(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "The Technologist: Mitteilungen des Deutsch-amerikanischen Techniker-verbandes."

This is a digital copy of a book that was preserved for generations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the Copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to Copyright or whose legal Copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that 's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia present in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journey from the 
publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we have taken Steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the file s We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use these files for 
personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character recognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for these purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it legal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in Copyright varies from country to country, and we can't off er guidance on whether any specific use of 
any specific book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
any where in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's Information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books white helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the füll text of this book on the web 



at |http : //books . google . com/ 




über dieses Buch 

Dies ist ein digitales Exemplar eines Buches, das seit Generationen in den Regalen der Bibliotheken aufbewahrt wurde, bevor es von Google im 
Rahmen eines Projekts, mit dem die Bücher dieser Welt online verfügbar gemacht werden sollen, sorgfältig gescannt wurde. 

Das Buch hat das Urheberrecht überdauert und kann nun öffentlich zugänglich gemacht werden. Ein öffentlich zugängliches Buch ist ein Buch, 
das niemals Urheberrechten unterlag oder bei dem die Schutzfrist des Urheberrechts abgelaufen ist. Ob ein Buch öffentlich zugänglich ist, kann 
von Land zu Land unterschiedlich sein. Öffentlich zugängliche Bücher sind unser Tor zur Vergangenheit und stellen ein geschichtliches, kulturelles 
und wissenschaftliches Vermögen dar, das häufig nur schwierig zu entdecken ist. 

Gebrauchsspuren, Anmerkungen und andere Randbemerkungen, die im Originalband enthalten sind, finden sich auch in dieser Datei - eine Erin- 
nerung an die lange Reise, die das Buch vom Verleger zu einer Bibliothek und weiter zu Ihnen hinter sich gebracht hat. 

Nutzungsrichtlinien 

Google ist stolz, mit Bibliotheken in partnerschaftlicher Zusammenarbeit öffentlich zugängliches Material zu digitalisieren und einer breiten Masse 
zugänglich zu machen. Öffentlich zugängliche Bücher gehören der Öffentlichkeit, und wir sind nur ihre Hüter. Nichtsdestotrotz ist diese 
Arbeit kostspielig. Um diese Ressource weiterhin zur Verfügung stellen zu können, haben wir Schritte unternommen, um den Missbrauch durch 
kommerzielle Parteien zu verhindern. Dazu gehören technische Einschränkungen für automatisierte Abfragen. 

Wir bitten Sie um Einhaltung folgender Richtlinien: 

+ Nutzung der Dateien zu nichtkommerziellen Zwecken Wir haben Google Buchsuche für Endanwender konzipiert und möchten, dass Sie diese 
Dateien nur für persönliche, nichtkommerzielle Zwecke verwenden. 

+ Keine automatisierten Abfragen Senden Sie keine automatisierten Abfragen irgendwelcher Art an das Google-System. Wenn Sie Recherchen 
über maschinelle Übersetzung, optische Zeichenerkennung oder andere Bereiche durchführen, in denen der Zugang zu Text in großen Mengen 
nützlich ist, wenden Sie sich bitte an uns. Wir fördern die Nutzung des öffentlich zugänglichen Materials für diese Zwecke und können Ihnen 
unter Umständen helfen. 

+ Beibehaltung von Google -Markenelementen Das "Wasserzeichen" von Google, das Sie in jeder Datei finden, ist wichtig zur Information über 
dieses Projekt und hilft den Anwendern weiteres Material über Google Buchsuche zu finden. Bitte entfernen Sie das Wasserzeichen nicht. 

+ Bewegen Sie sich innerhalb der Legalität Unabhängig von Ihrem Verwendungszweck müssen Sie sich Ihrer Verantwortung bewusst sein, 
sicherzustellen, dass Ihre Nutzung legal ist. Gehen Sie nicht davon aus, dass ein Buch, das nach unserem Dafürhalten für Nutzer in den USA 
öffentlich zugänglich ist, auch für Nutzer in anderen Ländern öffentlich zugänglich ist. Ob ein Buch noch dem Urheberrecht unterliegt, ist 
von Land zu Land verschieden. Wir können keine Beratung leisten, ob eine bestimmte Nutzung eines bestimmten Buches gesetzlich zulässig 
ist. Gehen Sie nicht davon aus, dass das Erscheinen eines Buchs in Google Buchsuche bedeutet, dass es in jeder Form und überall auf der 
Welt verwendet werden kann. Eine Urheberrechtsverletzung kann schwerwiegende Folgen haben. 

Über Google Buchsuche 

Das Ziel von Google besteht darin, die weltweiten Informationen zu organisieren und allgemein nutzbar und zugänglich zu machen. Google 
Buchsuche hilft Lesern dabei, die Bücher dieser Welt zu entdecken, und unterstützt Autoren und Verleger dabei, neue Zielgruppen zu erreichen. 



Den gesamten Buchtext können Sie im Internet unter http : //books . google . com durchsuchen. 



LB 



TECHNOLOGISTE 



TOME XZYI — VIMG!D-S1XI&ME ANN^E 



POltIT. — TTPOMAPHIB BT STto^OTTVIS DB ADO. BOUaiT. 



LE 



TE€HNOLOGISTE 



OU ARCHIVB8 DES PR0GRE8 



L'IKDIJSTRIE FRANCAISE ET (TRANGtiRE 

OUVRAGE UTILE 

All HANCFACTURIBIUl, AUX FABRICAMTS, AUX aiEFS n*ATELI(:B, AUX INOE?(IEUM, All MBCANICIBNS, 
AUX ARTIVTE8, AÜX ODVRIERS 

Et a tonUiü los poräonnes qui s'occapent d'Arts indostriels, 



PAR UNE SOGlfiT^ DE SAVANTS» DE PRATIGIENS, D'INDUSTRIELS 

ET PUBUE 80178 LA DIRECTION DB 

M. F. MALEPEYRE 



TOME XXVI — VINGT-SIXIEME ANNfiE 




PARIS 

A LA LIBRAIRIE ENCYCLOPEDIQÜE DE RORET 

ftUE HAOTEFEUILLE, NO 12 

1865 



LE TECHN0L06ISTE. 



OV ARCUIVES DES PAOGRES 



DE 



^INDUSTRIE FRANCAISE 



ET fiTRANGfiRE. 



ART« H^TAI^IiUBGiatJBS» CHIHKIUBS» DIVEBS 
BT «GOIVOIIKIUBS 



Sur l'extraction des gaz des hauts- 
foumeaux, et lesappareils appro- 
pries ä cet objet. 

Par M. H. ns Hoff» k Horde. 

Bepuis Jbientöt trcntc ans on a, 
tout en produisant une economie 
notable de combusüblo, etsans com- 

gromettre rallure de beaucoup de 
auts-fourneaux marchant aa nois 
et adoss^s ä des tertres, recueilli les 
gaz combustibles qui s'^levent du 
guelard en plongeant la plupart du 
temps dans celui-ci un cylindre k 
une profondeur un peu au-dessous de 
Celle oü ils se d^gagent, et au ni- 
veau du point oü commence leur 
comhustion. D*un autre c6t^> on 
a fait aussi des experiences sur 
les hauts-fonmcaux marcbant au 
coke et libres de tous cötds pour 
puiser les gaz qui s'ecbappent de 
teur guelard , afin de pouvoir les 
employer au niveau du carreau de 
Tusine au moyen d'uiie cheminde 
dont le sommet döpasse souvent de 
25 m^tres la bauteur du guelard. 
Gette demidre disposition a pr6« 
sent^ les inconvenients que voici : 
D'abord on a troublö la marcbe de 
la fusion, attendu que par le tirage 
^nergique de la ebemince , la zone 
de fusion a remont6, qu'il en est 
resultö ce qu'onappelle unfeubaut, 
par suite duquel, malgr6 une aug- 



mentation dans la d^pense en com- 
bustible, tantdt il y a eu frittage da 
minerai qui n'^tait pas suffisam- 
ment räduit» tantdt une modifioa- 
tion trop prompte des cbarges , qui 
a eu fr^uemment pourconsequenca 
des explosions» lorsqu'apres un re« 
pos assez court on a voulu remcttre 
le fourneau en marcbe. Pour pro« 
duire une fönte grise et principale- 
ment une allure cbaude, il faut em- 
ployer un exces de coke, et le point 
oü s'opere la fusion devieut vague 
ou difficile k fixer au point d^sirö. 
iSi on veut que les Operations cbi- 
miques qui so d^veloppent dans le 
fourneau aient lieu d*une mani^re 
r^uiiere, il faut quo les gaz au gue- 
lard poss^dent une certaine tension 
(dans le baut-foumeau de Horde 
cette tension est de 10 a 16 milli- 
m^tres d'eau), qui, si eile n'existe 
pas, soit ä raison d'un guelard d'un 
trop grand diam^tre » soit par Tas« 
piration du gaz du guelard par une 
ebemince» otc.^ ameue toujours des 
d^sordres. On s'est donc ddterminö 
dans beaucoup de localit^s ä suppri- 
mer les guclards ä grand diametre 
tant vant^s aupamvant et ä revenir 
aux guelards plus ötroits. 

Lorsqu'il y a aspiration des ^ax 
par une ebemince, 11 y a aspiration 
in^vitablcderairparlessoupapcsde 
sürete, par les surfaces d'asscmbla- 
ge, etCt, par suite de laquclleouvoit 



le Technologiste, T. XXYI. — Oclobro VSO\. 



— 2 — 



dclater les explosions. Le jugement 
d^favorable qu'on a porte sur l'ex- 
traction des gaz des haals-fourneaux 
au cokc, CO disant qu'elie conduit ä 
une allure irr^guliere, ä une d^- 
pense plus consid^rable en combus- 
tible, a des explosions, dato de l'epo- 
que OQ Ton a aspire le gaz de la ma- 
niere qu'on vient de dire au moyen 
d*une cheminee. Mais on peul ex- 
traire les gaz des hauts-fourneaux 
au coke avec une grande economie 
de combustible et sans voir se ma- 
nifesterlesinconvcnienlsqu'on vient 
de signaler, quand on les fait ecou- 
ler so US une certaine pression dans 
la capacite oü on veut les brülcr 
(au moins sous une pression de 2 
a3 millimetres d'eau qu'on observe 
sur un manomeire ä eau place sur 
un brüleur k gaz au-dessus d'un re- 
gistre de fermeture), et pourpr^ve- 
nir les explosions en ontretcnant 
un petit feu sur une grille dans la 
chambre ä combustlon du gaz. On 
recommande aussi de faire montcr 
en ligne droite la conduite de gaz 
de maniöre ä ce que la poussiere du 
guelard puisse y retomber. Si on 
adopte des tuyaux horizontaux , 11 
est indispensable de les nettoyer au 
moins une fois tous les quinze jours, 
au moyen d'un nombro süffisant de 
fioupapes ä clapet. II convient aussi 
quand on conduit les gaz d^sir^s ä 
un niveau plus bas ou plus 61ev6, 
tant pour arröler les cendres et la 
poussiere qui sont enlraln^s que 

f)our condenser la vapeur d'eau, de 
es faire circuler sur une surface 
prolong^o d*eau, parce que c'est une 
erreur de croire qu*il est n<^.cessaire 
d'employer ces gaz aussi chauds que 

Eossible , et quM est certain qu'ils 
rülent avec d'autant plus d'inten- 
site et d'energie qu'on les a plus 
eomplötcment d^pouilles par un 
abaisscment de la temp^rature de 
Teau qu'ils entratnent. 

En ce qui concerno la moilleure 
disposition pour recueillir les gaz, 
toutes paraissent ögalementbonnes, 
quand on combine avec la tension 
convenable du gaz, les principes 
rationnels du chargement. Ces prin- 
cipes consistent en eilet a charger 
les gros morceaux au railicu, les 
plus peiits sur les bordsde ^a cuve ; 
puis la maniero de recueillir cos gaz 
au guelard, soit au miiieu, soit ä la 
circonference, n'exerce aucune in- 
flnence nuisible sur la marche du 
haut-fourneau , quand le degago- 
ment ou i'ascension du gaz s'opero 



non pas par an tirage, mais par une 
force impulsive. La r^olte des gaz 
dans le baut de la colonne de lits de 
fusion au moyen des appareils dits 
universels ne präsente aucun int6- 
r^t particulier, parce qu'avec ces 
appareils on n'a obtenu que de 
mauvais resultats quand on n'a pas 
rempli les conditions posees ci-aes- 
sus. II y a plus, c'est que ces appa- 
reils qui supposent la fermeture du 
guelard doivent ötre g^nöralement 
rejetes, quand les minerais friables 
pulverulents, degagent en abon- 
dance de la vapeur d'eau. Seule- 
ment si le guelard est ouvert en 

Eartie, une portion du gaz qui 
rüle favorise le d^gagement en 
vapeur de l'eau. 

On distingue sous un point de 
vue general les trois modeles sui- 
vants d'appareils pour recueillir les 
gaz des Imuts-fourneaux. 

1. On suspend dans le guelard, sur 
lequel est appliqud un couvercle ä 
fermeture hydraulique, un cylindre 
en fer,entre lequel et les parois de la 
cbemise du fourneau sont dispos^s 
en regard, deux canaux se rendant 
dans un canal qui d'abord est ver- 
tical. C'est i'appareil de M. Faber 
du Faur qui, tant dans le Dcpt. do 
laMosclle qu'a Horde en Allemagne, 
sur le fourneau no ö, a donne de bons 
rösultats.Le chargement aprös qu'on 
a souleve le couvercle au moyen 
d'un blander ä contre-poids, s'opöre 
avec facilil6, parce qu'a raison ae la 
colonne de lits de fusion qui so 
trouve dans le cylindre le travail- 
Icur, quand on souleve le couvercle. 
est peu incommodö par les gaz , et 
que l'^coulemenl de ces gaz verg les 
chambresäcombustion n'estjamais 
enlierement interrompu. On cul- 
bute les wagons avec le chargement 
de dehors eu dedans, de faQon que 
les gros morceaux roulent au mi- 
iieu tandis que los petits gagnent 
les bords. On veille attentivement , 
surtout pour eviter les explosions, 
ä ce que les gaz, le vent aux tuyeres 
arrivant sous un pression dfe 12 
cenlimetrcs de mercure, aient au 
guelard une pression de 12 ä 16 
millimetres d eau, et dans le brü- 
leur de 2 a 3 millimetres. 

2. On iutroduit au miiieu du gue- 
lard, dans la masse des lits de fu- 
sion un cyliudre cntre les parois 
duquel, et Celles de la chemise du 
fourneau, on Charge les malicres; 
teile est la mcthode de Üarby appli- 
quce a Ulverstono en Angleterre. 



— 3 — 



Cette mithode, sans porter atteinte 
ä r&llure et au readement du four- 
neau, a doun^ de boas rdsultats 
dang plusieurs uaines, d'ailleurs 
eile permet augsi a roavrier de 
charger avec facilitö et saas Stre 
gravcment iocommod^. 

3. On cueille les gaz sur la co- 
lonne des lits de fusion, par des 
modes difförents, tant sur les bords 
qu'au miliea da guelard» tele sont 
par exemplo : 

a, L'entonnoir de Parry avec 
cöne de distribution mobile adootö 
g^n^ralement en Angleterre. Cet 
appareil permet une distribution 
rationneile des charges, et le re- 
proche qa'on lai a fait que les ma- 
ti^res sont trop rapprocn^s de la 
p^rlph^rie ne parait nullement fon- 
aL Les wagons de chargement ä 
cöne mobile sur le fondT doivent 
donner le mSme r^ultat. Pour r^a- 
liser ravantago suppos6 de puiser 
les gai au miiieu» IL de Hoff a mo- 
difiö dans un baut-fourneau no 6, 
nouvellement elev^ k Horde Teu- 
tonnoir de Parry et Stabil an appa- 
reil dit combin6, qu'on a ropresent^ 
dans la flg. 1, pT. 301, et oü 11 a 
cherche ä limiter autant qu*il a eto 
possible la perte de gaz qui a lieu 
entre l^enionnoir et lecöne de dis- 
tribution. 

A Cdne de distribution terminä 

Ear un tuyau ä gaz B, qui s'om- 
oito oomme un tube de tölescope 
daus le tuyau G et peut ainsi y 
monter et descendre; le tuyau G 
plongo d'ailleurs en D, D dans une 
lermeture hydraulique; G, G cn- 
tonnoir qui re^oit la cbargo et la 
distribue annulairement k la perl- 
pheriedu foumeauquandon abaisso 
le cdne A au moyen d'un balan- 
cier. Gomme A et JB ne ferment pas 
d'une mani^e herm^tlque, et qu'ii 
y a perte de gaz, on a cherch6 ^ övi- 
ter oelle-ciapr^s chaque chargement 
enintroduisant une couche de mine- 
rai cn poudre, ou au moyen de cla- 

rtts £, £ qui s'appliquent en D et en 
dans des fermetures hydrauliques. 

b. La disposition Stabile ä Horde, 
au haut*foumeau n^ 1 par M. de 
Hoff, fig, 2 et 3, a tuyau principal 
de puisement; b,c caisseou rigolet 
eau annulaire en töle rivee; c^c, 
autre caisse semblable; o'est dans 
ces caisses que les deux bords ra- 
baltus du couverclo dtd sont ins^- 
res pour constituer une fcrmeturo 
impermeable au gaz ; /", /, /, f quatre 
soupapes a clapet qu'on ouvrc les 



unes apr^s les autres an moment 
pour charger. Gelte Operation dare 
de 10 i 14 secondes pendant les- 
quelles Touvrier peut suspendre sa 
respiration, et, d'ailleurs mdme 
quand levent est defavorable, 11 n'a 
rien & redouter des gaz qui ne sont 
pas enflamm^s. Le courant de oes 
gaz vers les chambres k combas- 
tion n'est ainsi que tres-pen affaibli 
et nous croyons que c'est sans aa- 
cun doute lappareil le plus simple 
aui existe pour recueulir les gaz 
des hauts-fouruaux. äous une forte 

f^ression du yent on peut, oomme 
'ont propos6 M. Goiogt et M. Schäf- 
fier, faire descendre le cyUndre a de 
1 m. 25 ä 1 m. bO de profondeur dans 
la colonne des lits de fusion sans 
nuire ä Tallure de foumeau afin de 
garantir et prot<^ger les chargeurs. 

On a abandonne pour cet appareil 
laconstruction plus compliquee pro- 
posee anterieurement par M. de 
Hoff, oü le couvercle de guelard 
qui eteit pourvu de soupapes roulait 
sur galets pendant le chargement. 

c. Appareil de M. Winzer a George- 
Marienhütte, fig. 4, A et B cylin- 
dres concentriques dont celui A p^ 
uetre d'environ im.25 dans le four- 
neau, et est en D au moyen d'im 
couvercle annulaire assombl^ ötan- 
che pour les gaz avec B ; £ quatre 
orifices de chargement, entre les 
cvlindres avec porles tournantes en 
toie rivee et etanches pour le gas;G 
tuyau de derivation des gaz. Getto 
disposition ne präsente pas une fer- 
meture hermetique qu'on a cherchö 
au contraire ä 6 vi ter quand on cm- 
ploie un minerai puiv^rulent qui 
renferme jusqu'd 30 et 40 pour 100 
d'eau ; d'ailleurs ane couche ^paisse 
de ca minerai friable joue en qael- 
que Sorte le röle de couvercle. 

II est faoile de concevoir d'apr^s 
ce qui pr^cede que chacun de ces 
appareils, quand il a ^t^ Stabil aveo 
intelligence et qu'il est manoeuvrö 
comme il convient, fonctionne par- 
faitement bien, qu'il ne compromet 
en rien Tallure au fourneaa et pro- 
cure une 6conomie de combustible 
lorsqu'on a rempli les conditions 
formul^es an commencement de 
cette note. 



Carburation du fer par U contact 

ou cementalion. 

Par M. F. Marguerite. 



— 4 — 



fer a et6 Tobjet de nombreuses con- 
troverses. Sans vouloir discuter tou- 
tes les opinioDS qui se sont pro- 
duites ä cet esard , je me bornerai 
ä chercher si le carbonese combine 
ayeo le fer directement par contact, 
par c^mentation. 

Guyton-Morveau est le premier 
qui ait teDt6 de d^montrer que Ta- 
ci^ration peut se faire par simple 
contact. II calcina ä cet effet un 
diamant dans un creuset de fer 
placä dans un creuset de Hesse. 
Apr^s uno heure environ d'un feu 
de foyer yiolent, le creuset de fer 
fut compl^tement converti en un 
culot d'acier fondu. 

« Ainsi, dit Guyon-Morveau, le 
diamant a disparu par la force at- 
tractive que le fer a cxerc^e sur lui 
ä la faveur de la baute temp6rature 
ä laquelle ils dtaient Tun et l'autre 
exposes, de m^me qu'un m^tal dis- 
paratt dans son aliiage avec un 
Butremetal.» 

Ccpendant la formation du fer en 
acier par le contact exclusif du dia- 
mant peut ötre contest^, puisque 
le creuset de fer pendant tout le 
temps de la calcination etait reste 
expos^ 4 Taction carburante des gaz 
du foyer. La qucstion jusqu'ici ne 
semble pas resolue, et r^ccmment 
encore, M. Chevreul disait devant 
TAcad^miedes scienccs :(( II Importe 
maintenant de savoir : !<> S'il est 
vrai, comme Guy ton l'a dit, qu'on 
peut acierer le fer avec du diamant 
en poudre; 2*^ dans le cas oü cela 
serait, si Taci^ration a lieu sans In- 
tervention de Tazote.» 

Le but de cette note est de d^- 
montrer que le fer se carbure , se 
convertit en fönte quand on le 
cbaufTe au contact du charbon, et se 
transforme aussi en acier sans Tin- 
tervention de l'azote. Les condi- 
tions essentielles de l'experience ont 
äte remplics de la mani^re suivante : 

J'ai op6r6 io avec du carbone pur 
(diamant) ; 2o au sein d'une atmos- 
pbere d'nydrogdne chimiquement 
pure; 3o dans des vascs absolument 
impermeables aux gaz du foyer; de 
teile Sorte que la combinaison pos- 
sible du diamant avec le fer ne füt 
compliquee d'aucune action dtran- 
gdre. 

L'operation a dt6 ainsi disposöe : 
On a prepare avec du zinc distill6 
et de racide salfurique pur de Vhj- 
drogcno qui a ele puriue et dosse- 
che avec ic plus grand sein par les 
moycns indiques par MM. Dumas et 



Sainte-Claire-Deville , c'est-ä-dire 
que le gaz traversait Buccessive- 
ment des appareils renfermant de 
Pac^tate de plomb, da sulfate d'ar- 
gent, de la pierre ponce imbib^e de 
potasse, dacide sulfurique froid, 
apres avoir pass^ ä travers de la 
mousse de platine chaufiTöeau rouge 
sombre. 

