, à moins (|u*on ne veuille insister : ieu lou sah^. 
lou quat sei (g.), moi. je le sais ; tu dises, \o\. In dis ; -- 
ou pour nuu'quer une opposition : ieu m'en vau se tu 
vènes, je m'en irai si tu \iens ; — ou encore pour é\iler 
la confusion née de la similitude de la première et de la 



GRAMMAHîr DES DIALFXTFS OCCITANIENS. 2''l9 

IroisièiiK' personne du singulier : ciuai ieu cante, entai cl 
cdiilc, Incw ([uc je chaule, ])ieii que lui chante. 

hans ce cas, on renconire, en limousin-dauphinois, le 
lu'ononi (\c la deuxième personne exiirimé deux fois ; ce 
([ui, a\ec le sujet latent contenu clans le verbe, équivaut h 
trois sujets pour un seul et niènic verbe : coure ieu risc, 
le, lu jnirus (au\ .), ((uainl moi je ris, loi, lu pleures ; te, 
l'a menli (lim.), lo\. lu as menti : voulio pas que tu ven- 
(juèssds, le (auw), je ne xoulais pas (jue lu vinsses, toi. 

Les pronoms sujets exprimes peuvent s'élidcr : ^'oundri 
(h.), j'honore : qui que-l s/os (b.), qui que tu sois ; ounle 
aïKi-u (pr.). où aile/ -^ous ? 

35. ■ — Le pronom sujet exprimé se place indifférem- 
ment a\ant ou après le verbe : m'en vau, ieu, moi, je 
men vais ; nous ans crouniparen a(]uel ouslal ou ciouni- 
paren uquel oiislal, nous aus, nous, nous achèterons cette 
maison. 

Lui, enq:)loyé comme sujet, s'exprime en auvergnat par 
â se : à se me vengué, lui me dit ; eau ou fara ? à se .\ 
qui le fera ? lui ! 

Lorsque le sujet est composé de pronoms de différentes 
personnes, la première se met après les autres, excepté 
en gascon, où s'est conservée la tradition latine : iou e lu 
que canleruni, loi et moi nous chanterons. 

Si. en français, le pronom est répété \)ixv pléonasirie 
après le ^erbe, l'occitanien no l'exprime pas : deuguèsse 
Roumo péri, ieu noun m'en chnutariei, Rome dût-elle 
pinir, je ne m'en s(Micierais point. 

36. — Le pronom neutre, en tant que sujet, principale 
mciil (les \erbes impersonnels, ne s'exprime généralement 
pas ; on bien, il se rend de différentes manières, que les 
exem])les suivants feront comprendre : sa pareis, se pa- 
rcch (b.), il paraît ; co plôu (lim.), la plôu (queir.), ca 
f>l6u (périg.), il pleut; que fou co fa? (lim.), que faut-il 
faire ?; cl cal fic rc'iouï (g.), il faut se réjouir ; sembla pa^ 
el que (b.), ne send)le l il pas que ?; e trono (pr.), il 
tonne ; plôu-t eu ? (lim.), pleut-il ?; li si faïa tard (nie.), 
il se faisait tard ; acô pieu eCô j'a lounari (auv.), il {dent 
et fait du tonnerre ; Iou cresiei pas lant tost, je ne croyais 
pas qu'il fût si tôt. 



250 C.iîAMMAIKI. Di:S DIALECIKS OCCITAMF.NS. 

Complément 

1. Sa forme 

37. — Nous et fous, en tant que compléments, s'abrè- 
gent en Ji, v, dans le dialecte marseillais : n'an pourta, 
ils nous ont apporté ; v'asscgun, je \ous assure ; — en b', 
p\ s\ en gascon et béarnais : l'en parla, vous en parler ; 
si />'(/ hell gai, si cela vous a fait [>laisir ; un die s en 
irani, lui jour nous nous en irons. 

Ou ils deviennent enclitiques : a-usrmi (niç.), écoutez- 
moi ; [OU bau Ihcba-ni (g.), je vais me le\er ; que-ms e 
ballies (b.), tu nous donnes ; si-ous plais (pr.), si-ls plais 
(!).), s'il vous plaît ; iou-b canlei (b.), je vous chantai. 

Le j)rovençal H, les, s'emploie (le^"ant le verbe, lei, 
après : vous li niandarai, je vous les enverrai ; mandas-lei, 
envoyez-les. Mais Alarseille dit : lei fauric leissado, il te 
les aurait laissées. 

Le pronom la varie également selon (ju'il précède ou 
suit le verbe, dans les dialectes occidentaux : la, pour 
précéder ; lo ou le pour suivre : la crcsi, je la crois ; 
plahen pas lo, ne la plaignons pas ; la eau coula-le, il faut 
la couler (avec réduplicalion du pronom) ; le dues lèbes, 
gahe-les, tiens, voici deux lièvres : prends-les. 

Les mêmes régions suppriment l'initiale de lou, lous. 
I)lacés devant le verbe : ous bos ? les veux-tu ? 

En tant que complément indirect, ou, ous initial est des 
deux genres : qu'où dau, je lui donne (à lui ou à elle). 
.'Vprès le verbe, il devient -u, -us : gahe-us, prends-les. 
Cet état d'enclitique est applicable ;iux autres pronouis ; 
iil se retrouve en niçard : rapelavo (niç.), rappelez-vous ; 
hè-u parla (b.), fèli parla (niç.), faites-lui i)arler ; au qui 
e sap bese-i (g.), à celui qui sait y voir ; enla dà-u-me (g.), 
pour me le donner (prononcé : daume). 

38. — Le pronom neutre français le, tenant la place 
d'un adjectif, ou d'un membre de phrase, se rend élé- 
ganunent par nen, ne, en : ses nialauls ? — ne sèn, ôtes- 
vous malades ? — nous le sommes ; en soui estai dous 
caps, je l'ai été deux fois ; ausla lèu qui-us ne recoune- 



r.it.wiMAiitr. i)i:s dialectes occitamens. 251 

(ju(-n (et.)' nussilAl. qu'ils les [en, i. e. malades] reconnurent 
tels. Kl avec pléomasuie, en gascon : nal sei, je le sais ; 
fjiaubcs que nèni, pauvres nous [le] sommes. 

2. .Sa place 

39. — Comme en français, le pronom, unique complé- 
ment direct ou indirect, se place avant le verbe, sauf à 
l'impératif non accompagné d'une négation : lou vei, il le 
voit ; digo-me, dis-moi ; noun l'agi ado, cela ne te plaît 
pas ; noun vous trufès, vous liufès pas, ne vous moquez 
pas. Mais l'auvergnat dit bien : ou fàias ma ! faites-le 
donc ! bien que le verbe soit à l'impératif. 

De son côté, le gascon fait suivre l'infinitif et le parti- 
cipe du pronom complément : que eau gaha-t â la besoiiho, 
il faut te mettre au travail ; pouch prcne-n ?, puis-je en 
prendre ? ; n'abeni pas pôu, en plegan-se, de Jia-s cvouehi 
l'esquino, nous ne craignons pas, en nous ploj'ant, de 
nous casser les reins. 

40. Le pronom dépendant d'une préposition suit la 
règle française : faj'ai aeô per vous, je ferai cela pour 
vous ; es parlil eni'eu, il est parti avec lui. 

Cependant le gascon use volontiers de l'inversion, en 
(lisant : ta bous que haré aeô, dap el ques parlil. 

41. — Lorsque deux pronoms accompagnent un verbe, 
ils suivent la règle précédente (n'' 39), et l'on énonce 
d'abord le pronom qui se rapporte à une personne : ie la 
pourhd-ai {\n\), je la lui porterai ; pojjc nw lou, apporte- 
le moi ; me nen trufi, je m'en moque ; poudès be i ou 
demanda (l.), vous pouvez bien le lui demander : /l'i nen 
regué /i (au\ .), je ne lui en vis aucun ; ou ne boulo (g.), 
il lui en met ; ous ai abé prédit (land.), il le leur avait 
prédit ; li va paguè (m.), il le lui paya ; le zabioi tournai 
(g.), je te l'avais rendu ; demandas i o (lim.,) demandez- 
le-lui. 

Cependant cet ordre se trouve fréquemment interverti : 
porto-li-va ou porto-va-li (m.), porte-le-lui ; 
te lou mando, le te mando (toul.), il te l'envoie ; 
li me fas ana (m.), m'i fas ana (l.), tu m'y fais aller ; 
li nen douno (niç.), nous las douno, il nous les donne ; 



252 CKAMMAIIîr. DKS DIALKCrKS OCCITANIENS. 

loit li (lieu (iiiç.), /(' Ion (U^i, jo te le dis ; 

ic la [Ho dedins (pr.), Vi iilo dedins, il la jelle dedans ; 

/(-;' l'duric Icissddo (m.), le /'/.s aurié laissados, il le les 
;nii;iil laissées ; 

//' si f<i (in.), se ic j'ai (ili.). .s"i j'ai (1.), il s'y fait ; 

//"(•/( lus ijdii (il.), las l'ii (jari, les en guérir ; 

le le h')li (IdiuKi (loul.), le loii voli doiirui, je veux te ;•' 
(|i»iiiier ; 

In s'enipoiirlèl, se l'empoui lèl. il l'emiJOrla ; 

lou m'as uijul, me l'as agui, lu me l'as pris ; 

empacliariôs-m' en tu ? (loul.), m'en empêcherais-tu, toi ? 

Mais si le \erl)e est à l'iiuiKMatir al'finiialif, le i)rononi 
conipléiiH'ul (le la première cl de la deuxième personnes 
précède? les aulres : porie me Uni, ai)porle-le-moi ; baUio 
iKuts /f/.s, donne-les-nous ; manias vous la, mangez-la ; 
picn te n\'n, prends-en ; countals nous ce (gui.), contez- 
le-nous. 

l)ien que le gascon dise aussi : hie.al tous pe, mettez- 
vous-les. 

En auxci'guai, le complément direct s'énonce plutôt le 
premier, s'il précède le verbe, et le second, s'il le 
suit : tous te huile, je te les donne ; las eus fayué 
veire, il vous les fit voir ; vendo me la, vends-la-moi ; 
Itcile me nen, donne-m'en ; mou a heila, il me l'a donné. 

42. — Lorsqu'un verbe à l'infinitif est subordonné à un 
aulre \erbe, le pronom com|>lément de l'infinitif se place 
de préférence avant les deux verbes : vous la voli paga, 
je veux vous la payer, plutôt ({ue : voli vous la paga. 
El de même : te lou jkxH faire senti, je puis te le faire sen- 
tir ; .se f(d que de leva, il ne fait que se lever ; vous lous 
vau ceica, je \ais vous les chercher ; lou vènon de môusc, 
on vient de le traire. 

Le gascon fait occuper à ce complément une place quel- 
conque, très souvent après l'infinitif : quc-m boulets bese, 
vous \oulez me voir ; e-b boulcri mete, je voudrais vous 
mettre ; bourri-c ttese, je voudrais le voir ; boui audi la, je 
veux l'entendre ; bau escana-i, je vais l'étrangler ; bienerei 
trouha-l) biste, je viendiai bientôt vous voir ; t)ai moustra- 
te (toul.), va te montrer. 



r.RAMMAlRF. DF^ DÎM.KCTES OCCIT AMFXS. 5.")^ 

Cette faculté de dé])lacement est surtout sensiMe dans 
l(\s verhes rériéchis : vol xc h)U manju. Ion se vol manjo, 
s:e lou vol 77i(//!/rt. il \ eut le luanger ; ivi/a-u s'aïui pcne (^.), 
|)our aller le pendre Et. pour cette phrase ou les aiia- 
loiiues : // peut le preiulrc, on dit éualemeut Ineu : 

Que s'ou pot preiie. quou se pot prene, 

(/ne pot s'ou preiw. que pot se-u prene, 

que pot prene se-u, que pot prene-u se. 

43. — • La fréquence des verbes réfléchis, en gascon, 
peut amener la présence simultanée de trois pronoms com- 
pléments du même verbe : la malaudie se nse las ha heites 
rveha. la maladie nous les a fait crever : tse'n i poudets 
tourna, vous pou\ez y retourner : pourtat p'en i, trans- 
porte/.-vous-y ; te me l'as min'iado, la mie carn, tu l'as 
mangée, ma viande. 

44. — Une particularité de l'élocution méridionale con- 
siste à répéter le pronom complément, par redondance : 
dans ce cas. il prend la forme du pronom sujet : ieu, tu, 
el. etc. : ieu, me veson, moi, on me voit ; te voli veire, tu, 
je ^eux te \oir. toi : â-n el métis li dirai, à lui-même, je 
lui dirai ; les ha dou bei, â-d ères (hayon.), leur faire du 
Itien, à elles. 

Si le pronom est complément d'un infinitif suivant un 
autre \erbe, il se répète, en gascon, avant et après les 
deux verbes : que m'a calut gaha-m à la mesture, il m'a 
fallu manger du pain de maïs ; quous tourna mîa-us à las 
estahlos, il les ramène aux étables ; se-t bas cara-t ?, vas- 
tu te taire ? ; qui eau ana-i, il faut y aller ; la podes pour- 
ta-lo au lieit, tu peux la mettre au lit. 

Dans cette construction, il arriAC que deux pronoms 
soient répétés à la fois : que m'en bau pourta m'en lou, 
je \ ais l'emporter. 

45. — Le pronom complément direct répété doit être 
précédé, en gascon, de la particule à : à fou, me beson, 
moi. on me voit : adès que b'ei escoutnt. à bous, maintp- 
nant que je vous ai écouté. 

En auvergnat, la préposition à est remplacée par em- 

bei : m'ou a beila embei ieu, il me l'a donné, à moi : 

te dise embei le de te massa, je te dis de filer. 

17 



'254 (iHAMMAinr: dhs dialixtes occitanifas. 

3. Son emploi 

46. — Le pronom personnel s'emploie encore concur- 
remment avec l'article pour remplacer l'adjectif possessif: 
la Icil </ue-us nei causu (g.), leur lait en est cause ; quau 
demanèn et permés (b.), on lui demanda son permis ; èra 
bile eu s'en anè (big.), sa vie s'en alla (i. e. il perdit la vie); 
iiou poudon atehe-u quel cap d'ero couo (b.), ils ne peu- 
vent atteindre que le bout de sa queue ; lou ramèl me se 
jiouKo (touL), ma branche se noue. 

47. — Il est fait un usage très fréquent du pronom 
[icrsonnei explétif, que le français réserve pour aviver le 
récit : moun <nne vai cassa ; fasès me ie dos andouielo 
(pi'.), mon mari va chasser ; faites- lui deux andouillettes ; 
t'aqanto souii coutèl, il saisit son couteau ; li le vai riba 
quicon (auv.), il va lui arriver quelque chose ; vous larre- 
gardo de traies, il le regarde de travers ; se la quitèt pas, 
il ne hi quitta pas ; que le m'en bas atau? (g.), et tu t'en 
\as ainsi ? ; assô, (jue m'ad ci bisl (g.), cela, je l'ai vu ; 
si-u te respoun l'autc (g.), ce lui répond l'autre ; un cop, 
lou pai que le m\:)U dit coum acù tau (g.), une fois, le 
])ère [me] lui dit comme cela. (Uemarquez dans cet exem- 
ple l'emploi du deuxième explétif, te, par lequel le nar- 
ral(Hi!' prend à jiartie son auditeur.) 

48. — Plus vague et plutôt euphonique est Tintercala- 
li(jn de la particule en : laudat qu'en sic Diu !, iJieu soit 
loué ! ; si n'es malauso, digo-niot, si tu es malade, dis-le- 
moi : ioun bau parti (g.), je vais partir ; au casalel ieu 
m'en cnlièii, j'ciili'ai au jaidin ; si n eouneguel moun 
aiière ? (b.). coiiaaissez-vous ma brebis ? 

l/emi)loi pléonastique de en, nen est différent dans les 
l)h rases suivantes : naven ausil uno, d'istori, nous en 
avons entendu une, histoire ; n'en va«jui un, d'ordi, qu'es 
ben (jranat, \oih'i une oi-ge bien grenée. 

49. — Le pronom neutre remplace élégamment le mot 
cliose : marrido Icngo va gaslo tout, mauvaise langue 
gâte toute chose. 

50. — Se s'emploie comme pronom réfléchi : se mania 
la carn, mangei- la viande ; se tourna bntalha, se battre de 
nouveau. 



r.HAMMAUil. I)i:s DIALECIES Ov'^ClTAMLN?. 555 

Xéannioins, son usage est un peu moins fréquent qu'en 
français, lorsque l'on peut user d'une autre tournure : 
cadun s'anio quel même, chacun n'aime que soi ; s'escu- 
pissié dessus ou sus el, il crachait sur soi : aquel pintre 
n'a ren de siu dins l'cspousicioun, ce peintre n'a rien à 
soi dans l'exposition. 

Lorsque soi se rapporte au sujet on, l'occitanien l'ex- 
prime par un pronom en rapport avec la tournure de la 
]thrnse : avès hesoun d'un j)his pichoun que vautre, on a 
liesoin diiu plus petit (pie soi ; cand sies près per souldai, 
le lunes de cop que i'a (pr.). quand on est pris pour le 
service militaire, on s'ennuie parfois. 

Remarque : ne pas confondre se, soi, avec se, nous, en 
provençal et en gascon, et se signifiant il, en limousin- 
daui)hinois (se reporter à ces pronoms). 

51. — Lui se traduit par //, contracté en i et ie (pr.). 
Ex. : per ti dire (1.), pour lui dire ; io H digue (auv.). il lui 
dit (à lui, à elle) ; H lous douna (d.), les lui donner ; li 
faguen faire (niç.). faisons-lui faire. 

En association avec le, la, les, il absorbe fréquemment 
CCS derniers : ie la jito ou ie [ito (pr.), il la lui jette ; 
[lou] ie gardo, il le lui garde ; — ■ ou, à l'inverse, km, la, 
se contractent avec i (i)our li) et forment un nouveau mot 
li, dont le sens est le lui, la lui ; tandis qu'au pluriel les 
lui, r.s empêche la contraction, et nous avons lous i, tas i. 
Ex. : balhats la i (g.), donnez-la-lui, ou balhats li ; lou 
li direi (1.). je le lui dii-ai. ou // direi : pugas lous i, payez- 
les-leur ; croumpas las i, achetez-les (f.) leur. 

Et à leur tour, les expressions li, lous i, las i, en sont 
venues à signifier simplement lui, leur, abstraction faite de 
/(' : lous i fendre la lesio, leur fendre la tète ; donnas 
eus i (b.), donnez-leur ; las i fau moun gramaci, je les (f.) 
remercie. 

Pour traduire leur, la forme lour est plus volontiers 
remplacée par li, i, ie, lous i, etc., suivant les dialectes. 
Le pro\ ençal ie pourtarai signifie donc, selon le contexte : 
je [7e, la, les, lui ou leur] porterai. 

52. — Dans la combinaison lui en, l'occitanien intercale 
lui (i) entre les deux parties de en {n'en) et dit : ni en, 



256 C.HAMMAIRF. DI.S DIAr.rXTr.S OCCITANIENS. 

ni'n : nin voli carila uno. je veux lui pu clinutor une ; a 
ni en nat ? (g. lim.), y en a-l-il aucun ? 

Mais l'auxorunat, changeant //, /(//. en ni, par allitéra- 
(i(in. (lil : ni n'en, sans transimsition : // ncn ou ni non 
hailan, un lui en donne. 

(^oin!)iné a\ec les autres pronoms, en fournit ces exem- 
ples : fxT n'en lus (jart (d.). p(nir les (f.) en guérir ; ou 
ne bouto (h.), il lui en met ; vous ncn vendrai, je vous en 
vendrai. Le gascon peut mettre la particule i après en et 
dire : s'e/i i ha, il y va ; qu'entre m'en i. que j'y entre. 

Accomijagnés d'une négation, ces pronoms se contrac- 
tent ; on dit : en noun i a pas, n'i a pas, ie na pas, il n'y 
en a pas. Ainsi, en auvergnat, on écrira : ni ne beila, je 
lui en ai donnt'>. et ni ne beila, je ne lui en ai pas donné. 

I{emar(|ue : On \(.i! cpie les observations qui précèdent 
se réfèrent en majeure paitie aux dialectes gascons-béar- 
nais. Elles prou\(uit que ces dialectes conservent, plus 
que leurs congénères, les particularités occitaniennes de 
la langue. 

Pronoms démonstratifs 

53. — On emploie aussi, — et cette toui'nure est fré- 
quente. — r;iili(le poni- rendre le pi-onom démonstratif 
sui\i d"un eomj)lpment : la que vali, celle que je veux ; 
al que reses, à celui que tu vois ; tous quavien parlai, ceux 
qui axaient jiarlé : las <lel luiu vesin, celles de mon voisin. 

54. — Le pronom ce, sujet du verbe être, ne se traduit 
ordinairement pas : es ieu, c'est moi ; èro elo ?, était-ce 
elle ? ; aqucl orne, sara lu !, cet homme, ce sera toi ! ; eal 
pico ? — ieu !, qui frappe ? — c'est moi ! — Non plus qu'a- 
vec certains verbes : me plwn que sici malaut, je me pLains 
de ce que je suis malade. 

L'auvergnat donne plus de coneisi» n et d'énergie au 
dialogue en sui»primant aussi le verbe être : li ribaras ? — 
malcisa .', y arriveras-tu ? — ce sera difficile ! ; pe le 
riba, malent !, pour y arriver, ce fut difficile ! 

On dit de môme dans les autres dialectes : cand pico, 
heu (jue pico. fjnand il frappe, c'est qu'il frajipe bien ; 



(il! WlMMIti; DIS 1)1 AIIICTIS f)( ( 1! \MI AS . V-)/ 

ai'ouo-le, ;i\(>iif' (inc c'est toi ; se n'en saj) mai, douinaci 
es /)/(/s (/(■//(, s'il est plus iiislniit. c'est (lu'il est plus 
Agé. 

hans les l<iiiriuii-es c'est moi, c'est toi, le verbe peut 
s'aecoixler ou non a\cc le pronom exprimé : sies lu, c'est 
toi ; sci ion (g.), c'est moi ; soun es ou es es, es cli (pr.), 
lis ei (pr.), ce sont eux. 

L'expression ce </ui est, accompacnée d'un adjectif ou 
de la ]-»ré|^osition à. se traduit par so de : amo so de 
houn. il aime ce (pii est bon : so de Jan, ce qui est à Jean. 

80 est employé dans les interrooalions indirectes : saves 
pas so'quc te bouta entre tous caissals, tu ne sais que le 
mettre sous la dent. 

55. — L'occitanien acô s'emploie pour le neutre le et 
prend, en gascon, différentes formes déterminées par 
l'euphonie : acô forai, je le ferai ; Fac demandei (g.), je le 
lui dcmanflai : </u'at an amuchal (g.), ils l'ont montré ; 
que Cad ei balhal (g.), je le Tai doimé ; bos decha-c ! (g.), 
veux-tu le laisser î 

Aco lient lieu de l'exin'cssion vague : ehose. aff<dre : 
bira se-c (g., pour se vira acô), se tirei' d'affaire : l>ouha 
se-c, se consoler d'une chose ; que sat bouho, il s'en 
console : juste quad ei, j'ai justement votre affaire. 

Acô prend aussi le sens de voilà : capels de cranto sos, 
acô se bouton las drolos, des chapeaux de (piarante sous, 
\oilà ce que portent les jeunes filles. 

Pronoms rl;latifs 

56. (Juc, ilaiis le sens do <jui, ne commence une 
phrase que dans (pudques e\i)ressions consacrées : que 
refuso, niuso, qui lefuse, muse ; et, en gascon, sous la 
forme de (fui : (jxii que ses. ([ui ((ue tu sois. 

On se s(m1 [duhM des [iniiioms eu, cal, eau : eus Wjuel 
que, cpii (>st celui (|iii ; ((d que sie, qui que ce soit. 

Le gascon dit plus \o|onlici-s Imi i/ui. la qui : lou qui 
a un iliihau, (jue pot anan à l'aise, (jui a un cheval peut 
j^rendi'e ses aises. 

Oae, après tel, ne s'exprime pas, en auvergnat : tau lous 
vesis, tels que tu les vois. 



258 GRAMMAim. DF.S DIALECTES OCCITAMENS. 

Lorsque que signifie dont, il doit être accompagné de 
l'adjeclif possessif de la personne correspondante : ieu 
(/ne moun paire, moi dont le père ; vous que voslcfi ou.s- 
Idls, vous dont les maisons ; cl que sa sor, lui dont la 
sœur ; elos que sous grands soun morts, elles dont les 
grands parents sont morts. 

S'il signifie à qui, il s'accompagne du pronom person- 
nel correspondant à l'antécéflenl : lou drôle que li, que ie 
(pr.) dounarai uti près, l'enfant à qui je donnerai un prix ; 
ieu que me ou nnutrcs que nous countavon aquelos haios, 
moi à (|ui. nous à qui l'on racontait ces sornettes ; tu que 
t'avien dich, toi à qui on a\aif dit ; tu que tant souvent 
pcnsi à tu, toi à qui je pense si sou\ent. 

Que s'emploie également dans le cas où le relatif est 
l'équivalent d'un adverbe de lieu, d'extraction : la gleiso 
que nous i an hnlc'iat. r(''glise où (dans laquelle) on nous a 
baptisés ; laubre que li cscalèri dessus, l'arbre où je grim- 
pai ; lou camin que li sen passais, le chemin par où nous 
sommes passés ; la femo que d'elo es vengut noste salvo- 
men, la femme de qui (d'où) est venu notre salut. 

Dans les cas ci-dessus, on supprime fréquemment les 
mots explicatifs de que ; mais il faut alors éviter toute 
amphibologie ou obscurité du sens : lome e la femo que 
t'ai parlât, l'homme et la femme dont je t'ai parlé ; la 
dralho qu'èron venguls, le sentier par lequel ils étaient 
\oiius. Mais, au lieu de : Vome que jiarlas, on devra spé- 
cifier en certains cas : Vome cmé eu parlas, l'homme avec 
qui vous parlez. Ainsi, la tournure gasconne : Vomi qui 
parlais, signifiant aussi bien : l'homme à qui que l'hom- 
me de qui vous parlez., doit être évitée et remplacée par : 
l'omi dou coau parlais. 

Qui, (fuc, précédés de ce, en français, peuvent se rendre 
]>ar que uni(|ucment : saclièron pas que nèro, on ne sut ce 
qui en était ; digo me que vos, dis-moi ce que tu veux ; 
sidii (du siiin (pi'.), nous sonunes ce que nous sommes. 
Mais : so que non lolon pas cstrc fach à-n es métisses, 
ce c[u"ils ne \eulcnt pas qu'on leur fasse à eux-mêmes. 
L'expression gasconne corespondante est so que, et mieux 
so qui : espie so qui hei, regarde ce que je fais ; so qui 
eau, ce qu'il faut. 



CKAMMAlUi; I)i:s lUM.liCTF.S OCriTAXir.NS. '^fjO 

57. — L'emploi do ijnc donne lieu ù des tournures ana- 
logues à celles du latin ijui : siaii ciel (jue vcnèn au pan 
(|)r.), nous voici jjour acheter du pain (mot h mot : nous 
sommes ici, (jui venons acheter...) ; ma balhat un couhal, 
qui nou disei pas arrê (g.), il m'a donné un soufflet, a 
moi (|ui ne bougeais pas ; nou saboîi (/ues de bin (g.), ils 
ne savent ce (|ue c'est que le vin ; quacô's tout un, ce qui 
est tout un. 

Pronoms interrogatifs 

58. — Dans les expressions : qui est-ce qui, qu'est-ce 
que, on ne traduit ni qui est-ce, ni qu'est-ce : eu ven ?, 
que ven ?, qui est-ce qui vient ? ; de que vol . (ju'est-ce 
qu'il veut ? ; que dises !, (pfest-ce que vous dites ? 

Remarques : Le gascon n'emploie qui interrogatif que 
pour les personnes. Que se fait précéder de so : so que-m 
eau lia ?, que dois-je faire ? ; so qui crounipes ?, qu'achètes- 
tu ? 

1 /interrogation où, employé connue pronom, se rend par 
(/ que : à que nem, (g.), où en sommes-nous ? 

Pronoms indéfinis 

59. — Le français on n'est pas usuellement traduit i)ar 
0/7. Il y a quatre manières principales de le rendre élé- 
gamment : 

a) Par le verbe à la troisième i)ersonne du pluriel : 
ni'an raubat ma bourso, on m'a \olé mon ])orte monnaie ; 

/») Par la tourfiure impersonnelle pronominale : se dis 
(ju'avès gaiial, on dit (liliér'ahMnenl : il se dit) (|ue vous 
avez gagné : couvo se pari ? (piand pai't on ? 

c) Par la deuxième personne du pluriel du \'erl)e : dirias 
que sies malaut. on dirait (pie tu es malade ; 

d) Par la deuxième personne du singulier : cand sies 
aqui (ju espères, te lanquisses, quand on attend, on lan- 
guit. 

Bien cpie peu usih'. \r |.rononi ')/), oun. cl. M\ec l'article. 
l'on, l.'oun, que rau\crgn;il et le limousin modifient en 
Tt'on, a aussi son emploi : l'on lou lei, /'o ou ves (lim.), on 



^{\{) (.i;\M.\lAII(r. Dl-b DI\I.i:CTES occitwiens. 

le \oif ; (' nom desdehnvo (lim.), et l'on dédaignait ; Uni 
dèii on (lire ? (qiier.). doit (m jo dir<' ? : r/uc umi fn pas nn ? 
(narb.), que ne fait-on pas ? 

Cet emploi est particulièrement requis, lorsque on rem- 
j)lace un i)ronom personnel : non le vai (auv.). on y va, 
i. e. j'y vais, nous y allons, ils y vont. etc. Si. au contraire, 
on signifie la généralité des gens, il se traduit en auver- 
gnat par triiouft : Irilous ou fason. on le fait générale- 
ment. 

On se rend encore de diverses manières : 

Icuaf quun sirjuc (niç.). dès qu'on est levé ; 

In campnno s'ausis, on entend la cloche ; 

venen assegurnts que, on nous asssure que ; 

las [cns lou crcTum. on le craint ; 

ni a que ni an dicJi. on m'a dit ; 

eal m'a lisl. eal a jamai visi, \ it-on jamais ; 

iinu i a pas qui. s'i Irobe (h.), on ne s'y reconnaît pas ; 

cand un calcun a recebut un dôuma'ie, quand on a 
éprouvé un dommage. 

60. — Avec dcgun et res signifiant personne, la négation 
est rendue par pas. mais il est loisible de l'omettre : dcgun 
ou ])as degun me fa dich. ou degun. res me Va pas dich, 
personne ne me l'a dit ; H a pas res, il n'y a personne. 

En auvergnat, dengu est exclusivement masculin et ne 
s'applique (iu"à l'homuie ; veut-on désigner une femme, il 
faut se servir de /"/s, [is de, lequel est épicène : vole iis 
(Fillias. je ne \eux personne d'elles ; ne jis vegu, je n'en 
ai Ml aucun, ou aucune. 

61. - lien, /•(', arré (g.), res (I.). l'icii. ne prend la lu'- 
galion que si l'on veut insister : n\'a ren dich de nôu, il ne 
m'a rirn dit de nou\rau ; aeô fui pas ren, cela no fait rien 
[du tout]. 

Mais, cnqdoyc' sans négation, il signifie aussi quelque 
chose, comme son étymologie latine res : m'as ren eromn- 
pat?, m'as croumpal arré? (g.), m'as lu aciietc (pielque 
chose?; as arré â-m dise?, as-lu ffur-hiiK- cliose à me dire? 
nen podoii lira un (urcii (g.), on u'o\\ jkmiI rien tirer (où 
arrcn a sa pleine signification (\c chose). 

Aurre, auli-c chose, signifie le reste, s'il est précédé de 



CRAMMMIU; DES niALECTF.S OCCITANIENS. '^(\\ 

lai-ticle : caucdirii aiuie, qiiel(iii<^ aulr(^ clioso : loul l'aur- 
rc m es (dsal, tout le reste m'est facile. 

( 'haciin, en auvergnat, peut se construire au pluriel : 
n'cif/iicron (fis chacuno ou cJiacunas, elles en eurent trois 
chacune. 

62. - Tau, Ici, est généralenKMil invariable : la nouma- 
lin uni) tau ou uiio talo, la nonunéc une telle ; tau tous 
vescs, tels que tu les vois. 

Dans le sens de semblable, tel se traduit souxent par 
piuic : ai ren visl parié, je n'ai i-ien vu de tel. 

Tel (jui se dit arjuel que, ou, en auvergnal : ai/uct-ti 
ijue : iiquel que vis vuei plourara deman, tel (lui rit aujour- 
d'hui pleurera demain. On dit aussi : lai erei de vous gaba, 
que lou guilhoii, tel qui croit vous tromper est attrapé 
lui-même. 

63. — Un omet l'article au singulier : un le val, Vautre 
resta (pr.), l'un y va, l'autre reste ; (//( que vengue, qu'un 
seul \ienne ; venien uno vers Vunn, elles allaient l'une 
vers l'autre ; — et, en auxergnat : us tous aulris, les uns 
les autres. 

Un, quelqu'un, s'emploie en gascon avec an verbe au 
pluriel, dans cette tournure elliptique : que eau que goai- 
tin, un, il faut quelqu'un pour garder (mot à mot : il faut 
que l'on garde, (pie l'un [garde]). 

Le pluriel de un, signifiant certains, donne lieu à l'ex- 
pression : d'us que li a, des que li a. dons qui ni a (g.) ; 
(/"us, d'unes que li a ereson, certains croient. 

Il prend aussi au pluriel le de partitif, avec le sens 
les uns, les autres : d'unes se van acampa glorio, d'unes 
d'ounour, d'unes richesso, les uns vont recueillir de la 
gloire, les autres des honneurs, d'autres de la richesse. 

CHAP/TRE V 
Le verbe 

Ellipse du verbe 

64. — Les formes monosyllabiques iVavnir peuvent se 
suj)prinicr devant une \oyello et dispai'aîli'c de la ])hrase : 



26'? r.nAMMAiRi: dks diai.ixtks octitantkns. 

sr naricnl (pour si na ar'icnl (g.), s'il n'a de l'argent; 
iamai nnuti tdmado (pour : noun Ce amado, toul.). jamais 
je ne l'ai aimée ; quad ci bis ha e /on Iieit (pour : c jou ad 
ei heit (g.), je l'ai vu faire cl je l'ai fail moi-même. 

Cette ellipse est surtout en usage dans les dictons et 
les proverbes ; les deux auxiliaires y sont soumis : cado 
ieni soun sen, chaque individu a sa manière de juger ; aubo 
roujn, vcnl ou plouio, si l'aube est rouge, il y aura vent ou 
pluie ; 

Mars sec, abriii hahat; 
Urous ccni a sem-enat! 

quand mars est sec et avril humide, heureux celui qui a 
semé !; pagat d'avanso, mal servit, (jui a payé d'avance est 
mal servi ; per canto de, pour ce qui est de ; poussible que 
dorme, il est possible qu'il dorme. 

La rapidité de l'élocution entraîne l'ellipse du verbe à 
n'importe quel temps : <jui me lou sap ?, qui sait que je 
l'ai ?; avouo-le, avoue que c'est toi ; le li esperavcs gaire, 
tu n'esi)érais guère y être ; /' arribaras ? — mal eisat ! 
(lim.), y arriveras-tu? — ce sera difficile !; Varet se belabo 
la souo esquero (g.), le bélier bêlait pour avoir sa clo- 
chette ; lou garni qu'en qano (b.), celui qui a gagné en 
gagne (i. e. on prèle au riciie) ; dengu de [enti ma se 
(auv.). nul n'est joli que lui ; noun sa degun ?, n'y a-t-il 
personne ici?; tu fort e ieu mai, tu es entêté et moi en- 
core plus ; en de bados noun i vau, ce n'est pas en vain 
que j'y vais; eu ven?, qui est-ce qui vient?; à pc, 
siegue â chival, soit à pied, soit à cheval : e /ou countenl 
d'esta horo d'el (g.), et moi j'étais content d'être débar- 
rassé de lui ; quin ne bos tu sabé-t coant bère ! (g.), que ne 
veux-tu savoir combien tu es belle !: a bèsoun d'estama, 
il a besoin d'être étamé. (On verra plus bas, au n° 99, la 
locution e.s/-cc que, supprimée en occitanicn, sur le modèle 
du latin.) 

On peut encf)rc citer comme locution caractéristique ce 
mode de parler gascon : lou qui-s bouto à courre, et le voi- 
là qui se met à courir. 



GRAMMAIIU: DF.S DIALECTi:? OCCITAMENS. "263 

Introduction du verbe 

65. - Le verhe occitanien se fait parfois précéder de 
la conjonction (juc. ipi'il no faut point confondre avec 
le que, marque du subjonctif, usité en français : o be, que 
H dirai, oui, je le lui dirai ; tu que l'as près, c'est toi qui 
l'as pris ; nautres, tè ! que serian trop urous..., nous se- 
rions certes trop heureux... On voit ce que cette tournure 
ajoute de force à la pensée. 

On peut admettre que, par suite d'une généralisation in- 
dûment appliquée, le dialecte gascon en est arrivé à em- 
ployer ce que à tous les temps et à tous les modes per- 
sonnels, limpératif excepté. .\ la question : as croumpat 
aucos ?, as-tu acheté tes oies ?, après avoir légitimement 
répondu : o, que las ei croumpados, oui. je les ai achetées, 
— on aura dit couranuTient : quel croumpat aucos, j'ai 
acheté des oies ; que hès ?-e que hieli, que fais-tu ? je file ; 
i/ue-ni irobi un so !, je trouve un sou !; que lous de la 
bilo. que s'estassien à la bilo, que ceux de la ville restent 
en ville. 

Cet usage du que, particulier au gascon-béarnais, souf- 
fre plusieurs exceptions ; c'est lorsque le verbe est accom- 
pagné d'une négation, ou qu'il dépend d'une conjonction, 
ou (piil est conjugué interrogativement, ou qu'il est pré- 
cédé du pronom relatif : lou poul nou eanto pas, le coq 
ne chante pas ; coand l'ouro pico au relolie, quand l'heure 
sonne à l'horloge ; al eau ?, le faut-il ?; la hemno qui bel, 
la femme que je vois. On le supprime encore pour avi- 
\er la phrase : s'i eau gaha, il faut s'y mettre. 

66. — La particule se, so, sa, si (g.), sert aussi à intro- 
duire le verbe : sa dis, dit-il ; so diguèt, ce dit-il ; se-m 
fiensi, me pensé-je ; si-u te respoun iaute (g.), te lui ré 
l)oiid l'autre. 

On emploie encore be : b'en soui pu la causo, j'en 
suis, moi, la cause ; be-m balhes lou bel couhal (g.), tu 
me fais un bel affront ; be fat dnu, certes, je te le donne. 

67. — Enfin, le gascon insère la particule e, parfois à 
titre euphonique, parfois comme simple introducteur, et 
parfois même en redondance avec que : à pas menuts e 



'2C)'\ •;i;\MM.\Hu: ni:s diai.kctf.s orrixANirAs. 

//(/(/) Inii cap, ;i pas iiicniis dh' liaissr* la lèlo ; si las 
cslclos c luscchoti, si les étoiles liiisciil : cnaiid lou (/al c 
imulo, qiumd le diat miaule : aiiucio Icnnn que hnis Frnn- 
cimans c Ixiulcfcn tua. cctlo langue que les Français du 
iVord voudraient tuer; uo man'wro (favrils (jui e lié dise au 
qui e sap hese-i. une façon île rire, qui fait dire à celui 
(|ui sait y \(iir : pcripié e use baulcts empacha ?, pourquoi 
\oulez-vous nous empêcher?; que h hiunnts ou que-ts c 
fourrais, vous vous gelez ; qiw-ls v dau. je \ous donne ; 
quc-ns e bats canta, vous allez nous rlianter ; bestins bous 
e las tourni, bêtes, je vous les rends. 

Remarque : On ])ourrait orthographier : que nsc, que 
tse. 

68. — • T.e verbe inlerrogatif est également introduit, en 
gascon, par les particules c, se, be : e bas courre ?, veux- 
tu courir ? ; c plan ?. se plau ?, pleul-il ? : be bats au mar- 
cat ?, allez-vous au marclié ? 

Tandis que l'interrogation se marque plutôt par l'in- 
flexion de la voix ou par la syllabe ii, affîxée au verbe : 
es tiuno, aquelo maisoun?, celte maison est-elle à toi?: 
vènon ? ou vènon ti ?, viennent-ils ?; entendes ti tous au- 
celous ? {].), entendez-vous les oiseaux ?; avès-ti viaja ? 
(pr.), avez-vous voyagé ? 

Cette forme interrogativc sert encore lorsqu'on suppri- 
me la conjonction si : rou(juèssc ti i'ana, s'il voulait y 
aller. Ii semble que ce soit une forme abâtardie du pro- 
nom de la troisième pei-sonne du singulier ; l'auvergnat 
l'abrège en /, qui devient aussi oh ; saran ti mai urous ?, 
seront-ils plus heureux ?; icnnn-i (auv.), viennent-ils ?; las 
counouisson-ou, ilhas ? (aux .), les connaît-on, elles ? 

Du sujei 

69. — Quant le sujet est composé de jilusieurs pronoms 
personnels, la première personne se jilace avant les au- 
tres, en gascon surtout : ieu cmai eln ie sen anats, elle et 
moi, nous y sommes allés ; (ou e tu que l'àni bist (g.), toi 
et moi l'avons vu. 

Le sujet, (]ui se met ordiaaircmen! axant le \crbe. |)ent 
sans inconvénient être placé après : lous drôles soun par- 



GRAMMAllU; 1)1, S DIALF.CTKS OCCITAMENS. 265 

lils OU soun pitflils. Inus drôles, les enfants sont partis ; 
s'cnciibano bni Icins. le leni|is se couvre : cspcn}ico^ te ! la 
fialiiKi, li(Mis ! I;i [xiulo ijui gratte. 

I.iusiiuc le \erbe s'accompagne d'une conjonction ou 
(liiii athorbe, le sujet peut précéder ceux-ci : ma moslro 
Il c i/iic ^'arresto, dès que ma montre s'arrête ; lous casses, 
Dunlc au gafal, soun bels, lu où les chênes ont bien pris, 
ils S(uit super'hes ; al diable l'un que fague rcn pcr vous !, 
(lu cliahlo si l'on fait rien pour vous ! 

llcmarqucz rt'li'gance de cette tourimre : Vevesque, di- 
son (fue perdounèt, on raconte que l'évêque pardonna ; 
sembla acâ qu'es trop bèu, il seudjlc (jue cola est trop 
beau. 

70. — La règle d'accord du verbe avec son sujet pré- 
sente ces particularités : 

l.e collectif sujet a le verbe au singulier ou au pluriel : 
Ion mounde gauson pas crida, les gens n'osent pas crier ; 
uno troupo vente ou venien de per allai, une troupe ve- 
nait de par là-bas ; la bravo jeid soun mescouneguls, les 
braves gens sont méconnus. 

Cette facilité d'accord s'étend même, en gascon, aux 
pronoms arrés, personne, acô, cela, assô, ceci; arrés ne 
b'ienera ou bieneran, personne ne viendra ; acô que bolon 
ha dous moussurois, cela veut singer les messieurs. 

Si l'idée i)rédominantc est celle du pluriel, le verbe se 
met au pluriel, même a\ec uu sujet singulier : sian emé 
Dido, je suis avec Marguerite (i. e. Marguerite et moi som- 
mes ensemble) ; M. X. que sian vesin ([ir.). M. X. (jui est 
mon voisin. 

Le \erl)e être au iiluriel. accomi)agné de ce, se rend i>ar 
le singulier : es li Prouvensau (pr.), ce sont les Proven- 
çaux ; èro las chatounos, c'étaient les jeunes filles ; sara 
lous mai forts que gaîiaran, ce seront les plus forts qui 
gagneront. 

Dans les expressions : c^est moi, c'est toi, etc., le verbe 
peut s'accorder avec le pronom ])ersonnel : es nous ou 
sen nous, c'est nous ; es elos ou soun elos, ce sont elles ; 
sarai ieu, ce sera moi. 

71. — On sous-entend quelquefois le sujet pronom dé- 
monstratif : que me fai ?, qu'est-ce que cela me fait ? 



500 GRAMMAIRE DI.S DIALI.CTES OCCITAMENS. 

On, à rin\ers;o, on donne en apposition un pronom per- 
soiniel au sujet déjà exprimé, pour le mettre en relief : 

7,1 jouvent, alor. 
Eh creiran veire de garhello d'or. 

alors les jeunes gens croiront voir des gerbes d'or (pr.). 



Du compléinmt 

72. — La i)lace du complément, comme celle du sujet, 
n'est pas immuable ; on peut le mettre avant le verbe : 
cal (limn loii hoiin Diii ou /ou houit Diu cal aima. Dans ce 
cas, la signification est renforcét- et équivaut a : cesl le 
hou Dieu qu'il faut aimer. \)u reste, on dirait également 
bien : lou boun Diu, lou cal aima et. en gascon, lou boun 
Diu, que lou eau aima. De même : t'apelon, à tu ou à tu, 
t'apcldii, toi. Ton l'appelle. 

73. — X'ous avons déjà étudié (n" 44), l'introduction du 
pronom pléonastique, ainsi que sa réduplication, lorsqu'il 
accompagne un verbe à l'infinitif : bos te bira-t ? (g.), 
veux-tu te tourner ? Il se produit alors ce fait curieux que, 
avec l'appoint du pronom pléonastique, le verbe obtient 
trois compléments identi<iues : nan pas lou dret des tuas 
ad ets, ils n'ont pas le droit de se tuer eux-mêmes. 

Il arrive aussi en français que le complément, en tête 
d'une proposition, soit rappelé par un pronom qui se joint 
au verbe ; dans ce cas, la préposition à se met devant le 
premier : â-d aquet esprit qui endauanso lou felibridie, 
que sera bouno escadenso enta s'en serbi, cet esprit qui 
entraîne le félibrige, ce sera une bonne inspiration que de 
s'en servir. 

74. — - L'infinitif complément d'un verbe peut être ac- 
compagné, comme en français, d'une préposition en rap- 
port avec le génie de la langue occitane : se crei de me 
faire pôu, il croit me faire peur ; amo de leii, il aime lire : 
cerques de iouga, tu ciiercbes à jouer ; sen foursats à 
creire, nous sommes forcés de croire ; lous pregui à me 
da (niç.), je vous prie de me donner; Venten à pleura (b.), 
il l'entend pleurei- ; vega'ès de nous fa soupa, voyez à 
nous faire souper ; douna de beure, donner à boire ; un 



GRAMMAlKi: DIS DIALECTES OCCITANIENS. 267 

dio auras à de mouri (b.), un jour il to faudra mourir ; 
autant se val de faire la rasso d..., autant ^■aut faire la 
chasse h... 

Modes et temps 

Corre.<poii(/mice (/es temps fiançais 

Les temps se correspondent dans les deux langues ; 
mais il y a lieu de noter les idiotismes ci-après : 

75. — Indicatif présent. — Dans une phrase interro- 
galive, ou exprimant la surju-ise, la curiosité, etc., le dia- 
lecte auvergnat em})loie volontiers le futur pour le présent 
de rindicatif : tè ! de que farô ouro ?, tiens ! que fait-il 
maintenant ?; eau sera aquet daii ?, quel est celui-ci ?; de 
que diris ouro ?, que dites-vous là ? 

Le niçard dit de même avec se, si : se tu mi seras 
fidel, si tu m'es fidèle. 

Par contre, si l'on veut donner plus de certitude h une 
assertion, on emploiera le présent au lieu du futur fran- 
çais, et le verbe corrélatif se mettra au passé indéfini, au 
lieu du futur antérieur : s'un cop ai finit, m en vau, quand 
j"aurai fini, je m'en irai. 

l.'and gouverne le subjonctif : cand sias paure, quand 
on est pauvre. 

76. — Imparfait. — L'imparfait précédé de si, renfer- 
mant par suite d'une idée conditionnelle, se rend facul- 
tativement par l'imparfait du subjonctif : se me vougues- 
sias dire acô, si vous vouliez me le dire ; li anariei, se 
pouguèssi camina, j'irais, si je pou\ais marcher ; es coume 
vourguèssc (niç.), c'est comme s'il voulait. 

77. — Plus-que-parfait. — Dans les mêmes conditions, 
le plus-cjue-parfait de l'indicatif se traduit par le même 
temps du subjonctif : m'aguessias dich acô, si vous me l'a- 
viez dit ; eu auguèsse raubat (niç.), si quelqu'un avait volé; 
s'aguèssi lougut, si j'avais voulu. On peut dire aussi : 
s'aviei vougut. 

78. — Futur. — Après les conjonctions cand, coume, 
talèu que, lalèu coume, et similaires, le verbe occitanien 
se met au subjonctif présent, ou au futur, comme en fran- 



268 (.K\M\I.\!IÎF. DF.S niALECTES OCCITANIENS, 

(■ais : (ouro ijuc vengue, lorsqu'il viendra ; cancl moun 
Itms siu serbit (toul.), quand mon temps de service sera 
terminé ; cancl veiras, coand bcies (g.), quand tu verras ; 
roamc roudras, coum boulins (g.), coninie lu voudras ; 
/'//('(/ ( (Uiin sii neit (s,^), dès qu'il fera nuit ; vague ouidc 
vague, qu'il aille où il \oudra (où il ira). 

De même en gascon, lorsque le futur se rapproche du 
conditionnel par le sens : lous qui boulhen participa à la 
hcsto. ceu\ qui \oudront (voudraient) participer à la fête ; 
jura ne me bebe, il jure qu'il ne boira plus ; pertout oun 
sien beroi mouiule, jiarloul où il y aura de l)raves gens. 

79. — Futur ardérieur. — Ce temps sera traduit par le 
passé du subjonctif, dans les conditions analogues : mas 
que l'aie vegu (auv.). dès que je l'aurai vu ; talèu que 
l'ague fach se pagara, dès qu'il l'aura fait on le paiera. 

80. — Conditionnel. — Le présent du conditionnel se 
traduit ]jar l'imparfait du subjonctif, et le passé du condi- 
tionnel par le plus-que-parfait lorsque, en français, le 
verbe dépend des conjonctions quand même, lors même 
que : cand plouressias cent ans, quand vous pleureriez 
cent ans ; se le veguessias nieu (auv.), lors même que 
NOUS le verriez ; emai fuguèsses pas vengut, quand même 
tu ne serais pas venu. 

Au lieu de l'imparfait, on dira également bien au pré- 
sent : cand noun leùssigue, quand il ne réussirait pas 
(cf. n° 78). 

81. — Impéralif. — Dans une proposition négative, les 
loi-mes de l'impératif sont remplacées par celles du sub- 
jonctif : boulegues pas, ne bouge pas, au lieu de boulego 
pas ; leiiguès pas acô, ne lisez pas cela, au lieu de lejis- 
ses pas ; noun m'anessias pas ren picant, n'allez pas me 
frapper ; anessian pas faire un trauc, n'allons pas faire 
un trou. 

L'auvergnat ne fait pas sonner Vs finale et adoucit la 
voyelle en e : faie pas co, ne fais pas cela (pour faias). 

La forme du subjonctif est même usitée emphatique- 
ment en gascon, sans la négation : be'ies quin an fin niai 
lous chapitèus, vois comment on a façonné les chapiteaux. 

82. — Subjonctif présent. — Après les verbes exprimant 



GRAMMAIRE DES DIALKCTES OCCITAMENS. 209 

\in doute, ce temps est remplacé par le futur : -es de crene 
que aura morl, il est à craindre qu'il ne soit mort ; ai dou- 
tanso que sera Ion ]ircmlt\ y^ doute ([ii'il soit le premier ; 
erehi soulomen que it'uriilxtra pas, je crains seulement 
qu'il n'arrive pas 

Si le verbe principal est à un temps passé et qu'il ex- 
pi'inie un désir, le pr('S(Mit du \oi'l)0 suijordouné est rem 
placé par rimparl'ail : //' ai escrich que veiujuèsse, je lui 
ai écrit (|u'il vienne (i. c. pour qu'il .viendrait) ; li auras 
dicJi ijue Uni faguèsse, lu lui auras dit qu'il le fasse. 

Le modo subjonctif rst n-inplacé par Tinfinitif i)our 
ailléger la phrase, lors(|ii'il n'y a pas amphilKrloLiie : disi 
pas de pas aima so de houii. je ne dis jkis (jue je n'aime 
pas ce qui est bon. 

L'inlinilif remplace encore le subjonctif dans les expres- 
sions auvergnates, ofi un auxiliaire est employé a\ec le 
sens de nécessité ; èro de vent, il était nécessiair-e que nous 
vinssions ; is de sortre, il faut que je sorte ; aguèren de 
na'ti, il fallut que nous y allassions. Et, plus générale- 
ment : ai de Ion veire, il faut que je le voie, j'ai à le \oir. 

83. — ImparfalJ. — Ce temps est remplacé par le pré- 
sent du conditionnel, après un verbe exprimant un doute : 
ereùié-ti que loumbariei ?. craignait-il que je ne tombasse ? 

Au lieu du subjonctif, le dialecte gascon ejuploie l'ini 
jtarfait de l'indicatif après un verbe i)rinci|)al au condi- 
tionnel : aimerl que-ni balJièbes eoucarré, j'aimerais que 
tu me donnasses (que tu me donnais) (juelque chose ; a.s 
lou pai goaril ? — que buuleii que n'ére, ton père est-il 
guéri ? — j'aimerais qu'il le fût (qu'il l'était). 

Dans ce même parler, avec un verbe principal à l'im- 
parfait de l'indicatif, le verbe subordonné peut se mettre 
au présent du subjonctif ou à l'imparfait de l'indicatif : 
nou coundèbi pas que iorri ou que tourrèbe, je ne m'ima- 
ginais ])as qu'il gelât. 

84. — Infinitif présenf. — Au contraire de ce que nous 
avons dit du subjonctif, il arrive que l'infinitif français 
précédé de la préposition de soit remplacé par ce mode : 
dis que vengués ou que venguessias, il vous dit de venir ; 
a pôu que vous fague ou faguèsse peno, il a peur fie vous 

18 



'^TO C.HAMMAIRF DES DIALECTES OCCITAMENS. 

l'aire de la peine; aura dkli (jue dourmiguùsson ou que 
doiiiuni. il leur aura dit de dormir ; lacliarai que fuijues 
louiilcnl. j<' lâcherai de le contenter. 

Si rinfinitif est complément d'un verbe au conditionnel, 
le gascon le met à l'impariait de Tintlicatif : que caleré 
quèrem à Bourdèu, nous devrions être à Bordeaux. 

85. - Passé. — Le passé de l'infinitif se rend i)ar le 
présent accompagné de entre, aussitôt après : entre parti, 
aussitôt a.près èti'e parti. On peut aussi conservei- la toui- 
niirc fi'ancaise : dès avé parlât, aussitôt ajjrès avoir parlé ; 
(traiis (ju'eslre veni/uls, avant d'être vcinis. 

86. — Parlicipr ])i'('sei)l. — Ce tenijis nian(|ne en auver- 
gnat, ainsi qu'il a été dit. 

On le rend souvent d'une manière (Mégante par l'infinilif 
[U'ésent accompagné d"un ]iréjH)sitiiin : en, ende, entre, 
tre, de : en eamina avarton la fret, en marchant on évite 
le froid ; en de vous veire la sang me boul, en vous voyant 
mon sang boni ; Ire ou enlie l'entendre crida prenguèt 
j)(')U. en l'eiitendant crier il i)ril })enr ; de veire acù, e-n 
\(i\ant cela ; per passa ni repassa (toul.), en passant et 
repassant. 

On remplace aussi l'infinitif par le participe passé ou 
par un substantif : de passade, en passant ; de clînoun, en 
s'iniclinant. 

On ajoute à l'élégance de la phrase gasconne en insé- 
rant tout ou hèt avant l'infinilif : en bel eamina, en tout 
eamina, en cheminant ; en tout escapa oc, en le laissant 
échapper. Et, avec la suppression de en : tout dansa, en 
dansant. 

87 — Passé. — Le particip.e passé sera aussi traduit 
par l'infinitif présent, lorsque celui-ci s'accompagne des 
prépositions sus-mentionnées : entre intra dins la eroto, 
se Irobo une tiero de coulounado. aussitôt entré dans la 
caverne, on trouve une rangée de coloimos. 

Vajpur des temps occitaniens 

Les observations qui précèdent montrent la valeur des 
modes et des temps occitaniens. On peut les résumer 
ainsi : 



GRAMMAIRE DKS DIALECTF.S OCCITA\rK\S. '271 

88. — Lo présent o.\[ii'iine l'idée d'iiii fait ou (riiii élat 
qui se passe ncluelleiiieiil ou eu inème I(Mii|is »[imiii autn^ : 
noi: couiidèbi pan qin- hnri (y.), je \[c. m'iiiiauiiiais pas 
(|ii"il gejàl ; creîtU' H i/uc lti\imli<ti'u'i '/. ciaii^uail il que jt> 
ne lojiibasse ? 

\\ii (Hilre, le ])résenl esl assez, xauiK» pour (l<''sin||(>f ;iiissi 
le fuliir : s'uii cop ai fiiiil, m'en van. cpiand i"aurai lini, 
je m en ii"ai ; caiid iiniiit iciissi(jiu\ quand il ne réussirail 
pas : ctium boulliis (g.), connue In xon.dras ; vendrai cand 
ions (h/rade, je \ieudi'ai (piaud il \()Us |»laira ; i>rrin'iits 
sa qu'arribi {]>.). lu j»i-endras ce qui se présentei'a ; iciicn 
acô, s'nn va]) Imnno à caso, nous '/errons cela <|iuuid il 
reviemira ; eonnijxnio-le bcii, se nonn, iiUrcs jihis dins 
/"or/.s/a/, condnis-toi bien, sinon In n'cnlreras plus dans la 
maison : aimat-be lan qui pouaquiul enter bous auh (b.), 
ainiez-\ons tant que vous pourrez les uns les anires ; 

benedife la jjerbenguc 

e la fillie qui la prengue, 

bénie soit la pervenche et la fille qui la prendra (g.). 

89. — L'imparfait et le plus-que-parfait du subjonctif 
i'eurernient une idée de condilion, de contingence, (jui Ira- 
duil bien, à la manière latine, les temps du conditionnel 
français : anariei, se pouguèssi carnina, j'irais, si je pou- 
vais marcher ; cand plouressias cent ans !, quand vous 
pleureriez cent ans ! ; se l'aguessias visf, si vous l'aviez 
vu ; li ai escrich que venguèsse, je lui ai écrit de venir ; 
Vaguèsses crournpat, si tu l'avais aclielé ; vouliei que me 
prenguessias mesuro, je désire (je désirais) ciue vous, me 
preniez mesure ; amariei que rnadoubessias ma moslro, 
j'aimerais que vous raccommodiez ma montre ; en ])assa- 
ren per so que digousso (g.), ils en i)asseraient par ce 
qu'il dirait ; souvèti que venguessias, je sovdiaite c(ue vous 
veniez ; siei [achat que vous [uguessias deranjat, je suis 
fâché c{ue vous vous soyez dérangé : cresiei que m'aguèsse 
respoundut, je croyais qu'il m'aurait répondu. 

Ils expriment un souhait, ce que les grammairiens ap 
pellent aussi optatif : pousquèsses ausi ma cansoun ! (pr.), 
puisses-tu ouïr ma chanson ! 

Le passé du subjonctif, corrélatif i.\u présent, indique 



272 GRAMMAIRE DES DIAICCTES OCCITAMENS. 

Mussi lo l'uliir autci'ieiir : tunl li-u (jne I'ikjuc jdcJi, se 
pnijuni, dès qu'il raurn l'ail, mi lo i)a\era. 

90. — l.i> ruliir marque un k'iu|»s (|iii n'est pas rncore 
arri\t' ou qui continue à être, même si le Iraneais se sert 
(lu présent : creid sduUnin'u (juc ndirUxiid pas, je crains 
seulement qu'il n'arrive pas; cal sera aquel claqui?, quel 
est celui ci (dont la présence se conlinue dans les mêmes 
conditions) ? ; se'n coj/ icj)assaiai, si je viens à repasser : 
l'ara 1res semanos (auv.). il y quelque trois semaines. 

Le liilui' enire a\tM' ini s(Mis de continuité dans ces 
idiot ismes : hu!o que huiaras, il j)()usse et pousse encore ; 
cour que couriras, et de courir ; Irimo que Iriniaras, à 
l'oi-ce de ])ei:ier, etc. 

91. — 11 laut encore noter Tenq^loi de l'infinitif comme 
succédané des parîicii)es : eu \(le]veire acô, voyant cela ; 
enlre l'aralha vendras ricJie, tout en travaillant, tu devien- 
dras l'iclie : — connue dé]»endance d'un verbe marquant 
l'ohligation : pol ate désire, il })eut se faire que ce soit ; 
is de sortre (auv.), il est nécessaire que je sorte ; so qui ne 
holon pus esta fieit à si medich (is.). ce qu'ils ne veulent 
l)as qui leur soit fait ; — el dans cri le tournure gascoime 
si caractéristique : (jue-m galiei en uo sègo, e iou bisca, 
je m'accrochai à une lonce el je me fâchai ; que Iroubèn 
uo qrano setp, i la inainado crida, ils trouvèrent un gros 
serpent, et la fillette se mit à crier ; à soubros de, iou, 
crida- u (I).), à force que je lui ai cri(' (/. e. à force de lui 
crier). 

D'une manière analogue on dit : sens el vcni. s'il ne 
vient pas ; sens ieu me présenta, si je ne me |)résenle. 
Perdul ù jn-rde (g.), signifie : [)er(hi poui' perdu. 

i/in(inilif actif rem])l.'!ce encore le mémo mode au 
passif : Iou vin esl facli per beure, le vin est destiné à 
être bu 

Il s'ejnploie avec ana, aller, en guise l'auxiliaire, dans 
le style descriptif : cand In val leire murlo, lorsqu'il la 
voit Jiiorte. 

92. — Le participe présent fait fonction de gérondif et 
j'emploie comme dans les exi ressions suivantes : en plou- 
venl, s'il pleul ; en pas jthnivenl, s'il ne pleut ])as ; en avé 



(iKAMM.MFîI. nr.S DIALECTES OCCITWIENS. 273 

OU (7) nvcul filoiniul. coiiTMo il a plu : cii dcrciil plnurc, 
s'il (Inil |ii(Mi\oii- ; nonn m'ancsxias. pas icn pivanL n'allé/, 
pas nu; frapper. 

lliniilnyé coiiniu> ailjcclir \ot'l)al, i! suit los l'èglcs fl'ac- 
('(ird a\(>c le iio.Mi : d'aii/o hoiiUicnlo. clo l'eau ixniillaulc ; 
iiiio bcslin couni'iilo, un animal errant. 

93. — Le participe passé employé comme adjoctii' se 
l'ail suivre de que, avec un verbe à un mode personnel : 
inorl que lou veguèl, s'encourreguèt, lorsqu'il le vit mort, 
il s'enfuit ; acahadn que sara, la vendras querre, quand 
elle sera achevée, lu \iendras la chercher. On dit de 
même, avec un adj(Mlif : ricJie que lou cresien, renvi- 
tavon pertoul, tant (ju'on le croyait riche, on l'invitait 
partout, (^ounviddl quèri ou que fuguèri, anèri à soun 
oustal, étant invité, j'allai chez lui. 

Les règles d'accord du participe passé sont données 
idus loin (n" 101). 

94. — L'infinitif i)résent, le participe passé et la troi- 
sième personne du singulier du présent de l'indicatif, 
précédés d'un détenninatif, deviennent des substantifs : 
val pas lou rena, cela ne vaut pas les grogneries ; pren- 
guèl lou dévala, il prit la descente ; aquel bkhou val prenc 
le heli (auv.), ce pot va se mettre à bouillir ; lou Icli, la 
lecture ; — uno escourregudo, une échappée ; Vacabado, 
rachèvement : uno douiuildo, un somme ; la iialssido, la 
naissance : la inouiduda, la morsure ; la vendudo (auv.), 
la vente ; — uun daiio. un don ; ht lussifio (auv.), la 
toux : (jalopo, galop ; iapo, aboiement. Celte dernière 
série de mois est parlicuilèrenKMit nond»reusc en au\<"r- 
giial, où l'on dil : arho, ii-rilalion : amusa, amusetlc ; 
dilonio, détour : laisso. vide laissé par la mort ; recoho, 
rabâcheur ; sorw, prol(Hiion (de souna, soigner), etc. 

95. — Les temps surcomjtosés marquent im passé plus 
complètement ache^•é : li auriei agut demourat, so dis, 
j'y aurais demeuré, à ce qu'il dit ; i^ai agu parla de nosto 
cresenso (pr.), il m'es! arri\é de lui avoir parlé de notre 
croyance : aquel d'amouni, l'as agut list ?, l'as-lu bien vu, 
celui qui est là-haut ? 



274 GRAMMAIRE DES DIAI ECTES OCCITANIENS. 

Les auxiliaires 

96. On trouve los auxiliaires employés l'un ])()ur 
l'autre a\cc certains verbes : 

a) Lorsque pouvoir est suivi d'un infinitif, si cet infinitif 
veut normalement le verbe être, on l'emploiera au lieu de 
l'auxiliaire français avoir : acô es pas pougut intra, cela 
n'a pas pu entrer (parce qu'on dit es inirai) ; se fuguèssc 
pouscudô veni, si elle avait pu. venir (on dit : fuguèssc 
rciujudo); nous sen pas pousculs teni.nous n'avons pu nous 
retenir (on dit : nous sen tenguts) ; sarié pouscut esta 
maire, il auiait pu être maire (on dit : sarié estât). 

h) .Ire, avoir, signifiant être, prend l'auxiliaire être : 
cU l'ioc es agut, il a été au feu ; sieu agut trop ardit (pr.), 
j'ai été trop hardi : ères agut embulat, tu avais été trompé; 
mas sors soun gudas malautas (auv.), mes sœurs ont été 
malades (1). 

c) Dans les temps surcomposés, le premier auxiliaire est 
celui requis par le verbe principal : ic sias agudo estado, 
en Arlc, vous? (Mistral), vous y avez été, en Arles, vous?; 
li (u (Kjut demourat, j'y ai demeuré autrefois (demoura, 
conjugué avec avoir). 

d) j.e verbe esta prend, en auvergnat, l'un ou l'autre 
auxiliaire : se ou e cita, j'ai été. Le même dialecte con- 
fond èli'c et avoir dans lexpression avoir ri...; is ou e de 
sortre, j'ai à sortir. Mais is, il est, sous-cntend les mots : 
« nécessaire pour moi, pour toi, etc. » ; de même : èro ae 
veni, il me, te, nous... fallait venir. 

e) Ave est employé pour être dans cette tournure : avé 
[aciids sas [uncralhos, ses funérailles étant faites ; et dans 
la conjugaison de plusieurs \crbcs : coume aguerian partit, 
dès f(ue nous fûmes partis ; à coté de : .ses partit d'ouro, 
tu es parti de bunue heure. 

97. — Le i)articipe avènt, précédé de en, signifie comnie, 
puisque, après que : en avent mania de carcliofle, avi- 

(1) Cet emploi jx-ut s'expliquer ainei : on a eu mers sœurs malades, 
nu m'a eu trompé, on m'a eu (i. e, conKidéi-é) trop haixii, on l'a eu 
au feu, etc. 



GRAMMAIRE DES DIALECTES OCCITAMENS. 275 

sa le (pr.). après avoir mangé des artichauts, prends garde; 
en nient plougnt, parti pas, puisqu'il a plu, je ne pars pas. 

Suivi de la préposition de, avé prend le sens de parti- 
ciper, avoir Vair de : aquel oli a del fnit, celte huile a le 
goût du fruit ; as lou mal de ieu (familier), tu me ressem- 
bles. 

Si un infinitif le suit.il signifie devoir : s'ai de mowi, si 
je dois mourir. 

I/expression lias <juc de lou sc^/rc correspond au fran- 
çais : tu n'as qu'à le suivre. 

Avé d'acô de, avé coume se traduisent par ressembler à, 
être comme : avic d'acô del pastre, il ressemblait au ber- 
ger ; aquelo chalo a coume soun (jrand, cette jeune fille 
a les manières de son grand-père. 

Lorsque avoir signifie posséder, l'occitanien le rend par 
leni : tenen la clau, nous avons la clé ; tendren lous mene- 
triés, nous aurons les musiciens. 

L'impersonnel // // a se traduit par l'un ou l'autre auxi- 
liaire : ïn dons mes, il y a deux mois ; a ia proun tems. il 
y a quelque temps ; se nés de boun, s'il y en a de bons : 
de qu'en i a, questudion lous libes (g.), il y en a qui 
étudient les livres ; li serien de tigres ?, y aurait-il des ti^ 
grès ? (voir aussi aux adverbes, n° 12.5). 

Un emploi du verbe avé plus particulier aux dialectes 
occidentaux a déjà été noté à la syntaxe de l'adjectif pos- 
sessif (n" 26) : vuci aven l'oustal pintral, aujourd'hui no- 
tre maison se peint, on peint notre maison; ei lou casau 
mei beroi que lou toun (g.), mon jardin est plus beau que 
le tien. 

Etre 

98. — ■ Etre, ;i riiifinilif i)assif. est parfois supprmié ei 
le \erbe prend la forme active : a besoun d'estama, il a 
besoin dètre étamé ; lou vin es fach pcr beure, le vin est 
destiné à être bu. 

On If suj^jiriino égalcmcnl dans la locutiou contractée 
soun que, pour se noun es que : dcqun n'es pas causo 
d'acô, soun que lu, personne que toi n'en est la cause ; 
sounque ague tort, si ce n'est qu'il a tort. Et dans le gas- 
con : i/o à qui (pour sio a qui sio), à qui que ce soit. 



276 GHAMMAIIΠDES UIALIXTKS OCCITAMENS. 

Il s'emploie explélivement : s'cs que fu^ue, si cela est 
(doit, être); /a sic [que] tingous (b.). qu(»iqu'il n'ait; un 
mesquiiias que sici, un malheureux connue moi. 

( 'on jugué prononninalement cl avec l'adverbe en, il sigini- 
lic disparaître : cVaqui-aqui se nen fuguci, en un clin d'œil 
il disparut. On dit, d'ailleurs, comme en français : men 
[uqucii à la viln, je m'en fus, j'allai à la ville. 

I,e participe estent, avec ou sans en, a le sens de étant, 
lorsque, puisque : [en] estent jouinet, anavi gasta de nis, 
élant jeune, lorsque j'étais jeune, j'allais détruire des 
nids; estent que parti, fai me dinn. puisque je pars, don- 
ne-moi à dîner; en estent que voulié, comme il voulait..., 
voulant... 

Le participe finançais se rend cncf)rc par la préposition 
de : de couchât, étant coucbé. 

La préposition (|ui sftit le français être est sou\ent mo- 
difiée : es de ieu, c'est à moi ; sara de marrit pesa, ce sera 
diflicilc à peser : erian d'estiu, nous étions en été ; s'èri 
en que tous, si j'étais que de vous; estre per faire, pou- 
\ oir faire : siei per avé, il se {teut que j'aie. 

99. — Etre précédé de ce se traduit : 

a) S'il est sui\i d'un pronom personnel, en s'accordanl 
o>i non avec ce i)ronom : siei ieu ou es ieu, c'est moi. 

b) Suivi d'un nom pluriel, il se met au singulier ou au 
pluriel : es ou soun de vendémiaires, ce sont des ven- 
dangeurs. 

r) (Juesl-( c (|ii(> suppriuM' les ninls (jii csl-t r : (/nr dises ? 
qu'est-ce que vous dites?; de que ml?, qu'est-ce qu'il 
vetit ?: eu ven ?, que ven ?, qui bien ? (g,), qui est-ce qui 
vient ■? 

Ben proun que, c'est bien assez (lue, supprime aussi 
cesl. 

d) Est-ce que. le jtlus souvent, ik^ s(> traduit p;is : // 
anircs ?. est-ce (jiic xoiis ii'iv ?. \(''aiimoins : es que lougas 
de libre ? (pr.). est ce tpic vous loue/ des livres ? 

e) Ou bien la phrase incorpore un mot qui indique l'in- 
terrogation : lou veiren-ti ?, est-ce que nous le verrons ?; 
nous troumpan ieu ? (d.), est-ce (jue nous nous trompons ?; 
e bedes ? (g. b.), est-ce que tu vois "?; te crehi ben !, est-ce 



GRAMlMMRK DKS DIALECTES Ot( ITAMliNS. '277 

c|uo je te crains ?; cresi que badines !, csl-ce que tu plai- 
santes ? 

/■) De même pour ncsl-cc pas ? : vendras, que ?, lu 
\iiMi(Ifas. n'est-ce pas ?; es bel, que di>>ès ?, il est beau, 
n'est-ce pas ?; etc. (voir le dictionnaire). 

Autres occitanismes : vol dire, valenl à dire, c'est-à-dire; 
ei que ni sic pas la mediche ainislat? (h.), serait-ce qu'il 
n'y ail pas la même amitié ? 

Autres auzilinires 

100. — On peut considérer comme auxiliaires les ver- 
bes deure. devoir, et ana. aller, qui modifient le verbe 
principal en y ajoutant : deure, une idée de futur, ana, 
une idée de continuité. Ex. : en devent plôure, comme il 
doit pleuvoir : van disent, on dit ; vai cantnnl, il chante ; 
la (oumèdio s'en vai acabado. le spectacle va être achevé ; 
quanes prabant (g.), que tu croisses : le ba bese (g.), il 
va te voir (i. e. il voit. et. en style narratif, il vit, avec 
le explétif) : cand la vai veire morio, lorsqu'il la voit, lors- 
qu'il la \it morte : e Von vai veire arriba un rei, et voilà 
qu'arrive un roi ; noun rnanessias pas ren picani. n'allé/, 
pas me frapper : coume un lumc en anant samoussa, 
comme un flambeau qui va s'éteindre ; e vague de rire, 
et de rire ; al mai te vai crida, il criora d'autant plus. 

Le français aller se traduit encore de diverses manières : 
Ion lerns vol cambia. le temps va changer; sen per ven- 
demia, nous allons vendanger, etc. 



Différentes espèces de verbes 

Verbes passifs 

101. — Les verbes passifs se conjuguent, comme en 
français, à l'aide de l'auxiliaire estre, être, accompagné 
du participe passé : l'aubre es derrabaf. l'arbre est déra- 
ciné : lous ornes saran premials. les hommes seront récom- 
pensés. 

Il importe de se souvenir que le verbe estre fait accor- 
der, aux temps composés, son participe avec le sujet : 



'^TS (.1; \M\i\iitr ni-.s dimiiciis ofciTWiiAs;. 

/(( fciii't es cstado it\(ihinln. I.i rciiiinc n (Mé iii:il;iilf. \'a\ 
sorlo (|Ui> lunis dirons do niônic : /a causa es caindo cnu- 
m-iuiidn, la chose a (Hé 001111110 ; jimus (imics soiz/i cslals 
oublidtits. mes amis ont été oubliés. 

Los ili.ili'ctcs pivnoiicaux, qui ne font pas sentir l'.s du 
idnrifd «i. par suite, ne l'écrixcnt pas. ne donnent pas au 
|.;irli(ii)C la forme du i)luriel : Il droulnun soun nssnvenln, 
les garçons sont instruits : // Iclra fuguèron escricho, les 
lettres Turent écrites : midamiselln. s/as eslado counvidadi», 
mesdemoiselles, vous avez été invitées. 

1,1 piononrialion supprime frécpiemment, surfout de- 
\anl un mol conmicnçanl j^ar une consonne, l'.s final du 
participe masculin pluriel estais, dont le l peut en outre 
sassimilei- ; smicn estais couiuidals, ils auraient été invi • 
|('s (prononcer : esta) ; soun eslals prenguls, ils ont été 
pris (prononcer : eship i)rengHts). 

Vcrhcfi ncufics 

102. - - l)e même qu'en français, certains verbes neutres 
se (onjus^uenl avec avoir, d'autres avec être, d'autres en- 
core iwcc l'un ou raulre au.xiliaii'o : aurés trop eoufie/jal, 
\()us aurez ti'op couru ; erian parlils d'euro, nous étions 
partis de bonne lieui'c^ ; auras ou saras mounlat, lu seras 
monlé : (// toumhal ou siei louinbal, je suis tombé. 

•Mais r.iuxeruiial pousse celte faculté à sa dernière 
Imnie. en cnq>l(i\anl indifiéremmenl avoir ou èArc : e mouri 
on se inouorL je suis mort ; mas sors soun neissidas ou an 
iieissidas en Enilunl. mes su-urs sont nées ;'i .\nd)ei'l. De 
même : avio ou ero sourli. il était sorti : j'uguessen ou 
aguessen derini, si nous avions dormi : la pouarlo a hada- 
do. la porte s'est ouverte. T/accoi'd <iu partici[)e avec le 
snjel a lien, dans ce cas, quel (pie soit l'auxiliaire. 

103. OiianI aux \erbes (pii, actifs en fran(,"ais, sont 
iiciiJK^s en (iccitanien, et récipnxpiemenl, leui" nomen(da- 
lure rf^li'\o du dictioimaife. (itons scidemeiit, connue 
excnqiles fié(iueiits : loumba soun capèl, laisser tomber 
son chapeau ; se loumba per sol, se laisser tomber à terre; 
sembla caUun, ressembler à quohpi'un. 



gija.mmaikl; dl:^ diallctes occitamfas. "27".) 

Vcrhc.< réf/é(his 

104. I.cs \erl)cs conjugués avec deux pronoms de la 
même personne portent aussi le nom de verbes pronomi- 
ii.uix. 1/action qu'ils expriment tantôt se rejiorte sur le 
sujet ((uî la fait : [c uie blesse, /c nie bats : tantôt elle est 
accomplie par deux sujets (pii la fout retomber l'un sur 
l'autre : ces enjunts se balleiil, ils se blesseront (\erbes 
réciproques). 

I.a langue d'Oc suit en cela le français et dit : nquès 
f//v)/c.s se bnton, se van blassa. 

105. Mais il existe en outre, en occitanien, un verbe 
nMléclii (|ui rappelle le \erl)(* moyen on déponent des 
ccmjuuaisons classiques latine cl grecque : c'est celui" qui. 
par la l'édujilication du pronom, mar(|ue que l'action est 
spécialement faite dans l'intérêt du sujet. Ex. : s' es 
eausit un capèl. il a choisi (pour soi) un chapeau : me 
cerqui un empleef), je cherche (pour moi) un emploi ; 
me siei j)cnsal de veni. j'ai eu l'idée de venir : Ir nian/es 
a(iuesl<) pern, tu (te) manges cette poire : me siei troubal 
un dcdal, j'ai trouvé un dé ; se lou saubo, il le garde (pour 
soi). 

Le pronom personnel de ces exemples n'est donc ])as 
le complément direct du verbe, qui n'est réfléchi qu'en 
apparence : nnu sap pas oun se marida la qnuiatn. il ne 
sait où marier sa fille {se indique le possesseur de In 
(jnuiafn) : la bnusso (jui b\it derhnt d nnslo (g.), la bourse 
que \ mis avez laissée chez. nous. 

De même, l'impersonnel se bi-numba, souvenir, a pour 
complément indirect le deuxième pronom : se-m broumbn, 
il me souvient ; se nse brnumbara. il nous souviendra, etc. 

106. — - Les Acrbes réfléchis occitaniens tirent encore 
leur inq)ortance du remplacement du pronom on par .se ; 
se dis. on dit ; se vei que. on xnû que. 

Kn outre, beaucoup de verbes neutres prennent la forme 
réfléchie : se mnurl. mourir ; eslenca-s (g.), glisser ; s'a- 
<l<(ni. dépérir. 

Lorsque, en gascon, un \erhe réfléchi à l'infinitif est 
complément d'un autre verbe, celui-ci peut aussi prendre 



'?80 r.KAMMMIU: DKS niAI.FfTlS ()( riTWFKXS. 

la i'orine réfléchie. On dira donc également bien : boulé 
passeja-s, boulé-s passera cl boulé-s passc/a-s, vouloir se 
promener ; bos te bira-t !, veux-tu te retirer ! 

107. — Les temps composés des verbes réfléciiis se 
conjuguent avec l'auxiliaire être, et aussi avec avoir : se 
soun troubats à la fiero, ils se sont rencontrés à la foire; 
m'ei fach ou me siei fach un pic, je me suis piqué ; nVc 
sourtido d'arjui (auv.), je me suis sortie de là; sV/ embarUil 
lou chibal, il a laissé embourber son cheval : m'ei pcrgul 
(b.), je me suis perdu ; m'e eipermena (auv.), je me suis 
promené. Le dialecte auvergnat se sert plus volontiers de 
l'auxiliaire avoir. 

Verbes impersonnels 

108. — Ces verbes n'otïrent. en occitanien. aucune par 
licularité notable ; comme en français, ils se conjuguent 
à la troisième personne du singulier et, exceptionnel- 
lement, à la troisième j^ersoniie du pluriel, lorsque l'ac- 
tion est attribuée à un substantif concret : lourro, il gèle; 
plôura, il pleuvra ; las peiros li plôuguèron dessus, les. 
pierres plurent sur lui. 

Con'jugai.<on< néi/a/irc et inlciro</tifivc 

109. — La négation timin. luni. adoucie en ne par cer- 
tains dialectes et devant une voyelle (où elle devient n), 
se place immédiatement avant le verbe : noun escrives à 
tout cadun, tu n'écris pas à n'importe qui ; n'as vesital 
que la grand ruio, tu n'as visité que la grand'rue. 

On renforce souvent la négation par l'adjonction de pas, 
qui se met immédiatement après le verbe à un mode per- 
sonnel, et avant le pailicipe ou l'inh'nitif : non cresi pas, 
je ne crois pas ; iini pas cresut, je n'ai pas cru ; per non 
pas creire, pour ne pas croire. 

Pas se renforce lui-même en pas jcs, pas cap, pas min 
go, etc. .• na pas les, il n'en a point ; ne balharai pas 
mingo, pas cap, je n'en donnerai point. 

Nobio, ta rruti t". plouro, 
E tu t'en bas! 



CRAMMAlKi: DKS DIALECTES OCCITANIENS. 581 

Ploino, i^Iouro, jHisfouro/ 
-- Xoii poili nn.-i ! 

Mariée, ta mère le |ileure, et tu t'en vas ! Pleure, pleure, 
bergère ! — Je ne puis pas ! (Jasmin). 

