(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Revue archéologique"






W&^^^^ 






-"). 1 -l.t ■ '■ I" . ) 



REVUE 



/ 



ARCHÉOLOGIQUE 



JANVIER-JUIN 1906 



Droits de traduction et de reproduction réservés. 



ANGEKS. — IMP. ORIENTALE A. BURDIN ET C'», 4 nUE GARNIEB. 



REVUE 



ARCHÉOLOGIQUE 



PIJIJLIKE SOUS LA DIRECTION 



1)1" MM. 



G. PERROT ET S. IIEINACH 



ME Mr. p. ES DE I. INSTITUT 



QUATRIEME SERIE — TOME VII 

JANVIER-JUIN IPOO 



PARIS 

ERNEST LEROUX, ÉDITEUR 

28, RUE BONAPARTE, 28 

i90G 




/■;UG 3 19ol 
857/ilS 





g.^'4o 



NOTES 0|N A JOURNEY ÎIIROOCII CILICIA 

AND LYCAONIA 



I left England, in January 1905, wilh the intention of visiting 
Northern Syria and of examining- certain sites in Cilicia in which 
former travellers had noted the existence of Byzantine ruins. It 
was still toc early in the year to venture with any prospect of 
comfort into thèse régions, and I made my way through the 
mountains of the Hauràn, where I took the opportunity of riding 
out east to the Safa and the Ruhbeh, and so by Damascus and 
Baalbek to Homs. 1 turned west to examine Crusader castles and 
the temple of Baetocécé in the Jebel Nosairiyyeh, and reached 
Hama in the middle of March. Thence I passed through Apamea 
and the Jebel Riha to Aleppo, and through the Jebel Sim'anand 
the Jebel el'Ala to Antioch. 

Among the cities of the Levant, Antioch slood, with Ephesus 
and Alexandria, in the first rank as a centre of artistic produc- 
tion. The town was one of the most magnificent of the Seleucid 
foundalions; her splendour breathes through the literature of 
Impérial Rome; in her temples, her palaces and her churches 
the traditions of Greek art met and fused with the luxuriant 
imagination of the East. Of the buildings which were the resuit 
of this union, nothing remains, but as Irode through the moun- 
tains to the east of Antioch, I was impressed with the conviction 
that it was hère that the touch of her hand was most évident. 
Such churches as that of St Simeon, the high-water mark of 
Syrian art, of Kalb Loseh, Turmanin' and a dozen more, exhi- 
bit a finished perfection combined with a wealth of exquisile 
décorative détail which will be looked for in vain elsewhere. 

1. Turmanin is known through M. de Vogiié's drawings. The Church has 
been destroyed to build the modem village. 

IV^ SÉRIE, T. vil. WflHMÉ/^N ^ ^ 



Î)\3V^^^^ 



â REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

Then as novv, the fertile district east of the Orontes and the 
small plains and valleys, which are still under cultivalion in the 
heart of the hills, must hâve depended upon Antioch for their 
market. Her era is used in the inscriptions, whereas in the 
Jebel Riha, which fell more directly under the influence of 
Apamea, the buildings are dated by the era of the Seleucids and 
the characteristic splendeur of the churches in the Antioch dis- 
trict is to some extent absent — even Ruweiha cannot compare 
wilh Kalb Lozeh in beauty of détail *. Nevertheless the gênerai 
features of the great Syrian style are the same throughout and 
can be traced by the aid of an unrivalled séries of monuments, 
from Baalbek and Palmyra and the pre-Christian tombs and 
temples in the country between Hama, Aleppo and Antioch, 
through the marvellous outburst of building energy in the Sth 
and 6th centuries which closes only with the Arab invasion. 
Everywhere it shows the same créative freedom in the use of 
Greek forms, the same admixture of architectural devices and 
décorative schemes borrowed from the East. During the whole 
period of its rise and development, Antioch was sometimes in 
name and always in popular réputation the capital of Syria, and 
it is not unreasonable to suppose that the indelible mark which 
the fertile Syrian mind was to leave on the Christian arts of 
Europe is in great measure an outcome of the Greco-Oriental 
civilisation that flourished in the Seleucid city. 

From Antioch I rode over the Pass of Bailàn to Alexandretta, 
Whence I made a short march along the coast to Payas. This 
route has been describedby Heberdey and Wilhelm^ Payas, the 
ancient Baiae, contains a castle which is used as a prison, a 
bazaar, a mosque and baths, spacious and finely built, but now 
much decayed. The ground between them and the sea, about a 



1. Butler observes that the mausoleums and private houses of the Southern 
district are larger and finer Ihan those of the Northern, but he notices that the 
décoration is often richer on small houses in the north than it is on the spa- 
cious villas of the Jebel Riha (Architecture and other Arts, p. 22). 

2. Denkschi-iften der K. Akademieder Wissenschaften, Wien. Vol. XIV. 



NOTES ON A JOURNEY TOBOUGH CILICIA AND LYCAONIA 3 

quarter of a mile, is covered with ruined foundations, roughly 
conslructed of undressed stones set in thick mortar. There is a 
small Armenian fort to the north of ihe town, on a bay which 
must hâve been the harbour, for a ruined mole runs out into the 
sea to the south of it. Torrents of rain kept me at Payas ail the 
following day,and when I startedon the morning of April 16th, 
it was still raining heavily. We crossed two flooded rivers and 
took refuge during a downpour at the village of Chailî, in the 
house of a Turkish peasant. The plain of Issus, over which we 
were passing, is exceedingly fertile; the villages are set in gar- 
dens of fruit trees and of vines, but the climate is abominable, 
and evenat that season of the year we were conscious of a damp 
and stuiïy beat which, in the summer, renders the strip of land 
between the mountains and the sea almost uninhabitable. To the 
north west of Chaili there is a large tumulus by the edge of the 
sea. Beyond Ibis point we took^a track almost due north which 
led us across a grassy plain scattered with shafts of columns, 
some plain and some voluted, with capitals and with dressed 
stones of black basait, possibly the ruins of a colonnade which 
extented from Geuzenne to the sea. We reached Geuzenne at 4, 
having left Payas at 9, and halted an hour upon the road. The 
ruins hère were so deeply overgrown with rank grass that it 
was difficult to trace the area of the buildings, They were of 
black basait set in a polygonal facing of small stones over acore 
of rough masonry and varied with bands of brick at the spring 
of the arcli or in the vaulting, methods very far removed from 
the dry stone walls and the pillar and beam structure of Greco- 
Syrian work. The most important building is a théâtre hollowed 
out of the south side of a bit of rising ground. To the south- 
west of it are great masses of masonry which probably formed 
part of the gymnasium, and between the two is a small buil- 
ding that I take to hâve been a church. Part of the west front 
remains, though it is so much ruined that it was impossible to 
détermine the place of doors or Windows ; the north aisle stands 
with part of ils vault, but the foundations of the apse and south 



REVl'E ARCHÉOLOGIQtTÉ 



wall were deeply buried in corn. A magnificent aqueduct, much 
of which still remains, connected the town with Ihe eastern hills. 
Thèse considérable ruins are as yeL unidentified, though it has 
been sug-gested that they may be those of the city of Epiphaneia 
Oiniandos*. It rained in the night, and on the following- day vve 
made a short march through the Amanicae Pylae to Osmanieh, 
where we spent the afternoon drying the camp in the sun. The 



&UDRUM 




\o 
o 



710 



■Q.O - 
\^ 

i6o 







10 

FEÉT METTES 
Fig. 1. — Plan of northern basilica at Budrum. 



Amanian Gates consist of a valley which narrows as it runs 
norlhward. At the narrowest part there are the ruins of a wall, 
and hère Kiepert (Kleinasien 1/400 000) marks a castle which 
he calls Toprak Kalesi. Beyond this point the valley widens and 
turns slightly to the east and where it reaches the Kara Chai, a 
Iributary of the Jehan Chai, there is a great mound on which 
stands a very striking ruined fortress, named on the map Kara 
Kalesi. My men, ail of whom knew the district well, called this 
fortress Toprak Kalesi, and it is hère that Heberdey and VVilhelm 
are inclined to place Epiphaneia. 1 could not see any trace of 
Kieperl's Toprak Kalesi iu the middle of the valley. Osmanieh 
is a modem Turkish village, beautifully situated at the foot of 



1. Ramsay, liistorical Geograplii/ of Asia Minor, p. 386. 



NOTKS ON A JOURNEY THROl'GH CILICIA AND LYCAONIA 



5 



the Giaour Dagh. There wore a couple of Corinthian capitals 
built into^the guard-house and a fewjworked stones in the walls 
of the mosque, but thèse may hâve bcen broug-ht from elsewhere. 
Next day I set off early and cantered across a delightful grassy 
plain to the Jeliàn Chai, the ancient Pyramus. We crossed the 
river by a ferry boat near the village of Arapli, and rode up a 
wide and shallow valley fuU of corn to the ruins of Budrum 
(Hieropolis Castabala). Budrum has been describediby Bent*, and 





Fig. 2. — Exterior of apse, northera basilica. Budrum. 

Heberdey and Wilhelm bave published a ground plan of the sou- 
Ihernmost of ils two churches. The second church {fig. 1), is near 
the columned street that crossed the city from south east to north 
west*. The two churches closely resemble one another; both 
hâve aisles terminating in the chambers characterislic of the 
Syrian style of basilica; the apse ofboth projectsslightly beyond 
theeastern wall of thèse chambers, the projection forming three 
sides of an octagon, and in both apses each of tho three sides 

1. Journal of Hellenio stwUes XI (1890) p. 234. 

2. See Bent's plan. Il is, however, nearer to the colonnade Ihan he marks it. 



6 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

is pierced by a round arched window. The masonry and the 
décorations are of unusual excellence. In the north church, the 
outer wall of the apse, the lower part of which is buried some 
5 or 6 feet in the ground, forms a string- course of three faces, 
one of them edg-ed with a sharply eut bead and reel,capped by a 
cymatium of bold projection that serves as a sill to the Windows 
(iig'. 2), Above this sill, the walls on either side of the Windows 
are treated as engaged piers, with a séries of mouldings forming 




Fig. 3. — Exterior of apse, southern basilica. Budrum. 



the bases, and Corinthian capilals. Above the arches of the 
Windows there is another band of mouldings and a frieze of 
large plain slabs topped by a cornice of three faces and a cyma. 
In the south church (fig. 3) the moulding below the Windows is 
simpler, the faces being omitted, but the cornice above the frieze 
is bolder and adorned with modillions. In both churches the acan- 
thuscapitalsareof fine classicalworkmanship(fîg.4).In the south 
church there is a siinilar capital engaged in the west face of the 
apse at the springing of the southern arch, and the pier which it 
crowns is decorated with bands of carving (the pier at the north 



NOTES ON A JOURNEY TUKOUGH CILICIA AND LYCAONIA 7 

end of the apse lias fallen) ; but in the norlh church the first of 
the northern arches of the nave spriugs from a single course of 
stones, projecling very slightly from the rest of the pier and 
carved with shallovv dentils singularly poor in workmanship 
(fig. 5. Hère it is the southern pier which has fallen). 
I took some hasty measurements of the north church. The 




Fig. 4. — Capital outside apse, northera basilica. Budrum. 

western end is completely ruined, but as in the south church 
there are traces of a narthex. Heberdey and Wilhelm indicate 
that the nave of the south church was divided from the aisles by 
fîve arches on either side, resting on small columns. In the north 
church the division seems to hâve consisted of two large piers 
and three arches, the eastern end of which rested on piers of 
masonry partly engaged in the walls of the apse and partly 



8 



REVUE ARCHÉOLOGIQUE 



Standing ont inlo the opening of the nave. This arrangement is 
not particularly happy; the apse is blocked and the curve of it 
truncated by the jutling piers (fîg. 6). A small door led from 
the apse into the prothesis; there may hâve been a similar 




Fig. 5. — Spring of north westeru arch of nave uorthern basilica. Budrutn. 



door into the diaconicum, but the soulh side of the apse is too 
completely ruined to détermine the point. The arch between the 
two piers on the south side of the nave is standing and shows a 
considérable amount of brick mixed with the stone. I had no 
time to search for inscriptions; none of those published by Bent 



NOTIiS ON A JOURNEY THROUGFI ClLlCr\ AND LYCAONIA 9 

are Christian and Ihe date of the churches must remain uncer- 
tain, but the admirable masonry siig^gests that they must be 
early work. Fragments of classical buildings were used in their 
conslruclion. I noticed in the south church bits of frieze set hap- 
hazard in the inner wall of the diaconicum. It is possible that 
the classical capitals and perhaps the mouldings may hâve been 
taken from buildings of the pre-Chrislian period, and that the 
peculiar arrangement of the piers in the north church may be 
due to reconstruction, a theory which would account for the 




Fig. 6. — Interior af apse, northern basilica. Budrum. 



marked inferiority in workmanship of the band of dentils upon 
the north pier and for the use of brick in the one remaining arch, 
but I do not consider this likely. 

I left Budrum at noon and rode northwards to Kars Bazaar 
which 1 reached at 4,30, rejoining my camp there. The country 
through which we rode wasmost charming. We foUowed a long 
spur of rising ground running north from the Pyramus towards 
the Taurus, thus avoiding the difficultics of the low-lying coun- 
try to the west which was ail marsh where il was not under 
water. I saw the fortress of Ilamaliyeh on ils liill above the 
Pyramus to the west of my road, and the great iiog's back of 



10 



REVUE ARCHÉOLOGIQUE 



Anazarbus stood up boldly like a long rocky island in Ihe sea of 
the plain. To the north lay the snowy barrier of Taurus curving- 
round southward lill it met the beautiful peaks of the Giaour 
Dagh. We rode between thickels of myrtle and of privet till 
the ground dipped and we saw before us the white village of 
Kars Bazaar at the foot of the first green slopes of the hills. Kars 
Bazaar must bave been a tovvn of considérable importance in 
antiquity, but no inscription bas been found which reveals its 
name. The bouses of the modem village are ail built of ancient 




Fig. 1. 



Apse and south wall of basilica. Kars Bazaar. 



materials. « When we want eut stones », said the Mudir, « we 
bave only to dig in the ground ». Inscriptions and tesselated 
pavements are constantly unearthed. One of thèse pavements 
bears a long Christian inscription (copied and published by Bent), 
which points to its having formed part of a church dedicated 
by the guild of fullers. 

I did not corne upon the remains of the only church that yet 
stands until I was on the point of starting for Anazarbus and 
as my servants had already left and I knew that they could not 
find their way alone across the flooded plain, I would not stop 
to measure it. Bent described it as « an early Christian monas- 



IVOTES ON A JOURNKY THROUGH CILICIA AND LVCAUNIA H 

lery surrounded by a vvall and colis; the church in the centre 

bas been converted into a mosque ». Ile was, however, mistaken ; 

it is not amonastery, but a church of the type of those atBudrum. 

The mosque is formed of the apse and a few bays of the nave, 

walled in and roofed over to meet the requiremenls of the faith- 

ful. What Bent took for monastery walls are the north and 

south walls of the aisles, and bis cells are the chambers on 

either side of the apse and the eastern ends of the aisles which 

hâve also been restored and roofed. The church is so exact a 

counterpart of the Budrum churches that theirfallen walls might 

be replaced by conjecture from those that stand at Kars. In détail, 

the work at Kars is not quite so good or so careful as that at 

Budrum. The apse projects slightly from the line of theeastwall, 

but it is circular, not octagonal (fig. 7). A moulding with modil- 

lions runs round it above the Windows and a similar moulding 

forms a cornice, but the frieze of big slabs is absent. The two 

bands of mouldings are not modelled after a Gorinlhian prototype, 

like those at Budrum, but resemble very closely a primitive 

lonic cornice such as is found on the Lycian monuments». A row 

of modillions, like the ends of small beams, support a narrow 

fiUet. The effecls of light and shadow are simple and tclling. 

In the Lycian examples the modillions are omitted from the 

raking cornice of the pediment; at Kars they are retained in that 

of the gable. On the south side, beginning from the east, there 

is a door with an architrave and a relieving arch leading into 

the diaconicum, and above it a narrow wi.idow. Furlher west 

cornes a small door ata lower level, also with an architrave and 

a relieving arch, then one of the main doors, round-arched, a 

single window, a pair of Windows, another big door and a fourlh 

window, ail round arched, and above them a séries of six square 

headed windows. Finally, the side wallof the narthex wilhout 

openings. The west wall of the narthex bas a large door in the 

centre and two smaller, one on either side, ail trabeatcd (fig. 8). 

1. Choisy, Histoire de l'Architecture, vol. I, p. 338. 



12 



REVUK ARCHÉOLOGIQUE 



At 10 o'clock I hurried away, hopingto overtake my caravan. 
The ordinary road to Anazarbus was impassable owing to swoUen 
rivers, and we were obliged to strike northwards and cross the 
Sombaz Chai at the only bridge, Ghuhur Kôprûsii. Unhickily 
the muleteers had made good time and before I could reach 
them, had turned away to the south, the rock of Anazarbus 
tempting-ly ahead and an unfordable stream between. At the 
bridge 1 made enquiries and got no news of them ; the reason 








Fig. 8. — Exterior of narthex. Kars Bazaar. 



was not hard to guess and I sent a zaptieh soiithwards to bring 
them baek, while I waited under some apricot trees by the rus- 
hing river. After two and a half hours the Zaptieh returned alone 
and I resolved to go on and trust to Providence to provide me 
with food and lodging for Ihe night. My confidence, as it proved, 
was not misplaced. We rode round to Hajiler to find a bridge 
over the Ala Punar Su, a sluggish affluent of the Sombaz Chai, 
and, having crossed it, turned at Jength southward and headed 
for Anazarbus, following the Une of a ruined aqueduct across 
the plain. Girth deep in waler, we splashed on through an 



NOTES ON A JOURNEY THROIGH CIL1C1A AND LYCAONIA 



13 



aquatic world of frogs and water beetles, the broken piers of 
Ihe aqueductserving as signposls to the road. The air washeavy 
with the rank smell of the marsh, the very water seemed to rot 
under the sun. So at 6. 30 in the galhering dark we reached the 



ANAZARBA-I 




cD 



G 



_rL. 



-1 u 



'O 

\o 

■40 

50 



10 



O 



10 



nOO Q.Q 
FEZr- METRES 



Fig. 9. — Grouûd pland of basilica no. 1. Auazarbus. 



city wall and as our liorses'hoofs struck the stone pavement of 
the galeway I felt no sniall curiosity as to what we shouki find 
inside. Deep coarse weeds and flowers from the base of the rock 
to the circuit of the wall, white mists gathering on the lower 
ground, shapeless masses of ruin and one soiitary modem house. 
It was a guardhouse inhabiled by two Turkish soldiers, who 



14 



REVUE ARCHÉOLOGIQUE 



made me welcome, swept out an empty room and brought curds 
and bread. I ate, saw to Ihe comfort of my horses, spread my 
cloak upon the mud floor and slept as though the mosquitoes of 
Anazarbus were non-exislent. 

There is no difficulty about the identification of Anavarz, to 
give it its modem name; indeed the name bas changed almost as 
little as the face of the stupendous rock to which it applies. Bent 
has given a brief account of the ruins, but neither he nor ano- 



r 




Fig. 10. — Basilica no. 1. Anazarbus. Exterior of apse, South-east angle. 



ther can describe the magnificent beauty of the précipices, fortress 
crowned, set in the green levels of a plain which is bounded on 
two sides by the peaks of Taurus. The town lies at the foot of 
the rock; it is a parallelogram embraced by a triple wall, of 
■which the eastern end rests on a natural wall of cliff, itself the 
strongest of the defences of the city. The area enclosed was in 
April a dense mass of verdure, waist high in places, and so dis- 
couraging to the explorer of ruins that I decided lo attack first 
the régions about the acropolis. South of the précipices the 



NOtES ON A JOIÎRNEY THROUGII CILICIA AND LYCAONIA il) 

ridge drops to its lowest point, where a culling has been made 
Ihrough Ihe hill, and near it a rock eut road winds sleeply up lo 
the citadel. Where it reaches tlie shoulder oE the hill Ihere are 
Ihe ruins of a Christian basilica (N" 2). An easier gradient leads 
to the gâte of the southern citadel, in the centre of which stands 
a very perfect little chapel, rebuilt by the Armenians (N"3). I 
lookeddownoverthe sheer précipice and marked the position of 
a church in the town (N» 4), completely ruined, but showing 
from above as clearly as if the ground plan had been drawn in 




Fig. 11. — Fragment of cornice, basilica no. 1. Anazarbus. 

sharp lines on the luxuriant herbage of the plain. I saw too— and 
for the moment it was a matter of greater importance than the 
ground plan of churches— my caravan coming in along the aque- 
duct from the north, and abandoned further researches for the 
joys of a bath and a reasonable luncheon. Next day I measured 
and photographed the three churches which I will now take in 
order. 

N° /.Fig.9.This church lay in a langle of grass and reeds which 
made the taking of exact measurements very difficult. It had 
probably been destroyed by an earthquake which had left no one 
stone standing on another except at the apse. The ruins were 



16 



RLVUE ARCHÉOLOGIQUE 



Ihe favourite haunts of snakes; they wrig-gled away among the 
reeds as we carried the measuring tape over them. I do not know 
whether they were poisoaous or not, but I gave them the benefit 
of the doubt, a précaution in which the Zaptieh, who held the 
olher end of the^tape;, acquiesced eagerly. The church had con- 
sisted of a nave and aisles, it had no narthex, as far as I could 




Fig. 12. 



Liutel of door, basilica no. 1. Anazarbus. 



judge, and certainly no chambers on either side of the apse. This 
sudden abandonment of the Syrian type which ruled at Kars and 
Budrum was surprising. The apse is tolerably well preserved; a 
portion of the south west angle stands up to the string-course. 
It is interesting to observe that this moulded string course 
runs both horizontally and vertically (fig. 10). It may hâve 
been carried over the Windows in loops after the manner of the 



NOTES ON A JOURNEY THROUGH CILICIA AND LYCAONIA 



17 



norlh Syrian builders in Ihe 6th cenlury (cf. llie norlh façade of 
Ihe church of St Simeon Stylites, ap. Butler, p. 190.) The curve 
of the apse embraced almost Ihe whole width of the nave and 
aisles. The chancel was divided from the nave by two piers set 
12 feet to the west of the chord of the apse. Two large shafts lav 




wrwam 



Fig. 13. — Acanthus bracket, basilica no. 1. Anazarbus. 



across the nave between thèse piers; it was impossible lo déter- 
mine their original position in the church, but my impression 
is that they were lying as they had fallen and that they had pro- 
bably been taken from a classical building. There were no other 
fragments of columns visible. The ruins were scattered with 
stones bearing bits of décoration, some quite classical in type, 

IV'' SÉRIE, T. VII. 2 



18 



REVUE ARCHÉOLOGIQUE 



others exhibitiiig influences of a différent kind. To the former 
belonged a cornice which, lo judge by the number of fragments, 
must hâve run round the whole church (fig. 11.) Occasionally it 
was decorated with lions' heads among the palmettes of the 
cyma. A bit of a somewhat similar cornice lying outside theapse 
was carved with a fine rinceau of leaves and flowers in place of 
the stiff palmettes, an ornament closely akin to a fragment built 
into the base of the norlh wall of the north-east gâte of the city. 




Fig. 14. — Basilica no. 1. Auazarbus. 



Anolher slone lying near the south wall must hâve been the 
lintel of a door (fig. 12), a fourlh was a bracket adorned with 
acanthus leaves delicately drawn, but shallow in cutting (fig. 13) 
The uppermost member of this bracket consisted of a narrow 
scroU of hearl-shaped leaves, a favourite design which recurred 
freqnently in olher parts of the church. There were also scrolls 
of stifï foliage, very indifferently executed and entirely unclas- 
sical in feeliug Ihat recalled the slrange patlerns which are to be 
found on the temple at Si'a *. Many slones bore Ihe Christian 



1. Cr. parliculatly De Voj,^iié, Sjjrie centrale, plate 3, fig. A. Tlie temple at 



iSOTES ON A JOURNEY THROUGH CILICIA AND LYCAONIA 



19 



mouograni set in a circle or in a wreath, either the letlers -p or 
the simple cross. Upon ono Ihere was a pair of dolphins between 
the lower arms of the cross, in another an ornament of entrelacs 
surmounled the wreath (fig. 14), on a third a gobiel was repre- 
sented below the cross, wliith two peacocks perched upon the 
edg-e of it (fig-. 15). Fig. 16 was apparenlly in situât the northeast 
angle of the apse. I saw too — and this also was in silu — in the 
middle of the ouler wall of the apse, half buriedamong the ruins, 
another stone carved wilh a cross set within a laurel wreath and 




Fig. 15. — Basilica no. 1. Auazarbus. 



bearing the inscription [àYÎwjN AnOCTOOAONTOYXY in good 
Greek letters. ïhe beginning and the end were impossible to 
reach, though I went through many gymnastic exercises before 
I abandoned the attempt to clear them. Langlois [Revue archéo- 
logique, 1835), speaks of a cross in a wreath of laurels recalling- 
the type on the reverse of most of the coins struck after the con- 
version of Gonslantine ; it is perhaps to one of those I hâve g-iven 
that he alludes. Ile considers tiie basilica to bclong' to the 4lh 
or oth ceutury. 

Sweida, whicli was built under muoh Ihe same arlistic iatluences as those that 
reigaed at Si'a, exhibils rinceaux of heaiL-shaped leaves (De Vogiié, op. cil., 
plate 4). 



20 



REVUE ARCriÉOLOGinUE 



N° 5. Of Ihe church on the shoulder of Ihe citadel rock still 
less remains (fig. 17.) The space on which it was built, between 
Ihecrest of the ridge and the steep western slope,was solimited 
that the apse had been eut out of the live rock, a most fortunate 
circumstance as the rock walls were preserved to a height of 
from six to eight feet, while nearly ail the resthad fallen, leaving 
nolhing but foundations overgrown wilh turf. It was possible 




Fig. 16. — Basilica no. l. Anazarbus. 



to make out the ground plan of a large church (tho length of 
the nave and narthex together was 170 feet), with a rock eut apse, 
somewhat tlattened in curve, projecling beyond Ihe line of the 
rock eut eastern wall. A trench about two feet deep ran ail round 
Ihe insidc of the apse and it too was rock eut (fig. 18.) To the 
west, the fall in the level of the ground had left the foundations 
more clearly évident. The west wall consisted of a eore of rubble 
and a facing of finely dressed stones. Somelimes a little brick 
was used in ihe rubble. There were traces of door-ways in Ihe 



NOTES ON A JOURNEV THROUGH CILICIA AND LYCAONIA 



21 



west walls of ihe nave and the narthex, one in the centre of 
each wall and one on eilher side. AU olher détails were hidden 
by the thiclc short turf. The materiais of which the church had 
been built had either been swept down the face of the hill or 
used by the Armenian kings for the construction oftheir citadel; 
nothing remained on the ground except a solitary column base, 
composed of a square plinlh, a torus, a scotia and a fillet, 



ANAZARBA-n 




lO 

o 

lO 
QO 

30 

[40 
50 



too 



\D 



O 



\o 



<20 



30 



150 40 
FEET MtTRK 



Fi», n. — Plan of basilica no. 2. Anazarbua. 



and in the apse one large fragment which, from its shape, seemed 
to bave been the stone at the springing of two window arches 
and must therefore bave fallen from one of the piers between the 
Windows. By greal good luck Ihis fragment bore a date carved in 
raisedletters6]TOTC6A^ 0(rig. 19). Professer Ramsay suggests 
that the sigma must be taken as a punctuation mark, such as is 
specially common after numbers, and that the date can hardly in- 



22 



REVUE ARCHÉOLOGIQUIi: 



clude Ihe phi^ which is more probably the beginning of the next 
Word. Now the year 35 can be nothing but the year of an emperor, 
andasfew emperors reig-ned as long- as thirty five years, Ihe 
choice is narrowed down. « «Î)[X. 'lojjT'.vtavou suits perfectly, » he 
adds, « and this gives a date A. D. S61. A town era, like Ihat of 
Anazarbus, was very rarely kept in use so late as the 6th 
century ». Imhoof-Blumer states' that the era of Anazarbus 
began at the year B. G. 19. If the date could be read CAO == o35, 
it would place the building of the church in the year A. D. 316. 
The Emperor Justin rebuilt the town after the earlhquake 




Fig. 18. — luterior of rock eut apse, basilica uo. 2. Anazarbus. 

of .523, and called it after himself Juslinopolis, but neither date 
would accord with the period of his activity at Anazarbus. 

I consulted Mr. William Prentice who replied : « In the 
number of the year the order of the numerical signs varies accor- 
ding to (he era, in the main, but exceptions occur. For example 
in the era of Bosrah the order is usually p-.a' : but csc is found in 
Waddington 2245. In the Seleucid era the order is a-.p' : but qj,ç 
= 67 BC is found inWadd. 2237 /^,(oss '=363 AD in Wadd. 1878, 
•/i(7i'= 84 BC in B. C. H. Vol. XXI, p. 69. In the era of Antioch 
and in the inscriptions published from Anazarbus the order seems 



1, Jmtrnal of Ihe Uellenic Society. Vol. XVIII, p. 16. 



NOTES ON A JOURNEY THROIJOH CILICU AND LYCAONIA 



23 



to be atp'. In olher groups of figures than in dates according' lo 
some era, thc gênerai pratice was lo place the larger amounls 
first, but in Wad. 2062 (from Umm uj Jemàl) we hâve 'OoaivaOoç 
"A[[j,]po[u] £t((ov) gX'. In C. I. A. III, 77 (Alhens, Roman period), 
we hâve certain days of months given as zC, Çt', 6-.'. As far the- 
refore as the order of the letters is concerned, I believe that 
"Ij-cojç eV <s[\. louuTtvtavoti could be read, but Ihere are other objec- 
tions. First the phrase strikes me as singular. In inscriptions 




Fig. 19. — iQscribed stone, basilica no. 2. Auazarbus, 



dated according to the year of the earlier emperors, so far as I 
knowthem, some formai title is usual between the year and the 
emperor's name, as for example in Wadd. 2286 a, 2237, 2308, 
2455 f. etc. At the same time we do find the name alone in 
Wadd. 2437 and Wadd. 2372. 

^ « A second and more serions objection to my mind is this : I do 
not remember ever to bave seen a punctnation mark of any 
kind, or sign of abbreviation after a group of numerical signs. 
If the sign afier X is as long as the \ itself (i. e. ç = merely 



24 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

a punctuation mark or r^xai') I suppose one miglit read I'touç 
sX' , $[X. tcuaT'.vtavoO (SaatXeûovxoç . But personally I think it 
would be as easy to read è'Jtou; sXg-ç ' = in Ihe year 35 and 500 
= 535, and dating- from the era of [Anazarbus one obtains a 
date 554 A D. which falls in the reignof Justinianalso. Perhaps 
the sign after 1 was put in just for ornament or to fill up a line; 
this sometimes was actually done. Or, on the olher hand, if the 
sign after X is small, Ihen I believe that it is really a sign of 
abbreviation. In that case we hâve no date hère at ail, but must 
read jt;u es 1^ ç[, or Jtoj; ûs ©[. Or would it be possible to read 
è']TouçcXç'(i=236)or?». 

The history of the lown makes it probable that the church 
should hâve beon built or reconslrucled by Justinian. Justin 



n 




LJ 



ANAZARBA-rn 



lO 5 O 5 

METREÇ \ \ 1 i M I I 

50 40 30 20 lO O lO 

FLETJ 1 \ \ \ U^-l 



Fig. 20. — Plan of basilica no. 3. Anazarbus. 

died two years after the earthquake of 525, and can therefore 
scarcely hâve had time to complète the reconstruction of Ana- 
zarbus. In Justinian's reign a second earthquake destroyed the 
town; it was rebuilt by that emperor, who then christened it 
Justinianopolis. It is lo this period also that I should be incli- 
ned to ascribe basilica No. I, judging by the character of the 
décorations. 

N" 3. The third church (fig. 20) is in a condition very différent 
from the other two. Rebuilt by the Armenians, it is almost per- 
fect to this day. An Armenian inscription runs round the cornice 
outside the church ; Langlois» copied and translated it as follows : 
« Ceci est une mémoire La très sainte Trinité Théodore 

1. Langlois, op. cit. 



NOTES ON A JOURNEY THROUGH CILICIA AND LYCAONIA 



fo 



fille de Constantin fils de Rompène Pour le salut de mes en- 
fants... par l'intercession Ceci est une mémoire d'Ochin fils 

de Théodore fils de Constantin; dans vos dignes prières en Jésus 
Christ, Notre Seig^neur ». Théodore or Toros, King of Lesser 




Fig. 21. — South door of basilica no. 3. Anazarbua. 

Armenia, reignod from ilOO to 1123. Il was he who took 
Anazarbus from Ihe Byzantines and rebuilt the acropolis. The 
town was recovered in 1137 by JohnComnenus,butrecaptureda 
few years later by Toros II, from which time it was held by the 
Armenians tillitfell, in the Uth centnry, into the hands of the 



26 



REVUE ARCHÉOLOGIQUE 



Sultans ofEgypt. This chapel was thereforo restored al the lime 
of the rebuilding- of the fortifications by Toros I, and lurned 
into a mausoleum for the kings of Lesser Armenia. The vaults 
thaï perhaps contained Iheir lombs are stiil to be seen to the 
west of the church, and may be continued under the nave, buti 
did not explore them, partly because Ihey were fuU of snakes. 
On the south side of the church there is a lovely door with an 
architrave and a pointed relieving arch decorated with finely 





Fig. 22. — East wall of basiiica no. 3. Anazarbus. 



cul mouldings and ornamenl (fig. 21.) Upon the voussoires are 
carved the letters 6YA0r€0C. The east wall is broken by two 
round topped niches and three square headed Windows, the 
lintels being decorated with a scollop shell (fig. 22.) The west 
wall has a door in the middie with an architrave and a relieving 
arch, two small Windows high upon either side, and another 
window with a relieving arch in the gable (fig. 23). The décora- 
tions are muchless elaborate Ihan those on the south door and 
in the north wall Ihe corresponding door is undecorated except 



NOTES ON A JOUUNEY TTIROUan CrLICFA ANO LVnAOMA 27 

for a band of moiildings. The work inside Ihe church is extremely 
simple, the capitals being- mère impost mouldings (fig. 24). The 
nave and aislesaro vaulled wilh brick; snakes dropped eut of 
Ihe vaulling- and fell with a thud upon the floor as I measured 
and photographed, The whole of the interior of the church had 
been plastered and frescoed. The frescoes on the semi-dome of 
the apse are still visible in parts and depict Christ in a dark 
robe silting- on a throne_, his feet tnrned sliffly ont. A few 
paces to the north there are Ihe rnins of the apse of another 
churcli indicated on the plan. 




Fig. 23. — Basilica no. 3. Auazarbus, from the South. 

My impression is that the whole of Church 3 is Armenian 
in orig-in. The System of roofing- does not indeed présent the 
peculiarities shown by the churches in Northern Armenia'. 
But the niches in the wallare a characterislic Armenian feature 
(cf. St. Ripsime at Etchmiadsin; the Cathedra! and the church 
and chapel of St Gregory at Ani, and the church at Akhtamar)*. 
The décoration of the soulh door is partly classical in motive 
(the dentil and the egg and dart appear in it), but quite unclas- 
sical in feeling-, and the rinceaux of foliage and inlerlaced 



i. Choisy, Histoire de V Architecture, vol. Il, p. 59. 

2. Lynch, Armenia, vol. I. pp. 269, 371, 374, 381; vol. II, 130. 



28 



REVUE ARCHÉOLOGIQUE 



stems round the inner side of the arch recall Ihe bands of 
interlacing lines which are the commonest of pattern schemes 
in northern Armenia. I sug-gest that the ruined apse to the 




Fig. 24. - Basilica no. 3. Anazarbu?. Interior Corbing cast. 



north represenls the Greek church which was ;pulled dowQ 
before the Armenian mausoleum church was buill. 

The northern part of the citadel is separaled from the 
soulhern by anarrowledge of rock eut pent-house-wisein sharp 



NOTES ON A JOURNEY THROUGU CILICIA AND LTCAONIA 29 

smooth slopes, belovv which the hill drops sheer to Ihe west and 
almost sheer to the east. There had been a bridge between the 
towers on either side of this gap, but it has fallen in and it 
is now almost impossible to enter the northern fort from the 
southern. While I was measuring the foolholds with my eye, I 
noticed that the northern tower was set iipon a plinth of beau- 
tiful mouldings most evidently Greek. This was the only trace 
of Greek workmanship that I observed in Anazarbus. The pas- 
sage from the south seemed too hazardous ; next day I rode round 
Ihe northern end of the ridge and got into the second fortress 
from the east. Even on this side there is only one approach ; 
itleads through a breach in the walls under a tower inhabited 
by vultures. The walls of the northern citadel enclosed a 
smaller area Ihan those of the southern. In the court there 
is a tiny Armenian chapel, some 16 ft. to 25, of no architec- 
tural inlerest. A bit of marble carved with a petalled rosette 
is built into the wall near the door. The great beat and the 
heavy smell of t-he marshes under the suu warned me that this 
was not the season in which to spend many days at Anazarbus : 
for more than surface observations much labour and a long 
sojourn would be necessary. I had no appliances and no time for 
excavation and on the 22nd of April I turned my back reluctantl y 
upon the mighty rock. 

{To be continued.) Gertrude Lowthian Bell. 



LA COLLECTION CAMPANA 

ET LES MUSÉES DE PROVINCE 



1. — Musées décrits dans l Inventaire (jénéral. 
IL — Musées de Normandie. 



(Planche l.) 



Les articles récents de M. Salomon Reinach ont appris aux 
lecteurs de la Revue archéologique comment s'est faite la disper- 
sion de l'ancien musée Campana, devenu, après son acquisition 
par le gouvernement impérial et son transfert à Paris, le musée 
Napoléon III'. Le catalogue des peintures, rédigé par Sébastien 
Cornu, comptait 646 numéros"; 303 tableaux entrèrent au 
Louvre : ils sont décrits dans la notice de Reiset^; 318 furent 
répartis en 1863 entre 67 musées départementaux : Clément de 
Ris nous a conservé la liste de ces musées avec le nombre des 
œuvres que chacun d'eux a reçues*. Parmi les tableaux mêmes 
que le Louvre avait d'abord recueillis, 141 en 1872-1873° et 

1. Salomon Reinach, Esquisse d'une histoire de la collection Campana, 
4" article, dans la Revue archéologique de mars-avril 1905, p. 234-240. 

2. Catalogue des tableaux, des sculptures de la Renaissance et des majoliques 
du Musée Napoléon 111 (sans nom d'auteur), Paris, Didot, 1862. 

3. F. Reiset, Notice des tableaux du Musée Napoléon lll exposés dans les 
salles de la Colonnade au Louvre, Paris, de Mourgues, 1868. Cette notice ne 
comprend que 252 numéros « à cause de la réunion sous un même numéro de 
plusieurs morceaux de la même main », comme le dit Reiset dans sa préface, 
p. 9. Peut-être faul-il expliquer aussi de cette façon l'écart entre le chifïre de 
646 donné par Cornu et celui de 621 qu'on obtient en ajoutant les 318 tableaux 
de Clément de Ris aux 303 de Cornu. 

4. Clément de Ris, Les Musées de province, 2c édition, Paris, Renouard, 1872, 
p. 8. Cette liste est reproduite dans la Revue archéologique, loc. cit., p. 237. 
Mais la copie de M. S. Reinach est incomplète et ne cite que 65 villes et 309 
tableaux: il Huit rétablir au début, avant Alençon, 3 : Aix, 5 tableaux; Ajac- 

cio, 4. 

5. S. Reinach, lue. cit., p. 237. 



LA COLLECTION CAMPANA ET LES MUSÉES DE PROVINCE 31 

d'autres encore en 1874-1876 — une soixantaine au moins, 
croyons-nous* — furent expédiés pareillement en province. Les 
antiques (marbres, vases, terres cuites) ont été l'objet de trois 
distributions : en 1863, en 1875, de 1893 à 1895. M. Pottier a 
g^ardé la liste des Universités et des villes auxquelles des envois 
ont été faits par ses soins en 1893-1895; on n'est renseigné ni 
sur le nombre ni sur l'importance des envois de 1875 et de 1863 ; 
toutefois M. Frœhner se souvient d'avoir rédigé des notices des- 
criptives pour les objets adressés en 1863 à 49 musées ^ 

Il serait intéressant de savoir où sont allés et ce que sont 
devenus les peintures et les lots d'antiques éparpillés ainsi à tra- 
vers la France; on aimerait surtout, pour chacun des tableaux 
qu énumère le catalogue de Cornu, à connaître le nom du musée 
qui le détient maintenant. M. S. Reinacli a pu se convaincre que 
les archives du Louvre et de la Direction des Beaux-Arts ne ren- 
ferment pas les éléments d'une réponse satisfaisante à ces ques- 
tions. Il n'est qu'un seul moyen de résoudre définitivement le 
problème : c'est d'explorer à cet effet les musées de province. 
L'entreprise est malaisée, car il s'en faut, on le sait, que tous les 
musées aient des catalogues imprimés et facilement accessibles. 

Le hasard quelquefois conduit à des constatations imprévues. 
La Bibliothèque universitaire de Caen possède par aventure le ca- 
talogue du musée de Carpentras ; une peinture à l'huile et sur bois, 
haute de l^'jlO sur l'^,70 de large, de l'école de Crivelli, donnée 
par l'État en 1876, est intitulée : La Vierge, l Enfant Jésus et un 
cardinal [saint Jérôme?)' ; c'esl un tableau Campana, le n" 115 
de Reiset*, n" 289 de Cornu'. M. Gonse a noté l'existence à Aix 

1. Il semble bien, d'après les indications sommaires de G. Lafeneslre et 
E. Richtenberger [La peinture en Europe : le Louvre, Paria, 1895), que le Louvre 
ne possède plus qu'une centaine environ de tableaux Campana. 

2. La liste de ces musées est reproduite par M. S. Reinach, loc. cit., p. 238. 

3. .1 . L**, Catalo'jue du Musée de la ville de Carpentras, Carpentras, 1900, p. 46. 

4. Ecole de Crivelli, La Vierge et l'Enfant; bois; h. I^.IS; i- l-^jôO : « à 
gauche saint Jérôme, à droite saint François, tous deux debout; ce tableau 

porte la date de 1488 ». 

5. Giovanni Mansueti, La Y lenje avec V Enfant ; panneau ; h. l'",15; 1. 1"',70; 
w la Madone, ayant à ses côtés saint Jérôme et saint François, etc. » 



32 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

d'uno Madone à VEnfant, avec un paysage dans le goût de Cima 
de Conegliano ' ; ne serait-ce pas le n° 287 de ÇiQvnw'l \J Histoire 
de Thésée et d'Ariane, n°^ 151 et 152 de Reiset, 249 et 251 de 
Cornu, se trouve aujourd'hui à Marseille^ 

Mais de pareilles observations de détail ne sauraient suffire ; 
il faudrait procéder à une enquête générale et méthodique, et 
pour qu'elle pût donner promptement des résultats satisfaisants 
on devrait faire appel au concours de plusieurs collaborateurs; 
chacun d'eux, dans une circonscription donnée, rassemblerait 
les catalogues des musées, consulterait les conservateurs et les 
archivistes, provoquerait des recherches, établirait la concor- 
dance des peintures de nos musées départementaux avec les nu- 
méros des catalogues de Cornu et de Reiset. 

Nous nous sommes chargé, pour notre part, de faire le relevé 
des œuvres diverses de la collection Campana qui se trouvent 
actuellement en Normandie. D'autres pourront continuer dans 
la même voie, s'ils le veulent, et dresser le bilan des régions de 
France qu'ils habitent ou qu'ils connaissent^ Les catalogues 
de deux musées de Normandie ont été publiés dans V Inventaire 
général des richesses darl\ cette circonstance nous a conduit à 
dépouiller tous les volumes parus de la même collection et à 
faire précéder notre élude sur les musées normands d'une étude 
sur les musées de toutes régions dont les catalogues sont dès à 
présent à la disposition du public dans Vlnve?itaire général. Au 

i. L. Gonse, Les chefs-d'œuvre des Musées de France : la peinture, Paris, 
1900, p. 31-32. 

2. Cima de Conegliano, La Madone avec l'Enfant; panneau; h. 0™,37; 
J. Om,30; (c les figures se détachent sur une draperie verte qui laisse voir le 
pays et le château de Conegliano ». 

3. S. Reinach, loc. cit., p. 236. Il faut observer que deux autres morceaux 
appartenant au même ensemble, n*"* 150 et 153 de Reiset, 250 et 248 de Cornu, 
sont à Besançon : bel exemple de l'ordre qui a présidé à la répartition de 1872. 

4. Depuis la rédaction de notre travail nous avons appris que M. Paul Per- 
drizet, professeur à l'Université de Nancy, et M. René Jean, bibliothécaire de 
l'Union centrale des Arts décoratifs, ont formé, de leur côté, le projet de re- 
trouver les peintures Campana dispersées et d'en rééditer le catalogue, avec les 
corrections nécessaires et l'indication des endroits où elles sont aujourd'hui 
conservées. MM. Perdrizet et Jean s'occupent exclusivement des tableaux. 



LA CULLliCTION CAMl'ANA ET LES MUSEliS DE PUOVINCK 33 

total, dans 23 villes (24 musées), nous avons rencontré 120 ta- 
bleaux Campana et 16 lots d'anliques (sans parler de 2 sculp- 
tures modernes, l'une à Béziers, l'autre à Rouen, et de 14 
majoliques à Rouen). Pour les peintures, nous nous sommes 
elForcé d'indiquer aussi exactement que possible les numéros 
qu'elles portaient dans le catalogue de Cornu et aussi, en ce qui 
concerne les envois de 1872-1873 et de 1875-1876, dans la notice 
de Reiset. Ces identifications n'étaient pas toujours faciles et quel- 
ques-unes d'entre elles demeurent malgré tout incertaines : les 
dimensions données par Cornu sont très souvent erronées; par- 
fois même il y a désaccord entre Reiset et les catalogues par- 
ticuliers des musées de province. Nous n'avons pas voulu 
entrer dans la question délicate et controversée des attributions*; 
il nous suffisait de transcrire les noms d'auteurs ou d'écoles que 
proposent les divers documents utilisés. 

Quant aux antiques, 1 seul marbre, sur 22, se retrouve à la 
fois dans le catalogue italien de la collection Campana% 7® série 
(sculpture antique) et dans le livre de d'Escamps^'; 8 ou 10 
sont mentionnés, semble-t-il, par le catalogue italien seul*; 
les descriptions des autres séries de la collection dans ce recueil 
(l""' série, vases; 4® série, terres cuites) sont conçues en termes 
trop vagues et les répétitions des mêmes pièces y sont trop fré- 
quentes pour qu'on se risque à proposer aucune identification. 

1. M. Perdrizet la traitera d'ensemble, en tenant compte de l'état actuel des 
connaissances sur la peinture italienne du moyen-âge et de la Renaissance. 

2. Cataloghi del Museo Campana, sans nom d'auteur, lieu ni date ; douze 
séries paginées séparément. 

3. H. d'Escamps, Galerie des marbres antiques du musée Campana à Rome, 
Paris, 1862. 

4. Sans parler des bustes de femmes ou d'hommes, que les Cataloghi, 
série Vil, p. 6, annoncent en bloc : n°^ 232-311, « ottanta busli muliebri e 
virili ». 



tye SÉRIE, T. VU. 



34 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 



MUSÉES DÉCRITS DANS l'iNVENTAIRE GÉNÉRAL 

U Inventaire général des richesses dart de la France^ publié 
sous les auspices du Ministère de l'Instruction Publique et des 
Beaux-Arts, doit donner, dans la série Province, Monuments 
civils^ le catalogue descriptif des musées provinciaux. C-inq tomes 
seulement de cette série ont paru (I, II, III, V, VI). On y trouve 
les catalogues des musées d'Orléans et de Montpellier (tome I), 
de Nantes et de Dieppe (tome II), d'Angers (tome III), de Besan- 
çon et de Tours (tome V), de Grenoble, de Lisieux et de Béziers 
(tome VI). Les tables générales des volumes ou les tables par- 
ticulières des musées (sauf au tome II pour le musée de Dieppe) 
contiennent une rubrique Campana ou Musée Campana qui per- 
met de faire le relevé des peintures, sculptures et poteries pro- 
venant de cette ancienne collection et distribués par l'Etat 
dans les départements. Malheureusement les indications des 
tables et celles des catalogues eux-mêmes sont incomplètes. En 
principe, les tableaux Campana expédiés de Paris en 1863 sont 
mentionnés comme tels dans Vlnventaire général, avec la date 
de leur réception et référence aux numéros correspondants du 
catalogue de Cornu (sauf, sur ce dernier point, aux musées de 
Besançon et de Grenoble); mais à Angers, Béziers, Montpellier 
et Orléans le nombre des envois énumérés ne concorde pas avec 
le chiffre que nous a transmis Clément de Ris. Quant aux 
tableaux Campana expédiés de Paris en 1872-1873 et en 1876, 
Vlnventaire en signale trois à Grenoble sans référence, trois à 
Besançon (sur quatre) avec référence à la notice de Reiset, deux 
à Béziers, un à Dieppe, un à Lisieux, un à Montpellier (sur deux), 
tous avec référence au catalogue de Cornu; il n'en signale pas à 
Angers, à Nantes, à Orléans ni à Tours; nous avons dû recher- 
cher, pièce par pièce, si les divers tableaux envoyés par l'Etat 



LA COLLECTION CAMPANA Et LES MUSKES DE PEIOVINCK 35 

en 1872-1873 et en 1876 à chaque musée ne fig-urent pas dans 
la notice de Reiset. Les lacunes paraissent plus graves encore 
pour la sculpture moderne (une seule mention, à Béziers), pour 
la sculpture antique (quatre lots mentionnés à Besançon, Gre- 
noble, Montpellier, Tours) et surtout pour la céramique (trois 
mentions seulement, à Besançon, Grenoble et Montpellier, dont 
deux évidemment insuffisantes). C'est aux conservateurs des 
musées, seuls en état de faire sur place des investigations nou- 
velles, qu'il appartiendrait de combler les lacunes certaines de 
Y Inventaire général. 

Dans les extraits qui suivent nous avons rangé les musées par 
ordre alphabétique de noms de villes. 

1° Musée d'Angers [Inventaire général, Province, Monuments 
civils, tome III; catalogue rédigé par H. Jouin et daté du 23 mai 

1885). 

Peintures. — Envoi de 1863 : six tableaux, d'après Clément de Ris ; le ca- 
talogue de Vlnventaire général n'en indique que cinq : 

P. 53. École de Barbieri. Sainte Catherine de Bologne. Toile. H. 0,72; 
1. 0,60. — Cornu : n° 574 ; Guercino (école du) ; les attributions, titre, dimen- 
sions et descriptions concordent. 

P. 54. Nicolo Frangipani (école vénitienne). Quatre têtes riant à la vue d'un 
chat. Bois. H. 0,63 ; I. 0,94. — Cornu : no 509; Nicolo Frangipane : Quatre têtest 
deux de femme et deux d'homme, riant à la vue d'un chat ; mêmes dimensions. 

P. 55. Pisano (Giunta, dit Giunta de Pise, école florentine). La Vierge, 
assise sur un trône, tient debout sur ses genoux l'Enfant Jésus. Bois. H. 1,94; 
i. 1,20. On lit à la partie supérieure l'inscription suivante : 

+ I nomine dni an MCCCX. de mse februarii P Aia Filippii pacis dne lachobe 
uxoris sue Aie quor miar dei requiescant i pace. 

Cornu : n" 26; Giunta Pisano, mort vers 1236; mêmes titres et dimensions 
«l'inscription porte la date de 1310 et fait connaître les noms de Philippe et de 
Jacqueline Pace, donateurs du tableau, que l'on voit agenouillés au pied du 
trône ». — L'attribution d'un tableau daté de 1310 à un artiste mort vers 1236 
est au moins téméraire ! 

P. 55. Andréa Sacchi (école romaine). Portrait de Sacchi, peint par lui- 
même. Toile. H. 0,54; 1. 0,41. — Cornu : n" 590, Andréa Sacchi; mêmes 
titres et dimensions. 



36 REVUE ARCHÈOLOGtOUE 

P. 59. École florentine du xiv« siècle. Mater dolor osa. Bois. H. 0,48; 1. 0,30. 
— Cornu : n*> 98; Giottesque siennois ou florentin; La Vierge accablée de dou- 
leur soutient, au pied de la croix, le corps de son divin fils ; naênies dimensions. 

Parmi les envois de l'État du 27 septembre 1872, je retrouve deux tableaux 
Gampana : 

P. 53. École de Lorenzo di Credi. Sainte Famille. Toile. Tableau rond ; dia- 
mètre : 0,85. - Reiset : n» 220 ; mêmes attributions, titre et dimensions, — 
Cornu : n" 243; Lorenzo di Credi ; La Vierge avec l'Enfant, saint Jean et une 
sainte; panneau rond; diamètre : 0,86. 

P. 59. École italienne du xvi« siècle. Portrait de Francesco Raiboiini, dit il 
Pranci a (école bolonaise). Toile. H. 0,64; 1. 0,45. Dans l'angle supérieur à 
droite on lit : 

F. Francia aurifex Bononiae. 

Reiset : n» 215; écoles d'Italie, commencement du xvi« siècle; Portrait 
d'homme, vu de face, à mi-corps, habillé de noir et coiffé d'une toque Je même 
couleur; bois ; h. 0,65; 1. 0,48. — Cornu : n» 546 ; Portrait de Francia peint 
par lui-même; panneau; h. 0,64; I. 0,49; a on suppose que ce portrait est 
celui que le Francia envoya à Raphaël, et dont celui-ci le remercie dans sa 
lettre de septembre 1508, en lui disant, entre autres choses, qu'il est si beau et 
si vivant qu'il croit le voir et lui parler ». 

Aucun envoi de 1876 ne paraît provenir de la collection Campana. 

Le catalogue de VInventaire général ne signale pas de sculptures ni de 
poteries ayant cette origine; M. Frœhner avait rédigé cependant une notice 
sommaire sur un lot d'antiques expédié au Musée d'Angers en 1863. 

2° Musée de Besançon [Inventaire général, Province, Monuments 
civils, tome V; catalogue rédigé par A. Gaslan et daté du 21 juin 
J888). 

Peintures. — Envoi de 1863 : six tableaux, d'après Clément de Ris; le ca- 
talogue de VInventaire général les indique, mais il attribue leur réception à 
l'année 1864 ; il ne donne pas les références au catalogue de Cornu : 

P. 138. École byzantine du xv* siècle. La Vierge tenant V Enfant. Bois. 
H. 0,54 ; 1. 0,38. — Cornu : n" 17; Byzantin inconnu; La Vierge tenant dans 
ses bras l'Enfant Jésus ; mêmes dimensions. 

P. 141. Lavinia Fontana (école bolonaise). Son portrait. Cuivre. H. 0,27; 
1. 0,21. — Cornu : n° 560; Portrait de Lavinia Fontana peint par elle-même ; 
mêmes dimensions. 

P. 146. Salvator Rosa. Martyre de saint Janvier et de ses compagnons. 
Toile. H. 1,31; 1. 2,03. — Cornu : n» 543; mêmes attribution et dimensions. 

Ibid. Andréa del Sarto. La Madonna del Sacco (copie réduite). Toile. 



LA COLLECTION CAMPANA ET LES MUSÉES DE PROVINCE 37 

H. 0,53 ; I, 0,69. — Cornu : n" 468 ; école de Andréa del Sarto ; La Vierge au 
sac, élude d'après la fresque de rAnnunziata; mêmes dimensions. 

Ibid. Elisabeth Sirani (école bolonaise), La Madeleine au désert. Toile. 
H. 1,12 ; 1. 0,93. — Cornu : n" 569 ; même attribution; La Madeleine; mêmes 
dimensions. 

P. 153. Ribera. Portrait d'homme. Toile. H. 0,55; 0,46. — Cornu : n° 581 ; 
école du Dominiquin ; Portrait d'homme ; mêmes dimensions ; « probablement 
celui du Domiiiquin, attribué à l'un de ses élèves ». 

Envoi de 1872 : 

P, 142. Giorgio Barbarelli,dit Giorgione. Portrait d'un patricien de Venise. 
Bois. H. 0,50; 1. 0,42. — Reiset : n° 210; école vénitienne, commencement du 
xvi<= siècle ; Portrait d'homme âgé, vu en buste et de trois quarts, tourné vers la 
gauche; robe et bonnet noirs ; bois ; h. 0,48; I. 0,42. — Cornu : n° 499; Giam- 
bellino (Giovanni Bellini dit), Portrait de Jean Bellin, peint par lui-même ; 
panneau ; h. 0,48 ; 1. 0,48 ; « derrière le panneau on lit : Zorsoni Tiliani 
praeceptoris opus » (indication confirmée par V Inventaire général). 

P. 149. École lombarde de la fin du xv^ siècle. Amours de Pasiphaé. Bois. 
H, 0,68; I. 1,80. — Reiset: n" 150; école d'Italie, xv« siècle; Devant le palais 
de Minos Pasiphaé debout regœrde un taureau blanc, etc.; bois; h. 0,68; 
1. 1,81. — Cornu : n" 250; école de Luca Signovclii ; Épisodes des histoires de 
Thésée et d'Ariane; panneau; h. 0,68; 1. 1,81. 

P. 150. École lombarde de la fin du xv* siècle. Prise d'Athènes par Minos. 
Bois. H. 0,68; 1. 1,80. — Reiset : n" 153; école d'Italie, xv« siècle; Troupe de 
guerriers à cheval emmenant des prisonniers ; on voit dans le fond une ville 
prise d'assaut ; bois, même dimensions. — Cornu : n" 248; école de Luca Si- 
gnorelli; Un triomphe militaire après la bataille et la prise d'une ville ; pan- 
neau; h. 0,68; 1. 1,81. 

Envoi de 1876 : 

P. 150. École de Sienne, fin du xv* siècle. Saint Augustin donnant une règle 
à ses disciples. Bois (partie centrale d'un triptyque). H. 2,12 ; 1. 0,96. — Rei- 
set : n" 136 ; écoles d'Italie, xv* siècle ; Saint Augustin ; bois ; mêmes dimensions 
— Cornu n° 336; ancien artiste de l'école ombrienne; Saint Augustin ; pan- 
neau; h. 2,02; 1. 0,95. 

Le Musée de Besançon est très riche en peintures italiennes. La veuve du 
peintre Sébastien Cornu, l'un des administrateurs du Musée Campana et l'au- 
teur du Catalogue des tableaux de 1862, lui a légué en 1875 la collection que 
son mari avait formée. 

Sculptures. — Quatre statues ou bustes antiques provenant de la collection 
Campana sont mentionnés aux pages 216-217 : 
Diane, statue romaine en marbre blanc; h. 1,62. Envoi de 1864. — Signalée 



38 REVUE ARCHÉÛLOGIOUE 

peut-être dans les Cataloghi del Museo Campana, série VU, p. 2, n" 31 : 
« Diana, statua in piedi, inferiore al vero ». 

Tête de Vénus en marbre; sculpture romaine; h. 0,55. Envoi de 1875. 

Satyre, tête romaine en marbre; h. 0,75. Envol de 1864. — Cf. Cataloghi 
Campana, série Vil, p. 2, n" 61 : « Satiro, testa plu grande del vero ». 

Matrone romaine, buste en marbre de l'époque de Trajan , h. 0,80, Envoi 
de 1864. 

Céramique. — A la p. 242 le catalogue de VInventaire général signale « plu- 
sieurs vases de la collection Campana envoyés par l'État en même temps que 
plusieurs figurines et un petit tombeau étrusque en terre cuite ». M. Frœhner 
avait rédigé une notice sommaire sur le lot d'antiques adressé au Musée de 
Besançon en 1863. 

3** Musée de Béziers [InveiUaire général, Province, Moniimeyits 
civils, t. VI; catalogue rédigé par Ch. Ponsonailhe et daté du 
1" novembre 1891). 

Peintures, — Envoi de 1863 : trois tableaux, d'après Clément de Ris ; un 
seul tableau Campana est indiqué par le catalogue de VInventaire avec la date 

de 1863 : 

P. 326. Attribué au Titien, To6te et son fils enterrant les morts. Bois, H. 
0,73; 1. 0,98. — Cornu : n° 502; Tiziano Vecellio ; même titre; h. 0,74; 
j. 0,98 ; « on lit sur une pelle Titianus f. » (ce détail est noté aussi par le Ca- 
talogue de l'Inventaire général : « dans l'angle inférieur de droite on aperçoit 
deux pelles, dont l'une porte la signature suivante : Titianus f. »). 

D'après l'Inventaire, deux autres tableaux Campana auraient été envoyés au 
musée de Béziers en 1872 : 

P. 327. École italienne du xv* siècle (genre de l'Alunno). Sainte Madeleine 
et sainte Dorothée. Bois. H. 0,20; 1. 0,40. — Reiset : n° 139 ; écoles d'Italie, 
xv"= siècle ; Sainte Marie-Madeleine et sainte Dorothée vues jusqu'aux genoux ; 
bois; h. 0,23; 1. 0,44, — Cornu; n° 375; manière de l'Alunno; Sainte Do- 
rothée et sainte Marie-Madeleine; panneau ; h. 0,23; 1. 0,43, 

Ibid. École lombarde du xv* siècle. Sainte famille. Bois. H. 0,60 ; 1. 0,90. 
— Cette peinture ne se retrouve pas dans la Notice de Reiset; il est probable 
qu'elle a été adressée au musée de Béziers en 1863, et non en 1872. VInven- 
taire général renvoie au n" 437 de Cornu ; mêmes attribution et titre ; panneau ; 
h. 0,62 ; 1. 0,39. 

Sculptures. — P. 339. Envoi de 1875 : 

l," Assomption, bas-relief en terre-cuite, du xv« siècle. H, 0,18 ; 1, 0,16. Porte 



LA COLLECTION CAMPANA ET LES MUSÉES DE PROVINCE 39 

le n" 8 sur le Catalogue des sculptures de la Renaissance du Musée Napo- 
léon 111 (à la suite du Catalogue des Tableaux), qui l'attribue à l'école de Ghi- 
berti . 

Aucune mention d'antiques provenant de la collection Campana. M. Frœhner 
avait rédigé une notice sommaire pour un envoi fait à Béziers en 1863. 

4" Musée de Dieppe [Inventaire général. Province, Monuments 
civils, tome II; catalogue rédigé par A. Milet et daté du 
1er octobre 1886). 

Peintures. — Envoi de i863 : trois tableaux, d'après Clément de Ris ; le ca- 
talogue de l'Inventaire général les indique : 

P. 354. D'après Antonio AUegri, dit le Corrège. Vierge à la crèche allaitant 
l'Enfant Jésus. Bois. H. 0,43 ; 1. 0,32. — Cornu : n° 526 ; il Correggio ; mêmes 
titre et dimensions. 

P. 355. École siennoise du xiv^ siècle. Vierge sur un trône. Bois. H. 0,56; 
1. 0,47. — Cornu : n° 184 ; style de Pietro Laurati ; La Vierge sur son trône, 
tenant dans ses bras V Enfant Jésus qu'adorent plusieurs saints; panneau; 
h. 0,54; 1.0,46. 

P. 356. École florentine (ancienne copie du xviie siècle). Portrait de Bianca 
Capello. Bois, H. 0,38; 1. 0,25. — Cornu : n° 497; école florentine; Bianca 
Capello; panneau; h. 0,32; 1. 0,24. 

Envoi de 1872 : 

P. 355, École florentine du xiv« siècle. Le mariage mystique de sainte Ca- 
therine d'Alexandrie. Triptyque sur bois. H. 0,36; 1. 0,50, — Reiset : n° 51 ; 
école de Sienne du xiv^ siècle ; Le mariage de sainte Catherine; bois ; h. 0,37 ; 
1. 0,50. — Cornu : n" 73 ; Giottesque siennois ou florentin ; même titre ; trip- 
tyque, fond d'or; mêmes dimensions. 

5° Musée de Grenoble {Inventaire général, Province^ Monu- 
ments civils, tome VI ; catalogue rédigé par J. Roman et daté 
du 3 avril 1890), 

Peintures. — Envoi de 1863 : six tableaux, d'après Clément de Ris. Le cata- 
logue de ['Inventaire général les indique, sans donner les références au cata- 
logue de Cornu, 

P. 53. Alfani (Domenico di Paris). La Vierge et V Enfant Jésus. Bois. H. 0,61 ; 
1. 0,43. — Cornu : n" 425 ; même attribution et même titre ; panneau; h. 0,60; 
1. 0,44. 

P. 55. Fra Bartolommeo. La Vierge et V Enfant Jésus. Bois. H. 0,84; 1. 0,63. 



40 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

— Cornu : n" 442; même attributioa et même titre; panneau; h. 0,80; 1.0,63. 

P. 56. Attribué à Giulio Bugiardini. Portrait de Michel-Ange Buonarrotti. 
Bois. H. 0,61; 1. 0,48. — Cornu : n° 483. Giuliano Bugiardini; même titre; 
panneau ; h. 0,55; 1. 0,43. 

P. 60. Taddeo Gaddi. Saint Laurent. Bois. H. 0,50; 1. 0,13. — Cornu : 
n° 100; mêmes attribution, titre et dimension. 

P. 62. Franc. Mazzola (il Parmeggiano). L'Amour fabriquant son arc. Toile. 
H. 0,42 ; 1. 0,30. — Cornu : n° 530 ; Domenico Mazzoli ; même titre ; h. 0,39; 
. 0, 27. 

P. 97. Inconnu de l'école hollandaise. Le festin de Balthazar. Toile. H. 1,48; 
l. 1,74. — Cornu : n° 615; Flink Govert; même titre; h. 1,04; 1. 1, 36.; 

Envoi de 1873 : 

P. 70. École italienne du xv» siècle. Retable de Renieri de Florence. Bois. 
Trois compartiments réunis dans un cadre cintré par le haut : au centre, la 
Vierge et l'Enfant Jésus (h. 1,82; 1. 0,73); à gauche, saint Jean-Baptiste; à 
droite, saint Jérôme (les compartiments latéraux mesurent 1,13 de hauteur et 
0,47 de largeur). Au-dessous du motif central, aux pieds de la Vierge, on lit 
l'inscription suivante : 

Questa tavela a fatta fare Rinieri di Luca di Piero Rinieri citadino fièrent, 
p. t. an. sua {pro tuenda anima sua'!). 

Reiset : n" 73 ; école florentine, fin du xiv* siècle; Vierge au milieu d'un 
chœur d'anges ;ho\s; h. 1,66; 1. 1,73. — Cornu :n°106; Antonio Veneziano ; 
La Vierge adorée par les anges, par le petit saint Jean et par saint Jérôme ; 
panneau; mêmes dimensions que Reiset. 

P. 71. École florentine du milieu du xv^ siècle. Sainte Catherine, saint An- 
toine de Padoue et saint Jean VÉvangéliste. Bois. H. 2,05; 1. 0,77. — Reiset : 
n" 87; écoles d'Italie, commencement duxv'' siècle. Sainte Catherine d'Alexan- 
drie, saint Antoine de Padoue et saint Jean debout; bois; mêmes dimensions. 
— Cornu ; n° 127 ; Lorenzo di Bicci ; Sainte Catherine, saint Antoine abbé et 
saint Jean; panneau; h. 1,35; 1. 1,50 (pour 0,50?). 

Ibid. École florentine du milieu du xv^ siècle. Saint Louis, saint Laurent et 
saint François. Bois. H. 2,05; 1. 0,77. — Reiset; n° 86; écoles d'Italie, com- 
mencement du xv» siècle; Saint François d'Assise, saint Laurent et saint Louis 
de Toulouse debout; bois; h. 2,05; 1. 0,75. — Cornu : n° 128; Lorenzo di 
Bicci; Suint François d'Assise, saint Laurent et saint Ludovic; panneau; 
h. 1,35; 1. 0,50. 

Sculptures. — P. 112. Quatre bustes de marbre provenant de la collection 
Campana, envoyés par l'État en 1863 : 

Vitellius, buste ; h. 0,76; « suspect ». — Cf. Cataloghi Campana, série VIT, 
p. 5, n" 177 : « Vitellio ». 



L\ COLLECTION CAMPANA ET LES MUSÉES DE l'KOVINCE 41 

Torse de guerrier revêtu d'une cuirasse; h. 1,10. — Cf. Cataloghi Campana, 
scrie VU, p. 4, n° 139 : « Corazza di statua impériale ». 

Buste d'une dame romaine du i^'' siècle (d'après la coifTure) ; h. 0,64. 

Buste d'une dame romaine de l'époque de Septime Sévère {(VapTès la coiffure); 
h. 0,73. 

P. 113. Deux urnes funéraires étrusques quadrangulaires en terre cuite, pro- 
venant de la collection Campana, envoyées par l'État en 1863. Sujet représenté 
sur la face principale : combat d'Etéocle et de Polynice; à droite et à gauche, 
des Furies tenant des torches. La première mesure 0,27 de hauteur sur 0,45 de 
largeur; la deuxième 0,22 sur 0,29. 

Céramique. — P. 169. Cinq vases figurés de la collection Campana, sans 
date d'envoi (probablement 1863) : 

Amphore à deux anses (h. 0,44) ; fond rouge à dessins noirs ; d'un côté une 
femme est debout entre deux satyres; de l'autre trois femmes debout; celle du 
milieu tenant une lyre. 

Coupe apode (diamètre 0,12); fond rouge à dessins noirs; au fond une tête 
féminine diadémée et tournée à gauche. 

Coupe apode à anses (diamètre 0,18) ; fond noir à dessins rouges ; au milieu 
une colonne, des deux côtés de laquelle un homme est debout tenant un stri- 
gile ; ces deux personnages se font face. 

Cylix à anses (h. 0,10) ; fond noir à dessins rouges; au fond un satyre mar- 
chant tenant un ranaeau ; sur les bords deux scènes semblables représentant une 
femme debout entre deux satyres dansant. 

Cylix à anses (h. 0,10) ; fond rouge à dessins noirs et blancs; au fond une 
tète de Méduse ; sur les bords, d'un côté deux yeux entre deux personnages 
se faisant face; de l'autre deux yeux entre deux personnages, l'un nu, l'autre 
drapé se dirigeant du même côté. 

M. Frœhner avait rédigé une notice sur le lot d'antiques envoyé à Grenoble en 
1863 et qui devait comprendre un nombre beaucoup plus considérable de vases. 

6° Musée de Lisieux [Inventaire général, Province, Monuments 
civils, tome VI; catalogue rédig-é par F. de Mély et A. de Mon- 
laiglon et daté du 1" novembre 1890). 

Peinture. — Un tableau Campana envoyé en 1876 : 

P. 250. Écoles d'Italie. Antonio de Calvis. La Vierge assise sur un trône et 
tenant l'Enfant Jésus. Bois. H, 1,54 ; 1. 1,22 (avec le cadre). Au bas, en deux 
longues lignes de capitales en or : 

Quest opéra anno facta fare le rell^^se ~èJ>^incipali de casa sca Caterina 
e Paola da mastro Antonio de Calvi 




42 REVUK ARCHÉOLOGIQUE 

Reiset : n° 192 ; attribué à Antonio Calvi ; LaVierge entre deux saints ; bois ; 
h. 1,24 ; 1. 0,82. — Cornu : n» 379; Maestro Antonio de Calvis, de Pérouse ; 
La Vierge sur un trône ayant l'Enfant Jésus sur ses genoux ; panneau ; h. 1,25 ; 
1. 0,84. 

7° Musée de Montpellier {Inventaire général, Province, Monu- 
ments civils, tome I ; catalogue rédigé par G. Lafenestre et 
E. Michel et daté du 40 janvier 1878). 

Peintures. — Envoi de 1863 : six tableaux, d'après Clément de Ris ; le 
catalogue de l'Inventaire général n'en indique que cinq : 

P. 240. Vincenzo Catena. Le Christ. Bois. H. 0,33; 1. 0,23. — Cornu : 
n" 292; mêmes attribution, titre et dimensions. 

P. 242. Manière de Sandro Botticelli. La Vierge avec VEnfant Jésus. Bois. 
Panneau rond ; diamètre : 0,73. — Cornu : n° 231 ; même attribution ; La 
Vierge assise avec l'Enfant Jésus qui l'embrasse tendrement ; à côté d'eux le 
petit saint Jean en adoration ; mêmes dimensions. 

P. 243. Giovanni di Monte Rubiano. Notre-Dame de Bon Secours. Bois. 
H. 1,80; 1. 1,51. Inscription : 

Die XXII mail 1506. Santa Maria Succursi, ora pro nobis. Joannes de 
Monte Rubiano pinxit. 

Cornu : n" 432; mêmes attribution et titre; h. 1,80; 1. 0,51 (sans doute 
pour 1,51). 

P. 245. Scipion Pulzoni, dit il Gaetano. Portrait d'un prêtre. Bois. H. 0,54 ; 
1. 0,26. — Cornu : n° 490; mêmes attribution et titre; h. 0,54; 1. 0,20. 

P. 249. Ecole florentine du xiv^ siècle. Le Christ sur la croix. Bois. H. 0,52; 
1. 0,22. — Cornu : n° 37 ; école de Giotto; Le Christ sur la croix, la Vierge et 
saint Jean à ses pieds; panneau ; h. 0,53 ; 1. 0,22. 

Envoi de 1872 : 

P. 241. Lorenzo di Credi. La Vierge adorant VEnfant Jésus. Bois. Panneau 
rond ; diamètre : 1,12. — Reiset : n° 221 ; école de Lorenzo di Credi ; La Vierge, 
accompagnée de deux anges, adore l'Enfant Jésus couché devant elle; à gauche 
saint Joseph; bois; mêmes dimensions. — Cornu : n° 223 ; Andréa Verrocchio; 
La Vierge adorant son divin fils couché par terre; panneau rond; dia- 
mètre : 1,13. 

Envoi de 1876 : 

P. 249. École florentine du xv* siècle. Adoration des mages. Bois; h. 0,81 ; 
1. 0,21. — Paraît correspondre au n° 205 de Reiset; écoles d'Italie fin du 
xv siècle ; L'Adoration des mages ; bois ; h. 0,21 ; 1. 0,80 (chiffres intervertis?). 
— Cornu : n° 232; manière de Sandro Botticelli; mêmes titre et dimensions 
que dans l'Inventaire général. 



LA COLLECTION CA.MPANA KT LES MIJSKKS DE HHOVINCE 43 

Sculptures. — P. 360. Proviennent de la collection Campana (sans doute, 
envoi de i863) : 

Hercule enfant , statue de marbre; h. 1,10. 

Mercure, buste de marbre; h. 0,65. — Cf. Cataloghi Camiiana, série VII, 
p, 1, n° 7 : « Mercurio, busto al vero >>. 

Vénus, buste de marbre; h. 0,65. 

Victoire, bas-relief en terre cuite. 

Faunes vendangeurs, bas-relief en terre cuite. 

Trois têtes de femmes, bustes en terre cuite. 

Céramiqde. — P. 365-366. Objets d'art provenant du musée Campana (en- 
voyés très probablement, eux aussi, en 1863). Trente-huit pièces numérotées, 
au musée de Montpellier, de 21 à 59 : 

21. Amphore à anse plate; lion en relief. Vase étrusque. 

22. Petite amphore. Vase étrusque. 

23. Amphore. Hercule apportant le sanglier à Eurysthée caché dans un 
pilhos; Minerve est à côté; combat. Vase grec, poterie à, figures noires. 

24. Coupe. Intérieur : éphèbe lançant le disque. Revers : éphèbe et hommes 
barbus. Vase grec, poterie à figures rouges. 

25. Coupe. Palestrites. Vase grec, poterie à figures rouges. 

26. Coupe à quatre supports reliefs. Déesses ailées et ornements. Vase 
étrusque. 

27. Tasse. Vase grec, poterie d'ancien style. 

28. Urne cinéraire étrusque. Étéocle et Polynice. Terre cuite. 

29. Antéfixe : masque et patinette. Terre cuite. 

30. Patères. Tète de déesse. Époque de la décadence. 

31. Patère. Vase grec vernissé. 

32. OEnochoé. Vase grec vernissé. 

33. OEnochoé. Satyre et nymphes. Vase grec, poterie à figures noires. 

34. OEnochoé à rouelles. Vase grec, poterie d'ancien style. 

35. OEnochoé. Vase étrusque peint, de la décadence. 

36. OEnochoé. Poterie de pâte noire. Vase étrusque, haute antiquité. 

37. Lecytlius. Vase grec vernissé. 

38. Lecythus. Nymphes et satyre. Vase grec, poterie à figures noires. 

39. Lecythus. De la décadence. 

40. Cyathis. Vase étrusque. 

41. Grand pithos cannelé. Des animaux sacrés sont représentés sur une 
frise circulaire. Vase étrusque provenant des fouilles de Cervetri. 

42. Scyphus à une anse. 

43. Kotylos. Vase étrusque. 

44. Petit pithos. Vase grec, poterie d'ancien style. 



44 REVUK ARCHÉOLOGIQUE 

45. Bombylios. Poterie, style phénico-corinthien. 

46. Alabastrum. Poterie, style phénico-corinthien. 

47. Aryballe. Poterie, style phénico-corinthien. 

48. Cotylisque. Poterie, style phénico-corinthien, 

49. Stamnos. Satyre et nymphes ; cavalier. Vase grec, poterie à figures 

noires. 

50. Oxybaphon. Vase grec vernissé. 

51. Scyphus. Vase grec vernissé. 

52. Amphoridion. Vase grec vernissé. 

53. Canthare. Vase étrusque. 

54. Cotyle. Vase grec vernissé. 

55. Cotyle. Chouette. Vase grec, poterie à figures rouges. 

56. Cotyle. Vase étrusque. 

57. Lampe ouverte. Vase grec vernissé. 

58. Lampe. Terre cuite. 

59. Ours. Terre cuite. 

Cette liste a dû être dressée d'après la notice sommaire rédigée par 
M. Frœhner. L'envoi d'antiquités Campana fait au musée de Montpellier res- 
semble tout à fait à ceux qu'ont reçus en 1863 les musées d'Évreux, de Bernay, 
de Rouen et dont nous reproduirons plus loin les notices descriptives conservées. 
Il comprenait comme eux : trois bustes ou statues de marbre, des bas-reliefs et 
petits bustes de terre-cuite, des pièces de céramique désignées sous des noms 
caractéristiques (grand pithos cannelé de Cervetri, urne cinéraire étrusque avec 
Etéocle et Polynice, lecythus, cotylisque, oxybaphon, etc.) et classées métho- 
diquement (vases étrusques : haute antiquité, décadence; vases grecs : poteries 
d'ancien style, poteries de style phénico-corinthien, poteries à figures noires, 
poteries à figures rouges, vases vernissés). 

8° Musée de Nantes [Inventaire général^ Province, Monuments 
civils, tome II; catalogue rédigé par 0. Merson et daté du 
l^"- mai 1883). 

Peintures. — Envoi de 1863 : six tableaux, d'après Clément de Ris ; le 
catalogue de Vlnventaire général les indique : 

P. 76. Attribué à Francesco Barbieri, dit il Legnano (école lombarde). 
LMoration des mages. Cuivre. H. 0,48; 1. 0,43. — Cornu : n" 523; Andréa 
Salai dit Salaino ; même titre ; h. 0,48; I. 0,37. 

P. 84. Benedetto Gennari (école bolonaise). Portrait déjeune homme. Toile. 
H. 0,67 ; 1. 0,57. — Cornu : n» 576; même attribution; David, la main sur la 
garde de Vépce avec laquelle il a tranché la tête de Goliath ; h. 0,96 ; 1. 0,56. 

P. 91. Attribué à Domenico Puligo (école florentine). La Sainte famille. 



I 



LA COLLECTION CAMHANA EX LES MUSÉLS DE PROVIiNCE 45 

Bois. H. 1,03; 1. 0,79. — Cornu : n» 465; Andréa del Sarlo ; même litre; 
h. 1,03; 1. 0,81. 

P. 96. Attribué à Simone di Martino, dit Simone Memmi (école siennoise) 
La Vierge lisant dans un livre de prières. Bois. H. 0,765; 1, 0,51. — Cornu : 
n" 137 ; même attribution ; La Vierge, les mains croisées sur sa poitrine, lit 
dans un livre de prières ; panneau ; h. 0,66 ; I, 0,40. 

P. 102. Giottesque siennois ou florentin du xiv* siècle. La Vierge, l'Enfant 
Jésus et plusieurs saints. Bois. H. 0,50; 1. 0,35. —Cornu : n° 64; même 
attribution; La Vierge avec son divin Enfant et plusieurs saints; h. 0,49; 
1. 0,35. 

P. 120. École de Murillo. Deux anges. Toile. H. 0,63; 1. 0,92. — Cornu : 
n° 601; Murillo; Deux anges de grandeur naturelle; mêmes dimensions. 
Envoi de 1872 : 

P. 104. École florentine. Saint Barthélémy. Bois. H. 1,09; 1. 0,36; « pro- 
venant de l'ancienne collection du Louvre ». — Paraît correspondre au n° 40 
de Reiset; école florentine, xiv« siècle; même titre; bois, forme ogivale; 
h. 0,92; 1. 0, 31. — Cornu : n» 29; Gaddo Gaddi ; même titre; panneau, fond 
d'or; h. 0,60; 1. 0,29. 

Ibid. École florentine, Saint Pierre. Bois. H. 1,09; 1. 0,36; « provenant de 
l'ancienne collection du Louvre ». — Paraît correspondre au n» 41 de Reiset ; 
école florentine, xiv^ siècle ; même titre ; bois, forme ogivale ; h. 0,92; 1. 0,31. 
— Cornu : no 30; Gaddo Gaddi ; même titre; panneau, fond d'or; h. 0,60; 
1. 0,29. 

P. 106. École italienne du xvi^ siècle. La Nativité. Peinture sur bois, 
transportée sur toile. H. 2,26; 1. 1,55. — Reiset : n» 181 ; Bernardino Pintu- 
ricchio; même titre; bois, forme cintrée du haut; h. 2,23; 1. 1,54. — Cornu : 
n"* 415; Bernardino Pinturicchio; La Crèche; h. 2,20; 1. 1,50. 

Si la ville de Nantes possède un lot d'antiques provenant de la collection 
Campana, il doit se trouver au Musée Dobrée (ancien Musée archéologique). 
M. Frœhner n'a pas rédigé de notice pour Nantes. 

9" Musée d'Orléans [Inventaire général, Province, Monwneiits 
civils, lome I; calalog-ue rédigé par Eud. Marcille et daté du 
13 août 1877). 

Peintures. — Envoi de 1863 : six tableaux, d'après Clément de Ris. Le 
catalogue de ^Inventaire général en indique seulement cinq : 

P. 116. École de Fra Barlolomeo. La Sainte Vierge. Bois. H. 0,85; 1. 0,66. 
— Cornu : n" 443; Fra Bartolomeo; La Viei'ge avec l'Enfant; panneau; 
h. 0,86 ; 1. 0,67. 

P. 122. Inconnu de l'école italienne. Saint Jérôme. Bois. H. 0,68 ; 1. 0,30. 



46 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

— Cornu : n» 69 ; Gioltesque siennois ou florentin ; Saint Jérôme assis tenant 
l'une des pattes du lion ; panneau ; h. 0,70 ; 1. 0,32. 

P. 123. Inconnu de l'école italienne. La Vierge et V Enfant Jésus. Bois. 
H. 0,54; 1. 0,40. — Cornu : n" 485; Domenico Beccafumi ; Lo. Vierge et 
l'Enfant, avec saint Joseph et une religieuse ; panneau ; h. 0,39; 1. 0,29. 

P. 124. Inconnu de Técole vénitienne. Le Christ enseignant. Bois. H. 1,20 ; 
1. 1,05. — Cornu : n» 510; Bonifazio Veneziano ; Jésus, saint Joseph et la 
Vierge; panneau; h. 1,18; 1. 1,03. 

P. 138. Inconnu de l'école hollandaise. Le Penseur. Bois. H. 0,64; 1. 0,90. — 
Cornu : n" 607; Quintin Metsys; Saint Jérôme, da.ns une cellule solitaire, assis 
devant une petite table sur laquelle se trouve (sic) un crucifix et un pupitre 
portant un gros livre ouvert; panneau; h. 0,90; 1. 0,65. 

Envoi de 1872 : 

P. 121. École de Luca Signorelli, La Sainte Vierge assise sous un dôme 
tient l'Enfant Jésus. Bois. H. 1,20; 1. 1,23. — Reiset : n» 165; même attri- 
bution; La Vierge entre deux saints; bois; h, 1,27; 1. 1,25. — Cornu : n° 255: 
Francesco Signorelli; La Vierge avec l'Enfant; panneau; h. 1,28; 1. 1,25. 

P. 124. Inconnu de l'école italienne. Suite de quatre tableaux sur bois : 
lo Vne cavalcade; h. 0,37; 1. 0,28; 2" Enée et Bidon; h. 0,20; 1.0,21; 
3o Mort de Bidon; h. 0,21; 1. 0,26; 4° Bidon assise sur un trône-, h. 0, 21; 
1. 23. — Reiset : n» SI; école de Sienne, commencement du xve siècle; 
scènes diverses paraissant se rapporter à l'histoire d'Enée et de Didon ; quatre 
panneaux réunis dans un même cadre : 1° Enée et Bidon, à cheval, visitant 
Carthage; h. 0,36; 1. 0,27; 2» Bidon, assise sur son trône, accueille Enée et 
ses compagnons ; h. 0,21; 1. 0,20; 3o Bidon se poignardant sur le bûcher en 
présence de plusieurs personnages; h. 0,21; 1. 0,26; 4o Bidon, assise stir un 
trône, reçoit une supplique de quatre personnages agenouillés; h. 0,21; 
1_ 0,22. — Cornu : n»» 168 à 171; Pietro délia Francesca; Aventures de 
Didon et d'Enée; h. 0,71; 1. 0,83; quatre panneaux réunis dans un seul 
cadre. 

Les antiques de la collection Campana que possède Orléans doivent se trouver 
au Musée Historique de cette ville; M. Frœhner avait rédigé une notice som- 
maire à leur sujet. 

10° Musée de Tours [Inventaire général, Provmce., Monuments 
civils, tome V ; catalogue rédigé par F. Laurent et A. de Mon- 
taiglon, et daté du 1<^^ octobre 1890). 

Peintl'res. — Envoi de 1863 : cinq tableaux, d'après Clément de Ris ; le cata- 
logue de l'Inventaire général les indique : 
P. 356. Manière de Giovanni Bellini; Sainte Famille. Bois. H. 0,97; 1. 1,08. 



LA COLLECTION CAMPANA KT LES -■MUSÉES HE PROVINCE 47 

— Cornu : no 281 ; .Giovanni Bellini ; La Vierge avec l'Enfant, saint Jean- 
Baptiste et saint Jérôme; panneau; h, 0,77-, 1. 1,68. 

P. 357. Attribué à Vittorio Crivelli. Saint Jean-Baptiste. Bois. H. 1,61; 
1. 0,71. — Cornu : n" 275; mêmes attribution, titre et dimensions. 

P. 361. Attribué à Eusebio da San Giorgio. Adoration de l'Enfant Jésus. 
Bois; panneau rond; diamètre : 0,87. — Cornu : n" 431; même attribution, La 
Sainte Famille ; panneau rond ; diamètre : 0,85. 

P. 362. Attribué à Marcello Venusti dit il Mantovano. Le Christ sur la croix. 
Cuivre. H. 0,36; 1. 0,25. — Cornu : n° 489; mêmes attribution et litre; 
h. 0,39; 1. 0,29. 

P. 363. École de Sienne. Jeune guerrier costumé à l'antique. Bois. H. 0,86; 
1. 0,53. — Cornu : n» 417; style de Pinturicchio; Un guerrier armé; panneau; 
h. 0,80; 1.0,43. 

Envoi de 1872 : 

P. 363. École de Fiesole ou de Sienne. V Annonciation. Bois. Deux panneaux 
à pan coupé, sur fond d'or, de 0,61 de h. chacun sur 0,32. — Reiset : n° 88; 
écoles d'Italie, commencement du xv^ siècle; V Annonciation, en deuxpanneaux 
de forme hexagone-, h. 0,65; largeur 0,31. — Paraît correspondre au no378 
de Cornu : Benedetto Bonfigli ; L' Annonciatioii et dans le haut le Père Éternel ; 
panneau à fond d'or; h. 0,54; 1. 0,36. 

Sculpture. — P. 388. Deux bustes de marbre provenant de la collection Cam- 
pana, envoyés en 1863 : 

Dame romaine {« femme de l'empereur Commode, d'après le catalogue du 
Musée Campana «); h. 0,73. — Cf. Cataloghi Campana, série VU, p. 5, 
n» 104. « Crispina, moglie di Commodo ». 

Personnage romain; h. 0,68. 

Aucune mention du lot de céramique pour lequel M, Frœhner a rédigé une 
notice en 1863. 

Tableaux récapitulatifs. 

Peintures. — Les dix musées décrits dans VInveîitaire général 
des richesses d'art de la France contiennent 63 tableaux provenant 
de l'ancienne collection Campana, dont nous connaissons les 
numéros d'ordre dans le catalogue de Cornu et aussi, pour ceux 
qui étaient entrés au Louvre en 1862, dans la notice de Reiset. 
Ce chiffre doit être considéré comme un minimum. D'après 
Clément de Ris, ces dix musées auraient, en 1863, reçu 47 pein- 
tures Campana ; les catalogues de \ Inventaire général n'en 



48 



HkVUE AhCHÉOLOGlOUÉ 



mentionnent que 36. D'autre part, faute d'indications suffisantes 
dans les catalogues, nous ne sommes pas sûr d'avoir retrouvé 
parmi les envois de l'Etat en 1872-1873 et en 1876 toutes les 
peintures Campana adressées à ces dates aux musées départe- 
mentaux. 

Voici comment se répartissent par musée et par date d'envoi 
les 63 tableaux en question : 



MUSÉES 






ENVOI DE 1863 


ENVOI DE 

1812-18';3 


KNVOI Dlî 1876 




Chiffres de 


Chiffres de l'In- 






Clément de Ris. 


rcntaire général. 






Angers .... 


6 


5 


2 





Besancon . 






6 


6 


3 


1 


Béziers* . 






3 


1 


2 





Dieppe . . 






3 


3 


1 





Grenoble . 






6 


6 


3 





Lisieux . . 















1 


Montpellier 






6 


5 


\ 


1 


Nantes . . 






6 


6 


3 





Orléans. . 






6 


5 


2 





Tours . . 






5 


5 


1 





Totaux 


47 42 


18 


3 



Voici d'autre part la liste générale des tableaux avec renvois 
aux catalogues de Cornu et de Reiset : 



NUMÉROS DE CORNU 


NUMÉROS DE REISET 


DATES d'envoi 


MUSÉES 


n 


_ 


1864 


Besançon. 


26 


— 


1863 


Angers. 


29 


40 


1872 


Nantes. 


30 


41 


1872 


Nantes. 


37 


— 


1863 


Montpellier. 


64 


— 


1863 


Nantes. 


69 


— 


1863 


Orléans. 


73 


51 


1872 


Dieppe. 


8!) 


— 


1863 


Angers. 


100 


— 


1863 


Grenoble. 


106 


73 


1873 


Grenoble. 


127 


87 


1873 


Grenoble. 


128 


86 


1873 


Grenoble. 


137 


_ 


1863 


Nantes. 


168-171 


81 


1872 


Orléans. 



1. Peut-être l'un des deux envois attribués à 1872 par l'Inventaire général 
est-il de 1863 (voir plus haut p. 38). 



LA COLLECTION CAMPANA ET LES MUSÉES DE PHOVINCK 



49 



nUMlSROS DE CORHU 



184 

223 

231 

232 

243 

248 

250 

255 

275 

281 

292 

336 

375 

378 

379 

415 

417 

425 

431 

432 

437 

442 

443 

465 

468 

483 

485 

489 

490 

497 

499 

502 

509 

510 

523 

526 

530 

543 

546 

560 

569 

574 

576 

581 

590 

601 

607 

615 




MUSÉES 



Dieppe. 

Montpellier. 

Montpellier. 

Montpellier. 

Angers. 

Besançon. 

Besançon. 

Orléans. 

Tours. 

Tours. 

Montpellier. 

Besancon. 

Béziers. 

Tours. 

Lisieux. 

Nantes. 

Tours. 

Grenoble. 

Tours. 

Montpellier. 

Béziers. 

Grenoble. 

Orléans. 

Nantes. 

Besançon. 

Grenoble. 

Orléans. 

Tours. 

Montpellier. 

Dieppe. 

Besançon. 

Béziers. 

Angers. 

Orléans. 

Nantes. 

Dieppe. 

Grenoble. 

Besançon. 

Angers. 

Besançon. 

Besançon. 

Angers. 

Nantes. 

Besançon. 

Angers. 

Nantes. 

Orléans. 

Grenoble. 



Nous ne comptons que pour un seul tableau (n" 81 de Reiset) 
les quatre panneaux réunis dans un même cadre, que Cornu 
a numérotés 168, 169, 170, 171; nos 63 tableaux représentent 
donc en réalité 66 numéros du catalogue de Cornu; six d'entre 

Ve SÉRIE, T. VII. 4 



oO REVUE ARCBÉOLOGIQUE 

eux (n"* 26, 106, 379, 432, 502, 546 de Cornu) portent des signa- 
tures ou autres inscriptions intéressantes. 

Sculpture moderne. — Bas-relief de terre cuite du xv« siècle 
(n» 8 du Catalogue des sculptures de la Renaissance du musée 
Napoléon III), envoyé à Béziers en 4875. 

Sculptures antiques. — Vingt-deux pièces, dans les musées 
de Besançon, Grenoble, Montpellier, Tours : 

1° Marbres (treize pièces) : 

Statue de Diane{i86i), Besançon (n» 31 des Cataloghi). 
tatue d'Hercule enfant, Montpellier. 
Torse de guerrier (1863), Grenoble (n« 139 des Cataloghi). 
Buste de Vénus, Montpellier. 
Buste de Mercure, Montpellier (n» 7 des Cataloghi). 
Buste de Vitellius (1863), Grenoble (n° 177 des Cataloghi). 
Buste de dame romaine du i" siècle (1863), Grenoble. 
Buste de dame romaine du temps de Septime Sévère (1863), Grenoble. 
Buste de dame romaine : la femme de Commode (1863), Tours (n« i04 des 
Cataloghi). 
Buste de matrone romaine (1864), Besançon. 
Buste de personnage romain (1863), Tours. 
Tête de Vénus (1875). Besançon. 
Te te de Satyre (1864), Besançon (n° 61 des Cataloghi). 

2° Terres cuites (neuf pièces) : 

Bas-relief : Victoire, Montpellier. 
Bas-relie( : Faunes vendangeurs, Montpellier. 
Trois têtes de femme, Montpellier. 

Deux urnes funéraires étrusques quadrangulaires avec sujets figurés (1863), 
Grenoble. 
Petit tombeau étrusque (1864), Besançon. 
Urne cinéraire étrusque, Montpellier. 

Les envois de sculptures antiques Campana faits au musée de 
Montpellier datent sans doute de 1863. 
Le musée de Besançon a reçu en 1864 plusieurs figurines 



LA COLLECTION CAMPANA ET LES MUSÉES DE PROVINCE 51 

de terre cuite, dont le détail n'est pas donné dans V Inventaire 
général. 

Céramique. — M. Frœhner avait rédigé des notices descrip- 
tives pour les lots d'objets antiques envoyés en 1863 aux musées 
d'Angers, Besançon, Béziers, Grenoble, Orléans, Tours. Outre 
les sculptures de terre cuite qui viennent d'être énumérées, 
V Inventaire général signale seulement : 

A Besançon, plusieurs vases dont le détail n'est pas donné; 

A Grenoble, cinq vases à sujets figurés (décrits); 

A Montpellier, trente-sept pièces (liste détaillée), plus une 
urne cinéraire étrusque. 

[A sinvre.) ; Maurice Besnier. 



LES VASES « OUCHEB » ET « SOCHEN » 

ÏÏ ^ 



Rien n'a été moins étudié que les vases, si nombreux cepen- 
dant, que les fouilles d'Egypte ont rendus au jour. Si (depuis 
quelques années seulement) d'importants catalog-ues ont été 
publiés, qui nous révèlent toutes les iormes imaginables de la 
céramique égyptienne, Thistoire en reste encore entièrement à 
faire. 

Il me semble qu'il serait utile de rechercher préalablement le 
nom propre de chaque type de vases. Les dénominations ne 
manquent pas dans les textes; mais il faut en rapprocher d'une 
manière certaine les objets qui leur conviennent. C'est ce que 
j'ai tenté dans diverses monographies publiées dans les Mémoires 
de la Société d Agriculture^ Sciences, Belles-Lettres et Arts 
d'Orléans. Je me propose ici un nouvel essai pour une classe de 
vases des plus intéressants. 

Ces vases sont d'une forme très élégante, que les Grecs n'ont 
pas connue. Elle représente le calice de certaines fleurs, lotus, 
lis, jacinthe ou tulipe, posé sur un pied plus ou moins élevé. Le 
type général contient plusieurs variantes : 

l' Vase au corps élancé, à parois droites : 

2° Vases à corps élancé, à parois contournées, offrant le galbe 
de ceux que nous appelons calices : 

1. Daressy, Fouilles de la Vallée des Rois, p. 4 et 6. Au Musée du Caire 
(Bissing, Catalogue, n* 3706). 

2. Bissing, Catalogue des faïences, no^ 3678, 3852. 



LES VASES « OUCHEB » ET « SOCHEN » 53 

3» Vases à corps élargi, mais sans inflexion, ressemblant 
plutôt à des coupes : 

De ces vases les plus hauts ne dépassent pas vingt centimètres ; 
les plus petits descendent jusqu'à huit. 

Ils ont en commun d'être montés sur un pied plus ou moins 
élevé qu'on ne rencontre pas dans d'autres genres de vases, et 
de présenter, pour la plupart, une décoration de pétales qui leur 
donne l'aspect de la fleur épanouie. 

Cependant une partie des calices est décorée de représenta- 
tions empruntées aux occupations de la vie champêtre ou à des 
scènes de guerre, quelquefois à des symboles religieux. 

Généralement, cette ornementation est en relief. 

Les vases récemment découverts et les plus beaux proviennent 
de la nécropole de Touneh, près d'Assiout. Ils sont d'un 
superbe bleu de ciel ou bleu turquoise^ et appartiennent à la 
XX« dynastie et à la XXIP. 

D'autres, d'un bleu moins vif ou d'un vert pâle, sont déjà 



1. Au Musée du Caire (Bissing, Catalogue n»" 3692, 3701-3705, 3707, 3774 
(cf planche 1), 3848-3850. Vase Mac Gregor (H. Wallis, EgyptianCer amie Art, 
pi.' XII, 1). - Vases Myers (ibid., pi. IX et X = fig. 36 et 37). — Vase du 
Musée de Berlin, ibid., fig. 38 = Ausfùhrliches Verzeichnis, fig. 79). — Vase 
du Musée d'Athènes (H. Wallis, E. C. A., fig. 39). — Vase du Musée de 
Florence {Ibid., Il, planche XVI). 

2. Loret, Fêtes dOsiris, § 17. 

3. Wilkinson, Manners and Customs, 2« éd., II, p. 12, n° 5. 

4. Tombeau de Ma-her-prà, etc. 

5. Bissing, Catalogue, n°« 3851, 3700 et 3698. — H. Wallis, Egyptian 
Ceramic Art, planches XIII et XII, 2. 

6. Vase du British Muséum (H. Wallis, E. C'A., II, p. 15, fig. 28 et p. 25, 
fig. 40. — 2 placé sous la table d'offrande d'une stèle du Moyen Empire 
Bec. trav., X 1896, p. 222 et qu'on pourrait prendre pour un vase, me paraît 

être un vase ^ posé sur une table '^• 

7. H. Wallis, E. C. Art. (1898), XII, 1 et 2, pi. XIII (1900), pi. IX et X. — 
Bissing, Catalogue, planche, n»* 3678 et 3774. 



54 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

beaucoup plus anciens; car on en trouve qui appartiennent à 
des tombeaux de la XVIII'' dynastie*. 

Les Égyptiens eux-mêmes avaient parfaitement remarqué 
l'analog-ie de forme entre ces vases et la fleur de lotus, ou, pour 
mieux dire, les potiers égyptiens, frappés du caractère d'élé- 
gance de la fleur sur sa tige, l'avaient heureusement imitée et 
en avaient tout d'abord donné le nom à leur œuvre. Parmi les 
objets offerts par Thoutmès III à Amon dans le temple de 
Karnak*, figure le vase à forme de lotus; au-dessus est inscrite 
la légende : 



IZSZl 



SOSEN N UTEN 



lotus pour la libation^. 

C'est précisément la scène que représente le tableau d'Edfou, 
salle du trésor, paroi nord. D'un côté le roi fait la libation avec 

un noum Q, de l'autre avec un sosen TT\ 

Toutefois, le nom de ^^^D^, sosen^ lotus n'est pas le 
seul nom donné à ce vase. 

Haremhabi, grand fonctionnaire sous quatre rois de la 
XVIIP dynastie (xvii^ siècle avant J.-C), est représenté dans 
son tombeau, assis avec sa mère et recevant l'hommage de deux 

dames qui lui présentent chacune un vase ^^. Devant le 
prince est une table ^ sur laquelle sont posés deux vases, 
précisément le vase que nous étudions, YJ et le grand vase ^^• 
La légende qui se rapporte à cette scène présente quelque diffi- 



1. Bissing, Catalogue, planche. Tombeau d'Haremhabi, Mém. mission 
au Caire, pi. II ; etc. 

2. Champollion, Monuments, IV, pi. 316, qui seul donne la légende. — Cf. 
Description d'Egypte, Antiquités, III, pi. 35 et Prisse d'Avesnes, Les Monu- 
ments Égyptiens, vases du temps de Thoutmès III. 

3. igcoigcn et IttJlur, lilium. 

4. Hochemonteix, Edfou, planche XLV b, paroi Nord. 

5. Mém, mission au Caire, V, planche II et p. 426, 



LES VASES « OUCHEB ET SOCHEN » 55 

culte de traduction, mais la phrase finale* fait clairement allusion 
aux deux vases posés sur la table : & """^ ,9 1 « le vase d'or » 

et le vase _ J o m .^ \ Z^ bleu plein d'eau. X ,?, 

est bien le vase ^s , vase venu de Syrie (?), représenté 
dans les tableaux du règne de Thoutmès III, peint en jaune, 

c'est-à-dire de la couleur du métal dont il est fait; et y a bien 
le nom et la forme des vases de faïence bleue trouvés plus tard 
à Tounah. Il est à remarquer que les deux dames présentent 

deux c^ et que le texte désigne au contraire exactement les 

deux autres vases posés sur la table. 

serait désigné par le nom de ,, J[ Ol 1 1 ycsbcd, 




« bleu » comme certains autres vases par le nom de '\7A. ^^oser 
« rouge ». 

^ et „ Jl I I I sont des noms du vase tirés de son 



ornementation de pétales de lotus ou de la couleur de la faïence, 

mais le nom propre du vase me paraît être _P '-^^Jj ^ . Au 
Rituel des fêtes d'Osiris en choiak, § 17, une préparation doit 



/www 



être mise dans une cuve [housep) et le texte ajoute : 

E ^ <1 f 'g' 12. TT = ^ °°J ïï o^ « y meure 

de l'eau — le matin et le soir — un tiers de hin, dans un vase 

oucheb d'or ))^. 

L'usage du vase oucheb^ sâchen ou khesbed est indiqué par 

les textes cités plus haut et par la représentation d'Edfou. Ce sont 

des vases servant aux libations. 

Aug. Baillet. 

1. « Les deux hodt présentent l'eau dans un vase d'or; puis il se tourne de 
même une seconde lois pour (recevoir) un vase bleu (khesbed) rempli d'eau ». 

2. Loret, Les Fêtes d'Osiris, dans le Recueil de travaux, t. ill, p. 49. 
Brugsch, Worterbuch, donne au mot ouseb pour déterminatif un vase hos 

2 surmonté d'une anse {|^« 



m mm m mum u m galio 

POUR LA BASILIQUE DE SAN LORENZO» 



La basilique de San Lorenzo, construite par Brunelleschi, a 
cette mauvaise fortune, qu'elle partage avec la plupart des églises 
de Florence, de n'avoir pas de façade. Déjà, au xvi^ siècle, 
Léon X avait projeté de terminer l'édifice et avait ouvert un 
concours auquel avaient pris part les plus grands artistes de 
l'Italie. Ces efforts n'aboutirent pas et, depuis lors, rien de 
sérieux n'a été tenté. Il était réservé à notre temps, à un groupe 
des plus éminents citoyens de Florence, de reprendre cette ques- 
tion avec le fermé désir de la voir aboutir. 

Cinquante des plus distingués architectes de l'Italie ont ré- 
pondu à l'invitation qui leur était faite et ont tenté de créer une 
façade s'adaptant aux lignes de l'édifice et correspondant au 
style de Brunelleschi. 

Malheureusement le problème était d'une difficulté pour ainsi 
dire insurmontable et, malgré leur talent, malgré leurs connais- 
sances archéologiques, malgré les ressources de la plus subtile 
ingéniosité, ils n'ont pu le résoudre. Brunelleschi n'ayant laissé 
aucun modèle de façade pour une grande église, ils en étaient 
réduits, pour les lignes générales de leur œuvre, à s'inspirer des 
parties latérales de la basilique, à continuer sur la façade des 
corniches qui, très appropriées à la place qu'elles occupent, 
n'avaient plus la grandeur nécessaire pour être reportées sur 
une façade, et, pour l'ornementation, ils n'avaient à leur dispo- 

1. Une première rédaction de ce mémoire, en italien, a paru dans le Mar~ 
zocco . 



UNE FAÇADE DE GIULIANO DA SAN GALLO 57 

sition (que quelques croisillons de la chapelle Pazzi qui, trans- 
portés à S. Lorenzo, faisaient un mauvais effet et étaient 
inexplicables*. 

Le résultat a été que ces projets, malgré leur distinction et 
leur élégance, étaient dépourvus de deux qualités inséparables 
de l'art de Brunelleschi, la grandeur de la conception et la 
richesse du décor. En fin de compte, c'étaient de jolis exercices 
d'hommes très habiles, mais ce n'était ni l'art de Brunelleschi 
ni une façade pour San Lorenzo. 

Ce concours n'aura pourtant pas été inutile. On peut dire 
qu'il était nécessaire. Il aura prouvé qu'il fallait définitivement 
renoncer à tout espoir de faire revivre le style de Brunelleschi et 
de trouver pour San Lorenzo une façade quelconque se rappro- 
chant de celle qu'il eût projetée. 

Faut-il renoncer à construire la façade de San Lorenzo? Je ne 
le crois pas, et ce concours, les études et les réflexions qu'il a 
inspirées, semblent avoir fait apparaître la véritable solution du 

problème. 

Si nous ne pouvons plus retrouver l'art des anciens maîtres 
du xv' siècle, nous avons cette bonne fortune qu'ils nous ont 
transmis eux-mêmes leur pensée ; si nous ne pouvons plus re- 
constituer nous-mêmes une façade du xv' siècle, cette façade 
nous a été léguée par un dessin d'un des plus grands architectes 
de ce temps, par Giuliano da San Gallo (fig. 1). 

En l'exécutant, nous ne ferions plus un de ces pastiches qui 
ont l'inconvénient d'être sans beauté et de n'avoir aucune signi- 
fication, de n'être l'expression d'aucun état social ni d'aucune 
pensée d'artiste. 

En adoptant le projet de San Gallo, nous aurions, d'autre part 
l'avantage de nous rapprocher du style de Brunelleschi, plus 
que nous ne pourrions le faire par aucun autre moyen. En 

1. Je pense que ces croisillons de la chapelle Pazzi sont, non pas de simples 
ornements géométriques, mais une représentation de la croix de l'apôtre 
S. André à qui la chapelle est dédiée. 



58 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

l'absence d'un projet de Brunelleschi, rien ne saurait mieux 
convenir à San Lorenzo qu'un projet de G. da San Gallo. 

Et qu'on ne vienne pas dire qu'il serait impossible d'exé- 
cuter ce projet. Il est si précis, si détaillé, si étudié dans les 
moindres particularités que l'exécution ne rencontrerait aucune 
difficulté. A vrai dire, il vaudrait mieux que cette façade eût été 
exécutée par San Gallo, avec des ouvriers du xv' siècle, et sans 
doute elle ne sera pas aussi belle, aussi parfaite, aussi empreinte 
du caractère du temps que s'il l'avait exécutée lui-même. Mais, 
même en tenant compte de cette objection, il n'en reste pas 
moins que cetlej façade sera encore plus belle que toutes celles 
que nous pourrions lui préférer. 

Avant d'analyser le projet de San Gallo je dois encore prévoir 
et réfuter quelques objections. 

Le projet de San Gallo a été fait à l'occasion du concours orga- 
nisé en 1516 par Léon X. Or, comme Michel-Ange prit part à ce 
concours et que nous avons encore ses projets, on peut se de- 
mander pourquoi nous ne les préférerions pas à ceux de San 
Gallo. 

A cela je répondrai qu'il est une raison majeure pour ne pas 
songer aux projets de Michel-Ange, c'est que ces projets sont 
restés à l'état de simple ébauche et qu'il ne serait au pouvoir de 
personne de les compléter. En revanche, le projet de San Gallo 
est étudié avec le plus grand soin, dans les plus minutieux 
détails, de telle sorte que l'exécution ne soulèverait aucune diffi- 
culté sérieuse. 

Il est une autre raison que l'on pourrait invoquer : c'est que le 
projet de Michel- Ange n'a pas le moindre rapport avec l'art de 
Brunelleschi et ferait, avec le corps de l'église, le plus extrava- 
gant contraste. Michel-Ange, en effet, n'est plus un Florentin, 
ni un homme du xv^ siècle. Ami de Jules II, transporté dans le 
milieu romain, il n'a plus aucune des pensées d'un artiste du 
temps de Cosme ou de Laurent. A la finesse, à la délicatesse, à 
l'élégance florentine, succèdent avec lui la force, la violence, la 
grandeur de la cour romaine. 



UNE FAÇADE DE GIULIANO DA SAN (lALLO 59 

Certes, si Michel-Ange avait dressé sur la délicate façade de 
S. Lorenzo l'énorme muraille qu'il avait rêvée, je ne le regret- 
terais pas. Il ne me déplairait pas de voir réunis là, par le 
contraste le plus saisissant, l'art distingué des Florentins et l'art 
brutal de la cour romaine. Il ne me déplairait pas de voir, à côté 
de la nef de Brunelleschi, souple, gracieuse, svelte comme un 
corps de jeune fille, se dresser le monstre de Michel- Ange, disant 
la soif de domination de la Papauté, héritière des Césars. 

Mais c'est ici un pur jeu d'esprit. Michel-Ange n'est plus et per- 
sonne ne saurait faire revivre ses rêves gigantesques. 

Il est enfin une dernière question préliminaire qu'il faut 
résoudre. G. da San Gallo nous a laissé trois projets, trois projets 
presque aussi bien étudiés les uns que les autres; nous devons 
faire connaître les raisons de notre choix. 

Il en est un oii l'église est accompagnée de deux gigantesques 
clochers. C'est un projet très intéressant, comme tout ce qu'a 
fait San Gallo, mais qui, plus que les deux autres, s'éloigne de la 
pensée florentine et se rapproche des idées romaines, des con- 
ceptions qui étaient à la mode à Rome au début du xvi^ siècle 
dans le milieu des architectes qui travaillaient à Saint-Pierre. 

Un autre projet tout à fait différent, tout chargé de bas-reliefs 
et de statues, est d'une très grande originalité et vraiment les 
raisons de l'écarter ne sont pas très convaincantes. Si je préfère 
le troisième, celui que je vais analyser, c'est parce qu'il me 
paraît mieux s'adapter à la basilique de S. Lorenzo, parce qu'il 
se rapproche davantage du style de Brunelleschi et parce qu'il 
représente mieux l'art de G. da San Gallo, dans son véritable 
caractère, sans aucune trace de l'influence des architectes du 
XVI" siècle. Ce projet, c'est le projet fait par un pur Florentin de 
la fin du xv^ siècle qui suit et qui développe logiquement le style 
créé au début du siècle par Brunelleschi. 

De ce que cette façade a été dessinée en {516, soixante et dix 
ans après la mort de Brunelleschi, alors que l'architecture avait 
déjà subi de profondes modifications, il ne faudrait pas con- 
clure, en effet, qu'elle soit très différente du style de Brunelleschi. 



60 REVUE ARCHÉOLOGIOUE 

G. da San Gallo est l'architecte qui s'est le plus rapproché du 
style de ce maître, qui l'a le mieux compris et qui lui a donné 
son développement logique. Il l'a prouvé dans la Madone délie 
Carceri, de Prato, qui est l'épanouissement idéal de la Chapelle 
Pazzi. Pendant tout le cours de sa vie, les circonstances ont 
voulu qu'il travaillât aux édifices mêmes de Brunelleschi. En 
1507, il prend part au concours institué pour construire la galerie 
du tambour du Dôme et, à cette occasion, il eut à étudier quelques 
dessins laissés par Manetti, l'élève de Brunelleschi; le modèle 
qu'il présentaen collaboration avec le Cronacaet Baccio d'Agnolo 
fut accepté. Peu de temps après, il était nommé architecte en 
chef du Dôme, fonctions qu'il remplit pendant une année. 
Mais c'est surtout à Téglise de San Spirito que le nom de G. da 
San Gallo est associé à celui de Brunelleschi. C'est lui qui a cons- 
truit la belle sacristie de cette église (1489-1496), et il est certain 
que cette sacristie, par ses pilastres accouplés, par ses grandes 
niches, par la manière de marquer nettement l'ossature de l'édi 
fice en opposant la couleur sombre de la pietra serena au blanc 
crépi des murs, est un dérivé direct de San Spirito et des autres 
œuvres de Brunelleschi. 

Que G. da San Gallo ait beaucoup étudié cette église de San 
Spirito, que, plus que tout autre, il ait pénétré dans la pensée de 
Brunelleschi, nous en avons une preuve dans la célèbre discus- 
sion qui eut lieu en 1486, relativement aux portes de la façade. 
Sur l'avis de Giuliano da Majano, on décida de percer trois 
portes. Or, par une lettre adressée à Laurent le Magnifique, 
G. de San Gallo s'indigne d'une telle décision qu'il déclare con- 
traire à la pensée de Brunelleschi lequel, selon lui, aurait pro- 
jeté quatre portes pour sa façade. Cet avis de G. da San Gallo 
avait paru peu compréhensible jusqu'au jour où le prince Tom- 
maso Corsini en donna l'explication. Le prince Corsini, étudiant 
les dessins de la Bibliothèque Barberini, remarqua un dessin de 
San Gallo qu'il reconnut comme étant un relevé du plan de Bru- 
nelleschi. Ce plan nous montre comment Brunelleschi, qui avait 
disposé ses lignes de colonnes sur tout le pourtour de l'église, 



UNE FAÇADK DE GIULIANO DA SAN (lALLO 61 

avait été conduit à placer une colonne au centre de la façade et, 
par suite, à remplacer la porte centrale par deux portes. Si j'ai 
insisté sur ce petit détail, c'est parce qu'il montre que, vers la fin 
du xv^ siècle, G. da San Gallo connaissait mieux le style de 
Brunelleschi que tous les autres architectes florentins. 

A ce titre d'être le continuateur de Brunelleschi, G. da San 
Gallo joint le mérite d'avoir été le plus grand architecte de son 
temps. Il fut pour Laurent le Magnifique ce que Brunelleschi 
avait été pour Cosme; et de même que l'art de Brunelleschi, par 
sa simplicité et par sa noblesse, représentait admirablement les 
idées de la première moitié du siècle, de même G. da San Gallo, 
par son art plus brillant, plus riche et plus sensuel, exprime avec 
la même clarté l'art du temps de Laurent le Magnifique. Brunel- 
leschi est le frère de Masaccio et de Donatello, comme G. da San 
Gallo est le frère de Botticelli et de Verrocchio. 

Malheureusement, G. da San Gallo n'est plus représenté à Flo- 
rence par aucune œuvre capitale. De telle sorte que si nous con- 
naissons admirablement les peintres et les sculpteurs, on peut 
dire que l'architecture du temps de Lorenzo nous est presque 
complètement inconnue. 

Je conclus qu'en adoptant pour la façade de San Lorenzo le 
projet de San Gallo, on exécuterait un projet qui, plus que tout 
autre, se rapprocherait du style de Brunelleschi et qui, par sur- 
croît, aurait le mérite de faire réapparaître à nos yeux un style 
d'architecture que nous ne connaissons plus. 

Lorsque, après avoir étudié le projet de San Gallo, il me vint la 
pensée qu'il pourrait être choisi et exécuté pour la façade de San 
Lorenzo, mon premier soin fut de consulter M. de Geymuller, 
qui, par son goût si délicat et ses profondes connaissances, est 
la plus grande autorité que nous puissions invoquer pour tout 
ce qui concerne l'architecture toscane; j'eus le plaisir de l'en- 
tendre me répondre : « Mais il y a vingt-cinq ans que j'ai écrit 
qu'il n'y avait pas de meilleure solution pour la façade de San 
Lorenzo que d'adopter le projet de G. da San Gallo ! » Je ne pou- 
vais avoir un appui plus précieux et, sûr dès lors d'être dans la 



g2 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

bonne voie, je pouvais me risquer à proposer ce projet à l'opinion 
florentine, comme je le fais en ce moment. 



* 



Avant d'examiner [le projet de G. da San Gallo, jetons un 
coup d'oeil sur la basilique et essayons de nous rendre compte 
des problèmes que soulève l'exécution de sa façade. 

L'église actuelle est à trois nefs, avec des chapelles latérales. 
La première question qui se pose aux architectes est celle de 
savoir s'il faut accuser ou dissimuler cette disposition intérieure 
de l'église. Les architectes qui ont pris part au dernier concours 
se sont partagés sur cette question. Les uns, en cherchant des 
procédés divers pour rendre prédominante sur la façade la ligne 
des trois nefs de l'édifice, ont tenté de mettre d'accord la façade 
avec l'église telle qu'on suppose que Brunelleschi l'avait conçue. 
D'autres, par contre, ont pensé qu'il n'y avait pas à rechercher 
quels avaient pu être les plans primitifs, qu'il fallait se con- 
tenter d'obéir à ce qui avait été fait. Si l'on considère qu'une 
autre église de Brunelleschi, celle de San Spirito, a des cha- 
pelles, on peut dire qu'une façade faite pour une église à trois 
nefs avec chapelles ne s'éloigne pas des concepts que pouvait 
avoir Brunelleschi. 

Voyons les conséquences de ces deux manières de voir. Si 
l'on fait une façade pour l'église avec chapelles, on est presque 
inévitablement conduit à adopter comme ligne principale la 
corniche qui s'étend au-dessus des chapelles et qui embrasse 
ainsi toute la largeur de l'édifice. C'est ce que nous appel- 
lerons Yordre mineur. Si, d'autre part, on veut tenir les cha- 
pelles pour accessoires, si l'on veut mettre en lumière le type 
des trois nefs, on est porté à prendre, comme ligne principale, 
la corniche supérieure, celle qui domine les nefs latérales; 
dans ce cas, au lieu d'arrêter les colonnes ou pilastres à la cor- 
niche inférieure, on coupe cette corniche, on la fait franchir par 
les pilastres qui s'allongent et, d'un jet, vont atteindre la cor-^ 
niche supérieure* C'est ce que nous appellerons Vordre majeurt 



UNE FAÇADE DE GIULIANO DA SAN GALLO 63 

Il semble que ces deux idées soient également légitimes et 
qu'elles puissent se prêter l'une et l'autre à des architectures 
logiques et à des effets d'une grande beauté. Mais je ne veux pas 
discuter cette question ; j'ai simplement voulu la faire connaître 
afin qu'on put se rendre compte du parti adopté par G. da San 
Gallo. 

San Gallo adopta l'ordre mineur. Dans les lignes inférieures 
de sa façade, il englobe l'édifice tout entier, nefs et chapelles, 
sans chercher à marquer la moindre subordination entre ces di- 
vers éléments*. Ce parti lui permet immédiatement de donner 
à son œuvre un saisissant aspect de grandeur. Il lui permet de 
développer harmonieusement un magnifique motif de trois portes 
que séparent des groupes de colonnes enfermant des statues dans 
des niches*. 

Je reviendrai plus loin sur les détails du plan de San Gallo ; 
pour le moment je me contente de l'étudier dans ses lignes prin- 
cipales, essayant de suivre sa pensée et de voir comment il a été 
conduit logiquement à concevoir l'ordonnance générale de son 
œuvre. 

Ce premier parti qu'adopta San Gallo lui permit donc de dé- 
velopper sans difficulté une conception magistrale. Rien n'était 
plus facile. Mais c'est à partir de ce moment que les difficultés 
vont commencer. Pour suivre l'évolution de ses recherches, nous 
avons la bonne fortune de posséder un autre projet de sa main, 
moins fini que le projet que nous étudions et qui peut être con- 
sidéré comme en étant une étude préparatoire. 

Dans ce premier projet, il place au-dessus de l'ordre inférieur 



1. Ce projet de San Gallo et les 'diverses façades qui ont été construites au 
xv« siècle nous prouvent que l'ordre mineur eut toutes les préférences des ar« 
chilectes florentins au cours de ce siècle. Au xvi» siècle seulement, l'ordre majeur 
prévalut, surtout en dehors de Florence et entre les mains des architectes sou- 
mis à l'influence d'Alberti. Ces idées ont été fort bien mises en lumière par 
M, Supino dans son article sur la Facciata délia Basilica di S. Lorenzo, publié 
dans l'Arec (anno IV, fasc. VII). 

2. Cette ordonnance de San Gallo a été imitée en France au Louvre et dans 
un grand nombre de châteaux du xvi* siècle; 



64 



REVUE ARCHÉOLOGIQUE 



un 



second étage qui se moule sur la silhouette des nefs, s'adap- 
lanttrès rigoureusement aux saillies des parties latérales. C'était 
la logique, dans sa froide rigueur; c'était l'idée la plus naturelle 
à concevoir. Mais les résultats en étaient bien peu satisfaisants 




Fig. 1. — Dessia de GiuliaQo da San Gallo pour la façade de la Basilique de San Lorenzo 

au point de vue esthétique. La silhouette hachée, avec des res- 
sauts monotones, ressemblait à un escalier. Le problème était 
d'une extraordinaire difficulté et pour ainsi dire insoluble si l'on 
voulait respecter absolument les lignes de l'édifice. Et c'est ici 
une des plus géniales inventions du projet définitif de San Gallo. 
Pour ce second ordre, au lieu de se limiter aux lignes des nefs 

1. Cliché Alinari à Florence. 



UNE PAÇADË de GIULIANO DA SAN GALLO 



6; 



latérales, il le prolonge de façon à l'unir à l'ordre inférieur et lui 
donner à peu près la même étendue. Immédiatement, l'effet de 
grandeur qu'il avait déjà obtenu est redoublé. Sa façade prend un 
caractère de puissance exceptionnelle qui certes eût été bien fait 
pour obtenir les applaudissements de Brunelleschi'. 

Cela posé, San Gallo n'avait qu'à se féliciter des résultats ob- 
tenus; mais il n'avait fait qu'accumuler les difficultés pour ter- 




Fig. 



Essai d'adaptation du projet de San Gallo à la Basilique de San Lorenzo ' 



1. Ce système de faire déborder en dehors de l'édifice quelques parties de la 
façade n'a jamais choqué les artistes italiens; on pourrait même dire qu'il 
n'est pas une seule des grandes églises italiennes où on ne le remarque pas. 
Michel-Ange l'a adopté au xvi* siècle, comme Alberti l'avait fait au xv», comme 
l'avaient fait, au xive et au xni* siècle, tous les architectes toscans. Sans discuter 
ce système avec les idées plus ou moins logiques dont nous avons la prétention 
de nous glorifier, il suffit de constater qu'il est un des traits les plus notables, 
les plus universels de l'architecture italienne; et si, par hasard, il nous plaisait 
de ne pas penser sur ce point comme San Gallo, nous devons tenir son projet 
comme ayant un intérêt particulier, puisqu'il nous fait connaître l'opinion d'un 
des plus grands architectes du xv« siècle sur une des questions capitales de l'ar- 
chitecture. 

2. Cliché Alinari à Florence. 

IV^ SÉRIE, T. VII. 5 



66 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

miner son édifice. La façade s'ordonnait superbement, avec un 
saisissant caractère de grandeur; mais comment couronner ces 
masses, comment parvenir à terminer l'édifice d'une façon satis- 
faisante, puisqu'il n'avait plus à sa disposition que la partie su- 
périeure de la nef centrale ; comment arriver à raccorder cette 
partie exiguë avec l'énorme bloc des étages inférieurs? Pour ré- 
soudre la difficulté, San Gallo ne cherche pas à prolonger le fron- 
ton au-dessus de la nef ; il se contente d'en augmenter l'impor- 
tance, en le couvrant de la plus riche ornementation. Il le fait si 
splendide que Tœil, quoi qu'il veuille et quelque intérêt que pré- 
sentent les parties inférieures, va droit à ce couronnement où se 
pressent les colonnes et les statues, à ce fronton tout décoré de 
riches et puissantes moulures, à ce tympan si somptueusement 
orné d'un beau motif de figures couchées qui soutiennent les 
armes du Pape. 

Mais cela n'était pas encore suffisant et c'est ici que San Gallo 
trouve la solution idéale, solution sans laquelle sa façade, malgré 
toutes ses beautés, ne se tiendrait pas. San Gallo augmente l'im- 
portance de son fronton, il en prolonge l'effet, il fait plus que 
le doubler par la statue dont il le surmonte. Ce n'est pas une 
statue de dimensions ordinaires, c'est un véritable colosse que 
cette statue du Pape Léon X que supporte le plus riche et le plus 
énorme piédestal qu'un sculpteur ait jamais dressé sur le sommet 
d'une église. 

Cette statue terminale étant imaginée, il suffisait d'établir sur 
les angles du fronton deux autres statues plus petites et la solu- 
tion était trouvée. Le couronnement de l'édifice avait pris la 
puissance nécessaire pour se raccorder aux parties inférieures. 

Il ne restait plus qu'une difficulté, il n'y avait plus qu'une im- 
perfection dans celte façade : c'était l'angle, le vide énorme que 
produisait la rencontre des lignes verticales de cet étage avec 
rhorizontale inférieure. Celte difficulté fut résolue par San Gallo 
avec une grâce incomparable, avec une prestigieuse habileté, 
par la simple adjonction de statues sur Tétage inférieur ; non pas 
d'une seule statue, ce qui eût été un peu grêle, mais de deux 



UNE FAÇADE DE GIULIANO DA SAN GALLO 67 

statues, ce qui forme un motif d'un ampleur suffisante et qui a 
l'avantage de correspondre logiquement aux deux colonnes de 
l'ordre inférieur. 

Ainsi, tout est résolu. L'édifice a perdu l'aspect de ces lignes 
anguleuses qui était si déplaisant, et si l'on joint, par une ligne 
idéale, les statues les unes aux autres, acte que notre œil accom- 
plit inconsciemment, on voit que l'édifice tout entier est englobé 
dans deux lignes qui le couronnent comme un fronton. 



* 



Après avoir étudié le projet de San Gallo dans sa conception 
générale, il nous reste à l'étudier dans ses détails et à montrer 
comment, dans toutes les particularités, il se rattache à la doc- 
trine de Brunelleschi. 

I. Horizo7italis7ne des lignes. — Le premier trait qu'il faut noter 
dans l'œuvre de G. da San Gallo est la prédominance des lignes 
horizontales. Par là, il est l'héritier direct de Brunelleschi, le vé- 
ritable continuateur de sa doctrine. La réforme de Brunelleschi 
a consisté à substituer aux lignes verticales de l'architecture go- 
thique les lignes horizontales de l'architecture antique. L'archi- 
tecture antique, par ses horizontales, était l'expression logique 
d'une société préoccupée avant tout de la nature et de la vie ter- 
restre, tandis que les verticales de l'art gothique indiquent la 
direction nouvelle des esprits qui oublient le séjour passager de 
nos âmes sur la terre pour s'attacher à la contemplation du ciel. 

Ce caractère d'horizontalisme, si marqué dans la terminaison 
de la chapelle Pazzi, est précisément un des traits essentiels de 
la façade de San Gallo. L'horizontale de la longue corniche de 
l'étage inférieur, renforcée et rendue encore plus tyrannique à 
l'œil par l'horizontale du second étage, donne à cette œuvre un 
caractère tout à fait particulier, qui nous dit que nous somm.es 
ici aux premières heures de la Renaissance, en présence de 
l'œuvre d'un Florentin qui suit la pure doctrine de Brunelleschi. 

II. Mur lisse. — Un des traits les plus caractéristiques de l'ar- 
chitecture florentine est le manque de reliefs dans le mur des 



68 REVUE ARCHÉOLOGtQUE 

façades. Lorsque les Toscans, au xu" siècle construisent les basi- 
liques de San Miniato, de la Badia, de San Salvatore, basiliques 
couvertes en bois, dont la toiture, par conséquent, n'exige pour 
être portée que des murs très légers, ils n'éprouvent pas le besoin 
de renforcer ces murs par des contreforts. La surface lisse des 
murs s'impose à l'architecte qui ne cherche pour les décorer que 
des peintures, des mosaïques, des matériaux polychromes. Ce 
système ne cessa jamais d'avoir la faveur des architectes floren- 
tins. 11 fut adopté par Arnolfo di Lapo dans son projet pour 
Sainte-Maria del Fiore et c'est à ce système que restent fidèles 
tous ses successeurs, alors même que les modifications qu'ils 
apportent à l'édifice, pour lui donner un caractère plus gothique, 
eussent dû les obliger à modifier sur ce point les traditions flo- 
rentines. 

Or, ce système des murs lisses qui était une conséquence du 
style basilical, système que les gothiques florentins ne purent se 
résoudre à abandonner, devait inévitablement être un des élé- 
ments primordiaux de l'art de Brunelleschi, soit parce qu'il sui- 
vait la tradition des architectes du Dôme, soit parce qu'il repre- 
nait pour ses édifices le type des basiliques, le type des édifices 
couverts en bois, aux murs légers. Sur ce point, la façade de la 
chapelle Pazzi est extrêmement significative, soit par la surface 
lisse de l'attique du portique, surface énorme à peine décorée de 
quelques pilastres et de quelques croisillons à saillies très légères, 
soit, plus encore, par la magnifique façade de la chapelle elle- 
même, où se développent si harmonieusement, sur une surface 
sans saillie, la porte, les fenêtres et les pilastres. 

A l'opposé de ce système, au moment où Brunelleschi crée à 
Florence l'architecture de la Renaissance, un autre architecte, 
Alberti, dans un autre milieu que le milieu florentin, adopte une 
solution dilTérente, en prenant pour base de son architecture 
non plus la basilique, mais les grandes constructions romaines. 
Alberti veut voûter ces édifices que Brunelleschi s'était contenté 
de couvrir en bois; de là, chez lui, tout un système nouveau 
de murs épais, où les fortes saillies sont nécessaires et deviennent 



UNE FAÇADE DE GIIJLIANO DA SAN GALLO 69 

un des éléments primordiaux de la construction et de l'orne- 
ment. C'est dans ce système qu'il construit le Temple de Rimini 
et S. Andréa de Mantoue, et c'est ce système qu'il adopte dans 
sa façade de Santa Maria Novella, apportant ainsi à Florence une 
nouveauté qui choquait les habitudes florentines et qui ne fut pas 
suivie. 

Il est très intéressant de constater que G. da San Gallo, même 
à la fin de sa vie, lorsqu'il dessinait on 1516 son projet pour la 
façade de S. Lorenzo, n'a rien adopté des idées d'Alberti et qu'il 
est resté fidèle aux doctrines de Brunelleschi comme s'il avait été 
un disciple direct de ce maître. L'étag-e inférieur de sa façade 
n'est autre, en effet, que le développement de la façade de la cha- 
pelle Pazzi. Les colonnes se sont simplement substituées aux 
pilastres, les niches aux fenêtres; c'est le même mur lisse, la 
même porte sans saillie, montant jusqu'à la corniche, la même 
absence de socles au-dessous des colonnes, la même magnifique 
alternance de la porte, des niches et des colonnes. On ne peut 
dire que cette partie soit une copie de l'art de Brunelleschi, car 
l'art de Brunelleschi eût été sans doute plus simple, mais c'est 
l'art de Brunelleschi tel que nous concevons qu'il pouvait 
devenir entre les mains d'un grand artiste qui aurait été son 
élève. 

III. Absence de piédestaux. — Une des conséquences de ces 
deux systèmes fut, chez Brunelleschi_, le maintien de pilastres de 
hauteur moyenne, partant directement de terre, et, chez Alberti, 
l'adoption de pilastres énormes qu'il éprouva le besoin de sou- 
tenir par de robustes piédestaux. Alberti, s'inspirant des arcs de 
triomphe romains, adopte les piédestaux à S. André de Mantoue 
et à Sainte-Marie Nouvelle, tandis que Brunelleschi les proscrit 
au Palais du Parti Guelfe et à la chapelle Pazzi. C'est cette tra- 
dition de Brunelleschi que G. da San Gallo conserve dans sa 
façade et dont il tire un si puissant effet en élevant ses colonnes 
du socle jusqu'à la corniche, sans aucune interruption qui en 
affaiblisse l'effet. 

IV. Simplicité des portes. — Dans le système gothique, les 



70 REVL'E ARCHÉOLOGIODE 

murs ont une telle épaisseur que toute ouverture prend néces- 
sairement une importante extraordinaire. Il a fallu décorer ces 
ouvertures et, par la force des choses, elles sont devenues un 
des éléments primordiaux de la décoration des façades. Dans le 
système basilical, au contraire, les murs sont minces; les ouver- 
tures discrètes ne peuvent constituer qu'un des éléments secon- 
daires du décor. C'est en cela encore que la façade da San Gallo 
est si pleinement représentative de l'esprit florentin. Elle est la 
suite non seulement de l'art de Brunelleschi, mais de l'art 
d'Arnolfo di Lapo et des architectes qui ont construit la Badia 
de Fiesole et la basilique de San Miniato. Il s'éloigne nettement 
de l'art d'Alberti qui, à Rimini, à Mantoue et à Florence, met 
sur sa façade des ouvertures immenses semblables à des arcs de 
triomphe. 

Nous remarquerons incidemment que la Porte de G. da San 
Gallo necomprend, ni sur la frise, ni sur le tympan, aucune figure 
sculptée, différant en cela de la Porte de Brunelleschi à la chapelle 
Pazzi et de la Porte de Michelozzo au noviciat de Santa-Groce. 
Et cela a sa raison. A la chapelle Pazzi, dans une façade toute 
petite, où les murs n'ont reçu aucune représentation figurée, on 
comprend très bien que l'artiste mette au sommet de sa porte 
une petite figure, qui a d'autant plus d'importance qu'il n'y en a 
pas d'autre sur toute la façade. Mais dans un grand édifice, tel 
que celui de San Gallo, où les formes architecturales se dévelop- 
pent avec tant d'ampleur, où l'esprit est attiré par les magnifiques 
statues qui le décorent, le rôle de la porte perd de son importance 
et l'on comprend très bien que Tartiste l'ait réduite à la simple 
fonction d'un motif architectural. Devant toute la grandeur de 
ces colonnades, de ces niches, de ces statues, un petit bas-relief 
placé dans le tympan ou une suite de têtes de chérubins déco- 
rant la frise seraient des motifs trop insignifiants, en dehors de 
l'échelle du monument. 

Je pense que celte Porte n'a été indiquée sur le plan de San 
Gallo que dans ses lignes générales. Il est probable qu'elle devait 
être légèrement ornée. Pour l'exécuter, on n'aurait qu'à copier 



UNE FAÇADE DE GIULIANO DA SAN GALLO 7| 

les portes intérieures de la Madone délie Carceri qui sont exacte- 
ment du même modèle architectural et dont le fronton et les 
chambranles sont couverts d'ornements. 

V. Colonnes accouplées. — Ces colonnes accouplées sont cer» 
tainement la suite, le développement logique des pilastres accou- 
plés qui ont été un des motifs favoris de Brunelleschi et de ses 
élèves. San Gallo, pour trouver une place à ses niches, sépare 
légèrement les colonnes, mais pour maintenir l'union il a recours 
à un gracieux ornement qui répète et joint les chapiteaux entre 
eux. Ce n'était là qu'un souvenir des formes gothiques dont la 
Porte des Chanoines et la Porte de la Mandorla, au Dôme, avaient 
donné de délicieux exemples. 

VI. Balustrade. — La balustrade est un motif qui n'existe pas 
dans l'ancien art florentin. Sa première apparition se trouve peut- 
être au Palais Pitti de Brunelleschi. En effet, la balustrade est 
le décor d'un balcon, d'une fenêtre, d'une loggia largement ou- 
verte sur la rue. Or, à Florence, au moyen âge, les palais sont 
des forteresses, des murailles de fer toujours closes. On s'en- 
ferme, on ne met pas les yeux à la fenêtre, car ce qui se passe 
dans la rue est chose dont il faut toujours se méfier. En revanche, 
la balustrade est vénitienne. Dans cette ville oii la sécurité in- 
térieure est complète, où les maisons sont tout en fenêtres, 
partout régnent le balcon et la balustrade. C'est le décor indis- 
pensable de toutes les façades. On conçoit que lorsque Brunel- 
leschi construisit le palais Pitti et que, faisant non plus le palais 
d'un grand seigneur du xiv" siècle, mais le palais d'un riche 
banquier du xvi^ siècle, il ait voulu mettre quelque agrément sur 
sa rude façade et que, pour cela, il ait songé au balcon et à la ba- 
lustrade. Ce motif n'eut pas grande vogue à Florence ; mais il est 
très intéressant de le retrouver dans ce projet de San Gallo et 
c'est un argument nouveau pour affirmer que ce maître était 
plus que tout autre nourri de la pure doctrine de Brunelleschi. 

VII. Niches. — La niche est un motif qui ne convenait pas à 
l'esprit de la primitive architecture florentine, à l'architecture 
de style basilical, dont les murs légers n'ont pas la profondeur 



72 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

nécessaire pour recevoir des niches. La niche est réapparue dans 
l'art avec le style roman et le style gothique. C'est une des formes 
les plus logiques que puissent concevoir les maîtres gothiques 
pour donner un peu de légèreté, de variété et de couleur aux 
énormes masses de leurs édifices. Il me semble que les premières 
niches faites à Florence sont celles d'Andréa Pisano au campa- 
nile (1336), bientôt suivies par les premiers tabernacles d'Or San 
Michèle (1340). Mais, au Dôme, les architectes se refusent à 
adopter les niches, parce qu'elles jureraient avec le style de l'édi- 
fice et parce qu'elles pourraient en compromettre la solidité. Au 
Dôme, lorsqu'on emploie des statues, on les applique à l'extérieur 
des murs et on les entoure d'un tabernacle saillant. C'est un sys- 
tème très différent de la niche. Les niches, cependant, finissent 
par être adoptées. En 1415, quatre niches sont ouvertes au bas 
de la façade pour recevoir les statues des Evangélistes. 

Or, et c'est ici que la question devient intéressante pour nous, 
Brunelleschi, dans ses tribunettes du Dôme, emploie le motif de 
la niche, et non pas même pour recevoir des statues, mais 
simplement pour le motif en lui-même, pour son bel effet d'ombre 
et de lumière. Ce motif, que Brunelleschi reproduira plus tard 
dans la Lanterne du Dôme et à l'intérieur de San Lorenzo, ne 
tarda pas à devenir un des éléments favoris de l'architecture du 
xv^ siècle. Nous le trouvons à la Misericordia d'Arezzo (1433), à 
San Agostino de Montepulciano (décade do 1430), à la cathédrale 
de Pienza (1459), à S. André de Mantoue (1462), à S. Agostino 
de Pérouse (1461), etc. C'est un motif décoratif que Ghiberti 
emploie dans sa seconde Porte, Donatello àlaTombedu cardinal 
Coscia, J. délia Quercia aux Fonts baptismaux de Sienne. 