L'bydrogdne ainsi purifi^ et des- 
s^cbe etait dirigä dans un tube en 
porcelaine doublement verniss^ dont 
rimpermdabilite absolue a ^t^ d^- 
montr^e, qui etait cbanffe iL une 
temperature capable de determi- 
ner la fusion de la fönte. Dans le 
tube etait une petite nacelle de por- 
celaine sur les bords de laquelle re- 
posait une lame tres-mince de fer 
qui avait ete prealablement et long- 
temps cbauffee 4 temperature con- 
venable dans le courant d'bydro- 
gene aün de lui faire perdre son 
soufre et son azote, 

Sur la lame de fer on a place un 
diamant qui avait ete legerement 
rougi, on a fait passer 4 froid le 
courant bydrogene pendant plu- 
sieurs beures pour purger l'appa- 
rcil d'air, c'est-4-dire d^oxygene et 
d'azote. On a eieve ensuite rapide- 
ment la temperature qui fut poriee 
et maintenue au rouge vif pendant 
quelque temps. Le tuoe fut enauite 
retire du fourneau et refroidi en 
restant en communication avec le 
courant d'bydrogene. 

On a trouve que le diamant avait 
sur la lame de fer> fait un trou 
comme 4 Temporte-piece et qu'ii 
etait tombe dans la nacelle 4 cdte 
d'un petit globule de fönte. 

Dans une seconde Operation cinq 
petita diamants ont traverse une 
lame de fer doux et ont donne en 
disparaissant des globules de fönte 
trds-bien fondue. 

Dans une troisieme experience, 
on a pris un diamant plus gros et 
une lame de fer plus epalsse; le dia- 
mant a perce la lame dans laquelle 
il est reste engage. 

Enfin une quatrieme experience 
a ete faite dans le but de produire 
de Tacier. 

On a fait passer le courant d'hy- 
drogene sur un ül de fer de i;2 mil- 
limetre de diametre dont la moitie 
etait noyee dans la poudre gros- 
siere de diamant contenue dans une 
nacelle de platine (1). La partie du 
fii plongeaut dans la poussiere de 

(1) On a concassä dans un mortier plu- 



— 8 — 



diamant a M c^mentte, Taatre 
partie ne Ta pas 6\A et est restöe in- 
sensible k la trempe« 

Aprös avoir emplpyö lo diamant, 
on a op^r^ sur de ia plombagino et 
du charbon de sucre fongtemps cal- 
cin6 au sein d*un courant d'bydro- 
göne. A une temp^rature ^ievee, on 
a introduit dans le tube renfermant 
le cbarbon nn fil de fer de 1/2 mil- 
lim^tre de diametre. En trois mi- 
nutes Textr^miie du fil de fer en- 
gaffö dans la poussiere du charbon 
a et^ transformö en fönte dont on a 
retrouYÖ plus tard les globules. On 
a laiss6 s'abaisser la temp^rature et 
dans le mdme espace de temps l'ex- 
trömlt6 d*un autre fil a etä coDverti 
en aeier tr^s-dur et d'un grain tr6s- 
ün, tandis que la partie qui ne se 
trouvait pas en contact immMiat 
avec le cnarbon ne pr^sentait pas la 
moindre apparence d'aci^ration. A 
cet äffard u est bon de remarquer, 
et cala confirme Tobservation de 
M. Bertbelot, que si Thydrogene 
avait pu former de l'acötyl^ne ou 
tout autre composä carburä, la 
totalit^ du fil aurait du Slre ce- 
mentte. 



Sur Vtxtraction du cadmium ä Engis 
en Belgique. 

Far M. Stadler. 

Matüres premüres. Les minerais 

Su'on traite k Engis, renferment 
u cadmium dontla quantit^ nean- 
moins est extr^mement fälble. Mal- 
heureusement il n'existe encore 
qu'un petit nombro d'analyses de 
ces minerais, et M. Stadier ne peut 
citer ici que les rösuitats de aeux 
de ces analyses faites parM. Flatbe; 
mais ilest dans Tintention d'en- 
treprendre plus tard Tanaiyse des 
minerais. M. Flathe a trouvä dans 
la blende brüte : 

Mine da Dos 0.2i j pour iOO 

MinedelaMolliöre. 0.13 ) de cadmium. 

Par le grillage» oette proporlion 
de cadmium est encore aoaiss6e no- 
tablement» de fa^on que lo minerai» 

ftienrs diamants de belle qnalit^ et on a faii 
booillir la poudre obtenue dans l'acide azo- 
tique pour Ja debarrasser des parcelles m6- 
talliques qui pouvaient la soailler, et eile a 
^tä legörement rougie. 



]orsqu'il est r^duit dans les four- 
neaux ä zinc, n'en renferme plus 
que quelques centidmes, souvent 
seulement quelques mlUi^mes (en 
moyenne de 0.02 jusqu*4 0.3 p. 100). 

Immediatement apres le charge-, 
ment des tuyaux ou creuscts de r6- 
duction a, iig. 5, pl. 301, avec le 
mälange usuel de minerai et de 
bouille, on ajuste sur les tuhes en 
terre b qui serveni ä recueillir le 
zinc des tuyaux coniques ou allon- 
ges en töle c» dans lesquels se dä- 
pose le cadmium qui se volatiliso 
d'abord et brüle de nouveau k Tair 
sous la forme d'un m^lange brun 
d'oxyde et de carbonate de cad- 
mium, souilld par une quantit6 
plus ou moins forte d'oxyde de zinc 
etqu'on appolle poussieres dcsal- 
longes. 

On laisse ces allonges tout le 
temps que les vapeurs qui s'öcbap- 

{»ent des creusets k räductlon brü- 
ent encore avec une flamme bm- 
nätre, et il Importe de ne pas trop 
dcvelopper celle-ci (jusqu'd Tappa- 
rition de la flamme de zinc dun 
blanc bleu ^blouissant) ,parce qu'au- 
trement les poussi^es ae cadmium 
seraient mdlangäes k une trop forte 
Proportion d'oxyde de zinc et de 
zinc m^talllque, ce qui apporterait 
de graves diiflcult^s dans le travaii 
ulterieur. 

Indäpendamment de oette ma- 
ttere on recueille encore celle qui 
se d^pose devant Torifice d des tu« 
bes b qui est un m^lange de bouiUe* 
d'argile, d*oxyde de zinc et de cad« 
mium, et connu sous le nom de 
poussieres ou crasses des tubes, 
qu'on m^lange avec les poussieres 
des aüon^es. Ge m^lange constitue 
les poussieres cadmif^res qui ser- 
vent de matidre premi6re pour la 
fabrication du caamium. 

Les poussieres des allonges ren- 
ferment de 20 k 30 pour 100 de cad- 
mium (jusqu'ä präsent le minimum 
trouve par M. Kunzel a 616 20.73 
pour 100, le maximum observ6 par 
l'auteur 28.29 pour 100; en moyenne 
25 pour iOO); la riebesse des crasses 
des lubes oscille entre 0, et 0.5 
pour 100, 

0.00 pour 100. 
0.27 — 
0.32 — 

en moyenne 0,20 pour 1 00, 

Le molange de ces deux poussiö- 
res cadraif^res, telles que les livrcnt 
les ma^aalvLÄ»^ Y^^'s^^xiX^ \^^ä <:äj5. 



derniers temps.d'apr^s ane moyenne 
de 81 analyses faites par Tautenr, 
une richesse de 1,70 pour 100 (ma- 
zimum 2,87» minimum 1,07 pour 
100)t mais la richesse la plus ordi- 



naire est de 1.50 ä 1.60 poar 100. 
En oatre, cesponssi^res eadtniföres 
renferment encore environ 40 pour 
100 de zinc; par exemple, suiyant 
M.Flathe: 



49.14 pour iOO sine. 
1.50 — cadminm» 



45.10 paar iOO zioc. 
i .00 — cadmiam. 



sulvant M. Künzel 



36.16 pour 100 zino. 
1.25 — cadmiam. 



48.36 poor 100 zinc 
1.25 -« cadmiam. 



Cent parties de minerai (blende) 
fonrnissent en moyenne 3;10,partie 
de jpoussi^res cadmifdres. 

Eniichissement des matihres pre- 
müres. Quand on a r6uni dans los 
maj^asins une quantitö de 15,000 a 
20,000 kiiogrammes de ces mati^res, 
on commenoe une campagne. Le 
fourneau nöceskaire pour cet objet 
präsente absolument lamßmestruc- 
tnre que ceux du nays de Li^ge 
pour le traitement du zinc, seule- 
ment 11 est beaucoup plus petit et 
renferme 15 creusets fde mtoe 
grandeur que ceux des tuoes k zinc), 
dl8pos6s 8ur trols rangs (flg. 6). 
Ces creusets sont en fönte, et 11 en 
est de mdme des tubes pour re- 
ouelllir le cadmium m6tallic[ue, 
tandis que les tubes oü Ton cnrichit 
les poussi^res» sont fabriques en 
terre. 

Jadls on se servait de creusets en 
terre, mais on les a depuis aban- 
donn^s, parce que les vapeurs de 
cadmium qui sont tr^s-volatiles, 
pto^traient i travers les parois, ce 
qui occasiorinait une grande perle. 

D^s que le four estcnaud, on mö- 
lange la poussiöre avec un peu de 
menu denouille^ et on Charge dans 
les onze creusets qui ne sont pas 
marquös du signo +, on ajoute les 
tubes b et les allonges c, dans les- 
qnellos on doit recevoir les pous- 
u&res enrichies. Au bout de douze 
heures on vide les creusets (1), on 



(1) Les matiöres ou crasses zincif<^res em- 
ploy^es renferment encore un peu de cad- 
mium, en moyenne 0.4 pour 100 (par 
exemple 0.35, 0.36, 0.40) et 40 ä 50 pour 
IOO de zinc (d'apr^s M. Künzel, 53.30, 51.51, 
44.70 pour lOOj, qu'on traite comme mine- 
rai de zinc dans le four & zinc, et qui, pur 
ca traitement, de m^me qu'un minerai, 
foumisaent encore une certaine quantiic de 
poossiöre de cadmium. 100 kilog. de matie- 



remnlit avec une noovelle Charge, 
on cnauffe encore douze heures et 
ainsi de suite. 

Les poussiöres riches renferment 
en moyenne 5 pour 100 de cadmium 
etlOOldiogr. de matiöre premidre, 
fournisseut 13kilogr. de poussiferes 
riches. Ge produit peutdu roste va- 
rier beaucoup, principalement ä 
raison de la tempörature du fou> 
neau. G'est alnsi que Tauteur a 
trouv6. 

17.19 pour 100 de cadmiam, 
7.39 — 

4.66 — 

3.94 — 

Les poussiöres enrichies recueil- 
lies le jour präc^ent et pendant la 
nuit, sont alors charg^es dans les 
quatre creusets a, marqu6s du 
signe +, fig. 6, et dont on voit une 
section sur la longeur dans la flg. 7, 
aprös qu'on y a mdlang6 un peu de 
hooille menue et avoir döpos6 aussi 
quelques menus morceaux de cette 
nouifle ä leur orlfice a, puls on 
ajoute les tubes b dont Torifice b* 
est ferm6 par un bouchon de bois 
perc6 d'un trou, qui s'oppose 4 Tö- 
coulement d'une trop grande quan- 
titö de vapeurs de cadmium^ tout en 
laissant un libre passage aux gaz 
combustibles ou autres, et enfin 
on insere sur b les allonges c. 

En möme temps, les autres creu- 
sets sont remplis de poussi^res 
brutes qu*on doit enricuir, et on 
procede de möme chaque jour jus- 
qu^ä ce que toutc la noussiöre des 
matieres prcmi^res seit öpuisde. On 
cnrichit ainsi chaqae jour de 200 ä 



res premiörcs donncnt environ 85k».91 de 
crasses zincifercs. (Maximum HQ^^K Mini- 
mum 61^1.1/2.) 



— 7 



300 kilogr. de poussiörcs, et on r6- 
duitainsi parjour les 26 ä 39 ki- 
logr. d'oxyde riebe obtena ie jour 
pr(^c6dent. 

Dans tout ce travail la terapera- 
ture du fourneau, et c'est la uae 
condition importantc, ne doit pas 
8*^lever aa del4 de celle ndccssaire 
pour la reductionetla volatilisation 
du cadmlum, (le rouge faible). Si 
on el^ve trop la temp^rature, on 
rMuit aussldu zincdanslesmasses 
et on fait nattre les difücult^s que 
voici : 

Le cadmlum qu'on recneille est 
fortement soailld de ztnc; par exem« 
ple celui qu'on coulo Je dernier, 
parce que vers la fin, pour extraire 
tout le cadmlum, on est contraint 
d'elever un peu la temp^rature. 

Les creusets en fer sont attaqu6s 
avec Energie parle zlno et perc6s en 
trös-peu de temps comme on le 
Terra plus bas. 

Par cons^quent plus est forte, 
comme on Ta döj& dit, laproportion 
da zinc dans les mati^res premi^res, 
plus uno temp6ratare 61ev6e prä- 
sente de danffer. 

D6squelaaistillation commence, 
11 faut extraire toutes les heures le 
cadmium r6duit des tubes, et le 
couler dans des lingoti^res en fer. 
Auparavant on ne coulait le m^tal 
qu'apr^s plusieurs heures, pratique 
que Tauteur a cru, comme on Ta 
dit, deyoir modifier par les motifs 
suivants. Preiiiiörementlecadmium 
aui reste longtemps ä Tdtat fondu 
dans les cornues ou les tubes en 
fönte r^agit de möme que le zinc, 
c'est-ä-dire dissout du fer et perd 
ainsi de ses qualites et principale- 
ment ä ce quMl paratt de son ^las- 



tlcitc. En socond lieu, plus le m6tal 
roste dans les allonges, plus le zinc 
reduit a Tnccasion de le souiller, ce 
qu'on 6vito compl^tement par le 
proc^d6 actuel.du moins pour les 
premieres portions ou fractions de 
cadmium. 

Le produit est parlag^ en trois 
classes ou qualit(^s. 

!'• qualite. Cadmium pnr, de poids 
sp^cinque presqun normal, flexible 
avec le cri de Tetain et dont lessur- 
faces fratches de rupture prösentent 
un ^clat gras. 

2* qualit^. (d 73 pour 100 de cad- 
mium pur en moyenne). Peu flexi- 
ble , mais Sans so rompre. 

3' qualile. (ä 40 pour 100 de cad- 
mium pur en moyenne). Ne se 
pliant pas sans rompre, tres-cris- 
tallin. 

De 18 kilogr. de poussieres riches 
(provenant de 100 kilogr. de mati^ 
res), on extraiten moyenne: 

Oi^ü.345 de cadmium 1'« qualitö. 

m _ 2« — 

189 - 3* ~ 

Le rdsidu des quatre tubes s'ölftve 
cn moyenne ä 8^*1.34, et ren- 
ferme encore 0.30 pour 100 de cad- 
mium (0.26; 0.24; 0.40 pour 100); 
il n'a pas jusqu'ä präsent d'emploi. 

Les chiffres pr^cMents et ceux 
aui suivent ont ^te fournis par la 
dernidre campagne de trois mois et 
sont bases sur environ 150 ana- 
lyses. 

Apercu. Cent kilogr. de poussieres 
de cadmium ä 1.70 pour 100 de cad- 
mium correspondantä l**»L70de mö- 
tal^ ont donnd : 



Cadmlam. Metal contenu 

dans les poassi^res. 

8KW-91 r&idus ou crasses des creusets ä 0.4 p. 100. .. . Qwi.SiO = 20.00 p. 100. 

13 00 poussiöres enriciiies ä 6 pour 100 780 = 45.^8 — 

liüi-iäO 65.88 p. 100. 

Parte par volatilisation 580 34.12 — . 

Comme ci-dessus lki«-700 100.00 

Les 13 kilogrammes de poussiftres enrichics O^iii-TSO = 43.88 p. 100 

doDuent : 

8kii-34 crasses zinciftres ä 0.30 pour 100 0Wi^20 = 1 .17 p. 100. 

345 cadmium 1'« qualite ä 100 pour 100 345 ) 

121 — 2« — ä 75 — 091 [0.842 = 30.12 — 

189 .-. 3« — ä 40 — 076 J 

OkU-532 31.29 

Perte par volatilisation 248 14.59 

Comme ci-dessus OWi.780 = 45.88 ^. IQQ. 



— 8 — 



Donc : 

Gadmiam extrait 0Ui-5i2 on 90. 12 p, 

Pafia i ^^^ ^®* rösidus... 360 — 21.17 
'^^^ t par volatilisation. . 828 — 48.71 
1 700 100.00 



J_ ) du cadminm contenn dans los 
^ ( matiöres premiöres. 



L'usine de Engis est celle qui 
verse la plus grande quantiU de 
cadmiom en Europe. Elle produit 
annaellement plas de 100 kiiogr. 
de premi^re qualitö et environ dO 
kiiogr. qui sont renferm^s dans le 
m^tal de seconde et trolsi^me qua- 
IM qu*ii faat en extraire par de 
nouvelles Operations. 

Saivant M. Kerl, Tuslne de Ly- 
dognia en Sil^sie en produit 201 .1;2 
livroSy et d'aprös les documents of- 
ficiels, la quantit^ annnelle s'est 
ölev^e en 1860 k 2 quintaux de 
Prusso. Mais le cadmium de Engig 
d^passe de beaucoup en puretö et 
en qualitö eelui de Suesie. 

On ne connatt pas encore de pro- 
c^dö reellement industriel pour tra- 
vailler les deux dernidres sortes ou 
qualitäs. Dans l'origine on a cherch^ 
ä s^parer par la distillation le zinc 
du cadmium, et on a employö des 
vases en terre ömailiös ou non, 
mais k raison de leur porosit^ et de 
la subtilitö des vapeurs du cad- 
mium qui traversent les parois, on 
a ^prouy6 de telles pertes qu'il a 
faUu abandonner ces natures de 
vases. Alors on a distill6 dans des 
cornues en fönte, mais ind^pen- 
damment des pertes consid^rables 
qu^on ne peut pas encore ici äviter 
et de ce que le produit distillö con- 
tienttoujours du zinc, on a du re- 
noncer a cette metbode parce que 
les yases ^taient trou^, ceux on 
fönte presqueimm6diatement, ceux 
en fer forg^ apr^s un ou deux 
Jours. Le m^ange de cadmium et 
de zinc entre en fusion, et ä la 
tempörature n^cessaire pourla pro- 
duction des vapeurs de cadmium, 
le zinc fondu agit sur le fer de teile 
maniöre que les parois sont f orte- 



ment attaquäes avecformation d'un 
alliage. 

M. Stadler proc^de ainsi qu'il suit 
k Tanalyse des mati^res premi^res 
cadmiferes. 

Suivant la riebesse pr6sumäe de 
ces mati^res, on en prend de 2 ä 5 
grammes qu'on traite par l'acide 
sulfuriqne auquel on ajoute un peu 
d'acide azotique» on 6?apore la So- 
lution, avec le r^sidu non dlssous, 
jusqu'a siccitö, et on cbaufTe forte- 
ment; on d^compose ainsi une 
bonne partie des sels de fer, tandis 
q^ue les Sulfates de cadmium et de 
zinc restent sans se d^omposer. 
On fait bouillir avec l'eau et on 
filtre ; il n'y a qu'une trace deplomb 
toujours präsent dans les minerais 
beiges qui se dissolve, la majeure 
partie reste insoluble sous la forme 
de Sulfate de plomb. Dans la li« 
queur filtröe et rendue 16g^rement 
acide, on pr^cipite par le gaz hydro- 
g6ne sulfur6 tout le cadmium et le 
plomb et une partie du zinc. Le 
pröciplt6 est lavö 4 plusieurs re- 
prises par d^antation, puis traitö ä 
cbaud par un exc^ d'acide sulfuri- 
que. Le sulfure de plomb reste ä 
r^tat insoluble, tandis oue le cad- 
mium etle zincsedisssotvent. Dans 
laliqueur filtrde rendue fortement 
acide, on pröcipite alors le cadmium 
ä Tetat de sulfure et on le p^se 
sous cet ^tat Suivant les circons- 
tances, et quand 11 y a beauooup de 
zinc et tr6s-peu de cadmium, il faut 
r6p6ter la prdcipitation au sein des 
solutionsfaiblement acides avant de 
procöder ä la derni^re pröcipitation. 

La Proportion du cadmium mö- 
tallique en cadmium pur (eX zinc), 
se calcule d'apr^s le poias sp6ci- 
fique, en posant la formule 



(a; — 6.8) 108 
18 



on {x — 6.8) 5.555 = cadmium. 



dans laquelle x est le poids sp^ci- 
fique du mölange examin^ de zinc 
et de cadmium. Les rdsultats ne 
sont pas d'une exactitude absolue 
mais sulHsent pour le but propos^, 
On dötermine le poids sp^cifique 
par la metbode de M. Fbipson (1), 

(1) M. Phipson d^termine le poids des 



qui sous le rapport de la rapiditö 
ne laisse rlen a desirer et qui aveo 



substances min^rales au moyen d'on tube 
calibrö et d'une seuJe pesec, en introduisant 
la substance pesee d'abord dans un tube 
divise en centimötres cubes dans lequel est 
contenue une quantite not^e d'eau. Comme 
le Corps solide deplace une quantite d*eau 



- 9 — 



Qu pea de prfttiqiie est d*ane exao- 
titudo parfaite. ainai qaeM. Stadler 
s'en est asaure par ezpärieacc. 



PriparatUm en grand du 
thailium. 

Les möthodes proposöes jasqaä 

1>r6sent pour rextraction du thal- 
ium des poassi^res des fours k cal- 
ciner les pyntes sont pea propres ä 
des applicaüons en grand en ce que 
la plupart d'entre elles prescrlvent 
remploi de Thydrogöne sulfurö 
pour ]a prdcipitatlon, celui de vases 
en porcelaine, etc. Par ia möthode 
suivante, M. W. Grookes, de con- 
oert avec MM. Uopkin et Williams, 
a pu travaiiler environ 4,543 kilog. 
de cette poussiere et en extraire 
une barre de thailium du poids de 
11 kiioff. 359. 

L'analyse spectrale ne paratt pas de 
natureä^olairerlaquestiondesavoir 
si une poussiere est assez riebe pour 
cette falorioation, attendu que 1/1000 
de thailium donne d^jä aussi net- 
temeut la raie verte caract^ristique 
que le mötal pur. U est donc n^ces- 
saire d'entreprendre un essai par la 
Yoie humide, en öpuisant par Teau 
etpröcipitantla Solution parTacide 
chlorbydrique. 

Indöpendamment du thaUium, on 
trouve dans ces poussieres du mer- 
cure, du cuivre, de rarsenic, de 
l'antimoine. du fer, du zine, du 
cadmium, delacbaux, du seleninm 
avec de Tammoniaque et des acides 
sulfurique, chlorbydrique et azo- 
tiaue. Dans un öchantillon des 
scnlams s^löniferes de Grlpsbolm 

3ui a servi ä Berzelius pour la 
öcouverte du selenium, ranalyse 
spectrale n'a fait d^couvrir aucune 
trace de thailium. 