La négation essentielle non, ne peut être sup|)rimée : 
vnli pa^ tjiie digon de iwu, je ne veux pas (|u"ils relusonl : 
se n'ar/us^^'s- pas cap, si lu n'en apportes ancnii ; pcr /k/s 
alounga, pour ne pas allonger ; a ren agul p6u, il n'a pas 
eu peur. 

A noter cette tournure familière : lou vcgiK'ri e nnun Ion 
rcguèri^ en somme, je ne le vis pas. 

110. — L'occitanien n'usant pas des pronoms personnels 
sujets, l'interrogation la plus simple ne se fait sentir à 
l'oreille (jue par le ton de l'interlocuteur, à l'œil par la 
ponctuation : faii II ana ? — fau II ana !, faut il y aller ? — 
il faut y aller. 

Cependant l'occitanien possède aussi des particules in- 
terrogatives : ti, la (a.), li (a.), leu (d.), mèci (d.), e (g. 
h.) : es-il vengiit ?. mcci es vèngul ? fd.). est-il \enu ?: c 
as bedut ? (g.), as-tu vu ? ; nous Iroumpdn wn ? (d.). nous 
trompons-nous ? 

Les pronoms interrogatifs suffisent h marquer le sens : 
de que vol ?, que veut-il ? 

Enfin, on indique aussi l'interrogation par une tournure 
appropriée : vendras, que ?, viendras-tu, au moins ? ; cresi 
que badines !, plaisantes-tu ? : le crchl ben !, est-ce que je 
te crains ? 

Lorsque le sujet est un substantif, le français ajoute un 
pronom correspondant ; l'occitanien emploie la jiarticule 
// (qui semble être une contraction du français l-il : a-t-il ?. 
n-ti ?), ou tien place le verbe avant le sujet : nous cou- 
mando Vounour de faire acô ? ou Vounour nous coumando- 
ti.... l'honneur nous commande-t-il d'agir ainsi ? 

Mais le ton suffît, la plupart du temps, pour indiquer 
l'interrogation : lou Bertrand, es pas aissl qua esludiat ?, 
Bertrand n'a-t-il pas étudié ici ? ; soun prestes, mous 
afas ?, mes objets sont-ils prêts ? : c aquelos belos espar- 
gos vous dison pas ren ?, et ces belles asperges, ne vous 
disent-elles rien ? 



'282 (.i;\M\i\ii!i: DIS DiALF.rrr.s occit\mi:\s. 

Le participe passé 

Les règles qui régissent l'accord du participe passé s*é- 
rnrtoiil sonsihlement de celles du français. 

111. EnipIo}é sans auxiliaire, ce mol est considéré 
romnio un ndjeclif cl s'accorde de même : lous libres 
préférais, les livres préférés ; las drolos vengudos per 
ciirioufiiUtf, les fillettes venues par curiosité. 

112. roiijngué avec l'auxiliaire être, que le \'erbe soit 
[.;issir. iioulre ou réfléchi, le participe s'accorde avec le 
sujet : la Ichre es espaurldo, le lièvre est effrayé ; las 
escolos èron clausos, les écoles étaient fermées ; // soun 
anah. ils y sont allés ; .se soun planchas, elles se sont 
()laiiitos ; es estado malauto, elle a été malade (le verbe 
êlre étant soumis à la règle générale) ; s'es .facho mal, 
plie s'est fait mal; s'en seré caluts mesfida (g.), il aurait 
fallu s'en méfier. 

Les verbes accidentellement impersonnels restent plu- 
tôt au singulier : es arribal ou soun arribats de mau lous- 
icins, il est arrivé des contre-temps ; es loumbat une neva- 
raisso, il est tombé une légère couche de neige. 

Rem. — On doit se rappeler que le provençal et certains 
dialectes ne font pas sentir les finales du pluriel et ne les 
écrivent pas : ie soun ana, ils y sont allés : ie soun anado, 
elles y sont allées. 

113. — (^jujugué avec Fauxiliaire avoir et sans complé- 
ment, ou a\ec un complément indirect, le participe passé 
reste invariable : an courregul, ils ont couru ; avien 
jcmil, ils avaient gémi. 

L'auvergnat dit, par exception : ma sor a eitado ma- 
laulo. ma sreur a été malade (étée) ; de même qu'il dit : 
la jiouorlo a badado, la porte est ouverte, mêlant confu- 
sément les deux auxiliaires et leurs attributions. 

S'il y a un complément direct, on doit avoir égard à 
la natur-e de ce complément, suivant qu'il est pronom 
personnel, pronom relatif, ou substantif. 

a) Le participe précédé d'un complément direct marqué 
par un [)ronom personnel s'accorde avec ce complément : 



r.l{.\MM\llli; 1)1. s DIM.KCTKS OCCITAMF.NS. '283 

1(1 fcbrc, rai aijudo, la lièvro, je l'ai eue ; avè^ jtns vist 
mas clans ? las ai pcrdmlos, n'avez-vous pas vu mes clésï 
je les ai perdues ; as croumpal aucos ? — ■ o, que las ci 
croumpados (g.)' ;^s-tu acheté les oies ? — ^ oui. je les ai 
achetées. 

h) \.o |Kiriicij)o pi-{'>céil('', comme complément direct. <ru 
|ii-()nom rolalir (jiw. (jui (u.), reste invariable : la terra 
qu'ai croumpal, la terre que j'ai achetée ; las civados qua- 
icn semenal, les avoines que nous avons semées ; la 
mostro que ru as haliuil, la miinti(^ (pie tu m'as donnée ; 
las flous que m^tvias demandai, h'S fleurs que vous m'a- 
viez demandées. 

L'accord se fait cependant, si le participe est précédé 
de de : lou pauc de terro qu'aven de laurado, le peu de 
terre que nous avons de labourée. 

/./ jdalano que nioun grand avié planta, lis aven derra- 
bado (pr.), les platanes que mon aïeul avait plantés, nou» 
les avons arrachés (planta, invariable, parce que précédé 
de que ; derrabado, variable, s'accordanl avec lis). 

On peu' aussi faire l'accord, en auvergnat et en gas- 
con, malgré ral)sence de la préposition de : las letras qu'a 
'qu ou que '(judas (auv.), les lettres que j'ai eues ; las 
lèbes qui ei croumpal ou croumpados (g.), les lièvres que 
j'ai achetés. 

c) Si le complément direct est un substantif," le participe 
reste invariable, même si le substantif le précède, par 
l'effet de l'inversion : ai escrich loutos aquelos letros, j'ai 
écrit toutes ces lettres ; las dos croustos an manjat, ils 
ont mangé les deux croûtes : nèu nous a pourlal river, l'hi- 
ver nous a apporté de la neige. 

Mais si, outre le substantif, un pronom personnel pré- 
cède le participe, celui-ci sui\ra l'accord : la raubo, se Va 
chausido, la robe, elle l'a choisie. 

Le dialecte gascon fait facultativement l'accord avec le 
complément qui suit : ei gousiat ou goustados las higos, 
j'ai goûté les figues ; [amei n'a loucado la ma d'un nubrè, 
jamais il n'a touché la main d'un ouvrier ; 

lou pare! h nuiu (idret... 
qu'a connegvde l'agulhade, 

le couple maladroit a connu l'aiguillon (Camélat). 



•^H\ v.n.\\\\]\U{\: dis diai.kcïks occrTANiE.NS. 

Hem. — L'inversion place i)arfois le participe en tôte 
do la [iro|)<tsition ; dans ce cas, il faut rétablir nionlalonieiit 
l'ordre des mots et appliquer on conséquonce la rèi^le de 
l'accord : ncabado (jue sara. la vendras (jueire, quand elle 
sera finie, lu viendras la chercher (participe avec être : 
accord') : acabado que ïaura. se n'en cercaia unu aulro, 
(|uaii(l il laiira achevée, il en cherchera une autre (partici- 
|)e a\ec avoir, que précède son complément direct la : ac- 
cord). Dans l'exemple : avé fachos sas funeralhos, ses fu- 
nérailles étant faites, le participe n'est pas considéré com- 
me lié à l'auxiliaire ; le sens est : lorsque l'on eut obtenu 
que ses funérailles furent faites. 

Quand le inirticipe est précédé du pronom en, ce pronom 
peut ne se rapporter à aucun mot précédemment exprimé ; 
on sous-entend alors le mot choses, au pluriel, et l'on fait 
l'accord en conséquence : la terra qui houram, que na 
histos e que na audidos (g.), la terre que nous fouillons 
on a vu et entendu. 

Aux temps surcomposés, le participe du verbe avoir peut 
ou non s'accorder : vous ai mandai aquelo letro, ire que 
Fai agudo ou agut acabado, je vous ai envoyé cette lettre 
dès que je l'ai eu terminée. 

114. — Le participe d'un verbe pronominal accompagné 
de son complément direct s'accorde avec le sujet du verbe : 
.s'c.s causido'uno raubo, elle s'est choisi une robe ; se 
sou/7 enviscados lous dits, elles se sont poissé les doigts ; 
la man que s'es enviscal, la main que lui s'est poissée ; 
lou mal que s'es aganiado, la maladie qu'elle a attrapée; 
labilhomen, se l'es causido, le \êtement, elle l'a choisi. 

Mais on peut aussi remplacer l'auxiliaire être par avoir, 
|)Our éviter le désaccord virtuel d'un participe féminin 
avec un substantif masculin, et l'on dira : labilhomen, se 
Ta causit ; lou mal que s'a agantat elo. On dira encore : 
.se Ves causido, Vabilhomen, mettant le substantif com- 
jilément après le verbe. 

115. — Participe suivi d'un infinitif. — Le participe 
suivi d'un infinitif, s'il est conjugué avec être, s'accorde 
dans lous les cas avec son sujet : se soun fachos faire de 
raubos, elles se sont fait faire des robes ; se fuguèsse 



GKA.M.MAIUF. DIS IH AI.l.C TKS OCCITAMKXS. '285 

pouscudo veiii, si elle axait pu venir ; nous scn pas pous- 
culs leni, nous n'avons pu nous tenir ; las fcnnas souii 
vougiidas mouida (auw), les fennnes ont voulu monter. 

Ayant j)Our auxiliaii'e le xci'ho avoir, le parlieipc passé 
sui\i d'un infinitif s'accindc avec le coni[)lénient direct (jui 
le précède -.aquclo raubo, se l'a j'acho faire, cette robe, elle 
se Test fait faire ; se las a laissados ana, elle les a laissé 
échapper : mas sors, las e vou(judas segre (auv.), mes 
sœurs, j'ai voulu les suivre ; la mar, Tauen pas pouyudo 
leirc, la mer, nous ne Taxons pu xoir ; las civados qu'aies 
visl ou vistos sega, les axoines que xous avez vu coui)er 
{vist, à cause du relatif (jue) ; de l'abé bengude hese (g.), 
d'être venu la voir ; la malaudie se-ns e las a heites creba 
(g.), la maladie nous les a fait périr. 



CHAPITJrE VI 

L'AnXKRBE 

Ouelques adverbes s'écartent du français sous plusieurs 
rapports. Nous étudierons ici la place, l'accord, le com- 
plément et les particularités d'emploi qui leur sont pro- 
pres. 

Place de l'adrerbe 

116. — Les adverbes qui traduisent le français y, là, ici, 
lorsqu'ils sont accompagnés d'un pronom personnel, so 
placent indifféremment en occitanien, avant ou après ce 
pronom : me ie permenave (pr.), le meipermenavo (auv.), 
je m'y promenais ; me ie fas ana (pr.), m'i hases ana (g.), 
li me fas ana (niç.), tu m'y fais aller ; ie la liio dedins, il 
l'y jette dedans ; li si fa (m.), on y fait ; lei nadus (d.), il 
y en apporte ; s'en i ba (toul.), il y va ; ts 'en i poudèt 
tourna (b.), vous pouvez y retourner; ie na pas, ni a pas, 
en noun i a pas, na pas (m.), il n'y en a pas ; de quen i a 
se sauvon, il y en a qui se sauvent ; nou ni manca pas 
(b.), il n'y en manqua pas ; li s'abeura (niç.), s'y abi'euver ; 
pourtal-p en i (b.), transportez-vous-y. 

19 



'28(1 (,l;\MM\ll;l l»l s DIM.IXTKS OCCITAMENS. 

1)0 iiic'-iuo. sans le in-onom : sdi es. il osl ici ; noim s'i ci. 
il n'y a ici ; /"i// lai es Jièl (\.). là. Imit osl beau : ni ei 
hisl r/io.s gouiatofi (g.). j"v ni \u deux filles ; es / ? (toul.), 
y es-tu ? ; vesi ioul so (jiie se passo d'dissi ei) [orn, d'ici 
je vois tout ce qui se passe dehors. 

I/iuversion qui donne au verbe la [iromière place, même 
dans le style direct, est suiloiit fréquente dans le bassin 
fie la Garonne : hahon .<?'/ pnloumos, des palombes s'y 
baignent ; quenlie m en i, que j'y entre, 

l/ad\crbe devient alors encliti(iue : ou qui e sap bese~i 
(b.). à celui qui sait y voir ; après aué-i hist (g.), après y 
a\'oir \u ; dâclie-i. laisses-y. Et, avec réduplication de 
Fadverbe : qui eau ana-i, il faut y aller. 

On notera encore ces exemples de l'inversion de Tad 
verbe : soun empensados Jièro (g,), elles sont très réflé- 
cliics ; de pauc inlho. qui vaut peu ; de pauc 'dura, qui 
dure peu ; Ion que de jdus /'/"n/crcs.so, ce qui l'intéresse 
le })lus ; so de f)lus hèl qu'on pnl veire. ce (pi'on peut 
\oir de plus beau : lou liât que couje us eoandes réitérons 
(]».), le destin tond combien de pauvres hères ; de tantes 
ni ahè (g,), tant il y en avait. 

Accord (Ir radvcrbe 

117. — l'ne intéressante particularité de certains adver 
bes occitaniens est de dépouiller le caractère de mots inva 
riables. pour s'accorder avec leur complément ou avec le 
sujet du verbe. 

Les adverbes de rinnntitc j^euvent re\'ètir la forme adjec- 
li\e. comme le fait le français archaïque dans cet exem- 
ple : Sduventes fois, souventos fes. Ex. : nutantis de pou- 
tous (1.). aulaiil (\o bnisors : tantes drôles, autant d'enfants ; 
/'//(//■ tiello (pi'.), extrêmement belles ; landes de saints (b.). 
tant de salutations : tantes que sen, tous tant que nous 
sommes : ploujo. janiei n'ahè piehado autanto (g,), de la 
l>1uie. jamais il n'y en eut autant de tombée ; d'estros tan- 
tos autos, des fenêti'os si hautes : tantes e tantos que 
siès. vous eounridi. je vous invite tous, tant que vous 
êtes ; proussos terros (rouer.), assez de terres ; saren 



(;i;.\MM \ii;i i)i;s di \i,rcTi:s ocriT.wiKXS. '287 

/)/a///s (I.). nous siTiiiis hoaucoup : hcics cops (^.). hoMii- 
coiip (If l'ois : //('/•(•s (lotis (jui coJtnrchcn. boaiicoiip do 
ci'Mix (|iii (•oiiiiaiss(Mil : (((iitix cops, cdiilis de cops (i;. 1.). 
coiiiliiiMi (\o coniis : pauqucs. de mcstics, peu (]o méliors : 
sèii jxiucs. nous soiiiiiios \)C\\ : plus!<() de Irislesso, [>lus de 
trislesse ; mdisses de lihies, jilus de livres ; Iropa d'auju. 
li'op d'eau : se ses jxis Iropes. si vous n'êtes pas liop ; 
firaityi) soupo (rou(^r.l. assez de souiie : naren fosses ou 
fiissds, nous en a\()ns heaucou]) (masc. ou fém.). 

118. — Les advei'Iies de nianitre peuvent aussi s'aeecu'- 
def, en Liascon : la (/(dote (/ue s'en hnirna loiile doitsse- 
inenhde. la p(Mil(' clialle s'es(|ui\a tout doueenient : lus 
{[tieslidits j sotin soidicnloles pèijos on ])ip(iiilos. les 
(|ueslions y soni Irétph^mnienl sottes ou malséantes ; lotis 
li)(is luils. A niieies esconntils lienx la pasli\, les liras nus, 
à demi enfouis dans la pàl(>. 

Tout \arie par eu]>honie. eonune en français : es lonio 
passido. elle est toute fhMrie ; lotilo natio cintinipado, fout 
nouxellement achetée. 

Complément <Jr l'adi-firbe 

119. — Les ad\er'l)es de (pianlité sont susre|itil)les de 
recevoir un comjilémenl rpii. en fr'ançais, est marqué par 
la pré[»osition de. Cette préposition peut s'ometti'e, en 
laiiuue d'Oc, et nous avons vu fjue l'adverbe peut alors 
s'accorder comme un adjectif : pioun de mniinde ou 
jiroiilii] iitonnde, assez do monde ; pviiun de eops ou prous- 
ses < ops. |ieauron[i de fois ; ii'i n protm de dieh. c'est asesz 
causi' : ptitiijnes [de^ niesliés. peu de méliei's : hailes inilo, 
làidti mil (lue.), tant de mille ; aura e prou mai trebai e 
pas huit iiuniiiedo (an\ .), maintenent j'ai bien plus de ti'a 
\ail e! moins d'ari^ent : enutes [de] eops. eaiil de eoj)s. 
condiiiMi de fois. 

Dans les exitressions : enid as d'((i\ 7. e(iiil as de lents ?. 
((uel àiie as tu ? : eant me dounariés d'an ?, (juel âge me 
donneriez-vous ?. le complément de c(mt se met au sinau 
lier, comme i'e[>résenlanl ww nom abstrait : quelle quan- 
tité de temps, d'âge... De même : cant es d'ouro?, quelle 
heure est-il?, mot à mot : combien est-il de l'heure ? 



■288 (il; wiM.MKi; f)i:s m\r r.« n:.'- orrrrAMRXS. 

Autre,< ixiilhularit p'.s- 

120. — L"adverbe peut être précédé dune préposition : 
('/( mai, (Ici mai, ni mai te va crida, il criera d'autant plus , 
en caiil Fcstimafi ?, à conil)ion l'eslinio/.-x ous ? : pcrahns, 
jjar là-bas ; t-s avans (li.), en a\ant ; cnl assi (ii.). plus près 
d'ici ; dau perloui (1.), de partout ; de bel proun, de beau 
coup. , 

121. — Lorsque, en français, la conjonction que suit 
un adverbe sans faire locution, elle peut être supprimée en 
occilanien : helèu ['/f ] <>. i)ent-être cpie oui. 

Mais il est de nneilleur style, surtout en présence des 
adverbes de manière, de tourner la pbrase : hen val que 
me fan dich, heureusement qu'on me la dit ; se se devinu, 
es mort, peut-être qu'il est mort ; vendra segur, sûrement 
qu'il viendra. 

122. — • On donne à l'adverbe le rôle de substantif en le 
faisant précéder d'un déterminatif : autre tant, encore 
autant ; un autre autant, une fois autant ; un pauc emai 
un proun, un peu et môme beaucoup ; me dounnrés un 
tant, vous me donnerez tant : /ou trop es pas de Kouvela, 
l'excès n'est pas souhaitable. 

Il est adjectif dans : so pauc quavic. le peu qu'il avait. 

Les adverbes en men fournissent à la langue des mots 
tant soit peu alourdis jiar cette finale. Le génie de l'occi- 
lanien tond à alléger la diction, en faisant jouer le rôle 
d'adverbe à l'adjectif même, au masculin singulier : pre- 
mier me diras, lu me diras premièi-ement ; poupa reguli(', 
téter régulièrement ; que-m blenou dise, poulit (g.), il vint 
poliment me dire ; soun beroi bets (g.), ils sont joliment 
beaux. 

Ou l'on y subvient par l'emploi d'un substantif : èro 
impourtant de saupre, au soulide. Ion noum. de Vautour, 
il était important de savoir d'une façon ce: laine le nom de 
l'auteur : per l'enlei (auv.), entièrement. 

Quelquefois l'adjectif est mis au b'MTiinin : .se dèu faire, 
unn que Ion voli, piei..., on doit le faii-e, i^remièremenl 
parce ([ue je le veux, ensuite...; uno pcro franco pren- 
dibo (g.), une poire franchement précoco. 



ci; \MM\ini; i)i;s diaijxtf.s occitamfas. "289 

On retromera i)lus loin. au\ chapitres de la préposition 
et (le la conjonction, les adverbes qui scr\cnt en cette (pia- 
lité. 

lii'marque.^ sur certain-i adverbes 

123. — La morphologie nous a fait voir la \ariété et la 
délicatesse des nuances par lcs(|uelles Toccitanien mai'que 
les distances, que le français rend par ici, là, accompa- 
gnés d'un terme explicatif : sai, aissi, ici : aissa. par ici ; 
aissalin. ici plus loin ; aissa-bas, ici-Bas : etc. 

La forme abrégée ci se traduit tantôt \-mr ais.si. aqui : 
aqui jais, ci-gît ; aqucl orne d'aissi, cet homme-ci ; tantôt 
par sai : sai en reire, ci-devant ; sai sus, ci-dessus ; sai 
à ientour, ci-entour ; tantôt par un adverbe unique : enfrc, 
infra, ci-dessous ; deioust, ci-après. 

Rappelons que les adjectifs aqueste. aqiiel. renferment 
en eux-mêmes les sens de (celui-)ci, {celm-)là, et qu'il n'est 
pas indispensable d"v ajouter l'adverbe. 

Aissi, aqui. par ellipse du verbe ctre, signifient encore : 
voici, voilà : aisst la, la voici ; aqui lous, les voilà. La 
forme plus complète est aussi en usage : ve-l'aqui, ve'ia- 
ïaqui (montp.). le voilà. (V. à rinterjection.) 

L'auvergnat ajoute l'adverbe // (pour qui. abrégé de 
aqui) et même le redouble pour préciser : is he ali-li. c'est 
bien là même ; is be quel d'ali-ii. ou (jucl li-li. c'est celui- 
là, en effet. Dans la locution çà cl là. sui c lai. il renverse 
les termes : H c sai. 

L'expression là où supprime d'ordinaire là. surloul 
lorsque le sujet précède : lous c((sses, oun au gajal, snun 
bclas, là où les chênes ont bien pris, ils sont superbes. 

Oun, marquant mou\ement. doit être précédé de la pré 
])osilion enta, vers, en gascon : enl oun bas ?, où vas-tu ?. 

Enla s'ajoute pour manpier l'éloignement par rapport 
au lieu occupé par celui cpii parle : so dit sent Pc de de- 
qucnx enla, dit saint Pierre, de l'intérieur. 

124. — Les pronoms en, ;/, s'emploient aussi conune ad- 
verbes, ce qu'ils sont étymologiquement : ncn vèni, j'en 
Aiens : /; anaras. tu [y] iras. 

Ils servent en outre, avec l'aide du relatif que, à rendre 



590 (.1! \MM\li;i: DF.S DIM.l-.fTF.S OCCITVMENS. 

lo sons (If d'où ni n/V, a\cc iimiix oiikmiI : /f( rihi i/uc n'en 
parti, la \ill<' il <>m je pars ; l cscolo (juc li vas, l'école où 
lu vas. 

l.ors(iiril n'y a pas momomciit, (jiic esl seul m usacrc : 
/')(; Icms. (JUC scn, le temps où nous sommes ; l'ciulrcch que 
nasquèv'i, le lieu où je nafjuis. Cet emploi de que s'est 
i:éncralisé, de sorte (|uc l'on dit aussi volontiers : ïcscolu 
(juc vas ou mouille vas. 

125. — // // a se rend par // a. ia (pr.). la (m.). / ei 
(!».). Plus spécialenieni, lorscpi'il est mis pour êlic, on peut 
le traduire par ce \crbe : b'cn soun 1res paslouros, il y a 
trois bergères : // sara un lai mounde, il y aura tant de 
gens ; — ■ ou [lar /'///■(• ; fai aqui proun mounde, il y a bien 
du monde ici ; — et i)ar avé : avès de /e/is que, il y a des 
gens qui. 

Alarijuanl le temps, l'occitanicn arrondit la phrase de 
(li\ersos manières : /(' '/ cauqui mes fa (nie.), cauqui mes 
de Icins (pr.). il y a (pielqnes mois ; aro un an, desj)iei un 
an en sa[i]. il y a un an : lous gouiats d'aro en la Irenlo 
ans (b.), les garçons d'il y a trente ans ; dcmoro une 
scsoun, dempueh hèro pauso a (g.), il y a longtemps ; 
(/n'a (anl a (b.). il y a si longtemps (noter le redoublement 
de a) : a /a proun, il y a quelque temjts : bides dies a (lavô 
(g.), il y a de beaux jours ',dès ans a, huio dès ans, il y a 
dix ans : de tout tems a (g.), de tout temps ; passai anlan, 
il y a deux ans ; apounchi cinc ans que, il y a bientôt 
cin(| ans f{uc ; avans delà ier, il y a trois jours ; de pauc 
en sa, il y a peu de temj)S ; nro memelo, il n'y a ({u'un ins- 
tant. 

126. — - .4.sse-, suivi d'un substantif, se dit j)roun : proun 
mounde. assez, de gens. Suivi d'un adjectif, il se rend, 
soil ]>ar le dimiiiulir de cet adjectif, soit i)ar une tournure 
|)i'opre à r<»ccitaiiien : r/randet, assez granrl : (//) brave 
ouslid, une assez grande maison ; de bravos anquielos, 
d'assez grosses anguilles; siei galhardel. je vais assez bien; 
vcnqucl d'uno bravo ouro, il vint assez matin. 

127. — Autromen s'emploie j^our att(^mier un ])ropos : 
nutromen, disias que... vous disiez donc que... ; sies ma- 
ridal, aulromen, vous, Jan?, est-ce que vous clcs marié, 
Jean ? 



r.HAMMAlUr. DIS DIALIXTES orCITAMF.XS. 291 

128. — Beaucoup se rend par fosso, pioun ; mais s'il est 
accompagné d'unf iiôualion. par ijuirc : u'i avié fosso, il y 
(Ml avail beaucoup : n'eu troubaras pus gaiie, tu n'en trou- 
veras pas beaucoup. 

129. — Coumo traduit à la fois comme, comment et en- 
viron : sabi pas coumo, je ne sais comment ; fai coumo 
vint ans que Val pas vist, il y a environ vingt ans que je 
ne l'ai vu. 

Il s'emploie aussi au second terme d'un comparatif, au 
lieu de (jue : tant grand coumo tu, aussi grand que toi ; 
hindcl pas tant lèu coumo ieu, il ne courut pas aussi vite 
([ue mol. 

On le sous-entend dans : coumo acù vai? — lou vesès .', 
comment cela va-t-il ? — comme vous voyez ! 

130. — Mieux se dit melh, melhou ; mais, dans le sens 
de préférence, on doit le rendre par mai : aimi mai lou 
vin. j'amic mieux le \in ; rai nua [(juc] noua [uguèssc^ 
vengut, il vaut mieux que tu ne sois pas venu. 

131. — Moins, suivi d'un nom de nombre, se traduit par 
nianco : nôu ouros manco un cart, neuf heures moins un 
({uart ; dès pistolos manco un escut, dix pistoles moins un 
ccu. 

132. — Piei, puis, se place après le verbe, avec le sens 
de finir par : acô vou.s enfcto. piei, cela finit par vous en- 
nuyer. 

Il s'emploie pour donc : sarié //. (K/ucI jircs d'Arles, unn 
piei tant marrido idcio ?, ce prix d'Arles serait-il donc une 
«I mauvaise idée ? 

133. — Plan, bien, précédé de de, prend en gascon le 
sens de convenablement : sarresca las mas de pla, se rin- 
cer les mains comme il faut. 

134. — Que signifiant combien, se rend par canl et, si 
l'on insiste, par que tant, qui peuvent s'accorder avec le 
nom : cantos [de] causos sabes fa !, que de choses tu sais 
faire !: que tantos de chicanas !, que de chicanes!; moun 
(0 quia ei ielous ! (b.). que mon cœur est jaloux ! ; caid 
ses tardiu !, que tu es en retard ! 

Que, au sens de assurément, se traduit en gascon par 
be : be soui fou malurous !, que je suis malheureux ! ; be 
se troumpaio doun bien !, ah ! qu'il se trompait ! 



Î9"2 c.KAMM \ii;i: Di.s Di.\i.i:ni:s occitanilins. 

135. — Quelque, signifiant environ, se traduit par coumo 
(m° 129), ou bien par le fulur : fui cnunin 1res srmdnos ou 
(ara ires semanos, ou, en auvergnat : fait ii caucas Iris 
semanas, il y a quelque trois semaines. 

136. — L'adverbe talomen se renforce par l'adjonction 
de si, pour marquer l'emphase : si ialomen bèsti !, telle- 
ment bête ! 

On obtient un résultat identique, en traduisant le fran 
çais tellement par de tant : de tant mal faehos que soun, 
tellement elles sont mal faites ; tant en coulèro, tcllemenl 
en colère (sans emphase) ; es talomen ansin que podon..., 
tellement que l'on i)eut.... (oîi ansin fait pléonasme). 

Ansin[do]. antau, placés après un nom. pieimcnt aussi 
le sens de tel, pareil, tout en restant invariables : un estou- 
pinas antau. lui pareil lourdaut : perqué fas de causa an- 
sindo ?, pourquoi fais-tu de telles choses ? 

137. — La négation. — Dans une proposition où l'idée 
de la négation est déjà exprnnée. on ne traduit pas l'ad- 
verbe négatif ne : li en parti pas, je ne lui en parle pas ; 
manio ni bèu, il ne mange, ni ne boit : en vescnt dajun, en 
ne voyant personne ; lou vesi pus, je ne le vois plus ; en 
lioe nen troubaras, tu n'en trouveras nulle part. 

-Mais ce n'est pas une faute que de Texprimer : en noun 
la les (pr.), il n'y en a aucun ; per pas en veire nat, pour 
n"en voir aucun. 

11 faut néanmouis remarcpior qu'on n'exprune pas à la 
fois ne et pas, mais que le choix est libre entre les deux, 
guidé par l'harmonie de la phrase : noun lou digues ou 
lou digues pas, ne le dis pas. 

La faculté d'exprimer ou non ladveibe négatif donne 
lieu à des tournures dont la Iraductiou littérale serait juste 
contraire au sens \oulu : li a pas pus de vin dins la bouto, 
il n'y a plus de \in dans la barrique (ne pas traduire : il 
n'y a pas jjIus de vin..., ce sens doit s'exprimer ainsi : 
// '/ jias ttiai de vin...); li manco pas (ju'un sul. il ne lui 
man([Uf» qu'un sou. Mais pour dire : il no lui manque pas 
qu'un sou, on évitera l'amphibologie en enq)loyant une pé- 
riphrase : se li mancavo quun sol !, ou ; li manco mai 
quun sol, tè !, ou toute phrase analogue. 



GRAMMAMU. DFS DI.M.KrTI.S OCCITAMEiNS. î'.l.') 

Rem. — Lors(iuc la négation osl sui\io du jifonom /;<•. le 
n occilanicn l'cmplace ce dernier et ne doit pas être pris 
pour la négation : n'ai ics, c'est-à-dire : ne (nou) eu ni /es: 
mais t>K)un ai /es contient la n(''gati()n. soit (lue l'on consi- 
dère noun comme ayant absorbé le [»ronom : noun en, soit 
qu'on l'explique par la contraction de nou\e]n. 

138. — Le ne explétif français se rend par pas : despiei 
cjue l'an pas list, depuis qu'on ne l'a vu. On le tra- 
duit affirmalixemeid. dans : mai sauvent que so que vol, 
plus souvent qu'il ne \eul ; pas tant riche que so que sies, 
moins riche que tu ne l'es. 

La négation restrictive ne... que se traduit pai' (/ue, pas 
(juc. snun que (g.), ma (auv.) ; veson pas quel, on ne voit 
f|ue lui ; le n'a ma per se (auv.), il n'y en a que i)0ur lui ; 
parlo soun que d'acô (g.), il ne parle que de cela ; n'ai pas 
risi que lums, je n'ai vu (pio des lumières. 

139. — ■ Non signifiant un refus se traduit par les termes 
atténués noun pas ou, dialectalement, o pas (où l'on re- 
trouve le hoc étymologique de o) ; nen vos ? — Jioun pas !, 
o pas !, en veux-tu ? — non !. 

Pour accentuer le refus, on dira pas jes : lou vendrai pas 
jes, je ne le vendrai point. Et si l'on veut être encore plus 
catégorique, on ajoutera re : lou [ara pas H re (auv.), il ne 
le fera certainement pas. Noter encore cette expression 
pléonastique : e re pus pas mai (auv.), et plus rien davan- 
tage (et c'est bien tout !). 

Exprimant une déuégation opposée à une affirmation, 
non se rend par que nani. mas que noun (auv.) : es ben lu 
qu'as fach acô ? — que nani !. c'est bien toi qui as fait 
cela ? — non pas ! 

Ou non répète le tjur i\r la ])i-emière [iréposition : que-u 
houlhen ou que nou (b.), (pi'ils le veuillent ou non. 

La négation conteinie dans l'expression nu (amais repa- 
raît en occitanien : es lems ou iamai noun : es tems, se 
mai noun, il est temps ou jamais. 

140. — I/expressiou i(''dui)ricati\o de nouveau se renrl 
par reire, formant un mot composé, ou par tourna : reire- 
eqzamina, examiner de nouveau ; se tourna me mariai, si 
je me marie de nouveau. 



594 (.iî\M\r\iiir. df.s dinlectfs o( titamens 

Tiiitimi est aussi omployô («Hiinie \crlie cl conjugué : 
se lonii inc iiviricla. Ou y ajoute (|ucl<|ucfois radverl)c mai : 
louniaiiuii Ion veirai ou lou lournarai vcirc mai, je le 
\eiTai (le uouveau. 



cuM'iridc vu 
]>A Préposition 

l'/dir (Je la prépo/tition 

141. — Les ]>répositions qui rappellent une idée de lieu 
se placent de préférence après leur com[)lémcnt (pii. s'il 
es! e.\[)rimé, tloit précéder le verbe : es contro ieu ou m'es, 
contra, il est contre moi ; me cour après, il court après 
mr)i : Vdiis ai estai duprèf^, je suis allé auprès de vous , 
couro v^es dapé (a.), quand il est avec vous ; e tous drôles 
dambé, et les enfants avec ; se // pot ren dire contro, on ne 
peut rien dire contre lui : nous venié darrié ou à reire, il 
venait (l(M-iièie nous ; camino-li davans, marche devant 
lui (//, après le verbe à l'impératif) ; d'autouritat nèro 
sen.so. il était sans autorité ; siei partit per louga de tra- 
valhaircs, e tourni senso, je suis parti pour louer des ou- 
\riers et je reviens sans eux ; que poudem lia chens (g.)- 
nous i)ou\ons faire sans cela ; porto tout dessus, il porte 
tout sur lui ; nous toumbo à travès, il tombe parmi nous ; 
nièro toucanl, il était près de moi : la miuno prado is li 
rasebu (auv.), ma prairie est tout près de là. 

Tes prépositions, on le voit, jouent le rôle d'adverbes, 
rôle (|ni est liien indicpié dans cet exemple : // es tou'iour 
à l'après. il est toujours après lui. 

F.a pr('>|»osilion change encore de place dans l'expres- 
sion : après l'un l'autre. l'un après Taulr-e. 

Pour les prépositions qui se combinent avec l'article et 
avec les pronoms personnels, se reporter à la morpho- 
logie. 

CnmpJrmfrit iIp In préposifidu 

142. — La préposition accompagne généralement son 
comph'incnt. dont elle détermine la nature, complément 
indirect ou circonstanciel. 



(.1; \\]M \ii;i 1)1- i)i\ii;(ri> (x ( i ia.mi \^ 



?or, 



( 'r|i('n(laiil. rllc csl parfois sii|i[>riiiicc : bouinii ijnr jxtr- 
li(/ucl /(■'(/. pai' Imiilicii!-. il |iarlil \n\ : mi jiKjuc oiiia (ain.). 
il le lit immédialcMiiciil ; chas inoiiincid (auv.), à tout nio- 
ment : lou (jvdnd inui, tout au plus ; /ou jour après, lo 
jour d'aïu'ès : il'uissi diincc ic, d'ici à mcrci'edi ; ni a sel 
iut (au\-.), il y eu a sept <m huit ; houlo-ou liarro (auv.), 
mets-le itar teiTC ; se jtien ba (g.), il s'en va loin de moi ; 
custo-coslo, côte à côte. , 

Elle se l'cuforce d'une autre préi)Osition, sans que le sens 
eu soil modilié : conlro ou de cuidrn, counlre au paUiê (g.), 
contre la meule de paille. 

Elle prend aussi l'article : lournJta id s'd, ju'i Ion so/, 
tomber à terre : // es /ou/our a fajircs. il est toujours 
a[)rcs lui. 

Ou. au coiiliair'c. les locutions i)ré[)ositi\es peuxciil p(M'- 
dre rarti<dc ([u'ellos ont en français : (jahavan. ciiic [raiirs 
à lid'jn de (idrc. ils Lzai^iicroiit ciiu] francs au lieu do 
i|ualrc : iiislar de. a l'instar de. 

h'i'inurqiii s i>iirfirii/irn s 

143. — .1, dexenu à-ii par l'ad jonction de l'/i eu|)lioiuijue 
de\ant une \oyelle. affaiblit encore l'a en c, [)our devenir 
en, et coid'ond son emploi a\ec celui de cette dernière [)rc- 
posilion : â-ii Arle ou en Aile, à Arles : à-n Avunxin ou en 
Aii/iinin. à Avignon : eu l'asaid (auv.). au hasard ; rau en 
l\'icolf) (au\-.). je \ais à réco1(\ l'nis. le languedocien le; 
renforce en end : nielès-ious end aijuelo laulo, mettez-vous 
à cette table. 

liéciprocpicni'Mil. à Iradnil eu : â l'Afrien, en \fi'i([iie ; al 
delalh. en détail ; (/ Founaue de. en l'honneur de. 

Le fr-ancais à, sui\i d"un nom marquant destiiiali(ui. se 
rend par l'adjectif c<u-respondanl à ce nom : plal harbié, 
plat à barbe ; eapel emjdumal, chapeau à j)lumes ; so 
ndii. Cl' (pii est à moi. 

.Sui\i d'un nom composé, on ne le traduit pas ; un sa- 
liri pè-de-cabio. un satyre aux pieds de chèvre. Il est sous. 
enl(»ndu entre deux noms désignant un objet iuuf|up : pa- 
pié-e'ujavelo, du papier à cigarette ; batèu-iapoiir, bateau 
à vapeur. 



296 (.1; WIM \Ii;i. DIS DIAl.l'.CTKS ()( ( n AMK.NS. 

.1 ilisliil)nlif se fait \-ol()ii(icrs sui\i-(> de radjeclll' hi-l : 
() hclos piihidn^i, à pellef^es ; â hels calrc. à (|ualfe. 

Il se met en gascon dcxant le complément direct redou- 
blé : â [ou, me besnn pciinul, moi, on me \-nit paiioiit. 
Tandis (|ue rau\ei-L;iiat le place de\ant .se. lui. sujet : â ne 
emai ieu le nc^ren, lui et moi y allâmes. 

Placé devant un coni|ilément direct non redoublé, il 
donne de la force à ce complément : c dounnos. rcucr/a Ui 
lengo maîrann, que sera coum si renerjahou â mai-bouna 
e à pai-bou, alors, renier sa langue maternelle, ce serait 
connue si l'on reniait ses aïeux. 

144. — De traduit les ])répositions françaises à, en, sur, 
par, etc. Traduisant à, il marque la possession, la con- 
nexion : es de ieu, cest à moi ; peiro de fioc, pierre à feu ; 
de drecho e de gaucho, à droite, à gauche : la femo de 
Vase, la femme à l'âne ; d'aquel aje. à cet âge-là. 

Il précède le verbe à l'infinitif : douna de beure. donner 
à boire ; de Vausf, à l'entendre ; li a que de prenr, il n'y 
a qu'à prendre ; de bon fa, bon à faire ; èro pas aquel ac 
faire acô, il n'était pas homme à faire cela ; acô's de cou- 
neisse, c'est reconnaissable : prumè de sabia (g,), avant de 
partir. 

C'est l'équivalent de dès : dnquelo ouro, dès cette heure; 
denfanso, dès l'enfance. 

Il s'emploie pour en : de mesacord. en désaccord ; d'aut, 
en haut ; d'efèt, en effet : se mounfa de Unie, se monter en 
linge ; un pairol de couire, un chaudron en cuivre ; 

Pour par : d'aquel biais, ])ar ce moyen ; de miech, par 
le milieu ; daquesl lems, par ce temps-ci ; jita de Veslro, 
jeter par la fenêtre ; licr/re del fum. noirci par la fumée ; 
un cop del [our, une fois par jour : fini d'eslie, finir par 
être ; 

Pour sur : lei del niaridaie. loi sur le mariage ; cop 
d'esquino, coup sur le dos : loumbu de niourre. tomber 
sur le visage ; 

Dans le sens de pour ; es d'nc(5 que siei vengui, c'est 
pour cela que je suis venu : eslre de couchado, rester ])Our 
coucher ; coum iiuran daué luis ? (g.), comment feront ils 
pour avoir de la luniicre ? (ici. de est pour ta de, afin de) ; 



f.n.\MM\ii!i: r)i;s diai.f.cti.s occ [t.wipa.s. 'i>97 

hi mnufilcld ni-vo pa<^ rcngurîn tant hclo de leca îns parels, 
la bolelto n'(Mail pas (le\omi si Inilc pour a\oir léché îes 
murs. 

IMari' (lo\anl le parlicipo passé. a\anl ou après un nom, 
il rornie dos expressions à sons d'adverbe ou de préposi- 
tif m : (/(' idluiiihido, sournoisement, sans bruit ; de pas- 
sddo, en passant ; de cap â, vers ; liogo de. au lieu de ; 
de rebaleto, en rampant ; trata de mesprés, traiter avec 
mépris. 

Il se combine avec d'antres prépositions : d'à louve, 
étant jeune ; d'à foiins, à fond ; mounla d'à cJdval, mon- 
ter à cheval ; à de m(din, le matin ; d'à poupo, en poupe ; 
d'en darrié, en dernier lieu ; d'au mai n'en volon, ])lus ils 
en veulent ; tournaran d'après, tu reviendras après ; de ])er 
darrié, par derrière ; boutas-lou de contro al barri, mettez- 
le contre la muraille ; d'à per teiro (auv.), tour à tour. 

De s'emploie dans les dates, entre le quantième et le 
mois et, facultativement, avant l'année : lou sèt de mai 
[de] 1911, le 7 mai 1911. 

On l'ajoute dans certaines expressions : dire de noun, 
dire non ; ai de besoun de fit. j'ai besoin de toi ; quei très 
piocs de crebats (g.), j'ai trois dindons morts ; disi de 
quèro ountous (u.). je dis que c'était honteux ; cridave 
de moun esquino (pr.), je criais à cause de mon dos (i. c. 
tant le dos me faisait mal). 

De est mis pour que dans les comparaisons : nnl aute 
d'et (g.), aucun autre que lui. 

Il se rencontre dans les expressions intorjcctives : ai de 
ma man !, oh ! ma main ! : paure de ieu I. malheur A moi!; 
Ion pauras d'el .', le malheureux ! ; malan de sort !, (piel 
malheur ! 

145. — Après, avans, sens se font suivre de l'infinitif : 
après plôure, après la pluie ; avans parti, avant fiue de 
partir ; sens ieu me présenta, si je ne me présente. 

146. — • Dans la plu-ase : siei arribal premié que lu. je suis 
arrivé avant toi, premié est adverbe, comme dans premie- 
romen des autres, avant tous les autres. Mais l'auvergnat 
en fait une locution conjonctive : le Juan is vengu davans 
que le Piarre, Jean est venu avant Pierre. Le gascon con- 
serve l'adverbe premié : prumé de s'abia, avant de partir. 



V^'.IS {.i; \\l\l \li;l. IH> Dl M.r.CTî'.S <)( ( Il AMIAS. 

147. — Eint'\ vv\\[on-r cii cnihc cl ses varianlcs. si^nido 
fircc. l/ainoriiiiat éteiul ce sens pour marquer une reia- 
linn moins in'cciso : Fc fincul cmhc'Ciixicl li. je Tal \en(lu à 
(M'hii là : cnr cous d'ali f/uc me Ujuan. à ceux qui me li- 
r'(Mit : mn sor, le falo /u;a cmhei la marna, ma so'ur, je 
lai fait gronder par maman. 

F.mi' ])roiiil plus (\o l'orce. accompagné de enscn : vau 
ciiscn cm "('/. je \ais a\ec lui. Il se l'ait suivre de de : amé 
d^arraeo-ctii (I.). a\i^c r'épugnauce. Comme en français, on 
p(Mit le ren\()\er à la liii de la i)roposition : c lous (/ro/c.s 
daiidié. el les enfants avec. 

148. — Encn. contraction alléi'ée de en ra.so. suivi de de, 
signifie r/icr, (jui se dil aussi rcr.s, rc.s; ; anèri eucû del le/-- 
rallié ou reis loii terralhé. j'allai chez le potier. Encô de 
se réduit parfois à de : vai-t'en dôus cafetiés (d.), va-t'en 
chez les cafetiers. 

Avec mouvement, il est remplacé par à : à mous>iu fal, 
chez monsieur un tel ; ana i fraire (pr.). aller chez les fib- 
res (/. pour â li). 

Chez acconq)agnant un pronom se traduit par à. s'il 
marque le but. par de. s'il indique réloignement. et l'on 
ajoiih^ Tadjectif ])ossossif correspondant à la personne en 
< aiist> : à iiiishi. chrz nous : â Inii (b.), chez eux ; à ro.s/f). 
chez toi. cliez vous (le féminin sous-entend ici ca.so. On 
peut aussi sous-enlendre nufital et mettre Tadjectif au mas- 
culin : nu encore, on ex^irime ce nom : â souii niislal. chez 
lui): I eiièn de nns^tre. nous venons de chez nous: â l'oustal. 
â ca.so. (lie: moi : l'orne n casa de eu Irniiniren. rcs eu.... 
lèsi /ou cal Irouraren. l'homme chez ({ui ik^us trouverons 
(voir le hiclionnaire). 

149. ('(tiiliii. contre, s'emploie soit seul, soit avec une 
pr(qio'iili(in : de eoiilrn. per ennirn. cnnirn de. eonlro à : 
(■rida rniinlio au biii (g.), ci'ier couli'C le \in ; /ou brntlèrmi 
de eonlro ù la muralho, on le plaça contre le mur. 

150. - Driiis se rend par dins. dedins. dinire. Signi 
lianl parmi, ou lo Iradnira pai' demie. r/c/Ui's. d'eiiiremi 
(auv.) : se perdcf/iièl <leméx Ion moiinde. il se perdit dans 
la foule. 

On allège la i»hrase par l'emploi de en et de à au lieu de 



GUAMM \llil Dl,.- !;i \1 l.(TI::s OCCUAXIFXS. '^\\[) 

[(lc]diii>i : en l'cr. dans ['a'iv : en inounla'io, dans la iiicinta- 
gnc ; à la carricro. dans la rue ; d vaste pais, dans votre 
pnvs ; boula d'aign â soun vin, mettre de l'eau dans son 
\in. 

Autres enijtlois de dans franeais : /(///' de cap l'otislnl. 
fuir dans la maison : cdurrc j)cr l'erho. courir dans Tlier- 
be : soutn (juinze jours, dans quinze jours. 

151. — Danic. derrière, se construit avec l'article com- 
me locution i)ré|)ositi\e : al davrié f/'e/. derrière lui. 

Il en est de même de davans. devant : al bel davans de 
sa parla, dewant sa porte. 

152. — En. in. outre les usages correspondant au fran- 
çais en. se place, en auvergnat, après un verbe de mouve- 
menl : ana en feicolo. aller à l'école. Il remplace â-n, mis 
pour ''/ ; (7( .l/7c. à Arles : aunou en aquet brabe ! (g.), 
honneur à ce brave ! 

Il se combine avec de : d'en darrié ou de-z en darrii^. 
en dernier lieu, hans en de naisse, en naissant ; en Ion 
veire. en le voyant, il précède l'infinitif avec le sens d'un 
gérondif Dans cet em|doi. il est souvent remplacé par 
entre : entre l'ausj venf/uèri pale, en l'entendant je pâlis. 

153. — Entre se prend pour parmi : entre las.brancos 
de la leio. parmi les branches de l'allée : et pour en : 
sounjes ? me fasiei entre ieu. songes-tu ? me disais-je en 
moi-même. 

154. — Per signifie à la fois par et pour, subsidiaire- 
ment : pendant, à travers. L'an r/afal per lou peu. on l'a 
saisi par les clie\eux ; demando-lou per ieu. demande le 
pour moi ; s'encour per Ions prals, il s'enfuit à travers les 
prés ; per vendèmi. pendani les \endanges : per Ires ans. 
] tendant trois ans : s'embarca per pilai, s'embarquer com- 
me pilote. 

Associé à dens, le gascon lui donne le sens de au milieu 
de : per dens laus brams dau l)ent (Landes), au milieu des 
mugissements du vent. 

Per, suivi d'un infinitif, prend aussi le sens de quoique : 
e qui. per esta gourmand, nou manca pas de hurga cap 
hens lous bièls libes. et ([ui. rpu^iqu'il soit gourmand, ne 
manque pas de fouiller dans les vieux livres. 



'AOO OliAMMAlKi: DIS J)1\LI( li;s <)(C1T\MENS. 

155. — Proche joue le rôle d'une préposition simple : 
proche l'ourlai, près de la maison. 

156. — • Vers, vès. et. conlrnctô on auvorynal : [i']('L è-s, 
indi(|uc la direction vers : ai passât vers el, je suis passé 
riiez lui ; fai seis Idjos de li es Einhdti (;niv.). il v a six 
lieues d'ici h \.nd)crt ; vdu es \'erloul(do. je vais à \'erto- 
laye. 

De vers, de vès indique i)lulnt la direction venant vers : 
de vès el, vei une colo de droidas, venant \ers lui, il voit 
une troupe de gamins. 

157. — ■ Enla, la. en gascon, indiijuc le mouvement vers : 
las j)rouhos toumhon ta son hestia, les poussières tombent 
sur le bétail ; pupjn enta lahoro, ils montent (vers) là-ba^. 

Il accompagne l'infinitif pris substantivenfent : ha la Ici 
ta-u hode ou ta-u sarclad'ie, faire la loi sur le fouissage 
ou sur le sarclage. 

158. — Veissi, vaqui, voici, voilà, se construisent avec 
le pronom les sui\ant mimédiatement : veissi lou, le voici ; 
vaqui las, les (f.) voilà. (Voir aussi à l'interjection.) 

159. — Certains substantifs jouent le rôle de préposi- 
tions et se construisent de môme : adrech niieiour, vers 
midi ; eniour ounze ouros, vers on/.c heures ; cap bai la 
hilo (g.), du côté de la ville ; â barrept Ions biais, au mi- 
lieu des blés. 



CHAPlTh'E Vlll 
La Conjonction 

Place de la covjnnctinv 

160. — La conjonction s'invertit fréquemment avec le 
sujet du verbe, lorsqu'il est exprimé : tous animais, tant 
que soun pichots, soun poulideis, aussi longtemps que les 
aninujux sont i)etits, ils sont mignons. 

Cette inversion est naturellcmcnl amenée par le fait que 
le sujet est déjà contenu dans le \erbe, ce qui fait du 
sujet expriuK' une sorte d'apposition, un lei'mc explicatif 
qui se placera aussi bien avant (pi'après le verbe (v. 



rijw'MAïur, i>i:? diai i.cti.s (x citami-xs. iUll 

n" GO), siii\;inl. dii-ail-on. que riiilc|liL;(Mic(< (|<^ rjnidilciir 
s'est monlrée jikis ou moins proiii[ile à saisir liiléc de 
rinterlocuteur. ("est ainsi que le ])eui)le dit. en un fran- 
(jais (jui traduit littéralement roccilanien : « Ma mère, 
elle est sortie ». ou : « elle est sortie, ma mère )>. phrase 
dans laquelle le sujet « ma mère » fait, moins qu'en fran- 
çais coriect, corps avec le verbe. 

Ainsi : las jens, emni vènnn ricFies, se dciinon pas loii- 
jour .se/ia/.s. liien (jue de\cnu riche, on ne se montre |).is 
toujours a\isé. 

Loii cat mal in ■<'(tné d'ulo 
L'auchi ounte (luilé la calo ? 

si le chat malin a\ait des ailes, où l'oiseau trouverait il 
refuge ? (Gulisfan.) 

161. — On dit encore : In iiimai. ni toi : /ou ici perçu 
renie, or, le roi \enait ; es puro rciujut (nie.), pourtant 
il est \enu ; In cliarpcn pas trop, es dôumaci ben braro, 
ou : es ben bravo dôumaci, ne la gronde pas trop, car 
elle est bien gentille. 

Par suite de rin\ersion, la conjonction i)cut disitarai- 
Ire : la ouii s'èrem deJ)ertils, â pênes caniiiiàbeni (h.), la 
où nous nous étions amus(''S, lorsque nous marchions à 
peine (à l'époque où nous marchions...). 

Cotijunctions cotitruriée.-i (i clidcci 

162. — i\ous avons vu, aux chapitres de l'article et du 
pronom, que les conjonctions terminées par une voyelle 
s'annexent ces mots comme enclitiques : «.e-l roli, si je le 
veux ; ia-u bcde (g.), pour le voir ; la <iui-ls mainadols 
(g.), tant que les enfants. 

I)e même. se. que, enta s'élident devant une voyelle : 
s'arié vouyut, s'il avait voulu ; quun venyue, que quel- 
qu'un vienne ; enCana à la fiera, pour aller à la foire. 

1{( nun(ju€.< ijai/iciilùrc.-: 

163. — E s'adjoint l'adverbe mai. l'Ins. aussi, avec lequel 
il forme un seul mot : l'un emai l'autre, l'un et l'autre : 
eniai encoro avié pùu, et encore avait- il peur. (Pour son 

20 



3U'2 CRAM.MAIIU: Di:S DIALF.CTES OCCITANIENS. 

emploi, spécial au gascon, (rinlroclucteur du verbe, v. 
n" 07.) 

164. — Ou s'annexe, en auvergnat, les particules be et 
mi et se prononce souvent voube, voumi : eau ou a fait ? 
ilho oube se ?, qui l'a fait, d'elle ou de lui ? 

Intercalée dans les noms de nombre, celte conjonction 
est absorbée dans : dùulrcs, deux ou Iroïs ; trou catre, 
trois ou quatre ; nôu dès, neuf ou dix. 

165. — ■ Ai s'adjoint mai, avec le sens sous-entendu de 
non plus : el ni mai ieu, lui ni moi [non plus] ; ni mai tu, 
ni toi. 

Il peut être suivi de la négation : ni sourd, ni noun mut, 
ni sourd, ni muet. 

Il se répète élégamment devant chaque verbe, là où lo 
français met ne : ni Vai vist, ni toucat, je ne l'ai vu ni 
touché ; ni pot ni vol, il ne peut ni ne \eul. 

L'auvergnat, qui dit nimé pour nimai, emploie aussi ce 
dernier, lorsque ni est répété, et renforce même le mot en 
nimé mai : is nimé se nimé mai ieu, ce n'est ni lui, ni moi 
[non plus]. 

\i peut signifier cl : li pourjirjuèt lou jioc e ninmi la 
destrau, il lui tendit le feu et la hache ; sens soucil ni sens 
peno, sans souci et sans peine ; scgui-ns dap pa ne dap 
candèle (g.), nous accompagner a\ec le pain et la chan- 
flelle ; ni nout sapio mau (g.), et ne t'en déplaise. 

166. — Tar est peu employé et remplacé par que ou 
]).-r<iuè. On l'a fait abusivement sui\re de (jue : car quc- 
rem amies (b.), car nous étions amis. 

167. — Se, si, s'élide en limousin devant ieu : sieu, si 
je. Si l'on se rend par s'oun : si un, par s'un ou sc'n. 

Se, en niçard, se construit avec le futur : se tu mi seras 
l'idcl. si tu m'es fidèle. 

Accompagné de un cop, il prend le sens de lorsque, 
quand : veiren, se'n cop ou s'un cop pareis, nous verrons 
lors(|u"il paraîtra. 

168. — Cand, en gascon, gouverne le subjonctif : cand 
sion lasses, quand ils sont fatigués. Dans les autres dia- 
lectes, on le fait suivre facultativement du subjonctif ou de 
l'indicatif : cand tournaren, quand nous reviendrons ; 



r.rîAMMAiiii. 1)1 S i)i\i.i:cTi:s 0( ( it\mi;\s. 'MïA 

cund plourcsfiia^, quand vous pion iTrio/. : ((ind laiil so que 
me calho sro })rest (g.), quand tout ce qu'il me faut sera 
prêt ; cand h m cnurounèsson, saric pas Irai le à sa palrio, 
((uaïul on le cournMnerait, il ne serait pas traître à sa 
pairie. 

169. <'(iui-(). a\oc le même sens, gou\erne l'indicatil'. 
saut' l<»rs(|n'il esl sni\ i de (/ne : couru disic, (piand il disait; 
couro (jue ceiujuc, (piand il \iendra ; couru cfuc nKiinjucs 
mai icscolo .', si jamais lu nuuupies. encore l'école ! 

Couro répété siunilie : lunlùt... hiitlôl... : vmuo phhi. 
couro soulclho, tantôt il pleut, tant(M il t'ait soleil. 

170. — Coumo, connue, sert spécialement à unir les 
deux termes d'une comparaison : .se jairc coumo las c/a- 
linos, se coucher connue les poules ; es pas laid pichoi 
coumo lu, il n'est pas si i)etit que loi ; coumo (jue dallio, 
connue si vous l'aucliie/ ; vèni coumo icu, viens avec moi ; 
es coutiic vourfiucssc s'encourre (nie.), c'est comme s'il 
voulait s'enfuir : me volon re beila, lanl coumo lie mitei 
(auw), on ne \eut rien me donner, alors ipie j'en ai tant 
besoin. 

i'ouuio se construit avec le subjonctif, en gascon et en 
nicai'd : coum boulhis, comme tu AOUflras : l<dcu coum 
sii lu'il, dès qu'il fera nuit. 

Coum entre, en gascon, dans re\pr(^ssi()n typi(iue : 
coum lou coau, coum la coau, signiliaiit connue (juoi. mais 
s'accordant avec le nom sujet : arjuctas hciimos. (jnc-l Uoui 
muclia coum las coaus mentechcn, je veux le prouver que 
ces femmes mentent; harè la probo coum la coau n'èro pas 
cnlecado, il ferait la preuve comme (juoi elle n'(Mait pas 
entaché de... 

171. — Emai, outre le sens de cl {\f 1(>M). est une con- 
jonction de subordination, (pii gouverne le subjonctif et 
signifie quoique : cmai fayuèsse encoro fiel, (|uoi(|u'il fît 
encore froid ; cmai fuguèsses pas vengut, quand même tu 
ne serais pas venu. 

vJn le trouve aussi avec l'indicatif, pou\anl se traduire 
par el pourtant : page, emai dèu rcn. il paie, quoiqu'il 
ne doive rien, et pourtant il ne doit rien ; emai famon, 
pourtant l'on t'aime. 

172. — Tamben, labé (g.. 1., auv.), c'est pourquoi, aussi. 



30^1 r;i!.\MM\lIil. nr.S DFM.F.CTFS OCflT AMFA?. 

s'accompagno de mai, mas. qui, en auvergnat, se place 
avant nu après laJ)e : me rlif^in : mnx tabe... ou lahe mai..., 
je me tlisuis : mais aussi... 

173. — Per<jué signifie ;'i la fois pourquoi et parce que : 
fîerqué siei vengul ? perqué ieniei un afaire !, pourquoi 
je suis venu ? parce que j'avais affaire ! 

L'auvergnat emploie dans le même sens per causo [que] 
et le béarnais permou : is per causo [que] Vamc pas que 
n'en vole //s, c'est parce que je ne l'aime pas que je n'en 
veux point : permou nei pas sounque en Proubenso qui 
an heil felibridie, car ce n'est pas en Provence seulement 
c[ue Ion a eu des félibres. 

Le français pourquoi se rend aussi par de que : de que 
[émisses ?, pourquoi gémis-tu ?, i. e. au sujet de quoi... 
Il peut alors se renforcer en per de que : />er de ques que 
ploures ?, pour quelle cause pleures-tu ? 

174. — Que est la conjonction essentielle de l'occitanien. 
Il traduit : 

a) Car, parce que : respondes pas, que ie picarié !, ne 
réponds pas, car il te battrait ! ; uno, que lou tambour de 
Basco es en vogo, d'un côté, parce que le tambour de 
Basque a la vogue ; sauto lou riii. que nés pas founs, 
.saute le ruisseau : il n'est pas profond ; siei vengut, qu'ai 
besoun duno moslro, comme j'ai besoin d'un montre, je 
suis venu ; lène, que le sonon, viens î on t'appelle. 

b) On voit par les derniers exemples que que sert aussi 
f'c simple liaison entre les propositions ; il équivaut encore 
à et : vene, que [ougaren, viens et nous jouerons ; lou 
pople seguissié lou mourtalaie, que se poudié ren veire 
de mai triste, le peuple suivait le convoi, et l'on ne pouvait 
rien voir de plus triste : estre tu que tu, être à tu et à toi ; 
sai que délai, deçà et delà ; lou panié que tout (d.), le 
panier et tout. 

c) Que fait partie des occitanismes : acabado que sara, 
lorsqu'elle sera achevée ; sent Valhet, qu'empesio, elle sent 
l'ail horriblement (i. e. au point qu'elle empeste) ; amie 
quamic, fauguèt paga, quoique amis, il fallut payer ; 
f)lueio que plueio, ianaren (pr.). malgré la i)luie nous 
irons ; liche (jue ridic, |)our riche qu'il soit ; mounto que 



r.nA\!M\iiîr. dis dialectcs occitwiexs. 305 

liiduiitaras, cl de hkuiIci- ; duravo que duravo, il n'en finis- 
sait, plus ; c jnit jHiujn i/iii ixinjo escales (g.), et moi d'es- 
calader les luarches ; (/uc iioun plôiujuc, lou hlul sourtlrn 
pas. s'il no pleut, le blé ne lèvera pas ; vendras, que ?, 
tu \i(uidias. hein ? ; passes ben vite, que ?, pourquoi pas- 
'ics-lu si \itc ? ; que lou loques !, si tu le touches ! ; un 
que venguèsse d'ouro, sarié lou ben vengut, si quelqu'un 
\cnail de bonne heure, il serait le bien\enu ; /a / que..., 
assez ! ou... 

d) Que ne..., avec le sens d"un o[)talif, ^•eut l'imparfait 
du subjonctif : quen sabousses prou de lelro, que festou^- 
ses fell relent (g.). (|ue ne sais-tu assez de littérature ! tu 
le serais fait instituteur ! 

175. — Que est explétif dans : nul sus terra que siès ven- 
gut, tu es venu nu sur la terre ; an bel que dire e que fa, 
ils ont beau dire et beau faire. 

On le sous-entend dans les locutions accompagnées d'u- 
ne négation : dauans nou morio (g.), avant qu'il ne meure; 
prumè nou soun horts (b.), avant qu'ils ne soient forts ; 
à mens ne sii malaut, à moins qu'il ne soit malade ; à de 
mens ne-ns en boidhin lioj) (g.), à moins qu'ils ne nous en 
\euillent trop ; t'anic mai noun pas se (auv.), je t'aime plus 
que lui. 

De même ajjrès les locutions qui ont le sens de // // a : 
ue are a, la boslc hilhc qn'ci pailidc (b.). il y a une heure 
que votre fille est partie 

Dans que ce soit : sie d'oun sie (g.), d"où que ce soit : 
sio à qui. à qui que ce soit : so qui si (b.), quoi que ce 
soit. Les autres dialectes disent : (jue que sic. 

Ces tournures sont inconnues au i)rovençal, qui néan 
moins use de l'expression elliptifjue : dès avé parla, dès 
((u'il eut parlé ; tant lèu reire, dès qu'il \it ; tal ponnl 
fuguèt aqui (1.), dès qu'il fut l.'^. 

176. — Que entre dans la composition de toutes les locu- 
tions conjonctives : mes que vengue, pourvu qu'il vienne , 
despiei que l'ai pas vist, de cand Uei pas bist (g.), de|>uis 
que je ne l'ai vu. 

Certaines locutions se contractent et se réduisent tantôt 
à que, tantôt au mot précédent : parti pas que noun ven- 



306 GRAMMAIPE DES DIAT.rXTES OCCITANÎENS, 

i/ucs. je ne pars pas a\;mt que lu ne \iennes ; avans mVn- 
f/a/a, a\anl (|ue do mengagcr ; avans cjueslre ounoural, 
a\anl (|ue dèli'c honore ; loii fara pas, que noun lou 
foraon. il ne le l'era pas, à n)oins (|ue \\>\\ n'y loi-cc : teiica- 
Inti. que noun sencourre, tenez-le pour qu'il ne s'enfuie 
pas : l'anerei bese nrans nnu jxtiii (g.), j'iiai le voir avant 
((ue je ne parte ; enta [ou ne hèssi pas un de met (g.), 
pour (pie je n"en fasse pas un de plus : qu'un cabas pas- 
sasse pas l'autre, sans qu'un panier dt'j^assàt l'autre ; 
à mens ne boulhis (g.), à moins que lu ne veuilles ; li ou 
digue parei ous dise (auv.), je le lui ai dit de même que je 
vous le dis ; sounque vengue, à moins qu'il ne vienne. 

177. — Que de\ienl qui. en gascon, dans les locutions : 
tant qui. tant que : desempurh qui. depuis que : en so 
qui. aussi longtemps que. 

Le même dialecte n'a pas de conjonction équivalente à 
bien que ; il fait usage de la tournure aué bel que : qua 
bel que eoun c. ne i sera pas de d'oro, bien qu'il courre, 
il n'y sera pas à temps. 

Il fait un usage fréquent de sounque. pour ne... que... : 
n'i a pas mei sounque dus, il n'y en a (|ue deux ; ne hè pas 
sounque ploura. il ne fait que pleurer. 

178. — Que français, suivi de la troisième personne du 
subjonctif, ne se traduit pas lorsqu'il équivaut à un impé- 
ratif : avise-se (jue ïoulo escampo. cju'il fasse attention 
(juc la marmite verse ; fachon-sc, se volon, qu'ils se fâ- 
chent, s'ils veulent 



t'HA/'/TN/': 7X 
L'I.NTEn.IECTION 

179. — Le comidémenl de l'interjection se fait précéder 
i\r de : ni d'ai/uel orne!, ali ! cet homme ! ; o de ma cam- 
\)o'.. ouf! ma jambe!; ai de ma dent'., aïe î ma dent!; 
Diu de jou! (g.), malheureux que je suis!; du! de la 
bareo .'. ohé ! de la barque ! ; o bel de lu !, ô loi que 
j'adore ! 



(■i;\MM\II!i: 1)1 > DIAI.r.CTES OCCITAMEXS. 307 

180. — .4// se répèle à la manière grecque : ai al ai.' 
Sni\i de las ! avec le sens de hélas .', ce dernier mot se met 
nu féminin, s'il se rapporte h une femme ; il prend aussi 
les formes des diminutifs : lasselo!, lassino ! (g.); nies, 
lassines ! coandes s'en souii anats. mais, hélas ! combien 
sont partis ! 

181. — T.e sens de hélas! est encore rendu par pecaire! et 
paure ! Mais ces deux interjections sont très souvent jetées 
dans le discours en qualité d'explétifs : a ! pecaire ! cresi 
prouH, ah ! certes, je crois bien; pecaire! capitas ben!, 
dame! \ous réussissez; à dus sos, praubotos, las rabos ! 
(g.), à deux sous les raves ! ; vo ! paure, ri en sabe re 
(auv.), oh ! ma foi, je n'en sais rien. 

On emploie encore explétivement : bnuto, va ; boutas, 
allez ; te !, tiens ; etc. : //' a re de ben riche, boulas, â l'ous- 
tal, il n'y a rien de bien riche chez nous ; a! iè! esparhos!, 
adieu donc, mes économies ! 

182. — 0, signe du \ocatif, se remplace par l'article : 
/'/ tniu nichouno, fai-mi ba ! (niç.), ô ma petite, fais-moi 
un baiser ! 

183. — Les mots qui signifient voici, voilà, reprodui- 
sant . plus que le français, le sens étymologique de ces 
expressions ; pour voici : vcissi, vejo eissi. vel eissi (d.) ; 
pour voilà : varjul, vejo aqui, ve-l'aqui, etc. Ex. : ve-lnu, 
ve l'aissi, le voici ; ve-la, la voici ; ve-lei (pr.), les voici ; 
aquiu-mc (g. 1.). me \oil,"i : a! sias aqui !. ah ! vous voilà ! : 
garo-l'aqui (g.), le voilà ; ve-lei-t aqui (m.), les voilà ; 
oerat bous aquiu (g.). \^oici pour vous ; tè ! vaqui acô, 
tiens, voilà ! prends ! 



CIlAPITIil-J X 

Figures de Grammaire 

A ce rapide exposé des règles de la syntaxe occitanien- 
ne, nous n'ajouterons qu'un succinct coup d'œil sur les 
principales figures de grammaire : l'ellipse, le pléonasme, 
la syllepse, l'inversion et les occitanismes. Certes, l'abon- 



308 (.KAMMAIHf: DF.? DIAf.FXTES OCCITAMENS. 

fiance cl roriiiiiialiti'' (|ni s'y révèlent méritent mieux qu'une 
^iiiipli^ Hioiilioii : rllos jiislinoraieiit si Lion une étude plus 
apinofondio qu'on y a|^eir(M[ aisément les cararlérisliqucs 
(le la ualion oreitnne. la tournure d'esid'it particulière à 
nos |)o|iiilalious du Midi. (|iii son! à la fois si près de la 
natui'c et de la poésie. a\ec leurs expressions pittoresques 
où abondent les images, et leur savoureuse conception des 
réalitc's de la vie joui-nalièrc. C'est poui'quoi nous avons 
la confiance d'amorcer ici un travail d'un puissant intérêt et 
d'une portée bien supérieure aux (juclques lignes qui vont 
suivre. 

Ellipse 

184. — ■ On a fait à nos concitoyens du Midi la répu- 
tation d'être polixes. A supposer cpie cette appréciation 
soit fondée, elle se trouve rachetée, en grande partie, par 
l'usage fi'éf[uenl de l'ellipse, qui atteint toutes les parties 
du discours. 

Article. — Mnnja soupo. manger sa on de la soupe ; 
sus Rose, sur le Kliône : vira cahesso. tourner la tète. 

Substaiilif. — X'cii hminlxi nno !. quelle clialeiw il fait ; 
cdid mouiilo ?. à condiicn s'élè\e le compte ?: ijiw lu'tssicn 
jiujfi boslc (l'un rahinni (b.). qu'ils fassent monter votre 
maison d'un (Mage : \in<t jouino (auw). une jeune fdle ; 
a Iroulidl (If sdlx'... (g.), il a tr(tn\é le moyen de reconnaî- 
tre.. .: /("('/( luhiifcii uiin. nous finuerons une ]>i])e : faire 
hvUtt (pr.). faire licllc mine. 

.[(l/eclif. — - (lut j'am ijuc mm sv jinl leva, une faim 
lidb' ([u'on ne |mmiI l'apaiseï' : rn jxinjtaii la Ici! de mai (g.), 
en li'iani le lail de nolrr nièir : Jx'l die (g.), un beau jour. 

l'roiiom. — Seidihen (■a])-heas (h.), ils sentaient en eux- 
mêmes : [ai (jau. cela fait plaisir ; apuch In J)ouhaièro, 
fjiCei eslado la uèu (g.), après la tempête, c'a été la neige : 
/'/ tiouhrn dexeiijdtuntdxi aw> cdcn, ils la ti<)u\èrenl (]ui 
désenfournait un gâteau. 

Verbe. — Un j>an veire {\n\). i'ail(^s un peu voir : vnu- 
drieii per iino snupn. je Aoudrais de (pioi faire une soupe j 
veni au jxtti, \c\\\v acheter du pain ; me sounèron de 
baliclhas (auv.), on m'invita pour être du baptême ; aqu: 



OUAMMAinr I)K> DIAI.RCTF.? OCCITAMENS. 309 

non I a /)'/s, il n'y a pas à diio : louçjn-mai .'. snvpz lonc:- 
icnijjs ainsi ! 

Adverbe. — lot/s servirai que sdrés cnunlenl, je vous 
sor\irai si bien que \oiis serez satisfait ; r-ous Vanan esli- 
(jansu quniKtrit au del ([H'.). nous allons vous l'arranger de 
telle manière (|u"elle aille exactement ; coiimc acô vni? — 
lou vesès !. rnmmeni ci^la va-t-il ? — comme vous lo 
\oyez î ; ouii l'eseolo es la inilhouno, le mandarai, je t'en- 
xei'rai là où l'école est la plus réputée. 

Préposilion. — Aule dise (g.), horrible à dire ; si venja 
si perde (nie.), à se venger l'on perd ; is se de ou fare 
(auv.), c'est à lui de le faire ; maneo d'abisomen (g.), par 
manque de clairvoyance : enlene trinda lesquirelo (g.), 
en enteudanl la cloclK^tte tinter ; qu'on srd>é muu nou pas 
i poude aiia, il lui était, dur de n'y pouvoir aller. 

i'oiijonclion. — L'en tant qrdinbo (g.), tandis qu'il pre- 
nait : iouqâln'iu. à peii(>s caiiiiiiabfMu (11), ihmis jouions 
quand nous mar-chions à \)o\ne ; lant lèu lou devisla, s'cn- 
rourrequè (pr.). sitôt qu'il l'aperçut, il s'enfuit . 

Onelque osées que puissent ])araître certaines des ex- 
pressions notées ci-dessus, elles sout encore dépassées 
I)ar la hardiesse de ces tournures plliy)tiques gasconnes : 
qu'au qahat lou Inire. jou bisi. on a pris le Aoleur en ma 
préséuce (mol .'i mot : je [l'ai] \u): quad ei bis lia e iou 
lieil. je l'ai \u faire et je l'ai fait moi-même ; lou qui-s 
hciulo à courre, et le voilà qui se met à courir. 

Pféo>ui.?t/ie 

185. — Le ph'onasme. emploi de mots rpii ne sont pas 
indispensables à la rhwlé du sens, prend dinércnts aspects. 

o) \'n mot se trouve répété identi(|uemcnl ou dans la 
même fonction : te bas lua-t, tu vas te tuer ; qucn boulon 
lic-n u capera, il \oulul en faire un prêtre ; à-n el lou 
loi' vesita, lui. je ^eu.\ le \isiter. 

b) On introduit un mot qui rappelle un complément ou 
résume une partie de la phrase, laquelle peut même n'êtfe 
pas exprimée et exister simplement en idée : patacs de 
ma, nou ni manquèi pas, des ai)plaudissements, il n'y en 



310 (;ii.\MM\iru: des diai^ectf.'^ occitami.xs. 

manqua pas ; oci nun s'I biat/o lanl biatc (g.), aujourd'hui 
(|uo IDn \oyagc si rapidemml : an jxhi d'en fa. de .so de 
iinii. ils ont peur d'en faire, des nouveautés : o be o !, oui 
hieii ! : jou n'ai se/, non ! (g.), je ne le sais pas ; nou 
s'en poudoun entene (1».). ils no puieni s'entendre. 

c) Un mot se trou\e ])illoresqupment jeté à travers l.i 
phrase : â dus so.s. pranhotofi .'. à deux sous, pauvrettes ï 
(cv'i des niarrliandos) : ie dirai, jircairc /, je le lui dirai, 
aile/! ; em 'ac6 piei anaren.... i)uis nous irons... ; à belli 
brassado (pr.), à brassées : un din auras à de mouri (g.), 
un jour il te faudra moui'ii' : tjuc-p eredèt oubligals de 
calé escarni /ou.s moussus, vous \ous croyez obligés de 
[falloir] singer les messieurs. 

d) La valeur d'un mot se trouAe augmentée par l'ad- 
jonction d'un autre mot : talomen tant èro un sant orne !, 
tellement c'était un saint homme î : fèbre-countunio, conti- 
nuellement. 

e) Par l'introduction d'un ]ironom. on transforme un 
verbe actif en l'équivalent du ^erbe moyen des Grecs : 
se mania l'alo d'un poulet, niangor une aile de poulet : 
que-u te benerés (g.), tu le vendrais. 

/) Un pronom prend <à ]^arti(^ l'inlerloculeur. ou mot 
en avant le narrateur : tr lou vau serouli. je vais le se- 
couer ; vous l'arregardo de traies, il le regarde de travers : 
que te m'en bas atau ?, et tu t'en vas ainsi ? 

Voici un bel exemple de pléonasme renforcé : un cop, 
que te m'ou dit coum acô tau (g.), wn jour, il lui parle 
ainsi ; où te, me et tau sont explétifs. 

SylU'pse 

186. — T.a syllepse est sensible lorsque l'accord gram- 
matical se trouve dérangé ; les collectifs principalement 
amènent cette figure : 

Lou mounde soun pas tou/our avisais^ les gens ne sont 
pas toujovu-s réfléchis ; aquet pipautis quan la bito duro 
(g.), celle \orniine à la vie dure ; uni l)on parèu de soulié 
(pr.), une bonne paire de souliers ; caid soun d'ouro ?, 
quelle heure est-il ? ; dinaren vers Gasano. qu'es ben de 



(iHAM.MAlKi: DLS DIALECTES OCCITAMENS. 311 

hravi jcnl (pr.). nous dînrrons chez Gasngne : co s(int de 
braves gens ; iiou dits pas arrcs, mes que las pensa (b.), 
il ne (lit rien, mais il les [xmiso {les se rai>it(ulanl ;i lieti = 
(lucunes cJioses) ; 

Ion inti iiou (I rrahoft p. hrn rrahot, 
fil a d'il un Joit pot.' 

celui qui n'a pas de chèvres et qui vend des chevreaux, 
dni'! i)out-il se les procurer ? (mot à mot : d'où peut-il tirer 
cela ? ce (|ue l'on \ ioiit de dire ?). 

Inversion 

187. — L'inxersion alïecle deux mots voisins irnuK-dia- 
tement ou non : javcl ben cmè d'erbo (pr.), bien farci avec 
(l(>s heiites ; Inus qui mnu volnu, ceux qui veulent le mal ; 
l<u}l n'en prendrié un defjoul. il en prendrait bien une 
giuitte : es bentjul pèc à fèt (g.), il est devenu tout à l'ait 
l'on : oun que sapren, on a[)prend ; nen gafals pas doun 
nat ?, vous n'en prenez donc aucun ? : l'ai à poude reeou- 
neisse, j'ai à pouvoir le reconnaître : s'i aboun â tourna 
1res caps (g.), ils curent à y levenir trois fois. 

Elle place en tète de la pi'oposition le terme sur lequel 
on veut attirer raltentiou : ranchoio, [au que nade, il faut 
(|ur l'anchois nage [dans rassaisonnement] ; is enfant ac6 
[ai fdesf (pr.). cela fait plaisir aux enfants ; acô perqué ?, 
pourcpioi cela ? : c ac6 ctnim ? (g.), et comment cela ? ; à 
la (dtedralo sonon. on sonne à la cathédrale ; aisit qu'es 
Inu remèdi. le remède est aisé : plabe (jue hasou (g.), il ne 
fit ({ue pleuvoir ; regoula iou que m'en bail (g.), moi, je 
veux m'en régaler ; de Vescolo estant (b.). dès l'école. 

L'usage de l'inversion a pour effet la formation de mots 
composés : col-torse, tordre le cou ; terro-pouiri, aller 
pourrir la terre ; cap-vira, caiira, chavirer ; peu-muda, 
muer : ounfo-berjut^ qui a bu toute honte, effronté ; cambo- 
loung, long de jambes : fieu-blanc, blanc de cheveux, che- 
nu ; cambo-li(jo, (({tnallqo (b.). lien pour la jamlie, jarre- 
tière. 

<''est encore le dialecte gascon cpii olïre les exemples 
les plus typ'iques de l'inversion. On dirait vraiment que 



31 "2 GRAMMAIRE DF? DIAI.FXTF.S OCCITAMENS. 

colto pro\iiicc a flé\olo|i]i6 aiiloiiinliqufmonl ses vortus 
iiati\os. ou l)ion serait-ce que leur cloignement des grands 
cfMdi-es a préser\'é les régions entre Garonne et Pyrénées 
do l'influence des parlcrs seplenirionaux et en a fait le 
rffuge du fond cellique et gaulois de l'Occilanie ? 

Btanro liurio. /mi bit hlat, 
E prtn hlnnr qu'n dnf. 

Le jili' a donné Manclio farine 'M pain Manc. 

Goûtez encore la sa\eur de celte [>hrase loni actuelle : 
c ncô permou, uerat ! coiim de mounde. microbs^ qu'en i 
a de touts, et cela parce que. voyez-vous ! de même que 
des gens, il y a toute sorte de microbes ! 

Occifanistnes 

188. — • Après les nombreuses citations qui viennent de 
j)asser sous l'œil du lecteur, il est presque superflu din- 
sister sur la \aleur des idiotismes ])ropres à la langue d'Oc. 
Nous avons montré, d'une part, les tournures qui s'écar- 
tent des règles d'accord et de syntaxe admises par la 
grammaire ; d'autre part, les cxiu'ossions figurées qui ont 
comme incrusté leur empreinte dans l'originalité des dia- 
lectes. 

A la première catégorie se ralladif^nf ces exemples : le 
htu jnu eoume me Van fach. je \r jo rapporte comme on 
me l'a dit ; saJx' mal, savoir mauvais gré ; mountèri que 
m'envenici à..., je montai pour aller à...: mitnn semano, 
au milieu de la semaine ; U eslo pas hen, il s'y prend mal; 
suita un afaire, donner suite à une alïaire ; grosses Ires 
jours, trois longs jours. 