En conservant ce motif et en le développant, en lui donnant 
une importance beaucoup plus grande que ne l'eût fait Brunelles- 
chi, on peut dire que san Gallo suivait la tradition de ce maître 
et des architectes florentins du xv^ siècle. Son projet est la véri' 
table transition entre les premières œuvres du xv' siècle, oii les 
niches et les statues ne sont employées qu'avec une certaine 
timidité, elles façades du xvi*" et du xvu^ siècle où elles finissent 



UNE FAÇADE DE GrULIANO DA SAN GALLO 73 

par prendre une telle importance qu'à un moment elles semblent 
vouloir détruire toute forme architecturale. 

VIII. Statues sur les frontons. — Que faut-il penser du motif 
des statues décorant le sommet des édifices? C'est un motif très 
ancien. Fort en faveur dans l'antiquité, il subit une éclipse au 
moyen âge, mais ne tarda pas à être repris et considérablement 
développé par l'art gothique. Les statues convenaient admira- 
blement pour terminer les pinacles et toutes les parties ascen- 
dantes de l'édifice ; elles en achevaient, en prolongeaient le verti- 
calisme. La peinture du Cloître des Espagnols nous prouve que 
les architectes florentins de la seconde moitié du xiv® siècle pro- 
jetaient de couvrir de statues la façade et les flancs du Dôme. 

Nous ne pouvons pas savoir ce que Brunelleschi pensait de ce 
motif, puisque nous n'avons de lui aucune façade d'église, mais 
rien ne peut faire supposer qu'il y eût renoncé. A défaut d'églises 
de Brunelleschi et des architectes ses contemporains, nous pou- 
vons consulter les divers monuments sculptés, tombes, fonts 
baptismaux, autels, etc., et partout nous trouvons ce motif en 
grande faveur. 

Le motif de statues surmontant les pinacles est tellement en 
faveur, il est si tyrannique que, pendant longtemps, il empêche 
le fronton d'atteindre son développement normal. Au lieu de 
s'étendre sur toute la partie^du monument qu'il devrait recouvrir, 
au lieu de remplir sa fonction logique qui est d'être un toit, il 
se fait d'abord tout petit, pour laisser une place aux pinacles, pour 
ne pas entraver leur développement et leur couronnement par 
des statues. C'est une très jolie forme de transition que l'on 
observe dans tous les monuments faits dans le second quart du 
XV* siècle. Une solution très bizarre, mais extrêmement originale, 
est celle imaginée par Donatello, dans VA?i?ionciatio?i de Sanla- 
Croce. Il place le fronton sur le monument tout entier, mais, sur 
les côtés, il donne à la corniche un prolongement très saillant, 
tel qu'il n'y en a pas, je crois, d'autre exemple dans l'art; et 
cela, à seule fin de pouvoir placer deux statues aux côtés du 
fronton. Par ce moyen bizarre, il atteint ce résultat de donner 



74 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

au fronton ses dimensions logiques, tout en conservant le motif 
des statues latérales. 

Le triomphe du fronton romain, il est vrai, devait avoir pour 
conséquence de diminuer et de supprimer cet emploi des statues 
comme couronnement des édifices; sur ce point il y eut, entre 
l'art classique et l'art chrétien, une lutte dont nous pouvons fort 
bien suivre 'les diverses phases dans l'évolution de l'architec- 
ture. 

La façade de G. da San Gallo est, dans cette histoire, un des 
documents les plus intéressants; à ce titre seul elle mériterait 
d'être exécutée. Elle nous montre ce que pense sur cette ques- 
tion un Florentin, disciple de Brunelleschi, architecte de Laurent 
de Médicis. 

Cette façade, si curieuse par l'importance attribuée dans les 
parties inférieures aux lignes horizontales, se rattache à la tradi- 
tion gothique et chrétienne par son couronnement de statues. 
Elle nous dit très nettement, ce que l'on est parfois porté à ou^ 
blier, que la Renaissance n'a pas rompu tous les liens qui ratta- 
chaient le XV' siècle au moyen âge. Elle nous dit que l'architec- 
ture, tout en adoptant les formes antiques, reste dans ses traits 
essentiels une architecture chrétienne. Quelque modification 
qu'apporte l'art antique, il ne pourra pas faire qu'une église du 
XVI* et du xii® siècle ne ressemble pas davantage à une église du 
moyen âge qu'à un temple grec ou romain. Ceci est la consé- 
quence de ce fait que la Renaissance fut une modification, mais 
non une révolution sociale. Un simple projet d'église tel que 
celui de San Gallo, si on sait l'interroger, peut être le plus élo- 
quent des livres d'histoire. 

Une église sans peintures ni statues, ce ne serait plus une 
église chrétienne. Il faut que les pierres ne se dressent pas 
devant nous, simples murailles; il faut qu'elles nous parlent, 
qu'elles instruisent notre âme et enchantent notre cœur. Une 
église chrétienne sera toujours un livre que les sculpteurs et les 
peintres écriront dans cette langue universelle que toutes les 
intelligences et tous les peuples peuvent comprendre. 



UNE FAÇADE DE GICILIANO DA SAN GALLO 75 

Je m'arrête. Je pourrais discuter encore bien des questions, 
notamment celle de la polychromie qu'il conviendra d'étudier 
avec soin lorsqu'on exécutera le projet de San Gallo, mais je 
ne veux plus dire qu'un mot, insister sur cette statue qu'il place 
au sommet de son monument et qui est celle de Léon X. 

Dans cette basilique oii les moindres pierres disent la gloire 
des Médicis, dans ce lieu sacré que Brunelleschi a construit sur 
les ordres de Cosme, oii tous les Médicis dorment dans les sarco- 
phages sculptés par Donatello, Verrocchio et Michel- Ange, et 
oii leur âme revit dans les livres précieux de la Laurentiana, il 
semble que nulle figure n'était plus faite pour occuper la place 
d'honneur que cet homme qui eut la triple gloire d'être un 

Médicis, un Pape et l'Apôtre de la Renaissance Et j'ajouterai 

que, pour terminer une telle basilique, il semble qu'un seul artiste 
soit vraiment digne d'être choisi, qu'un seul soit digne de tendre 
la main à Brunelleschi et à Michel-Ange, un seul, ce Giuliano 
da San Gallo qui fut l'ami de Botticelli et de Verrocchio et qui 
fut l'architecte favori de Laurent le Magnifique et de Léon X. 

En terminant, je crois devoir ajouter quelques observations 
relatives au dessin en perspective que je publie (fig. 2). Je 
remercie son auteur d'avoir ainsi fait voir très clairement com- 
bien le projet de G. da San Gallo s'adapte admirablement à la 
basilique de San Lorenzo. 

Mais ce dessin présente quelques imperfections de détail, 
quelques modifications que je crois devoir signaler, modifica- 
tions qui, toutes, ont enlevé quelque chose à la beauté du projet 
de San Gallo. Ce qui prouverait une fois de plus avec quel soin 
ce projet avait été dessiné, avec une perfection telle dans tous 
les détails, qu'on ne saurait en modifier un seul sans nuire à 
l'ensemble. 

Dans la partie supérieure de la façade, une série de petites 
modifications en ont altéré le caractère de grandeur. M. X***, 
animé sans doute par un désir de logique exagérée, raccorde sa 
corniche terminale avec celle des flancs. Or, San Gallo ne vou- 



x)-^vv 



76 REVUE ARCHÉOLOGrOUB 

lait pas le faire. Il trouve la corniche latérale trop faible et, pour 
safaçade, il en adopte une aux lignes plus puissantes. Ce faisant, 
il n'agit pas autrement que la plupart des architectes italiens; il 
agit cemme Alberti à Santa Maria Novella. Le parti qu'il adopte 
est irréprochable, soit dans son principe, soit dans la mesure 
avec laquelle il l'applique. 

Celte modification de M. X*** ne lui permet pas de donner 
aux moulures du fronton l'importance qu'elles ont dans le projet 
de San Gallo. Il est conduit, faute de place suffisante, à suppri- 
mer les admirables ornements dont San Gallo avait décoré ces 
moulures. Par une autre négligence, M. X*** supprime le décor 
de la moulure qui sépare la frise de l'architrave et celui de la 
moulure qui relie les niches. Ainsi, toute cette partie terminale 
semble un peu effacée, un peu froide, par comparaison avec le 
projet de San Gallo, si étoffé, si éclatant, dont la richesse cou- 
ronne admirablement le brillant ensemble de son édifice. 

En outre, le piédestal et la statue de Léon X n'ont pas conservé 
leurs dimensions gigantesques. Cet ensemble est trop petit; 
la proportion entre la statue de Léon X et les figures de Vertus 
placées sur les angles du fronton n'est pas conservée. Du reste, 
toutes les statues ont été trop diminuées. 

Dans la partie inférieure du dessin en perspective, je note tout 
d'abord le raccourcissement des parties latérales. Ici encore, 
poussé sans doute par la même idée qui lui a fait diminuer le 
fronton, afin de ne pas dépasser les lignes des parties latérales 
de la basilique, M. X*** diminue la partie qui accompagne les 
colonnes terminales et cela a des conséquences bien fâcheuses. 
La colonne n'est plus encadrée, comme il convient, par une bor- 
dure suffisamment large. En outre, au sommet de cette partie 
latérale, il n'y a plus de place, ni pour le retour de la balus- 
trade, ni pour les triglyphes, ni pour la guirlande qui accompagne 
les chapiteaux. Enfin, cette partie, ainsi rétrécie, se trouve 
presque sur le même planque les lignes latérale du second étage 
et c'est là un effet d'une grande monotonie. Or, dans le projet de 
San Gallo, il y a, entre ces deux parties, une sailHe, saillie non 



UXE FAÇ^DK DE GIULIANO DA SAN GALLO 77 

excessive, mais suffisante, qui met dans l'édifice une variété, 
une légèreté, là où l'on pouvait craindre quelque lourdeur. 

En faisant déborder légèrement sa façade sur les flancs, G. de 
San Gallo ne commet pas une erreur architecturale, bien au con- 
traire. Un édifice ne se construit pas comme si l'on prenait une 
feuille de papier que l'on replie ; une saillie, qui masque légère- 
ment les flancs, qui accentue la prépondérance de la façade est 
une beauté incontestable qui ne viole aucun principe d'architec- 
ture. 

Voici encore quelques petites observations de détail, moins 
importantes, mais intéressantes à noter, car, comme les précé- 
dentes, elles nous permettent de pénétrer plus avant dans la com- 
préhension du projet de San Gallo, 

M. X*** fait reposer son édifice sur deux marches, tandis que, 
dans le projet de San Gallo, il n'y en a qu'une. C'est peu de chose, 
et cependant c'est un détail qui nous montre combien l'art de 
G. daSan Gallo se rapproche de celui de Brunelleschi. Brunelles- 
chi n'aime pas les soubassements; dans toutes ses constructions 
nous voyons qu'il aime relier intimement son édifice au sol, cher- 
chant par là à lui donner plus de grandeur. C'est sans doute le 
même esprit qui avait conduit les architectes doriens à ne pas 
donner de bases à leurs colonnes. 

Dans le dessin des portes mineures, M. X*** commet une erreur 
en répétant le motif de la porte centrale. Cette répétition de 
formes donne à l'ensemble une grande monotonie et c'est là une 
faute que G. da San Gallo n'avait pas commise. G. da San Gallo 
adopte pour les portes mineures un type différent de la porte cen- 
trale; il est si préoccupé de cette nécessité que son projet nous 
offre sur ce point deux variantes, l'une avec un fronton convexe, 
projet qui me paraît excellent, l'autre avec des consoles soute- 
nant le fronton. Ce second système, qui en lui-même est très beau 
et qui eut un grand succès plus tard, ne me paraît pas ici à sa 
place, car il donnerait aux portes mineures un aspect plus riche 
qu'à la porte centrale, ce qui ne doit pas être. 

Malgré toutes ces observations, le projet en perspective que 



78 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

nous reproduisons est extrêmement intéressanletje suis persuadé 
qu'il contribuera à éclaircir la question si importante de la 
construction d'une nouvelle façade pour San Lorenzo. 

Depuis que j'ai traité pour la première fois ce sujet dans le 
Marzocco (27 août 1905), le projet de G. da San Gallo a eu la 
fortune de préoccuper tous ceux qui s'intéressent aux questions 
artistiques. Le projet a soulevé de vifs enthousiasmes et a ren- 
contré quelques contradicteurs *. La question est si belle, si 
passionnante, elle nous élève si haut dans les sphères sereines 
de l'art I Tous ici nous sommes unis dans un seul désir, adopter 
la solution la meilleure pour ne pas défigurer, pour embellir 
si c'est possible Tœuvre sublime de Brunelleschi. 

Pour ma part, je ne saurais trop exprimer le vœu que la ques- 
tion soit étudiée sous tous ses aspects, que ma proposition soit 
discutée, combattue, violemment contredite. Il importe que 
lorsque le Comité de San Lorenzo aura à prendre une décision, 
il puisse le faire en connaissant tous les arguments qui peuvent 
l'éclairer. 

Les pages de cette Revue et celles du Marzocco sont ouvertes 

à toutes les communications qui pourront leur être faites sur ce 

sujet. 

Marcel Reymond. 

1. Voir notamment les Débats du 11 oct. (article de M. André Michel), le 
Marzocco du 3 sept, (article de M. Alexandre Ghiapelli), la Gazzetta di Trevisio 
du 28 sept, (article de M. Luigi Coletti), le Giornale dltalia, du 7 sept, (article 
de M. MafQo Maffl), du 13 oct. (article de M. Carlo Cari), du 27 oct. (article de 
M. Arnaldo Ginevri) et du 14 nov. (article de M. le Prof. Castellucci), La Vita 
du 25 oct. (article de M. Ugo Ojetli) le Marzocco du 29 oct. (article de M. Vit- 
torio Corcos), La Perseveranza du 20 nov. (article de M. Ugo Monnerel de 
ViUard). 



L'HERMES D'ALEXANDRE 

DIT HERMÈS AZARA 



L'occasion d'un compte-rendu du volume consacré par M. Ber- 
nouUi aux représentations d'Alexandre le Grand* vient d'ame- 
ner M. F. Hauser^ à porter un jugement fort sévère^ sur le cé- 
lèbre buste en hermès du Louvre connu, du nom de son dona- 
teur, sous le nom d'hermès Azara*. 

M. Hauser est l'auteur de travaux archéologiques trop juste- 
ment estimés pour qu'on ne fasse pas cas de son opinion. 
D'autre part, Thermes Azara a été, d'un avis presque unanime, 
considéré comme le critérium de toute étude iconographique sur 
Alexandre^. « Il est, écrit M. Bernoulli, avec un certain nombre 
de monnaies et la mosaïque du combat d'Alexandre, le seul monu- 
ment qui, par des raisons extrinsèques et indépendantes des té- 
moignages littéraires, puisse être rangé avec certitude au nombre 
des sources iconographiques du portrait du roi de Macédoine ^ » 
M. Schreiber, de son côté, avait proclamé qu'« il considérait comme 
un résultat assuré des dernières recherches, en particulier des 

1. J, J. Bernoulli, Die erhaltene Barstellungen Alexanders des Grossen, Ein 
jSachtrag zur griechischen Ikonographie, Munich, 1905. 

2. Berliner philologische Wochenschrift, 1905, n» 15, 15 avril, p. 477-486. 

3. Ibid., p. 483-485. 

4. Cat. sommaire des marbres antiques, n° 436. 

5. S. Reinach, Rev. archéologique, 1905 ', p. 34 : « Le point de départ 
obligé de toute étude sur le type physique d'Alexandre est l'herinès découvert 
près de Tivoli et donné par le chevalier Azara à Napoléon. » Cf. Th. Schreiber, 
Studien ilber d. Bildniss Alexanders des Grossen (extr. du t. XXI des Abhandl. 
d. phil.-hist. Klasse d. k. Sdchsischen Gcsellsch. d. Wissenschaften, Leipzig, 
1903), Vorwort, p. v : « bis ich an dem realistischen, inschriftlich beglaubigten 
Hermenkopf des Louvre eine feste StUtse fand. » 

6. Bernoulli, p. 21. 



80 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

comparaisons instituées par M. Koepp*, qu'en Thermes du Louvre 
nous était conservé un portrait authentique du grand Macédo- 
nien \ » Il ajoutait encore : « le style caractérisé de l'œuvre 
nous autorise à l'attribuer avec assurance au maître Lysippe^ », 
assertion que reprend M. GoUignon, en constatant qu'on s'ac- 
corde aujourd'hui à considérer Thermes comme une copie assez 
fidèle d'un original de Lysippe *, et que renforce encore 
M. S. Reinach : « On peut considérer comme démontrée l'opi- 
nion émise depuis longtemps, à savoir que la tête de Tivoli est 
la copie d'un Alexandre de Lysippe ^ » L'œuvre même et la 
personnalité de l'auteur de la critique sont donc Tune et Tautre 
dénature à justifier un nouvel examen du débat : nous le ferons 
aussi impartial et objectif qu'il sera possible, sans que le fait que 
le buste appartient au Louvre nous porte ni à en surfaire le 
mérite, ni à en établir envers et malgré tout la valeur docu- 
mentaire. 

Il n'est pas d'ailleurs dans notre intention de discuter ici dans 
son entier le problème posé par M. Hauser. L'hermès Azara, 
selon lui, ne mériterait la place éminente qui lui a été faite, ni 
au point de vue iconographique, ni au point de vue artistique, 
ni au point de vue historique ^. 

Historiquement il ne représenterait pas le type d'Alexandre 
créé par Lysippe \ M. Arndt, déjà, avait indiqué quelques ré- 
serves % mais son opinion n'avait pas fait écho. M. Hauser s'in- 
surge, d'accord sur ce point avec M. Bernoulli qu'il malmène % 

1. Fr. Koepp, Ueber das Bildniss Alexanders des Grossen, 52e Winckel- 
mannsprogramm, Berlin, 1892. 

2. Schreiber, p. 17, 

3. Ibid., 1. c. 

4. Lysippe (Collection des grands artistes, Paris, H. Laurens), p. 43. 

5. Rev. archéologique, 1905', p. 34. 

6. Hauser, p. 483. 

7. Ibid., p. 484-485. 

8. Notice des planches 186-187 des Griechischer iind rdmischer Porlrâls. 

9. M. Bernoulli (p. 24-26), outre des arguments de style, fait valoir que 
Lysippe ne dut faire le portrait d'Alexandre que jusqu'à l'âge de vingt-deux 
ans environ, avant le commencement de son expédition, et que Thermes du 
Louvre le montre âgé d'une trentaine d'années. 



l'herm^s d'alexandrE 81 

et, une fois de plus, se trouve rompu un co7isensns qu'on pou- 
vait croire établi pour attribuer une sculpture antique connue à 
un maître déterminé. Il est bien possible, en effet, qu'il y ait 
quelque témérité à prétendre, dans les imag-es d'Alexandre, dis- 
ling-uer, non seulement un type naturaliste et un type idéalisé, 
ou encore un type qu'on qualifie de lysippéen et un type attique, 
mais un type de Leocharès, un type de Ghaereas ou Charès de 
Lindos*. La négation, pourtant, est ici presque aussi dogmatique 
que l'affirmation, alors que nous savons de source certaine que 
deLysippe, portraitiste officiel du roi, les portraits d'Alexandre 
étaient nombreux. Mais discuter si l'hermès Azara remonte ou 
ne remonte pas à Lysippe serait reprendre toute l'iconographie 
d'Alexandre. Il y faudrait la reproduction et la comparaison 
d'une multitude d'œuvres et nous ne pouvons ni ne voulons le 
tenter ici. L'intérêt ou plutôt l'absence d'intérêt que M. Hauser 
qualifie de kunsthistorisch^ de l'hermès Azara reste donc en 
dehors des quelques pages qui suivent. 

Il me faut en revanche, pour être sincère, concéder à M. Hau- 
ser que l'intérêt qu'il appelle kûnstlerisch^ , la valeur d'art propre- 
ment dite, de ce même hermès a été peut-être surfaite. Le nez 
tout entier est moderne \ et c'est sans doute le sort commun de 
presque tous les marbres antiques, mais Tinconvénient est plus 
grave qu'ailleurs dans un portrait. Une pièce au sourcil droit, 
une autre moindre au sourcil gauche peuvent ne pas empêcher 
d'admirer « les yeux noyés d'ombre sous l'arcade sourcilière 

1. Voy. sur ce départ des représentations d'Alexandre l'ouvrage de M. Schrei- 
ber, aux conclusions duquel M. S. Reinach, dans l'article déjà cité, donne une 
ri"tieur peut-être exagérée, et en sens contraire Arndl, l.c. : « Als Kùnstler von 
Alexanders Portrats nennt iinsere schrifUiche Ueberlieferung Ghaereas, Euthy- 
krotes, Eupkranor. Leocharès, Lysipp. Man hat demzufolge den Versuch ge- 
macht die auf Alexander gedeuteten Portrats mit Werken jener Kiinstler in 
Zusnmmenhang zu hringen, nach meiner offnen Ansicht ohne einen ùberzeu- 
genden Erfolg. » 

1. Hauser, p. 483, 485. 

3. Ibid., 1. c. 

4. Le premier éditeur, Gualtani, Monumenti anlichi ineditl ovvero notizie 
sulle antichità e belle arti di Roma per l'anno 178i, gennaro, scultura, p. v. 
ne signale comme parties manquantes que le nez et la base de l'hermès. 

IV* SÉRIE, T. vu. 6 



8^ 



REVUE ARCHÉOLOGlQtîE 



proéminente* », étant indéniable que la main du reslaurateur 
était guidée par les contours antiques^ ; mais, lorsqu'on signale 
« la bouche d'un dessin pur et ferme ^ », il ne faudrait pas taire 
que les lèvres sont l'œuvre du même restaurateur, qui ici pou- 
vait se sentir plus libre*. M. Hauser insiste sur ce dernier point, 
en faisant remarquer que, non seulement la lèvre inférieure, 
mais aussi la lèvre supérieure sont modernes', et il vise par là et 
M. Bernoulli *"' et M. Schreiber "'_, qui ne parlaient que de cette der- 
nière. Il y a longtemps, en revanche, que, au Louvre même, 
la notice imprimée placée au dessous du marbie a reconnu et 
indique parmi les restaurations les deux lèvres*. Le plus grand 
dommage encore qu'ait éprouvé la tête n'est pas là. Il y a des 
chefs-d'œuvre mutilés qui restent des chefs-d'œuvre. Le mal 
sans remède pour notre Alexandre est la corrosion générale 
que la tête a subie, à tel point que Visconti, tout en mainte- 
nant que c'était sans en altérer les formes — cela peut-il être 
vraiment'? — écrivait : « Quelques veines du marbre moins 

1. Collignon, Lysippe^ p. 44, 

2. Il en était de même dans la réfection de la mèche de cheveux au dessus 
de l'œil gauche. 

3. Collignon, 1. c. 

4. Je ne sais pourquoi, dans son récent ouvrage, d'ailleurs sans valeur 
archéologique, sur Le type physique d'Alexandre le Grand (Paris, 1902), 
Ch. de Ujfalvy qualifie (p. 80) ces restaurations de « peut-être hâtives, dans 
tous les cas peu habiles » ; mais il a raison de dire qu'elles enlèvent au marbre 
de son caractère propre. 

5. Hauser, p. 485. 

6. Bernoulli, p. 21. 

7. Schreiber, p. 18. M. Schreiber a d'ailleurs soin d'attirer l'attention sur la 
part d'arbitraire qui a pu entrer, en ce point comme en ce qui concerne le nez, 
dans la restauration. 

8. Les restaurations y sont ainsi indiquées par M. Ch. Ravaisson-Mollien : 
« cheveux au dessus de l'œil gauche, partie des sourcils, nez, lèvres, pièces et 
raccords au bas du cou ». La notice indique en outre: « Rapporté antique: 
1" principal du devant du buste; 2° épaules, derrière, principal des côtés et 
bas du devant du buste (autre marbre) » ; mais il est certain que les parties 
comprises dans le second paragraphe sont en réalité modernes. 

9. M. de Choiseul-Gouffier, en paraphrasant quelques années après lui les 
renseignements de Visconti sur la corrosion du marbre, dit plus justement 
( Voyage pittoresque delà Grèce, t. II, p. 40) : « il a perdu ses véritables formes 
et n'ofîre qu'une image très imparfaite de ce qu'il fut autrefois » ; et c'est 
encore l'avis de M. de Ujfalvy (p. 80): « Nul doute que, l'épiderme du marbre 



l'herjiès d'alexandrk 83 

susceptibles de l'action des corrodants naturels out résisté et 
sont restées comme autant de témoins qui servent à marquer 
l'épaisseur de la couche ou de l'écorce emportée par le temps '. » 
La terre environnante paraît en eiïet avoir été, non seule- 
ment fortement humide, mais d'une nature spéciale, nature vol- 
canisée, remarquait Petit-Radel, et imprégnée de sources sou- 
frées et tartreuses^ Il en est résulté comme une desquamation 
de Tépiderme, qui malheureusement ne se refait pas sur le mar- 
bre comme sur la chair vivante', auquel les quelques veines 
signalées par Visconti, ou plutôt peut-être des coulées d'eaux 



ayant disparu, les contours du visage ne sont pas aussi nettement perceptibles 

qu'on pourrait le désirer Il faut l'œil exercé de Visconti pour suppléer aux 

lacunes et pouvoir, grâce à quelques veines de marbre, reconstituer l'épiderme 
outragé par le temps. « 

1. Iconographie grecque, t. II, p. 40. Visconti d'ailleurs ajoute (p. 41) : « si 
l'herraès était demeuré intact, la figure aurait un peu plus d'embonpoint » ; 
mais sa prétention est que le marbre pentélique de cet hermès, comme il est 
arrivé à d'autres monuments, a été corrodé également dans toute sa surface, et 
licite (p. 40, note 2) l'exemple d'un pied provenant d'une desfiguresdes frontons 
du Parthénon conservé dans le cabinet de M. Denon : k ce pied a été aminci par 
l'effet des corrodants naturels de la manière la plus remarquable; aucun petit 
relief, aucune veine n'a disparu de la surface de ce marbre ; cependant il est 
évident qu'il a perdu beaucoup de son épaisseur en tout sens. » Il s'agit d'un 
pied de femme qui, dans le catalogue de la vente Denon, est dit au contraire 
avoir appartenu à une métope de la façade méridionale et aurait été détaché 
autérieurement aux enlèvements d'Elgin. Ici encore il est bien difficile de ne 
pas voir une réponse indirecte dans ie passage suivant de Choiseul-Gouffier 
(p. 40): « Les bas-reliefs du temple de Minerve m'ont depuis longtemps donné 
lieu de faire celte observation ; elle démontre que plusieurs de ces précieux 
monuments ont perdu par l'action destructrice de l'air atmosphérique leur 
première surface, mais en général assez également pour que les formes n'y 
soient que légèrement altérées. L'influence des sels que contiennent les terres 
est bien plus active que celle de l'air ; les substances qui recouvraient le buste 
d'Alexandre ont donc pu être de nature à lui enlever la finesse et presque tout 
le mérite de l'exécution. » 

2. Monuments ant. du Musée Napoléon, t. III, p. 19: « C'est à la nature 
volcanisée de ce territoire qui nous est bien connu, et au voisinage des sources 
d'eaux minérales soufrées et tartreuses qu'est due l'érosion remarquable sur 
toute la superficie de ce monument ». 

3. Guattani, Mo)i. anlichi inedili per Vanno l7St, p. iv : « benche i secoli 
e l'umidilà delta terra abbiano in parte oltraggiata si bella e rispettabile 
immagine con tome via porzione dl epidermide o fior di carne che lutta la 
rivcstiva ». 



84 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

minérales, ajoutent la fâcheuse apparence de longs pleurs qui se 
seraient séchés sur le visage. Fût-elle du plus haut mérite, une 
œuvre qui nous est parvenue dans cet état est-elle susceptible 
d'être encore hautement appréciée comme œuvre d'art ? 

Venons à la question proprement iconographique ou plutôt à 
ce qui sert de support à la valeur attribuée comme portrait à 
Thermes Azara, à l'inscription qui le désigne comme étant 
Alexandre, fils de Philippe, Macédonien. 

M. Sclireiber y a consacré un chapitre spécial de sa monogra- 
phie'. Il a notamment reproduit dans leur teneur intégrale les ob- 
servations que lui avait communiquées M. Héron de Villefosse ^ 
et Ton aurait pu croire la discussion close. Des deux savants, 
aussi bien, dont les doutes sur l'authenticité de l'inscription 
avaient induit M. Schreiber à s'en occuper avec une insistance 
spéciale % M. Frôhner et M. Bernoulli, M. Bernoulli, amené de- 
puis à faire connaître publiquement son opinion dans le livre 
même que critiquait M. Hauser, s'est déclaré convaincu. « Je ne 
considère plus comme fondés, après les développements de 
M. Héron de Villefosse reproduits par M. Schreiber, écrit-il, 
mes doutes relatifs à Tappartenance et à l'authenticité de l'ins- 
cription* )), et plus loin: « comme je l'ai dit, je tiens la preuve 
de l'authenticité comme apportée^. » 

M. Hauser, pourtant, reprend Tincrimination^ Il est vrai que 
c'est plutôt à titre de pis aller, au cas oii il n'obtiendrait pas gain 
de cause sur le fait de la non appartenance du buste \ et c'est 
donc de cette dernière théorie, qui tout en admettant l'authen- 
ticité de l'inscription, en réduirait à néant la valeur, qu'il faut 
d'abord faire justice. 



1. III, Die Insckrift der Azaraherme, p. 28-40. 

2. îbid., p. 32-33. 

3. Ibïd., p. 28. 

4. Bernoulli, p. 22. 

5. Ihid., 1. c. 

6. P. 483, 484. 

7. Ibid.. 1. c. 



l'hermès d'alexaxdre 85 

M. Beriioulli sur ce point, on le sent, n'a pas été absolument 
convaincu'. 

M. de Villefosse avait écrit ; « On ne peut pas dire que le mor- 
ceau d'inscription est séparé de la tête et du cou par une partie 
moderne. Les pièces — c et d sur le dessin reproduit par 
M. Schreiber — sont seulement des raccords, comme on en faisait 
autrefois au lieu de laisser les cassures visisibles : le premier est 
en marbre ; le second est en plâtre et sans épaisseur. Entre les 
deux il y a un point d'adhérence certain des deux fragments an- 
tiques superposés (tête avec le cou et gaîne) ; la cassure horizon- 
tale traverse une partie de la base du cou légèrement creusée ; 
les deux côtés de la partie creuse se correspondent parfaitement. 
D'ailleurs le marbre de la tête est bien le même que celui de la 
partie antique de la gaîne qui porte l'inscription ; les deux frag- 
ments ont séjourné dans le même milieu ; l'épiderme du marbre 
est altéré de la même façon'. » 

11 y a, premièrement, adhérence des deux parties antiques, 
quoique M. Bernoulli estime qu'on parle trop positivement du 
rapprochement bord contre bord de la tête et de l'hermès : un 
simple point de contact constitue, selon lui ^ une juxtaposition 
trompeuse * et, s'il y avait eu davantage, Petit-Radel dans ses 
minutieuses observations * n'eût pas manqué d'en tirer argu- 
ment, M. Hauser trouve, lui aussi, la surface de jonction insuffi- 
sante et remarque même un intervalle de deux millimètres». 
Mais tiennent-ils compte, l'un et l'autre'', de cette remarque que, 
sur le côté gauche du cou, les pièces sont de simples raccords 
sans épaisseur? De ce côté au moins, en considérant l'hermès 

1. Bernoulli, p. 22. 

2. Schreiber, p. 32-33. 

3. Bernoulli, p. 22. 

4. Il est exact, en effet, que, si l'on ne tenait pas compte des observations 
présentées plus loin, il n'y aurait pas là de preuve suffisante. 

5. Monuments ant. du Musée Napoléon, t. IH, p. 20-21. 

6. P. 483. 

7. M. K^oepp aussi (p. 8 et 30, note 18) déclarait que la tête <c nicht mehr 
Bruch auf liruch passt », mais il n'en considère pas moins la jonction des deux 
morceaux comme assurée. 



36 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

de profil à gauche, on constate que la tête doit porter sur le 
buste, non pas seulement superficiellement en avant, mais sur 
une certaine profondeur. Il y aurait d'ailleurs juxtaposition plus 
complète encore qu'on pourrait toujours soutenir qu'elle a été 
obtenue artificiellement, si l'on ne notait pas, ce qui est beaucoup 
plus important, que, tant du côté de la tête que du côté de Ther- 
mes, le creux de la gorge et les muscles qui le déterminent se 
poursuivent sans le moindre désaccord et avec une couvenance 
anatomique qui exclut l'hypothèse de deux fragments arbitraire- 
ment réunis. 

Le marbre, en second lieu, est identique '. M. Bernoulli ne le 
conteste plus, non plus que l'identité de la corrosion signalée 
également par Petit-RadeP. Mais voici que, dans la présence 
même de cette corrosion sur les parties refaites, M. Hauser voit 
un argument en sa faveur, car, dit-il, au cas où l'appartenance 
eiitété certaine, à quoi bon imiter sur les parties refaites la cor- 
rosion des parties antiques'? 11 est vraiment trop facile de ré- 
pondre que, en ce faisant, le restaurateur n'avait d'autre but que 
de donner aux parties modernes, dont le marbre intact eût juré 
avec le reste, un aspect qui ne fût pas disparate, mais qu'il reste 
aisé de distinguer les unes de l'autre. Le passage de Petit-Ra- 
del, que j'avais signalé à M. Schreiber qui l'a inséré en entier 
dans son étude*, répond vraiment à ces divers points avec une 
netteté et une justesse qui peuvent rendre utile de le reproduire 
à nouveau. « En considérant l'inscription gravée sur la poitrine 
de Thermes, on reconnaît aisément à Tancienneté des caractères 
presque eiïacés que l'inscription est antique ; mais comme on 
pourrait supposer que cette inscription aurait été gravée dans les 
temps modernes et oblitérée ensuite par supercherie, il est bon 

1. Il est considéré d'un accord unanime comme étant du pentélique. Seul Fea, 
dans l'édition de Winckelmann {Storia deUc arti, t. III, p. -io?) parle de marbre 
cipollino; mais Visconti a fait remarquer [Iconographie grecque, t. II, p. 36, 
note 2) que Fea a confondu la qualification de cipoUa, nom qu'on donne à Rome 
à ce marbre statuaire, avec celle de cipollino, qm n'est pas du marbre statuaire, 

2. Bernoulli, p. 22. 

3. P. 483. 

4. Schreiber, p. 34-35. 



L'iIERMfiS d'aLEXANDRE 87 

d'observer que les traces d'érosion et des racines fibreuses des 
plantes qu'on y remarque sont de la même nature que celles 
que nous avons fait remarquer dans d'autres monuments. Ceci 
n'est à la vérité qu'une observation minutieuse, mais elle nous 
paraît importante ici à raison des conséquences que nous en pou- 
vons tirer. Or il est aisé de distinguer à l'œil la différence de 
l'érosion desparties antiques d'avec cellesqu'onacherchéàimiler 
dans les restaurations modernes, et les petits linéaments bruns 
des fibrilles nous paraissent bien naturels, ce que nous avons re- 
connu à la forme canaliculée qu'a laissée la racine au centre du suc 
lapidifique qui s'est moulé à l'entour et aux grains de schorl mêlés 
à la pouzzolane qu'on y trouve. Ces détails ou ne seraient pas 
venus à l'idée ou n'auraient pu être imités aussi bien par un faus- 
saire, qui n'aurait eu pour copier l'ouvrage de la nature d'autre 
moyen qu'un pinceau ou une éponge, dont les traces observées 
à la loupe n'offriraient pas les mêmes apparences. Il est donc 
certain que la partie inférieure de l'hermès qui porte l'inscription 
est authentique; mais comme la tête est détachée du buste, il 
est important de prouver que c'est bien la tête antique de Ther- 
mes ; cela nous paraît démontré par l'homogénéité du marbre. 
On remarque en effet à la tête, comme dans l'hermès, de ces 
points saillants de cristallisation que les statuaires appellent chai- 
cédoine ; on y remarque dans l'un etl'autre lesmêmes portions mi- 
cacées qui caractérisent le pentélique ; on y trouve enfin, dispersées 
également, les traces d'érosion dépendantes des mêmes causes, 
les mêmes traces de racines fibreuses des plantes qui s'y sont 
attachées, et qu'au contraire on ne remarque pas dans les parties 
restaurées; enfin, on trouve la prolongation naturelle des mus- 
cles du col sur l'hermès ; tout se réunit donc ici, soit du côté des 
effets occasionnés par le séjour du monument sous un sol dont 
la nature nous est connue, soit du côté des règles de l'art, pour 
démontrer l'autheuticité de l'inscription, l'antiquité du buste et 
l'unité originaire des deux pièces du monument*. » 

1. Monuments ant. du musée Napoléon, t. III, p. 20-21. Voy. aussi Visconti, 
Iconographie grecque, t. II, p. 36, noie 2 : « La gaine, quoique détaciiée, est la 



88 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

L'existence d'autres bustes trouvés au même lieu et par suite 
soumis aux mêmes influences n'empêche pas non plus, quoi qu'en 
dise M. HauserS l'identité d'aspect de la tête et de Thermes de 
constituer un argument sérieux en faveur de l'appartenance. 
L'Alexandre — et nous y insisterons nous-môme plus loin — 
faisait en effet partie d'une série fort nombreuse, d'une sorte de 
musée des hommes illustres. Mais, vouloir que dans cette collec- 
tion, découverte à maintes reprises, les fouilles d'Azara et de ses 
collaborateurs auxquelles on peut attribuer vingt-quatre hermès, 
-— dix-sept que, d'après Guattani', Azara a dû avoir en sa pos- 
session et, en outre, le Périclès' et six hermès des sept sages au 
Vatican*, — eussent précisément rendu à la lumière une base 
d'hermès avec le nom d'Alexandre et, d'autre part, une tête dont 
on ne peut nier pour le moins qu'elle ne se rapproche singulière- 
ment du type d'Alexandre et qu'elle ne présente avec ses por- 
traits les plus probables d'étroites affinités; vouloir en outre que 
ces deux moitiés seules subsistantes et se complétant de deux 
bustes distincts fussent brisées de manière à pouvoir être réunies 
avec l'apparence de l'appartenance, en réalité n'est-ce pas, pour 
soutenir une hypothèse en contradiction avec les vraisemblances, 
imaginer un hasard singulièrement intelligent^? 



même qui appartenait anciennement à cette tète, comme il est prouvé par la 
qualité et par les accidents du marbre et surtout par la cassure ». 

1. P. 48 i. 

2. Monumenti antichi inediti per l'anno 1784, p. v, « fii trovata) la tète 

d'Alexandre) con altrc \.& teste di filosofi e poeli greci ed una statua di 

Britannico intiera unica al mondo. » 

3. Kaibel, Inscripliones graecae Siciliae et Italiae, n° 1192; Helbig, Fûhrer d. 
d. offentl. Sammlung. klassisch. Altertù.mer in Rom, 2" éd., n° 288. 

4. Kaibel, n-^ 1145, 1163, 1174, 1190, 1195, 1208; Helbig, n" 285 el 286. 

5. Il faut enfin ajouter, quoique la critique de M. Hauser y doive peut-être 
trouver un argument à charge plutôt qu'un témoignage en sa faveur, qu'Azara, 
au dire de ses contemporains, n'était pas seulement un ami des arts et des 
artistes, mais qu'il ne manquait pas personnellement de connaissances archéo- 
logiques. Son biographe, J. F. de Bourgoing, en cite comme exemple (Notice 
historique sur le chevalier Don Joseph Nicolas d'Aznra, Arragonais, ambassadeur 
d'Espagne à Paris, mort dans cette ville le 5 pluviôse an XU, p. 5) l'anecdote 
suivante relative à un buste de Claude, la tête ceinte d'une couronne radiée, 
soutenu par un aigle : « Ce buste, qui avait été découvert à le Fratocchie avait 



l'hermès d'alexandre 89 

La logique amène donc presque forcément, si Tonne veut pas 
admettre que Thermes Azara soit un portrait nommément dési- 
gné d'Alexandre, k contester Taullienticité de l'inscription. 

M. de Villefosse a déjà répondu aux objections qu'on pouvait 
tirer de l'obliquité des lettres ou de l'emploi du couteau. 11 a 
fait remarquer que c'est, non pas les lettres qui sont obliques et 
penchent à gauche, mais le monument tout entier qui n'est pas 
d'aplomb par suite d'un léger défaut dans le remontage'. Le 
couteau, d'autre part, a repassé à la pointe certaines lettres, 
qu'on a ravivées aussi par du rouge, mais ces traits au couteau 
sont tracés par-dessus ou à côté des traits antiques et originaux 
qui constituaient l'inscription*. M. Schreiber, aussi bien, avec 
l'aide de deux fac-similés de l'estampage \ a longuement discuté 
tous ces points et établi la distinction des traits qui appar- 

été donné par le cardinal Ascagne Colonna au roi d'Espagne. Il se trouvait sans 
tête. M. d'Azara, encore jeune, découvrit dans un autre château royal cette tète 
que le hasard avait détachée ; mais il ne put parvenir à la faire restituer à son 
l)uste. On voit dans un Voyage d'Espagne d'Antonio Pons que même en 177(3 
le buste de Claude était demeuré tronqué. » Il est singulièrement regrettable 
qu'Azara n'ait pas réussi dans sa tentative de reconstitution, car on sait que la 
tête de ce buste, fameux depuis le xvu'' siècle sous le nom d'Apothéose de Claude, 
séparée, dit-on, à la suite d'un incendie et échouée au palais du Retiro, où 
Mongez la vit encore en 1826, a depuis cette date disparu (Bernoulli, Romische 
Ikonographie, t. II, i, p. 327, n° 29). La Notice de Bourgoing ajoute encore (p. 5) : 
« L'étude des langues anciennes est indispensable pour suivre avec fruit celle 
des monuments. M. le chevalier d'Azara s'y appliqua de bonne heure. Il possé- 
dait la latine de manière à pouvoir l'écrire correctement. Longtemps il avait né- 
gligé la langue grecque; mais il sentit la nécessité d'y reporter son application 
et bientôt il se mit en état d'expliquer facilement les citations ainsi que les ins- 
criptions grecques. » 

1. Schreiber, p. 33 : « Ce ne sont pas les lettres qui sont obliques, c'est le 
monument tout entier qui n'est pas d'aplomb. Cela provient de la restauration : 
on a rajusté, sans y apporter un soin très méticuleux, les différentes pièces 
dont se compose actuellement le monument. » 

2. Ibid., p. 32 : «< Cette inscription avait été passée au rouge; je l'ai fait 
nettoyer... Un maladroit s'est permis de passer une pointe ou un couteau dans 
le creux de certaines lettres sous le prétexte de les raviver; ces surcharges ont 
été faites sur les traces antiques des lettres. Cela est très visible dans le Q de 
la ligne 2. » Ibid., p. 33 : « Pour ce qui est du couteau, il y a évidemment des 
lettres repassées à la pointe, mais ce sont des traits faits, comme je viens de le 
dire, par dessus les traits antiques ou à côté, procédé absolument déplorable, 
mais que les imbéciles emploient. » 

3. Ibid., p. 36, fig. 4 et 37, fig. 5. 



90 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

tiennent aux lettres originelles, de ceux qui ont été ravivés aux 
deux premières lignes ou complétés à la troisième, de ceux enfin 
qui ont été simplement tracés au rouge*. Il serait superflu d'y 
revenir, sauf sur un détail dont il sera question plus loin, mais il 
est bon d'indiquer que M. Hauser n'y oppose aucune objection : 
il se borne à passer la discussion de M. Schreiber sous silence, 
à n'en pas faire état. 

Les raisons de M. Hauser sont d'ordre moral. 

1° L'inscription a été condamnée par M. Frôhner^ M. Schreiber 
remarque pourtant justement que le mélange de traits bons et 
mauvais, lorsqu'on n'en établit pas soigneusement le départ avec 
le contrôle d'un estampage, explique assez la mauvaise impres- 
sion ressentie par l'épigraphiste ' . Il serait plus grave que 
Guattani, dès le début, eût éprouvé des scrupules, mais on ne 
peut vraiment en trouver la trace dans le soin pris d'affirmer 
que l'inscription défie l'imposture : « Ha scritto nella 'parle ante- 
riore delï erma il nome di Alessandro con quello di Filippo siiopa- 
dre e délia Macedonia suapatria; ne vi è da temere clie qiieigreci 
caratteri siano segnati per mano dell impostiira. Cosi vi avesse 
poslo il suo l'itliistre arte/îce che lo scolpi''. » Il est au contraire 
remarquable que ceux-là mêmes qui, dans les années qui suivirent 
la découverte, ne se déclarèrent pas persuadés qu'ils fussent réelle- 
ment en présence d'un Alexandre, comme Leblond par exemple % 
ne le firent que pour des raisons de sentiments : « Le premier, 
écrit Leblond en parlant dos portraits d'Alexandre joints à son 
étude, est un marbre en forme d'hermès trouvé à Tivoli et publié 
par Guattani; la tête de ce prétendu Alexandre ne présente point 

1. Schreiber, p. 35-38. 

2. Hauser, p. 484. 

3. Schreiber, p. 38. 

4. Monumenti anticki inediti per l'anno 1784, p. ii. Fea écrivait la même 
année (Winciveimann, Storia délie arti,i. 111, 1784, p. 455) : .< erme d' Alessan- 
dro il Grande maggiore del naturale interessantissimo per essere finora Cunico 
scoperto colla iscrizione antica. » 

5. Dissertation sur le vrai portrait d'Alexandre le Grand, lue le 23 prairial 
an IV {Mcm. de V Institut nat. des sciences et arts pour Van IV de la Républi- 
que, Lillérature et beaux-arls, l. I, Paris, an VI, p. 615-642), p. 630. 



l'iiI'Rmès d'alexandre 91 

dans la gravure ce grand caractère qui lui est attribué par les 
auteurs, et quoiqu'on lise au-dessous l'inscription AAEEANAP02 
CplAinnOY MAKE il est diflicile d'y reconnaître le vainqueur 
de Darius '. » Leblond, d'ailleurs, ne connaissait les cinq monu- 
ments qu'il cite que d'après les gravures » et la lig-ure qu'il donne 
de Thermes ^ n'est autre que celle de Guattani '* que Visconli cri- 
tique comme inexacte''. II peut donc y avoir une part de vrai 
dans l'assertion de M. de Ujfalvy que les premières reproductions 
laissèrent tellement à désirer que [le jugement des archéolog-ues 
fut défavorable à l'identification^ : elle a le tort toutefois de trop 
généraliser',, carie même Visconti* déclare très bien et rendant 
parfaitement l'original, ce qui est sans doute excessif, la gra- 
vure de l'édition romaine de Winckelmann parFea %qui pour la 
cassure de l'inscription se rapproche en etTet plus de la réalité 
que celle de Guattani; lui-même enfin a donné dans son Icono- 
graphie un dessin'", qu'il nous dit avoir fait exécuter quand le 
marbre était à Rome dans le palais de l'ambassadeur d'Espagne *'. 
Il est certain, de toute manière, que, si l'on veut trouver dans 
le passage cité de Guattani comme l'écho de quelques doutes qui 
se seraient timidement donné cours sans être nulle part ouver- 
tement formulés, ils y sont nettement désavoués *% comme ils le 
sont plus énergiquement encore dans les lignes suivantes d'une 
dissertation que « le docte Visconti, toujours empressé d'ouvrir 



1. Dissertation, 1. c. 

2. Ibid., 1. c. 

3. [bid., pi. IV, 6. 

4. Monumenti antichi inediti per Vanno 1784, gennaro, scullura, pi. I. 

5. Iconographie grecque, t. II, p. 36. note 2. 

6. Ujfalvy, p. 78. 

7. Visconli dit seulement [Iconographie grecque, t. II, p. .36, note 2) : « C'est 
sur cette estampe [de GuatlariiJ qu'est fondé le jugement défavorable de 
Leblond. » 

8. Arrien, Histoire des expéditions d^ Alexandre, trad. P. Chaussard, Atlas, 
Monuments du portrait d'Alexandre, p. 170. 

9. Storia délie arli, t. II, pi. V. 

10. Iconographie grecque, t. II, pi. 39, 1. 

11. Ibid., t. II, p. 36, note 2. 
\2. Cf. Schreiber, p. 30, 



92 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

à la jeunesse studieuse les trésors de sa vaste érudition* » rédi- 
geait et adressait dès 1802 à un traducteur d'Arrien pour être 
insérée dans un atlas joint à son édition^ : « Enfin le bel hermès 
de l'ambassadeur d'Espagne avec son inscription grecque au- 
thentique, déterré dans la campagne des Pisons à Tivoli, est 
tellement authentique qu'on ne peut pas raisonnablement en 
avoir aucun doutée » 

2''Mengs, sans connaître l'inscription, avait dénommé le buste 
Alexandre et c'est donc que, sans le secours de l'inscription, 
l'état des connaissances archéologiques dès cette époque per- 
mettait de faire l'attribution'. Ici encore les textes sont forcés. 
Le récit de Fea^ et de Guattani* peut être résumé ainsi : Azara 
poursuivait depuis plusieurs mois ses fouilles sans succès lors- 
qu'on lui apporte la tête ; il en reconnaît la valeur et la soumet à 
son ami, alors occupé à une décoration chez les Barberini sur un 
échafaudage de vingt pieds de haut; « Quella è scoltura de' tempi 
di Alessa?idro, s'écrie Mengs, è Aleasandro o Efestione'' ». Dans 
ce récit même le nom d'Alexandre n'est prononcé que concur- 
remment avec celui d'Ephestion et comme corollaire de l'affirma- 
tion plus générale que la sculpture est du temps d'Alexandre, 
affirmation à laquelle se réfère surtout Fea en ajoutant : « Vi cor- 
risponderebbe la forma délie lettere délia iscrizione simili a quelle 
che nsavansiin fpie tempi^ ». La déclaration même d'Azara, dans 

1. Arrien, trad. Chaussard, Atlas, avertissement, p. 116. 

2. L'atlas de la traduction Chaussard reproduit aussi le jugement de Leblond 
(p. 159-lGO). 

3. Ibld., p. 169. Cf. Choiseul-Gouffier, Voyage 'pittoresque de la Grèce, t. II, 
p. 39 : « C'est la seule tête connue d'Alexandre qui porte un véritable cachet 
d'authenticité : l'inscription ne permet point de douter que ce ne soit lui que 
l'artiste a représenté ». 

4. Hauser, p. 484. 

.5. Winckelmann, Storia délie arti, t. II, 1783,5p. 253, note A. 

6. Monumenli antichi inédit i per l'anno 1784, p. v. 

7. Ibid., 1. c. 

8. Winckelmann, Storia délie ar H, t. II, p. 253, note A. Inutile de signaler 
l'erreur trop évidente de cette appréciation épigraphique. Visconti écrivait 
déjà dans son Iconographie (t. II, p. 37) : « la forme de celte inscription fait 
juger qu'elle n'a pas été gravée pendant la vie d'Alexandre », et : « Thermes 
lui-même a été probablement exécuté à Athènes vers les derniers temps de la 



l'hehmès d'alexandre 03 

son édition des œuvres de Raphai-l Mengs, qui joint k la valeur 
d'un témoignage sans intermédiaire l'avantage d'être de trois ou 
quatre ans antérieure et d'un an seulement postérieure à la dé- 
couverte, ne contient que la première partie de l'aflirmation : 
« Era taie la sua intelligfinza, che avendo io ritrovato in una cava, 
cite facevo nella villa dei Pisom a Tivoli, una testa molto maltrat- 
tata e irriconoscihile, subito cK ei la vide mi disse , ch'erasculiura 
del tempo d'Aiessandro Magno. Pochigiorni dopo si trovo il resta 
coll' iscrizionc che autenticava esserc il ritratto dello stesso Ales- 
sandro^ . » 

3» Il est établi que Mengs falsifia des sculptures antiques'-. 
Falsifia, non, mais il en restaura et compléta une, une Vénus, 
trouvée, semble-t-il, dans les mêmes fouilles de la villa des Pi- 
sons'. Azara nous apprend que Mengs, dont il entend par là 
nous faire admirer le génie, voulut la restaurer quoiqu'il n'eut 
jamais manié le ciseau*. Le malheur est que cette Vénus, sur 
laquelle nous eussions pu juger de ce qu'avait été Mengs comme 
sculpteur, signalée en 1786 comme se trouvant à l'Académie de 
San Fernando à Madrid, où elle était entrée après la mort de 
Mengs avec ses moulages, est aujourd'hui perdue ^ 

république romaine, ainsi que le font conjecturer le marbre pentélique qui en 
est la matière et la conformité du style avec celui des bustes de Péiriclès el des 
sept sages trouvés dans la maison de campagne de Cassius. » CF. Choiseul- 
Gouffier {Voyage pittoresque de la Grèce, t. Il, p. 39) : « L'omicron carré em- 
ployé dans l'inscription prouve incontestablement que ce marbre ne peut guèra 
être d'une date plus ancienne que le siècle d'Auguste. « Il est remarquable que 
le dernier épigraphisle qui s'est occupé des hermès de la série desquels lait 
partie fAlexandre {Die Hermeninschriften beruhmter Griechen u. die il;<m. 
Sammlungen des XVI Jnhrhunderts, in Romische Mittheilungen, t. XVI, 1901, 
p. 123-208 et pi. VI-VII). plus que tout autre qualifié pour en dater les inscrip- 
tions, M. Hulsen, après avoir indiqué que le pseudo-archaïsme des caractères 
porterait à les attribuer à l'époque d'Hérode Atticus, penche néanmoins, pour 
diverses raisons, en faveur d'une date plus ancienne remontant jusqu'au 
i^r siècle ap. J. G. (p. 127, note 3). 

1. Opère di A. Raffaello Mengs, Parme, 1780, t. I, p. li. 

2. Hauser, p. 484. 

3. Opère di Mengs, t. I, p. mi. 

4. Ibid., 1. c. 

5. Hûbner, Die antiken Bildwerke in Madrid, p. 223. 



94 REVUE ARCHÉOLOGIOUE 

hf" Le cas de TAlexandre n'est pas isolé : un autre hermès 
trouvé par Azara paraît être Phérécyde ' et aujourd'hui il porte 
l'inscription 0EPEKYAH2 : l'addition est certaine '. 

Il faudrait eu réalité citer, non pas un, mais dix autres 
exemples et plus. L'Alexandre fut trouvé, écrit Guattani, « l'anno 
1779 in un luogo sotto Tivoli chiamato H Pisoni, alla distanza di 
circa 500 passi da Carciano insieme con allre 16 teste di fHosofi 
epoetigreci ed una statua di Britannico i?iliera itnica almondo^ ». 
Voyons ces autres marbres. Le prétendu Britannicus*, au- 
jourd'hui sans tète et qui représente un Bacchus jeune avec 
Ja panthère, se trouve au Musée de Madrid^ et porte 
comme l'Alexandre "^ la marque : Signnm in Tibiirtino Pisonum 



1. Le soi-disant Phérécyde, trouvé au mois de juillet 1779 dans les mêmes 
fouilles que l'Alexandre au lieu dit ii Pisoni, est publié par Guattani, Monu- 
menll antichi inediti per l'anno 1784, maggio, p. xxx-xxxi, pi. II et par Fea, 
Winckelmann, Storia dclle arti, t. III, p. 416 (cf. II, p. 97 et III, p. 471). Il est 
aujourd'hui conservé au musée de Madrid (Hubner, n" 176) et depuis quelques 
années, à la suite de M. Treu, on a coutume, dans les reconstitutions du 
groupe des Tyrannicides, de substituer sa tète à la tète manifestement étrangère 
de l'Aristogeiton de Naples. Le style justifiait cette combinaison, mais il ne 
semble pas que jusqu'ici on eût l'idée que le prétendu Phérécyde pût être réel- 
lement un Aristogeiton. M. Hauser vient de montrer avec beaucoup d'ingénio- 
sité la vraisemblance de cette dénomination, en rappelant que, au xv" siècle, on 
avait découvert à ii Pisoni une base d'hermès avec le nom d'Aristogeiton : 
« Aus der Gegend « Ii Pisoni » stammt somit eine kopflGse Herme des Aristogei- 
ton und ein Kopf, der aus stilistischen Grilnden mit einem Portrdt des Aristo- 
geiton in Verbindung gebracht wurde und zu ihm wie das Tûpfel auf das i 
passt. Da sage ich meine Ueberzeugung gerade lier aus : hier ist das Spiel des 
Zu faits ausgeschlossen, Herme und Kopfgehôren zusammen; toir besassen schon 
làngst den immer mit Schmerzen vermissten ziveiten Kopf aus des Gruppe des 
Kritios und Nesioles » (llauser, Harmodios und Aristogeiton, in Rômische Mitthei- 
lungen, t. XX, 1905, p. 175-177; cf. p. 327). Il serait vraiment difficile d'oppo- 
ser meilleure réfutation à M. Hauser, refusant d'admettre l'appartenance de la 
tête et de la base de l'hermès avec le nom d'Alexandre, que ce passage de 
M. Hauser lui-même. 

2. Hauser, p. 484. 

3. Monumenti antichi inediti per l'anno 1784, p. v. 

4. Ibid., maggio, p. xxvu-xxx, pi. I. 

5. Hubner, n» 20. 

6. Visconti, Iconographie grecque., t. II, p. 36, note 2 : « Le lieu et la date de 
cette découverte ont été marqués sur le côté gauche de l'hermès par feu M. le 
chevalier Azara, qui avait fait faire les fouilles à ses frais. » L'inscription, qui 



L'iiKn.MÈs d'alexanduë 98 

effosmm anno M DCCLXXIX Jos. Nie. Azara rest. c '. Même 
mention encore, en dehors du Phérécyde, sur onze hermès 
également à Madrid*, Zenon, Heraclite, Hérodote, Tliéocrite, 
Théophraste, Karnéade, Métrodore, Pittakos, Socrale, So- 
phocle» et enfin un hermès portant à tort le nom d'Iiéraklës S 
soit, en ajoutant le Phérécyde et l'Alexandre, treize des dix-sept 
hermès mentionnés. Tous sans exception sont désignés par des 
inscriptions grecques. Le chevalier d'Azara a encore publié 
comme lui appartenant', mais sans indication de provenance 
de Tivoli, des hermès de Démosthène, d'Isocrate, de Lysias, 
de Platon, d'Aristote* : tous encore ont leurs noms gravés''. 
M. Hiibner, enfin, regarde comme provenant toujours de sa collec- 
tion®, qui aurait été laissée en entier au roi d'Espagne', les bustes 
suivants de Madrid : Sardanapale, Solon ou plutôt Hercule, 
Aristophane, Bias, Epicure, Zenon de Citium, Thespis, Hippo- 
crate, Périandre, désignés aussi par leurs noms'". Le nombre 
même de ces inscriptions, toutes modernes, suffità écarter l'idée 
de fraude : en les faisant figurer sur les hermès, Azara sacrifiait 
à un goût que l'on peut trouver fâcheux, mais il ne songeait pas 
à en imposer. Guattani, d'ailleurs, l'avait déclaré ouvertement 
pour le Phérécyde, la désignation ne reposait que sur une hy- 

n'a pas été effacée, est gravée sur la face latérale gauche de l'hermès avec la 
disposition suivante ; 

ALEX . M 

SICtNVM . IN . TIBVRTINO 

PISONVM . El^FOSSVM 

MDCCLXXiX 

lOS . N . AZARA . REST . C 

1. Habner, p. 19. 

2. Ibid., p. 20. 

3. Ibkl., n°s 156, 158, 160, 161, 162, 166, 167, 169, 173, 175. 

4. Ibid., no 159. 

5. Hisloria de la vida de Ciceron (Madrid, 4 vol., 1790), t. II, en tète des 
différents livres, avec la mention « ex marmore apud Jos. JSic. de Azara ». 

6. Hubner, nos 152, 165, 170, 149. Le Lysias seul n'est pas à Madrid. 

7. Ibid., p. 20. 

8. Md., 1. c. 

9. Ibib., p. 21. 

10. Ibid., n" 172, 174, 150, 151, 154, 157, 163, 164, 168. 



96 REVUE ARCHÉOLOGIOUE 

polhèse : « Si vorrebbe dare unnome a cosi bella testa^ che chiaro 
scorgesi essere iinritratto. Taluno sospetta che posse appartenere 
a Ferecide maestro di Piltagora. Le prova ne rantichità dello 
stile che combina a meraviglia cou rantichità dei soggetio. Se 
ci itbasta, lo giudichi il piiblico letterato^ ». 

Raison de plus, dit-on, et pas n'est besoin ainsi de mettre en 
cause l'honnêteté d'Azara. « Il régnait dans son entourage, écrit 
M. BernouUi, un si naïf besoin de baptiser, qu'il n'y aurait pas 
à s'étonner si, en ce qui concerne aussi l'Alexandre, quelques 
irrégularités s'étaient produites' ». 

lleste à savoir si le cas de l'Alexandre est en rien compa- 
rable % et il ne l'est nullement, ainsi qu'un peu de réflexion 
suffit à l'établir. 

Tout d'abord les bustes énumérés plus haut portent en tout et 
pour tout un nom. C'est, pour reprendre l'expression de M. Ber- 
nouUi, un baptême, mais un baptême sur la valeur duquel nul 
ne cherchait à en faire accroire. L'Alexandre, si on l'eut trouvé 
sans désignation et qu'on eût voulu agir de même à son égard, 
eût pua la rigueur recevoir la mention AAEZANAPOI : il n'eût 
pas reçu une inscription de trois lignes. 

Il y a plus. Cette inscription, Fea, Guattani, Visconti, la 

1. Monumenti ant. inediti per Vanno 1784, maggio, p. xxxi. Fea est plus 
net encore (Winckelmann, Storia délie arti, t. III, p. 471). « La fisonomia è 
ignota benchè ssmbri di un filosofo, che si è sospetlato Ferecide, di cui è stalo 
spacciato cdtro riUratto dal Gronovio e da altri, ma scnza fondamento. ». 

2. Bernoulli, p. 22. 

3. Il semble bien qu'Azara lui-même séparât nettement l'Alexandre de tous 
les autres hermès trouvés par lui à Tivoli; son biographe, du moins le dotine 
à penser {Notice, p. 7) : « [II] eut le bonheur de découvrir une quantité de 
têtes appartenant à des portraits d'hommes illustres. C'était comme on sait, 
l'ornement des maisons de plaisance des anciens Romains. La plupart de ces 
tètes en marbre étaient sans buste et par conséquent sans inscription qui en 
marquât le sujet. Il faut en excepter celle d'Alexandre le Grand, morceau pré- 
cieux parce qu'il est le seul portrait authentique de cet immortel conquérant». 
Cf. Biographie universelle Michaud, t. II, p. 535 : « 11 entreprit avec le prince 
Sanla-Croce des fouilles à Tivoli dans la villa des Pisons ; on y découvrit un 
grand nombre de têtes sans bustes, auxquelles le chevalier d'Azara imposa des 
noms trop arbitrairement. Sa principale découverte a été le buste authentique 
d'Alexandre, dont il a fait hommage à l'empereur Napoléon et qui est aujour- 
d'hui un des ornements du Musée de Paris. » 



LHEUMÈS d'aLEXANUKE 97 

donnent incomplète. Le texte en est brisé au milieu de la troi- 
sième ligne', non seulement au milieu de la ligne, mais à mi- 
hauteur dos lettres elles-mêmes, dont une moitié seule est con- 
servée : si par suite l'inscription est fausse, l'intention fraudu- 
leuse ressort en toute évidence. 

Le même dessein de tromper résulterait encore de l'aspect a 
demi-effacé donné aux caractères. Alors que les bustes de Ma- 
drid portent des noms nettement tracés, ici les caractères appa- 
raissent usés par le temps, mangés par la corrosion du marbre, 
si bien que, pour les faire revivre, l'idée est venue de les retra- 
cer avec un couteau ou de les repeindre : certains n'existent plus, 
au moins dans leur tracé originel, tel le 1 de la première ligne, 
l'Y final de la seconde '. 

Voulu et résolument voulu par Azara, le mensonge se serait-il 
du moins exercé dans des conditions qui le rendent psychologi- 
quement et historiquement vraisemblable? 

Il nous reste, pour répondre à ce dernier point, à préciser plus 
qu'on ne l'a fait jusqu'ici Thistoire de Thermes du Louvre, en 
même temps qu'à résumer brièvement le rôle joué par le cheva- 
lier d' Azara entre le Saint-Siège et la France. 

Il est faux, en effet, que, ainsi que l'écrit M. Schreiber en 
prétendant se référer à une inscription gravée sur Thermes, 
Thermes ait été donné le 4 vendémiaire an XII au premier con- 
sul Bonaparte et transmis, après le 18 mai 1804, par Tempereur 
au Musée Napoléon ^ Son indication a trompé M. GoUignon, 
qui répète : « Le chevalier d'Azara en vendémiaire an XII le 
donna au premier consul Bonaparte. En 1804 Tempereur l'attri- 
bua au Musée Napoléon* ». La date du 4 vendémiaire anXII = 
27 septembre 1803 se réfère en réalité, non au don du chevalier 
d'Azara, mais à la transmission au Musée et le texte, autrefois 

1. Guattani, Monumenti anlichi inediti perl'anno 1784, p. v, parle expres- 
sément de la « roltura che laglia la parola Macedo ». 

2. Schreiber, p. 3G. 

3. Ibid., p. 34. 

4. Lysippe, p. 43. 

iv^ SÉRIE, T. vn. 7 



98 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

gravé sur le côté droit de Thermes et qu'on a eu la sottise de 
marteler, était ainsi conçu : 

Donné 

PAR M. LE Chevalier d'Azara, A.mr"" 

DE S. M. C. LE roi d'Espagne, 

au premier consul. 

Donné 

LE IV vendémiaire AN XII, 
PAR LE PREMIER CONSUL, 

AU Musée Napoléon'. 

La date du premier don lui-même, n'était pas, on le voit, 
mentionnée et, de témoignages jusqu'ici restés inaperçus, il ré- 
sulterait au contraire que l'hommage du chevalier d'Azara, ou 
pour le moins, s'il n'est pas tout à fait sûr que le marbre ait 
été dès lors effectivement remis à Bonaparte, l'idée de le lui 
offrir se rapporte en réalité à une tout autre période de l'his- 
toire et remonte jusqu'à l'année 1796. 

L'ambassade d'Espagne à Paris ne fut que le couronnement 
de la carrière de Don Joseph Nicolas d'Azara, né en Aragon en 
1731 et envoyé à Rome dès 1765, accrédité par son roi auprès 
du Saint-Siège*. Il y fut nommé peu après l'occupation de 

1. Monuments antiques du Musée Napoléon, t. III, p. 26. Il est assez curieux 
que la planche II, où l'hermès est reproduit de profil à gauche, montre celte 
inscription gravée sur la face latérale gauche, où est au contraire gravée l'ins- 
cription relative à la découverte, et sous la forme, suivante : donné | par M' le 

CM'' I d'AzZARA I AMB"" I DE S. M, C, LE | ROI o'EsPAGNE, | AU PREMIER CoNSUL | 

Donné le IV vendémiaire an XII | par le premier Consul | au | Musée Napo- 
léon. La trace du martelage sur l'original suffit à établir que la division des 
lignes est celle qui est rapportée plus haut : sur le marbre, cependant, CHE- 
VALIER paraît avoir été abrégé et peut-être y avait-il AZZARA. 

2. Voy. sur le rôle d'Azara l'appréciation fort sévère de M»' Carini, aux 
yeux de qui les concessions qu'il dut faire pour l'obtention de l'armistice de 
Bologne trouvent difficilement grâce, JSuovi documenti per la storia del trat- 
iato di Tolentino [Spicilegio valicano di documenti inedili e rari estratti degli 
archivi e délia biblioteca délia Sede Apostolica, 1. 1, 1890, p. 270-289 et 404- 
439), p. 270-271. Son biographe, Bourgoing, estime au contraire (Notice p. 18), 
que, « s'il ne put atteindre dans ce voyage le but qu'il s'était proposé comme 
négociateur, ce qu'il obtint suffit au salut de Rome. » 



l'hÉRMÈS d' ALEXANDRE 99 

Rome par les Français et la chute du gouvernement papal, qui 
avait mis fin à sa première mission. Retiré alors à Florence, il 
avait fait, dans cette ville, la connaissance de Joseph Bona- 
parte*, qui avait dû le servir. Envoyé à Paris, l'entourage de 
ses amis, de ses livres, de ses tableaux, l'intimité d'un ministre 
l'avait, nous dit on, dédommagé de ses pertes ^ Le goût des 
arts, en effet, ne l'avait pas quitté : peu de jours avant sa mort, 
survenue le 26 janvier 1804, il s'occupait de son prochain 
voyage à Tivoli et des fouilles qu'il se proposait d'y poursuivre'. 
Aussi bien, la fortune considérable qu'il laissa et qui, en l'ab- 
sence de postérité, revint à une sœur, deux frères* et des 
neveux, consistait, non en terres^ mais « en capitaux, meubles, 
tableaux, bustes, pierres gravées et autres produits des arts" ». 
Les temps toutefois étaient trop troublés pour qu'Azara eût 
pu les traverser sans déboires et même sans danger". « Quand 
TEspagne, écrit Miot de Melito dans ses Mémoires, reconnut 
la République française et traita avec elle, une partie de la 
haine qu'on nous portait se tourna contre les Espagnols et 
bientôt le séjour de Rome devint insupportable au chevalier 
d'Azara, ambassadeur d'Espagne près le Saint-Siège. Il vint 
donc également s'établir à Florence dans le printemps de 1796 
et j'eus alors l'avantage de me lier avec cet amateur éclairé des 
beaux-arts, qui s'était fait de Rome en quelque sorte une seconde 
patrie. Ami sincère de la France il partageait la joie que nous 
inspiraient les victoires de nos armées et prévoyait déjà qu'elles 
allaient faire changer la cour de Rome, sinon de sentiments, de 
langage. Il ne se trompait pas, et bientôt il fut sollicité par cette 

1. Notice, 1. c. 

2. /5irf.,p. 19. 

3. Ibid., p. 8. 

4. L'un d'eux, Félix, explora l'Amérique du Sud et a laissé un nom comme 
voyageur. 

5. Notice, p. 25. 

6. Le même biographe rapporte {Notice, p. 17) que, dans la mission dont il 
va être parlé, Azara dut traverser une armée de paysans insurgés et reçut une 
forte contusion à la têtej mais qu'il n'en poursuivit pas moins sa route maigre 
les insultes et les dangers. 



100 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

même cour, qui l'avait en quelque sorte exilé, d'employer ses 
bons offices et la médiation de l'Espagne qu'il représentait en 
Italie pour obtenir une suspension d'hostilités' ». 

La correspondance récemment publiée de Consalvi au cardinal 
Litta, préfet de la Propagande % a révélé que, dès le début d'avril 
1796, était arrivé à Rome un agent secret du Directoire, de natio- 
nalité génoise, offrant la paix moyennant la cession d'Avignon, la 
reconnaissance de la République, le don de l'Apollon du Belvé- 
dère avec l'inscription « Pio sesto alla Reppublica francese », le 
passage des troupes contre Naples, des contributions de guerre*. 
Il avait été aussitôt renvoyé. Mais, malgré l'indignation ressentie, 
la nécessité de négocier s'était bientôt imposée et, comme par un 
article du traité de Bâle du 4 thermidor an III — 22 juillet 1795 
l'Espagne s'était chargée des rapports entre la France et la Curie, 
il avait fallu invoquer, tout persona ingrata qu'il fût, les bons 
offices d'Azara, qui, dès cette époque, on l'a vu, préférait le sé- 
jour de Florence à celui de Rome. Il partit donc, accompagné du 
marquis Antonio Gnudi et de l'abbé Francesco Evangelisti, dans 
la nuit du 19 au 20 mai. Le 21, il est à Bologne, où il séjourne 
jusqu'au 23, passe par Modène et Parme et le 28 arrive à Milan, 
oh il confère avec Saliceti et Bonaparte*. Les prétentions fran- 
çaises sont encore jugées insensées, bien qu'x4.zara entrevoie 
que sans doute il faudra sacrifier des tableaux, « ma V Apollo si 
salvcrà^ ». Il communique ses propres propositions, auxquelles 
on répond que des instructions doivent être demandées à Paris. 
Bonaparte, qu'Azara voit ensuite le 7 juin, n'est pas moins exi- 
geant, mais pourtant il traite en cette première entrevue le mé- 
diateur avec beaucoup d'égards ^ Il ne devait pas en être toujours 

1. Mémoires, p. 108-109. 

2. P. Williclien, Briefe Consalvi a aus der Jahren 1795-96 und 1798, Quellen 
U. Forschungen aus ital.Archiven und Bibliotheken herausg. vom kOn. preuss. hisl 
Institut in Wm, t. VII, 1904, p. 139-170. 

3. Ibid., p. 158. 

4. Suovi documenti per la storia del trattato di Tolentino, avvertenza, 
p. 273. 

5. Ibid., p. 284, lettre d'Aiara, datée de Milan le 21 mai 1796. 

6. Ibid., p. 289, lettre d'Evangeiisti du 7 juin. 



l'hcrmès d'alexandkk 101 

ainsi. Saliceti el Garrau ayant reçu la réponse de Paris, les en- 
voyés du Pape sont mandés à Bologne le 19. Une nouvelle ren- 
contre avec les commissaires et Bonaparte a lieu le 21. Azara la 
raconte dans une lettre au cardinal Zelada, secrétaire d'Etat, 
son compatriote*, datée du 22 : à ses objections le général a 
répliqué qu'il irait bien prendre à Rome ce qu'il voudrait, et 
Azara continue en ces termes : « Giuro e bestemid che lo farebbe... 
edera cosi furiosso che simangio fralanto un memoriale che aveva 
in mano strapandolo a bocconi^ ». La lettre, on le voit, confirme 
par des indications précises ce qu'écrit M. de Sybel dans son 
histoire : « Bonaparte éclata en reproches et en malédictions. A 
chaque parole de l'ambassadeur il répondit par un nouveau flot 
de malédictions, à ce point qu'Azara se retira dans son apparte- 
ment en versant des larmes de honte et de désespoir» ». 

Il n'était pas inutile, avant d'arriver au point spécial qui doit 
nous occuper, de retracer brièvement l'histoire de ces négocia- 
tions, sur laquelle la phrase suivante de M. Dufourcq dans son 
élude sur Le régime jacobin en Italie^ avait attiré mon attention : 
« Le pape recourut aux bons offices d'Azara. Celui-ci part aus- 
sitôt avec le marquis Gnudi pour arrêter Bonaparte, lui portant 
en présent de la part de Pie VI une tête de marbre d'une mer- 
veilleuse beauté^ ». M. Dufourcq, à qui je soumis mes soupçons 
qu'il devait s'agir de l'hermès du Louvre, a eu l'obligeance de 

1. Cf. Bourgoing, Notice, p. 16 : « Ce qu'il y a de remarquable, c'est que 
le choix du cardinal Zelada passe pour avoir été déterminé par le choix de ce 
ministre (Azara). 11 n'eut pas à s'en applaudir». Azara, d'après le même auteur 
(p. 15) aurait aussi « contribué beaucoup à la nomination de Pie VI : il eut quel- 
quefois à s'en plaindre. » 

2. Niiovi documenti per la storin del trattato di Tolentino, p. 409. 

3. Histoire de l' Europe pendant la Révolution française, Iv^d. Bosquet, t. IV, 
p. 202. (( Le négociateur tut ici l'ambassadeur d'Espagne à Rome, le chevalier 
Azara, qui depuis la paix de Bâle surveillait avec beaucoup d'ardeur les inté- 
rêts de sa cour en Italie et qui espérait tirer quelque profit, de la part des 
étals de la péninsule, des bonnes relations qui existaient entre Madrid et Paris. 
Jusqu'ici Bonaparte l'avait laissé faire, mais en se promettant de lui faire sentir 
son entière nullité à la première occasion. » 

4. Le régime jacobin en Italie, Etude sur la République romaine (1798-1799), 
Paiis, 1900. 

5. Ibid., p. 40. 



102 KEVUK ARCHÉOLOGIQUE 

me faire savoir qu'il avait pris le renseignement dans l'histoire 
de M. Franchetli', où se lisent en effet les lignes suivantes : 
« Pio VI aveva intanto invocato ed ottenuto i huoni ufficî del mi- 
nistro di Spagna Don José Nicolao d'Azara^ liberalissimo mece- 
nale di letterati e di artisti, il quale, dopo la pace tra il suo go- 
verno e la Frauda, non bene accetto in lioma, pre/eriva vivere a 
Firenze. Incaricato or a indeme col marchese Gnudi di trattare 
un amichevole componimento si présenta al generalissimo recan- 
dogli in dono una testa marmorea di Alessandro il Grande, stu- 
pendo lavore greco stimato il più aiitentico ritratto deU antico 
conquistatore. Ma qiiegli, poco commosso dalla delicata cortigia- 
neria, sin dalprimo colloquio, affaccio tali pretensioni e mostrô 
tanta asprezza che il vecchio ambasciatore, versando lagrime di 
vergogna e di dispetto, si rinchiuse nella sua stanza^ ». La con- 
formité de la dernière phrase avec le récit de M. de Sybel, qui 
a utilisé les rapports adressés par Belmonte à la cour de Naples, 
permet de supposer que telle peut être aussi la source du ren- 
seignement : en raison de la date toute différente qui avait tou- 
jours été assignée au don de Thermes Azara et de l'ignorance 
oii est M. Franchetti de l'identification de l'Alexandre dont il 
parle avec Thermes du Louvre, il ne me semble pas douteux, en 
tout cas, que l'indication ne remonte à une source contempo- 
raine des événements et qu'on n'y doive créance. 

Il est même permis de faire remarquer que c'est ainsi que pa- 
raît avoir envisagé les circonstances du don le rédacteur de la 
notice sur Azara dans la Nouvelle biographie générale de Firmin 
Didot : « L'occupation de l'Italie par les Français et les liaisons 
qu'il avait déjà formées avec Jérôme Bonaparte' le rendirent un 
précieux médiateur de la cour de Rome auprès du premier con- 
sul. Azara lui offrit la tête d'Alexandre qu'on voit encore au 



1. A. FrancheLli, Storia dltalia dopo ilB9 (Storia générale dltalia sotto la 
direzione di P. Villari), Milano. 

2. Ibid., p. 175. 

3. Il y a là une confusion évidente avec Joseph Bonaparte. 



l'hermès d'alkxandre 103 

Louvre et qui passait pour le seul portrait authentique du héros 
de l'antiquité* ». 

L'Alexandre avait donc été emporté par Azara à titre de pré- 
sent diplomatique et pour engager par un acte de gracieuseté 
une discussion qu'il prévoyait difficile. Fut-il pourtant, dès juin 
1796, remis à Bonaparte? il restequelques difficultés à l'affirmer 
sans réserves, La scène violente de Tentrevue du 2 juin a pu ne 
pas laisser à Azara l'opportunité de mettre son dessein à exécu- 
tion. M.Dufourcqécritque « Bonaparte feignit de demeurer indif- 
férent* » et sans doute il ne fait que traduire M. Franchetti : « ma 
qiiegli poco commosso dalla delicata cortigianeria'' ». Il n'y au- 
rait donc pas là matière à faire soupçonner que l'offre ne fut pas 
suivie d'effet. Mais il n'en est pas de même des différentes affirma- 
tions de Visconti. Lorsque Visconti écrit, dans l'édition augmen- 
tée de la Notice des antiques publiée en 1810, à propos de Ther- 
mes : « il avait été découvert dans les ruines de la maison de 
plaisance des Pisons, près de Tivoli, en 1779, par feu M. le che- 
valier d' Azara, qui en 1803 en fit présenta S(a) M(ajesté)* », le 
rapprochement du texte gravé sur le marbre peut donnera croire 
que 1803 est en réalité la date de la cession au Louvre, qui seule 
importait au conservateur dans la Notice des antiques. Les mots 
mêmes de « qui, en 1803, en fit présent à Sa Majesté », alors que la 
proclamation de l'empire ne remonte qu'à 1804, montrent qu'il 
ne faut pas les prendre avec une trop grande rigueur. Il en serait 
peut-être de même encore de l'expression : donné au «premier con- 
sul», titre inexact pour 1796, qui se trouve dans V Iconographie'" et 
que nous avons déjà rencontré dans l'inscription qui figurait 

1. T. III, p. 919. Noter aussi, dans la Notice de Bourgoing (p. 8), le mot 
« s'empressa », qui serait peu à sa place si le don n'avait été lait qu'au mois de 
septembre 1803, c'est-à-dire peu de mois avant la mort d'Azara : « Le cheva- 
lier d'Azara s'empressa d'en faire hommage au Premier Consul. Le monument, 
unique dans son genre, fait aujourd'hui partie de la collection du Muséum 
auquel le Premier Consul l'a donné. » 

2. Le régime jacobin en Italie, p. 40. 

3. Storia d'Italia, p. 175. 

4. Notice de la galerie des antiques, n° 254, 

5. Iconographie grecque, t. II, p. 36, note 2. 



jQ4 REVI E ARCHÉOLOGIQUE 

sur Thermes, où il était tout naturellement entraîné par la 
deuxième partie de la mention « donné le iv vendémiaire an XK 
par le premier consul au musée Napoléon » ; mais Visconti pré- 
cise : « cet illustre amateur, étant à Paris ambassadeur du roi 
d'Espagne, fil présent de cette antique à S. M. l'Empereur, alors 
premier consul* », et l'affirmation semble corroborée par un 
troisième passage emprunté à l'Atlas d'Arrien déjà cité, où, en 
4802, Visconti parle du portrait comme étant « dans le cabinet 
de M. Azara* ». Il subsiste donc un doute, mais peut-être est-il 
sans portée, si — que l'Alexandre ait été ou non réellement donné 
lors de l'armistice de Bologne — il n'est guère douteux qu'Azara 
de toute façon ait eu alors l'intention de le donner. 

L'hypothèse, en effet, d'un buste anonyme transformé en un 
portrait dûment qualifié d'Alexandre, d'une manière qui, quoi 
qu'on en dise, aurait été volontairement frauduleuse, était déjà 
difficilement admissible dans le cas d'un don fait par Azara établi 
ambassadeur d'Espagne à Paris et y vivant entouré de puissantes 
amitiés. Bonaparte pourtant était alors le futur souverain : en 
possession presque de sa toute puissance, à la veille d'être pro- 
clamé empereur, il eût pu à la rigueur accepter l'œuvre moins 
pour elle-même que comme gage de cette obséquiosité qui se 
multipliait autour de lui. L'Alexandre ayant été offert ou ayant 
dû l'être par Azara négociateur, chargé d'affronter les envoyés 
du Directoire et le général victorieux de l'armée d'Italie, et 
muni de son buste pour ainsi dire comme d'une ressource su- 
prême propre à amadouer son redoutable adversaire, l'hypothèse 
devient presque absurde. Le buste était, à vrai dire, une sorte 
de contribution remise au vainqueur personnellement, à côté 

1. Iconographie grecque, 1. c. 

2. Arrien, trad. Chaussard, Atlas, p. 170. Il est peu vraisemblable que Vis- 
conti n'eût plus de relations avec Azara, qu'il avait connu dès sa jeunesse à 
Rome et de la bienveillance de qui, nous dit Bourgoing {Notice, p. 12), il avait 
éprouvé « dans une circonstance assez singulière les efTets. Le Pape était irrité 
contre lui parce qu'étant prélat du palais, il avait quitté l'étal ecclésiastique 
pour se marier. M. d'Azara fit revenir le Pape de ses préventions au point de 
faire nommer M. Visconti directeur du Musée du Capitole, place qui toujours 
avait été remplie par des personnes d'une grande considération. » 



l'hkumès dalkxandre 105 

de celles exigées pour le coiiiple de la nation, et toute trom- 
perie sur la valeur de l'objol eût pu être de conséquence trop 
grave, alors que dans les négociations engagées une place si 
iniportanle était faite à la demande des plus célèbres chefs- 
d'œuvre conservés à Rome. L'article 8 du traité de lîologne, 
prélude de celui de Tolenlino, porte, on le sait, que le Pape 
livrera à la République française cent tableaux, bustes, vases 
ou statues, et, si l'Apollon du Belvédère a pu être excepté, le 
texte revêtu de la signature d'Azara stipule expressément que, 
parmi les dits objets, « seront notamment compris le buste en 
bronze de Junius Brutus et celui en marbre de Marcus Brutus, 
tous deux placés au Capitole *. » Pour la France révolutionnaire 
une importance peut-être un peu puérile était attachée à la pos- 
session de l'image du fondateur de la République romaine ou du 
meurtrier de César ; mais, de son côté, le général qui dictait ses 
volontés était-il dès cette époque insensible à l'idée qui devait 
faire dire par le biographe d'Azara parlant de notre Alexandre : 
« morceau précieux parce qu'il est le seul portrait bien authen- 
tique de cet immortel conquérant. Sa destinée était d'appartenir 
à un héros non moins célèbre* ». 

Il est enfin une dernière preuve matérielle d'authenticité qui 
me parait résulter du texte même de l'inscription et qui n'a 
jamais été signalée. 

L'inscription dont la troisième ligne était, on le sait, brisée est 
aujourd'hui rétablie ainsi qu'il suit : 

AAEZANAPDI 

OIAinnDY 
MAKEAONOY. 

Wsc,on\.'\^ iisins son Ico7iographie donne MAKEaIUND on carac- 
tères pointillés, comme effacés ' ; le Mitsée de scîtipture de ClavRc, 
dans les planches consacrées aux inscriptions grecques, MAKE- 



1. Nuovi documenti per la sloria del traltato di Tolenlino, p. 415. 

2. Notice, p. 8. 

3. Iconographie grecque, t. H, pi. XXX IX, 1. 



106 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

ADNIDI*, qui ne peutêtre qu'une restitution, non une lecture, et 
que ne saurait appuyer l'inscription gravée sur le socle d'une sta- 
tuette de bronze de Munich 'AXé^avopoç MaxeB6(vtoç) (SaaiXeuç, le 
socle de celle-ci étant moderne^ M. Frôhner % en rejetant avec 
raison celte restitution, a proposé May.£[§6va)v |3aŒ'.A£Jç] qu'adopte 
M. Schreiber*. Le buste, en réalité, devait porter, à la troisième 
ligne, le simple ethnique May.eowv, comme l'indiquait déjà Visconti 
dans son texte % mal d'accord en cela avec la planche où l'on 
aperçoit,d'unemanière très fugitive, MAKEADND". M.Kaibelsur 
ce point avait vu juste', malgré M. Schreiber, qui estime que 
May.sSwv eût été en retrait comme ^iaîtcttou et disposé au même 
alignement*. Le premier O de MAKEAONOY, ainsi qu'on peut 
le constater sur les reproductions données par M. Schreiber ^ 
présente en effet, dans le peu qui s'en trouve sur la partie antique 
de Thermes, cette particularité de montrer en même temps le trait 
d'un O arrondi et les traits droits d'un D carré, alors que le second 
O est uniquement rond. M. de Villefosse expliquait cette particu- 
larité en disant que le restaurateur a gravé un O rond tandis que 
l'amorce antique indique un G carré '\ M. Schreiber au contraire, 
remarquant que la barre de l'D n'est pas parfaitement horizon- 
tale et conforme à celle des autres caractères, attribue à une 
main moderne, non seulement TO rond, mais l'D carré". Il me 
semble quela vraisemblance estenfaveurd'unetroisièmesolution, 
qu'il peut bien y avoir un trait antique, mais que ce trait serait le 
trait arrondi : par là s'expliquerait que le restaurateur, malgré l'D 

1. Texte, t. II, Inscriptions, pi. VI, 416. 

2. Schreiber, p. 18, note 6. 

3. Inscriptiom grecques du Louvre, n" 71. 

4. Sctireiber, p. 37. 

5. Iconographie grecque, l. II, p. 36 : « L'inscription qu'on y lit au tiaut de 
la paîne contient ces trois mots dont le dernier est mutilé AAEZANAPDZ 

OIAinnOY MAKEA*^^ ». 

6. ]6iU,pl.XXXIX,l. 

7. Inscriptiones graecae SicUiae et Italiae, n» 1130. 

8. Schreiber, p. 37, 

9. Ibid., p. 36, fig. 4 et 37, fig. 5. 

10. Ibid., p. 32. 
Id. Ibid., p. 37. 



l'hekmès d'alkxandre 107 

carré de 01 AinnD Y, ait fait ronds les O de la troisième ligne dans 
MAKEAONOY, inconséquence qui aura pins tard choqué un de 
ceux qui, soil au couteau, soit au pinceau, retouchèrent l'inscrip- 
tion et l'amena à amorcer un D carré, qu'il n'osa pas pousser 
jusqu'au bout. Si le marbre, en effet, eût présenté le haut d'un 
D carré, il est peu admissible que l'idée ne fût pas venue de le 
compléter de même et de donner aussi la forme carrée au second 
O de MAKEAONOY, alors surtout que l'D avait déjà cette forme 
dans OIAinnDY. Il suffisait même, à vrai dire, de cet D carré 
de OIAinnDY pour entraîner l'D carré dans MAKEAONOY, s'il 
n'avait existé à cette place aucun trait antique. Mais il subsistait 
sans doute une portion de trait arrondi et le restaurateur, ne dou- 
tant pas qu'il s'agît d'un O, Ta complété dans ce sens et a été 
amené à donner la même forme à son second O. 

La supposition que n'a pas faite le restaurateur, nous pou- 
vons, nous devons même la faire aujourd'hui. L'hermès d'A- 
lexandre, en effet, n'est pas un hermès isolé. Il appartient à 
toute une famille d'hermès avec inscriptions, de même prove- 
nance ou de provenances très voisines, dont les plus anciens 
furent découverts il y a quatre siècles et dont M. Hulsen a sa- 
vamment reconstitué l'histoire *. 

Dès les dernières années du xv^ siècle et les premières années 
du XVI®, nous trouvons mentionnés dans une petite église située 
au dessous de Tivoli, S. Maria délia Strada ou in Pisoni, du 
nom de la contrada H Pisoni, sept hermès portant les noms d'An- 
docide, d'Aristogeiton, d'Aristote, d'Heraclite, dlsocrate, de Kar- 
néade et de Miltiade ^ Viennent peu après deux autres avec les noms 
d'Eschine et d'Alcibiade, un troisième avec le nom de Philémon et 
unfragmentaveclenom d'Ibykos'. Un manuscrit de Pighius con- 
servé à la Bibliothèque royale de Berlin mentionne encore, dans 
la villa du pape Jules II hors la porte du Peuple, où ils avaient 

1. Die Hermeninschriften heriihmter Griechen, Rômische Mittheilungen, 
t. XVI, 1901, p. 123-208 et pi. VI-VIl. 

2. Ibid., p. 126. 

3. /6id., p. 126, note 1. 



108 REVUE AKCHÉOLOGIQUE 

été transportés, un Aristophane et un Thémistocle, sans doute 
toujours de même origine '.Il ne reste malheureusement de ce 
premier ensemble que l'Aristophane au Musée de Florence*, au- 
quel il faut joindre un Théophraste aujourd'hui à la villa Albani, 
dont la trouvaille remonte à la première moitié du xvi^ siècle K 
Les fouilles du chevalier d'Azara, faites de concert avec De 
Angelis et, semble-t-il, le prince de Santa-Croce *, y ajoutèrent, 
pour ne parler que des hermès portant des inscriptions dans le 
genre de celle de notre Alexandre lui-même, le Periklès du Va- 

1. Ibid., p. 128. 

2. Kaibel, Inscriptiones graecae Siciliae et Italiae, n" 1140. Sur le sort des 
autres hermès, cf. Hùlsen, p. 129, note 2. 

3. Jbid., n" 1165. 

4. M. Hùlsen (p. 125, note 2) parle des fouilles d'Azara et de De Angelis en 
1774 et 1780. De Angelis était propriétaire dans la région : les historiens de la 
villa d'Hadrien mentionnent des fouilles faites par lui en 1769 et 1773 et la li- 
cence qu'il donna en 1770 à Hamilton d'explorer son marais de Pantanello 
(Guzman, La villa Hadriana, p. 28 et 43). D'autre part, on lit dans la Notice 
de Bourgoing (p. 7) qu'Azara avait entrepris des fouilles à Tivoli avec le prince 
de Santa-Croce, qui, à un moment au moins, nous apparaît comme son secré- 
taire (lettre de Consalvi du 10 septembre 1796, P. Wittichen, Briefe Consalvis 
aus den Jahren 1195 /9S und 1798, p. 163). Il semble qu'il y ait eu des fouilles 
de 1774, qui mirent au jour l'Apollon et les Muses (moins les prétendues Euterpe 
et Uranie) de la salle des iMuses du Vatican (Helbig, Fùhrer, n°* 274-281); des 
fouilles de 1779, date inscrite sur l'Alexandre et les hermès de Madrid ; des 
fouilles de 1780, date donnée par Visconti (Kaibel, n° 1192) comme celle de 
la découverte du Periclès et des hermès du Vatican. Les premières pourraient 
être celles de De Angelis. Celles de 1779 sont proprement atlribuables à Azara : 
Visconti, à propos de l'inscription qu'Azara avait fait graver sur le côté gauche 
de l'Alexandre et qui se retrouve sur les bustes aujourd'hui à Madrid, indique 
{Iconographie grecque, t. II, p. 36, note 2) qu'il avait fait faire les fouilles à 
ses frais. Des dernières, au contraire, Azara parle, à propos du Periclès, comme 
s'il n'y avait pas pris part [Historia de la vida de Ciceron, t. II, 1. IV, noticia 
de las estampas) : « se descubrio pocos anos hace », alors que parlant {Ihid., 
t. IV) d'un Karneade ou d'un Socrate, qui portent la mention des fouilles de 
1779, il se sert de la formule « que yo halle en las ruinas de Tivoli ». Il y au- 
rait en outre lieu, selon M Hùlsen (p. 125, note 2), de distinguer la véritable 
contrada li Pisoni, où sont signalés les plus anciens des hermès, et la contrada 
Carciano, dont on dérivait le nom d'une forme antique Cassianum, située plus 
bas, où auraienteu lieu les fouilles delà fin du XVIll'^ siècle. Mais, d'une part, 
déjà dans les manuscrits de Ligorio on trouve l'indication suivante (Hùlsen, 
p. 208) : Su la montagna di Tivoli in quella parte che si stende verso il mezzo- 
giorno, dove fu la villa di Cassio... qui dunque furono cavati termini con 
diverse effigie, dl philosophi, d'oratori, di poeti.... scrilti con carattcri greci i 
nomi loro. « D'autre part, selon M. Helbig (Fit^rer, t. I, p. 169-170), Tasser- 



LUEHMÈS DALEXANbUiS 109 

lican' et six des bustes des sept sages, Bias, Thaïes, Kléobule, 
Périandre, Pittakos et Solon au même Musée ^ Il est presque 
certain encore, à en juger par la forme des légendes, que c'est de 
Tivoli que proviennent les hermèssans têtes d'Anacréon » et de 
Stésichore*, ainsi qu'un Ghabrias % toujours au Vatican, et un 
quatrième hermès au nom mutilé dont Visconti a copié l'ins- 
cription ^ Le Platon, enfin, trouvé en 1846 et conservé au Musée 
municipal de Tivoli \ appartient incontestablement à la même 
série. Il y avait donc là réunis, pour le moins, les sept sages, 
dont le seul Philon nous manque, les orateurs, où Démosthène 
ne pouvait faire défaut, les poètes de genres divers dont ont sur- 
vécu Ibykos etStésichore, Anacréon, Aristophane et Philémon, 
les philosophes, les grands hommes d'état*. Sur les gaînes des 
sept sages, à l'exception de Thaïes, une maxime rappelle leurs 
préceptes favoris et il en est de même pour Platon, dont la gaîne 
porte une double sentence tirée de la République et du Phèdre. 
Tous, à l'exception des hermès de Bias et de Kléobule, où la patrie 

lion souvent répétée que les statues et les hermès du Vatican auraient été 
découverts au fundiis Cassianus, aujourd'hui Carciano, serait le résultat d'une 
confusion : ils viendraient en réalité d'une villa située plus à l'est et qui peut 
avoir appartenu à Marcus Brutus. Le chevalier d'Azara, de son côté, faisant 
reproduire le Perildès du Vatican, écrit textuellement (t, I!, 1. IV, noticiadelas 
estampas) : « se descuhrio pocos anos hace entre las ruinas de la vila de Los 
Pisones en Tivoli. » La provenance serait donc la même que pour l'Alexandre 
et, pour celui-ci, Guattani {Monumenti inediti per Canno tlSi, p. v) la précise 
en ces termes : « fa trovato Vanno 1779 in un luogo sotto Tivoli chiamato H 
Pisoni, alla distanza di circaoOO passi da Carciano ». Il paraît donc difficile 
de localiser toutes les fouilles anciennes en un point, toutes les dernières en un 
autre. M. Hùlsen, d'ailleurs, exclut les deux emplacements (p. 127, note 2) des 
limites de la villa d'Hadrien, où on avait été naturellement porté à les faire 
rentrer. 

1. Helbig, Filhrer, n- 288. 

2. Ibid., t. 1, p. 178. 

3. Kaibel, n" 1133. 

4. Ibid., n» 1213. 

5. Ibid., n» 1222. 

6. Ibid., no 1224. 

7. Ibid., n° 1196. Il n'a pas été transporté au Vatican, comme on l'a dit par 
erreur, mais est toujours à Tivoli (Bernoulli, Griecldsche Ikonographie, t. 11, 
p. 23, e). 

8. Kaibel, p. 304. 



110 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

seule est mentionnée, font suivre le nom du personnage du nom 
de son père et de l'indication de sa patrie. Il en résulte que, de 
même qu'Alcibiade était dit 'AAy.'.6âS-/]ç K/av(ou 'AOïjvaToç, Aristo- 
geiton 'ApijToyeixwv ôeoTiV-ou 'Aô'ovaTôç, Thémislocle ©cjj-kjtoxXyjç 
NeovMzuç 'AeY)varoç, Miltiade MtXxta3/)ç Ki\)M^»o:; 'AO/^vailoç, Periclès 
UepiyCkrjç SxvOitttcou 'A6-/]vaToç, Chabrias Xa6p(aç KxYja'lzTCOU Alçwvéuç, 
Alexandre devait être dit 'AXé^x^opoq ^tXizTroj May.sowv et, vu la 
forme des lettres et la disposition de l'inscription, 

AAEZANAPDI 

OIAinnDY 
MAKEAHN. 

11 n'y aurait aucune raison pour préférer avec M. Schreiber la 
forme MaxsSévwv gaaiXeûç, comme répondant mieux, par sa teneur 
plus développée, à la rédaction des légendes telle que la mon- 
trent les bustes de Bias et de Périandre'. Si, pour ceux-ci, une 
quatrième ou même une cinquième ligne a été ajoutée, c'est 
pour y faire figurer un de ces dictons qui étaient devenus comme 
inséparables des sages auxquels ils étaient attribués : autant la 
règle est observée pour le groupe des sept sages, — encore ne 
l'est-elle pas pour Thaïes, — autant elle était étrangère au groupe 
des hommes d'état et nulle raison n'existe pour l'y introduire. 
L'objection que dans Ma/.sowv, le M du début eût dû être reporté 
plus à droite, au-dessous de ^ùdr.r.ou*, n'a pas davantage de por- 
tée: un simple coûtd'œil sur la série des inscriptions des hermès 
montre que la disposition initiale ou finale des diverses lignes 
est loin d'être uniforme. 

Il en résulte que Ma/.eowv peut être tenu pour presque certain 
et c'est précisément de cet H final, auquel ne songeait pas le 
restaurateur, qu'une faible partie subsistante se présentait peut- 
être sous le trait circulaire où, ne le reconnaissant pas, il a vu 
un O : de son erreur même résulterait une dernière preuve de 

l'authenticité de l'inscription. 

Etienne Michon. 

1. Schreiber, I. c. 

2. Ibid., p. 37. 



SULL' IRENE E TLUTO DI CEFISODOTO 



Se tra le opère menzionate dagli scrittori corne di Gefisodoto il 
vecchio 1' unica sicuramente giunta a noi in forma di copia esatta 
è quella rappresentante Irène e Pluto*, tuUavia pu6 ancora es- 
serviquestionesuUa data che a questo gruppo si deve assegnare 
e di conseguenza anche suU' epoca in cui fu specialmenle altivo 
l'aulore di esso. 

Sostenitori di una data meno récente di quella già per la prima 
volta espressa dal Brunn, sono, corne è noto. l'Arndl, il Klein, il 
Robert, poaendo il primo' la esecuzione délia Irène a cavallo tra 
il V» ed il IV° secolo, fissando il secondo ' l'anno 403, mettendo 
il terzo * la Irène accanto aile xépai dell' Eretteo. Recentemente 
inveceilFurtwaengler^apiùriprese ha voluto rimettere inonore 
la data del Brunn abbassandola anzi di qualche anno sino al 37J/0. 

Tre elementi diversi si possono distinguere nello studio délia 
Irène e credo che dall' esame di ognuno di essi e dalla unione 
délie osservazioni su questi elementi si possa determinare la età 
in cui probabilniente fu eseguito il gruppo cefisodoteo. Questi 
Ire elementi diversi vorrei vedere nel drappeggio, nella testa 
délia Irène, nella figura del bambino. 

1. Opéra menzionala da Pausania (I, 8, 2-IX, 16, 2). La identificazione dell' 
originale délia statua monacense (BruQn-Bruckmann,n. 43, la testa in Ein. Ver., 
n. 840/3) con questa opéra dimostrata dal Brunn (Ueber die sog. Leukothea, 
1867) non trovù scetlicisnao se non presso Mueller-Wieseler, Denkm. d. ail. 
Kunst*, II, p. 128. Bibliografîa compléta si ha presso Furtwaengler, Beschr. d. 
Glypt. z. Muenchen, p, 210. 

2. Festschrift f. Overbeck, p. 99, testo ail' Ein. Ver., n. 433/4. 

3. Praxiteles, p. 83 e seg. 

4. Lie Knoechelspielerinnen, p. 18, n. 42. 

5. Meisterœerke, p. 514 ; Masterpieces, p, 295. Gr. orig. Statiicn nz Venedig, 
p. 309 (^Abh. d. bay. Ak. d. Wiss., XXI). Beschr. d. GhjpL, n. 219. 



{{2 RKVUE AHCHÉOLOGIQtE 



Al Fiiriwaengler non polè sfug'gire il carattere semplice dell' 
alleggiamento e del traltamento stilistico del vestito in questa 
larga e quasi lozza figura, carattere che egli stesso riconosce assai 
prossimo a quello délie opère fidiache • ; ma, volendo porre di ac- 
cordo questo innegabile carattere fidiaco con la data posteriore 
al 375, da lui presupposta, corne già dal Brunn, corne l' unica 
necessaria per la esecuzione di un gruppo simbolico délia pace e 
délia prosperità, egli espresse la ipotesi di un volontario rilorno 
aile forme antiche, un ritorno a quella semplicità dell' epoca 
periclea che per lo stesso dotto avrebbe dato Uiogo a varietà, a 
ricchezza maggiore pel drappeggiamento nella plastica contem- 
poranea alla guerra del Peloponneso. Da un lato insomma il 
carattere stilistico del vestito che sarebbe del tutto diverso da 
quello délie opère délia fine del V° secolo, dall' al tro lato la grande 
probabilità délia connessione delF opéra di Cefisodoto con gl' im- 
portantissimi avvenimenti del IV° secolo per cui alla dea Irène 
s' istitui culto spéciale, sono ragioni per cui il Furtwaengler 
avvicina aile prime opère di Prassitele questa di Cefisodoto*. Las- 



1. Questo fu riconosciulo anche dal Brunn nella sua splendida analisi del 
gruppo monacense al quale poi attribuisce sophokleische Milde und Harmonie. 

2. Una stretla parenteia fu supposta come esistenle tra Cefisodoto il vecchio 
ed il grande Prassitele, e questa supposizione ha avulo cosi grande forLuna da 
essere, credo, universalmenle accetlata, sebbene i tesli niuno appoggio possano 
darle, 1' unica nolizia sulla parenteia dell' autore délia Irène essendo data dalle 
note parole di Plutarco nella vila di Focione (§ 19). 11 grade di parenteia sa- 
rebbe quello di padre a figlio, ma è cosa notoria che il Furtwaengler, seguito da 
pocbi altri (nomino E. Sellers, in Gazette des Beaux-Arts, 1897, p. 119-139, e 
Gardner in Handbook of greek sculpture, II, p. 352), espresse la opinions che 
Cefisodoto fosse di Prassitele fratello maggiore e che taie sua ipotesi egli fon- 
du su questo, che le date per lui certe délie opère di Cefisodoto sarebbero di 
un periodo in cui Prassitele avrebbe già iniziato la sua carriera artistica e che 
ben si accorderebberoidecenni verso la meta del IV" secolo per 1' attività di Ce- 
fisodoto col falto che la sorella dello scultore sarebbe stata la prima moglie di 
Focione nalo nel 403 a. C. Ma, prima di tulto, V unica data che potrebbe corrobo- 
rare la ipotesi del Furtwaengler è da lui stesso rifiulata, cioè quella che si po- 
trebbe riferire al grande gruppo nel temenos di Zeus solèr a Megalopoli (Paus. 
VIII, 30, 10, La tbndazione di Megalopoli sarebbe nell' ol. 102, 2, proprio net 
tempo datoda Plinio [H. N., 1. 34, 50] alla àx|j.Yi del nostro artista; ma il tardo, 



SULL IRKiNE E PLUTO Dl CKFISODOTO 113 

ciando pcr ora da parte il fatto del grande culto per ladea Irène 
dopo il 375 a. G., il quale non puô fare escludere che in altre 
occasioni alla stessa dea si siano erette statue, mi pare che la 
seconda ragione del Furlwaengler non sia altro che un' afîerma- 
zione arbitraria, e questo deduco dal confronto che si puô islituire 
pel drappeggio tra la Irène ed altre opère. 

Il caraltere fidiaco délia statua di Cherchel (Gauckler, Miisée 
de Cherchel, i. V, p. 102 e seg.), già riconosciuto dal Gauckler, 

caratlere dell' architettura del temenos [Doerpfeld, Ath. Mitth., 1893, p. 218], 
fece supporre al Furtwaengler che qui si tratti di Cefisodoto figlio di Prassitele. 
Cosipensaanche il Klein [Praxzfe^es, p. l3].Hauser invece [Oester . Jahresh., 1903, 
p. 103, n. 22], tendendo ad abbassare 1' epoca in cui Cefisodoto il vecchio 
avrebbe laborato, attribuisce a questi il gruppo di Megalopoli), 

Piutloslo parlano in favore di un' epoca più lonlana per Cefisodoto e 1' esame 
deir unica opéra certa a noi giunta, délia Irène, ed il fatto délia collaborazione 
del noslro arlista con un Olimpiostene aUrimenti ignoto e con Strongilione nel 
gruppo di Muse dell' Elicona (Paus., IX. 30, 1). Ed a questo proposito è una 
mera supposizione di E. Sellers (Gazette des Beaux Arts, 1897, L'Hermès 
cfOlympie, p. 119-139) che le tre Muse di Cefisodoto siano un' aggiunta tarda 
avvenuta in occasions di un restauro del gruppo originale ; chè anzi mi pare che 
nelle parole di Pausania sia un chiaro accenno alla collaborazione dei tre ar- 
listi ad un solo gruppo contrapposto ail' altro gruppo di Muse tutte di Cefiso- 
doto nienzionato un pô prima, nominando Pausania dapprima le Muse di Cefi- 
sodoto, poi quelle di Strongilione, infine quelle di Olimpiostene. 

E se anche ammetlessimo la quasi contemporaneiLà tra le opère del vecchio 
Cefisodoto e quelle di Prassitele, perché, osserva giustamente il Perdrizet {Re- 
vue des études grecques, 1898, p. 87), le prime opère del figlio, Prassitele, non 
potrebbero essere contemporanee a quelle del padre, Cefisodoto? L'altra consi- 
derazione del Furtwaengler riguardo alla moglie di Focione è dallo stesso Per- 
drizet ribattuta con la osservazione che se Cefisodoto e Prassitele fossero stati 
fratelli, Plutarco non avrebbe detto che la moglie di Focione era sorella di Ce- 
fisodoto, del fratello meno illustre, ma di Prassitele, del grandissimo Ira gli 
scultori del IV* sec a. C. Il Perdrixetè propenso a ritenere la sorella di Cefiso- 
doto assai più giovane del fratello, mentre è noto che il Klein [Fraxiteks, p. 18) 
ricorre alla emendazione dell' àSeAçô; del testo di Plutarco in àôeXçiSoO;, a ra- 
gione condannata dallo Hauser [op. cit.). Ma infine, in taie penuria di notizie 
riguardo alla prima moglie di Focione, penuria confessata dallo stesso Plutarco, 
non si è piuttosto tentati di riguardare con un certo scetticismo T unica notizia 
tanlo discussa riguardo a questo personaggio femminile? 

Per finire, la fortunata ipolesidiuna relazione di padre a figlio tra Cefisodoto 
e Prassitele si fonda solo sul ripelersi del primo nome neila famiglia del grande 
scultore del IV° sec, ed anche in una certa parentela artistica che, sia per le 
forme, sia per la concezione délie loro opère, si è voluto vedere tra i due scultori. 
Credo pertanto ardito accettare corne cosa provata ciù che ha sola apparenza di 
probabilità. 

1V« SÉRIE, T. VII. 8 



114 REVUE AUCHÉOLOGIQUE 

fu deltulto dimosirato dal Kekule che,nelsuo studio* su essa sta- 
tua, ne giudicô l'originale conie contemporaneo alla esecuzione 
délia parlhenos crisoelefantina. Taie avvicinamento, in base aile 
osservazioni dello stesso dotlo, credo che sia da acceltarsi corne 
assai verosimile. 

La stessa positura, lo stesso vestito délia Irène s' inconlrano 
nella Demetra di Cherchel, ma, poste l'una accanlo ail' allra, si 
vede che queste due opère rappreseutano due stadi diversi délia 
plastica attica, quantunque mi sembri manifesto che il drappeg- 
giamento délia Irène non sia che uno sviluppo da quello délia 
statua di Cherchel. 

Questa mostra nell' orlo superiore del vestito attorno al collo 
tre pieghe che s' incontrano ad angolo e nell' apoptygma non 
molle, ma rigido quasi corne una lastra, una superficie quasi 
quadrata formata da una piega sottile che unisce tra di loro le 
due mammelle, da due pieghe verticali ad imbuto che da queste 
mammelle scendono ail' ingiii e dall' orlo orizzontale dell' apop- 
tygma. Questa superficie quadrata ë rotla solo da due increspa- 
ture leggiere délia stoffa che, partendosi pure dalla cima délie 
poppe, finiscono al loro convergere insieme. Il kolpos in questa 
statua è a contorno assai poco ondulato nel mezzo, solo ai lati 
sono due grandi ondulazioni corrispondenti air orlo délie pieghe 
ad imbuto dell' apoptygma stesso. Questa regolare semplicità 
non è piii nella Irène ; le forme tondeggianti del petto femminile 
sono più manifeste nella opéra di Cefisodoto in ragione del trat- 
tamento del vestito. Attorno al collo sono tre increspature di 
forma totalmente curva, nella parte intermedia del petto e verso 
il ventre s' incontrano pure in direzione curva le pieghe ondulate 
che si parlono dalla radice délie mammelle ed ai lati di queste 
scendono pieghe regolari, non ad imbuto, sul kolpos il quale 



i. Ueber Copien einer Frauenstatue aus der Zeit des Phidias, 1897, ove nelle 
tavole I-V sono poste a confronte la copia di Cherchel e quella di Berlino, la 
copia fedele e la riproduzione con elementi diversi da un unico prototipo. Il 
Kekule poi (p. 24-30) è propenso a vedere nell' originale, e questo mi pare 
plausibile, una Demetra. 



sull'irenl" k pluto di cefisodoto 415 

noQ segue, corne nella Demetra di Gherchel, con le sue pieghe 
r orlo deir apoptyg-ma, ma ha contorni irregolari ed ombreggiati 
che ben contrastano con la parte inferiore abbastanza liscia delT 
apoptygma. 

Nella gamba libéra {Spielbein) délia statua di Gherchel è una 
sottile piega che scende sulla coscia sino al ginocchio in linea 
retta (e parallèle ad essa sono due altre increspature sulla gamba), 
dal ginocchio si stacca una grande piega perpendicolare ad im- 
buto fino a terra onde l' orlo del peplo è un pu ripiegalo sul piede. 
Da queste linee, una di sèguito ail' altra sulla coscia e dal ginoc- 
chio, dalla parte verso la gamba di appogio, è un piano liscio 
rotlo solo da una piegolina che si stacca trasversalmente dalla 
coscia; sul lato destro délia figura (Kekule, op. cit., t. II^') segue 
questa aderenza del vestito aile forme del corpo, senza tutlavia 
lasciare apparire la rotondilà loro, con superficie liscia rolta solo 
da increspature rettilinee. Nella Irène dalla cintura si staccano 
tre corte pieghe e dal ginocchio nasce pure la piega verticale, 
più sotto il ginocchio stesso se ne forma un 'altra che si accen- 
tua via via verso il basso per formare una sola piega con la prima 
con dorso incavato; di più v' è una ricerca di eiïetlo pel falto che 
un incavo nel vestito si forma dalla cintura facendosi sempre più 
largo e profonde e limitando da una parte la gamba piegata; dall' 
altro lato di questa si forma un altro incavo sulle pieghe dritte 
del peplo che vengono giù dal fianco, onde dali' ombra di queste 
due profonde incavature esce magnificamente illuminata la forma 
tondeggiante délia gamba. 

Poche e pure a cannone sono nella statua africana le pieghe 
sopra ed attorno alla gamba di appoggio; in mezzo tra piega e 
piega sono forti solchi in cui nascono più basse increspature, il 
dorso délie pieghe èpercorso per qualche tratto da piccoli incavi 
prodotti dalla cintura, 1' orlo del peplo sul piede sinistro si acca- 
valca. La stessa maggior ricchezza vicino al kolpos di piegoline, 
che si trasforma in semplicilà verso la parte inferiore del peplo, 
si osserva nella Irène e cosi pure si nota la stesso accavallarsi 
più ricco deir orlo sul piede sinistro. Le grandi pieghe sono dis- 



11() HEVUE ARCHÉOLOGIQUE 

poste diversamente, in maggior numéro e con maggior varietà; 
da sinistra a destra se ne ha una soltile, poi una larga dal dorso 
piano Ira due slrelti e profondi canali, poi una teiza che finisce 
sul piede ed ha il dorso rotto da varie increspature, infine si 
hanno altre pieghe meno larghe e col dorso pianeggiaute sepa- 
rate tra di loro da incavi profondi e stretti. Manifestamente da 
questi confronti pel drappeggio si deve trarre la conseguenza che 
uno spazio iutermedio non indifférente sépara la statua di Gher- 
chel délia cerchia fidiaca dalla Irène di Cefisodoto, edallo stesso 
risultato credo che condurrebbe anche il confronto tra le teste di 
queste due opère. Ma, corne anello di congiunzione tra queste 
due sculture pel drappeggio, ritengo che si possa porre un' altra 
statua pure di Cherchel, il cui originale si deve al Reisch* se con 

i.Athena Hephaistia in Oesterr. Jahreshefte, 1898, p. 35-93. Il Gardner invece 
(Journ. of RM. St., 1899, p. 9) sarebbe tentato ad idenlificare la Pallade del tem- 
pio di Efesto menzionata da Pausania con un altro tipo di Atenagiunto a noiin 
copie diverse (v. Furtwaengler, Meisterwerke, p. 527 = Masterpieces, p. 305, che 
attribuisce r originale a Scopa; Amelung, Fuehrer in Florent, p. 54, invece a 
Timoteo; atlribuzioni che, a mio avviso, ne si possono accettare, ne rifiutare), 
tipo a cui appartiene la testa Glienecke {Monumenti d. Inst., v. IV, t. I, 1, 2) e 
questosolo perché nella copia Rospigliosi è riportato un piccolo tritons e perché 
Pausania, subito dopo d' aver detto che l' Efestiaaveva gli occhi azzurri, accenna 
alla figlia di Posidone e délia Xtuvï) Tritonide dagli occhi azzurri. La identificazione 
del Reisch è poi seguita dal Sauer (Das sogennante Theseion, p. 239). Si avrebbe 
cosi neir Atena di Cherchel una scoltura in cui si potrebbe con verosimiglianza 
scorgere il contrassegno dell' arte di Alcamene, sul quale per la ricostruzione 
délia sua opéra arlistica vari erano e sono, corne pare, i giudizii. 

É noto che per una récente scoperta si puù aggiungere ail' originale délia 
statua africana una seconda opéra di Alcamene. Intendo parlare délia nota 
erma Irovala a Pergamo (Conze, Sitz. ber. d. Berl. Ak., 1904, p. 69, 1. 1. Loes- 
chcke, Jahrbuchd. Inst., 1904, p. 22. Altmann, Ath. Mitt., 1904, p. 179-186, 
t. XVIII, XXI. Winter, ib., p. 208-211). Piuttosto che il Loeschcke, ribattuto 
con buone ragioni dal Winter, sono propenso a seguire gli altri dotti, che di 
quest' erma trattarono, nel riferire ad Alcamene scolaro di Fidia V originale di 
questo Ermete, sia o non sia quello IIpoTtûXaio; di Pausania (I, 22, 8, v. Altmann, 
op. cit., p. 181). I tratti del volto contrastano col rendimento dei capelli e délia 
barba del tutto arcaico. Ciù verosimilmente si deve al fatto che 1' originale dell' 
erma pergamena doveva essere una derivazione dal tipo délie erme archaiche 
(esempi ci sarebbero dati tra gli altri dal Dioniso edall' Ermete in Arndt, Glypt. 
Ny-Carlsberg, t. XI e XU, che si possono considerare corne continuazione del 
tipo arcaico délia testa barbuta nota a noi dal Posidone di Creusi [v. Joubin, 
Sculpture gr. entre les guerres Méd. et Périclès, p. 100 e seg.]in cui, in omaggio 
appunto alla conservazione sacra del tipo, si lasciô il rendimento arcaico ai ca- 



SULL IRENE E PLUTO DI CKFISODOTO 117 

grande probabililà si pu6 identificare con l'Alena Efestia, altri- 
buire ad Alcamene e porne la sua esecuzione tra il 421 ed il 417 
a. C. Ora è mio avviso che questa Atena ci prescnti, per quel 
chc riguarda il panneg-giamento, corne la Ircne, uno sviluppo 
da cic) che si osserva nella Demetra di Gherchel, ma uno sviluppo 
anteriore, direi mediano, Ira le due statue or ora rapidamente esa- 
minate e che perù fa presupporre una eguale distanza di tempo 
tanto dalla statua fidiaca quanto da quella di Gefisodoto. Questa 
Atena di Gherchel è infine per me una prova tutl' altro che in- 
certa del come sia una mera supposizione quella del Furtwaen- 
gler che ail' epoca délia guerra^peloponnesiaca, a cui l'originale 
di essa statua doveva appartenere, non fosse in uso nella plastica 
atlica una maniera di pannegg-iamento, nella figura femminile 
stante, simile a quello délia Irène, perché nell' Atena di Gherchel 
credo appunto di ravvisare lo stesso metodo di drappeggio délia 
Irène non ancora giunto a quel grado di sviluppo che questa 
présenta. 

Le pieghe del peplo attorno al collo non sono ancora di 
forma circolare, nell' apoptygma è sviluppato quello che si vede 
neir altra statua di Gherchel con maggior ricchezza e rotondité 
di forme che appaiono sotto il vestito. Attorno alla gamba di 
appoggio le pieghehanno i dorsi già pianeggianti con solcature 
più lunghe, piij stretti sono i canali, menlre nella Irène, come 
di sopra ho detto, i dorsi délie pieghe si fanno un pô incavati ed 
i canali ancora piii sottili. Sopra la gamba libéra nelF Atena non 
sono più le pieghe dritte parallèle délia Demetra, la piega verti- 
cale che si stacca dal ginocchio non è più ad imbuto come nella 

pelli ed alla barba mutando invece, seconde lo sviluppo délia plastica contempo- 
ranea, nel rendimento del volto umano i tralti di esso volto. Perlante non sarei 
incline nel riferire ad Alcamene insieme con K. Me. Dowall [Journ. of. Hell. 
St., 1904, p. 255-259) il tipo del cosi detto (Sardanapallo); ne ad Alcaoaene ne a 
Gefisodoto, a cui pensa il Wolters [Jahrb. d. Inst. 1893, p. 177), si puù attribuire 
il <3ardanapollo) pel caraltere dei tratti del viso e del trattamcnto del 
vestito palesante una età più récente, ma piuttosto credo che si debbano se- 
guire le osservazioni del Klein che ha posto questa opéra in rapporto con 1' arte 
di Prassitele (Praxileles, p. 419 e seg. Si v. anche lîeinach. Télés antiques, 
testo alla t. 197). 



118 RKVUE ARCHÉOLOGIQUE 

statua fidiaca di Cherche], e non è neppure formata corne quella 
che si è vista nella Irène, ma col dorso pianeggiante e di egual 
larghezza arriva sino a terra. Pel grande solco che si trova a si- 
nistra délia gamba libéra nella Irène si noti che esso, in forma 
non cosi sviluppata, si trova allato délia stessa gamba nell' 
Atena Gherchel nell' incavo da cui sorge una piega larga, ma 
bassa. Dal confronto, che ben facilmente ognuno puô fare, credo 
che appaia manifesto che ciô che pel panneggiamento si trova 
nella Irène si trova in una fase anteriore presso TAtena Gherchel. 
Ora, se la Demetra di Gherchel entra, corne credo a ragione ab- 
bia osservato il Kekule, nella cerchia dell' arte fidiaca e se pre- 
cisamente si puô mettere air impari délia parthenos, cioè circa il 
440, e se d' altra parte, da ciô che sopra ho accennato, si suppone 
l'Atena Efestia come egualmente distante pel trattamenlo del ve- 
stito dalla Demetra e dalla Irène, ne viene di conseguenza che per 
questo drappeggio dovremmo porre la Irène circa venti anni più 
tardi délia Atena, circa cioè il tempo nel quale è stata posta e 
dair Arndt e dal Klein'. Riguardo al tipo del drappeggio la De- 
metra di Gherchel, F Atena Efestia, la Irène, tre opère i cui ori- 
ginali dovevano essere in bronzo, ci si presentano,a mio avviso, 
come i tre anelli di una catena, ed il libero, ma semplice tratta- 
menlo del peplo nella Irène trova la ragione del suo essere nello 
sviluppo dalle forme più semplici del peplo dell' Atena, come 

1. Come sopra ho notato, il Robert ha posto la Irène accante alla xôpat dell' 
Eretteo. Taie avvicinamento non pare, con ragione, giusto al Furtwaengler 
{Beschr. d. Glypt., p. 207 : der Stoff des Feplos [nella Irène] ist nicht der duenne 
anschmiegende mit den gehaeuften schmalen scharfen Falien wie dort [nelle 
-/6pai]),diversa essendo la maniera del drappeggio nella statua di Monaco e nelle 
xôpat. Queste ultime presentano invece viva analogia con la Demetra délia Ro- 
tonda Vaticana (Helbig, Fuehrer in Rom^, n. 304) presupposta sempre la difTe- 
renza che puo correre tra un originale in marmo ed una copia verosimilmente di 
un bronzo. Pure ad altre opère nelle quali, insieme con la Demetra del Vaticano 
(Furtwaengler, Meistenoerke, p. 119 = Masterpieces, p. 88; Hermann, Oester. 
Jahresh., 1899, p. 172; Petersen, Von alten Rom, p. 117), si è voluto, mi pare 
con ragione, riconoscere una eco dell' arte di Agoracrito, come per esempio alla 
Euridice del noto rilievo napolelano (seguo il Pallat, Jahrb. d. Inst., 1894, 
p. 20, neU'avvicinare taie rilievo ai frammenti di Ramnunte) ed agli stessi fram- 
menti di Ramnunte (v. Jahrb. d. Inst., 1894, t. I, fr. n. 1 a, 3 a,), si avvicine- 
rebbero, a mio avviso, le canefore dell' Eretteo. 



SULl'iRENK E PLIITO Dl CEFISODOTO 119 

questa mostra chiaramente la sua derivazione dal panneg-gia- 
mento ancor più semplice délia Demetra. Rappresenterebbero 
queste tre opère il mantenimento di iino stesso principio di drap- 
peggio sviluppato attraverso quasi mezzo secolo, ed i nomi de- 
gli scultori che a queste tre opère si possono unire, quelli di 
Fidia, di Alcamene, di Cefisodoto, mostrerebbero chiaramente 
r evolversi di un medesimo indirizzo artislico nella seconda meta 
del secolo V'. 

Non è forse più verosimile ammettere per la Irène uno svilup- 
po diretto dagli altri due tipi, piuttosto che escogitare, insieme 
col Furtwaengler, un voluto ritorno ail' anlico, a forme che, se- 
condo il computo di questo dolto, avevano avuto la loro espreS' 
sione sessanta anni addietro? 

Nel ritorno pel vestito aile forme anteriori di sessanta anni, 
ritorno che sarebbe voluto dalla importanza politica dell" opéra 
di Cefisodoto*, la Irène, corne pensa il Furtwaengler, non sarebbe 
isolala ; accanto a lei si dovrebbero porre due statue da questo dot' 
to pubblicate ed esistenti a Venezia [Orig . gr , Statuen n VenediÇy 
t. Y^ e t. VII, 3-p. 303* seg,), la cui esecuzione non sarebbe stata 
voluta verosimilmente da alcun importante avvenimento politico. 

La Demetra délia t. V* evidentemente présenta grande analo- 
gia con la Irène pel drappeggiamento, ma il Furtwaengler è 
indotto a porre questa statua veneziana circa il 370 a. G. anche 
pel carattere stilistico délia testa. Questa si présenta con tratti 
differenti da quelli délia Irène; il contorno délia faccia non è 
ovale, ma piuttosto schiacciato. Lo stesso Furtwaengler vi vede una 
parenlela con 1' ApoUo Barberini {Einz. Verk.j n. 836/7) che egli 
collega con l' arte di Agoracrito, tuttavia si affretta ad aggiungere 
che nella testa veneziana è solo una reminiscenza dei grandi 
tratti del V secolo e che essa testa deve essere posta ail' impari 
di quella di Pamfile sul noto monumento funèbre del Dipylon 
(Conze, Die attischeii Grabreliefs^ v. I, n. 109^). 

1. Meisterwerke, p. 514. 

2. Conze pone questo monumento nel IV" sec. ; il Furtwaengler l'aveva già giu- 
dicato contemporaneo al mausoleo {Samml. Sabouro/f, Einl. z. d. Skulptur,p. 12). 



120 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

E innegabile una somiglianza Ira la Pamfile e la tesla vene- 
ziana, ma quella mi pare che abbia una espressione più vivace, 
più eccitala con la bocca un p6 più aperta; del resto non si puô 
cscludere che la tomba in cui è raf figurata Pamfile possa apparie- 
nere anche agli anni immediatamente antcriori alla meta del se- 
colo IV* e che la Demetra veneziana, vicina pel trallamento del 
vestito alla Irène, possa essere stata eseguita al primo principio 
dello stesso secolo. Del resto i tratti caratteristici del capo vene- 
ziano credo che si riscontrino quasi identici, se non un p6 meno 
sviluppati, nella testa dell' Apollo Barberini e che abbiano una 
grande affinità, piii che con quelli di un' altra testa di statua vene- 
ziana, posta dal Furtwaengler alla fine délia guerra peloponne- 
siaca {op. cit., t. III), con quelli di una testa di Taranto [op. cit., 
p.298*)che mostragiàuna morbidezza annunzianteil secoloIV". 



1. Noto che questa testa présenta apparentemente una somiglianza con una 
di fanciulla uscita dagli scavi dell' Heraion di Argo (Waldstein, The argive He- 
raeum, v. I, t. XXXII, 1-2). Pure, se ben si osserva, si vede che questa si 
diversifica per forme più quadrate, pel mento più grosso e specialmente pel 
profilo (occhio di forma più allungata, linea del naso verticale, maggior vici- 
nanza délia bocca al naso) pel conlorno délia lesta meno rotondo, ma allungato. 
Vedo nella testa di Argo un' arte diversa ed anteriore a quella délia testa taren- 
lina e questa arte col Waldstein (siv. recentemente il suo libro The argive 
Heraeuin, p. 160 e seg., si veda pure Collignon, Hist. de la seul, gr., v, II, p. 168 
eReinach, Têtes antiques, testo aile t. 51-52) sarei propenso a ritenere policletea 
non vedendovi quella impronia di alticismo sostenuta dal Furtwaengler {Arch. 
Studien H. Brunn dargebracht, p. 89 e seg., a proposito del capo di Brauron e 
Meistenverke, p. 443 = Masterpieces, 243). 

La impronta di alticismo, noto per incidenza, la vedrei in ci6 che riguardai 
motivi ed il trallamento délie figure specialmente vestite ed in movimento agi- 
tato, in ciùche riguardalo schéma délie varie composizioni plastiche décorative, 
non avendo gli artisti policletei di Argo altri modelli di composizioni plastiche 
décorative se non le grandiose dell' Attica. Con ciô si spiegherebbe la mani- 
festa analogia dei frammenti argivi con quelli délia balaustrata del lempielto di 
Atena Nike e con quelli dell' Asclepieion di Epidauro, notala dallo stesso Wald- 
stein, ritenendo di pura arte attica col Kekule {Die reliefs an der Balustrade, 
p. 21 e seg). e col Klein (Praxiteles, p. 73 seg) scevradainflussijonici meramente 
ipoletici (veduti dal Furtwaengler, Masterpieces, p. 432-451, dall' Arndt, Glypt. Ny- 
Carlsbery, p. 55 e seg. del testo, dall' Amelung, Die Basis aus Mantineia, p. 71) 
le figure délia balaustrata. In Delo (acroteri, Bull, d- corr. hell., 1879, t. X-XII 
da porsi col Furtwaengler nel 425 a. C.) ed in Olimpia (Nike di Peonio) vedrei 
eserapidel medesimo indirizzo d' arte attica délia balaustrata ; nella Licia lontana 
fmonumento délie Nereidied heroon di GjoelbaschiTrysa) e nel più vicino Pelo- 



sull'irene k pluto di ckfisodoto d21 

Adunque non mi pare che i tratli délia testa di questa Demetra 
siano tali da doverne far scendere la esecuzione sino al 370 a. C. ; 
il panneggiamento poi délia Demetra veneziana 1' avvicinaincerto 
quai modo alla Irène, montre essa ne è allontanata dal carattere 
stilistico del capo. 

Essa è forse un'operadi poco posteriore alla Irène che si deve 
ad un artista che, pelpannegg-iamento, seguendo quello usato da 
Cefisodoto meglio, corne appare, ilpanneggiamentofidiacocome 
è nella Demetra di Cherchel, per la testa si avvicina aile teste 
dei frammenti di Ramnunte di Agoracrito che giudico puro erede 
deir arte fidiacanelrendimento dei trattidelvolto.Probabilmente 
lo scultore délia statua veneziana nell' eseguire la sua Demetra 
ebbe per modello la Demetra nota per la copia di Cherchel e ne 
conservé, riformando secondo le esigenze dell' arte del suo tempo , 
r atteggiamento del corpo, il trattamento semplice del peplo ed 
anche la forma piuttosto quadrata del vise reso nei suoi tratti più 
gentile, più tenero. Gerto che 1' originale délia Demetra vene- 
ziana, forse esistente ad Eleusi (rilievo votivo da Eleusi, Ath. 
Mitt/i., 189o, t. VI), dovetle alla sua volta godere di notorietà; ne 
è prova la stessa statua veneziana che, come ammise il Furt- 
waengler*, non si deve giudicare come originale nel senso stretto 
délia parola, ne sono prova e la repliche del torso in Alêne (Furt- 
waengler, op. cit., p. 305) e le derivazioni. 

Tra queste ultime spéciale menzione ritengo che mcriti la 
figura acefala di Alicarnasso ora al Louvre {Bull. d. corr. hell. 



ponneso (fregio di Figalia, scolture prima di Argo, poi di Epidauro) vedrei 
gl' influssi di questo indirizzo d' arte [attica modificato sotto mani di artisti 
locali. I modelli attici si trasformano nella Licia in un modo diverse che nel 
Péloponnèse ; nelT Asia le opère che ne sene derivale assumono un valore mené 
artistico, vi si vede e lo sforzato o il banale, vi si manifesta 1' inutile tentative 
di raggiungere e col maniérisme o cen la convenzione gl' inarrivabili modelli 
attici. Nel Péloponnèse stesso il rilievo del santuario montano di Figalia sta 
molle al di sette per pregio aile scolture décorative dell' Argelide, délia regione 
che diede vita a Peliclelo ed alla sua scuela, la cui arte appare manifesta nel 
rendimento délie teste e del nudo. 

1. Op. c?7., p. 311. Le statue veneziane édite dal Furtwaengler apparterrebbero 
aile rubriche n. 1-3 délie riproduzioni di statue in Veber Staluenliopien, I, p. 529. 



122 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

1893, t. XVr). Il torse del Louvre ha la slessa positura délia 
Demetra di Venezia, ma la figura ha acquistato un aspetto più 
slanciato dalT essersi le mammelle più avvicinate di quello che 
si osserva nella Demetra e perè anche nella Irène. L'apoptygma, 
piii corto, ha una ricchezza di pieghe in varie direzione ed il suo 
orlo inferiore non è piii rettilineo, ma rotto, spezzato in ragione 
di due pieghe ad imbuto che, nascendo dalla base délie poppe, 
vanno in direzione convergente 1' una con 1' altra; increspature 
irregolari sono nel kolpos, la quale irregolarità di direzione credo 
che presupponga una cintura piii alta di quello che sia nella sta- 
tua veneziana. Questa ha conservato in cerlo quai modo la sem- 
plicità di pieghe attorno alla gamba délia Demetra di Gherchel, 
poche e col dorso tondeggiante sono separate tra di loro da 
strelli solchi, dal ginocchio destro si stacca una piega che si al- 
arga verso il basso e pare una continuazione di una leggiera in- 
crespatura sulla coscia ; un profonde incavo è Ira le pieghe dritte, 
perpendicolari di una gamba e la linea curva dell' altra. Nel 
torso di Alicarnasso la piega sulla gamba libéra si è già sciolta 
ed il vestito si modella assai bene sulla gamba dando origine a 
leggiere grinze; v' è di più una ricerca grandissima d' effetto in 
questo : tra le due gambe è una larga piega che assai risalta tra 
il profonde incavo, per cui è separata dalla gamba destra, e la 
incavatura che la sépara dalla gamba di appoggio la quale^ rico- 
perta da una piega rotta da vari solchi, rimane ad un livello più 
basso. E un risalto assai forte che ha questa larga piega tra le 
due gambe e che essa ottiene per la grande ombreggiatura 
deir incavo da un lato e délia gamba sinistra dall' altro lato. 

Questa nuova ricerca dell' eiïetto è per me un segno di arte più 
récente ed, in embrione solamente, credo che si possa osservare 
nella Irène ove la piega sulla gamba sinistra è allô stesso li- 

1. II Michon (^^., p. 410-418) afferma che è difficile decidere se questa statua 
fosse una cariatide, più difficile il dirla pertinente al mausoleo ed un pô peren- 
toria r afîermazione del Rayet {Eludea d'arch. et d'art, p. 360) per cui si do- 
vrebbeporrelale statua nella meta del IV" sec. lo nondimenoi vedo,pel confronte 
con la Demetra veneziana, una contemporaneità di taie torso di Alicarnasso coi 
lavori del mausoleo. 



SULL'iRKNE E PLUTO D1 CEFISODOTO 123 

vello deir altra posta tra le due gambe; ma, corne quesla è liscia, 
cosi quella è suddivisa da solchi ediucrespalure rimanendo cosi 
pin ombreggiata. Dietro poi la gamba d' appogio è un' altra pro- 
fonda incavatura, il che è una cosa pure nuova, di cui non v' è 
traccia alcuna nella Irène e forse un limido principio nella 
Demetra veneziana nel solco stretto e profondo che viene giù dal 
fianco sinistro. 

Se nella statua di Alicarnasso è una ricerca dell' effetto per 
mezzo di grandi solchi nel vestito,in un' altra derivazione dello 
stesso tipo di Demetra (giudicata prassitelica dal Furtwaengler e 
rappresentata specialmente dalla statua del Louvre da lui édita 
nelle Gj\ orig. St. in Venedig^ p. 307, ove è conservato lo scialle 
délia statua veneziana, ma la gamba d' appoggio è la destra) mi 
pare che vi sia una ricerca di grazia, di eleganza nelle pieghe 
del vestito assai variamente disposte'. 

Innegabile mi sembra adunque l'affinità nel drappeggio tra la 
Irène e la Demetra veneziana che del reslo hanno la stessa cor- 
poraturatozza, pur ritenendo più récente di qualche anno quest' 
ultima. 

L' altra statua veneziana {op. cit. , t. YII, 3), posta dal Furtwaen- 
gler accanto alla Irène, credo che se ne stacchi compiutamente e 
che accusi unaetà più récente. La figura ha il petto meno largo, 
e l'apparenza di snellezza nella persona ritengo aumentata dalle 



1. Lo stesso metodo di panneggiamento da me osserTato nel torso di Alicar- 
nasso, con la piega intermedia tra le gambe ad un iivello più alto di quello délia 
gambad'appoggio,ènellaArtemidediDresda(Furtwaengler,Masierjj/ect'S,p.324) 
il cui carattere prassitelico è innegabile e che présenta lo stesso schéma délia 
Irène assai più sviluppato. Solo nolo che qui, come nella Demetra citala del 
Louvre, non ▼' è quella ricerca di grande elTetto osservata nel torso di Alicar- 
nasso pel forte contraslo di ombra e luce mediante larghe pieghe e profond! 
solchi, ma i contrasti di luce ed ombra sono attenuati dalle pieghe col dorso pia- 
neggiante e dai solchi da cui sorgono altre pieghe minori. Questo è pure in 
una statua del museo Correr a Venezia (Gr. orig. SL m Vcned/g, t. VII, 1) sulla 
cui somiglianza con 1' Artemidedi Dresda e sulla cui derivazione da un tipo più 
antico si vegga Furtwaengler [op. cit., p. 312 seg.). In due Muse invece délia 
base di Mantinea (n. 2 e 3 délia lastra n. 2 in Brunn-Bruckmann, n. 468) è il 
metodo inverso; la gamba di appoggio è a Iivello più alto che non siano le 
pieghe tra le gambe, onde queste hanno un risalto assai lumeggiato. 



124 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

pieghe dell' apoptygma che corrono non in senso orizzontale, 
corne nella Irène, ma in senso verticale. Mi pare di piii che dal 
traltamento del kolpos si deduca una posizione più alla délia 
cintura in qiiesta statua veneziana la quale svelapoi un carattere 
diverso da quello délia Irène nella parle inferiore del corpo. Non 
sono più le incavature che dalla cintura perpendicolari ed egual- 
mente profonde scendono allargandosi un poco verso il terreno, 
rna sono pochi solchi larghi al basse che si restringono sempre 
piii verso 1' alto, mentre negli spazi intermedii aumentano man 
mano verso la cintura incavature minori. Del resto ammetto che 
la gamba libéra col forte solco e con piega dritta dal ginocchio 
presenti analogie con la Irène, solamente sulla gamba si for- 
mano varie increspature mancanti nella statua di Monaco. 

Altre due opère, giunte a noi in stato frammentario, debbono 
porsi, ed in ciô seguo l'avviso di chi recentemente le ha pubbli- 
cate, pel trattamento del vestito, accanto alla Irène : la statuetta 
acefala femminile con resto di fanciullo al fianco sinistro del ma- 
gazzino del museo nazionale in Atene (Le Bas-Reinach, Voyage 
arch., t. 25, 1; Einz. Verk., n. 707, conteste dell' Arndt) ed il 
torso di Carthaea di cui ora non rimane purtroppo che il gesso 
(Insl. Wagner, Einz. Verk., n. 893; si vegga anche Furtwaen- 
gler, Gr. orig. St. in Venedig, p. 309), Sebbene eguale perfetla- 
mente alla Irène sia nella positura che nel vestito (v' è di più 
r ampiomantello dacui trae un risalto bellissimo la figura) e nel 
trattamento di esso, tultavia la Demetra* del gruppo ateniese ha la 
parte superiore del corpo un pô piegala si da poter vedere il fan- 

1. Cosi, seguendo V Arndt che a ragione cita 1' analogia sulla pelike da Kertsch 
{Compte Rendu, Atlas, 1859, t. II = Reinach, Rép. v. I, p. 1), nomino la figura 
femminile, dando poi al fanciullo il nome di Pluto. Ad avvalorare taie deno- 
minazione credo che contribuisca la riproduzione délia stessa figura (la gamba 
di appoggio è passata da sinistra a destra) su rilievo da Eleusi ora al Louvre 
(Baumeister, Denkmaeler, fîg. 457) ivi rappresentante senza dubbio Demetra. Taie 
figura si assomiglia alla Demetra su rilievo votivo già cïla.[o {Ath. Mitth., 1895, 
t. VI) e conseguentemente alla Demetra veneziana ed aile sue derivazioni. 