La poussiere qui renfermait lo 
thailium a 6tö trait^e dans des ton- 
neaux en hois par son poids d'eau 
houlUante» et apr6s une vive agita« 



^ale au Yolame qo'il oceupe, on trooye 
daos l'älävation du niveaa da liquide dans 
le tube son Yolome en centimötres cnbes, 
et en divisant par ce poids celui dans l'air, 
on a le poids späcifique. Par exemple, si 
on a 5 grammes d'une matidre minärale et 
qu'aprte avoir plongd celle-ci dans le tnbe 
le niTeau de l'ean s'älöve de % iß traits 
(ceniimötres cobes), le poids sp^cifique est 

a.5 - *• 



tion abandonnöe au repos pendant 
24 heures. La liquour claire a üi 
döcantde, le rösidu traits de möme, 
et les deux iiqueurs, apres le ref roi- 
dissementont et^ trait^es ensemble 
par Tacide chlorbydriq[ue; le chlo- 
rure de thailium fort impur ainsi 

Sr^cipit^ a M r^uni sur un filtre 
e teile de coton, lav^, presse et 
chaulTö dans une capsule de platine 
avec son poids d'acide chlorbydri- 
que concentr^, jusqu'4 ce que tout 
cet acide chlorbydrique et la ma- 
jeure partie de Tacide sulfurique en 
exc6s soient volatilis^s. Le r^idu a 
^16 dlssous dans 20 fois son poids 
d'eau, la Solution ültree, et on y a 
ajout6 de Tacide chlorbydrique qui 
maintenant y a pr^cipit^ du thai- 
lium presque pur. Ge thailium, at- 
tendu que ce m^tal se röduit avoo 
la plus grande facilit^ de sa combi- 
naison avec Tacide sulfurique, a dtö 
de nonveau chaufife avec 2/3 de son 
poids d'acide sulfurique concentrÄ 
jusqu'äce que tout Tacide chlor b]^* 
drique en füt expulsö et que le re- 
sidu constituät une iiqueur ^paisse 
et pesante qui par le refroidisse- 
ment s'est prise en une masse blan- 
che cristalline. £n dissolvant cette 
masse dans Teau, eile s'est ^hauff^ 
consid^rablement au pointde briser 
les vaisseaux; on y a donc ajout6 
peu k peu dix fois son poids d'eau 
chaude. La Solution ültree a donnä, 
apr^s conccntration et filtration, 
des cristaux de sulfate de thailium 
qu'apres en avoir ^limin^, s'il est 
n^cessaire, Tarsenic, le mercure, 
etc., par un peu d'b^drogeue sul- 
fur^, on a purifie aisement par de 
nouvelles crlstallisations. 

La r^uction du m^tal du sulfate 
de tbalHum, eu faisant fondre avec 
le flux noir ou du cyanure de po- 
tassium n'est pas compl^te , i)arce 
que le soufre n'y est pas entiöre- 
ment ^limlnd. Si on introduit le sei 
dans un creuset avec du cyanure 
de potassium fondu, il y a une rä- 
duction ImmMiate en un sulfure 
simple de tballium, qui constitue 
une masse fragile, m^tallique, d'ua 
aspect graphiteux et plus fusible 
que le m^tal. 

La rMuction qui est si facile sur 
des petites ^uantitds au moyen 
d'une battene galvanique, s'op^re 
au mieux en grand k Taide de Pla- 
ques de zinc pur, qui par leur dis- 
soiution ne doivent laisser aucun 
residu. Ges plaaues sont disposdea 
sur loa ^%xq\s^ tf\i\i'^ ^>\^f^^\SL vä^ä- 



— !0 - 



laine, dans laquelle on introduit le 
Sulfate de thaliium avec de l'eaa 
jusqa'ä ce qu'il en soit coavert et 
en chauffant. Au beut de peu 
d'heures, le thalüom se s^pare 
80US la forme d'ano ^pon^e m^tal- 
lique, qu'on lave, comprime k la 
main et conscrve sous l'eaujusqu'ä 
ce qu'on la mette en fusion. 

Gette fusion s'op^re sur un boc 
de gaz, dansunereuseten fer, dans 
rint^riear duquel on fait passer un 
courant de gaz d'^clairage. On in- 
troduit peu a peu dans co creuset 
les masses d'eponge de thaliium 
qui ont 6t6 comprimees, jusqu'ä ce 
que le creuset soit rempli de m6tal 
en fusion, on agite avec une ba- 

fuette en fer et on coule en une 
arre ou en grenaille dans Teau. 
Apres 30 ä 40 lontes, le fer du creu- 
set n'avait pas etö attaqu^ le moins 
du monde par le thaliium. 

Le thaliium fondu, lorsqu'on le 
garantit de Toxydation par un cou- 
rant de gaz, peut ä peine 6tre dis- 
ünguö dumercure. Par le refroidis- 
sement il se contracte fortement. 
L'enduit irisö qu'il affecte ä la cha- 
leur est imm^diatement enlevö par 
l'eau^ et la surface d'un eclat par- 
faitement m^talUque estmise änu; 
sa couleur se rapproche le plus de 
Celle du cadmium et de r^tain; 
son poids sp^cifique est 11,9 ; il est 
tr^s-malleaole, mais pastr^s-duc- 
tile ; on ne le tire que tr^s«difficile- 
ment en fil, mais ii se laisse estam- 
per avec facililö; c'estaprös lesm^- 
taux alcallns le m^tal le plus mou et 
une pointe de plomb le raye ais6- 
ment ; comme d'autres metaux on 
peut le pötrir ä froid par pression; 
tratnö sur du papier, 11 laisse un 
trait noir ä reuet jaune qui pälit 
promptement, mais qu'on reyivifie 
a Taide des sulfures alcalins ; il est 
presque aussi completement dia- 
magn^tique qntie le bismuth, fond k 
280o C, et distillc k la chaleur 
ronge en d^gageant dans le voisi- 
nage de son point de fusion des va- 
peurs brunes. 

Son poids atomique est fixö pro- 
visoirement au chiffre 203, mais 
M. Crookes s'occupe actueliement 
de r^tablir d'ane maniöre plus 
exacte. Quant k ses actions physio- 
logiques, il n'a pas encore pu les 
constater sur lui-möme, soit en 
respirant les vapeurs de ce mötal 
pendant plusieurs mois, soit en 
avalant 50 k 100 milligrammes de 
ses sels. Divers sels de thaliium 



sont sensibles k la lumiöre, surtout 
le chlorure simple et le phosphate 
ammoniacal de thaliium. 

Gomme le thalliam foumit une 
flamme color^e tres-intense et com- 
pletement monochrome, M. Crookes 
croit que si son prix s'abaissait, il y 
aurait avantage k Temployer pour 
les signaux k la mer, parce que 
contrairement aux lumi^res de ba- 
ryte ordinaires il ne changerait pas 
de couleur en traversant une at* 
mosph^re n^buleuse. 

On peut pr^parer un feu vert ma- 
gnifique, mais encore d'un prix 
trop elevö, avec 8 parties de cnlo- 
rure de thaliium, 2 de calomel et i 
de r^sine. On se procure le chlorure 
de thaliium en dissolvant le m^- 
tal dans i'acide chlorhydrique ou 
bien en m^langeant des Solutions 
satur^es de chlorure de potasse et 
d'azotate de thaliium, o'est un sei 
anhydre, bleu cristallis6 et peu so-» 
lubie. 



Essai Uchnique de la qualiii des 
aciers fondus. 

Par M. E. Resch. 

M. E. Resch, contröleur des tra- 
vanx ä Reich n au en Autriche, a pu- 
bliö dans ['Österreichischen Zeitsch- 
nflßlr berg-imd huttenwesen 1864, 
n<» 7, les resultats de Texperience 
qu'imc longüc pratique lui a fait 
acquörir sur l'objet en queslion. 
Nous extrayons ce qui suU de son 
savani raömoire. 

I. Essai de Vaexer fcmdu irempk doux $ous 
le rapport dt son homogeneite, qui est ta 
premiere et sa plus importante proprieti, 

1. On plonge un barreau carro. 
bien forge d'acier fondu, trempe 
port6 au blanc soudant et de 20 d 
21 millim^tres de cötö dans Teau, qui 
apres avoir ct6 debarrass6 compid- 
tement des malproprel^s doit pre- 
sonter une surface pure et brillante, 
et au bout de quelque temps n'olTrir 
aucune gcrgure. 

2. Le tranchant d'un outil de tour 
d'un fer derabot, d'un fermoir, etc., 
en acicr fondu trempe, ne doit pas 
dans son emploi s'user in^gale- 
meut. 

3. Si on plonge dans l'eau une 
lame ä seclion conique et en forme 
de coutcau en acier fondu doux, de 



- n - 



OmSO de longueur, qu'on a port6e aa 
rouge oerise, par la partie la plus 
öpafsse ou le dos et en spiralo, eile ne 
doit pas Mre voilee apr^s )e refroi- 
dlssement ou bion si eile s*est voilee 
l^drement, il doit etre faoile de la 
r^resser compl^temcnt aprösFavoir 
fait revenir. 

4. La oassure tant dang l'aoier 
fondu trempö que daus celui doux, 
ne doit pas pr^enter des difl^rences 
dans la texture, apr^s que la pi^ce 
a M chaafföe au jaune safran et 
qu'on Ta laiss^e refroidirlentement, 
qu'on y a pratiqn^ uue entalKe et 
qu'on en a s^pare une partie avec 
un loord marteau. Toutefoiscomme 
on peut affiner le grain mdme des 
plus mauvais aciers fondus d^pour* 
vus d*honiog6n6it6, il faut avoir sein 
de recuire la pi^ce avant cette 
^preuve. 

6. Si on chauffe an rouge clair 
uno pi^ce forgöe prismatique et une 
autre plate et qu'on leg trempe 
toutes deuz rapidement, 11 faut que 
les surfaoes ne contractent ancune 
gercure. 

6. II faut que les piöces prdsentent 
une texture parfaitement nomog^ne 
quand apr^s avoir ^t^ polies on les 
plonge dans Tacide chlorhydrique 
^tendu , puis qu'on en ddcape la 
surfaco. Quand la qualit^ est inegale 
les parties les plus dures noircissent 
plus tot que Celles donces. 

II. Et9äi de Vader fbndu tous k rapport de 
ta rnUtance et de sa tenaeiU, 

1. On observe la texture en trem- 
pant, par exemple, au rouge clair 
un barreau lamin^ d'acier fondu, 
faisant sicher, coupant ä froid une 
extrömitd au moyen de tranches et 
cassant vivement; la cassure doit 
montrcr une structure ä grain flu 
bien 6gale. Soit ä l'^tat non trempe, 
soit aprös avoir fait revenir le bar- 
reau trempö Jus^u'au rouge pour- 
pre et un refroidissement lent l'a- 
cier ne doit pas offrir une structure 
lache et ncrveuse, mais Älre feuü- 
let6 finement. Un grain grossier et 
lamelieux indique un acier tendre; 
un gros nerf court avec grains an- 
guleux au lieu d'une structure fine- 
ment feuilletee, un acier peu solide 
et peu tenace. Une cassure qui ne 
soft pas trop grise.mais bleuatre ä 
reflets blancs, indique que Tacier se 
rapproche du fer forge. 

2. Une piece d'acier fondu trempd, 
chauffe depuis le jaune safran et 



corroyde jusqu'au rouge sombre 
doit saus r ouvrir et sans contracter 
des gercures sur les bords, rester 
parfaitement intacte. L'acier tremp6 
se laisse encore forger ä la chaleur 
jaune, mais quand la tempdrature 
descend au rouge rose, 11 se rompt, 
c'est-ä-dire qu'il est cassant ä 
chaud, tandis qu'il est cassant ä 
froid quand il s'y manifeste des ger- 
cures par un nouvel abaissement de 
la tempörature. Les aciers fondus 
mous corroyös au jaune safran» 
pliös et frappds sur lo pli doivent 
rester intacts. 

Pour corroyer l'acier fondu ou 
bien l'^tirer, il ne faut employer 
que le rouge clair ou le rouge rosö; 
si on ^löve cette tempörature, l'acier 
brüle avec dögagement d'dtincellei 
et devient tendre ; si la temperature 
baisse sans qu'on corroye ou qu'on 
forge au-dessous du rouge brun» 
peut-6tre sans que ce rouge se mon* 
tre partout ou qnand on mouille 
avec Teau, alors l'acier est dur et 
cassant et in^ffalement ötird. Le 
traitement de racier fondu exige 
un travail plus long et plus soignö 
que le fer lorg^. Le meilleur acier 
fondu peut 6tre perdu par un trai- 
tement döfectoeux et cbaque sorte 
d'acier fondu a un certain degrö de 
chaleur, une plasticite nettement 
d^termlnde et invariable, et une 
densite partiouli^re dont il est nä- 
cessaire de faire d'abord une ^tude. 
G'est n^anmoins aux environs da 
rouge clair qu'il poss^de toutes ces 
propri6t(^s. 

8. L'acier fondu doux est d'autant 
plus ductile qu'on peut l'dtendre 
davantage au laminoir relativement 
ä son epaisseur et d'autant plus 
dlastique que les rayoos de sa cour* 
bure sont plus courts par rapport 4 
Tepaisseur des lames, auand on 
cherche 4 plier en une aemi-cir- 
confdrence compl^te des lames de 
fälble dpaisseur. 

III. Euai de V acier fondu $<ms le rapport de 
sa dureti naturelle et de ta eapaeitS d deve» 
nir dur combinees avec la tenacite requiee. 

1. La duretö naturelle que con^ 
trade l'acier fondu quand on le re-* 
fond, dopend de la proporllon da 
carbone et est dans un rapport in-* 
timo avec sa trempe correcte. Le 
meilleur acier fondu dur acquiert 
toute sa durete quand on le trempe 
simplement au rouge clair ou rouge 
rose, tandis que Taciet iL'altA.v^< 



— 12 — 



tonte sa trempe qn'au ronge cerise. 
L'aoier dur, ordinaire, celui sur le- 
quel on ne peat faire fond, acquiert 
la trempe n^cessaire k partir du 
rouge cerise depais ie jaane safran 

Iasqa'ä la chaleur suante. Le meil- 
eur acier fondu mon, auqael on ne 
demande paß une durete particu- 
lidre^ mais beauconp de tdnacit6 et 
et d'elasticit^ se trempe ä partir du 
ronge cerise en descendant jusqu'au 
rouge brun et au ronge sombre. 

2. L'acier fondu dur est forgö pour 
en faire un outil de tonr, courbö 
par une de ses extr^mit^s k angle 
droit par un corroyage continu, 
travail qui est poursuivi Jusqu'ä ce 
qne la coulenr ronge disparaisse, 
pnis laissö refroidir. Si on affuto 
alors Textr^mite, qu'on chanfTe l'a- 
cier au rouge clair et qu'on trempe, 
11 doit en cet etat pouvoir attaquer 
nn cylindre dur, sans brouter on 
Sans s'^mousser au bout de peu de 
temps. Si Tautre extr^mite dum^me 
acier sans avoir dt6 martelee et 
corroy^e est affut^e, de möme, qu'on 
la trempe an rouge cerise et qu'on 
affute alors, cet outil ne doit jamais 
s'nser facilemcnt, ni se rompre pas 
plus sur la fönte grise ou le fer 
iorg6 ordinaire que sur Tacier non 
trempe. 

3. Une nidce nn peu plate qui n'a 
pas 6t6 fortement corroy6e, mais 
parfaitement lamin^e, devient par 
un corroyage ^nergique, auoiqu'a- 
eier fondu införieur, plus aense, ac- 
quiert un grain plus fin et exige 
une temp^rature moins ^levee k sa 
trempe. Si on la fa^onne et on Taf- 
fnte en un outil de tour, qu*on 
cbaufTe au rouge brun et qu'on 
trempe, 11 ne doit possMer au tran- 
chant que la durete n^cessaire pour 
attaquer le fer forge et on doit pou- 
voir avec un marteau appliquer un 
coup un peu ferme sur ce tranchant 
sans le faire 6clater. Quand on le 
trempe au rouge cerise, cet outil ne 
doit pas non plus s'6grener lors- 
qu'on travaiile la fönte dure. 

4. A la trempe qui pour rcussir 
exige la plupart du temps une cba- 
leur rouge ros6 ou rouge cerise et 
une habilet^ pratique, il faut bien 
observer les conditions suivantes : 
on ne doit introdulre dans le feu 
que du charbon menu et d'egale 

Srosseur, pour qu'il n'en r^sulte pas 
e cavites ou r^duits, et un feu qui 
favorise l'action du vent sur Tacicr; 
les cbarbons doiveut ötre en dtat 
complet d'incandescence, afin que 



lapi^ce cbauffe promptement et r6« 
ffulierement; si la pi^ce est d'une 
epaisseur inegale» on commence par 
cnauffer la partie la plus ^paisse, et 
si eile est forte et longue, 11 faut la 
promener tres-^galement et aveo at- 
tention dans le feu. L'acier fonda 
doit präsenter le degr^ de chalenr 
avec sa couleur caractöristiquelorfl- 
qu'il est encore dans le feu, le local 
^tant dans une demi-obsouritö. La 
quantit6 de l'eau pour la trempe 
qu'il ne faut pas prendre froide au- 
aessous de 0», doit dtre en rapport 
avec le volume de l'acier ; de ma- 
niere ä ne pas s'öcbauffer et ä s'ap- 
pliquer parfaitement par sa propre 
pression sur la pi6ce k tremper, 
parce qu'nn volume trop faiblo de 
ce liquide est ais^ment projet6 au- 
dehors par la formation de la va- 
peur ; quand on plonge la pi6oe de 
trempe eile ne doit pas toucber le 
fond parce qu'au point de contact 
sa trempe rosterait imparfaite. 

5. Dans le recuit de Tacier trem- 
p6 on observe les degr6s de tem- 
p^rature aux cinq couleurs sui- 
vantes qui sont bien connues : 
jaune clair, jaune paille, jaune fon- 
c6 ou rouge pourpre, bleu clair et 
bleu foncö. Pour atteindre le degrä 
de ckaleur convenable dans le re- 
cuit de l'acier fondu dur, ainsi que 
le degrö de resistance de cet acier 
qui en est la cons6quenoe> il ne faut 
employor que la premi^re ou la se- 
condc couleur, parce que plus le re- 
cuit doit se donner dansle voisinage 
du bleu, plus la trempe est defec- 
tueuse et nuisible, et moins l'article 
est d'un bon Service. Avec l'acier 
fondu mou on peut employer une 
couleur de recuit plus ^lev6e. 

Dans le recuit, pour bien Jugcr de 
la couleur qui convient au but qu'on 
se propose et correspond a la sorte 
d'acier, il faut que la piece soit 
polie 4 blanc, chaufTee dans un 
feu bien homogene et pur, alimentö 
bien uniformement de combustible 
et observer la couleur du recuit pen- 
dant qu'elle est encore dans le feu. 

En gen^ral, l'acier fondu de pre- 
miere qualit^ doit, ä la durete pri- 
mitive qui correspond au but qu'on 
se propose, avec une bonne trempe 
et le recuit qui lui convient, reu- 
nir uue resistance convenable, une 
tenacite et une elasticito siilüsantes. 



— 13 - 



Sur l'extraclion de l'ammaniaqtie et 
des sels ammoniacaux des eaux 
des usines ä gaz. 

Par M. Kaiser. 

On sait qae dans la fabrication 
da gaz d'öclairage on recaeillo en 
abondance an produit secondaire 

Su'on appelle eaax de condensation 
es usines k gaz ou eaux ammonia- 
coles parce qu'entre aatres malleres 
elles renferment une assez forte pro- 
portion d'ammoniaqae qu'on cner- 
che Ä en extraire soos la forme 
d'ammoniaque liquide, de Sulfate 
ou de chlornydrate d'ammoniaque 
aa moyon d'appareils sp^ciaux. 

Plusieurs procedcs sont aujour- 
d*hui en asage pour rextraction de 
cette ammoniaque renfermee dans 
les eaux des usines. Les procedcs 
qui röussissent le mieux paraissent 
elre : !<> La distiliation dans les ap- 
pareils dont la forme prcsentc quel- 
aue analogie avec ceux au moycn 
aesquels on extrait Talcool des 11- 
queurs fermentees, tcl est par excm- 
ple l'appareil Imaginä par M. Maüet 
et fort usit^ i Paris pour le traite- 
ment de ces eaux; 2* la Saturation 
de ces eaux par uu acide, puls 
apr^s qu^ello est complete, evapora- 
tion de ces eaux, proc^de commu- 
nönient employ6 en Angieterre. 

Une difficuitd qu*on a rencontr^c 
dans les Operations de ce genre est 
ceile qui consiste 4 annuicr, con- 
denser ou combiner Tacide carbo- 
nique qui se d^suge en entratnant 
avec lui de rhydrog^ne sulfure, des 
carbures d'hydrogene et autres gaz 
ou hullesempyrcumatiquesqui de- 
gagent une odeur iufecle et rendent 
fort desagreable et insalubre le 
voisinagc des usines ou on se livro 
au traitement de ces eaux ammo- 
niacales. M. Hugo Fleck a decrit 
dans le manuel de technologie chi- 
mique de M. Bolley, un appareil 
imaginö par M. Rose de SchoBuingcn 
prös Braunschweig, qui paratt avoir 
ecarte cet inconvönieut. 

Get appareil represeutö en coupe 
dans la ng. 9, pl. 301» se compose 
d'une chaadiere A chauHee dirccte- 
ment par un foyer, des Chauffeurs 
B et G, chaufTes par les tuyaux de 
condensation d, e, fei des cuves 
d'absorptlon D, £, F, combinees 
avec les Chauffeurs par le tuyau g, 
cuvcs dont les deux dernieres com- 
mimiquent enlro elles au moyen de 
filtres a gaz G, H. Les capacit^ A 



et B sont en rapport entre elles par 
le tuyau l, celies B, G par le tuyau 
m, de mani^re que les liqueurs qui 
ont 6tö chauffees dans ces deux der- 
nieres, peuvent apr^s qu'on a vid^ 
Celle A y dtre amen^es par les tuyaux 
/ et TH, puisqu'en fermant les robi- 
nets sur ces tuyaux, on laisse inter- 
rompre cette communication et re- 
char^er B et G avec des eaux am- 
moniacales froides qu'on pulse dans 
les reservoirs. 

Ges chargements opdr^s, on mi- 
lange le contenu de la chaudiere A 
avec un tiers de son volumo de 
chaux eteinte ; on remplit ä moitiö 
le vase en plomb D d'acide chlor- 
hydrique, les cuves E et F d'eau 

gure et on place sur celles-ci les 
Itrcs ä gaz Gr, H. Ges flltres se com- 
Eosent de deux cylindres de fer- 
lanc, unis Tun ä Tautre par un 
tube en plomb K, oui sont pourvas 
d'an fond P perc6 de trous et qu'on 
Charge de cliarbon de bois r^cem- 
ment calcin^, de maniere a ce que 
les gaz qui se degagcnt de la cuveE 
soient depouilles des dernieres traces 
de composes empyrcumatiques. On 
a en reserve trois ä quatre couples 
de ces ültres a gaz aün de pouvoir 
les changer avec rapidite suivant 
le besoin. 