189. — Les idiotismes qui consistant dans le sens figuré 
de la pbrase sont innombrables ; on peut y reconnaître : 

a) Ceux qui déforment le sens réel des mots : estre al 
nis de la seiji. être aux abois : eslre à la busquelo, être h 
l'abécé : boula sus laulo loul snun abounde, offrir un repas 
abondant ; loui aeô napounchn /ms un fus, tout cela n'a- 
l)outil ;"i rien : la luno a fach aier, c'était hier nouvelle 
lune ; se i ous fai pas mai, si vous le permettez ; vous sa- 
ren après, nous vous suivrons ; vai charmant, cela va à 



r.RAMAîAiRF. i)i,< niM.r.ni;? (X citamfas. ..1.1 

r.nir : un 'une cmc toiil Ion peu. nu 1101111110 arronipli : 
[ifini l'i cnrital. doinarulor la charité ; Jiami-passd (h.), 
soulïrir de la faim ; un mau-rnahujucs, un boriunc. 

h) (eux (lui procèdent par comparaison, avouée ou la- 
lonle : sies jloural coumn uno pruno. lu as un Ifiiit do 
rose ; plan coume de corda, il pleut à torrents : (/loumund 
cnume uno pudeno, très gourmand ; pèc couino lu luno, 
archi-sol : J'u lou hrdach xinat, faire KalTairé : un l'utiscnr 
trufundié <juc hni diable, un Parisien moqueur en dialdo : 
(//( boidhnun de la benedicioun de Diu, un bouillon d'une 
saveur divine ; de mémo fuelho, du même âge ; miech- 
ome, adolescent ; aie bju mourre facJi, être adulte ; pou- 
daire à la mort, homme à théories absolues ; alhei foun- 
dul, affaire ratée ; grapaud e viure. i)lulùt soulïrir ((ue 
mourir ; iamei, au gran double biro-berret ! ne pondéral 
priba a(juet mainadie d'aprene la lengo dO ! (b.), ja- 
mais, au grand jamais, vous ne pourrez empêcher cet en- 
fant d'apprendre la langue d'Oc ! 

PlAT. 



TABLE DES MATIÈRES 



Ch. I. — L'article 

Article partitif 

Article indéfini 

Ch. 1T. — Le iuhftdiitif . . 

Du genre 

Du nombre 

Le nom complément 



Ch. III. — Ua'.ljectif.. 
Accord de l'adjectif qua- 
lificatif 16 

Complément 21 

Degrés de comparaison. . . 22 

Adjectifs démonstratifs... 24 

Adjectifs possessifs .... 25 

Adjectifs indéfinis 28 

Numéraux .30 



Ch. IV. — Le pronom 
Pr. personnel. Sujet... 
Complément. Sa forme. 
Complément. Sa place.. 
Complément. Son emploi 
Pronoms démonstratifs. 

Pronoms relatifs 

Pronoms interrogatifs . 
Pronoms indéfinis 



33 
37 
39 
46 
53 
56 
58 
59 



Ch. V. — Le verbe. 

Ellipse du verbe 64 

Introduction du vtrbe... 65 

Du sujet 69 

Du complément 72 

Modes et temps. — Cor- 
respondance des temps 
français 75 



Numéros 

Valeur des temps occita- 

nieas 88 

Les auxiliaires 96 

Etre 98 

Autres auxiliaires 100 

Le participe passé 111 

Ch. VI. — L'adcerbe. 

Place de l'adverbe 116 

Accord de l'adverbe 117 

Complément de l'adverbe. 119 

Autres particularités ... 120 
Remarques sur certains 

adverbes 123 

Ch. VII. — La préposition. 
Place de la préposition. 141 
Complément de la prépo- 
sition 142 

Remarques particulières. 143 

Ch. VIII. — La conjonc- 
tion 

Place de la conjonction. 160 

Conj. contractées et éli- 162 

dées 

Remarques particulières.. 163 

Ch. IX. — L'interjection. 179 

Ch. X. — Firjures de gram- 
maire 

Ellipse 184 

Pléonasme 185 

Syllepse 186 

Inversion 187 

Occitanismes 188 



BiBLIOGRAPillK 



REVUE DKS RI-:VUES 

Bomanische forschungen, XXXI, 1. — V. Sallentkn: Handel uncl 
Verkelu- in der aUfranzôeiechen Literatui-, p. 1 ; — /•'. Stroloke : 
Tas Tônende in der Natur bei den fraiizôeischen Romantikern, 
p. 155; — ir. Benary: Ueber die Verknùpi'ungen einiger franzo- 
sischer Epen iind die Stellung des Doon de Laroche, p. 303. 

Bulletin du parler français au Canada, IX, 8. — Lexique cana- 
dien-françaifi, p. 307. 

Zeitschrift fur franzosische Sprache und Litteratur, XXXVII, 

5 u. 7. — Th. Kub'pky: \'om Infinitif mit de und à nath com- 
mencer und verwandt«n Fàllen, j). 252; - — C. Salvwni: Wortges- 
chichtliches : apostume, opiniâtre, avachir, p. 270 ; — W. Tavernier. 
Zu Roland 3995 : tere d'Ebire, p. 272. 

Zeitschrift fur romanische Philologie, XXX\', 3. — L. Spitzn : 
Stilistisoh-Syntaktisches aus den spanisch-poi-tugieeiechen Romanzen, 
p. 257; — /''. Helfeitbdii : Die Sprache des Trouvère Adam de la 
Halle, p. 309; — G. Srhiiiijci : Zur Rhj'thmik des altfranzosischen 
epi.schen Verses, p. 364 ; — Vermiechtes, p. 376. 

~ XXXV. 4. — H. Schucliardt: Zurgelbaum. p. 585; — y^'. Hd- 
fenbein: Die Sprache des Trouvère Adam de la Halle, p. 397: — 
L. Wiener: Byzantinisches, p. 436; — W. Fœrster: Die Verfas- 
serfrage des Kristianschen \\'ilhelm von England, p. 470 : — Ver- 
mischtes, p. 486. 

Bomania, XL, n° 157. — E. PhiUpon: h'u latin dans le domaine 
franco-pro\'2nçal, p. 1 ; — A. Thomas: Variétés bibliographiques, 
p. 17; — P. Mei/er: Notice du ms. Egerton 743 du Musée britan- 
nique, p. 41 ; — Mélanges, p. 70. 

Archiv fur das Studium derneueren Sprachen und Literaturen, 
CXXVI, 1 u. 2. /. J ii(/ : Sprachgeographische Untersncliungen. p. 
109; — 0. Nobi/ivg: Berichtigungen und Zusàtze zum portugie.sis- 
chen Teil von Kôrtings Lateinisch-romanischem Wôrterbuch, p. 175. 



COMPTES RENDUS 

W. Meyer-Lùbke. — RomaniÊches etymologischee Worterbuch [Samm- 
lutKj lomuMi.icher EUiiientai- und Ildinthiicliei). Liefeiung 1, U< i- 
dtlberg, \[ mter [xxii-SO p., in-8 j. 

Ce dictionnaire étiniologique dee langues romanes marque un 
progrès eérieux sur les ouvrages que Ton possédait jusqu'à présent 
Bur le même sujet. L'auteur fait intei-A-enir les formes dialectalee 
d'une manière plus complète et plus métodique que ses devanciers j 
il essaie de donner, quand cela est possible, une idée de l'extension 
géografique des vocables ; il s'efforce, quand des étimologies diver- 
tes ont été proposées, d'indiquer parmi celles qu'il rapporte lec- 
quelles peuvent être prisée en considération, lesquelles doivent être 
pour telle ou telle raison abandonnées ; quant à celles qui eont 
décidément de tout iwint insoutenablee, il les rejette dans l'oubli, 
débarrae&ant ainsi 6on livre d'un inutile fatras qui encombre trop 
souvent celui de Kôrting ; enfin, lorsque l'étimologie définitive n'a 
pas encore été découverte, il tâche de présenter la question de 
manière à eusciter des recherches ultérieures et à les circonBcrire. 

La rédaction est parfois un, peu trop euccincte. L'auteur, il est 
vrai, remédie en général à la briève'té de son exposition. en renvoyant 
nux principaux ouvrages où la question a été traitée ; maie souvent 
une ligne de plus eût dispensé le lecteur de se reporter à tel ou tel 
article qui ne contient rien d'essentiel. Ainsi noue lisons au n° 987, 
sous le mot arab. butana: « Span., poiig. baduiiti (];> katal. heana 
^ prov. bezfma ^ frz. ba.<ane ^ ital. besarui) », et l'explication 
des signes nous apprend que le mot enfenné dans les signes (^) est 
un emprunt remontant à celui qui précède le signe >. Devons-nous 
en conclure que beunu, hezana, basane, besana ont été tous empruntés 
indépendamment à esp.-port. badana? Non, car badana ne pouvait pas 
devenir ba.iane en fr. , ni bmana en ital. Ou bien l'auteur entend-il 
que bcana est sorti de badana, puis bezava de be-ana, puis basane de 
bezann, puis besana de basane? Non, car le prov. ne pouvait pas 
créer un z pour combler l'iatus de beana, etc. 

Au sujet des références, il nous semble aussi qu'un ouvrage qui 
est destiné à donner en fait d'étimologie romane l'état actuel de 
nos connaissances, devrait indiquer le nom de celui qui a trouvé 
l'étimologie définitive, ou semblant telle, non pas pour tous les 
mots, car une étimologie comme aimer de avutre étant à tout le 
monde, n'appartient à personne, mais du moins pour les vocables 
dont l'étimologie présentait quelque difficulté. 



COMPTKS RENDUS. Ml 

Les signée de longue et de brève n'apparaieeent guère sur les 
voyelles que lorsqu'il i a doute ou que la quantité romane diflère 
de la quantité du latin classique. 11 serait préférable de faire figurer 
le signe de longue sur toute voyelle longue, et de convenir que toute 
voyelle dépourvue de signe particulier est brève. Le signe de brève 
jjourrait d'ailleurs apparaître dans les cas où il i aurait lieu de 
bien préciser quo l'on a afi'aire à une brève, et non pae à une 
longue, comme on pourrait être tenté de le croire d'après tel ou tel 
indice. 

A cruelle utilité donner un article (n-iceUus (n 828), alors ipie "u- 
celiiis est seul représenté? Ou un article balneuni (n° 916), alors que 
baneum seul est roman? Cette observation s'appliquerait à de nom- 
breux numéros. Pourquoi faire un seul article de onniculus et annu- 
riihi.^ ou de aifiruhis et mfuculus, mais deux articles de acficula et 
aciicu/a? 

11 i avait dans les précédents dictionnaires étimologiques un 
grand nombre de mots dont l'origine était déclarée inconnue; on en 
trouve ici beaucoup moins. A-t-on donc réussi à les identifier? 
Rarement. On retrouve la plupart rapportés à un Schallivort ou à un 
LiiNwort sans autre explication, et l'on a le droit de se demander 
dans bien des cas s'il ne s'agit pas d'un simple changement d'éti- 
quette ; car un mot onomatopéique ou expressif ne sort pas de 
rien (voyez Bévue des Langues rointmes, t. XLIV, p. 129 et suiv.), 
et il n'est généralement pas dit ici d'oii viennent ceux qui i sont 
signalés. 

Au surplus, il est bien malaisé de faire un examen approfondi 
d'un ouvrage dont les neuf dixièmes environ n'ont pas encore 
paru. Là où il serait intéressant de faire des comparaisons ou 
de se reporter d'un point à un autre, on est obligé d'attendre. La 
partie que nous avons soue les ieux contient-elle tous les mots 
romans qui commencent par un a, ou par un b jusqu'à l'ordre 
alfabétique de *bisocra? Il semble qu'il en manque plusieurs, maie 
on ne saurait se prononcer nettement ix)ur aucun, ignorant si l'au- 
teur ne donnera pas plus loin ceux qu'un autre aurait pu faire figurer 
ici 

Il ne peut pas être question non plus dans un simple compte 
i.^ndu de discuter toutes les étimologies ipi paraissent douteuses ou 
fausses, ni surtout d'en proposer de nouvelles à leur place. Nous 
nous bernerons donc à signaler quelques articles qui à une lecture 
rapide ont éveillé notre attention : fr. nbosmer (n" 34) ne peut pan 
remonter à abommare parce que Dampr. rb/,mi, qui lui correspond 
certainement, exige -os-. Abosme, subst. masc. signifie « abomination. 

21 



318 COMPTES RENDUS. 

indignation », abosmcr signifie « avoir du dégoût, de l'aversion 
pour, éprouver de l'ellroi à l'égai-d de » eit activement a fra.pi>er 
d'aversion , de frayeur, d'accablement », tibotstné et ubosmi signifient 
« frappé d'avereion, d'indignation, d'abattement, accablé de chagrin, 
de douleur », enfin rboini signifie « vomir » ; nous rapirortons le tout 
;i y-TtÔT-riuv. tt éloignement », étimologie déjà indiquée par Ula-ich 
(Zeitsc/ir. j. rom. pliil., XXX, 470). 

Il a été donné de fr. ades (n° 164) une autre étimologie qui paraît 
digne d'êti-e prise en considération. Elle a été résumée dans le 
Bulletin de la Société de linguistique, de Paris, t. XII, p. cvi. Mais 
M. Meyer-Lûbke ne paraît pas avoir dépouillé cette publication, 
où il aurait trouvé d'autres étimologies romanes ; par exemple, le 
t. X, p. cxLVi lui eût fourni une étimologie de affres, affreux 
(n" 301) qui mérite d'être mentionnée. 

Ital. umbascia proprement « angoisse (fisique, c'est-à-dire diffi- 
culté de respirer, essoufflement, — ou morale, c'est-à-dire peine, 
douleur, ennui) » ne i->emonte pas à undha/itjan (448), ni à anxia (509), 
ni à apluisia (519) qui n'est représenté par rien et ne devrait pas 
constituer un numéro. Ce mot devrait figurer au n° 468 anrju.otia; il 
représente angoscia mélangé avec ubbattivunto. 

Fr. aissejine ne peut pas être rapporté à assis (n° 732), ni à axis. 
Tout au plus a-t-il subi l'influence de ais pour son initiale. Il remonte 
à .oiniliilu (cf. M8L, X, pp. 178 et 183). 

Bien que les renvois à un numéro contenu dans cet unique fasci- 
cule soient peu nombreux, quelques-uns sont erronés : ainsi abarha 
(rf 6) renvoie à barra 950 : c'est 952 : — beccus (n" 1013) renvoie à 
1123; c'est 1124. 

Nous ne .saurions trop recommander à Ta.iteur de munir son 
ouvrage d'un registre compl-et de toutes les formes citées. Sans 
cela il i en a un très grand nombre qu'il serait impossible de 
retrouver, soit parce qu'on ne saurait pas sous quel mot les cher- 
cher, soit aussi parce que quelques-unes ne figurent pas au numéro 
qui leur conviendrait; ainsi au n° 953 on nous dit que chian. bar' 
celln ressortit au n° 1038, où cette forme n'est pas signalée. 

En terminant nous faisons des vœux pour que cette belle publi- 
cation soit achevée le plus promptement possible. C'est un énoi-me 
travail que peu d'ommes étaient capables de mener à bien. Elle 
marquera une étape dans les études sur les langue» romanes et sera 
le point de départ de nouveaux progrès. 

Maurice Grammont. 



COMPTES RENDIS. 319 

A. Meillet. — De quehjius innovations do hi déclinaison latine, l'inix, 
K/i„rks,rrk, 1906 [52 i>agt'c5, in-8'J. 

Cette courte êtiidi' est d'une importaïKc considérable tant par les 
lésnltats i)récis qu'elle acquiert, que par la métode avec laquelle elle 
tst conduite et ks idées générales qu'elle contient. L'auteur montre 
comment le latin, oii toutes les conditions d'instabilité linguistique 
étaient réunies, était appelé à se transformer avec une rapidité paiti 
culière et à beaucoup changer le sistème indo-européen. Sa déclinai- 
son fournit un remarquable exemple de ces modifications auxquelles 
il ne pouvait échapper avant d'aboutir dans les langues romanes à 
une destruction à peu près complète de toute déclinaison. 

Le duel disparait; le neutre, atteint dès l'indo-européen, périclite 
pour arrivci' par des dégradatione successives à l'anéantissement dans 
les langues romanes ; les cas se réduisent presque de moitié ; la 
déclinaison des tèmes en i se confond avec celle des tèmes coneo- 
nantiques. 

Au cours du dévelojjpement nous rencontrons une explication sim- 
ple et définitive de la fameuse forme Vd/eri, pour laquelle les 
filologues ont éipuisé leurs ipotèses non moins érudites qu'inaccep- 
tables. Nous voyons comment, au milieu des désinences ambiguës 
d'accusatif singulier en -em et en -im, on discerne celle qui i^epré- 
sente le traitement fonétique. Nous apprenons que la désinence indo- 
européenne de datif singulier n'cist pas -ai, malt; présente la même 
apofonie que celle du génitif singulier et que la plu]);ut dis morfèmes 
indo-européens. 

En faut-il davantage pour faire comprendre (l'.ie 1 1 lecture de cette 
plaquette peut être profitable à tous ceux qui s'occupent de lin- 
guistique, même lorsqu'ils s'intitulent romanistes ? 

Maurice Grajimo.nt. 



A. Meillet. — Différenciation et unification dans les langues (Estratto 
da « SciENTiA » liiv'ista di Scienza. ix, p. 402). Ihihxjnti-Zdiii- 
rhe/li, Paris- Alcan,, Le'tpziy-ICiif/eli/unin, 1911 [20 p. in-8°]. 

Article de vulgarisation. L'auteur montre que les langues sont 
constamment soumises à deux tendances antagonistes, l'une vers la 
différenciation, l'autre vers l'unification. 

Une langue tend à se difterencicr par le fait qu'elle est transmise 
d'une génération à la suivante; l'enfant reproduit par imitation la 
langue de ses parente, mais cette imitation n'est jamais parfaite. 
D'autre part chaque classe sociale tend à. s'isoler des autres et 



320 COMPTES RENDUS. 

à prendre un parler différent; chaque division du travail a son voca- 
bulaire teenique, chaque groupement durable ou transitoire a son 
langage ou son argot; lee associations, les confessions religieuses 
recourent à des manières de parler spéciales. Chaque petit gixmpe 
umain tend à prendre un idiome qui lui serait entièrement propre 
et que les auti'es gi'oupee ne comprendraient pas. 

Mais le but du langage c'est rintercompréension des personnes 
ayant entre elles des rapports fréquents. D'où tendance à l'unité de 
langue chez les sujets ayant même civilisation, même gouvernement, 
même religion, etc. Cette unité se i-éalise de deux manières. Une 
langue parlée par un groupe d'individus nombreux, bien unis et 
bien organisés, s'étend aux populations fragmentées en petits groupes 
distincts et isolés, et prend la place de leurs idiomes indigènes 
(ju'elle élimine. Dans les domaines où les parlers locaux appartien^ 
nent à une même langue ancienne, l'unité brisée par l'évolution se 
rét;iblit par l'apparition d'une ko'mê. de* que l'utilité s'en fait réelle- 
ment sentir. 

M. G. 



M. -G. Bartoli. — Das Dalmatische (Kaiserliche Akademie der Wis- 
senschaften. Schriften der Balkaukommission : Linguistische Ab- 
ttilung). Wie7i, Hôlder, 1906, 2 vol. in-4° de 318 et 468 col., prix: 
34 M. 

Nous avons annoncé cet ouvrage ici même [JtLB, XLV, p. 92) 
avant c^u'il fût composé, au moment où l'auteur, de retour de sa 
mission linguistique en Dalmatie, commençait à classer les notes qu'il 
avait recueillies et à rédiger son livre. Nous en faisions pressentir 
l'intérêt et l'importance. 

Plusieurs années furent nécessaires à M. Bartoli pour la mise an 
point et la publication ; quand on a lu ces deux volumes on com- 
prend que Leur gestation ail été longue. Tout ce qui concerne de 
[;rès ou de loin à un point de vue quelconque les anciennes langues 
romanes de Dalmatie a été soigneusement recherché, compulsé, exa- 
miné et pesé par l'auteur. 

Le premier volume est en grande partie consacré à l'étude du 
domaine qui a été occupé par ces langues. La géografie du payts, 
Eon istoire politique, les mœurs et la civilisation de ses abitants, 
voilà ce que l'auteur examine avec un soin minutieux. C'est qu'il 
n'ignore pas qu'une langue est un fénomène à la fois fisiologique 
et social, et que son évolution et son développement sont déterminés 
efsentiellement par les conditions climatériques de son abitat, par le 



COMPTES RENDUS. 321 

genre de vie de ceux qui la parlent, par les relations qu'ils ont avec 
des peuples parlant d'autres idiomes. Une langue n'a pi j le même 
devenir selon qu'elle vit dans une île ou au milieu d'un continent, 
dans un port de mer ou dans lee montagnes, sur le passage d'une 
grande route de migration ou de commerce ou, au contraire, dans 
quelque région presque isolée, dans un pays politiquement indépen- 
dant et autonome ou dans une contrée soumise à la domination 
étrangère. Les renseignements de ce genre sont utilee pour l'étude 
de n'importe quelle langue ; pour les langues romanes de Dalmatie ils 
sont indisipensables. Seuls ils peuvent permettre de comprendre l'is- 
toire tourmentée de ces parlers et en définitive leur mort. 

Il i a d'ailleurs autre chose encore dans ce premier volume. On 
i trouve au début un examen critique des sources de la langue 
dalmate et des indications que l'on possédait jusqu'à présent à son 
sujet. Cette partie est très approfondie et très précise ; elle était 
nécessaire pour que l'étude linguistique reposât sur une base vrai- 
ment solide. 

Dans les derniers chapitres M. Bartoli rassemble les traits linguis- 
tiques qui caractérisent le parler dalmate et il essaie d'établir par 
là quelle pla<;e il occupe parmi les langues romanes. Il distingue 
pour ces dernières deux groupes principaux qu'il appelle l'un apen- 
nino-balkanique et l'autre pirénéo-alpin. Le dalmate appartient na- 
turellement au premier. Cette division en deux groupes est neuve ; 
elle est curieuse, intéressante à divers points de vue et appuyée sur 
des caractéristiques assez nombreuses et assez nettes. 

Le deuxième volume contient avec traducti»n et commentaire tout 
ce que l'on possède aujourdui de dalmate, c'est-à-dire tous les 
documents, tous les textes, toutes les notes recueillies par d'autres 
ou par M. Bartoli lui-même, déjà publiés ou encore inédits. Il com- 
mence par le végliote, le plus largement connu et par suite le plus 
important des parlers dalnjates ; c'est là que l'apport personnel de 
l'auteur est le plus considérable grâce à la publication de tout ce 
qu'i lui ont fourni ses enquêtes auprès du dernier végliot«, Udina 
Burbur, mort le 10 juin 1898. Après les textes, le vocabulaire végliote. 
Puis l'auteur nous donne tout ce qui reste des autres parlers romans 
de Dalmatie, c'est-à-dire des parlers méridionaux, en particulier celui 
de Raguse. Ici encore, vocabulaire. j\Iais il ne s'est pas borné à ces 
documents que l'on peut appeler directs ; il a extrait également des 
idiomes voisins, c'est-à-dire du vénèCe et du perbo-croate, autant qu'il 
l'a pu, tous les vocables qu'ils ont empnmtés au Dalmate, et il nous 
les a rassemblés en indiquant leur source. Pour chaque vocabulai'c 
partiel, il a eu l'eureuse idée de joindre aux mots du langage courant 
les noms propres et les noms de lieux. Il semble bien qu'il ait ainfi 



322 COMPTES RENDUS. 

à peu près épuisé la matière ; si quelquee-uns trouvent encore à 
glaner après lui, il est probable que leur gerbe eera maigre. 

Cette partie documentaire constitue à peu près les deux tiers du 
volume; le dernier tiers contient l'étude linguistique : fonétique, 
morfologie, sintaxe, lexicografie, sémantique. Le travail est appro- 
fondi et soigné ; on i ajoutera des remarques et des rectifications 
isolées, rien d'essentiel. 

\'oilà donc un ouvrage d'une imix)rtance considérable, qui nous 
apporte en quelque sorte une langue romane nouvelle. Sans doute 
on connaissait l'existoncfc des parlers romane de Dalmatie, mais 
le.s articles qui avaient été publiés à Leur sujet reposaient sur des 
documents trop peu nombreux et en partie incertains. Grâc-e « 
M. Bartoli ils sont enti^ définitivement dans le concert des langues 
romanes, et il n'est plus permis à un romaniste sérieux de les 
ignorer ni de les négliger. 

Depuis l'impression de ces deux volumes. ]M. Bartoli a eu l'occasion 
de revenir plusieurs fois sur le dalmate, pour répondre aux critiques 
qui lui ont été adressées, particulièrement par M. C. Merlo. Les 
principaux articles ont paru dans la Eivisfa di filol. e d'istruz. c/as.'?., 
dans la Zeitschr. f. rom. phil., dans les JRendironii del B. Ist. Lomb. 
di se. p. letf., dans les Mlsre/l. A. Horfis, dans le Krif. Jahresber. il. 
d. Fort-^'r/ir. d. rom. l'/ii/.. dans la lievve de dhd. rom., etc. ; il i 
a eu une « critica », une « anticritica », une « replica » et diverses 
ripostes. La discussion nous a valu quelques précisions utiles, en 
particulier sur la date de cei-tains vocables ou de certains fénomè- 
nes, mais elle a bien vite tourné à l'aigre pour devenir une polémique 
personnelle. C'est un terrain sur lequel nous ne suivons personne ; 
sans cela nous nous serions fait un plaisir et peut-être un devoir 
de signaler ce que tel ou tel de ces articles contient de nouveau et 
de profitable. Au reste les questions qui i sont agitées ne présentent 
pas toutes le même intérêt. Que nous importe, par exemple, que 
certains soient appelés néogrammairiens et d'autres néolinguistee ? 
Pour notre part nous distinguons les gens qui font de bons travaux 
et ceux nui en font de médiocres ou même de mauvais ; mais nous 
ne nous soucions pas des épitètes ou des étiquettes qu'ils peuvent 
s'appliquer ou qu'on peut leur prêter. D'autre part, la question de 
la limite des dialectes, que nos deux néo-utlibet ont fortement débat- 
tue, nous paraît .à la fois beaucoup plus simple et beaucoup plus 
complexe. Les limites entre dialectes ne sont pas coupées au couteau. 
Il i a des fénomènee plus ou moins isolés qui peuvent empiéter 
d'un dialecte sur le voisin, .sans qu'on en doive conclure que les 
deux dialectes n'en font qu'un ; il i a même des traînées d'isoglossce 



CO.MPTliS RENDUS. 'A'2',\ 

qui traversent plusieurs dialectes distincts. Que le frioulaii ressem- 
ble plus au végliote c^ue les autres parlers ladius, rien de plus natu- 
rel puisqu'il eu est plus voisin; mais il ne s'ensuit nullement que le 
végliote soit du ladin ou que le i'rioulan soit du dalmate. Quant à la 
géografie liniguistique, dont on fait grand tapage, ce n'est pas une 
discipline nouvelle ; ce qui est nouveau, c'est l'abus qu'on en fait 
aujourdui. Parce qu'un vocable aura été relevé dans deux parlers 
assez distants l'un de l'autre, mais pas dans les parlers géografi- 
quement intermédiaires, on en conclura que ces i^arlers intermédiai- 
res ont également possédé ce vocable, mais qu'ils l'ont perdu ; c'est 
bientôt dit. Nou.s j)ouvons aller de Montpellier à Paris en passant 
par Lyon; mais s'il nous prend fantaisie d'i aller par Toulouse, 
notre présence signalée à Montpellier et à Paris, ne [pourra pas 
l'être à Lyon ; faudra-t-il en conclure que nous avons pourtant tra«- 
versé Lyon, mais que les traces de notre passage dans cette ville 
ont disparu? Si l'on rencontre un fénomène particulier d'évolution 
fonétique à la fois en roumain et en portugais, en ressort-il qu'il i 
ait une affinité dialectaie particulière entre le rouniain et le por- 
tugais ? Nous le croirions malaisément ; mais on oublie peut-êtg-e 
quelquefois que le langage est un fénomène umain, que tous les 
ommes qui vivent à la surface de la tei*re sont des organismes sen- 
siblement pareils, et que sous l'influence de causes semblables ils 
[leuvent imprimer à leur langage, qui est une de leurs fonctions, exac- 
tement les mêmes modifications en n'importe cpicl lieu, fût-ce aux 
antipodes, et d'une manière absolument indépendante. 

Maurice Grammoxt. 



M. -G. Bartoli. — Riflessi slavi di vocali labiali romane c romanze, 
greche e germaniche (Estratto da : Jagic'-Festschrift ; Zbornik u 
slavu Vatroslava Jagic'a, Berlin, Weidiiwitn, 1908), 32 p. in-8". 

Le principal intérêt de cette étude, pour les romanistes, n'est pas 
tant de ti'ouver dans les langues slaves un nombre considérable de 
mots empruntés aux langues romanes, que de reconnaître que ces 
emprunts ne sont pas tous de même date et d'avoir un moyen do 
les classer cronologiquement. Il est important déjà pour l'istoiro 
do la civilisation de savoir à quelles éfwques les langues slaves ont 
puisé abondamment dans le vocabulaire roman, quelles catégorn.-» 
d;; mots elles ont accueillies simultanément, par cpiel point du do 
maine slave ces mots sont entrés et de quelle partie <Iu domaine 
roman ils ont été tirés. :\Iais ces faits sont peut-être encore plus 



3"24 COMPTES RENDUS. 

instructifs pour la fonétique et l'istoire de la langue. L'aspeci qu'ont 
pris les mots romans en se slavisant indique non seulement la dat« 
linguistique de l'emprunt, mais aussi la forme qu'ils avaient à cette 
époque dans la langue qui les a fournis. Il arrive même qu'un mot 
roman se i-encontre eous deux foi-mes dans les langues slaves, parte 
qu'il a été emprunté deux fois, à des dates et par des voies 
différentes. 

M. Bàrtoli montre que dans les emprunts anciens au roman, au 
gi^ec et au germanique, l'a atone est devenu o c-omme Va indo-euro- 
péen, tandis que l'a tonique est resté a comme 1" (i indo-européen : 
dans les emprunts récents ou purement savants Va est resté « même 
en sillabe atone. Observations analogues sur les leprésentants slaves 
de û et fï. de ^ et o romans, sur la métatèse ou la vocalisation de r, 
et sur quelques autres points de moindre importance. Au rest*. tous 
les problèmes ne sont vas résolus et certains sont simplement posés. 
On notera que les recherches de ce genre n'ont pas moins d'intérêt 
IX)ur les langues slaves que jiour les langues romanes. 

Maurice Grammoxt. 



J-M. Dihigo. — La fonética expérimental en la ciencia del lenguaje, 
Uabana, 1911 [28 p. in-8 j. 

C'est une conférence faite par l'autexu- à l'inauguration du labo- 
ratoire de fonérique expérimentale dont vient de s'enrichir l'univer- 
sité de La Avane. M. Dihigo expose suc-cintemment l'istoire de la 
fonétique expéiimentale, signale les principaux appareils dont elle 
fait usage et décrit sommairement leur emploi. Le laboratoire dont 
il est directeur paraît être fort bien outillé; nous espérons qu il eu 
sortira de beaux travaux. 

M. G. 



L. Gautier. — I^a langue de Xénophon, Gfnive, Grorg et C°. 1911 
[216 p. in-8']. 

Il est bien connu que la langue de Xénofon n'est pas du pur 
attique et qu'elle s'écart« notablement de celle qu'on est convenu 
de regarder comme classique. Jusqu'ici on a généralement coneidéré 
comme poétiques tous les traits non attiques de la langue de Xéno- 
fon. Il est vrai que la plupart se rencontrent chez les poètes ; 
mais les prosateurs n'emploient guère des vocables poétiques que 



COMPTES RENDÏ.S. 325 

là où ils veulent produire un e!Vet particulier de stile. C'est rare- 
inent le cas chez Xénofon. qui d'ordinaire écrit d'une manière très 
[impie. Or les pretendus « poétismes » apparaissent tout autant chez 
lui dans ks passages (jui sont visiblement dénués de toute recherche 
que dan£ ceux qu'il a crii devoir particulièrement soigner. 

yi. Gaiitîer est tenté d'en conolui-e que les termes non attiquea 
de Xénofon sont empruntés, non pas à la langue poétique, mais 
à des parlers dialectaux. Xénofon a été dès l'enfance en relation 
continuelle avec des personnes étrangères à l'Attique, et il a paesé 
lui-même une grande partie de sa vie en domaine ionien ou dorien. La 
langue de ses écrits est celle qu'il parlait tous les jours et qui 
devait sa bigarrure dialectale à l'existence accidentée de l'auteur. 
Ce qui n'est pas attique dans cette langue est dorien, ionien ou 
ellénistique. Nous ne suivrons pas l'auteur dans le détail de ses 
recherches, mais nous noterons qu'elles sont c-onduites avec une 
métode saine et qu'elles aboutissent à des résultats d'une valeur 
générale. 

M. G. 



Aniceto dos Reis Gonçalves Vianna. — Portugais. Phonétique et 
phonologie, morphologie, textes. Lf'ipzif/, Teubinr, 1903 (vi-148 p. 
in-16°). 

Petit livre utile et commode. C'est une description méticuleuse 
de la prononciation portugaise, sur le modèle de l'ouvrage de Sweet 
pour la prononciation anglaise. Il serait à souaiter que l'on possédât 
un manual du même genre pour toutes les langues importantes. 

On louera l'auteur de ne s'être pas borné à la prononciation des 
mots isolés, mais d'avoir passe en revue toutes les variations flexion- 
nelles et morfologiques, et d'avoir particulièrement insisté sur les 
modifications eintactiques que subissent les mots dans la frase et 
qui sont plus considérables peut-être en portugais que dans n'im- 
porte quelle autre langue romane. 

La description de la prononciation est presque toujoui-e parfai- 
tement claire. Nous remarquerons pourtant que celle des voyelles 
nasales est insuffisante ; M. Vianna en a eu conscience, car à propos 
des diftongues nasales, il croit devoir conseiller au lecteur «c de les 
faire prononcer devant lui par un Portugais de Lisbonne ». Il i a 
bien des gens qui n'auront jamais l'occasion de rencontrer un Por- 
tugais de Lisbonne. 

M. G. 



326 COMPTES RENDUS. 

M. Niedermano. — Historische Laiitlehre des Latcinischcn, 2" aiifl. 
Ihnhlhi nj, \y,urvr, 1911 [xviii-124 p. in-12"]. 

Ce précis de fonétique istorique du latin a paru tout d'abord en 
français, en 1904, sous forme d'un »i)écimen, contenant eeulement 
lo vocalisme; nous en avons rendu compte ici même, tome XLVII, 
p. 473. Deux ans plus tard, une édition complète en français était 
publiée chez Klincksipck ; nous en avons également rendu compte 
dans cette Uevut (tome XLIX, p. 458). Cette édition française a été 
traduite en allemand par M. Eduard Hermann, pour constituer une 
première éditioii allemande qui est aujourdui épuisée et que l'au- 
teur remplace par une deuxième édition, soigneusement revue, mise 
scrupuleusement au coui'ant et légèrement augmentée. 

Telle est l'istoire de cet ouvrage. Pour le fond nous n'avons rien 
à changer aux appréciations que nous avons énoncées antérieurement ; 
ce livre est resté essentiellement oe qu'il était ; les additions très 
courtes qui i ont été faites (une brève istoire de la langue latine, le 
texte de trois inscriptions dont deux en ancien latin et une en 
latin tardif, enfin im. lexique des mots étudiés) n'en ont pas altéré 
le caractère. Nous devons conclure comme pi-wédemment que ce 
petit manuel est de tous point-s excellent. 

Une chose frappera peut-être le lecteur attentif. En Allemagne, 
on en est déjà à la deuxième édition ; pourquoi l'édition fran- 
çaise, qui est antérieure à la première édition allemande, n'est-elle 
pas encore épuisée? C'est qu'il est chez nous extrêmement difficile 
d'introduire im livre nouveau dans l'enseignement secondaire. L'ad- 
ministration et les règlements n'ont pas prévu qu'il pût à un moment 
donné paraître un bon livre ; le choix de« ouvrages est détenniné 
moins par leur valeur intrinsèque que par des raisons commerciales ; 
enfin la plupart des licées et collèges fournissent les livres à leurs 
élèves internée et se refusent à en acheter de nouveaux tant qu'on 
n'a pas usé le dernier de leurs l'ossignols. 

^laurice Grammont. 



A. Rochette. — L'alexandrin chez Victor Hugo, Lyon et Paris, 
!■:. VittP, 1911 [606 p. in-8"]. 

Voici la meilleure étude et la plus approfondie qui ait été publiée 
jusqu'à préeent sur la versification de V. Hugo. Sans doute elle ne 
sera pas à la portée de tout le monde; n')s fins lettrée, nos éminenvs 
critiques et nos professeurs de littérature ne savent généralement 
que ce qu'on leur a appris, et comme on ne leur a jamais rien en- 



COMPTFS RENDUS. 327 

seigné sur le vers français, les ressources artistiquee de cet instru- 
ment délicat sont pour eux lettre close. Quand ils parlent d'œuvi-es 
en vers, les observations qu'ils font à leur sujet montrent qu'ils 
les ont traitées comm'a de la prose. Ue là les allégations ridicules 
qu'on lit partout aujourdui sur la césure, sur le rejet, sur la rime. 

M. Rochette a étudié le vers français sans maître (car on en 
trouve difficilement en ces matières), pour sou propre compte et par 
goiit personnel. Il est arrivé à en comiprendre toutes les nuances ; il a 
montré avec précision (juds rapports, tantôt de concordance, tantôt 
da discortiance, Y. Hugo a établis entre le mouvement ritmique 
et le développement sintaxique, et quels effets il a su en tircr ; il a 
aussi examiné en grand détail le rôle des éléments acousticiues, 
accents et fonèmes, dans le vers de son poète. Ou ne voit guère 
quelle question de tecnique il a laissée de côté, et il ne restera 
qu'à glaner après lui. 

Ce n'est i)as à dire que nou.? soyons d'accord avec M. Rochette 
sur tous les points. Il en est de fort importants, non pas pour 
l'intelligence même du vere et de ses effets, mais pour cou inter- 
prétation téorique, sur lesquels nos vues diffèrent complètement. 

M. Rochette ritme les veis français avec anaci-use. s'appuyant en 
cela sur ime idée saugrenue de certains grammairiens et sur une 
téorie longtemps admise par les musiciens. C'est-à-dire que dans 
un vers comme le suivant : 

Waterloo ! Waterloo W'aterloo ! morne plaine ! 

les deux sillabes : Watu- constituent une anacruse et sont en deors 
du ritme, qui ne commence qu'avec le premier temps marqué, lequel 
tombe indiscutablement sur la sillabe -loo. Dans le vers qui vient 
après celui-là : 

Comme une onde i]ui bout dans une urne trop pleine 

le ritme ne commence qu'avec le mot onde. Les deux sillabes Coiiimc 
une. sont-elles encore un« anaoruse? I a-t-il une anacruse au corn- 
menc«ment de chaque vers? Non pas; l'étiquette anacruse ne peut 
servir que pour le premier vers d'un développement ; dans les autres 
vers le fénomène est le même, mais l'étiquette ne convient plus. 
cervelles ingénieuses des grammairiens ! Distinctions subtiles I 
Farmaciens avisés qui changent le nom d'un même produit selon 
qu'Hs le tirent d'un boral ou d'un autre ! Qu'est-ce alore que lee 
deux sillabes Comme une' C'est la fin de la mesure qui rommence 
avec le temps marqué du mot phnii'', dans le vers précédent. Que 
devient dans cette mesure la sillabe -ve du mot iilaine? Que devient 
le repos qui suit cette sillabe ou l'absorbe? Nul ne s'en inquiète; 



3'28 COMPTES RENDUS. 

tout va bien sur le papier; nos faimaciens ont tons leurs bocaux 
bien étiquetés et sont satisfaite. 

Mais les musicdene, nous dit-on, dont la valeur comme ritmiciens 
est incontestable, puisqu'il n'i a pas de musique sans ritnie, ne 
commencent non plus à compter qu"à partir du premier tempe mar- 
qué. En résulte-tn que le ritme soit obligatoirement constitué de la 
même manière dans la danse, dans les vers, dans la prose? Il n'i 
a qu'un point commun à tous les litmes, c'est que les tempe marquée 
tombent à des intervalles sensiblement égaux. Les poètes ont ritmé 
leurs vers eans posséder de téorie sur le ritme, et suiiout sans 
jamais se demander si les mesures de leurs vers devaient être 
comptées téoriquement en oommençant ou en finissant par le temps 
marqué. Les musiciens eux-mêmes n'ont par devers eux une téorie du 
ritme que depuis qu'il i a des téoriciens de l'art musical et un 
enseignement téorique de la musique. Au sui-plus, que disent cee 
téoriciens ? Pendant longtemps ils ont enseigné exclusivement l'exis- 
tence des mesures descendantes ; mais cette téorie depuis un quart 
de sièole tombe en discrédit et celle des mesures ascendantes, c'est- 
à-dire commençant par le temps faible, gagne du ten-ain tous les 
jours. On la trouve magistralement exposée en particulier dans les 
livres de M. Hugo Riemann, qui font autorité. 

D'ailleui-s, qu'importe? Les vere ne sont pas faits avec des notes, 
mais avec des mots. Les vers français sont faits avec des mots 
français et le ritme de la langue française est essentiellement 
ascendant parce que l-es mots français sont accentués sur la finale. 
Dans le premier des deux vers cités, la première mesure est constituée 
par le mot Waterloo; elle commence par les deux temps faibles 
Wafrr- et finit avec le temps fort -loo (quand des mots étrangers 
figurent dans desvem français ils se prononcent à la française, ou 
si leur prononciation étrangère est assez connue pour qu'ils en gardent 
quelque chose, ils pi'ennent du moins l'accentuation française) ; ce 
vers contient trois autres mesures du même tipe, et aprèe morne 
plaine l'élément ritmique est terminé. Le second vers est indépen- 
dant du précédent et constitué par quatre mesures du même tipe. 
On objectera peut-être que les mesures ne peuvent être compté-es 
que d'un temps marqué à un autre temps marqué, et qii'on ne 
voit pas alors comment déteiininer le début de la première mesure. 
Sa limite initiale, c'est le silence qui la précède ; elle commence au 
moment où son premier temjjs faible rompt ce silenoe. 

Autre quefition du même ordre. Selon M. Rochette, V. Hugo 
aurait construit tous ses alexandrins sur un ritme inconscient: 

0.1 0.1 0.1 — 0.1 0.1 0.1. 



ro\[PTF.s nr.Nnrs. 329 

Tout d'abord u'i a-t-il pat là (iiielque contradiction av^ac la 
téorio dont nous jjailions plus aut? S'il est vrai que les mesures 
commencent par le temps marqué, comment se fait-il que ce métro- 
nome intérieur et latent ait battu 0.1 et non pas 1.0 ï Mais passons, 
Par quel artifice le vers Comme, une onde qui bout... jieut-il s'adap- 
ter au ritme 0.1 0.1 0.1...? On dédouble certaines sillabes. on en 
allonge, ou en raccourcit, on lo6 sème de soupirs, de points d'orgue, 
— et le tour est joué. Nous répondrons : trop de musique, et sur- 
tout musique intempestive. Qu'est-ce que c'est que ces moules 
préétablie dans lesquels on fait entrer les vers à coupe de maillet ? 
Qu'est-ce que c'est que ces lits de Procuste sur lesquels on rogne, 
on étire, on écartèle ? Le poète a-t-il besoin d'un ritme, au moins 
latent, à deux sillabee pour sentir que son émistiche a six sillabee et 
que 60n vers en a douze? Faut-il, pour si reconnaître, que dans le 
vers : 

Pour la j)remière fois l'aigle baissait la tête, 

il sente au moins un rtsfe de temps marqué sur la seconde sillabe 
de Pour la et sur l'c de l'tiiylc.-' En aucune façon. Le poète eent 
parfaitement que 3-3 ou 2-4 lui fournissent le même compte total, et 
il n'ésite pas, quand il a donné 4-2-1-5, à savoir que son vers est com- 
plet. Plusieurs mesures qui se suivent peuvent avoir toutes le 
même nombre de sillabee, mais ce n'est nullement nécessaire. 
V. Hugo ne cherche que rarement, et seulement lorsqu'il a une inten- 
tion spéciale, à donner le même nombre de sillabes à toutes les 
mesures de son vers. C'est même sur leur inégalité sillabique ((jui 
n'entraîne aucune inégalité ritmique), qu'il fonde une bonne part de 
ses effets. Mais nous avons traité cette question ailleurs. {Le ver.9 
français, p. 12 et suiv., — Petit traité, p. 49 et suiv.) ; il n'i a 
pas lieu d'i revenir ici. 

Une autre conséquence obligatoire de la téorie de ^L Pochette 
c'est qu'il n'i aurait pas et ne pourrait pas i avoir de trimètres 
dans les alexandi-ins de 'V. Hugo. Il i a des ternaires eintaxiques, 
mais des trimètres ritmiques point. Le poète dans l'âme de qui battait 
continuellement le ritme : 

0.1 0.1 0.1 — 0.1 0.1 0.1 

c'est-à-dire 6-6, n'a jamais pu admettre le ritme 4-4-4. Mais l'obses- 
sion de ce ritme 0.1 0.1 0.1..., c'est-à-dire 6-6, n'est ni prouvée ni 
prouvable pour notre auteur. 

Les prétendus trimètres de V. Hugo, à i regarder de près, 
fc-eraient extrêmement peu nombreux, pas même 1 sur 100. Et l'on 
pourrait admettre que le poète, après avoir fait 100 vers avec un 



330 COMPTES RENDUS. 

certain mouvement ritmique, abanoonneiait soudain ce mouvement 
pour un vers, et reviendrait aussitôt après au mouvement antérieur ! 
Il aurait donc intixxluit parfois dans ses poèmes un vers qui est 
en discoi-dance avec toute son œuvre, qui la condamne et la détruit ! 
Une faute aussi monstrueuse ne pourrait s'expliquer que par un 
moment d'aberration de la part de notre poète, et il aurait eu plu- 
sieui* fois de pareils moments ! Et cet écrivain si soigneux, qui 
revoyait ses vers avec tant d'attention, qui les corrigeait avec tant 
dô génie, aurait laissé subsister des fautes aussi impardonnables ! 
Alors aberration aussi quand La Fontaine écrit : 

La cigale ayant chanté 

Tout l'été, 
Se trouva fort dépourvue 
Quand la bise fut venue. 

Le poète a commencé par un vers de 7 sillabes ritmé 3-4, et donne 
à l'improviste un vers de trois sillabes ritmé 3 tout court, pour 
reprendre immédiatement le vers de 7 ritmé 3-4. On répond : 
Mais La Fontaine écrivait en vers libres et V. Hugo en alexandrins 
réguliers. — Oui, réguliers comme nombre de sillabes, mais pas 
peut-être comme ritme ; en tout cas rien ne l'indique. Si La Fontaine 
pouvait, pour produire un eftet, changer à la fois de mètre et de 
ritme, V. Hugo a pu, dans des conditions analogues, non pas changer 
de mètre, car le genre s'i opposait, mais changer de ritme en 
gardant le même mètre. 

Mais, nous dit-on, V. Hugo s'est toujours élevé violemment contre 
ceux qui supprimaient la coupe après la sixième sillabe. Lesclide 
raconte dans ses Propos de Table qu'un jour il lui montra dans un 
de ses poèmes un vers à peu près construit ainsi : 

Dans les palais, dans les châteaux, dans les chaumières. 

Le poète éprouva une sorte d'épouvante à cette révélation. Non seu- 
lement il changea le vers, mais il remercia très vivement celui qui 
lui avait signalé cette négligence. 

Ces arguments vont à rencontre de ce qu'on veut leur faire 
démontrer. Si V. Hugo a jamais laissé échapper un trimètre comme 
celui-là, il est bien certain que pareille mésaventure ne serait pas 
arrivée à Racine, par exemple. S'il s'est empressé de corriger ce 
vers dès qu'on le lui a indiqué, c'est qu'il était l'ennemi conscient 
du trimètre, mais s'il a pu produire ce vei's, c'est qu'il en était 
l'ami inconscient. Que V. Hugo n'ait pas voulu ou pas cru faire 
de trimètres, il n'i a aucune raison de le contester; mais quand on 
étudie téoricjuement les vers du poète doit-on considérer ses opinions 



COMPTES RENDUS. 331 

et ses intentions, ou t^eulement ce qu'il a fait en réalité? J'ai 
(.•onnu une pei-sonne à qui on avait enseigné le polonais en lui faisant 
croire que c'était de l'allemand ; quand elle parlait polonais, elle 
croyait parler allemand. Il n'en résulte en aucune façon qu'elle pailât 
allemand en réalité. 

Des vers comme lelui de Leeclide, V. Hugo en a fait beaucuu]). 
Par exemple : 

Elle est la terie, elle est la plaine, elle est le champ. 

Sans doute dans un cas comme celui-là, V. Hugo, qui avait 
appris dans son enfance que est est un verbe, ignorait que ce mot 
eet un© simple copule, le plus atone de tous les outils grammaticaux 
de la langue française. Son vers n'est pas moin4~ le tipe nu'^me du 
trimètre. 

Téoricien eu somme peu clairvoyant, V. Hugo a toujours été 
plutôt timoré en matière de versification. S'il i a eu une époque ou il 
se piquait de 

... disloquer ce grand niais d'alexandrin 

et de faire 

... basculer la balance hémistiche, 

s'il a cru bon parfois de faire le rodomont, parce (ju'on n'est pas 
impunément chef d'école, il est toujours resté au fond le moins 
révolutionnaire des versificateurs. S'il a toujours scrupuleusement 
gardé une séparation de mots après la sixième sillabe, c'est de sa 
part rme simple observance matérielle à laquelle il n'a pas cru 
pouvoir se soustraire. Il n'a jamais supprimé carrément la coupe de 
l'émistiche, mais il l'a réduite à zéro, ce qui téoriquement n'est 
pas la même chose ; il garde une trace de cette coupe, il en lai«se 
subsister la place. 

Au sujet de ces vers que nous appelons des trimètres il a été 
dupe d'une illusion téorique, mais, lui qui fut l'un des maîtres des 
effets de versification, il ne s'est jamais trompé sur leur valeur 
pratique. La preuve qu'il a bien senti que ces vers avaient une 
vertu particulière et produisaient un effet spécial, c'est qu'il ne 
les a jamais laissés apparaître au afard dans son œuvre. M. Rochette 
lui même, à qui sa téorie du 6-6 interdit de les reconnaître en 
tant que trimètres, est obligé de déclarer (pp. 119, 121, 289) qu'ils 
ne se présentent jamais que lorsque le poète a une intention, que 
toujours ils sont annoncés, préparés, décelés par leur entourage. 
Même, ce qui est rare, lorsqu'ils sont le premier vers d'une pièce 
ou d'un développement, comme c'est le cas pour le vers cité plus 



332 COMPTES RENDUS. 

aut, ili ont une eignification propre et bien nette. La discussion 
devient donc en eomme, lorsqu'on la fait loyalement comme M. Ro- 
chette, une simple diecussion de mots. Il i a des trimètres chez 
V. Hugo ; il i en a peu, infiniment moins que n'ont cru en tix)uver 
Becq de Fouquièree et Renouvier, et on les reconnaît à leur 
contenu, non à leur forme (voyez Le vers français, p. 42 et suiv., — 
Petit traité, p. 59 et suiv.). Au surplus il i a deux eepèces de 
trimètres chez V. Hugo, ceux qui eont sintétiques et ceux qui sont 
analitiques. Les premiers seuls représentent le tipe pur du trimètre : 

Jamais de guerre, | aucun floau, | pas de déluge. 
Le Christ immense | ouvrant ses bras | au genre humain. 
Le vent gémit, | la nuit se plaint, | l'eau se lamente. 
Etinceler | le fer de lan|ce des étoiles. 

Dans ceux qui sont analitiquee, il i a en réalité six mesures 
(c'est-à-dire que ce sont des examètree), mais ces six mesures sont 
groupées deux par deux et la coupe qui suit la sixième siUabe est 
une des coupée faibles (voyez Petit traité, 2' éd., p. 66). Les d«ux 
coupes fortes, que nous marquons ici par un double trait vertical, en 
font une fomie dérivée du tipe trimètre : 

Dormtz, | vertus, || dormez, | soutiran||ces, dormez, | crimes. 

11 faut I qu'il marche ! || Il faut | qu'il roule! || Il faut | qu'il aille ! 

Et de ces trois cents coups il fit trois cents soldats 

Gardiens | des monts, || gardiens | des lois, || gardiens | des villes. 

Il i a beaucoup d'autree points que l'on serait tenté d'examiner 
après la lecture de ce livpe, qui est si suggestif tant par la masse 
des questions agitées que par celle des exemples réunis ; mais cet 
article commence à dépasser les limites d'un compte rendu. Nous 
nous en tiendrons donc à ces. questions de ritme, qui sont d'ordinaire 
les plus négligées bien qu'elles priment toutes les autres en impor- 
tance. 

^laurice Grammont. 



R. Cahen. — Le rythme poétique dans les ^létamorphoses d'Ovide. 
/''//■/.-■, Geuthner, 1910 [xii-628 p. in-8°]. 

Gros livra, travail énomie. résultat à peu près nul. M. Cahen se 
propose de déterminer la durée des pauses dans la lecture des 
vers, tant à l'intérieur d'un vers qu'entre deux vers. Il s'agit à ses 



COMPTES lŒNUUS. .'{3H 

ieux d'un fénomène umain «t bien qu'il tloive faire porter ses 
lefherchee sur telle et telle vérifications particulières, ses conclu- 
sionfi auront, pensc-t-il, une valeur tout à fait générale. Ces pro- 
positions sont singulièrement inquiétantes, car certaine vers fran- 
çais, par exemple, avaient une pau^c intérieure obligatoire au 
Moyen- Ago et n'en comportent plus aujourdui. 

L'auteur, à qui l'istoire des versifications paraît peu familière, 
n'est pas arrêté [.ar cette difficulté ; il prend pour objet particu- 
lier de ses recherches les Métamorfoses d'Ovide et considère que les 
lésultats aux(]ue!s il aboutira vaudront universellement. Pourquoi 
les Métdiaorfuaes/ Paroe qu'elles offrent une suite très étendue de 
vers du même tipe. Pourquoi Ovide ''. Parce que les vers ne lui coû- 
taient, paraît-il, aucun eil'ort ; même sans le vouloir, même malgré 
lui il s'exprimait en vers ; donc, au contraire de ceux qui arrivent 
[>éniblem€nt à mettre leui^s vers sur leurs pieds, il était absolument 
maître de son instrument, et n'a mie de pauses dans ses vei-e 
que lorsqu'il l'a voulu et là où il l'a voulu, confonnément à l'effet 
qu'il avait décidé de produire. Pourquoi des vers latins? Parce que 
M. Cahen est latiniste ; ])arce (jue tout lettré digne de ce nom a 
fait lui-même des vers latins et «ju'à ce jeu de puzzle qui consiste 
à raccorder un émistiche do Virgile avec un émistiche de Lucrèce 
ou à « donner des cornes » au père d'Apollon, tout le monde est 
devenu niaîtra en l'art des vers latins et cet instrument n'a plus 
de secret poor personne; chacun pourra vérifier par lui même les 
nuances délicates qui seront signalées. 

Ce choix si judicieusement déterminé nous paraît être le plus 
malencontreux qui pût être fait. Lee Méi(tin<iifosi'.< sont une œuvre 
bien peu poétique et en généial d'un inté/ôt fort médiocre ; si 
l'on i remarque fréquemment une très grande facilité, il n'est pas 
rare iVï rencontrer des passages pénibles et toumuntés. Il est à 
craindre que cette versification aisée, au lieu d'être le comble de l'art, 
ne soit souvent qu'une versification lâchée. D'autre part, la versifi- 
cation latine est purement artificielle ; c'est la versification grecque 
empruntée et imposée de force à une langue qui par son caractère 
ne la comportait pas. Enfin, et cet argument prime tous les autres, 
dans le détail nous ignorons totalement, M. Cahen en convient lui- 
même, comment se disaient les vers latins. Toute base solide fait donc 
défaut à cette étude, et l'examen des vers d'Ovide, malgré leur nom- 
bre, malgré les chiffres et les calculs qui semblent donner une appa 
rence scientifique à certaines parties, n'est qu'un échafaudage 
d'ipotèses en l'air. 

Mais comme sa téorie doit avoir une valeur universelle, M. Cahen 
a pris aussi pour exemple un passage de L'expiation de V. Hugo. 

22 



334 COMPTES RENDUS. 

afin d'édairer par la comparairon ce qu'il dit d'Ovide. Ici nous 
Eommce sur un terrain solide et tous les moyens de vérification sont 
à notre portée. L'auteur n'étudie que ks repos sintaxiques (1), c'eet- 
à-diro ceux qui se présentent entre Its diverses propoeitions, laissant 
de côté ceux (jui pourraient apparaître dans l'intérieur d'une même 
proposition ou entre les j)ropositions enveloppées et les j)rojx)6itionfi 
enveloppantes. II distingue d'ailleurs les pix)positions à la manière 
des grammairiens, c'est-à-dire qu'il voit par exemple une i)roposi- 
tion relative dans qui a'éiiwut: 

La Déroute apparut au soldat qui s'émeut, 

et comme il place un repos ajnès chaque proposition, il en met un 
devant qui s'émeut, ne se rendant pas compte que qui g'émeut est 
una simple épitète, un attribut, l'équivalent exact d'un adjectif 
comme effrayé, devant lequed il ne mettrait pas de pauee. 

Au début, il énonce un. certain nombre de principes. La durée d'un 
re{X)s est propoi-tionnelle à la durée de l'élément qui le précède. 
Elle est proportionnelle à la durée de l'élément qui le précède + la 
durée de celui qui le suit. Elle est diminuée quand elle sépare des 
membres inégaux. Elle est plus courte (juand le membre le plue petit 
précède que lorsqu'il suit. 

Il répète ces princii>eis fous des formes diverses durant plusieura 
pages et s'imagine alors (ju'il las a démontrés ; c'est se faire une 
singulière idée de ce qu'est une démonstration. 

Une fois que ces principes lui paraissent établis, il les applique 
imperturbablement aux 13.500 cas qu'il rencontre dans les Méta- 
morfoses, ne se rendant pas compte que si ses principes étaient jus- 
tes, 13 exemples bien choisis nous en auraient appris tout autant. 
Ces prétendus principes sont ce qu'on appelle des vues de l'esprit; 
rien de plus. M. Cahen se fait une idée particulière de la réalité, 
mais il s'occupe peu de la i-éaiité rc'elle. 

Il ignore qu'il i a plusieurs manières de lire les vers français, 
une bonne et beaucoup de mauvaises. La bonne, depuis une période 
antérieui-e à l'époque classique, ne comporte aucune paus.e dans 
l'intérieur des vers, mais seulement des changements d'intensité et 
de auteur ; c'est une des mauvaises qu'il adopte, celle de la plupart 
de nos actfjurs à la mode, qui, ne sachant pas ce que c'est qu'un 
vers, les brisent au grand désespoir des poètes, et n'en tirent que 
des effets de prose, étrangei-s à la pensée et aux intentions du ver- 
sificateur. 



(1) Il les appelle xintactiques; ce mot a un autre sens. 



COMPTES HKNDL'S. H.'35 

M. Cahen sait que hi fonétique expérimentale existe, mais il ne 
croit pus bon, même pour mesui-er dce diiréte, de recourir à ton 
aide, sous prétexte que les effets de ritme sont produits sur l'oreille 
et que c'est l'oreille seule qui doit en juger (p. X, p. 69). Même si 
le jugement de l'oreille n'était pas d'accord avec les données de 
l'enregistreur, c'est à l'oreille seule qu'il faudrait s'en rapporter, 
car le {wàte a jugé tv.s effets avec son oreille, non avec un enregie- 
treur. Singulier r.iii-onnement. M. Cahen ignore que l'oreille n'est 
pa.s un instrument de mesure, qu'elle est éminemment éducable et se 
prête à toutes les illusions ; on fait entendre à une oreille à peu 
près ce qu'on veut, 'ct lui-même a si tien suggestionné et façonné la 
râenne qu'elle a entendu conformément à ses prin'cii>es. 

S'il avait fait nue seule expérience de fonéticjue cx|)érimentale, au 
lieu de s'enfermer tlans une tour avec ses idées, il aurait vu du jnc- 
mier coup cpie toutts ses téories croulent, et dès lors son oreille 
aurait entendu autrement. 

Il i a dans ce livre beaucoup d'ingéniosité, parfois des remarques 
fines et pénétrantes, mais le tout est noyé dans le développement et 
l'apparente vérification d'une téorie dépourvue de base solide et 
contraire aux faits. 

Maurice Giummont. 



La Chançun de Guillelme. — Franzoesischcs A'olks^pos des XI. 
Jahrhundei-ts kritisch herausgegeben von Hermann Suchier (Bi- 
bliotheca Normannica, t. VIII). llaUi , Xkiinyi-r, 1911. i.xxvi 
+ là5 pages in 8°. 

En un article inséré au tome XXIX de h Z<i/.<-r/iriff fiir roma- 
nische Philologie (p. 641-682), M. Hennann Suciiier avait proposé de 
distinguer, dans le texte publié au mois de juin 1903 à Chiswick 
.■■ous le titre La CJi(in<;un de WUhnnc, deux parties où il reconnais- 
sait deux poèmes continentaux maladroitement réunis par un compi- 
lateur anglo-normand. C'est le premier de ces morceaux qu'il publie 
aujourd'hui dans la lilhliotluca Xonnannica sous le titre de Lu 
Chançun de Guillelmf. 

La bibliographie que M. Suchier dresse (p. LXix) de la ('lionruii 
de Willame est très copieuse: on y compte une quarantaine d'ar- 
ticles. Cet effort considérable de la critique ne semble pourtant 
avoir abouti à aucun résultat positif. Rien n'est encore acquis, tout 
continue â êt're matière à discussion. La distinction de deux poèmes 
elle-même, ce point capital dont dépendent tous les problèmes 
soulevés par le texte publié à Chiswick, paraît si peu assurée à 



336 COMPTES RENDl s. 

M. Ph. Aug. Becker qu'il ne croit même pae devoir en faire mention 
dans eon, GruiuJn.<s d. oltfrz. Literatur, I, § 27. Bien plus, l'au- 
thentitité de cette œuvre a été récemment mise en doute par 
M. Tron dans une brochm-'e cjui ne m'est pas accessible (voy. Studi 
Medievuli, III, p. 344, note 5). Estimant peu utile de contribuer 
à embrouiller encore davantiige la discuesion en prenant part au 
débat, je demande la permission de ne me prononcer, dans les 
lignes qui suivent, sur aucune des questions qu'a posées le livre 
de Chiswick et de m'en tenir à l'examen d« l'édition de M. Suchier. 
J'adopte d'autant plus volontiers cette attitude qu'à mon sens ce 
texte n'a pas 1 importance qu'on lui attribue. La savante mise en 
scène qu'avait imaginée l'auteur de la publication parue à Chiswick 
pour attirer l'attention des romanistes sur son texte, n'a pae été 
vaine. M. Ph.-Aug. Becker, qui n'en a pas été dupe, enregistre, dane 
son manuel, cette œuvre et ne s'y arrête guàre : avec pleine raison. 
Le livre de Chiswick n'ajoute presque rien à ce qu'on savait du 
cycle de Guillaume. M. Bédier le croit, à la vérité, vénérable par 
son ancienneté et fécond en en.seignement* de toutes sortes [Lég. 
épiques. I, p. 319) : c'est qu'il tient pour assuré qu'il est de trente 
ou de cinquante ans plus ancien que la plus ancienne des autres 
chansons du cycle. Par malheur, ce n'est là qu'une supposition 
sans fondement. L'écriture, sur les fac-similés joints à la publication 
do Chiswick, accnse des traits qu'on ne rencontre pae avant l* 
XIII* siècle : il suffit de remarquer que la règle de Wilhelm Meyer 
(de Spire) sur les liaisons y est appli(]uée. Ni les assonances, ni 
aucune autre particularité de la langue ou de la versification ne 
révèlent de traits archaïques (1). Par contre, on y cite, dans nn vers 



fl) M. Suchier est d'un avis contraire, mais ses indications ne 
Eont ni très précises ni très claires. D'une part, il admet, dans le 
texte reconstitué de ia C/umçun de (TuiUeJme, les formes ber, niés, 
ance.ître, mieldre là où la très ancienne langue postule les formes 
bdioii, nf'coii, an ri'. •'.y or, mvillor (p. xxvii) et déclare que la langue 
du poème est, à peu de chose ])rès, la même que celle de Wacô 
(p. xxix) — Brut et liou datent de la seconde moitié du XII" siè- 
cle — ; d'autre part, il estime que la CIuuh-<on de Bainoart, qu'il 
tient pour postérieure d'environ quarante ans à la Chançun de 
Guillelme, accuse des traits si archaïques qu'elle ne peut guère 
avoir été composée après 1120 (p. xxx). M. Suchier fait-il allusion 
à l'emploi exclusif du prétérit descmliét dans la Ch. de Bninonrt (cf. 
Zeiuchr. f. rom. P/riJ. XXIX, p. 678, note 1)? Ce serait, en effet, 
un archaïsme dane les Flandres, où M. Suchier localise cette partie du 



COMPTF.S RF-NDIS. 337 

dont yi. Siuhier ne suspecte pae r;uitlienticit.é, hi cliaiisoii de Giinrd 
di"- Vianf, comixjsée, toujours d'après M. Suchier. à hi fin du XIT* 
r.iècle au plus tôt. '.Je ne fais toutefois aucun fond sur cette eit-iition : 
je sais que <lepuis 861, date à laquelle Charles le Chauve, accompa- 
gné de la reine, est faussement supposé avoir assiégé 'Vienne, le 
poème de Girard de Viane est censé exister en gemie et qu'un texte 
antérieur de trente ou de cinquante ans à tous les autres poèmes 
du cycle de Guillaume peut y faii-e allusion sans éveiller les suscep- 
tibilités de l'auteur des Légendes épiques. Il n'en reste pas moins 
vrai quo si l'existence plausible d'un Girard de Viane très ancien 
corrobore, comme dirait Miss J. 'Weston, l'antiquité possible du livre 
de Chiswick. elle ne la rend peut-être pas tout à fait assurée. 

Le livre de Chiswick, considéré en lui-même, ne contient aucun 
indice de son antiquité. L'examen comparatif de cet ouvrage et des 
autres chansons du cycle donne-t-il de meilleurs résultate? Peu 
familier avec la gestC' de Montglane, et m 'étant du reste inteixlit 
d'exprimer ici des opinions pouvant préjuger de la solution des 
controverses soulevées par le livre de Chiswick, je me borne a, 
rapporter ce qu'en ont dit les auteurs connaissant le mieux le 
sujet. D'après M. Bédier, le livre de Chiswick est certainement 
la source ou l'une des sources de la Chevalerie Vivien et des Aliscans. 
M. Ph.-Aug. Becker incline à penser qu'il n'en est qu'une imita- 
tion. M. Rechnitz, qui distingue, à la suite de M. Suchier, deux 
parties dans le livre de Chiswick, estime que la première partie, 
« La Ch. de 'Guillelme ». a été la source d'un poème perdu d'où 
dérive la Chevalerie Vivien; cette « Chanson de Guillelme » n'a 



livre de Chiswick. Mais cette localisation n'est pas assurée : a 
nasal et e nasal sont confondus à l'assonance dans cette deuxième 
partie du livre de Chiswick. (Dans la première partie, il n'y a, sauf 
erreur, que deux exemples de cette confusion, aux v. 330-334 et au 
V. 1896. M. Suchier les écarte : dans le premier cas, en admettant 
deux laisses distinctes comptant respectivement deux et trois vers ; 
dans le second, en intei-vertissant l'ordre des mots qui forment le 
second hémistiche du vers. Il n'y aurait rien à y redire, si dans les 
vers 1707 à 1728, où à sept assonances en ai succèdent trois en an, 
cin(| en a et plusieui-s en an interrompues par une seule en a, 
]M. Suchier n'avait vu une « fabrication anglo-normandr » : en 
écrivant, au v. 1724, Guisrlwrz li qiiens vail/anz au lieu de // 
vaillant quons Guischard n'obtient-on pas quatre laisses continen- 
tales, pour le moins aussi admissibles que les laisses XXXVI et 
XXX'VII formées par M. Suchier? 



338 COMPTES RENDUS. 

pas été connue do l'auteur des Ahsccms, dont l'œuvre dérive de la 
seconde partie du livre de Chiswîck, de « La t'honsoîi de Jùiiiioart ». 
Quant à M. Suthier, il est d'avis que la « Cli. de GiiUleliiK » et la 
Chevcdi'ric Vivien, qui n'en est, à son sentiment, qu'un remaniement, 
ont été utilisées dans le poème des Aliscan^, qui lui paraît d'autre 
part êtie un renouvellement de la « Ch. de. Rainoart ». Il eet regi'et- 
table que personne n'ait encore sout^enu que le livre de Chiswick, les 
A/i-^etin.< et la Chevalerie Vivien remontant tous à une source com- 
mune perdue (1) : le nombre des combinaisons possibles serait de la 
sorte épuisé, et l'importance de notre ouvrage en ferait notablement 
accrue, puisque, en groupant diversement les trois textes, l'on ob- 
tiendrait trois théories nouvelles et même davantage dans l'hypothèse 
d'une « Ch. de Guillehne » distinct-e de la a Ch. de Jfninonrt ». 

Je crois, en effet, que l'importance d'un texte est en fonction 
directe du nombre de systèmes qu'il fait éclore. Le poème populaire 
que Ilildegaire imagina selon la rusticité de son langage n'occupait-il 
pas jusqu'à ces temps dernie)s une place d'honneur dans l'histoire tfe 
la littérature française? Et s'il en est autrement aujourd'hui, est-ce 
que ce n'est pas parce que la préface dont M. Brano Krusch avait 
muni son édition de la J'ita .^ancti Fnronis arrêta net la belle 
floraison de systèmes que l'on sait? Rendons grâces à l'auteur de la 
publication de Chiswick. qui nous a livré la bouteille à l'encre 
au moment même où la critique, devant être bientôt- privée du 
Farolied et ayant, d'autre part, épuisé la série des variations possi- 
bles sur le Carmen de j^rodicione Guennnis, allait pi-esque en être 
réduite à s'occuper de problèmes positifs 1 Nous voilà préservés 
du péril ; pour de longues années, sans dout-e. 

Ces remarques faites pour expliquer mon attitude, j 'aborde l'er^a- 
mon de l'édition de M. Suchier. Je n'ai pas besoin de dire qu'on 
y reconnaît la maîtrise habituelle du distingué romaniste de Halle. 
Si l'intérêt du texte est, à mon sens, médiocre, le livre de M. Suchier 
est des plus importants. M. Suchier s'entend comme personne à 
publier un texte, et ses éditions, vrais modèles d'érudition et de 
goût, ont une valeur indépendante de celle de l'ouvrage édité. « La 
Chançun de GuiUeline » est très remarquable à cet égard. 



(1) Cela n'est pas seulement regrettable, c'est aussi sui-prenant, 
puisque c'est là la première combinaison qui dût se présenter à 
l'esprit des critiques : il est admis que si les ressemblances constatées 
entre deux ou plusieurs textes autorisent à leur supposer une origine 
commune, elles ne suffisent pas pour conclure que ces textes dérivent 
directement l'un de l'autre. 



COMPTES RENDUS. 339 

Cette t'clitiou a été pourtant faite dans des conditione très défa- 
vorables. M. Siiehier n'a pu consulter ni le manuscrit du livre de 
Cliiswick ni ceux du Oui de Warwick et du Pseudotui-pin qu'on dit 
cire écrits de la même main. Il a dû se contenter d'opérer sur 
l'imprimé (1). La critique })liilologique du text« en a évidemxr.eni, 
souil'ert. M. Suchicr a bien donné quelques indications critiques 
(eh. IV), mais ces remarques, forcément sommaires et incomplètes, 
ne remplacent pas les magistrales dissertations qu'on rencontre, à 
cett« place, dans les autres éditions de M. Suchier et qui donnent 
tant de prix à ses publications. On le regrettera d'autant plus vive- 
ment que c'est de ce côté là précisément qu'il importait d'éclairer 
le livre de Chiswick. Le seul intérêt qu'ofire ce texte réside dans 
l'état oii il nous est parvenu. On sait que cet état est piteux : d'après 
les calculs de M. Suchier la proiMrtion des vers oonrompus, défal- 
cation faite des simples anglo-normandismes, atteint, dans la pre- 
mière partie du livre de Chiswick, quarante-trois pour cent. Or, à 
en juger par la décoration du ms. Edwards (1. de Chiswick -{- 
Peeudoturpin -|- C. de Warwick) décrite par Mister Herbert et 
l'aspect de l'écriture sur les fac-similés, ce livre doit dater de la 
première moitié du XIII' siècle, et plutôt du premier quart encore 
que du second, ijuisqu'on y fait usage de l'encre verte pour peindre 
ou pour lleurir les initiales. Les mss. anglo-normands contempo- 
rains sont généralement assez corrects, et le livre de Chiswick forme 
avec eux un contraste d'autant plus curieux que le Psendoturpin et 
le Gui de Warv^'ick, dus au même copiste, offrent, à s'en rapporter 
aux échantillons publiés par Mister Herbert, un texte convenable. 

La difficulté n'a pas échappé à 'SI. Suchier, et il essaie de l'expli- 
quer en mettant hors de cause le copiste du livre de Chiswick : la 
corruption du texte remonterait à une tradition antérieure. Je ne 
crois pas que nous soyons autorisés à supposer, comme le fait 
M. Suchier, (lu'une cinquantaine d'années environ séparent le livre 



(1) Tout ce que M. Suchier a pu obtenir c'est une collation de 
l'imprimé par Mister J.-A. Herbert. Elle fut a.ssez fructueuse: la 
publication de 1903 était déparée par de nombreuses fautes d'im- 
prei^sion. En comparant le texte de Mister Herbert, reproduit p:ir 
M. Suchier à l'apfjcndice de son é<Htion, avec le texte de Chiswick, 
j'ai remarqué en outre une particularité des plus intéressantes: le 
texte de Chiswick lisait régulièrement Fraunceis (adde Ijinuiirfir. 
320) et pru- (résolution de l'abréviation figurée par un p traverse par 
une birre courba), alors que ^Mister Herbert n'a rencontre aucun 
exemple de ces graphies anglo-nonuandes dans le manuscrit. 



340 COMPTES RENDUS. 

de Chiswitk du ms. dont il procède (1), maie cett« datation écartée et 
supposé même que le modèle du livre de Chiswick en soit contempo- 
rain, je suis surpris qu'un copiete de la première moitié du XIII* 
i^iède ait pu défigurer si étiangement un texte et qu'un autre copiste, 
qui, lui, connaissait bien son français n'ait rien tenté jKiur donner du 
moins un semblant de rytlmie aux atroces « stiches » qu'il copiait. 
Ces corruptions sont d'ailleurs bien singulières ; ]M. Suchier les 
doit réfléchies: elles se prupoeeraicnt d'éclairer le texte. Eclairer non 
le récit, qui, en effet, aurait besoin de l'être, mais certains mots, les 
noms propres surtout, qui ne prêtaient à aucune équivoque. L'inttr- 
polateur éprouverait, p. ex., le besoin de préciser que Lowis est 
iwistre empereur ; Girard, Vesquier; Esturini, sis niés. etc. Ces 
gloses présumées étonnent d autant plus que la première partie uu 
liv]-e de Chiswick — la constatation est de M. Suchier — est très 
.sobre de noms propres. 

L'examen comparatif des msf. du livre de Chiswick, du Pseudo- 
turpin et du Gui de Warwick nous ferait connaître la part qui 
revient au dernier copiste dans cet état de choses et contribuerait 
largement à faire la lumière sur les questions soulevées par jNI. Su- 
chier et pas seulem.ent sur elles. Cet examen ne se fera probable- 
ment pas de sitôt. L'appel que M. Suchier adresse à l'auteur de la 
publication de Chiswick en vue de l'autoriser à prerudre connaissance 
di< ses mss. demeurera sans doute vain : leur communication irait 
à rencontre du but poureuivi par ce singulier mécène. 

Si M. Suchier n'a pu domier à la critique philologique l'ampleur 
désirable, il nous a bien dédommagé dans les autres chapitres de 
l'introduction. Le plus remarquable me paraît être celui qui est 
consacré à l'étude des indications géographi(|ues du texte. Sur 
VArr/if/mp d'abord. ^I. Suchier s'ac(|uitte de sa oiomeEse {Zeitsc/i. 
f rom. l'/iil., XXXIV, p. 348) de justifier son ralliement à l'opinion 
d-- j\I. Baist, qui, l'on s'en souvient, avait récusé la forme Lar- 
c/i(iiiii), le vocabl;^ Ifrrgus n'étant pas usité dans la toponymie de la 
France. C'est le nom d'une montagne suisse appelée L'Ar/rimit qui 
a persuadé M. Suchier. La graphie Le Armont, attestée en 1382, lui 
fait accepter l'étymologie Arsi/s Mrms pioposée pour ce vocable par 
M. Jaccaixl, et comme M. Suchier croit en outre se souvenir d'avoir 



(1) La graphie (imt pour un devant consonne, sur l'abtence de 
laquelle M. Sucliier s'appuie, remonte au début du XIII"^^ siècle, mais 
ne devient caractéristique que jxmr la seconde moitié de ce siècle. Son 
alîsencp. est d'ailleurs un mauvais critère chronologique puisqu'elle 
peut aussi s'exijlitpier par la i)rovenanice continentale du ms. modèle. 



COMPTES RENDUS. 341 

rencontré )e vocable Ai:<us Cuinpuf dans deux t;hart€6 provenant de 
)ii Mayenne, il tient pour vraisemblable que le nom de lieu actuel 
Laivhump dérive aussi, par l'intermédiaire de la forme L'Arrhamp, 
d'Arsus Campus. 

Entre L'Arc/uimp et Lair/ifiinp, je n'oserais pas choisir, mais 
l'étymologie Arsus Campus m'inepire des doutes: le vocable Arsus 
ne semble pas être plus usité dans la toponymie française que le 
vocable Largus (1). Arsus Mons est pure conjecture, et quant aux 
deux documents de îa Mayenne, ISI. Suchier m'accordera qu'ils ne 
sont pas plus probants que les quatre exemples, pai' lui cités dans 
la ZfiUichr. f. rom. l'Inl., XXIX, p. 655, de la. fonne Lanjus 
Campus. Les latinisations des noms de lieux qu'on rencontre dans 
les documents postcarolingiens sont sans autorité : le XII' siècle ne 
mérite pas plus de créance à cet égard que le XIII" siècle. 

Si le nom de LaicJiamp demeure une énigme, celui des Alue.< de 
Larchamp est définitivement éluciaé par M. Suoliier. Ce vocable, 
dont la forme défigurée <n levé de larchant (attestée dans le ms. B. 
X. fr. 2494) explique le mystérieux wazzer Larhant de WoJfi'am v, 
Eschenbach, est le nom d'une exploitation forestière. La démonstra- 
tion de ^1. Suchier est décisive, et j'ai été un peu surpris de voir 
un érudit. très versé du reste dans la toponymie, la mettre en 
doute u.i jour que nous nous entretenions de la « Chanrun de 
(ruilleluic- ». J'espère que les citations que voici auront raison de 
ces hésitations: Terra AUodiorum et boscum in quo domus de AUodi'is 
aedificota esi,, ao. 841 {Dicf. iopogr. Devx-Sèvres, art. AUeuds) ; 
In mmore quod A/odium nxinrupatur, ao. 1179 (iJicf. topogr. Aisne, 
art. Le Sart-d'Abbé) ; Xemiis quod Alodium uocatur, ao. 1186 [Dirt. 
topogr. Dordngne, art. Alodium) ; yemus eccle.sie nostre quod Alln- 
diuin. (rppellatur, ao. 1239 et TA quiex bois est appelé li Aloes, ao. 
1242 {/)irf. top. Marne, art. Alleux); Alodium de Piris, ao. 1100 
(Dict. ttop. Eurc-et-Loir) ne peut être aussi qu'un bois de poirier.s ; 
l'expression In terminio quod uocatur .Ad Ipso< Alodes, in urdle Mvl- 
ctane7i.se, in romifatu Uzetiro, ao. 1010 {Dirt. topogr. (îard, art. 
Domimirgues) vise de même, semble-t-il, une teire confinant à des 



(1) Je ne connais aucun exemple d'.l ;•'•■(/•■'. Largu.", employé au fé- 
minin, sert à désigner i)Iusieurs cours d'eau (la Largue, affl. de la 
Durance ; la Largue, en Alsace, etc.), mais ne s'emploie jamais 
comme nom de lieu, à moins qu'il ne s'agisse des lieux qui tirent 
leur nom de celui du cours d'eau sur lequel ils «ont situés, comme 
p. ex. Larga, actuellement ^lanspach en Alsace sur le passage de 
la Largue précitée (Longnon, Atlas historique, texte, p. 29). 



3^j2 comptes rendis. 

bois. Je suppose que cette appellation d'A/odium s'oppose, à l'époque 
franquo, à celle d© Foresfis, qui ssmble désigner une exploitation 
forestière faisant partie du fisc royal (cf. Thimnie. Forpxfix, Kotnujs- 
tjut uiid Kof'nitj.-rir/it d;ins Anhir fuer U rkiindvnlnrjirlniiiij. II, 
p. 101 sqq.). 

Un troisième vocable, Terre Certaine, inspire à M. Suchier une 
conjecture des plus ingénieu?es. Ayant remarqué que le livre de 
Chiswick désigne ainsi une bmde de terre côtoyant h\ mer, il re- 
nonce à y voir le pays chartrain, Terra ('(nnutenrt, et s"appuyant sur 
ua passage du roman de Wcddef q\i ce vocable désigne la ten'e fei-me 
par opposition à un cours d"c;iu, il estime que la Terre Certaine du 
livre de Chiswick a une signification analogue, notamment celle de 
rivage de la mer. L'explication est vraiment belle. Ce qui la rend 
toutefois un peu incertaine, c'est que la Chanson de Rolrmd, à 
laquelle le livre de Chiswick fait une allusion expresse (v. 1270 eq.) 
et dont il utilise l'onomastique {Tvrleu, Baltel, cf. la note de M. Su- 
chier sur le v. 665), nomme une Terre (Jertuine à laquelle M. Suchier 
lui-même n'ose appliquer son explication. 

Dans le chapitre suivant, M. Suchier défend sa thèse sur 
l'historicité de la « Chaneon de Guillelme » contre ceux qui l'ont 
contestée. Après avoir juxtaposé dix traite pris à l'ouvrage qu'il 
édite et dix traits empruntés à l'histoire de Bordeaux (en 848) et 
de Bretagne (en 851) (1), ^I. Suchier rappelle que M. Bédier a pro- 
posé la règle que voici : « On ne peut fonder une identification que 
suf des traite dont le hasard n'a pu pi-oduire la répétition. On 
n'est en droit d'identifier un récit légendaire à un fait historique 
que si l'identification proposée satisfait à l'une de ces deux condi- 
tions ; ou bien l'histoire et la légende présentent en commun une 
séria d'incidents, dont chacun est banal par lui-même, mais dont il 
est invraisemblable qu'ils se soient pareillement groupés en série, 
une fois dans la réalité de la vie, une autre fois dans l'esprit d'un 
conteur; ou bien l'histoire et la légende présentent en commun un 
feul trait, mais si particulier, un seul nom propre, mais si inattendu, 
qu'il est invraisemblable, si ce trait ou ce nom propre appai-tient à 
la vie réelle, qu'il se soit retrouvé dans l'imagination d'un conteur ». 
Cette citation fait-e, M. Suchier conclut : « qu'on applique ces prin- 
cipes de M. Bédier à mon tableau et qu'on se fomie un jugement 
sans parti pris !» 