Che in tutti questi monument! si abbia il ricordo di un unico prototipo, de 
una Demetra esistente in Eleusi, a cui pel tempo sarebbe più vicina délie altre 
la figura acefala del gruppo di Atene? 



SULl'iRENE E PLIITO DI CEFISODOTO 425 

ciullo che è posto al fianco sinistro. Sarei propenso a credere l' ori- 
ginale, dacui sarebbederivato ilgriippo ateniese, un p6 anteriore 
alla Irène pel traltatnento piij semplice délie pieghe del kolpos e 
del vestito sulle gamba; la piega che scendc dal ginocchio destro 
è cannone c sulla solcatura vicino alla gamba libéra risalta una 
piega, onde queslo originale siavvicinerebbe a quello dell' Atena 
di Cherchel. 

Pel torso di Carthaea il Bulle (testo ail' JS'ms. Verk., n. 893) è 
d' avviso di vedere in esso un' opéra posteriore un poco a quella 
di Cefisodolo. Questa posteriorità io vedrei nel trattamento più 
nalurale,meno schematico délie pieghe laterali dell' apoplygma 
sul kolpos, sebbene la Irène présent! maggior quantità di pieghe 
sul petto. 

Unricordo lontano del medesimo indirizzo artistico a cui ap- 
parliene la Irène vedrei infine in due bronzetti di Olimpia rap- 
présentant! la dea Nemesi [Olympia, v. III, t. LIX, 2 e 3, si v. 
Treu, che nel testo v. III, p. 238, mi pare a torto, v! vedrebbe una 
crédita délia grande dea ramnusia di Agoracrito). Forse questi 
bronzetti sono imitazioni, condolle con tendenze diverse, di un 
unico originale che sarebbe una Nemesi la quale, attesa la grande 
somiglianza con la Irène (per quanto si possano para g ona 
piccoli bronzi ad una grande statua) si puô considerare come 
escguita quasi contemporaneamente ail' opéra di Cefisodoto*. 

1. Neir Apollo musagete Corsini {Einz. Verk., n. 334, testo dell' Amelung) non 
vedo con 1' Anielung che manches stimmt mit der Eirene in Muenchen. L'unica 
analogia è la posilura délie gambe, ma, prescindendo dalla parte superiore del 
corpo, che è quasi lutta di restauroe che anche net restauro nulla ha di cotnune 
con la Irène, il trattamento délie pieghe attorno aile gambe allontana, a mio 
credere, la statua Corsini da quella di Cefisodoto e l' avvicina invece ail' Apollo 
Barberini di Monaco di cui puo essere una derivazione. Con questo non nego 
la contemporaneità Ira la Irène e 1' Apollo Corsini, anzi quest' ultimo crederei 
di qualche anno più récente. 

Da scartare per me sarebbe anche la connessione con Cefisodoto délia statua 
di Musa di Mantova (Arndt, testo ail' Einz. Verk., n. 9) manifeslata dall' Arndt; 
il Iratlaiiiento slUistico del vestito, le forme del corpo, tutto avvicina questa sta- 
tua aile xôpai deir Eretteo, délie quali forse essa statua mantovana è una imi- 
tazione, una trasformazione dell' cpoca romana. 

Invece la graziosa Igea degli Uffizii (la testa non è pertinente. Amelung, 
testo a.\V Einz. Verk., n. 353, e Fuehrer in Florenz, p. 64, pone questa statua in 



126 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 



È noto che dal Wolters prima [Athena des Kephisodot in 
Jahrb. d. Inst. 1893, p. 173-180) e recentemente dal Reinach 
[Têtes antiques, p. 16) accanto alla testa dell' Irène è stata posta 
l'erma napoletana di Atena, del cui tipo quattro esemplari sono 
giunti sino a noi e che il Furtawengler {Meisterwerke, p. 748 = 
Masterpieces, p. 60) ha riconnesso con 1' arte di Fidia ed ha posto 
precisamente al di là délia meta del V* sec. anteriormente alla 
TiapOlvoç. Escluderei col Klein {Praxiteles, p. 101) e col Furtwaen- 
ffler r attribuzione deir originale di questa erma a Cefisodoto, ma 
nonconsentirei con quesl' ultimo dolto ad ascrivere taie originale 
a Fidia. L' erma napoletana, posta accanto alla testa dell' Atena 
Farnese (che ritengo di pura arte fidiaca'), mostra da un lato ca- 
ratteri stilistici piii sviluppati (arco sopraccigliare meno orizzon- 
tale, passaggio dal sopracciglio alla palpebra superiore piià mor- 
bido), d' altro lato non credo che presenlii caratteri délie teste 
fidiache (forma del viso più allungata, naso più stretto e piii 
lungo, il mento tuttavia è più grosso). Per la linea générale ri- 
tengo che essa erma presenti qualche analogia con la testa bolo- 
gnese, con la presunta copia délia Lemnia, ed invero il Furtwaen- 
gler vede un intima parentela specialmente per la bocca e la 
parte inferiore del viso. L' erma napoletana parendomi piti récente 
deir Atena Farnese, ed essendo quesla da porsi verosimilmente 
dopo la xapôévoç, ne viene di conseguenza che sono indotto a dare 

relazione con 1* arte di Cefisodoto) présenta analogia con la Irène, staccandosene 
tuttavia per qualche particolare che 1' annoda ail' Atena di Cherchel e manifes- 
tando una elà più récente. 11 vestito assai lungo, il trattamento délie pieghe 
ricco e variato, le profonde incavature limitanti la piega in mezzo aile due gam- 
be, la forma ondulala délia increspatura che parte dal ginocchio destro, mi 
sembiano indizii sufficienti per ritenere l' originale délia Igea più récente di quel- 
le délia Irène. 

Chiudo infine questa nota con l'osservare, insieme col Collignon {Hist. de la 
scul2)t. gr. v. Il, 616, seg.) che bene a figure dell' indirizzo artistico a cui appar- 
tiene Cefisodoto si dovette ispirare l'autore di quattro figure femminiii che 
adornano la balaustrata del Xoyeïov del tealro di Dioniso in Atene e che sareb- 
bero state eseguile, secondo l'avviso dello stesso Collignon, nel I* secolo a.C. 

1. Si V. il mio articolo : Osservazioni su alcuni tipi di Atena fidiaci, nel 
fascicolo di raarzo-^aprile 1905 délia Revue Archéologique, 



sull'irenk E PLUTO D1 cefisodoto 127 

air originale dell' erma una data piii récente di quella proposla 
dal Fi]rtwaengler,cioè]a porrei circa il 430 a. G. Il confronto poi 
Ira r ermae la testa délia Irène m' induce a credere che in realtà 
non vi è cosi grande parentela tra queste due opère si da as- 
criverle allô slesso artista e che anche uno spazio di tempo le 
sépara, ritenendo più récente la esecuzione della Irène. Rimando 
peraltro aile giusle osservazioni del Furtwaengler mosse alla 
ipotesi del Wolters, notando par di più che, menlre nell' erma il 
naso mantiene una larghezza costante, nella Irène esso naso ha 
una ingrossatura verso la melà acui si attaccano conpiii morbidi 
passaggi le guancie e che nella Irène non ë il mento grosso 
deir erma a cui si atlacca il conlorno inferiore del viso assai ton- 
deggiante, ma le guancie hanno forme più allungate si da dare 
al viso un contorno più ovale. Mi pare adunque che, oltre alla 
differenza di tempo tra queste due opère, certo non cosi esagerata 
corne quella espressa dal Furtwaengler, ci sia pure diiïerenza 
d' indirizzo artistico negando che 1' originale dell' erma ercola- 
uense possa attribuirsi al nostro Cefisodoto. 

Maggiori rapporti stilistici vedrei invece tra il capo della Irène 
e r Atena Disney [Journ. of Hell. St., 1899, t. I, derivazione 
dal medesimo originale è 1' Atena di Stoccolma pubblicata dal 
Kjellberg nelle Roem. Mitth., 1899, t. YI), che, seguendo 
r avviso del Gardner [A head of Athena in Journ. of Hell. St.^ 
1899, p. 1-12), ascrivo ail' arte di Alcamene e che riconnelto con 
r Atena Efestia di questo scultore*; onde, data la somiglianza 

1. La derivazione della testa Disney e del capo dell' Atena della cista al 
Louvre (édita dallo Jamot in Mon. grecs, pb.par l'Ass., ecc. 1891/2, t. XII) dal- 
lo stesso originale mi pare assai probabile, in base al confronto Ira la riprodu- 
zione della testa Disney nell' articolo del Gardner e quella della testa del Louvre 
negliOester. Jahresh. 1898, fig. 32.0ra, conie già il Reisch e lo Sauer {Bas sog. 
Theseion, 1899, p. 239 seg.) hanno osservato, la statua del Louvre con la cista 
non è altro se non una variante derivata dall' originale dell' Atena di Cherchel. 
iNella statua del Louvre, che proviene da Creta, il panneggiamento è quasi eguale 
aquello dell' Atena Efestia, solo l'orlo inferiore dell' apoplygma è piegato un pô 
verso sinistra, perché verso laie direzione guarda la dea pur mantenendo la 
gamba sinistra come Spielbcin e dando origine ad una disarmonia tra quesli mo- 
vimenli dalla stessa parte, disarmonia che viene evilata col Irasportare, come 
nella Irène di Cefisodoto, la gamba di appoggio dalla stessa parte in cui è sos- 



428 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

pel drappeggio Ira la Irène e l' Atena di Cherchel, acquisteremmo 
un dato importante qualora si potasse scorgere anche un' affinilà 
tra le teste originarie di queste due sculture. Manifesta mi pare 
una somiglianza tra il conlorno ovale, la fronle alta, V arco so- 
praccigliare délia testa Disney e délia testa di Monaco; solo la 
seconda palesa, a mio avviso, una età più récente specialmenle 
neir occliio che è più profondo, di forma meno giobulare, limi- 
tato dalla palpebra superiore che da sottile diventa grossa nel 
mezzo per poi assottigliarsi di nuovo e svanire; qucsta palpebra 

tenuto l'oggetto dell' attenzione della dea. Forse 1' autore délia statua cretese, 
richiesto di una immagine della dea col serpente Ériltonio da lei curato, non 
ha fatto che riprodurre la immagine notissima della dea che al mito di Eritlo- 
nio poteva maggiormente accennare, la immagine della Atena fifestia, ed unica 
variante ha introdotto nel mutare la forma dell' egida che serve a sostenere 
la mislica cista appalesandosi in tal modo artista pedissequo, sprovvisto 
d' invenzione artistica. Il capo adunque di una taie statua vicinissima pel 
tempo air Atena Efestia, di cui si pue") considerare quasi una copia, puù benis- 
simo darci un' idea, insieme con 1' Alena Disney, di ciù che doveva essere il 
capo deir opéra di Alcamene, tanlo più se si osserva col Reisch che, suUa statua 
acefala di Cherchel, siamo indolti a supporre che fosse una testa dello stesso 
tipo di quellanella statua del Louvre, data la identità dell' avanzo della chioma 
neir Atena di Cherchel con la chioma dell' Atena della cista. 

Ora la testa dell' Atena del Louvre, e di conseguenza anche 1' Atena Disney, 
ci si présenta, come fu già osservato dal CoUignon {Hist. de la se. gr., v. II, 
p. 139, il quale aggiunge un' altra testa di Atena della collezione Barracco 
édita in Coll. Barracco, t. 48), come uno sviluppo dal capo di Atena quale ci è 
dato dalla Pallade di Velletri (Brunn-Bruckraann, n. 68). Ed invero il tipo 
Louvre-Disney ha coraune col tipo Velletri il contorno ovale, allungato del viso 
e la mancanza della pienezza délie guancie, appalesando tuttavia una età più 
récente nella bocca meno grande e semi-aperla, nel laglio dell' occhio con la pal- 
pebra superiore assottigliata all'angolo interno meno distante dall'arco sopracci- 
gliare più curvo, ed anche nella espressione più benevola, più giovanile del volto. 
Pertanto dovremmo ammettere per 1' autore dell' Atena Efestia, per lo scolarodi 
Fidia, una derivazione, per cio che concerne il tipo della testa della sua statua, 
da un' opéra di Cresila, attesa la probabdità della pertinenza del tipo della 
Pallade di Velletri a questo artista (v. Furtwaengler, Masterpieces, p. 144 e seg. 
e Reinach, Têtes antiques, p. 32; già il Michaelis [Jahrb. d. Inst., 1886, p, 27] 
aveva nolato gli stretti legami stilislici che la testa di detta Atena présenta con 
quella dell' Amazzone tipo-capitolino). Certo è che la espressione del volto 
dura e severa della Pallade di Velletri ha ceduto il posto ad un carattere 
diverso, ad un mite sentimento che émana dal volto grazioso ed ovale della 
vergine dea e che non esclude la coneentrazione in pensieri che la occupano. 
Onde è che, pur accettando da Cresila il tipo fondamentale del volto della dea, 
Alcamene 1' avrebbe trasformato ammorbidendolo ed ingentilendolo. Il suo 
merito pertanto non sarebbe diminuito quando si pensi che la dipendenza dal 



StlLL'lKENE È PLUTO Dl CliFISODOTO 129 

nella lesta Disney èiavece assai grossa e circonda lutlo l'angolo 
interno dell' occhio. Nella lesta di Monaco infine la fossa Ira le 
labbra ed il naso è più forte, le labbra sono megiio modellale ed 
il labbro inferiore è più slretto. 

tipo di Cresila in Aleamene non sarebbe assoluta, ma relativa ; perché gli ele- 
menti délia testa di Velletri egli li avrebbe assimilatie trasformati e resi in una 
testa che esprime del tulto il carattere idéale délia dea che egli voleva ritrarre, 
Lo scolaro di Fidia non avrebbe dunque preso per modello nel suo complesso una 
délie creazioni del maestro perché ben diverso era V aspetto sotto il quale egli 
doveva ritrarre la immagine délia dea ; non quello di Atena solenne con tutti i 
suoi altributi e V elmo allico, ma quello di Atena mite e pensierosa, dal corpo 
tenero di giovinetta. Aleamene infine nel plasmare la testa con 1' elmo corinzio 
dovette aver présente un' altra statua délia dea assai nota in Atene, 1' opéra di 
Cresila, e perô non potè sfuggire ail' influsso che questa doveva esercitare sopra 
l' arte contemporanea e posteriore, del quale influsso prove si hanno e nella citata 
Atena Barracco ed in un altro tipo di Atena rappresentatoci da una statua in 
Ince-Blundell (Furlwaengler, Uebei' St, cop., t. IV, p. 555 e seg. si cf. Gr. 
Orig. St. in Ve7iedi<j,p. 282; Ariidt, testo ail' E. V., n. 163 e n. 942/3 e Glypt. 
Ny-Carlsberg, p. 71 ; Amelung, testo ail' E. V.,n. 1129. Seguo il Furlwaengler 
neir assegnare ail' originale come data la fine del V" sec. pel carattere stilistico 
délia testa, e non 1' Arndt e 1' Amelung che credono in una data meno récente). 
Da ultimo osservo che figure délia dea Atena del tutlo simili ail' Atena Efeslia 
sono riprodotte su vasi attici ; uno apparlenente ad un gruppo di prodotti cera- 
mici su cui si vegga il récente lavoro del Rizzo {Mon. antichi d. Lincei, 1904, 
p. 1 e seg.), il cratère di Camarina, ora a Siracusa, edito dal Rizzo (op. cit., tl), 
un secondo, di stile più récente, la pelike da louz-Obaall' Eremitaggio {Compte 
Rendu, Atlas, 1860, t. II). Non mi accordo pertanto col Rizzo {op. cit., p. 31-33 
nel ritenere la figura del cratère siracusano e 1' Atena cosidetta malinconica 
sul noto rilievo dell' Acropoli derivazioni contemporanee da un tipo délia grande 
arte prefidiaca. Pur consentendo col Rizzo e con lo Joubin {Sculpt. gr. ecc, 
p. 196) nel dare al detto rilievo la data del 460-450 e, pur non negando la 
manifesta somiglianza tra l' Atena del detto rilievo e l' Atena su cratère di Bologna 
{Mon. d. înst., SupijL, t. XXIII) la quale è unaderivazione da quella, credo tut- 
tavia che nella figura délia dea sul cratère di Camarina sia un riflesso délia con- 
temporanea Efeslia. Con ciô venge ad abbassare la data Iroppo alla che il Riz- 
zo, seguendo il Milchhoefer, dà al gruppo di vasi sopra accennato. Il Rizzo in 
favore di questa data adduce anche un' osservazione di ordine politico riguardo 
al commercio attico con la Sicilia, ma non credo che col 427 a. C. taie com- 
mercio con l'isola si sia estinto del tutto, tanto più che il cratère edito dal detto 
dotto proviene da una necropoli di una città che nella brève guerra tra il 427 
ed il 424 tenne il campo conLeontini e con Atene contro Siracusa (Holm,Gesc/i. 
Siciliens in AUerthum, v. II, p. 3 e seg.). Piultosto, se col Rizzo si vuole ammet- 
tere l' esagerata e non plausibile ipotesi che per la guerra tra Atene e la città di 
Siracusa dovette estinguersi ad un tratto il commercio tra l'Attica e lutta la Sici- 
lia, si deve notare che ciù non potè avvenire se non dopo il 415 e che perciù 
ben potrebbe appartenereil detto gruppo di vasi agli anni immediatamente anle 
riori a taie data. 

IV« SÉRIE, T. VII. 9 



130 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

Con la testa délia Irène credo pure che présent! analogia quella 
di un' opéra su oui assai varie sono le ipotesi enunciate, délia 
Venus genelrix (statua del Louvre in Brunn-Bruckmann, 
n. 473)'. La testa délia (jenelrix mi sembra più arcaica, ma non 
di molto a quella délia Irène ; la forma ovale del viso è la stessa, 
solo la fronte è meno a triangolo, v' è minore modellatura suUe 
guancie piia pianeg-g-ianli e nel loro passaggio al mento più 
grosso, r occhio è meno profondo, e meno curvo è 1' arco del so- 
pracciglio ed infme la bocca è piii grande con un contorno più 
duro*. 

Le analogie che uniscono i capi délia Irène e délia gène- 
trix^ uniscono di conseguenza questa genelrix col capo Disney, 
anzi ambedue queste teste si possono considerare corne stadi an- 
teriori ail' opéra di Gefisodoto. Ma, se pel capo Disney si hanno 
argomenti perporlo in relazione conl' arte di Alcamene,ritorne- 
rebbe allora in campo la ipotesi, che già prima aveva goduto di 
grande favore, per oui si dovrebbe riconoscere nel tipo délia 
Venus genelrix^ la célèbre Afrodite dei giardini di questo scolaro 
di Fidia. Ma una grande difficoltà potrebbe essere data dal tralta- 
mento delpanneggio che, di stoflfa sottile,ponendo quasi a nudo 
le formedel corpo, è assai diverso da quello semplice dell' Atena, 
e forse a taie difficoltà anche poteva pensare il Reisch' quando, 
basandosi sul carattere da lui creduto arcaico délia testa, attri- 
buiva r originale délia genetrix al 450 circa, ail' arte di Calamide*. 

1. La storia délie queslioni su questa statua è nelle Têtes antiques del 
Reinach, testo aile t, 155/6. 

2. La G enitrix, anche perla positura délie varie parti del corpo, il quale tutta- 
via è più slanciato, présenta analogia con quello délia Irène : medesimo è il 
ritmo del movitnento. La genetrix preludia già la positura serpeggiante délie 
figure prassiteliche, onde, se 1' originale délia genetrix si puo riportare ad AI- 
camene, avremmo allora uno di quel punti di attacco per cui, seconde il Klein 
(v. il capitolo su Alcamene in Praxiteles), V arie di Prassitele si annoda a quella 
di Alcamene. 

3. Oesterr. Jahresh., 1898, p. 78. 

4. Taie, corne è noto, fu la opinioiie espressa dal Winter (50" Berl. Winck. 
progr., p. 108-112). Per i'avvicinamento poi del capo dell' Efestia a quello délia 
genetrix nolo che esso fu già accennatodal Kjellberg nelle Roem. Mitth. 1899, 
p. 116. 



sull'irene e pluto ni cefisodoto 131 

Ma, se in realtà talft creduto arcaismo nelle forme del viso dclla 
statua del Louvre io non riesco a vedere, d' altra parte il carat- 
tere diversissimo dei vestili dell' Afrodite e delT Atena si puo 
spiegare osservando che il compito era ben diverse per l'aulore 
délie slesse statue nel dare espressione ai caratteri assai varii 
délie due dee, délia pudica e severa Atena, délia voluttuosa Afro- 
dite. E mi pare che un tratto bellissimo, dénotante la mano di un 
grande artista quale Alcamene, in questa Afrodite h 7.r,-c'.ç, che 
era ritenuta corne la migliore délie sue opère (Luciano, Imag.^ 
IV : -zo 7,aXX'.(7Tcv Twv 'AÀ7.a[xévcu; zAasfxaxojv), sia V aver dalo il fine 
vestito trasparente alla bellissima délie dee si che le parti del corpo 
diquestanon ne fossero nascoste, mapienamenle modellate^.Tale 

1. Questo apparliene al medesimo indirizzo artistico cui si devono le soavi 
figure délia balaustrata del tempielto di Atena Nike. É cosa noloria che in queste 
figure si è volulo vedere V influsso di uu' arte jonia e che importalore di laie 
arteneir Allica si è ritenulo che fosse Callimaco (Furtwaengler, Meistenverke, 
p. 421-422 = Masferpieces, p. 450-451). La perfetla alticità invece, libéra da 
alcùa influsso nelle délicate e graziose figure délia balaustrata, riconosciuta 
del tullo con giuste osservazioni e giusti conFronti, che tendono a dimostrare 
io sviluppo dello stile dalle figure fidiache del Partenone, dal Kekule [Die Reliefs 
an lier Balustrade, p. 21 e seg.) ha un sostenitore récente nel Klein {Praxitcles, 
p. 73 e seg.) che ad Alcamene altribuisce la esecuzione di essa balaustrata. 
D' altra parte il Furtwaengler, e a proposilo di una singolare statua veneziana 
(Gr'. Orig. St. inVenedig, t. IV, 2, p. 301 e seg.), e nel testo alla récente 
pubblicazione dell' idria di Meidia col ratto délie Leucippidi (testo alla Gr. Vas., 
p. 38), dimenticando T inOusso jonio da lui veduto nella balaustrata, inclina a 
vedere nel campo deila ceramica, nei vasi che si aggruppano attorno a quello 
di Meidia, Io stesso fenomeno che appare nel campo délia plastica e per cui egli 
pure ta il nome di Alcamene, cioè quella ricerca di grazia, di delicatezza e, ripe- 
tendo le parole del Furtwaengler, die Pracht der Gewaender, dieser reiche 
Schmuck und dièse entzueckenden Faltrnwirbel der durchsichtigen Stoffe. Gius- 
tissimo, ma questa doppia apparizione degli stessi caratteri, questo indirizzo 
deir arte attica nella scultura e nella ceramica, e di conseguenza nella pittura, 
non induce a credere esso indirizzo prettamente dovuto allô sviluppo dell' arte 
attica, piuttosto che ail' influsso di una presunla scuola di scultura délia lonia? 

A proposito poi di questa scuola di scultura jonia, uno dei principali suoi 
sostenitori, 1' Arndt {Glypt. Ny-Carlstjerg,p. 55 e seg.) mi pare che faccia con- 
fusione, perché prima cita la Nike di Peonio e le Nereidi di Xanthos, figure in 
agitalo movimento, e poi aggiunge che caratteristica di taie scuola sarebbe 
quella di rendere visibili le forme del corpo sotto il vestito nelle figure calme 
ed immobiti (es. l' Apollo Jacobsen edito a t. 33 deila Glypt., che sarebbe il 
monumento il più antico di quelli noti). Ma anche nelle figure immobili mi 
pare che manchi ogni prova per vedervi taie indirizzo jonio; il carattere altico 
délia testa délia genetrix, la quale sarebbe appunto di tal génère di opère, 



Iâ2 



REVUE AKCHÉOLOGKJUK 



medesimo procedimenlo avrà probabilmenle seguilo Prassitele 
nella esecuzione dell' Afrodite vestila di Coo, la quale, appunlo 
per essere vestita e per essere slata eseguila per gli abitanti di 
Coo, avrà indossato iina di quelle vesti leg-giere e Irasparenti, 
corne quella délia genetrix, che formavano l'orgoglio délie fab- 
briche di Coo e di Amorgo.Si avrebbe forse qui, ollre ail' alteg- 
giamento délia figura da me accennato in una nota précédente, 
un allro punto di attacco di Prassitele ad x\lcamene*? 

Con la testa délia Irène possono porsi a confronte teste prassi- 
teliche, ed in realtà il caratlere che è nelle leste del grande seul- 
tore del IV" secolo si deve ammetlere col Furlwaengler che sia 
simile a quello délia testa cefisodotea. Scelgo il capo dell' Afro- 
dite di Arles (Brunn-Bruckmann, n. 296) che apparterrebbe, 
secondo ilFurLwaengler, 1' Amelung ed il Klein* al primo periodo 
deir arte di Prassitele. 

E innegabile la somiglianza ira la testa délia Irène e quella 
deir Afrodite di Arles, somiglianza aumentata anche dal fatto 
che questa statua del Louvre ha la stessa inclinazione del capo (si 
cf. specialmente con la folograFia délia Irène nelle Einz. Verk.^ 
n. 840). Le forme sono assai aftini, stessa è la fronte, medesimo 
è l'ovale del viso, ma la età più récente dell' Afrodite mi sembra 
che si palesi in spécial modo nell'occhio. L' occhio qui è a forma 
più allungata ed è posto a profondità maggiore, il cuscinetto 

mi fa supporre che qui si tratti di arte attica. Onde è che ritengo che taie trat- 
tamento del vestilo in figure calme si debba, o al caraltere del personaggio rap- 
presentato (caso délia genelrix, dell' Afrodite le cui forme del corpo riescono 
trasparenti sotto la veste soltile) o ad ua indirizzo arcaistico, a quelP indirizzo 
che il Furtwaengler ha attribuito a Callimaco (caso dell' Artemide di Monaco, 
Masterpieces, fig. 180, e forse dell' Apollo Jacobsen e forse di un' Afrodite di 
villa Albani, Einz. Verk., n. 1106). 

1. Per questo non seguo il Furtwaengler nel riconoscere nell' originale di 
una statua del Louvre (Clarac,341, 1291) la Coa di Prassitele. 

2. Masterpieces, p. 3i9;Basis a. Mantineia, p. 61 (T Amelung porrebbe l'Afro 
dite di Arles, il Satiro che versa da bere, il (Sardanapallo) prima délie opère di 
Prassitele a Mantinea, prima del 370 a. G.) Praxiteles, p. 394 (il Klein vi nota un 
influsso délia Genelrix in cui vede 1' Afrodite di Alcamene). — Il carattere non 
tanto récente dell' Afrodite di Arles è riconosciuto dal Reinach [Têtes antiques, 
teste aile t. 182/3) il quale tuttavia pensa ad un originale in bronzo non di Prassi- 
tele, originale intermedio tra 1' Era Borghese e 1' Afrodite Cnidia. 



SULL'iRENE E PLUTO DI CEFISODOTO 133 

carnoso sotto il ciglio sporge di più gettando maggior ombra 
siilla palpebra daciii è separato per mezzo di una forte incisione, 
la palpebra slessa superiore è maggiormenle sfumata agli an- 
goli che non sia nella Irène e maggior sfumatura agli angoli ha 
pure la palpebra inferiore, mentre nella Irène essa è di lar- 
ghezza costanle. Nell' occhio io scorgo le maggiori innovazioni, 
cd invero credo che specialmente nella forma deir occhio risieda 
quella mollezza prassitelica, mentre le altre parti del volto già 
dovevano aver raggiunto maggior mollezza per opéra dei prede- 
cessori del grande scultore; del resto mi pare che ancor più de- 
licatamente traltate che non nella Irène siano le guancie e la 
bocca deli' Afrodite di Arles. 

Affinità e nel tempo stesso contemporaneità al capo délia 
Irène mi sembra che presenti la testa délia condetta ■zposôq dei 
Niobidi degli Uffizii (Amelung, Ei?iz. Verk., n. 364/5 e Fuehrer in 
Florenz, p. 114 ; si aggiunga come affine 1' altra testa fiorentina 
édita nelle Einz. Verk., n. 366) ; almeno dalle fotografie mi pare 
chei tratti essenziali e particolari délie due teste combinino per- 
fettamente insieme si da farle ritenere appartenenti al medesimo 
indirizzo artistico. L' acconciatura del capo nella testa fiorentina 
è diversa ', ma è sempre il principio nel rendere le masse dei ca- 
pelli sulla fronte in modo che la fronte stessa sia a forma di 
triangolo. Un tipo di testa analogo alla fiorentina sarebbe per 
r Amelung su monete di Metaponto del 400 a. C. circa presso la 
dea Igea (Roscher, Lexikon^ Hygieia, col. 2780) : che pure il 
capo délia xpoçôç appartenesse ad una statua rappresentante la 
dea délia sainte? 

Punti non piccoli di contatto con la testa cefisodotea ritengo che 
abbia pure un capo femminile di Brescia [Einz. Verk., n. 192/3), 
solo la esecuzione nella testa bresciana mi sembra più médiocre; 
pel confronto basta porre il n. 840 délie Einz. Verk. accanto al 
p. 192 ed il n.841 al n. 193 per avvisare la somiglianza profonda 
tra la testa di Monaco e quella di Brescia, onde porrei pure quest' 

1. Amelung osserva che uno stesso trattamento rlei capelli è nella cosidelta 
Afrodite dalla spada di Epidauro. 



134 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

ultima (su cio che essa rappresentassc credo che vi sia incer- 
tezza) assai nella vicinanza delT opéra di Cefisodoto*. 



Il bimbo Pluto, che la Irène tiene sul braccio sinislro, richiama 
subito alla mente il piccolo Dioniso nel célèbre gruppo prassite- 
lico di Olimpia e per6 sùbilo s' iuipone il confronto^ Ma si deve 
notare che queslo confronto si fa Ira copie in marmo di un' opéra 
in bronzo ed un originale in marmo, e pero differenza di tecnica 
si possono scorgere, specialmente nella stofl'a che avvolge la 
parte inferiore di Pluto a poche e profonde incavature, laddove 
che nel marmo di Olimpia si è potuto dare ricchezza maggiore 
aile pieghe. Ma questa stoiïa nel piccolo Dioniso è tratlata con 
quella stessa morbidezza naturaleper cui è ammirato il mantello 
deir Ermele e che non è raggiunta dallo scultore délia Irène. 

Le forme affatto bambinesche, pafîute del Dioniso mancano al 
Pluto che, prescindendo dal capo e dal ventre un pô gonfio pro- 
prio dei bambini, ha quasi le forme di un adullo. Certo ë che 
Dioniso è rappresentato corne aflfalto infanlile( si osservi special- 
mente il suo volto) e la sua^azione è istintiva, mentre magg^iore 

1. Mi pare che quella somiglianza con la testa délia Irène di due teste di Aix 
{Einz. Verk.,n. 1385/6) edi Nîmes {Einz. Verk., n. 1414/5) veduta dallo Joubin 
(testo aile Einz. Verk.), si da dedurne 1' allribuzione ad un artista del gruppo 
di Cefisodoto, non esista. Aile due teste francesi, affini tra di loro, si potreblie 
aggiungere corne assai prossima una terza testa del giardino del Vaticano {Einz. 
Verk., n. 789), più vicina tultavia alla testa di Nîmes che a quella di Aix. Quesl' 
ultima, la più bella tra le tre, ha un forte cuscinetto di carne tra il ciglio e la 
palpebra superiore che gelta una grande ombra suU' occhio, il quale è un p6 
più aperto che non nella Irène, le forme del viso sono più piene ed il œento è 
più grosso, tra il mento ed il collo è uno strato carnoso mancante nella Irène. 

Non nella vicinanza délia Irène infine pongo, al contrario deir Arndt, 1' ori- 
ginale di un erma di Apollo dei museo capitolino {Einz. Verk., n. 422/3, tipo 
noto a Moi per altre due copie, e tra di esse 1' Arndt giudica corne la più fedele 
la capitolina), ma qualche anno più addietro ed in una cerchia artistica diversa ; 
il volto in questa erma non è molto ovale e perù ha maggior pienezza diguancie 
e mento più sviluppato. 

2. Si vegga specialmente la pubblicazione del gruppo nelle t. 49/50, délia testa 
di Dioniso nella t. 52-3, 4 di Oltjinpia, Tafelband, v. III; si veggauo anche le 
osservazioni del Klein [Praxiteles, p. 386) sul piccolo Dioniso in cui egli vede 
manlenuto uno stile più antico di quello raanifestato nella figura di Ermete, 



sull'irene e pluto di cefisodoto 135 

età sembra mostrare non solo pel corpo,ma pei traltie per l'es- 
pressione del vollo e per l'azione il piccolo Plulo. 

Ma, quelle che a mio avviso fa mostrare 1' anteriorità, c non 
piccola anche rigiiardo al bambino, del gruppo d'Irène e Pluto 
su quello di Ermete e Dioniso, è la relazione assai diversa che 
hanno i due piccoli dei rispettivamenle alla persona principale 
che li porta. È manifeste che ancho nel g-ruppo di Olimpia la 
magg-iore importanza ë data alla figura di Ermele, di esecuzione 
assai migliore, e che quasi trascurata è quella del bambino la 
quale verosimilmente doveva essere anche in g-ran parte nas- 
Costa dal Kerykeion, ma la relazione che è tra il piccolo dio e 
colui che lo cura è assai piii stretta che non sia quella tra l' Irène 
ed il Pluto ; Y unione tra le due figure è piii sentita, il gruppo 
è più omogeneo. 

Invece la Irène, e qui non ripeto se non l' osservazione giusta 
del Lange', pel suo aspetto, non è altro che una figura pensata 
come sola senza relazione alcuna con altra ed espressa con 
quella ponderazione e dignità caratteristiche délie statue del 
culto nel V° sec. Ihr seelisches Verhaeltniss, ripeto le giuste pa- 
role del Lange, zu diesem (al Pluto) ist niir in der seitlichen 
Neigung des Gesichts zu ihm herab angedeutet undin der Miene^ 
die bei allem Ernst uiid aller Riihe doch wohl ein wenig milder 
ist als in der aelteren Kitnst. Qui sta appunto la innovazione 
rappresentataci dalT opéra di Cefisodoto, di porre in relazione 
una figura pensata ed espressa come la Irène, secondo cioë 1' in- 
dirizzo dell' arte del V" sec. che governava la creazione délie 
statue isolate pel culto, con un nuovo elemenlo, il bambino, 
perche da questa unione uscisse un simbolo di pace e di prospe- 
rità. 

Taie innovazione è data dal bambino che, dice il Lange, ist 
das Aktive in dem Verhaeltniss e che, per non nascondere le 
forme ampie délia dea, ne è posto lontano sul suo avambraccio 
ë che quasi si présenta nello stesso modo degli attributi délie 

1. Die menschliche Gâtait in der Geschichte der Kunst, p. 24. 



136 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

divinità del secolo V% e taie innovazione è pure data dalla leg- 
giera inclinazione délia testa a cui non seg-ue quella del corpo 
e che dona quella espressione materna per cui i più hanno posto 
taie opéra non tanto discoslo dalle creazioni prassiteliche. 

Ma, a chi ben osservi, il gruppo di Cefisodoto appare corne un 
tentalivo non pienamente riuscilo diunione di una figura grande 
con unapiccola, ed in laie tentativo dobbiamo credere che Cefiso- 
doto si fosse altra volta cimentato nel predecessore del gruppo 
olimpico, neir Ermete Liberiim patrem in infantia nulriens 
(Plinio, //. A'. 1. XXXIV, 87). Ed in vero, appunlo per tali conside- 
razioni, sarei propenso a seg-uire il Klein* nel ritenere ilpiccolo 
bronzo di Parigi un ricordo dell' opéra cefisodotea; anche qui la 
figura di Ermete è espressa come se fosse isolata, manca per 
di più la inclinazione del capo nel dio e 1' unica innovazione è 
r aggiuntadel piccolo Dioniso la'cui mancanzadel restonon dis- 
truggerebbe 1' armonia délia figura giovanile di Ermete del 
tutto indipendente *. 



Da quello che précède credo che apparisca chiaro come per 
varie considerazioni io sia indotto a ritenere il gruppo d' Irène e 
Pluto ancora appartenente ail' arle del V° secolo. 

Pel trattamento del vestito ho già sopra enunciata la idea 
come taie trattamento si possa comportare anche verso la fine del 

1. PraxHeles, p. 97 ; il Klein opina che si debba scorgere in un bronzelto di 
Dioniso bambino (in possesso del Pollak, pb. dal Klein, op. cit., fig. 9 e 11) ed 
in un piccolo bronzo di Parigi (Klein, fig. 10) un ricordo dell' opéra di Cefi- 
sodoto. învece il tentativo dell' Overbeck (Gr. Plastik*, v. III, p. 7) di rico- 
noscere come probabile la derivazione dal gruppo di Cefisodoto di un Ermete 
con Dioniso del giardino Boboli, accettato poi dali' Arndt (testo aile Einz. Verk., 
n. 103/5), fu dimostralo falso dal Furtwaengler (_Meisterwerke, p. 424, e dall' 
Amelung {Puehrer in Florenz, p, 144). 

2, Anclie nella Igea fiorentina, da me citata in una nota précédente, v' è lo 
stesso rapporto tra la deaed il serpente da lei tenulo in grembo. L' Atena délia 
cista del Louvre ci porge un altro esempio di questo, e già altrove ho notato 
r inettitudine del suo autore nell' aggiungere la cista ad una iniitazione dell' 
Atena Efestia. Cosi 1' Atena con Erittonio di Berlino {Beschr., n. 72) derivazione 
manifesta délia stessa Efestia. 



SULL*IRENE E PLUTO D[ CEFISODOTO 137 

Vsecolo, giudicandolo corne uno sviliippo da quello delT Ale- 
na e délia Denietra di Clierchol ed anche, aggiiingo, por la con- 
siderazione che, se si crede che esso drappegg-io sia Iroppo an- 
tico par la fine del V° secolo, si deve pure ammettere che, in gra- 
zia appiinto allenumerose figure femminili stanti e drappeggiate 
del V* sec, specialmenle di Alena, le innovazioni principali 
nelle forme di esso drappeggio dovevano essere esaurite e che 
pero losvilupponel secolo seguente sipuù seguire non nella forma 
fondamentale, ma nei mutamenti accessori. 

Cosi per la testa sono convinto che essa occupi un posto quasi 
intermedio tra il tipo délia testa Disney e quello dell' Afrodite 
di Arles; anche se si toglie dalla sua inclinazione, perche taie 
inclinazione fu voluta dall' artista stesso per raggiungere quella 
espressione del volto da lui ideata senza essere in taie positura 
diversa stilisticamente dalle allre teste contemporanee. 

Si aggiunga anche che nel Pluto si comincia a scorgere la ri- 
produzionedi tratti propri del corpo nell' età infantile, riprodu- 
zione che ben si spiega se l'opéra di Cefisodoto vien posta non 
tanto lontano dal 400 a. C. 

Ora la idea che 1' opéra stessa rappresenta, il luogo che questa 
occupava in Atene, la fama di cui godeva, attestata da Pausa- 
nia, da riproduzioni, da monete, fanno legittimamente supporre 
che un importante avvenimentopubblico ateniese fosse la causa 
délia erezione di taie gruppo di Cefisodoto. 

Taie avvenimento già voile il Brunn vedere nella pace seguUa 
alla vitloria di Leucade, a ciù indotto, e dalla olimpiade délia 
0L7,\):r^ di Cefisodoto dataci da Plinio [H. N., 1. XXXIV, 50) ' e dalla 
lestimonianza dei testi sulla importanza di essa pace e del culto 
istituito alla dea e dalla creduta mancanza di taie cullo prima. 

1. L'Olimpiade sarebbe !a 102''. Ma possiamo noi prestare fede inlieramenle 
al naluralista romano ? lo credo clie taie data pliniana non debba essere ritenula 
corne una base soiida per datare 1' opéra di Cefisodoto, quando si pensi che in 
inesattezze ed errori incorre Pbnio nelle date def,Hi artisti ; e?empio notissimo 
d' inesattezze è la data di Prassitele (1. XXXIV, 50), esempio di errore è la 
notizia sulla contemporaneità di Fidia, Alcamene, Egia, Crizio, Nesiote 
(1, XXXIV, 41). 



138 REVUE ARCHÉOLOGIOUE 

Taie avvenimento invece, seguendo il Kleiu', riconoscerei 
nella fine del lungo période di guerre e del servaggio lacedemone 
(403 a. G.), quando s' inizio una nuova epoca che si sperava che 
fosse vivificata da una pace apportatrice di prospérité, di ric- 
chezza. Mi pare che appunlo V anno 403 a. G. sia stalo il momento 
psicologico più adatto per 1' esecuzione del gruppo di Irène e 
Pluto e con taie data ben converrebbe l'osservazione slilistica 
del gruppo. 

Mi sembra che nell' opéra di Gefisodoto si debba vedere una 
prova délia importanza sempre maggiore délia dea che presie- 
deva alla pace, importanza che era via via venuta aumentando 
durante la lunga e rovinosa guerra del Peloponneso, presso 
sempre maggiore quantità délia popolazione attica sempre più 
stauca per le morti frequenli e per la rovina del proprio benes- 
sere materiale in causa délia lunga lotta. Questi desideri di pace, 
dapprima di parte del popolo ateniese, Irovano il loro interprète 
maggiore in Aristofane ('AyapvYjç, 425 a. G. — ElprjVY], 421 a. G. 
Auc7t<7Tp:^T-/;, 411a. G.) durante la lunga guerra; questa aspirazione, 
non più di parte, ma di lutta la città, probabilmente è espressa, alla 
fine délia guerra e délie lotte intestine, nel 403 con la erezione 
del gruppo simbolico cefisodoteo; ed infine 1' ultima sanzione 
deir attaccamento di Atene lutta alla dea Irène è data dal solenne 
culto pubblico istituito dopo la vittoria di Timoteo che dimostra 
la importanza grande a cui assurse nel sentimento degli Ate- 
niesi la dea che, secondo il loro concetto, era, e ripeto, cam- 
biandola un poco, una frase pindarica {Olymp., XIII, v. 10), 

Atene, febbraio 1903. 

Pericle DUCATI. 

1. Klein, Praxiteles, p. 93. 




JÊàJ^^ 





Tête grecque archaïque de la Collection Spink. 



ié sur oiic îête «Teciiue arcliafe, 



Au mois de mai 1904, notre collaborateur M. Joseph Ofîord, 
de Londres, a eu l'amabilité de m 'envoyer des photographies 
d'après une très jolie tête archaïque en marbre qui se trouvait 
alors chez les antiquaires bien connus de la métropole, 
MM. Spink. Je regrette d'avoir tardé si longtemps à faire con- 
naître un morceau qui, malgré ses dimensions modestes — six 
pouces anglais et un quart de hauteur maxima — mérite toute 
l'attention des historiens de l'art grec. 

La provenance indiquée à MM. Spink est la Béotie. C'est 
aussi celle que donne la seule notice relative à cette tête que 
j'aie encore lue, publiée dans YAthenaeum du 3 décembre 1904 
(p. 772) à propos d'une exposition à la Spink Gallerij : « A verij 
fine marble head found in Boeotia. The workmanship, especially 
in the hujhly décorative treatment of the hair, is précise and déli- 
cate. )) Mais alors même que cette provenance serait bien attestée, 
elle n'oiïrirail guère d'intérêt, vu le caractère indubitablement 
attique de l'œuvre. On sait que la sculpture béotienne, pendant 



140 



REVUE ARCHÉOLOGIQUE 



la première moitié du vi^ siècle, présente des caractères ori- 
ginaux, bien connus par les statues d'Orchomène et du Ptoïon ; 
mais, vers la fin du vi'' siècle, comme l'a dit M. CoUig-non, « l'art 
indigène disparaît, impuissant à se maintenir en face d'écoles 
plus vivaces. . Les stèles funéraires sont l'œuvre de Naxiens et 
d'Athéniens. » Si donc la tête de la collection Spink a été réelle- 
ment découverte en Béotie, c'est qu'elle y a été apportée d'Athènes 
à une époque plus ou moins ancienne, ou qu'elle a été sculptée 
sur place par un artiste athénien peu de temps avant la bataille 
de Marathon, 

Le type n'est pas nouveau; il se rapproche beaucoup de celui 
dune petite série de têtes en marbre exhumées sur l'Acropole 
d'Athènes, que M. Lechat a groupées dans son ouvrage Ait Musée 
de r Acropole (p. 305 et suiv.). Cependant il n'est identique à 
aucune d'elles, non plus qu'à une célèbre tête en marbre de l'Acro- 
pole, d'époque un peu plus récente, qui offre une disposition 
presque identique de la chevelure, avec cette différence que les 
cheveux sont crépelés (Collignon, Hist. de la sculpture grecque^ 
t. I, pi. YI, 1). Sans appartenir comme elle au style sévère, 
presque émancipé de l'archaïsme, la tête Spink est le produit 
d'un art assez libre. Les yeux ne sont pas obliques, bien qu'en- 
core à tleur de tête; les sourcils sont nettement marqués et non 
divergents; les lèvres (je copie M. Lechat) « au lieu d'aller en 
s'effilant jusqu'aux commissures, sont brusquement arrêtées et 
terminées de chaque côté par un petit trait en arc de cercle, de 
sorte que la bouche se trouve comme enfermée entre deux 
parenthèses ». La chevelure est traitée avec une certaine mollesse 
qui tient compte de sa nature soyeuse. Comme dans une des 
têtes étudiées par M. Lechat, les sillons verticaux marqués sur 
les ondulations des cheveux sont disposés dissymétriquement 
par rapport au nez et à l'axe du visage. Les ondulations de la 
chevelure sont très accusées au revers de la tête ; je ne connais 
qu'une seule lêle archaïque oij ce détail soit aussi prononcé, 
celle dont M. Homolle a découvert la partie postérieure au sud- 



KOTli: se» UNt TÊTE (iUliC(JUE AKCIlAÏyUli 141 

ouest de l'agora de Délos'. Le bandeau de cuir ou de feutre qui 
enserre la clievelure présente, au revers, trois petits trous dans 
lesquels on disling^ue les traces de clous de bronze; peut-être 
servaient-ils à y fixer un ornement de métal. 

M. Lechat a fait observer {Au Musée, p. 308) que les têtes de 
style archaïque qui proviennent de statues sensiblement plus pe- 
tites que nature ont été, en général, travaillées sans soin ; mais il 
admet quelques exceptions à cette règle. La tète que nous publions 
est certainement du nombre; il suffit de regarder avec attention, 
sur la vue de profil, « la quadruple rangée de tresses qui s'arron- 
dissent sur les tempes, à peu près comme les plaques d'or por- 
tées par les Frisonnes- », pour y admirer le travail délicat du 
ciseau, l'heureuse alternance des refends et des saillies, enfin 
cette intelligence de Tartiste grec qui, à la différence de son con- 
frère asiatique, sait renoncer à la calligraphie des formes sché- 
matiques pour suivre la nature dans sa capricieuse variété. 

Salomon Reinach. 



i. Bulletin de Correspondance hellénique, t. V (1881), pi. XI et p. 510 : 
« Les cheveux, lissés sur le sommet de la tête, ne sont ni raides ni plaqués; 
des ondulations régulières, des rondeurs alternant avec des dépressions 
en imitent la souplesse, en reproduisent jusqu'aux luisants et aux mats. » 
(Th. Homolle.) 

2. CoUignon, Hisl. de la sculpture grecque, t. i, p. 345. 




^TM 



'^WH 



DUPLTCATE 



icoEE LIS m\mu mimm u im 



Dans la Revue archéologique Aq 1904 (IV série, t. IV, p. 172 et 
suiv.), M. Edouard Maynial a repris la question de la chronolo- 
gie des salutations impériales de Néron, que j'avais étudiée dans 
le numéro de mars-avril de la même année, à l'encontre des con- 
clusions de M. Maynial dans la Revue archéologique de 1901. Je 
lui suis très reconnaissant du travail utile qu'il a accompli en 
relevant quelques fautes d'impression que j'avais laissé passer 
dans mon article*. Mais il ne s'est pas borné à dresser une liste 
d'erreurs typographiques ; il a contesté quelques-uns des résul- 
tats de mon enquête. C'est pourquoi je crois devoir avertir les 
lecteurs de la Revue archéologique que les arguments dont il se 
sert pour soutenir ses conclusions sont entachés de quelques 
erreurs assez importantes. 

Au point de vue historique, la différence la plus importante 
qui subsiste entre nos vues concerne la date de la prise d'Arta- 
xata par Corbulon. M. Maynial rapporte cet événement au mois 
d'avril 59, en adoptant la chronologie d'Egli, tandis que je le 
place à la fin de la campagne de .58. Le récit de Tacite peut se 
concilier avec l'une et l'autre hypothèse; il faut donc chercher 
ailleurs un témoignage décisif. En premier lieu, je ne peux pas 
admettre que la date de « cette campagne » soit établie par le 
texte de Pline l'Ancien', cité par M. Maynial, qui nous apprend 
qu'en l'an 59, le .SO avril, Corbulon observa en Arménie une 



1, Par exemple, on lit p. 269, n. 5 : Tac, Ann., XIV, 29 : biennio res proS' 
peras habuit, où j'avais naturellement écrit : Tac, Ann., XIV, 29, Agr., 14 : 

biennio, etc. 

2. PWne, Nat. Hist., 11,70 (72); 180. 



ENCORE LES SALUTATIONS IMPÉRIALES DE NÉRON 143 

éclipse du soleil , parce qu'en tout cas Corbulon a fait deux cam- 
pagnes successives en Arménie, et rien ne nous prouve que la 
prise d'Artaxata ait eu lieu pendant celle qui est datée par la men- 
tion deTéclipse. M. Maynial, en adoptant la chronologie d'Egli, 
aura sans doute aussi adopté son identification de l'éclipsé ob- 
servée par Corbulon avec le miraculum décrit par Tacite {Ann., 
XllI, 41, 4) qui s'est produit à l'occasion de la prise d'Artaxata. 
Mais cette identification est absolument inadmissible, car le 
phénomène décrit par Tacite n'a rien de commun avec une éclipse 
solaire*. 

J'ai cru trouver une indication de la succession des événe- 
ments en examinant de près la chronologie des salutations IV à 
YIP de Néron. M. Maynial ne discute pas mes arguments; mais, 
après avoir écarté une objection que J'avais tirée du récit de Ta- 
cite, il continue ainsi : 

Je persiste donc, en dépit du texte de Tacite, à réunir en une seule cam- 
pagne que je place en 59, d'avril à septembre, la prise d'Artaxata, la marche 
d'Artaxata à Tigranocerta et la prise de Tigranocerta : cette dernière opéra- 
tion, marquant la fin de la campagne de 59, me paraît seule devoir justifier la 
sixième salutation. 

M. Maynial semble ignorer deux faits sur lesquels j'avais in- 
sisté dans mon article, qui rendent son système, tel qu'il l'expose 
ici, tout à fait inadmissible : 

1° Que les Actes des Frères Arvales du Z janvier 39 donnent à 
Néron le titre d'IMP • VI; il est donc impossible de rapporter la 
sixième salutation à un événement du mois de septembre o9* ; 

2" Que Tacite nous dit expressément [Annal., XIII, 41, 5), à 
propos de la prise d'Artaxata, oh haec consalutatusimperatorNerOy 
tandis que, selon M. Maynial, ce succès n'a pas été l'occasion 
d'une salutation impériale. 

Je persiste donc à croire que la septième salutation, la seule 

1, Cf. l'annotation de Furneaux dans son édition de Tacite (A?in., loc. cit.) 

2. Cf. p. 173, I. 1 : « Je rapporte la sixième salutation à la prise de Tigrano- 
certa que je place en septembre 59». 



144 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

que Néron ait reçue en l'an 59 (il est désigné comme IMP. VII 
dans les Acles des Frères Arvales de janvier 60), se rapporte à la 
prise de Tigranocerta, qui n^a certes pas manqué à produire une 
telle manifestation, ce qui nous contraint à faire remonter la 
prise d'Artaxata à l'année précédente, en identifiant la saluta- 
tion mentionnée par Tacite avec la sixième. 

M. Maynial persiste aussi à rapporter la dixième salutation à 
la victoire définitive de Gorbulon sur Tiridale. Il est vrai qu'il a 
corrigé l'erreur qui se trouvait en deux endroits de son premier 
article, où la date de cet événement était indiquée en l'an 66. 
Mais il cherche toujours l'occasion delà dixième salutation dans 
les faits dont parle Tacite au livre XV des Annales, chap. 25 à 30, 
qui ont eu lieu en 63. Or, il n'est pas permis de rapporter la 
dixième salutation à un événement de l'an 63, parceque (comme je 
l'ai fait observer) les inscriptions de Gorbulon trouvées à Khar- 
put en Sophène désignent Néron comme IMP - Vllll en 6i. C'est 
pourquoi j'ai cherché l'occasion de la dixième salution entre 64 
et 66, en repoussant l'hypothèse de M. Maynial. 

Telles sont les rectifications que j'ai jugé utile d'apporter au 
travail de M. Maynial, parce qu'elles ne sont peut-être pas sans 
importance pour l'histoire et la chronologie du règne de Néron. 
Oxford. 

H. Stuart Jones. 



HISTOIRE SOMMAIRE 



DES 



ÉTUDES DlPlGRAPHIË GRECQUE ËPi EUROPE 



{Suite ') 

V. — Le nouveau Corpus : Inscriptiones Graecae 
(Vol. I-III : Inscript. Atticae). 

Le nouveau recueil, en tant que projet, date à peu près de 
1860, devançant ainsi l'exécution complète du CIG. de Boeckh; 
le plan d'ensemble, au contraire, en est sensiblement postérieur 
à la publication (1873) du premier des quatorze volumes qui 
devaient le constituer : il n'y a pas encore trois ans que ce plan 
grandiose a reçu sa forme définitive, sur la proposition de M. de 
Wilamowitz-Moellendorf. Dans son manifeste du 25 juin 1903, 
l'Académie de Berlin rappelait au monde savant les décisions 
qu'elle avait prises, quand la multiplication prodigieuse des 
découvertes avait prouvé l'impossibilité de s'en tenir aux pro- 
portions primitives du CIG. ; les suppléments prévus par Boeckh 
étaient absolument insuffisants et ceux que rendait nécessaires 
la réalité des choses ne pouvaient tenir dans de pareils cadres 
sans les faire éclater : on risquait d'aboutir à une inextricable 
confusion. 

En conséquence, elle avait primitivement résolu do clore le 
CIG. par un volume-index et d'entreprendre, pour commencer, 
îa publication d'un Corpus Inscriptionum Atticarum {CIA.) com- 

1. Voir la Uevue de mars-avril, mai-juin, juillet-août, septembre-octobre et 
novembre-décembre 1905. 

IV SÉRIE, T. VU. lO 



146 REVUE AKCHÉOLOGIQUE 

plet en trois volumes. Après quoi, elle avait élaboré le plan de 
trois autres Corpus (Péloponnèse et îles voisines, Grèce du 
Nord, Mer Egée), en marge desquels deux parties spéciale- 
ment importantes, Delphes et Délos, devaient être l'apanage 
de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres de France; 
l'Asie continentale serait dévolue à l'Académie de Vienne : de 
l'Afrique, il n'était pas question pour le moment. 

Mais la multiplicité de ces Corpus, si elle facilitait la tâche en 
la divisant, entraînait, avec leurs titres et leurs paginations indé- 
pendantes, des inconvénients très graves. Pour y parer, l'Aca- 
démie, d'accord avec les éditeurs, adoptait enfin le principe 
d'une tomaison unique, pour le passé jusqu'en 1903, comme 
pour ce qui restait à publier encore, sous le titre général à'Ins- 
criptiones Graecae. Les éditeurs firent imprimer de nouveaux 
titres pour chacune des parties jusque-là autonomes et les 
mirent à la disposition des souscripteurs : c'est ainsi que le 
1 volume du CM., paru en 1873 et intitulé alors : 

CIA. concilio et auctoritate Acad. litterar. regiae Borussicae editum. 
— Vol. I. Inscr. Atticae anno Euclidis vetustiores, 

devenait à partir de 1903 : 

Inscript. Graecae consilio et auct., etc.editae. — Vol. I. Inscr. Att.anno 
Euclidis vetustiores, consilio et auctor., etc. edidit Adolfus Kïrchhoff, 

le premier volume du ci-devant C7^.. étant désormais le premier 
de la collection tout entière des IG. Il en fut de même, mutatis 
miitandis., pour les volumes suivants, que nous désignerons 
ici par leurs titres définitifs. 

On se demandera pourquoi TAcadémie a si longtemps attendu 
pour donner à son œuvre la seule appellation qui pût lui conve- 
nir. Sans doute, l'expérience avait amené avec elle un peu de 
prudence et de modestie; le succès du CIG. n'avait été qu'une 
demi-victoire, puisque la tâche à peine achevée avait dû être 
reprise de fond en comble et que le mot Corpus, en présence 
d'une matière accrue presque chaque jour, commençait à paraître 
bien ambitieux. En 1903, avec près de huit volumes parus 



HISTOIRE DES ÉTUDES d'éPIGRAPHIE GRECQUE EN EUROPE 147 

sur un total de quatorze, les choses se trouvaient être assez 
avancées pour permettre d'esquisser du moins la formule d'un 
nouveau plan universel. Enfin, il restait encore assez à faire 
pour que la formule n'arrivât pas trop tard. Cette espèce d'inau- 
guration d'un édifice, inachevé, il est vrai, et destiné à le demeu- 
rer longtemps, mais dont les murs solides se dressaient bien 
au-dessus du sol, venait donc en somme à son heure. 



En 1871, la publication à Athènes d'une énorme collection 
épigraphique avait donné à penser qu'il serait déjà beau de 
mener à bien un simple CIA. et prouvé, en quelque sorte maté- 
riellement, combien il était chimérique de vouloir s'en tenir, 
comme Boeckh en 1827, à la méthode des suppléments éven- 
tuels : le plus remarquable des épigraphistes Grecs, St.-Ath. 
Coumanoudis, professeur dès 1859 à l'Université d'Athènes, 
secrétaire perpétuel de ï'Apyxio\oyt.y.ri 'E-x'.peix, bien connu du 
reste par ses travaux antérieurs, venait de faire éditer ses 
« AxTty.^ç sTciypaçat kT.'.iù[).6>.o>. », révélant d'un coup près de 
4000 inscriptions uniquement funéraires pour la seule Attique, 
tandis que les inscriptions Attiques données par Boeckh s'éle- 
vaient seulement à 980 numéros. En fait, le nouveau CIA. allait 
en comprendre plus de 9000. 

La valeur scientifique de Kirchhoft, depuis les S^z^rfze/z de 1863, 
était bien connue : on allait apprécier sa prodigieuse activité 
et le discernement heureux avec lequel il devait choisir ses 
principaux collaborateurs. Le principe topographique étant 
affirmé par le titre même de l'ouvrage, il fallait recourir, dans la 
disposition intérieure des textes, à un autre principe de classifi- 
cation. Boeckh s'était borné à reprendre la division par catégories 
chère à ses prédécesseurs ; il avait réparti ses Inscriptioiies Atticae 
en 12 classes; KirchhofT, mettant à profit l'histoire de l'alphabet, 
si développée depuis dix ans et qu'il connaissait mieux que 
tout autre, crut pouvoir adopter en seconde ligne l'ordre chro- 
nologique et, en troisième ligne seulement, l'ordre des classes. 



148 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

Il est juste de reconnaître que la première partie du CIG. se 
composait déjà des seules inscriptions archaïques et que le 
premier volume du Corpus Inscriptionum Latinariun (1863) est 
le Corpus de toutes les inscriptions antérieures à la mort de 
César; cet ordre a donc pu inspirer d'abord la constitution d'une 
première partie du CIA. limitée dans le temps, puis, par influence 
de voisinage, celle des deux suivantes. La décision prise, Kir- 
chhoff voulut commencer à la fois les trois volumes, celui d'avant 
Euclide, celui qui va de l'archontat d'Euclide à la bataille d'Ac- 
tium, celui d'après Actium et, pour cela, confier aussitôt à des 
collaborateurs distincts la préparation de chacun d'eux. Lui-même 
se chargea du premier (préface d'avril 1873); le second fut l'œuvre 
d'Ulrich Koehler, le troisième de Wilhelm Dittenberger ; dès 
1878, en tout ou en partie, chacun des trois volumes avait déjà 
paru. 

Kirchhoff a circonscrit rigoureusement son sujet; il n'a voulu 
accepter que les inscriptions proprement dites : qiiae sui juris 
essent et monumentorum loco et habitae et habendae. Il a exclu 
les inscriptions des vases trouvés dans les tombeaux, celles des 
balles, des lames de plomb superstitieuses, celles, en un mot, 
quae et alienis usibus essent destinatae et partim nulla cogente 
necessitate et arbitrio pleraeque superadditae. 11 retient les 
textes rédigés par des Athéniens, en caractères attiques et en 
dialecte attique, mais ceux-là seuls qui se trouvent sur la terre 
ferme ou dans Tile de Salamine. Voilà pourquoi, par exemple, il a 
négligé la partie attique du monument de Sigée, les inscriptions 
attiques retrouvées dans les colonies d'Athènes, les inscriptions 
en langue latine ou barbare non bilingues, tout en reproduisant 
les inscriptions grecques non attiques retrouvées dans Athènes. 
C'est le principe topographique, au sens le plus étroit du mot, 
préservé toutefois des subdivisions exagérées que nous relè- 
verons un peu plus tard. 

Le commentaire est un chef-d'œuvre de concision, sans di- 
gressions inutiles; les reproductions nous sont présentées aussi 
exactement que possible, avec les meilleures garanties d'au- 



HISTOIRE DES ÉTUDfcS d'ÉPIGRAPHIE GRECQUE EN EUROPE 149 

thenlicité. Aiusi, la plupart des inscriptions du C/A. avaient été 
une première fois publiées par Rang-abé, soit dans ses deux vo- 
lumes à' Antiquités helléniques (1842-1855), soit dans l"Ef^[jL£piç 
'ApxaioXoY'.y.-ii fondée en 1837 par lui-même et par Cyriaque Pit~ 
takis ; Kirchhofï déclare, comme on disait jadis, que la caution 
n'est pas bourgeoise. Ses noiwelles sources sont au nombre de 
trois principales et la valeur en est très sûre : 

a. Schedae Boeckhianae, ou matériaux préparés parBoeckh en 
vue de son supplément^éventuel, d'après les copies envoyées par 
ses correspondants Finlay, Prokesch,Forchhammer,L. Ross, etc. 
C'étaient, pour la plupart, des inscriptions découvertes au len- 
demain de l'alTranchissement de la Grèce ; Boeckh, plus tard, s'en 
désintéressa peu à peu et, après sa mort, ses héritiers en firent 
don à l'Académie de Berlin. 

% Schedae Rossii. L. Ross, dans ses nombreux voyages en 
terre grecque, relevait avec un extrême scrupule d'exactitude 
tout ce qui lui paraissaitMigne d'intérêt; notamment, il copiait 
au jour le jour des inscriptions dont il publia lui-même ensuite 
une partie sous le titre commun d' Inscriptiones Graecae ineditae 
et aussi dans divers mémoires ou travaux secondaires dépi- 
^m/îAz'e, recueillis en 1861 par H. Keil; nous avons cité déjà son 
Epistola epigraphica ad Boeckhium (Halle, 1850). D'autres co- 
pies étaient adressées à divers correspondants. Après sa mort, 
sa veuve offrit ces schedae à l'Académie de Berlin ; Kirch- 
hoff y attachait le plus grand prix : Fz>, écrit-il, de rébus epi- 
graphicis ceterisque antiquitatis Graecae studiis praeclare me- 
ritus et pia memoria colendus . 

y. Schedae Velseni. Arthur von Velsen, mort en 1861, secré- 
taire de la légation de Prusse à Athènes, avait entrepris durant son 
long séjour en Attique une Psephismatum Atticorum collectio, ré- 
plique lointaine de la collection antique formée par le Macédonien 
Krateros. Son exactitude égalait sa compétence ; il copiait sans 
relâche toutes les inscriptions qu'il rencontrait. L'Académie de 
Berlin acheta ses papiers après sa mort. 

Ces trois sources, malgré leur importance, ne pouvaient 



150 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

toutefois suffire, parce qu'elles ne présentaient pas les carac- 
tères d'une exploration générale et systématique. Les véritables 
fondations , pour reprendre à notre compte le terme de Kirclihoff, 
furent l'œuvre d'un successeur de Yelsen, Ulrich Koehler, der 
tester Kenner Attischer Sterne, l'auteur même du 2^ volume du 
CIA. Né en Saxe-Weimar en 1838, secrétaire de la légation de 
Prusse à Athènes en 186S, plus tard (1872) professeur d'archéo- 
logie à Strasbourg, directeur (1875) de l'Institut allemand d'A- 
thènes, enfin (1886) professeur à Berlin, Koehler fut chargé par 
l'Académie de Prusse de collationner, de recopier ou d'estamper 
tous les monuments épigraphiques de l'Attique déjà connus et 
tous ceux qu'il pourrait découvrir, H fit si bien qu'en peu d'an- 
nées (1866-1872) il recueillit à peu de chose près la matière des 
deux premiers volumes du CIA. et une bonne partie de celle 
du 3^ : Hoc munits ita absolvi, déclare-t-il, ut primum lapides 
qiiam adcuratissime exscriberem, exscripta mox domi cum editis 
conferrem, de rébus dubiis denique ad ipsos lapides recurrerem. 
Il ne reçut malheureusement communication des Schedae Velseni 
qu'après son retour en Allemagne : rappelé en 1872 pour occuper 
une chaire à la nouvelle Université de Strasbourg, il retourna 
pour dix ans à Athènes en 4876; mais le 1" volume avait déjà 
paru et l'impression du 2" était à peu près terminée. 

Restait à se procurer des copies authentiques des monuments 
enlevés d'Athènes et, depuis un temps plus ou moins long, dé- 
portés dans les Musées d'Europe. Nulle difficulté ne fut soulevée 
en Allemagne, ni en France; mais à Londres, il en fut tout 
autrement. On avait entrepris, au British Muséum, un recueil 
spécial des inscriptions de ce Musée — nous en parlerons 
un peu plus loin ; par ce motif, on refusa catégorique- 
ment toute communication et les éditeurs furent contraints 
de se rabattre sur des copies antérieures, d'une authenticité 
moins certaine. Pressé d'aboutir, Kirchholî crut devoir passer 
outre et ne pas attendre indéfiniment la publication de ce 
recueil ; cette publication n'eut effectivement lieu qu'à partir 
de 1874. 



HISTOIRE DES ÉTUDES d'ÉPIGRAPHIE GRECQUE EN EUROPE 151 

L'impression fut surveillée avec Tassistance do Rodolphe Schoell 
{professeur à Greifswald), Kirchhoff se qualifiant lui-même 
àlioininem pessime oculatiim ideoque in talibus justo fere neqle- 
gentiorem. Le premier volume se termine par sept index, en 
49 pag-es, suivis d'une carte sommaire de IdiSocietas Délia, dres- 
sée par Kiepert pour l'année 430 av. J.-C, abstraction faite des 
cités du Pont : l'index n° 1 donne une liste des Quaestores Mi- 
nervae en fonctions de l'année 434 à l'année 404, c'est-à-dire 
pendant la durée entière de la guerre du Péloponnèse et les 
deux années qui la précédèrent immédiatement. 

Veut-on connaître maintenant le contenu de ce P"^ volume et 
se rendre compte, par un exemple significatif, de ce qu'était 
cette distribution par classes, dont nous avons parlé à plu- 
sieurs reprises? Il convient ici, pour être plus clair, d'opposer 
Kirchhoff {ClA^.) à Boeckh {CIG., p. ii), sans se dissimuler 
que la comparaison ne saurait être absolument exacte, puisque 
le groupe du CIG. comprend l'ensemble des inscriptions Atti- 
ques découvertes avant l'année 1825, tandis que le l^"" volume 
du CIA. ne représente que les inscriptions antérieures à l'ar- 
chontat d'Euclide. Si considérable que soit la différence de 
durée entre les deux époques étudiées, cette partie du CIA. 
contient à elle seule 555 numéros quand la Pars II du CIG. 
n'en présentait pas le double (980 numéros) : tant les progrès 
avaient été rapides au cours du demi-siècle qui séparait les deux 
recueils! Les classes 3-8 de Boeckh n'ont pas leurs similaires 
dans le 1" volume du CIA. ; cela tient à l'époque archaïque 
dans les limites de laquelle ce l" volume est comme enfermé. 
On ne sera pas surpris non plus de trouver, entre la 11® classe 
de Boeckh et la IV® partie de Kirchhoff, une aussi énorme dis- 
proportion en faveur du premier ; c'est là surtout qu'il faut tenir 
compte de la différence des temps étudiés, d'autant plus que les 
contenus des deux groupes ne correspondent pas absolument 
l'un à l'autre. Quoi qu'il en soit, les classes plus ou moins 
nombreuses, plus ou moins conformes à celles que nous venons 
de relever, sont en général disposées d'une manière analogue : 



152 



REVUE ARCHÉOLOGIQUE 



c'est la marche scientifique du plus connu au moins connu. 



Boeckh, CIG. P. 11. Inscr. Atticae. 
980 numéros. 

Cl. l. Acta senalus et populi universi- 
tatum et collegiorum et, en ap- 
pendice, quelques tiluli hono- 
rarii (67). 

2. Tabulne magislratuum in primis 
quaestorwn et similium (28). 

3. Tituli militares (12). 

4. Archontes, prytanum catalogi, 
tesserae judicutn (34). 

5. Agonistica et gymnastica (77). 

6. Fragmenta catalogorum (21). 

7. Honores imperat. et aliorum ex 
domo Augusti et décréta impera- 
toria (48). 

8. TU. honor. civitatis labentis, 
max. imperat. aetate, statuts aul 
imaginibus subscripli (93). 

9. Donariorum et operum public, 
termini (73). 

10. Ordo sacrorum, termini, defin. 
magicae, etc. (25). 

11. Monum. privata, maxime sepul- 
cralia (487). 

12. Fragmenta varia (15). 



Kirchhoff, CIA'. Inscr, Atticae anno 
Euclidis velusliores. 555 numéros 
(y compris les suppléments de 1877 
et 1887). 

Pars T. Décréta senatus populi pago- 
rum (116). 
II. Tabulae magislratuum (215). 
Cl.l. Tab. quaestor. Miner vae. 

2. Traditiones quaestorum reli- 
quorum deorum. 

3. Tabulae logistarum. 

4. Tab. poletarum. 

5. Tab.curatorum Deliitisulae. 

6. Tab.curator. operum publi- 
corum. 



m. Donariorum tituli {monum. pu- 
blica et privata) (100). 

V. Termini (36). 

IV. Tituli sépulcrales {monum. pu- 
blica et privata) (61). 

VI. Fragmenta incerta (27). 



On le voit : l'ordre suivi de part et d'autre est à peu près le 
même, allant du public au particulier, de la vie politique à la vie 
privée, pour aboutir aux stèles funéraires et à un dernier groupe 
composé de tout ce qui n'a pu entrer dans aucun autre. 

Les textes que les caractères d'imprimerie ne pouvaient assez 
fidèlement reproduire ont été gravés sur bois en grandeur natu- 
relle, ou, quand le format du livre l'exigeait, à une échelle ré- 
duite : en ce cas le lecteur est averti par l'auteur. Après le nu- 
méro d'ordre qui est désormais, pour l'inscription recueillie, 
la partie essentielle de son nouvel état civil, vient une très brève 
histoire de son origine : nature du monument, matière subjec- 
tive, lieu, dimensions, éditions successives, autant d'étapes, si- 



HISTOIRE DES ÉTUDES d'ÉPIGRAPîIIE GRECQUE EN EUROPE lo3 

gnalées avec soin, de sa vie épigraphique. Ici se place la repro- 
duction de l'inscription, aussi ressemblante que possible à l'ori- 
ginal. On quitte alors, en quelque sorte, le dehors pour pénétrer 
vers le dedans : voici les variae lectiones, l'explication s'il y a 
lieu, les conjectures sur la date du texte; c'est tout. On a passé 
en revue tour à tour les circonstances extérieures, le titidus 
lui-même et enfin son contenu ; tout est dit et ce qu'on pour- 
rait ajouter serait étranger à Tépigraphie proprement dite. 
Donnons, à titre de spécimen, le CM' 179 : il présente à peu 
près tous les genres de détails que l'on rencontre ordinairement 
sous la plume de Kirchhoff et de ses collaborateurs : 

179, — Fragmentum lapidis Pentelici, quod erutum est in arce, a. 
0,63, /. 0,29, marginibus dextro et inferiore integris, -post versum ul- 
timum ex tertia fere parte litleris vacans. Margo superior utrum laesus 
sit necne dijudicari non passe adnotat Koehler. — EdiditRangabé 115, 
Pittakis Eph. 892. Rangabei exemplum ad lapidem exegit Koehler, 
qui in secundi et tertii versus exitu num quid desit incertum esse dicit ; 
reliquorum versuum clausulas intégras exstare omnes praeter uttimum ; 
ejus versus extrema jam antiquitus consuUo videri esse deleta. 

[Suit la reproductioa de l'iascription eu capitales, 22 lignes numérotées de o en 
5, la plupart des lettres de la première ligne étant tronquées dans leur partie 
supérieure.] 

Illustravit haec post Rangaben Boeckhius in Commentt. Acad. Berol. 
1 846, p. 355 sqq. Rationes sunt pecuniae a quaestoribus Deae nume- 
ratae archonte Apseude 01. 86,4 ad sumptus expeditionis Corcyreae 
faciendos. 

[Suit la transcription en minuscules, avec les restitutions placées entre crochets 
droits, des points suppléant les lettres absentes et non restituées, jusqu'à la 
23« ligne. Des traits marqueraient une lacune de longueur non définie.] 

Vs. 8 sqq. et 19 sqq. Primos missos esse Corcyram cum decem navibus 
Lacedaemonium, Diotimum, Proteam tradit Thucydides /, 45, subse- 
cutos cum viginti alteris Glauconem et Andocidem I, 51 , a marmore 
discrepans, ut vitium traxisse verba scriptoris persuasum sit. 

Tel est le numéro appartenant aux Magistralmtm tahulae 
(section 2^) et qui occupe à peu près une colonne, c'est-à-dire la 



154 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

moitié d'une page. Remarquons, dans la première partie, une 
hypothèse de martelage ; dans la dernière, une très courte com- 
paraison critique avec un texte connu de Thucydide, ce qui dis- 
pense de discuter la date de l'inscription. La présentation est aussi 
claire et aussi courte que possible , sans sacrifice aucun des 
éléments essentiels à connaître, avec une bibliographie suffi- 
sante. Nous aurions pu sans peine apporter des exemples de 
commentaires beaucoup plus longs, quoique d'une façon géné- 
rale et étant donné les progrès de la science et la multiplication 
des traités techniques depuis Boeckh,'le CIA. soit moins alourdi 
de commentaires que le CIG. C'est bien là ce que regrette 
E. Egger, dans son compte rendu du Journal des Savants 
(1874), considérant toujours qu'un Corpus doit se suffire à lui- 
même sans renvoyer à des secours étrangers; le principe de 
Kirchhoff nous paraît être le meilleur : iin dictionnaire n'est pas 
une grammaire ni un traité théorique^ c'est un répertoire de maté- 
riaux. 

Nous ne pouvons signaler ici les inscriptions les plus impor- 
tantes. Bornons-nous à noter que les plus anciennes sont données 
comme antérieures à 450 av. J.-C. et à insister sur l'extrême 
importance des index qui ne sont pas seulement des renvois au 
corps du volume, mais aussi des sommaires très précieux. 
L'index III, par exemple, nous énumère avec leurs principaux 
dèmes les dix tribus primitives de l'Attique : 'Epe^Oriiç, Aly/iiç, 
IlavoiovCç, AetovTi'ç (orth. d'avant Euclide : Aeovxiç), 'Axaixaviiç, 
0!vY)(ç, KexpoTci'ç, 'IicTToÔwvTtç, AlavTi'ç et 'AvTtoxi'ç. L'index VI nous 
révèle des centaines de noms propres d'hommes ou de femmes; 
l'index V, une foule de noms géographiques dont une partie 
serait d'ailleurs inconnue ; il n'est pas jusqu'à l'index VII, avec 
son titre un peu vague : Res et verba notabiliora, qui n'appelle 
notre attention d'une façon très heureuse sur certains points 
importants, sans toutefois viser au catalogue : c'est comme une 
illustration du livre entier, à l'usage même des simples curieux ; 
il y est question de ai'xYjatç h Hputaveiw, de Téi^evoç, de xopriyo^ de 
Xïj^iapxtv^ov YpajjLixaTéïov, etc. Nous disions que chaque article était 



HISTOIRE DES ÉTUDKS d'ÉPIGRAPHIK GRECQUE EN EUROPE 155 

facile à lire : l'ensemble est encore plus facile à consulter ; les 
243 pages sont pesantes sans être lourdes, solides sans être mas- 
sives, savantes sans pédantisme superflu. 

Les suppléments de 1877, de 1887 et de 1891 n'appellent 
aucune observation particulière. 



* 



Le 2^ volume du CIA., aujourd'hui 2" volume des Inscriptiones 
Graecae, publié en partie dès 1877, comprend les inscriptions 
des quatre siècles antérieurs à l'ère chrétienne : aetatis quae est 
mter Eiiclidis annum et Augusti tempora\ la préface de Koehler 
est datée du 31 décembre 1876. 

L'auteur a pu connaître les inscriptions du British Muséum^ 
ou plutôt la première partie de The collection of ancient greek 
inscriptions in the British Muséum, œuvre de Hicks et de New- 
ton; cette première partie, due spécialement à Hicks (1874), 
était précisément consacrée à l'Attique et pouvait tenir lieu de 
toute autre copie. La disposition chronologique qui préside aux 
grandes divisions du CIA. a été méticuleusement observée, sur- 
tout, quand les inscriptions n'étaient pas datées, au moyen de 
la forme des lettres : « Cette partie de ma tâche, déclarait 
Koehler, a été bien dure; le critérium est loin d'être infaillible. 
Aurai-je réussi? d'autres en jugeront et le temps en fera la 
preuve. Un mot seulement : je vois constamment des gens, qui 
n'ont jamais ou presque jamais examiné de monuments épigra- 
phiques, fixer hardiment des dates d'après la forme des lettres. 
Je voudrais bien qu'on en finît avec ce procédé et surtout que 
mon exemple ne fût pas un encouragement à continuer. La date 
des monuments d'après la forme des lettres ne saurait être éta- 
blie que par ceux-là qui, instruits par une pratique longue et 
continue, ont pu se graver dans l'esprit les formes de lettres 
propres à chaque époque. Encore s'agit-il moins des formes de 
chaque caractère que de l'aspect de l'ensemble, aspect que la 
plume ne saurait décrire ni l'impression reproduire exactement. » 



156 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

Certes, on ne saurait dire mieux. Il nous souvient qu'Edouard 
Tournier, en matière de paléographie grecque, raisonnait tout à 
fait de même : « Quand on reconnaît un ami dans la rue, c'est à 
Tensemble de sa démarche et des traits de son visage, non à la 
forme spéciale de son nez, à la couleur de ses yeux, aux dimen- 
sions de sa stature, toutes choses que, cinq minutes après l'avoir 
quitté, on serait peut-être bien embarrassé de définir. » S'il fallait 
prendre au pied de la lettre cette amusante boutade et s'en tenir, 
en matière scientifique, à une impression d'ensemble, cet abus 
de la méthode subjective et de la sensation du moment nous 
égarerait bien vite. Surtout, les disciples seraient contraints à de 
fréquents actes de foi, parfaitement étrangers à l'esprit scienti- 
fique. Mais on ne peut nier qu'il n'y ait du vrai dans les paroles de 
Koehler et que l'esprit de synthèse ne soit susceptible d'éclairer 
souvent les efforts de l'analyse. L'auteur, du reste, professe que 
le CIA. n'est pas fait pour les ignorants : Neque enim tironum 
usui CIA. condi puto. 

Il se félicite enfin d'une coïncidence heureuse : au moment où 
allait paraître son premier fascicule, contenant les inscriptions 
qui sont des décrets, la Société Archéologique d'Athènes avait 
pratiqué avec succès des fouilles entre le théâtre de Dionysos et 
rOdéon d'Hérode, sur le flanc méridional de l'Acropole ; pour 
mieux dire, on avait déblayé le terrain des décombres qui le 
recouvraient depuis un temps immémorial. La moisson épigra- 
phique fut très riche, les archéologues Athéniens furent très 
libéraux : grâce à eux, le volume se compléta par une double 
série à'addenda. Koehler, à ce moment même installé dans 
Athènes comme directeur de l'Institut allemand, remercie avec 
raison les directeurs des Musées nationaux, St. Coumanoudis et 
P. Eustratiadis. 

La série des cinq fascicules du CIA^. parut de 1877 à 1895. Le 
premier, nous l'avons dit, contient les Décrets, répartis en cinq 
classes, depuis ceux du Sénat et du peuple d'Athènes jusqu'à ceux 
des collèges et des confréries, au total près de 700 inscriptions. 
Celles des addenda sont rapportées à un numéro du texte prin- 



HISTOIRE DES ÉTUDES d'ÉPIGRAPHIE GRECQUE EN BUROPE 157 

cipal qui devient aussi le leur, mais affecté de l'exposant bis, 
ter, etc. qui les remet à leur vraie place; le commentaire est 
presque plus concis encore que celui de Kirchhoff. Le second 
fascicule (1883) contenait près de 500 textes, listes de magistrats, 
catalogues, instruments de droit privé ; le troisième (1888) com- 
plétait le recueil et se terminait avec les épitaphes. 

Le quatrième (1893), consacré à 17 index en 93 pages, était dû 
à J. Kirchner (préface du 20 décembre 1892), qui avait omis de 
parti pris tous les mots des donariorum catalogi ayant le caractère 
de termes techniques d'architecture ou de construction navale- 
il omettait aussi les choses grammaticales, sauf quelques excep- 
tions. La raison de son abstention ne nous paraît pas bonne : «Il 
me suffit, dit-il, de renvoyer les lecteurs curieux de ces questions- 
là au livre excellent de K. Meisterhans {Grammaire des biscrip- 
tionsattiques,2^ éd. Berlin, 1888)»; mauvais prétexte pourrefuser 
de donner à son tour des éléments nouveaux d'appréciation. Le 
1" index : iiomina virorwn et feminarum occupe à lui seul 
les deux tiers de ce volume ; le 7« : tribus Atticae, ajoute 
quatre tribus nouvelles à celles de Kirchhoff : 'AvTcyoviç, 
A-rjiXYjxptâç, nxo>v£[ji,aîç, 'AxTaXiç; le 11* : feriae et agonistica, nous 
révèle, entre autres choses, 119 titres de pièces de théâtre, 
avec ou sans nom d''auteur; le 12* énumère plus de 250 noms de 
vaisseaux ; le 15% chronologica, présente un tableau des jours 
quibus coniiones et senatus concilia habita sitnt. Le 16*, sous 
le titre : Carmina, donne une centaine d'hexamètres, sans 
compter les fragments ; des proverbes : 

OùSàv èXeuGepi'aç xpeïTTOV xéXei àvopaatv iaôXoïç (n" 1679), 

ou des vœux : 

FYjpai'av avoaov tzoiXox^ TcafBwv èT:toouaav (n° 3903) ; 

"OX6tov eùy^pwv avoaov xaXov suxexvov luôXôv (n° 4301), etc. 

vers ordinairement isolés. C'est Kirchner encore qui composa 
les index du 5* fascicule (1895), énorme supplément de 350 pages; 
il a bien voulu cette fois considérer que l'œuvre de Meisterhans 
avait quelque peu vieilli et composer une demi-page finale de 



158 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

Grammatica et orthographica, avec les subdivisions : Voyelles, 
consonnes, flexions nominales, flexions verbales. 

Ce 2* volume du CIA., y compris les fragmenta incerta du sup- 
plément, contient 4.350 numéros, qui, avec les nombreux bis ou 
ter, font un total approximatif de 6000 inscriptions pour lui seul : 
c'est avec 6000 inscriptions pour le monde grec entier et tous les 
siècles de l'hellénisme que Boeckh, quatre-vingts ans plus tôt, 
avait entrepris le CIG. ! 

Relevons, chemin faisant, quelques indications nouvelles don- 
nées par l'auteur sur sa propre méthode (préfaces du 31 août 
1883, du 12 août 1888, du 31 juillet 1895). La matière était fort 
diverse, la disposition très malaisée; il s'est parfois moins pré- 
occupé de la vérité scientifique que des commodités du lecteur. 
Mais il n'est pas, en fin de compte, absolument satisfait et 
déclare que, s'il fallait recommencer, il modifierait bien des 
choses. Un axiome lui tient au cœur : il faut à l'épigraphiste une 
longue pratique des monuments surplace; encore cette pratique 
ne suffit-elle pas : Non tantum usu diligentia doctrina opiis 
est ; opus est in primis insita qiiadam ut jitdicii ita aciei rectitu- 
dine et praesentia, qiiae nec vestigiis dubiis immoretur nec specie 
fallatur, sed vera a falsis sponte discernât. Cette sorte de mys- 
ticisme s'accroît chez lui avec les années. Il gémit, comme Char- 
lemagne à la fin du Roland, sur sa tâche qui n'est jamais finie : 
« J'avais jadis espéré, soupire-t-il, que le supplément de mon 
second volume n'aurait pas besoin de supplément : huic parti 
addenda non essent addenda! » — Sans doute ; mais quoi ! on a dé- 
blayé tout un flanc de l'Acropole d'Athènes, poursuivi avec succès 
les fouilles d'Eleusis; la Société Archéologique est infatigable, in- 
fatigablement heureuse et généreuse; Dimitrios Philios, Wassili 
Korolkow (de l'Institut philologico-historique de Saint-Péters- 
bourg), ont envoyé de la matière et l'on ne peut que les remer- 
cier. Lollingetl' 'Eçy^i^epiç ont en partie fourni le fonds du 3* fas- 
cicule; pour celui-ci, Koehler s'excuse de n'avoir rien vérifié de 
ses propres yeux et, ayant renoncé à composer lui-même un traité 
spécial des titidi sépulcrales, il renvoie aux 'Attix?;? èTutYpaçal 



HISTOIRE DES ÉTUDES d'éPIGRAPHIE GRECQUE EN EUROPE 159 

èwTuixêioi (1871) de Coumanoudis. Au contraire, le fascicule de 
1895 contient une partie de ses propres collations en Attique 
(jusqu'en 1886); Lolling et, après la mort de Lolling (1894), 
Paul Wide, depuis professeur à Upsala, l'ont suppléé pour le 
reste. A mesure qu'il avance dans sa tâche, son commentaire 
devient de plus en plus laconique, jusqu'à se présenter par 
endroits comme à 1 état rudimentaire. 



Le 3° volume du CIA., demeuré le 3' des Inscriptiones Graecae, 
œuvre de Wilhelm Dittenberger (professeur à Rudolstadt, puisa 
Halle), se compose essentiellement de deux parties, publiées en 
1878 et en 1882, comprenant en tout plus de 900 pages, dont 80 
pages d'index à la fin de la 2« partie, avec 4021 numéros, sans 
compter les Addenda; nous verrons plus loin comment un sup- 
plément, d'un ordre très spécial, devait s'y ajouter en 1897. La 
préface est datée de juillet 1878. 

Les difficultés du classement allaient croissant à mesure qu'on 
s'éloignait des époques primitives ; une tâche qui avait pour objet 
l'époque romaine depuis Actium était donc particulièrement 
malaisée. La détermination de l'ordre chronologique était chose 
ardue : dans une période oii tant de gens savent écrire et où les 
dates sont rarement exprimées, la forme des lettres est souvent 
le plus défectueux des critériums. Quand il n'y a pas lieu d'af- 
firmer ni de nier avec une probabilité suffisante, Diltenberger 
rejette les textes en fin de liste. Lui aussi se préoccupe des inté- 
rêts et des commodités du lecteur; il en donne la preuve, entre 
autres passages, dans la disposition de la partie IX, cl. 3, de ces 
catalogi epheborum qui occupent 216 numéros, soit près de 
la moitié du volume de 1878. Il n'y avait pas lieu, en effet, 
de tenter une autre distribution que Tordre purement et sim- 
plement chronologique, sous peine de n'être plus instructif du 
tout. L'auteur s'est mis d'accord avec Koehler sur les frontières 
de leurs travaux respectifs, ni l'un ni l'autre ne s'interdisant de 
dépasser au besoin la ligne précise de démarcation, quand ils le 



160 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

jugeaient préférable, sans toutefois jamais se répéter entre eux. 
Actium, après tout, n'est pas une borne épigraphique : il fallait 
donc bien se garder de séparer des éléments absolument solidaires. 
Les Èpigrammata Graeca ex lapidibus conlecta, de Georges Kai- 
bel, furent publiées trop tard pour que Dittenberger pût dès lors 
les utiliser; les collaborateurs illustres ne lui firent d'ailleurs 
pas défaut : tels furent Kirchhofî, Koehler, H. Heydemann, 
Ad. Michaelis, Ch. Robert, Rod. Schoell. 

Les textes édités en 1878 étaient ceux des 9 premières par- 
ties, sur les 12 que devait contenir l'ouvrage une fois complet. 
La O® est toujours celle des Décréta senatiis populique Athe' 
niensium-y la 3e donne les epistulae et constitutiones des em- 
pereurs et des magistrats Romains; la 6^ est consacrée aux ins- 
criptions des édifices publics et privés relatives à ces édifices 
mêmes, réparties en deux sections (l'une d'elles contient les 140 
inscriptions relevées sur les sièges du théâtre de Dionysos, avec 
une description détaillée de leur disposition) ; la 8^ est le recueil 
des subscriptiones déchiffrées sur les bases de statues et des 
autres inscriptions honorifiques, en 11 classes, empereurs Ro- 
mains, rois, reines et cités, femmes Romaines, femmes Grec- 
ques, etc.; Ia9' est formée par quatre classes de Catalogi, archontes 
et autres magistrats, prytanes, éphèbes, divers. Des trois 
dernières parties (1882), retenons la première (10^ du CIA.*), très 
considérable, composée xxm({mm%niàQs tituli sépulcrales ouépi- 
taphes : épitaphes en vers, au nombre de HO, épitaphes de malé- 
dictions, épitaphes contenant des renseignements biographiques, 
addita aetatis aut condicionis civilis defunctoriim significatione. 

Dans toutes les parties, dans toutes les divisions princi- 
pales ou secondaires, l'auteur demeure fidèle au système excel- 
lent, malgré son apparence empirique, qui lui fait rejeter en fin 
de liste tous les résidus, tout ce qui, dans l'état actuel des con- 
naissances, n'a pu être encore définitivement classé; on signale 
ainsi les questions demeurées ouvertes, les problèmes qui at- 
tendent encore leur solution. Plus rigoureux en général que 
Rirchhoif, Dittenberger reproduit toujours en minuscule ce qu'il 



HISTOIRE DES ÉTUDES d'ÉPIGHAPHIE GRECQUE EN EUROPE 161 

a pu lire de l'iuscriptioii présentée d'abord en capitales, même si 
elle est complète et ne présente aucune difficulté de lecture ; 
— son commentaire final atteint, sans disparaître cependant, 
les extrêmes limites de la brièveté. 

Les dix index sont distribués d'une façon sensiblement diffé- 
rente de celle des précédents : le 8^, intitulé : Nomma virorum et 
feminarum, occupe, à lui seul les trois quarts de la place. Une 
large part est faite, comme il convient, à l'élément Romain : le 
titre du second index est : Res publica Atheniensiian, mais 
celui du premier, Res publica Romana. Le 6*= nous offre une 
nouvelle liste des tribus Attiques, dans un ordre nouveau, au 
nombre de 13 seulement : la tribu 'Aoptavîç apparaît, les tribus 
'A^v.yo^iq et àr,\):r,-p'.iq ont disparu. Le 9° : Nomma Romana, 
pi'aenomùia, nomina gentilia et cognomina, donne une liste de 
23 prénoms. Le 3*^ est celui des choses religieuses, le 4® celui 
des jeux, le 5*^ celui de l'éphébie, le 7° celui des noms géogra- 
phiques; aucun index particulier n'est celui des épitaphes. 



Les iG'. n'ont été complétées jusqu'à ce jour par aucun supplé- 
ment; mais, dès 1897, en une sorte d'appendice numéroté à part, 
Richard Wuensch publiait 220 textes d'un caractère commun : 
c'étaient des textes gravés sur des lames de plomb [defixiones) 
découvertes en Attique, avec des formules variées d'exécration. 
Il est bien vrai que Kirchhoff, en avril 1 873, avait fait une décla- 
ration catégorique : Omisi item inscriptiones glandibus missili- 
èus sive impressas sive i?icisas, defixiommi laminis plumbeis 
fere iiiscriptanim siiperstitiosam sxipellectilem . . . Les principes 
avaient évidemment fléchi, si Ton en juge d'ailleurs par l'opi- 
nion de S. Reinach dans son Traité d'Èpigraphie grecque (1885, 
p. 151, 433, 466 sqq.) et, bien avant cette époque, par la dis- 
sertation d'Albert Dumont : de plumbeis apud Graecos tesseris 
(1870); on peut dire qu'à l'heure actuelle il n'en reste presque 
rien et que la préoccupation dominante des collaborateurs des 
Corpus est, comme le déclare Ililler de Gaertringen, de ne né- 

IV*= SÉRIE, T. VII. 11 



162 Rbvuk archéologique 

gliger aucun des documents écrits, wn sie nicht unter den Tisch 
zu lassen. 

C'est vers 1894 que Wuensch, dans un séjour en Attique, avait 
pu acquérir la collection de lames de plomb formée en trente 
années par Ath. Rhousopoulos ; il y en avait plus de 100, percées 
d'un ou de deux clous, en très mauvais état. Wuensch, qui 
avait songé d'abord à en faire l'objet d'une publication spéciale, 
développa peu à peu son projet jusqu'à lui donner la forme d'un 
appendice au volume de Dittenberger : c'étaient, après tout, des 
inscriptions attiques, inédites pour la plupart. A la collection 
Rhousopoulos vint s'ajouter la collection découverte à Patissia 
(1889), achetée depuis pour le Musée de Berlin par Bolho Graef, 
qui abandonna volontiers son privilège d'éditeur; on recueillit 
enfin, dans les 'Att. èTCiyp. èzix. de Coumanoudis (n"'* 2580-2590), 
ou dans des journaux spéciaux, tels que le Bulletin de Corres- 
pondance Hellénique (1889, p. 77), la classical Review (1890, 
p. 187), divers textes que Wuensch, n'ayant pu les vérifier rf<? 
visu, se contenta de publier sans commentaire. 

La disposition n'était pas chose facile : l'écriture archaïque est 
.déconcertante, la grammaire classique est fort peu respectée, la 
chronologie en somme plus qu'incertaine, bien que la majeure 
partie de ces «/e^^zoAze^ paraisse appartenir au in^ siècle av. J.-C, 
L'ordre topographique n'est guère plus sur, parce que les fiches 
individuelles de la collection de Patissia s'étaient, en l'absence de 
Wuensch, complètement brouillées à l'Institut archéologique Alle- 
mand. Restait, sans revenir précisément au vieil ordre des classes, 
à s'inspirer du texte même. On pouvait placer en tête les inscrip- 
tions réduites à une liste de noms, puis celles qui ont en outre un 
verbe d'exécration, celles ensuite qui sont plus développées et 
comprennent aussi le détail des familles; enfin, avant les frag- 
menta et incerta inévitables, celles qui implorent le secours des 
dieux. Une brève notice d'origine précède, à chaque fois, la double 
transcription en capitales et en minuscules, complétée, en cas 
de doute, par une exacte reproduction, sorte d'appel à la perspi- 
cacité du lecteur ; le numéro s'achève par un très bref commen- 



HÎSTOIRK DES ÉTUDES d'ÉPIGRAPHIE GRECQUE EN EUROPE 163 

taire grammatical, pour lequel l'auteur uliiisa les services de 
deux érudits : W. Schulz et F. Skutsch, Deux autres, Alb. Diete- 
rich et Eric Ziebarth, avaient collaboré au rassemblement des ma- 
tériaux; quant au commentaire sur le fond, Wuensch l'a détaché 
et, au lieu d'en faire le sujet d'un traité publié à part, il en a 
formé la magistrale monographie, placée en tête du volume, de 
tout ce qui touche aux defixiones de plomb, depuis leur origine 
en Atlique jusqu'à nos jours. 

Les textes, certes ne faisaient pas défaut; on pouvait citer So- 
phocle, Pline TAncien, Plutarque ; mais l'un des passages les phis 
significatifs est celui de Tacite, Ann. II, 69, à propos de la der- 
nière maladie de Germanicus : 

Saevam vim morbi augebal persuasio veneni a Pisone accepti : et 
reperiebantur solo ac parietibus erutae humanorum corpoymm reliquiae, 
carmina ac devoliones et nomen Gevnanici plumbeis tabulis insculp- 
tum. 

Le plomb, métal abondant dans les mines du Laurium, se 
vendait à bas prix sur le marché d'Athènes; il était l'emblème 
de la mort, lourd, froid, terne, consacré à Kronos; n'importe 
qui, vu son peu de résistance, pouvait y graver des caractères 
bien que, pour plus de sûreté, on recourût d'ordinaire à un 
magicien spécialiste, auquel on fournissait soit un texte manus- 
crit, soit tout au moins des notes. C'était de la superstition 
vulgaire et à très bon marché. 

Le second des neuf index de Wuensch nous donne les noms 
et surnoms des dieux ou divinités invoquées; le quatrième, les 
professions et la situation sociale des personnes visées par les 
malédictions; le cinquième, qui constitue l'une des parties les 
plus intéressantes de l'ouvrage, les formulae devotoriae en plu- 
sieurs parties : devovendi verba,devotontm cognati sociique devoti^ 
devotorum res fada partesqiie corpons et animae devotae, de- 
votionum formulae smgiilis verborum modis corruptae (conjiinc- 
tivo, optativo, imperativo,infinitivo,pleniore emintiato),res qiiae 
ad artem magicam pertinent. Le huitième est celui des mots 



464 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

d'ailleurs inconnus, soit 44 noms propres et quatre noms com- 
muns : y.y.vxSioupyiç, givowvotco'jAyjç, GupiyyoTzo'.ôq, yp'jaiDXpia. A déchif- 
frer tant d'inscriptions en si mauvais état, Wuensch est devenu, 
comme KirchhofF^ pessime oculatiis et sa prudence dans les res- 
titutions s'en est accrue : Hanc tabellam (n° 68) cum omnium 
ultimam tractarem, ociilis officium jam recusanlibus^ non usque 
eo in legendo perveni, lit omnia, atqiie ea recte a me enucleata 
esse affirmare possem; quam ob rem etiam in explendis lacunis 
cautior fui. 

Il fallait insister sur cette collection, dont l'intérêt est vraiment 
exceptionnel et qui s'est d'ailleurs rapidement complétée. L'année 
suivante (1898), Wuensch lui-même éditait à Leipzig ses Setha- 
nische Verfluchungstafeln ans Rom., relevées en presque totalité 
à Rome au Musée Kircher : les formules d'imprécation en sont 
grecques et latines. Dans le BCH., t. XXV, Th. Homolle exami- 
nait deux inscriptions imprécatoires sur plomb, découvertes à 
Amorgos. Enfin_, l'une des thèses de M. Audollent, soutenues en 
Sorbonne le 22 décembre 1904, a pour titre: Defixionum tabel- 
lae quotquot innotuerunt tam in Graecis Orientis quam in totiiis 
Occidentis partibus praeter Atticas in CIA. éditas. 

[A suivi^e.) S. Chabert. 



BAGUES ROMAINES ET MÉROVINGIENNES 



{Suite'). 



Toutes les bagues dont la description suit font partie de ma 
collection. 

31. Bague méroving-ienne en bronze avec pierres de couleur. 
Cet anneau, vu ses fortes dimensions d'ouverture (0™,021), 
appartenait probablement à un homme. L'anneau, qui est 
sillonné de huit rainures, a 0'°,014 de large et une épaisseur de 
O^jOOlS. Le chaton, de forme rectangulaire, a O'^iOlQ de lon- 
gueur sur 0",012 de large et porte gravé un cloisonné formant 
trois losanges de couleur rougeâtre, bleu et verdâtre, sans doute 
des grenats lapis et émeraudes brutes. Provient de Santeuil 
(Seine-Inférieure). 

32. Bague mérovingienne en terre émaillée, de couleur noi- 
râtre; elle a été trouvée en mai 4905 à Saint-Laurent-d'Agny 
(Rhône). Cet anneau a une ouverture de 0'",0016, une épaisseur 
de 0"\0025; le jonc est large de 0"',004. 

Sur le pourtour de Tanneau se trouvent des cannelures irré- 
gulières. 

33. Bague mérovingienne en argent provenant de Monceau- 
le-Neuf (Aisne). Cet anneau, qui est légèrement déformé, devait 
avoir 0™,()20 de diamètre environ; il possède un sceau et un 
contre-sceau. 

Sur le sceau, qui a 0",011 de long sur 0™,008 de haut, on 
voit un monogramme dont il est difficile de déterminer la signi- 
fication. 

1. Voir la Revue de mars-avril 1905, p. 190-200. 



166 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

On peut y lire S pour Sigilhini, puis D pour C et aussi les lettres 
V et E ainsi que la lettre | couchée, avec des pointillés. 

Le contre-sceau, de 0",007 de diamètre, est formé d'une pla- 
quette où est intaillée une croix. Cette petite bague a dû appar- 
tenir à une chrétienne. 

34. Bague mérovingienne en argent; cet anneau, de 0°, 019 
de diamètre sur 0™,006o de largeur d'anneau, porte sur la 
face extérieure des cannelures au nombre de quatre. Il est 
surmonté d'un édicule à quatre pans avec des cannelures sem- 
blables à celles de l'anneau, au nombre de cinq sur chaque 
pan. Sur un des côtés de ce petit édicule se trouve un conduit 
reliant le sommet du chaton avec le bas de la cuvette, probable- 
ment pour servir à remplir le chaton de poison. Le chaton, de 
O^'jOlOS de large, porte enchâssée à sa partie supérieure une pla- 
quette en verre de couleur verdâtre avec des traces d'irisation. 
Cette plaquette devait servir à maintenir le réservoir complète- 
ment à l'abri ; on pouvait ainsi le vider ou le remplir à volonté, 
sans désertir cette plaquette de verre, au moyen du tube latéral. 

35. Bague mérovingienne en bronze avec monogramme. 

Cet anneau, de 0™,019 d'ouverture, est formé d'une feuille de 
bronze martelée. Sur un côté aplati se trouve un méplat formant 
chaton et où sont gravées les lettres NH dans un cercle en poin- 
tillé. Ces deux lettres, NE ou NH^ devaient être probablement 
les initiales du nom du possesseur de l'anneau. Environs de 
Monceau-le-Neuf (Aisne). 

36. Cet anneau, de l'époque mérovingienne, est formé d'un 
fil de bronze enroulé en spirale et formant un double chaton de 
0™,015 de long sur 0'",006 de large. La bague a 0",019 de dia- 
mètre et le jonc 0",0015 d'épaisseur. 

On peut rapprocher cet objet des numéros 6 et 7 de mon 
article précédent. Il a été trouvé, comme ces dernières, dans le 
département de l'Aisne. 

37. Bague romaine du i*""" siècle ou de l'époque des Antonins 
au plus tard ; elle est formée d'un fort anneau de fer de 0",022 



BAGUES ROMAINES ET MÉROVINGIENNES 



167 



de large et 0'°,024 dans le sens opposé; elle a une épaisseur de 
0™,004 à 0'°,005 suivant les diverses parties du jonc et porte 



33 




5i 



51 




32 



3fi 




Tl'T.if'* tii 



'^iii 



43 




47 




31 



y^ •«€•1 




>A. 



49 



'.LV. 




4i 




39 




37 




50 






4S 



4e 



31 






Bagues romaines et méroviogiennes. 




sur divers points des traces de dorure. Le chaton, surélevé de 
0™,007, porte, à sa partie supérieure, une plaquette d'or 



168 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

intaillée de 0™,008 de haut sur 0'",012 de long. Sur cette pla- 
quette on voit trois têtes romaines conjuguées du plus bel elî'et. 
Les dimensions indiquent que cette bague appartenait à un 
homme. 

38. Bague romaine du in^siècle, formée d'un anneau en fer 
de O'^jOdO d'ouverture; le jonc, qui a 0",002 d'épaisseur, retient 
un chaton de forme ovoïde, mesurant 0™,01d de haut sur 
0'",014 de large; dans ce chaton se trouve enchâssée une pla- 
quette d'argent oii sont gravées en creux des figures représentant 
la Sécurité et l'Abondance debout se tendant la main; la Sécu- 
rité s'appuie sur un sceptre; l'Abondance tient sa corne remplie 
de fruits ; entre elles, un cheval paissant ; au-dessus, des gerbes. 

39. Bague romaine formée d'un anneau de fer de O^'jOlO de 
diamètre. Le jonc, soutenant le chaton, a 0",003 d'épaisseur. 
Le chaton, de forme arrondie, mesure 0™,016 de hauteur sur 
O^jOli de large et porte enchâssée une intaille en cornaline du 
n° siècle de notre ère, représentant Sérapis et Isis. Isis tient le 
sistre et la patère ; sa tête est surmontée du disque lunaire et 
des cornes de vache ; Sérapis, debout derrière elle, s'appuie 
sur son sceptre et a la tête surmontée du modius; à ses pieds, 
le chien Cerbère à trois têtes. Au bras d'Isis, qui tient la 
patère, est suspendu le vase lustral. 

40. Bague de mariage de Tépoque romaine. Ce superbe 
anneau d'or se divise en deux parties pour former le chaton; sur 
chaque petit chaton sont gravés deux petits personnages repré- 
sentant Vénus et Amour. Vu ses dimensions (0"",0l3o), cet 
anneau devait appartenir à une femme. Nous le reproduisons 
ici sous trois autres aspects (fig. 4, 2, 3). 

4d. Cette bague en bronze est une clef de coiïret de l'époque 
gallo-romaine; elle a été trouvée dans les environs de Lvon. 
L'ouverture de l'anneau est de 0",019. 

42. Bague romaine. Cette bague en or porte sur le chaton, de 
forme rectangulaire, deux racines d'émeraude. Le pourtour du 
chaton, de forme rectangulaire, est soutenu par une ciselure en 



BAGUES ROMAINES ET MÉROVINGIENNES 



169 



forme de volutes représentant une feuille d'acanthe (voir fig-. 4). 
Les trois parties saillantes de cette ciselure se terminent par un 
globule. Le jonc est formé d'une tige trilobée avec une ouverture 
de 0°',012 environ, ce qui fait supposer que cette bague devait 
appartenir à un enfant. 






Fis. 1, 2, 3. — Autres vues de l'anneau u» 40 et de son double chaton. 



43. Bague gallo-romaine en or avec intaille et perles fines. 
Cette intéressante bague est formée de deux fils d'or enroulés 
en spirale formant l'anneau, dont l'ouverture est de 0"',016. 




Fig. 4. — Chaton de la bague n» 42. 

Ce jonc vient soutenir le chaton, flanqué des trois globules, type 
caractéristique delà période suivante ou mérovingienne. 

Le chaton, de forme rectangulaire, est formé de trois cuvettes ; 
la cuvette centrale renferme une intaille représentant Eros ailé, 
retenant parles cornes un cerf qui cherche à s'échapper. Travail 
du 11^ ou du iii*^ siècle de notre ère. 

Sur les deux autres cuvettes accostant Tintaille se trouvent 



170 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

deux perles fines percées et retenues dans leur cuvette respec- 
tive par un fil d'or qui les traverse. 

Ce bijou est un beau type de bague gallo-romaine, voisine de 
l'époque des invasions. 

44. Chaton de bague en fer avec intaille. Le chaton, de forme 
ovoïde, a 0'",013 de largeur sur 0°,017 de longueur; il semble 
avoir appartenu à une bague d'homme. 

Le chaton porte enchâssée une intaille sertie par un cercle en 
or. L'intaille, d'un beau travail, porte deux bustes affrontés qui 
représentent l'un Jupiter Sérapis barbu surmonté du modius, 
l'autre un jeune Romain de l'époque d'Auguste dont il rappelle 
les traits. Le pourtour de l'intaille porte une inscription grecque : 

AO YA MY NO[C] 

45. Ce superbe anneau romain du m'' siècle, époque oii Ton 
rencontre ce genre de bague ajourée, est formé d'un anneau 
d'or massif du poids de quatorze grammes. Vu ses dimensions 
(0'°,019), il a dû appartenir à un homme. L'anneau, pris à même 
le métal, est tout repercé en forme de volutes du plus beau 
style. 

Cette bague a été draguée dernièrement (en avril 1905) avec 
du sable dans la Saône près de Chalon-sur-Saône et transportée 
à Monlchanin par le canal dans un bateau chargé de sable. 
C'est alors qu'elle a été recueillie au moment du déchargement 
par un terrassier. Le chaton est formé d'une agate rubannée de 
forme conique, qui porte gravé en intaille un sanglier bondis- 
sant à droite. 

46. Chaton de bague romaine en fer, retenant encore une 
intaille du i^"" siècle de notre ère, qui forme le chaton (0"',002 de 
long sur 0"',008 de large). Cette intaille en agate à deux 
couches représente un petit génie bachique tenant une grappe de 
raisin. 

Comme le n, 48, cette bague provient des marais de Sablon- 
nières (Isère). 



BAGUES ROMAINES ET MÉROVINGIENNES 171 

47. Bague romaine en or du Bas Empire. Celte belle bague a 
une ouverture de 0",019 ; l'épaisseur varie de O-^.OOS à O^.OOo. 
Sur ce corps de bague se trouvent des stries et des poin- 
tillés ; de chaque côté, soutenant le chaton de forme rectangu- 
laire (de 0™,011 sur 0'",007), on voit un dauphin et une coquille. 
Le chaton, d'une hauteur de 0™,006, porte gravées de chaque 
côté deux colombes affrontées tenant une bourse. Peut-être 
faut-il y voir un symbole chrétien. 

48. Chaton de bague romaine en fer, du nie siècle de notre ère, 
retenant encore son intaille qui forme le chaton (0"',011 de long 
sur 0'°,008 de large). Cette intaille, en agate à deux couches, 
représente un personnage paraissant tenir deux torches allumées. 
Elle a été trouvée dans les marais de Sablonnières (Isère). 

49. Bague grecque en or. Ce superbe anneau d'or a une 
ouverture de O'^jOH et une épaisseur de jonc de O'",002. Le 
chaton, très grand, a 0°',025 de diamètre sur 0ra,023 et porte 
gravé en intaille dans l'or un génie assis au pied d'une colonne 
funéraire, au sommet de laquelle se trouve un autre génie. Le 
premier s'appuie sur une torche renversée. 

50. Bague byzantine de mariage en or. Cet anneau a une 
ouverture de O^'yOlQ environ; il est légèrement aplati. La largeur 
de l'anneau varie de 0",Û06 à O-^jOOS, avec une épaisseur de 
0™,00l environ. Le chaton, de forme circulaire, a 0">,016 de 
haut sur O^jOlS de large. On y voit deux personnages se tenant 
par la main. Il est accosté de quatre globules d'or, à la place oii 
l'anneau soutient le chaton. Sur le pourtour se lit une inscription 
où l'on peut reconnaître, d'un côté, CAIO, et de l'autre NO. Peut- 
être faut-il y voir le nom ou des lettres formant les noms des deux 
personnages représentés sur le chaton. 

51. Cette bague de bronze provient des environs d'Izernore 
(Ain) ; elle est formée d'un jonc de O'^jOlS de diamètre et d'une 
épaisseur de 0™,002. Le chaton, pris à'même le métal, a 0",()09 
sur 0'",007; il est de forme arrondie et porte gravé en creux un 
animal que l'on peut prendre pour une grenouille. 



172 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

52. Bague romaine en bronze avec intaille en creux figurant 
le chiffre romain 

VI 
Cet anneau a une ouverture de 0",018 sur 0m,012, Le dessus 
de la bague est large de 0°,007 et porte gravé le signe VI- 
Cet anneau de bronze a été trouvé à Saint-Just près de Lyon. 

53. Bague romaine en bronze trouvée à Lyon. Elle est formée 
d'un jonc de 0"',049 de diamètre ; le jonc a 0™,002 d'épaisseur et 
s'élargit pour former le chaton qui a 0'",016 de haut sur 0'°,007 
de large. 

Le chaton porte gravé en creux un animal représentant un cerf, 
d'un excellent travail du i" siècle de notre ère. 

Claudius Côte. 
Lyon. 



mmm^ son u mîaille de paihs 

EN L'AN 52 AVANT NOTRE ÈRE 



L'article intéressant de M. Hermann Sieg^lerschmidt' présente 
l'inconvénient de laisser croire que le rapport de Labienus 
devient clair aussitôt qu'on place le camp romain vis-à-vis de 
Sainl-Gloud, 

Plusieurs auteurs ont déjà identifié le Me^zoseo^z/m des Com- 
mentaires avec Aleudon et M. Sieglerschmidt aurait dû réfuter 
Desjardins autrement que par des allusions contre des anonymes 
(p. 265). Car Desjardins, adoptant cette solution, a supposé 
« que l'armée de Labienus était groupée au pied de Meudon et 
d'Issy, tandis que le chef aulerque l'attendait vers Bercy ». En 
admettant que Metiosedum ait joué un rôle dans la première 
bataille de Paris, il n'est pas démontré que ce rôle ait été celui 
que suppose M. Sieglerschmidt. 

La lecture des chapitres lvii à lxii du livre Vil du Bello 
gallico fera entrer dans Tesprit du lecteur la certitude que Camu- 
logène n'a tenté, à aucun moment, de perdre contact avec 
l'armée romaine. Or le chef aulerque savait si bien que l'objec- 
tif de Labienus était l'oppidum des Parisii, qu'il ordonna d'incen- 
dier Lutèce aussitôt qu'il apprit le changement d'itinéraire de 
Labienus. Camulogène avait donc un intérêt évident à sur- 
veiller l'incendie de Lutèce pour empêcher les troupes romaines 
de sauver l'oppidum qui eût été pour elles un excellent point 
d'appui. Labienus, qui était accompagné par les bateaux pris à 
Melun, fut certainement retardé par le passage de la Marne, 

1. Voy. liev. ardicoL, 1905, II, 257-271. 



474 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

aussi difficile que celui de la Seine, et l'on doit supposer qu'il 
s'arrêta un moment devant Lutèce, pour se rendre compte des 
dégâts causés par l'incendie. C'est ainsi qu'on doit expliquer 
l'arrêt logique des deux armées à la hauteur de Paris qui, 
contrairement à l'opinion de M. Sieglerschmidt, devait avoir 
encore une importance, au moins pour quelques heures. 
M. Sieglerschmidt pense que Camulogène, en se plaçant sur les 
coteaux de Saint-Gloud, désirait couvrir la route d^Evreux. 
Mais l'oppidum des Aulerci Eburovices était trop éloigné pour 
avoir à craindre une agression de Labienus. Camulogène, chef 
renommé (... singidarem scientiam rei imlitaris)^ devait croire 
que l'objectif rationnel des Romains était de marcher sur le 
pays des Bellovaci pour troubler leur « mobilisation » commen- 
cée [Bellovaci... aperte bellum par are cœperimt). Et par suite, 
le meilleur poste d'observation pour Camulogène était la rive 
du tleuve au sud de Lutèce et non une position déjà éloignée à 
l'Ouest, Le rapport de Labienus suppose gratuitement que les 
Gaulois crurent à la fuite des Romains découragés par la défec- 
tion des Eduens. On s'accorde à reconnaître que Labienus 
simula une fausse retraite pour masquer un mouvement tour- 
nant. Mais Camulogène reconnut bien la position des diverses 
fractions de l'armée romaine et les observa autant que la nuit et 
le temps le lui permirent. C'est grâce à l'orage [coorta tempes- 
tas...) que les Romains purent s'établir fortement sur la rive 
gauche, malgré les éclaireurs gaulois (... exploralores hostium^ 
ut omni fluminis parte erant dispositi). Mais le transbordement 
des trois légions romaines constitue un problème que M. Sie- 
glerschmidt et les autres commentateurs ont négligé bien à tort. 
Labienus quitta son camp avec ses trois légions, vers minuit, 
pour aller retrouver ses bateaux. Par une marche de nuit et un 
mauvais temps, il dut employer au moins une heure et quart 
pour franchir les quatre milles indiqués par le texte de César. 
Bien que nous soyons mal renseignés sur la force, sans doute 
variable, des légions de César, nous pouvons supposer que les 
léo^ions de Labienus comptaient chacune environ 5.000 hommes. 



REMARQUES SUK LA BATAILLE DE PARIS 175 

Or les cinquanle bateaux, pris à Melun par les Romains, ne 
devaient pas être fort grands et chacun d'eux ne pouvait proba- 
blement contenir que cent hommes au maximum. Le moins 
qu'on puisse accorder pour l'embarquement de cent hommes, la 
traversée de la Seine et le débarquement, la nuit, pendant un 
orage, est une demi-heure; et dans la pratique, on trouverait 
sûrement que ce délai est trop court. x\joutez que Labienus 
avait sa cavalerie puisqu'il s'en servit pour achever la déroute des 
Gaulois, le matin. Quelle que fût la souplesse de cette cavalerie, 
je suis convaincu que le transbordement des chevaux ne se fit 
pas sans une grande perte de temps, surtout dans les conditions 
défavorables où les Romains durent l'exécuter. Le temps pres- 
sait ; les cinquanle bateaux furent donc employés simultanément. 
Mais ces bateaux étaient manœuvres à la rame; il fallait à cha- 
cun d'eux une surface d'eau quadruple de la largeur du bâti- 
ment et l'on doit supposer que la Seine fut couverte par la flot- 
tille sur une longueur de 600 mètres environ. Cet espace était 
nécessaire pour éviter les abordages; et la difficulté du trans- 
bordement était telle, par suite des circonstances, que la traver- 
sée ne dut certainement pas se faire entre les îlots de la Seine. 

Quant à construire un pont volant avec les cinquante bateaux, 
au milieu de la nuit pendant l'orage, Labienus n'y songea sûre- 
ment pas, bien que le système lui eût réussi à Melun. 

Quand on lit que les deux armées étaient en présence au pre- 
mières lueurs du jour {prima luce), — vers trois heures du matin 
puisqu'on était au mois de mai, — on s'étonne que le rapport de 
Labienus ait passé sous silence tant de difficultés vaincues en si 
peu de temps. Devons-nous reprocher ces lacunes à Labienus 
ou à César qui a peut-être résumé trop brièvement le récit des 
succès de son lieutenant? En tout cas, on voit, d'après les 
remarques précédentes, que le rapport de Labienus, tel que nous 
pouvons le lire, n'est ni clair ni complet. Aussi, quand ce même 
document parle seulement des YIP et Xll" légions, à propos de 
la bataille, il faut se garder de croire, comme le fait M. Siegler- 
schmidt, que Labienus a laissé de côté la Ilfc légion qui Tavait 



176 



REVUE ARCHÉOLOGIQUE 



accompagné. Elle avait certainement passé la Seine {nostriomnes 
erant transportatï), et, d'autre part, le texte parle formellement 
de l'aile droite (VII* légion) et de l'aile gauche (XI^ légion) du 
corps d'armée romain. Quel serait cet ordre de bataille qui 
aurait deux ailes et pas de centre? La légion dont le texte de 
César a omis de parler formait certainement le centre. 

En découvrant tant de lacunes dans la relation latine, nous 
nous étonnerons donc moins de tous les obstacles qui s'opposent 
à la reconstitution des phases de la première bataille de Paris. 

Adrien Blanchet. 



ENQUETE 



SUR 



L'EPIGUAPHIE CHRÉTIENNE D'AFKIQUE 

(Suite'.) 



III. — Inscriptions métriques. 

Les chrétiens d'Afrique, depuis le iii^ siècle jusqu'à l'invasion 
arabe, ont aimé à versifier les dédicaces, les épitaphes, les inscrip- 
tions commémoratives de tout genre, qu'ils plaçaient sur les 
tombes, dans les églises ou les baptistères, dans les salles des 
palais ou des thermes, au-dessus des portes des forteresses ou 
des châteaux. Les documents de cette classe se sont multipliés 
depuis quelques années; des séries importantes ont été décou- 
vertes jusque dans de petites villes de Maurétanie comme Tipasa 
ou Rusucurru. 

Bien que les inscriptions métriques puissent aisément se 
rattacher à telle ou telle autre catégorie d'inscriptions, nous avons 
cru devoir les grouper et les étudier à part. Cela, pour deux 
raisons. D'abord, parle fait seul qu'elles sont métriques ou essaient 
de l'être, elles constituent réellement une catégorie distincte, qui 
est affranchie du formulaire des dédicaces ou épitaphes en prose, 
mais qui a ses lois, ses modèles et ses traditions propres. En 
second lieu, ces documents versifiés, ainsi réunis, s'éclairent 
mutuellement; étudiés d'ensemble, ils éclairent du même coup 
les origines et les tendances de la poésie chrétienne en Afrique. 
Les élucubrations métriques des humbles clercs africains aident 

1. Voyez la Revue archéologique de 1903 et 1904. 

IVe SÉRIE, T. Vil. l2 



178 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

à comprendre Commodien et Verecundus, le Psaume abécédaire 
d'Augustin, et bien d'autres œuvres. 

Aux inscriptions proprement dites, recueillies sur des pierres 
ou des mosaïques, nous n'avons pas hésité à joindre un certain 
nombre de documents qui nous ont été conservés par des manus- 
crits, dans l'Anthologie de Carthage ou ailleurs, mais qui pré- 
sentent nettement tous les caractères de la poésie épigraphique. 
Ce sont des épitaphes ou des dédicaces, des inscriptions d'église 
ou de baptistère, de palais, de thermes, de travaux publics (n. 153 
et suiv; 184; 188 et suiv.)- La plupart de ces pièces sont d'épo- 
que vandale et d'origine carthaginoise; d'autres se rattachent à 
l'œuvre ou au nom d'Augustin. On ne peut guère douter que 
beaucoup d'entre elles aient été composées pour être gravées 
sur pierre ou reproduites en cubes de couleur et qu'avant de 
figurer dans les Anthologies, elles aient attiré les regards sur la 
façade, les murs ou le dallage des édifices. 

De Rossi s'étonnait que les éditeurs du Corpus eussent né- 
gligé cette source; nous y avons puisé avec discrétion, en écar- 
tant tout ce qui trahissait l'ambition littéraire, pour retenir seu- 
lement ce qui a dû ou pu contribuer à la décoration des édifices. 
Il y asans doute, dans un choix de ce genre, une part d'impression 
personnelle et d'hypothèse; mais, assurément, l'on retrouve dans 
ces pièces des Anthologies les traits caractéristiques des petits 
poèmes ou des légendes versifiées que nous ont conservés les 
mosaïques ou les marbres d'Afrique, et ces documents comblent 
bien des lacunes, surtout pour la Carthage vandale. 

Revenons aux inscriptions proprement dites, celles qui ont été 
recueillies sur les monuments eux-mêmes, et qui sont par suite 
les témoins les plus sûrs de la poésie épigraphique. On a dé- 
couvert jusqu'ici, dans les pays qui formaient l'Afrique latine, 
près de deux cents inscriptions métriques, dont cinquante 
environ sont chrétiennes. 

Ces documents se répartissent très inégalement entre les 
diverses provinces. On compte quatre inscriptions métriques 
chrétiennes à Carthage (n. 164; 174-175; 179), cinq en Proconsu- 



ENQUÊTE SUK l'ÉPIGRAPHIE CIIRÉTIENNE D^AFRIQUE 179 

laire ou en Byzacène (n. 76; 180-183), neuf en Numidie (n. 18S- 
187; 193-198), trois en Sitifienne (n. 199-201), vingt-six en 
Césarienne (n. 202-227). Un seul document est daté : l'épitaphe 
de l'évêque Novatus à Sitifi, en 440 (n. 201). D'après le contenu, 
on peut placer en 425 la dédicace en l'honneur de ValentinienlII 
et Théodose II (n. 199) ; au milieu du v« siècle, la dédicace trouvée 
à Tipasa dans la basilique de Sainte-Salsa (n. 223) ; vers 539, la 
dédicace de Calama (n. 193); entre 565 et 578, la dédicace 
bilingue de Macomades (n. 76); vers 580, la dédicace de Mascula 
(n. 197). Quant aux autres inscriptions, on n'en peut déter- 
miner l'époque que d'une manière très approximative. Cepen- 
dant, l'on a des raisons sérieuses d'attribuer au m* siècle ou aux 
premières années du iv^ l'original de la dédicace de Caesarea 
(n. 225); au iv" siècle ou au début du v% les inscriptions de 
Rusicade (n. 198) et de Sitifi (n. 200) qui sont relatives à des 
martyrs, les dédicaces de Ménervillo (n. 212), de M'iakou (n. 
211) et de Tigava (n. 226), l'épitaphe de Madaura (n. 187), et la 
plupart des inscriptions de Tipasa (n. 215-224); au temps des 
Vandales ou des Byzantins, deux des documents de Carthage 
(n. 164; 175), les dédicaces de Mactaris (n. 180), d'Henchir 
Adjedj (n. 194) et d'Ain Ghorab (n. 195). 

La moitié des documents sont gravés sur pierre ou sur marbre, 
et l'exécution en est très inégale. On ne compte pas moins de 
vingt-et-une inscriptions sur mosaïque, trouvées à Ferryville 
(n. 183), àRusucurru (n. 202-210), à Rusguniae (n. 213), surtout 
à Tipasa (n. 215-224). Ce détail mérite attention; il prouve 
que nous avons affaire à des monuments de choix, et l'on peut 
supposer que les poètes locaux s'étaient mis en frais pour la cir- 
constance. C'est l'impression que laisse aussi le relevé du contenu 
des documents. Une douzaine seulement sont de vulgaires épi- 
taphes; et encore, deux de ces épitaphes couvraient des tombes 
d'évèque (n. 201 ; 217), Tout le reste se rattache plus ou moins à 
la catégorie des dédicaces, ou des exhortations pieuses (n. 221- 
222; 227). Beaucoup des dédicaces étaient placées dans des 
sanctuaires chrétiens : à Henchir Adjedj (n. 194), à Aïn Ghorab 



180 reVue archéologique 

(n. 195-196), à Rusicade (n. 198), à Rusucurru (n. â02-2l0), à 
Rusguniae (n. 213), à Tipasa (n. 215-216; 220; 223), à Caesarea 
(n. 225). Quelques-unes mentionaent des martyrs : à Calama 
(n. 193), à Rusicade (n. 198), à Sitifi (n. 200). Plusieurs ont 
orné des citadelles ou des châteaux, des murs de villes, des 
thermes, des nymphées ou divers édifices : à Carthage (n. 164), 
à Macomades (n. 76), à Mactaris (n. 180), à Ferryville (n. 183), 
à Calama (n. 193), à Mascula (n. 197), à Sitifi (n. 199), à M'iakou 
(n.211), àMénerville (n. 212), à Tigava (n. 226). On voit que 
la plupart de nos inscriptions chrétiennes avaient un caractère 
monumental, presque officiel : elles ont dû être composées et 
exécutées par les soins ou sous le contrôle des autorités civiles 
ou ecclésiastiques. Aussi rencontrerons-nous, dans le nombre, 
quelques pièces à peu près correctes. 

Plusieurs de ces inscriptions d'époque chrétienne sont encore 
complètement païennes de contenu et de forme. Quoique rédigées 
sans doute par des fidèles, elles n'ont rien de spécialement chré- 
tien. Elles avaient, d'ailleurs, une destination profane : dédicace 
impériale, comme à Sitifi (n. 199); dédicace de thermes, d'un 
château, ou d'un édifice quelconque, comme à Carthage (n. 164), 
à Ferryville (n. 183), à M'iakou (n. 211). 

Beaucoup plus intéressants sont lesdocuments assez nombreux 
où se mêlent les éléments chrétiens et les éléments païens. Par 
exemple, voici à Carthage l'épitaphe métrique d'un certain 
Callistratus ; les trois distiques sont entièrement profanes d'ins- 
piration; mais ils sont précédés d'une croix byzantine et suivis 
de formules chrétiennes comme deposttus et in pace vixit (n. 175). 
A Mactaris, une dédicace de fontaine ou de nymphée reproduit 
deux vers de Virgile, entre une croix grecque et la formule mys- 
tique Dedonis Dei (n. 180). Une épitaphe, trouvée dans la même 
localité, pourrait être celle d'un idolâtre, et l'on y relève une imita- 
tion d'un vers de Lucain ; mais, sur les côtés du cippe, on lit les 
épitaphes dedeux femmes de la même famille, avec les formules 
vixit in pace ou in pace vixit (n. 181). Mêmes contrastes dans 
des épitaphes de Theveste et de Madaura : à l'expression de 



ENQUÊTE SUR LÉPIGRAPHIE CHRÉTIENNE d'aFRIQUE 181 

sentiments profanes se mêlent des préoccupations chrétiennes, 
la vie éternelle, la mention de la depositio et de Yindictio, 
Yin pace (n. 183), une réminiscence du Cantique des Anges 
(n. 186); un chrismc voisine avec des symboles de banquet funé- 
raire, une aiguière et deux plats (n. 187). A Galama, une dédi- 
cace militaire, relative à la reconstruction des murs, se termine 
sur l'intervention de deux martyrs, patrons de la cité (n. 193), 
A Mascula, une inscription analogue est encadrée entre une croix 
et une invocation au Christ (n. 197). A Tipasa, dans la dédicace 
de la basilique d'Alexandre, des sentiments chrétiens s'expri- 
ment avec une phraséologie païenne et des imitations de 
Virgile (n. 215). 

Ces Africains, comme onle voit, connaissaient leurs classiques; 
et ils aimaient à le montrer. Les réminiscences poétiques ne 
sont pas rares dans les inscriptions païennes de la contrée. Une 
épitaphe de Thamalla, en Sitifienne, reproduit trois vers de 
Stace*. On imitait surtout Virgile, comme le prouvent des docu- 
ments de Mactaris% de Satafi^ de Thala*. Les versificateurs 
chrétiens du pays ont aussi exploité leurs souvenirs classiques, 
mais généralement avec une insigne maladresse. A Mactaris, 
une épitaphe débute par un vers faux, adaptation malheureuse 
d'un vers de Lucain^ (181). Près de la même ville, pour la dédi- 
cace d'un nymphée, on a copié Virgile au début, en arrangeant 



1. C. J. L., VIII, 20588 (= Bucheler, Carmina epigraphica, n. 1787). — Cf. 
Stace, Silv., III, 3, 128-130. 

2. à. I. L., VIII, 11824 (= Bucheler, Carmina epigraphica, n. 1238), vers 
27. — Cf. Virgile, Mn., IV, 550. 

3. C. L L., VIII, 20288 (= Bucheler, n. 1834), vers 3. — Cf. Virgile, ^n., 
II, 789. 

4. C. I. L., VIII, 591 (= Bucheler, n. 817) : hexamètre fait avec deux 
hémistiches de Virgile {^n., l, 253 ; IV, 539). — Sur une curieuse mosaïque 
d'Althiburus (Medeïna), qui représente divers types de navires, les légendes 
explicatives sont souvent formées par des citations de vieux poètes, de Luci- 
lius, de Piaule, de Cicéron, d'Ennius (Gauckler, Un catalogue figuré de la 
batellerie gréco-romaine. La mosàique d'Althiburus, dans les Monuments Piot, 
t. XII (1905). 

5. Lucain, Pharsal., II, 344. — Ce vers est reproduit plus exactement dans 
une épitaphe de Rome (Bucheler, n. 678). 



182 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

tant bien que mal la fin de l'inscription (n. 180)'. A Tipasa, le 
clerc naïf qui a rédigé la dédicace de la Basilique d'Alexandre, 
a voulu également mettre à contribution V Enéide : les classiques 
ne lui ont pas porté bonheur, puisqu'ils l'ont entraîné à forger 
des hexamètres de huit ou neuf pieds (n. 215)*. 

Une quinzaine denosinscriptionssontentièrement chrétiennes, 
et pour le fond et pour les formules. A cette catégorie appartien- 
nent trois épitaphes trouvées à Sitifî (n. 201) et à Tipasa (n. 217- 
218); des dédicaces de sanctuaires découvertes à Henchir Adjedj 
(n. 194), à Ain Ghorab (n. 193-196), à Rusicade (n. 198), à 
Sitifi (n. 200), à Tipasa (n. 223), à Caesarea (n. 225). Toutes ces 
inscriptions étaient placées dans des églises ou des chapelles, 
dont elles ornaient ou la façade, ou les murs, ou le sol. L'épigra- 
phie jouait un rôle important dans la décoration des basiliques 
africaines, comme aujourd'hui dans les mosquées; de plus en 
plus s'y multiplièrent les inscriptions monumentales sur pierre 
ou mosaïque, les dédicaces, les listes de martyrs, les versets 
bibliques, les exhortations, les épitaphes. Beaucoup de ces ins- 
criptions étaient métriques, ou cherchaient à l'être. Augustin, 
dans un de ses Sermons, parle d'un quatrain, résumant Thistoire 
de saint Etienne, qu'il avait fait tracer à Hippone sur la voûte 
d'une chapelle dédiée à ce martyre Ces inscriptions, dessinées 
en mosaïque, gravées ou peintes dans les églises, participèrent 
naturellement de la sainteté du lieu; et l'on s'efforça d'en éli- 
miner les éléments profanes. 

Ainsi s'est constitué le nouveau formulaire des inscriptions 
métriques. Parfois, des formules familières à l'épigraphie païenne 
sont employées dans un autre sens, et, parla, comme sanctifiées : 
la formule païenne om?iibus honoribus functus devient à Tipasa 
honoribus in Ecclesia catholica functus (n. 217). Puis, des for- 
mules chrétiennes en prose se glissent timidement à la suite de 
vers encore tout païens (n. 180-181; 185; 187; 197). Enfin, un 

1. Virgile, ^n., 1, 167-168. 

2. Imitations de Virgile [Mn., II, 63-64 et 239) aux vers 11-13. 

3. Augustin, Serm. 319, 8. 



ENQUÊTE SUR l'ÉPIGKAPHIE CHRÉTIENNE d'aFRIQUE 183 

dernier progrès : l'inscription métrique elle-même est rédigée en 
un langage nouveau, qui traduit les croyances et les aspirations 
des fidèles, leurs espérances mystiques, des souvenirs de l'Ecri- 
ture ou du culte. C'est un monde tout diiïérent, qui s'ouvre aux 
versificateurs d'Eglise et qui tente leur ambition poétique : le 
Christ (n. 76; 182; 198; 200), le Verbe et l'Esprit (n. 225), l'es- 
poir d'une résurrection (n. 217) et d'une vie éternelle (n. 185- 
186; 217-218; 223), le culte des martyrs (n. 193; 198; 200; 223), 
les sacrements (n.215; 220-221), la charité et l'aumône (n. 217), 
les réminiscences de la Bible (n. 486; 212). Sans doute, la langue 
de ces inscriptions en vers n'a pas la rigueur et la précision des 
documents en prose; elle n'en est pas moins une traduction plus 
ou moins fidèle des formules liturgiques et elle exprime Jes 
sentiments ou les croyances des communautés du temps. 

Quelques-unes de ces inscriptions métriques semblent attester 
l'emploi de manuels ou de pieuses Anthologies. L'existence de 
ces manuels à l'usage des graveurs a été démontrée pour l'épi- 
graphie païenne*. En Afrique, on voit les mêmes vers reparaître, 
plus ou moins estropiés, sur plusieurs tombes d'une même 
localité : à Ammaedara*, à Sigus*, à Auzia*. En ce cas, il est 
vrai, on pourrait supposer que le graveur a utilisé plusieurs fois 
la même épilaphe ou a copié son voisin. Mais plusieurs vers 
d'une inscription découverte près de Sicca*^ se lisent également 
dans une épitaphe de Rome, datée de l'an 10 de notre ère^ Ici, 
plus de doute : le graveur africain n'a pu connaître ces vers que 
par un manuel. 

De même, il a existé des recueils d'inscriptions métriques 
chrétiennes. On l'a prouvé pour Rome et pour la Gaule'. Il n'est 

1. Gagnât, Sur les manuels professionnels des graveurs d'inscriptions 
romaines, dans la Revue de philologie, 1889, p. 51. 

2. C. I. L., VIII, 403; 11511; 11594 (= Bucheler, Carmina epigraphica, 
n. 1328-1329). 

3. C. I. L., VIII, 5804^; 5834 (= Bucheler, n. 635-636). 

4. C. h L., VIII, 9080-9081 ; 9192 (= Bucheler, n. 592-594). 

5. C. J. L., VIII, 15716 (= Bucheler, n. 966). 

6. Bucheler, n. 965. 

7. De Rossi, Inscript, christ. Urbis Romae, t. II, p. xxxrv et suiv. ; p. 47 et 



184 ' REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

pas douteux que des manuels analogues aient circulé dans 
l'Afrique chrétienne. On peut s'en faire une idée d'après les 
parties de l'Anthologie de Carthage où sont réunies des ins- 
criptions monumentales d'époque vandale ^ Nous avons la preuve 
que des chrétiens d'Afrique ont imité ou même copié des ins- 
criptions métriques de Rome. Dans la dédicace de la Basilique 
d'Alexandre à Tipasa (n. 215), on a cru trouver quelques rémi- 
niscences des Epigrammata du pape Damase^ Voici qui est plus 
décisif. La dédicace d'église trouvée à Henchir Adjedj, près de 
Theveste (n. 194), reproduit mot pour mot une dédicace romaine 
qu'on lisait dans l'abside de la Basilique Vaticane'; l'ins- 
cription d'une chapelle des Apôtres à Aïn Ghorab (n. 195) repro- 
duit en grande partie une inscription que le pape Sixle III avait 
fait placer, à Rome, dans l'église Sainl-Pierre-aux-Liens*. On 
a supposé que des pèlerins avaient pu rapporter en Numidie le 
texte de ces documents romains. Mais l'un des vers de l'inscrip- 
tion de Saint-Pierre-aux-Liens a été imité encore à Tipasa, vers 
le milieu du v** siècle, dans la dédicace de la Basilique de Sainte- 
Salsa (n. 223). Cette triple coïncidence ne peut guère s'expliquer 
sans l'hypothèse d'un recueil d'inscriptions métriques circulant 
dès lors en Afrique. 

La versification de ces inscriptions chrétiennes mérite une 
attention particulière. Cette étude a nécessairement pour préface 
l'analyse rythmique des documents païens du même genre, qui 
sont plus nombreux, plus variés, et permettent de reconstituer 
le milieu oii s'est développée la versification d'époque chrétienne. 
Nous avons entrepris ailleurs cette enquête sur les inscriptions 
métriques païennes trouvées en Afrique ; on nous excusera d'y 

suiv. ; Le Blant, Sur les graveurs des inscriptions antiques, dans la Revue de 
l'art chrétien, 1859, p. 367; VEpigraphie chrétienne en Gaule et dans l'Afrique 
romaine, p. 58 et suiv. 

1, Riese, Anthol. lat., n. 203; 210 et suiv. ; 377 et suiv. ; etc. 

