(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Le Roman de la Rose"

liANDBOUND 
AT THE 

UNIVIZRSITY OF 
TORONTO PRESS 









SOCIÉTÉ 



ANCIENS TEXTES FRANÇAIS 



LE ROMAN DE LA ROSE 



PAR 



GUILLAUME DE LORRIS ET JEAN DE MEUN 



IV 



I,e l'iiy, imp. R. Marclicssou. — Peyriller, Rouchnn c\ Gamon, successeurï 






LE 



ROMAN DE LA ROSE 



PAR 



fxUILLAUME DE LORRIS ET JEAN DE MEUN 



PUBLIE D APRES LES MANUSCRITS 



Ernest LANGLOIS 



TOME QUATRIEME 



TEXTE — NOTES 




PARIS 

LIBRAIRIE ANCIENNE EDOUARD CHAMPION 
ÉDITEUR 

5, QUAI MALAQUAIS (vi*) 
M DCCCCXXII 



Publication proposée à la Société le 17 mai 1912. 

Approuvée par le Conseil dans sa séance du 21 juillet 1912. sur 

le rapport d"une Commission composée de MM. .1. Bcdicr, P. Mejer 

et A. Thomas. 

Co}:imissatye responsable : 

M. A. Thomas. 



'7 



Ri 
i 9 fA 



-t 



i. 







.^* 



■î^slâ'^ 



ROMAN DE LA ROSE 



Lors se taist la vieille e soupire, 

Pour oïr que cil voudrait dire; 

Mais n'i va guieres atendant, 
12980 Car, quant le veit bien entendant 

A escouter e a sei taire, 

A son propos se prent a traire 

E se pense : Senz contredit, 
12984 Tout otreie qui mot ne dit. 

Quant tout li plaist a escouter, 

Tout puis dire senz riens douter. 
Lors a recomencié sa verve, 
12988 E dist, con fausse v_icille e serve, 

Qui me cuida par ses doctrines 

Faire lechier miel seur espines. 

Quant vost que fusse amis clamez 

12977 Ca s. tcust — 12978 Eb He o. çou qu'il v.; Be c. vourra 
d. — 12979 Ba Be M. ne v. — i2y8i Be Por e. — 12982 Eb a 
tere — 1298^ He Quant voit que ne le c. — 12984 He o. que 
m. — 12985 B^ Q. il 1.; 12985-80 omis dans Be — 12987 He 
a comnienciét sa matere — 12988 Be Bâ v. s.; Ele v. amere; Eb 
omet dist — 12989 Be pour s. — 12990 Ab sus e.; He s. four- 
dines — 12991 Be Qui vuelt q. soie a. ; Ca v. k'a. f. c. 

Tome IV. i 



2 JEAN DE MEUN 

12992 Senz estre par amours amez, 

Si con cil puis me raconta 

Qui tout retenu le conte a ; 

Car, s'il fust teus qu'il la creiist, 
12996 Certainement traï m'eiist; 

Mais pour riens nule qu'el deïst 

Tel traïson ne me fe'ist. 

Ce me fiançait e jurait, 
I 3ooo Autrement ne m'asseùrait. 

« Beaus très douz fiz, 'oele char tendre, 

Des jeus d'Amours vous vueil aprendre, 

Que vous n'i seiez deceiiz, 
i3oo4 Quant vous les avreiz receiiz ; 

Selonc mon art vous confourmez, 

Car nus, s'il n'est bien enfourmez, 

Nés peut passer senz beste vendre. 
i3oo8 Or pensez d'oir e d'entendre, 

E de mètre tout a mémoire, 

Car j'en sai trestoute Testoire. 
Beaus fiz, qui veaut joïr d'amer, 
i3oi2 Des douz maus qui tant sont amer, 

Les comandemenz d'Amours sache. 

Mais gart qu'Amours a sei nou sache ; 

E ci trestouz les vous de'isse 
i3oi6 Se certainement ne veïsse 

Que vous en avez par nature 

De chascun a comble mesure 



12993 Ba p. le m. conta; Be est corrigé — '2994 Be Car r. 
bien 1. c. ai — 129^5-96 omis dans Ba Bâ — 12996 Bc C. honni 
l'e. — 12997 Eb He p. n. r. q., Ba Bâ r. qu'ele me {Bà \\) d.; 
He que d. — 12999 ^^ ^' '"• ^ançast et jurast — i3ooo Be n. 
m'asseùrast — i3oo2 Be Les j. ; Ba Ce te v. — i3oo3 Eb ne s. 
— i3oo5 Be S. nostre a. ; Ce confermés — i3oo6 Eb b. confor- 
mez — i3oo7 Eb Ile C L Ne p. — i3oo8 Ba Et p. — i3oo9 He 
t. en m. — i3oi4 Be L a li n.; Ca ne s., Ce n'en s. — i3oi3 Be 
Et je t. 



LE ROMAN DE LA ROSE 5 

Quanque vous en devez aveir. 
i3o20 De ceus que vous devez saveir 

Dis en i a, qui bien les nombre ; 

Mais moût est fos cil qui s'encombre 

Des deus qui sont au darrenier, 
I 3024 Qui ne valent un faus denier. 

Bien vous en abandon les uit. 

Mais qui des autres deus le suit 

Il pert son estuide e s'afole. 
i3o28 L'en nés deit pas lire en escole. 

Trop malement les amanz charge 

Qui veaut qu'amanz ait le cueur large, 

E qu'en un seul leu le deit mètre : 
i3o32 C'est faus textes, c'est fausse letre. 

Ci ment Amours li fiz Venus, 

De ce ne le deit creire nus. 

Qui l'en creit chier le comparra, 
i3o36 Si corne en la fin i parra. 

Beaus fiz, ja larges ne seiez; 

En pluseurs leus le cueur aiez. 

En un seul leu ja nou metez ; 
13040 Ne nou donez, ne ne prestez, 

Mais vendez le bien chierement 

E toujourz par enchierement ; 

iSoig Ac Ce que v. ; He Que v. e. d. or a. — i3o2o Eb Che 
q. V. en d. — i3o22 Bà Mo. e.; Eb Ma. f. e. c. ; Ba Be f. q. s'en 
e., Bâ Eb c. q. s'en e. — i3o23 Eb De d. — i3o24 Ac Ce Qu'il 
n.; Be Ce u. seul d. — i3o25 Be Je v. — i3o26 Bâ M. q. les 
a. d. ensuit, C M. cil q. les a. d. suit, Eb M. que d. a. d. les 
suit, L M. les a. d. q. le suit, ou M. q. d. a. d. ensuit, etc., Be M. 
es deus n'a point de déduit, He Les autres .ij. deftench mes hui 

— i3o27 He Qui les tient saciés il s'a. — i3o29 Eb T. nullement 

— i3o3o Ab Ce Qu'il v. — i3o32 Ce Ce. fausse 1. c'e. faus t. — 
i3o35 Be Q. i. cr. il 1. — i3o36 Ca S. k*en 1. f. bien i — i3o39 
Be Et garde que j.; Eb j. nel tenés — i3o40 Ba Bâ C He N. ne 
d. ; Eb L n. nel p. ; Be En un seul leu ne le d. — i 3042 Ca Et tous 
tamps p.; He T. p. encierissement, Be T. p. renchérissement 



4 JEAN DE MEUN 

E gardez que nus qui l'achat 
i3o44 -^'i puisse faire bon achat : 

Pour riens qu'il doint ja point n'en ait, 

Meauz s'arde, ou se pende, ou se neit. 

Seur toutes riens gardez ces poinz : 
13048 A doner aiez clos les poinz 

E a prendre les mains ouvertes. 

Doner est grant t'olie certes, 

Se n'est un po pour genz atraire, 
i3o32 Quant l'en en cuide son preu faire, 

Ou pour le don tel chose atendre 

Qu'en ne le peiist pas meauz vendre. 

Tel doner bien vous abandone. 
i3o56 Bons est doners ou cil qui done 

Son don monteplie e gaaigne ; 

Qui certains est de sa gaaigne 

Ne se peut dou don repentir ; 
i3o6o Tel don puis je bien consentir. 

Emprès, de l'arc e des cinc flèches 

Qui tant sont plein de bones teches 

E tant fièrent soutivement, 
13064 Traire en savez si sagement 

Qu'onques Amours, li bons archiers, 

Des flèches que trait li ars chiers 

Ne traist meauz, beaus fiz, que vous faites, 
I 3o68 Qui maintes feiz les avez traites ; 

i3o44 Ca N'i puist ja f . ; vers laissé en blanc dans Bd — i3o45 
Eb ]. riens n' — 13046 Be Mais s'a., Bà Ainz s'a. ; Ab p. ou 
nait; He Neis uns autres s'il y venait — i3o47 ■^'-" ^^ "^^'^ riens 

— 13048 He Au d.; Bc Et cil qui done a c. poing doint — 13049 
He Et au p.; Be Et si prenés a m. — i3o53 He Et p. — i3o54 
Bâ porroit p.; He omet pas — i3o56 Eb B. e. tes dons et c; Ba 
B. fet d. a c. — i3o58 Be Q. e. c. d. ; vers laissé en blanc dans Bà 

— i3o6o Be d. vueii j. — i3o6i Divers Après; Ab d. l'art; Ba l'a. 
d. c. saieies — i3of)2 Be Ou il a t. d.; Ba s. bien a irere prestes 

— 1 3064 Eb Taire e. s. moût s. — i'.U)C)b Ce 1. dous a. — i3o66 
He 1. archiers — 13067 Ebt. h. t. m. q. — i3o68 Ba Be Car m. 



LE ROMAN DE LA ROSE D 

Mais n'avez pas toujourz seii 

Quel part li cop en sont cheu, 

Car, quant l'en trait a la volée, 
i3oj2 Teus peut receveir la colee 

Don l'archiers ne se done garde. 

Mais, qui vostre manière esgarde, 

Si bien savez e traire et tendre 
13076 Que ne vous en puis riens aprendre. 

S'en repeut estre teus navrez 

Don grant preu, se Deu plaist. avrez. 
Si n'esteut ja que je m'atour 
i3o8o De vous aprendre de l'atour 

Des robes ne des garnemenz 

Don vous fereiz voz paremenz, 

Pour sembler aus genz meauz valeir ; 
13084 N'il ne vous en peut ja chaleir, 

Quant par cueur la chançon savez 

Que tant oï chanter m'avez, 

Si con joer nous alion, 
i3o88 De l'ymage Pvgmalion ; 

La prenez garde a vous parer, 

S'en savreiz plus que beus d'arer : 

De vous aprendre ces mestiers 
13092 Ne vous est il mie mestiers. 

iSoôg Ce p. tou dis s.; Be t. veû ; Ba p. sovent veû — i3o70 
Ba Be c. ierent c. — i 3072 Ba Be T. en p. porter 1. — i?073 He 
s"en d. — I 3074 Ba Et q. ^ i 3076 Ba Be Q. nus n. v. e. puet a. 
(iJe reprendre) — i3o-j---8 omis dans Ba Bâ — 13078 Be D. s. D. 
pi . g. pr. a. — 1 3079 Eb He S. m'e. ; Ba Be q. ci m"a. — i 3o8o 
Ba Be A v.. He Pour v. — i3o8i B Des [Be De) r. des [Be et 
d') aornemenz ; Ca He r. et d. — i3o82 Bâ v. fêtes v.; Be v. avés 
bien parement — i3o84^c Si n.; Ba Mais j. n. v. e. p. c. ; Ce 
p. pas c. — i3o86 Be Bâ Q. t. c. o. a., Ce o. conter m'a.; Ba Eb 
o. c. a. — 13087 ■S<i )• d 3- — i3o88 Eb D. lignage P.; Ab 
Pimalion — i3o8q Be Moût a grant g. — 13090 Be P. e. savés 
q.; A, partie de L q. beuf d'à. (que buef, dans Ac, n'est pas de 
la même encre que le reste du vers) 



JEAN DE MEUN 

E se ce ne vous peut soutire, 
Aucune chose m'orreiz dire 
Ça avant, s'ous voulez atendre, 

iSogô Ou bien pourreiz essemple prendre. 
Mais itant vous puis je bien dire : 
Se vous ami voulez eslire, 
Bien lo que vostre amour seit mise 

i3ioo Ou beau vallet qui tant vous prise, 
Mais n'i seit pas trop fermement. 
Amez des autres sagement, 
E je vous en querrai assez 

i3i04 Don granz aveirs iert amassez. 
Bon acointier fait ornes riches, 
S'il n'ont les cueurs avers e chiches, 
S'il est qui bien plumer les sache. 

i3io8 Bel Acueil quanqu'il veaut en sache, 
Pour qu'il doint a chascun entendre 
Qu'il ne voudrait autre ami prendre 
Pour mil mars de tin or moulu; 

1 3 1 1 2 E jurt que s'il etist voulu 

Sofrir que par autre fust prise 
Sa rose, qui bien est requise, 
Dor fust chargiez e de joiaus. 

1 3 1 16 Mais tant est ses fins cueurs loiaus 

Que ja nus la main n'i tendra 



iSoqS Be Av. se vous v. ; Ab sou v., He Ce sel v., Ba Bâ Ca 
Eb L se V. ; Ba Bâ C He L v. cnicndre (at de attendre dans Ac 
est sur grattage — i?o96 B O. vous p. — iSofjS Ac L S. v. 
V. a. e. — i3ioo Ba q. bien v. p. — i3ioi Be N'i soies p. ; 
Ba M. qu'il n'i s. t. — i3io5 Be C He B. f. a. o. — i3 io6 Ba Se 
1. c. n'o. a.; Ce et niches — i3ro7-8 intervertis dans Be — 
i3io9 Eb He Puis q. — i3i 1 1 Ab Par m.; Ba Bâ P. cent ma. — 
i3i 12 Be El juroit s' — i3i i3 Ba p. autrui f. ; Eb q. sa rose f. 
— i3m4 Ce L La r. ; Eb Par autres q.; Be Bâ q. tant e. — 
i3i i6 Ca s. c. f. 1. — 1 3i 17 Be n. sa m. ; C Q. j. mains {Ce 
mais] nului n'i 



LE ROMAN DE LA ROSE 

Fors cil seus qui lors la tendra. 
S'il sont mil, a chascun deit dire : 
i3i20 « La rose avreiz touz seus, beaus sire; 

Jamais autres n'i avra part ; 

Faille mei Deus se ja la part. » 

Ce leur jurt e sa fei leur baille ; 
1 3 1 24 S'el se parjure, ne li chaille : 

Deus se rit de tel sairement 

E le pardone lieement. 
Jupiter e li deu riaient 
i3i28 Quant li amant se parjuraient ; 

E maintes feiz se parjurèrent 

Li deu qui par amours amerent. 

Quant Jupiter asseùrait 
i3i32 Juno sa famé, il li jurait 

La palu d'enfer hautement, 

E se parjurait faussement. 

Ce devrait moût asseiirer 
i3i36 Les fins amanz de parjurer 

Saintes e sainz, moutiers e temples, 

Quant li deu leur donent essemples. 

Mais moût est fos, si Deus m'ament, 
i3i40 Qui pour jurer creit nul amant, 

Car il ont trop les cueurs muables. 

Jeunes genz ne sont point estables, 

Non sont li vieil souventes feiz, 



i3ii8 Ba Be F. que c. q.; Ce He q. ia la t. — iSiig C c. 
dois d. — i3i2o Bâ r. avez t. — i3i22 Bâ Parte m.; Be Bâ C 
L s. je 1. — i3i24 A Ce Eb S'il s.; He S'il le p.; Eb S'il s. par- 
jurt n. 1. en c; Be p. moi n'en c; Ce n. l'en c. — i3i23 Be d. 
lor s.; i3 125-246 enlevés dans Ba — i3i2g Be s. parjuroient; 
vers omis dans Bâ — i3i3o CL. d. quant p. ; Be a. amoient — 
1 3 1 36 fie a. a p. — 1 3 1 37 Bâ C Sains et saintes m. — 1 3 1 38 Eb 
d. vous d. — i3i3g Be Mo. e. [le reste du vers corrigé); He f. par 
saint Amant — i3i4i Be o. moût 1. — 13142 Bâ s. mie e., S? 
Ce s. pas e. — i3i43 remplacé par i3i44 dans Be 



8 



JEAN DE MEUN 



î3i44 Ainz mentent sairemenz e feiz.. 
E sachiez une chose veire : 
Cil qui sires est de la feire 
Deit prendre par tout son toulin; 

13148 E qui ne peut a un moulin, 
(, w<^ Hez a l'autre trestout le cours ! 
— • Moût a souriz povre secours 
E fait en grant perill sa druige 

i?i52 Qui n'a qu'un pertuis a retuige. 
Tout ausinc est il de la famé, 
Qui de touz les marchiez est dame 
Que chascuns fait pour li aveir : 

I 3 1 56 Prendre deit par tout de Taveir ; 
Car moût avrait foie pensée. 
Quant bien se serait pourpensee, 
S'el ne voulait ami que un ; 

i3i6o Car, par saint Lifart de Meun ! 
Qui s'amour en un seul leu livre 
N'a pas son cueur franc ne délivre, 
Ainz l'a malement asservi. 

13164 Bien a tel famé deservi 

Qu'ele ait assez enui e peine 
Qui d'un seul orne amer se peine. 



i3i4^Be Et se parjurent maintes f.; Eb m. bien souventes f. 
— 1 3 146 Ca Ichils q. sire c. ; Be q. e. s. d. ; Ce Com chil q . s. e. 
d. f. — i3i47 Be Bâ D. par t. pr.; Ce s. conlin, He s. tonniu — 
13148 Bâ n. meult a.; He S'a l'un ne trocve de don liu — i3i4g 
Be C He Voist a.; Ce l'a. tout 1. — i3i5i Be f. périlleuse s.; 
Ce Et faim e. g. p. séduire; Ca s. duite; He p. séduire — i3i52 
Be p. de r.; Ca a rctuite, Ce He a reluire — i3i.S3 B C Eb L 
T. ainsi; He D. F. e. i. ensi par m'ame — i3i54 corrigé dans Be ; 
Eb d. trestous m.; He t. ses m. — i3i53-56 intervertis dans Ac, 
avec des renvois a b — i3i58 Be Qui b.; Bd Q. el s. — i3i59 
Bà S'ele n'avoit a.; Be n'i faisoit a. — i3i6o Ac Liphart, Ile 
Lienart ; Ce Liefart d. Ncùn — i3i62 Be Jamais s.; C c. tout a 
d. — i3i63 He N'avras ains l'a bien a. 



LE ROMAN DE LA ROSE 

S'el faut a celui de confort, 
i3i68 El n'a nului qui la confort; 

E ce sont ceus qui plus i faillent 

Qui leur cueurs en un seul leu baillent : 

Tuit en la tin toutes les fuient, 
13172 Quant las en sont e s'en enuient. 1^"°'^'" 
N'en peut famé a bon chief venir. 

One ne pot Enee tenir 

Dido, reine de Cartage, 
13176 Qui tant li ot fait d'avantage 

Que povre l'avait receii 

E revestu e repeû, 

Las e fuitif dou beau pais 
i3i8o De Troie, don il fu nais. 

Ses compaignons moût enourot, 

Car en lui trop grant amour ot ; 

Fist li ses nés toutes refaire 
I 3 1 84 Pour ii servir e pour li plaire ; 

Dona li, pour s'amour aveir, 

Sa cité, son cors^ son aveir ; 

E cil si l'en asseiira 
i3i88 Qu'il li promist e li jura 

Que siens iert e toujourz serait 
Ne jamais ne la laisserait ; 

Mais celé guieres n'en joï, 



i3i67 Eb He a cestui ; Eb c. desconfort — i^iôg C Ce s. celés 
q. — i3i7i He t. le f . ; Be f. puis si I. huient — 13172 Ctz et lor 
an. — iSiyS Be Ne p. — i3i74 /. N"o. ; C Dont n. ; 5(? N. p. o. 
E. ; He Onques n'en peuc .]. seul t. Ains ne peuch Enee tenir 
Combien qu'elle seuist siervir — i3i75 A D^'do ; Ce D. remee a 
C. — 13176 Be Car quant \.; Be Bd f. a. — i 3177 Eb Qui p.; 
Be Q. pour ce l'avoir r. — i3i79 ^^ '^- ^^^ P-' ^'^ ^- dous p. 
— i3iSo C i. ert n. — i3i82 Bd 1. moût g.; He g. bien tenoit — 
i3i83 Be S. n. I. f. t.; Ce F. 1. t. s. n.V. — 13187 Eb s. li a. 
— i3i88 Ca Et 1., Ce Si 1. — 13189 L i. t. et sera — i3igo L 1. 
laissera — 13191 Ab Ne c. ; He n'e. eut goie 



■ lO JEAN DE MEUN 

i3i92 Car li traîtres s'en foi 

Senz congië^par mer a navie, 

Don la bêle perdi la vie ; 

Qu'el s'en ocist ainz l'endemain 
13196 De l'esjiee, o sa propre main, 

Qu'il li ot donee, en sa chambre. 

Dido, (lui son ami remembre, 

E veit que s'amour a peroae, 
i3200 L'espee prent, e toute nue 

La drece, en contremont la pointe, 

Souz ses deus mameles l'apointe, 

Seur le glaive se lait choeir. 
13204 Moût fu granz piticz a voeir, 

Qui tel tait faire li veïst ; 

Durs fust cui pitiez n'en preïst 

Quant si veïst Dido la bêle 
i32o8 Seur la pointe de l'alumele. 

Par mi le cors la se ficha, 

Tel deul ot don cil la tricha. 
Phillis ausinc tant atendi 
i32i2 Demophon qu'ele se pendi. 

Pour le terme qu'il trespassa, 

Don sairement e fei cassa. 

13192 He I. très fauls ala se voie — iSigj Ce He S. c. en m. 
par n.; ^ m. en n. ; dans Ac par mer a été écrit ultérieurement 
sur un blanc — iSiqd A Qu'il ; He Qui s' ; lia Qu'ele s'o. en 1. — 
iSigô Be Bd D'une e., Ce De s'e.; Be C EU a s. — i^igy Ca Ke 
1.; Ce e. la c. — iSigS ^ Dydo — '3 199 Bd Quant v. q. s'a. a 
donnée — i3200 C S'e.; Be C p. trcstoute n.; Bà Trcstote n. p. l'e. 
— i32oi Bâ C Si d. c; Be Drecie c. — i32o3 C He S. l'espee s.. 
Eb Sus s'espee s.; Be S. le brant s. laissa c; i32o3-6 omis dans 
Bâ — t3204 Cil Che f.; Eb p. del v. — i32o3 Be t. fin f. — i32o6 
Ab f. qui p., F.b ï. se p. — 13207 Eb Q. il v.; A Dydo; 13207-8 
omis dans Bd Ce — i32o8 Ca Sous 1. p. d. la mamele {écrit sur 
un vers gratte) — i32io Ca Del grant d. ke c; Ce o. que c, Be 
Q. quant c. — i32ii Ce P. ainsi t. — i32i2 He s'en p. — i32i3 
C Quant 1. termine t. — i32i4 Ba Be C He D. f. et s. c. 



LE ROMAN DE LA ROSE I I 

Que fist Paris de Oenoné, 
i32i6 Qui cueur e cors li et doné, 

E cil s'amour li redona ? 

Tantost retolu le don a ; 

Si l'en ot il en l'arbre escrites 
i3220 A son coutel letres petites, 

Desus la rive, en leu de chartre. 

Qui ne valurent une tartre. 

Ces letres en l'escorce estaient 
i3224 D'un poplier e représentaient 

Que Xantus s'en retournerait 

Si tost corne il la laisserait. 

Or raut Xantus a sa fontaine, 
13228 Qu'il la laissa puis pour Heleine. 
Que refist Jasons de Medee, 

Qui si vilment refu boulee 

Que li faus sa fei li menti 
i3232 Puis qu'el l'ot de mort garanti. 

Quant des toreaus qui feu gitaient 

Par leur gueules e qui venaient 

Jason ardeir ou depecier : 
i3236 Senz feu sentir e senz blecier. 

Par ses charmes le délivra; 

E le sarpent li enivra 

i32i5 Eb Oenonee ; Oenone écrit d'une autre main dans Ab — 
ï32ï6 A l. rot d.; Eb donnée — 13217-18 omis dans Be Bâ 
[ajoutés en marge de Be) — 1321g He S. en c; Be S. avoit i.; 
Ce S. e. o. i. e. a. — i3220 C De s. — i322i Be Desour l. tige; 
Ca e. une c. — i3223 Be Escrites e. — 13224 Be Bâ Dou p. — 
i3225 He Q. Paris s'; Be Xanteus r.; Eb Xaustus — 13227 Bâ 
O. est X., Be C O. voist X.; Eb O. aut Xaustus: He O. s'en voist 
plaindre a; B Ce Ca_ Eb He Z, a la f. — 13228 Ca Eb Qui le 
1- — i323o Eb V. l'avoit b. — i323i Eb Q. 1. f. fali et m. — 
r3232 Eb Sa foi p. qu'el le g. — i3233 Eb De mort d. t. q. g. — 
i3234 Eb Feu p. 1. g. et v.; He q. voloient — i3235 Ac Be Bâ 
Eb et d. — i3237 Ce s. carins, He s. carnins — i3238 Dans Ab 
enivra corrigé en conjura 



12 JEAN DE MEUN 

Si qu'onc ne se pot esveillier, 
13240 Tant le tist forment someillier; 

Des chevaliers de terre nez, 

Bataillereus e forsenez. 

Qui Jason voulaient ocierre, 
13244 Quant il entr'aus gita la pierre, 

Fist ele tant qu'il s'entrepristrent 

E qu'il meïsmes s'entrocistrent ; 

E li fist aveir la toison 
13248 Par son art e par sa poison. 

Puis fist Eson rejovenir, 

Pour meauz Jason a sei tenir; 

Ne riens de lui plus ne voulait 
i3252 Fors qu'il l'amast come il soûlait, 

E ses mérites regardast. 

Pour ce que meauz sa fei gardast. 

Puis la laissa, li maus trichierres, 
i3256 Li faus, li desleiaus, li lierres; 

Don ses ent'anz, quant el le sot, 

Pour ce que de Jason les ot, 

Estrangla de deul e de rage; 
i326o Don el ne refist pas que sage, 

Quant el laissa pitié de mère, 

E fist pis que marrastre amere. 

Mil essemples dire en savraie, 

13241 C He d. Troie n. — 13242 Eb Batailleres — 1^244 Bà 
Q. el g. e. — 13243 Ce s'cntrochircnt — 13246 Be Et euls m.; 
Ce Et puis entre aus si se prirent — 13247 L sa t. — 1324R Ce 
p. s. raison ; vers omis dans Bâ — 13249 -^^ ^- Elon r., Ce f. 
Jason r., Ca Hc f. en son r.; 13249-50 omis dans Be — i325o 
Ce m. tous jours a — i325i Be N. p. d. 1. r. n., C N. r. p. d. 
1. n. - i3252 Ab Qu'il a.; Ba a. si com s.. Be a. tant cum s., 
He C a. si qu'il s. — i32.S3 Bit Et cesie bonté r. - i3234 Be 
m. s'amour g. — i3253 Be 1. faux t., Ca 1. mais t. — i3255 Eb 
L. f. d. et 1. I.; Be Et le rist com faux et que I. ; He A. pecicrres 
— i326o Ce Eb He n. fist p.; Be Bâ Ca n. fist mie — 13262 Be 
f. comme m. — i3263 Be Eb d. e. porroic 



LE ROMAN DE LA ROSE l3 

13264 Mais trop grant conte a faire avraie. 

Briement, tuit les boulent e trichent, 

Tuit sont ribaui, par tout se fichent, 

Si les deit l'en ausinc trichier, 
13268 Non pas son cueur en un fichier. 

Foie est famé qui si l'a mis, 

Ainz deit aveir piuseurs amis, 

E faire, s'el peut, que tant plaise J j^-^x^^ 
13272 Que touz les mete a grant niesaise. 

S'el n'a grâces, si les aquiere, 

E seit toujourz vers ceus plus tiere 

Qui plus, pour s'amour deservir, 
13276 Se peneront de li servir. 

E de ceus acuillir s'efforce 

Qui de s'amour ne feront force. 

Sache de jeus e de chançons 
13280 E fuie noises e tençons. 

S'el n'est bêle, si se cointeit, 

La plus laide atour plus cointe ait. 
E s'ele voait dechoeir, 
13284 Don granz deaus serait a voeir, 

Les beaus crins de sa teste blonde; 

Ou s'il couvicnt que l'en les tonde. 

Pour aucune grant maladie, 
13288 Don beautez est tost enlaidie ; 



13264 //e t. Ion c. — 0265 Bd 1. lobent et — 13267 ^-<^ ^"^i t. 
{corrigé plus tard) — i326S Be N. p. e. u. seul lieu t. — 13269 
Ce e. la f.; Eb f. c'ainsi l'a; Be Son cuer fo. e. qu'en un l'a — 
13270 Be On d. — I 3271 C p. t. ke (Ce qu'ele) p.; He se p. t. q. 
p.; Be qu'a tous p. — 13272 Eb Qu'ele 1., Ca He Ke tout le m.; 
Ba ni. en g.; Ce g. malaise — 13273 Be S'el ne les as. — 13274 
Be t. a c. — 13276 Ce p. pour 1. — 13277 Ca c. acquerre s'e. ; 
Be c. servir se resforce — 1327g ^^ <^'^^ )• ^^ '^^^ ^- — i328o cor- 
rigé dans Be — 13282 Ce Se lai. est a.; Ca L. 1. a. le p. c. a.; 
atour corrigé dans Be — (32S4 Eb s. au v. — i3286 Be s'il 
avient; Ac B la t. — 13287 ^^ ^^ ^ P^"" ^- — i3288 He eslaidie 



14 JEAN DE MEUN 

Ou s'il avient que par courrouz 

Les ait aucuns ribauz touz rouz 

Si que de ceus ne puisse ouvrer, 
13292 Pour grosses trcces recouvrer, 

Face tant que l'en li aporte 

Cheveus de quelque famé morte, 

Ou de seie blonde bourreaus. 
1329Ô E boute tout en ses fourreaus. 

Seur ses oreilles port teus cornes 

Que cers ne bous ne unicornes, 

S'il se deveit touz effronter, 
i33oo Ne puist ses cornes seurmonter; 

E s'eus ont mestier d'estre*^teintes, 

Teigne les en jus d'erbes maintes, 

Car moût ont forces e mecines 
i33o4 Fruit, fust, fueille, escorce e racines. 

E s'el reperdait sa couleur, 

Don moût avrait au cueur douleur, 

Procurt qu'eîe ait oiniures moistes 
i33o8 En ses chambres, dedenz ses boistes, 

Toujourz pour sei farder repostes; 

Mais bien gart que nus de ses ostes 

Nés puist ne sentir ne voeir, 

13290 B He r. dcsrou;^ — 13291 De q. des siens n. puet o. — 
13294 Be Eb C. d'aucune f. ; C He d. f. toute m. — i32q5 Ca d. 
b. s. b. — 1329G He Et jeté t., Eb Et bouche t. — 13297 Ac 
Sus s.; Ba Be o. face c. ; Ce p. ses c. — 13298 Be Q. bues n. 
en.; Bd Ca c. n. bues n. — 13299 Be Eb He dévoient e. — 
i33oo Ac Eb p. ces c. ; He Pas n. les puisse s. — i33oi He 
S'elles o. — i33o2 Eb Taingniés 1. ; Be Si les t.; Ab T. le e. ; 
Ba 1. de j. — i33o4 ^'^ Fr. fu. et tueilles et r., Be Fust et e. 
et r., Ba Fr. fleurs fust feulles et r. ; Ce He omettent fust — 
i33o5 B He Et s'ele perdoit — i33o6 Be Bd D. trop a.; Ba 
D. au c. av. grant d. — i33o7 B Face q.; (^a El face k'a.. Ce 
Procureche que a. — i33o8 Be Bâ He E. sa c. — i33o9 Eb 
omet sei — i33io Ca M. g. b. q. — i33ii Ab Eb No p.; He Ne 
les p. s. 



LE ROMAN DE LA ROSE l5 

i33i2 Trop li en pourrait rneschoeir. 

S'ele a beau col e gorge blanche, 

Gart que cil qui sa robe trenche 

Si très bien la li escolete 
i33i6 Que la char père blanche e nete 

Demi pié darriers e devant, 

S'en iert assez plus décevant. 
E s'ele a trop grosses espaules 
i3320 Pour plaire a dances e a baules, 

De délié drap robe port, 

Si parra de meins lait déport, 
E s'el n"a mains beles e netes 
13324 Ou de sirons ou de bubetes, 

Gart que laissier ne les i vueille ; 

Face les oster a Tagueille ; 

Ou ses mains en ses ganz repoigne, 
13328 Si n'i parra bubc ne roigne. 

E s'ele a trop lourdes mameles, 

Preigne cuevrechief ou toeles, 

Don seur le piz se face estrcindre 

i33i2 Ba Car il 1. p., Be Car t. l'eu p.; Bd Qu'il l'en p. bien 
m., He T. l'em p. lait m. — i33i3 Be c. la g. — i33i4 Be G. c. 
qui s. r. li t. — i33i5 Be He Que s. t. b. li e.— i33i6 Bâ C Eb 
He Q. sa c; Be p. tenre et n. — i33i7 Bâ p. devant et derrière; 
L omet pié — i33i8 Bâ D. trop p. a. en iere ; Ac p. avenant — 
i33i9 He Ou s"e. — i332o Bâ Be C Eb He as d. et as b. — i332i 
He D. boin dr.; Ce Si ait se r. de biau p. — i3322 Ce Et p. ; Eb 
p. m. d. 1.; Be d. plus biau d. — i3323 Eb b. ne n. — i3324 Ce 
à. sorons o.; Eb d. soirons o. d. burbetcs; Ca. o. d. butetes, He 
o. d. buskaites; Be Plainnes d. roigne et d. bruetes — i3325 Ba 
G. q. siron ne s'i acuillc, Be G. soi qu'en iave n. 1. muijle — 
13326 Ab o. o l'a. — 13327 jB Et s. ^ — i3328 lie p. busqué — 
13329 Be Et se e. a rudes m. ; Ab Eb He Ce t. laides m., Ca t. 
grandes m. — i333o Ac cuevrechiés; Ce o. touailles; He Facent 
qu'elles apperent bielles — i333i C Dessus 1. {Ca son) p.; Be 
D. s. son p. les f. ; Eb p. le f.; i333i-?4 remplacés dans He par 
Saquelès ail a sa chemise Et crête qui par desous gise Lors ara 
la tette camuse Comment que samble fol a muse 



l6 JEAN DE MEUN 

i3332 E tout eniour ses costez ceindre, 
Puis atachier, cousdre ou noer, 
Lors si se peut aler jocr. 
E corne bone baisseleie, 
i3336 Tiegne la chambre Venus neie ; 
S'cle est preuz e bien enseignie, 
Ne laist entour nule iraignic 
Qu'el n'arde ou ree, arache ou housse, 
13340 Si qu'il n'i puisse cuillir nîousse. 

S'ele a iaiz £icz, loujourz lés chauce, 
A grosse jambe ait tenve chauce. 
Briement s'el set seur li nul vice, 
13344 Couvrir le deit, se moût n'est nice. . 
Sel set qu'ele ait mauvaise ajeine, 
~ Ne li deit estre griés ne peine 
De garder que ja ne jeiine, 
13348 Ne qu'el ne parole jeiine, 

E gart, s'el peut, si bien sa bouche 
Que près dou nés aus genz n'aprouche. 
E s'il li prent de rire envie, 
i3352 Si sagement e si bel rie 

Qu'ele descrive deus fossetes 



i3332 C c. les c. — i3333 Ca Pour a.; fie El a. et bien n. — 
13334 C Puis si; Ca s'en p.; Be L. si p. bien a. — i3335 Be c. 
bêle b. — i333G Bâ 1. meson V.; vers corrigé dans Be — i3337 
Ba c. sage et — i3338 Ac N'i 1. — i3339 Eb Que n'a.; Ce Que 
n'a. r. ; les mss. sauf A esrache; 13339-40 omis dans Be {ajoutes 
plus tard en marge) — 1 3340 Eb ne p. — i334i Be Ce Eb He 
a gros p.; Eh p. tous dis 1., Ba Ce p. estroit 1. {Ce se); Ce He 
L se c. — 13342 Be Bâ C Hc j. t. c. ; Eb j. menue c; divers 
tenvre — i3343 Ba s'cie a s.; Ba Bâ s. soi ; Be B. se sor 1. s. n. 

— i3344 Ab C. les d.; Bc s. trop n'e. — 13347 ^^ Ce g. qu'ele 
n. j. _ 13348 C N. qu'ele p.; Bâ parle aus genz j.; He p. en 
june — i3349 Ab Bà C Et g. s. b. s'el {Ca se, Ce s'elle) p. s. b. 

— i333o Eb p. des n.; Ba n'atouche. Be Bà C Eb He ne touche 

i3352 L S. b. et s. s. r. — i3333 Ba Eb desqucuvre d., Ca 

discerne d.; He descicrne .ij. fossielles 



LE ROMAN DE LA ROSE I7 

D'ambedeus parz de ses levretes ; 

Ne par ris n'enfle trop ses joes 
i3356 Ne nés restreigne par ses moes. 

Ja ses lèvres par ris ne s'euvrent, 

Mais repeignent les denz e cueuvrent. 

Famé deit rire a bouche close, 
i336o Car ce n'est mie bêle chose 

Quant el rit a gueule estendue : 

Trop semble estre large e fendue. 
E s'el n'a denz bien ordenees, 
13364 Mais laides e senz ordre nées, 

S'el les montrait par sa risée 

Meins en pourrait estre prisée. 
Au plourer ratiert il manière; 
i3368 Mais chascune est assez manière 

De bien plourer en quelque place ; 

Car, ja seit ce qu'en ne leur face 

Ne griés ne hontes ne molestes, 
13372 Toujourz ont eus les lermes prestes, 

Toutes pleurent e plourer seulent 

En tel guise come eles veulent. 



13354 ^^ P- ses .ij. maissielles — i3333 C nemple t. {Ce pas) 
s. — 1 3356 Eb He N. ne r. ; Ba Bâ N. ne r. pas s., Be N. n'estrai- 
gne pas s. [le dernier mot corrigé); C N. par {Ca pa) restraindre 
trop s. — i3357 Eb He J. p. r. s. 1. n.; Be Ne p. r. nule heures 
nés oevre — i3358 Eb repoigne, Ba Bâ M. restreignent; Be Bâ ses 
d.; Ca M. en repounnant I. d. oevrent — i336o Ba Bâ m. plesant 
c. — i336i Ac Q. ele r. a g. (a, au dessus de la ligne, paraît avoir 
été ajouté ultérieurement)] Be Ce He a bouche e. — i3362 Be 
Car t. s. grant et f.; C omet e — i3363 Ca Eb ordenés — i3364 
Ce M. lais et; Ca M. très lais et s. o. nés, Ba M. lourdes et desor- 
drenees ; Eb nés — i3363 Eb Se 1.; Ce p. r. — i3356 Ce Eb e. 
devroit e.; He p. bien e. amee — i3367 Eb p. s'a.; Be Et en p. r. 
m.; Ce A. p. i afiert m. — i3368 Ba Car c. en e. costumière; Ce 

e. bien coustumiere ; Be M. c m. {le milieu du vers corrigé); 

He a. legiere — iSSbg Ba p. enz en la p. — 13372 Be Bâ C Eb 
o. eles lermes p. — 13373 He Tous jours p. 

Tome IV. 2 



lO JEAN DE MEUN 

Mais on ne se deit ja mouveir 

13376 S'il voait teus lermes plouveir 

Ausinc espès corne onques plut, 
Qu'onc a famé teus pleurs ne plut, 
Ne teus deaus, ne teus maremenz, 

i338o Que ce ne fust conchiemenz. 

Pleurs de famé n'est fors aguiet, 
Lors n'est douleurs qu'ele n'aguiet; 
Mais "gart que par voiz ne par euvre 

13384 Riens de son penser ne descueuvre. 
Si rafiert bien qu'el seit a table 
De contenance couvenable; 
Mais, ainz qu'el s'i viegne soeir, 

i3388 Face sei par Tostel voeir, 

E a chascun entendre doigne 
Qu'ele fait trop bien la besoigne; 
Aille e viegne avant e arrière, 

13392 E s'assiee la darreniere ; 

E se face un petit atendre 

Ainz qu'el puisse a soeir entendre. 

E quant ele ieri a table assise, 

13396 Face, s'el peut, a touz servise : 



13375 Bâ o. nés d.; Ab L s'en d.; Be à. esmouvoir; Eb omet 
doit — 13376 Be Se on voit t. — i33j-j Ce e. c'o. il p. — 13378 
Bâ N'o.\He O. a., Ca Car a; Ce Car as f. des p. — 13379 He N. 
t. pleurs n. — i338o Ce Se c. n. f. quinquiemens — i3382 Be Ne 
lor d. n'e. fors atrais — i3383 Bâ M. bien lo p.; Ce M. q. p. 
V. n. que p.; Ba p. non n., Eb p. iex n.; Be g. pour donner ne 
pour o. — 13384 Ba D. s. p. r. n. d., Be Que r. d. s. p. d.; Ab 
Eb pense — i3385 He Or r. ; Ba Et af., Be Ce Si af. — i3387 
Eb He qu'elle v., Be Ce que se v.; BC se v. — i3388 Be Se f. p. 
— 13390 Be Qu'e. face b. sa b.; L f. moût b.; Ce omet trop — 
13391 Be Ca Voist et — i3394 Be Einsi peut a; C He au s.; L 
omet soeir {La A. qu'ele p. a ce e., Le Lo A. {Le Ançois) que elle 
i p. e., Lu A. qu'el p. a eu/, e., etc. — i3395 Ba el s'i., Ce ele 
est — 13396 Bâ S'el p. si t. a; Ce a tout s.; He Taniosl au s. 
soit mise 



LE ROMAN DE LA ROSE I9 

Devant les autres deit taillier, 
E dou pain entour sei baillier ; 
E deit, pour grâce deservir, 

13400 Devant le compaignon servir ; 

Qui deit mangier en s'escuële : 
Devant lui mete ou cuisse ou ele, 
Ou beuf ou porc devant lui taille, 

13404 Selonc ce qu'il avront vitaille, 
Seit de peisson ou seit de char ; 
N'ait ja cueur de servir eschar, 
S'il est qui sofrir le li vueille. 

13408 E bien se gart qu'ele ne mueille 

Ses deiz es broez jusqu'aus jointes, 
Ne qu'el n'ait pas ses lèvres ointes 
De soupes, d'auz ne de char grasse, 

13412 Ne que trop de morseaus n'entasse, 
Ne trop gros nés mete en sa bouche. 
Dou bout des deiz le morsel touche 
Qu'el devra moillier en la sausse, 

13416 Seit vert ou cameline ou jausse, 
E sagement port sa bouchiee, 
Que seur son piz goûte n'en chiee 
De soupe, de saveur, de peivre. 

13420 E si gentement redeit beivre 

13398 Eb e. li b. — i^Sgg Ba Et p. mieux g. — 13400 Bâ D. 
les c, Ce Eb D. sen c. — 13401 Bd Q. mangera; Ac Bâ C Eb a 
s'e. — 13402 Be Donner li doit o.; Ba Ca Eb He, partie de L m. 
c. — i34o3 Ba Et b. et p.; Be O. p. o. b. d. — 13406 C N'a. pas 
c; Ba Si n'a. j. d., Be Ne soit pas d. — i 3407 Be Se i. e. q. s. li 
V. — 13409 Be S. mains e. ; Bâ ou b.; He jusqu'à )., Eb dusqu'a 
j. — 13410 Bj Et q.; Ce N. qu'elle a. s.; Ca Eb les 1. — 1341 1 C 
De soupe ou d'à. ou d. — 13412 Ba Et q. — i34i3 Be N. que 
grans mors m.; He a s. — 1 3414 J5 b. dou d. — 1341 5 Ba Qu'ele 
avra moillie e. sa s.; He d. e. s. m. — 13416 He Car n'i doit pas 
ses dois soullier — 13417 Bâ Si s.; Be p. a sa bouche — 13418 
L ne c; Be n'e. touche; He p. n'en soit toucie — 13419 Be D. 
s. d. sauxe ou d. — 13420 Ab B C Eb s. sagement 



20 JEAN DE MEUN 

Que seur sei n'en espande goûte, 

Car pour trop rude ou pour trop gioute 

L'en pourrait bien aucuns tenir 

13424 Qui ce li verrait avenir; 

E gart que ja iianap ne touche 

Tant corne ele ait morsel en bouche. 

Si deit si bien sa bouche terdre 

13428 Qu'el ni laist nule graisse aerdre, 
Au meins en la lèvre deseure, 
Car, quant graisse en celé demeure, 
Ou vin en perent les mailletes, 

13432 Qui ne sont ne bêles ne netes. 
E beive petit a petit, 
Combien qu'ele ait grant apetit; 
Ne beive pas a une aleine 

13436 Ne hanap plein ne coupe pleine ; 
Ainz beive petit e souvent, 
Qu'el n'aut les autres esmouvant 
A dire que trop en engorge, 

1 3440 Ne que trop beive a gioute gorge ; 
Mais delieement le coule. 
Le bort dou hanap trop n'engoule, 
Si corne font maintes nourrices, 

13444 Qui sont si gloutes c si nices 



13421 Eb s. li n.; Ca respande — 13422 Eb C. t. p. r. o. t. p. 
g. — 13423 Ba Be La p. — 13425 A Ce n'i t., He n'atouce — 
13427 £* Après se d. sa b. ; C d. moût b. — 13428 Ba Que n'i ; 
Eb ne 1. — 13429 Be 1. bouche d. — i343o Be G. g. et souillie 
d. — i343i Ba v. apperent; Ab L p. ses m. — i3432 Be n. bones 
n. n. — 13433 Ce Eb He p. et p. — 13434 Be qu'ele en a. a. — 
13436 Ce N'a h. p. n'a c. — 13437 Ba Mes b. — 13439 Eb Pour 
d.; Ca Et dient q.; Ce qu'elle trop n'eng. — 13440 Ca Eb t. boit; 
Ba a plcne g. — i344' Eb M. delietement, Ca He M. deliteuse- 
ment ; l'ers remplacé par 13442 dans Ce — 1^442 Be Eb L. bout 
d.; Ce Ne ne tace trop grande goule — 13444 ^'^ s. foies et, Be 
s. baudcs et 



LE ROMAN DE LA ROSE 21 



Qu'eus versent vin en gorge cruese 
Tout ausinc corne en une huese, 
E tant a granz gorz en entonent 

13448 Qu'eus s'en confondent e estonent. 
E bien se gart qu'el ne s'en ivre, 
Car en orne ne en famé ivre 
Ne peut avoir chose secree ; 

13452 E puis que famé est enivrée, 
Il n'a point en li de défense, 
E jangle tout quanqu'ele pense, 
E est a touz abandonee 

13456 Quant a tel meschief s'est donee. 
E se gart de dormir a table : 
Trop en serait meins agréable; 
Trop de laides choses avienent 

13460 A ceus qui teus dormirs maintienent. 
Ce n'est pas sens de someillier 
Es leus establiz a veillier; 
Maint en ont esté deceû, 

13464 Par maintes feiz en sont cheù 
Devant ou darriers ou en coste. 
Brisant ou braz ou teste ou coste : 



13445 Ba Qui V. — i3447 Ac Et t. en g. (en remplacé ulté- 
rieurement par a) ; Eb a grant g.; Ba Et a gr. trez t. e. e.; Bd 
He gr. traiz e. e.; Be T. en engloutent et ent., Ce T. engloutent 
tant e. e. — 13448 Bâ Ce se c; Be s'e. effondrent et — 13449 
Divers que n. — i345o Bd C. onc e. f. n'e. ho. i., Be Bâ C. 

c. f. n. (Be et) e. ho. i. — i345i Ba N. pot a.; Be p. venir c. — 
13452 L Car p. — 13453 Ba El n'a; B n'a e. 1. {Ba soi) p. d. 

d. — 13454 Ba Be Ainz ]., Bâ El ].; Ca Trestout j. q.; Eb Ele 
dist t. — 13455 Ba Puis qu'a t.; Ac Q. en t.; Ce L m. e. d.; Be 
s'e. tournée, Eb m. est livrée — i3458 Ba Qu'ele e. — 13460 Be 
A. c. {le reste corrigé) — 13462 Be En 1. {le reste corrigé), Bâ 
En leu establi de v. — 13464 Bâ Por m., L Et m. — i3465 Bâ 
C o. de c; Se D. o. encoste o. sor destre — 13466 A Eb, partie 
de L Brisent; Eb Brisent b., Ba En brisant b., C He Brisoient 
b.; Be o. b. 0. cuisse o. teste 



32 JEAN DE MEUN 

Gart que teus dormirs ne la tiegne ; 

13468 De Palinurus li souviegne, 
Qui gouvernait la nef Enee : 
Veillant Tavait bien gouvernée, 
Mais, quant dormirs Tôt envai, 

13472 Dou gouvernail en mer chaï, 
E des compaignons neia près, 
Qui moût le plourerent après. 
Si deit la dame prendre garde 

13476 Que trop a [oer ne se tarde. 

Car el pourrait bien tant atendre 
Que nus n'i voudrait la main tendre. 
Querre deit d'Amours le déduit 

13480 Tant con jennece la déduit, 

Car, quant vieillece famé assaut, 
D'Amours pert la joie e l'assaut. 
Le fruit d'Amours, se famé est sage, 

I 3484 Cueille en la fleur de son aage. 

Car tant pert de son tens, la lasse, 
Con sanz joir d'amours en passe. 
E s'el ne creit ce mien conseil, 

13488 Que pour comun profit conseil, 
Sache qu'el s'en repentira 



13467 Be n. li vaigne; He n. maintiengne — 13468 Ba Palu- 
nurus, Be Palunere, Bâ Palimirus, Ca Palymmieus, Ce Palin- 
nicre, He Palynicus — 13469 C les nés E. — 13472 Be D. g. 
li rneschei — i3473 Ba Eb Et ses c, He Et les c; Be c. vi 
après — 13473 Ca Bien d. — 13476 C Q. de j. t. n., Be Qu'a 
j. plus n.; Ab L a locr n. — 13477 Ba Qu'ele p., He Elle p. — 
13479 ^^ ^*'' ^^ '^- ~ 1^480 Be I. conduit; He T. qu'en j. a 

le coer duit — 13481 Eb v. dame a.; Be Q. v a. {le milieu du 

vers corrigé) — 13482 Eb et le saut — i3483 He Les f. — 13485 
Be t. et laisse — i 3486 Ab C Eb He Que a.; Ac s'en p . ; Eb Que 
t. jouer d'à. ans p.; Be C. .j. seul jour li en trespasse — 13487 
Ba Bâ En droit sen [Bâ Endroit son) li lo et c. {vers corrigé 
dans Be) — 13488 Ba Bâ Et s'el ne garde ce {Bâ cest) c. {vers 
corrigé dans Be) — i 3489 Be Sachiés ; divers que s'e. 



LE ROMAN DE LA ROSE 23 

Quant vieillece la flestira. 

Mais bien sai qu'eles m'en creront, 
13492 Au meins ceus qui sages seront, 

E se tendront aus règles nostres, 

E diront maintes paternostres 

Pour m'ame quant je serai morte, 
13496 Qui les enseigne ore e conforte; 

Car bien sai que cete parole 

Sera leiie en mainte escole. 

Beaus très douz fiz, se vous vivez, 
i35oo Car bien vei que vous escrivez _ 

Ou livre dou cueur volentiers 

Touz mes enseignemenz entiers, 

E quant de mei departireiz, 
i35o4 Se Deu plaist, encore en lireiz, 

E en sereiz maisires con gié, 

Je vous doing de lire congié, 

Maugré trestouz les chanceliers, 
i35o8 E par chambres e par celiers, 

En prez, en jardins, en gaudines, 

Souz paveillons e souz courtines, 

E d'enfourmer les escoliers 
i35i2 Par garderobes, par soliers. 

Par despenses e par estables, 



13490 Ac Ba L flestrira, Eb He Ce flastrira, Bâ Ca flatira, Be 
fléchira — 1 3496 Ce Que 1.; Ba Qiie se L e. et c. ; Be Q. orendroit 
1. reconforte; Bâ et enorte — 13499 ^^ ^'^ ^- '^- f- s- ^- i mirez 
{Bâ metez), Be B. d. f. {le reste corrigé) — i35oo Ba Be C b. 
sai q.; Ba He v. escrirez; Be corrigé — i35oi Be corrigé — 
i35o3 Ce m. te partiras — i35o4 Ce liras — i35o5 Be Vos e.; 
Ce seras — i35o6 Ce Eb He du 1.; vers omis dans Bâ — i35o8 
Eb Et en c. et en soliers; Be et p. soliers — i35o9 Be Après e.; 
13509-10 intervertis dans Ca — i35io Be En p.; Ba Ce Sanz 
p. et sanz c. — 1 35 1 1 Eb d'enfremer ; Ba d'e. ces e. — i 35 1 2 Ba 
Et p. chambres et p. ; .Bi P. chambres et p. celiers ; Ab g. et s., 
Ce g. et p. s.; Be Eb p. celiers — i35i3 Bâ P. mareschacies p. 



24 JEAN DE MEUN 

S'ous n'avez leus plus delitables. 
Mais que ma leçon seit leiie, 

i35i6 Quant vous l'avreiz bien retenue. 
E gart que trop ne seit enclose, 
Car, quant plus a l'ostel repose, 
Meins est de toutes genz veiie 

i3520 E sa beauté meins queneûe, 

Meins couveitiee e meins requise. 
Souvent aille a la maistre iglise 
E face visitacions, 

13524 A noces, a processions, 

A jeus, a festes, a queroles, 
Car en teus leus tient ses escoles 
E chante a ses deciples messe 

13528 Li deus d'Amours e la déesse. 

Mais bien se seit anceis mirée, 
Saveir s'ele est bien atiree. 
E quant a point se sentira, 

i3532 E par les rues s'en ira, 
Si seit de bêles aleiires, 
Non pas trop moles ne trop dures, 
Trop eslevees ne trop courbes, 

i3536 Mais bien plaisanz en toutes tourbes. 
Les espaulcs, les costez meuve 
Si noblement que l'en n'en treuve 



i35i4 Ab Sou n', B Ce Ca Eb He L Se n' — i35i6 iié b. 
détenue, Ba b. reccûe, Be b. entendue — i35ij Be Gardes t. n. 
soies e. — i35i8 Be G. com p.; Eb He G. q. a l'o. p. r. — i35ig 
Bâ g. requise — i352i Be M. conneûe, Ce M. connute; Ba omet 
e; i352i-22 omis dans Bâ — i3522 L S. voist a; Be Voit s. a 
1. mère e. — i3524 Eb As n. a ; Ce As n. as p., He As n. et a 
p. — i3525 Eb He Ce As j. as f. as (Eb et as) car., Be Voit as 
f. et as car. — i3526 Ab Bâ tel leu — i3528 Bâ d'A. a 1. d.; Ce 
et les diuesses — i3529 Be Moût s. s. b. a. — i353o Eb h. ator- 
nee — i3533 Ce S. voist d. — 1 3535-36 omis dans Ba Bâ — i3536 
Bâ Ce p. a t. — i3538 Ac B C Eb ne t. 



LE ROMAN DE LA ROSE 25 

Nule de plus beau mouvement ; 
13540 E marche jolietement 

De ses beaus solerez petiz, 

Que faire avra fait si faitiz 

Qu'il joindront aus piez si a point 
13544 Q'^^ ^^ fronce n'i avra point. 
E se sa robe li traîne, 

Ou près dou pavement s'encline, 

Si la lieve en coste ou devant, 
13548 Si com-pour prendre un po de vent, 

Ou pour ce que faire le sueille 

Ausinc con secourcier se vueille 

Pour aveir le pas plus délivre. 
i3552 Lors gart que si le pie délivre 

Que chascuns qui passe la veie 

La bêle fourme dou pié veie. 
E s'cle est teus que mantel port, 
i3556 Si le deit porter de tel port 

Qu'il trop la veûe n'encombre 
. Dou bel cors a cui il fait ombre. 

E pour ce que li cors meauz perc, 
i356o E li tessuz don el se père, 

Qui n'iert trop larges ne trop grailles, 

D'argent doré a menuz pelles, 

E l'aumosniere touteveie, 

13339 Ba Famé d. — iSb^i C He Et d. s. b. solers p. — 
13542 Be Bâ He Q. fait a. faire f., C Eb Qu'ele a. fait faire f. 

— 13543 Bà C Eb Qui j.; Be Et viengnent s. a.; Ba Be Eb au 
pié, Bd He a piez — 13544 ^' ri • a't j^ P- — 13546 Be Et p. 
d. p. s'acl.; Eb s'acl.; Ce omet s" — '3547 Ce e. c. a d. — i3549 
Ba Bâ Ca He 1. vueille — i355o Be Ou pour ce qu'escourcier, 
Ce Ainsi que s'escourchier, He Ensi c. escourcier; Eb comme 
couvrir s. v. — i355i Ce P. \. p. a. p. ; Be P. a. son p. — i3552 
Be g. q. son p. soit d., Ca He g. k'ait le p. s. d., Ce g. qu'elle ait 
p. s. d. — i3553 Ca He q. passer 1. — i3555 Ba S'e. e. tele q. 

— 13557 Ac B C Eb, partie de L Que t. - i356i C Q. n'est; Be 
Q. ne soit t. gros n. — i356j Ce d. en m. p. 



a6 JEAN DE MEUN 

13564 Qu'il rest bien dreiz que l'en la veie, 
A deus mains deit le mantel prendre, 
Les braz eslargir e estendre, 
Seit par bêle veie ou par boe ; 

i3568 E li souviegne de la roe 

Que li paons fait de sa queue ; 
Face ausinc dou mantel la seue, 
Si que la penne ou vaire ou grise, 

13572 Ou tel corne el l'i avra mise, 
E tout le cors en apert montre 
A cens qu'el veit muser encontre. 
E s'el n'est bêle de visage, 

13576 Plus leur deit tourner come sage 
Ses bêles treces, blondes, chieres, 
E tout le haterel darrieres, 
Quant bel e bien trecié le sent; 

i358o C'est une chose moût plaisant 
Que beauté de cheveleiire. 

Toujourz deit famé mètre cure 
Qu'el puist la louve resembler 

13584 Quant el veaut les berbiz embler; 
Car, qu'el ne puist dou tout faillir, 
Pour une en vait mil assaillir; 



i3564 Eb Qui r., Ce Que r. ; Ba Bâ Ca He Qu'il est; Be Rest 
moût b. — i3565 Ce Au m. — iSSôy Ab omet le premier par — 
i3568 Ba Lors 1. — iSSyr Ba Bà Eb He Ce p. v. — 13572 Ba 
Tele c; Be c. 1'; He t. qu'elle 1*; Ca tele k'ele i, Ce chele que 
on 1'; Eb t. qu'el i avéra ; Be ajoute Apere as gens par de defors 
Pour veoir son très bel gent cors — 135/4 ^^ c. qui vont musant 
e. ; Ba Ba v. musanz c. — 13576 Ba Be Si 1., Ce Eb Puis 1. — 
13577 ^^ ^- qu'ele a c; Ce bl. et c; He Se bielle trcce blonde 
cierc — 13578 Be Et 1. h. par d. — 13579 ^ ^^ Q- ^'C" ^^ ^^^ > 
Ce se s.; He trecic l'a— i358o He Sacics m. cmbiellie l'a — 
i358i C Qu'en b., He Sa b.; Ba Q. grâce d. — i3582 C D. t. f. 
— i3583 Ce Et doit 1. — i3584 C Car q. v. ; A cl vet, Be el va, 
Eb el vait — 13585 Ba He Por q.; C Qu'elle n. — i3586 Ce m. 
envaïr, Eb m. evair 



LE ROMAN DE LA ROSE 27 

Qu'el ne set la quel el prendra 
i3588 Devant que prise la tendra. 

Ausinc deit famé partout tendre 

Ses reiz pour touz les ornes prendre, 

Car, pour ce qu'el ne peut saveir 
13592 Des queus el puist la grâce aveir, 

Au meins pour un a sei sachier, 

A touz deit son croc atachier : 

Lors ne devra pas avenir 
13596 Qu'el n'en deie aucun pris tenir 

Des fos entre tant de milliers 

Qui li frotera ses illiers ; 

Veire pluseurs par aventure, 
i36oo Car art aide moût nature. 

E s'ele pluseurs en acroche 

Qui mètre la vueillent en broche, 

Gart, cornent que la chose cueure, 
i36o4 Qu'cle ne mete a deus une eure, 

Car pour deceù se tendraient 

Quant pluseur ensemble vendraient, 

Si la pourraient bien laissier : 
I 36o8 Ce la pourrait moût abaissier; 

Car au meins li eschaperait 



13587 C Car n.; Be C 1. quele p. — i3588 Be q. de près 1. — 
13589 ^^ B« C^ Eb He Ca Ainsi — x3bgo Ba S. laz; Be S. r. 
tous jors p. ho. p. — 13592 Bâ \. garde a. — i3593 Eb a li s. — 
13594 Be D. par tout s. cuer a.; Ba sa roiz a., C s. cor» a.; Ab Ce 
Eb estachier, He essacier — 13596 Be Qu'aucun ne puist après 
t.; Eb a. puis t. — i3597 Ce De f . ; Ah autre tant, Ac entretanz 
(en sur grattage) — i36oo Be Bâ Ce He L aide m. a n., Eb aide 
bien an.; He ajoute Et manière et contenemens Fait a maint 
homme empecemens Dont il sont pris et retenu Et de lor 
avoir bien tenu — i36o2 C Q. 1. v. m. {Ce omet mètre) e. le 
b., Be Mette lors sa taverne a b. — i36o4 Be He m. aus .ij.; 
Ce omet a — i36o5 Ac s'en t. — i36o6 Be Cil q. il e. v.; Ce 
verroient ; He Se p. e. venoient — iSboy Be S. l'en p. — i36o8 
Be Celé en p. 



28 JEAN DE MEUN 

Ce que chascuns aporterait, 
El ne leur deit ja riens iaissier 

i36i2 Don il se puissent engraissier, 
Mais mètre en si grant povreté 
Qu'il muirent las e cndeté, 
E celé en seit riche mananz, 

i36i6 Car perduz est li remananz. 

D'amer povre orne ne li chaille, 
Qu'il n'est riens que povres on vaille ; 
Se c'iert Ovides ou Homers, 

i362o Ne vaudrait il pas deus gomers. 
Ne ne li chaille d'amer oste, 
Car, ausinc come il met e oste 
Son cors en divers herberjages, 

13624 Ausinc li est li cueurs volages. 
Oste amer ne li lo je pas; 
Mais touteveis en son trespas 
Se deniers ou joiaus li ot're, 

13628 Preigne tout e boute en son cofre, 
E face lors cil son plaisir 
Ou tout en haste ou a leisir. 



i36io Ba ch. emporteroit; vers omis dans Bà — i36n Ca On 
n., Ce C'on n., Be Ele n. 1. d. r. 1. — i36i2 Be D. ele s. 
puisse e. — : 36 1 3 Be Bâ C L m. a si ; Ba m. les a p. — 1 36 14 
Be Ca Qu'il soient 1. — i36i3 Be Et ele e. ; B C Eb He, 
partie de L t. el m. — \36 16 Eb p. iert — i36i8 He 11 n'e. — 
i36i9 Bâ o. Gomers — i363i Ba Si n. 1., He Et n. 1. — i3622 
Ba Ba, partie de L C. einsi c; Be C. si c. il li m.; Be C He 
m. il o. — i3623 Be S. cuer e. d. habitages; 1 3623-24 omis 
dans He — 13624 Be Et si 1., Ba Bd C, partie de L Einsi 1. — 
i3Ô25 Ba Por ce a. (Be corrigé) ; Be li laisse p. — i3626 Ba 
M. toutevoies un t. — i3628 Ba Be Bien puet t. bouter en; 
Eb et bouche en, Ac Bâ Ce He L et mcte en — 13629 Ba Et 
fere !.; Be Et après faire s. [Be intervertit 1 3629-30); Bâ 1. si 
s., C He 1. tout s. — i363o Ac O. tost e., Ba Bâ Eb O. soit e.; 
Ab O. t. a h. ; C O. e. h. o. tout a ; He E. h. ou tout a; Be O. 
e. grant h. o. par 1. 



LE ROMAN DE LA ROSE 29 

E bien gart qu'el n'aint ne ne prise 
i3632 Nul orne de trop g^rant cointise, 

Ne qui de sa beauté se vante, 

Car c'est orgueauz qui si le tente; 

Si s'est en l'ire Deu boutez 
i3636 On qui se plaist, ja n'en doutez, 

Car ainsinc le dit Tholomee, 

Par cui fu moût science amee. 

Teus n'a poeir de bien amer, 
13640 Tant a mauvais cueur e amer ; 

E ce qu'il avra dit a l'une 

Autant en dit il a chascune, 

E pluseurs en rêvait lober, 
13644 Pour eus despoillier e rober ; 

Mainte complainte en ai veiie 

De pucele ainsinc deceiie. 
E s'il vient aucuns prometierres, 
13648 Seit leiaus on ou hoquelierres. 

Qui la vueille d'amour prier 

E par promesse a sei lier, 

E celé ausinc li repromete; 
i3652 Mais bien se gart qu'el ne se mete 

Pour nule rien en sa menaie. 



i363i Be h. se g. qu'el n'a. ne p.; CHe Qu'elle n'a ne p.; 
Eb n'a. nel p. — i3632 Be Home plain [le reste corrigé) — 
1 3633-34 placés dans Ba Be entre 1 3658-59 — i3634 Ba c'e. 
neanz q.; Ce s. l'encaiithe — i3635 Ba Ce Qu'il s'e., He II 
s'e. ; vers corrigé dans Be ; 1 3635-38 omis dans Bâ ; placés entre 
i3632-33 dans Ba Be — i3637 Ab C. ausinc; Eb 1. fist T. — 
i3638 He f. li s. — 13640 C<2 Trop a.; Eb Ains a le c. faus et a. 

— 13641 Bâ Quer c. ; Eb a une — 13642 Ba e. dira a — 0643 
He e. revaut 1.; 13643-44 intervertis dans C — i3645 Ca a. eue; 
vers corrigé dans Be — 13646 corrigé dans Be — 13647 ^^ O^ 
si V.; Ce Et si revient — 13649 ^^ ^^ Q- '• ^- — i365o He Ou p. 
p.; Ce Et pour p.; Ba p. prometre; Eb a lui 1.; Be pr. afoloier 

— i3652 C b. g. k'ele n. — i3653 Ce s. manace ; Ce ajoute Pour 
cose que il faire sache Et bien de che mon consel croie 



30 JEAN DE MEUN 

_S'.el ne tient anceis la moneie. ' 
E s'il mande riens par escrit, 
i3656 Gart se cil feintement escrit 

Ou s'il a bone entencion 

De fin cueur senz decepcion. 

Emprès li rescrive en po d'eure, 
i366o Mais ne seit pas fait senz demeure ; 

Demeure les amanz atise. 

Mais que trop longue ne seit prise. 
E quant ele orra la requeste 
13664 ^^ l'amant, gart qu'el ne se heste 

De s'amour dou tout otreier; 

Ne ne li deit dou tout neier, 

Ainz le deit tenir en balance, 
i3668 Qu'il ait peeur e espérance. 

E quant cil plus la requerra 

E celé ne li oferra 

S'amour, qui si forment l'enlace, 
13672 Gart sei la dame que tant face 

Par son engin e par sa force 

Que Tesperance adès enforce, 

E petit a petit s'en aille 
13676 La peeur tant qu'ele défaille, 

E qu'il facent pais e concorde. 

Celé, qui puis a lui s'acorde, 



i3ô34 Ba Bà Devant qu'el [Ba qu'il) tienne 1. m. {Ba I. nom- 
mée) — i3655 Be s'i. li m. par e. ; He Et se cils de r. li e. — 
i3656 Ca c. faussement e.. Eh c. faitement e. — iSôôg Divers 
Après; Ab rescrit — i3662 Be q. longement n. s. quise; Ba n'i 
s. — i3663 Ba q. celé o. ; Ce e. ara 1. — i3ô66 Eb N'ele nel 
d.; L la d. — i36r)9 He li r.; Be 1. priera — 13670 Be C. n. 
1. otriera; Ce 1. eskcrra — 13671 Ce L'a.; la fin du vers cor- 
rigée dans Be — i3675 Ce He p. et p. — 13676 Eb I.'csperanche 
t. qu'e. faille La paour tant qu'cl défaille Autrement ne \aut 
pas maille — 13677 ^^^ ^^ qu'el face p. et acorde; Ab faceint 
— 13678 Ce Tcle que p.; Be q. lors a 



LE ROMAN DE LA ROSE 3l 

E qui tant set de guiies feintes, 
i368o Deu deit jurer e sainz et saintes 

Qu'onc ne se vost mais otrier 

A nul, tant la seust prier ; 

E die : « Sire, c'est la some, 
13684 Fei que dei saint Père de Rome, 

Par fine amour a vous' me don, 

Car ce n'est pas pour vostre don; 

N'est on nez pour cui ce feïsse 
i3688 Pour nul don, tant grant le veïsse. 

Maint vaillant orne ai refusé. 

Car moût ont maint a mei musé; 

Si crei que m'avez enchantée ; 
13692 Maie chançon m'avez chantée. » 

Lors le deit estreit acoler 

E baisier, pour meauz afoler. 

Mais, s'el veaut mon conseil aveir, 
13696 Ne tende a riens fors qu'a l'aveir. 

Foie est qui son ami ne plume 

Jusqu'à la darreniere plume ; 

Car, qui meauz plumer le savra, 
13/00 C'iert cela qui meilleur l'avra, 

E qui plus iert chiere tenue, 

Quant plus chier se sera vendue; 

Car ce que l'en a pour neient, 

13679 -^^ Et c'autant s. — i368o Ce He Doit Dieu ].., Ca Doit 
j. Dieu, Be Doit bien j. — i368i Be C'o. m. n. s. v. o. — i?682 
Be A II. qui 1.; C He A home t. (C qui) l'en s. p.; Eb l'en s. p. 

— i3683 Ab Be Ca Be Ce Et dire, Bâ Dire — i3686 Ba Mes c. 

— 13687 ^<? Ce N'e. ho. nul p.; Be He c. je f., L c. jel f.; Eb 
N'a. ho. p. c. je le f. — i3688 Be P. d. n. t. — 13690 Ba Be 
C. ma. en o. a; Bâ Et ma. o. mo. en m. m. — iSôgi A c. qu'ous 
m'a. — 13692 Bâ xM. leçon; L Ma leçon m'a. bien c. [ou m'i a. 
c.) — 13695 Be Bâ M. se m. c. v. a. — 13696 Be N'eniende r., 
Bâ Ca He N'entende a r.; Sa Be Ce Ca Eb He L a. — 13698 Ce 
Drusques a la darraine p. — 13700 Bâ Ca Ce Eb C'est c. — 
13701 C p. est c. — 13702 Be Com p. — i37o3 Eb c'on ara p. 



32 JEAN DE MEUN 

1 3704 Trop le va l'en plus viteiant ; 

L'en non prise pas une escorce ; 
Se l'en le pert, l'en n'i fait force, 
Au meins si grant ne si notée 

13708 Con qui l'avrait chier achetée. 

Mais au plumer convient manière : 
Ses valiez e sa chamberiere 
E sa sereur e sa nourrice 

13712 E sa mère, se meut n'est nicc, 

Pour qu'il consentent la besoigne, 
Facent tuit tant que cil leur doigne 
Scurcot ou cote ou ganz ou moufles, 

137 16 E ravissent corne uns escoufles 
Quanqu'il en pourront agraper. 
Si que cil ne puist eschaper 
De leur mains en nule manière 

13720 Tant qu'il ait fait sa darreniere, 
Si con cil qui jeue aus noiaus. 
Tant leur doint deniers e joiaus. 
Moût est plus tost preie achevée 

I 3724 Quant par pluseurs mains est levée. 
Autre feiz li redicnt : « Sire, 



13704 Eb Tant 1.; Ba l'e. avilloiant, Bâ l'e. vil torneent ; A 
vistoiant — ï3jo5 Ba Be Ne ne p. l'en u., Ce Con ne le p. u. 

— 13706 Ce S'on ne le compre on n'i; Ba p. ne n'i; C n'en ï. 
f. ; Be met fo. (/e milieu du vers corrigé) — 13707 C g. com s'il 
eûst — 13708 He Que on Teûst c; C Plus acaté qu'il ne dcûst 

— 13709 L p. affiert m. — i 3710 Eb v. ou s. — 1371 1 Bà Et s. 
s. se moût n'est nice — 137 12 Bà m. et sa nourrice — i3ji3 
Ce qu'el c; Be qu'el consente 1. — 13714 Ab Bâ F. ta., He Et 
f. ta.; L F. ta. tu. q.; C F. ta. q. c. 1. en d., Be Reface ta. q. 
c. li d. — 13715 Be Sercos cotes et g.; Eb c. g. — 13716 Eb 
Ravissans tous si c. e. — 13718 Ba Tant q. ; Ce n'en p. — 13721 
Eb j. a n.; 13721-22 omis dans Ce {ajoutés plus tard) — 13722 
Ba ou j. — 13723 Ca M. t. c. la p., Ce M. c. pr. t. a.; Be P. 
t. e. 1. p. gastee — 13724 Ba Be Qui p.; Be p. p. e. achevée — 
13725 Ce f. si r. 



LE ROMAN DE LA ROSE 33 

Puis qu'il le vous couvient a dire, 

Vez qu'a ma dame robe faut : 
13728 Cornent sofrez vous cet défaut? 

Sel vousist faire, par saint Gile ! 

Pour tel a il en cete vile, 

Come reine fustvestue, 
13732 E chevauchast a grant sambue. 

Dame, pour quel tant atendez 

Que vous ne la li demandez ? 

Trop par estes vers lui honteuse 
13736 Quant si vous laisse sofraiteuse. » 

E celé, combien qu'il li plaisent, 

Leur deit comander qu'il se taisent, 

Qui tant, espeir, en a levé 
13740 Qu'el l'a trop durement grevé. 
E s'ele veit qu'il s'aperceive 

Qu'il li doint plus que il ne deive, 

E que forment grevez cuide estre 
13744 Des granz dons don il la seaut paistre, 

E sentira que de doner 

Ne l'ose ele mais sarmoner, 

Lors li deit prier qu'il li preste, 
13748 E li jurt qu'ele est toute preste 

De le li rendre a jour nomé 

Tel come il li avra nomé. 

Mais bien est par mei défendu 



13726 Ce qu'i. ce v. ; Eb 1. nous c. — 13727 He V. que m. — 
i373i Ba Mieuz que r. — 13732 Ba c. o g. — 13734 He Q. v. or 
n. li — 13735 Be Tant p. — 13736 Be Qui s. v. laissiés s. — 
13737 Be plaise — i3738 Be Li d. demander qu'ele s. taise — 
13739 Bd C Eb He, partie de L Que t.; Be Que bien e. — 13740 
Be Que t. d. l'a g. — 13744 Ce D. d. d. ele se fait p. — 13746 
Ba He N. l'osera m.; Be Ca l'o. m. araisonner — 13748-49 inter- 
vertis dans Bd — 13749 Ce He D. li r., Ba D. li tout r., Be Ca 
D. r. li a ; Eb D. bien li r. au j.; He j. dénommé — i375o Be 
Tout quanqu'il 1. a. preste — i375i Be M. p. m. e. b. d. 

Tome IV. 3 



34 JEAN DE MEUN 

13752 Que jamais n'en seit riens rendu. 
Se ses autres amis revieni, 
Don ele a pluseurs, se devient, 
Mais en nul d'aus son cueur n'a mis, 

iSjSô Tout les claime ele touz amis, 
Si se complaigne, corne sage, 
Que sa meilleur robe e si gage 
Cueurent chascun jour a usure, 

iBjôo Don ele est en si grant ardure 
E tant est ses cucurs a mesaise 
Qu'el ne fera riens que li plaise 
Se cil ne li raient ses gages ; 

I 3764 E li valiez, se moût n'est sages, 
Pour quei pecune li seit sourse, 
Metra tantost main a la bourse, 
Ou fera quelque chevissance 
13768 Don li gage aient délivrance. 

Qui n'ont mestier d'estre raienz, 
Ainz sont, espeir, trestuit laienz, 
Pour le bacheler enserré 
13772 En aucun cofre bien ferré, 



13752 Ac Bà ne s.; C ne li s. r. ; Eb Q. j. r. n'en s. r., Be 
Q. ja r. ne l'en s. r. — i^ySS Ba Et se un a., Bâ Et s'uns a. — 
13754 C ce d.; He D. ycelle a p. s. tient — iSySG Ne ia. I., Eb 
Dont 1.; Ba e. ses a., Bâ e. douz a.; Be T. soit qu'ele i. c. a. — 
13757 He Et si se plaigne — 13738 Ce r. ou s.; Be Bà Eb r. est 
en g. — '^ySg Be Courant c, Bd Eb Et queurt c, Ca Keuroii c. 
— 13760 Ce est as. — 13761 Be Que t.; Ba T. en e. s. c. a 
malese — 13762 Ce n'en f. — 13763 Be S. il n.; C n. racatc s.; 
He 1. rent tous s. — 13764 Be Et il tantost s. — 13765 He Par q.; 
Ce P. que p.; 13765-66 intervertis dans Bâ — 13766 Ca Mcitera 
t. m. a b., Ce M. t. la m. a b., Be Voura tost mètre m. a b.; 
He a sa b., Eb a b. — 13767 Ce q. constance — 13768 He g. 
aront d.; Be Ca a. alegancc ; Ce aront chevissance — 13769 Ac 
Qu'il n. — 13770 Be Qu'il s. — '3771 Be h. meserrer [Be inter- 
vertit 13771-72) — 13772 Be aucuns cotres enserrés; Bd He b. 
serré, Eb h. fermé 



LE ROMAN DE LA ROSE 35 

Qu'il ne li chaut, espeir, s'il cerciie 

Dedenz sa huche ou a sa perche, • - ■ 

Pour estre de lui meauz creûe, 
13776 Tant qu'ele ait la pecune eue. 

Le lierz reserve d'autel lobe; 

Ou ceinture d'argent, ou robe, 

Ou guimple lo qu'el li demande, 
13780 E puis deniers qu'ele despende. 
E s'il ne li a que porter, 

E jurt, pour li réconforter, ; • 

E fiance de pié, de main 
13784 Qu'il l'aportera l'endemain, 

Face lui les oreilles sourdes; 

N'en creie riens, car ce sont bourdes. 

Trop sont tuit espert menteeur; 
13788 Plus m'ont menti, li fouteeur, 

E feiz e sairemenz jadis 

Qu'il n'a de sainz en paradis. 

Au meins, puis qu'il n'a que paier, 
13792 Face au vin son gage enveier 

Pour deus deniers, pour treis, pour quatre. 

Ou s'aille hors ailleurs esbatre. 



13773 Ca He Ke n. — 12774 Ce D. la h.; Be A ses cofres o.; 
Eb a la p. — 13775 Ba e. m. d. 1. c. — 13776 Ba Jusqu"e. — 
13777 ^^ d'autres lobes; 13777-80 omis dans B — 13778 He 
çainiures d'à. o. robes — i 3779 Eb que 1.; partie de L qu'elle d. 
— 13781 Ba Be q. prester — 13782 Be Si j. — 13783 Be Et fiant 
d. p. et d. m. — 13784 Be C He li a. demain — 13-85 He Si f. 
les — 13786 Be Nel c. ja c; divers r. que c. — '3787 Ba Bâ C 
Eb L t. apert m.; Be Trestout s. après m. — 13788 Ca 1. boiseour 
Ce 1. jengleour, He 1. loudeour; Eb m. rafaiteour; Be Et p. 
mentent que flateour — 13789 Be Plus m'ont fait s. — 13790 Eb 
n'ait d. — 1^791 Be Et cil qui^'a de quoi p. — 13792 Eb F. en 
vain s., Ba F. li s., Be F. au mains s.; He F. g. a. v. e. — '3793 
Be P. .ij. ou p. .iij. ou p. .iiij., Ca P. .ij. sous p. t. ou p. q.- 
Ba den. ou t. ou q. — 13794 He O. se voist h.; Be O. il se voit 
a., Bâ O. voise se a., C O. il s'en voise [Ce voist) a. 



36 JEAN DE MEUN 

Si deit famé, s'el n'est musarde, 

13796 Faire semblant d'estre coarde, 
De trembler, d'estre poereuse, 
D'estre destreite e angoisseuse 
Quant son ami deit receveir, 

i38oo E li face entendre de veir 

Qu'en trop grant perill le receit 
Quant son mari pour lui deceii, 
Ou ses gardes, ou sesparenz; 

13804 E ^^^^ ^^ ^^ chose ert paranz 

Qu'ele veaut faire en repostaille, 
Morte serait senz nule faille; 
E jurt qu'il ne peut demeurer, 

i38o8 S'il la devait vive acourer; 
Puis demeurt a savolenté 
Quant el l'avra bien enchanté. 
Si li redeit bien souvenir, 

r38 12 Quant ses amis devra venir, 

S'el veit que nus ne l'aperceive, 

Par la fenestre le receive, 

Tout puisse ele meauz par la porte ; 

i38i6 E jurt qu'ele est destruiie e morte, 
E que de lui serait neienz 
Se l'en savait qu'il fust laienz : 
Nou guerraient armes moulues, 



13793 Be d. taire s. — 13796 Be F"ame s. qu'ele est c. — 0798 
He L D'e. destrainte; Ba D'e. desirrant a. ; C Destroitc et moût 
très a. [Ce m. a.); vers omis dans Eb — i38oo Be i. enten- 
dant pour V.; Eb e. pour v. — i38oi Be Qu'a t. — i38o2 B 
Q. p. 1. s. m. d. — i38o4 corrigé dans Be — i38o5 Be Qu'el 
vousist f. ; Ce a r.; Ab He omettent en — i38o7 Ce Eb j. que n. 
— i38io Eb elle l'a b. — i38ii Be S. 1. devroit b.; C Eb 
S. {Ce Que) 1. doit {Eb omet doit) b. ressouvenir — i38i2 Be 
devroit V.; Eb d. partir — i38i3 Bâ Ba Faigne q. — i38i6 Bà 
icrt d. — i38i8 Ce S. nus s. — 13819 Be Ne le guerroit arme 
moluc 



LE ROMAN DE LA ROSE Z'] 

i3820 Heaume, haubert, pel ne maçues, 

Ne huiches, ne clotet, ne chambres, 

Qu'il ne fust dépeciez par membres. 
Puis deit la dame soupirer 
13824 E sei par semblant aïrer, 

E l'assaille e li cueure seure, 

E die que si grant demeure 

N'a il mie fait senz raison. 
13828 E qu'il tenait en sa maison 

Autre famé quel qu'ele seit, 

Don li soulaz meauz li plaisait, 

E qu'ore est ele bien traïe 
i3832 Quant il l'a pour autre enhaïe ; 

Bien deit estre lasse clamée. 

Quant ele aime senz estre amee. 

E quant orra cete parole 
i3836 Cil qui la pensée avra foie. 

Si cuidera tout erraument 

Que celé Taint trop leiaument, 

E que plus seit de lui jalouse 
13840 Qu'onc ne fu de Venus, s'espouse, 

Vulcanus quant il Tôt trouvée 

Avequcs Mars prise prouvée. 



i382o Ab H. h. n. m., Ca Haubers ne hiaumes n. m., Ce Ne 
hiaume aubers n. m. — i382i Ba Be h. n. .ingles n.. Bâ h. n. 
crotes n., C h. n. {Ca em soliers n. [Ca n'en) c; Eb N. huche n. 
quieute n.; He N. h. n'avoec closes c; AL dotez — i3823 Be 
Lors d. — i3823 He et si c. — i 3826 Ab q. sa g.; dans Ac /'i de si 
parait être une correction — 13827 Ab m. fête, Be Ba C pas 
faite — 13828 Ba Bâ Car il — 13829 He A. f. a q.; Ce qui qu'ele 
s. — i383o Ca 1. déduis m.; Ac s. plus 1. — i383i Ba Et o.; Be 
Einsi e., Ce Encore e.; Eb He Et qu'elle e. o. b. — i3832 Ab il 
a; Be il une a. a envaie — i3833 L Et d. — i3836 Ab Ou q. — 
i3837 Be C. bien t. vraiement — 0840 //e Conques f. : Eb Que 
n. f. V. d. s'e.; Ba f. V. de s'e. — 13841 Eb omet V — 13842 Be 
Avec M. et p. p. 



38 JEAN DE MEUN 

Es laz qu'il ot d'arain forgiez 

13844 Les tenait andeus en forz giez, 
Ou jeu d'Amours joinz e liez. 
Tant les ot li fos espiez. 
Si tost con Vulcanus ce sot 

13848 Que pris prouvez andeus les ot 
Es laz qu'entour le lit posa. 
Moût fu fos quant faire l'osa, 
Car cil a moût po de saveir 

i3852 Qui seus cuide sa famé aveir. 
Les deus i fist venir en heste, 
Qui moût ristrent e firent feste, 
Quant en ce point les aperçurent. 

i3856 De la beauté Venus s'esmurent 
Tuit li pluseur des damedeus, 
Qui moût faisait plaintes e deus, 
Corne honteuse e courrouciee 

i386o Don ainsinc iert prise e laciee, 
N'onc n'ot honte a cete pareille. 
Si n'iert ce pas trop grant merveille 
Se Venus o Mars se metait, 

13864 Car Vulcanus si laiz estait 
E si charboncz de sa forge, 



13843 Ca E. I. d'à. k'il eut t.; Ee o. noviaus f. ; 13843-44 omis 
dans Ba Bâ — 13844 ^^ ^^ entergiés, Ce He enforgiez [vers 
placé dans Ce entre i3868-6g — i3845 He Au j.; Ba He d'A. 
joianz et, Eb d'A. pris et — 13846 Eb ot andeus e. — 13847 
Ce t. que V.; C He c. V. le s.; 13847-52 omis dans B [ajoutés 
plus tard en marge) — 13848 Ce A p. — i3853 He v. et iestre 
— i3855 Bc e. tel p. — i3856 Ce D. le honte V. — i3858 Ba 
Q. lors fesoient p. d'eus; Be Q. m. [le reste corrigé) — i386o 
Be Quant a. est p., Eb D. i. a. p.; Ce p. 1. — i386t Be C'o.; 
Ce Nus n'ot, He Ncn n'eut; Ca Ne tut h. — i3862 Bâ S. n'es- 
toit c. mie m. — i3863 Ce en M.; Eb a M. s. tenoit, Ba o eus 
s'esbatoil — 13864 Be C. Vulcans souvent la batoit; Ba s. la 
batoit — i3865 Ba Et ert c, Be Et s'iert c; Ce carbonncus, He 
encarbounés 



LE ROMAN DE LA ROSE Sq 

Par mains e par vis e par gorge, 

Que pour riens Venus ne l'amast, 
i3868 Combien que mari le clamast. 

Non, par Deu ! pas, se ce fust ores 

Absalon o ses treces sores, 

Ou Paris, fiz le rei de Troie, 
13872 Ne l'en portast el ja menoie; 

Qu'el savait bien, la debonaire, 

Que toutes famés sevent faire. 

D'autre part, eus sont franches nées; 
13876 Lei les a condicionees, 

Qui les oste de leur franchises, 

Ou Nature les avait mises; 

Car Nature n'est pas si sote 
i388o Qu'ele face naistre Marote 

Tant seulement pour Robichon, 

Se l'entendement i fichon. 

Ne Robichon pour Mariete, 
13884 Ne pour Agnès, ne pour Perrete, 

Ainz nous a faiz, beaus fiz, n'en doutes, 

TolTtes pour touz e: touz pour toutes, 

tlfiàscune pour chascun comune, 
i3888 E chascun comun a chascune ; 

Si que, quant eus sont afiees. 

Par lei gtrises e mariées, 

Pour osTer dissolucions 

i3866 Ce m. p. v. — i3868 Be Comment q. — iSSôg B N. pas 
par D. ; Bâ se il f . ; Eb omet pas — 1 3870 Ce Absolon — 1 387 1 Ce 
f. au r. ; Be f. Priant d. — 13872 J5e li p.; £"6 p. il j.; Ce ele m.; 
He N. se tenist j. pour çou quoie — 13873 Be Que b. s., He Car 
b. s., Ce Qu'elle seut b. — 13876 Ba Les lays a — i388o Bà feist 
n. — i3882 Ca fiche on — i3883 Eb N. R. ne M.; Ba N. Robi- 
chonet p. Marote ; vers remplacé par i3884 dans Be — i3884 ^^ 
N. p. Ysabiau n. Massote ; Ba p. Perrote, He p. Marguette — 
i3885 He ne d. — i3888 Be co. pour c. — 13889 Ba S. q. avant 
s.; Be S. qu'a tant qu'el s. mariées — 13890 Ba P. les p.; Bâ 
Pr. p. 1. et : Be Et par les prestres afiees 



40 JEAN DE MEUN 

13892 E contenz e ocisions, 

E pour aidier les nourretures, 
Don il ont ensemble les cures, 
Si s'efforcent en toutes guises 

13896 De retourner a leur franchises 
Les dames e les dameiseles, 
Queus qu'eus seient, laides ou beles. 
Franchise a leur poeir maintienent, 

13900 Don trop de maus vendront e vienent, 
E vindrent a pluseurs jadis, 
Bien en nomberraie ja dis, 
Veire tant, mais je les trespasse, 

1 3904 Que j'en seraie toute lasse, 

E vous d'oïr touz encombrez 
Ainz que jes eusse nombrez; 
Car, quant chascuns jadis voait 

13908 La famé qui meauz li soait. 
Maintenant ravir la vousist, 
Se plus forz ne la li tousist, 
E la laissast, s'il li pleiist, 

139 12 Quant son vouleir fait en eiist; 
Si que jadis s'entretuaient 
E les nourretures laissaient, 
Ainz que l'en feïst mariages 

13916 Par le conseil des ornes ^ages. 



13893 Eb p. oster 1. — 13895 Be II s'e. ; He de t. — 13896 
Be Pour r.; Ac r. en I. — 13897 Eb'L. A. o 1. — 13898 He Q. 
que s. — 13901 Ce Eb He \ . as p. — 13902 Ce He nommeroie 
— 13903 Ba V. touz, Be V. plus, Bâ C LV. cent — 13904 B 
L Car j'e.; Ba trop 1.; vers corrigé dans Be, omis dans Bâ — 
13906 Ba Ca Eb q. lèse.; Be ques e. tous n. ; Bâ q. il fussent 
n.; Eb e. nommés — 13907 Eb q. aucuns j.; Ba C. q. j. c. v., 
Be C. adonc q. c. v.; jadis dans Ac est écrit sur grattage — 
13908 He 1. plaisoit — 13909 B M. avoir]. — i39io//^f. la 
n. li t. — 1391 1 Eb se lui p. — 13914 Eb Et leur n. — i3gib Ca 
He A. k'on en f. ; Ce fist les m. 