Tout 6tantainsi dispos6, on chauffe 
la chaudiere A; les gaz qui se d^- 
gagent melanges ä la vapeur d'eaa 
s'eievent de celle chaudiere par le 
tube d dans le cylindre de conden- 
sation e, puls de celui-ci dans cclui 
f et Teau condcnseo retourne ä la 
chaudiere. 

Pour mcsurer la temp6rature de 
la liqueur dans cette derniere, on y 
iatroduit un thermometre pionge 
dans une enveloppe en töle h rem- 
plie de limaille de laiton. Aussitdt 
que le mercurc indique une tcmpö- 
rature de 93o.75 G. (Td» R.) on ouvre 
le robinet h et celui-ci i qui jusque 
Id ctait restc ouvert^ de fa^on que 
le gaz ammoniaque qui arrivo par 
le tuyau g se condense et se Com- 
bine avec Tacide chlorhydrique con- 
tenu dans le vase en plomo D. On 
change alors vivcment les ültres 4 
gaz G et H dans lesqucls les ^az qui 
se sont echapp^s do la chaudiere A 
ont ete purifics et on les remplace 
par d'autrcs nouvellemeat charges; 
on ferme le robinet h et on laisse do 
nouveau le gaz s'öcouler par i dans 
E, G. H, F. 

Le changemcnt des filtrcs a gaz 
s'opero de nouveau aussitdt que la 



14 — 



temp^ratare dans la cbaodidre A 
8'e8l*lev^& 96^25, 98« et l(K>*C.(77o, 
78^5 el 80' R.) et ou interrompt To- 
p^ratiou lursque cette tenop^rature 
est moDt^e ä i(>:^.50 G (82* R.), car 
alors la liqueur calcaire est compl^ 
tement depouiil^e fie gax ammooia- 
que. On evacue done oette liqueur 
par le rohinet a et on falt arrWer 
dans )a cbaiidi^re A le contenu des 
cbuufTeurs D et C» on m^lanpe 4 la 
chaux steinte et on recommence la 
diMillution. 

Au rnonient oü le contenu de la 
chandi^re atteiut la ti'mp^ralure de 
102* 50. CfUc dans le chaulTeurBs'^- 
]6ve ä 8ö C. (G(>* H.) et dans le Chauf- 
feur i: i 25» a :U».95 C. (2(1» a *21i» R.) 

Si la cuve F n*nferine 150 litres 
d'eau, on v recuoille de ranitnonia- 
que liqui(fe du poids snecifique de 
001.910: ovec 200 litres dVau le poids 
spMflque est de de 0.920. 

Au inojen des lubes de 8üret6 c 
et fi plac^s sur la cbaudioro et sur 
la cuve F, • n s'oppose u la resorp- 
tiou de la liqueur et on |>cut coutitV- 
lerconstanim(*nt la preMion den gas. 

Cet appareil est considör^ actuel- 
lemcnt comme le plus convenable 
pour faire disparat Ire aussi cornnU- 
teinont que possihlo l«'S difllculti^s 
qu'on avait rcucontröos jusqu»»-la 

IK)ur traiter les caux dans Ics villes. 
ntniduit dans les usines ä gaz. il a 
Jicnnis en transportant los eanx in- 
octe-« de ces usines renfennees dans 
dc.< cilernes, bienciinenl^es et fer- 
in«'o,<, au moj-^^n de tuyaux en foule 
et par couHequent de capacit^s 4 
fermeture« herinrliquc?, dan« Tap- 
par<*il. de les travaillor saus incom- 
moder le voisinajro. cc qui a d^nion- 
M Tinatilitö dVxif^cr uue ce?« eaux 
•oient trait^s dans des lalioratotri'S 
distincts et ^loipu^s des villes, con- 
ditiou qui exigeait qu*on lesenlevAt 
presque Journellement des r^ser- 
Toirs. et o»ron les IranMjiorlÄl au 
loin dans des lieux ou U'UTa exha- 
laisous nepouvaienl Mre nuisiblesd 
autrui. 



Sur la pnraffxnt, sn fnhrkation avtc 
le goudron lU tourbe et ses e ;n- 
pluii. 

Par M. J.-J. Breitekloiixbr, Chi- 
niiste de la fabrifiup des produits 
de ia tourbe a Cbiumetx, en Bo- 
bdiuü. 

La paraifiiie a, comme oo sait» M 



dfksoaverta il y 33 ans« par Reichen - 
l>ach dans le goudron de bois de 
b6lre. Apres cocbimiRte Selliguo en 
France, Jobard en Belgique, i'ont 
extraite des schistes bitumineux , 
Rcece en Irlnnde, de la ioarbe» 
Young en Angleterre et en AmM- 
qne.du bo^bead, du oannel coal et 
autres mati6res bitumineuaes. Enfin 
dans les etata occidentaux de TA- 
mörique du Nord, i'introduction 
dans les usages domestiquea de la 
kerosine et de la paralQnu a ap|iel<^ 
tout sp^cialement i'attention sur les 
districts bouillers et Iqm sources de 
pctrole. 

Sons le nom de parafQno on com- 
prend div(»rs bydrocarburesplus ou 
n;oins solides qui sc couifiosent dos 
nidnies ^16inenU, mais ou les noin- 
bres atomiques difTdrcnt et aui ont 
une composition cent^simale aui 
est la mömo que Celle du gaz ole- 
flaut. Ce n'est pas un corps bioii 
di^flui. mais un ni<^laugo d'une serio 
d'bydrocarbures homologruea qui 
correspondent aux alcciols les plus 
rii'.hcs rn carbone et qui surtout, 
suivant leur origino et leur modo 
de pr^paration,prösrntent,des dif- 
f^runces dans leur density et leur 
poiut de fusion. Getto density oscillo 
autour dp 0n.870 et le point de fu- 
sion entre 41? et 0)0* C. ; liniite« don- 
neeM |>arla parafliue de goudr(»n do 
betre et cello de scbiste bitami« 
neux. 

Sons un point do Tue g^n^ral, la 
paranUn* ost un produit de la distÜ- 
lalion m*he do la tourbe, des liffiii- 
tes, du braunkoble, du oannel coal, 
du parrot coal, du bo^bead, des 
bouilles grasses lituniineuHes, des 
schistes et tiabbs bitumineux, des 
argileshitnniinf*use»,deraspbaltect 
dos poix et cires mini^rales. Tous les 
Corps bitumineux et conibustibles 
foffsilcü des terrains tertiaires et des 
fonniitions plus n^centea comurises 
dans les terrains do transition bouil- 
lers fournissent un goudron qui est 
d*autant plus riebe en paralfine, 
que ces lormaüous sont plus n'^« 
eentes. La tourbe commo apparte« 
naiit k une fomiation plus moderne 
fonrnit en moyenuo 0.3Ö p. iOO de 
parafllne qui par sa structuro cris- 
talliue, sa tran>parence oomme Tal- 
bftlre, sur|>as^ inoonlestablemont 
t»Mites lt!S aulH'S. Un renoontre en- 
core cette suhstance dans la suir, 
la plupart des builes niineralcs qui 
}»ortent les noms de naplitea, \h^ 
troles» etc.» ainsi quepanui les pro- 



— 15 — 



duits de la disüllation s^ohe des dö- 
bris des animaux et des cires. 

L'assertiou que la paraffine existe 
toute formte dans les matieres pre- 
ml^res qui serveut a sa pr^paration, 
ne peut Mre admise que d une ma- 
ni^re relative. Neanmoins, la paraf- 
fine pr^ente une composition 
cent^simale identique i celie de 
rhatchettine et de la scheerite et 
existe toute formde dansl'ozokerite, 
dans la houille de Guachita, dans 
la plupart des huiles minöralcs et 
plusieurs fossiles bitumlneux de 
znSme origine.Lehogliead, en outre, 
^puisd par T^ther^ abandonne a 
celui-ci une substance identique 
avec la paraffine, mais des extraits 
de la tourbe et autres combustibles 
fossiles anciens n'<^tablisseut nul- 
lement la prdexisteuce de la paraf- 
fine. 

On a dono, avec los maliöres bi- 
tamlneuses ^ui viennent d'dtre in- 
diquöes, allaire ä, un produit de la 
distillation secbe oü certaines cou- 
ebes principales superpos^s ont 
op6r^ la condensation et Tabsorp- 
tion. Dans les autres cas, la paraf- 
fine est plutdt un produit secondaire 
de oertaines resines vdg6tales et 
matieres grasses animales qui se 
forme en plus ou moius brande 
abondance suivant la temperalure 
emploY^e, La napbtaline» Tantbra- 
c^ne, la cbrys^ne et la pyreue, ne 
sontque les produitsde Substitution 
de la d^compositioQ de cette sub- 
stance. G'est ainsi quo nar la dis- 
tillation faite de la tourbe, il passe 
ä la fin de Tantbracene riebe en 
paraffine, qui est cbassde par les 
ffaz qui se degagent en abondance 
oans tous les appareils de conden- 
sation, et qui, au premier contact 
avec Tair, se depose sur les corps 
froids ä Tdtat d'enduit brun jaunc, 
poisseuXy cristallln, ressemblantä 
une efQorescence. Avec la tourbe, 
une el6vation graduee de la Icinpe- 
ralure terminee par un feu plus vif, 
sont desconditions nccessaires pour 
obtenir des goudrons purs, ricbes 
en paraffine. rar une äldvatiori trop 
subite de la cbaleur, il passe eu 
masse, d^ rorigine, des vapcurs 
denses et jaunuties cbargeos de 
paraifine riebe eu antbracene. 

La prdparation du goudron de 
tourbe se partago en quatre temps 
principaux. La derni^re portion de 
Ja distillation fractionn^e du gou- 
dron est porlüöeet soumise de noa- 
veau 4 la distillation fractionnee. 



La paraffine brüte plus conststante 
aiosi obtenue, est soumise ä la 

£re?8e et le produit est euün puri- 
d par l'aoxde sulfurique. Toutes 
les donndes rapportdes ci-apr^s sont 
la moyenne de douze Operations in- 
dustrielles. 

BßttUtati de la ditUlUUion fractionnee du 
goudron anhydre, 

Huile brüte et eaa combin^ 

clümiqucment dS.3p. 100. 

Pariiiline bruto solide 48.2 — 

Coke 10.4 — 

Gaz 6.1 — 

lOO.o" 

Le traitement de la parafflne 
s'op^re dans une cuve a m61ange 
en bois qu'on peut employer ä ce 
Service pendant plusieurs ann6es 
saus qu'elle dprouve d'avaries. Une 
fois que le bois est imprdgnö d'bui- 
les de parafflne qui sont un excel- 
lent moyen prdservatif contre Tac- 
tion des aciues et des alcalis, les 
vaisseaux de ce genre qu'on peut 
employer mdme 4 l'öpuration des 
builes ordinaires durent tr^s-long* 
temps. La masse brüte est mise en 
fusion directement par la vapeur 
et apres qu'on a fait 6couler reau 
de la condensation, on l'agite 6ner- 
giquement pendant une beure a la 
tempdrature de 40 a bO<> G. avec 
10 pour 100 d'acide sulfurique or- 
dinaire d'une donsitä de 1.767. II en 
r^sulte une nou volle 6levation de 
la tcmpörature qui monte de b5 a 
GO^^G. Lercsidu ou d^pdt sulfurique 
est, apr^s une beure de repos, 6va- 
cu6 avec sein et la masse lavee ä 
plusieurs reprises avec Teau et la 
vapeur. £n iutroduisant de nouveau 
la vapeur, la temperature de cette 
masse est port^e a 60o, et apr6s 
avoir fait ecouler l'eau condens^e, 
on agite soigneusement pendant 
une beure avec 7.5 pour 100 d*une 
lessive de soude caustique d'une 
density de 1.357. Pour 61iminer 
compl^tement toute l'eau que la pa- 
raffine bmte retient avec plus d'ob* 
stination que l'buile, on a sein, 
cbaque fois, avant l'addition defi- 
nitive de I'agent de purification, 
d'ajouter une petite quantite d6ter- 
miii^ de celui-ci, de l'y m^lanffer 
et de faire Ecouler. L'acide sulfu« 
rique s'empare ainsi d'une quantitä 
assez notable de Teau absorb^e. Une 
oertaine portion de paraffine est 
cmportee dans les residus et s'6- 



— 16 — 



coal6 avec lea impuret^s eotratn^es 
par Tacide suUunquo et !a lessive, 
pertc qui est lae vitablo et a laqueÜe 
on 116 peüt pas reiii edler. Du restet 
eile est plus conEidöratilo &veo la 
paraffloe quo dans le iraitemeat 
des builes ordluaiies« 

BmUitti de la purifUaiiön de ta parafßne 
brüte par l*adde tutfurique ei un€ letsive, 

Paraffino c^btcnce. * - 76 .4 p* iOO. 

Perte par l'acitJe sulfuritjue« 42.2 *— 

— par la Lessiyc«. .,«.t 9*4 ^ 

— par les kva^s ■ t,i 

100.0 

Apr^s reulöveraoöt des residus du 
traitcmeQt par la lessive, la masse 
est sang nouveati lavage et encore 
chaude transport^e daos les chau* 
dier€^.. Cell es- ci sool des cor du es 
cylindriqaes couchdes ea for forg^ 
d^UQti capacite a conteair 15 quia* 
taox m^triques de matiero. Elles 
reposent ßur uue ^oüte 4 clairo- 
voie en briques refroetalres et sont 
frappces directement sur cöt^s par 
laÜammc du foyer, La distillation 
commeuco douze heurea environ 
apres qu*on aallumdle feu , D'abord, 
on la conduit aveo heaucoup de 
lenteur jusqu*a ce qu'ön ail separ6 
25 pour IOO d'huilea. Cclles-ci ont 
nne dünsile de 0,Sa& ä 0*810 en 
moyenne 0.860, et foarnissent, 
quand oa lea couvertit en hjdrocar- 
bares, des prodiiita tres-purs. Apr^s 
rextractioii des builes, on dimmue 
peu ä pcti Teau amcnee dans la 
refrigerant et oq augraenle le feu, 
C'est dans cc momentque commen- 
Cent ordinairömeut ä bniler les gaz 
qa*oa ramene dans le foyer. La pa- 
paffiue qui distillo alors est mekn- 
gee dans des recipients en forme de 
cuve, puia yersee dans des vases 
platscn bols qu'ön peut transpor- 
ter facücmenl. On röcounalt qne la 
distillation qui dure en moyeone 
trenle-six hcurcs est arrivdc 4 son 
terme, et cela, mdepondamment de 
Tabondance plus cousid^rable de« 
gaz, par la couleur du produit dis* 
till6- AussilÖt que celui-ci a perdu 
ßon dichrolsmo qui vifoeuyert pol 
reau, le r^BidUi^^^ um» coule». 
vert jaunÜtrc ^tttÜMlM^ ^ 
lause est cv. 
particuUeri 
mant de T 
quel'eaure 
ohstruo Ic 
pas herine 



sensiblement la prepation de la pa- 

rafBne pure . 

Rüultat d$ la di$tU}ation de la paraffim 
bruie^ 

Huiles.*. Ä5,5p. 400* 

Parafüne SS. 5 — 

Coko f. 6 — 

Gai 5.4 — 

100.0 

Lefi yaisseaux qui GontienDeot la 

Sarafßne reslent pendaDt Tbiver 
ans r Interieur delafabrique, maiB 
dans les joars de Tete ou les des- 
cend dans une glaciere. Au bout 
d'uue semaine, la maase a acquifl 
une CO uai staue e sufüsante pour pou" 
TToir ötro mise en presse, On Tintro- 
duit, en cous^nencei dans de fortes 
tolles en iaine et on la d^pose en 
couches bien r^guli^res aUernativos 
entre des plaquesen töle sur ie pla^ 
teau d'une presse hydraulique* D*a-* 
bord, ou presse avec precautloa 
ponr ne pas ddcbirer ta tolle et em- 
pÄcher la masse de s'öcbapper» Apröa 
r^coulement de la majeure partie 
de l'buile et la distnbution biea 
4gale des couchea et des pressious, 
on donne par intervallea un coup 
de presse de plus en plus dQerglque, 
jasqu'ä ce qu on arri^e peu ä peu i 
la plus baute pression qu'il aoit pos- 
sibte d'atteißdre. Une seule pres- 
s^e bleu energique auffit parfaite- 
meut quand ou a sola de gratter 
les bords charg^s d'buile des toiies, 
Lea pailleltes cristaUines r^uniea 
en tourteaux qui out uu toucher 
graSf aont, quand ou lea enleve des 
^trcindelles, d'uD^clatnoiret blaue 
jaunfLtre, mais ne iardeut pas k 
changer sortout 4 la lumiere et ä 
Tair, cctto coloratioa ea cello d'ua 
bruu rouge, L'buile de pressioDp 
qni a eu moyeQne uoe deosib^ de 
0,yOU sert de nouveau ä preparcr 
de la paraffioe et des bydroear- 
bures. 

RautktU d*une pfcftu de parafflm diitÜlS$~ 








— 17 — 



d'ane compositioa moins intirae 
qui, cn ^t^, ne cristallisent que diffi« 
cilement mdme dans la glace, ou 
qai s'^coalentetsedissipent en par- 
tio pendant les manipulations , 
malgrö qu'il n^en arrive toujours 
que de pctites ouantit^s de la gla- 
ciöre dans la cnambre du pressu- 
rage ä froid. Un fait qui ddmontre 
lapr6sence de ces homologues, c'est 
que la paraffine pr^par^e avec les 
tonrteaux, et, toutes circonstances 
rcstant les m^mes, est parfaitement 
inodore, blancd'albätrc, mais moUe 
et avec un toucher gras. Au bout 
de peu de temps eile se tourniente 
m^me dans les plaqucs et präsente 
un point de fusion de 46" C. Pour 
attenuer le pr^judice qu'on äprouvc 
dans la valcur du produit parla 
presence de ces hydrocarbures in- 
ferieurs, on augmente la Propor- 
tion ordinairc de Tacide sulfurique 
dans le travail de la digostion dont 
il va ötre queslion, de 6 pour 100 
et dans la purification definitive de 
5 pour 100. La Saturation de l'huile 
avec la paraffine rend surtout tres- 
difficile. dans les mois d'hivcr, la 
purification et Temploi de cette dcr- 
ni6re, malgr6 qu'elle brüle avec une 
lumiere plus intense. En e£fet, avec 
la s^rie continue des homologues 
qui varient dcpuis des corps fluides 
jusqu'a des corps solides, on peut, 
au moyen de la temperature, aug- 
menter la fusibilite de Tun ou l'autre 
de ces corps. 

Les tourteaux sont alors soumis 
ä une digestion dans l'acide sulfu- 
rique fumant. Dans ce but, on se 
servait auparavant de vastes cor- 
nues en verre qui, ä chaque Opera- 
tion, etaient a peu pres perdues. Les 
incrustations de d^pöts charbon- 
neux adh^raient avec tant de force 
et si intimement dans la panse de 
ces cornues qu'on ne parvenait dies 
en debarrasser, dans les circonstan- 
ces les plus favorables, qu'avec 
beaucoup de peine, de soin et de 
perte do temps. On a facilite cette 
op^imtion en se servant, pour la pre- 
midre digestion, d'acide sulfurique 
du eMimerce. On n'a pas fait l'essai 
dopiocMöpropose par Beichenbach 
k. fllft« de dfsttUer la paraffine sur Ta- 
ialftuiqoe. Ind^pendamment 
itiQ PlimUeation de ce pro- 
le liea Ä de nombreuscs 
ta paraffine est, il est 
^«ie, mais eile n'cst 
i)^pllcation4 raison 
MOMtoeox. 



Actuellement on se sert pour la 
digestion de cornues en terre dispo- 
s^es dans des bains de sable comme 
dans une galöre avec chapiteaux 
amoviblcs et unecapacit6äcontenir 
12 ä 13 kilog. de mati^res. Ces cor- 
nues sont tr^s-durables et faciles k 
manoeuvrcr. L'acide sulfureux, qui 
autrement rendrait le s^jour dans 
Tatelier impossible, apres avoir tra- 
verse un rdcipient fermö se rend 
dans la cheminee. Le produit de la 
presse est mis deux fois ea diges- 
lion avec 33.3 pour 100 d'acide sul- 
furique fumant d'une deusitä de 
1.767. La temp6rature ne doit pas 
s'eiever ainsi a 300oC. Apr^s avoir 
chaufi'e pendant dix heures, on 
laisso les cornues dans le bain de 
sable pendant la nuit, puis on d6- 
canto la paraffine et on la coule en 
pains. 

L'acide sulf uriq uodoit ötre exempt 
d'acide azotique, impurete qui, dang 
le mode actuel de fabricatiou de l'a- 
cide sulfurique de Nordhäusen, n'esl 
que trop frequente. L'acide sulfu- 
rique ordinaire ou cnmelange avec 
l'acide fumant n'est pas applicable, 
parce que la paraffine de tourbc, k 
raison de Tabondance en cr6osote et 
en Corps rösineux du goudron, est 
forlement attaquöe. On ne doit pas 
toutefois dissimuler que si u ne diges- 
tion prealable exerce une influence 
avantageuse sensible sur l'dlat ino- 
dore, la ferraetö et la s6chorcsse 
de la paraffine et a pour eile la cer- 
titude du succ^s, ce traitement do 
transition ainsi intercal^ avant la 
purification finale n'est pas de na- 
ture a satisfaire comme un progres, 
puisque tant qu'on n'am^liorc pas le 
produit, il n v a pas perfectionnc- 
ment de la raethoae, et ^uc dans le 
Circuit des Operations il präsente 
des difficultös dues en partie ä la 
nature des choses. Les m^thodes 
pour la preparation de la paraffine 
sont encore purement exp6ri men- 
tales, et ä raison do la diversit^ 
des mati^res qui servent de point 
de d6part on ne peut pas prötendre 
qu'clles soient parfailes et irrepro- 
chables. 

RestUtats de Ui digestion des tourteaux avec 
Vacide sulfurique fumant. 



En hiver. 
Paraffine de 

digestion.. 67.8 p. 100. 
Perle 32.2 — 



ims\ 



En 6i6. 

69.3 p. 100. 
30.7 — 



XXYI. — OclobTo IbOV 



- 18 - 



Pour prtparep la paralline puro, 
ia fiabrique poss^de des chauaieres 
en fer forg^ ä double paroi et dou- 
blöes en plomb. Uao petite chau- 
di^re fournit la vapeur n6ces- 
saire. A chaque opdratiou on ne 
prend en charge qae 30 kilog. de 
Paraffine de digostion, attendu que 
le r^sultat est d'autant plus avan- 
tageux que la quantit6 est plus pe- 
tite. Afin d'obtcnir la plus grande 
homog6nditö possible, il est tr^s-> 
avantageux tant apr^s le travail de 
la presse qu'apr^s chaque digestion 
de fondre ensemble la totalite des 
matiöres en traitement. 