2. Leclercq, Afrique chrétienne, t. I, p. 421. 

3- De Rossi, Bull, crist., 1879, p. 162; Inscript, christ. Urbis Romae, t. II, 
p. 47. 

4. De Rossi, Bull, crist., 1878, p. 14; Inscript, christ. Urbis Romae, t. II, 
p. 48 et 110. 



ENQUÊTE SUR L''ÉI>IGRAPH1E CIIRÉÏIEN.NE d'aFRIQUE 185 

renvoyer', et d'indiquer seulement ici, en quelques mois, nos 
conclusions. 

Les versificateurs païens de l'Afrique romaine imitaient le 
vers classique comme ils pouvaient, dans la mesure oh ils le 
pouvaient. Les inscriptions du pays font défiler sous nos yeux 
des vers de toute sorte, les uns corrects ou à peu près, les autres 
très barbares. On observait la quantité, quand on la connaissait. 
Si l'on ignorait la prosodie, on comptait tant bien que mal les 
syllabes des quatre premiers vers, en s'efforçant de reproduire 
les dispositions apparentes d'un des types usuels du mètre adopté ; 
on coupait le vers en deux hémistiches symétriques par une cé- 
sure très nette, tombant presque toujours au troisième pied 
et l'on s'attachait à bien marquer le rythme à la fin du vers. Pour 
cela, on tâchait de placer aux temps forts des deux derniers 
pieds, sinon une longue, du moins ce qui était l'équivalent d'une 
longue pour ces oreilles barbares, c'est-à-dire une brève tonique. 
Parfois, l'on appelait à l'aide l'assonance, ou la rime, ou même 
Tacrostiche^ pour indiquer nettement les arrêts du rythme. 

Voilà ce que nous apprennent les inscriptions païennes 
d'Afrique sur les procédés et les tendances des versificateurs du 
pays. On trouve là les vraies origines de la versification popu- 
laire des chrétiens de la contrée. Soumis aux mêmes conditions, 
en face des mêmes difficultés, les fidèles qui se piquaient de poésie 
se sont tirés d'affaire par les mêmes moyens. Ils se sont engagés 
dans la même voie, avec plus de décision peut-être, et quelques- 
uns d'entre eux avec plus de logique : dans ce vers inorganique, 
d'oii se retirait la prosodie, et cii l'accent n'intervenait qu'ac- 
cidentellement, ils ont entrevu la nécessité d'introduire un 
élément stable, un nombre fixe de syllabes. 

D'une façon générale, et sauf une exception importante, la 

i. Cf. noire Histoire littéraire de l'Afrique chrétienne, t. III, p. 431 et suiv. 
(livre VII, chap. i, ,^ 2). — Voyez aussi : Vernier, Les inscriptions métriques de 
l'Afrique romaine, dans la Revue archéologique, 1891, t. II, p. 371 ; Boissier, 
Commodien, dans les Mélanges Retiier, p. 59 ; L'Afrique romaine, Paris, 1895, 
p. 256; Leclercq, L'Afrique chrétienne, Paris, 190''j, t. I, p. 418; Dict. d'arch. 
chrét. de Dom Cabrol, t. I, p. 771. 



186 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

versification de nos documents chrétiens ressemble à celle des 
documents païens du pays. Le mètre est peu varié ; c'est tantôt 
l'hexamètre épique, tantôt le distique élégiaque; une seule pièce 
est en trimètres iambiques (n. 225). Une douzaine d'inscriptions 
sont correctes, ou à peu près; les autres sont entièrement bar- 
bares. Les rédacteurs de ces pauvres poèmes n'en étaient pas 
moins fiers de leur œuvre : suivant l'exemple de ses confrères 
païens qui n'ont pu se résigner à garder l'anonyme', Asterius 
de Caesarea a tenu à nous faire savoir qu'il était l'auteur des 
iambiques barbares de la cella (n. 225). 

Comme chez les païens de la contrée, le vers des inscriptions 
chrétiennes est une imitation maladroite, souvent très grossière, 
du mètre classique. Les soi-disant poètes observent les règles 
prosodiques dans la mesure oii ils les connaissent, très rarement. 
Ils ne font intervenir l'accent tonique que par exception, incon- 
sciemment sans doute, et seulement aux deux derniers pieds, oii 
ils substituent à la longue du temps fort une brève accentuée. 
Exemples : 

Quis hoc mortalium fuisset conditus hûmo (n. 181). 

Nullus malorum poterit erigere mànum (n. 193). 

Ter denos et septem sedis quiméruit annos (n. 201). 

Omnis sacra canens sacramento manus porrigere gaudens (n. 215). 

A^tatibus honoribusque in Ecclesiacathôlica functus (n. 217). 

Creditum [sibi qui gau] det perficeremunus {xx.ll'S). 

Et, dans le rythme iambique : 

Ecctesiae sanctae kanc reliquit memôriam. 
Ecclesia fratruum hune restituit titulum (n. 225). 

La césure joue un rôle très important. Elle tend de plus en 
plus à se fixer au milieu du troisième pied. Elle coupe nettement 
le vers en deux hémistiches symétriques, parfois presque indé- 

1. Seiius Fundanus à Calama (C. J. L., VIII, 5370; 17497 (= Bûcheler, 
n. 112), vers 10 : Valeas, viator, lector met carminis) ; — Q. Fonteius Satur- 
ninus à Lamasba (C. I. L., VIII, 4447 — Biicheler, n. 225); — Januarius à 
Thubursicum Numidarum (Gagnai, Bull, des Antiquaires de France, 1901, 
p. 210; vers 4 : Hos ego Januarius versus formare curavi). 



ENQUÊTE SUK l'ÉPIGKAPHIE CIIKÉTIENNE d'aFRIQUE 187 

pendants. En chacun de ces hémistiches, les mots se répartissent 
comme ils peuvent, souvent au hasard; le rythme n'est bien 
marqué qu'aux deux derniers pieds. 

L'emploi de la rime ou de l'assonance est assez fréquent, et, 
dans quelques documents, paraît déjà plus systématique que chez 
les païens. Dans l'épitaphe de Mactaris, les deux premiers vers 
riment ensemble (n. 181). A Rusicade, dans la dédicace de 
l'église, quatre vers sur six riment deux à deux (n. 198). A Sitifî, 
dans l'inscription des martyrs qui compte cinq vers, les trois 
du milieu ont la même assonance (n. 200). A Tipasa, dans la 
dédicace de la Basilique d'Alexandre, on voit rimer les deux 
premiers vers, puis le cinquième et le sixième (n. 215); dans 
l'épitaphe de Tévèque, les cinq premiers vers sont construits sur 
deux rimes (n. 217). 

L'acrostiche ne se rencontre que dans deux pièces, toutes 
païennes de destination (n. 183; 211). C'est probablement l'effet 
d'un hasard. Les chrétiens d'Afrique connaissaient assurément 
l'acrostiche, dont ils pouvaient voir de nombreux spécimens dans 
les nécropoles païennes. Ce raffinement s'observe dans des ins- 
criptions chrétiennes, grecques ou latines, d'autres pays ; on le 
retrouve chez Commodien, Oplatianus et Augustin. Peut-être 
les versificateurs inexpérimentés des Églises africainesreculaient- 
ils devant la difficulté. Pourtant, ils devaient apprécier ce jeu, à 
en juger par les mots en carré qu'on a découverts àOrléansville, 
dans le dallage de la basilique*. 

Acrostiche à part, la versification de nos inscriptions chré- 
tiennes rappelle assez exactement celle des documents païens. 
Voici cependant une nouveauté. Une tentative curieuse a été 
faite par des clercs de Tipasa pour introduire dans leurs vers 
barbares un autre élément : la fixité, ou plutôt la symétrie, dans 
le nombre des syllabes. Le système est appliqué d'abord, mais 
d'une façon un peu irrégulière, dans la dédicace de la Basilique 
d'Alexandre. On y distingue plusieurs groupes de vers symé' 

1. C. r. L., VIII, 9710-9711. 



188 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

triques, à césure fixe, et parisyllabiques. Les vers 1 et 2 ont cha- 
cun quatorze syllabes, six au premier hémistiche, huit au second; 
les vers 3-7 ont quinze syllabes, dont sept au premier hémistiche ; 
les vers 8-10 ont quatorze syllabes, réparties comme dans les 
deux premiers; les vers 11-12 commencent par un hémistiche de 
six syllabes, mais ne se correspondent plus à la fin, sans doute à 
cause d'une malencontreuse imitation de Virgile; le vers 13, fort 
singulier, comprend trois membres de six syllabes (n. 215). Mais 
le document le plus caractéristique en ce genre est l'épitaphe de 
l'évêque Alexandre. Le mètre y est d'une barbarie extraordi- 
naire et la césure même y est incertaine ; en revanche, les 
groupes de vers parisyllabiques s'y succèdent avec une remar- 
quable symétrie. Les deux premiers vers ont vingt syllabes; les 
trois suivants, seize; les quatre derniers, dix-huit (n. 217) '. Ces 
clercs de Tipasa sont déjà sur la voie de la petite révolution 
rythmique qui fera du nombre fixe des syllabes l'un des éléments 
principaux d'un système de versification. 

En résumé, l'étude des inscriptions métriques africaines nous 
renseigne avec assez de précision sur les intentions et les ten- 
dances des versificateurs populaires de la contrée. On n'y trouve 
pas trace d'une versification proprement rythmique, c'est-à-dire 
fondée sur l'accent tonique ; on constate seulement, aux temps 
forts des deux derniers pieds, la substitution accidentelle d'une 
brève accentuée à la longue. Chez les païens s'accusent déjà les 
principaux traits de cette versification populaire : imitation mala- 
droite du mètre classique ; ignorance de la prosodie ; effort pour 
conserver le rythme à la fin du vers ; tendance à compter les syl- 
labes dans les quatre premiers pieds ; rôle prépondérant de la 
césure, qui de plus en plus se fixe au troisième pied et coupe le 
vers en deux hémistiches symétriques ; emploi capricieux de la 
rime ou de l'assonance, pour mieux marquer les fins de vers. 
Chez quelques chrétiens apparaît un élément nouveau : un 

1. On connaît quelques épitaphes construites d'après un système analogue, 
mais plus récentes : notamment celle de Viventiolus, évêque de Lyon, et ami 
d'Avitus (Bucheler, n. 1838). 



ENQUÊTE SUR l'éHGRAPHIE CHRÉTIENNE D'aFRIQUE 189 

nombre fixe de syllabes, non pas encore dans toute la pièce, 
mais dans des groupes de vers qui se correspondent *. 

Il n'est pas douteux que l'étude des inscriptions métriques 
éclaire beaucoup l'histoire de la poésie chrétienne au rv® siècle. 
Le vers de Commodien ressemble fort à ceux que l'on rencontre 
sur les marbres ou les mosaïques. On retrouve chez lui la même 
ambition d'imiter le mètre classique, les mêmes maladresses, la 
même ignorance de la prosodie, la même équivalence entre la 
brève tonique et la longue aux temps forts des derniers pieds, 
l'acrostiche, l'assonance ou la rime. Et Augustin réalisera le des- 
sein ébauché par les clercs de Tipasa : un vers nouveau fondé 
sur ces trois principes, rime, césure fixe, nombre fixe de syllabes. 

Après ces explications préliminaires, voici le recueil des ins- 
criptions métriques chrétiennes de provenance africaine, qui ont 
été soit trouvées en Tunisie ou en Algérie, soit conservées dans 
les Anthologies ou les recueils épigraphiques manuscrits. 

— 153. Garlhage. — Passio Montani, 11 = DeRossi, Inscript, 
christ., t. II, p. xxxn. 

Si nos invitant promissa -praernia justis, 
Si terret injustis poena praedicta [gehennae], 
Si cum Christo esse et {semper) regnare cupimus, 
Quae ad Christum et regnum ducant, illa faciamus. 

Ce curieux texte nous a été conservé par une relation de mar- 
tyre du \\V siècle, \di Passio Montani. Vers la fin de l'année 258, 
dans une lettre adressée à l'Église deCarthage, Montanus et ses 
compagnons emprisonnés disaient aux fidèles : « Si nos invitant 
justis promissa praemia, si terret injustis poena praedicta, si 



1. Déjà, chez les Grecs, la plupart des rythmes lyriques avaient un nombre 
fixe de syllabes; mais c'était une conséquence du mètre et de l'accompagne- 
ment musical, plutôt qu'un élément du rythme (Cf. L. Havet, Métrique grecque 
et latine, 4<> édition, p. 167). Plus lard, la versification rythmique eut pour 
principe l'alternance entre les toniques et les syllabes atones, et, par suite, 
l'isosyllabie (ibi'i., p. 236). Ce qui est remarquable dans la tentative des clercs 
de Tipasa, c'est TefTort pour soumettre à cette loi un vers comme l'hexamètre 
épique, où le nombre des syllabes avait toujours été variable. 



190 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

cum Chrislo esse et regnare cupimus, quae ad Ghristum et ad 
regnum diicant, illa faciamus. » Dans cette phrase. De Rossi a 
reconnu une réminiscence de quatre hexamètres barbares, 
analogues à ceux de Commodien, et transcrits presque sans 
altération. L'hypothèse est très vraisemblable. L'inscription 
citée par les martyrs devait être gravée ou peinte sur quelque 
mur ou quelque colonne de la domiis Ecclesiae de Carthage. Le 
document original remonterait donc jusqu'au temps de l'épisco- 
pat de saint Cyprien; ce serait l'un des plus anciens témoins de 
Tépigraphie et de la versification chrétiennes en Afrique. 

L. 2. — On doit lire sans doute tëret, équivalent populaire de 
terret, 

L. 3. — Cupimus, prononciation vulgaire pour cupimus. 

L. 4. Faciamus comptait pour trois syllabes, à cause de Vi 
consonne. 

— 154. Carthage. — De Rossi, hiscript. christ., t. II, p. 241, 
n. 6 r= Riese, Anthol. lat., n. 380. 

Domni Pétri referendarii 
Versus in basilica palalii s[an)c[ta)e Mariae : 

Qualiter intacta processif Virgine partus 
Utque paii voluit Natus, perquirere noli. 
Haec nulli tractare licet, sed credere tantum. 

Inscription de la basilique Sainie-Marie-du-Palais, église 
construite dans les dépendances d'un palais bâti par Thrasamond 
(496-S23). Cette basilique doit probablement être identifiée avec 
l'église byzantine de la Theotokos\ L'auteur des trois hexa- 
mètres, Petrus referendarius, est d'ailleurs inconnu; mais ses 
vers ont été insérés dans l'Anthologie de Carthage avec les 
œuvres des poètes d'époque vandale, et l'on ne peut guère 
douter qu'il soit leur contemporain. Il dut exercer ses fonctions 
de referendarius à la cour des rois vandales. L'inscription qui 

1. Procope, De aedific, Vi, 5; Bell. Vandal., II, 14. — Suivant Procope, 
le sanctuaire de la Tiieotokos aurait été construit au début de l'occupation 
byzantine; mais on a tout lieu de supposer que cette église existait antérieure- 
ment, et fut simplement restaurée ou embellie sous Justinien. 



ENQUÊTE SUR l'ÉPIGRAPIIIE CHRÉTIENNE d'aFRIQUE 191 

nous est parvenue était sans doute la légende d'une double 
fresque représentant la Nativité et la Passion du Christ. 

— 155. Carthage. — De Rossi, Inscript, christ., t. II, p. 240, 
n. 4 = Riese, Anthol. lat., n. 378. 

m sunt vei'sus fonlis facti a Calbulo gram{m)atico : 

A. — A parle episcopi. 
Crede prius veniens, [Christï) te fonte renasci : 

Sic poteris mundus régna videre D{e)i. 
1 inclus in hoc sacro mortem non sentiet unquamj 
Semper enim vivit, quem semel unda lavât. 

B. — Descensio fonlis. 

Descende intrepidus : vit{a)e i[n f]omenta perennis 
y^ternos homines ista lavacra créant. 

C. — Ascensio fonlis. 
Ascende in caelos, animam qui in fonte labisti, 

Idqu{e) semel factum sit tibi perpetuum. 

D. — Econlra episcopum, 
Peccato ardentes hoc fonte extinguite culpas. 

Curntel Quid statis'i tempus et[h)ora fugit. 

E. — Et in circuilu fonlis. 
Marmoris oblati speciem noba munera supplex 
Calbulus ex[h)ibuit, fonti[s) memor, und{e) renatus 
Et formant cervi gremium perduxit aquarum. 

Inscriptions d'un baptistère, composées, probablement à 
l'époque vandale, par le grammairien Calbulus, qui avait lui- 
même payé en partie la décoration en marbre de l'édifice. La 
cuve baptismale était sans doute en forme de croix. Les quatre 
premières inscriptions devaient orner soit les rebords du bassin 
autour des quatre branches de la croix, soit des portiques voisins. 
Près de la porte du baptistère était le petit escalier où se tenait 
l'officiant {a parte episcopi)^ à droite, les degrés par où le néo- 
phyte descendait dans la piscine [descensio faillis) ; à gauche, 
les degrés par où il remontait après le baptême [ascensio fontis)\ 



192 REVUE ARCflÉOLOGlQUE 

au fond, en face de l'évêque [contra episcopum) , se tenaient les 
assistants. La cinquième inscription, où une série de trois hexa- 
mètres remplace les distiques, était gravée ou peinte ou dessinée 
en mosaïque « sur le pourtour des fonts baptismaux » (m cir- 
cuitu fontis), c'est-à-dire, probablement, sur l'architrave de la 
colonnade qui entourait la piscine. Ces cinq inscriptions, qui 
paraissent dater de la fin du v^ siècle ou du début du vi% forment 
un très curieux ensemble et présentent un grand intérêt pour 
l'archéologie chrétienne. Elles ont été rédigées probablement 
pour un baptistère de Carthage ou des environs. 

A. — Avertissement au catéchumène qui entre dans le bap- 
tistère : on doit avoir la foi avant de s'approcher du sacrement 
qui ouvre la vie éternelle. 

L. 1. — Le manuscrit donne en lettres grecques le nom du 
Christ : Xpï = Chr[ist)i. 

B. — Exhortation au néophyte qui va descendre dans la pis- 
cine. 

C. — Salut au nouveau fidèle, qui vient de trouver le chemin 
du ciel. 

L. 1. — Labisti =: la[v]isti. 

D. — Apostrophe aux assistants, pour qui ce spectacle doit 
être une leçon et un exemple. 

Econtra, forme populaire pour contra. 

E. — Dédicace du poète-donateur : Calbulus rappelle la part 
qu'il a prise à la décoration du baptistère, revêtements de 
marbre et objets précieux. 

L. 1. — Noba = no[v]a. 

L. 3. — On doit restituer probablement : [l?i] formam cervi. 
Comme l'a montré De Rossi, c'est une allusion à l'aménagement 
de la cuve baptismale. Le cerf altéré était l'un des symboles du 
pécheur; dans les piscines des baptistères, l'eau se déversait 
souvent par la bouche d'un ou plusieurs cerfs d'argent. 

[A suivî^e.) Paul Monceaux. 



VARIÉTÉS 



La découverte de la Vénus de Milo. 

Mémoire iiKÎclit de Tarral '. 

II y ajuste quarante-quatre ans que le hasard fil découvrir l'adorable Vénus 
de Milo, la perle du Musée du Louvre. Malheureusement, ce court espace de 
temps a vu disparaître les principaux personnages qui ont joué un certain rôle 
dans celte splendide conquête sur l'antiquité. Le jeune enseigne de vaisseau, 
Dumonl d'Urville, qui, le premier, fut frappé de la beauté de ce précieux marbre, 
qui le dessina et le décrivit avec tant d'intelligence, a trouvé une mort affreuse 
sur un chemin de fer. Fauvel, le dernier débris de l'expédition Choiseul, l'illustre 
savant Quatremère de Quincy, le studieux Clarac, Forbin Janson, le marquis 
de Rivière, Èmeric David, ne sont plus. Marcellus, qui eut l'insigne honneur 
de recevoir la Vénus et de la transporter en France, est mort récemment, jeune 
encore. Ainsi nous sommes réduits à puiser presque tous nos renseignements 
dans les écrits qu'ils ont légués à la postérité, M. Brest, l'agent consulaire de 
France à Milo, qui déploya une si louable activité dans l'acquisition de ce 

1. Extrait des papiers de Tarral, qui font partie de ceux de Rayet. — Ciau- 
dius Tarral, médecin anglais établi à Paris sous le second Empire, avait voué 
un véritable culte à la Vénus de Milo. 11 en exécuta une restauration à petite 
échelle qui a été publiée par Goeler von Ravensburg et par moi. Cette restauration, 
à mon avis, ne vaut rieu et ne prouve pas que Tarral eût un sentiment bien déli- 
cat de l'art antique. Pourtant, comme il a fait effort pour débrouiller les problèmes 
que soulève la célèbre statue et qu"il est mort sans avoir publié le grand ou- 
vrage qu'il préparait à ce sujet, il me semble utile d'imprimer le brouillon d'un 
mémoire sur la Vénus qu'il avait l'inteution, en 1864, de communiquer à l'Aca- 
démie des Inscriptions. Je corrige un peu le style, qui est souvent d'une barbarie 
rebutante, et je donne à la suite quelques indications complémentaires. — S. R. 

M. Froehner, interrogé par M. le commandant Espérandieu, a bien voulu lui 
donner, sur Tarral, les renseignements que voici : <- Tarral était le médecin de 
lord Hertford; il fut plus tard celui de Richard Wallace, fds de ce lord. Il avait 
une jolie fortune et habitait un petit hôtel au Cours-la-Reine. C'était un homme 
aimable — et très bavard. H croyait avoir des connaissances techniques, surtout 
miuéralogiques, qui le qualifiaient pour étudier la sculpture antique. C'était un 
diletlaule. Il ue s'occupait que des questions les plus difficiles, sans aucune pré- 
paration. Comme un archéologue bien connu de uotre temps, il avait le don de 
reconnaître la main d'un même artiste dans les œuvres les plus disparates. Il 
croyait que le vase Borghèse était de la même maiu que les Forges de Vulcain, 
qui sont de la Renaissance. Mes relations avec lui étaient très cordiales. Il était 
reçu dans tous les salons de Paris, déjeunait tous les dimanches chezR. Wallace; 
il a fait des démarches, après 1870, pour me faire nommer conservateur de la 
collection Wallace. Sou intérieur n'était pas heureux. Sa femme — une Italienne, 
je crois — avait perdu la vue et était sujette à des accès de folie ; il vivait avec 
elle et une nièce. Bien qu'Anglais de naissance, Tarral parlait le français correc- 
tement et presque sans accent. » 



U'C SERIL, T. VU. 



13 



Î94 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

chef-d'œuvre, est encore parmi nous ; mais il est plus qu'octogénaire; sa mé- 
moire, je le crains, n'est plus très fidèle; il se croit victime d'injustes pro- 
cédés de la part de ses supérieurs et des historiens ; notre ravissante déesse, 
loin d'être un souvenir de jouissance, est pour lui un sujet d'une amertume 
extrême; il faut pourtant plaindre ce vénérable vieillard si ses griefs sont fon- 
dés, et, dans ce cas, il serait encore temps d'adoucir le chagrin de ses derniers 
jours par un prompt retour à la justice. M. Beulé professe publiquement que 
la France doit la possession de la Vénus de Milo à M. Brest; cette appréciation 
mérite un examen approfondi. J'ai sous les yeux un rapport inédit, très détaillé, 
écrit il y a deux ans par M. Brest, dans lequel il affirme « avoir acheté pour 
la France, vers la fin de 1819, l'immortelle Vénus, d'un paysan grec, Théodore 
Kendrotas, pour la somme de 600 piastres, plus un habillement de 18 piastres, 
en tout 618 piastres, équivalant alors à autant de francs. « M. Brest la 
fit transporter de suite chez lui et la conserva malgré les menaces du prince 
Mourousi; plus tard, le torse est volé et placé à bord d'un bâtiment raya; 
M. Brest, aidé du lieutenant Berranger et de douze hommes de l'équipage 
de la goélette Estafette, Je reprend de vive force ; c'est encore M. Brest qui 
a dû payer l'amende de 6.000 piastres imposée aux primats de l'île de Milo par 
le despote Mourousi, M. Brest les ayant garantis contre ses vengeances; dix ans 
après, seulement, M. Brest est remboursé de cette somme, mais alors la diffé- 
rence dans le change de l'argent lui est très défavorable et il subit une perte de 
5.000 francs ; cette perte, ainsi que d'autres frais, ne lui a jamais été remboursée. 
M. Brest affirme encore que M. Beaurepaire, chargé d'affaires à Constan- 
tinople, pendant l'absence du marquis de Rivière, a su, par supercherie, retirer 
de ses mains toutes les correspondances, toutes les quittances qui constataient la 
véracité de ses assertions. Voilà, certes, de graves accusations contre des morts; 
il faut les accepter avec réserve, car il se peut que la mémoire de M, Brest 
l'égaré à son insu. Voici quelques motifs pour faire douter de l'exactitude de 
ses récits. D'abord, M. Brest n'a jamais réclamé publiquement contre tant 
d'iniquités. Il soutient avoir acheté la Vénus vers la fin de 1819 ; à peine 
dégagée et enlevée de sa niche, il la fit tranférer chez lui ; or, cette dernière 
affirmation est réfutée par Dumont d'Urville qui, au moins quatre mois après 
(19 avril 1820), vit la partie supérieure de la Vénus dans une étable du paysan 
grec et trouva la partie inférieure de la statue encore dans sa niche. 
M. Brest prétend aussi qu'on n'a pas trouvé de bras et cependant D. d'Urville 
a vu deux bras et une main tenant une pomme, qui ont été livrés à Marcellus 
avec la Vénus et d'autres fragments, M. Brest ne parle que de deux Hermès 
découverts avec la Vénus; il y en avait trois. En voilà assez pour prouver 
que M. Brest se trompe dans certains détails historiques; il peut avoir raison 
dans d'autres; c'est à la chancellerie de France de contrôler ses allégations et, s'il 
y a lieu, de lui faire amende honorable, car il serait honteux pour la France 
qu'une pareille ingratitude pût être attachée à la possession d'un monument 
d'une gloire impérissable. 

Voici un petit abrégé de la découverte de la Vénus ; il est bien fâcheux que 
les circonstances qui s'y rattachent aient été si imparfaitement décrites, car 



VAIUETICS 



195 



beaucoup de questions archéologiques de huul intérêt présentent une perplexité 
extrême. La première description du joyau du Louvre est du jeune D. d'Urville; 
elle est encore la meilleure; sans être un archéologue, son instinct d'observa- 
tion a donné une leçon aux antiquaires; son rapport remarquable est peu connu ; 
il mérite une sérieuse attention et, comme il confirme ma restauration, je cite- 
rai les passages les plus importants. « Le 19 avril 1820, dilD. d'Urville (A?ina/es 
maritimes, par Bajot, 1821, p. 150) j'allai visiter quelques morceaux d'anti- 
quités découverts à Milo peu de jours avant notre arrivée. Trois semaines 
environ avant notre arrivée à Milo, un paysan grec, bêchant son champ ren- 
fermé dans cette enceinte, site de l'antique Mélos, rencontra quelques pierres 
de taille; comme ces pierres, employées par les habitants dans la construction 
de leurs maisons, ont une certaine valeur, cette considération l'engagea à creu- 
ser plus avant, el il parvint ainsi à déblayer une espèce de niche dans laquelle 
il trouva une statue en marbre, deux hermès et quelques autres morceaux 
également en marbre. 

« La statue était de deux pièces, jointes au moyen de deux forts tenons en fer. 
Le paysan, craignant de perdre le fruit de ses travaux, en avait fait porter et 
déposer dans une étable la partie supérieure, avec les deux hermès ; l'autre 
étant encore dans la niche. J'ai visité le tout attentivement ; et ces divers mor- 
ceaux me parurent d'un bon goût, autant cependant que mes faibles connais- 
sances dans les arts me permirent d'en juger. La statue, dont je mesurai les 
deux parties séparément, avait, à très peu de chose près, six pieds de haut; 
elle représentait une femme nue, dont la main gauche relevée tenait une pomme, 
et la droite soutenait une ceinture habilement drapée et tombant négligemment 
des reins jusqu'aux pieds ; du reste, elles ont été l'une et l'autre mutilées et 
sont actuellement détachées du corps. Le seul pied qui reste est nu; les oreilles 
ont été percées et ont dû recevoir des pendants. Tous ces attributs sembleraient 
assez convenir à la Vénus du jugement de Paris ; mais où seraient alors Junon, 
Minerve et le beau berger? Il est vrai qu'on avait trouvé en même temps un 
pied chaussé d'un cothurne, et une troisième main; d'uH autre côté, le nom de 
l'île, Mélos, a le plus grand rapport avec le mot melon, qui signifie pomme. 
Ce rapprochement de mots ne serait-il pas indiqué par l'attribut principal de la 
statue? 

« Les deux hermès qui l'accompagnaient dans sa niche n'ont rien de remar- 
quable; l'un est surmonté d'une tète de femme ou d'enfant, et l'autre porte une 
figure de vieillard avec une longue barbe. L'entrée de la niche était surmontée 
d'un marbre de 4 pieds et demi de longueur sur 6 à 8 pouces de largueur. 11 
portait une inscription dont la première moitié seule a été respectée par le 
temps; l'autre est entièrement effacée. Cette perte est inappréciable : peut être 
eussions-nous acquis par là quelques lumières sur l'histoire de cette île que tout 
prouve avoir été jadis très florissante et dont le sort nous est complètement in- 
connu depuis l'invasion des Athéniens, c'est-à-dire depuis plus de 22 siècles. 
Au moins eussions-nous appris à quelle occasion et par qui ces statues avaient 
été consacrées. J'ai copié cette inscription. Le piédestal d'un des hennés a dû 
porter aussi une inscription, mais les caractères en sont tellement dégradés 



196 Rfc-VUE ARCUÉOLOGIOUE 

qu'il m'a été impossable de les déchiffrer. Lors de notre passage à Gonstanti- 
nople M. l'ambassadeur m'ayant questionné sur cette statue, je lui dis ce que 
en pensais, et je remis à M. de Marcellus la copie de la notice qu'on vient de 
lire. A mon retour. M, de Rivière m'apprit qu'il en avait fait l'acquisition pour 
le Muséum. J'ai su depuis que M. de Marcellus arriva à Milo au moment même 
où la statue allait être embarquée pour une autre destination; mais après divers 
obstacles, cet ami des arts parvint enfin à conserver à la France ce précieux 
reste d'antiquité. » 

Ainsi donc le jeune naturaliste D. d'Urvilleavu de ses propres yeux la moitié 
inférieure de la Vénus dans sa niche; il dit que la moitié supérieure était réunie 
à l'inférieure par deux forts tenons en fer; cela ferait croire que le paysan grec 
les aurait enlevés ; que la Vénus était entière, et debout comme le dit M, Brest; 
mais d'autres témoignages affirment que la Vénus a été trouvée en deux mor- 
ceaux séparés; les coups visibles de bêche dans le torse rendent cette dernière 
version vraisemblable. D. d'Urville est très explicite sur les deux mains, la 
gauche tenant la pomme, la droite soutenant la ceinture; il se trompe sur la 
désignation d'un hermès, notre petit Mercure, qu'il prend pour une femme ou 
pour un enfant, ce qui atteste peu de science de l'antiquité ; il n'a pu déchiffrer 
l'inscription sur le socle de cet hermès, ce qui témoigne de son peu d'habitude 
des recherches épigraphiques. La copie qu'il fit de l'inscription sur le marbre 
placé au-dessus de la niche est devenue très importante, comme nous le dé- 
montrerons plus bas. Il me semble que Dumont d'Urville a eu une très grande 
part dans cette acquisition; M. Brest n"a aucune autorité dans les arts, son 
opinion ne pouvait influencer l'ambassadeur à Constantinople; mais l'opinion 
éclairée de D. d'Urville contribua puissamment à sauver cet unique monument en 
faveur de la France. 

Marcellus nous a laissé, sur la fouille de Milo, quelques détails qui paraissent 
exacts, quoiqu'ils contredisent M. Brest. « Un Grec nommé Yorgos, occupé à bê- 
cher son champ vers la fin de février 1820, découvrit une sorte de niche 
oblongue, bâtie dans le roc; il parvint à déblayer cette petite construction, 
ainsi qu'une cave étroite enfoncée de cinq ou six pieds au-dessous du niveau 
du sol actuel, il y trouva pêle-mêle et confusément couchés le buste de la sta- 
tue qu'il transporta aussitôt dans son étable, trois hermès, quelques socles et 
d'autres débris de marbre ; deux semaines après, en continuant ses recherches, 
il découvrit la partie inférieure de cette même statue et quelques fragments de 
sculpture antique ». Voici maintenant la description de la Vénus faite de visu 
par Marcellus : « La statue se composait de deux blocs unis entre eux par un 
tenon de fer qui n'a pas été retrouvé ; la draperie repliée sur le flanc gauche 
cachait la ligne où s'unissaient les deux marbres. La chevelure tout entière 
était détachée (il faut entendre par cette expression le chignon seulement) , 
mais assez bien conservée et d'une grande élégance. Je fis successivement 
étaler sur le pont de la goélette VEstafette les trois hermès et les fragments 
antiques qui tous m'avaient été livrés ». Dans une note Marcellus ajoute : « Sur 
un marbre de 4 pieds et demi de longueur et de 8 pouces de largeur, étaient 
des lettres qui ont paru ne se rapporter en rien à la statue; cette inscription, 



VARIÉTÉS 197 

en partie effacée, est restée à Milo ». Quelle incroyable stupidité! Et pourtant 
l'intelligent d'Urville l'avait jugée très importante et en déplorait la dégradation ! 
Marcellus observe : « Des volumes de dissertations laudalives sur la Vénus 
virent le jour; on remarque parmi ces écrits les pages pleines de goût et de 
science de Quatremère de Quincy, de Clarac et de Saint- Victor. Quelques 
dessins des poses qu'on cherchait à retrouver avaient été soumis au Roi; on 
avait même tenté d'ajuster aux épaules de la statue deux bras et une main te- 
nant une pomme, que j'avais également rapportés; mais il était facile de re- 
connaître que ces bras informes n'avaient pu appartenir à la Vénus que dans un 
premier et grossier essai de restauration attribué aux Chrétiens du vni« siècle. 
Il fut démontré (par qui?) que la statue chargée de vêtements, de colliers d'or et 
de pendants d'oreille avait représenté la Panagia (Sainte Vierge) dans la petite 
église grecque dont j'avais vu les ruines à Milo ». Voilà bien des absurdités; la 
diplomatie ne donne pas du jugement à l'archéologue improvisé. J'ai cité ses 
paroles pour prouver que Marcellus a réellement rapporté en France deux 
fragments de bras avec une main tenant une pomme, bras et main parfaitement 
décrits par D. d'Urville. Comment se i'ait-il que Clarac ignorait ce fait et qu'il 
écrit les lignes suivantes : « On croyait que le bras gauche manquait en entier; 
mais en passant à Milo, pour s'assurer par lui-même de tout ce qui avait rap- 
port à sa statue, le marquis de Rivière fit faire de nouvelles excavations et l'on 
a heureusement trouvé les fragments d'un bras et d'une main, qu'à la qualité 
du marbre, au travail, on peut croire avoir appartenu à notre Vénus, et l'on voit 
par les trous du tenon et par l'arrachement que jle bras y avait été fixé ». Ce 
bras et la main gauche sont-ils les mêmes qu'a cités et rapportés Marcellus? En 
lisant Marcellus et en regardant la gravure de la Vénus où le fragment de bras 
est figuré, on est disposé à taxer Clarac de confusion; cependant, dans le rap- 
port inédit de M. Brest, je lis qu'il fut chargé en effet de faire de nouvelles 
fouilles à Milo par M. de Rivière et qu'on découvrit alors deux bras que M. Brest 
crut avoir appartenu à la Vénus. « Le bras droit en trois morceaux dont les 
doigts de la main fermée tenaient une pomme, et le gauche en deux morceaux 
ayant les trois doigts fermés et le pouce et l'index joints, paraissaient tenir 
quelque chose ». M. Brest affirme avoir envoyé ces fragments à Toulon à 
l'adresse de M. Bedfort. 

M. Brest, dans son rapport inédit, affirme que « la Vénus n'avait point de bras ; 
la partie supérieure de la niche ayant écroulé les aura peut-être cassés et fit 
aussi une légère égratignure au nez de la statue ». 

Il y a bien des contradictions entre ces historiens. M. Brest prétend que la 
Vénus n'avait point de bras, mais M. D. d'Urville les a vus et dit que la main 
gauche tenait la pomme; Marcellus reçut ces fragments des mains de M. Brest 
et les rapporta en France. Clarac parle d'une main gauche avec la pomme, 
M . Brest d'une main droite ; mais, à la rigueur, M. Brest a pu très bien se trom- 
per à cet égard; dans ce cas, on aurait déterré à Milo deux fragments de Vénus 
à la pomme. Le musée du Louvre ne possède aujourd'hui qu'un fragment du 
bras et de la main gauche que j'ai fait mouler et qui appartiennent incontesta- 
blement à notre statue; je crois ces deux fragments les mêmes que ceux vus 



1 



198 PKVUE ARCnÉOLOGIOUlî 

et décrits par D. d'Urville et rapportés en France par Marcellus. Clarac ne parle 
que d'un seul bras retrouvé dans la seconde excavation de Milo ; M. Brest af- 
firme en avoir déterré deux. M. de Sarliges, ambassadeur à Rome, visita il y a 
quelques années Milo et il m'assure que M. Brest lui a parlé des deux bras 
qu'il envoya en France; l'année passée, M. Gobineau, archéologue très instruit, 
quoique diplomate très habile, de retour de sa mission en Perse, rencontra à 
Constantinople M. Brest, qui lui réitéra les mêmes assurances au sujet des deux 
bras. Ce qui est positif est que la Vénus en plusieurs morceaux, des fragments 
d'un bras droit et gauche et une main gauche tenant une pomme, de trois hermès, 
d'un socle avec inscription grecque, d'un fragment de la plinthe, ont franchi les 
seuils du Louvre; ici nous avons à constater un fait déplorable, inexplicable: le 
Musée ne possède plus aujourd'hui ni le bras droit, ni le fragment de la plinthe, 
ni le socle de Thermes Mercure orné d'une inscription grecque d'une grande 
importance. M. de Longpérier a fait de minutieuses recherches pour les retrou- 
ver; il a fouillé même le sol des caves; peine inutile, ces fragments sont perdus 
à tout jamais. Dans les arts, comme dans la politique, la passion du parti pris, 
a vanité, l'amour-propre du savant, l'ignorance jouent un grand rôle. Les 
Grecs et les Romains avaient bien raison de faire répondre sur la vie des gar- 
diens de la conservation de leurs trésors artistiques. Sous le règne de Louis Phi- 
lippe, un homme très influent au musée du Louvre proposa au roi de lui faire 
de superbes dessus de tables avec les vénérables monuments égyptiens; l'art, 
disait ce savant architecte, n'y perdrait rien, le mobilier de la couronne y ga- 
gnerait beaucoup. J'ai entendu un peintre très en vogue, beau parleur, décla- 
rer que s'il était le directeur du Louvre, il mettrait tous ces vilains Égyptiens 
à la porte. Comment expliquer la perte mystérieuse de ces fragments de la Vé- 
nus? On soutenait qu'ils ne pouvaient avoir appartenu à la statue de la Vénus, 
que c'étaient des restaurations; parj conséquent, des morceaux de marbre 
sans intérêt. 

Clarac, il est vrai, regardait l'inscription comme importante; mais elle gênait 
sa conviction que la Vénus était l'œuvre de Praxitèle. Tout cela exposait ces 
fragments à la destruction; toujours est-il que leur perte sera une honte éter- 
nelle pour l'administration du Louvre, caria plus grave mutilation de la Vénus 
s'est accomplie dans ce sanctuaire des arts! 

Il y a quarante-trois ans, votre illustre secrétaire perpétuel, Quatremère de 
Quincy, est venu rendre, dans cette enceinte, un hommage éclatant à l'adorable 
Vénus de Milo; sa parole savante et élégante produisit une profonde sensation, 
car, alors comme aujourd'hui, la Vénus était le sujet de la conversation de tous 
les salons, la préoccupation de tous les artistes. Son affreuse mutilation excitait 
l'imagination des antiquaires ; on se demandait quelle était, avant sa profanation, 
l'attitude de cette fière déesse. Chacun disait tout bas son idée. Qui mieux que 
l'auteur du « Jupiter Olympien » pouvait prétendre jeter la lumière sur une ques- 
tion si difficile à résoudre? Quatremère expliqua, avec sa science et sa clarté 
habituelles, que la noble figure représentait jadis une Vénus victorieuse groupée 
ou en colloque avec Paris ou Mars, qu'elle était l'œuvre de Praxitèle ou de son 
école. Malgré i'mmense autorité de Quatremère, il ne réussit pas à convaincre 



VAKiÉTi^:s 199 

tout le monde ; Clarac combattit l'idée d'un groupe tel que Quatremère l'enten- 
dait ; il croyait la statue isolée, mais en rapport avec d'autres figures, qui pouvaient 
être Paris et les deux déesses, auxquelles avec fierté et dédain elle montrait la 
pomme, trophée de sa victoire. La conviction de Clarac fut de courte durée. Le 
savant Millingen trouva une médaille de Corinthe frappée sous S. Sévère, où 
une figure de femme mi-drapée tient un bouclier dans ses mains et dans lequel 
elle semble se mirer; à l'aide de cette indication, Millingen restaura la Vénus de 
Capoue qui a tant de rapport avec notre fameux marbre ; mais il oublia que la base 
de la statue de Capoue portait jadis deux petits pieds de Cupidon ; c'est égal, le 
pauvre Clarac est séduit par Millingen, la Vénus de Milo dut aussi se mirer 
dans un bouclier ; adieu la pomme, adieu sa fierté et adieu le dédain de la 
victorieuse déesse ! Emeric David soutenait que la Vénus n'a jamais fait partie 
d'un groupe, il y voyait une véritable statue : « Elle ne représente point Vénus, 
mai^ plutôt la nymphe Mélos, c'est-à-dire l'île de Mélos personnifiée )k M. Paillot 
de Monlabert la déclare plutôt une Muse. Est-ce plutôt la courtisane Glycère 
d'Argos, joueuse d'instrumens, statue exécutée par cet Hérodote d'Olynthe qui 
travailla en société avec Praxitèle à la statue de Phryné? Ne suppose-t-on pas 
naturellement la lyre qu'elle tenait de la main gauche et que l'autre main était 
prête à faire résonner? Qui osera décider ces questions? M. P. de Montabert 
déclare seulement que notre précieuse Vénus « n'est qu'une copie qu'aurait re- 
niée Hérodote d'Olynthe. » Enfin, d'autres savans de la trempe de Montabert pré- 
tendent que la Vénus était dans l'acte de tirer l'arc, de se coiffer, de se mirer 
dans un miroir, en Muse écrivant l'histoire sur une énorme tablette qui cache- 
rait nécessairement sa superbe poitrinei. Enfin, l'illustre historien national, 
M. Thiers, pense que la Vénus est une Victoire sonnant la trompette; il m'a 
même montré le point d'attache de la trompette au genou ; c'est encore là un 
petit péché de ce grand admirateur des arts.... - 

(Le reste manque.) 

Cl. Tarral. 



'Note complémentaire sur la statue dite « Vénus de Milo ». 

Il est très difficile d'être au courant de ce qui concerne la « Vénus de Milo » 
et il ne servirait de rien de donner ici la bibliographie des nombreux articles et 
chapitres d'ouvrages qu'on a consacrés, dans ces dernières années, à cette 
statue. Je profite de l'occasion que me fournit la publication qui précède pour 
dresser un tableau méthodique, accompagné de références, des faits et des hy- 
pothèses qu'on a fait valoir à ce sujet — supposant connu du lecteur ce que 
M. Collignon a écrit sur la Vénus de Milo dans le tome II de son Histoire de la 
sculpture grecque. 

1. Témoignages sur la découverte de la statue. — Topographie de Milo, le 

t. On peut voir chez les pKàtriers de Paris la Vénus restaurée en Muse écrivant 
l'histoire sur une énorme tablette qui cache la plus belle partie de sou corps. 

2. Cf. Rev. archéol., 1905, I, p. 132. 



200 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

lieu-dit K/ima {Chronique des arts, 1898, p. 275; 1903, p. 86). — Épliémérides 
de la découverte, mouvements de l'escadrille française [ibid., 1897, p. 16). — 
Les deux relations de Dumont d'Urville (Aicard, La Vénus de Milo, 1874, 
p. 173-184; Chronique, 1897, p. 25). — Lettre de Dauriac, ii avril 1820 
{Chronique, 1897, p. 17). - Lettre de Brest à David, 12 avril 1820 {ibid.). - 
Lettre de David à Rivière, 26 avril 1S20 {ibid.). — Que Dumont d'Urville copiait 
mal les inscriptions {Rev. arch., 1896, I, p. 122). 

Relation de Forbin {Chronique, 1900, p. 388); de Marcellus {ibid.); lettre 
d'Edouard de Marcellus (Aicard, op. L, p. 199-200). — Résumé de la relation 
de Voulier {Chronique, 1897, p. 16). — Croquis de Voutier (Ravaisson, La 
Vénus de Milo, 1892, pi. H; cf. Chronique, 1897, p. ifi). - M. Furtwaengler 
nie à tort l'autorité du dessin de Voulier représentant l'hermès imberbe sur la 
base signée {Chronique, 1903, p. 86). 

Relation de Matterer (Aicard, op. L, p. i43-i59). — Relation de Trogoff 
{Chronique, 1897, p. 16). — Rapport de Brest à Bourrée [ibid., 1897, p. 73, 
84). _ Faux témoignages de Brest répétés par Fouqué, Morey, Doussault 
{ibid., 1897, p. 72). — Faux témoignages de Brest fils répétés par Jules Ferry 
(Aicard, op. /., p. 188-195; Chronique, 1897, p. 73). — Témoignage (de Xeno?) 
sur les niches où étaient placées la Vénus et deux autres statues {Rev. des Études 
grecques, 1902, p. 24). 

Pourquoi Brest et Dumont d'Urville ont pensé au jugement de Paris {Chro- 
nique, 1900, p. 389). 

IL Transport de la Vénus et instnllaiion au Louvre. — Le dossier de la 
Vénus retrouvé au Louvre en 1901 {Rev. des Études grecques, 1902, p. ii-3i). 
— Arrivée de la statue à Toulon et expédition au Louvre {ibid., 1900, p. 3o2- 
370; Chronique, 1900, p. 388). — Placement de la Vénus au Louvre {Rev. des 
Études grecques, 1902, p. i3; Chronique, 1900, p. 389), 

IIL Payement aux primats de Milo. — Revue des Études grecques, 1902, 
p. 17; Chronique, 1900, p. 390. 

IV. Disparition de deux des inscriptions rapportées avec la Venus. — Lettre 
de Longpérier à Friederichs {Rausteine, 1868, t. l, p. 334), diffamant (d'après 
des propos de Tarral, voir plus haut) les conservateurs ou les architectes du 
Louvre (Loewy, Inschriften Griech. Rildhauer, p. 2i4; Furtwaengler, Meister- 
werke, p. 6o3; Revue des Études grecques, 1900, p. 336). — Hypothèse suivant 
laquelle la signature du sculpteur d'Anlioche était celle d'un groupe perdu 
auquel appartenait l'hermès imberbe [Chronique, 1901, p. 45). — Restitution 
de la dédicace de la niche où se trouvait la Vénus {ibid., 1901, p. 44)' 

V. Restaurations. — Hypothèse d'une restauration antique {Chronique, 1900, 
p_ 389). — La Vénus serait une Amphitrite, comme celle du sculpteur Télésias 
que Philochore signale dans l'île de Ténos {Chronique, 1898, p. 226; 1900, 
p. 390). 

Restaurations graphiques de Millingen {Gazette des Beaux-Arts, 1891, I, 
p. 376), de Tarral (ibid., p. 377), de Hasse {ibid., p. 38 1), de Veit Valentin 
{ibid., p. 385), de Zur Strassen [ibid., p. 3S9), de Bell {ibid., 1896, U, p. 33i), 
de Furtwaengler {ibid., 1896, If, p. 332), de G. Saloman {ibid., 1896, II, 



VARIÉTÉS 



201 



p. 333), de Ravaisson (Reu. archéoL, 1890, pi. XV). Il y a une restauration en 
marbre,' grandeur de l'original, dans le jardin royal de Stuttgart (fig. i), con- 
forme, dans l'ensemble, à un petit modèle en pldtre qui figure dans la maison 



^ «, 





Fig. 1. — Restauration de la Vénus de Milo en marbre (grandeur naturelle) 

par le sculpteur Ilofer (1854). 

jHfdins royaux de Stuttgart (Wiirteraberg). 

de Goethe à Weimar. La restauration de Stuttgart, œuvre du Hofbildhauer 
Hofer, a été placée dans le jardin royal en 1854. Je la publie parce qu'elle est 
inédite ; mais elle est bien mauvaise. 
YI. La question des kermès et de la hase de Théodoridas fils de laistratos. 



202 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

— L'hermès barbu sur une base avec dédicace de Théodoridas {Chronique, 
1897, p. 26). — Cette base est retrouvée par M. Michon au Louvre {Comptes 
rendus deVAcad., i5 septembre 1900) et publiée avec l'hermès replacé sur elle 
{Revue des Études grecques, 1900, p. 339). — L'hermès imberbe a été vu par 
Voutier sur la base avec la signature d'Agesandros {Chronique, 1897, p. 2(3). 

VH. Découvertes d'autres statues à Mile. — Acquisitions de statues par 
Forbin en 1817 {Chronique, 1900, p. 389). — Fouilles de Rottiers en 1825 
{Rev. des Études grecques, 1902, p. 27.) — Statue signée Antiphane, découverte 
en 1827, tout auprès de l'emplacement de la Vénus {ihid., 1902, p. 22, 24). — 
Découverte du Poséidon et d'autres statues en 1877 {Chronique, 1897, p. 43). 

— Relation de Tissot sur ces trouvailles {ibid., 1901, p. 139). — La statue 
équestre {Rev. archéol., 1902, II, p. 207). — Le Poséidon, la statue équestre et 
d'autres statues auraient orné une place publique {ibid., 1902, II, p. 219). 

— La statue d'homme drapé, placée sur une base avec dédicace de Théodoridas 
{Chronique, 1897, p. 42). — Relations supposées de Théodoridas avec la Vénus 
{ibid., 1898, p. 224). — La base de Théodoridas serait celle d'un Poséidon, 
enlevé à l'époque romaine et remplacé par la copie découverte en 1877 {Rev. 
archéol., 1902, II, p. 221; Chronique, 1903, p. 86, 87). — Association supposée 
de Poséidon et d'Amphitrite {Chronique, 1898, p. 226). — Que le motif de la 
draperie du Poséidon remonte au w" siècle {Rev. arch., 1906, I, p. 39). — 
Que le motif de la draperie de la Vénus remonte au iv^ siècle {Chronique, 
1903, p. 87). 

Salomon Reinach. 



|i 



lîULLETIN MENSUEL DE L'ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS 



SÉANCE DU 12 JUILLET 1905. 

M. Salomon Reinach annonce que la commission du prix du baron de Joesl 
allribup le prix quinquennal dont elle dispose cette année à M. Edouard Piette, 
à Rumigny (Ardennes), pour l'ensemble- de ses découvertes préhistoriques et 
de ses publications sur l'art à l'époque du renne. 

M. Revilloul termine la lecture de son mémoire sur la polychromie égyp- 
tienne. 

M. le baron Carra de Vaux lit une note sur les six premiers nombres 
étrusques. Les noms de ces nombres sont inscrits sur des dés trouvés à Tos- 
canella, mais rien n'indique à quel chiffre correspond chacun des noms. 
Thomsen a tenté récemment d'expliquer ces six termes au moyen des dialectes 
du nord du Caucase : M. Carra de Vaux montre qu'on peut obtenir une expli- 
cation plus simple au moyen des langues altaïques. 

M. Philippe Berger communique une inscription néopunique relevée à Ziane, 
le 10 mai 1905, par M. le lieutenant Du Breil de Pontbriand, dans le golfe de 
Gabès. Cette inscription, fruste de tous les côtés, porte deux mots que 
M. Berger propose de lire « temple de Dagon » ou « Maison du Blé ». On sait 
que le mot Dagân a ces deux sens en phénicien. 

M. Berger présente ensuite des marques d'ouvriers peintes à l'encre rouge 
sur la voûte des citernes de Roogga (Tunisie), qui lui ont été signalées par 
M. Durancel, conducteur des ponts et chaussées à Mehedia. 

SÉANCE DU 21 JUILLET 1905. 

M. Dieulafov donne lecture de la suite de son mémoire sur l'orsTanisation 
des armées grecques, et il s'applique à décrire dans son ensemble la mora, le 
loche et l'énomotie lacédémoniens dont il a discuté déjà tous les éléments. Il 
s'occupe ensuite des corps spéciaux tels que les Scirites et les chevaliers, et 
termine sa lecture en expliquant les deux sens très différents que les Grecs et, 
en particulier, les Lacédémoniens attribuaient au mot que l'on traduit tantôt 
par chevalier, tantôt par cavalier. 

M. Babelon fait une communication sur les plus anciennes monnaies de 
l'Arcadie. Il s'agit : 1° de monnaies frappées dès le vie siècle avant notre ère 
par la ville de Heraea au type de Déméter Pelasgis voilée ; 2° des monnaies frap- 
pées par les Héraeens comme présidents des jeux arcadiques célébrés au mont 
Lycée en l'honneur de Zeus Lycaios et de Despoina, divinités dont les images 
figurent sur cette seconde série de pièces archaïques. 

SÉANCE DU 28 JUILLET 1905. 
M. Maxime Coliignon, président, donne lecture d'une lettre adressée à, 



204 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

M. le duc de Loubat par M. Holleaux, directeur de l'École française d'Athènes, 
lettre où est annoncée la découverte à Délos de statues et d'inscriptions impor- 
tantes. 

M. Marcel Dieulafoy étudie la constitution de l'infanterie et de la phalange 
macédoniennes. 11 s'attache à calculer tous les éléments qui font défaut dans 
les auteurs, mais qui y sont implicitement compris. Ces calculs permettent, 
dans la majorité des cas, d'arriver sinon à la vérité absolue, du moins à des 
précisions que l'on ne pouvait prévoir avant l'application de cette nouvelle 
méthode arithmétique. 

M. Seymour de Ricci lit un rapport sur les résultats de la mission qu'il a 
récemment accomplie en Egypte et pour laquelle il a reçu de l'Académie une 
subvention destinée à l'acquisition de papyrus. 

SÉANCE DU 4 AOUT 1905. 

M. Perrot, secrétaire perpétuel, donne lecture d'une lettre oii M. Holleaux, 
directeur de l'École française d'Athènes, annonce d'importantes découvertes 
faites à Délos : trois trouvailles épigraphiques, dont la fin d'une loi relative à 
l'importation et à la vente du bois et du charbon à Délos, dans le temps où l'ile 
était indépendante, et une inscription provenant d'un monument érigé par le 
roi Antigone Doson en commémoration de la bataille de Sellasia; trois dépôts 
considérables de monnaies athéniennes; six statues, plus petites que nature, 
datant du n'^ ou du i""" siècle a. C, trouvées non loin du théâtre et qui peuvent 
en provenir. 

M. Perrot donne ensuite lecture de son rapport semestriel sur l'état des 
publications de l'Académie. 

M. Clermont-Ganneau étudie deux grands fragments d'une inscription 
grecque provenant d'Yaboud (Syrie). Il démontre que ce document est un édit 
officiel du roi juif Hérode Agrippa II. Cet édit condamne les agissements d'un 
personnage qui, après s'être emparé indûment du sacerdoce, l'avait conservé 
pendant plus de quarante ans et s'était livré à des exactions de tout genre au 
détriment du sanctuaire et de divers particuliers. Le fruit de ses rapines est 
évalué à l'énorme somme de 300 talents. Poursuivi comme sacrilège, il est forcé de 
rendre gorge par ordre du roi. Parmi les noms qui figurent dans le document, 
on remarque celui de Sampsigeramos, qui semble être le coupable, et celui de 
Lysanias, noms qui rappellent ceux portés par des dynastes d'Emèse et des 
tétrarques d'Abilène, petites principautés de la région d'où provient l'inscrip- 
tion. 

SÉANCE DU 11 AOUT 1905. 

M. Salomon Reinach lit un mémoire sur la forme primitive du mythe 
d'Actéon. Les femmes d'un clan de Béotie, qui avait pour animal sacré le cerf, 
se revêtaient de peaux de biches pour déchirer et dévorer un cerf; cela consti- 
tuait un sacrifice de communion. Le cerf était pleuré par ses fidèles et devenait 
l'objet d'un culte qui dura. Quand la religion grecque admit des divinités 
humaines, à la place des divinités animales, le cerf sacrifié devint le chasseur 
Actéon, immolé à la déesse de la chasse Artémis; on imagina qu'il avait été 



BULLETIN MENSUEL DE l'aCADÉMIE DES INSCHIPTIONS 205 

changé en cerf et dévoré par des chiens en punition d'une offense involontaire. 
L'histoire d'Arlémis et de ses nymphes surprises au bain par Actéon est une 
invention de l'époque alexandrine, destinée à motiver le courroux de la déesse 
et la rigueur du châtiment iiidigé par elle au héros chasseur. 

M. Dufourcq, professeur à l'Université de Bordeaux, fait une communication 
sur Lérins et la légende chrétienne. Il démontre que les gestes de Nazaire et 
les gestes de Pontius ont été rédigés, au milieu du v® siècle, par des amis 
d'Eucher, ceux-ci par Yalérien de Cimiez, ceux-là peut-être par Eusèbe de 
Milan. 11 recherche ensuite si d'autres légendes n'ont pas été écrites dans des 
conditions analogues et constate que les gestes de saint Sébastien offrent de 
très curieux points de contact avec divers passages des œuvres de Salvien ; 
l'attribution du texte à celui-ci est vraisemblable. Il attire enfin l'attention sur 
la lettre où Salvien prend la défense du pseudo-Timothée : cette lettre donne la 
clef de toute cette littérature pseudépigraphe. Il termine en montrant que la pas- 
sion de saint Maurice n'est plus un texte isolé et comme perdu dans l'œuvre des 
évêques des Gaules au v^ siècle, et que les hommes de Lérins ont collaboré (ce 
que l'on ignorait jusqu'ici) à la légende chrétienne qui s'épanouissait alors. 

MM. le D'' Capitan et l'abbé Arnaud d'Agnel communiquent une note sur les 
rapports de l'Egypte et de la Gaule à l'époque préhistorique. Ils présentent deux 
séries de silex taillés identiques sur deux cartons. Or, les pièces d'un des 
cartons viennent d'Egypte et celles de l'autre ont été trouvées à l'île Riou, à 
13 kilomètres de Marseille. Des observations faites sur ce dernier point il 
résulte qu'il y a plus de 5.000 ans, des populations aborigènes de l'époque 
néolithique ont vécu à Riou; qu'un peu plus lard, des Égyptiens préhistoriques 
sont venus dans l'île et y ont laissé quelques-uns de leurs silex taillés; que des 
Ligures et des Grecs y sont venus ensuite, laissant des débris de leurs céra- 
miques, et qu'enfin les Romains y sont restés assez longtemps, abandonnant de 
très nombreux fragments de poteries. C'est ia première fois que l'on signale 
la découverte, bien en place, de silex taillés égyptiens aussi loin de leur pays 
d'origine. — M. Salomon Reinach présente quelques observations. 

SÉANCE DU 18 AOUT 1905. 

M. Salomon Reinach communique un rapport d'Edhem-bey sur les fouilles 
qu'il a conduites à Alabanda (Carie) par ordre et aux frais du Sultan. Edhem- 
bey a commencé le déblaiement d'un grand temple et d'une agora, où il a 
découvert un bas-relief représentant un combat contre des guerriers grecs et 
des Amazones. 

M. Senart annonce la mort d'un missionnaire de l'Académie, le capitaine 
Grillières, qui du Laos s'était rendu dans l'Asie centrale. 

M. Bouché-Leclercq donne lecture d'un décret autorisant l'Académie à accepter 
le legs à elle fait par M. Edmond Drouin pour fonder un prix quatriennal de 
1.200 francs destiné à récompenser des travaux relatifs à la numismatique 
orientale. 

M. Salomon Reinach continue sa communication sur le mythe d' Actéon. 

M. Ernest Babelon lit un mémoire relatif à une monnaie d'argent de Chalcis 



206 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

(Eubée), qui porte la contremarque de la ville d'Ichnae (Macédoine). M. Babelon 
établit que cette contremarque fut appliquée sur cette monnaie à l'occasion du 
siège de la ville d'Olynthos par Philippe de Macédoine en 347 a. C. ; elle 
prouve que la ville d'Ichnae, dont on a quelques monnaies antérieures à l'inva- 
sion des Perses en 480, avait encore au temps de Philippe une certaine impor- 
tance. 

SÉANCE DU 25 AOUT 1905. 

M. Collignon, président, prononce une allocution au sujet de la mort de 
M. Jules Oppert, décédé le 20 août, et renouvelle l'expression des regrets que 
laisse à l'Académie la perte du savant assyriologue. 

M. Héron de Villefosse communique, au nom du R. P. Delattre, le texte 
d'une inscription récemment découverte au Kef (Tunisie) par M. l'abbé Bonnel 
et dédiée à Nepotianus, procurator ah actis urbi. Cet office était déjà connu par 
une inscription africaine, trouvée à Macteur, il y a environ vingt ans (C. I, L. 
VIII, 11813). Mais la seconde charge remplie par ce Nepotianus, procurator 
centenavius primae cathedrae, est tout a fait nouvelle. 

M. l'abbé Thédenat lit une note sur deux bas-reliefs bien connus, trouvés à 
Pompéi. L'un et l'autre représentent des scènes du tremblement de terre de 
l'an 63 p. C. qui détruisit en grande partie Pompéi, Hercu'anum et d'autres 
villes. Sur le premier figure le côté N. du forum, avec le temple de Jupiter et 
son arc de triomphe : c'est un fait admis. Le second, suivant M. l'abbé Théde- 
nat, représente un château d'eau situé près de la porte du Vésuve et la porte 
du Vésuve elle-même. Ces deux monuments ont un caractère votif, ayant été 
érigés par des Pompéiens échappés au péri! du tremblement de terre. 

M. Clermont-Ganneau propose une série de corrections graphiques et histo- 
riques à l'édition de Benjamin de Tudèle récemment donnée par M. Grundhut. 
Les plus curieuses portent sur la Grande et la Petite Mahomerie des Croisés, 
près de Jérusalem; les Ecuries de Salomon, à Jérusalem même; le Màrestân, 
ou hospice des fous, à Bagdad ; la feria, grande fête annuelle au tombeau 
d'Ezéchiel, près de Babylone; le détroit du Phare à Messine; la ville d'Issou- 
dun, etc. 

M. Victor Henry, professeur à l'Université de Paris, communique une étude 
sur une théorie de physique indo-européenne par laquelle s'expliquent les sens 
variés du mot sanscrit tapas, « chaleur, souffrance, souffrance qu'on s'inflige 
volontairement, pénitence, ascétisme », ainsi que les propriétés miraculeuses 
que les documents théologiques de l'Inde ancienne attribuent a celte entité. 

M. Alfred Merlin communique deux inscriptions récemment trouvées en 
Afrique, l'une à Bulla Regia, l'autre à Timgad, et relatives à Plautien, préfet 
du prétoire sous Septime Sévère, et à son fils. 

SÉANCE DU 1" SEPTEMBRE 1905. 

M. Collignon, président, communique, au nom de M. le duc de Loubat, une 
lettre de M. Holleaux, directeur de l'École française d'Athènes, annonçant la 
découverte, dans une maison de Délos, de 650 deniers romains, en parfait état 



Bulletin mensuel de l'académie des inscriptions 207 

de conservation, frappés au nom des légions par le triumvir Marcus Antonius. 

M. Omont entretient l'Académie des travaux du Congrès qui s'est tenu 
récemment a Liège pour la reproduction des chartes, manuscrits et sceaux. 

M. Héron de Villefosse communique un rapport du R. P. Delattre, relatif à 
la découverte, dans les fouilles de Carthage, d'un nouveau sarcophage en 
pierre calcaire, orné de décors peints, et d'une construction souterraine de 
l'époque romaine qui doit être une prison militaire construite au second siècle 
p. C. Ce rapport est accompagé d'un plan et de dessins exécutés par M. Blondel. 

M. Cagnat communique deux tables de pierre, percées de cavités qui ont 
servi autrefois de mesures-étalons. La première a été récemment trouvée à Tim- 
gad par M. Rottier ; la seconde avait été découverte l'an dernier à Khamissa par 
M. Joly. Les mesures de Timgad paraissent être des mesures romaines offi- 
cielles; sur les autres, il est impossible de se prononcer. — MM. Thomas, Lair 
et Bréal présentent quelques observations. 

M. Antoine Thomas précise le nom et l'origine d'un prélat qui fut légal de 
Boniface VIII en Danemark (1295), puis successivement archevêque de Riga, 
de Lund et de Salerne. Il prouve qu'il s'appelait Isarn de Fontiano, et non pas 
Isarn Tacconi ou Isarn Morlane. Il était originaire d'une localité voisine de Gar- 
cassonne dite en latin Fontianum (primitivement Fonteianum) , aujourd'hui 
Fontiès-d'Aude, et non de Pavie. Sa prétendue origine italienne et son pré- 
tendu nom de Tacconi découlent d'une confusion avec un prélat très distinct, 
Isnard Tacconi, mort archevêque de Thèbes en 1329, tandis qu Isarn de Fon- 
tiano mourut archevêque de Salerns en 1310. 

M. Le D"" E.-T. Hamy appelle l'attention de l'Académie sur deux mémoires 
de 1734, l'un en partie inédit, l'autre resté manuscrit, le premier de Mahudel et 
le second de B. de Montfaucon, sur les antiquités nationales. Ces deux mé- 
moires, lus à l'ancienne Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, et dont 
un seul est partiellement reproduit dans l'Histoire de la Compagnie pour 1734, 
seront prochainement publiés in extenso dans la Revue archéologique. 

SÉANCE DU 8 SEPTEMBRE 1905. 

M. Héron de Villefosse donne, d'après une lettre de M. Gustave Schlumber- 
ger, des détails sur les agrandissements, améliorations et nouvelles acquisitions 
du Musée impérial de Constantinople. 

M. le D'' Carton rend compte des fouilles par lui exécutées, pour le compte 
de l'Académie, dans le sanctuaire punicoTomain de Tanit qu'il a découvert à 
El-Kenissia, près de Sousse. Des autels et des piédestaux sont groupés au pied 
d'un vaste emmarchement qui précède un ensemble de couloirs et de chambres 
étroites. Certaines sculptures indiquant un culte de la génération y ont été 
trouvées. Une fosse renfermait plus de 6.000 objets qui y avaient été jetés pêle- 
mêle : 200 stèles puniques, 3.000 lampes à becs, des brûles-parfums en forme 
d'autels, 300 vases contenant des monnaies, des ossements d'animaux sacrifiés 
et des statuettes peintes, etc. 

M. Philippe Berger annonce que le R. P. Delattre vient d'adresser à l'Aca- 



208 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

demie les estampages des 600 ex-voto à la déesse Tanit conservés au musée de 
Saint-Louis, à Carlhage. 

M. Héron de Viilefosse communique plusieurs lettres de M. l'abbé Leynaud, 
ruré de Sousse, donnant des détails sur les fouilles entreprises dans les cata- 
combes d'Hadrumète à l'aide d'une subvention de l'Académie. Il faut signaler, 
parmi les découvertes, plusieurs inscriptions peintes ou tracées à la pointe, une 
représentation du bon Pasteur, une inscription funéraire grecque et un buste 
d'homme en plâtre, moulé sur nature. 

SÉANCE DU 15 SEPTEMBRE 1905. 

M. Léopold Delisle annonce que M. Henry Yales Thompson, qui s'était mis 
en quête des peintures manquantes au second volume des Antiquités de Josèphe 
enluminé par Jean Foucquet, vient de voir ses recherches couronnées de suc- 
cès. Ces feuillets, au nombre de dix, viennent d'être retrouvés à Windsor dans 
un album que sir Thomas Phillipps avait offert à la reine Victoria. — M. Delisle 
annonce, en même temps, que M. Wilhelm Meyer, de Gœttingue, a trouvé 
dans la bibliothèque de Wernigerode un manuscrit français contenant des 
prières et expressément exécuté pour la reine Jeanne de Navarre, dite Belle 
Sagesse, sœur de Charles le Mauvais et seconde femme du roi Philippe de 
Valois. Ce n'est pas un livre de grand luxe, mais le texte paraît très intéressant. 
Ce volume vient d'être confié à M. Delisle par le prince Ernest-Christian de 
Stolberg-Wernigerode. 

M. Paul VioUet fait une communication sur les élections ecclésiastiques au 
xni'^ siècle. 

M. Clermont-Ganneau annonce qu'il a repris le déchiffrement d'une inscrip- 
tion bilingue, latine et grecque, découverte en Egypte il y a quelques années et 
qui n'avait été lue qu'en partie, à cause des graves mutilations subies par les 
deux textes. C'est la dédicace d'un autel faite à Jupiter ou à Mars, sous le règne 
d'Adrien, par un officier romain, Cn. Sulpicius Serenus, en commémoration 
d'une expédition victorieuse dirigée par lui contre les Agriophages ou « man- 
geurs de bèies féroces », qui habitaient entre le Nil et la Mer Rouge. — 
MM. Collignon et Gagnât présentent quelques observations. 

{Hevue critique.) Léon Dorez. 



NOUVELLES ARCHÉOLOGIQUES ET CORRESPONDANCE 



Le tome XIV, 2 des « Monumenti antichi » (cf. Reuue, 1905, II, p. 356). 

La maison Hoepli de Milan veut bien m'informer que le prix de tous les 
volumes des Monumenti Anllchi est (ixé par l'Académie des Lincei elle-même 
et que l'éditeur n'y est pour rien. Il regrette, tout le premier, le prix élevé qui 
met souvent ces volumes hors de la portée des bibliothèques de second ordre 
et des travailleurs '. 

Je présente à l'honorable éditeur toutes mes excuses et prie mes correspon- 
dants d'adresser directement leurs justes doléances à l'Académie des Lincei, qui 
ne peut continuer, sans compromettre sa haute réputation, à frapper le public 
savant et les bibliothèques d'un impôt véritablement abusif. 

S. R. 

La Bataille de Paris. 

Nous recevons la lettre suivante à propos de l'article publié sur ce sujet dans 
notre qo de septembre (p. 237) par M. le D"^ Hermanu Sieglerschmidt. 

Monsieur le Directeur, 
Les interminables discussions dont a été l'objet la « Bataille de Paris », 
gagnée par Labienus sur Camulogène, n'ont jamais porté que sur deux points : 
l'identification de Metiosedum ou Metlosedum et la signification exacte des 
mots e regione Lutetiae. 

Résumons, en dix lignes, l'histoire de la bataille. Marchant vers Paris avec 
ses légions, Labienus, un peu au nord de Melun [Meclodunum) et suivant la 
rive gauche de la Seine, est arrêté par des marais (ceux de l'Essonne, plutôt 
que de la Bièvre) défendus par les Gaulois. Ne pouvant espérer de les traverser, 
il revient vers le sud jusqu'à Melun, y passe la Seine et suit la rive droite 
du fleuve jusqu'à Paris ^. En y arrivant il trouve Lutèce (l'île de la Cité) en 
flammes et Camulogène sur la rive gauche avec son armée, e regione Lutetiae. 
Par une feinte habile, ^Labienus fait partir à grand bruit vers le sud-est, en 
remontant la rive droite de la Seine, un petit corps de troupe, tandis que le 
gros de son armée se rendait de nuit et en silence à un point situé six kilo- 
mètres plus bas et où le général romain avait tout préparé pour faire passer le 
fleuve à ses troupes. 

Trompé par celte manœuvre habile, Camulogène avait divisé ses forces et 
en avait envoyé une partie, « dans la direction de Metiosedum «, suivre sur la 
rive gauche les troupes que Labienus avait dirigées vers Melun par la rive 

1. Tout le monde connaît les 800 manuels à bon marché que publie la maison 
Hoepli. Elle a mis en vente certains ouvrages d'une utilité générale à des prix 
étonnammeut modiques : qu'il me suffise de citer la Numismatica d'Ambrosoli 
(250 grav., 1 (r. 50), la Letleralura romana de Kamorino (1 fr. 50), le /)a«<e com- 
plet de Scartazzini (1200 p., 4 fr. 50). 

2. César omet de mentionner le passage de la .Marne. 

IV« SÉRIE, T. VII. 14 



210 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

droite. Conformément à l'attente de Labienus, cette dispersion fut fatale à 
l'armée gauloise et les Romains gagnèrent la bataille. Il s'agit maintenant de 
savoir où elle eut lieu. 

E regione Lutetiae signifie très exactement « en face de l'île de la Cité )>. 
M. le Dr Sieglerschmidt, confondant inconsciemment le gigantesque Paris du 
xx* siècle avec la bourgade de l'an 50 avant Jésus-Christ, traduit « vis-à-vis 
de Paris » et met le camp de Camulogène, non sur la montagne Sainte- 
Geneviève, mais sur les hauteurs de Saint-Cloud. 

Pourquoi cette distorsion du texte? C'est que M. le Dr Sieglerschmidt a 
décrété, après de Saulcy et Napoléon III, que Metiosedum ne pouvait être que 
Meudon et n'était certainement pas Melun comme on l'avait cru jusqu'ici. 
Mais il est certain que Meudon ne peut dériver de Metiosedum. Rien ne prouve 
que Metiosedum (ou mieux Metiosedum) ne soit pas Melun. On a trouvé à 
Melun en 1864 une inscription latine où figurent les lettres ...OSEDI-..*. 

On a de plus la preuve, par l'Itinéraire Antonin [Metledum, Mecledum) et 
par Grégoire de Tours {Melhedonense ou Mecledonense castrum), que la forme 
habituellement citée, Meclodunum ou Mellodunum, n'est pas la forme régulière : 
nous croyons que, si on la trouve continuellement au moyen-âge, c'est qu'on 
a été, dès cette époque, la chercher dans les Commentaires de César-. 

Remarquons enfin que le nom de Melun est tout naturel sous la plume de 
César. C'est vers Melun que les troupes de Labienus étaient censées se 
diriger. C'est dans la direction de Melun que Camulogène devait tout natu- 
rellement envoyer ses troupes. 

Quant à la question de Genabum (ou mieux Cenabum), M. le D"" Siegler- 
schmidt écarte sans le mentionner le témoignage des Itinéraires qui placent 
Cenabum à Orléans. Sait-il que les monnaies mérovingiennes appellent Gien 
GIEMISCAS, ce qui ne ressemble pas beaucoup à Cenabum, et croit-il que 
sans la consonance toute fortuite Genabum = Gien, fabbé Lebeuf, voulant à 
tout prix que Vellaunodunum fût Auxerre, aurait eu l'idée de transporter, 
d'Orléans à Gien, le Cenabum des Commentaires? 

Seymour de Ricci. 

Le Musée Barracco. 

A l'angle du Corso Vittorio Emanuele, là où cette voie décrit un coude vers le 
pont Saint-Ange, s'élève depuis peu un petit édifice de style classique, envi- 
ronné d'un jardin. Sur la façade sont inscrits ces simples mots : Museo di seul- 
tura antica. C'est l'admirable collection formée par le sénateur Barracco et 
donnée par lui à la ville de Rome. Autrefois elle n'était accessible qu'à de rares 
privilégiés, au troisième étage d'une maison du Corso ; aujourd'hui, tous les visi- 
teurs de Rome prendront connaissance de ces trésors et remercieront le grand 
homme de goût qui leur a fait ce royal cadeau. 

M. Barracco a su profiter des occasions uniques qu'offraient, aux collection- 
neurs, les vastes travaux d'édilité entrepris à Rome depuis 1872. A la différence 

\. CI. L., XUl, 3012. 

2. Cf. HirscliJeld, G. 1. L., XUl, pp. 443-444. 



NOUVELLES ARCriÉOLOGIQtJES ET CORRESPONDANCE 2H 

des Mécènes de la précédente génération, des Campana et des Torlonia, il visa 
plus à la qualité qu'à la quantité. Il a le sentiment de l'exquis, de l'atlique; ce 
que Rome ne lui fournissait pas, il l'a demandé à la Grèce ou à ce grand 
marché d'antiquités grecques qu'est Paris. « Une heure passée chez M. Bar- 
racco, écrivait récemment M. Louis Pollak', chez cet intime ami de Morelli 
enseigne plus de choses que maint gros livre. La nature l'a comme prédestiné 
à être un Grec. 11 naquit à Crotone, la plus florissante des villes grecques de 
l'Italie; il apporta de là, dans la nouvelle capitale italienne, comme un souffle 
du génie hellénique. » Tout jeune, il lutta contre les Bourbons; dès d860 il 
était député; en 1886, il devint sénateur et occupa pendant de longues années 
les fonctions de questeur. Quand il prend la parole, c'est que des questions d'art 
sont en jeu. Ce patriote italien a toujours été l'ami et le protecteur des savants 
de toute nationalité; l'Université de Halle l'a nommé docteur honoris causa. 

Le nouveau Musée, construit aux frais de M. Barracco par l'architecte Koch 
abrite des chefs-d'œuvre qui sont, pour la plupart, bien connus de la science 
par la luxueuse publication de M. Helbig {Collection Barracco, 2 vol., avec 
texte français). Dans la première salle, dont le milieu est occupé par un ma^-ni- 
fique torse grec d'Apollon, on voit des reliefs assyriens et une belle série° de 
sculptures égyptiennes depuis l'Ancien Empire jusqu'à l'époque romaine (tête de 
lion en bois de sycomore, reliefs de mastabas représentant des scènes de la 
vie rustique, portraits en basalte de Pharaons, le célèbre portrait en basalte de 
César). A gauche, une table contient les œuvres de l'art grec jusqu'à la tin du 
v« siècle, entre autres la stèle funéraire d'un cavalier, un portrait de stratè"-e, 
une tète d'éphèbe éginétique. Les chefs-d'œuvre de la sculpture grecque de°la 
belle époque sont représentés par d'excellentes copies romaines, un jeune 
athlète polyclétéen, des réphques de l'Amazone, du Doryphore, du Diadumène. 
Aces œuvres sont mêlés de beaux spécimens d'art étrusque, une tête de femme 
de Bolsena « tout imprégnée, dit M. Pollak, du pathos grec », puis des sculp- 
tures chypriotes et, sur le mur, une mosaïque d'ancien style byzantin, autre- 
fois propriété des Barberini. A l'entrée de la première salle est une protomé de 
lion plus grande que nature, en albâtre, trouvée en Sardaigne, peut-être le seul 
monument d'art phénicien que l'on ait découvert en Italie, 

La seconde salle est entièrement réservée à l'art classique. A l'entrée, de 
part et d'autre, une grande loutrophore attique; adroite, têtes du ye et du 
vie siècle, entre autres l'Apollon c Barracco », le Marsyas de Myron, des por- 
traits de Démosthènes,d'Epicure, d'Alexandre, un Hermès criophore et une suite 
admirable de reliefs votifs. Devant ces reliefs, sur des coussins de velours 
d'autres répliques des tètes du Doryphore et du Diadumène. La partie gauche dé 
la première salle renferme d'excellents bas-reliefs funéraires atliques, les por- 
traits d'Epiménide, de Sophocle et d'Euripide. Parmi les œuvres hellénistiques, 
on admire surtout une grande tête féminine (?) de style pergaménien. Enfin! 
un relief paimyrénien, des terres cuites de Tarente et une série choisie de vases 
grecs. En tout, il y a une centaine d'objets de premier ordre, exposés dans la 

1. Neue Freie Presse, 8 avril 1903. 



212 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

meilleure lumière avec !e goût le plus sûr. Une salle, réservée aux spécialistes, 
contient la riche bibliothèque archéologique de M. Barracco et des collections 
de photographies. Voilà le premier Musée de Rome où l'on puisse regarder, 
s'instruire et travailler, avec les facilités que l'on devrait trouver partout et que 
l'on ne rencontre à peu près nulle part. 

L'inscription dit : Musco di scultura antica. La postérité reconnaissante, qui 
commence pour cet excellent homme de son vivant, dira : Museo Barracco. 

{Chronique des Arts.) 

S. R. 

— La Revue de l'Art ancien et moderne. —Sommaire du numéro du 10 août 
1905, _ Texte : L'Art symbolique à la fin du moyen âge (1), par M. Emile 
Mâle. — Les Graveurs Bemarteau, Gilles et Antoine (1722-1802), d'après des 
documents inédits, par Henri Bouchot. — La Peinture belge au xix« siècle, par 
M. Emile Dacier. — Une gravure originale à la manière noire par M. R. Piguet, 
par M. E. D. — Sardes (II), par M. Gustave Mendel. — Les Dumoustier, des- 
sinateurs de portraits aux crayom, xvi» et xvu<= siècles (II), par M. Jules Guif- 
frey. — c( Les Conquêtes de la Chine. » Une commande de Vempereur de Chine 
en France au xviii« siècle, par Jean Monval : Bibliographie. — Gravures hors 
texte : Tous les bonheurs, héliogravure d'après le tableau d'Alfred Stevens. — 
Gravure originale à la manière noire, par M. Rodolphe Piguet. — Hélène de 
Tournon, dame de la Baume- Montravel, dessin aux crayons du xvi« siècle (Cabi- 
net des Estampes de la Bibliothèque uationale). — Charles IX en 1570, dessin 
aux crayons du xvi^ siècle (Cabinet des Estampes delà Bibliothèque nationale). 

— Gabrielle d'Estrées, duchesse de Beaufort, héliogravure d'après un dessin 
aux crayons, du xvi' sièc/e (Cabinet des Estampes delà Bibhothèque nationale), 

— Nombreuses gravures dans le texte. 

— La Revue de VArt ancien et moderne. — Sommaire du numéro du 10 sep- 
tembre 1905. — Texte: L'Art ancien et moderne à l'Exposition universelle de Liège, 
par M. Pol Neveux. — Les Récentes acquisitions du Musée du Louvre. Dépar- 
tement de la peinture (VI), par M. Marcel Nicolle. — L'Art symbolique à la 
fin du moyen cî^e (II), par M. Emile Maie. — Les Graveurs du xxe siècle : Gott- 
lob, par M, R. G. ~ Le Musée Carnavalet (III), par M. Jacques de Boisjoslin. 

— L'Exposition Jordaens à Anvers, par M. Louis Gillet. — Correspondance : 
La Crise de l'orfèvrerie. — Un concours à organiser, par M. Robert Linzeler : 
Bibliographie. — Gravures hors texte : Chef-reliquaire de sainte Pinose (église 
Notre-Dame, à Tongres). — Portrait d'homme, gravure de M. A. Mayeur, 
d'après le tableau de Giovanni Bellini (musée du Louvre). —Esquisse d'un pla- 
fond, peinture de Gianbattista Tiepolo (musée du Louvre). — Paimpolaise, 
lithographie originale de M. Gottlob. — Théroigne de Méricourt, peinture de 
l'École française du xviu^ siècle (musée Carnavalet). — Jordaens et sa famille, 
peinture de Jacob Jordaens (musée du Prado). — La Fécondité, héliogravure 
d'après le tableau de Jacob Jordaens (musée de Bruxelles). — Nombreuses gra- 
vuies dans h' lexle. 



NOUVELLES ARCHÉOLOGIQUES ET CORRESPONDA^CE 213 

— La Revue de l'Art ancien et moderne. — Sommaire du numéro du 
10 octobre 1905. — Texte : Les Grands champs de fouilles delOrknt grec en 
190i (I), par M. G. Mendel. — Vincente Lopez, par M. Paul Lafond. — 
Artistes contemporains : Fernand Khnopff, par M. L. Dumonl-Wilden. — Les 
Collections particulières d'Italie. Rome : les collections Colonna et Albani, par 
M. Art. Jahn-Rusconi. — L'Esthétique de Géricault (I), par M. Léon Rosen- 
thal. — Le Musée Carnavalet (IV), par M. Jacques de Boisjolin. — Raoul du 
Gardier, peintre aquafortiste, par M. L. Raymond Bouyer. — Un Portrait 
indûment retiré à Raphaël : la pseudo-Fornarina des Offices, par M. E. Durand- 
Gréville. — Correspondance d'Allemagne : la IX^ Exposition internationale 
des Reaux-Arts à Munich, par M. Marcel Montandon : Biblio£:raphie. — Gra- 
vures hors texte : Un Masque, pointe-sèche originale de M. Fernand KhnopfT. 
— Sybille, sculpture de M. Fernand KhnopfT, photogravure. — Un « Anan- 
Lily », peinture de M. Fernand KhnopfT, photogravure. — La Nativité, pein- 
ture du Pérugin, panneau central d'un triptyque (collection Albani), photogra- 
vure. — Amazone, héliogravure Braun, Clément et C'% d'après le tableau de 
Géricault. — Départ pour la promenade, eau-forte originale de M. Raoul du 
Gardier, — - Portrait de femme, tableau de Raphaël (musée des Offices, à Flo- 
rence), photogravure. — Nombreuses gravures dans le texte. 

— Sommaire de la Revue historique, r\° de seplembre-octobre 1905 (30« année) : 
Edouard Rod, Jean-Jacques Rousseau et les affaires de Genève. La condamna- 
tion. — E. Driault, Napoléon 1" et lltalie. 2^ partie : Bonaparte et la Répu- 
blique italienne; suite. — M. Marion, A propos de la géographie judiciaire de 
la France sous r Ancien régime. La question du ressort des présidiaux. — Bul- 
letin historique : France. Publications relatives au moyen âge, par Chr. Pfister; 
Révolution et premier Empire, par Rod. Reuss. — Rohéme. 1899-1904; suite, 
par Jar. GoU. — Comptes-rendus critiques. — Publications périodiques et 
Sociétés savantes. — Chronique et Bibliographique. V. Tomek, article nécrolo- 
gique, par Ernest Denis ; publications relatives à l'histoire de la Hongrie, par 
I. Kont. 

— Sommaire de la Gazette des Reaux-Arts du l«r août 1905 : Les Artistes 
français au service des rois angevins de Naples (2» article), par M. Emile Ber- 
taux. — Les origines de la peinture en Perse, par M. E. Blochet. — Petits 
maîtres oubliés : Jean Seignemartin, par M. Alphonse Germain. — Peintres- 
graveurs contemporains : Pierre-Marcel Roy, par M. Auguste Marguillier. — 
Artistes contemporains : Whistler (3* article), par M. Léonce Bcnédite. — 
Correspondance de Relgique : Les Reaux-Arts à l'Exposition de lÀège (1" ar- 
ticle), par M. Henri Hymans. — Ribliographie : Praxitèle (G. Perrol), par 
M. André Chaumeix; Les Sculpteurs florentins de la Renaissance (W. Bode), 
par M. Paul Vitry; L' « Anonimo » (P. Mussi et G. -F. Williamson), par 
M. Charles Du Bos. — Quatre gravures hors texte : Don Quichotte, par M. Sei- 
gnemartin (collection L, Mégroz) : héliogravure Schutzemberger. — La Rièvre 
à Gentilly, eau-forte originale de M. P. -M. Roy. —La princesse du pays de la 



214 REVI'Ë ARCHÉOLOGIQUE 

porcelaine, urose et argent », par Whistler (app. à M. Charles L. Freer) : pho- 
lotypie. — La Petite fille blanche, « symphonie en blanc », par Whistler (app, 
à M. A. -H. Sludd) : pholotypie. — Nombreuses gravures dans le texte. 

— Sommaire de la Gazette des Beaux-Arts du 1" septembre 1905 : Les trois 
Drouais (i" article), par M. C. Gabillot. — Artistes contemporains : M"« ^res- 
lau, par M. Emile Hovelaque. — Un portrait inédit de La Tour, par M. Phi- 
lippe Godet. — Les « Peintres de Turcs » au xvin'' siècle (2« et dernier article), 
par M. A. Boppe. — Artistes contemporains : Whistler (4« et dernier article), 
par M. Léonce Bénédite. — Correspondance de Belgique : L" Exposition Jordaen 
à Anvers, par M. Henri Hymans. — Bibliographie: Lucaet Andréa délia Bob- 
bia et leurs successeurs (Maud Cruttwell), par M'"" Mary Logan. — Quatre 
gravures hors texte : Étude, lithographie originale de M"^ Breslau. — Portrait 
de M''« de Charrière, par La Tour (app. à M"" la comtesse de Saint-Georges, 
à Genève) : héliogravure Chauvet. — Portrait de Miss C. H. Alexander, par 
Whistler (app. àM. W. C. Alexander) : pholotypie. — L'Abondance, par Jor- 
daens (Musée de Bruxelles ) : photogravure. — Nombreuses gravures dans le 
texte. 

— Sommaire de la Gazette des Beaux-Arts du 1" octobre 1905 : Les pein- 
tures décoratives de l'église des Invalides et de la chapelle de Versailles, par 
M. Pierre Marcel. — La Dorure sur céramique et V Email de Jehan Fouquet, 
au Louvre, par F. de Mély. — Les trois Drouais{2^ article), par M. C. Gabillot. 

— Artistes contemporains : Franz von Lenbach, par M. Auguste Marguiilier. 

— Le serment d'amour, par Roland, par M. H. M. — Les Artistes français 
au service des roisangevim de Naples (3« et dernier article), par M. E. Bertaux. 

— Un portrait de George Sarid, par M""" Marcelle Tinayre. — Correspondance 
de Belgique : Les Beaux-Arts à l'Exposition de Liège (2« et dernier article), 
par M. Henri Hymans. — Correspondance de Bohême, par M. William Ritter. 

bibliographie : Histoire de la faïence artistique de Moustiers (abbé 

H. Requin), par M. L.-H. Labande. — Quatre gravures hors texte : Portrait 
du comte Philippe de Vaudreuil, par François-Hubert Drouais (collection de 
M. le baron d'Erlanger) : gravure au burin, par M. Henry Chefîer. — Portrait 
de Bismarck, par F. von Lenbach (Nouvelle Pinacothèque, Munich) : héliogra- 
vure Chauvet. — Le Serment d'amour, groupe en marbre, par Philippe Roland 
(coll. de M. Ricardo-Traumann, Madrid) : héliogravure Chauvet. — Portrait 
de Georges Sand, par Eugène Delacroix (coll. de M. Joseph Reinach) : fac- 
similé de la lithographie de M. Julien Tinayre. — Nombreuses gravures dans 
le texte. 

Jahreshefte des Œsterreichischen archseologischen Institutes in Wien, 

t. VHI 1" cahier. — A. Wilhelm, Praxiphanès (ce personnage, dont le nom 
paraît dans une inscription délienne récemment découverte, ne serait autre 
qu'un philosophe péripatéticien mentionné par les anciens comme élève de Théo- 
phraste). — Deux monuments du dialecte d'Erétrie. — F. Hauser, Nausicaa 
(pi. I, 10 figures dans le texte, Très intéressant article où, à propos d'une jolie 



NOUVELLES ARCHÉOLOGIQUES ET CORRESPONDANCE 21 K 

pyxis à appliques de dorure, qui date de la seconde moitié du v siècle. H. étu- 
die maintes représentations d'Ulysse se présentant sur la plage à Nausicaa et 
cherche à les rattacher, comme des imitations plus ou moins libres, à une pein- 
ture orij^inale de Polygnote, citée par Pausanias. Il est question aussi dans 
l'article de l'image du poète thrace aveugle, Thamyras, image qui serait 
dérivée d'une fresque de Polygnote ou d'un tableau votif rappelant une victoire 
de Sophocle). — F. Hauser, Le Diadumène de Polyclète (3 figures dans le texte. 
D'après les attributs figurés sur le tronc d'arbre, dans le Diadumène de Délos, 
H. croit que la célèbre statue de Polyclète représentait non pas un athlète, 
mais Apollon lui-même). — E. Pernice, Recherches sur la toreutique des anciens, 
suite. III. Le tour de l'ouvrier qui travaillait le métal {8 figures dans le texte). 

— St. BrasslofT, Les principes de la Commendatio des plébéiens. — E. Peter- 
sen. Appliques archaïques à des meubles de bronze (2 figures dans le texte. 
Deux anses du Musée de Pesaro, trouvées dans le voisinage. L'une représente 
deux guerriers combattant au dessus d'un cadavre et l'autre un jeune homme 
debout entre deux chevaux, sans doute l'écuyer qui attend l'issue du combat). 

— F. Hauser, Date à assigner à des moules du Musée du Caire (figure dans 
le texte. L'épreuve tirée d'un de ces moules donne le portrait de PtoléméelV 
Philopator). — W. Kubitschek, Études sur le calendrier. I. Encore Vautel 
d'Eleutheropolis. II. Le calendrier arabe à Eleutheropoiis. III. Une date de Gaza 
à Eleutheropoiis. IV. L'année tyrienne à l'époque des Césars. V. Le calen- 
drier pamphy lien. — Wl. Le calendrier cypriote. VII. Le calendrier lycien. — 
Un réseau de route dans l'Onomasticon d'Eusèbe. — .1. Keil, Inscriptions 
médicales d'Ephèse. — G. Patscb, Le trafic sur la Save au temps des Césars. 

— F. Hauser, KaXkiooa; (c'est le support du bouclier). — Zingerle, Inscription 
imprécative de Méonie. — Supplément. — Vulic, Monuments antiques en Ser- 
bie (figures dans le texte). — Kukula, Les incendies de l'Artémision à Ephèse. 

— A. Coinage et J. Keil, Recherches archéologiques dans la Dalmatie du nord 
(figures dans le texte). 

— The Journal of Hellenic studies 1905, 2" partie : Règlement, procès-ver- 
baux des séances. — J. Wells, Notes sur la chronologie du règne de Cléomène L 

— M. W. Tarn, Le navire de guerre grec (suite et fin).[ — G. G. Edgar, Sur la 
date des portraits peints sur bois trouvés dans le Fayoum (PI. XIII. Figures 
dans le texte. E, croit, à l'envers d'Ebers, tous ces portraits postérieurs au 
commencement de notre ère. Ils auraient été exécutés, selon lui, entre le 
milieu du premier siècle et le commencement du troisième). — Percy Gardner, 
Vapoxyoménos de Lysippe (9 figures dans le texte. Article intéressant et 
important. G. cherche à y montrer, par des observations dont plusieurs 
paraissent très dignes d'attention, qu'il y a des différences très sensibles entre 
la facture de l'Apoxyoménos et celle de cette statue d'Hagias, trouvée à Delphes, 
dans laquelle on a reconnu une réplique en marbre, exécutée du vivant de 
Lysippe, d'un bronze de ce maître. On se serait trop pressé, selon lui, de voir 
dans l'Apoxyoménos la copie de la statue lysippéenne mentionnée par Pline 
comme l'athlète dcstringens se. L'original dont nous avons là une copie romaine 



216 REVUE ARCHÉOLOdlQUE 

ne remonterait pas au delà du troisième siècle avant notre ère). — E. S. Fors- 
ter. Un fragment de redit de DiocAêtien. — E. N. Gardiner, La lutte, II (pi. XI- 
XII, nombreuses figures dans le texte. Explication, par les monuments, des 
différentes manœuvres de la lutte grecque et des termes qui les désignaient). 

— Dyer, Les trésors d'Olympie et les trésors en général (s'applique à définir 
avec plus de précision qu'il n'a été fait jusqu'ici le caractère et la destination 
de ses édifices). — H. R. Hall, Les deux labyrinthes (pi. XIV, montre que l'un 
des palais de Cnosse, par ses dispositions, ressemble beaucoup aux palais 
égyptiens et explique ainsi l'assimilation qui a été établie par les Grecs visi- 
teurs de l'Egypte entre un édifice qui leur était connu et celui qu'ils trouvaient 
dans le Fayoum). — F. W. G. Foat, Le tsadé et le Sumpi. — Bibliographie. 

— Tables."— G. P. 

— Lai.Société archéologique de Ber//n vient de publier son soixante-cinquième 
programme, à propos de la fête de Winckelmann, qu'elle célèbre tous les ans. 
La rédaction en a été confiée cette année à M. Kékulé von Stradonilz, le con- 
servateur des antiques au Musée royal de Berlin. Ce programme a pour titre : 
EcheUs und Basile, attisches Relief aus Rhodos in den Kœnigiichen Museen 
(in-4° 22 pages, 4 figures dans le texte et 3 planches en héliogravure). A la 
suite du mémoire, une courte note de M. Hiller von Gœrtringen sur une ins- 
cription trouvée dans la même localité que le bas-relief. Elle mentionne un 
pnHre de Brygindis, l'héroïne éponyme du dème des Brygindarioi, mentionné 
dans les listes attiques des tributs payés par les alliés. 

Le bas-relief, en marbre pentélique, paraît être un bon travail attique des 
dernières années du ve siècle. Il a été trouvé sur la côte orientale de l'ile, au 
lieu appelé Alphandau, qui répondait au dème Brygandarioi. Il représente un 
jeune homme et une jeune femme, debout dans un char que traînent quatre 
chevaux lancés au galop. Devant les chevaux se tient debout un personnage 
barbu. Son attitude est celle de l'offrande et de la prière. Ce doit être le dédi- 
cant du monument votif. 

Pour donner un nom au couple divin qui occupe le char, M. Kékulé a recours 
à un bas-relief trouvé à Athènes qui représente une scène toute pareille, avec, 
en plus, Hermès courant devant les chevaux. D'après les inscriptions qui 
accompagnent le monument découvert en Attique, le jeune homme serait 
Echélos, héros éponyme du dème des Echélides, et la jeune femme Basile, mère 
d'Hélios et de Séléné. Ces deux personnages portaient-ils le même nom à 
Rhodes ou étaient-ils adorés sous d'autres vocables ? Nous l'ignorons. Mais, 
en tout cas, il y a là une réplique d'une composition qui, vers ce temps, 
s'exécutait couramment dans les ateliers attiques. C'est ce que concourt à prou- 
ver un fragment d'un troisième bas- relief tout semblable, qui provient de 
Chics. G. P. 



BIBLIOGRAPHIE 



Raymond Weill. Recueil des inscriptions égyptiennes du Sinaï. Biblio- 
graphie, texte, traduction et commentaire, précédé de la géographie, de Vhis- 
toire et de la bibliographie des établissements égyptiens de la péninsule. Paris, 
Société nouvelle de librairie, 1904. 

Le titre de l'ouvrage de M. Weill, que j'ai transcrit tout au long, définit le 
caractère très complet de son étude. L'auteur nous a donné une édition critique 
des nombreux textes dispersés auparavant dans les publications de Lepsius, 
de Lottin de Laval et ï'Urdnance Surveij of the Peninsula of Sinai, pour ne 
citer que les plus importantes. 11 y a ajouté le fruit de ses recherches dans les 
dossiers incomplètement publiés que recelaient les archives du British Mu- 
séum, dossiers égarés en partie et qui n'ont été retrouvés que sur ses instances 
(cF. Revue archéologique, 1903, II, p. 1). M. Weill a pu ainsi reconstituer 
l'histoire complète des établissements miniers des Pharaons au Sinaï, après 
avoir étudié la composition géologique du sol et son histoire géographique. 

Les Pharaons ont exploité au Sinaï des mines situées dans la vallée de 
rOuady Magharah et sur le plateau du Sarbout e! Khadim. Ce qu'ils y allaient 
chercher, c'est le mnfkaï, autrement dit les minéraux colorés en vert (comme 
l'émeraude, le malachite, la turquoise, le vert des montagnes), où le carbonate 
de cuivre donne la couleur recherchée. La turquoise et l'émeraude n'étaient 
pas seulement utilisées comme pierres précieuses, mais servaient, broyées, à 
la fabrication des émaux verts et des couleurs dont les Égyptiens faisaient un 
emploi si abondant pour la décoration des édifices, pour l'orfèvrerie et l'art 
industriel. L'exploitation minière se faisait en galeries souterraines, mais l'em- 
placement des mines est jusqu'à présent mal connu ; les noms des mines et 
les détails d'exploitation ne nous sont révélés que par les bas-reliefs royaux, 
les stèles particulières et les inscriptions commémoratives. 

Les inscriptions et les tableaux rupestres nous apprennent que l'exploitation 
des mines par les pharaons commence à Magharah dès les dynasties dites 
préhistoriques. On savait depuis 1894, par un article de G. Bénédite, 
que Zosiri, de la Ille dyn., avait gravé son nom à Magharah ; M. Weill a eu 
le mérite de découvrir dans les estampages du British Muséum un bas-relief de 
Semerkha, le pharaon connu par les cylindres et les vases archaïques d'Abydos 
et identifié avec un roi de la U" dyn. traditionnelle ; de plus un nouveau bas- 
relief de Snofrouï a été signalé à M. Weill par Borchardt ; d'autres tableaux 
archaïques anonymes, retrouvés en estampages, ont permis à l'auteur d'augmen- 
ter encore le nombre des documents de cette histoire primitive. Les souverains 
de l'époque memphite, jusqu'à Papi II, ont laissé plusieurs bas-reliefs et les 



218 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

chefs de mission, de nombreuses listes d'officiers chargés d'encadrer les corps 
de travailleurs. II ne semble pas qu'il y ait eu jamais au Sinaï d'exploitation 
permanente des mines ; de temps à autre une expédition était envoyée pour 
quérir les matériaux nécessaires à la décoration des édifices égyptiens, et spé- 
cialement quand il s'agissait d'élever au roi régnant le temple de la fête Sed, 
pendant laquelle il subissait un renouvellement de son couronnement et une 
adoration solennelle, A partir de la XII*" dynastie les monuments de Magharah 
sont des inscriptions rupestres grossières, dont le nombre va en diminuant, si 
bien que le dernier texte certain date de l'an 16 du règne commun d'Hàls- 
hopsitou et de Thoutmès III. Il y aurait cependant, d'après Ebers, une inscrip- 
tion de Ramsès II à Magharah ; mais le témoignage d'Ebers est unique et n'est 
pas appuyé d'une copie. L'exploitation semble avoir cessé dans la suite. Au 
far et à mesure que les mines de Magharah sont délaissées, celles du Sarbout 
el Khadim, inaugurées seulement sous Amenemhâït (XII^ dyn.), reçoivent les 
expéditions royales. Un temple d'Hàthor y est fondé par Amenemhâït III ; sous 
le Nouvel Empire il reçoit des accroissements importants ; de Thoutmès III jus- 
qu'au milieu de la XXe dynastie les stèles et les débris de temple se multiplient. 
Puis, après Ramsès IV, les monuments datés font défaut. 

Les différents textes traduits par M. Weill contiennent d'importants détails 
sur l'organisation des missions temporaires qui allaient aux mines du Sinaï. 
Pendant quelques semaines l'arrivée des mineurs mettait dans ces vallées 
une activité intense ; la durée d'une campagne n'excédait pas deux ou trois 
mois- Suivant le nombre des hommes (il peut varier de 20 à plus de 700 per- 
sonnes), suivant la quantité de mafkai qu'il fallait rapporter, on exigeait pour 
chaque chantier un rendement par jour plus ou moins considérable; un des 
textes rapporte qu'une équipe de 15 hommes rapportait environ 6 litres par 
jour du minerai précieux. Les chefs de mission se vantent avec complaisance 
quand ils ont mené rapidement et sans perte d'homme leur besogne à bien sous 
ce climat meurtrier. Parfois des détails sont donnés sur la division des mis- 
sions en corps techique et corps administratif entre lesquelles il semble que 
des rivalités naissaient parfois (p. 47) ; à l'occasion, tel chef de mission nous 
fait connaître le chiffre des approvisionnements qu'il avait dû constituer pour 
ravitailler ses hommes. 

Le Sinaï devait aussi fournir quelques renseignements géographiques impor- 
tants. M. Weill a donné une attention spéciale aux noms qui désignent la con- 
trée, « les Échelles du Mafkaï », le pays d' « Orient » ; il note, au Sarbout sous 
la Xtl" dynastie, le nom de Snti (Asie), et le titre « régent du Lotanou », qui 
apparaît par ailleurs dans des documents de même époque (stèle d'Ousirta- 
sen III ap. Garstang, El Arabah, pi. 4, et Pap. de Berlin, n° I, 1. 30, 142). Ce 
nom de Lotanou semble dans l'exemple cité (n" 75) s'appliquer à un chef de la 
péninsule sinaïtique ; le Lotanou aurait donc une extension plus grande que celle 
qu'on lui avait assignée d'abord, en le confinant à la marche syro-égyptienne. 

Ce bref résumé montre quel est l'intérêt historique, en même temps que 
l'utilité spéciale, de la monographie de M. Weill. Il faut ajouter que l'auteur 
a traité son sujet avec une rigueur de méthode, une sûreté d'investigation et 



BIBLIOGRAPHIE 219 

une précision de détails vraiment remarquables. Il a montré par son exemple 
qu'on peut faire des fouilles fructueuses et trouver de l'inédit non pas seule- 
ment en allant sur place, mais aussi en compulsant les archives des expédi- 
tions scientifiques où bien des matériaux restent inutilisés par les premiers 
pionniers. Le Recueil de M. Weill, en dehors même des importants commen- 
taires de l'auteur, donne aux égvptologues une collection fidèle et complète 
(jusqu'à l'heure actuelle) de textes spéciaux, se rapportant à un sujet bien dé- 
fini et riches en termes techniques. Grâce aux textes corrects, aux reproduc- 
tions exactes et à la bibliographie savante que nous devons à l'auteur, l'étude 
de ces documents sera très grandement facilitée à ceux qui entreprendront la 
tâche d'élucider quelques titres administratifs encore mal définis et quelques- 
uns des problèmes variés que l'auteur a posés avec clarté et précision. 

A. MORET. 



BiNBiRKLissE : Arcbseologische Sicizzen aus Anatolien. Ein Beitrag zur Kunst- 
geschichte des Christlicben Kircbenbaues, von Karl Holzmann, Ingenienr- 
Verlag vou Boyseu uud Maasch in Ilamburg. lu-i». 

Mr Holzmann has given us some interesting shcets of drawings of a séries 
of churches in Anatolia which well deserve careful study. We know them 
from Laborde's drawings and descriptions (Voyag'e de l'Asie Mineure) and from 
photographs and plans furnished to Strzygowski (who published them in his 
Kleinasien) by Crowfoot and Smirnov ; but we bave as yet no architectural 
détails, save those that Mr Holzmann has now put before us in a cheap and 
useful form, and we owe him therefore a debt of gratitude. Binbirklisse lies in 
the Kara Dagh some 75 kilomètres south of Konia. Ramsay has surmised that 
it represents the ancient Barata, but the suggestion has not met with unani- 
mous approval. As we know noLhing of Barata except the name, even if the 
identification be correct there wiU remain much to learn of the rercarkable 
ecclesiastical settlements of the Kara Dagh. Of thèse there are two, Binbir- 
klisse at the foot of the hill and Daouieh (Mr Holzmann wriles it Deileh), some 
4 kilomètres to the west on a shoulder of the moutain. The ruins include a 
small number of secular buildings and many churches, mausoleums and sar- 
cophagi, and at Daouieh, two large monasteries. Of Daouieh only one church 
has hilherto been published (by Strzygowski); Mr Holzmann gives some excel- 
lent drawings of it (No. 2) and a small plan and reconstruction of the square 
building (No. 22) between it and the largest of the monasteries (No. 23). His 
map of the upper town is very incorrect, many of the buildings in il are omitted, 
and the monaslery (No, 23) is oriented wrongly. îts length lies from east to 
west, not from north to south. He is mistaken in thinking No. 28 to bave been a 
dwelling house; the east end is much ruined, but the fine of the apse is dis- 
tinctly visible. Of Binbirklisse he says that Nos. 12 to 21 are « sâmmtlich stark 
zerstort ». Of 15 and 16 there are however very considérable remains and 
the plan of them would easily be recoverable. As regards date he gives as his 
opinion that the buildings must fall beween the 3rd and the 8th centuries and 



220 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

that the builders were for the most part Armenians. We are not yet in posses- 
sion of facts sufficient to warrant an authoritative statement, but we may be 
certain that the churches are not ail of one period and that several of them, both 
in the upper and in the lower towns, hâve suffered restoration. It is extremely 
improbable that any of them should be as early as the 3rd century and prac- 
tically certain that the Armenians had no hand in them. None of the buildings 
bear the slightest resemblance to those in northern Asia Minor or in Cilicia 
which are known to be of Armenian workmanship. 

Gertrude Lowthian Bell, 



Henry-René d'Allemagne, Les cartes à jouer du xit" au xx« siècle. Paris, Ha- 
chette et Cie, 1906, in-4o; 2 vol. de xvi-504 et 640 pages, avec 3.200 reproduc- 
tions, dont 956 en couleurs. 

Dans son premier volume, l'auteur a étudié l'origine et les transformations 
diverses du jeu de cartes, la législation, la fabrication et la vente; puis l'his- 
toire du jeu et l'emploi des cartes en dehors du jeu. Dans le second volume, il 
a examiné les conditions et l'histoire de la fabrication des jeux en France, en 
groupant les villes d'après les régions où étaient édités les différents « patrons » 
(Paris, Bourgogne, Lyon, Auvergne, Dauphiné, Provence, Languedoc, Guyenne, 
Limousin), 

M, d'Allemagne n'a pas beaucoup insisté sur la période du début, pour 
laquelle, au reste, les documents ne sont pas très nombreux. Du moins a-t-il 
cherché à préciser la date vers laquelle les cartes ont commencé à être en usage : 
elles apparaissent durant le troisième quart du xiv'' siècle. Pour leur origine 
précise on ne saurait être aussi affirmatif ; il semble toutefois qu'elles doivent 
avoir été imaginées en Allemagne et qu'elles dérivent indirectement du jeu des 
échecs. Il s'agit, bien entendu, des cartes numérales; car on sait que le jeu de 
tarot (qui provient en partie d'une suite de dessins composant une sorte d'en- 
cyclopédie sommaire, destinée à l'instruction des enfants) prit naissance dans 
l'Italie du Nord, au troisième quart du xiv^ siècle. 

11 eût peut-être fallu montrer plus clairement les différences de conception 
et surtout de style qui séparent ces deux séries de jeux. On serait tenté, en 
effet, de regretter que M. d'Allemagne n'ait pas insisté davantage sur l'intérêt 
artistique des cartes les plus anciennes. Nous lui aurions su gré de faire mieux 
voir en quoi leur connaissance est fort utile pour l'histoire des origines de la 
gravure; comment les éléments septentrionaux et italiens s'y sont fondus 
et aussi comment les graveurs de cartes à jouer, artistes populaires, ont con- 
servé jusqu'au xix^ siècle certaines traditions de simplification, de stylisation, 
qu'ils tiennent de leurs plus lointains prédécesseurs. 

Mais il ne faudrait point exagérer l'importance de ces critiques ; l'ouvrage 
monumental de M. d'Allemagne demeurera, pour un très long temps, le traité 
spécial auquel on devra nécessairement se reporter, et il est appelé à rendre de 
très grands services. 

J. M. V. 



BIBLIOGRAPHIR 221 

Otto Benndokf, Zur Ortskunde und Stadtgeschichte von Ephesos [Sonderdruck 
nus Forschuiir/en in Epchsos venj/featlicht vom Oesterreichischen arckaeologia- 
che». Instilule, 1). 1 voi. iu-folio, 110 p., 29 fig. et une carte. Vieaae, Ilôlder, 
1903. 

Dans ce magnifique volume, édité avec un luxe qui fait le plus grand honneur 
aux presses viennoises, M. Benndorf nous donne les prémices de la grande 
exploration que l'Institut archéologique autrichien poursuit sur le territoire 
d'Éphèse. Nous avons là comme Tlntroduction de l'ouvrage où seront exposées 
ses découvertes; Tauleur y récapitule en les précisant les données fournies par 
les textes anciens sur l'histoire et la topographie de la ville, et il rectifie, dans 
une minutieuse analyse, les travaux de ses prédécesseurs de toute nationalité. 
On connaît assez son talent pour qu'il soit inutile d'insister beaucoup sur la 
valeur de ce premier volume, base solide d'un monument en préparation, où 
s'emploie activement toute une école d'archéologues exercés. Quand il sera 
achevé, on en pourra mieux faire ressortir la nouveauté et la perfection. Mais il 
convient de signaler au moins, sans plus attendre, l'intérêt de ces pages préli- 
minaires. M. Benndorf a délimité très exactement l'étendue de l'antique Ephèse, 
déterminé l'emplacement de ses principaux édifices et condensé ce que l'on 
savait déjà, notamment sur le temple de Diane; il a même pu indiquer plus 
sûrement que ses devanciers d'où l'on avait tiré le marbre nécessaire àja cons- 
truction de ce sanctuaire fameux. La légende racontait qu'au moment où les 
autorités allaient s'adresser à des carrières lointaines, un berger découvrit par 
hasard dans les collines des environs un marbre d'une très grande beauté. 
Jusqu'ici on l'avait cherché dans les grottes du Panajir-dagh, sur lequel s'éle- 
vait la ville haute; mais le calcaire de ce quartier n'est pas du marbre; de 
plus Vitruve assure que la distance entre le temple et la carrière était de 
8.000 pas; pour rendre l'identification possible, on avait changé dans le texte 
les « pas )' en « pieds ». M. Benndorf montre que c'était là une erreur. Il a 
retrouvé la carrière à la distance indiquée, et dans une tout autre direction : 
elle est située au Nord-Est du village d'Ajasolouk, entre Bélévi et Khalka- 
bounar, sur le flanc des collines qui bordent la vallée du Caijstre; des échantil- 
lons ont été rapportés par la mission autrichienne ; ils attestent la présence en 
cet endroit de deux variétés de marbre : l'un est d'une blancheur et d'une 
pureté absolues, l'autre sillonné de veines légèrement bleues et grises. Du point 
d'extraction on amenait les blocsà Ajasolouk par la vallée et peut-être aussi 
par le fleuve. 

M. Benndorf discute avec le plus grand soin les identifications proposées 
pour les noms des montagnes et des cours d'eau ; il fixe la direction des aque- 
ducs, la situation des ports et, à ce propos, il examine une dédicace à Isis et à 
Sérapis souvent alléguée dans ce débat; comme il y est question de vauga-oOvTe; 
et qu'on la disait trouvée près du temple de Diane, on en concluait qu'un canal 
avait dû amener les eaux de la mer jusqu'en cet endroit. Mais il est certain 
qu'elle a été recueillie à proximité des Thermes et du grand port, en un point 
où a dû s'élever un temple des divinités égyptiennes. Dans les vayoaToOvTe; 



222 REVUE ARCHÉOLOGIQUE, 

certains savants ont vu des prêtres qui participaient à la fêle annuelle du 
Navire d'isis. Il y aurait encore une autre hypothèse possible : c'est qu'ils aient 
joué un rôle dans un dranae sacré, où l'on représentait Isis repêchant les 
membres épars d'Osiris (Foucart, Recherches sur l'origine et la nature des 
mystères d'Eleusis, Mcm. de l'Acad. des inscr. et b. -lettres, XXXV, 1896, 
p. 37). Mais il paraît plus probable que ces personnages sont simplement les 
matelots ou les passagers d'un navire à l'ancre dans le port d'Éphèse; c'est 
l'opinion à laquelle se tient M. Benndorf et sa démonstration lui donne une 
nouvelle consistance- 
La dernière partie contient un aperçu rapide, mais substantiel, de l'histoire 
d'Éphèse à l'époque impériale. Sans s'attarder aux périodes sur lesquelles on a 
fait une lumière suffisante, M. Benndorf a rassemblé avec précision les témoi- 
gnages relatifs à l'incendie allumé par les Goths en 263, catastrophe dont la 
métropole d'Asie ne se releva jamais. Il faut ajouter qu'une excellente carte à 
grande échelle, dressée par Tlnslitut impérial de géographie, est jointe à 
l'ouvrage. Dans les volumes suivants seront exposés les résultats des fouilles; 
l'éminent directeur de cette belle entreprise a des collaborateurs dignes de lui, 
parmi lesquels M. Heberdey ; malgré les difficultés énumérées dans sa Préface, 
il y a tout lieu de penser qu'ils ont déjà réuni les matériaux nécessaires et que 

le tome second sera bientôt en état de paraître. 

Georges Lafaye. 

D"^ Carton et abbé Leynaud. Les catacombes d'Hadrumète (première campagne 
de fouilles). Bulletin de la Société archéologique de Sousse, n° o, l^' semestre 
1905, p. 33-114. Sousse, imprimerie française; édité en une brochure spéciale de 
84 pages. 

Une des découvertes les plus curieuses et les plus inattendues qui aient été 
signalées en Tunisie, est celle qui a été faite à Sousse (l'antique Hadrumète) de 
catacombes à inhumations chrétiennes. Le développement en est considérable. 
Leur réseau, déblayé seulement en partie, ne comprend, jusqu'ici, pas moins de 
41 galeries (dont une de 53 mètres de long), bordées de plus de 1.500 locuii 
disposés par étages et auxquels il faut ajouter 600 tombes creusées dans le sol. 

La description, illustrée de nombreuses planches, que les auteurs donnent 
de cet immense cimetière souterrain, a été faite avec le même soin qu'ils ont 
apporté à leurs travaux d'exploration. Ils ne se sont pas bornés à exposer, avec 
plan à l'appui, la disposition générale de ces catacombes, à signaler les parti- 
cularités qui peuvent permettre de dater certaines galeries, à mentionner les 
galeries réservées à l'inhumation d'enfants, etc. Ils ont tenu à n'omettre aucun 
des détails fournis par l'examen attentif des locuii : mode d'ensevelissement, 
nature des étoffes qui servaient de linceuls, empreintes des corps (parmi les- 
quelles celle du visage d'un enfant, comme il s'en trouve une au musée Carna- 
valet), etc.; enfin et surtout, relevé et interprétation des inscriptions, la plupart 
en langue latine; l'une d'elles présente une formule rare. Notons ici que le plus 
grand nombre de ces inscriptions étant des grafûtes, les auteurs ont eu l'heu- 
reuse idée de les reproduire en fac-similé. 



BIBLIOGKAPUIE 223 

Est-il besoin de dire que le travail qu'ont entrepris MM. Carton et Leynaud 
présente un haut intérêt, en particulier pour l'histoire de la communauté chré- 
tienne dans l'Afrique romaine aux premiers siècles? En dépit des difficultés de 
toute nature qui restent à vaincre, ce travail sera continué et achevé. Comme 
explorateur, M. Carton a donné depuis longtemps, et notamment par ses tra- 
vaux à Dougga, la mesure de l'effort qu'il est capable d'accomplir. Nous comp- 
tons qu'il nous révélera celte ville des morts, hier encore insoupçonnée, la 

Sousse souterraine. 

A. -T. Vkrcoutre. 

ScHLUUBERGEK (G.)- L'Épopée byzantins à la fin du dixième siècle. 3« partie. 
Les Porphyrogéuètes Zoé et Théodora (1023-10")7). Paris, Hachette, 1903, iu-4'', 
trois cents planches et gravures. 

Avec ce troisième volume prend fin cette Épopée que M. G. Schlumberger a 
consacrée à l'histoire glorieuse des basileis byzantins des x'^ et xi« siècles. 

Si les historiens sont certains de trouver ici des faits nouveaux, de connaître 
là l'existence si extraordinaire des basilissa Zoé et Théodora, de pénétrer les 
curieuses figures de celte époque si riche en aventures amoureuses, en drames 
extraordinaires, en terribles révolutions de palais, les archéologues découvriront, 
dans l'illustration si copieuse de l'ouvrage, les documents les plus précieux, les 
mieux choisis, les plus patiemment réunis, pour montrer la place occupée par 
l'art à une époque remplie cependant d'événements aussi imprévus que sinis- 
trement tragiques. 

M. Schlumberger a fouillé les bibliothèques; il y a trouvé les plus admirables 
miniatures byzantines. L'Ambroisienne de Milan lui a fourni un Psautier 
du x^s., le Vatican, le Menologion de Basile II et une Vie de saint Benoît et de 
saint Maur provenant du Mont Cassin, la Bibliothèque nationale de Madrid, 
l'Histoire de Skylitzés, la. Marcienne de Venise, un Évangéliaire, la bibliothèque 
du couvent du Sinaï, un Cosmas Indicopleustes, un Livre de Job et un Évan- 
géliaire, Cividale, le Psautier d'Egbert, Modène, un bien curieux Epitome 
Historiarum, la bibliothèque de l'Université de Turin, le merveilleux manuscrit 
des Petits Prophètes, la Laurentienne de Florence, un Octateaque, le monastère 
d'Iviron du Mont Athos, un magnifique Évangéliaire. 

Nulle part nous ne retrouverons pareille collection d'Exultet. Ceux du Mont 
Cassin, du Vatican, de Bénévent, de Bari, de la Bibliothèque Barberine, du 
Brilish Muséum, y sont admirablement reproduits. 

Dans les églises, nous admirerons les mosaïques de Daphni, deKiew, de Ni- 
cèe, de Saint-Luc en Phocide, de Salonique, de Sérès en Macédoine, de Saint- 
Juste de Trieste, de Saint-Marc de Venise; puis nous nous arrêterons devant 
les fresques de Kiew, de San Lorenzo près Fasano, de Sant Angelo in Formis 
près Capoue, de Saint-Elia près Nepi. 

Avec le savant écrivain, nous visiterons, en Orient, les ruines d'Ani, la vieille 
capitale détruite des rois Pagratides d'Arménie, les vieilles églises de Soulou 
Monastir, de Saint-Luc en Phocide, de Daphni, du Mont Athos, de Salonique, de 
Salamine dans l'île de Chypre, de Chio, de Mesembria, de Nicée, du Saint- 



224 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

Sépulcre; puis revenant en Occident, nous demanderons aux grands Musées, 
aux collections particulières, d'étaler devant nos yeux leurs richesses byzantines. 
Nous verrons là des bronzes : une Vierge de la basilique de Torcello, un saint 
Théodore du British Muséum, un Aigle, qui provient de la porte de Saint-Paul- 
hors-les-murs de Rome, une Annonciation de la collection Martin Le Roy, un 
Couronnement de sceptre de la collection de l'auteur. 

La suite de camées byzantins est puisée dans les trésors du British Muséum, 
de l'Heiligen Kreuz près de Vienne, de Munich, du Cabinet des médailles de 
Paris, 

Mais ce sont surtout les ivoires, les os, les bois, dont le choix admirable 
nous permet d'étudier la délicatesse de cet art byzantin, qui, pour beaucoup 
cependant, paraît absolument lié par les règles d'un canon qui étreint les artistes. 
Mais au contraire, dans latoreutique, les artistes demeurent bien eux-mêmes, et 
les coiïrets de la cathédrale de Capo d'Istria, du Musée de Florence, du Musée 
Olivieri à Pesaro, du Musée civique à Bologne, d'Arezzo, de Sens, du South- 
Kensinglon et surtout la plaque si précieuse du Musée du Louvre mettent la 
chose tout à fait en évidence. 

Peu nombreuses, malheureusement, sont les pièces d'orfèvrerie byzantine. 
Combien rares en effet sont celles qui ont échappé au creuset, alors qu'au con- 
traire les camées, les ivoires, de nulle valeur intrinsèque, survivaient à tous 
es désastres ! Ils n'en sont donc que plus intéressants ces reliquaires de la Vraie 
Croix, du Mont Athos, du Musée de Sofia, ces plaques de reliures de la collec- 
tion Martin Le Roy, de Saint-Marc de Venise, de Quedlinbourg, de la collection 
de la comtesse de Béarn, cette icône du Saint-Sépulcre qui nous montre l'ori- 
gine des Véroniques occidentales, cette staurolhèque de la collégiale d'Alba Fu- 
cense (Abruzzes), ce médaillon de Riazan, cette merveilleuse Pala d'Oro de Ve- 
nise, enfin ces feuillets du diptyque byzantin de San Giovanni de Florence, 
dont il ne reste plus, hélas! que l'empreinte en plâtre conservée au Vatican. 

Voilà que je m'aperçois qu'au lieu de faire le compte rendu du livre c'est la 
simple énumération de ses richesses que je rapporte. Mais comme je crois qu'au 
fond il est difficile de faire un plus bel éloge d'un ouvrage que de mettre en 
valeur, aussi exactement que possible, les documents intéressants qu'il contient, 
je ne changerai rien, je n'ajouterai rien, sinon qu'il faut maintenant citer les 
trois volumes de l'Épopée byzantine de M. G. Schlumberger comme le plus im- 
portant monument élevé jusqu'ici à la gloire et à l'honneur de l'art byzantin. 

F. DE Mély. 



Le Gérant : Ernest Leroux. 



ANOEHS. — IMP. ORIENTALE A. BURDIN ET c'«. 



HV.UE ARCHÉOLOGIQUE l'.'Ol. 



IM.ANCHH I 





TABLEAUX DE L'ANCIENNE COLLECTION CAMPANA 

Musée de Ca'cu 



SUR DEUX RELIEFS GRECS DE L'ASIE-MINEURE 



LETTRE A M. SALOMON RElNACli 



Vous me demandez, Monsieur, de proposer aux lecteurs de la 
Revue archéologique une hypothèse qui m'était venue à l'esprit 
il y a deux ans, quand vous m'avez fait voir la photographie 
du has-relief hellénistique découvert à Traites dans les fouilles 
du Musée Impérial Ottoman. Vous m'assurez que cette hypothèse 
vous a convaincu. Je m'exécute donc, en vous remerciant de 
l'invitation flatteuse et de l'encourageante adhésion. 

Le relief dont il s'agit a été publié en zincogravure dans les 
Comptes-renduf> de l'Académie des Inscriptions (1904, p. 46); 
le Bulletin de correspondance hellénique (190i, pi. VII) en a 
donné une planche magnifique*, d'un format qui fait regretter 
que le périodique de notre Ecole d'Athènes ne se soit pas haussé 
à la taille du Jahrbiich ou des Jahreshefte. C'est une plaque « en 
hauteur », sur la tranche supérieure de laquelle sont des tenons 
qui indiquent que d'autres plaques s'ajustaient à droite et àgauche. 
Sur celle qui nous est parvenue se dresse, à droite, un grand 
platane, dont le tronc est creux à la base, comme il arrive aux 
arbresdecetteespèce,quandils sont très vieux:vous vous rappelez 
les tchinars vénérables qui ombragent les carrefours des villes 
turques, celui de Cavalla par exemple, dans le tronc duquel les 
balayeurs municipaux serrent leurs outils. Le sculpteur de 

1. D'après laquelle a été fait le dessin dans la HeuMe des eYurfesgrrecçues, 1905, 
p. 118. Il est fâcheux que le relief, avant d'être photographié, n'ait pas été 
complètement nettoyé : la planche montre à droite en haut des restes de mortier 
qui empâtent les feuilles. Le dessinateur de la Revue des études grecques ne s'est 
pas tiré de ce mortier. 

IV SÉRIE, T. vu. 15 



S26 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

Tralles a rendu avec une élégance précise et sobre les feuilles 
découpées, les fruits globulaires du platane. Vous écriviez 
naguère que « l'art grec avait attendu l'époque d'Auguste pour 
libérer rornement végétal des conventions qui le régissaient à 
l'époque classique* », Me permettrez-vous d'être d'un avis diffé- 
rent? L'art grec a toujours su représenter la nature végétale. 
Avant le monument desHaterii'' ou l'autel exquis du musée 
d'Arles, n'y a-t-il pas eu, à Tépoque alexandrine, les coupes 
aux olives de Bosco-Reale? à l'époque classique, le. sarcophage 
d'Alexandre, avec la treille de son architrave? à l'époque 
archaïque, l'amphore ionienne de Busiris*, dont l'épaule est 
décorée d'une jonchée de myrtes? En somme, l'histoire du décor 
végétal dans l'art grec est encore à écrire. Mais je m'écarte du 
propos que vous m'avez fixé. 

Sous le platane est accroupi un homme, pieds nus, sans chla- 
myde, vêtu seulement de l'è^wi^.iç servile ; la tête manque ; elle était 
séparée du fond; penchée en avant, elle regardait à gauche. 

« Cet homme, dit l'article paru au Bulletin (p. 72) sous la 
signature d'Edhem-bey, est occupé à tendre une corde de la 
main droite, tandis que de la main gauche il se prépare à en 
passer et à en nouer l'extrémité dans un anneau scellé à une dalle 
qui forme une faible saillie sur le sol ». Je souligne ce qui, dans 
celte description, me semble inacceptable : que l'auteur essaie 
de réussir l'opération qu'il a imaginée, passer de la main gauche 
seule et nouer dans un anneau scellé au soi l'extrémité d'une 
corde, pendant que la main droite tirera fortement sur le milieu 
de celte corde, à l'autre bout de laquelle est quelque chose qui 
résiste avec énergie; car il est visible que la main droite de 
notre personnage tire avec force sur la corde : l'attitude l'indique, 

1. Apollo, p. 90. 

2. Wickhofl, Roman art, pi. VIII. Cet ouvrage conlienl de belles reproduc- 
tions des plus remarquables reliefs augustéens à décoration florale. 

3. Furlwilngler-Reichhold, I, pi. 51, p. 259 : « Zwei prachtvolle Myrten- 
zweige... Andere Hydrien dieser Klasse zeigen nicht minder natiirlich gemalte 
Epheuzweige. Dièse Fâhigkeit der Naturbeobachtung und der Sinn fiir die 
natùrliche Pflanze in Ornamenl erinnert an die mykenische Kunst ». 



SUR DEUX RELIEFS GRECS DE L^ASIE-MINEURE 227 

celte jambe droite pliée, cette jambe gauche arc-boutée au sol; 
quant à la main gauche, elle tient non pas la corde, mais l'an- 
neau; elle le serre^ pour donner au corps un point d'appui; la 




Fig. 1. — Relief de Tralles. 

corde est attachée à l'anneau, le personnage n'est pas en train 
de l'y attacher. 
L'auteur de la description continue ainsi : « Notre personnage, 



228 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

chasseur ou valet de chasse, prépare un filet où les rabatteurs 
viendront pousser cerfs et sangliers, 11 s'installe à la bonne place, 
sur la lisière d'une forêt ou d'une clairière, dans un endroit qu'il 
connaît bien. Si les autres plaques du relief nous avaient été 
conservées, nous saurions peut-être si la chasse fut fructueuse ». 
Il faudrait s'entendre : si le chasseur en est encore aux prépara- 
tifs, comment aurions-nous pu connaître le « tableau » de la 
battue ? — Au reste, l'auteur de la description avoue ne pas avoir 
trouvé, parmi les représentations de chasses, un monument 
figuré à comparera celui-ci. 

Laissons donc la vénerie*, et demandons-nous si nous ne 
serions pas en présence d'une scène mythologique. Sans doute, 
à l'époque hellénistique, le bas-relief, comme la bucolique et le 
mime, représente souvent des scènes de la vie réelle ; mais sou- 
vent aussi il représente des sujets fournis par le mythe. Quelle 
que fût la vogue du réalisme, ellen'empêchaitnullementlepublic 
de se complaire aux innombrables histoires de l'époque légen- 
daire. L'École et le Théâtre les rendaient familières. Quand on 
parle de théâtre pour cette époque, c'est surtout d'Euripide qu'il 
s'agit : les inscriptions, celle de Tégée^ par exemple, ou la dédi- 
cace de Satyros* et les papyri attestent l'immense popularité 
d'Euripide à partir du iv^ siècle. Nous ne possédons pas toutes 
celles des pièces d'Euripide dont l'époque hellénistique a raffolé : 
nous avons bien les Bacchantes et Médée^ mais Archélaos nous 
manque et Bellérophon et surtout Antiope. « Aucune pièce, dit 
M. Weil*, n'a laissé des traces plus nombreuses que Y Antiope 
dans les littératures grecque et latine ; aucune ne semble avoir été 
plus célèbre... Les médailles, les statues, les vases peints en pré- 
sentent des scènes à nos yeux », et les reliefs hellénistiques 



1. Ou la navigation. Car on aurait pu supposer aussi que l'homme est un 
matelot qui hâle un bateau : sur le pavé des ports il y a des anneaux pareils à 
celui du relief; rèÇwixt;, d'autre part, était le vêtement des gens de mer. 

2. B. C. H., 1900, p. 287. 

3. B. C. H.y 1894, p. 85. 

4. Études sur le drame antique, p. 214 {V Antiope d'Euripide). 



SUR DEUX RELIEFS GRECS DE l'aSIE-MINEURE 229 

aussi. Un de ceux du palais Spada* figure la discussion fameuse 
entre les deux fils d'Antiope, Amphion l'intellectuel et l'artiste, 
Zéthos, riiomme d'action passionné d'athlétisme et de choses 
militaires. Je crois que la plaque de Tralles provient d'une com- 
position inspirée elle aussi de YAntiope : elle aurait représenté 
le supplice de Dircé. Justement, le groupe insigne du musée 
Bourbon est la copie d'une œuvre de deux maîtres tralliens, 
Apollonios et Tauriscos% qui ont dû vivre à peu près à la même 
époque que l'auteur de notre relief. 

Le groupe du Taureau Farnèse traduit aux yeux le récit 
perdu — sauf trois vers cités dans le Ilspl {id;ojç — qu'un mes- 
sager faisait du supplice de Dircé. D'autres monuments % fort 
nombreux, peintures de vases, cistes étrusques, fresques 
pompéiennes, sont des échos plus ou moins confus de ce récit 
dont le pathétique et l'éclat enchantaient l'antiquité : les récits 
de Médée et des Bacchantes nous permettent d'imaginer ce qu'il 
devait être; souhaitons qu'un papyrus nous le rende un jour. 
— Le messager devait raconter toutes les phases du supplice, 
depuis le moment oij, sur la révélation du vieux berger, Antiope 
était arrachée des mains des Bacchantes, jusqu'au moment où 
le cadavre de Dircé n'était plus qu'une loque sanglante. Les 
artistes avaient choisi entre ces divers moments : le peintre d'une 
amphore à figures rouges de style tardif ^ s'était inspiré des vers 
cités par l'auteur du Traité du Sublime : 

et 0£ 7U0U 

lùyjj'. TÀç>'.^ IXi'^aç, £tX^' 5[j.ou XaSwv 
Yuva'ixx, TCixpav, opliv, [ji,£TaXXa(j(jwv âeî. 

Apollonios et Tauriscos avaient choisi le moment, dramatique 
par excellence, oh le taureau va être lâché. Le relief dont pro- 
vient la plaque de Tralles devait représenter un moment moins 



1. Schreiber, Hellenist. Reliefbilder, pi. V; Roscher, Lexiron, I, p. 311. 

2. Pline, XXXVI, 34. 

3. Voir la liste dressée par Dilthey, Arch. Zeit., 1878, p. 42. 

4. Id.y ibid., pi. 7; cf. pi. 9 (fresques pompéiennes). 



230 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

avancé des préparatifs. Le taureau est attaché, par une patte de 
derrière, à un anneau. Le personnage accroupi tire sur la corde 
au bout de laquelle l'animal se débat. Comme il ne suffirait pas 
d'une corde à la patte pour contenir un taureau, on doit penser 
qu'il était maîtrisé par une autre personne encore, qui le tenait 
par les cornes ou par les naseaux, comme fait l'un des deux frères 
dans le groupe de Naples. L'homme qui tirait sur la corde atta- 
chée à la patte du taureau était un personnage secondaire, son 
costume le prouve : c'était, je suppose, le père nourricier des 
jumeaux d'Antiope, ce vieil esclave qui gardait dans le Cithé- 
ron les troupeaux du roi d'Athènes. Pendant qu'un desfrèresmain- 
tenait le taureau, l'autre devait, avec une autre corde, ligoter 
Dircé, et l'attacher au taureau. La scène se passait, nous le 
savons *, devant la maison du vieux berger. Ceci dit pour expliquer 
l'anneau scellé au sol. L'auteur de l'article que je citais tantôt 
aurait dû s'étonner de cet anneau providentiel, que son chasseur 
trouvait au milieu des bois, scellé au sol, pour y attacher son 
filet — alors que l'on comprend assez bien qu'un anneau ait été 
scellé, devant la maison d'un bouvier, pour y attacher les bêtes. 

II 

En présentant la photographie du relief de Tralies à l'Aca- 
démie, vous remarquiez, Monsieur, que « c'est le premier exemple 
de bas-relief;?^7^ore.s9'^/edontla provenance asiatique soit certaine. 
Ceux que l'on connaît, ajoutiez-vous, et qui ont été réunis par 
M. Schreiber, ont presque tous été découverts à Rome même et en 
Campanie. On s'est sans doute trop pressé de leur attribuer une 
origine alexandrine. Si l'on ne veut pas admettre, avec M. Wick- 
hoff, qu'ils sont l'œuvre d'une école d'artistes travaillant en Italie, 
l'hypothèse de la provenance asiatique devient désormais la 
plus vraisemblable, puisqu'on n'a pas trouvé un seul bas-relief 
de ce genre à Alexandrie* ». La question me semble exactement 

1. Weil, op. laud., p. 217, 

2. Comptes-rendus, 1904, p. 46, 



SUR DEUX RELIEFS GRECS DE LASIE-MINEURE 231 

la même que pour deux autres catégories de reliefs hellénis- 
tiques, les reliefs archaïsants et les reliefs de style libre ou néo- 
attique'. Elles aussi sont connues par des exemplaires trouvés 
surtout à Rome et en Campanie, qui doivent être le produit 
d'ateliers travaillant en Italie. Mais de l'une et de l'autre, on 
possède maintenant quelques spécimens provenant de l'Orient 
grec : pour les reliefs archaïsants, je me permets de renvoyer au 
t. III de VA?im(al, pi. XI et XII, où j^ai publié deux fragments 
trouvés précisément à Tralles; pour les reliefs de style libre, il 
suffit de rappeler le relief récemment découvert à Cyrène ', l'exem- 
plaire trouvé en Mysie que vous avez fait connaître % et mieux 
encore, le joyau de la série, cette Ménade de Pergame* qui 
est l'un des ornements du Musée de Constantinople. Que con- 
clure de ces faits nouveaux, sinon que les ateliers d'où sont 
sortis les reliefs hellénistiques des trois catégories, pittoresques, 
archaïsants, néo-attiques, n'étaient pas exclusivement italiens, 
quoique ce soit l'Italie qui en ait commandé et fabriqué le plus? 
Un même goùt^ un même art régnaient d'un bout à l'autre du 
monde gréco-romain. Si nous avions retrouvé en Asie-Mineure 
des maisons du i"" siècle de notre ère aussi bien conservées que 
celles de Pompéi ou du Palatin, nous y verrions des fresques 
« campaniennes ». 

La plaque de Tralles n'est du reste pas le seul relief pitto- 
resque provenant de l'Asie-Mineure. En voici un autre sur lequel 
je voudrais dire quelques mots. A la vérité, c'est plutôt une 
contamination de deux des trois catégories énumérées tantôt : 
l'arbre formant décor, le champ entièrement rempli rappellent les 
reliefs pittoresques, tandis que l'attitude d'Héraclès semble copiée 
des reliefs archaïsants qui représentent Héraclès maîtrisant la 
biche de Céryne*. On remarquera de plus la parenté qui paraît 

1. Hauser, Die neu-attischen Reliefs ; du même, Disjectamemhra neu-attischer 
Reliefs, dans Jahreshefte, 1903, p. 79, pi. V-VI. 

2. C. R. de VAcad. des Inscr., 1904, p. 18: cf. Annual, III, pi. 14, p. 170. 

3. Revues des études grecques, 1900, p. 10. 

4. Antike Denkmaler, II, pi. 35. 

5. Arch. Anzeiger, 1883, p. 17 (Treu) ; cf. Furtwangler, Coll. Sabouroff, 



232 



REVUE ARCHÉOLOGIQUE 



unir ce relief à la série des reliefs archaïsants que j'ai étudiés 
ici même», et qui sont remarquables par la médiocrité même de 
leur exécution. 

Le relief dont il s'agit est entré récemment dans la collection 
de M. Raoul Warocqué, à Mariemont (Belgique), dont le cata- 
logue illustré vient de paraître-. C'est pour moi une ancienne 




Fig. 2. — Relief de la Collection Warocqué. 

connaissance, sur le sort de laquelle je suis aise d'être renseigné. 
En 1897, au printemps, il se trouvait de passage au Pirée, entre 
les mains d'un Grec des Sporades turques, qui le portait en 
Europe, avec divers objets trouvés dans la mer par des pêcheurs 
d'épongé, quelques amphores rhodiennes couvertes d'algues et 

nolice de la pi. LXXIV ; Déchelette, Les vases céramiques ornés de la Gaule 
romaine, II, p. 265. 