LE ROMAN DE LA ROSE 4I 

E qui voudrait Horace creire, 

Bone parole en dit e veire, 

Car moût sot bien lire e diter, 
13920 Si la vous vueil ci reciter; 

Car sage famé n'a pas honte 

Quant bone auctorité raconte. 
Jadis avant Hélène furent 
13924 Batailles que li con esmurent. 

Don cil a grant douleur périrent 

Qui pour aus les batailles tirent; 

Mais les morz n'en sont pas seiies, 
13928 Quant en escrit ne sont leiies; 

Car ce ne fu pas la prumiere, 

Non sera ce la darreniere, 

Par cui guerres vendront e vindrent 
13932 Entre ceus qui tendront e tindrent 

Leur cueurs mis en amour de famé. 

Don maint ont perdu cors e ame, 

E perdront, se li siècles dure. 
13936 Mais prenez bien garde a Nature, 

Car, pour plus clerement voeir 

Come ele a merveilleus poeir, 

Mainz essemples vous en puis mètre, 
13940 Qui bien font a voeir en letre. 

Li oisillons dou vert boschage, 

Quant il est pris e mis en cage, 



13918 Ba Be Une p. d. ; Be à. trop v. — 13920 Ce c. racomp- 
ter — 13922 Eb Q. li a. r. — i?g23 B C He J. au temps H. {Ba 
t. d'El.) — 13924 B 1. Grieu e., Ce 1. cou e., Eb 1. c.:.in e. — 

13925 périrent dans Ac est sur grattage ; Eb d. partirent — 

13926 Ba p. li la b. — 13927 Ba Be 1. moz n"e. {Be ne) s. p. 
seù ; Be Ce Eb He ne s. — 13928 Ba Be s. leû, He s. veûes, 
Eb s. seûes — i393t Ba P. quoi g.; Be P. coi grief vi. et ve. — 
13932 Be A c. q. ti. et te. — i3933 Be Tous 1. c. e. a. — i3936 
Eb M. b. p. g., Be M. reprends g. — 13939 Be .M. e. ; C p. dire 
— 13940 C Q. moût b. f. e. 1. a lire 



42 JEAN DE MEUN 

Nourriz moût ententivement 

13944 Laienz délicieusement, 

E chante, tant con sera vis, 
De cueur gai, ce vous est avis, 
Si desierre il les bois ramez 

13948 Qu'il a naturelment amez, 

E voudrait seur les arbres estre, 
Ja si bien nou savra l'en paistre ; 
Toujourz i pense e s'estudie 

i3q52 A recouvrer sa franche vie. 

Sa viande a ses piez démarche, 

O l'ardeur qui son cueur H charche, 

E va par sa cage traçant, 

i3q56 A grant angoisse pourchaçant 

Comcnt fenestre ou pertuis truisse 
Par quel voler au bois s'en puisse. 
Ausinc sachiez que toutes famés, 

i3q6o Seient dameiseles ou dames, 
De quelconques procession. 
Ont naturel entcncion 
Qu'eus cercheraient volentiers 

13964 Par queus chemins, par queus sentiers 
A franchise venir pourraient. 
Car toujourz aveir la vourraient. 



13943 Be Et n. e. — 13944 B Peûz d. — 13945 Be Et chan- 
tera t. c. iert V.; Eb t. qu'il s. — 13946 Ba Be D. fin c. c. ; Ce 
He ce nous e. — i?947 Be le b. ramé — 14949 Bâ Et vousist — 
13950 Ab b. nos s.; Eb n. saroit — i395i He Ce T. p.; Ca T. 
p. il et; Ba Ca Eb He, partie de L et e. — 13952 C r. le f. 
— 13953 Ba Bd V. o s., Be v. de s. — 13954 Be Eb De l'a., Ba 
Bâ Por l'a., Ca A l'a. ; Ab Be Ce que s.; Ba que le c, Bâ quer 
M coers; Eb que ses coeurs; Be 1. marche, He 1. cache — i3955 
Eb Vait p.; Ac chage — i3956 Be Par g. a. et p. — 13958 Be 
P. ont a. b. fuir s'e., Ba P. ou il hors aler s'e. — 13961 Ba q. 
possession, Be Bd Ca q. profession, Ce He q. condicion — i3963 
Ba C. moût v. — 13964 Eb P. quel chemin ; Be Ou p. c. ou p. 
s. — I 3965 Be S'a f. 



LE ROMAN DE LA ROSE 43 

Ausinc vous di je que li on 
13968 Qui s'en entre en religion, 

E vient après qu'il se repent, 
Par po que de deul ne se pent; 
E se complaint e se démente 

13972 Si que touz en sei se tourmente, 
Tant li sourt granz désirs d'ouvrer 
Cornent il pourra recouvrer 

La franchise qu'il a perdue ; 
13976 Car la volenté ne se mue 

Pour nul abit qu'il puisse prendre, 

En quelque leu qu'il s'aille rendre. • 

C'est li fo^s peissons qui s'en passe 
13980 Par mi la gorge de la nasse, 

Qui, quant il s'en veaut retourner, «'^-<^- 

Maugré sien l'esteui séjourner ', .. ,. , . 

A toujourz en prison laienz, 
13984 Car dou retourner est neienz. 

Li autre qui dehors demeurent, 

Quant il le voient, si acueurent, 

E cuident que cil s'esbanoie 
13988 A grant déduit e a grant joie. 

Quant la le veient tourneier • 

E par semblant esbaneier ; 

E pour ice meïsmement 

13969 Ca Avient a. ; Ba a. qui s.; Be Bâ Ce He s'en r. — 
I 3970 Be Ce Eb Pour p., Ca K'a p.; Eb p. de dolour n. — 13971 
Eb et s. tourmente — 13972 Ba t. a s.; Eb e. li se démente — 

13973 Ba I. sont grant desir — 13974 Be porroit r. — i397r) Eb 
C. sa V. — '3977 Ab Par n. (dans Ac Vo de Por est fait sur un 
a); Be c'on sache p. — 13978 Be c'on se puit r.; Ca s'en voist 
r. — '3979 Ce q. s'enbasse — 13981 Ba Eb Que q., Be Bâ C Ki 
q.; Ce Eb se v. — 13982 Eb He M. soi; Bc Par force i'e.; Ba 
Si Te. leanz s.; Eb He Te. demeurer — 13983 Ba Par force et 
demorer \., Be K t. remanoir L, Bd Et t. demorer 1.; 13983- 
141 3o manquent dans Ce {un feuillet enlevé) — 13987 A cuide — 
139S8 jBa O g. d. et o g. — 13989 B Q. il le 



44 JEAN DE MEUN 

18992 Qu'il veient bien apertement 

Qu'il a laienz assez viande, 

Tele con chascuns d'aus demande, 

Moût volentiers i enterraient : 
13996 Si vont entoure tant tourneient, 

Tant i hurtent, tant i aguietent. 

Que le trou treuvent, si s'i gietent. 

Mais, quant il sont laienz venu, 
14000 Pris a toujourz e retenu, 

Puis ne se peuent il tenir 

Qu'il ne vueillent bien revenir, 

Mais ce n'est pas chose possible, 
14004 Qu'il sont meauz pris que a la trible : 

La les convient a grant deul vivre 
- Tant que la mort les en délivre. 
Tout autel vie va querant 
f40o8 Li Jennes on quant il se rent, 

Car ja si granz solers n'avra. 

Ne Ja si faire ne savra 

Grant chaperon ne large aumuce 
140 12 Que Nature ou cueur ne se muce : 

Lors est il morz e mal bailliz 

Quant frans estaz li est failliz, 

S'il ne fait de nécessité 
14016 Vertu, par grant humilité ; 

13994 Be L T. comme c. dem.. Eb He Tel comme c. le d. — 
13996 Eb e. t. et t. — iSggy Ba i lutent ; Be Ca He h. et t. i 
guetent(//c gietenl); 13997-98 intervertis daus Ba Be — iTiggS Ba 
Q. l'entrer t., ôc L'entrée t. — 13999 ^^ ^- dedens v. — 14000 Be 
P. sunt t.; Ca P. ut a t. r. — 14001 Be Et p. n. s. p. t. — 14002 
Ca Ke hors n. v. r.; Ac n'en v. ; Be Bâ n. s'en v. r. — 14003-4 
omis dans Ca L [ajoutés plus tard à La) — 14004 Be Bâ Car i. s. 
m. p. qu'a — 14003 Bâ L. 1. estuet a ; Ba a douleur v. — 14007 
Be Autele v.; He vie se pourcace — 14008 He s'i lace — 14013 
Ba Be L. se voit m. et — 140 14 Ba Car f. — 14015 Ba Be Se 
nou t.; Eb Se il n. f. n.; Ba f. par n.; Ab omet de — 140 16 Ba 
Grant v. p. h., Be Ou p. v. d'um. 



LE ROMAN DE LA ROSE 43 

Mais Nature ne peut mentir, 

Qui franchise li fait sentir ; 

Car Horaces neïs raconte, 
14020 Qui bien set que tel ciiose monte : 

Qui voudrait une fourche prendre 

Pour sei de Nature défendre, 

E la bouterait hors de sei, 
14024 Revendrait ele, bien le sai. 

Toujourz Nature recourra, 

Ja pour abit ne demourra. 

Que vaut ce? Toute créature 
14028 Veaut retourner a sa nature ; 

Ja nou laira pour violence 

De force ne de couvenance. 

Ce deit moût Venus escuser 
14032 Qu'el voulait de franchise user, 

E toutes dames qui se Jeuent, 

Combien que mariage veuent. 

Car ce leur fait Nature faire, 
i4o36 Qui les veaut a franchise traire. 

Trop est fort chose que Nature, 

El passe neïs nourreture. 

Qui prendrait, beaus fiz, un chaton 
14040 Qui onques rate ne raton 

Veû n'avrait, puis fust nourriz 

14018 Ca Ke f. — 14019 Be C. Or. ci nos r., Ca C. Or. ensi r. 
— 14020 Be Q. s. b. q. — 1402 i Eb Q. porroit tant sa f. — 14022 
Be P. d. N. s. d. — 14023 Be Bouter !. vousist h. — 14024 Bâ 
Rccovroit e.; Be Rctourneroit et b. — 14023 Be Eb L retourna, 
Ca recevra — 14027 Ac c. douce c. — 14029 Be Eb J. ne \.;Ba 
Be Ca 1. par v. — i4o3o Ba d. contreignance — 14082 Be Bâ 
He Qui V. — 14033 Ba s. voient [corrigé dans Be) — 14034 Be 
Comment q.; Ba C. qu'en m. soient {corrigé dans Be); Ac ma- 
riages — 14036 Bà 1. fet a ; Ba Be He f. atraire — 14037 Eb c. 
de N. — 14038 Be L Quel p.; Ca Nature p. no. — 14089 Be B. 
f. q. p. u. — 14040 Ba Be o. soriz n. — 14041 Ba Bd N'a. v. p.; 
Be N'eùst v. et f. 



46 JEAN DE MEUN 

Senz ja voeir rat ne souriz, 
Lonc tens, par ententive cure, 

14044 De délicieuse pasture, 

E puis veist souriz venir, 
N'est riens qui le peiist tenir, 
Se l'en le laissait eschaper, 

14048 Qu'il ne Talast tantost haper; 
Trestouz ses mes en laisserait, 
Ja si fainilleus ne serait; 
N'est riens qui pais entr'aus feïst, 

t4o52 Pour peine que l'en i meïst. 

Qui nourrir un poulain savrait 
Qui jument veue n'avrait 
Jusqu'à tant qu'il tust granz destriers 

14056 Pour sofrir seles e estriers, 
E puis veist jument venir, 
Vous l'orriez tantost henir, 
E voudrait encontre li courre, 

14060 S'il n'iert qui l'en peiist rescourre ; 
Non pas morel contre morele 
Seulement, mais contre fauvele, 
Contre grise, ou contre liarde, 

14064 Se freins ou bride nou retarde, 
Qu'il n'en a nules espices, 



14042 Be S. prendre ne r.; B Eb raz — 14046 Ab q. les p.; 
dans Ac le est écrit au dessus de la ligne avec le bleu du rubri- 
cateiir ; vers omis dans Bâ — 14047 ^* l's- les 1. — 14048 Be 
Que t. n. l'a. h. — i4o5o Ba J. tant f. — 14052 Ba Bâ He q. 
nus i ; Be q. on en t'eïst — i4o53 Ca Q. u. p. nourri aroit, He 
Q. nouri u. p. aroit; Ba Be p. fcroit — 14054 Ba Bâ Ca Q. 
onc j. vcù n'a. — i4o55 Be f. biaux d. — 14056 Be P. se. so. et; 
vers omis dans Bâ — 14058 Eb l'orrés t. — 14059 Bâ Et verriez 
e.; Eb He e. elles c. — 14060 Eb n'est q.; Ab que l'e.; Bâ Te. 
vousist descorre; Be Se on ne le pooit r. — 14062 Be Ne fauve! 
encontre f. — 14063 Be C. bise o.; Eb He C. g. c. — 14064 Ca 
b. ne li tarde — 14063 Eb Qui n'; Be n'e. i a nulo espiicc 



LE ROMAN DE LA ROSE 4'- 

Fors qu'il les truisse desliees, 

Ou qu'il puisse seur eus saillir : 
14068 Toutes les voudrait assaillir. 

E qui morele ne tendrait, 

Tout le cours a morel vendrait, 

Veire a fauvel ou a liart, 
14072 Si con sa volenté li art. 

Li prumiers qu'ele trouverait, 

C'est cil qui ses mariz serait, 

Qu'ele n'en ra nus espiez, 
14076 Fors qu'el les truisse desliez. 
E ce que je di de morele 

E de fauvel e de fauvele 

E de liart e de morel, 
14080 Di je de vache e de tore! 

E des berbiz e dou mouton ; 

Car de ceus mie ne douton 

Qui! ne vuelilent leur famés toutes ; 
14084 Ne ja de ce, beaus fiz, ne doutes 

Que toutes ausinc touz ne vueillent : 

Toutes volentiers les acueillent. 

A^usinc est il, beaus tiz, par m'ame 1 
14088 JDe tout ome e de toute famé, 

Quant a naturel apetit, 

Don lei les retrait un petit. 

14066 fia Bâ Pour q., Be Ton Mais q.: Ca F. ke 1. — 14067 
B Et q.; Eb Car s'il pooit s. — 14068 Ab T. le v. — 14072 He 
Car nature n'i seit autre art — i4'574 ^^ C'iert c. — '40?-^ -^^ 
n'e. a nul espousé; Ca nul espiiét — 14076 Ba Pour q.; Ca le 
t. desliiét ; He qu'elle le t. apresté — 14077 Ac j'ai dit d. — 
14080 Ba Digue d. — 14081 Ba Et de torel et; Bâ Be C He de 
b. et de m. — 14082 B d. ce m.; Ac n"eii d.; Ca He doute on 
— 14083 Ba Que nel v. les f., Be Que ce n. v. f.; Ca He v. les 
f. — 14084 Ca He N. j. certes b. f. n'en d. — 14085 Ca a. tuit 
nous V., Eb a. n. les v.; Be t. les v.; Ac Ba Bâ Ce He nés v. — 
14086 Be Et t. V. 1. cueillent — 14087 Eb He Ensi e. — 14090 
Ba D. la lay r. 



48 JEAN DE MEUN 

Un petit! mais trop, ce me semble, 
14092 Car, quant lei les a mis ensemble, 

El vcaut, seit valiez ou pucele, 

Que cil ne puisse aveir que ceie, 

Au meins tant come ele seit vive, 
14096 Ne celé autre tant con cil vive. 

Mais touteveis sont il tenté 

D'user de franche volenté, 

Car bien sai que tel chose monte, 
14100 Si s'en gardent aucun pour honte, 

Li autre pour peeur de peine, 

Mais Nature ausinc les demeine 

Con les besies que ci deïsmes. 
14104 Je le sai bien par mei meismes, 

Car je me sui toujourz penee 

D'estre de touz ornes amee ; 

E se je ne doutasse honte, 
14108 Qui refreine mainz cuers e doute. 

Quant par ces rues m'en alaie. 

Car toujourz aler i voulaic 

D'aournemenz envelopee, 
141 12 Pour neient fust une poupée. 

Ces valiez, qui tant me plaisaient, 

Quant ces douz regarz me faisaient, 

(Douz dcus 1 quel pitié m'en prenait 

14092 Be q. on les a — 14093 Ba Et loi v. s. jove 0., Be Et cie 
est ou vieille o. — 14094 Ba Be n. puet a.; Be a. fors c. — 14095 
Ba Bâ Eb cele s. — 14096 He t. que c. ; Ab com el v., Ca com il v. 
— 14097 Ba s. t. — 14100 Ba Se nou lessoit a., Be Se ne! gardoit 
a. — 14102 Ba Be M. certes ; Bâ C Eb He L n. einsi 1. — 1410^ 
He Comme b.; Ba b. doni c; Be dont nos d. — 14104 Be Car ge 
s. — >4'07 Be n. doutoie h. — 14108 Ba Bâ Q. si refraint m. ; Ab 
r. mes c, Ca r. les c; Be Q. plusieurs c. refraint et; Eb r. maint 
et — 14109 Be c. voies — 141 i o Ca C. tous tamps a. — 141 1 1 cor- 
rigé dans Be — 141 12 Eb Que p. nient t.; Ba n. fusse u. — 141 13 
Be V. ainsi m. — 14114 B Q. si doucement [Be s. volentiersî 
m'csgardoient; Eb Q. par ces rues s'en aloicnt — 141 1 5 Eb me p. 



LE ROMAN DE LA ROSE 49 

141 16 Quant cil regarz a mei venait! 

Touz ou pluseurs les receiisse, 
_S'il leur pleiist e je peûsse ; 

Touz les vousisse tire a tire, 
14120 Se je peiisse a touz soufire ; 

E me semblait que, s"il peussent, 

Volentiers tuit me receussent, 

(Je n'en met hors prelaz ne moines, 
14124 Chevaliers, bourgeis ne chanoines, 

Ne clerc ne lai, ne fol ne sage, 

Pour qu'il lust de poissant aage,) 

E des religions saillissent, 
141 28 S'il ne cuidassent qu'il faillissent, 

Quant requise d'amours m'eussent; 

Mais, se bien mon pensé seùssent 

E noz condicions irestoutes, 
14132 II n'en fussent pas en teus doutes; 

E crei que, se pluseur osassent, 

Leur mariages en brisassent; 

Ja de fei ne leur souvenist, 
14136 Se nus en privé me tenisi; 

Nus n'i gardast condicion, 

Fei ne veu ne religion, 

Se ne fust aucuns forsenez, 
14140 Qui fust d'amours enchifrenez, 

E leiaument s'amie amast : 



141 16 Eb Q. leur r. — 141 ly Be T . et p.; Ba T. volentiers 1. 

— 141 18 Ab Bd Be Ca Eb Si 1. — 14119-20 omis dans B — 
14121 Ac Et m'en s.; Eb semble — 14122 Be Que v. m. r. — 
14124 Ba C. prieurs n., Be C. prestres n. — 14126 Eb He Puis 
q. — 14127 Ba Neis de r.; Ac Be Ca, partie de L Et de r. — 

— 141 3o Ca s. m. p. b. s.; Ba penser — 141 3 1 Ba Et mes c. — 
14132 C Pour noient en f. en d. — 14133 Ba Si c; Ba Be q. p. 
s'il 0. — i4'34 L e. lessassent — i4i35 L Et d.; Bd n. li s. 

— 14135 Ac B L x\. a. p. — 14137 Ba Ne n'i — 14138 Ab Nou ne 
V. — 14140 Bd Q. d'à. f. e.; Be Q. d'à. f. cnchatinés 

Tome IV. 4. 



5o JEAN DE MEUN 

Cil, espeir, quiie me clamast, 
E pensast a la seue aveir, 

14144 Don il ne preïst nul aveir. 

Mais moût est po de teus amanz, 
Si m'aïst Deus e sainz Amanz, 
Come je crei certainement. 

14148 S'il parlast a mei longuement, 

Que qu'il deïst, mençonge ou veir, 
Trestout !e fe'isse esmouveir; 
Queus qu'il fust, seculers ou d'orde, 

141 52 Fust ceinz de cuir rouge ou de corde. 
Quelque chaperon qu'il portast, 
O mei, ce crei, se deportast. 
S'il cuidasi que je le vousisse, 

141 56 Ou que, senz plus, le H sofrisse. 
Ainsinc Nature nous joustise, 
Qui noz cueurs a délit atise, 
Pour quel Venus de Mars amer 

14160 A meins deservi a blasmer. 

Ainsinc come en tel point estaient 
Mars e Venus, qui s'entramaient, 
Des deus i et mainz qui vousissent 

14164 Que H autre d'aus se resissent 

En tel point come il font de Mars. 



14142 Bj m'en c. — 1414+ ^^ "• piciulmit : Ac n. poïst {corrigé 
plus tard en preïst)— 14143 Ba .M. il e.; Be S'il la tcnist a ses 
taiens — 1414G Ab S'il m": remplacé par 14143 dans Be ; Ba Mes 
ja ne fust si fort amanz — i4'47 Ba C He Si com j. — F4150 Ba 
Que tôt nel f.; Be Que tost le f. movoir — 14151 Ab Qui q. — 
14152 Ba Fussent d.; Ca He F. c. ti'cscorgie o.. Ce V. c. de 
corgie o.; Eb d. blanc c. o. — 141 53 Kb ci p. — 141 ^4 B A 
m.; Ce He m. je c; Eb m. je cuit s. delitast — 141 66 Ba Be 
O. s. p. q. je le s.; Ca He p. je le s., Bd Ce p. je 11 s., Eb p. 
ne li s. — i4'-^7 ^'^ Amis N.; Ca A. N. tous j. — 14158 Ba n. 
cors a; Eb a delis ; He as delis affîce — 141 69 Ac Be Bd Ca 
Par q. — 1416? Bâ V). d. en o. ; Ba V). d. en i ot q. — 14164 Ce 
il. .ij. s.; He a. dieu s.; Eb d'à. en r. 



LE ROMAN DE LA ROSE DI 

Meauz vousist puis deus mile mars 

Aveir perdu dans Vuicanus " ' 

14168 Que cete euvre seiist ja nus; 

Car li dui, qui tel honte en orent, . 

Quant il virent que tuit le sorent, 

Firent des lors a uis ouvert 
141 72 Ce qu'il faisaient en couvert, 

N'onques puis dou fait n'orent honte 

Que li deu tindrent d'aus leur conte, 

E tant publièrent la fable • ■ 

141 76 Qu'e! fu par tout le ciel notable; 

S'en fu Vuicanus plus irez 

Quant plus fu li faiz empirez, 

N'onques puis n'i pot conseil mètre: 
141 80 E, si con tesmoigne la letre, 

Meauz li venist estre soferz, 

Qu'aveir au lit les laz oferz, 

E que ja ne s'en esmeiist, 
14184 Mais feinsist que riens n'en seùst, 

S'il vousist aveir bêle chiere 

De Venus, que tant avait chiere. 



14166 Ca M. amast p.; Ba Bd P. v. m. d.; Be p. .iij. m. m. 

— 14169 Be C. cil q. celé h. i o.; Bâ 1. diex. Ce Eb He 1. dieu ; 
L q. o. t. h. — 14170 Se Q. i. le V. et 1. s.; B ajoute Et que 
Tuevre iert si révélée Que {Bà Qui) n'i ot mais mestier ceiee; 
14170-73 omis dans L — 1417 1 Be D. 1. f. a ; He as huis ; Eb He 
ouvers — H'?^ Bâ Ce f. a c; Eb a couvers ; B ajoute Et mous- 
trerent apertement Ce qui iert fait {Be que f. i.) couvertement — 
14173 He N'ains p. de ce t". — r4'74 -^^ '^- firent d'à.: L le c. 

— H'?^ ^^ Et tout p.; A peuplaierent ; 14175-76 omis dans B 

— 14176 He Que f.; C Que p. t. 1. c. t. n. — 14177 -^^ f- ^• 
meut i. — '4'?^ ^^ Q- f- P- '•• ^'^ ajoute Conques devant 
n'avoit esté Mieuz amast qu'onc n'i eust esté — '4'79 ^^ Co.; 
He n'i volt c. — 141 80 Ba He L Ainsi c; Ce Ainsi que t., Ca 
Ainsi le t., Be Si c. nos t. — 14181 Be Quant... icorrectioti) le 
las avoir offert — 14182 Ba Bâ Qu'a, le 1. au 1. o.; Eb 1. des I. 
o.; vers remplacé dans Be par 1418g 



52 JEAN DE MEUN 

Si se devrait cil prendre garde 

14188 Qui sa famé ou s'amie garde, 
E par son fol aguiet tant euvre 
Qu'il la prent prouvée seur Teuvre; 
Car sache que pis en fera 

14 192 Quant prise prouvée sera; 

Ne cil qui dou mal félon art, 
Qui si l'a prise par son art, 
Jamais n'en avra, puis la prise, 

14196 Ne bel semblant ne bon servise. 
Trop est fos maus que jalousie, 
Qui les jalous art e soussie; 
Mais ceie a jalousie feinte 

14200 Qui feintement fait tel complainte, 
E amuse ainsinc le musart. 
Quant plus l'amuse e cil plus art. 
E, s'il ne s'en dcigne escondire, 

14204 Ainz die, pour li mètre en ire, 
Qu'il a veirement autre amie, 
Gart qu'el ne s'en courrouce mie. 
Ja seit ce que semblant en face, 

14208 Se cil autre amie pourchace, 
Ja ne li seit a un bouton 



14187 C Chi deveroit c. — 14188 Ac f. et s. (et corrigé plus 
tard en ou) — 14190 Ca sous 1' — i4'9' ^^ Qu'il s.; Ce C. 
sachiés q. — 141 92 £'6 p. p. en s.; Ba Be p. p. Tavra — i4'94 
Be Que s. — 14193 He J. niert amés p.; Ce J. puis n'e. a. 1. 
— 14196 C N'. bon s.; B Eb n. beau s.: He N. sour lui par 
amours mains mise — 14197 Ce He L e. torz m.; Ce Eb He m. 
de j. — 14198 Be I. amans a. — i4'99 ^^ ^1- cil a j. entrainte; 
Ba Eb c. est j. — 14201 Be am. si i. — 14202 Ce Com p.; Be 
Et com p. Ta. et p. ; Ba He et il p. a. — i4.2o3 Eb He n. se 
d. — 14204 Eb Et A.; Ba Bâ Ainçois dit p.; Ba p. la m.; Be 
A. p. 1. m. [le reste du vers corrigé) — 14205 Ac vroement — 
14206 Be C G. que n. ; vers omis dans Bâ — 14207 Be s. n'en 
t. — 14208 Ce Que c. — 14209 Ba N. 1.; Be N. 1. en s.; C He 
I. en s. u. 



LE ROMAN DE LA ROSE 53 

De la ribaudie au glouton ; 

Mais face tant que cil recreie, 
142 12 Pour ce que d'amer ne recreie, 

Qu'el vueille autre ami pourchacier 

E qu'el nou fait fors pour chacier 

Celui don el veaut estre estrange, 
14216 Car bien est dreiz qu'el s'en estrange; 

E die : « Trop m'avez mesfait, 

Venchier m'esteut de ce mesfait; 

Puis que vous m'avez faite coupe, 
14220 Je vous servirai d'autel coupe. » 

Lors sera cil en pire point 

Qu'onques ne fu, s'il l'aime point, 

Ne ne s'en savra déporter; 
14224 Car nus n'a poeir de porter 

Grant amour ardemment ou piz 

S'il n'a peeur d'estre acoupiz. 
Lors resaille la chamberiere, 
14228 Qui face poereuse chiere, 

E die ; « Lasses, mortes somes ; 

Mes sires, ou ne sai queus omes, 

Est entrez dedenz nostre court. » 
14232 La couvient que la dame court, 

E entrelaist toute besoigne; 

Mais le vallet anceis repoigne 



14210 la est ajouté dans Ac — i42ri Ba Ce Puis f. ; Ce c. 
le croie — 142 1 3 He voet a. — 142 '4 Be Et qu'il ne f. que 
p.; Ce Eb He ne f. — 142 i5 He Autrui pour ce lui faire e. — 
142 16 Be Si e. b. d. : Ca Eb que s'e. , Ce He qu'il s'e. — 142 i 7 
Ba t. a. — 142 18 Ac Eb d. cest m. — 14220 Ba Bâ Eb L d'à. 
soupe — 14222 Ce He s'il a. — 14223 Ba s. conforter — 14226 
C K'il [Ce Que) n'ait p.; Ce He acroupis — 14328 Be Q. reface 
ploreuse c; C A grant paour a morte c. — 14229 He lasse c'est 
la somme — 14230 Eb M. s. et n.; Be o. je n. — 1423 i Be Suni 
entré — 14232 Eb Lors c. q. 1. d. i c; Be q. ma d,; Bâ d. accourt 
— 14234 Be M. a. 1. v. r. 



54 JEAN DE MEUN 

En teit, en astable ou en huiche, 
14236 Jusqu'à tant qu'ele le rehuiche, 

Quant ele iert arriéra la venue; 

Cil qui desierre la venue 

Voudrait lors estre ailleurs, espeir, 
14240 De peeur e de desespeir. 

Lors, se c'est uns autres amis, 

Cui la dame terme avra mis, 

Don el n'avra pas esté sage, 
14244 Qu'el n'en port dou loui le musage, 

Combien que de l'autre li membre, 

Mener le peut en quelque chambre : 

Face lors tout ce qu'il vourra 
14248 Cil qui demeurer n'i pourra, 

Don moût avra pesance e ire, 

Car la dame ii pourra dire : 

Dou demourer est ce neienz, 
14252 Puis que mes sires est çaienz, 

E quatre mien cousin germain; 

Si m'aist Deu e saint Germain, 

Quant autre l'eiz venir pourreiz, 
14256 Je ferai quanque vous vourreiz ; 

Mais sofrir vous convient atant : 

Je m'en revois, car l'en m'atent. » 

14235 Ce E. :ned c, He E. lit c; L omet En teit [La Ou en e. 
ou dessouz h., Le Atant en e., Lu Et aut en e., etc.) — 14236 Ba 
Be t. que l'en 1., Bâ t. que 1.; Be Ce 1. huche; He La ou i! puist 
avoir refuige — 14237 Eb e. est a.; Ce arrière v. ; Bâ He a. reve- 
nue — 14238 Be Que l'en d. ; Ba Be Ce d. sa v. ; Ab 1. veûe — 
14239 Ce He V. ore e. — 14240 Be D. dolcur et — 14242 Be A 
cui 1. d. ait t. m.; Ba Bâ Ce Eb He d. a. t. m. — '4-43 He n'a. 
point c.; Ac p. fet que s. — 14246 Ba Mucier !.; Eb M. 1. doit e. 
— 14247 Ca Eb L t. quanqu'il v. ; dans Ac tôt corrigé en tost — 
14248 Be Ca L ne p. — 14233 Ba El si q. c; Ce He Et .iiij. nii 
c; Be Et .j. de mes cousins germains — 14254 Ab omet e; Ba 
Bâ Atendez jusques a demain — 142 53-56 omis dans B — 14257 
Ce M. s. \c c; B II v. c. s. a. 



LE ROMAN DE LA ROSE 55 

Mais anceis le deit hors bouter, 
14260 Qu'el nou puist ui mais riens douter. 
Lors deit la dame retourner, 

Qu'ele ne face séjourner 

Trop longuement l'autre a mesaise, 
14264 Pour ce que trop ne li desplaise, 

Si que trop ne se desconfort; 

Si li redoint nouvel confort. 

E cornant que de prison saille, 
14268 E que couchier avec li s'aille 

Entre ses braz, dedenz sa couche; 

Mais gart que senz peeur n'i couche. 

Face li entendant e die 
14272 Qu'ele est trop foie e trop hardie, 

E jurt que, par l'ame son père, 

L'amour de lui trop chier compère, 

Quant se met en tel aventure, 
14276 Ja seit ce qu'el seit plus seiire 

Que ceus qui vont a leur talent 

Par chans e par vignes balant ; 

Car deliz en seiirté pris 
14280 Meins est plaisanz, meins a de pris. 
E, quant aler devront ensemble, 

Gart que ja cil a li n'assemble, 

Combien qu'il la tiegne a séjour, 
14284 Pour qu'ele veie cler le jour, 

14260 Bd Eb He n'en p., Ba non p., Be C ne p.; L p. m. u. 
r., Ba p. m. r., Be p. m. de r. — 14262 Bâ Qu'el n. f. trop s. — 
14263 Ba Si 1.; Ba L. l'a.; Be a malaise — 14265 Ac B Et q.; 
He s'en d. — 14266 Be 1. resoit n.; Ce r. nonnain c. — 14267 Bâ 
Et comme q., C Eb He Et convient q., Be Et s'avient q. — 14268 
Eb Et a. 1. c. s'en a.; C He 1. a. — 14270 Eb n'i touce — 14274 
Be L'a. celui t. fort c. — 14276 Ba qu'ele s. s. — 14277 Ba Plus 
q. c. q. V. a t. — 14278 Ba P. prez et; Ce c. ou p. ; Bd et p. viles 
b.; Be v. veillant — 14281 Ba Mes q.; Be C q. d. a. c. — 14282 
Ca G. k'ele ja a; Be q. c. ja a — 14283 Be C. que le t. — ,-4284 
He Tant que il voient c. 



56 JEAN DE MEUN 

Qu'el n'entrecloe ainz les fenestres, 

Que si seit ombragiez li estres 

Que, s'ele a ne vice ne tache 
14288 Seur sa char, que ja cil nou sache. 

Gart que nule ordure n'i veie, 
. Qu'il se métrait tantost a veie, 

E s'en fuirait queue levée ; 
14292 S'en serait honteuse e grevée. 

E, quant se seront mis en l'euvre, 

Chascuns d'aus si sagement euvre 

E si a point que il couviegne 
14296 Que li deliz ensemble viegne 

De l'une e de l'autre partie 

Ainz que Teuvre seit départie, 

E s'entredeivent entratendre 
14300 Pour ensemble a leur bone tendre. 

L'uns ne deit pas l'autre laissier, 

De nagier ne deivent cessier 

Jusqu'il preignent ensemble port : 
14304 Lors avront enterin déport. 
E, s'el n'i a point de delii, 

Feindre deit que trop s'i délit, 

E feigne e face touz les signes 
14308 Qu'el set qui sont au délit dignes, 

14285 Ba Qu'e. c, Be Et n'e. {interverti avec 14286); B C He 
L omettent ainz; Ce ses (., Eb la f. — 14286 Be Et si {inter- 
verti avec 1428!)); Ce Q. li s. — 14287 Be a nul v. ; Ce a n. 
roigne n. — 14288 Be q. c. j. n. — 14290 He s'en m.; Be Que 
trop le m. a la v. ; Bà t. en v. — 14291 Ce Et se f . ; Be teste 1. — 
14292 Be h. clamée — 14293 C q. il ser. ; Ba omet T ; Ce a l'e. 

— 14296 Ba Be Q. leur d. — 14298 Be q. s. faite d. — 14299 Be 
entrestraindre ; Bà remplace ce vers par 14802 — 14300 Be a la 
b. ataindre; Eb 1. bon entendre; Bà Ne se doivent entrelessier 

— 14301 Bâ Ainçois se doivent entratendre — 14802 BeTowr. 
ensemble d.; Ba Por leur boe ensemble rendre — i43o3 Ba Ce 
Tant q., Bâ Si q., He Des q.; 5e Tant qu'e. p. déport— 14806 Eb 
t. se d. — '4^°? ^^ '• i^'"^ *• — 14808 Be Qu'il soit tous dis a, 



LE ROMAN DE LA ROSE By 

Si qu'il cuit que celé en gré preigne 
Ce qu'el ne prise une ciiasiaigne. 
E s'il, pour aus asseiirer, 

143 12 Peut vers la dame procurer 
Qu'ele viegne a son propre ostel, 
Si rait la dame propos tel, 

Le jour qu'el devra Teirre emprendre, 
143 16 Qu'el se face un petit atendre, 

Si que cil en ait grant désir 

Ainz qu'il la liegne a son plaisir. 
' Jeus d'Amours est, quant plus demeure, 
14320 Plus agréables par demeure; 

S'en sont cil meins entalenté 

Qui les ont a leur volenté. 
E, quant iert a l'ostel venue, 
14324 Ou tant sera chiere tenue, 

Lors li jurt e li face entendre 

Qu'au jalous se fait tant atendre 

Qu'ele en fremist e tremble toute, 

14328 E que trop durement se doute 
D'estre laidengiee ou batue 
Quant ele iert arriers revenue ; 
Mais, cornent qu'ele se démente, 

14332 Combien qu'el die veir ou mente, 
Preigne en peeur seurement, 

14309 Be Et q. — 143 1 1 Ba Se cil p. — 143 12 C P. a L — 

143 1 3 Ba Bd Qu'aler doie a {Ba en) s. — H^H ^^ S. ait — 
143 1 5 Ba l'autre e., C He l'uevre e.; L l'uevre prendre ; Be Bâ 
Eb l'e. prendre — 14316 L Si s. t.; Eb He u. poi a. — 14317 Ce 
c. l'ait en g. — 14318 Be Que il ; Ba s. lesir — 14319 He Li j. 
d'A. q. ; Ba Be Eb q. il d. — 14320 Ce P. agréable est p. ; He P. 
plest quant venue en est l'eure — 14321 Be Et c. s. m.; 14321- 
22 omis dans Bd — 14323 Ca q. est a — 14323 Be L. si j. ; Bâ 
L. 1. voist et — 14326 Be Que li j. l'a f. a.; Eb f. trop a. — 

14329 Be Bd L 1. et b. ; Ba 1. et férue — i433o Be i. a l'ostel 
venue — 1433 1 Be M. combien qu'e. s'en d. — 14332 Divers C 
que d. — 14333 C He P. p. 



58 JEAN DE MEUN 

Seiirté poereusement, 

E facent en leur priveté 
14336 Trestoute leur joliveté. 

E, s'el n'a pas leisir dealer 

A son ostel a lui paler. 

Ne receveir ou sien ne l'ose, 
14340 Tant la tient li jalous enclose, 

Lors le deit, s'el peut, enivrer, 

Se meauz ne s'en set délivrer. 

E, se de vin nou peut faire ivre, 
14344 D'erbes peut aveir une livre. 

Ou plus ou meins, don senz dangier 

Li peut faire beivre ou mangier : 

Lors dormira cil si forment 
14348 Qu'il li laira faire en dormant 

Trestout quanque celé vourra. 

Car destourner ne l'en pourra. 
De sa maisnie, s'ele Ta, 
14352 Enveit ci l'un, e l'autre la; 

Ou par legiers dons les deceive, 

E son ami par aus receive; 

Ou les repeut touz abevrer, 
14356 Se dou secré les veaut sevrer. 

Ou, s'il li plaist, au jalous die : 

« Sire, ne sai quel maladie, 

14338 Ab s. hoste a — 14339 Ba Et r.; Be N. retenir — 14340 
Ba Be li vilains e. — 14341 Eb L. d. le jalous e. — 14342 Ce 
Eb He s'e. peut d. — 14345 Ba Be Legierement et s.; Ca He m. 
tout s., Ce m. s. nul d. ; Be s. targier — 14346 Ac Ce Le p.; Ba 
Don un po 1. face m., Be Dont cl 1. p. f. m. — 14347 Be <\. s. 
très f., Eb d. issi f. — 14348 £^ 1. loira f., Be 1. porra f. — 
1434g Ba q. cic v. ; Be q. il li plaira — i435o C Ja d.; Ba Que 
esveillcr n. se p. — i435i Eb s'ele i a — 14352 Bâ E. ça l'u.; 
Ba Be E. l'u. c. [Be sa) et — 14354 He Ou s.; Ba Que p. aus 
s. a. r. ; Be Et p. ceus s. a. r. — 14353 Be t. enyvrer — 14356 
C S. des secrés ; Be De doux boire et abuvrcr — 14357 Ba Be 
a. vilain d. 



LE ROMAN DE LA POSE b^ 

Ou fièvre ou goûte ou apostume, 
14360 Tout le cors m'embrase e alume, 

Si m'esteut que j'aille aus estuves, 

Tout aions nous çaienz deus cuves; 

N'i vaudrait riens bainz senz estuve, 
14364 Pour ce couvient que je m'estuve. » 
Quant H vilains avra songié, 

Li donra il, espeir, congié. 

Combien qu'il face laide chiere; 
14368 Mais qu'ele meint sa chamberiere, 

Ou aucune seue veisine, 

Qui savra toute sa couvine, 

E son ami, espeir, ravra, 
14372 E cele ausinc tout resavra. 

Lors s'en ira chiés l'estuvier. 

Mais ja ne cuve ne cuvier 

Par aventure n'i querra, 
14376 Mais o son ami se gerra, 

Se n'est pour ce que bon leur semble 

Que baignier se deivent ensemble; 

Car il la peut ileuc atendre, 
14380 S'il set qu'el deit cele part tendre. 
Nus ne peut mètre en famé garde 

S'ele meïsmes ne se garde : ^ 



14361 Ba Bâ S. couvient q.; Be S'ai mestier q. voise a. — 
14362 He T. aiyés vous — 14363 Ce v. nient b.; vers corrigé dans 
Be — 14364 Be Si me c. ; Ba qu'ele s'e. — i4363 Ca Eb \. 
jalous a. — 14366 Be Si 1. d. e. — 14367-68 omis dans Ba — 
14368 Ac Eb qu'e. i nri. — '4370 Be trestout le c; C t. le c. — 
14371 Be Et cele e. a. avra ; C Eb, partie de L e. avra — 14^72 
Be Si que c. i. r. ; Ba t. le savra ; Eb c. t. a. savra — H^?^ ^'^ 
s'en aille, Ba s'en aillent, Be s'en voiscnt ; He i. viers l'e., Eb i. 
sor l'e. — 14^74 ^^ ^^ )• sn C- n'en c; le premier mot du vers 
seulement est écrit dans Ca — 14375 Ba Be a. n'enterra — 
14378 He s. voisent e. — 14379 Ba Bâ La 1. p. ses amis a. — 
14380 Be s. c. p. doie t. ; Eb qu'ele doie c. — 14381 Bâ n. doit 
m. ; C m. a f. 



6o JEAN DE MEUN 

Se c'iert Argus qui la gardast, 
14384 E de ses cent eauz l'esgardasi, 

Don l'une des meitiez veillait 

E l'autre meitié someillair, 

Quant Jupiter li fist trenchier 
14388 Le chief, pour Yo revenchier, 

Qu'il avait en vache muée, 

De fourme humaine desnuee ; 

(Mercurius le li trencha 
14392 Quant de Juno la revencha,) 

N'i vaudrait sa garde mais rien. 

Fos est qui garde tel mairien. 
Mais gart que ja ne seit si sote, 
14396 Pour riens que clers ne lais li note, 

Que ja riens d'enchantement creie, 

Ne sorcerie, ne charaie. 

Ne Balenus, ne sa science, 

14400 Ne magique, ne nigromance, 
Que par ce puisse ome esmouveir 
A ce qu'il l'aini par estouveir, 
Ne que pour li nule autre hee : 

14404 Onques ne pot tenir Medee 

Jason pour nul enchantement ; 
N'onc Circé ne tint ensement 
Ulixès qu'il ne s'en foist 

14383 C S. cest A. tant le g. — 14384 L Qui d.; Ce ieas re- 
gardast — 14388 Be He p. Juno r. — 14389 Ba e. famé m. — 
14390 Ce Eb desinuee — 14391 Be M. si li, Ac M. la li — 14392 
Ce d. J. se r. — 14393 Be Ne v. la g. — 14395 Be Bâ Et g.; Be 
g. qu'ele n. — 14396 Ce He c. ou 1. li n., Ca q. 1. ou c. li n. — 
14397-9S omis dans Be [ajoutés plus tard en marge) — 14399- 
400 omis dans Ba, corriges dans Be — 14400 omis dans Bâ — 

14401 Be L Q. pour c. — 14403 Ab Ce Eb, partie de L q. par 
I.; He q. par çou n.; Eb a. huée — 14403 Ce He par n.; Ba Be 
p. son e. — 14406 Ab N'o. Cyroc, Ac N'o. Tyrcc ; Ba N'o. n. 
pot C. e.; Ca Non Cicide tout e., He N'o. Gicite tout e.; Ce 
N'o. chertés [corrigé plus tard) 



LE ROMAN DE LA ROSE 6l 

14408 Pour nul sort que faire en poist. 
Si gart famé qu'a nul amant, 
Tant Taille son ami clamant, 
Ne doigne don qui guieres vaille : 

14412 Bien doigne oreillier, ou toaille, 
Ou cueuvrechief, ou aumosniere. 
Mais qu'el ne seit mie trop chiere, 
Aguillier, ou laz, ou ceinture, 

14416 Don po vaille la ferreiire, 

Ou un beau petit coutelet. 

Ou de fil un lumuisselet, 

Si con font nonains par coustume ; 
14420 Mais fos est qui les acoustume. 

Meauz vient famés dou siècle amer : 

L'en ne s'en fait pas tant blasmer, 

Si vont meauz a leur volentez ; 
14424 Leur mariz e leur parentez 

Sevent bien de paroles paistre ; 

E, ja seit ce qu'il ne puisse estre 

Que l'une e l'autre trop ne coust, 
14428 Trop sont nonains de graindre coust. 
Mais on qui bien sages serait 

Touz dons de famé douterait. 

Car don de famé, au dire veir, 
14432 Ne sont fors laz a deceveir ; 

14408 C Par n. ; Ba n. an q.: Be C f. p. — 14409 Ca G. soi f . ; 
Ba Bâ Ce Eb He f. que n. ; vers corrigé dans Be — i44'o C T. 
le voist s.: Ba ajoute Neis s'cle en ardoit tote vive Don el seroit 
fol et chetive — >44'2 He Se donne cuevrecief ne li caille — 

14413 He O orreillier o. — 14414 •£'* s. pas t. ; Ce s. m. c. 

— 14417 Ba p. joelet — 14418 C O. d. beau f. u. luisselet [Ce 
loiisselet), He O. d. blanc f. u. loinselet; Be L u. beau luisselei 

— 1442 I Be Bâ He M. vaut f . ; Ce M. fait feme d. — 14422 Eb 
On en f. p. t. a b. — '4423 C S. vaui m. — H424 Be L. amis 
et — 14425 Ba S. miauz d.; Ce Eb parole — 14426 Ba Bâ Ce n. 
puet e.; Eb c. qu'ele soit pestre — 14427^6' l'a. assés n.; Eb Et 
q. l'u. et l'a. t. c. — 144?© BeTiex d. — 144? i Be Bâ C f. a d. 



b'2 JEAN DE MEUN 

E contre sa nature pèche 
Famé qui de largece a teche. 
Laissier devons largece aus ornes, 

14436 Car, quant nous, famés, larges soines, 
C'est grant mescheance e granz vices : 
Dëable nous ont fait si nices. 
Mais ne m'en chaut, il n'en est guieres 

14440 Qui de dons scient coustumieres. 
De teus dons con j'ai dit devant, 
Mais que ce seit en décevant, 
Beaus fiz, poez vous bien user 

14444 Pour les musarz meauz amuser. 

E gardez quanque l'en vous done. 
E vous souviegne de la bone 
Ou trestoute jennece tent, 

14448 Se chascuns poait vivre tant : 

C'est de vieillece, qui ne cesse, 
Qui chascun jour de nous s'apressc, 
Si que, quant la sereiz venuz, 

14452 Ne seiez pas pour fol tenuz; 
Mais seiez d'avcir si garniz 
Que vous n'en seiez escharniz ; 
Car aquerre, s'il n'i a garde, 

14450 Ne vaut pas un grain de moustarde. 
Ha! lasse! ainsinc n'ai je pas lait : 



14433 Be Ce He Enc^intre s. — 14436 Ba Mes q. — 14437 
Be Ce. m. c'e. g.; Ce mcscance et c'est g. — '4439 He n. vous 
c. moût peu en est — 14440 Ab Que A.\ He Kt peu en tu e^ 
mains en est — 14441 Eb D. d. t. c; He d. que j"; Ce d. que 
j'ai d. ci d. — 14443 Eb f. porrés v. — 14444 Bd mu. bien a. — 
14445 Bc g. que se l'e.; Eb g. che q. on v. — 14446 Be Qu'il v. 
— 14449 Be Ce e. v. — 14430 C omet s' — 1443 1 Bà Q. q. vous 
s. 1. V.; 14451-32 omis dans Ba — 14452 L N. serez p. — 14453 
Ba Lors s.; Be M. d'à. s. s. ; Bà D'à. si bien este g.; He d'à. bien 
g. — 14434 Ba Q. n'en puissiez estre e., Be Q. ne doics eslre c; 
Bâ /. V. ne s. — 14456 Ba u. rain d. 



LE ROMAN DE LA ROSE 63 

^^Jt^-(^^*^*^ Or sui povre par mon las fait. 

Les granz dons que cil me donaient 
14460 Qui luit a mei s'abandonaient 

Aus meauz amez abandonaie. 

L'en me donait e je donaie. 

Si que n'en ai riens retenu : 
14464 Douer m'a mise au pain menu. 

Ne me souvenait de vieillece, 

(^ui or m'a mise en tel destrece ; 

De povreté ne me tenait ; 
14468 Le tens ainsinc corne il venait 

Laissaie aler, senz prendre cure 

De despens faire par mesure. 
Se je fusse sage, par m'ame ! 
14472 Trop eiissc esté riche dame; 

Car de trop granz genz fui acointe, 

Quant j'iere ja mignote e coinie, 

E bien en tenaie aucuns pris ; 
14476 Mais, quant j'avaie des uns pris, 

Fei que dei Deu ne saint Tibaut, 

Trestout donaie a un ribaut, 

Qui trop de honte me faisait, 
14480 Mais c'iert cil qui plus me plaisait. 



14458 Be Ains s.; Be Eb m. meffait — 14459 Ba m. douèrent 
— 14460 Ce Que tout a m. a.; Ba s'abandonerent — 1446 1 Be 
Et je le mien abandonné; 1446 1-62 intervertis dans He (A m. a. 
a.) — 14463 Be q. r. n'e. a. r. — 144^4 ^^ rnis a p. — 14466 Ce 
He mis a t.; Ba Be t. teblece — 14467 ^^e D'espargnier n. m. 
souvenoit — 14468 Ce aussi c. — '44^9 -^^ Lessoit; Bâ L. ester; 
Eb He s. mettre c. — '447" ^'^ ^^^ '^•î -^^ ^^ ^- sanz m. — 
14471-72 intervertis dans Be — 14472 Ba J'e. e. t. r. ; Bâ r. 
famme — '447-^ Be g. iere a. — 14474 B Q. [Be Car) j'estoie 
m., Ce Q. ère m. ; Be m. et jointe — 14473 Be b. les t. auques 
p.; Ce He aucun p. — 14476 Be Car q.; Ce q. l'avoie; Ba 
Ce de l'un p. — 14477 ^ ^ ^^ ^^' P'^>'tie de E d. D. et s. — 
14478 Bâ Je le d. — 14479 ^^ bontés — 14480 Ba Et c' : C He 
q. rnius m. p. 



64 JEAN DE MEUN 

Les autres touz amis clamaie, 

Mais lui tant seulement amaie ; 

Mais sachiez qu'il ne me prisait 
14484 Un peis, e bien le me disait. 

Mauvais iert, onques ne vi pire, 

One ne me cessa de despire; 

Putain comune me clamait 
14488 Li ribauz, qui point ne m'amait. 

Famé a trop povre juigement, 

E je fui famé dreitement. 

One n'amai ome qui m'amasi, 
14492 Mais, se cil ribauz m'entamast 

L'espaule, ou ma teste eùst casse, 

Sachiez que je l'en merciasse. 

Il ne me seiist ja tant batre 
14496 Que seur mei nou feïsse embatre; 

Qu'il savait trop bien sa pais faire, 

Ja tant ne m'eiist fait contraire. 

Ja tant ne m'eust mal menée 
14500 Ne batue ne traînée. 

Ne mon vis blecié ne nerci, 

Qu'anceis ne me criast merci 

Que de la place se meiist ; 
14504 Ja tant dit honte ne m'eiist 

14482 Ba El 1.; Ce He 1. tout s. — 14483 Eb Et s. — 14485 
Be M. estoit n'en sai nul p. — 14486 Be Ce m. fina d.; Ba n. c. 
d. moi d., Ca n. hna d. moi d. — 1449° ^^ ^ ^^ ^^ '• ^"' ^- ' 
Ba Be Eb f. f. voirement — '449' ^«^ Car n'a. — '4492 He c. 
le cief m"e. — '449? Be M'e. ; Ce E'e. et m.; Eb o. la t. ; Ba 
Le test et in'esp. e., Bd La t. a m'esp. e.; He Et me batist 
que cien en laisse — '4494 Be S. tous jours Te. ; He Apriès 
le fait mieus l'en amaisse — '4497 -^c s. moût b. — Entre 
14498-99 Ba Be Ce placent 14509-10, intervertis et modifiés L. 
f. 1. desloiatis I. 1. Tant ert {Ba est) soutis et bareterres — 
14499-500 intervertis dans Bà Ca He\ 14499-504 omis dans Eb 
— 1450 1 Be V. batu et n.; Ce v. tant batu n. norchi — 14504 
Be Ce t. II. d. n.; vers omis dans Bà 



LE ROMAN DE LA ROSE 65 

Que de pais ne m'amonestast 

E que lors ne me rafaistat : 

Si ravions pais e concorde. 
14508 Ainsinc m'avait prise en sa corde, 

Car trop estait fiers rafaitierres 

Li faus, li traîtres, li lierres. 

Senz celui ne poisse vivre, 
14.'! 12 Celui vousisse toujourz sivre. 

S'il foist, bien l'alasse querre 

Jusqu'à Londres en Engleterre, 

Tant me plut e tant m'abeli. 
143 16 Cil me mist a honte e je li, 

Car il menait les granz cembaus 

Des dons qu'il ot de mei tant beaus, 

Ne n'en metait nus en espernes, 
14320 Tout joait aus dez es tavernes; 

N'onques n'aprist autre mestier, 

N'il ne l'en iert lors nul mestier, 

Car tant li livraie a despendre, 
14624 E je l'avaie bien ou prendre : 

Touz li mondes iert mes rentiers, 

E il despendait volentiers, 

E toujourz en ribauderie, 



14506 Ba Et tantost n. — 14507 He Ensi r. ; Ba S. avions; Be 
et acorde — 14508 Ba Be Ce Ca Eb, partie de L p. a s. — 14509 
Ca e. boins r., L e. forz r.; 14509-10 placés entre 14498-99 dans 
Ba Be Ce {voir ci-dessus) — 145 10 He t. lecieres — 143 12 He T. v. 
c. s.; Eb T. V. celui tous jours s. (celui ajouté, le 2" tous jours 
exponctué) — 145 1 3 Ce S'il feïst — 145 14 Ca Dusques a Douvre e. 
— 145 1 5 Ce omet et — 145 16 B Ce Ca Eb He Qu'il m. — 143 18 
Be C D. d. qu'avoit d. — 145 1952 Ce N'il ne m. riens e.; Eb N. 
m'e. tenoit nul ; He A l'espargnier riens n'entendoit — 14520 Be 
C d. en t., Bâ d. as t. ; He T. en tavierne despendoit — 14522 He 
Ne il n. Te. i. n. ; Ce ère n., Be estoit n.; Ca Car il n'en avoit 
pas m. — 14523 Ba G. tout I., Ca C. trop 1.; Be Ce Eb Qu'assés 
L, He Assés 1. — 14^24 Be Car j. — 14525 Ca 1. mons estoit m. 
— 14527 Ca Et t. iert e. ribaudie, He T. estoit e. ribaudie 
Tome IV. 5 



66 JEAN DE MEUN 

14528 Trestouz frianz de lecherie; 

Tant par avait la bouche tendre 

Qu'il ne vost a nul bien entendre; 

N'onc vivre ne li abelit 
14532 Fors en oiseuse e en délit. 

En la fin l'en vi mal bailli, 

Quant li don nous furent failli : 

Povres devint e pain queranz, 
14536 E je n"bi vaillant deus ceranz, 

N'onques n'oi seigneur espousé ; 

Lors m'en vin, si con dit vous ai, 

Par ces boissons gratant mes temples : 
14540 Cist miens estaz vous seit essemples, 

Biaus douz fiz, e le retenez; 

Si sagement vous démenez 

Que meauz vous seit de ma maistrie ; 
14544 Car, quant vostre rose iert flestrie 

E les chaînes vous assaudront, 

Certainement li don faudront. » 
Ainsinc la vieille a sarmoné. 
14548 Bel Acueil, qui mot n'a soné, 

14528 Ba Be C He T. frioit d. — 14330 Ac C'onc n. ; Ab n. 
veust; Bâ C'onc a n. b. n. v. e., Be Ce C'a n. b. ne voloit e. — 
1433 1 He N'onques en riens ne mist sa cure; 1453 1-32 omis 
dans Bâ — 14532 Eb F. qu'e.; Be F. qu'e. noise et; Ce e. noise 
et; Ca F. k'e. grant goie et; He et e. luxure — 14533 Ce f. le 
V. — 14534 Eb Q. mi d. li f. ; Be Ce Bâ d. me f. — i4535 Ca d. 
son p. — 14536 Ca V. un cerant, Be Ce v. un herent — H^^y 
Bd n'oi mari e. — 14538 Be Einsi m'e. v. c. — 1453g Be Ce b. 
bâtant m. — 14540 He Cils m., Ce Eb Cis m. — 14^41 Bâ Ce f. 
si I. ; He 1. reccvcs — 14542 Ba Be Ce v. contenez, He v. main- 
tenés — 14543 Ce maistrise — 14^44 ^^ C. q. la r. i. aflastrie, 
Ce Que q. v. robe crt malmise; vers corrigé dans Be — 14545 
Ce 1. cheinnes, Be 1. taignes; Ab c. nous a.; Ca He v. consau- 
dront — 1454G Be Ce Sachiez de voir I. ; Hc ajoute ici ij^ vers 
de Gui de Mort sur la manière dont une femme peut poliment se 
débarrasser d'un prétendant qui ne lui convient pas — '4547 Ce 
Moût a 1. V. s. — 14548 Ce que m. ; Ca q. n'a m. s. 



LE ROMAN DE LA ROSE 67 

Mout volentiers tout escouta. 

De la vieille meins se douta 

Qu'il n'avait onques fait devant, 
14552 E bien se vait apercevant 

Que, se ne fust pour Jalousie 

E ses portiers, ou tant se fie, 

Au meins les treis qui li demeurent, 
14556 Qui toujourz par le chastel cueurent 

Tuit forsené, pour le défendre, 

Legiers fust li chasteaus a prendre ; 

Mais ja n'iert pris, si come il cuide, 
14560 Tant i metent cil grant estuide. 

De Maie Bouche qui morz iere 

Ne faisait nus d'aus laide chiere, 

Qu'il n'estait point laienz amez : 
14564 Toujourz les avait diffamez 

Vers Jalousie e touz traïz, 

Si qu'il iert si forment haïz 

Qu'il ne fust pas d'un ail raienz 
14568 De nul qui demourast laienz, 

Se n'iert, espeir, de Jalousie: 

Celé amait trop sa janglerie. 

Volentiers li prestaii l'oreille, 
14572 Si riert ele triste a merveille 

Quant li lierres chalumelait, 

Qui nule rien ne li celait 

14349 Ce Bien v. — 14550 Be M. d. 1. v. s. — 14552 Ba Car 

b. — 14554 Ca Et s. gaites o.; Ba o. tnout s. — 14555 Eb 1. .ij. 
q.; Be Ce q. la d. — 14555 Ba Bâ Q. p. [Bâ por) 1. c. souvent 

c. — H^^? ^^ P- lui d. — 14559 L omet pris ; Be Ce c. je c. — 
14562 Eb N. faisoient pas 1. ; Be Ce Ca L maie c, He maise c. 

— 14553 Be Car n'e. — i4565 Ac V. Maie Boiche [corrigé plus 
tard) — 14555 Ce iert f. — 14558 Ce D. nuli demourant 1., Be 
D. nului q. fust 1. — 14559 iî Ce Fors sanz plus que d. — 14570 
Ce Cil a.; Be Sil a. tant s. — 14572 He S'iert e., Eb Si rest e. ; 
Be S. en estoit t., Ce S. en ert t. — 14373 He 1. 1. a lui venoit 

— 14574 Ca Ce Que n. 



68 JEAN UE MEUN 

Don il li peiist souvenir, 
14576 Pour quel maus en deust venir. 

Mais de ce trop grant tort avait 

Qu'il disait plus qu'il ne savait, 

E toujourz par ses flateries 
14580 Ajoustait aus choses oies ; 

Toujourz acreissait les nouveles 

Quant eus nïerent bones ne bêles, 
« E les bones apetisait. 

14584 Ainsinc Jalousie atisait, 

Corne cil qui toute sa vie 

Usait en jangle e en envie; 

N'onques messe chanter n'en firent, 
14688 Tant furent lié quant mort le virent. 

Riens nont perdu, si con leur semble, 

Car quant mis se seront ensemble, 

Garder cuident si la pourprise 
14592 Qu'el n'avrait garde d'estre prise 

S'il i venait cinc cenz mil ornes. 

« Certes », font il, « po poissant somes, 

Se senz ce larron ne savons 
14596 Garder tout quanque nous avons. 

Ce faus traiteur, ce truant, 



14373 Ca De quoi 1. — 1437Ô He P. mal qui l'e. ; Be Ce Bd 
Ca e. peûst v. — '4^77 ^^^' c. il g.; C Kb omettent grant — 
14578 Ca He Kc pis d. k'il — '4379 Ca Et t. as coses oiies — 
14380 Ca A. par ses Hateries — 14381 Be a. ses n. — 14382 Be 
Qui n'estoient b. — 1458Ô He Vivoit e. — '4387 Ce c. ne f. — 
14388 Be Tuit f. — 14389 Be Ce Kb c. moi s. — 14390 Be Mais 
q.\Be Ce se furent e. — 14391 Ba S. c. g. I. — i4-^9- (^<^ ^^ ^^ 
n'avra g.; Ba Bâ navra pooir d'; Ca g. ke soit p.; Be Ce Qu'el 
ne sera [Be Qu'cle n'i soit) ja nul jor p. — '4^9-^ ^^ ' avoit; Be 
.iiij.™ ho.; Ce He venoieni .v.™ ho. — 14^94 Ce C. fait il — 
14393 Ce Se sens et soutieuié n'avommes {vers corrigé dans Be) 
— 14396 Ba Bd Dépendre ce q.; Ce De g. che que n. avommes 
{vers corrigé dans Be) — '4397 Be C f. c. t. puant; Eb t. c. 
puant 



LE ROMAN DE LA ROSE 69 

Aut s'ame ou feu d'enfer puant, 

Qui la puist ardeir e destruire! 
14600 Onques ne fist çaienz fors nuire. » 

Ce vont li trei portier disant, 

Mais, que qu'il aillent devisant, 

Forment en sont afeibleié. 
14604 Quant la vieille ot tant fableié, 

Bel Acueil reprent la parole ; 

A tart comence e po parole, 

E dit, corne bien enseigniez : 
14608 « Ma dame, quant vous m'enseigniez 

Vostre art si debonairement. 

Je vous en merci bonement ; 

Mais quant paie m'avez d'amer, 
14612 Dou douz mal ou tant a d'amer, 

Ce m'est trop estrange matire. 

Riens n'en sai fors par oir dire. 

Ne jamais n'en quier plus saveir. 
146 16 Quant vous me repalez d'aveir, 

Qu'il seit par mei granz amassez, 

Ce que j'ai me soufist assez. 

D'aveir bêle manière e gente, 
14620 La vucil je bien meire m'entente. 



14598 He Ca Voist s'a.; Be Voit en e. s'a. p. ; He s'a. ou cul 
d'e.; Ba Ce Bâ s'a. en e. le p. — '4^99 He Q. les p. — 14600 
Ba Bâ ç. que n. — 14602 Eb He Ce M. coi q. ; Ca kil voisent 
d. — 14606 Be Ce He L A tant c, Bà Et c; Be He c. sa p.; 
Ca et puis pa. — 14608 Ba D. q. vostre art m'e. — 14609 Ba 
Si bien s. profiiablement — 146 10 Ba m. doucemant; Ba Bâ 
ajoutent Bien vueil de vous touz biens {Ba tout bien) aprendre 
Si {Bâ Je) ne vous doi {Ba vuell) de rien reprendre, Be Ce 
Si ne vous doi de riens reprendre Car de vous doi {Ce De v. 
d. je) tous biens aprendre — 1461 1 Be q. m'a. p. d'à. — 146 12 
He Des d. maus; Be m. qui t. — 14614 Ab soi f. — 14615 Ac 
N. j. ne q. riens s., Eb N. j. p. n'e. q. s. — 14616 Ba Et q. 
m. — 14617 He Qui s. — 14619 Ce D'estre b. nobiete et g. {vers 
corrigé dans Be) 



-O JEAN HE MEUN 

De magique, l'art au deable, 
Je n'en crei riens, seit veirs ou fable. 
Mais dou vallet que vous me dites, 

14624 Ou tant a bontez e mérites 

Que toutes grâces i acueurent, 
S'il a grâces, si li demeurent ; 
Je ne bé pas qu'eus seient meies, 

14628 Ainz les li quit ; mais toutes veies 
Nou hé je pas certainement, 
Ne ne l'aim pas si finement, 
Tout aie je pris son chapel, 

14632 Que pour ce mon ami l'apel. 
Se n'est de parole comune. 
Si con chascuns dit a chascune : 
Bien puissiez vous venir, amie. 

14636 — Amis, e Deus vous bene'ie. 
Ne que je l'aime ne Teneur, 
Se n'est par bien e par cneur. 
Mais puis qu'il le m'a présenté 

14640 E reçeii son présent ai. 

Ce me deit bien plaire e soeir, 
S'il peut, qu'il me viegne voeir, 
S'il a de mei voeir talent : 

14644 II ne me trouvera ja lent 



1462 I Ba Bâ D. charoi ne d'arl [BA c. de l'a.) — 14622 Ab Eb 
V. soit f. — 14623 Ba Ne d. ; Ca v. dont v. — 14624 Ba Be Ce Ca 
He a grâces et — 14625 Bà t. vertuz, Be Ce He t. bontez; Bâ g. 
li a. — 14627 Bâ n. vucll p. qu'il s. — 14628 ^a Bâ .le les — 
14629 Ba Ce J. n. h. p., Be .1. ne l'ain p. — 146^0 Be N. n. le 
hé s., Ca N. p. n. l'a.; B Ce s. fermement — 1463 i ^4^ T. ai j.; 
Eb T. ai j. p. or s.; Ca T. ai j. rechiut s. — 14G34 Ba Bc Ce S. 
c. d. c. a — 14637 Ab j. rai[me] n. le honor (me de aime ajouté 
au-dessus de la ligne); B Eb He n. ho.; Ca Ne son capel n'aim 
n. ho. — 14638 Ca pour b. et pour ho. — 14639 Be Et p. — 
14641 Ca S'il li puet et p.; Bà d. moût p. — 14642 Ca p. si m. 
— ; 4643-44 omis dans Ba Bâ — 14644 Bc Eb n. m'en t. 



LE ROMAN DE LA ROSE 7I 

Que nou receive volentiers ; 

Mais que ce seit endementitrs 

Que Jalousie iert hors de vile, 
14648 Qui forment le het e devile, 

Si dout je, cornent qu'il aviegne, 

S'ele iert or hors qu'el n'i seurviegne, 

Car, puis qu'ele a fait emmaler ^ 

14652 Tout son harneis pour hors aler, 

E de remaindre avons congié, 

Quant seur son chemin a songié, 

Souvent en mi veie retourne, 
14656 E touz nous tempeste e bestourne. 

E, s'ele i vient par aventure, 

Tant est vers mei crueuse e dure, 

S'ele le peut çaienz trouver, 
14660 N'en puisse ele ja plus prouver, 

Se sa cruauté remembrez, 

Je serai touz vis desmembrez ». 
E la vieille moût l'asseiire : 

14664 « Seur mei », fait ele, « seit la cure. 
De l'i trouver est ce neienz, 

14645 Be Q. je n. voie v., Ce Q. ne le voie v., Bâ Et jel verra 
moût V. — 14647 Ba Bà He j. est h., Ce j. soit h. — 14648 Ce 
les h.; Be Bâ He et avile — 14649 •^^ S. donc j.; Eb S. d. le 
c; Ce S'ele va hors qu'ele sourviegne ; 14649-50 omis dans Be 
{ajoutés plus tard en marge) — 14650 Ba He L S'il ; Bâ i. ceanz 
q.; Eb Que Jalousie ne s.; Ca S'e. est h. k'ele n.; He S'il i. 
h. que il ne reviengne ; Ce Forment ère entrés en mal pigne — 
14653 Be Endementiere a. — 14654 Be Ce Et s.; Ca He s. le c. 
— 14655 Be Ca He L S. d'e. v.; Ce S. de mi et puis r.; 14655-58 
remplacés dans Ba Bâ par Si retorne il aucune foiz Et s'il retorne 
ceste foiz — 14656 Be Ce Trestous n.; Eb Et t. jours t. — 14657 
A E s'il; Ca Et se chils v.; Ce omet i — 14658 Ca v. nous c; Ce 
cruel — 14659 Ba Bâ Et 1. puisse ç.; Se Se 1. . . . {corrigé) c. t. — 
14660 Ce Nel p. jamais puis pr. ; Ca J. n'e. p. e. p. p. — 14661 Eb 
Et se c; He S. ses cruautés — 14662 Be J'en s. — 14663 Ca L. v. 
m. bien l'a. — 14664 A He m. s. f. e. 1.: Be Ce Eb e. en s. — 

14665 Ce e. chose n. 



72 JEAN DE MEUN 

E fust Jalousie çaienz, 

Car je sai tant de repostaille 
14668 Que plus tost en un tas de paille, 

Si m'aïst Deu e saint Roumi, 

Trouverait un euf de froumi 

Que celui, quant repost l'avraie, 
14672 Si bien repondre le savraie. 

— Don vueil je bien », fait cil, « qu'il viegne, 

Mais que sagement se contiegne, 

Si qu'il se gart de touz outrages. 
14676 — Par la char Deu, tu diz que sages, 

Com preuz e com bien apensez, 

Fiz, qui tant vauz e qui tant sez. » 
Leur paroles atant faillirent. 
14680 D'ileuc atant se départirent. 

Bel Acueil en sa chambre va, 

E la vieille ausinc se leva, 

Pour besoignier par les maisons. 
14684 Quant vint leus e tens e saisons 

Que la vieille pot seul choisir 

Bel Acueil, si que par loisir 

Peiist l'en bien a lui paler. 



14666 Ba Tout f. — 14667 L s. trop d. — 14668 Be u. mont 
d. — 14669 Be Bâ C, partie de L s. Rémi — 14670 Be T. on 
uef; He lert trouvés uns oes d.; Ba u. beuf un f. — 14671 
Ca c. ke r. a.; He Q. cils que r. je la. — 14672 He Se jou 
bien m'entente y metoie — 14673 Ba Be Ce Ca He, partie de L 
f. {ou dist) il q. — 14674 Ba Eb s. maintiegne — 14675 Ba Ca 
Et q.; Ba d. fere o. — 14677-78 omis dans He — 14678 Be Ce t. 
peus et; Bâ Biau f. q. t. v. et t. s. — 14679 Bâ Les p. — 14680 
Ac Ce D'i. adonc s. ; Ba Bâ D'i. maintenant départirent [Ba m. 
se partirent) — 14681 Ca B. A. s'encambre en sa camhvQ \ par- 
tie de L c. ala — 14682 Be v. atant s. 1., L a. s'en aia [et 
s'avala); Ca Et celé de la se descambre — 14683 B Ce Ca He p. 
la [Ba sa) m. — 14684 Be Q. vient 1., Ce He 'Q. vit 1. ; Ca Q. 
I. V. et; Ba Bâ Q. v. t. et l. et — 14685 He Li v. que p.; Ca Q. Bel 
Acueil peut s.; Be Ce pooit c. — 14686 Ca Et longement et p. 



LE ROMAN DE LA ROSE 7 3 

14688 Les degrez prent a dévaler. 

Tant que de la tour est issue ; 

N'onques ne cessa des l'issue 

Jusqu'à mon ostel de troter ; 
14692 Pour mei la besoigne noter ""^^ 

Vint s'en a mei lasse e taganz : 

« Vieng je », dist ele, « a tens as ganz, • '"•" 

Se je vous di bones nouveles, 
14696 Toutes fresches, toutes nouveles? 

— Aus ganz! dame, ainz vous di senz lobe 

Que vous avreiz mantel e robe, 

E chaperon a penne grise, 
14700 E botes a vostre devise, 

S'ous me dites chose qui vaille. » 

Lors me dist la vieille que j'aille ' 

Sus ou chastel, ou l'en m'atent. 
14704 Ne s'en vost pas partir atant, 

Ainz m'aprist d'entrer la manière : 

« Vous enterreiz par l'uis darriere », 

Dist ele, « e jou vous vois ouvrir, 
14708 Pour meauz la besoigne couvrir : 



Be Ce Eb He Ca d. prist a; Ba Ce L a avaler — 14689 
Ca t. fu i. — 14690 Ba Ca n. fina d.; Ce Bâ L c. de l'i.; He 
dellissue; dans Ac Vs de des a été ajoutée au dessus de la ligne, 
mais probablement par le copiste — 14691-97 sont enlevés dans 
Ba [lacération) — 14692 He b. conter — 1469? Ca Et v.; Be Ce 
S'en V. [Be El v.) a m. 1. et suans ; He taisans, .4 tauganz, Bâ 
Eb tangans, Ca teghans, La taisgans. Le tagans, Lo raugans, etc. 

— 14694 Ab Ce He Viegne d.; A au g., He a g. — 14696 Be Ce 
Mais eles sont [Ce seront) t. n.; Bâ Mais qu'eis soient f. et bêles 

— 14698 Be Ce Ca a. nouvele r. ; Ba Eb He m. ou r. — 14700 
Ba Et sollers a — 14701 B C He L Se m., Eb Si m. — 14702 
Ba L. m'a d. — î47o3 L Enz o. c; Ba c. que F; Eb c. la ou 
m'a. — '4704 Ba De moi se v. p. ; Bâ N. s'en tint p.: Ca N. se 
vaut p. cesser a. — 1470^ Ba Quant d'e. enquis 1. — 14706 Ba 
V. i vendroiz p. — 14707 Be D . e. que )e vois o., Bâ He Ca 
D. e. et {He Ca omettent et) je le vois o. — 14708 Be Ce b. 
acomplir 



74 JEAN DE MEUN 

Cist passages est moût couverz ; 
Sachiez cil uis ne lu ouverz 
Plus a de deus meis e demi. 

14712 — Dame », ris je, « par saint Rémi, 
Coust l'aune dis livres ou vint », 
Car moût bien d'Ami me souvint, 
Qui me dist que bien promeisse, 

147 16 Neïs se rendre ne poisse, 

(( Bon drap avreiz, ou pers ou vert, 
Se je puis trouver Tuis ouvert. » 
La vieille atant de mei se part ; 

14720 Je m'en revois de l'autre part. 

Par l'uis darriere ou dit m'avait. 
Priant Deu qu'a dreit port m'aveit. 
A l'uis m'en vin, senz dire mot, 

14724 Que la vieille desfermé m'ot 
E le tint encore entreclos. 
Quant me fui mis enz, si le clos, 
Si fumes plus seiirement, 

14728 E je de ce meïsmement 

Que je soi Maie Bouche mort : 



14709 He Cils p.; Da Dâ M. c. c. p. c. r- 14710 Ca S. li u. — 
147 II Be d. .iij. m. — 147 12 Ba Eb He D. dis je; dans Ca les 
V. 14717-18 sont intervertis et placés entre 14712-13— 14713 Be 
Ce Or me c. .x. I. ; Ca He l'a. .xvj. sous o. v. — 147 14 Ba Bâ C. 
d'A. m. b. m., Ca He C. adont d"A. m.; dans Ab bien ajouté ulté- 
rieurement — 147 1 5 Be Ce Q. m'aprist q.; Ba Eb He q. je p. — 
147 16 Ba Moût plus que r. ; Ca He \\i mains s. donner n. — 
14717 Ce Boins draps; Ba o. jaune o. — 147'^ Be S. l'u. p. t. 
aouvert, Ce S. je l'u. p. t. o. — 14719 Ce At. d. m. 1. v. s. p. 

— 14720 Be Ce Et j. m'en vois d. — 14721 B Ce Vers l'u.; Eb, 
partie de L A l'u.; Eb A l'u. m'en vint o. {interverti avec 14722) 

— 14722 Ba Ca He qu'a bon p. — 1472^ Eb Tout droit et s. d. 
nul m. — 14724 Eb Et 1. v^d. l'ot ; Ce v. descouvert m'ot — 1472.'! 
Be Qu'elc t. — 14726 Be e. sel reclos; Ce s. l'ai c. — 14727 Be 
Ce Son f., Bâ Lors f. ; Ba Lors s. fui p.; He t. moût s. — 14729 
Ab Ce Bâ j. sai M. 



LE ROMAN DE LA ROSE yS 

Onques ne fui si liez de mort. 

Ileuc vi sa porte cassée. 
14782 Je ne Toi pas plus test passée 

Qu'Amours trouvai dedenz la porte, 

E son ost qui confort m'aporte. 

Deus! quel avantage me firent 
14736 Li vassal qui la desconfirent! 

De Deu e de saint Benoeit 

Puissent il estre benoeit! 

Ce fu Faus Semblanz, li tra'itres, 
14740 Li fiz Barat, li faus menistres 

Dame Ypocrisie sa mère, 

Qui tant est aus vertuz amere, 

E dame Astenance Contrainte, 
14744 Q'J^ ^^ Faus Semblant est enceinte, 

Preste d'enfanter Antecrit, 

Si con je truis en livre escrit. 

Cil la desconfirent senz faille : 
14748 Si pri pour aus, vaille que vaille. 

Seigneur, qui veaut traîtres estre. 

Face de Faus Semblant son maistre, 

E Contrainte .\stenance preigne : 
14752 Doubles seit e simple se feigne. 
Quant celé porte que j'ai dite 

14730 B Eb O. s. 1. n. f. d. — 1473 i B He v. la p. — 14732 Ca 
He p. si t. — 14733 Be Ce t. devant 1. — 14734 Ca O s.; Ba c. la 
porte — 147-^5 Ba D. q. enditement m.; Ce Duquel a. m. crurent 
— 14736 Be Ce Eb L. vallet q.; Ce 1. dessous furent — 14737 Ab 
e s. B. — 14739 Ba Ce G. fet, Bâ C. tist — 14740 Ca L. faus 
B. ; Ba Ce f. B. et li m., Be f. B. et ses m. — 14742 Bâ Q. en v. 
e. t. a., Ca Q. as vertus e. t. a. ; L en v., ou a v., ou de v. — 
14744 Ca ert e. ; Ab L e. acointe, Ac e. entainte — 1474^ Ca c. 
le t.; Eb c. jel t. ou 1.; He c. li sages nous e.; Ba Be Ce en 
mon e. — 14748 Ba Be Ce Se pour eus pri ; Ca eus comment k'il 
aille — 147^0 Ac Bâ D. F. S. F. s. — 14752 Ba Be Deables s. s. ; 
Ca et sangle s. ; Eb et simple la f . ; He et s. s'ensenge — 14753 
Ce j'a. ci d. 



76 JEAN DE MEUN 

Vi ainsinc prise e desconfiie, 

E trouvai Tost arme laienz, 
14756 Prest d'assaillir, mes eauz veianz, 

Se j'oi joie, nus nou demant. 

Lors pensai moût parfondement 

Coment j'avraie Douz Regart : 
14760 Estes le vous, que Deus le gart ! 

Qu'Amours par confort le m'enveie. 

Trop grant pièce perdu l'avaie. 

Quant jou vi, tant m'en esjoï 
14764 Qu'a po ne m'en esvanoï. 

Moût refu liez de ma venue 

Douz Regarz, quant il l'a veûe ; 

Tantost a Bel Acueil me montre, 
14768 Qui saut sus e me vient encontre, 

Come courteis e bien apris. 

Car sa mère l'avait apris. 

Enclins le salu de venue, 
14772 E il ausinc me resalue, 

E de son chapel me mercie. 

« Sire », fis je, « ne vous peist mie, 

Ne m'en devez pas mercier; 
14776 Mais je vous dei regracier 

Cent mile feiz quant me feistes 

14754 Ba Bd Fu a. ; Be Ce Fu si p. ; Be p. et si d. — 14735 Be 
Ce Bâ Ca Je t. ; 14755-62 manquent dans Ba [lacération] — 14756 
Be P. d'assambler — ^Al^l ^^ S. j'ai j. ; He Qui dist qu'ech joie 
pas ne ment — '4758 Bd Et p. — 14762 Be Ce Ba g. p. a p. — 
14763 Ba Bd Q. le v.; Eb v. trop m", Be v. si m', Ce v. tout m' 
— 14764 Ce Et a p. n. m'e. e. ; Be p. que n. m'esv. ; Hc p. que ne 
vi ne oy — 14765 Ba Cil r. ; Be M. refui I. ; Be Ce d. la v. ; ^ m. 
veùe — 14766 He D. R. car i . m'a v. ; Be Ce q. je Toi v. ; Ba Bd 
l'ot V., Eb L m'a v. — 14767 He a B. A. présente; Eb le m. — 
14768 He Lors se leva que je ne mente — 14771 Ba Tantost 1.; 
Be ie l'en merci si le salue — 14772 Ba i. après m. — '4774 ^^ 
S. di j. — 14775 Eb me d. — 14777 Ca m. tamps q., Eb m. tans 
q. ; He mil tans plus q. ; Ca f. dont m. 



LE ROMAN DE LA ROSE 77 

Tant d'eneur que vous le preistes. 

E sachiez que, s'il vous plaisait, 
14780 Je n'ai riens qui vostre ne seit 

Pour faire tout vostre vouleir, 

Qui qu'en deust rire ou douleir. 

Tout me vueil a vous asservir, 
14784 Pour vous enourer e servir; 

S'ous me voulez riens comander, 

Ou senz comandemeni mander, 

Ou s'autrement le puis saveir, 
14788 J'i métrai le cors e l'aveir, 

Veire certes l'ame en balance, 

Senz nul remors de conscience. 

E, que plus certains en seiez, 
14792 Je vous pri que vous l'essaiez, 

E, se j'en fail, jamais ne joie 

De cors ne de chose que j'aie. 

— Vostre merci », fait il, « beaus sire. 
14796 Je vous revueil bien ausinc dire 

Que, se j'ai chose qui vous plaise, 

Bien vueil que vous en aiez aise : 

Prenez en neis senz congié, 



14778 Ba Be Ce Tele on.; Bâ Ca He Si grant on. q. 1. — 14779 
Ba Bâ Et s. bien s' — 14780 He Que n" ; Ce r. que v. — 14782 
He doie r. — 147^3 Be Que t. m. met a — 14784 Ba P. vostre 
grâce desservir — '4783 B C Eb He L Se ni. — 14787 Ba Et 
s'a.; vers remplacé par 1478S dans He; 14787-88 intervertis dans 
Be Ce— 14788 L S'i m.; He Quel maiscief que j'en doie avoir 
— 14789 Ca Et metterai m'a.; Ce c. e. la b. [correction dans 
Be) — 14790 C^ S. de garison esperanciie (vers corrigé dans 
Be) — 14792 Eb q. v. m'asaiés — '4793 He s. jou f. jou ja. 
goie ; Ce f. ja n'aie joie; 14793-96 omis dans Be — '4794 Ce 
D. riens n.; He N'aie de vous ou que je soie — 14796 Ba v. 
repuis h. ; Ce Bâ v. a. b. d. — '4797 Ce c. qu'il v. — 14798 
B Ce ajoutent Pour quoi vous m'en [Ba Bâ me) faciez requeste 
Qui soit convenable et honeste — 14799 Bâ ^- ^*^^^ "•' ^^ ^■ 
autant s. 



78 JEAN DE MEUN 

14800 Par bien e par eneur, con gié. 
— Sire », fis je, « vostre merci. 
Cent mile feiz vous en merci : 
Quant ainsinc puis voz choses prendre, 

14804 Donc n'i quier je ja plus atendrc, 
Quant avez ci la chose preste 
Don mes cueurs fera graigneur teste 
Que de trcstout Tor d'Alixandre. » 

14808 Lors m'avançai pour les mains tendre 
A la rose que tant désir, 
Pour acomplir tout mon désir; 
Si cuidai bien a noz paroles, 

14812 Qui tant iercnt douces e moles, 
E a noz plaisanz acointances, 
Pleines de bêles contenances, 
Que trop fust fait legierement, 

14816 Mais il m'avint tout autrement. 

Moût remaint de ce que fos pense. 
Trop i trouvai cruel de^fense, 
Car, si con celé part tendi, 

14820 Dangiers le pas me defendi, 

Li vilains, que maus lous estrangle ' 
II s'estait repoz en un angle, 
Par darriers, e nous aguetait, 



14800 Ba Be Ce et p. amour c. — 14803-12 dans Ba ont été 
récrits — 14804 Eb lie omettent je — 14805 Eb 1. rose p. — 
14806 Eb f. plus grant f. ; dans Ce grignour est d'un correcteur, 
sur grattage — 14808 Bd L. commençai par la main ; Be Ce 
Ca Eb p. la main — 14809 Bâ Vers 1. — 148 11 Ce b. par n. ; 
Be h. par vos p.; Ca He a ses p. — 1^812 Be Ce i. plaisans et 
— 14813 Be Ce Et avec p.; Bâ He a ses p. ; Sa a ces p. conte- 
nances — 14814 Ce Parlâmes à.; B Ce b. convenances — 14815 
B Ce Q. ce f. — 14816 Ab Bâ Eb m'a. trop a. — 14818 Be Ce 
He Moût i t. — 14S10 He Le main qu'en ce. — 14820 Bâ Ce 
m'en d. — 14821 Ba v. cui m. — 14822 Ba Qui s'c., Be Ce Cil 
e.; He I. e. — 1482^ Ba omet c; Be Ce Et p. ti. [Ce devers) n. 
regardoit 



LE ROMAN DE LA ROSE 79 

14824 E mot a mot toutes metait 

Noz paroles en son escrit. 

Lors n'atent plus qu'il ne m'escrit : 

« Fuiez, vassaus, fuiez, fuiez, 
14828 Fuiez », dist il, « trop m'enuiez. 

Deable vous ont ramené, 

Li maloeit, li forsené, 

Qui a cet bel servise partent, 
14832 Ou tout preignent ainz qu'il s'en partent! 

Ja n'i viegne il sainte ne saint ! 

Vassaus, vassaus, si Deus me saint, 

A po que je ne vous effronté! » 
14836 Lors saut Peeur, lors acueurt Honte, 

Quant oirent le païsant 

« Fuiez, fuiez, fuiez » disant 

N'encor pas atant ne s'en tut, 
14840 Mais deables i amentut, 

E sainz e saintes en osta. 

Hé ! Deus ! con ci félon oste a ! 

Si s'en courroucent e forsennent, 
14844 Tuit trei par un acort me prennent, 

Si me boutent arriers mes mains : 

« Ja n'en avreiz », font il, « mais meins 



14824 Ac trestot m. — 14825 Ba Bâ Les p.; Ca p. tout en e. 

— 14826 Ce L. ne s"a. p. n. ; Be Ce ne s'e. — 14827 Be Ce F. 
f. V. f., Ba F. d'ici v. L — 14828 Ba F. de ci t., Bâ F. vos en 
t. — 14829 Ce o. amené — 1483 1 Be Ce Q. en c. — 14832 Ba Et 
t.; Bâ Or p. t. a.; Be O. p. t. a.; Ab O. trop p. a.; Ce Qui t. 
p. a. que s' — 14833 Ce n'i aviegne s.; Bâ v. s. — 14834 Be Ce 
V. dist il s. — 14835 Ce Bâ P. faut q.; Ba Be P. s'en faut q. 

— 14836 Be 1. i vient H., Ce I. i va H. — 14837 Ba Q. entendent 
1.; Ab li p. — 14838 Ba F. f. font il d. — 14839 Eb omet N'; 
A Ca N'e. a. p. n. — 14840 A Be Ce Ca He L M. le deable i; 
Ca He d. rameniut — 14S41 Ce Et saintes et sains e. — 14843 
Ce Ca Eb S. se c. — 14845 Be Ce Kx. m.; Ba a. des m., Bâ a. 
les m.; Ca intervertit 14845-4.6 — 14846 Be n'en avras f. 



8o JEAN DE MEUN 

Ne plus que vous eii avez. 
14848 Malement entendre savez 

Ce que Bel Acueil vous ofri, 

Quant parler a lui vous sofri. 

Ses biens vous ofrait lieement, 
14852 Mais que ce fust onestement : 

D'onesteté cure n'eùsies, 

Mais l'ofre simple receiistes, 

Non pas ou sen qu'en la deit prendre, 
14856 Car, senz dire, est il a entendre, 

Quant preudon ofre son servise, 

Que ce n'est fors en bone guise, 

Qu'ainsinc Tentent li prometierres. 
14800 Mais or nous dites, dans trichierres : 

Quant ses paroles apreïstes. 

Ou dreit sen pour quel nés pre'istes ? 

Prendre les si vilainement 
14864 Vous mut de rude entendement, 

Ou vous avez apris d'usage 

A contrefaire le fol sage. 

Ja ne vous ofre il pas la rose, 
14868 Car ce n'est mie oneste chose 

Ne que requerre la deiez 

14847 Be Ce N. q. v. e. en a.; Ab Eb v. en a., He v. or en 
a. — 14848 Be M. entendu avés — 14860 Ba Q. p. a vous v. ; 
Ca Q. le p. a v. — 1485 1 Eb Mais h.; B Ce offri bonemenl — 
14833 Be De s'onesté c. ; Eb D'onesté c. n'en e. — 14834 Be Ce 
M. le don s. — 14835 Ce p. en s., He p. le s. ; Ca p. del s. ke 
on d. — 14836-62 manquent dans Ba {lacération) — i3837 Ce 
Qui par don o.; He Q. s. s. aucuns prcsenic ; 14857-58 inter- 
vertis dans Ac, avec les renvois b a — 14838 He b. entente — 
14859 Be Ce Bà omettent Q^i' — 14860 Be Ce o. me d.; Ca 
d. bouleres ; He M. d. n. d. dcccveres — 14861 Be Ce Bâ Ca 
Q. ces p., He Q. les p. — 14862 Ce En d.; Eb nel p. — 14864 
Be Ce Ca Eb He V. vint — 14863 Ca ('e He v. l'a. — 14867 
Be Ce II n. v. oftVi p.; Bd n. vousist p. — 14869 Ba Be Ca 
r. li d. 