La paraffinc fondue ä la vapeur 
et maintenue k ]a temp6rature de 
Teau bouillante est trait6e par 41.7 
pour 100 d'acidesulfuriquefumant, 
et 8.3 pour 100 d'acide sulfuriaue 
ordinairc, d'uno dcnsitd de 1.7d7; 
les 12kii.B0 d'acide sulfurique fu- 
ro an t, sont ajoutds par portions de 
2Wi.50; chaque fois on melango 
ayec soin pendant une heure, on 
laisse d6poser et on soutire. L'ac- 
tion des dcux premieres portions 
d'acide sulfurique est encore tres- 
^nergique. La masse noircit ctdpais- 
sit et quand on Tagite au-dcla d'une 
houre, eile dcvient tellement tenace 
et visqueuse qu'elle s'ccoule ä peine 
de la cuill^re qui sert ä la remucr, 
Un äpaississcment pousse aussi loin 
est dösavantageux en ce que la pa- 
rafflne est. quand on la coule, tou- 
jourg trouble et colorde. Pendant les 
manipulatious ult6rieures la masse 
devieut peu ä pcu plus fluide et 
limpidc. On enieve les rdsidus char- 
ges d'un cxces de paraffinc qu'on 
rccueille en arrosant avec de Teau 
et qu'on i)eut ajouter ä une nou- 
vclle porlion en traitement. Pour 
terminer on ajoute 2kii.50 d'acide 
sulfuriq^uc ordinaire qui provoque 
un pr^cipitation compföte de loutes 
les raatieres charbonneuses en Sus- 
pension et une clarification rapide. 
Un emploi alternatif des acides 014 
leur m^lange pendant le travail 
am^nerait un r^sultat contraire i 
celui qu'on attend, et la formatiop 
d'un produit peu recommandable. 

La clarification une fois obtenae» 
on d^ante avec pr^caution la p^' 
raffine sur l'acide sulfurique» et or 

la lave par portions dans une 

avec de Teau ti^de. La panffi' 
laisse parfaitement ap« 
reo a plu» on » t.l 
L'aspect 
ties-in^ 



on 



?ui a 616 exactement le mdme. 
aniöt eile est 61astique, depuis la 
blanc mat msqu'au blano 6clatant» 
et on pcut la pelotonner en grosses 
boules, tantöt eile est cassante, mi- 
roit6e et lustree avec reflet grisätre, 
blcuätre ou jaunätre, et s'6miette eo 
tout petits morceaux. Dans ce cas 
les eaux de lavage sont claires, 
tandis que dans le premier ellea 
sont un peu laiteuses. Des eaux de 
lavage limpides permettent rare« 
ment d'esp^rer un produit parfai- 
tement r6ussi. 

Apr6s les lavages la paraffine est 
introduite de pouveau dans la chau- 
di6re bien nettoy^e, et on la fait 
fondre avec son volume d'eau« Gcs 
lavages, ä la temp6rature de l'cau 
bouillante sont renouveles ä plu-> 
sieurs reprises jusqu'a ce que 1 eau 
qui se trouble daus les premiers 
reste de la plus grande puret6 ; cinq 
lavages suffisent pour cet objet* Ge 
trouble est du ä une substance par« 
ticuliöre qu'on peut^ pour ainsi 
dire, considerer coramo doux modi- 
fications de la paraffine et qui par 
Icur introduction exercent surtout 
une influence importante sur l'as- 
pcct du produit lorsqu'il est ter- 
min6. D6ja dans les premiers la- 
vages cclte substance qui sa s6paro 
en plus ou moins grande quantil6 
reste susi)enduo en parlie dans Teau, 
ä une grande quantite de laqueUe 
eile peut doaner un aspect laiteux 
trcs-prononc6, ou bieij eile llotta 
di^ns Ja paraffine fondue sous l'ap- 
parence de nuages, £2ile a donn6 
d^ns la pratique naissapce ä diverses 
suppositions fausses, et comme oa 
a rcconnu par exp6rience qu'avec 
uu grand dechet par les eaux de la«* 
vagü iL n'en r^sulte pas un beau 
produit, et par cons6quent, qu'on la 
coqsidere comme une impiirat6, ou 
a cherch6 par le m61ange de matiä- 
res ctrangeres a donner plus da 
Corps a la paraffine. 

Une de ces modificatioas est 

tres-üncment distribuöe dans les 

eaux de lavage, et on l'enleve dan^ 

le cours da cette opciration» l'autra 

se partage antra Te^u et la paraf'p 

finOr Getto P6pni6ra coule plus 

/ÖDalpsa. a im tQU^her graveleux» 

^}ie ^ prt<)lpnne et s'agglo^ 

••>« t'ean frpide et est lacilo 

it A^totteit Sa dis^ 

BiittA8(tr6«pgmiide 

^m all 
Gelte 



- 19 -» 



modification n'a pas un rdle indif- 
rent dans lo succes de la fabrica- 
tion de la paralline. En cousequeuce 
on döcanle Teau laiteuse jusqu'4 
cettc coache, et on lave de Douveau 
avec beaucoup d'eau, apres quoi 
eile se melange de nouveau avec la 
paraffine. Si eile s'en s6paro en 
abondance et qu'on rextraye entie- 
remenl, la paraffine quoique lim- 
pide et translucide quand on la 
coule, affccte toujours une colora- 
ration grisätrc, bleuätre ou jaunä- 
tre; eile a ainsi un toueber un peu 
gras, et au bout de ^uelque temps 
il s'en separe des matidres nuileuses 
qui se reunisscnt dans de petites 
cavites sous la forme de gouttelet- 
tes. Cetle paraffine est aussi plus 
molle et ne tarde pas ä sc desaggr6- 
ger. Un excös de co corps est tou- 
jours la preuve qu'on a6tc trop loin 
4ans Temploi de Taclde sulfurlque 
ou que dans les lavagcs on a ajoutö 
trop tot ou en trop grande abon- 
dance de la lessive caustiquc. Je 
traiterai plus au long et dans une 
autre occasion de cette modiftca- 
tion et de scs proprietes. 

Les lavages suffisanls etant ter- 
min^s, on renouvelle Tcau et on 
ajoute 0.15 pour 100 d'une lessivo 
de soude d'une density de 1.360 et 
le tout est battu soigneusement avec 
une baguette en verre. La masse se 
trouble instantanöment et 6paissit 
un peu. Dans cet dtat il ne faut pas, 
apres des beurcs de repos, decanter 
la paraffine nidme. Autrefois, afin 
de pouvoir la couler immediate- 
ment, on a voulu, par une saponi- 
fication avec Tacide stearique et 
une lessive, en obtenir une clariii- 
cation energique et prompte, mais 
on n'a r^coltö en g^n^ral qu'une pa- 
raffine trouble. On peut, il est vrai, 
rem6dier bien simplement ä Tctat 
des choses par voie mecanique en 
laissant refroidir la paraffine pen- 
ddut toute une nuit: la mettant en 
fusion de nouveau le jour suivant, 
apr^s quoi eile se d(^poso parfaite- 
njcnt claire et translucide; alors on 
la coule a une tenip^rature de W C. 
environ en ^alettes dans lesquellcs 
11 ne faut laisser introduiro ni ecu- 
mes ni bulles. A une temp^rature 
plus elev^e la surfacc suporieure 
des galettes se plisse et se ride. II 
est avantagcnx aussi de raettre les 
moules en töle dans la glacc, atten- 
du quo par sa grande disposition a 
cristalliser, la paraffine prend aise- 
m^nt un reflet bleudtre. Getto dis- 



Position est du reste d'autant pluQ 
prononcöo quo los plaques sont plus 
epaisses et que le refroidissement 9 
Heu avec plus de lenteur. 

Une paraffine qui a 6t6 manqu6e 
est toujours, möme apr6s un nou- 
veau traitement, de qualitö secon- 
dairc; quand on la lave il s'en s6- 
pare des flocons, la plupart brun 
noir, qui remontent qaos le baut, 
so reunissent en partic ä la surface 
cn plus gros ilocons et salissent for- 
temcnt i'eau. Plus on lave de temps, 
plus la masse se trouble, sans qu^n 
puissc, par des rofroidissements ei 
des fusions T^üMes, parvenir ä V^ 
claircir. Quand on d^cante, ces im-« 
purctes so ronoontrent gduörale« 
mont a la surface de contact de la 
couche aqucusc, puls vieut una 
substanco epaisse coulant difficile- 
moi^t, coloröe en brun sale qui ren- 
forme la seconde modiücation de la 
paraffine. La paraffine perd aussi 
sa structure cristalline grenue et 
prend un ton jaunatre. On peutTa« 
meliorer lors des lavages en la fai- 
sant fondre avec une nouvcllo 
cbarge de matiöre a purifier. 

L'indifTerence de la paraffine vip- 
ä-vi8 l'acide sulfurique concentri ot 
les alcalis caustiques n'est pas aussi 
prononcöe q[u'on est disposö ä le 
croire. L'acide sulfurique fumant 
ddtruit non*seulement les impure- 
t^s, les builes et les corps paraffi« 
niformes d'une composition infä- 
rieure, mais les bydrocarbures 
d'une composition plus relev^e ne 
laissent pas aussi d'Stre attaqu^s» 
car la density et le point de fusion 
s'abaissent peu ä peu ä partir des 
tourteaux jusqu'ä la paraJBQne pr6- 
paröc, pt sont ä leur point le plus 
elev6 dans la deuxi^me modinca- 
tion. Un contact plns prolong^ aveo 
l'acide sulfurique fumant et les al- 
calis caustiques, determine des d6- 
compositions, et les corps qui cn 
rö.^ultent paraissent s'^loigner da 
plus en plus de i'indiff^rence, et af- 
fecter, les uns des proprietes acides, 
les aulres des proprietes basiques. 
Ces changcments inlerieurs dans les 
molecules de la paraffine se mani- 
festent par des pnenomenes d'alter- 
nance qu'on peut saisir dans les 
diffcrents Staues du traitement. 
Dans tous les cas ils sont tellement 
multipli^s qu'il est difficile de se 
former a Icur c^gard une opinion 
bien arrötec, et par consequent d'e- 
tablir des points de ropere pour les 
traitoments ultärieurs; 4\x x«^^^ 



— 20 — 



quelqae peu apparents que soient 
les ph^nomenes d'alteruaace, et 
quelque difücuUe qu'oii eprouve 
pour les circonscrire, il n'en est pas 



TDoins vrai quo ce sont des symp« 
tömesqu'on doli studier pour servir 
de guides. 



Resultats de la purifieation de la paraffine de digeslüm. 



Enhifer. 

Paraffine pure 84.8 poor 

Perle 15 . a — 



iOO. 



iOO.O 



85.7 poor iOO. 
14.3 — 

iOO.O 



Ce produit plus considerable dans 
les mois d'ete n'estquerelatif; c'est 
un fait constatö par le tableau sui- 
vant, que dans les mois d'ete ce pro- 
duit en tourteauz est moindre que 



dans ceux d*hiver; le rendement 
r6el, au contraire, est dans un rap* 
portinverse. La density de la paraf- 
fine pure est 0.877, son point de fu- 
sion est place entre 48o et 52o G. 



100 KILOGRAMMIS 

de paraffine brate 
donnent : 




TOOKTBAÜX 

en kilogrammes 
oa centiimes. 



31.6 
18.3 



3.4 



PARArPINB DB DIGESTION 

extraite des toarteaux. 



iBkllffcua«. 



14.5 
12.6 



1.9 



67.8 
69.3 



— 1.6 



PAIUFFINB PURB 

extraite des tourteanx. 



lBkU*fTaaaM. 

12.3 

10.8 



1.5 



taCMÜlMI. 



57.5 
59.4 



— 1.9 



üne paraffine bien räussie a une 
structure cristalline, eile rend un 
son quand on la trappe, est translu- 
eide, sans saveur, sans odeur, saus 
couleur, Icgerement elaslique, eile 
a un toucber sec, onctucux, sans 
tacbcr comme les graisses. Sa dis- 
position ä la cristallisation est trcs- 
grande. £lle crislallisc dans les 
nuiles lourdes de houille en belies 
lames et paillcttes; au contraire 
dans ics hu lies legeres qu'on en sa- 
ture, eile forme une masse g^lati- 
neusc. ;;onflee» qui rcssemble ä sa 
dissolution a cbaud dans Tether. 
Elle est en outre soluble dans le 
benzolc, le chloroforme, le sullure 
de carbone et dans tmites les hulles 
Yolatiles et grasses. La dissolution 
partielle dans 1 alcool absolu permet 
de la s^parer en p\usieurs matieres 
cristallisees. On pcut la l'oudreavec 
le blanc de balcinc, la circ, la slea- 
rine, lesresiucs, les graisses anima- 
leset vegelales. Elle est volatile vers 
400" C, uiais eprouve quelque cban- 
gement par ce traitement. Le pro- 
duit distill^ a un toucher gras, une 
densite moindre et un point de fu- 
sion moins elevö. Convertie en bou- 
gies, eile brüle avec une flamme 



d'nn beau blanc, longue et fixe sans 
fum^e ni odeur. Elle est Jusgu'ä un 
certain degr^ indifferente vis-ä-via 
les bases et les acides, et resiste ä 
Taction de Tacide fluorique, et eile 
u'est attaquce que par l'acide azoti- 
que avec formation simultan^ des 
acides succinique» valerique et bu- 
lyrique. 

A raison de ses admirables pro- 
pri6t6s, la paraffine a trouvd de 
uombreuses applications dans les 
arts et Tindustrie. Reichenbach 
avait deja reconnu son importance 
et cherch^ ä la faire ressortir, mais 
la quantil^ extraite du goudron de 
bois ^tait beaucoup trop faible, les 
manipuialions iucertaines et dis- 
pendieuses et la qualitö peu satisfai- 
sante. Aujourd'hui que son extrac- 
tion de divers fossiles bitumineux 
est arrivde pour ainsi dlre k sa per- 
fection, et que la produclion des 
huiles min^ralcs, apris un de?elop- 
pent inespdre, la fabrication de la 
paraffine en a re^u une nouvelle 
impulsion. 

A letatimpur,laparaffinejoueun 
r61e importaut, puisqu'elle est la 
base d*une bonne matiere de grais- 
sage et de la fabrication des grais- 



— 41 — 



868 pour att^nuer leg frottements. 
Lagraisse commane cmploy^e en 
Allema^e pour les vebicules acri- 
coleSy aiosl que la poix noire, ooi- 
vent leurs propri^t^s a une petite 
guantitö de parafflne qu'elles reo- 
lerment. On s'en sert ^galement k 
r^tat ordinairc pour Impregner le 

Sapier, pour conserver des fruits ou 
esv^etaux mous, pour apprSter 
le cuir, les tissus, les objels de tour 
en matieres vög^tales et animales, 
ou bien oo la fait dissoudre dans la 
benzine, les builes de goudron, ]e 
gulfure de carbone, et enfin on la 
mölange ä la cire, k la stdarine ou 
autres matiöres analogues. Sa per- 
manence la rond en outre tr^s-pre- 
eieuse dans les sciences d'applica- 
tion comme endult propre d garan- 
tir contre Tactlon des acides et des 
alcalis, pour isoler les corps et les 
liquides facilemcnt ozydables, et 

Sour former des bains d'buile et ä 
'autres expöriences. 
Ges applications ne sont cncore 
que d'une nature born^e. Le but 
principal qu'on se propose dans sa 
labrication en grand est de lui faire 
conqu^rir ane position Eminente et 
ind^pendante parmi les matieres 
propres ä la fabrication des bongies. 
Avant Qu'ou ait appris d fabriquer 




quer unaspect plusagr^able et d'en 
monier ainsl desbougies de diverses 
nuances. Aujourd'bui on a pu re- 
noncer d cette espece d'enrobage, 
mais on n'a pas rem^diä k «üvers 
d^fauts qui ont fait Tobjet de plain- 
tes de la part des consommateurs et 
entr'autres k celui-ci, que les bou- 
gies so courbent et s*infl^cbissent 

Ear un long s^jour dans les flam- 
eaux, ou quand on les chauffe 
d*un cötä. La cause r^side en ce 
que ces parafflncs renferment des 
nydrocarbures d'un point de fusion 
un peu bas et en partie dans Icur 
tendauce k cristalliser. 

Le procdd6 d'extraclion par la 
benzine ou les photogenes legeres, 
non-seulement ne corrige pas co 
d^faut, mais donne naissancc k un 
autre, k savoir que les bougiesbrü- 
lent toutes avec odeur. Ces derniers 
produits qui, par suite d'unc con- 
currence s'^levant de tous los cöt6s, 
Jouent un röle dangereux pour Ta- 
venir de ia paraffine, doivcnt avec 
les pro^r^s de cetle indusirie fetro 
discr^ditäs de plus en plus. De plus 



la majeure partie des fabriques sont 
contraintes de fournir un produit 
constammont le möme et au mdme 
priz. On est donc oblige de distin- 
guer plusieurs sortes parmi les- 
quclles los plus inf^rieurcs sont sur- 
tout l'objct de la specuiation la plus 
active, mais qui, par leurs qualitös 
tant extericures qu'intcrieures, ne 

Earaissent pas propres a servir de 
ase solide a la Jeunc Industrie de la 
parafflne. Ontrouvc dans le commer- 
ce des bouffies qui se ramollissent 
deja k 40» degrös C. et qui, sans se 
tourmentcr, ne sont pas cn etat de 
supporter la chaleur moderne d'un 
apparteraent. Au reste toute hougie 
fabriquee avec de la parafflne Sans 
aulreaddition, roömc quand celle-ci 
ne fondrait qu'ä 58* C, se courbent 
avec le temps ou se foDdillent. On 
est donc irrcsisliblcmcnt obligä de 
donner en quelquo sorle plus de 
Corps k cette parafflne par des ad- 
ditions faitcs en certaine Propor- 
tion, et au bosoin d'61ever son point 
de fusion , par excmple, avec le 
blanc de baieine, la cire ou la Stea- 
rine. Cette derniere est principale- 
ment adapt^e a cet usage, tant par 
son bas prix que par sa purcte. II 
n'y a gu^re aujourd'bui de bonnes 
bougies de parafflne qui ne renfer- 
ment de la Stearine, malgr^ qu'elles 
ne poss^dent plus ainsi cet aspect 
magnifique et cet ^clat particuiier 
qui leur est enleve par les corps 
gras ou ceux de naturocireuse. Ennn 
unantre defautquiadonneiieu ädes 
plaintes non moins multipli^cs, est 
que les bougies coulent. Or, la cause 
ea est souvent moins dans la ma- 
ti^re elle-möme que dans de mauvai- 
ses meches et un moulage d^fec- 
tueux. La structure de la meche, sa 
preparation, son rapport ä l'aire de 
section de la bougic, ont bleu plus 
d'importance que ne scmblent leur 
en atlribuor les fabricants. 

La parafflne est iudubitablcmcnt 
la matiere la mieux approprit^e a la 
fabrication de la bougie de luxe. Sa 
transparence comme Talbätre, sa 
lumiero blanche, magnifique et 
eblouissanto lui donnent un attrait 
qu'oa recherchc avec cnipjcssc- 
meut. Le blanc de baieine et la cire 
ne sont prosque plus employ^s 
pour ces bougies doluxe, et la Stea- 
rine qui, dans la fabrication de ces 
articles a pris un devoloi)pement 
considerablö, les a rendus impossi- 
blos on iHspendieux. La stoarino 
rcncouttcr\s.-V.-^V\Ä A'^^w^ ^"^ \.^sx'c\- 



-42 - 



flne tiiie ooncatrenee redoutable, 
qaestion qui, pour dtro r^soluo 
oomme il convient, a besoin qu'oa 
appröcie d'une maniere plus cor- 
ifecte la matiere elle-mSme. Oq sait 
to g^nöral qu'ä ^clat ^gal de la lu- 
ttii^re la paraffino eat d'un prix 
Inoins 61ev^ quo la Stearine, et 
qa'en fait de pouvoir ^clairant, la 
premidre Teraporto de beaueoup 
jöut la seconde. Les preju»6s tran- 
chants et aui se sont 61eyes bruyam- 
xnent de piusieurs cötes sur la pa- 
rafQne comme matiere ä fabriquer 
les boDgies, ne sont pas soutenables, 
et rindustrie ne negligera pas un 
Corps qui, ä l'attrait de la nouveaute, 
nnit des avantages importants. Aa 
tnilieu de eet envahisscment subit 
des hydrocarbures brül^s dans des 
lampes bien construites avec les- 
quelles les matieres t bougies, 
tn^me les plus parfaites et au plus 
bas prii, ne peuvent 6tre compa- 
f^Sf 11 faut cspäret qua l^^claira^e 
& lä bougie n'^proiiVera pas en ff6- 
Ü^rdl une döpr^ciation teile qu*ou 
püisse, dans tous les cas, s'en pas- 
iöf et Tabaiidonner. 

L*eclat de la lumi^re et unc faible 
eoüsotnmation pläident si haute- 
tement en faveur de la paraffinc, 
qü*il scmble que, comparceä lacire, 
eile präsente une valeur double. Le 
remplacement de la i)araf!lnc dans 
les cereraonies deT^glise est cn des- 
accord avec les scrupules liturgi- 
qties, malgrö que les boügies de 
cire renförment les plus j.'i'ossieres 
impüretds, surtout des resines, et 
due celies-ci se trahissent par une 
epaisse fum^e. D6ja bien des fois on 
l'a introduite clandestinement a la 
place de la cire, dont quelques cen- 
tiämes suffisent pour donncr k la 
xnasse enti^ro Toaeur particuli^re ä 
cette derniere matiere. Getle faussc 
cire, toutefois, ne se p^trit que dif- 
ficilement; on peut bien la mouler 
en bougies, mais nonla roulcr; eile 
ne se comporte pas non plus comme 
la cite pure, et präsente un point de 
fusion infcrieur k öö« C. Pour en 
faire Texamen chimique on se sert 
de l'acide sulfurique fumant qui 
d^truit la cire, mais non pas la pa- 
raffine qui nagea la surface. 

La d6couverte et la fabricatiou de 
la parafiQue, rai)prochce de cclle de 
l*aniline, est une des plus lirillantes 
conquötes queiesiecle ail faitc dans 
le domaine de la distilialion sechc. 
On a realiseiudirecteraent dans rin- 
dustrie de la paraffiue une idee due 



k M. Liebig, k savoir, de condenser 
le gass de houille en un corps blanc, 
solide, sec et sans odetir qü'on 
puisso placer dans les ilambeaur 
ordinaires et enflammer. 



Nouveau procedi de purifimtion 
des huiles lourdes de goiidron de 
houille. 

Far M. A. B]&champ. 

On appelle huiles lonrdes de 
goüdron de houille un m^lange de 
piusieurs hydrocarbures dont on a 
retire la benzine. Je me suis occup6 
de cette portion de ces huiles qui 
beut entre 110 et 170 degres. Le 
proc6d6 qui consiste k les traiter 

?iar Tacide sulfurique et par la po- 
asse ^tendns, ne les amdne pas 
dans uü 6lat qui permette de s6- 
parer, par distillalion fractionnöe, 
les divers hydrocabures quelles 
contiennent. 