(1) Le tableau de M. Suchier contient onze articles, mais l'article 
5 n'y figure que pour les besoins de l'exposition. Il contient une 
contradition patente entre la légende et l'histoire, et il va sans dire 
que M. Suchier l'élimine par la suite. 



COMPTES RENDUS. 3'j3 

Quand même l'attitude que je me suis imp(ii>é d"observ&r dans cette 
notice ne m'int-eixlirait pas de répondre à l'appel de M. Suchier, je 
me serais refusé d'examiner sa théorie à la lumière de la règle de 
M. Bédier. Car cette règle est bien insuffisante. La notion d'invrai- 
semblance qui en forme le pivot est une notion toute subjective 
et par là inapte à servir de pierre de touche dans les discussions 
scientifiques. Personne ne l'a mieux dit que M. Bédier lui-même : 
« En pareille matière, écrit-il, ce que nous appelons chacun coin- 
cidance fortuite, analogie ou identité, peut varier d'un observateur à 
l'autre, non pas seulement selon la différence des tempéraments 
intellectuels, mais selon que l'on tient ou que l'on ne tient pas cer- 
tains faits du même ordre pour démontrés déjà par ailleurs ». {Uij. 
épiques, I, p. 204 sq.) 

A mon humble avis, on ne devrait jamais proposer une identifica- 
tion sans apporter la preuve positive que les ressemblances sur les- 
quelles on se fonde ne sont pas fortuites. Le hasard étant, par défi- 
nition, un fait dont la cause ne s'aperçoit pas, il faut constater it& 
causes des coïncidences sur lesquelles on veut asseoir une identifica- 
tion. Chaque fois que la constatation ne réussira pas, on rejettera 
l'identification. La preuve du caractère positif de l'identification se 
fera en examinant si les causes alléguées sont des constatations liis- 
toriques ou des suppositions d'historiens. 

Pour ce qui est de la « Chançun de GuiUeJme », je remarque que 
iL Suchier croit avoir surpris un certain nombre de ressemblances 
entre deux batailles historiques du milieu du IX' siècle et le récit 
du livre de Chiswick, qui n'est pas antérieur au XIII<^ siècle. De 
ces coïncidences, il allègue deux causes: la formation d'une légende 
épique contemporaine des deux batailles et son maintien ininterrompu 
pendant plus de trois siècles et demi. Fidèle à mon principe, j'ob- 
jecte : quand même il serait certain que toutes les autres batnilles 
carolingiennes auraient donné lieu à des légendes épiques contempo- 
raines, ce ne serait qu'une supposition d'historien en ce qui concerne 
celles de 848 et de 851 ; et quand même le maintien trois ou quatre 
fois séculaire des traditions épiques serait chose fréquente, ce ne 
serait qu'une supposition de critique en ce qui concerne celles qu'allè- 
gue M. Suchier. Les causes de ressemblances notées par M. Suchier 
n'étant pas dûment attestées, je ne les retiens pas et j'estime, jus- 
qu'à plus ample informé, que nous sommes en présence d'un hasard. 
Sur le texte lui-même, il y a peu à dire. La science, l'acribie, 
l'habileté et l'ingéniosité de l'éditeur sont connues et il serait super- 
flu d"y insister. La seule chose que je n'aie pas bien saisie, c'est 
l'objet de la reconstitution de M. Suchier. M. Suchier, qui date le 
poème qu'il reconnaît dans la première partie du livre de Chiswick 



344 COMPTES RENDUS. 

dii dernier quart du XI' siècle, intitule sa publication : « Chançun 
de Guillf'linc, éi)opée populaire fninrahe du XI' sièrU% édition cri- 
fiijiie ». Il semble donc qu'il se donne i)our tâche de reconstruire 
l'original suppoeé. Mais d'autre part, il distingue, dans l'histoire 
de la tradition du texte, deux périodes : l'une de transmission orale, 
l'autre de transmission éc-rite, et cela rend la signification du titre 
douteuse. Car les procédée de critique philologique ne sont applica- 
bles qu'à l'étude de la tradition écrite. L'outil que nous avons 
hérité des philologues classiques nous pennet d'apprécier la valeur 
d'une copie ; il ne vaut rien pour éprouver la valeur d'un souvenir. 
Il n'a pas été forgé pour cet usage et il ne peut y servir. M. Suchier 
no s'est expliqué nulle part là-deesus. On le regrette d'autant plus 
que l'examen des principes qu'il a suivis dans sa reconstruction ne 
lève pas les doutes du lecteur. 

Un procédé employé souvent par ^I. Suchier consiste, p. ex., à 
changer l'ordre des mots dans un vers. Le type de cette correction 
est fourni par le v. 69 où ]\I. Suchier lit : Sw us, ki ques pienget, tote 
veie est li pr!.<, l'imprimé de Chiswick portant: Qui ques prenqe 
suens est tote voie le pris. Si .'es corruptions semblables se sont 
produites Ions de la transmission écrite, le procédé appliqué systé- 
matiquement par M. Suchier pour les corriger est des plus discuta- 
bles : les scribes intervertissent parfois, par distraction, l'ordre de 
deux mots, mais ils ne s'amusent pas à faire, si j'ose dire, du 
puzzle avec le texte qu'ils copient. Et t\ l'on attribue les corrup- 
tions à la transmission oi^ale, il faudrait s'étonner des soins pris par 
le récitateur, qui ne sait ce qu'est un vers. — dans sa bouche les 
décasyllabes épiques, si fortement rythmés, se transforment en 
prose, — pour ne brouiller que les vocables faisant partie du même 
vers. Il na conserve pas l'assonance, — les corrections de M. Suchier 
ont souvent pour but de la reconstituer, — mais ii sait qu'elle marque 
la fin du vers : d'assonance en assonance, les mots sont battus comme 
des cartes, le vers est détruit, mais arrivée à la ci-devt.nt dixième 
syllabe, sa mémoire se souvient de l'individualité de ce qui était 
autrefois un vers, et le jeu prend fin pour recommencer aussitôt 
avec un autre décasyllabe. Ce resT^ect de ce qu'on massacre est 
d'autant plus étrange que d'une part l'original connaissait, à en 
croire M. Suchier. l'enjambement et que, d'autre paii, c'est par la 
fusion do deux décasyllabes primitifs en un vers unique de quatorze 
syllabes <iue la reconstitution fait débuter le livre de Chiswick (1). 



(1) Le plus singulier, c'est qu'aux vers identiques de l'original 
correspondent les corruyitions identiques do la tradition. Le v. 232, p. 



COMI'TKS UKXms. 345 

Le deuxième procédô favuii de M. Siu-hier n'est pae pins clair. 
M. Sufhier, ainsi que j'ai déjà eu occasion tie le dire, admet des 
interpolations dans la texte. En voici le type : au v. 4, (jui cet supposé 
avoir porté dans l'original Vuiiu il yiist guerre rv.rs nostre viniH'reiir, 
l'interpolatcur aui"iit ajouté, après vers, le nom de l'empeieur Lowis, 
qui se lit à cette place daiis l'imprimé de Chiswick. Dans la période 
de transmission écrite, on ne peut s'imaginer ces interpolations que 
eous la forme de gloses interhnéaires ou marginales qu'un copiste 
inintelligent aurait incorporées dans le t€xt«. On héeitera toutefois à 
admettre qu'une chaiison de geste ait été glosée: personne n'a soutenu 
que je sache que la [joésie en langue vulgaire fût enseignée dans 
la.s écoles du moyen âge, et tout le monde conviendra, je pense, que 
la glose est un produit de l'enseignement. Faut-il dès lors attribuer 
ces corruptions à la tradition orale? Le caractère réfléchi que leur 
attribue M. Suchier deviendrait dans ce cas bien douteux. On peut 
supposer, et cette supposition est pour le moins aussi légitime (]ue 
celle de M. Sucliier, que ces vers soi-disant interpolés ont été abîmés 
involontairement par le récitateur, qui cherchait à suppléer comme il 
pouvait aux défaillances de sa mémoire. Ce qui parle en faveur de 
cette hypothèse, ce n'est pas seulement la niaiserie des prétendues 
interpolations, c'est aussi le fait qu'après les avoir écartées, M. Su- 
chier est f>ncore obligé, pour obtenir des vers corrects, de recourir 
assez souvent à d'autres moyens héroïques: .imputation, puzzle, 
substitution de mots (p. ex. 803, 1271, 1622, etc.). Ne serait-il pas 
d'ailleurs étrange qu'un récitateur connaissant par cœur son lexte, 
correct par hy[K)thèsc, prît plaisir à le gâcher pour y introduire des 
interpolations qui détrui.^ent le vers sans riea ajouter au sens? Mais 
si la supposition de M. Suchier est contestable, le moyen critique 
qui en procède, l'élimination des prétendues interpolations peixl beau- 
f<)U]) de sa valeur. Ce que M. Suchier laisse subsister du vers n'a 
pa'j plus d'autonté que ce qu'il en rejette. La restitution du vers 
Cum il i^ri-^t guerre vers Loiuis nostre empereur en Cirr, il p. g. 
vers nostre empereur, n'est pas plus sûre que celle en Cu/n il p. g. 
i-ers rirhe rei Francur ou en A Loois fist maitiJ pesant esfiir. 

En réalité, il n'existe pas de moyen de reconstituer un texte trans- 
mis oralement, ef il est aussi chimérique de vouloir remonter au- 
elelà de la période de transmission écrit-e qu'il .serait vain d'établir 



ex., de la reconstruction Tiedbalt al cunte murent iril grant guerre 
revient neuf cents vers environ plus loin, au v. 1121, sous la forme: 
Guillelme al cunte murent iril grant guerre; le livre de Chiswick 
porte ici et là: Cil murent al vunte Tedbalt iWiIlame) grant guerre. 



346 COMPTES RENDUS. 

lo texte d'une fable de La Fontaine en se basant eur la récitation 
qu'en feraîl un enfant qui l'aurait apprise imparfaitement. La cri- 
tique philologique ne s'applique qu'à la tradition écrite, et elle a 
pour objet bien moins la reconstruction d'une source perdue que la 
reconnaissance des souillures de la copie conservée. On n'est auto- 
risé à conjecturer la bonne leçon que si elle explique la faute 
supposée, et c'est pourquoi il me semble inutile pour ne pas dire 
plus de rendre corrects les vers transmis pai- des copies d'outre-mer, 
même quand leui" longueur n'oscille pas, comme c'est le cas pour le 
livi'e de Chiswiek, entre quatre et dix-huit syllabes pour un déca- 
syllabe: ce n'est pas la forme du mot conjecturé ou éliminé qui 
explique la faute, c'est le travers qu'ont les copistes anglo-normands 
d'estix>pier les vers français. 

En comparant le texte restitué par M. Suchier au livre de Chis- 
wiek. on n'arrive que rarement à s'expliquer la genèse des corrup- 
tions écartées. Aussi cette restitution ne facilite-t-elle pas beaucoup 
l'étude de l'ouvrage publié. Il me semble que la repixxluction pure 
et simple de l'imprimé de Chiswiek accompagnée de notes critiques 
la rendrait plus abordable : 'SI. Suchier pourrait y faire plus aisément 
que dans le livre actuel le départ entre ce qui lui paraît assui-é 
et ce qui n'est qu'une jnire conjecture ou même un simple expédient 
imaginé en désespoir de cause pour transfonner en décasyllabes la 
pro.s^e assonancée du livre de Chiswiek. Il faut jx^urtant reconnaître 
que cette forme d'édition heurterait les habitudes reçues et l'on 
conçoit c[uo SI. Suchier ait voulu les respecter. Tel qu'il est, son 
livre est ce que .sont toutes les publications de l'auteur; une œuvre 
de première importance que tous les romanistes liront avec autant do 
plaisir que de profit. 

Jean Achke. 



Luigi Chiappelli. — Xuove rieerche su Cino da Pistoia, con testi 
inediti. (Extrait du BuUettino Storico Pistoiese, XII et XIII;, 
volume I. Pi<toi(t, Ofjicinu Tipogrcifica cooperativa, 1911, 120 pa- 
ges in-8*. 

Le savant historien de Cino, M. Chiappelli, vient de consacrer de 
nouvelles recherches au poète-légiste pfstorien destinées à former un 
appendice au livre par lui publié, il y a trente ans, sous le titre : 
Vita e opère givildiche âi Cino da Pistoia (Pistoia 1881). Après 
avoir dr6.'sé, avec un soin extrême, le catalogue des œuvres juridi- 
ques de Cino, il examine la date de sa naissance, celle de la com- 
position de la Lcctura in Codice.m, les relations de Cino avec la 



COMPTES RENDUS. 34 / 

Fiance, son séjour à Bologne et à Padoue, eee rapports ave<' Pé- 
trarque et son activité dans les lettres latines. Un apjjendice groupe 
quelques documente inédits que M. Chiappelli a eu la bonne fortune 
de découvrir. 

Toutes ces notices sont pleines d'intérêt. Elles reposent, pour la 
plupart, sur l'étude très niinutieuee de la volumineuse Ltctura in 
Codictm. M. Chiapi>elli établit que cet ouvrage, qu'on croyait écrit 
de 1312 à 1314, contient en réalité des leçons professées par Cino 
pendant de longues années à Bologne. Cino, né vraisemblablement 
avant 1270. a dû conquérir vers 1290 le grade de licencié en droit, 
puisque certaines de ses leçons, réunies dans la Ltctura, contiennent 
des données qui permettent de les attribuer aux dix dernièree aimées 
du XIIP siècle. Ces dates, qui éclairent d'un jour nouveau la bio- 
graphie de Cino, paraissent assurées. On aimerait suivre encore 
M. Chiappelli quand il fait étudier Cino à Paris et surtout à Or- 
léans. Ce séjour en France est très vraisemblable. Malheureusement, 
on n'en possède aucune preuve décisive. Les allusions que M. Chiap- 
pelli a recueillies dans les œuvres poétiques de Cino ne sont pao 
très précises : un pèlerinage lointain, un long séjour panni la *■</- 
vcKjgia gentr, les monts qui séparent le poète de sa bien aimée, cela 
ne se rapporte pas nécessairement à la France. Le passage de la 
Lectura, d'oîi M. Chiai)pelli déduit la présence de Cino à une diipu- 
catio de Gilles de Rome, n'est pas très explicite — l'interprétation 
que l'auteur combat est tout de même possible — , et les autres 
allusions de la Ltctura peuvent être attribuées à l'influence des 
écrits de Jacques de Revigni et de Pierre de Belleperche qui ont 
laissé une trace si profonde dans l'œuvre du juriste pistorien. 

Cette influence, M. Chiappelli l'établit plus nettement qu'aucun 
de ces prédécesseurs. Il ressort en même temps très clairement de son 
étude que c'est Cino qui a fait la fortune de Jacques de Revigni 
et Pierre de Belleperche. C'est par les citations de Cino que la 
plupart des légistes des XIV et XV siècles ont connu les deux 
Orléanais. « Il Sinibuldi, remarque avec juste raison M. Chiappelli. 
insomma è riguardato nelle scuole d'Italia come il tramits, pcr il 
quale la nuova scienze francese, resistente ail' autorité dell' Accursio, 
ft riconducente ail' exame diretto dello fonti del giurc, dispiegô la 
rua influenza benefica sulla vecchia scienza italiana » (p. 65). Il 
faut aller, je crois, plus loin et dire que même en France, les 
Orléanais n'auraient pas fait école si Cino n'avait i-econnu leur 
valeur. En effet, si la Tjectura in Codiccm a été vite connue et très 
appréciée en France (p. 13 et p. 74), la connaissance directe des 
œuvres orléanaises y est rare. Si paradoxal que cela puisse paraître, 
c'est Cino qui a maintenu vivante en France l'œuvre, bien française 



3'i8 COMFTKS lUùNDUS. 

pourtant, des légiet-es Orléanais en la sauvant de l'oubli qui la guet- 
tait. 

Au sujet de l'école d'Orléane, j'ai une seconde obeervation à pré- 
senter. Comme tous les historiens du droit, M. Chiappelli croit que 
le dicton sur les fjlosse aurehcmcnses que textum rornunpunt vise 
les glo€es juridiques (1). Il est pourtant notable que c'est chez les lé- 
gistes Orléanais qu'on trouve les premières mentions de ces gloses peu 
appréciées. Ce dicton apparaît, en eflet, pour la première fois dans 
la Lecliiia lur les Institutes (sur pr. I. de iustitia et itire) de Jac- 
ques de Revigni (Bibl. Nat. ]at. 14.350, fol. 144, col. 2). On le ren- 
contre ensuite dans la Lectura sur les Institutes (titre de nctionibu-) 
de Pierre de Belleperche (éd. N. Vautier et K. Dude, Paris, privi- 
lège de 1613 : fol. 18k!, r"). Cino semble l'avoir pris à Jacques de 
Revigni, Je n'ai pas pu me procurer son livre, mais M. Chiappelli 
indique que le brocard est cité au titre de iustitia et iure du Digeste, 
et c'cet au même titre des Institutes que Jacques de Revigni en parle. 
Johannes Faber cite le dicton d'après Jacques de Revigni : et posset 
diri ijlo. (tuicliimcii<i.< ■<((UH(hnn Jaiolmiii. sur pr. I. de iii'^t. et iuif, 
éd. Nicolas de Benedictis, 1501, fol. 4 v°). Comme il est invraisem- 
blable que les légist^es Orléanais eussent déprécié, du haut de la 
chaire, l'enseignement juridique du .ftiidium dont ils faisaient partie, 
je suppose que le dicton vise non les glo&es sur le corjjii.^! (i/r/.<, mais 
les gloses sur les auteurs latins. Les professeurs de droit s'amusaient 
volontiers, au moyen âge, aux dépens de leuns collègues des « let- 
tres ». Sur les études littéraires à Orléans, voy. Delisle, Les écoles 
d'Orléans ou XI/' ef au XIII' s. {Annuaire-Bulletin de la Soc. Hist. 
France, 1869, p. 139). 

Jean Acher. 



Kerstin Hard af Segerstad. — Quelques commentaires sur la plus 
ancienne cîianson d'états française, le Livre des Manières d'E- 
tienne de Fougère (Oppsala T^nn^ersitefs Arsskrift. 1907), l'p^al, 
Imprimerie Edv. IJcrlitif/, 1906 (■-■•"■). 100 jiagcs in-8°. 

Le courage qu'il a fallu à Mlle Hard af Segerstad [wur s'attaquer 
au Livre des Manières est au-dessus de tous les éloges. On sait que 
ce poème n'est pas d'une intelligence facile. Conservé dans un maiina- 
crit unique, asfez corrompu, semble-t-il, il a eu, pour surcroît, la 



(1) Sur les tentatives anciennes d'expliquer cette locution, voy. 
MewKjiana (Pari.ç, 1729), tome I, p. 177 sqq. 



COMPTES RENDCS. 349 

/nalchance d'être publié par dee éditeurs un i)eu iuexi>érin'.entt''«. La 
dernière édition, celle de M. Kremer (Au.-<(j(ib(n u. Ah/ttindlunt/oi de 
Stengel, t. XXXIX. Marburg, 1887), ott're un texte propre à rebuter 
ks plus zélés. Elle constitue pourtant un progiè^s notable par raiiport 
à celle de M. Talbert. 

Le livre de la romaniste suédoise n'apporte toutetois aucune con- 
iribution à la critique du texte ; il ne contient que des remarques 
d'ordre historique ou littéraire. Ce n'est qu'exceptionnellement qu'on 
y rencontre des notes explicatives. Elles sont rarement justes. Comme 
la plupart des dames qui s'adonnent aux études romanes, Mlle H. 
af S. ne semble pas êti"e très familière avec l'ancienne langue. 
Cela l'expose à de singulières méprises. iL Paul Meyer a déjà noté 
[linnuiniit, XXXVII, p. 484) que l'identification, proposée par Mlle 
II. af S. et acceptée par M. Ch. V. Langlois [J,n Vie en France 
nu Moyen Age, Paris 1908, p. 21), de saint Mars du v. 915 avec 
caint Médard n'est pas soutenable. Le même passage a provoqué une 
autre erreur de Mlle H. af S. que je relève ici parce qu'elle a encore 
égaré ^I. Ch. V. Langlois {oj). et loc. cit.). Je reproduis d'abord le 
texte, en modifiant, bien entendu, la ponctuation de M. Kremer: 

913 Quar vendra vos taus .1111. mars 
Por deiz livres peseiz et ars 
De si qu'a la feste saint ^lars 
— Que de terme ne soit eschars — 
Qui vaudront .VII. livres a i)einc-. 

M. de la Borderie a interprété fort exactement ce passage en 
l'entendant des quatres marcs valant sejit livres et comptés néan- 
moins pour dix livres. Mlle H. af S., à qui j'emprunte cette citation, 
n'en est pas satisfaite. « Dans la première ligne, dit-elle, nous 
voj'ons le mot a taux », que [M.] de la Borderie n'a pas traduit et 
qui pourtant n'est pas mis ici pour rien » (p. 85). Assurément, ce 
mot, qui ne signifie ni rente, ni cours comme le suppose ^Ille 
H. af S., est mis pour quelque chose, mais ^1. de la Bordene 
[jouvait le négliger puisqu'il se proposait d'indiquer le sens général 
du pai^sage sans avoir la prétention d'en publier une traduction litté- 
rale. Cette traduction, on peut la faire ainsi : « Car tels quatre marc-s 
qui vaudront à peine sept livres, en en faisant le change à l'échéance 
do la fête de saint Mars — qu'il n'y ait pas de plaisanterie au 
sujet de cette date (il y a en effet équivoque avec le nom de monnaie 
mentionné au v. 913) — , il les comptera pour dix livres, en les 
faisant ainsi peser et contrôler k. L'opération dont il s'agit est le 
change (cambium). Tous est évidemment le pronom démonstratif 
{ = taies) : il sert à indiquer que c'est à une espèce déterminée — il 



350 COMPTES RENDUS. 

y en avait plusieurs — de marcs, à celle notamment qui est precîsée 
au V. 917, que l'auteur se léfère. Lee quatre marcs sont « vendus 
pesés et contrôlés pour dix livres ». L opération de peeage ii a iwa 
besoin d'explication : elle doit être familière à tous les médiévistec, 
même les plus inexpérimentés. Sur l'autre formalité, qui semble être 
moins connue, on pourra consulter Du Gange, v" arsura. J'ignore 
par suite de quelle confusion Mlle H, af S. a pu entendre le vere 
916 comme se référant à l'espace de temps entre la composition du 
j)oème et la fête du saint qui y est nommé. En disant que cet 
esiïace de temps y est appelé « un tenne bien compté », elle a du 
penser à l'adjectif e^c/iars, qui ne domie pas de sens ici. C'est 
évidemment le substantif homonyme qui est employé par le poète. 

Les remarques historiques et littéraires sont abondantes, mais por- 
tent souvent à faux. Mlle H. af S. manque un peu de sens histo- 
rique. A la p. 79, on lit, p. ex., la réflexion suivante: « En compa- 
rant la description du Livre des Manières avec une description de la 
vie des paysans bretons de nos joure, la première paraît très véri- 
dique ». Il n'y a que les dames ix)ur croire que ks études sociales 
sur le XX' siècle attestent la véracité d'une description du XII*^^ 
siècle. 

La critique littéraire laisse aussi à désirer. On en jugera par 
l'exemple suivant. Le Livre des Manières contient une allusion à la 
légende d'Alexandre. Mlle H. ai S. croit avoir « prouvé qu'Etienne... 
a employé la version de la mort d'Alexandre attribuée à Pierre de 
Saint-Cloud » (p. 14). Elle ouvre ensuite la version de Lambert, et 
constate que « la ressemblance [avec le Livre des Manières] est si 
grande que tout doute [sur l'utilisation de cette version] est exclu » 
(p. 16), et s'a\àsant qu'il y a encore le poème d'AIbéric de Briançon, 
elle l'examine â son tour pour en tii-er cette remarque : « il n'y 
a pas de doute, l'introduction de notre poème est celle du poème 
d'AIbéric » (p. 19). Il est viai qu'elle estime « qu'en passant le 
Livre des Manières au crible, on peut en retirer une grande partie 
du roman [d'Alexandre] » (p. 48). Il est peu probable que l'historien 
do la légende d'Alexandre. M. Paul Meyer, acquiesce à ce jugement. 

Le plus fâcheux, c'est que Mlle H. ai S. travaille mal. Elle est 
très appliquée, mais elle ne sait pas diriger s£6 recherches. En lisant 
les couplets consacrés au clergé, elle suppose, avec raison, que le Livre 
des Manières s'y inspire des prescriptions canoniques. Mais au lieu 
de prendre un manuel de droit canonique et d'en extraire les ren- 
seignements nécessaires, elle se met à feuilleter la Patrologie de 
Migne et y découvre quantité de textes que l'auteur du Livre des 
Manières n'a sans doute pas connus. Aussi, les rapprochements 
qu'elle établit sont-ils médiocrement instructifs. Voici, p. ex., le 
couplet LXXX où il est dit de l'évêque qu'il 



COMPTES Hi:.\I)lS. H.-)! 

317 Ordenei- doit bon clicrc et eage 
De bones mois, uc bon aage 
Et né do leial mariage, 
Peis no me cliaut de quel paiage. 

Ces vei"s font allusion à la théorie des ii iKjulnntdtes ex (hferlii 
scK'ntiae, fanute, uftntis, iiatalium, au eujet de laquelle il convenait 
de renvoyer au décret de Cîratien plutôt qu'à Burchard de Worms (1), 
qui est un faussaire du début du onzième siècle que le clergé de la 
seconde moitié du douzième siècle ne connaissait plus. Seuls, les 
clercs ayant étudié en décret i>ouvaient se souvenir de l'avoir vu 
cit^r dans la Somme de Rufin (1157-1169). 

Il est d'autant plue regrettabe que Mlle H. af S. n'ait pas cru 
devoir s'instruire de l'état de la législation canonique au XII' siècle, 
que cette é'tude lui aurait démontré combien il est dangereux de 
prendra le Livre des Mamères pour un « miroir » de la Bretagne. 
Dans plusieurs etrophes, dont l'une a été atrocement défigurée j)ar 
les éditeurs (2), le poàte s'élève conti'<e le relâchement des mœurs 
du clergé. Or, il est notable que sur les dix-huit canons dont se 

(1) Le renvoi à Hugues de Saint-Victor est à retenir: ce passage 
n'a pas eroore été signalé. Les passages du décret sont irïdiqués dans 
la plupart des traités de droit canonique. La liste la j>lus riche se 
trouve dans Hinschius, KirrUtnieclU der Katliolikcn ii. Prottituntfn, 
t. I. (Berlin 1869), j). 11 sqq. 

(2) Je fais allusion à la strophe LaI qui a la tonuui- suivante dans 
l'édition de M. Kremer : 

241 Orri comaixlent conaugier, 

Des foier et d'els estragier, 

Et c'il redonent a mengier 

Si sunt quites de lor dongier. 
Il faut évidemment lire : 

Orri comandent corn Angier 

D'esfoier et d'els estra[njgier ; 

Et cil redonent a mengier, 

Si sunt quites de lor dongier, 
Orri et Angier sont les prêtres qui «tiennent Horham et Organite» 
(v 250). J'écris com et non con parce que je suppose que. dans le 
manuscrit, la nasale est abrégée ; nugier est une faute de lecture pour 
Avcjier. Effoier est pour esfuier, attesté sous la forme rifuier (Oode- 
froy). Sur la valeur de la conjonction Et voy. Tobler, sur le vers 158 
du Vrai aniel (2* éd.). 



355 COMPTES HENIjLS. 

compose, clans les Décrétjiles de Grégoire IX, le titre de filiis 
lire^bijterorum ordlnandis ucl non (livre I, titre 17), dix sont tirés 
des bullte d'Alexandre III et que celles-ci portent toutes une adresse 
anglaiee. Dans Je titre de coluibitutione clericorui/i et niulierum (livre 
III, titre 2), il y a quatre bulles de ce {jontife. Trois en sont 
adresséie de nouveau en Angleterre (le destinataire de la quatrième est 
l'archevêque de Salerne). Celle qui forme le canon 4 et qui est diri- 
gée à l'archevêque de Cantorbéry et ses euffragants porte, dans la 
jKirs decisa, ceci: unde cuiii in Avglm praua et detestabili consuetu- 
dine et longo tempore sit obtentum, ut clerici fornicarias in suis 
domibus habeant, nos uolentes tam graue scandulum de populo re- 
mouere, etc. Et de fait, il suftit de parcourir le catalogue des actes 
d'Alexandre III ou les recueils canoniques antérieurs aux Décrétales 
de Grégoire pour trouver la eonfii-mation des préoccupations que le 
concubinage des prêtres anglais suscitait à ce pontife. Voy. p. ex. 
Jafle, Rcg. Pontif. Rom.. 2' édition, n"" 13810, 14135, 14184, 14222. 
Les prêtres non-anglais semblent avoir eu des mœurs plus austères 
On ne trouve guère de bulles d'Alexandre III qui les concernent. 
Est-il bien téméraii-e de supposer qu'en .«'élevant contre le concubi- 
nage des prêtres, c'est à l'inconduite, générale semble-t-il, du clergé 
anglais que le poète a pensé? i^e Livre des Manières contient un 
éloge de la comtesse de Hereford ; avant d'occuper le siège épiscopal 
de Remies, Etienne de Fougères exerça les fonctions de chapelain à 
la cour d'Henri II. Cela mérite d'être pris en considération. 

L'acribie de Mlle H. af S. n'est pas non plus parfaite. Elle cite 
souvent les textes d'après les éditions caduque^. Elle ne semble 
pas s'être préoccupée de vérifier les attributions de la l'atro/ogie de 
Migne, si sujettes à caution pourtant. Ses références sont fréquem- 
ment ei concises qu'elles deviennent inutilisables. Elle ])arle, p. 
c.\., des allégories sur les habits sacerdotaux, et ajoute, en note, 
ceci: « On les retrouve chez Hildebertus de Tours (M[igne] 171), 
Honorius d'Autun, Gemma Anîmae (M. 172), S. Victor (sic), Sj}f- 
cuJum Ecclesiae (M. 177), Innocent III, De Mysteriis A/taris (M. 
217) ». Le décret de Gi'atien est cité d'une manière vraiment étrange. 
Mlle H. af S. utilise non l'édition de Friedberg, qui pourtant 
ne doit pas manquer à la Bibliothèque d'Upsal, mais un vieux 
bouquin du XVI" siècle, qu'elle décrit au surplus très insuffi- 
samment dans sa Bibliographie, et elle fait ses renvois en se bornant 
à indiquer le folio et la colonne du livre, en citant p. ex. Decr. 
Grat, f° i.xiii, 2. Il serait vraiment t*mps que les dames qui se 
mêlent de faire de l'érudition se familiarisassent avec les exigences 
du métier. 

Malgré ses graves défauts, cet ouvrage rendra des services. En 



rOMPTKS RF.XDIS. 353 

effet, à côté de beamoui) de liipprocliemcnts oiseux et de remar- 
(]ues fantaisistes, on y trouve quelques bonnes observatione. La 
plus lemarquaMe est celle qui aboutit à déterminer le terminus a quo 
de la com[)ositîon du poème par la date de l'intronisation au siège 
archiépiscopal do Tours do Barthélemi de Vendôme qui semble être 
visé dans les couj)let6 sur les archevêques. 

Jean Acher. 



E. Monaci. — Fact^imili di cUnumenti per la storia délie lingue e 
délie letterature romanze. lioma, Domenico Andersvn [1910]. 7 pa- 
ges + 65 planches phototypiques in-8°. 

A la liste déjà longue de ses belles entreprises, M. Monaci vient 
d'ajouter cette publication dont on ne saurait troj) le féliciter. 
L'inconvénient de la plupart des collections de fac-similés, c'est 
d'être ti"op coûteuses. On ne pourra pas faire ce reproche au présent 
recueil. Il se compose de 65 planches phototypiques et ne vaut que 
sept francs. Il suffit d'énoncer ce prix pour faire sentir les services 
que cet ouvrage est appelé à rendre aux études romanes. L'impor- 
tance de lette publication est d'autant plus grande qu'elle sei-a 
continuée. Dans l'avant-propcs qui accompagne l'index des planches, 
M. ^Nlonaci annonce qu'il mettra prochainement sous presse un second 
recueil destiné à compléter celui-ci. 

Ce premier volume est consacré aux plus anciens monuments. Pour 
la plupart, ils sont reproduits intégralement. Plusieurs planches sont 
inédites. Les images sont, en général, très bien venues, et bien 
qu'elles soient parfois assez réduites — les planches mesurent 16 
sur 25 centimètres — , demeurent néanmoins parfaitement lisibles. 

Quand cette belle publication sera temiinée, l'enseignement des 
langues et littératures romanes pourra se faire partout d'après la 
méthode qui a donné de si heureux résultats à l'Ecole des Chartes, 
et qui consiste à faire faire des explications de textes autant que 
possible sur des fac-similés et non sur des éditions. Quant aux 
transcriptions qui s'efforcent de rendre, avec une naïveté touchante, 
les particularités matérielles de l'écriture manuscrite par des arti- 
fices typographiques, on peut espérer qu'elles disparaîtront défini- 
tivement de l'enseignement à la grande satisfaction des i)aléo- 
graphes. 

Jean Acher. 



354 COMPTES RENDUS. 

Maurice Prou. — Manuel de paléographie latine et française. 
3* é<lition entièrement refondue. P(fris, Alpîionsf Pirnid et fUf, 
1910. 509 pages in-8° + 24 planches phototypiqnec in- 4°, carton- 
nées à part. 

Il suffit d annoncer ici la troisième édition de ce livre où tant de 
romanistes ont appris lee premières notions de paléographie. Elle 
est entièrement refondue. L'auteur a dû récrii'« le chapitre sur les 
écritures romaines dont on a une c-onnaissance plus précise depuis 
les récentes découvertes de papyrus en Egypte. Les travaux ds 
Traube ont entraîné des modifications plus ou moins considérables 
dans les chapitres concernant les abréviations et les écritures dites 
nationales. La question de l'origine de la minuscule carolingienne a 
été traitée à fond et a donné à M. Prou l'occasion d'écrire quelques 
pages qui seront très remarquées. M. .Jusselin s'est chargé de 
rédiger, pour le Moutd, lo chapitre sur les notes tironiennes. 

A côté de ces transformations partielles, le livre en a subi une 
beaucoup plus profonde. Tout en conservant au Manuel son carac- 
tèi-e pratique, M. Prou s'est efforcé d'y insister davantage sur les 
problèmes scientifiques que soulève l'histoire de l'écriture, en expo- 
sant l'état des questions de paléographie et en multipliant les indi- 
cations bibliographiques. Il a ainsi notablement accni l'utilité du 
Manuel qui, tout en continuant d'être un ouvrage élémentaire à 
l'usage des débutants, est devenu un livre de référence qui ne 
manquera pas d'être apprécié par les travailleurs. 

Jean Acher. 



Dr. Phil. W. Boekemann. — Franzôsischer Euphemisnuis. Berlin, 
Mcnjei et Millier, 1904. vi -f 174 pages. 

M. Bôkemanii a lu, la plume à la main. Rabelais et Molière et 
une trentaine de loniatis modernes, après quoi il a dépouillé cons- 
ciencieusement le dictionnaire de Sachs y conii)ris le suj)i)lément qui 
le complète. Il publie ici ses fiches, classées sous sept chefs qui 
sont de pures catégories grammaticales, sans valeur pour l'étude du 
contenu affectif des expressions colligées dans cette brochure. 

L'auteur a mis cinq ans à écrire ce livre qu'il semble avoir pré- 
paré avec amour. On est peiné de voir tant d'efforts et de bonne 
volonté dépensés en pure pert-e. Car cet ouvrage ne peut même être 
utilisé par les étrangeis qui voudraient s'en servir comme d'un dic- 
tionnaire. M. Bôkemann n'a qu'une connaissance livresque du fran- 
çais parlé, et pour surcroît de malheur, c'est dans les dictionnaires 



COMPTES RENDUS. 355 

allemands qu u l'a piDsoe. Aussi fait-il de eontinuels contre-ecns. il 
prend les ternies les plus injurieux pour des expressions atténuées. 
L'cxcmiile suivant me dispensera de longues citations. Gihkr à coin- 
ini-"<n'ir(' et r/iaiiicdu sont des euphémismes pour ]M. Bokemaïui (p. 
118) ; ile adoucissent la même expression que d'autres « euphé- 
mismes », cités à la même page, rendent par matelas ambulant et 
paillasse à soldats. Des bévues pareilles, qui ne sont pas rares 
dans cet ouvrage, seraient divertissantes, si ]M. Bôkemann n'était 
élève de feu Tobler, docteur de l'Université de Berlin et sans doute 
profesfeur de français dans un collège allemand. 

Jean Acher. 



G. -M. da Aleppo e G. -M. Calvaruso. — Le fonti arabicJie ne] 
dialetto siciliano. Parte prima : Etimologie di voci lessicali. Borna, 
Loescher, 1910 (xxxii-442 p. in-4'). 

On sait que les parlers siciliens contiennent un assez grand nombre 
de mots d'origine arabe. Plusieurs érudits se sont efforcés de déter- 
miner exactement quelle influence la langue des conquérants musul- 
mans avait exercée sur les patois de l'île soumise pendant ei long- 
temps à leur domination, et tout réoemment encoi-e ]\1M. G. de Gre- 
gorio et Ch.-F. Seybold ont consacré une excellente étude à ce sujet 
{Stiidi (ilottolofjici italiani, t. III, p. 225 ss.). Le Père Gabriele Maria 
dî Aleppo et son élève INI. G. M. Calvaruso ont pensé que le temps 
était venu de tenter un vaste effort d'ensemble ; ils ont dLstribué 
la matière en trois volumes, dont le premier vient de paraître. Il 
contient Vlntrodvrtitm et un Dictionnaire étymologique des mots 
d'origine arabe usités dans les parlers siciliens. Les deux autres 
volumes seront consacrés à l'étude de la toponomic et de l'onomasti- 
que. 

On sait combien il est difficile de traiter un sujet exigeant une 
connaissance approfondie de deux langues aussi dissemblables 
qu'un parler roman et un idiome sémitique; je crains fort que les 
auteurs de cet ouvrage n'aient pas réussi à vaincre ces difficultés. 
Ils sont sans doute de bons arabisants (1), mais ils ne semblent pas 
être des romanistes parfaitement formés. Les auteurs ont bien 



(1) Les auteurs ont pris du reste la précaution de faire attester 
leurs connaissances en cette matière par D. Gabriele Cai'dahi (voy. 
p. IV de leur publication). 



356 COMPTES RENDUS. 

connu l'étude de MM. de Gregorio et Seybold. mais ils n'en ont pas 
imité la prudente méthode. Leur préoccupation semble avoir été de 
faire une part très large à l'élément arabe, et cela les a amenés à 
encombrer leur lexique d'articles inutiles et à le défigurer |)ar des 
étymologies fantaisistes. 

Et tout d'abord, les deux auteurs ont trouvé bon de faire figurer 
dans leur liste toute une série d'expressions hihUfjunt (HnhbpU, Che- 
ruhbinu, Maggi, Sarafinv). Il va sans dire que l'arabe possède ces 
noms sous des formes similaires, et les auteurs supposent que ce 
fait a pu ou a dû avoir une influence sur leur conservation dans les 
parlere siciliens. C'est croire que les habitants de l'île se reneei- 
gnaient en matière de foi chez leurs dominateurs musulmans. 

Je passe sur d'autres articles oiseux (par exemple Abbùti, Acn, 
etc.); ils ne sont point rares. Ceux où l'on revendique l'origine arabe 
pour des mots qui n'ont certainement rien à faire avec cette langue 
sont également assez nombreux. L'exemple suivant montrera jusqu'où 
a pu amener les auteurs leur désir de trouver, vaille que vaille, des 
influences sémitiques. Ils rapprochent fort judicieusement le sicilien 
gendarmu de l'italien i/rinhirvic et du français gendarme, mais cela 
ne les empêche nullement de rattacher ce mot à l'arabe, lequel esi 
bien entendu aussi la source du vocable français. Les articles Bail, 
(rubbdri, Giudli, Lazzannii, Liirâinid, etc.. donnent lieu à des obser- 
vations analogues. 

11 y a certainement dans ce copieux lexique quelques étymologies 
nouvelles qui mériteraient d'être prises en sérieuse considération. 
Malheureusement, la manière dont elles sont présentées n'en rend 
pas la vérification aisée. 

F. Rechnitz. 



A. Bcselli. — Origine deila lingua itaiiaiui ; [)rolusione al corso di 
letteratura italiana letta nclla R. Università di Malta il 3 ottobre 
1906. Bolo/ftin, Prcmiaio sfabilimento fipof/rafiro Suce. Monti. 
1907 (39 p. in-8 J. 

Cette petite brochure reproduit le discoure par lequel yi. Boselli 
a inauguré un cours de littérature italienne à l'Université de Malte. 
L auteur y a ajouté des indications bibliographiques où il semble 
avoir signalé presque tout ce qui mérite d'être consulté sur le sujet 
dont il traite. 11 va sans dire que ce discours destiné au grand public 
et aux étudiants de première anné« .ne contient pas de résultats 
nouveaux. M. Boselli se borne à résumer clairement et brièvement ce 
qu'on sait sur l'origine de la langue italienne en général et de la 



COMPTES RENDUS. 357 

langue littéraire en particulier. Son mémoire est écrit d'une plume 
alerte et qui n'abuse pas trop de vaines dèclanuitions ; il se lit très 
agréablement. 

F. Rechnitz. 



C Salvioni. — Xot^e di lingua sarda (série I-V). Estratto dai 
Rendiconti del R. Ist. Lomb. dî se. e lett., série II, vol xlii, 
1909, p. 656-697 et 815-869. 

— Spigolature siciliane (série I-V). Itcndiconti del R. Ist. Lomb. 
di 60. e lett., série II, vol. XL, p. 1046 ss., 1106 ss. , 1143 ss, 
vol. XLI, p. 880 ss. ; vol. XLIII, 609 ss. 

— Appunti divers! sui dialetti meridionali. Estratto dagli Studj 
romanzi, n° 6, p. 5-67. 

— Il dialetto di Poschiavo, a proposito di una récent© descrizione 
Estratto dai Rfudiconti del R. Ist. Lomb. di se. e. lett., série II, 
vol. XXXIX, pp. 477-494. 505-522. 569-586. 603-622. 

Après s'être consacré pendant de longues années presrjue exclusi- 
vement à l'étude des patois de l'Italie septentrionale, ]\1. Salvioni 
a récemment élargi le cadre de ses savantes recherches. Le contenu 
des quatre études que nous avons le plaisir de signaler aux lecteurs 
de la R. u. l. r. est très varié ; les parlers de la Sardaigne et de 
la Sicile, du Nord et du Sud du domaine italien y sont représentés. 
Mais si la matière est diverse, la méthode de M. Salvioni est tou- 
jours la même. Tous ceux qui s'occupent de dialectologie italienne 
devront consulter ces quatre recueils où l'étendue de l'information 
se joint à une rare habileté avec laquelle on la met en œuvre. 

La dispoeition matérielle des trois premières études eet la même. 
Chacune d'elles se compose de 200 notes linguistiques suivies d'un 
abondant index. La quatrième, par contre, a une physionomie à 
[jart ; M. Salvioni y donne des notes, des additions et des forrectioufe 
à un travail de M. J. Michael (1), qu'il refait complètement. 

F. R. 



L.-A. Rostagno. — Note d'etimologia italiana. Tmivo, L'ihrcriri 
G. B. Prtrinl di Giorarmi Gfdhzio. 1908. 64 pages in-8". 

La brochure de M. Rut^tagno contient 103 not-es d'étymolngie 
italienne où les problèmes ks i)hie variés et les plus ardus sont 

(1) Dcr Di'i/rkt deii Po.<f/ilfirnf/i/s (Posthiavo-Brusio-Campocolo- 
.Mio). Uiss. de Zurich. Halle, 1905. 



358 COMPTES RENDUS. 

abordée. On s'attendrait donc à y trouver beaucoup de réeultat* 
nouveaux. Malheureusemeiit, il n'en est rien, et je crains fort que 
la plupart dc6 solutions ijroposées par l'auteur n'aient peu de chance 
d'être acceptées. Ce sont< du reste plutôt dc6 hypothèses étymologiques 
que des étymologies que nous présente M. Rostagno, et il lui arrive 
mémo assez souvent de proposer pour un seul mot deux, trois ou 
quatre explications dillérentcs en laissant au lecteur le soin de 
faire son choix. II en résulte une impression d'incertitude, qui aug- 
menta encore quand on considère combien l'information de l'auteur 
est restreinte. Il a en effet négligé de consulter les textes an- 
ciens, et il n'a guère utilisé pour ses recherches que quelques 
dictionnaires italiens et le Lat.-Rom. Woerterbuch de Koerting, 
ce dernier assez superficiellement d'ailleurs, semble-t-il. C'est ainsi, 
p. ex., que M. R. discute longuement la question de savoir s'il 
faut séparer berlina (pilori) de bi'rlina (berline, voiture), sans s"a- 
percevoir que Koerting indique clairement la solution de ce pre- 
tendu problème. 

Malgré ces défauts, la brochure de M. R. contient quelques remar- 
ques intéressantes ; malheureusement, il est assez malaisé de les 
retrouver, l'auteur ayant omis de munir ses Notes d'un index. 

F. Rechnitz. 



A. Darmesteter. — Les gloses françaises de Raschi dans la Bible 
accompagnées de Notes par Louis Brandin et précédées d'une In- 
troduction par Julien Weill. Paris, A. Durlacher. 1909. (Extrait 
do la Bcviie dey Etudef: Juires, années 1907 1908). 147 pages in-8°. 

Ou sait que le regrette A. Darmesteter s'était proposé de faire 
une étude d'ensemble sur les gloses françaises éparpillées dans les 
cymmentaires des rabbins du moyen-âge sur la Bible et le Talmud 
et qu'une mort prématurée l'a empêché de réaliser ce projet. Ce 
n'est qu'une partie des vastes matériaux accumulés par lui que 
publient aujourd'hui MM. Brandin et Weill, mais c'est la partie la 
plus intéressante. Les gloses de Raschi, célèbre rabbin du XI* siècle 
se distinguent en effet par leur caractère nettement archaïque. Malgi'é 
l'incohérence des leçons des mss., on y note plusieurs traits pho- 
nétiques intéressants, mais c'est surtout la lexicologie française qui 
trouvera beaucoup à glaner dans ce précieux recueil. 

F. R. 



COMPTES RENDUS. 359 

Giulio Bertoni. — Due note provenzaili. (Extrait dee Stvdi Mrditvnli, 
1911, vol. III, faec. 4, p. 638 S(].) liprijmno, Instituto if(r/in)io 
d'drti grafiche, 1911 (36 p. in-8 ). 

Le premier de ces deu.x artitles est eonsatré au troubadour gae- 
oon, Marcahru. Notre zélé collaborateur, prenant comme base de son 
étude l'édition des œuvres de Marcabru que nous devons depuis 
deux ans au regretté docteur Dejeanne, examine d'abord certains 
I)oinis obscurs dans la vie de l'anoicn poète. Avec beaucoup d'in- 
géniosité, il détruit la légende qui faieait de Marcabru un enfant 
trouvé: « il fut jeté à la porte d'un homme puissant; on ne 
:ut jamais ni quel il était, ni d'où il était». Cette phrase, par laquelle 
débute la fameuse biographie de Marcabru (Ms. A 27a, dans Cha- 
BANEAu, Biographie des Troubadours, p. 9), est un exemple écla- 
tant de la fantaisie avec laquelle composait l'ancien biographe 
anonyme. Ce prétendu renseignement sur l'enfance de Marcabru est 
tout simplement tiré des vv. 25-30 de la pièce XX (Audric) que 
le biographe a compris à contre-sens : 

Petitz enfanz 
M'as trobatz... etc. 

« Tu as tiouvé chez moi des petits enfants... » etc., et non « Tu 
m'as ti'ouvé, petit enfant... ». Quant au nom du père adoptif de 
Marcabru, Aldric del Vilar, il doit être tout aussi fantaisiste que 
le surnom de PanPerdut gratuitement attribué à notre vieux poète. 
M G. Bei-toni établit tous ces points avec des preuves convain- 
cantes. 

Quel est au juste le sens de cette dernière expression Vcm-Verdut? 
M, G. Bertoni repousse avec raison l'explication de Suchier [Jahrh. 
f. roin. II. engl. Spr. u. Litt. N. F. II). l'an-Perdut n'a rien à voir 
avec jKfn/iun perditum. Il faut intei-préter panem 2^^^ditnm « pain 
perdu », c'est-à-dire homme de si peu de valeur que le pain qu'on 
lui donne est perdu. A l'appui de cette explication, je crois qu'il est 
indispensable de rapprocher esp. p(in-p( rdido « vagabond ». fo"mé 
comme pcm-agradecido « personne reconnaissante » (voir ma note 
dans Poé-'ies de G. Ader. édit. Vignaux, Jeanroy, p. 224). 

Après quelques autres observations touchant la biographie de 
Marcabru, M. G. Bertoni, avec sa science philologique accoutumée, 
étudie certains passages obscurs des œuvres du poète, corrigeant avec 
bonheur sur bien des jxjints l'interprétation de Dejeanne. A propos 
de II, 20: 

Quan vols t'en pren ab eis lo broc 

il a certainement raison de repousser la correction de Dejeanne (jui 
propose de lire: 



360 COMPTES RENDIS. 

Qui'n vol s'en pren ab eis lo broc. 

Le passage ainsi corrigé n'offre guère un sens plus satisfaisant que 
le texte du manuscrit. J'avoue néanmoins que l'explication enggérée 
par M. Bertoni me paraît un peu laborieuse. Et puis est-il bien 
sûr que broc c broc, cruchon » ait un ô et non un ô (cf. E. Lfs'T. 
Pet. dirf. prov., e. v*) ? 

Dans le deuxième article, celui qui est consacré à Lanfranco Ci- 
gala, M. G. Bertoni donne plus d'un détail intéressant sur la vie 
et les relations amicales ou amoureuses du meilleur poète provençal 
de Gênes, pairie par excellence des troubadours italiens. 

G. MiLLARDET. 



Vivo Prouvenço! porto-paraulo niesmlie dt .ecoubranço miejournalo. 
— Dir. P. Devoluy, carr. de la Pougterlo, 9, Ximes; amenistr. 
J. Renadiéu, haJouard Shtclsnard. 29 6i-*, Aiignoun (6 pajo pèr 
mes ; abounamen pèr un an : Prouvenço e Franco, 4 fr. ; estrangié, 
4 fr. 50). 
Segound semestre de 1910. 

Très letro de F. Mistral, tirado di Mélanje.^ Wilmotte (.Jaliet). 
Vers dôu Felihre di Taian Enri Fabre (.Juliet), F. de Baroncelli 
(Setèmbre), Laforêt (Xouvèmbre). Article de dôutrino felibrenco. 
d'ietôn miejournalo. de critico lit^ràri, etc.. : Laforêt e P. Devoluy, 
Lnu prouiençau à l'e-^colo (Desèmbre: vèire tambèn à la Botdegadis>?o 
(îaquéu mes) : P. Devoluy, seguido di Pajo d'iitdri niiejotirnalo 
( Avoust-Outobre { en Setèmbre. discussioun de proumiero man sus li 
cap-lenènço de la bataio de Muret). Daiaw la fourre de Creft 
(Outobre). discours prounouncia à la Santo-Estello de 1904. cinquan- 
tenàri dôu Felibrige. emé responso à quàuqui critico sènso founs 
sus la hfjèndo de TE-^pa-io vtoundino (Nouvèmbre). letro au proufes- 
sour Wilmotte (à la Bouhgadhso de Setèmbre) : Jan Malan. seguido 
dis Ausard (Juliet); Jùli Veran, Aux armes de Provence (Out.) : 
Memori de Printèms, record d'un vièi soudard dôu proumier Empèri 
(Xouv.); J. Rounjat. Besulto (de la proupagando felibrenco). que 
soun bèn mingro, es «isa de vèire perqué (Av.), Cap-d'an de F. 
Mistral (Set., fai counie uno seguido à l'article précèdent; vèire 
tambèn à la BouIegadi.s.*o d'Av. lis ec6 sus la pichouno pntr'io e lou 
Tambour d'Arcoio, à la de Des. la noto sus un article de X. Welter 
dins Hochland), comte-rendu de Mirèio traducho à l'aleniand pèr 
A. Bertuch. S"*»' edicioun. e de Francilho de R. Benoit (Jul.). Galanto 
tiero de dicho reculido en pais d'Arle pèr J. Bourrilly (Out.); entra- 



COMnTr.S RENDUS. ."{(il 

sentis enipressioiin tle viago en Itàli. pèr P. Fontan (Ont. e Xoiiv.). 
A la Honhyadlsso, entio-signe sus lis oiRlraiado nouvello dôu Feli- 
brige, que ié rounquiston uno curiouseta... un pauijuet incpiieto (Av., 
Out., Nouv.. IJes.), e noto sus un libre estiaiige à l'usage dis estolo 
(Xouv., ecô de En Trrro d'Ar//-). 

J. II. 



Antonino de Stefano. — La Noble leçon des Vaudois du Piémont, 
édition ciiti<iue avec- introduction et glossaire, l'diis, C/iai/ti)ion, 
1909, in-8* de lxxxi-67 p. 

La XoO/a leiçon est un document capital pour l'istoire des parlers 
vaudoife et de Ja langue provençale en générai. Ce n'^est pas le 
meilleur, au point de vue littéraire, dee poèmes vaudoie qui noue ont 
été transmie, mais c'est celui dont le ton doctrinal eet le plus 
spécialement vaudois, et celui qui contient l'exposé le plus complet 
de la doctrine vaudoiee (p. xvi). Par see études antérieures (Un 
nuovo t€st<o délia Nobla leyçon, dans Studi incdiaudi, vol. I., fasc. 2 
(1906), p. 83-92), M. de Stefano s'était préparé à nous en donner une 
édition préférable aux précédentes (v. leur liste p. xix-xxi). Ce 
n'eet point un travail facile, car tous les nifs. présentent un texte 
corrompu, avec une fâcheuse « rareté de variantes décisives et pro- 
bantes » à côté d'une « abondance de variantes de valeu)- douteuse, 
qui se prêtent à des combinaisons contradictoires » (p. xxii). 

Des séries de leçons fautives propres à chaque groupe attestent 
une tradition a qui conifu-end les mt-s. G (XV° siècle, à la bibl. de 
CJenève) et D (première moitié du XVF, bibl. de Dublin), et une 
h représentée par C (XV s., bibl. de Cambridge). Un ms. C- (mi- 
lieu du XV'-', bibl. de Cambridge) ne contient que les treize premiers 
vers et le premier mot du quatorzième. 

Dans ri, (\ et D sont indépendants l'un de l'autre. Sur C repose 
yi (édition de Morland, Londres, 1658) ; L (éd. de Léger, Leyde 
1669) reix)se également sur C, et probablement aussi sur P (manus- 
crit trouvé par Léger dans la vallée de Pragelas, remis par lui, en 
1662, au biblioté<aire de Genève, Gérard, et perdu depuis). Z (bibl. 
de Zurich) est une copie de L jwur les 44 premiers veis, de M jwur 
lo reste, exécutée au XVIII* s. pour l'érudit suisse Simmler. 

Ni n ni 6 ne dérivent directement de l'original : il i a des émis- 
tiohes faux communs à tous les mes., et l'apostille au v. 38 est 
également commune. Ces considérations amènent à tracer le tableau 
suivant (p. xxxii) : 



3(r2 



coMPTi.s nr.\F)f S. 



O 
X 



G 



D 



C 



M... 



(P) 



La tradition a est en général un peu plus correcte que h 
L'établissement du texte d'après les données qui précèdent conduit 
à restituer un poème en alexandrins à césure admettant des sillabes 
posttoniques en fin d'émistiche comme en fin de vers, rimes ou asso- 
nances plat à deux ou plus (m assone avec x), avec quelques vere 
courts (demi-alexandTÏns) semés çà et là, un par un, rimant ou 
asfionant avec les alexandrins ; grande liberté pour lee iatus, c raees, 
élisions, sinérèses, et-c... ; toutes les questions de cet oixlre, jusqu'ici 
plus ou moins obscures, sont résolues p. xxxiv-xxxxi de la manière 
la plus satisfaisante. 

Les déductions de M. de Stefano en ce qui concerne l'état de la 
langue ne sauraient être acceptées sans réserves. Il constate (p. 
xxxxi) que --• latine et romane dans des cas tels que nos, ^lus, 
cnapre.?, paradis est conservée en général, mais qu'en conclure? 
-s n'est pas toujoure écrite [ma <^ magis, di <^ dicit, etc.), donc 
les copistes ne la prononçaient plus, ou elle était au moine fortement 
ébranlée de leur temps ; si nous avions l'original avec; des omissions 
do -s, nous en conclurions que l'auteur ne la prononçait déjà plus, 
ou du moin.s plus toujours ; si l'original avait toujours -s, U ne 
s'ensuivrait pas que l'auteur la prononçât encore, il pouvait l'écrire 
p:a- tradition provençale ou latine. Quant à -s dans la flexion nomi- 



COMPTES RENDUS. 363 

nale, ou n'en a guère que seize exemples au masculin (1), mais au 
féminin -»■ est toujours écrite sauf 119 C uyija, 161 C ensiujnu. 

J'en déduis que -s était au moins très fortement ébranlée dans la 
prononciation des copistes, et cela au fém. comme au masc. 

Pour saToir, autant que faire se peut, comment prononçait l'au- 
teur, j'ai revu tous les exemples cités p. xxxxii. Les seuls où -.? 
est nécei&saire, pour le compte des sillabes, devant la voyelle initiale 
du mot suivant sont : 4 de bonus obras far, 151 motas outras ense- 
gna(s), 381 cuin tncnçonias e engan. Ce &ont donc des cas de liaison 
plus ou moins étroite, où -s peut se maintenir beaucoup plus long- 
temps qu'à la pause ou demi-pause. Tous les autres exemples peuvent 
s'interpréter dans un sens ou dans l'autre : 351 E li oine e las fenas 
pouvait être dans l'original /i / o / me c ou /i o jmtsje; 92 E fes 
a li autre enaima et 280 Fesan a li autre enaima ne sont pas pro- 
bants, puisque nous ne savons pas sûrement ce que représente l'abré- 
viation enuy"- (2) (v. u'i in J'uk); 407 lioru< est dans un vers à mon 
sens mal restitué (v. plus luiu la restitution, que je propose) ; 489 
Al -al aure deleit, e nqucças, e onors ne me satisfait pas non plus: 
je trouve dur de fondre c et 1'"- de onors en une sillabe, et je pré- 
fère supposer que l'original avait nquei^u au sing. comme deleit, ou 
qu'il n'avait jxis e entre deleit et riqueças (et. Noce/ sermon, v. 130: 
deleit, riq'ieczas e Jionors) ; avec cette dernière alternative, comme 
avec la leçon admise par "SI. de Stefano, nous avons une liaison 
comme dans menronias c vtujan. Dans la flexion verbale, les 2^' pers. 
plur. sont écrites sans -;?. 

De cet ensemble de faits peu coérent on ne saurait conclure avec 
M. de Stefano que l'écriture représente la prononciation. Elle est 
beaucoup trop irrégulière pour cela, et d'ailleurs il i a eu la pro- 
nonciation des copistes, puis, avant, celle de l'auteur, lequel pouvait 
du reste employer une grafie plus ou moins arcaïsante. Il est évident 
que -s a été ébranlée d'assez bonne eure, mais à quelles dates s'est 
produit, dans les difiérent'e« conditions fonétiques, moifologiques et 
sintactiques, un amuïssement qui n'est du reste pas universel même 
aujourdui, et qui ne le sera peut-être jamais, je crains que nous ne 
restions toujours à cet égard dans l'imprécision. 

M. de Stefano fait très justement observer (p. xxxxiii) que la 

(1) M. de Stefano en déduit qu'on peut se demander si aux 
V. 276 et 344 il ne faut pas lire, au lieu de Ju / sios, j Grecs (3 silla- 
bes), Ju l sio e I Grec. Non certes: Jusio <; Judaeu n'est pas Jvsio, 
mais Jusio [îo = diftongue -iu ou groupe -iw), et par conséquent il 
E'i a pas d'élision possible, pas plus sans -s qu'avec -s. 

12) Dans le ms. il i a un point sous V/i final de ce mot. 



3G4 ( .»MPTEs nnxDus. 

prosodie exige en certains paseagee dee formes de pronoms et d'ar- 
ticle plus courtes que celles que nous livrent les mes. Si df H, a li, per 
II, uquel, uquilli font un vers faux, il les remplace par dej, aj, pej, 
quel, quit/i, ancêtres légitimée de formée modernes comme dai, ai à 
Pral, que/ à Pral et à Bobbio. 

Notons en passant qu'il vaudrait mieux écrire dci, ni, pci, la 
lettre j étant employée pour rendre la mi-occlusive initiale de jorn, 
jurar, etc.. Quant au fond, il eet incontestable que l'auteur a pu 
employer concurrenmient de li, etc.. et dei, etc.... soit que son dia- 
lecte présentât concurremment ke deux formes, soit qu'il en em- 
pnintât une à un dialect-e voisin. Les copistes ont dû régulariser 
dans le sans de la forme en usage chez eux. L'éditeur rétablit au 
V. 196 Que'/ rei de Babelonia et au v. 246 La velha maudi'/ ventre. 
quoi(]ue tous les mss. aient lo, et il a raison, car autrement les vers 
seraient faux. Comme ailleurs on a p. -^x. 183 e lo rei Salamon. je 
penae qu'au temps de l'auteur l'enclise asillabique de l'article était 
eu voie de décadence et que le langage parlé par les copistes ne 
connaissait plus que les formes pleines (cf. mon article Rev. d. lanq. 
rom. 1908, p. 505-511) ; ce n'est que très exceptionnellement que 
ces copistes reproduisent des formes asillabiques comme au v. 115 

de la Barra: d'I ni âca = de'l mancar « de le manquer ». 

M. de Stefano dit (p. xxxxiil) que le prétérit 3' pers. sing. 
rftorna est exigé par la rime au v. 325. Ce serait un exemple unique. 
Tous les m.ss. ont ntonie. Il est peu probable que l'original ait eu 
r.v retoinu (1) : les temps périfrastiques sont rares dans notre 
texte ; comme d'autre part il ne violente jamais les formes pour 
les besoins de la rime, on est conduit à admettre que -a a existé 
à côté de -e ; encore aujourdui dans les Landes et en Béarn il i a 
concurrence à plusieurs personnes du tipe en -c/-<^ lat. vulg. -ai, a^t, 
■n{i)t, etc.. et du tipe en -e- provenant de dedi, steil. Des ex. cités 
p. x.xxxiv il paraît ressortir qu'au futur 3' pers. sing. -ra et -if 
étaient concurrents même au temps des copistes, ce qui fournit une 
data (très approximative) intéressante pour la propagation à toutes 
les personnes de c provenant de la 1" et de la 2* du pluriel. Cf. 
Xovel rouf oit, v. 260-263, enqan — tormnitui :n — aiicircii — 
paijK'n, où la rime exige des 3' pers. plur. en -ran. 

P. xxxxiv-xxxxvii, M. de Stefano n'a point de peine à 
montrer, contrairement à certaines assertions vraiment étranges, que 
le vaudois modprno continue très normalement le vieux vaudois. sauf 



(1) / es retorno, avec sinalèfe dans t es, donnerait le même nombre 
de fiillabes que i retorna. 



COMPTES KKNDIS. 365 

(lin-l(iues enipiiiiits aux parlers piéniontaie voisins. Déterminer dans 
ijual dialecte a été eomiwsée la NoOla Iriron est une tc'iche plus 
ardue. Je ne saurais discuter ici en détail c« point secondaire ; il 
me suffira de dire ([irauciui argument d'oixJie linguisticjue ne me 
[)araît contredire l'ipotèse, istoriquement très probable, qui plat>3 
le lieu de naifiSiince ou le domicile de l'aut-our dans le Val Luserna, 
siège des écoles les jjIus anciennes et ke plus renommées. D'ailleurs, 
d'une part il a dû i avoir, au moins dans une certaine mesure, 
une xotvfl vaudois€, et d'autre part les différences dialectales pou- 
vaient être assez peu marquées au moment- de la composition do 
notre poème. 

Je résumerais ainsi mes conclusions, en accord général avec celles 
de M. de Stefano : 

Tous les mes., i compris les plus anciens (C et C-, au plus tard 
milieu du XV^ siècle), présentent des innovations sur la langue du 
texte primitif. Aux caiactères déjà notés plus aut j'ajouterai les 
Êuivants : 

D 2àb josm « fût » (G C fos). 

Vers faux par addition de pronoms sujets, ex. 123, 332. 

Ordre pronom accusatif + verbe au lieu de l'ordre plus ancien 
verba + pron., ex. 178, 326. 

Interversions innombrables des pionoms relatifs que et loral, d'oiî 
vers faux. 

Fut. Car si tu non ix^rdonaieif, d'où vers faux (C 266), au lieu 
du prés, 'pe.nlonan (GD). 

Que ajouté, d'où vers faux, jx)m' introduire une proposition- 
régime avec verbe au subjonctif (103). 

Pour le prêt, endeceiic, v. plus loin, observation sur le v. 104. 

On serait tenté de dire : cela oblige à reculer à une dat-e assez 
ancienne la composition du poème, car ces innovations ont dû exiger 
plus de cinquante ans. Mais je ne considère pas cette conclusion 
comme nécessaire : le poème a parfaitement pu être écrit vers 1400, 
mais dans une langue déjà un peu arcaique, dans la y.oi'/r, qui s'était 
formée peut-être un siècle auparavant, au moment des premières 
prédications vaudoises istoriquement attestées dans les Vallées (cf. 
p. xii) ; la tradition de cet arcaïsme se serait perdue entre la 
composition du poème et la confection des copies que nous en 
avons (ou le maintien de cette tradition aurait été une particularité 
personnelle à l'auteur), et les copistes auraient tantôt reproduit le 
texte tel quel, tantôt rajeuni les fonues soit sciemment, soit ma- 
chinalement (ex. plus aut, à propos des formes asillabiques des 
pronoms) . 

24 



366 COMPTAS RENDUS. 

Janive ainsi au problème de la date, en passant par dessus iln 
iliapitie foil intéressant sur les doctrines des Vaudois (p. xxxxix- 
i.xxi). M. de Stefano leprend et met au point, avec des éléni'entfi 
nouveaux, Jes obeervatione de M. Montet, précédent éditeur de la 
NobUi leiçon (Paris, Fisrhbacher, 1888). 

On lit aux v. 6 et 7 : 

Ben ha mil e cent anç comiili entierament 
Que fo [e]scripta l'ora; c'ar sen al derier temp. 

II est évidemment impcvssible que le poème ait été composé en 
Tan 1100. Ci a ?m7 e cccc, C mil e (grattage) c. Dans C- cccc doit 
être le fait du copiste, dans C on ne lit pas sûrement un 4 sous 
le grattage, G et D ont mil e cet. Le millésime 1400 donne un vers 
faux, car quatre est toujours disillabique devant consonne. La lec- 
ture avec ÎIOO est donc seule possible. Mais le poème n'a pu être 
composé que vers la fin du XIV° siècle: cela résulte de trois 
points importants de doctrine, établis seulement à cette époque, et 
de l'allusion aux pei-sécutions, commencées seulement à cette époque, 
qui est d'ailleurs celle d'un courant apocaliptique dont la puissance 
exceptionnelle se manifeste dans tout le poème (p. i,xxiv-viii). 

Comment expliquer la date de 1100? Est-ce une altération voulue 
pour donner à la secte le prestige d'une aute ancienneté? De telles 
préoccupations ne se font jour chez elle que plus tard. ^I. de Ste- 
fano examine diverses ipotèses fondées .«ur les différents computs 
apocaliptiques et présente finalement comme la plus naturelle celle 
qui voit dans 1100 un chiffre traditionnel, indiquant eimplement que 
la fin du monde ne pouvait qu'être prochaine, la période apoca- 
liptiijue étant dépassée (p. lxxx). 

Quand ou opère sur un poème écrit dans une langue arcaïque et 
fortement altéré par tous les copistes, avec peu de variantes déci- 
sives et beaucoup de variantes pi'opi'es à des combinaisons contradic- 
toires, il faut évidemment considérer avant tout le sens et la pro- 
sodie et les sauvegarder en procédant très ai'diment à ce que M. Fôrs- 
ter appelle sans ambages Text^macherei. Au lecteur de juger sur 
l'appareil critique (complètement et très clairement présenté par 
M. de Stefano). On satisfait ainsi et le lecteur qui cherche une 
impression littéraire et celui qui veut approfondir le détail filologique 
et linguistique. A la place de l'éditeur je serais allé plus loin dans 
cette voie, tout en laissant, bien entendu, telles quelles leg lacunes 
f|u© rien ne suggère l'idée de remplir d'une façon intéressante 
(ex. 115, 258, 281). 

J'aurais supprimé une quantité de e et de m,a exigeant des sina- 
lèfes vraiment trop rudes. 



COMPTES RENDUS. 367 

J'aurais i^ai'tout rétabli mi « avec » <;;;^ opiid, qui est, comme le 
montrent les parlera modei'nes, la vraie forme vaudoise ; ruiii est 
plutôt un calque du latin écrit. M. de Stefano admet nu quand il en 
a besoin pour le compte des sillabes (ex. 282, 326. 337) ; il ns me 
paraît pas probable que l'auteur ait employé alternativement ke deux 
jiréjwsitione. 

77. C ey.--u « été » contre G D isfa ne provient pas d'une influence 
italienne. C'est au contraire la forme vaudoise par excellence, la 
lectio difficilinr à préférer à iitct, seul connu des parlers modernes. 
()n connaît vieil ib. essuto; e.<?su est constamment employé dans les 
Comptes consulaires de Grenoble (1338-1340) dont j'achève de pré- 
l)arer l'édition au moment où j'écrie ces lignes. Des formes plus ou 
moine analogues ont dû exister un peu partout dans le domaine 
roman. Kifnuto et e^su représentent *essufu tiré de *esser€; eysu 
suppose un croisement de esser <^ *essere avec nmser <^ *nascere. 
et peut-êti>e aussi avec *eisir (notre texte a la forme plus récente 
isir) <^ exire. 

103-104. Ma garde se un chascun non li endevegiia aisi 
Cant endevent à lor. 

Au v. 104 G a Enay^ a lor, qui peut se lire Enaysidoma n lor 
(répétition malencontreuse avec Vaisi du v. précédent), D Coma a lor 
(vei-s faux par substitution de coma à enaysicoma tombé en désuétu- 
de). La leçon de C Cayit endevent a lor est meilleure, et M. de 
Stefano a eu raison de l'adopter, mais il aurait dû corriger cndevenc, 
ca- le sens est nettement « comme il advint à ceux-là ». Il ne 
s'agit pas d'un présent (erreur au glossaire, j). 46), mais d'un pré- 
térit; d'ailleurs le présent serait endeven (cf. ven « vient », v. 206, 
269). Venc « vînt » est aux v. 105 et 338, sorenc « souvint » au v. 
342. Ces prétérits courts devaient être sortis de l'usage courant au 
temps des copistes. On dit aujourdui venguèc en Queirae : dans 
les vallées vaudoises le prétérit simple a disparu. 

Je vais maintenant suggérer encore quelques lectures nouvelles, 
outre celles que j'ai déjà notées au cours de ce compte rendu. 

110-112. Que nos gaixlan de mal e façan penitencia, 

Car Jhesu Xrist o ha dit e en sant Luc es [e]script : 
Quilh que non la faren periren trastuït. 

112 G D. Que tuit aquilh que non la faren periren tuit. 

112 C. Que trastuït 'periren aquilh que non la faren. 

Trastuït trisillabe est inadmissible. Le mot a deux sillabes et 
rime avec eisuit <^ exsuctu (v. 14y-150). La prononciation -iiyt ou 



368 COMPTES nF.N'Dr?. 

-iiij est certaine: -int ou -wi est confraire à tout ce que noue eavonâ 
de la fonétique vaudoise, et n'est nullement exigé par l 'assonance 
avec viscriiit, puisque dotrina assone avec sisiiptiira (v. 340-341). Il 
faut donc reUiblir 

Quilh que non la faren que periren trastuit, 

inversion que les m^s. ont résolue de deux façone différentes (cf. un 
autre exemi>le de i-ésolution d'inversion au v. 318, d'où émistiche 
faux Que Vanna pitrtic del cors, au lieu de Q. d. c. i). l'arma). 

162. E la lei de lui mot / jort deguesan yardar. Césure inadmis- 
sible entre deux mots faibles éti'oitement unie. La bonne leçon pour 
la second émistiche est fournie par C mot deguesan yardar; au pre- 
mier D a ley de Dio: avec del Segnor le vers est juste: E la lei del 
Siyuor I mot dcyuesan yardar. 

257. La lei veliia comanda : amares li tio amie, 
E aures (lacune) en odi li enemic ; 
Ma la novella di : ama vostre enemic. 

Tio (= tiu ou tiw) ne pouvant ^as plus s'élider que Juste cité 
plus aut, le second émistiche du v. 257 e«t faux. Pour le redresser 
on peut supprimer li ou adopter l'une des deux versions G ama li 
tio amie, D ama li vostre amie [ama pouvant être le sing. ûma ou le 
plur. (tmû) ; le second parti à l'inconvénient d'accoler un impér. à 
un futur (aures, 258). 

274. E apelle // seo apoetol, fei a lor comandament. 

Une sillabe de trop à chaque émistiche. Corriger en suivant C 
qui n'a ni li ni a. 

318. 2* émistiche, salvar li pecador. Tous les mss. ont per s. l. 
p. M. de Stefano dit très justement qu' « il est nécessaire de sup- 
primer la préposition ; il ne manque pas d'exemples de cette suppres- 
sion dans le poème, cf. le v. 227 », mais il a tort d'ajouter: « On 
ne peut pas peuiser, du reste, à une forme comme pecaor qui pour- 
rait subir la réduction de l'iatus, car la dentale intervotalique est 
très résistante soit dans notre t€xte, eoit dans les patois des Alpes 
Cottiennes ». Notre texte présente aiua (c'est-à-dire ajua) « aide », 
dona <^ *donaa <^ donata, feas <:;^ foetus, poer « pouvoir », etc... 
(les patois modernes sont confonnes : ajuà « aider », donù « don- 
née », etc...) et mudar <^ mutare, salude, consolador, enganador, 
Salvador, etc.. (aujouixl'ui muà, -àu(r). La seule conclusion légitime 
est que -t- latin était encore représenté, à l'époque de notre texte, 
par une spirante ,") qu'on ne savait comment écrire, de sort* que 



COMPTES RENDUS. 369 

tantôt on ne la notait pae, tantôt on la notait par d employé ailleurs 
(donor, comondar, etc.) pour représenter un son plus ou moins voi- 
sin. Les textes médiévaux de tous les pays présentent en foule des 
fait* analogues. La spirante en question n'a pas dû disparaître 
entièrement de très bonne eure, puisque les parlers actuels de Baixe- 
lonette, Allos, etc. ont encore -aio, -aia <^-a^a <^ -ata à côté de 
-« <^ -aa <^ a^a <^ -ata. D'autre part la résolution de l'iatus jiecaor 
produirait une sillabe tonique -awr ou -mur qui n'assonerait plus avec 
Vo de doloiros. croc, leirons (cf. dans; les parlers modernes ijec]imi[r) 
<^ *pe,c/iaiir <^ *ljechaor <:^ * pccha^or <:^*inrhudor <;[ peccatore). 
D'autre part encore nombre d'autres passages exigent un disillabe 
-ador ou -cior = -^^or. 

326. E era aqui au las Marias istant josta la croc. 

Le premier ém. est faux, à moins d'admettre des sinalèfes qui 
me semblent monstrueuses. Il faut supprimer nqui et compter E pour 
une sillabe devant era (cf. a alcmi, trois sillabes, v. 376). 

Même observation sur le 2° ém. du vers 337, fora totavia au lor ; 
l'original devait avoir fotjorn. 

375. Ma l'escriptura di, e nos o poen veir, 

Que si n'i a alcun bon que ame e tema Xrist. 

Veir disillabique est contraire à tout ce que nous savons de la 
fonétiqu"! et de la morfologie vaudoises. G ver, L veyre. Je crois 
qu'il faut poser e \ nof | o | poen \ ve | ger ou c | nos \ o \ po \ gen | 
ver. Mais où trouver l'assonance? C M L ont au v. 376 que 
volha anuir D'io e terrier JesJiu Yrlit. L'original devait avoir que 
vollia Dio (ou Xrist, mais Dio va mieux poui' le sens) tenter; 
les copistes auront résolu l'inversion Dio temer (cf. autres résolu- 
tions d'inversions aux v. 112 et 318) et ajouté un remplissage. 

Le demi-alexandrin 383 Ma fort .'■■e conforte nquel est faux. D a 
conforta au présent, teonps exigé par le sens, et le vers a normale- 
ment six sillabes en supprimant fort (\m fait répétition avec conforta: 
Ma se conforta aquel. 

401. S'el non rent tout l'autnii e esmende ben seo tort. G D e 
smenda: c'est la bonne leçon, avec le présent, que le sens exige; 
la grafîe par sm- ou par esm- est sans importance, l'aférèse de e- 
dans la prononciation est certaine. 

404. Le 1" ém. Que renwnre a seo eifant a uit sillabef ; pour le 
remettre d'aplomb je ne vois pas d'autre procédé que de supprimer 
eifant et de mettre ai au lieu de a: Que remanre ai seo « qu'est-ce 
qui restera aux siens, aux gens de sa. famille > (cf. li seo « les 
siens » et a li seo ou ai seo « aux siens » aux v. 330, 331). 

407. Si el ha de Vautrui cent / lioras o encar dui cent. Césure 



.no COMPTES RENDUS. 

inadmissible. L a cVautruy, et tous les mss. ont encara. Je propoee 
Si el ha d'autrin cent lioras / o encara dui cent. 

432. 2' ém. e aurar lo l-ox bulhent. Cl D rum- la, C au lo ; je 
gaixlerais au et supprimerais lo, la tournure a avec » + substantif 
sans article me paraissant mieux dane les usages du tem^ps. 

481. Per trei greos condicione seren costreit aqui, 
Per moteças de penas, e per aspre torment, 
E car seren damipna sença defalhiment. 

E car me semble un amalgame jjeu eureux ; je préférerais la leçon 
de G Car ilh. 

Quelques observations eur le glossaire. 

Aiua, maior, peior doivent évidemment se lii'e par -j-, comme p. 
ex. ajosta ; de même, au moins très probablement, mençonjas, et non 
mençonias (n mouillée est notée fjn dans notre texte). Aparec et 
vumje sont donnés par erreur comme des prés. ind. : ce sont des pré- 
térits. Mal hocon ne signifie pas m/nivais sort, mais poison (mau- 
vaise bouchée, mauvais morceaiu). Escarnir signifie plutôt insulter que 
mépriser. Etsemplen au v. 188 est eisempje + en <^ inde employé 
explétivement. Coma per IxJ risuif « comme par un endroit sec » : on 
dit en français à pied sec; à part ce détail peu important, M. de 
Stefano, qui est, j« crois, Italien, écrit le français à la perfection. 

Enaimn et enaisicoma soulèvent des questions assez délicates. 

Tous les mss. ont enay"^ , qui paléogi'afiquement se résout par 
enaymn (cf. fo" = coma, mesey" = meseyma, etc..) ; M. de St-efano 
écrit enaimn pour régulariser la grafie ; -i- ou -y- ne change d'ail- 
leurs rien aux tennes du problème. Mais enaima ne veut rien dire. 
Il u'i a pas lieu de s'arrêter à l'ipotèse de Morosi, que ce serait un 
mot fabriqué de toutes pièces, ni à l'idée de Griizmacher que ce 
serait une sorte de superlatif de enaisi. M. Salvioni a proposé d'in- 
tei^préter enaima par un croisement entre ejiaisi et coma. Il me 
semble que ce croisement produirait noiTnalement *enaisima ou 
*ennirônut, car on ne conçoit guère une résultante éliminant les 
deux sillabes toniques, et peut-être à la rigueur *encôma. 

Encorna s'explique d'ailleurs — peut-être encore mieux — sans 
croisement proprement dit, comme foi-mation parallèle à coma sur 
le tipe enaisi — (tisi. En allemand on a so et also, wie et alhvic; 
jrt n'ai pas de référence pour un exemple écrit de ce dernier mot, 
mais je l'ai sûrement lu quelque part, et en tout cas il serait im- 
médiatement convpris et ne choquerait nullement dans un récit bi- 
blique, un commentaire de téologie en stile un peu arcaïque, etc... 
Li Nnhia îeiçon contient beaucoup de composés avec en-, ex. em- 
prrrn^ rm prom^^ssinn . iiianf, innpres, cnaravrnr, ensegre. M. Fôrster 



COMPTES RENDUS. 371 

a proposé de restituer, suivant les exigences de la mesure, 
tontôt enaisiooma, tantôt aisidonui, tantôt siconia; il faudrait 
ajouter comu, car siconm aurait parfois une sillabe de trop. Cela 
ladre mal avec l'abréviation etifri/". ilon encorna — que je présente 
uniquement faute de mieux — va partout cù ne va pas enaisicoma 
et, au point de vue grafique, voici comment on peut se représenter 
le lii'ocessus : l'original avait en cei'tains endroits enay"^ = enaysi- 
coma, en d'autres quelque chose comme en" = encorna; les copis- 
tes ne connaiseaient plus encorna, ei à en " ik ont substitué partout 
cnay « = enaysicoina, sans s'inquiéter autrement d'un vers faux do 
plus ou de moins. Ces abi^éviations tout à fait cursives, avec let- 
tres purement et eimplement sous-entendues, et non représentées 
comme n par une barre supérieure, er dans un p barré, etc.... 
abondent, dans les copies que nous possédons, soit pour les mots de 
liaison comparables à enaisiconm, encorna, soit pour des noms pro- 
pres divins ou termes de nature plus ou moins téologique revenant 
souvent dans les textes vaudois ; voici quelques exemples caractéris- 
tiques relevés dans l'édition diplomatique de six poèmes vaudois 
dans le ms. de Genève donnée par M. Apfelstetit, Zs. fiir rom. PJiil. 
1880, p. 331 et ss. , 521 et ss. : cnni/' = enaysi ou enayci, d. -=z donc 
c. =z car, m. = ma, n" et nre ^= nostre, nra = nostra, ura ^ uostra, /' 
= lui ou luy ; y x = Yeshu Xpist, scia ;= sciencia, pacia = paciencia, 
sapia =z sapiencia, iusti" = iuslicia, sPiia =r sentencia, piiia = penitencia, 

sb'a = substancia, gra = gracia, grâza = grandecza, gl'a -=■ gloria, gVos 
=r glorios, sca et son = sancta, na =^ natura, gnacion = generacion, hit 
=^ habit, hita =z habita, hitadors m habitadors, rnde = responde. 