1. Rev. archéoL, 1903, II, 211-218, pi. XIII. 

2. [J. Caparl, J. De Mot, Fr. Cumont], Collection Raoul Warocqué. Antiquités 
égyptiennes, grecques et romaines (2 fascicules petit in-4, 1903 et 1904). Notre 
relief y est décrit et reproduit sous le n° 159. Hauteur, 0^,42; largeur, 0"',38. 



SUR DEUX RI'LIEFS GRECS DE LASIE-MINEURE 233 

de coquilles d'huîtres, et un de ces réchauds en terre cuite dont 
les débris sont si abondants dans les îles de l'Egée, surtout à 
Délos. Quand mon ami Jean De Mot m'eut communiqué la pho- 
tographie de ce bas-relief, je demandai aux deux chercheurs qui 
connaissent le mieux les Sporades, MM. W. R. Paton et lliller 
von Gârtringen, ce qu'ils savaient sur la provenance de l'objet; 
le second m'a déclaré n'en rien savoir ; M. Paton a bien voulu 
m'écrire ceci : « Je sais qu'à l'époque dont vous parlez (1896/7), 
le nésiote en question avait acquis et vendu quelques marbres 
provenant de Nisyros. Je ne les ai jamais vus; mais il est pro- 
bable et même plus que probable que le relief Warocqué en 
faisait partie ». 

A gauche, l'arbre aux pommes d'or, autour duquel est enroulé 

le serpent, qui le g-ardait. Le serpent est mort : la tête, que le 

héros a écrasée d'un coup de massue, pend lamentablement. 

Héraclès casse avec les mains et le genou une basse branche 

chargée de fruits. C'est la première fois, croyons-nous, qu'on 

voit Héraclès cassant une branche de l'arbre aux pommes d'or : 

il se contentait, sur les monuments connus jusqu'ici, de cueillir 

quelques pommes ; il ne mutilait pas l'arbre pour avoir les fruits. 

Notez qu'il casse la branche non seulement avec les mains, mais 

avec le genou. Il est question, dans les Catastérismes^ du Pseudo- 

Eratosthènes, d'une constellation dite 'O h ^éva^iv, que cet 

ouvrage met en relation avec l'aventure d'Héraclès au jardin des 

Hespérides. D'après les Catastérismes, la constellation de 1"0 Iv 

Y6vac7tv représenterait Héraclès agenouillé sur le serpent de l'arbre 

aux pommes d'or. Voilà encore une chose que j'ai peine à me 

représenter : un serpent, c'est bien mince, bien lisse, bien fuyant, 

et je ne crois pas qu'il serait habile, pour vaincre un boa, de 

vouloir l'écraser sous le genou; autant on comprend qu'Héraclès, 

ayant rattrapé labiche Gérynète etla tenant par les cornes devant 

lui, ait pesé de tout le poids de son genou formidable sur la 

croupe de l'inlassable bête, autant on a de mal à réaliser l'expli- 

i. Ed. Olivieri, ch. 4. 



234 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

cation des Catastérismes, 'Hpr/Avjç èTripsSyjxwç tw otptSi xaGstxw; to 
evyôvu. Peut-être le Pseudo-Eratosthènes s'esl-il mépris, et la 
constellation 'O èv yâva^tv avait-elle été nommée par allusion au 
type iconographique que nous fait connaître le relief Warocqué 




Fig. 3. — Lécylhe de Berlin. 

Je n'ai pas à exposer, à propos de ce relief, comment l'art 
antique a traité ce poétique sujet d^fléraclès au jardin desHespè- 
rides, qui chez les modernes a si bien inspiré Burne Jones. Je 
me contenterai de renvoyer au travail nourri et méthodique de 
M. Furtwiingler ', en y ajoutant un fait nouveau. Depuis la publi- 

1. Héraclès in der Kunst, dans le Lexicon de Roscher, I, col. 2204, 2227, 2244. 



SUR DEUX RELIEFS GRECS DE l'aSIEMINEURE 235 

cation de ce travail , le musée de Berlin a acquis un lécylhe à fond 
rouge et figures noires dont je dois la photographie à l'obligeance 
de M. Bosanquel (fig. 3). L'aventure d'Héraclès au Jardin du Cou- 
chant y est représentée d'une façon que je crois nouvelle ; en tout 
cas, elle diffère tout à fait de la version suivie par le sculpteur 
du relief Warocqué. Le héros s'éloigne à grandes enjambées, les 
pommes dans la main gauche, l'autre main serrant la massue; il 
n'a pas eu besoin de tuer le gardien de l'arbre : le serpent, enroulé 
au tronc, paraît bien vivant : il allonge du côté du héros ses crocs 
impuissants. Une version, je suppose, devait raconter qu'Héraclès 
n'avait pas eu à conquérir les pommes de haute lutte, mais qu'il 
les avait gagnées par ruse. Sur une intaille', Héraclès donne à 
boire au serpent dans une coupe, remplie sans doute d'une potion 
magique, qui endormira le monstre et permettra au héros do 
s'emparer des pommes d'une façon qui n'aura rien d'héroïque 
— à notre avis du moins, mais notre conception de l'héroïsme 
n'est pas la même que celle des temps très anciens. C'est en 
somme la même version que sur le lécythe, avec celte différence 
que le peintre du lécythe ne semble avoir rien su d'une potion 
magique; probablement, il croyait qu'Héraclès avait profité du 
sommeil du monstre, comme Hermès profita, pour délivrer lo, 
du sommeil d'Argus. Vous sentez la saveur spécialement grecque 
de cette version qui transforme l'un des aOXa en tour de Klefte 
subtil. 

Agréez, etc. 

Paul Perdrizet, 

Nancy, 7 février 1906. 
1. Ibid., col. 2243. 



A mmi Eï ÎAOMO 01 MEÎÛLO 

IN THE MUSEE GROZATIER AT LE PUY 



PLATE inl ' 



Taddeo di Bartolo, the prolific Sienese painter, whose dated 
Works range from 1390 to 1418, was the inheritor of a glorious tra- 
dition of art. He was not g-enerally agréât masterof form or expres- 
sion, and yet at times he cornes near to the greatest. Neither was 
he a suprême master of Une ; yet in his best moments his Madon- 
nas approach Simone Martini and Andréa Vanni in delicacy and 
suavity of design. A great colourist he ahvays is, a fine decora- 
lor, understanding well, as did ail the Sienese, the use of gra- 
ceful patterns ongold ground and the charm of clear-cut, orchid- 
like lines in the draperies. 

One of his masterpieces, perhaps the most exquisite Madonna of 
them ail, is to be found in the Musée Grozatier (n^ 194), in the pictu- 
resque town of Le Puy. The Virgin is almost life size, seated on a 
throne draped with red and gold brocade. The colour is gorgeous, 
making exquisite harmony with the pale flesh tones. Without 
the imposing structural qualities which Giotto left as an inheri- 
tance to the best of his followers, without quite the airy grâce 
of Simone Martini, or the spiritual significance of Ambrogio 
Lorenzetti, this Madonna is a création at once stately, élégant 
and sweet, one of the most lovely dreams of that mystical and 
charming tendency of Italian art, which found its completest 
expression at Siena. 

The attribution to Taddeo di Bartolo is so obvions to any one 

1. Cf. Revue, 1904, I, p. 317. 



A PICTURE BY TADDEO Dl BARTOLO 237 

familiar with Sienese art, that it seems superfluous to point oui 
the maiiy close analogies the picture has with such of Taddeo's 
Madonnas as Ihe one of 1400 in the Spedale al Siena, or the other 
in tho Periigian polyplych, wiiere, seated on a throne of cheru- 
bim's wings, she lislens dreamily to ihe music of two adoring 
angels. It is no less close to the Madonna in the triptych of 1411 
in the Duomo of Volterra, and to the less known picture in the 
church of San Michèle in the same town — this last her not unwor- 
thy rival in grâce and expression and in décorative feeling. In 
type the Child is perhaps doser to the Child in the fresco at 
Badia di Isola, a remarkable Abbey church about nine miles 
from Siena. 

It may be of more interest to speak briefly of the other 
Works by Taddeo di Bartolo which I hâve found in the French 
Muséums. No. 1152 in the Louvre, a St. Peter, ascribed to him, 
seems to me to belong to the older painler, Lippo Memmi; but 
No. 1622, k small Crucifixion, ascribed vaguely to un inconnu 
duXIV^ siècle, seems to be quite certainly from his hand. 

More inleresting is a large triptych given by the State m 
1876 to the Muséum of Grenoble (No. 372, reproduced in the 
Catalogue). This picture is signed and dated 1390. The Cata- 
logue gives some interesting notes about this work; « Ce tableau 
était placé sur le maître autel de l'église de Saint-Paul air 
orto de Pise, à laquelle il avait été donné par Gérard Cassassi 
degli Assi, ambassadeur de la République près de l'empereur 
Charles IV. Les armoiries du donateur sont peintes au bas du 
panneau central. Ce personnage avait sa sépulture dans l'église 
de Saint-Paul. Au siècle dernier, on l'admirait encore à sa place 
primitive; à la suite de Tenlrée des Français en Italie et de la 
suppression des corporations religieuses, il fut transporté au 
Louvre. Il était catalogué sous le n°63 du catalogue Villot (édi- 
tion de 1876))). 

Another very beautiful work of Taddeo's is in the Musée des 
Beaux-Arts at Nantes (No. 306), there ascribed to Simone Mar- 
tini. It is but a fragment, but it is in excellent condition and 



238 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

loveiy in colour. It represents Ihe Virgin with joined hands 
praying, and is painted on gold ground. Finally, in Ihe Muséum 
at Aurillac there is a small Crucifixion by him (No. 28), unfor- 
tunately considerably repainled. 

Florence. 

Mary Logan-Berenson. 



Zb'î 



MATÉRIAUX 

POUR SERVIR 

A L'HISTOIRE DE L'ARCHÉOLOGIE PRÉHISTORIQUE 



I 

LE MÉMOIRE DE MAHUDEL SUR LES PIERRES DE FOUDRE (1737) ' 



INTRODUCTION 

I 

« Quand l'air s'ag-ile troublé par les vents en furie, quand le 
tonnerre éclate horrible et que l'éclair en feu foudroie les nuées 
déchirées, alors cette pierre tombe du haut du Ciel. Son nom 
grec est celui même de la foudre, puisque c'est dans les lieux 
seuls où il est constaté que la foudre a touché, que cette pierre 
se peut rencontrer, à ce que l'on pense. De là son nom grec de 
céraimie ; car ce que nous appelons fidmen, les Grecs l'ont 
nommé keraunon. Ceux qui la portent chastement ne seront point 
frappés de la foudre ; transportés par un navire sur un fleuve ou 
sur la mer, ils ne seront pas submergés par la tourmente ni at- 
teints par le feu du Cie. Elle fait gagner les procès, elle fait 
vaincre dans les batailles ; elle procure de doux songes et un 
agréable sommeil. 

« On lui assigne deux espèces et autant de couleurs; la Ger- 
manie, rapporte-t-on, nous envoie celle qui est pareille à un cris»- 

1. Ce travail a été communiqué à l'Académie des Inscriptions et Belles- 
Lettres dans sa séance du l*"" septembre 1905. 



240 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

tal, l'Espagnol en présente une autre de couleur rouge, teintée 
seulement d'azur et semblable au pyrope^ par sou éclat... » 

Ainsi s'exprimaitdans sa Dactylothèque, composée, dit-on, vers 
la fin du XI® siècle, le poète Marbode, évêque de Reims -. C'était la 
paraphrase des idées de l'antiquité sur la foudre et sur ses résul- 
tats. Presque tout ce qu'avaient écrit jadis Pline et Sotaque, 
Solin et Isidore, Marbode l'avait mis en barbares hexamètres^ 
fixant ainsi à peu près les connaissances et les superstitions re- 
latives aux pierres que ses contemporains s'accordaient encore à 
considérer comme des céro.unies^ de véritables pierres de foudre. 

Les premiers minéralogistes ont fait comme Marbode^; ils se 
sont bornés à répéter ce qu'avaient dit les anciens, et Paracelse, 
qui ne sait pas reculer devant un commentaire, a développé tout 
un système de formation des pierres dans les nuées orageuses ^ 

Cardan *"', Encelius \ Agricola ^, Gesner ^ reproduisent de même 

1. Pyrope, alliage de cuivre et d'or. 

2. Marbodœi Galli poètœ vetustissimi Dactylotheka scholiis Georgii Pictorii, 
Villingani, Doct. Med. et Reg. Curise Einshemiae Superioris Alsatiee Archid. 
nunc altéra vice supra priorem edilionem iliustrata. Basilese, 1555, pet. in-4''. De 
Ceraunia. — On a longtemps hésité sur la date de cet ouvrage, qui pourrait bien 
n'être qu'une traduction en vers latins d'un livre grec attribué à Evax. 

3. Prions sévi barhariem. oient, disait plus tard Boelius de Boot (p. 138). 

4. Les compilateurs du moyen âge, Vincent de Beauvais, Albert le Grand, etc. 
sont seulement à mentionner. Ils n'ont rien d'original ni même de personnel 
sur la question des céraunies. 

5. A. N Theophrasti Bombast ab Hohenheim dicti Paraceisi De meteoris, cap. 
De lapide è cœlo {Operum Medico-Chimicorwn, t. VII, p. 184. Francof. 1605, 
in-4") : « Gompertum vobis est quo pacte fulmen nascatur, quod lapis est, et 
manifeste quidem. Jam si tonitrues principia adsint et colligantur in fulmen, et 
possibile et naturale est, ut per generationem ejusmodi fulmina decem, viginti, 
plura pauciorave producantur. Quot enim fragores, tôt lapides. Hujusmodi 
autem generationum multae si in generationem unam coeant, ex omnibus lapis 
fit unicus qui fulgur est... Et sicut aqua initio per se mollis est, congelata 
autem sit dura; sic ista quoque materia initio est res aerea, postea ut aqua, 
incipit coagulari. Indurata autem non amplius est aerea, sed fit terra. Ipsam 
ergo aer amplius retinere non potest, sed elabi sinit » 

6. Hicronymi Cardani... Operum, t. III, p. 57. Lugduni, 1663, in-f». — Le 
De Rerum varietate auquel se rapporte cette citation a paru en 1557. 

7. Ghr. Encelii Salueldensis De re metallica, hoc est, de Origine, Varietate et 
Natura Corporum metallicorum, Lapidum, Gemmarum... ad Medicinse usum 
deserventium. Franc., 1557, in-8». Lib. 111, cap. 25. De Cerau7iia,p. 208-209. 

8. Georgii Agricolfe... De natura fossilium lib. V. Basileaî, 1557, in-f», p. 610. 

9. Conrad i Gesneri De Rerum fossilium, Lapidum. et Gemmarum maxime, 



MATÉRIAUX POUU SERVIR A l'aRCHÉOLOGIK PRÉHISTORIQUE 241 

à satiété ce qu'ils ont appris de la tradition. Mais, tandis que 
Cardan et Agricoia semblent portés plutôt à réserver leur opi- 
nion sur Torigino céleste des corps dont ils tentent d'établir une 
description *, Gesner se laisse imposer par Kcntmann, son ami, 
auquel il doit la connaissance de presque toutes les pièces dont 
il parle', les idées absolues que ce dernier s'est faites sur leur 
nature et leur origine. 

Kentmann est si sûr de ses preuves! Telle pierre qu'il pos- 
sède {k), où Gesner aurait volontiers cherché la forme d'un mar- 
teau, lancée avec beaucoup de force par la foudre à Torga le 
17 mai 1561, a été ensuite extraite du sol par un adolescent. Telle 
autre (B), une sorte de coin, a été ramenée à la surface près de 
Gulemberg-, comme on arrachait un arbre que le tonnerre avait 
renversé. Une autre encore (D), un marteau perforé, a été 
apportée à de bons moines par des paysans de Siplilz qui l'ont 
trouvée dans une vigne où la violence de la foudre l'avait 
enfoncée sous un chêne. Une quatrième, c'est un maçon digne 
de foi qui l'a extraite d'une profondeur de 12 coudées, où le 
choc du tonnerre l'avait précipitée dans un cellier où il travaillait 
à Vienne, en Autriche. 

Qu'objecter à des certificats aussi authentiques, à des fails 
aussi concluants? Gesner les subit donc sans résistance et long- 
temps après lui Boetius de Boot-' en sera encore à se débattre 
contre la tyrannie d'une doctrine surannée et absurde, toujours 
appuyée sur ces mêmes témoignages du Crt/«/oy^<^■ de Kentmann. 

^ijurh et similitudinibus liber, non solum Medicis, sed omnibus rerum NcUurœ 
ac Philologix studiosis utilis et jucundus futurus, Tiguri, 1565, in-S», f 62. 

1. « Cerauniaquoque ex eo nomen invenit, quod cum fulmen, ut idem crédit 
vulgus, cadit nec lantum in Carmania nascitur sed etiam in nostris agris, caret 
striis et lineis, atque in hoc differt à brontio, Jeevis vero est et nunc rotunda, 
nunc obloDga ; cujus gênera coloribus distingiiuntur, nam alia parlim est candida 
et pellucens, parlim fusca; alia nigra est, alia rubet. » 

2. Id. Catalofjus licrum fossilium ... Kentmanni {op. cit., p. 30). 

3. Gemmarum et Lapidum Historia, quam olim edidil Anselmus Boetius de 
Boot, Brugensis, Rndolphi II Imperaloris medicus, nunc vero recensuit, a men- 
dis repurgavil, conimentariis et pluribus raelioribusque figuris illustravit et 
multo locupleliore indice auxit Adrianus ToH. Lugd. Balav. M. D. Lugd. Batav. 
1636, in-12, p. 484-485. 

JV^ SÉRIE, T. vil. 16 



242 REVUE ARCHÉOLOGlQtJE 

La confiance de Boetius de Boot dans les paroles de Pline est 
des phis médiocres : ex praeccdentibus Plinii verbis vix ahquid 
certicolligi potest. Les prétendues céraunies rappellent d'ailleurs 
tout à fait des coins, cuneos plane referunt, et le trou qui les 
transperce ne diffère pas de celui des marteaux, 7ion secus quam in 
malien arte factam. Aussi Boot n'était-il pas éloigné d'accepter 
que ce ne soient pas les traits de la foudre, non fubninh esse sagit- 
tas. Il irait même jusqu'à proposer une interprétation nouvelle 
et sing-ulière, s'il ne connaissait pas beaucoup de personnes dis- 
tinguées et dignes de foi% invoquant leur expérience personnelle 
en faveur de la thèse courante qu'il réédite une fois de plus avec 
de longs détails. « C'est une croyance si constante que les pierres 
sont les flèches de la foudre, dit-il comme pour s'excuser, que 
celui qui voudrait réfuter cette opinion du vulgaire s'exposerait 
à passer pour un fou, insipiens videatur. .. » 

L'hypothèse qu'il avait indiquée, en passant, et qui n'a guère 
trouvé de créance parmi les gens de science, consistait à regar- 
der les céraunies comme « des instruments de fer changés en 
pierre dans la suite des âges, ferrea instrumenta dilapides longo 
tempore mutata\ » 

II 

Une ressemblance incontestée entre les formes des prétendues 
céraunies et celles de certains instruments d'usage journalier : 
coins, marteaux, haches, etc., voilà donc tout ce qui se trouve 
établi à la suite de discussions qui avaient ébranlé les croyances 
traditionnelles sans y substituer encore une doctrine vraiment 
scientifique. 

Michel Mercati% de San Miniato, archiâtre du pape Clément VII, 

1. ... « nisi multi fidc digni viri reclamarent, qui postquam a fulmine iclae 
domus et arbores sunt, se taies in ictus loco reperisse asserunt... Audivi etiam 
amultis se prœsentes fuisse cum post fulminum ictus hujus modi lapides effo- 
derentur, pênes quos omnes fldes maneat » (op. àl.^ lib. II, c. 26, p. 238). 

2. Michel Mercati, né à San Miniato, Toscane, en 1541, est mort à Rome en 
15U3. 



3IATÉRIAUX POUR si:RViît A l'akcuéologie préfiistorique 243 

créateur de la métallothèque du Vatican, avait pourtant jeté 
quelque lumière au milieu de ces obscurités; mais son ouvrage, 
rédigé dans les années qui ont suivi I080, date de la fondation 
de cette galerie dont il donne la description, n'a été publié que 
beaucoup plus tard à Rome, par Lancisi et Assalto (1717-1719). 
Deux chapitres y sont consacrés aux céraunies, que Mercati dis- 
tingue en céraunies en coin [C. cuneata, quse Sotaci Ageratus Bss- 
talus) et céraunies vulgaires [C. vulgaris et sicilex), classées dans 
deux armoires de l'établissement nouveau et étudiées à part aux 
chapitres xv et xvi de son catalogue*. Non seulement Mercali 
reconnaît aux premières la forme d'une hache [hujtis longitudo 
et latitudo tota dirigitur ad formam securis extremitate angulo- 
rum obtusa, crassitie ut solel semidigitali pauhim in aciem précé- 
dente) ; mais surtout il voit dans les secondes de véritables flèches 
façonnées en pointes [risnigulaires^ sagitia ad triqiietrmn telormn 
aciem scalpturata, dans une matière siliceuse, mince et dure, 
materia silicis, teniii ac dura. 

Si la plupart, déclare-t-il, croient encore que ces flèches sont 
apportées par la foudre, ceux qui cultivent l'histoire estiment 
qu'elles ont été éclatées, avant l'usage du fer, de silex très durs 
pour les folies de la guerre (e durissimis silicihus tundendo fuisse 
defectum ad belliinsaniam arbitrantur)... Il s'efforce d'établir en- 
suite que « les plus anciens hommes ont eu pour couteaux des 
fragments de silex », et cite les épisodes bien connus des Livres 
Saints relatifs à Sephora, l'épouse de Moïse, et à Josué% ainsi 
que les textes d'Ennius et de Lucrèce si souvent rappelés depuis 
lors. Mercati termine par une comparaison ethnographique em- 
pruntée au Nouveau Monde : Nostra œtate nullwn erat fervum 
conflatile inregionibus Orbis Occidui; navigia, domuSy omniaque 

i. Michaelis Mercati Samminiatensis Metallotheca, opus pothumum, auctori- 
(ate et licentia démentis undecimi Pontificis Maximi e tenebris in lucem educ- 
tum, opéra et studio Joannis Mariœ Lancisi Arcliiatri Pontificii illustratum, cui 
accessit appendix cum xix recens inventis iconibus. Romae. MDCCXIX apud Jo. 
Mariam Salvioni, typograplium Vaticanum in Arcliigymnasio Sapienlio). — 
super, tacult. 

2. Exode, 4; Josué, 5. 



244 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

fahrilia lapidibiis in aciem sectis extntebant. C'est déjà, comme 
on le voit, à peu près en son entier la thèse de Vâge de la pierre 
que Jussieu va reprendre un peu plus tard. 

Lancisi et Assalto, qui commentèrent avec érudition en 1717 
l'œuvre de Mercati, auraient pu y ajouter de nouveaux termes de 
comparaison empruntés à cette dernière source, notamment par 
Ferrante Imperato, qui publiait à Naples en 1399 un traité d'His- 
toire naturelle estimé. Ce dernier donne notamment la figure 
d'un couteau d'obsidienne des Indes Occidentales (très proba- 
blement du Mexique), tout à fait caractéristique, avec ce titre : 
Coltelli Indiani di sustanza di pietra focara o vitro fossile (p. 590) 
et une note signalant l'excellence de ces instruments. Sono ama- 
riviglia eccellenti H coltelli dell'lndie occidental. 

III 

Jean de Laët, dans ses Gemmes et pierres (1647)-; Ulysse 
Aldrovande, dans son Musée métallique (1648)^; Olaus Wor- 
mius , dans le Museuyn (1655) qui porte son nom; Mos- 
cardo, dans ses ISlote (1636)*; Langh, dans les Lapides figu- 
rati (1708) ^ ; Rumphius, dans le Thésaurus Imaginum (1711)%' 

1 . Tielï Historia natwaledi Ferrante Imperato NapolitanolibriXXVlIl. Napol., 
1599, in-f", p. 589-590. — L'exemplaire de la bibliothèque du Muséum que 
j'ai sous les .yeux a appartenu à Marchand, de l'Acad. Roy. des Se, botaniste et 
voyageur, et porte sa signature. 

2. Joannis de Laet Antvverpiani De Gcmmis et Lapidibus libri duo, quibus 
prajmittitur Theophrasti liber de Lapidibus Grccc. Latin... Lugd. Balav., 1C47, 
in-8% lib. Vî, cap. 24. 

3. Utyssis Alrlrovandi, patricii Boloniensis Muséum Metallicum in libros llll 
distributum Bartholomaeus Ambrosinus... labore et studio composuit etc. Bo- 
noniœ, 1648, in-f", cap. xi, p. 606 et sqq. 

4. Note overo mcmorie del Museo di Lodovico Moscardo, nobilc Veronese, 
Academico Filarmonico, dal medesimo descritte e in Tre Libri dislinte... con- 
secrate al' Alless. Sereniss. di Francisco duca di Modena et Reggio. In Padoa. 
MDCLVr, per Paolo Frambotto. XVJII-319 p. in-4°, grav. 

5. Car. Nie. Langii Lucern. Helvet. Phil. et Medici Historia lapidum fïgura- 
torum Helvetix et ejus viciniœ... Venetiis, Thomasini, 1708, pet. in-4°. 

6. Thésaurus Imaginum Piscium Testaceorum... quorum omnium maximam 
partem Geon/ius Everhardus Rumphius M. D. et Acad. Cœsar. Nat. Cur. Col- 
lega dictas Ptinius Indicus collegit... Lugd. Batav. Van der Aa. 1711, in-f», 
p. 11, 13, no L. LU. 



MATÉRIAUX POUR SERVIR A l'aRCIIÉOLOCIE PRÉHISTORIQUE 245 

le pasteur Hclwlng-, enfin, dans la fJthographia Anqerbur- 
qica (1717)' ont plus ou moins longuement écrit sur la matière 
qui nous occupe. Mais la plupart de ces érudits ne font 
o-uère que développer de nouveau les hypothèses et les théo- 
ries familières à leurs devanciers et répètent indéfiniment les 
mômes citations et les mêmes exemples. Aussi me bornerai-je 
à relever dans le Muséum de Worm ce que dit le célèbre col- 
lectionneur de certaines pièces, comme cette pointe de lance 
cuspidem hastie... tantâ œrmdatione utdubitare liceat Artisne mit 
Naturœ existent opus (p. 39) et à signaler les explications archéo- 
logiques qui lui viennent à Tesprit au cours de ses recherches : 
De lis varia Doctorum sunt judicia. Quia e?ii?n apud 7ios ut plu- 
rimum in collibus et Veterum sepulturis inveniunlur, duhitant 
multi an Arma Veterum fuerint... Je m'arrêterai plus longuement 
au livre d'Helwing, dont la section De lapidibus supe7'stitiosis 
prend un caractère beaucoup plus personnel. Helwing n'a au- 
cune foi dans l'origine céleste des céraunies et il établit nette- 
ment, au début de son discours, que la pierre de la foudre s'agite 
bien moins dans les nuages que dajis le cerveau des amis du mer- 
veilleux, a in cerebro fabulosortim.». 11 a colligé dans son district 
bon nombre de ces pierres de formes très diverses; il en a étudié 
d'autres dans le Musée Fischer_, et tous ces objets sont pour lui 
des objets fabriqués {lapides factitios), le plus souvent apportés 
du dehors, parce que la matière en manque en Prusse et que 
l'on est en droit, affirme-t-il, de mettre au nombre des pièces 
ethnographiques, utensilia gentilium. 

Dominé par les études qu'il poursuit, non sans quelque suc- 
cès, sur les mythologies du Nord, Helwing développe curieuse- 
ment Thypothèse que partie de ces pierres figurées pourraient 
bien se rattacher à un culte spécial en l'honneur des Dei Fulmi- 

1. M. Georgii Andrese Helwingii, Pastoris Angerhurg. et lieg. Scient. Socict. 
Berolin. Membri, Lithographia Angerburgica, sive Lapiclum et FossUium, in 
Districtu Angerburgensi, et ejus vicinia ad trium tel quatuor milliarum spa- 
tium, in montibus, agris, arenofodinis, et imprimis circa lacum, litlora et fluvio- 
rum ripas colleclorum brevis et siiccincta consideralio. Addilis rariorum aliquot 
figuris etc. Regiomonte. Lilt. J. Sheileri. 1717, in-4», p. 79 sqq. 



246 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

nares dont il s'efforce de reconstituer la mémoire oubliée. Mais 
il se hâte bien vite de déclarer, après cette digression, qu'il n'en 
faut pas induire que les pierres en question n'aient jamais été 
employées pour des usages belliqueux, m ums bellicosos, et il 
nous parle longuement de pierres de fronde et de haches emman- 
chées, et d'anciens champs de bataille oii ces armes primitives 
abondent auprès de la rivière Goldap ou de la ville d'Elbing. 

La science d'Helwing est de bon aloi et originale ; il y a 
plaisir pour un érudit à feuilleter la monographie très étudiée 
que publiait, il y a près de deux siècles, ce savant pasteur d'An- 
gcrbourg, sous les auspices du vieux Sénèque. 

IV 

Antoine de Jussieu, ou Jussieu l'ancien si l'on aime mieux, 
avait lu le traité d'Helwing, lorsque six ans plus tard (février 
1723) il présenta à notre Académie Royale des Sciences le court, 
mais célèbre mémoire intitulé : De r Origine et des usages de la 
Pierre de Foudre. Il connaissait en outre Mercati et Rumphius 
et ayant reçu deux ou trois espèces de pierres, « les unes des lies 
d'Amérique et les autres du Canada », sachant» à n'en pas dou- 
ter », que « les Sauvages de ces pays-là se servent à différens 
usages de Pierres à peu près semblables à nos céraunies » qu'ils 
ont taillées avec une patience infinie par le frottement contre 
d'autres pierres, « faute d'aucun instrument de fer ou d'acier », il 
n'hésita point à formuler, avec cette précision et cette clarté qui 
caractérisent tous ses travaux, la théorie définitive de l'âge de 
la pierre. 

« Les premiers besoins des Sauvages sont ou de couper et fendre 
du bois ou de se faire des armes dont ils puissent tuer les animaux 
pour leur subsistance ou de se deffendre contre leurs ennemis. 
<( La figure de hache et celle de coin qu'il ont donné à quelques 
pierres que nous avons tiré d'eux, nous marque assés qu'ils les 
ont taillées pour les premiers de ces usages et celle de pointe 
qu'il ont donné à quelques pierres à feu que nous voyons adroi- 



MATÉRIAUX POUR SKI{V1R A l'aRCHÉOLOGIE PRÉHISTORIQUE 247 

tement entées sur rextrémité de certains bois minces et longs 
nous font assez connoître, qu'ils s'en servent comme de flèches. 

« J'en rapporte une pièce originale de chacun de ces instru- 
ments', l'une qui est en forme de hache,, tirée des Caraïbes, la 
seconde, qui ressemble à un coin, apportée du Canada, et la 
troisième, qui sont trois flèches chacune ayant pour armure, au 
lieu d'une pointe d'acier, un fragment triangulaire de pierre à 
feu, aiguisé par l'angle qui lui sert de pointe et tranchant des 
deux côtés. 

« Lorsque nous voyons donc, continue Antoine de Jussieu, 
parmi les figures de ceux qui ont fait des Recueils de Pierres 
figurées, celles qui se rapportent à quelqu'une de ces trois formes, 
et surtout à celle de coin et à celle de fer de flèche, qui ont tou- 
jours passé jusqu'ici ^owY Pierres de foudre et pour mystérieuses, 
nous ne devons pas hésiter de les regarder comme instruments 
répondant à ceux d'acier auxquels ils ressemblent et qui ont 
été taillés ou par les premiers habitants de ces pays oii on les 
trouve, ou y avoient été apportés par des étrangers qui en fai- 
soient une sorte de commerce. Ce qui donne lieu à cette conjec- 
ture est que dans la plus part des pays où se trouvent ces sortes 
d'instruments, on n'y voit point ni carrière ni caillou de la même 
nature qui ait pu servir pour les y fabriquer sur les lieux, et que 
par conséquent il y avoit beaucoup d'apparence que des habi- 
tants d'un pays où se rencontrent des cailloux d'un grain aussi 
fin et d'une espèce aussi dure, venoient les échanger contre 
d'autres denrées, et ce qui achève de confirmer cette conjecture 
est que la même chose se pratique encore chés les Sauvages, 
parmi lesquels ceux qui ont plus d'adresse et de patience pour 
tailler ces sortes d'instruments les fournissent aux autres qui 
sçavent peut-être mieux s'en servir. 

« Les peuples de France et d'Allemagne, et des autres pays 



1. Antoine de Jussieu n'avait pas conservé par devers lui ces pierres origi- 
nales ; elles ne figurent pas sur l'inventaire après décès de ses collections que 
j'ai compulsé avec le plus grand soin. 



248 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

du Nord pour ce qui est de la découverte du fer, sont assés sem- 
blables à tous les Sauvages d'aujourd'hui, et n'avoient pas moins 
besoin qu'eux, avant l'usage du fer, de couper du bois, de sépa- 
rer desécorces, de fendre des branches, de tuer des bêtes sau- 
vages, de chasser pour leur nourriture et de se deffendre de leurs 
ennemis, ce qu'ils ne pouvoient guère exécuter qu'avec de tels 
instruments, qui n'étant pas comme le fer sujets à la rouille, se 
retrouvent aujourd'hui dans la terre en leur entier et presque 
avec leur premier poli... » 

« Si les autres pierres figurées, ajoutait pompeusement le se- 
crétaire perpétuel de l'Académie des Sciences, en commentant 
celte note trop longtemps oubliée de Jussieu*, sont des monu- 
mens de grandes révolutions physiques, celles-ci sont le monu- 
ment d'une grande révolution qu'on peut appeler morale, et la 
comparaison du Nouveau Monde avec l'Ancien sert également à 
prouver l'une et l'autre Révolution »-. 



C'est treize ans plus tard seulement que l'Académie des Inscrip- 
tions et Belles-Lettres^ fut saisie à son tour de la même ques- 

1. J'ai été le premier, je crois, à en signaler l'importance vraiment exception- 
nelle dans ma V aie ontologie humaine de 1870. 

2. Histoire de V Académie Royale des Sciences, année MDCCXXIII, avec les 
mémoires de malhèmatiques et de physique pour la même année, tirés des 
registres de cette Académie. A Paris, de l'Imprimerie Royale, MDCCXXV, 
in-4°. Histoire, p. 16-17. Mémoires, p. 6-9. — Je me suis assuré que le manuscrit 
est conforme à l'imprimé el ne renferme aucune figure. 

3. Observons toutefois que le 9 avril 1723, conformément aux règlements en 
usa"-e, l'abbé Terrasson «accompagné de deux Académiciens de l'Académie des 
Scie^nc'es, était venu faire devant les membres de l'Académie des Inscriptions la 
lecture de la Relation des Travaux de sa Compagnie pendant le dernier se- 
mestre et avait résumé en ces termes le travail d'Antoine de Jussieu {Ileg. 
ms., 1723, p. 147 et suiv.) : 

« M. de Jussieu a parlé de la Pierre de Foudre. Les philosophes même de 
l'Antiquité ont cru que le Tonnerre en tombant sapoit une pierre qu'ils ont appe!- 
lée Ceraunia par cette raison. G'estoit une erreur de fait ou d'histoire naturelle 
qui a produit dans les esprits foibles et chez les nations ignorantes plusieurs 
pratiques superstitieuses. Les peuples du Nord qui adoroient une Idole qu'ils 
croyoient présider à la Foudre gardoient cette Pierre chez eux comme un pré- 



MATÉRIAUX l'Ol K SKllVIU A l'aRCHÉOLOGIK PHÉMlSTORiniK 249 

lion par un de ses membres, Nicolas Mahudcl', dont la lecture 
faite et rofaile en d734 me fournit l'occasion de ce petit travail. 
Mahudel est peul-êlre aujourd'hui moins connu par ses travaux 
que par les désordres de sa vie : M. Paul d'Estrée nous a der- 
nièrement conté, d'après les Archives de la Bastille-, l'histoire 
encore obscure de son double mariage et des chantages prolongés 
dont le malheureux bigame fut la triste victime. Epuisé par des 

servalif contre le Tonnerre, et ils en touclioienL les endroits de leur maison par 
où ils croyoient qu'il pouvoiL entrer. Helwing, ministre d'Angerbourg en l^russe 
qui a l'ail un Traité particulier des pierres de son Pays, rapporte qu'il eut 
recours au bras séculier pour détruire cette superstiliori dans le lieu de son 
ministère. Rumphius, dans son Recueil des Coquilles, rapporte la même chose 
des Chinois et il dit que frappez de la figure et de la dureté particulières de 
ces pierres qu'ils trouvent quelquefois dans des troncs d'arbres, ils sont très 
persuadez qu'elles tirent leur origine de la foudre. Peu de gens sont aujourd'hui 
dans cette croyance parmi nous et on suit plutôt l'opinon de la plupart des 
auteurs qui disent que la Ceraunia est une pierre dure à laquelle la forme du 
Coin ou de la Flèche est naturelle, comme la Figure ovale, la Cylindrique, la 
Prismatique conviennent aux Cailloux de Médoc, aux Emeraudes, aux Crystaux 
ou aux Echinites. Cette opinion, quoique plus vraysemblable que la précédente, 
n'en est pas plus vraye, selon M. de jussieu. 11 prétend que cette figure de 
coin ou de flèche est un ouvrage de la main des hommes encore grossiers 
et sauvages, qui la donnoient à des pierres en les frottant contre d'autres 
pierres, avant qu'ils eussent l'usage des outils^ou des armes de fer. Pour auto- 
riser sa pensée, il fit voir à la Compagnie une hache de pierre de la largeur 
de deux pjiumes de la main avec la coignée de la même pièce apportée des 
Caraïbes, un coin et trois petites pointes de flèches de pierre toutes montées, 
et qui viennent du Canada. L'espèce de Pierre ou de Caillou dont ces instrumens 
sont faits ne paroist pas toujours naturelle au lieu où on les trouve, et il s'en 
faisoil peut-être commerce et transport d'un lieu à un autre. En quelque 
endroit qu'on trouve de cas pierres, il faudra leur donner la même origine, 
parce que les peuples les plus industrieux aujourd'hui ne l'estoient pas dans 
les premiers temps, et que cet usage est plus ancien que notre histoire. 
M. de Jussieu avertit que l'on donne aussi le nom de pierre de foudre à une 
espèce de Marcassite de figure oblongue ou arrondie, tanlost hérissée de pointes, 
tanlost lice et tantost à facettes. Elle a très peu de raport pour la forme exté- 
rieure avec la première espèce de Ceraunia que nous avons décrite et elle est 
essentiellement diférente en ce que la Marcassite se fond et se convertit en 
vitriol à l'air, au lieu que le premier Ceraunia est une pierre dure et d'un grain 
si fin qu'elle sert de pierre à loucher les métaux et à polir diférens ouvrages. » 
(P. 149). 

1. Nicolas Mahudel, médecin, antiquaire et numismate, né à Langres le 
21 novembre 1673, mort à Paris le 7 mars 1747, âgé de 74 ans. 

2. P. d'Estrée, Les tribulations d'un académicien, d'après des documents 
inédits [La Correspondance Historique et Archéologique, 5^ ann., 1898, p. 66- 
75, 104-116^. 



250 KEVUE ARCHÉOLOGIQUE 

exigences sans cesse renaissantes, l'infortuné était allé, semble- 
t-il, jusqu'à vendre sa plume et se faire gazetier au service du 
gouvernement espagnol. On l'avait mis à la Bastille; gracié 
par le duc de Bourbon qu'il avait pourtant attaqué avec la der- 
nière violence, il venait de reparaître à l'Académie, qui se l'était 
associé dès 1716, mais à laquelle il n'avait rien communiqué 
depuis plus de quatre ans. 

Ce mémoire, l'avant-dernier qu'il ait fourni avant de donner 
une démission devenue nécessaire (1744), a été lu une première 
fois le 19 février 1734 ^ 

« M. Mahudel, dit le procès verbal manuscrit de la séance, a 
entretenu la compagnie par un discours de plus d'une heure de 
lecture, sur ces sortes de Pierres qui se trouvent en divers en- 
droits et que le Peuple appelle communément des Pierres de 
Foudre. Il a entrepris cet ouvrage à l'occasion d'une de ces 
Pierres que M. le Baron de Crassier envoya à Paris sur la fin de 
l'année dernière comme tombée du Ciel pendant un violent orage 
dans une de ses terres aux environs de Liège. » 11 a paru^ con- 
tinue le secrétaire-perpétuel, de Boze^ « que l'Auteur n'a traité la 
matière qu'en Physicien et que sa dissertation, qui pourroit être 
bonne pour l'Académie des Sciences, ne seroit d'aucun usage 
pour celle des Belles-Lettres. Cependant il se propose d'y faire 
encore une addition de même nature ». 

Le 14 mai, Mahudel ayant tenu compte des observations que 
son travail avait soulevées, le présentait en seconde lecture, sui- 
vant l'usage suivi dès lors pour les mémoires destinés à être 
publiés dans les actes de la compagnie. Le 6 juillet et le 6 aoûl- 
ayant refondu les deux discours précédents, il donnait communi- 
cation d'une troisième rédaction, adoptée cette fois par l'Acadé- 
mie et qui eut les honneurs de la séance publique du 12 no- 
vembre suivante 



1. Rerj. ms., 1734, p. 103. 

2. Ibid., p. 425 et 500. 

3. îbid., p. 583. 



MATÉRIAUX POUR SERVIR A l'aRCFIÉOLOGIE PRÉHISTORIQUE 251 

C'est celte dernière rédaction, transcrite sur les reg-istres de 
l'Académie, qui a été publiée en 1740 dans le voluuie XII des 
Mémoires (p. 163-169), non sans avoir subi de larges mutila- 
tions que j'ai soig"neusement indiquées dans la copie que je 
donne ci-après du document rétabli dans son intégrité. 

De Boze avait eu quelques obligations à Mahudel, qui avait 
été pour lui pendant un certain temps un laborieux collaborateur. 
De 1714 à 1716, ce dernier n'avait pas fait moins de sixlectures à 
l'Académie ; jusqu'en 1730, il en avait encore fourni sept autres. 
On lui devait quelque chose, malg-ré ses aventures, et si peu de 
sympathie que le secrétaire-perpétuel put avoir pour les études 
auxquelles se rattachait cette dissertation sur les pierres de 
foudre, il se décida à en publier une partie. On verra plus loin 
qu'il n'a pas montré les mômes ég-ards à Montfaucon, en dépit 
de son grand àg-e et de sa réputation universelle. 

Il nous reste à donner le texte complet de Mahudel, tel qu'il 
ligure aux Procès-Verbaux manuscrits de l'Académie Royale 
des Inscriptions et Belles-Lettres pour 1734. 

E.-T. Hamy. 



Les Monumens les plus anciens de l'industrie des hommes, et des Arts 
reconnus dans les Pierres de Foudre : par M. Mahudel. 

Les l^ierres figurées ont presque toujours passé pour jeux de la nature ; il 
s'en trouve même de ce nombre qu'on a regardées jusqu'icy comme des produc- 
tions du Tonnerre, et que plusieurs Physiciens s'imaginent encore estre tom- 
bées du Ciel avec la Foudre, d'où les noms de Pierres de Tonnerre et de Foudre 
leur sont venus d'après ceux de BPONTIA et de KEPAYNIA2, que les Grecs 
leur ont donnez. 

On reconnoist^ trois espèces de ce dernier genre de pierres qui tirent leurs 
destinations autant de la différence des substances minérales dont elles sont 
formées, que de leurs figures; car les unes ne sont que des Métamorphoses de 
divers hérissons de Mer dont le test et la terre, qui y a pris la place de l'animal 
qu'il renfermoit, ont esté pétrifiés, ce qui chez les Modernes les a fait appeller 
Ëchinites, au lieu que les Anciens les nommoient Boetyles, prévenus d'un Mer- 



1. Ici commence le texte imprimé par l'Académio (Hist. de l'Acad. Roy. des 
Inscript, et Belles-Lettres, 174U, t. XII, p. 163). (II.). 



252 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

veilleux qu'ils attachoient à leur usage, lequel a donné matière à un sçavant 
mémoire d'un de nos célèbres Académiciens ^ 

La seconde espèce de pierres de foudre est de celles qui, par l'abondance 
des substances métalliques qu'elles contiennent, se rapporte à la classe des 
Marcassites et des Pyrites figurées. Je laisse aux Chymistes à en démontrer 
l'origine contre ceux qui croyent qu'elle est céleste. 

Je ne m'attache qu'à l'examen de celles d'une troisième espèce, qui sont d'une 
substance purement pierreuse, et mon unique objet est de faire voir qu'elles 
n'ont point reçu de la nature les figures qui nous les font admirer, mais que 
c'est la main des hommes qui les leur a données pour leur servir d'instrumens 
qui leur tinssent lieu de ceux d'airain et de fer avant qu'ils eussent l'usage de 
ces métaux, en quelque lieu de la terre qu'ils eussent habité. 

11 se fait dans l'histoire des temps les plus reculés mille recherches moins 
intéressantes, et si celle-cy a quelque mérite, c'est d'avoir donné lieu à une 
découverte qui, en nous détrompant d'un faux préjugé qu'on avoit sur l'origine 
et la nature de ce genre de pierres, nous fournit des preuves évidentes de 
l'industrie de nos premiers pères à se pourvoir contre les besoins les plus con- 
sidérables et à se procurer les commodilez les plus nécessaires de la vie, mais 
cette même découverte, pour trouver crédit dans le Public, a besoin d'une sup- 
position progressive de faits sur la vérité desquels elle est fondée. 

Le premier [est] que les hommes n'ont connu l'usage de l'airain et du fer que 
plusieurs siècles après la naissance du monde, et que depuis son renouvelle- 
ment, ensuite du Déluge, ils ont habité divers pays sans y avoir encore eu de 
longtemps l'usage de ces Métaux. De ce fait il en suit un autre, que pour 
toutes les nécessitez de la vie commune il ne leur a pas moins fallu quelques 
instrumens d'une matière qui suppléât à l'airain ou au fer, et qu'il n'y en a point 
eu de plus propre pour cet effet que la pierre. 

Le troisième fait, que toute sorte de pierre n'a pu estre employée à ce 
usage, et que si la qualité de celles qui ont la forme de ces instrumens est 
tout à fait semblable à la qualité de celles que nous connoissons en masses 
informes, ces premières ne sont ni tombées du Ciel, ni des productions du 
hazard, mais que c'est l'industrie des hommes qui les a tirées de masses d'une 
pareille nature, pour leur donner les formes qui les font distinguer. 

Et qu'enfin si l'on trouve une parfaite conformité entre quantité d'instru- 
mens antiques d'arts fabriquez en airain et ces sortes de pierres que l'on con- 
serve par curiosité, c'est une conséquence naturelle que ces pierres ont servi 
aux mêmes usages que ces instrumens d'airain, et que ceux-cy n'auront esté 
faits que sur les modèles et à l'imitation de ceux de pierre. 

Il semble que ce n'ait esté qu'au hazard ou à une suite de longues et 

1. Cf. Falconnet, Dissertation sur les Bœtyles {Mém. de Littérature tirés des 
Registres de l'Académie Royale des Inscriptions et Relies- Lettri^s depuis l'année 
M. DCCXVlll jusques et y compris l'année M. DCCXXV, t. VI, p. 513-532. 
Paris, Imp. Rov., 1729, in-4°. — Le mémoire de Falconet est de septembre 
1722 (H.). 



.MATÉRIAUX POUR SERVIR A l'aRCHÉOLOGIE PRÉHISTORIQUE 253 

pénibles recherches de plusieurs siècles que les découvertes des choses qui sont 
aujourd'hui les plus communes, ont esté réservées, aussi n'en attribue-t-on la 
plupart qu'à des iiomnies du vii'= et du viii*^ siècle du monde. 

Telles sont celles des Métaux, et surtout de l'airain et du fer, dont la gloire, 
selon l'opinion commune chez les Auteurs qui ont écrit des origines des choses, 
est donnée à Tubalcain fils de Lameth et de Sella*. A prendre néantmoins à la 
lettre les termes dont se sert Moyse au Cliap. 4. de la Genèse pour tracer le 
caractère de cet arrière petit-fils de Caïn, que la vulgate qualifie de Malleator 
et Faber in cuncta opéra aeris et ferri : il semble qu'on ne puisse tout au plus 
en tirer que l'induction qu'il a esté le premier des hommes qui se soit occupé 
à travailler du marteau, età fabriquer en ces deux métaux toute sorte d'ouvrages. 
L'hébreu que Vatable rend en cet endroit par les mots acucntem, ou expotientem 
oninia opéra aeris et ferri, nous donne l'idée de plusieurs arts dans lesquels 
Tubalcain a pu s'exercer, dont l'objet n'est pas seulement de fabriquer en ces 
métaux des instrumens taillans, trenclians et perçans, mais qui s'étend encore 
à l'art de donner le poli à beaucoup d'autres ouvrages en ces métaux; et le 
même texte que Tremellius et Junius traduisent de la langue originale par qui 
erudivit omnem fabrum œrarium et ferreum, ne suppose pas seulement cet 
homme habile dans ces arts, mais le représente comme un maître qui y a 
formé plusieurs ouvriers dans le pays qu'il hahitoit, ce qui désigneroit assez 
l'origine de la Taillanderie, de la Coutellerie, de la Serrurerie et de l'Armure- 
rie. 

Or *, suivant le calcul ordinaire que les Chronologues font des années du 
monde sur le dénombrement que l'historien Sacré nous donne des âges des 
Patriarches qui ont précédé le Déluge, Tubalcain avoit dans le xa siècle toute la 
force de l'homme, et ainsi sans vouloir positivement assurer qu'il soit l'Auteur 
de la découverte de ces métaux, on peut au moins rapporter à son temps l'époque 
du premier usage qu'on en a fait. L'établissement de cette époque dans les arts 
nous laisse voir un long espace de temps pendant lequel il paroist que les 
hommes ont esté privez d'instrumens de ces métaux par le secours desquels ils 
pussent se procurer les choses les plus nécessaires à la vie; nous apprenons 
néantmoins par l'historien Sacré et par Josephe qu'ils ne laissoient pas de cul- 
tiver la terre pour la forcer à leur donner dequoy se nourrir : Ils abbatoient et 
fendoient des arbres pour se former des habitations, ils coupoient la laine des 
Moutons dont ils estoient pasteurs pour s'en faire des habits, ils vivoient de la 
Chasse d'animaux sauvages qu'ils ne pouvoient tuera la course sans le secours 
de quelques armes qui les perçassent de loin, ni dont ils ne pouvoient séparer 
la peau et dépecer les membres sans quelques instrumens tranchans. L'Écri- 
ture fait même mention de la ville d'Enoch édifiée par Caïn dont la construction 
(quand cette ville ne feroit qu'un nombre d'habitans rassemblés dans un même 
lieu) ne laisse pas de supposer l'usage d'une quantité d'instrumens qui ont dii 
tenir lieu de ceux d'airain ou de fer qui n'estoient pas encore connus. 

i. Le texte imprimé, qui n'offrait jusqu'ici que des variantes peu importantes, 
omet toute la fin de ce paragraphe. 
2. Le texte imprimé recommence ici. 



2S4 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

Notre* curiosité peut donc estre très légitimement piquée du désir de décou- 
vrir ce qui pendant un temps si considérable a pii suppléer à ces besoins. On 
ne peut pas dire que ce fut de quelqu'autre Métal que du cuivre ou du fer qu'on 
eut pu avoir fabriqué les instrumens dont nous cherchons l'origine, puisque 
nous ne connoissons aucun métal qui par sa dureté et sa résistance puisse tenir 
lieu de ceux-là. 

Quelle^ matière plus convenable par ces deux qualitez se présentoit plus 
communément sous les yeux et les mains des premiers hommmes que la pierre? 
Je ne veux point dire celle des Roches, qui pour estre séparée des masses 
énormes dont elle fait partie, auroit demandé l'usage d'instrumens d'une 
matière encore plus dure qu'elle, mais celle de ces masses détachées, mobiles, 
de différentes grosseurs, répandues de tous costez sur la surface de la terre, 
faciles par leur choc contre d'autres d'un poids plus considérable, d'une sub- 
stance plus dure ou d'une assiette plus ferme, à estre cassées en plusieurs mor- 
ceaux. Entre les fragmens dans lesquels elles se divisoient il s'en trouvoit, de 
même que dans un morceau de glace ou de cristal que l'on met en pièces, les 
uns à angles taillans et tranchans et les autres à angles aigus, propres suivant 
leur longueur, leur largeur et leur plus ou moins d'épaisseur, à leur servir de 
haches, de coins, de couteaux, de socs de charrues et d'armes perçantes et 
pointues capables de pénétrer et de blesser par la manière de les lancer. Et par 
le frottement réitéré des costez de ces éclats de pierres destinées pour estre 
tenues à la main, ils émoussoient contre d'autres pierres plus dures, ou contre 
des masses de rochers plus solides leurs vives arrestes, et les polissoient pour 
qu'elles ne les blessassent point afin de s'en servir avec plus de commodité, 
souvent même ils trouvoient, comme nous trouvons quelquefois sur les bords 
des Rivières rapides ou dans le lit des Torrens lorsqu'ils sont à sec, de ces 
sortes de cailloux dans lesquels le roulis et le frottement continuel qu'ils ont 
essuyé les uns contre les autres en des sens différens par la rapidité des eaux 
ont perfectionné les formes de coins et de haches que le hazard delà fracture 
n'avoit fait qu'ébaucher sur eux, et s'il leur manquoit encore quelque chose pour 
leur donner tout à fait la forme de quelques uns de ces instrumens, ils en ache- 
voient l'ouvrage avec une patience extraordinaire en les frottant et les polis- 
sant contre les Rochers dont la stabilité formoit une résistance plus considé. 
rable qu'aucun autre corps solide. 

Les genres de pierres dans lesquels nous reconnoissons ces qualitez de la 
dureté, de la facilité à se casser et à former en se cassant des vives arrestes 
tranchantes et des angles pointus, sont les cailloux, dont la dureté et les cou- 
leurs varient suivant les pays dans lesquels on les trouve. La pierre de touche 
dont on se sert pour éprouver l'or et l'argent, et qui par une certaine affinité 
qu'elle a avec le Caillou, pourroit bien en estre une espèce. Le Basalte si distin- 
gué entre toutes les autres pierres par son extrême dureté qui le faisoit 
employer en Egypte aux Statues des Divinitez du pays; mais la pierre des 

1. Ce paragraphe a été supprimé dans le texte imprimé. 

2. Le texte imprimé reprend ici avec des variantes. 



MATÉKIAUX l'OUR SEKVIK A L'AKCHÉULOGlli l'HÉHISTORIQUE 2o5 

fragmens de laquelle on pouvoit tirer plus d'instrumens tranchans est sans con- 
tredit le Cailloux, et celui surtout de l'espèce que nous appelions Pierre à fusil : 
Et la raison de celte préférence vient de sa propriété de former en se cassant 
de ces vives arrestes en tous sens, de même que toutes les espèces d'Agathes, 
lesquelles peuvent se rapporter aux genres des Cailloux, s'il y a même quelque 
lond à faire sur les Étymologies des noms pour s'en servir à expliquer l'origine 
et la nature des choses, on peut dire que dans le Latin de Silex donné au Cail- 
lou qui paroist n'estre qu'une contraction de l'ancien mot Sicilex observé par 
Festus comme dérivé de Scindere, couper, on découvre une idée de ce premier 
usage des fragmens de ce genre de pierre, aussi le terme de Sicilex est-il 
employé synonimement dans quelques Auteurs pour désigner un Instrument 
qui coupe. Silex, dit Scaliger, Lapldrm significat qui scctuset lectus quasi Sici- 
lex. 

Si l'on trouve tous ces caractères dans un certain genre de pierres figurées 
que l'on conserve encore précieusement dans les Cabinets, en faveur d'une 
opinion très ancienne qu'elles ont esté formées dans les nues pendant le combat 
qui s'y fait du chaud avec le froid dans le temps que le Tonnerre se fait 
entendre, et qu'elles sont tombées du Ciel avec la foudre, opinion qui ne laisse 
pas d'avoir encore ses partisans, quelque contraire qu'elle soit aux principes de 
la bonne Physique et à toutes les observations qu'on a sur ces deux Phéno- 
mènes, si l'on trouve, dis-je, dans ces prétendues pierres de foudre tous les 
caractères de ces différentes espèces de Silex et des pierres qui leur sont con- 
génères dont je viens de parler, et si l'on observe en elles différentes formes 
par lesquelles elles imitent parfaitement ces premiers instrumens qui tenoient 
lieu aux hommes d'instrumens de fer avant que ce métal fut en usage, on aura 
un vray moyen de détruire une erreur populaire très ancienne. Ce seront des 
preuves démonstratives que des pierres qu'on croyoit d'une origine céleste n'en 
ont qu'une terrestre ordinaire aux autres pierres, que leurs figures qu'on 
s'imaginoit estre ou des jeux de la nature ou destinées à former des Instru- 
mens de la colère de Dieu, ne sont que des ouvrages de l'art, et l'on aura en 
même temps acquis la connoissance des plus anciens Monumens qu'on puisse 
souhaiter de l'industrie de nos premiers pères. 

Pour avoir lieu de mieux réussir dans cet examen, j'ai comparé avec nos 
cailloux de différentes espèces autant de ces prétendues pierres de foudre que 
j'en ai pu avoir en nature, et ai tiré de tous les Auteurs d'histoire naturelle des 
fossiles, et de tous ceux qui nous ont donné des descriptions de Cabinet, autant 
que j'ai pu de Desseins de ces pierres figurez, et par les comparaisons que j'ai 
faites, et que chacun peut faire de la nature de celles-cy, avec ces diférentes 
espèces de Cailloux dont je viens de parler, et de leurs formes avec celles de 
tant d'instrumens, d'outils et d'armes d'un usage antique que l'on découvre 
encore tous les jours plus en airain et en bronze qu'en fer, je crois pouvoir 
donner comme observation d'un fait certain que ces pierres ont esté taillées 
pour les mêmes usages que ces instrumens d'airain. 

Les Naturalistes dans cette comparaison de ces pierres de foudre avec les 
cailloux de diférentes espèces trouveront une même substance, une même 



256 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

dureté résistant à la Lime telle qu'il la falloit pour ne pas estre émoussées 
contre les bois les plus compacts, même disposition à faire feu par le frottement 
des unes contre les autres, même propriété de former en se cassant des frag- 
mens à angles taillans et pointus, et des Lames tranchantes et aiguës, enfin des 
mêmes couleurs que celles qui sont propres aux Cailloux de certains pays. 

Et les Antiquaires, dans l'observation de ces mêmes prétendues pierres de 
foudres, reconnoitront des masses de marteaux plus épaisses d'un costé que 
d'un autre, platles par une des extrémilez et rondes ou pointues par l'autre, et 
percées par le milieu pour y faire entrer un manche, des Coins plus ou moins 
aigus : des haches propres à estre attachées à des manches ou a estre tenues à 
la main, des formes de Cizeaux semblables à ceux des Maçons, des Couteaux à 
tranchants droits et arrondis destinez à couper en pressant horizontalement et 
en appuyant perpendiculèremenl. Sur un plain, des lames larges à deux tran- 
chans aiguës par l'une de leurs exlrémitez, et d'autres étroites moins longues, 
plattes ou triangulaires terminées par une de leur extrémité en pointes très 
perçantes, et ayant à l'autre un allongement propre à les enfoncer au bout d'un 
bùton, ou une prise pour les lier fortement à l'extrémité d'une canne pour imi- 
ter les fers des pertuisannes, de piques, de javelots, de dards et de flèches, 
autant d'objets qui reparaissent sous des formes si pareilles en pièces antiques 
de bronze ou d'airain dans les Cabinets des curieux, et si souvent dessinées à 
la teste des sçavantes dissertations aux quelles elles ont donné lieu, qu'en 
voyant sur le papier les Desseins des uns et des autres de ces instrumens, on 
ne les discerneroit pas si l'on n'estait prévenu de la diférence des matières dont 
ils sont composez'. Ce n'est pas sur des conjectures frivoles qu'est fondée 
l'opinion de l'usage de ces sortes d'instrumens de pierre, car si l'on en juge 
par la certitude que nous avons par exemple de l'usage des Couteaux de cette 
matière, rien n'est plus avéré. Quatre cent quatre vingt dix sept ans après le 
Déluge Abraham se circoncit lui-même et tous les mâles de sa famille; et 
quoique l'Ecriture ne marque pas positivement que ce fut avec un Couteau de 
pierre, l'usage certain qui s'en est fait chez les Juifs pour la même opération 
depuis ce Patriarche, est un préjugé qu'il ne s'en servit point d'autre; car, soit 
que par scrupule de rien innover dans la pratique ancienne d'une opération qui 
donnait chez ce peuple le caractère d'enfans de Dieu à ceux à qui on la faisuit, 
on ait préféré un instrument de cette matière à un de fer; soit que l'on crut 
que la playe faite avec ces sortes de couteaux fu moins dangereuse et se con- 
solidât plutôt que celle qu'on auroit faite avec un instrument de Métal, il est 
constant que le Texte sacré est précis pour cet usage à l'égard du fils de 
Moyse et de Séphora, tulit illico Sephora acutissimam petram, et circiimcidit 
praeputnim filii sui. Il ne l'est pas moins dans l'ordre exprès que Dieu donna 
à Josué à son arrivée dans la Palestine, de préparer deux couteaux de cette 
matière pour estre employez dans la suite en cette cérémonie douloureuse, fac 
tibi cultros lapideos, et circumcide seconda filios Israël. 

1. Cette fin du mémoire est seulement analysée dans l'Histoire de r Académie 
(p. 169). 



MATÉRIAUX POUR SERVIR A l'aRCHÉOLOGIE PRÉHISTORIQUE 257 

Le même usage de couteau semblable a aussi eu lieu dans la religion Payenne 
dez les premiers temps de l'établissement du Cuite de Cybèle; personne n'es- 
toit admis dans le Collège de ses prestres qu'il ne se fut auparavant mutilé. 
Pline dit que c'estoit avec un fragment d'un vase de terre de Sanaos qu'ils se 
faisoient cette opération; et Arnobe que c'estoit avec un caillou aiguisé à l'imi- 
tation et en mémoire d'Atys qui se la fit lui-même de cette manière avec un 
pareil instrument, Catulle en a célébré la tradition dans ce Vers 

Devoluit ipse aculo sibi pondéra silice. 

Mon dessein n'est pas de persuader que l'usage des couteaux de pierre ait 
duré au défaut de ceux d'airain et de fer chez des peuples policez dans des 
temps aussi reculez que ceux de Moyse et de Cybéle; il me suffit d'avoir prouvé 
qu'on s'en est servi, que ça esté pendant un temps considérable, et que cet 
usage en indique un qui d'abord a esté de nécessité pour pouvoir inférer delà 
qu'on a esté obligé d'en faire de même des autres instrumens de cette matière 
qui n'estoient pas moins nécessaires que des couteaux et que les formes de tous 
ces instrumens qu'on remarque dans ces prétendues pierres de foudre décou- 
vertes dans des terres qui depuis plusieurs siècles n'avoient point esté remuées, 
sont artificielles. 

Il seroit difficile de marquer précisément le temps auquel cet usage de ces 
instrumens de pierre a cessé chez les Anciens, ou plutost celui auquel l'usage de 
l'airain et du fer s'est introduit parmi eux : Il y anéantmoins beaucoup de vray- 
semblance que ce n'a esté qu'un grand nombre d'années après le Déluge, vu que 
les mines, et surtout celles de fer qui sont plus ordinairement dans les Plaines 
et dans les Vallons que sur les Montagnes, estoient devenues plus dificiles à 
retrouver par la quantité de limon, qui ayant fait de nouveaux Lits sur la terre 
les avoient rendues plus profondes. Qui pourroit même assurer que la pratique 
des Arts que Tubalcain avoit enseignée, de découvrir les Métaux, de les fondre, de 
les forger et de les travailler, n'ayant plus résidé que dans les personnes de quatre 
hommes sauvez du Déluge, n'a pas esté interrompue pendant un temps très 
considérable? Les enfants nez de ces quatre hommes s'estant divisez pour aller 
habitez divers pays y ont-ils trouvé d'abord et en même temps en y entrant, 
ces Métaux? Les découvertes qu'ils y en ont faites n'ayant pu estre que suc- 
cessives les unes aux autres par raport aux diférens pays, ne s'est-il pas 
écoulé un assez long temps pendant lequel il y en a eu où ces premiers habitans 
se sont vus, dans ces terres nouvelles pour eux, dans le même état à peu près 
que les premiers hommes à la naissance du monde? Et jusqu'au temps du 
recouvrement de l'usage des Instrumens d'airain et de fer ont-ils pu y en estre 
fournis d'une quantité suffisante pour leurs besoins, sans avoir eu recours à 
ceux qui estoient de pierre? 

On reconnoit encore dans le nombre de celles de foudre dont il s'agit icy les 
espèces de cailloux qui ne sont propres qu'à l'Egypte, parce qu'ayant esté une 
des premières terres habitées, ce n'a pii estre que des cailloux qui y sont com- 
muns qu'on a formé de ces sortes d'instrumens avant que ceux d'airain y 
fussent en usage ; ce pays estoit déjà peuplé avant qu'Osiris y régnât, et c'es^ 

iv« SÉRIE, T. VII. 17 



258 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

toit une vieille tradition chez les Égyptiens que cet Osiris, quel qu il fut, en leur 
enseignant la manière de labourer les terres, leur avoit appris l'usage du soc 
de fer. 

Primus aratra manu solerti fecit Osiris, 
Et tenerem ferro sollicitavit humum. 

Or, s'il y a quelque fond à faire sur l'opinion des Ghronologues qui n'établissent 
le règne de cet Osiris que longtemps après Abraham, et quand même on sup- 
poseroit que ce Patriarche auroit eu ce Roy pour contemporain, quel intervale 
n'y a-t-il point de là au Déluge pendant lequel le défaut ou la rareté des instru- 
mens d'airain et de fer ont duré? 

Il en est des autres pays comme de l'Egypte, car on ne peut pas dire que 
ceux qui les ont les premiers habitez y ayent apporté avec eux l'usage de 
l'airain et du fer, puisque par les traditions raportées par Strabon, Pline et 
Pausanias, on a, à Tégard de l'Isle de Samos, l'époque de l'invention de fondre 
et de forger l'airain ; à l'égard de la Phocide, celle de travailler le fer, de même 
que dans l'Isle de Crète et dans celle de Rhodes, et que l'invention du levier, 
des tenailles, du marteau et de l'enclume, est attribuée à un habitant de l'Isle 
de Chypre, qui y avoit découvert le Cuivre. 

Les armes offensives ont eu la même origine, car dans le défaut de celles 
d'airain et de fer, la même nécessité qui suggéra aux Phéniciens l'invention 
des frondes pour lancer de plus loin des pierres, et qui obligea les Israélites de 
s'en servir contre les Philistins lorsque ceux-cy leur eurent osté toutes leurs 
armes, et qu'ils leur eurent enlevé tous les ouvriers capables d'en forger de 
nouvelles; cette même nécessité, dis-je, apprit à attacher à des cannes des 
fragmens de cailloux taillez en forme de flèches pour les lancer par le moyen 
de l'arc. C'est une des formes sous laquelle on trouve souvent en Italie de ces 
sortes de pierres auxquelles les Italiens donnent encore indiféremment les 
noms de Salte ou de Ceraunia, dans l'idée qu'ils ont qu'elles sont véritable- 
ment des pierres de foudre, plutost que de les prendre pour les premières armes 
dont se soient servis les Aborigènes ou les Pélasges, lorsqu'ils vinrent s'établir 
dans leur pays, de même que les Sauvages des Isles de l'Amérique se servent 
encore aujourd'hui de ces sortes de flèches pour suppléer à celles de fer qui 
leur manquent. 

Enfin l'usage de ces instrumens et de ces armes de pierre cessant insensi- 
blement à mesure que celui des instrumens d'airain et de fer se rendoit plus 
commum en chaque pays, ou par la découverte des Mines qui y estoient, ou par 
le commerce qui s'y faisoit d'ouvrages en ces métaux avec les peuples qui 
avoient plutost connu chez eux ces avantages de la nature et des arts, ces 
premiers instrumens furent négligez, et se perdirent par la succession des 
temps, comme une infinité d'autres choses qui ont eu le même sort. La plupart 
de ceux qui dans les guerres et dans les combats avoient servi d'armes offen- 
sives, furent ensevelis dans la terre avec les corps des hommes morts des bles- 
sures qu'ils en avoient reçus^ de même qu'il est arrivé dans la suite à l'égard 
des instrumens et des armes d'airain et de fer, qui par une infinité d'autres 



MATÉRIAUX POUR SERVIR A l'aRCHÉOLOGIE PRÉHISTORKJUE 259 

cas ont esté enfouies dans la terre, et dont les découvertes qui s'en font de 
temps en temps dans les pays autrefois habitez par des anciens peuples, 
occupent aujourd'hui les sçavans. 

Une couleur tirant sur le noir, ou tout à fait noire qu'on a remarquée dans 
plusieurs de ces pierres figurées, une odeur de souffre que la plupart ont con- 
servée qui y est naturellement intime, et qui se manifeste encore davantage 
lorsqu'en Ips battant avec du fer, ou les unes contre les autres, on en fait sor- 
tir du feu, leur pesanteur, leur dureté et leur forme d'instrumens capables de 
blesser ont donné lieu à l'erreur de les croire tombées du Ciel avec la foudre, 
erreur qui a trouvé beaucoup de facilité à se perpétuer dans les esprits cré- 
dules et superstitieux par la tromperie des charlatans de tous les siècles, qui 
ont vanté ces sortes de pierres comme rares et précieuses, et qui pour les 
vendre chèrement leur ont attribué des vertus qu'elles n'ont point, de préserver 
des accidens du naufrage et du tonnerre et de faciliter les accouchemens ; 
erreur enfin dont la tradition a tant fait de progrès et s'est soutenue si long- 
temps, qu'elle a engagé les Physiciens les plus habiles à chercher des raisons 
pour établir la possibilité plutost que l'impossibilité qu'il y a qu'il se forme des 
pierres dans le Ciel. 

Prouver le ridicule du système de cette formation de pierres dans les nues et 
le faux de leur chute dans l'instant de celle de la foudre, contre les sentimens 
de ceux qui se sont efTorcez d'en soutenir la vérité prétendue, seroit donner à 
mon opinion tout le jour qu'elle pourroit recevoir si ces preuves ne me jettoient 
dans des discussions physiques qui sont plus du ressort de l'Académie des 
Sciences que de la notre. 

Au reste, si cette opinion prend quelque faveur, c'est à Michel Mercatus, 
Médecin de Clément VIII, que la première idée en est due, à l'occasion d'un 
nombre de ces pierres taillées en languettes picquantes et en feuilles de myrthe 
trouvées pour la plupart en Italie, rassemblées dans son Cabinet de pièces natu- 
relles dont la collection fait aujourd'hui un des ornemens de la Bibliothèque 
Vaticane. Il a observé que leurs figures estoient artificielles, et conjecturé de là 
qu'elles pouvoient avoir est4 des armes offensives des Anciens, sentiment bien 
plus probable que celui de Langius, qui ne voulant pas reconnoître pour pierres 
de foudre les pierres de cette même figure qui se découvrent en Suisse, les a 
qualifiées de langues de carpes pétrifiées. Jacobeus, qui dans le Cabinet du 
Roy de Dannemark, dont il a fait la description, n'en voyoit qu'en forme de 
haches et de coins, a soupçonné qu'elles pouvoient plutost avoir servi à fendre 
du bois qu'à toute autre chose. 

M. Trichmeier, Allemand, qui de nos jours a fait des observations sur celles 
de ces pierres en forme de masses applatties par une extrémité, et pointues 
par l'autre, desquelles Gesner nous a donné des figures, a jugé par honneur 
pour sa patrie qu'elles pouvoient avoir esté des armes des anciens Germains. 

Ce qui jusques là n'esloit que doutes et conjectures, est devenu depuis 
quelques années une opinion qui se développe de jour en jour, et qui par la 
quantité d'observations dont on l'appuyé, acquiert de plus en plus de certitude. 



ENQUÊTE 



SUR 



L'EPIGRAPHIE CHRETIENNE D'AFRIQUE 

{Suite*.) 



— 156. Garthage. — De Rossi^ Inscript, christ., t. II, p. 241, 
n. 5 = Riese, Anthol. lat., n. 379. 

A. — Hic sunt versus s{an)c{la)e crucis : 
/iinc crux sancta potens caelo successit et aslris : 

Dum retinet corpus, misit in astra D[eu)m. 
Qui fugis insidias mundi, crucis utere signis : 
Hac armata fides protegit omne malum. 
5 C7'ux D[omi)ni mecum, crux est quam semper adoro^ 

Crux rnihi refugium, crux mihi certa salus. 
Virtutum genetrix, fons vitae, janua caeli, 
Crux [Chrisli) totum distruit hostis opus. 

Inscription placée à côté ou autour d'une grande croix, dans 
un consigiiatorium. Le consignatoriiim était une dépendance du 
baptistère, où, après le baptême, avait lieu la co?isignatio ou 
confirmation : avec Tbuile sainte, l'évêque faisait une croix sur 
le front des néophytes. Dans le Codex Salmasimms, cette inscrip- 
tion suit immédiatement les vers de Galbulus pour les fonts 
baptismaux; selon toute vraisemblance, elle appartient à la 
même série et est l'œuvre du même poète. 

L. 8. — Xpi:=: Chr[ist)i. 

B. — 

Pax JJ[omi)ni tecum, puro quam peclore quaeris. 

Ce vers est joint dans le manuscrit aux quatre distiques pré- 

1. Voyez la Revue archéologique de 1903, 1904 et janvier-février 1906. 



tNQUÊTE SUR l'ÉPIGRAPHIE CHRÉTIENNE d'aFRIQUE 261 

cédents. Riese y voit le début d'un cinquième distique incomplet. 
Mais cet hexamètre précède immédiatement, et sans lacune 
apparente, VExplicit de cette partie du recueil. On doit donc le 
séparer de la pièce relative au consignatornum. De Rossi a cru 
y reconnaître une salutation au lecteur. A notre avis, c'est une 
inscription indépendante, qui devait être placée sur le mur d'une 
église. Nous rencontrerons plus loin des documents et des for- 
mules analogues en prose. 

— 1S7. Cartilage. — Riese, Anthol. lat., n. 387. 

Catonis : 

Rex Hunerix, manifesta fîde rjuem fama perennis 
Incitât, ordinibus spargit memorabile factum^ 
Quod verbo divisit aquas molemque profundi 
Discidit jussis seniel, [et] nudata natantum 
5 Jugera calcat homo. Pelagus fodisse ligones 

Expavit natura maris. Subducitur unda, 
Tortilis anfractu liquidus contergitur imber 
Occanumque movent manibus. Mare coclilea sorbet. 

Dédicace d'une jetée construite par le roi Hunéric (477-484), 
probablement à Garthage. L'auteur de ces vers, un certain 
Caton, nous est d'ailleurs inconnu ; d'après l'époque oii il 
composa cette dédicace, il devait être un peu antérieur à la 
Pléiade du temps de Thrasamond. 

L. 7-8. — Description d'une machine élévatoire [cochleà], qui 
s'appuyait sur la jetée, et qui était destinée sans doute à alimen- 
ter des thermes. 

— 458. Garthage. — Riese, Anthol. lat., n. 210. 

Felicis v{iri) c{larissimi) de thermis Alianarum : 
Hic ubi conspicuis radiant nunc signa metallis 

Et nitido clarum marmore fulget opus, 
Arida pulvereo squalebat cespite tellus 
Litoreique soli vilis harena fuit. 
5 Pulcra sed immenso qui duxit culmina caelo, 



262 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

Ostendens pronis currere saxa jugis, 
Publica rex populis Thrasamundus gaudia vovit, 

Prospéra continuans numine saecla suo. 
Paruit imperiis mulato lympha sapore 
10 Et dulcis fontes proluit unda novos. 

Expavit subitas Vulcanus îurgere thermas 
Et trépida flammas subdidit ipse manu. 

Cette inscription et les quatre suivantes forment un groupe 
bien déterminé; elles ont été composées pour les thermes d'Alia- 
nae ou Alianas par le même auteur, un certain Félix. 

Ce Félix, qui vivait à la fin du v" siècle et au début du vi% doit 
probablement être identifié avec le Flavius Félix dont nous 
possédons une supplique en vers*, et avec le Flavius Félix à 
qui est dédié le poème De resurrectione mortuonim^. 

Le bourg- d'Alianae paraît avoir été la résidence favorite de 
Thrasamond (496-523). Un poète courtisan, Florentinus, dans 
son panégyrique de Thrasamond, fait de cet endroit une des- 
cription enthousiaste : 

Te régnante diu fulgent Carlhaginis arces, 
Filia quam sequitur Alianas inpare gressu, 
Nec meritis nec honore minor, eux plurimus ardens 
Regnantis increvit amor, quam surgere fecit 
Dilectisque locis claram [et] vitalibus auris, 
Quae meruit celsum meritis sufferre regentem...'' 

D'après les indications que contient ce panégyrique, Alianae 
était située au bord de la mer*, en dehors de l'enceinte de Car- 
Ihage, mais tout près de cette ville, sans doute dans la pres- 
qu'île, du côté de Sidi-bou-Saïd, de la Marsa ou de la Soukra. 
Thrasamond y fit construire des thermes somptueux, qui, 
outre les aménagements ordinaires des bains publics, semblent 
avoir renfermé un hôpital et des cliniques. 

i. Riese, Anthol. lat., n. 254. 

2. Ad Flavimn Feiicem de resurrectione mortuorum, dans le Cyprien de 
Hartel, III, p. 308-325. 

3. Riese, Anthol. lat., n. 376, vers 19 et suiv. 

4. Ibid., n. 376, vers 25. 



ENQUÊTE SUR l'ÉPIGRAPHIE CHRÉTIENNE d'aFRIQUE 263 

Les cinq pièces de Félix ont ég^alemenl le caractère de véri- 
tables inscriptions monumentales, et présentent les formules 
d'usage : Hic i(bi...\ Hoc... opus...; His... thermis...; Hic 
répété, etc. Chacune des pièces comprend douze vers et nomme 
le roi fondateur : Thrasamundus. Il ne semble pas douteux que 
ces cinq inscriptions métriques ont été commandées au poète 
Félix pour concourir à la décoration des nouveaux thermes. 
Elles ont dû être gravées, ou reproduites en mosaïque, soit au- 
dessus des portes principales, soit à l'entrée ou sur les murs 
des différentes salles. 

L. 3-4. — Ces deux vers confirment les données du panégy- 
rique de Florentinus sur la position d'Alianae : les thermes de 
Thrasamond s'élevaient au bord de la mer, dans une région 
jusque-là déserte. 

L, 11-12. — Allusion aux hypocaustes, aux étuves, au calda- 
rium. Cf. plus loin, n. lo9, vers 7 et suiv. ; n. 160, vers 3 et 
suiv. ; n. 161, vers 8 et suiv. ; n. 162, vers 2 et 8. 

— 159. Carthage. — Riese, Anthol. lat., n. 211. 

Nobilis insultât Baiarum f'abrica thermis 

Et duplicat radios fontibus aucta dies. 
Hoc uno rex fecit opus Thrasamundus in annOy 

Inclita dans populis munera temporibus. 
5 Hic senibus florens virtus renovatur anhelis, 

Hic fessos artus viva lavacra fovent. 
Miscentur pariter sociis incendia lymphis 

Et gelidos imbres proximus ignis habet. 
Utilis hic flamma est et nullos pascitur artus 
10 Optaturque magis per nova vota calor, 

Longior hic aegros morborum cura relinquit 

Nec lavât in vitreis hic moriturus aquis. 

Inscription analogue à la précédente, et composée de même par 
Félix pour les thermes de Thrasamond à Alianae. 

L. 1. — La comparaison avec Baies est un lieu-commun 
dans les inscriptions de ce temps relatives à des thermes. Voyez 
plus loin, n. 163-164; 183. 



264 REVUE ARCHEOLOGIQUE 

Fabrica^ avec le sens d'édifice, de bâtiment, est un mot 
technique, et se retrouve dans d'autres documents africains. 

L. 2. — Obscur : le poète veut dire sans doute que les rayons 
du soleil se reflètent dans les eaux des fontaines, ou sur le 
poli du marbre. Cf. plus loin, n. 161, vers 12. 

L. 3. — C'est sans doute une exagération de poète : on admet 
difficilement qu'une construction si vaste et si somptueuse ait 
pu être achevée en un an. 

L. 11-12. — Allusion aux cliniques que renfermaient les 
thermes de Thrasamond. 

— 160. Carthage. — Riese, Anthol. lat.^ n. 212. 

Reg'xa praeclaras erexit jussio moles, 

Sensit et imperium calx, lapis, unda, focus. 
Jnclusus Vulcanus aquis algentibus hic est 
Et pacem Uquidis fontibus ignis habet. 
5 Cum lymphis gelidis extat concordia flammae 
Ac siupet ardentes frigida nympha lacus. 
Uritur hic semper gaudens neque laeditur hospes 

Et végétât medicus pectora fota vapor. 
Maxima sed quisquis patitur fastidia solis 
10 Aut gravibus madido corpore torpet aquis, 

His Tlirasamundiacis properet se tinguere thermis : 
Protinus effugiet tristis uterque labor. 

Inscription analogue aux précédentes, du même auteur, et de 
même destination. 

1. 9-10. — Vers obscurs : le poète veut dire peut-être que dans 
les thermes on trouve un abri contre le soleil ou contre la pluie. 

— 161. Carthage. — Riese, Anthol. lat., n. 213. 

Publica qui celsis educit moenia tectis, 
Hic pia rex populis Thrasamundus vota dicavif, 
Per quem cuncta suis consurgunt pulchra ruinis 
Et nova transcendunt priscas fastigia sedes. 
5 Hic quoque, post sacram mentis altaribus aedem 



ENQUÊTE SUR l'épigraphie chkétienne d'afrique 265 

Egregiasque aulas, quas sacro erexit amore, 
Condldit ingénies -proprio sub nomine thermas. 
Hic bonus inriguis decertat fontibus ignis. 
Hic etiam ardentis [nemo] timet ora caminij 
10 Plurimus hic imber gelidas adcommodat undas, 
Hic aeslus levis est, hic nullum frigora terrent. 
Hic geminata dies per candida marmora futget. 

Inscription analogue aux précédentes, rédigée de même par 
Félix pour les thermes de Thrasamond. 

1. 2. — Ce vers signifie peut-être que Thrasamond avait cons- 
truit les thermes à la suite d'un vœu. 

1. 3-4. — Allusion à toutes les constructions de Thrasamond, 
qui restaura beaucoup de vieux édifices et en éleva de nouveaux. 

1. 5-6. — Sacram aedem^ egregias aidas. Il s'agit sans doute 
ici de deux monuments construits ou embellis par Thrasamond 
à Carthage : le Palatium, l'église Sainte-Marie-du-Palais (voyez 
plus haut, n. 154). Il est possible d'ailleurs que Thrasamond ait 
fait construire un autre palais et une autre église à Alianae, dans 
le voisinage des thermes. 

1. 7. — Cf. plus haut, n. 160, vers 11 : Thrasamimdiacis... 
thermis. C'était évidemment le nom officiel de ces thermes. 

— 162. Carthage. — Riese, Anthol. lat., n. 214. 

Tranquillo, nymfae, deCurrite fluminis oriW. 
Hic pruba flagranti sYccedite numina FoebO 
Rupihus ex celsis, ubi Nunc fastigia surgunT 
Aequanturque polo toTis praecelsa lavacrA. 
5 'èedibus. Hic magnis exkrdent marmora signi'ëi, 
Ardua sublimes praevlncunt culmina termaE, 
Munerâque eximius toNli dut liminis auctoK 
\nica continuas praeNoscens praemia famaE. 
Nonhicfîammanocet.VOtum dinoscite carmeii, 
10 Hiscite vel quanto viVat sub gurgite lymphA. 
\andalicum hic renovAt caro de semine nomeN, 
Sub cujus titulo meriTis stat gratia factiS. 



266 REVUE AKCHÉOLOGIQUE 

Inscription analog-ue aux précédentes, et de même destina- 
tion. Cette dernière pièce de Félix diffère pourtant des autres 
par le raffinement de l'exécution, qui rappelle les fantaisies 
métriques de Porfyrius Optatianus. Chacun des vers se compose 
de trente-sept lettres, et tous concourent à une triple combinai- 
son : acrostiche, mésostiche, télestiche. La série des premières 
lettres donne le nom du roi, Thrasamundus \ la série des dix- 
neuvièmes lettres donne la formule Cim{c) ta innovât ; la série 
des dernières lettres donne Vota serenans. Dans le manuscrit, 
toutes les lettres qui concourent à ces combinaisons se détachent 
en rouge ; on avait dû employer un procédé analogue pour les 
mettre en vedette sur les murs des thermes. 

1 9. Votwn dinoscite carmen. L'expression est à remarquer : 

l'inscription reproduite sur le mur est comme assimilée à un 

ex-voto, 

1_ 11. _ Allusion aux ancêtres de Thrasamond, surtout à 

Genséric. 

— 163. Carthage. — Riese, Anthol. lat., n. 377. 

Versus halneorum : 

In parvo magnas fecit manus ardua Baias, 
Culmina distendit niveis suspensa columnis, 
Curvavit cameris vario pro schemate conduis. 

Marmara resplendent solida conpage décora, 
5 Unitum mentita decus sartura magistri [est]. 
Murmure raucisono fornacibus aestuat ardor, 
In flammis dominantur aquae, furit ignis amœnus. 

Stat tutus lautor multo circumdatus igné 
Innocuas inter flammas [mirabile dictu), 
10 Ignibus ut possit fervores vincere salis; 
Inde petit latices glaciali fonte fluentes. 

Hinc caler, inde nives reparant per membra salutem ; 
Discurrunt nymphae, piscinas flumina replent. 
Vitrea crispatur labris refluentibus unda. 
15 Baec tibisunt monumenta; tibi natisque manebunt 



ENQUÊTE SUR l'ÉPIGRAPHIE CHRÉTIENNE d'aFRIQUE 267 

El decorabit avus claros per saecla nepotes. 
Tu tamen excelsus per lempora longa fruaris. 

Inscription placée dans des thermes, œuvre d'un auteur 
inconnu. Dans le Codex Salmasiamis, cette pièce suit immédia- 
tement le panégyrique de Thrasamond par Florentinus; on peut 
donc supposer qu'elle se rapporte, comme les précédentes, aux 
thermes d'Alianae, construits parce roi. Elle présente d'ailleurs 
bien des analogies avec les pièces de Félix : comparaison avec 
Baïes (1. 1), description des colonnes de marbre blanc (1. 2), des 
hypocausles et des étuves (1. 6 et suiv.), etc. Mais la description 
est ici plus précise, et plusieurs vers sont d'un tour pittoresque. 
La pièce paraît se diviser en strophes : trois strophes de trois 
vers, et deux strophes de quatre vers. 

1, 3. — Le mot conchas peut désigner ici soit de grandes 
coquilles d'où s'épanchait l'eau, soit les bassins qui la recevaient, 
soit des absides qui décoraient les salles des thermes. 

1.5. — Le poète veut dire sans doute que le placage de 
marbre, grâce à l'habileté de l'architecte, donnait l'impression 
du marbre massif. 

1. 6 et suiv. — Description des hypocaustes, des étuves, du 
caldarmm, du tepidarium, du frigidarium. 

1. 8. — Lautor = lavator (ici, le baigneur). 

1. 14. — L'eau transparente se ride en débordant des bassins. 

1. 15-17. — L'inscription était sans doute placée près d'une 
statue de Thrasamond : d'où cette apostrophe. 

— 164. Carthage. — Gauckler, Bull, du Comité, 1894, p. 233, 
n. 10 = Bùcheler, Carmina epigi^aphica, n. 1754. 



imarmorebaîa; ~^^^!f^ 

CEREQYAERIMflYV -«^«->- 
CERTATAMORE -^^i^ 
O(0«nCNrîfl0TA; -^^**^ 
ORECAUXORIÇO ~^sg^ 



[Eue novas vario structas iib]i marmore Baias. 



268 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

[Si corpus calidis tin] gère guaeris aquis, 
[Utilis hic flamma est, socio de]certat Amore 

[Phaebus cura Nymphis, ne]c nocet ignis aquas. 
5 [Huic operi decus orane nov\o : regalis origo, 
[Régi summus honos, utilitas] populo. 

Linteau de porte antique, en marbre blanc, brisé à gauche, 
qui a été trouvé à Tunis dans la démolition d'une maison arabe, 
et qui provient presque sûrement de Garthage. Dimensions du 
fragment : 0'°,32 de hauteur; O^jSa de largeur; O'^jlS d'épais- 
seur. 

Dans un cartouche à queues d'aronde encadré de moulures et 
orné, à droite, de dessins divers, était enfermée la dédicace 
métrique, composée de trois distiques. Nous n'avons conservé 
que les derniers mots de chaque vers. L'inscription est gravée 
avec soin, en caractères profonds, hauts de O'^iOS, de basse 
époque, d'une forme arrondie, presque cursive. Chaque ligne 
est terminée par une palme. — La restitution que nous propo- 
sons est tout hypothétique; elle est de Biicheler pour les deux 
premiers vers. 

L'inscription se rapporte sûrement à des thermes d'époque chré- 
tienne, et probablement aux thermes de Thrasamond. Le regalis 
origo (l. 5) vise certainement un roi vandale, constructeur de 
ces bains. La comparaison avec Baïes (1. 1), l'antithèse de 
l'eau et du feu (1. 4), l'allusion à la décoration en marbre (1. 1) 
et à l'utilité publique du monument (1. 6), tous les détails de l'in- 
scription se retrouvent dans les pièces composées par Félix pour 
les thermes de Thrasamond. Selon toute vraisemblance, ce docu- 
ment épigraphique se rattache étroitement à la série précédente; 
et la découverte de ce fragment est une raison de plus pour con- 
sidérer les pièces de Félix comme de véritables inscriptions 
monumentales. 

— 165. Carthage. — Riese, Anthol. lat.,n. 203. 

A. — [Luxorii] in Anclas, in salutatorium domini régis : 
Hildirici régis fulget mirabile faclum 



ENQUÊTE SUR l'ÉPIGRAPHIE CHRÉTIENNE d'aFRIQUE 269 

Arte, opère, ingenio, divitiis, pretio. 
Hinc radios sol ipse capit, quos hue dure possit : 
Altéra marmoribus creditur esse dies. 

Dédicace de la salle de réception, dans le palais d'Hildéric à 
Anclas. C'est à tort que Riese a proposé et adopté la correc- 
tion In Anias. On doit s'en tenir à la leçon du Codex Salmasia- 
nus et des autres manuscrits, qui donnent In Anclas. On doit 
identifier Anclas avec VAclas de Procope, un faubourg de Gar- 
thage qui s'étendait vers le lac de Tunis*. Hildéric (523-S30) y 
avait fait construire un palais, oii était placée également l'ins- 
cription suivante. 

Il n'est pas sur que Luxorius soit l'auteur de la dédicace du 
saliUatorium : son nom est omis en tête de ce morceau dans le 
manuscrit principal, le Codex Salmasianus', en outre, cette pièce 
y est isolée de ses œuvres authentiques; enfin, elle n'est guère 
digne de son talent. 

1. 3. 4. — Lieu-commun qui paraît emprunté aux inscriptions 
composées par Félix pour les thermes de Thrasamond (n. 159, 
vers 2 ; n. 161, vers 12) : la décoration de la salle est si brillante, 
qu'elle augmente l'éclat des rayons du soleil, et que le marbre y 
donne plus de rayonnement à la lumière du jour. 

B. — 

Hic sine nube solum, nix juncta et sparsa putatur; 
Dum steterint, credas mergere posse pedes. 

Ces deux vers obscurs sont ordinairement joints à la dédicace 
du salutatorium. Mais ils doivent sans doute en être séparés : 
ils manquent dans le Codex Salmasianus et n'apparaissent que 
dans les manuscrits plus récents. C'est probablement une autre 
inscription, ou une paraphrase du dernier vers de la dédicace. 
En voici peut-être le sens : dans cette salle plus brillante que le 
jour, le sol est sans nuage, il est étincelant comme la neige, il 

1. Procope, Bell. Vandal., II, 7 : èruy/ave oï BeXc^âpto; ôtaTpcêi^v Ttva èv tw 
t^î TtôXïwç (Carlhage) TtpoadTeio) itotoij[x.£vo;, Snep "AxXa? xaXoOfftv. 



270 REVUR ARCHÉOLOGIQUE 

est si poli et si transparent qu'on a peine à s'y tenir debout et 
que l'on craint de s'y enfoncer comme dans une eau limpide. Il 
était malaisé d'enfermer plus de sottises en moins de mots. 

— 166. Carthage. — Riese, AnthoL lat., n° 215. 

In Anclas : 

Vandalirice potens, gemini diadematis hères, 
Ornasli proprium per fada ingentia nomen. 
Belligeras àcies domuit Tkeodosius ultor, 
Captivas facili reddens certamine gentes. 
5 Adverses placidis subjecit Honorius armis, 

Cujus prosperilas melior fortissima fecit. 
Ampla V alentiniani virlus cognita mundo 
Hoslibus addictis oslenditur arce nepotis. 

Inscription qui provient, comme la précédente, du palais 
d'Hildéric à Anclas. Ici encore, l'on doit rejeter la correction de 
Riese In antas, et garder la leçon des manuscrits In Anclas. 
L'inscription était placée sans doute sous un portrait ou une 
statue du roi. 

1. 1. — Vandalirice == Vandalorum rex. Il s'agit sûrement 
d'Hildéric, comme le prouvent les indications généalogiques qui 
suivent. 

Gemini diadematis hères. — Hildéric était fils d'Hunéric et 
d'Eudoxie, fille de Valentinien III. Pour un poète courtisan, il 
était donc l'héritier de deux familles royales, de « deux dia- 
dèmes » ; d'oil l'éloge de ses ancêtres, Théodose, Honorius, 
Valentinien III. 

1. 3. — Théodose I", dit le Grand. 

1. 5. — On pourrait songer d'abord à l'empereur Honorius, fils 
de Théodose. Mais nous admettons difficilement que le poète, 
voulant louer « l'héritier de deux diadèmes », ait cité trois 
empereurs et oublié tous les rois vandales. Selon toute vraisem- 
blance, le prince ici mentionné est Hunéric^ qui était le père 
d'Hildéric, et qui est appelé Honorius sur les monnaies. 



ENQUÊTE SUK l'ÉPIGKAPHIE CHRÉTIEiNNK d'aFRIQUE 271 

1. 7. — Valenlinien III, dont Hildéric était le petit-fils (cf. 
1.8: nepotis). 

1. 8. — Arce. Le mot est obscur. Faut-il entendre : le « palais 
fortifié » d'IIildéric? Nous croirions plutôt que le texte est 
altéré, et qu'on doit restituer : ar[t\e. 

— 167. Carthage. — Riese, Anthol. lat., n. 347. 

De sigillo Cupidinis aquas fundenlis : 
Igné salutifero Veneris puer omnia (larnmans 
Pro facibus proféras arte ministrat aquas. 

Inscription composée par Luxorius pour une fontaine qu'ornait 
une statue de Cupidon. 

— 168. Carlhag-e, — Riese, Anlhol. lat.^ n. 348. 

De Neptmio in marmore calidas aquas fundente : 
Quant melior, Neptune, luo sors ista tridente est : 
Post pelagus dulces hic tibi dantur aquae. 

Inscription de Luxorius pour une fontaine que décorait un 
Neptune. 

— 169. Carthage. — Riese, Anthol. lat., n. 371. 

De rusticain disco fada, quae spinam tollil de planta Salyri. 

Cauta nimis spinam Salxjri pede rustica tollity 

Luminibus certis vulneris alla notons. 
Illam panduri solatur voce Cupido, 
Inridens, parili teste car ère virum. 
5 Nil fahum credas artem lusisse figuris : 

Viva minus speciem reddere membra soient. 

Inscription de Luxorius pour un disque où était représentée 
une paysanne retirant une épine du pied d'un Satyre. 

1.3. — Panduri. Le pandurium [pandorium, pandura, grec 
xavSoup'.sv, ■::avSolipa), était un instrument de musique à trois 
cordes, dont on attribuait l'invention à Pan. 

1. 4. — Vers obscur, où le texte est d'ailleurs altéré. Il semble 



272 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

que le poète ait voulu y marquer l'amusant contraste entre la 
fig:ure de la paysanne et celle du Satyre. 

— 170. Carthag-e. — Riese, Anthol. lat., n. 325. 

De Romulo picto, uhi in mûris fratrem occidil : 

Disce pium facinus : ipercusso, Romule, fratre 
Sic tibi Roma datur. Bujus jam nomine culpet 
Nemo te caedis, murorum si decet omen. 

Inscription de Luxorius pour une fresque qui représentait le 
meurtre de Remus par Romulus. 

— 171. Cartilage. — Riese, Anthol. laL, n. 369. 

De horto domni Oageis, ubi omnes herbae médicinales plantatae sunt : 
Conslructas inler moles parietibus altis 

Bortus amoenus inest, aptior et domino. 
Hic variae frondes vilali semine crescunt, 
In quibus est Genio praemedicante salus. 
5 ISil Pliœbi Asclepigue tenet doctrina parandum : 

Omnibus hinc morbis cura seguenda placet. 
Jam puto, quod caeli locus est ubi numina régnant, 
Cum datur kis herbis vincere mortis onus. 

Inscription composée par Luxorius pour un jardin botanique 
qui appartenait à Oagès. Elle était placée sans doute à l'entrée 
du jardin, peut-être au-dessus de la porte. Luxorius a rédig-é 
aussi l'épitaphe d'une fille d'Oagès; d'après les renseigne- 
ments que nous fournit celte autre pièce, Oagès était un 
grand personnage à la Cour des rois vandales; il appartenait ou 
était allié à la famille royale, et commandait les armées (voyez 
plus loin, n. 176, vers 3 et 15). 

1. 4 et suiv. — Le jardin botanique d'Oagès avait pour objet 
principal la culture des plantes médicinales. 

1. 5. — Vers obscur : il signifie peut-être que l'art de Phœbus 
et d'Esculape, c'est-à-dire la médecine, trouve tout en abondance 
dans le jardin d'Oagès. 



ENQUÊTE SUR l'ÉPIGRAPHIE CHRÉTIENNE d'aFRIQUE 273 

1. 7. — Le poèlelveut dire sans doute que le Jardin d'Oagès est 
un Paradis : les plantes médicinales y triomphent de la mort. 

— 172. Carthage (?). — Riese, Anthol. lat.^ n. 346. 

De amp/iitfieatro in villa vicina mari'fabricato : 

AmpIdtheatraLes mirantur rura trium'plios. 
Et nemus indigenas cernit adesse feras. 

Spécial arando novos agrestis turba labores, 
Naulaque de pelago gaudia mixla videl. 
5 Fecundus nil perdil ager, plus germina crescunt, 

Dum metuunt omnes hic sua fata ferae. 

Inscription placée peut-être à l'entrée d'un amphithéâtre. Celte 
pièce a été souvent attribuée à Pétrone, mais sans raison 
sérieuse; elle figure dans le Codex Sabnasianus au milieu des 
œuvres de Luxorius, et nous n'avons aucun motif d'en suspecter 
l'aulhenticité. On ne sait où était l'amphithéâtre en question ; le 
poète nous apprend seulement qu'il était situé en pleine cam- 
pagne (1. 1-3; o) et au bord de la mer (l. 4). Ce ne peut être 
l'amphithéâtre dont on vient de déblayer les ruines à l'Ouest de 
Garlhage, près de La Malga ; car celui-ci est assez loin de la mer, 
et d'ailleurs il était bien antérieur à la domination des Vandales, 

— 173. Carlhag-e (?). — Riese, Anthol. lat.., n. 349. 

De puteo cavato in monte arido . 

Hune quis non credat ipsis dare Syriibus amnes, 
Qui dédit ignotas viscère montis aquas ? 

Distique de Luxorius, qui a peut-être été g-ravé sur la niar- 
g-elle d'un puits. On ne saurait dire où : sans doute sur quelque 
colline de la presqu'île de Carthage. 

— 174. Carthage. — C. 1. L., YIII, 13473 zz: Delattre, Mélanges 
de l'École de Rome, XII, 1892, p. 271 =r Bùcheler, Carmina epi- 
graphica, n. 1G30, 

iv^ SÉRIE, T. vu. 18 



274 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

Attalus ha[ec f]eci [rébus splp]ndore paratis, 
Quas fudi ga[udens ignï\s vi tecta dicare 

Vulcano qui. . . . us haec linqu[ere ] 

m canente s[enecta] 

5 Natis eu s olim 

Mortal vi cogar 

Dédicace métrique, gravée sur une plaque de marbre blanc, 
épaisse de 0™,025, dont on a retrouvé treize fragments dans les 
ruines de Damous-el-Karita, et qui a été reconstituée par le P. 
Delattre. Lettres de 0™,0o5. La dédicace se composait de six hexa- 
mètres suivant les éditeurs du Corpus \ de cinq hexamètres seu- 
lement suivant Bûcheler, qui a réuni les débris des vers 4 et 5. 
L'inscription se rapportait peut-être à des thermes, si Ton en 
juge par l'intervention de Vulcain au troisième vers. Les resti- 
tutions sont, pour la plupart, très incertaines. Au musée Lavi- 
gerie. 

1. 1. — Cet Attalus est inconnu. 

1. 2. — ga\iidens igni]s vi, restitution très hypothétique, pro- 
posée sous réserves par Biicheler. 

1. 3. — Le début de ce vers ne figure pas au Corpus. Il est 
connu par un treizième fragment que le P. Delattre a décou- 
vert, identifié et publié en 1892. 

L 4-5. — Il nous paraît difficile de fondre en un seul vers les 
débris de ces deux hexamètres. 

1. 6. — Cogar, lecture proposée par Biicheler, et assez vrai- 
semblable. De la dernière lettre du mot, il ne reste que la partie 
supérieure : on y peut voir un R. 

— 175. Carthage. — C. 1. L., VIII, 13535 = Delattre, Musée 
Lamgeriey III, p. 24-25; pi. VI, 2 — Biicheler, Carmina epigra- 
phicciy n. 1417. 

>ï< Rure o[pulens caru]sg(ue) suis Callistrat[us ipse] 
\ln\terpres \voluit\ nominis [es]se sui. 
Qu[i li]cet et [cen]su dives mansis[s]et et a[uro], 
Invid[iae n]umqua[m fer]vida vêla t[ulit]. 



ENQUÊTE SUR l'ÉPIGRAPHIE CHRÉTIENNE d'aFRIQUE 27o 



O 



F ortunatus o[li\m^ u[t non] sibi, vixit am.i[cis\, 
[Au\xit congest[o p]redia rure no[vo\. 
[ï\n pace'v[ix\it ann{o)s...; [délpositus 111 K{a)l{en)d{a)s apri[les]. 




Épitaphe métrique de Callistratus, reconstituée en grande 
partie par le P. Delattre à l'aide de vingt-cinq fragments qui ont 
été trouvés à diirérentes époques dans les fouilles de Damous-el- 
Karita. Pierre grise, large de 1",90, haute de O'^.GO; au Musée 
Lavigerie. Lettres de 0",07, dans la partie versifiée; de 0™,035, 
à la dernière ligne. L'inscription, que nous croyons byzantine à 
cause de la forme des caractères, est précédée d'une croix 
grecque; elle se compose de trois distiques, en six lignes, et 
d'une formule d'épitaphe. Essais de restitution par De Rossi, 
les éditeurs du Corpus et Bûcheler. 

1. 1. — Callistratus est inconnu. Biicheler propose en note la 
lecture [forti\sq[ue) suis Callistrat[us ausis], qui est peu vraisem- 
blable. 

1. 2. — Restitution presque certaine. Nomen a souvent le 
sens à'épitaphe. Le vers signifie donc que Callistratus a voulu 
composer lui-même son épitaphe. Le dernier caractère est un 
signe de ponctuation. 

1. 4. — De Rossi et Bûcheler proposent la lecture [li]vida. 

1. 5. — Vers difficile à restituer et à ponctuer. Nous croyons 
plus naturel de rattacher amicis au vixit qui précède ; après sibi, 
on doit sous-entendre vixit. Nous comprenons donc : Callistra- 
tus a vécu, non pour lui, mais pour ses amis. Bûcheler propose 
v[il.is] sibi, leçon peii naturelle. 

1. 6, — Bûcheler restitue [Stru]xity et donne h praedia le sens 
d'édi/ices. Nous jugeons plus satisfaisante la lecture [Aîi]xit; 



276 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

mais nous remplaçons ?io[và] par no[vo]. Ce vers nous paraît 
signifier que Gallistratus a augmenté le domaine de l'Église en 
lui cédant un nouveau terrain. Il est probable que le donateur 
était enseveli dans l'église Damous-el-Karita, où l'on a trouvé 
les débris de son épitaphe. 

1. 7. — Formules familières à l'épigraphie de Garlhage. 
Après «?m, on reconnaît distinctement un S, qui a échappé aux 
précédents éditeurs; on doit donc lire ann{o)s ou an?i{i)s. — Cette 
dernière ligne est gravée en caractères beaucoup plus petits et 
très négligés; elle a probablement été ajoutée après la mort de 
Callistratus, qui avait fait lui-même exécuter son épitaphe 
métrique. 

— 176. Carthage. — Riese, Anthol. lat.^ n. 345. 

Epitaphion de filia Oageis infantula : 

Heu dolor et magnis semper mors invida faits, 
Qaae leneros artus inimico sidère mergit! 
JJamira hic tumulo regalis clauditur infans, 
Cui vita innocua est quarto dirupta sub anno. 
5 Quam facile o/fuscant jucundum tristia lumen! 

Nemo rosavi albentern, fuerit nisi quae bona, carpit. 
Haec parvani aetatem cuncta cum laude ferebat. 
Grata nimis specie, verecundo garrula vultu, 
Naturae ingenio modicos superaverat annos. 
10 Dulce loquebatur, quidquid praesumpserat ore, 
Linguaque diversum fundebat mellea murniur, 
Tamquam avium vernare solet per tempora cantus. 

Hujus puram animam stellanlis regia caeli 
Possidet et justis inter videt esse catervis. 
15 At pater Oageis, Libyam dum protegit armis, 
Audivit subito defunctam funere natam. 
Nuntius hic gravior cunctis fuit hostibus illi, 
Ipsaque sub tali flevit Victoria casu. 

Épitaphe de Damira, fille d'Oagès, morte à quatre ans(l. 3-4). 
La pièce est de Luxorius. Oagès, évidemment un prolecteur du 



ENgUÊTE SUR l'ÉPIGRAPHIE CHRÉTIENNE d'aFRIOUE 277 

poète, est ce riche Vandale dont Luxorius a célébré le jardin 
botanique (n. ili). L'épilaphe, qui paraît se diviser en trois 
strophes de six vers, est d'une remarquable sincérité, pleine 
de traits précis et délicats; on ne peut douter qu'elle ait été 
réellement gravée ou reproduite en mosaïque sur la tombe de 
Damira. Cf. 1. 3 : Damira hic tumulo... clauditur. 

l. 3. — Regalis. La famille d'Oagès était apparentée ou alliée 
aux rois vandales. 

1. 6. — Le sens paraît être : on ne cueille un bouton de rose, 
que s'il est beau. 

1.8. — Nimis = midtum. 

1. 12. — Tamquam = siciit. 

1. 13. — Stellantis regia caeli, réminiscence de la poésie 
païenne dans l'expression d'un sentiment tout chrétien. 

1. 14. — Intervidet esse :=.videt intéresse. Damira, en sa qua- 
lité à'iîmoccîis, va droit au séjour des Justes. 

1. IS et suiv. — Oagès commandait alors une armée vandale, 
sans doute en Tripolitaino. 

— 177, Carthage. — Riese, Anthol. lal.^ n. 354. 

Epiluphion Oli/mpii : 

Venator jitcunde nimis atque arte ferarum 
Saepe placens, agilis, gratus, forlisslmus, audax, 
Qui puer adjuvenes dum non adjunxeris annos, 
Omnia maturo conplebas facta laùore. 
5 Qui licet ex propria populis bene laude placeras^ 
Praeslabas aiiis ut tecum vincere passent. 
Tantaque mirandae. fuerant iibi praemia formae ^ 
Ut te post fatum timeant laudentque sodales. 
heu nunc tam subito mortis livore peremtum 
10 /ste capit tumulus, quem non Karthaginis arces 
Ampkitheatrali potuerunt ferre triumpho! 
Sed nihil ad Mânes hoc funere perdis acerbo : 
Vivet fama tui post te longaeva decoris, 
Atque ticum nonien semper Karthago loquetur. 



278 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

Épitaphe du bestiaire Olympius par Luxorius. Olympiiis était 
venator ou bestiaire à l'amphithéâtre de Garthag-e, où il conquit 
une g-rande renommée (1. H et 14). De son vivant, il avait été 
célébré déjà par Luxorius ^ H était nègre, et le poète nous dit 
que la couleur de sa peau avait contribué à son succès'. L'épi- 
taphe composée par Luxorius ne paraît pas être une œuvre 
purement littéraire; tout fait supposer qu'elle a été reproduite 
sur le tombeau d'Olympius. Cf. ligne 10 : Iste capit tumulus. 

1. 1-2, — Luxorius aime ces accumulations d'épithètes, qu'on 
retrouve dans beaucoup de ses pièces. 

1.3. — Le texte est sans doute altéré. Peut-être faut-il restituer 
adjimgeris ou advixeris : Olympius est mort tout jeune. 

1. 5-6. — Le poète veut dire probablement qu'Olympius était 
également acclamé du public, quand il combattait seul les bêtes, 
et quand il les combattait avec d'autres gladiateurs. 

l. 7-8. — Voici peut-être le sens de ces vers : Olympius avait 
d'autant plus de succès qu'il était nègre [mirandae formaë) ; 
depuis sa mort, les autres gladiateurs, qui n'ont pas l'avantage 
d'être noirs, redoutent les souvenirs laissés par le nègre Olym- 
pius, et cependant ne peuvent s'empêcher de le louer. 

1. 11. — Vers obscur : il signifie sans doute que, depuis ses 
triomphes à l'amphithéâtre de Carthage, la réputation d'Olym- 
pius s'était répandue au loin. La leçon fen^e est suspecte. 

— 178. Carthage (?). — De Rossi,7;ism;?^. christ. ^i. II, p. 461. 

Versus Citheri rhetoris : 

Quisque gravas tacrimis Hilarini flebile marmor, 
Fleto aviam potius duram vivacibus annis. 
Ille D[e)o meruit, tenero praelectus in aevo, 
Vivere tiro brevis, sed jam sub milite [Christi). 

Épitaphe d'Hilarinus par le rhéteur Githerius. Le défunt et 
le poète sont également inconnus. Mais, dans un manuscrit, 

1. Riese, Anthol. lat., n. 353. 

2. Jbid., vers 6 et 13-14. 



ENQUÊTE SDR l'ÉPIGRAPHIE CHRÉTIENNE d'aFRIoUE 279 

celle épitaphe est jointe à celle du diacre Nabor par Aug-iislin 
(voyez plus loin, n. 191) ; de Rossi suppose avec vraisemblance 
que les deux pièces proviennent d'une Anthologie africaine. 
Hilarinus était un jeune clerc (1. 3-i); l'épitaphe qui le concerne 
a été certainement composée pour être gravée sur sa tombe. 
1. 1. — Qiàsque ^quisquis . 

1. 2. — Aviam..i duram vivacibiis annis. La grand'mère 
d'Hilarinus regrette de lui survivre. 

1. 3. — D[e)o menât.., Hilarinus était un tout jeune clerc. 
1. 4, — Tiro hrevh. Le jeune clerc a été u conscrit» au service 
de Dieu, mais peu de temps. 

A la fin, de Rossi propose de corriger en : jam miles sub duce 
Christo. On peut supposer, tout simplement, que szib milite est 
une tournure maladroite pour sub-miles, a un peu soldat » ou 
« à la veille d'être soldat du Christ ». 11 est possible, d'ailleurs, 
que l'inscription soit incomplète. — Le nom du Christ est écrit 
en lettres grecques : XpT ::i: Chr[ist)i. 

— 179. Carthage. — C. /. L., VIII, 14031 = Biicheler, Car- 
minaepigraphica, n. 1761. 

>if- Bi[s\ pieta[t ho]nesti 

Justitiam s. 

Commu[nis vene7'a]nda 

Non m. . . . mq[ue) tui. 
Octa[v 

Débris d'une inscription métrique, trouvée dans les ruines de 
Damous-el-Karita; au musée Lavigerie. Plaque de marbre, 
dont on possède sept fragments. Lettres de 0",05. L'inscription 
est précédée d'une croix byzantine pattée. Elle se composait de 
trois distiques ; il ne reste rien du dernier vers. 

[A suivre.) Paul Monceaux. 



BRONZE AND IRON IN HOMER 



Taking ihe lliad and Odyssey just as they hâve reached us, 
they give, wilh ihe exception of one line, an entirely harmonious 
account of the contemporary uses of bronze and iron. Bronze is 
employed in the making of weapons and armour (with cups, 
ornaments, etc.); iron is ernployed (with very few exceptions 
indeed), in the making of tools and implements, such as knives, 
iaxes, adzes, axles of a chariot (that of Hera, mortals use an axle 
tree of oak), and the varions implements of agricultural and 
pastoral life. Meanwhile iron is a substance perfectly familiar to 
the poets; it is far indeed from being a priceless rarity; and it 
yields epithets indicating strength, permanence and stubborn 
endurance. Thèse epithets are more fréquent in the Odyssey and 
the « later » books of the lliad, than in the « earlier » books of 
the lliad, but, as articles made of iron, the Odyssey happens to 
mention only one sel of axes, which is spoken of ten times ; axes 
and adzes as a class; and « iron bonds », where « iron » probably 
means « strong », « not to be broken » *. 

1. In thèse circumstances it is curious thaï Mr Monro should bave written 
thus : « In Homer, as is well known, iron is rarely menlioned in comparison 
with bronze, but the proportion is greater in the Odyssey (25 iron, 80 bronzej 
than in the lliad (23 iron, 279 bronze) » (Monro, Odyssey, vol. II, 339). Thèse 
statistics, obviously, do not prove that, at the date of the composition of the 
Odyssey, the use of iron was becoming more common, or that the use of bronze 
was becoming more rare, than wlien the lliad was put together. Bronze is, in 
the poems, the military métal; the lliad is a military poem, while the Odyssey 
is an epic of peace; consequently the lliad is much more copious in références 
to bronze than the Odyssey has any occasion to be. Wives are far more fre- 
quently mentioned in the Odyssey than in the lliad, but nobody will argue that 
therefore marriage had recently come more into vogue. Again the method of 
counting up références to iron in the Odyssey is quite misleading, when we 
rememberthat ten out of the twenty five références are only one référence, to 
one and the same set of iron tools, axes, Mr Monro also proposed to leave six 



BUONZK AiND IRON IN llOMEIl 281 

The stalemcnt of facts given hère is miich akin to Helbig's 
accoimt of the uses of bronze and iron in llomer '. Ilolbig-wriles : 
« It is notable thatin the epicthere is miicli more fréquent men- 
tion of iron implemenU than of iron weapons of war ». He then 
gives examples which we produce later, and especially remarks 
on what Achilles says when he offers a mass of iron as a prize 
in the funeral games of Patroclus. The iron, says Achilles, will 
serve for the purposes of the ploughman and shepherd, « a sur- 
prizing speech from the son of Peleus, from whom we rather 
expect an allusion to the military uses of the métal ». Of course, 
if iron weapons were not in vog-ue, while iron was the métal for 
tools and implements, the words of Achilles are appropriate and 
intelligible. 

The facts being- as we and Ilelbig- agrée in stating them, we 
suppose ihat the Homeric poets sing of the usages of their own 
time. It is an âge when iron, though quite familiar, is not yet 
employed for armour, or for swords, or spears, which must be 
of excellent temper, wilhout great weight in proportion to their 
length and size. Ironis only employed in Homer' for someknives, 
which are never said to be used in battle, not even for dealing 
the final stab, like the mediaeval poniard, i\\ç^ miséricorde \ for 
axes, which hâve a short cutting edge, and may be thick and 
weighty behind the edge ; and for the rough implements of the 
shepherd and ploughman, such astips of ploughshares, of goads, 
and so for th. 

As far as archaeological excavations and discoveries enligh- 
ten us, thèse relative uses of bronze and iron did not exist in 
the âges of Mycenaean culture which are represented in the tho- 
los of Vaphio and the graves, earlier and later, of Mycenae. 

références to iron in the Iliad out of Ihe reckoning, « as ail of them are in Unes 
wliicli can be omitted withont détriment to the sensé. « Most of the six are a 
récurrent epic formula descriptive of a wealthy man, who possesses iron as 
well as bronze, gold, and women. The existence of the formula proves fami- 
îiarity with iron, and to excise it merely because it contradicts a theory is 
purely arbitrary. 
1. Helbig, Bas Homerische Epos, in tlie newer édition of 1887, pp. 330. 331. 



282 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

Even in the later Mycenaean graves iron is found only in the 
form of linger rings (iron rings were common in late Greece). 
A couple of lumps of iron, one of tliem apparently Ihe head of a 
club, were found in Schliemann's « Burned City » at Hissarlik» 
for the rest, swords, spear heads, knives, and axes, are ail of 
bronze in the âge called « Mycenaean ». But we do net know 
whether iron implements may not yet be found in the sepulchres 
of Thetes^ and olher poor and landless men. The latest discove- 
ries in Minoan graves in Crète exhibit tools of bronze. 

Iron, we repeat, is in the poems a perfectly familiar métal. 
Ownership of « bronze, gold, and iron which requires mucli 
labour », (in the smithying or smelting), appears regularly in 
the récurrent epic formula for describinga man of wealth*. Iron, 
bronze, slaves and hides are bartered for sea-borne wine at the 
siège of Troy^ Athene, disguised as Mentes, is carrying a cargo 
of iron to Temesa (Tamasus in Gyprus?) to barter for copper. 
The poets are certainly not describing an âge in which only a 
man of wealth might indulge in the rare and extravagant luxury 
of an iron ring : iron was a common commodity, like cattle, 
hides, slaves, bronze, and other such malters. Common as it was, 
Homer never once mentions its use for défensive armour, or for 
swords and spears. 

Only in two cases does Homer describe any weapon as of 
iron. There is to be sure the « iron », the knife with which 
Antilochus fears Achilles will eut bis own throat*. But no knife 
is ever used as a weapon of war : knives are employed in 
cutting the ihroats of victims (see Iliad lll. 271, and XXIIl, 30; 
the knife is said to be of iron , in this last passage) ; also Patroclus 
uses the knife to eut the arrow head out of the flesh of a woun- 
ded friend*. It is the knife of Achilles that is called « the iron », 
and on « the iron » perish the cattle in Iliad XXIIÏ. 30. Mr Leaj 

1. Iliad, VI. 48; IX. 365-366; X. 379; XI. 133; Odyssey, XIV. 324; XXI. 10. 

2. Iliad, VII. 472-475. 
:i. Tliad, XVIII. 34. 

4. Iliad, XI. 844. 



BRONZE AND IRON IN IIOMER 283 

says that bv « the usual use of the métal » (iron) « is connacd to 
tools of small size* ». This is incorrect; the Odyssey speaks of 
great axes habitually made of iron-. But we do find a knifc of 
bronze, tliat of Ag-amemnon, used in sacrificing- viclims, at least 
so I infer from Iliad III. 271.292. 

The only iwo spécimens of weapons named by Homer as of 
iron are one arrow head, used by Pandarus% and one mace, 
borne, before Nestor's time, by Areiïthôus. To fight with an 
iron mace was an amiable and apparently unique eccentricity of 
Areiïthôus, and caused his death. On account of his peculiar 
practice he was named « The Maceman* ». The case is mentio- 
ned by Nestor as curious and unusual. 

Mr Leaf gets rid of this solitary iron casse-tête in a pleasant 
wav. Since he wrote his Companion to the Iliad^ 1892, he bas 
become converted to the theory, demolished by Mr Monro, 
Nutzhorn, and Grote, and denounced by Blass, that the origin of 
our Homer is a text edited by some literary retainer of Pisistra- 
tus of Athens (about 560-540 B. C). The editor arranged 
current lays, « used a blue pencil » freely, and « wrote in » as 
much as he pleased. Probably he wrote this passag'e in which 
Nestor describes the man of the iron mace, for « the taies of 
Nestor's youthful exploits, ail of which bear the mark of late 
work, are introduced with no spécial applicability to the 
context, but rather with the intention of glorifying the ances- 
tor of Pisistratus^ ». If Pisistratus was pleased with the ancestral 
portrait, nobody has a right to interfère, but we need hardly 
ling'er over this hypothesis. 

Iron axes are offered as prizes by Achilles^ and we bave the 
iron axes of Odysseus, who shot an arrow through the aperlures 



1. Leaf, Uiad. XXIII. 30, Note. 

2. Odyssey, IX. 391. 

3. Iliad, IV. 123. 

4. Iliad, VU. iM. 

5. Iliad (1900), VII. 149, Note. 

6. macZ, XXI1I.850. 



284 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

in the blades, at the close of the Odyssey. But ail thèse axes, as 
we shall show, were not weapons, but peaceful implements. 

As a matter of certain fact, the swords, and spears, of Homer's 
warriors are tnvariably said by the poet to be of bronze, not of 
iron, in cases where the métal of the weapons is specified. 

Except for an arrow head (to which we shall return), and the 
one iron mace, noted as an eccentricity, no weapon in Homer 
is ever said to be of iron. 

The richest men use swords of bronze. Not one chooses to 
indulge in a sword said to be of iron. The god Hephaestus makes 
a bronze sword for Achilles, whose own bronze sword was lent 
to Patroclus, and lost by him to Hector*. This bronze sword, 
at least, Achilles uses, after receiving the divine armour of the 
god. The sword of Paris is of bronze, as is the sword of Odys- 
seus in the Odyssey*. Bronze is the sword which he brought 
from Troy ; and bronze is the sword presented to him by Eurya- 
lus in Phaeacia; and bronze is the spear with which he fought 
under the walls of Ilios'. Tliere are other examples of bronze 
swords, while spears are invariably said to be of bronze, when 
the métal of the spear is specified. 

Hère we are on the ground of solid certainty : we see that the 
Homeric warrior bas regularly spear and sword of bronze. If 
any man used a spear or sword of iron, Homer never once men- 
tions the fact. 

Thus, as regards weapons, the Homeric heroes are in the Age 
of Bronze, like them who slept in the tombs of the Mycenaean âge. 
When Homer speaks of the use of cutting instruments of iron, he 
isalways concerned, except in the two cases given, not with wea- 
pons, but with implements, which really were of iron. The wheel- 
wright fells a tree « with the iron », ihat is, with an axe ; Anli- 
lochus fears that Achilles « will eut bis own throat with the 
iron », that is with bis knife, a thing never used in battle : the 

\. lliad, XVI. 135-6; XIX. 372. 373. 

2. lliad, [II. 334. 335. 

3. Odyssey, X. 162. 261.262. 



BRONZE AND IRON IN HOMER 285 

cattle stmggle when slain witli « Ihe iron » Ihat is, llie bulcher's 
knife; and Odysseus shoots « ihrough the iron », Ihat is, 
Ihrough the holes in the blade of thc iron axes'. Thus Uomer 
never says that this or that was donc « with the iron » in the 
case of aay but one weapon of war. Pandarus « drew the bow 
string to bis breast and the iron lo the bow" ». Whoever wrote 
that line was writing in an âge, we may think, when arrow 
heads were commoni v of iron, but in Homer % when the métal ot 
the arrow head is mentioned, except in this one case, it is always 
bronze. The arrow was of an early type, the shaft did not run 
into the socket of the arrow head : the tang of the arrow head, 
on the other hand, entered the shaft, and was whipped on with 
sinew\ Pretly primitive, this method; stillthe iron is an advance 
on the uniform bronze of Homer. The line about Pandarus and 
the iron arrow head may really be early enough. The arrow 
head is of a primitive kind, socketless, and primitive is the atti- 
tude of the archer : he (( drew the arrow to his breast ». On the 
Mycenaean silver bowl, representing a siège, the archers draw 
to the breast, in the primitive style. The Assyrians and Khéta 
drew to the ear, as the monuments prove, and so does the 
« Cypro-Mycenaean » archer of ihe ivory draught-box from 
Enkomi". In thèse circumstances, wc cannot deny that the 
poet may bave known iron arrow heads. 

We now take the case of axes. We never hear from Homer of 
the use of an iron axe in battle, and warlike use of an axe only 
occurs twice. In Iliad XV. 711, in a battle at and on the ships, 
« they were fighting with sharp axes and battle axes » (à^-Iva-.) 
« and with great swords, and spears armed at butt and tip ». At 
and on the ships men would set hand to whatever tool of cutting 

1. For this peculiar kind of Mycenaean axe with holes in the blade, see the 
design of a bronze example from Vaphio, in Tsountas and Manatt, The Myce- 
naean Age, p. 207, fig. 94. 

2. Iliad, IV. 123. 

3. Iliad, IV. 123. 
'\. Iliad, IV. 151. 

5. Evans, Journal of Ihe Anthropological Institute, Vol. XXX, p. 210. 



286 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

edge was accessible. Seiler thinks that only the Trojans used 
the battle axe, perhaps for damaging the sliips : he follows 
the scholiast. 'A^irq, however', may perhaps be rendered « battle 
axe », as a Trojaii, Peisandros, fights with an à^iV/j, and this is 
the only place in the Iliad, except XV. 711, where the thing is 
said to be used as a weapon. But it is not an iron axe, it is « of 
fine bronze ». Only one bronze batt/e axe, according to Dr Joseph 
Anderson, is known to hâve been found in Scotland. 

Axes (xeXsvweTç) were implements, tools of the carpenter, wood- 
cutter, shipwright, and so on : they were not weapons of war of 
the Achaeans. 

As implements, they are, with very rare exceptions, of iron, 
The wheelwright fells trees « with the gleaming iron », iron 
being a synonym for axe and for knife^ In Iliad XIII, 391 the 
shipwrights eut timber with axes. In Iliad XXIII. 114 wood- 
cutter's axes are employed in tree felling, but the resulls are 
said to be produced xavav^xst yxXvM, « by the long edged bronze », 
w^here the word Tavarj/.Yiç is borrowed from the usual epithet of 
swords; « the long edge » is quite inappropriale to a woodcut- 
ter's axe. On Calypso's isle (but that was an out of the world 
place), Calypso gives to Odysseus a bronze axe for bis raft- 
making. Bulcher's work is done with an axe^ The axes offered 
by Achilles as a prize for archers, and the axes through which 
Odysseus shot, are impleme?its of iron*. 

In the Odyssey, when thepoet describes the process of tempe- 
ring iron, we read, « as when a smith dips a great axe or an 
adzeinchill water, for thus men temperiron »^ He is not using 
iron to make a sword or spear, but a tool — adze or axe. The 
poet is perfectly consistent. There are also examples both of 
bronze axes and, apparently, of bronze knives. Thus though the 



1. Iliad, XITI. 611-612. 

2. Uiad, IV. 485. 

3. Iliad, XVII. 520; Odyssey, III. 442-449. 

4. Iliad, XXIII. 850; Odyssey, XXL 3. 81. 97. 

5. Odyssey, IX, 391-393. 



BRONZK AND IKON IN IIOMER 287 

woodcutter's or carpenler's axe is of bronze in the two passages 
cited above, iron is the usual material of the axe or adze. Again, 
as we saw, when Achilles gives a mass of iron as a prize in the 
games, he does not mean the armourer to fashion it into sword 
or spear, but says that it will serve the shepherd or ploug-hman 
for domestic implements' so that the men need not, on an upland 
farm, go to the city for iron implements. In commenting upon 
this Mr Leaf is scarcely at the propor point of view. He says", 
« the idea of a state of things when the ploughman and shepherd 
forge their own tools from a lump of raw iron has a suspicious 
appearance of a deliberate attempt to represent from the inner 
consciousness an archaic state of civilisation. In Homeric times 
the yxXxeùç is already specialised as a worker in metals.... » But 
Ilomer does not say that the ploughman and shepherd « forge 
their own tools ». An Homeric chief, far from a town, would 
hâve his own smithy, just as the laird of Runraurie (now Urrard) 
had his smithy at the time of the battle of Killicrankie (4689). 
Mackay's forces left their impedimenta « at the laird's smithy », 
says an eyewitness'. 

This was the regular state of things in the Highlands during 
the eighteenth century, when many chiefs, and most of the clans, 
lived far from any town. But thèse rural smiths did not make 
sword blades, which Prince Charles, as late as 1750, bouglit on 
the continent. The Andréa Ferrara-marked broadbword blades 
of the clans were of foreign manufacture. The Highland smilhs 
did such rough iron work as was needed for rural purposes. 
Perhaps the Homeric chief may bave sometimes been a crafls- 
man like the heroes of the Sagas, great sword- smiths. Odysseus 
himself, notably an excellent carpenter, may hâve been as good 
asword-smith, but every hero was not so accomplished. 

In searching with microscopes for Homeric discrepancies and 



1. lliad, XXII I. 830-835. 

2. lliad, XXIII, 835, Note. 

3. Napier's Life of Dundee, III, p. 724; cf. Man, 1906, no 22. Near Subiaco 
the farmers shoe their own oxen. 



288 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

interpolations, critics are apt to forget, if indeed they know, ihe 
ways of old rural society. 

The Homeric poems, whether composed in one âge or through- 
out five centuries, are thus entirely uniform in allotting- bronze 
as the material for ail sorts of warlike gear, down to the solitary 
battle axe mentioned ; and iron as the usual métal for heavy 
tools, knives, carpenter's axes, adzes, and agricultural imple- 
ments, with the rare exceptions which we hâve cited in the case 
of bronze knives and axes. Either this distinction, — iron for 
tools and implements; bronze for armour, swords, and spears 
— prevailed throughout the period of ihe Homeric poets, or poet ; 
or the poets invented such a stage of culture ; or poets many cen- 
turies laler deliberately kept bronze for weapons only, while 
introducing iron for implements. In thatcase theywere showing 
archaeological conscientiousness in followingthe presumed ear- 
lier poets of the bronze âge, the âge of the Mycenaean graves. 

Now early poets are never studious archaeologists. Examining 
the Nibehmgenlied, certainly based on old lays and legends 
which survive in the Edda, we find that ihe poets of the Nibelun- 
genlied introduce chivalrous and Christian manners.They donot 
archaeologise. The poets of the French Chansons de Geste 
(eleventh to thirteenth centuries) bring their own weapons, and 
even armoriai bearings, into the remote âge of Charlemagne, 
which they know from legends and cantilènes. Again, the later 
remanieurs of the earliesl Chansons de Geste modernise the détails 
of thèse poems. Mr Leaf holds, or held (1892) that late lonian 
remanieurs of ancient Achaean lays, could, and would « avoid 
inconsistencies with their type » . We know thaï the Cycilc 
poets, contemporary with the presumed later lonic Homerists, 
simply wallowed in inconsistencies'. It is notorious, and is 
proved by examples many, that the poets of an uncritical âge, 
or even of a critical âge in Greece, cannot keep up archaeologi- 
cal adhésion to an archaic type, even when they bave such 

1. Monro, Odyssnj, Vol. II. 310-384. 



BRONZE AND IRON IN HOMER 289 

types lying- before them as materials and models. But, 'per im- 
possibile, and for the sake of argument, suppose that ihe later 
interpolators and continualors of the Homeric lays, were anti- 
quarian precisians, and that, though Ihey lived inan âge of iron 
weapons, theyknew, as Hesiod knew, that the old heroes «had 
warlike gear of bronze, and ploughed with bronze, and there 
was no black iron * ». In that case, why did the later interpola- 
ting poets introduce iron as the spécial material of tools and 
iniploments, knives and axes, in an âge when they knew that 
ihere was no iron? 

Savants such as, by ihis theory, the later poets of the fuU- 
blown Age of Iron were, they must hâve known that the knives 
and axes of the old heroes were made of bronze. In old votive 
offerings in temples, and in any Mycenaean graves which might 
be opened, the learned poets of 800-600 A. G. saw with their 
eyes knives and axes of bronze". The knife of Agamemnon 
{[j.iyjx'.^x) which hangs from liis girdle, beside bis sword ', corres- 
ponds to the knives found in Grave IV at Mycenae, the handles 
of thèse dirks bave a ring for suspension *. But thèse knives, in 
Mycenaean graves, are of bronze; and of bronze are ihe axes in 
the Mycenaean deposits, and the dagger of Enkomi \ Why, 
Ihen, did the late poetic interpolators, who knew that the spears 
and swords of the old warriors were of bronze, and who des- 
cribe them as of bronze, riot know that their knives and axes 
were also of bronze? Why did they describe the old knives 
and axes as of iron, while Hesiod knew, and could bave told 
them, did tell them in fact, that they were of bronze? Glearly 
the theory that Homeric poets were archaeological precisians is 



1. Hesiod, Works and Days, 250. 251. 

2. The Mycenaean Age, by Tsountas and Manatt, pp. 86. 105. 144. 145, 
146. 186. 204. 

3. Uiad, m. 271 : XIX. 252. 

4. The Mycenaean Age, by Tsountas and Manatt, p. 204. 

5. Ibid., pp. 145,207, 208,256. Evans, Journal of Anlhropological Imtitute, 
Vol. XXX. 214. 

IV^ SÉRIE, T. VII. 19 



290 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

impossible. Theyjdescribe arms as of bronze, lools usually as of 
iron, because they see them to be such, in practice. 

The poems, in fact, depict a very extraordinary condition of 
affairs, such as no poets could invent and adhère to with uni- 
formity. We are accustomed, in archaeology, lo seeing the 
bronze sword pass by a graduai transition into the iron sword; 
but, in Homer, people with abundance of iron never, in any one 
specified case, use iron sword blades or spears. The greatest 
chiefs, men said to be rich in gold andzVow, always use swords 
and spears of bronze, in Iliad and Odyssey. 

The usual process of transition from bronze to iron swords, 
in a prehistoric European âge, is traced by M. R. Ridgeway at Hall- 
statt, « in the heart of the Austrian AIps », where a thousand 
old graves bave been explored. The swords pass from bronze to 
iron with bronze hilts, and, finally,^are wholly of iron. Weapons 
of bronze are fitted with iron edges. Axes of iron were much 
more common than axes of bronze *. The axes were fashioned 
in the old shapes of the Age of Bronze, were not of the bipennis 
Mycenaean model, the double axe, nor of the shape of the letter 
D, very thick, with two round apertures in the blade, like the 
bronze axe of Vaphio^ Probably the axes through which Odys- 
seus shot an arrow were of this kind, as Mr Monro, and, much 
earlier, Mr Butcherand I bave argued *, 

At Hallstalt there was the normal évolution from bronze 
swords and axes to iron swords and axes. Why, then, had 
Homer's men, in bis time, not made this step, seeing that they 
were familiarwith the use of iron? Why do they use bronze for 
swords and spears, iron for tools? The obvious answer is that they 
could temper bronze for military purposes much better than 
they could temper iron. Now Mr Ridgeway quotes Polybius 
(IL 30 ; II. 33) for the truly exécrable quality of the iron of the 

1. Early Age of Greece, I. p. 413-416. 

2. Monro, Odyf<sey, Vol. II. 176. 

3. Ihid., (1901), Vol. II. Book XIX, line 572, Note. Butcher and Lang, Odys- 
sey, Appendix (1H91). 



BRONZE AND IRON IN HOMER 29t 

Celtic invaders of Italy as laie as 225 B. C. Their swords were as 
bad as, orvvorse than, British bayonets : they always « doubled 
up ». « Their long iron swords were easily bent, and could only 
g^ive one downward stroke with any effect, but afler this the 
edges got so turned, and the blades so bent, that unless they 
had timc lo straighlen them with the foot against the ground, 
they could not deliver a second blow' ». If the heroes, in 
Homer's time, possessed iron as badly tempered as that of the 
Cells of 22SB. G., they had every reason to prefer, as they did, 
excellent bronze for ail their military weapons, while reserving 
iron for pacifie purposes. A woodcutter's axe mighl bave any 
amount of weight and thickness of iron bebind the edge : not 
so a sword blade or a spear point. 

In the Uiad we hear of swords breaking at the hilt, in dealing 
a stroke at shield or helmet, a thing most incident to bronze 
swords, especially of the early type with a thin bronze tang 
inserted in a hilt of wood, ivory, or amber, or with a slight shell 
of the bronze hilt riveted with three nails, on to the bronze blade. 

Lycon struck Peneleos on the socket of his helmet crest, 
« and his sword brake at the hilt ^». The sword of Menelaus 
broke into three or four pièces, when he smote the helmet ridge 
of Paris ^ Iron ofthe Celtic sort described by Polybius would 
hâve bent, not broken. There is no doubt on that head, if Poly- 
bius is not romancing : the Celtic sword of 225 B. C. doubled up 
at every stroke, like a pièce of hoop iron. But JVI. Leaf tells us 
that, « by primitive modes of smelting, » iron is made <« hard 
and britllc, like cast iron ». If so it would be even less trust- 
worthy for a sword than bronze *. Perhaps the Celts of 225 B. C. 
dit not smelt iron by primitive methods, but discovered some 
process for making it not hard and brittle, but flabby. 

The swords of the Mycenaean graves, we know, were al) of 

1. Early Age of Greece, Vol. I, p. 408. 

2. lliad, XVl. 339. 

3. Uiad, m. 367. 

4. Uiad (1900), Book VI, line 48, Note. 



292 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

bronze, and, in three intaglios on rings from ihe graves, the 
point, not the edge, is used, once against a lion, once over the 
rim of ashield which covers the whole body of an enemy; and 
once at loo close quarlers to permit the use oE the edge. It does 
not foUow, from thèse three cases (as critics argue), that no 
bronze sword could be used for a swashing blow, and there are 
justhalfas many thrusts as strokes with the bronze sword in 
the Iliad*. As the poet conslantly dwells on the « long edge » of 
the bronze swords, and makes heroes use both point and edge, 
how can we argue that Homeric swords were of iron, and ill 
fitted to give point? The Highlanders at Clifton (1746) were 
obhged, conlrary to their common practice, to use the point 
against Cumberland's dragoons. They, like the Achaeans, had 
heavy eut and thrust swords, but theirs were of steel. 

If the Achaeans had thoroughly excellent bronze, and had iron 
as bad as that of the Cells a thousand years laler, iheir préférence 
of bronze over iron for weapous, is explained. In Homer the 
fighters do not very often corne to sword strokes ; they fight mainly 
with the spear, except in pursuit, now and then. But when they 
do strike, they cleave heads and eut ofF arms. They could not do 
ihis with bronze rapiers, such as those with which men give 
point over the rim of the shield on two Mycenaean gems. But 
Mr Myres writes : « From the shaft graves (of Mycenae) onwards 
there are two types of swords in the Mycenaean world; one an 
exaggerated dagger riveted into the front end of the hilt; the 
other with a flat flanged tang, running the whole length of the 
hiltand covered on either face by ornamental grip plates riveted 
on. This sword, though still of bronze, can deal a very effective 
eut, and as the Mycenaeans had no armour for body or head » (?) 
a the danger of breaking or bending the sword on a cuirass or 
helmet did not arise^ ». The danger did exist in Homer's time, as 
we bave seen. But a bronze sword published by Tsountas and 

1. Early Age of Greece, Vol. I, p. 303. (Twenty-four cuis to eleven lunges.) 

2. Classical Review, vol. XVI, p. 72. 



BRONZE AND IRON IN HOMER 



293 



Manatt [Mijcenaean Age, p. 199, fig. 88) is emphatically meant 
lo give both point and edge, having a solid handle, a continua- 
tion of thc blade, and a very broad blade, coming to a very fine 
point. Even in Grave V at Mycenae, we hâve a sword blade so 
massive at the top that it was certainly capable of a swashing 
blow*. The sword of the charioteer on the stèle of Grave V. is 
equally good for eut and thrust. The earliest Greek iron svvords 
known to me were found by Miss Boyd, of the American School 
of Athens, at Kavusi in Crète, with a vase of the Dipylonjperiod, 
whereof the barbarie art is posterior to Homère 

Homer, in any case, saysthat bis heroes used bronze swords, 
well adapted to strike. If bis âge had really good bronze, and 
iron as bad as that of the Celts of Polybius, a thousand years 
later, their préférence of bronze over iron for weapons needs no 
explanation. If their iron was not so bad as that of the Celts, 
their military conservalism might retain bronze for weapons, 
Nvhile in civil life they often used iron for implements. 