Pendant que je m'occupais dö la 
fabricatiou de ratiiiine et des ma- 
tiöres colorantcs qu'clle peut four- 
nir, j'ai constat6 que le bichlorure 
d'etain pouvait se combiner au seiü 
de la benzine et de toutes pieces 
avec Taniline et les autrcs bases da 
goudron de houille. 

Le procede de traitemenl qui va 
6tre indiquö repose sur la facile 
formation de ces combinaisons stan- 
üiques. Le bichlorure d'6tain an- 
hydre est soluble dans les hydro- 
carbures de la houille, tandis que 
ses combinaisons avec les bases qui 
peuvent y exister y sont Insolubies : 
si donc on verse de ce bichlorure 
dans CCS huiles, il se formera (in 
prdcipitö qui contiendra les combi- 
naisons stanniqucs. 

J'ai opcr6 sur des produits de 
diverses provenances; ils etaientlim- 
pides, peu color^s d'une odeur tres- 
forte et tres-desagreable due ä piu- 
sieurs bases odoraules oü fötldes ou 
k divers autres produits qui passent 
k la distillation dös quo la temp6ra- 
ture depasse HO ä 120 dc^r^s et q^ui 
s'opposent ä la purification facile 
de ces carbures. Ccla pose, voici le 
moile de traitemenl qui m*a r6ussi. 
Par un cssai prcliminaire on dd- 
ttMiiiiiic la quanlile de bichlorure 
d'etain inmant qni est nc^xossaire 
pour precipiter completemonl los 
compo.sds basiques qui saiissent les 
I hydrocarbures; cela fait, on sjoute 



- 23 - 



une qüantiti proportionale da com- 

1)08^ stanniqae aans la portion qao 
'on 86 propose de parifler (selon la 
natnre des öchantuioDS» il en faut 
de 60 k 100 grammes poar 5 litres. 
Le pr6cipit6 qui se forme aussitöt, 
|>alv6ralent oa visqueux, se rdanit 
Lientöt aa fond des vases (1). Le 11- 
daide sürnageant est souinis 4 la 
distillation avant tout aatre traite- 
ment. Lorsque les carbures ont 
passd» la cornue retient ane plus 
oa moins c^nde quantitö de pro- 
daits fitidcs, goudronneux, qui, 
ohaaü^s d'avantage, dägagent beaa- 
eoup de naphtaline. 

Avant de les soumcttre i la dis- 
tillation fractionn^e on agite les 
h jdrocärbures avec Teau alcalinid^e 

Sar le carbonate de soude. afln 
'enlever les traces exc6dantes du 
chlomre stanniqae. 

Par ce procMö qui peut Ätrc fa- 
eilement rendu industriell le point 
d*äbullition du mälange se trouve 
notablement abaiss^, si bien que 
par la distillation au hain-raario 
Bat uro de chlorure de sodium, on 
fetire encöre beaucoup de bonzine 

Sie dixidme et mdme le sixi^me) 
es huiles de goudroü qui n'en 
foumissent plus. £n op^rant sur le 
teste par la distillation fractionnde, 
on sipare de nouvelies portions de 
beü^ine et Ton afrive facilement a 
Böparer plusieurs bvdfocarbures 
connus et un nouvel nydrocarburo 
non encore dignalö dans le goudron 
de hoaille. 

La benziiie entre 80<> 6t 86^ 

Le toluöne entre HO» et 114^ 

Le tylöne entre iW et 130^ 

LIiydrocArbnre nouveau 

entre ISS« et 140» 

Le eumöne entre 148<> et itii^ 

Le cymöne entre i72<> et 175» 

L'hydröcarbure nouveau du gou- 
dron de bouille recti&6 Jusqu'a ce 
tttie son point d'öbullition restc 
fixe entre 139 et 140 degrds est tr^s- 
rofringent et d'uno limpiditö ab- 
solue, son odeur rappelle cclle de la 
benzine ou plutdt celle du toludne, 
mais est plus agrdablc. Oatre la 
coustance de son point d'ebullition 
ce Corps possede d'autrcs proprietds 
qui le dlstingucnt ncttemeut dos 

(1) 11 est inutile de dire que Ton 8«^pare 
trös-iaoilemeot ies ba&es organi(iuoä qui sunt 
contenues dans ce prdcipitä et que Ton ncut 
•n extraire de notaoles quantitö d'aniiine. 



hydrocarbnres homologues de la 
benzine. J'ni rcpris r^ludc de ce 
compos6 etj'espere pouvoir commu- 
niquer bientöt le rcsultat de mes 
recnerches. 



Organisation d'un lavage de laines. 
Par M. Paul Hatrez, ingdnieur. 

Dans un mdmoire dtendu sur les 
Äppareils et procddds pour ddsuinter, 
degraisser et rincer les laincs en 
flocons, insdrd dans le Ic n* du Bul- 
letin de la Societ6 indyslrielle et 
commerciale de Yervicrs, M. Paul 
Havrcz, dans une premidre partic, 
passe uue revuo de toutes les ma- 
cliines A laver la lainc qui ont dtd 
employecs ou proposecs jusqu'ä 
prcsent, et comparo dans des con- 
cluslons les avautagcs et les incon- 
vdnients des divers f^yslömcs; puls 
dans une soconde partic sournet d 
un examen crltiquc ics procddes chi- 
mioucs pour desuinler et degraisser 
les Jainos, dont il conclut qu'on est 
encore d la recherche du meilleur 
modo de lavage, en faisant rcmar- 
quer que rutilisation de Teau de 
suint dont MM. Maumeue et Rou- 
gclet ont proposd d'extraire la po- 
tasso (Le Tccnnologiste, t. XXI, p. 
413) vient modificr profondement 
les radtbodcs adoptdcs. 

« En effct, dit-il, Teau de suint 
etant utilisee pour fournir de la po- 
tasso pure doit : 1» dtre aussi con- 
cenlree que possible ; 2® dtre exempte 
de soude. tietto Solution de suint 
peut. Sans inconvdnicnt : 1® avoir 
servi h comnncncer le ddgraissage 
de la lainc, ce qui economise ks 
matieres dcgrüissantes emj^loyccs 
iiiterieuremeut; 2o dtre nieleo a de 
rammoniaquc, d de ruriue et peut- 
dtre inörae d de la chaux (1). 

)) C'cst en inrt I)asant sur les con- 
sidcrations ürdcddcntes aue je me 
permcttrai Qo proposer i ciisemble 



(1) La chaiix en forte proportion alliire 
la laine, eile eri climinc du soafrc. La laine 
pelade, qu'on f.iit toniherdes peauxä l'aide 
de la chaux^ a [)(;rdu sa forcc et se foulü 
mal. Des ess.iis variös et bien discutds se- 
raient fort utiles pour d(Ueriiiiner jusqu'i 
quelle limite on peut reinployer sans älte- 
rer la laine dans les bains di'graissanis. 
Des fabricanis s'en st^venl, m*a-i-on dit, 

f)our degrais>cr los dL^chels et Ijouts de 
aine. Dans ce « as, on fait aussi usage de la 
terre ä foulon. 



— 24 



d'uQ Systeme pour d^raisser Ics 
laiaes en rccueillant Teau de suint 
8atur6e et cxempte de soude. 

» Nous admettons qae la laine 
qu'il s'agit de laver contient trop 

geu de suint pour que celui-ci sur- 
se pour operer le d^graissage. Le 
lavage comprendra donc : 

D A. Le desuintage avec commen- 
cemont de degraissage k l'aide d'uno 
suile de trempages dans Teau pure 
ou ammooiacale (urine), maissans 
addition de soude. 

» Pour saturer Teau de suint, il 
faudra : 1" la faire circuler m6tho- 
diquement, 2o la chaufTer k 45o (i), 
3^ ragiter s'il est possible. 

» L'eau de lavage ^vapor^e, puls 
calcin^e, donnera de la potasse et 
du gaz d'eclairage. 

» B. Le digraissage. La laine 
sortie des appareiis de dösuintage 
et comprimee , afin de perdre le 
moins possible d*eau de suint, doit 
ötre completement d^raiss^e ä 
l'aide de la soude (2). 

» C. Le ringage, La laine com- 
primee k sa sortie des bains sodes, 
afin d'emporter le moins possible 
de liquide d^graissant, doit dtre 
purgde de la soude k Taide de l'eau 
pure. 

» S*il faut payer pour avoir Teau 
pure, on i'economiscra en ringant 
comme les laveurs de laine peignee 
k Taide d'eau cbauff6e a 45° et con- 
tenant 1/8000 de savon. Si l'eau pure 
abonde, on rincera en pleine eau 

(1) Lei appareiis employds actuellement 
pour saturer Teau de suint sont fort gros- 
siers et peu äconomiques. lis consistsut en 
deux tonneaux pleins de laine oü Ton yerse 
de l'eau froide; celle-ci, ä la sortie de Tun 
des tonneaux, est versce dans l'autre et eile 
en sort saturee. En opärant k chaud eile se 
saturerait mieux et se chargeraitde graisse, 
ce qui est un avantage pour le laveur de 
laine et n'est pas un inconvänient pour la 
fabrication de la poiasse. Ccpendant s'il est 
constate que le diigraissage ulterieur exige 

3ue tout le suint n'ait pas ele enicvd, on 
isposera la dur^e des trempages et leur 
temperature en consäquence. 

(2) Pour rendre automatique Topcration 
du degraissage, 11 faudra adopter le sys- 
töme employd par les laveurs de laine; 
ainsi on devra rendre la coinposition du 
bain soddä peu prOs constanteen le fnisant 
marcher par inlermitlenceen sens contraire 
de la laine. Celle-ci, en passant dans dcux 
ou trois cuves successives, devra cliaque 
fois ötre expriniee. Le dernier bain traversd 
restera ainsi assez pur. Le preniier bain, 
lorsqu'il sera sature de graisse, devra Olre 
j«*ti*' ou Iraii«' pour en extraire la graisse ä 
l'aido dl» l'a.-i le sulfurique. 



avec les bacs elliptiques et les roues 
ou les rateaux de M. Desplas. 

» L'extraction da suint, au com- 
mencemeut du degraissage, etant 
la seule des trois Operations qui soit 
nouvelle, nous croyons devoir si- 
gnaler les perfectionnements qu'elle 
peut recevoir. 

Y> Pour que le suint, par son action 
alcaline, puisse commencer le de- 
graissage, il faudra tout en d^pla- 
gant l'eau pure de la laine, la faire 
circuler tres-lentement de mauiero 
que la laine trempe longtemps dans 
le bain cbarge de suint. Un lavage 
rapide, qui eliminerait tout d'abord 
la presque totalite du suint, l'em- 

ßöcnerait de r^agir sur la graisse. 
les trempages successifs de deux 
ä vingi heures sont donc n^ces- 
saires. 

I» Pour aider au degraissage et ä 
la Saturation de l'eau, il faudra 
chauffer les bains de trempage ä 45o, 
en introduisant la vapeur dans leur 
double fond. 

)) L'agitation de la laine serait 
aussi avantageuse« mais eile pour- 
rait occasionner beaucoup de de- 
pense, et quand le trempage se pro- 
longe longtemps eile est moins ne- 
cessaire. 

» Pour saturer Teau de suint, il 
faudra la deplacer dans les bains de 
trempage en sens contraire de la 
laine et au lieu de deplacer celle- 
ci> ce qui necessite beaucoup de 
main-d'oeuvre ou des frais d'lnstal- 
lation eieves, on peut adopter le 
procede si ingenieux qu'emploient 
aujourd'hui quelques Industries cbi- 
miques, et qui consiste ä deplacer 
k la fois le liquide et ses point d'ar- 
rivee et de sortie. Voici quel serait 
dans ce Systeme l'organisation du 
desuintage laissant tremper la laine 
immobile dans une suite de cuves 
ou de bacs. 

» Soient i, 2, 3, 4, fig. 8, pl. 301, 
ces cuves; A le tuyau qui amene 
l'eau pure, S celui par ou eile sort 
saturee de suint. 

Le bac 4 contient lalaine qui a tont son suint. 
— 3 — qui est moins chargee. 

— pn'sque desuintee. 

— la plus dtfsuinttie. 



— 2 

— 1 



» L'eau pure sejourne d'abord en 
U puis en 2, en 3, et finalcmont se 
sature on fillrant dans la cuve 4 et 
alors s'echappe en S. 

» Tons cos bacs sont au möme ni- 
veau, Ol des syphons foiit circuler 



25 — 



Teaa de l*an k Tantre. La hauteur 
motrice entre le niveau de l'eau en 
i et celui en S doit Mre faible, puis- 

3ue Teau peut aller fort leDtement et 
oit s^Joarner plusieurs heures dans 
la särie des caves. 

» Quand on Jugera qae la laine 
da bao 1 est bien priv^e de suint, 
OQ la remplacera par de la laine i 
laver, et alors on lera arriver Teau 
pure d'abord dans la cuye 2, puls 
en 3, en 4 ; en 1 eile sortira de la 
dernidre satur^ de suint etgagnera 
le tuyan S de sortie. 

» Quand la laine dn bac 2 est ä 
son tour dösuint^e , on la rem- 
place par de la laine en suint, et on 
cbange ies points d'arrivce et de 
sorlie de Teau et ainsl de suite. 

» On Yoit qu'ayec ce Systeme de 
lavago 11 ne faut pas deplacer la 
laine d*un bac 4 l'aatre, ce qui di- 
minue Ies frais d'installation et de 
force motrice, et si on Jage quo le 
trempage sans agitation est süffi- 
sant» on se contentera de d^poser, 
I)ais aprds plusieurs beures, d'en- 
ever la laine. 

» Les quatre tuyaux sypbons mu- 
nis de robinets et les tujaux qui 
fönt comm uiquer chacun des tuyaux 
d'eau pure et d'eau satur^e de suint 
sont a'une Installation pen coü- 
touse. » 



Mode accel6r6 de blanchiment. 

On a cbercb6 depuis quelque 
temps i dimiuuer le nornnre des 
Operations par lesquelles on 6tait 
oblige autrefois de faire passer les 
matieres filamenteuses avant de les 
amener au degrä de bianc youIu, et 
pour cela on a pense que ce qu'il y 
avait de mieux a faire ätait de com- 
biner ensemble en une mdme Ope- 
ration le bain alcalin et le bain de 
cblore. Par ce moyen on obtient, 
assure-t-on, un blanc satisfaisant 
en mdme temps qu'on manage beau- 
coup la fibre et qu'on lui consenre 
presque toute sa rorce et son poids. 
Voici deux proced^s pour cct objet 
qui ont ^te appliqu^s avec succ^s : 
On coinraenco par laver les ma- 
tieres pour les debarrasser des im- 
Suretes, puis on les plonge dans un 
ain faible qu'on composo avec 
2kii.50ou 3k»».5üdo chlorure dechaux 
ar hectofitre d'cau dans lequei on 
CS laisse plongees pendant 6 a 12 
beures, suivant les substances sur 
lesquelles on opdre. Apr^s quoi on 



k 



lave, on fait bouillir dans une Solu- 
tion de carbonatc de soudc pendant 
2 ä 4 beures, Solution quc Ton com- 
pose avec 650 gramraes de soude par 
Jiectolitre. Si les fibres presenlent 
une durel6 extröme, on les plonge, 
avant de les debouillir dans Ic bain 
alcalin, dans un bain neide com- 
pose avec 300 gr. d'acide sulfuri- 
que pour 100 litrcs d'eau et on laisse 
bien egoutter avant le debouillage. 
Gelui-ci tcrminö, on lave cton place 
dans un bain (cbaud ou froia) de 
blanchiment qui se compose a*un 
meiange de 2k".50 a 3kii.50 de chlo- 
rure de cbaux et de 700 grammcs de 
soude par bectolitre. Au beut de 4 a 
6 beures de s^jour dans ce bain les 
matieres etant suffisamment blan- 
cbies, on enieve et on lave enfin 
pour debarrasser compietement des 
traces de cblore. 

Dans Tau Ire procede, on donne de 
prime abord un bain compose avec 
an chlorure alcalin coutenant an 
exces d*alcali caustique, par exem- 
ple, 5 pour 100 pour le lin, le chan- 
vre et le coton, et 25 pour 100 pour 
le Jute et autres matieres refractai- 
res, proportions qui varient d*ail-> 
leurs cn raison inverse de Teievation 
de la tempdrature qui, en general, 
ne doit nas depasser les limites de 
27* k 32« C. On peut preparer ce bain 
en foisant passer du cblore dans une 
Solution d alcali caustique, et arrd- 
tant Tccoulement du gaz au mo- 
ment oü il reste encore une certaine 
Proportion d'alcali caustique qu*on 
regle suivant ianature des matieres 
k blanchir : ou bien en decompo- 
sant le chlorure de cbaux au moyen 
du carhonate de soude ou de po- 
tasse dont on ajoute une cjuantite 
superieure k celle necessaire pour 
saturer le chlorure; la chaux aui est 
toujours prescnte dans le chlorure 
convertit Texces de carbonate de i 
soude ou de potasse en alcali caus- 
tique; ou bien, enün, en ajoutant 
de la chaux caustique pour amener 
les alcalis ä cet dlat. 

Le bain de blanchiment etant 
ainsi prepare on y plonge les ma- 
tieres, et si ce bain est en auantite 
süffisante, le travail est acneve en 
une seule Operation. Mais la plupart 
du temps l'action de ce bain allant 
en s'affaiblissant, on enieve les ma- 
tieres et on les plonge dans un bain 
neuf, ou bien on decante on soutire 
le vieux bain qu'on reraplace par 
un nouveau, en repetant cette Ope- 
ration jusqu'a ce qu'on alt ohtÄ\JÄ\& 



— 26 — 



blancdteire.Dans leg bains enpartie 
^paisös» OD traite de nouvelles ma- 
ti^res pour utiliser le chlore qu'ils 
renferment encore. Quand on a at- 
teint la blancheur qu'on recherche, 
on lave ä grande eau et on fait si- 
cher k la maniere ordinaire. 



Sur la saponification des corps gras 
par les sulfites alcaliths. 

Fat H. J. Peloü2£. 

A röpoque d^Jä dloignte oü J'ai 
trouvö que la saponification des 
hutles et des graisses pouvait 6tre 
dftectuäo par certainä oxydes mätal- 
Uques Sans rintervention de Teau, 
J'avais renlarqu6 qüe les s'alfures 
alcalins plac^s dans les m^mes con- 
ditions que la soude et la potasse 
Jouissaient, comme eile, de la pro- 
pri^i^ de pröduire des äavons avec 
les mSmes cotps gt^; mais j'avais 
äbändonnd ces fecherches, Je les ai 
feprlses, et cotnme la reactloü dont 
il 8*agit est tf^s-fäniarquable par sa 
simpTicit^, et que, d*une autrc part, 
6lle pent ^tre mise k profit par une 
des Industries les plus importäntes 
et les plus consid^rables, celle des 
i^avons« Je demande la permission 
de präsenter le r6sum6 des exp^- 
tiences auxquelles Je me suis livti. 

J*ai pr6par6 du monosulfure de 
sodium par l'action de Th^drogene 
j^ulfurä sur la soude caustique con- 
centröe (lessive de savonniers), et 
j'ai eu soin de le purifler par plu- 
Sieurs cristallisations successives« 

Les cristaux obtenus par ce moyen 
6ont d^barrass^s de toute tracc de 
iftoude libre; c'est du monosulfure 
de sodium contenant 67 pour 100 
d*eau et representi par la forroule 
KaS, 9 HO 

Si on les m61e avec les corps 
gras neutred 11 les saponifie com- 

Slötement, ä, la temperature ordi- 
aire, au bout d'un temps gdn^ra- 
lement tr&s-court. 

Ainsi, un m61ange de parties ^git* 
les de monosulfure de sodium cris- 
tallisd, d'huile d'olive et d'eau, a 
pr68ent6,au boutdedix jours, quel- 
q^uefois mdme au bout de cinq ä 
BIX jours, une mati^ro cnticrement 
fiaponifi^e. Gctte matl^re est formee : 

1« De savon ; 

2« De glyc^rine ; 

3o De sulfhydrato de sulfuro de 
sodium; 



4o De moüosnlfdrö de fiodiüih 
employ6 en excds. 

Si OQ la mdle avec tine quantil6 
d'cau insuifisante pour la dissoudre, 
on constate nettement, dans le li- 
quide au-dessus düdüel snmage le 
savon, la pr6sencc d^Qü sulfhvdtate 
de sulfure au moyen d*un sei neu- 
tre de manganese, qul y produit, 
en m6me temps qu'un präcipit6 
abondant de sulfure de manganese, 
un vif d^gagement d'bvdrogöne 
sulfurö, .caractöre essentiel de la 
classe des sels dont 11 est questioü. 

L'^buUition seule d6gage imm6- 
diatement du mdme liquide de Fa- 
cide sulfhydrique, et, apr^s qu*elle 
a ^t^prolongde, on ne retrouve plus 
dans celui-ci que du monosulfure 
de sodium. 

£n analysant les produits dö la 
röaction falte ä froia, on v6it que 
1 äquivalent de sulfure de sodium, 
en d^composaatTeau^ donne i 6qul- 
valeot de soude qui saponifie le 
corps gras et 1 äquivalent d'hydro- 
gcnc sulfur6 qui s'unit ä un Secönd 
equivalent de sulfure Hon altirA, 
ou, pour plus de simplicite et d'a- 
pres une autre Interpretation, on 
constate quo 2 Äquivalents do sulf- 
hydrato de soude neuiro doüncnt 
1 äquivalent de bisulfbydrate de 
soude et 1 equivalent de savon. 

Quand on effeclue la saponifica- 
tion a chaud, Tbydrogene sulfure se 
degago et il se forme slmplement 
du savon. Dans ce dernier cas, 1 
äquivalent de sulfure produit la 
m^me quantit6 do savon que 1 äqui- 
valent d'oxyde de sodium ou soude 
anhydre. 

Jo me suis assurS que rebuUitioti 
pi*olongce d'un sulfure alcalin avec 
un cxcös de matiöro grasse neutro 
nc laissc subsistcr aucune traco de 
sulfure dans Teau-m^re du savon, 
car Celle- ci ne noircit pas avec les 
6els de plomb. 

Ces sapouifications m'ont paru 
s^eHectuer aussi nettement et aussi 
rapidement, si ce n'est m^me en 
moins de temps, surtout ä froid, 
qu'avec les lessivos de soude caus- 
tique, et d*uii autrc cöt6 les savons 
sqnt aussi beaux qu'avec los prood- 
des ordinaires. 

Si le sulfure de sodium pur et en 
cristaux dcvait seul elre employo ä 
la preparation du savon, il est evi- 
dent qu'il n'y an mit aucun fait in- 
dustriel a altendre de la curieuso 
experience dont je vicns de parier, 
et qu'elle ne sortirait pas du do- 



-87- 



ttäiüe dö la thöorie; mäis Je sais 
Toin dd 01011*6 que les cboses en res- 
tent lä, je suis au contralre con- 
Ifaincb qüe le gulfure obtenu par la 
däcotnpositioQ du sulfate au moven 
dti charbon se pr^tera d la fabrica- 
tioQ industrielle du savon. 