LE ROMAN DE LA ROSE 

Ne que seiiz requeste l'aiez. 
E quant voz choses li otristes, 

14872 Celé ofre, cornent l'entendistes ? 
Fu ce de venir le lober 
Pour lui de sa rose rober ? 
Bien le traïssiez e boulez, 

14876 Qui servir ainsinc le voulez, 
Pour estre privez anemis. 
Ja n'est il riens en livre mis 
Qui tant puist nuire ne grever ; 

14880 Se de deul deviez crever. 

Si nou devons nous pas cuidier : 
Cest pourpris vous convient vuidier. 
Maufé vous i font revenir, 

14884 Car bien vous deiist souvenir 

Qu'autre feiz en fustes chaciez : 
Or hors, ailleurs vous pourchaciez. 
Sachiez celé ne tu pas sage 

14888 Qui quist a tel musart passage; 
Mais ne sot ne vostre pensée, 
Ne la traison pourpensee, 
Car ja quis ne le vous eiist, 

14892 Se tel desleiauté seiist. 
Moût refu certes deceiiz 



14870 Ba Be Ce, partie de L s. requerre — 14871 Ca q. 
vostre offre 1.; Eb c. li offres — 14872 Ba Tele o.. Ce Tel o.; 
B Ce Ca, partie de L omettent V ; Eb l'entendes — ^4-Sj'i Be Ce 
Ca F. c. por li v. lo. ; Eb v. li lo. — 14874 Ba Ce Ca s. robe r.; 
Ba r. lober; Eb 1. s. r. desrober — 14873 Ce et lobés — 14876 
Ba Q. a. s. 1.; Be Ce Quant a. trair 1. — 14878 Be Ce J. n'a i.: 
He J. n'ait i.; Bà e. lui remis — 14880 He Mais s. — 14881 Ab 
S. nous d.. Be Ca S. ne d.. Ce Ce ne d.; Be Ce Bâ n. devez 
vous p.; He Je vous ostrai de vo c. — 14882 Ba v. estuet v. — 
14883-84 omis dans Ba Be Ce — 14885 Ba Be Ce A. f.; Ab Que 
autres f. — 14889 Be Ce M. el {Ce ele) n. s. {Ce set) v. ; Ba Bâ 
Eb s. pas V.; Ca He s. le v. — 14890 omis dans Bâ — 14891 
Be Ce i. q. voir n.; He j. requis n. v. 

Tome IV. 6 



82 JEAN DE MEUN 

Bel AcueiK li despourveiiz, 

Quant vous reçut en sa pourprise : 
14896 II vous cuidait faire servise, 

E vous tendez a son domage. 

Par fei ! tant en a qui chien nage : 

Quant est arivez, si Tabaie. 
14900 Or querez ailleurs vostre preie, 

E hors de cet pourpris alez; 

Noz degrez tantost dévalez 

Debonairement e de gré, 
14904 Ou ja n'i contereiz degré, 

Car teus pourrait tost ci venir, 

S'il vous peut baillier ne tenir. 

Qui les vous ferait mesconter, 
14908 S'il vous i devait etîronter. 
Sire fos, sire outrecuidiez. 

De toutes leiautez vuidiez. 

Bel Acueil que vous a forfait ? 
14912 Pour quel pechié. pour quel forfait 

L'avez si tost pris a haïr, 

Qui le voulez ici trair. 

E maintenant li ofriez 
149 16 Trestout quanque vous aviez ? 

Est ce pour ce qu'il vous reçut, 

14895 Ba V. retint e. — [4896 Ba Ce v. cuida f.; He De son 
fait se tenra pour pris — 14897 He Quant v. — 14898 Ab He a que 
c; Ca a c. q. n.; vers laissé en blanc dans Ac {remplacé ensuite 
par Vos resemblez le c. q. n. — 14899 Ca e. a rive s.; Ba si a.; 
dans Ac V 1 de sil a été grattée — 14900 Be v. haie, Ce v. baie, 
He V. paire — 14902 Ba Be Les d., Ce Le d.: Ba Be Ce Ca t. 
avalez — 14903-7 manquent dans Ba {lacération) — HO^-^ ^<^ C. 
tost p. chi tels V.; Ac p. c. t. v., Be Ce Kb p. ici v., Bâ p. ceenz 
V. — 14908 Be Se il v. d.: Ba devroit; B Eb d. affronter — 
149 12 Ba Be Ce Ca Eb He Par q . p. par q. ; He p. q. maisfait 
— 14914 Ce Q. 1. voliés ; Be Q. si 1. voliés; Ba Bâ Ce Ca v. 
ainsi t., Eb v. si tost t. — 14915 He Et tout m.— 149 16 He v. 
chi a. 



LE ROMAN DE LA ROSE 83 

E nous e lui pour vous déçut, 

E vous ofri li damoiseaus 
14920 Tantost ses chiens e ses oiseaus ? 

Sache il folement se mena ; 

E de tant con ci fait en a, 

E pour ore e pour autre feiz, 
14924 Si nous gart Deus e sainte Feiz, 

Ja sera mis en tel prison 

Qu'onc en si fort n'entra pris on : 

En teus aneaus sera rivez 
14928 Que jamais jour que vous vivez 

Ne le verreiz aler par veie, 

Quant ainsinc nous trouble e desveie. 

Mar l'eussiez vous tant veii ! 
14932 Par lui somes tuit deceii. » 

Lors le prennent e tant le bâtent 

Que fuiant en la tour l'embatent. 

E l'ont, emprès tant de laidures, 
14936 A treis paire de serreiires, 

Senz plus mètre en fers ne en clos, 

Souz treis paire de clés enclos. 



14918 He Et vous et; Be Ce Et 1. p. v. ainsi d. — 14920 Ba 
Bâ Eb Trestouz s. — 1492' Ba Ce Sachiez f . ; 14921-22 omis 
dans Be — 14922 Ba Bâ Ca Eb comme il f.; Ce comme f. — 
14924 Eb S. vous g., Be Ce S. le g., L S. me g.; Ca S. m'aïst 
D.; Be s. crois — 14926 Be Que e. s. f. n"e. nus ho.. Ce Qu'ensi 
n'e. onques nus ho.; Eb n"e. nus o. — 14927 Ce Qu'en t.; Ba 
E. bons a., Eb E. .ij. a. — 14928 Ce v. vivres — 14930 Ce Q. 
si n.; Bâ He vous t. — Hg^i Eb omet vous — 14932 Ba 1. 
serons t.; Be ajoute Que mar i soies vos venu Pour poi que je 
ne lieve hu Tout maintenant et sans atendre Et par force vos 
faire prendre — 14933 Ce L. se p. — H9^4 ^^ Q- fustant — 
14935 Bâ Ca Et font après; Ba Bâ Ca Eb, partie de L après; 
Be Ce Et [Be Ou) li ont fait t.; He Que prisons a piesmes et 
dures — 14936 Ca En .iiij. p.; Be Ce En {Ce Et en) t. p. d. fer- 
meûres — 149^7 ^ Ca n^- n'e. f. n'e. — 14938 Be En t. p. d. fers 
e., Ce A tout t. p. fers e. 



84 JEAN DE MEUN 

A cele feiz plus nou grevèrent, 

14940 Mais c'iert pour ce qu'il se hasterent ; 
Si li prometent a pis faire 
Quant se seront mis au repaire. 
Ne se sont pas a tant tenu : 

14944 Seur mei sont tuit trei revenu, 
Qui dehors iere demourez, 
Tristes, dolenz, maz, emplourez ; 
Si me rassaillent e tourmentent. 

14948 Or doint Deus qu'encor s'en repentent! 
Dou grant outrage qu'il me font 
Près que mes cueurs de deul ne font ; 
Car je me voulaie bien rendre, 

14932 Mais vif ne me voulaient prendre. 
D'aveir leur pais moût m'entremis, 
E vousisse bien estre mis 
Avec Bel Acueil en prison. 

14956 « Dangiers », lis je, « beaus gentis on, 
Frans de cueur e vaillanz de cors, 
Piteus plus que je ne recors, 
E vous. Honte e Peeur les bêles, 

14960 Sages, franches, nobles puceles, 
En faiz, en diz bien ordenees, 
E dou lignage Raison nées, 
Sofrez que vostres sers deviegne 

14964 Par tel couvent que prison tiegne 
Aveques Bel Acueil laienz, 



14940 Eb M. c'est p.; Ce M. tout p. {corrigé dans Be) — 14941 
Ce L 1. promistrent ; Eb pr. p. a t. — 14942 Eb Q. il ser. — 
14944 Be Ce s. tantost r. ; Ce s. t. .iiij. venu — 14945-46 omis 
dans B Ce [ajoutés plus tard en marge de Ce) — 14946 Eb Très- 
tous d. et esplourés — '494^ ^^ ^^ ^ l^e il s'o.; Ba cju'e. se r. — 
14949 Ab m'en ï. — 14950 Be Ce Ca d'ire n.; Ab n'en f. — '4953 
Be Ce Devant 1.; Be 1. pies, Ce 1. pis ; Be me tramis — 14906 Be 
j. li g. — 14959 Eb et P. la b. — 14960 He S. n. f. p. ; Be n. et 
bêles — 14961 Ca Eb E. d. c. t. b. — 14964 Ca t. raison q. 



LE ROMAN DE LA ROSE 85 

Senz estre nul jour mais raienz, 

E leiaument vous vueil prometre, 
14968 Se m'i voulez en prison mètre, 

Que je vous i ferai servise 

Qui vous plaira bien a devise. 

Par fei, se j'estoie ore lierres, 
14972 Ou traîtres, ou ravissierres, 

Ou d'aucun murtre achaisonez, 

E vousisse estre emprisonez, 

Pour quel la prison requeïsse, 
14976 Ne cuit je pas que j'i fausisse ; 

Veire, par Deu, tout senz requerre 

M'i métrait l'en en quelque terre, 

Pour quel l'en me peùst baillier; 
14980 S'en me devait tout detaillier, 

Ne me lairait l'en eschaper, 

Se l'en me poait atraper. 

La prison pour Deu vous demant 
14984 Avec lui pardurablement ; 

E se teus puis estre trouvez, 

Bien seit senz preuve, ou pris prouvez, 

Que ai bien servir i défaille, 
14988 Hors de prison a toujourz aille. 

Si n'est il pas on qui ne faut. 

14966 Be S. jamais j. e. r.; Bâ He e. a n.; Ce e. m. n. j. r., 
Eb e. ja n. ). r. — 14967 Be Ce v. puis p. — 14968 Be Ce Ca 
He S. me v. — 14970 Be Q. b. v. p. a ; He En loiauté le v. 
afice — 14974 ^à omet estre — 14975 He Par q.; 14975-15347 
omis dans Bâ — 14976 Be Ce N. croi j. — 14977 Be Ce V. es- 
poir trestout s. — 14978 Ba Be C Me m. on e. q. serre — i4979 
Eb Par q. ; Be P. que; Ca P. tant comme p.; 14979-82 rempla- 
cés dans Ba par En prison pour Dieu me metez Voz aneaus au 
mains me prêtez — 14982 Be Pour qu'on m. peûst : Ca entraper 

— 14983 Ba En voz aneaus estre d.; He L. p. requier durement 

— 14985 Be Ce s. hors p. — 14986 Ba Ou s. s.; Be De ce soies 
bien p. p., Ce B. soie de ce p. p. — 14987 Ce Qui d.; Be Ce s, 
se d. — 14988 Ce saille — 14989 Ba p. q. n. défaut 



86 JEAN DE MEUN 

Mais, s'il i a par mei défaut, 

Faites mei trousser mes paneaus, 
14992 E saillir hors de voz aneaus ; 

Car, se je jamais vous courrouz, 

Puniz vueil estre dou courrouz ; 

Vous mcismes en seiez juige, 
14996 Mais que nus fors vous ne me juige. 

Haut e bas seur vous m'en métrai, 

Mais que vous n'i seiez que trei, 

E seit avec vous Bel Acueil, 
i5ooo Car celui pour le quart acueil. 

Le l'ail li pourrons recorder, 

E s'ous ne poez acorder 

A mei sot'rir, qu'il vous acort, 
I 5004 E vous tenez a son acort; 

Car, pour batre ne pour tuer, 

Ne m'en voudraic remuer. » 
Tantost Dangiers se rescria : 
I 5oo8 « He ! Deus ! quel requeste ci a ! 

Mètre vous en prison o li, 

1499 1 ^"^ ^- '^- ""ikier m. — 14992 Ce d. mes a. — I499-'' ^^ 
Et s.; He v. inoech ayre — '4994 ^^ ^- '^^ c.; He e. par martire 
— 14995 Ca Et V. — 14996 Be f. que v. n'en j. — 14997 He v. 
me m. — 1499^ ^^^ ^- "^ ^- — i5ooo Ca C. de li p. — i5ooi 
Les deux premiers mots corrigés dans Be ; Ce f. lor p., Ca ï. 
si p.; Ba Be Ce Ca pourrez r. — i5oo2 Ab E sou n., Ba Se 
vous n., He Et se vous n., Be Ce Ca Eb L Et se n.; Ce n'en 
p. — i5oo3 Eb Vers m. soufrés, He A m. souffres, Ba Au mains 
soufrez; Be s. qu'a vous s'a., Ce s. qu'a nous s'a. — i5oo4 He 
Et pri vous que soiiés d'acort; Ba ajoute Ncpourquant s'il vous 
est avis Que ge n'i doie estre ja vis Puis que ge me seré renduz 
Bien soie a ses fourches penduz Autre amande ja n'en prenez 
Par cest covent pris me tenez — i5oo6 Be Ce me v. — 15007 
Be Ce me r. — i5oo8 Ba ajoute Vous requérez que l'en vous 
pende A ses fourches sanz autre amende Bien savons que vous 
demandez Et quex fourches vous entendez Mes ja mar vous i 
atendroiz Que ja se Dieu plcst n'i pendroiz — i 5009 Be Ce He 
Métrai v. 



LE ROMAN DE LA ROSE 87 

Qui tant avez le cueur joli, 

E il le ra tant debonaire, 
i5oi2 Ne serait autre chose faire 

Fors que par amouretes tincs 

Meire Renart o les gelines. 

Quel servise vous i faciez, 
i5oi6 Bien savons que vous ne traciez 

Fors nous faire honte e laidure : 

N'avons de tel servise cure. 

Si restes bien de sen vuidiez 
i5o2o Quant juige faire le cuidiez. 

Juige! Pour le beau rei celestre ! 

Cornent peut jamais juiges estrc, 

Ne prendre seur sei nule mise, 
i5o24 Persone ja juigiee e prise? 

Bel Acueil est pris e juigiez, 

E tel digneté li juigiez 

Qu'il puist estre arbitres ou juiges ! 
I 5028 Ainz sera venuz li deluiges 

Qu'il isse mais de nostre tour ; 

E sera destruiz au retour, 

Car il Ta moût bien deservi, 
i5o32 Pour ce, senz plus, qu'il s'asservi 



iDoii Be Et cil L, Eb Et ele r.; Ba r. si d. — i5oi2 Ca He 
N'en s.; Be N'en savroit ; A Ba Eb, partie de L c. a (. — i5oi3 
Ce q. pour a. — i5oi4 Ce M. le r.; He M. R. avoec 1. glinnes 
— i5oi5 A Que s. nous {Ac peut-être vous) i; He Q. siermon 
que V. nous f.; Be s. que v.; Ce i freriés ; L Or tost ailiers v. 
pourchaciez — i5oi6 Be Ce q. n. pourchaciez ; He n. caciés — 
iSoig Ce S. estes b. — i5o2o Ce Qui juges t'. vous c; Be f. nos 
c. — i5o2i Be Ca, partie de L par 1.; Ba 1. haut r. — i5o22 
Be p. famé ju. — i5o23 Be Ce N. s. s. p. n.; Eb p. s. lui n. — 
i5o24 Ba P. qu'est j. — i5o26 Be Et a ce digne le j., Ce Et a ce 
faire vous j. — 15027 Ce Que p.; Be Ca a. et j., Eb a. ne j. — 
i5o28 Be s. courus 1.; He s. revenus d'Esturges — 0029 Ba d. 
ceste t. — i5o3o Be Ce d. sans r. — i3o3i Ab Ce i. a m.; i5o3i- 
160 manquent dans Be [un feuillet enlevé) — i5o32 Eb qu'il l'a. 



88 JEAN DE MEUN 

De tant qu'il vous ofri ses choses. 
Par lui pert l'en toutes les roses ; 
Chascuns musarz les veaut cuillir 

i5o?6 Quant il se veit bel acuillir ; 

Mais qui bien le tendrait en cage, 
Nus n'i ferait jamais domage. 
Ne n'en porterait on vivanz 

I 5040 Pas tant corne en porte li venz, 
S'il n'iert teus que tant mespreist 
Que vilaine force i feïst ; 
Si pourrait il bien tant mesprendre 

i5o44 Qu'il s'en ferait banir ou pendre. 

— Certes », fis je, « moût se mesfait 
Qui destruit ome senz mesfait, 
E qui senz raison l'emprisone; 

I 5048 E quant vous si vaillant persone 
Com Bel Acueil, e si oneste 
Qu'il fait a tout le monde feste, 
Pour ce qu'il me fist bêle chiere, 

i5o52 E qu'il ot m'acointance chiere, 
Senz autre achaison pris tenez, 
Malement vers lui mesprenez ; 
Car par raison estre deùst 

I 5o56 Hors de prison, s'il vous pleiist : 
Si vous pri donques qu'il en isse, 
E de la besoigne chevisse. 



i5o33 Ca En t.; Eh t. com v. — i3o34 Ba P. la p. — i5o35 
Eb m. li V.; Ca 1. va c. — 13040 Ce Nient plus que e.; 13040- 
55 omis dans Ba — i3o4i Eb n'est t. qu'il — i5o42 Ce Qui v. 
f. f. — i5o43 Ce Se p.; partie de L Et s. p. b. — 15044 Ce 
se f. — i5o45 Ca Par foi di j. ; divers C. dis on di j. — 15048 
Ce Grant honte fait a le p.; He q. de s. — 15049 ^'^ ^'^^ ^• 
A. est s. — i5o5o Ac Ba Ca Eb, partie de L Qui f. — i5o52 
Ba o. ma venue c. — i5o5!^ Ce oc. le t.; He Si cevel ne mance 
prendés — i5o55 He Qui p.; Ba C. il p. droit e. — i5o37 
Ba Or V. 



LE ROMAN DE LA ROSE 89 

Trop avez vers lui ja mespris : 
i5o6o Gardez qu'il n'i seit jamais pris. 

— Par fei », font il, « cist fos nous îrufle, 

Bien nous vait or paissant de trufle 

Quant si le veaut desprisoner, 
I 5064 E nous trair par sarmoner. 

Il requiert ce qui ne peut estre : 

Jamais par uis ne par fenestre 

Ne metra hors neis le chief. » 
i5o68 Lors m'assaillent tuit de rechief ; 

Ghascuns a hors bouter me tent : 

Il ne me grevast mie tant 

Qui me vousist crucefier. 
15072 Je, qui leur comenz a crier 

Merci, non pas a trop haut cri, 

A ma voiz basse a l'assaut cri 

'Vers ceus qui secourre me durent, 
iSojô Tant que les guietes m'aperçurent, 

Qui l'ost durent eschaugaitier. 

Quant m'oirent si mal traitier : 

« Or sus ! or sus ! » font il, « baron : 
i5o8o Se tantost armé n'aparon. 

Pour secourre ce tin amant, 

Perduz est, si Deus nous ament. 

Li portier le tuent ou lient, 

i5o59 Ba Ca He a. j. v. 1. m.; i5o5g-6o omis dans Eb — i5o6o 
Ba Ce Ca He ne s. — i5o6r .le cil f. — i5o62 Ba n. a o. pris a 
la t.; Ce va passant de la t. — i5o63 Ce Q. celi v., Eb Q. il le v. 

— i5o64 Ce n. tenir p. — i 3o65 Ce El r. c. que n.; Ab c. qu'il n. 

— i5o58 He L. m'asallirent d.; Ba ajoute Par paroles trop mal 
m'atirent Sanz cop ferir trop me martirent — iSoôg Ce C. a moi 
fors b. t.; He G. me va dehors metant — 15072 Ba Et ge 1. c; 
Ce Ca q. lors c. — lôn-j^ Ba Quant les guetes saillent au c; Eb 
b. ala haut c. — 15075-76 omis dans Ba — 15076 Ce i. gardes 
m'a. — 15078 Ba Ce Ca Q. me virent s. — 15079 Eb s. tantost b. 

— i5o8o Ac a. ne paron — iroSi He P. sera par saint .\inant ; 
Ab s. D. nés a. — i5o83 Eb 1. tienent o. ; Ce t. et 1. 



00 JEAN DE MEUxN 

15084 Bâtent, fustent ou crucetient. 

Devant aus brait a voiz série, 

A si bas cri merci leur crie 

Qu'enviz peut l'en oir le brait ; 
i5o88 Car si bassement crie e brait 

Qu'avis vous iert, se vous l'oez, 

Ou que de braire est enroez, 

Ou que la gorge li estreignent 
15092 Si qu'il l'estranglent ou esteignent. 

Ja li ont si la voiz enclose 

Que haut crier ne peut ou n'ose ; 

Ne savons qu'il béent a faire, 
15096 Mais il li font trop de contraire. 

Morz est se tantost n'a secours. 

Foiz s'en est trestout le cours 

Bel Acueil, qui le confortait; 

1 5 1 00 Or couvient qu'autre confort ait 

Tant qu'il puist celui recouvrer : 

Des ore estent d'armes ouvrer. » 

E cil senz faille mort m'eussent, 
I 5 1 04 Se cil de l'ost venu n'i fussent. 
Li baron aus armes saillirent 

Quant oïrent, sorcnt e virent 

Que j'oi perdu joie e soulaz. 
i5io8 Je, qui estaie pris ou laz 

i3o84 Ac Ca B. tuent o. ; Ce B. fièrent et c. — i5o86 Ab A! 
b. (sic); Ca Et a b. c. ni. 1. prie — 1 5o88 Ce Que s.; Ba s. basse 
voiz c. — 15089 Ce V. est s. v. volez — 15090 Ce Q. d. b. c. tous 
aroés ; He Q. d. criier e. esroés ; Eb b. ert es roés — 15092 Ca 
Ou q.; Eh S. qui les taignent o. cstranlent, Ba S. qu'il le tuent 
o. manhaignent ; Ce He l'e. et mehaignent — i5o93 Ce s. sa 
V.; Ba V. aclosc — 13094 Ba Q. mes c. n. p. ne n'o. — 15096 
Ba f. tant d. — i5o97 Ba s. il n'a tost s. — i5ioo Ab O. com- 
mant q.; Ce qu'a, consel a. — i5io2 He D. or couvient — 
i5io3 Ba Et il s.; Ca Et s. t. c. m. m' — i5io4 Ac Ce Eb v. ne 
f. — i5io7 Ab Q. j'ai p. — i3io8 Ce p. as 1., Eb p. es 1.; He 
Et ). q. p. e. o. i. 



LE ROMAN DE LA ROSE QI 

Ou Amours les autres enlace, 

Senz mei remuer de la place, 

Regardai le tourneicmeiit 
1 5 1 1 2 Qui comença trop asprement ; 

Car, si lost con li portier sorent 

Que si grant ost encontre aus orent, 

Ensemble trestuit trei s'alieni, 
i5ii6 Si s'entrejurent e atient 

Qu'a leur poeir s'entraideroni, 

Ne ja ne s'entrelaisseront 

Jour de leur vie en nule tin. 
i5i2o E je, qui d'esgarder ne tin 

Leur semblant e leur contenance, 

Sui moût dolenz de l'aliance. 

E cil de l'ost, quant il revirent 
i5i24 Que cil tel aliance tirent. 

Si s'assemblent e s'entrejoignent ; 

N'ont mais talent qu'il s'cntresloignent, 

Ainz jurent que tant i ferront 
i5i28 Que mort en la place gerront, 

Ou descontit seront c pris, (^4 

Ou de l'estour avront le pris, • 

Tant sont enragié de combatre 
i5i32 Pour l'orgueil des portiers abatre. 

Des or vendrons a la bataille, 

iSiog Ce \. amans e. — i5iii Ca Esgardai — i5ii2 Ce Com- 
mencier t. apertement — i5ii3 Ba Ce C. quant \. autre p. — 
i5ii4 He s. très g.; Ab He L o. entre eus o., Eb o. enteriaus 
o. ; Ba Ce Que [Ba Qui) Maie Bouche perdu o. — i5ii5 Eb t. 
t. salirent — i5 1 16 B Ce Ca L Ei s'e. ; Eb S. s'entrevienent et 
si dient — ibu-j Ba p. s'entrevaudront — i5ii8 Ba N. jamès 
n. s'entrefaudront; Ce N. j. nul jour n. se faudront — ibiig Ba 
a n. f. — 1 5 120 Ce Eb q. de garder n. — i5i2i Ce h. samblance 
— i5i22 Ce Fui m.; Ca M. fui d. — i5i23 Ce q. ice virent — 
i5i24 Ce c. cela a. — i5i25 Ce et se restraignent — i5i26 Ce 
m. cure q. — i 3127 He A. dient q. — i5 1 28 Ab m. a 1. — i5i 29 
Ba Eb s. ou p. 



92 JEAN DE MEUN 

S'orreiz cornent chascuns bataille. 
Or entendez, leial amant, 

i5i36 Que li deus d'Amours vous ament, 
E doint de voz amours joir ! 
En ce bois ci poez oir 
Les chiens glatir, s'ous m'entendez, 

15140 Au conin prendre ou vous tendez, 
E le fuiret, qui, senz faillir, 
Le deit faire es reiseaus saillir. 
Notez ce que ci vois disant : 

i5t44 D'Amours avreiz art soutisant; 

E se vous i trouvez riens trouble, 
J'esclarcirai ce qui vous trouble. 
Quant le songe m'orreiz espondre; 

15148 Bien savreiz lors d'amours respondre, 
S'il est qui en sache oposer, 
Quant le texte m'orreiz gloser: 
E savreiz lors par cel escrit 

I 5 I 52 Quanque j'avrai devant escrit, 
E quanque je bé a escrire. 
Mais, ainz que plus m'en oiez dire. 
Ailleurs vueil un petit entendre, 

I 5 I 56 Pour mei de maies genz défendre ; 
Non pas pour vous faire muser, 
Mais pour mei contre aus escuser. 



i5i35 Ba Ce e. seigneur a. — i5i38 ô^i Ce Ca porrcz o. — 
i5i39 Ab sou m', Eb s'or m", D Ce Ca He L se m. — 15141 Ce 
Et au veneur q. — i5i42 Ba Eb, partie de L aus r. ; Ce ou 
rousiau ; Ac raiseus, He rosiaus; Eb as r. venir — i5i43 Ab c. 
vous d. — i5!44 Ca S'a. d'A. art; Ce D'A. orrés dart s. ; He 
art voir disant — 15146 Ce Esciarchissiez c. que v. — 15148 Ba 
Ce D'à. porroiz {Ce m'orrés) assez r. — i3i49 Ba Ce C[. vous 
vueille o. — i5i5o Cet. verres g.— i3i5i Ca Et 1. s. p. — 
i5i52 Ba Ce Quanqu'il avra ou livre c. — i3i53 Ca q. j'en- 
tench a; Ce a descrire — i3i 35-58 omis dans Ce — ibibd Ba Eb 
He, partie de L m. des m. — i5i38 He m. entriaus e. 



LE ROMAN DE LA ROSE qS 

Si VOUS pri, seigneur amoureus, 
i5i6o Par les jeus d'Amours savoureus, 

Que, se vous i trouvez paroles 

Semblanz trop baudes ou trop foies, 

Par quel saillent li mesdisani, 
15164 Qui de nous aillent mesdisant, 

Des choses a dire ou des dites, 

Que courteisement les desdites; 

E quant vous les avreiz des diz 
i5i68 Repris, retardez ou desdiz, 

Se mi dit sont de tel manière 

Qu'il sait dreiz que pardon en quiere, 

Pri vous que le me pardoigniez, 
ibi/2 E de par mei leur respoigniez 

Que ce requérait la matire, 

Qui vers teus paroles me tire 

Par les proprietez de sei: 
15176 E pour ce teus paroles ai; 

Car chose est dreituriere e juste, 

Selonc Tauctorité Saluste, 

Qui nous dit par sentence voire : 
i5i8o « Tout ne seit il semblable gloire 

De celui qui la chose fait 

E de l'escrivain qui le fait 

i3i6o Ca Ce He Pour \. — i5i62 Eb t. laides o.; He b. ne t. 

— i5i63 L Por q. ; Ab saillant — i5i64 Eb d. vous a.. Ba d. 
riens a.; Ca n. voisent m. ; Ce Q. vos en voisent despisant — 
i3i65 Ba c. ou a d. ou d. ; Ce omet des — rôiôy C^ Par q. ; Eb 
a. apris — i5i68 He R. r. de nies dis; Eb Des dis ret. o. laidis 

— 15169-72 omis dans Ce — 15170 Ba Be Ce Ca Que d. s. q.; 
Be p. requière — 13174//^ v. les p., Eb v. ches p.; Ba Be Ce 
p. m'atire — i3i73 Ce Pour I.; Ba Be Ce P. la propriété; He p. 
que j'ai — (3176 Ba Ce P. c. dit t. [corrigé dans Be); Eb c. 
que t. — ibi-]- He C. c. d. ; Ba e. Jroiturel et; Ce C. la c. 
droite et justice [corrigé dans Be] — 13178 Ce Ta. Salixte [cor- 
rigé dans Be), Eb He l'a. Galuste — i5i79 Ce Q. vous d.; Ac 
d. por s. — i5i82 Eb q. Testrait 



94 JEAN DE MEUN 

Veaut mètre proprement en livre, 
1 5 1 84 Pour meauz la vérité descrivre, 

Si n'est ce pas chose legiere, 

Ainz est moût fort de grant manière, 

Mètre bien les faiz en escrit ; 
i5i88 Car, quiconques la chose escrit, 

Se dou veir ne vous veaut embler, 

Li diz deit le fait resembler; 

Car les voiz aus choses veisines 
15192 Deivent estre a leur faiz cousines. » 

Si me convient ainsinc paler, 

Se par le dreit m'en vueil aler. 

Si vous pri toutes, vaillanz famés, 
oigô Seiez dameiseles ou dames. 

Amoureuses ou senz amis, 

Que, se moz i trouvez ja mis 

Qui semblent mordanz e chenins 
i520o Encontre les meurs femenins, 

Que ne m'en voilliez pas blasmcr, 

Ne m'escriture diffamer. 

Qui toute est pour enseignement: 
0204 Qu'onc n'i dis riens certainement, 

Ne volenté n'ai pas de dire, 

Ne par ivrece ne par ire, 

i5i83 Ba Ce Doivent tout p. eslire {Ba p. ou lire); vers corrigé 
dans Be — i5i84 Ce P. 1. materc m. escrivre (vers corrigé dans 
Be); Ba l. matire d. — i5i86 Ce A. sont m. — i5i8g Ab n. nous 
V.; Ba Be Ce n. v. vucill e. — iSigo Ba Be Ce L'escrit doit — 
15192 Ac e. en 1. — i3i93 Ce c. ausi p. — 13194 Ba Be Ce He 
1. voir m' — iSig.T Ca t. nobles f. — iSigô Ba He Soient d. — 
iSigS Be Ce s. vous i t. mos m. — ôigg ^6 Q. semblant ; Eb Ca 
Q. soient m.; Be Ca L m. ou c, Ac m. ne c. ; Ce et tenins, Eb et 
chievins; He Q. trop vous voisent desjoingnant — lii^oo He Et 
viers m. f. poingnant — i320i He K'amours n. v.; Ca Eb n. me 
V. — i52o3 Ba Ca Eb Que t.; Ce e. par e. — 15204 ^^ ^^^ ^"^ 
n', Eb N'ainc n" — i52o3 Be Que v. ; Be Ce n'en a. d. d. ; L du 
d. — i52oG Ba p. entice n., Ce p. nicetc n. 



LE ROMAN DE LA ROSE ^h 

Par haine ne par envie, 
i52o8 Contre famé qui seit en vie ; 

Car nus ne deit famé despire, 

S'il n'a cueur des mauvais le pire. 

Mais pour c'en escrit les meïsmes 
i52i2 Que nous e vous de vous meïsmes : 

Poissons quenoissance aveir; 

Car il fait bon de tout savoir. 

D'autre part, dames enourables, 
i52i6 S'il vous semble que je di fables. 

Pour menteeur ne m'en tenez. 

Mais aus aucteurs vous en prenez 

Qui en leur livres ont escrites 
i522o Les paroles que j'en ai dites, 

E cens avec que j'en dirai ; 

Ne ja de riens n'en mentirai, 

Se li preudome n'en mentirent 
15224 Qui les anciens livres firent. 

E tuit a ma raison s'acordent 

Quant les meurs femenins recordent, 

Ne ne furent ne fos ne ivres 
15228 Quant il les mistrent en leur livres. 

Cil les meurs femenins savaient. 

Car touz esprouvez les avaient. 



13209 Eb omet despire — i52io Ce Se il n'est d.; Ba S'il n'est 
d. m. tôt 1., B^ Se il n'est d. autres 1.; Eb He c. de m.; Ca n'a 
d. m. c. 1. p. — 1 52 1 1 He L P. ce e. ; Ba He Eb \& m., Be Ca 
li m. — i52i2 Be Ce Q. v. et n. d.; Ba Q. v. el n. par ce m.; 
Ca Eb L d. nous m. — i32i? Be S'en p.; Hc Puissons le c; Eb 
congnoissances; i32i3-i8 manquent dans Ba [lacération) — i52i6 
Be q. die F. — i 52 17 Eb n. me t. — i52ig Be Qu'il — i 5220 Ba 
Eb q. j'ai ci d. — i3222 Ba Be Ce L Que j. ; Ba Ca He d. mot 
n'e. — i5223 Ca ne m. — i5225 Ca a mes raisons — i5226 Ca 
I. f. m. r. ; i5226-343 manquent dans Ba [un feuillet enlevé) — 
15227 Be Qui n., Ce Qu'il n., Ca II n. — 15228 He Q. 1. m. 
premiers en livre — i522g Ab Cist 1. 



g6 JEAN DE MEUN 

E teus es famés les trouvèrent 
i5232 Que par divers lens esprouverent ; 

Par quel meauz m'en devez quiter : 

Je n"i faz riens fors reciter, 

Se par mon jeu, qui po vous couste, 
i5236 Quelque parole n'i ajousie. 

Si con font entr'aus li poète, 

Quant chascuns la matire traite 

Don il li plaist a entremeire; 
15240 Car, si con tesmoigne la letre, 

Prortz e delectacion, 

C'est toute leur cntencion. 

E se genz encontre mei groucent, 
15244 Qui se troublent e se courroucent, 

Qu'il sentent que je les remorde 

Par ce chapitre ou je recorde 

L.es paroles de Faus Semblant, 
15248 E pour ce s'aillent assemblant 

Que blasmer ou punir me vueillent, 

Pour ce que de mon dit se dueillent, 

Je faz bien protestacion 
i5252 Qu'onques ne fu m'entencion 

De paler contre orne vivant 

Sainte religion sivani. 

Ne qui sa vie use en bone euvre, 
i5256 De quelque robe qu'il se cueuvre, 

i323i Be Ce Ca El tous e. ; Ab Et dex et f . ; Be t. en t. — 
i5232 He Qui p.; Bc (le ci. .sens e. — i52;î3 Be Ce Pour q.; F.h 
m. me d. ; Ca q. ui'cu d. m. q. — 152^4 Ce J. n'en f. — i5233 
Ce S. m. cngien q. — 13236 Eb Autre p.; Ce Aucune chose i; 
He p. i;'i a. — i5237 Eb Fors che qu'en dirent 1. — i3238 Be 
Ce 1. parole t.; Eb Que c. 1. m. nt preste — i3239 Be Ce Eb 
i. leur p. — 13242 Eb Fu t. — 13243 Ce Ca Eb Qui s.; Be 
Qu'il semble q. : He Et dient q. j. trop 1. morde — 15246 Ce 
Pour le c. — 15248 Ca c. .-e vont a. — 15249 Ce Et b. ; Ac p. 
m'en v. — i5253 Ce N. que je seùssc e. — i5256 He D. quel- 
conques r. il 



LE ROMAN DE LA ROSE 97 

Ainz pris mon arc e Tentesaie, ^■^'^^^ 
Queusque pechierres que je seie, 
Si fis ma saiete voler 

i526o Generaument pour afoler. 

Pour afoler! Mais pour quenoistre, 
Fussent seculer ou de cloistre, 
Les desleiaus genz, les maudites, 

I 5264 Que Jésus apeJe ypocrites, 

Don maint, pour sembler plus onestes, 
Laissent a mangier chars de bestes 
Touz tens, en non de pénitence, 

15268 E font ainsinc leur astenance 
Si con nous en caresme fomes, 
Mais touz vis manjuent les ornes 
O les denz de detraccion, 

15272 Par venimeuse entencion. 

One d'autre seing ne fis bersaut, 

La vos e vueil que mes fers aut. 

Si trai seur aus a la volée, 
1 5276 E se, pour aveir la colee, 

Avient que desouz la saiete 

Aucuns on de son gré se mete, 

Qui par orgueil si se deceive 
15280 Que deseur sei le cop receive, 

Puis se plaint que je l'ai navré, 

1 5257 Ab m. art. ; He a. si l'e. — 1 5261 Eb a. ou p. : Be Ce 
Non pas pour ce m. — i5263 Eb Des d. — i5265 Ce Devant p.; 
Eb par samblant p. ho. — iSaôô B Ca Ce Eb He L char; B Ca 
He L d. beste — 15267 Ca e. liu d. — i5268 Ce f. ausi 1. — 

15269 He S. que n. ; Ca c. e. kar. faisommes — 15270 Ce Et t. 

— 15271 Ce d. d. destruction — 0272 Ce Od v. — 15273 Be 
Onques d'autres n.; Ce O. d'autres n. f. je b.; He O. d'à. en s. 

— 15274 He B Ce L L,. vois; Ca L. voeilg je adès q., Eb L. 
veu je bien q.; A q. mi f. (mi dans Ab remplace un mot gratté, 
qui était peut-être ii); Ac Be Ce f. saut — 15277 -^^ '• sieste — 
0278 Ca A. d. s. bon g. — 15279 Eb Qu'il p.; Ce se descoevre 

— i528û A Q. de seur s.; Ce c. recoevre — i328i Be Plus s. 

Tome IV. 7 



98 JEAN DE MEUN 

Courpe n'en ai ne ja n'avrai, 

Neïs s'il en devait périr; 
15284 Car je ne puis nului ferir 

Qui dou cop se vueille garder, 

S'il set son estât regarder. 

Neïs cil qui navré se sent 
15288 Par le fer que je li présent, 

Gart que plus ne seit ypocrites, 

Si sera de la plaie quites. 

E nepourquant, qui que s'en plaigne, 
0292 Combien que preudome se feigne, 

One riens n'en dis, mien escient, 

Coment qu'il m'aut contrariant. 

Qui ne seit en escrit trouvé 
15296 E par esperiment prouvé, 

Ou par raison au meins prouvable, 

A cui qu'el seit désagréable. 

E s'il i a nule parole 
i53oo Que sainte iglise tiegne a foie, 

Prez sui qu'a son vouleir l'amende, 

Se je puis soutire a l'amende. 
Franchise vint prumierement 
I 5304 Contre Dangier moût umblement, 

Qui trop ert fiers e courageus. 



15282 Ca Eb Coupes, Be Ce Cure n'c. ; Ca C. n'i ai; A n'e. oi 

— 15284 He n'en p.; Ce n. veul n. — i5286 Ce S'il fait s. — 
15287 He q. si n. — i 328g Ca G. qu'il n. s. p. y.; Be p. n'i s. 

— 15291 Be Ce n. quel [Ce que) qu'il se faigiie; Ca se p. — 15292 
Be Ce Et bien [Be Drois est) q. p. s. plaigne — 15293-94 omis 
dans Eb — 15294 Be Ce L Combien q.; He Quoi qu'il voissent 
c; Ce qu'il vait c. — i52g5 Ca Eb Qu'il n., Ce Que n. — 15296 
Ac Ce Ou p. — 15298 Ca Ce He, partie de L c. qu'il s.; Ba 
Be Eb, partie de L c. que s. — i53oi Be Ce s. plaisir l'a. — 
i53o2 He souffrir; Be Ce s. l'a.; Eb ajoute A ma matere revenrai 
De la bataille avant dirai — i53o3 Ce He F. vient p. — i53o5 
Be Ce e. fel et orgueilleus 



LE ROMAxN DE LA ROSE 99 

Par semblant fel e outrageus; 

En son poing tint une maçue, 
i53o8 Fièrement la paumeie, e rue 

Entour sel cos si perilleus 

Qu'escuz, s'il n'est trop mervilleus, 

Nou peut tenir qu'il nou pourfende, 
i53i2 E que cil vaincuz ne se rende 

Qui contre lui se met en place, 

S'il est bien atainz de la mace ; , 

Ou qu'il nou confonde e escache, 
i53i6 S'il n'est teus que trop d'armes sache. 

Il la prist ou bois de Refus, 

Li laiz vilains, que je refus; ^ , 

Sa targe fu d'estouteier, ''**^*" ' ^^-^ 
i5320 Bordée de genz viteier. -^" 

Franchise refu bien armée; 

Moût serait enviz entamée, 

Pour qu'el se seiist bien couvrir. 
15324 Franchise, pour la porte ouvrir. 

Contre Dangier avant se lance ; 

En sa main tint une fort lance, 

Qu'ele aporta, bêle e polie, 
15328 De la forest de Ghuerie. 

N'en creist nule tel en Bière : 

Li fers fu de douce prière; 

Si rot, par grant devocion, 

i53o6 Ab s. fol ei, Be Ce Ca s. fiers et — i5?07 ^^ E. sa 
main t.; Eb tient — iSSog Eb E. lui c. — i53io Ca Cascuns s'i. 
n'e. moût m.; Ac He n'iert — i53ri i/e L Ne p.; He t. que n.; 
Ebne. p. — i53i2 Be Ce Et q. tout a terre n'estende — i53r3-i6 
omis dans Be Ce — ib3i4 He d. se m. — [53i5 He c. et effronté 
— i33i6 Ca q. des a. s. ; He Plus seit d'à. q. rois ne conte — 
i53i7 Ce p. en h. — i53iS Be Ce L. ors v. — i532o Ca Eb 
Bendee d. — i532i Eb fu moût b. — i5322 Be M. e. s. e. — 
i5323 Ce Puis q.; Ca s. peuist b. — 15327 Ce Eb porta; Be a. 
grosse et— i5328/fed. Druerie, Eb d. Cruerie — 15329 -^^ Ce 
Ca Eb e. bruiere — i533o Be Ce f. est d. — i533i Ce S. rest p. 



100 JEAN DE MEUN 

i3332 De toute suplicacion 

Escu, qu'onques ne fu de meins, 
Bordé de jointures de mains, 
De promesses, de couvenances, 

i5336 Par sairemenz e par fiances 
Coulouré trop mignotement: 
Vous deïssiez certainement 
Que Largece le li bailla, 

15340 E qu'el le peinst e entailla, 

Tant semblait bien estre de s'euvre. 
E Franchise, qui bien s'en cueuvre, 
Brandist la hante de la lance, 

15344 E contre le vilain la lance, 

Qui n'avait pas cueur de coart, 
Ainz semblast estre Renoart 
Au tinel, s'il fust revescuz. 

15348 Touz fust pourfenduz li escuz, 
Mais tant iert forz a desmesure 
Qu'il ne cremait nule armeiire, 
Si que dou cop si se couvri 

i5352 Qu'onques sa pance n'en ouvri. 
Li fers de la lance brisa, 
Par quel le cop meins en prisa. 



i5332 Be Ce He D. douce s. — i5334 Ca Bondé d.; Be B. 
par j. — i3333 Ce D. prometre et connoissances ; Eb de con- 
noissanches — i5336 Be P. sermonner et — i5337 Ce Si c. m. 
— 1 5338 £6 V. veissiésc. — ibSSg He Q. L. dont li b. — i5340 
He et l'e. — ib3^i Be Ca Trop s.; Ce d. l'oev. — 15342 Eb He 
se c. — 0343 Be Ce B. I. lance si li (Ce le) 1. — i5344 Ba Be 
Ce Au V. droit par mi (Be D. a. v. p. m., Ba A. v. lot d. en) la 
pance; Ca Eb v. se 1. - i5345 Ce n'a. point c. — 15346 Ba Be 
Ce Eb He L A. sembloit e. — 15347 ^^ ^^ '• 'îU' f- (vers cor- 
rigé dans Ce) — 15348 Ca Tost fu p., Bâ Tost ot p. ; Be Et f. 
dolens et irascus [vers corrigé dans Ce) — 15349 Be t. fu f. — 
i535o Be Ca n. doutoit 11., Ba n. crient rien n. — i5354 Ca Pour 
q.; Ba m. s'en p., Ce m. se p. 



I^f*^' 



LE ROMAN DE LA ROSE lOl, 

Si riert moût d'armes engoursez 
i5356 Li vilains fel e aoursez; 

La lance prent, si la depiece 

A sa maçue, pièce a pièce, ^/•*^*--*^''" 

E puis esme un cop grant e fier : 
i536o « Qui me tient que je ne te fier », 

Dist il, « orde garce ribaude ? 

Cornent as ore esté si baude 

Qu'un preudome osas assaillir?» 
1 5364 Seur son escu fiert senz faillir 

La preu, la bêle, la courteise : 

Bien la fait saillir une teise 

D'angoisse, e a genouz l'abat; 
i5368 Moût la laidenge, moût la bat, 

E crei qu'a ce cop morte fust 

S'ele eiist fait escu de fust : 

« Autre feiz vous ai je creiie, 
15372 Dame orde, garce recreiie », 

Dist il, « n'onc bien ne m'en chaï. 

Vostre losenge m'a trai, 

Par vous sofri je le baisier, 
15376 Pour le ribaudel aaisier ; 

Bien me trouva fol debonaire; 

Deable le me firent faire. 



i5355 Eb S. rest, He S. iert; Ca Ce Siert il d'à.; Ba S. ert 
d'à. m. engoussez, Be S. e. m. d'à. engoisseux; Bâ Si iert d'ar- 
gunes bien e.; £'è //e d'à. encoursés ; Ce m. angoisseus — i5356 
Ce V. faus {d'un correcteur) et orgelleus; Be f. et courageux — 
15357 ^^ ^^ L. L prist s. {Be et) 1. — i5358 Ac Ce O s.; vers 
omis dans Bâ; Be Ce ajoutent Tous fu {Ce fust) depeciés {Ce 
pourfendus) li escus S'il ne fut si {Ce Se n. se f.) bien deffendus 
— i535g Ca P. aesmc u. — i5362 B Ce Eb a. tu e. — IÂ363-66 
intervertis dans Eb (i3366 B. a f.) — i5367 Be Ce Et d a. a g. 
{Ce as g.) l'a. — i5368 Be M. l'angoisse m. 1. débat; Ce Ca He 
I. 1. et m. — 15370 Ba Be Ce Ca S'el {Be Se'; n'e. ; Ca n'e. fort 
e.; vers omis dans Bâ — 15372 He g. mal venue — i5373 Be Ce 
omettent n' — i5375 Be v. soufroie 1. 



102 JEAN DE MEUN 

Par la char Deu, mar i venistes, 
I 538o Qui nostre chastel assaillistes ! 

Ci vous esieut perdre la vie. » 

E la bêle merci li cric 

Pour Deu, que pas ne la cravant, 
15384 Quant ele ne peut en avant. 

E li vilains croie sa hure, 

E se forsenne, e seur sainz jure 

Qu'il l'ocierra senz nul respit. 
i5388 Moût en ot Pitié grant despit, 

Qui, pour sa compaigne rescourre, 

Au vilain se hastait de courre. 
Pitié, qui a louz biens s'acorde, 
15392 Tenait une miséricorde 

En leu d'espee, en trestouz termes 

Decourant de pleurs e de lermes. 

Cete, se li aucteurs n'i ment, 
15396 Percerait pierre d'aimant. 

Pour qu'ele t'ust bien de li pointe, 

Qu'ele a trop agiie la pointe. 

Ses escuz iert d'alegement, 
15400 Touz bordez de gémissement, 

Pleins de soupirs e de complaintes. 



13379 ^^ '^^ ^'^^ '"•' ^^ ^'^ ^^ ^ "^^' ' — i338o Ca Quant n. 
— i538i Be Ce Si v. — i3383 He Ce et divers l'acravant — i5384 
Be Car el n. p. plus c. a. — i5385 Be Ce v. tourne la h., Ca v. 
lieve la h.; Bâ Eb He c. \a. h. — i5386 Ce Et ï. — 13389-90 in- 
tervertis dans Be Ce Ton (i3389 Ce Et p. s. c. sccourrc; Be 
P. s. c. iluec r.) — oSgo Ba Ca h. d'accoure — 13391 Ba Be 
Ca tout bien — i3393 /^ d'e. entre touz t.; Ce e. tous t.; He 
d'e. faite a Parmes — 13394 Ce Ca De courrous d. p., Be 
Plaine tk d. p. — i3393 Be Toute s., Ce Estoit s.; Be Ce I. 
maistres n.; B Ce Ca Eb He L ne m. — 13396 Be Ce El [Ce 
Ele) perçast p. — 13397 He Pruec q., Eb Puis q.; B C P. tant 
qu'el [Ca kc, Ba Be Ce qu'ele) ï.; L omet bien — 13399 Be e. 
est d'à., Ca e. fu d'à.; Eb d'alcgemens — 13400 Be Ce Et b.; Eb 
gemisscmcns 



LE ROMAN DE LA ROSE loS 

Pitié, qui pleurait lermes maintes, 

Point le vilain de toutes par/, 
1 5404 Qui se defent corne uns leparz ; 

Mais, quant ele ot bien arousé 

De lermes Tort vilain housé, 

Si le convint amoleier. 
I 5408 Vis li fu qu'il deûst neier 

En un fleuve, touz estourdiz : 

Onques mais, pour faiz ne pour diz. 

Ne fu si durement hurtez. 
15412 Dou tout défaillait sa durtez ; 

Feibles e vains branle e chancelé, 

Foir s'en veaut, Honte l'apele : 

« Dangiers, Dangiers, vilains prouvez, 
15416 Se recreanz estes trouvez, 

Que Bel Acueil puisse eschaper, 

Vous nous fereiz touz atraper; 

Qu'il baillera tantost la rose 
15420 Que nous tenons çaienz enclose; 

E tant vous di je bien senz faille, 

S'il aus gloutons la rose baille, 

Sachiez qu'ele en pourra tost estre 
13424 Blesmie ou pale ou mole ou flestre. 

E si me repuis bien vanter : 

Teus venz pourrait çaienz venter. 

Se l'entrée trouvait ouverte, 
15428 Don avrions domage c perte : 



15404 S C Eb omettent uns — i54o5 Eb b. avisé — 15406 Ba 
Be Ce D. 1. le v. — 15407 Ac S. l'escovint — 0410 Ba One m. 
ne p. — 15412 Eb De t. — i54i3 Be v. baaille et, L v. tremble 
et — 15414 Ce Ca Eb, partie de L s'e. vout, He se. vait — 15419 
Bâ Que Bel Acueil t. — 15420 Ba Be Qui encore est ç , Ce Qui 
est encor ç. ; Eb omet tenons — 15422 Ce Se 11 g.; Eb a g.; Ca 
au glouton — 15424 Be O. p. o. b. o. f., Ce O. blewe o. p. o. 
pis o. f. — 15425 He m. puis or b. — 15426 Be v. porra ç. — 
15428 S Ce Domage i a. et ; Ca D. nous ariens d.j Eb d. ou p. 



104 ""^^^N ^^ MEUN 

Ou que trop la graine esmouvrait, 

Ou qu'autre graine i aplouvrait 

Don la rose serait charchiee. 
15432 Deus doint que tel graine n'i chiee! 

Trop nous en pourrait meschoeir ; 

Car, ainz qu'ele en peiist choeir, 

Tost en pourrait, senz resortir, 
15436 La rose dou tout amortir ; 

Ou se d'amortir eschapait, 

E li venz teus cos i frapait 

Que les graines s'entremellassent, 
1 5440 Que de leur fais la fleur grevassent, 

Que des fueilles en son descendre 

Feïst aucune ou que sait fendre, 

E par la fente de la fueille, 
15444 La quel chose ja Deus ne vueille ! 

Parust desouz li verz boutons. 

L'en dirait par tout que gloutons 

L'avraient tenue en saisine : 
15448 Nous en avrions la haine 

Jalousie, qui le savrait, 

Qui dou saveir tel deul avrait 

Qu'a mort en serions livré. 
15452 Maufé vous ont si enivré. » 

15429 He O. t.; B Ce Q. [Be Car) 1. g. t. {Be tost) s'e. — i543o 
Bâ Qu'a.; Be Ce Contre l'iave qui ploveroit {Ce q. i plouvroit); 
He omet i — i543i Ca s. tachiee, Eb s. cachie — i5432 Be Ce 
t. pluie, Ca t. rose ; Ce Ca ne c; He n'enchie — 15434 Ca omet 
en; le vers est omis dans Bâ — i5435 Ab Tout e. ; Bâ Dont tant 
p. — 15437 B Ce Et s. ; Ce s. de morir e. — i5438 Ce tel cop 

— 0439 L Et 1. — 15440 Ca Qui d., Be Ce Et d. ; Be les flors 

— 15441 Eb Qui d. ; Ce Q. les f. ; Ba Ce f. a s. ; C^ f. ens ou 
d.; Be s. dertendre — 15442 Ca He omettent ou — i5443 L I. 
faute d. — 15445 Bâ omet verz; He Euist descouviert le b. — 
15446 Be p. Dieu q. — >5447 L L'a. demie e. — 15448 Ba Si e. 

— i545o Ba Be Ce Et d. ; S Ce s. grant d. — 15451 Ba Be Ce 
Tuit s. a m. 1. — 15452 L M. nous 0. 



LE ROMAN DE LA ROSE Io5 

Dangiers crie : « Secours, secours! » 

Atant es vous Honte le cours, 

Vient a Pitié, si la menace, 
I 5456 Qui trop redoute sa menace : 

« Trop avez », dist ele, « vescu ; 

Je vous froisserai cel escu ; 

Vous en gerreiz encui par terre. 
15460 Mar empreistes cete guerre! « 
Honte porte une grànt espee, 

Bêle e bien faite e bien trempée, 

Qu'ele forja douieusement .• . 

15464 De soussi d'aperceivement ; 

Fort targe avait, qui tu nomee 

Doutes de maie renomee : 

De tel fust l'avait ele faite. 
15468 Mainte langue ot ou bort pourtraite. 

Pitié fiert si que trop la ruse ; 

Près qu'el ne la rendi concluse. 

Atant i est venuz Deliz, 
15472 Beaus bachelers, forz e esliz. 

Cil fist a Honte une envaie. 



15454 Ab Datant — i5455 He Vint a; ^* V. la P. — i5456 Be 
Ca Car t.; He Q. pau r. — i5458 Ba v. crèverai, Be Ce v. per- 
cerai, Bâ V. brisera — 15459 Eb Mais v. en g. mort p.; 15459-60 
omis dans B Ce {ajoutés plus tard dans Be et dans Ce) — 15460 
Eb He Ca Mal e. — 15461 He H. portoit se g. ; B Ce El tint 
en son poing [Be Ce e. sa main) u. e. — 15462 Eb Bel est b., 
L Clere et b. ; Be Ce B. et boine et b. t. {Be atrempee); Ba 
Aussi com de langue copee — 15463 Be Qu'c... {corrigé) d.; Eb 
Qu'e. froia d.; Ce Qu'e. en teri honteusement — 15464 Ba Dou 
s., Ce D'un s. — 15465 corrigé dans Be — 15466 Ce Durté d. m. 
destinée {corrigé dans Be) — 15468 Be Ca au b.; Ba es borz, Ce, 
partie de L ou bout — 15469 Be Ce q. moût 1.; He q. tout 1. 
muse; Ca Eb 1. huse — 15470 Divers P. que n., Be Par poi n., 
He Pour poi n.; Ba Be Ca n. se r. : Ce n. l'a rendu c; Ca r. 
confuse — 15471 Ab A. iert v., Ce A. es vous v.; He A. e. vous 
venir — 15472 Eb b. preus et, L b. frans et; Ca b. gens et jolis 



I06 JEAN DE MEUN 

Espee avait de plaisant vie, 
Escu d'aise, don point n'avoie, 

15476 Bordé de soulaz e de joie. 

Honte tiert, mais ele se targe 
Si raisnablement de sa targe 
Qu'onques li cos ne li greva. 

15480 E Honte requerre le va, 

Si fiert Délit par tel angoisse 
Que seur le chief l'escu li froisse 
E l'abat jus tout estendu. 

15484 Jusqu'es denz l'eùst pourfendu, 
Quant Deus ameine un bacheler 
Que l'en apele Bien Celer. 

Bien Celer fu moût bons guerriers, 

15488 Sages e veziez terriers ; 

En sa main une queie espee, 
Ausinc con de langue copee ; 
Si la brandist senz faire noise, 

15492 Qu'en ne l'oist pas d'une toise; 
Qu'el ne rent son ne rebondie, 
Ja si fort ne sera brandie. 
Ses escuz iert de leu repost, 

15496 Onques geline en tel ne posi, 



15474 Ce d. plaisantie — 15473 Ce E. bourde d. p. {corrigé 
dans Be) — 15476 Be Entor d. — 15478 Be S. r. sous s. — 15479 
Bà Que 1. c. riens n. ; Be O. 1. c. n. le g. ; Ac n. la g. — 
15480 He H. forment s'esvcrtua — 15481 Be Ce Et f. — 0482 
Eb s. l'e. 1. ch. 1. — 13484 Ba Jusqu'aus; Eb d. l'a tout p. — 
15485 He omet Deus — 0487 Bà B. C. refu b. ; Ce f. hardis et 
lies; Be m. grans et gros — 15488 Ca et vighcreus t. ; He et 
viseus et entiers, Ce et tiers et envoisics; Be v. et tors, L v. et 
tiers— 15489 Be u. courte e. — 15490 8a Bâ Ca He, partie de L 
Ainsi c; Be Faite d'une 1. — 15491-94 omis dans Be Ce — 0495 
Ce Eb c. est d., He c. fu d. ; Eb d. lui r.; Ba Ce 1. repont {cor- 
rigé dans Be), He 1. repus — 15496 He G'o.; Ba One g. t. oef 
n. pont, Ce One g. tele n. ponst [vers corrigé dans Be); He n. 
pust 



LE ROMAN DE LA ROSE IO7 

Bordez de seiires alees 

E de revenues celées. 

Hauce l'espee e puis fiert Honte 
i55oo Tel cop qu'a po qu'il ne TetTronte. 

Honte en fu trestouie estourdie : 

« Honte », dist il, « ja Jalousie 

La doulereuse, la chaitive, 
i55o4 Ne le savra jour qu'ele vive ; 

Bien vous en asseurcraie, 

De ma main le hanceraie, 

S'en feraie cent sairemenz. 
i55o8 N'est ce granz asseûremenz? 

Puis que Maie Bouche est tuez, 

Prise estes, ne vous remuez. » 
Honte ne set a ce que dire. 
i55i2 Peeur saut toute pleine d'ire. 

Qui trop soûlait estre coarde ; 

Honte sa cousine regarde, 

E (^uant si la vit entreprise, 
i55i6 S'a la main a l'espee mise, 

Qui trop iert trenchanz malement. 

Soupeçons d'emboutissement 

Ot non, car de ce l'avait faite ; 
i552o E quant el l'ot dou leurre traite. 



15497 Ce d. couvertes a. — 15499 ^^ ^^ ^^^- ^i ^•' ■^'^ omet 
e — i55ooLc. que près q.; divers l'affronte— i55oi Eb Que H. 
e. f. toute e. — i55o2 Ca Dont d. H. j. J. ; Ce il a J. ; He H. 
Honte d. J. — i55o4 Be N. laissera j., Ce N. 1. verra ). — i55o5 
Ca Moût b. V. e. asseùrroie — i55o6 L Et d. m. m. t". ; He m. 
m. vous f. — i55o9 Ba Ce Des q. — i55io Ab P. est n. nous r. 
— ib5ii Ce Eb n. sot — i55i5 Be s. se voit e. ; i55i5-796, qui 
manquaient dans Eb, ont été rapportés au siècle dernier d'après 
un ms. sans intérêt : je n'en donnerai pas les variantes — i55i7 
He Q. t. est t. — i55i8 corrigé dans Be ; Bà S. d'aconlissement, 
He S. d'un empirement — i55i9 Be O. a n. d. ; Ce d. tel l'a. — 
i5520 Ca Q. ele l'o.; He q. elle l'o. toute t. 



I08 JEAN DE MEUN 

Plus fu clere que nul berill; 
Escu de doute de perill, 
Bordé de travail et de peine, 

i5524 Ot Peeur, qui forment se peine 
De Bien Celer tout detrenchier. 
Pour sa cousine revenchier, 
Le va seur son escu ferir 

15528 Tel cop qu'il ne le peut guérir. 
Trestouz estourdiz chancela, 
Adonc Hardement apela; 
Cil saut, car, s'ele recouvrast 

i5 5?2 L'autre cop, malement ouvrast : 
Morz fust Bien Celer senz retour, 
S'el li donast un autre tour. 
Hardemenz fu preuz e hardiz 

i5 536 E esperz par faiz e par diz. 

Espee ot bone e bien fourbie, 

De l'acier de forsenerie; 

Ses escuziert moût renomez; 

15540 Despiz de mort estait nomez ; 
Bordez fu d'abandonement 
A touz periz trop folement. 
Vient a Peeur e si aesme, 

15544 Pour li ferir, grani cop e pesme : 



I 552 1 5 Ce El f. p. c. q. b. — i 5522 5c Ce d. d. et d. — i5524 
Ce Et P. ; ce vers manque dans Bd — i3526 Ce P. Jalousie r. — 
15528 Be Ce Si fort q.; Be que n.; Ca Un t. c. ke n. pot g.; 
A L n. \a p.; He n. pooit g.; Be Ce Ca 1. pot i^. — i553o Ba Bâ 
H. tantost a., Be Ce Et M. tost a. — i5534 Ab S'el la d. — 
i5535 Ce f. fors et; Bd H. li tors li h. — i5536 Ba Bâ Ca He 
Et aperz p. ; Be Ce Et preus [Be fors) et aperz de biaiis d. — 
i3538 Ba Be Ce D'un a. — i5539 Ca e. fu m. ; Ba Ce e. qui crt 
r., Be e. fors et r. (15539-40 intervertis dans Ba Be Ce) — 15540 
He Respit d.; Ce D. d'amour e. — i554i Ce Bendez f . ; Ab f. de 
vaboncmant, Ac f. de dabonement [corrigé plus tard en de ban- 
donemcnt) — i5543 Ce a pooir et; Z. a P. s. li a.; Be et s. 
l'assainne — i5544 ^^^ De 1. f. t;. c. se painne 



LE ROMAN DE LA ROSE lôg 

Le cop lait courre e el se cueuvre, 

Car el savait assez de l'euvre 

Qui afiert a cete escremie. 
15548 Bien s'est de son cop escremie; 

Puis le fiert un cop si pesant 

Qu'el l'abat par terre gesant, 

Qu'onques escuz nou garanti. 
i5552 Quant Hardemenz jus se senti, 

Jointes mains li requiert e prie 

Pour Deu merci qu'el ne l'ocie ; 

E Peeur dit que si fera. 
i5556 Dit Seiirtez : « Ce que sera? 

Par Deu, Peeur, ici mourreiz : 

Faites au pis que vous pourreiz. 

Vous soûliez aveir les fièvres, 
i556o Cent tanz plus coarde que lièvres; 

Or estes desacoardie. 

Deable vous font si hardie 

Que vous prenez a Hardement, 
I 5564 Qui tant aime tourneiement, 

E tant en set, s'il i pensot, 

Qu'onques nus plus de lui n'en sot. 

N'onc mais, puis que terre marchastes. 
i5568 Fors en cet cas, ne tourneiastes; 

N'en savez taire ailleurs les tourz, 

15545 Ba Ce \. co. ele s., Bâ 1. co. si s. : Ac et cil s. — 15546 
Be Ce C. ele sot a. — 13548 Ba Be Ce d. ce c. ; Ce escrepie; He 
Amonl a Fcspee haucie; vers omis dans Bâ — 15349 ^^ P- 'i f-> 
He s. quisant*— f355o Ce Quil ab.; B Ce Ca He a. a t. — i5552 
Be Q. H. le cop sen. — i5534 Be Ca m. que n.; Ce L P. D. 
qu'el [ou que) n. l'o. mie — i3335 Be Ce P. jure q. — i5556 Bd 
S. d. q. c. s., Ca L D. S. q. c. s. — 1555; Ca Paor p. D. i. — 
i556o Ba Bâ Et p. co. estre q., Be Ce Et estre p. couars q. — 
i5562 Be Ce v. ont fait [Ce faite si) h. — i3363 Ac Qui v. ; 
1 5353-92 omis dans Be Ce— 15564Z, Q. trop a. — 1 5566 5a n. 
d. 1. p. ne.; He Que n. p. d. L ne. saroit — i3567 Ca Ains m. ; 
Bâ Conques p. — i5568 He e. ces c. 



1 10 JEAN DE MEUN 

Ailleurs, en touz autres estourz, 

Vous fuiez ou vous vous rendez, 
15572 Vous qui or ci vous défendez. 

Avec Chacus vous en foïstes, , y^^ 

Quant Hercules venir veistes ^s"' 

Le cours, a son col sa maçue ; 
15576 Vous fustes lors toute esperdue, 

E li meïstes es piez eles, 

Qu'il n'avait onques eii teles. 

Pour ce que Chacus ot emblez 
i558o Ses beus. e les ot assemblez 

En son recet, qui moût fu Ions, 

Par les queues a reculons, 

Que la trace n'en fust trouvée. 
15584 La fu vostre force esprouvee, 

La montrastes vous bien senz faille 

Que riens ne valez en bataille. 

E puis que hanté ne l'avez, 
i5 588 Petit ou neient en savez; 

Si vous esteut, non pas défendre, 

Mais foïr ou ces armes rendre, 

Ou chier vous esteut comparer 

15592 Qu'a lui vous osez comparer. » 

Seiinez ot espee dure. 
De fuite de trestoute cure, 
Escu de pais, bon senz doutance, 

15570 Ba e. ces a. — iSSyi Ca V. enfuies o. v. r. — 15572 Ac 
Mes q. ; Ca q. orendroit d. — i5573 Ba Chatus, Bà Catus, Ac 
L chascuns — i5575 Bâ De fol a s. ; ^c L. c. en s. — 15576 Ca 
He 1. si e. — 1^577 Ca Ke i. — 15578 He o. veut t. — 15579 
Ba Chatus, Bâ Catus, Ac L cliascuns — i558i Ba h. s. — i5583 
Ba Q. leur t. ; Ca L t. ne f. — i5587 He Et p. c'apris vous n. — 
i5588 Ba n. n'e. s. — 15589 ^^ S- "^ ^'- couvient p. — 15590 Ac 
f. et c. ; Ba 0. les a., Bd o. ses a., Ca He o. vos a. — i559r-96 
manquent dans Ba [lacération] — 15592 Bd Quant a 1. o. — 

15593 Ab He L o. l'e. — 15594 Ab, partie de L D. fuire d., 
Be Ce Bd Confite d. ; He D'acier qui de fuïr n'a c. 



LE ROMAN DE LA ROSE I I J 

15596 Trestout bordé de concordance. 

Peeur fiert, ocierre la cuide. 

En sei couvrir met son estuide 

Peeur, e l'escu giete encontre, 
i56oo Qui sainement le cop encontre, 

Si ne li greva de neient. 

Li cos chiët jus en glaceiant, 

E Peeur tel cop li redone 
15604 ^eur l'escu que toute Testone. 

Moût s'en faut po que ne Tafole. 

S'espee c ses escuz li vole 

Des poinz, tant fort i a hurié. 
i56o8 Savez que fist lors Seurté? 

Pour doner aus autres essemples, 

Peeur saisist par mi les temples, 

E Peeur li, si s'entreiienent. 
1 56 1 2 Trestuit li autre s'entrevienent ; 

Li uns se lie a l'autre e couple ; 

One en estour ne vi tel couple. 

Si renforça li chapleiz, 
I 56iô La rot si fort tupineiz 

Qu'onques en nul tourneiement 

N'ot de cos autel paiement. 

Tournent de ça, tournent de la; 



15596 Ac b. a c. — 15398 Ca A s.; Bâ E. foi c; Ba c. mist 
grant e.; Be Ce Mais el [Ce ele) ne fu pas de sens vuide — i55gg 
Bâ P. g. l'e. e., Ca P. son e. met e., He P. le. gieta e.; Be Ce 
Si sagement {Be ligament) le cop e. — i56oo Be Ce Et mist si 
son escu e. — i56oi Ce Qu'il n.; Be Qu'il n. se g. ; Ba S. qu'il 
n. le g. n. — i56o4 Be Ce S. son e. q. tout Te.; Ac q. trestot Te. 

— i56o5 Be Ce He M. eu f. : Ac p. qu'el n. — iSôoy Be D. 
mains que si f. l'a h.; Ca p. et t. f. l'a h. — i56o8 Ca S. k'adont 
f. S. — i56i I S Ce Et celé I. — i56t2 Be Et tuit 1. — [56i6 B 
Ce Ca He L. ot s.; Ab omet rot; Ce toupineis, Ca He turpineïs 

— i56i7 Ca O. e.; Ce He C'o. an. — i56i8 Ce c. si fait p. — 
i56i9 Be Courent d. c. courent d. 1., He Tourment d. c. tour- 
ment d. 1.; B Ce intervertissent 15619-20 



I 12 JEAN DE MEUN 

i562o Chascuns sa maisnie apela : 
Tuit i acueurent pelle melle. 
One plus espès ne neif ne grelle 
Ne vi voler que li cop volent. 

15624 Tuit se derompent, tuit s'afolent, 
One ne veïstes teus mellees 
De tant de genz ainsinc mellees. 
Mais, ne vous en mentirai ja, 

15628 L'oz qui le chastel asseja 
En avait adès le peeur. 
_Li deus d'Amours ot grant peeur 
Que sa gent n'i fust toute ocise. 

i5632 Sa mère mande par Franchise 

E par Dûuz Regart qu'ele viegne, 
Que nule essoine ne la tiegne ; 
E prisi trives endementiers 

i5636 Entre dis jourz ou doze entiers, 
Ou plus ou meins, Ja recité 
Ne vous en iert certainité ; 
Veire a toujourz fussent eus prises 

15640 S'a toujourz les eiist requises, 
Coment qu'il fust d'eles casser, 
Qui que les deùst trespasser. 
Mais, se son meilleur i seiist, 

15644 Ja trives prises n'i eiist; 



i562i Be i courent et p. et m. ; He a. p. et m. — 15622 Be Ce 
p. menu n. — i5623 Ca com I. — 15624 Be s. detranchent t.; 
Ce d. et a. — 15629 Be Ce av. assés 1.; Ba Bd ad. dou p. — 
i563i Ca He g. ne h; Ce g. ne fussent o. — i5633 He Et D. R.; 
Ca P. D. R. ke elc i v. ; Ce qu'e. i v. ; 1 5633-34 omis dans Be — 
i5635 Be Si p. ; L p. termes e. — 1 5636 Ab Autres d., Ca Outre 
d., He Dusk'a d., Bd Se tuit d. : Ba Be Ce, partie de L j. et d. — 
i5637 Ca m. la r.; Be Ce m. je [Be tant) vous devise — i5638 
Be e. fa autre devise, Ce e. sai pas la devise; Bâ i. la vérité — 
15640 Be Se a t. fussent r. ; Ce\. eussent quiscs — 15641 Abï. 
de les — 15642 Ce Que qui 1., He Q. qui 1. — 15643 Ce i eûst 



LE ROMAN DE LA ROSE I I 3 

E, se li portier ne Guidassent 

Que li autre ne les cassassent, 

Puis qu'eus fussent abandonees, 
15648 Ja ne fussent espeir donees 

De bon cueur, ainz s'en courrouçassent, 

Quelque semblant qu'il en montrassent. 

Ne ja trive ni eûst prise, 
i5652 Se Venus s'en fust entremise. 

Mais senz faille il le convint faire : 

Un po s'esteut arrière traire, 

Ou par trive ou par quelque fuite, 
i5656 Trestoutes les feiz que l'en luite 

A tel qu'en ne peut seurmonter, 

Tant qu'en le puisse meauz douter. 
De l'ost se partent li message, 
i566o Qui tant ont erré come sage 

Qu'il sont a Cytheron venu. 

La sont a grant eneur tenu. 

Cytheron est une jpontaigne 
15664 Dedenz un bois, en une plaigne, 

Si haute que nule arbaleste. 

Tant seit fort ne de traire preste, 

N'i trairait ne bouzon ne vire. 



15645 B Ce s. cil dedenz n. — 15646 Be Ce Q. cil de fors {Ce 
de hors) l.; Ba Bâ a. \.; B Ce 1. trespassassent — 15647 -^^ P- 
ques f., Ac P. qu'il f. — 15648 Ca J. n'i f.; Ce J. e. n. f. d., Be 
El n. lor fussent j. d.; Ba Ja trives n'i eûst d. — 0649 Ba Ca 
Ce He a. se c. — i5652 Ce S. V. en f. — i5653 He convient — 
i5654 Be Ce p. se [Ce s'en) convint ensus t. — i5655 L O. pour 
t. o. q.; B Ce o. p. autre f. — i5656 Ab Toutes \ . ; Ca Toutes 1. 
fies q. — i5657 Ba k c\\ q., Be Ce A ce q. — i5658 Ce T. que 
on p. — i5659 Ac s"en p. — i566i A Citheron, Ca He Citrion, 
Ba Cicheron, 5e Ba Chicheron, Ce L Ciceron — i5662 Cas. en 
g. — i5663 Ca Citrions, He Chitrions, Ba Cicherons, Be Bâ 
Chicheron, Ce Gyceron, L Ciceron — i5666 Be Ce s. ore d. — 
0667 Be t. .). bouson ; divers boujon, Ac boudon 

Tome IV. 8 



I 14 JEAN DE MEUN 

i5668 Venus, qui les dames espire, 

Fist la son principal maneir ; 

Principaument vost la maneir. 

Mais se tout l'estre descrivaie, 
15672 Espeir trop vous enuieraie; 

E si m'i pourraie lasser. 

Pour ce m'en vueil briement passer. 

Venus s'iert ou bois dévalée, 
15676 Pour chacier en une valee; 

Li beaus Adonis iert o li, 

Ses douz amis au cueur joli. 

Un petitet iert enf'antis, 
i568o A chacier en bois ententis. 

Enfes iert, jennes e venanz, 

Mais moût iert beaus e avenanz. 

Midis estait pieça passez, 
I 5684 Chascuns iert de chacier lassez ; 

Souz un poplier en l'erbe estaient, 

Jousie un vivier, ou s'ombreiaient. 

Leur chien, qui las de courre furent, 
i5688 Tagant ou ru dou vivier burent; 

Leur ars, leur darz e leur cuiriees 



i5668 Ac 1. amanz e. ; Be Ce d. empire — 13670 Ca P. pour 
].; Be A son oes pour 1. remanoir; veis omis dans Ce [ajouté 
plus tard) — iSôyi Ca l'e. devisoie — iSGyS Ca He Et se m' ; 5 
Ce L s. me p. — 15674 P^^'fie de L me v. — i5675 B Ce He 
omettent s' — 15677 -^ Adonys, Ca Abdonis, He Abduins, 5e 
Ozonis, Ce Azoins — 15678 Be S. fins a.. Ce S. biaus a. — 1567g 
Be U. petit estoit e. — i568o Ac Por c; Be De... {le reste du 
vers corrigé) ; Ce A canter; Ac Ba Be Ce Ca He, partie de L c. 
ou b.; vers laissé en blanc dans Bâ (écrit plus tard) — i568i Ca 
E. fu j. — i5682 Be Ce Ca Et m. — 15684 Ca C. fu d.; Ba Ce 
d. courre 1.; Be De courre estoit chasc. 1. — i5685 He Sour u.; 
Ca p. sus l'e. — i 5686 Be Ce Les .j. v. — 15687 Ce Lors c, Bâ 
Li c; Be L. c. d. c. lasse f. — i5688 Ab Taugant, Ac Bâ, partie 
de L Tanganz, Ba Taganz, La Taiganz; Be Ce Tant ont couru 
d.; He Taisant el r. de l'aiguë b. — 15689 He L. d. L a, et 



LE ROMAN DE LA ROSE I I 5 

Rorent delez aus apuiees. 

Joliement se déduisaient, 
15692 E ces oisillons escoutaient 

Par ces rainseaus tout environ. 

Après leur Jeus, en son giron 

Venus embracié le tenait, 
15696 E en baisant li aprenait 

De chacier en bois la manière, 

Si corne ele en iert coustumiere : 

« Ami, quant vostre meute iert preste. 
16700 E vous ireiz querant la beste, 

Se vous trouvez beste qui fuie, 

Chaciez la, puis qu'el tourne en fuie. 

Courez après hardiement; 
0704 Mais contre ceus qui fièrement 

Metent a défense le cors 

Ne seit ja cornez vostre cors. 

Coarz seiez e pareceus 
15708 Contre hardiz; car contre ceus 

Ou cueur hardi sont ahurté, 

Nus hardemenz n'a seûrté ; 

Ainz fait périlleuse bataille 
16712 Hardiz quant a hardi bataille. 

Cers e biches, chevreaus e chievres, 

Rengiers e dains, conins e lièvres, 



15690 B Ce Ca He Orent d. — 15692 Ba Et les o.: Be Ce Ba 
c. oiselès e. — 15693 Ab c. raiscaus, Ce He c. ruissiaus, Ca c. 
roisiaus — i56g4 Ac Emprès; He ens ou g. — 15697 ^^ ^^ ^^ 
Ca, partie de L c. ou b. — 15699 Be Ca He m. est p. — 15701-2 
intervertis dans L — 15702 B Ce \. des q. ; Ce qu'elle se i. — 
15703 Bâ Corant a. — i57o5 Ba Metront z ; Be & delTendre ; 
Ba Be Ce à. lorc. — 15706 Be Bâ L j. tornez v.; Ba Ce Ca He j. 
sonnés v. — 15709 3e Ce h. s'est a. — 15711 He Moût f . ; 
1 571 1-12 omis dans Be Ce [ajoutés plus tard dans Ce) — i57i3 
Ca C. b. et c. et c; Ce chevrols et c. ; Ac chevreus et c. — '5714 
Bd Baugiers et, Ce Ca He Senglers et [corrigé dans Be) 



I l6 JEAN DE MEUN 

Ceus vueil je bien que vous chaciez; 

iSjib En tel chace vous soulaciez. 

Ours, leus, lions, senglers defens : 
N'i chaciez pas seur mon defens ; 
Car iteus bestes se défendent, 

15/20 Les chiens ocient e pourfendent, 
E font les veneeurs meesmes 
Moût souvent faillir a leur esmes ; 
Maint en ont ocis e navré. 

I 5724 Jamais de vous joie n'avrai, 
Ainz m'en pèsera malement, 
Se vous le faites autrement. » 
Ainsinc Venus le chastiait, 

15-28 En chastiant moût li priait 
Que dou chasti li souvenist, 
Ou qu'il onques chacier venist. 
Adonis, qui petit prisait 

15732 Ce que s'amie li disait, 

Fust a mençonge, fust a veir, 
Tout otreiait pour pais aveir. 
Qu'il ne prisait riens le chasti. 

15736 Po vaut quanque cele a basti : 
Chastit le tant con li serra, 
S'el s'en part, jamais nou verra. 
Ne la crut pas. puis en mourut, 



13716 Be E. teux chaccs — i^yiy Be Ce O. I. 1. leupars d.; 
Bà omet leus — 13718 Be Nés c, Bà Neis c, Ba Ce Ca He L 
Ne c; Be Ce c. ja s.; rSyiS-ig intervertis dans Ab, avec des lettres 
de renvoi ab — '^yig Ca C. teles b. — iSyai-Bo manquent dans 
Ba [lacération) — 15722 Ce Morteument f., Bâ Maintes foiz f. — 
15724 Be Ce i. nul jour j.; He n'avrés — 10730 Be En quel 
lieu que c. — i373i A Adonys, Ca Abdonis, He Abdoins, Be 
Azonis, Ce Azoins ; Ba Bà q. moût poi p. [corrigé dans Be Ce) — 
15734 Bd T. otroie ; Ca He O. t. p. — i5735-36 intervertis dans 
Be Ce — 15737 Be Ce plaira — i5738 B Ce S'ele [Be Se) le let j. 
— 13739 Ca c. mie ains e. 



LE ROMAN DE LA ROSE II7 

15740 Qu'onc Venus ne l'en secourut, 

Qu'ele n'i estait pas présente. 

Puis le ploura moût la dolente, 

Qu'il chaça puis a un sengler 
15744 Qu'il cuida prendre e estrangler, 

Mais nou prist ne ne detrencha, 

Car li senglers se revencha» 

Con fiere e orguiileuse beste : 
15748 Contre Adonis escoust la teste. 

Ses denz en l'aine li flati, 

Son groing estort, mort Tabati. 

Beau seigneur, que qu'il vous aviegne, 
15752 De cete essemple vous souviegne. 

Vous qui ne créez voz amies, 

Sachiez moût faites granz folies ; 

Bien les deussiez toutes croire, 
15756 Car leur dit sont veir corne estoire. 

S'eus Jurent : « Toutes somes vostres », 

Créez les corne paternostres ; 

Ja d'aus creire ne recréez. 
15760 Se Raison vient, point n'en créez. 

S'el vous aportait crucefis. 

N'en créez point ne que je fis. 

13740 Be Ce One \' .; Be n. le s.: Ca Dont V. pas n'en s., He 
Conques V. nel s.; vers omis dans Bà — 15741 B Ce N'ele — 
15742 Bâ P. em p. — '3744 He et enangler — 15745 Be n. p. 
pas n, n. trencha ; L n. nel d. — '^747 Ce Comme f. o. b.; 
15747-48 intervertis dans Be — 15748 A Adonys, Ca Abdonis, 
He Abduin, Be Ce Azonis; A esqueust, He eskeut — 1^749 Ce 
Les d. ; He S. dois e.; Ca d. el cors I. embaii ; Be Ce e. la 
hanche embati — i575o Ca E. s. g. m.; Ba Be Ce E. s. cop m. 
— i575i B Ce s. comment qu'il a.; He quoi qu'il — i5754 Be 
Ca He S. vous i. — i5755 Bd 1. deviez t.; Ba Be Ce 1. devez 
[Be savés) trestoutes c. — i5756 Be Ce Quant qu'eles dient c'est 
[Ce d. est) istoire — 15757 Be Ce Bâ S'el dient t. — 15759 Be 
D'eles c. — 15760 Ce p. nel c. : Ca pas nel c. ; i5i6o-65 man- 
quent dans Ba [lacération) — 15762 Bâ Ne c, Ce Ca Nel c; Ca 
He p. nés q.; ^ n. quel j.; Be Ce p. si com ). 



I I 8 JEAN DE MEUN 

Se cist s'amie eûst creiie, 
15764 Moût eust sa vie creiie. 

L'uns se jeue a l'autre e déduit 

Quant leur plaist ; emprès leur déduit, 

A Cyiheron sont retourné. 
15768 Cil, qui n'ierent pas séjourné, 

Anceis que Venus se despueille, 

Li content de lil en agueille 

Trestout quanque leur apartint : 
15772 « Par fei », dist lors Venus, « mar tint 

Jalousie chastel ne case 

Contre mon fill 1 Se je n'embrase 

Les portiers e tout leur atour, 
15776 Ou les clés rendront de la tour, J^ 

Je ne dei prisier un landon 

Mei ne mon arc ne mon brandon. » 
Lors tist sa maisnie apeler : 
15780 Son char comande a ateler, 

Qu'el ne veaut pas marchier les boes. 

Beaus fu li chars, a quatre roes, 

D'or e de pelles estelez. 
15784 En leu de chevaus atelez 

15764 Be M. fust miex s.; He ajoute Mais la mors trop tost 
l'atrapa Car li scnglcrs si tort frapa Abdoyn a la clere face 
Qu'il demora mors en la place — i3765 Be He Li u. j. ; Ce 
L"u. s. vie [pour jue) a — 15766 Ac Ba Bâ 1. plot ; Be après le d. 

— 0767 Be En C. ; Ca He Citrion, Ba Cichcron, Be Ba Chi- 
chcron, Ce Cyceron, L Ciceron — 15771 Ca q. li appartient {écrit 
sur grattage). Ce He 1. appartient — 15772 B Ce, partie de L 
P. f. [Be Certes) ce d. V. : Ca d. leur V., He d. or V.; partie de 
L d. V. m. i t. ; Ce Ca He m. tient — '5774 Ba Be Ce s. tout 
n'e., Ca s. ne l'e., Bà He s. ). m'e. — ib-jjb-jô omis dans Be 
Ce — 15776 A He r. et 1. [dans Ac et est une correction faite 
avec le bleu du riibricatcur sur grattage) ; Ca r. et les tours — 
15778 A m. art — 15779 ^'^ ^'^ ^^ "^- '^- ^- — 15780 Ab a 
estelcr — 15781 Ac Ca n. veut p. ; He p. passer 1.; Ca m. es b. 

— [3783 He d. pierres estellecs — 15784 Ab c. estelez, Be Ce c. 
ensclcs, He atelecs 



LE ROMAN DE LA ROSE II9 

Ot aus limons sis çoulombeaus, 

Pris en son coulombier mont beaus. 

Toute leur chose ont aprestee. 
15788 Adonc est en son char montée 

Venus, qui Chasteé guerreie. 

Nus des oiseaus ne se desreie; 

Bâtent les eles, si s'en partent. 
15792 L'air devant aus rompent e partent, 

Vienent en Tost; Venus venue, 

Tost est de son char descendue. 

Contre li saillent a grant feste, 
15796 Ses fiz prumiers, qui par sa heste 

Avait ja les trives cassées, 

Anceis qu'eus fussent trespassees; 

Qu'onques n'i garda couvenance 
i58oo De sairement ne de tiance. 

Forment a guerreier entendent : 

Cist assaillent, cil se défendent; 

Cist drecent au chastel perrieres; 
i58o4 Granz chaillous de pesanz prières 

Pour leur murs rompre leur enveient. 

E li portier les murs hourdeient 

De forz claies refuseices, 
i58o8 Tessues de verges pleïces, 



13785 Ab Ont a.; Ca L O. es 1. — ibjSH Ce c. entrée — 13789 
Ba Tantost q. — 15790 Be Ca à. colons n. — 15791 Be Ce Ca 
He, partie de L B. lor e. — 15793 Ba Be Ce Voient q., Bâ 
Volent e.; He Tant qu'en l'o. est V. — i 5795 Ba 1. saut l'ost a, 
Bâ l. saut lors a; Ce l. saut a moût g. haste, Be I. sun.... 
[corrigé) g. heste — 15796 He S. f. misines q. p. s. fieste — 
15797 Ba Ce Ca t. passées, Be t. brisées — 15798 Divers A. que 
f. — i58o3 B Ce C. gietent a. — 15804 ^'^ Et g. c. et p. pieres; 
Eb cailleurs d. p. pieres; Be Ce Bd Cil {Be Cist) lor en regieteni 
arriéres — i58o5 L P. m. et P. les m; Ab 1. maus r. ; i58o5-io 
omis dans Be Ce Bâ — i58o6 Ca p. leur m.; Eb p. moût bien 
h.; Ab m. bourdoient — 15807 ^^ Leur murs de dois r. — 
i58o8 Ca He v. pelices 



I20 JEAN DE MEUN ^. ^ 

Qu il orent par granz estouties 

Par la haie Dangier cuillies. 

E cist saietes barbelées, 
i58i2 De granz promesses empenees 

Que de servises, que de dons, 

Pour tost aveir leur guerredons, 

Car il n'i entra onques fust 
i58i6 Qui touz de promesses ne fust, 

Dou fer ferrées fermement 

De fiance e de sairement. 

Traient seur aus; e cil se targent 
i582o Qui de défendre ne se targent, 

Car targes ont e forz e fieres, 

Ne trop pesanz ne trop legieres, 

D'autel fust come ierent les claies 
I 5824 Que Dangiers cuillait en ses haies, 

Si que traire riens n'i valait. 
Si con la chose ainsinc alait, 

Amours vers sa mère se trait, 

15828 Tout son estât li a retrait, 
Si li prie qu'el le secueure. 

« Maie mort », dist ele, « m'acueure, 

i58og Ca Ke il o. p. e. ; iSSog-io omis dans Ba {ajoutés plus 
tard en marge) — i58io Ca Eb En l.; Ab P. l'aie D. — i38ii 
Be Et grans s.; Ca s. bordelees; i58i 1-12 manquent dans Ba (la- 
cération) — i58i2 Ce g. pennes bien e. [corrigé dans Be) — i58i3 
Ba d. promesses q. — 15814 Eb Par tout a.; Ba Ce t. quitter 1., 
Be t. querre 1. — i58i5 Be C. i. n'ot iluec o. f.. Ce Que i. n'ot 
hom qui ileucques f. — i58i6 Ba Ce Que il d.; Ba Ce He 
promesse — 15817 ^c ^^ ^^ D'un f. ; B Ce He De f. ; Be De 
fois t.; Ce De fois jurée f. — i58i8 Ce f. ou d. — lôSig B Ce 
Cil (Be Bâ Et) lancent dars et c; Eb s. aus c. ne s'atargent — 
i582o Ce n. s'atargent — i582i Eb Carges o. ; Ba Bâ t. orent 
f., Ce t. erent f. — i5823 He De teil f. ; B Ce De tel f. c. furent 
(Ce fussent) 1. — 15824 Ba cueilli; He c. toutes voies; vers 
corrigé dans Ce — i5825 Be Ce q. r. t. n'i ; He r. ne v. — i5826 
Ab 1. glose, Ca c. li guerre — i5828 Ba Trestout s. e. 1. r. — • 

15829 ^'^ ^^ ^^ '- ^^ " '• • liivers p. que 1. 



LE ROMAN DE LA ROSE I2T 

Qui tantost me puisse acourer, 
i5832 Se je jamais lais demeurer 

Cliasteé en famé vivant, 

Tant aut Jalousie estrivant ! 

Trop souvent en grant peine en somes. 
I 5836 Beaus fiz, jurez ausinc des ornes 

Qu'il saudront tuit par voz sentiers. 

— Certes, ma dame, volentiers. 

N'en ierent mais nul respité; 
15840 Jamais, au meins par vérité, 

Ne seront preudome clamé 

S'il n'aiment ou s'il n'ont amé. 

Grant douleur est quant teus genz vivent 
15844 Qui les deduiz d'Amours eschivent, 

Pour qu'il les puissent maintenir. 

A mal chief puissent il venir ! 

Tant les hé que, se jes poisse 
15848 Confondre, touz les confondisse. 