Reprenons maintenant les exemples cités au glossaire, et en outre 
les V. 158 et 183, qui n'i figurent pas. A chaque vers je donne le 
texte admis par M. de Stefano ; la substitution de encomAi à enaivui 
est sous-entencfue. 

33. Enaisicoma (G D C <itay'^) un Uio devon esser aura. Seule 
lecture possible. 

158. E un chascun âmes lo proime cnaima (G D C enay") si. 
« On pourrait corriger oe vere de la façon suivante : Chascun âmes 
lo proime enmsicoma si. Mais notre texte emploie constamment 
l'expression In chascun (cf. les v. 17, 203) ». 

353. Tant que moti n' auciseron enaima (G D C e?iay") Jhesu 
Crist « tellement qu'ils en tuèrent plusieurs, comme (ils avaient 
tué) Jésus-Crist ». Je remarque en passant que le 1" éni. est faux. 
Pour le redresser il faut ou bien poser uucieron tri.sillabe (cf. aiicion, 
et non *aiicison, au v. 371), ou bien substituer à moti, primitive- 
ment cas direct pluriel, l'ancien oblique mot(s). Au 2' ém. on peut 
restituer enaisicoma Crist. 



372 COMPTES RENDUS. 

183. /inuima (G D C enay") fo Davi (G D David), e lo rei 
Salamon. M. de Stefano admet ]J(ivi[d) ; Dûvi[d) est tout aufiei 
|ncjbable (cf. prov. lou rùi Dciii « le roi David », /ou musical re 
iJùii « Félicien David »), ce qui conduirait à éliminer le verbe fo 
(inutile, est déjà au v. précédent) et à restituer le 1" ém. ainsi : 
Eiiaisicuinu Davi. 

Pour le V. 104, v. plue aut. 

Aux autres ex. on a une lecture con-ecte avec enaima (G D C 
partout eruiy"), ou avec encuiita, ({m a la même valeur prosodique. 

76 Elimina, fei Gain, lo prumier filh d'Adam ; 92 E fes a li 
autre cnainia volria fos fait a si (ne prouve rien pour -s dans la 
flexion nominale, car on peut admettre E fes a li autre ou restituer 
Fes a li autres) ; 280 Fesan a li autre enuinm el avia fait a lor 
(après mitres il faudrait coma, sinon l'émistiche aurait une eillabe 
do trop, maie on ne peut guère se prononcer, la lecture mettant en 
jeu deux formes douteuses) ; 331 (333 e^t une coquille au glossaire) 
Parec a li (cxjrr. ni, ijinon on a une sillabe de trop) eeo enaima 
el avia dit a lor. 

Les autres poèmes vaudois s'accommodent également tantôt de 
enaUico77io, tantôt de encorna. ,Je ne les connais que par l'édition 
Apfelstedt, et par conséquent je ne propose de reetitutione que sous 
réserve de leçons meilleures à tirer de la comparaison avec les 
mse. autres que celui de Genève. 

La Barca. 
202. Enay» lonie q s'pera lo leyron = Eiun.-iroma l'orne qu.i spera 
Jo li'ijron; le ms. de Dublin a du reste enaicicoma, d'après M. Fôrs- 
t«r, cité par M. de St-efano, p. 46, c-ol. 1 (le chiffre 203 est une 
coquille). 

Lo Xovel Confort. 
93. C. enaya en lo' son duj' 9plîment. Je supprime C. = car, 
qui fait une tillabe de trop et n'est pas indi6[)ensable au sens, 
et j'intéix'ale le pronom sujet neutre la: Ennisiroma en Vome \Ja'\ 
po-n ffui compliment. 

143. Enay" nos mesme nos lo deue tratar. Je propose Encorna 
non meseim^ nos lo deven tratar. 

147. Enay» vn sol albre moti ram maten. latus logique au 1<=' 
émistiche entre encorna et un; manque une sillabe au 2''- on peut 
suy)i)oser le pronom ,«^ devant vinnten. 

179. Enay a deuo far li fidel fui'dor = Encnma de von far li fidel 
servidor; dans fuidnr j'ai noté par / une ligature qui au ms. repré- 
senta très régulièrement le groupe scr. 



COMPTES RENDIS. 373 

220. Fora fen buta enay« uil ordura = Fora stren buta rnroma 
l'il ordura; fen comme fuîdor 179. 

Lo Fairv Etemal. 

1. Dio, pavre el'^nul puisant, 'Jt'orta me 1 

2. Eriaj^ lo lio (ilh kiiie g(iu'*iia me, 

3. Enay de^'ml rrlonat a lu, recep me 1 

L« poème est en strofes de trois alexandrins de même assonance. 
L'.i première est dédiée au Père, la seconde au Fils, la troisième à 
l'Esprit, et ainsi de suite, sauf intercalation do plusieurs strofee 
dédiées à la Trinité. 

1 ne fait pas de difficulté : Dio, imlrt eternal i)oissfntf, conforta 
vif ! Enay^ de 2 est abusivement répété à 3 ; de plus, tant pour le 
sens que \io\xv la mesure, il faut peut-être faire une substitution de 
verbes; j>our faire 2 juste, il faut faire passer kme au 1" ém. 
et alors supprimer lo, ce qui oblige à suppléer un disillabe au 2''- 
On peut donc finalement restituer Enroma fi" kariftsime filh Jp-fu, 
rrcf'p me « reçois moi comme (tu as reçu) ton très cher fils Jésus 
(mort et ressuscité avant moi) » Dcgnamcnt retormmt a tu, goi-ema 
i/ir « gouverne-moi, (moi) retournant dignement à toi ». Sens et 
mesure ont ainsi satisfaction. Pour le proparoxiton Jcarissime à l'é- 
mistiche, cf. Xob/a h'iroii, v. 68, 1" ém. E creon a las idolas (M. ae 
Stefano contsidère ido/ft.s comme paiX)xiton, mais creon monosillabe 
n'est guère admissible), et ibid. v. 165, 1" ém. Lo servir las 
idolas (G D C Lo serviment de las ydolas ; je tiens idolas pour 
pix)paroxiton, et je c-onserve le texte G D C sauf l'article lo: Ser- 
viment dé las idohii^. sans article, comme aux v. suivants Homecidi, 
avoteri, etc...). 

50. Tost o pos tout dest^re enay" tu o fezis = Tost o pos tôt du- 
truirp enronit/ tu o feczis. 

126. Enav'^ tu concises lor. fay lor 9noif tu ! / dans ^noif comme 
dans fuidor Xov. conf. 179. Régulariser le 1" ém. en supprimant 
le pronom sujet et remplaçant lor après le verbe par li avant : En- 
corna li ronoiscSj fai lor ronoiser tu! 

I/fira)ii/('li de li tjiuftre se menez. 

165. Per czo son benaura, enav'* es script. Les deux derniers mots 
représentent un trisillabe es escript : s + ciDnsonne ne se présente à 
l'initiale qu'après voyelle finale du mot précédent. Rétablir le pro- 
nom neutre sujet la: encomu [la] es {e]script. 

188. Enaya es dit en aqsta semblancza = Enaisicomu es dit en 
aquesta semblancza. 



374 COMPTES RENDUS. 

289. Enay" lo bon pastor ben li amonesta. 1^' ém. l'Jnrnjna lo 
l}*i-<tar ou /'Jncnnw In bon j^c'^fi'*' ; au 2'' manque une eillabc, on deux, 
suivant qu'on compte // a- pour deu.x un pour une ; à remplir d'après 
les autres msfi. 

Puissent ces observations un peu longues aider M. de Stcfano 
s'il veut, comme je le souaite, appliquer eon excellente métode à 
l'édition de« autres poèmes vaudois, et particulièrement du A^ovrl 
Confort, dont (p. xv et note 1) il apprécie à juste titre la valeur 
littéraire supérieure. 

Jules Ro.NJAT. 

Auguste Rochette. — L'eeprit dans les œuvres poétiques de Victor 
Hugo. Paris, Honoré Champion, 1911. Un vol. petit in-4" de 285 p. 

Le format, les caractères, le papier sont de toute beauté. Mais 
l'ouvrage ne fait pas honneur qu'à son imprimeur. Son auteur ap- 
porte un jour nouveau sur la poésie de Victor Hugo en y étudiant, 
on peut le dire, le premier, le rôle qu'y jouent l'esprit et le 
plaisant. H établit d'abord victorieusement que les formes les 
plus habituelles de l'esprit et du plaisant procèdent de ce qu'il y 
a de plus original dans le génie de Hugo; que l'esprit existe seu- 
lement chez lui en fonction de la symétrie, du grotesque, de l'image, 
du mot. Il montre ensuite les usages divers, en général heureux,, 
que le poète a au faire de l'esprit dans la satire, dans le lyrisme 
et dans l'épopée. Toute cette démonstration est faite avec une 
abondance remarquable de preuves et d'exemples ; elle est présentée 
avec verve et avec esprit, comme le sujet l'exigeait. 

On peut reprocher à l'auteur d'avoir dans sa classification des 
formes de l'esprit abusé des subdivisions. C'est ainsi qu'étudiant 
chez Hugo l'esprit en fonction de l'image, il compte jusqu'à hui» 
espèces d'images. Au lieu de produire plus de clarté, cet excès de 
distinction finit pai- engendrer un peu d'obscurité. — On regrette que 
M. Rochette n'ait pas compris dans son étude la poésie dramatique 
de Hugo. Sans doute, il aurait dû, pour cela, rechercher ce qu'est 
le comique, comme il a recherché ce que sont l'esprit et le plai- 
sant. Mais ces choses sont difficilement séparables. En définissant 
l'esprit et Je plaisant, M. Rochette touche plus d'une fois au co- 
mique. Son livre ne se serait pas sans doute beaucoup grossi, et il 
aurait beaucoup gagné en intérêt si quelques chapitres y étaient 
consacrés à l'esprit dans la poésie dramatique de Hugo. Les quatre 
inspirations sont si souvent fondues ensemble chez le poète ! 

M. Rochette n'a pas assez tenu compte de la chronologie. On 
voudrait qu'il eût montré comment les fonncs de l'esprit se dévelop- 



COMPTES RENDUS. 875 

pèrent successivement chez Hugo et naquirent l'une de l'autre. La 
méthode chronologique qu'il applique ei heureusement dans plusieurs 
chapitres de son livre sur V AUxaiulrln de Hugo était de mise ici 
au même titre. 

Il a le tort de résoudre en niant l'existence du problème le 
problème de savoir si Hugo humoriste a subi des influences. Hugo, 
dit-il sans héi;iter p. 277, « ne doit rien à personne ». M. Rochette 
noue donne ici de son poète une idée toute différente de celle qu'il 
nous en donne dans son livre sur VA/t'xcmdrin de Hugo. Dans celui-ci, 
il nous montre Hugo nullement révolutionnaire, transformant sans 
doute tout ce qu'il emprunte, mais ne risquant presque rien dont 
res prédécesseurs ne lui aient indiqué l'intérêt. D'après ce qui est 
dit ici, Hugo, pour avoir de l'esprit, n'aurait fait, au contraire, que 
fuivre les conseils mystérieux de son tempérament. La vérité pour- 
tant est que l'e^init et le plaisant apparaissent surtout dans son 
œuvre, après qu'ils ont commencé à prendre une grande place dans 
toute la poésie française ; que la Forêt mouillée est postérieure au 
Feuilleton d' Ariittophrme et aux premières Odes fuvmnhulesques de 
Banville (publiées dans des journaux) ; qu'une des situations de Mav- 
geront-ih est. empruntée au .V^: d'un notnirc de About ; que certaines 
plaisanteries énormes du Satyre viennent directement d'OrjJliée aux 
Fnferx; que l'esprit en fonction de l'étrange se trouve chez Gautier, 
avant de se trouver chez Hugo. Hugo humoriste a donc subi l'in- 
fluence de plusieurs de ses contemporains. Et cette influence serait 
d'autant plus intéressante, à étudier que si Hugo doit beaucoup 
<à Banville et à Gautier, ceux-ci lui doivent tout autant. Hugo a 
certainement subi encore l'influence d'humonsbes jilus anciens: 
Sterne, Jean (Paul. Rabelajis, Molièae, Beaumarchais, etc. Que 
dans ce domaine de l'esprit, comme dans tous les autres, Hugo ait 
transformé tout ce qu'il a pris, c'est évident. L'essentiel de la 
thèse de M. Rochette -survivrait donc à une étude des influences 
subies par Hugo humoriste: les formes habituelles de l'esprit chez 
le poète sont en raj)port intime avec les caractères essentiels de 
son génie. Mais cette étude n'en était pas moins à faire. 

Joseph "ViA.VEï . 

Frédéric Lachèvre. — Le libertinage au XVIT siècle. Disciples et 
fuccesseurs de Théophile de Viau. La vie et les iwésies libertines 
inédites de Des Barreaux (1599-1673), Saint-Pavin (15951670). 
Pans, f'iiainpion, 1911. Un vol. in-8' de xiv-544 p. 

Ce volume fait suite à ceux que M. Frédéric Lachèvre a consacrés 
au Procès du poète Théophile de Viftu. Il a les mêmes qualités: 
l'auteur parle toujours sur des textes, dont beaucoup étaient inédits. 



376 COMPTES RENDUS. 

Il n'avance donc aucune conclusion que les lecteurs ne puissent 
contrôler et il apporte sans cesse du nouveau. — La deuxième partie 
du présent volume est même, on peut le dire, à peu près toute nou- 
velle : car la vie de Saint-Pavin n'avait jamais été racontée. Elle l'est 
ici avec une abondance de documents qui no laisse rien à désirer. 
On y trouvera aussi un certain nombre des poésies, demeurées jus- 
qu'ici inédites, de Saint-Pavin. On ne les y trouvera pas toutes ; 
M. Lachèvre tient les autres à la disposition des lecteurs qui ne se 
trouveraient pas suffisamment étlifics par celles qu'il publie. Celles-ci 
euffieent parfaitement a explicjucr comment Saint-Pavin reçut de 
6e3 contemporains le titre de Roi i(e.< Sodomites. J'ai beaucoup de 
peine à croire qu'il ait été dans la vie ce que dans ses poésies 
il ee vante d'être. Ces poésies ne font que des badinages, sans doute. 
Mais quels badinages ! Et dire que l'homme, qui rentré chez lui 
s'escrimait à faire de l'esprit sur des sujets obscènes, était reçu dans 
le meilleur monde, fut l'un des amis de la marquise de Sévigné ! 
— Des Barreaux avait beaucoup plus de talent. Dans ses douze son- 
nets libertins que publie M. Lachèvre il y a des vers d'une 
netteté et d'un© vigueur qui sont d'un homme très bien doué pour 
la poésie philosophique. ]Mais je ne sais si ^L Lachèvre n'exagère 
pas l'influence qu'exerça Théophile sur Des Barreaux. Le premier 
sonnet me fait songer à Montaigne bien plus encore qu'à Théophile: 
Oh! le brave animal que l'homme, ô voire, voire. 

Et sans doute, M. Lachèvre exagère-t-il aussi quelque peu la 
portée de ces sonnets. La moquerie de la raison, le dénigrement de 
l'homme mis au-dessous de l'animal furent des lieux communs de la 
f.atire au XVII" siècle. Ils sont chez Régnier (O debille raison, 
où e^t ores ta bride?) Ils sont chez ses successeurs. Ils sont chez 
Boileau (satire VIII. satire IV). Et tout cela, qui vient de VApolo/pf 
(le Baimond de S<èond, n'était pas pris bien au sérieux. — M. Lachè- 
vre admire beaucoup le sonnet qui a fait la léputation de Des Bar- 
reaux, ce sonnet où le poète repentant reconnaît ses fautes, mais 
compte sur la miséricorde de Dieu ; car le tonnerre divin peut-il tom- 
ber en un lieu qui ne soit tout couvert du sang de Jésus-Christ? Je 
trouve, pour ma part, bien de l'enflure dans ces vers fameux. Mais 
c'est là affaire de goût. Ce qui m'étonne, c'est que M. Lachèvre, 
qui sait tant de choses, n'ait pas rappelé que le repentir du pé- 
cheur était un des lieux communs de la poésie en Italie et en France 
au XVI' siècle, que le même sujet avait été traité de façon très 
semblable par un grand nombre de poètes avant Des Barreaux, 
que celui-ci connaissait certainement des sonnets analogues de Ré- 
gnier, d'A. Jamyn, de Desportes. 

M. Lachè\Te annonce dans son introduction une série de mono- 



COMPTES RENDUS. 377 

grajjhies sur les autres libertins célèbres du XVII' eièclc. Elles 
seront les très bien venues ; car elles seront faites certainement 
avec la même conecience, avec le même respect des textes, avec la 
même sagacité à interpréter les documents, ''•n n'écrira plus l'histoire 
des idées au XVII' siècle sans lire de très près les ouvrages de 
M. Laohèvre. 

Joseph VlANKY. 

Eugène Rigal. — De .Jodelle à Molière. Tragc'die, comé<:He, tragi- 
comédie. I'aii.<^ Ihichetti', 1911. Un vol. in-18 de viii-303 p. 

Des huit essais que M. Rigal a réunis dans ce volume, le premier, 
e.'i étudiant Icif 2Wr.^onnages conventionnels i/'i)i.< la ro/ztédie du XVI' 
aiècle., montre bien quelle révolution profonde Molière opéra quand 
il imposa pour tâche à la comédie de peindre la vie. — Les essai.s 
2 et 3 reprennent avec une vigueur nouvelle le principal problème 
que soulèvent les tragédies du XVI* siècle : leurs auteurs les ont-ils 
conçues en vue de la scène? Ont-ils eu l'espoir qu'elles sciaient 
représentées ? Se sont-ils fait une idée précise de ce que pouvait être 
une représentation? ^I. Rigal examine attentivement l'une après 
l'autre toutes les tragédies importantes d'alore : celles de Jodelle, 
de Grévin, de Jean de la Taille, de Robert Garnier, de Montchrestien, 
et son analyse y montre un grand nombre d'impossibilités scéni- 
ques de tout genre. Un point, en particulier, qui n'avait pas été 
remarqué, est bien mis en relief : c'est combien il est important, 
pour résoudre le pi-oblème de la mise en scène de ces tragédies, de 
les comparer à leurs sources. Dans des passages où l'on trouve 
des indications scéniques un peu précises et d'où l'on serait par con- 
séquent lente de conclure que le poète avait alors en vue la repré- 
sentation, M. Rigal prouve que ce poète traduit tout simplement 
son modèle : ce n'est pas Garnier qui a songé à la scène, c'est 
Sénèque ou Euripide ; là où les indications scéniques cessent chez 
l'auteur ancien, elles cessent chez l'imitateur ; et, quand celui-ci 
combine deux modèles ensemble, il lui arrive de multiplier les indi- 
cations scéniques parce qu'il en trouve dans les deux textes dont il 
s'inspire: mais, si elles se contredisent, lui-même ne s'en aperçoit 
pas. — Lrs essais 4, 5, 6, 7 sont intitulés: Corneille et l'écohition de 
la tragédie; a le Ckl » et la formation de la trarjé.die idéaliste; 
« Polyeucte » et Vaché rement de la trariédie cornélienne ; « Don 
Sanche d'Aragon » : un retour offensif de la tragi-comédie. Ces quatre 
essais (les lecteurs de cett« revue ont eu la primeur du premier), 
dessinent la courbe par laquelle se caractérise l'évolution de notre 
tragédie, marquent le rôle joué dans cette évolution par Pierre Cor- 



378 COMPTES RENDUS. 

iioille, définissent les rapport* entre la tragi-comédie et la Lomédie 
pendant ia première moitié du dix-septième siècle. Sans former un 
ensemble bien régulier, ces essaie jettent un jour lumineux sur toute 
la carrière de Corneille. On y retrouve toutes l^es (jualités qui ont 
classé M. Rigal au premier rang des historiens de notre théâtre clas- 
sique : une exposition méthodique et chaleureuse ; le goût le plus 
sûr; une très grande abondance d'information; une connaissance 
approfondie non seulement des œuvres dramatiques du XVII' siècle, 
mais des écrits théoriques dont le théâtre fut alors l'objet, des rela- 
tions de nos poètes avec les littératures étrangères, des conditions 
dans lesquelles les pièces virent le jour. Au début de l'essai sur 
l'olj/cucie, une date nouvelle est proposée pour la première repré- 
sentation de la pièce -et par des arguments qui me paraissent sans 
réplique: l'ai !/( acte ne fut joué ni en 1640 ni en 1643, mais dans 
l'hiver 1641-1642. — Une note de l'essai sur Don Sccnc/ie propose une 
chronologie très vraisemblable des pièces cornéliennes de Poli/eucte 
à /'('it/(aiit<'. — Le huitième essai, en étudiant une source de 
VKtounli, non signalée encore, le Parasite de Tristan, forme comme 
un appendice à l'ouvrage si apprécié de M. E. Rigal sur Molière. 

Joseph VlANEY. 



Pietro Toldo. — L'œuvre de Molière et sa fortune en Italie. Turiii, 
Loe.vUir, 1910. Un vol. in-S" de 578 p. Prix: 12 frams. 

M. Toldo étudie d'abord les origines et les caractères de l'œuvre 
moliéresqua (p. i-16b), puis sa fortune en Italie (p. 167-578). 

Cette seconde partie n'apporte pas seulement un grand nombre 
do faits nouveaux ; elle apporte une thèse vraiment nouvelle ; car 
elle détnait l'opinion que la critique, surtout en France, se faisan 
de la fortune que l'œuvre de Molière eut en Italie. On enseignait 
généralement, en eltet, jusqu'ici que Molière ne fut en Italie ni très 
connu, ni très estimé. M. Toldo prouve le contraire avec une abon- 
dance d'arguments qui ne laisse subsister aucun doute : depuis le 
XVII* siècle jusqu'à nos jours, Molière n'a cessé en Italie d'être 
traduit, critiqué, imité, plagié; on ne l'a pas toujours bien com- 
prit-, mais on l'a singulièrement aimé ; il y a quelque cliose de lui 
dans tout ce que la comédie italienne a produit d'un peu intéressant 
depuis deux siècles. M. Toldo, pour établir sa thèse-, a dû faire de 
longues et patientas recherches dans nombre de bibliothèques ita- 
liennes. Mais il n'a pas perdu sa peine : il redresse une erreur que les 
ouvrages d'histoiie littéraire so passaient l'un à l'autre. 

De l'enquête si étendue qu'il a faite se dégagent d'ailleurs des 



( OMPTES-RF.XUlS 371) 

conclusions qui cunfiiiiiont ce que l'on avait aj)|)ri(5 par d'aiities voies 
sur la cométlie moliércsque. 1" Que la conicdie de Molière soit appa- 
rentée à la farce, pei-eoune n'en doute plus. Dec travaux récents 
l'ont bien montré en étudiant les origines de cette comédie. ]\I. 
Toido le prouve à son tour en faisant voir combien l'Italie a tiré de 
farces des comédies moHéi-esques, même des plus sérieuses. Ces 
farces sont souvent grossières, voire stupidcs. Mais il n'importe. Elles 
n'auraient pas pu être composées s'il n'y avait pas eu, même dans 
des pièces comme le Tartuffe et les femiiie.< .-■ardiiti'-'t. des éléments 
de farce plus ou moins développés. — 2" Que la comédie de Molière 
soit en général très humaine, c'est devenu depuis longtemps un des 
lieux communs de la critique. Mais, après avoir étudié avec M. Toldo 
quelques-unes des imitations de Molière faites par des Italiens, on 
en sera convaincu davantage encore: car on voit des Italiens em- 
prunter à Molière même des traits qui semblaient viser des travers 
plus spécialement français ou du XVIP siècle; le succès remporté en 
Italie par les Précieuses et par les Femmes savantes démontre avec 
•'•• lat que dans le pédantisme et la préciosité de son temps, Molière 
a su mettre en relief ce qui était éternel. — 3" ^lolière a été sur le 
point de créer l 'opéra-comique. Et que tous les éléments essentiels 
c'e l'opéra-comique se trouvent bien dans certaines de ses piè 'S, 
<: fst ce qui ressort des chapitres consacrés par M. Toldo à rétudL> 
de^ emprunts innombrables que lui ont faits en Italie les auteurs 
d'opéras boull'es. — Ce n'cst donc pas seulement pour connaître la 
pensée et le goût des Italiens qu'il conviendra de lire attentivement 
les pages sur la fortune de Molière en Italie, mais pour mieux 
connaître Molière lui-même. 

La première partie du livre de M. Toldo est, naturellement, moins 
neuve. Mais les personnages de IMolière eont des créations si lùches 
qu« tout critique de valeur est amené à remarquer chez eux des 
traite qui étaient jusque-là demeui'és un peu inaperçus. Ainsi, je 
ne sais si personne avant il. Toldo avait fait observer que Molière 
ne conçoit pas la méchanceté sans l'hypocrisie ; Harpagon, par 
exemple, îtant un méchant, sera nécessairement de la famille de 
Tartuffe: « La charité, maître Simon, nous oblige à faire plaisir 
aux personnes, lorsque nous le pouvons ». (N'y aurait-il pas ici une 
réminiscence de TArétin, dont l'Hypocrite a sans cesse à la bouche 
le mot: la charité/) On lira aussi avec profit les pages où M. Toldo 
étudie les sources italiennes de Molière. Non qu'il apporte dans ce 
domaine, très exploité depuis longtemps, rien d'essentiellement nou- 
veau. Mais dans bien des cas on n'est pas tellement sûr que Mo- 
lière ait puisé à telle source plutôt qu'à telle autre. Il est donc 
intéressant d'avoir l'avis de quelqu'un qui, étant du pays, comme 



380 COMPTES RENDUS. 

M. Toldo, jHHit mieux qu'un autre reconnaître si le passage cur 
lequel on distute sent vraiment le terroir italien. Et l'un peut 
avoir confiance en M. Toldo; il ne tire pas ^Slolière à l'Italie de 
I)arti prie, par patriotisme ; ainsi à Tartufie il ne reconnait pas d'au- 
tre ancêtre italien vraiment notable que le Ser Ciappelletto de 
Boccace. 

La bibliographie se trouve au cours des chapitrée auxquels elle se 
rapporte. Elle est en général très au courant. Dans le livre tout 
récent de M. Eugène Rigal (de Jodflh à Molière), M. Toldo trou- 
vera une étude où sont signalées des sources, non signalées encore, 
de l'Etourdi. Cette étude avait i)aru dans la lievue universitaire il 
y a qùelquee années. 

Ouvrage, en i-ésumé, considérable par sa valeur, comme par son 
volume. Il consacrera la réputation que ^I. Toldo s'est faite par 
des travaux antérieurs d'être panni les critiques d'aujourd'hui un de 
ceux qui connaissent le mieux les rapports de notre théâtre comique 
avec les théâtres étrangers. 

Joseph Vianet. 



Le Gérant nspou^able : 1*. Hameli.v 



MONTPtLLIEK. — I.MPHIMERIE GENERALE DU MIDI. 



ï^^ 



CORRESPONDANCE INEDITE 
DE J. REBOUL ET J. ROUMANILLE 



Eu jtuliliaiiL ici ce (jik; imiis avons pu rclrouxer des 
lettres écliaugées euiro J. Picboul cl J. Uuuiuauillc, lunis 
pensons fournir une ulilc coulrilmliou à riiisloire du uio- 
dorne félibrige, d'une i)ar[. el apporter des matériaux 
nouveaux pour une plus juste appréciation de Jean Re- 
boul, de l'autre. On n'ignorait i»as, sans doute, {|uc Rou- 
manille, a\anl tie innier en proxençal, a\ait conmiis des 
poésies en langue française, mais nous ne croyons pas 
(jue Ton ait j)roduit jusqu'alors des spécimens aussi an- 
ciens cl aussi nombreux que ceux que nous avons la 
bonne fortune d"a\oir décou\erls, de la toute première 
maniè»'e de l'auteur dos Margni-'idclo. Xi les missives mi- 
ses à jour en 1803-1891, puis en 1800, 1808 et li)U3 dans 
la Revue félibréenne, ni celles à \'. Durel éditées par 
M. E. Ritler à Genève en 1894, à la suite de son Cenle- 
naire de Die: (1) — pour nou.s en tenir à ces classiques 

(1) Le discours de ^I. E. Ritter parut d'abord au t. xxxiii du 
Bulletin de F Institut Genevois et c'est à la suite de ce discours 
qu'ont été publiées — sans notes satisfaisantes — les 37 lettres do 
Roumanille (1857-1885), ainsi que 5 lettres d'Aubanel (1859-1860) 
et une lettre de Mistral (1887) à Duret. C'est p. 17 que M. Ritter 
avoue qu'il a fait subir des coupures à ces épîtres de Roumanille. 
Quant aux lettres publiées par M. P. Mariéton — à qui elles 
étaient adressées — aux t. ix, pp. 100-106, 316-321 et x, p. 132-146, 
de la Bévue Félibréenne, elles remontent à 1886 et n'ont qu'un but; 
réfuter Aubanel, dont le célèbre discours de Forcalquier en 1875 
avait voulu reléguer Roumanille à 1' « ancien régime ». ("est 
l'histoire arrangée et auto-apologétique des débuts du félibrige. 
Celles à C. Renard [Marie Jenna), aux t. xii, p. 215-230, xiri, p. 17 
60 et XV, p. 117-146, sont de longs bavardages où transparaît tou- 
jours l'antique amour de la réclame et qui — nous voulons dire 
celles de 1860 — eussent pu jeter un jour précieux sur les causes 

25 



38'2 CORRESPONDANCE DE J. REBOUL ET ROUMANILLE 

Itublicalioiis docimioiilaircs — ne rcjiiontcnl aussi haut 
(\Uii U^s pri'scntos lellrcs de lloujuanillc à Hehoul, ni 
irulinMil les [)iri('s rares conleiiues dans les pages que 
nous niellons à jour. .\ous relisions récenuncnl les Ves- 
pt^idos de Clairac, de l'un des collaijoraleurs anciens de 
celte IîcLiu\ Gabriel A/aïs, et nous y retrou\ànies, à 
ÏAvaul-propo^ de Jédileur, l"a\eu que ce dernier avait, 
loul jeune encore — puisque c'était en 1836 — composé 
une élégie sur la Cliarilc, que Jaccpies Azaïs trouva si forl 
à .son goùl qu'il ne juil rcvsister — honneur qui, à lanl 
d'années de dislance, louchait le sentimental rê\eur de Si- 
Hémy, devenu marchand de livres en Avignon — au plai 
sir de la mettre en son parler biterrois (2). Que n'eût pas 
écrit RoumaniMc, s'il se lut souvenu, en composant pour 
VArmana Prouvençau de 1865 la nécrologie du poète 
nimois, que c'avait été à Jean l'eboul, qui les avait con- 
servées comme de précieuses reliques, qu'il avait dédié 
naguère les balbutiements de sa Muse hésitante (3) ! 

Le point de départ de la longue et inaltérable amitié qui 
devait unir ce«i deux hommes est à chercher dans inio 
aftinilf^ de natures et un même loyalisme dynastique, Vi- 
de la rupture entre Roumanille et Aubanel, si elles eussent été 
données sans coupures. M. P. Mariéton, en les publiant, a ignoré — 
tort grave — que les lettres de « Marie Jenna » à l'Avignonnais 
A. Goudareau avaient été données dans la lievite Cailiollque de 
Bordeaux, puis dans une brochure in-S" de xxxvi-64 pp., avec 
Introduetion par G. David (Paris, 1891) : Lettres de Marie Jentia 
à Albin Goudareau et qu'il existait, dès 1888, une biograpliie de 
Marie Jenna, suivie de quelques lettres d'elle, par J. Laiointa, 
ancien avocat général à la Cour de Cassation. Mais M. P. Mariéton 
produira-t-il jamais la fin de ces lettres? Sa h'eruc n'a publié, 
depuis le t. xv (janvier-septembre 1903), que deux fascicules (octo- 
bre-décembre 1903 et janvier-avril 1909). oîi « Marie Jenna » a été 
oubliée, dans le fatras des proses et dos vers plus ou moins feli- 
brenco. 

(2) Cf. VAcans-jyrepaus de J. Roumanille à Las Ve^^prado/i de Clai- 
rac, iptr Gabriel Azaïs (Avignoun, J. Roumanille, 1874, in-16), p. 

VII-VIII. 

(3) Dans sa lettre du 20 juillet 1885 à Mariéton. il avouera qu'en 
1836 il « s'escrimait à rimer en français des vers qui », déclare-t-il 
modestement, « n'étaient pas trop mauvais » (w6. sw/?., p. 146). 
Le lecteur sera peut-être d'un avis difl'érent. 



CORRESPONDANCE DE J. REBOUL ET ROUMANILLE 383 

dèlc, jusqu'au liout, à la légiliniilc bourbonnicmie, mais 
aussi — Ci\\\ ici-bas, les niolil's (riulércL sVnlreniclcnt tou- 
jours au pur idéalisme — au désir rosseuti à l'driuiuo par 
Uounianilic de se gagner la faveur d'un protecteur alors très 
influent et très écoule, hors des limites de sa petite patrie 
nimoisc, jusque dans les milieux et les céinaclcs parisiens. 
On nous fera proxisoiroment crédit d'une assertion qui 
trouverait sa confirmation malérieille dans riiujuense c<u- 
respondajice inédile de Jean lîeboul, où sont <_'om[>l(''S 
les écri\'ains les plus en xnc de la monaircliie de Juillet, ù 
côte des repi éseidanis des plus vieilles familles de l'aris- 
tocratie loyalisle de France. Mais, à \imes même, lleboul 
disposait d'un organe alors très écouté et très lu, non 
semlement dans la région du iîas-l.aniguedoc, mais dans 
\me bonne partie de la Provence, cette Gazelle du Bas- 
LaïKjiiedoc à la fonriation d(! laquelle — son })remier nu- 
méro est du fé\rier ISo!) — il conl,iibna, ainsi (jue son 
conseil littéraire, le chanoine (lS"-i2), puis vicaire général 
(1838) de i\inies, iMarie-DorniniciucvAuguste Sibour, de 
façon restée obscure et que n'a pas su éclaircir, malgré 
une correh])ondancc adressée à lleboul à ce sujet, le bio- 
graphe de Sib(.)ur, .M. Poujoulat (1). Cet (ugane, d'une 

(1) Cf. lee 2ip. 73-74 de la Vie de Monspigncur Sibour, archevêque 
de Parts, ses œuvres, sa mort, par M. Poujoulat (Paris, 1857). 
Poujoulat, qui correspondait avec Reboul dès 1841, lui adressa 4 let- 
tres, relatives à la Vie de Mgi-. Sibour, du 26 janvier au 2 mars 
1857. Dans celle datée d'Eoouen, 10 février 1857, il dit : « Merci, 
mon noble ami, de votre lettre du 28 janvier ; j'en profite, maie 
elle ne me suffit pas. Il faut que vous vous résigniez à me 
parler un peu plus de vous. Je sais que votre Muse s'est révélée dans 
cette petite Académie d'amis sous les regards bienveillants de 
l'abbé Auguste Sibour, mais j'ai besoin que vous me disiez quelles 
sont les poésies que vous y avez lues et que vous me retraciez 
à cet égard quelques souvenirs, je veux peindre ce petit monde qui 
était là et je veux faire au poète la place qui lui convient... » Et, 
dans une lettre un peu postérieure: « ...N'est-ce pas l'abbé Au- 
guste Sibour qui a découvert votre talent poétique à l'occasion de 
je ne sais quel chant composé en 1823, à l'occasion de La guerre 
d'Espagne? N'est-ce pas lui qui vous donna les premiers encoura- 
gements, qui mit des livres entre vos mains, qui fut votre premier 
guide pour ce qui s'apprend, car le génie, c'est Dieu qui le donne...» 
Enfin, dans lu lettre d'Ecouen, 2 mars 1857, Poujoulat reconnaît 



384 ( ()Kiu:>i'OM)A\ci: di: j. itrinouL et roi mamlle 

belle lemie lillcraire, ;i\;iil eoiiiiiiciicé par être hebdoma- 
daire cl si, dès son iireinier l'euilietoii, il publie du Rcboul 
— la pièce : A S. A. U. Madanw, Duchesse de Bernj, à 
propos de la captivilé de Blayc, ■ — il ne néglige jamais, 
dcvemi, dès juiileL 1833, bi-liebdomadairc, de mentionner 
la poésie paloisc cl, au besoin, de cilor quelques s|)éci- 
meiis de ce genre, (pii commençait à revenir en faveur. 
Dans son nunK'io du 10 sej)lejid)rc ISiÛ, il s'exprime. 
par exemple, de la st)rle, a\aul de donner une i'alde du 
chansoninier de Bcaucaire, Pierre Boniiel : « Le goût 
fxjur ht poésie languedocienne, qui avdil dormi si long- 
temps, semble se réveiller dans nos contrées, etc. », ajou- 
lanl, pour conclure : « .Si la Langue-d'Oc avait prévalu 
en Fiance, nous nous figurons que La Fontaine aurait 
écrit ainsi ». Dans son numéro du 11 février 18il, il 
reproduit Lou llenaiie, de Caslil-Rlaze, paru le 5 dans 
le journal provençal l'oiulé celle année même à Marseille 
par Désanat : Lou Ihiuilla-Baïsso, avec, en regard, la 
Iraduclion française de J. Teissier et s'excuse de celle 
version, car « la languc-d'oc a des beautés et des riches- 
avoir déjà reçu deux lettres de renseignements, maie en demande u:i« 
troisième à Reboul. II ne les a malheureusement pas reproduiti-s 
dans la Vie, — où il déclare simplement, p. 73, que Sibour connut 
Reboul a pour la première fois », après la Révolution de 1830, que 
ce dernier déclamait ses vers dans la chambre de Sibour, rue Made- 
leine {s-ir) et que son héros fut pour le poète « le bon et utile ami 
qui vous demande de retoucher et effacer, qui fait la guerre aux 
tâches (sic) et aux ombres... » — et n'a pas dit un mot de tout cela 
dans V introduction des Lettres, en 1865. Voici, en tout cas, ce que, 
le 30 juin 1833, le futur archevêque de Paris écrivait au boulan- 
ger de la rue ûo la Carréterie : « Mon cher Monsieur Reboul, ce 
n'est que ce matin que j'ai pu lire imprimée l'Ode à Sigalon, que 
vous aviez bien voulu me communiquer manuscrite. Moi, qui crains 
naturellement de prodiguer l'enthousiasme, j'avais applaudi néan- 
moins, dabord avec bonheur à vos inspirations. Aujourd'hui, comme 
si elles eussent eu pour moi toute leur nouveauté, elles m'ont 
encore ravi, à cette seconde lecture. Puis, revenu de l'extase, j'ai 
voulu en affronter une troisième, armé de tout le froid de la 
réflexion. .. Encore ravi ! transporté ! hors de moi ! — Mon ami, 
voilà le caractère du vrai Sublime: il ne s'use ni à la réflexion 
ni à la lecture. Vous ne vous étiez pas encore élevé à ces hauteurs. 
Je dis plus ,il n'est aucune pièce imprimée de nos jours, où l'on 



COHRF.SI'ONDWCi; DK J. iJIlLiOl I. KT HOIMAMI-Li: 385 

SOS quo la Idni/ur-ddui iic iiMidra jamais ». Le C» juin ISil, 
il consacre un rinnllclon lies l'avorahle au iirojcl du D'' 
Ilonnoral. t]ui (.ITrail. à rAcadcinic du Gard de composer 
sous ses ausjiices son DiclioiuKiirc l'iovcnçal-Français, 
('/(■., clc. 

.Mais ce f[ui de\ait lenir le [)lns à conir à I loumanille, 
donl la réelle bonhomie el le joyeux hou garcouisme. s'al- 
liaient d(> l'aron merveilleuse à un souci très alcrle de ses 
[)roi>res inlérèts, cotait de s'cnlondre exalter personnelle- 
ment, dans la GdzcUc du maître l'elioul (M. hien cjuc nous 
n"ayons pu idenlilier le mystérieux 11... ([ui s'y occupait 
iwcc un i.;'oùl si parlait des choses pro\"eiicalos, il est 
certain tiuo des articles comme celui-ci, (|U'i jiarut on 
fouillidou du numéro du 30 janvier ISiS, n'étaient ]ias faits 
pour dé[)laiire au jeune auteur des Mdiijdridcli). « 11 y a 
quchpies jours à peine, Jasmiiii était au milieu de nous 
cl, a\ec lui, toutes nos sympathies, loules nos prédilec- 



rencontre des traits ni aussi forts, ni aussi nombreux, dans un si 
court espace. Cinq ou six vers, non pas faibles, mais moins beaux, 
perdus à travere tant de magnificences, n'empêchent pas qu'elle ne 
6oit sublime d'un bout à l'autre. Mais, mon ami, gloire à la Religion ! 
N'oubliez pas que vous n'êtes si beau que iJarce qu'elle vous inspire. 
Dieu a mis sur vous la grande empreinte de la foi, dans cette pièce. 
Dès ce moment, je vois sur vous briller quelque chose de semblable 
aux rayons des prophètes. Oui, je parle de conviction, avec de l'étude 
et des conseils, (ce mot ne peut blesser un chrétien qui se fait un 
devoir de la modestie), vous pouvez disputer à notre grand poète 
le titre de poëte catholique: et vous comprenez toute la gloire de 
ce titre ! Soyez, soyez fidèle à votre destinée. — Je me suis présenté 
chez vous dans la journée : je voulais vous dire tout ceci. N'ayant pu 
vous le dire, je vous l'écris. Votre dévoué ami et serviteur, Sibour. — 
Nimes. le 30 juin. » On trouvera, reproduite de l'Univers Religieux, 
aux numéros des 3, 31 juillet et 4 août 1836 de la Gazette du lla-"- 
LaïKjuednc, l'étude sur la poésie au XIX' siècle — moins la lettre 
d'envoi, qui n'a pas été réimprimée — , où Sibour formule son 
jugement sur la premier volume do ifeboul, tandis que son cousin 
et futur coadjuteur, l'abbé Léon Sibour, les appréciera, un peu 
plus tard. — le 1" novembre 1836 — dans La Quotidienne, de façon 
fort édifiante. Notons, à ce propos, que c'est par une erreur typo- 
graphique, reconnue trop tard, que, dans le Mercure de France, du 
1" septembre 1910, p. 30, note 1, nous attribuons ce dernier article 
à A. Sibour. 



386 coi{m:spoM).\\c i: di: j. iti:nori. i:t itorM.wiLLr 

lions, loutes nos Taxeiirs ôliiioiil i)Oiir la langue paloisc (1). 
\'oici oncoro loul nn rocccil de jolies déniions f|ue cet 
idiome a \u éelore ; xoici ([".inhcs |)(icsies cjui nous arri- 
^■cnl, fi'aîclics et fleuries comme leur litre ; Aoici la jalouse 
Provence qui dfMaclic ])our nous ([uel{|ues ])erles de son 
riche éeriii. DécidiMnciil, la Musc du Midi se r<'\eille, et, 
comme la Belle aux Bois dovuKinl de naï\e el simple mé- 
moire, nous la relrou\()ns une liaiilc centenaire, sans 
rid(vs au rronl. in au ciiMn'. ("est Imile une réaction qui 
s'opère, un génie (jui se ia\i\e. une \eine qui se rou\re ; 
c'est dans le cahot de noire lillihaiure contemporaine, une 
fdle oubli('e ([ni re\(Midi(|ue ses lili'cs el réclame sa place 
au soleil. 11 y a ([uehiues années, à peine soupçonnait-on 
son existence, et la voilà qui s'est déjà donnée d'illustres 
représentants. La Provence, cepoudant. n'a guère cessé 
d'avoir ses poètes, et Marseille compte ])fesf[ue toujours 
au nombre de ses feuilles périodi(iues un journal écrit en 
j»alr)is. Le B(tuil'.\I)l)(iiss(i^ r(M!ig(' par M. Desanat, ne 
tarissait [)^\^, il y a cin(| ans. d'esiiril el de verAc. 11 y a 
eu là, de l'autre c<Mé du llliône, toute une ])etite école, 
composée de Camille Heyliaud. Louis Méry, Pierre Bellot, 

(1) Sur Jasmin à Nimes, rf. le numéro du 15 janvier 1848 de la 
Gazette, où parut le long feuilleton de H', sur la Si'irée ilonnée par 
Mlle Roaldès avec h concours du poète Jasmin, et est imprimée 
la pièce patoise dédiée par Jasmin à Reboul : Xiincs, qui est devenue 
Ximes et Jean llehoul , dédiée à Louis Boucoiran, p. 215-223 du t. il.t 
(Agen, 1851) de la 2° éd. — munie, connue on sait, d'ime traduction 
française — de Zo.s' l'apillâtm' de Jrt.<7nin. Cette pièce avait déjà 
paru, sous ce titre : La bilo de Nimes, dane le Courrier du Gard 
du 11 janvier 1848. et ce journal libéral avait publié le vendredi 
21 mai 1847, l'appel de Jasmin à la ville de Nimes, où il désirait 
« venir serrer la main à Reboul ». Ce fut dans la séance du samedi 
soir 8 janvier 1848 que les deux poètes s'étreignirent en public. 
C'est pour avoir ignoré tout ceci que iM. P. Mariéton a écrit, dans 
son article du t. x de la lie vue Fèl.: Un j)récurseur. Jacques Jas- 
min: 11 est remarquable qte le seul poète méridional avec qui ait 
fraternisé avec Jasmin soit Reboul, alors uniquement connu par sa 
muse française». L'article de Ste-Beuve sur Jasmin dans la Revue des 
Deux-Mondes du 1" mai 18i?i7 (réimprimé dans les Portraits contem- 
porains) avait, par son passage si flatteur sur Reboul, marqué l'ère 
des liaisons amiiales des deux poètes, en les rapprochant pour la 
première fois dans l'horizon littéraire. 



C01lHi:SlH)M)AME 1)1. J. lU'.HOLL KT ROI MANILLE 387 

Castil-HIaze. Daslros c\ aiilirs. qui l'iorissait depuis lantôl 
vingt ans. C'est aux Iraditions de eelte ceole (juc s'est 
formé M. Ivinimanille, l'auteur du li\rc qui nous occupe. 
« Son idiome est c(dui d'Arles en Provence, celui (|ui 
domine dans la plus vieille cité des Gaules, celui (|ue 
murmurent sous les cloîtres de Saint-Tropliimc ou sur les 
gradins ruinés du théâtre ces l'emmes blondes, aux formes 
grecques, à Fétraiige mais coquet \ètement. C'est une 
bonne fortune pour une langue d'a\anee ainsi poétisée, 
d'emprunter une forme ((ui. à elle s{ni!e. évoque les plus 
gracieux £cu\enirs et qui éxeillc l'imagination, tandis 
qu'elle est pour l'oreille une si flatteuse musique ; c'est un 
précieux a\anlage de n'avoir pas à lulttn' contre le pro 
saisine et l'aridilé de la forme, la difficulté des nuances, 
la sécheresse de la cadence et ilu rliytme. Ce bonheur, ce 
privilège, M. Roumanille se l'est assuré en choisissant 
pour langage l'idiome dont j'ai parlé... » Ouelle différence 
entre cette chande apologie et les resli'iclions et hésita- 
tions d'un A. de Pontmarlin, analysant, lui aussi, les 
Margar-idclo au nuiméro du 12 janvier 1S50 de L'Opinion 
Publique j>arisienne ! Ecoulons, pour mieux faire \aloir 
le contraste, ce que dit le légitimiste avignonnais, dont la 
Causerie vient de s'occuper des Confidences du Dieu Xe 
inausus du Ximois susmentionné, J. Teissier : « M. Hou- 
manille n'est pas de Ximes, mais d'Avignon. Rassurez- 
vous ; je ne profilerai j^as de l'occasion pour décrire la 
fontain.e de \'aucluse. Modeste comme ne le sont plus 
aujourd'hui les hommes de talent, M. Roumanille, qui est 
poète, qui a écrit en français de charmantes poésies, 
choisit de préférence, pour son idiome [loéticfue, ce paNiis 
provençal (fui, comme beaucouj^ de gens ruinés, a les plu-; 
hautes pr(''lenli( ns imliiliaires. Ce po'tois, qui se fâche 
quand on l'appelle patois, a été i)arlé par les troubadours, 
dans le leni}»s où il y a\ait des trou])adours, et où le 
français élail aussi rude, aussi grossier, aussi inculte (jue 
la langue de M. Miol ou de M. Rourzat. Il est donc très 
vrai que le prcAençai. un peu compromis maintenant par 
les portefaix du Rliùne et les iiisloires marseillaises de 
Mérv, est le frère aîné du français de Molière et de 



."ÎSS coRRF.spoND.wci: in. j. ui:iiOir i:t hoimamij-e 

.\lt>iilos(Hii(ni. Mais. In-Ins ! je cr;iiiis qiio ce frère n'ait eu 
im .uoill passionné jionr les lentilles el quil n'ait vendu 
son droit d'aînesse. Les hommes de talent qui s'oljstinent 
encore à écrire dans <-v\[r laniiue, dinraienl, selon nous, 
fa'irc une remarfjue : c'est (|u"il ne suffit ]ias qu'une lan- 
gue ait des ant(''cédenls gloiirnx. ((uil faut encore qu'elle 
soit restée lillf'-r'aiie. A toit ou à raison, le français a 
pré\ailu ; des L;('Mi(''al'igisles. iionniK's Montaigne, Pascal, 
("orueille, Bossuet, Fénelon, lui ont (l('!i\ré des lettres de 
noblesse éci'ites sur des jiarclieniiiis ({ue n'a pas encore 
décliirt''S (ô miracle !) la constitution de 1848, el cjui s'ap- 
pellent les Essnifi, les Provinciales, Cinna, les Oraisons 
funèbres, TélénKKjne. (Juesf-il arrivé "? Le ])ro\ençal est 
devenu la langue xuluaiie, usuelle. A l'instar d'Apollon 
exilé di^ l'Olympe, il a (Mé l'i'duil à garder les troupeaux ; 
que dis-je ! à xciidre du poisson <>f à faii'c la cuisine : 
cuisine excellente, su.périeure à celle de Chevet et do 
\'érv, mais dont le français ne vaut pas mieux que 'e 
latin. Dès lois, les écrivains qui, par amour du sol natal 
ou do la couleur locale, veulent faire parler patois à leur 
Muse, font ]>our c(>l idiome re que le jjrincc de Cencren- 
lola fait pour Dandini : ils ralTublent d'un habité brodé 
sous lequel on reconnaît le eameriere. C'est ce qui expli- 
que comment le mérite de ces ])oé&ies ])atoises consiste 
trop souvent dans une sorte de contraste entre la vulgarité 
ruslic[ue du niot et l'éUhation ]>o(Mi{(ue de l'idée, et com- 
meiil le p'ièle d(''p(>nse à elien'lier ces effets un talent c|ui 
pourrait soincnl aspirei' à des hi'autés \éritables. Cet 
incon\('nieiil n'e^l ]);;s le seul : le jioèle ({ui écrit en 
jKitois s'isole non seulement des b-cleurs l)retons. bourgui- 
gnons ou cliam])enois. mais encore de la plui)art de ses 
eonq)alrioles qui, sachant ])arler le palois. ne sa\enl pas 
le lire ou du moi'ns en coinpi-eiidre les finesses. Il dé 
pouilb^ la ixiésie de soi, pins beau pri\ilègc, cette faculté 
de rayonnement qui fait d'une àiue de ]>oèle nn foyer d'où 
-'échappent mille elarli's v\ ofi i-e\ienneiit mille reflets. 
Par c<''la même, l'ieuxr'i" de (h'-ceuti-alisalion à ln([uellc il 
concourt ou aspire, est beaucoup uioiiis ci)iii|)lèle : car le 
poète a\ignonn;.is. p;ir exemph . (pu écrirait tic façon à 



couHESPOM).\\( F. m. j. i{i:iK)i I. i:t hoimami.m: 389 

être in ci admiré par drs critiques de la rue Taillioul ou 
de la rue Saiul-Bouoîl, dcceulraliserait bien jjIus que celui 
qui ne peut èlre apprécié que par l'érudil de son quartier 
ou de sa rue. Mnfin, il y a là un |>éril. fort délicat à définir, 
et que je me l)ornerai à iii(!i(|uer, en ajoutant le non 
ignora inali... » (1). 

« En lisant ces pa^es, a\ait dit 11'..., on sent que l'au- 
teur a compris la nature du midi avec ses chauds soleils, 
ses nuits Manches et sereines ; qu'il a respiré le vent des 
Alpines, ces l'anlascjnes collines qui estompent leurs ai 

(1) Il est curieux de voir un tiommo aussi peu euepect d'attach©- 
ment à ridéal démocratique que A. de Pontmartin fe trouver, dès 
1850, d'accord avec le critique radical J. Ernest-Charles pour blâmer 
le mouvement littéraire provençal conçu comme une machine de 
guerre « décentralisatrice », et « régionaliste ». M. J. Ernest- 
Charles écrivant — -et c'est pourquoi, sans doute, « Criton », de 
l'Action Française (n° du 3 août 1911), le gratifie du titre de « roi 
des cacographes contemporains » — dans la Grande Revue du 10 
juillet dernier, cjue, si Mistral n'eût échoué dans son entrepriee, son 
génie eût été funeste à la France (p. 183), se trouve, quoique parti- 
d'un point de vue tout autre, d'accord avec celui qui, à propos des 
Prouvençalo et du Congrès d'Aix en 1853, déclarait, à l'article 
dont nous citons plus loin en note la réimpression de 1891, que la 
« brillante pléiade, groupée avec amour autour de la Muse méri- 
dionale, qu'elle fait sortir de sa tombe », recueillait « les avantages » 
et subissait « les inconvénients » des « langues mortes » (Cciuserics 
Littéraires. 2"° éd. [Paris, 1855], p. 307) et qui, en 1864, en pleine 
apogée mistralienne, ne laissait pas de consigner, dans sa nécro- 
logie de Jean Reboul, cette formidable confession, qu'il importe de 
tirer de l'oubli: « Ecrire en langue provençale! Ceci tient à une 
charmante mystification que nos spirituels troubadours du dix- 
neuvième siècle ont fait accepter par las bons Parisiens. On s'est 
imaginé que, de Valence à la mer, le provençal (je me garde bien de 
dire le patois) régnait en maître absolu, qu'il était le seul moyen 
de se faire comprendre et que, dès Zors, la renaissance de la Muse 
provençale était un retour à la nature, une nécessité de situation, 
une manière de rétablir la circulation des idées, des images et 
des sentiments poétiques dans un pays où le français n'avait pas 
cours. Or, c'est tout le contraire: le vers provençal, entre les 
habiles mains qui l'ont fait réussir avec tant d'éclat, n'a pas été 
une victoire de la simplicité, fruste et locale, sur la culture litté- 
raire, une réaction de la rase campagne contre la sen'e-chaude, mais 
un raffinement de lettrés, et d'artistes, l'ingénieuse supercherie de 
gens d'esprit et de talent, beaucoup plus sûrs d'êti^ lus quand ils 



300 couiuispoNOANt i; di: j. kkiioul et roumamlle 

giiilK's sur les licH'i/.oiis d'.Vi'les, trOrgou et de Saint- 
llémy, et (lui caelient dans leur simii la n<5cropole de la 
rrovciiec, la triste et déserle ci le des Baux... » L'analyse, 
à K-Kpiclle il se ii\rait, des pièces conlonucs dans les 
Maifjuridcld, lui iuM'inellail d'en dégager le caractère le 
j)lus iniiMii'Unil. qui riail, « csninne dans certaines poésies 
paluises de notre éjioque », la « tendance ((u'elles ont à 
constituer un art sérieux. Les sujets, sur lesquels la muse 

seraient forcés de se traduire que s'ils servaient tout bonnement 
d'échos à Lamartine, à A^ictor Hugo ou à M. de Musset. Ils ont 
compris que la poé«ie française était usée, lasse, épuieée, qu'il fallait 
y être merveilleux pour y paraître supportable ; ils ont donné à leur 
pensée une forme neuve ou renouvelée, dont ils disposaient seuîs, 
dont l'originalité sautait aux yeux et que l'on devinait complaisam- 
ment à travers une ti'aduction en français, comme les toiles d'arai- 
gnée qui couvrent une bouteille font mieux augurer du contenu. ii,n 
réalité, on i^irle le provençal dans le Midi, mais on ne lit et on 
n'écrit que le français ; c'est en français que se rédigent toutes les 
transactions d'affaires ; c'est 1« français que l'on enseigne dans les 
écoles primaires des villages les plus arriérés ; c'est en français que 
prêchent les curés des plus agrestes paroisses. Prenez le paysan le 
plus inculte, Is plus hérissé de paysannerie méridionale, lisez-lui 
Corneille ou Racine, il n'en sentira pas les beautés, mais il en 
saisira le sens littéral ! Forcez-le d'ouvrir et de lire lui-même Mi- 
reille: il lui faudra une heure pour en comprendre quatre vers. 
Singulier triomphe de la localité sur la métropole, de la campagnts 
sur la ville, de la Provence sur Paris, de la nature sur l'art, qui, 
pour être dignement apprécié par ses vrais juges et son véritable 
auditoire, a passé préalablement par l'Académie et la rue du Bac et 
qui, ix)ur être bien compris par les vainqueurs, a eu besoin de 
s'expliquer dans le langage des vaincus ! » (Correspondant du 
23 juin 1864, p. 304.) Cet article fut réimprimé en brochure sous 
le titre: Jean /l'rbcuf, en 1864, par l'éditeur Giraud et mis en vente 
au prix de fr. 50. A la fin fut ajoutée la table détaillée des 
Traditinimfllcs. On le retrouvera, lenfin, p. 230-254 des Nouveaux 
Samedis (Paris, 1865), avec trois notes nouvelles, dont deux tx-ès 
importantes. II ne sera i>as sans intérêt de noter, d'autre part, 
que Rounianille — qui finit par exploiter Pontmartin en vedette 
de ses Oulireto en rcrs (cf. la 2}''éfarp, de la tresenco edicioun) 
précisément en 1864 — a déclaré spontanément à Duret, en prenant 
sa déferse très énergiquement, que ce même Pontmartin était un 
B vrai félibrc » (lettre du 23 juillet 1860, p. 108). Il est vrai que, 
dans cette Préface des Oubreto en vers, p. v-xxxii, Pontmartin — ■ 
qui la rédigea, notone ce point, en 1S63, aux Angles, — avaiC cru 
devoir adopter un ton de circonstance et, écrivant en Provence pour 
la Provence, s'y montrer plus royaliste que le roi. 



COIlREï!;PONDANCE Di: J. HEMOLL ET UOIMAMEEE 391 

incridionailc s'est exercée, n'avaient guère élc jusqu'ici 
(jue des sujets liachiques ou erotiques, mais toujours l'ri- 
\ oies ; ou Taxait (•oii(in(''e 'lans le «loiuaine de !a poésie 
légère ; ou seiulilail croii'c ([\\r les sujets rrlcxès étaient 
au-dessus d'elle ; qu'elle n't'lait l'aile ((ue pour les rires 
et non pour les ]tleui> ; qu'axcc ell.', ou ne saurait faire 
\ibrer toutes les libres de i";uu(> lunuaiue. Etrange erreur, 
lii/.ari'e ])réjugé, que clKu[ue jour (]uel([ue petit clief-d'œu- 
\re vient démentir !... » Kl, dans son (ndlionsiasme, il 
allait — condjle de la louange ! — jusqu'à déclarer que 
l.ou Pdiirc l'awiit « iiuoloulairement fait songer ^au noir 
iiicikIIhiiI de .je;ui lleboid )), c'csi-à dire à la pièce des 
l'désics \ouvcHcs : Le Camoens et son A"o/r, qu'en son 
uuniéro du 18 juin IS'iB la Gazelle avait proclamée « la 
nioilleurc » du recueil réeiMniuent [laiii. 

Désormais, d'ailleurs, rioumanille est devenu, pour la 
feuille du l(oule\iard Sainl-Anloine, un ami dont on faii 
mieux encore que de hien ])arler. dont on accueille, fus- 
scnl-ellcs françaises, de temps à autre de petites compo- 
sitions, (pu. en rafraîchissant le souvenir, en enlrctien- 
nent, chez. d<'s lecteurs d'un môme credo i)oliti([U(^ el d'une 
même foi, le culte zélé. C'est ainsi, pour nous en tenir à 
trois exemples typiques, qu'en ISiS, l'année climatéricpie 
de la monarchie française, la Gazelle publiera, dans son 
numéro du 20 juillet, ce sonnet : 

L'ARCHEVEQUE DE PARIS (1) 

Bonus iHtstor animam auam 
dut pro ovibus suis. 
(JoAN. 10, r. 11.) 

Dieu ! pour désarmer le bras de ta colère 

Qui, terrible, sur nous vient de s'appesantir ; 

Dieu, pour enchaîner la fureur populaire, 

Qui bouillonne et mugit, que faut-il ? — Un martyr. 

(1) La pièce de Reboul : Sur la mort de l'Archevêque de Paris. 
Dédié à Mgr. Sibour, son successeur, ne parut qu'au numéro du 

13 août 1848. INIais elle avait été préalablement imprimée, à Versail- 
les, sur un quart de feuille in-B", comme en fait foi le n" du .samedi 

14 octobre 1848 de la Bibliographie de la France, au chiffre 5540. 
Dans la lettre d'envoi à Sibour, Reboul disait : « Monseigneur, Le 



392 i(H{iii.-iM>M)\\( i; i»i; j. i;i;ii()ri. 1:1 roimaxille 

Un martyr? Lo voilà? — Victime salutaire, 
Le front calme, à l'autel il est venu s'offrir ; 
Prêtre du Christ, il sait le chemin du Calvaire... 
Il saura, comme lui, pardonner et mourir ! 

La bon pasteur s'immole, il expire... et la France, 
Que raniment la foi, l'amour et l'espérance, 
Se lave dans les flots de ce sang précieux ; 

Et le martyr... au seuil de l'immortel portique 

Ent«nd les séraphins qui chantent le cantique : 

« Paix sur la terre à Vhomme et ijloire dans les cieux! 

Avignon, 10 juillcù 1848. 

J. RouMANir.LE, de St-Remy. 



Et, au nuiméro du 13 noùl, à la suite de l'élégie de 
Reboul, et rcprcrani deux llièines déjà traités par celui-ci :. 

LAMENNALS 

... Et- cxdltavit hu?niles. 

Quand Satan foudroyé roula du haut des cieux 
Et fut précipité dans l'éternel abîme, 
L'orgueil, hideux serpent, déchira sa victime, 
Et l'enfer retentit d'un blasphème odieux ! 

Ainsi, sombre génie, ange séditieux, 

Que la foudre a privé de son aile sublime, 

Tu blasphèmes, meurtri sous le bras qui t'opprime, 

La rage dans le cœur, un bandeau sur les yeux... 

Lucifer pour jamais a perdu sa couronne: 
Mais tu peux, roi tombé, reconquérir ton trône. 
Ta couronne de gloire et d'immortalité... 

Ah ! si, pour efiacer sur ton front l'anathème, 
Tu revenais au pied du pontife suprême, 
Comme tu serais grand dans ton humilité ! 

J. RouMANiLLE, de Salnt-Remij. 

poète a gardé le souvenir de votre vieille amitié; il sait que. pour 
saluer votre arrivée, rien ne peut vous être plus agréable qu'un hom- 
mage rendu au saint martyr, votre prédécesseur. Voilà pourquoi 
il a eu la pensée de composer ces vers et de vous en offrir la déd'- 
cace. J. Reboul. — Paris, le 31 juillet 1848. » 



CORRESPONDANCE DE J. REBOUL ET ROUMANILLE 393 

LAMARTINE 

« Viens reprendre ton rang dans ta splendeur première, 

« Parmi ces fiers enfants de gloire et de lumière 

« Que, d'un souffle choisi Dieu voulut animer, 

« Et qu'il fit 2'>our chanter, pour croire et pour aimer.* 

(A. DK Lamartine, L'Homme, à L. Ihjron. 
Premières Méditations poétiques.) 

Oh ! comme nous t'aimions, poète harmonieux, 
Quand ton luth soupirait au seuil du sanctuaire !... 
Mais tu salis tes pieds aux fanges de la terre, 
Et ta mute «n pleurant remonta vers les cieux. 

O noble cœur brisa ! génie ambitieux. 
Jeté sur un écueil par le fl&t populaire, 
On dit que Julia (1), la nuit, avec mystèi'e. 
Descend et vient poeer ees lèvres sur tes yeux. 

Et ton enfant te parle, et sa douce parole 
Palpitante d'amour, t'enivre et te console. 
Pauvre père !... Et son doigt te montre l'Orient... 

« Va gémir et jjleurer sur la sainte colline 

« Avec David, — dit-elle, — et la muse divine 

« T'apportera du ciel ton luth en souriant. » 

J. RouMANiLLE, de Suint-Iiémy. 



Il serait oiseux de conlinuer à relcxrr, dans celle notice 
d('jà trop longue, les témoignages divers d'affeclion don- 
nés par l'organe de Reboul et de son pnnli au félibre de 
Saint-Rérny. Notons seulement qu'à rapjiarilion de Li 
Prouvcnçalo, E. A. s'en fei-a, au numéro du 10 mai 1852, 
l'enthousiaste apologiste, en se servant, il est vrai, des 
propres termes de Saint-René-Taillandier dans Ylnlroduc- 
iion que cet habile oulsider avait écrite pour le volume. 
« Issu des classes laborieuses, fils d'un jardinier de Saint 
llémv et ]ioui\u (Tun modeste emploi dans une inqirime- 
rie d'A^'ignon, AI. lioumanille a donné une lâche bienfai- 
sante à sa Muse. Sans dogmatiser jamais, il s'ai)pliquc 

(1) Dans son voyage en Orient, M. A. de Lamartine perdit ea 
foi, sa poésie et Julia, son unique enfant [note de Boumunilh). 



39 i CORRESPONDANCE DE J. REBOLL ET ROLMANILLE 

à moraliser ses frères, de, clc. » Les Xoité, comme Lien 
r<iii |iense, ne jjassei'onl pas min jilns sans leur ('loffieuse 
annonce, (.'ettc fois, c'est Jules Canonge, encore dans toute 
la ferveur de son orthodoxie légitimiste — il devait, plus 
tard, passer au libéralisme et jeter, un moment, le trouble 
flans \imes : brouillé, d'ailleurs, a\'ec Reboul pour ce 
motif el pour d'autres, de nature [»lus persoinii^llc (|ue 
nous exposerons dans nntre li.ixail sur la \érital)lc source 
de l'.l/ir/c cl ÏEnfdul (1) — ([ui sl" ciiargera fl<^ la l»esognc 
a]>ologéti(iue. Il le fera dans deux articles. Tun, paru au 
miiinéro du 5 décembre 1852 : Xoti.s, où il auia soin de 
publier à l'avance les deux compositions (]ue le lecueil 
contenait tle lui : UAvaras et Lou bon Larouii. « Les fêtes 
de .\oël, disait-il. seront, celle année, célébrées dans le 
Midi plus poétiquement que de coutume. M. Roumanillc 
a. (je ni)U\ean, groupé autour de lui sa ])balangc, etc., 
clc. » L'autre article, beaucoup plus étendu, est au numéro 
du 17 décembre 185"2 et exalte Tcsprit de fraternité apos- 
tolique animant Iioumanille el ses collègues: « C'est un 
rare et touchant sii)ectacle que cet accorfl entre gens C{ui 
tendent au même but, sur un terrain où l'ainour-proprc 
fait surgir tant d'épines. Le dévouement à la langue, 
maternelle a produit ce phénomène qui ne sera pas un 
des moindres de notre temps, si fécond en choses impré 
vues. Le gcnus iiiilahilc vnhini si' serait-il décidément 
transfoiiiné ? Xous n'osons pas l'espérer. Toujours est-il 
f(ue ré])ilhète n'est aucunement applicable à la i)halange 
de \I. l'oumanille. On respire là une atmos])lièrc fraler- 
ni'Ue (|ui épanouit Tàme. Chacun s'}' montre préoccupé 
de son jn'ochain plus que de soi-même et s'empresse de 
faire aux autres leur jibice au grand soleil... .\\ions-nous 
lorl de signaler ce fait comme un i)hénomène littéraire ? 
L'esprit leligieux y est sans doute pour beaucoup ; c'est 
un motif de i)lus d'c^xaminer sérieusement une œuvre gé 
néreiisemenl sentie et de mettre en lumière un noble exem- 

(1) Noue étudierons prochainement Canonge -et son œuvre. Cf. à 
ce sujet notre article: Quatre lettres inédites de L.-Ch. Poney au 
Nimnis Juhs f'frnoTi(/e, dans la Bévue du Midi (Nimes) du 15 octo- 
bre 1911. p. 593-614. Ce travail sur Canonge paraîtra également 
dans la lie vue du Midi. 



CORRESPONDANCE DE J. REBOUL ET ROUMANILLE 395 

pie... » Coniinont. oiifiii, no i)ns nionl'Kinnnr Ir (loul)lc 
tViiilloton : / /) ('(im/irs de Poêles, ;iiil(''i-i(Mir ;ui\ arliclos 
sur les NoF.LS — il pniul aux iniiiiéros des 19 et 22 sep- 
tembre 1852 — que \c Jauiiidl de Mnnipellicr réimiiriinn 
parliellemenl, en en faisant précéder les exli'ails des re- 
inar([U(>s sni\anl(>s : « Des eirconslances indéj')endantes 
do noire \olonlt'' nous ayant empêché d'assister à ce poéli- 
(juc congi'ès (1) (pie nous appelions de tous nos Aœux. 
nous n'avons jni en rendre compte à nos lecteurs. Bien 
loin d'y pei'di-o. ils s'cmi IV'licileront eu lisant ces fjueUpies 
<'x;lraits d'ini i ojuafcpialx^ ai'licli', dû à un (''crivain distin- 
gué, M. Jules Canonge, le poète du Tcisse, l'auteur d'/ir/e.>> 
cil Fraiw(\ ce bijou pi'écioux ignoré de la foule, mais des- 
tiné à une imiiéi issablo (■('lébrilé... » ("anonge, ici encore, 
faisait à iioumanille riionneur de la journée. « Do]uiis 
fjuol([uos années, Avignon est devenu le centre du mouve- 

(1) Le Jotirnnl de Montqn'Uicr avait dit (n° du 11 septembre 1852), 
du « Congrès » d'Arles • « Dans le midi, c'est Arles la coquette se 
mirant dans les flots du Rhône qui vient d'être choisie comme lieu 
de réunion pour le Congrès des poètes provençaux. Chaque ville 
voisine, chaque village y a délégué ses représentants: ainsi, Mil. 
Roumanille, Mistral, Gaut, Crousillat, Aubanel, Bourrely, Desanat 
et une foule d'autres noms recommandables. On y remarquait en- 
core: MM. Caronge, de Nimes; Bizalion, d'Arles, et un compositeur 
de musique. M. Albert, de Montpellier. Diverses notabilités litté- 
raires, parmi elles le savant professeur de Montpellier qui a pris 
les Lettres Prnvenrales sous son patronage, ont excité d'unanimes 
regrets par leur absence motivée ». Saint-René Taillandier n'était 
pas allé au Congrès d'Arles parce qu'empêché par la naissance d'un 
fils. On sait qu'il n'assista pas davantage à celui d'Aix. C'est par 
erreur que nous disions, dans notre C'orres^jondance de liehoul et 
Mistral, que cette réimpression du Journal de Montpellier (n° du 
9 octobre 1852) était d'un article sur le Congrès d'Aix. Elle fait 
partie d'un très beau travail de Paul Coffinières : Li Sonnjarell'i, 
par J. l{ouinamlle. Le Congrès des Poètes Provenraux, qui a écrit, 
dans ce périodique hebdomadaire, de remarquables feuilletons. Ainsi, 
pour nous en tenir à l'année 1852 et aux lettres provençales, celui 
sur Li Prourenralo (27 mars) et celui sur Li A''oiiè (18 décembre). 
Le Journal de Montpellier a. en outre, donné une excellente traduc- 
tion en vers français de l'ode de Mistral: Amariin, contenue dans 
les Prouvençalo (8 mai 1852). La petite presse de province n'était 
point encore un mauvais décalque du journalisme parisien; elle 
vivait d'une vie personnelle; elle était, fort souvent, un véritable 
foyer de culture locale. On sait ce qu'elle est devenue aujourd'hui. 



39G CORRF.Sl'OXDANt i: Di; J. lŒBOLL ET ROL MANILLE 

iiiciil iulcllecluel (ju"<)ii iiciil considérer connue une vérila- 
lile renaissance des lellres iiroxençales ; à M. J. Uounia- 
uille en revient le premier honneur. Isolé d'abord, son 
chant est aujourd'hui la note dominante d'un ravissant 
concert. Fils d'un jardinier de Saint-llémy, dans sa vie 
d'enfant constamment en contact avec la nature chami)è- 
tre, M. Uoumanille s'est empreint d'un vif sentiment du 
jtaysage. La fréqueiilalidii des ruines romaines et des 
grandioses carrières (iparses ou creusées au pied des Alpi- 
nes, prédisposa son esi)rit aux émotions solennelles. En 
s'élcvant avec l'âge, la pens('îe n'a rien perdu de sa sim- 
])licité native. Poète, M. Uoumanille est resté peuple ; il 
a continué de parler son langage ; il l'a écrit, au besoin, 
sans dédaigner même sa forme la plus vuJgaire. M. Rou- 
manille n'a pas seulement le brillant du talent, il en a la 
- probité, il en a aussi le courage. Dans ses mains, la prose 
provençale est devenue tantôt un fouet, tantôt un glaive, 
soit qu'il étouffât sous le ridicule un préjugé barbare, soit 
qu'il châtiât la féroce insolence des clubs, soit lorsque, en 
])ubliant Li Capélans, il vengeait l'honneur calomnie' du 
saeerdocc catholique et le signalait comme l'arche sainte 
dans le déluge de l'anarchie. I>a forme de ces écrits était 
modeste. Atli udiis avec impatience, ils étaient rapidement 
propagés chuis la partie saine de la classe ouvrière par ce 
que nous appellerons l'apostoial improvisé du bon sens 
des masses. On les lisait ])ul)li((uemenl. Après avoir ri, 
chacun s'en allait plus calme, l'esprit déblayé de fausses 
idées ou de coupables illusions. Ainsi, comme le ]»asleur 
de l'Evangile, M. Uoumanille a ramené bien des brebis 
égarées ; ainsi, il a mérilé que d'éminenls suffrages vins- 
sent le chercher dans son nnibre. ( 'ejxMidant ces triom- 
phes utiles d(> la prose fanulièrc ne lui faisaient point ou- 
blier ((u'avant tout il est poète. Un journal d'Avignon 
jinbliait de loiu en loin ses vers élégants et faciles. Des- 
linf'cs aux espiits lettrés, ces confidences eurent le ])rivi- 
lège d'iiniiressiomier toutes les classes. De tous les points 
de notre Midi d'aiilK^s \-oix répondirent à cette voix si 
bien iiis|»iré(>. Heureux et lier d'avoir suscité cette poéti 
que énndation, touché de ces fraternelles sympathies, 
admirant la \ariélé de ces talents et le noble accord de 



CORRESPONDANCE DE J. REBOUL ET ROUMANILLE 397 

leurs temlanccs, M. RovinianiMe s'empressa de leur ouvrir 
son journal, l.a moisson poétique s'enrichissait d'heure en 
heure. Bientôt il ne resta qu'à trier ses plus beaux épis 
et à lier la uerlic pour la présenter au publie. Dévoué jus- 
qu'au bout, M. lidiHuanille voulut bien se charger de ce 
soin, et c'c'sl ainsi (jue nous ont été données Li Prouven- 
{■(ilo... )) (1). 

11 iniporinil de replacer sur ses bases iiistori((ues l'ami- 
tié de Roumanille pour lleboul, cl nous pensons, par les 
lignes qui précèd»Mit, en avoir assez clairement exposé 
les fondements essentiels. Lii)re à M. P. Mariélon d'avoir 
cru — et imprimé — à la mort du félibre de Saint-Uémy, 
que ce dernier ne l'ut (jue 1" « inslnunent prédestiné d'une 
cause dont il ne i)ou\ail soiiproiiiier ni IcMeiiduc, ni l'écho 
l'utur » (I). 11 n\'sl pas besoin d'être grand piiilosttphe, ni 

(1) L'article continue par une apologie des Noëls et, ici encore, 
Roumanille est exalté et comparé à Klopetock (dans l'Ange des 
Crèches), tandis que Mistral n'obtient que quelques mots à propos 
de sa Bello d'avous. cette Lénore. provençale. La description du 
« Congrès » d'Arles, qui euit, et est fort longue, place, comme de 
raison, Roumanille au premier plan. « Debout sur la voûte en ruine 
de la première précinction, M. Roumanille contemplait cette pai- 
cible solennité de la civilisation moderne, succédant, sur leur propre 
théâtre, aux fêtes cruelks du paganisme. Autour de lui se pressait 
déjà un essaim fraternel, etc., etc. » Puis Canonge vante les 
SounjureUo, « un de ces poèmes exquis où l'on ne sait ce qu'on doit 
admirer le plus de la délicatesse du fond, ou de l'excellence de la 
forme. » Une dissertation de cinq colonnes en faveur de la renais- 
sance provençale clôt ce remarquable travail, dont Roumanille citer i 
avec orgueil un très long passage dans sa lettre du 18 juillet 1886 
à P. ]\Iariéton, uh. svp., p 138-139. 

(1) Revu-e félibréenne, 1891, p. 69, avec réapparition, en 1900, 
dans le volume La Provence nouvelle, du même auteur. Il est vrai- 
ment dommage que ]\L P. Mariéton, prolixe apologiste de Mistral 
et du félibrige dans la Grcmde Encyclopédie, n'ait pas poussé son 
zèle désintéressé jusqu'à écrire aussi la notice sur Roumanille, si 
piètre, bien que signée du nom d'un romaniste éminent, et celle 
sur Aubanel, tout à fait quelconque. On sait cependant qu'en 1903, 
ce même P. Mariéton a publié à Avignon une brochure: J. Uouin-i- 
nillc. Etude biotjrapliiijuc, dont le plus curieux est la lettre de Mis 
tral à Folco de Baroncelli (25 mai 1891) déplorant les tiédeurs de 
TAcadémie — toujours l'Académie! — à l'endroit de Roumanille — 
qui dès 1874 était décoré de la Légion d'honneur {cf. le n" de novem- 

26 



3US coi«ui:^i'OM)ANci; dk j. i;i:i!oll et roumamlle 

iiK'-mr (\c foniiaili-c un immi pailiciilièrement les coulisses 
(lu Ic'libriuc, i><)ur soupcjoiiiicr qu'une aussi bollc incoii'^- 
c-ieiicc ne punirait l'ont bien être, en définitive, qu'une 
figure poétique, nue de ces galéjades s]jonlanécs dont 
Lyon n'est pas plus exempt (jue Marseille et qui, le bassin 
(\u Uliône franchi, «^e résol\(Mil en la poussière azurée d'un 
sophisme iiir'ii(li(Mial. Oui, Uclxjul et lioumanille surent 
l>arfaitement ce qu'ils voulaient, se \'alurent de tous les 
moyens en leur pouvoir ])onr aboutir à leurs fins, en hom- 
mes qu'ils étaienil, pi'atiques comme ceux de leur race, 
encore cpie poètes — qualités qui, d'ailleurs, ne s'excluent 
pas toujours, si la Poésie, en définitive, n'est qu'une su- 
prême habileté. Que si, cependant, ils connurent, l'un cl 
l'autre, avant de disparaître de ce bas monde, l'amertume 
dfe la désillusion et la tristesse de M)ir l'idéal de toute 
leur vie rejeté aux lointains hypothélicfues des réalisations 
iiivraiseniblabies, ils n'eussent dû, en bonne logique, accu- 
ser de celte a\anie que les instincts rétrogrades de leur 
Muse IraditionnaJiste et légitimiste. Mais cela, ils ne le 
pouvaient sans se renier eux-mêmes, sans renier l'immense 
effort de deux existences isS'Ues du plus Inunble niveau 
social et hau.ssées au pinacle par ceux, précisément, de 
la cause desquels ils s'étaient fait les champions, éloquents 
maintes fois, ardents toujours el convaincus jusqu'à leur 
drrniei' souffle. En ce sens, il nous sera permis, sans 
doute, d(> leui- lenrlre cet iniipartial honnnage qui consiste 
à tirer de l'oubli les feuillets jaiuiis de le'.ir Correspon- 
ihtiuc, en allendanl (jii'iuie lola.le reeonsliiulion /1(> la nobl.; 

bre 1874 do la I?rrur Jiri/annii/ur. p. 275 1) — et affirmant que 
celui-ci n'était « pas plus ultra qu'un autre, qu'Aubanel par exem- 
ple » et même avait « clans le parti républicain autant d'amis que 
dans le sien » (p. 36). Qunnfuin inufaiui^ ah illof Ajoutcjns, enfin, 
cpie M. P. Mariéton avait payé également sa dette ta Aubanel — 
si longuement exalté par L. Legré en 1893 dans la l'er. Fél. — 
sous forme d'un article de la l'iruc ihi Mmidr Latin, réuni en 
brochure: Théodore, Avbnnel (MontpeJlier, 1883) et qui n'est, 
comme on pou\ait s'y attendre, qu'un panégyrique de son héros, 
encore vivant. Nous recommandons, dans cette apologie, la défini- 
tion de la « irliijlon des Iroubadours », p. 9, note 1, tout à fait 
dans la nuance d'Aubanel. 



CORRESPCNDANCE Dl'. J. REBOl L ET ROUMANILLE 399 

fiuurc de Jean llcliiuil xitMiiio (ir'jmmli-iM", avec celle pléni- 
tude docuinenlaire sans la(iui>lle l'exercice do l'histoire 
littéraire n'est qu'un jeu frivole, condtien la ])résente con- 
clusion est l'ondée en nature et exprime celte Jiumble réa- 
lilé, que tant d'intérêts, en la matière, se sont coalisés 
pour déformer, ou présenter sous un jour illusoire ! 
Nimee (Gard), juillet 1911. 