Eü äffet» le produit de la calcina- 
tion, k uüe baute temp^rature, d'un 
xndlauge de sulfate de soude et de 

Jioassier de coke, est du monosul- 
ure tii^6 ä quelaues centidmes 
deületnent depoljsulfure de sodium 
et ä de la soude caustlque qui <:oa- 
court ä la saponification. 

J'ai saponifiä du suif et des bullös 
ftVec ce aernler sulfure, et j'al coü- 
fitatö que les eauz-meres do saton 
i^etiennent la plus grande partie des 
tuatiöres colorantcs. 

Les fabricants de sei de soude 
Bavcnt tous avec ouelle facilit6 on 
peut rc^duire le sulfate eu sulfure, 
et deja une Industrie importante 
cre^e par MM. G^lis et Dusart con- 
Bötuiue de grandes quantit^s de sul-* 
furo de sodium; les babiles cbi- 
mistes que Je eile n'^prouvent au- 
cune difflculte dans la fabrlcation 
de ce sei. 

Je crois Mre dans la v^rit6 en di- 
saut aue Ic sulfure de sodium peut 
fttrc obtenu d des prix deux ou trois 
folö moins ölev6^ que le carbonate de 
öoude, et Ton sait que ce dernier sei, 
pour Ätre propre älasaponification, 
dolt cncöre subir uneop6ration qui 
Consistedluietileverracidocarboni- 

äue au moyen de la cbaux. Le sulfure 
e sodium, je Tai dejd dit, a une 
Energie de saponiGcation, si l'oti 
peut s'exprimcrainsi, (jui ne le cede 
päs aux alcalis caustiqucs, et les 
difficult6s qu^auront ä vaincro les 
fabricants ne viendront pas de ce 
Cöid'M. Elles consistent plulöldans 
la nÄcessite d*obtenir des savons 
Sans couleur et de leur enlever les 
dernl^res traces de sulfure. 

Je me suis assurd que leur com* 
Position est la möme que celle qui 
ä 6te assignf^e aux savons de soude 
par notre illustre confrero M. Che- 
vreul. Comme les savons du com- 
merce avec lesquels ils sont iden- 
tiques, les produits dont il est 
question peuvent 6trc purifies par 
remploi babilementconduit des les- 
6ives alcalines pures ou sal^cs. Ce 
genre de purification se pratique 
d'ailleurs depuis longtemps pour 
certains savons, pour ceux de Mar- 
seille par exemple, qui sont faits 
avec aes lesslvcs toujours suifu- 



i^uses^ parce (|u'elles ptovientient 
directement du traitement ded sou- 
des brutes par la cbaux. 

II est Evident que rbydrog^ne 
Sulfurö ne se döffage pas tout en- 
tier et que la plus grande partie^ 
[fii ce ü*est la totalitö, est retenüo 
dans l'eau'^m^re du sftvoü par l'eicte 
d'alcali caüsllque employ6 4 lä sa- 
ponificatlon. 

Les diff^rences de prix entre le 
sulfure de sodium et la soüde cauK- 
tique permettroüt* Je Tespere, k 
rindustrie de faire les frais de puri- 
fication n^cessaires pour douer leg 
noüveaüx saVons de touteS les qaä- 
llt^s requises pour leur emplol. 



Note sur Vessai des Sucres ötuts 
par la potarisation. 

Lorsqu'oü est obligd de Mt^ t^^ 
pidement de nombreux essais de 
Sucres bruts par voie de Polarisa- 
tion, ilarrlve souvent au grand diö- 
plaisir de l'op^rateuri qu'aprös l'ad- 
dition de Tacetate baslque de plömb 
employe a la clarifioation, il ne se 
forme pas de pr^cipit^ en masse^ 
mais qu'on n'obtient qu'une liqueur 
plus ou moins opaline qui ne tra« 
verse que tr^s-difficilement oü 
tn^me pas du tout le filtre qu'on 
emploie, et dans touS les oas ne 
fournit qu'une liqueur ^minement 
trouble. 

Cet effet 86 manifeste toujours en 
presence d'un exc^s d'ac^tate de 
momb dans la liquedr» mais plus 
iff^quemment dans Tessai des su- 
öres aujourd'bui si biert purg^s 

?[u'ön obtient avec la machlne cen- 
rlfuge. Mais ce n'est pas Ik le seul 
incouv^nient d'un exc6s d'ac6täte 
de plomb, inconv6nient que du 
reste il est difficile d'öviter danS le 
travail pratique d'un essai. Si on 
filtre la Solution claire au moyeü 
du cbarbon d'os. Tacide carbonique 

Su'elle aabsorbe precipitcle plomb 
issous en particulcs tellement dd- 
liees que la liqueur filtree est forte- 
ment laiteuse, tant que tout Paclde 
carbonique ou plutöt tout le plomb 
n'est pas prccipit^. La nöcesslt6 oü 
l'on se trouve de reverdei* k plu- 
sieurs repriscs la liqueur filtr6e sur 
le filtre, independamment du tra- 
vail et de la perte de temps, a de 
plus le d^savantage, qui se mani- 
feste surtout daus un local forte- 
ment cbauff^, qu'il en r^sulte une 
Solution ^^7L iQiVAOifii^X. ^^\i.^fis^- 



— 28 — 



tree qui polarise en plus de 0.5 et 
möme Jusqu'aO.75. Voici comment 
ou parvient ä rem^dier ä cet ^tat 
des choses. 

Oq clarifie comme ä Tordinaire 
et dans tous les cas par un ex* 
cös d'ac^tatc de plomb, oa m^- 
lange aussi parfaitement que pos- 
sible par Tagitation et on ajoute 

Quelques decigrammes de carbonate 
•ammoniaque ea eristaux. Aprös 
avoir agit^ un moment, 11 en r6- 
sulte un präcipit^ blanc et solide 
de carbonate de plomb qui so d^ 
pose avec beaueoup de facilitä, en- 
tratne avec lui au fond le pr^ci- 
pit^ plomboux organique et fin 
qui opalise la liqueur, laquelle 
alors passe aisement et claire ätra- 
vers le fiitre. 

En m^me temps que tout l'oxydo 
de plomb se trouve ainsi pr6cipit6, 
la liqueur qui fiitre sur le noir ani- 



mal ne präsente plus le moindre 
trouble, et on evile ainsi les pertes 
de temps et de travail. 

J'ujouterai ici que Tassertion 
avanc^e par M. Glerget et autres 
auleurs que, dans la d^coloration 
sur noir d'os, il faut mettre i pari 
un volume egal de la Solution qui 
a passä la prcmiere par le fiitre, d 
cause de Tabsorption du sucre par 
le noir, est erronee parcc quon 
pretcod que les parlies suivantes 
de la liqueur qui fiitre^ poiarisent 
sensiblement plus bas, ce qui est 
particulierement le cas dans les fii- 
trations prolongees, et avec ua 
noir ä grains fins, d raison de Tat- 
traction considörable des surfaccs» 
La petite exp^rience suivante ser- 
vira ä d^montrer ce qui vient d'ötre 
dit. Noir d'os employe, 30 centi- 
metrcs cubes;la liqueur filtr6e a 
polaris^ comme il suit : 



La premidre, 20 centimötres cubes de solation, 
La denxiöme, 20 — 

La troisiöme, 20 — 

La quatriöme, 20 — 



L 
72.50 pour 100. 
78.50 — 
79.50 — 
79.50 — 



n. 

69.50 ponr iOO. 
77.50 — 
79.00 — 
79.50 — 



CT. 



Dosage volumitrique des acides tan- 
nigue et gallique^ du fer^ du 
manganesej etc. 

Par M. Moritz Mittenzwey, 
de Zwickau. 

La propriöld bien connue de Ta- 
cide taniiiaue et de ses analogues 
d'absorber aans ses Solutions aica- 
lines Toxygene de Tair, fournit un 
excellent moyen pour proc^der ä 
un dosage de ces substances. 

La simplicite de Tappareil ainsi 
que du proc6d6 permettent d'ulili- 
ser tout particuli^roment cette pro- 
pri^tä dans Taualvse industrielle. 

L'air dans un flacon A, fig. 10, 
pl. 301, d'une capacit6 environ do 
1 1/2 litre communique avec Tat- 
mosphere au inoyon d'un tube 
courbe en verre 6, c, dont la poinle 
effll^e d se terminc par un orifice 
de 1 ä 1 1/2 milliraetre de diametre. 
Ce lube est partag6 en deux par- 
ties inseröes dans un mancbon de 
caoutcbouc e, d'une longueur mo- 
d^ree et une pince /*<^lablilla clö- 
ture. ün bouchon en li^geou mieux 
en caoutcbouc p qu'on peut enlever 
d volonte sert ä remplir et vider le 
flacon. 



Avant d'entreprendre une ana- 
Ivse, il est absolument nöcessaire 
de renouveler completemeut Taip 
de cc flacon, et qrue la tempörature 
de tous les liquiaes qui vont servir 
soit exactement celle du local oü 
Ton opere. Apres que la liqueur ou 
lessive absorbante (150 ä 250 conti- 
metres cubes), a ^te pr^paree dans 
le flacon mdme, on boucbe fenne- 
ment celui-ci, puis on ouvre la pince 
un moment pour que Tair rcnfer- 
md ä Tinlerieur se motte k la pres- 
sion de Tatmosphere ext^rieure, et 
en agitant vivement, on favorise 
Tabsorplion de l'oxygene en 6vi- 
tant toule ^levation do tempe- 
rature due au coulact des maius 
( n entourant le flacon d'un linge. 
Alors dans un verre 6, fig. 11, qu'on 
a tard et qui est plus qu'ä moitiö 
rcmpli d'eau,on laisse apres chaque 
agitalion l'absorption de Teau dans 
celui-ci s'opcrerdans le flacon, ea 
ayant soin que les deux liquides se 
trouvcnt bien au möme niveau 
dans les deux capacites, ainsi que 
rindi(|ue la figure. Si, apr^s avoir 
agitc a plusieurs repriscs, il ne re- 
monte plus d'eau de b en a, l'cxp^ 
rience est terra in6e et la difi^rence 
de poids en grammes entre la pro- 



— 29 — 



miere ctladernlere pes^da verre, 
donne direcioment ie volume des 
centim^tres cubes de l'oxyg^ne ab- 
sorbä. qu'on r^duit au bcsoin cq 
poidsa 0° et ä la prcssion de 0°*.760. 
Une baiance sensible a 08^2 suffit 
parfaitement bien pour les pesees. 

I. Aeides tanniqu6 et galttgite. Oa 
inlroduit dans ie flacon euviron 
200 ceDtimdtres cubes d*une lessive 
de potasse ou do soude de 3 a 5 
pour 100; on y laisse tomber un 
gramme d'acide taunique ou gai- 
iique euveloppe moilement daas du 
papier, puis oo proc^de comme il a 
etö dit ci-dessus. L'absorpiion se 
fait d'abord avec une exlröme rapi- 
dite, mais eile cesse enti^reincnt 
au bout de peu de temns pour i*a- 
cide gallique, tandis qu cUc se pro* 
loDge un peu davantage pour l*a- 
eide tannique. 

Un gramnae d'acide tannique ab- 
sorbe la mdme quantitö d oxygene 

?ue O.rTOO d'acido gallique, a savoir 
75 centimetres cubes a 20^ G . 

II est bon de faire remarquer ici 
que Ie plus grand ecart de la 
moyenne de douze essais ne s'eleve 
pour l'acide tannique qn'ä 2 centi- 
metres cubes, et pour i'acide gal- 
lique ä l^ni c.2. 

On peut avec facilit6 conduiro 
simultanement de 6 a 10 essais, et 
si on procMe cxactement do m^me 
avec tous los flacons, on augmente 
la certitude du dosage,, surtout en 
agitant sans interruption tous les 
flacons avant d'y laisser remonter 
ou arriver i'eau pondant un mdme 
temps dätermine, cnviron de 60 ä 
120 sccondes et de plus en em- 
ployant une lessive ä peu pr^s de 
mdme force (lessive de soude de 
2 4 3 pour 100 N a 0, ou lessive de 

Eotasse de 3 a ö pour 100 KG). 
'cxp6rience a dömontr6 ^u'avec 
des lessives tres-fortes les resullats 
soot absolument sans utilite. Ainsi 
1 gramme d'acide tannique dans 
200 centimetres cubes d'uiie lessive 
de potasse de 35 pour 100 KO., et 
apres avoir agil6 trös-vivement et 
sans interruption, n'absorbe pas 
plus de 22 centimetres cubes d'oxy- 
g^ne. Un r^sultat auquel on s'at- 
tendait si peu, exige de nouveiies 
exp^riences dans cette directiou. 11 
est d poine n^cessaire de faire re- 
marquer que la capacitä du flacon 
doli elre proportionnee ä Toxygene 
qui cntre en action. 
Ainsi qu'on en a dejä fait Tobser- 



vation, l'acide gallique absorbe 
roxyg6ne avec bieu plus de vivacit6 
que l'acide tanni(jue. 

1 gramme d'acide tannique apr^s 
une agitation do 60 secondes, ab- 
sorbe en moyenne 23 c«ni. c 4 d'oxy- 
g^ne, tandis que 0^^.700 d'acide 
gallique en absorbcnt en moyenne, 
pendaut ie mdme temps, 71 cent. c; 
toutefois tous deux en prennent un 
m6me volume apr^s absorption 
complete, c'est-ä-dire 175 cent. c. 

Beste maintenant ä indiquercom- 
mcnl.d'apres la proportion de m6- 
lange des deux acides, on dose cba- 
cun d'cux en particulier. 

Supposons par exemi Ic, que pour 
2 ^rammos de la siibstance exami- 
n^e on ait trouve qu'il y a cu en 
somme une absorption de 140 cent. c. 
qui correspondeut ä une riebesse 

140 
de rp [0«^800 d'acide tannique ou 

IAO 

^ 0.7 = 0r.560 d'acide gallique. 

Dans une seconde experience do 
contr<51e, on ne p'se quo ce qu'il 
faut de substance pour absorber 
exactement 175 ceot. c. dans Ie cas, 

175 
par consequcnt 2 rr^ = 2g^5, et on 

agitevivementpcndantöO secondes. 
Adraeltons qu'on aittiouveau bout 
de cc temps une absorption de 40 
Cent. c.,on poss^de ainsi une preuve 
evidente de la pr^sence des deux aci- 
des, et on peut en mdme temps en ti- 
rer une conclusion sur leur rapport 
approximatif. Si pour les differents 
melangcs equivaleuts d'absorption 
des deux acides, on poss^dait des 
chiffres exacts pour une agitation 
d'unc certaine duree,environ 120 
secondes (apres quelques experien- 
ces, la difference pour cette duree 
estencore plus eclatante),on pour* 
raitcompter qu'on obliendrait des 
resultats positifs et dignes de con- 
fiance. Des lessives de m^me volume 
et de meme force, aiusi que des 
flacons de meme capacite et de 
möme forme sont, comme on Ie 
comprend, des coiiditions de toule 
n6cessite. La cbose, d'aiib^urs, se 
comprend d'elle-mdrae. puisqu'elle 
apporte beaucoup de faciiite dans 
les Operations do l'analyse. 

Les nombres suivauts, pour une 
agitation de 60 secondes, qui pr6- 
sentent lo moyennes de trois exp^- 
riences avec un flacon de 1 litre 4, 
permettront des rapprocbements 
plus intimes. 



•• 30 - 



IsrOOO 

000 

900 

070 
0«r-700 

2i0 

070 

300 

300 

490 

200 

860 

000 

700 



adde tanniqne . , 
acide galliqoe. , . 
acid^ tannique.. 
acide gallique».« 
acide tannique.. 
acide galiique... 
acide tannique,, 
acide galiique... 
acide tannique., 
acide galiique... 
acide tannique. . 
acide galiique.,. 
acide tannique.. 
acide galiique. , . 



Voici un proc^dö plus compliquö. 
mais d'une nettet^ absolue. 

Le m^laoge des acidcs est dis- 
sous dans un volume determinö 
d'eau, Tacide tannique est pr^ci- 
pitd par une ^uanlite suilisante de 
inembranc animale, peau ou vessie, 
jusqu'ä ce qu'une Solution de gela- 
tine ne Ic trouble plus» puis unyo- 
lume connu de la Solution qui ne 
renfcrme plus que de Tacide galll« 
qne est ezaminö dans le ilacon k 
absorption pour y doser Tacide 
galiique. Maintenant, comme on 
peut ais^ment doser le mclange des 
deux acidcs par un dcnxi^me essai 
aveo la substance mSme, on pos- 
s^de ainsi toutes les donn^es du 
calcul. On contröle d'ailleurs en- 
core racido tannique par une ex- 
pörience qu'on entreprend avec la 
niatiere animaie tannce apres qu'on 
Ta fait tremper dans de Teau chaude 
pour en cnasser Tacide galiique 
melang^ m^caniquement. 

Quant au dosage de Tacide tanni- 
que dans le cuir, les noix de galle, 
le «umac, les ecorces, etc., on 
op6re d'une mani^rc analogue ou 
semblable 4 celle indiqude pour le 
tannin pur. Si la proportion de ce 
Corps n'est pas d6j4 connue approxi^ 
xnatiyement, il y a avantage a faire 
nn essai präliminaire avec une pe- 
tite quantitä de substance, puis ä 
calculer la quantile qui absorbe 
environ 175 cent. c. d'oxygene. En 
cet älat, on fait parall^icment un 
essai sur 1 fframmo do tannin. La 
pr^sence dePacide galiique se trabit 
imm^dialement apres 120 sccondcs 
d'agitation, et on n'a plus a faire 
dans le calcul de l'analyso la cor- 
rection de temp6rature et de pres- 
sion baroraetrique, 

Dans des mains tant soit pcu 
exercäes,cette metbodcest non-seu- 
lement süffisante ainsi qua le da- 
xnontrent un grand nombre d'ana- 



d^pensent 23.4 centimdtres cubes. 

— 27.5 — 

— 38.0 — 

— 44.0 — 

— 57.0 — 

— 6i.0 — 

— 71.0 — 

lyses diverses et comparatives, mais 
eile peut mSme pretendre aussi 4 
des r^sultats analytiqucs tres-pr^-r 
eis. Toutcfois une question encorQ 
pendante est de savoir si la capa- 
cile d*absorption de toutes les sub-r 
stances auxquelles on donne lo 
nom d'acide tannique sont identi- 
ques avec Tacide tannique du cbdne, 
et une reponse a cette question au-r 
rait de rimporlance pour la tbeorio 
de ces compos6s remarquables. 

Le cuir (4 a 7 grammes) est d6«» 
coup^en lanieres ou rognures aussi 
fines que possible, mis en digestioa 
dans environ 200 cent. c. d'eau 
cbaudc; on laisse refroidir, puia 
cette eau avec les rognures est in- 
troduite dans le flacon dans lequel 
on Jette de 7 ä 10 grammes de po- 
tasse enveloppee dans du papier, ot 
on commence a agiler. 

Lo sumac, les icorces et autres 
substances semblables sonttrait^ea 
de m6me, ou bien on en prepare 
pröalablcment un extrait aqueux 
fiUrd chaud. A ce ?ujet, on remar- 
que toujours quo lorsqu'on analyee 
1 extrait seul ou avec la substance» 
les resultats diCT^rent et sont plas . 
Kleves dans le dernier cas. Ainsi on 
trouve pour le sumac secb6 k Tair 
une Proportion de 16, 36 et 19.2 
pour 100 de tannin. 

11 paraitrait donc, ainsi que d'au- 
tres chimistes Tont döjä fait remar- 
quer, q^u'une partie du tannin est 
combinee plus forlement et r^sisle 
a Taction dissolvante de l'eau. 

Les noix de galle, le cachou, eto., 
sont ä Telat pulverulcnt traitos exao- 
tement comme Tacide tannique pur, 

IL Composes de fer. Ces composös 
sont par voie de reduction avec lo 
zinc ramenös ä Tetat de protoxyde 
et on en fait une Solution dans la- 
qucUe on neutralise autant qae 
possible l'exces d'acide par la soudc 
OQ la potasse caustique (11 faut ^vi- 



- 31 - 



t$r Templol da rammonl^ae et des 
alcalis parbonatds). Gelte solutioa 
est alors versee dans le ilacon ä ab- 
sorption en y jetant en möme 
temps quelques Mtons de potasse 
envelopp^s dans du papiar. L'ab- 
sorptioa est compl^tement termin^e 
au Dout de peu de temps. Ce pro- 
c6d6 ne le cede en exactitude a au« 
cun autre, et comparö ä ceux de 
MM. Marffueritte et Fuchs, U se ro- 
commanae en ce qu'il n'exige pas 
une foule de petites pr^cautions. 

50 Cent, cubos o^une Solution 
de protoxydc de fer qui rcufer- 
maient lgr.395 Fe ont absorbö dans 
trois essais 148, 148,44 et 148,40 
cent.c. d'oxyg^neal9°G,enmoyenne 
148 Cent. c. 28 qui 4 cette tempera- 
ture pösent 0g^l987 et correspon- 
deiit a ig^39i Fe. La d^tcrmiuation 
de i'oxyde par rapport au protoxydo 
se fait comme celle de roxyde de 
fer vis-ä-vis le protoxyde de man- 
gan^se. 

in, Composis de mangantse. 
Gommc 11 est tres-facile d'amencr ces 
compos^ d Tetat de protoxyde et 
de Ics mettre en Solution, leur ana- 
lyse nedilTere pas de celle du pro- 
toxyde de fer; n6anmo}ns il est n6- 
cessaire de savoir jusqu'ä quel 
Point ce protoxyde absorbe de 
i'oxygöne; malheureusement je n'ai 
pu poursuiyre cette 6tude et les 
rapports suiv^nts ne sont les resul- 
tats que d'un pctit nombrc d'essais 
d'apres lesqqels une partie en poids 
d'oxyg6ne absorbe correspond ä 
4,34 parties aussi cn poids ae man- 
ganese, ce qui permet de calculer 
ensuite exactemont le degre d'oxy- 
dation MnW. Tant qu'on n'aura 
pas obtenu des valeurs parfaite- 
ment süres, U est superflu de s'oc- 
cuperd'une formule rationelle pour 
le degrd d'oxydation du resultat, 
mais ce .qui parait bien etabli, c'cst 
quo cette Oxydation ne se poursuit 
pas jusqu'au bioxyde, ainsi quo le 
crovent l)ien des chimistes. 

iJn dosage du manganese en prä- 
sence du fer peut s op^rer en re- 
cbercbant le pouvoir absorbant du 
Premier de cesmetaux en Solution, 
unepremierc fois avecle protoxyde 
et une seconde fois avec I'oxyde de 
fer, La combinaison des deux resul- 
tats conduit ä la valcur cherchee. 

On laisse entierement ä la dispo- 
sition de Tanalyste de decider com- 
ment dans chaque cas particulier 
on peut par ce moyen et en se ser- 
Yant d'une Solution de protoxyde 



de fer d'one te»eur cpnnue, tjtier Vo^ 
xyg^ne aotifdans le peroxyde de man. 
ganöse, le chlorure de cnaux, eto. 