D'aus me plaing e toujourz plaindrai, 

Ne dou plaindre ne me feindrai, 

Con cil qui nuire leur vourrai 

i583i Be Ce Et t. — i5832 Ba Bâ S. jam. laisse d. — i5834 
He Trop vait J., Eb T. voit J. — i5835 Ce T. forment e. g. p. 
s., Be Car t. forment pené e. s.; He Et t. s. e. p. s.; Ca e. p. s.; 
Eb omet en; dans Ac paine a été ajouté — i5836 Bâ j. ensi d. — 
i5837 A Eb Qui s. t. p. noz s. ; Be p. les s. ; Ce omet tuit — 
i5838 omis dans Bâ — i5839 Ab N'e. iert m. nus r., Ca N'e. iert 
jamais nuls r.; Ba Ja n'e. ert m., Bâ N'e. seroit m., Be Ce N'e. 
seront m. — 15840 He A. m. j. p. v. ; Ce Que j. p. ma v. ; 
1 5840-41 omis dans Be — i 5841 He N'en s. — 15842 Ac o. il n' ; 
B Ce ajoutent Touz les autres [Bâ L. a. t.) escommeni Ceus 
[Ce Tels) het Nature et jes reni — i5843 Ba Be Ce à. ai q.; Ce 
q. ces g. ; A Ba q. tel gent v. ; Eb e. que les g. — 15844 ^^ ^^ 
Ce 1. biaus gieus d'A. — 15845 Eb Par koi 1.; Ab puisse; He 
Puis qu'il le pueent m. — 15847 ^^ h. s. je les pooie ; Ce L s. 
je p., Ca He s. les p.; Eb s. je pooie — 15848 Ce Tout c. t.; Ca 
He C. je 1.: Be Eb confondroie — 15849 ^^ ^- "^^ P- — i585o 
Ce N. de p. — i 585 i Ca Ce He n. les v.; Ba 1. vourroie 



I 2 2 JEAN DE MEUN 

i3852 En touz les cas que je pourrai, 

Tant que j'en seie si venchiez 

Que leur orgueauz iert estanchiez, 

Ou qu'il seront tuit condanné. 
i5856 Mar fussent il onc d'Adan né, 

Quant si pensent de mai grever! 

Es cors leur puist li cuers crever, 

Quant mes deduiz veulent abatre! 
i586o Certes, qui bien me vourrait batre, 

Veire effrontcr a quatre pis, 

Ne me pourrait il faire pis. 

Si ne sui je mie morteus; 
1 5864 Mais courrouz en receif or teus 

Que, se morteus estre peûsse, 

Dou deul que j'ai la mort eusse; 

Car, se mi jeu vont défaillant, 
i5868 J'ai perdu quanque j'ai vaillant. 

Fors mon cors e mes vesteûres, 

Mon chapel c mes armeùres. 

i5852 Ba Be Ce 1. lieus ou j.; Be j. serai, Bà j. pourroie; Ac 
omet je — i5853 Ce q. je s.; Ba q. je s. d'aus v.; He q. je si v. 
en soie — i5854 Ba Ba Ca o. soit e., Eb o. est e. ; Be Ce o. tust 
estrangiez; He Que l'orguel jou cheir je voie; le copiste de Ab 
avait commencé à écrire soit; ;/ s'est repris pour écrire iert — 
i5855 Bâ qu'il soient t.; Ba Be Ce O. il s. [Ba soient) tenu com 
Be de) dames — i5856 B Ce Ca, partie de L Mal f . ; Ca o. de 
diu n.; Ba o. né de dames, Be o. ne de famés, Ce onques de 
famés — i5857 B Ce Qui s. ; Ce p. d'amours g. [corrigé dans Be) 

— i5858 Ba Bà Ou c. \ Ca c. les p. — i585g Be m. delis v. — 
i586o Bà, partie de L q. m. v. b. b. : Ac m. vcrroit b. — i386i 
Be affronter de .iiij. piex; Ce a .iiij. pcus — i5862 omis dans 
Ba Be Ce; He p. cmbatre empis — i3863 Be Et s. n. s. j. pas 
m. ; Ac n. fui ). — i5864 Eb M. les c. que je sent t.; omis 
dans B Ce — i5865 Ba Be Ce Mais s. — i3866 Eb L De d.; 
Ce Dous dix q. je 1. [corrigé dans Be); He j'a. m. reçuisse; 
15866-71 manquent dans Ba [lacération) — 15867 ^^ ''• "^^ g<^"t 
V. — 15869 ^'^ ^' • ^'^ "^•' ^^^ '^^ "^- armeûrcs [corrigé dans Be) 

— 0870 Bà et m. vcsicûrcs, Eb et m. lercûrcs 



LE ROMAN DE LA ROSE 123 

Au meins, s'il n'en ont la poissance, 
15872 Deiissent il aveir pesance 

E leur cueurs en douleur plaissier 

S'il les leur couvenist laissier. 

Ou peut l'en querre meilleur vie 
15876 Que d'estre entre les braz s'amie? » 
Lors font en l'ost le sairement; 

E, pour tenir le fermement, 

Ont, en leu de reliques, traites 
i588o Leur cuiriees e leur saietes, 

Leur ars, leur darz e leur brandons ; 

E dient : « Nous n'i demandons 

Meilleurs reliques a ce faire, 
15884 ^^ 9^^ ^^^^ nous peiissent plaire. 

Se nous cetes parjurions, 

Jamais creii ne serions. » 

Seur autre chose ne le Jurent, 
i5888 E li baron seur ce les crurent 

Autant con seur la Trinité, 

Pour ce qu'il jurent vérité. 

E quant ce sairement fait orent 
r5892 Si que tuit entendre le porent, 

Nature, qui pensait des choses 

Qui sont desouz le ciel encloses, 

Dedenz sa forge entrée estait, 
15896 Oti toute s'entente metait 

iSSyr Be Ce s'il n'eussent p. ; Eb omet n — iSHyS Be Ce En 
1. c. et d.; Ca c. de d. ; He doulours — 0874 Ab Be Ce Eb Si 
les; He S'il ne leur; Be Ce les rccouvenist ; Ca les le c. — 
15875 Ba Ce Que p.; Ca p. on trouver m. — 15877 -^ ^'o- grant 
s., Bâ l'o. tel s. — 15878 B Ce p. 1. garder {Bd g. 1.) t.; Ca Eb p. 
1. t. i. — i588o Be Ce Lor ars lor dars et 1. — 1 588 1-86 omis 
dans Be Ce [ajoutés plus tard dans Ce) — i5882 Ba Bâ n. ne à. 
— 1 5885-86 omis dans Bd — i5886 He n'en s. — i5888 Be Ce 
b. de c. !.; Ba c. le c. — 15889 ^^ Ce Aussi c. — iSSgS Ce p. 
ces c. — i5894 He s. dcdens 1. — 15896 Ac Ba Qui t. ; Ba Be 
Ce t. sa cure m. 



124 JEAN DE MEUN 

En forgier singulières pièces, 
Pour continuer les espieces; 
Car les pièces tant les font vivre 

I 5900 Que Mort ne les peut aconsivre, 
Ja tant ne savra courre après ; 
Car Nature tant li va près 
Que quant la Mort o sa maçue 

15904 Des pièces singulières tue 

Ceus qu'ai treuve a sei redevables: 
(Qu'il en i a de corrompables 
Qui ne doutent la mort néant ; 

iSgoS E touteveis vont decheant, 

E s'usent en tens e pourrissent, 
Don autres choses se nourrissent,) 
Quant toutes les cuide estreper, 

15912 Nés peut ensemble conceper ; 

Car, quant l'une par deçà hape, 
L'autre par delà li eschape ; 
Car, quant ele a tué le père, 

I 5916 Remaint il fiz ou fille ou mère. 
Qui s'en fuient devant la Mort 
Quant il veient celui ja mort ; 
Puis recouvient il ceus mourir, 



15897 B Ce Eb He, partie de L A f. ; partie de L Au f. — 
15899 ^^ ^- lespiece t.; Ab p. 1. f. t. v. ; He t. I. lait v. — 15900 
Eb p. es consivre — 15902 Be Que N. li v. si p. — KÔgoS Eb a 
s. — 15904 Ab D. s. p. t. ; Eb He Les s. p. t.; Bd D'espees s. 
— 15905 Ca t. un peu decevabies; Ba He s. recevables, Be Ce 
s. retenables — 15908 Be Toutesvoies v. ; He Et toutesvoies v. 
ceant — 15909 Ce En sanc e. t. et si p. ; Be Et... [correction) 
et — 1591 1 Ce Qui t.; B Ce Ca c. atraper — 15912 He N'en p.; 
Ba Bâ Ca Ne les p. e. haper, Be Ce Mais n. p. c. agraper — 
15913 Ce Et q.; Be l'u. partie h.; Ca p. delà h. — 15914 Be Ce 
L'a. partie 1.; Ca p. deçà 1. — i59i5 Be q. ele tue 1., Ce q. cela 
tue 1. ; vers récrit dans Ba — iSgiG Be Ce He R. ou fils ; Eb i. 
fille o. fil o. ; vers récrit dans Ba — 15918 He Car i. ; Ba Car 
q. i. V. c. m.; C.c c. amort — 1591Q Ba Be Ce Ca He r. iceus m. 



LE ROMAN DE LA ROSE I2D 

15920 Ja si bien ne savront courir : 
N'i vaut médecine ne veuz. 
Donc saillent nièces e neveuz, 
Qui fuient pour aus déporter 

13924 Tant com pié les peuent porter; 

Don l'uns s'en fuit a la querole, 

L'autre au moustier, l'autre a l'escole, 

Li autre a leur marcheandises, 
I 5928 Li autre aus arz qu'il ont aprises, 

Li autre a leur autres deliz 

De vins, de viandes, de liz ; 

Li autre, pour plus tost foïr, 
15932 Que Mort ne les face enfoir, 

S'en montent seur les granz destriers, 

A tout leur seurorez estriers; 

L'autre met en un fust sa vie, 
15936 E s'en fuit par mer a navie, 

E meine au regart des esteiles 

Sa nef, ses avirons, ses veiles ; 

L'autre, qui par veu s'umelie, 
15940 Prent un mantel d'ypocrisie, 

Don en fuiant son penser cueuvre, 

Tant qu'il père dehors par euvre. 
Ainsinc fuient tuit cil qui vivent, 

13920 Ba J. n. s. s. b. c. ; Eb s. couvrir, Be Ce s. fuir — 

15921 Ac Eb He médecines — 15922 A Don s., Bâ Lors s.; Ce 
Tout s. et n. ; Ab n. ne n. — 15923 Ca p. chiaus envoi {sic) 
— 15924 Bc c. terre 1. puet p.; Ce c. les pies 1. peut p. — 
15926 Ce L'un a. — 15927-28 intervertis dans Be Ce — 15928 
Ce L'uns aus — i593o Ce D. v. v. et dclis ; Ab viande — i593i 
Ce a. qui p. — 13933 Be Si m.; Be Eb Ca L s. ior g. — 15934 
Bà O r..\ Ce s. destriers — 15936 Ce Ou se., Eb Qui s'e.; Bâ 
se. va p.; Ac He m. en n. — iSgSH Ba Be Ce Ca Eb L Ses 
nés; He n. ses navirons — 0939 Ba q. por genz s'u.; Ab p. 
veust (st exponctués), Ac p. voust ; Bc Ce p. grant renardie — 
15942 Ba Qu'il n'apere d.; Ca p. p. d. uevre; He Comment 
que d. père a l'oevre 



I2Ô JEAN DE MEUN 

15944 Qui volentiers la mort eschivent. 
Mort, qui de neir le vis a teint, 
Cueurt après tant qu'el les ataint : 
Si qu'il i a trop fiera chace : 

15948 Cil s'en fuient e Mon les chace 

Dis anz ou vint, trente ou quarante, 
Cinquante, seissante. setante, 
Veire octante, nonante, cent ; 

15952 Lors va quanqu'el tient dépeçant. 
E s'il peuent outre passer, 
Cueurt ele après senz sei lasser. 
Tant qu'el les tient en ses liens. 

15956 Maugré touz les fisiciens. 
E les fisiciens meismes, 
One nul eschaper n'en veismes : 
Pas Ypocras ne Galien, 

15960 Tout tussent bon fisicien ; 

Rasis, Constantins, Avicenne 

Li ront laissiee la coënne ; 

E ceus qui ne peuent tant courre, 

15964 Nés repeut riens de Mort rescourre. 



i5g45 Bâ q. I. v. d. n. a; Ca d. voir les v. ataint, Be Ce d. 
nuit {Ce nuis) les uns ataint {Be estaint) — 15946 Bâ C. t. a. q.; 
divers t. que 1. — 13947-48 omis dans B Ce — i.tqSo Ca Ce C. 
ou s. ou s.; Be He s. ou s.; vers omis dans Ba — iSgSi Ce He 
n. ou c. — 15952 Be Ce v. quanqu'ataint d. — i5953 He Ou 
s'il; Be Ce Et ne p.: Ba Car lors en estuet trespasser — 15904 
remplacé dans Ba par 15953 : Qu'il ne p. o. p. ; Bc Ce Tant 
sachent a {Ce as) grans pas passer — i5955 Divers T. que — 
i5g58 He Dont n. — 0959 Be Ca Ne Y. ; 15959-60 intervertis 
dans Ce — iSgôi Ba Ca He Rasin, Bd Rasyn ; Ce Ne C. ne A. ; 
15961-62 omis dans Be — i5g62 Ba Bâ He L. ont; Ce Ne 
Philastic le conenne ; He 1. et cuir et penne — 1596? Be n. 
peurent t. ; Ce Jceus n. porcnt onc t.; He Et yciaus q. n. p. c. 
— 15964 Ca Ne r.; Ba Ne se puet, Bâ Eb Ne les puei ; Be Ne la 
pot nus d., He N. r. nus d., Ce Qu'il se peussent d.; Bd m. 
secourre 



LE ROMAN DE LA ROSE 127 

Ainsinc Mort, qui ja n'iert saoule, 

Gloutement les pièces engoule; 

Tant les suit par mer e par terre 
15968 Qu'en la fin toutes les enterre. 

Mais nés peut ensemble tenir, 

Si qu'el ne peut a chief venir 

Des espieces dou tout destruire, 
I 5972 Tant sevent bien les pièces fuire ; 

Car, s'il n'en demeurait que une, 

Si vivrait la fourme comune ; 

E par le fenis bien le semble, 
15976 Qu'il n'en peut estre deus ensemble. 

Toujourz est il un seus l'enis, RU*«,-«i. . 

E vit, anceis qu'il seit fenis, 

Par cinc cenz anz; au darrenier 
15980 Si lait un feu grant e plenier ^ 

D'espices e s'i boute e s'art. 

Ainsinc fait de son cors essart. 

Mais, pour ce qu'il sa fourme garde, 
15984 De sa poudre, coment qu'il s'arde, 

Uns autres fenis en revient, 

Ou cil meïsmes, se devient. 

Que Nature ainsinc resoucite, 



15965 Ba Ce Car ia m., Be De la m.; Eb q. n'i. j. s. — i5g66 
Ce Fortement L ; Be Ce l. prent et e., Ba l. pest et e., Ca He 1. 
pechiés e. — 15968 Be Que e. 1. f. 1. met en terre, Ce Que a 1. 
f. tous les prent et e. ; Ca f. trestous 1. ; Bâ Eb 1. enserre — 
15969 He M. n'en p. — 15970 Be Ce De ce n.; Ac Eb He, partie 
de L n'en p. — 15971 Ce e. de t.. Be e. pour t. — 15975 Ce Par 
1. f. b. 1. res. — 15976 Be Dont ne p., He Qu'il ne p.; Ce Ne 
peent e. ; Eb p. naistre d. — '5977 Eb Adès e. — 15978 Ba Ce 
Et vient a. [corrigé dans Be) — 1^979 Ce P. .v. a.; Eb au 
desrainier — 15980 A Eb, partie de L Se f. ; Ba Be Ce f. iluec 
u. f. p. — 15981 Ca He D'espines et; Be Ce Et puis se b. ens 
et s'i a. ; Ba Ferme et s'i b. et s'i a. — 15983 B Ce Ca Eb L c. 
que s. — 15984 Be En s. ; Be p. convient q., Ca p. combien q. 
— 15986 Ca m. redevient — 15987 Ce N. si r. 



128 JEAN DE MEUN 

15988 Qui tant a s'espiece profite 

Qu'ele perdrait dou tout son estre 

S'el ne faisait cetui renaistre ; 

Si que, se Mort£enis deveure, 
15992 Fenis touteveis vis demeure ; 

S'el en avait mil devourez, 

Si serait fenis demourez. 

C'est fenis la comune fourme 
I 5996 Que Nature es pièces refourme, 

Qui dou tout perdue serait. 

Qui Tautre vivre ne lairait. 

Cete manière neïs ont 
16000 Trestoutes les choses qui sont 

Desouz le cercle de la lune 

Que, s'il en peut demeurer Tune, 

S'espiece tant en li vivra 
16004 Que ja Mort ne l'aconsivra. 

Mais Nature douce e piteuse, 

Quant el veit que Mort l'envieuse, 

Entre li e Gorrupcion, 
16008 Vienent mètre a destruccion 

Quanqu'eus trcuvent dedenz sa forge, 

Toujourz martelé, toujourz forge, 



15988 Be Ca L a Te.; Ac Râ Eb a ses pièces, He as espieces 

— 15989 5e Que la p., Ce Que ja p. ; He p. trestout s. — 15990 
Ba Ce S'el {Ba Se) nou f. du tout r. [corrigé dans Be) — 15991 
se ajouté dans Ab — iSgga Be Ce T. v. f. d.; Eb F. t. fenix d. 

— 15993-94 omis dans Ba — 15995 Ce Eb He 1. première f. 
[corrigé dans Be) — 15996 Ba Ce n. aus p. — 15997 ^^ Q- '^^ '•> 
Be Q. toute p.; 0997-98 omis dans Eb — 0998 Bd n. feroit — 
15999 Ce, partie de L Gestes manières; He G. nature n. — 
16002 Ce Car s'; Bâ s'il n'en demouroii que i'u.; Ba Be Ce Ca 
omettent V — i6oo3 He D'espesse t., Eb Des pieches t. — 16004 
Be Q. la m. — 16006 Ce q. M. l'en house — 16009 ^^ ^^ ^^ 
Quanqu'el treuve, Ca Quanqu'il a par d. — 160 10 omis dans 
Bâ ; He Adont Nature se resforce 



LE ROMAN DE LA ROSE 129 

Toujourz ses pièces renouvelé 
16012 Par generacion nouvele; 

Quant autre conseil n'i peut mètre, 

Si taille empreintes de tel leire 

Qu'el leur done fourmes veraies, 
16016 En coinz de diverses moneies, 

Don Art faisait ses essemplaires, 

Qui ne fait pas fourmes si veires; 

Mais par moût ententive cure 
16020 A genouz est devant Nature, 

Si prie e requiert e demande, 

Corne mendiant e truande, 

Povre de science e de force, 
16024 Qui d'ensivre la moût s'esforce, 

Que Nature li vueille aprendre 

Coment ele puisse comprendre, 

Par son engin, en ses figures, 
16028 Proprement toutes créatures. 

Si garde coment Nature euvre, 

Car moût voudrait faire autel euvre, 

E la contrefait come singes; 

16011 Ca Toutes s.; Be Bâ T. les p.; Ce T. l'espèce r. — 
16014 Be S. t. et enprient d.; Ba Ce Ca L empreinte, Eb em- 
pietres — i6oi5 Ba Qui 1.; vers remplacé dans He par 16016 — 
16016 Ba Ce Aucunes div. [corrigé dans Be); Ce di. manaies; 
He Qui tout refourment toutes voies — 16017 He D. A. s. 
exemples avoit — 160 18 Ab Que n.; Ba Be Ce n. sont p.; Ca L 
p. choses s. ; He Dont fourmes p. telles n'a voit — 16019 Be xM. 
m. p. e. c. — 16020 Ba Ca He E. a g. d.; Be Arquemie e. d. 
[vers corrigé dans Ce) — 16022 jEè Et c. m. t. — i6o23 Ba d. 
créance et, Be Ce d. courage et — 16024 Eb Q. du sivre 1., Ba 
Q. de 1. sivre m., Be Q. a l'e. ni., Ce Et a 1. sivre m., Ca Ke d. 
li siwir m. — 16025 Ce le v. prendre — 16026 Be Ce Come e. 
p. contreprendre — 16027 Ba En s. e. — 16028 £e t. ses natures 

— 16029 Eb S. gardent c; Be S. regarde corn N. — i6o3o Ca 
C. bien v. ; Eb f. en tel, Bâ f. tele ; vers laissé en blanc dans Bâ 

— i6o3i He Elle c. ; Bd c. c. .j. s.; i6o3i-34 omis dans Be Ce 
{ajoutés plus tard dans Ce) 

Tome IV. a 



l3o JEAN DE MEUN 

i6o32 Mais tant est ses sens nuz e linges 
Qu'el ne peut faire ciioses vives, 
.Ta si ne sembleront naïves. 
Car Art, combien qu'ele se peine 

i6o36 Par grant estuide e par grant peine 
De faire clioses queus qu'eus seient, 
Queusque figures qu'eles aient, 
Peigne, teigne, forge ou entaille 

16040 Chevaliers armez en bataille, 

Seur beaus destriers, trestouz couverz 
D'armes indes, jaunes ou verz, 
Ou d'autres couleurs piolez, 

16044 Se plus pioler les volez, 

Beaus oisillons en verz boissons, 
De toutes eves les poissons, 
Trestoutes les bestes sauvages 

16048 Qui pasturent par leur boschages, 
Toutes erbes, toutes floretes 
Que valleton e puceletes 
Vont en printens es gauz coillir, 

i6o52 Que flourir veient e foillir, 

Oiseaus privez, bestes domesches. 



i6o32 Bà s. s. mus et, Ba s. s. voiz et — i6o33 Divers Que n. 

— 16034 -^^ ^^ ^- ^^^^ "• — i6o33 Ba C. ja c; Be Combien 
qu'ele i meïst grant p. [corrigé dans Ce) — i6o36 Ba Ne combien 
i mete g., Bâ Combien qu'ele mete g.; Be Et ententivement se 
p. [corrigé dans Ce) — !6o38 Ba Ce Quexconques f. qu'el a. — 
16039 Eb P. tiengne; Ca He f. et e.; Ce f. ou taille; vers corrigé 
dans Be — 16042 Ba Ce Ca Eb D'à. j. i. o., Be D'iaumes d'à. 
yndes o. — 16043 Eb d'autre coulour — 16044 Ba Be Ce piolez, 
Ba piolees; He Selonc les couleurs natureles — 16045 Ce oiselès 

— 16048 He Q. p. en I.; Ac Ca p. p. les b., Be Eb p. p. ces 
boscagcs; Ba Ce Bà p. p. ces herbages — i6o5o Be v. ou p. — 
i6o5i Eb V. es p., Ac V. au p.; Ba p. en g., Be Ce p. ou gaut; 
Ca es près c, He es bos c. — 160.S2 Ba Be Ce Quant f . ; Be f. 
doivent et 



LE ROMAN DE LA ROSE , l3ï 

Baleries, dances e tresches 

De bêles dames bien parées, 
i6o56 Bien pourtraites, bien figurées, 

Seit en metail, en fust, en cire, 

Seit en quelconque autre matire, 

Seit en tableaus, seit en pareiz, 
16060 Tenanz beaus bachelers a reiz, 

Bien figurez e bien pourtraiz ; 

Ja pour figures ne pour traiz 

Ne les fera par aus aler, 
16064 Vivre, mouveir, sentir, paler. 

Ou d'alkimie tant apreigne 

Que touz metauz en couleur teigne, 

Qu'el se pourrait anceis tuer 
16068 Que les espieces transmuer, 

Se tant ne fait qu'el les rameine 

A leur matire prumeraine; 

Euvre tant corne ele vivra, 
16072 Ja Nature n'aconsivra. 

E se tant se voulait pener 

Qu'el les i seiist ramener, 

Si li faudrait espeir science 

16054 -^^ ^^ ^ Bacheleries, Ba Ce Baleùres; L à. t.; le i^^ mot 
corrigé dans Be — i6o55 Ba Ou b. — iGoSy B Ce m. ou soit e. 
c. — i6o58 Ba En q. a. m., Be Ou s. e. q. m., Ca En piere ou 
e. a. m. — iGobg B Ce e. tables; Ba Be Ce t. s. {Be ou) e. 
postis; He S. e. mures s. e. tabliaus — 16060 Ba Be Ce Chevaus 
b. b.; Eb b. b.#adrois, Ba h. b. soutis, Be Ce h. h. eslis; He 
Trestous sous pins et sous alliaus — i6o63 Ce L ferés p.; Bâ 
p. eus peller — 16064 Be Bâ Ca Ce Eb L V. morir s.; Ca V. 
morir salir baler; Bâ s. aler — iôo65 Ac alkamie; dans Ab Va 
de ka a été remplacé par un e — 16066 Ce tout metail e. tel or 
t. — 16067 Eb Qu'il — 16068 Eb Q. ses e.; Ca e. remuer, He 
e. translater — 16069 -^^ ^- "l"^ '-"^ -^^ qu'ele r.; Be Ce qu'ele 
remainne — 16070 Ba Ce En l.; B Ce Ca Eb He L 1. nature — 
16071 Be He c. e. voudra; 16071-72 omis dans Bâ — 16072 Ce 
ne consevra — 16071-! B Ce Et s'el [Be se, Ce s'il) se v. t. p. — 
16074 Ce s. amener — 16075 Be Ce ï. toute s., Ca f. anchois s. 



l32 JEAN DE MEUN 

16076 De venir a celé atrempance, 
Quant el ferait son elissir, 
Don la fourme devrait issir, 
Qui devise entr'aus leur sustances 

16080 Par especiaus diferences, 
Si corne il pert au defenir, 
Qui bien en set a chief venir. 

Nepourquant, c'est chose notable, 

16084 Alkimie est art véritable : 
Qui sagement en ouverrait 
Granz merveilles i trouverrait; 
Car, cornent qu'il aut des espieces, 

16088 Au meins les singulières pièces, 
En sensibles euvres soumises, 
Sont muables en tant de guises 
Qu'eus peuent leur complexions 

16092 Par diverses digestions 

Si changier entr'aus que cist changes 
Les met souz espieces estranges, 
E leur tost l'espiece prumiere. 

16096 Ne veit l'en cornent de fouchiere 



16076 Ce a tele a. — 16077 Be s. molle issir — 16078 Ca f. 
teroit i. — 16079 B Ce Q. demaine e.; Ba Bâ les s.; He Qu'esire 
deuist en deus s. — 16080 Ce P. leur e.; Ba Périr d'e. enfances 

— 16081 Ba S. com cil par qui d.; vers corrigé dans Be — 16082 
Ba h. n'en s.; Eb b. a c. e. s. v. — 16084 (^^ ^^ ^^- ^■'' ''^'■■s 
corrigé dans Be ; ars dans Ce est une correction — 16087 ^^ ^^ 
He qu'il voist d.; He d. pièces — 16088 Ba Be Ce Eb m. des s. 

— 16089 Bd Qu'en s.; Ba Ensemble ouvrées s.; Bâ Ca He e. 
sont mises; vers corrigé dans Be, le début corrigé dans Ce; dans 
Ac le copiste a écrit Au sur En — 16090 Be Ce S. niuees e.; Ce 
tantes g. — 16091 Ba Que il puet 1. — 16092 Corrections dans Ce 

— 16093 Ba Ce Bâ C. s. e. [corrigé dans Be) ; Ca He c. autres 
[He autre) q. — 16094 Ca m. tous e., He m. sour e.; Be Ce m. 
seur les pièces c. — 16095 Bâ Et lessient le.; Ba Et lessent 
les pièces p.; He les pièces premières — 16096 Ce N. vois 
tu c. 



LE ROMAN DE LA ROSE I 33' 

Font cil e cendre e veirre naistre 

Qui de veirrerie sont maistre, 

Par depuracion legiere? 
16100 Si n'est pas li veirres fouciiiere, 

Ne fouchiere ne rest pas veirres. 

E quant esparz vient e toneirres, 

Si repeut l'en souvent voeir 
16104 I^^s vapeurs les pierres choeir, 

Qui ne montèrent mie pierres. 

Ce peut saveir li quenoissierres 

De la cause qui tel matire 
16108 A cete estrange espiece tire. 

Ci sont espieces treschangiees, 

Ou leur pièces d'aus estrangiees 

E en sustance e en figure, 
161 12 Ceus par Art, cete par Nature. 

Ainsinc pourrait des meiauz faire 

Qui bien en savrait a chief traire, 

E tolir aus orz leur ordures 
161 16 E mètre les en fourmes pures 

Par leur complexions veisines, 

16097 L F. c. c: He F. cil entendre et v.; Bâ F. il v. de c. n., 
Ba F. cil oevre de c. n.; 16097-98 corrigés dans Be, 16097-104 
corrigés dans Ce — 16098 Ab Ba d. verrière s.; Ca d. voirrie se 
font m.; vers corrigé dans Ce — 16101 Ca Et f. ; 5e Ne la f. 
n'est; Ce ï. si n'est; He N. f. n'est p. tous v. — 16102 Be v. en 
t., partie de L v. ou t.; He v. et mouvoires — 16104 Be Dou 
ciel amont p., Ba D. nues amont p.; He I. pièces c; vers corrigé 
dans Ce — 16 108 L Qui c; Ba c. esp. estr. t.; Ce Eb c. e. 
pièce t.; Ba Be Ce atire — 16109 Ab Ba Bâ Ca Ce Si s.; Eb 
omef sont — i6i 10 Ba Be Ce En 1.; Ca O. les p.; vers omis dans 
Bâ — 161 1 1 Ce En s.; 1611 1-248 sont en grande partie corrigés 
dans Be, et je n'en donnerai pas les variantes — 161 12 Ba Ce 
est p. A. c'est p. N. [corrigé dans Ce); Ab cestes p. N.; Bd et 
cest p. N. — 161 13 A Âusinc p.; Ba Or fin p. de m. {corrigé 
dans Ce) — 161 15 Ba Et t. en hors les o., Ce Et couler dehors 
les o.; Ca as cors \.; Ce L\. ordure — 161 16 Ca L fourme pure 
— 161 17 Ba Ce complexion verrine, Bâ complexion voisine 



l34 JEAN DE MEUN 

L'une vers l'autre assez enclines; 

Qu'il sont trestuit d'une matire, 
16120 Cornent que Nature l'aiire; 

Car tuit par diverses manières, 

Dedenz leur terrestres minières, 

De soufre e de vif argent naissent, 
161 24 Si con li livre le confessent. 

Qui se savrait donc soutillier 

Aus esperiz aparillier 

Si que force d'entrer eussent, 

161 28 E que voler ne s'en peûssent 
Quant il dedenz les cors entrassent, 
Mais que bien purgiez les trouvassent, 
E fust li soufres senz ardure, 

161 32 Pour blanche ou pour rouge teinture, 

Son vouleir des metauz avrait, 

Quant ainsinc faire le savrait ; 

Car d'argent fin fin or font naistre 
i6i36 Cil qui d'alkimie sont maistre ; 

E pois e couleur li ajoustent 

Par choses qui guieres ne coustent ; 

E d'or fin pierres précieuses 
16 140 Font il, cleres e envieuses; 

161 18 Eb Une v.; Ce L'u. vert et l'a. e.; Bâ Bà Ce encline — 
16120 Ab Ba Eb He, partie de L la tire, Ca La les tire — 16122 
Ba D. les t. — i6i25 Ca He s. s. tant s. — 16127 Ba Si qu'a 
i. c. i seùssent [corrigé dans Ce); Bâ f. d'anter, L f. d'autres — 

16129 Ac Eb à. le c. — i6i3o He Si q.; Ba Ce qu'espurgiés b. 
1. — i6i3i Ca s. ardures; i6i3i-32 omis dans B Ce Eb He 
[ajoutés en marge de Ce) ; écrits en marge de Ac, probablement 
pas par le copiste, le 2° ainsi modifié : Seur la desicrrec t. — 

i6i32 Ca P. blanches o. rouges teintures — lôi'i^. Ba Bâ Ce 
Qui a. — 161 35 Bâ L omettent un rin [La d'à. f. o. feront n.. Le 
d'à. f. o. tû. il II., B.i Li d'à. t. o. fo. n., La d'à. bon f. o. fo. 
n., Lu d'à. t. t'ont bien o. n.) — lôiij Ce couleurs; Ce Bâ Ca 
EbHe c. i a. — 161 38 Ce Et c. — 16140 .<4c Bâ Ce i. chieres et ; 
Ba Bâ Le et vertueuses, Ca et merveilleuses, La Lo Lu et avi- 
veuses, Li et ennuicuses 



LE ROMAN DE LA ROSE l35 

E les autres meiauz desnuent 
De leur fourmes, "si qu'il les muent 
En fin argent, par médecines 
16144 Blanches e tresperçanz e Hnes. 
Mais ce ne feraient cil mie 
Qui euvrent de sotisterie : 
Travaillent tant come il vivront. 
16148 Ja Nature n'aconsivront. 

Nature, qui tant est soutive, 
Combien qu'ele fust ententive 
A ses euvres que moût amait, 
161 52 Lasse, dolente se clamait, 
E si parfondement plourait 
Qu'il n'est cueurs, qui point d'amour ait 
Ne de pitié, qui Tesgardast 
161 56 Qui de plourer se retardast ; 

Car tel douleur au cueur sentait 
D'un fait don el se repentait 
Que ses euvres voulait laissier 
16 160 E de tout son penser cessier ; 
Mais que tant seulement seiist 
Que congié de son maistre eiist ; 
Si l'en voulait aler requerre, 
16164 Tant li destreint li cueurs e serre. 
Bien la vous vousisse descrire, 

16141 Eb va. des muent — 16142 Ba Ce Eb, partie de L f. cil 
qui 1. — 16144 Ce et tresparans et — 16140 Ab M. or n.; Ba 
Ce M. ice n. feroit c. [Ba il) m., Bd M. ice ne saroient m.; He 
f. il m. — 16146 Ba Q. ouvreroit de sophistrie, Ce Q. ouverroit 
d. sofimie — 16147 Ce Travillast i. t. com vauroit — 16149 Ba 
Ce N. qu'est sus tôt [Ce sour tous) s. — 161 5 1 Ab A ces e.; Ce 
q. tant a. — i6i53 Ca Et naout p. — i6i54 Eb Qui n' iert c. 
— i6i56 L à. pleur son cuer r.; Ca p. riens s. tardast; Ce s. 
detardast, Eb s. retordast — 161 57 Ba Ce d. ele s. — 161 58 Ac 
Ba Ce Dou f. — i6i6o Ca Et dou t.; Ba Et trestout s.; dans Ac 
de est une correction de dou — 16161 Ab M. qui t.; dans Ac 
que ^5^ écrit sur qui — i5i63 Ce S. le v. — i6i65 Ba B. le v. 



l36 JEAN DE MEUN 

Mais mes sens n"i pourrait soufire. 

Mes sens 1 Qu'ai je'dit? c'est du meins. 
16168 Non ferait veir nus sens humains, 

Ne par voiz vive ne par notes; 

E fust Plaions ou Aristotes, 

Aigus, Euclidès, Tholomees, 
16172 Qui tant ont or granz renomees 

D'aveir esté bon escrivain, 

Leur engin seraient si vain, 

S'il osaient la chose emprendre, 
161 7Ô Qu'il ne la pourraient entendre ; 

Ne Pygmalion entaillier ; 

En vain s'i pourrait travaillier 

Parrasius ; veire Apellès, 
16180 Que je moût bon peintre apel, les 

Beautez de li jamais descrivre 

Ne pourrait, tant eust a vivre; 

Ne Miro ne Policletus 
161 84 Jamais ne savraient cet us. 



16166 Ba M. nul s., Ce M. nos s.; Ca s. ne p., Eb s. nel p. — 
16 167 Ba Nul s.. Ce Nos s. — 16168 Ba Nou f.; Ba Ce f. mie s. 
Bd f. pas n. — 16 i 6g Ac He p. v. vives; Bâ Ca p. vi. vo. n.; 
Ba p. vïeles n. p. rotes [corrigé dans Ce) — 16 170 Ce Ou f. ; 
Eb f. P. et A. — 16171 Ba A. Anclites, He A. Enclites, Ce A. 
Achites, Eb A. Alclides Tholomés — 16172 Ba Bâ t. orent g.; 
Eb ont esté renoumés ; Ce grant renommée — 16173 Ce De voir 
furent b. — '6174 Ba seroit fis et v., Bâ seroit si très v.; Ce 
s. ci V. — 16 176 Ba Bâ Ce p. comprendre — 16 178 Ba Be C He 
L V. se p.; Bâ Eb v. porroieni t. — 16179 Eb Parisius, He 
Parasius, Ba Bâ Zensius, Ce Zeuzius; Ca v. appellai — 16180 
Ba omet moût, He omet je; lib Q. j. bons peintres a. ; Ce Qui 
fu b. p. apelés, Ca Que j oi boin p. appellai — 16181 Ba d. 
lioine d. [corrigé dans Ce); Eb j. escrive; dans Ac le d de 
descrivre a été ajouté ultérieurement — i6i83 Ab N. Myro, Bâ 
N. Mico; Ba N. Mires n. Polidenus, Ce N. Miles n. Polidemus; 
Eb n. Policleus — 16184 Bâ N. s. ). c; L n. savrion c, Eb n. 
porroient c; Ce s. tes u. 



LE ROMAN DE LA ROSE ï3j 

Zeusis neïs par son bel peindre 

Ne pourrait a tel fourme ataindre, 

Qui, pour faire l'image ou temple, 
16188 De cinc puceles fist essemple, 

Les plus bêles que l'en pot querre 

E trouver en toute la terre, 

Qui devant lui se sont tenues 
16192 Tout en estant trestoutes nues. 

Pour sei prendre garde en chascune 

S'il trouvait nul défaut en Tune, 

Ou fust seur cors ou fust seur membre, 
16196 Si con Tulles le nous remembre, 

Au livre de sa Retorique, 

Qui moût est science autentique. 

Mais ci ne peiist il riens faire, 
16200 Zeusis, tant seùst bien pourtraire, 

Ne coulourer sa pourtraiture, 

Tant est de grant beauté Nature. 

Zeusis! non pas trestuit li maistre 
16204 Que Nature fist onques naistre; 

Car, or seit que bien entendissent 

Sa beauté toute, e tuit vousissent 

A tel pourtraiture muser, 
16208 Ainz pourraient leur mains user 



i6i85 A Zeusys, Ba Zeusius, Ce Zeuzius, Bâ Zensius, He L 
Zensis, £b Sensis; Ce omet nefs — 16186 Ce p. tele f. — 16187 
Ba Q. pot f. ; Ba Ce Ca L au t. — 161 88 Bâ He p. prist e.; 
Eb f. Fe. — 16189 Ac Des p.; Ce Ca qu'on peûst q., Bâ qu'en 
seùst q. — 16190 Ba Ce Bâ Ne t., Ca A t.; Ce e. irestoute t. — 
16191 Eb Q. en estant s. — 16192 Eb Devant lui et t.; Ca e. et 
toutes n. — 1619J O Ca L g. a c. — 16 194 Ba Ce Bâ Eb L 
trouvast; Ce e. nule; Eb omet V — 16199 Ba Ce M. ici n. pot i.; 
Bâ M. nule r. n'i p. f. — 16200 Ab Zeusys, Ba Zeusius, Ce 
Zeuzius, Bâ Ca He L Zensis, Eb Sensis ; Ce omet bien — i62o3 
A Zeusys, Ba Zeusius, Ce Zeuzius, Bâ Ca He L Zensis, Eb 
Sensés — i62o5 Ce C. bien s.; Bâ s. qu'il e. — 16208 Ce Bien 
p.; Eb 1. sens u. 



l38 JEAN DE MEUN 

Que si très grant beauté pourtraire. 

Nus fors Deus ne le pourrait faire. 

E pour ce que, se je poisse, 
1 62 1 2 Volentiers au meins l'entendisse ; 

Veire escrite la vous eiisse, 

Se je poisse e je seûsse ; 

Je meismes i ai musé 
162 16 Tant que tout mon sen i usai, 

Come fos e outrecuidiez, 

Cent tanz plus que vous ne cuidiez ; 

Car trop fis grant presompcion, 
16220 Quant onques mis m'entencion 

A si très haute euvre achever ; 

Qu'ainz me poist li cueurs crever, 

Tant trouvai noble e de grant pris 
16224 La grant beauté que je tant pris. 

Que par penser la compreisse, 

Pour nul travail que j'i meisse, 

Ne que seulement en osasse 
16228 Un mot tinter, tant i pensasse. 

Si sui dou penser recreùz; 

Pour ce m'en sui atant teiiz 

Que, quant je plus i ai pensé, 
16232 Tant est bêle que plus n'en sai. 

Car Deus, li beaus outre mesure, 

Quant il beauté mist en Nature, 

Il en i fîst une fontaine 



162 1 o Ba Eb n. la p. — 162 1 1 Ce Bâ p. ice s. j . ; He c. voir 
s. — 16213 Ca Eb omettent V — 16214 Eb S. j. s. et j. p.; He 
S. p. ou j. s. — 16215 is6 Car mainte t'ois i — 16216 Ba Eb T. 
q. m. tens i ai usé; Ce Bâ m. tens ai usé — 16222 Ba Ce Tant 
m.; A Qu'a, ne p.; Eb Qu'il n'est nus qui peiist esmer — 16224 
Ba j. si p.; Ce j. devis — 16225 Ba Ce Q. pour p. — 16227 He 
N. q. tant s. o. — 16228 Ce m. tcntir — i623o Ca Ce c. me s. 
— 1623 I BdEiq.— 16233 iJa Et il en f. 



LE ROMAN DE LA ROSE l S)^ 

10236 Toujourz courant e toujourz pleine, 

De cui toute beauté desrive; 

Mais nus n'en set ne fonz ne rive. 

Pour ce n'est dreiz que conte face 
16240 Ne de son cors ne de sa face, 

Qui tant est avenant e bêle 

Que fleur de lis en mai nouvele. 

Rose seur rain, ne neif seur branche 
16244 N'est si vermeille ne si blanche. 

Si devraie je comparer, 

Quant je l'os a riens comparer. 

Puis que sa beauté ne son pris 
16248 Ne peut estre d'ome compris. »- 
Quant ele 01 ce sairement, 

Moût li fu grant alegement 

Dou grant deul qu'ele démenait. 
16252 Pour decetie se tenait, 

E disait : « Lasse ! qu'ai je fait ! 

Ne me repenti mais de fait 

Qui m'avenist des lors en ça 
16256 Que cist beaus mondes comença, 

Fors d'une chose seulement, 

Ou j'^i mespris trop malement, 

Don je me tieng trop a musarde; 
16260 E quant ma musardie esgarde. 

Bien est dreiz que je m'en repente. 

10236 Ce Tout tatnps c. ; He Ou on puisse et t. est p. — 16237 
He descrive — i6238 Ce M. on n'i s.; Ba n. n'i s. — 16239 Ce 
d. qu'el c; Eb q. toute f.; Ba Ce Ca q. contreface — 16240 He 
De s. — 16241 Ca Ke t., Eb Car t. — 16242 Bâ Quer f. — 16245 
Ca Sel d., Ce Ce d. — 16247 Ce Ne de b. n. de s. p. ; 16247-48 
omis dans Ba Ba — 16248 Ce p. d'o. e. c. — 16249 Ab cest s., 
Eb le s. — i625o Ca 1. fist g. — 16252 Ce P. Dieu je ne sai que t.; 
Be Si ne sai dont ce li venoit — i6255 Eb de 1. — i6256 Ca Q. 
c. m. c. — it)258 Be Que j.; Ba O. je m. — i625g Ac Dun j.; 
Ca t. a t. m.; 16259-60 répétés dans Be — 16261 Ac omet je ; Eb 
me r. 



140 JEAN DE MEUN 

Xasse foie ! lasse dolente î 

Lasse, lasse cent mile feiz ! 
16264 Ou sera mais trouvée feiz? 

Ai je bien ma peine empleiee ! 

Sui je bien dou sen desveiee, 

Qui toujourz ai cuidié servir 
16268 Mes amis, pour gré deservir, 

E trestout mon travail ai mis 

En essaucier mes anemis! 

Ma debonaireté m'afole. 
16272 Lors a mis son prestre a parole, 

Qui célébrait en sa chapele ; 

Mais ce n'iert pas messe nouvele, 

Car toujourz ot fait ce servise 
16276 Des qu'il fu prestres de Tiglise. 

Hautement, en leu d'autre messe. 

Devant Nature la déesse, 

Li prestFes, qui bien s'acordait, 
16280 En audience recordait 

Les figures representables 

De toutes choses corrompables 

Qu'il ot escrites en son livre, 
16284 Si con Nature les li livre. 

« Genius », dist ele. « beaus prestres. 

Qui des leus estes deus e maistres. 



16263 Ba Eb L. 1. plus de mil [Eb cent) t.; 16263-64 inter- 
vertis dans Eb — 16265 Ba N'a. j. — 16266 Ab Se j., Ac Sai je;, 
He b. des. — 16267 Ca Ke t., Bâ Et t.; Ba Bà Q. t. ciitcns a s.; 
16267-68 omis dans Be Ce — 16268 Ba Bâ Ceus qui me veulent 
asservir — 16269 Ce Quant t. — 16273 Ab Que c. — 16274 Be 
Ce Eb c. n'est p. — 16273 Bà f. cel s., Ba Ce f. tel s. — 16277 
Ce H. ou 1. de haute m. — 16278 suivi dans Bâ du v. 16285, 
qui se retrouvera à sa place — 16279 Ce Si p. — 16 281 He Lors 

— 16282 choses omis dans Be {ajouté plus tard) — 16284 Be L 
S. comme N. les {Be li) iiv. — 16286 Ba Ce Q, d. genz e. ; Be 
Q. de toutes g. c. m. 



LE ROMAN DE LA ROSE I4I 

E selonc leur proprietez 
16288 Trestouz en euvre les metez, 

E bien achevez la besoigne, 

Si corne a chascun leu besoigne, 

D'une folie que j'ai faite, 
16292 Don je ne me sui pas retraite, 

Mais repentance moût m'empresse, 

A vous me vueil faire confesse. 

— Ma dame, dou monde reine, 
16296 Cui toute riens mondaine encline, 

S'il est riens qui vous grieve en tant 

Que vous en ailliez repentant, 

Ou qui neis vous plaise a dire, 
i63oo De quiconques seit la matire, 

Seit d'esjoïr ou de douleir, 

Bien me poez vostre vouleir 

Confessier trestout par leisir ; 
i63o4 E je tout a vostre plaisir », 

Fait Genius, « mètre i vourrai 

Tout le conseil que je pourrai ; 

E cèlerai bien vostre afaire, 
i63o8 Se c'est chose qui face a taire. 

E se mestier avez d'assoudre 



16287 Be Ce s. les p.; Ba I. prosperitez; 16287-88 intervertis 
dans Ca — 16288 Ca T. a e.; Ce le m. — 16290 Bâ S. c. c. 1. 
h.;Ba Ce He c. le b., Be Eb c. li h., Ca c. leur b. — 16291 Ba 
Be Ce De ma f. — 16292 He Que j. — 16293 Be Ma r. ; Eb r. 
m'en a.; B Ce m. m'apr., He m. me priessc — 16294 Eb m'en 
V.; Ba me vieng f. — 16295 Ba fia Ha d. d. — 16296 He A qui 
t. r. este. — 16297 Ba Be Ce g. t. — 16298 Ba Si v. e. alez r., 
Be Car v. e. alez r.; Ca en voisiés r. — 16299 Ca O. que v.; Ba 
O. que il v. p. or a ; Bâ O. que v. p. a le moi d.; Be Ce Onques 
ne V. desplaise {Ce plaise) a — i63oo Be De quel c'o.; Ce Del 
quel co. — i63oi Bâ He S. de joir, Be S. desirrier o.; Ce S. 
désirer o. d. voloir — i63o2 Be Eb B. m'en p. — i63o3 Be Ce 
i. a 1. — iô3o5 Ca Dist G.; Bâ m. v.; vers corrigé dans Ce — 
i63o6 Eb q. g'i p. — i6?o8 Ce q. fait a 



142 JEAN DE MEUN 

Ce ne vous dei je mie toudre; 
Mais laissiez ester vostre pleur. 

i63i2 — Certes», fait ele, « se je pleur, 
Beaus Genius, n'est pas merveille. 
— Dame, touteveis vous conseille 
Que vous voilliez ce pleur laissier, 

i63i6 Se bien vous voulez confessier, 
E bien entendre a la matire 
Que vous m'avez emprise a dire; 
Car granz est, ce crei, li outrages, 

i6320 Car bien sai que nobles courages 
Ne s'esmeut pas de po de chose. 
S'est moût fos qui troubler vous ose. 
Mais, senz faille, il est veirs que famé 

16324 Legierement d'ire s'enflame. 
Virgiles meïsmes tesmoigne, 
Qui moût quenut de leur besoigne, 
Que ja famé n'iert tant estable 

16328 Qu'el ne seit diverse e muable. 
E si rest trop ireuse beste : 
Salemons dit qu'onc ne fu teste 
Seur teste de sarpent crueuse, 

16332 Ne riens de famé plus ireuse, 

N'onc riens, ce dit. n'ot tant malice. 



i63ii Ce M. laissier — i63i2 Ca C. dist e.; début du vers 
corrigé dans Ce — i53i3 Ca Dous G., Da Bâ Dan G.: Be G. 
n'e. mie m., Ce Chertés ce n'e. mie m. — i63i4 Be D. fait il je 
V. c. — i63i5 He v. v. vo p. 1.; Be Ce p. cesser — i63i6 Be Ce 
S. V. V. b. c. — i63i8 B Ce Q. m'a. commencié a — 16319 Ca 
Ce e. je c. — i6320 Divers Que b. ; Be Et si croi q. — i632i 
Ac He Ce Ca L N. se muet p.; B Ce He p. pour p. d. — i6322 
Ba Be Ce M. e. f. q. — i6326 Ba Q. bien c; Be Ce d. la b. — 
16327 B Ce Q. f. n'i. j. t.; Ca f. t. n'i. e. — i632<S ^6 Qu'il n. : 
Be Qu'ele n. s. tantost m. — 16329 Ce s. est — i633o Ba t. crcste 
— i633i Be Neis de s. plus engigneuse; Ba s. greveuse, Ce s. 
grignouse — i6332 Ce He N'est r. — i6333 Ca Ne r. ; Be N'est 
r. ou tant ait de m. 



LE ROMAN DE LA ROSE 148 

Briement en famé a tant de vice 

Que nus ne peut ses meurs parvers 
i6336 Conter par rimes ne par vers. 

E si dit Titus Livius, 

Qui bien quenut quel sont li us 

Des famés e queus les manières, 
16340 Que vers leur meurs nules prières 

Ne valent tant corne blandices, 

Tant sont decevables e nices, 

E de flechissable nature. 
16344 Si redit ailleurs TEscriture 

Que de tout le femenin vice 

Li fondemenz est avarice. 
E quiconques dit a sa famé 
16348 Ses secrez, il en fait sa dame. 

Nus on qui seit de mère nez, 

S'il n'est ivres ou forsenez, 

Ne deit a famé révéler 
i6352 Nule rien qui face a celer, 

Se d'autrui ne la veaut oïr. 

Meauz vendrait dou pais foïr 

Que dire a famé chose a taire, 
i6356 Tant seit leiaus ne debonaire. 

Ne ja nul faitsecré ne face, 



16334 Ca Ne a trop d.; vice est une correction dans Ce — i6335 
Eb Nus ne porroit s. — i6336 Ce Eb rime — i6337 Be, partie 
de L Et ce d., Ce Et d.; L Titulinius {La Titus Linius), Eb 
Tithus li nius; le nom corrigé dans Be Ce; He Et si redist T. li 
viex— i6338 Ba Be Ce b. connoist q. — 16339 Si He De i.\Bâ 
Eb q, lor m.; Ce D. f. et q. s. lor prières — 16340 Eb He q. v. 1. 
coers — 16342 Be Ce d. en vices — 16344 Ba Be Ce S. corn 
raconte l'E. {Be la Nature) — 16345 Be Ce d. trestout ï.: Ba d. 
trestoute famé v. — 16346 Eb e. d'à. — i6353 Be Ce Ca n. le 
V. — 16354 Be M. vousist, Ba Bâ Ce Ca He M. vaudroit — 
i6355 ^B Q. d. a sa f. — i6356 Ba T. s. franche n. — i6357 B 
Ce N. jamais t. 



144 JEAN DE MEUN 

S'il veit famé venir en place; 

Car, s'il i a perill de cors, 
i636o El le dira, bien le recors, 

Combien que longuement atende. ■ 

E se nus riens ne l'en demande, 

Le dira ele vraiement, 
16364 Senz esirange amonestement : 

Pour nule rien ne s'en tairait. 

A son avis morte serait 

S'il ne li saillait de la bouche, 
i6368 S'il i a perill ou reprouche. 

E cil qui dit le li avra, 

S'il est teus, puis qu'el le savra, 

Qu'il l'ose emprès ferir ne batre, 
163/2 Une feiz, non pas treis ne quatre, 

Ja plus tost ne la touchera 

Corne el le li reprouchera; 

Mais ce sera tout en apert. 
16376 Qui se fie en famé il la pert ; 

E li las qui en li se fie, 

Savez qu'il se fait ? Il se lie 

Les mains, e se cope la gueule ; 
i638o Car, s'il, une feiz toute seule, 

Ose jamais vers li groucier, 

Ne chastier, ne courroucier, 

i6358 Ba f. entrer en la p., Be f. enmi la p., Ce i. en nule p. 

— i636o Ce Ele d., Eb El d., Be Tost 1. — i6362 Ce n. li d. 

— 16364 Be S. de nul a. — i6365 Ce s"cn tenroit — 16367 Ca 
L Se n. — i6368 Be i avoit honie ou r. — i636g Ca Et ichels 
q. d. li a.; He q. çou d. li a. — 16370 Divers p. que 1., Eb 
qu'ele s. — 1637 1 Be Ce la viicille f. ou b.; divers après — 

16372 Ba Ce n. mais t.; Bâ .i). n. q.; Ba Be Ce Eb t. ou q. — 

16373 Be J. si t. n.; Ce le courchera, Ce n. l'atiouchera — 16374 
Ba Que ele li ; Ac He elle li, Ba Be Ce Ca L ele li — 16376 Be 
Q. suertre de f . ; Ce Ca He il se p. — 16378 Ba Be Ce S. vous 
qu'il f., He S. qu'il 1. — 16379 Eb Par le col et c. I. — i638o 
Ba Ce C. se u. — i638i Ba O. il mais v.; Be Ou s'il o. v., Ce 
Que il o. V. — i6382 Be Ou c. ou c. 



LE ROMAN DE LA ROSE 14b 

Il met en tel perill sa vie, 
16384 S'il a dou fait mort deservie, 

Que par le col le fera pendre, 

Se li juige le peuent prendre, 

Ou murtrir par amis privez, 
i6388 Tant est a mal port arivez. 

Mais li fos, quant au seir se couche 

E gist lez sa famé en sa couche, 

Ou reposer ne peut ou n'ose; 
16392 Qu'il a fait espeîr quelque chose, 

Ou veaut par aventure faire 

Quelque murtre ou quelque contraire, 

Don il craint la mort receveir, 
16396 Se l'en le peut aperceveir ; 

Si se tourne e plaint e soupire, 

E sa famé vers sei le tire. 

Qui bien veit qu'il est a mesaise, 
16400 Si l'aplaigne e l'acole e baise, 

E se couche entre ses mameles : 

« Sire », fait ele, « queus nouveles ? 

Qui vous fait ainsinc soupirer 
16404 E tressaillir e revirer ? 

Nous somes or privcement 



16384 He Se d. f. a m.; Ca d. tout m. — i6385 Be P. mi \. ; 
Ce c. se f. — i6386 Ba Por quoi 1. — lôSSy Bà O. morir p. — 
16389 Eb f. qui a. — 16390 Bâ Quant i! g.; Ba Par delez s. — 
16391 Ba Be Ce p. ne n'c, He p. ne o. — 16392 Ba II a — 
16393-94 omis dans Bà — 16394 Be Aucun m. ; Be Ca o. aucun 
c. ; He va. q. c. ; Ba Don il cuide avoir grant c. — lÔjgS Ba Et 
enc. — 16397 Ba Et se test et p. ; Be Ce t. p.; Eb t. pleure et 
— 16398 Be Sa f. tost v. ; Eb v. lui I. — 16399 ^^ ^'^ ^-ï ^^ 
Be Ce a malaise — 16400 Ac S. Tac. et l'ap.et b. ; Ba Be S. l'ap. 
et ac, Ca Ce He Si la planie ac; Bâ S. la plaigne escole et b., 
Eb Et l'ac. aplanie et b. — 16401 B Ce He Et^ le c. — 16403 
Bâ V. font a.; Ca a. tressuer — 16404 Ba Et baailler et tres- 
virer; Be Ce Ca Eb He et remuer — 16405 Be He s. ci p. 

Tome IV. 10 



146 JEAN DE MEUN 

Ici nous dui tant seulement, 
Les persones de tout cet monde, 

16408 Vous li prumiers, je la segonde, 1^" 
Qui meauz nous devons entramer 
De cueur leial, fin, senz amer; 
E de ma main, bien m'en remembre, 

16412 Ai fermé l'uis de nostre chambre; 
E les pareiz,don meauz les preise, 
Sont espesses demie teise ; 
E si haut resont li chevron "^ \ 

16416 Que tuit seûr estre i devron ; 

E si somes loing des fenestres, 
Don moût est plus seùrs li estres 
Quant a noz secrez descouvrir; 

16420 Si ne les a poeir d'ouvrir 

Senz depecier nus on vivanz 
Ne plus que peut faire li venz. 
Briement cist leus n'a point d'oie : 

16424 Vostre voiz n'i peut estre oie, 

P'ors que de mei tant seulement; 
Pour ce vous pri piteusement 



16406 Ca Entre nous n. .ij. t.; Ba Be Ce N. .ij. i. t.; Be N'a 
ci que n. .ij. s. — 16407 Be De p., Ce Des p. ; B Ce Eb He L 
t. le m. — 16408 Ce J. première v. le s., Be i. l'une v. 1. s. — 
16409 Ba Ce Q. plus n.; Be Moût n. devomes e. — 16410 Ca 
D. 1. cf.; Eb He D. f. c. 1. s. ; Be Ce 1. s. point d'à. — 16411 He 
b. le r. — 16412 Ce Si fermai — 16413 Ba Be Ce p. dou mur 
d'espoisse [Ba l'espoisse) ; He d. moût 1.; Ac le p. — 16414 Ba 
S. bien e. d'une t., Be Ce S. plus e. d'une t., Bà S. e. plus d'une t. 

— 16415 iîe Ce Et aussi r. ; Ba s. fort r. ; Ca He h. sont l. chie- 
veron [He kicviron) — 16416 Bâ Dont plus s.; Ce Q. bien s.; 
Be Bien asseùr e.; Ba Be Ce L e. d., Ab c. e d. — 16418 Ca D. 
m. p. e. s. Le. — 16420 Ba S. nés a l'en p.; Eb p. d'oi'r — 
16422 Ce Ca Eb Nient p., He Nom p. — 16423 Ba Be B. céans 
{Be sains) n'a, Ce B. cest huis n'a — 16424 Ba Be Ce L v. ne p. 

— 16425 He m. seiircment — 16426 Be Ce v. p. priveement, He 
V. p. tant seulement 



LE ROMAN DE LA ROSE 14-; 

Par amour que tant vous fieiz 
16428 En mei que vous le me dieiz. 

— Dame », fait il, « si Deus me veie, 

Pour nule rien ne le diraie, 

Car ce n'est mie chose a dire. 
16432 — Avoi ! », fait ele, « beaus douz sire, 

M'avez vous donc soupeçoneuse, 

Qui sui vostre leial espeuse ? 

Quant par mariage assemblasmes, 
16436 Jésus Criz, que pas ne trouvasmes 

De sa grâce aver ne eschar. 

Nous fist deus estre en une char; 

E quant nous n'avons char fors une 
16440 Par le dreii de la lei comune, 

N'ii ne peut en une char estre 

F'ors uns seus cueurs a la senestre ; 

Tuit un sont donques li cueurnostre; 
16444 L^ mien avez e je le vostre ; 

Riens ne peut donc ou vostre aveir 

Que li miens ne deie saveir. 

Pour ce pri que vous le me dites 
16448 Par guerredons e par mérites ; 

Car jamais joie au cueur n'avrai 

Jusqu'à tant que je le savrai ; 

E se dire nou me voulez, 



16429 Ca D. dist chils s. — 16430 Ba Ca P. r. n. n. — 16432 
Ca He Ha vois f. , Ba Avoir f., Ce Ay f. — 16433 Ba Be Ce Ca 
M'a. V. [Ca veu) tant s. — 16437 Be Envers nos de s. g. e. — 
16438 N. a fet mètre en, Be En d. nous mist en — 1643g Be Eb 
c. que u. — 16440 Ba Ce Eb 1. foi c. — 16441 Ba Nul n,; Be 
e. nule c. e. ; Ca c. nestre — 16442 Ba s. cors ; Ce a le fenestre 
— 16443 Bâ Andui s.; Ce Tint en s. donc 1. — 16444 Ba et j'ai 
1. — 16445 Ca L R. n. doit d.; Ce D. n. p. r. le v.; Be d. le v. — 
16447 -^^ C^ ^'^ ^^ P. c. V. p. q. L m. — 16448 Ce Pour gue- 
redon et pour va.; Be C He guerredon — 16449 ^ ^^ Que j.", 
Bâ a c, Eb ou c. — 16450 Ce Jusque t. 



148 JEAN DE MEUN 

16452 Je vei bjen que vous me boulez. 

Si sai de quel cueur vous m'amez, 
Qui douce amie me clamez, 
Douce seur e douce compaigne. 

1Ô456 A cui parez vous tel chastaigne ? 
Certes, se nou me gehissiez, 
Bien pert que vous me traissiez, 
Car tant me sui en vous tiee, 

16460 Puisque m'eiistes atiee, 

Que dit vous ai toutes les choses 
Que j'oi dedenz mon cueur encloses. 
Si laissai pour vous père e mère, 

16464 Oncle, neveu, sereur e frère, 
E touz amis e touz parenz, 
Si corne il est chose aparanz. 
Certes moût ai fait mauvais change, 

16468 Quant si vers mei vous truis estrange. 
Que je plus ain que riens qui vive, 
E tout ne me vaut une cive, 
Qui cuidiez que tant mespreisse 

16472 Vers vous que voz secrez deisse. 
C'est chose qui ne pourrait estre. 



16452 Ba Be Ce Ca L Je sai; 16452-53 omis dans Eb — 16453 
Ca He Ne s.; L Si voi d. — 16454 Be Ce a. m'apelcs — 16455 
Ca D. amie ei — 16456 Be c. pelés v.; Ba c. pelez or t. — 
1G457 Ab C. sou n. — 16458 Ca B. voi q. — 16459 Ba Qui t. — 
16460 Ca P. q. vous m'e. — 16461 Ba Si v. a. d. t. — 16462 Ba 
Bâ Ce, partie de L Q. j'ai; He C'ai eu en m. — 16463 Ca 
Laissiet ai p.— 16464 Ba Be Ce Eb He L Oncles neveus ; Eb He 
O. n. sereurs — 16465 Bà Et t. cosins et, Ba Et mes cousins et 
mes p., Ca T. mes a. t. mes p.; Be Ce Si est la {Ce Et ce est) 
cose bien parans — 16466 Ba S. est la c. bien paranz; Bâ L c. 
paranz; He e. ore a.; Be Et s'en sui mal de mes parans, Ce Si 
en sui mal des aparans — 16468 B Ce Eb Q. s. vo. t. ve. m. e. 
— 16469 Be Ce Q. p. vous a. — 16470 Ba Et ce n. — 16471 He 
Que c. ; Be Ce C. vos q.; Ba C. vous t. q. meffeisse 



LE ROMAN DE LA ROSE I49 

Par Jesu Crit, le rei celestre, 

Qui vous deit meauz de mei garder? 
16476 Plaise vous au meins regarder, 

Se de leiauté riens savez, 

La fei que de mon cors avez : 

Ne vous soufist pas bien cist gages? 
16480 En voulez vous meilleurs ostages? 

Donc sui je des autres la pire, 

Se voz secrez ne m'osez dire. 

Je vei toutes ces autres famés 
16484 Qui sont de leur osteus si dames 

Que leur mari en eus se fient 

Tant que touz leur secrez leur dient; 

Tuit a leur famés se conseillent, 
16488 Quant en leur liz ensemble veillent, 

E priveement se confessent 

Si que riens a dire n'i laissent; 

E plus souvent, c'est chose veire, 
16492 Qu'il ne font nels au prouveire. 

Par eus meismes bien le sai. 

Car maintes feiz oï les ai. 

Qu'eus m'ont trestout requeneù 
16496 Quanqu'fus ont oï e veû, 

E tout neïs quanqu'eles cuident, 

Ainsinc s'espurgent e se vuident. 



16474 A Bd He Eb Pour J. — 16476 Ba Be Ce Plairoit v.; Ca 
P. a V. — 16477 ^^ S- desloiauté ; Be Ce point s. — 16478 Ba Be 
Ce F. q. V. a m. c. devez — 16479 ^^ ^- po'nt c. g. — 16482 Bâ 
Quant V. — 16484 Be Ce Q. s. al. — 16486 Ce tout 1. secret 
— 16487 Bâ Tant a; Be Ce s. confessent — 16488 Bâ Que 
e.; 16488-89 omis dans Be Ce — 16490 ;£■* ne 1. — 16492 Be 
Ce Bâ Ca Que il n. f. [Ca facent) a leur p. — 16493 Ac, partie 
de L P. moi m. — 16494 He Par m.; Ca M. f. oiies 1. a. — 
16495 Be Qu'eles m'o. tout r. — 16496 Ca Eb Quanques o. — 
16497 Be Et toutes choses qu'eles c. — 16498 Bâ Be Ce He A. 
se purgent; Ca et esvuident 



l5o JEAN DE MEUN 

Si ne sui je pas leur pareille; 

i63oo Nule vers mei ne s'apareille, 
Car je ne sui pas jangleresse, 
Vilotiere ne tenceresse, 
E sui de mon cors preudefame, 

i65o4 Cornent qu'il aut vers Deu de l'ame. 
Ja n'oistes vous onques dire 
Que j'aie fait nul avoutire. 
Se li fol qui le vous contèrent 

i65o8 Par mauvaistié non controuverent. 
M'avez vous pas bien esprouvee ? 
Ou m'avez vous fausse trouvée? 
Emprès, beaus sire, regardez 

i65i2 Cornent vostre fei me gardez. 
Certes malement mespreîstes 
Quant anel en dei me meistes, 
E vostre fei me fiançastes. 

i65iô Ne sai coment faire l'osastes. 
S'en mei ne vous osez fier, 
. Qui vous tisr a mei marier? 
Pour ce pri que la vostre feiz 

i6320 Me seit sauve au meins cete feiz. 



i65oi Ce n. fui p. — i65o2 Ba Ne mesdisant n., Be Ce Ne 
musarde n.; Ce n. menteresse, Hen. tençonneresse — i65o3 
Ba Be Ce Ca Ainz s. — i63o4 Ca He qu'il voist, Be qu'il soit; 
Be Ce Eb a D. — i65o6 He faite adultire — i65o7 Ca S. les 
gens q.; Ce f. ne I.; 16307-8 intervertis dans He — i65o8 Be P. 
m. le c; Ba P. m. ne le trouvèrent; Ce Qui p. m. le trouvèrent 
— lôSog Ce N'a.; Ba .la m'a. v. b.; Be Bd Ca Eb, partie de L 
Ne m'a. v. b. e. ; He v. dont b. — i65i3 Eb m. me preîstes — 
i65i4 Ba Be Ce Q. l'a.; Ba Be Ce Ca Eb L a. ou d.; Bâ Q. 
vostre foi me promeistes — i65 i 5 Bâ Et anel ou doi m.e fichastes ; 
i65i5-i6 omis dans Be — i65i6 Ce Quant l'anel ou doi me 
boutastes — i65i7 Ca N'en m.; Be Bâ Eb v. voulez f. — i65i8 
He f. o m. — i65i9 Be Ca P. c. vous p. que {Ca k'a) ceste f.; 
He P. c. vous p. I. V. f. — i652o Ba M. gardez a.; Be M. s. 
gardée vostre f. , C* M. s. s. a c. f. ; Ca m. vostre f. 



LE ROMAN DE LA ROSE l5l 

E leiaument vous asseûr 

E promet e fiance e jur. 

Par le beneùré saint Pierre, 
16524 Que ce sera chose souz pierre. 

Certes moût seraie ore foie 

Se de ma bouche issait parole 

Don eussiez honte ou domage; 
16528 Honte feraie a mon lignage, 

Qu'onques nul jour ne diffamai, 

E tout prumierement a mei. 

L'en seaut dire, e veirs est senz faille : 
i6532 Qui tant est fos que son nés taille. 

Sa face a toujourz deseneure. 

Dites mei, si Deus vous secueure, 

Ce don voz cueurs se desconforte, 
i6536 Ou se ce non vous m'avez morte. » 

Lors li debaille piz e chief, 

E le rebaise de rechief. 

E pleure seur lui lermes maintes 
16540 Entre les baiseries feintes. 

Adonc li mescheanz li conte 

Son grant domage e sa grant honte, 

E par sa parole se pent ; 

16544 E quant dit l'a, si s'en repent. 
Mais parole une feiz volée 

t652i Ca Car 1. — 16522 Be Et f. et p. et j. — i6523 Be Ce 
P. 1. beneoit cors s. P. — 16524 Ba s. terre — 16527 Ca D. h. e. 
ne d.; Bâ h. ne d., Ba Be Ce Eb He h. et d. — 16528 Be H. 
me f. et damage — 16529 Ba Ce Bâ C'o. encor ne d. ; 16529- 
3o omis dans Be — i653o Ce p. alai — i653r Ce omet e — 
i6532 Ac f. qui s.; Ca Ke chils e. f. ki s.; 5 Ce He Que trop e. f. 
qui s. — 16537 Ce CaL. \. debaise p.; Be L. 1. manie pié et, He 
L 1. déboute pies et; Bâ d. et pié et, Ac Ce Eb d. piez et — 
i6538 Be Ca Et 1. rerabrace d. — 16540 Ba Be Ce E. 1. bai- 
siers qui sont f. — 16541 Ba Be Ce A tant \. — 16544 ^"^ ^^ ^* 
Q. il a {Ce l'a) d. si, Ca He Et q. Ta d. si; Ca s'e. reprent — 

16545 Be Car p. 



l52 JEAN DE MEUN 

Ne peut puis estre rapelee. 
Lors li prie qu'ele se taise, 

16548 Con cil qui plus est a mesaise 
Qu'onques avant esté n'avait, 
Quant sa famé riens n'en savait. 
E celé li redit senz faille 

i6552 Qu'el s'en taira, vaille que vaille. 
Mais li chaitis, que cuide il faire? 
II ne peut pas sa langue taire : 
Or tent a l'autrui retenir? 

i6556 A quel chief en cuide il venir? 
Or se veit la dame au deseure, 
E set que de quelconques eure 
L'osera mais cil courroucicr, 

i656o Ne contre li de riens groucier, 
Mu le fera tenir e quel, 
Qu'ele a bien matire de quei. 
Convenant espeir li tendra 

16564 Tant que courrouz entr'aus vendra. 
Encore s'ele tant atent, 
Mais enviz atendra ja tant 
Que moût ne lui seit grant grevance, 

i6568 Tant avra le cueur en balance. 



16546 Ba Ce N. p. mes e., Be N. p. plus e. — 16547 ^'^ ^^ 
s'en t. — 16548 Bà Et cil ; Eb q. e. p. a malaise, Ba Be Ce q. en 
e. a malaise — 16549 ^^ P^ns qu'onc a.; Be Plus que devant, 
Ca Eb He C'o. devant; Ce Plus c'a. e. n'en a. — i655i Ba Be 
Ce Et sa femme 1. dit s.; Eb 1. a dit s., Bâ I. promet s. — 
i6552 Ac Ba Be Ce se t. — i6554 Ce Que il n. p. s. 1. t. {cor- 
rigé dans Be) — 1 6555-36 omis dans Bc — i6556 Ce II se doit 
bien pour fol tenir — i6557 Be O. en est 1. — i6558 Ca Or s. 
bien ke d. conquele he. ; Bd d. quelque nule he.; Ab q. euvre 
— 16559 Ba Qu'il l'o. m. c. — i656o Ca N'encontre; Ce N. c_ 
r. d. 1. g. — i65ôi Eb f. taisant et — i6562 Ca Car b. a m. — 
iG565 He E. se e. a. t. — i6566 Ba M. a paine a.; Ce M. a 
paines a. t., He M. a c. a. t.; Be M. espoir n'a. pas t.; Ca e. 
auendera t. 



LE ROMAN DE LA ROSE l 53 

E qui les ornes amerait. 

Ce sarmon leur preescherait, 

Qui bien fait en louz leus a dire, 
1Ô372 Pour ce que chascuns on s'i mire, 

Pour aus de grant perill retraire. 

Si pourra il espeir desplaire 

Aus famés qui moût ont de jangles ; 
16576 Mais vérité ne quiert pas angles. 

Beau seigneur, gardez vous de famés, 

Se voz cors amez e voz âmes, 

Au meins que ja si mal n'ouvreiz 
i658o Que les secrez leur descouvreiz 

Que dedenz voz cueurs estuiez. 

Fuiez, fuiez, fuiez, fuiez, 

Fuiez, enfant, fuiez tel beste, 
16584 ^^^ vous conseil e amoneste 

Senz decepcion e senz guile, 

E notez cez vers de Virgile, 

Mais qu'en voz cueurs si les sachiez 
i6588 Qu'il n'en puissent estre sachiez : 

Enfant qui cuilliez les flouretes 

E les fraises fresches e netes, 

Ci gist li freiz sarpenz en l'erbe : 

16372 Be Ce c. d'aux s'i m. ; Ba c. d'aus s'amire — i6573 Bâ 
P. soi d.; Ac des g.; A granz perilz — 16574 Ba Be Ce L S. 
pourroit; L omet il {La S. p. e. moût d., Li S. p. e. d., alias 
S. p. lors e. d., etc.); Bâ i. moût bien d. — lôSyS Ba q. trop 
o., Ce q. tant o. ; Be q. o. tant d. — 16576 Ba Eb v. n'a cure 
d'à.; Be Ce Qu'il (Ce Qui) ne peuent tenir leur gengles [Ce 
langhes) — '^577 Ac Be Ce Ca Eb He L des f. — 16578 Ba 
Be Ce Se {Be Ce Si) a. v. c; Ba v. c. ne v.; Ac a. ne v. — 1657g 
Ac omet n' — i658o B Ce Ca Eb He L Q. voz s. — i658i Ce 
D. V. c. estudiiez; Eb v. cors; He c. eskievés; i658i-82 omis 
dans Be — i6583 Ba ¥. amant f., Be Ce F. avant f. — 16584 
Ca Ch*î V.; Be v. comment et — 16587 ^'^ '• laciés — i6588 Ba 
Bâ e. esrachiez ; He Que ja n'en soit uns mos s. — 16590 Be 
Cerises freses nouveletes, Ce Cerises freses et anetes {ou avetes) 
— 16D91 Ba 1. tiens s., Be Ce 1. fel s. 



l54 JEAN DE MEUN 

16592 Fuiez, enfant, car il enerbe, 
E empoisone e envenincie 
Tout orne qui de lui s'aprime. 
Enfant qui les fleurs alez querre, 

16596 E les fraises naissanz par terre, 
Le mal sarpent refreidissant 
Qui se vait ici tapissant, 
La malicieuse couleuvre 

16600 Qui son venin repont e cueuvre, 
E le muce souz l'erbe tendre 
Jusqu'à tant qu'el le puisse espandre 
Pour vous deceveir e grever, 

16604 Pensez, enfant, de l'eschever. 
Ne vous i laissiez pas haper, 
Se de mort voulez eschaper ; 
Car tant est venimeuse beste, 

16608 Par cors e par queue e par teste, 
Que, se de li vous aprouchiez, 
Touz vous trouvereiz entouchiez, 
Qu'el mort e point en traison 

16612 Quanqu'ele ataint, senz guerison ; 
Car de cetui venin l'ardure, 



16592 Ac aherbe — 16594 Ba Trestoz ceus q., Be Ce Icelui q. 

— 16596 5e Freschetes et n., Ce Fresetes et n. — 16597 CaHe s. 
resplendissant — 16398 Ca He v. adès t.; Ce Si se va en traus 
reponnant ; vers omis dans Be [ajouté plus tard en marge) — 
16399 He Li très m. c. — 16600 Ab repoust; Ba Be Ce Q. de 
desous (Be desus) le rain se c. — 1660 1 Ba Be Ce Tele se m. en 
l'e., He Et se m. sour Te. — 16602 B Ca que 1., Eb He qu'il 1.; 
Ce quelle p.. Ab quele p.; Be Ce p. prendre, Ba p. aprendre, Ca 
p. esprendre — i66o3 Ba A v. ; Ce P. eaus d. ; Ca P. d. et pour 
g. — 16606 Ab m. veillez e. — 16608 Ce c. p.; Be et p. vis et 

— 166 10 Be Ce Tost v. ; Ba Vous v. t.; Ca Tantosl en serez e.; 
Ce entechiés — 16611 Ac Qui m., Eb Qu'il m.; Be Ce Qu'el p. 
et m. e. t. — 1661 2 A Eb He Quanqu'il a. ; Be a. n'a g. — i66i3 
Be C. d. son v. de froidure, Ce C. de son v. d. s'ordure ; Ca v. 
l'ordure; i66i3-i4 omis dans Ba Bâ 



r.E ROMAN DE LA ROSE l55 

Nus tiriacles ne la cure; 

Riens n'i vaut herbe ne racine : 
16616 Seul foïr en est médecine. 
Si ne di je pas touteveie, 

N'onc ne tu rentencion meie, 

Que les famés chieres n'aiez, 
16620 Ne que si foïr les deiez 

Que bien avec eus ne gisiez ; 

Ainz cornant que moût les prisiez 

E par raison les essauciez ; 
16624 Bien les vestez, bien les chauciez, 

E toujourz a ce labourez 

Que les servez e enourez, 

Pour continuer vostre espiece, 
16628 Si que ja mort ne la depiece ; 

Mais ja tant ne vous i tieiz 

Que chose a taire leur dieiz 

Bien sofrez qu'eus aillent e viegnent, 
i6632 La maisnie e Tosiel maintiegnent, 

S'eus sevent a ce mètre cure; 

Ou, s'il ravient par aventure 

Qu'eus sachent acheter ou vendre, 



[6614 Be Nés en triacle n"a 1. ; Ca N. tyriades n'i a c, He 
N. triades n'i a le c; Ce N. triades n'en escure — i66i5 Be 
Ne n'i v.; Ba n. mecine — 16616 Ca S. f. est H m.; vers cor- 
rigé dans Ce — i65i8 Be Ce Ne ne f. — 16619 omis dans Be 
— 16620 Be Q. vous s. — 16621 Be n. sciés — 16622 Ba Ce q. 
vous !., Ca q. bien 1. — i6Ô23 Ba Et p. besoing 1. — 16624 Ba 
V. et 1.; vers omis dans Be — 16625 Be Et a c. t. 1. — 16626 Ba 
Q. 1. vestez et, Be Ce Q. 1. prisiés et — 16627 He nostre e. — 
16628 Ba Be Ce Ca S. q. la m. — 16629 Be Ce M. itant n.; He 
t. vos cuers n'i ï. — i663i Ba Be Ce Et b. s. qu'a. ; Ca qu'il 
voisent et, He que voisent et — i6632 Ba Leur m. et leur o. 
tiegnent, Be Ce Les maisnies a l'o. se (Ce omet se) taingnent — 
i6633 Ce Si s. ; X. S'ele vuet a; He a quoi m. c. — 16634 ^^ 
Ca Ce Eb s'il avient p. — i6635 Ab Qu'il s.; divers Que s.; Ba 
Bâ a. ne v.. Ce a. et v. 



l56 JEAN DE MEUN 

i6636 A ce peuent eus bien entendre ; 

Ou, s'eus sevent d'aucun mestier, 
Faccnt le, s"eus en ont mestier ; 
E sachent les choses aperies, 

16640 Qui n'ont mestier d'estre couvertes ; 
Mais se tant vous abandonez 
Que trop de poeir leur donez, 
A tart vous en repentireiz, 

16644 Quant leur malice sentireiz. 
L'escriture neïs nous crie 
Que se la famé a seignourie, 
Ele est a son mari contraire 

16648 Quant il veaut riens ou dire ou faire. 
Prenez vous garde touteveie 
Que l'osteus n'aille a maie veie, 
Car l'en pert bien en meilleur garde. 

i6652 Qui sages est sa chose garde. 
E vous qui ravez voz amies, 
Portez leur bones compaignies. 
Bien atiert qu'eus sachent chascunes 

i6656 Assez des besoignes comunes. 
Mais, se preuz estes e senez, 
Quant entre voz braz les tenez, 
E les acolez c baisiez. 



i6636 Eh p. moût b.; Be Ce p. eles e. — 16637 Ba Bâ C He 
Eb s. aucun m., Be s. autre m. — i6638 Ab Faceint 1.; Ca F. 
s'eles e.; Ba Be Ce s'il !or est ni. — 16639 Ca Bien s.; Be Ba 
Ce c. ouvertes — 16640 Ce Qu'il n'o. — 16641 Be t. les a., Ce 
l. leur a. — 16642 Ca Q. tant d.; vers omis dans Bâ — 16643 
Ba Adonc v. — 16645 Ba Car l'e. bien n. c, Be Ce L'e. bien 
le n. c. — 16646 Ba Q. qunnt 1. — 16647 Ba s. seigneur c. — 
16648 Ba V. aucune r. t.. Ce Eb v. d. r. ou f. — i665o Ca ne 
voist m. V.; Ce He n'a. m. v. — ib55i Bâ b. par m. ; Ba Be Ce 
b. par maie g. — i6652 Ce omet est — i6653 Ba q. tenez v. — 
i663.S Eb He B. avient q., Ce B. apariient q.; divers que s.; Ba 
que sache chascune — i6656 Ba A. de la chose c, Be Ce A. 
de vos choses c. 



LE ROMAN DE LA ROSE I Sy 

16660 Taisiez, taisiez, taisiez, taisiez; 

Pensez de voz langues tenir, 

Car riens n'en peut a cliief venir 

Quant des secrez sont parçonieres, 
16664 Tant sont orguilleuses e fieres, 

E tant ont les langues cuisanz 

E venimeuses e nuisanz. 

Mais, quant li fol sont la venu 
16668 Qu'il sont entre leur braz tenu, 

E qu'eus les acolent e baisent 

Entre les jeus qui tant leur plaisent 

Lors n'i peut aveir riens celé ; 
16672 La sont li secré révélé, 

La se descueuvrent li mari. 

Don puis sont dolent e mari ; 

Tuit encusent ci leur pensé, 
16676 Fors li sage bien apensé. 
Dalida la malicieuse, 

Par flaterie venimeuse, 

A Sanson, qui tant iert vaillanz, 
16680 Tant preuz, tant forz, tant bataillanz, 

Si corne el le tenait tormeni 

Soel en son giron dormant, 

Copa les cheveus a ses forces, 
16684 ^<^" ^' perdi toutes ses forces, 

16660 Be T. t. par Dieu t. — 16662 Ba Be C C. {Ba Ce Que) 
nus n' — 16668 Be Ce Et s. — 1666g Ba Et il 1., Bâ He Et 
qu'il L, divers Et que 1. — 16670 Ba Be Ce Et foui 1.; He Et 
leur geus; L Et 1. genz q. — 16671 B Ce He p. r. a. c. — 16672 
Be Lors s. — 16673 A Bâ He Ci s., Ca Eb Si s.; Be Ce L. s. 
descuevre ; Ba L. s'encusent toz 1. — 16674 Be Ce p. est d. — 
16675 B Ce Lors [Be Ce Et) e. tout 1. p.; Ca £6 He e. chil 
1. ; Ac acusent — 16677 -*^ Dallida — 16680 Be T. fiers t.; 
Eb T. f. t. p. t.; Ce p. t. tiers t.; Ba Et p. et 1. et b.; He 
f. et t. poissans, L ï. t. travailianz — 16681 Ac elle t. — 16682 
Be Ce Ca E. son g. soet d. — 1668 3 B Ce Eb C. ses c; Ce Eb 
a s. t. 



l58 JEAN DE MEUN 

Quant si des crins le depela, 
E touz ses secrez révéla, 
Que li fos contez li avait, 

16688 Qui riens celer ne li savait. 

Mais n'en vueil plus d'essemples dire, 
Bien vous peut uns pour touz soutire. 
Salemons neïs en parole, 

16692 Don je vous dirai la parole 

Tantost, pour ce que je vous ain : 
« De celé qui te dort ou sein 
Garde les portes de ta bouche, 

16696 Pour foïr perill e reprouche. » 
Cet sarmon devrait preeschier 
Quiconques avrait orne chier. 
Que tuit de famés se gardassent 

16700 Si que jamais ne s'i fiassent. 

Si n'ai je pas pour vous ce dit, 
Car vous avez senz contredit 
Toujourz esté leiaus e ferme. 

16704 L'escriture neïs aferme, 

Tant vous a Deus doné sen fin. 



i6685 Be Ce Eb Q. de ses c; Ca Q. s. ses c. li d.; Ba Bâ 
Ce 1. despoilla — 16686 Ba Ce Car s. s. li r., Be Quant s. s. li r. 
— 166S7 Ba Be Ce L. f. tout c. — 16688 Bc Ce Car r. — 16689 
Ba He M. ne v. ; Be v. d'e. p. d.; Ca Eb omettent d' — 16690 Ab 
Eb B. nous p.; Ba Be Ce Car b. v. [Be Ce nous) p. atant s., Bâ 
U. en p. b. par touz s. — 16692 Ba D. ja v. — 16693-94 omis 
dans Eb — 16694 Ca q. vous d.; C^ Se c. q. se d. en s. — 
16695 Ca Gardés 1. p. d. vos b.; Eb la porte — 16696 Bâ Be P. 
eschiver (Be escuer) blasme et; Ba Ce P. f. blasme ou {Ce et) r.; 
Ac p. ou r. — 16697-98 intervertis dans Ca — 16698 Ca Cas- 
cuns qui a. — 16699 Ba Q. bien d., Bâ Q. si d.; Ce des f . ; Ab 
Bâ Eb d. famé s. — 16700 Ba Be Ce He Ne q.; Bâ Que j. — 
16701 Be S. ne l'a. j. p. p. v. d.; Ce S. n'a. p. p. ce c. d. — 
16704 Be L'e. le nous confennc, Ba Bâ Ce Le. n. i'af. — 16705 
Ba Cuer v. a D. d. tant f., Be Car a D. estes tout sans f.; Bd, 
partie de L 3. do. D. s. 



LE ROMAN DE LA ROSE I Sg 

Que VOUS estes sage senz fin. 

Genius ainsinc la conforte, 

16708 E de quanqu'il peut li enorte 

Qu'el laist dou tout son deul ester; 

Car nus ne peut riens conquester 

En deul, ce dit, ne en tristece. 
16712 C'est une chose qui moût blece 

E qui, ce dit, riens ne profite. 

Quant il ot sa volenté dite, 

Senz plus faire longue preiere, 
167 16 Si s'assiet en une chaiere 

Dejouste son autel assise ; 

E Nature taniost s'est mise 

A genouz devant le prouveire, 
16720 Mais, senz faille, c'est chose veire 

Qu'el ne peut son deul oublier, 

N'il ne l'en reveaut plus prier. 

Qu'il i perdrait sa peine toute ; 
16724 Ainz se taist e la dame escoute 

Qui dit par grant devocion. 

En plourant, sa confession, 

Que je ci vous aport escrite 
16728 Mot a mot, si corne el l'a dite. 

Cil Deus qui de beautez abonde, 1^ 

16707 Ba 1. déporte; le commencement du vers est corrigé 
dans Ce — 16708 Ba D. tout q. p. la conforte, Ac la e. ; Ce Et 
q. p. il 1. — 16709 Se Que J. t. 1. s. — 16710 Be C. on n'i p.; 
Bâ C. r. n'i p. n. c. — 167 11 E. d. faire n. ; Ba n. a t. ; Ce A 
d. c. d. et a t. — 16713 Ab Et que c; Ca Eb He Et q. r. c. d. 
n. p. ; Bd Et c. qu'il d. ; Bà Ce d. bien Ii p. — 16715 Ba Quant 
il ot fête sa p. ; Eb omet faire — 1Ô716 B S. s'assist, Ce S. l'as- 
sist — 16717 He D'encoste s. ; Be Delés s. a. fu a. — 16718 Be 
Et N. s'e. t. m. — 16719 Ce As g. — 16722 B Ce Ne il n. l'e. 
vuet p. p.; L l'e. vuet ja p. p. — 16723 Be Ce Car il i [Ce li) 
pert s. — 16724 Be Ce Ainçois s. t. 1. — 16725 Be Ce Et d. — 
16727 Ba Q. j. V. a. c. e.; Ce v. porte e.; 16727-28 omis dans He 
— 16728 Ba c. ele art d.; Ce l'ot d. — 16729 B Ca L beauté 



l6o JEAN DE MEUN 

Quant il très beaus fist cet beau monde, 

Don il portait en sa pensée 
16732 La bêle fourme pourpensee 

Toujourz en pardurableté 

Àinz qu'eie eùst dehors este', 

Car la prist il son esseniplairc, 
16736 E quanque H fu nécessaire ; 

Car, s'il ailleurs le vousist qucrre 

Il n'i irouvast ne ciel ne terre, 

Ne riens don aidier se peùst, 

16740 Con nule rien dehors n'eùst ; 
Car de neient fist tout saillir 
Cil en cui riens ne peut faillir ; 
N'onc riens ne l'esmut a ce faire, 

16744 Fors sa volentc debonaire, 

Large, courteise, senz envie. 

Qui fontaine est de toute vie. 

E le fist au comencement 
16748 Une masse tant seulement, 

Qui toute iert en confusion, 

Senz ordre e senz distinccion, 

Puis le devisa par parties, 
16732 Qui puis ne furent départies, 

E tout par nombres assoma, 

16730 Ba Q. i. plus biau f. tôt 1. m., Be Qui très bel f. très- 
tout 1. m.; Eb He t. biau f.; Ce t. bel f. tout 1. m. — lôy.^a Ce 
L. f. b. p. — 16734 Ce qu'il ot — 16736 He De q. ; iS Ce He 
quanqu'il 1.; Eb quanques il f. — 19737 Ba Et se a. — 16738 
Ba I. ne t. — 16740 Ba Be Que n., He Car n. ; Ca d. eùst — 

16741 Ba u. t. f. s. — 16742 Ba Be Ce C. qui a r., L C. a 
qui r. — 16743-44 corrigés dans Be — '6745 Ca Eb L. et c; 
Ca c. et s. ; Ce courtois et s. — 16746 Hc d. douce v. — 16747 
B Ce Et si t., A Et li f. (dans Ac /'i de li remplace une lettre 
grattée) — '6749 Ba Ce t. est e. — 16700 He L et s. divi- 
sion ; 16730-56 manquent dans Ba (lacération) — lôjbi L Ce P. 
les d., Be Bâ Ca He P. la d. — 16733 Be Eb Et trestout p. 
nombre a.; Ba Et p. n. t. a. ; He p. le n. a. 