Camille Pitoi.i.rï. 

I 

LA :\1ERE 

A AIoxsiEiH J. Hi;noi L, 

Xolult roii.-'o/ini, qu'ta lion sunt... 

■ Le front penché sur un berceau, — 
Sans vouloir être consolée, 
Une mère est là, désolée, 
Pleurant comme sur un tombeau. 

Qu'a-t-elle donc, la pauvre femnio? 

Hier elle était heureuse encor... 

Si la douleur étreint son ame, 

C'est que son jeune enfant est mort 1 

Le berceau maintenant est vide. 
Où l'innocence reposait. 
Il est fané, ce front candide 
Où le regard se complaiisait ! 

Cet enfant savait déjà dire 
Le nom du Dieu bon qui l'a pris, 
Ce doux nom qu'il avait appris 
Dans un baiser, dans un sourire. 

Il folâtrait sur le chemin ; 
Un ange lui donnait des roses. 
Et lui disait de belles choses, 
La nuit, en lui baisant la main. 

Par un ordre jjuissant cet ange. 
Sur ses grandes ailes de feu. 
Le ravissant à notre fange 
Vient de l'emporter à son Dieu ! 



400 conr{r:>po.\D.\NCE de j. reboul et roumanille 

Ce coup mort-el est une grâce : 
Loin des temjiêt^s d'ici-biie 
Votre enfant voit Dieu face à fac« ! 
Oh ! mère, ne pleuivz donc pas. 

Il n'a pas dû suivre la voie, 

Le bienlieureux jxîtit enfant, — 

Où no mûrit aucune joie, 

Où lo malheur eet triomphant ! 

Il est allé ti"ouver son frère, 
Dont le déjxirt, comme aujourd'hui, 
Vous fit tant pleurer, bonne mère ! 
Et pour vous il prie avec lui ; 

Se voilant le front de leurs ailes, 
— Avec la voix du Séraphin, 
Ile chantent l'hosanna sang fin 
Dans les régions éternelles!... 

^laLs, puis, quand Dieu lo permettra. 
Ils cesseront de vous attendre ; 
Vous les reven-ez, mère tendre, 
Car un jour il vous les rendra ! 

Jh R. 
S' Rémy. 1838. 

II 

MoXSIKLR, 

Il y a Mentôt un an, un tout jeune homme de vingt ans 
osa vous adresser des vers que vous lui aviez inspirés. 
Il vous remercie beaucoup de tout ce que votre indulgence 
lui dit en retour. \"oilà que ce même jeune homme vient 
encore aujourdhui vous faire hommage de (|uelques-uns 
de SCS faibles chants ; il veut fpi'ils aillent vers vous, 
Monsieur, tout faibles qu'ils sont : quand vous n'aurez rien 
d^^^ mieux à faire, daignez jeter un coup d'œil sur ces 
(juel(|ues pages ; il espère (]ue vous api)laudirez aux bons 
sentiments (|u"il \i\ puiser dans les vôtres, 

II a l'honneur d'ôtre, avec le plus profond respect, 
Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur. 

J'' liOLMAMI.LE. 
Surnuméraire agent-voyer. 
6" némy. 3 piilkt 1841 



CORRESPONDANCE DE J. HEBOUL ET HOUMAMLLE 401 

ENVOI A :^I. Jkan Rebovl 

Ma Muse eoi-t de sa retraite ; 
Elle s'envole jusqu'à vous: 
Pauvre enfant, devant le Poète, 
Elle veut se mettre à genoux. 

O Reboul, elle veut vous dire, 
Qu'eJle vous aime dans son cœur... 
Eh bien ! Il faudra lui sourire 

Et l'aet-ueillir avec douceur. 

Qu'elle me revienne contente ; 
Oui ; pour qu'elle puisse toujours 
Avec ea voix d'enfant, qui chante, 
Adoucir l'ennui de mes jours. 

J'' liULMAMLLE. 

S" nêmtj. 3 juilht 1841. 

UNE CROIX DANS LA VALLEE 

A L.NE JEUNE FILLE QUI FESAIT (sù) l'XIEH DE PETITS ENFANS 

On dit qu'il aime à recevoir 

Les vœux présentés par l'Enfance. 

DE Lam.\rtine. 

Elle était assise, et rêvait, 
Au pied d'une croix isolée 
Qui, dane le fond de la vallée 
Entre deux eaules s'élevait. 

Elle était là, candide et belle, 

Et penchait son front de seize ans, 

Vers le front de petits enfans 

Qui folâtraient, charmans, près d'elle. 

Puis, les blonds enfans à sa voix 
Comme à l'église, les Dimanches, 
Tou6 trois joignirent leurs mains blanches 

A genoux, au pied de la Croix. 

Et puis, ils dirent la prière 

Que Jésus apporta des cieux 

Qui sèche les pleurs dans nos yeux 

Et soulage notre misère. 



i 



''j02 corhl^pom)A.\( e I)i: j. kkijoil i:t uolmamlle 

Vous euseiez cru que, du saint lieu, 
Ici-bas, venaient de descendre. 
Trois séraphins, pour nous apprendre 
Comment il faut implorer Dieu ! 

Elle, la douce jeuno fille, 
Aidant leur voix qui bégayait 
Avec amour leur souriait, 
Comme une mère de famille. 

^ . 

U Sainte enfant, vous faites bien 

D'abriter leur fraîche innocence 

Et d'être ainsi pour leur enfance 

Comme un second ange gardien. 

Hélas ! vers eux, au loin, l'orage 
S'avance, — et gronde, menaçant ; 
Monti-ez-leur l'astre bienfaisant 
Qui, seul, peut sauver du naufrage ; 

Oui, jeune fille, apprenez-leur 
Que, dans les cieux, il est un père 
Que les hommes, sur cette terre. 
Peuvent prier, dans le malheur ! 

Quand les fureurs de la tempête 
Bientôt, sur leurs jours, passeront, 
Les yeux vers le ciel, ils diront : 
Que votre volonté soit faite!... 

1840. 



UNE JEUNE FILLE (1) 

Elle est blonde, elle est frêle, une douce pâleur 
De son front de seize ans va ternissant la fleur, 

Et sa jeunyesse est languissante ; 
Par des larmes, souvent, son regard est voilé. 
On dirait, à la voir : c'est un ange exilé 

Qui pleure sa patrie absente... 

(1) Dans La Brcsro d'A.-B. Crousillat (Avignon, 1865 [1864]) — 
à la préface de laquelle (datée de INIaillane, Noël 1862) Mistral rap- 
proche l'effort de l'auteur de celui de Roumanille en faveur de la 
cause félibréenne à ses débuts, d. v vi — nous trouvons, p. 8b, 
une fradurien d' tinei rer.s froncés de ItounianiUe, non datée, qui 
rappelle vaguement l'idée de cette pièce. C'est là aussi qu'est, p. 
169, le sonnet engageant, r/?.* mars 1853, Mistral <i « Jeu fini e 
"publica soun bcu pouiinio de Mirèio ». 



CORRESPCNDANCE DL J. REDOUL ET ROUMANILLE 403 

— Ello aime à contomplei' un beau soleil couchant ; 
Elle aime de l'oiseau, le soir, le faible chant, 

Quand dans son nid il se i-«cueille ; 
Et des glas du clcK-her elle aime les souipirs ; 
Rêveuee elle aime à voir, au souffle des zéphii^, 

Une fleur tomber feuille à feuille ; 

C'est rjue, tx)mme l'oiseau qui dans son nid s'endort 
Elle veut s'endormir dans les bras de la mort, 

Tomber L-omme la fleur qui tombe, 
Et, comme lo soleil s'en aller, — sans retour... 
Aux longs gémissemcns de l'airain, dans la tour, 

Voler au ciel, blanche colombe ! 

Oui, la vie est pour elle un accablant fardeau 
Qu'elle voudrait, demain, déposer au tombeau ; 

Elle n'est pas bien en ce monde ; 
Notre soleil n'est pas le soleil qu'il lui faut. 
Et cette fleur ira s'épanouir plus haut, 

Bien loin de cette terre immonde. 

Mais la mort est jrour elle un ange gra-cieux 
Qui lui sourit de loin en lui montrant les cieux ; 

C'est un ange de délivrance. 
Qui vient briser les fers de sa captivité 
Et l'emporter au sein de cette ét-eniité 

Où règne Dieu, son espéi'ance ! 

Tnste et pâle, bientôt arrivera le temps 
Où la feuille jaunit au souffle des autans ; 

Aloi-s, déployant ses deux ailes, 
Cette âme volei-a vei-s un monde meilleur, 
Pour s'enivrer, parmi les élus du Seigneur, 

Des félicités étemelles. 

Ah ! quand tu brilleras de la splendeur des cieux, 
Douco enfant, pense à moi qui traîne, soucieux, 

]\Ies jours de deuil sur cette terre ; 
Ange consolateur, que, dans mes nuits, ta voix 
Et du ciel et de Dieu me parlant quelquefois 

Vienne soulager ma misère. 

Puis, quand l'heure viendra de m'en aller vers Dieu, 
Descends pour m'adoucir le douloureux adieu, 

Ô Séraphin, viens me sourire ; 
Et quand ton saint aspect m'aura fortifié. 
Que je baise Jésus, mon Dieu crucifié, 

Et que, dans ce baiser, j'expire ! 

1839. 



I 



40 i CUUHLsFO.ND.WtE DL J. lŒBOUL ET ROL MANILLE 

AGONIE 

Entendez- V01I6? la clocho tinte; 
Sa voix est pleine de douleur. 
Elle pleure, la cloche eaint«... 
Priez ! c'est un Chrétien qui meurt. 

Dans sa souffrance, votre frère, 
Hélas ! ne peut pae aujourd'hui 
Vous demantler une prière, 
Et la cloche parle pour lui. 

Ecoutez: comme elle foupire !... 
Elle vous annonce un trépas ; 
Elle dit : un Chrétien expire. 
Chrétiens, ne l'abandonnez pas. 

Donnez, donnez oe qu'il reclame 
Par SC6 larmes devant) la mort : 
Priez : pour enchaîner cette ame 
L'Enfer fait un dernier effort ! 

Et le mourant combat ea rage ! 
Que la prière monts aux cieux. 
Que Dieu lui donne du courage 

Et qu'il sorte victoneux. 

Cet ange à l'aile tutelaire 
Qui, pour accompagner ses jours 
Deeccndit du ciel sur la terre... 
L'ango gaixlien est là, toujouns ; 

11 veille: c'est l'heure suprême! 
Sa voix lui parle du Seigneur : 
Il veut sauver l'ame (1) qu'il aime... 
Aidez son ange protecteur ; 

Priez, ei sur de blanchee ailes, 
Alors que l'Enfer rugira, 
Au sein des splendeurs éternelles. 
Votre frère 6'envolera. 

Et quand, à votre heure dernière 

Retentira l'airain pieux, 

Voue aurez aussi la prière. 

Qui fait si bien ouvrir les cieux ! 

(1) Corrigé de: l'homme. 



CORRESPONDANCi: 1)1. J. UiaîOlL El UOIMAMLLL 405 

Entendez-vous ? la cdoche tinte. 
Sa voix est pleine de douleur ; 
Elle pleure, la cloche eainte ; 
Priez, c'est un Chrétien qui meurt. 



1841. 



LA RELI(Hf:USE ESPAGNOLE 



Tu no savoures plus, au milieu de tes sœurs, 
Sainte femme de Dieu, les célestes douceura 

Et la paix de ton monastère ; 
Et la douleur t'abreuve à sa coupe de fiel ! 
Il te faut, ô pauvre ange exilé de ton ciel, 

Pleurer et souffrir sur (1) la terre. 

Fûi'ieux, l'ouragan a paesé sur le nid 
Où ta voix bénissait Celui que tout bénit. 

O Colombe, tu te désole (,vk-) (2) ! 
Et partout du malheur traînant le poids fatal. 
Tu gémis, maintenant, loin do ton ciel natal, 
Et ne veu.x pas qu'on te console !... 

Que de pleurs voileront ton regard soucieux, 
Avant de voir blanchir, sereine, dans les cieux, 

L'auroro de ta délivrance ! 
Que de fang, aux chemins, tes pieds doivent laifser ! 
Pour toi que de longs jours doivent encor paeser 

Sans t'apporter une espérance ! 

— Ta fureur ira donc sans cesse en grandissant? 
N'es-tu pas lasse encore {-sic) de répandre du sang? 

Dis, Espagne, n'es-tu pas lasse. 
De to traîner, aveugle en tes convulsions, 
Vers le gouffre béant des révolutions 

Où tu vas avoir une place ! 

Assez de flots de sang ont éveili.'- l'horreur, 

Et, pour vous implorer, assez de mains, Seigneur, 

Frappent devant vous de poitrines ! 
Assez de cris. Seigneur, sont montés jusqu'à vous ! 
Apaisez, apaisez cette mer en coun-oux 

Où surnagent tant de ruines. 

(1) Corrigé de: t/émtr et pleurer sur. 

(2) On sait nue, dans VAnr/e et l'Knfdnl, Reboul est tombé dans 
la même licence, d'ailleurs justifiable, ayant écrit: Charmant enfant 
qui me ressemble. Cf. L' Iihtermédiaire des Cherehe-urs et Curieux 
des 10 mars 1870. col. 134-135 ; 26 avril 1870. col. 233-235. et 25 mai 
1870, col. 311-312. 



iOO CORRESPOND.VXCE DE J. lŒBOUL ET UOUMAMLLE 

Oh ! faites, par pitié pour tant de malheureux ! 
Que l'astre do la paix se lève «nfin sur eux, 

Mon Dieu ! Hât€Z cee joui-s prospères, 
Où ec« enfants ingrate briseront le poignard 
Et, pleuiunt de l'avoir abandonné si tard, 

S'embrasseaxnt comme des frères! 

— Mais toi, ne gémis plus. Lève plus haut tes yeux ; 
RalluTie ton courage en regardant les deux. 

Que ta souffrance soit muette ; 
Comme les joure heureux, passent les mauvais jours ; 
Pense donc à ten Dieu ! Dis-lui du cœur, toujours : 

Que votre volonté soit faite ! 

Et ne perds pas de l'œil, le flambeau de ta foi. 
L'orage éclate ? eh bien, marche, et résigne-toi ! 

Relève ta tête qui penche. 
Et poursuis ton exil sous le regard de Dieu. 
Va, colombe ! toujoure tu trouveras un lieu 

Pour y poser ton aile blanche. 

Femme ! porte ta croix, comme Dieu la iwrta, 
Et monte, comme lui, monte ton Golgotha 

Et, c-omme lui, bois le calice. 
Oui, poursuis jusqu'au bout ton chemin de douleurs; 
Ces épines, au ciel, se changei-ont en fleui-s, 

Pour couronner ton sacrifice. 

— Et puis, qui sait? peut-être, au milieu de tes sœurs^ 
Tu t'en iras demain, savourer les douceurs 

Et la paix de ton monastère. 
Bel ange ; et le honneur te rendra tout son miel ; 
Peut-être, secouant tes ailes, pour ton Ciel, 

Tu quitteras demain la terre !... 



1839. 



INSOMNIE 

A Marie. 

Astre consolateur de mes sombres ennuis 
Son image charmante illumine mes nuits. 

Et le sommeil encore est sourd à ma prière !... 

O Muse, avec tes chants, viens réjouir ma nuit; 
Du moins, si je ne puis assoupir ma paupière. 
Sois là pour charmer mon ennui... 



tORKE:?PO.\DANCL DL J. ULOOIL Kl IlOl. MANILLE i07 



A seize ans, — souvenir euavo à ma pensée ! 
Mon cœur s'épanouit comme ime fleur au jour, 
D'un touiTOent inconnu j'avais l'âme oppressée: 
]\Ion cœur avait besoin d'amour. 

Il m'en souvient ! un soir d'automne, au cimetière, 
A l'heure où l'on entend soupirer l'angelus, 
Je rêvais... je piîais, à genoux sur la pierre. 
Pour ma pauvi'o sœur qui n'est i)lus ! 

Et soudain une enfant, triete, silencieuse. 
Vint devant ur.e croix, la couronna de fleurs ; 
Elle cacha son front dans see mainis, soucieuse. 
Et puis elle essuya des pleurs. 

A deux genoux, le front baissé, qu'elle était belle ! 
Avec un sentiment de respect dans le cœur. 
Moi, je Ta regardais : oui, je citis voir en elle 
L'ange éploré du la douleur. 

Qu'elle était belle, avec cette grâce naïve ! 
Puis, sa voix qui priait en pleurant s'entendit, 
Bien jjIus douce qu'aux bois une brise plaintive... 
Puis, la jeune fille partit... 

Et je sentis en moi s'allumer une flamme. 
L'aspect de cette enfant m'enivra de bonheur. 
En elle je trouvai ce que cherchait mon ame. 
Et je l'aimai comme une sœur. 

Ce sentiment fut pur ainsi rpie l'innocence ; 
Voilà bien cet amour dont on no rougit pas, 
Qui vient, quelques instants, embellir l'existence, 
Dans nos misères d'ici-bas. 

Par ce lis vii-ginal ma vie est embaumée : 
Et je crois respirer comme un parfum des cieux. 
Et, depuis qu'elle m'aime autant qu'elle est aimée. 
J'ai moins de lamies dans les yeux. 

Un amour avoué par le ciel fortifie: 
n nous aide à souffrir dans les plus mauvais jours ; 
Aimons-nous, et marchons ensemble dans la vie, 
O Marie! aimons-nous toujours... 



408 CORRESPONDANCE DE J. KEI30LL ET UOL MANILLE 



Vierge! dors le soiniiieil d'un enfant dans ses langes; 

Que des rêves dorés caressent ton sommeil, 
Qu'il soit calme toujours. Que tes frères, les anges 
Veillent pour toi jusqu'au réveil. 

Bientôt, tu vas rouvrir au matin ta paupière: 
Des pieds du Crucifix, quand, pleine de ferveur. 
Au ciel, comme l'encens, montera ta prière. 
Pense à mdî devant lo Sauveur !... 



1841. 



UN SERPENT, UNE FLEUR 

Lanrjutscit moriens. 
ViRG. 

Un matin, une fleur aux rayons du soleil 
Avait à peine ouvert son caiice venneil. 
Loin des regards, au bord d'une source isolée; 
Et déjà, son parfum embaumait la vallée; 

Une brise d'avril, douce, la caressait, 
Et, sous ses frais baisers, elle ee balançait. 
Le papillon, voyant qu'elle était la plue belle, 
La choisiesait toujourt* )iour y poser son aile. 

Hélas ' c'est le destin ! ici-bas, le malheur 
S'abat également sur l'homme et sur la fleur; 
Un serpent vint baver sur cette fleur naÏÈsante... 
Feuille à feuille perdant sa couronne, et mourante 

La pauvre fleur alors tristement se pencha ! 
Le reptile hideux, sous l'herbe, se cacha!... 
Ainsi chantait ma Muse, au vallon solitaire, 
En pensant à Gilbert écrasé par Voltaire ! 



1841. 



CORRESPONDANCE DE J. KElîOI E ET ROIMAMEEE 409 



III 

AVIGNOX (\'au(luse) 

MONSIEIH J. Uol MAMI.I.i:. 11(11111110 (Ic lettl'OS, 
[Cachet f 2^"N/|f;(/.r; Nimks, 1 nov. 51 et AvKiNON, 2 >wv. 51]. 

Nimef. 9""' 1851. 

Je VOUS roniiCrcie mille fois mon cher et bon confrère rie 
vous elre ;ii)|)erçu du Serpcul : il était d'aulnnl ])lus insi- 
dieux (|u"il (ilïrait une espèce de sens qu'on aurait pu met- 
tre sur le coiinple de Tauleur. c'est hieii parldeu Dcrisiim 
qu'il a voulu dir(^ et non le reste (I). 

celte pièce a ele écrite avec la l'apidiU' d'un article de 
journal, et j'étais trop emu de mon sujet pour faire subir 
à mes vers estropies, ce traitement orlliopedi(iue ({u'ils 
subissent ordinairement avant leur publication ; le temi)S 
d'ailleurs me manquait, aussi vous trouverez d'autres im- 
perfections qui m'appartiennent réellement. 

je bénis, du reste, cette faulc d'impression puisqu'elle 
m'a i)rocuré votre boiuie el charmante lettre, et surtout 
le plaisir de lire larlicle ou M. de Foutmartin, apiu'ecie si 
bien vos talents et les serxices (|u"ils rendent à la cause 
de l'ordre. 

(1) Reboul fait ici allusion à la deuxième strophe de sa pièce : 
A la jiUe de Louis XVI : 

Les insi(j7}cs .inrrés de In toute jmif.^ance 
Ont été vus livrés à la dérision, etc. 

qui, avant d'être insérée dans les Traditionnelles, p. 120, avait paru 
dans la Gazette du Bas-Langucdor du 31 octobre 1850, avec cet 
Avertissement : <t La plume chrétienne et royaliste de notre ami, 
M. .Iran Reboul, ne pouvait faire défaut au triste événement qui 
vient de plonger dans la douleur la France et la maison de Bour- 
bon. L'auteur de Vivia est le chantre naturel des nobles et saints 
martyrs. Aussi nos lecteurs liront-ils avec bonheur la pièce suivante 
dont notre cher poète a bien voulu nous confier la publication. Noue 
nous abstenons de tout commentaire, de tout éloge. On ne saurait 
analyser de si beaux sentiments, si magnifiquement exprimés. — 
Léon Blanchard. » 



ilU COHKK-l'ONDANCi: Dl", J. UEliOLL ET HOUMAMLLK 

iiK^s bons soiaouirs à mon l'xti'llriil ;iiiii MoiisiiHir Léo- 
pold (lo Gaillard (1). 
luul à vous lie cœur 

J. Heuolil. 



(1) Sur le comte Léopold de (laillard do la Valdène, il y a un 
mauvais article, d'ailleurs non signé, dans la Grande Encyclopédie, 
t. XVIII, p. 352, où l'on ne donne pas même la date de sa mort 
(1894). C'était sa grand'tante, la eœur Suzanne de Gaillard de la 
Valdène, qui fut la première Sacramentine exécutée par le Tribu- 
nal révolutionnaire et monta sur l'échafaud en chantant le Te Deum, 
comme on le verra en lisant le livre de l'abbé S. Bonnel : Les 332 
rictiin''.'^ de Jn ('(immixtion populaire d'Orcuu/e en 1794 (Orange, 
1888, 2 vol in-8') et la petite plaquette spécialement réservée aux 
sœurs Sacramentines et Ursulines du couvent de BoUène. Né le 20 
avril 1820, à lîoUène, dans le Vaucluse, L. de Gaillard avait d'abord 
été avocat à Toulouse, où l'on trouvera des articles de lui dans la 
dazette du Lnnyuedoc. C'est lui qui fonda à Avignon, en 1848, avec 
cet extraoï'dinaire comte de Eaousset-Boulbon — aventurier avigno- 
nais dont la carrière a été narrée par le menu — le journal La 
Liherlé et il fut également collaborateur de L,a Commune, le pre- 
mier des « journaux à un sou », et a évoqué le souvenir de cette 
collaboration à la p. 185 de son article: T^ii l'oé-^ic. Provençale, au 
numéro de mai 1864 du Correspondant. Adversaire irréconci- 
liable du Gouvernement impérial, il déploya dans la suite uno 
activité dont on lui tint compte en 1870, en le nommant Conseiller 
d'Etat. Nous aurons à parler ailleurs de ses relations avec Reboul, 
et surtout de l'article qu'il publia sur les Traditionnelles dans la 
Gazette de Lyon du 17 mars 1857, et qui est plus curieux encore que 
feux, sur le même sujet, de Ch. Lenormant dans le Correspoitdani 
du 25 janvier de la même année, pp. 190 196, de Laurentie dar? 
l'Union, d'E. Thierry dans le Moniteur et de V. Duret lui-même. 
Voici, en attendant, une lettre inédite de lui à Reboul qui jettera 
quelque jour sur la nature de leur correspondance. « Lyon, 14 août 
1854. rue des Deux-Maisons, 2. Mon cher Poète. J'ai reçu vos beaux 
vers non à Lyon, mais dans le Forez, où j'étais en course à ce mo- 
ment. Une lecture à tête reposée n'a fait que me confirmer dans l'im- 
pression que j'emportais de chez vous en avril dernier. Il est impossi- 
ble qu'une poésie si saine et si forte ne trouve pas dans notre pauvre 
monde d aujourd'hui tout au moins le succès du contraste et de la nou- 
veauté. La seule idée de chanter l'indépendance du f^acerdoce ferait 
pardonner de méchants vers; elle rend les vôtres deux fois admira- 
bles. Merci donc mille fois de vous être souvenu de votre promesse : 
aussi bien vos alexandrins ne sont-ils pas tombés dans un q)uit (*Jc), 
je les ai répétés comme un écho, j'en ai fait des copies, je les ai prê- 
ches comme un texte d'écrituie sainte, et dès que votre volume sera 



CORRESPO.NDAXCi: 1)1'. J. lilltOlI. HT ItOl MAMI.IL il 1 

IV 

MouN BON Morssi Ili:ii()t r., 

Es pas necitc que vous digue (juc touli li Muso de Piou- 
vènço sO'Un à -ii- nqueslo ouro, en cuuinl)Our e en aio. 
Sabè que, nouii cduiilrulo dôslre acaïupado diiis un liltre, 
e de se ie coindi'Ja. xnlon. riliowu riliagno, s'acampa e se 
eouideja alenloiir d'une mt'nie laulo. en Arle, e l)eininclie 
f[ue \èn. :j!) d"a(iu.és. Aquela bono idèio a courigu eunino 
una regi) de poudro, (^A^ignou à-Z ai, d"a-Z-Ai à Marseio, 

prêt à paraître, je puis vous promettre d'en être l'utile quoiqu'in- 
(ligiie précurseur dans la presse et ailleurs. Veuillez donc, mon cher 
Poëte, me tenir au courant de vos iirojots et disposer de moi comme 
d'un viel {sic) ami. Vous souvenez- vous du temps où j'allais furti- 
vement, entre un thème grec et une dissertation latine, vous lii'e, 
d'une voix tremblante, vous lire quelques pauvres rimes que vous 
accueilliez toujours avec un sourire et de bons avis? Cela ne valait 
rien, mais l'inspiration était toujours honnête, intrépide, et je sen- 
tais en moi que si j'étais digne d'avoir une Muse, elle serait fille 
de la vôtre. Eh bien ! depuis le jour ofi la Prose me saisissant au 
collet m'a fait descendre dee hauteurs du Pinde dans une officine 
de journaliste, rien n'est changé de mon cœur, l'enfant vit tout 
entier dans l'homme fait, et de mes vertueuses illusions, je n'en 
ai perdu qu'une, celle de la lyre. J'essaie donc dans la presse co 
que vous faites si bien dans la poésie: j'ai pris V honneur pour ma 
divinité, et de la même main qui fait fumer mon gros encens devant 
elle, j'allume des fagots d'épines sous les pieds d'autres idoles 
plus choyées. Cela peut faire quelque bruit, même quelque scan- 
dale, mais jamais de la gloire. Du moins l'on sert sa cause et l'on 
ne compte pas dans l'oisiveté les tristes jours u'une vie inutile! 
Adieu, mon cher ami, que Dieu vous tienne en joie et que S' Na- 
poléon vous tienne en verve ! Pauvre saint, c'est sous son nom 
qu'on adore le veau d'or et César, le Dieu de la force ! Laissons-lui 
SCS dévots, cher et illustre maître, et prions Dieu pour que l'an 
prochain le 15 juillet ait remplacé le 15 août! A vous de cœur, 
Léoprrd de, GttiUaid. P. S. Voulez-vous, je vous j)rie, vous charger 
do toutes mes poignées de mains pour tous les amis du Cercle? 
J'aimerais bien à avoir encore un procès à Nismes. » — C'est du 
fameux Cercle Peloux, où se réuni.s^aicnt Reboul et ses amis, qu'il 
s'agit dans ce P.-.S'. et que M. P. Mariéton (La Terre Prrjvençcdc 
Journal, de Boute [Paris, 1890]) appelait, un peu prétentieusement, 
dans son second chapitre — d'ailleurs inexact à plaisir — sur Nimes, 
le: « café de L'cboul » (p. 175). Il est aujourd'hui fermé. 



41 '2 COHIU. -PONDANTE DE J. REBOLT. ET ROUMAMLLE 

(le Maisrit) au liou de iiiilo... os un Diex ex loi que fai 
gau ! 

Sabùs pas ce que \ùiie xous difc iikmim hravc Moussu ? 
— \'ène vous dire (|ue sias liouhadoiii', vous }»crèu, e que 
lien avùs cajila la dindoulclo couiné jainai res l'avié can- 
lado e couiné jainai ros la canta plus ! 

Amèn de longo counissènço, 
Ai ! digome, quand vendras mai, 
Me reviénda do ta presènço ? 
lèu porte dôu do toun absènço, 
Ai ! Ai ! Ai ! 

— Ouc provo, acô ? — acô provo que devès avé plaço, 
e plaço d'ounour. à la taulo di Iroubaire. \'ole doun vous 
prega, rnaii jiiiicIki. do xciii lusi au Ix'ù niitan de nosla 
l'èsto. quel ounour per nous aulri, e que jdesi per vous ! 
\eu virés aqui de louti li coulour, car nen vendra de tout 
cairè e recanloun. Oue d'ouriginau. Moussu — sènso 
couinla li coupio ! — lau vous dire qu"auj'em una Sèanço 
mounlé cadc troubadour veiwlra dire la siéuno. Vai èstre 
lin jafaré de la maladccioun ; sarein lou incn Irenlo, c 
iéu lien carrcge, poudès lou crèire, una bcllo chourmo ! 
— courounarein, i)ièi, nostre dessert, di plus poulido flour 
de nosti jardin... einbauniaran ! \>Jiès doun, inoun brave 
Moussu, venès. Coumé ! Tout ce que canto dins lou inic- 
jour sarâ qui, e vous, que cantas tan bèn, ie sarias pas ? 
ac<') i)ou pas èstre. 

\ous atroubarés, lou malin. Deminche. vers Moussu 
Serre, libraire. 

Aniéu degu, ])arai ? vous escréure plus lèu ? — Que 
voulès ? acô's vengu coumo un co de canouii. Lou sabès : 
vau pamen mies tard que jamai. 

.\nem, adcssias ! — perpau, a\ein escri à Janssemiii, 
mai crese pas que \èiigue. nous a pas res])oundu. rcs- 
pond jamai. nous crèi, mailaii de sort ! li bastar de la 
Muso. 

Adcssias mai. 

Vos te admiratour c ami, 

J. UoL MANILLE. 

Arignou, lou 26 c/'aiins, 62. 



CORRESPONDANCE DE J. Rl.ROri, ET liOlMAMLLE ''il3 



.+ 



Mines, 28 Août 1852 (1). 
Moi N IîO\ i:T AYM.Mtl I; lldlM WIl.l.O, 

j\Ie forç;as à vous resitondré tlin z-iiiio lenguo (|u"av 
longtemps parla cl que savc i)as miel pcM- aco, vosto lellro 
m'a touca lou cor : os ]>leno d'aquoi- do Houmaiiillo ; mais 
sacrebiou ! souï oinhaii-assa coumo un ,L;al diii d'ostoupo 
per vous rendre la niouncdo de la peeo. aquel maoudi 
l'ra.ii,chimenl es toujours a(|ui (jui \iaoulouno comino un 
mouissaou outour de ma paouro corvello ; et aï ben poou 
que se glissé din z-a(|uesli ligno, et (jue me l'ague parla 
comuie 

^loussu Doufés : 
Mita patois mita francés. 

aco es egaou ; diray coumo sa\é : es lou ])U court beieou 
per ben dire, vous diray doun ([u"a moun grand l'ogré 
podé pas assista à vosié benhurous ban(|uel ; mais qui y 
soray présent d'esprit et de cor. aven ici deman lis-elec- 
tioun ; me fondra aduja à noslc président de Scclioun ; à 
recuilli (maoudit francbiment) des voto dinc-un colïré qu'ap 
pelloun un urno et que l'an couimo un cautero sus une cam- 
bo de bos. vous preguc, moun bon ami, de fayré mis excu- 
son à mis clieirs couinifrcres, que, coujno ou savez, m'an tan 
fa passa de bon moumcn. Saras y la man per ion à louti 
denpiey les pu gran jusqu'o y ])U pichos. iJabord, parça- 
qué cantoun ben et picy que cantoun toutis i)er lis bi-avi 

(1) Cette lettre de Reboul a été publiée en 1894 clans la L'ev. Fél. 
par AI. P. Mariéton à l'article: L'Œuvre et le liûle de li'ouinanillc, 
p. 9. Mais l'orthographe en a été arbitrairement remaniée, des mots 
y ont été ajoutés, etc. Nous en reproduisons le texte exact, avec 
ses graphies originales. Cette lettre, dont on a si souvent cité un 
passage, l'était — mais en traduction fruii(;aii>e! — encore par 
Roumanille, qui la juge écrite « en excellent proceiit^al », le 18 juil- 
let 1886 (Mariéton, Corre^j'- c»^-;. P- 137). 

27 



'il 4 CORRESPONDANCE DE J. HEROLL ET ROIMAMLLE 

uciits ; s;ins iiiclanîïc de saloiiiporiés. ce que se vey pas 
Idiijdur (lin lou fiances, loiiuo que, per cslre uno grande 
damo, n'a [tas loiijoui- soin <lr Iteii noiiza si coulioun (1). 
aidoiiissias, mon bon Hounianillo, qne lou bon Dion beni- 
guic vosté banquet, que vosli lucbos siegoun une feslo, que 
les rivaux (coquin de frances) siegoun d'amis. Aquel qu'a 
lait (.sic) lou ciel, a l'a lou de nosté l>oou pays tant grand et 
tant blu, que y a de plaços per touti lis cslellos. 

J. Reuoll {'2). 



VI 

Dieu vous lou donne. Moussu Ucboul ! es mai iéu. Vène 
vous dire que vosti-s-elecioun m'aurien fa sacreja coumo 
un demoni. se m'èrc pas rotengu. Doun qu'esper empcga'n 
eniplaslro suis une cainbo de l)os que sias pas vengu flas- 
(|U('ja "nié rmus amlrc ! ! Ouc lou diaMc emporli la cambo 

(1) Dans sa pièce de 1853: Aux Pottvs Proven(;aux, lioumanUlc, 
Mi.^tral, Auhanfl, etc., que Roumanille a insérée en tête des Oubreto 
(en vers), Rcboul dira, à la strophe III"" : 

Puis le français, troj) comjJassé, 
Et f/êné dans sa belle mise, 
BessemSle au visage enchâssé 
Entre deux grands cols de chemise. 
C'est un homme à se trouver mal 
Devant l'hôte de Saint Antoine: 
Amis, chantez en provençal, 
Car l'habit ne fait pas le moine. 

(2) En guise de commentaire à sa déformation de cette lettre, 
M. P. Mariéton a écrit, p. 10: « Il avait raison, le vieux — Beboul 
a cuit alors 56 ans! — poète: « Dieu qui a fait notre ciel si bleu 
l'a fait si grand, qu'il y a de la place pour toutes les étoiles ». Et 
lui-même n'aurait-il pas été un astre de première grandeur, s'il avait 
épanché sa belle âme dans son parler natal, instinctif — on sait ce 
que vaut V « iiistinct » dans la poésie des félihres, spécialement 
Mistral et Aubonel ! — . sa vraie langue de poésie ». Ces paroles 
prouvent tout simplement, comme nous l'avons déjà montré par un 
petit fait typique dans le Mercure de France, que M. P. Mariéton 
ne connaissait pas plus Reboul, l'homme et l'œuvi-e, que ne l'a connu 
l'auteur des Poètes du Tirroir du XV' au XX' siècle (t. III, Paris, 
a. a. [1911], p. 92), par exemple. 



CORRESPONDANCE DE J. REHOL I ET ROUMAMLLE 415 

e l'cnipJastre ! — l'aurié pàincii (li'(|ti('' sr lOLusiLiu li poun ! 
— Basto, acô 's aiisiu : so ie plaiiUniain un cade, n'au- 
riain pas un èuse. — Ai ! mouii brave Moussu, quêta 
fèslo ! Quêta galanlo fèsto ! \à troubaire d'autan nen dè- 
von avé ressauta e tresana de gau et de bonur au fin-foun 
de si cros. Oue bèu jal'arè, c \a poulido fraternita ! fouie 
vèirc acô, Sant orne ! iouié perèu l'angi. — Ouand lou jus 
dau gavèu, lou sang de la souco a jiscla coumo de zai 
irelusèn diz-in di plus gai, e a douna "n bè i plus souniiaru, 
s'es bèn di, per a(|ui. pcr isa, tpuuujui pichoti foutèso, 
mai èro per rii'(\ e vau pas la peno de nen parla. A tout 
pecca niisèricDidi. Es pas pcr èslre Irisie coumé la porto 
d'una prcsoun que siajii li-z-onfant de la gaio scienci... Que 
vous dirai mai ? — Se i'ouié tout dire do fiéu en courduro, 
neji auriam per enjusqu'à deman d"aquesti-s-ouro ; e mai 
encaro acabaiaim pas. \'ici ce qu"èi : 

Moussu ("anounge. qu"èro emé nous autre, c ([uand 
disiam de ver, e quand tiissaiani touti coumé de rassaire, 
vous dira que li taioun èron bon c que li ver èron pas per 
acô tan murri ! \'ous n'en dira de touti li coulour. Quand 
nen aura jdus, non l'ara tignc. .\"en dira janiai tntp. 

\'ous dira t|u'ai samena, una l'es, dos tés, li tan bello 
e tan sano i)arau]o que m'avôs fa l'ounour <lc me manda, 
e qu'ai reculi, per vous, bon rcscontre d'ome ! per vous, 
bouco d'or ! de clacamcn de man à vous ensourdi, à 
vous desmenouia. Gramaci noun un co. Moussu, mai cent, 
mai mille co ! gramaci. \'ous e Moussu d'Astros, aquèu 
braV'C vièi de Dieu, sias esta li dous perlé benesi de noste 
rechounchoun. 

Ai baia, per vous, à Moussu Canounge, que s'es carga 
de vous li semomidrc, mi dos pauri Sounlarello, que vous 
diran, après l'uno l'autro, si pantai amourous. Pousquis- 
son-ti vous agradn ! Sariéu jylus countèn qu'un rèi e fariéii 
trcs sau su l'orbo, per ma fe, se m'escrivias, un d'a(|uesli 
quatre matin : « Houmanille, sies un b(ni b-igrc î ti Soun- 
i<ireUo ni'an piTS (mm' Tiu. Osco, e courage !... ». 
X'ircni fuie. 

Ai oùblida de baia ù noste counfraire Julo un autre libre 
que vencm d'espoli, Pèlerinage ou MonlA'enlour, ount' au 



-'lIO COHUI-.Sl'ONDAM i; I)i: J. HF.BOIL ET ROT'MAXILLE 

r<piiir;i dus \r\vn <|ii(> rnLii''''r(' ;'i iii;i lunvo sorc TniiiK^f) (1). 
Ouand aui-ai iino oùrasiomi, \i»us iiiandar.ii loul acô, e 
vous non liscaix'is li det. luut me lou di. la, diii? aquolo 
liislori, una brsli o un urn. un miôu c Uoumanillc, (ju'an 
bon fa rii'O. un vèsiirc, nosic Mounsignour. A mai que 
ditrucs pas que lou plus miôu di dous es pas lou rpie l'on 
crèi ! es loul ce que vole. 

An î adessias, Moussu. Ouaud de\è lau patia {'J) : vous 
(l('\i(''u ieô — velaqui. voudreiéu Tavé luies (a : (|ue \ou- 
lès ? .*>i('Mi tan pressa que ie \aij Cduino un laiin barri, vo 
coumo una coueourdo que iwirruio, ^•o ooumo un Jjarrau 
destapa. Perdoun. Teuès-vous gaiar. lout à vous et de 
tout moun cor. 



Lou un (h 7''"' 52. 



J. RoiMAXILI.E. 



. + . 

VII 



Ni mes ce 24 l^"-^ 1852. 



Mon cnroR Ami. 



Je viens vous demander pardon du relard que j'ai mis 
h vous repondre. J"ai voulu lire lire (sîc) avant votre char- 
mant enxoy. Oue vous dirai- je que noire ami Canongc 
n'ait déjà dit dans si-ii exeelb^it arlicle ? Il reste pourtaml 
un côté de votre talent ou plutôt de \(>tre caractère, sur 
lequel je veux xouîs i'eliciler ])arce (\\\'\\ a plus vivement 

(1) Snntn-Crou.t et Lou Cnmin de In Crous. (foun.^ lotrn n ma sorre 
Tounctn (1851). C'est k sa sœur, Touneto, qu'était dédié ce récit 
(broch. in-12. 1 fr.). dont Roumanille avouera, avec infiniment d'à- 
propos, à V. Duret. dans sa lettre du 25 mars 1858 (p. 50), que ce 
n'était « pas grand'cliosc ». Il en a donné une rémpression on 1860 
dans les Ouhrcto en prose, où devait se trouver aussi, pour la pre- 
mière fois, le texte provençal de Lonu Gros rt Louis Noé, d'après 
une promesse — non réalisée — de la couverture des Ouhrefo en 
vers. 

(2) On sait que tel était le titre d'une des « études de mœurs 
avignonnaisee » (1849) de Roumanille, réimprimée dans les Oubreto 
en prose. 



coi{Hi;siH)M).\.\cr. di: j. ijehoil i;t koimami.i.i; 'i17 

mes symi)alliies : il n'est pas rare de Iruiiver des Ictlrés 
opulents, prêcher je n€ saiis qwA cntiscrrdhirisnw rationel 
à riiidigcnce pervertie ; mais celui (]ui, au nom du Christ, 
prêche d'exemple. \it de ses labeurs et enseigne la rési- 
gnation a des |iri\al'ons qu'il éprouve ou (ju'il a cprouvc 
lui même, celui la doinie un s[)eelaele au(iuc| les anges 
doivent sourire cl sui' lecpiel les docleurs d'économie po- 
lili(|ue feraient hicn (l(^ rel'lecliir. ("oulinuc/, mon cher 
ami, ce beau rôle ; sanclilicz lui inslruniciil (juc \(Mis ma- 
niez si bien. Laissons aux faiseurs de gandjades lilleraires 
l'art pour l'art ; ces aveugles sont loin de soupçonner ([uc 
ce détestable axicvnie riMd'crnir la iihuI de loiilc Pocsic. 
Xous qui le sa\ons, tlemandons a Dieu de rester Chrétien 
pour ne pas cess(>r Poêles (kIc). Je ne prétends pas 
que toutes les ])iec(,'s de poésie doi\('iit (Mre des sermons ; 
mais je dis c[ue dans toutes l'^esprit doit dominer, et je 
prends ce mol dans sa [ilus liauitie acception. Ceci est un 
peu abstrait ; mais \ous me coni[ir(Midre/ je l'espère. 
Adieu [)ardcnne/.-nu)i cette bouiïée de |)lulosophie artis- 
tique et aimez-moi comme je vous aime. 

J. Ul;boul. 

VIII 

Mo\ BiE\ CHER Monsieur, 

.Iules Canong(^ a pu \'ous dire combien votre dernière 
lettre m'a l'ait i)laisii'. m'a touché ; il a pu \()us annoncer 
aussi rari'ixée d'une \'(iclii', nord (I) (pie je n'ai jias l^ou^c 
digne de vous être otïeri : je l'ai remplaci' par h^ lUniho- 
Crdliiio ci-joint, que jna mèi'e c\ mes sienrs. ces chères 
jardinières, ont i)i'éféré à h; \'(i(hc. XCnillez donc, (juand 
vous n'aurez rien de mieux à faire, lii'e ces ([uelques Stan- 
ces provençales, (juc j'ai tant à cuair de \(jus dédier, et 

(1) Corrigé de : et que j'ai. La Varo, commo Loti Bnuho-Crolinn, 
sont dans TA Noui de 1852, cette dernière pièce illustrée, cependant, 
d'une nouvelle sentence: Tanqunm hn ntçjions circAiit. I. Petr. 5, 8, 
et avec quelques variantes. — Quant à la Vaco, elle est dédiée : ."1 
moun ami Léopold de Gaillard et porte la date du 28 septembre 1852. 



418 coRRESPONDANci: ui: j. in.iJorL n roumamlli: 

si elles voup i»lais(Mil, je serai heureux et fier de \ofre 
suffrage. 

Depuis la puMiealioii de Jiu^s Sonf/ciiscs (1). que vous 
avez sans doute reçues, je n'ai (m lit (|ue des noëls — c'est 
que le noël est, chez nous, à roidic du jour : je conduis à 
Bellilécm tous les troubadours <{ue j"ai réunis à Arles ; il 
en résultera un recueil de noëls modernes, que je me ferai 
un plaisir et un devoir de aous oITrir. 

Notre ami I.copold de (iaillard \ieiil de nio dire que S. 
A. I. A'ouilait vous enicilier en p;issaiii|. \ nus n<' vous êtes 
pas laissé faire. Honneur, lumncur a \(»us ! 

Tout <à vous. Monsieur Reboid. cl de tout mou cœur. 



Avignon, 15 oct 52. 



J. UoL-MAMLI.E. 



LOU RAOUBO-GALINO — NOUÉ 

A J. Reboul. 
Bel ange Miquèu, 
Sourtès vite, sourtès vit-e, 
Bel ange Miquèu, 
Sourtès vite, venès lèu... 
(Saboly.) 
Uno pa«touro 

Avès vis, caimbarado, 
Aquèu negix) pastras 
Que rodo autour dau jas 
Mount es la benurado? 
Crese qu'es un Boûmian 
Qu'a 'n marri tour à faire: 
De segur à la maire 
Yôu rauba soun enfan. 

(1) Li Sounjnrel/o. dédiées à Saint-René Taillandier, sont illus- 
trées, dans l'édition originale (Avignon, Seguin, 1852), d'une litho- 
graphie charmante de J.-B. Laurens, dont l'article sur le Congrès 
d'Arles, dans VIlhiKt ration de 1852, a été réimprimé au t. x de la 
lierue Fél. Quant aux portraits qui ornaient cet article, on pourrik 
les retrouver dans le volume de P. Arène et A. Tournier : Des 
Alpf's aux Pi/rénéc.^. Ktape.< félibréfmifs (Paris, .'. a. [1892], in-18), 
p. 200. Cf. aussi l'article de Roumanille : J.-B. Laurens (1856). 
dans le« Ouhreto en prose, p. 68 73 de la rééd. de 1864. 



CORRESPONDANCE DE J. REROUL ET ROUMAMLLE 419 

Un pastre 

Aier, lou rescountrèr© 
E m'espavouixliguè ! 
De «lire m'aluquè... 
Lèu que m'eiicouriguère ! 
Boufavo coumo un ca... 
léu m'es avis, counfvaire, 
Qu'es quauquo banulaire 
Que vèii nous enimasca. 

Uno pastourô 

Sèn lou eoufre qu'enupèsto, 

Ei oouiné li galons : 

E dijon qu'èi peloue 

Di pè 'n jusqu'à la tèsto. 

E l'ia de bèn segur 

Que tout ferni quand passo, 

Car a dedins sa biaço 

Quan san qnan de malur ! 

Un pastre 

1er, d'un trau espinchavo 
Au jas de Bethelèm : 
Noun eai entré si dèn 
Ce que remiéutejavo... 
'Mé si det d'escourpioun 
Estraesavo sa blodo ; 
D'aquèu couquin d'Herodo 
Belèu es un espioun ! 

Un Autre 

Mi fedo s'atroubèron, 
L'autre an, mount 'aquèu gu 
Un jour avié begu : 
N' iaguè sièi que buguèron 
Sènso coumta moun chin... 
— Ci-eisè-lou, cambarado ! 
Lou jure, man levado : 
Me nen niouriguè cinq ! 

Un autre 

A de bano escoundudo 
Dessouto soun capèu ! 
Dieon qu'a per artèu 
De grifo loungarudo !... 



20i COHHESPONDANCi: DI. J. HKlîOUL ET ROL.MAMLLE 

(Tcufi) : Tounibem à to de poun 
Su lou raubo-galino ; 
Roumpeni-ié li-z eequino 
A grand cô de basloun ! 

Sant Miquèu 

Pastourèu, pastourello, 
Ana lèu vèire ensèm 
Un tan bel innoucèn, 
Una Vierge tan bello ! 
E tu, traite Cifer, 
Vai-t-en dins ta cafourno ! 
Rintro dîne ta niu sourno 
Au fin-foun de l'Infer. 

Souto li pè dau diable 
Lou fôu se drubiguè ; 
Cifer s'esvaliguè 
Em'un cris esfraiable ! 
Dins la jaço {sic) subran 
Pastre e pastoiiro intrèron, 
E galoi, oûfriguèron 
Si presèn à l'Enfan. 



2 octobre (SS" Ange.^) 1852. 



J. ROUMAMLLE. 



. + . 

IX 

A MOXSIEI R. 

Mo.NsiKi u J. HdiMAMLi.i., lioiiimc (le lettres, 
à Avignon (\'aiicluse). 

[Cachets postaux: Nîmes, 20 octobre 52 et Avignon, 21 octobre 52] 

Niines, ce 19 octobre 1852. 
Mon ciikr Ami. 

J'accepte avec la plus \i\e reconinaissancc et le plus vif 
empressement la dédicace de votre charmant Noél. Je ne 
sais ce que peut être la Vaclie ; mais celui que j'ai entre 
les mains est d'une naneté charmante et d'un Patois pur ; 
ce qui est rare dans ces sortes de compositions. 

J'attends avec imj)aliLMicc votre recueil de noël . Ce mot 
de noël me remet en mémoire bien des choses de mon 
enfance. Je ne sais pas. malgré tout ce qui m'attache à un 



CORRESPONDANT r, DE J. REIiOUI. î;T HOIM WIEEI: l^l 

grand tra\ail oiilr('{)ris, si je ne ciMlciai pas a la UMitatioii 
tle les rimer ; ne scrait-ec ({iie poiii' ri'pondre à voire 
aimable iirocedé. 

Ne précipite/ rien, mon cdier ajni, dans votre entreprise 
el rejetez impitoyablement loni e(> (|ni serait \nlgairc. 
Car dans vos envois athis en lnuixcnv, ([iii prohahienient 
ne seront pas de la |d(Mad(> d'Arles. XadimMIe/. que ceux 
là, ou ceux c[ui seraient dignes d'être hnirs com[)agnons. 
l-*ardonne/« moi cf^s conseils. (|ui sont dictes par tout Tin- 
teriM que je [ncnds à la réussit»* de \-otre o'iivrc^ (1). 

Adieu. Je lis et j(> relis à lous mes ainis el \i'^ileurs, A'cn 
foiiiha f'iiirc un (irouni. Je dis à tous que c'est un chef 
d'œuvre cl tous son! de mon a\is. Mille fois merci de vos 
felicitatiioius quoicjue le })aiii (jue je pris fui d'ailleurs le 
seul à i)rcndre (2). 

Mes bons souvenirs à M. de Gaillard. 

Tout à vous, cher et Illustre coid'rere, 

J. lîlOlioLL. 

(1) Entreprise, barré. 

(2) Su*- le refus do Reboul d'être décoré de la Légion d'honneur par 
le prince Président, c/. (en attendant les documents nouveaux que 
noufi produirons), ce qu© disaient en 1865 M. de Cabrièree, p. lx, 
note, de sa Xvtice, en tête des Dernière-^' Poé.'<ic.f, et Poujuulat, Lct 
ires de Jean lieboul, p. 38. « Deux sortes de gens sont toujours 
prêts à tout accepter : ceux qu'aucune conviction n'arrête et ceux 
qui ont peur. Reboul avait des convictions et n'avait peur de rien. 
Deux gouvernements essayèrent de lui faire accepter le ruban de la 
Légion d'honneur : il ne se laissa pas décorer. M. de Salvandy, 
qui recherchait beaucoup les honnêtes gens, t^enta l'aventure sous 
Louis-Philippe: <c Celui qui peut ni offrir relu n'est pas en. Frcmce », 
lui répondit Reboul. En 1852, on voulut aussi le décorer, « ronunc 
on aurait décoré les Arènes. » Reboul répondit qu'il no croyait pas 
êtrPi passé à l'état de monument, et comme il se sentait encore 
bien vivant, il écarta" de la main le ruban. Il le fit simplement, 
et regretta le bruit qui suivit son refus. » Cf. aussi, dans ce même 
Poujoulat, la lettre de Reboul à De Fresne, Nîmes, 4 décembre 1852, 
p. 164, où il dit avoir « passé une quinzaine de jours » qui n'ont 
pas été « sans pei^plexité », et la lettre- suivante, Nîmes, 12 décembre 
1852, p. 166, au sujet de l'article relatif à « cette malheureuse croi.x 
qui en est bien véritablement une pour moi. » Cet article, que 
nous avons fini par retrouver, est enfoui au n" du 15 octobre 1852, 
p. 67, do La Mode, Bévue politique, religieuse et littéraire, et émane 
du dirscteur de cet organe des salons légitimistes, J.-B. Herman. 
Nous le réimprimerons en entier dans notre biographie de Reboul. 



422 CORRL.'-l'ONDANCi: 1)1 J. UEIîOUL LT HOl.MAMLLE 



Mf)\ ciiKH AIo\sii;i n IiEhoul, 

\'ous lie sauriez croire le |ilaisir ([iie nous m'avez fait, 
en me disant que vous succomberiez peut être à la }»lus 
jolie tentation que la muse puisse vous donner. l\'nsez 
donc combien nous serions heureux v[ fiers de xous voir 
à notre tète ! l'ii iioël de J. Ucboul ! Tout le monde vou- 
drait le lire, tout le monde voudrait le cliantei'. Il assu- 
rerait le succès de notre entreprise. 

Th. Aubanel, un des nôtres, qui est l'éditeur respon- 
sable et le conducteur de la chose, a cru devoir ajouter 
iiux noëls du A'ieux Saboly. tous fort naïTs, et la plmpart 
très-ire(mar([ual>los (1), les noëls de M. Pcyrol, ([ui n'ont 
aux yeux de l'artisle. d'aulic mi'iilc ([uc leur |»opularilé. Ce 
Peyrol, menuisier, cliaiilail Inzai rcim-itl lielhléem et l'en- 
l'anf Dieu, vers 175U. Il faisait rimer hallchaidc et miséri- 
curde, ce ({ui ne l'a jtas empêché d'èlre chanté par tout 
le Comtat et par une partie de la Provence. 

Il n'y a pas, dans Avignon, chez le peuple, de bonnes 
fêtes de \oël. ((ui ne soient égayées par les refrains, trop 
sou\enl. Iiurl<'S(|nes, de cet honnête artisan. Aussi Auba 
nel a-t-il cru dexoir le réédilei- en grande i)artie ; le be- 
soin de cette réédition se faisait ^i^('m(Mll sentir de])uis 
longtemps, ("est aijrès ee Peyrol ipic nous \ iendrons. nous 
autres modernes, avec nos rimes riches, nos stroplies far- 
dées et ponimadées. Je suis sûr que le peuple préférei'a 
à nos chants, ceux du bon menuisier, mais les Messieurs 
et les MesdeinniscUes ne mantpieront jias tie nous décerner 

(1) On sait que dans VAniiana Proticcnçau de 1870, Roumanille 
s'entremit pour un monument à Saboly, qui ne fut élevé que le 
31 août 1875, à Monteux, son village natal, à l'occasion de son 
deuxième centenaire. 11 est vrai que le monument de Reboul (dans 
le Jardin de la Fontaine à Nimes). pour lequel la souscription 
était ouverte dès l'été de 1864, ne put, lui aussi, être inauguré que 
le 17 mai 1876. On trouvera dans notre biographie la liete des 
souscripteurs et le montant — assez misérable — de leurs soue- 
criptione. 



COUnr.SI'O.NDANCE DE i. REBOLI. Kl HOIM AMLM; 'l'23 

le prix. — Si, roiniiio j'ai Inut lieu do le croire, tous mes 
lioinni(>s répondent à rap})el ([ue je leur ai fait, la troisième! 
partie (1) de not.re j)vil)licalion, sera fort curieuse et fort in- 
téressante, .lai (h'jà dans mes carions des pièces de pre- 
mier mérite. Glanp. .\vd)anel, Revbaud, Crousillat, Mo- 
quin-Tendon. Mistral. d'Aslros, L'halvcf, Matthieu, etc., 
ont fourni d<''jà leur conliniicnt. Il nous arrive parfois, 
connue vous l'avcv. dexiné, des choses (jui sont d'une in- 
croyable vuluaiilé Oue faisons-nous en pareil cas ? S'il 
y a remèd(\ sil y a possibilité de remettre l'infirme sur 
pied, nous nous mettons à l'd'uvre. Sinon, nous laissons 
mourir le malade de sa belle mort. 

Laiasiez-moi dire (jue M. Dau, le jeune coiiu|)osileur 
qui a la bosse du noël, et Cfui, déjà, m'en a popularisé 
trois : Li. Piloun, li Diable, Uni bon Ixcscoiilic, a trouvé, 
l'autre jour, pour Aotre Ilaubn-GaUiio, (|uc vous avez 
accueilli a\('e une indulgence doni je vous remercie infini- 
ment, uin air très heureux, et qui preudra vdunic de yntine. 
\ous le publierons cette année, avec acconqtai^nemenl de 
piano, comme nous en avons la louable liabitude. Votre 
nom nous portera bonheur {'2). 

Quand M. Léopold de Gaillard aura subi toutes les 
épreu\es dont nous l'accablons (nous imprimons ses Let- 
tres sur la Suisse; vous en a\ez entendu parler), il vous 
écrira. Oh ! Puissiez-vous succond)er à ladite tentation 
avant le 25 novembre ])rocIiain ! 

Tout à vous, mon cher Monsieur Hebcjul. el de loul mon 
cœur. 

J. lloi MANILLE. 
22 oct. 52 



(1) Corrigé de: fouf le mondr répond à l'appel que j'ai fait, 
cette 3' jmrfic.. 

(2) Roumarille mentionnera, en 1857. p. 134 de léd. originale de 
La Campano Mountado, que « A. Dau est domicilié à Avignon, rue 
Campane, 21. 11 a fait ses preuves en musique. Il a écrit les airs 
si provençaux et si mélodieux des r.cëls li Pijoun, Inu bon BeK- 
contre, li Diable, lou Baxi~bo-(iaUno, celui de la chanfon des Felibres 
(Armana de lf:55). etc. r> 



i2i COHIŒSPONDANCE DL J. 1Œ130UL ET ROUMAMLLE 



+ 



Mon ( iii.n M()\>^n;i u l>i;miri.. 

Il est vraiment fâcheux |MMir rimiiinMir de noiro Musc cl 
le succès de notre livre jK)i)iilaii(\ (jiic aoiis \(»us soyez 
décide à ne pas nous doiriicr Aoire ou un iioOl laniruedo- 
cien. Notre ami Canoncrc m'a raconté cette histoire, qui 
n'osl cerl/cs pas dépourvue ^l'oi-iLiinnlilé. et 'il m'a assuré 
([ue vous vouliez hien, |i(iur imiis {h-dounniigcr de vos 
vers languedociens, (|iie nous irauioii^ ]ias. é'crire pour nous 
des vers l'raneais, f[ue nous aufous, et (|ue nous mettrons 
en tèt€ de l'a j)arlie moderne de inAw (euxre (I). 

(1) Nous soiuines à môme de donner ici. (V(i/)iî.< le hnniiffon 
original, d'une lecture difficile, le noël patois inédit que Reboul 
avait songé offrir à ses amis : 

LA LOUYO 13AYSS0 

{Xuiié de ifarino) 

Lou Pescayke 

Perde ti la cervelo? 
De que vese il amoun? 
l)"angeo une ribnnbello, 
ïraverso lis estello 
Coumo un vol de pigeoun. 

Ou beau jour (pie regoulo 
D'aquel pouli [*) lableou, 
Dansant la farandoulo, 
Lou pey, de l'aygo en foulo, 
Saouto din mon batfX)u (**). 

Ay l'amo espavourdido : 
Denpiey un bon moumen, 
La vélo es afflaquido, 
La mer es endourniido, 
Et camino pa men ! 

(*) Corrigé de : r/iariiifuit. 

(♦♦) Les trois strojihce qui suivent portent la mention, de la main 
de Reboul : .■'uwniinrr. 



CORRESPONDANCE DE i. HKHOUL ET ROUMANILLE 425 

Celte assurance nous a conihlés de joie, et nous attendons 
avec impatience le présent cjuc \ous vous disposez à nous 
l'aire, et dont nous vous remercions d'avance. Notre re- 
cueil €sl sous presse, bon nondjre de feuilles sont déjà 
tirées, — car nous voulons, dès les premiers jours de 
décembre, dire ;ui pul)lic : nous voici. Ou'avons-nous fait 
pour vous ? -Nous axons réservé quatre pages, un carton 
(pie l'on imju-iuRM-a a,près cou]), et où voire Muse don- 
Sus la ribo fantasco 
Di flammo an couregu 
Din li traou di tarasco 
On dirie que U masco 
Plouroun soun Belzebu. 

L'enfer ati de gniero7 
Quan lou Ciel es jouyoux (*) 
Dessus la terro enti(;yro 
Quaou, hormi li sourcieyro, 
Pot estré inalhjroux ? [**) 

Loir Pastke 

Dé que fasés Pescayre, 
Quand lou fil dôu bon Diou 
Nay d'une viergeo mayre? 
Trimas per li mangeayre ! 
Venès vi£é enbe you. 

Lou Pescayre 

Pastre n-oun camarade 
Aco pot estre vray 
Layssen li badinado 
Aqueste nieu'e estado 
Coumo n'ay vis jamay. 

Lou Pasire 

Y a pa dé badinage : 
Vous parle tout de bon. 
Diou nous donno aquel gage. 
Venez y rendre oumaga, 
Et pourtas y quicon. 

(*) Var. : Qiuin din lou ciel tout ris. 
(**)Var. : Po faire aijiieUe cris. 



426 coiU(i>i'()M»\N( l; de j. rlhoil et roi mami.ee 

liera une main à hi mienne (fjuol lionnenr ! — ) cl l'autro 
main, à touU^s les miisos des Provençales. 

.Nous n'avons plus (pic trois ou quatre retardataires. 
Tous les pigeons seront l»ient.ôl rentrés au pigeonnier. 
Mon Dieu ! cpiels et eonilticn de roucoulements ! Il y en 
a sur tous les Ions cl pour tous les goûls. Grâce ù Saboly. 
le maître, et à Peyrol, le mauvais, mais le plus populaire 
de tous les chanteurs de Xoëls, nous irons, à Avignon 

Lou Pescayre 

A\'ez di vostro prado 
Près lou pu beou moutoun ; 
Es un présent qu'agrado, 
Mais you, per l'accouchado, 
Qu'ofîriray ? 

Lou Pastue 
Des peyssoun. 

Lou Pescayre 

Ah ! se podoun y playre 
Volé ben y pourta ( *) 
Car vous jure compayre 
Que man pas cousta gayre 
Per li poudré aganta. 



Tcuti doux camineroun 
Tout dré ver Betelen 
Et quand se y trouveioun 
A Jesùa ouffrigueroun 
Soun cor e sis presen. 

Sain Jaousé pren la pesco 
Qu'ero i pé do l'enfant, 
La trio, la refresco, 
Et piey copo de lesco 
De la largeou dôu pan. 

(*) Var. : Se n'en po fayré cas 

Ye porteray pecayre, 
Car m'an pa cousta gayré 
De ligno et de fialas. 



CORRESPONDANCE DE J REROUI. ET ROLMANILLE V27 

surtout, trouver le bon peuple et chanter avec lui. \ous 
coniriltuerons pour notre l»onne part à lui l'aire aimer la 
(.lèche, et à le dislraire aussi de ces chants politiques ou 
autres, qui ne sont pas toujours, liélas ! dune pureté et 
d'une orthodoxie irréprochables. 

\'ous lrou\(Me/. ci-inclus un s|Ȏcinicn de notre livre. Ce 
n'est pas du luxe. 11 Tant vendre, o[ \endre bon mai'ché. 
Le peuple ne lit que les livres (|u"on donne, ou {]u'il achète 
i'slrass!) de inarcd (1). 11 aiii'a tous nos noèls. les \icux cl 
les nouveaux, pour 75 c. 

Adieu, mon cher Monsieur Reboul. Si \()us voyez Ca- 
nonge, piàe/.-le de ré[)ondre deux mots à ma dernière 
lettre. 

Tout à \{)us (M de tout mon Camr, 



Av'ujnon, 5 Xov. 52. 



J. Uor.MAMLLE. 



Angj'cllo, rougé, solo, 
Mujé, coupae afio {sic) 
Soun din la cassirolo 
Un chérubin que volo 
Ven per bouta lou fio. 

Per aquel sain poutagé, 
Un ange un paou pu gi'an, 
Caouzis lou jardina je ; 
Et, din lou sa di mage 
Vay cherca lou safran. 

Lou pey, quieu din sa graysso, 

S'escunlo, et desenipiey 

Aco's la bouyobaysso 

Q)ie fay lipa li maysso 

Y goujar coumo y Rey (*). 

(1) Dans sa lettre à V. Duret du 25 juin 1857. Roumnnille s'est 
chargé d'expliquer cette locution provençale populaire {à ri! prix, 
au raliais, p. 35), que Mistral, Trésor, ii. p. 1671, donne sous la 
forme : à estrasso de nuircat. 

{*) Ceux qui possèdent le petit recueil de Nouvé paru en décembre 
1852, noteront que Canonge, dans la pièce qui y est intitulée : 
L'Aiviras, — pièce dédiée à T. Aubanel et datée: AHmcs, 1852, — 
y a presque littéralement reproduit le début de la comfwsition de 
Reboul, mais en disposant difl'éremment l'ordre des strophes. 



•^'28 COilHHSPONDANCE DE J. ItKlUH L ET ROL MAMI.LE 

XII 

A'imes ce 7 9'"^ 1852. 

Mon ciicit IIoimami.i.e, 

\ oici la pièce dont vous a i)arlé Canongc. Je no sais ce 
(]u'clle vaut. J"ai seulement à \ous dire qu'elle a clé com- 
posée pour vous remercier du volume «pie ave/ eu la bonté 
de me promettre et non pour le volume lui-même, c'est 
ce que la lecture vous fera aisément comprendre ; elle 
suppose les noëls comius et par conséquent déjà impri- 
més. Je n'ai pas voulu cependant retarder son envoy; votre 
lettre était trop pressante et trop pleine de sympathique 
amitié. 

Nous sommes toujours jdeins de tendresse pour nos 
dei-niers nés. 11 serait fort possible que ces strophes ne 
\alussent pas le Diable. Lisez les, en oubliant que votre 
est (sic) en iète et si \ous les trou\e/. i^nditines de moi, 
mette/, les impitoyablement de coté c'est un service que 
je vous deuiande. J'ai écrit au courant de la i)lume et je 
< rains que cela ne vaille après tout que ce qu'il m'a coûté. 
Va. puis la lauLiue française est i)eu propre à rendre les 
tableaux d'intérieur ; c'est une grande dame qui dédaigne 
de mettre la main aux choses du m'Cinage. Quoique mon 
iiiitention fut de ne publier cette pièce qu'après que le vo- 
lume eu question eut paru, faites on cependant ce qui vous 
parailra convenable, si toutefois elle vous parait digne 
encore une fois de voir le jour. 

Tout a vous et a vos amis, 

J. PiEBOUL. 

Je vous prie de voilier a l'imiiression et do soigner les 
épreuves. Je vous laisse jugie de la variainte, — bien per- 
suadé que votre bon goût choisira mieux que moi. 



CORRESPONDANCE DE J. REUOUL ET ROUMANILLE 429 
XllI (1) 

Mon chkr Monsielr Heboul, 

Je m'emprosse de vous remercier, con amorc, avec le 
cœur, de la pièce que vous m'a\oz adressée. Depuis que 
Canonge me l'avait aiuioucée, je m'étais plu à la rêver, 
bien simiple, bien pure, bieii touchante : laissez-moi vous 
dire que la léalité a de beaucoui) dépassé le rêve. C'est 
superbe ! J'en ai encore le cœur tout énui. Je vous ai don- 
né une petite fleui- rie mon parterie : vous m'avez donné 
en retour un diamant de \oti'e écrin. Mille fois merci ! 

Mon nom qu'a prononcé... 

\'ous f^avez le reste. 

Léopold de Gaillard, (pii était chez nous au moment 
même où j'ai reçu votre lettre, a vivement applaudi votre 
Mu.se, et bien des l'oiis, les amis Aubanel et Glaup et Re- 
nould en ont fait autant. Vous verrez plus tard que la 
Muse de Glaup et la vôtre ont (pichpie ressemblance en- 
tre elles (■^^) : 

Amelo, nose, nouga blan, 

Figo, amelano, counfituro... &c. 

ce dont Glaup a été très content. 

\ otre pièce est déjà entre les mains du compositeur ; 
nous ne manquerons pas de vous en adresser une épreuve, 
demain ou après demain. Si vous avez quelque modifica- 
tion, quelque changement à y faire, vous me l'écrirez. 

J'ai voté, et les amis ont voté avec moi, pour 

« Toujoui's soigneuse de ma mise... j 



(1) Cette lettre est timbrée aux initiales /. R., encastrées dans 
une sorte de panonceau géminé, que surmonte une coquille. Aucune 
des lettres postérieures n'en sera munie, sauf celle du 10 mai 1854, 
où il eet, d'aineure, presque eft'acé et d'autre forme. 

(2) Glaup a dédié à Reboul son Noël : Miejo-Niue, daté : Avignon, 
1855, et qui figure dans ces Xouè à partir de la 2° éd. (3' éd.. p. 90). 

28 



•'i3i) ( oiuiF.spoNDAxcr: nr: j. hkroul et houmanille 

\'<uis avoz coiiHiiis. ou les Xiiuois comiucltoiil iiiu' i;iti\(' 
erreur, en i)rcuaiil (1) valciulau })our cacJia-fuce. La bûche 
(lonl vous voulez parler cVsl le cacha-fau, dans toulle Com- 
Inl el dans toute la Provence ; le calendau, au contraire, est, 
pi'imilivcment, une tige du petit houx couverte de ses 
l'ruils. dont on entoure les rameaux de nœuds blancs faits 
avec la in;irll(> du jour (scirinis /(o/o.sc/iœnu.s), el (|U(^ Ton 
])laice sur le pain, ou iiAlcau de la \ril'lp de Xoël. Ce piiiii, 
ou ce gâteau a pris cnsuilc le nom du houx dont on l'or- 
ne : on l'a appelé calendau, pan calcmUm. Ilonnoral, dans 
son Diclionaairc Provenrail français, m"a, fourni ceci; vous 
h" trouverez (■^) plus ou long dans mon Louis Gros, que je 
\(Mis ai donné, je crois (pages 5 et ('». noie). 

Les l/rois lumc sont tradi.tioninels chez nous : le Père, le 
Fils et le S* Esprit. \'ous en avez donc (jualre à Nîmes : 

(1) Confondant, bané. 

(2) Corrigé de: rjue vous trouverez. Si Reboul y eût songé, 
il eût pu rappeler à Roumanille que la (lazftte du Baa-Lnn- 
fjurdoc avait, le jeudi 24 juin 1847, publié un article de lui sur 
le Dictionnaire du docteur Honnorat — article daté d'Avignon, 
3 mai 1847, qu'avait précédé un autre, au n' du 8 avril, réimprimé 
p. 227 des Marrjaridcto — et où on lisait, s. r. Cachafl'EC, cet 
extrait: « s. m. (catcheut'é) cacharioc, cachafuec, cac/iafio, calindau, 
ralifjnau, raleynau, souca-de-nadau, soucha de nadal, trcfeou. Bûche 
de Noël! on nomme ainsi, en Provence, une grose bûche qu'on met 
au feu, le soir de la veille de Noël, après qu'un enfant y a fait trois 
libations avec du vin, en disant : 

Alc(jre, Dieou nous alcijre 

Cachafvec vèn, 
Dieou nous fasse la yraci de veire Van que n'n. 
Se siam pas mai que fuguem pas mm. 
Aqucuu grand rei de glori 
E.< nat à mirge-nucch : 
N'en fasen la mentori 
Quand mctcn eaclia-fucch. 

Gautier. 

Cette cérén onie ne se pratique plus guère; mais on met encore, 
dans bien des endroits, la bûche au feu, pendant qu'on fait la 
collation. — Etym. CarJia-frur, qui cache le fou. C'est un reste de 
l'ancien usage jiar le(]uel on allumait le feu nouveau, à l'époque du 
renouvellement de l'année, au solstice d'hiver: un enfant et un vieil- 



CORRESPONDANCE DE J. REBOUL ET ROL MANILLE 431 

Au lieu d'une seule chandelle, 
J'en vois trois de plus s'allumer... 

3 et 1 — total 4. Décidément vous en ave/, une de plus. 
Oue peut signifier la 4" ? Elle ni"a i'ort préoccupé. 

\otre recueil \a bon train. Il aura du succès, tout nous 
porte à le croire. Sous l'égide de la vôtre, nos muses 
ti'ouveront bon accueil là même où elles sont ordinaire- 
inenl (1) accueillies avec le plus d'indilTérence : dams ce 
(|ue l'on appelle le beau monde, t|ui parle francinman. 

Adieu, mon cher Monsieur Reboul. Tout à \ous et do 
tout mon Cœur, 



J. ROUMANILLE. 



ÂLiynuii, IC 9^ 52. 



+ 



XIV 



.MoNSiEi n J. RouMAMLLE, liommc de lettres, 
Amgxox — Vaucluse 

[Cachets postaux: Nîmes, 14 nov. 52 et Avicnon, 15 nov. 52.] 
Avignon — Vaucluse 

Nimes ce 14 Q*"-^ 1852. 
Mon cher Ami, 

Je vous demande mille pardons de la peine que je 
vous donne. Mais resrardez ma dernière lettre comme non 



lard devaient porter la bûcho, parce que l'un représente l'année qui 
commence, et l'autre, celle qui finit. — Faire, qwum cachufuec, 
cachafio: fêter la veille de Noël, etc., etc. » T/., d'ailleurs, l'article: 
i'acho-fio, dans Lou Trésor dôu Felibrige, t. I, p. 409. 

Quant au Louis Gros (1849), le titre exact de cette brochure in-10, 
qui en était alors <à sa 5' éd. et coûtait 30 cent, chez Seguin aîné à 
Avignon, est: Louis Gros et Louis Noé, ou un Drame dans hs car- 
rières de. .'St-Rémy. On sait qu'elle est écrite en français. 

(1) En sui-charge. 



432 CORRESPONDANCE DE J. REBOUL ET ROU.MANILLE 

avenue. \'oici mes dernières corrections faites sur votre 
épreuve : 

]""■ Au lieu de. à cotlo fcle do iXoel, melire veille ; 

2 Au lieu de 

Contre l'allurp habituelle &c. 

me lire. 

Et, prfxligalité plus rare, 
Au lieu d'une chandelle avare, 
J'en vois trois de plue s'allumer. 

((]o ricruour). 

3^ Au lieu de 

Analogue à ce temps pieux 

nietlre 

Inspiré par ce temps pieux. 

(De rigueur). 

4® Au lieu de CacJia fai'i, mettre Calendaou. 

(de rigueur). 

(Oue voulez-vous, c'est là le nom à Nimes.) (1) 
Quand (sic) au mot veille, je ne sais pas si j'ai mis fêle, 
mais mon ip.teniion était :!e dire \' cille (2) et c'est pour 
cela que je rosliliie ce mot ; car c'est IticMi la veille de Xoël 

(1) Dans la réimpression de cette pièce (Souvenirs de la veine de 
Noi-I), p. 247 des Traditionnelles, Reboul a ainsi tiré parti des 
renseignements de Roumanille, .«. v. cnlend^ou : « Ou bois de Noël. 
Bûche consacrée autrefois par l'aïeul de la maison en l'arrosant 
d'un verre de vîn. Nos contrées, devenues chrétiennes, conservèrent 
le nom de Cnlendas à la fête de Noël, jour le plus remarquable 
des huit jours avant les calendes. » Dans la réimpression de 1852, 
p. 3-6 de JA Noué de J. linuiiKiniUc, il avait mis seulement, en note 
des 2 premiers vers de la strophe 4 : 

Je me rlifiiiffc à lu cheminée 
Dw caletulau illuminée^ 

ceci : « liûche ronsacrée autrefois 'par l'aïeul de la mai''on. » Rouma- 
nille a jugé à propos de supprimer cette charmante pièce dans 
l'édition de 1880 de ses Nouré, avec musique et traduction française. 

(2) Corrigé de : vieille. 



CORRESPONDANCE Di: J. liElîOl'L ET ROI MANILLE 433 

que j'ai \oulu iiiiidic (.sa) vu plutôt la nuit, do Xooj. An 
reste ceci est de peu (rini|)()rtanfe et je n'y aurait (sic) jias 
faite (s/c) atteiilidii. si le nml fric ne se Irouxail ileja dans 
le eourant de la pièce, l.a pièce est courte cl ce siérait une 
imperfection ipic la repelion (sic) du mot qu'il faut éviter 
autant que possible. 
Tout à vous, 

J. Hi;iiori.. 

Quand je dis de regarder ma dernière lettre comme non 
aAenue, je iieiilends p.w la que des corrections. L'envoy 
à la revue cnnlciujxndine est toujours propoisé à votre 
appréciation. 

Je laisse tout le re^-le a vos bons soins — poniuation 
(.sic), orthograj)lie, tV (1). 

XV 

Mo.\ cuEu Monsieur Reboll, 

J'ai reçu \os cbangcments. Je les ai trouves excellents 
et me suis empressé de les donner à notre cher éditeur, 
pour qu'il ait à s'y conformer rigoureusement. Cette pièce 
n'en sera que plus parfaite. .Mille fois merci de toute la 
peine que vous prenez (2), pour nous. Vous donnez aux 
pauvres avec une générosité sans pareille. Dieu vous le 
rendra. 

(1) Reboul a, {mur l'orttiograptie académique, le dédain d'un 
grand Seigneur du siècle de Louis le Grand et il lie habituellement 
ses mote en neumes qui rendent fort difficile le déchiffrement de sa 
fine écriture, où les finales des vocables pluriels disparaissent 
complètement soue un trait appuyé. Nous nous sommes efforcé de 
reconstituer exactement ses graphies, corrigées à l'envi par les 
trois éditeurs de ses lettres, Poujoulat, susmentionné, J. Canonge 
(dans ses Lettres Choisies, etc. [Paris, 1867]) et Gaston de Flotte 
(dans son volume: Souvenirs, études, méhimjes littéraires -par le 
baron Gaston di Flotte,, précédés de la correspondance de Jean 
Rehoul avec Vauteur [Parie et Nimes, 1865]. On trouvera 3 fac-si- 
milés de l'écriture de R-eboul entre la p. 516 et la p. 517 des Poé- 
sies Diverses de l'éditeur montpelliérain Pierre GroUier (Mont- 
pellier, 1875). 

(2) Corrigé de ; vous vous donnez. 



''i3'i coiuu:si'OM).\Mi:: di: j. HLiiOUL m roi mami.li: 

I.a /<'/('. les i cliaiulcllcs et le calendau, voilà les trois 
rlioscs sur li^scjiicjirs jr> (I) nraiTèlni. J'aurais ])référé 
veille, cl voilà que veille est arrivé. Mais comme vous 
le dites, c'était i)eu important. Quant aux i cliandelles, 
voici comment nous les avons expliquées : le père, le fils, 
le S' Esprit et la sainte Vierge. C'est à merveille, et, 
cette année, je prierai ma mère de nous donner cette qua- 
trième lumière. Nous y verrons plus clair, et la bonne 
Mère sera représentée. J'ai cru, d'abord, que votre calen- 
dau était tout bonnement là par erreur, mais puisqu'à 
iXîmes et dans le Bas Languedoc, ou appelle ainsi la bû- 
che consacrée, je n'ai plus rien à dire. En efïet, c'est bien 
là aussi /ou bas calendau, le bois de Noël : nos ancêtres 
devenus chrétiens, nous dit M. iïonnorat, ayant conservé 
le nom de calendas à la fêle do Noël, jour le plus remar- 
(juablc des huit jours avant les caJcndes. Donc le Bas 
Languedoc a raison, et la Provence n'a pas tort. 

La proposition (.[uo \ous me faites d'envoyer votre bijou 
à la Revue Conlemporaine, m'a été infiniment agréable. 
L'insertion de vos ^ers dans cette revue honorera beau- 
coup ma pléiade de troubadours, et surtout leur indigne 
Caporal. Il faudrait, dans ce cas, faire précéder votre 
pièce de quelques lignes d'introduction, où il serait ques- 
tion de notre livre. Ce serait l'affaire du Rédacteur. 

M. Aubanel. notre éditeur, me fait la gracieuseté de 
tirer à part une centaine ou deux de mes dix noëls, que 
j'offrirai à mes i)arents et à mes amis. Vos stances servi- 
ront de préfai'c à celle jjrochure — (quelle jolie j^réfacc î) 
Pourriez-vous me permettre, dans cette édition inlinic, 
d'écrire ainsi les trois premiers vers de votre dernière 
stance : 

(1) Me SUIS arrêté, corrigé. La difficulté relative aux « quatre 
chandelles » était contenue dans la strophe 7 : 

Pour fnirv fuitiiuiir à vos atffi'pes, 
On sort la plus blanche des nappes 
Que l'armoire peut renfermer; 
Et, prodigalité plus rare. 
Au lieu d'une chandelle avare, 
J'en vois trois de plus s'allumer. 



coHiŒsroNDANti: Di; j. ui:iiOL'i i:t roimanilli: '135 

Doux revenante do ma pensée, 

Bénissez la voix cadencée 

Qui vous rappelle à mes amours?... 

Il n'y aura plus là ([iriiiic \o\\. Hcsle à savoii- si clic 
est assez bien caclencéc. 

Adieu, mon cher .Monsieur lloLoul. Tout à \ous cl de 
tout mon cœur. 



Avignon, 16 novembre 1852. 

. + . 

XVI 

Mon cher Roumaxille, 



J. IloLMA.MLLE. 



Nimes. ce 18 9'"-^ 1852. 



Je vous permets de bon cœur ce que vous me deman- 
dez : c'et (sic) a dire ce singulier de la dernière slroplie, 
cfui ne l'est pas du tout pour moi ; car je le re£,^arde 
conmie une nouvelle preuve de votre bonne amitié et de 
l'estime que vous voulez bien accorder au Poêle fran- 
chirndn. 