The uniform évidence of the Homeric poems can only be 
explained on the supposition that men had plenty of iron, but 
while they used it for implements, did not yet, with a natural 
conservatism, trust life and victory to iron spears and swords. 
Unluckily we cannot test the temper of the earliest known iron 
swords found in Greece, for rust hath consumed them, and 1 
know not that the temper of the Mycenaean bronze swords has 
been tested against helmets of bronze. I can thus give no évi- 
dence from experiment. 

There is just one line in Homer which disregards the distinc- 
tion — iron for implements, bronze for weapons. It is in Odys- 
sey, XVI, 294 ; XIX, 13. Telemachus is told to remove the war- 
likeharness of Odysseus from the hall, lest the wooers use it in 
the coming fray. He is to explain the removal by saying that it 
bas been done : « Lest you fall to strife in your cups, and harm 

1. Schuchardt, Schliemann's Excavations, p. 265 : fig. 269, 

2, Ridgeway, Early Age of Greece, I, p. 622. 



294 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

each olher, and shame the feast_, and ihîs wooing ; for iron of 

himself draweth a man to him. » The proverb italicised is mani- 

festly of an ag-e when iron was almost universally used for 

weapons, and thus was, as in Thucydides, synonymous with ail 

warlike g-ear; but, throughout the poems, no single article of 

warlike gear is of iron, except one eccentric mace and one arrow 

head of primitive type. The line in the Odyssey must therefore 

be a very late addition : it may be removed without injuring the 

sensé of the passage in which it occurs ^ 

We are thus led to the conclusion that either there was in 

early Greece an âge when weapons were ail of bronze, while 

implements were often of iron, or that the poet, or crowd of 

poets, invented that state of things. Now early poels never 

invent in this way ; singing to an audience of warriors, critical 

on such a point, they speak of what the warriors know to be 

actual, except when in a recognised form of décorative exagge- 

ration, they introduce. 

« Masts of the beaten gold 
And sails of taffetie ». 

, Our theory is, then, that^. in the âge when the Homeric poems 
were composed, iron, though well known, was on its probation. 
Men of the sword preferred bronze for ail their military pur- 
poses, just as fifteenth century soldiers found the long bow and 
cross bow much more effective than guns, or as the Duke of 
Wellington forbade the arming of ail our men with rifles in 
place of muskets, ... for reasons not devoid of plausibility. 

Sir John Evans supposes that, in the seventh century, the 
Carian and lonian invaders of Egypt were still using ofl'ensive 
arms of bronze, not of iron^ Sir John remarks that « for a 
considérable time after the Homeric period, bronze remained in 
use for offensive weapons », especially for « spears, lances, and 

1, This facl, in itself, is of course no proof of interpolation ; cf. Helbig, op, 
cit., p. 331, He thinks the line very late. 

2. Evans, Andent Bronze Implements, p. 8 (1881) citing Herodotus II. c. 112, 
Sir John is not sure that Achaeau spear heads were not of copper, for they 
twice double up against a shield. See Iliad III. 348; VIL 259; Evans, p. 13. 



BRONZE AND IKON IN HOMER 295 

arrows ». Hesiod, quite unlike his conlemporaries, the « later » 
poets of Iliad and Odyssey, gives to Héraclès an iron helmet and 
sword*. Ilesiod knew botter, but was not a consistent archaizer. 
Sir John Ihinks that as early as 500 or even 600 B. G. iron and 
steel were in common use for weapons in Greece, but not yet 
had they altogether superseded bronze battle axes and spears^ 
By Sir John's showing, iron for offensive weapons superseded 
bronze very slowly indeed, in Greece, and, if my argument be 
correct, it had not done so when the Homeric poems were 
composed. Iron merely served for utensils, and the poems 
reflect that stage of transition which no poet could dream of 
inventing. 

Thèse pages had been written before my attention was direc- 
ted to M. Bérard's book. Les Phéniciens et l'Odyssée (Paris, 1902). 
M. Bérard bas anticipated, and rather outrun my ideas. 
« I might almost say », he remarks, « that iron is the popiilar 
métal, native and rustic ... the shepherd and ploughman can 
extract and work it « without going to the town ». The chief s 
smith could work iron, if he had iron to work, and this iron 
Achilies gave as a prize. « With rustic methods of working it 
iron is always impure; it bas « straws » in it, and is brittle. It 
may be the métal for peace, and for implements. In our fields we 
see the reaper sit downand repair his sickle. In war is needed a 
métal less hard, perhaps, but more tough, and not so easily bro- 
ken. You cannot sit down in the field of battle, as in a field 
of barley, to beat your sword straight...' » 

So the Celts found, if we believe Polybius. 

On the other hand, iron swords did supersede bronze swords, 
in the long run. Apparenlly they had not done so in the âge of 
the poet, but iron had certainly ceased to be « a precious métal » ; 
knives and woodcutters' axes are never made of a métal that is 



1. Scutum Herculis, 122-138. 

2. Evans, p. 18. 

3. Bérard, I. 435. 



296 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

precious and rare. I am thus led, on a gênerai view, to suppose 
that Ihe poems took shape when iron was very well known, but 
was not yet, as in the « Dipylon » period in Crète, commonly 
used by sword-smilhs*. 

Andrew LanCx. 

1. After writing thèse pages, I find the idea anticipated by Naber, in Quaes- 
tiones Homericae, 1877, and by Cauer, Grundfragen der Homerkritik, p. 186, 
187. 



HISTOIRE SOMMAIRE 



DES 



ÉTUDES D'ÉPIGRAPHIE GRECftlE M EIROPE 



{Suite'). 
VI. — Le nouveau Corpus : /. G. non attiques (vol. IV-XIV) 

ET RECUEILS COMPLÉMENTAIRES. 

En dehors des trois volumes de l'ancien CIA., les Inscrip- 
tiones Graecae de l'Europe continentale et des îles forment onze 
volumes, numérotés de IV à XIV. On ne s'étonnera pas de voir 
régner entre eux des rapports moins étroits qu'entre les précé- 
dents : chacun d'eux est consacré à l'ensemble des textes 
recueillis dans une région donnée; il peut donc à la rigueur se 
suffire à lui-même, puisqu'il est le Corpus absolutum, sans dis- 
tinction d'époques, des inscriptions grecques de telle ou telle 
province. Surtout, il ne faut pas oublier que leur incorporation 
dans le cadre unique des Inscriptiones Graecae ne date que 
d'hier; ils ont donc été composés et publiés dans un ordre qui 
n'est pas absolument celui des lieux, suivant des principes 
quelque peu divers parfois. Ce qui devrait nous étonner, ce 
seraient moins les différences que les analogies^ dans ces corps 
de bâtiments rattachés après coup les uns aux autres, si l'on ne 
connaissait déjà l'énergique et salutaire influence depuis long- 
temps exercée par l'Académie de Berlin : il était difficile, il 
n'était nullement avantageux, de se soustraire à sa haute direc- 

1. Voir la Revue de mars-avril, mai-juin, juillet-août, septembre-octobre et 
novembre-décembre 1905, janvier-février 1906. 



298 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

tion qui réalisait en quelque sorte, entre chaque recueil spécial, 
cette harmonie préétablie, si chère aux disciples de Leibniz. 
Entre des recueils indépendants en apparence, qui peut-être se 
croyaient tels, l'unité s''élablit tout naturellement, d'une ma- 
nière vraiment satisfaisante. 

Nous les examinerons donc, puisqu'ils procèdent en somme 
d'un même plan et d'une même pensée, dans l'ordre topogra- 
phique, non dans l'ordre où ils ont été publiés : cette chronologie 
serait on ne peut plus arbitraire, parce qu'elle a été déterminée 
parfois par les circonstances les plus fortuites; nous verrons 
même, à propos du XIP volume, combien il eût été préférable 
de s'en affranchir tout à fait. Dans son plan définitif, l'Acadé- 
mie a suivi, en le corrigeant au besoin, l'ordre établi par Boeckh 
dans le CIG. ; les Partes du vieux recueil devenaient des Volu- 
mina; mais ces volumes se succédaient à peu près comme les 
parties s'étaient succédé jadis : rien, dans leur disposition, ne 
devait troubler l'épigraphiste habitué à l'ancien Corpus. 



On se rappelle que Boeckh, à la suite des inscriptions ar- 
chaïques et, en second lieu, des inscriptions attiques, avait 
adopté les divisions suivantes : 3, Mégare ; 4, Péloponnèse, en 
six classes; 5, Béotie, en sept classes; 6, Phocide, Locride et 
Thessalie, en quatre classes. En conséquence et comme pre- 
mière suite au CIA., l'Académie de Berlin avait conçu le plan 
d'un Corpus Imcriptionum Graecariim Peloponnesi et insu- 
larum vicinarum {ClPel.) ; les inscriptions de la Mégaride 
feraient corps ensuite avec celles de la Béotie. Comme le CIA., 
le ClPel. aurait trois volumes : le premier, comprenant les 
inscriptions d'Egine, de Pityonnèse, de Gécryphalie et de l'Argo- 
lide (y compris Corinthe), était la tâche de Maxime Fraenkel, 
qui l'a publié en 1902 (préface de la même année) ; le second 
(Arcadie, Laconie, Messénie) est en préparation ; le troisième 
(Elide et Achaïe) n'existe encore qu'à l'état de projet. 

Depuis la révision et l'unification du plan général, le CIPelKy 



HISTOIRE DES ÉTUDES d'ÉPIGKAPUIE GRECCUE EN EUROPE 299 

SOUS le titre simplifié de Inscriptiones Argolidis^ est devenu le 
IV* volume des Inscriptiones Graecae. En 1895 seulement, 
l'Académie avait charg-é Fraenkel de préparer rexécution du 
ClPel. et d'aller en Grèce/ comme Koehler 25 ans auparavant, 
contrôler par lui-môme les inscriptions encore en place, puis, si 
faire se pouvait, d'en rapporter de nouvelles. C'était déjà trop 
que, pour les originaux perdus, il fallût se contenter de l'expé- 
rience d'autrui. 

Fraenkel commença par cataloguer les textes déjà connus, 
partit ensuite pour Athènes où il arriva en mars 1896, prit 
avec lui pendant quelques mois un jeune membre de l'Institut 
allemand et sollicita le concours des autorités grecques : celui de 
P. Cavvadias, jadis chargé des fouilles d'Epidaure (1881-86), lui 
fut particulièrement précieux. A Epidaure, en efîel, il trouva 
tant à faire qu'il dut y séjourner plus de six semaines (15 mars- 
3 mai), sans pouvoir y terminer entièrement sa tâche. Une 
prolongation de séjour n'était vraiment pas possible; il nous 
attendrit au récit de ses infortunes bizarres : trente jours durant, 
il eut dans sa chambre le surveillant des antiquités Koromandos, 
qui toussait à fendre l'âme, qui tussibus horribilibiis cruciatus 
quietem cujusque noctis turbabat. Bientôt survint du froid, de 
la pluie, de la neige ; une maison glaciale rendait ces intempéries 
plus intolérables encore et, dans le Musée enfumé, inuseo qiiod 
dicebatur, les vents se déchaînaient tout à leur aise... Son 
exploration d'Égine, en septembre, fut pour d'autres motifs 
extrêmement laborieuse : les pierres qu'on y avait réunies après 
la guerre de l'Indépendance étaient si mal cataloguées qu'on 
n'en savait plus guère l'origine. Le voyage se termina enfin par 
le relevé des inscriptions d'origine péloponnésienne rassemblées 
dans les Musées d'Athènes. 

Le principal rôle d'un Corpus, dit Fraenkel, est moins de res- 
taurer et de commenter des inscriptions que de travailler à réa- 
liser l'objet suivant : documenta epigraphica quant plenissime 
collecta et quam acciiratissime constituta ad virorum doctorum 
praebeantur usiim. Tous les mots portent, dans cette excellente 



300 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

et tout actuelle définition du Coi'pus idéal, instrument scienti- 
fique de premier ordre, dont l'auteur doit se borner à la tâche, 
fort modeste, mais infiniment délicate à& pourvoyeur, présentant 
aux érudils, le plus exactement possible, la reproduction de ce 
qui est. Avec les moyens mécaniques et les facilités d'explo- 
ration dont on dispose aujourd'hui, la formule de Fraenkel 
n'est pas seulement la meilleure ; elle est encore la plus pra- 
tique. 

Les 1611 inscriptions (dont 346 inédites) des 7G*. sont répar- 
ties en onze groupes : Egine, Pityonnèse et Cécryphalie, Corinthe 
et ses dépendances, Sicyone, territoire de Phlionte, Cléones et 
Nemée, Argos et ses dépendances, Hermione, Trézène (Galaurie 
et Méthone), Épidaure; enfin les textes douteux et apocryphes 
au nombre de 70. Le groupe de beaucoup le plus important est 
celui d'Épidaure avec 679 inscriptions ; viennent ensuite ceux 
de Corinthe, d'Égine et d'Argos. Parmi les dix index, il faut 
remarquer celui des noms de chevaux (III); celui de l'EtatRomain, 
empereurs et famille impériale, magistrats, etc. (V) ; le VIP, 
intitulé : Chronologïca\ enfin le X% dont nous n'avions pas jus- 
quMci relevé d'équivalent : c'est celui des principales éditions 
antérieures, pour les 126o textes déjà connus que Fraenkel 
s'est borné à rééditer. Elles sont au nombre de neuf. Nous 
devons en citer ici les titres, parce que nous nous trouvons en 
présence de ce qui fut,, au sens le plus large du mot, la meil- 
leure contribution à l'exécution des IG. 

C'est d'abord, comme il sied, le CIG. ; puis, les Inscriptiones 
Graecae Aniiquissimae {IGA., 1882) de Roehl ; le Voyage 
Archéologique de Le Bas-Foucart (inscriptions, t. II) ; les 
Mittheihmgen de l'Institut archéologique allemand (depuis 1876) ; 
le Bulletin de Correi-pondance hellénique [BCH.y depuis 1877); 
V 'E<ft]\).ep\q 'Ap-/a'.oXoYixv^, 3* série (depuis 1889) ; Nordisk Tids- 
skrift for Filologi; Blinkenberg, Asclepios (Copenhague, 1893); 
Cavvadias, Fouilles d'Épidaure (le vol. I, 1886, a seul paru). 
D'ailleurs la liste des correspondants de l'auteur est considé- 
rable; ce ne sont pas seulement les Français, de Chantepie, 



HISTOIRE DES ÉTUDES d'ÉHGRAPHIE GRECQUE EN EUROPE 301 

Holleaux, Legrand, HaussouUier, Fougères, Homolle, CoUi- 
gnon, qui ont fait preuve d'obligeance; au rebours des tradi- 
tions de 1873, c'est tout le monde : Certabant quasi nationum 
variarurn viri ut monstrarent in scientiarum liberalium campo 
nihil valere terrarum fines neque in eo regnare aemulatiojiem et 
ambitionem, sed humanitatem et doctrinae communis commo- 
dum. Encore un progrès à enregistrer, non des moindres. 

La disposition ne varie guère ; on procède, quand les inscrip- 
tions sont nombreuses, en allant du public au particulier, sui- 
vant, autant que possible, l'ordre chronologique : ainsi, les 
épitaphes d'Égine, abstraction faite des inscriptions en vers, sont 
réparties en tituli IV saeculo antiquiores (55 à 73) et tituli recen- 
tiores (74 à 175). 

Les volumes projetés du CIPeT. et du CIPelK forment les 
volumes V et VI des IG. ; celui-ci, enrichi par les résultats des 
fouilles d'Olympie, sera évidemment d'une très grande impor- 
tance. 

* 

L'exécution d'un Corpus de la Grèce continentale en 4 vo- 
lumes avait été envisagée, en 1882, comme devant suivre immé- 
diatement l'achèvement du CIA., celle du ClPel. étant provisoi- 
rement réservée : ces 4 volumes, dans le nouveau plan des 
IG., portent les numéros Vil, VIII, IX et X. Ils sont respecti- 
vement consacrés : IC., à la Mégaride et à la Béotie ; IG^., à 
Delphes; /G^, à la région septentrionale comprise entre les 
deux mers, jusqu'aux frontières nord de la Grèce affranchie; 
/C"., à tout ce qui s'étend plus au nord encore, Macédoine, 
Thrace, Illyrie, Russie méridionale, etc., sans toutefois sortir de 
TEurope. Le plan de Boeckh était amélioré dans le sens d'une 
plus grande unité topographique; la Mégaride était rattachée à 
la Béotie; l'Illyrie, à la péniusule des Balkans, au lieu d'être 
rejetée tout à la fin. On pénétrait jusque chez les nations bar- 
bares, pour épuiser toute la matière épigraphique de la pénin- 
sule des Balkans, en ce qui touche, bien entendu, à l'épigraphie 
grecque. 



302 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

C'est encore Dittenberger que nous voyons à l'œuvre. Sa 
tâche précédente une fois menée à bien en 1882, il avait trouvé 
le loisir de composer la première édition de sa Sylloge inscrip- 
tioniim Graecarurriy dont le succès devait être si considérable 
et que nous apprécierons un peu plus loin; puis il se chargeait 
bravement de la majeure partie du Corpus inscriptionum Graeciae 
sepie7itrionalis,ipuh\ia.il un premier volume en 1892, la première 
moitié d'un autre en 1897, sans négliger pour cela ses nombreux 
travaux de détail. Le volume de 1892 était le vol. I du CIGS., et 
son premier titre était le suivant : CIGS. Vol. I. Inscripùones 
Graecae Megaridis Oropiae Boeotiae; il est devenu, en 1903_, 
IG. Vol. VIL hiscriptiones Megaridis et Boeotiae ; la préface, 
datée de Halle, est de 1892. 

Les Inscriptions de la Mégaride et de la Béotie, avec leurs 
4269 numéros, occupent 800 pages, dont 50 d'index; c'est, à peu 
près, 25 fois la partie correspondante du CIG. Les trois parties 
essentielles. Mégaride en trois sections, Oropie, Béotie en 1 7 sec- 
tions par ordre de villes, sont disposées conformément à la chro- 
nologie ; une 4» partie est celle des textes suspects et des faux. 
Le plus intéressant peut-être des huit index est la table géogra- 
phique qui occupe le quatrième rang : Nomina civilatium regio- 
num locorum cum ethnicis; mais ils sont en général dignes des 
précédents et disposés de même. La grammaire n'y figure nulle 
part. Le principal collaborateur fut Lolling qui collationna à 
Athènes tout ce qui fut nécessaire ; Kirchhoff et Paul Foucart 
communiquèrent des textes importants de Mégare, Pagae et 
Thespies. 

La topographie ne fut pas toujours facile à déterminer, ni 
même à observer; mais, tout en s'abstenant de transpositions 
qui ne seraient pas absolument motivées, Dittenberger déplace 
hardiment les textes, toutes les fois qu'il est sûr de son fait. 
Par exemple, l'inscription n° 2531, découverte à Thèbes, y de- 
meure maintenue parce que la conjecture de Kaibel qui la rap- 
portait à Tanagra est seulement très probable. Les inscriptions 
de ce volume sont groupées conformément à la division admi- 



HISTOIRE DES ÉTUDES d'ÉPIGRAPHIE GRECQUE EN EUROPE 303 

nisirative des civitates pendant la période historique : tout ce qui 
fut découvert sur les diverses parties du territoire d'une civitas 
est classé dans une seule et même division. C'est bien ainsi qu'on 
avait traité les inscriptions attiques; l'Attique, depuis Thésée, 
formait une seule commune', par conséquent, les inscriptions de 
l'Attique ne prêtent à aucune subdivision de nature topogra- 
phique. La question n'est pas toujours aussi simple; il arrive 
que les limites historiques ne concordent pas avec celles de la 
légende : le territoire de Krommyon, par exemple, doit être 
considéré comme faisant partie, non de la Mégaride (Boeckh), 
mais de la Corinthie. 

Le Vlir volume des Inscnptiones Graecae, consacré à Delphes, 
est réservé à la France, en raison des fouilles de Delphes entre- 
prises par l'École française d'Athènes et menées à bien dans les 
dernières années du xix^ siècle. Il n'a pu être encore publié; 
trop peu d'années se sont écoulées depuis l'achèvement des tra- 
vaux et l'on ne pouvait commencer plus tôt sans compromettre 
le caractère définitif du volume. M. Pomtow devait en être le 
collaborateur pour les textes découverts antérieurement aux 
fouilles de l'Ecole Française. 

Le IX® n'est publié qu'en partie ; Dittenberger, en 4897, 
voyant que la guerre Gréco-Turque allait sérieusement entra- 
ver les recherches d'Otto Kern, relatives à la Thessalie, se 
décida à donner immédiatement au public une première moitié 
du livre qui s'appelait alors CIGS. Vol. III et qui, devenu en 
1903 : IG. Vol. IX, porte encore en sous-titre : Inscriptiones 
Phocidis, Locridis, yEtoliae, Acamaiiiae, insidariun maris lonii. 
La seconde moitié, actuellement sous presse, contiendra les 
Inscriptiones Thessaliae ; le Vol. IX ainsi complété, on s'occu- 
pera des index. Lolling, avant sa mort (1894), avait collationné 
la plupart des textes ; Ad. Wilhelm visita Gorfou ; Fraenkel (1896), 
les Musées de Vérone et de Venise; Partsch, les îles de Leu- 
cade, Ithaque et Céphallénie, demeurées jusqu'à ce jour bien 
pauvres : car Dittenberger excluait de son livre les textes byzan- 
tins. Il est vrai que deux inscriptions archaïques de Gorfou sont 



304 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

du plus haut prix pour l'histoire de l'alphabet; l'une d'elles, bien 
dégag-ée, se lit encore aisément non loin du chef-lieu de l'île. 
Mais, en quantité, on pouvait espérer davantage et peut-être les 
fouilles actuelles de Leucade nous donneront-elles à cet égard 
les résultats attendus. 

Ce fascicule, de 212 pages (préface de mai 1897), contient 
1061 numéros, en six groupes : Phocide (Delphes exceptée), 
Locride orientale, Locride occidentale, Étolie, Acarnanie, îles 
Ioniennes; la subdivision par civitates est observée autant que 
possible; la bibliographie de chaque inscription, absolument 
complète, bien que le commentaire soit toujours aussi bref. 
Toute une partie de Corcijra a pour objet les briques portant des 
noms de prytanes ou d'autres inscriptions; une autre, le^ 
glandes inissiles : nouvelle brèche aux principes étroits de 
Kirchhoff, l'année même de la monographie de Wuensch. 

Le Vol. X : Inscriptiones Epiri Macedoniae Thraciae Scythiae 
ne semble pas être encore entré dans la période de préparation. 
Remarquons seulement la modification légère survenue dans le 
plan de l'ancien CIGS. : l'Epire, d'abord rattachée au précédent 
volume, quand on croyait pouvoir compter sur l'exécution inté- 
grale des décisions prises au congrès de Berlin, est rejetée 
maintenant parmi les terres irredente de l'hellénisme. 



Le Xle : Inscriptiones Deli est, comme le VIII«, dévolu à la 
France; mais les fouilles méthodiques de Délos ont commencé 
seulement après l'achèvement de celles de Delphes : la publica- 
tion ne peut donc en être que fort éloignée. 

On l'a détaché, vu son importance probable, du volume consa- 
cré aux Inscriptiones insularum maris yEgaei, dont l'auteur, 
Hiller de Gaertringen*, reçut sa mission en 1898. Il l'accomplit 

1. M. Fr. tliller von Gaertringen est, à l'heure actuelle, l'un des collabora- 
teurs les plus actifs du nouveau Corpus-, on lira notamment avec fruit son 
rapport intitulé : Stand der Griechischen Inschri/tencorpora, écrit à Berlin en 
juillet 1904 et immédiatement publié dans les Beitrdge zur alten Geschichtei 



HISTOIRE DES ÉTUDES d'ÉPIGKAI'HIE GRECQUE EN EUROPE 305 

aussitôt, dans ses voyages de 1898, 1899. 1 900 et 1902. Dès 1892, 
il avait visité Rhodes, Garpathos et les autres îles de la côte Asia- 
tique : aussi, en juin 1893, l'Académie de Berlin l'avait-t-elle 
chargé de composer, avec le résultat de ces explorations, le 1" fas- 
cicule du futur CI. ins. mar. /Egaei. Ce fascicule : Inscr. Rhodi 
Chalces Carpathi cum Saro Casi, était le 1* des 9 qui formeront 
au total !e XII« volume des IG. : Inscriptiones insulanim maris 
JEgaei praeier Delum; il parut en 1895. 

L'auteur put trouver des collaborateurs en Grèce, se faire 
communiquer des estampages par le Brilish Muséum, consul- 
ter les Inschriften von Pergamon de Conze et Schuchardt dont 
le premier volume (le 8° d'une longue série sur Pergame) avait 
paru en 1890, mais dont le second n'existait encore qu'à l'état 
d'épreuves, utiliser les résultats acquis par Maurice Holleaux, 
qui, vir doctissimiiSy postquam in tittdorum tcmporibus accii- 
ralius defîniendis phirimum profecit, fournit une grande quan- 
tité d'inscriptions inédiles. Il ne connut malheureusement pas à 
temps les inscriptions découvertes à Rhodes par le Suédois 
Hedenborg, mort dans l île en 1864 : celles-ci ne furent publiées 
qu'en 1899 (à Venise, par A. Scrinzi : Iscrizioni greche inédite 
di Bodi, 36 pages) ^ Dans ces 206 pages figurent 1463 numéros, 
avec les divisions ordinaires par îles, territoires, au besoin 
par classes; 676 numéros appartiennent à la cité de Rhodes, sur 
les 955 de l'île entière. Douze index et trois cartes de Kiepert 
complètent la publication; le 11^ index: Litterae singiilares, 
numeri^ est fort intéressant pour l'histoire de l'alphabet grec. 

Un second fascicule : Inscriptiones Lesbi Nesi Tenedi, avec 
deux cartes de Kiepert, parut en 1899 : la préface, de la même 
année, est datée de Kalymna en Carie. L'auteur, W. Paton, 
rencontra de grandes difficultés dans l'exploration des îles 
éoliennes, et principalement de Lesbos, tant le vandalisme y 
avait exercé de ravages. L'intervention de l'ambassadeur an- 

1. D'autre part, les fouilles pratiquées à Lindos et ailleurs par les Danois 
Kinch el Blinkenberg vont nccei^siler la refonte complète du fascicule. 

IV^ SÉRIE, T. VU. 20 



306 REVUE ARCHÉOLOGigUE 

glaîs, sir Philip Curie et l'obligeance de l'administration du 
British Muséum permit néanmoins de rassembler, en 140 pages, 
658 numéros : 638 pour Lesbos, dont 475 pour la seule civiias 
de Mitylène, les 62 derniers étant des inscriptions d'amphores 
rhodiennes, cnidiennes, etc., découvertes à Lesbos. Le Q'' des 
10 index nous présente des sigla et compendia, au nombre 
de 24. 

Le 3® fascicule nous ramène en Europe ; il est consacré 
à la partie méridionale des Cyclades : Inscriptiones Symes Teut- 
lussae Teli Nisyri Astypalae Anaphes Therae et Therasiac 
Pholegandri Meli Cimoli. Il fait suite, pour l'ordre topogra- 
phique, au groupe de Rhodes et de Carpathos. On eût donc 
mieux fait de lui assigner la seconde place, d'autant plus qu'il 
parut en 1898 et que son auteur est le même que celui du 
recueil de Rhodes, Hiller de Gaertringen. Le rassemblement 
des matériaux avait été plus facile qu'on ne pensait ; le total 
des numéros s'élève toutefois à 1268, dont 738 pour Théra 
et Thérasia, 186 pour Milo. Les dix parties sont suivies de treize 
index ; le onzième a pour titre : Compendia^ niimeri^ inter- 
punctio ; le treizième,, Nomina et verba potiora qiiae titulis spu- 
riis contùientt(?% est absolument nouveau. Une courte notice his- 
torique et géographique précède le Corpus des inscriptions de 
chaque île; deux plans de Théra sont annexés aux index et les 
fac-similés des monuments sont de plus en plus nombreux. De 
prochains suppléments ont été annoncés par l'auteur : le pre- 
mier a paru en 1904. Ses 64 pages de textes sont suivies de 12 
index qui lui sont spéciaux et de trois autres qui lui sont com- 
muns avec le corps du 3^ fascicule ; ceux-ci ont pour titres res- 
pectifs : Grammatica et orthographica selecta, auctores, compa- 
ratio numerorum. Grâce au dernier, on peut se référer aussitôt 
aux inscriptions déjà publiées par le CIG., les IGA. de Roehl, les 
IG. ineditae de Ross, le BCB. et les Mitteilimgen de l'Institut 
archéologique allemand. 

Le 4® fascicule : Inscriptiones Coi et Calymni^ qui nous ramène 
vers l'Asie, est encore en préparation; le 5° : Inscriptiones Cycla- 



niSTOlRK DES ÉTUDES d'ÉPIGRAPUIE GRECQUE EN EUROPE 307 

dam, celui des Cyclades proprement dites (Délos exceptée), n'a 
paru qu'en partie (1903); il y manque les textes de Ténos, des 
prolégomènes, les index, dont la publication est imminente. 
Ténos a été ajournée, à cause d'une exploration encore inachevée 
de cette île par un membre de la section étrangère de l 'École fran- 
çaise d'Athènes, M. Hubert Demoulin (Belge). Nous possédons, 
en attendant, 797 numéros, en 227 pages, avec de fort curieuses 
reproductions : signalons, comme Tune des plus intéressantes, le 
n' 739, p. 213-217, longue inscription métrique d'Andros. Les îles 
d'Ios, de Sicinos, de Naxos, de Paros, d'Oliaros, de Siphnos, de 
Sériphos, de Cythnos, de Céos, de Gyaros, de Syros (Syra) et d'An- 
dros ont été exploitées suivant un plan presque régulier. 

Les autres fascicules, tous en préparation, nous donneront les 
inscriptions de Chios et Samos (6), d'Amorgos (7), des îles de la 
ïhrace et de l'Hellespont (8), de l'Eubée (9) ; grâce aux fouilles et 
aux travaux de MM. Herzog, Graiudor, J. Delamarre, L. Biir- 
chner, etc^ grâce au concours assidu de V A.çyx<.o\o-^<xr[ 'E-acpeia, 
la matière s'accroît, pour ainsi dire, à vue d'œil. 

Il est remarquable que le plan des IG., si net jusqu'au X* vo- 
lume, devient ici très confus. On devait s'attendre à gagner peu 
à peu la côte d'Asie en partant des eaux d'Europe; l'ordre des 
fascicules eût été alors le suivant : XII" vol. : 8, 2, 6, 9, 5, 3, 
7, 4 et 1 ; ou bien, si pour des raisons de fait, on circonscrivait 
préalablement le terrain en l'abordant par ses extrêmes limites, 
la disposition se trouvait ainsi modifiée : 1, 4, 6, 2, 8, 9, 5, 7 et 
3 (ce dernier disposé dans l'ordre inverse de celui qu'on nous a 
donné). De plus, il était naturel que les inscriptions des îles de 
la mer Egée (vol. XII) fussent placées avant celles de Délos 
(vol. XI). Le principe même du groupement des îles entre elles 
est indiscutable; il est exact que la colonisation grecque exerça 
souvent son influence sur telles îles adjacentes à un continent, 
sans conquérir sur ce continent même autre chose que des 
comptoirs, et qu'il n'eût pas été bon, par exemple, de joindre 
Thasos à la Macédoine et Lesbos à la Troade. Dès lors, la 
rigueur précédente ne pouvait plus être observée : mais pour- 



308 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

quoi tomber aussitôt dans l'excès contraire et le désordre pres- 
que absolu? Pourquoi ne pas mettre au dernier rang, dans le 
XIP volume, le fascicule de Rhodes et de Garpathos, quand le 
XIII'' volume est réservé d'avance à la Crète? On n'a même pas 
suivi l'ordre chronolog-ique des explorations : c'est en dehors 
de cet ordre qu'on avait, non sans raison, procédé dès l'origine; 
mais c'eût été une excuse, à défaut d'autre. 

Les événements [politiques n'ont pas permis jusqu'ici de sou- 
mettre la Crète à l'exploration méthodique sans laquelle on ne 
saurait mettre sur pied le XIIP volume des IG. : Inscriptiones 
Cretae ; on peut affirmer toutefois qu'il ne sera pas le moins 
intéressant ni le moins riche. Il est d'autant plus regrettable 
qu'il doive paraître, suivant toute probabilité, à la suite des 
treize autres. 



En revanche, le volume XIV^ et dernier : Inscriptiones Siciliae 
et Italiac additis Graecis Galliae Ilispaniae Britanniae Germa- 
niae inscriptioîiibns, est relativement ancien, puisque les débuts 
de l'exécution remontent à 4873 et qu'il fut publié en 1890 : 
il a pour objet l'ouest et le Fa?'-West de Thellénisme. L'auteur, 
Georges Kaibel (1849-1901), a daté sa préface de Strasbourg m. 
Oct. a. h. s. LXXXX. A l'origine, les Insanptiones Graecae Italiae 
e^52a7me, auxquelles devaient s'ajouter en appendice les inscrip- 
tions grecques des Gaules,, de l'Espagne, de la Bretagne et de la 
Germanie, ne devaient contenir aucune inscription chrétienne; 
l'auteur s'est ravisé ensuite et a inséré toutes celles qui avaient 
élé découvertes hors de Rome, ces dernières lui ayant paru être 
l'apanage exclusif de J.-B.De Rossi [Inscr. christ, urbis Romae : 
!«' vol. 18o7-61 ; 2»^ vol. 1888); il ne s'arrête qu'au vi^ siècle ap. 
J.-C. Le principal de ses collaborateurs fut naturellement 
Tli. Mommsen, consilionim aiictor, operae adjutor etpaene socius^ 
lu maître universellement reconnu de l'épigraphie latine et des 
antiquités du monde romain. 

Dans ce volume de 708 pages de texte figurent, en dehors de 



HISTOIRE DES ÉTUDES d'ÉPIGRAPHIK GRECQUE EN EUROPE 309 

394 numéros apocryphes ou suspects, 2581 numéros authen- 
tiques ainsi répartis : Sicile, îles voisines et Sardaigne ; — 
Grande-Grèce; — Calabre, Apulic et dépendances; — Campa- 
nie et partie adjacente du Latium ; — Rome et ses dépendances ; 
— le reste de l'Italie septentrionale. Vient ensuite V Instrumentum 
domesticum Siciliae Sardiiiiae Italiae : amphores, tuiles, lampes, 
vases de toute espèce, balles, cloches, amulettes, masses de 
plomb, poids, etc., soit au total 21 groupes. Les inscriptions des 
autres pays comprennent les numéros 2424-2571, suivis, pour 
toutes ces provinces, de V Instrumentum domesticum. Les index 
sont au nombre de 15; le 5* est celui des consuls et de l'instru- 
ment chronologique; le 14^, celui des carmina\ le 15'' celui des 
litterae singulares notabiliores ; le 18®, très précieux, donne 
toutes les références du CIG.y qui a fourni seulement 1444 nu- 
méros. L'écart, ici, entre le CIG. et les /G., n'est guère que du 
simple au double; c'est qu'il s'agit de pays dès longtemps 
bien connus et qui ne devaient pas fournir, même après une 
exploration complète, une matière aussi riche : nous avons 
quitté le vieux sol de l'hellénisme pour les régions coloniales. 
Ajoutons que le recueil de Kaibel est loin d'être définitif et que 
l'auteur n'a dépouillé qu'une partie des anciens manuscrits 
épigraphiques italiens*. 

Il convient d'appeler l'attention sur la collaboration du Fran- 
çais Albert Lebègue, pour la rédaction des Inscriptiones Galliae : 
114 numéros pour 22 villes, au lieu des 38 textes du CIG. Né à 
Bordeaux en 1845, membre de l'Ecole d'Athènes en 1869, mort 
professeur à l'Université de Toulouse en 1894, quatre ans après 
la publication du volume, Lebègue avait eu, en 1873, le bon- 
heur d'inaugurer les fouilles de Délos — et le malheur de passer 
à côté du véritable trésor de l'île sacrée, sans presque s'en aper- 
cevoir. G. Radet a pu dire justement qu'en lui la déférence de 
l'élève nuisit à l'originalité du savant et que la principale cause 



1. Une monographie a été consacrée à G. Kaibel dans le Jahresbericht de 
Bursian (190i, vol. CXXIII B, p. 15-62), par W. Radlke. 



310 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

de son demi-échec fut le mot d'ordre absolument faux qui lui fut 
donné au départ. Quoi qu'il en soit, c'était un esprit fort distin- 
gué ; il est honorable pour lui d'avoir été, en nom, le premier 
collaborateur français des Inscriptiones Graecae. Sans s'écarter 
de la disposition générale de l'ouvrage, il résume Thistoire et 
décrit l'état actuel de chaque pierre : avouons franchement que 
la grosse majorité en est de toutes façons insignifiante. Certains 
textes sont bilingues, soit qu'ils présentent une même inscrip- 
tion rédigée en latin et en grec, soit que les contenus soient de 
sens différents, soit enfin que la partie grecque, placée à la fin, se 
réduise à quelques mots ou même à une simple signature. Mar- 
seille a fourni 35 numéros, Nîmes 18, Lyon 10 seulement. 



Tel est, à l'heure actuelle, l'état des Inscriptiones Graecae de 
l'Académie de Berlin. L'entreprise est colossale; elle a enregistré 
jusqu'ici plus de 25.000 inscriptions, sans avoir rien édité encore 
d'Olympie, de Delphes, de Délos ni de la Crète ! Mais elle est si 
bien conçue et sur des bases si larges, la sympathie du monde 
entier lui est si bien acquise, qu'il est permis de compter sur sa 
complète exécution et d'espérer qu'on pourra se contenter, plus 
longtemps que pour le C/G., de simples Suppléments : si la ma- 
tière nous arrive toujours en abondance, les cadres des IG. sont 
assez souples pour la recevoir et, en quelque sorte, la digérer du- 
rant de longues années. Les fondations ne céderont pas de si tôt 
sous le poids de l'édifice ; nulle refonte n'apparaît comme très 
prochaine. Le projet des IG. maintenait une centralisation né- 
cessaire, sans prétendre confisquer toute liberté ; la constitution 
en est ])\us fédéraliste que celle du CIG. : l'Allemagne, en conser- 
vant la plus lourde charge, a su faire leur part aux efforts offi- 
ciels de la science française, de la science autrichienne, demain 
peut-être de la science anglaise; les Tittdi Asiae MinoriSy qui ne 
font pas partie des IG. et conservent toute leur autonomie, en 
sont pourtant le complément indispensable. 



HISTOIRE Di:S ÉTUDES d'ÉPIGRAPHIE GRECQUE EN EUROPE 311 

De ce dernier recueil : Titidi Asiae Minoris conlecti et editi 
auspiciis Caesareae Academiae litterarum Viiidobojiensù, nous 
ne dirons que quelques mots. D'abord, un seul volume a paru, ce 
qui n'est guère ; d'autre part, le contenu en est étranger aux Inscr. 
Graecae proprement dites, puisque les 152 inscriptions qu'y a ras- 
semblées Ernest Kalinka (1901) sont écrites en langue lycienne. 
Otto Benndorf expose, en effet, dans la préface de ce volume, 
qu'il s'affranchit jusqu'à un certain point de la méthode suivie à 
Berlin pour le CIG., le CIL. elles 7G. : étant données la situation 
géographique de TAsie-Mineure et les vicissitudes de son his- 
toire, il croit devoir composer un Corpus global de toutes les 
inscriptions, en quelque langue qu'elles soient écrites, sans autre 
distinction préalable que celle des lieux : Titidos autem ex regio- 
nibiis locisve intei^ se vichios, qiios interdum ad eosdem homines 
eadeinque instituta pertinere, saepius arcjumentorum similitu- 
dine illustrari, ex ipso usque vicinitatis vinculo vim qxiandam 
memoriae adquirere constat', il lui a paru bon de ne pas les 
séparer pour de simples diversités linguistiques. Toutefois, le 
nombre des inscriptions en laugue lycienne était tel, qu'on a 
cru devoir les isoler des autres textes découverts en Lycie pour 
faciliter les études qui s'y rapportent et rédiger des index plus 
immédiatement instructifs. 

Dans les volumes qui suivront, province à province, on ras- 
semblera tout ce que les auteurs et les monuments nous ont 
conservé de l'Asie-Mineure ; pour la Syrie et l'Arménie, on 
se bornera aux citations d'auteurs, mais jusqu'à l'année 1453, 
tandis que le CIL. s'arrêtait au vi* siècle. Ce qiii n'est guère moins 
nouveau, c'est la reproduction en fac-similés systématiquement 
exacts de l'inscription avec son monument, au prix d'efforts et 
de frais considérables, afin de servir l'archéologue aussi bien que 
l'épigraphiste et leurs intérêts de plus en plus solidaires; seules 
seront transcrites en caractères d'imprimerie les inscriptions 
dont on ne possède ou dont on ne connaît pas l'original. Le 
monument d'Ancyre et VÉdit de Dioclétien, à cause de leurs 
dimensions exceptionnelles, de leur importance, de leur carac- 



312 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

tère mondial et des travaux dont ils ont été l'objet, demeurent 
exclus des TAM. 

Ce programme un peu ambitieux, s'il est accompli à la lettre 
et si l'exécution n'en est pas indéfiniment retardée par l'étendue 
même à laquelle il prétend, fera des TAM. le plus parfait des 
Corpus épigraphiques : il ne leur manque plus que l'existence. 



En marge des Imcriptiones Graecae et des Tituli Asiae Mino- 
ris et dépassant de beaucoup le cadre du catalogue, édité en 1863 
par Froehner, des Inscriptions grecques du Musée du Louvre, se 
place l'énorme publication anglaise : The collection of ancient 
greek inscriptions in the British Muséum. Elle se distingue nette- 
ment de l'œuvre germanique par le caractère spécial de son dessein 
et l'emploi, non moins parliculariste, de la langue anglaise : les 
auteurs ont dressé autour d'eux comme frontières les quatre 
murs de leur Musée. L'idée, certes, n'était pas à condamner; 
l'ouvrage de Froehner, l'article d'Egger dans le Journal des 
Savants de l'année 1876, mettaient fort bien en lumière l'utilité 
pratique de la classification par Musées quand les Musées sont 
riches ' : or, le Musée Britannique est opulent, et ses bornes res- 
treintes sont loin d'être des bornes étroites ; il a fourni déjà la 
matière de quatre gros volumes, dont le troisième a deux sec- 
tions. L'ordre géographique est d'ailleurs respecté, depuis l'At- 
tique jusqu'à la Carie; le tomel" (inscriptions attiques) eut pour 
éditeur E, L. Ilicks et parut en 1874; le t. II (autres régions de 
la Grèce d'Europe) fut l'œuvre de ISewton (1883); le t. III 
(l'« section, Priène et lasos, 1883; 2« section, Éphèse, 1890) est 
dû encore à E. L. Hicks; enfin, la l'"^ section du tome IV (Cnide, 
Halicarnasse, Branchides) eut pour éditeur Ilirschfeld et parut 

1. Depuis lors, Surutschan et Latyschev ont publié une partie des inscrip- 
tions du Musée de Kicliinev; l"Ap-/. 'Etaipsia d'Alhènes, le catalogue des ins- 
criptions du Musée épigraphique d'Athènes, dont le 1" fasc. (i899) est l'œuvre 
de Lolling : 'Apy.aiV.a\ c).'^(x^r,\mv.%a.\ èmYpacpai de l'Acropole; dès 1842, les ins- 
criptions grecques el latines du Musée de Leyde avaient été recueillies et éditées 
par L. J. F. Janssen. 



IIISTOIKK DKS ICriIDES d'ÉPIGKAI'II IK (iUKCQUE EN EIJKOPK 313 

en 1893. Nous avons nommé déjà ce garanti maître en épigraphie 
grecque que fut Ch. Th. Newlou, né en 1816, administrateur, à 
partir de 1861, des antiquités grecques et latines du Brilish Mu- 
séum et dont VEssai .mr les inscriptions grecques (1876-1878) 
sert de lumineux préambule au traité d'épigraphie grecque de 
S. Roinach; les éloges d'E.Egger {Journal des Sava7its, 1883) 
n'étaient que justice. 

D'autres recueils, en Allemagne même, en France, ailleurs 
encore, composés sur des plans variés et tout à fait indépendants, 
ne contribuèrent pas moins à l'exécution des IG. Les Inscriptio- 
nes antiquissimae praeter Atticas in Attica repertas à'\\&Yva.d.nxï 
Roehl parurent à Berlin en 1882. Cet in-folio de 184 pages, avec 
ses 4 index, renouvelait la pai's prima du CIG. et_, presque au 
même degré, l'histoire de l'alphabet; ses 600 numéros, joints aux 
555 numéros du CIA. (vol. I), portent de 43 à 1150 le nombre 
des textes utiles à consulter pour cet objet. De plus, les ins- 
criptions de Roehl, en grande ^partie inédites, étaient repro- 
duites à l'aide de la gravure sur bois. Déjà connu et apprécié 
pour son exécution des index du CIG. (1877), Roehl obtint aisé- 
ment le patronage de rAcadémie de Berlin, à une époque où le 
besoin d'un pareil ouvrage commençait à se faire vivement 
sentir : « Du train dont marchent les découvertes épigraphiques 
depuis dix ans, écrivait en 1885 S. Reinach [Traité d'Ep. gr. 
p. xiri), les Mémoires de Kirchhoff et de Lenormant sur l'alphabet 
grec... ne peuvent qu'induire en erreur celui qui fait profession 
de s'en contenter. » Or, les travaux ainsi démodés ne comp- 
taient alors que 22 ans, que 8 ans d'existence! En 1883, Roehl 
publiait encore, en 370 fac-similés sur bois disposés dans l'ordre 
des temps, un recueil de caractère pédagogique, ainsi que l'in- 
dique son titre : Imagines inscriptionum Graecarum antiguissi' 
marum in usum scholarum » ; il le réédita, mis à jour, en 1894 
et, une fois encore, en 1898. 

L'étude des dialectes n'était pas moins favorisée et éclairée, 
dès 1877 (3^ éd. en 1883), par les Morceaux choisis de P. Gauer 
intitulés : Delec tus inscriptionum Graecarum propter dialectum 



314 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

memorabilium et composés de 557 textes en minuscules ; puis 
vint la Sijlloge inscriptiomim Boeoticarum dialectum popida- 
rem exhibentiinn , de W. Larfeld (1883) et maint autre choix du 
même g-enre. Mais le principal de ces recueils est évidemment la 
Sammhmg der Griechischen DialeJdinschriften, œuvre collective 
de Baunack, Bechtel, Bezzenberger, Blass, Collitz, Deecke, Fick 
et Meister, éditée à Goettingen sous la direction de Collitz el 
Bechtel : le premier volume date de 1883, le second de 1885-90^ 

le troisième de 1888-9, le quatrième de 1886 C'est unCorpus 

dans les IG., la collection devant comprendre, à l'exception des 
monuments attiques, les textes qui intéressent la totalité des 
dialectes Grecs. 

W. Dittenberg-er a, mieux que tout autre, prouvé par son 
exemple que les temps étaient arrivés où la division du travail, 
rendue nécessaire par l'accroissement de la matière, devenait 
praticable avec la multiplication des garanties d'authenticité 
que fournit la science contemporaine : de son propre aveu, dit- 
on, il n'aurait déchiffré sur la pierre qu'une seule inscription, 
composée d'un seul mot : ATANH [IG-, HI, 2974); encore le 
commentaire dont il l'a illustrée serait-il fort sujet à la critique. 
L'anecdote, fùt-elle rigoureusement exacte, n'enlèverait rien à 
l'autorité de l'infatigable épigraphiste, non plus qu'à la grande 
valeur de sa Sylloge hiscriptionum Graecarum, i^a-vue en 1883, 
avec 470 inscriptions; une seconde édition, revue et considé- 
rablement développée en deux volumes (1898-1901), contient 
deux fois plus de matière, soit 940 inscriptions, dont il faut dire, 
à la gloire de l'Ecole française, que le quart avait été publié 
pour la première fois par le BCH. C'était alors, depuis le recueil 
inséré par Franz dans ses Elementa, le premier Corpus vrai- 
ment conçu en vue de l'instruction générale des étudiants; 
c'est du môme esprit que s'inspirent les Orientis Graeci ins- 
criptiones du même auteur (Leipzig, 1903-05, 2 vol. in-8). Nous 
n'en finirions pas, du reste, si nous prétendions apporter ici 
le détail de tous les recueils plus ou moins étendus, postés 
comme de précieux auxiliaires sur les flancs des IG. et des 



HISTOIRE DES ÉTUDES d'ÉPIGRAPHTE GREGQUK EN EUROPE 31 

TAM., recueils des Inscriptions juridiques tels que celui de 
Dareste, Haussoullier et Th. Reinach; recueils de vers tels que 
ceux de Kaibel, Hofmann et Th. Preger; recueils de textes sans 
commentaires tels que celui de Ch. Michel; recueils historiques, 
tels que ces Inscriptiones Graecae ad res Romanas pertinentes, 
publiées depuis 1901 par l'Académie des Inscriptions et Belles- 
Lettres de France et qui, de la Bretagne à TAsie-Mineure, 
embrasseront le monde ancien tout entier. 

Les IG. n'ont découragé personne; bien au contraire, en 1897, 
lorsqu'on projeta de faire coïncider avec le cinquantenaire de 
l'Ecole française la réunion à Athènes d'un Congrès internatio- 
nal d'archéologie classique, Tune des questions mises éventuel- 
lement à l'ordre du jour était la recherche « des moyens propres 
à faciliter le travail archéologique, à le rendre plus pratique et 
plus fécond ^) ; on sollicitait les avis du monde savant sur le meil- 
leur mode de publication et de reproduction des textes épigra- 
phiques, sur le triple projet d'une Ephéméris épigraphique grec- 
que, d'un recueil épigraphique grec universel de petit format et 
de prix modéré, d'un recueil des inscriptions grecques, chré- 
tiennes et byzantines. 

Le Congrès, empêché par les circonstances politiques, ne 
devait avoir lieu qu'en 1905; mais le directeur Homolle rédigea, 
sans plus attendre^ la circulaire préparatoire à l'exécution du 
Corpus inscriptionum Graecarum Christianarum [CIGC.) par 
l'Ecole française d'Athènes. Les travaux déjà anciens d'Albert 
Dumont, qui avait eu la première idée de l'entreprise, d'Heuzey, 
de Petit de Julleville; l'œuvre de Y athénien Bayet : De titulis 
Atticae christianis antiqiiissimis (1878, 125 inscriptions), Re- 
cherches sur la peinture et la sculpture byzantines, Manuel de 
l'histoire de l'art byzantin; les investigations récentes de G. Millet 
au mont Athos ', à Trébizonde, à Daphni, à Mistra, de Lau- 
rent à Constantinople, en Thrace et en Morée, étaient autant de 

1. G. Millet, en collaboration avec J. Pargoire et L. Petit, a déjà fait paraître 
(1904) une première partie du Recueil des inscriptions chrétiennes du mont 
Athos, contenant 570 numéros; la seconde devait être publiée en 1905. 



316 REVUE ABCHÉOLOGIOUE 

titres et d'encouragements pour l'Ecole à se charger de l'entre- 
prise. Déjà Kirchhoff avait complété le CIG. par 1.300 inscrip- 
tions chrétiennes, groupe spécial, d'importance secondaire^ 
dont la présence lui avait cependant paru être obligatoire dans 
le CIG. ; deux faits, depuis lors, la multiplication des textes 
chrétiens et la renaissance des études byzantines, rendaient 
possible, opportune et même urgente, la publication du CIGC. 

Il s'agissait donc, dans la pensée de Th. Homolle, de « réunir 
en un recueil tous les documents épigraphiques chrétiens rédigés 
en langue grecque, des périodes romaine, byzantine et néo-hel- 
lénique. » On rassemblerait tous les textes connus ; on les publie- 
rait transcrits en caractères courants, en se conformant à leur 
orthographe; on placerait avant chacun d'eux un lemme biblio- 
graphique, avec une notice historique et descriptive; on les ferait 
suivre d'un choix de variaelectio7ies, puis, écartant toute discus- 
sion, d'un commentaire réduit aux indications chronologiques 
et paléographiques rigoureusement indispensables, enfin d'in- 
dex aussi complets, détaillés et faciles à consulter que faire se 
pourrait. Les communications devaient être adressées à laDirec- 
tion de l'Ecole française; Franz Gumont, professeur à l'Univer- 
sité de Gand, préparerait la partie asiatique du recueil; Laurent, 
ancien membre de l'Ecole, la partie européenne et africaine; une 
Commission internationale, oii siégeraient, pour la France, 
Duchesne, Schlumberger, Bayet et Diehl, serait constituée et, 
avec l'Académie des Inscriptions, accorderait à l'œuvre son 
patronage effectif. 

L'administration grecque et la Turquie se montrèrent égale- 
ment disposées à favoriser l'exécution de ce Corpus, dont la 
partie finale formera comme le dernier anneau de la chaîne 
qui unit à la Grèce contemporaine l'antiquité classique; si la 
plupart des textes postérieurs à 1453 n'ont pas en général une 
haute portée politique ni une grande valeur littéraire — en quoi 
ils ressemblent à maint texte des IG. — , ils conservent toute 
leur importance de documents pour les trois ou quatre siècles 
d'esclavage que la Grèce dut subir avant sa libération : « Négli- 



HISTOIRE DES ÉTUDES d'ÉPIGRAPIIIE GRECQUE EN EUROPE 317 

gev ces documents, dit avec raison l'un des promoteurs de 
l'œuvre, les mépriser, c'est enlever à la Grèce trois siècles 
obscurs, mais non indignes, de souffrances, de luttes, d'eiïorts et 
de progrès ». Les recueillir et les rassembler, c'est combler une 
lacune dans l'histoire de l'hellénisme et restituer à l'épigraphie, 
dans l'intérêt de la vérité, une dernière partie de ses trésors 
longtemps épars. 

{A suivre.) S- Chabert. 



INTAILLES DE U COLLECTION CREUSOT 

A BEAUVAIS 



(Planche II) 



La riche collection de pierres gravées de M. Creusot;, directeur 
honoraire de l'enregistrement à Beauvais, qui lui a été léguée 
en majeure partie par son père, est surtout remarquable par le 
nombre et la beauté des intailles. 

Quelques-unes de ces pierres ont été étudiées par MM. Hucher, 
Edmond Le Blant et François Lenormant. 

M. Greusot, qui était venu dernièrement à Voutenay voir mes 
antiquités locales, a bien voulu, sur ma demande, m'envoyer les 
empreintes de pierres gravées et pâtes de verre inédites, dont je 
joins la reproduction à cette notice (pi. II). 

1. Grylle sur jaspe rouge provenant de la Gharité-sur-Loire. 
Tête humaine coitîée d^un bonnet conique affectant l'aspect de la 
partie supérieure d'un coq et supportée par deux pattes d'oiseau. 
Trois autres grylles de la même collection ont été publiées par 
M. Hucher dans son A?'t f/aulois, 2" partie. 

2. Lion sur onyx nicolo. L'animal est accroupi sur ses pattes de 
derrière; la patte droite de devant est levée sur une proie qu'il 
va dévorer; un arbre à droite suit la courbe de l'intaille*. 

3. Guerrier ramassant un enfant, sur cornaline, provenant 
d'Alise Sainte-Reine. Le guerrier, coiffé d'un casque et tenant de 
la main gauche la lance et le bouclier, relève de la droite un en- 
fant couché à terre qui lui tend les mains. 

4. Quatre têtes, trois humaines et une d'animal, sur cornaline. 

1. Des empreintes de ces intailles sont conservées au Musée de Saint-Ger- 
main. 



INTAILLES DE LA COLLECTION CKEUZOT A BEAUVAIS 319 

Cette belle intaille a été brisée en deux parties à peu près égales, 
réunies aujourd'hui par un cercle d'or. On distingue un peu la 
brisure, au front de la plus jeune tête et dans la barbe de la tète 
opposée. 

5. Pâte de verre. Tête laurée de Vespasien ou de Titus. 

6. Tête de Sérapis portée par un aigle, sur cornaline. La tête est 
coiffée du modius et accostée du soleil et de la lune ; deux guir- 
landes de feuillage, nouées par un ruban, encadrent complète- 
ment le sujet. 

7. Divinité égyptienne accroupie sur un crocodile et entourée 
d'animaux, scorpion, oiseaux, etc.; jaspe vert. 

8. Faune dansant sur cornaline. D'une main il lient un vase, 
avec lequel il vient de boire la liqueur puisée dans un autre grand 
vase qui est à ses pieds; de l'autre main, il tient une sorte de 
thyrse. k.\i bas du dos, la petite queue caractérisant le person- 
nage. 

9. L'Amour sur cornaline. C'est le n"" 662 du catalogue de la 
vente Raifé(1867); il n'a pas été gravé dans ce catalogue. L'Amour 
est représenté avec de longues ailes et porte une peau de lion sur 
le bras gauche. La même main tient un arc légèrement gravé, 
dont on ne voit que le haut, le reste étant caché par la peau de 
lion ; la main droite s'appuie sur une massue. C'est là, sans doute, 
une allusion à l'Amour vainqueur d'Hercule, qui a enlevé au héros 
son arme favorite et la dépouille du lion de Némée. 

Abbé F. PouLAiNE. 



LA CHRONOLOGIE 

DES 

PREMIERS PATRIAlîCHES D'ALEXANDRIE 



Un chapitre (p. 448-459) du beau livre de M. A. Harnack, Die 
Mission und Ausbreitung des Christentums in den ersten drei 
Jahrhunderten\ est consacré à l'histoire des débuts du christia- 
nisme en Egypte. Il commence par affirmer que nous ne savons 
rien de précis sur le christianisme dans ce pays avant l'an 180 
de notre ère : la liste des patriarches d'Alexandrie est, dit-il, 
fabriquée et ne peut être d'aucun secours. A l'aide d'un argument 
qui paraît avoir échappé à M. Harnack, nous croyons pouvoir 
revendiquer au moins pour un nom de cette série un caractère 
historique. 

Selon les listes", le deuxième successeur de Saint Marc, sur le 
trône patriarcal d'Alexandrie, aurait été un certain Aôiiios, que les 
hagiographes connaissent sous le nom de saint Abile^ BoUandus 
lui a consacré un court chapitre au 22 février* et a réuni les 
quelques indications que nous avons sur ce personnage; en 
dehorsTdes dates de son épiscopat, nous ne savons rien de lui 
sauf son nom; encore les variantes abondent-elles. M. Harnack" 

1. Leipzig, Hinrichs, 1902, in-8, xii-561 p. 

2. Renvoyons une fois pour toutes à l'excellente monographie d'Alfred von 
Gutschmid, Vcr:^eichniss der Palriarchen von Alexandrien, publiée dans le t. II 
de ses Klei7ie Schriften (Leipzig, 1890, in-8°). p. 395-525 et à Harnack, Die 
Chronologie der aUdiristiichen Litteratur bis Emehius, t. I (Leipzig, 1897, 8"), 
p. 202-207. 

3. Courte bibliographie dans Chevalier, Biobibliographie, 2^ éd., col. 11. 

4. Acta SS. febr. III (1658), p. 284-286 (= Palmé, p. 288-289) : De Sancto 
Abilio, patriarcha lU Alexandrino. 

5. Harnack, Chrmologie, t. I, p. 123 suiv. 



CHRONOLOGIE UKS PREMIERS PATRIARCHES o'aLEXANDRIE 321 

a montré que la liste des patriarches d'Alexandrie dans Eusèbe 
remonte, selon toute appareuce, à Jules l'Africain. La chrono- 
graphie de ce dernier est presque entièrement perdue, mais Eu- 
sèbe passe pour en donner de fidèles extraits ; voici ce qu'il dit 
de notre évêque ' : 

TôTaptw [xàv o'jv hv. Ao[;.£T'.avoD, vqq xxt' 'AXc^âvBpe'.av TZOLpoiySaç b 
TtpcoToç 'Avvtavo;;, âûo 'izpo^ ~oXq eiV.oat à-o-ATtaxq è'xYj xekvjix, h'.aoiyô-x'. 

a'JTOV OSUTSpCÇ AO'.AlOÇ. 

La Chronique du même Eusèbe, conservée dans une version 
arménienne (éd. Schoene, 1867, t. II, p. 160-161), mentionne 
cet évêque sous le nom à'Abi/ùis, h l'année 2099 d'Abraham. 

Les traducteurs latins d'Eusèbe, c'est-à-dire Rufin, Mist. EccL, 
III, 14 (éd Mommsen, 1903, p. 229) et S. Jérôme, Chroii., a. 2100 
(éd. Schoene, /. c.) nomment aussi notre personnage Abiiius 
(pas de variantes). 

Le Chronographe de l'an 854, auteur anonyme de la meilleure 
liste conservée des patriarches d'Alexandrie (éd. Gutschmid, 
dans Schoene, Eusebiiis, app. IV, p. 72) l'appelle 'Ei^iXtoç, tandis 
qu'une copie manuscrite de la même liste qui existe à la Biblio- 
thèque Nationale (ms. grec 1784, f. 128, publiée par Montfau- 
con, Athanasii opéra, I, 1, p. lxxxix) fournit le nom d'A-.- 

Les mss. grecs de la Bibliothèque Nationale renferment encore 
quelques autres listes analogues qui semblent inédites : par 
exemple ms. gr. 880, f. 402 [k\\u\KX)ôq)' \ ms. gr. 1389, f. 186, 
(At[xûX'.oç); Coisl. 120, f. 225 v. ['E[û\<oq)\ Goisl. 133, f. 3 (AIôCaio?) ; 
Coisl. 368, f. 221, v. ('E[j.rMoç). 

Une liste rédigée vers 560, d'après un document antérieur 
(env. 460), qui, selon Gutschmid, ne dépendait pas d'Eusèbe, a été 
publiée par Montfaucon [Athanasii opcra, I, 1, p. xc), d'après un 



1. Hist. EccL III, 14 (éd. Schwartz, 1903, p. 228). 

2. Cette même forme A'tjxOviavô; est signalée par Clericus (Migne, P. G., 1, col, 
1051), d'après une liste des patriarches à la fin du ms. grec Regius 2i23 (auj. 
grec 201). Ce renvoi est inexact et se rapporte probablement au ms. grec 880. 



IV« SÉRIE, T. Vil. 



21 



322 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

ms. Jatin de Laon du vu® siècle. On y trouve la forme remar- 
quable Aîdllius. 

La liste du Syncelle, qui se rapproche surplus d'un point de la 
précédente, donne AqjrAtoç', ainsi que celle de son continuateur, 
Théophane. 

Quant àNicéphore de Gonstantinople, son témoig'nag'e est sans 
valeur^ (AlêfAtoç, A16(XXtoç ou AlôiôX-^ç selon les mss.); j'en dirai 
autant de ceux de Zonaras^ et de Calliste% dont la source est 
évidemment Eusèbe. 

Une passion de saint Pierre, évêque d'Alexandrie, publiée 
par Combefis, donne une liste des premiers patriarches oiî notre 
prélat est appelé MiXtoç". Cette liste, qui paraît une interpolation, 
est vraisemblablement d'origine copte®. 

Une lettre fausse du pape Anaclet fait à'Abilius le successeur 
direct de Saint-Marc \ 

Les Constitutions Apostoliques énumèrentles évêques envoyés 
et ordonnés par les apôtres : t-^ç oï 'AAs^avSpswv 'Awtavoç zpwxcç 
àrc Mapzou e'jayyeXtaTOu y.£5(£ipoT6v/)Tac, oeÛTepoç âà AêÎAMoç (var. 'A6i- 

J'ignore de quelle source provient cette mention ; le document 
qui le fournit contient des parties fort anciennes et passe pour 
être d'origine égyptienne. Quant à l'histoire de l'ordination d'Abi- 
lius par saint Luc, c'est, comme l'observe très justement Cleri- 
cus% un écho de la légende qui fait écrire à Alexandrie le troi- 
sième évangéliste, légende née sans doute de l'amour-propre des 



1. Ed. Dindorf (Byz. Bonn, 1829), t. I, p. 651, 20. 

2. Il dépend du Syncelle et de Théophane ou peut-être des textes qu'ils 
ont suivis. Cf. l'édition de G. de Boor {Bihl. Teubn.)^ p. 126. 

3. Ed. Pinder (Byz. Bonn.), t. II, p. 503, 18 et 506, 11 [Wêilioz). 

4. Migne, P. G., CXLV, col. 893 ['Millioç). 

5. Combefis, lUustrium Chrisii Martyrum lecti Iriumphi vetustis Graecorum 
inonumentis consignati {Pdiris, 1660, in-S»), p. 209 (=AA. SS, April. III, p. 349). 

6. La forme McXioç est copte ; la liste ne figure pas dans la traduction latine 
de cette passion par Anastase le Bibliothécaire (Migne, P. L., CXXIX, col. 699). 

7. Migne, P. L., CXXX, col. 77. 

8. L. VII, c. 46 = Migne, P. G., I, col. 1051. 

9. Migne, P. G., I, col. 1052. 



CFÎRONOLOGIE DES PKKMIERS PATRIARCHES d'aLEXANDRIE 323 

Egyptiens, mécontent que leurévangéliste, saint Marc, eût, selon 
de vieilles traditions, écrit à Rome son évangile. 

D'autres légendes rattachent saint Abilius à la prédication de 
saint Marc; l'évangéliste, lors de son premier séjour à Alexan- 
drie, aurait ordonné x\nianus évêque et nommé trois presbyteri^ 
Melius, Sabinus et Cerdon, ainsi que sept diacres et onze 
autres ministres du culte : Melius devint le deuxième et Cerdon 
le troisième successeur de saint Marc sur le trône patriarcal 
d'Alexandrie. Celte légende nous a été conservée par les Actes 
de saint Marc du recueil de Siméon Métaphraste, actes que de 
nombreux détails font attribuer à l'Egypte'. 

Le calendrier de l'église grecque ne connaît pas saint Abilius; 
il ne figure dans aucune des versions du Synaxaire de Constan- 
tinople (éd. Delehaye). On le trouve par contre au 22 février dans 
une foule de martyrologes latins, Bède, Usuard, Adon, Notker% 
et dans leur héritier stéréotypé, le Martyrologe Romain propre- 
ment dit, où on lit : Alexandriae Sancti Ahilii Episcopii sut 
secundus post beatum Marcum ejusdem civitatis Episcopus, 
sacerdotium virtute conspicuits ministravit. 

J'ignore quelle est Torigine de cette insertion ; la date du 
22 février est peut-être tirée de celle de la mort de saint Anianus 
(25 avril) ^ Le nom d'Abilius paraît manquer dans le Martyrolo-^ 
qium, Hieronijmianum (éd. De Rossi et Duchesne). 

Dans son histoire de l'église d'Alexandrie, rédigée en arabe 
au x^ siècle, Sévère d'Ashmouneïn dit* : Congrcgata est mullt- 
tiido orthodoxa, hahitoque consilio elegerunt virum nomme Me^ 
lianum, quem ordinaverunt Patrlarcham supra sedem S. Marci 
Evangelistae loco Hananiae. Erat Melianus vir temperans et 

1. Texte grec peu correct dans Migne. P. G., C, col. 168 (MtXatoç); en latin 
dans A A.. SS. April. III, p. 348 {Melius). 

2. Migne. P. L., XCIV, col. 847; CXXLII, col. 785 et 149; CXXXI, col. 
1048. 

3. Douze ans et neuf mois d episcopat, un mois de vacance. 

4. Traduit d'abord par Echellensis, puis par Lequien, Oriens christianus, 
t. K, col. 387-388, où il y a un bon paragraphe sur Abilius, par Renaudot, His- 
toria Pair iar char am Alcxandrinorum (Paris, 1713, in-4°), p, 13-14 et enfin par 
Evetts dans Nau et Graftin, Palrologie orientale, t. I, fasc. 2, p. 149-150. 



324 REVUE AHCHÉOLOGIQUE 

modestus. Confirmavit autem in fide eos qui in Christum credi- 
derant, atque eorum numerus miiltiplicatus est in Aegypto^ 
Africa et Pentapoli ; obiit 1 menais Thoth, anno 15 Domitiani 
Imperatoris. Suh eo Patriarcha Ecclesia in sumina tranquillitate 
fuit. 

Sévère d'Ashmouiieïn écrivait, il nous le dit lui-même, d'après 
des textes grecs et coptes qu'il se faisait traduire. 0. von Lemm 
et Grum ont retrouvé quelques-uns de ces derniers et ont cons- 
taté que la base de tous ces récits était de l'Eusèbe retravaillé'. 

Parmi les listes orientales, il nous faudra encore signaler celle 
d'Eutychius (trad. Pococke, 1659, t. \, p. 344), où on lit au règ-ne 
de Vespasien : Anno imperii ejiis nono Alexandriae Patriarcha 
coîistitiitus est Philetiiis cuin annos tredecim sedisset diem obiit. 
Selon Gulschmid, Eutychius dépend aussi d'Eusèbe. 

Le synaxaire copte-arabe m'est accessible dans le résumé 
donné par Assemani^ de deux mss. du Vatican (p. 93 au 
1" Thôth : Sancti patris Milii papae civitatis Alexandinnae) ; dans 
la traduction allemande de F. Wiistenfeld ^ oii on lit : An dem- 
selben Tage (P'" Thoth) ging auch ziir Ruhe der heilige Sabellius 
Papst von Alexandria. Dieser Heilige kam im fûnften Jahre des 
Kaisers Domiiianus nach Vespasianus dem Kaiser von Ro?n und 
zwar 35 Jahre nach der Himmelfahrt unseres Herren Jésus 
Chris tus; er iveidele die Heerde Chris ti auf das allerbeste und 
blieb zivôlf Jahre auf dem Stuhle des Marcus, dann ging er in 
Frieden zur seligen Ruhe ; et enfin dans l'édition critique avec tra- 
duction française de M. Basset [dans Nau et Graffin, Patrologie 
orientale^ t. I, fasc. 3, p. 226), où la forme donnée est Milyous : 
« En ce jour Dieu accorda le repos à notre Père Milyous, patriar- 
che d'Alexandrie. Ce fut le troisième depuis notre père Marqos 
l'apôtre. Ce saint fut élevé à cette dignité la quinzième année du 



1. Crum, Proc. Soc. bibl. arch., t. XXIV (1902), p. 68-84, 

2. Dans Angelo Mai, Scriptorum veterum nova collectio e Vaticanis codicibus 
édita, t. IV (Horau.', 1836, in-4o), p. 92-121. 

3. Synaxarium, das ist Heiligen-Kalender der Coptischen Christen aus dem 
arabisdien ûbersetzt, t. I (Gollia, 1879, 8°), p. 7. 



CHRONOLOGIE DES PRKMIEKS l'ATRlARCHES d'aLKXANDRIE 325 

règne de Doumutyanous qui est appelé Aspâsycmoiis, roi de Mou- 
myah^ trente-cinq ans après l'Ascension de notre Seigneur le 
Messie. Il gouverna très bien le troupeau du Messie et resta 
douze ans sur le siège patriarcal, puis s^ endormit dans le Sei- 
gneur. » 

Un document éthiopien, cité par J. B. SoUerius et qui semble 
bien être le synaxaire abyssin, porte la forme Milius^ 

C'est aussi la forme Milius que porte la liste des patriarches 
copiée en 1706 au Caire par le P. du Bernât et publiée par ce 
même Sollerius^ 

La liste tirée de l'Abulbaracat par Vansleb^ donne la forme 
Mihus. 

On trouve mAot dans une liste bilingue (copte-arabe)envoyée 
du Caire à Peiresc vers 1633 et publiée par le P. Kircher*. 

Dans une liste de patriarches d'unms. copte liturgique^ appar- 
tenant à l'Église de Neqadeh, la forme donnée (au génitif) est 

La liste très ancienne contenue dans le ms. or. 3580 A (12) du 
British Muséum ne commence malheureusement qu'au neuvième 
patriarche. 

Le Chronicon Orientale de Ibn-Rahib traduit par Echellensis 
dérive apparemment de Sevèred'Ashmounein^ Elmakîn, quidoit 
avoir copié Eutychius, ne m'a pas été accessible ; je n'ai pas non 
plus consulté Makrizi, dont la source à peu près exclusive paraît 



1. Acta SS. Junii, t. V, pp. 13-14, où l'on trouve une dissertation prolixe 
sur S. Abilius, SoUerius y cite aussi un hymne éthiopien à S. Milius dont voici 
un passage : Fax tibi Milio, patriarchae Alexandriae constituto, anno post 
Chrisli ascensionem qiiadragesimo quinto, sicut ardenlem terram réfrigérât 
pluvia, lia mthi, viro affliclionis , impertire gratiam intercessionis tuae. 

2. L. c, p. IX. 

3. Histoire de l'Église d'Alexandrie (Paris, 1677, in-S"), p. 304. 

4. Lingua Aegxjptiaca restituta (Romœ, 1644, in-4''), p. 518. 

5. U. Bouriant, Recueil de travaux, t. VII (1885), p. 92. Je ne sais où 
Renaudot a trouvé la forme copte MtXoiV qu'il cite l. c, p. 13; Lequien, l. c, cite 
une forme Milo d'après Petrus de Natalibus 1. IX, c. ix. L'édition originale du 
Catalogus Sanctorum (Vicence, 1493) ne confirme pas ce renvoi ; Abilius y est 
mentionné d'après Adon, mais au 1. III, c. cxliii. 

G. SoUerius, Acta SS. Junii, t. V, p. 13 : la forme est Melianus. 



326 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

avoir été ce même Elmakîn^ Il m'eût été facile d'allonger cette 
liste de renvois, mais cela n'aurait présenté dans le cas actuel 
aucun intérêt. 

Abilios [ou. Abillios) e»i donc la forme reçue dans les textes 
grecs; les traducteurs latins du haut moyen-âge l'ont tous 
transcrite par Abilnis^. Yalois, le premier, a montré qu'ils se 
trompaient et qu'il fallait transcrire Avilius : « Avilium enim 
d'ici oportuit, quod nomen Romaniim est ; perinde ac Anniani qui 
anto Avilium Epi^copua fuerat. Aviiius Flaccits praefectus 
Aegypli memoratur à Philone ^ ». 

Malgré sa vaste érudition, Yalois ne s'est pas souvenu qu'un 
nouveau citoyen romain, tout comme un affranchi, prenait le gen- 
tilice de son patron ; il n'a pas songé que l'évêque Avilius ou 
Avillivs était tout simplement un atl'ranchi ou le fils d'un affran- 
chi du préfet d'Egypte Avillius Flaccus et, par conséquent, deve- 
nait aux yeux de la critique la plus sévère un personnage histo- 
rique du P'^ siècle de iiotre ère. 

Il ne serait pas difficile de trouver, dans la littérature papyro- 
logique, de nombreux exemples de personnages dont le genlilice 
dérive évidemment de celui d'un préfet d'Egypte peu antérieur; 
j'en citerai quelques cas convaincants : 

Un OkxTotiptoç Mà^tiJ.oç dans P. Lond., 24 (du in® siècle) rap- 
pelle Veturius Macrinus, préfet en 181- 183. Un KaXSeiatoç ou 
KaXousi'atoç dans BGU 266 et 322 (216-117) doit son nom à Galvi- 
sius Statianus, préfet en 174-176. Enfin Miv(y.!cç KopEAA'.avôç dans 
P. Genève 31(143-1 46) se rattache àMinicius Italus,préfet en 103. 

J'ai choisi exprès des exemples dans lesquels l'emploi d'un 
gentilice assez rare diminue la probabilité d'une coïncidence 
accidentelle. 

Mais, me dira-t-on, 'A6{>aoç et Auiiliits ne son\ pas identiques : 
de quel droit peut-on considérer ces deux noms comme équiva- 



1. Elmakin et Makrizi attribuent tous les deux à notre Mélianus un épiscopat 
de douze ans et neuf mois. 

2. Sauf l'anonyme de Laon, qui rlonne avec raison Awtlius. 

3. FMSebii hist. eccL, 2» éd. (Paris, 1678, fol.) adnot., p. 43 . 



CHRONOLOGIE DES PREMIERS PATRIARCHES d'aLEXANDRIE 327 

lents? Je répondrai que la transcription g-recque a5t du latin aui, 
pour être moins fréquente que les formes août et aui, n'en est pas 
moins des plus rég^ulières, comme on peut s'en rendre compte en 
étudiant les statistiques si commodes de M. Wessely'; mais elle 
est surtout fréquente à partir du quatrième siècle de notre ère. Le 
seul exemple papy roi ogique qui me vienne sous la main du gen- 
tilice AviUhis le donne sous la forme Aouùtcç*; le double L 
latin étant presque toujours rendu dans les papyrus grecs par 
un double a'', je serais embarrassé pour expliquer la forme 
ASiAtoç, si je n'avais pas rencontré l'exemple d'AoutXœç que je 
viens de citer, oii un seul \ correspond aux deux LL latins. 

Aulus Avillius Flaccus fut préfet d'Eg-ypte de 32 à 37 environ 
après J. -G.*. Un des ses affranchis pouvait avoir à cette date une 
trentaine d'années et ses fils pouvaient être nés vers l'an 30 de 
notre ère. Je considère saint x\bile, troisième évêque d'Alexan- 
drie (85-97 environ), comme le fils d'un affranchi d'Avillius Flac- 
cus, monté à l'âge de cinquante-cinq ans environ sur le trône 
épiscopal et mort à l'âge d'à peu près soixante-sept ans, ce qui 
n'a rien que de très naturel. 

Il resterait à examiner si les tendances hypercritiques de la 
science contemporaine n'ont pas été injustes pour la liste des 
premiers patriarches d'Alexandrie. Il faudrait savoir si les dix 
successeurs de saint Marc : Anianus, Avillius, Cerdon, Primus, 
Justinus, Eumenes, Marcianus, Celadion^ Agrippinus et Julia- 

1 . Die lateinischen Elemente in der Grdzitàt der àgyptischen Papyrus-urkun- 
den, dans Wiener Studien, t. XXV (1903), p. 56-57. 

2. B. G. U., 286. 

3. Wessely, l. c, 

4. Les renvois sont réunis par S. de Ricci, Proc. Soc. bibl. arch. (1900), p. 376 
et XXIV (1902), p. 57 (cf. Prosopogr., l, p. 190 et Hermès, XXXIII, 1898, 
p. 271) : Philon, adv. Flaccum, l; C. I. Gr. 4716 et 4957, 1. 27 ; P. Genève 
(Nicole, Revue de philoL, XXII, p. 18); Eusèbe, Chron. (arm.) a. 2048 et 2054 ; 
Jérôme, Chron. a. 2055; Syncelle (éd. Dindorf),pp. 615, llet626,n. 5; Wilc- 
ken, Ostraka, n. 1372, L'orthograplie est, dans les textes contemporains, 
tantôt A-joui),/to; (Gen.), tantôt 'AouTaXio; (Philon, C. L Gr.) ; le Syncelle en fait 
'AcrûXaiî ou 'Ayy.'j).(Oî, la version arménienne d'Eusèbe Avulius ; S. Jérôme 
donne très correctement Auiliiis. 

5. Le nom de Celadion ne m'est connu que par cet exemple ; on est tenté 



328 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

nus n'ont pas eu un caractère plus historique qu'on ne leur at- 
tribue d'ordinaire. Les papyrus grecs de l'Egypte nous le diront 
peut-être un jour. 

Seymour de Ricci. 



de donner la préférence aux listes coptes qui l'appellent Kellatianos, c'est-à-dire 
Celadianus, nom connu par une ou deux inscriptions latines. 



VARIÉTÉS 



Catalogue des cartes postales illustrées, d'après les monuments 

romains de la France. 

La mode des caries postales illustrées, en prenant depuis quelques années 
un énorme développement, a mis à la disposition des archéologues une masse 
de documents photographiques que In modicité du prix de vente rend particu- 
lièrement intéressants. Malheureusement, si l'on tente de constituer, à l'aide de 
l'ensemble des cartes postales françaises, certaines collections déterminées, on 
ne tarde pas à s'apercevoir de la difficulté de connaître les noms des éditeurs 
et les monuments publiés. Les éditeurs de cartes postales sont légion et leur 
production, n'étant soumise à aucun dépôt légal, n'est centralisée nulle part. 

Il y a donc là un nouveau domaine bibliographique à explorer. Les préhisto- 
riens ont les premiers compris l'utilité de cette tâche. Dans un des derniers 
numéros de l'Anthropologie, M. Cartailhac invitait ses collègues à lui prêter 
leur concours en vue de dresser une liste des cartes postales des monuments 
mégalithiques'. Peu de temps après, ce travail était commencé par une nou- 
velle Revue, l'Homme préhistorique'. 

A ce moment nous avions déjà réuni nous-mème deux séries de cartes, les 
monuments mégalithiques et les monuments romains. Le catalogue de la 
première série ferait maintenant double emploi avec celui qu'a publié l'Homme 
préhistorique. Nous nous contentons donc de donner ici celui des monuments 
romains. 

Notre catalogue est dressé suivant l'ordre géographique. 

Nous transcrivons littéralement les titres imprimés, en les complétant et en 
les rectifiant, s'il y a lieu, par des indications placées entre crochets. Nous 
donnons ensuite le nom de l'éditeur ou ses initiales, ainsi que le numéro d'ordre 
de chaque carte. 

Ce premier essai bibliographique, qui comprend 188 numéros, est nécessaire- 
ment très incomplet. Nous faisons appel à l'obligeance des lecteurs de la Revue, 
espérant que leur collaboration collective nous permettra de rédiger bientôt un 
premier supplément. 

Joseph Déchelette, 
Conservateur du Musée, Roanne (Loire). 

N. B. Les initiales LL sont la marque de la maison Lévy et ses fils, de 

1. UAnlhrypoloqie, 1903, p. 120. 

2. L'Hornme préhistorique, i.9QlJ, p. 188, 



330 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

Paris ; les lettres N D, celle la maison Neurdein frères. On trouvera dans 
notre catalogue quelques autres marques composées de simples initiales et 
dont la clef ne nous est pas toujours connue. Nous exprimons nos remercî- 
ments à MM. Lévy et ses fils qui ont bien voulu, sur notre demande, compléter 
gracieusement notre assortiment des cartes de leur maison. 

AIN 
Izernore. 1. — Ruines du temple. JÀbrairie Vandel [Naiitua]. 

ALPES (HAUTES-) 
Gap. 1. — Pont do Burle (Gallo-romain). J. V. 

ALPES-MARITIMES 
Cimiès. 1. — Ruines romaines du Cirque. Coll. N. D. phot., 418. 
2. — Ruines romaines du Cirque. Id., 419. 

BOUCHES-DU-RHONE 
Arles. 1. — Vue générale prise des Arènes. Coll. N. D. phot., 1. 

2. — Vue extérieure des Arènes. Id., 2. 

3. — Galerie du l^'' étage des Arènes. Id., 56. 

4. — Les Arènes. Vue extérieure. Photolyp. E. Lacour, Marseille, 19.53. 

5. — Intérieur des Arènes. Id., 227. 

6. — Une course d'amateurs aux Arènes*. Id., 2211. 

7. — Rond-point des Arènes. LL. 94. 

8. — Les Arènes. Combat des taureaux '. Id., 102. 

9. _ Les Arènes. Combat de taureaux. Id., 103. 

10. — Les Arènes. Comliat de taureaux. Picador et taureau. Id., 104. 
H. — Les Arènes. Combat de taureaux. M., 103. 

12. — Les Arènes. Combat de taureaux. La pose des banderilles. Id., 106. 

13. — Les Arènes. Combat de taureaux. Le Matador. Id., 107. 

14. — La Festo Vierginenco au théâtre romain (vue d'ensemble). Photolyp. 
E. Lacour, Marseille, 2178. 

1.5. — Le théâtre romain. Id., 2303. 

16. — Le théâtre antique. LL., 15. 

17. — Le théâtre antique. Id., 16. 

18. — Le théâtre antique. Id., 17. 

19. — Ruines du théâtre antique. Id., 18. 

20. — Le théâtre antique. Id., 20. 

21. — Le théâtre romain. Coll. N. D. phot., 13. 

22. — Le théâtre romain. Id., 24. 

23. — Le théâtre romain. Id., 62. 

24. — La Place du Forum. Id., 21. 

25. — Obélisque romain et Saint-Trophime. LL., 21. 

26. — La Porte Constantin. LL., 42. 

27. — Le Musée lapidaire. Coll. N. D. phot., 10. 

28. — Le Musée Inpidaire (détail). Chalon-sur-Saône , B. F., 83. 

29. — Musée lapidaire. Tète d'enfant. Éd. Marcheteau, Arles, 62. 

30. — Musée lapidaire. Impératrice Livie. Coll. N. D phot., 9. 

31. — Musée lapidaire. Tombeau des Douze Apôtres. Id.. .50. 

32. — Musée lapidaire. Tombeau dit des Noces de Cana [sarcophage], /d.,51. 



i 



, Ces vues contiennent des détails intéressants pour l'étude du podium. 



VAKIÉTÉS 331 

33. — Musée lapidaire. Tombeau dit de Jouas et de la chaste Suzaune 
[sarcophage]. Id., 53. 

34. — Musée lapidaire. La Vénus d'Arles. Id., 55. 

35. — Musée lapidaire. Tombeau de Cornélie [Cornelia Gaena, sarcophage]. 
Id., 77. 

3('). — Musée lapidaire. Tète de l'empereur Auguste. 7c?.. 81 . 

37. — Musée lapidaire. IJustc de Marcellus. Id., 82. 

38. — Musée lapidaire. Tombeau dit du Miracle de la Multiplication des Pains 
[sarcophage]. Id., 83, 

39. — Musée lapidaire. Autel de Léda, sic [autel orné d'oiseaux aux ailes 
éployées]. Id., S'i. 

40. — Musée lapidaire. Couronne civique [bas-relief]. Id., 86. 

41. — Musée lapidaire. Tombeau dit de Moïse [sarcophage]. Id., 87. 

42. — Musée lapidaire. Tombeaux de Chrysogone et du Christ ressuscitant 
la fille de Jaire [sarcophages]. Id., 88. 

43. — Musée lapidaire. L'autel de la Bonne Déesse et buste de Livie [lire : 
statue romaine]. Id., 89. 

44. — Musée lapidaire. Danseuse. Tombeau romain. Id., 102, 

45. — Musée lapidaire. Tombeau de Julie Tyrrianna [sarcophage], Id., 104. 

46. — Musée lapidaire. Autel d'Apollon et des Muses. Id., 105. 

47. — Musée lapidaire. Frise de l'Arc de_.Triomphe [détail de sculpture]. 
Id., 106. 

Les Baux. 48, — La Voie romaine et la salle d'armes. Coll. N. D. phot., 48. 
Chamas (Saint-). 49. — Pont romain sur la Touloubre [Pont-Flavien]. Coll. L. A. 

.■)0. — Pont-Flavien. Voie romaine. Id. 
Rémi (Saint-), 51. — L'Arc et le Mausolée de Saint-Rémi. Coll. N. D. phot., 30. 

52. — Le Mausolée de Saint-Rémi [tombeau des Jules]. Id., 31. 

CHARENTE-INFÉRIEURE 
Saintes. 1. — L'Arc de triomphe de Cermanicus. Coll. N. D. phot., 8. 
Les Arènes et l'Eglise Saint-Eutrope. Id., 20, 

CHER 
Drevant. 1. — Amphithéâtre gallo-romain de Drevant [théâtre], Em. Pivoteau 
et fils, Sainl-Amand. 

2. — Amphithéâtre gallo-romain de Drevant [théâtre], Id. 

3. — Amphithéâtre gallo-romain de Drevant [théâtre] (novembre 1903). Id. 

4. — Fouilles gallo-romaines. Lé Portique. Id., 29. 

5. — Environs de Saint-Amand-Montrond,.Drevant, les Ruines. B. F. Pa7'is, 29, 

CORRÈZE 
Ussel. 1. — L'Aigle romaine [sculpture en pierre]. Eyhoulet frères, édit., 35. 

COTE-D'OR 

Vertault. 1. — Environs de Châtillon. Ruines de Vertillum (Vertault) (fouilles 

de la Soc. arch, du Chàtillonnais). H. Bogureau, Châlillon-sur-Seine. 

DORDOGNE 
Périgueux. 1. — Ruines des Arènes romaines. Coll. N. D.pkoL, 29. 

2. — La Tour de Vésone. Id., 8. 

3. — Porte Normande. A. Bergerel, Nancy, Seugence, libr., Périgueux; cliché 
Dors'ene. 



332 BEVUE ARCHÉOLOGIOUE 

4. — Les Arènes romaines. Périgueux, Libt^àirie Fénelon. 0. Domège, éditeur, 
U8. 

5. — Les Arènes, /d., 295. 

6. — Jardin des Arènes. W., 291. 

7. — La Tour de Vésone et la Cité.?, 9. 

8. — Château Barrière [base et tours d'époque romaine]. Périgueux 
0. Domège, éditeur. 

9. — Chcâteau Barrière. Id. 

10. — Le Château Barrière.?, 13. 

DOUBS 
Besançon. 1. — La Madeleine et le Pont de Battant [restes d'un pont romain 
dans l'arcade de droite]. P. Teulet, Besançon. 

2. — La Porte Noire. Id., 23. 

3. — Le square Saint-Jean. — Vestiges romains. Id., 1. 

4. — Square Castan. — Vestiges romains. Id., 11. 

5. — La Porte Taillée [ouverte dans les rochers à l'époque romaine, agrandie 
au xviie siècle]. Id., 10. 

DROME 
Die. 1. — Porte Saint-Marcel. Papeto'ie G. Bureau, Valence, 7. 

GARD 
Nîmes. 1. — Vue extérieure des Arènes. Coll. N. D. phot., 1. 

2. — Vue intérieure des Arènes. Id , 2. 

3. — Vue intérieure des Arènes. Id., 22. 

4. — Intérieur des Arènes. Guende, p/iol. Marseille, 1034. 

5. — Les Bains Romains. Coll. N. D. phot., 6. 

6. — Les Jardins de la Fontaine. — Les Bains romains. Guende, phot., 
Marseille, 1011. 

7. —'Le Temple de Diane. Coll. N. D. phot., 13. 

8. — Le Temple de Diane. Id., 14. 

9. — La Maison carrée. Id., 4. 

10. — La Maison carrée et le Théâtre. Id., 38. 

11. — La Maison Carrée. Guende, phot., Marseille, 1033. 

12. — La^Porte d'Auguste. Coll. N. D. phot., 8. 

13. — La'iTour Magne. Id., 10. 

14. — La Tour Magne. — Guende, phot. Marseille, 1036. 
lo. — Le Pont du Gard. Coll. N. D.phot., 17. 

16. — Le Pont du Gard. Id., 18. 

17. — Le Pont du Gard. Id., 24. 

18. — Le Pont du Gard. Id., 26. 

INDRE-ET-LOIRE 
Cinq-Mars la Pile. 1. ^ La Pile. Monument romain. Coll. N. D. phot., 123. 

2. — La Pile. Monument romain. Id., 124. 
Liiynes. 3. — Les Aqueducs romains. Coll. N. D. phot., 107. 

ISÈRE 
Vienne. 1. — Vestiges du Théâtre antique, la Tour d'Orange. Coll. N. D. phot., 
14. 

2. — Le Temple d'Auguste et de Livie. Id., 13. 

3. — Le Plan de l'Aiguille. Id., 8. 



VARIÉTÉS 333 

4. — Jardin public, Voie romaine. Id., 9. 

5. — Eglise Saint-Pierre. Mudée laiJidaire. Id., (>. 

6. — Voie romaine. B. F. Paris. 

LANDES 
Dax. 1. — Les Remparts. Coll. N. D. phot., 12. 

LOIRE (HAUTE-) 
Le Puy. 1. — Cathédrale du Puy. Bas-reliefs [romains]. Édit. Nouvelles Galeries, 
Saint-É tienne. 

LOT 
Cabors. 1. — Musée de Cahors. — Sarcophage gallo-romain du xi* siècle {sic) 
découvert à Cahors le 8 août 1903 [sarcophage antique, scènes de chasse]. 
Lifjr. Ph. Girma, Cahors. 
Capdenac-le-Haut. 2. — La Voie romaine. Phololypie Baudel, Saint-Céré {Lot). 

MAYENNE 
Jublains. 1. — Le camp romain. — Entrée Décumane. A. Chevrinais phot., 
Mayenne . 

PUY-DE-DOME 
Clermont-Ferrand (Environs de). 1. — Sommet du Puy-de-Dôme et l'Observa- 
toire [fouilles du Temple de Mercure]. L'Hirondelle, Paris, 491. 

2. — Sommet du Puy-de-Dôme et l'Observatoire [fouilles du Temple de 
Mercure]. Id., 492. 

3. — Sommet du Puy-de-Dôme et l'Observatoire [fouilles du Temple de 
Mercure]. Id., 494. 

4. — Le Sommet du Puy-de-Dôme. Les Ruines et l'Observatoire. Libr. Bougé- 
Béal, Clermont-Ferrand, 21, rue de VÉcu, 87. 

5. — Le Temple de Mercure et l'Observatoire du Puy-de-Dôme. Coll. N. D. 
phot., 68. 

6. — Sommet du Puy-derDôme. Les nouvelles ruines. Coll. V. D. C, Édit., 325. 
Royat. 7. — Les Bains romains et le Viaduc. Coll. N. D. phot., 6. 

8. — Le Viaduc [au premier plan, les bains romains]. Édit. Genès-Labbc, 37. 

9. — Source Saint-Victor [vestiges romains]. LL,, 42. 

RHONE 
Lyon (Environs de). — Aqueducs romains de Donnant. Coll. N. D. phot., 40 i. 
2. — Saint-Just. Ruines romaines. Place de Choulans. Id., 79. 

SAONE-ET-LOIRE 
Autan. 1. — La Porte d'Arroux. Coll. N. D. phot., 9. 

2. — La Porte d'Arroux. Ch. Dumothier, Aulun, 100. 

3. — Porte d'Arroux, époque romaine, Nourry et Guignard, libr. Autun. 

4. — Porte d'Arroux, monument historique. Phot. J. Coqueugniot, Autun. 

5. — Porte d'Arroux. B. F , 15. 

6. — La Porte Saint-André. Coll. N. D. phot., 34. 

7. — La Porte Saint-André. Monument historique. Phot. J. Coqueugniot, 
Aulun. 

8. — La Porte Saint-André. Époque romaine. Nourry et Guignard, libr., 
Autun. 

9. — La Porte Saint-André. Coll. Ch. Dumothier, Autun, 101. 

10. — La Porte Saint-André. J. C. Aulun. 

11. — La Porte Saint-André. B. F. Chalon-sur-Saône, 10. 



334 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

12. — La Porte Saint-André. Ici., 35. 

13. — Le Temple de Janus. Coll. N. D. phot., 11. 

14. — Le Temple de Janus. Époque romaine. Coll. Ch. Dumothier, Aiitun, 13. 
13. — Le Temple de Janus. Phot. J. Coqueugniot, Autun. 

16. — Le Temple de Janus. Nourry et Guignard, libr., Autun. 

17. — Le Temple de .Tanus. M. 

18. — Le Temple de Janus. Époque romaine. Id. 

19. — Le Temple de Janus. J. C. Autun. 

20. — Le Temple de Janus. B. F. Chalo7i-sur-Saône, 17. 

21. — Le Temple de Janus. Id., 17 bis. 

22. — Pierre de Couhard. Époque romaine. Ch. Dumothier, Autun, 26. 

23. — Pierre de Couhard. Pyramide romaine. Nourry et Guignard, libr., Autun. 

24. — Pierre de Couhard. Phot. J. Coqueugniot, Autun. 

25. — Pierre de Couhard. B. F. Chalon-sur-Saôiie . 

SAVOIE 
Aix-les-Bains. 1. — Arc de Campanus. Coll. N. D.phot., 5. 

2. — L'Arc Campanus et l'Établissement thermal. Id., 7. 

3. — L'Are romain. Aix, 14, rue d'Antibes. 

SEINE-ET-OISE 

Saint-Germain-en-Laye. 1. — Château de Saint-Germain. — Colosse de Mercure 
[provenant de Lezoux]. A. Rep. et Filliette, à Château-Thierry . Coll. R. F. 

SEINE-INFÉRIEURE 
Lillebonne. 1. — Le Théâtre romain, vue d'ensemble. Coll. N. D. phot., 29. 
2. — Cirque romain. M. T. I. L. dans un trèfle., 289. 

VAUCLUSE 
Orange. 1. — Vue générale et le Théâtre romain. J. Brun et Cie, Carpentras, 18. 

2. — Le Théâtre romain. Coll. N. D. phot., 3. 

3. —Vue générale [au premier plan, le Théâtre]. Phot. E. Lacour, Marseille, 
1720. 

4. — La façade du Théâtre romain. Coll. N. D. phot., 2. 

5. — Théâtre romain. — Façade extérieure (Levant). J. Brun et Cie, Carpen- 
tras, 65. 

6. — Théâtre romain (Côté Pourtoules). Id., 3. 

7. —Théâtre romain (l'Hémicycle). Phot. E. Lacoiir, Marseille, 1704. 

8. — Le Théâtre romain. Coll. N- D. phot. 

9. — Le Théâtre romain. Id., 7. 

10. — Intérieur du Théâtre romain. Id., 10. 

11. — ■ Intérieur du Théâtre romain. Id., 18. 

12. — Le Théâtre romain. Id. 

13. — Ruines des Anciennes Arènes. — Rue du Pontillac J. Brun et Cie, 
Carpentras, 45. 

14. — L'Arc Marius. Coll. N. D. phot., 1. 

15. — L'Arc Marius (côté nord). Id., 5. 

16. — L'Arc Marius (côté sud). Id., 6. 

17. — L'Arc de Triomphe (côté est). Phot. E. Lacour, Marseille, 1728. 

18. — L'Arc de Triomphe (côté nord). Id., 1822. 

19. — Arc de Triomphe romiiin (côté sud-est). J. Brun et Cie, Carpentras, 21. 

20. — Arc de Triomphe romain (façade nord). Id., 36. 



VARIÉTÉS ^^35 

Vaison. 21. — Ruines du Théâtre romain. J. Bru7i et Cie, Carpenlras, 7. 

22. — Pont romain, vue au levant. Id., 5. 

23. — Temple de Diane. Saint-Quonin. Cliché Ganichot, Brunel, Edit. 

VAR 

Fréjus. 1. — Aqueducs romains. LL., 39. 
2. — Les Arènes. Id., 44. 

VIENNE 
Poitiers. 1. — Le Baptistère gallo-romain Saint-.Tean. J. Robuchon, Poitiers, 21. 

2. — Le Temple Saint-Jean. LL., 39. 

3. — Le Baptistère Saint-.Iean. J. Robuchon, Poitiers, 27 bis. 

4. — Intérieur du Baptistère Saint-Jean. Id , 2S. 

5. — Le Musée Lapidaire des Antiquaires de l'Ouest. Id., 67 1er. 

6. — Statue antique de Minerve, découverte le 20 janvier 1902. Id. 
Sanxay. 7. — Les Ruines gallo-romaines du Théâtre. J. Robuchon, Poitiers, 8. 

8. — Ruines gallo-romaines du Balnéaire, couloir des Hypocaustes. Id., 7. 



BULLETIN MENSUEL DE L'ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS 



SÉANCE DU 22 SEPTEMBRE 1905. 

M. Delisle communique une lettre de M. Warner, conservateur des manus- 
crits au Musée Britannique, au sujet de la découverte, dans un album de Wind- 
sor, de dix miniatures de Jean Foucquel, provenant du second volume des Anii- 
quités de Josèphe. li ne manque plus que deux peintures, celle qui précédait 
la préface et celle qui devait être en tète du livre XXVI. — M. Warner annonce, 
en même temps, qu'il a reconnu qu'un autre manuscrit de la bibliothèque de 
Windsor, dit « Livre d'heures de Sobieski » présente une ressemblance frap- 
pante avec les « Heures de Bedford ». Il lui paraît très probable qu'il a été 
exécuté pour Marguerite, fille de Jean-sans-Peur, duc de Bourgogne, et veuve 
du dauphin Louis, duc de Guyenne, à l'occasion de son mariage avoc Arthur, 
duc de Richemont, depuis duc de Bretagne, mariage qui eut lieu en 1438, 
c'est-à-dire la même année que fut célébré le mariage d'Anne, sœur de Mar- 
guerite, avec le duc de Bedford. Plusieurs des peintures, notamment un Juge- 
ment dernier, sont extrêmement belles. — M. Delisle ajoute que le manuscrit 
qui lui a été communiqué par le prince deStolberg-Wernigerode, n'a pas été fait 
pour la seconde femme de Philippe de Valois, mais pour Blanche de France, fdle 
du roi Charles le Bel, belle-fille de Philippe de Valois et femme de Philippe duc 
d'Orléans, probablement vers 1350, peu après que la même princesse eut reçu 
l'hommage du Livre royal, poème qui lui fut offert entre 1345 et 1348, et dont 
le seul exemplaire connu a été récemment acquis pour le Musée Condé. 

L'Académie décide, par un vote, qu'elle accepte définitivement le legs à elle 
fait par M. Edmond Drouyn pour fonder un prix de numismatique orientale. 

M. Paul Viollet continue la lecture de son mémoire sur les élections ecclé- 
siastiques au xiii'^ siècle. 

M. Collignon, président, annonce que la séance publique annuelle de l'Aca- 
démie est fixée au vendredi 17 novembre. 

M. Louis Léger annonce que le monument élevé à Crécy en l'honneur de 
Jean de Luxembourg sera inauguré le 1" octobre. Sur sa demande, l'Académie 
délègue à cette cérémonie MM. Emile Picot et Héron de Villefosse. 

M. Cagnat commente un fragment de liste légionnaire qui est conservé au 
Musée de Lambèse. 

M. Louis Léger fait une communication sur le cycle épique de Marko Kra- 
liévitch. 

SÉANCE DU 29 SEPTEMBRE 1905. 

M. Léger achève la lecture de son travail sur le cycle épique de Marko Kra- 
liévitch. Après avoir raconté les aventures et analysé le caractère du héros 
légendaire que se disputent les peuples balkaniques, il exprime le vœu qu'une 



BULLETIN MENSUEL DE l'aCADÉMIE DES INSCRIPTIONS 337 

Académie slave entreprenne un Corpus consplet des chants et des traditions 
relatives à Marko. 

M. Clermont-Ganneau reprend l'étude d'inscriptions grecques, romaines et 
médiévales recueillies dans la Syrie du Nord et publiées par MM. von Oppen- 
heim et Lucas. Il démontre que plusieurs de ces textes, très mutilés, sont 
empruntés textuellement aux Psaumes et au Cantique des Cantiques, avec cer- 
taines variantes intéressantes pour l'exégèse. Il termine par l'examen d'une ins- 
cription des Croisades, en vieux français, relative à la construction d'une bar- 
bacane ù la fameuse forteresse du Krac des Chevaliers, à l'époque de Nicole le 
Borgne, grand-maître des Hospitaliers. 

L'Académie délègue M, Joretà l'inauguration du monument élevé à Crécy en 
l'honneur de Jean de Luxembourg. 

M. Maspero rend compte des travaux exécutés pendant l'année courante par 
le service des antiquités de l'Egypte, dont il est directeur, à Sakkarah, à 
Thèbes, à Edfou, à Philae, etc., et sur les résultats des fouilles. 

L'Académie déclare la vacance de la place de membre ordinaire précédem- 
ment occupée par M. Oppert, décédé il y a plus d'un mois. 

SÉANCE DU 6 OCTOBRE 1905. 

M. Clermont-Ganneau communique, de la part du R, P. Séjourné, une ins- 
cription samaritaine trouvée à Gaza et deux inscriptions grecques découvertes à 
Bersabée. La seconde de celles-ci semble provenir d'un document byzantin 
officiel, relatif aux contributions de la Palœstina Salutaris, limitrophe de la 
province d'Arabie, et mentionnant les limites d'Arindela et de Pétra. 

M. Eugène Revillout, conservateur au Musée du Louvre, écrit à M. le Secré- 
taire perpétuel qu'il pose sa candidature à la place de membre ordinaire vacante 
par suite du décès de M. Oppert. 

M. le marquis de Vogué communique une lettre du R. P. Lagrange, résu- 
mant les résultats archéologiques d'une excursion entreprise par l'École biblique 
de Jérusalem. Outre des inscriptions grecques, un intéressant texte nabatéen 
de Bosra doit être particulièrement signalé. 

M. Huelsen, secrétaire de l'institut archéologique allemand à Rome, fait 
une communication sur un manuscrit inédit de l'archéologue J.-J. Boissard 
(1528-1602), contenant un grand nombre de copies d'inscriptions et de monu- 
ments antiques de Rome, de France, de Suisse et des provinces danubiennes. 
Ce manuscrit, que l'on croyait perdu, se trouve à la Réserve des Imprimés de 
la Bibliothèque nationale. Il est important parce qu'il permet de distinguer 
d'une manière plus précise ce qui est authentique et ce qui est faux dans les 
recueils de Boissard. — MM. Cagnat et S. Reinach présentent quelques obser- 
vations. 

M, Léger, communique, en seconde lecture, son mémoire sur le cycle épique 
de Marko Kraliévitch. 

SÉANCE DU 13 OCTOBRE 1905. 
M. Clermont-Ganneau adresse à M. le Secrétaire perpétuel une note sur 

ive SÉRIE, T. VII. 22 



338 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

l'inscription nabatéenne découverte à Bosra par les PP. Savignac et Abel et 
signalée par M. de Vogué. C'est une dédicace d'une stèle au dieu Dusarès qui, 
selon M. Clermonl-Ganneau, se terminerait ainsi : « et ce au premier jour (du 
mois de) Nisan, l'an 42 (?) du [roi...] » ; deux lignes finales, contenant le nom 
et les titres du roi, ont disparu, et l'on pourrait penser qu'il s'agit d'Arétas IV 
Philopatris, roi de Nabatène, 

M. Chr. Huelsen annonce qu'il a retrouvé à la Bibliothèque nationale un 
fragment d'autobiographie de Boissard qui confirme les soupçons déjà exprimés 
au sujet du récit par lui fait de la perte de ses papiers épigraphiques. Il est dit, 
dans ce document, que Boissard a perdu dans un incendie les objets précieux 
qu'il possédait, mais aussi que son volumen inscriptionum avait entièrement 
échappé aux flammes. 

M. Tocilesco, sénateur roumain, communique les derniers résultats de ses 
fouilles dans le Bas-Danube et plus particulièrement dans la région de la Dobrud- 
ja. Il résume les discussions relatives à la date du monument d'Adam-Klissi 
et conclut qu'il s'agit bien d'un trophée de Trajan contemporain du mausolée 
voisin. Il démontre que le prétendu tombeau de Cornélius Fuscus est la sépul- 
ture d'un chef barbare. Il présente ensuite une série d'inscriptions grecques et 
romaines récemment découvertes et la photographie d'une statue de grandeur 
naturelle, représentant un poète ou un philosophe, exhumée à Tomi, le lieu 
d'exil d'Ovide. — MM. Gagnât et Clermont-Ganneau présentent quelques 
observations. 

L'Académie décide que l'exposé des titres des candidats à la place démembre 
ordinaire vacante par suite du décès de M. Oppert aura lieu le 24 novembre 
et l'élection le i*'' décembre. 

M. Bibelon, au nom delà commission de la médaille Paul Blanchet, annonce 
que cette médaille est décernée à M. Alexandre Papier, fondateur et président 
de la Société archéologique de Bône. 

M. Léger communique en seconde lecture son mémoire sur les invasions 
tartares d'après la littérature russe du moyen âge. Ce travail sera lu dans la 
séance publique annuelle du 17 novembre. 

SÉANCE DU 20 OCTOBRE 1905. 

MM. Joseph Halévy et Victor Henry écrivent à M. le Secrétaire perpétuel 
qu'ils posent leur candidature à la place de membre ordinaire vacante par suite 
du décès de M. J. Oppert. 

M. Chavannes étudie le cycle des douze animaux dans un texte chinois du 
I**' siècle de notre ère et dans un texte bouddhique traduit en chinois au ni« siècle 
p. C. Ces deux textes, indépendants l'un de l'autre, sont les plus anciens té- 
moignages prouvant l'existence du cycle des douze animaux d'une part en 
Chine, d'autre part chez les peuples turcs de l'Asie centrale. — MM. S. Reinach 
et Bouché-Leclercq présentent quelques observations. 

SÉANCE DU 27 OCTOBRE 1905. 
M, Collignon, président, annonce le décès de M. Jules Gauthier, atchiviste 



BULLETIN MENSUEL DE l'aCADÉMIE DES INSCRIPTIONS 339 

du département de la Côte-d'Or, correspondant de l'Académie depuis un an à 
peine. 

MM. Clément Huart et Paul Girard écrivent à M. le Secrétaire perpétuel 
pour poser leur candidature à la place de membre ordinaire vacante par suite 
du décès de M. Oppert. 

M. E.-F. Gautier fait une communication sur les résultats ethnographiques 
d'un voyage transsaharien. Jusqu'à une époque récente, des agriculteurs nègres, 
munis d'armes et d'outils en pierre, se sont maintenus dans la plus grande 
partie du Sahara, le long des grands oued quaternaires. Autre constatation : 
c'est très tardivement, à l'époque romaine peut-être, que s'est produite la 
grande invasion berbère qui a amené les ancêtres des Touaregs jusqu'aux bords 
de Niger. — MM. Hamy et Viollel présentent quelques observations. 

M. Elie Berger examip.e les caractères extérieurs d'une vingtaine de lettres 
closes trouvées par M. l'abbé Bled aux Archives municipales de Saint-Omer. 
Ecrites entre 1316 et 1319, elles émanent du maire de Saint-Omer, Jean Bonen- 
fant, de la comtesse Mahaut d'Artois, etc. M. Berger rappelle à ce propos les 
règles alors suivies pour expédier, fermer, sceller et adresser les lettres closes. 
La rareté des pièces de correspondance remontant au xiu® et au commencement 
du xiv^ siècle donne à cette découverte une réelle importance. 

M. Clermont-Ganneau fait une communication sur l'Héracléion de Rabbat- 
Ammon à Philadelphie. 

SÉANCE DU 3 NOVEMBRE 1905. 

M. CoUignon annonce le décès de M. Usener, de Bonn, correspondant de 
l'Académie depuis un an à peine. 

M. B. Haussouilier écrit au secrétaire perpétuel qu'il pose sa candidature à 
la place de membre ordinaire vacante par suite du décès de M. Oppert. 

M, Héron de Villefosse communique, au nom de M. J. Déchelette, conserva^ 
leur du Musée de Roanne, une note sur une antéfixe en terre cuite conservée 
au Musée de Moulins et qui est ornée d'une tête de taureau posée de face. 
M. Déchelette démontre que cette antéfixe provient de Néris et qu'elle a été 
fabriquée pour la V1II« légion dont le taureau était l'emblème. Un détachement 
de la VHP légion fut, en elfet, cantonné à Néris au moment de la révolte de 
Civilis. 

M. Gagnât communique une lettre que M. Clédat, chargé de fouilles en Egypte, 
a adressée à M. Clermont-Ganneau. Il commente une inscription grecque décou- 
verte par M. Clédat aux environs de Péluse. C'est une dédicace mentionnant le 
don, fait à quelque dieu, d'un trône et d'un autel, pour le salut de l'empereur 
Auguste et des membres de sa famille sous le gouvernement du préfet d'Egypte 
G. Turranius. Ce texte remonte au mois de janvier 750, c.-à-.d. 4 a. G. 

M. Albertini communique une note sur des fouilles exécutées à Elche, au lieu 
dit « Alcudia » (colline), du 4 juillet au 12 août 1905. On y a trouvé de nom- 
breux fragments de céramique, des citernes romaines, des monnaies. La poterie 
romaine était assez largement représentée; les tessons grecs étaient rares et de 
basse époque; les fragments de céramique ibérique étaient de beaucoup les plus 



340 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

nombreux et les plus intéressants. L'étude de ces derniers confirme, en les 
complétant, les observations de M. Pierre Paris sur les rapports de la céramique 
ibérique avec la céramique mycénienne, et particulièrement avec la céramique 
des îles. 

M. Henri Omont donne lecture, au nom de M. Labande, conservateur du 
Musée Calvet à Avignon, d'un mémoire sur les routiers français en Italie au 
xiv^ siècle. 

SÉANCE DU 10 NOVEMBRE 1905. 

M. Ch. Diehl écrit au Secrétaire perpétuel qu'il pose sa candidature à la place 
de membre ordinaire vacante par suite du décès de M. Oppert. 

M. Bréal fait une communication sur la langue des poèmes homériques. — 
M. A. Croiset présente quelques observations. 

M. S. Reinach lit, au nom de M. Mahler, professeur à Prague, une note sur 
la Vénus de Médicis, copie d'un original de Lysippe. On attribue d'ordinaire 
à l'école de Praxitèle l'original de la célèbre statue de Florence. Très souvent 
copié, ce motif devait être dû à un artiste illustre, et non à quelque élève obscur. 
Il y a des analogies frappantes entre le motir de la Vénus de Médicis et celui de 
l'Apoxyomène de Lysippe, entre la tète de la Vénus et celle d'une statue de 
femme, au Musée de Dresde, que l'on a déjà rapportée à Lysippe. On possédait 
à Sienne, au xiv^ siècle, une réplique de la Vénus de Médicis qui portait sur la 
base le nom de Lysippe et qui fut détruite comme indécente par ordre du Con- 
seil de la ville. Enfin le motif de la Vénus en question figure au revers des 
monnaies romaines de Sicyone, ville qui avait donné le jour à Lysippe. — 
M. CoUignon présente quelques observations. 

M. Roman communique le dessin du sceau de l'armée des Catalans en 1312, 
et deux sceaux de Guy Dauphin, nommé roi de Salonique par les mêmes Cata- 
lans. 

SÉANCE DU 24 NOVEMBRE 1905. 

M. Héron de Villefosse communique deux lettres du R. P. Delattre lui signa- 
lant la découverte, à Carlhage, d'un nouveau sarcophage de marbre blanc orné 
de peintures, d'une dimension encore plus grande que ceux qui ont été précé- 
demment exhumés. La corniche supérieure et la corniche inférieure de la cuve 
sont ornées d'oves et de rais de cœur; quant aux frontons du couvercle, les 
peintures qui les décorent, relevées au moment même de la découverte par M. le 
marquis d'Anselme, représentent Scylla, de face, avec des ailes, le bas du corps 
transformé en un énorme serpent et les hanches garnies de chiens qui s'élancent 
en hurlant. 

M. Clément Huart écrit à M. le Secrétaire perpétuel qu'il retire sa candida- 
ture à la place de membre ordinaire vacante par suite du décès de M. Oppert. 

M. Maurice Prou écrit pour poser sa candidature à la même place. 

M. Babelon annonce, au nom de la commission du prix ordinaire, que le 
sujet proposé : La préfecture du prétoire au iv« siècle^ est prorogea 1908. 

(^Revue critique.) Léon Dorez. 



SOCIÉTÉ NATIONALE DES ANTIQUAIRES DE FRANCE 



SÉANCES DES 8 ET 15 NOVEMBRE 1905. 

M. A. Blanchet signale la restauration récente des thermes romains de Royat; 
il regrette qu'elle ait enlevé tout aspect artistique à ces ruines. 

M. Monceaux présente au nom du R. P. Delattre des plombs de bulles byzan- 
tines et autres. 

M. Dimier appelle l'attention sur une miniature appartenant à M. Pierpont 
Morgan qu'il croit pouvoir attribuer à Jean Clouet. 

M, Babelon lit un mémoire de M. le D"" Rouquette sur une lanterne romaine 
trouvée par lui à Ain-el-Hout près de Soukharas. 

M. Prou lit une note de M. Maxime Legrand sur nnevernelle de chiens, 

M. Héron de Villefosse signale une tablette de bronze trouvée à Albia et qui 
appartient à la catégorie des tabulae defixionum. 

SÉANCE DU 22 NOVEMBRE 1905. 

M. Primet communique la reproduction d'un sceau en navette trouvé récem- 
ment dans le Var. C'est un sceau d'Aix-en-Provence, dont la légende et la 
décoration sont du xv* siècle. 

M. Vitry fait une communication sur le groupe du Domine quo vadis qui 
figurait autrefois dans l'église Saint-Pierre de Saumur. 

M. Toutain étudie une inscription probablement gravée sur une des colonnes 
milliaires delà voie romaine par laquelle était reliée Cartenna à la grande route 
qui traversait d'est en ouest la Maurétanie Césarienne en suivant le cours du 
ChélifY. 

M. Poinssot fait une communication sur une inscription récemment découverte 
à Dougga par M. Carton. 

SÉANCE DU 29 NOVEMBRE 1905. 

M. Valois communique, au nom de M. César de Chambrun, un vase romain 
trouvé à Jublains '[Mayenne). 

M. Monceaux communique divers sceaux byzantins trouvés à Carthage par 
le R. P. Delattre. 

M. Prou lit une note sur une monnaie mérovingienne frappée à Naix-en-Bar- 
rois et qui fait partie de la collection de M. Testenoire de Saint-Etienne. 

SÉANCE DU 6 DÉCEMBRE 1905. 

M. le Président lit une note de M. Roger Rozière sur deux cloches anciennes 
existant actuellement dans le Pas-de-Calais. 

M. le comte Durrieu expose, que d'après lui, il y aurait lieu de restituer le dip- 
tyque de Jeanne de France, duchesse de Bourbon, qui est exposé sous le nom 



342 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

de Meraling au Musée Condé, à un élève de Rogier Van der Weyden d'origine 
italienne, Zanetto Bugato, qui a travaillé en France à la cour de Louis XI. 

M. le comte de Loisne fait une communicatiou sur un cimetière franc récem- 
ment exploré aux environs de Béthune (Pas-de-Calais). 

La Société nomme son bureau pour 1906. Sont élus : Président, M. le baron 
de Baye ; !«' Vice-Président, M. le comte Delaborde ; 2" Vice-Président, M. J 
Martha; Secrétaire, M, Lefèvre Pontalis ; Secrétaire-adjoint, M. de La Tour ; 
Bibliothécaire achiviste, M. Pallu de Lessert. 

SÉANCE DU 11 DÉCEMBRE 1905. 

M. le Président rend compte de la visite faite par le Bureau à M. Delisle à 
l'occasion du cinquantième anniversaire de son entrée dans la Société et donne 
lecture de l'allocution qu'il lui a adressé. 

M. Enlart lit un mémoire sur les origines anglaises du style flamboyant. 

M. Rodocanachi fait une communicatiou sur le costume des femmes de Flo- 
rence au xiv^ siècle. 

M. Arnauldet parle sur un inventaire des tapisseries du château de Blois 
conservé à la Bibliothèque de Nantes. 

M. de Mély communique un mémoire de M. Stuckelberg sur les reliques 
de Saint Imier. 

M. Monceaux communique deux sceaux byzantins trouvés par le P. Delatlre 
à Carthage. 

M. Héron de Villefosse communique une inscription récemment découverte 

à Alise. 

SÉANCE DU 20 DÉCEMBRE 1905. 

M. Vauvillé communique des armes, des fibules, etc., récemment trouvées dans 
l'enceinte de l'Oppidum de Pommiers. 

M. Chapot fait une communication sur une inscription du Louvre qui se rat- 
tache à un tremblement de terre survenu à Antioche au temps du patriarche 
Theophane. 

M. Gauchery croit pouvoir attribuer le tombeau des Montigny dans la cathé- 
drale de Bourges à Michel Bourdin, 

M. Moreau de Néris communique le plan d'une piscine romaine découverte 
par lui dans la prairie Les Chaudes (Allier). 

M. de Mély présente une reproduction du rétable de Beaune. 

SÉANCE DU,27 DÉCEMBRE 1905. 

M. Vauvillé termine sa communication sur les inscriptions romaines décou- 
verte à Pommiers. 

M. Héron de Villefosse lit une note de M. Leex sur une stèle avec inscrip- 
tion trouvée à Frolois (Côte-d'Or).\Il donne communication de fragments épi- 
graphiques découverts à Alise et qui lui ont été adressés par M. Corot. 

M. Arnauldet lit une note sur deux imprimeurs du xv« siècle, Nicolas Jenson 
et Jacques Lerouge. 



NOUVELLES ARCHÉOLOGIQUES ET CORRESPONDANCE 



CESARE DE GARA 

Le 27 décembre 1905 est mort à Rome le R. P. Cesare de Gara, S. J., tra- 
vailleur infatigable, homme excellent et ami dévoué de notre Revue. Né à 
Reggio de Calabre le 13 novembre 1835, il devient jésuite en 1851, enseigna 
aux collèges de Bari, de Lecce et de Lucera, puis, à la suite des événements 
de 1860, alla poursuivre ses études théologiques à Laval et à Louvain. En 
1863, il fut ordonné prêtre à Fourvières par le cardinal de Bonald, archevêque 
de Lyon. Revenu en Italie en 1865, il enseigna au collège de Tivoli, au sémi- 
naire d'Alatri, à Musaco et à Naples. Depuis 1881, il était rédacteur de la 
Civiltà Cattolka, d'abord à Florence, puis (1887) à Rome. A cette date com- 
mence la longue série de ses travaux : Del présente stato degli Studi linguiS' 
tici (1887) ; Esame critico del Sistema filologico e linguistico applicato alla 
mitologia {I88i) ; Gli Hyksos (1889), ouvrage loué dans un long article par 
M. Maspero; Gli Hethei Pelasgi, 3 vol. (1894, 1902); Del Lazio e dei suoi 
popoli primitivi (1899), etc. Nos lecteurs connaissent les théories ethnogra- 
phiques du R. P, de Gara, que j'ai souvent résumées et discutées dans mes 
Chroniques d'Orient. La rédaction de ces Chroniques m'a coûté beaucoup de 
peine et m'a valu quelques inimitiés tenaces ; mais elle m'a procuré aussi des 
amitiés précieuses, en première ligne celle du R. P. de Gara. Au cours d'une 
longue correspondance et d'un séjour d'une semaine à Rome, j'ai appris à con- 
naître et à apprécier sa probité scientifique, son goût des recherches désinté- 
ressées, son inaltérable bienveillance. Séparés, dans d'autres domaines, par les 
divergences d'opinion les plus graves, nous étions unis par le culte de la vérité 
historique et par une sympathie fondée sur l'estime. 

Doctrinae cupidus, verax, sine felle fidelis, 
Sic fuit ut paucis contigit esse bonis. 

S. R. 

Sur une tête archaïque (Revue, 1906, I, p. 139). 

M. Jean de Mot, conservateur au Musée de Bruxelles, m'affirme que la tête 
archaïque, publiée dans notre dernière livraison comme provenant de Béotie, 
est identique à une tète ofTerle à divers musées en 1904 comme découverte 
dans une maison à Athènes et dont il a conservé une photographie. 

Je n'ai pas vu la tète de la collection Spink, donnée comme béotienne; mais 
j'ai vu, en 1904, celle qu'on disait trouvée à Athènes et n'ai pas hésité à la 
considérer comme moderne. 



344 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

Si donc il s'agit vraiment d'une seule et même tête, dont un marchand grec 
aura seulement modiflé l'état civil, la conclusion s'impose. 

11 n'était pas inutile d'appeler l'attention des savants et des amateurs sur les 
imitations de tètes archaïques, fabriquées de nos jours par de subtils Athéniens. 
Voilà qui est fait. 

S. R. 

La céramique à reliefs et les sarcophages chrétiens. 

Dans un compte rendu analytique de l'ouvrage de M. J. Déchelelte sur les 
Vases céramiques de la Gaule {Revue des questions historiques de janvier 1906), 
Dom Leclercq présente certains rapprochements intéressants entre l'art des 
potiers arvernes et l'art chrétien des sarcophages de la Gaule. « Il y a, dans les 
ouvrages céramiques, l'explication d'un certain nombre de difformités qu'on 
s'est habitué, un peu hâtivement, à mettre sur le compte de la maladresse des 
tailleurs de pierres et qui trouvent plus justement leur explication dans l'abais- 
sement du niveau général de toutes les productions d'art. En outre, les sculp- 
teurs gaulois se rattachent encore aux potiers par la coutume des uns et des 
autres de grouper arbitrairement, au hasard des rapprochements, les types et 
modèles à reproduire. Ce procédé est surtout sensible sur les sarcophages de la 
Gaule ». Plusieurs types figurés des vases gaulois dérivent des modèles que 
l'art chrétien s'est appropriés : « C'est ainsi qu'une consultation d'OEdipe, 
d'un aspect un peu fruste, appelle un rapprochement avec une scène dans 
laquelle figurent la Vierge et un personnage sous un portique, sur une ampoule 
du British Muséum. Le coq qui occupe l'angle de l'arcature sur cette ampoule 
est remplacé sur une poterie de Banassac par un oiseau. Plusieurs fragments 
représentent la rencontre de Bacchus etd'Ariadne. La fille de Minos, endormie 
dans l'attitude antique, est certainement un des prototypes du Jonas des fresques 
et de quelques bas-reliefs. Les bustes affrontés de Sérapis et d'Isis remettent 
immédiatement en mémoire les médaillons de bronze à l'effigie de saint Pierre 
et saint Paul. Enfin, Bacchus, nouveau-né, allaité par la nymphe Nysa et trois 
personnages, dirigés vers le groupe du petit dieu et de sa nourrice, rappellent 
les commpositions chrétiennes de l'Adoration des Mages ». 

Lettre de Paul Durand à Tarral. 

Voici une lettre de Paul Durand (de Chartres) à Charles Tarral, qui présente 
un certain intérêt pour l'histoire de la collection Campana et que j'aurais sans 
doute utilisée si je l'avais connue plus tôt : 

Chartres, 26 juillet 1862, 

Mon cher Tarral, votre restauration de la statue de Milo me paraît parfaite- 
ment acceptable. Je crois que c'est une découverte extrêmement intéressante et 
qui fera grand tionneur à votre sagacité. Je n'ose pas cependant vous promettre 
l'assentiment de tout le monde. Vous aurez pour vous les savans, les antiquaires : 
quant aux artistes, ils connaissent trop peu l'antiquité pour adopter votre res- 
tauration. Employez donc tous les moyens possibles pour les convaincre et pour 
fortifier votre proposition. Or, je pense que la statuette eu terre cuite que vous 



NOUVELLES ARCHÉOLOGIQUES ET CORRESPONDANCE 345 

m'avez fait remarquer au musée Campana, est une très bonne chose pour 
appuyer votre démonstration. Vous savez ce que je veux dire, c'est une terre 
cuite d'euvirou uu mètre de hauteur : la déesse pose sa main droite sur un 
hermès... cela se trouve à gauche en sortant de la salle des bijoux et des 
bronzes. Je vous envoie doue cette petite note pour vous eugager à faire 
faire un dessin ou une photographie de cette terre cuite. J'ai remarqué qu'il 
y avait un atelier de photographie au musée Campana et j'y ai vu porter plu- 
sieurs objets. Cet atelier se trouve à l'extrémité de l'une de ces longues salles 
où se trouvent une partie des plâtres de la colonne Trajane. Il me semble qu'il 
serait fort utile d'appuyer vos démonstrations par quelques monuments antiques 
dont vous donneriez des dessins dans votre mémoire ; et le monument dont je 
vous parle et que vous m'avez montré, est, je crois, très important pour vous. 

Voici une expérience que je voudrais vous voir faire et dont vous ne pouvez 
imaginer l'utilité : consacrez une demi journée à cela et vous serez étonné du 
profit que vous en retirerez. Preuez une voiture, un beau matin, et visitez suc- 
cessivement : la chapelle de la Vierge, dans l'église de Saint-Philippe du Roule 
— la chapelle de la Vierge, dans l'église de Saint-Eustache — les peintures de 
l'église de Saint-.Merry — les peintures de l'église de Saint-Sévériu — les pein- 
tures de l'église de Saint-Sulpice (et, en particulier, dans cette église, la chapelle 
peinte par E. Delacroix); terminez cette promenade par une visite aux salles du 
musée Campana où sont ces tableaux gothiques dont j'ai vu des artistes français 
se moquer, et vous retirerez, je crois, de cette excursion dans Paris un fruit 
d'expérience qui sera plus utile que celui que vous pourriez retirer d'un voyage 
d'un mois en différentes villes. Je vous conjure de faire cette épreuve et je serais 
très curieux de causer de cela avec vous. 

Si vous pouvez, par quelques recommandations, faire accepter pour le Louvre 
ou pour une salle du musée de Cluny tous ces tableaux, vous rendrez un 
immense service au public. 

Adieu, mon cher ami, je suis heureux d'avoir passé quelques momens avec 
vous et j'espère que cela pourra se renouveler plus souvent que par le passé 

Tout à vous, votre dévoué 

Paul Durand. 

Une lettre de Flaubert. 

M. Schleisinger, de Bruxelles, a bien voulu me communiquer roriginal d'une 
lettre de Gustave Flaubert, adressée à un journaliste (qui n'est pas nommé), au 
moment de la polémique que la dispersion du Musée Napoléon III provoqua 
entre Nieuwerkerke et Sébastien Cornu {Histoire de la collection Campana, 

p. 85 du tirage à part) : 

« Lundi 27. 
« Cher Monsieur, 

« Je viens réclamer de votre complaisance un petit service que vous ne me 
refuserez pas ; j'en suis sûr. Voici le fait : 

« Le Journal de Rouen a publié ces jours derniers une lettre de M. de Nieu- 
werkerke (le directeur des Musées impériaux) à propos du Musée Campana. 
M. Cornu et ses deux co-administrateurs, justement blessés par les imputations 
contenues dans cette lettre, ont dû nécessairement y répondre. Vous avez reçu 
cette réponse; ils espèrent que vous la publierezintègralement et le plus tôt pos- 
sible. C'est un droit qu'il leur serait pénible de réclamer par sommation d'huissier. 

« M, Cornu, qui sait que vous êtes de mes amis, m'a prié de faire auprès 
de vous cette démarche officieuse. 

J'ajoute, de mon chef, que M. Cornu appartient au petit groupe de mes 
plus intimes; tout ce que vous ferez pour lui sera fait pour moi. 

« Mille remerciements d'avance. Je vous serre les mains très cordialement. 

« G^^ Flaubert. » 



346 



REVUE ARCHÉOLOGIQUE 




Fig. 1. 
Patin pour pied de cheval 



Hipposandales ? 

La note suivante est extraite, avec le croquis qui l'accompagne, d'un article 
de M. Max de Nansouty (Le Temps, 4 janvier 1905). Il n'y est pas question 
d'hipposandales, et cependant le dispositif préconisé dans cette note rappelle 
singulièrement les hipposandales, si fréquents dans la Gaule romaine. Il s'agit 
d'« une adjonction au fer à cheval pour les terrains mous ». Cela vaut la peine 
d'être noté : 

« On n'a pas eu beaucoup l'occasion de « ferrer à glace », jusqu'à présent, au 

cours de cet hiver tout rempU de brouillards et 
de brumes. Par contre, dans les régions agri- 
coles, on a dû se débattre contre des périodes 
d'humidité prolongées pendant lesquelles le sol 
se détrempe; c'est alors la boue grasse et noi- 
râtre dans les chemins amollis. Les attelages de 
bœufs s'en tirent avec une persistance résignée ; 
mais les chevaux, plus alertes dans l'effort, ont 
beaucoup de peines et de fatigues supplémen- 
taires. Pendant que les roues des chariots s'en- 
lizent dans l'ornière, les pieds des chevaux, 
alourdis de terre, glissent et s'enfoncent ; cela 
occasionne et nécessite des efforts épuisants à la 
longue. 
« Comment y remédier? Ce n'est point aisé. Cependant, un chercheur propose, 
pour les cas particulièrement difficiles, de résoudre le problème au moyen de 
la sorte de patin que montre notre croquis (fig. 1). 

« Il consiste en une plaque d'acier à rainures, dans lesquelles viennent s'en- 
castrer la pince et les éponges des fers du cheval ; une bride métallique d'une 
certaine élasticité, ajustée sur le sabot au moyen d'un boulon, fixe l'appareil. 
Dès lors, la surface d'appui du pied est considérablement augmentée ; le brave 
animal possède des pieds d'éléphant qui ne s'enfoncent plus dans la boue. » 

Les Catalogues Alinari. 

Je crois rendre service aux lecteurs de la Revue et, en particulier, aux biblio- 
thécaires en indiquant Vétat des catalogues de la maison Alinari (8 via Nazionale 
à Florence). 

1» Guide aux monuments, églises, galeries, musées, etc. de Florence (1904). 
Petit volume très richement illustré, avec l'indication de plusieurs milliers de 
photographies prises par MM. Alinari à Florence et dans les environs. Il y a 
une liste complète des noms d'artistes. 

2» Églises et couvents de Florence (s. d.). C'est un guide illustré, très com- 
plet, avec renvois aux photographies de la maison. 

3° La Toscana, vedute, bassorilievi, statue, quadri, affreschi, etc. (catalogue 
illustré. 1905; 1 fr.). 

4° Venezia e il Veneto. Catalogue de photographies, 1897 (0 fr. 50). 

5" Liguria, Piemonte, Lombardia. Catalogue illustré de photographies, 1899 
(1 fr.). 

6° Umbria. Catalogue illustré de photographies, 1898 (0 fr. 50), 

7° Emilia, Marche. Catalogue illustré de photographies, 1900 (1 fr.). 

8° Roma e Provincia. Catai. illust. de photogr., 1899 (1 fr.). 

9" Campania e ]Sapolitano. Catalogue non illustré, 1896 (0 fr. 50). 

10" La Sicilia. Catalogue non illustré, 1898 (0 fr. 50). 

H» Catalogo délie Fotoincisioni édite per cura di V. Alinari, 1900. 



NOUVELLES ARCHÉOLOGIQUES ET CORRESPONDANCE 347 

1£° La chapelle des Sci^ovegni à l'Arena de Padoue et l'École des Saints George 
et Tryphon à Venise (notices et catalogues de clichés), 1904. 

13° Catalogo délie riproduzioni fotograflche cseguite a cura dei fratelli 
Alinari alla mostra d'antica arte senese, 1904. 

14° Catalogo générale délie riproduzioni di disegni, s. d. 

J'ajoute, pour faciliter aux dits bibliothécaires la conservation et le classenaent 
des photographies — qui ne doiventpasêtre montées sur bristol — que la toile 
adhérente dite linotype se trouve désormais chez M. Dobler, 57, rue du Rocher 
à Paris. 

S. R. 

Revues anglaises. 

Les périodiques anglais destinés au grand public, non analysés dans la Revue 
des Revues, publient souvent des articles d'un grand intérêt pour l'archéologie 
et l'histoire de l'art qui risquent de passer complètement inaperçus des spécia^ 
listes. Je serais obligé à nos lecteurs de me signaler, à l'occasion, des mémoires 
de ce genre, afin que je puisse en fixer la trace fugitive dans cette Revue. En 
voici quelques-uns dont j'ai eu connaissance en ces derniers temps : 

The Nineteenth Century and after, novembre 1905, p. 775-789, H. W. Hoare, 
The roman catacombs. Bon article de vulgarisation, au courant des publications 
de IV^''" Wilpert. 

Ibid., février 1906, p. 239-254. M" Strong (Eugénie Sellers), An officiai 
registration ofprivate art collections. A propos de l'acquisition tardive et, par 
suite, très coûleuse (plus d'un million) de la merveilleuse Vénus nue de Velas- 
quez, entrée en janvier 1906 à la National Gallery grâce à une souscription 
publique S M™'' Strong demande qu'une commission soit chargée de cataloguer 
les objets d'art épars dans les collections privées de l'Angleterre, Il y a de 
longues années que j'ai soumis un projet analogue à MM. Herbert Gook et 
Arthur Strong; les savants anglais ne doivent pas attendre qu'un nouveau 
Waagen ou un nouveau Michaelis vienne exécuter en leur lieu un travail si 
nécessaire. M™" Strong demande aussi que la Léda de Michel-Ange (Knapp, 
Michelangelo, p. 163) soit enfin tirée du magasin où elle se morfond pour être 
exposée à la National Gallery. Mais que dira Mis Grundy, si elle vit encore? 

The Quarteriy Review, janvier 1906, p. 111-137. H. Stuarl Jones, Art under 
the Roinan Empire. Excellent mémoire, très bien illustré, d'après les publi- 
cations de WickhofT, Riegl, Courbaud, Strzygowski, J. P. Richter. A la 
planche II (n. 4) est reproduit un beau buste inédit de l'époque de Gallien 
(Magazzino archeologico à Rome). 

The Edinburgh Revieiv, octobre 1904, p. 385-410. Anonyme, Byzantine archi- 
tecture. Essai original, où l'auteur développe une thèse qu'on peut résumer 
ainsi : « Les arts qui ont rapport à la forme suggèrent des idées. Leur appel 
s'adresse à l'esprit. La couleur, en revanche, ne suggère pas d'idées. Elle est 
d'ordre émotif et en appelle aux sens plutôt qu'à l'intelligence... L'Orient, fémi- 
nin et émotif, nous a donné l'idée de la couleur. L'Occident, masculin et intel- 
lectuel, nous a donné l'idée de la forme... L'emploi architectural de la mosaïque 

1. Gravée dans le Velasquez de M. Gensel, p. 87. 



348 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

est le caractère distinctif du style byzantin... Une bonne part de ce que l'Europe 
sait en fait de couleur lui a été appris par Venise », porte de l'Italie ouverte sur 
l'Orient. « Parmi les Flamands, il y eut un grand maître de la couleur, Rubens, 
et il avait appris la couleur à Venise; il en est de même du plus grand des colo- 
ristes anglais, Reynolds. » 

Ibid., octobre 1905, p. 330-356. Anonyme, Early Christian and byzantine 
art and archaeology. Article critique de premier ordre (l'auteur est le meilleur 
des byzantinistes anglais). La théorie de M. J. P. Richter sur les mosaïques de 
Sainte-Marie Majeure est fortement battue en brèche; d'autres réserves portent 
sur la thèse de M. Strzygowski relative à l'originalité artistique de l'Asie 
Mineure. S. R. 

Statuettes de Valence. 

Plusieurs personnes m'ont demandé des informations sur une « Vénus de 
Valence », célébrée, sous la signature Jeanne de Flandreysy, dans le Figaro du 
17 février 1906. Il s'agit d'une statuette de bronze assez ordinaire, découverte en 
1892 par M. Lucien Collion à Saint Marcel-les-Valence et acquise, en 1903, par 
M. Ferdinand de Vaucrose. Loin d'être inédite, elle a été publiée par M. Delort 
[Dix années de fouilles, p. 33) et dans mon Répertoire (t. III, p. 257). On a 
trouvé au même endroit, dit Caraboni, une Athéna et un Eros que je ne con- 
nais pas. « Tout l'art grec est dans ce petit bronze », dit Fautrice en parlant de 
l'Aphrodite. Praxitèle?... Pourquoi pas? Je cite : 

« C'est évidemment à ce maître de la grâce qu'il nous faut rattacher la sta- 
tuette valentinoise. Comme les Vénus de Médicis, du Capitule et du Vatican, 
rappelant la Vénus de Cnide, dont le type lui-même aux yeux de certains archéo- 
logues (certains autres l'ont contesté) aurait été suggéré à Praxitèle par les 
anciennes idoles orientales, babyloniennes, phéniciennes ou cypriotes, la Vénus 
de Valence se montre vêtue de sa seule beauté, pendant que les mains, d'un 
geste naturel et chaste, s'infléchissent vers les seins et le bas de la ceinture 
pour les voiler ». 

Le « bas de la ceinture » est un charmant euphémisme. Quant au geste, il 

est bien chaste, mais pas « naturel » ; la photographie instantanée a prouvé que 

l'alarme de la pudeur se manifeste plutôt par le voilement des yeux. 

"s. R. 

Semis de monnaies. 