LE ROMAN DE LA ROSE l6l 

E set combien en la some a ; 

E par raisonables mesures 
16756 Termina toutes leur figures, 

E les fist en rondece estendre 

Pour meauz mouveir, pour plus comprendre, 

Selonc ce que mouvables furent 
16760 E comprenables estre durent ; 

E les mist en leus couvenables, 

Selonc ce qu'il les vit metables : 

Les legieres en haut volèrent, 
16764 Les pesanz au centre en alerent 

E les meienes ou mileu. 

Ainsinc sont ordené li leu 

Par dreit compas, par dreite espace. 
16768 Cil Deus meismes, par sa grâce, 

Quant il i ot par ses devises 

Ses autres créatures mises. 

Tant m'enoura, tant me tint chiere 
16772 Qu'il m'en establi chamberiere ; 

Servir m'i laisse e laissera 

Tant con sa volentez sera. 

Nul autre dreit je n'i reclaime, 
16776 Ainz le merci quant il tant m'aime 



16754 Eb s. bien que e. — 16755 Be p. convenables m. — 
16756 Bâ Ca Eb He t. les f. ; vers corrigé dans Be et dans Ce 

— 16757 Be e. reont e. ; vers corrigé dans Ce — 16758 Ca P. 
m. m. et mieus c; Eb He p. miex c; Ba p. p. estendre; vers 
corrigé dans Ce — 16739 Ca Ce q. muables f. — 16760 Ce Et 
compaignables e., He Et comme prenable e. — 16761 Ce 1. com- 
paignables ; 16761-62 omis dans L {ajoutés plus tard dans La) — 
16762 Be v. estables — 16764 He p. a tierre e. ; Ba Be Ce p. en 
{Be Ce a) terre avalèrent; L p. en c. ; Ca p. encontre e. ; Ba Be 
Ce, partie de L avalèrent — 16765 Ce Ca Eb He L en mileu 

— 16769 Ca Eb Q. i. li o.; Ba Be Ce Q. i. o. retet {Be Ce tout 
fait) p. d. — 16770 Be Ce Et a. c. — 16771 Be Ce T. m'on. et t. 
m'ot c. ; Bâ t. m'ot il c; Ba m. fist c. — 16772 Be Ce m'est, 
sa c. ; Eb omet en — 16776 B Ca Ce Eb He A. l'en m. 

Tome IV. 11 



102 JEAN DE MEUN 

Que si très povre dameisele, 
En si grant maison e si bêle, 
II, si granz sires, tant me prise 
16780 Qu'il m'a pour chamberiere prise. 
Pour chamberiere ! certes veire 
Pour conestable e pourvicaire, 
Don je ne fusse mie digne, 

16784 Fors par sa volenté bénigne. 

Si gart, tant m'a Deus enouree, 

La bêle chaeine dorée 

Qui les quatre elemenz enlace 
16788 Trestouz enclins devant ma face; 

E me bailla toutes les choses 

Qui sont en la chaeine encloses, 

E comanda que jes gardasse 
16792 E leur fourmes continuasse, 

E vost que toutes m'obeïssent 

E que mes règles apreïssent 

Si que jamais nés oubliassent, 
16796 Ainz les tenissent e gardassent 

A toujourz pardurablement. 

Si font eus veir comunement. 

Toutes i metent bien leur cure, 
16800 Fors une seule créature. 

Dou ciel ne me dei je pas plaindre, 

Qui toujourz tourne senz sei feindre, 

16777 Hc Quant s. — 1C778 Ca He L A s. ; Eb m. en s. — 

16779 -^^ ^^ ^^ ^^ ^^ ^^ S-' ^^ ^^' ^•' -^^ ^^^' 8- — 16780 Be 
P. sa c. m'a p. — 1C782 Ba P. c. p. victoire; Ce p. provoire — 

16785 corrigé dans Ce; 16785-800 omis dans Ca — 16786 Ac 
He b. chaiere d. — 16787 Ce e. lace — 16789 6 Ce Si m. ; He 
t. mes c. — 16790 Ba s. souz 1.; Ac 1. chaere e. — 16791 Be 
Ce q. les g. — 16792 Be He Et les f. — 16794 Ce r. ensievissent 
— 16797 He Et t. — 16798 He f. tous jours c, Eb i. eies c; Be 
Bà Ce f. eles veraiement ; les variantes de Ba, dont l'écriture à 
partir de ce vers est du xv* siècle, ne seront plus données — 
16802 Be Ce Car t. ; Ce sans retrnindre 



LE ROMAN DE LA ROSE l63 

E porte en son cercle poli 
16804 Toutes ses esteles o li, 

Estencelanz e vertueuses, 

Seur toutes pierres précieuses. 

Va s'en le n:ionde deduiant, 
16808 Començant son cours d'orient, 

E par occident s'achemine, 

Ne de tourner arriers ne fine. 

Toutes les roes ravissant, 
168 12 Qui vont contre lui gravissant, 

Pour son mouvement retarder ; 

Mais ne l'en peuent si garder 

Qu'il ja pour eus cueure si lenz 
16816 Qu'il n'ait en trente e sis mile anz, 

Pour venir au point dreitement 

Ou Deus le fist prumiercment, 

Un cercle acompli tout entier, 
16820 Selonc la grandeur dou sentier 

Dou zodiaque a la grant roe 

Qui seur lui d'une fourme roe. 

C'est li ceaus qui cueurt si a point 
16824 Que d'erreur en son cours n'a point : 

16804 Be Ce T. les e. — i68o5 Ce Estinceleuses et, Eb Estin- 
celees et — 16807 Ca V. sus L; Bd V. seur l. m. tornoiant, Be 
S'en le m. v. tournoiant ; vers corrigé dans Ce — 16808 Bâ, 
partie de L Commence s.; Ac He s. tour d'o. — 16809 ^^ ^^ 
Ce Et vers o. — 16810 Eb N. retourner a., Bâ De retorner a. — 
1681 1 Ce Bâ L T. ses r.; Be T. \. raies r. ; Ce T. ses roies r. ; 
Bâ T. ses r. gravissant — 1681 2 Eb Q. c. 1 . v. g. — i68r3 5^ Ce 
m. regarder — 16814 Bâ n. les p.; He p. si tarder; Be Ce Et 
court tous jours sans soi tarder — i68i5 Be Ce Bâ Ca Hc L Que 
).; Be Ce j. nlert de courre s. [Ce omet si) 1. — 16S16 He Qu'il 
a.; Bd Que ja e.. {corrigé dans Be} ; Ce Que jusc'a t. — 168 17 Ca 
Hew. a p. — 168 18 Ab Eb O. D. les t.; Be 1. mit p. — 1682 1 
corrigé dans Be et dans Ce — 16822 corrigé dans Be ; les vers 
16023-473 dans Be ont subi de si nombreuses corrections que je 
n^en donnerai pas les variantes — 16823 Bâ Ensi i. c. va s. ; Ce 
Quant 1. c. q. va s. — 16824 Ac Q. d'errer 



164 JEAN DE MEUN 

Aplanos pour ce Tapelerent 

Cil qui point d'erreur n'i trouvèrent, 

Car aplanos vaut en grezeis 

1Ô828 Chose senz erreur en franceis. 
Si n'est il pas veiiz par orne 
Cist autres ceaus que ci vous nome, 
Mais raison ainsinc le li preuve, 

16832 Qui les demontreisons i treuve. 

Ne ne me plaing des set planètes, 
Cleres e reluisanz e netes 
Par tout le cours de sei chascune. 

i6836 Si semble il aus genz que la lune 
Ne seit pas bien nete ne pure, 
Pour ce qu'el pert par leus ocure; 
Mais c'est par sa nature double 

16840 Qu'el pert par leus espesse e trouble 
D'une part luist, d'autre part cesse 
Pour ce qu'ele est clere e espesse; 
Si li fait sa lueur périr 

16844 Ce que ne peut pas referir 
La clere part de sa sustance 
Les rais que li solauz i lance, 
Ainz s'en passent par mi tout outre; 

16848 Mais l'espesse lueur demoutre. 



16827 Ce Eb He e. grigois — 16829 Ce i. point veû — i683o 
Bâ Sel a. ; Ab omet ceaus ; Ac C entre tels q. ; Bâ q. je c. n., 
Ce q. je v. n. — i683i Ce M. r. issi si le p., He M. r. aussi les y 
p.; Eb le repreuve — i6832 Ac Ba Ce 1. demoustrances — i6833 
He Si n. m., Eb Qe n. m.; Ce N. m. p. pas d. — i6835 Ce c. 
desous costume — i6836 Ce Samble cil as — 16837 ^^ S- P- "^ 
n. — 16839 Ce M. ce e. p. n., Eb Par toi c'e. p.n.; He p. le n. — 
16840 Bâ Ce 1. oscure et — 16844 ^'^ Si q. (Si exponctué et 
Ce écrit plus tard en marge); Bâ Eb C. qu'el n., Ce Çou qui n. 
— 16843 He L. c. prent d. — 16846 Ce Le rai, Bâ Des r. ; Bâ 
Ca s. li 1. — 16847 ^^ E' s'e. ; Ce s'e. partent; Eb Ainchois 
passe — 16848 corrigé dans Ce 



LE ROMAN DE LA ROSE l6b 

Qui bien peut aus rais contrester 

Pour sa lumière conquester. 

E pour faire entendre la chose, 
i6852 Bien en peut l'en, en leu de glose, 

A briés moz un essemple mètre, 

Pour meauz faire esclarcir la letre : 
Si con H veirres transparenz, 
i6856 Ou li rai s'en passent par enz. 

Qui par dedenz ne par darriere 

N'a riens espès qui les refiere, 

Ne peut les figures montrer, 
16860 Quant riens n'i peuent encontrer 

Li rai des eauz qui les retiegne, 

Par quel la fourme aus eauz reviegne; 

Mais pion, ou quelque chose espesse, 
16864 Qui les rais trespasser ne laisse, 

Qui d'autre part mètre vourrait, 

Tantost la fourme retourrait; 

Ou s'aucuns cors poliz i iere, 
16868 Qui peust referir lumière, 

E fust espès d'autre ou de sei, 

Retourrait ele, bien le sai ; 

Ausinc la lune en sa part clere. 



1684g ^^ ^^ Q.^^ ^■'■' ^^ Q- ' P- ^- contre ester; Ab Ca Eb p. 
en r. — i685o A Par s., He Et s.; Eb P. la 1.; Ce \. contre ester 
— i685i Eb f. entendant — i6852 Ca B. e. p. on 1.; Ce Dont on 
p. b. e. 1. — 16854 Ce f. entendre, £T> f. entendant — i6855 
B C He L V. tresparenz — i6856 Ab 1. raison p.; Bà Ce Eb 
He s'e. passe p. — 16857 Ca Ke p.; Ce d. et p. — i6858 Ca 
r. d'e. ; L r. après q. ; Ce ^b He q. le r. — 16859 He N. pueent 
f. — 16860 B4 Et q. r. ne puet e., Ce Q. il r. n'i peut e. — 16861 
He Si r. de ieulz q.; Bd r. de soi q., Ce r. od soi q.; Eb q. 
la r. — 16862 Bâ f. arrier r., Ca f. en els r.; Ce f. as gens remai- 
gne — i6863 Ce M. plain o. — 16864 ^^ r- escaper n.; Ab t. 
nés 1. — 16866 Ca T. se f. recouvroit — 16867 Ab omet i; He 
Ce poli iere — 16869 Ce Ou f. — 16870 Ca Recouvroit e., He 
Recouroit e. — 16871 Bâ He Ensi 1.; Ce Dont 1. 1. e. s. p. est c. 



l66 JEAN DE M EUX 

16872 Don ele est semblable a s'espère, 

Ne peut pas les rais retenir, 

Par quel lueur li puist venir, i^ 

Ainz passent outre; mais l'espesse, 
16876 Qui passer outre ne les laisse, 

Ainz les refiert forment arrière, 

Fait a la lune aveir lumière : 

Pour ce pert par leus lumineuse 
16880 E par leus semble ténébreuse. 
E la part de la lune ocure 

Nous représente la figure 

D'une trop merveilleuse beste; 
16884 C'est d'un sarpent qui tient sa teste 

Vers occident adès encline, 

Vers orient sa queue afine ; 

Seur son dos porte un arbre estant, 
16888 Ses rains vers orient estent. 

Mais en estendant les bestourne; 

Seur ce bestourneiz séjourne 

Uns on seur ses braz apuiez, 
16892 Qui vers occident a ruiez 

Ses piez e ses cuisses andeus, 

Si come pert au semblant d'eus. 
Moût font ces planètes bone euvre : 
16896 Chascune d'eles si bien euvre 

16872 Ce D. est bien s. a Vc; Bd a e. — 16874 Ce Bâ L Pour 
q.; Ce 1. leur p. — 16875 Ce A. passe o. m. l'espoise — 16876 
Ab Eb Que p.; Ca n. le !.; Ce n. leur loise — 16879 ■^'^ ^^ 
Par c; remplacé dans He par 16880 — 16880 He s. lumineuse 

— 16882 Bâ Ce r. une L — i6883 Ce D'u. très m. — 1G884 Eb 
Ce. .). s. — i6885 Bâ V. orient touz jorz e., Ce V. o. sa teste 
e. — 16886 Bâ V. occident s.; Eb c\. fine: Ce Devers occident 
se décline — 16888 Ce Eb S. rais v. — 16889 ^-^ ^- ^- cstouriant 
se b. — 16890 E6 S. le I1. — 16891 A sus s. b. — 16S92 Bâ V. 
orient est arivcs; Ce Q. est v. oriant puiiés ; He o. appuiiés; 
Ca a ploiiés - 16894 Bd Ca Ce S. c. il p.; Eb p. ensamble d' 

— i68q6 Ce Si corn le Ictro le descoevre 



LE ROMAN DE LA ROSE 1 67 

Que toutes set point ne séjournent; 

Par leur doze maisons s'en tournent, 

E par touz leur degrez s'en cueurent, 
16900 E tant con deivent i demeurent; 

E, pour bien la besoigne faire, 

Tournant par mouvement contraire, 

Seur le ciel chascun jour aquierent 
16904 Les porcions qui leur afierent 

A leur cercles entériner; 

Puis recomencent senz finer, 

En retardant dou ciel le cours, 
16908 Pour faire aus elemenz secours; 

Car, s'il poait courre a délivre, 

Riens ne pourrait desouz lui vivre. 
Li beaus solauz qui le jour cause, 
169 12 Qu'il est de toute clarté cause, 

Se tient ou mileu come reis, 

Trestouz reflambeianz de rais. 

Ou mileu d'eus a sa maison; 
169 16 Ne ce n'est mie senz raison 

Que Deus li beaus, li forz, li sages, 

Vost que fust ileuc ses estages ; 

Car, s'il plus bassement courust, 
1 6920 N'est riens qui de chaut ne mourust ; 

E s'il courust plus hautement, 

Freiz meist tout a dannement. 

La départ sa clarté comune 



Ca Ce P. les d. — 16899 ^^ ^^ ^- ^^^ ^-'f "^''^ omis dans 
Bâ — 16902 A Tournanz, Bâ Ca Ce Eb Tournent ; Ab p. mouvant 
c. — 16903 Ce S. 1. jour c. j. affierent — 16904 Ce Ca Leur p.; 
He L. possitions q., L L. parties q. — lôgoS Ce Pour 1. — 16907 
Ce E. regardant — 16910 Ce Om n. — 169 12 Ce Bà Ca He Qui 
e. — 169 1 3 Eb He t. en m. ; Ce t. en .j. lieu c. — 169 1 5 Ce He 
Eu m. — 16916 Ce Bà Mes ce; Eb m. par r. — 16917 Bâ Ca Car 
D.; Eb Q. D. 1. vrais 1. f. — 169 18 .4c Eb s. ostages; Ce V. q. i. 
{. s. manages — 1692 1 Eb s'i. p. c. h. — 16923 Ce Ca L. d. le c. 



l68 JEAN DE MEUN 

16924 Aus esteles e a la lune, 

E les fait apareir si bêles 

Que la Nuit en fait ses chandeles 

Au seir, quant ele met sa table, 

16928 Pour estre meins espoentable 
Devant Acheron son mari, 
Qui moût en a le cueur mari; 
Qu'il vousist meauz senz luminaire 

16932 Estre avec la Nuit toute neire, 
Si con jadis ensemble furent, 
Quant de prumier s'entrequenurent, 
Que la Nuit en leur desveries 

iÔ9?6 Conçut les treis Forseneries 

Qui sont en enfer jousticicres, 
Garces felonesses e fieres. 
Mais touteveis la Nuit se pense, 

16940 Quant el se mire en sa despense, 
En son celier ou en sa cave, 
Que trop serait hideuse e hâve, 
E face avrait trop ténébreuse, 

16944 S'el n'avait la clarté jcieuse 

Des cors dou ciel reflambeianz, 
Par mi l'air ocurci raianz, 
Qui tournaient en leur espères, 

16948 Si con Tcstabli Dcus li pères. 

La font enir'aus leur armonies, 



16926 Ca K"en I. — 16927-28 intervertis dans Bâ — 16929 Ce 
Acheion — 16931 Eb Qui v.; He Mieus ameroit iestre s. lumière 

— 16932 He Avoec 1. N. sa mie ciere — 16933 Ce j. estre surent 

— 16934 Ce p. ensamble jurent — 16935 He Car 1.; Ca Ce He 
e. 1. [Ca ses) drucries — 16936 Ca Conquist 1.; Ac C. leur t.; 
vers omis dans Bâ — 16938 Bâ Gralses t., Ca L Gardes f., He 
Grandes f. — 16941 Ce c. et e.; Eb s. hâve c. — 16942 Ab Ce 
Qui t., Bà Quer t.; Ce t. par est h. ; Eb s. h. h. — 16943 Ce 
Et est au )(mr t. t. — 16946 He m. rai o. — 1Ô947-48 inter- 
vertis dans He 



LE ROMAN DE LA ROSE IÔ9 

Qui sont causes des mélodies 

E des diversitez de tons 
16952 Que par acordances metons 

En toutes manières de chant. 

N'est riens qui par celés ne chant. 
E muent par leur influences 
,16956 Les accidenz e les sustances 

Des choses qui sont souz la lune : 

Par leur diversité comune 

S'espeissent li cler élément, 
16960 Clers font les espès ensement; 

E freit e chaut e sec e moiste, 

Tout ausinc corne en une boiste, 

Font il en chascun cors venir, 
16964 Pour leur parz ensemble tenir; 

Tout seient il contrariant, 

Les vont il ensemble liant; 

Si font pais de quatre anemis, 
16968 Quant si les ont ensemble mis, 

Par atrempance convenable 

A complexion raisonable, 

Pour fourmer en la meilleur fourme 
16972 Toutes les choses que je fourme. 

E, s'il avient qu'eus seient pires, 

C'est dou défaut de leur matires. 
Mais qui bien garder i savra, 
16976 Ja si bone pais n'i avra 



16950 A cause; Bâ Ca Ce Eb He L c. de m. — 1695 1 Bâ Ca 
Et de d. — 16952 Bâ por a.; Ce Bâ Eb He acordance — i6g53 
Bâ Trestotes m. ; ^ E. toute manière — 16954 Bâ N'e. nus q. ; 
Ca r. ke p.: Ce pour eles n. — 16935 Ce Et moevent p. — 
16956 Eb et leur s. — 16959 Ce S'en passent \. — 16962 Ac 
He T. ainsi c; Ac c. a u. — 16963 Bâ Ce L i. a ch. ; He i. 
le vie ou co. v. — 16964 Eb Par 1.; Ca He 1. pais e. — 16966 
Bâ Ce c. aliant — 16967 Ce q. cemins — 16968 Bâ Ce Eb He 
Q. il 1. 



1 70 JEAN DE MEUN 

Que la chaleur Tumeur ne suce 
E senz cessier gaste e manjuce 
De jour en jour, tant que venue 

16980 Seit la mort qui leur est deiie 
Par mon dreii establissement, 
Se mort ne leur vient autrement, 
Qui seit par autre cas hastee, 

16984 Ainz que Tumeur seit degastee ; 
Car, ja seit ce que nus ne puisse, 
Pour médecine que l'en truisse, 
Ne pour riens don l'en sache ongier, 

16988 La vie dou cors alongier, 
Si sai je bien que de legier 
La se peut chascuns abregier ; 
Car maint acourcent bien leur vie 

16992 Ainz que Tumeur seit defaillie 
Par aus faire neier ou pendre, 
Ou par quelque perill emprendre 
Don ainz qu'il s'en puissent foïr 

16996 Se font ardeir ou enfoïr, 

Ou par quelque meschief destruire, 
Par leur faiz fulement conduire; 
Ou par leur privez anemis, 

17000 Qui mainz en ont senz courpe mis 
Par glaive a mort ou par venins, 
Tant ont les cueurs faus e chenins ; 



16977 Bâ n. sace — 16978 Bâ c. mangue et g. — iGqS;-) Bà Ca 
Eb L p. autres c. — 169S5 Ca ni p. ; Ce q. on ne p. — 16986 
Ce Bd I. Par m. — 16987 Ce Bà L N. par r.; Ac Bà Ca Eb He 
L r. que V — 16988 Ce V. de c. point a.; He c. ralongier; 
16988-89 omis dans Bd — 16989 Ce S. savés b. — 16991 corrigé 
dans Ce — 16993 Ce P. lui f. — 16994 Ab quelques perilz, Ac 
quelque periz, Eb ques que periex ; Ca aucuns p. — 16995 Ca 
Ou a. — «6997 Ca p. aucun m.; Ab quelques iiieschiés ; Ct' 
q. mertaii d. — 16999 He 1. parviers a. — 17001 L A g.; Eb 
m. et p. — 17002 Ce c. durs et tenins 



LE ROMAN DE LA ROSE I7I 

Ou par choeir en maladies 
17004 Par maus gouvernemenz de vies, 

Par trop dormir, par trop veillier, 

Trop reposer, trop traveillier. 

Trop engraissier e trop sechier, 
17008 Car en tout ce peut l'en pechier, 

Par trop longuement Jeûner, 

Par trop de deliz aiiner, 

Par trop de mesaise vouleir, 
170 12 Trop esjoïr e trop douleir. 

Par trop beivre, par trop mangier. 

Par trop leur qualitez changier, 

Si corne il pert meïsmement 
17016 Quant il se font soudainement 

Trop chaut aveir, trop freit sentir, 

Don a tart sont au repentir ; 

Ou par leur coustumes muer, 
17020 Qui moût de gent refait tuer 

Quant soudainement les remuent; 

Maint s'en grievent e maint s'en tuent, 

Car les mutacions soudaines 
17024 Sont trop a Nature grevaines ; 

Si qu'il me font en vain pener 

D'aus a mort naturel i.iener. 

E ja seit ce que moût mesfacent 
17028 Quant contre mei teus morz pourchacent, 

17004 Ce He p. mais g.; C'a g. des v. — 17007-8 omis dans 
Ce — 17009-10 intervertis dans Ce — 17011 Eb He mesaises 
avoir — 170 12 Ca T. e. ou t.; Ce T. sousciier t. d. — 170 14 L 
I. qualité, Ca 1. quantirés — 17015 He c. y p.; Ac i. t'ont m. 

— 17017 Ce Bâ T. f. a. t..c. s., Ca T. c. a. t. chaut s., Eb T. 
haut a. t. chaut s. — 17018 L D. trop s. t. a. r., Ce D. il s. 
t. a. r. — 17019 Eb coustume — 17020 Bâ d. genz — 1702 1 
Ce Qui s. — 17022 Ca Muut s'e. g. et moût s'e. — 17024 Ca S. 
a N. moût g., Ce S. a N. t. g. — 17026 Ce Ca L & n. m. m. 

— 17028.4/) Ca Q. c. morteas inoiv. ; Bâ omet moi ; Bd Ce L tel 
mort 



172 JF.AN DE MEUN 

Si me peise il moût toutesveies 
Quant il demeurent entre veies, 
Corne chaitif e recréant, 

17032 Vaincu par mort si mescheant, 
Don bien se peiissent garder 
S'il se vousissent retarder 
Des outrages e des folies 

17036 Qui leur font acourcier leur vies 
Ainz qu'il aient atainte e prise 
La bone que je leur ai mise. 
Empedoclès mal se garda, 

17040 Qui tant es livres regarda 
E tant ama philosophie. 
Pleins, espeir, de mélancolie, 
Qu'onques la mort ne redouta, 

17044 Mais tout vif ou feu se bouta 
E joinz piez en Ethna sailli, 
Pour montrer que bien sont failli 
Cil qui mort veulent redouter; 

17048 Pour ce s'i vost de gré bouter ; 

N'en preïst pas ne miel ne çucre. 
Ainz eslutileuc son sepucre 
Entre les sulphureus boillons. 

17052 Origenès, qui les collions 



17029 Bâ S. m'en p. i. t.; 1702700 omis dans Ce Eb — 17032 
Ce V. et m. et recréant — 17034 L v. regarder— 17036 Ce 1. 
fait a. — 17038 Ce j. vous a. — 1703g Ce m. regarda — 17040 
Ca Quant t. en 1.; Ce t. ses 1. — 17042 Ce P. estoit d. — 17044 
Ce M. t. en .j. t. — 17045 Eb Qu'a j. p. e. Engra s.; Ab e. 
Echna, L e. Erna; Ac p. dedenz (dedenz semble avoir été écrit 
par le copiste sur un blanc) a s., Bd Ce p. tout enmi s., Ca p. 
ens enmi s., He p. ens el fu s. — 17046 Bâ Ce q. trop s. — 
17047 A"6 C. q. la m. v. douter; 17047-48 omis dans He — 17048 
Ca Eb P. c. se v. [dans Ac si est écrit sur se) — 17030 Ca A. e. 
el fu s. s. — 17031 Ce 1. sulpliastres b. — 17052 Ce Oligenès 
q., He Origynès q.; Ca q. ses c. 



LE ROMAN DE LA ROSE It3 

Se copa, po me reprisa, 

Quant a ses mains les encisa 

Pour servir en devocion 
17056 Les dames de religion 

Si que nus soupeçon n'eust 

Que gésir avec eus peiist. 
Si dit l'en que les destinées 
17060 Leur orent teus morz destinées, 

E tel eûr leur ont meii 

Des lors qu'il furent conceii ; 

E qu'il pristrent leur nacions 
17064 En teles constellacions 

Que par dreite nécessité, 

Senz autre possibilité, 

C'est senz poeir de Teschever, 
17068 Combien qu'il leur deie grever, 

Leur convient tel mort receveir. 

Mais je sai bien trestout de veir, 

Combien que li ciel i travaillent, 
17072 Qui les meurs natureus leur baillent 

Qui les enclinent a ce faire 

Qui les fait a ceste fin traire, 

Par la matire obéissant, 
17076 Qui leur cueur si va fléchissant. 

Si peuent il bien par doctrine, 

Par nourreture nete e fine. 



17053 L prisa [La p. vie p., Li p. m. p., Lo trop p. m. p., 
He Lu moût p. m. p.) — 17054 He 1. excisa — 17060 Ce L. 
ont itei mort d. — 17061 Ce A avoir 1. estoit m.; 17061-62 
omis dans He — 17062 Ce D. l'eure qu'i. f. venu ; Ac ï. receû — 
17064 He El t.; Ce E. celés c. — 17065 Ce Qui p., Bâ Eb Et p. 

— 17069 Bâ Les c. — 17070 Ca omet bien — 17072 Ca, partie 
de L Q. leur m. — 17073 He Si 1. — 17074 Ce Et leur donne 
tamps nécessaire — 17075 Ce P. 1. nature o. — 17076 Ce Q. 1. 
corps ira t.; Ac Bâ Eb He Q. 1. {Bà les) cuers i v. f. ; L c. v. s. f. 

— 17078 Eb P. n. et n. 



174 JEAN DE MEUN 

Par sivre bones conipaignies, 

17080 De sens e de vertuz garnies, 
Ou par aucunes médecines, 
Pour qu'eus seient bones e fines, 
E par bonté d'entendement, 

17084 Procurer qu'il seit autrement, 
Pour qu'il aient, corne senez, 
Leur meurs natureus refrénez. 
Car, quant de sa propre nature, 

17088 Contre bien e contre dreiture 
Se veaut on ou famé atourner. 
Raison l'en peut bien destourner, 
Pour qu'il la creie seulement : 

17092 Lors ira la chose autrement ; 

Car autrement peut il bien estre, 

Que que facent li cors celestre. 

Qui moût ont grant poeir, senz faille, 

17096 Pour quel Raison encontre n'aille; 
Mais n'ont poeir contre Raison, 
Car bien set chascuns sages on 
Qu'il ne sont pas de Raison maistre, 

17100 N"il ne la firent mie naistre. 
Mais de soudre la question 
Cornent predestinacion 
E la devine prescience, 

17104 Pleine de toute pourveance, 
Peut estre o volenté délivre. 



17079 He P. sicrvir b. c. — 17081 Ce Et p. — 17082 Ce He 
Puis q. — 17085 Ce Et q.; Eb P. qu'el a. c. senees — 17086 
Ce Les m. ; Eb refrénées — 17087 Ca Ke q. — 17088 Ce L 
et c. nature — 17089 Eb ho. et f. — 17090 Ca Cascuns l'e. ; 
Ce R. ne les p. — 17091 Ce Et puis 1.; He Pruec qu'i. l. 
voelle s. — 17092 Ce La ci. tout a. — '7'^94 I^^ Quoi q. 

— 17096 Ca Ce Eb P. que R. — 17100 He Qu'il ne, Eb Si ne 

— 17101 Ce M. d. lordrc \. — 17105 Pour e. a v. ; Eb v. de 
vi%'re 



LE ROMAN DE LA ROSE I^S 

Fors est a genz lais a descrivre; 

E, qui voudrait la chose emprendre, 
17108 Trop leur serait fort a Tentendre, 

Qui leur avrait neïs solues 

Les raisons encontre meiies. 

Mais il est veirs, que qu'il leur semble, 
1 7 1 1 2 Qu'eus s'entreseufrent bien ensemble ; 

Autrement ci} qui bien feraient 

Ja loier aveir n'en devraient. 

Ne cil qui de pechier se peine 
17116 Jamais n'en devrait aveir peine, 

Se teus estait la vérité 

Que tout fust par nécessité ; 

Car cil qui bien faire vourrait 
17 120 Autrement vouleir nou pourrait, 

Ne cil qui le mal vourrait faire 

Ne s'en pourrait mie retraire; 

Vousist ou non, il le ferait. 
17124 Puis que destiné li serait. 

E si pourrait bien aucuns dire. 

Pour desputer de la matire, 

Que Deus n'est mie deceiiz 
17 128 Des faiz qu'il a devant seuz, 

Donc avendront il senz doutance 

Si corne il sont en sa science; 



17106 Bd Ce Eb as g. L; Ab a \ . s,, a ; Ca as laies g. d ". Ce a 
escrivre — i-jioy Ce c. entendre — ijioS Eb F. \. s. i. a e.; 
Bâ Ca Eb He, partie de L -a e.; Ce a aprendre — 171 10 Ce 
e. menées — 171 12 Bd Qui s', Ac Ca Ce He Qu'il s" ; Ce Qu'il 
s'entresistrent b. — i-ji t3 Bd Ce h. feroit — 171 14 Bâ Ce devroit 
— 171 t6 Bâ N"e. d. j. a. p. — 171 18 Ce Q. Dix f. — 171 19 Bâ 
Cil q. le b. f. v., Ce Car q. b. t". le v. — 17 120 Bâ Ce Eb He A. 
faire n. — iji2i Ab m. verroit f. — 171 22 Ab m. recrere — 
17127 Bâ Ce Q. D. ne lut onques d. — 17128 Bâ ait avant s.; 
Eb d. eus — 17129 Ce Eb L D. avendroit i., Ca D. i. avendroit 
s.; He Donques a. s. — 17130 Ce i. est e..He i. font e.; 17130- 
5.1 omis datis Bâ 



176 JEAN DE MEUN 

Mais il set quant il avendront, 

17 1 32 Cornent, e quel chief il tendront, 
Car s'autrement estre peiist 
Que Deus avant ne le seiist, 
Il ne serait pas touz poissanz, 

171 36 Ne touz bons ne touz quenoissanz, 
N'il ne serait pas souverains, 
Li biaus, li douz, li prumerains; 
N'il n'en savrait ne que nous fomes, 

17 140 Ou Guiderait avec les ornes, 

Qui sont en douteuse créance, 
Senz certainete de science ; 
Mais tel erreur en Deu retraire, 

17 144 Ce serait deablie a faire; 
Nus on ne la devrait oïr 
Qui de Raison vousist joïr : 
Don couvient il par vive force, 

17148 Quant vouleirs d'orne a riens s'efforce, 
De quanqu'il fait qu'ainsinc le face, 
Pense, die, vueille ou pourchace : 
Donc est ce chose destinée 

171 52 Qui ne peut estre desiournee. 

Don se deit il, ce semble, ensivre 
Que riens n'ait volenté délivre. 
E se les destinées tienent 

171 56 Toutes les choses qui avienent, 
Si con cist argumenz le preuve 



17131 Ca Eb He quanqu'il a. — lyiSô Ce N. t. biens n. — 
171 37 He Ne ne, Eb Si ne — i/iSg Eb S'il n'e. s. nés q.; Ca N'il 
ne s. nés q. faisommes ; He Ne ne s. nés q. n. sommes; Ce s. 
neis q.; Ac n. quel n. f. — 17140 Ca 11 c, He Et c, Ce Qu'il c. 

— 17 142 Ce à. créance — 17143 Ce Eb M. cele e. — 17146 Ca 
He r. vaurroit j., Ce r. devroit j. — 17147 ^^ P- fi"<^ f- — '7'48 
Ce Que v. ; Ca Ke v. d'o. a che s'e., He Q. v. a le r. s'e. — 
17149 Ce i. ensi 1. — 17153 L s. vivre; 17153-54 omis dans He 

— 17155 Ce Et s. d. avienent — 17157 Ce 1. proevent 



LE ROMAN DE LA ROSE I77 

Par l'aparence qu'il i treuve, , ;; 

Cil qui bien euvre ou malement, 
17160 Quant il nou peut faire autrement, 

Quel gré l'en deit donc Deus saveir 

Ne quel peine en deit il aveir? 

S'il avait juré le contraire, 
17164 N'en peut il autre chose faire : 

Donc ne ferait pas Deus joustice 

De bien rendre e de punir vice, 

Car cornent faire le pourrait? 
17168 Qui bien regarder i vourrait, 

Il ne serait vertuz ne vices ; 

Ne sacrefier en galices, 

Ne Deu prier riens ne vaudrait, 
171 72 Quant vices e vertuz faudrait. 

Ou se Deus joustice faisait, 

Con vices e vertuz ne seit, 

Il ne serait pas dreituriers, 
17 176 Ainz clamerait les usuriers, 

Les larrons e les murtriers quites; 

E les bons e les ypocrites, 

Touz pèserait a peis oni. 
17180 Ainsinc seraient bien boni 

Cil qui d'amer Deu se travaillent, 

S'il a s'amour en la fin faillent. 

E faillir les i couvendrait, 

17158 Ca P. l'espérance q. ; Ce P. espérance que il troevent 

— lyrôo Ce Ca Eb He ne p. ; Bâ n'en p. estre a. — 17162 Ca 
p. d. ; He d. dont a. — 17163 Ca a. ouvré 1. — 17165 Ce Eb 
f. il p. j. — 17167-68 omis dans Ce — 17169 C<j K'il n. ; L vice 

— 17 170 He Ce N. sacrifices; /- calice {La galice), Bâ Ce Ca 
calices; He s. ne malisces — '7'7' He n'i v. — 17 172 Eb Q. 
ve. et vi. f. — 17174 Ce Quant v. ; He v. ne v. — 17177 C<2 
L. mourdreurs et 1. 1. q.; He 1. mourdreus q. — '7'78 Bâ 
Et 1. faus et — 17 1 79 ^c 5a He L Tout p., Eb Dont p. — 17182 
Ab s'a. a I.; Ce Eb S'il [Ce Se) e. 1. f. a s'a. f. — 17183 L f. 
leur i c. 

Tome IV. 12 



178 JEAN DE MEUN 

17184 Puis que la chose a ce vendrait 
Que nus ne pourrait recouvrer 
La grâce Deu par bien ouvrer. 
Mais il est dreituriers senz doute, 

17188 Car bonté reluist en lui toute, M^y 
Autrement serait en défaut 
Cil en cui nule riens ne faut ; 
Donc rent il seit gaaing ou perte 

17192 A chascun selonc sa déserte ; 

Donc sont toutes euvres merles, 

E les destinées perles, 

Au meins si con genz lais en sentent, 

17196 Qui toutes choses leur présentent. 
Bones, maies, fausses e veires, 
Par avenemenz nécessaires, 
E frans vouleirs est en estant, 

17200 Que teus genz vont si mal traitant. 
Mais qui revoudrait oposer. 
Pour destinées aloser 
E casser franche volenté, 

17204 Car maint en ont esté tenté, 
E dirait de chose possible, 
Combien qu'el puisse estre faillible. 
Au meins quant ele est avenue : 

17208 « S'aucuns l'avait devant veiie 
E deïst : tel chose sera, 



17184 Ce a dieu v. ; Eb c. cnsi v. — 17186 Bd Ce He L pour 

b. — 17188 Ce La b. de 1. r. t. — i7'9ï Ce D. r. s. u gaaing 
o. p. ; He i. ou g. o. p. — ï7'94 Ce Et d. sont p. — lygS Bâ 

c. les g. les s., Ce c. g. le s., Ca He c. g. laie en s.; partie de 
L 1. entendent, Eb \. l'entendent — 17 '97 Bâ f. ou v. — 17 199 
Bâ Et li V. en est. — 17201 Ce q. ce vauroit o., He q. y voiront 
o. — 17202 Ce d. anosser — 17203 Ce Et ceste t., Eb Et qu'a se 
f. — 17204 Ce C. moût e. — 17205 Ce c. paisible — 17206 Eb 
Gomment qu'c! p. c. fuisible : Ce que p. e. fastiblc — 17207 Bà 
e. iert a. 



LE ROMAN DE LA ROSE I79 

Ne riens ne Ten destournera : 

N'avrait il pas dit vérité ? 
172 12 Donc serait ce nécessité; 

Car il s'ensuit, se chose est veire, 

Donques est ele nécessaire 

Par la convertibilité 
17216 De veir e de nécessité : 

Don couvient il qu'el seit a force, 

Quant nécessité s'en efforce. 

Qui seur ce respondre vourrait, 
17220 Eschaper cornent en pourrait ? 

Certes il dirait chose veire, 

Mais non pas pour ce nécessaire; 

Car, cornent qu'il l'ait ainz veiie, 
17224 La chose n'est pas avenue 

Par nécessaire avènement. 

Mais par possible seulement; 

Car, s'il est qui bien i regart, 
17228 C'est nécessité en regart, 

E non pas nécessité simple, 

Si que ce ne vaut une guimple. 

E se chose a venir est veire, 
17232 Donc est ce chose nécessaire, 

Car tele vérité possible 

Ne peut pas estre convertible 

Avec simple nécessité, 
17236 Si come simple vérité. 



172 1 3 Bâ Eb s'e. c'est c. v. ; 17213-16 omis dans Ce He La, 
ajoutés plus tard dans Ce La — 172 1 5- 16 omis dans Eb — ^T^i" 
Bâ D. i. c. que s., Ca D. c. k'ele s. — 17220 Bâ Ce He C. e. e. 
p. — 17221 Eb C. i. est bien c. v. — 17222-23 omis dans Bâ — 
17223 He qu'il a a.; Eb que il l'a. v. — 17224 He c. ne p. — 
17227 Ce Se il e. — 17228 Ce nécessaire a r.; L n. au r. — 17229 
Ce p. nécessaire s. — 1 723 i Ac Bd Ce S. c. a avenir {dans Ac, la 
variante est sur grattage, du copiste) — 17232 Bâ Ca Ce Donques 
est ele n. — 17233 Ab He C. celé v. — 17236 He Selonc me s. v. 



l8o JEAN DE MEUN 

Si ne peut tel raison passer 
Pour franche volenté casser. 
D'autre part, qui garde i prendrait, 

17240 Jamais aus genz ne couvendrait 
De nule chose conseil querre, 
Ne faire besoignes en terre ; 
Car pour quei s'en conseilleraient 

17244 Ne besoignes pour quei feraient 
Se tout iert avant destine 
E par force déterminé ? 
Pour conseil, pour euvre de mains 

17248 Ja n'en serait ne plus ne meins, 

Ne meauz ne pis n'en pourrait estre, 
Fust chose née ou chose a naistre, 
Fust chose faite ou chose a faire, 

17252 Fust chose a dire ou chose a taire ; 
Nus d'aprendre mestier n'avrait, 
Senz estuide des arz savrait 
Quanqu'il savra s'il s'estudie 

17256 Par grant travail toute sa vie. 
Mais ce n'est pas a otreier : 
Donc deit l'en pleinement neier 
Que les euvres d'humanité 

17260 Aviegnent par nécessité : 

Ainz font bien ou mal Iranchement 



17237 Ce r. tasser — 17238 L Par f . ; Ce P. nule v. — 17242 
He De f. — 17243 Ca se c; Ce se conselleroit — 17244 Bà N. 
p. q. b. f.; Ce N. besoigne p. q. feroit — 17246 Eb Ou p. — 
17247 Ce Par c. par oc. — 17248 Bâ II n'c. ; A n'e. feroit n. 

— 17250 Ce o. tust a n. — \-j2b1-b2 intervertis dans Ca; omis 
dans Ce (ajoutés plus tard en marge avec interversion) — 17252 
omis dans Eb — 17254 Bâ S. aprendrc d.; Ce N'est, d. a. ne 
vaudroit — 17255 Ce savroit s'i ; B C Eb He, partie de L s'i. est. 

— 17256 Eb Sans estudc t. s. v. — 17238 Bâ Ce D. puet Te. — 
17259 Bâ Ce Q. 1. choses ^ 17261 Bà f. m. o. b. f.; Ab b. au 
m., Ce b. et, m. 



LE ROMAN DE LA ROSE 10 1 

Par leur vouleir tant seulement; 

N'il n'est riens fors eus, au veir dire, 
17264 Qui tel vouleir leur face eslire 

Que prendre ou laissier nou poissent, 

Se de raison user vousissent. 
Mais or serait fort a respondre 
17268 Pour touz les argumenz confondre 

Que l'en peut encontre amener. 

Maint se voudrent a ce pener, 

E distrent, par sentence tine, 
17272 Que la prescience devine 

Ne met point de nécessité 

Seur les euvres d'humanité ; 

Car bien se vont apercevant, 
17276 Pour ce que Deus les set devant 

Ne s'ensuit il pas qu'eus aviegnent 

Par force, ne que teus^fins tiegneni ; 

Mais pour ce qu'eles avendront 
17280 E tel chief ou tel fin tendront, 

Pour ce les set ainz Deus, ce dient. 

Mais cist mauvaisement deslient 

Le neu de cete question ; 
17284 Car qui veit leur entencion 

E se veaut a raison tenir, 

Li fait qui sont a avenir, 

17262 Ce tout s. — 17263 Bâ L Qu'il ne.; Ca f. eurs a.; Ce Ne 
il n'e. r. f. a v. d., Eb N'i. n'e. f. e. r. a. v. d. — 17265 Bd Ce 1. 
ne p., Ca 1. en p.; He 1. ne les puissent — 17266 Eb r. ouvrer 
V. — 17267 Bâ M. ce s. — 1726b Eb a. du monde — 17269 ^e 
C'om porroit e. — 17270 Bâ Mieus s. voudroit ; Ce Mix vau- 
roient en c; Ab s. voudront — 17274 Ce d'umilité — 17273 Ab 
omet se — 17276 Ca He le s. d., Bd le se d., L 1. sot d., Ce le fist 
d. — 17277 Ce N. s'e. p. que il a.; 17277-78 omis dans Eb — 17278 
Bâ Ce N. q. pour ce t. chemin t. — 17280 Eb He Et t. c. et t. f. i 
Bd Et por ce t. chemin t. ; Ca c. et teus fins t.; Ce Qiîant Dix 
voudra ja n'i audront — 1728 1 Ce Et p. c. 1. fist D.; Ca 1. fait D- 
a. c. d. — 17283 Eb L. veu d. — 17286 Bâ Ce Que I. f. q. s. a venir 



IÔ2 JEAN DE MEUN 

Se cist donent veire sentence, 

17288 Causent en Deu sa prescience 
E la t'ont estre nécessaire. 
Mais moût est grant folie a creire 
Que Deus si feiblement entende 

17292 Que ses sens d'autrui faiz dépende; 
E cil qui tel sentence sivent 
Contre Deu malement estrivent, 
Quant veulent par si fableier 

17296 Sa prescience afeibleier. 

Ne raison ne peut pas entendre 

Que l'en puisse a Deu riens aprendre, 

N'il ne pourrait certainement 

17300 Estre sages parfaitement 

S'il iert en tel défaut trouvez 
Que cist cas fust seur lui prouvez. 
Donc ne vaut riens cete response, 

17304 Qui la Deu prescience esconse, 
E repont sa grant pourveance 
Souz les ténèbres d'ignorance, 
Qui n'a poeir, tant est certaine, 

17308 D'aprendre riens par euvre humaine ; 
E s'el le poait, senz doutance, 
Ce li vendrait de non poissance, 
Qui rest douleur a recenser 

173 12 E péchiez neïs dou penser. 



17287 Ce S. cil donnoit v. — 17288 Ce Quant set e. — 17290 
Ca a taire — 17291 Ca Ce s. folement e. — 17292 Bà Ca Ce 
d'à. tet, Eb d'à. sens d. — 17293 Ac sentante s.; Ca s. ensivent 
— 1729.5 Bâ Ce Q. s. (Ce il) v. p. t'. — 17296 Ca Le p. — 
i73o3 Eh He v. nient c. — 17304 Ce Q. ja Dix p. esponse — 
i73o3 Ce Et respont si g. — 17306 He Sour 1. ; Ca S. 1. tenures 
d'i. — 17307 Be Ce Ca L Qu'el; Ce t. soit c. — 17308 Ce De 
perdre r«; L p. voiz h. — 17309 Eb Et sele p.; Ce Et se 1. per- 
doit s. d. — 17310 Ab 1. vaudroit d. — 17311 He Que r. ; Ce 
Q. est d. 



LE ROMAN DE LA ROSE l83 

Li autre autrement en sentirent, 

E selonc leur sen respondirent, 

E s'acorderent bien, senz faille, 
17316 Que des choses, cornent qu'il aille, 

Qui vont par volenté délivre, 

Si corne eleccion les livre, 

Set Deus quanqu'il en avendra, 
17320 E quel fin chascune tendra, 

Par une addicion legiere. 

C'est a saveir en tel manière 

Corne eles sont a avenir ; 
17324 E veulent par ce soutenir 

Qu'il n'i a pas nécessité, 

Ainz vont par possibilité, 

Si qu'il set quel tin eus feront 
17328 E s'eus seront ou ne seront; 

Tout ce set il bien de chascune 

Que de deus veies tendra l'une : 

Cete ira par negacion, 
17332 Cete par aflfîrmacion. 

Non pas si termineement 

Qu'il n'aviegne espeir autrement; 

Car bien peut autrement venir, 
17336 Se frans vouleirs s'i veaut tenir. 
Mais cornent osa nus ce dire? 
Cornent osa tant Deu despire 



I73i3 Ca L. a. enseraent e. ; He a. assentirent — iy3iy Ce 
Q. vient p. — lySiS Ce e. délivre — ly^iQ Ce Qui devise ce 
c'a. — 17320 Ce Et quele f. cascun t. — 17321 Ce u. diction L, 
He u. condition 1.; Eb P. condition moût L — 17324 Ba Ce 
Et p. c. V. s.; Eb v. pour c. — 17326 Eb Qu'el v.; Ca A. vait p. 
— 17327 He S. s. q. f. elles f. — 17328 Ca S'eles s.; Eb Et 
set s. c; Bâ Ca o. non s. — 17329 Ac sot — i733o Eb Q. des d.; 
Ce Q. d. ces v. tendront l'u. — 17333 Eb s. cherteneement, He 
s. très ciertainnement — 17335 Ce Que b. — 17336 L se v. t., 
Ca ri V. t. — 17337 Ce o. c. n. d. — 17338 Ca He o. D. t. d. 



184 JEAN DE MEUN 

Qu'il li dona tel prescience 
17340 Qu'il n'en set riens fors en doutance, 

Quant il n'en peut aperceveir 

Determinablement le veir ? 

Car, quant d'un fait la fin savra, 
17344 Ja si seiie ne l'avra, 

Quant autrement peut avenir ; 

S'il li veit autre fin tenir 

Que celé qu'il avra seiie, 
17348 Sa prescience iert deceûe, 

Corne mal certaine e semblable 

A opinion decevablc, 

Si corne avant montré l'avaie. 
17352 Li autre alerent autre veie, 

£ maint encore a ce se tienent 

Qu'il dient des faiz qui avienent 

Ça jus par possiiiilité 
17356 Qu'il vont tuit par jiecessité 

Quant a Deu, non pas autrement; 

Car il set termineement 

De toujourz, e senz nule faille, 
I 7360 Coment que de franc vouleir aille, 

Les choses ainz que faites seient. 

Quelconques fins que eles aient, 

E par science nécessaire. 



17339 corrigé dans Ce — 17340 Ce ne s., Bâ n'i s. — 17341 
Ce Ca ne p. — 17342 Ce Determinecment — 17343 Ac Bâ Ca 
Ce Eb du f. — 17344 Ce Et ausi seiie — 17346 Ab Com il; Ca 
K'on 1.; Ce Si 1. veut — 17347 Eb a. eue — '7348 Ca Li p.; Eb 
L p. est d. — 17349 Ce C. terriene et — 17350 He D'o. le d. — 
17353 Ce Et m. aucteur a c. — 17354 Ce Eb Qui d., Bâ Et d.; 
Ce d. que d. — 17355 Ce Ç. vient p. — 17357 Ca Tant qu'a D. 
— 17358 He i. y fait ciertainnement ; Bd s. bien certeinement. 
Ce s. bien vraiement — 17359 Ce Bâ Et t. — 17360 Ca d. grant 
V. — 17362 Ce Eb He fin — 17363-70 omis dans Bâ He; 17363-68 
omis dans Eb 



LE ROMAN DE LA ROSE l85 

17364 Senz faille il dient chose veire 

De tant que tuit a ce s'acordent, 

E pour vérité bien recordent 

Qu'il a nécessaire science, 
17368 E de toujourz, senz ignorance, 

Set il cornent iront li fait. 

Mais contraignance pas n'i fait, 

Ne quant a sei ne quant aus ornes; 
17372 Car saveir des choses les somes 

E les particularitez 

De toutes possibilitez. 

Ce li vient de sa grant poissance, 
17376 De sa bonté, de sa science, 

Vers cui riens ne se peut repondre. 

E qui voudrait par ce respondre 

Qu'il mete es faiz nécessité, 
17380 II ne dirait pas vérité; 

Car pour ce qu'il les set devant 

Ne sont il pas, de ce me vant; 

Ne pour ce qu'il sontpuis, ja veir 
17384 Ne li feront devant saveir ; 

Mais pour ce qu'il est touz poissanz 

E touz bons e touz quenoissanz, 

Pour ce set il de tout le veir 
17388 Si que riens nou peut deceveir, 

Riens ne peut estre qu'il ne veie. 

17364 Ce Certes i. — 17366 Ca v. b. r., Ce v. b. le r. — 
17367 Ce Que par n. — 17368 Ce Et ce t. — 17370 Ce Contre 
ignorance p.; Ab omet pas — '7^71 Ac q. a ho. — '7373 Bd 
Ce Et \. universalitez — 17374 Bd Et 1. persecularitez ; corrigé 
dans Ce — '7373 A Be Ce Eb He L d. la g., Ca d. très g. — 
17376 A Be Ce Ca Eb He L D. la b. ; Ce Eb He b. d. la s. — 
17378 Ca Et quiconques v. r. : Ce He L v. pour c. ; vers omis 
dans Bd — 17379 Bd met; He n'ait en f . ; Eb el t'., L en f. ; 
Ce Que maint as f. — 17382 omis dans Bd: He c. mouvant — 
17384 Ce f. por ce s.; 17384-87 omis dans Ca — 17388 L q. nus 
n. ; Ce n'en p. doute avoir — 17389 Ce Dont n. 



l86 JEAN DE MEUN 

E pour tenir la dreite veie, 

Qui bien voudrait la chose emprendre, 

17892 Qui n'est pas legiere a entendre, 

Un gros essemple en pourrait mètre 
Aus genz lais, qui n'entendent letre, 
Car teus genz veulent grosse chose, 

17396 Senz grant soutiveté de glose. 

S'uns on par franc vouleir faisait 
Une chose, quel qu'ele seit. 
Ou dou faire se retardast, 

17400 Pour ce que, se l'en l'esgardast, 
Il en avrait honte e vergoigne, 
Teus pourrait estre la besoigne; 
E uns autres riens n'en seiist 

17404 Devant que cil faite l'eûst, 

Ou qu'il l'eùst laissiee a faire, 

S'il se vost meauz dou fait retraire : 

Cil qui la chose après savrait 

17408 Ja pour ce mise n'i avrait 

Nécessité ne contraignance ; 
E s'il en eiisi la science 
Ausinc bien eiie devant, 

17412 Mais que plus ne l'alast grevant, 
Ainz le seiist tant seulement, 
Ce n'est pas empeeschement 
Que cil n'ait fait ou ne feist 

17416 Ce qui li pleiist ou seist ; 



17390 Ce par t. — lySgi Eb He v. l'oquoison {Eb la coison) 
prendre ; Ce Ca L c. aprendre — 17396 Ac soutilleté, Ce sub- 
tilité — 17397 Ca L p. grant v.; Ce p. grant subtilité f. — '7399 
Ce s. regardast — 17400 Eb q. on s'on l'e.; Ca s'on le resgardast 
— 1740 1 Eb Dont i. eûst h. — 17403 Ce Et nul a. — 17406 A 
He Ca L Si se ; Eb Si v. ; Bâ L S'i. s. veut. Ce S'i. savoit m. — 
17408 Ce J. pour c", Ce L c. musé n'i — 17409 Ce Ne tressiste 
n. connissance — '74 '5 Ce c. n"a f. — '74 16 Ca C. qu'il \., Ce 
C. que 1. 



LE ROMAN DE LA ROSE 1 87 

Ou que dou faire ne cessast, 

Se sa volenté li laissast, 

Qu'il a si franciie e si délivre 
17420 Qu'il pot le fait foir ou sivre. 

Ausinc Deus, e plus noblement, 

E tout determinablement 

Set les choses a avenir 
17424 E quel chief eus ont a tenir, 

Cornent que la chose puisse estre 

Par la volenté de son maistre, 

Qui tient en sa subjeccion 
17428 Le poeir de l'eleccion, 

E s'encline a Tune partie 

Par son sen ou par sa folie ; 

E set les choses trespassees, 
i 7432 Cornent faites e compassées ; 

E de ceus qui des faiz cessierent, 

Set il s'a faire les laissiercnt 

Pour honte ou pour autre achaison, 
17436 Seit raisonable ou senz raison, 

Si con leur volentez les meine ; 

Car je sui tre&ioute certaine 

Qu'il sont de genz a grant plenté 
17440 Qui de mal faire sont tenté, 

Touteveis a faire le laissent; 

Don aucuns en i a qui cessent 



17417 Ce q. de f. — 17418 Ca S. li v. — 17420 Ca L Qu'i. 
puet ; Ac f. lessier o., Eb f. fornir o.; Bd f. f. et s.; Ce Qu'i. \. 
fuir et ensivre — 17421 Ca A. D. est p., He A. seit D. p. — 
17422 Bâ Et de t. terminablemenl ; vers corrigé dans Ce — 
17424 Bâ He quels chies; Ce q. fin; Ac Bâ e. sont a — 17429 
Ce s'e. l'u. — 17480 Eb P. s. s. nient p. — 17431 Ce Et fait 1. 
— 17432 Bâ Ce Comme f., He Qui sont f. — 17433 Eb f. cres- 
serent — 17484 Ca Ce Se i. a f.; Eb Ce He f. le 1. — 17435 Ce 
Par h. o. par — 17487 Eb S. comme 1. voloirs 1.; Ce c. sa v. le 
m. — 17440 Ca Q. s. d. m. f. t. 



i88 



JEAN DE MEUN 



Pour vivre vertueusement, 

17444 E pour l'amour Deu seulement, 
Qui sont de meurs bien acesmé; 
Mais cist sont moût a cler semé; 
L'autre, qui de pechier s'apense, 

17448 S'il n'i Guidait trouver défense, 
Touteveis son courage donte 
Pour peeur de peine ou de honte. 
Tout ce veit Deus apertement 

17452 Devant ses eauz présentement, 
E toutes les condicions 
Des faiz e des entencions. 
Riens ne se peut de lui garder, 

17456 Ja tant ne savra retarder ; 

Car ja chose n'iert si lointiegne 
Que Deus devant sei ne la tiegne 
Ausinc con s'ele fust présente. 

17460 Demeurt dis anz ou vint ou trente, 
Veire cinc cenz, veire cent mile, 
Seit a faire a champ ou a vile, 
Seit oneste ou desavenant, 

17404 Si la veit Deus des maintenant 
Ausinc con s'el fust avenue; 
E de toujourz l'a il veiie 
Par demontrance véritable 

I 7468 A son miroer pardurable, 



17445 Eb Qu'il s.; Ce s. com gent b. a. — 17446 Bâ M. cil s.; 
Ce M. cil i s.; Ca M. cil si s. m. c. s. ; He M. ycist s. bien c. s. 
— '7447 Ab d. péchiez; Bâ Ca He se p. — 17448 Ce ne quide 
t. — 17453 Ce 1. entencions — '7454 Ce d. conditions — 174^5 
Ca p. vers 1. — 17456 Bâ Ce n'i s.; Bd Ce Eb s. regarder — 
17457 Ce Ja tant n'crt la ch. 1. — 17458 Ce n. l'amaine — 17460 
Ce Devant d. — 17461 He v. .v. m. — 17462 Bâ S. en foire a c. 
o. en V. — '7464 Ca v. il d.; Bâ Ce v. D. de m.; Eb v. D. 
apertement — 17466 Eb El trestous jours — 17468 Ac Eb He Bâ 
Ce En s. ; Ce 111. véritable 



LE ROMAN DE LA ROSE 1 89 

Que nus, fors lui, ne set polir, 

Senz riens a franc vouleir tolir. 

Cil miroers c'est il meïsmes, 
17472 De cui comencement preïsmes. 

En cet bel miroer poli, 

Qu'il lient e tint toujourz o li, 

Ou tout veit quanqu'il avendra 
17476 E toujourz présent le tendra. 

'Veit il ou les âmes iront 

Qui leiaument le serviront, 

E de ceus ausinc qui n'ont cure 
17480 De leiauté ne de dreiture ; 

E leur promet en ses ydees 

Des euvres qu'eus avront ouvrées 

Sauvement ou dannacion : 
17484 C'est la predestinacion, 

C'est la prescience devine, 

Qui tout set e riens ne devine ; 

Qui seautaus genz sa grâce estendre 
17488 Quant el les veit a bien entendre, 

Ne n'a pas pour ce souplante 

Poeir de franche volenté. 

Tuit orne euvrent par franc vouleir, 
17492 Seit pour joir ou pour douleir. 



17469 Ce Q. n. sanz li ; Bâ Ce n. puet p. — 17471 CacQ. chils 
m.. Ce m. est li m. — 17472 Eb Duquel c; Eb He commande- 
ment p. — 17474 Bd Qu'i. tint et tient, He Qu'i. trait et lient, 
Ca K'il t. et trait; Ce K'i. t. et va t.; Be Qui. t. to. net et poli 
— 17473 He Et t. — 17481 Eb prometent les y.; Ce L a s. y., 
Be assés y.; Ce omet promet — 17482 Eb Les e. ques a. — 
17485-86 intervertis dans Be Ce (17486 Ce t. fait et) — 17486 
Ca He n'adevine — 17487 Be He Q. set, Ac He Q. seit (l'z dans 
Ac au dessus de la ligne i) Ce gr. rendre [corrigé ensuite) — 17488 
.4 Q. ell. — 17489 Eb par c. — 17491 -Se Ce T.home sunt [Ce 
doutent) de f. — 17492 Be par j. o. par d., Ce par j. soit par 
d. ; He j. soit p. 



igO JEAN DE MEUN 

C'est sa présente vision, 

Car qui la diffinicion 

De pardurableté deslie, 
I 7490 Ce est possession de vie 

Qui par fin ne peut estre prise. 

Trestoute ensemble, senz devise. 
Mais de cet monde Tordenance, 
17500 Que Deus, par sa grant pourveance, 

Vost establire ordener, 

Ce convient il a fin mener 

Quant aus causes universeles. 
17504 Celés seront par force teles 

Come eus deivent en touz tens estre. 

Toujourz feront li cors celestre 

Selonc leur revolucions 
17508 Toutes leur transmutacions, 

E useront de leur poissances, 

Par nécessaires influences, 

Seur les particulières choses 
175 12 Qui sont es elemenz encloses, 

Quant seur eus leur rais recevront 

Si con receveir les devront; 

Car toujourz choses engendrables 
175 16 Engendreront choses semblables. 

Ou feront leur commixions 



17493 Be Bâ Ce Ce. la p. ; 17493-9S omis dans Eb He — 17496 
Bâ L C'est la p. — 17498 Be Ce Tout est e. — 17499 Be Ce He 
Neis d. — 17302 omis dans Bd — i75o3 Ce Car as c, Bâ Quer 
en c. — 17304 Ac Ce les feront — 17.S05 He Qu'elles d. — 

17506 Ce T. scroit 1.; Ca Tous tans f. le cours c; Ac \q c. c. — 

17507 Ac Segont; vers corrigé dans Be — 17508 corrigé dans 
Be — 17509 Bâ Ou u., He En u.; Ce Ou il seront d. — 17510 
He P. débonnaires i. — 175 12 Eb s. as e. e. — i75i3 Eb He 
les r. r. — '7^14 Bâ S. c. recourre 1.; Ce le vaudront — I75i5 
corrigé dans Be; Ce c. amendables — 17516 corrigé dans Bc\ 
Ce Amenderont c. — '75 17 Eb Et f. 



LE ROMAN DE LA ROSE IQI 

Par natureus complexions, 

Selonc ce qu'eus avront chascunes 
17520 Entr'eus proprietez comunes; 

E qui devra mourir mourra, 

E vivra tant corne il pourra. 

E par leur naturel désir 
17524 Voudront li cueur des uns gésir 

En oiseuses e en délices, 

Gist en veriuz e cist en vices. 
Mais par aventure li fait 
1-528 Ne seront pas toujourz si fait 

Corne li cors dou ciel entendent, 

Se les choses d'aus se défendent, 

Qui toujourz leur obéiraient 
17532 Se destournees n'en estaient 

Ou par cas ou par volenté. ' 

Toujourz seront il tuit tenté 

De ce faire ou li cueurs s'encline, 
1753Ô Qui de traire a tel fin nés fine. 

Si corne a chose destinée. 

Ainsinc otrei je destinée 

Que ce seit disposicion 
17540 Souz la predestinacion 

Ajoustee aus choses mouvables. 



lySiS Bâ Be Pour n. — 17319 Ce S. c. que savront — lyS^o 
Ca Le Autres p., Li Entre les p.. La Lu Au tenz p., Lo A ceus p., 
He En lor p.; Ce prospérités c. — lySai Ce d. m. vivra — 17528 
Ca omet si — 17529 Ca Eb He 1. cours d. — 17530 Ce c. Dieu s. 

— 17531 Ca Q. tous tans 1.; Ce le esbahiroit — 17532 Ce S 
destournee n'e. estoit — 175345^ Quer t. s. i. te., Be Ce A 
seroient te., Eb S. i. luit tout dis t. — 17535 L D. c. fet o. 
Bd Ce 1. cors ; Be Eb c. e. ; Ca Ce s'acline — 17536 Ce tr. a 
soi ne f.; B C Eb He L ne i. — 17537 Be Ce c. la c. ; Ca Ensi 
estoie je d. ; vers omis dans Bâ — 17538 Ce Issi o., He Aussi o. 

— 17539 L Pour c. [le premier mot du vers corrigé dans Be) — 
17540 corrigé dans Be ; He Sour 1. — 17541 Bâ Ce c. muables 



192 JEAN DE MEUN 

Selonc ce qu'eus sont enclinables. 
Ainsinc peut estre on fortunez 

17544 Pour estre, des lors qu'il fu nez, 
Preuz e hardiz en ses afaires, 
Sages, larges e debonaires, 
D'amis garniz e de richeces, 

17548 E renomez de granz proeces; 

Ou pour fortune aveir parverse ; 
KTais bien se gart ou il converse, 
Car tout peut estre empeechié 

17552 Seit par vertu seit par pechié. 

S'il sent qu'il seit avers e chiches, 
Car teus on ne peut estre riches, 
Contre ses meurs par raison viegne 

17556 E soufisance a sei retiegne ; 

Preigne bon cueur, doigne e despende 

Deniers e robes e viande ; 

Mais que de ce son non ne charge 

17560 Que l'en le tiegne pour fol large : 
Si n'avra garde d'avarice, 
Qui d'entasser les genz atice, 
E les fait vivre en tel martire 

17564 Qu'il n'est riens qui leur puist soutire. 



17542 Ce c. que s. destinables; Bà s. déclinables — '7543 
Ab Ausinc; He p. ho. e. f. ; Eb omet on — 17544 Eb Li hom 
d. le jour qui f. n. — 17545 Be Ce h. as siens a. — 17547 Eb 
D'à. larges et d. richesce — 17548 Eb d. grant prouece — 1754g 
ABC He, partie de L par; dans Ac par a été corrigé ultérieure- 
ment en por — 17550 A b. si g. ; L o. qu'il c; He g. com i. c. — 
17551 Ac Be Ca C. tost p., Ce C. trop p. — 17552 Bâ v. ou p. ; 
Be vertus ou p. pechiés — 17553 Eb S'il aint q. ; Ce Se il se 
sent a.; Bd a. ne c. ; He S'avieni qu'il s. a. ou c. — 17556 Ca 
s. o s. — 17558 He A courtois iestrc tous jours tende — '7559 
L omet que [La M. gart d., Li M. d., Lo Lu M. ja d.); Be Ce M. 
q. s. n. pour c. n. cli. ; Eb n. cangc — 17560 He C'on ne le; Ca 
Te. nel t.; Ce p. ce a 1. — 17562 Be, partie de L entice — 17563 
Ab Et le f. ; Ce L a t. m. — 17564 Ab Que ne. 



LE ROMAN DE LA ROSE IQS 

E si les avugle e compresse 

Que nul bien faire ne leur laisse ; 

E leur fait toutes vertuz perdre 
17568 Quant a li se veulent aerdre. 

Ainsinc peut on, se moût n'est nices, 

Garder sei de touz autres vices, 

Ou sei de vertuz destourner, 
17572 S'il se veaut a mal atourner ; 

Car frans vouleirs est si poissanz, 

S'il est de sei bien quenoissanz, 

Qu'il se peut toujourz garantir, 
17576 S'il peut dedenz son cueur sentir 

Que péchiez vueille esire ses maistres, 

Cornent qu'il aut des cors celestres ; 

Car qui devant saveir pourrait 
17580 Queus faiz li ceaus faire vourrait, 

Bien les pourrait empeechier; 

Car s'il voulait si l'air sechier 

Que toutes genz de chaut mourussent, 
17584 E les genz avant le seiissent. 

Il forgeraient maisons neuves 

En moistes leus ou près de fleuves, 

Ou granz cavernes crouseraient 
17588 E souz terre se muceraient. 

Si que dou chaut n'avraient garde. 
Ou s'il ravient, combien qu'il tarde. 



17553 Ca S. fort \. aguille et c, avec interversion de 17565-66 

— 17569 Eb s. il n' — 17570 Be Ca S. g. d. — 17571 Ce Eb vertu 

— ï^bj^Be Ce e. b. d. s. con. — 17575 Be Ce p. de soi g. — 1 7576 
He p. tous jours s. — 17578 Be He qu'i. voit; Bâ Que que 
facent li c. c. ; Ce du cours c. ; Eb He d. cours c. — '7579 Ce 
q. devoir s. — 17580 Bâ Ce Quel fet, Eb Quel tans — 17581 
Bâ Ce Ca B. le p. — 17585 Ce m. creuses — 17586 He Es m. 1. 
et p.; Ce et plains de f . ; Ca p. des f. — 17587 He O. grandes 
caves c. — 17588 Ca Eb Ou s.; He Et desous t. m. — 17590 Be 
O. s'avenoit; Bâ Ce s'i. avient ; Eb r. comment q. 

Tome IV. i3 



194 JEAN DE MEUN 

Que par eve aviegne deluiges, 

17592 Cil qui savraient les refuiges 
Laisseraient avant les plaignes 
E s'en fuiraient es montaignes 
Ou feraient si forz navies 

17596 Qu'il i sauveraient leur vies 
Par la grant inondacion, 
Con fist jadis Deucalion 
E Pirra, qui s'en eschaperent, 

17600 Par la nacele ou il entrèrent, 
Qu'il ne fussent des floz hapé. 
E quant il furent eschapé, 
Qu'il vindrent au port de salu, 

17604 E virent pleines de palu 

Par mi le monde les valees, 

Quant les mers s'en furent alees, 

E qu'où mont n'ot seigneur ne dame, 

17608 P'ors Deucalion e sa famé, 
Si s'en alerent a confesse 
Au temple Themis la déesse, 
Qui Juijait seur les destinées 

17612 De toutes choses destinées 

A genouillons ileuc se mistreni 
E conseil a Themis requistrent 
Cornent il pourraient ouvrer 



17391 He p. yauwes viengne — '7594 Be Et iroicnt sor les 
m., Ce El se ferroient e. m.; Eb as m. — 17595 Bâ s. granz n. — 
17396 Be Que il s.; Ce Qu'i. s. tous 1. — 17597 Bd Pour 1.; He 
grande mundation — 17398 5e Que... {correction) f. D.; He Den- 
calyon — 17399 coriigé dans Be et dans Ce; He qu'il en e. — 
17600 Ce Pour 1. — 17601 Ce f. de hors h. — 17603 Ca II v., Ce 
Et V.; He a p. — 17605 Ce m. des v. — 17606 He m. en f . ; Be 
Eb f. raiees — 17607 Ca Et k'ele n'eut s.; Be n'o. home n. f. — 
17608 Ce Deusalion, He Dencalyon — 17610 Ce t. Venus 1. — 
17611 Eb Q. juoit s.; Ce Et virent s. — 17613 Ca A g. s'agenil- 
lierent — 17614 fie C. a a T. ; Ca a T. requièrent 



LE ROMAN DE LA ROSE igb 

17616 Pour leur lignage recouvrer. 

Themis, quant oï la requeste, 

Qui moût estait bone e oneste, 

Leur conseilla qu'il s'en aiassent 
17620 E qu'il emprès leur dos gitassent 

Tantost les os de leur grant mère. 

Tant iert cete response amere 

A Pirra qu'el la refusait, 
17624 E contre la sort s'escusait 

Qu'el ne devait pas depecier 

Les os sa mère ne blecier, 

Jusqu'à tant que Deucalion 
17628 Li en dist l'esposicion. 

« N'esteut », dist il, « autre sen querre : 

Nostre grant mère, c'est la terre ; 

Les pierres, se nomer les os, 
17632 Certainement ce sont ses os : 

Emprès nous les couvient giter 

Pour noz lignages souciter. » 

Si con dit l'ot, ainsinc le firent, 
17636 E maintenant orne saillirent 

Des pierres que Deucalion 

Citait par bone entencion, 

E des pierres Pirra les famés 
17640 Saillirent en cors e en âmes, 

17617 Ca Q. T. o. leur r. — 17618 Be Q. tant e. — 17620 Ca 
après eaus lors g.; divers Après — 17621 Be Ce Trestouz 1.; L d. 
la g. — 17622 Ca T. fu cele r. ; Be Ce c. raison a. — 17623 Be 
Ce qui le r., He qu'elle r. — 17624 Bâ Eb He L le s. ; Be Et 
com traîtres s'encusoit ; Ce Et contraires s'e. — 17625 Be Ce n. 
voloit p. — 17627 Ac Deutalion, He Dencalyon, Ce devocion — 
17628 Ac L'en deist {corrigé plus tard) ; Ca d. s'e. — 17629 Ce 
N'entent d. ; Be Ce a. sort q. — 17631 Be Ce Des p. — 17682 Be 
Bà Ce Ca L les os; Eb He li os — 17633 Ca Derrier n.; Be Après 
vos L; Eb n. le c; divers Après — 17684 Be P. vo lignage — 
17635 Be c. il d.; He L d. l'ont — 17687 Ac Deutalion, He Den- 
calyon — 17633 Be Bâ Ce Gita p. 



196 JEAN DE MEUN 

Tout ainsinc con dame Themis 
Leur avait en l'oreille mis, 
Qu'onques n'i quistrent autre père. 

17644 Jamais ne sera que n'en père 
La durece en tout le lignage. 
Ainsinc ouvrèrent come sage 
Cil qui garantirent leur vie 

I 7648 Dou grant deluige par navie, 
Ausinc cil eschaper pourraient 
Qui tel deluige avant savraient. 
Ou se harbauz devait saillir, /? "^ 

17652 Qui si feist les biens faillir 

Que genz de fain mourir deiissent 
Pour ce que point de blé n'eussent, 
Tant en pourraient retenir 

17656 Ainz que ce peust avenir 

Deus anz devant, ou treis, ou quatre, 
Que bien pourrait la fain abatre 
Touz li peuples gros e menuz, 

17660 Quant li harbauz serait venuz, 
Si con fist Joseph en Egite 
Par son sen e par sa mérite, 
E faire si grant garnison 



17641 Ab Ce ausi c. ; Ca a. ke d. — 17642 He Li a. — 17643 
Be O., Bâ N'o. — 17644 Be Bâ Ce Ca Eb He s. qu'il [Bâ qui) 
n'i p. — 17645 Ca L L. durté e. ; Be Ce L. dieuesse e. ot 1. I. 

— 17648 He Al g.; Ac d. de n. {corrigé plus tard) — '7649 Be 
Bâ Ce Ca He L Ainsi — 17650 He t. damage a.; Ce a. seroient 

— 17651 Bâ Eb L herbaut, He harbans, Be Ce herbout ; Ab d. 
baillir — 17652 Ac Eb L Q. {Eb Qu'il) f. s. 1., Bà Ce He Q. 
{He Qu'il) f. touz 1.; 5e Q. tous 1. b. t. f. — 17654 Be Par 
si q. ; Ce d. pain n'e. — 17656 Be Bâ Ce c. deùst — 17657 
Bâ Ce D. a. avant; tout le vers corrigé dans Be — 17658 iîa 
Qui b. ; Be B. porroient; Ce Q. b. porroient ; He b. le por- 
roient a. — 17659 Be Ce Jle p. grans et m. ; 17659-60 omii 
dans Bâ — 17660 He harbans — 17661 Be Ce c. J. 1". e. ; Eb 
Josep 



LE ROMAN DE LA ROSE I97 

17664 Qu'il en pourraient guerison 

Senz fain e senz mesaise aveir. 
Ou s'il poaient ainz saveir 

Qu'il deiist faire outre mesure 
17668 En iver estrange freidure, 

Il métraient avant leur cures 

En aus garnir de vesteures, 

E de busche a granz charretées 
17672 Pour faire feus en cheminées; 

E joncheraient leur maisons, 

Quant vendrait la freide saisons, 

De bêle paille nete e blanche, 
17676 Qu'il pourraient prendre en leur granche; 

E clorraient uis e fenestres, 

Si serait plus selirs li estres. 
Ou feraient estuves chaudes, 
17680 En quei leur baleries baudes 

Tuit nu pourraient démener, 

Quant l'air verraient forsener 

E giter pierres e tempestes 
17684 Qui tuassent aus chans les bestes, 

E granz fleuves prendre e glacier. 

Ja tant nés savrait menacier 



17664 Bâ He e. prendroient g. — 17667 Ca K' il dust avoir o. 
— 17668 Ca i. très grande f. — 17670 Be Ce E. eus vestir d. — 
17671 Be Bâ Ce b. g., He b. as g.; Ab b. a c. ; Ca Eb busches 
a c. — 17672 Bâ feu ; Ab au c, Be aus c, Eb a c. — 17673 
Ce jonkeroie — 17674 Bâ Q. vendront les fr. — 17675 Ce D. 
la p.; Eb b. fuerre n.; Be D. l'estrain et d. p. b. — 17676 
Be Ce Qu'i. prenderoient e. [Be dedens) 1.; Ac p. a 1.; Ba 
Ca e. le g. — 17678 Ca L S'en s. — 17679 Be Ce Si f. — 17680 
L A q.; Ca Es quels 1.; Ce A tenir 1. baulevres b. Je laisse de 
côté les vers ij68o-j26 de Be, surchargés de nombreuses cor- 
rections faites sur grattage. — 17681 Ce T. i p. demeurer — 
17682 Ce C'on les i verroit f. — 17683 Ce Bâ g. foudres et — 
17684 Ce Qu'il traissent a.; Ca Eb c. leur b. — 17685 Bâ et 
lacier — 17686 Ce Eb t. ne s.; He ne saront 



igS JEAN DE MEUN 

Ne de tempestes ne de glaces 
17688 Qu'il ne risissent des menaces; 

E queroleraient laienz, 

Des periz quites e raienz ; 

Bien pourraient Tair escharnir. 
17692 Si se pourraient il garnir. 

Mais se Deus n'i faisait miracle 

Par vision ou par oracle, 

Il n'est nus on, je n'en dout mie, 
17696 S'il ne set par astronomie 

Les estranges complexions, 

Les diverses posicions 

Des cors dou ciel, e qu'il regart 
17700 Seur queus climaz il ont regart, 

Qui ce puisse devant saveir 

Par science ne par aveir. 

E quant li cors a tel poissance 
17704 Qu'il fuit des ceaus la destrempance, 

E leur destourbe ainsinc leur euvre, 

Quant encontre aus si bien se cueuvre, 

E plus poissanz, bien le recors, 
17708 Est force d'ame que de cors, 

Car ele meut le cors e porte; 

S'el ne fust, il fust chose morte : 

Meauz donc e plus legierement, 

17688 Eb n. vainquissent les m.— 17689 Ce Et si car.— 17690 
Ca Desperis legiers et r.; Ce Car du perill ercnt noiens — 
17691 Ce Dont p. — 17692 Eb Ainsi se p. g. — 17693 Ce s. D. i 
f.; Eb ne f. ; Bâ Ce He miracles — 17694 Eb P. orison ; Bâ Ce 
He visions o. (Ce et) p. oracles — 17695 //e ne d. — 17696 Ce 
nel fait p.; L n. savoit d'à. — 17697 Ca e. condicions; dans 
Ac on a substitué ultérieurement condicions à complexions — 
17698 Eb Des d. — 17699 Eb Et les c. d. c. et r. — 17700 Ce Sus 
quel eliraens i.; Ac climanz — 17701 Bâ Q. se puissent d. — 
17702 He s. et p. grant a. — 17704 Ca Ce Qu'i. fait à.; Bâ Ce f. 
dou ciel — 17705 Ce à. si 1. — 17706 Ca e. eus ainsi s. — 1771 1 
Ce M. donne et 



LE ROMAN DE LA ROSE I99 

Ï7712 Par US de bon entendement, 

Pourrait eschever franc vouleir 

Quanque le peut faire douleir. 

N'a garde que de riens se dueille, 
17716 Pour quei consentir ne s'i vueille, 

E sache par cueur cete clause, 

Qu'il est de sa mesaise cause; 

Foraine tribulacion 
17720 N'en peut fors estre occasion. 

N'il n'a des destinées garde. 

Se sa nativeté regarde 

E quenoist sa condicion. 
17724 Que vaut tel predicacion ? 

11 est seur toutes destinées, 

Ja si ne seront destinées. 
Des destinées plus palasse, 
17728 Fortune e cas déterminasse, 

E bien vousisse tout espondre, 

Plus oposer e plus respondre, 

E mainz essemples en deïsse, 
17732 Mais trop longuement i meïsse 

Ainz que j'eusse tout fine. 

Bien est ailleurs déterminé. 

Qui nou set a clerc le demande 
17736 Qui leù l'ait e qui l'entende. 

17712 Ce P. vers d. — i77'3 Ce P. escarnir f. — 17714 Eb 
Quanqu'el p., He Quanqu'elle p.; Bd Ce Quanqu'il (Ce Quanc- 
qu'il) peûst f.; — 17716 Ca Par q. — 17717 Ce p. tout c. — 
177 18 Ca Eb He Qui e. — 177 19 He Et f . ; Ca Fors a me t. 
— 17720 Ca Ce Ne p. — 17721 Ce S'il n'a de destinée g. — 
17722 Ce De s.; Bd n. ne garde — 17724 Ab v. de! p., Ce v. 
sa p. — 17726 Ce Ja n'i ser. — 17727 Be Ce De d. — 17728 Ca 
F. es c. — 17729 He Et si v. — 17730 Ce Puis o. et puis — 
17731 Eb Et maint example; Ce Be Et mil e. i traisisse ; Eb 
He e. i mesisse — 17732 Eb M. moût 1. — 17735 Be Ce a tel 1., 
Ca as clers I. — 17736 Be Bâ Ce He Q. l'ait leû ; Ca Q. 1. 
l'aient et e. 



200 JEAN DE MEUN 

N'encor, se taire m'en deiisse, 

Ja certes paie n'en eiisse, 

Mais il afiert a ma matire ; 
17740 Car mes anemis pourrait dire, 

Quant m'orrait ainsinc de lui plaindre, 

Pour ses desleiautez esteindre, 

E pour son créateur blasmer, 
17744 Que jou vueille a tort diffamer; 

Qu'il meïsmes souvent seaut dire 

Qu'il n'a pas franc vouleir d'eslire, 

Car Deus par sa prévision 

17748 Si le tient en subjeccion 
Que tout par destinée meine 

E l'euvre c la pensée humaine, 

Si que, s'il veaut a vertu traire, 
17752 Ce H fait Deus a force faire, 

E s'il de mal faire s'efforce, 

Ce li refait Deus faire a force. 

Qui meauz le tient que par le deit, 
17756 Si qu'il fait quanque faire deit 

De tout pechié, de toute aumosne, 

De bel paler e de ramposne, 

De los e de detraccion, 
17760 De larrecin, d'ocision, 

E de pais e de mariage, 

17737 Bâ He Enc. s.; Ca t. le d.; He m'e. peuisse — 17738 Be 
Bâ Cei. par Dieu p.; Eb p. ne e. — '7739 He a la m. — 17741 
Ac Be Bd Ce Eb He L Q. a. m'o. d.: 17741-42 intervertis dans 
Bâ — 17742 Eb P. les d. ; Be Ce d. ataindre — i 7744 Ce Eb Q. je 
veul ; Ac j. voil; Eb a tous d.; He Pour son créateur d. — 17746 
Bâ Ce Qu'i. n'est p. de f. v. sire; vers corrigé dans Be — '7747 
Ce prevacion, He provision — 17748 Ab S'il 1.; Ce I. tint — 

17749 Ce Be Bâ He L Qui t. — 17750 Be Ce L'ame et — J775i 
He Et q. s'i v. — 17752 Ca Se 1. f. il a; Eb He f. D. par f. ; Ce a. 
f. traire — 17754 Ca C. I. fait D. fa. par fo., He C. 1. fait D. 
refaire a f. — 17756 Be Ce i. ce que t. — 17760 Eb D. i.de 
traïson — 17761 Ab L mariages 



LE ROMAN DE LA ROSE 201 

Seit par raison, seit par outrage. 

« Ainsinc », fait il, « couvenait estre. 
[7764 Cete fist Deus pour cetui naistre, 

Ne cil ne poait autre aveir 

Pour nul sen ne pour nul aveir : 

Destinée li estait cete. » 
17768 E puis se la chose est mal faite, 

Que cist spit fos ou celé foie, 

Quant aucuns encontre en parole, 

E maudit ceus qui consentirent 
17772 Au mariage e qui le firent, 

Il respont lors li mal senez : 

« A Deu », fait il, « vous en prenez. 

Qui veaut que la chose ainsinc aille; 
17776 Tout ce fist il faire senz faille. » 

Lors conferme par sairement 

Qu'il ne pot aler autrement. 

Non, non, cete response est fausse, 
17780 Ne sert pas les genz de tel sausse 

Li vrais Deus qui ne peut mentir 

Qu'il les face a mal consentir. 

D'aus vient li fos apensemenz 
17784 Don naist li maus consentemenz 



17762 Be Ce r. on p.; L outrages — 17763 Be Ce A. f. couve- 
nir et e. — 17765 He Et c; Bd n. repuet, Ce n. peut, Eb n. por- 
roit — 17768 Be Bâ Ce Et s. 1. c. e. p. m. f.; Eb omet se — 
17769 Ce Q. cil s. f. o. caste f . ; Bâ f. et c. — 17770 Be Si corne 
a. conte en; Ce a. en compte ou p.; Bâ enc. aus p., Ca Eb He 
enc. p. — 17771 Be Maudient c. ; He q. assentirent — 17772 Be 
Ce Eb Le m. — 17773 Bâ Et r.; Be Ce respondi 1. [Be inter- 
vertit 17773-74); Ce r. dont 1. — '7774 Cev. mesprenés — 
17775 Ac Q. volt — 17776 Ab c. fust i. — 17778 Ac Ca, partie 
de L puet a.; Be Ce puet [Be pooit) estre a. — '7779 Ca c. rai- 
sons e. — 17780 Ab Bâ Eb He L s. plus 1.; Be s. la g. — 17781 
Be L. verais q.; Ca n. seit m. — 17783 Ca He 1. taus a., Be le 
mal a. — 17784 Ce D. n'est ce m.; He 1. fols c; Eb m. pour- 
pensemens 



202 JEAN DE MEUN 

Qui les esmeut aus euvres faire 
Don il se deiissent retraire; 
Car bien retraire s'en peiissent, 

17788 Mais qu'il senz plus se queneûssent; 
Leur créateur lors reclamassent, 
Qui les amast se il l'amassent ; 
Car cil seus aime sagement 

17792 Qui se quenoist entièrement. 

Senz faille toutes bestes mues, 
D'entendement vuides e nues, 
Se mesquenoissent par nature, 

17796 Car, s'eus eussent paleure 

E raison pour eus entrentendre, 
Qu'eus s'entrepeûssent aprendre. 
Mal fust aus ornes avenu. 

17800 Jamais li bel destrier crenu 
Ne se laisseraient donter, 
Ne chevaliers seur aus monter; 
Jamais beus sa teste cornue 

17804 Ne métrait a jou de charrue; 

Asne, mulet, chamel pour ome 
Jamais ne porteraient some, 
Nou priseraient un gastel ; 



17785 Bâ 1. atret a l'oevre f., Be 1. atrait a ice f., Ce 1. atrait a 
cure f.; Ca e. as coses f. — 17787 Ah Ca s'e. deûssent — 17788 
Ca Eb He L M. que s.; He p. reconneùssent ; Be Bâ Ce Se {Ce 
S'il) bien connoistre se seûssent — 17789 He L. c. et r. — 17790 
Ac Qu'il 1. — 17791 Be Ce C. il s.; Bâ s. l'a. — 17792 Be Ce Et si 
con. — 1 7793 Ca Qui se cognoist en b. m. — 1 7794 Ca Eb et mues 
— 17795 Ca S. me cognoissent, Ce S'entrecognoissent — 17796 
Eb s'il seûssent p. — '7797 Ce par eus deus entendre, He p. 
elle entendre — 17798 Be Qu'eles s'e. prendre; Ce emprendre; 
Eb Qu'il s'e. entendre — 17799 ^^ ^- ^^^ ^°- ^- — 17800 Be Ce 
J. cil b.; Ca He à. grenu — 17801 se omis dans Ac [ajouté plus 
tard) — 17802 Be c. dessus m. — 17804 He N. mouvroit a giu 
d.; Ce m. on en c. — 17805 A chameuz; Ce homes — 17806 Be 
Bâ Ce N. p. j. s.; Ce somcs— 17807 Be Bâ Ne p., He Nés p. 



LE ROMAN DE LA ROSE 2o3 

17808 Jamais ne porterait chastel 

Olifanz seur sa haute eschine, 

Qui de son nés trompe e boisine, 

E s'en paist a seir e a main, 
17812 Si corne uns on fait de sa main; 

Ja chien ne chat nou serviraient, 

Car senz ome bien cheviraient ; 

Ours, lou, lion, lepart, sengler, 
17816 Tuit voudraient ome estrangler ; 
• Li raz neïs l'estranglerait, 

Quant au berceul petiz serait; 

Jamais oiseaus pour nul apel 
17820 Ne métrait en perill sa pel, 

Ainz pourrait moût ome grever 

En dormant par les eauz crever. 

E s'il voulait a ce respondre 
17824 Qu'il les cuiderait touz confondre, 

Pour ce qu'il set faire armeures, 

Heaumes, hauberz. espees dures, 

E set faire ars e arbalestes; 
17828 Ausinc feraient autres bestes. 

Ne ront il singes e marmotes, 

Qui leur feraient bones cotes 

De cuir, de fer, veire pourpoinz ? 

ïj8o8 Bâ porteroient — 17811 Be s'e. paissent et s. et m.; Ab 
Ce Eb He L au s. et au (u du second au gratté dans Ab) m. — 
17812 Be Ce Ne feroient rien pour vilain — 17813 Eh He J. 
chien neïs ne s.; Ca Ce ne s.; He serviroit — 17814 Be Ce L b. 
se vivroient; He caviroit — 17815 Ab O. lous ; Bâ Ce O. lyon 
leu 1. — 17816 He V. hommes e. — i 781 7 L L. rat n. l'estran- 
gleroient ; 17817-18 omis dans Be Ce — 17818 Ab Q. ou b. ; L 
b. le trouveroient — 17819 Be p. mal a. — 17820 Eb e. nul p. 
— 17822 Bâ L d. pour 1., Be Ce à. et 1.; He d. lui ses e. c. — 
17824 Ca Qui 1. — 17825 Ce qu'i. fait f. — 17827 Ce Et fait f., 
Ca Et si fait a. — 17828 Eb Ainsinc f. — 17829 Bâ N. n'ont i.. 
Ce N. sont i.; He N'iront i. s. ne m., Be N. sont li singe et les 
m. — 17830 Be f. beies c. 



204 JEAN DE MEUN 

17832 II ne demourrait ja pour poinz, 

Car cist ouverraient de mains, 

Si n'en vaudraient mie meins ; 

E pourraient estre escrivain. 
17836 II ne seraient ja si vain 

Que trestuit ne s'assoutillassent 

Coment aus armes contrestasseni. 

E queusques engins referaient, 
17840 Don moût aus ornes grèveraient. 