Je n"ai pas besoin de vous dire que pour le volume, 
quoique votre nom soit en tète (cl il mérite certainement 
d'y être), je désirerai (sic) conserver à la pièce qu'elc[ue 
chose de collectif. Je; ne voudrais pas blesser de justes 
susceptibilité (sic). C'est parce que je vous connais que je 
vous ouvre ma pensée. Je saiis par Canonge, (luo votre 
noble cœur porte encore que'l([ue chose de plus élevé ([ue 
la poésie. 

Je vois que les 4 chandetlles vous endjarrassenl et 
que vous venez à leur secours en y ajoutant la Sainte 
Vierge. Mon intention n'a pas été (rexprinicr un symbole 
par le luminaire. Je crois moine que la Irinilé intervien- 
drai (sic) mal à [iropos. C'est le mystère de l'incarnation ; 
il n'y a qu'une seule personne ([ui ligure d'une manière 
spéciale. J'ai ])arr(iis vu le Iriainjlc rdijoiiné. Sur des croix 



'«30 COIUU.SPONDANCE DK J. REBOUL ET liOIMAMLLE 

et nolammoiil sur celles qui se trouvent (1) sur les habits 
sarerdolaux ("esl une faiilr qu'il faut atiribuor à l'iguo- 
rauce lilhuruique (.sa) des arlisics. 11 n'y a cju'uuc seule 
personne d-c la triuilc qui se soit iuimoléc : le Christ. 
Pardonne (sic) moi, mon cher ami, cotte petite excursion 
dans le domaine du symbolisme Chrétien, qui ne laisse 
jias d'avoir son ivetil parfum de pedantismc sous la plume 
d'un poète. 

11 serait bon pour la revue «pie la i)iece fût insérée 
dans le numéro du 15 X'""*, ce serait pour elle une 
actualité. D'un autre coté ce serait peut être trop tard 
j)Our le volume. Enfin je verrai ce que me diront ces 
Messieurs, vous savez qu'ils exiiieul toujours V inédit. 

Adieu, cher Uouuianille, jo vous le ré})èle faites comme 
\ous l'entendrez. Je n'ai (ju'un seul regret, c'est que 
l'o'uvre ne soit [)as plus digne de vous. 

Tout à vous, 

J. Reuoll. 

XVII 

Mon cueu Monsieur Reboul, 

Je vous renuM'cie de la ivermission (pie vous avez bien 
voulu me donner, .\iiisi donc, dans l'édition tout iniimc 
dont je vous ai parlé, la dernière stance de votre pièce 
sera : 

Doux revenants de ma pensée, 
Bénissez lu voix cadencée 
Qui vous rtrppcUe à mes amours... 

Il est biei' entendu {'2) (pie ce changement ne sera fait 
que pour le tirage à [)arl de mes noëls. Si, dans votre 

(1) Corrigé de: sur celle qui e<t fif/urce. 

(2) Corrigé de: évident. Le « changement » en question fut fait 
dane la plaquette donî parle Roumanille. Lfe texte original de cette 
délicieu&e pièce avait: 

Doux revenants de mes pensées, etc. 



CORRESPOM)AN( i: Di: J. MKnOUL KT KOI MWlI.l.i; 'l37 

pièoo, voire (Iciiiiric slrn|ili(> ;i\.iil |Hirli'' le s//);/u//(T, jt; 
nie fusse empressé de vous ileuiaiider le pliiiicl à cor (;l 
à cri, pcr Jaii, pcr Pierre, pcr Toiii, - ])our l;i plus 
griUKle tiioire île /(//// (pnmli. 

Le Recueil ;UH[uel xous \-ou'lez l»ien \()us taut intéres- 
ser, va être terminé. \'ous serez, des i)reniier& servis. 
\'ous y tr()U\ere/. liien des bizarreries et des faiblesses, 
mais bien des beautés incontestables vous en dédomma- 
gero)it. L)n lesle, j'ai eu lien de i'(Muarf|uer souvent, hier 
encore, (jue les préddi-elions du jtciipic ne loudteni pas 
toujours sur les coinimsiliiiis le plus irr('pio<'lial>les. Il 
est tel et tel de nos noC-ls niodei-nes les mieux compi'is, 
nous en avons une C)if euxinm. laissant (1) le [>lus à di-si 
rer sous le rapport du fond el sous celui de l.i forme, 
qui auront néanmoins plus de succès que tels et tels autres 
noëls ayant (2) les syni])alliies des plus compétents el des 
plus difficiles. Xous pouvons donc coiuptrr sur les suf- 
fracrcis des lettrés, et sur ceux des ignorants, il n'est donc^ 
])as mauvais, de plus, (juc nous ayons ouvert notre porte 
à deux battants, et que nous ayons laissé entrer quelcfues 
boiteux et ((uebiues écJopés. 

L'espérauice que nous a\'ons (grâces vous en soient reu 
dues !) de nous voir si bien loué (sic) et annoncé (sic) par 
la Revue Contemporaine, iiou's condjle de bonheur (■')). Je 

(1) Corrigé de : (jui laiiscnf. L'incidente qui précède a été ajoutée 
en marge. 

(2) Corrigé de: qui ont. 

(3) Reboul avait reçu, le 15 avril 1852, une lettre de son vieil 
admirateur et coreligionnaire politique, le comte de Marcellus, ex- 
ministre plénipotentiaire, qui lui demandait de collaborer à la 
licriip, qu'il venait de fonder, qui était dirigée par ^I. de 13elleval 
et où parurent, en 1852, plusieurs poésies signées de son nom 
(Revue contemporaine. P/iiloxop/iic, Histoire. Sciences, Littérature, 
Poésie, liomans, Voijar/es, Critique, .irché'ihyie, Beaux-Arts. Parais- 
sant le 15 et le 30 de chaque mois par livraisons de 10 à 12 feuilles. 
Paris, 44 f r. ; départements, 48.) Ces poésies sont les suivantes: 
Le Grec, après un naufrar/e et Ljcs Lnnç/cs de Jésus (n° de mai, 
p. 602-604, avec une introduction du comte de Marcellus. datée : 
Paris, ce 10 moi 1852, contenant la lettre d'envoi de Hcboul) ; 
A la Tour-Mt/i/ne (datée : Xinies, 27 août 1852, n" de septembre, 
p. 466-467); Sourenirs de la ici/le de NoeL A M. PounianiJIe. pour 



438 CORRESPONDANCE DE J. REBOUL ET ROUMANILLE 

désire du fond de l'Aine que ces Messieurs fassent à votre 
l»iècc le bon accueil dont elle <?st si dign* ! cl que le 
luuiK^ro de décembre la reproduise avec accom|)aKni'nient 
dune l'elili^ note e.\])licati\c. Cela porlei'a bonlKMU' à notre 
livre — et nous n<jus réjouirons plus (]ue jamais d'axoir 
lueusement orné de fleurs ]jrovonçalcs, l'humble crèche 
de Jésus. 

Tout à vous, mon cher Monsieur Reboul, et de tout 
mon Cœur. 

Votre sympalhi({ue et reconnaissant, 

J. ROUMANII.LE. 
Avignon, 20 Nov. 1852. 



+ 



Voici, de mémoire, la note de nos perles précieuses : 

— Li clous (sic) huroiin (('anonue). 

— L'avaras (id.). 

— La Dindoulelto (J. B. Gaut). 

— Lou laïugui (E. Garcin). 

— Li paure (Camille lleybaud). 

— Loi chin de Saut Joùsé (Y. Aubanel). 

— Lou chaple di-z-inoucè (id). 

— Lou soûdar c lou pastré (Glaup). 

— Per Noué (du môme. Introduction). 

— L'ase de Sant Jousô (F. Mistral). 

— Lou pichù Jésus (Crousillat). 

— Liz avoucat (Glaup-Grabié). 

— L'ase e lou biôu (id). 

— Lou pastréoun (J. B. Gaut). 

— Li dos chalo (A. Matthieu). 

— La Cstarineta (ALxjnin Taudon). 

le remercier d". V en coi de non Beciieil de Noeh Proi-ençniix (n° de 
décembre, p. 101-103; la pièco est datée: Animes, ce 2 décembre 1852 
rt donnée implicitement comme inédite, bien ([u'une note renvoie 
au recueil et loue C'anonge, qui y faisait « ses débuts dans la langue 
firovençRle », p. 101). 



COHHKi^PONDANCK DK J. UEHOI L i:i U(H M WII.Li: 439 

— En Egilo (R. Chalvel). 

— Li mesiticrau (id.)- 

— Li pasitoiiro (l'axaii, j)itiisnii). 

— La santo fainio au dcscil (\ii1iimI, ('un''). 

— Raipaitai)ikn (B. Clialvcl). 

— La nuè de Noué (Bourrolly). 

— Pastourailo (Bousquiet — (lro)> français cl trop La- 

martine). 



XVIII 



Nimes ce 15 X'* 1852. 



Mo.N CHER UOLMAMLLE, 

Mille fois merci do votre aimable cnivov. J"ai lu avec 
un grand plaisir tous vos Xoëls et tous ceux de vos con- 
frères qui sont dignes de vous. Quoique je ne connaisse 
pas une note de musi(iue, remerciiez aussi pour moi 
Monisieur Gau. que j'a]iplandis de confiance, car je soup- 
çonne ((u'un hf)innie (pii est apprécié par vous, el par M. 
Aubanel, doil avoir, comme artiste, un mérite hors du 
comnnm. Je me réserve de montrer la musique de vos 
noëls à quekjues uns de mes amis aptes a en juger. Cer- 
tain que mes prévisions ne seront pas dementicis (1). 

Sitôt votre lettre reçue, j'ai oie trouver Canonge. Il 
s'occupait de vous tous, let sa réponse sera un article 
dans le bus lanijucdoc, il en ("J) corrigeait les ei)reu\cs 
iiier. 

Si je regardait (.sic) votre puiblication connut^ une œuvre 
purement liltcrairc, je vous dirais que vous avez été trop 

(1) La musique des Noué, ou, du moins, des principaux d'entre 
eux, était, d'ailleurs, en vente à ÎS'imes chez Estrivier, de la 
Colonne, tandis que le volume lui-même se trouvait chez l'éditeur 
et libraire Giraud, boulevard S'-Antoine, au prix de 1 fr. Mais dès 
le mois de mai 1852, le noël Li pijoitn, de Roumanille, avec musique 
de Dau, en était à sa 3' éd. et l'on vendait Li Diable et Ljou lion 
Rescontre, également mis en musique par Dau, à Avignon chez 
Seguin aîné. L'année suivante vinrent s'adjoindre Ljou liaubo-GaUno 
et Lis dou? Scrafin. cette dernière œuvre avec musique de E. Albert. 

(2) Co«rrigé de : et dont. 



ViO ( OHRESPONDANCE DE J. REBOUL ET ROU.MAMLLE 

coni|p|;ii>;iiil. Ouo de chosi> (sic) il aurait l'allu chitiiicr '. 
outre aiilie loiit Peyrol. où je n'ai |»ii lroii\er ce (|iio je 
eroves (sic) y xoir île la iiaheli', loiit v est |i|al, cl je 
ne cniii|)r('iHls ]»as sa papularité chez xoiis. (jiiaiil a Sa- 
l>oly, cela sent le 17* Siècle, et c'est tout dire ; dans 
cet heureux temps, les choses les plus iuforines se 
revêtaient de ne sais (sic) quelle excellence qui ai])]iarem- 
nicnl jie se retrouvera })lus. Les noels nouveaux (je parle 
des bons) peuvent seuls luller avec lui. Ils brillent par 
des qualités, peut être en dehors du gcni(% mais (pi'on 
ne trouve pas certaimoment dans Sabolv : je \eux parler 
de la grâce scraiphique et celle drauiali(iue enei'gic f|ue 
l'on reu'conlre chez les plus huppés d'entre \()us. Mais je 
ni'appercois que je fais de la critique cojunie si j"a\ais a 
l)arler d'une œuvre nioiidniiie. Le chrétien doit \()ir de 
l)lus haut, et les olïrandes à la Sauite crèche de\ai(Mii 
toutes être accueillies. Vous iwc/. bien fait de tout inipri- 
nier. Noël est le jour de ])airailo égalité (I) : le denier 
du pauvre retentit dans l'urne de la charité comme la 
pièce d'or du riche. Dieu ue juge pas d'a])rès notre froide 
Poétique : il peut y a\uir lelh^ inlenlion dans la composi- 
tion d'une pièce (jui peut lui valoir une popularité refusée 
à des œuvres qui nous paraissent pluis ])arfaites, c'est 
ainsi que l'on pourrait expliqucn* le succès de Peyrol. 
Adieu et tout à vous, 

J. Reboul. 

Dites à M. Glau[t f|ue je suis aussi charmé que lui de 
uôlic renconire ; en Irailnul 1(> mémo sujet, il était difli 
cile de ne pas se trouver daUiS les menues idées. Pour (ju'il 
en eut ele autrement il aurait fallu nous connnuni(juer 
notre Iravad. .Surtout dans une pièce loule de d(^scrip 
tion. Copeiiidanl l'a'il exercé m-vva {[\\v \v i)lagiat n'est 
d'aucun coté et que tout est, i)our me servir de l'expres- 
sion du grand de Maistre, différemment semblable. Je dis 
cela parce que l'avantage n'est pas de mon coté. Je joins 
un mot i)Our M. Auhanel (2). 

(1) Ef, barré. 

(2) Nous publierons incessamment la correspondance inédite de 
Reboul et Th. Aubanel, avec une longue étude préliminaire. La 



CORRF.>PO\DA\( r; DE J. HKHOl I. I.T HOl MANILLE A\\ 

XIX 

Nî\ii:s (Gard) 

Moxsinru J. Ukiîoll. 

[Cac/icf.t postaux (I'Avignon. Il /tini.< 53; rrlui de Nîmes c><t ini^ilhc.] 

Mon cher Monsieur Ili'i'.oi i.. 

Voilà déjà loRglcnips que jo iir \ou? ai jets doiin'* 
signe (lo \\e. Pormottc/-nioi, ou pliihM ixmiim'IIi'/. à mi 
Musc cnfrcioulido i]o \onir rra,pper à voirc porte, l'allé 
\eufl vous parler de moi, \ous olïrir. peu do chose, un 
conte de mère grand, (jue la mienne me disait au coin 
du l'eu de la granjo, ei qu'Aubanel m'a assuré avoir hi 
dans un conteur allemand, ce qui prouve que les contes 
de grand mèi'c so^nt cosniopolilc^s. ("e qui in"a déterminé 
à écrire cette viciiWerie, c'est, d'abord, le besoin de cueil- 
lir, au miilieu de mes lourdes éprouves, quelque fleur poé- 
tique ; c'est ensuite la nécessilé où je suis d'accroître le 

lettre en question est une puissante invitation à la poésie et un 
éloge enthousiaete des Innocent^. Quant à l'accueil que reçurent Li 
Noué en Avignon, il est curieux que Roumanille n'en dise rien à 
Reboul. Il s'est, heureueement, ouvert tout au long, à ce sujet, 
dans une lettre du 20 décembre 1852, à Canonge, oii il remercie ce 
dernier da son article de la Gazette, du Ban-Latu/uedoc. Voyez cette 
lettre dans P. -H. Bigot, Lettres Félihréennes (Bergerac, 1910), 
p. 20-24 (extrait des Actes du Congitts des Sociétés Savantes tenu 
à ArlfB en 1909). M. P. -H. Bigot y parle, p. 21, note 1, du « Libre 
C(d('tidiin ou recueil de Noëls, édité par la maison Aubanel frères 
en 1852. mais sans indication de date ; la 2" était sous presse en 
juin 1857. Voir lettres à V. Duret (3 juin 1857). » Mais a-t-il 
jamais eu en mains l'ouvrage? Nous rous étonnons, en tout cas, de 
le voir ignorer, dans un autre Mémoire présenté au même Congrès, 
qu'Aubanel y avait collaboré. Cf. Li Souhreto de Teodor Avhanel, 
clas.^é' ■■< et annotées par P. -H. Bigot (Bergerac, 1910), p. 5 et p. 6, 
où il y a un « essai de bibliographie chronologique » des Œuvre,-! 
de Th. Aubanel. D'ailleurs, lo titre : Lou libre ('n/eiuhiu ne convient 
pas pour l'édition de 1852, ni pour celle de 1857 (datée: 1858), maia 
bien pour les rééditions successives, y compris celle de 1865, in-12, 
qui contient La tristesse de saint Joscpli, poésie française de Reboul 
imitée d'une pièce provençale de l'abbé Lambert, et celle de 1867 
en deux volumes, dont le premier fut réimprimé, plus complet 
encore dans la partie : Li Nouv'e. di félibre, en 1870. 



442 CORRESPONDANCE DE J. REBOUL ET ROUMANILLE 

plus ipossiblc la raniillc de .Se iwii j'usiimi un aiouva (1), 
pour avoir à débiter du nouveau à la Société de S' 
Frangois-Xavier, composée d'ouvriers (|u"il est bon de 
moraliser, en les faisant rire. — Ce morceau, qui peut 
être vous plaira, mon cher Monsieur Reboul, vous était 
dédié, avant qu'il fùl écrit. \'olre épitre <à propos de mes 
noëls m'a fait xoirc débiteur. Je voiis paie a\oc de la 
mauvaise nioiuiaie.... Mais enfin, elle aui'a cours quand 
vous l'aure/ acceptée. 

Depuis quelques jouTS, je cours sans pouvoir l'attein- 
dre après le luunéro de la Gazelle du Midi, où se trouve, 
m'a dit M. Pic non, une bolLe prière que vous avez récitée 
à Marseille (2). Il mo tarde infiniment de la lire. On doit 
me l'apiporter ee soir. Bonne et belle soirée pour moi ! — 
Canonge, qu'un heureux hasard me fit rencontrer ici l'au- 
tre jour, m'a paiilé de vous et de volire Musc. Il m'a donné 
des nouvelles excellentes. Heureux je serai quand il me 
sera donné de lire la morl dîièrodc ! 

Adieu, mon cher Monsieur Reboul. Lisez mon parlage 
avec l'indulgence à laquelle vous avez bien voulu m'habi- 
tuer. Recevez, avec les miennes, les salulations de nos 
troubadours a^ignonais. 

Tout à vous et de tout mon Cœur, 

J. ROL.MAMLLE. 
Avignon, 10 jnnrs 1853. 

(1) On sait que cette bluettc, que Reboul avait tant admirée, fut 
ineérée p. 207 des Provençales, et qu'elle avait d'aboi-d paru en feuil- 
letons du samedi, comme toutes les pièces de ce recueil, dans le 
journal avignonnais La Commune (1849-51). fondé par H. d'Anselme. 
C'était, en outre, la seule pièce en provençal contenue dans VAlma- 
nach populaire du Midi publié en 1852 par cette même Comvuine 
et vendu fr. 10. Elle a été réimprimée, avec la date 1851, p. 217 
de l'édition originale des Ouhreto. On ignore généralement, et nous 
no savons pas que Roumanille en ait jamais fait mention, que ce 
conte « moral » a été traduit en français par Alph. Karr. 

(2) Reboul avait été invité par le Cercle lidigicux de Marseille 
à une visite, que son ami Autran sollicitait dès l'année d'avant. 
Nous publierons, d'ailleurs, prochainement, sa correspondance avec 
Autran, et éclaircirons à ce propos, cet épisode de la vie de Reboul, 
qui remonte au jeudi 3 mare 1853. Quant à la mort d'Hérode, on 
pourra la lire p. 161 des 'l'raditionneUc-^, où elle est datée : 3 janvier 
1853. 



CORRESPONDANCE DE J. REBOUI. ET ROIMANILLE 4'l3 



+ . 



LOU TARTAGE (l) 



A J. Reboul. 



Mèete Pèire, un bon vièi qu'avié si nonmito an, 

Qu'avié trima touto sa vido, 

Dauniaisî^i qu'à si très enfan 
Voulié pouequé laissai la biaço pix>uvesido : 
Quauqui bon iras do terro e quauqui milo fran, 
— Vesèn qu'à eoun calèu la meeho èi-o gaueido, 
Quo li dernié dcgout do soun oli, plan-plan 
S'ab^navon, — un jour, acampè ei-z-enfan, 
Em' ac6 lié digue: — Mi-2/ami, eiéu dins l'agf». 

N astre fen es de sego, ceperem lou segage 

Quand l'aglan èi maxlur, fau que toumbe, l'aglanî 
Es tèm, vo jamai noun, que sougem au partage. 

— Avan que d'èstre au despampage 
L'anem faii-e, e coumo so dèu, 

Per noun voue enfanga dins quauque plaidejage*. 
Es que ! li tribunau nen an rouina de bèu !.. 

De moun bèn ai fa très moucèu, 
E touti très parié, dau mies qu'au pouecu faire. 

Tu, Trefume. prendras acô. 

— Sias tro bon ! gramaci. noun Paire ! 



(1) Roumanille a accueilli cette pièce, avec d'importantes variantee. 
dans ses Oubrefo, en la faisant précéder de ce vers: 

Veici ce qu'autre-tems me countavo ma grand, 

et en l'illustrant (p. 338 de l'éd. originale) de cette note: « L'auteur 
a cru devoir, en écrivant cette parabole allemande, ou persane, 
(car on ne sait pas précisément d'où elle est partie), suivre la vereion 
provençale, telle qu'il la retrouva, un soir, au coin du feu, sur les 
lèvres de sa grand 'mère. » II s'est bien gardé, cependant, de dire 
qu'elle était déjà, avec sa dédicace de 16 vers à Reboul, — datée : 
A-z-Aix, 21 d'aroiis 1853 — p. 277-284 du Iloumavagi deis Trou- 
heures, de Gaut, illustrée de cette note: « I<;('i es vn conte que mi 
riire-gran fasien à ma gran, Bregido Ksjiinet. M'an donna per segur 
que se fasie perèu en Allemagne. J. R. » Mais nous en aurions 
long à écrire, si nous voulions toucher au chapitre des relations de 
Roumanille avec Gaut, de leurs démêles et des variations successives 
d'attitude du premier à l'égard du second. 



4Vl CORRESPONDANCE DE J. REBOUL ET ROL.MANILLE 

— Glaude, crese qu'içô fara bèn toun afaii«. 

— Moiin Paire, gramaci ! siéu ravi de moun tr6. 

— Tu, moun jouine, vaqui toun lot. 

— fîramaci, paire! — Sias countèn dau purtejaire? 

— Mai que countèn ! — Ebèn ! embrassen-noue, 
E touto la vido ama-vous 
Coumé dèvon s'ama de fraire ! 
Ac6 di, paire e fiéu s'embi'aseon en plouran. 

— A prepau, digue lou bon paire, 

Me rèsto qu'aucourèn, una cik)ux en diaman; 
Jouièu rare, segur : me coustè cinq-cent fra7i ! 
Mai aro ce impagablc : ère do vosta maire ! 
Per quau sara la croux ? — Paire, per quau voudrès, 
Rcspoundiguèron touti très 

— La partajaiam proun, mai la foudreié vendre. 
Vici ce qu'èi, enfan : lou tout èi de s'entendre : 

Aquèu trésor, noun lou vendrai. 
Quin que siegu© de vous a dré de lié prétendre... 

Alun di très lou baiarai, 
Mai, lou dèu mefita ! — Diga-lèu, que fau faire 
Per gagna lou jomèu de nosta paure maire? 

— Pau de causo, enfan: me dires 

Ce qu'avès fa de mies despièi que eias en vido, 
Chascun una bono obro, e pièi, dessu li tre.s 
Moûgirai la plus bello, e dounarai lou près, 

La croux... E vêla! qu'ce poulido ! 
Se nen vèi gaire counio ac6 ! 
Mai qu'uno estello beluguejo... 
Vè, mi-z-ami, coumé lusejo ! 
Per aqueli d'aqui soun pa de quiéu de go. 
Lou juge, mi-z-enfa.n, «e presto à vous entendre: 
Veguem, à tu, Trefume. 



II 



Ero l'autre Divcndre, 

Entix^ dos o très, lou matin ; 

Anavû à Carpentrae (1), per rendre 

Cinq-cent fran à Moussu Martin : 
Un bravo orne, segur : pren que lou vinto-cinq ! 
— Partiguère tro lèu, dires. — Vouiéu, moun paire, 
Arresta de gros frès : me nen anavon faire. 

Siéu pa'ncajx) à mita camin. 
Que tree orne (oh ! que fau pamen èstre canaio !) 

(1) Dans le texte des Oubreto. il j' a : Mdwsdno. 



CORRESPONDANCE Dl. J. HEH01 I, ET HOIIMANILLF, 445 

Do demer 'na muraio 

Sorton, o pièi mo fan ansin : 

« II<dU-lù! la bourse o la vie/ » (1) 

— Siéu paure, e paire de faniio, 
le respoundîguere en tramblan. 
Ai una feiinio e sièi-z-enfan ! 

— La bourse o la vie/ 
E tros fusiéu carga m'èron braca (1) davan ! 
Très contro un!... que vouilès? baie mi cinq cent fran, 
E s'eebignon ; e iéu me retorne en plouian... 
Tè, Tretume, vai-t'en estripa la levado ! 
Aganto toun bêchas, repreno toun iesado, 
Dins uno ouro as poi-du l'eepargne do dous an ! 

— Ma tèetxi ère desmemouaido. 
A ma plaço, n'i'auié que ee sari^n tuia : 

Bèu ! diguère au bon Dieu : Fiat voulountas tia/ 

Ce que loii diable a près lou bon Dieu i)6u lou rendre ! 

Ee alor que... quau lou creirié? 
Trove un carné... lou dreubo : èi-o plen de papié... 
Paire, coumo ai toujou sachu mettre à proufié 
Ce que, dins ma jouinesso, ai agu biai d'aprèndre, 

Li legisse... e qu'ai dins li man ? 
Bèu dèx bié de banco, en tout dèx niilo fran ! 

Dèx milo fran tin-tin, à prendre 

Ver lou premié banquié vengu ! 
Bono Maire de Dieu ! qante mouloun d'escu ! 

— E que nen f as ; di lou vièi esmougu? 

— Cerque, atrobe lou mèstrc, e courre per ié rendre ! 

— Trefume, di lou Paire, as fa ce qu'as degu : 
Garda ce qu'es pa nostre es uno obro de gu. 

A Tu, Glande. 



III 



L'autre an, la campano sounavo 
Uno niu. Dan! dan! Qu'es ac6? 
Escoute : lou mounde bramavo : 
« Au secous ! venè lèu ; au fiô ! » 
Es pa'n songe. Vite m'auboure ; 
M' abie à mita, parte, courre, 
E dins un sau siéu su li liô. 
Tout un ouetau brulavo ! oh ! quénti-z-espetacle ! 
Per l'amoussa fouié'n miracle ! 
le carrejaviam d'aigo à bix). 

il) Dans les Oiihnto: Ti sôu, o ta vido/... 
(1) Corrigé de carga. 

29 



440 CORHF.SPOXDANCE DL J. nr.nOUL ET ROUMANILLE 

Oh ! mai, vici que tout d'un oô 
Quaucun, qu'èro queia sus uno escalo, crido : 

« Lèu ! lèu ! de secoue ! Maigarido, 

« La grand es enca' dins l'oustau.. » 
lèu, rintre, mounte, eicu dins li membre d'en-au: 
Atrobe dins lou fum la vièio estavanido, 
La cargue su l'espalo. e lié sauve la vide: 
Lou membre s'abrasè quand l'aguère sourtido ! 

— Bèn fa, digue lou vièi ! as agi, moun enfan, 
En brave ciéutadin, o coumo un bon Creetian ! 

E tu, France, qu'as à nous dire '! 

IV 

léu, ai un enemi mourtau ; 
Di-z-enemi segur counvcndrés qu'èi lou pire. 

Quand sauprés qu'es aquèu Coulau 

Que l'an passa... Vau miee rèn dire 
E coupem court. Un jour (crèse qu'èro un <]ilun) 
Anave à Barbentano acheta de plantun 

Per faire quauqui-z-ourtoulaio. 
léu, Coulau, e soun fraire (aqui mai que n'ia-v-un !) 
S'ati'oubeiam ensèm dodin la barco à traio. 

léu noun sai coumé se faguè. 
Lou tout èi que Coulau (belèu aguè 'n lourdigc), 

Dins l'aigo e'aproufoundiguè. 
La Durènço. — amoundau avié fa quauque oûrige, — 

EiT) esfraiouso, e coumo un ventarau 

Roirnflavo ! Moun paure Coulau 

Sabié pa neda. Se negavo ! 

Soun fraire, mu, lou regardavo, 
Blave coumé lou joiu' qu'anaran l'enterra. 

De que fau iéu ? Me précipite, 
E ver lou negadis zou ! nide, nlde vite... 

• Es ici que fau s'estira ! 
Nide, nide... e quand l'ai, vici ce que m'arribo: 

Eu m'arrapo en désespéra ; 
Coumo uno sèr au cou m'entourtouio si bra... 
Quand de si bra de ferre enfin me sièu tira, 
L'agante pcr li peu, e l'adnse à la ribo ! 

— A tu la Croux, France! Lou plus bèu, mi z-ami, 

Velaqui ! 
Es de faire do bèn, même à si-z cnemi ! 

J. Iloi M.VMLLE. 

Avtr/noun, lou 27 df Jnnvié 53 (1). 

(1) Dans le, Ouhrefo. la pièce est 'latée simplement : 1853. Dana 
le Jiournurufji : Arii/noii». 1853. 



CORRESPONDANCE DE J. REIKH l. ET ROLMANILLE ^'ll 
. + . 

XX 

A MoNsiEin, 

MoNSlF.l R HoiMAMI.l.i:, IluDUHC (h' IctllCS, 

Aviijiuiii {Wiuclusc). 
ICachets postaux de Nîmes, 12 mars 53 et Avir.sos, 13 mars 53.] 

Ximes ce 11 iiiar.-i 1853. 
Mo\ CHER ET BIEN AT\IÉ PoETE, 

J'accepte avec bonlieur la dédicace de voire pièce : c'est 
un polit clief-d'n'iui'o rpie je mets an dessus de nen faudra 
jnijvc un (iidiicd. Ou'iiniiwr ((• que Tidée première en soit 
cour.'inle ; c'est tout (sic) une création par le slile cl par la 
manière dont il a ete traite. La P'ontainc n'est i)as l'iiivcn- 
leur du sujet de ses fahles, qui ]inuri'a lui denier l'ori- 
ginalité ? Le hasard a voudu que j'eusse entre les mains 
un volume de Poésies de AL Seure ou le coule allemand 
est imité tout au long. La poésie en est concise et grande. 
Voici connnenl il termine : 

— A toi le diamant, dit alors l'heureux pore, 

Ta générosité mente un tel salaire, 

Car voir son ennemi eous ses pieds abattu, 

Et lui tendre une main pi-opice 
bauver son agresseur des bords du précipice. 

C'est le comble de la vertu. 

Cependant, mon cher ami, que tout cela ne vous alarme 
pas. Il n'y a rien de commun entre vous et lui. \'ous avez 
merveilleusement a|)|)r(q)rié le Sujet aux classes ])0ur qui 
la leçon était destinée : vous restez vouis même, voire vieux 
père est d'une sim])licite et d'une gravité patriarcale. 
Quelques petits esprits ixiurronl vmi.s taquiner, il faut 
les laisser dire. En litleralure, le Diamant, puisque dia- 
mant il y à (sic), est a (sic) celui qui sait mieux le tailler. Je 
ne veux pas certes nier le mérite de l'invention, mais en 



A^H ronRF,?poxD.\\( T. nr j. lu-noi'i, et uoumamlle 

(hTiiiilivo los sujols sont co qii"nn les fait (1). M. Seiire a 
iiiiilé, vous avez crcé, je lo rcpcle, en imitant. Seulement, 
en vous lisant, coiunie aussi en lisant les fortes produc- 
tions de votre ami M"" Aiiliaiicl, une arrière pensée vous 
saisit ; c'est que de pareilles Leaulés sont lettres closes 
pour les quatre cinquièmes do la France. Cependant espé- 
rons ; l'astre n'est qu'à son lover, et il est assez puissant 
pour vaincre un jour la néi^alion de son existence. 

J'ai mis hier à la poste la pièce à Marseille. Ne jugez 
pas trop soveroment. C'était obligé. C'est une improvisa- 
lion ou je n'avais pas même le choix du sujet. 

Adieu. Tout à \ous, mes bons souvenirs à tous vos 
confrères. 

J. Rlboui.. 

XXI 

Monsieur Joseph Uolmamlle, lioinuic de IcUres, 
Àvigrion (sic) {Vaucluse). 

[Cachets postaux de Nîmes, 16 nwrs 53 et Avir.xoN, 17 mars 53.] 

Mo.\ CHER Poète, 

Je vois que l'idée d'imitation vous tracasse. Vous avez 
tort de vous en préoccuper : rien n'est imite dans votre 
l)ioce ; tout y original (sic) hors le sujet ; ce n'est que 

(1) Cette théorie de Reboul — à laquelle nous reviendrons plus 
au long dans notre travail sur l'Ange et l'Enfant — est à rappro- 
cher d'un passage de Canonge dans sa nécrologie de celui-ci au n" 
44 de la Hcmaine des Familles, 1864 : « Son intelligence était servie 
par une forte et large mémoire. Lorsqu'il reprenait une œuvre inter- 
rompue, quel que fût le temps écoulé, dès son apjjel, comme évoquée 
])ar une puissance magique, toutes les pensées, toutes les impres- 
sions, toute,s les images, éléments du travail primitif, revenaient se 
ranger autour de son génie, aussi jeunes, aussi complètes qu'au 
premier jour. Cette faculté avait aussi, chez lui — notre impartia- 
Hté doit pp convenir — quelques-uns de ces caprices qui font, de 
loin en loin, expier ses avantages à ceux qu'elle favorise : plus d'une 
réminiscence d'œuvres étrangères venait se mêler à ce qui émanait 
personnellement du poète, et il arrivait au poète de s'y méprendre...» 
(p. 695). 



CORRESPONDANCE DE J. KlIiOlL ET ROI MANILEE 'l49 

pour VOUS satisfaire que je copie ici (|uel(iucs i)assagcs 
de AP Seuro. \^oici le coiimicnccmcnl : 

Dans l'antiiiuc' Orient, un lionimo d'un grand ago 
Après avoir reçu lo fraternel serment 
De ees trois fils entre eux avait également 
Distribué un héritage, &. 

Mon père dit l'aine, j'ai trouve sur ma route, 

Dans le désert où je m'étais perdu, 
Un riche voyageur sur 1© eable étendu. 
Un peu d'eau le sauvait, j'en avais une goûte (sic) ; 
Mais j'aurais bientôt soif, s'il devait la tarir. 
Il m'offrait tout eon or si je voulais la vendre 

Eh bien ! je n'ai rien voulu prendre 
Et ne l'ai pas laissé mourir. 

— C'est bien agi, lui dit le Père, 

Vendre était vil, refuser inhumain: 
Tu ne crois pas avoir fait rien d'étonnant, j'espère 

Et je me borne à te serrer la main. 

Vous voyez que cela ne ressemble en rien h votre pièce. 
Je préfère mille fois votre tableau de rincendic. — Il est 
d'une magnifique briè\cté. — J'ai lu hier, à ((ucUjues amis, 
votre pièce ; ils en ont ete enchantés. 

Je vous demande mille pardons de ne vous satisfaire 
qu'a demi. — Je suis accablé par une correspondance que 
je ne puis parvenir à mettre à sec : je n'ai pas même le 
temps de relire cette lettre. Adieu ! je ne connais pas une 
note, mais je ne vous remercie pas moins de l'envoy ([ue 
vous m'annoncez. 

Tout à vous, Cher Poète, et tranf[uilliscz vous. 

J. Reboul. 

Niyncs, ce 17. (sic) mars 1853. 

Voici l'adresse du volume en question : 
Croyances, par Onesime Seurc Paris — • chez Uebourl 
rue N" des Malhurins 1852 — (1). 

(1) La pièce que cite Reboul se trouve p. 21-26 du recueil poétiiiue 
de Seure : Le Diamant, conte imité de V allemand, mais l'auteur, 
qui illustre de rotes (p. 239-267) cuelques-unes de ses productions, 
a cru devoir se taire sur celle-ci. qui est. d'ailleurs, quelconque, 
comme tout le volume. 



'l50 COURLSPONDANCE DL, J. RLDOLI. ET ROUMAMLLE 

XXII 

Nîmes ce 14 août 1853. 

Mon cher Confrère. 

J"a\'ais (Irjà dit à Canongc ([uv je jic pourrais pas assis- 
lor il \()li'c reunion d'Aix. Je suis iei retenu par mille liens 
et. mille empêchements. Mais je ne vous remercie pas 
moins de votre aimable in\ilalion. \'otre lettre m'apprend 
que vous a\ez composé nn ouvrage de longue haleine ; 
tant mieux. Puisse -«l-il ressembler au Parlnrje ! J'ai com 
rnunique cette pièce à plusieurs de mes amis et tous ont 
été de mon a\is : c'est un petit chef-d'œuvre. Il y à (.sic) 
là une franchise de slile (sic) qui surpasse même nen fau- 
dra faire un aiocal (sic) : [c suis fier de votre dédicace. 

Poui'quoi, malheureux que vous êtes, n'a\c7, \ous pas 
donné suite à la bonne idée qui vous était \enue de venir 
nous voir à Xîmes ? C'est un jjrojet que je ne tiens j)as 
pour abandonné. Et jespere qu'un jour vous me ferez 
connaitre M. Aubanel et M. Giera. Adieu, cher et bien 
armé troubadour. Ouand vous serez à Aix, une poignée 
d«; main ])Our moi a tous les vôtres. X'allez f)as sur tout 
oublier Mysiral (sic) (1). Il est digne de \ous être associe. 

Tout à Aous de cœur et d'ame, 

J. Reroul. 

(1) Sur la grapliie My-^tra', cf. notre Correspondance susmentionnée 
de Mistral et llcbouh p. 14, note 2. Mistral, que Saint-René Tail- 
landier plaçait, en 1852. dans l'Introduction des Prouvença/o, bon 
troisième parmi les « disciples » des 3 « chefs de la pléiade » : Rouma- 
nille, Reybaud et Crousillat (p. yxviii et p. xxxi), en le définissant: 
« un coloriste à qui ne manquent ni l'audace ni la puissance ». Mis- 
tral, disons-nous, sera défini en 1857 par Roumanille — qui était 
au courant de la composition de Mireille — un « troubadour d'élite », 
voire un « Ifèi di Fclihre », p. 126 et p. 52 de l'éd. originale de la 
('(unpnno Mountndn, tandis qu'au lendemain du succès du chef- 
dœuvre de son ami, ce même Roumanille n'hésitera pas à s'en 
attribuer résolument une part : « Et quelle gloire pour la vieille 
poule Roumanille d'avoir couvé un œuf pareil! », bien que tio 
définissant : « un humble précurseur, qui. vêtu de poils de chameau, 



CORRESPONDANCE DE J. HEPOLL ET HOIMANIELE 'l51 

.\XIII 

Nimes ce 1 T"^" 53. 
Chkr et 1!ii;\ ai\ii; imn i'.adoi n. 

Je viens de lire voli'e (eu\re el j'en suis émerveillé : 
c'est beau cl vrai connue la naiurc. Cela laisse bien loin 
lis Sougearelle {aie), et dans certaines ])arlies, le i)oëte a 
Lrrandi. — Cependant, conwne perleciion, /ou jmihKjé 
reste encore voire pei'le. Il n'v a pas dans celte pièce un 
vers inutile. 

Voire talent est aissez élexé ])Our soul'IVir la rranchise : 
— Permettez moi ((uelques critiques ([ui seraient des con- 
seils — si votre ouvrage n'était imprimé. Il me semble 
que le lecteur ne devrait api)rcndre (ju'à la fin du récit 
que la femme Guulun a dérobé la moitié du trésor trouvé. 
L'intérêt y gagnerait ; car le dénouement étant prévu, 
languit ; et ce vers ])ar le([uel il faudrait terminer serait du 
plus grand effet : 

Goutoun. me nas pas proun raouba ! ! 

Tout ceci, mou cbei anu. a\ec la plus grauidc reserve (1). 
Je vous dis siiiceremeul ce c[ue la lecture m'a fait éprou- 

a souvent prêclié dans le désert et n'a eu pour nourriture que du 
miel sauvage et des sauterelles », (Lettre du 24 février 1859 à 
Canonge, dans P. -H. Bigot, op. cit., p. 31 et p. 32.) Il s'était vanté, 
dans sa lettre du 25 janvier 1858 à V. Duret, presi,ue dans les 
mêmes termes, d'avoir « couvé » avec « tant d'amour » Vœvf Auba- 
nel, p. 43. Cf. aussi celle du 9 juillet 1858. plus dure, p. 60-61, et 
celle du 8 octobre 1858, p. 66. Dès le 30 août 1859, d'ailleurs, il 
traite Mistral de « maître » (p. 86) et 27 ans plus tard, en juillet 
1886, il emploiera, pour désigner son ami, le même qualificatif 
(^lariéton, p. 145). 

(1) Corrigé de: franrhisr. Il s'agit, naturellement, ici. de: Ln 
part daii bon Dihi, précédée d'une di<.<erfafiun cyr Vorthofjraplic 
provençale (Avignon, Seguin aîné, 1853). Mais Roumanille n'a pas 
tenu compte de la remarcpie de Reboul et a réimprimé son œuvre telle 
quelle dans ses Ouhreto en vers, p. 159 seq., où elle est devenue: La 
part de Dieu. 



452 CORRESPONDANCE DE J. REBOLL ET ROI .MANILLE 

\cv. J'étais aux jiucs aux (rois cjuaits du Poëmc : les 
derniers paragraphes m'oMl fait un peu descendre. \'ous 
l)ourricz à mon avis, avec quehiues coupures et quelques 
changements, faire un chef-d'œuvre de celle pièce ; car 
dans nulle autre vous n'avez d'aussi grandes beautés. 

Les Strophes de Bri/eiLx sont adorables de sentiment 
cl de simplicité : jai tr<)u\é là un poëtc comme je les 
aime : l'Ouest et le Midy se sont toujours entendus (1). 

J'ai lu avec le plus vif intérêt l'article de M. Gaut : le 
provençal ne gâte certes rien à son français, et, s'il sacri- 
fie sur deux autels, ses deux cultes n'ont ])as à s'en plain- 
dre. 

Adieu. Bien des choses à tous vos amis. J'ai i)ris acte 
de votre promesse. Un mol avant voire arrivée, car ce 
jour là, je veux être tout à vous et a vos amis. Dites sur- 
tout à M. Aubanel combien je serai heureux de le con- 
naître personnellenienl. 

Tout à vous, 

J. Reboul. 

(1) Rappelons que ces strophes de Brizeux aux poètes provençaux 
lors de la réunion du 21 août 1853 ont été réimprimées au numéro 
de mars-avril 1889 de la lievue FéUbréenne, à l'article: Brizeux et 
les félibres, mais l'éditeur ne semble pas avoir su qu'elles étaient 
déjà, avec la lettre à Roumanille, p. xxxi-xxxiv du Boumavagi 
de Gaut. L'enthousiasme de Brizeux s'explique par le fait de son 
féjour à Montpellier, près de Saint-René Taillandier, détail que 
l'auteur de l'article n'a pas mis en lumière. On sait, d'autre part, 
par R-oumanillo lui-même, dans une note des Oubreto — où ont été 
réinsérées, p. 344 ■■^rt]., et la pièce de Brizeux et sa lettre à Rouma- 
nille, sans que fût mentionnée leur antérieure publication — que 
ce n'était là qu'une réplique au service rendu par le félîbre de 
Saint-Rémy à l'auteur de Priinel et Noia (Paris, 1852) en traduisant, 
sur sa demande, en provençal, la Prière des Laboureurs, qui se trou- 
vait à la p. 180 de ce livre et était p. 247-248 du Roumavagi, avec la 
date: Avignoun, avuus 1863. Quant à l'article de Gaut, lu « avec 
le plus vif intérêt » par Reboul — qui ne connaissait point encore 
son recueil: liouniavagi deis Troubaires (Aix, Aubin, 1854), si 
durement jugé par Roumanille dans la lettre xxiv — c'était celui où, 
pour reproduire les termes de Pontmartin, il avait cru devoir, à la 
suite du Congrès d'Aix, « protester en son nom et au nom de ees 
collègues, contre toute pensée de retour à l'ancien régime, contre 
tout déeir de ramener la féodalité par le patoie. » {Causeries litt., 
éd. cit., p. 305.) 



CORRESPONDANCE DE J. lU.liOLL ET lUU M AMI.l.i; l53 

XXIV 

22 th' fibré 54. 

Moi'N DON Moussu Heboul, 

M'es esta di i\\w sias niailau, ({ihî vosIo oslonina reiiian- 
tejo et qu€ li Iripo vous renoii. Es acpiéu voulur do Glaup 
que nous a addu aqueJa marrido nouvcllo. Malavalisco ! 
ancs pa vouis maucoura ; prcnès siun de vous, c mosfisa- 
vous di médecin. Es que, n'en fau de la louto ! — L'autre 
jour, legiguèrc ce que vous mande. Aquesli \ers de ma 
grand-la-Borgno soun pa ton (pie li voudriéu — noun ;ii 
aigu lou tèm de ié desembouia li peu c de li desend)OU- 
chardi : es €gau, vous li baie ; li gardarés per vous, per 
Moussu Car.ounge c per Moussu Gazai ; c |»ièi, se la 
fantesié me pren de li pigna, e de li farda, li l'ardarai e li 
pignarai, e n'en farem bcssai quicon de passable e de 
galoi. Soubretout, moun brave Moussu Reboul, anés i)a li 
i'aire legi à vosle médecin ! couquin de canèu ! {)oudriè 
bèn se venja su vous di galejado de ma Muso. L'autre 
vèsprc, acô me passé per li tarnavello, e me n'en dounère 
tan que n'en rijiéu couimo un gibous. Finalamen, es nioun 
Carnavau ; e aAan Caramcntiau, ai vougu faire bruji mi 
cascavéu. 

Vous, sias pas tan fouligau : avès fa, en d'aquéu brave 
Moussu Lavergno, una crèmo de Capelan, de vers (pie me 
n'en cipe encaro li dé, c que soun la perlo e la fino flour 
di vers (1) ! Que cabcsso e que biai a\és \ous ! .\c(j rujo 
coumo una fou clareto ; acô volo au, aiièramoundau, 
coumo l'alo de l'aiglo ; ac(') souspiro coumc, din lou boi, 
una blanco tourlouro ; acô vai bèn, la ! e vous n'en félicite 
cmé la plumo e emé lou cor. Sias un bon b...igre, e dau 
mai anas, dau mies cantas. Vous lou dise à la bono fran- 
queto. Tout vai bèn e n'en parlem pu. Parias rèn mau, 

(1) Il s'agit de la pièce: A M. Roux-Lavrgne. Sur h jour de sa 
première messe>, réimprimée, avec la date: 1853, p. 25 des Tradi- 
tionnelles. 



^l54 CORRESPONUAXCl. DL". J. REBOUL ET ROIMAMILE 

fjuc crcscs ? (le nous baia de \osli nouM'llo. Lis cspcrom 
couiné la Messio. Saraii rcçaupudo coumc se reçaupcn li 
iiouvt^lo di mai ama ! \'aqiH c€ qu'èi. 

E (iu'a\ès di d'aquéu foulrau de libre ([ue nous an fa 
à-z-Ai ! Sa.nito Crous ! que de xilaiiié c que de vers qu'a- 
pouiicharien pan fus ! Es bèu \erai de dir(> ([ue la aarni- 
turo vau mai que lou fiasco, lou cadre mai ((ue bju tablèu. 
Aquèu brave Gaut crèi que la Musc prouvcnçalo es una 
vaco, e V(3, lou bediuas ! la nKiuse enjusqu'au sang. La 
jKiuro Muso n'en crcbara. (Jue de pissacan i"a din aquéu 
bouqué ! (Jue de quiéu de gô em' aqueili (juauqui diamaii ! 
Siam f...u, s'acô \t\\ de counluuno. Siajii (iuau(|uis un que 
ifen ploui'em eounié dv \edèu. Xous autre (ju'a\eni tan fa 
per l'ounour de la Muso, vèire la i)ouro clialo lirassado 
anisin din lou fangouias di rigoio, es dur ! c rèn pousquc 
faire [lar Tempaelia ! — Oue lou trou de I)iéu cure toulis 
a(iueli gasto sauço ! 

A(;"anom, adessias ! (Juand aurés legi mi \ers. atuva-n'en 
vosle cacbinibau : me prouvarés, acô fasèn, que soun 
esta bou en quicon. Quand veirés Canouge e Gasai, Gasai 
l'ardèn e l'impagablc Gasai (1), ])arlas ié de n'aulri, que lis 
amom coumé \ous aincm. Mascara-me lèu un Iros de 
papic ; e se voulès èstrc ièu su pè, manda lèu joire voste 



(1) C'est cet « impayable » Eugène Gazay dont le fils, A. Gazay, 
écrivit l'article sur Mircio contenu dans la Ifcviie Méridionale ni- 
moise du 12 avril 1859. E. Uazay fut, au lycée de Nimes, fc pro- 
fefeeur de rhétorique de A. Démians, qui lui a dédié l'exemplaire 
des Dernières Poésies de Reboul conservé à la Bibliothèque munici- 
pale de cette ville. Grand ami de Reboul, il était d'avis, en 1850, 
que c« dernier n'avait « jamais écrit rien de meilleur » que sa pièce, 
dédiée à M. de Cabrières : Du Sacerdoce, en temps de liévolution, 
réimprimée p. 82 des TradifionncUes et Reboul, de son côté, avouait 
à do Fresne, en 1856, que la pièce risquée par Gazay contenait des 
« vere bien frappés », avec « un peu d'exagération peut-être », 
Poujoulat, p. 226. Il lui a dédié son L'eçffrrd de Jé.'^us, qui est p. 182 
des TrfuHtionneUes, avec la date : 1856. Gazay était, d'ailleurs, en 
relations avec de Fresne et c'est par lui que Reboul sut que ce der- 
nier, lors de son voyage en Italie en 1856, était descendu chez 
Manzoni, qui — soit diC en passant — a écrit, ainsi que Silvio 
Pellico, de fort intéressants billets à Reboul. 



CORRESPOND.WCL DK J. ULlîOLL L T HOIMAMLLE »o5 

Modocin, grata-^■Olls rciiihouried om'ima lioln de Iaiuoli, 
c fasès nous do vers couiné li doiiiiô i[u"a\ès l'a. 
Tout à vous, brave ouïe, 

J. U. 



UN MAU Dir (1) 



Una damo, jouino, poulido, 
E di coussudo, èro en chagrin : 
Avié de mai en mai la vieto ennevoulido, 
Dau inen se lou cresié. l'a proun de gèn ansin : 
Soun flouri de eanta, mai a forço de crèire 
Que soun niaJan, li soun, o van au médecin : 
Adoun, la jouino damo anè ee faire vèire... 
Per lou capita bon lou chausiguè su vint : 
Tambèn. que bèu travail N'en avié soun abouiide ; 

N'acampavo de Louvi d'or ! 
Quêta benedicioun per un entarro-mort ! 
Es que, n'en fasié tan parti par l'autre niounde ! 



II 



mai, s'amueem pa'n camin : 
Quand sieguè ver soun médecin, 

Madamo ié digue lou mau que l'inquietavo, 
E peréu ce que se sentie. 
Ce que buvié, ce que manjavo ; 

Faguè vèire sa lengo. — Aquela maladie, 
DigTiè lou médecin, es gravo ! 

Foulic veni pu lèu. — Se n'en pou pa nioiiri? 

— Noun ; mai pourrias n'en veni tuglo.., 
Tuglo earié rèn, mai... avuglo ! ! 
Se voulès, pode vous gari : 

Soulamen sara long ; fau que prengués pacienço. 



(1) Cette pièce a été insérée, sans date, en 1860 dans les Ouhretn 
en vers et constitue le n° 2 du 1. IV des Margnrichto. p. 68. Elle 
est enrichie d'une dédicace de 11 v'ers au (oniique G. Benedit et 
d'ime flatterie à l'adresse d'Amédée Achard, accentuée encore par 
une précision, en note, dans la réédition de 1864, p. 52. Les variantes 
sont, ici encore, surtout orthographiques, mais, précisément, fort 
utiles de ce point de vue. 



ijG coiuœsi'ondanll; dl j. hlbuul et UOl mamlll 

Emé lou tèm, mi siun, li couneèu do la scienço, 

Cat{i.plamo, régime..., enguèn, etc. 

Vosta visto s'esclargiia. 

Subretout, aguée do prudence !... 

Basto, tan fagué lou doûtour 
Que la pauro nialauto aguè li tresusour. 

— ■ E per me gari, que fau faire? 
— Fau quo vous ane vèire au men doue co ptr jour, 
E, s'amas de legi, fau que legigues gaire... 
Fau prendre l'er..., fau vous distraire..., 
E fau bèure, sièi mes, bcF&ai men, belèu mai 

D'uno aigo que vous baiarai, 
Sèt à vue go per jour..., e sarés lèu garido. 



III 



Doun, noeta malauto faguè 

Ce quo lou Doûtoux ie digue : 
Buguè soun aigo, amai l'atrouvèeso marrido ; 

Mai tan, pccaire ! n'en buguè 
Que souvèn avié pou do couva la pepido. 
Sa visto duguè bèn n'eetre un pau esclargido? 

L'aigo d'aquéu .^ccufc-mjs (.<îc) 
Ero coumo un tacèu eu' na cambo do bos ; 
Pièi lou capoun venié, pulèu très fes que dos : 

— Bèn ! coume eiam ? — De pire en pire ! 

— Vous coeon? — tan qu'es un martire-. 
— N'en aurés trop begu, belèu. 

Ac6 provo pamen qu'avem coumé se dèu 
Ataca vost-o mau, mem© din sa racino. 

Aro fau do lin... en faxino..., 

E de moustardo... de la fino... 
Doue pichô cataplamc : un su chasque boutèu : 
Lou fit) qu'es amoundau deeccndra'n bas, c lèu, 
Veirés. E pièi foudra vous bassina li gauto, 

'Mé d'aigo tousco. 

La malauto 
Se bassino li gauto, envisplo si boutèu... 
Ha ! Se noun se garis eara pa de sa fauto ! 



IV 

Lou remèdi noun oûperè, 

E lou mau per contro empiré ; 

E li vieito s'acampavon, 

E li Louvi d'or s'enanavon : 



CORRESPONDANCE DE J. ItlItOir. l.T ROI MAMI.I.E -^O i 

— Tè ! diguè'n jour la damo ; ha ! per aro ié siéu : 
MouBsu lou médecin s'èi pixiun trufa de iéu ! 

Bon, siéu garido ! e, per ma fieto ! 
Touti si poutitè m'an esclargi la visto : 

Vau io fairo moun coumplimen 

E ié ee^moundro pagamon. 



E eargo tatccan una raubo esti'assado, 

Un mantèu plen de petassoun ; 

Mes à si pè de tivassoun... 

Finalamen, quand s'èi mascado, 
Beriole su lou nas, à la man un bastoun, 

Nosta jouino vièio cscrancado 
Vai ver lou médecin. Aqui, quand vèn soun tour, 

(Richo, passavo la premièro, 

Mai aro es pauro, os la dernièro, 

Ac6*6 ansin.) 



VI 

— Moussu, bèn lou bonjour. 

— Qu'avès, bravo femo? — Uno imour. 

— E mounté? — Su lis iu. — Despièi? — Una mesado. 

— Fasès vèiro : aco's rèn. Vosti dous iu soun san. 

— Moussu, li trouvas pa rouge counié de sang : 

Me coson tan ! me coson tan !... 
Mai ma vegués cepeiandrado, 
L'an que vèn, en bèn m'esquichan, 
Pagariéu en bel argèn blan, 
S<( d'aquèu marri mau ero deebarrassado. 

— Acés 's pa rèn, vous dise. — Ha bèn, moun médecin. 

Bon Moussu, me parlo pa'nein... 
Es un mastin qu'a de lituro ! 

— E que dis? — Que moun mau es forço dangeirous. 

— E l en ! Iéu dise qu'es un ase de naturo. 
La damo alor repren sis er e sa tournuro : 

— Bèn ! ié fai, aquel ase èi voue ! 

Avifjnoun, 11 fihrà 1854. 



458 CORRESPONDANCE DE J. REROII. ET ROIMANILLE 

XXV 

iVÎHif*' ce 26 fénier 1854. 
Mox riiia Ami, 

\'oil;i Itit'iitot un mois (jii(> je suis souffrant ot jo no puis 
comme je le voudrais répondre à votre aimable cn^■oy. 
\'otre pièce est cliarmante et pleine, helas de tristes 
vérités. Elle a charmé l'ennui de mon coin du feu. Mille 
fois merci et au revoir s'il [dait a Dieu. Bien des choses 
à tous nos amis. 

J. Reboll. 

XXVI 

Avignon (\ aucluso.) 

A Monsieur J. Holmanille, pacte Provençal. 
[Cachets postaux de Nîmes, 1" oct. 54 (sic) et Avignon, 30 xept. 54.] 

Nîmes ce 30 T'^'^ 1854. 
Mon cher Ami, 

Je suis profondement touché de votre bon souvenir. Oui 
je viens de faire un beau voyage (1). Cela m'a fait du bien. 
Vouss avez quel était le but de ce Pèlerinage que tant de 



(1) De ce voyage de Reboul, en aristocratique compagnie, nous 
publierons le Journal inédit, dans la Uerur (Icrnutnique, dans le 
courant de l'année 1912. Partis de Paris le 3 août 1854, ces pèlerins 
du loyalisme monanhifjue visitèrent Cologne, Magdebourg, Potsdam, 
Berlin — où ils virent A. von Huniboldt, qui fut « émerveillé » des 
vers de Reboul et les demanda pour le roi, et Raueh, ainsi que 
Meyerbeer et Frau Begas, dont le mari était alors à Rome, — 
Dresde, Prague. Brùnn, Vienne et — hist not least — Frohsdorf. 
Ils revinrent en France par Linz, Passau, Ratisbonne, Nuremberg, 



coiuu>POM)A\( F. j)i; j. iii;it(ii i. 1:1 itoi mwh.i.i; /ir)U 

l'ulolilrs ;i\;iiil la liiiciilio a\auMil (1) accompli, .lai \ii daii^ 
la relnaitc de l'exil des chosos<jiii m'ont |)i-oi'<»iHlciiiciil l'imi. 
J'ai soiiveiil parlé de vous et des Poêles provençaux <■( je 
vous assure (jU(> votre souxenir n'('lail point efface dans 
la nicnioirc des augustes clialclaiiis (|iii m'avaient fait 
l'honneur de me loger sous leurs [sic) loits. 

.\e gardez jvis rancune à ('anongc de son silence : il 
est absent de Xînies depuis jirès de deux mois. I! est 
dans ce moinent ;ui X'iuan. el coniine repi(l<'iuie Iriid à 
disparaitre ici, il es! pi'ohahl»^ qu'il rentrera au i>remier 
joui- (■-.'). J'ai su hier par un de ses amis (|n'il axail donné 
ortli'e de loul i)i'eparer pour son retour. 

l'ont (Ml i(^stant soumis aux décrets de la providence, 
je soupiif lii(Mi de reprendre mes lra\;uix lillei'aires : 
MHis (>l \()s amis auront souvent ete étoniu's de la brievcîé 
de mes^leltres. Cela de\ait leur paraître de l'indifférence 
et (]uel(|ue (s/e) fois même de l'impolitesse. Dites leur de 
me pardonner. On m'avajt deffendu d'écrire, et la moindre 
h'itre a faire nu> fatiguait horr^ihlement. Anjonrd'hui je 
\ais mieux mais on me dit de ne ri(Mi haler. 

Je suis tout j(\veux de votre projet de; publication et du 
parti i)ris jiar Mystral. C'etail du pedanlisme littéraire. I.a 
rime est sans doute un accessoire indispensable mais la 
n'est pas la poésie. Adieu, mon cher ajui. Je termine car 
je sens que le plaisir de causer a\('c \ous la [)lume à la 
UKiin me fait oublier l'ordoiuiaucc du docteur. 

Tout a vous, 

J. Ukholl. 

Wùrtzbourg, Francfort, Wiesbaden et étaient de nouveau à Paris 
le vendredi 1" septembre 1854, après 28 jours d'absence. Nous illus- 
trerons cette publication à l'aide do 11 lettres autographes, en grande 
partie inédites, du Comte et de la Comtc£;se de Chambord. 2 lettres 
do la Duchesse de Berry, 4 lettres du Prince Maximilien de Alodène 
et éc 1 lircirons, pour la première fais, le mystère do la pension 
acc<ordée par le comte de Chamboul ii Rebijul en 1856 cl ipii lui fut 
payée jusqu'à sa mort. 

(1) Corrigé de: avait. 

(2) Inutile de rappeler que l'année 1854 avait été marquée par une 
épidémie de choléra, d'ailleurs beaucoup moins violent-e, à Nimes, 
que la dernière, dans l'été de 1849. 



460 ( OUHI>l'()M)A\t i: DF. J. lUlltOlL ET HO l MANILLE 



XXVll 

Mon ciikr MoNsiEin Hkiioul, 

Il est bien temps que je vous accuse rcceplion de la 
|)iècc que vous m'avez adressée {Opinion du midi), cl où 
j'ai retrouvé tout votre cœur de bon Nîmois et de bon 
Chrétien. 

Ilâtez-vous, ô jours triomphants, 
Où la Viergo, féconde et pure, 
Ouvrira sce brae sans meeure 
Pour embrasficir tous ses enfants. 



Voilà des cadets dignes de leurs aînés. Je me prends 
souvent à relire ces staimces pieuses. Vous entendre prier 
la Sainte Mère avec tant de ferveur, mon cher et noble 
poète, n'a pas peu contribué à me faire prier le û\s. 

santo crous, crous pendoulado 
A la tostièro de moun lié, 
tu qu'assoustes mi niuchado 
En santa coumo on maJautié ; 

De l'amour de Dieu mereviho ! 
crous, avan do me coucha 
E tire que l'aubo me reviho, 
Ame de te poutouneja. 

Tout just ma lengo bretounavo, 
Ere encaro enfant au mamèu, 
Ma maire à ti pcd m'ensegnavo 
A prega Dieu coume se dèu. 

E iéu, brave enfantoun amavo 

Josu qu'amo lie enfantoun ; 

E sero e matin, ie baiave 

Tout moun amour dins un poutoun. 

E dempièi toujou t'ai .amado 

(Bono maire, gramaci voue !) 

E toujou dempièi t'ai beieado, 

Utous de moun Segne, ô santo croue ! 



CORRESPONDANCE DE J. REBOUL ET ROUMAMLLE 461 

De l'amour de Dieu mereviho, 
crous, avan de me couclia, 
E tre que l'aubo mo reviho 
Ame de te poutouiieja. 

Dieu ()ue l'orne cstrasso e bafeèlo, 
Qu'abéuro à l'espoungo de fèu. 
Dieu que lomc à la crous clavèlo, 
E qu'à l'orne duerbes lou cèu ; 

Quand moun cor plouro e se desolo, 
Qu'es de douleur iimaluga, 
Cerque alor aquéu que l'aeisolo, 
Trove moun Dieu tout trafiga ! 

Ail ! quand coumtèmple, entré dous laire, 
E de toun pies (1), grand counsoulaire, 
E de toun pies, grand counsoulaire. 
L'amour que rajb emé toun sang, 

Moun amo alor se reviscoulo : 
Pu ges d'cngcuisEo e pu de plour ! 
Chasquo degout dôu .sang que cuulo 
Garie uno de mi doulour ! 

De l'amour de Dieu mereviho, 
O crous, avan de'ûve coucha 
E tii"* que l'aubo me reviho. 
Ame de te poutouneja. 

Crous. flour dôu cèu que t'espandifisee 
Dessus la teno di vivent ; 
Crous, bèu lume que trelusisses 
Is>-iu de touti li creeènt ; 

Flour dûu cèu, embaume moun amo 
De ti pref uni, que soun divin ! 
Lume, bèu Jume, que ta flamo 
Me tèngue dine lou dré camin. 

Piéi, quand vendra la fin-finalo 
De mi jour, que soun tan catiéu ! 
Uargo-m« ma raubo nouvialo, 
Meno-me'i noço de l'Agneu. 

(1) Dans les Oiihrefo, Roum-uiille a substitué à ce vocable cet 
autre, plus à sa place ici : scn. 

30 



462 t ORRF.SI'ONDANC T. DK J. UmOMI. ET ROr.MAMI.IJ 

grand sant Christ ! — que ta prosènço 
Eiiibi'liguo <à mis iu la mort, 
Qu'enfestouliguc ma jjartt'nço, 
E faguo trefouli moun cor ! 

Que te veguo amount trelujènto, 
BeJlo crous, quand trespassa.rai ; 
Vène sus mi bouc-o mourènto 
Reçaupro moun darrié badai... 

De l'amour de Diéj mereviho, 
crous, avan de me coucha 
E tre que l'aubo me reviho 
Ame de te poutouneja. 



Puisse oolte prière vous ètjrc agréable, l'être surtout à 
Dieu quand je la lui adresse, et el'facer le péché poétique 
dont notre cher Canonge vous parlera, et dont je viens de 
me rendre coupable ! 

.Ajoutons, comme Gloiia Palri : 

Souris, ô puissante patronne. 

De ce sourire plein d'amour, 

Refuge de tout anathème, 

Qui enjôlerait l'enfer même. 

S'il pouvait y descendre un jour ! (1) 

Adio'U, mon cher Monsieur Ileboul ! Aubanel se joint à 
moi pour vous serrer la main et vous embrasser. 
Tout ;\ vous et de tout Cœur, 

J. RolMAMLLE. 
Avignon, 15 février 55. 



(1) Cee vers, ainsi que ceux que Roumanille cite au début de sa 
lettre, sont ext'raïts de la pièce de Reboul : Fflc de Vlmninculée 
foni-rption à Nimes, réimprimée, avec la date : 1854, p. 53 des 
Tradifionnelles. Quant à l'ode sur la Croix, elle a été insérée par son 
auteur, avec la date: 1855 et une dédicace à Mistral, p. 320 des 
Oubreto, dont elle constitue la dernière pièce dans l'édition ori- 
ginale. 



CORRESPONDANCE Di: J. 1ŒH()( I. ET HOLiMANILLE 463 

. + . 

XXVI II 

Avignon (Vaucluse) 
J '' Uoi MAMLLK, Poêle Provençal, 

[Cachets postïiux (k Nimec, 18 février 55 et Avignon, 18 fé- 
vrier 55]. 

A'ime.'i 17 février 1855. 

Cher rr niKX .mmk Cou.rr.i e, 

Je viens vous remercier de la iiiecc que vous avez eu la 
bonté de m' envoyer et mémo de relie que vous avez en- 
voyée à Canonge, car j'ai jimi do toutes les deux. Tout 
cela est charmant, adoralilc La pièce sur le crucifi.K est 
pleine d'onction, ont {sic) xoil (|ii(' les paroles étaient dans 
le cœur avant di^ toinher de la [thune. 

Si vous sa\iez cond)ien ici nous vous avons conquis 
d'admirateurs ! a vous et a vos tleux dignes émules ! 
Egaux par l'âge, le talent et l'iMiie, songez (juc vous êtes 
pour nous une trinité Poeti(|ue et (|ue pour conserver notre 
adoration ^■ous devez lesler un. Ceci, mon chei' ami, n'est 
ni une crainte ni un <l>)ule. c'est un encouragement dans 
la voie ou tous les trois \(tus marciiez si l'ermement. 

Remerciez Monsieur Aubanel do ses bons souvenirs ei 
que le bon Dieu \ous bénisse tous les trois. 

J. REUtiUL. 

XXIX 

A MoNSlEl R 

Monsieur J. Roimami.i.e, Poêle Provençal, 
a Avi(jn(jn (\'auchise). 
[Cachets postaux Je Nîmes, 1" déc. 55 et Avionon, 2 déc. 55.] 

,\imes l" X'"- 1855. 

Cher Confrère et Ami, 

Mille fois merci de votre nouvel alman-ach, il vaut pour 
le moins celui de l'aïuuje dorniere. La pléiade n'a pas 



464 coRnp:>pc)NDA.\( i: di: j. ui:houl i:t RorM.wir.r.E 

IKM'dii un seul (1(» SCS rayons : ollo s'csl nuiLnncnIcc au 
conli'aiio d'un félihrc : Ion frliluc dis (ujhin. Fiances mon 
grand csl urne (.•liai-nianlc pièce v\ d une vérité de dessin 
et de couleur saisissanle à hi l''"' 'J et :> {sic) lecture. Si ce 
felihre continue, c'est une (|ualrieme personne (lu'il faudra 
adine|lr(> dans la IriniU' f|ue \(»us savez (1). 

L<i j'au nunidd aiirait pu de\enir un j>oli! clief-d"(i'U\re 
comme \'cn foudia fdurc un un {sic) avocat, a\ec quel- 
ques corrections dans le style ; le 3^ paragraphe est un ])eu 
chargé. — Ces sortes de pièces ne peuvent se sau\er c[uc 
jiar la perfection de la l'orme, le fond eianf peu de chose : 
cela n'emi)eche pas d"y decou\rir votre uiiffe. \'ous m'a- 
vez rendu exigent {sic) et ma sevcrilo \ icni de vous même. 
Pour (|uoi aussi m'avez vous donné (2) de si bons mets an 
lu'cmier service ? Adieu, cher et bien aime confrère. Mes 
remercîments à MM. Aubanel cl Mistral ; vous savez 
cond>ien je vous confond {sic) tous les trois dans mon 
estime et mon admiration. 

'i'uul à \(tus, 

J. Ucnoi L. 



XXX 

A MoNSŒl R 

MoNSiF.in RoiMwiM.i:. Pocle provençal, 
à Avi(/non {\ nuclusc). 

[Cachets postaux de Nîmes, ZO janv. 56 et Avkjnon, 31 jaiiv. 56.] 

Nîmes ce 30 janvier 1856. 
Mon c]\v.\\ Ami, 

Je vous ckmanide milile fois pardon du retard que je 
mets i'i répoiKh'c à votre lettre : je ne suis pas toujours 
nKTître de inoii leiMi»s cl je laisse comme de raison les 

(1) On sait qiio ce félibie, qui était le Dr. Poussel, a fait mentir 
les pronostics de Reboiil. Ses vers provençaux ont été recueillis en 
1865 dans Un Liane de liasin. 

(2) Corrigé de: .v-e/ci. 



COKHKSPOMUNCi: Dl. J. UKHOLL 11 IIOIMAMILI: 'lOS 

iiiliiiu's jMUir les dcniicrï;. Je sais (|ue je ne i)enli-;u rien 
(le leur Ihiumi^ aniilii'. 

.l'ai él(' loul l'cjnui de la Imhiiic nonxelle du S' Pèrc 
à voli'e etiand, — (|ii(ii(|ue deja clli' meut v\ç eoiiiinnni- 
([iK'e par ('anonLîc (1). 

Oui nous a\ous eu ici l'aulcur de l'dnuid Mdifliin ("J), el 
cela dit on a i)lu au lliealre : je n'ai j)as eu lo temps ce 
jour là d'assister à la représentation. Mais il m'a fait par- 
venir un exemplaire de la nouvelle édition. 11 y a là des 
tableaux et des sentiments vrais. Je ne connais que cela 
de lui (je ne convpte pas les vers français insères dans le 
Courier {sie)'(lu (lard, .h^ ne sais en se scrvîuit de ce nouvel 
instrument s'il savait lui même ce qu'il voulait dire). l\Iais 
en attendant nous i)ouvons le comi)ter comme Poète et il 
mérite ee tiliv. dans sa langue naturelle. 

Vous avez l'ait un trop 'bon usag(; de votre talent et 
votre vie a ete trojj bonoraide pour que Dieu ne bénisse 
pas votre commerce. \'ous sa\ez combien je vous aime et 
je vous estime. \'ous me pardonnre (sic) la rigueur avec 
la quelle je vous traite quelque fois par correspondance. 
Votre talent est trop sérieux pour s'en débarrasser par un 
éloge banal. Je voudrais être a coté de vous quand vous 
composez. Je ne sais si c'est orgueil ou affection cliez moi; 

(1) Grâce à l'amitié de Mgr. J.-^I.-M. Debelay, Roumanillc avait 
vu son « étude de mœurs », Li Çapelati, présentée à Pie IX, qui 
lui avait fait écrire, le 24 octobre 1855, une lettre de félicitations 
par son secrétaire des Lettres Latines, D. Fioramonti. Roumanille a 
raconté cet épisode à la note 8 des Oiibrcto en prnso, où il a réim- 
primé la préface, avec sa complaisance coutumière pour la réclame 
personnelle, de L. de Gaillard, ce qui n'a pas empêché M. P. Marié- 
ton de la donner de nouveau « pour éclairer le lecteur sur les 
opinions politiques de Roi^nianille », au t. xiii (1897) de la I{ec. Fél., 
p. 46-47, comme si, depuis 1850, nul ne l'eût exhumée ! Dans sa 
lettre de janvier 1873 à « Marie Jenna » (Bev. Fél., xv, 132), Rouma- 
nille se vantera encore d'avoir mérité, par Li Capclan, les « béné- 
dictions du Pape et les éloges du Roi ». 

(2) C'était Mathieu Lacroix, sur la tombe duquel le félibre rédacteur 
de VAction Française, A. Arnavielle, lut l'élégie imprimée en 1868 
dans son premier recueil : Lous T'ants de l'Aubo, élégie que G. A[zaïs] 
déclarait, la même année, au n° 42 du Publicateur de Béziers, être 
l'une def! « mieux ïéusfies » du livre. 



'lOO CeHIŒ5PO.\D.\\CL DL i. HEIJOLI, ET HOIMAMLLE 

mais il me semble (jue vous avez tout pour me compren- 
dre. 

Adieu, mes bons s()u\eiiirs ii tous vos confrères. Ca- 
noiige me prie de vous oUri'- h-i> siens. 

Tout ù vous de cœur el d";ime, 

J. lUiiDOLL. 



XXXI 

A CtLAUDINO, OURFANELLO (1) 



Toutis lis an, dedins lou libre 
Escri de la man di felibre, 
Eni' afecioun trcne de Août ; 
E sue lou front d'uno chatouno 
Qu'es avenènto e galantouno, 
Li pause, galoi troubadour. 

L'autre an pafsa, Madamisello, 
Alentour de vosto Caprllo, 
Passejavias .. Vous en souvèn? 
Ah ! de vers, vous n'en ouliguère ! 
De flour, ah ! vous n'en acampère ! 
— Vous les adugùère en rieèn ; 

E vous, en rieèn, mai d'un rire 
Tan gracious que n'es pae de dire, 
Met-eguerias dins un vas d'or 
Mi flour de champ, jouini floureto ; 
E mi vers (pauro cansouneto !) 
Lis avès retengu pèr cor ! 



(1) Cette pièce est devenue, dans les Ouhreto, p. 269: Ln Cou 
roinin d'aquest an et elle est datée simplement : 1856. L'allusion au 
« livre écrit de. la main des félihres » y est expliquée. C'était 
VArmana Prnmenrau. Le capcUo dont il est question était le château 
de M. de R., bâti, non loin de Châteauneuf de Gadagne (Vaucluse), 
sur une colline dite Canrabtii : cf. Tm fado de Cnncahèu. A Mnda- 
niisello M. de R***, p. 231 des Ouhreto en vers dans l'éd. originale. 
Quant à la pianiste à la main merveilleuse (strophe 4), c'était Made- 
moiselle E.-T., « qi/e j()(f() tant bèn don rlarecin » (ibid., p. 244). 



CORRESPONDAM E DL-. J. lU.IiOlL LT UOlMAMLLi: 'iG7 

E vous qu'il vos uiiu maii-fado 
Bèu tolamcu ce ongaubiado 
Quand sus un piano vèu e vai, — 
Enti^-é que icu voue ausiguère, 
De quant do flour vous oouix)unèie, 
Espanta davans vôsfe biai ! 

Aquest an d'eiui, dins lou libre 
Escri de la mau di felibr© 
Per quau trenarai-ti de flour? 

— Glaudino, bravo chatouno. 
Aquest an pèr tu la courouno, 
La courouno dôu troubadour ! 

Pèr tu, bono e tan avenènto, 

E qu'as l'amo touto doulènto, 

Que ti languisses eici-bae, 

E te transisses, dcs])ièi l'ouro 

Que la Mort (ah ! toun cor n'en plouro !) 

A près toun paire dins ti bras ! 

— Pèr ana mount'èro ta maire, 
L'aa vist parti toun iirous paire ; 
As ausi souri damier adieu... 

— Quand de vous se desseparavo, 
E que sa voues rangoulejavo, 
Es tu que i'as parla de Dieu! 

Ah ! d'aqui vèn se la courouno 
Qu'à sa. novio lou nôvi douno, 
Glaudino, ta jamai fa gau ; 
Vèn d'aqui se sies enca fiho : 
As vougu resta., pauro mïo ! 
L'ango gardian de toun oustau. 

Toujou pamens, gènto ourfanollo, 
Tre quet'an visto bono e bcllo, 
Li jouvèn t'an ama d'amour. 
Quant soun pu 'sta que te bclavon, 
Que de longo pai^jaiounavon. 
En vounvounan à toun entour ! 

Alor, acataves toun amo, 
Car la belugo i'es lèu flarr o ! 
E se, d'asard, toun cor tendroun, 
Em'aquel encèn s'alumavo, 
Toun paure paire l'amoussavo 
Em'un soulet de si poutoun ! 



''j68 t()i{Hi:si'OM).\\( j: di. j. i<i:moi l et roi manille 

^'ollliés c-oiini[>li iiniii eat rifici, 
Acaba lou fèu (l<')ii calici ; 
Vouliés... ce que Dieu a vougu : 
Ajuda mouri toun vièi paire, 
Pausa sus pi bouco, pethaire ! 
L#ou darnié degout qu'a begu. 

Aïo qu'as l'amo trafigado 
Qu'es pèr la doulour madurado, 
Dins un oustau pôdes intra... 
E podon n'en flouri la porto : 
Pèr èstre fremo, eies proun forto. 
Beniirous aquéu que t'aura ! 

Vaqui perqué, dedins lou libre 
Eecri de la man di Felibre, 
Trene, Glaudino, aqnésti flour, 
E sus toun front, tèndro chatouno, 
Perque pause, urous, la courouno, 
La courouno dôu troubadour (1) 



J. R. 



Avignoun, 16 de mai 1856. 



.+ 



Je voulais, depuis quelque Icnips, mon cher Monsieur 
Reboul, vous domier signe de vie. Je n'ai pas voulu le 
faire prosaïquemcnl, aussi ai-je attendu, avant de mettre 
la main à la plumo, d'inoir assez avancé, pour vous Fof- 
frir, la pièce ci-joinlo. ((ue je recommande à votre bien- 
veillante attention. XOus \oy(v. ([u'enlre les épines du né- 
goce. Dieu i)erm('l {\\\r iiousscnl ([ueUiues ])auvres fleurs 
maladives, dont le \ague parfum me console de la ]>ros6 
que j'ai embrassée de bon cœur, puisque la Providence 
l'a ainsi voulu. J'ai fait ces vers avec amour, je vous l'a- 
voue. Ils m'ont coûté quekpies longues heures de Ira- 
\ail opiniâtre, mais bien doux. Il s'agit maintenant de 
sa\oir si le résnllat olilcnu est satisfaisant. Ouels meil- 

(1) Cette strophe a été, lonformément au vœu de Reboul [lettre 
xxxii), omise dans les Ouhrrto, dont le texte oft're de nombreuses 
variantes. 



coHui.si'OND.wn: ni: j. kliîoil i t uoi m ami.i.i; WV.) 

leurs juucs (1U(> vous cl CaiioiiiiV ".' (1) Aussi je vous donne 
sur lires slanoes droit de vie el de niorl. .l'espèK" ([ne 
\(»ti'C juu^eiuKMit me sera favoraM'/. Ourl (|n"il sml, jr m y 
souinelti-ai. 

On di;l que vous failes des prodiges — cesl le niof. 
Taiiit mieux pour voue ! tant mieux pour nous ! Les lettres 
V iïagU'eroid, et jour di' l)ieu ! nous n"v iierdi'ons rien. 
Léopold de Gaillard a été éniier\eiillé de ce ([u'il vous a on- 
feudu lire, il m'en a parlé con (iniorc. Vienne vite le mois 
où éclosenl les nou\eau!és littc-rairès ! Oueilk' Ijonuc au- 
baine pour le poëlc cl le libraire soussigné ! — Que la 
poésie nous console de lanl de bassesses dont nous som- 
mes les témoins (■-')..., i|u"il nous est seuleineni donni- t\r 
pouvoir flétrir el déplorer tout i)as ! Oh ! i'.ii parfois le 
cœur bien gros, mon elier .Mousii>ur llebonl ! ()li ! j aime 
alors, j'aime bien à airèter mes yeux sur noire ('loili-, 
Iroj) souxent \(»ilée par les putrides exhalaisons de noiri; 
pauvre lerrc î... 

Je suis eont(Mit de vous, aussi ai-je à cuuir de vous 
cn\oyer une iniagx'. Je suis marchand d'images ! Et colle 
que je vous adresse, a, grâce à (jui, sinon à aous ? beau- 
coup de débit (3). \'ous m'en accuscre/. réce|).tion. 

Les Felibres sont morts, ou tout comme. Mistral fait 
bàlir et planter ; Ta\'an est caporal et s'ingurgite des flots 
de théorie ; Brunol pleure son frère, mort du typhus en 
Crimée ; ALTlthicu, de Chàleauneuf, soigne sa ca\e, cl son 
Ta\el, et sa \erlhe ; Aubanel se repose do ses fatigues 

(1) P. 32 et p. 347 des Oithrcfo, Ruuinaiiille devait, à quatre ans 
de là, rendre hommage à Reboul et à Canonge, écrivant du premier 
que r « auteur de VArige et V ICnfuni » était « un vrai Mécène pour 
la cause provençale », tandis qu'il exaltait les encouragements « de 
notre ami et poëte JuJes (Janonge, de Nîmes » à l'adrefse de cette 
même o cause ». I\Iais, le 18 juillet 1886, dans une lettre à P. Marié- 
ton, Bcv. Fél., 1894, p. 138, il sera d'avis — Canonge était mort 
depuis 16 ans — que le bourgeois de Nimes « se tuait à rimer ». 

(2) Corrigé de : spectateurs. 

(3) C'était une gravure représentant L'Ange et L' En faut. Nous 
reviendrons sur l'iconographie et la musicographie de cette pièce 
fameuse dans notre prochaine étude: La véritable source de « l'Ange 
et r Enfant ». de Nehoul. qui paraîtra dans ]e' Mercure de France. 