Il n'y a pas que les faussaires et les fumistes dont l'archéologie doive se 
méfier; il y a les archéologues. J'ai vu récemment un bronze archi-faux trouvé 
avec des monnaies authentiques par un paysan ; il m'est venu à l'esprit que ce 
dépôt d'objets — datant, anoblissant le terrain — avait été fait, au temps jadis, 
par un antiquaire. Je trouve un fait de ce genre dans les notes de Michelet 
récemment publiées par M. Monod {Voyage d'Allemagne, dans Jules Michelet, 
Paris, 1905, p. 212). Le passage vaut la peine d'être transcrit. Michelet est à 
Luxembourg : 

« M. de la Fontaine (Fontana, famille espagnole depuis 200 ans), gouverneur 
de la ville depuis un an. Précieuse collection de médailles; a fait une voie 
romaine pour conduire à son jardin et, pour la rendre romaine, il y a jeté des 
médailles romaines ». 



NOUVELLES ARCHÉOLOGTQUKS ET CORRESPONDANCE 349 

Ce volume contient d'autres passages utiles à recueillir. Il montre à chaque 
pas que Michelet était supérieurement doué pour l'histoire de l'art. On extrai- 
rait une histoire de l'art de son œuvre, comme Wallon a extrait de Bossuet 
une belle traduction des Evangiles. Combien Michelet a la vision plus aiguë que 

Charles Bianc! 

S. R. 

Notes de voyage. 

Cassel. — J'ai eu l'occasion, grâce à l'obligeance de M. le bibliothécaire Fey, 
d'examiner un certain nombre de manuscrits de la bibliothèque. Il y en a de 
très précieux, notamment un codex italien des Triomphes de Pétrarque avec 
d'étonnantes miniatures de Francesco Marmitta (quelques spécimens ont été 
publiés, à trop petite échelle, dans le Pétrarque du Prince d'Essling et de 
Mùnlz). Ce manuscrit a été décrit avec détail par Schubart dans le Serapeum de 
1863 (p. 36 et suiv.). Les plus belles peintures sont celles du frontispice (bustes 
de Pétrarque et de Laure), puis des p. 149, 150, 152, 156, 159 b, 162 b, 166, 
166 b, 169 b, 173 (chef-d'œuvre), 476, 178 b, 181 b, 183 b, 186 b. Si de 
pareilles œuvres étaient « antiques», il y a longtemps qu'on en posséderait des 
héliogravures. 

— Un autre trésor est le livre d'heures d'un cardinal archevêque de Mayence, 
dont les plus belles pages ont été détachées en 1840 et mises sous verre. Il y a là 
des merveilles de miniaturistes flamands (école de Bening), exécutées entre 1500 
et 1520, et aussi d'excellentes peintures d'artistes allemands, notamment de 
Hans Sebald Beham (H.S.B). Celles qui sont signées N. G. (Nikolas Glockendon, 
de Nuremberg) sont assez médiocres. Feu Woltmann a étudié ces miniatures 
en 1877; mais je ne sache pas qu'elles aient été reproduites ou même décrites 
dans aucun recueil. 

— Comme il n'existe pas de catalogue imprimé des mss. de Cassel, je donne 
ici quelques notes prises un peu au hasard : 

Ms. fiistor. in-fol. n. 16. Expédition du Baron Fabian de Dohna en France, 
l'an 1581. Beau ms. très lisible, 2-300 p. non numérotées. 

Ms. histor. n. 41. « Curieuse und merkwùrdige Staatsgalanterien ». Manus- 
crit de 216 p., par Charlotta Luysa von Firtenroth (d'ailleurs inconnue), conte- 
nant une masse d'informations et de bavardages sur les Cours et les peuples 
de l'Europe vers 1715. Allemand saupoudré de mots français, à la manière de 
la palatine Liselotte. 

Ms. hist. n. 35, 8. Correspondance secrète (1725) sur la mort de Pierre le 
Grand et certaine maladie de la tsarine Elisabeth. 

Ms. theol. in-fol. n. 4. Très beau manuscrit à miniatures de la Chronique 
universelle dite de Thuringe, terminé en 1385. — P. 25, arche de Noé ; p. 28, 
tour de Babel ; p. 50, ruine de Sodome ; p. 67, Joseph et la femme de Putiphar ; 
p. 72, les frères de Joseph partant pour l'Egypte (les ânes sont admirablement 
dessinés); p. 156, Samson et Daliia; p. 157, Samson à la meule. 

Ms. astron. in-fol. n. l. Calendrier de Passau, analogue au Hausbuch de 
Wolfegg publié par Essenwein. Daté 1449. A la p. 33, figure nue analogue 



330 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

à celle du Zodiaque des Très riches heures de Chantilly. Remarquables tableaux 
de genre pour les jours de la semaine, p. 42, 44, 48. 

Ms. poet. in-fol. n. i. Autrefois à Heidelberg. Les Amours de Fleur et de 
Blanchefleur, avec miniatures italiennes dans le style de Pesellino (vers 1400), 
A remarquer p. 5 b, 60, 61, 158 (autodafé), 166 b (mariage, type du Sposalizio), 
p. 209, etc. 

Ms. theol. in-i, n. 12. Heures françaises du xiv^ siècle, avec jolies miniatures. 
— Cassel a possédé, de 1782 et 1788, deux revues en langue française, inti- 
tulées. Tune, Le Journal des gens du monde, l'autre. Les Petites affichi'.s de Cas- 
sel. Ce sont là des sources historiques encore bien peu exploitées ; toutefois, ce 
qui concerne le théâtre français de Cassel au xviu^ siècle a été soigneusement 
recueilli par M. J. -Jacques Olivier {Les Comédiens français dans les Cours 
d'Allemagne au xviue siècle, tome IV, la Cour du landgrave Frédéric de 
Hesse), Paris, 1905. 

Il y a de tout dans le Journal des gens du monde, même de l'archéologie 
fantaisiste. Voici un spécimen (1783, p. 161) : 

« On lit dans l'histoire ancienne qu'Annibal voulant traverser les Alpes et se 
trouvant embarrassé par des rochers inaccessibles, employa le feu et le vinaigre 
pour frayer un chemin à son armée. Un curé du pays de Foix a renouvelé le 
procédé du général carthaginois. Il est parvenu par les mêmes moyens à tracer 
un chemin d'environ loo toises de long et de 12 pieds de large à travers un 
rocher très dur ». 

J'ai noté, dans la même année de ce Journal (1783, p. 172), un « remède 
certain contre la goutte » ; il suffit de cueillir des feuilles de frêne au mois d'oc- 
tobre, de les faire sécher à l'ombre et d'en composer des tisanes. « On doit faire 
en sorte de joindre l'exercice à l'usage de cette plante et son effet n'en est que 
plus efficace ». Recommandé aux archéologues podagres. 

— Les Petites Affiches de Cassel accueillaient aussi les canards archéologiques ; 
e mieux en point leur arriva d'Amérique (déjà!). Je copie une page du n° du 
18 juillet 1785, à l'intention du Corpus inscriptionum scmiticarum : 

« Un professeur de langues orientales, à Cambridge en Amérique, a envoyé 
en 1784 à M. Court de Gébelin [un naïf notoire] trois inscriptions puniques, 
qu'on a trouvées sur des rochers à l'embouchure d'une rivière qui coule à 
50 milles au sud du Boston; elles ont été gravées par les Carthaginois qui 
abordèrent sur cette plage inconnue; elles ont pour objet leur arrivée et les 
traités qu'ils firent avec les habitants du pays. C'est sur cette importante décou- 
verte que M. Court de Gébelin a fait un mémoire très intéressant. L'auteur est 
pour l'affirmative [V. Il ne doute nullement de l'authenticité du monument et 
confirme les connaissances antiques du peuple rival de Rome. Il faut voir, 
quand cette dissertation sera plus publique, ce que les savants y répondront 
en contradiction ». 

Goettingue. — Il y a de beaux mss. à Goettingue, entre autres le Sacramen- 
tarium de Fulda, qui a été décrit, avec quelques illustrations insuffisantes, par 
le savant jésuite Beissel (2^ei<sc/ir?7< fur christiiche Kunst, i8g4). Un pareil livre 
devrait être photographié et publié de la première page à la dernière. — La 



NOUVELLES ARCFIÉOLOGIQUES ET CORKESPONDANCE 351 

bibliothèque contient une intéressante collection de bustes de professeurs, entre 
autres un très beau portrait d'Olfried Muller qui m'a fasciné. Du haut du tertre 
de Colone où il repose, cet homme de génie domine encore tout le champ de la 
philologie contemporaine. 

— Un des motifs de mon excursion à Goettingue fut le désir d'obtenir des 
renseignements sur Cari Millier, l'éditeur des Fragmenta, qui n'a pas eu sa 
biographie dans le JSekrolog d'Iwan Muller, où l'on trouve tant d'obituaires à 
la gloire de compilateurs ou de pédagogues. M. Pietschmann, l'aimable bibliothé- 
caire, me dit avoir vu souvent Cari Muller, déjà vieux, qui, portant un jour, 
à pomme d'or, se faisait conduire deux fois par semaine dans une Kneipe 
par sa gouvernante. Nous vérifiâmes dans le Botiin de Goettingue; G. Muller 
y est porté, en 1894, comme demeurant au premier étage Walkemûhlenweg, 
n» 4; en 1895, son nom manque; il était mort. Qui m'expliquera l'obscurité 
où a vécu, où a travaillé, où s'est éteint un des plus grands « Grecs » du xix« 
siècle? 

Gotha. — Le musée archéologique de Gotha, dont le conservateur est M. Pur- 
gold, un des explorateurs d'Olympie, contient nombre d'objets de valeur. Man- 
quent au Répertoire de la statuaire : une petite Victoire en marbre, debout sur 
une sphère, en très haut relief; un enfant tenant un lièvre, marbre; un torse 
d'éphèbe, marbre; un cavalier, bronze. Parmi les bronzes, j'ai encore noté un 
très beau mors complet, avec les montants, d'une irréprochable conservation. 11 
y a d'excellentes pierres gravées, entre autres une admirable intaille sassanide. 

— Non seulement Gotha possède, dans une des tours de son étrange et énorme 
château, un des cabinets numismatiques les plus riches du monde et qui s'enri- 
chit sans cesse, mais ce cabinet est doté d'un très obligeant conservateur (le 
D' Pick) et d'une bibliothèque numismatique qui ne laisse rien échapper. J'ai 
vu là des exemplaires de tout premier ordre des plus belles monnaies grecques; 
quelques jours après, j'en ai vu d'autres, non moins admirables, dans les cabinets 
Lucien de Hirsch et Duchatel conservés à Bruxelles. Il devrait exister des 
galvanos de toutes ces merveilles-là, qui peuvent être volées, perdues ou brûlées 
demain. 

— Les manuscrits de Gotha m'ont été montrés par M. Ehwald. J'ai feuilleté 
avec grand plaisir le Membr. I, 122, Heures de Paris (surtout p. i, 11, 16, 17 6, 
61, 63 b, 64, 69, 76 6, 79, io3, 108, iio, ii3 a, ii4 b, 116 b, 117 b, 119 b, 
122 6, 124 b, VI-]). Les miniatures sont dans le style de Malouel, ou même sorties 
de son atelier. Grâce à l'obligeance de M. Ehwald, je peux juxtaposer une belle 
miniature représentant la Trinité et le tableau du Louvre, œuvre presque cer- 
taine de Malouel, où figure le même sujet traité de même, avec le sang coulant à 
flots de la blessure du Christ et des airs de tête non seulement analogues, mais 
identiques (fig. i et 2). Cela confirme d'une manière assez frappante ce que 
j'écrivais dans la Gazelle des Beaux-Arts du 1" janvier 1904 (p. 55-65)', en 
publiant à la fois le tableau de Malouel et deux feuillets d'un manuscrit français 
d'Heidelberg que j'attribuais à la même main; j'y voyais la preuve du fait, déjà 

1. Mémoire lu à l'Académie des Inscriptions, le 2 octobre 1903. 



352 



REVUE àRCHÉOLOGIOUE 



pressenti par M. de Champeaux, que Malouel — oncle, à ce qu'il semble, des 
frères de Limbourg — avait été surtout miniaturiste. Averti par M. Durrieu, 
j'avais fait observer que les miniatures du ms, de Heidelberg sont des répliques 
presque exactes de celles du missel de Saint-Magloire, conservées à la biblio- 
thèque de l'Arsenal ; ces dernières ont été publiées, un peu plus tard, par M. Dur- 
rieu Ivà-vûème {La peinture à l'Exposition des primitifs français, p. 55). 

Il faut bien, à ce sujet, que je cherche une petite querelle à mon très estimé 
confrère et ami M. Bouchot. L'article où je montrais, par l'analogie de la Trinité 
du Louvre avec les miniatures de Heidelberg et de l'Arsenal, que Malouel était 
miniaturiste, a paru le l^r janvier 1904. Le ler mai de la même année, M. Bou- 




Fig. 1. — Miniature d'un manuscrit français de Gotha. 



chot publiait le Catalogue de l'Exposition des Primitifs, où on lit, à propos de 
la Pietà de Malouel (p. 8) : « La manière générale de ce tableau est très diffé- 
rente de celle des ouvrages parisiens caractérisée par nombre de miniatures de 
manuscrits. » C'était une dénégation opposée aux conclusions de mon article, 
que d'ailleurs M. Bouchot ne citait pas. Mais le même savant publia une seconde 
fois la Trinité de Malouel dans son in-folio de 1905 {L'Exposition des Primitifs 
français, pi. IX). A cette occasion, il s'exprime ainsi : « On n'a pas remarqué 
encore les concordances d'entre la Pietà, le Martyre de saint Denys et certaines 
miniatures de la Bibliothèque de l'Arsenal, renfermées dans le ms. 623. » Cette 
fois, c'était pedibus ire in meam sententiam, mais toujours sans référence et 
avec une manifeste inexactitude, puisque mon article, d'abord écarté silencieu- 
sement par M. Bouchot, affirmait précisément, en 1904, ce qu'il croyait, en 1905, 
établir pour la première fois lui-même. 11 ne m'en voudra pas de cette légitime 
réclamation. 



NOUVELLES ARCHÉOLOGIQUES ET CORRESPONDANCE 353 

Retournons à Gotha. Il y a un superbe manuscrit de Quinte Curce, Histoire 
d'Alexandre-le-Grand,gTa.nd in-foi. (Jacobs, Beitraege, 1-, p, Syi ; Rathgeber, 
Annalen der Niederl. Malevei, p. 53). Le style des miniatures ressemble à 
celui de Loyset Liédet. — J'ai vu par hasard une belle reproduction de la 
reliure de l'évangéliaire d'Echternach, conservé à Gotha, dans un ouvrage popu- 
laire récent, G. Steinhaulen, Geschichte der deutschen Kultur, Leipzig et 
Vienne, 1904, pL à la p. 186; même volume, pi. à la p. 128, gravure en cou- 
leurs d'une planche de l'évangéliaire en question. 

Weimar. — Je m'étonne qu'il n'existe pas de monographie illustrée sur la 
maison de Goethe à Weimar. Il serait intéressant d'avoir sous les yeux les 
images de tout ce que possédait ce grand homme, cartons dessinés d'après les 




Fig. 2. — Peinture à la détrempe de Malouel, au Musée du Louvre. 

statues des frontons du Parthénon, petit modèle en plâtre de la Vénus de Milo 
restaurée, tableaux italiens primitifs (dont deux fort bons) ', autres de Tisch- 
bein et de ses contemporains, etc. Goethe avait beaucoup de petits bronzes crus 
originaires de Campanie, parmi lesquels plusieurs m'ont paru faux ; mais, outre 
le joli grotesque que l'on connaît {Rép., II, p. 56i), j'ai noté un admirable 
Zeus (ou Poséidon) à patine verte, qui mériterait bien d'être publié, une Gor- 
gone et un Sphinx archaïques, un Priape, un Âtys, un Eres courant, etc. — 
Riche série de pierres gravées montées en bagues. — Ivoire français à deux 
registres, Vierge et Enfant et Couronnement de la Vierge. — Beau portrait de 
femme du xvi« siècle, de l'École de Clouet. — Je connais de nom, mais n'ai 
pas vu, un mémoire de M. Schubart intitulé : Kunstsammlungen Goethe's. 

1. Christ sortant de la tombe entre la Vierge et S. Jean (Lorenzo Monaco?) ; 
buste de Jésus portant la croix (Jacopo de' Barbari?). 

IV* SÉRIE, T. Vil. 23 



354 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

— Le palais ducal de Weimar renferme des trésors qui, à ce qu'il me semble, 
sont presque inconnus. Dans V appartement des poètes (chambre de Herder), 
j'ai admiré deux magnifiques bustes en marbre de grandeur naturelle, assez 
restaurés, mais d'un excellent style, que l'étiquette dit provenir de Pompéi; 
l'un est une Artémis, l'autre, en marbre de Paros, rappelle la Déméter de Cnide. 
Dans la partie opposée du palais, j'ai vu trois fragments de fresques de Pompéi, 
d'un style exquis (notamment la figure d'une femme debout, la main gauche 
appuyée sur un autel). — Cinq têtes colossales provenant de cartons de Raphaël 
et un fragment de fresque qui m'a paru sûrement de lui (tète et bras droit d'un 
enfant; serait-ce un morceau de celle dont l'enfant conservé à l'Académie de 
Saint-Luc a fait partie?). — Admirable Saint Herculan de Pérugin, intact, au- 
quel fait vis-à-vis (sous le nom de Léonard) un tableau de la même main que la 
Colombine de l'Ermitage. 

— La collection de dessins de maîtres est très considérable, mais les guides 
ne vous laissent rien étudier. On m'a dit qu'un étranger avait travaillé là il y a 
quelques années; je n'ai pu apprendre comme il s'appelait. 

Altenburg. — Altenburg s'honore d'une riche galerie de peintures, com- 
prenant surtout des primitifs (cf. le Beschreibender Katalog, 1898, et Gazette 
des Beaux- Arts, septembre 1897); on y voit aussi une magnifique collection 
de vases, encore inédits. Ed. Schneider, professeur à Leipzig, qui en avait 
promis depuis longtemps la publication, est mort en 1906 sans avoir rien fait; 
peu de jours après sa mort a paru une note dans VAnzeiger où il demandait 
qu'on lui communiquât des renseignements sur les vases qu'il voulait publier. 
Dans la salle où sont exposées ces antiquités de grand prix (notamment deux 
très beaux spécimens à figures noires, avec des sujets relatifs à Hercule, et des 
vases corinthiens), j'ai copié l'étiquette suivante, très surprenante dans un 
Musée transalpin : « Das Abzeichnen und die Verôffentlichung von Vasen ist 
nur mit Genshmigung der Museumsverwaltung gestattet ! » 

Bruxelles. — Que de progrès a faits, depuis quelques années, le Musée 
du Cmquantenaire! Grâce à M. Capart, il possède une section égyptienne d'une 
richesse inestimable pour les temps les plus anciens; la série des vases grecs, 
déjà considérable, s'est accrue de beaucoup de pièces excellentes; celles des 
marbres et des bronzes grecs, des verreries, des bijoux, etc. se développent 
rapidement. Le local est immense et prête à des enrichissements indéfinis. Il 
y a une très belle collection de moulages d'après des sculptures anciennes et 
modernes, entre autres un moulage complet de la loggia de l'Erechthéion et le 
fronton ouest du Parthénon rétabli à la hauteur de l'original. Les étiquettes des 
moulages d'après l'antique sont bien souvent erronées ou d'une rédaction bizarre ; 
un des marbres les plus connus de Londres est assigné au Louvre, un grand 
bronze de Naples est attribué (sans motifs connus) à Charès, etc. Il faudrait 
que tout cela fût revisé par un homme compétent. Le petit catalogue, qui vient 
de paraître, laisse trop à désirer. 

— Il y a de très belles miniatures, comme chacun le sait, à la bibliothèque de 
Bourgogne, mais un seul chef-d'œuvre au sens absolu de ce mot : le frontispice 
des Histoires de Hainaut, probablement de la main de Rogier van der Wey- 



NOUVELLES AKCHÉOLOGIQUES ET CORRESPONDANCE 3S5 

* 

den, dont il faudrait une belle publication en couleurs. — N. 95 n, bréviaire 
de Philippe le Bon; beau frontispice avec arbre de Jessé, sur fond d'or; p. 98, 
Philippe en prières, protégé par saint André, fond mosaïque. — N. iio63, Livre 
des bonnes mœurs; superbe miniature représentant le châtiment de l'org-ueil, les 
orgueilleux précipités en Enfer. — N. 96 10, Eslrif de fortune et vertu, belles 
illustrations. — N. 9296, miniature avec une vue de Sainte-Gudule. — N. 187^3, 
Évangiles du IX* siècle (cf. Bîi//. Acad. Be/g'., t. XI, I, p. 33o). — N. 9'). [5, Pon- 
tifical de Sens. — N. 9079, l'Arbre des Batailles, curieuses enluminures (pi. I, 
les Francs quittant Troie en flammes). — N. 902'), Bible historiale, beau ms. 
français du commencement du xv* siècle. Et bien d'autres, connus ou inédits. 
Un excellent catalogue, par le R. P. van den Gheyn, est en cours de publi- 
cation. 

Salomon Reinach. 

— Mittheilungen des k. d. arch. Instituts, Athen. Abthellung, tome XXIX, 3c et 4" 
cahiers : A.Rutgersvan der Loefî, Bas-re^te/'/'u?2eraire de Pherœ{p\.XXll. Monu- 
ment intéressant, malgré certaines faiblesses de l'exécution. Il rappelle le grand 
bas-relief d'Eleusis, celui où Triptolème figure entre Déméter et Koré; mais il 
paraît un peu postérieur; il daterait de la seconde moitié du v siècle. Deux 
personnages, le mari, Kinéas, assis, sa femme, Phrasimetela, debout, devant 
lui. Beaucoup d'expression et de charme dans l'ensemble de la pose et dans le 
mouvement des mains qui se serrent. Ce doit être l'œuvre d'un sculpteur thes« 
salien). — G. Weber, La topographie de la côte ionienne {plans et petites cartes 
dans le texte. Fixation de plusieurs sites jusqu'ici mal définis. — Watzinger, 
MlpaxXriî My)vuT/)ç (deux figures dans le texte. Torse d'une statuette d'Héraclès, 
en marbre pentélique, trouvée sur le versant occidental de l'Acropole d'Athènes). 
— J. Kirchner, Liste de bouleutes attiques de l'année 335/334 (un fac-similé en 
caractères épigraphiques). — Th. Wiegand, Voyages en Mysie {p\. XXIIl-XXVI 
dont une carte dessinée par Kawerau. Figures dans le texte. Beaucoup de 
renseignements utiles sur des sites peu connus. Les inscriptions et les monu- 
ments recueillis sont presque tous de l'époque romaine. Le seul monument 
figuré qui ait quelque intérêt pour l'histoire de l'art classique est une tète virile, 
en marbre, qui doit dater du second siècle après notre ère). — Th. Negris, 
Vestiges antiques submergés {àémonive, pa.r nombre de faits très soigneusement 
notés, qu'il se produit, dans tout le bassin oriental de la Méditerranée, un mou- 
vement ascensionnel, lent mais continu, de la mer, qui, depuis l'antiquité, a 
recouvert les restes de nombre, d'édifices construits sur les rivages. Figure? 
dans le texte). — W. Kolbe, Les frontières de la Messénie dans le premier 
siècle de l'empire (un fac-similé). — Dragourais, Études épigraphiques (obser- 
vations sur quelques inscriptions récemment publiées). — Br. Keil, Un témoi- 
gnage écrit sur Phidias (texte d'un écrivain byzantin qui a trait à la statue 
chryséléphantine d'Aphrodite Ourania que Phidias avait exécutée pour Elis). 

— Mitteilungen des k. d. arch. Instituts. Athenische Abtheilung, t. XXX, 
3» cahier. — A Kawerau, Rapport sur la reconstruction de deux colonnes de 



3S6 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

VHérxon d'Olympie {pi. V et VI, 6 Qg. dans le texte. Des fonds avaient été mis 
à la disposition de l'Institut par M. Karl Schultte, de Brème, pour la remise 
en état de quelques colonnes du temple de Zeus ; mais l'examen des débris 
gisant sur le sol convainquit MM Kawerau et Schrader que l'opération ne 
pourrait se faire sans l'insertion de trop nombreuses pièces modernes; on se 
décida donc à employer celte somme à relever deux des colonnes du vieil 
Héraeon, ce qui a pu se faire sans qu'il y eût presque à introduire dans le fût 
des morceaux rapportés. Cette reconstruction, exécutée avec le plus grand 
soin, aide singulièrement le spectateur à se représenter l'aspect que devait offrir 
ce monument, le plus ancien type de l'architecture religieuse que nous ait 
laissé la Grèce. On ne peut qu'applaudir à cette restauration partielle, du même 
genre que celle du Trésor des Athéniens à Delphes, entreprise par l'Ecole 
française, aux frais du dème d'Athènes. — R. Herzog, Lettre du roi de Bithynie 
Ziaélas aux habitants de Cos (le roi reconnaît le droit d'asile que la cité de Cos 
réclamait pour son sanctuaire. PL Vil). — Philios, Le bas-relief dit de Lacra- 
tidès à Eleusis (planche complémentaire au trait. Deux figures dans le texte. 
Ph. discute et complète les explications qui ont été données précédemment du 
bas-relief et de son inscription très mutilée). — G. Weicker, Timonidas 
(pi. Vlll, 1 figure dans le texte. Publie et décrit pour la première fois d'une 
manière satisfaisante un curieux vase corinthien, du musée d'Athènes, signé 
du peintre Timonidas, qui n'avait pas obtenu jusqu'ici l'attention qu'il méritait. 
Sujet représenté : Troïlos et Polyxène surpris par Achille auprès de la fontaine. 
W. rapproche de ce vase signé un vase anonyme du musée académique de 
Bonn qu'il croit pouvoir attribuer, vu la similitude de forme et de facture, 
au même peintre). — G. Weicker, Coqs sur les stèles funéraires (explique le 
sens de ce symbole funéraire : quatre figures dans le texte). — A. Wilhelm, 
Liste de vainqueurs dans les jeux à Athènes. — o iravtwvtoç (explique le sens 
de ce terme récemment retrouvé dans une inscription délienne et que n'a pas 
compris l'éditeur. Il s'agit d'un grand cratère, mentionné par d'autres textes, 
qui figurait dans certaines cérémonies). — G. Friedrich, Démétrios (pi. IX, 
9 figures dans le texte. Description très exacte, complétée par les notes de 
M, Wace, du peu qui reste de la ville forte fondée sur le golfe de Magnésie, 
près du Volo actuel, par Démétrius Poliorcète). — E. Herkenralh, Un groupe 
de statues du temps des Antonins (8 figures dans le texte. Ces statues se carac- 
térisent par la position de la ceinture, qui flotte lâche au bas des reins). — 
W. Doerpfeld, Palais crétois, mycéniens et homériques (pi. X, 5 figures dans 
le texte. Article très important, dont toutes les conclusions paraissent fortement 
motivées. Les plus anciens palais crétois seraient l'œuvre de ces peuplades 
cariennes et lyciennes qui, au témoignage des anciens, ont jusqu'à Minos 
dominé dans l'archipel. Les palais crétois les plus récents comme ceux de Ti- 
rynthe et de Mycènes représenteraient la civilisation et l'art des Achéens. Les 
palais homériques seraient décrits d'après ces palais achéens, en reprodui- 
raient fidèlement l'ordonnance générale). — Weilbach et Kaw^erau, Le monu- 
ment votif à Aphrodite Pandémos sur C Acropole d'Athènes (il n'y a pas, comme 
on l'a cru, de lacune entre les deux fragments retrouvés). 



NOUVELLKS ARCHÉOLOQIQUES ET CORRESPONDANCE 357 

— Sommaire de la Gazette des Beaux-Arts du 1" novembre 1905. — Charles 
Ephrussi, par M. Auguste Marguillier. — Quelques ateliers d'ivoiriers fran- 
çais aux xnie et xiv« siècles (1" article), par M. Raymond Kœchlin. — Notes 
sur une « Résurrection » du Musée Royal de Berlin. — Giovanni Beliini et le 
graveur Mocetto, par M. Joseph Guibert. — Les trois Drouais [3" article), par 
M. C. Gabillot. — Vorigine de la « Vierge de Miséricorde «, par M. Léon 
Silvy. — Correspondance de Russie : L'Exposition des portraits du xviii' et 
du XIX® siècle, à Saint-Pétersbourg , par M. Denis Roche. — Bibliographie. — 
Quatre gravures hors texte. — Charles Ephrussi : pointe sèche originale par 
M. Jean Patricot. — Le Prince de Guémênée et M"^ de Soubise, par François- 
Hubert Drouais : héliogravure. — La Vierge de Miséricorde, école française 
du XV' siècle (Musée du Puy) : photogravure. — Lavandières à Saint-Malo : 
héliogravure d'après une eau-forte de M. Lhermitle. — Nombreuses gravures 
dans le texte. 

— Sommaire de la Gazette des Beaux- Arts du i'' décembre 1905. — Marie de 
Médiciset les arts (l"article), par M. Louis Batiffol. — Quelques ateliers d'ivoi- 
riers français aux xni^ et xiv« siècles (2" article), par M. Raymond Kœchlin. 

— Un projet de Prud'hon pour l'escalier du Muséum central des arts, par 
M. Maurice Tourneux. — Promenade au Salon d'Automne, par M. André Gide. 

— Correspondance de Belgique : L'Exposition de l'art ancien à Liège, par 
M. Henri Hymans. — Correspondance d'Italie : L'Exposition d'art byzantin à 
l'abbaye de Grottaf errata, par M. Attilio Rossi. — Bibliographie : Le Psautier 
de saint Louis, par M. Paul Durieu; — Inventaires mobiliers et extraits des 
comptes des ducs de Bourgogne de la maison de Valois, tome I (Bernard 
Prost), par M. Alphonse Roserot. — Bibliographie des ouvrages publiés en 
France et à l'Étranger sur les Beaux-Arts et la Curiosité pendant le deuxième 
semestre de l'année 1905, par M. Auguste Marguillier. — Quatre gravures 
hors texte. — Minerve conduisant le Génie des Arts au séjour de l'Immorta- 
lité, dessin aux deux crayons par Prud'hon (coll. de M. Deutsch, de la 
Meurthe) : phototypie. — Portrait de M^" Berlin, dessin par Ingres (app. à 
M™^ Léon Say) : héliogravure. — Un coin de l'ancienne Salpêtrière, eau-forte 
originale de M. E. Herscher. — Combat d'Abraham et des trois rois; — Le 
songe du grand panetier et du grand échanson, miniatures du « Psautier de 
saint Louis ». (Bibliothèque Nationale, Paris) : phototypie. 

— Sommaire de la Gazette des Beaux-Arts du i'^ janvier 1906. — Les Nou- 
velles découvertes de la mission Morgan, par M. E. Pottier. — Le Retable de 
Beaune {i^^ article), par M. F. de Mély, — Artistes contemporains. — J.-J. 
Henner (1*"^ article), par M. Léonce Bénédite. — Quelques ateliei's d'ivoi- 
riers français aux xin" et xiv'= siècles (3^ et dernier article), par M. Raymond 
Kœchlin. — Correspondance d'Italie : L'Art des Abi'uzzes et l'Exposition 
de Chieti, par M. Attilio Rossi. — Correspondance de Munich : La IX^ Expo- 
sition internationale des Beaux- Arts, par M. William Ritter. — Bibliogra- 
phie. — Trois gravures hors texte. — Code du roi Hammourabi, bloc en dio- 



358 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

rite, vers 2000 av. J.-C. (Musée du Louvre) : héliogravure. — Le Jugement 
dernier, école flamande du xv* siècle (Hospice de Beaune) : héliogravure. — 
Biblis, par J.-J. Henner (Musée de Dijon) : gravure au burin de M. A. Mayeur. 

— Nombreuses gravures dans le texte. 

— La Revue de l'Art ancien et moderne. Sommaire du numéro du 10 no- 
vembre 1905 : Texte. Les Dumonstier, dessinateurs de portraits au crayon, 
XVh et XVW siècles (III), par M. J.-J. Guiffrey. — La Collection Cronier, 
par M. Raymond Bouyer. — L'Estampe contemporaine : Léandre, par M. Henri 
Beraldi. — VEsthélique de Géricault (H), par M. Léon Rosenthal. — Les 
Grands champs de fouilles de VOrient grec en 190i (II), par M. G. Mendel. — 
Le « Bain turc » d'Ingres, au Salon d'Automne, par M. Henry Lapauze. — 
Bibliographie. — Gravures hors texte : Françoise Hesèque, femme de Daniel 
Dumonstier, dessin de Daniel Dumonstier (Cabinet des Estampes de la Biblio- 
thèque nationale). — Le Maréchal de La Force, dessin de Daniel Dumonstier 
(musée du Louvre). — Les Amants endormis, héliogravure d'après le tableau 
de Watteau (collection Cronier). — La Liseuse, tableau de Fragonard (collec- 
tion Cronier). — Portrait présumé de sir John Campbell, héliogravure d'après 
le tableau de Gainsborough (collection Cronier). — Étude, lithographie origi- 
nale de M. Léandre. — Le Radeau de la Méduse, tableau de Géricault (musée 
du Louvre). — Tête d'Alexandre (face et profil) trouvée à Pergame (musée de 
Constantinople), photogravure. — Le Bain turc {état du tableau en 1859), 
tableau de J.-D. Ingres. — Le Bain turc, héliogravure d'après le tableau de 
J.-D. Ingres (collection de M. le prince Amédée de Broglie). — Nombreuses 
figures dans le texte, 

— La Pievue de l'Art ancien et moderne. Sommaire du numéro du 10 dé- 
cembre 1905 : Texte. Ruskin d Venise, par M. Robert de la Sizeranne. — Les 
Peintres de Stanislas -Auguste : Alexandre Kucharski (I), par M. R. Fournier- 
Sarlovèze. — « Master Rare ^) , par sir Joshua Reynolds, par M. Marcel Nicolle. 

— L'Art symbolique à la fin du moyen âge (III), par M. Emile Maie. — Angèle 
Delasalle, peintre et graveur, par M. A. M. — Les Dumonstier, dessinateurs 
de portraits au crayon XVI' et XVU^ siècles (IV), par M. J.-J. Guiffrey. — 
L'Homme et son image, à propos d'un livre récent, par M. E. D. — Bibliogra- 
phie. — Gravures hors texte : Venise, reine de la Mer, photogravure d'après 
la peinture du Tintoret (Palais des Doges, VeniseJ. — Venise sur le globe du 
Monde avec la Justice et la Paix, photogravure d'après la peinture de Paul 
Veronèse (Palais des Doges, Venise). — M'»e de Polastron, héliogravure d'après 
le pastel de Kucharski (collection de M"^ la vicomtesse de Fontenay). — 
M'»e de La Millières et ses enfants, photogravure d'après le pastel de Kucharski 
(collection de M. Wildenstein). — Master Rare, gravure de M. Carie Dupont, 
d'après la peinture de sir J. Reynolds (musée du Louvre). — L'Abside de 
Saint-Germain-r Auxerrois, eau-forte originale de M"« Angèle Delasalle. — La 
Maréchale d'Ancre, photogravure d'après le dessin de Daniel Dumonstier (Cabi- 
net des Estampes de la Bibliothèque Nationale). — Maximilien de Béthune, 



NOUVELLES ARCHÉOLOGrOUES ET CORRESPONDANCE 359 

duc de Sully, héliogravure d'après le dessin de Daniel Dumonstier (musée du 
Louvre). — Le Duc de Montbazon, photogravure d'après le dessin de Daniel 
Dumonstier (Cabinet des Estampes de la Bibliothèque Nationale). — Portrait 
d'homme, photogravure d'après la peinture de Lucas Cranach (musée de 
Bruxelles). — Nombreuses gravures dans le texte. 

— La Revue de l'Art ancien et moderne. Sommaire du numéro du 10 janvie 
1906 : Texte, La Peinture orientaliste en Italie au temps de la Renaissance {[),f 
parM. Charles Diehl. — LesPeintres de Stanislas-Auguste: Alexandre Kucharski 
(II), par M. Fournier-Sarlovèze. — Les Fouilles d'Aphrodisias, par M. Max. 
CoUignon, — Les Dumonstier dessinateurs de portraits au crayon, par 
M. Jules Guiffrey. — Liseuse, lithographie originale de M. H. -P. Dillon, par 
M. R. G. — Artistes contemporains : Franz von Lenbach (I), par M. Louis de 
Fourcaud. — Notre Concours d'orfèvrerie. — Bihliographie. — Gravures hors 
texte : Janissaire et Femme turque, photogravures d'après les dessins de Gentile 
Bellini (British Muséum. — M"^^ Barbier -Walbone, gravure de M. Leseigneur, 
d'après le pastel de Kucharski (collection de M™8 la comtesse Hallez-Glapa- 
rède). — La Reine Marie -Antoinette, photogravure d'après le pastel de 
Kucharski (collection de M. le duc Des Cars). — Le Dauphin, héliogravure 
d'après le pastel de Kucharski (Palais de Trianon). — Le Prince de Guéménée, 
photogravure d'après le dessin de Daniel Dumonstier (Bibliothèque Nationale). 

— Liseuse, lithographie originale de M. H. -P. Dillon. — Franz von Lenbach, 
photogravure d'après la peinture de F. von Lenbach. — Eleonora Duse et 
Marion von Lenbach, héliogravure d'après la peinture de F. von Lenbach. — 
Nombreuses gravures dans le texte. 

— Jahreshefte des œsterreichischen Archxologischen Institutes in Wien, 
t. VIII, 2« cahier, 1905. — R. Engelmann, Le vase Vagnonville (figures dans 
le texte; propose une explication du sujet, resté jusqu'ici inexpliqué, de la 
peinture qui décore ce vase du musée national de Florence. On reconnaît tout 
d'abord, dans ce tableau, un tertre funéraire surmonté d'une figure de sphinx 
(cf. une tombe de Spata). Ce tertre est percé de trous par où s'échappent des 
flammes. Celles-ci proviennent de la combustion du cadavre et de sa bière qui 
s'achevait dans la fosse recouverte de dalles sur lesquelles on avait amoncelé 
de la terre, en ménageant des conduits destinés à maintenir un courant d'air. 
Deux satyres sont surpris par cette apparition inusitée des flammes sortant du 
tumulus. L'un s'enfuit effrayé; l'autre se précipite sur le tertre pour le ^démo- 
lir et éteindre ainsi le feu). — Th. Macridy, Antiquités de Notion (figures dans 
le texte. Ruines d'une église byzantine. Nombreuses inscriptions de l'époque 
romaine). — C. Robert, Sur l'épigramme de Lousoi (essai d'une restitution). 

— W. Helbig, Les tTruer; et leurs écuyers (réponse aux critiques formulées par 
Petersen à propos de l'étude intitulée Sur les Ititcîç athéniens, dans les Mémoires 
de VAc. des inscr., t. XXXVII), — G. Rizzo, Représentation d'un théâtre et 
scène tragique. Bas-relief en terre cuite de P. Numitorias Hitarus (pi, V. Figures 
dans le texte. Le bas-relief, dont la polychromie était très bien conservée au 



360 REVUE ARCFIÉOLOGIQUE 

moment de la découverte, date au plus tard des premiers temps de l'empire. 
Intéressant pour l'image qu'il donne de la façade ou scenae frons devant laquelle 
jouent les acteurs et pour le costume qu'il prête à ces acteurs, au nombre de 
cinq. La scène ici figurée pourrait être celle d'une tragédie d'Accius, imitée 
d'une tragédie de Sophocle, où Ulysse vient, au nom des Grecs, arracher Astya- 
nax à sa mère pour le conduire à la mort). — Imhoof-Blumer, Eurydikeia 
(explique la légende d'une petite monnaie de cuivre. Elle aurait été frappée à 
Smyrne. La ville aurait reçu, pour un temps, ce nom, celui de la fille de Lysi- 
maque). — H. Heberdey, Les proconsuls d'Asie sous Trajan. — A. Wilhelm, 
Notes sur Josèphe (corrections aux noms de divers personnages grecs men- 
tionnés dans les pièces insérées dans VHistoh^e des Juifs). — 0. Keller, Les 
différentes races de chiens dans l'antiquité (pi. IV. Nombreuses figures dans 
le texte. Article curieux). — E. LœwY, Athlète ou Apollon (L. se pose cette 
question à propos des Diadumènes de Phidias et de Lysippe. Sans se pronon- 
cer d'une manière formelle, il montre la faiblesse de certains des arguments 
invoqués par* Hauser pour prouver que les Diadumènes étaient des ApoUons). 

— A. Wilhelm, Inscription de Hyettos (deux décrets béotiens du u* siècle de 
notre ère). — Inscription d'Hypata (relative à un différend de frontière). — Von 
Schneider, Tombeau romain de la Haute Italie (pi. II, III. Figures dans le 
texte. Explication des sujets représentés sur les quatre faces). — Supplément 
(en petit texte). — R. Heberdey, Rapport sommaire sur les fouilles d'Ephése en 
1904 (la découverte la plus importante a été celle de l'édifice élevé pour servir de 
bibliothèque par le fils de Ti. Julius Celsus Polemeianus, consul en 92 de notre 
ère). — W, M. Ramsay, Inscriptions néo-phrygiennes (curieuse collection de 
textes transcrits avec soin; mais on aurait aimé trouver là un résumé, un essai 
de vocabulaire et de grammaire). 

G. P. 

— American journal of Archêeology, 2* série, t. IX, 3e cahier. — Andrew 
Fossum, Le théâtre de Sicyone (pi. VIII-IX, 8 figures dans le texte. Étude 
très soignée). — Harold H. Hastings, Le contenu d'une poche de l'âge de 
bronze, objets provenant d'Avgo, en Crète (pi. X, 6 fig. dans le texte). — Oliver 
S. Tonks, Un nouveau nom d'aimé (xaXô;) sur un vase que l'on peut attribuer 
à Phrynos (ce nom est i^xpoTêo?.) — David M. Robinson, Inscriptions grecques 
et latines de Sinope. — Harold M. Fow^ler, Nouvelles archéologiques. 

— École française de Rome. Mélanges d'archéologie et d'histoire, XXV', 
année. Fasc. III-IV, mai-août 1905. — F. Ashby, Monte Circeo (pi. IV et V. 
Jamais le site n'avait été étudié avec autant de soin. Tous les vestiges de cons- 
tructions antiques qui s'y trouvent ont été relevés avec la dernière exactitude). 

— J. Calmette, Epitaphes et poèmes sur Charles VII, extraits des manuscrits 
de la Reine (bibliothèque Vaticane). — D. R. Ancel, Les tableaux de la Reine 
Christine. La vente au régent d'Orléans (avec une copie de l'inventaire. Cette 
galerie a passé en Angleterre en 1792). — P. Hazard, Les milieux littéraires en 
Italie de 4792 d 1199 (article très documenté et très amusant sur une époque 



NOUVELLES ARCnÉOLOGIQTIES ET CORRKSPONDANCE 361 

mal connue). — Martin-Chabot, Le registre des lettres de Pierre Ameil, arche- 
vêque de Naples (1363-i365) puis d'Embrun (1365-1379). — A. Grenier, La 
transhumance des troupeaux en Italie et son rôle dans Vhistoire (article très 
intéressant, plein de faits et d'idées. L'auteur s'est renseigné aux meilleures 
sources et a d'ailleurs étudié la question sur place, dans les différentes régions 
ou régnait le régime dont il signale les effets). — C. G. Picavet, Ifiote sur un 
tableau de Fra Angelico. La roue symbolique (pi. VI. Explication ingénieuse 
et satisfaisante du tableau). 

— Proceedings ofthe Society of biblical Archseology, vol. XXVII, 35* session, 
5^ séance, 14 juin 1905. — H. R. Hall, Étiquettes de momies au Musée 
Britannique (suite, planche). — W. E. Cram , Recette copte pour la préparation 
du parchemin. — De l'emploi du terme « église catholique » dans les documents 
coptes. — H. R. Hall, Le temple de la XP dynastie à Deir-el-Bahari (3 planches. 
Très intéressant. Les fouilles de 1904-1905, conduites par M. Hall sous la 
direction de M. Naville, ont mis au jour des restes importants du plus ancien 
temple qui ait encore été retrouvé à Thèbes, un temple de la XI° dynastie, le 
temple funéraire du rolNeb-Napet-Raou Mentu-hetep III. Le plan en est curieux. 
Les bas-reliefs sculptés sur les murs comptent parmi les meilleurs morceaux 
que nous ait laissés la statuaire de cette époque). — Major Merewether, Objets 
himyaritiques de la basse vallée de Vafi (deux planches). — Alan H. Gardiner, 
Le héros du papyrus d'Orbiney. — G. H. W. Johns, Note sur le papyrus araméen 
d'Éléphantine, 

— Proceedings of the Society of biblical archœology, t. XXVII, 35* session, 
6" séance, 8 nov. 1905 : Prof. A. H. Sayce, Traduction avec commentaire des 
inscriptions hittites (planche). — Prof. D'' E. Mahler, L'année où eut lieu la 
sortie d'Egypte des Hébreux. Son identification avec « l'année de nature » 
égyptienne. — P. Scott Moncrieff, Un charme cabalistique (planche. Provient 
du Maroc). 

— Proceedings of the society of biblical archselogy, t. XXVII, 35* session, 
13 décembre 1905. — H. H. Howorth, Quelques vues indépendantes sur le 
texte de la Bible (s'occupe des Chroniques, qu'il croit avoir été écrites en ara- 
méen). — Flinders Pétrie, La monarchie primitive de TÉgyp^e (explique et jus- 
tifie la liste qu'il a donnée des rois de la première et de la seconde dynastie). 
— Percy E. Newberry, Une scène inédite du tombeau de Thy à Sakkara, repré- 
sentant la fabrication des cylindi'es-cachets {p\a.nche). — Spiegelberg, Note sur 
le mot Khetemy, fabricant de cachets. — C. H. W. Johns, Chronologie du règne 
d'Assourbanipal 668-626 av. J.-Ch. IV. Les tablettes de prophétie. — F. Legge, 
Les ivoires magiques du moyen empire. Partie II ( i planches). 

— Bulletin de correspondance hellénique, t. XXIX, septembre-décembre, 
1905, 5 planches. — Fouilles de Délos, exécutées aux frais du duc de Loubat. 
Durbach, Inscriptions. III (5 planches. V. Comptes et documents adminis- 
tratifs. On a pris le parti de tout donner, jusqu'aux moindres fragments. Le 
n° 143 est le plus ancien compte qui nous soit parvenu de l'administration des 



362 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

hiéropes. N» 145. Devis d'un plafond à exécuter. L'explication de ce devis, 
avec une figure, est donnée par M. Choisy. N» 182. Inventaire important de 
l'époque de la seconde domination athénienne, dont les documents, jadis 
retrouvés par M. Homolle, sont encore, pour la plupart, inédits). — Addenda 
et corrigenda (notes de M. Durrbach; note de M. Adolf Wilhelm). 

— Revue historique, no de novembre-décembre 1905 (30e année). — Louis Batif- 
fol, Marie de Médim. — E. Driault, Napoléon J«' et l'Italie, S» partie : Napo- 
léon roi d'Italie; suite et fin. — Paul Sabatier, D'une bulle apocryphe de Clé- 
ment IV déclarée authentique par la curie sous le pontificat de Benoît XIII, et 
d'une bulle authentique d' Innocent IV retrouvée à Assise, avec un fac-similé, 

— Eug. Welvert, Les Révolutionnaires après la Révolution : Carnot. — Bulle- 
tin historique : France. Le monument du roi Jean de Bohême, par G. Monod. 

— Histoire contemporaine, par André Lichtenberger et G. Monod. — Suisse. 
Travaux relatifs aux sources de l'histoire du moyen âge (1884-1905), par Victor 
van Berchem ; l^"" article. — Correspondance. Sens primitif et étymologie du 
mot « Religion ». — Comptes-rendus critiques. — Publications périodiques 
et Sociétés savantes. — Chronique et Bibliographie. 

— Revue historique, no de janvier-février 1906 (31* année). — G. Glotz, Les 
ordalies en Grèce. — Ed. Rossier, L'affaire de Savoie en 1860 et l'intervention 
anglaise. — Rod. Reuss, Le général Dupont et la capitulation de Baylen, 
d'après un ouvrage récent. — Correspondance. Lettre de M. Alfred Richard, 
archiviste de la Vienne. — Bulletin historique : France. Moyen-âge, par 
Ph. Lauer. — Allemagne. Époque moderne, 1904, par Martin Philippson. — 
Bohême. 1899-1904, par L GoU ; 3» article. — Suisse. Travaux relatifs aux 
sources de l'histoire du moyen âge (1884-1905), par Victor van Berchem; suite 
et fin. — Comptes-rendus critiques. — Publications périodiques et Sociétés 
savantes. — Chronique et Bibliographie. 

— Zeitschrift des deutschen Palàstina-Vereins, t. XXVIIl, fasc. 4. — Dal- 
man, Le ouâdi es-Soueinit (complément de l'étude précédente sur la passe de 
Michmach). — Sohernheira, Inscriptions arabes sur vases. — Blankenhorn, Les 
derniers tremblements de terre en Palestine. — Fraenkel, Le mot syriaque 
ligna, iegeltâ». — Bibliographie. 

Id.; t. XXIX, fasc. 1. — La Relation du pèlerinage du chanoine Ulrich 
Brunner de Wûrzburg en IA70 (mémoire posthume du regretté Roehricht). 

— Mittheilungen und Nachrichten des deutschen Palàstina-Vereins, 1905, 

1. A propos du syriaque cité incidemment par M. Fraenkel, NQIpiD trans- 
cription exacte de aïixa)ij.a, je ferai remarquer qu'ainsi que je l'ai montré autre- 
fois (Rev. Critique, juin 1879, p. 478), le mot se retrouve également en arabe, bien 
qu'il manque à tous les lexiques : c'est le, ou les sqoûm désignant, dans le traité 
météorologique d'Elias, évêque de Nisibe, les tares ou contre-poids du petit pla- 
teau de la romaine; l'acception arabe a conservé le sens rigoureux du grec, 
poids étalon. — Cl.-G. 



NOUVELLES ARCHÉOLOGIQUES ET CORRESPONDANCE 363 

n» 4. — Guthe, Remarques sur le lieu des sacrifices à Pétra. — Notice nécro- 
logique sur Rohricht. — Communications diverses. 

Id., 1905, n° 5. — Bauer, Le pays où coulent le lait et le miel. — Eberhard, 
Les écoles juives à Jérusalem. 

— Zeitschrift der deustchen morgenldndischen Gesellschaft, t. LIX, fasc. 3. 
— Baudissin, Le dieu phénicien Eohmoun (voir les observations ci-dessous). — 
Schmidt et Hertel, Le Subhâsitasamdoha de Amitagati (texte sanscrit et trad. 
allem.). — Leumann, Remarques sur le chap. VII du poème précédent. — Hell, 
Les chansons d'Al-Faruzdaq sur les Mouhallabites. — Cohn, Le 2" Eloul (pré- 
tendu mois intercalaire du calendrier juif; il n'y a pas chez Josèphe de concor- 
dance entre les mois syro-macédoniens et les mois juliens). — Oldenberg, 
L'antiquité indienne et le christianisme (réfute la conjecture de Pischel qui 
veut voir une influence indienne dans St. Luc, 27, ii, l'entrée de Simeon au 
Temple èv tw TtvîûfxaTt, qui serait le « chemin du vent » bouddhique). — Broc- 
kelmann, U ellipse haplologique des syllabes dans les langues sémitiques. — 
Barlh, Sur diverses formes des démonstratifs sémitiques (suivi d'une réplique 
de Fischer). — Bibliographie. 

— Zeitschrift der deutschen morgenldndischen Gesellschaft, t. LIX, fasc. 4 : 
G. Jahn et Ed. Konig, Polémique au sujet de V authenticité de la stèle de 
Mésa (!). — Uhlenbeck, Analogies phonétiques des langues de l'Oural et de 
l'Esquimau. — Ungnad, Sur les formes verbales sémitiques. — Bartholomae, 
et Scheflelowitz, Polémique sur divers points de philologie iranienne. — Prae- 
lorius, Sur l'expression sabéenne « eux-mêmes <>. — Noeldeke, Sur le « Kalîla 
et Dimna » (d'après la nouvelle édition du P. Cheikho). — Fischer, Question 
de philologie arabe. — Bibliographie et communications diverses. 



Inscriptions puniques 

Les conservateurs de Musées provinciaux ou collectionneurs, qui posséde- 
raient des inscriptions puniques provenant de Garthage ou d'autres lieux, sont 
instamment priés d'en aviser M. Macler, à la Bibliothèque Nationale, Paris. 

Réd. 



BIBLIOGRAPHIE 



Engel (Arthur) et Serrure (Raymond). Traité de numismatique du moyen âge. 
Tome troisième. Paris, E. Leroux, 1905, gr. in-S» de 1015 pages (p. 945 à 1959 
et fig. 1456 à 1968). 

La rédaction de ce troisième volume* a été retardée par la mort de 
R. Serrure, de sorte que l'ouvrage entier a paru en quinze années. Il s'en- 
suit nécessairement que toutes les parties de l'ouvrage ne sont pas également 
conformes à l'état actuel de la science. 

Le volume comprend d'abord l'étude des monnaies royales de France depuis 
Louis IX jusqu'à Louis XII. Il était évidemment difficile de traiter une matière 
aussi considérable en quarante-cinq pages. Mais il me paraît que l'ouvrage ne 
tient pas compte suffisamment des progrès remarquables qui ont été réalisés 
depuis quinze ans dans le classement chronologique des monnaies royales. Par 
exemple, la florette de Charles VI méritait bien une mention d'une page pour 
ses vingt-huit émissions qui ont inondé la France. Remarquons que les mon- 
naies d'Henri V et Henri VI, rois d'Angleterre, sont classées dans la série 
royale française et que, d'autre part,'les pièces frappées par les rois de France, 
en Italie (Gênes, Savone, Pise, Naples, etc.) sont aussi classées dans la même 
série : logiquement, l'un des deux classements est à réformer. En traçant l'his- 
toire des monnaies frappées dans les anciennes provinces correspondant au 
territoire de la France actuelle, il serait préférable de s'abstenir de parler de 
fiefs, car il est souvent difficile de préciser les relations des divers princes avec 
le roi de France. On devrait cependant poser en principe que le monnayage de 
l'or constitue une preuve d'indépendance. Il faut rayer le chapitre Duché d'Or- 
léans, car la pièce du duc Charles fut frappée à Asti. D'autre part, si l'on peut 
admettre le Béarn parmi les fiefs français, on ne saurait en faire autant pour le 
royaume de Navarre. Pour le Béarn, il faudrait préciser le sens du mot Forças; 
la grande pièce d'or de Gaston X, pesant 19 grammes, ne peut être appelée un 
essai, mais elle est plutôt un multiple de l'écu d'or ou simplement une 
médaille. 

Dans le chapitre troisième les auteurs ont suivi une méthode meilleure en 
groupant les états de l'ancien royaume d'Arles, puis, dans le quatrième, la 
Lorraine et les Trois-Évêchés. Le chapitre concernant les Pays-Bas méridionaux 
comprend 75 pages; celui des Pays-Bas septentrionaux et celui des Pays-Bas 
sous les maisons de Bourgogne et d'Autriche sont condensés en 38 pages. Il 
en résulte que cette région tient dans le livre une place double de celle accordée 

1. Voy. dans la Rev. arch., 1891, 1, 126, et 1894, II, 142, les comptes-rendus des 
deux premiers volumes. 



BIBLIOGRAPHIE 365 

aux monnaies royales françaises, et l'on peut croire qu'il faut voir dans ce 
fait une marque de la préférence d'un des auteurs pour les séries de son pays. 

Les autres divisions de l'ouvrage comprennent les Iles Britanniques, les 
empereurs d'Allemagne, le Bas-Hhin et la Mosellane, le Haut-Rhin, l'Alsace et 
la Suisse, la Souabe et la Bavière, l'Allemagne centrale, la Westphalie, la Basse- 
Saxe, le Brandebourg et la Poméranie, l'Autriche, la Bohême avec la Lusace, 
la Silésie et la Moravie, la Hongrie et la Slavonie, la Pologne, les pays de 
l'Ordre teutonique et de l'Ordre de Livonie, les pays Scandinaves, l'Espagne et 
le Portugal, l'Italie, la Russie avec les pays slaves du Sud et la Roumanie; 
puis l'empire byzantin et l'Orient latin, l'Arménie et la Géorgie. Enfin deux 
chapitres, qui sont plutôt des appendices, concernent les contremarques et 
diverses monnaies très répandues, comme l'esterlin, le gros tournois, le florin 
d'or. 

Il faut avoir traité soi-même une semblable matière pour savoir combien sont 
nombreuses et difficiles à classer les monnaies de tous ces pays si divers. On 
ne s'étonnera donc pas que les érudits étrangers trouvent des lacunes et des 
erreurs dans les parties concernant leur propre pays. Mais ils s'empresseront 
de reconnaître que l'ouvrage de MM. Engel et Serrure est un guide indispen- 
sable à tous les historiens aussi bien qu'aux numismatistes. 

La bibliographie a peut-être été trop simplifiée dans cette troisième partie. 
Par exemple, pour le Luxembourg, il est nécessaire de connaître les travaux de 
Van VVerveke et de M. Alvin; pour l'Ecosse, l'ouvrage de Burns {The coinage 
of Scotland, 1887) est à citer au premier rang. Pour les autres pays de l'Europe, 
les sources indiquées dans le tome II ne suffisent pas non plus pour le tome III. 
A propos de l'Espagne, disons que la grande pièce d'or portant le buste de 
Pierre le Cruel a été fabriquée, non pas sous le règne d'Henri III de Caslille, 
mais plus probablement au xvi" siècle, par des orfèvres de Prague. On en con- 
naît des exemplaires en argent et elle fait partie d'une série dans laquelle on re- 
marque une médaille de Gharlemagne, une de Charles-Quint et une autre d'Eli- 
sabeth de Hongrie, 

M. Engel doit se réjouir d'avoit mené à bien l'œuvre qu'il avait entreprise. 
Nous le félicitons de la constance dont il a fait preuve en parcourant une route 
si longue, à travers des champs si vastes et souvent mal défrichés. 

Adrien Blanchet. 

G. DoïTiN, Manuel pour servir à l'étude de l'antiquité celtique. 
Paris, Champion, 1906. ln-8, vi-407 p. 

Excellent livre, indispensable désormais aux travailleurs. L'auteur est lin- 
guiste, mais il s'est suffisamment mis au courant des résultats des études 
archéologiques. Son ouvrage rend désormais inutile celui de Belloguet; il est 
le premier dont on puisse faire cet éloge. 

Les divisions adoptées sont claires et pratiques. Chap. i, les sources et la 
méthode. Textes grecs et latins sur les Celtes ; noms des Celtes et des peuplades 
celtiques; l'archéologie celtique (Hallstatt et La Tène); les Celtes sur les 
monuments figurés, d'après l'anthropologie et d'après la linguistique. Chap. ii, 



366 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

la langue. Liste des noms communs conservés par les écrivains classiques ; les 
inscriptions gauloises; les noms de personnes et de lieux; caractéristique et 
histoire des idiomes celtiques. Chap. m, les personnes et les coutumes. Portrait 
physique des Celtes; portrait moral; l'habitation, la nourriture, le vêtement, 
l'agriculture, le commerce, etc. Chap, iv, l'État. Les rois, les magistrats, les 
principes, les équités, les assemblées, le peuple, les cités, la propriété, la jus- 
tice, l'armée et les armes. Chap. v, la religion. Divinités assimilées et divinités 
à nom celtique; monuments figurés; symboles, divination, restes du culte des 
animaux et des plantes, temples, statues, offrandes, prières, sacrifices, croyance 
à l'immortalité de l'âme, Chap. vi, les bardes, les vates, les Druides. Chap. vu, 
VEmpire celtique. Extension des civilisations auxquelles se rattache celle des 
Celtes; noms de villes fondées par des Celtes; les Celtes et les Germains; 
migrations des Celtes. — Suivent de grands index parfaitement disposés. Tous 
nos compliments à M. Dottin; il a rendu là un service signalé à nos études. 

S. R. 

D. Vaglikri. I consoli di Borna antica. Spoleto, Premiata tipografia dell' Umbria, 
1905 (réimpression de l'article « Coosules >' paru dans le Dizionario epigrafico 
di antichilà romana d'Ettore di Ruggiero, vol. II, 1901-1905, pages 869-1181). 

M. Dante Vaglieri a eu la bonne pensée de réunir en un volume de 
313 pages in-8° l'article « Consules » qu'il avait donné au Dizionario epigra^ 
phico où il occupe les fascicules 28-37 du deuxième volume. C'est, sous une 
forme commode, la synthèse des divers recueils de fastes consulaires élaborés 
à diverses époques. Le nouveau recueil nous offre la liste générale des Consuls 
depuis l'origine jusqu'à leur extinction après une période de 1122 ans. L'auteur 
partage celte suite imposante en trois séries correspondant aux trois âges de 
l'histoire romaine, République, Haut-Empire, Bas-Empire, Dans chaque série 
les noms des consuls sont disposés suivant l'ordre alphabétique avec renvoi 
des noms cognominaux aux noms gentilices afférents, 

La série A s'étend de l'an 509 à l'an 29 avant l'ère chrétienne (p, 1-Ô5) ; la 
série B de l'an 30 avant J.-C. à l'an 398 après J.-C, inclusivement (p, 65- 
234) ; la série C de l'an 234 à l'an 632 (p. 234-267). Les additions et correc- 
tions occupent les pages 267-275. Le tout se termine par la liste chronologique 
générale sous la forme des fastes annuels proprement dits (pp. 275-313). 

Prenons pour exemple le premier nom dans la série A : 

Acidinus. — V. Manlius, c'est-à-dire renvoi du cognomen Acidinus à la 
série particulière inscrite sous la rubrique du gentilice Manlius, p. 41 ; là, on 
trouve la notice de L. Manlius, L. f. L. n. Acidinus Fulvianus dont le nom est 
immédiatement suivi de la date de son consulat, an de Rome 575 = 179 
av. J. C. Par cette donnée, il est situé avec son collègue Q. Fulvius Flaccus 
dans la suite générale, à la page 282, Semblablement, son deuxième cognomen, 
Fulvianus (p, 30) renvoie au même gentilice Manlius. 

Ces quelques mots suffisent pour qu'on se fasse une idée compréhensive de 
la laborieuse compilation de M. Vaglieri, appelée à rendre les plus grands 
services par la facilité et la rapidité des recherches. On ne s'attend pas à ce 



BIBLIOGRAPHIE 367 

qu'un travail de ce genre soit analysé par le menu ; seulement je tiens à 
faire remarquer que le système adopté par l'auteur a l'avantage de permettre 
l'inlercalation de toute addition, de toute correction qui viendrait plus tard à 
être reconnue nécessaire et l'on peut être assuré qu'il y en aura. 

En voici une, entre autres : la notice du consulat suffect de M. Antonius 
Zeno (?) et de G. Fabius Agrippinus au 13 octobre de l'an 148 (p. 79) n'est 
appuyée sur aucun exemple épigraphique. 11 en existe cependant un qui 
aurait diî être cité; c'est le texte du diplôme de congé d'un soldat de l'armée 
de Pannonie supérieure que j'ai signalé dans cette Revue même* et qui est 
enregistré au Corp. insc. lat. sous le n» LXXXI. 

Une dernière observation, qui est plutôt un reproche à l'adresse du typo- 
graphe : pourquoi, tout en affectant à ce tirage à part une pagination spéciale, 
a-t-il fait disparaître la pagination du Dizionario et détruit la concordance 
sans laquelle il est impossible d'utiliser les Aggiunte c correzioni (267 et sqq.) 
dont le texte a conservé la pagination du Dizionario qui y est enclavée? 

R. MOWAT. 

P. JAC0B3THAL. Der Blitz in der orientalischen und griechischen Kunst. Berlin, 
Weidmann, 190G. In-8, 31 p., avec 3 pi. 

Dissertation soignée, qui remplace en partie l'article Fulmen du Diction- 
naire des Antiquités. Dans le premier chapitre, l'auteur étudie les représen- 
tations de l'éclair dans l'art oriental (éclair bifide, en zigzag, stylisé sous forme 
de flots; éclair trifide, rectiligne ou stylisé). Le second chapitre est consacré à 
la figuration de l'éclair dans l'art grec jusqu'à la fin du ve siècle av. J,-C. Il 
comprend deux divisions : 1° l'éclair dans l'art ionien, représenté tantôt comme 
une fleur, tantôt comme un bouton de fleur; 2° l'éclair dans l'art grec classique 
(double bouton, double fleur). Dans une édition plus complète de cette bro- 
chure, M. Jacobslha! traitera de l'éclair sur les vases à figures rouges, sur 
les vases de l'Italie méridionale et dans l'art hellénistique. On se demande 
pourquoi il a imprimé d'abord une édition non pas résumée, mais écourtée de 
son utile travail. 

Je signale aux mythologues la liste de textes et de monuments relatifs à 
l'éclair-fleur, Trupb; avôoç (p. 10 et suiv.). L'explication de ce symbole de la 
« fleur de feu » me paraît encore à découvrir. M. A. du Bois-Reymond a com- 
muniqué à M. Jacobsthal un passage de R. Kipling {The Jungle-book, p. 30), 
où il est dit que les Baghira de l'Inde appellent le feu, par euphémisme, the 
red flower. 

S. R. 

Dr Carton et abbé Leynaud. Les catacombes d'Hadrumète (première campagne 
de fouilles). Bulletin de la Société archéologique de Sousse, d° 5, lef semestre 
1905, p. 33-114. Sousse, imprimerie française; édité en une brochure spéciale de 
84 pages. 

Une des découvertes les plus curieuses et les plus inattendues qui aient été 
1. Rev. arch., 3* sér., XVll, 1891, p. 220. 



368 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

signalées en Tunisie, est celle qui a été faite à Sousse (l'antique Hadrumète) de 
catacombes à inhumations chrétiennes. Le développement en est considérable. 
Leur réseau, déblayé seulement en partie, ne comprend, jusqu'ici, pas moins de 
41 galeries (dont une de 53 mètres de long), bordées de plus de 1,500 loculi 
disposés par étages et auxquels il faut ajouter 600 tombes creusées dans le sol. 

La description, illustrée de nombreuses planches, que les auteurs donnent 
de cet immense cimetière souterrain, a été faite avec le même soin qu'ils ont 
apporté à leurs travaux d'exploration. Ils ne se sont pas bornés à exposer, avec 
plan à l'appui, la disposition générale de ces catacombes, à signaler les parti- 
cularités qui peuvent permettre de dater certaines galeries, à mentionner les 
galeries réservées à l'inhumation d'enfants, etc. Ils ont tenu à n'omettre aucun 
des détails fournis par l'examen attentif des loculi : mode d'ensevelissement, 
nature des étoffes qui servaient de linceuls, empreintes des corps (parmi les- 
quelles celle du visage d'un enfant, comme il s'en trouve une au musée Carna- 
valet), etc. ; enfin et surtout, relevé et interprétation des inscriptions, la plupart 
en langue latine; l'une d'elles présente une formule rare. Notons ici que le plus 
grand nombre de ces inscriptions étant des graffites, les auteurs ont eu l'heu- 
reuse idée de les reproduire en fac-similé. 

Est-il besoin de dire que le travail qu'ont entrepris MM. Carton et Leynaud 
présente un haut intérêt, en particulier pour l'histoire de la communauté chré- 
tienne dans l'Afrique romaine aux premiers siècles? En dépit des difficultés de 
toute nature qui restent à vaincre, ce travail sera continué et achevé. Comme 
explorateur, M. Carton a donné depuis longtemps, et notamment par ses tra- 
vaux à Dougga, la mesure de l'effort qu'il est capable d'accompUr. Nous comp- 
tons qu'il nous révélera cette ville des morts, hier encore insoupçonnée, la 

Sousse souterraine. 

A. -T. Vercoutre. 

Victor Tourneur. Esquisse dune histoire des études celtiques. Liège, 
Vaillant-Garmanne, 1903. In-8, xii-24o p. 

On ne possédait encore, sur le sujet traité par M. Tourneur, que l'admirable 
article Keltische Sprachen de M. Windisch, enseveli dans les catacombes 
d'Ersch et Gruber; l'auteur en a publié un abrégé, rectifié et mis au courant 
sur certains points, dans le Grundriss de Groeber. Le travail de M. Tourneur 
est nécessairement plus complet qu'un article d'Encyclopédie; il fournit une 
foule de renseignements bien classés, accompagnés d'une bibliographie abon- 
dante. Mais l'ensemble a trop l'apparence d'un recueil de fiches; M. Windisch 
avait mieux su subordonner les détails à des vues d'ensemble et insister sur 
les questions importantes (comme celle des poèmes ossianiques et des contro- 
verses auxquelles ils ont donné lieu). Hersart de la Villemarqué (dont le nom 
manque, je ne sais pourquoi, à l'index) est présenté en termes tels (p. 184) que 
pas un lecteur ne soupçonnera la vérité sur le Barzaz-Breiz. J'ai noté aussi 
quelques erreurs. P. 3, à propos des luttes des rois de Pergame contre les Gau- 
lois et des monuments qui en conservent le souvenir, M. Tourneur cite le Per- 
gamos de Thraemer, où il n'en est pas question, et ne cite aucun travail sur la 



BIBLIOGRAPHIE 369 

représentation des Gaulois dans l'art antique (un renvoi à GoUignon, Hist. de la 
sculpt. grecque, t. H, aurait suffi). A. la même page, il est dit que les Celtes pas- 
sèrent le Pont Euxin ; lire la Propontide. A propos des eisteddfodau, il fallait citer 
Henri Martin et ses Études; le rôle de cet historien est complètement négligé, 
non moins que celui de Hoget de Belloguet, dont je ne trouve même pas le 
nom. A la p. 189, Archiloque est mentionné parmi les « historiens ». En somme, 
M. Tourneur a écrit un livre utile, mais qui gagnera à être réédité avec soin. 

S. R. 



F. Baumgarten, F. Poland, R. Wagner. Die Hellenische Kultur. — Leipzig, Teub- 
ner, 1905, Gr. in-S, x-492 p., avec 7 planches en couleurs, 2 cartes et 400 gra- 
vures. 

Qu'un pareil ouvrage soit le résultat de la collaboration de trois savants spé- 
ciaux, cela prouve que le domaine de la pensée et de l'art hellénique est aujour- 
d'hui trop vaste pour être parcouru et décrit par un seul hooame, quelque bien 
doué qu'on le suppose ; cela prouve aussi que le public allemand, celui même qui 
achète et lit les ouvrages de vulgarisation, veut être instruit par des spécia- 
listes, non par des compilateurs. Mais cette division du travail a ses inconvé- 
nients. Ge que l'ouvrage gagne en précision, il le perd en vie; le lecteur n'est 
pas soutenu et comme stimulé par une pensée directrice, vraie ou spécieuse; 
l'unité de l'ouvrage risque de n'être plus assurée, comme disait ingénieusement 
Merlet, que par le ûl de la reliure. 

Cette réserve faite, je trouve que le triumvirat a très bien travaillé — sauf, 
peut-être, dans le chapitre sur la religion, qui est bien pâle — et je constate 
que l'éditeur n'a reculé devant rien pour que l'illustration fût aussi parfaite 
qu'elle est généralement bien choisie. Pourtant, on aurait dû éviter d'emprunter 
des gravures de vases peints aux vénérables recueils de Millin et de Tischsbein. 
La terre cuite de la p. 237 n'est pas de Tanagra, mais de Myrina. La restaura- 
tion du Trésor des Gnidiens à Delphes aurait dû être donnée d'après les plâtres 
du Louvre, dont il existe de bonnes photographies, non d'après une médiocre 
aquarelle. L'Aphrodite drapée du Louvre n'a pas été trouvée à Fréjus et n'a 
rien à voir avec Alcamène. Les bas-reliefs de Phigalie n'auraient pas dû être 
reproduits d'après Overbeck. La similigravure du groupe de Céphisodote est la 
seule mauvaise du volume (p. 347). 

La période qui s'étend des environs de l'an 1000 à la fin du vie siècle av. J.-C. 
est appelée, ici comme ailleurs, « moyen âge grec»; il est bon que celte 
expression juste et concise pénètre dans les ouvrages d'enseignement. Mais 
elle n'a été créée ni par Bergk (auquel je l'ai attribuée), ni par moi (auquel on 
l'attribue souvent) ; je l'ai trouvée récemment dans V Essai sur les Mœurs de 
Voltaire (éd. de Kehl, t. î, p. 14) : « Remarquons, en passant, que dans l'âge 
moyen de la Grèce, du temps d'Homère, l'âme n'était autre chose qu'une 
image aérienne du corps. » 

M. Poland aurait pu dire au moins quelques mots de la plus belle vertu des 
Grecs en matière de religion, la tolérance. Le même chef-d'œuvre de Voltaire 

IV' SÉRIE, T. VII. 24 



370 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

(que personne ne lit) lui en eût suggéré la remarque (t. I, p. 116) : « Les Grecs 
avaient tant d'esprit qu'ils en abusaient ; mais ce qui leur fait beaucoup d'hon- 
neur, c'est qu'aucun de leurs gouvernements ne gêna les pensées des hommes. 
Athènes laissa une liberté entière, non seulement à la philosophie, mais à 
toutes les religions; elle recevait tous les dieux étrangers. » Sans doute, il y 
a quelques réserves à faire; mais il vaut mieux, en une si grave matière, être 

un peu long que de ne rien dire du tout. 

S.R. 

J. A. DuL\URE. Des divinités génératrices chez les anciens et les modernes. 
Avec un chapitre complémentaire par A. van Gennep. Paris, Mercure de France, 
1905, vii-338 p. 

Le livre de Dulaure, devenu rare, est de 1805. « En réimprimant les Divini- 
tés génératrices, on n'a rien changé au texte de Dulaure. 11 fallait cependant 
mettre l'ouvrage au courant de la science. M. A. van Gennep... a bien voulu 
se charger de ce soin ». Ainsi s'expriment les éditeurs (p. vu). Je suis au 
regret de contredire leur assertion. M. van Gennep a bien ajouté à ce volume 
un court chapitre oii il montre que la méthode de Dulaure ne vaut rien et qu'il 
s'est trompé du tout au tout; c'est là un travail estimable, mais qui ne met 
nullement celui de Dulaure au courant, Dulaure connaissait assez bien les textes 
antiques et ceux du moyen âge ; mais il était, en archéologie, d'une crédulité 
sans bornes ; il prend au sérieux les peintures de vases (inexistantes) dont 
J.-J. Dubois, pour s'amuser, avait remis des dessins à Miilin ; il parle de monu- 
ments obscènes, grecs ou romains, qui sont de misérables facéties d'antiquaires 
modernes. Réimprimer d'aussi énormes erreurs, les faire précéder d'une pré- 
face où l'on dit que l'ouvrage est mis « au courant de la science », c'est bien 
mal servir les intérêts de celle-ci. Le mal est d'ailleurs sans remède. Pendant 
vingt ans ou davantage, ce vieux bouquin mal lavé va propager les erreurs de 
Dulaure et de Dupuis! Il y a des moments où l'on incline à croire que la con- 
grégation de l'Index a du bon. 

S.R. 

Papiri greco-egizi publicati dalla R. Accademia dei Lincei sotte la direzione 
di D. CoMPARETTi e G. ViTELLi. Volume Primo. Papiri Fiorentini. Documenti 
pubblici 8 privati dell' età romana e bizantina per cura di Girolamo Vitelli. 
Fasc. 1 {n°^ 1-35) (Milan, U. Hoepli, 1903, ia-4), 64 p. et VI pi. en phototypie. 

C'est parce beau volume que commence la publication définitive des papyrus 
grecs de Florence. Depuis plusieurs années, en elTet, M. Vitelli publie dans la 
revue Atene e Roma des spécimens plus ou moins longs de papyrus de la col- 
lection florentine, désirant, au fur et à mesure qu'il déchiffrait ces documents, les 
soumettre ainsi à l'examen des autres papyrologues. Les papyrus contenus dans 
le fascicule que nous avons sous les yeux ne proviennent pas de fouilles euro- 
péennes : ils ont été acquis en Egypte, principalement à Gizeh chez le célèbre 
Ali, soit par M. Vitelli lui-même, soit par ses amis MM. Schiaparelli et Breccia. 

Pour la publication des textes, M. Vitelli a adopté une méthode intermédiaire 



BIBLIOGRAPHIE 371 

entre celle de M. Kenyon qui reproduit exactement l'aspect du document et celle 
de MM. Grenfell et Hunt (celle aussi des papyrologues allemands) qui ponc- 
tuent et accentuent les textes. 

Les facsimilés sont extrêmement beaux et égalent en finesse ceux des Amherst 
papyri et de la Palaeographical Society. 

Une quinzaine des documents contenus dans ce volume proviennent d'Her- 
moupoHs Magna, que M. Vitelli, a le tort d'appeler Hermopolis Magna, mécon- 
naissant ainsi la loi de Letronne sur les noms du nome et de son chef-lieu. Les 
autres viennent du Fayoum, d'Oxyrhynchus, de Memphis et d'Herakleouspolis 
Magna. Tous sont d'époque romaine ou byzantine, aucun n'est littéraire, et la 
plupart sont relatifs à des affaires privées. 

Le n. 1, grand prêt d'argent sur hypothèque, publié depuis 1901, a déjà attiré 
l'attention des jurisconsultes. Le n. 2 (répartition des liturgies parle stratège 
du nome Hermopolite) est remarquable par sa longueur et par son intérêt. Le 
n. 3 contient une liste d'ouvriers, détachés en 301 pour l'exploitation des car- 
rières d'albâtre du désert arabique. Le n. 4 est une fiche de recensement de 
l'an 245 de notre ère et provient d'Oxyrhynchus, tandis que le n" 5, document 
analogue et de la même date, a été trouvé dans le Fayoum, à Arsinoé. D'autres 
documents du volume seront utiles pour la prosopographie de l'Egypte gréco' 
romaine : je relève au courant de la plume quelques noms de fonctionnaires, les 
uns nouveaux, les autres déjà familiers aux papyrologues : n° 6 (210 apr.) le 
diœcète Calventius Adiutor et le préfet d'Egypte Subatianus Aquila ; n. 9 
(255 apr.) l'exégète Appianus; n. 32 (298 apr.) le censitor Julius Alexander\ 
n. 33 (305-313 apr.) le préfet de ThébaïdeC?) Satrivs Adrianus. La géographie 
et la topographie des nomes Arsinoïte et Hermopolite s'enrichissent aussi de 
quelques noms nouveaux. 

Cette intéressante série de contrats précise sur quelques points de détail notre 
connaissance du formulaire byzantin. 

Il est regrettable que M. Vitelli n'ait pas cru devoir traduire les documents 
qu'il a publiés : l'intelligence n'en est pas des plus faciles et un ouvrage de 
papyrologie ne doit pas être seulement accessible aux spécialistes. 

Ce volume, le premier de son genre qu'on ait publié en Italie depuis les 
jours de Peyron, n'est que le premier d'une série. Le second volume, contenant 
les fragments lilléraires et la volumineuse correspondance d'Heroninus, sera 
donné sous peu par M. Comparetti; espérons que ses successeurs ne tarderont 
pas trop à paraître et que nous connaîtrons bientôt en détail les résultats des 
fouilles fructueuses de M. Breccia dans les tertres de décombres de l'antique 
Hermoupolis. 

Seymour de Ricci. 



REVOE DES PUBLICATIONS ÈPIGRAPHIQUES 

RELATIVES A L'ANTIQUITÉ ROMAINE 
Ja 12 vier-Fé vrier. 



1° PÉRIODIQUES 



American Journal of Archaeo- 
LOGY, igoS. 

P. 294 et suiv. David M. Ro- 
binson. Inscriptions de Sinope. 
P. 309. 

1) 



TAION MAPKION 
K H NinPI NON 



nPEIBEYTHN 
KAI2AP0I TON 
KHAEMONA THI 
nOAEQIOAHMOZ 

G. Marcius Gensorinus consul 

en 8 av. J.-G. 



2) 



P. 327. A sept heures au sud- 
est de Sinope. 

D'un côté 

e t i a n p. f. 
et m . au r . 



D I O C L 

i n V i c t a u g 

MaximiatiO 

P F INVICTO AVG ET 

F L VAL CONSTANTIO ET 

GAL VAL MAXIMIANO 

NOBILL CAE 



S C I A N V S 
M a E O R V M 



MIL I 
A V R P R I 

P R P R P D N 

XXXV 
D N IMP CAES VALERIO LICINNIANO 
LICINNIO P F INVICTO AVG 
CAE 

De l'autre côté 

FLIl COn^TANTINO 

FL VL CONSTANTIO 

ET FL COSTANO BBC 

ONTIVS 



REVUE DES PUBLICATIONS ÉI»IGKAP1[1QUES 



373 



L.ç).Aur{elius)Priscianuspr{aeses) 
pr{ovi7iciae) P{onii?) d{evotus) 
n{umini) m{ajestati)q{ue) eorum. 

Annales du Service des Anti- 
quités d'Egypte. 

G. Lefebvre et L. Barry. Fouilles 
de Tehnéh, 1905. 
P. 101. 



3) 



660) A[X{JI.(i)Vl t',£Yt(TT[w] 
A'.OJXOUpO'JÇ (JWUYjpXÇ 

XapaXïjç vauap^oç 



uToXo'j asê. A)vî;avBp'.vou 

xat TYjç ffutji,6tou 

av£0-r;y.£v 
[L]ir) ]i'V/^iç> lO 

Bulletin archéologique du Co- 
mité, 1906. 

P. 218 et suiv. Carcopino. Ins- 
criptions d'Algérie. 

P, 221. A Khamissa. 



4) 



MiNERVAE aVG s a c r 
imp. caes. nERVA traïano aw^ gerudac. 

Opt. pOtiTif. MAX TRIB POT II COS... p. p. 



RVFVS ACILIV5 coelius sparsus pon. 

procos CVM c 

.desig. sodali titio ET C POwPON?'o . 



M[i]ne7'vae [A]ug{ustae) [sa- 
cr[um), lmp[eratore) Caes[are) 
N]erva Tra[ï\ano A[ug[usto) Ger]- 
m[anico) [Dac(ico) Opt{imo), p]on- 
t[if{ice)] max{imo), trib[unicia) 
pot[estate) Il, [co{n)s[uLe....), 



5) 



a) 
M p 

NI 
PRO COS 



c) 

A V 



p{atre) p{atriae)], Rufus Aci- 

liu[s Coelius Spai'sus pon 

pro]cos cum C [desig{nato) 

sodali Titi]o et C. Po[m]pon[io].... 

Ibid. Même provenance. 

d) 
I M P 



VS COELIVS SPARSVS PON 
rfESIG SODAL TITIO ET • C • POMP 

O D PP 



P. 224. Même provenance. 

6) P p O s T V M I c pf fil 
R o M v L o II II viro viar 
CVRANDAR trib. mil. 
LEGJXVI FLAVIae quaest 



PROVINCI AE 

TRlBJPLEBis ne signât 
A j THVBVRSICI^ a n i S 
PRIMO LATOClavo exor 
NATO 



374 



REVUE ARCHÉOLOGIQUE 



P[ublio) Postumio [P{ublii) fi- 
l{io)\ f Romulo III[1 viro viar[urn)\ 
curanda7'{um) , [tnb{uno) mil[i- 
tum)] leg{ionis) XVI Flavi[ae, 

quaest{on)] provinciàe , tri- 

b{uno) plebis d[esign[ato)], a Thu- 
bursici[tanis] primo lato c[lavo 
exor]nato.... 

P, 227. A Lambèse. 



7) 



9) 



I . O . M 

CONSERVA 



T O R I A V G G 
G N N N L M 
IVS SEVERVS 
T R I B M I L I T 
LEG III A^G V • S • 

P. 228. Même provenance. 

8) deo invicto M i îi R A E 
pro sainte c IVLI VERI Ma 
ximi aug noBiLissiMi CAES 

P. 229. Même provenance. 
1. 



CASTRO Rum 
ex largiss l M l S s T i Vendiis 
optiones valetuD n caecil VRbanus 
5 capsariorVM LEG lli AVG p 
arcA HABERE ET SC 
sin^-V LIS i^ II N DA 



Ce fragment complète à droite 
le règlement militaire du C. I. L., 



VIII, 2553. 
P. 282, Même provenance. 



10) 



5 



10 



pro FELICITATe ET INCOLVMITATe 
SECVLI DOMIN N N N A^'GGG 
^ePTIMISEVERI Pli PERTIN A^G 
et M AVREL ANToN AVG n. fil 
f e l . AR BRI GER MAX A^GG 
et IVLIAE A^ G M A "R A^ G N CAS 
«VB LEG III A^G P-V-Q.-N SVB 
aNTONIVS PROCVL OP Q GRANIVS CRISPINVs 
UALERIVS FELIX PR Q. FABIVS DONAT 

ELIVS FAVSTVS 



L. 7 et suiv. t[u\b[icines) leg[ionis) 
III Aug[ustae) P[iae) V{indicis) 
q[uorum) n{omina) sub{jecta sunt): 
[A]ntonius Procul{us) op{tio), 
[V]alerius Félix pr{?), Q. Granius 
Crispinus, Fabius Donat{us), 
Elius Faustus 



P. 235, 236, 289. Fragments de 
listes militaires. 

P. 264. Péricaud et Gauckler. 
— A Henchir el Gueciret (Tuni- 
sie). 



REVUE DES PUBLICATIONS ÉPIGRAPHIQUES 



375 



<îoiWr-'^-'0»î>S 



•-) 

Pi 
< 

H 



> 

o 






o 



t/3 

w 
H 
O 

Ph 

w 






> " 



1-1 

PU 



H 
W 

> 

M 

Pd 
O 





1— 1 


S 
K 




HH 






Q 






W 


< 




eu 






(A 


H 




H^ 


O 




K 


PL, 
W 




:z 


î? 




(—1 














Pâ 
o 

M 

W 

a 

w 

H 
O 

w 



Pi 
> 

H 
H 



Pi 
W 

ce; 



H 



H 


> 

es 


PS 
H 

co 


W 


O 




H 


t— 4 


S 


;z; 


O 


> 

Pi 


<î 


HH 


o 


u 


H 


M 


co 


HH 




W 


O 


H 


^ 


PL, 


U 


W 


CO 


< 


C/3 


P 


* 

Pi 


H 


<î 


W 


^: 


H 


co 


<! 


O 


• 


> 

t— 1 


dH 


CiO 


t> 


Pi 


< 


w 


W 


H 


• 


9* 


HH 



.-1 

M 
Pi 
<3 



H 

H 

00 

Pi 
W 
PU 



> 

Pi 
o 
w 

co 

> 

O 
Q 

co 

U 
PS 

O 
H 
< 

< 

O 
co 



H 



P 
< 

o 

o 
w 

W 
co 

M 



O 
Z 

tu 
> 

Pi 

O 

o 

co 



co 

> 

PQ 



Palme 



\l. Y. M. M{anilius) Ingenu{u)s 
v{ir) d{evotus)1; 1. 2 h{onesta) 
m{atrona); \. 5 ser(yi) act{oris); 



1. 6 Ru/îno,... e, Senecione qua- 
d{ratariis) et sig{natoribus), ama- 
tores domus eoi^m. 



376 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

P. 280 et suiv. Gauckler, Ins- P. 283. Temple de Mercure, 

criptions de Dougga. 

12) 1 

Q • PACVViws saturus fl. perp. augur. c. i, k. et 
oumbus 

2 

nahania Victoria, uxor ejus, fl. perp. opu 



3 
s TE M PLI MERCVrI Q.VOT M-PA 

AE extrvxervnT ET excolvervnT • iTem CIVITA 

CVVIVS FELIX VICTORIANVS • FILIVS -EOR 



TiThVGG • HS XXV MIL Q. • PACVVIVS SAIVRVS F 

5 

VM CODICILLIJS SVIS EX HS L MIL FIERI 
L • PERP • DaTvRVM • S)E POLLICITVS EST EX CVIVS SV 

6 

IVSSIT AMPLIVS IPSI OB HONOREM FL 
MMAE REDITV aVOTANNIS DECVRIONIBV 



lamoni perp. ex HS LXX Mil / POLLlClTis^um 

s sportY LAE DARENJTVR eT OB DIEM dedicatio 

a b 

8 

|mis teJmplIvm me(rcvrI et cIellas d 

njlS l/vDOS JSCAENICJOS ET SPORTV/o) 5 DECVRI 
a p Y 8 e 

9 
VAS CVM statvis bT P0RT^a6Ms et ornamentis 
ONIBVS VTRIVSaVE ORDINIS ET VNIVER50 populo dédit 



Q. Pacuvi[us Saturus, fl{amen) 
perp[etuus), augur coloniaeJ{uiiae) 
K{arthaginis), et Nahania Victo- 



ria uxor ejus, fl[aminica) perp{e- 
tua), opu]s templi Mercuri, quot 
M{arcus) Pacuvius Victorianus, 



REVUE DES PUBLICATIONS ÉPIGRAPHIQUKS 



377 



filius eorum, codicillis suis ex ses- 
tertium L mll[libus) fieri jussit, 
amplius ipsi, ob honorem f[la- 
moni{i) perp{etui), ex] sesterlinm 
LXX mi[l[libus)\ poUicitis [surri]- 
mis, templum Mercuri et cellas 
duas cum statuts et port[icibus et 
ornamentis] omni[bus...]ae ex- 
truxerunt et excoluerunt ; item 
civitati Thuggae sestertium XXV 



mil{lia) Q. Pacuvius Sattirus fl[a- 
men) per[petuus) dalurum se pol- 
licitus est, ex cujus summae reditu 
quotannis decurionibu\s sportulae 
darentur et ob diem dedication]is 
ludos scaenicos et sportu\la]s de- 
curionibus utriusque ordinis et 
univer[so populo dédit]. 

P. 287. Même provenance. 



13) 



SENATVS CONSVLT LOC DATMS 
EST • X - FALENDAS • FEEKY Arias 
DV M • VINICIVS HE<i 



Senatus consulta loc[us) dat[us] 
est X kalendas Februa[rias] ; du{o- 
viri) : M[arcus) Vicinius Hes... 

P. 288. Même provenance. 
15) 



14) MERCVRIO SILVIO 

SACRVM 

Id. Procès- verbaux des Séances. 

Décembre, p. xvii. Près de Gaf- 
four. Fragment de stèle. 



Tête radiée Tête barbue Tête avec croissant 
SOL IVPITER LVNA 

Sur un bandeau plus bas : 
FORTVNA 



P. XX. A Zian. 



16) 

CAELESTIS AVG 
ANNIVS ISTRVGI 
SACERDOS ANNI^X NEMEIO 
MIRICO EN CARI^IO GEMELLO 
MAG 



L. 5, mag{isiris). 

P. XXI. Sur la voie de Capsa à 
Turris Tamalleni. Inscription 
moins complètement publiée anté- 
rieurement. 



17) 



PRO SAL 



VTp^IMP NERVAE^» 
SVFETIBVS ATTICO 



AVG SACRVM 

CAES AVG • GER • DACIC 
ET FRONTONE MASLAE 



BULLETTINO Dl ARCHEOLOGIA E 
STORIA DaLMATA, igoS. 

P. 20. Bulic.lnscript. de Salone. 



18) FELICIO 

C A M I L L I • A R 
RVnTi • SCRIB 



378 



REVUE ARCHÉOLOGIQUE 



SER • A • XL • H • S • E 
GVTTILLA • CONS 
BENEMERENTI 

posIT 

Felicio Camilli AiTunti Scri- 
b{oniani) ser{vus). 

BOLETIN DE LA ReAL ACADEMIA DE 
LA HiSTORIA, t. XLVII, 1906. 

P. 4o3. Fr. Tirso Lopez. A Pe- 
naranda de Duero. 

19) G • PETELIO • PAT 
ERNO • G • HAERIGI 
F • ANNO • LVI • ANN 
A • MALVGA • VX 
OR • MARITO 

P. 3o5. A Liebana, province de 
Santander. 

20) MON • M B A T I 

PENTOVI ECI MB 
ATIO PENTOVI • F • A^ • LX 
HOC MON POS- WBA 
TVS • ET • DOIDERVS • F 
SVI 

P. 479. Inscription d'Astorga, 
relative à Probus, qui semble, sinon 
gravée, du moins très retouchée à 
une époque récente. 

The classical review, igoS. 

P. 4i6. Ramsay. Trouvé à Ico- 
nium. 

21) imp. caes. l. septimius 
SEVE pivs PErTiNaa? 

aVG ARAB ADIAB PAR 
THICVS MAXI PONT 



5 IPEX MAXIMVS TRIBV 
nICIA POTESTATIS VI IMP 
a;l COS PR PR PROCOS ET 
IMP CAE MAR AVR ANTO 
NI AVG CONS PARTHIC 
10 M*AX PESIITVERVM PER 
c atticium «TRABONEM LE 

g avg pr pr milem pass 

Comptes-rendus de l'Académie 
DES Inscriptions et Belles- 
Lettres, 1906. 

P. 402. De Ricci. Tablette en 
bois du Fayoum. 

22) 

M. Acilio Au(auyiola et Pansa cos 

pridie nonas lanuarias 

T. Haterius Nepos praef. Aeg. 

L. Valerio Nostro equiti 

alae Vocontiorum turma 

Gauiana emerito hone 

s tant missionem dédit 

PL 0. s. s. e. h. m. dedi. Prid. non. 

L. 8. Il faudrait lire : P{er)l{egi) 
o[mnia) s{upra) s{cripta) e{t) h{o- 
neslam)'m{issionem)dedi. (A. 122). 
P. 462. Héron de Villefosse et 
Delattre. Inscription du Kef. 

23) NEPOTIANO E • V • 
PROC • SEXAGENAUIO 

AB ACTIS • 
PROC • CENTENARIO 
PRIMAE CATHEDRAE 
ORDO • SICCENSIVM 
CIVI ET CONDECVRIONI 
D D P P 



REVUE DES PUBLICATIONS ÉPIGRAPHIQUES 379 

PLAVTO K)R 



P. 471 et suiv. Merlin. Inscrip- 
tions relatives à Plautien. 

P. 472. ABuUa Regia. 

24) C FVLVIO C JÎ._9VIJR_PLaM 
TIANO C V PRAE^ECTO 
PRAETORIO ET NE 
CESS A R I O DOMINO 
5RVM NOSTRORVM 
IMPERATORVM AVGGG 
L SEPTIMI SEVERI PI^ 
PERTINACIS ET M AVRC 
LI ANTONINI ^^^^ 



T E N S I A N O • 

C^ P F IJ-JOJC 

5 FVLVI CFIL 

Q. PLAVTlAîî 

cv praef^c 
praeT eT ÎE 
cessa domi 

NORVM NNi 



P. 474. A Timgad. 



25) 
26) 



C FVLVIO C F 



10 



C. Fulvio c. f{ilio) Plaut[ï\o 
Hortensiano, cilarissimo) p{uero), 
filio C. Fulm[i), C. fil{n), Q{uin- 
na tribu), Plautianij c{larissimi) 
v{iri), praefec{ti) praet[orio) et 
necessa{rii) dominorum nn[n]. 

P, 490. R. Gagnât. Sur une 
table de mesure, à Timgad. 



Mus CELe 

RINVS AEDILIS • MENSVRAS 
EXAEQVaTAS EX S\\ Lb CIVIBVS SVIS STATVIT 



P. 525. Clermont-Ganneau. 
Compléments à une inscription 
d'Egypte {Ann. épigr.^ i9o5, n° 
i3i) : 1. 4am[w co]nsti[tuit d]i{ca- 
vi)t;\. 8 [n]eque... [acce^pifi ; 1. 14 
5ei[v]o[TaTOuç] av[£>vwv xov ptofxjov 
[avs6r/.£v]. 

P. 532. R. Gagnât. Fragment 
de liste militaire de Lambèse avec 
l'ethnique LE PCI. 

P. 544- Ch. Hûlsen. Un nouveau 
manuscrit épigraphique de Bois- 
sard. 



Hermès, 1906, 

P. 1-44. A. Schulten. Commen- 
taire approfondi (avec fac-similé 
photographique) du fragment ca- 
dastral d'Orange(Anw. épigr., igoSj 
n" 12), rapproché de textes analo- 
gues déjà connus, de même prove- 
nance (C././:., XII, 1244 et p. 824). 

JaHRESHEFTE des OESTERREICHIS- 

CHEN Archaeologischen Insti- 

TUTES IN WlEN, igoS. 

P. i55 et suiv. Th. Macridy. 
Antiquités de Notion. Pierres rela- 
tives à des délégations envoyées 



380 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 



par diverses villes au sanctuaire 
d'Apollon Clarius. 

P, 167. Inscriptions datées 
l'une : 

27) 

£Xt avOuxatou Iououevtiou KeAaou ; 

l'autre : 



£7ut avôuTcaTO'j Aa[A'.a AiXuvou 

P. 23 1 et suiv. R. Heberdey. 
Les proconsuls d'Asie sous Trajan. 

Id, Beiblatt. 

P. 67. Inscriptions de la biblio- 
thèque d'Éphèse. La première à 
droite de la porte d'entrée : 



28) Ttê. Io'jAiw KeXaw n]o)v£|xatav(i> UTraxw 
avôuTcaxa) A(Ji]aç Tt6. louXtoç AxuAas 
noX£[xai]avoç UTcaToç utoç tt^v KeAat 
avYjJv (3t6Xto6-/;7.Yjv xaT[£](jXSuaa£V £/. to)V 
5 iSiwv] (juv TcavTi to) xoa[[ji.a)] xac avaôr^fjLact 

xat (ii6A]toiç. KaT£Ac:r£ 0£ x[at £[]ç £:ct(jy.£UY3v aur/jç 
•/.ai ayopajv (juôX-.wv X [;j-up]taoaç ouo v^fxiŒU £Ç wv ufq 
8 Y'09''ît^£'^^' a'j]'^'') 

effacé 

23 . . a]7:apT[aavT(i)v Twv 

Tou AxuXa y.A-rjpovoixwv xo £pYo[v /.aQtfipwaajvxoç */.aTa otaôr^x'/jv 
Tt6. KXauotou Apccrxtwvoç xptç [Aatapj^^ou 

La seconde, sur l'architrave du premier étage de la façade : 

29) Ti. Iol>[aiov noX£[j.aiavovj 

UTraTov avôuTïatov Aataç ■ . 

Tt. louXtoç AxuXaç utoç 

x[a]T£(T'/.£i>aa£v rr^v ^toXtoÔTQXYjv 

[a7:a]px[taavT](i)v twv AxuXa 

x[Xy)]p[ovo[j.{i)v y.a6i£p(i)(7a]v-oç 

Tu KXauûtou Apijxiwvoç y Aacap^ou 

P. 71 et suiv. Trouvé à Éphèse. D'un côté du socle : 
30) 

1 Ddd. nnn.] Augg. Valentinia[nus Valens] Grati\an]us. Hab[é) 
Eutropi, car[issime) 

2 nobis. [ Quae de statu provinciae Asiae nuntias scilicet ex red]itibus 
f'undorum iuris re\i pribatae quo]s intra Asiam diversis quibusque 
civitatibus ad instaurand[a moenia aliosqus eiusmodi sumptus 
sus- 



REVUE DES PUBLICATIONS ÉPIfiRAIiroUES 381 

3 tinendo]s habita aeslimalione concensimus capere quidem urb[e]s 
singulas beneficii noslri uherem fructum et pro[portiûne largi- 
tionum n]os[trar]um a[dkuc e re- 

4 centi]um squalore ruinarum in antiquam sui faciem nova repara- 
tione consurgere verum non integram gra[tiam con]cessi ad [ur]bes 
singulas henefic[ii 

5 peiv]enire, siquidem, [dwn) pro partibus praestitis reditus civitatibus 
potiîis q[ua]m ipsi cum reditibus fundi fuerint restiiu[end]i et 
ministrandi idem reditus ab act[oribus 

6 pr]ibatae rei nostrae et diu miserabiliterque poscantur et vix 
aegraeque tribuanlur adque id quod arnplius e[x i]sdem fundis super 
statutum canonem 

7 \c]olligantur et isdem civitatibus pereat eorundemquae actorum 
fraudibus devoratum niliil (amen aerario nostro adiciat augmenti 
possitque 

8 a curialihus vel excultione maiore vel propensiore diligentia non- 
nullvs praestitionis cumulus ad gratiam concessionis accedere, 
igitur cuncta 

9 diligenti coram investigatione perspeximus. Et primum Efesenae 
urbi quae Asiae caput est, missa ad nos dudum legatione poscen[ti 

10 p]artem redituum non fundorum advertimus fuisse concessam; 
unie illi intérim quam esse omnium maximam nulla dubitatio est, 
a parte co[n- 

11 c^essa cum eo fundo quem Leucem nomine nostra iam liberalitate 
detentat lra[di] centum iuga promulgata sanctione mandavimus, 
ut ejus exemplo, quid ad hoc 

12 iste in reparandis moenibus profecerit intuentis an reliquis prae- 
standum sit similia decernamus. Ha[n)c san[e) quia ration[e) plenis- 
sima quod intra Asiam reipublicae 

i3 iu[g]a esse videantur cuiusque qualitatis quantumve annua prae- 

statione dépendant mansuetudo nostra instructa [c]ognovit offeren- 

dam experientiae tu\ae'\ 
i4 credidimus optionem ut si omnem hanc iugalionem quae est per 

omnem diffusam provinciam id est sex milia septingenta Iriginta 

sex semis opim[a 
i5 adque idonea iuga quae praeter vinum solidorum adfixuni semel 

canonem trea milia extrinsecus solidorum annua praestore refe- 

runtur sed et septingenta tr\ia 



382 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

16 etiam defecta [à\c sterilia iug[a] quae p[e]r illa quae idonea dixi- 
mus sustinentur suscipere propria praestatione non abnuvis petitis 
majestas nostra consen[tiat 

17 s[c]ili[c]et u[t] arbitrio tuo per curias singulas omni lugatione dis- 
persa rétracta eo redituum modo quant unicuique civitatum propria 
largitione concen\simus 

18 r]eliquam summayn per officium tuum rei privatae noslrae in ferre 
festines ut et omnem usuram diligentiajn avidis eripiamus actoribus 
et siquid extrinsi[cus 

19 luc]ri est cedat rationibus civitatum. Sane quia rerum omnium 
integram cupimus habere notitiam et ex industria nobis tuam 
expertam diligen[li]a[m fo- 

20 re fat]emurl plena le volimus ratione disquirere per omnem provins 
ciam fundos iugationemque memoralam qui in praesentem diem 
ha[bita 

21 licitati]one possideant et quantum per iuga singula rei privatae 
noslrae annua praestatione dépendant qui etiam opimi adque utiles 

fundi 
11 fisc]o gr[ali sï]ngulis quibusque potentissimis fuerinl elocali et qui 
contra infecundi ac stériles in damnum rei noslrae paenes adores 

23 [f]uerint d[etenti s]cilicet ut omni per idoneos ratione discussa 
a{c) confectis quam dHigentissime brevibus mansuetudini noslrae 

veri 

24 fidem nunl[i]es u[t instr]ucti super omnibus amplissimum efficacis 
industriae praestantiae tuae testimonium deferamus. 

Du côté opposé du socle, inscription bilingue. 

1 Ddd. nnn. Auggg. Valen[i\inianus Valens Gratia[n]us. [Habe] Feste, 
[carissime n]ob{is). 

2 Honorem Asiae ac totius provinci[d\e dignitatem quae ex iudicantis 
pendebat arbitrio [exe]mplo lllyri[ci] a[d]que [Il]alarum urbium 
recte perpexi[mus 

3 esse ûrmatum. Nec enim utile videbatur u[tpo]npa conventus publici 
unius arbitrio gereretur qu[a^^m consuet[u^dinis instaurata deberet 
solemnitas 

4 exhibere. Ex sententia deni[q]ue faclum est quod divisis officiis 
per quattuor civitates quae metropolis a.pu[d] Asiûm nominantur 
luslralis cernitur edi[tio ita] 



REVUE DES PUBLICATIONS ÉPIGRAPHIQUES 



383 



5 constituta ut dum a singulis cx[hi\hitio postulatur non desit pro- 
vinciae coronatus nec gr[a]vis cuiquam erogaiio sil futura, cum 
servatis vicibus qu[in' 

6 to anno civitas praebeat editorem. Nam et \illv]d quoque libenter 
admisimus quod in minoribus m\u\nicipiis]generatis quos populaiis 
anirni gloria maior 

7 attollit, facultatem tribut edendi mu[ne7']is postulasti videlicet ut 
in melropoli Efesena al[ia\ e civi{ta)te asiarchae sive alytarchae 
pr(>[ceda]n[t ac\ s[ic\ 

8 ofâciis melioribus nobilitate contend[an\t . Unde qui desideriis sub 
seculi nostri feiicilate ferv[entib]us gaudiorum debeamus f[om]en[t]a 
\p]raes[t]are c\ele]- 

9 brandae editionis dedimus potestat[e]m adversum id soium volun- 
tatem contrariam ref[eren]tes ne suae civitatis obliti e\ï\us in qua 
ediderin[t] 

10 muncra cu[rid\e socientur, Feste kar[i]ssime ac lucundissime. Lau- 
da[la) ergo experientia tua n[osi]ri potius praeceptasequatur arbi- 
tra ut omn[ei\ 

11 qui ad lios h[on]ores transire festinant c[u]nctas prirnitus civitatis 
suae restituant functiones u[t p]eractis curiae muneribus a\d 
h]onorem totiu[s] 

12 provinciae debito favore festinent p[er]cepturi postmodum sitamen 
voluerint senato[r]iam dignitatem [ita tam)en ut salis facien[te]s legi 
in locis s[uis] 

i3 alteros dese{r)ant substitutos. Ceterum nequaquam ad commodum 
credimus esse iustitiae ut expensis rébus suis laboribusque transactis 

i4 veluti novus tiro ad curiam transeat alienam cum rectius honoribus 
fultus in sua debeat vivere civitate. 



Suit la traduction en grec. 

The Journal of hellenic stu- 
DIES, igoS. 

P. 261. Edw. S. Forsler. 

Début de l'édit de Dioclétien, 
fragmenté, trouvé à Oetylus dans 
le golfe de Messénie (texte latin). 



VjESNIK HRVATSKOGA AKHEOLOa' 

KOGA Drustva. Nouvelle série, 
t. Vil, 1904. 

P. 209 et suiv. J. Brunsmid. 
Catalogue des antiques du Musée 
national Croate à Agram. Les ins- 
criptions figurent déjà au Ilfe vo- 
lume du Corpus. 



384 



REVUE ARCHÉOLOGIQUE 



Id., t. VIII, 1905. 

P. 35 et suiv. Suite de ce cata- 
logue. 



31) 



AGIRRO • EPICADI 



P. 172 et suiv, N. Vulic. Deux 
inscriptions romaines de Crua 
Gora (Monténégro). 

P. 172. 

PRINCIPI • K • SALTHW 



L. 1 
P. 
32) 



ET • TEMEIAE- GLAVI • F (6 0FECIT • EPICADVS • F 
VT PRIMVM • AETATIS • COMPLERVNT • TEMPORA • VITAE 
ET • GENITOR FATO • CONDITVS • EST • TVMVLO 
PROTINVS INSCRIPSITPIETAS-NOMEN MATRISQ.VE PATRISQ. 
VT LEGERENT • CVNCTI • GENITORIS • NOMINA • SAEPE - 
HOC • DECET & VT NATI COMPONANT OSSA • PARENTVM 
ET CINERI SEDEM !ï> SVBSTITVAT • PIETAS 

principi k{astelli) Salthua. 

173. 

CAIVS • EPICADI . F • PRINCEPS 

CIViTaTIS • DOCLATIVM • HIC • SiTvS 
HOC • FIERI • IVSSIT • GENITOR • SIBI • ET 

SVIS • SET • FILI • HVS • PIASSVS • EPICADVS 
5 SCERDIS • VERZO • ET • SVMMA • ADIECTA 

EFFICIT • ISTVD • OPVS • EST • PIETAS • NATIQVE 

HOC (& AVXISSE • VIDENTVR • eT • DECORAIT 
FACTO-ET-DOCENTES • ESSE- PIOS 



2° PUBLICATIONS RELATIVES A L'ANTIQUITÉ ROMAINE 



R. E. Brûnnow et Alf. von Do- 

MASZEWSKI. DiePrOVINCIA ARA- 

BiA, t. II Strasbourg, igoS. 

Un certain nombre d'inscrip- 
tions, surtout provenant de Djerach 
et de Derat, soit copiées par les 
auteurs, soit prises dans des publi- 
cations antérieures. Rien d'inédit. 

F, Haverfield, Romano-british 
Derbyshire. 

Description de cette région de 
l'Angleterre, où sont les forts ro- 



mains de Brough, Mezandra et 
Little Ghester, et inscriptions dé- 
couvertes dans ces diverses loca- 
lités. Fac-similés. Rien d'inédit. 
Utiles commentaires. 

R. PoHL. De graecorum medicis 
PUBLicis. Berlin, igoS. 

Dissertation inaugurale . Re- 
cueil des textes sur la médecine 
publique à l'époque grecque et à 
l'époque romaine. Grand usage des 
inscriptions. 

R. Gagnât et M. Besnier. 



Le Gérant : Ernest Leroux. 



ANOEKS. 



IMP. ORIENTALE A. BURDIN ET C'«. 



RHVL'F ARCiIl-OI.OGIôri-. lO-H) 



l'LANCKl- Il 









''J^ 








S 



l'I ERRES GR A\"1;ES 
DE LA COLLECTION CRHUSOT 



UE ARCHÉOL()(iI(jUH lOOG 



PLANCHE 




W 

o 

2:: 



w 

a 



w 







w 



V5 



s 0\ A Jl 



AND LYCAONIA 



{Seco7id article '). 
From Anavarz I rode across Ihe Ciliciaii plaiu to Adana. Wo 
gol no furlher the firsl day lliaa Chakal Dere, a little village ou 
the Jehan Chai, and il was as much as horses and men couhl 
do to reach Ihat point. We plunged for the first fivc hours 
Ihrough the marsh; sometimes it was an open stretch of water, 
somelimes deep swamp, somelimes the path led us through tall 
thickets and ihese generally concealed a sliallow water course 
that Ihrealened to engulf the baggage horses in ils muddy 
boltom. By the spécial interposition oE Providence we gol theni 
and their loads through il ail, though on several occasions I had 
taken a mental larew ell of caméras and films and maps. « Allah I 
Allah ! » cried the muleteers as the animais slaggered and reeled 
through a boltomless slough, and without doubl lie is All- 
Powerful and Compassionate. 1 had taken the onbashi from Ana- 
varz to help my zaptieh, and a charmingTurk, who was a friend 
of mine, joined himself voluntarily lo the parly; we kept loge- 
Iher, each lending a hand to the olher, and soon after midday 
Ave reached the village of Merjemek and higher ground. The 
beat was overpowering, we had leisure to observe it when once 
Ave were oui of Ihc marsh ; men and beasls sud'ered and Ihe cara- 
van dawdled to an extent that was heart rending. To the soulli 
of us the Pyramus ran between abrupt little ranges of hills (ou 
oneof them a ruined fort, Yelan Kalesi); to the norlh were Ihu 
fool hills of Taurus with a steep mound crowned by a castle 
(Tumlo Kalesi) in the foreground. We got to Chakal Dere at 4.30 
and camped to the norlh of the village, The beat was so great that 

1. See Revue, im. feb. 1906, p. 1-29. 

iv*" séhil;, 1. vu. '25 



38G 



REVUE ARCHÉOLOGIOUE 



1 resolvod lo make the second stage by night and we rode otf at 
3.30 next morning in the black darkness. We passed througli 
Missis, the Greek Mopsuesla, in the first cold streak of the dawn ; 
it was just light enough to see the splendid Roman bridge over 
the Pyramus. Hère ^ve left the river and crossed an intermi- 
nable plain to Adana, the most tedious march in ihe world and 





SHEh 




'\o _ 




O : 




\o : 




QO : 




30 ~ 




^ 




50 


FE 


'60 -^ 

.Ll M 

/ 



:io 



o 



10 



l'ig. 1. — Giuuud plau of cliurcli al Sbclicr. 

the longesl, as I am prepared to maintain, though we reached 
our destination at 9.30. 

There is nothing of interest at Adana, nor at Tarsus, where I 
spent the next evening, save the view up to the Cilician Gates^, 
and at Mersina less than nothing. On April 26, I Icft ihat misé- 
rable little port and rode south-westward along the coast past 
the ruins of Pompeiopolis (of whicli Uttle remains as they hâve 
becn uscd as quarrics in the building of Mersina) and camped at 



NOTES ON A JOURNEV THROUGH (ILICU AND LYCAONIA 



:mi 



the moulli of the Alala Chai, where there is a Turkish Guard- 
house, a mardi of 8 hours alonga good road. Hère I was on llie 
edge of llie rocky hills of Kanylelideis, a part of w iiich I inlended 
to explore. This counlry has becn visited by Langlois, by Benl, 
by Slerrelt, by Ramsay and Ilogarth, by Ileberdey and Wilhelm, 
and olhers, but none of thèse travellers hâve published drawings 



' ^ 



^^^ 




Fig. 2. — lulerior of apsc ami cast wall. SLclier. 

of the churches except Heberdey and Wilhelm, Avho measured a 
big basilica at Kanylelideis itself. A liltle to the soulh west of 
the Alata Chai the country begins to rise in gentle slopes from 
the sea shore. The road runs along the edge of the sca, except 
between the Lamas gorge and Ak Kale where it takes a curve 
inland to avoid the promonlory on which the monastery of Ak 
Kale stands. Parallel to the road are Ihe ruins of a great aque- 
duct Avhich begins in the gorgeof the Lamas, bridges the val- 



388 KEVUE ARCHÉOLOGIQUE 

leys and forms a conduit along Ihe face of the hills. Three cities 
flourished on Ihis strip of coast, Sebasté-Elaeussa, Gorycus and 
Corasium; Ihe ruins of them strew Ihe first slopes of the hills, 
Each of the two first possessed a vast necropolis; the road is 
lined wilh tombs, rock eut and built, of ail shapes and sizes. 
Inland, the low hills are covered with the ruins of towns and vil- 
lages with wine-presses and tombs, set in thickets of wild olive, 
carub and myrtle. The whole country must bave been carefully 
cultivaled to support so large a population and I surmise that it 
bas underi^one changes similar to those that bave taken place in 
the mounlains of Northern Syria, and that in former times a 
deeper layer of soil must hâve lain upon the rock than Ihe 
meagrc remuant whicb now barely covors it '. The ancient 
paved roads can still be traced up from the coast; indeed Ihey 
are slill the only means of approaching the inland towns; but, 
as the paving stones are broken and dislocated, progress on 
them is tedious in the extrême. 

On April 27th I rode across the narrow plain at the base of 
the hills and up the gorge immediately to the south of the 
Alata. In two hours' timcAve came to a little plateau to the south 
of the gorge where we found some Yuruk tents pitched among 
ruins of which noihing but the foundations remained. Hère Ave 
asked our way of an old man Avho guided us across the valley and 
up the steep hill-side to the north of it (1 had left my horses at 
the bottom of the ascent) to ihe extensive ruins of Shelier. In a 
complex of buildings I found a church of the double apsed type 
which, in many varieties of plan, reigns in the Kanylelideis dis- 
trict (fig. 1). The masonry was of small stones laid in even 
courses; the north wall, of which a considérable portion was 
standing, was, so far as I could judge, without openings of any 
kind, for I think the uneven breacli at the easlern end of it did 
not represent eilher a window or a door (fig. 2). The walls were 
too thin to bave supported a vault; wood was plenliful, and 

1 . See Butler, Architecture and other Arts. 



NOTES ON A .TOURNEV THROinn CILICIA AND LYCAONIA 



389 



wooden roofs seem to hâve been the rule; Ihe apses alone were 
vaulted wilh stone semi-domes. The main apse slood out into 
Ihe body of the church, a five-foot passage separating- it from the 
east wall. A smaller apse was biiilt ont from the norlhern end 
of the wall, the southern end was ruined, but there were no 



*^ 




Fig. 3. — [^Sheher ; west wall and porch. 



traces of a corresponding'apse in it. The disproportionale lengtli 
of the nave and aisles tempts me lo believe Ihat the foundations 
marked on the plan (a pier and areturning wall) may bave been 
part of the division belween the body of Ihe church and the nar- 
thex, but the ground was covered with grass and ruins and 
prickly bushes so that I could not bave delermined the point 



390 REVOE ARCHÉOLOGIQUE 

without a considérable amount of clearing-. The west door was 
provided witli a porch of which the south side was standing-. It 
musl hâve been a tower-like édifice builtout from the west wall ; 
an arched doorway opened to the south and anolher to the west 
opposite thedoorof the church. The arches sprang-from eng-ag-ed 
columns, the capitals at the south door being- nothing- more than 
impost mouldingsjwhile that which remained ut the west door was 
a rough adaptation of Corinlhian such as was used by the Byzan- 
tine builders in Italy (fig^. 3)'. The doorof the church was cove- 
red by a heavy lintel entirely without décoration, nor could 1 see 
any other trace of ornanient in the building-. The west wall was 
continued to the south and formed part of an irregular chamber. 
Fossibly the niany ruined foundations to Ihe norlh and to the 

A\< kALE 

iw 30 QO lO 10 
FEETi \ \ U-4 

5 O 5 

METRES^ ! '' '' ! 

Fig. 4. — Ground plan of cruciform building at Ak Kale. 

soulh of the church were those of a monastery. I do not knosv 
whether the chamber againstthe north wall communicated wilh 
the church ; it was much ruined. 

I hâve searched in vain for any exact parallel to the arran- 
gement of the apses ilhistrated by the church at Sheher and by 
many others in the Kanytelideis district. Two of the temples 
at Sbeilla show an apse standing ont into the body of the 
building, but there are no apses in the outer wall of the 
temple behind it^ Enlart makes an observation which seems 
to point to similar constructions in other parts of North 

i. Compare the capitals in the Duomo of Parenzo, one of which (Rivoira, Le 
Orùjini dilla Ai'chilettura Lombarda, vol. I, fig. 145) is almostexactiy similar 
in design. 

2. Saladin, Archives des Missions Scientifiques, t. XIII, p. 69. 



\OTES ON A JOURNF.Y THROrGH CILICIA AND LYCAONIA 391 

Africa : « Dans quelques basiliques d'Orient, » says lie, « mie 
galerie demi-circulaire fait le tour extérieur de l'abside. Cette 
disposition s'observe en deux basiliques do Cartliage... Cette 
galerie departourde l'abside n'était encore qu'un simple dT'gage- 
ment commode pour les cérémonies. Elle était sans communica- 
tion avec l'abside »'. Tlie churrli at Damons el Karila bas Iwo 




Fig. 5. — AU Kale; ^oiilli wiill of ea^toru arm of cruciform : iuterior. 



apses one behind the olher, but tliey appear lo bave been tbe rcsult 
of some reconstruction. The basilica al Benian shows a séries of 
oblong cbambers behind tbe apse. As far as can be determined 
from tbe plan, they do not communicale directly Avitb tbe body of 
tbe church, tbough there is a door in the east wall of the prolbesis 
leading into a passage that passes between two of the cham- 

t, See Atla>^ Archéologique de Tunisie; texte de la planche La Marsa, p. 0. 



892 



REVUE ARCïIÉOLOGrorE 



be^s^ The crypt of ihis basilica présents a similar arrangement, 
but hère it is certain that the constructions behind tlie apse are 
tombs. In tlie centre of the apse there is a window which opens 
into the central of the seven tombs, that whici» contained the 
hones of Robba^sisler to the Donatisi bisliop of Aquae Sirenses. 
She was martyrcd in 434 by tlie Catholics and it is very proba- 
ble that the basilica was erected in memory of lier. Tiie date of 
lliP crypt is llicrefnre fixed as fallina; aflor llio year 4,S4 and 








Fio'. ('•. — Ak Kale. Esterior of criiciform from Uie west. 



from olher évidence Gsoll is confident that it cannot be later 
tlian 4;]9. A doser parallel to the basilica at Sheheris that ^vhich 
was laid bare at Morsott -. Elere the chambers behind the apse 
communicate wilh the church through two square rooms occu- 
pyniglhe position of the prothesis. Of tliis basilica nothin^t^ but 
the foundations remains, so that it is impossible to ascertain 

1. Gsell. Le^ Monuments anHque>i de l'Algérie, vol. Il, p. 176. 

2. Gselll op cil ., p. 232. 



NOTES ON A JOrtlNEV TriROFOrf r.ILIcrA AND LYCAONIA 



393 



\vhether lliere was a window in the apse opening onto llie 
oblongcliamber lo llio easlwliich appears to hâve been a baplis- 
tery. The great monastic cliurcli at Tebessa ♦ may be neglecled 
in Ihe présent argument, for Ihough lliere area séries of rooms 
behind the apse ihey are of mucli later construction; tliey do 
not commnnicatc willi iho chnrcli, but form part of a row of 




Fig. 1. — AU Ka!e. Easterii riiid aortheni arms of cruciforiu, iuside. 

cells which were built against the walis of the basilica and almost 
surround it. Tlie Algerian examples accord better with basilica 
no 4 at Kanytelideis -, ihan with the double apsed type of Slie- 
her, but there is a curions mausoleum chapel partly rock eut at 
Prato near Avellino, wliich présents a striking resemblance to 



1. Gsell, op cit., p. 267. 

2. Strzygowski, Kieinasien, p. 54. 



394 



REVUE ARCHÉOLOGIQUE 



Ihe latter. It shows a double apse with an ambulatory running 
round behind the main apse which therefore slandb out into the 
body of ihe cliapel. In llie ambulalory, behind tlie main apse, 
Ihere is a niche-liive slirine frescoed wilh a figure of l!ie Virgin 
in tiie attitude of prayer. Bertaux speaks of lliis cliapel as « une 
construction bizarre et unique » '. 




Fi<?. 8. — Ak Kale. Wosterii ann of criiciform, inside. 



It will be seen tliat in the examples cited the eastern cham- 
bers would appear to liave been used eitlier as tombs, or as a 
baplistery, or as an inner sanctuary, a kind of retro-choir contai- 
ning a separate cliapel, and it is for this tliird purpose Ihat the small 
apses to ihe east of the main apse in the basilicas of the Kanvte- 
lideis district were probably intended. The System would tlien 

1. Bertaux, L'Art dans V Italie Méridionale, p. 84. 



NOTES ON A JOURNEY TUROUGH CILICU AND LYC.AONU 393 

bo the same as Ihat whicli obtains in médiéval callicdrals, i. e. 
a number of subsidiary cliapels in Ihe retro-choir behind llie 
main allar, the only différence being- lliat in the médiéval exam- 




Kicr. 9. __ AU Kale, North west corner cliamber. 



pies the main altar was separaled from tiie retro-choir by a 
reredos only and was not provided with a massive apse of 
masonry standing- outinto the church. 

We rejoined our herses and rode down to a Yiiriik encamp- 



396 



REVUE ARCHÉOLOGIQUE 



ment on the shoulder of Ihe hill where I liinched under some 
big trees, the Yuruks providing me with curds and coffee and 



□ 



CZJ 




Fig. 10. — Kanytelidels: sketch map of town. 

wilh an excellent meal of fried eg-gs. The view down the 
slopes of Ihehills, covered wilh trees and shrubs, and across the 
sea, was enchanting-. We returned to the coast hy a path to the 




A 



'AN-I 




\o 

O 

\o 

QO 
30 

SO 
60 



\o 



o 



4^ — ^(o 

FEET METEES 



Fijî. 11. — Kanytelideis; basilica No. 1, ground plan. 



south of that which we had followed in the morning. To the 
right I caught sight of a ruined town perched high up on the 
opposite side of the valley, but I had no time to visit it. Kiepert 



NOTES ON A JOURNEY TllHOUGU CILICIA AND LVCAONIA 



'S\il 



calls it Uch Tepe'. Just before we reached the coast road wc pas- 
sed agroup of ruinsmarked iaKieperl's map « Kirchenruinea >>-. 
Of Ihe church nolhing but a very small apse remained, deeply 
embedded in 'slones and brushwood. To Ihe north of it ihere 
was a large enclosure that looked like a fortress. I had interided 
to camp by a spring near Ihe sea, south ot" Ak Kale, but when 
my servants arrived there Ihey found that the water was too 
brackish to drink and went on to Ayash (Sebasle). Thilher 1 
followed ihem through a slorm of rain and bail. The worst of 




Fig. 1-'.— Kauytelideid ; basilicd No. 1, west façade. 



it was over before it reached us, but it iiad left the road wliite 
wilh enormous bail stones and scattered the green bcans of the 
carub trees upon the ground. My tents were pitched belween 
the road and the sea under the sand bauks which now connect 
Ihe island with main land. Among the ruins on the island was 
a large building with a colonnaded façade, and further east the 
apse of a small church sticking up like a stone hood out of the 
sand. Thickets of oleander just coming into bloom enveloped ail 

i. Itwas visited by Heberdey and Wilbelm, who describe it as conlaining 
many churches, Denkschriften der K. Akademie der Wissenschaften, vol. XIV. 
2. Also noliced by Heberdey and Wilbelm. 



UÎJS 



REVUE ARCHEOLOGIQUE 



olher buildings Ihat llie sand liad 'not hidden. On llie opposite 
side of Ihe road lliere was a great lliealre built into Ihe hill with 
a mass of Avalls aud arclied galeways below , a gymnasium, pro- 
bably, and a quay. To tlie soutli thestony ground ran out inlo a 




Fig. 13. 



Kauytelideis; basilica >io. 1, capital of columu of uarthex. 



promonlory on whicli was a small ruined temple, and every 
available place ail along the hill side was occupied by tombs. 

Next day 1 returned upon my iracks to examine the fortified 
monastery of Ak Kale. It is an immense place consisting ot 
vaulted parallel chambers with an entrance hall running atright 



NOTES ON A JOURNLY THROKWl CILICIA AND LYCAOMA 



;3i)9 



aiijjles along lliem, a door way at llie soulliern end of it and a 
winding stair at llie norlliern. Beyond lliese buildings tiiere is 
an enormous cistern roofed by a vault supporled on rows of 
columns like tbe cisterns at Conslanlinople. It would bave bean 
extremely difficult to plan llie wbole, owing- to lh<> tangle of 
Avild olive and otlier Iborny bushes; but I found and measurcd 
the small ci'uciform menlioncd byMurray's guidebook. (Fig. 4). 




V\g. 14. — Kauylelideis, basilica No. 1, iuterior of apsc. 

Il lies immediately to the east of ihe chamber Ihal coulains llic 
Avinding stair, but disconnected from it. 

In plan this building somewhat resembles the small cruci- 
form church at Aladsha Kisle', which was pronounced by von 
Schneider lo be a baplislery; there are, however, certain notable 
différences. I could see no trace of a curved apse in any arm of 
the cross. Fig. 5, which shows the interior wall, makes it pretty 

i. Strzygowski, Kleinasicn, p. 139, 



400 



REVUE ARCHÉOLOGIQUE 



clear Ihal there was none in the eastern arm unless il projected 
beyond the line of the east wall now ruined (fig. 6), which seems 
extremely improbable; nor did I see the foundations of a pro- 
jecling^ apse iipon the ground. ïhe corner chamber to the south 
of the eastern arm could be entered from that arm by a small 




l'ig. 15. — Kauytelidcis; basilica No. 1, cugageJ capitals in apse auJ prolhesis. 

door (lig. lî), Avhile Ihe corner chamber lo Ihe norlh opened inlo 
the north arm of ihe cross (fig. 7). The main door of Ihe building 
was in the soulhern arm (fig. 6). In the west arm Ihere was a 
small square hcaded windovv- above the cornice which ran round 
Ihe insidc of llie church over Ihe capilals (fig. 8). The end of the 



NOTES ON A JOURNEY TllllOUGH CILICIA AND LYCAONEA 



401 



norlh arm was ruined; il may hâve containedawindow.The arms 
of Ihe cross and the four corner comparlments were roofed wilh 
barrel vaults resting on a moulded cornice {iig. 9 shoAvs the 
N. W. corner chamber wilh the vault running easl and west). 
The centre of the building was covered by a dôme, the top of 
which was tlanked by four upper story chambers roofed wilh 
barrel vaults (fig. 6). Thee was no means of access to thèse 
chambers which were apparently for structural purposes only ; 
they were, however, lightedby small Windows. The décorations 




Fig. 16. — Kanytelideis; basilica No. 1, cast façade. 



were exlremely simple. Tlie engaged capitals, of wiiicli lliere 
were eight, one at Ihe inner angle of each arm of Ihe cross, 
were carvcd wilh acanihus leaves of a laie Jiyzantine characler 
(fig. 5) worked wilh a free use of the drill. The cornice consisled 
of a cyma recta, a fîllel, and anolher more retreating cyma recta. 
Il did not rest immediately upon the capitals, a rainure was 
interposed. There were somo very liai mouldings round the 
outside of the wiadow. I found no inscriptions and there is 
nolhing to prove that this building was ecclesiastical, excepl 
four crosses in circles carved in Ihe centre of each of the inlerior 

1V<= SÉRIE, T. VII. 26 



402 



REVUE ARCHEOLOGIQUE 



arches, and the analogy of olher buildings of llie same lype. Il 
may liave been a small marlyrium or a mausoleum. The masonry 
is of large stones carefully cul and hiid over a core of rubble. 

There were traces of a wall round iJie monaslery precints, a 
large area exlending over the whole of the rocky promontory. 
1 had noticed, as I rode past the day before, a large gateway by 
the road-side with an inscription ou the lintel, but the violence 




ANIDIVAN-n 



lO 

o 
\o 

40 

Go 

70 



\o 



o 



\o 



Fig. 17. 



FEET METRES 
Kanytelideis ; basilica No. 2, ground plau. 



of the hailstorm prevented me from stopping to examine it and 
I forgot to return to it. The inscription is not published by 
Bent ; I very much regret that I hâve no copy of it. 

We rode back into the bay to the south of Ak Kale, the bay 
of the brackish spring, and having crossed the little gorge that 
led down into it, turned inland following an ancient paved road 
that brought us after about an hour to Kanytelideis, Ihe modem 
Kanidivàn. As we approached the town the hills were strewn 
with ruins and willi sarcophagi. The (îrst considérable ruin 



NOTES ON A JOLRNEY TUROLK.II CILlClA AND LVCAONIA 



403 



lliat \ve reaclied was tlie tower of polygonal masonry on whicli 
Bent found an inscription of B. C. 200'; it stands on tlie edge 
of tlie deep dépression wliich lie calls tlie Olbian Cave. Tliere 
were fîve cliurclies in Kanylelideis, their position being roughly 
as sliown in fig. 10. No. 4 is the basilica of wliicli lleberdey 
and Wilhelm made a liasty ground plan". Bent observes that it 
slood on the site of a temple and that an undergound passage, 




Fig. 18. — Kanylelideis; basilica No. 2, apse and arches behind it froni the south. 



now blocked, led from it into the cave. No, 5 is completely rui- 
ned; I could see nothing but a pièce of stone pavement and the 
curve of the apse. No. 6 is the tower. Between Nos. 1 and 2 a 
rock eut palli leads down into the dépression. The bas relief of 
6 draped figures, noticed by Bent, and liis inscription No. 3' is 
eut in the precipitous wall of the cave immediately bclow the 
tower. The olher bas relief, a man in armour, is a liltle to the 

1. Journal of the Hellenic Studies, vol: XII, p. 226. 

2. Published by Strzygovvski in bis Kleinasicn, p. 54. 

3. Alâo given more fully by Heberdey and Willieim. 



404 



REVUE ARCHÉOLOGIQUE 



north of the palh in the rock wall behveen churclies 2 and 3. 
I did not succeed in gelting a photograph of it owing lo ihe 

kANIDIVANl- 




)o ^ 


■i/^ 


o : 


\<j 


■\o ': 




■Qo : 




"3o ~ 





40 




■50 . 




60 J 


'\o 



Fig. 19. 



FE£T METRES 
Kauylelideis ; basilica No. 3, ground plaa. 



thick brusJiwood. The ruined town was uninliabited excepl for a 
few familles of Yuruks who had pilched llieir tents in it. They 




Fig. 20. — Kauytclideis; basilica No. 3, wall of uarthcx from the Dort wcst. 

welcomed me wilh effusion, gave me lunch in the middle of the 
day and excellent coffee before I left in the evening. I spent the 



NOTES ON A JOURNEY TURGIGH CILICIA AND LYCAONIA 



40 



o 



day measuring and photographing cliurches 1, 2, and 3, pholo- 
graphing church 4. No. K was loo miicli ruined to promise 
satisfaclory results eillier to Ihe camora or to Ihe measuring 
tape, 

A'o. / (fig. H). Nos. I and 3 were much about the same 




Fig. 21. — Kanytelideis; basilica No. 3, south west coruer. 

size, some 90 feet long by 60 feet wide, and nol dissimilar in 
plan, Each was a basilica with a narthex, an apse concealed 
from the outside by the eastern wall, with chambers on eilher 
side of it terminaling the aisles. In No, I the west front of the 
narthex was broken by 3 arches supporled on Iwo colnmns and 
engagedpiers, ail with Corinthian capitals (fig. 12)',There had 



1. Compare a similar narthex in Ihe church of Santa Maria di Pomposa, 
Rivoira, op. cit., p. 96. 



406 



fiEVUE ARCHÉOLOGIQUE 



been a large arched window above. The masonry hère and else- 
where showed Ihe putlog holesof thebuilders which, as in many 
médiéval examples in Europe, had not been filled up when Ihe 
scafîolding was removed. The capitals were Byzantine in type. 
The curling fronds of the upper row of acanlhus leaves were sepa- 
rated by a wide inlerval from those of the lower, the gênerai 




Fig. 22. 



Kanytelideis; basilica No. 3. soutli door of uarthex. 



elTect being Iwo marked bands of light and shade (fig. 13 *). 
The two central mcmbers of ihe arcade were round shafls, the 
ou ter were rectangular piers engaged in the wall. The narthex 
communicated by three doors with the nave and aisles. Tiie 



1. Similar capitals occur in the cliurches of Sant' Apollinare Nuova and of 
tlie Spirito Santo al Ravenna, in Ihe basiUca of San Lorenzo fuori le mura at 
Rome, and in the cistern of Arcadius at Conslantinople. Ail thèse are given in 
Rivoira's admirable illustrations (op. cit.). He notices Ihat the outer edges of 
the acanlhus fronds show a disposition to form a séries of small arcades, a 
peculiarily which may aiso be observed in the example from Kanytelideis. 



NOTES ON A JOrRNEV THROUGII CILICIA AND LYCAONIA 



407 



central iloor liad a lintel decoraled willi lliree well defined 
fasciae and a cross, Tlie fasciae were not carried down llie 
jambs, but ended abniptly witli llie lintel stone. Above it liiere 
was a relieving arcli (fig. 13). Tlie Iwo smaller doors were of 
similar design, but tlie tympanums of tlie relioving" arches were 
not filled up wilh masonry. I can give no indication of fbo 




FJg. 23. — Kanytelideis ; basilica No. 3, easl façade. 

columniation of the nave. There was a door with a lintel and a 
relieving- arcli, severely plain in cliaracter, in each of the outer 
walls of the aisles; but, as at Sheher, the north wall was pierced 
by no Windows.' The walls of the prolliesis and diaconicnm 
projocted into the body of the Clinrch beyond the western face 
of tlie apse walls (fig. 14). In each projection there was a small 
arched door. The angle of the apse was finished by an engaged 
capital and above it a cornice ran ail round the inside of the 



1. The reascn in both cases may hâve been ihe same : the vicinity of olher 
buildines. 



408 



REVUE ARCnÉOLOr.lOITE 



apse below ihe spring- of llie serai-dome. Sitnilar capilals on tlie 
angles of the projecling walls of the Iwo side chambers 
carried the arcli of tlie first bay of the nave (fig-. 45.) The 
apse was lighted by a double window of wliicli Ihe central 
column presented a type very common in Lycaonia, that of Iwo 
engaged columns projecting from eilher side of a square pier '. 
Outside, Ihere was a projecting moulding above the Windows 
forming a drip-stono (fig. 4 G). Above this central window 




l'ig. 24. — Kaaytelideis; basilica, No. 4, west façade. 

Ihe style of llie masonry clianged, the stones were smaller and 
the courses consequently narrosver. High up in the wall on 
either side Ihere was a small rectangular window. To the north 
of the prolhesis lay a rectangular chamber, its east wall flush 
wilh the east wall of the church.The wall was continued beyond 
this chamber and broken by a fine gateway with a moulded 
lintel and a plain relieving arch, Ihe tympanum filled up wilh 
masonry. 

1. Compare the first piers of ihe nave of San Pietro at Toscanello, Rivoira, 
op. cit., p. 150. 



NOTI'S ON A JOIRN'F.Y TlIROUGn CILICIA AND T.YCAONIA 



40Î) 



A'o. "i (fig. 47). The small space belween churclies 1 and 2 
was covered wilh riiins. It looked as if ihe whole group had 
formed a single religions foundation for which Ihe Iwo churches 
were built, or iulo whicli they were incorporated. No. 2 was a 
very pnzzling churcli and was so much riiined ihat Iho ground 
plan I hâve given can claim only an approximale accuracy. The 
apse was connocted by a séries of arches wilh Ihe buildings to 




Fig. 2o. — K.inyteliiieis; basilica No. h, interior of apse. 



Ihe east of it. They were probably the arches Ihat supported Ihe 
roof of Ihe passage leading round behind the apse (fig. 18). The 
chambers to the east of the apse were vaulted substructures of 
which the superstructure had fallen. The floors of thèse cham- 
bers must hâve been belov/ the level of the lloor of the church. 
At aa and at bb they were connected witli the wall by the arches 
above menlioned. At c and of there were brackets in the apse 
wall from which two other arches must bave sprung. The 



410 REVUE ARCriÉOLOGIQlTE 

eastern end of thèse Iwo arches must hâve rested on Ihe supers- 
tructure of chamber e. Ai /and g there appeared to hâve been 
two more arches. The eastern chambers are now used as cattle 
sheds and are mucli blocked witli fillh. There were doorwavs 
in the two outer chambers leading into ihe passage behind the 
apse. At the east end of the church the north wall was laid at 
an angle that caused it to project beyond the line of the western 
end, with which it was connected by a cross wall wilh a door 
in it. The rest of the church is ruined, but as far as I could see 
there was no narthex. 

No. 3 (fig. 19). The principal feature of the third church is 
the exceptionaliy strong western wall of the narthex (fig. 20; 
the building behind No. 3, to the west, is the polygonal tower; 
on the extrême right hand basilica No. 1. Fig. 21 represents 
the same wall from the south. It will be observed ihat the nar- 
thex wall is diminished in thickness towards the top by two 
offsets in the masonry. A door led into the narthex from the 
south (fig. 22). The norlh wall was ruined. The east wall waschiefly 
remarkable for the irregularity of ils feneslralion (fig. 23). The 
prolhesis was amply lighled by a double window, Avhereas the 
diaconicum Avas provided only with a narrow slit high up in the 
Avall. As in No. 1 there were two small rectangular Windows 
in the upper story ', 

No. 4 was measured by Ileberdey and Wilhelm. 1 give an 
illustration of the gênerai view of the west façade and the fine 
central door of the church (fig. 24), and a view of the inside of 
the apse (fig. 25, by which it may be soen that Ileberdey and 
Wilhelm omitted to mark the double window in the centre of 
the apse). It is clear from fig. 24 that the arrangement of 
openings in the narthex was similar to that in Church 1, though 
it is not so indicatodjin Heberdey and Wilhelm's plan. Fig. 26 

1. It is vvorlh noting Ihat Ihe arrangement of the chambers on either side of 
thêapse is exaclly the same as that which is found in the church of Bir Umm 
Ali (Saladin, loc. cit., p. 148) and at Grado in the church of Santa Maria délie 
Grazie (Rivoira, op. cit., p. 103). 



NOTES ON A JOURNEE TimOUOn CILICIA AND LYCAONIA 



4H 



is the eng-aged capital in Ihe west wall of ihe narthex supporting- 
the northern end of the three arches of the doorway (cf. No. 1, 
fig. 42). The doorway behind, lo tlie rig-ht of Ihe en^-aged pier, 




Fig. 2t;. — Kanj'teliiîois; basilica No. 1, engnfjcd capital in narllu'x. 



is that which leads into the northern aisle. The doors in tlie west 
wall of Church 4 are without relieving [arches. If the capital be 
compared wilh that of Church 1 (fig. 13), it will be seen to be a 
slill further modificationj of the stylicised Corinthian of}{lhe 



412 



REVUE ARCHÉOLOGIQUE 



other. The acanthus leaves hâve become rigid and are sharply 
divided into two bands ; the volutes bave entirely disappeared 
and wilh them the abacus bas disappeared also. 