Neïs puces e oreilliees, 

S'eles s'ierent entortilliees, 

En dormant, dedenz leur oreilles, 
17844 Les grèveraient a merveilles. 

Peoill neïs, siron e lentes 

Tant leur livrent souvent ententes 

Qu'il leur font leur euvres laissier, 
17848 E aus fléchir e abaissier, 

Ganchir, tourner, saillir, triper, 

E degratcr e defriper, 

E despoillier e deschaucier, 
17852 Tant les peuent il enchaucier. 

Mousches neïs a leur mangier 

Leur meinent souvent grant dangier, 

17833 Be C. il o., Ce He C. cil o.\Bâ Que cil o. ; Ce Eb des 
m. — 17834 Ce S. ne v. ; Ab n"e. vandroient, Eb n'e. sauroient 
m. — 17836 Be Ce Si n. s. mie v. — 17837 Bâ Ce Eb n. se sou- 
tillassent — 17839 Be Bâ Ce Ou aucuns e. — 17840 Be Ce Com- 
ment a.; Bâ D. m. les o. — 17841 Bâ et oreillieres — 17842 
Be Ce S'el estoient; He Se lairoient e.; 17842-43 omis dans Bâ 
— 17843 C.a E. d. entrent es o.; Be Ce d. les o. — 17844 Ca Si 
1. g. m., He Qui 1. g. m. — 17845 He Li poul n.; Bc Et p. 
et s. et !.; Ce serons, Eb He soirons — 17846 L Touz I. 1.; 
Be Ce T. 1. liverroient e. [Be I. d'e.); Ca s. d'e. — 17847 Be 
Qu'oevres 1. feroient 1., Ce Qu'il feroient 1. oevres 1.; 17847-48 
dans Eb sont placés entre 17844-43 — 17849 Ce G. frémir t. t.; 
Ca s. troter — 17850 Ca He et defroter — 17852 Eb He 1. 
savent i.; Be Ce 1. porroient e.; — 17853 He n. en 1. — 17854 
Be Ce L. menassent s. d. 



LE ROMAN DE LA ROSE 205 

E les assaillent es visages, 
I 7856 Ne leur chaut s'il sont reis ou pages. 

Froumiz e petites vermines 

Leur feraient irop d'ataines, 

S'il ravaient d'aus quenoissance. 
17860 Mais veirs est que ccie ignorance 

Leur vient de leur propre nature ; 

Mais raisonable créature, 

Seit morteus on, seit devins anges, 
17864 Qui luit deivent a Deu loanges, 

S'el se mesquenoist corne nice, 

Cist defauz li vient de son vice, 

Qui le sen li trouble e enivre, 
17868 Car el pot bien raison ensivre 

E pot de Iranc vouloir user ; 

N'est riens qui l'en puisse escuser. 

E pour ce tant dit vous en ai, 
17872 E teus raisons i amenai 

Que leur jangle vueil estanchier, 

Car riens nés en peut revenchier. 

• Mais pour m'entencion parsivre, 
17876 Don je voudraie estre délivre. 



17855 Eb as V.; vers remplacé dans Be Ce par 17856 [Be N. 1. 
c. s'i. s. prince o. p.) — 17855-56 omis dans Bâ — 17836 Be Ce 
N. [Ce Ou) s'i. s. ou joene o. d'aage — 17858 Ca ï. grans a.; 
He t. moût de astinnes — 17859 Be Ce Bà L S'i. avoient — 17860 
Bâ Be Ce M. c'e. v. q. — 17861 L L. meut d.; Eb omet le second 
leur — 17863 He ou divers a.; Eb L s. divers a., Be Ce s. de 
bel a. (bel sur grattage dans Be] — 17864 Ce Que t. — 17865 Eb 
S'il — 17866 Ce d. leur v.; Bà d. ces v. — 17867 He Q. les s.; 
Ce Car 1. s. 1. t. en vivre — 17868 Be Et si puet b.; Be Bâ Ca 
He puet — 17869 Be Bd Ca He, partie de L Et puet d. — 17870 
Be puist destourner— 17872 corrigé dans Be ; Ce Que desraison 
ja n'amerai — 17873 He jengles ; vers corrigé dans Be ; Ce Q. 1. 
langlies veut estrangicr — i7»74 Be Bâ Ce C. (Ce Que} nus n.; 
Bâ Ce ne s'e. p.; He ne s'e. pueent avancier — 17875 Ce He 
ensivre, Be Bâ Ca' Eb L porsivre 



20b JEAN DE MEUN 

Pour ma douleur que j'i recors, 

Qui me trouble l'ame e le cors, 

N'en vueil or plus dire a ce tour; 
17880 Vers les ceaus arriers m'en retour, 

Qui bien font quanque faire deivent 

Aus créatures, (jui receivent 

Les celestiaus influences 
17884 Selonc leur diverses sustances. 
-^ Les venz font il contrarier, 

L'air enflamber, braire e crier, 

E esclater en maintes parz 
17888 Par toneirres e par esparz. 

Qui labourent, timbrent e trompent 

Tant que les nues s'en desrompent 

Par les vapeurs qu'il font lever; 
17892 Si leur fait les ventres crever 

La chaleur e li mouvemenz 

Par orribles tourneiemenz, 

E tempcster e giter foudres, 
17896 E par terre eslever les poudres, 

Veire tours e clochiers abatre, 

E mainz veauz arbres si debatre 

Que de terre en sont arachié ; 
17900 Ja si fort n'ierent atachié 

Que ja racines riens leur vaillent 

17877 Ac Par m.; Be Ce Eb lie q. je r. — 17879 Ca v. p. d. 
o. a — 17882 Ce c. qu'il r. — 17884 Ca Eb S. les d.; Ce les d. 
sentences — 17883 Ce Le vent t.; Be f. ci c. — 17887 Be Ce Et 
esparter, Bâ Et esclerier, Ca Et esclaircir, He Et esclarcir, Eb Et 
esclistrer — 17889 Be Qu'il t.; Eb Q. t. timplent et timbrent; 
1 7889-90 omis dans He — 1 7890 Bd Be Ca se d. ; Eb s'e. deschircnt 
— 17891 Be Ce Por 1. v. qu'el [Ce qu'il) f. ; Ca ke f. — 17892 Eb 
S. les f.; Bâ 1. font !.; Be Ce He 1. font lor v. — 17893 He Les 
c. et les m. — 17895 Eb Par t. — 17896 L t. alever, Bd t. lever, 
Be Ce t. geter — 17898 Eb a. tant d. — '7899 Be t. s. — 17900 
Ab Eb estachié, He estanciét — 17901 Bc Ce Q. lor r., Bâ Et 
leur r.; Eb Q. j. ra. la 1. 



LE ROMAN DE LA ROSE 2O7 

Que tuit envers a terre n'aillent, 

Ou que des branches n'aient routes, 
17904 Au meins une partie ou toutes. 
Si dit l'en que ce font deables 

A leur cros e a leur chaables, 

A leur ongles, a leur havez, 
17908 Mais teuz diz ne vaut deus navez, 

Qu'il en sont a tort mescreù, 

Car nule riens n'i a neû 

Fors les tempestes e li vent, 
17912 Qui si les vont aconsivant; 

Ce sont les choses qui leur nuisent, 

Ceus versent blez e vignes cuisent 

E fleurs e fruiz d'arbres abatent; 
17916 Tant les tempestent e debatent 

Qu'il ne peuent es rains durer 

Tant qu'il se puissent meiirer. 
Veire plourer a grosses lermes 
17920 Refont il l'air en divers termes, 

S'en ont si grant pitié les nues 

Qu'eus s'en despueillent toutes nues, 

Ne ne prisent lors un festu 
17924 Le neir mantel qu'eus ont vestu; 

Car a tel deul faire s'atirent 

17902 Ca He Q. t. e. t. n'en a. — i79o3 Ca O. q. de b. n'a. 
gantes — 17904 Be Ou une grant p. o. t., Bâ Ou aucune p. o. 
t., Ce Ou une p. o. t. — 17905 Bc Ce L c. sont d. — 17906 He 
A 1. corps et a 1. chaable — 17907 Ce o. et a — 17908 He teil 
dit n. vallent n. — 17910 Ce Bâ Ca Eb a veû; He C. d'autre r. 
ne sont meû — 1791' -^^ F- des t. et dou v. — '79'2 Ca va 
a.; He 1. tempieste souvent — i79i3 Eb q. les n.; Ce He q. les 
nuient — 17914 ^c Ca Cil v., He Chi v.: Ce b. les v.; Bâ Cil 
V. blé cil V. c, Be Les b. v. les v. c. — '79' ^ Ac fruit — 
17916 Be 1. debrisent et — i79'7 He Que n. — 17918 Be 
Ce T. que il p.; Eb qu'i. peùssent — 17919 Se Neïs p. [mot 
corrigé) a ; L en g. 1. ; Ca a caudes 1. — 17922 omis dans Bâ — 
17923 Be Ce N. p. 1. — 17925 corrigé dans Be 



208 JEAN DE MEUN 

Que tout par pièces le descirent. 
Si li aident a plourer 

17928 Con s'en les deust acourer, 
E pleurent si parfondement, 
Si fort e si espessement 
Qu'eus font les fleuves desriver, 

17932 E contre les chans estriver 
E contre les forez veisines 
Par leur outrageuses crétines, 
Don il couvient souvent périr 

17936 Les blez e le lens enchérir, 

Don li povre qui les labeurent 
L'espérance perdue pleurent. 
E quant li fleuve se desrivent, 

17940 Li peisson, qui leur fleuve sivent, 
Si corne il est dreiz e raisons, 
Car ce sont leur propres maisons, 
S'en vont, corne seigneur e maistre, 

17944 f*^'" chans, par prez, par vignes paistre; 
E s'escoursent contre les chesnes, 
Contre les pins, contre les fresnes, 
E tolent aus bestes sauvages 

17948 Leur maneirs e leur eritages, 

E vont ainsinc par tout najani; 
Don tuit vif s'en vont enrajant 



17926 Eb toutes p. p. (i. ; Ab He L p. les d. — 17927 He Et 
puis se metent au p.; 17927-28 omis dans Eb — 17928 Ca Ke 
s'e. ; Ce Que s"on I. d. dévorer — , 17929 Eb Qu'el p. — '7933 
Ab 1. t'orelz {Ac foresz) v. ; Ce L meesmes ; He Et 1. f. qui sont 
V. ; 17933-34 omis dans Be Eb — 17934 Ca He o. cercines, Ce 
0. criernes — 17936 He Le bled; Ac les t.; Ce t. cierir — 17937 
Eb q. le 1. — 17940 Be Eb He le t. ; Bà 1. eve s. — '7944 Be 
Bà Ce P. pr. p. ch.p.; Eb vigne — '794-^ E s'acoursent, fiii s'es- 
corchent, Be Ce s'arestent, He s'esconsent — 17948 Eb L. mai- 
sons et; Bâ Eb et 1. herbergages — 17949 Hc noant — 17950 
Ca V. en V., Ac Eb Ce v. se v.; He v. en roant 



LE ROMAIN DE LA ROSE 209 

Bachus, Cerès, Pan, Cybelé, 
17952 Quant si s'en vont atroupelé 

Li peisson a leur noeures 

Par leur delitables pastures. 

E li satirel e les fées 
17956 Sont moût dolent en leur pensées 

Quant il perdent par teus crétines 

Leur délicieuses gaudines ; 

Les nimphes pleurent leur fontaines 
17960 Quant des fleuves les treuvent pleines 

E seurabondanz e couvertes, 

Corne dolentes de leur pertes ; 

E li folet e les driades 
17964 Ront les cueurs de deul si malades 

Qu'il se tienent trestuit pour pris 

Quant si veient leur bois pourpris, 

E se plaignent des deus des fleuves 

Qui leur font vilenies neuves, 

Tout senz déserte e senz forfait, 

Con riens ne leur aient forfait. 

E des prouchaines basses viles, 



1795 1 Ce Ratus C. et Patubele; Be Paucibele {les trois pre- 
mières lettres sur grattage), Ac Pantybele, Eb Ban Tibele, Ca P- 
Cybile — 17952 Be Ce Q. il s'e. v. si s'atropcle ; Ca v. acropilé 
— 17953 Be Ce 1. riveûre, Bd Eb 1. nouretures; He L. boin p. 
a 1. natures — 17954 L P. les d. ; Ab délectables ; Ce P. 1. délit 
as blés pasture — '7953 Ca He Et 1. soterel — 17957 dans Ab tex 
est écrit sur leur; He t. racinnes — 17959 Ce L. martes p. les 
f. , Be L. nyfres p. les f . ; Ac n. perdent 1.; He les ï. — 17961 Ce 
El leur ab. c. — 17962 He Com d. moût d. — i7q(J3 Ce He I. 
dyades — 17964 Bà Et \. c; Be Ce Ont I. c. desous s. m. ; Ca R. 
dedens 1. c. s. m., He R. 1. c. aussi s. m.; Eb omet de — 17965 
He s'en t.; Be Que il s'en retiennent p. p. — 17966 Eb Q. il 
V. ; Eb 1. bons p.; Be Ce Tant sunt pené et (Ce s. par yawes) 
entrepris; vers omis dans Bd — 17968 Be Ce f. avoir maisons 
n. — 17969 Be Ce Que s. — ' 7970 Ac Eb, partie de L C'onc 
r. ; dans Be Con est écrit sur un grattage; Ce a. metfait 
Tome IV. 14 



2 I O JEAN DE MEUN 

17972 Qu'il treuvent chaitives e viles, 
Resont li peisson ostelier : 
N'i remaint granche ne celier 
Ne leu si vaillant ne si chier 

17976 Que par tout ne s'aillent fichier. 
Vont en temples e en iglises 
E tolent aus deus leur servises, 
E chacent des chambres ocures 

I 7980 Les deus privez e leur ligures. 

E quant revient a chief de pièce 
Que li beaus tens le lait depiece, 
Car aus ceaus desplaist e enuie 

17984 Tens de tempestes e de pluie, 
L'air ostent de trestoutc s'ire, 
E le font resbaudir e rire; 
E quant les nues raperceivent 

17988 Que l'air si resbaudi receivent, 
Adonc se resjoissent eles, 
E, pour estre avenanz e bêles, 
Font robes, emprès leur douleurs, 

17992 De toutes leur bêles couleurs; 



17972 Bâ Qu'els t., He Que t. ; Be Ce Qu'i. tienent c; Ca t. 
captives et — 1797-^ omis dans Bâ Be Ce — '7974 -^c Ca Ce Ne 
r. ; Ac n. telier, Eb n. solier — 17973 omis dans Bâ Be — 17976 
Ca Ke tuit n. s'i voisent f. ; vers omis dans Ce — >7977 -Be Ce 
Dont as t.; Ca V. es t. ei es eg., Ac Bâ Be Ce L V. as t. et as i. — 
17978 Be En t. ; lie a d. ; Ab au dieu ; Be Ce Ca a dieu 
ses s. — 17979 Ce c. les c. ; 17979-80 omis dans Eb — 17980 Ce 
Be et les f. — 179S1 Be Ce Ca He q. ce vient a — 17982 corrigé 
dans Be — 17983 Ce Eb He Quant as; Bâ Et qui leur d., Be Q. 
au ciel d. — 17984 He Tant d. ; Bâ Le t. d. tempeste et — 1798? 
Bâ L'a. o. et t.; Jic Li airs pardonne toute s"i., Ce Li airs laisse 
t. s'i. — 17986 Ce Et les f. ; Be Si les fait r. — 17987 Ab n. 
leperyoivent, Bâ n. s'aperçoivent. Eb He u. se perçoivent — 
17988 He s. esbaudi — 17989 Ca Ce s. resbaudissent e.; He 
s. reconnoissent e. — '799' Be Ce après les d. ; divers après — 
17992 Be Ce t. les b.; Bâ t. diverses c. 



LE ROMAN DE LA ROSE il'l" 

E metent leur toisons sechier 

Au bel soleil plaisant e chier, 

E les vont par l'air charpissant 
17996 Au tens cler e resplendissant, 

Puis filent, e quant ont filé, 

Si font voler de leur filé 

Granz aguilliees de Hl blanches, 
18000 Ausinc com pour cousdre leur manches. 
E quant il leur reprent courage 

D'aler loing en pèlerinage, 

S font ateler leur chevaus, 
18004 Montent e passent monz e vaus, 

E s'en fuient corne desvanz ; 

Car Eolus, li deus des venz, 

Ainsinc est cil deus apelez, 
18008 Quant il les a bien atelez. 

Car eus n'ont autre charretier 

Qui sache leur chevaus traitier, 

Leur met es piez si bones eles 
i8oi2 Que nus oiseaus n"ot onques teles. 
Lors preni li airs son mantel inde, 

Qu'il vest trop volentiers en Inde, 

Si s'en afuble e si s'apreste 
180 16 De sei cointir, de faire feste, 



17993 Eb toison, Ce 1. vaissiaus s. — '7994 m> En b.. He 
El b. — 17995-96 omis dans Be — 18001 He courages — 18002 
He pèlerinages — i8oo3 A f. esteler, Be Ca Eb He f. enseller 

— 18004 Ce M. passer et m. — i8oo5 Be Ce c. li venz, Bâ c. 
desvez, He c. diervees — 18006 Eb C. Eobis ; Be Ce C. Coleus 
{dans Be Coleus écrit sur grattage); 5^ Caroleus 1. d. desvez; 
He C. Eolous d. des valces — 18007 ^'^ ^- ^^^^ '^■y ^^ ^- '' *^- — 
18008 A b. estelez, Eb Hc b. ensellés — 1800g Divers C. il n'o. 

— 18010 Ca Q. I. s. c. t. ; Be c. chacier — iSoi i Be p. les b. 

— 18014 Ce Qui naist t. — i8oi5 Ac Be Ce Ca Eb et s'en apr. 

— 18016 Be D. s. vestir, Ce D. s. couvrir; Bd Be Ce Ca Eb 
He c. et f. f. 



2 I 2 JEAN DE MEUN 

E d'atendre en bel point les nues 
Tant qu'eles seient revenues, 
Qui pour le monde soulacier, 

18020 Ausinc com pour aler chacier, 

Un arc en leur poing prendre seulent, 
Ou deus, ou treis, quant eles veulent, 
Qui sont apelez ars celestres, 

18024 Don nus ne set, s'il n'est bons maistres 
Pour tenir des regarz escole, 
Cornent li solauz les piole, 
Quanies couleurs il ont ne queles, 

[8028 Ne pour quel tant ne pour quel teles, 
Ne la cause de leur figure; 
E li couvendrait prendre cure 
D'estre deciples Aristote, 

i8o32 Qui meauz mist natures en note 
Que nus on puis le tens Gain. 
Alhacen, li niés Huchain, 
Qui ne refu ne fos ne garz, 

i8o36 Cist fîst le livre des Regarz : 
De ce deit cil science aveir 
Qui veaut de l'arc en ciel saveir ; 
Car de ce deit estre juigierres 

18040 Clers natureus e regardierres ; 



180 17 Ab E d'antendre, Be Et de tendre, Ce Et de rendre; Ca 
D'à. e. bien b. p.; Eb au b. — 18018 Be Ce seront r. — 18019 
Be Ce De par 1. — 18020 He Ensi c. — 18027 Be Ce o. et q. — 
18028 Be Et p. q. t. et p. ; Ce Et tant et tant et p. q. t. — 18029 
Be Ce De I. {Be lor) c. — i8o3o Bd Eb L U \.; Ca \. couvent 
p.; Be c. de natures — i8o3i Be E. d. ; L d. d'A. — i8o32 Ce 
L nature — i8o33 Ab Cayn ; Ac Chain; He Qu'altres hom — 
18034 -^1* Alhacem 1. n. Huchayn, He Alhuceu pores Buchayn ; 
Ce Argolimes ii mes Kalim; L Alheten et Alhecen, Bà A la 
con; Ca n. Buchaym ; vers corrigé dans Be — i8o35 Eb Q. n.fu 
mie f. ; He t. n. musars — i8o36 Ce les livres — 18037 ^-^^ ^• 
il s.; Eb d. il de l'art savoir — i8o38 Bâ Be Ce Ca He l'a. 
dou c, Ac l'art au c. — 18040 Be Ce et gouvernerres 



LE ROMAN DE LA ROSE 2 I 3 

E sache de géométrie, 

Don nécessaire est la maistrie 

Au livre des Regarz prouver : 
18044 Lors pourra les causes trouver, 

E les forces des miroers, 

Qui tant ont merveilleus poers 

Que toutes choses très petites, 
18048 Letres grailles, très loing escrites, 

E poudres de sablon menues, 

Si granz, si grosses sont veiies, 

E si près mises aus miranz, 
i8o52 Car chascuns les peut choisir enz, 

Que l'en les peut lire e conter 

De si loing que, qui raconter 

Le voudrait e l'avraitveii, 
i8o56 Ce ne pourrait estre creu 

D'ome qui veii ne l'avrait. 

Ou qui les causes n'en savrait ; 

Si ne serait ce pas créance, 
18060 Puis qu'il en avraii la science. 

Mars e Venus, qui ja pris furent 

Ensemble ou lit ou il se jurent. 

S'il, ainz que seur le lit montassent, 
18064 En teus miroers se mirassent, 

Mais que leur miroers tenissent 

18043 Be Ca As livres; Bc d. R. trouver — 18044 ^^ P- ^^^ ^■'' 
Be c. prouver — 18046 Ca Q. moût o. — 18047 ^^ ^^'" ^- — 
18048 L Les très s,.; Be Eb g. de I. — 18049 Be Es p.; Ce Les 
p. des s. — i8o5o Be so. grenues — i8o5 i Eb s. irés m. — i8o52 
Divers Que ch.; Ce Que ch. L p. saisir e. ; vers corrigé dans Be 
— i8o5j He Dame q. — i8o58 Be Et q.; Ce c. ne s. — 18059 Ca 
n. s. p.; 18059-60 omis dans Be — 18060 Ce n'en a. — r8o6i 
Ca q. jadis f. — 18062 L omet se — [8064 Ce E. ce mireoir s.; 
Bâ Et que les huis ouvers tenissent — i8o65 Be M. q. les ieus 
ouvers eussent, Ce M. q. li dis huis ouvers fuissent; vers rem- 
place par 18064 dans Bâ En ce m. s. m.; i8o65-()6 intervertis 
dans partie de L 



214 JEAN DE MEUN 

Si que le lit dedenz veïssent, 

Ja ne fussent pris ne liez 
18068 Es laz soutiz e déliez 

Que Vulcanus mis i avait, 

De quel nus d'aus riens ne savait; 

Car s'il les eûst faiz d'ouvraigne 
18072 Plus soutille que lil d'iraigne, 

Eussent il les laz vetiz, 

Si fusi Vulcanus deceiiz, 

Car il n'i fussent pas entré, 
18076 Car chascuns laz plus d'un grant tré 

Leur parust estre gros e Ions, 

Si que Vulcanus li félons. 

Ardanz de jalousie e d'ire, 
18080 Ja ne prouvast leur avoutire; 

Ne ja li deu riens n'en seûssent 

Se cil leus niiroers eussent, 

Car de la place s'en foïssent 
18084 Quant les laz tenduz i veïssent, 

E courussent ailleurs gésir, 

Ou meauz celassent leur désir; 

Ou feïssent quelque chevance 
18088 Pour eschcver leur mescheance, 

Senz estre honiz ne grevez. 

Di je veir, fei que me devez. 

De ce que vous avez oi ? 

18066 Bâ Be Ce 1. 1. touz jourz v. — 18068 He El lach ; Be 
s. ne d. — 18070 Be Ce Si que n. ; Be d'eus ne le s. ; Eb n'en 
s, — 18071 Ab s'i. le e. — 18072 Ca P. deliies de f.; Eb soutil 
q. de f. — 18073 Be S'c. — 18076 Eb omet tré — 18077 ^^ Lors 
p.; Be L. samblast, Ac L. peust [corrigé plus tard); Ca Ce He 
grans et 1. — 18078 He S. coin V. — 18080 Ca N. p. j. 1. ; Be 
p. son a. ; He adultiré — r8o8i Bâ Neïs 1. — 18082 Ce tel 
inireoir — 18083 Ca 1. cambre s': 18083-84 omis dans He — 
i8o85 Ce Et alaisscnt a.; i8o83-88 omis dans Be — 18086 Bâ 1. 
gésir— 18087 Ca Et f. — 18088 Ac Ce e. la m. — 180S9 Eb h. 
et g.; Ce h. n. vcrgondcs — i8oqi> lie q. vous mi d. 



LE ROMAN DE LA ROSE 2 I 3 

18092 — Certes », dist li prestres, « oï. 

Cist miroer. c'est chose veire, 

Leur fussent lors moût nécessaire, 

Car ailleurs assembler peiissent 
18096 Quant le perill i queneiissent ; 

Ou a Tespee qui bien taille, 

Espeir, Mars, li deus de bataille. 

Se tust si dou jalous venchiez. 
18100 Que ses laz eiist detrenchiez ; 

Lors li peùst en bon eùr 

Rafaitier sa lame asseur 

Ou lit, senz autre place querre, 
181 04 Ou près dou lit, neïs a terre : 

E se par aucune aventure, 

Qui moût fust felonesse e dure, 

Danz Vulcanus i seurvenist 
18108 Lors neïs quant Mars la tenist. 

Venus, qui moût est sage dame, 

Car trop a de barat en lame. 

Se, quant Tuis li oist ouvrir, 
181 12 Peiist a tens ses reins couvrir, 

Bien eiist escusacions 

Par queusque cavillacions, 

E controuvast autre achaison 
i8i 16 Pour quel Mars vint en la maison, 

18092 He D. 1. p. c. o.. Be D. Genius ma dame o. ; corrigé 
dans Ce — 18094 Be Ce L. {Be Lors) eûst esté m. ; He L. f. or 
bien n. — iSogS-ioo omis dans Be — 18096 He Q. el p. il con. — 
18098 He d. des b. — iSroo Bâ Q. les \. — 18101 Ac Be Ce Ca 
He, partie de L a b.; He p. on a b. — 18102 L S. t. r. seûr — 
i8io3 L O. s'il s. a.; 18103-4 omis dans Be — 18104 Ce n. a la 
t. — 18 108 He L. veist q.; Se En ccl point q. ; Bd 11. que M.; 
Ce q. il 1. t. — 18109 Ce m. ert s.: i8if)Q-to omis dans Be — 
181 10 Ce Eb C. moût a — 181 1 1 Bà Ce S. ci! \\\. : Be S. li (jïst 
son u. o. — i%ïi2 Be A t. p. s. r. c. ; Eb a tant ; Ce t. les r. 
— i8ii3-i8owîs dans Be ; i.S 114-13 omis dans Ce — 18114.4c 
quelques — 181 j6 Ac Eb Par q. ; L e. sa m. 



2 I 6 JEAN DE MEUN 

E jurast quanque l'en vousisi 

Tant que ses preuves li tousist, 

E li feïst a force acreire 
18120 Qu'onques la chose ne fu veire ; 

Tout Teûst il neïs veûe, 

Deist ele que la veiie 

Li fust ocurcie e troublée, 
18124 Tant eust la langue doublée 

En diverses plicacions 

A trouver escusacions. 

Car riens ne jure ne ne ment 
181 28 De famé plus hardiement ; 

Si que Mars s'en alast touz quites. 

— Certes, sire prestres, bien dites, 

Corne preuz e courteis e sages. 
i8i32 Trop ont famcs en leur courages 

E soutillitez e malices ; 

Qui ce ne set fos est e nices, 

N'onc de ce ne les escuson. 
181 36 Plus hardiement que nus on 

Certainement jurent e mentent; 

Meismement (juant eus se sentent 

De queusque forfaiz encourpees, 
18 140 Ja si ne seront atrapees, 

p]n cet cas especinument ; 



181 18 omis dans Bd — 181 19 Bâ Be Ce Ca He a ï. croire — 
18120 Be C'o. n. f. 1. c. v. — 18121 Ca Ja l'e. ; Be i. as ieus v., 
Bâ i. de voir v. — 18124 Be Ce e. sa 1. — i8i25 Ac Aus d. — 
18 126 Bi Be Ce He Pour t. — 18128 Be p. legierement — 18 129 
He omet s' — 181 3 i .4c (»net preuz [ajouté plus tard) — 181 33 
Ac soutivetez, Eb soutilleches — i8i35 Ca N'onques d. c. nés 
e. ; Ce n. nous e. ; iSi33-36 omis dans Be — iSiSy Bâ Ce 
Communément j. — i8i'^8 Be Ce Eb q. eles sentent — 18139 
Bà Be Ce D'aucunes chixses e. (Be estro prises, Ce entreprises) ; 
Ac quelques — i8i4(» Ca J. n'i s. si a., Ab Bà i. s. n'i s.; Be 
Ce s. entreprises — 18141 Ce XL. tel c, Eb E. ces c. 



LE ROMAN DE I.A ROSE 217 

Don bien puis dire leiaument : 

Qui cueur de tame apercevrait. 
18144 Jamais rier ne s'i devrait ; 

Non ferait il certainement, 

Qu'il l'en mescherrait autrement. >> 
Ainsinc s'acordent, ce me semble, 
18148 Rature e Genius ensemble. 

Si dist Salemons touievois, 

Puis que par la vérité vois, 

Que beneiirez on serait 
181 52 Qui bone famé trouverait. 

« Encore ont miroer », dist ele, 

a Mainte autre force grant e bêle, 

Car choses granz e grosses mises 
181 56 Très près semblent si loing assises, 

Fust neïs la plus grant montaigne 

Qui seit entre France e Sardaigne, 

Qu'eus i peuent esire veues 
18160 Si petites e si menues 

Qu'enviz les pourrait l'en choisir, 

Tant i gardast l'en a loisir. 
Autre mirail par veritez 
18164 Montrent les propres quantitez 



18142 He D. je p.; Bâ D. p. b. d. — 18143 Eb f. apert ver- 
roit — 18145-46 omis dans Be — 18146 Ce Qu'il meskieveroit 
a., He Qui Te, maiscreroit a.; Bâ m. maleinent — 18147 ^^ 
s'acorde — 18148 corrigé dans Ce — iSi4y-5o omis dans Be 

— i8i5o Ce V. m'en v. — i8i52 Ce Q. preudefeme t. — i8i53 
Be Ce E. ou m. — 18 154 Be Ce \ m. t. : Be f. trop plus b. 

— i8i55 Bâ g. ou g.; Ce g. e grailes m.; i8i55-56 intervertis 
dans Ca — i8i36 Bà Be Trop p.; Eb p. sanians; Be s. esire 
petites ; Ce He T. p. se. estre [He se. elles) 1. mises — 18157 
Be Et t". — 181 58 Ce Q. fust e. — 181 59 Eb N'i porroient e., 
Bâ Que si porroit e., Ce Qu'eles perent e. — 1S160 Eb Fors p. 

— 18161 He I. y poet on c. — i8i63 Ac Ce A. miroer, Ca Eb 
He A. miroir; iXiîii-ùi) omis dans Be — 18164 ^<^ HeM. leur 
p., Ce Bâ M. la p. 



2l8 JEAN DE MEUN 

Des choses que l'en i regarde, 
S'il est qui bien i preigne garde. 
Autre miroer sont qui ardent 

18168 Les choses quant eus les regardent. 
Qui les set a dreit compasser. 
Pour les rais ensemble amasser 
Quant li solauz reflambeianz 

181 72 Est seur les miroers raianz. 
Autre font diverses images 
Apareir en divers estages, 
Dreites, bcllongues e enverses, 

18176 Par composicions diverses ; 

E d'une en font il pluseurs naistre 
Cil qui des miroers sont maistre ; 
E font quatre eauz en une teste 

18 180 S'il ont a ce la fourme preste; 
Si font faniosmes aparanz 
A ceus qui regardent par enz ; 
Font les neis dehors pareir 

18184 Touz vis, seit par cve ou par air ; 
E les peut l'en voeir joer 
Entre l'ueil e le miroer 
Par les diversitez des angles, 

18 188 Seit li meicns compoz ou sengles. 
D'une nature ou de diverse, 



i8i65-66 omis dans Eb — 18168 He c. qui en e. r., Eb c. 
qui les i r.; Ac q. il si r. (si corrigé plus tard en les) ; Bd e. 
i r.. Ce el si r. — 18 169 Ab Ce 1. fct a — 18170 Ce i. rains; 
Ca r. a droit a. — 18172 Ce s. le mireoir r. — 18174 Eb A. a 
d. — 18175 Ca D. bellin^hes ct\ Eb et traverses; 18175-96 om:5 
dans Be — 18181 O S. f. fontaines a. — 18182 He r. de.leiis 
— i8i83 Ce F,t t. 1. : He F. il n. en d. p.; Cj n. dedens p. — 
18184 A p. alloue I)., Ce T. jours font paie ou paroir — i8i85 
Ce p. on ). V. — 18186 partie de L E. lui et — 18187 Ce He P. 
la d. — 18 188 Ce S. I. mircoirs doubles o. — 18189 Ce D'u. 
autre n. o. 



LE ROMAN' DE LA ROSE 2f9 

En quei la fourme se reverse, 

Qui tant se va montepliant 
18192 Par le meien obedient 

Qu'el vient aus eauz aparissanz 

Selonc les rais resortissanz 

Qu'il si diversement receit 
18 196 Que les regardeeurs deceit. 
A,ristotes neïs tesmoigne, 

Qui bien sot de cete besoigne, 

Car toute science avait chiere : 
18200 Uns on, ce dit, malades iere, 

Si li avait la maladie 

Sa veûe moût afeibiie, 

E li airs ieri ocurs e troubles, 
18204 E dit que par ces raisons doubles 

Vit il en Pair de place en place 

Aler par devant sei sa face. 

Briement, mirai!, s'il n'ont ostacles, 
18208 Font apareir trop de miracles. 

Si font bien diverses distances, 

Senz miroers, granz decevances : 

Sembler choses, entr' eus lointaines, 
182 12 Estre conjointes e prouchaines ; 

E sembler d'une chose deus, 

Selonc la diversité d'eus, 



18192 Ce P. 1. mireoir o. — 18193 Bâ Qui v., Eb He Qu'il v. 

— 18194 Ac S. 1. airs [corrigé plus tard) r.; Ab resertissanz — 
18195 Ce Que s. — 18198 Bâ Q. moût s.; L b. set, He b. 
sait — 18200 Be Si d. que u. m. i., He U. ho. m. c. d. i. — 
18201 Be Ce a. sa m. — 18202 Ca Le v. — 1820? Be a. est o. 

— 18205 Ca Veoit e.; Be V. sor lui ce dit une p. — 18206 He 
d. sour sa, Eb d. lui sa — 18207 Ca Ce Eb He B. miroir — 
18208 Ca a. moult d. ; Ac miraches — 18209 Ca Et f. ; Ce 
d. substances; 18209-12 omis dans Be — 18210 He S. mirer 
grandes d . — 18211 Eb omet choses — 1 82 i 2 Ce E. communes 
et — 182 I 3 Be Li sambla d" — 18214 He les diversités 



220 JEAN DE MEUN 

Ou sis de treis, ou uit de quatre, 
182 i6 Qui se veaut au voeir esbatre, 

Ou plus ou meins en peut voeir; 

Si peut il ses eauz assoeir, 

E pluseurs choses sembler une, 
18220 Qui bien les ordene ou aune. 

Neïs d'un si irés petit orne 

Que chascuns a nain le renome 

Font eus pareir aus eauz veianz 
18224 Qu'il seit plus granz que dis jaianz, 

E pert par sus les bois passer 

Senz branche pleier ne casser, 

Si que luit de peeur en tremblent; 
18228 E li jaiant nain i resemblent 

Par les eauz qui si les desveient 

Quant si diversement les veient. 
E quant ainsinc sont deceii 
18232 Cil qui tous choses ont veti 

Par miroers ou par distances, 

Qui leur ont fait teus demonirances, 

Si vont puis au peuple e se vantent, 

io2i5 Ac Be Ce O. s. ou t. ou u. ou q.; Eb u. ou q. — 182 16 
Be Ca V. a V. ; Eb a. rnireoir abatre — 18217 Be m. ce p. — 
182 18 Be Par lui meieus visme en son miroir; He les e. — 182 19 
Ca c. semble d'u.; 1821900 omis dans Be — 18220 Ce 1. assanle 
et a., Bâ 1. cssamble a une; Ca Eb He L o. et a. ; dans Ab e 
exponctué et remplacé par ou [du copiste, semble-t-il) — 1822 1 
Ca omet très; Ce s. grant p. — 18222 Ca c. pour n.: Ce c. petit 
1. r.; Eb 1. resonne — 18223 Bà Ce F. apparoir; Ca Eb V. il 
p.; La F. il parans, Li F. il parauz, Lu F. els par eis, Ac V. 
il poair; Ca les ieus v. — 18224 ^^ Qu'i. est, He Qu'i. sont; 
Bâ q. nus ga., Ca Ce Eb He q. uns ga. — 18225 Ac Et puist 
p., Bà He Et puet p.; Ce Et par sur le b. ; Ca s. le b. — 
18226 Ce b. brisier — 18228 Bâ Ce Et 1. granz hommes n. [Ce 
ho. noient) sanlent ; Eb n. li r. — 18229 He s. se d.; 18229- 
3o omis dans Be — 1823 i remplace par 18232 dans Be — 18232 
Ca C. q. les c; Be Par maintes fois sunt dcceù — i8233 He 
Ou p. m. o. — I S234 Bâ i. decevances, Be t. destiiuuices 



LE ROMAN DE LA ROSE 22 1 

18236 E ne dient pas veir, ainz mentent, 
Qu'il ont les deables veiiz, 
Tant sont es regarz deceùz. 

Si font bien ueil enferm e trouble 

18240 De chose sengle sembler double, 
E pareir ou ciel double lune, 
E deus chandeles sembler d'une, 
N'il n'est nus qui si bien se gart 

18244 Qui souvent ne faille en regart, 
Don maintes choses juiges ont 
D'estre moût autres qu'eus ne sont. 
Mais ne vueil or pas meire cures 

18248 En desclareier les figures 
Des miroers ne ne dirai 
Cornent sont réfléchi H rai, 
Ne leur angles ne vueil descrivre : 

18252 Tout est ailleurs escrit en livre ; 
Ne pour quel des choses mirées 
Sont les images revirees 
Aus eauz de ceus qui la se mirent 

18256 Quant vers les miroers se virent, 
Ne les leus de leur aparences; 
Ne les causes des decevances ; 



18236 Ce Bd Mes n., Ca Si n.; Be N. d. — i8238 Ce s. u r. 

— 18239-42 omis dans Be — 18240 Bâ D. s. es.; Eb Que es. 
samble d. — 18242 Bd Ca He s. \i.\ Ce Et den. {sic) coses s. 
u. — 18243 Be Ce il n"e., L Si n'e. ; Bà Eb L b. regart — 
18244 Ca f. el r. — 18243 Bd Ca jugie o.; Be )ugie sunt, Ce 
jugies sont — 18246 Be Ce De. a. que eles n. s.; He que n. s. 

— 18247 He Ce u. plus m.; Ce L m. cure — 18248 Ac Au d.; 
Ab desclarier, Ca desesclairicr, Be Bd Ce dctenniner; L la ligure 

— 18249-56 omis dans Be — 18252 Ce Ca L ou 1. — i8253 Ce 
Non pourquant — 18254 Bd Be Ce Ca He L ym . remirees, Eb 
ym remuées — i8255 He As corps d.; Bà c. qu'eles remirent; 
Ce q. les remirent; Ca s. virent — i8256 Bd Ce Ca s. mirent 

— 18257 Ca N. leur lex d.; Bâ N. 1. seiiz d., Be N. le sens (sur 
grattage) d. — i8258 Ab c. de d. 



22 2 JEAN DE MEUN 

Ne ne revueil dire, beau prestre, 

18260 Ou teus ydoles ont leur estre : 
Ou es miroers ou defores ; 
Ne ne raconterai pas ores 
D'autres visions merveilleuses, 

18264 Seient plaisanz ou doulereuses, 
Que l'en veit avenir soudaines ; 
Saveir mon s'cles sont foraines, 
Ou senz plus en la fantasie : 

18268 Ce ne despleicrai je mie, 

N'il nou recouvient ores pas, 
Ainceis les tais e les trespas 
Avec les choses devant dites, 

18272 Qui ja n'iercnt par mei dcscrites 
Car trop i ra longue matire, 
E si serait grief chose a dire, 
E moût serait fort a l'entendre, 

18276 S'il iert qui le seiist aprendre 
A genz lais especiaument, 
Qui nou dirait generaument. 
Si ne pourraient il pas creire 

18280 Que la chose fusi ainsinc veire, 



icSiScj Be N. 11. les vucl .!.; divers biaus prestres — 18260 He 
O. ces y.; Bd t. choses aient 1.; Ce o. trestout I.; divers 1. cstres 
— 18261 Ca o. dehors; 18261-72 omis dans Be — 18262 L N. n. 
recenserai p. — 18264 ^^'^ S. pesans o. délicieuses ; Ce o. deli- 
teuses — 18266 Ca A s. s'eles s.; Bd Ce s. certaines — 18268 .46 
G. nou d.; Ca Si n'en d. or m. — 18269 Eb Si ne r.; (^a n'en 
r. ; Bâ ne r.; He ne le couvient ; Ce n. requerent o. — 18270 
Ca A. m'en t.; Bâ Ce Eb L 1. lais et — 18272 Ab Que j.; Bd 
j. p. ni. n'i. d. — 18273 Be El t.; Bâ Be Ce Ca Eb //e i a 1. — 
18273 Ce m. boin s. a c. ; Bâ Be Ca H. f. a c; Be intervertit 
18273-76 (18273 Si s. il f. a e.) — 18276 Bd Be Ce le (Bâ les) 
vousist a. — 18277 Bd Be Ce Ca Eb He L As g. — 18278 Bâ Q. 
n'en d.; Ce à. j'en ai talent — 18279 ^^ ^'' "-5 ^^'^ Et s. nés p. 
p. c, Ce S. n. le p. p. c; 18279-80 omis dans Eb — 18280 He 
f. aussi V. 



LE ROMAN DE LA ROSE 223 

Des miroers meïsmcmeni, 

Qui tant euvrent diversement, 

Se par estrumenz nou voaient, 
18284 Se clerc livrer les leur voulaient, 

Qui seiissent par demontrance 

Cete merveilleuse science. 
Ne des visions les manières, 
18288 Tant sont merveilleuses e tieres. 

Ne pourraient il oireier. 

Qui les leur voudrait despleier; 

Ne queus sont les decepcions 
18292 Qui vienent par teus visions, 

Sait en veillant, seit en dormant, 

Don maint s'esbaissent forment; 

Pour ce les vucil ci trespasser; 
18296 Ne si ne vueil or pas lasser < 

Mei de paler ne vous d'oir ; 

Bon fait prolixité foir. 

Si sont famés moût enuieuses, 
i83oo E de paler contrarieuscs ; 

Si vous pri qu'il ne vous desplaise 

Pour ce que dou tout ne m'en taise, 

Se bien par la vérité vois. 
i83o4 Tant en vueil dire loutevois 

Que maint en sont si deceù 



18282 He Q. oev. t. d. — 18283 Ca Eb ne v. — 18284 Bc lie Eb 
S. c. \. {Be inoustrerj ne 1. v. — 18283 Ce Eb Qu'il s. — 18288 
He T. m. et tant L — 18289 Bd Be Ce N. {Be Ce Nel) voudraient 
i. {Ce i. pas) o. — 18290 Ac Eb omettent leur {ajouté plus tard 
dans Ac ■, He Q. 1. y v. — 18291 corrigé dans Be; Ce N. q. s. 
de ce les prions — 18292 Ac v. de t. — 1S295 Ca P. c. le v. 
outre passer; Ce v. je t. — 18296 Bâ N. ne m'i v. o. p. quas- 
ser ; Ca v. mie 1., He v. or plus 1.; Be Ne... {correction) v. plus 
ci 1. ; Ce p. cesser — 18297 Ce p. et moi d'o. — i83o2 Ce Ca L 
n. me t. — i83o3 Be S. en pallant 1. verte v. — i83o5 He m. 
home e. so. d. 



2 24 •'EAN DE MEUN 

Que de leur Hz s'en sont meii, 

E se chaucent neis e vesteni 
i83o8 E de tout leur harneis s'aprestcnt 

Si con li sen comun someilleiit 

E tuit li particulier veillent; 

Prennent bourdons, prennent escharpes, 
i83i2 Ou peus, ou faucilles, ou sarpes, 

E vont cheminant longues veies, 

E ne sevc'.i ou toutesveies ; 

E montent neis es chevaun 
i83i6 E passent ainsinc monz e vaus 

Par sèches veies ou par tanges 

Tant qu'il vienent en leus estranges. 

E quant li sen ccjmun s'esveillent, 
i8320 Moût s'esbaissent e merveillent. 

Quant puis en leur dreit sen revienent, 

E quant avec les genz se tienent, 

Si tesmoignent, non pas pour fables, 
18024 Que la les ont portez deables, 

Qui de leur osteus les osierent. 

E il meismes s'i portèrent. 
Si resi bien souvent avenu. 
18328 Quant aucun sont pris e tenu 

Par aucune grani maladie. 

Si corne" il peri en frénésie, 

18^06 He Qui d . ; Ca. Eb He L \. se s., L'c 1. en s.; Be 1. en 
s. cheû — i(S3o7 Eb s. couchent n. — iSJfog corrigé dans Be; 
Ce S. c. se trouvast somellaiit — i8>i<) Be Et 1. son p. v.: 
Ce Et 1. p. vellam — i83i2 Bà O. pez, Be O. faux — i83i3 
Ce c. toute voie — i83i4 Bà Be Ce Mais n.: Ca Et si n. s. 
t.; He Prendcnt clokes, cottes, coroies — i83i3 Be Et si m. 
sor ior c; Eb as c, Bà seur c. — iS3i7 Ce et p. faignes; 
18317-18 omisdans Eb — i83kS Ce Cu He v. es; Ce 1. estraignes 
— i832o Eb Si s'e.; Bà Ce Et li particulier sommeillent; vers 
corrige dans Be — i832i Be Ce Q. p. {Be Q il; e. 1. d. s. se 
tiennent — i8322 L la gent ; Be Ce g. reviennent — i8323 
Ce par ï. — i8328 Ce Que autres s. p. et retenu — i833o Be 
c. apeil de t. 



LE ROMAN DE LA ROSE 22D 

Quant il n'ont gardes soufisanz, 
i8332 Ou sont seul es osteus gisanz, 

Qu'il saillent sus e puis cheminent, 

E de tant cheminer ne tinent 

Qu'il treuvent qucusque leus sauvages, 
i8336 Ou prez, ou vignes, ou boschages, 

E se laissent ileuc choeir. 

La les puet l'en emprès voeir, 

Se l'en i vient, combien qu'il tarde, 
18340 Pour ce qu'il n'orent point de garde. 

Fors gent espeir l"o!e e mauvaise, 

Touz morz de freii e de mesaise. 
Ou quant sont neïs en santé, 
18344 ^Q^^ 1 en de cens a grant plenié 

Qui maintes fciz, senz ordenance, 

Par naturel acousiumance, 

ûe trop penser sont curieus, 
18348 Quant trop sont mclancolieus, 

Ou poereus outre mesure, 

Qui mainte diverse figure 

Se font pareir en aus meïsmes 
i8352 Autrement que nous ne deïsmes 

Quant des miroers palions. 

Don si briement nous passions; ■ 

E de tout ce leur semble lores 



i833i Ce vivres s. — i8332 He Quant s.; Ce al hostel ; Eb 
as o. ; Be O. a l'ostel s. s. g. — i8334 Ca He Et t. d. c. — i8335 
Ac quelques — i8338 Ca p. mi iluec v.. Ce p. on si près v., Eb 
p. on en près v. ; divers après v. — i8339 He En corps gésir 
trestous vuis dame; i833g-56 omis dans Eb — 18340 Be C P. 
c. {Be tant) qu'i. n'aient p. — 18341 Ca F. e. g. t.; He e. sale 
et — 18342 L m. d. fain et — 18343 Be Ce Souvent n. e. lor 
s. — 18344 -^ ^- (o" des) genz a, Be des cors a, Ce A. tels a 
— 18345 Ab Ce Que m. — 18349 ^^ ^- paresis o. — r835o Ca 
Ke m. — i8353 Bâ Be Ca Q. de m. — i8335 Ca Et d. c. t. 1. 
s. lors; Be 1. sennbloit ores 

Terne IV. i5 



i8356 Qui! seit ainsinc pour veir dclores. 

Ou qui, par grani devocion, 

En trop grant contemplacion, 

Font apareir en leur pensées 
i8?ôo Les choses qu'il ont pourpcnsees, 

E les Guident tout proprement 

Voeir defors apertement. 

E ce n'est fors trufle e mençonge, 
i83Ô4 Ainsinc con de l'orne qui songe, 

Qui veit, ce cuide, en leur présences 

Les esperiiucus sustances. 

Si con Hst Scipion jadis ; 
i8368 E veit enfer e paradis, 

E ciel, e air, e mer, e terre. 

E tout quanque l'en i peut querre. 

Il veit csteles apareir, 
18372 E veit oiseaus voler par air, 

E veit peissons par mer noer, 

E veit bestes es bois joer 

E faire tourz c bcaus e genz, 
18376 E veit diversitcz de genz. 

Les uns en chambres soulacicr. 

Les autres veit par bois chacicr, 



■ i8356 Ab Qui s.; He sont; Be s. aussi voir... {correction) fores 

— 18357 '-^ ^^^ ^^'' ^-'f ^^ ^^ ^- 1^ '^ P-' ^^ ^^- l"'^ P-^ ^^ 9- 
pour g. — i8368 Be Ou par g. c. — i836i He I,. c. trestout p. — 
i8363 Be Et c'est tout t.; Ce Et si n"e. t. ne m. — 18364 ^a Be 
Ce Ca L Aussi c. ; Be Ce à. celui q. s. — i8363 C.a v. je c; Be 
Ce V. c. dit e. ; He Qu'il v. c. c. il çou qu'il pense — 18306 He 
El espirituel substance — 18367 He c. dist Cj'pion ].: Bc Cyprion 

— i8368 Be Ce Qui vit, He Qu'il vit — i836g-70 omis dans Be Ce 

— 18371 iîâ E,\. \' .; Be Ce Et vit; He I.vit; 18371-72 intervertis 
dans Be Ce — 18372 Ca II v.; Ce Et vit; Ca Eb o. v. en l'a. — 
18373 He Et vit; Ce Et vit p. en m. — 18374 Be Et les b. au b.; 
Bâ b. en b., Eb L b. par b.; Ce Et vit b. u b., He Et vit bisses 
par b. — 18376 Ce He Et vit d., Be Et innut d. — 18377 Ca L. 
u. es c. — 18378 He vit p.; Be vit au b.. Ce vid u b.; Bâ en b. 



Lf; KOMAX DF. I.A ROS.K 22' 

Par montaignes e par rivières. 
i838o Par prez, par vignes, par jaschieres; 

E songe plaiz e juigemenz, 

E guerres e tourneiemenz, 

E baleries e queroles, 
18384 E ot vïeles e citoles, 

E flaire espices odoureuses, 

E gousie choses savoureuses, 

E sent entre ses braz s'amie, 
i8388 Touteveis n'i est ele mie; 

Ou veit Jalousie venant. 

Un pestai! a son col tenant, 

Qui prouvez ensemble les treuve 
18392 Par Maie Bouche, qui contreuve 

Les choses ainz que faites seient, 

Don tuit amant par jour s'esmaient. 

Car cil qui fins amanz se claiment, 
18396 Quant d'amour ardemment s'entraiment, 

Don moût ont travauz e enuiz, 

Quant se sont endormi de nuiz 

En leur liz, ou moût ont pensé, 
18400 Car les proprietez en sai, 

Si songent les choses amees 



i838o Bâ Ce p. jonchieres — i838i Bâ Ce Et songent — 
18384 Ca Es V. et es c. ; Ce Oïr v. et contoles — i8385 Be Flai- 
rier e. savoreuses. Ce Flairier e. deliteuses — i8386 Bâ Eb Et 
toutes c, Ce Et tristes c. ; Be Et autres c. odoreuses — 18387 
Ab Et sont e.: Be Et sunt es dous bras lor a.: Ce e. les b. — 
i8388 Be Ce Toutevoies n'i e. {Be sunt) il m. — 18389 ^'^ ^e ^* 
L Et V.; Ce V. J. devant — 18390 Ab U. petaill ; L p. en s.; Bâ 
Be Ce En sa main u. pestel [Bâ E. s. m. pastel) t. — 18391 Bâ 
Be Ce Q. [Bâ Et) andeus {Be en deux) e. 1. — 18394 He p. nuit 
s' e., Ce p. Meus s'e.: Be p. lieux le heent ; L j. s'esfroicnt — 
18395 Ce q. sont amant s. — 18395-96 omis dans Be — i83g6 
Q. il d'à. a. aiment — 1839S Be Q. il so. e. — 18399 Ca Et e. I. 
1. ont m. p.; Ab omet liz — 18400 Ce C. leur p.; Be C. lor 
aspérité e. s. 



228 JEAN DE MEUN 

Que tant ont par jour réclamées; 
Ou songent de leur aversaires 

18404 Qui leur font enuiz e contraires. 
Ou, s'il sont en morteus haines, 
Courrouz songent e ataines, 
E contenz o leur anemis 

18408 Qui les ont en haine mis, 

E choses a guerre ensivables, 
Par contraires ou par semblables. 
Ou s'il resont mis en prison 

18412 Par aucune grant mesprison, 
Songent il de leur délivrance, 
S'il en sont en bone espérance ; 
Ou songent ou gibet ou corde, 

18416 Se li cueurs par jour leur recorde, 
Ou queusque choses desplaisanz, 
Qui ne sont mie hors, mais enz. 
Si recuident il pour veir lores 

18420 Que ces choses seient defores ; 
E font de tout ou deul ou feste, 
E tout portent dedenz leur teste, 
Qui les cinc sens ainsinc deceit 



18402 Be Ce Q. p. j. o. t. r., Bd Q. pour lor o. t. r. — 18403 
He En songant dolours a. — 18405 Eb Et si so. ; Be Ce Car en 
songier a ataines — 18406 remplacé par 18407 dans Be Ce — 
18407 Be Ce Par {Ce En) courrons a 1., Bâ Et songent.de 1.; 
Ca He Et c. a 1. — 1840S Be Quant se sunt e. ; Ce a h. ; 
Ca es haines m. — 18409 He Et c. guerres e.; Be Et c. gaires 
convenables, Bd Ce Et c. gueres contenaubles ; 18409-10 omis 
dans Eb — 18414 Be Ce Si e.; L S'il i s. — 18416 L Que 1.; Ce 
S. leurs c; Be S. lor c. p. ). s'i acorde — 18417 Ac quelques, 
Be Et q. c. niesdisans ; Ce c. mespesans — 18418 He Qu'il n., 
Eb Si n. — 18419-20 omis dans Eb — 18420 Ac Bâ Be Ce Q. 
leus c; He Q. ce s. c. d. — 18421 Be Qui t.; He Ou t. del t.; 
Ce t. et d. et f. — 18422 Be Et p. t. d.; Ce Et t. pour nient d. 
— 18423 Ce Q. ses c. 



LE ROMAN DE LA ROSE 229 

18424 Par les fantosmes qu'el receit. 

Don maintes genz par leur folies 

Guident esire par nuit estries, 

Erranz aveques dame Abonde; 
18428 E dient que par tout le monde 

Li tierz enfant de nacion 

Sont de cete condicion 

Qu'il vont treis feiz en la semaine 
18432 Si con destinée les meine ; 

E par touz ces osteus se boutent, 

Ne clés ne barres ne redoutent, 

Ainz s'en entrent par les fendaces, 
18436 Par chatières e par crevaces ; 

E se partent des cors les âmes, 

E vont avec les bones dames 

Par leus forains e par maisons, 
18440 E le preuvent par teus raisons : 

Car les diversitez veûes 

Ne sont pas en leur liz venues, 

Ainz sont leur âmes qui labeurent 
18444 E par le monde ainsinc s'en cueurent. 

E tant come il sont en tel eire, 

Si come il font aus genz acreire. 

Qui leur cors bestourné avrait, 
18448 Jamais Tame entrer n'i savrait. 

18424 Be Pour 1.; CiJ P. le fantosme; Bâ P. lor fantasie q. — 
18426 Be C. p. n. veoir e.. Ce C. veoir p. n. e. — 184^0 Ca d. tele 
c. — 18433 He P. t. yces o., Eb Et tout en ses o. — 18434 He N. 
claus n.; Ac n'i r. — 18433 Be p. ces t. — 18436 Ca He P. car- 
nieres, Bâ Ce P. goutieres; Be P. ces pertuis p. ces c. — 18437 
Eb du c; A c. leur a. — 1843g Ce f. p. ces m. — 18440 Be Et se 
p.; Ce Et l'esproevent p. ces r. — 18442 Be Ca p. a \. l.; Ce a 
1. dit V.; Ac veùes avec n au dessus de la ligne, peut-être ajoutée 
plus tard — 18443 Eb s. les a. — 18444 L Et p. mi 1. m. se.; 
He omet s'en; Eb m. a. ques c. — 18445 Ce c. cil s.; Ca c. els 
s. e. cest oire; A e. cel airre — 18447 ^^ ^^ Q.- le c; A Eb He 
bestournés — 18448 Ce n'i seroit 



23o JEAN DE MEUN 

Mais trop a ci folie orrible, 
E chose qui n'est pas possible, 
Car cors humains est chose morte 

18452 Si tost con s'ame en sei ne porte ; 
Donques est ce chose certaine 
Que cil qui treis feiz la semaine 
Cete manière d'eire sivent 

18456 Treis feiz meurent, treis feiz revivent 
En une semaine meïsmes; 
E s'il est si con nous deïsmes, 
Donc resoucitent moût souvent 

18460 Li deciple de tel couvent. 

Mais c'est bien terminée chose, 
E bien l'os reciter senz glose. 
Que nus qui deie a mort courir 

18464 N'a que d'une mort a mourir; 
Ne ja ne resoucitera 
Tant que ses juigemenz sera, 
Se n'iert miracle espcciai 

18468 De par le Deu celestial. 

Si con de saint Ladre lisons ; 
Car ce pas ne contredisons. 

E quant l'en dit, d'autre partie, 

18472 Que, quant Tame s'est départie 



18400 Be Ce De c. — 18431 Ca Ko cose humaine — 18452 L 
Tantost c; Ca S. t. ke s'a.; Bâ Be Ce c. Ta.; Eb He s'a. o s.; 
Ce L l'a. os.— 18453 He Adont e. — 18454 Bà t. jorz 1. — 
18455 Be Ca m. d'errer s., Ce m. d'erreur s., Bd m. d'erbe s.; 
He m. d'alcr tiennent — 18456 Be T. f. la semaine r. ; Ce L T. 
f. m. et t. f. vivent ; He t reviennent — 18457 He E. mi le s. 

— 18459 Ca D. raisons attent m. s. — 18460 Be d. ce c., Bâ Ce 
d. cest c. — 18461 Be Ce Moût est b. — 18462 Ce b. le recites 
s. — 18463 He m. venir — 18464 Ca Ne qui d'; He m. amortir 

— 18466 Ce Jusques s.; Ce q. le j.; Be q. le j. venra — 18467 
Bd Be Ce Ca Eb, partie de L n'est — 18468 Ce D. p. D. 1. c; 
He 1. roi c. — 18470 Ca C. c. nous n. c. — 18471 He Et q . d. 
de l'a. — 18472 Be Ce l'a. s'en est partie 



LE ROMAN DE LA ROSE 23 I 

Dou cors ainsinc desaourné, 

S'el treuve le cors bcstourné, 

El ne set en lui revenir : 
18476 Qui peut teus fables soutenir? 

Qu'il est veirs, e bien le recors : 

Ame dessevree de cors 

Plus est aperte e sage e cointe 
184S0 Que quant ele est au cors conjointe, 

Don el suit la complexion, 

Qui li trouble s'entencion : 

Donc est meauz lors par li setle 
18484 L'entrée que ne fu l'issue, 

Par quel plus tost la trouverrait, 

Ja si bestourné nou verrait. 

D'autre part, que li tierz dou monde 
18488 Aille ainsinc avec dame Abonde, 

Si con foies vieilles le preuvent 

Par les visions qu'eus i treuvent : 

Don couvient il, senz nule faille, 
18492 Que trestouz li mondes i aille ; 

Qu'il n'est nus, seit veirs soit mençonge. 

Qui mainte vision ne songe. 

Non pas trois feiz en la semaine, 
18496 Mais quinze felz en la quinzaine. 

Ou plus ou mcins par aventure, 



18474 Ca Quant el 1. t. b. — 18475 Be s. au lieu r. — 
18476 Be Ce Q. porroil t. L soufrir; Ab tel fables ; Be Ce Ca 
L tel fable; He Q. t. f. p. s. — 18477 -^^ ^.c b. m'en r. — 18478 
Be Qu'a. — i847(j ^ ^- esperte et; Ca Ce a. s. — 18480 
Ce el en ou c; Be cle estoit a. c. jointe — 18481 Ce ele set sa 
c. — 18483 Bd Be e. 1. m. p.; Ce D. cle set m. p. l'issue — 18484 
Ce L'e. qu'ele n. tist li. ; He fust l'i. — 18483 Ce Pour q. — 
18486 Bd Be ne seroit ; Ce destourné ne seroit — 18488 Ca Voisl; 
He A. aussi a. — 18489 Ce c. fausses v. — 18490 Be Ce v. 
qu'eles t. — 18493 Bd Be Ce Ca L v. uu m. — 18494 Ce Que 
m. — 18495 Ce p. .ij. f. — 18496 Ce M. q. jours e. 



232 JEAN DE MEUN 

Si con sa fantasie endure. 
Ne ne revueil dire des songes 
î 85oo S'il sont veir ou s'il sont mençonges ; 

Se l'en les deit dou tout eslire, 

Ou s'il font dou tout a despire ; 

Pour quel li un sont plus orrible, 
i85o4 Plus bel li autre e plus paisible, 

Selonc leur aparicions 

En diverses complexions, 

E selonc les divers courages 
i85o8 Des meurs divers e desaages; 

Ou se Deus par teus visions 

Enveie revelacions, 

Ou li malignes esperiz, 
i85i2 Pour mètre les genz es periz. 

De tout ce ne m'entremetrai, 

Mais a mon propos me retrai. 
Si vous di donques que les nues, 
i85i6 Quant lasses sont e recreûes 

De traire par l'air de leur flèches, 

E plus des moisies que des sèches ; 

Car de pluies c de rousees 
i8520 Les ont trestouies arousees, 

Se chaleur aucune n'en sèche 

Pour traire quelque chose sèche; 

18498 He comme t.; Be c. la t.; L s. frénésie ; Ac Bâ Be Ce 
Ca Eb f. dure — '8499 Eb Si n. r. : Be Mais n. vos vueil d.. Ce 
Mais n. veul plus d., Bd N. n. vos veul d. — i83oo Ca o. che s. 
m. — i85oi Ce t. escrire — i85o2 Bâ Ca s'i. sont d.; Be Ce O. 
s'en {Be l'en) les doit d. t. d. — 18.^04 Ca P. b. 1. un et; Ac ple- 
sible — i85o5 Ce S. les a.; Be S. le.î compositions — i83o6 Ac 
Au d. — i85o8 Be et d. orages, Ce et d. corages — nSSog Ce p. 
ces V. — i85i2 Be Ce Par qui (Be quoi) mains pecherre est [Ce 
peciés rest) p. — i85i4 Ce M. en m. p. m. métrai — 18517 Ce 
t. en l'a. — i85i8 Eft He de m. q. de s. — iSbig Bâ Be Ce Eb 
He C. des p. et des r. — i832i Bâ Ne c. — i8322 Be Ca t. 
aucune c; He t. par l'air de leur flece 



[.E ROMAN DE LA ROSE 233 

Si destendent leur ars ensemble, 

18524 Quant ont trait tant corn bon leur semble. 
Mais trop ont estranges manières 
Cil arc don traient ces archieres, 
Car toutes leur couleurs s'en fuient 

18528 Quant en destendant les estuient ; 
Ne jamais puis de cens meismes 
Ne retrairont que nous veïsmes ; 
Mais s'eus veulent autre feiz traire, 

i8532 Nouveaus ars leur convient refaire 
Que li solauz puist pioler ; 
Nés couvient autrement doler. 
Encore euvre plus l'influence 

i8536 Des ceaus, qui tant ont grant poissance 
Par mer e par terre e par air : 
Les comètes font il pareir, 
Qui ne sont pas es ceaus posées, 

18540 Ainz sont par mi l'air embrasées ; 
E po durent puis qu'eus sont faites, 
Don maintes fables sont retraites : 
Les morz aus princes en devinent 

18544 ^^^ ^^^ ^^ deviner ne finent. 

Mais les comètes plus n'aguietent 



18524 He Q. la. o. tr. que b., Bâ Ce Q. o. ta. tr. que b.; 
Be Q. ta. o. tr. c. bien 1. ; Ca tr. quanke b.; Ab t. t. que b. — 

18526 Ca t. les a., Bâ t. es a.; Ac troent [corrigé plus tard) — 

18527 Ab t. les c. — 18528 Be Q. tout entendus 1. essuient; 
He e. deffendant l. eskieuent ; L 1. estruient, Ca 1. esquient — 
18529 Ca N. j. plus d.; Be N. j. d. ces ars m. — i853o Be Ce 
N. trairont plus q.; Ce q. ne v. — i853i Eb M. ses v. — i8532 
Be Ca Autres a.: Bd 1. rccovieiu faire; Ca c. retraire — i8534 
Bà N. estuec a. — i8535 He E. dure p.; Ce p. leur science — 
i8536 Ce Ca He D. chels q., Eb D. diex q. — i8538 corrigé 
dans Be ; Ce L. c. i. t. p.; Eb fait il — 18541 Be Et p. doutent 
p.; Ce qu'eles ont f. — 18542 Be Ce m. coses s. — 18543 Ce La 
mort a.; He e. deviennent — 18344 ^ n'en f. — 18045 Be M. 
1. chemeces p. n. guetent ; Ce n'esgaitent. 



2 04 JEAN DE MEUN 

Ne plus espessement ne gietent 

Leur influences ne leur rais 
18348 Seur povres ornes que seur reis, 

Ne seur reis que seur povres ornes; 

Ainceis euvrent, certain en somes, 

Ou monde seur les régions 
i8552 Selonc les disposicions 

Des climaz, des omes, des bestes, 

Qui sont aus influences prestes 

Des planètes c des esteles 
i8556 Qui graigneur poeir ont seur eles. 

Si portent les seneflances 

Des celestiaus influences, 

E les complexions esmeuvent 
i856o Si corne obeïssanz les treuvent. 
Si ne di je pas ne n'ahche 

Que rei deient estre dit riche 

Plus que les persones menues 
18564 Q'JÏ '^'ont a pie par mi les rues; 

Car souflsance fait richecc 

E couveitise fait povrece. 

Seit reis ou n'ait vaillant deus chiches, 
i8568 Qui plus couveite meins est riches. 

E qui voudrait creire escritures, 

Li rei resemblent les peintures, 

Don tel essemple nous apreste 
18572 Cil qui nous escrist l'Almageste, 

18546- 19368 dans Be ont subi de si nombreuses corrections sur 
grattage que je nen donne pas les variantes — 18549 ^^ ^- "<^ 
s. — i855o C'a Ensi keurent c; He A. kcurent c, Ce A. errent 
c. — i855i He Au m. ; Ce Au m. s. lor r. — i8552 Ce S. lor 
d. — i8553 Ce Déclines des o. as b. — i8555 Bà Et p., Ca He 
Ki p. — 18557-58 intervertis dans A Ca Eb — i856i Ca p. ni 
a., He p. ne a. — i8562 Ce Q. tout d. — i8566 Ce Et congnis- 
sance f. proucce — 18569 L Q. v. — 18571 Ce D. .]. c; Bà (t. 
vos ai preste — 18572 Ac Bà Ca Eb He L la majesté; Ce Cil 
q. e. la maie geste 



LE ROMAN DE LA ROSE 2 35 

Se bien s'i savait prendre garde 

Cil qui les peintures regarde; 

Qu'eus plaisent qui ne s'en apresse, 
18576 Mais de près la plaisance cesse ; 

De loing semblent trop deliteuses, 

De près ne sont point doucereuses. 

Ainsinc va des amis poissanz : ** 
i858o Douz est a leur mesquenoissanz 

Leur servise e leur acointance, 

Par le défaut d'expérience; 

Mais qui bien les esprouverait, 
18584 Tant d'amertume i trouverait 

Qu'il s'i craindrait moût a bouter, 

Tant t'ait leur grâce a redouter. 

Ainsinc nous asseiire Horaces 
i8588 De leur amours e de leur grâces. 
' Ne li prince ne sont pas digne 

Que li cors dou ciel doignent signe 

De leur mort plus que d'un autre ome, 
18592 Car leur cors ne vaut une pome 

Outre le cors d'un charruier, 

Ou d'un clerc, ou d'un escuier; 

Car jes faz touz semblables estre, 
18596 Si come il apert a leur naistre. 

Par mei naissent semblable c nu 

18573 He b. se s., L b. i s. ; Ce b. se scvent p. — 18574 Ce 
q. l'escripture r. — 18375 .-le Ca Qu'il p. ; Ce Teus plaisoit q.; 
He q. nés a.; Ca apressent — 18576 Ce M. d. plus I.; Ca les p. 
cessent — 1^577 Bà Ce s. si d. — 18578 Ce s. plus d. — 18379 v. 
d. autres p. — i858o Ca He Dont e. ; Bâ Trop d. c. a 1. connois- 
sanz, Ce Qui les perdent trestous leur sens — i8582 Ce 1. det- 
faute d'espérance — i8583 Ce M. que b. I. i prouveroit — i8585 
He s'i doutroit m. — i8586 Ca T. f. la g. — 18387 ^ '^- "^ons a. 
— i8588 Bâ Be Ce Ca Eb L D. 1. amour — 18390 Ce Ca Eb Q. 1. 
cours; Ce Ca doigne s. — 18591 Ce m. ne q. — 18392 He C. li 
c. — 18593 Ca Plus ke 1. ; Eb d'u. chevalier — 18595 Ca He 
C. je f. ; Ce Dix les fist t. s. naistre — 18596 Ce i. parut a 1. 
estre 



236 JEAN DE MEUN 

Fort e feible, gros e menu ; 
Touz les met en equalité 

18600 Quant a Testât d'humanité ; 
Fortune i met le remanant. 
Qui ne set estre parmanant, 
Qui ses biens a son plaisir donc 

18604 Ne ne prent garde a quel persone, 
E tout retost ou retoudra 
Toutes les feiz qu'ele voudra. 
E se nus contredire m'ose, 

18608 Qui de gentillece s'alose, 
E die que li gentill ome, 
Si con li peuples les renome, 
Sont de meilleur condicion 

186 12 Par noblece de nacion 

Que cil qui les terres coutivent 
Ou qui de leur labeur se vivent, 
Je respons que nus n'est gentis 

18616 S'il n'est a vertuz ententis, 

Ne n'est vilains fors pour ses vices, 
Don il pert outrageus e nices. 
Noblece vient de bon courage, 

18620 Car gentillece de lignage 

N'est pas gentillece qui vaille 
Pour quei bonté de cueur i taille : 
Par quei deii estre en li paranz, 

18624 La proëce de ses parenz, 



18598 Ca f. grant et m.: Ce Et f. et f. et m. — 18599 ^^ '• 
mech — i85o2 Ce Q. onc n'ot e. p. — iN'Jo? fJ^ Ke s. ; Ce Q 
les b. — 18604 ^"^ Et "■ ~ i86o5 Bâ Ca He r. et r. — 18608 Ac 
gentilleté — 18609 Ca Eb He Et dient — 18610 Ac le r.; Ce le 
tesmoigne — 186 12 La /* partie du vers corrigée dans He — 
i86i6 Ca Ce Eb He, partie de L as v. — 186 17 Eb N'il n'; L f. 
de s., Eb He f. par s.; Ce f. par les v. — 18618 Ce i. est o. — 
18619 Ab Noblete — 18620 Ce C. le g. d'outrage — 18622 Ce 
b. et biea i F. — 18623 Bâ Ce Ca He Pour q. 



LE ROMAN DE LA ROSE 2^7 

Qui la gentillece conquistrent 

Par les travauz que granz i mistrent. 

E quant dou siècle trespasserent, 
18628 Toutes leur vertuz emportèrent, 

E laissierent aus eirs l'aveir, 

Qui plus ne porent d'aus aveir. 

L'aveir ont, riens plus n'i a leur, 
i8632 Ne gentillece ne valeur. 

S'il ne font tant que gentill seient 

Par sens ou par vertuz qu'il aient. 
Si ront clerc plus grant avantage 
i8636 D'estre gentill, courteis e sage, 

E la raison vous en lirai, 

Que n'ont 11 prince ne li rei, 

Qui ne sevent de letreûre ; 
18640 Car li clers veii en l'escriture, 

Avec les sciences prouvées, 

Raisonables e démontrées, 

Touz maus don l'en se deit reiraire, 
18644 E touz les biens que Ten peut faire; 

Les choses veit dou monde escrites 

Si come eus sont faites e dites; 

Il veit es ancienes vies 
18648 De touz vilains les vilenies, 

E touz les faiz des courteis ornes, 

E des courteisies les somes. 

Briement il veit escrit en livre 

18626 Ca Ce t. ke il i m. — 18627 A Qui q., Ce Car q. — 
18628 He T. les v. — i863(j Ce Bâ Que p.; L Car p. n'en p. il 
a. — i863i Ce S"a. o. p. n. — i8633 Ce n. sont tel q. — 18634 
Bd Por s.; Bâ Ce o. p. vaieui- — i8635 C,3 C. s. ont p.; Ca p. bel 
a.; A Ce Eb granz avantages — i8636 Bâ De. c. et franc et s.; 
A Ce Eb sages — 18637 ^^ ^"^ -^ dirai — i8638 Ce 1. conte n. ; 
He n. 1. lai — 18639-40 omis dans Bâ — 18640 Ac L en e. — 
18642 Ce Les r. d. — 18644 Bâ Ce Ca Te. doit t. — 18647 Ca 
Et V. ; Ce 1. ont es — 18649 ^^ Trestous 1.; .^ i. de c. ; Ca d. 
vailians ho. — i865i La B. clers v. ; Ca Ce eu l. 



2.^i5 lEAX l»l' MEUX 

i8652 Quanque l'en deit foir e sivre ; 

Par quei tuit clerc, deciple e maistre, 
Sont geniill ou le deivent estre. 
E sachent cil qui ne le sont 

i8656 C'est pour les cueurs que mauvais ont ; 
Qu'il en ont trop plus d'avantages 
Que cil quicueurt aus cers sauvages. 
Si valent pis que nule gent 

18660 Clerc qui le cueur n'ont noble e gent. 
Quant les biens queneiiz eschivent 
E les vices veiiz ensivent ; 
E plus puni devraient estre 

18664 Devant l'empereeur celestre 

Clerc qui s'abandonent aus vices 
Que les genz lais, simples e nices, 
Qui n'ont pas les vertuz escrites 

18668 Que cil tienent vis e despites. 
E se prince sevent de letre, 
Ne se peuent il entremetre 
De tant lire e de tant aprendre, 

18672 Qu'il ont trop ailleurs a entendre; 
Par quei, pour gentillece aveir, 



i8652 Ce Ce que on d. et faire et dire ; He f. ou s. — i8653 
Ce Pour q.; Ca P. q. t. desciple et tout m. — i8554 L S. g. Iiom 

0. {ou et) d. e.; Ce g. et 1. — i8653 Ce Eb L Et sachiez c. ; Ca 

1. font — i8656 Ac Ce. par 1.; Eb L Ce C'est par 1. (L Ce 
leur) c. [Ce corps) qui m. sont — i8658 Ce au cierf sauvage — 
18659 ^^ nulles gens — 18660 Bd C. q. n'o. 1. c. n.; Ce C. q. n'o. 
cors et n. et gens, He C. q. coers n'o. nobles et gens — 18661-64 
omis dans Bà Ce — i8665 A av.; vers remplacé dans Bâ Ce par 
18666— 18666 Ac Qui 1.; Ca He Ke laies g. s.; Bà Qui ne con- 
noissent pas les vices ; remplacé par 18667 dans Ce — 18667 
remplacé dans Ce par 18668 — 18667-68 omis dans Bâ — 18668 
Ce Qui les coses voient escriptes — 18670 Ce L N. s'en p. — 
1867 1 He D. tout 1.; Ca D. tout 1. et d. tout a. ; Eb 1. ne d.; 
Ce 1. net. — 18672 Ca o. a. t. a e.; Ce a. ou e. — 18673 Ce 
Eb Pour q. 



LK ROMAN DE ].A RO<:E 'i^ig 

Ont li clerc, ce poez saveir. 

Plus bel avantage e graigneur 
18676 Que n'ont li terrien seigneur. 
E pour gentillece conquerre, 

Qui moût est enourable en terre, 

Tuit cil qui la veulent aveir 
18680 Cete règle deivent saveir: 

Quiconques tent a gentillece 

D'orgueil se gart e de parece, 

Aille aus armes ou a l'estuide, 
18684 E de vilenie se vuide. 

Humble cueur ait, courteis e gent, 

En tresiouz leus, vers toute gent, 

Fors senz plus vers ses anemis, 
18688 Quant acorz n'i peut estre mis. 

Dames eneurt e dameiseles, 
- Mais ne se fie trop en eles, 

Qu'il l'en pourrait bien meschoeir, 
18692 Car nus trop n'est bons a vocir. 

Teus on deit aveir los e pris, 

Senz estre blasmez ne repris, 

E de gentillece le non 
18696 Deit receveir, li autre non. 

Chevaliers aus armes hardiz, 

Preuz en faiz c courteis par diz, 

Si con fu mi sires Qauvains, 
18700 Qui ne fu pas parauz aus vains, 

E li bons cuens d'Arteis Roberz, 

Qui des lors qu'il issi do berz 

18674 Ce Com 1. — 18673 Ba Meillor a. — 18675-80 omis dans 
Ce ; ajoutés plus tard en marge — i8683 Ce Voist a.; Eb He et a 
— i8685 Eb H. c. et c. — 18687 L p. a s. — 18690 Bâ M. que 
t. n. s. fi e. e. ; Ce He fit pas t. — 18692 Ce C. n. ne. t. b. au 
V. — 18695 Ab gentillete — iS6g6 Bâ D. cil avoir 1., Ca D. avoir 
et 1., Ce D. emporter 1. — 18698 Bâ Ce Ca Eb He c. en d. — 
18700 Ce Q. onc n. f. parecheus ne v. 



240 JEAN DE MEUN 

Hanta touz les jourz de sa vie 

18704 Largece, eneur, chevalerie, 

N'onc ne li plut oiseus sejouiz, 
Ainz devint on) devant ses jourz. 
Teus chevaliers, preuz e vaillanz, 

18708 Larges, courieis e bataillanz, 

Deit par tout estre bien venuz, 
Loez, amcz e chiers tenuz. 

Moût redeit l'en clerc enourer 

18712 Qui bien veaut a sen labourer, 
E pense des veiiuz ensivre 
Qu'il veit escrites en son livre. 
E si fist l'en certes jadis; 

187 16 Bien en nomeraie ja dis, 

Veire tant que, se je les nombre, 
Enuiz sera d'oïr le nombre. 
Jadis li vaillant gentill ome, 

18720 Si con la letre les renome, 
Empereeur, duc, conte, rei. 
Don ja ci plus ne conterai, 
Les philosophesenourerent ; 

18724 Aus poètes neïs donerent 

Viles, jardins, leus enourables, 
E maintes choses delitables. 
Naples fu donce a Virgile, 

18728 Qui plus est delitable vile 

Que n'est Paris ne Lavardins. 
En Calabre rot beaus jardins 



18707 Ce c. et p. et v. — 18708 Bd L. c. bien b. ; Ce Haidis 

c. et combatans — 18709 Ce h. veùs — 18710 C'a (.. prisics et — 
18712 Bâ Quant il v. en s. ; L v. en s.. Ce v. nu s. — 18713 
Ce El paine d.: L p. de v. — 1S714 He ens e! 1 . — i 871 5 C^ Issi 
t'. — 18718 Ca Bien porroie talir au n. — 18720 Ca Ce Eb le r. 
— 18721 Ce c. ou r , He c. et r. — 18724 Ce A. p. honneur 

d. — 18725 Ca V. castiaus 1. — 18728 Ce e. honnourable v. — 
18729 Ce n'e. Chartres n. 



LE ROMAN DE LA ROSE 24I 

Ennius, qui doné li furent 
18732 Des anciens qui le quenurent. 

Mais pour quei plus en trouveraie ? 

Par pluseurs le vous prouveraie, 

Qui furent né de bas lignages, 
18736 E plus orent nobles courages 

Que maint fill de reis ne de contes, 

Don ja ci ne vous iert faiz contes, 

Qui pour gentis furent tcnuz. 
18740 Or est li tens a ce venuz 

Que li bon qui toute leur vie 

Travaillent en philosophie, 

E s'en vont en estrange terre 
18744 Pour sen e pour valeur conquerre, 

E seufrent les granz povretez, 

Ou mendianz ou endetez, 

E vont espeir deschauz e nu, 
18748 Ne sont amé ne chier tenu. 

Prince nés prisent une pome; 

E si sont il plus gentill orne, 

Si me gart Deus d'aveir les fièvres, 
18752 Que cil qui vont chacier aus lièvres, 

E que cil qui sont coustumiers 

De maindre es paterneus fumiers. 
E cil qui d'autrui gentillece, 
18756 Senz sa valeur, senz sa proece, 



1873 1 Ab Annius, Bâ Anyus, Ca Promius; Ce Et rices q.; He 
Q. a Yvius d. f. — iBySS Ce e. nommeroie — 18734 Ce p. je 
V. — 18735 Ce f. d. b. lignage — 18736 Ca Ki p.; Ce noble 
courage — 18737 Ce Q. tes sont d.; Bâ r. ou d., Ca Ce Eb He 
r. et d. — 18738 Bâ D. j. n. v. i. c. f. c. — 18739 L Et p.; Eb 
Q. plus g. — 18741 Ce b. trestoute I. — 18744 Ce et p. hon- 
neur aquerre — 18746 Bâ Et m., Ca Tout m.; Ce En mendiant 
et en durtés — 18747-50 omis dans Ce — 18752 Ce Q. tes q. va 
c. — 18753 Bâ Ne q. — 18754 He D. gire el p. fumier; Ce en 
p., Eb as p.; Z- paternes f., Bd paternez f. — 18755 Ca d'autre g. 

Tome IV. 16 



242 JEAN DE MEUN 

Veaut emporter los e renon 

Est il gentis? Je di que non ; 

Ainz deit estre vilains clamez, 
18760 E vis tenuz, e meins aniez 

Que s'il estait filz d'un iruant : 

Je n'en irai ja nul chuant. 

E fust ne'is Hz Alixandre. 
18764 Qui tant osa d'armes emprendre, 

E tant continua les guerres 

Qu'il fu sires de toutes terres ; 

E puis que cil li obéirent 

18768 Qui contre lui se combatirent, 
E que cil se furent rendu 
Qui ne s'ierent pas défendu, 
Dist il, tant fu d'orgueil destreiz, 

18772 Que cist mondes iert si estreiz 

Qu'il s'i poait enviz tourner, 

N'il n'i voulait plus séjourner, 

Ainz pensait d'autre monde querre 
18776 Pour comencier nouvele guerre ; 

E s'en alait enfer brisier, 

Pour sei faire par tout prisier. 

Don trestuit de peeur tremblèrent 
18780 Li deu d'enfer, car il cuiderent, 

Quant je le leur dis, que ce fust 

Cil qui par le baston de fust. 

Pour les âmes par pechié mortes, 

18757 Ce He V. aporter — 18761 Eb Et s' — 18762 Eb n. 
huant, Ce n. flatant — 18763 Bà Ca f. d'A. — 18763 L c. ses g. — 

18769 L c. li f. — 18770 Eb p. combatu — 1877 1 L t. ert d'amours 
d. — 18772 Ca i. trop e.; Ce Contre aus volsist mix estre trois 
— 18773 Ce se p. — 18774 Ca He n'i pooit p.; Ce Car point ne 
V. s.; Eb p. dcmourer — 18775 Ce d'à. amende q. — 18777 ^^ 
Et si voloit e. — 18778 Ce f. a tous p. — 18781 Ca Trestout 
vraiement q.; He j. leur euch dit q. — 18782 Ce He L 1. bour- 
don d. — 18783 Ab a. de p., Bâ a. por p.; 18783-84 intervertis 
dans Bâ 



LE ROMAN DE LA ROSE 2^.3 

18784 Devait d'enfer brisier les portes, 

E leur grant orgueil escachier, 

Pour ses amis d'enfer sachier. 
Mais poson, ce qui ne peut estre, 
18788 Que j'en face aucuns gentis naistre 

E que des autres ne me chaille 

Qu'il vont apelant vilenaille : 

Quel bien a il en gentillece? 
18792 Certes, qui son engin adrece 

A bien la vérité comprendre, 

Il ne peut autre chose entendre 

Qui bone seit en gentillece 
18796 Fors qu'il semble que la proece 

De leur parenz deivent ensivre. 

Souz cet fais deit cil toujourz vivre 

Qui gentis on veaut resembler, 
18800 S'il ne veaut gentillece embler 

E senz déserte los aveir. 

Car je faz a touz a saveir 

Que gentillece aus genz ne done 
18804 Nule autre chose qui seit bone 

Fors que ce fais tant seulement. 

E sachent bien certainement 

Que nus ne deit aveir loenge 
18808 Par vertu de persone estrange ; 



18785 Eb Et pour 1. o. e.; Ca 0. effacier, Ce o. encachier — 

18787 Ce M. poi sont c; Ba He p. que c. n. p.; Eb c. que n. — 

18788 Bà Ce Eb aucun gentil — 18793 Ce v. aprendre — 18794 
Ca L I. n'i p. — 18795 Ce Q.boines sont;L s. a g.; vers remplacé 
dans Ca par 18796 — 18796 Ca De ses parens forment le blece 
— 18797-98 omis dans Ca — 18798 He En ces t.; Eb fait c. d. t.; 
Ce Sour tes f. doivent t.; L S. ces f. d. t. c. v. — 18799 Ca Ke 
gentil home v. sambler ; Ce o. doit r. — 18802 Bâ f. bien a t. 
s. — i88o3 Ca a. siens n. — 18804 Ca N. teche maie ne b. — 
i88o5 Ca He q. ses f. — 18806 Ce Bâ Et sachiez b. — 18808 Ac 
Bâ Eb L Por v. 



244 JEAN DE MEUN 

N'il ne rest pas dreiz que l'en blasme 
Nule persone d'autrui blasme : 
Cil seit loez qui le désert; 

18812 Mais cil qui de nul bien ne sert, 
En cui l'en treuve mauvaistiez, 
Vilenies e engrestiez, 
E vanteries e bobanz ; 

18816 Ou s'il rest doubles e lobanz, 

D'orgueil farsiz e de ramposnes, 
Senz charitez e senz aumosnes, 
Ou negligenz e pareceus, 

18820 Car l'en en treuve trop de ceus, 
Tout seit il nez de teus parenz 
Ou toute vertuz fu paranz, 
Il n'est pas dreiz, bien dire l'os, 

18824 Qu'il ait de ses parenz le los; 
Ainz deit estre plus vis tenuz 
Que s'il iert de chaitis venuz. 
E sachent tuit orne entendable 

18828 Qu'il n'est mie chose semblable 
D'aquerre sen e gentillece 
E renomee par proece, 
E d'aquerre granz tencmenz, 

i8832 Granz deniers, granz aournemenz, 



18809 ^^ '^^ " ^^<^^^ P-; -É^* q- ie l' — i88ii Ca C. s. blasmés 
q. — 18812 Ca Et c. — i88i3 Eb A c; Ce E. c. s'eslieve m. 

— 18814 Bâ Et folies et, Ca Vilonnie et, Eb U vilounie ou e.; 
Ce Vilenie et gricstés — 188 1 5 Ce Et vanteres de grans b. — 
188 16 Ca O. il est d.; Ce Eb s'il est d.; vers omis dans Bâ — 
iSHiS CaEb He S. charité— 18819 Sa Et n.; Ce C^ //e n. ou p. 

— 18820 Ca t. bien d.. Ce t. moût d. — 18822 Ca He v. est p. 

— 18823 Ca Nil n'e., Eb Qu'il n'e.; Bâ Ne. i. p. — 18824 Ca 
Ke d. s. p. a. 1. 1. — 18826 Ca Ke se d. c. fust v.; He i. c. deve- 
nus ; Ce ert gentix devenus — 18828 He Que il n'e. pas c; Ca 
Ko il n'e. c plus sensable — i883o Ce r. cl pr^ ; He Et soi 
renommer p. p. — i8832 He d. et a. 



LE ROMAN DE LA ROSE 2:^5 

Quant a faire en ses volentez; 

Car cil qui est entalentez 

De travaillier sei pour aquerre 
i8836 Deniers, aournemenz ou terre, 

Bien ait neis d'or amassez 

Cent mile mars ou plus assez, 

Tout peut laissier a ses amis. 
18840 Mais cil qui son travail a mis 

Es autres choses desus dites 

Tant qu'il les a par ses mérites, 

Amours nou peut a ce plaissier 
18844 Qu'il leur en puisi ja riens laissier. 

Peut il laissier science ? Non ; 

Ne gentillece ne renon. 

Mais il leur en peut bien aprendre, 
18848 S'il i veulent essemple prendre. 

Autre chose cist n'en peut faire ; 

Ne cil n'en peuent riens plus traire. 
Si n'i refont il pas grant force, 
i8852 Qu'il n'i donraient une escorce, 

Mainz en i a, fors que d'aveir 

Les possessions e l'aveir. 

Si dient qu'il sont gentill orne, 
i8856 Pour ce que l'en les i renome ; 

E que leur bon parent le furent, 

Qui furent tel come estre durent; 

iS833 Ca Pour a t. e. leur v.; Bâ Ce (. s. v. — 18834 Ca q. 
sont e. — i8835 Eb t. lui p. — i8836 Ce a. et t. — 18837 Ce B. 
les a. trestous a. — 18841 Bâ Ce Eb He Aus a. — 18842 Ce I. 
ait p. — 18843 Ca He A. ne p. — 18844 Ac Qui 1. — 18843 
Ab Peust i. — 18847 ^^ '• ^- P- rnout b. a. — 18848 Eb voloit 
— 18849 ■^'^ A- <^- '^''î -^«^ ^- '^- '^*^- P- f" ^^ ^- '^- "^- P- <^- f-i 
Ce A. c. il ne peuent f. ; He ne p.; 18849-50 intervertis dans 
Ca — i883o Eb puet; Ab p. p. r. t.; Ce N. il n'e. p. p. t. — 
i885i Ca S. n"en r. — 18832 L II n'i ; Ca N'il ne; Ca Eb ne d., 
He n'en d. — i8853 L f. de l'a.: He Mais que vers iaus puissent 
a. — i8858 Ce S'il f. 