(riiii]>rimt'U!', au[)rèb de son l'rèrc, dans les Alpes ; Glaup 
<'sl dans les prolocolcs, et eoiileniplc sa moitié, qui va le 
rendix^ lȏre une seconde fois ! El moi, je suis libraire... 
pau\re oiseau des champs, meurt rissanl mes ailes aux 
inexoi'ables barreaux de ma ca,U(\.. et chantant, comme 
un oisoau en cage ! Voilà. — Parlez de moi à Canongc, 
cela va sans dire ; donnez moi biomtôt signe de \ie, et 
croyez-moi, mon Cher lleboul, tout à vous et de toute mon 
à me. 

J. RoL.MAMLI.L. 

19 Mai 56. 



XXXII 

Niines ce 31 May 1856. 

Mûx cuER Ami, 

Je commence d'abord par vous demaniler pardon du 
letard (jue je mets à vous répondre. Canongc était ai)sent 
et je voulais avant de vous écrire vous transmettre son 
sentiment sur le diamant cpie vous nous avez envoyé. 
J'élais déjà fixé et j'ai le bonheui' de vous dire que nos 
deux jugements n'en ont fait qu'un. Canonge a trouve 
comme moi la pièce délicieuse : pas un iola a en retran- 
chci'. .^eulcnionl le refrain dr ht lin ([iii iiiiil à l'effet ])ro- 
duit par le dernier vers de la dernière stro])lie. Relisez 
votre pièce ; vous verrez que cette sujjpression est néces- 
saire. En tout c'est {sic) une de \()s belles inspirations (1). 

Mad. Demians. votre chanmante coni|)alriole, ((ue j'ai 
l'honneur de connailrc m'a parlé de vous. Elle m'a pro- 
mis que vous viendriez la voir à Nîmes. Quand ? je veux 
profiter de ^olre visite et ne |)as être absicnl — ({uand elle 
aura lieu. 

Merci de \otre ])e[i[e image. Je l'ai donnée à mie de 

(1) Corrigé de : pièces. 



CORnESlM)M)\N( i; 1)1 J. IJEIJOIIL 1,1 KOIM Wlll i; i71 

mes iiirres (|iii \eiiail de j^M'ùre son lils ;il;(' de 7 ;ms et 
qui elail chez moi lors de la rccei)lion de \'oli'e lellre. \'oiis 
vovez que, mailieureusemenl. \olre e.'id(\'Hi ne pouxail un.' 
}»ar\enii" dans un moment jilus opportun. 

Je vous sais tiré tles détails (|ue vous m(; donnez sur vos 
troubadours. Tlai>pelcz moi à leur souvenir. 

Je tra\aille à Lirand tiani a la re\ision de mon volume. 
Voire nom y ligurei'a. L'anuiiLie ma prié de vous offrir 
ses amitiés. 

Tout à vous de cunir. 



J. Reiîoll. 



.\ W UoLMAMLLE. 



XXXIII 

Mo.NSIIiUR 

-Mo.vsiEUR J. Ilot .MANILLE. lÀbruirc. Pacte ftroicnçal, 
A Aiiynoii (1 duclusc) 
[Cachets postaux de Nîmes, 25 oct. 56 et Avignon, 26 oct. 56.] 

Niines ce 25 S'"'^ 1856. 

Mon rnrn 1{olmamlle, 

Oui vous a\ez raison, l'injure est grossière et dépasse 
tout ce (ju'on i)eul allcndre de ki rivalité littéraire. Ce|»en- 
dant je ne vous conseille pas d'y réi)onclre : tout le monde, 
grâce à Dieu, connait voire noble caractère, et une ré- 
ponse serait prise ))our une jusiilication ([ue vous ne devez 
a i)ersonne et qui serait iuidignc de vous. Autre raison : 
la gloire ne se compose pas tout à fai^t de louanges. L'im- 
})recation y entre aussi pour (piebiue cliosc (l) et vous 
savez par (piel motif. 

J'ai vu Canongc ces jours ci, et je lui ai montré \o\re 
lettre. Il est tout à fait de mon avis. Il avait reçu la Bro- 
chure en question. Bomiet, ([\hv j'avais une fois ai'reté sur 

(1) Pour quelque chose, en surcharge. 



'i7'2 ( oi{ni;si't).\L).\.\cL: lu; j. hkijoi l et koi mamllf. 

ccUc iMMilc, n'a ])as juiié coin'.Miablc de me leinoycr et 
je ne m'en iilaiiis pas ( I ). 

.\<l'ieii, mnii (lier el diune ami, je nous enlreliendi'ai.s 
plus loiiirueiiienl si je n'étais occupé du volume et des 
cprtiiics (jui passent sous mes yeux en allendant celles 
où il me Faudra passer ; car en (juel(|ues endroits j'ai trop 
dit vrai jtour ((u'il ni' m"ai'ri\e ])as (jucl(|ue eclalxjussurc. 
Bien des choses a tous vos conlrèrcs. 

Tout à vous, 

J. Reboll. 



XXXIV 

Mo\ ciirzn Rolmaxille, 

Je n'ai pas enicorc eut (sk) le temps d(> \()us remercier 
do \'oIrc almanach ; mais je n^o suis pas demeuré oisii' 
pour vous tous : comliien de lectures (^nl été faites par 
moi dans des reunions et des soirées et combien j'ai été 
heureux de vos succès ! J'ai été jusf(u'à traduire chez 
Monseign'eur Planlier surtout, f(ui n'enitmid pas un mot de 
pi'oven(;a], et je dois m'ètre assez bien acquitté de mon 



(1) Il s'agit du « poèmo » de P. Bonnet: M mm paure patois 
(Nimes, 1856), dédié à Roumieux et illustré d'une notice sur ce 
dernier par le directeur de la lievue Méridionale nimoise, L. Vincenr, 
où l'ancien tourneur, alors cafetier à Beaucaire, après s'être ré- 
clame, p. 20-22, des conseils poétiques que lui avait donnes « moussu 
Reboul », fe livrait, p. 42-46, à une virulente sortie conti'c les 
félibres : 

Mes ima pa lei fanfaroun 

Que vènouni de chanjo soun noum, etc. 

et surtout contre Roumanillc, taxé (l'impiété h Teiuboit de Jasmin et 
<i"un sons jwético-commercial par trop éveillé. On sait que Rou- 
mieux a pleuré .Bonnet (comme, d'ailleurs, Reboul) dans une élégie. 
Mais que n'a pas écrit Roumieux? Cf. aussi, dans la hcvuc Fél., 
t. VII, l'éloge du porte. Pierre IJoiinet. p. 273 ^ctj.. et la notice de 
H. Durand, p. 220 .«eq. 



C0RRKS1M)M).\.\( E 1)1. J. l!i;i!(M I. Kl HOl M WII.I i: /|7u 

(vinrc, car rassemblée était dans rcnthousiasmc (1) La se 
liDuvaieiit une grande paifie i\o tiolce Cierge et le Père 
1. oison, Dominicain de la maison du Père Pacordaire, 
homme ou philol jeune iionuue d'un miMile (muiucmI ("J). 

AdicHi, j(> n'ai pas le leiui>s d(> xous en din> daxanlage. 
Mon li\r(' (>sl prel <>l (iirand l"altend de jour vu joui'. Ma 
main, plus encore (juc ma lelc se l'aligne à l'aire <les 
Icllros d'envoi. Connue c'est laslidieux ! \'i\'e la cr(\ilion ! 
Mais la purjlicalion : peu ! peu {sic) ! vous recevrez un de 
ces jours le nouveau né. 

J. lli;noui.. 
.V/wnw 22 X'"'' 1856. 

xwv 

Mon iucn ciif.r Moxsici n Ri;nori., 

Je vous remercie de votre bonne lettre. X'ous êtes fou- 
jours le même : pleiiu de l)ienveillance i)0ur ces pauvres 

(1) L'évêque de finies — mort le 25 mai 1875 — n'accueillit pas 
seulement les félibres à sa table lors du couronnement de 1859, mais 
composa et dédia, à l'occasion d'une visite qu'il lui rendit en juin 
1840, à Reboul (alors qu'il n'était que missionnaire aux Chartreux de 
Lyon) deux petits poèmes : /yieu ei\ son éternité et Les Marinjrs, 
que l'auteur des Traditionnelles conserva pieusement et qui eubsis- 
ttnt encore. Nous les publierons, car ce sont de remarquables spé- 
cimens de versification religieuse au XIX' siècle. 

(2) L'ex-P. Hyacinthe — dont Reboul avait reçu, dès le 4 mars 
1052, la visite, alors qu'il n'était que « le néophyte le plus aimé et 
le plus capable du Révérend P. Lacordairc », raison pour laquelle, 
ranfî dout-e, l'on avait discuté sur V esprit de l'Ordre de S. Dominique, 
Poujouhit. J). 247 — n'est pas sans avoir joué un rôle dans le déve- 
loppement du talent poétique de ce même Reboul. M. de Cabrières 
nous apprend, en effet, p. i.xxxviii de la Notice de 1865, qu'au Der- 
nier Jour — œuvre géniale publiée à l'état incomplet en 1839, mais 
rééditée en 1841, «revue et augmentée», et, de nouveau, «revue», en 
1842 et accrue dans la suite par son auteur de 3 chants restée inédite — 
Rcbnr' avait aiouté « un hymne triomphal, imité du lianqvet de S' 
Méthode. » Or, il avait connu le liancjiict des Dix Vierges « par une 
copie que Mme Sabran lui avait faite de la traduction du R. P. Hya 
cinthe Loyson, Carme déchaussé. » Cette traduction avait été entre- 
prise à la prière de l'ancien évèque de Périgueux, Baudry, alors qu'il 
professait le dogme au Séminaire S'-Sulpice. Mais on verra, dans 
notre étude sur V Ange et l'Enfant, que la dette de Reboul à l'en- 
droit des Loyson remonte à beaucoup plus haut et est beaucoup 
plus importante. 



fclihrcs ((iii \oiis conlciiiiiloiil d'en Ita.^ el vous .ipplaiidis 
sent. X'oiis nous avo/. (loniié dans votre l>eau livre une 
jilace d'iionneur. Xous nous elïorcorons d'en èlrc le inoins 
indignas possible. 

J'ai dévoré les tradilianneUes. C'est vous dire que j'y 
ai nus de l'amour ! J'ai dit à votre édiiteur que vous êtes 
connue un \in tiéiu'reux : vous vous bonifiez en vieilJissant. 

\'ous avez là des pièces hors ligne, en grand nombre, 
et que je me plais à relire. Je les saurais bientôt par 
cœur : c'est le mot. Votre sacerdoce est une bonme leçon, 
admirablement donnée. \'otre finale m'a fait venir les 
larmes nux yeux. J'ai relu la pièce que \r)us me récitâtes : 
A M. Boyer. Elle frappe juste, et frappe à propos. Notre 
drapeau est sans tâche {sic). Vous le tenez d'une main 
ferme, et noblement. Il sera content de aous. La inorl 
d'Uérocle est épique. \'o'lre aposlal est inspiré par une 
foi vive (1). et laissera dans toute àmc calholif|ue une 
profonde cl iiénil)lc inquession. Les fclibres auraient dû 
rencontrer la Chèvre de Saint-Pierre. Le 21 juin ISiO, 
vous adressâtes à M*** une épHre où vous avez peint de 
main de maître les animaux huilants, beuglants, égrali- 
gnxints, grimaçants... de la ménagerie où vous perchiez, 
chère et douce colombe. Bien! très bien (2). Le barbier, n\\l 
le barbier est siqierbe ! J'aurais dû le croquer a\anl 
vous. )Ouel type ! Le soleil du Midi a tapé sur ce coco 
là (sic). Et quel cœur ! Il est tout fleurdelysé !... 

Mon chapelet serait sans fin, bicn-aimé poëte, si je 
m'abauidonnais à ma dévotion. Je m'arrête, et laissant de 
côté Li ase, La 1" aumône de S^ Mncent de Paul, Le 
pauvre aveugle, Souvenir de la S*^ veille de Noël, le 
Hhapsodc, grains précieux de nos dizaines, je finis par 
un Gloria Palri qui en vaut cent, cpii en vaut mille. 

l'iros facicl. 

La marraine mannijiijur. est bien une magnifit[ue mar- 
raine ! .U/uc/o. osfo .' Si je vous tenais là. je vous embras- 

(1) Corrigé de : puissante. 

(2) Il s'agit de VEpitre à .!/***, datée du kl jièn 1849, p. 282 des 
7' raditionnelles. 



C0RRi:si'0NDA\( i: ni: j. i!i:i!Oii. ri hoimamiii: 475 

serais ! C'cs.1 ina perle, c'esl mon bijou, c'est moji din 
iiiaiil. J'en l'alTole. Mctioz hai'dinieul cela à c«Mé de \n\vn 
Aiuje. C'esl le |i|ns Immh |M'i!i|,int (|iie xoiis |iiiissic/, lui 
<lonner. C'esl là <'ncore, à mon a\is, un de ces bonluMirs 
que les poëtes rencontrent rarement. Je ne crois pas me 
tromiHM'. Ouelle jolie chose ! Simpl(> et urande tout à la 
fois. C'esl l'u-uvre, à la fuis, cl d'un (>ufanl, ci d'un 
lionime de génie ! Cela fera !(> lour du monde. 

Voilà, en deux mois coiujue en cenl. loul ce (\uc je 
pcnso. Je n'ai pas tonl di! : il faut bien réseiAci' (|ut'l(|uc 
chose pour notre i)ro''liaiu(^ enti'e\ui'. 

Tout à \<uis (M d(> toulc mon âme, 

J. UoLMAMLLi;. 

ALitjiion, 29 X'"' 1856. 

. + . 

XXXM 

Mon cher Mo\sii-rn Ueboil, 

Vnc dame fort aimable, f|ui, en liUéralure. a le courage 
de ses convictions et dit à un auteur, en pailani à sa 
personne, qu'elle trou\e niau\ais. ou peu s'cmi faut, ses 
vers à Adolphe Dumas, mmiI bien se eliarger de ce pli 
pour vous. Je suis lunu-eux d'axoii' une messagère aussi 
distinguée, el d'un fi'anc parler aussi rare que louable, 
el je la remercie de me fournir ainsi l'occasion, c'est à 
dire le plaisir de vous écrire. 

Voilà que le Messager du Midi a j)arlé, connue il l'a dtl, 
des Trddilioimelles ! Goegheghan (.sic) on a dit beaucouj) 
de l)ien : il aurait pu en dire davantage (1) ! La ])resse de 
Paris dira son avis, notre presse surtout — et j'attends ça 
avec ;;ne vi\e im|)afience. 

\'oilà ([ue \'('i}iicis, p;ir Toi'gane d'I']. di' Alargerie, 
vient d'éri'injci' l.apradf cl Anlran... Ce M. de Margeriv; 
est, parai! il, un grand ('rcintcur de portes. Deux bou- 

(1) Corrigé de: l.icn ddvantngz. 



•l7G LOUKI >l'OM).\\CL Di: J. lŒliOl l, ET HOl MANILLE 

chécs ont suifi pour avalor noln; confrère de Marseille et 
celui de Lyon, iadas ! ( "c Icirible Univers n'en fait pa< 
ti'aulres. Lui a\('z-\()us l'ail rcmctlre vos TiadiUoiinelles ? 
Si \ous ne Taxe/. (I('*j;'i lail. icIe/.-kii celle proie. Il me 
semble «lue M. d(^ Maiycrii; \ous Irailerait avec moins de 
ri«^ueur ([ii'il iif \iiMil de trailcr Autraii et Laprade. Quei- 
(jues C(>U|(S (le yriiTe de VL nircrs ne \()us fei-aienl pas du 
mal. Mais il est. diton, si .Napoléonien ! Et vous Tètes, 
dil-on, si peu (1) ! 



(l) Sur l'idée qu'avaient de VUiiiiers à son début les légitimistes 
niniois, nous renverrons aux très curieuses Lettres sur le Journal 
l'Univers, dans la Gazette du Bas-Lan<juedoc des 14, 21, L8 mars et 
1" avril 1841, signées: « f//i Catholique ». Reboul, qui, dès mai 
1850, se faisait défendre par Poujoulat du soupçon de bonapar 
tisme {cf. la lettre de Poujoulat dans la Gazette du Bas-Languedoc 
du 31 mai 1850), semble avoir, jusque fort tard, nourri à l'endroit 
de Louis Veuillot des appréhensions et des scrupules. C'est, du 
moins, ce qui résulte d'une lettre inédite de Veuillot, écrit* à Paris, 
rue de Londres, le 22 août 1858, où il est question du a saisissement » 
éprouvé par Reboul à l'idée d'une prochaine entrevue avec le fou- 
gueux polémiste, « saieiesement » qui, ajoute Veuillot, « n'est pas 
fait pour m'éloigner ». Et il écrit, un peu plue loin: « Mille amitiés 
à M' Reboul. Si j'avais soin de ma raison, je n'iraie. pas chercher 
ces éloges, ilais j'espère que le démon m'a quitté, et puis je di'rai 
que les maîtres sont toujours bienveillants ». INIême vers 1862 — 
qui fut l'année où M. de Cabrières exalta Veuillot, dans L'Opinion 
du Midi des 5 et 6 octobre: article oublié, comme tant d'autres, 
dans la Bibliographie des Ecrits de Mgr. de Cabrières, p. 399-422 
de Trente-cinq ans d'éjnscopat (Paris, Plon-Nourrit, 1909) — le 
« saisissement » n'était point encore complètement dissipé et Reboul 
lestait un peu sceptique à l'endroit des démonstrations admiratives du 
directeur de VUniiers. Cf. sa lettre du 19 septembre à De Fresne: 
« Veuillot m'a écrit une lettre pleine d'éloges au sujet de la Pente- 
côte. Quoique plusieurs lettres de félicitations me soient parvenues 
au sujet de cette pièce, je ne sais si la politesse n'entre pas un peiî 
dans le suffrage de notre ami... » (Poujoulat, p. 309.) — Quant au 
Mémorial de Vauclwc — rédigé par l'auteur d'une histoire des 
papes à Avignon, J.-]î. Joudou — lloumanillc avait déjà, dans sa 
lettre du 20 décembre 1852 à Canonge. parlé, à son propos, de 
« petites misères et de petites passions qui rongent leur frein et qui 
sont impuissantes, je me plais à l'espérer » {cf. Bigot, ub. sup., 
p. 21). — La Berne était cet organe du clergé avignonais qui est 
cité à la lettre LUI, et où le curé de Saint-Didier — dont le clo- 
cher, on le sait, a été « immortalisé » dans la Cainpano Movntndo — 



CORRESPONDANCE DE J. Hl ItOlI 11 1{()1 MANILLE Ml 

Je continue à pousser \olre livre. — (jui n'a pas besoin 
d'ètiv (1) poussé : il va loul seul, et c'est clianuanl. Les 
aehetieurs sonil pari'oie si peu in.te,llio(4its, qu'il me faut bien 
leur l'aire l'article, et jusqu'à ce jour je n'ai pas trop mal 
réussi. La besogne m'esl facile et (louée, quand je parle 
(le vous, et je m'en lire comme ini \i(Mix de la vieille. 

Si notre Mcmorittl ir('lail ]kis slupidr, et ne regardait 
pas de travers les fcUlucs. il aurait clianti'- son antienne... 
Il est impossible de faire entendre raison à ce grand Sei- 
gneur, ])aclia des annonces judiciaires cl des avis divei>. 
Oiuuit à la livnic. disons le bien lias, elle a iieur... ali ! 
quelle peur ! l"]lli> doit a\oir, sans doute, de bonnes, d'ex 
cellontes raisons pour (\a. 

Je vous relis, nous vous relisons. \'olre hric-à-hrac est 
étonnant ! Je sais quelqu'un (|ui a ]»leui('' e-n lisant vos 
peliles sœurs... Je sais aussi (pii a bien ri en lisant \(»tre 
Figaro. 

Adieu, mon cher Moii'^ieur lleboul. Tout à nous, et di; 
toute mon Ame. Le bonjoui' au cher Jules. 

J. lloL MAMI II. 

Aviynon, 12 janvier 1857. 

.-h. 

XXXVII 

MoNSirLR 

MoNsira u J. Hoimamiil. Uhrairc à Aiiijnon. 

Mon ciicR lloiMAMi 1 1:. 

Mille et mille fois merci de toutes les faveurs dont votre 
bon zèle et votre bonne amitié daigne accabler l'ame et 

avait publié un article favorable aux Xouè incriminés par de saintes 
âmes, article grâce auquel Rounianille put présenter avec pluï 
d'autorité à l'archevêque Debelay — qui présida les jeux floraux 
d'Apt le 14 septembre 1862 — la défense des félibres. Elle ne man- 
qua pas, comme de droit, de mettre à VIikIcx la Miouf/iano du des- 
cendant des Imprimeurs de Sa Sainteté et éditeur des Paillettes d'or: 
cf. en quels termes badins Roumanille l'annonce à V. Duret dans sa 
lettre du 2 juillet 1860, p. 105. 
(]; Corrigé de: de l'être. 

31 



478 ronitr.>i>oM).\\c i: m: j. itiuoii. et RorwrAxiLLE 

lo corps fil s Trcditidrjicllcs. J'en reçois de bonnes non 
\ elles d<î IcHiles paris. Toiil ceci entie nous. Je sais que 
ilans voire caiii- je pni'» lonl cp.in^-lier', niêine un peu do 
\anilé lillerair(\ ( ep(M:d;iiil. mon cIhm' anii. s'il l'aul loul 
vous dire, el sans troj» me l'aire excellent, il y aussi {sic) 
c(uek(ue chose qui me flaile encore da\a«ilage : c'est do 
\(nv les senlimenls el les docinnes de mon iruvre assez 
l>ien accueillis. Je m'eu rejouis en \ue des augustes jier- 
sonnalités qui les reprcsenlent. 

Aulianel m"en\(>yc ses felicilations et elles me sont, bien 
douces ; il joint à sa lettre des vers profondément, sentis : 
mais dans i;ne voie que je ne voudrais ]ias \oir suivi'c ]iar 
lui. J'ai é!('' crunme lui jeni'c (M im])rc:^sioriii(''. je ne \(mix 
pas jeter la p'"'' pieire (1). Mais si je peux le ramener par 
un conseil a un enq)loi plus viril de son beau talent je le 
ferai. l)"anlant plus qu'aujourd'hui cette donnée est usée 
et offre pou de i-essource {'2). 



(1) Rcboul, en écrivant cette phrase, devait se souvenir de l'aven- 
ture qui lui était arrivée lors de la publication de son premier 
ificueil, en 1836, qui, pour contenir quatre ou cinq passages erotiques, 
lui avait valu une paternelle et fort longue censure — restée manus- 
crite, mais que nous publierons — du cardinal Villecourt, alors 
évêque de La Rochelle. Il n'est, d'ailleurs, pas jusqu'à de Flotte, 
qui, dans la notice de 18 pages qui illustre la correspondance que 
Reboul échangea avec lui du 15 janvier 1834 au 7 mai 1863 {op. 
cit., pp. 23-81), n'ait averti le lecteur que, lorsque son ami com- 
mença, à rimer — ses premières poésies sont de 1821 — il commit 
« quelques essais, toujours décents, dans ce qu'on appelait jadis la 
poésie légère, fugitive... » (p. 9). 

(2) Dans cette lettre, datée d'Avignon. 14 janvier 57. Th. Aubanel 
envoie à Reboul et à Canonge 18 strophes ardentes en l'honneur de 
la « douço Fanny », la « petite fille » qu'il avait connue chez son 
frère, à Pierrerue. dans les Alpes et qui, dit-il, lui « rappelle de 
bien charmants, de bien amers souvenirs... » 

Voir, pni^ trehovJa ta rido. 

léii t'aiv r lou s>avpraf jnmai, etc., etc. 

L'opinion de Reboul sur ces vers est — la Miougrano devait le lui 
démontr?r, à troi:? ans de là — complètement erronée : ce sont les 
pins beaux cris de passion qu'ait poussés le « fier Auhanèu » 
{Miriio, ch. VI), qui, d'ailleurs, a soin de prier Reboul et Canouge 



CORRF.SPONDANCK Dr J. lŒnOUL ET ROUMAMI.I.E 479 

Je VOUS assure que je ne vous oublie pas dans les soi- 
rées ou je vais. J'aipporte souvent les Proiençales. N'en 
faudra fayre un avoucal est souvent recite. La blouse ne- 
(jre^ le prcçjo Uiou, <;a no nianqur j,iiri;iis son effet. Adieu 
mon cher ami, je voudrais l»ien vous cnlrctenir plus long- 
temps, mais celle pul.licalioii m"a jelé une Bouffée de 
lettres et je ne sais de quel cote me Ifunaier. 

Adieu, tout de cœur à vous. Bien des choses a tous les 
felibres. 

J. UCBOL'L. 

A'tiiu\< 16 janricr 1857. 

XX.W 111 

Nimes ce 28 7'"-«' 1857. 

Mon cuer Ami, 

Merci et mille fois mcnci de \olre aimable en\oy. J'ai 
lu, avec 1-c plus grand jiiaisii-, coniinc ton! ce f|ni \ieiit d(> 
vous : votre nouveau né : Ijï ('(iinptmo uionulndo. Puissent 
ses volées dessiper {sic) les orages ([ui nous menacent et 
réveiller tant d'indiflerenls comités sur l'auge de l'agio e 
barhottant dans hi hoiinc ou mauvaise action, qui. croyez 
le bien, aura loi ou Ixrd sa recompense ; (juand le Poêle 
est econduil, il emporle a\ec lui bien des choses, et comme 
Dieu, ^inl(^lligenlce piniil en se l'ctirant. Mais à pi'opos 
d'un Poème si gai, je ne \eux pas faire le sermonneur 

« de ne point lire à d'autres ces vers trop intimes » et, ce nonobstant 
— en vrai « homme de lettres » qu'il était — , les a insérée, eans 
changements notables, mais sans les dater, p. 90 srij. de sa Miou- 
ffrano. Mais qu'eût dit Rcboul, s'il eût assez vécu pour être témoin 
de l'évolution d'Aubanel et du « contraste frappant » que devaient 
offrir — comme l'écrit Roumanille à Marie Jenna le 9 janvier 1869, 
Bev. FéL, t. xii, p. 225 — dans la suite « les solides convictions de 
l'homme et tant de pièces nouvelles du félibre ? » Sans doute, ce que 
disait Roumanille : « On ne sait comment s'expliquer et concilier la 
foi de l'un et les œuvres de l'autre. C'est étrange. » Voyez d'ailleurs, 
à ce sujet, les pages pénétrantes de M. E. Lintilhac dans son étude 
sur Aubanel, Les Félilne,". A traien leur monilc et leur poéaic 
(Paris, 1895), p. 73-126, ainsi que notre prochaine édition de la 
Correspondance de Reboul et d'Aubanel. 



^iHO ronnF.<rMm)A\( r. di. j. Hi.itorL i:t houmanille 

ot WiuniiM' MU Joi'iMiiii'. J";iim(> iiiionx \niis diro ([iio \n|ro 
sonneur est liion Iracé tM qnr du cnnunciicoMKMit ;i ];i fin 
il est }»ien dans son oaracK'io. Le slile du Poonie csl en 
général dune pureli" reiuar((uable ; c'est ce que j'ai trouvé 
de niioux, et c'est là son coté brillant. Dans vos jtieces 
j)recedontes, il en est ou le tiait est ])lus ahoiulanl et plus 
profond. Cependant, ce n'en csl pas innins une omixic (|iii 
soutient votre iLrloire (>! que \ous i)Ouvez liarflinieni a\ouer. 
Je mets votre tal(Mit tro]! liaul pour ne \ous cn\oyer fiue 
des éloges {|ui la |ilii]iarl du Iciiips ne soni ([ne i\<'^ l'oi'- 
inules de politesse. .Vai xouhi elre sincère a\cc vous, el 
pour cela je vous ai lu ;illiMili\cinont el a mon aise, mal- 
gré toutes mes prooccupations. Je n'ai jtas le temps de 
touit vous (lii'e ; mais à noire prochaine •entre\ue. je re- 
l»ren<^lrai, ou plutôt nous reprendrons l'entretien. 

Excusez moi. je vous en prie, auprès de AI. Aubanel. 
Vous savez le peu de temps que j'avais devant moi. Une 
autre fois je prendrai mes mesures et je ne mancpierai pas 
d'aller le voir. 

Adieu ; tout à \ous de co'ur, 



J. Redoll. 



A MoxSinLR J. ROLMAMI.LE. 



XXXIX 



Animes ce 3 janvier 1858. 



-VIoX CHER ET DIEX AIME Co.NFRERE, 

Je suis en retard de ])olilesse envers vous : je ne vous 
ai point encore remercié de l'envoi de votre almanacli, 
que j"ai lu a\('c le |>lus vif iilaisir. Mais au commencement 
di' lannéi' j'ai senti le besoin d'écliainger ([uelf|ues paroles 
a\<'c \ous <M \()us dire condiien je vous aime et vous 
cslime. Mecevez, mon cliei' ami. Ions mes Ihhis mtux. Puis- 
siez-\ous bieniot lionxer une e|)onse digne de vous, afin 
de joindre à \(is bi'aux vers de beaux enfauils. Je n'ai pas 
le Icnqis de \(tiis dire tout ce ([lu est dans mon cœur. 



CORHi:siH)M)\N( I l)i; J. HLUOLL ET HOl MAMLI.i: l8l 

Vous sa\c/. (juc dans ces jours ci la corrcs}toiulaucc est 
iMullipliee. Tout a M)Us iltMic de cœur, 

J. Ul-BOLL. 
A M. Uol MA.Ml.l.l.. 



XL 

MûNsiLi n 

Monsieur Roi.ma.mi.li;, Ubraiic, rue S' Afjricol, 
Avignon. 

Mon cher Puh.mnmi.le, 

M. Dufa-u, un de mes amis, mcinlu'e de la Societc de 
S*" Vincent de Paul, se rend à .\\itinon ; il est à juste 
litre désireux de faire \()tre connaissance. Faites lui bon 
accueil, c'est un des nôtres sous tous les rajiporls, et si 
cette lettre ne devait i)as lui être remise decaclieltee (sic), 
je vous dirai (.s/c) liien des cliost^s ([ue je dois taire. 

M. J)ufau \ous e\|)li((uera ce ({ue notre Société vous 

demandera (1) dans une lettre que vous recevrez biontôt. 

Adieu, je tnace ces quelques mois à la hâte et n'ai le 

temps que de vous dire 

Tout à vous 

J. Reboil. 
Nîmes, 10 février 1858. 

XLI 

Niines ce 15 février 1858. 

Mon cher .\mi. 

La Société de S' X'incenl de Paul de .\imes a besoin de 
vous. Vous avez été si bien chez Monsieur d'.Mzon que la 
conférence veut à toute force vous avoir (2). .\tlendez vous 

(1) Corrigé de : ce que notre Société deii>an[dera]. 

(2) Roumanille avait assisté à Nimes à la séance solennelle de !a 
Société de Saint-François de Sales : cf. sa lettre du 4 février 1858 à 
V. Duret, p. 46. 



j8'? roriiirsF'(iM)\\( i: ni" j. iu:nori. v:\ HOiMAMi.i.r. 

au i»r(Miiior jour à une Icltre dhn ilation de la part de son 
président. I.a Séance ne^)eut être (|u'un samedi au soir. 
Arrangez vous pour (pic cela suit, possible pour vous : je 
dois vous dire confidenlicllenienl de ne l'ien oiKirginer 
pour cela, la confcicme pouiroijcrd à hnil. S'il vous faut 
un ropresenitant chez vous, ncpargncz rien. A Xinies tout 
est disi>osé pour \ous re,ce\oir. ("est assez, mon cher 
ami. dans xoire position, (!(> nous j'aiic j'aumonc de votre 
talent. i\ous gagnerons encore, vA soyez })ersuadé ((ne 
votre présence fera plus que les frais de voyage &. 
Tout à vous, 

J. Ri:boll. 



XLII 

Paris ce 16 nout 1858. 

Mon cni:n A^H, 

Votre lettre est venue me trouver ici. \e vous étonnez 
donc point du retard de la réponse. \e ])cnsez pas que 
mon refus de me faire imprimer dans l'almanach vienne 
de la crain'te (ïy être dépaysé. Il y a eu dos noms qui 
valent mieux (jue le mien. \'ous avez vu dans le temps, 
pour ma justilication d'aiijo-urd'hui, si j'ai fait quelques 
difficultés pour être mis dans \os noels. Ces deux pièces 
dont vous me jiarlcz n'ont pas été composées pour la 
publicité. C'est fid('le, mais rude et grossier, et je ne sais 
si la signature d(> l'auteur de VAiigc cl l'ciifaiil mise au 
bas ne produirais pas un ton trop criard. Cependant je 
sais que êtes (.sic) tous bons pour moi. Mon refus m'est 
cruel et je verrai à Ximes de consulter quelques amis. 

Je ne vous oublie pas. Ici je fais de la propagaaide. 
L'autre jour, dc'jennani chez un des amis de Lamartine, 
chez M. de Circourt, j'ai décide le Chargé d'affaire (sic) 
de la republique de Hambourg a faire venir les Proven- 
çales par la voie de Giraud. J'ai traduit dans cette reunion 



coRni'.si'OMiAM I. i)i; j. i(i;i!oi 1. i.r i;()im\.mm.i: i83 

qu('l(|iics morceaux de ehacuii i\c \ous. JOiil le nK)iKlc cii a 
etc ravi. Je joins ici un iiiol ]ioui' Myslral (1). 
ToLiil à vous, 

J. Uluoil. 

A iJol MA.MLLL. 



XIJII 

Mon chlr i;t aimadi.l Poète, 

Vous devez (je xous entends d'it'i) m'accuser d'iiidiffc- 
rence, d'ingratitude. cV-. mais il n'en csl, rien, et vous 
savez que sous le rappoil de la correspondance je ne puis 
pas toujours satisfaire au besoin de mon cxvuv et de la 
reconnaissance. Je profite aujourd'hui d'un moment, libre 
])Our vous remercier de votre almauach de 1859. Je le 
trouve supérieur aux autres. Grâce à vous, a Mistral et 
à Adolphe Diunas. c'est un petit Bijou. Je vous assure 
que si j'étais assez j'amillier (su) avec AF Ad. Dumas, je le 
féliciterais bien sinceri'miMil. non pas de la j)iece que 
Aous sa\'ez, mais de celle qui vous a été atlressée con- 
jointement avec Mistral. Quel parfum de Christianisme ! 
quelle profondeur pliili,)soi)hique dans cet abandon et cette 
naiveté de la vie rurale. Je doute que la capitale, avec 
toutes ses splendeurs et toute sa science, ail jaimais jamais 

(1) 11 est bien regrettable que ce mot n'ait pas été conservé par 
Mistral — qui, du moins, ne nous l'a pas communiqué — car il eût 
apporté une preuve de plus au fait, trop oublié, de l'influence capi- 
tale exercée par Reboul dans la préparation du succès d© MirciUr: 
cf, à ce sujet VEcknr de Montpellier du 17 e-cptembre et Dus Litc- 
rarisc/te Echo (Berlin), du 1" octobre 1911. 

Quant aux deux pièces que Roumanille eût voulu insérer dans 
Quant aux deux pièces que Rounianille eût voulu insérer dans 
VAnnann de 1859, c'était — ainsi qu'il résulte de la correspon- 
dance de Reboul avec Mistral — M esté Mathieu et .4 Moussu de 
Ixibaumo, qui figureront en 1865 dans le Liamê de liasin, avec 
La Capitello, datée, sur le ms. original : 3 mmj 1860 et ofTerte par 
l'auteur à Madame Revoit. Dans sa lettre du 17 janvier 1859 à V. 
Duret, Rounianille écrit que Reboul « fait aussi de délicieux vers 
provençaux », ajoutant qu'il « est fâcheux qu'il ne puisse se décider 
à me permettre de les publier dans VArmana. Il a peur que sa 
muse provençale, qui est charmante, compromette sa grande Muse. 
C'est une tocade... » (p. 69). 



48'» i:om<i:-roM).\Nti: di: j. ui;nori. i:t hoi mamm.e 

(sic) fourni à raulour pareille inspiration. Je ne dis rien 
de vous ni de Mistral, vous savez ce que j'en pense. 

A propos de Mistral, j'ai vu, il y a une quinzaine de 
jours, ici, M. de Pontaiartiii. Nous avons parlé des fcli- 
bres (1) (je n'aime pas ce mot : tout le monde m'en 
demande rexplication et je me souviens {sic) plus de la 
signification que vous m'avez apprise mille fois). J'ai vu, 
dis-jc, M. de Fontmarlin, ({ui, ciitn^ nous, n'avait, je crois, 
jamais pris bien au sérieux les productions provençaleF 
même des bons felibres (au diable ton mot !) cl je lui ai 
dit tout ce que j'avais exprimé (t?) chez Lamartine la veille 
de la visite de Mistral. Il parut m'écoulcr avec intérêt, au 
point que je crus devoir réclamer son intervention dans 

(1) Le mot, d'abord écrit de travers, a été corrigé par Reboul en 
relisant sa lettre, mais 7 mois après que ce dernier avait avoué à 
Roumanille son ignorance persistante du vocable popularisé par 
Mistral, le futur fclibre de la Caniargo, Ernest Roussel — sur 
lequel nous venons d'achever un petit travail : JuUs Canonge et 
Ernest Boussel. Un éjnscdc 'le la rie Ut/éroirc niinoise sous le 
Second Empire — écrivait, au numéro du samedi 30 juillet 1859 du 
Courrier du Gard, que définir le sens du terme féfibre n'était « pas 
facile, pour moi surtout qui ne connais pas la juste valeur du mot », 
ce qui ne l'empêchait pas d'en tenter aussitôt l'explication... en 
20 lignes de sa lievue Xinunse! Il est amusant de noter qu'en juin 
1857, Roumanille dérivait félibre de ^i)oî Uhrorum: cf. lettre du 
14 juin 1857 à V. Duret, p. 31. Plus prudent, certes, est le rédac- 
teur universitaire du Konrersations-Lcxikon de ^leyer, VI' éd. 
(1904), t. VI, p. 406, qui ne voit là qu'un « dunklrn Xanicn », cepen- 
dant que son collègue de la publication rivale de Brockhaus, 14" éd. 
(1902), t. VI, déclare que ce terme signifie: « qui fait des livres », à 
[article même où il prétend que la If e rue des Langues Ifoinancs — 
à laquelle un écrivain de la Bihliot/ièque Universelle de Lausanne, 
analysant le Petit 2'raité de Versification Française (Paris, 1908) 
de l'éminent directeur de ladite If e vue, reprochait de manquer de 
compréhension intime de la poésie ! — représente les intérêts du 
mouvement félihréen (p. 541). 

(2) Corrigé de : dit. — Pontmartin, quoi qu'en dise Reboul, était 
de longue date édifié eur la cause félibréenne, comme en font foi 
ces articles — dont celui sur le Hnumnvngi de 1853 a été réimprimé 
en 1891, p. 107 srq. de la Ifevue Félibrérnn/'. Cf., d'ailleurs, sur ses 
rapports avec les félibrcs, le trop insuffisant ouvrage de Tavernier 
(1890) et surtout le A. de Pontmartin de Jl. E. Biré (Paris, Garnier 
frères, 1904, in-8), couronne par l'Académie Française et que ne 
possède pas notre Bihlinthrque Nationale t 



CORRESPONDANC r. 1)1. j. Hi.iioii, i;i lioi MWii.ii; ''185 

la critHiue pour le Pocme de Mistral, t|iie j'ai ci'u devoir 
louer de eoufiauee, car je counai.s l'Iutniuie ((ui l'a pro- 
duit. .N'oubliez doue pas <le tlire à .Mistral d'euvoyer ù 
.M. de l'ontniarliu un e.xp". 

La Pièce de ïdiujlcsi (sic) n \imcs (sic) est charmante ; 
il y a progrès chez l'auteur ; ce conte dopasse la portée 
ordinaire de notre comi)alriote(l). 

.\dieu, mon cher ami ; je vous ai l'ait présenter mes 
vœu.x par un messager qui vous est agi'éahle. par Mad. 
nemians ; daigne les (sic) recevoir de nou\eau e.\|)rimes 
par la i)lume, (pii \a comme mon anie sur ce papier. 

Tout à vous. 

N'uiip.s ce 24. Dccenihri 1858, In rril/c (/<■ lu Nativité de notre. Sri- 
gneur. 

Par see propres exploits Satan est confondu, 
Son front (2) est écrasé sous le pied d'une femme 
L'iiomme een (sic) repoueser des ailes à son âme 
Et remonte plus haut qu'il n'était descendu. 

\'oila i)our vos elrenncs quatre mauvais vers. 
XLIV 

\ UoL.MAMLLIi. 

Mon chkr Ami, 

Je \ous dois de|)uis htugteinps une h'Itre ol je profite 
d'un moment où je puis m'ac(|uitter (Mivers Mtus. \'ous 
avez fait, je pense, une homie affaire en éditant Uircjyo. Le 
succès a du être prodigieux son?, le l'.ipiiorl de la vente. 
J'ai ou la mesure de la reussiie lilteraii'e par tous les 
articles qui ont i)aru. Mais h^ plus éclatant hommage, 

(1) Corrigé de: de l'auteur. Le compatriote en question était Louis 
Roumieux et l'on sait que G. Charvet a rangé, en 1878, dans 
l'Avaiis-Prepaus de La Jarjaindo p,, viii, son « cacaln.^ »: V Angle» 
de Niines (Nimes, 1859, in-12) parmi les œuvres que « touti sabèn 
de pèr cor ». L'œuvre a été insérée en 1868 dans la Itdinpelndo et 
peut se lire p. 48-52 de la 2" édition (Avignon, 1876). Elle date de 
1866 et est dédiée au déclamateur nimois Martin. 

(2) Corrigé de : Satan. 



jcSC» ( ()ui{i..~i'().M>A.\( i: 1)1. j. Kl non. i.i hoim.vmi.i.i: 

c'e.sl la coiiroiuio do Lam;uliii(\ .Npi-opos (sic) de son en- 
Irclicn. jni in- (1) .sollicih- dans une cerlaine mesure la 
rei)i"<)dueli()n en partie. \ Ous sa\e/. ixHii'ciuoi dans une 
ccrlninc jncsurc. 

Il esl ([uesliou un peu de ('J) !ni)i dans rapi)rcciation du 
grand i'oele (.'f). Kl je n'ai i);is pu l'aire tout ce que j'aurai 
(sic) voulu i)our noire nini, ((ui (Taiilleurs est déjà, passe 
(sic) moi le mot, gorgé de puhlicilé. Le l'ail esl (|ue je n'ai 
pas été lioureux, cl je soupfjomie ((uehiuc lancnni' des 
préjuges déjà mamircsles conlrc la langue de imlre grand 
félibro (sic). 11 faut, mon cher ami, sallendre à ces misè- 
ros, c'est le complomenl du triomphe. Il faut convenir 
d'une chose, c'est que le Poème a été jugé sur la iraduc- 
tioii française. Il en sera de même de loulcs les produc- 
tions provençales, si oliles veulent acquérir la grande ]hi- 
blicilé. Je crois avoir le premier donné celle idée à notre 
ami dans une lotlre à lui écrite de Paris. Dans vos pro- 
chaines publications tenez aous cela pour dit, vous et 
Aubanel (4). En France, on n'ose pas a\(nier son igno- 
rance. Lamartine lui même a i)ris La magnanarello pour 
Lia uulivaiircs (5). Ouand AIada.mc Uossi passa. ici, lout le 

(1) Sic. Mot inachevé. Sans doute : instamment. 

(2) Reboul avait d'aboixi écrit: de, qu'il barra jx)ur mètre: ques- 
tion, qu'il barra de nouveau pour écrire à la euite : de. 

[6) Mais j'ai sollicité vainement , barré. 

(4) Dans vos prochaines publications, répétition barrée. — Reboul 
s'illusionne étrangement, lorsqu'il s'attribue la paternité d'une idée 
(|u'avait déjà mise en pratique V. Gelu dans ses Chansons proven- 
çale^, comme il est facile de le voir dans la monographie de Mouttet. 
Mais que penser do l'affirmation de M. P. -A. Bigot, qui attribue 
résolument l'invention... à J. Canonge? Voyez ses Lettres Félibrcen- 
ne.f, p. 20 : « Le premier, le critique Nimois prévint cette objection et 
traduisit ses citations. Son exemple porta ses fruits. De là ces 
éditions bilingues des Félibres Avignonnais où, semblables à deux 
sœurs jumelles qui dorment l'une à côté de l'autre dans un même lit, 
le Français et le Provençal reposent côte à côte aux feuillets d'un 
même livre ». N'a-t-il donc jamais parcouru la sec. éd., susmention- 
née, des Papillotas? 

(5) Mais Canonge n'avait-il pas, dans la traduction qu'il fit de 
L' Hirondelle de J.-B. Gaut, au numéro du 17 décembre 1852 de la 
(inzctle du lias-Languedoc, écrit: « Tu gèlerais ta queue danf le 
vid », confondant « queue » et « couvée »? On sait que, dans lee 



fOlîHI.-lM)M»\M i; 1)1. J. IJl liOl I. Il KOI M\MI I 1. |S7 

niitiido cul jM'ur drlrr soiiproiiiK'; t\i' uv pas t'nlciidi'C 
rilaliiMi. Le lliéalfo l'iil (■oniMc, et, eliose iiiorxeilleuse, 
tout le iiioinde avait liés bien cc)ia}>ris. l'out ceci est à lu 
gloire fie notre graïul l'ilibn*. Si rétolle vue à l'envers a 
t'ait un tel (>IT('t, <|uc serait il arii\(î si tout le monde avait 
pu l'oniiailie l'autre ent('', c'est à dire le texte ? 

Adieu, rlier et liii'ii aiiui- l'ililire. Ne m'ouMii*/. ])as au- 
près d'Auhanel et faites lui pari de mon a\is. /.a trddur- 
tion en nujtinl indispensalile. l'^t Mislial ou est il ? 11 
ni'oui)l!e. .Mon couronneuieu't ce])iMKla'nt ne lui a pas porte 
uiaillieur. 

Je vous e)nl)iasbe tous les trois et \ous vccoui unnc île 
cœur. 

J. Ueboul. 

\ims sommes, vous. Mistral et moi, icdexaMes à 
l.aniarline. Si vous pou\ie/. vous oecu|>er du placenieiit 
de ïi'iiltclicii, des ahonneinents, etc., vous nie feriez un 
grand plaisir. J'ai ici fait lout ce que j'ai pu. Et clia(|ue 
fois que j'en ai l'occasion, je tache de faire quelque chose 
pour le coté inalériel de sou entreprise. Je com])rends 
jui&([u'a un certain point riiigralilude des masses ; la res- 
l)onsabilite echa])pe ])our ainsi dire ])ar le nombre. Mais 
nous, nous axons été obligé (sic) personncllcincnl. 

A''ofes qui, depuis la première édition, accompagnent chaque diant 
de Mireille, Mistral répète, en note au Chant II"', que les magiw- 
iinrcllo sont « les femmes prépoeées à l'éducation [.<ic) des vers à 
soie, inuf/nan. » La bévue de Lamartine {Courg faini'itr ih: Litté- 
rature, t. VII (Paris, 1859), p. 260) est d'autant plus bizarre ipi'il 
copie constamment la traduction do Mistral et qtie la suite de ses 
extraits (p. 263 et la description du début du chant 1 1 1) est en 
contradiction flagrante avec son explication des iinKjiiarclh's : « filhn 
qni ciif'illriif /es olirc^. » Reboul eût pu ajouter qu'il faisait aussi 
du mistral un « veut de mer » (p. 291.) Nous aurons à revenir, 
d'ailleurs, sur la façon dont fut composé ce XV* Entretien, dans 
notre biographie de Reboul. Ajoutons seulement un pi(juant détail, 
emprunté au livre de M. Lintilha;-, p. 51. On ne savait plus, dès 
1895, à Maillane, ce qu'était une iruigrwnarelle, et comme on n'y a 
jamais lu Mireille — c'est Mistral qui l'avoue, p. 52 — les cadettes 
de l'héroïne ne doivent guère regretter que les magnans y aient fait 
place à la vigne. 



i88 lUUUL=-rO.\DANCL DL J. lUlHOl I, LT HOIMAMLLL 

XLV 

Mon très cher Poëte, 

Je vous remercie (\c M)lrc hoimc Icllrc ; j";n à ccrur dy 
répondre qualocant. 

Le succès de Mistral nous a tous l'ait iilcui'cr de boii- 
hrur. Succès immense ! l<'l cjuc nous le désirions, dépas- 
sant même nos espérances. 

Mistral est arrivé de Paris. 11 nous a conté des mer- 
veilles au sujet de l'accueil qui lui a été fait jjar Tarisio- 
cralie liltérairc. L'académie française, dans la i)ersonnc 
de ses pkis glorieux rei)résentants, a lémoig-né à notre 
cher Frédéric sa synii)athi({ue admiration. Mircio a été, 
à Paris, plus qu'un beau li\re : (fa été un (hénenient, cl 
ce sera une date. \'ous porte/, bonheur, mon cher i)oëte, 
aux poètes que vous couronnez. 

La V^ édition est épuisée, ou c'est tout comme. La 2" 
a été achetée à Paris par rédilcur rhai'pcntier, (pii, va, 
incessanunent, la mettre sous presse. On traduit Mircio 
pour un éditeur anglais. 

Lue l)onne partie de ce succès vous est due, car c'est 
bien vous, mon cher lleboul, (jui nous avez gagné, (jui 
avci^ gagné à la cause de Mirèio, le grand poète qui lui 
a coinsacré, je ne dirai i)as un ailicle, mais un hymne. 

Lédileur Roumanille n'a pas l'ait une bonne alTaire. 
ALais iloumanille le fclihrc-troubddour en a l'ait une ex- 
cellente (I). C'est vous dire, mon cher Monsieur, cpie ce 
n'a pu être là pour moi une alTaire d'argent. 

Mes Oubrelo, mes poésies comitlètes seront bientôt li- 
vrées à l'imprimeur. Je les jniblicrai sans traduction : 
1° parce que je ne suis pas assez l'iche ])our l'aire la dé- 
fi) Dans une visite que nous lui r?r dîmes au printemps dernier à 
.■\Iailiane — nous en avions rédigé le récit détaillé, que certain jour- 
nal parisien, qui se dit de « l'élite », ^arda plus d'un mois, contrai 
lomont à la promesse de son rédacteur en chef, ]M. E. Chichet, de 
le publier ou de nous le retourner, en en rendant, grâce à ce procédé 
di- mauvaise foi, aggravé d'un refus tacite de renvoi du manuscrit, 
li publTcation ailleuns impossible — Mistral nous déclara que, 
prévoyant le succès de MiidUe en librairie, il avait fait imjjrimer 
la première édition à s€s fraie, de sorte que Roumanille n'était, en 



coRRESPOM).\\( r: ni; j. luiitoi i ri itoi mamii.i; 'kSII 

penso (le (l(Mi\ \()liiiiics ;ui lieu (riiii (I) ; "J" |),iic(' (|ii(> Ton 
pourrail. jnuor tnil mal do la plupart (!<> mes étolïes, si 
on les jiigoail par l'cMivors : co (\m i-ovioilt à dire (pic j(; 
ne veux pas changer en \ilain(\s p<Miles lunes mes jolis 
petits soleils, enlever la poudre d'or sur l'aile de mes pa 
pillons : o° parce que je n'ambitionne pas d'iMre lu ailleurs 
(pie clie/. nous, et (pie j(^ me conlenle. comme par le passé, 
du petit succès (pie je j)uis dlileiiii' auprès de mon cher 
{)etit iniitlic : mon public ('J) me comprend, il aime mes 
[iruiu^s et mes i)èclies, ol il n'a j^as' besoin (pi(> je b^s lui 
dérioi'c |)our les lui faire a|)pr(''cier. 

Je pourrais l'aire un clmix dans nu^s (cuvri'S, ne pi'CJi- 
(Ire (pie les pièces tiaihilsiblcs. et les pr(''S('nlei' au public 
avec traduction (pu m' tialiirait pas trn]». M;iis je ne puis 
me d(!'ci(ler à nicltre de ciMé, connue niau\ais(>s, des i»iè- 
ccs excellentes, (pi'il m'est impossible de traduire (j'ai 
essayé et j'en ai perdu mon Trainjais), et ({ui, traduites, 
me l'ont i»ilié, parce (pie la Iraduclinii leur enlève i)récisé- 
ment tout ce (jui l'ail leur cbainie, la c<»u!eur, rorigina 
Irté et riiarmonic. 

Si vous étudiiez les pièces dont je parle (elles sont nom- 
breuses dans mon bagage), \()us me criei'iez : (( Houma- 
nille, ne traduisez pas ». 

Enfin, si j'ai l'ait de la lilb'iature provençale, c'est pour 
les Provençaux. Horace ne 'induisait pas en grec ses 
odes, ses épodes et ses satyres. Je ne suis pas Horace. Je 
ne suis pas à llome. Mais si nos Grecs veuliMit me com 
l)rendre. (pi'ils ap])renneni ma langue. 

Je finis l<iut ceci pai' un beau veis de Miiî'io : 

K crnitam que ph ciiutrr, ,5 pastrc i: gtnt tli miif. 



réalité, que son commissionnaire, ou dépositaire. On voit que le 
« payr-in » (!) Mistral n'avait pas en vain — comme le rappelait, 
très judicieusement, l'auteur de l'article que lui dédia, en 1874, le 
I.nroufse, t. XI, p. 142 — suivi les cours de droit de la Faculté 
d'Aix ! Le dépit de Roumanille est beaucoup plus sensible dans sa 
lettre du 27 avri! 1860 à V. Duret, p. 103. 

(1) Dans ses lettres à V. Duret, Roumanille aura soin de ne met 
tre, à propos du refus de se traduire, en avant que des raisons 
d'ordre esthétique : cf. pp. 75, 81 et 84. 

(2) Cômgé de : nui. On sait que Roumanille reconnut son erreur et 



VJO ( ()iti(r.>i'0\r)A\( r. di: j. reboit, et itoiM ANir.Li: 

Dès qiio ÏEnlu'licn dr* I .aiiinrliiio ont i>;irii, je m'om 
pressai de lui en ;i(1ii'I(m- iiii (N'i'UiIii noinhic pour l'aire 
une pro.pai(a'n(l(' doiihlc : 1" pour .\lislr;il ; '^^ puui' le 
Cours fdiiiilifr. .l'ai I.mIk' de faire (1rs aliunnés audit 
l'ouïs : j'ai ]iarl(' à des sourds, couunc je parJ;ii à dos 
sourds l'an j>ass('' poui' la souscription que vous savez. 
Après beaucoup de peine j'amassai 1 Ir. 7a). ("est na- 
M'anl, mais c'est ainsi. L(>s léij'ilimislçs disaiciil : il nous 
a quilles ; les napoléoniens disaient : il n"esl ])lus des 
nôtres ; les ]>liilippai'ds disai(Mil : il a déli'ôné Philippe ; 
les r(''|)ul)licains disaient : il a déchii'é notre drapeau 
rouLie ; les callioli(|ues disaient : il a noyé sa foi dans 
le jKUithéisme, &c. 

C'est une pnnilion de Dieu. 

Peut-être me verrez vous à \ismes samedi soir. J'y suis 
attiré par une alïair^. J(^ puis donc m"y arrêter, mais 
]>oiir re])artir sans faute Dimanche malin pour Montpel- 
lier, où l'on m'attend, également pour affaire. 

qu'il eut soin, en 1872, de mettre en évidence, sur la couverture de 
///',< Entarro-Cliin — cette tja/ejado houUfiareUn placée eous l'égide du 
préfacier la 2° éd. dei Li Capehm, Léopold de Gaillard — l'imlication : 
«fwié trddwciouth franceso vis-a-visyi. On se souviendra, d'ailleurs, que 
Li Proiiretiralo étaient déjà munis d'un glossaire provençal- français, 
que les SoiinjaroUo étaient, dans l'édition originale, accompagnée;; 
d'une traduction française, mais qui n'était pas de Roumanille, et 
que les notes de la Camqmno Movntadn sont également, par une 
bizarre anainalie, en français. N'est-ce pas. d'ailleurs, Gaston Paris 
qui, dans Pcnfcur;' et Poctcs (Paris, 1896) remarquait, très juste- 
ment, p. 118, que les félibres ne parlent que très peu entre eux la 
langue d'oc et s'en servent encore moins souvent dans leur corres- 
pondance? La réfutation que lui a opposée G. Jourdanne (Histoire 
du félittrigc [Avignon, 1897], p. 299, vote 1) n'est pas convaincante. 
En réalité, les félibres n'ambitionnaient rien tant, à cette époque 
de Stitnn tiud Draïuj, que le suffrage des franrhiinan et leur corres- 
pondance intime prouve éloiiuemnient de quel appétit de réclame, 
de quelle soif de publicité ils étaient animés. Celle de Roumanille 
et d'Aubanel avec V. Jluret est, à ce point de vue, un document 
tout à fait caractéristique. Mais la « Cause », lorsqu'elle fut 
érigée en système, exigea que fussent passée eoue eiknce cet aspect 
matériel el ces tendances prosaïques du mouvement félibréen. Il 
en a été ainsi, qui l'ignore, de toutes les religions, do toua les 
myeticienies. 



coiiHF.spo.Nnwci: di j. uiitoi i i;r itoi mami.i i 'l'Jl 

\'oiis nv'^z à Xisnios un jxMil piddiuo do tirAoo ol de 
talont : une jrmie piaiiisir de 1:'. ans 8 mois, un (I) ange 
qui a étonné ici et. éinerv(^illé les plus eonipétents : Ma- 
demoiscHc Pénélope lliua/zi. IDules li>s (■('•léluiti's ita- 
liennes ont enrichi son alltiun. Il n'es! pas jus(|u"à la His 
lori qui n"ail déposé son liijou dans ce pn-cicux (•ciiii ("J). 
Si vous ave/, occasion i\c r(>coniniande,r à vos amis celle 
jeune coltMidje que le Itiuil du ca'uon a enVay(''e. el ipii 
s'est envolée en France, i)rofilo7. en. Celle (hau'c et liar- 
nionieuso eid'au'l d'Italie est. parraileinent dii^ne que l'on 
s'iidéresse à elle. Klle est 1o!l>('m> à riiOtel du I.uxeinhoury, 
n" ()(). l'allé y esl a\ec son père. Klle \a doiuier un con- 
cerl dans voUe ville. 

Adieu, mon cher M' llehoul. 'l'ont à vous et de toute 
mon âme, 

J. PiOlMAMIir. 
Aviijnoii, 9 Juin 1859. 



+ . 



XIAI 

A Mo\sii;i H ,Iosi;i'n l\or\i wii.i.i' . Libidirc, Poctc 
Pidvciiral. Aiiijnnii (\ aiu luxe). 

[CaclictiS postaux de Nimks. 30 (i<n'il 59 (t AvicNON, 31 août 59.] 

Xi mes ce 30 août 1859. 

Mu.\ cui:r .\\iî, 

C'est de très grand cirnr rpie je vous accorde ce ([ue 
vous me demandez. Je n'ai pas \ii Gii-auil. mais c'est tout 
connue. Je liens seulejueid à ce qne la pièce porte sa 

(1) /'etit, barré. 

(2) Celui qu'y laissa Roumanille a été Eoigneuscmnnt reprie par 
son donateur et enchâssé par lui dans les Oubreto, p. 280: 
.4. /'. Annunziata Bujazzi, pianisto de treze an... Per sonit (dhum. 
Quant au séjour de la Bigazzi à Nimes, nous renverrons à notre 
travail sur Canonge, qui en fut le chevalier servant et le poète, 
comme, en 1847, il l'avait déjà été des sœurs Milanollo. 



'i0'2 cor{i{F.spo.\i)\\( r. m j. iîi:moi i. r/i HOiMANn.i.E 

ilnt»\ sniis ccl;! le coiiiimMicciiMMil n'aiiiail (1) aucun sens 
(Ui |plul<)f si'iail un contr-o sens. 

Jjii p/uiiif (II' pltLs iriin censeur 
S'ixciiiiie (sic) à roiis ifonner lu clia.<se 

Ce (jui. uracc à l)iiMi. n'est jilus Mai ri conlinaiorn, pour 
vous comme jioiir Mistral, à n'ètic^ plus \rai. El puis il 
y a une petite \anii(' à salisfaire : je liens à oc ([ue l'on 
sache que le (jilliyrainhr ('J) pai'isien avait él{' ciilonné 
en province six ans aupara\anl et (pi'en cela l'aniitie 
avait eu des yeux assez elairvoyauils. Tout à vous, bien 
des choses à Mistral si vous avez l'occasion de lui écrire 

J. Rlholl. 

Bien des choses a T. Auhanel. Dites lui (jue je suis 
aussi tout a son service. 

XLVII 

Mon cunu Ami, 

Depuis l'arrivée de votre livre (3) je n'ai pu écrire un 
mot. J'ai tout quitté pour vous lire. Et je viens vous remer- 

(1) Corrigé de : n'auraient. 

(2) Corrigé de: ditiraiiihc. puis de: dittjrambe. Il s'agit de la 
pièce déjà citée: Aux poètes j)roven(;aux Roumar-Mh, Mistral, Au- 
hanel, etc. (stc), des Traditionnelles. Cf. sur la vanité d'Ad. 
Dumas — contrastant si fortement avec la sereine modestie de 
Reboul — la si curieuse lettre de Roumanille à V. Duret, 16 mai 
1859, p. 77-78. 

(3) La première édition des Ouhreta, qu'E. Roussel avait annoncée 
dans le numéro du 8 octobre 1859 du Courrier du (lard: « C'est 
dans la grande salle de l'Hôtol-de-Ville de Nimes que notre Reboul a 
posé sur la têto du chantre des Sourijarello fa première couronne et 
c'est encore Reboul qui présente au public cette nouvelle édition... » 
Et, dans le grand article qu'il dédiera <à ce recueil au numéro du 
samedi 10 déi eiiibrc 1859 du Courrier, E. Rous.sel aura soin d'insister 
sur la déclaration de Reboul au fronton des Oubretu: 

Toute poéi^ie est ma srrur, 

eane, cependant, avertir le lecteur qu'elle remontait à 1853, puis- 
qu'elle n'était que la première strophe de la pièce: Aux Poètes Pro- 
vençaux, que Roumanille réimprimait là. 



CORRESPONDANCE DE J. REBOl I. ET KOUMANILLE 493 

cier de tout le bonheur que j'ai eu de retrouver, joint à 
tant d'autres, le petit chef-d'œuvre que j'avais déjà ap- 
})laudis (sic). Li Ccsc sur tout m'ont cliarnié : Soun dé miou 
quiinchou qui li miouiu' (1). L'iinitalion est une Création. 
Aussi je les ai dévorés. Ils sont dignes d'être servis dans 
un dimanche des Rameaux h la table des bons catholiques 
et dans un jour ou les lauriers abondent, et on ne pourra 
Itiir donner ce qu'ils nioiilont. 

Encore un peu de toniiis et je vous riMidrai Aotre char- 
mant homnia<>(\ J'élabore un volume. Aqiieli noros l'ran- 
chimando soun ]>as jauiay finido. ^' a toujour ([uou(|ui 
clavel à melre ou (ju;',nuque nous a vai>ouln. Parh' ]ias di 
cavio, gna toujour que trop : li cavio asscguroun lis ou- 
vragi di pego e di menuzier, me deslranlayou li di poëto, 
— din acjuesli damier meslior, la i)lumo qu'esfaço, fay 
itant, qu'aouqui l'es, qu'aquello qu'escriou. 

Je ne sais, cher ami, si vous pourrez, lire mon ortho- 
graphe provençale. C'est dxins ce doute que, jjour me 
faire comprendre, je veux vous dire en français que je 
suis tout à vous 

de cœur et d'ame. 



J. Uedoil. 



+ 



Ximes 1 9'"<' 1859. 
A J. UoUMA.MI.I.E 



XIAIII 



A MoNSiEin J. Ivoi MAMLi.F, fwele provençal et 
libraire, rue S' Ayricol, Avignon {\'aucluse). 
[Cachets postaux de Nîmes, 28 nov. 59 et Avignon, 29 nov. 59.] 

Mon cmch Ami, 

C'est aujourd'hui [)itur imii jnur de cnnespoudance et 
je dépouille vme à une les h-llrcs (pii sont euipiléos devant 

(1) Il e'agit de la pièce: Li Cese, Conte de Jan Reboul — cf. les 

32 



4i)'i ("onnF.spo\r).\\( i: i>i". j. i!i:nori. r.r itorMwii.i.r. 

moi. J"oai suis à l;i xnlro : \ous soiiihhv, jiistificM' (MU'ers 
iiKM voire livre, c"esl une piecMuiion inutile. Ouels que 
soient, mes com&eils et. mon apijréeinlion je n"ai rien ù 
rolranoher de ma première lettre. Je suis loin d'être im 
ora'Cle ; j'ai pu me tromper sur l'insertion de certaine 
piec<\ et je sais qu'il y a un proverbe patois qui dit : In 
foute fiimplc clin, s/.s- affayresi, ncn sa rnaij qu'un linmmc 
fVesprit clin lis ciffayre des anutri. ].c livre va bien, appré- 
cie de toutes les classes, il n'y a désormais qu'a le pous- 
ser. En dehors de ce que j'aurais voulu voir élaguer, il y 
a encore un beau bagage pour faire roule. Puis je vous 
êlre de quebpie utilité auprès de nos journalistes de Nî 
mes ? Jai été au gué (sic) et jo n'ai cucorc rien vu paraî- 
tre si ce n'est un article du jeune Gazay. Adieu, mon 
cher ami, bien des choses aux deux autiv^s pcrsonmes de 
la trinilé canlarcllo, avec lesquelles j'ai eu le jdaisir de 
trinquer a Maillane en compagnie du bon abbé Bar- 

nouin. 

Tout à vous, 

J. Reboul. 

XLIX 

MoNSiEiR Jean Redoll, à Nismcs (Gard). 

[Timbre mobile: J. Roiimaniixe, lirrairk, Avignon, à Venrre 
bleue; cachets postaux d'AviCNON, 6 janvier 60, avec lu mention: 
APRÈS LE DÉPART, ct NiMEs, 7 junricr 60.] 

Mon i3Ie\ cher pROTECTEun, 

Unno finncidn ! ucoumpagnado ! trois mots qui on valent 
cent, et (pii, écrits par vous, en disent plus que 1000, et 
plus (pie 1000 m'ont lait plaisir. X'avait été le jour de 

ban el s(\s stu|.ides exigences, et ses étrenues, plus stupi- 

TraditionncUoit, p. 313 — , ineérco, avec la date 1858, p. 245 des 
OiibrNn et dtkliéo à l'ami de Reboul, G. de Labaume, alors pré- 
sident de la (,'oiir impériale de Nimes. Dans sa lettre du 9 juillet 
1868, Roumanille dit à V. Duret qu'il s'agit là d'un « joli conte pro- 
vençal que Reboul a eu le tort de mettre en français. » Cf. aus.5i 
les lettres des 23 février et 29 mars 1860, p. 100 et p. 101. 



CORRESPOMUNCF. DE J. l'.lItOl [. i:r KOlMAMELE 495 

des encore, l'irlilités qui occupcnl l;iiil un mai-chand de 
ma façon, je vous eusse écrit plus UH mou bonjour cl 
mes vœux, très siaicères, vous n'en sauriez douter, l)ien 
cher poëlc. lîon an ! Bon an ! aussi bon que vous le 
inérilc/. cl (|n(> mon co'ur vou^s le d(''sir(> ! Ainsi île suite, 
d'année (mi aiin(''o, jusqu'au Icrmo final, où nous cesserons 
de mourir, pour \ivre 

L'iinnana (car c'est raiïairo cl le succès du monKMnl) \a 
à ra\ir ! Xoire ciiro'nicpK^ fclihrcuio, (\\\\ dil l(>s hauts 
laits et les beaux gestes des .\imois, est lue j)artout et 
accueillie a.xec ujie faveur extrême. Vous êtes le héros de 
la fèt(\ l'I ton! le niouide en est ia\ i (1). TlK'odoïc (\()us 
l'avez remai-(iué) est revenu au bercail des felibi'es, et il 
y bôle {>>ic) harmonieusement. Nous en sommes tous en- 
chantés, ("elle boudorii^ n'avait pas le sens commun. Tout 
va bien maintenant, tout î et la miôiujrano, qui devait s'en- 
tr'ouvrir à Paris ce qui était niais s'entr'ouvrira ;H Avi- 
gnon, ce qui est très naturel. C'est vous dire qu'Aubanel,lc 
mélodieux enfant, se décide à s'imprimer lui-même ! Im- 
primeur, il eût été excesisivement bizarre qu'il se fît impri- 
mer par un <urtre. Il va mettre son o-uvre sur le chanliei-, 
nn'C belle couvre s'il en fut jamiais, très artistif[ue. tro]» 
artistique peut être de la vigueur, de l'éclat de l'origi- 
iialilé, un yen ti'op de personnalilé, sans doute, mais, au 
demeurant, infinimeint remarqu<d)ile, et qui sera très re- 

(1) Il est triste de constater que, malgré ces flatteries à l'adreese 
de Reboul et malgré l'existence d'une caisse felihrenco — dont Rou- 
manille avoue orgueilleusement l'existence dans sa lettre à Canonge 
du 14 janvier 1858, où il dit que VAnnana de 1859 sei-a tiré « à 
5.000 au moins » (Bigot, ub. sujk, p. 30) — les félibrcs ne trouve- 
ront, en octobre 1865, à jeter sur le monument de Reboul qu'un mi- 
sérable billet de 50 francs et s'excuseront, par la plume de Rouma- 
nille, de cette mesquinerie en invoquant, exactement comme La- 
martine, leur jmuvreié de veuve (-rie; cf. Bigot, ub. .^up., p. 38; 
Canonge, détail ignoré de M, Bigot, avait déjà publié deux fois 
cettD missive de Roumanille, maie en la fal.^ifiunt, eelon son habi- 
tude: d'abord dans le Courrier du Gard, au lendemain de sa récep- 
tion, puis en 1867 dans ses LeUrea choisies dans une Correspondance 
de poète, etc.) Lamartine, plus pauvre certes que le « comité des 
félibres provençaux », avait, du moins, donné 100 francs. Mais 
nous reviendrons sur ces misères dans notre biographie de Reboul. 



490 CORRESPONDANCE 1)1. J. HEHOUI. ET ROUMANILLE 

inar(|uéo. Aubanel \(miI ([iie j'tMi sois seul éditeur. J'accepte 
con (imore. 

Les ouhvi'lo (car l'on revient toujours à ses premières 
amours) l'ont homiêtenient leur chemin, comme de bon- 
nes filles el honnêtes filles qu'elles sont. La presse locale 
ol déiparteineiiiale, voire la presse blanche, la presse 
blanche parisienne, la Gazelle de France, lui tresse tles 
couronnes... Ah ! quelles couronnes, mon cher ami î Sans 
comjjter les couronaies genevoises d'une affreuse Reviie 
pro-testante qui déraisonne tout à fait, à Genève, la Home 
do l'erreur. GeUe-là s'appeUe la lieiiie internaliniiale^ 
mie vraie coupe de poison. Par ([ui faut il être loué, 
grands Dieux ! moi, poète (1) si catholique, si apostoli- 
que et si romain !... Madame Demians est Avignonnaise : 
elle va, incessamment, redevenir ("-.*) nîmoise. Voici le 
tdur (juc j(> lui ai joué, et qu'elle ne connaîtra que de- 
main, ou après demain. Je lui ai adressé ma carte de 
visite, ornée de oe quatrain écrit de notre {sic) main ; 

Se, coume siéu felibre, ère fado, Madamo : 

Aquast paure tros de papié 
En floiir do paradis isiibran s'^spandirié, 
E do si dons prefum embaumarié voetx) aiho. 

Vous voyez l)ien, mon cher ami, que nous balançons 
rencen,soir avec une certaine grâce. Souriez au madrigal 
et passons. 

Adieu, l'ont el toujours à vous. c\ de ioule mon âme, 

J. liOlMAMI.I.i:. 

Ariynon, vire le lîoi, 1860 (3). 

(1) Corrigé de: poétique. L'article de la Jiervc l7\fernnti(mnle sur 
les Ouhreto est au n° du 5 décembre 1859 et est signé d'un écrivain 
peu connu : Louis Maçon. Le plus curieux est qu'Aubanel s'efforça 
d' « implanter » à Avignon cet éphémère organe et s'y abonna aussi- 
tôt: sans doute parce que Uurct y vantait, dans son article sur ia 
voéde conte inforaine du Midi (t. ii, 251-260; t. m, 220-234), la 
Miouijranot Cf. Tlittor, p. 101. 

(2) Corrigé de : être. 

(3) Rappelons que Roumanille, dans sa dernière lettre à V. Duret, 
déclarera qu'il aurait grand « besoin d'une restauration » royaliste 
pour que les livres de sa boutique se vendissent. (Lettre du 29 juillet 
1885, caractéristique, aussi, par sa protestation contre l'accapare- 



CORRESrONDANCL DE J. 1ŒI30UL ET IU)l .MANILLE 



P.-S. — Je veux j)ropager ici la lettre de Mgr. Plantier 
Ci joint une noie à reniellrc à M. Giraud. Pardon ! 



Nimes, ce 29. Qt'rc 186O. 
Mon cher Ami, 

Mille fois merci de votre armaim. Je le lis avec délice et 
petit à petit comme on éi)airgne un i)Ol d'excellente confi- 
ture. Je l'ai trouvé plus intéressant encore ([ue l'aimée pas- 
sée, excepte pourtant, quelques coups d'encensoir (jui sont 
avouez le, peu opportuns ; mais je le sais, c'est forcé, 
c'est un passe port. Cela fait faire du chemin, un chemin 
quelques fois barré par la gendarmerie, qui a pour bancal 
une plume soldée, mais toute critique vis à vis de mes 
chers felibres (1) est à contre cœur ; je reviens : je les (2) 
lis avec plaisir. Comme Moline ils écrivent aussi dru en 
prose qu'en vers et vogue leur galère quel (jue soit leur 
drapeau (je connais le véritable). 

Tout à vous et bien des choses a Aubanel. 

J. Reboul. 

À ROUMAN'ILLE. 

ment du félibrige par Paris, p. 116.) Quiconque lit attentivement le 
journal V Action Française — spécialement les commentaires de 
t'riton — sait, d'autre part, à défaut de plus directe information, 
que les néo-rojalistes qui rédigent cette feuille et dont les attaches 
anciennes d'au moins deux des principaux avec le félibrige sont 
notoires, patronnent très chaudement la « Cause ». Voyez leur der- 
nier manifeste aux n°' des 5 et 14 septembre 1911 et la ré- 
plique de Vivo Prouvtnço, n" 81 et 82. Maie, quel que puisse 
être le chimérique « réveil » de la Comtesse, il ne rapportera jamais 
autant à Mistral que le sommeil d'un autre comtesse, qui se révéla 
naguère à lui dans un hôtel — non le Petit Saint-Jean, certes ! — 
de Nime; et qui repose aujourd'hui à jNIaillane dans un fort beau 
sépulcre. 

(1) Corrigé d'un mot illisible: fihbrcs {?) 

(2) Corrigé de : je vous lis. 



'iDS coiu<E>r()M).\Nci: ok j. hlboi i, lt uoumamlle 



LI 



Mon tués cher Poète, 

Je vous romcrcie ik vos rcmcrcicinrnts. \'ous êtes tou- 
jours bioii bon pour iious, el vous nous traitez en enianl.s 
gâtés que nous sommes. Vous avez parfaitement compris 
la situation, et avez même deviné ce qui est caché : le 
gendarme. 11 ne nous a guère c4c possible de faire autre- 
ment, sans mettre des bâtons dans les roues de notre 
charrette, dont l'essieu el les roues eussenil été très cer- 
tainement Ijiisées, si.. On nous a fait dire, et par qui de 
droit, parlant à ma personne, sans nuenaces et avec le 
jdus joli sourire qu'il soit ])0;&sible d'imaginer, que VAr- 
nmna de 1801 de\ait prendre l'encensoir... Je n'ai pas 
voulu le prendre, car, nalurollement el sans gône, j'eusse 
brûlé de la poix au lieu d'encens. Mirèio s'est chargée de 
cctile corvée, el s'en est acquittée merveilieusemenl. Quand 
Mirèio faiit les choses, elle ne les fait pas à demi. Donc, 
cher poète, passez réi)onge ià-desisus, et, au besoin, 
expliquez à nos (imis noire posilion ciilique el malheu- 
reuse. Alliez l'expliquer, en sortant, à M. Giraud, notre 
cher libraire. On a failli (entre nous) me chercher noise 
à jyropos de deux mois catholiques el romains que j'ai 
glissés dans le compte rendu de la fêle de S'^ Marie 
Madgelèn (sic) à S' Maximin. Ouvrez rArmana page 
69, ligne 17. Vous y lirez : Nohi.e mautyhe, pregavo c 
henissié... \oble martyr... qu'ai-je écrit là, grands Dieux ! 
J'ai tondu de ce i)ré la largeur de ma langue... Je n'en 
a\'ais nul droit, puiscpi'il faut parler net... 

\'oilà tout ce que j'ai à \ous dire. Je vous le dirai 
mieux de vive \oix, cniand j'aurai le bonheur de vous 
revoir. 

Tout à vous et aux fidèles, 

J. RoLMAMLLE. 

Avignon, l" X«""f 1860. 



corrlspondancl: de j. rlboul lt uoumanille 4'J'J 
. + . 

LU 

iMo\ ciii:i( Ami, 

Je vioiTs \ous d(Mn;iii(lrr iioui' un iik^iikmiI de cesser 
d'être un ehaiinant Poêle pour me rendre lui service do 
Proie. Kn tout il n'esl [«as lion <le voir faire la cuisine. 
Je ne xou'drais pas à loul auln- qu'à vous montrer les 
latonnements du l'oële. Vous allez donc me copier avant 
de la conmiuni<iuer aux autres la pièce cy jointe. Avec 
voire sagacité ordiiiaiie, je ne crainis pas mes pieds de 
mouche. Vous savez ce qu'est une lecture cjmand il faul 
clierch'cr. Je coîoptc donc sur vous : j'use envers vous 
comme envers (1) un ami. J'ai tant iaii de copies que j'ai 

(1) Ces deux 3erniers mots ont été ajoutés en marge de la lettre. 
Les témoins de la fin de l'existence de Reboul ont été unanimes à 
constater l'ébranlement lamentable et lointain de la santé du pauvre 
désillusionné légitimiste. Dans la nécrologie qu'il lui consacra au 
numéro du 1" juin 1864 de la vieille Gazette du Bas-Languedoc — 
devenue L'Opinion du Midi, — Jules Canonge écrivait: « De la vie 
politique, à laquelle le tira im moment son dévouement pour lés 
intérêts du pays, il avait apporté un violent ébranlement. La force 
de sa constitution luttait depuis lors et c'était un spectacle aussi 
douloureux que toucliant que cette alternation de crises, à travers 
lesquelles il manifestait la force de la pensée, l'élévation des senti- 
ments et les rares aptitudes de l'intelligence ». Cf. en outre, une 
autre déclaration de Canonge, parue dans son second article nécro- 
logique, plus substantiel et déjà cité, de la Semaine des Faini//cs, au 
lendemain de la mort de Reboul. De même, E. Roussel, au n° du 27 
juin 1864 du Courrier du Gard: « Reboul était revenu de ces brû- 
lantes cimes déjà brisé de tant de fatigues et d'émotions traversées, 
déjà frappé du coup auquel il devait succomber... » Son ex-collègue 
à l'Assemblée constituante et compatriote, Poujoulat — qui entre- 
tint avec lui, comme nous l'avons dit, une correspondance fort 
curieuse, que nous publiei'ons — parlera, p. 48 de l'Introduction — 
datée d'EcouEN, 1865 — de .son incomplète CorrexpomUmce de Re- 
boul avec Marcellin de Fresnc, d' « hypocondrie dès 1854 » et pur 
bliera. sur les derniers moments, une lettre navrée d'A. Démians, p. 
327-532, qu'il est utile de rapprocher des déclarations de ce der- 
nier, p. cxxxv-cxxxvi de l'édition des Dernières Poésies (Avignon, 



500 CORRESPONDANCE DE J. REBOl L ET ROIMAMLEE 

voulu me souilagcr sur vous. Que la j)reinicrc coiinuuiiica- 

tioii soil pour les Aubancl. 

Tout à vous, 

J. Ueuol'l. 
19 février 1861. 

Ces Strophes sont, parties ]iour Home. 

LUI 

Mon bien cher Pokte et ami, 

Quelle joie et quel bonheur vous m'avez fait aujour- 
d'hui ! Je m'emiprcssc de vous en remercier. Bravo ! On 
ne saurait être i)lus noblement inspii'é, on ne saurait tra- 

1865), où le témoignage de M. de Cabrières est si éloquent. Il y a 
tracé, en effet, un attristant tableau des deraiere jours de Reboul, 
p. cxxix-cxxxi, qu'il qualifie, — reprenant un mot appliqué à X. 
de Maistre — de « ruine que les esprits visitent quelquefois », et y a 
reproduit une aeeertion de Léopold de Gaillard, lequel risquait le 
pronostic d'un « ramollissement du cerveau », dans l'article précité 
de 1857. A. de Pontmartin, enfin, dans le Correspondant du 25 juin 
1864, dira, très exactement : « Une longue maladie avait brisé ses 
forces, une ombre s'était faite dans son intelligence ; les nerfe, 
ces cruels despotes qui font d'un brave un poltron, d'un saint un 
démon, d'un homme aimable un bourru, d'un bouquet de fleurs un 
fagot d'épines, les nerfs avaient envahi et ravagé ce noble esprit; 
mais l'âme veillait et avec elle le sentiment de l'honneur, pareil à ces 
lampée qui brûlent pendant l'agonie... » Maie nous reviendrons sur 
cette matière, qui a nécessité beaucoup de recherches, car Reboul n'est 
pas encore connu documentairement, et l'homme qui en août 1863 se 
divertissait de si joyeuse sorte dans sa Capitello légendaire, muée 
d'ailleurs depuis 1861 en mazet authentique — cf. sur Reboul au ma- 
7.et un passage d'e Canonge dans sa notice sur Pradier et Ary Sciteffer 
(Paris, 1858), ce que disait M. de Cabrières p. cxxi-cxxii de sa No- 
tice, et, sur la réunion poétique d'août 1863, le début de VAvuns-Pre- 
jHius précîl<5 de la J<irjauido, ainsi que