I returned to Ayasb by the paved road followed by Bent, 
througb the gorge filled with tombs and bas reliefs wbicb be 
describes. We passed a ruined village in wbich I noled the 
apse of a tiny churcb. ïhere was not a living soûl upon the 
hills, but the road was set with the tombs of ibo former lords 
of the land, great sarco phagi, their lids pusbed aside and 
broken by treasure huntcrs. As I rode wilh my little company, a 




YEMISH^ÙM 



\o 
o 

10 
30 



m 



O 



'10 

FEtT METRES 



Fig. 27. — Ycmishkùm; ground plan of chiirch. 



Yuruk and a Turkish zaptieh, it seemed to me thaï we musl be 
the only survivors in a world througb wbich the LastTrump had 
long since sounded : the graves were open and ail the dead had 
risen and ihere was no life upon the earlb. 

We came down to the sea ai the extrême northern end of the 
Bay of Ayasb -Yemishkùm, my companions called it, but I 
tbink it was a fancy name invented to please me, It will serve, 
however, to designate a small churcb wbich I found on the spur 
of the hills near the northern end of the bay (fig. 27). It was 
much ruined and quite irregular in shape. I measured it as well 
as I could and give the resulting plan, with apologies for its 



NOTES ON A JOUUNEY TUKOUGU CILICIA AKD LYCAGNIA 



413 



insufficieacy. To Ihe south Ihere was a sharp drop inlhe ground 
which had forced the builders to set the south wall close up 
against the curve of the apse. There was a passage belween 
the apse and Ihe east wall of the church and a small apse protru- 
ded from the wall, almosl, but not quitc, in the centre of the 
church (fig. 28). 



1 




Fig. 28. 



Ycmibhkùm ; the Iwo apsca from Ihe uorth east. 



The hills behind and round Kanylelideis must conlain niany 
more examples of ecclesiastical architecture. Bent mentions 
three, one in a town three miles to the w est of ihc Olbian Cave, 
one at Ukurluku to the east of it, and one at Jambazlu to the 
north. There are doubtless others well worth examination; the 
whole district is full ointeresl, but not easy to explore Ihoroughly 
owing- to the rocky nature of Ihe ground and the gorges that 
seam the hills. It is oflen necessary tomake an immense détour 



414 



REVUE AKCnÉOLOGlQUE 



lo hit upoii a road by which horses can Iravel, and the possibilily 
of not fînding water bas to be considered even in Ihe early summer. 
ïhere are good springs at Ayash and Korgoz and anolher at 
Kanidivan : I can answer for no more. Quite as important as the 
water question is that ol" fodder for the animais. The Yuruks 
cultivate little palches of ground, but in April the new crop is 
not ripe and the small store of last year's grain is exhausted, 
and even where there is grass, horses travelling on the rocky 
hills need more Ihan grass to keep them in working condition. 
It must not be forgolten that the Yuruks go up into Taurus in 
the summer; they were preparing to leave the coast when 1 was 
there and a fortnight later the country would hâve been deserted 
and I should bave had lo go without their milk and curds and 
withoul their knowledge of the hill tracks, ail valuable aids to 
the traveller \ 

{To be continned.) Gertrude Lowiiiian Bell. 

1. In the firsl paper {Revue arc/tco/ogii^u^?, janvier-février 1906), 6 Unes from 
the ijoUom of page 20, for « trench » read « bench ». 



LES STRATÈGES NABATÉENS DE MADEBA 



La vieille ville moabile deMadeba, à laquelle l'archéologie est 
redevable de maint document précieux — à commencer par la 
grande mosaïque représentant la carte de la Palestine byzan- 
tine — nous avait livré, il y a une quinzaine d'années, une belle 
inscription nabatéenne qui compte au nombre des plus impor- 
tantes de cette épigrapliie spéciale. C'est celle qui figure au Cor- 
pus Inscr. SemU., t. II sous le n° 196, et à laquelle j'ai consacré' 
en son temps une étude détaillée. Elle se compose de 8 lignes 
gravées, dans \m cartouche rectangulaire défoncé en creux, sur 
un bloc de basalte mesurant environ : long. 0™,(')0 X haut. 
0",46 X épaiss. 0'°,30. La pierre, exhumée des ruines d'une 
ancienne église dans la construction de laquelle on avait réem- 
ployé des matériaux antiques, fut transportée à Rome pour être 
offerte au feu pape Léon XIII à l'occasion de son jubilé et elle 
est actuellement conservée au Musée du Vatican. 

Par une bonne fortune inespérée, on vient de découvrir, au 
même endroit, un second exemplaire de ce texte funéraire, qui 
en est, sous tous les rapports, un véritable doublet. 

Grâce à des concours dévoués sur lesquels je suis, à mon grand 
regret, tenu de garder une réserve discrète, — (ôv 5 y:j^ioz-(\-pnùQ'/,t\ 
-ZT. ovdi^ata — , nous avons réussi à nous assurer la possession de 
ce monument et à en enrichir les collections du Louvre qui, sur ce 
point, n'a plus désormais rien à envier à celles du Vatican. J'en 
donne ci-contre la reproduction photographique. 

Le bloc du Louvre, également en basalte, mesure environ 
0™,90 de longueur, sur C^jSi de hauteur'. L'épaisseur demeure 

1. Recueil d'Archéologie Orientale, t. II, pp. 189 et suiv. 

2. Ces mesures et les suivantes sont approximatives, le bloc Otant taillé et le 
cadre tracé assez irrégulièrement. 



416 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

indéterminée, par suite de l'excision qu'on a dû pratiquer à la 
lace postérieure de la pierre pour en diminuer le poids et en faci- 
liter le transport. Le champ rectangulaire, défoncé sur une pro- 
fondeur de 0",005 environ constitue un cartouche creux de 
O^jST de longueur, sur 0",42 de hauteur, laissant ainsi deux 
larges marges saillantes à droite et à gauche (0",14), et deux 
autres plus étroites (0'",05 et 0"',045) en haut et en bas. 

L'angle supérieur de droite a été brisé au cours des diverses 
manipulations subies par la pierre; mais l'accident, qui intéresse 
les premières lettres de la 1. 1, n'a pas eu de conséquences 
graves, la fracture étant franche et le fragment jointif ayant pu 
être remis exactement en place par les habiles marbriers du 
Louvre. 

Une particularité curieuse, c'est que la face écrite n'est pas 
plane, mais légèrement concave, formant ainsi un segment de 
cylindre creux, de très grand rayon, dont la génératrice est dans le 
sens vertical. La flèche est à peu près de 0°,04 pour une lon- 
gueur de corde de 0'^,90. Vérification faite à ma demande, grâce 
à Tobligeance de M. le Prof. Guidi, la pierre du Vatican présente 
la même particularité, non encore signalée : la face écrite en est 
aussi légèrement cintrée. Il y a donc là une disposition voulue 
qui devait avoir sa raison d'être dans la forme même des deux 
nephech se faisant pendant. 

Le texte est absolument identique à celui de l'inscription du 
Vatican. Les lignes mêmes, à l'exception de 1-2', présentent les 
mêmes coupes, respectant l'intégrité des mots, lesquels sont ici 
aussi séparés par des blancs marqués. Jusqu'à la forme des 
lettres qui est scrupuleusement reproduite, par exemple les 
variétés calligraphiques du x^ Évidemment les deux textes 
dérivent d'un patron commun que le lapicide s'est efforcé de 
copier de part et d'autre avec une grande fidélité. Je donne, par 



1. nja — N'Sy n, au lieu de T\yoi xSy — y\. 

2. Sauf dans un cas, 1. 3 : le K final de N^niDN* est du type fleuri dans l'exem- 
plaire du Louvre, tandis qu'il est du type courant dans l'exemplaire du Vatican. 




J3 
O) 

-O 
es 

S 

-a 
<u 

a 
a 
<u 

■O) 

ra 

J3 
«« 

a 

a 
o 



a 



IV* SKRIE, T. Vil. 



27 



418 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

acquit de conscience, la transcription de ce nouvel exemplaire, 
en y joignant la traduction que j'avais déjà proposée du premier 
et qui est valable pour le second : 

miyinï 12 xm32;i in^nSi n xnn;uc 2t 4 

nmn iz^d hv t\w^. "j^nSn yzvj ]nn y2>2^ 6 

n xmizyi nny cm roi: -|Sc 7 

nS nui ^ly^iN n:u2 muy kS*^* 8 

Ce tombeau et les deux stèles (funéraires) qui sont au-dessus de lui (sont 
ce) qu'a fait 'Abd 'obodat le stratège, pour Itaïbel le stratège, son père, et pour 
Itaïbel, chef du camp qui est à Louhito (?) et 'Abarta (?), fils du dit stratège 
'Abd 'obodat; au siège de leur gouvernement, gouvernement qu'ils ont exercé 
en deux lois 2 pendant trente-six ans sous le règne de Haritat Philopalris, roi 
de Nabatène. Le travail susdit a été exécuté en l'an quarante-six de son (règne) 
(=37 J.-C). 

Je ne reviens pas sur les diverses questions philologiques ou 
historiques que soulève ce texte et que j'ai déjà suffisamment 
traitées dans le temps. Je me bornerai à quelques observations 
nouvelles sur certains points. 

— L. 1. (x)amDX. Cette transcription, constante en nabatéen*, 
du grec G-:pxvqyôq est remarquable au regard de celle, non moins 
constante en palmyrénien : aioTCDX'. L'élimination du t entre s 
et r s'explique facilement par la loi phonétique générale en 
vertu de laquelle, par exemple, x"iï2 est devenu inversement 
Bostra. Mais pourquoi le t est-il rendu par n et non par "c? Je 
pense que cela vient de ce que le mot grec a pénétré en nabatéen 
plus tôt qu'en palmyrénien, à une époque oh la règle t =:*»2, 
devenue depuis dominante dans les langues sémitiques, ne s'était 
pas encore établie. La même considération d'ordre historique 

1. Ces trois dernières lettres sont à peu près effacées. 

2. C'est-à-dire successivement, l'un après l'autre. 

3. Les formes différentes et anormales qu'on a cru en relever (C. /. S., Il, 319 
a, 238) reposent sur la lecture de copies extrêmement douteuses. Au n" 287, je 
crois qu'il faut lire normalement NimDX, en ne tenant pas compte d'un faux 
trait de la copie et en considérant le prétendu 1 comme la hampe du 3. 



LES STRATÈGES NABATÉENS DE MADEHA 419 

est peut-être à faire entrer en ligne de compte pour déterminer 
l'âge des emprunts : pTDEn (nab.) = 'Rsaicx-wv, et N"2Jn (pal m.) 
= TxyiJi.a. Le phénomène a sa contre-partie sur le terrain phéni- 
cien, où à l'équivalence t = "û ne succède que plus tard (punique 
avancé et néo-punique) l'équivalence -: = "Q, 

— L. 3. Si'n\s\ Bien que les éditeurs du C. I. S. se soient ral- 
liés à la transcription de M. Noeldeke Aitibcl et à l'étymologie 
qu'elle comporte (« quem Bel adduxit »), je crois devoir, pour 
les raisons que j'ai précédemment invoquées, maintenir celle de 
de Itaibel (\\i\ implique un sens dilférent (« Bel existe »). 

— L. 4. ininbi. Le nouvel exemplaire confirme pleinement, 
au point de vue matériel, la lecture rectifiée que j'avais dès le 
début proposée de ce nom de lieu et qui a été adoptée dans le 
C. I. S. Je dois cependant faire remarquer que le rapprochement 
avec la Louhît biblique pourrait être remis en question par 
Tapparilion ultérieure de l'inscription palmyrénienne R. E. 5., 
11° 285, où on lit : ^^J n xinnua « le camp de 'Ana », sans l'in- 
tervention de la préposition :i. Strictement, cela nous inviterait 
à considérer ici aussi le - initial comme radical et pouvant faire 
partie intégrante du nom de lieu. Il faut avouer toutefois que ce 
nom aurait alors une physionomie assez singulière. Il convient 
de comparer encore sous ce rapport l'inscription nabatéenne 
découverte depuis (C. L S. II, ii2) où, comme je l'ai montré ^ il 
faut lire le nom d'un autre camp nabatéen. Malheureusement la 
mutilation de la pierre ne permet pas, là non plus, de détermi- 
ner si le 3 qui suit xm^^D est la préposition ou bien la première 
radicale du nom de lieu. Tout bien pesé, je continue à incliner 
vers la première hypothèse, malgré l'expression palmyrénienne 
qui, somme toute, n'a pas nécessairement force de loi pour le 
nabatéen. 

— L. 5. nnjnaSu?, « leur gouvernement ». Les éditeurs du 
C. /. 5. estimaient que ce devait être une erreur de lapicide pour 
Dni'ûbrj. Le fait que la leçon est respectée telle quelle ici milite 

1. Rec. d'Arch. Orient., II, 379: xniï..2 H NnnUJa 21. 



420 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

en faveur de sa correction. L'anomalie apparente n'est pas inex- 
plicable. 11 suffit d'admettre qu'en nabatéen la forme piaSu;, qui 
a en effet d'ordinaire en araméen le sens de « dominateur, chef», 
pouvait y avoir également le sens abstrait de k domination »; 
c'est exactement le cas du mot arabe congénère j^^, qui veut 
dire « pouvoir, empire » aussi bien que « prince, sultan ». Ce 
processus sémantique se retrouve encore en phénicien, où nDina 
« royauté » a la valeur de *]Sa « roi » ; il semble même n'avoir 
pas été inconnu à l'hébreu, précisément pour ce dernier mot, si 
l'on en juge par le passage de I Samuel, x, 18'. 

Le sépulcre (xmapn) était surmonté de deux nephech, une 
pour chacun des deux défunts. C'est ce qui ressort du texte 
même. J'ai longuement parlé autrefois (/. c.) de ce genre de 
monuments funéraires en forme de stèles ou pyramides, que les 
Araméens appelaient nephech et j'ai insisté sur leur caractère 
mo^^yeW/^e/ par définition, en montrant, par des exemples topiques 
empruntés au monde sémitique, que leur nombre était en rapport 
avec celui des personnages ensevelis dans un même tombeau : 
cf. les 7 pyramides du mausolée des Macchabées, les 3 pyra- 
mides de celui delà reine Hélène d'Adiabène et des deux rois Iza- 
tès et Monobaze. Il en est de même ici, et le fait que la dédicace 
commune se trouve répétée deux fois ne fait que mieux accentuer 
les conclusions auxquelles j'étais arrivé touchant cette intéres- 
sante conception de l'esprit sémitique en matière eschatolo- 
gique. L'aspect même de nos deux pierres portant l'inscription 
répétée — simples blocs plus larges que haut — ne nous permet 
guère de croire qu'elles représentent, à elles seules, les deux 
nephech. Elles devaient probablement faire partie intégrante de 
deux massifs construits, affectant la forme traditionnelle de pyra- 
mides et constituant les deux nephech proprement dites, symé- 
triquement érigées au-dessus du sépulcre, l'une pour Itaïbel I, 
l'autre pour Itaïbel II ^ 

2. Cf. le dispositif des nephech figurées dans Briinnow, Prov. Arabia, II, 
p. 407, n" 459, 460, avec inscriptions sur le socle. 



LES STRATÈGES NABATÉENS DE MADEBA 421 

Les deux défunts s'appellent Itaïbel. Ce nom, porté par le 
père et par le fils de l'auteur de la double dédicace, avait passé 
de l'un à l'autre par dessus la tête de celui-ci, en vertu de cette 
transmission onomastique, si fréquente dans l'antiquité, à 
laquelle j'ai proposé de donner le nom de papponymieK II est 
permis d'en induire que, si toutefois les choses avaient suivi 
leur cours normal, le grand-père de "Abd'obodat s'appelait lui- 
même 'Abd'obodat. Il semble résulter en tous cas de notre texte 
que la charge de stratège était héréditaire * et apparemment selon 
l'ordre de primogéniture. Il est probable que, du moins à 
Madeba, l'héritier présomptif de la charge avait le grade moindre 
de maître de camp. C'était une sorte de poste d'attente, que notre 
'Abd'obodat avait dû occuper lui-même du vivant de son père 
Itaïbel, avant de recueillir sa succession comme stratège. Il est 
regrettable que nous ne sachions pas comment se répartit cette 
période de 36 ans (de l'an 1 à l'an 37 J.-C), embrassant en bloc 
les deux stratégies consécutives de Itaïbel I et de son fils 
'Abd'obodat. Il est à supposer que Itaïbel I était mort avant 
son petit-fils Itaïbel II, et il avait du s'écouler un certain temps 
entre les deux décès puisque Itaïbel II avait pu, dans l'inter- 
valle, devenir maître de camp à la place de son père 'Abd'obo- 
dat, tandis que celui-ci était promu au grade de stratège. C'est 
seulement à la mort de son fils que 'Abd'obodat aura fait élever 
le monument funéraire dans lequel il ensevelit également son 
père. La mort prématurée d'Itaïbel II, qui n'a pas rempli sa 
destinée, peut sans doute être due à bien des causes, Cepen. 
dant, il est peut-être permis de risquer à cet égard une hypo- 
thèse, suggérée par le rapprochement des dates. L'érection du 
monument a eu lieu en l'an 37 J.-C. Or, justement, en l'an 36, 
avait éclaté entre Ilérode Antipas et son beau-père le roi 
nabatéen Arétas — Arétas IV Philopatris, le Haritat de notre 

1. Par analogie avec le mot (jajxiiuvujxixôç, employé par les Grecs eux-mêmes 
pour désigner la transmission du nom de la grand'mère à la petile-fille. 

2. La même conclusion se dégage, comme je l'ai fait voir (/. c), de l'inscri- 
ption de Oumm'er-Resâs, C. I. S., II, 195, 



422 REVUE ARCHÉOLOGTQUE 

inscription, — à l'occasion de la répudiation de la fille de 
celui-ci supplantée par la trop fameuse Hérodias', une guerre 
qui débuta par un désastre pour le tétrarque juif. Les Romains, 
commandés par Vitellius, gouverneur de Syrie, allaient inter- 
venir pour soutenir celui-ci quand leur mouvement oiïensif fut 
arrêté par l'annonce de la mort subite de l'empereur Tibère 
(16 mars 37 J.-C). Dans le premier choc entre les deux adver- 
saires c'étaient leurs stratèges respectifs qui avaient été aux 
prises". Le stratège de Madeba et son fils, placés à la frontière 
juive, avaient dû marcher en première ligne. Le maître de camp 
llaïbel II n'aurait-il pas par hasard succombé, aux côtés de son 
père, au cours de ces premières opérations qui coûtèrent sans 
doute quelques pertes aux vainqueurs eux-mêmes? 

Gh. Clermont-Ganneau. 

1. Voir sur le détail de ces événements, qui intéressent directenoent l'histoire 
de saint Jean-Baptiste, ma dissertation précitée (Bec. d'Arch. Orient., Il, p. 200). 
Y ajouter l'indication que j'ai donnée plus loin {Id., p. 378) sur le nom de la 
princesse nabatéenne femme d'Hérode Antipas, nom jusque-là inconnu qui 
devait être, si ma conjecture est juste, soit Phasael, soit Cha'oiàdat. 

2. Josèphe, Antiq. J., XVIII, 5 : 1 : a-cpiXT-riyol^ àTiE^TâXxQXE; àv9' lauTtov. 



LA COLLECTION CAMPANA 

ET LES MUSÉES DE PROVINCE 

{Suite'.) 



Il 

Musées de Normandie. 

La Normandie paraît avoir ^ été particulièrement favorisée 
dans la distribution des tableaux et des antiques do la collection 
Campana. En 1863, tandis que sur l'ensemble des cinq dépar- 
tements bretons trois villes recevaient 15 tableaux, dans les 
cinq départements normands dix villes en ont reçu 40; si Brest, 
Ouimper,Saint-Brieuc, Vannes étaient négligés, l'administration 
des Beaux-Arts n'oubliait pas Cherbourg-, Bayeux, Bernay, 
Dieppe. En 1872 Bayeux obtenait deux peintures, autant qu'Or- 
léans et Angers; Cherbourg, Saint-Lô, Bernay, Dieppe en obte- 
naient une, comme Montpellier; en 1876, les villes de Cherbourg, 
Bayeux, Lisieux et Bernay s'en voyaient attribuer chacune encore 
une, autant que Rouen et Caen. Des influences personnelles expli- 
quent ces largesses. Le marquis de Chennevières, inspecteur des 
musées de province à partir de 1832, plus tard inspecteur des 
expositions d'art et enfin directeur des Beaux- Arts de 1873 à 
1876, était Normand; il s'intéressait très vivement aux destinées 
des musées départementaux- et surtout à celles des musées de 

1. Voir la Revue de janvier-février 1906, p. 30-51 et planche I. 

2, Au moment où quelques-unes des idées émises à ce sujet par le marquis 
de Chennevières reviennent en faveur, il n'est pas inutile de rappeler les 
publications où il les a développées : Travaux préparatoires et explicatifs du 
rapport adressé par M, le Directeur des Musées nationaux à M. le Ministre de 
Vlntérieur sur la nécessité de relier les Musées des départements au Musée 



424 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

sa province d'origine*. M. le baron Gérard, depuis député de 
Bayeux, fut longtemps attaché au Louvre : on s'explique qu'un 
nombre relativement élevé de peintures Campana ait été envoyé 
en trois fois à la ville qu'il devait représenter et dont le musée 
est, en très grande partie, la création de sa famille. 

Pour faire l'inventaire des tableaux et des antiques provenant 
de l'ancienne collection Campana que possède aujourd'hui la 
Normandie, je me suis adressé aux conservateurs des musées, 
qui ont répondu presque tous avec le plus grand empressement 
aux questions multiples que je leur posais. Les recherches à 
faire étaient si complexes et les points à éclaircir si nombreux 
que j'ai dû recourir, en outre, aux bons offices d'un de mes 
collègues de la Faculté des Lettres de Caen, M. H. Prenlout, 
professeur d'Histoire de Normandie, de plusieurs professeurs 
des lycées et collèges et de quelques étudiants zélés. Je tiens 
à remercier ici très vivement tous ces collaborateurs béné- 
voles, conservateurs des musées et universitaires — la plupart 
des conservateurs appartiennent d'ailleurs eux-mêmes à l'Uni- 
versité. Avec l'assistance des uns et des autres, les cata- 
logues imprimés ou manuscrits des musées ont été consultés, 
ainsi que les registres d'entrée; nous nous sommes reportés à 
plusieurs reprises aux Archives communales et départementales, 
afin d'y retrouver les pièces concernant les envois de l'État. 
Presque partout nous avons eu à déplorer l'insuffisance des cata- 
logues et des Archives, L'organisation scientifique et la mise en 
valeur des musées départementaux appellent d'urgentes ré- 
formes. Il est très difficile de savoir exactement ce que renferme 

Central du Louvre, Paris, 1848; Observât ions sur le Musée de Caen et sur son 
nouveau catalogue. Argentan, 1851 ; Essais sur l'organisation des arts en pro- 
vince, Paris, 1852; et son grand ouvrage intitulé Recherches sur la vie elles 
ouvrages de quelques peintres provinciaux de Vancienne France, 4 volumes, 
Paris, 1847-1862. Voir l'article consacré par M. G. Lafenestre à l'œuvre du 
marquis de Chennevières, dans la Gazette des Beaux-Arts, 1899, I, p. 397- 
412. 

1. M. de Chennevières « ne cessa d'être le génie bienfaisant du musée de 
Caen » (F. Engeranrl, dans le Bulletin de la Société des Beaux- Arts de Caen, 
X. p. 127). 



LA COLLECTION CA»PANA ET LES MUSÉES DE PROVINCE 425 

chaque collection, — d'autant plus qu'on a la mauvaise habitude 
de distraire des galeries un certain nombre de peintures, même 
anciennes, qu'on juge moins importantes ou plus décoratives 
et qui servent à orner les murs des Hôtels de Ville, des biblio- 
thèques ou des cercles militaires; à Bayeux, sur les six tableaux 
Campana, deux seulement sont au musée, trois à la bibliothèque 
et un à l'Hôtel de Ville. Il faudrait rappeler aux municipalités 
qu'un musée est destiné à l'enseignement de l'art et de l'histoire 
de l'art, et non pas à servir de magasin d'accessoires pour les 
monuments publics. D'autre part, on relègue parfois les an- 
tiques dans des placards ignorés; c'est ce qui est arrivé à Caen, 
où la perspicacité d'un conservateur plus soucieux de ses devoirs 
que ses devanciers les a tout récemment découverts. Un musée 
ne devrait pas être non plus une oubliette. Il est plus difficile 
encore de savoir d'oii proviennent les œuvres que possèdent les 
musées provinciaux ; les indications des catalogues, des registres 
d'entrée et des pièces d'archives sont très incomplètes. Les seuls 
tableaux Campana mentionnés sous ce nom dans les documents 
officiels sont ceux que l'État a expédiés dans les départements 
en 1863; quelques-uns d'entre eux portent encore, sur des éti- 
quettes de papier, les numéros qu'on leur avait donnés à Paris 
en 1862 et que reproduit le catalogue de Cornu ; ces numéros se 
trouvent répétés dans les lettres d'envoi dont nous avons eu 
connaissance'. Les tableaux Campana reçus en 1872-1873 et 
en 1876 sont confondus le plus souvent avec le reste des envois 
faits par l'Etat à ces dates. Pour les identifier, il nous a fallu 
nous référer sans cesse à la notice de Reiset. Nous ne pouvons 
nous vanter que rien ne nous ait échappé; il nous semble du 
moins que notre enquête établit assez exactement la part prise 
par la Normandie au démembrement de la collection Campana. 

1. Le texte des lettres d'envoi de 1863 est purement et simplement un extrait 
du catalogue de Cornu; il reproduit les attributions, titres et dimensions que 
donne celui-ci. Dans les lettres d'envoi de 1872 et 1873, les attributions et 
titres sont indiqués d'après la notice de Reiset, 



426 revue archéologique 

1" Départemem de la Manche'. 

1° Musée de Saint-Lô. — Renseignements communiqués par 
M. Gaétan Guillot, conservateur du musée. 

Le Catalogue du musée de Saint-Lô, par M. Gaétan Guillot, 
a paru dans les Notices^ mémoires et documents publiés par la 
Société d agriculture , d' archéologie et d'histoire naturelle du dé- 
partement de la Manche, tome XXII, 1904, p. 1-48; un tirage à 
part est en vente au musée. 

Peintures. — Envoi de 1863 : trois tableaux, d'après Clément de Ris; le 
catalogue les indique; la lettre d'envoi est aux Archives départementales. 

P. 20 du catalogue, n» 58. Inconnu. Un /ion (lion couché dans un paysage). 
H. 0,97; 1. 1,34. — La lettre d'envoi ne donne pas de nom d'auteur ni de 
dimensions ; ce doit être le n° 620 de Cornu : Peters ; Un lion au repos ; toile ; 
h. 0,99; 1. 0,40 (pour 1,40); « grandeur naturelle, étude d'après nature ». 

P. 20, n» 59. Sebastiano Martinez. La Vierge et V Enfant Jésus. H. 0,35; 
1, 0,25. — Cornu : n''599; même attribution; La Vierge et l'Enfant; toile; 
h. 35; I. 0,25; « au bas de ce tableau on lit la signature de Martinez ». 

P. 20, n" 60. Giottesque siennois. Saint François] en évêque (sic). H. 0,49; 
1. 2i. Détrempe sur fond d'or. — La lettre d'envoi porte les indications 
suivantes, copiées sur le catalogue de Cornu : n° 86, Giottesque siennois ou 
florentin; Un saint évêque et saint François; panneau, fond d'or ; h. 0,50; 
1. 0,22; demi figures. 

Envoi de 1873 : 

P. 24, n" 78. Primitif. La mort de la Vierge; bois; détrempe; h. 0,90; 
I. 0,44. — Reiset : n° 91; écoles d'Italie, commencement du xv« siècle; même 
titre; bois; 0,91; 1. 0,43. — Cornu : n" 156; Beato Angelico; même titre; 
panneau; h. 0,92; I. 0,44. 

D'après le catalogue, deux autres tableaux du musée de Saint-Lô, donnés par 
l'État (attribué à Jordaens, La femme entre le vice et la vertu; — Ambroise 
Dubois, La charité romaine] auraient appartenu également à la collection Cam- 
pana; il n'en est rien. 

2" Musée de Cherbourg. — Renseignements communiqués 
par MM. Féron, conservateur du musée, et Deguerne, professeur 
de dessin au lycée. 

1, Je dois à M. Dalleinne, professeur à Sainl-Lô, la copie des documents des 
Archives départementales concernant les envois faits aux Musées de la Manche 
en 1863, 1872 et 1875. 



LA COLLECTION CAMPANA ET LES MUSÉES DE PROVINCE 427 

Le dernier catalogue imprimé du musée de Cherbourg, tiré à 
peu d'exemplaires et maintenant épuisé, a paru en 1870, sans 
nom d'auteur, chez Mouchel, éditeur à Cherbourg. Sur la de- 
mande de M. Marcel Renault, professeur au lycée, adjoint au 




Fig. 1. — La Vierge de Miséricorde. (Ancienne collection Campana.) 

Musée de Cherbourg. 



maire, M. Lemenan, chef du Service des Travaux de l'Hôtel de 
Ville, m'a adressé un exemplaire autocopié d'une notice intitulée 
Musée de Cherbourg, Recherches dans les archives^ datée du 
11 février 1905 et signée de M. A. Barbe, chef du Bureau de 
l'Instruction Publique à l'Hôtel de Ville. On y trouve, année par 



428 nEVUE ARCHÉOLOGIQUE 

année, de 1832 à 1904, le relevé de tous les faits et l'analyse de 
tous les documents intéressant le musée. 

Peintures. — Envoi de 1863 : trois tableaux, d'après Clément de Ris; ils 
sont indiqués par la notice manuscrite ; la lettre d'envoi est aux Archives dépar- 
tementales. 

1» Allegretto Nuci. La Vierge et V Enfant Jésus. — Cornu : n° 361, même 
attribution et même titre; triptyque; h. 1,82; 1. 1,50. 

2o Portrait de Léonard de Vinci par lui-même. — Cornu : n*518; même 
attribution et même titre; panneau; h. 0,64; 1. 0,48. 

3" Concalvez Nuno. La Vierge et l'Enfant. — Cornu : n° 594; même attribu- 
tion et même titre; toile; h. 0,71; 1. 0,38. — D'après M. Deguerne, ce tableau 
mesure en réalité 0,93 de hauteur sur 0,80 de largeur. 

Envoi de 1872 : 

D'après la notice manuscrite : Ecole de Sienne, La Vierge de Sienne. D'après 
M. Deguerne : La Vierge, VEnfant et deux anges musiciens-, bois; h, 0,53; 
1. 0,40. — Reiset : n° 79, école de Sienne, commencement du xv« siècle; La 
Vierge en buste tient devant elle l'Enfant Jésus debout, qui passe ses bras 
autour du cou de sa mère; à droite et à gauche deux anges, lun jouant de la 
mandoline, l'autre du tambourin; bois; h. 0,55; 1. 0,43. — Cornu : no76; 
Giottesque siennois ou florentin; La Vierge assise avec l'Enfant sur ses 
genoux; aux deux côtés, deux anges qui jouent des instruments; panneau; 
mêmes dimensions que dans la notice de Reiset. 

Envoi de 1876 : 

D'après la notice manuscrite : Ecole de Sienne, La Vierge de Miséricorde 
debout. D'après M. Deguerne : même titre; bois; h. 0,39; I. 0,30; nombreux 
personnages. — Reiset : n°82; La Vierge de Miséricorde debout, tenant l'En- 
fant Jésus, etc.; bois; h. 0,39; 1. 0,33. — Cornu : no 144; époque de Simon 
Memmi; La Vierge de la Miséricorde accueillant sous sa protection une mul- 
titude de personnes; panneau; h. 0,40; 1. 0,34. — Ce tableau est reproduit ici 
(figure 1). 

Céramique. — Les Archives départementales possèdent une lettre relative à 
un envoi de l'État, en février 1875, que ne mentionne pas la notice manuscrite 
de l'Hôtel de Ville : 

Céramique. 

2 œnochoés, terre noire, collection Campana; 

2 olpés, terre noire, collection Campana; 

3 canlhares, terre noire, collection Campana; 

1 cylix archaïque, terre noire, collection Campana; 

1 prochoï vernissé avec ornements, terre noire, collection Campana. 



i 



LA COLLECTION CAMPANA ET LES MUSÉES DE PROVINCE 429 

Soil 9 objets provenant de la collection Campana. Le même envoi comprenait, 
en outre, 1 cylix, 2 plais vernissés, 1 vase à une anse, terre rouge, 1 vase 
fusiforme, 1 aryballe vernissé avec ornements, 1 vase de terre commune à 
une anse, 3 petites amphores, dont la provenance n'est pas indiquée. 

3° Musée d'Avranches. — Renseignements communiqués par 
M. Dalleinne. 

Le musée d'Avranches était installé dans le même édifice que 
le Palais de Justice. Ils ont été entièrement détruits l'un et l'autre 
par un violent incendie, le 17 décembre 1899. M. Armand Gaslé 
a publié un extrait du catalogue des œuvres perdues, sous ce 
titre : Incendie du Musée d'Avalanches, catalogue des tableaux, 
dessins et sculptures, dans le Bulletin de la Société des Beaux- 
Arts de Caen, tome X (1901), p. 419-434. 

Le musée ne possédait aucun tableau provenant de la collec- 
tion Campana. 

Céramique et bhonze. — La ville d'Avranches avait reçu, en février 1875, un 
lot d'objets antiques, maintenant détruits, dont la lettre d'envoi est aux Archi- 
ves départementales. 

Céramique. 

2 oenochés, terre noire, collection Campana; 
1 olpé, terre noire, collection Campana; 

3 canthares, terre noire, collection Campana; 

1 cylix archaïque, terre noire, collection Campana; 

i prochoï vernissé avec ornements, terre noire, collection Campana ; 

Soit 8 objets provenant de la collection Campana. Le même envoi comprenait, 
en outre, 1 cylix, 2 plats vernissés, 2 lampes, 8 aryballes, 1 vase de terre 
commune à une anse, 2 petites amphores, dont la provenance n'est pas indi- 
quée, et enfin : 

Bronze. 

I miroir, collection Campana. 

4° Musée DE Coutances. — Renseignements communiqués par 
M. Lepetit, professeur de dessin au lycée, conservateur du 
musée. 

II existe un catalogue du musée de Coutances, sous ce titre : 
Ville de Coutances; Musée de peinture, sculpture et dessins; 



430 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

Coutances, Salettes, libraire-éditeur ; préface datée du 9 janvier 
1886 et signée de L. Quesnel, conservateur du musée. 

Le musée de Coutances ne possède pas de peintures ni de 
sculptures provenant de la collection Campana. 

Céramique. — Envoi de 1875; vingt-huit pièces portant des étiquettes 
avec numéros. En voici la liste, d'après M. Lepetit : 

N» H30, couvercle ; n. 423, vase ; n. 767, plat ; n. 1293, vase ; n, 873, vase ; 
n. 672, vase; n. 1306, vase; n. 146, vase; n. 823, vase ; n. 268, vase ; n. 
1219, vase ; n. 525, vase ; n. 1643, fragment de plat ; n. 769, plat ; n. 422, vase ; 
n. 471, vase ; n. 907, vase ; n. 410, vase; n. 1386, vase ; n. 1069 vase ; n. 
1411, vase; n. 1207 vase ; n. 1317, vase ; n. 10, vase ; n. 847, vase ; n. 1580, 
vase; autre vase sans étiquette; n. 541, vase. 

Cet envoi est analogue à ceux qui ont été faits à la même date aux musées 
de Cherbourg et d'Avranches ; il est très probable qu'une dizaine de ces pièces 
ont fait partie jadis de la collection Campana. 

2" Département du Cavaldos'. 

1" Musée de Caen. — Renseignements communiqués par 
M. Menegoz, professeur de dessin au lycée, conservateur du 
musée. Les trois photographies de tableaux que nous reprodui- 
sons (fig. 2 et planche I) ont été faites, pour les collections ar- 
chéologiques de l'Université, par M. Demerliac, professeur au 
lycée et à l'École de Médecine. 

La dernière édition du Catalogue du musée de Caen, par 
Mancel, continué par les conservateurs suivants, a paru à Caen 
en 1899 ; on la doit à M. Menegoz. M. F. Engerand a publié une 
Histoire du musée de Caen, d'après les pièces conservées aux 
Archives communales et départementales, dans le Bulletin de la 
Société des Beaux-Arts de Caen, tome X (1897), p. 77-148. 

Peintures. — Il résulte des indications données par les difîéreales éditions 
du Catalogue et par Y Histoire de M. Engerand {loc. cit., p. 128, 133, 134). 
ainsi que des pièces officielles conservées dans les Archives départementales et 
communales, que le musée de Caen a reçu en trois fois 10 tableaux Campana*. 

i. Je dois à M. Sauvage, élève à l'École des Charles, la copie des documents 
des Archives départementales concernant les envois faits aux musées de Caen 
et de Bayeux en 1863. 

2. Par une chance extraordinaire, ces peintures et le fameux Sposalizio attri- 



LA COLLECTION CAMPANA ET LES MUSÉES DE PROVINCE 431 

Envoi de 1863 : six tableaux, d'après Clément de Ris. On les retrouve sur le 
catalogue. La copie de la lettre d'envoi est aux Archives départementales. 
P. 1. du catalogue, n* 3. Vitale de Bologne. Madone. Panneau rond. Dia- 




Fig. 2. - La Vierge avec l'En/aut. (Ancienne collection Campana.) Musée de Caen. 

bué au Pérugin — ou au Spagna — n'ont pas eu à souffrir de l'incendie qui, 
dans la nuit du 3 au 4 novembre 1905, a détru it 8 tableaux et une statue et plus 
ou moins gravement endommagé une douzaine d'autres tableaux (voir la Chro- 
nique des Arts, 1905, p. 286 et p. 29i-295 et la note de M. H. Prentoul dans le 



432 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

mètre : 0,83. — Cornu : n» 313. La Vierge avec VEnfant, le petit Saint Jean 
et un ange ; mêmes attributions et dimensions. — Ce tableau est reproduit ici 
(figure 2). 

P. 2, n' 4. Nicolo Alunno. Saint Paul et Saint Nicolas. Panneau. H, 0,31 ; 
1. 0,38. — Cornu : n» 369 ; mêmes attributions, titre et dimensions. 

P. 7, n° 13, D'après Léonard de Vinci. La Vierge aux Rochers. Panneau. 
H. 0,59; 1. 0,46. — Cornu: n» 519; Leonardo da Vinci; mêmes titre et 
dimensions. 

P. 20, n° 56. Pietro Liberi. Vénus, les Grâces et les Amours. H. 1,49 ; 1. 1,02. 
— Cornu : n° 513; toile ; mêmes attributions, titre et dimensions. 

P. 21, n" 59. Elisabeth Sirani. Son portrait, par elle-même. Ovale. H. 1,13; 
I. 0,90. — Cornu : n° 568 ; toile ; mêmes altributisns, titre et dimensions. — Ce 
tableau ne figure plus dans les galeries du musée ; il est déposé au Cercle 
militaire. 

P. 45, n° 107. Antoine van Dyck. Jésus couronné d'épines. Panneau. H. 
0,55 ; 1. 0,42. — Cornu : n" 612 ; mêmes attributions, titre et dimensions. 

Envoi de 1872 : trois tableaux. 

P. 1, n" 1. École byzantine. Saint Théodore. Panneau. H. 0,42 ; 1. 0,32, — 
Reiset : n» 5 ; tableau de style byzantin ; même titre; h, 0,43 ; 1. 0,32. — 
Cornu : n» 12; Saint Théodore à cheval; panneau, fond d'or; h. 0,42 ; 1. 0,31. 

P. 1, n» 2. École byzantine. Saint Dcmétrius. Panneau, H. 0,42 ; 1. 0,32. — 
Reiset : n° 6 ; tableau de style byzantin ; même titre; h. 0,43; 1.0,34. — 
Cornu: n' 10; Sami Ceme7nMS à cheval ; panneau, Tond d'or; h. 0,42; 1. 0,31. 

P. 4, n» 7. Lorenzo Pietro, dit il Vecchietta. L'Annonciation. Panneau. H. 
1,55; 1. 1.55. — Reiset : n» 85; écoles d'Italie, commencement du xv* siècle ; 
mêmes titre et dimensions. — Cornu ; n° 209 ; Lorenzo di Pietro ; mêmes titre 
et dimensions. — Ce tableau est reproduit à la planche I, dans la Hevue de 
janvier-février. M™« Mary Logan {Chronique des Arts, 1896, p. 328, Notes sur 

numéro de mars 1906 de la revue Musées et monuments de France). Mais il ne 
faut pas se dissimuler que le musée de Caen tout entier subira fatalement un 
jour ou l'autre le sort du musée d'Avranches, si l'on ne se décide enfin à le 
mieux loger. Il est installé actuellement, ainsi que la collection Mancel et la 
Bibliothèque municipale, dans le même édifice que l'Hôtel de Ville, avec ses 
salles de fêtes et de concerts, le bureau central des Postes et Télégraphes, la 
Justice de paix et son grefTe, le Conservatoire de musique, l'École municipale 
des Beaux-Arts, une école communale, etc. Le chauffage et l'éclairage de 
ces différents établissements exposent le musée, la collection Mancel et la' 
Bibliothèque à un danger permanent d'incendie. L'Etat et la municipalité de- 
vraient faire les frais nécessaires pour les installer ailleurs; sinon, ils sont 
condamnés à une ruine certaine. Il paraît que l'incendie de novembre 1905 a 
ému les autorités compétentes. Un projet de construction d'un musée nou- 
veau, absolument indépendant, est à l'étude. Puisse-t-il bientôt aboutiri 



LA COLLECTION CAMPANA ET LES MUSÉES DE PUOVLNCE 433 

les œuvres des maîtres italiens dans les musées de province) l'attribue à l'école 
de Cosimo Rosselli. 

Envoi de 1875 : un tableau. 

P. 5, no 9. Vittore Carpaccio. La Sainte Famille. Panneau. 11. 0,96 ; 1. 1,25. 
On lit dans le bas, à gauche, l'inscription suivante : 

A Victor e Carpathio ficti. 

— Reiset : n» 171 ; même attribution; Sainte Famille dans un paysage ; 
bois; mêmes dimensions. — Cornu: n» 278 ; même attribution; La Vierge, 
l'Enfant, Saint Jean, quelques saints et saintes avec un fond de paysage; pan- 
neau ; h. 0,98; 1. 1,27. — Ce tableau est reproduit, comme le précédent, à la 
planche I. C'est le plus connu des tableaux Campana du musée de Gaen ; il a 
été étudié par Crowe et Cavalcaselle {Geschichle der italienischen Malerei, trad. 
M. Jordan, Leipzig, 1873, V, p. 218), par M^^ Mary Logan {loc. cit.), et, en 
dernier lieu, par MM. G, Ludwig et P. Molmenti {Vittore Carpaccio, la vita ed 
le opère. Milan, 1905), qui en donnent une photographie (à la p. 268)*. 

Sculptures et céramique. — En 1903 M. Meneg-oz a découvert 
dans un placard du musée, dont l'existence même était entière- 
ment ignorée, un lot d'une centaine d'objets antiques. Personne 
au musée ne savait à quelle époque ni par quelle voie cette 
petite collection était arrivée à Gaen. Les articles de M. Salomon 
Reinach m'amenèrent à penser, au mois de juin 1905, que nous 
avions là sous les yeux une série de pièces ayant appartenu à la 
collection Campana. M. Pottier, aussitôt consulté, me fit savoir 
que le Louvre n'avait rien adressé à Gaen lors de la dernière 
distribution d'antiquités Gampana, faite en 1893-1895. L'envoi 
ne pouvait être que de 1875 ou de 1863. J'ai retrouvé en eiïetaux 
Archives communales, dans le registre Copie de lettres de iS6S, 
sous le n» 231, une lettre adressée le 8 avril de cette année par 

1. M. J. Cauvet (professeur à la Faculté de droit de Caen de 1853 à 1884), 
dans son article sur Les anciennes écoles italiennes au musée Campana {Mé- 
moires de r Académie de Caen, 1863, p. 46-65), fait un grand éloge de la Sainte 
Famille de Carpaccio, dont il vante « l'originalité des expressions, la vigueur 
du paysage, raccentualion rude et forte » (p. 56). Tout cet article témoigne 
d'une vive et intelligente sympathie, bien rare à cette époque, pour l'art italien 
primitif. Peut-être les sentiments de M. Cauvet à l'égard du Carpaccio ont-ils 
contribué à le faire attribuer au musée de Caen par M. de Chennevières, qui 
avait chargé personnellement M. de Beaurepairc « de porter celte bonne nou- 
velle à la municipalité caennaise ». (F. Engerand, loc. cit., p. 134). 

IV'' SÉRIE, T. VII. 28 



434 



REVUE ARCHÉOLOGIQUE 



la'municipalilé au préfet du Calvados, pour lui accuser réception 
« des objets d'art provenant de la collection Campana accordés à 
la ville de Caen par Son Excellence le Ministre d'État ». Il s'agit 
d'objets d'art, c'est-à-dire d'antiques et non pas de peintures, car 




Fig. 3. 



Slalue d'Amour tenant une torche. (Ancienne collection C-impana.) 
Musée de Caen. 



une autre lettre du même registre, à la date du 4 mars 1863, accuse 
réception « des tableaux provenant de la collection Campana 
donnés à la ville de Caen ». Depuis quarante deux-ans, les anti- 
ques destinés par l'administration des Beaux-Arts à être exposés 
au musée de Caen gisent ensevelis sous la poussière dans un 
placard inaccessible. 



LA COLLEITION CAMPANA ET LES MUSÉES DE PROVINCE 435 

Uue notice descriptive accompagnait certainement l'envoi fait 
à Caen en 1863, comme ceux que reçurentàlamcme date Evreux, 
Bernay et Rouen ; elle avait été rédigée sans doute par M. Froeh- 
ner, bien que celui-ci ne nomme pas Caen parmi les 49 villes dont 
il se souvienne. Cette notice a disparu ; on l'a vainement recher- 
chée aux Archives départementales et communales. Il est possible 
cependant de la reconstituer dans ses grandes lignes, en se 




Fig. 4. — Tète de VcLiiis et tête virile. (Ancienne collection Campana.) 

Musée de Caen. 

reportant aux notices d'Evreux, de Bernay et de Rouen; elles de- 
vaient reproduire toutes les quatre les mêmes divisions caracté- 
ristiques. Les objets ont conservé presque tous trois étiquettes : 
l'une rectangulaire à liséré bleu, avec un numéro écrit à la main, 
la seconde ovale à liséré bleu, avec un numéro écrit à la main, 
la troisième rectangulaire sans liséré, avec un numéro imprimé ; 
les deux premières rappellent les chiiïres d'inventaire attribués 
à ces pièces dans l'ancienne collection Campana et à l'exposition 
du musée Napoléon III ; la dernière se rapporte à la numérotation 
particulière de l'envoi de Caen : les vases et les terres cuites ont 
reçu les numéros 1 à 93; les marbres étaient inscrits à la suite. 
Le nettoyage et le récolemenl de toute la série n'ont pu encore 



436 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

être opérés. Voici du moins la liste sommaire et provisoire des 
pièces, rangées par catégories : 

Poterie étrusque 
Un grand dolium cannelé en terre cuite. 

Vases de pâte noire. 
Une douzaine d'œnochoés, d'amphores et de lécytlies. 
N» 14 (comme à Rouen). Coupe à quatre supports ornementés. 
Quelques canthares et cotyles. 

Vases peints de la décadence. 

Plusieurs pièces décorées de sujets divers ; notamment n" 28 : œnochoé avec 
scène de mystères. 

Vases grecs. 

Vases d'ancien style. 
Une quinzaine d'aryballes, d'alabastres et de cotyles, de style phénico- 
corinthien. 

Vases à figures noires. 
Plusieurs amphores et œnochoés. Sur le n" 55, char et satyres. 

Vases à figures rouges. 

Amphores, lécythes, cotyles, patères. 

Poterie rouge vernissée. 
OEnochoés et patères. 

Terres cuites. 
No 82. Lampe. 

No 83. Lampe. 

N" 84. Urne cinéraire étrusque : scène de combat. 

No 85. Bas-relief : Méduse, génie ailé, dauphin. 

N° 86. Bas-relief : Mars et Vénus. 

No 87. Grande tète de Faune ou de jeune homme. 

No» 88, 89,91. Petites têtes de femme, ex votos (le n° 90 manque ; ce devait 

être une quatrième tète analogue). 

N° 92. Statue féminine drapée. 

N" 93. Pied, ex-voto. 

Marëres. 

Statue d'Amour tenant une torche. — Cf. Cataloghi Campana, série VII, p. 1, 
n» 21 : « Cupido con face in mano, statua al vero ». — Cette statue est repro- 
duite ici (figure 3). 

Tête de Vénus. 



LA COLLECTION CAMPANA ET LES MUSÉES DE PROVINCE 437 

Tète virile de basse époque. 

Notre figure 4 reproduit les deux têtes; l'authenticité de la Vénus paraît sus- 
pecte. 

2° Musée de Bayeux. — Renseignements communiqués par 
M. G. Verdier, professeur de dessin au collège, conservateur du 
musée. 

Il existe un catalogue provisoire du musée de Bayeux, tiré à 
un petit nombre d'exemplaires, sous ce titre : Essai d'un cata- 
logue du musée de Bayeux, par le bibliophile Ésaii (Roger de 
Gomiécourt), Bayeux, Auvray, 1901. 

Peintures. — Envoi de 1863 : trois tableaux, d'après Clément de Ris. 
UEssad les indique, coname provenant de la collection Campana, sans date de 
réception. La copie de la lettre d'envoi est aux Archives départementales. 

P. 16 du catalogue. École italienne du xvii* siècle. La mort de Cléopâtre. 
Bois. H. 0,87; I. 1,20. — Cornu: n° 521; Cesare da Sesto; même titre; 
panneau; h. 1,85; 1. 1,14. — M. Verdier attribuerait plutôt cette œuvre à 
l'école vénitienne (Bonifazio?)'. 

P. 19. École italienne du xv« siècle. Descente de croix. Bois, sur fond or. 
H. 0,43; 1. 0,45. — Cornu : n° 371; Nicola Alunno; Picta; panneau; h. 0,45; 
1. 0,45. — Ce tableau est déposé actuellement dans une des salles de la Biblio- 
thèque de Bayeux. Mm» Mary Logan {loc. cit.) l'attribue à Niccolo de Foligno. 

P. 21. École italienne du xv^ siècle. La Vierge dans un cadre que tient le 
Christ, entourre de quatorze saintes nimbées d'or {sic). Bois. H. 1,20; 1. 0,87, 
— Cornu : n" 104; Puocio Capanna; La Vierge avec l'Enfant Jésus dans une 
gloire d'anges; panneau; h. 1,20; 1. 0,86. — Ce tableau est déposé à la Biblio- 
thèque. M™° Mary Logan {loc. cit.] y voit une œuvre de jeunesse de Sano di 
Pietro. 

Envoi de 1872 : 

P. 44. Ecole italienne du xv» siècle. Saint Jean et un évêque. Bois, détrempe, 
fond d'or. H, 0,74 ; 1. 0,72 (en réalité, d'après M. Verdier, 0,62). — Reiset : 
n° 200; écoles d'Italie, fin du xv« siècle; Saint Louis, évéque de Toulouse et 
saint Jean-Baptiste, tous deux debout; bois; h. 0,74; 1. 0,62. — Cornu : 
n"295; ancien peintre ferrarais inconnu; Saint Jean-Bapliste et un saint 
évêque; panneau; mêmes dimensions que dans la notice de Reiset. 

Ibid. École italienne primitive du commencement du xV siècle. Adoration 
des mages. Bois. H. 0,20 ; 1. 0,71 (0,74, d'après M. Verdier). — Parait corres- 
pondre au n° 146 de Reiset; écoles d'Italie, \\* siècle; même titre; bois; 

1. M. Cauvet, loc. cit., p. 58, note que le peintre « a su rendre admirable- 
ment le caractère froid et cauteleux d'Auguste ». 



438 



REVUE ARCHÉOLOGIQUE 



h, 0,25; 1. 1,18 (en comprenant le cadre?), — qui est le n» 296 de Cornu : 
Zanobi Strozzi, La Crèche et VAdoration des Mages; panneau ; h. 0,25; 1. 1,17. 
— Ce tableau est déposé dans une des salles de rHôlel-de-Ville, qui sert aux 
réunions des sociétés savantes. 




Fig. 5. — La Vierge d'Antonio de Calvis. 
(Ancienne Collection Gampana). Musée de Lisieux. 



Envoi de 1876 : 

P. 32. Attribué à Taddeo dit Bartolo (sic). Saint Jean-baptiste tenant une 
bandcroUe à la main. Bois, sur fond d'or. H. O.Of); 1. 0,35. — Reiset : no 57 ; 
école de Sienne, xiv» siècle; saint Jean-Baptiste debout ^ vu à mi-corps, tenant 
une banderolle sur laquelle on lit : Ecce agnus Dei ; bois, forme cintrée du haut ; 



LA COLLECTION CAMPANA ET LES MUSÉES DE PROVINCE 439 

h. 0,65; 1. 0,33. — Cornu : n» 105 ; Taddeo di B.irtolo ; Saint Jean-Baptiste 
panneau ; h. 0,52 ; 1. 0,25. — Ce tableau est déposé à la Bibliothèque. 

3» Musée de Vire. — Renseig-nemenls communiqués par 
M. Butet-Hamel, conservateur du musée. 

Il existe un Catalogue sommaire du musée de Vire, resté 
manuscrit, rédigé vers 1886-1890 par M. Frédérique, fondateur 
et premier conservateur du musée. M. Armand Gaslé en a donné 
un extrait dans un article intitulé Le Musée de Vire, qu'a publié 
le Bulletin de la Société des Beaux-Arts de Caen, tome IX (1896), 
p. 177-188. 

Le musée de Vire ne possède aucun tableau qui ait appartenu 
à la collection Campana. 

CÉRAMtçuE. — Une lettre du sous-préfet de Vire, datée du 17 février 1875, 
informe le maire que le Ministre de l'Instruction Publique et des Beaux-Arts 
vient d'accorder au musée de la ville les objets d'art suivants, provenant de la 
collection Campana : 

Céramique. 

2 œnochoés, terre noire. 
1 olpé, terre noire. 

3 canthares, terre noire. 

1 prochoï vernissé avec ornements. 

Bronze. 
1 miroir. 

4° Musée de Lisieux. — Ce musée est décrit dans Y Inventaire 
général des richesses d'art de la France (voir ci-dessus, p. 41), Il 
possède le tableau qui porte le n" 192 de Reiset, n" 379 de Cornu, 
et que reproduit la figure T). MM. L. Dimier, P. Durrieu et F. de 
Mély se sont occupés du primitif italien du musée de Lisieux, 
dans la Chronique des Arts de 1894, p. 308-309, 318-319, 326-327. 

3° Département de l'Orne. 

1° Musée d'Alençon. — Renseignements communiqués par 
M. Dubois, professeur au lycée, et par M. Duval, archiviste dé- 
partemental. 



440 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

Il n'y a pas de catalogue imprimé du musée d'Alençon. 

Peintures. — Envoi de 1863 : trois tableaux, d'après Clément de Ris ; la 
lettre d'envoi est aux Archives départementales. 

N" 404 de Cornu. Époque de Pietro Perugino. Le mariage de sainte Cathe- 
rine. Panneau. H. 0,76 ; I. 0,22. 

No 418. Le Spagna. La Vierge, VEnfant Jésus et le petit saint Jean. Pan- 
neau. H. 0,33 ; 1. 0,27. 

N° 595, Joseph Ribera. Jésus portant la croix. Toile. H. 1,10 ; 1. 1,47. 

Envoi de 1872 : les Archives départementales possèdent une lettre annonçant 
l'expédition de cinq tableaux provenant des collections du Louvre; l'un d'eux 
avait appartenu à la collection Campana : 

N" 201 de Reiset. Écoles d'Italie, fin du xv« siècle. La Vierge, assise et les 
mains jointes, adore VEnfant Jésus posé sur ses genoux. A gauche un ange, à 
droite un saint religieux tenant des verges. Bois, forme cintrée du fiaut. H. 
0,66 ; 1. 0,41. — Cornu : n° 403 ; époque de Pietro Perugino ; Sainte Famille, 
la Vierge avec VEnfant sur les genoux et saint Antoine abbé en adoration; 
panneau ; mêmes dimensions. 

Céramique. — Le musée d'histoire naturelle d'Alençon, installé, comme le 
musée de peinture, dans les bâtiments de l'Hôtel-de-Ville, possède un lot d'une 
cinquantaine de vases antiques, que m'a signalés M. Dubois, et qui, d'après ses 
indications, proviennent évidemment de la collection Campana. Ces objets ne 
sont pas mentionnés dans les pièces des Archives départementales. Il n'en existe 
pas de notice descriptive. Leur étude même est, en ce moment, à peu près im- 
possible. A la suite d'un commencement d'incendie, on a transféré provisoire- 
ment le musée d'histoire naturelle au rez-de-chaussée de la Bibliothèque'. 
M. Dubois s'est fait ouvrir cependant quelques vitrines. Les vases sont munis 
d'une double série d'étiquettes, les unes blanches à filet bleu avec une numéro- 
tion discontinue, les autres blanches avec une numération continue (comme à 
Caen); ils portent, en outre, sur leurs étiquettes des noms caractéristiques 
(œnochoés, aryballes, cotyles, etc.), copiés sur la lettre d'envoi ; plusieurs d'entre 
eux, d'assez grandes dimensions, sont ornés de peintures. Ce lot de céramique, 
tout à fait analogue à ceux qu'ont reçus en 1863 les musées de Caen, d'Evreux, 
de Bernay et de Rouen, doit avoir la même origine et dater de la même année, 

2° Musée d'Argentan. — Renseig-nements communiqués par 
M. Duval. 

1. Nous ne pouvons que répéter ici ce que nous avons dit précédemment à 
propos du musée de Caen. Dans l'espace de six années, trois incendies, provo- 
qués par l'insuffisance des installations, ont détruit le musée d'Avranches et 
gravement atteint ceux de Caen et d'Alençon. 11 importe de prévenir au plus 
tôt le retour inévitable de ces accidents. 



LA COLLECTION CAMPAN'A ET LES MUSÉES DE PROVINCE 4 VI 

Céramique. — Envoi de 1875, annoncé par une lettre du directeur des Beaux- 
Arts en date du 18 juin. 

Céramique. 

2 œnochoés, terre noire, collection Campana. 
1 olpé, terre noire, collection Campana. 

3 canlhares, terre noire, collection Campana. 

1 cylix archaïque, terre noire, collection Campana. 

1 prochoï vernissé avec ornement, terre noire, collection Campana. 

Soit 8 objets provenant de la collection Campana (comme à Avranclies). 

Le même envoi comprenait, en outre : 

1 lépasthe, 2 plats vernissés, 1 vase fusiforme, 1 vase à une anse, 1 vas 
ovoïde, terre rouge, 1 vase à une anse, forme olpé, 2 aryballes vernissés, 
1 lampe, i scyphos, 8 aryballes, 1 vase de terre commune à une anse, 8 petites 
amphores, dont la provenance n'est pas indiquée. 



4" Départemeist de l'Eure*. 

i° Musée d'Evreux. — Renseignements communiqués par 
M. Chassant, conservateur du musée, et par M. Ilip. Leilz, profes- 
seur au lycée, ancien étudiant de la Faculté des Lettres de Caen. 

Il n'existe pas de catalogue imprimé du musée d'Evreux. 

Peintures. — Envoi de 1863 : trois tableaux, d'après Clément de Ris. — 
Copie de la lettre d'envoi : 

N° 87 de Cornu : Giottesque siennois et florentin {sic). La Vierge sur un trône, 
avec Jésus enfant assis sur ses genoux. Panneau rond ; diamètre : 0,64. 

N" 107. Paolo di Nesso. La Vierge assise tenant V Enfant Jésus sur ses genoux ; 
panneau ; h. 1,26; 1. 1,49. — D'après Cornu « sur la base du trône est écrit : 
Paulus de Nisso ». 

i\° 592. Andréa Sacchi, Saint François en extase Panneau. N. 0,95 ; 1. 0,47. 

Sculptures et céramique. — Le musée d'Ev.-eux a reçu, en 1863, un lot de 
76 pièces (vases, terres cuites et marbres) numérotées de 1 à 76, provenant de 
ia collection Campana. La lettre d'envoi en donne la description par ordre 
méthodique : 



1. Je dois à M. G. Besnier, archiviste de l'Eure, copie des documents des 
Archives départementales concernant les envois faits aux musées d'Evreux et 
de Bernav en 1863. 



442 REVDE ARCHÉOLOGIQUE 

Vases étrusques. 
Poterie de pâte noire. Haute antiquité. 
No' 1 à 7. OEaoehoés. 
N° 8. Scyphus à une anse. 
No 9. Petite amphore (amphoridion). 
N» 10. Cyathis. 
N"* 11 et 12. Holmos. 
N«* 13 et 14. Canthares. 
No» 15 et 16. Cotyles. 

Vases peints de la décadence. 
N» 17, Amphore : a) génie des mystères; b) une femme portant le tambou- 
rin s'approche d'un petit autel. 
N° 18. OEnochoé : colombe. 
N°» 19 et 20. OEnochoés : éphèbe drapé. 
N«* 21 et 22. OEnochoés, décorées de feuillage. 

Vases grecs. 
Vases d'ancien style. — Style phénico-corinthien. 

N<» 23 à 27. Bombylios. 
N°' 28 à 33. Colylisques. 
N^s 34 à 38. Aryballes. 

Vases ci figures noires. 

N« 39. OEnochoé : cavalier. 

N" 40. Coupe. A l'intérieur, tête de Méduse ; au revers, Bacchus et Satyre 
dansant; grands yeux d'animaux. 

Vases à figures rouges. 
N° 41. Amphore : homme portant une outre et une amphore à vin, 
N» 42, Lécythus: palestrites. 
No 43. Cotyle : chouettes. 
N° 44. Cotyle décoré de pampres. 
N» 45. Cotyle décoré d'oves. 
N°» 46 et 47. Patères : tête de déesse diadéraée. 
N° 48. Patère à bord recourbé. 

Poterie rouge vernissée. 
Nos 49 à 51. OEnochoés. 
N"» 52 à 62. Patères avec ou sans anses. 

Terres cuites. 
No 63. Lampe en forme de masque. 



LA COLLECTION CAMPANA ET LES MUSÉES DE PROVINCE 443 

N" 64. Lampe à anse. 

N° 65. Urne cinéraire étrusque : Echellus, armé d'un soc de charrue, com- 
bat les Persans à Marathon. 

N» 66. Bas-relief *• Thésée combattant Anliope, reine des Amazones. 

N" 67. Statuette de Vénus tenant une colombe. 

N" 68. Femme drapée. 

N" 69 à 72. Têtes de femmes. 

Marbres. 

N° 73, Petite statue d'enfant romain. 
No 74. Autre petite statue d'enfant romain *. 
N" 75. Médaillon représentant un Romain. 
N" 76. Urne cinéraire cannelée. 

(A Montpellier et à Rouen, une urne cannelée figure parmi les poteries 
étrusques et non parmi les marbres). 

2° Musée de Bernay. — Henseignemenls communiqués par 
MM. Guillemelte, professeur au collège, conservateur du musée, 
Desains, professeur de dessin au collège, Ch. Gaubert, étudiant 
de la Faculté des Lettres de Caen. 

Il existe un catalogue manuscrit du musée de Bernay, par 
M. Desains. 

Peintures. — Envoi de 1863 : trois tableaux, d'après Clément de Ris. Ce 
sont, d'après la lettre d'envoi : 

N» 91 de Cornu. Giotlesque siennois ou florentin. La Madone avec rEnfant 
qui tient dans la main un chardonneret. Bois, H, 0,83; 1. 0,3G. 

N» 588. Carlo Cignani. La Chanté. Toile. H. 1,36 ; 1, 1,04. 

Sans numéro ni nom d'auteur. Paysage. Panneau. Pas de dimensions indi- 
quées. Il nous a été impossible de retrouver ce tableau au musée et de savoir à 
quel numéro du catalogue de Cornu il correspond. 

Envoi de 1873 : 

École florentine du xv» siècle. Évêque terrassant des soldats. Bois. H. 0,40; 1. 
0,43. — Reiset : n» 203; écoles d'Italie, fin du xv* siècle ; Un saint évêque à 
cheval, armé d'étrivières, terrasse trois soldats épouvantés ; il est suivi d'un clerc 
portant la croix; bois; h. 0,41 ; 1. 0,43. — Cornu: n" 193; manière de Masac- 
cio ; Saint Augustin ; panneau : h. 0,41 ; 1. 0,43 ; « le saint docteur armé d'étri- 

1. Cf. Cataloghi Campana, série VU, p. 4, n» 130 : « Annie Vero fanciullo, 
statua al vero, con bulla al coUo » ; et n» 138: « Giovane con bulla creduto 
Nerone fanciullo ». 



444 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

vières, sur un cheval qui court, frappe et renverse quelques musulmans qui, 
symbolisent l'hérésie ». 

Envoi de 1876: 

École d'Italie du xvn« siècle. Jeune femme assise et trois enfants. Toile. H. 
1,15; 1. 1,50. — Reiset : n''254; même attribution; Une jeune femme assise, 
considère ses deux enfants, etc. ; toile, forme ovale ; h. 1,10 ; 1. 1,47. — Cornu : 
n" 597; Giovanni Nunnez; V Amour maternel; toile; mêmes dimensions que 
dans la notice de Reiset. 

Sculpture. — Le musée de Bernay possède le moulage en plâtre d'une 
statue antique représentant un enfant qui joue de la flûte ; d'après une annotation 
manuscrite à la copie de la lettre mentionnant l'envoi de 1863, l'original de ce 
moulage aurait appartenu aussi à la collection Campana. 

Céramique. — Envoi de 1863 : 65 pièces, numérotées de 1 à 65. La lettre 
d'envoi est conservée aux Archives départementales. Elle est ainsi conçue : 

. Vases étrusques. 
Poterie de pâte noire, haute antiquité. 
]\<" 1 à 5. OEnochoés. 
N" 6. Amphoridion. 
N"* 7 et 8. Scyphus à une anse. 
N" 9. Holmes. 
N°' 10 et 11. Canthares. 
N°* 12 et 13. Cotyles. 

Vases peints de la décadence. 
N°' 14 à 19. OEnochoés. 
N"* 20 et 21. Patères : tête de déesse diadémée. 

Vases grecs. 
N° 22. Tasse sans anse (phiale). 
N°5 23 à 30. Cotylisques, style phénico-corinthien. 
N»* 31 à 34. Aryballes, id. 

Nos 35 à 39. Bombylios, id. 

Vases à figures noires. 
N" 40. Olpé : hoplite. 

IS* 41. Lecythus : cavalier et homme barbu. 
N° 42. Lecythus : palestrites. 

Vases d figures rouges. 
N° 43. Stamnos : bacchantes. 
N» 44. Cotyle : chouettes. 
N° 45. Coupe : palestrites. 



LA COLLECTION CAMPANA ET LES MUSÉES DE l'KUVl^CE 4i5 

Poterie vernissée. 
N» 46. OEaochoé. 
N»» 47 et 48. Lecylhus. 
No 49. Cotyle. 

Nos 50 à 60. Poteries avec et sans anses. 
N' 61. Tasse sans anse. 

Tekkes cuites. 
Nos 62 et 63. Lampes. 

No 64. Lampes à deux becs en forme d'un autel. 

N° 65. Urne cinéraire étrusque : Echetlus, armé d'un soc de charrue, combat 
les Persans à Marathon. 

Envoi de 1875 : dix-huit pièces (dont un miroir en bronze), portant des éti- 
quettes et énumérées dans la lettre d'envoi : 

No 676, plat vernissé ; n° 723, miroir en bronze ; n" 1037, lampe ; n" 828, 
amphore (Kertch) ; n" 1145, aryballe ; n» 1507, vase fusiforme : n° 1405, 
cotylisque ; n" 1144, aryballe; n" 1436, cotylisque ; n» 1026, lampe; n» 209, 
scyphus ; n° 125, œnochoé ; n° 126, œnochoé ; n» 701, scyphus ; n» 416, 
canthare; n° 417, canthare; n" 418, canthare ; n" 583, œnochoé. 

Comme à Cherbourg, Avranches, Coutances, Vire, Argentan, une partie de 
ce lot, sinon le lot tout entier, avait appartenu précédemment à la collection 
Campana. 



r? Département de la Seine-Inférieure*. 

r Rouen : musée de peinture. — Renseignements communi- 
qués par M. l'abbé Toutlet, professeur à rinstitulion Join-Lam- 
bert, étudiant de la Faculté des Lettres de Caen. 

La dernière édition du Catalogue des ouvrages de peinture, 
dessin, sculpture et architecture du musée de Rouen, par M. Edm. 
Lebel, conservateur du musée, a paru en 1890, chez J. Lecerf, à 
Rouen; elle est épuisée. M. P. Lafond a publié en 1905, dans la 
collection Les Musées de France, à la librairie Larousse, une no- 
tice sur Le Musée de Rouen (96 pages et 35 gravures). Le Cata- 
logue^ non plus que le registre d'entrée, ne fait aucune mention 

1. M. Chevreux, archiviste de la Seine-Inférieure, a mis à la disposition de 
M. l'abbé Touflet les documents des Archives départementales concernant les 
envois faits à Kouen, au Havre et à Dieppe en 1863, 1872, 1875-1876. 



44() REVUE 'archéologique 

de la collection Campana, mais il signale six tableaux de l'école 
italienne, envoyés par l'Etat en 1863, deux en 1872, un en 1876. 
D'autre part les Archives communales, dossier Musée de peDiture, 
dons, legs et acquisitions, ^possedenl une lettre du Ministre d'État 
en 1863 annonçant l'expédition de sept tableaux provenant de la 
colleclion Campana, une lettre du préfet de la Seine-Inférieure 
en 1872 annonçant l'expédition de dix-sept tableaux du Louvre, 
et la copie d'une lettre de la municipalité au Ministre de l'Ins- 
truction publique et des Beaux-Arts en 1876 accusant réception 
de deux tableaux de l'école italienne; la copie de la seconde de 
ces pièces se trouve également aux Archives départementales. 
La comparaison de ces divers documents avec les catalogues de 
Cornu et de Reiset permet d'établir que le musée de peinture de 
Rouen contient au total onze tableaux Campana. 

Envoi de 1863 : huit tableaux, d'après Clément de Ris; sept d'après la lettre 
d'envoi; six d'après le catalogue du musée de Rouen. Quatre tableaux, décrits 
par la lettre d'envoi, sont portés au catalogue comme donnés par l'Etal en 1863 : 

N" 54 du catalogue de Rouen. Bollicelli. La Vierge presse son enfant sur 
son sein. Panneau rond ; diamètre : 0,90. — Cornu : n° 203 ; école de Sandro 
Bollicelli ; même titre ; diamètre : 0,91. — Il existe une photographie de ce 
tableau dans la colleclion Peliton (en vente au musée), 

N" 72. Angiolo Bronzino. Portrait de femme. Bois. H. 0,56; 1. 0,43. — 
Cornu : n" 478 : mêmes attribution et litre; panneau, h. 0,36; 1. 0,43. 

N" 499. François Rizzo, dit Rizzo Santa Croce. Isaac bénissant Jacob à la 
place d'Esaû. Toile. P. 0,54 ; 1. 0,72. — Cornu : n» 291 ; Girolamo di Santa 
Croce; même litre ; panneau ; mêmes dimensions. — Ce tableau est reproduit 
dans le Répertoire des peintures du moyen-âge et de la Renaissance, de 
S. Reinach, Paris, 1905, I, p. 2 : mêmes attributions et litre. Photographie 
dans la collection Petiton. 

N" 500, François Rizzo. Agar et Ismacl. Toile. H. 0,54 ; 1. 0,72. — Cornu : 
no 290; Girolamo di Santa Croce; même titre ; panneau; mêmes dimensions. 
— Ce tableau est reproduit dans le Répertoire des peintures, I, p. 37 : même 
attribution ; r Annonciation. Photographie dans la collection Petiton. 

D'après Cornu, ces deux derniers tableaux porteraient le monogramme de 
l'auteur; en réalité ce monogramme n'est visible que sur le premier d'entre eux. 

Un cinquième tableau, décrit également par la lettre d'envoi, n'est pas indi- 
qué par le catalogue comme donné par l'État : 

N" 686 du catalogue de Rouen. Pinturicchio (École de). Vierge glorieuse 



LA COLLECTION CAMPANA ET LES MUSÉKS DE PROVINCE ïïl 

Bois. H. 1,59; I. 1,56. — Cornu : n" 342; ancien artiste de l'école ombrienne; 
La Vierge assise sur un irûne, tenant couché sur ses genoux l'Enfant Jésus ; 
panneau ; h. 1,57 ; 1. 1,56. 

Les deux derniers tableaux de 1863 sont mentionnés sur la lettre d'envoi 
sans numéro, nom d'auteur ni dimensions ; 

1* Vierge et ange. — Ce tableau ne figure pas au catalogue de Rouen ; il 
est relégué dans les réserves, où M. l'abbé Touflet a pu le voir et le mesurer. 
De la description qu'il m'en a donnée il résulte que c'est le n» 436 de Cornu : 
école florentine de la fin du xv" siècle ; Mariage de sainte Catherine ; panneau; 
h. 0,60 ; 1. 0,35. 

2° Vierge avec l'Enfant Jésus. — Catalogue de Rouen : n" 676 ; Inconnu de 
l'école italienne. La Vierge avec VEnfant Jésus. Bois ; H. 0,50; 1. 0,42. — 
Ce tableau n'a que deux personnages : la Vierge tient de la main gauche 
l'Enfant Jésus debout sur ses genoux; l'Enfant a dans la main droite un 
oiseau que tous deux contemplent. H est difficile de l'identifier ; la collection 
Campana renfermait plusieurs panneaux de ce genre; celui dont les dimensions 
paraîtraient le mieux convenir est le no 84 de Cornu : Giottesque siennois ou 
florentin ; La Vierge avec VEnfant Jésus gui joue avec un chardonneret qu'il 
tient dans sa main ; pannea.u ; 1. 0,45 ; I. 0,33. Mais le tableau de Rouen n'est 
pas d'un primitif. 

Envoi de 1872 (reçu seulement en 1874) ; trois tableaux. 

N» 675 du catalogue de Rouen, où, par confusion avec le 7« tableau de la 
lettre d'envoi de 1863, il est donné comme envoyé par l'État en 1863 ; Inconnu 
de l'école italienne. La Vierge et l'Enfant Jésus. Bois. H. 1,02; I. 0,97 (erreur 
répétée sur le registre d'entrée et sur le cartouche du panneau). La lettre pré- 
fectorale de 1872 lui rend son vrai litre : école de Pinturicchio, Vierge sous le 
dais. — Reiset : n» 182 ; école de Pinturicchio ; La Vierge assise sous un dais, 
etc. ; bois ; h. 1,02 ; 1, 0,96. — Cornu : n» 414; Bernardino Pinturicchio; La 
Vierge sur un trône enrichi d'or et d'ornements ; panneau ; h. 1,02 ; 1. 0,99. 

N° 677. Inconnu de l'écolt italienne. Personnages religieux. Bois. H. 0,84 ; 
1.0,57. ~ Reiset : n» 18; école de Giotto; Saint Jean-Baptiste et un saint de 
l'ordre de Saint-François debout; aux pieds de saint Jean est agenouillé un 
personnage vêtu de rouge ; bois ; h. 6,88 ; 1. 0,56. — Cornu : n» 103 ; Angiolo 
Gaddi ; Deux saints, un personnage florentin prosterné à leurs pieds dans l'atti- 
tude de l'adoration ; panneau ; h. 0,88 ; 1. 0,57. 

N° 678. Inconnu de l'école italienne. Personnages religieux. Bois. H. 0,84 ; 
1. 0,57. — Reiset : no 31 ; école de Giotto ; Deux saints debout, saint Louis, 
évéque de Toulouse et un des évangélistes ; une religieuse de petite dimension 
est agenouillée aux pieds de celui-ci ; bois ; h. 0,87 ; 1. 0,57. — Cornu : 
n» 102 ; Angiolo Gaddi ; deux saints, une femme prosternée à leurs pieds ; pan- 
neau ; h. 0,88-, 1. 0,57. 



448 REVUE AKCHÉOLOGIQUE 

Envoi de 1876 : 

No 55 du catalogue de Rouen. Botlicelli. Vestales. Bois. H. 0,48; 1. 1,66. — 
Reiset : no 168, école de Botlicelli ; La vestale Tucia portant l'eau dans un 
crible; bois; h. 0,49; 1. 1,67. -- Cornu : no 222, Pier di Cosinao; La vestale 
Tuzia porte l'eau dans le crible au milieu de ses compagnes ; panneau; h, 0,33; 
1. 1,40. — Photographie dans la collection Petiton, 



2" Rouen : musée D'ANxiauiTÉs. — Renseignements communi- 
qués par M. l'abbé Touflet et par M. de Vesly, conservateur du 
musée. 

Le Catalogue du musée d'antiquités de Roue?i, par E. B., a 
paru en 1875, chez Beuderitter, à Rouen; il est épuisé. La pré- 
face signale la réception, en 1863, d'un lot de 110 pièces prove- 
nant de la collection Campana* et divisées en trois classes : les 
marbres, les terres cuites et les vases. Dans le corps du catalogue, 
à la page 93, sont mentionnés 88 vases du musée Gampana, à 
savoir 33 vases étrusques et 53 vases grecs ; l'envoi comprenait 
en réalité 90 vases ; les deux pièces manquantes, oxybaphon 
(n° 69) etgrandpithos cannelé (n^ l),sontrobjetd'une description 
particulière. Le catalogue décrit aussi en détail les terres cuites, 
les marbres elles majoliques. Les Archives communales, dossier 
Musée de peinture, dons, legs et acquisitions^ possèdent la copie 
d'une lettre du maire de Rouen au Ministre de l'Instruction 
publique accusant réception de quatre caisses d'objets d'art pro- 
venant de la collection Gampana; une liste des objets reçus s'y 
trouve jointe ; elle est faite évidemment d'après la notice que 
M. Frœhner avait rédigée pour la ville de Rouen; l'ordre suivi 
dans l'énumération des pièces, étiquetées de 1 à 114 et rangées 



1. Ce lot d'antiques avait été adressé d'abord à la ville de Rouen et placé 
dans les collections municipales de céramique; sa vraie place était au musée 
départemental des Antiquités; en 1866, la ville échangea avec le département 
ses objets Gampana, estimés 4.155 francs, contre une suite de Palissy et une 
série de faïences de Rouen et autres fabriques estimés 3.955 francs [Préface du 
Catalogue, p. xin). L'erreur d'envoi de 1863 vient, selon l'auteur du Catalogue, 
de ce que « le Ministre ignorait sans doute que le musée des Antiquités de 
Rouen était départemental » [de). 



LA COLLECTION CAMPANA ET LES MUSÉES DE PKOVLNCE U'J 

métliodiquemeiit, est le même ici qu'à Évreux cl à Beniay. Voici 
la copie de ce document, daté du 1" avril 1863 : 

Poterie étrusque. 

-N» 1. Grand piliios {dolium) cannelé provenant des fouUles de Cervelri. Sur 
une frise circulaire de ce vase on voit une rangée de chevaux. Celle pièce 
appartient à la haute antiquité. 

Vases de pâte noire. 
No» 2 à 8. OEiiochoès. 

N" 9. Amphore à anses plates (lions en relief). 

N" 10. Amphoridion. 

N"' Il et 12, Scyphus à une anse. 

No 13. Lecythus. 

N" 14. Coupe à quatre supports ornementés. 

N"' 15 et 16. Holmos. 

N" 17 à 19. Canthares. 

N» 20. Scyathis. 

N"' 21 à 25. Cotyles de formes différentes. 

Vases peints de la décadence, 

N* 26. Kados : scène des mystères. 

N" 27. OEnochoé : mystères bachiques. 

N<" 28 à 30. OEnochoés. 

No 31. Cotyle. 

N" 32 et 33. Poteries : tète de déesse. 

NO 34. Patère à poissons. 

Vases ohecs. 
Vases d'ancien style. — Style phénico-corinUden. 

N» 35. Petit pithos. 
N" 36 à 44. Bombylios, 
Nos 45 à 48. Aryballes. 
N» 49. Alabastrum. 
No' 50 à 56. Cotylisques. 
No» 57 et 58. Cotyles. 
No 59. Petite coupe. 

Vases à figures noires. 
N» 60. Amphore :fl) cavalier suivi d'un oiseau; h) léle de Minerve et chouette. 
No 61 Olpé : Bacchante. 
No 62. OEnochoé. 

IV' SÉRIE, T. VII. 29 



450 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

N" 63. Amphoridion : a) femme conduisant un quadrige; 6) Bacchantes et 
Satyre. 

Vases à figures rouges. 

N« 64. Grand cotyle : hommes et femme portant des offrandes. 

No» 65 et 66. OEnochoés. 

N« 67. Lécythus. 

N' 68. Lécythus en forme d'une couronne. 

Vases vernissés. 
N" 69. Oxybaphon. 
N° 70 à 74. OEnochoés. 
N° 75. Lécythus. 
N» Î6. Amphoridion. 
N° 77. Guttus. 
N* 78. Lampe ouverte. 
N" 79. Patère à ombilic. 
N"» 80 à 90. Patères. 

Tekkes cuites, 

N" 9L Urne cinéraire étrusque : Etéocle et Polynice (traces de couleurs). 
N" 92. Urne cinéraire étrusque : Echetlus armé d'un soc de charrue combat 
les Persans à Marathon (traces de couleurs). 
N° 93. Bas-relief : prêtresse devant un candélabre. 
N° 94. Bas-relief : Faunes vendangeurs. 
N» 95. Grande tète de jeune homme. 
N«s 96 à 98. Têtes de femmes. 
N" 99 et 100. Femmes drapées. 

Marbres. 
No 101. Statue de Muse ». 
N» 102. Buste de Sabine, femme d'Hadrien 2. 
N» 103. Buste d'un Romain 3. 

1. Catalogue de Rouen, no 15. Les Cataloghi Campana, série Vil, p. 2, nos 36- 
49, énumèrent quatorze statues de Muses. Celle-ci est reproduite par S. Rei- 
nach, Répertoire de la statuaire antique, III, p. 192, n» 3, qui y voit une 
réplique de THerculanaise de Dresde. — C'est à tort que le Répertoire, p. 91, 
n" 7, indique comme provenant de la collection Campana une statue acéphale 
d'Hygie, n" 25 du Catalogue de Rouen. 

2. Catalogue de Rouen, no 17. Cataloghi, série VII, p. 5, n* 191 : « Sabina, 
raoglie di Adriano »; d'Escamps, Galerie des marbres, n» 89. « Buste de Julie 
Sabine, femme d'Adrien, trouvé à la Villa Adriana ». 

3. Catalogue de Rouen, n° 16. 



LA. COLLECTION CAMPA.NA ET LL;S MISEKS Oli l'HOVlNCK 4.jl 

Majoliques. 
N<" 104 à 114. 

Les trois marbres portaient dans la collection Campana les nu» 10, 191 et 271. 

Les indications que donne au sujet des majoliques le Catalo(jue du musée 
d'antiquités de Rouen (p. 168 à 171) permettent de retrouver neuf d'entre elles, 
sur onze, dans le Catalogue des majoliques du Musée Napoléon llf, publié à la 
suite du Catalogue des tableaux et des sculptures de la Renaissance : 

No 85. Plat à reflets; au centre, un saint en prière. 

N° 98. Petit plat de la fabrique dUrbino, représentant la fable de Deucalion. 

No 131. Petit plat à reflets, représentant un fleuve couché, de la fabrique de 
Maestro Giorgio. 

No 240. Plat décoré d'un portrait de femme, peint par Maestro Giorgio ou 
par un artiste de son école (inscription : Jerolima bella). 

N" 259. Plat d'apparat à reflets décoré d'un buste de guerrier. 

-N" 260. Plat d'apparat décoré d'un buste de jeune femme, avec l'inscrip- 
tion : Tu se cho Ici che mai rohalo e tollo. 

N" 375. Plat festonné représentant Samuel qui tue le roi «les Amalécites ; 
cette pièce est peut-être d'Orazio Fontana. 

N» 404. Plat de la fabrique de Gastel-Durante, représentant Apollon et 
Marsysas. 

N° 459. Plat avec ornements à reflets; au fond on lit : Manna B. 

Le musée d'antiquités de Rouen a reçu en 1875 dix objets qui ne sont pas 
mentionnés dans le catalogue publié cette année même ; six d'entre eux, 
d'après l'état descriptif conservé aux Archives communales, avaient appartenu 
à la collection Campana : 

1° Madone, bas-relief applique en terre cuite; h. 0,59; 1.0,40 (c'est peut-être 
le no 19 du Catalogue des sculptures de la Renaissance). 

2o Hercule et Acheloiis, groupe en plâtre, ronde bosse; h. 0,44 (c'est proba- 
blement un moulage d'après un antique de la collection Campana : Catalogue, 
série VU, p. 3, n° 79 : « Ercole ed Anteo in lotta, gruppo inferiore al vero »). 

3o Assiette avec fruits en ronde bosse ; Diane; 0,19 (c'est peut-être le no 446 
du. Catalogue des majoliques : Plat-drageoir décoré d'ornements en vert et en 
bleu sur fond blanc; au fond on lit : Diana Be). 

4° Bassin, faïence italienne ; Diane et Actcon; h. 0,11; diamètre 0,33 (n" 19 
du Catalogue des majoliques). 

ô" Coupe plate, faïence italienne, Curlius, diamètre 0,28 \le n° 138 ou le 
no 174 ou le n» 530 du Catalogue des majoliques). 

(3» Vase de pharmacie, faïence italienne ; peinture représentant Saint Jean 
Baptiste; h. 0,31 (l'un des vases décrits aux numéros 490-403 du Catalogue 
des 7najoliques). 



4o2 HEVUE ARCHÉOLOGIQUE 

Une lettre du conservateur du musée, datée du 29 mai 1875 et conservée 
aux Archives communales, déclare que l'un des dix objets annoncés à la ville 
n'a pas été expédié avec le reste de l'envoi ; c'est la coupe plate, faïence ita- 
lienne, avec le sujet de Curtius. 

3" Musée du Havre. — Renseignements communiqués par 
M. Henri Prentout, professeur à la Faculté des Lettres de Caen, 
et par M. Alph. Lamotte, conservateur du musée. 

La dernière édition du Catalogue du musée du Havre a été 
publiée en 1887 par Ch. Lhullier, alors conservateur du musée. 

Peintures. — Envoi de 1863 : cinq tableaux, d'après Clément de Ris. On 
les retrouve sur le Catalogue. La lettre d'envoi est aux Archives communales. 

P. 39 du catalogue, n° 5. Angiolo Allori, dit Bronzino. Cosme de Médicis le 
Grand. Toile. H. 0,54 ; 1. 0,44. Inscription à droite de la toile : Cosmus Med. 
Magnus Elruriae dux. « Ce portrait faisait partie d'une collection florentine 
dite musée Campana >> {sic). — Cornu : n° 481 ; Angelo Bronzino; Porlrait de 
Came de Médicis; toile ; h. 0,55 ; 1. 0,43. 

P. 42, n° 12. Genre des Gaddi. Un évêque, peinture à l'œuf. Bois H. 0,44 ; 
1. 0,31. — Cornu : n" 115; style des Gaddi; Un saint évêque; panneau ; h. 
0,40; 1.0,27. 

P. 45, n° 16. Ecole de Masaccio. Vision céleste apparaissant à un saint en 
prière. Panneau. H. 0,36; 1. 0,75. — Cornu : n* 190; époque de Masaccio ; 
Vision céleste apparaissant à un saint, accompagné d'autres figures ; panneau ; 
h. 0,27; 1. 0,70. 

P. 50, n" 27. Époque du Pérugin. Sainte Marguerite en prière. Bois. II. 
0,46 ; I. 0,37. — Cornu : n° 409; écoles de Pérugin ; même titre; panneau; 
h. 0,45 ; 1. 0,47. 

P. 53, n"> 33. Inconnu, école ombrienne. La Vierge et l'Enfant Jésus. Toile. 
H. 0,12; 1. 0,19 (ces indications du catalogue sont tout à fait inexactes; le 
tableau est sur bois, et non sur toile; il mesure 0,50 sur 0,40; le cartouche du 
cadre l'attribue à Bernardino Luini). — Cornu : n° 522; Andréa Salai dit 
Salaino ; La Vierge avec l'Enfant Jésus; panneau; h. 0,53 ; 1. 0,40. 

Envoi de 1872 (reçu en 1873). Une lettre du 3 octobre 1872, conservée aux 
Archives communales, annonce l'expédition du musée du Havre de douze ta- 
bleaux provenant des réserves du Louvre. Trois d'entre eux avaient appartenu 
à la collection Campana : 

1'. 52 du catalogue, n" 31. École ombrienne. La Vierge de Lorette. Bois. 
H. 1,29; 1. 1,20. — Reiset : n' 232; école ombrienne du xvi* siècle; même 
litii ; bois; h. 0,83; 1, 0,83. — Cornu : n" 419; le Spagna; La Madone de 
Lorette; panneau; h. 0,86; 1. 0,85. 



LA COLLECTION CAMPANA ET LES MUSÉES DE PROVINCE 4o3 

P. 53, no 35. Inconnu de l'école italienne. Un saint. Bois. H. 0,49; 1. 0,15. 
— Reiset : n» 161 ; écoles d'Italie, seconde moitié du xv" siècle; Saint Bona- 
venlure debout, en pied, les mains jointes; bois; h. 0,50; 1. 0,15. — Cornu : 
n*> 194; manière de Masaccio; Saint Bonaventiire ; panneau; h. 0,54; 1. 0,20. 

P. 53, n» 35 bis. Inconnu de l'écolo italienne. Une sainte. Bois. H. 0,40; 
I. 0,15. — Reiset : n° 160; Sainte religieuse de l'ordre de saint Dominique, 
debout, tenant la palme du martyre; bois; h. 0,50 ; 1. 0,16. — Cornu : n» 197; 
Une sainte relvjieuse martyre; panneau; h. 0,54 ; 1, 0,20. 

Envoi de 1876. Une lettre du 20 mars 1876, conservée aux Archives commu- 
nales, annonce l'expédition au musée du Havre de deux tableaux provenant 
des réserves du Louvre. L'un d'entre eux avait appartenu à la collection 
Campana : 

P. 52 du catalogue, n» 3U. Inconnu de l'école italienne. Enlèvement dllélène. 
Bois. H. 0,50; I. 1,28. — Reiset : n-' 207; école d'Italie, fin du xV siècle; 
L'Enlèvement d'Hélène; bois; h, 0,39; 1. 1,10. — Cornu : n» 234; école de 
Sandro Bolticelli; L'Enlèvement d'une Vestale; panneau; h. 0,40; 1. 1,11. 

Céramique. — Le musée du Havre a reçu en 1875 un pelit lot de 17 objets 
antiques, parmi lesquels, d'après la lettre d'envoi conservée aux Archives 
communales, 10 avaient appartenu à la collection Campana, 

Céramique. 

2 œnochoés, terre noire, collection Campana. 

2 olpés, terre noire, collection Campana. 

3 canthares, terre noire, collection Campana. 

1 cylix archaïque, terre noire, collection Campana. 

1 prochoï vernissé, terre noire, collection Campana, 

1 prochoï à orifice étroit, terre noire, collection Campana. 

4» Musée de Dieppe. — Ce musée est décrit dans Y Inventaire 
général des richesses d'art de la Fraiice (voir ci-dessus, p. 39). Il 
possède les peintures qui portent dans le Catalogue de Cornu les 
n" 73 (n^ 51 de Reiset), 184, 497, 526. 



Tableaux récapitclatifs. 

Peintures. — Les musées de Normandie renferment 62 
tableaux provenant de l'ancienne collection Campana, qui se 
répartissent comme il suit, par musée et par date d'envoi : 



45i 



REVUE ARCHÉOLOGIQUE 





MUSÉES 


ENVOI DE 186:^ 


ENVOI DE 


ENVOI DE 






Cliiffre~ (le Clé- 


Ghillres de 


1872-1873 


1876 






ment de I!is, 


notie enquête. 








Manche ^ ^^'^^ ^° 
Mancne J Cherbourg 


3 


3 
3 


1 
1 




1 




l Caen . . 
Calvados ] Bayeux 

( Lisieux. . 


6 





3 


\ 




3 


3 


2 


\ 







U 


1) 


1 




Orne : Alençon . 


n 


3 


1 







^ ( Evreux 


:{ 


3 










8 


3 


1 


1 




( Rouen . . 


8 


7 


3 


1 


Seine 


-Inférieure < Le Havre . 


5 


.') 


3 


1 




f Dieppe. . 
Totaux : 


3 


o 


1 





40 


3y 


16 


7 



Pour les envois de i863 il n'y a désaccord entre Clément de Ris 
et notre|propre enquête qu'au sujet d'une seule peinture, à Rouen, 

Nous donnons d'autre part, à la pag^e suivante, la liste géné- 
rale des tableaux, avec renvois aux catalogues de Cornu et de 
Reiset. 

Un paysage sur bois, envoyé à Bernay en 1863, n'a pu être 
retrouvé ni identifié. 

Cinq tableaux (n°^ d07, 278, 291, 379, o99 de Cornu) portent 
des signatures. 

Les musées de Lisieux et de Dieppe, dont les noms figurent 
en italiques sur ces deux listes, ont été décrits dans Y Inventaire 
géné?'al des richesses d'art de la France; les cinq peintures Cam- 
pana qu'ils possèdent sont comprises parmi les 63 numéros 
(66 dans le Catalogue de Cornu) que nous avons retrouvés dans 
YInventaire. Notre enquête sur les musées de Normandie 
n'ajoute donc en réalité que S7 numéros nouveaux aux 63 déjà 
identifiés. 

MAJOLIQ.UES. — Quatorze pièces au musée de Rouen : onze en- 
voyées en 1863 (notamment les n«^ 85, 98, 131, 240, 259, 260, 
375, 404, 459 du Catalogue des majoliques) et trois en 1875 
(peut-être le n°446; n° 19; l'un des n"' 490-493). 



ScuLPTURF. MODERNE. — Une pièce au musée de Rouen, en 



NUMÉROS DK CORNU 


NUMÉROS DK RF.ISET 


DATE d'envoi 


MUSKES 


10 


6 


1872 


Caeu. 


12 


l> 


1872 


Caen. 


73 


51 


1872 


Dieppe. 


76 


79 


1872 


Cherbourg. 


84(?) 


— 


1863 


Koiien. 


86 


— 


1863 


Saiiit-Lô. 


87 


— 


1863 


Evreux. 


91 


— 


1863 


Bernay. 


102 


31 


1872 


Rouen. 


103 


18 


1872 


Rouen. 


104 


— 


1863 


Bayeux. 


105 


57 


1876 


Bayeux. 


107 




1863 


Evreux. 


115 





1863 


Le Havre. 


144 


82 


1876 


Cherbourg. 


156 


91 


1873 


Saint-Lô. 


184 





1863 


Dieppe. 


190 


_ 


1863 


Le Havre. 


193 


203 


1873 


Bernay. 


194 


m 


1872 


Le Havre. 


197 


160 


1872 


Le Havre. 


209 


85 


1872 


Caen. 


222 


168 


1876 


Rouen, 


233 





1863 


Rouen. 


234 


20" 


1876 


Le Havre. 


278 


171 


1875 


Caen. 


290 





1863 


Rouen. 


291 





1863 


Rouen, 


295 


200 


1872 


Bayeux. 


296 


146 


1872 


Bayeux. 


313 





1863 


Caen. 


342 





1863 


Rouen. 


361 




1863 


Cherbourg. 


369 


. 


1863 


Caen. 


371 





1863 


Bayeux. 


379 


192 


1876 


Lisieux. 


403 


201 


1872 


Aleuçon. 


404 




1863 


Alençon. 


409 





1863 


Le Havre. 


414 


182 


1872 


Rouen. 


418 




1863 


Alençon. 


419 


232 


1872 


Le Havre, 


436 





1863 


Rouen. 


478 


, 


1863 


Rouen. 


481 





1863 


Le Havre. 


497 


__ 


1863 


Dieppe. 


513 





1863 


Caeu. 


518 





1863 


Cherbourg. 


519 





1863 


Caen. 


521 


1 


1863 


Bayeux. 


522 


^_ 


1863 


Le Havre. 


526 





1863 


Dieppe. 


568 





1863 


Caen. 


588 





1863 


Bernay. 


592 


—mm 


1K63 


Evreux. 


594 


. 


1863 


Cherbourg. 


595 





1863 


AleaçoD. 


597 


254 


1876 


Bernay. 


599 





1863 


Saint-Lô. 


612 





1863 


Caen . 


620 


— 


1863 


Saint-Lô. 



4Î)G REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

voyée en 1873 : Madone, bas-reJief en terre cuite (peut-être 
le n' 19 du Catalogue des sculptures). 

Sculptures antiques. — Trente-six pièces, dans les musées de 
Caen, Évreux et Rouen, toutes reçues en 1863 (auxquelles il 
faut joindre deux moulages en plâtre, l'un à Rouen, l'autre 
à Bernay). 

1» Marbres (neuf pièces) : 

Statue de Muse, Rouen (l'un des n"' 36-49 des Cataloghi). 
Statue d'Amour tenant une torche, Caen (no 21 des Cataloghi). 
Deux statues d'enfants romams, Évreux (n" 130 et 138 des Catalûyhi '!). 
Buste de Sabine femme d'Hadrien, Houeii (no 20'i, des Cataloyhi, n° 89 de 
d'Escamps). 
Buste d'un Romam, Rouen. 
Tête de Vénus, Caen. 

Tête virile de basse époque, Caen. , 

Médaillon représentant un Romain, Évreux. 
2o Terres cuites (vingt-huit piècesj : 
Bas-relief : Méduse, génie ailé, dauphin ; Caen. 
Id. : Mars et Vénus, Caen. 
Id. : Thésée combattant Anliope, Évreux. 
/'/. : Prêtresse devant un candélabre, I^ouen. 
Id. : Faunes vendangeurs, Rouen. 
Statuette de Vénus, Évreux. 
Statuette féminine drapée, Caen . 
Statuette féminine drapée, Évreux. 
Deux statuettes féminines drapées, Rouen. 
Grande tête de Faune ou de jeune liomme, Caen. 
Grande tête de jeune homme, Rouen. 
Trois petites têtes de femme, ex-voto ; Caen '. 
(juatre têtes de femme, Évreux. 
Trois têtes de femme, Rouen. 
Pied, ex-voto ; Caen. 

Urne cinéraire étrusque : scène de combat ; Caen. 

Id. : Echetlus à Marathon ; Évreux. j 

]d. : même sujet; Rouen. I 

Id. : même sujet, Bernay. ^ 

Id. : Étéocleet Polynice, Rouen, 

1. Une quatrième tête, d'après la numérotation, devait faire partie du lot de 
Caen. 



LA r.OLLEr.TION CAMPANA ET LES MUSÉES DE PROVINCE 4."7 

Céramique ET bronze. — Les musées de Caen, Alençon, Evreux, 
Bernay et Rouen ont reçu en 186:^ des lots importants d'objets 
antiques Gampana, dont les pièces, rangées méthodiquement, 
portaient une numération spéciale. L'envoi de Caen comprenait 
83 vases, plats et lampes en terre cuite, auxquels s'ajoutaient 
les neuf terres cuites et les trois marbres énumérés plus haut; 
l'envoi d'Alençon, une cinquantaine de pièces; l'envoi d'Evreux, 
64 vases plats et lampes (plus huit terres cuites et quatre marbres) ; 
l'envoi de Bernay, 64 vases et lampes (plus une urne cinéraire 
en terre cuite); l'envoi de Rouen, 90 vases, plats et lampes (plus 
dix terres cuites, trois marbres et onze majoliques modernes). 
Les notices descriptives qui accompagnaient les lots destinés à 
Evreux, à Beunay et à Rouen ont été conservées; celles de 
Caen et d'Alençon se sont perdues. 

Les musées de Cherbourg-, Avranches, Coulances, Vire, 
Argentan, Bernay, le Havre ont reçu en 187o des lots beaucoup 
moins importants dont les pièces portent seulement d'anciennes 
étiquettes et qui proviennent en partie de la collection Campana : 
à Cherbourg, 9 vases Campana et 10 autres vases; à Avranches, 
8 vases Campana, 16 autres vases, un miroir de bronze Cam- 
pana; à Coutances, 28 vases et plats; à Vire, 7 vases Campana et 
un miroir; à Argentan, 8 vases Campana et 28 autres vases; à 
Bernay, 17 vases, plais ou lampes et un miroir; au Havre, 10 
vases Campana et 7 autres vases ou plats. 

En résumé, ces onze musées de Normandie renferment environ 
400 vases, plats ou lampes en terre cuite et trois miroirs de 
bronze ayant appartenu à la collection Campana. 



Conclusion. 

Cette enquête sur vingt-quatre musées de France nous a permis 
de constater par le détail avec quelle absence complète d'ordre 
et de méthode, au moins pour les peintures, s'est faite la disper- 
sion de l'ancienne collection Campana. 



458 REVUE ARCHÉOLOGIOUE 

Il était tout naturel que le Louvre distribuât aux villes de pro- 
vince le superflu de ses séries monotones d'objets antiques. Des 
lots comme ceux que l'on envoya en 1863 à Caen, à Alençon, à 
Evreux, à Bernay et à Rouen étaient bien compris et pouvaient 
rendre des services, — à condition toutefois que les conservateurs 
des musées ne leur infligeassent point de leur chef, comme à Caen, 
quarante-deux ans de réclusion. Ils se composaient de spécimens 
nombreux et heureusement choisis des principales formes de 
vases et des principaux types de terres cuites ou même parfois de 
marbres dont regorgeait le musée Gampana; ils étaient accom- 
pagnés d'une notice qui les expliquait; sans que leur absence 
pût faire tort au Louvre, ils instruiraient certainement tous 
ceux qui auraient en province la curiosité de les étudier. Les 
envois d'antiques de 1893-1893 ont eu le même caractère et 
présentent la même utilité. On ne saurait en dire autant de 
ceux de 1875; dix, vingt ou trente petits objets dépareillés, sans 
catalogue descriptif, ne peuvent avoir de valeur ni d'intérêt; 
on eût été mieux inspiré en enrichissant de ces pièces nouvelles 
les petites collections locales déjà formées en 1863 dans les 
villes les plus importantes. 

Quant aux peintures, le hasard, le caprice de l'adminis- 
tration et la politique ont présidé seuls à leur répartition. 
En 1863 la Direction des Beaux-Arts a divisé les préfec- 
tures et sous-préfectures de France en deux groupes : celles 
qui méritaient d'obtenir des tableaux Gampana et celles qui 
ne le méritaient pas; les premières, au nombre de soixante- 
sept, ont été rangées elles-mêmes, selon leur importance 
présumée, en diverses catégories. D'abord les villes dignes 
de recevoir huit tableaux, Lille et Rouen — et encore de ces 
huit, sept seulement sont parvenus jusqu'à Rouen; puis les 
villes à sept, six, cinq et quatre tableaux ; enfin la foule obscure 
des villes à trois tableaux. On ne s'est pas préoccupé de 
grouper dans la même ville ou la même région les créations 
des mêmes maîtres, des mêmes écoles ou des mêmes époques; 
tout au contraire ; chaque lot comprenait des œuvres aussi ditïé- 



LA COLLECTION CAMPANA ET LES MISÉES DE PROVINCE 459 

rentes que possible : par exemple, à Sainl-Lô, un primitif 
italien, une toile de l'école espagnole et un tableau attribué 
à l'école flamande. En 1872 et en 4876 les soixante-sept villes 
privilégiées de 1863 n'ont pas participé toutes aux faveurs nou- 
velles de l'administration; en revanche, quelques villes jus- 
qu'alors négligées, et non des plus notables, comme Lisieux 
et Carpenlras, ont été admises enfin à l'honneur qu'on leur 
refusait sous le second Empire. En 1872 chaque musée reçut 
un, deux ou au maximum trois tableaux Campana; en 1876, un 
seulement. L'émiettement était complet. 

Serait-il possible d'y remédier? Assurément la reconstitution 
intégrale de la collection Campana et le retour à Paris de tous ses 
membres épars ne seraient désormais ni réalisables ni souhai- 
tables. Le Louvre s'est dessaisi de cinq cents peintures et de 
plusieurs milliers d'objets antiques que la province ne serait pas 
disposée à lui rendre après tant d'années de paisible jouissance. 
Et la province n'aurait pas tort. Dans tous les domaines la cen- 
tralisation à outrance est mauvaise. Il serait dangereux qu'il 
n'y eùl en France qu'un seul grand musée, à la merci d'une 
seule catastrophe. D'ailleurs, il faut bien le reconnaître, la 
plupart des antiques Campana que renferment les musées dépar- 
tementaux, et aussi un assez grand nombre de peintures, n'ont 
qu'une valeur artistique très médiocre; on peut les laisser sans 
inconvénient reposer dans les résidences lointaines que l'admi- 
nistration des Beaux-Arts leur a très arbitrairement assignées. 
Mais ne serait-il pas désirable que l'on tirôt de leur exil les 
œuvres vraiment intéressantes, disséminées souvent une à une 
dans de petites villes oii elles sont venues s'enfouir, inconnues 
et inutiles, et que l'on procédât, en province mémo, par une 
série d'échanges amiables, à la constitution d'ensembles régio- 
naux, méthodiquement composés et par cela même instructifs et 
attrayants? Ces ensembles auraient leur place naturellement 
marquée dans un nombre minime de grandes villes où existe 
l'enseignement de l'art et de l'histoire de l'art et qui possèdent 
des Universités, des écoles des Beaux-Arts, des écoles d'archi- 



460 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

lecture, des musées enfin déjà très riches par eux-mêmes. En 
Normandie, Caen et Rouen seraient tout désignés pour les abriter. 
Sur les soixante-deux tableaux Campana des musées normands, 
il y a sans doute des non-valeurs; mais on pourrait aisément 
constituer avec le reste deux séries d'une vingtaine de numéros, 
qui donneraient l'une et l'autre un aperçu assez exact du déve- 
loppement des écoles italiennes. De même, pour les sculptures 
et les poteries, on aurait tout bénéfice à réunir au lot de Cher- 
bourg ceux d'Avranches et de Coulances, au lot de Caen celui de 
Vire, au lot d'Alençon celui d'Argentan, au lot d'Évreux ceux de 
Bernay', aulot deRouenceluiduHavre. L'État, qui amis endépôt 
ces peintures et ces antiques dans les villes de province sans re- 
noncer à son droit de propriété, pourrait user de son influence sur 
les municipalités pour les décider, moyennant légitimes compen- 
sations, aux abandons nécessaires. Si l'on adoptait cette manière 
de voir, les fautes commises depuis 1863 seraient en partie répa- 
rées. Nous prenons la liberté, en terminant, de présenter ces 
desiderata à la commission extra-parlementaire instituée par 
arrêté ministériel le 6 juillet 1903, pour « reconnaître l'état des 
musées de province et rechercher les moyens de mettre leurs 
collections en valeur ' ». 

Maurice Besnier. 



1, Le musée d'Évreux renferme une très intéressante collection d'antiquités 
recueillies à Évreux même et aux environs ; il serait indiqué que l'on y laissill 
aussi, à litre de comparaison, une série d'antiquités Campana. 

2. Le texte de cet arrêté, accompagné d'un rapport préliminaire de M. Du- 
jardin-Beaumetz, sous-secrétaire d'Étal aux Beaux-Arts, a paru dans le Journal 
officiel du 6 juillet 1905, p. 4126-41^7. Consultez aussi dans le Journal officiel, 
Documents parlementaires, Chambre, session ordinaire 1905, p. 299-302, le 
projet de réorganisation des musées de province déposé par M. F. Engerand, 
député du Calvados. M. G. Brière a publié dans la Revue d'histoire moderne et 
contemporaine d'octobre 1905, p. 90-100, un article très important sur les ques- 
tions essentielles que devrait examiner sans retard la commission des musées 
départementaux. 



ENQUÊTE 



SUK 



L'ÉPIGRAPHIE CHRÉTIENNE D'AFRIQUE 



III. -~ Inscriptions métriques [suilc '). 

— 180. Mactaris (Maklar). — Gauckler, liidi. du Comité^ 
1899, p. cLxix = Bull, des Antiquaires de France, 1899, p. 169. 

>ï< Intus a(/u{a)e dulces, biboque sedilia saxa 
Nimfarum, qu{a)e Florenti fundata laborc 
S{unt); de donis Dei. 

Dédicace métrique, trouvée près de Maklar, dans les travaux 
d'aménagement de la source d'Aïn-Medoudja. On a découvert à 
cet endroit les restes d'une installation hydraulique romaine et 
les ruines d'un nymphée qui paraît dater de la fin du v^ siècle ou 
du début du vi^. L'installation hydraulique était, d'ailleurs, 
beaucoup plus ancienne; trois débris de dédicaces, recueillis 
dans les mêmes fouilles, se rapportent probablement à des 
travaux antérieurs (commencement du m'' siècle). La source 
était consacrée à Neptune, comme le prouve la dédicace suivante, 
trouvée dans les ruines du nymphée : 

Deo Neptuno Aug[usto) sacWum]. 

Au sortir du rocher, la source était captée dans un bassin en 
bel appareil. En avant du bassin, on avait construit une façade, 
composée d'un fronton triangulaire et d'un entablement que 
soutenaient sans doute deux colonnes. Le fronton, la corniche, 
l'architrave, la frise, ont été taillés dans un seul bloc calcaire, 
large de 2"', 50, haut de 1",10. 

1. Voyez la Revue archéologique de 1903, 1904, janvier-février et mars- 
avril 1906. 



462 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

Sur la frise, qui a O'^jlO de hauteur, en caractères de 0",045, 
très nets, mais de basse époque, est gravée la dédicace métrique, 
précédée d'une croix grecque. Elle se développe sur une seule 
ligne, et comprend trois parties : 

!<»— une citation de Virgile, les vers 167-168 du premier livre 
de VÉnéide : 

Intus aquae dulces vivoque sedilia saxo, 
Nymfharum [domus). 

Cette citation, surtout en pareil lieu, est une nouvelle preuve 
de la popularité de Virgile en Afrique. On remarquera les fautes 
du lapicide : aqiie pour aquae ; bibo pour vivo; saxa pour saxo ; 
Nimfarum pour Nympharum. Trois de ces erreurs s'expliquent 
par l'orthographe et la prononciation populaires; saxa est une 
simple bourde du graveur. 

2** — l'addition maladroite d'un poète local, qui a voulu 
compléter à sa façon le second vers de Virgile : 

Qu{a)e Florenti fundata labore 

S[unt). 

Florentins est sans doute l'ingénieur ou l'architecte du 
nymphée. Ce nom rappelle celui d'un poète africain du temps, le 
Floreutinus qui écrivit un panégyrique de Thrasamond*. 

3" — la formule De donis Dei, qu'on rencontre dans un grand 
nombre de dédicaces africaines. Elle signifie que tout vient de 
Dieu et se fait grâce à Dieu. 

— 181. Mactaris (Maktar). — C. /. L., VllI, 684 — Bucheler, 
Carmina epigraphica^ n. 774. 





NUS NE DUBIUM LOW5 


VmDMa C 

m ?At£ 




UWCRU UElA 


U.-AQ.UAM UEHEBETTVR 
IN EBO CiflS HOC MOS. 


/ / DO 


TAUif/vi ri/fssiT cONDiru 


S HUWO UICTORIaHUM 


«NISXI1IMU17 


XIT ANNIi 


XLrni 


scRfSERÊ cfHAi: ryr Q. 




MENSES 


UI 




U> $U[5 OMtfS PaSTITUS 










OPCS pOSTERITATi EA MA 






CN* pÏAtTATE natN 
Q^UIT VICXIT ANI5 






\.x cm 





1. Riese, Anthol. (ut., n. 376, 



ENQUÊTE SUR l'ÉPIGRAPHIE CHRÉTIENNE d'aFRIQUE 463 

A. — Umbrius Victoria | nus. 

Ne dubium long[o) umquam \q]uaererelur in eùo, 
Quis hoc morlalium fuisset conditus huino, 
Viclorianum scribere curae fuit, qui suis omnes pavlilus opes 
5 Fosterilati ea magna piaetate relinquit. 
Vicxit anis \ LXVlllI. 

B. — Umbria Veia \ vicxil inpace \ anis Xllll, m{en)s{ibus) I . 

G. — Umbria C[heli\ do \ inpace vie \ xit annis XLIIII, [ tnenses III. 

Triple épitaphe, dont une partie métrique ; trouvée àKasr-bou- 
Falha, près Maktar ; gravée sur trois côtés d'un cippe, haut de 
l'",30, large (sur la face) de O'",4o, épais de 0°,41. Lettres de 
0",05, de basse époque, mais gravées avec soin. Les lignes sont 
séparées par des traits. Le cippe se dressait sur une tombe de 
famille, sépulture des U?nbru. 

A. — Sur la face du cippe, l'épitaphe principale, celle d'Um- 
brius Victorianus. Elle se compose de trois parties : au début, 
le nom du défunt; puis, quatre hexamètres très barbares, qui 
ressemblent à peine à des vers ; enfin, l'âge du défunt. 

1. 2 (de la transcription). — Imitation maladroite d'un vers de 
Lucain : 

... Nec dubium longo quaeralur in aevo^. 

Ce même vers de Lucain est reproduit plus correctement dans 
une inscription chrétienne de Rome, datée de l'an 398*. Il figu- 
rait probablement dans un manuel à l'usage des graveurs d'épi- 
taphes. Il a été, d'ailleurs, très altéré parle lapicide de Mactaris : 
7in pour nec ; long pour longo ; addition de umquam; querereiur 
pour quseratur-, ebo pour aevo. 

1. 3. — Hoc... huma. — Le mot humus semble avoir été sou- 
vent du masculin dans le latin vulgaire d'Afrique ^ 

1. 4. — Victorianum scribere = Vicioriani )wmen scribere. 



1. Lucain, Pharsal., II, 344. 

2. De Rossi, Inscript, christ., t. 1, p. 201, ii. 464 = Bucheler, Carmina 
epigraphica, n. 678. 

3. Apulée, Mctam., l^ 13 : « parvo contumulet liumo y^, — Cf. Priscienj 
p. 269. 



464 REVUE AKCHÉOLOGIQUE 

1. o. — Piaelale^ orthographe populaire pour pietatc. — 
D'après les deux derniers vers, Victorianus avait, de son vivant 
partagé sa fortune entre les siens. 

1. 6. — Vicxit an[n)is. — La formule finale est toute païenne. 
On ne peut guère douter, cependant, qu'Umbrius Victorianus 
ait été chrétien, et cela pour deux raisons : la forme des carac- 
tères, qui trahit une basse époque ; la présence des deux autres 
épitaphes gravées sur le même cippe, qui renferment des for- 
mules chrétiennes, datent du même temps et se rapportent à des 
personnes de la même famille, 

B. — Sur le côté gauche du cippe, épitaphe chrétienne 
d'Umbria Veia, morte à quatorze ans, sans doute la fille 
d'Umbrius Victorianus. 

C. — Sur le côté droit du cippe, épitaphe chrétienne d'Umbria 
Chelido, morte à quarante-quatre ans, peut-être la femme 
d'Umbrius Victorianus, et, en tout cas, de sa famille, 

— 182. Ghusira (Kessera). — C. /. L., VIII, 12130 — Biichcler, 
Carmina cpigraphica^ n. 776, 

(m ex .\VLIlt ÎaOm 

\7}^ ^151 W* XPO kVMINE 

1VS7ITIAEI AECORATA N> A 
C!3TRO FIfCIfl TV/ NOS ET « 
iOt Q.Y1B»Î //// /CHlj/S 5 
CVRA mtMTA^ ~^E û ;iE T 

[Bithyna] ex Nici[a], dom{ina)[d]ul[cis]sima Chr{ist)o, 
{Christo) lumine justitiae deco7'ala magistro. 
Recip[e] tu nos et m[e]os, 
Quibus [fro m]eri[tï\s s[uis) cura mérita [r]eddcl. 

Débris d'une inscription métrique, peut-être une invocation à 
une martyre. Pierre haute de 0'°,40, large de 0'",70; lettres de 
0"',04 (a grec). L'inscription, qui paraît d'époque byzantine, est 
mutilée au début, et peut-être incomplète à la fin. Hexamètres 
barbares, avec une invocation en prose. 

1. l. — Il EX NICII, peut-être [Bltliijna] ex ^ici[a] — ex 



ENQUÊTE SL:I\ L'iiPK.RAPHIE cnUK TIENNE d'aFIHIJUK 463 

Nicaea clmLatcK — XPO = Clir{hl)o. Le mémo mot semble 
devoir être répété au début du vers suivant. 

1. 2. — Le sens paraît être : devenue juste g-ràce à renseigne- 
ment du Cbrist. 

1. 3. — Le soi-disant poète semble avoir renoncé à versifier 
cette invocation. 

l. 4. — Dans cette dernière ligne se dessine vaguement un 
ryllime d'hexamètre. — Biicheler propose delires(a?ic^i/5); mais 
ce n'est pas ainsi que le mot s'abrèg-e ordinairement dans les ins- 
criptions d'Afrique. — [R]eddet est peut-être une confusion pour 
rcdibit. 

— 183. Ferry ville. — Gauckler, Bull, des Antiquaires de France, 
1902, p. 286; C. /?. de la marche du Service en 1902, p. i:;. 

Sflendent tecta Bassiani fundi, cognomlne fialae 
Inventne, lucisq[ue] magis candore relucen l. . 

Disposuit facere dicati ni... 

Oppositos me 

5 Nomine Sidon 

lure sup 

Dédicace sur mosaïque, relative à des thermes d'époque chré- 
tienne; au musée du Bardo. Cette inscription est inédite en 
g-rande partie ; seul, le premier vers a été publié par M. Gauckler, 
qui a bien voulu nous communiquer sa lecture des vers suivants. 
En construisant l'arsenal militaire de Sidi-Abdallah ou Ferryville, 
au fond du golfe de Bizerte, on a découvert en 1902 des restes 
de bains, et plusieurs mosaïques, dont trois, dans une grande 
salle, étaient superposées. L'une de ces mosaïques, de mauvaise 
facture, représentait un paysag^e maritime, avec une inscription 
en six: hexamètres, dont le premier seul est intact. Les premières 
lettres des six vers forment l'acrostiche Sido7ii : c'est sans doute 
le nom du propriétaire, ou du mosaïste, ou du poêle. 

1. 1. — Pseudo-hexamètre de sept pieds, qui a peul-ùlrc été 

I. Cf. Biicheler, Cannina cpigraphica, n. 557, 1. 2 : ex Nicia ca'[i.s 
B[i\th{ynicx) oriijinis. 

l\^ SÉRIE, T. VU. .".0 



16B REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

allongé maladroitement par suite de la substitution de Bassiani 
fundih une expression plus courte dans un modèle épigrapliique. 
— Bassianus fundîis Gsi probablement le nom du domaine dont 
Ferryville occupe l'emplacement. 

1.2. — Nous TB.iia.chons inveyitaek Baiae. On trouve chez Gicéron 
invenire cogiiomen, recevoir un surnom; ici, le participe s'accor- 
derait, par attraction, avec le nom propre. Le passage signifie- 
rait donc que le fandiis Bassianiis a été surnommé Baïes, et brille 
plus que Baïes de l'éclat de la lumière. 

1. 4. — La dernière lettre conservée est peut-être un /, non 
un c. 

1, S. — Sidon... est évidemment le nom donné par l'acrostiche, 

— 184. Aquae Cirnenses (région du Bou-Kerin). — Riese, 
Anthol. Ici., n. 2S0. 

be aquis calidis Cirnensibus : 

iXrdua monlanos inter splendentia lucos 

Culmina et indigenis nunc metuenda ferin, 
Cum déserta prius solum nemus alla tenebat 

Tetraque inaccessam sederat umbra viam, 
5 Qua vos taude canam quantoque in carminé tollam, 

In quibus extructa est atque locata salusl 
Hic eliam ignota stupet ad praetoria fervor, 

Plenior et calidas terra ministrat aquas. 
Quis sterilem non credat humum'l Fumantia vernanl 
10 Pascua, Luxuriat gramine coda silex. 

Jnnocuos fotus membris parit intima tellus 

Naturamque pio tempérât igné caler, 
Et cum sic rigidae caules fervore liquescanl, 

Contemtis audax ignibus herba viret. 

Pièce de Luxorius, relative à des thermes d'époque vandale. 
Les Aquae Calidac Ciniemes étaient situées probablement dans 
la région du Cirna tnons, que l'on identifie avec le Bou-Kerin, 
au Sud-Ouest de Bizerte et de Mateur^ Les thermes en question 

1. Tissot) Géographie comparée de la province romaine d'Afrique, t. I, p. 21 ; 
t. II, p. 766. 



ENQUÈTt; SLR L ÉPIGRAPHIE CHRÉTIENNE D AFRIOIE 



wn 



furent construits vers la fin du V' siècle, clans une réj,^ion très 
boisée, et jusque-là déserte {1. 3). Près de l'établissement 
thermal s'élevait sans doute une villa royale (I. 7 : praetoria). 
On ne peut dire si la pièce de Luxorius est une véritable inscrip- 
tion monumentale ou une œuvre littéraire. Le vers ."> ferait 
plutôt songer à une épigramme ; mais certaines formules, comme 
celle du vers 7 {Hic elkim....), le caractère des descriptions, 
Tallure générale du développement, l'analogie avecles dédicaces 
de Carthage, peuvent faire supposer que ces distiques ont été 
gravés à l'entrée des thermes. 

1. (). — Sains. Allusion à refficacité des eaux thermales. Cf. 
I. Set 11-12. 

1. 7. — Praetoria. Probablement, une villa royale, bâtie près 
des bains. 

1. 13-14. — Cette description de Luxorius fait songer aux pit- 
toresques dépôts calcaires des Aquae Thibilitaaae (Ilammam- 
Meskoutine). 

— 185. Theveste (Tebessa). — C. /. L., VIII, :2018 ; Addilam., 
p. 939 = Bucheler, Carmina epigraphica.^ n. 775. 




I)i-AC0N1VCE{^VN 

tàpekenmî; 

ITAPRIDîEl-t^ 
I H ICTIO Mi 
INP A (.t-^ff^ 



ad àstra 

biber[é\. . 

I Ne la]crimas \d]imissa conjuge fundas. 

Ni doleas talem, eux pro mort [e] data bita perennis. 

5 [... depos]ita prldie K[a)l[endas) \ ....indictiom; \ ....in pace. 



Épitaphc métrique, suivie de formules chrétiennes en prose. 



468 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

Plaque de marbre blanc, dont on a retrouvé trois morceaux. 
Fragment A : haut. 0™,60; larg. 0™, 37. Fragment B : haut. 
0",41 ; larg. 0™,30. Fragment G : haut. 0'°,90 ; larg. 0'",75. Haut. 
des lettres: 0'",12. L'inscription métrique, presque complètement 
détruite au début, comprenait au moins quatre hexamètres. 
Époque vandale ou byzantine. 

1. 2. — Biber...zzzviver[e]. 

1. 4. — Pseudo-hexamètre de sept pieds, allongé probablement 
par suite d'une modification maladroite d'un modèle épigra- 
phique. — Bita=^ vila. 

— 186. ïheveste (Tebessa). — Gsell, Bull, du Comité, 1896, 
p. 16i,n. 24. 

IfJicjaces extincla Pat]ri graiissi[md' virgo, 

[U]rbica, quod nornen semper [i]n astra vlgcl. 

Laudes in excelsis ! /'alibus erepta tenebris, 
Cum tibi perpétua redditur aima dies. 

Epitaphc métrique d'Urbica, sans doute une religieuse. Ins- 
cription qui semble dater du V siècle ; gravée, en douze lignes, 
sur deux dalles du pavement, dans l'atrium de la basilique chré- 
tienne. Hauteur des lettres, 0",! 1 . 

1. 1. — La restitution [Pat]rl n'est que vraisemblable ; il reste 
seulement ^^ et la partie supérieure de l'i?. Si la restitution est 
exacte, la défunte était probablement une religieuse. On a 
trouvé d'ailleurs à Theveste toute une série d'épitaphes de reli- 
gieuses ou de clercs. 

1.3. — Laudes in excelsis est sans doute une réminiscence du 
Gloria iii excelsis. On sait que les donatistes avaient pour devise 
Dco laudes \ on peut donc se demander si Urbica n'était pas une 
donatiste. — La fin du vers est obscure : s'agit-il des ténèbres de 
l'existence terrestre, ou des malheurs du temps? 

1. 4. — Perpétua est sans doute pour perpétua. 

— 187. Madaura (Mdaourouch). — Gsell, Bull, du Comité, 
1896, p. 178, n. 59 =: C. /. L., VIII, 4763,, 



ENOUÊÏK SUR l'ÉPIORAPHIE CHRÉTIENNE D AFRTOUE 4<)9 

1 p{er) [Chrislum)\a[d] m{artyres). 
Félix, ^ater, habes digna tuae pr{a)emia vijae], 
Optlma cum resonat perpeluo nomine fama, 
Pr[à)econiumq{ue) tu{u)m merito commu[n\i ore ^[rohatxilry 
5 Per benigna tibi q[uaesUum tem]p[ore in omni, 
Peciora dum [refovet revoc]ando cun{c)tis amo[rem] 
[Pom]ponidnus, q{ni) felix vix{it) an{nis) LXXlIIi. 

Épitaphe métrique de Pomponianus, trouvée près des ruines 
de la basilique chrétienne de Mdaourouch. Elle se compose de 
cinq ou six hexamètres barbares, précédés d'une formule chré- 
tienne où figure un chrisme de forme conslantinienne. Nous don- 
nons la lecture de M. Gsell, beaucoup plus exacte et plus com- 
plète que celle du Corpus. L'inscription, très fruste, est gravée 
sur une table de pierre, long-ue de l™,0o, haute de 0™, 96. Elle est 
disposée en douze lignes, de dimensions inégales, dont les lettres 
ont 0",04, Elle est enfermée dans une couronne, et tlanquée de 
divers symboles : en haut, un rameau à droite, un plat à gauche ; 
en bas, un autre plat à gauche, une aiguière à droite. Tout 
autour, un cadre de palmettes. La pierre est une véritable mensa, 
analogue aux mensae païennes; ce type de sépulture est resté 
assez longtemps en usage chez les chrétiens d'Afrique. D'après 
le style des reliefs, d'après la forme des lettres et du chrisme, 
cette épitaphe paraît dater du iv<^ siècle. 

1^ 1, — :|; = Chrlstum. — M. Gsell propose de lire a[d) 
m[eliora). Nous croyons plus vraisemblable la lecture a[d) 
miartyres). On trouve, en effet, chez Commodien, une formule 
identique : 

Si refrigerare ctcpis animam, ad martyres ?/' 

1. 2. — Il est possible que le défunt se soit appelé Pomponia- 
nus Felix ; d'où un jeu de mots sur felix (cf. 1. 7). 

]_ fj_G. — Nous avons essayé de compléter la fin do la ligne ."> 
et le milieu de la ligne 6 ; nous donnons naturellement ces resti- 

1. Commodien, Instnict., II, 17, 19, — Cf. Leclercq, VAfrique chrétiennt, 
t. I, p. 288. 



470 REVUE ARCHÉOLOGIQUE 

tutions sous toutes réserves. Le sens paraît être, que le défunt a 
mérité, par sa bonté, de vivre dans la mémoire des hommes. 

l. 7. — On ne peut dire si cette fin d'épitaphe, dans la pensée 
de Fauteur, était en prose ou en vers. En tout cas, il y a un 
changement dans la construction : on ne s'adresse plus à Pom- 
ponianus, on parle de lui. 

— 188. Hippo Regius (Bône). — Possidius, Vita Aiigiistini, 
22= De Rossi, Inscript, christ., t. II, p. 279, n. 4=:Riese, Anthol. 
lat., n. 769. 

In mensa beati Augustini : 

Quisquis amat dictis absenlum rodere vitam, 
Hanc mensam indignam noverit esse sibi. 

Distique qu'Augustin, évêque d'Hippone, avait fait graver sur 
la table de sa salle à manger, pour mettre les convives en garde 
contre la médisance. Cette inscription, dont le texte nous a été 
conservé par Possidius, ami et biographe d'Augustin, est citée 
et commentée dans un sermon apocryphe'; elle se retrouve 
également dans divers recueils manuscrits. 

1. 2. Variantes des manuscrits : indigne ou vetitam, au lieu 

de indignam; — snam ou siii, au lieu de sibi. Aucune de ces 
leçons n'est entièrement satisfaisante; le texte est sans doute 
altéré. 

— 189. Hippo Regius (Bône). — Augustin, Serm. 319, 8 Migne. 

Inscription en quatre versus, qu'Augustin avait fait tracer à 
Hippone sur la voûte de la chapelle de Saint-Etienne, et qui 
résumait l'histoire du protomartyr. Au début du v^ siècle, les 
reliques et le culte de Saint Etienne se répandirent en Afrique, 
où ils devinrent vite très populaires. A Hippone, on lui dédia une 
chapelle, annexée à la Basilica Pacis; on plaça une relique sous 
l'autel, et, sur la voûte de l'abside, on exécuta une fresque qui 
représentait le martyre'. L'évêque d'Hippone nous dit que la 

1, Appendix aux Sermons d'Augustin : serm. 26 ad fratres in eremo {Patrol. 
lat. de Migne, t. XL, p. 1279). 

2. Augustin, Df civ. Dei, XXII, 8, 22; Serm. 316,5 : « Dulcissima piolura 



ENQUÊTE SUR L'iOI'lC.nAPFHE C.nRKTlKN.N'E d'afRIqUE 



iT 



poinliire avait pour lég-ende quatuor nersus: « Legile quatuor 
versus quos in cella scripsimus, legite, tenete, in corde habete. 
Propteroa enim eos ibi scribere vohiimus, ut qui vult leg-at, 
quando vult leg-at. Ut omnes teneant, ideo pauci sunl ; ul omnes 
legant, ideo publiée scripti sunt. Non opus est ul quaeratur 
codex : caméra illa codex vester sit »'. Le Codex ici mentionné 
est probablement un exemplaire des Actes des Apôtres, où est 
raconté le martyre-. Les quatuor versus devaient être un résumé 
de ce récit, peut-être même un simple extrait; car le mot versus 
pourrait à la rigueur désigner des versets bibliques. En tout 
cas, nous avons cru devoir enregistrer ce témoignage, qui est 
intéressant pour l'histoire de l'épigraphie monumentale en 
Afrique. 

— 190. Hippo Regius (Bône)^ ou Thagaste (Souk-Ahras), ou 
Ostie. — De Rossi, Imcrlpt. christ., t. II, p. 273, n. 2 (cf. ifnd., 
p. 2o2 ; 2Ô7; 290) =Riese, A?îthoi. lat.. n. 670. 

Versus intustrissim{a)e memori{a)e Vassi 

ex co{n)$ule, scripli in tumulo s{an)c{ta)e me- 

mori{a)e Munic{a)e matris s{an]c[ï)i A{ii)guslini : 

Hic posuit cineres genelrix castissima proUa, 
A{u)gustine, tui[s) altéra lux m,eriti[s). 

Qui servans pacis caelestia jura sacerdos 
Commisaos populos moribus instituis. 
5 Gloria vos major gestorum laude coronat 

Virlutum, mater felicior subolis. 

Épitaphe de Monique, mère d'Augustin, par le consulaire 
Bassus. Deux personnages de ce nom ont été consuls au temps 
d'Augustin : Flavius Anicius Auchenius Bassus, en 408; et son 

est haec, ubi videlis sanctum Stephanum lapidari, videlis Saulum lapidanliiim 
vestimenta servantem » ; Serm. 318, 1 : « Exspectat Sanctitas vestra scire 
quid hodie in isto loco positum sit. Reliquiae suât primi et bealissimi marlyris 
Stephani ». — Cf. Gseli, Monuments antiques de C Algérie, t. II, p. 212-213. 

1. Augustin, Serm. 319, 8. 

2. « Audistis, cutn passionis ejus lectio legeretur de libro canonico Actuum 
Apostolorum, quemadmodum lapidatus sit a Judaeis... » (Serm. 318, \). 



472 REVUE ARCHÉOLOfiinUB 

fils, Aniciiis Auclienius Bassus Auchenii, en 431. Noire poète 
est sans doute le consul de 408. On ne peut, d'ailleurs, déter- 
miner exactement ni la date de l'épilaphe, ni l'endroit où elle 
a été placée. Monique était morte à Ostie, dans l'automne de 
387, au moment où elle allait s'embarquer pour l'Afrique avec 
son fils*. Mais l'épitaphe a été certainement rédigée plus tard, 
quand Augustin était déjà évêque (1. 3-4), donc après l'année 
395. Monique fut enterrée à Ostie % où l'on montra sa sépulture 
jusqu'à la fin du moyen âge. Cependant, Augustin nous dit 
qu'elle avait préparé elle-même son tombeau en Afrique, proba- 
blement à Thagaste (Souk-Ahras), auprès du tombeau de son 
mari ^ un passage des Coiifesslom semble indiquer que les deux 
époux reposaient ensemble*. Il n'est pas impossible qu'Augustin 
ait ramené pins tard en Afrique le corps de sa mère, ou du moins 
qu'il lui ait consacré un souvenir soit à Hippone, soit sur le 
tombeau préparé à Thagaste. Nous ne savons donc si l'épitaphe 
composée par Bassus a été placée à Thagaste, à Hippone, ou à 
Ostie. Dans plusieurs manuscrits, elle est intitulée plus simple- 
ment Epitaphium beatae Monnicae geneiricissancti Augustini. 

\A. — Ci?ieres, expression certainement impropre^ puisque le 
rite de l'incinération était contraire aux croyances et aux usages 
des chrétiens. 

1. 3_4. — Allusion à l'épiscopat d'Augustin : le titre de sacerdos 
n'était alors donné qu'à l'évèque. Le mot pax, dans le langage 
du temps, désignait spécialement l'unité catholique ; le vers 3 
vise sans doute la campagne contre le donatisme. 



i. Augustin, Confesfi., IX, 8, 17, Korell. 

2. Ibid., IX, 12, 32. 

3. Ibid., IX, 11,28 : « Quanta cura semper aestuasset de sepulchro, quod 
sibi providerat et praeparaverat juxta corpus viri sui ». 

4. Ibid., IX, 13, 37 : « Sit ergo in pace cum viro... ». Cf. IX, 11, 28 : 
« Id eliam volebat... concessuna sibi esse post transmarinam peregrinationein 
ut conjuncta terra amborum conjugum terra tegeretur ». Monique n'avait pas 
renouvelé ce vœu au moment de mourir; mais cela ne prouve pas que le trans- 
fert du corps n'ait pas eu lieu plus tard, d'autant mieux que le tombeau était 
pnH en Afrique. 



ENQUÊTE SUR l'épigrapitie chrktiknnk n'ArfaouE n.') 

1. 5-G, — Tournure embarrassée : on doit peut-être rapporter 
(jestorum kgloria, et virtutiim à laudc. 

— 191. Ilippo Regius (Bône). — De Hossi^ lnscri.pt. christ., 
l. II, p. 461. 

Versus s[an)c[t)i Auguslini episcopi : 

D Donathtarum crudeli caede peremptum, 

I Infossum hic corpus pia est cum laude Nabori{s). 

A Ante aliquot tempus cum donalista fuisset, 

C Conversus pacem pro q[ua) morerelur arnavit. 

5 Optima purpureo vestitus sanguine causa, 

N Non errore périt, non se ipse furore peremil : 
V Veruin martyrium vera est pietate prohat{^ini). 

S Suspice lilterulas primas, ibi nomen honoris. 

Epitaplie acrosliche du diacre Nabor, composée par Augustin, 
évêque d'Hippone. Dans le manuscrit, la première lettre de 
chaque hexamètre est répétée devant le vers, de façon à bien 
marquer l'acrostiche : Diaconus. Le diacre Nabor était un dona- 
tiste converti au catholicisme, qui fut victime de la vengeance 
des schismatiques (1. 1-3) ; nous n'avons pas d'autre renseigne- 
ment sur ce personnage, 

1. 4. — Le mot pcix désignait alors en Afrique l'unité, la 
communion catholique. Cf. plus haut, n. 190, 1. 3. 

1. 6. — Allusion aux circoncellions qui se tuaient dans un 
accès de fanatisme et qui étaient ensuite honorés comme martyrs 
par les donatistes. 

1,7. — Mart2/rii(7n prohatum. C'est alors en Afrique le terme 
officiel pour désigner un martyre authentique, admis par l'Eglise 
catholique, une canonisation en règle. 

1. 8. — Le dernier vers, comme il arrive souvent dans ce 
genre de poème, avertit le lecteur de chercher l'acrostiche, — 
Honoris se rapporte au titre du défunt : Diaconus. 

— 192, Ilippo Regius (Bône). — Possidius, Vita Aitr/usti?ii, 
31 = Riese, Anthol. lat., n. 721, 

Vivere post obitum vatem vis nosse, viator? 

Quod legis, ecce loquor : vox tua nempe mea est. 



474 REVt'E ARCHÉOLOGIQUE 

Épitaphe d'un poète, du temps d'Augustin. Dans un manuscrit 
de Paris (n. 2773, fol. 110; xi** siècle), ce distique est accompa- 
gné de la note suivante : « Versus siip[er) tumuhi{m) s{an)c{t)î 
Augustini ep{iscop)i, quos ipse diclaint. » D'après ce copiste, 
l'épitaphe aurait donc été composée par Augustin lui-même, et 
placée sur sa tombe. Mais c'est sûrement une erreur, que le con- 
tenu seul de la pièce suffirait à réfuter. Le copiste a mal compris 
un passage de Possidius, qui cite le distique, et Tattribue formel- 
lement à un autre poète, probablement africain'. 

— 193. Calama (Guelma). — C. I. L., VIII, o3o2 = Biiche- 
1er, Carmina epigraphica, n. 297. 



M(/^ABiifMoprr?^,r(crrocoAJsr/qvcrAvii)[7i//i?o5Ti(:ivs 

PoïïaiTf K\QR[fMRfV^PAK\C]50l0M0N')N5T)PTi o miW 



IJnaet bis senas turres crescebant in ordine totos, 
Mirabilem operam ciio constructa videtur. 
Posticiiis sub termas balteo concluditur ferro. 
Nu[ll'\us malorum poterit erigere man{um) ; 
5 Patrici Solomon[is) insti[tu\lion[em) nemo expugnare valevit. 
Defensio martir{um) tue[tu]r posticius ipse : 
Clemens et Vincentius martir[es) custod{iunt) introitum ipsu{m). 

Inscription de l'an 539, gravée sur une pierre longue de 1™,60, 
près de l'angle Sud-Est des remparts byzantins construits par 
Solomon, au-dessus d'une petite porte intérieure qui donnait 
accès à des thermes. Sept hexamètres barbares, en six lignes. 
Lettres de O'^^OQ, 

1. Possidius, Vita Augustini, 31 : « Juxta quod etiam saecularium quidam 
poetarum, suis jubens quo sibi tumulura mortuo in aggere publico coUocarent, 
pro [epijgrammate finxit, dioens : Vivere post obitum vatem... ». 



ENQUÊTE SUR L'KPrr.RAPlIlE ClfUKTlENNE d'aFRIOUE ïl^y 

1. 1. — Bis senas turres... totas =: bis senae ttirres... totar. — 
On compte, en effet, treize tours carrées dans l'enceinle byzan- 
tine conservée à Guolma. 

1. 2. — Mirabilem operam = niirabilis opéra. Le cito cons- 
tructa s'explique par les nécessités du temps; nous savons que 
Solomon fortifia à la hâte une foule de places'. 

1. 3. — Vers obscur. Le mot posticius paraît désig