246 JEAN DE MEUN 

E qu'il ont e chiens e oiseaus, 
18860 Pour sembler gentis damoiseaus ; 

E qu'il vont chaçant par rivières, 

Par bois, par chans e par bruieres; 

E qu'il se vont oiseus esbatre. 
18864 Mais il sont mauvais vilain natre, 

Qui d'autrui noblece se vantent. 

Il ne dient pas veir, ainz mentent, 

E le non de gentiilece emblent, 
18868 Quant leur bons parenz ne resemblent. 

Car, quant jes faz semblables naistre, 

S"il veulent donques gentill estrc 

D'autre noblece que de celé 
18872 Que je leur doing, qui moût est bêle, 

Qui a non naturel franchise, 

Que j'ai seur touz egaument mise, 

Avec raison que Deus leur done, 
18876 Qui les fait, tant est sage e bone. 

Semblables a Deu e aus anges. 

Se mort nés en feist estranges, 

Qui par sa mortel différence 
18880 Fait des ornes la dessevrance, 

Aquierent neuves gentilleces. 

S'il ont en aus tant de proeces ; 

Car s'il par aus ne les aquierent, 
18884 Jamais gentill par autrui n'ierent. 

18861 Eb V. cantant p. — 18862 Ca P. c. p. b. et p. gascieres 
— i8863 He s'en v.; Ce v. ailleurs e. — 18864 Ce vilenastre — 
18867 Ce Le n. — 18869 Bd Ca q. les f. ; Ce C. Dix les fait 
sans blâme n.; Eb s. estrc — 18870 Ab Bâ Ca Si v. ; Ce S'i. vo- 
loient dont g.; Ca v. adont g. — 1887 1 Ab noblete — 18874 Ce 
j'a. i. jours e. m. — 18873 Bd Autre r. — '8877 A Bd, partie de 
L S. as dieus — 18878 Ce S. m. ne les e. fait e. — 18879 ^^ Et 
p. — 18880 Ce F. d'aus et d'omme d. — 18881 Ca Eb Et quierent ; 
Ce II conquièrent les g. — 18882 Eb Si 0.; Ce e. eus nulc p. — 
i8883 Ce 1. conquièrent — 18884 Bà Ce J. p. a. g. n'i.; Ca Ja 
p. a. acquises n'i. ^ 



LE ROMAN DE LA ROSE 247 

Je n'en met hors ne reis ne contes. 

D'autre part, il est plus granz hontes 

D'un till de rei, s'il estait nices 

E pleins d'outrages e de vices, 

Que s'il iert tiz d'un charretier, 

D'un porchier ou d'un çavetier. 

Certes plus serait enourable 
18892 A Gauvain le bien combatable 

Qu'il fust d'un coart engendrez, 

Qui sist au feu touz encendrez, 

Qu'il ne serait s'il iert coarz, 
18896 E fust ses pères Renoarz. 

Mais, senz faille, ce n'est pas fable, 

La mort d'un prince est plus notable 

Que n'est la mort d'un paisant, 
18900 Quant l'en le treuve mort gisant, 

E plus loing en vont les paroles; 

E pour ce cuident les genz foies. 

Quant il ont veii les comètes, 
18904 Qu'eus seient pour les princes faites. 

Mais s'il n'iert jamais reis ne princes 

Par reiaumes ne par provinces, 

E fussent tuii pareil en terre, 
18908 Fussent en pais, fussent en guerre,' 

Si feraient li cors celestre 



i8885 Eb J. ne m. ; Ca n. dus n. c. — 18886 Eb D'à. péril 
e.; Ce D'à. p. ou p. est g. h.; Ca Da. p. chou e. — 18887 Bâ 
Dou f. d'un r.; Ca He r. quant il est n. — 18889 Ca d'u. chavetier, 
Bâ d'u. escuier, Ce d'u. tavernier — i88go Ce Ca d'u. careiier, 
Bà d'u. cherruer — 18892 A A Gaugain ; Ce A gaignier 1. ; Ac 
l. bon c; He b. congnissable ; Bà .1. hom s'il est b. con 
table — 18893 Eb Qui f.; Ca d'u. truant e. — 18894 Eb Qu'il 
fust; Bd Ce Ca Eb He Q. fust ; Ce en f. — 18895 Ac Ca Ce s'i. 
fust c. — 18896 Ab p. Reouaraz — 18899 n'est dans Ab est ajouté 
— 18900 Bd Que l'e. t. en son lit g. — 18905 Eb M. chil n' — 
18906 L P. régions n. — 18907-8 omis dans Ce — 18909 Ca Ce 
1. cours c. 



248 JEAN DE MEUN 

En leur tens les comètes naistre, 

Quant es regarz se recevraient 
iSgta Ou teus euvres taire devraient, 

Pour qu'il eûst en l'air matire 

Qui leur peùst a ce soutire. 
Dragons volanz e estenceles 
1S916 Font il par l'air sembler esteles, 

Qui des ceaus en cheant descendent, 

Si con les foies genz entendent ; 

Mais raison ne peut pas voeir 
18920 Que riens puisse des ceaus choeir, 

Car en aus n'a riens corrompable ; 

Tout est ferm e fort e estable ; 

N'il ne receivent pas empreintes 
18924 Pour qu'eus seient dehors empeintes ; 

Ne riens ne les pourrait casser, 

N'il n'i lairaient rien passer, 

Tant fust soutive ne perçable, 
18928 S'el n'iert espeir esperitable. 

Leur rai, senz faille, bien i passent, 

Mais nés empirent ne ne cassent. 
Les chauz estez, les freiz ivers 

18932 P'ont il par leur regarz divers ; 
E font les neis e font les grelles, 

189 10 Ce leur c. — 189 11 Ce Q. as r.; Ca s. retenroient, 
partie de L s. recevront — 189 12 Ca Ke t.; partie de L f. de- 
vront — 18913 Bâ Ce en lor in. ; He Puis qu'il e. el a. — 18914 
Ce p. adès s. — 18915 A Dagrons; Ca Orages vens et — 18916 
Ca en l'a. s. candeles — 18917 Ce omet en — 18920 Ce p. de 
c. — 18921 Ca He Quant e.; Ce C. escix n'a — 18922 Ca L Tant 
e.; Bà Ce Tant sont fort et ferme et e.; He ferm f. et tenable 
— 18923 Ce Qu'il n., Eb Ni n. — 18924 Ca d. empreintes; He 
Par quoi s. d. paintes — 18923 Ce N. 1. p. dehors quas. — 18926 
Ca Ne n'i; Ce N'il ne 1. — 18927 Ac Ce soutille, He subtille; 
Bâ n. portable ; Ca omet perçable, laissant le vers inachevé — 
18928 Eb n'est — 18931 Ca L. e. c. 1. — 18932 Ce pour les r. — 

18933 Ca n. et les greselles 



LE ROMAN DE LA ROSE 249 

Une cure grosses, autre grailles ; 

E nez autres impressions, 
18936 Selonc leur oposicions, 

E selonc ce qu'il s'entresloignent, 

Ou s'apressent ou se conjoignent; 

Don maint orne souvent s'esmaient 
18940 Quant es ceaus les eclisses veient, 

E Guident estre mal bailli 

Des regarz qui leur sont failli 

Des planètes devant veiies. 

18944 ^on si tost perdent les veues, 
Mais, se les causes en seiissent, 
Ja de riens ne s'en esmeùssent. 

E par behourdeiz de venz, 
18948 Les ondes de mer eslevanz, 

Font les floz aus nues baisier; 

Puis refont la mer apaisier, 

Qu'el n'est teus qu'ele ose grondir 
18952 Ne ses floz faire rebondir ; 

Fors celui que par estouveir 

Li fait la lune adès mouveir, 

E le fait aler e venir : 
18956 N'est riens qui ce puist retenir. 

18934 Ce Unes g. et autres g. ; Eb autres g.; Ca He g. l'a. 
g. ; Bâ g. a. heure g. — iSgSS Bâ Et leur a. oppositions, Ce Et 
maintes autres posicions — 18936 Ca L S. 1. compositions; vers 
omis dans Bâ — 18937 Bâ Ou s. — 18938 Ca O. s'approcent — 
18939 Ce Bd forment s'e. — 18940 Ce Q. u chiel 1. esclistres v. ; 
He Q_.\. esclistres e. c. v. — 18943-62 omis dans He et 18963-64 
placés entre 18970-71 — 18944 Ce D. s. t. ont perdu 1. vues — 

18945 Ca M. s. chilg 1. c. s.; Ce I. c. bien s. — 18947 Ce Et 
pour b.; Bâ Et p. les b. ; Ca Et p. les encontres d. v. — 
18948 Ce m. et li v. — 18949 Ce 1. fons avues a laissier — 18960 
Ce Si r. — 18951 Ce o. bondir — 18953 Ab Bâ Ca Eb L c. qui 
p. — 18954 Ca Et par force le f. m.; Eb a. avoir — 18955 
Bâ Eb Et la f. ; Ca intervertit 1895 5-56 : N'e. r. q. c. p. détenir 
Nel couvieigne a. et v. — 1895Ô Ab r. que c. ; Sa £6 q. la p.; 
Ce II n'e. r. q. la p. tenir 



230 JEAN DE MEUN 

E qui voudrait plus bas enquerre 
Des miracles que font en terre 
Li cors dou ciel e les esteles, 

18960 Tant en i trouverait de bêles 
Que jamais n'avraii tout escrit 
Qui tout voudrait mètre en escrit. 
Ainsinc li ciel vers mei s'aquitent, 

18964 Qui par leur bontez tant profitent 
Que bien me puis aperceveir 
Qu'il font bien trestuii leur deveir. 
Ne ne me plaing des^elemenz : 

18968 Bien gardent mes comandemenz, 
Bien font entre aus leur mixtions, 
Tournant en resolucions ; 
Car quanque la lune a souz sei 

18972 Est corrompable, bien lou sai ; 
Riens ne s'i peut si bien nourrir 
Que tout ne couviegne pourrir. 
Tuit ont de leur complexion, 

18976 Par naturel entencion, 

Règle qui ne faut ne ne ment : 
Tout vait a son comencement. 
Cete règle est si generaus 



18957 Ab h. aquerre — 18958 Ca D. merveilles k'il f. ; Ce m. 
qui sont e. t. — iSgSg Bâ Des c. des cieus et des e.; Ce Ca Eb 
L. cours d. c. et des e. — 18960 Ce i couvendroit d. — 18962 
Ce Q. le V. ; Ca Q. m. v. e. e. — 18963 Ca s'aquite; He Et v. 
m. moût très bien s'a. — 18964 He Et p. 1. bonté t. ; Eb Q. 1. b. 
en t.; Ce Q. p. le boutcnicnt p.; Ca Q. p. sa bonté t. profite — 
189Ô6 Ab Bd trestout 1.; Ca Ke il fait b. tout son d., He Qu'en- 
viers moi t". b. 1. d. — 18967 Ce Je n. ; He N. m. p. pas d. — 
18968 Ce B. garde m. — 18969 L I. mencions {et mens ions), Eb 
mixions — 18970^^ Ca T. c. révolutions; Ce Commans et reve- 
lacions — 18973 Ac Ca Ce n. se p. — 18975 Bâ Ce Par naturel 
«. ; Eb complexions — 18976 Ce Bâ Tuit ont de leur c. ; Eb na- 
tureus cntentions — 18978 Bâ T. veut a ; Ca T. a en s. ; Ac 
Ca Ce L commandement — 18979-80 omis dans He 



LE ROMAN DE LA ROSE 25 1 

18980 Qu'el ne veaut défaillir ver aus. 

Si ne me plaing mie des plantes, 

Qui d'obeïr ne sont pas lentes : 

Bien sont a mes-leis ententives, 
18984 E font, tant corne eles sont vives, 

Leur racines e leur foilletes, 

Trons e rains e fruiz e flouretes ; 

Chascune chascun an aporte 
18988 Quanqu'el peut, tant qu'ele seit morte, 

Come erbes, arbres e boissons. 
Ne des^oiseaus ne des poissons, 

Qui moût sont bel a regarder : 
18992 Bien sevent mes règles garder, 

E sont si très bon escolier 

Qu'il traient tuit a mon colier; 

Tuit faonent a leur usages, 
18996 E font eneur a leur lignages ; 

Ne les laissent pas dechoeir. 

Don c'est granz soulaz a voeir. 
Ne ne me plaing des autres bestes 
19000 Gui je faz enclines les testes 

E regardanz toutes vers terre: 

Ceus ne me murent onques guerre ; 

Toutes a ma cordele tirent, 



18980 Ce V. pas falir v. — 18982 Ca Ke d'o. — 18983 Bâ Ainz 
s.; Bâ Ce a ouvrer e. — 18984 Ca t. ke e. font v. ; Ce omet font 

— 18986 He T. et r. fr. et i\., Ab T. r. f. fueilles et f. (fueilles 
ajouté, mais semble-t-il, par le copiste), Ca Leur t. leur r. et lor 
û. — 18987 Ab C. chascuns ; Ce Cascu et cascune en a. ; 18987- 
88 omis dans He — 18988 Ca Tant com el p. dessi k'est ni. ; Bâ 
Ce qu'e. est m. — 18989 Ce C. a. he. et b. ; He Si com e. a. b. 

— 18990 Eb De d. o. et d. — 18991 He Q. s. m. b. — 18992 Ca 
m. resgars g. — 18993-94 omis dans He — 18994 Ce a mon- 
doier — 18996 Ce II f. — 18997 ^^ N. ne la. — 18998 He D. ce 
est s. a ; Eb g. houeurs [sic) a — '8999 Ce Je n.; Ac p. de a. — 
19000 He Que j. ; Ac Bâ Ce He encliner — 19001 He En r. ; Bâ 
Ce Et regarder t. 



252 JEAN DE MEUN 

19004 E font si con leur père firent. 

Li malles vait o sa femele, 

Ci a couple avenant e bêle, 

Tuit engendrent e vont ensemble 
19008 Toutes les feiz que bon leur semble, 

Ne ja nul marchié n'i feront 

Quant ensemble s'acorderont ; 

Ainz plaist a l'un pour l'autre faire 
100 12 Par courteisie debonaire ; 

E trestuit a paie se tienent 

Des biens qui de par mei leur vienent. 

Si font mes bêles verminetes, 
1901Ô Froumi, papillon e mouschetes. 

Verm qui de pourreture naissent 

De mes comanz garder ne cessent; 

E mes sarpenz et mes couleuvres, 
19020 Tuit s'estudient en mes euvres. 
Mais seus oa, cui je fait avaie 

Trestouz les biens que je savaie ; 

Seus on, cui je faz e devis 
1 9024 Haut vers le ciel porter le vis ; 

Seus on, que je fourme e faz naistre 

En la propre fourme son maistre ; 

Seus on, pour cui peine e labeur, 
19028 C'est la rins de tout mon labeur, 

N'il n'a pas, se je ne li donc, 



19004 Bd f. c. 1. bon p. f . ; Ce c. il le désirent — 19003 Bâ o 
la t., Ce Ca L a la f. — 19006 Ca He Si a, Eb Ou a — 19009 Ce 
Que j. n. ni. n'en t. ; 19009-20 omis dans He — 1901 1 Ac Ce l'a. 
a f. — 190 14 Ce p. Dieu 1. — 1 901 5 Ce les bestcs v. — 19020 Bâ 
Ce Trestuit se tiennent a m.; L s'c. a m. — 19021 Ca Et s. 
ho. ke j.; Ce M. ho. qui j. f. averoie; Eb que j. — 19022 Ce 
j. porroie — igo23 Ce Gis h.; Bâ Ce f. a d.; Eb que j. — 19024 
Ce Droit v.; L porte, Eb portent — 19025 Ce Gis ho.; Ca et fis 
n. ; He qui j.; Eb j. fais et — 19026 Ce C'est 1. — 19027 
Ce Cil ho.; Ca S. est p.; 19027-34 omis dans He 



LE ROMAN DE LA ROSE 2bii 

Quant a la corporel persone, 

Ne de par cors ne de par membre, 
19032 Qui li vaille une pome d'ambre. 

Ne quant a l'ame vraiement, 

Fors une chose seulement : 

Il tient de mei, qui sui sa dame, 
19036 Treis forces, que de cors que d'ame. 

Car bien puis dire senz mentir : 

Jou faz estre, vivre e sentir. 

Moût a li chaitis d'avantages, 
19040 S'il vousist estre preuz e sages : 

De toutes les vertuz abonde 

Que Deus a mises en cet monde ; 

Compainz est a toutes les choses , . 

19044 Qui sont en tout le monde encloses, 

E de leur bontez parçonierres : 

II a son estre avec les pierres, 

E vit avec les erbes drues, 
19048 E sent avec les bestes mues; 

Encor peut il trop plus en tant 

Qu'il avec les anges entent. 

Que vous puis je plus recenser ? 
19052 II a quanque l'en peut penser. 

C'est uns petiz mondes nouveaus. 

Cist me fait pis que nus louveaus. 

igoSo Ce a le personel p. — igoSi Ca n. d. p. ame — 19032 
Eb Que 1.; Ce Q. v. u. escaille d'à. — 19033 Ce l'a. voirement 
— 19033 He Qui t.; Ce m. si s. s. d. — 19037 Eb C. je b. ; 
19037-38 omis dans Ce — 19038 Ca Je f. — 19039 Ce 1. corps 
biaus a.; 19039-42 omis dans He — 19043 L C e. de t. — 19046 
Ce e. en le première — 19047 L II v. \ Ce 1. bestes mues — 

19048 Ab He Et sont ; vers remplacé dans Ce par 19047 — 

19049 He omet trop — igooij Ca K'i. va o les homes hantant ; 
Ce 1. a. atant — 1905 1 Ca Q. v. repuis j. plus penser; Ce j. 
bien r. ; 19051-54 omis dans He — 19052 Ce Qu'il a q. il veut 
p. — 19054 Ca Si m. : Ce Cil meffait plus q.; Ac f. plus q.; Ce 
L q. uns 1. 



254 -^EAN DE MEUN 

Senz faille, de reniendement, 
igoSô Quenois je bien que vraiement 

Celui ne lui donai je mie ; 

La ne s'estent pas ma baillie. 

Ne sui pas sage ne poissant 
19060 De faire rien si quenoissant. 

Onques ne fis rien pardurable, 

Quanque je faz est corrompable. 

Platons meîsmes le tesmoigne 
19064 Quant il pale de ma besoigne 

E des deus qui de mort n'ont garde: 

Leur crierres, ce dit, les garde 

E soutient pardurablement 
19068 Par son vouleir tant seulement; 

E se cil vouleirs nés tenist 

Trestouz mourir les couvenist. 

Mi fait, ce dit, sont tuit soluble, 
19072 Tant ai poeir povre e obnuble 

Au regart de la grant poissance 

Dou deu qui veit en sa présence 

La trible temporalité 
19076 Souz un moment d'éternité. 

C'est li reis, c'est li empereres 

Qui dit aus deus qu'il est leur pères. 

Ce sevent cil qui Platon lisent, 
19080 Car les paroles teus i gisent; 

Au meins en est ce la sentence 



19055 He Mais s. f. l'e. — igoSô Bâ b. certeinement, Ce b. 
veraiement ; He q . nullement — igo58 He s'e. point m. — igoSg 
A N. fui p. — 19061 L O. r. n. t". p. — 19063 L omet le [Li P. 
m. t., La Et P. m. t., Lo P. m. s'i t.); Ca P. m. 1. nie t.; 
19063-144 omis dans He — 19064 Ce paria — 19067 Ce Et les 
tient p. — 19070 Bâ Ce Tantost m. — 1907 1 Ce s. tant s. — 
19072 Ce Quant a prouver trouble et avugle — 19074 Ca Au 
d. ; Ac qu'il v. ; Ce De d. q. tient e. s. puissance — 19076 Ce S. 
le m.; Ca Ce Eb de trinité — 19077 Ce Ce. 1. vrais 



LE ROMAN DE LA ROSE 205 

Selonc le langage de France. 

« Deu des deus don je sui faisierres, 
19084 Vosires pères, vostres crierres, 

E vous estes mes créatures 

E mes euvres e mes faitures, 

Par nature estes corrompable, 
19088 Par ma volenté pardurable, 

Car ja riens n'iert fait par Nature, 

Combien qu'ele i mete grant cure. 

Qui ne faille en quelque saison ; 
19092 Mais quanque par bone raison 

Veaut Deus conjoindre e atremper, 

Forz e bons e sages senz per, 

.Ta ne voudra ne n'a volu 
19096 Que ce seit jamais dissolu; 

Ja n'i vaudra corrupcion. 

Don je faz tel conclusion : 

Puis que vous començastes estre 
19100 Par la volenté vostre maistre. 

Don fait estes e engendré, 

Par quel je vous tieng e tendrai, 

N'estes pas de mortalité 
19104 Ne de corrupcion quité 

Dou tout, que touz ne vous veïsse 

Mourir, se je ne vous tenisse. 

Par nature mourir pourreiz, 
19 108 Mais par mon vueil ja ne mourreiz ; 



19083 L s. formierres; Ce Dius dius dius dont s. j. sauveres — 
19086 Ce et m. figures — 19089 Bâ j. n'en i. f.. Ce Eb j. n'i. r. f.; 
Ca omet fait — 19090 Ce C. que m. — 19091 Ca Ke n. — 19092 
Ce q. en b. — igogS Bâ Ce C^ Vout D.; Ce Vout D. commander 
a temprer — '9094 Ca Qui f. est et s. — 19095 Ce v. et n'a — 
19097 Ca faudra, Ac Bâ Eb vendra, Ce verra — 19098 Ce D. 
refais t. contricion — 19100 Ce v. nostre m. — 19102 L Pour 
q.; Ce v. t. encendrés — igio5 L q. je n. — 19108 Bâ Ca M. j. 
p. m. V. (Ca gré) n. m.; Ce n'i m. 



256 JEAN DE MEUN 

Car mes vouleirs a seigneurie 

Seur les liens de vostre vie. 

Qui les composicions tienent 
191 12 Don pardurabletez vous vienent. » 

C'est la sentence de la letre 

Que Platons vost ou livre mètre, 

Qui meauz de Deu paler osa : 
191 16 Plus le prisa, plus l'alosa 

Qu'onques ne fist nus terriens 

Des philosophes anciens. 

Si ncn pot il pas assez dire, 
19120 Car il ne peust pas soufire 

A bien parfaitement entendre 

Ce qu'onques riens ne pot comprendre 

Fors li ventres d'une pucele. 
1 9 1 24 Mais, senz faille, il est veirs que cele 

A cui li ventres en tendi 

Plus que Platons en cntendi. 

Car el sot des qu'el le portait, 
19128 Don au porter se confortait, 

Qu'il iert l'espère merveillable 

Qui ne peut estre terminable, 

Qui par touz leus son centre lance, 
igi'.ii Ne leu n'a la circonférence ; 

Qu'il iert li merveilleus triangles 

Don l'unité fait les treis angles, 

igi 1 1 Ce Q. vos c. tient — igi 12 Ac p. nos v. ; Ce v. vient 

— 191 14 Ce veut ou \. ; Bâ Ca v. en 1. — 191 15 isè m. par D. 

— 191 17 Ce C"o. f. nus bons t. — 19120 Bà Ce C. sen sen n'i 
pe. s. — igi2i Ce Au b. ; Ca Ce b. parfondement c. — 19122 
Ca n. peut c. — 19124 C<2 M. i. e. bien certain ke c. ; Ce f. v. 
c. q. c. — 19126 Eb q. P. n'en e. — 19127 /l Eb quele p. — 19128 
Ce A lui p. ; Ca s. dcportoit — 19129 Ab est ; Bd Ca li pères m.; 
Ce Que il ert père m., Eb Qu'il n'ert ses pères m.— igiSi Ce 
se contre 1. — 191 32 Bâ N. l'en a, Ac L Ne l'en n'a; Ca N. n'en 
a; Eb N. 1. ne 1. : Ce Ou l'en a sa circonfluance — 19133 Ab 
Bà est: Ce Qu'i en 1. — 19134 Ce D. li mondes f. ses t. 



LE ROMAN DE LA ROSE 2^57 

Ne li trei tout entièrement 
191 36 Ne font que l'un tant seulement; 

C'est ii cercles trianguliers, -^-0- 

C'est li triangles circuliers 

Qui en la vierge s'ostela. 
19 140 N'en sot pas Platons jusque la; 

Ne vit pas la trine unité 

En cete simple trinité, 

Ne la deïté souveraine 
19144 Afublee de pel humaine^ 

C'est Deus^qui crierres se nome. --TK'* 

Cis fist l'entendement de l'orne, 

E en faisant le li dona; 
19148 E cil si li guerredona 

Corne mauvais, au dire veir, \'k:- 

Qu'il cuida puis Deu deceveir ; 

Mais il meismes se déçut, 
19152 Don mi sires la mort reçuty---^ -i-v 

Quant il, senz mei, prist char humàinevii.v:i: 

Pour le chaitif oster de peine, 

Senz mei, car je ne sai cornent, - 
191 56 Fors qu'il peut tout par son comant ; 

Ainz fui trop forment esbaïe .-«^h^* 

Quant il de la vierge Marie 

Fu pour le ch^itif en char nez, ..^>^ 
19 160 E puis penduz touz encharnez ;-.''-p 

Car par mei ne peut ce pas estre 



rgi3d Ce q. u^.r-^ Lgi3j Ce c. raanieJiers — 19138 L Et L — 
1914a Ca £6 Ne s. ; Ctf N'entent p. P. — 19141 Ca omet vit — 
19141 Ce s. unité. — 19143 Ce N. de L — 19144 Ca d. charii. 
.5^ 1^145 Ca Mais. D., He Seuls D. — 19146 Mss. Cil — 19147 
Ce Et cil f. — 19 148 Ce Eb Et <.. le 1. ; He Du moût très pre- 
scieus don a— 19149-90 omi& dans H e — igiSo Ca Qui c. 
pour D. — 19153 Ce s. mort p. — ioi34 Ca Ce P. les caitis — 
19135 Ce S. -mort c. ; Ac JQ. soi c — .19J5Ô .Ce F. par qu'il pot 
t. s. talent — 191 57 Eb t. dru ment e. — 191 -^9 Ce p. les caitis e. 

Tome IV. 17 



2 58 JEAN DE MEUN 

Que riens puisse de vierge naistre. 

Si fu jadis par maint prophète 
19 164 Cete incarnacion retraite, 

E par juis e par paiens, 

Que meauz noz cueurs en apaiens, 

E plus nous efforciens a creire 
19168 Que la prophecie seit veire ; 

Car es bucoliques Virgile 

Lisons cete voiz de Sébile, 

Dou Saint Esperit enseignie : 
191 72 « Ja nous est nouvele lignie 

Dou haut ciel ça jus enveiee, 

Pour aveier gent desveiee, 

Don li siècle de fer faudront 
191 76 E cil d'or ou monde saudroni. » 

Albumasar neïs tesmoigne, 

Coment qu'il seiist la besoigne, 

Que dedenz le virginal signe 
19180 Naistrait une pucele digne, 

Qui sera, ce dit, vierge e mère, 

E qui alaitera son père, 

E ses mariz lez li sera 
191 84 Qui ja point ne la touchera. 

Cete sentence peut saveir 

Qui veaut Albumasar aveir, 

Qu'el gist ou livre toute preste ; 
19 188 Don chascun an font une feste 

19162 Bâ Q. nus p., Ce Q. enfes y>. — 19167 Ca enforchons 
— 19169 Ce C. abucolites V. — 19171-72 intervertis dans Ce — 
19173 Ce ci. aval e. — 19174 Ca P. ravoier — 19175 Ca Eb 1. 
cercle d. ; Ce s. d'infer f. — 19176 Eb d'o. du m.; Bd m. ven- 
dront ; Ce d'o. eu avant vendront — '9'77 Bâ Albimasar, Ce 
Albusamar, Eb Albusmasar — 19178 Ce soit de 1. b. — i9'79 
Ce la virgene sine — 19180 Ce Naistra u. p. fine — 19182 Ce 
Et que cil haucera s. p. — 19183 Eb serra — 19184 Ca n. 
l'adesera — 19186/^4 Albimasar, £6 Albusmazar — 19187 Ce Ca 
Qui g. 



LE ROMAN DE LA ROSE 

Genz crestienes en septembre, 

Qui tel nativité remembre. 
Mais tout quanque j'ai dit desus, 
19192 Ce set nostre sires Jésus, 

Ai je pour orne labouré ; 

Pour le chaitif cet labour ai ; 

Cist est la fins de toute m'euvre, 
191 96 Cist seus contre mes règles euvre. 

Ne se tient de riens a paiez, 

Li desleiaus, li reneiez; 

N'est riens qui li puisse soufire. 
19200 Que vaut ? Que pourrait l'en plus dire ? 

Les eneurs que je li ai faites 

Ne pourraient estre retraites, 

E il me refait tant de hontes 
19204 Que ce n'est mesure ne contes. 

Beaus douz prestres, beaus chapelains, 

Est il donques dreiz que je l'ains, 

Ne que plus li port révérence, 
19208 Quant je le truis de tel prouvance ? 

Si m'aist Deus li crucehs, 

Moût me repent don ome fis. 

Mais, par la mort que cil sofri 
192 12 Cui Judas le baisier ofri 

E que Longis feri de lance ! 



19189 Ca C. g. e. s. — 19190 Eb Que t. — 19191 Ca M. q. 
j'a. d. chi d.; Ce q. je vi d.; He Et t. çou q. — 19 192 Ce C. 
fu n. — 19194 Ca tel 1. a.; Ce Et pour li priiét et oré — 19195 
Bâ Cil e., Ca Chils e., Ce Ci e. — 19 196 Ce Cil sens tout outre 
si les deure — 19199-200 omis dans He — 19203 Bâ i. seuls m. 
fait t. — 19204 He Q. n'en e. — 19203 Ca p. dous c; Ce B. 
très d. p. c; 19205-24 omis dans H e — 19206 Ab E. i. dr. do. 
q. — 19208 Ca Q. il est d. t. pourveance; Ce t. en tel ; Eb 
pourvance — 19209-10 omis dans Bâ Ce — 192 10 Ac L Ainz 
m. r. donc je le f.; Ca r. quant ho. f.; Eb omet me — 192 11 
Ce q. Dieus s. — 192 1 3 Ce Q. L. f. d. la 1. 



200 JEAN DE MEUN 

Je li conterai sa cheance 

Devant Deu qui le me bailla, 
19216 Quant a s'image le tailla. 

Puis qu'il me fait tant de contraire. 

Famé sui, si ne me puis taire, 

Ainz vueil des ja tout révéler ; 
19220 Car famé ne peut riens celer ; - i-i-i'^ 

N'onques ne fu meauz laidengiez. 

Mar s'est de mei tant estrangiez : 

Si vice i seront récité, 
19224 E dirai de tout vérité. 

Orguilleus est, murtriers e lierres,^ 
y^^' Fel, couveiteus, avers, trichierres, 

Désespérez, glouz, mesdisanz, 
19228 E haïneus, e despisanz, 

Mescreanz, envieus, mentierres, --^ 

Parjurs, faussaires, fos, vantierresy- 

E inconstanz, e foleiables, 
19232 Ydolatres, désagréables, - /- 

Traîtres, e faus ypocrites, ...;./ 

E pareceus, e sodomites; 

Briement tant est chaitis e nices - - - 



192 14 Bd s. chevance — 192 16 Ce si. me t. -^ 192 17 Bâ Le 
Quant i.; Ce ma f. — 192 18 Ca Je sui f. n. — 19219 Bâ Ce A. 
vos doi jet. t.; Eb t. relever — 19220 fi'é Que f . ; Bâ Ca n. set 
r. — 1922 1 Ce fui tant I.; Bâ i. si 1. — 19222 Ca t. cslongiés 
— 19223 Ca S. v. s. r.; Ce S'il vit il sera r. — 19224 iia Et 
dou t. di. V.; Ca Ce Et de trestoui v. — 19225 Ce O. e. tel et 
tricherres — 19226 Ca F. mauvais c. t.; Ce Faus et murdriers 
et si est lerres — 19227 He Desesperans g., Bâ Envieus et g. — 
19228 Eb Et envieus et; He et desprisans — 19229 Bâ Ce M. 
jenglierres {Ce), et) vantierres, He M. e. ventercs, Ca M. e. 
murdrieres — 19230 Bâ P. faussoniers fos mentierres, Ca 
Parjureres faus et menteres, //e P. fa. et mentercs, Ce Et si est 
moût très faus boulcres — 19233 Ce Ca T. f. ctyp. — 19234 //<? 
Accidieus et s. — 19233 Ce Rioteus et c. -■'-^ -r -- 



LE ROMAN DE LA ROSE 2^1. 

19236 Qu'il est sers a trestouz les vices, 

E trestouz en sei les herberge. 

Vez de queus fers li las s'enferge. 

Vait il bien pourchàçarit sa mort 
19240 Quant â têus mauvaistiez s'amort ? 

E puis que toutes choses deivent 

Retourner la don eus receivent 

Le comencement de leur estre, 
19244 Quant on vendra devant son maistre, 

Que toujourz, tant corne il peiist. 

Servir e enourer deiisî, 

E sei de mauvaistié garder, 
19248 Cornent l'osera regarder? 

E cil qui juiges en sera, 

De quel ueil le regardera, 

Quant vers lui sMert si mal prouvez ^-'-'i 

19252 Qu'il iert en teus detauz trouvez, 

Li las, qui le cueur tant a lent 

Qu'il n'a de bien faire talent ? 

Ainz font au pis grant e meneur 
19256 Qu'il peuent, sauve leur eneur: 

E l'ont ainsinc juré, ce semble, 

Par un acort trestuit ensemble. 

Si n'i est de pas souvent 
1^260 A chascun sauve par couvent ; 

19236 Ca Ke i. e. s. a tous 1. v. — 19237 He le h.; Ab 
herberges, Ac héberge — 19238 Ce Veés d. fer 1.; Ab I. I. sunt 
ferges- — 19241 Ce Et pri q. — 19242 Ca R. d. eles r. — 19243 
Bâ Ce Lor c. et lor e.; Ca d. son e. — 19244 Bâ He Q. il v. ; Ca 
d. le m. — 19245 Ac Eb Qui t. ; He t. se bien li pleùst — 19246 
Ce S. et amer le d. — 19247 A mauvestiez — 19248 Ce C. l'ose- 
rai r. — 19249 He q. vrais j. s. — 19230 Ce omet le — 1923 1 
Ce Q. pour moi sest s.; Eb He L 1. s'est s. — 19232 Ce Qu'i. 
est; Ac Ca Ce He tel défaut ; Bâ t. de fain t. — 19253 Ce Eb 
G. a t. 1.; 19253-34 omis dans He — 19254 Eb à. riens f. — 
19236 Ab Qui p. — 19237 Ca l'o. si maint j.; Eb j. ensanle ; 
19257-64 omis dans He 



202 JEAN DE MEUN 

Ainz en receivent maint grant peine, 
Ou mort, ou grant honte mondaine. 
Mais H las, que peut il penser, 

19264 S'il veaut ses péchiez recenser. 
Quant il vendra devant le juige 
Qui toutes choses peise e juige. 
E tout a dreit, senz faire tort, 

19268 Ne riens n'i ganchist ne n'estort ? 
Quel guerredon peut ilatendre 
Fors la hart a lui mener pendre 
Au doulereus gibet d'enfer, 

I 9272 Ou sera pris e mis en fer. 

Rivez en aneaus pardurablcs. 
Devant le prince des deables ? 
Ou sera bouliz en chaudières, 

19276 Ou rostiz devant e darrieres 

Ou sus charbons ou sus greilles. 
Ou tourneiez a granz chevilles, 
Come Ixion, a trenchanz roes, 

19280 Que maufé tournent a leur poes. 
Ou mourra de seif es palus 
E de fain avec Tantalus, 
Qui toujourz en l'eve se baigne. 



19261 Ca Si e.; Eb c. recouvrent; Bà Ce Ca r. moût g. — 
19262 Ce O. moût ont g. — 19264 L Se il v. p. r. — 19265 
He verront — 19266 Ac Eb tote chose : Eb c. pose et, Ca L c. 
pense et, Ce c. set et ; He c. a droit j. — 19267-68 omis dans 
He — 19268 Ac Eb L g. n. ne tort, Bâ g. n. n'atort, Ab g. n. 
ne ciort, Ce g. n. retort {corrigé en n. nestort, probablement par 
le copiste) — 19269 He Q. loiier poront i. — 19270 Ce h. 
pour 1.; He h. por iaus m. — 19271 Ce Eb Ou d. — 19272 
He O. seront p. — '9273 Ce Ou r. e. fers p. — 19274 Ca D. les 
p. — 19275 A es c; 19275-322 omis dans He — 19276 Ce Et r. 

— 19277 Ce O. s. rostiers o. — 19278 Ce Et t.; Ca O. tournoies 
en g. cenelles — '9279 Bâ C. Yssion ; Ce C. oisons en t. espois 

— 19280 Ce t. sur 1. pois — 19281 Ce d. froit en p. ; A palu/, 

— 19282 Ce Ca f)u d. ; A Tantaluz 



LE ROMAN DE LA ROSE ■ 263 

19284 Mais, combien que seif le destreigne, 

Ja n'aprouchera de sa bouche 

L'eve qui au menton li touche. 

Quant plus la suit e plus s'abaisse, 
19288 E fain si fort le recompresse 

Qu'il n'en peut estre assoagiez, 

Ainz meurt de fain touz enragiez ; 

N'il ne repeut la pome prendre 
19292 Qu'il veit toujourz a son nés pendre; 

Car, quant plus a son bec l'enchauce, 

E la pome plus se rehauce. 

Ou rolera la meule a terre 
19296 De la roche, e puis Tira querre 

E de rechief la rolera, 

Ne jamais ce ne cessera. 

Si con tu fais, las Sisyfus, 
19300 Qui pour ce faire mis i fus. 

Ou le tonel senz fonz ira 

Emplir, ne ja ne l'emplira, 

Si con font les Belidienes 
19304 Pour leur folies ancienes. 

Si resavez, beaus Genius, 

Cornent le gisier Ticius 

S'efforcent vouloir de mangier. 



19287 Ca Ke p. — 19288 Ca Et f. s. pris L, Ce Et f. 
après l. — 19289 Ce ne p. — 19290 Ce f. com esr. ; divers 
esragiez — 19291 A Ce Eb Ne ne r. ; Ca Car il n. p. pas le pain 
p. — 19292 Ca V. tout a — 19293 partie de L Et q. — 19294 
Ca Tant pi. H pains adont s. hauce ; Ce 1. po. si s. r. — 19295 
Ce T. aval a t. ; 19295-322 omis dans Eb — 19296 Ce r.p. — 
19298 Ce j. n. l'adesera — 19299-304 omis dans Ca — ig3oi 
Ce Od 1. — i93o3 Ac Belidienes, Bâ bêles dienes, Tou bêles 
dyennes, Ce 1. redienes — 19304 L Par 1. — J93o5 Bd Et i sachiez, 
Ab S. refaciez ; Ce S. savés bien b. G.; Ca r. dous G. — 19306 
Bâ Cicius, Ca Sicius, Tou Cisius; vers corrigé dans Ce — 19307 
Ab S'e. boustouer, Ca S'e. ostoir ; le vers dans Ac n'est pas de la 
même encre que les voisins ; // est corrigé dans Ce 



2S64^ JEAN DE MEUN 

iq3o8 Ne riens nés en peut estrangier. -.o- 

Moût ra laienz d'autres granz peines 

E felonesses e vilaines, 

Ou sera mis, espeir, li on 
19312 Pour sofrir tribulacion "'',':^- 

A grant douleur, a grant haschiee, 

Tant que j'en serai bien venchiee. 

Par fei li juiges devant diz, 
19316 Qui tout juige en faiz e en diz, r.'^r.'^' 

S'il fust tant seulement piteus, 

Bons fust, espeir, e deliteus 

Li presteiz aus usuriers; 
I 9320 Mais il est loujourz dreituriers, ..„ . 

Par quei trop fait a redouter. 

Mal se fait en pechié bouter. 
Senz faille, de touz les péchiez 
19324 Don li chaiiis est entechiez, 

A Deu les lais, bien s'en chevisse, 

Quant li plaira si l'en punisse; 

Mais pour ceus don Amours se plaint, 
19328 Car j'en ai bien oï le plaint, 

Je meismes, tant con je puis, 

M'en plaing e m'en dei plaindre, puis 

Qu'il me reneient le treù 
19332 Que trestuit orne m'ont deii 

19308 Ca ne les p.: vers corrigé dans Ce — 19309 Bâ Ce Ca 
M. a l.; Ce omet d' — iqSio Ca Moût f. moût v. — 19312 Bâ 
Ce Ca L tribulaçions — ig3i3 Bâ Ce Et g. d. ; Bâ Ce Ca et 
g. h. — '9319 Ca L. prestetnens, Kâ L. presterres, Ce L. pere- 
ceus — 19320 Bâ M. sans faille i. e. d. — 19321 Ce Pour ce f. 
t. a r. — 19322 Ac Malfé f. ; Ce f. u p. — 19325 Ca A D. l'en 1. b. 
l'en couvieigne; Bâ Ce 1. 1. [Ce li las) si s'e. c. — 19326 L Q. il 
voudra s. le p.; Ce Q. Dieu pi.; Ca pi. a lui s'en tieigne — 19327 
Bâ M. tous c., He M. de c. — 19328 Bâ G'en a. b. o. 1. com- 
plaint — 19330 Eb Me p. et me d.; vers omis dans Bâ — 19331 
CiJ Ke m. detienent 1.; fie m. dévoient 1. : Ce m. tienent recreii ; 
Eb r. de t. — [9332 Ca Ke i . li ho. ont d.; Ce l'ont veû ; vers 
omis dans Bâ 



LE ROMAN DE LA ROSE 263 

E toujourz deivent e devront, - - t" ri 

Tant com mes oustiz recevrônt.- 

Genius li bien empalez, 
19336 En l'ost audeu d'Amours alez, -^-ç. r.ô^o^ 

Qui moût de mei servir se peine,- - *- 

E tant m'aime, j'en sui certaine, 

Que par son franc cueur debonaire ^, 
19340 Plusse veaut vers mes euvres traire""" 4.df.'o' 

Que ne fait fers vers aimant; 

Dites lui que saluz li mant, 

E a dame Venus m'amie, 
19344 Puis a toute la baronie, oi 

Fors seulement a Faus Semblant, 

Pour qu'il s'aut jamais assemblant 

Avec les félons orguilleus, 
19348 Les ypocrites perilleus, r^'.'o: 

Des queus l'escriiure recete 

Que ce sont li pseudo prophète. 

Si rai je moût soupeçoneuse 
19352 Astenance d'estre orguilleuse, c-^or 

E d'estre a Faus Semblant semblable, 

Tout semble ele umble e charitable. 
Faus Semblanz, s'il plus est trouvez 
19336 Avec teus traiteurs prouvez. oE^c 

19334 L. T. comme o. r., Ca He T. ke m. estius {He hostiens) 
retenront; Ce T. comme estre i vaudront — ig333 Ca Senius 
L, Ce Geemmis I. — • 19336 Ce Est iens a. — 19337 Ca Q. tant 
d.; He Q. d. moi m. s. s. p. — 19338 Ce Ca He Et moût m"a. — 
19339 Eb L s. c. t. d.; Ce A s. f. c. le d.; 19339-42 omis dans 
He — 19340 Ce P. s. vient a m'amour atraire — 19344 Ca He 
Et a t ; Ab P. quet.j Eb t. sa h. ; He ajoute ici Dittes que je 
salus lor manch Et que sui toute a lor commant — 19345-68 
omis dans He ^- 19346 Ca k'i. voist j., Ce qu"i. soit j. — 19349 
Bâ De quo Te., Ce De qui l'e.: Ca Les q. l'e. répète — 19350 Ca 
Ke il s. ; iîè pleudo pr.; Ce C. s. 1. preudomme pr. — 19351 Ca 
S. sui j. — 19353 Eb omet a — 19354 Ce T. soite.: Ca s. e. estre c. 
- 19 355 Bâ Ca Eb L se p.; Ce F. S. si est p. t. — 19356 Ca Ce 
A. ses t. 



266 JEAN DE MEUN 

Ja ne seit en ma saluance, 
Ne li ne s'amie Astenance: 
^ Trop font teus genz a redouter ; 

19360 Bien les deiist Amours bouter 
Hors de son ost, s'il li pleiist, 
Se certainement ne setist 
Qu'il li fussent si nécessaire 

19364 Qu'il ne peiist senz aus riens faire; 
Mais s'il sont avocat pour eus 
En la cause aus tins amoureus, 
Don leur mal seieni alegié, 

19368 Cet barat leur pardone gié. 

Alez, amis, au deu d'Amours 
Porter mes plainz e mes clamours, 
Non pas pour ce qu'il dreit m'en face, 

19372 Mais qu'il se confort e soulace 
Quant il orra cete nouvele, 
Qui moût li devra estre bêle 
E a noz anemis grevaine, 

19376 E laist ester, ne li seit peine, 
Le soussi que mener l'en vei. 
Dites li que la vous envei 
Pour touz ceus escomenier 

19380 Qui nous veulent contrarier; 
E pour assoudre les vaillanz 
Qui de bon cueur sont travaillanz 
Aus règles dreitemcnt cnsivrc 



19357 Ca J. n. se seit c. m. salvence — 19361 Ce s. estre 
s'; Bâ, partie de L s'il. p. — kjSG? Ce f. tin 11. — 19364 Ca 
Ke s. eus n. p. r. f. — 19365 Ab Mel s.; Ce M. il s.; 19365-68 
omis dans Eb — 19367 Ce De 1. — 19^68 Ca Cestui b. 1. pardon 
je — 19369 Ca Amis al. au — 19370 Bà Be Ce He L Portez m. ; 
Be P. m. cris; Ce m. clains — >9374 Ca 1. devroii e. ; He d. «am- 
bler b. — 19375 Be Ce a mes a. — 19376 Eb Et 1. aler — 19378 
Ca ke je li e., Ce q. vous i c. — 19380 Ce Q. vous v. — 19382 
Be s. bien vuellans — i9383 Bâ Be Ce A. oevres d. 



LE ROMAN DE LA ROSE 267 

19384 Qui sont escrites en mon livre, 

E forment a ce s'estudient • ' 

Que leur lignages monteplient, 

E qui pensent de bien amer, 
19388 Car jes dei touz amis clamer 

Pour leur âmes mètre en délices; 

Mais qu'il se gardent bien des vices 

Que j'ai ci devant racontez; 
19392 Qu'il effacent toutes bontez. 

Pardon qui bien seit soufisanz 

Leur donez, non pas de dis anz, 

Nou priseraient un denier, 
19396 Mais a toujourz pardon plenier 

De trestout quanque fait avront 

Quant bien confessier s'ensavront. 
Et quant en l'ost sereiz venuz, 
19400 Ou vous sereiz moût chiers tenuz, 

Puis que saluez les m'avreiz 

Si con saluer les savreiz, 

Publiez leur en audience 
19404 Cet pardon c cete sentence 

Que je vueil que ci seit escrite. » 

Lors escrit cil, e celé dite. 



19385 Ca Et qui f. s'i e.; ig385-86 omis dans Be — igSSô 
Ca Qui \. 1.; Ca Ce Eb L lignage — 19387 Eb Et qu'il p. — 
19388 He C. tels gens voel a. c. — 19389 Be P. les a. ; Ce 
m. ad.; 19389-402 omis dans He — 19390 Be M. bien s. g. de 
tous V.; Ca g. de tous v. — 19392 Be Ce Qui e.; Bâ Ca Eb Qu'i. 
en facent — 19393 Ac Par don; Ac Por {corrigé plus tard) don ; 
Bd q. s. b. s., Ca q. leur s. s.. Ce q. sont b. s.; 19393-98 omis 
dans Be — 19394 Ce L. donnoit n. p. des disans — 19395 Ce 
Nés p. — 19397 Bâ Et t.; Bâ Ce intervertissent 19397-98 — 
19398 Ac Bd Ce L c. se s.; Ca confessé s'e. seront — 19400 Be 
O. m. s. très c. t. — 19401 Ac s. le m'a., Ce s. mes a. ; Bâ Ca 1. 
a.; 19401-2 omis dans Be — 19402 Ac s. le s.; vers omis dans Bâ 
— 19405 Acy. qui c. — 19406 Ca L. e. et c. li d., Ce L. e. ens et 
c. d. 



268 JEAN nE MEUN 

Puis la seele e la li baille^ 

19408 E li prie que tost s'en aille ; 
Mais qu'ele seit anceis assoste 
De ce qui son penser li aste. 
Si tost corne ot esté confesse 

I 941 2 Dame Nature la déesse, "-' -••'. 
Si con la lei \'eaut e li us, 
Li vaillanz prestres Genius 
Tantost l'assout e si li donc 

19416 Pénitence avenant e bone, 

Selonc la grandeur dou forfait 
Qu'il pensait qu'ele eiist forfait ; 
Enjoinst li qu'ele demourast 

19420 Dedenz sa forge e labourast 

Si corne ainz labourer soûlait 
Quant de neient ne se doulait, 
E son servise adès feïst 

19424 Tant qu'autre conseil i meist 
Li reis qui tout peut adrecier 
E tout faire e tout depecier. 
« Sire », dist ele, « volentiers. - - 

19428 — E je m'en vois endementiers », 
P'ait Genius, « plus que le cours, 
Pour faire aus fins amanz secours; 
Mais que desafublez me seie 



19407 Be Et î. ; Be Ca Eb He et si li b.; Ce et li b. — . 
19409-10 omis dans He — 19410 Be Et que tous ses pechiés L 
o.; Bà Ce D. c. que ; Eb pensé; Bà p. l'ennosse — '94' ' Ca o. 
ceste c. — 1941 3 Ce S. c. aler v. es Meus; 19413-14 ow/i dans 
Be — 19413 Be Genius l'a. et 1. d. — >94'7 ^^ Cad, méfiait 

— 19418 Be Qu'el n'avoit mie moût méfiait ; Ce Qu'elle n'avoit 
pas moût f.; He Qu'i. savoit que elle avoit fait ; Ca e. melVait 

— 19420 Eb ex si forgast — 19421 Be Ce Ca S. c. 1. s., Bd S. c. 
avant fere s.; Eb 1. sanloit; Ca intervertit 19421-22; — 19422 
Be Car d. — 19423-38 omis dans He — '9424 Ca T. ke son c. 
i m. — «942^' Ca p. apaisier — 19427 Ce Vous doinst bien taire 
V.; Be Et je m'en voisau droit sentier — 19428 Be La ou je doi e. 



LE ROMAN DE LA ROSE 269 

19432 De cete chasuble de seie, 

De cete aube e de cet rochet, » 

Lors va tout pendre a un crochet, 

E vest sa robe séculière 
19436 Qui meins encombreuse li iere, 

Si con s'il alast queroler; 

E prent eles pour tost voler. 

19482 Ca c. casure d. — 194-53 Ac Ce omettent e ., 19433-38 
omis dans Eb — 19484 A v. tost prendre [la première n exponc- 
luée dans les deux mss.) — 19436 Ca Q. inout — 19437 Bà 
Be S. c. il; Ca S'il vausist aler car. — 19488 Bâ Si p., Ca II 
p.; BeCeEi prist 




NOTES 



12984. Cf. Assez otroie qui mot ne dit (Le Roux de 
Lincy, I, p. lyS, 2 exemples du xiii*^ et du xv* s.); Assez 
otreie qui mot ne sune (Recueil Rawlinson, II, 236) ; 
Assés ottroie qui se taist (Etienne Legris, 62). C'est le 
proverbe actuel: Qui ne dit mot consent. 

12990. Godefroy cite la même expression (sous lechier) 
d'après le roman de Perceforest, et le traduit par « faire 
goûter les plaisirs de l'amour » ; elle signifie en réalité 
«leurrer, tromper ». Elle est tirée du proverbe : Trop 
achate le miel qui sur espine le lesche (Le Roux de Lincy, 
I, p. 52). Durum est lambere mel supra spinas. (Fer5M5 
Proverbiales, 4.3). 

Cuspide spinarum mel lambere gignit amarum. 

[Ibid.). 
Qui mel spinetis lambit eis dolet is. 

[Ibid.). 

iSooj. sen!( teste vendre, pour se procurer de l'argent. 
Même expression dans le roman de Renart, VI, 36 var. 
(Méon i3856) et XVI, 1017 (Méon 5871). Cf. ci-dessus, 
v. io863 : sen:[ terre vendre . 

i3oi9-20. On pourrait mettre le point après le vers i3o2o 
aussi bien qu'après le vers iSoig. 

i3o25-26. Les dix commandements d'Amour ont été 
exposés aux vers 2077-2274, et résumés aux vers 10403-12. 
Les deux derniers vont être rappelés aux v. i3o3o-3i. 



2'J'{~^ ^^"'~ LE ROMxVN DE tA;lb^StE ' "^ " 

Au V. i3o26, le désigne Amour. 

ï3o36-. enlafin du discours de la vieille. 

13046. Meau^, « Mieux vaut que ». 

i3o53. Construisez : ou [que l'en cuide] atendre pour le 
don tel chose que... 

i3o6i. L'arc et les cinq flèches décrits v. 913 et suivants. 

i3o/ 5. teiidre ici ne signifie pas «tendre l'arc», mais 
« tendre des filets ». 

i3o85. Cette chanson de la statue de Pygmalion, où il est 
parlé « de Tatou r des robes ne des garnemenz », pourrait 
bien n'être que ks v. 20817-21 186 du présent poème, qui 
auraient été écrits, dans ce cas, avant le Roman de la Rose. 

1 3 109-22. 

Dum cadit in laqueos captus quoquenuper amator^ 
Solum se thalamos speret habere tues. 
u'^ y.i..,.. {0\\de, Ai-t d'aiyner, \l{,5gi-()2). 

""^"i3ia3-38. Pollicitis testes quoslibet adde deos. 
• '" Jupiter ex alto perjuria ridet amantum. - - 

Et juhet Aeolios irrita ferre Notos. .-.;--. 

Par Styga Junoni falsum jurare solebat 
•"'••"- Jupiter : exemplo nunc favet ipse suo. 

----- {Ibid., 1,632-36). 

13146-47. Le texte de ces vers parait être un proverbe, 
mais je n'en puis donner d'autre exemple. 

13148-49. Qui ne peut a un moulin voige a l'autre (Pro- 
verbes d'Etienne Legris, 652). 

13149. i7ef, « hue », cri de l'ànier pour exciter sa bête. 
Aux exemples que j'ai cités de ce cri dans \a Zeitschrift filr 
romanische Philologie, XXXI (1907), p. 496, on peut 

ajouter: 

Hez! sire asne, hez ! 



Uez va! Hez val Hez! 
Hiaus sire asne, car alez. 



,-<,:.; d-._ Hez! sire asnes, car chantez. 

(Prose de Tane, du manuscrit de Sens, dans Eero 
WMOViQn, Parodies de thèmes pieux , p. 25). 
i3l5o-5z. Quer la souriz est tantost prise 
Qui n'a que une voie aprise. 

[Clef d'Amours, V. 3io3-4). 



NOTES 273 

Perdue est la souris... 

S'elle ne sçait qu'un trou : le chat l'estranglera. 

(Galien le Restoré, p. 143). 
La soris est tost prise qui n'a que un pertuis. 
Mus cito decipitur cui tantum rimula scitur. 

(Proverbia Rusticoriim, 232). 
Infelix mus est cui non uno lare plus est. 

{Florilegium Vindobonense, 86). 
I hold a mouses hert not worth a leek 
That hath but oon hole to sterte to, 
And if that faile, than is al i-do. 
[Chaucsv, The pi-ologe o/the WyfofBatlie,v. 572-74). 
L'auteur du Grand Parangon, qui, comme Chaucer, con- 
naissait le Roman de la Rose, fait dire à la Célestine : 

« Il n'y a chose, ma fille, plus perdue que le raton qui ne 
sçait qu'un pertuys, car si on luy estouppe, il ne sçara ou se 
cacher du chat » (p. 255). 

i3i6o. Il y a deux saints Lifard, l'un fut abbé à Meun-sur- 
Loire ; l'église de Meun est encore placée sous son vocable. 
C'est évidemment de ce dernier qu'il s'agit. 

13164-72. En regard de ces vers, on lit dans le manu- 
scrit Be : 

Ortor et ut parit[er] binas habeatis arnicas, 
Fortior est plures si quis habere potest. 
13167. Faillir de signifie généralement «manquera», 
par exemple faillir de covent, «manquer à sa promesse» 
(v. 12779); ^ci faillir de signitie «manquer de «, i faillir, 
auv. 13169, a le même sens. 

13169-70. E ceus qui leur cueurs en un seul leu baillent, 
ce sont ceus qui plus i faillent [de confort]. 

1 3 174-262. L'idée de ces vers a été inspirée par les v. 33-40 
du livre III de l'Art d'aimer d'Ovide, où est rappelé l'aban- 
don de Médée, d'Ariane, de Phyllis et de Didon. Jean de 
Meun a omis Ariane, mais il a ajouté Œnoné, d'après les 
Héroïdes. Les développements ont été empruntés ailleurs. 
13195-97. .... hospes et ensem 

Praebuit et causam mortis, Elissa, tuae. 

(Ovide, Art d'aimer, III, 39-40). 
Praebuit Aeneas et causam mortis et ensem ; 

Tome IV. 18 



274 l'E ROMAN DE LA ROSE 

Ipsa sua Dido conciditusa manu, 

(Ovide, Fastes, III, 54g-5o). 
i3200-3. Comparer ces quatre vers à ceux-ci d'Enecis : 
El tint l'espee tote nue, 
Soz la mamele s'est férue (v. 2o32-33). 
Cette concordance ne s'explique ni par le texte d'Ovide 
[Art d'aimer, III, 39-40), ni par celui de Virgile {Enéide, 
IV, 663-65). 

13204-5. On pourrait ponctuer ces deux vers autrement, en 
mettant un point à la fin du premier et une virgule seule- 
ment à la fin du second. 

19211-14. Phyllis. fille de Lycurgue, roi de Thrace, 
désespérant de revoir Démophoon, fils de Thésée, roi 
d'Athènes, son amant, qui l'avait quittée, se pendit et fut 
métamorphosée en amandier. 
13219-28. 

Popule, vive, precor, quae, consita margine ripae, 

Hoc in rugoso cortice carmen habes : 
« Cum Paris Oenone poterit spirarc relicta, 

Adfontem Xanthi versa recurret aqua.» 
Xanthe, rétro propera, versaeque recurrite lym- 
Sustinet Oenonen deseruisse Paris. [phae : 

(Ovide. Héroides, V, 27-32). 

Œnone est une nymphe de Phrvgie, que Paris aima avant 
d'enlever Hélène. 

13229 et suivants. Cette histoire de Médée est en grande 
partie extraite des 400 premiers vers du livre VII des Méta- 
morphoses d'Ovide. 

13257. •0<5" •^^-'* ^ ^^^ l'objet d'une singulière méprise de 
Durante, qui a compris « d'onze » : 

Undici figluoli, ched ella avea. 

[Fiore, sonnet CLXI, 10). 
13279. Ovide fait les mêmes recommandations : 

Res est blanda canor : discant cantare puellae; 
Pro facie multis vox sua lena fuit. 

[Art d'aimer, III, 3i5-i6). 
Mille facesse jocos : turpe est nescire puellam 
Ludere : ludendo saepe paratur amor. 

{Ibid., m, .367-68. Cf. V. 353-66). 



NOTES 27 D 

13283-96. 

Femina procedit densissima crinibus emptis, 
Proque suis alios efficit aère suos. 

{Ibid., III, i65-66). 
Cf. Se des chevels n'a a plenté, 

Tantost ara un chief enté 
De canvre ou d'autre forreùre, 
Ou d'estrange cheveleure. 
Maintes famés de cen s'atendent 
As merchiers qui mont chier lor vendent. 

[Clef d^ Amours, v. 2417-22). 
i32q7-3oo. Il est souvent question de ces « cornes » dans 
les textes littéraires du moyen-àf^e. Un poème du xiii* siècle 
est intitulé Le Dit des Comètes, et raille les femmes qui 
Cornes ont pour tuer les hommes. 
D'autrui cheveus portent granz sommes 
Desus lor teste. 



De chanvre ouvré ou de lin 
Se font cornues. 

De lor cornes est grant parole; 
Genz s'en gabent, n'est pas frivole, 
Parmi la vile. 
Suivant l'auteur de ces vers, l'évéque de Paris avait 
accordé dix jours d'indulgence à qui crierait à une dame 
ainsi coiffée : « Hurte, belin » (A. Jubinal, Jongleurs et 
Trouvères, p. 87.) Ce >< hurte belin » se retrouve dans les 
vers suivants, de Gilles le Muisit : 

Je tieng trop grant orguel de ches femmes cornues ; 
Che sanlent trestout chierf quant elles vont par rues ; 
Resanler voellent vakes et autres biestes mues. 

Che sont hurtebelin, s'en tient on ses parolles 
Quant on les voit aler as fiestes, as karolles. 

On me dist de leur kiés comment elles les perent, 
Comment cornes, haucettes et chil cheviel apperent, 
Et le plentét d'espingles leur warcoUet comperent, 
Comment a l'adouber meskines se desperent. 

[Poésies, II, p. 33-34). 



276 LE ROMAN DE LA ROSE 

Lydgate a écrit une Ballad on the forked head-dresses of 
la die s. 

1 3301-4. Femina canitiem Germanis inticit herbis 
Et melior vero quaeritur arte color. 

(Ovide, Art d'aimer, III, 163-64). 
i33o3-i2. 

Scitis et inducta candorem quaerere cera : 
Sanguine quae vero non rubet arte rubet. 

Non tamen expositas mensa deprendat amator 
Pyxidas : ars faciem dissimulata juvat. 

{Ibid., III, 199-200, 209-10). 
i33i3-i8. 

Pars humeri tamen ima tui, pars summa lacerti 
Nuda sit, a laeva conspicienda manu. 

{Ibid., III, 307-8). 
i33i9-Z2. 

Conveniunt tenues scapulis analectides altis. 

{Ibid., III, 273). 
i3323'2S. 

Exiguo signet gestu quodcumque loquetur 
Gui digiti pingues et scaber unguis erunt. 

[Ibid., III, 275-76). 
Ici encore Jean de Meun a inspiré l'auteur de la Clef 
d'Amours pour les v. 369-70, 2358-62. 

13329-34. Inflatum circa fascia pectus eat. 

{Ibid.. III, 274). 

i333d. Dans la Clej d'Amours, les mots pars illa 

d'Ovide {Art d'aimer, III, 90) sont de même traduits par 

« la chambre Venus » (v. 2173). A cette expression 

comparer : 

Proxima festivat loca cella Pudoris, amica 
Nature, Veneris deliciosa domus. 
(Mathieu de Vendôme, Secunda descriptio forme pulchritudinis). 
Alii autem Diones regiam ingredi dedignantes, sub 
ejusdem vestibule ludum lacrymabilem comitantur (Alain 
de Lille, Z)e Planctu Nature, Migne, CCX, 450 G). 

13340. Sur le sens du mot mousse, signifiant « saleté », 
voir la note du v. 335. 
13341-42. 

Pes malus in nivea semper celetur aluta ; 



NOTES 277 

Arida nec vinclis crura résolve suis. 

iOvide, Ai-t d'aimer, III, 271-72). 
1 3345-30. 

Gui gravis oris odor nunquam jejuna loquatur, 
Et semper spatio distet ab ore viri. 

{Ibid., m, 277-78). 
i335i-62. 

Sint modici rictus, sint parvae utrimque lacunae, 
Et summos dentés ima labella tegant. 

(Ibid., III, 283-84). 
13363-66. 

Si niger aut ingens aut non erit ordine natus 
Dens tibi, ridendo maxima damna feres. 

{Ibid., III, 279-80). 
13367-74. 

Quo non ars pénétrât? discunt lacrimare decenter, 
Quoque volunt plorant tempore, quoque modo. 

{Ibid., III, 291-92). 
13375-81. 

Neve puellarum lacrimis moveare caveto : 
Ut fièrent oculos erudiere suos. 

(Ovide, Remèdes d'Amours, 689-90). 
i33Si. Namlacrimissiruit insidias cum femina plorat. 

{Distiques de Caton, III, 20). 
Nil tibi curetur si conjugis ira minetur : 
Femina, dum plorat, hominem superare laborat. 

{Cato Novus, 195-96). 
Lerme de femme afole sun bricun. 

{Respit du Courtois et du Vilaiu, 23). 
I 3385-94. 

Scilicet exspectes dum te in convivia ducam 

Et quaeras monitus hac quoque parte meos .'' 
Sera veni positaque decens incede lucerna : 
Grata mora est Veneri : maxima lena mora est. 
(Ovide. Art d'aimer, III, 749-52^ 
13401 . On mangeait à deux dans la même écuelle. 
1 3408-1 5. 

Garpe cibos digitis: est quidam gestus edendi ; 
Ora nec immundatota perunge manu. 

[Art d'aimer, III, 755-56). 
Aux vers i3395, 13408-18, i3425-32 du roman, comparer 



278 LE ROMAN DE LA ROSE 

les V. 3225-40 de la Clef d'Amours. Dans ce dernier poème, 

les maillettes (petites taches) de Jean de Meun sont devenues 

des maaillettes (petites pièces de monnaies), et des varisis : 

V'oil je que tes lèvres essuies 

A la fin, que dedenz ne metes 

Ne parisis ne maailletes (v. 3234-36). 

13414. L'usage des fourchettes était inconnu. 

13416. Salisse vert. Voici la recette de la sauce verte 
donnée par Taillevent : « Prennes pain, percil, gingembre, 
broies bien et deffaites de verjus et de vin aigre. » [Le 
Viandier Taillevent, édition J. Pichon et G. Vicaire, p. 33l. 

Cameline. Ce mot est ici adjectif, il deviendra plus tard 
substantif. On a dit : « sausse cameline », puis « cameline ». 
Dans le Viandier, le mot est souvent employé comme subs- 
tantif. La sauce cameline est ainsi nommée à cause de sa 
couleur ; en voici la recette telle qu'elle est donnée dans le 
manuscrit du Vatican du Viandier : « Pour faire cameline. 
Prenez [ms. de Paris : Broies] gingembre, canelle, et grant 
foison girofle, grainne de paradis, mastic, poivre long, 
qui veult ; puis couliez pain trempé en vinaigre et passez, 
et saliez bien a point » (Viandier Taillevent, p. 249). 

Jausse. Il existe un mot jance, qui dans les exemples les 
plus anciens est généralement suivi du mot aillie. G. Paris 
avait cru d'abord que les exemples de jance ou y^nse donnés 
par Godefroy (sous janse) étaient des fautes pour jance ou 
jause (Romania, XVIII, p. 149); ayant ensuite connu le vers 
d'Eustache des Champs où ïn de jance est assurée par la 
rime {Ballade i3i8,v. 17, t. VII, p. 81), il en a conclu 
« qu'il faut sans doute admettre les deux formes à côté 
l'une de l'autre » {Rotnania, XXII, p. 293). Plus tard encore, 
signalant «l'explication fantastique dejauce par j ans <galbus 
+ e» qu'a donnée A. Ott {Htude sur les couleurs en 
vieux français, p. 71), il dit qu'elle « tombe d'elle-même, 
jauce étant une variante de jance, espèce de sauce » 
{Romania, XXIX, p. 477). Cet argument de G. Paris est 
assez faible : on pourrait aussi bien dire que c'est jance qui 
est une variante dejauce. 

A l'exemple de jance, en rime, d'Eustache des Champs, on 
peut en ajouter unautredel'/lwjn^ rendu cordelier en l'obser- 



NOTES 279 

vance d'Amour : Mengiés vous saulce vert ou jance? (édition 
de Montaiglon, V. 671). 

Dans les exemples anciens, y.7«5e ou y<7nce paraît être, non 
pas, un substantif, mais un adjectif, qualifiant le substantif 
aillie ; cf. blanche ailliee (Fableau de Coquaigne, dans Gode- 
froy, au mot ailliee) ; ce n'est que plus tard qu'on dira 
sausse aillie {Traitié d'appareillier toutes viandes, Biblio- 
thèque de l'Ecole des Chartes, XXI, p. 218 et 219), si tou- 
tefois sausse n'est pas ici une faute pour jausse. C'est de 
même plus tard que jance deviendra substantif, comme 
l'est devenu cameline dans les mêmes conditions. Taille- 
vent donne la recette de la jance au lait de vache, de la jance 
aux aulx, de la jance de gingembre . 

Dans le Roman de la Rose, le mot est jausse, rimant avec 
sausse; il est adjectif au même titre que vert et cameline, et 
comme eux peut-être désigne une couleur. C'est le seul 
exemple certain que je connaisse de ce mot ou de cette 
forme; dans le Couronnement de Renart, Méon a imprimé 
gause aillie flV, p. 23, v. 6o3), mais c'est peut-être une 
faute de lecture. Jubinal avait lu jause aillie dans une 
chanson de Colin Muset, mais Godefroy et M. Joseph 
Bédier dans son édition des chansons de ce trouvère 
donnent janse. Du Cange (sous Salsa) cite des pres- 
criptions relatives a « la sausse appelée jeuce » d'après 
des Statuts pour les Saussiers et Moustardiers. 

18427. Ce vers ne prouve pas qu'on avait à table des 
serviettes; mais le bord de la nappe pouvait en tenir lieu. 
13427-32. Totes les foiz que vos bevez, 
Vostre boiche bien essuez, 
Que li vins engraissiez ne soit, 
Qu'il desplaist molt celui qui boit. 
(Robert de Blois, Chastoiement des Dames, v. 521-24). 
13446. Les mots huese, fiousel ont certainement désigné 
un tonneau. Ce sens convient mieux que celui de « botte » 
donné par Godefroy à l'exemple du Roman de la Rose et à 
celui-ci : 

Prenez de soucy plaine heuse 
Et de pensées plain minot. 
{La vraye médecine. . ., dans Poésies françaises des 
xv« et xvi"^ siècles, I, iSq). 



280 LE ROMAN DE LA ROSE 

Cette signification n'est pas douteuse pour houseati dans 
la Passion de Valenciennes : 

Je le sens bien a ton allaine, 
Qui sent le vin a plein museau. 
— Le vin? — Voire comme ung houseau. 
(Ms. de Valenciennes, i8' journée, foL 41 2). 
Ce dernier passage se retrouve dans le Mystère des Actes 
des Apostres (cité dans Romania, XLI. p. 363). 

Peut-être les « housequins pour une brasserie », mention- 
nés par Godefroy, sans traduction, sont-ils de petits 
tonneaux. 
13449-60. 

Hoc quoque qua patiens caput est ; animusque 

[pedesque 
Constent; nec quae sint singula bina vide. 
Turpe jacens mulier multo madefacta Lyaeo. 

Digna est concubitus quoslibet illa pati. 

Nec somnis posita tutum succumbere mensa : 

Per somnos fieri multa pudenda soient. 

(Ovide, Art d aimer, III, 763-68). 
Quid enim Venus ebria curât? 
Inguinis et capitis quae sint discrimina nescit 
Grandia quae mediis jam noctibus ostrea mordet, 
Cum perfusa mero spumant unguenta Falerno, 
Cum bibitur concha. . . 

(.luvénal. Satire VI, 300-4) 
1 3450-5 1. Nullum secretum est ubi régnât ebrietas {Liber 
Proverbioriim, XXXI, 4). 

13468-74. La mort de Palinure est racontée à la fin du 
livre V de V Enéide, v. 833 -71. 
13475-86. 

Venturae memores jam nunc estote senectae: 

Sic nullum vobis tempus abibit iners. 
Du m licet, et vernos ctiam nunc editis annos, 

Ludite... 
Tempus erit quo tu, quae nunc excludis aman- 

[tem, 
Frigida déserta nocte jacebis anus. 

(Ovide, Art d'aimer, III, 59-62, 69-70). 
13506-7. La licontia docendi,\Q «congié de lire», était con- 
férée par le chancelier. 



NOTES 281 

i35i7. Le sujet de gart est la dame du v. 13475. 
Ici reprend la série des préceptes interrompue par la 
parenthèse qui commence au v. 18499, peut-être même par 
la réflexion qui va du v. 13492 au v. 13498. Ces deux 
tirades, surtout la seconde ( 13499-13517), paraissent bien 
avoir été écrites après les vers qui les précèdent et ceux 
qui les suivent. 

Les vers 13517-28 ont été inspirés par ceux-ci d'Ovide: 
Quod latet ignotum est: ignoti nulla cupido. 
Fructus abest faciès cum bona teste caret. 

(Art d'aimer, III, 397-98). 
1 353 1-74. Discite femineo corpora ferre gradu : 

Est et in incessu pars non temnenda decoris. 

Allicit ignotos illa fugatque viros: 
Haec movet arte latus, tunicisque fluentibus auras 

Excipit, extensos fertque superba pedes; 
Illa velut conjux Umbri rubicunda mariti 

Ambulat, ingentes varica fertque gradus. 
Sed sit, ut in multis, modus hic quoque : rus- 

[ticus alter 
Motus in incessu, mollior alter erit. 

[Ibid., III. 298-306). 
i3562. Le substantif pelles, au pluriel, figure quatre 
fois dans le poème de Jean de Meun, trois fois il est 
accompagné de l'adjectif menu. Dans le premier exemple 
(9287) l'adjectif est au féminin et suit le substantif; dans 
le second (i3562) et le quatrième (20966) exemples, l'adjec- 
tif est au masculin et précède le substantif. Dans le troi- 
sième (15783) pelles est sans adjectif, et son genre ne peut 
être déterminé. 

13584. O" peut hésiter entre veaiit et vait. 
13582-94. 

Ad multas lupa tendit oves praedetur ut unam. 

Se quoque det populo mulier speciosa videndam : 
Quemtrahate multis forsitan unus erit. 

Omnibus illa locis maneat studiosa placendi. 
Et curam tota mente decoris agat. 

Casus ubique valet : semper tibi pendeat hamus. 
{Ibid., III, 419, 421-25). 



282 LE ROMAN DE LA ROSE 

i36oo. C'est la maxime favorite des alchimistes. 
13619-20. 

Ipse licet Musis venias comiiatus, Homère, 
Si nihil attuleris, ibis, Homère, foras. 

{Ibid.,U, 279-80). 
Cf. ()ui dahit, ille tibi magno sit major Homero. 

^Ovide, Amours, I, viii, 61). 
L'auteur de la Clef d'Amours, comme Jean de Meun, 
associe Ovide à Homère (v. 1521-24). 

S'Ovide ou Homer i venoit. 
Et touz ses biaus ditiez tenoit, 
S'il n'aportoit aucune chose, 
Tost li seroit la porte close. 
13621-24. Certus in hospitibus non est amor : errât ut ipsi. 

(Ovide, Héroides. XVII, 191). 
i363i-33. 

Sed vitate viros cultum formamque professes, 
Quique suas ponunt in statione comas. 

(Ovide, Art d'aimer, III, 433-34). 
i3635-38. Gautier de Metz attribue de même cette pensée 
à Ptolémée, en la citant à la suite du texte que j'ai donné 
dans la note aux v. 7037-43 : 

Li hom qu'a soi meïsme plaist 
A Dieu et au monde desplaist. 
Le texte correspondant des Dicta philosophoriim est: Qui 
sui plurimum est contentus dignus est ira Dei [Romania, 
XXI, p. 488). 
i363g-44. 

Quae vobis dicunt, dixerunt mille puellis; 
Errât et in nullasede moratur amor. 



Sunt qui mendaci specie grassentur amoris, 
Perque aditus taies lucra pudenda pétant. 

(Ovitie, Art d'aimer, IIF, 435-36, 441-42). 
13647-54. 

Si bene promittant, totidem promittite verbis; 
Si dedcrint, et vos gaudia pacta date. 

[Ibid., m, 461-62). 
13655-77. 

Verba vaduin tentent abicgnis scripta tabellis : 



NOTES 



283 



Accipiat missas apta ministra notas. 
Inspice, quodque leges ex ipsis collige verbis, 

Fingat an ex animo sollicitusque roget : 
Postque brevem rescribe moram : mora sem- 

[per amantes 
Incitât, exiguum si modo tempus habet. 
Sed neque te facilem juveni promitte roganti, 

Nec tamen eduro quod petit ore nega. 
Fac timeat speretque simul; quotiesque remit- 

[tes, 
Spesque magis veniat certa minorque metus. 

[Ibid., III, 469-78). 

i3683. A cause de deit du v. i368o, les copistes devaient 

être amenés à substituer dire à die ; la substitution de die à 

dire éiail moins naturelle. Même construction v. i3823-26. 

13691. Je ne suis pas convaincu que la leçon AQX{quoiis) 

ne soit pas la bonne. 

13699-708. Cf. les vers 2599-602 de Guillaume de Lorris. 

Il est douteux que le vers suivant d'Ovide soit à citer ici : 

Quod datur ex facili longum maie nutrit amorem. 

[Art d'aimer, III, 079). 
13710-24. 

Servus et ad partes solers ancilla parentur, 

Qui doceant apte quid tibi possit emi. 
Et sibi pauca rogent. 



Et soror et mater nutrix quoque carpat amantem : 
Fit cito per multas praeda petita manus. 

(Ovide, Amours, I, viii, 87-89, 91-92). 
13721. Ignorant ce que c'est que ^oer aus noiaus, je ne 
saisis pas exactement le sens de ce vers. 

i373o. L'expression tel a il a été étudiée par A. Tobler 
dans ses Vermischte Beitràge, II, p. 3. 
13741-52. 

Gum multa abstuleris, ut non tamen omnia 

[donet, 
Quod nunquam reddas commodet ille roga. 

(Ovide, Amours, \, vni, 101-2). 
13759. Traduisez : « sont engagés pour une somme dont 
l'intérêt s'accumule de jour en jour ». 



284 LE ROMAN DE LA ROSE 

13773-74. // et sa se rapportent à la dame qui a retiré 
de la perche aux vêtements et de la huche, pour les cacher 
dans un coffre, sa robe et les autres objets qu'elle est 
censée avoir mis en gage. 

13792. La même expression se retrouve dans Aiol, v. 

9399 : 

Ançois nos taut nos capes, si les envoie al vin. 
G. Raynaud, dans son édition, traduit par « envoyer en 
paiement au marchand de vin », sens adopté par Godefroy. 
Le passage n'est pas expliqué dans l'édition de W, Fœrs- 
ter. Cette interprétation semble ne pas convenir au vers 
de Jean de Meun. Peut-être les taverniers prêtaient-ils 
de petites sommes sur gages : enveier son gage au vin 
signifierait simplement « empruntera. 
13795-822 . 

Incitet et ticti tristis custodia servi 
Et nimium duri cura molesta viri. 
Quae venit ex tuto minus est accepta voluptas : 

Ut sis liberior Thaide, finge metus. 
Cum melius foribuspossis, admitte fenestra, 
Inquetuo vultu signa timentis habe. 

^Ovide, Art d'aimer, III, 601-6). 
i38o8. Dût-il l'acoKrer v/ve, [elle ne pourrait demeurer]. 
On trouvera d'autres exemples de cette tournure à la note 
du V. 443. 

13820-21. La plupart des manuscrits, même Ab et Ac, 
donnent heaumes, haiiber^, peus et clote^, avec 1'^ du cas 
sujet singulier; mais il n'y a aucune vraisemblance à croire 
que l'auteur n'ait pas mis les substantifs masculins au même 
cas et au même nombre que les substantifs féminins, c'est-à- 
dire au sujet pluriel, attesté par la rime. 
13823-40. 

Spectet amabilius juvenem, suspiret ab imo 

Femina, tam sero cur veniatque roget ; 
Accédant lacrimae, dolor et de pellice fictus. 

Et laniet digitis illius ora suis. 
Jamdudum persuasus erit, miserebitur ultro; 
Et dicet : « Cura carpitur ista mei. » 

(Ovide, Art d'aimer, III, GyS-So). 
13840-71. L'anecdote de Mars et Vénus, continuée aux 



NOTES 28S 

V. 14159-86, et à laquelle l'auteur reviendra aux v. 180Ô1- 
139, est empruntée à Ovide, Art d'aimer, II, 561-92. 
13847-60. Impliciti laqueis nudus uterque jacent. 

Convocat ille deos : praebent spectacula capti. 
Vix lacrimas Venerem continuisse putant. 

{Art d'aimer, II, 580-82'. 
13863-67. 

Ah ! quoties lasciva pedem risisse mariti 
Dicitur, et duras igné vel arte manus ! 

'Ibid., II, 567-68). 
13870. Ce n'est pas par la Bible que Jean de Meun a pu 
être renseigné sur la couleur des « tresses » d'Absalon. 

13880-84. Robichon et Marote,noms familiersetpopulaires 
de Robin et Marion, les deux personnages légendaires de 
la pastourelle. Voir la note du v. 12 129. 

13921-22 . Une femme sage n'a pas honte de citer l'opinion 
d'un auteur, même quand cette citation contient une expres- 
sion comme celle qui se trouve dans le vers 13924. 
13923-28. 

Nam fuit ante Helenam cunnus teterrima belli 
Causa, sed ignotis perierunt mortibus illi 
Quos, venerem incertam rapientes, more ferarum, 
Viribus editior caedebat. 

(Horace, Satires, I, m, 107-10). 
13941-58. Quae canit altis garrula ramis 
Aies caveae clauditur antro : 
Huic licet illita pocula melle 
Largasque dapes dulci studio 
Ludens hominum cura ministret, 
Si tamen, arcto saliens tecto, 
Nemorum gratas viderit umbras, 
Sparsas pedibus proterit escas, 
Silvas lantum moesta requirit, 
Silvas dulci voce susurrât. 

(Boèce, De Consolatione, I. III, m. 2). 
13979-14006. C'est ce passage qui a fourni le leit-motit 
des Quinze joies de mariage. 

1400S-11. Cloistriers, bien ses li ordres done 
Large cauchier, large corone, 
Large manke, et de caperon 



286 LE ROMAN DE LA ROSE 

Large et grant toi encaperone. 

(Le Reclus de Molliens. Roman de Cavité, CXXXV, v. 1-4). 

14015. Plusieurs exemples du dicton facere de necessitate 

virtutem, dont le plus ancien est de saint Jérôme, sont donnés 

par A. Otto, Die Sprichworter und sprichwôrtlichen Redens- 

arteii, p. 241 et p. xi.v). 

14021-2? . Naturam expellas furca, tamen usque recurret. 

(Horace, Épitres, I, x, 24). 
14027. Que vaut ce? « A quoi sert d'insister? ». Cf. v. 19200. 
14038. Le proverbe « Nature passe Nourriture » est, sous 
cette forme, un des plus souvent cités au moyen âge, et je 
me dispenserai d'en fournir des exemples. Mais il a aussi 
des variantes, telles que : Mieuz vaut Nature que Nurre- 
ture. 

En latin : 

Mes est convictus natura parte relictus : 
Dat studium mores, sed dat natura priores. 

^Recueil Digby, p. ijb ; Recueil Rawlinson I, 2). 
Jacquemart Gielée dit au contraire : 

Je di que souvent de ses drois 
Retolt Norriture a Nature. 

(Renarl le Nouvel, v. 523o-3i). 
14060. r désigne la jument. 

14083. «Qu'ils ne veuillent » que « toutes » soient « leur 
tames ». 

141 12. Le sens de ce vers est : L' « aournement « d'une 
poupée n'eût rien été en comparaison du mien. On trouvera 
des exemples de cette locution à la note 1629. 
141 36. en privé; voir la note du v. 7670. 
14144. « A la quelle il n'aurait renoncé à aucun prix ». 
14152. Le cordelier était ceint d'une corde. 
14159-86. Voir la note des v. 13840-71. 
14161-84. 

Hic aliquis ridens : « In me, fonissime Mavors, 
Si tibi sunt oneri, vincula transfer w, ait. 



Hoc til,)i pn^fectum, V'ulcane : quod ante tegebant 

Liberius faciunt, et pudor omnis abest. 
Saepe tamen démens stulte fecisse fatcris, 



NOTES 287 

Teque ferunt irae poenituisse tuae. 

(Ovide, Alt d'aimer, II, 585-86, 589-92). 
14163. Des deus, « Des dieux ». 
14175-76. 

Fabula narratur toto notissima caelo. 

{Ibid., Il, 56i). 
14180. La letre, c'est-à-dire le « texte latin », ne permet 
pas de décider avec certitude entre Ainsi et E si : les 
V. 14177-79 ne sont pas empruntés à Ovide ; les v. 14181-83 
pourraient être une interprétation libre des v. 591-92 que 
j'ai cités à la note 14161-84. 

14193. Le mal félon est la jalousie. 
14203-10. 

Sed te, quaecumque es, moderate injuria turbet; 

Nec sis, audita pellice, mentis inops, 
Nec cito credideris. 

[Art d'aimer, 111,683-85). 
14209. C'est-à-dire : Qu'elle ne s'en soucie pas le moins 
du monde. 
1421 i-i3. 

Postmodo rivalem partitaque foedera lecti 
Sentiat. Has artes toile : senescet amor. 

{Art d'aimer, III, 593-94). 
14220. Beaucoup de manuscrits, surtout du groupe L, 
donnent : 

Je vous ferai d'autel pain soupe, 
expression plus couramment employée, semble-t-il. On 
en trouvera des exemples dans Godefroy, au mot soupe. 
Cf. Je vous ferai d'autel drap cote. 

{Houce partie, v. 56, Montaiglon et Raynaud, II, p. 6). 
14227-78. 

Callida prosiliat dicatque ancilla : «Perimus». 

Tu juvenem trepidum quolibet abde loco. 
Admiscenda tamen venus est secura timori. 
Ne tanti noctes non putet esse tuas. 

[Art d'aimer, III, 607-10). 

14247. Ce vers apparaft, à première vue, comme étant en 

contradiction avec ceux qui suivent, plus particulièrement 

avec les v. 14255-56 ; la substitution de tost à tout donnerait 

un sens en apparence mieux approprié à la situation, et le 



288 LE ROMAN DE LA ROSE 

V. 14248 sembleappeler cette correction. DansAc/o5f est écrit 
en surcharge sur tôt, quelques unes des copies dont je n'ai 
pas donné les variantes ont tost (Za I.v 6a) ; mais ce sont là 
des corrections isolées et sans autorite, suggérées par un 
raisonnement semblable à celui que je viens d'exposer : la 
leçon tout est bien assurée par les mss. En réalité tost ne 
supprimerait pas la contradition: il resterait ce qu'il voiirra, 
qui équivaudrait en fait à tout cequil vourra ; cette contra- 
diction d'ailleurs n'est qu'apparente ; au v. 14256, quan- 
que vous vourrej doit être pris à la lettre, au v. 14247, tout ce 
quil vourra a un sens de circonstance et désigne la suprême 
faveur, sans plus. 
14281-92 . 

Nec lucem in thalamos totis admitte fenestris : 
Aptius in vestro corpore multa latent. 

[Art d'aimer, III, 807-S). 
14284. Pour que a le même sens ici que dans l'expres- 
sion «pour peu que », et peut se traduire par « si ». 
14293-304. 

Sed neque tu dominam, velis majoribus usus, 

Desine, nec cursus anteat illa tuos. 
Ad metam properate simul : tum plena voluptas 
Gum pariter victi femina virque jacent. 

[Art d'aimer, II, 725-28). 
i43o5-io. 

Tu quoque, cui Veneris sensum natura negavit, 
Dulcia mendaci gaudia finge sono. 



Tantum, cum finges, ne sis manifesta caveto. 

Effice per motum luminaque ipsa fidem, 
Quod juvet etvoceset anhelitus arguât oris. 

[Ibid., m, 797-98,801-3). 
143 19-20. 

Grata mora est Veneri : inaxima lena mora est. 

{Ibid., III, 752). 
14321-22. 

Quod daturex facili longum maie nutrit amorem : 
Miscenda est laetis rara repuisa jocis. 



Hoc est uxores quod non patiatur amari 



NOTES 289 

Conveniunt illas cum voluereviri. 

[Ibid., III, 579-80, 583-86). 
14337-94. Ces vers sont inspirés par les v. 61 1-58 du livre 
III de VA7-t d'aimer. 

14341. Fallitur et multo custodis cura Lyaeo. 

{Art d'aimer, III, 643). 
14343-30. 

Sunt quoque quae faciant altos medicamina somnos 
Victaque Lethaea lumina nocte premant. 

{Ibid., m, 647-48). 
14353. Cum minime custos munere possit emi. 

{Ibid., III, 652). 
14361-80. Cèlent furtivos balnea tuta viros. 

{Ibid., III, 640). 
14371-72. Le sujet de ravra est la voisine; celé désigne la 
dame. 
14381-94. 

Tôt licet observent, adsit modo certa voluntas, 
Quot fueranlArgo lumina, verba dabis. 

{Art d'aimer, m, 61J-18). 
14395-408. 

Fallitur Haemonias si quis decurrit ad artes, 

Datque quod a teneri fronte revellet equi. 
Non facient ut vivat amor Medeides herbae 

Mixtaque cum magicis naenia Marsa sonis. 
Phasias Aesoniden, Girce tenuisset Ulixen, 

Si modo servari carminé posset amor. 
Nec data profuerint pallentia philtra puellis. 

{Ibid., II, 9g-io5). 
14399. Le nom de Balenus est mentionné deux fois dans 
Renart le Contrefait. Il semble y désigner la magie plutôt 
qu'un magicien, dans la mesure où, par exemple, Renart 
signifie ruse dans l'expression « savoir de Renart ". 
De magique et de Balenus 
Ne le pooit aprendre nus (v. 93i5-i6). 
Par magique et par Balenus 
Me sui je toudis maintenus (v. 25207-8). 
Sylvestre de Sacy, analysant un traité arabe du sage 
Belinous, « l'homme aux talismans et aux prodiges », émet- 
tait l'opinion que ce nom désigne Apollonius de Tyane 

Tome IV. 19 



•ïgo LÉ ROMAN DE LA ROSE 

{Notices et Extraits des Manuscrits du roi, IV, p. 107J. 
Déjà auparavant, Selden avait identifié le sage Folonous ou 
Felinous avec le même Apollonius (Ibid., p. 112, note). 
Depuis, les arabisants ont reconnu exactes ces identifi- 
cations. Du reste Albert le Grand, dans un traité intitule 
Spéculum Astronomie, chapitre xi (tome V, page 6G1 de 
l'édition de Lyon, i63i, 21 vol. in-^), mentionne un «Liber 
Beleni, de horarum opère, qui sic incipit: Dixit Belenus 
qui et Apollo dicitur» (déjà cité dans la Zeitschrift fur 
Mathematik, XVI, 369, 3q5). La forme la plus habituelle 
de ce nom en arabe est, paraît-il, Balinas. On trouvera 
une liste des traités arabes de magie qui sont attribués à 
Balinas dans la Zeitschrift der deutschen morgenlUndischen 
Gesellschaft, XXV (1S91), p. 43g : M. Steinschneider, 
Apollonius von Thyana (oder Balinas) bei den Araben. 
C'est ce nom qui est arrivé, sous la forme Balenus, à la 
connaissance de Jean de Meun et, par le Roman de la 
Rose probablement, à la connaissance de l'auteur de Renart 
le Contrefait. 

Depuis la rédaction de cette note a paru le premier 
volume de V Encyclopédie de rislam, qui contient un court 
article sur Balinus. 

14403. Si l'on préfère jpar à pour, li devra être remplacé 
par lui, qui se rapportera, semble-t-il, à ce du v. 14401. 

14404. Pour .lason et Médée, voir ci-dessus, note 13229. 
Circé, la fameuse magicienne, pour retenir Ulysse près 
d'elle, changea ses compagnons en pourceaux. 

1441S-19. Cf. Gilles le Muish {J\)ésies, I, p. 2i5): 
Les nonnains . . . 

Des lainschiaus de blanc fil,plorois et chins denront. 
14504-7. Oscula da flcnti, Veneris da gaudia tienti : 
Pax erit ; hoc uno solvitur ira modo. 
Cum bene saevierit, cum certa videbitur hostis, 
Tum pete concubitus foedera : mitis erit. 

(Ovide, Art d'aimer, II, 459-62). 
14530. Il faut voir dans abelit un parfait emprunté à un 
dialecte qui n'est pas celui de l'auteur : le présent aheli{s]t 
ne conviendrait pas pour le sens. 

14544. Bien que flestir, forme habituelle de Ai) et Ac, 
soit plusieurs fois assuré par la rime, ici Ab et Ac, et la 



NOTES 291 

plupart des diUtvesmss.,ontflestrte,qu\ rime plus richement 
avec maistrie. 

14693. Tagam^. M. Antoine Thomas {Romania, XXXV, 
299)3 rattaché le verbe tesguer au latin phtist'ciis; je souscris 
d'autant plus volontiers, au moins provisoirement, à cette 
étymologie que je m'y étais arrêté déjà antérieurement à 
son article. Dans le Roman de la Rose, la rime exige une 
autre forme que tesgan:^ : on ne peut hésiter qu'entre 
tagani^, rimant avec as gan^, et taugciif^, rimant avec ans 
gari!^. D'une part, es atone, dans l'Orléanais, est souvent rem- 
placé par a (voir Introduction, p. 2 5o) : tagarn^ serait donc 
une forme phonétiquement régulière ; mais, d'autre part, 
l'article composé est au [s], qui exigerait la forme taugan^. 
On peut admettre que Jean de Meun ait employé excep- 
tionnellement a (s). Ab et Ac ont écrit taugan^ à la rime, et 
plus loin, V. i56S8, hors de la rime, taugant (kb) et 
tangant (Acj: leur ancêtre avait donc probablement taugant; 
son copiste a pu être guidé par la forme au de l'article. 
D'autres mss., de ceux dont je ne donne pas habituellement 
les variantes, ont aussi fauo'anf à la rime, mais tesgant on 
taigant dans l'intérieur du vers ; tangant n'est pas rare ; 
tagant est assez fréquent. .l'ai adopté tagant parce que je ne 
m'explique pas taugant. 

14694. as gan^. On lit encore dans le Dictionnaire de 
Furetière : « On dit en proverbe, quand un homme apporte 
une nouvelle qu'on sçait desja, qu'il n'aura pas les gants, 
pour dire la paraguante, le présent qu'on donne aux 
messagers qui apportent quelque bonne nouvelle» (sous 
gant). L'exemple du Roman de la Rose prouve que cette 
locution ne vient pas de l'Espagne, comme le dit Littré (à 
gant)., sans doute à cause àt paraguante . 

14708. Ce vers explique, non pas le précédent, mais le 
V. 14706 : « Vous entrerez par la porte de derrière, pour que 
l'affaire soit mieux dissimulée. » 

1473 1. C'est la porte de derrière, celle par où vient de 
passer l'amant, que gardait Bel-Accueil. 

14736. la désigne la porte mentionnée au v. 14731. 

14793-94. Dans Ab, la rime esx. écr'ilQ joaie : jaie, dam 
Ac joie : joie. 

14807. Alixandre peut désigner ici aussi bien Alexandrie 



292 LE ROMAN DE LA ROSE 

d'Egypte que le fameux roi de Macédoine ; l'or d'Alixandre 
est une formule banale. 

14816. On peut hésiter entre tout et trop. 

14817. Ce proverbe est souvent cité : Recueil Rawlinson 
II, 289; Proverbia Riisticorutn, 154; Chanson des Saisnes, 
II, 54 : Érec, v. 2942 ; Eracle, v. 1 180 ; Maugis d' Aigremont, 
V. 3o23, 7184; Girard de Roussillon en français, p. 72 et 
p. 224 ; Ménestrel de Reims, éd. Paris, p. 47 ; etc. En latin : 

Non amplexatur stultus quicquid meditatur. 

[Proverbia Rusticorum, i?^). 
1483 1. partent est un subjonctif. 

14840. J'ai suivi la leçon deables de Ba Bà contre les 
autres mss., qui donnent le deable, parce que dans le v. 
14829, auquel il est fait ici allusion, deable est au pluriel. 

14846. Ab sépare 7nais de meins par une forte ponctua- 
tion. Les exemples de ja.. .mais ne sont pas fréquents. 

14866. Contrefaire le fol sage, c'est faire le fou par habi- 
leté. 

14885. Voir V. 2933. 
14887. celé, c'est-à-dire la Vieille. 

14898. Les allusions à ce proverbe ne sont pas fréquentes 
dans la littérature., En voici cependant quelques unes : 
Teus gens béent a détenir 
Cou qu'on voit du kien avenir: 
Quant il puet a terre venir 
S'abaie celui qui le nage. 
(Robert Le Clerc, Li Vers de la Mort, éd. 'Windahl, str. 289). 
Puppe canis latus pro munere reddet hiatus. 
(A la suite d'une table d'Eudes de Cheriton, dans L. Hervieux, 
Les Fabulistes latins, III, p. 219.) 

Et itel gré a qui chien nage. 

[Renart, XII, 770; Méon, v. 212-60). 
Autel grè an arez comme cil qui chiens nage. 
(Ms. F. de VEvangile aux femmes. Zeits. f. rom. PIiiL, VIII, 27, 
35. G. Keidal, p. 74). 

14908. S'il vous i devait, « Dùt-il vous y ». 
14989. Pour expliquer que/aillir ne soit pas au subjonc- 
tif, on peut attribuer à qui ne faut la valeur d'un adjectif 
qualifiant on : « il n'y a pas un homme infaillible ». 

14997. ^^ mettre haut et bas. Se soumettre à la haute e» 



NOTES 293 

basse justice, c'est-à-dire se soumettre entièrement. Même 
expression au v. 20467. 

i5o3o. au retour, lorsqu'ils seront revenus. Voyez v. 
14941-42. 

i5i40. Il est probable que l'auteur a voulu jouer ici sur 
le mot conin, comme l'a fait l'auteur d'Éneas dans ce vers : 
Il n'aime pas pel de conin (v. 8595). 

15146-53. L'explication ici promise n'a pas été donnée. 

15180-92. Ac mihi quidem, tametsi haudquaquam par 
gloria sequatur scriptorem et auctorem rerum, tamen in 
primis arduum videtur res gestas scribere ; primum quod 
facta dictis exaequanda sunt (Salluste, Conjuration de 
Catilina, ch. m). 

15241-42. 

Aut prodesse volunt aut delectare poetae, 
Aut simul et jucunda et idonea dicere vitae. 

(Horace, Art poétique, v. 333-34). 

i5243-3o2. Protestamur autem ab initio quod omnia que 
hic, ad cautelam et instructionem ecclesie universe, non 
contra personam aliquam, nec contra statum aliquem per 
ecelesiam approbatum, sed contra peccata malorum et 
pericula ecclesie generalis, dicturi sunius, non ex inven- 
tione nostra, sed ex veritate sacre scripture collegimus. 
Nichilominus tamen omnia ecclesiastice correctioni suppo- 
nimus, si quid in eis visum fuerit corrigendum (Guillaume 
de Saint-Amour, De Periculis, p . 20) . 

0329. Le nom Bière est trissyllabique ; on le retrouve 
dans d'autres vers : 

Car se tuit li serf de Bière ( : chiere) . 
(Jubinal, Nouveau Recueil, 1, 3 19, imprimé Brere). 

Tu n'as chasne en Bière n'en la forest d'Orliens. 

{Girard de Roussillon, édité par Mignard, p. 36). 

C'est le nom ancien de la forêt de Fontainebleau. 

15346. Renoart au tinel, personnage épique du cycle 
Narbonnais, beau-frère de Guillaume au Court-nez. Doué 
d'un grand courage et d'une force prodigieuse, mais ayant 
passé son enfance dans une cuisine, il ne savait pas se 
servir des armes chevaleresques et combattait avec une 
perche {tinel). 



294 LE ROMAN DE LA ROSE 

15384. ele ne peut en avant. Cf. dans la Chanson de 
Rolant : 

Il est si fleibles qu'il ne puet en avant (v. 2229). 
15392. Jeu de mot sur yniscricorde, qui à la fois signifie 
pitié et désigne une sorte de poignard. 

15395. J'ignore à quel auteur Jean de Meun fait allusion, 
et même si cette référence est réelle. 

15406. L'expression housé est ici dédaigneuse. Dans les 
Sept articles de la Foi, str. xxix, de Jean Chapuis, le mot 
en est arrivé au sens de «souillé» : 

Estoient par tout si housé 
Et si ort et si emhousé. 

(Méon, Le Roman de la Rose, III, p. 345). 
15429. Le sujet de esmoiivrait est veu'^ (v. 15426). 
15559-60. Cf. 

Tel paor ot Coars li lièvres 
Que il en ot deus jors les fièvres. 

[Rettart, I, 359-60; éd. Méon,v. 10049-50). 
i5 563. vous est le régime de prenc^, dont le sujet n'est pas 
exprimé. 

15574-77. rapit arma manu nodisque gravatum 

Robur, et aerii cursu petit ardua montis. 
Tum primum nostri Cacum videre timentem 
Turbatumque oculi; fugit ilicet ocior Euro, 
Speluncamque petit ; pedibus timor addidit alas. 
(Virgile, Etiéide,V\\\, 220-24). 
15579-83. 

Quattuor a stabulis praestanti corpore tauros 
Avertit, totidem forma superante juvencas ; 
Atque hos, ne qua forent pedibus vestigia rectis, 
Cauda in speluncam tractos, versisque viarum 
Indiciis raptos, saxo occultabat opaco. 

[Ihid., VIII, 207-11). 
i56o5. La syntaxe de ce vers est expliquée par A. Tobler 
dans ses Mélanges de grammaire française, traduction 
française, p. 180. 

1 5637-38. Ab et Ac donnent receté et certaineté; ils 
écrivent toujours ainsi certaineté, mais toujours ailleurs 
recité. 



NOTES 295" 

i5663. Il semble bien que Jean de Meun ait confondu 
l'île de Cythère avec le mont Cithéron. 

15675-750. Le fond de ce récit est emprunté au livre X 
des Métamorphoses d'Ovide, v. 532-723. 
15679-82. 

Nuper erat genitus, modo formosissimus infans. 
(Ovide, Métamorphoses, X, 522). 
15684-97. 

Sed labor insolitus jam me lassavit, et ecce 
Opportuna sua blanditur populus umbra, 
Datque torum caespes : libet hac requiescere 

[tecum.] 
Et rcquievit humo, pressitque et gramen et ipsum, 
Inque sinu juvenis posita cervice reclinis 
Sic ait, ac mediis interserit oscula verbis. 

{Ibid., 554-59). 
I 5701-3. fortisque fugacibus esto. 

{Ibid.,X, 54S). 
15704-6. Neve feras quibus arma dédit natura lacesse. 

genus omne ferarum 
Quod nontergafugae, sed pugnaepectora praebet, 
Effuge. 

{Ibid., X, 546, 705-7). 
15707-12. In audaces non est audacia tuta. 

{Ibid., X, 544). 
15713-17 

Aut pronos lepores, autcelsum in cornua cervum, 
Aut agitât damas, a fortibus abstinet apris, 
Raptoresque lupos armatosque unguibus ursos 
Vitat et armenti saturatos caede leones. 

(Ibid., X, 538-41). 
15746-50. 

Trux aper insequitur, totosque sub inguine dentés 
Abdidit et fulva moribundum stravit arena. 

{Ibid., X, 715-16). 
15766. Quant leur plaist pourrait se rapporter à ce qui 
suit aussi bien qu'à ce qui précède. 

15874. les représente son jeu au v. 0867, soit plutôt 
dedui^ du v. 15859. 



296 LE ROMAN DE LA ROSE 

15893-16016. Ces vers semblent avoir été inspirés par ce 
passage du De Planctu Nature: terrestrium animalium 
materiande propagini Venerem destinavi, ut varias materias 
in rébus materiandis excudendo substerneret, ego vero in 
naturarum purificatione multiplici, ut operibus manum 
suprême expolitionis apponerem, et ut instrumentorum 
fidelitas prave operationis fermentum excluderet, ei duos 
légitimes malleos efformavi, quibus et Parcarum caveret 
insidias, resque multimodas essentie presentaret (Migne, 
GCX, col. 456 D). 

15921. VeH:^ de religion. Cf. v. i5q3Q. Tous les manu- 
scrits ont veu:j, et au vers suivant neveu^. 

i^gSo. Ce vers, qu'on a déjà vu comme variante du 
v. ii558 dans Bà, se retrouve exactement dans Les trois 
Mors et les trois Vifs des Anciennes poésies françaises des 
xve et xvi*^ siècles, t. V, p. 63. 

iSgSq-Gi. Cinq médecins célèbres : Hippocrate, né à Cos 
en 460 avant J.-C. ; Galien, né à Pergame en i3i après 
.F.-C, Rhasès, Arabe, né vers 860 ; Avicenne, né en Perse 
en y8o ; Constantin, né à Carthage au xi^ siècle. 

15975-98. Sur cette légende du phénix, voir mes Origines 
et Sources du Roman de la Rose, p. i65. 

i6oo5-i6. Voir la note du v. 15893. 

16018. Cf. Ars, licet imitetur naturam, tamen ad plénum 
opus nature attingerc non putest (Albert le Grand, De 
Mineralibus, liv. 1, tr. I, chap. lu). 

i6o35 et suivants. Ars in omnibus imitari non potest 
naturam operis, sed imitatur eam sicut débite potest 
[Summa perfectionis magisterii, Prooemium). 

Voir la note du v. i6o65. 

16042-48. piole^, au masculin, prouve que les adjectifs de 
couleur du vers précédent sont aussi masculins, et ne se 
rapportent pas à armes, mais, par conséquent, comme 
couverts, soit à destriers, soit plus probablement à cheva- 
liers. 

i6o65. 11 est difficile d'indiquer avec certitude dans quel 
ouvrage Jean de Meun a trouvé ce qu'il dit des choses de 
l'alchimie, parce que les mêmes idées sont exprimées, 
souvent en termes semblables, dans plusieurs traités qui lui 
étaient accessibles. D'autre part, des extraits de ces traités 



NOTES 297 

sont reproduits dans le Spéculum Natiirale de Vincent de 
Beauvais, que Jean a pu connaître. 

Je citerai le Brève breviarium de Dono Dei, attribué à 
Roger Bacon, d'après les Scinioris medicinae magistri 
Rogerii Baconis Angli de Arte chymiae scripta..., p. qS- 
264 (Francfort, 1608); la Stimtna perfectionis magisterii 
d'après l'édition de Manget, Bibliotheca Chimica curiosa, 
I,p. 519 et suiv. (Genève, 2 vol. in-fo). 

16065-72. Ex libro IV» Metheororum. Sciant autem arti- 
fices alchimie species nature permutari non posse, sed his 
similia possunt facere, ut album tingere citrino colore ut 
videatur esse aurum... Artificialia quoque non sunt eo 
modo quo naturalia, nec tam certa, licet propinqua sint et 
similia, quoniam ars debilior est natura, nec consequitur 
eam licet multum laboret (v. lôoSS-Sy). Ceterum proportio 
compositionis istarum substantiarum non erit omnibus 
eadem. Hec igitur in aliam permutari non poterit nisi forte 
in primam reducatur materiam {Spéculum Naturale, 1. VIII, 
ch. 841. 

Cette dernière phrase assure au v. 16070 la leçon 
matire de A, au lieu de nature des autres manuscrits. 

Cf. la note 160 18. 

Les V. 16065-82 rappellent aussi les passages suivants de 
la Summa perfectionis magisterii: Distincte sunt rerum 
species et diversitates, quia diverse sunt et distincte ele- 
mentorum ad invicem in commixtione proportiones... Ignota 
igitur miscibilium proportione qua adipiscitur forma et rei 
perfectio, quomodo mixtum vel miscendum formare scie- 
mus? Sed ignoramus solis [sol = or], lune [luna = argent], 
necnon elementorum proportionem : ergo formare ipsa igno- 
rare debemus... Et si proportionem elementorum scires, 
modum tamen mixtionis ad invicem eorum ignoras, quo- 
niam in cavernis et mineris et absconsis locis hec natura 
procréât... Et si hoc débite scires, in mixtionis tamen 
actione ignorares calorem equare agentem, quo mediante, 
res ista perficitur... He omnes persuasiones predicte sunt 
sophistarum artem nostram simpliciter fore negantium 
{Summa perfectionis magisterii, ch. VI). 

16077. elissir. Avicenna : Elexir igitur est res que projici- 
tur super majus corpus et mutât rem a natura sua in aliam. 



298 LE ROMAN DE LA ROSE 

Fit autem quando miscetur corpus minus et spiritus et ele- 
menta et fermentum, fitque de omnibus una confectio ; et 
est elexir verbum grecum quod sonat magnum thesaurum, 
vel meliorem de thesauris {Spéculum Naturale, 1. V'III, 
ch. 81). 

Alchimista : Fit autem elexir duobus modis : uno modo 
ex spiritibus mineralibus et corporibus mundis preparatis ; 
alio modo ex quibusdam rébus provenientibus ex animatis, 
scilicet ex capillo vel ovo vel sanguine ilbid., 1. VIII, 
ch. 82). 

16087-95. Species mutatur in speciem secundum hanc 
viam, cum individuum speciei unius in alterius speciem 
mutatur {Summa perfectionis magisterii,ch. VIII). 

16096-101. Ignem testem invoco inferiorem qui omnia 
corpora inferiora, vegetabilia quidem et sensibilia, conver- 
tit in cinerem, et de cinere vitrum facit, puta de filice facit 
cinerem et de cinere vitrum (Brève breviarium, p. i3o-3i). 

16109. Le choix entre Si et Ci n'est imposé ni par les 
manuscrits ni par le sens. 

161 12. Ceus par Art se rapporte à la double transforma" 
tion de la fougère en cendre, puis de la cendre en verre ; 
cete par Nature, à la transformation des vapeurs en 
pierres. 

161 13. « Pourrait faire la même chose des métaux ». 
i6ii5-i6. Les verbes tolir et mètre dépendent, non pas de 

pourrait, mais de savrait. 

161 19-24. Ubique fere ni libris eorum [philosophorum] 
alchymicis atque naturalibus reperitur metalla omnia ex 
sulphure et argento vivo naturaliter et materialiter esse 
composita [Brève breviarium, p. 99). 

Il semble bien que le v. 16124 ne soit que la traduction 
dein /ièri"5... rejceriVur. Cependant JeandeMeun a pu trouver 
la même théorie de la transmutation des métaux dans le 
Spéculum Naturale de Vincent de Beauvais, qui la donne à 
quatre reprises, d'après différents auteurs (liv. VIII, ch. 4, 
60, 63, 67), spécifiant chaque fois que c'est la qualité et la 
quantité du soufre et du vif-argent qui constituent la diffé- 
rence entre les divers métaux. 

i6i25-36. Si corpora, fili doctrine, vultis convertere, tune, 
si per aliquam medicinam fieri hoc sit possibile, par spiri- 



NOTES 299 

tus ipsos fieri necesse est ; sed ipsos, non fixos corporibus, 
utiliter adhérera non est possibile, immofugiuntet immunda 
relinquunt illa; ipsos autem fixos non est possibile ingredi, 
cum terra facti sunt, que non infunditur ; et tamen inclusi 
corporibus fixi apparent, non tamen sunt {Summa perfec- 
tionis magisterii, ch. X). 

Aristotelis, ubi supra, libro IIII": Aurum profecto liqua- 
tur calido, et si fuerit sulphur mundum et purum et argen- 
tum vivum igneitatis simplicis, non urentis, erit res optima, 
quam recipere possunt alchimiste, ut ex ea fiât aurum. Hoc 
enim ipsum convertetur in aurum [Spccuhim Natiirale, 
Vllî, ch. i3). 

161 26. esperi^j. Il y a 4 esprits : le mercure, le soufre, 
l'arsenic et le sel ammoniac. 

Avicenna in libro alchimie de Anima : Spiritus autem 
minérales sunt sulphur, auripigmentum, sal hammoniacum, 
mercurius. Spiritus, inquam, sunt quia per eos imprimitur 
corpus ut possit cum anima conjungi. Corpora quidem sunt, 
sed ab aliis corporibus differunt, quia sublimantur hec et 
non alia; ideo dicuntur spiritus quia nuUa res sine spiritu 
sublimari potest... Ex doctrina Alchimie : Vide ergo quod 
in visceribus terre virtutem mineralem habentis fit gene- 
ratio spirituum et corporum. Spiritus quidem sunt quatuor, 
scilicet sal hammoniacum et sulphur et argentum vivum et 
arsenicum (Spéculum Naturale, 1. VIII, ch. 60). 

16130-48. Ex argento vivo puro, albo, coagulato, a vir- 
tute sulphuris albi, non urentis, generatur materia in mi- 
nera que per fusionem convertitur in argentum. Ex sul- 
phure autem mundo, claro, rubeo, non habente in se virtu- 
tem adurentem, et ex argento vivo bono, claro, a sulphure 
coagulato, generatur aurum {Ibid., 1. VIII, ch. 60). 

Qui querit ex eo [sulphure] opus elicere, illud per se pre- 
parando non eliciat, quoniam cum commixto perficitur et 
sine illo protelatur magisterium usque ad desperationem, 
et cum suo compari sit tinctura, et dat pondus completum 
unicuique metallorum, et ipsum feditate dépurât et illus- 
trât et perficit cum magisterio, sine quo nullum horum 
prestat, sed potius corrumpit et dénigrât (Summa perfec- 
tionis magisterii, ch. XIIH. Quis tamen metallum radi- 



OOO LE ROMAN DE LA ROSE 

citius citrinat et ad equalitatem perducit et mundat, ex 
omni génère metallorum aurum facit (Ibid., ch. XVII). 

i6i33. Le sujet de avrait est Qiii se savrait... (v. i6i25). 

ï6i^o. pierres envieuses se trouve déjà au v. 6104 dans le 
ms. Bà, au lieu de pierres précieuses. L'épithète envieuse, 
appliquée à pierre, est ainsi expliquée par Jean Le Fèvre 
de Ressons : 

pierres précieuses, 
...qui moût sont envieuses 
A veoir et a regarder. 

{La Vieille, II, 3420). 
aviveuses, enregistré par Godetrov d'après la leçon que 
Méon a adoptée pour le présent passage, est à supprimer du 
dictionnaire. 

161 52-53. Dans le De Planctu Nature, Nature verse 
d'abondantes larmes pour la même raison que dans le 
poème de Jean de Meun, et de même regrette d'avoir formé 
l'homme (Migne, CCX, col. 475 D). 

16165-248. Jean de Meun connaissait le portrait de Na- 
ture, si froidement détaillé, qu'Alain de Lille a placé au 
diéhxii dn De Planctu Nature [N\.\e,ne, CCX, col. 432 A-439C). 
Les vers 162 1 5-32 autorisent à supposer qu'il avait essavé 
de le copier ici, comme il a reproduit ailleurs la définition 
d'Amour et le portrait de Fortune du même auteur, mais 
qu'il a dû renoncer à ce tour de force de mauvais goût. 

161 67. C'est du meins, « c'est bien le moins, cela va de 
soi, c'est tout naturel ». Cette expression se retrouve au 
V. 20o55. Elle est très fréquente dans les anciens textes, 
bien que Godefroy ne l'ait pas relevée. 

16169. par notes, « par écrit ». 

16171. Sur Aigus, voir la note du v. 12790. 

16179-85. Parrhasius, né vers 420, Appelles, névers36o, 
Zeuxis, né vers 470 avant J .-C, étaient peintres ; Myron, 
né vers 43o, Polyclète. né vers 480 avant J.-C, étaient 
sculpteurs. 

16180. Le ms. Ab met un point entre apel et les, et un 
point et virgule après les. 

Le pronom les se trouve aussi à la rime dans les Echecs 
amoureux : 

Conquist les armes Achillès 



NOTES 3oi 

Contre Ajax toutefois qui les, 
Ce samble, mieulx avoir devoit. 
(Dans les Echecs Amoureux .. . von E. Sieper, p. 77). 

16197. Cette anecdote est « remembrée » par Cicéron au 
début du livre II de son traité de Inventione rhetorica. 

i62i5-32. Voir la note des v. 16165-248. 

16249. ^^ sairement est celui qu'on a lu 56o vers plus 
haut (15877-90). 

16272. Le prêtre de Nature est Genius : «Genium vero, 
qui mihi in sacerdotali ancillatur officio... », dit elle, dans 
le De Planctu Nature {Migne, CCX, col. 476 A). 

16277-84. Ille [Genius] vero calamum papyree fragilitatis 
nunquam a sue inscriptionis ministerio teriantem manu 
ferebat in dextera; in sinistra vero pellem novaculedemor- 
sione pileorum cesarie denudatam, in qua,styli obsequentis 
subsidio, imagines rerum, ab umbra picture ad veritatem 
essentie transmigrantes, vita sui generis donabantur; qui- 
bus deletionis morte sopitis, nove nativitatis ortu alie revo- 
cabantur ad vitam {De Planctu Nature, Migne, CCX, col. 
479 C-D). 

16327-28. Varium et mutabile semper 

Femina. 

{Enéide, IV, 569-70). 

i633o-33. Non est caput nequius super caput colubri, et 
non est ira super iram mulieris {Ecclésiastique, X.XV, 22- 
23). Brevis omnis malitia super malitiam mulieris {Ibid., 
XXV, 26). 

16340-43. Accedebant blanditiae virorum... quae maxime 
ad muliebre ingenium efficaces preces sunt (Tite-Live, I, ix). 

i'6344-46. « Radix enim omnium malorum est cupiditas», 
a dit saint Paul {Lettres à Timothée, I, VI, 10), et cette 
pensée a été souvent répétée au moyen âge ; mais ce n'est 
très probablement pas à ce texte que Jean de Meun fait 
allusion. 

16359. '^'^ ' '^^' '* niéme s'il y a, y eût-il ». De même au 
V. i6368. 

16401. Le mot mameles peut désigner le sein d'un 
homme : 

Si près joignissent les poitrines 
Que les mameles et tétines 



302 LE ROMAN DE LA ROSE 

Frotent ensemble. 

[La Vieille, p. 36). 
16456. Répétition du v. SSog. 

16507-8. Dans ces deux vers, qui paraissent en contra- 
diction avec les deux précédents, les paroles ne traduisent 
pas la pensée que l'auteur a voulu exprimer; l'idée est : « à 
moins que les fous ne vous l'aient raconté, l'ayant inventé 
par méchanceté ». L'emploi de l'article défini devant /ow et 
du relatif ^j/i atténue le caractère hypothétique de la phrase, 
comme si la femme ne doutait pas que son mari n'ait 
entendu dire quelque chose. 

16524. sou!:^ pierre, ensevelie dans la tombe. 
i6532-33.Qui son nés trenche, sa face désonore. 
(Recueil Rawlinson II, 338 ; Respit del ciivteis et del vilain, 21). 

Qui son nés coupe, il déserte son vis. 
[Garin le LoJierain, I, 160, 280, II, i.^3; Gibevt de Met^, p. 458). 
Cil qui tranche son nés, il vergongne sa face. 

iÉlie de Saint-Gille v. i565). 
D'autres exemples dans Tristan de Thomas, p. 355, 
V. i545; Hervis de Met:;, v. 2106-7; Destruction de Rome, 
v. 193, etc. 

Non tronces nares, faciem quia dedecorares. 

[Florilège de Saint-Omer, 170). 
Cf. Truncas inhonesto vulnere nares. 

[Enéide, VI, 497). 
16545. Et semel emissum volât irrevocabile verbum. 

(Horace, Pupitres, I, 18, v. 71). 
nescit vox missa reverti. 

(Horace, Art poétique, x . 390). 
16569-70. Cf. V. 16697-98. 

16576. Voir la note du v. 1 1434. 

16577. J'^' adopté la leçon de famés, de Ab, et non des 
famés, des autres mss., parce que la même leçon se retrou- 
vera assurée par l'ensemble des mss. auv. 16699. 

16583-84. Cf. 

Cum tibi blanditia meretrix et dulcia verba 
Proférât, eftugias, quoniam latet anguis inherba. 
(Haurcau, .\/arjuscrits latins, II, p. 47). 

16589-604. 

Qui legitis flores et humi nascentia fraga, 



NOTES 3o3 

Frigidus, o pueri, fugite hinc, latet anguis in 

[herba. 
(Virgile, Bucoliques, HT, 92-93). 

16645-48. Mulier, si primatum habeat. contraria est viro 
suo (Ecclésiastique, XXV, 3o). 

16677-88. L'histoire de Dalila et Samson est racontée au 
chapitre XVI du Livre des Juges. 

16694-95. Ab ea quae dormit in sinu tuo custodi claus- 
tra oris tui [Michée, VII, 5). 

16697-98. Cf. V. 16569-70. 

16729-92. Cum Deus ab ideali preconceptionis thalamo 
mundialis palatii fabricam voluit enotare, etiam mentale 
verbum quod ab eterno de mundi constitutione conceperat, 
reali ejusdem existentia, velut materiali verbo depingere, 
tanquam mundi elegans architectus,... non exterioris ins- 
trumenti laborante suffragio, non materie prejacentis 
auxilio, non indigentie stimulantis fiagitio, sed solius arbi- 
trarie voluntatis imperio, mundialis régie admirabilem 
speciem fabricavit Deus, qui mundiali palatio varias rerum 
species ascribendo, quas discrepantium generum litigio 
disparatas, legitimi ordinis congruentia temperavit, leges 
indidit, sanctionibus alligavit : sicque res generum oppo- 
sitione contrarias, inter quas locus ab oppositis locum 
posuerat, cujusdam reciproce habitudinis relativis 
osculis federando in amicitie pacem, litem repugnantie 
commutavit. Subtilibus igitur invisibilis juncture catenis 
concordantibus universis, ad unitatem pluralitas, ad iden- 
titatem diversitas, ad consonantiam dissonantia, ad concor- 
diam discordia, unione pacifica remeavit. Sed postquam 
universalis artifex universa suarum vultibus naturarum 
investivit, omniaque sibi invicem legitimis proportionum 
connubiis maritavit, volensut nascendioccidendique mutue 
relationis circuitu per instabilitatem stabilitas, per finem 
infinitas, per temporalitatem eternitas rébus occiduis dona- 
retur, rerumque séries seriata reciprocatione nascendi 
jugiter texeretur, statuit ut, expresse conformationis mone- 
tata sigillo, sub derivande propagationis calle legitimo, ex 
similibus similia educerentur. Me igitur, tanquam sui vica- 
riam, rerum generibus sigillandis monetariam destinavit, ut 
ego in propriis incudibus rerum effigies commonetans, ab 



3o4 LE ROMAN DE LA ROSE 

incudis forma conformatum deviare non sinerem, sed mei 
opérante solertia, ab exemplaris vultu, nullarum naturarum 
dotibus defraudata exemplati faciès nullatenus deviaret 
[De Planctu Nature, Migne, CGX, col. 453 B-Dl. 

En même temps que le texte d'Alain, Jean de Meun avait 
sous les yeux celui-ci de Boèce : 

O qui perpétua mundum ratione gubernas, 
Terrarum caelique sator, qui tempus ab aevo 
Ire jubés, stabilisque manens das cuncta moveri ; 
Quem non externae pepulerunt fingere causae 
Materiae fluitantis opus, verum insita summi 
Forma boni, livore carens ; tu cuncta superno 
Ducis ab excmplo, pulchrum pulcherrimus ipse 
Mundum mente gerens, similique imagine formans, 
Perfectasque jubens perfectum absolvere partes. 
Tunumeris elementa ligas, ut frigora flammis, 
Arida conveniant liquidis ; ne purior ignis 
Evolet, aut mersas deducant pondéra terras. 

[De Conselatione, 1. III, m. ix 
Cf. aussi 1. IV, m . vi : 

Haec concordia tempérât acquis 
Elementa modis, ut pugnantia 
Viribus cédant humida siccis, 
Jungantque tidem frigora flammis, 
Pendulus ignis surgat in altum 
Terraeque graves pondère sidant. 
16793-800. Cum omnia lege sue originis meis legibus 
teneantur obnoxia mihique debeant jus statuti vectigalis 
persolvere, fere omnia tributarii juris exhibitione légitima 
meis edictis regulariter obsequuntur, sed ab hujus univer- 
sitatis régula solus homo anomala exceptione excluditur . . . 
Attende quomodo fere quelibet juxta mei promulgationem 
edicti, prout ratio native conditionis expostulat, mei juris 
statuta persolvant {De Planctu Nature, Migne, CCX, col. 
448 C-D.). 

i68oi-i3. Firmamentum, quotidiana circuitione circum- 
agens universa, juxta mee discipline doctrinam, non nuga- 
toria volutionis identitate, unde procedit, regreditur, et 
quo vadit progreditur. Stelle ad ipsius firmamenti fulgu- 
rantes honorem, ipsum suis ornamentis vestiendo, brèves 



NOTES 3o5 

sui itineris dietas expiantes, varia gyratione ejusdem spatia 
metienda, mee militant majestati {Ibid., col. 448 D). 

16807. Le sujet de va est //' ceaiis, le ciel. 

i68ii-i3. Macrobe montre que le soleil, la tune et les 
cinq étoiles errantes ont un mouvement contraire à celui 
du ciel (Songe de Scipioti, liv. I, ch. xviirj. 

De même Chalcidius, commentant ces paroles du Timée : 
« Deum septem illos circulos contraria ferri agitatione 
jussisse », dit que le soleil, la lune et les autres planètes 
tournent en sens contraire au mouvement du ciel, « ab ins- 
tituto naturalique cursu remorentur progressionem (Com- 
mentaire sur le Timée, xcvi). 

Cf. Et sicut contra ratam tirmamenti volutionem motu 
contradiciorio exercitus militât planetarum (De Planctu 
Nature, Migne, CCX, col. 443 By. 

16816. trente e sis mile an:^. Hec fuit sententia Empe- 
doclis... vocat magnum annum spatium temporis quo 
superiores orbes et stelle revertuntur omnes simul ad 
principium primum sui motus, quod non accidit ad minus, 
secundum Ptolemeum, nisi in triginta et sex millibus 
annorum (Albert le Grand. De Celo et Mundo, 1. I, tr. IV, 
ch.i;. 

Macrobe fixe à i 5ooo ans, « ut phvsici volunt », la durée 
de cette révolution [Songe de Scipion, il, xi). 

i6833-35. Voir la note des v. ihSqS-oio. 

1GS34-33. C'est-à-dire : chacune reste claire, reluisante et 
nette durant tout son cours. 

16843-46. Part est le sujet et rais le régime de referir. 

La construction grammaticale de ces trois vers est : « Ce 
que (Le fait que) la clere part de sa sustance ne peut pas 
referir les rais que li solaus i lance li fait périr sa lueur ». 

16848-50. Construire : « Mais l'espesse [part], qui peut 
bien contrester aus rais, pour conquester sa lumière, 
demoutre lueur ». 

i6855-8o. Dans la proposition qui s'étend du v. i6833 au 
V. 16880, les vers 16863-70 forment une incidente; Ausinc 
(16871) répond à Si con (i6855) : " De même que.... 
de même... » 

16865. d'autre part, sur le côté opposé à celui où arrivent 
les rayons du soleil. 

Tome IV. 20 



3o6 LE ROMAN DE LA ROSJi 

16S69. I.e sujet de fust est, je crois, li veirres, et non 
/;' cors : « et qu'il fût opaque par l'application d'un corps 
étranger {d\iutrt') ou de lui-même (de sei}. 

iG863-8(). lAina speculi instar lumen quo illustratur 
remittit (Macrohe, Songe de Scipiou, I, xixi. 

1ÔS81-94. Hec figura est de natura lune que terrestris est, 
et in quantum nos considerare potuimus ad visuni diligenti 
et frequenti consideratione, videtur nohis umhra hec esse 
ex parte Orientis versus inleiiorem arcum lune, et habere 
tiguram draconis convertentis caput ad Occidentem, et cau- 
dam adOrienteni revolventis ex parte inferioris arcus,cujus 
cauda in fine non est acuta, sed lata per modum ft)lii habentis 
très portiones circuli ad se in\ icem conierminatas, in cujug 
draconis dorso erigitur figura arboris, cujus rami a medio 
stipite obiiquantur infcriori parte lune versus Orientem, et 
super obliquum stipitis ejus per ulnas et caput appodia- 
tus est homo, cujus crura descendunt a superiori parte lune 
versus partcni occidentalem («Mbert le Grand, De Cela et 
Miindo, i. II, tr. III, ch. viii). Cf. Romjinia, XXIV, 277. 

i6895-(^io. Planète, prout a me dispositit>nis mee exivit 
ediclum, firmamcnti impetum refienantcs, ad ortum nisu 
contrario peregrinant, postque ad suam occasus regionem 
repatriant iDe Pljiictii N^Jture, Migne, CCX, col. 448 D). 

i6(jii-i5. Mediam fere regionem sol obtinet, dux et 
princeps et modcrator luminum reliquorum, mens mundi 
et temperatio iMacrolie, Songe de Scipion, I, ch. wii). Au 
chapitre x, Macrobe explique pourquoi Cicéron appelle 
le soleil «dux et princeps et modcraior luminum reliquo- 
rum, mens mundi et temperatio ». 

i69-2q-38. Le second des Mythographes publiés par 
A. Mai est, je crois, le seul auteur qui fasse des trois Furies 
les filles de la Nuit et d'Acheron : « Plutoni très deserviunt 
Furiae, Noctis et Acheruntis tiliae (Mytiiographe II, ,^ 12). 

i6y3G. Forseneries, « Furies «. 

ir)987 ongier, « oindre » : j'ai explique ce mot dans la 
Roniania, XLVIIl, p. 383. 

1O990. « Chacun se la peut abréger ». 

ijo2)0. demeurent entre veies, «s'arrêtent en route, ne vont 
pas plus loin». Entre veies est écrit en un seul mot dans 
Ab, en deux mots dans Ac. Godefroy ne donne qu'un 



NOTES 



JO7 



exemple de enti-evoyes, qu'il traduit « en attendant, dans 
l'intervalle ». Dans un texte de Reims, de 1248, entre voies 
signifie «en r(.)ute, pendant le voyage » {Musée des Archives 
départementales , n" 78). 

17039-51. Empedoclis, qui, per suam philosophiam, 
ne dicam melancholiam, id est atram bilem, victus, Etnam 
sibi mausoleum elegit (G. Map, Valerius, III|. 

i7o52-58. Ce trait dOrigène est rapporté dans V Histoire 
ecclésiastique d'Eusèbe il. VII, ch. vu), d'où il a passé 
dans plusieurs des compositions certainement connues de 
Jean de Meun; Abélard ne le cite pas moins de quatre fois, 
notamment dans sa ir* et sa 7^épîires (éd. Cousin, p. 32 et 
p. i5o). Voici en quels termes il est rapporté par Jean 
de Salisbury : Ut de ceteris taceam quos simplicitas egit in 
culpam,philosophusacutissimus etlitteratissimuschristianus 
Origenes, sicut Ecclesiastica refert Historia, se ipsum cas- 
travit, fornicationem eflficacissime fugiens, immo et omnem 
que fingi posset precavens suspicionem, ut exinde sine 
nota cum virginibus habitaret {PolycraticuSjYlU, vi,p. 25i). 

17101. Tout le chapitre qui suit sur la prescience divine 
et le libre arbitre est emprunté à Boèce. 

171 13-24. Frustra enim bonis malisque praemia poenae- 
que ponuntur, quae nullus meruit liber ac voluntarius 
motus animorum (Boèce, De Consolatione, 1. V, prose m). 

17125-34. Sicuncta prospicit Ûeus, neque falli ullo modo 
potest, evenire necesse est quod Providentia futurum esse 
praeviderit. Quare, si ab aeierno non facta hominum modo 
sed etiam consilia voluntatesque praenoscit, nuUa erit 
arbitrii libertas : neque enim vel factum aliud ullum, vel 
quaelibet existere poterit voluntas, nisi quam nescia falli 
Providentia divina praesenserit. Nam si res aliorsum quam 
provisae sunt detorqueri valent, non jam erit futuri firma 
praescientia, sed opinio potius incerta, quod de Deo cre- 
dere nefas judico {Ibid., 1. V, pr. m). 

17139. Voir la note 6592. 

17155-86. Quo semel recepto, quantus occasus humana- 
rum rerum consequatur, liquet. Frustra enim bonis malis- 
que praemia poenaeve proponuntur, quae nullus meruit 
liber ac voluntarius motus animorum. Idque omnium vide- 
bitur iniquissimum quod nunc aequissimum judicatur : vel 



3o8 LE ROMAN DE LA ROSE 

puniri improbos vel remunerari probos, quos ad alterutrum 
non propria mittit voluntas, sed futuri cogit certa néces- 
sitas. Nec vitia igitur nec virtutes quidquam fuerint, sed 
omnium meritorum potius mista atque indiscreta confu- 
sio. . . Igitur nec sperandi aliquid nec deprecandi uUa ratio 
est. Quid enim vel speret quisquam, vel etiam deprecetur, 
quando optanda omnia séries indetlexa connectit [De Con- 
solatione, 1. V, pr. m). 

17187-200. Nec iniquae leges solutis omni necessitate 
voluntatibus praemia poenasque proponunt. Manet etiam 
spectator desuper cunctorum praescius Deus, visionisque 
e)us praesens semper aeternitas cum nostrorum actuum 
tutura qualitate concurrit, bonis praemia, malis supplicia 
dispensans [Ibid., 1. V, pr. vi). 

17195. L'expression gen^ lais revient cinq fois (SoSg, 
17106, 17195, 17394, 18277) dans le poème de Jean de Meun. 
Une fois Ab donne lais gen:^, mais Ac ge}i:[ lais. Trois fois 
(17106, 17195, 18277) l'expression est suivie d'un mot com- 
mençant par une voyelle, de sorte qu'on pourrait écrire gent 
laie, Ve de laie étant élidé, mais cette correction serait im- 
possible aux deux autres exemples. Quatre fois gem^ lais est 
au cas régime, mais au v. 17193, ces mots sont sujets, et la 
graphie est la même : je l'ai gardée. Jamais gent laie, ni 
laie gent ne se rencontrent dans le poème, mais on y trouve 
gent menue (6412), gent desveiee (19174), ^e«:f crestienes 
(19 189) et dans le poème de Guillaume de Lorris gen:^ 
menues (2101). 

17227-38. Duae sunt enim nécessitâtes, simplex una, 
veluti quod necesse est omnes homines esse mortales, altéra 
conditionis, ut, si aliquem arnbulare scias, eum ambulare 
necesse est. Quod enim quisque novit, id esse aliter ac 
notum est nequit. Sed haec conditio minime secum 
illam simplicitatem trahit (De Consolatione, 1. V,pr. vi). 

17239-66. Frustra etenim esset artis eHectus si omnia 
coacta moverentur (Ibid.. 1. V, pr. iv). 

17261. Le sujet défont est gen^, exprimé au v. 17240. 

17267-312. Ncque enim illam probo rationem qua se 
quidam credunt hune quaestionis nodum posse dissolvere. 
Aiunt enim non esse ideo quid eventurum quoniam id pro- 
videntia futurum esse prospexerit, sed e contrario potius 



NOTES 3o9 

quoniam quid futurum est, id divinam providentiam latere 
nonposse, eoque modo necessarium hocin contrariam relabi 
partem. Neque enim necesse esse contingere quae provi- 
dentur, sed necesse esse quae futura sint provider! . Quasi 
vero quae cujusque rei causa sit, praescientiane futurorum 
necessitatis an futurorum nécessitas providentiae laboretur. 
... quod sentire non modo nefas est, sed etiam voce pro- 
ferre (Boèce, De Consolatione, 1. V, pr. m). 

17307. Qui se rapporte à pourveance. 

i73i3-5o. At si, uti sunt, ita ea futura esse decernit ut 
aeque vel fieri ea vel non tîeri posse cognoscat, quae est 
haec prescientia quae nihil certum, nihil stabile compre- 
hendit? Aut quid hoc refert vaticinio illo ridiculo Tiresiae? 
«Quidquid dicam aut erit aut non.» Quid etiam divina pro- 
videntia humana opinione praestiterit.si uti homines incerta 
judicat quorum est incertus eventus? (Boèce, De Consola- 
tione, 1. V, pr, III). 

17352-71. Hic si dicas : quod eventurum Deus videt, id 
non evenire non posse ; quod autem non potest non evenire, 
id ex necessitate contingere, meque ad hoc nomen necessi- 
tatis astringas ; fatebor rem quidem solidissimae veritatis, 
sed cui vix aliquis nisi divini speculator accesserit. Respon- 
debo namque idem futurum, cum ad divinam notionem 
refertur, necessarium; cum vero in sua natura perpenditur, 
liberum prorsus atque absolutum videri... Haec igitur, ad 
intuitum relata divinum, necessaria fiunt per conditionem 
divinae notionis ; per se vero considerata, ab absoluta natu- 
rae suae libertate non desinunt... Haec, si ad divinam noti- 
tiam referantur, necessaria; si per se considerentur, neces- 
sitatis esse nexibus absoluta {Ibid., 1. V, pr. vi). 

17375-76. La leçon que j'ai adoptée est celle de Bà. Les 
vers 17385-86 prouvent qu'il s'agit ici de la puissance et de 
la bonté de Dieu, et non pas de la puissance et de la bonté 
de sa science. 

17385-88. Quod si apud illum rerum omnium certissi- 
mum fontem nihil incerti esse potest, certus eorum est 
eventus quae futura firmiter ille praescierit (Boèce, De 
Consolatione, 1. V, pr. m). 

17397-400. Nam sicut scientia praesentium rerum nihil 
his quae tiunt, ita praescientia futurorum nihil his quae 



3lO LE ROMAN DE LA ROSE 

Ventura sunt necessitatis importât [Ibid., 1. V, pr. iv). 
17426. Son maistre, le maître de la chose, l'homme qui 
tient. . . e s'encline. . . 

1743 1. Le sujet de set est ici, comme aux vers 17428 et 
17434, Deus. 

17494-98. Quid sit igitur aeternitas consideremus. . . 
Aeternitas igitur est interminabilis vitae tota simul et per- 
fecta possessio (Boèce, De Consolatione, I. V, pr. vi). 

17490-526. Ce passage pourrait avoir été inspiré par les 
vers suivants de Boèce : 

O stelliferi conditor orbis, 
Qui, perpetuo nixus solio, 
Rapido caelum turbine versas 
Legemque pati sidéra cogis. 



Nihil antiqua lege solutum 
Linquit propriac stationis opus, 
Omnia ccrto fine gubernans. 

[De Consolatione, 1. I, mètre v). 
17M3. Le sujet de recevront est les particulières choses, 
que eus désigne ; leur se rapporte à cors celestre . 

17549. Malgré l'accord des manuscrits, je crois qu'il faut 
ici, non pas jcar, mais jL'OMr, pendant du pour à\x v. 17544, 
non contestable. 

17582. // représente // ceaus. 
17597. Par, « parmi, à travers ». 

17598-645. L'épisode de Deucalion et Pyrrha est em- 
prunté au livre I des Métamorphoses d'Ovide, v. 3 18 et 
suivants. 

17600. (^um consorte tori parva rate vectus adhaesit. 

(Ovide, Métamorphoses, I, 319). 
17604-5. ... liquidis stagnare paludibus orbem. 

[Ibid., I, 324). 
17607-8. Et superesse virum de tôt modo millibus unum, 
Et superesse videt de tôt modo millibus unam . 

[Ibid., 1, 323-26). 
1761 1 -2'), 

l-'atidicamque Themin. quac tuncoracla tenebat 

Ut templi tetigere gradus, procumbit uterque 



NOTES 3ll 

Pronus humi. 

DicThemi, qua generis damnum reparabile nostri 

Arte sit. . . 

Motadea est sortemque dédit: «Discedite templo». 

Ossaque post tergum magnae jactate parentis. 
Obstipuere diu, rumpitque silentia voce 
Pvrrha prior, jussisque deae parera récusât, 
Detque sibi veniam pavido rogat ore, pavetque 
Laedere jactatis maternas ossibus umbras. 

[Ibid., I, 32 1, 375-76, 379-80, 38 1, 383-87). 

17Ô24. La plupart des manuscrits dont je reproduis les 

variantes étant picards ne laissent pas voir s'ils font le 

sort du masculin ou du féminin ; j'adopte la sort de Ab 

et Ac. 

17630-33. 

Magna parens terra est : lapides in corpore terrae 
Ossa reor dici : jacere hos post terga jubemur. 

{Métamorphoses, I, 393-94). 
17635-40. 

Et jussos lapides sua post vestigia mittunt. 

Inque brevi spatio, superorum numine, saxa 
Missa viri manibus faciem traxere virorum, 
Et de femineo reparata est femina jactu. 

(Ibid., I, 3g9, 41 i-i 3). 
17644-45. 

Inde genus durum sumus experiensque laborum, 
Et documenta damus qua si mus origine nati. 

[Ibid., I, 414-13). 
1765 1. Harbau^ (graphie de A) se représente au v. 17660^ 
et signifie '< disette, famine ». Il a le même sens dans Audi- 
gier [herbot, v. i36i et dans le Roman de Renart [lier- 
bout, XI, looS, Méon, v. 253(J2); il signifie « cherté « dans 
le Livre de Jostice et de Plet {herbaiit, p. 148). Dans Per- 
ceforest, Herbau est «le dieu de misère et de povreté », 
suivant Godefroy. L'expression de Rabelais, « monter 
dessus comme herbault sus paoïivres gens » (IV, ch. lu) 
a fort embarrassé les commentateurs. Les uns ont expliqué 



Û I 2 LE ROMAN DE LA ROSE 

herbault par « désert, abandonné » : d'autres, plus nom- 
breux, par « sorte de chien basset w, d'autres encore, par 
« sorte de corvée ». En réalité, le sens est « misère », et 
la preuve en est que le dicton, détourné par Rabelais de 
son emploi habituel, existe encore sous la forme c se jeter 
dessus comme la misère sur les pauvres gens » ou « sur 
le pauvre monde ». (Je Tai entendu souvent, notamment 
à Bar-le-Duc). J. Grimm fait venir herbaut de l'ancien 
haut allemand Héritait (der Hunger fahrt wie ein gewal- 
tiger Krieger durch die Welt. Deutsche Mythologie, ^^ éâïx., 
II, 740). Le mot était aussi adjectif, signifiant « pauvre, 
misérable » : herbaiide dans le roman de la Violette, v. 1440 ; 
herbot dans le Miserer'e du Reclus de MoUiens, str. 210. 

17793-874. Développement de cette phrase de Boèce : 
Humanae quippe naturae ista condicio est ut tum tantum 
ceteris rébus cum se cognoscit excellât, eadem tamen infra 
bestias redigatur si se nosse desierit, nam ceteris animanti- 
bus sese ignorare naturae est, hominibus vero vitio venit 
(De Consolatione, 1. II, pr. v). 

17794. Sens analogue de nu au v. i6o32. Cf. 
fièvre continue. 
Qui de garison est si nue. 

(G. Guiart, Royaux lignages, v. 11753-34). 

17834. Et ne seraient pas inférieurs aux hommes. 

17868. Tous les manuscrits ont il, au lieu de el, mais 
c'est ainsi que la plupart représentent généralement la 
forme monosyllabique du pronom sujet féminin devant 
un mot commençant par une consonne ; en réalité la faute 
n'est assurée que dans Ah, qui écrit habituellement el. 

17879. Répétition du v. 1 i 160. 

17880-904. Aer, meis disciplinatus doctrinis, nunc aura 
henevola gratulatur, nunc nubium fletibus quasi compatiens 
lacrymatur, nunc corrixationibus ventorum irascitur, nunc 
coruscationibus illuminatur, nunc tonitruum minaci mu- 
gitu concutitur, nunc clibano caloris decoquitur, nunc 
austeritate frigoris asperatur (De Planctu Nature, Migne, 
CC^X, col. 449 A). 

17889. L'allitération dans ce vers vise à l'harmonie 
imitative. 

17920. // représente H ceaus. 



NOTES 3 I 3 

17935-38. 

Sternuntur segetes et deplorata coloni 

Vota jacent. 

(Ovide, Métamorphoses, I, 2-]2--]'}>). 

17945. ... et altis 

Incursant ramis 

{Ibid., l,3n2-3). 

Godefroy connaît trois verbes escorcier; le 3^ n'est repré- 
senté que par un exemple du Roman de la Rose, où escorcent 
est une faute pour estortent (v. 19848) ; il est donc à suppri- 
mer. Sous la forme pronominale, le premier signifie 
c( courir », le second « se retrousser d ; apparemment l'un 
doit être rattaché à l'autre : le sens primitif a dià être « se 
retrousser pour mieux courir ». Mais parmi les exemples 
du premier figure à tort ce vers du Roman de la Rose : 

S'escourserent par toutes terres (v. 9565|. 
auquel on pourrait ajouter : 

E s'escoursent contre les chesnes (v. 17945). 
Ces deux exemples sont écrits par s dans Ab, qui ne 
confond jamais c et s, et dans beaucoup d'autres manuscrits; 
le second traduit directement incursant. ,Ie sépare donc 
s'escourser de s'escourcier . 

17970. Con, « bien que ». 

17979. cumque suis rapiunt penetralia sacris. 

(Ovide, Métamorphoses, I, 289). 

i8o3i. Allusion au livre III de la Météorologie d' h.vi?,\.o\.Q . 

Cf. la note 18200-6. 

18034. Alhazen ben Alhazen ibn Alhaitam est mort au 
Caire en io38. I.a liste de ses traités est donnée dans la 
Bibliotheca arabico-hispanica Escurialensis de Casiri 
(I, p. 4i5). 

\.e Wvre de?, Regards, traduit en latin, a été imprimé 
sous le titre : Opticae thésaurus Alha^eni Arabis (Bâle, 
1572I. Il n'y est pas question de l'arc-en-ciel. 

18059-60. Si l'on connaissait les causes des phénomènes, 
on aurait de ceux-ci, non la créance, mais la science : croire, 
au contraire de savoir, n'implique pas la certitude. 

18061-129. Voir la note des v. 13840-71. 

18149-52. Mulieris bonae beatus vir (Ecclésiastique, 
XXVI, I). 



3 14 LIî ROMAN DE LA ROSE 

i8i58. Entre la France et la Sardaigne, il y a de l'eau, 
mais entre la France et la Cerdagne s'élèvent les Pyrénées: 
je crois donc qu'ici la Sardaigne, comme la Sartaigne dans 
plusieurs chansons de geste, désigne la Cerdagne. 

i8io5. // désigne le meien. 

18200-6. [^e passage d'Aristote auquel Jean de Meun fait 
allusion est ainsi traduit par Barthélémy Saint-Hilaire : 
«.. . comme il arrivait à un malade qu'on cite et qui avait la 
vue mauvaise et peu perçante. Il lui semblait toujours voir 
sa propre image qui le précédait et qui le regardait en sens 
contraire de lui. Cet effet venait de ce que la vision était 
réfractée de l'individu à l'individu lui-même. La vision 
était chez cet homme tellement faible et tellement légère 
par suite de la maladie que l'air qui était tout près de lui et 
qu'il ne pouvait repousser devenait un miroir comme l'air 
qui est loin et épais [Météorologie, III, iv, 3). 

18213. L'emploi de la préposition de dans ce vers et dans 
le V. 18240 a été expliqué par A. Tobler, dans ses Mélan- 
ges de grammaire française, traduction française, p. 7. 

18252. Il n'est pas certain que Jean de Meun ait en vue 
quelque « livre » en particulier. 

18339. ^^ s^' rapporte à Ven pour Von. 

1S343-424. On peut considérer ce passage comme le déve- 
loppement des lignes suivantes : « Est enim èvùirviov quo- 
tienscura oppressi animi corporisve sive fortunae, qualis 
vigilantem fatigavcr;U, talem se ingerit dormienti : animi, 
si amator deliciis suis aut fruentem se videat aut carentem ; 
si metuens quis imminentem sibi vel insidiis vel potestate 
personam, aut incurrisse hanc ex imagine cogitationum 
suarum aut elfugisse videatur (Macrobe, Commentaire sur 
le Songe de Scipion, I, ch. m). 

18410. Ce vers ne dépend pas de ensivablcs, mais de 
songent, et indique par quelles associations d'idées, sem- 
blables ou contraires, on peut songer. 

1S427. Des textes nombreux sur les chevauchées noctur- 
nes des femmes ont été réunis par Du (]ange (aux mots 
Abundia, Diana, Hera, Holda] ; par J. Grimm, Deutsche 
Mj^thologie {4'- àdit.), I, p. 22007, 882-86; par A. VVesselof- 
sky, Alichinn e Aredodesa, dans Giornale storico délia 
Letteratura italiana, XI (1888), p. 323-43, et par nKji dans 



NOTES 3 I 5 

mes Origines et Sources du Roman de la Rose, p. 166-169. 
On pourrait en citer d'autres. La troupe est généralement 
conduite par Diane, ou Hérodiade, ou dame Abonde, ou 
Holde. 

r.e plus ancien texte où figure le nom d'Abondé paraît 
être celui de Guillaume d'Auvergne, évêque de Paris, qui 
en donne l'étymologie : Nominationes ipsorum [demonum] 
ex malignitatis operibus eorumdem sumpte sunt... Stryges 
seu Lamie, a stridore et laniatione, quia parvulos laniant 
et lacessere putabantur et adhuc putantur a vetulis insa- 
nissimis ; sic et démon qui pretextu mulieris cum aliis de 
nocte domos et cellaria dicitur frequentare, et vocant 
eam Satiam. a satietate, et dominam Abundiam, pro 
abundantia quam eam prestare dicunt domibus quas 
frequentaverit ; hujusmodi etiam demones, quas Dominas 
vocant vetule, pênes quas error iste remansit, et a quibus 
solis credîtur et somniatur ; dicunt bas dominas edere 
et bibere de escis et potibus quos in domibus inveniunt, nec 
tamen consumptionem aut imminutionem eas facere escarum 
et potuum, maxime si vasa escarum sint discooperta et 
vasa potuum 'texte poculorum) non obstructa eis in nocte 
relinquantur. Si vero operta vel clausa inveniunt seu ob- 
structa, inde nec comedunt nec bibunt, propter quod in- 
faustas et infortunatas rclinquunt nec satietatem nec 
abundantiam eis prestant^s {Sccunda pars de Universo, III, 
XII, p. io36, dans Guillelmi Alverni... opéra omnia, 1. 1. Paris, 
1674, 2 vol. in-foi. Et plus loin: De illis vero substantiis que 
apparent in domibus, quas dominas nocturnas et principem 
earum vocant dominam Abundiam, pro eo quod domibus 
quas fréquentant abundantiam bonorum temporaiium 
prestare putantur, non aliud tibi sentiendum est neque 
aliter quam quemadmodum de illis audivisti... Quapropter 
eo usque invaluit stultitia hominum et insania vetularum 
ut vasa vini et receptacula ciborum discooperta relinquant 
et omnino nec obstruant neque claudant eis noctibus 
quibus eas ad domos suas credunt adventuras, ea de 
causa videlicet ut cibos et potus quasi paratos inveniant et 
eos absque difficultate apparitionis pro heneplacito 
sumant (p. 1066). 

Dans le fableau Des trois dames qui trouvèrent Vanel au 



3l6 LE ROMAN DE LA ROSE 

conte {Recueil de Montaiglon et Raynaud, VI, i), c'est « de 
par dame Avonde » que la « richesce abonde » dans une 
maison où elle doit venir « aussi tost con l'en avra soné 
cuevre feu... très qu'aus cos chantant », et où des mets lui 
sont préparés. Raoul de Presles mentionne encore « la 
mesgnee de Hellequin, de dame Habonde et des esperis 
qu'ils appellent fées » (Du Gange, à Hellequinus). 

La souveraineté de ce démon féminin sur la tierce partie 
du monde est mentionnée par Ratherius (mort en 974), 
dans son Volumen Proloquiorum : «Herodiam illam, baptis- 
tae Ghristi interfectricem, quasi reginam, immo deam pro- 
ponant, asserentes tertiam totius mundi partem illi traditam, 
quasi merces fuerit prophetae occisi. » (Martène et Durand, 
Aniplissima collectio, IX, 7981 ; et dans V Ysengriniis : 
Pars hominum meste tertia servit hère. 



Nuno ea nomen habet Pharaildis, (i) Herodias 

[ante. 
(Édit. Voigt, II, 90, 93). 

Les bones dames de Jean de Meun sont appelées par 
Guillaume d'Auvergne dominas, dominas nocturnas; par 
Jacques de Vitry, domittas \ par Etienne de Bourbon et Vin- 
cent de Beauvais (qui ont emprunté leur anecdote du curé 
et de la vieille, qu'on cite souvent, à Jacques de Vitrv, !;( 
ccLxix, qu'on ne mentionne pas à ce proposi, bonas res . 
Dans le Jeu de la Feiiillée, les bones dames sont les fées. 

Je n'ai trouvé nulle part ailleurs que dans le Roman de 
la Rose la mention que la course nocturne avait lieu trois 
fois la semaine, ni ce que dit Jean de Meun du rôle des 
âmes dans ces pérégrinations. 

184.60. Li deciple de {tel) coi/vfn^, locution courante. Dans 
Le Chevalier au lion, ceux qui se sont donnés à Amour sont 
Li deciple de son covant (v. iT»). 

[8469. La résurrection de Lazare est racontée dans 
l'évangile selon saint Jean, ch. xi. 

18372. L'auteur de l'Almageste est Ptolémée. Voir la note 
7037-43. 

18575-76. A. Tobler, dans ses Mélanges de grammaire 

(i) Pharaildis = F'rau Helde ou Holde. 



NOTES 3 I 7 

française, traduction française, p. 807, a expliqué la tour- 
nure grammaticale de ces deux vers avec le relatif cui 
donné par Méon ; j'ai cru devoir garder qui (^ si quelqu'un) 
de A. 

I 8580-88. 

Dulcis inexpertis cultura potentis amici : 
Expertus metuit. 

(Horace, Épîtres, 1, xviii, 86-87). 
iSSgS-Goo. 

Omne hominum genus in terris 

Simili surgit ab ortu ; 
Unus enim rerum pater est, 
Unus cuncta ministrat. 

(Boéce, De Consolatione. 1. III. m. vi). 
Ki est celui qui ce direit 
Dont gentillece as uns vendreit 
Plus qu'as autres ? Par quel resun ? 
Ore m'en di veire achesun 
Quant de Deu sunt trestuit cstrait, 
Grant et petit et bel et lait. 

{Enseignements 7'rebor, v. 1965-70). 
Tout somes d'Adan et d'Evain 
Fait; de no père souverain 
Dieu ne sai nus ait avantage. 
Au naistre autant a de malage 
Li mère au roi corne autre dame. 
Geste raisons orguel moût blasme. 
Et d'autel matere est estrais 
Li rois c'uns autres; n'est fors brais 
De lui ne de nous n'est fors fiens. 

(J. Gielée, Renart le Nouvel, v. 5887-9 J>). 
Car il n'est nuls gentis s'il n'est a bien pensans, 
Car trestous venons d'Eve; nos pères fu Adans. 

(Baudouin de Sebourg, III, 616). 
Del vilain est traiz li gentils 
Et del gentil li vilains vils; 
Autre chose n'est gentillece 
Fors une envellie richece. 

(Ms. Bibl. Nat., f. fr. 2174). 
18Ô02 et suivants. La tirade qui suit sur la noblesse de 



3 1 S LE ROMAN DE LA ROSE 

naissance et la noblesse du cœur est un thème qui a été 
souvent formulé ou développé au moyen âge, soit en latin 
soit en français. J'en citerai seulement quelques exemples, 
et je renverrai aussi à la note qui précède et aux deux qui 
suivent : 

Li nons ne fait pas la proëce. 
Mais li cuers et la gentillece. 

(Robert de Blois, Beaudous, introduction, v. 43-44). 
Nus n'est vilains se de cuer non. 

[Chansons et Dits artésiens, XVI, 5i). 
Cil est vilains qui fait la vilonnie. 

[Gardon, p. 21 3). 
Nus n'est vilains se de cuer non. 
Vilains est qui fait vilonie. 
[Des chevaliers, des clercs et des uilains, v. 44-45, Méon, Recueil). 
Nus n'est vilain se du cuer ne li muei;au cuer tient la vil- 
lenie, au cuer tient la noblece et la courtoisie (Hauréau, 
Manuscrits latins, III, 114). 

Uevre qui n'est loiaus ne saine 
Doit estre par raison vilaine. 
Et cil qui la fet est vilains 
De cuer et de cors et de mains. 

(Guiot de Provins, iî/è/f, V. ioi5-i8). 
Est vulgariter dictum: Villanus est ille qui facit villaniam, 
non qui in villa nascitur [Dialogus Crcatiiraritm, éd. 
Graesse, p. 263. Cité dans Roviania, XXI, p. 3 18). 

Nobiliter vivens et agens hec nobilis est gens. 

[Fruverbia seriosa, 401 bisK 
18609-12. Cf. Videtur namque esse nobilitas quaedam de 
meritis veniens laus parentum (Boèce, De Consolatione, 1. 
III, pr. VI). 

Quamvis virtus non sit nobilitas generis, nobiles tamen 
strepunt propter avos et se existimant digniores aliis (Ser- 
mon du XIII' siècle, cite par Haureau, Manuscrits latins, I, 
p. 329). 

i86i5-i6. ... nobilitas sola est atque unica virtus. 

(Juvénal, Satire Vlil, v. 20). 
Cette sentence a été souvent répétée au moyen âge : 
Nobilis est ille quem nobilitat sua virtus. 

J'roverbia seriosa, 401). 



NOTES 3 19 

N'irtus nobilitat hominem, virtute lelicia 
Migrât in exilium nobilitatis honor. 
^ [Floiilegitim Gottingense, 2o3). 

Nobiliias generis non nobilitat, generosum 

Virtus sola valet nobilitare virum. 

(Anon)'me). 

Nobilitas sola est animum quae moribus ornât. 
(Gautier de Chàt'iWon, Alex and rets, I, lojî). 
Cf. Melior est nobilitas facta quam nata (Alain de 
Lille, De Arte predicandi). 

i8658. Les nobles seuls avaient droit de chasse. Cf. v. 
18752. 
18681-710. Cf. 

Prima mihi debes animi bona; sanctus haberi 
Justitiaeque tenax factis dictisque mereris : 
Agnosco procerem. Salve, Gaetulice, seu tu 
Silanus : quocumque alio de sanguine rarus 
Civis et egregius patriae contingis ovanti, 
Exclamare libet populus quod clamât Osiri 
Invento. 

(JuN'cnal, Satire V\\\, 24-30). 
1860Q. Gauvains. Voir la note du v. 209.3. 
18701. Ce vers se retrouve dans les Roiaiix lignagnes 
(Buchon, V. 2678). A. Tobler a donné dans l'introduction 
de son édition du Dit doit vrai aniel (3^ édition, p. xiv) 
une liste des compositions où est fait l'éloge du comte d'Ar- 
tois Robert IL 

18706. Ce vers pourrait être une réminiscence de celui-ci 
de Virgile : 

Ante annos animumquegerens curamque virilem. 

[Enéide, IX, 3 10). 
Cf. t)uar je morrai ençois mes dis. 

{Partonopeus, v. 52 18). 
Robert étant né en i25o pouvait avoir de 25 à 3o ans lors- 
que Jean de Meun écrivit ces vers. 
18719-26. 

Cura ducum fuerunt olim regumque poetae, 

Praemiaque antiqui magna tulere chori ; 
Sanctaque majestas, eterat venerabile nomen 
Vatibus, et largae saepe dabantur opes. 

(Ovide, Art d'aimer, III, 405-8). 



.*)20 LE ROMAN DE LA ROSE 

1S720. Cf. le vers 18610. 
18727. C'était une croyance au moven âge. 
18729. Lavardin est aujourd'hui un petit village du dépar- 
tement de Loir-et-Cher, arr. de Vendôme. 
18730-33. 

Fmnius emeruir, Calabris in montibus ortus, 
Contiguus poni, Scipui mngne, tibi. 

(Ovide, Art d'aimer. III, 409-10). 
Jean de Meun a du lire emeruit... liortos; peut-être la 
faute existait-elle dans sim manuscrit d'Ovide. 
18752. X'oirla note duv. iS65S. 
18771-75. 

Unus l^ellaeo juveni non sufficit orbis ; 
Aestuat infelix angusto limite mundi. 

(.luvénal. Satire X, v. 168-69). 
18782. le bjston de fust, « la croix ». 
i87qo. Vos humiles, inquis, vulgi pars ultima nostri, 

Quorum nemo L|ueat patriam monstrare parentis. 

(.Invénal, 5<3^ne VIII, v. 44-45. 

18791-805. Quod si quid est in nobilitate bonum,id esse 

arbitror solum ut imposita nobilibus necessitudo videatur 

ne a majorum virtuie dégénèrent iBoèce, De Coiisolatione,\. 

111, pr. vi'i . 

i8833. Quanta dépend de semblable du v. 18828 : Il v a 
une ditTérence, en ce qui touche leur libre disposition, 
entre les biens spirituels et la foriune terrienne. 

18870-81. Construire : « S'il veulent donques genlill estre 
D'autre noblece que de celé Que je leur doing..., Aquierent 
neuves gentilleces ». 

18879. ^'^ mortel différence, la différence que la mort 
marque entre les hommes, d'une part, Dieu et les anges, 
d'autre part, en prenant les premiers. 

18891-96. Ingénieuse adaptation de ces trois vers de .luvé- 
nal : 

Malo paler tibi sit Thersites, dummodo tu sis 
Aeacidae similis Vulcaniaque arma capessas, 
Quam tu Thersitae similem producat Achilles. 

(Satire VIII, v. 269-71). 
Sur Gauvain, v(ur la note 2093 ; sur Renouart, voir la 
note I 5348. 



NOTES 321 

18902-4. Stella crinita, quae summis potestatibus exitium 
portendere vulgo putatur (Suétone, éd. Roth, p. 188, 1. 7). 

18953. celui, c'est-à-dire le flot. Il s'agit de la marée. 

18978. Gf . V. 19241-43. 

18981-89. Terra enim nunc brumali albescit canitie, nunc 
florum crinitur cesarie. Silva nunc frondium crinibus capil- 
latur, nunc acuta hiemis novacula decalvatur {De Planctu 
Nature, Migne, CCX, col. 449 G). 

18990-98. Aves variis sigillate naturis, mee directionis 
regimine, sub alarum remigio fluctus aeris transfretantes, 
precordialiter meis inhiant disciplinis.. . Pisces, meeprovi- 
sionis veto astricti, reformidant regularam mearum canoni- 
bus derogare {Ibid., col. 449 A-B). 

18995 a leur usages, « à leurs manières ». 

18999-19020. Terrestria animalia sub mee districtionis 
examine diversas suorum obsequiorum meo imperio profi- 
tentur militias {De Planctu Nature, Migne, CCX, col. 

449 B)- 

19021-22. Homo vero, qui fere totum divitiarum mearum 
exhausiî erarium. {Ibid., col. 448 G-D). 

La proposition commencée au vers 1902 1 est brisée à 
la fin du V. 19027 : les v. 19028-53 forment une paren- 
thèse. Le verbe de la proposition principale est fait, au v. 
19054, mais comme il est trop éloigné du sujet seus on, 
celui-ci a été représenté par cist. 
19023-26. 

Finxit in effigiem moderantum cuncta deorum, 
Pronaque cum spectent animalia cetera terram, 
Os homini sublime dédit caelumque videre 
Jussitet erectos ad sidéra tollere vultus. 

(Ovide, Métamorphoses. I, 83-86). 
19043-50. Gum omni creatura aliquam habet similitudi- 
nem : esse cum lapidibus, vivere cum arboribus et herbis, 
sentire cum brutis, rationari cum spiritibus (Sermon sur 
l'Esprit-Saint, attribué à Alain de Lille, dans Migne, GGX, 
coL 222 D). 

19053. Ideo physici mundum magnum hominem, et homi- 
nem brevem mundum esse dixerunt (Macrobe, Songe de 
Scipion, II, xii). 

Tome IV. 21 



32 2 LE ROMAN DE LA ROSE 

Unde opiiior honiinem mundum brevem a veteribus appel- 
latum, nec immerito ; quia totus mundus et item totus homo 
ex iisdem sunt omnibus (Chalcidius, Commentaire su?- le 
Timée, ch. cet. 

19066. Tous les manuscrits ont la forme savante créateur, 
et de même au v. 19145 ; j'ai cru devoir la remplacer par le 
cas sujet de la forme populaire, assuré un peu plus loin par 
la rime (v. 19084). 

19074-75. Temporis item species, praeteritum, praesens, 
futurum. Aevi substantia uniformis in solo perpetuoque 
praesenti (Chalcidius, Commentaire sur le Timée, 
ch. xxv). 

10077. Sequuntur ergo Deum singula, et, ut ait Plato, 
regem imperatoremque caeli [Ibid., ch. clxxvi). 

19083-112. Dii deorum, quorum opifex idemquepater ego, 
opéra siquidem vos mea estis, dissolubilia quidam natura, 
me tamen ita volente indissolubilia. Omne siquidem quod 
junctum est natura dissolubile est. At vero, quod bona 
ratione junctum atque modulatum est dissolvi velle non est 
Dei. Quapropter, quia facti generatique estis, immortales 
quidem nequaquam, nec omni modo indissolubiles, nec 
tamen unquam dissolvemini, nec mortis necessitatem subi- 
bitis, quia voluntas mea major est nexus et vegetatior ad 
aeternitatis custodiam quam illa nexus vestri coagmenta 
atque vitalia ex quibus aeternitas composita est (Chalcidius, 
Traduction du Timée, éd. MuUach, § iG). 

19088. Par ma volente [estes] pardurable. 

19089-91. Il semble que Jean de Meun, dans le passage 
cité ci-dessus (note 19083-112) ait rattaché natura à junc- 
tum au lieu de le faire rapportera dissolubile est. 

19141-42. Cf. Qui est uns dieus en trinité 
Et est trebles en unité'. 
(Jehan Le Marchant, Miracles de Chartres, p. 207). 

19145. Voir la note du v. 19066. 

19171. Pendant tout le moyenàge cet oracle de la Sibylle 
a été appliqué à la naissance de Jésus ; il l'est encore sou- 
vent aujourd'hui. 

19172-76. 

Jam nova progenies caelo demittitur alto. 
Tu modo nascenti puero, quo ferrea primum 



NOTES 323 

Desinet, ac toto surget gens aurea mundo, 
Casta, fave, Lucina. 

(Virgile, Bucoliques, IV, v. 7-10). 

19186. J'ai voulu, mais je n'ai pas pu « Albumasar aveir », 
j'ai donc dû renoncer à donner le texte d'où cette citation est 
tirée. 

19196-210. Solus homo mee moderationis citharam asper- 
natur. . . Penitet me tôt venustatum prerogativis hominum 
plerumque privilégiasse naturas, qui decoris decus abusione 
dedecorant (De PLinctu Nature, Migne, CCX, col. 449 
G-D). 

19204. Littéralement : « qu'il n'y a ni mesure ni compte », 
qu'on ne peut ni les mesurer ni les compter. 

19213. Sur la légende de Longis, centurion aveugle, qui 
perça le flanc de Jésus en croix, voir G. Kroner, Die Longi- 
nus Légende, ihre Entstehung und Axisbreitung in der fr.in- 
:^ôsische Litteratur (Dissertation de Munster, 1899). 

Ce Longis ou Longin est très souvent cité dans les 
chansons de geste. 

ig2.2i. N^onques ne fu meau^ laidengie^i [qu'il ne va l'être]. 
19259. ele se rapporte à erreur. 

19278-308. Jean de Meun a ajouté quelques détails aux 
vers suivants de la description du Tartare : 

Viscera praebebat Tityus lanianda, novemque 
Jugeribus distentus erat; tibi, Tantale, nullae 
Deprenduntur aquae, quaeque imminet eff'ugit 

[arbos; 
Aut petis, aut urges ruiturum, Sisyphe, saxum ; 
Volvitur Ixion et se sequiturque fugitque ; 
Molirique suis letum patruelibus ausae 
Assiduae repetunt quas perdant Belides undas. 
(Ovide, Métamorphoses, IV, 457-63). 

igSoS. La forme Belidiennesien latin Belides) a passé dans 
VOvide moralisé (éd. Tarbé, p. 71); Guillaume de Machaut 
emploie la forme Bêles dyanes (dans le Confort d'Ami), 
empruntée probablement à quelque manuscrit des groupes 
K, M ou N du poème de Jean de Meun (Voir mes Manuscrits 
du Roman de la Rose, p. 452). 

i93o5-8. rostroque immanis vultur obunco 



324 



LE ROMAN DE LA ROSE 



Immortale jecur tondens. 

(Virgile, Enéide, VI. 597-98). 
19343. Venus m'amie. Dans le De Planctu Nature, Nature 
appelle Vénus sa subvicaria ; Amour est aussi au service 
de Nature (Migne, CCX, col. 454 B). 
19349-50. Voir la note du v. 11717. 
19372, Qu'il, «Car ils» (les vices). 
19407. la se rapporte à sentence. 




Publications de la Société des Anciens Textes Français 
[En vente à la librairie Edouard Champion, 5, quai 
Malaquais, à Paris-6^ arr.). 



Bulletin de la Société des Anciens Textes Français (années 1875 à 192 1). 
N'est vendu qu'aux membres de la Société au prix de 3 fr.'par année, sur 
papier de Hollande, et de ô fr. sur papier Whatman. 

Chansons françaises du xv» siècle publiées d'après le manuscrit delà Biblio- 
thèque nationale de Paris par Gaston Paris, et accompagnées de la musi- 
que transcrite en notation moderne par Auguste Gevaert 1 1873). Epuisé. 

Les plus anciens Monuments de la langue française (ix», x' siècles) pu- 
bliés par Gaston Paris. Album de neuf planches exécutées par la photo- 
gravure (1875) Épuisé. 

Brun de la Montaigne, roman d'aventure publié pour la première fois, d'a- 
près le manuscrit unique de Paris, par Paul Mever (1875). Sur papier 
Whatman seulement 3o fr. 

Miracles de Noslre Dame par personnages publiés d'après le manuscrit de 
la Bibliothèque nationale par Gaston Paris et Ulysse Robert; texte com- 
plet t. I à VII (1876, 1877, 1878, 1879, 1880, 1881, i883), le vol. . i5 fr. 
Le tome VII est épuisé en papier Hollande. 

Le t. VIII, dû à .\I. François Bonnardot, comprend le vocabulaire, la 
table des noms et celle des citations bibliques (iSgS) aS fr. 

Guillatime de Paterne publié d'après le manuscrit de la bibliothèque de l'Ar- 
senal à Paris, par Henri .Michelant (1876). Sur papier Whatman seu- 
lement 40 fr. 

Deux Rédactions du Roman des Sept Sages de Rome publiées par Gaston 
Paris (1876 1. Sur papier Whatman seulement 40 fr. 

Aiol, chanson de geste publiée d'après le manuscrit unique de Paris par 
Jacques Normand et Gaston Ravnaud (1877). Sur papier Whatman seu- 
lement . 33 fr. 

Le Débat des Hérauts de France et d'Angleterre, suivi de The Debate be- 
tiveen the Heralds of England and France, by John Coke, édition commen- 
cée par L. Pannier et achevée par Paul Meyer (1877) i5 fr. 

Œuvres complètes d'Euslache Deschamps publiées d'après le manuscrit de 
la Bibliothèque nationale par le marquis de Queux de Saint-Hilaire, 
t. I à VI, et par Gaston Raynaud, t. VII à XI (1878, 1880, 1882, 1884, 
1887, 1889, 1891, 1893, 1894, 1901, i9o3), ouvrage terminé, le vol. 20 fr. 

Le saint Voyage de Jherusalem du seigneur d'Anglure publié par François 
Bonnardot et Auguste Longnon (1S78) . . 20 fr. 

Chronique du Mont-Saint-Michel (i 343- 1468) publiée avec notes et pièces 
diverses par Siméon Luge, t. I et II (1879, i883), le vol 20 fr. 

Elle de Saint-Gille, chanson de geste publiée avec introduction, glossaire 
et index, par Gaston Raynaud, accompagnée de la rédaction norvégienne 
traduite par Eugène Koelbing (187g) n fr. 



Daurel et Béton, chanson de geste provençale publiée pour la première fois 
d'après le manuscrit unique appartenant à M. F. Didot par Paul Meyer 
(1880). Sur papier Whatman seulement 3o fr. 

La Vie de saint Gilles,\par Guillaume de Berneville, poème du xii» siècle 
publié d'après le manuscrit unique de Florence par Gaston Paris et 
Alphonse Bos (1881) 20 fr- 

L'Amant rendu cordelier à l'observance d'amoitr. poème attribue à Martial 
d'AuvERGNE, publié d'après les mss. et les anciennes éditions par A. de 
MoNTAiGLON (1881) i5 fr. 

Raoul de Cambrai, chanson de geste publiée par Paul Meyer et Auguste 
LoNGNON (1882). Sur papier Whatman seulement . 5o fr. 

Le Dit de la Panthère d'Amours, par Nicole de Margival, poème du xiii» siè- 
cle publié par Henry A. Todd (i883) i5 fr. 

Les Œuvres poétiques de Philippe de Rémi, sire de Beaumanoir, publiées par 
H. SucHiER, t. I et II ensemble (1884-85) 40 fr. 

La Mort Aymeri de Narbonne, chanson de geste publiée par J. Couraye 
DU Parc (1884) 20 fr. 

Trois Versions rimées de l'Evangile de Nicodcme publiées par G. Paris et 
A. Bos (i883) o fr. 

Fragments d'une Vie de saint Thomas de 0«/o;'^t''rv' publiés pour la première 
fois d'après les feuillets appartenant à la collection Goetlials Vercruysse, 
avec fac-similé en héliogravure de l'original, par Paul Meyer (i 885). 20 fr. 

Œuvres poétiques de Christine de Pisan publiées par Maurice Roy, t. I, Il et 
III (1886, 1891, 1896), le vol 20 fr. 

Merlin, roman en prose du xiii» siècle publié d'après le ms. appartenant à 
M. A. Huth, par G. Paris et J. Ulrich, t. I et II (1886). Sur papier 
Whatman seulement le voi 40 fr. 

Aymeri de Narbonne, chanson de geste publiée par Louis 1)e.maison, t. I et 
II (1887). Sur papier Whatman seulement le vol 40 fr. 

Le Mystère de saint Bernard de Menthon publié d'après le ms. unique appar- 
tenant à M. le comte de Menthon par A. Lecoy delaMarche(i888). li fr. 

Les quatre Ages de l'homme, traité moral de Philippe de Novare, publié 
par Marcel de Fréville (1888) 20 fr 

Le Couronnement de Louis, chanson de geste publiée par E. Langlois 
11888). Sur papier Whatman seulement 5o fr. 

Les Contes moralises de Nicole Bo^on publiés par Miss L. Toulmin Smith 
et .M. Paul .Meyer (1889) 2 3 fr. 

Rondeaux et autres Poésies du XV' siècle publiés d'après le manuscrit de la 
Bibliothèque nationale, par Gaston Raynaud (18S9) 20 fr. 

Le Roman de Thèbes, édition critique d'après tous les manuscrits connus, 
par Léopold CoNsrANs, t. I et II (1890) ensemble 5o fr. 

Le Chansonnier français de Saint-Germain-des-Prcs {li\b\. nat. fr. 2oo3o), 
reproduction phototypique avec transcription, par Paul Meyer et Gaston 
Raynaud, t. I (1892) 100 fr. 

I^e Roman de la Roseau de Guillaume de Dole publié d'après le manuscrit 
du Vatican par G. Servois (i8g3). Sur papier Whatman seule- 
ment 4 o fr. 

L'Escou/le, roman d'aventure, publié pour la première fois d'après le manus- 
crit unique de l'Arsenal, par H. Michki.an i- et P. Meyer ( 1894). . 23 fr. 

Guillaume de la Barre, roman d'aventures, par Ahnaup Vidal de Castel- 
naudari, publié par Paul Mever (iSqd) 20 Ir. 



Meliador, par Jean Froissart, publié par A. Longnon, t. I. II et III 
(1893-1899), le vol 20 fr 

La Prise de Cordres et de Sebille, clianson de geste publie'e, d'après le 
ms. unique de la Bibliothèque nationale, par Ovide Densusianu 
(1896) Epuisé. 

Œuvres poétiques de GiiillauTne Alexis, prieur de Bucy, publiées par 
Arthur Piaget et Emile Picot, t. I, II et III (1896, 1899, 1908), 
le volume 20 fr. 

L'Art de Chevalerie, traduction du De rc militari de Végèce par Jean de 
Meun, publié, avec une étude sur cette traduction et sur Li Abrejance de 
l'Ordre de Chevalerie de Jean Prîorat, par Ulysse Robert (1897). 20 fr. 

Li Abrejance de l'Ordre de Chevalerie, mise en vers de la traduction de 
Végèce par Jean de .Meun, par Jean Prîorat de Besançon, publiée avec 
un glossaire par Ulysse Robert (1897) 20 fr. 

La Chirurgie de Maître Henri de Mondeville. traduction contemporaine 
de l'auteur, publiée d'après le ms. unique de la Bibliothèque nationale 
par le Docteur A. Bos, t. I et II (1897, 1898) ensemble 40 fr. 

Les Narbonnais, chanson de geste publiée pour la première fois par Her- 
mann Suchier, t. I et II (1898) Epuisé. 

Orson de Beaiivais, chanson de geste du xii" siècle publiée d'après le ma- 
nuscrit unique de Cheltenham par Gaston Paris {1899) 20 fr. 

U Apocalypse en français au XIII' siècle (Bibl. nat. fr. 4o3), publiée par 

L. Delisle et P. .\Ieyer. Reproduction phototypique (1900) 100 fr. 

— Texte et introduction (1901) 25 fr. 

Les Chansons de Gace Brûlé, publiées par G. Huet (1902) i5 fr. 

Le Roman de Tristan, par Thomas, poème du xii« siècle publié par Joseph 
BÉDiER, t. I et II (1902-1903), le vol Epuisé. 

Recueil général des Sotties, publié parEm. Picot, t. I, II et III {1902, 1904. 
191 2), le vol 20 fr_ 

Robert le Diable, roman d'aventures publié par E. Lôseth (1903)... 20 fr. 

Le Roman de Tristan, par Béroul et un anonyme, poème du xii» siècle, 
publié par Ernest MuREr (i9o3) Epuisé. 

Maistre Pierre Pathelin hystorié, reproduction en fac-similé de l'édition 
imprimée vers i5oo par .Marion de Malaunoy, veuve de Pierre Le Caron 
( 1 904) 1 5 f r . 

Le Roman de Troie, par Benoit de Sainte-Maure, publié d'après tous les 
manuscrits connus, par L. Constans, t. I, II, III, IV, V et VI (1904, 
1906, 1907,1908, 1909, 19 12), le vol 25 fr. 

Les Vers de la Mort, par Hélinant, moine de I-^roidmont, publiés d'après tous 
les manuscrits connus, par Fr. Wulff et Em. 'Walberg (1905). Epuisé. 

Les Cent Ballades, poème du xiv» siècle, publié avec deux reproductions 
phototypique*^^, par Gaston Raynaud (igoS) 20 fr. 

Le Moniage Guillaume, chansons de geste du xii» siècle, publiées par 'W. 
Cloetta, t. I et II {1906, 191 1), le vol 25 fr 

Florence de Rome, chanson d'aventure du premier quart du xiii» siècle, 
publiée par A. 'Wallenskôld, t. I et 11(1907, 1909), le vol 20 fr. 

Les deux Poèmes de La Foiie Tristan, publiés par Joseph Bédier 
(1907) Épuisé. 



Les Œuvres de Guillaiane de Mâchant, publiées par E. HcErKi-NER, t. I 

(1908) 20 fr. 

— t. II et III (191 1, IQ2I), le vol 25 fr. 

Les Œuvres de Simund de Freine, publiées par John E. Matzke(i909). 20 fr. 

Le Jardin de Plaisance et Fleur de Rethorique, reproduction en fac-similé 
de l'édition publiée par Antoine Vérard vers i5oi (1910) 100 fr. 

Chansons et descorts de Gautier de Dargies, publiés par G. Huet 
{1912) 10 fr. 

L'Entrée d'Espagne, chanson de geste franco-italienne, publiée par A. 
Thomas, t. I et II {iQi3) ensemble 5o fr. 

Le Lai de l'Ombre, par .Tean Renart, publié par J. Bédier (igi3).. i3 f 1 

Le Roman de la Rose, par Guillaume de Lorris et Jean de Meun, publié 
d'après les manuscrits, par E. Langlois. 
Tome l (1914), II et III O920), l'y (1922), le vol 23 fr. 

Le Roman de Fauvel, par Gervais du Bus, publié d'après tous les manus- 
crits connus, par M. A. Langfors (1914-1919) 20 fr. 

Doon de la Roche, chanson de geste, publiée par P. Meyer et G. Huet 
(1921) 25 fr. 

Le Roman de la Comtesse de Pontieu, publié par G. Iîrunel (1922). 25 fr. 



Le Mistére du Viel Testament, publié avec introduction, notes et glossaire, 
par le baron James de Rothschild, t. I-VI (1878-1891), ouvrage terminé, 

le vol 30 fr. 

{Ouvrage imprimé aux frais du baron James de Rothschild et offert aux 

membres de la Société.) 

Tous ces ouvrages sont in-8°. excepté Les plus anciens Monuments de la 
langue française et la reproduction de r.4poci7/)-/'5e. qui sont grand in-folio, 
et la reproduction du Jardin de Plaisance, qui est in-4». 

Il a été fait de chaque ouvrage un tirage à petit nombre sur papier What- 
man. Le prix des exemplaires sur ce papier est double de celui des exemplaires 
sur papier ordinaire. 

Les membres de la Société ont droit à une remise de 25 p. 100 sur tous 
les prix indiqués ci-dessus. 

La Société des Anciens Textes français a obtenu pour ses pu- 
blications le prix Arclion-Despe'ro'uses, à l'Académie française, en 
1882, et le prix La Grange, à l'Académie des Inscriptions et 
Belles-Lettres, en i883, i8g5, jgoi, i(jo8, iqii, i(ji4 et 
igiS. 




Le Puy-eii-Velay. — Imprimerie Peyriller, Rouchon et Gatnon. 







APR16 1*8 



PQ Roman de la Rose 

1527 Le Roman de la Rose 

Al 

1914 

t. 4 



PLEASE DO NOT REMOVE 
CARDS OR SLIPS FROM THIS POCKET 

UNIVERSITY OF TORONTO LIBRARY