L'lndigo peut 6tre aussi dosö de 
la maniere suivante, 

Dans un flacon en verre fermant 
tr^S ' bermätiquement , on rMuit 
l'indigo finement pulvdrisö par la 
potasse ou la cbaux et ua sei de 
protoxyde de fer, en y ajoutantune 
quaptit^ CQpvenabie d'huile minö- 
rale (une huile lourde de lignite 
l^gßrement puriflde), Lprsque le 
pr6cipitä ß*est d^pos6 autant qu'U 
est possibie^ on enl^ve au moyea 
d'une pipette ua certaip volume de 
la /Solution blanche d'indigo, mais 
toujours de maniere ä ce qa'nae 
coucbe d'huile flotte ä la surface 
dans la pipette; on vido celle-ci 
avec prdcaution dans lo flacon a 
absorption de m^me sous une 
couche d'huile, et on opere par l'a- 
gitation larevivification de rindigo 
bleu. D'aprös la thi&orie, 8 parties 
en poids d'oiyc^ne combine, cori» 
respondent ä i3i parties aussi en 
poids d'indigo bleu, ou en d'autres 
termes 11 faut pour 1 gramme d'in- 
digo bleu 45 Cent. c. d'oxyg^ne ä 
20« G. On voit d'apres ces cbiffres le 
decr6 d'exactitude que promet l'ä^ 
nalyse de l'indigo par cette voie, 



Dosage des matürea tannantes. 
Par M. R. "Wildenstein. 

Pour doser promplement et d'une 
maniere convenable les matiöre«f 
tannantes et apprdcier leur valeur, 
on a recours ä la r6action de Tacide 
tannique sur l'oxjde de fer. On 
inapregne bien 6;,'alement du papier 
a nitre de Sudde avec une solutioa 
d'un sei de fer, et on le coupe ea 
bandes, toutes de m^me grandeur, 
qu'on termine d'un c6t6 en pointe, 
et de Tautre qu'on perce d'un troi?. 
Gette pointe a pour but de mieux 
laisser ^goutter l'exces de la lii« 
queur, et le trou dans la partie su? 
p^rieure de les suspendre d un cra« 
chet pour les introduire dans la li^ 
queur et ensuite de les suspei^dre 
pour mieux les faire secher. 

Pour pr^parerla Solution d'o^yde 
de fer on se sert du citrate de fer 
dont on dissout i2K^5 dans un 
demi-litre d'eau distill6e. On intro- 
duit la dissolution dans un cyücL- 



- 32 - 



dre qa'on romnlit lusqu'd aoe mar- 
quo a'un nombre d^termin^ de cen- 
timctrcs cabes, puis au moyen d'un 
petit crochet en verre on y plonge 
entierement les bandes de papier 
pr^paröes comme il a 6t6 dit. Au 
Dout de deuz minutes exactement, 
on enleve ces bandes et on les fait 
sicher dans un lieu mod6rcment 
cbaud. 

11 s'agit maintenant d*appr6cier 
an moyen de la coloration plus ou 
moins prononcec que prenncnt les 
bandes de papier la proportion d'a- 
cide taiinique que renierme la li- 
queur qu'on veut essayer. A cct 
effet, on a prdalablement pr^par6 
une Serie de bandes de papier qui 
forment une Schelle ascendante de 
coloration de la manicre que voici : 

On pröparo 25 dissolulions d'a- 
cide tannique dans l'eau dont la 
premiero renferme dans 250 centi> 
mdtres cubes d*eau 0g^040 d'acide, 
la scconde 0k'.080, la troisiöme 
0K^120 etainsi de suite en augmen- 
tant chaque fois de 40 milli^. pour 
cbaque nouvclle Solution, jusqu*ä 
la dcrnidre qui enfin en contient 
1 gramme sur 250 centimötres cu- 
bes d'eau. G'est dans ces Solutions 
qu'on plonge autant de bandes de 
papier prcparees avec les pr^cau- 
tions ci-dessus iudiquccs et qu'on 
oblient ainsi une s^rie dans la- 
queiie la coloration de plus en plus 
fouc^e se IrouYO dans un rapport 
detcrminö avec la quantitö d'acide 
tannique qu'on a fait reagir. 

Le reste de Topöration est fort 
simple. On dissout la substance oü 
Ton veut doser Tacido tannique 
dans Teau, et on am^ne la dis- 
solution au volume de 250 centi- 
m^tres cubes dans le cylindre dont 
il a ^te question, et enfin on y 
plonge une bände de papier d'e- 
preuve. En comparant la couleur 
qu'elle prend apres Tessai avec Te- 
chelle qu'on s'est formee, on deter- 
mine quelle est la bände de cette 
äcbcile dont eile se rapprocbe le 
plus, et on peut de cette manicre 
trouver avec une Jissez grande exac- 
titudela richesseen acide tannique 
de la mati^re soumise d Töprcuve. 
Avec un peu d'alteiition on peut 
arriver k doser exaciement d 1 ou 
1;2 pour 100 pres. Enfin tout le 
monde peut faire pröparer ou pr^- 
parer lui-möme des ccncUes de ban- 



des, comme il vient d'Atre expliqaö 
et les conserver ä Tombre pour s en 
scrvir au besoin. 



Sur la Franklinite. 

La franklinlte est une substance 
noire, m^talioide ou vito-m6tal- 
loide, peu attirable ä l'aimant, quel- 
quefois pas du tout, cristallisant 
en octaedres r^guliers, du poids 
spcfcifique = 5,09 difficilcment fu- 
sible au cbalumeau et qui, suivant 
Tanalyse de Berlhier, a pour com- 
Position : 

Peroxyde de fer 66 

Oxyde rouge de manganöse 16 

Oxyde de zinc 17 

99 

Jusqu'ä präsent on ne connaft 
qu'un seul gisement de cette sub- 
stance 4 New- Jersey et on ne lui 
avait d^couvert aucun usa^e imm6- 
diät possible^ co qui faisait qu'elle 
ne figurait que dans les cabinetsde 
niineralogie ou des amateurs. Mais 
dopuis peu on lui a trouv6 une ap- 
piication d laquelle eile paratt ömi- 
nemment propre, qui consiste en 
ce que lorsqueilo est combin6e avec 
le 1er forgd et Tacier, dans les con- 
structions, eile rcsiste k tous les oa- 
tils qu'on peut employer pour y 
porcer des trous, c*est-a-dire qu'elle 
prösente une tres-grande garantio ^^ 
contre certaines lentatives de vol 
par cffraclion. 

La fönte tremp^e en coquille peut 
fitrcperc^cdraide des outilspcrfec- 
tionn^s introduits dopuis peu dans 
l'artdes conslructions. L'acicrtrem- 
pä non-seulement est tellement cas- 
sant qu'on a renonce ä Temployer k 
certains usagcs, mais on parvient 
en oulrc a lui enlever la trcmpe au 
nioycn du cbalumeau et ä le rendre 
tollcmcnt doux qne les oulils des 
voleurs l'attaquent aisement. II en 
est tout autrement avec la frankli- 
liite, qu'on peut se procurer sous 
toutcs les epaisscurs, qui est bien 
nioiDs fragile qu'aucun des metaux 
connus, que le cbalumeau ne peut 
adoucir et qui, en realil6, est le m^ 
tal le plus resistant qu'on connaisse 
cncore ä Taction des outils pour 
casser, percer ou sei er les mdtaux. 



- 33 - 



ART» MiSCAMIQUEII KT COMÜTRUCTIO^li. 



Perfectionnementsdam le^appareils 
servaiU ä la preparation du co^ 
ton. * 

Par M. W. H. Hawsworth. 

Ccs perfectionnements s'appli- 
qucnt a Tappareil coonu dans les 
aleliers sous le nom de Willow de 
Oldham qa'on emploie pour oavrir 
et pröparer les mati^res filamca- 
teuses avant de les soumeltre a la 
filalure et consisteiit : 1© dans rera- 
ploi et rapplicalioQ d'une cago k 
claire-voie ou cn loile m^tallique 
combinee avec un aspirateur; une 
seconde cage a vis sans üa est placöe 
au-dessus et la matiere filamcntouse 
lui est iivr^e k ccrtains intervalles 
par le cylindre batteur principal. A 
mesure que les muli^res passent sur 
cette vis, la poussidre et los raati^rcs 
etrangeres sout entratn^es ä travers 
la preioi^re cage par un ventilateur; 
2o dans r^tablisscment d*une porte 
ä cbarnieres par laquelle on dislrl- 
bue ou Charge les matiöres dans un 
point beaucoup au-dessus du ceulrc 
ou arbre du cylindre du "Willow, 
disposition au moycn de laquelle 
on ohtient plus dVspace pour les 
grilles placees au-dessous; 3° dans 
Fapplication de cylindres agissant 
comme un appareil a egrcncr le 
cotou pourle aebarrasser de la terre 
et des graines, pendant que les ma- 
tleres sont transpoilei^s ä un batteur 

Eour en faire des nappes ou des 
oudins. 

La fig. 12, pl. 301, est une vuc en 
el6vation du Willow perfoctionne. 

La üg. 13, uno vue aussi en ele- 
vation de cöte de la portion de la 
cardo a laquelle est applLqüo le 
tambour de d^charge. 

a. a Bätis de la inachine portant 
les cylindres alimeutaires, les bat- 
teurs, les ventilaleurs et les cylin- 
dres retircurs; b cage ä jour ou en 
loile melallique combinee avec un 
Volant aspirateur c qui extrait la 
poussiere ou la terre du coton a 
mosure qu'il est livrc a ccrtains in- 
tervallcs de temps par lo cylindre 
batteur d, et sa cnambre a une 



autre cage e ä vis sans fin qui sou- 
tient les mati^res pendant lamarche 
des Operations. 

Les matieres sont fournies ä C68 
CQges par uno porte f roulant aar 
cbarnieres, placöo beaucoup aa- 
dessus du cenlre du cylindre bat« 
teur, ce qui laisse beaucoup d'es- 
pace pour los grilles au-dessous qui 
sont cannel^es, rainccs ouen gout« 
ticr(*s. aün de les rendre plus ar- 
dcntcs. Cette porte /"fonctionne par 
inlorvallcs au moyen de ia tigo g 

SucfaitmancEuvrerunexcentriqueA 
ispos6 de fagon ä Touvriret la fer- 
mer une fois ä cbaque revolution 
de Tarbro i. Le cylindre batteur d 
est övide entre les batteurs aQn de 
rcmplir aussi les fonctions de ven- 
tiiat.ur sur le coton et coulribuer ä 
le chasser entre les dents du batteur. 

Los cylindres ky k ont dte inlro- 
duils pour remplir le röle d'un gia 
ou appareil a egrener et k säparer 
les graines et la terre. En quittant 
ces cylindres, le coton s'avance 8up 
ceux k',k' (ivLi le maintiennent pen- 
dant qu'il est frapp6 par les bat- 
teurs en herissons/, /,d'un batteur, 
eplucheur ordinairo qu'on appli* 
que comme Tindique la ögure. 

Deux roues k röchet et deux cli- 
quets sont dispos6s aux cxtr^mit^s 
des cylindres aliraentaires; ces cli- 
qucts, s'cngageant alternativem ont 
dans les dents des rochets, Celles 
d'un röchet ctant plac6es k l'oppos6 
des creux de Tautre, on ohtient ainsi 
un niouvcmentbien gradue, de ma- 
niere que les cylindres alimenlaires 
nc puisscnt tourner dans une direo- 
tiou contraire, cequi arrive parfois 
par suite derirregularitödesmasses 
du coton. 



Mötier ä filer continu. 
Par M. LEYHEEn, de Laval. 

Les progres realises depuis un 
demi-sieclo dans . la conslruction 
des metiers k filer. consistent prin- 
cipalement dans 1 augmentalion de 
la vitesse des broches» dans lear 



U Technologiste. T. XXVI, — Oclobro l%5^. 



— J4 — 



nombre parmätier, et danslatrans- 
formatlon aatomatique de toutes 
les fonctions. Un melier automate^ 
avec les perfectionnements r^alisäs 
dans ces derni^res ankl4<ofi, m^ne 
de 1,000 ä 1,200 broches a ane vi- 
tessede 6 ä 7,000 tours ä la minute; 
c'est une rapidlte centuplo du fu- 
seau de la plas habile fiietise. Les 
m^liers d'ii y a cinquante ans fal- 
saient fonctionnelr de 150 ä 200 bro- 
ches ä peine et leur vitesse altci- 
gnait raretüent 2,000 r^volutions 
Sans rtiiiit6 de temps. On s'emer- 
yeillail näanmoins alors de voir 
faitö k un seul mötier la besogne 
de 3,600 oüyriers; on no pouvait 
prfvbir qu*oti arrWerait bientöt a en 
obtenir le travail de 100,000. Ce 
r^sultat qui etlt 6t^ considdräcomme 
chimörique, sl on avait pu y pre- 
tendre autrefois, est cependant de- 
Tenu insuüisant actuellement; at- 
iöndti que la puissance des m^tiers 
gdfoctings est limit^e ä la produc- 
tion de Eis d'une finesse relativc- 
ment restreinte, il ne peut gudro 
eüihrasser 4ue 1/5 de Techelle des 
t^umitos. L*indüstrie emploie. en 
cffet, couramment du n^ SfOO, c*est- 
ä-dire des t^nuit^s rept6scnt6es par 
^5 lieueft pötir 500 grammes de nla- 
tneütSy et rapplication des mötiers 
autotiiates est oom^e au filage des 
ilt>»60. 

Les recbercheS' du rooment ont 
surtout en vue la construction d'un 
tnl&tier cntii^rement autoiaatique, 
susteeptible de produire toutes les 
^nesses. Les conditions du pro- 
btökne äont telles, qu'elles entratnent 
äune complfcation inoule, lorsqu'on 
songe i les r^soudre par des modi- 
flcÄuons aa mull-Jenny automatc, 
ii]t Tane des machlnes les plus 
Yoiumlneuses, les plus compliquees 
et des plus difficiles ä regier des 
arts m^caniques. 

11 existe un autre Systeme dont 
les m^tiers sont moins volumineux 
et plus simples, c'est le Systeme dit 
continu, ä cause de la simultanditö 
de ses fonctions. 

M. Leyhecr a peuse avcc raison 

3ue c'est en perfectionnant ce genre 
e metier, dont Temploi est ^gale- 
mentlimite, qu'on arriveraitau pro- 
srds d^sir6. Le metier modele de 
de spn invention donne des resul- 
tats fort interessants. L'application 
est trop r^cente encorepourpouvoir 
considerer le probl^me comme en- 1 
tf6rementr^oiu,maisronpeut,ddg | 
4 pr^eisettt, con4^ im ttoütMa t' 



important fait et une extension con- 
siderable dans Tempioi du Systeme 
continu. Sa production, borncojus- 

Su'ä present aux filspour chafuede 
nesses asses restreintes, comprcn- 
dra desormais les fils de trame, et 
fera toutes les sortes et des numdros 
bien plus Kleves que par le passe. 



Appareil ä huiler les laines. 
Par M. M. J. riOBEurs. 

Cet appareil consisle en un tuyau 
en forme de T ouvert ä, l'une do 
ses exlr^mit^ et pourvu d'un treu 
au bout des deux brancbes du T. 
Une poulie ä gorge est dispos^e 
pour mettre ce tuyau cn etat ae ro- 
tation. L'appareii est Stabil dan^ 
une bofte avec une ouverlure qu'on 
peut ajustcr pour pouvoir dislribaeir 
rhuile sur la laine qui circule sur 
une tolle sans fin sous cette Ouver- 
türe. Au moment od Ton met Pap- 
pareil en 6tat rapide de rotation, il 
aspiro et remonte une certaine 
quantit6 d'huile par roriüce percÄ 
pres de son pied et la distribue par 
I'eßet de la force cenlrifuge en und 
pluie ou une ros4e sur la laine par 
ses bras perc6s de Irous. 

Fig. 14, pl. 301, scction de Tap- 
pareil sur sa longueur. 

Fig. 15, section sur la ligne a, b 
de la fig. 14. 

Fig. 16, plan od Ton a cnlev^ le 
sommet de la bofte. 

A, B, C, tuyau creux cn forme 
de T, ouvert prös de Textr^mit^ A 
et plac6 dans une position inclinee; 
l'une des brancbes B du T est fer- 
mee etTautro C pourvue d'un ajus- 
tage, ou bien ondispose des ajusla- 
ges sur les deux brancbes. On 
parvicnt d'ailleurs a regier la quan- 
tite d'buile distrlbuee en changeant 
ces ajustages et les rempla^ant par 
d'autres a orifice d'un diametre plus 
ou moins grand. 

D poulie calee sur un arbre E fix^ 
sur la löte du tuyau en T et desti- 
ude k recevoir une courroie pour 
faire toiirner ce tuyau. Ceiui-ci est 
etabli dans une bofte F portant une 
Ouvertüre G,G pourseringuer Thuile 
sur la laine qui passe sur une toiie 
Sans fin H, H devant celte ouverture. 
Les dimensions de cette ouverture, 
et, par cons^quent, la largeur de la 
gurface sur laqueile Thuilc est dis- 
tfibUte peut 6tre r^l^ par dos govl^ 



- » - 



lisscdQx I, I; J est un taytlu qüi ali- 
mcntc la botle en huile. 

Lorsqa'on fait tourner rapidc- 
ment Tappareil, ü aspirc une certaine 
quanlilc d'huile par le bas A du 
tuyau; celte huile remonte dans ce 
tuyau, et par raclion de la force 
centrifuge, est distribu^e sous forme 
de pluie sur la laine par rajustagc G. 
Enfin, dans quelques cas ou il ne 
convient pas d'imprimer une grande 
vitesse ä Tapparcil, le tube creux 
est en forme de vis d'Archimedc. 

La fig. 17 est une section sur la 
longueur dune antrc disposition 
oü la surface cn T est plac6e norizon- 
lalement et oü Ics mdmes lettres 
indiquenl los mömes objets que 
dans la fig. 14. 

K, gros tuyau perc6 pres de son 
extr^mileinfericur fix^e,sur lefond 
de la boftc F et maintenu par un 
Support additionnel L; ce tuyau 
entourc une parlie du corps de ce- 
lui cn T qui s'y adapte exactomcnt. 
Lorsqu'on fait tourner ce tuyau 
en 1, rhuile est aspiröe dans la 
bofte F par celui K dans celul en T 
qui la projetle sur la lainc. Pour 
empöcher que Tair ne p^n6lre entro 
ces deux tuyaux et ne s'opposc d 
Tascension de Thuile, le tuyau K 
s'elargit dans le point M et on fixe 
une embase ou un discjue corres- 
pondant ^' sur celui en T, de fa(jon 
que quand ce dernicr tourae ce 
disque projetle, au-dessus de hii, 
de 1 huile qui remplit le vide qui 
aurait pu sc former cntre les deux 
tuyaux. 

L'invenleur a aussi imagin6 un 
tuyau terminfi dans le bas par uno 
pomme d'arrosoir et qu'on fait os- 
ciller comme un pcndule au-dessus 
de la laine, sur laquelle il verse cn 
pluie rhuile qa'il renfermö, mais 
il pr^fftre la premiöre disposition 
d^crite. 



Perfectionnement dans les navettes 
ä derouler, 

Par M. H. Holden. 

La ponticcUc sur laquelle on 
jilace la canetle dans les navettes 
ctant fr^quenment enlev^ et rcmise 
dans sa chasse, so troure ainsi cx- 
posöe par ces d^nlacements mulli- 
pli^s k devcnir lache sur aa brochc 
(rtadonner Heu k des vibrations qni 
peuvcnt allerer la regularite du tis- 
sage, ou bien, quand Dn^eut la ren- 



dre plus fixe en employant une 
brocne plus forte, ä faire 6clater la 
navette. Pour remödier k cet 6tat 
de choses, M. H. Holden propose de 
fixer la ponticelle sur la navetie au 
moyen d'une breche conique filet^e 
aux deux bouts, les trous dans la 
navette et la ponticelle ayant pröe- 
lablement ^te perc6s suivant le 
degre de conicit6 de ia brochn. 
Quand on introduit cette broche, 
eile se visse avec fermetd dans le 
Corps de la navette de chaque cöte 
de la ponticelle, ce qui diminue 
beaucoup les chances de faire ^cla- 
ter cette navette. Bi la ponticelle 
commence ä manifester quelque 
tendance ä vibrer, on la rcctifie 8i 
faciiemcnt qu'un enfant peut 6tre 
Charge de ce sein, tout simplement 
en serrant ou tournanl l^gerement 
sa breche filet^e, qui par sa forme 
tend ä la raffermir. 

Fig. 18, pl. 301 , coupc horizontale 
d'une navette oü Ton voit la breche 
conique qui traverse k la fois la t^te 
de la poniccUe et le corps de la na- 
vette. 

Fig. 19. Vue d6tach6e de cette brö- 
che surun plusgrand modele A, la 
breche conique dont la portiotl 
moyenne et lisse entre dans roeil de 
la tJte de la ponticelle et les extrö- 
mit^s fi leides dans des trous percös 
dans le corps c de la navette. 

On peut, si on veut, faire ces bro- 
ches en acier Iremp^, pour leur 
donner une plus longue dur^e, et in- 
serer dans les trous de la navette 
des douilles taraud6es et aussi trem- 
p6cs pour la rccevoir. 



Note sur un manchon d'accouplemetU 
de M. Dehesselle (1). 

Par M. E. Bade. 

II existe une bien grande varieti 
de manchons d'acconplement qa| 
ont ^16 d^rits dans divers ouvrages 



(i) Nous emprantons cet article k U 
premi6re livraison du BiUUtin de to Soeieii 
mdustrieUe et commereiale de Vervien, so- 
cidl(5 qui vient de se former dans cette ville 
sous les plus heureux auspices et qui, par 
le merite personnel de ses fondateurs, le 
nombre des sociötaires, Timportance des 
(juestions qu'elie met an concours et V4ekA 
des r^compenses qu'elle se propose de dis* 
tribuer, ne tardera pas a acquerir nn rang 
distingue ä cdte des plus nobles et ^ßs p\fu 
utiles fondations du möme genre qiii eid&- 
tent eu Fi^nci^ «^ ^\^xtva^«c« 



- 36 - 



aassi n'aurais-]e pas fait de celui de 
M. Dehesselle le sujet d'une notc 
particulidre, s'il nc sc pr6sentait 
dang des eunditions theoriques et 
pratiques toutes speciales et tr^s- 
dlgnes d'atlention. 

Le manchen, fig. 20 et 21, pl.301, 
n*a pas de cale, pas de bouloqs ; les 
deux arbres ä accouplcr sont slm- 
plementplaccs beut d bout et rendus 
solidaires uuiquement par le ser- 
rage de deux bagues de fcr sur les 
deux moiti^s d un manchen or- 
dlnaire tourne cn forme de double 
cöne et coup6 en deux sur sa Ion- 
gueur. Ce double cöne est tr^s-peu 
prononc6, le manchen n'a guerc 
que 2 ä 3 millimetres de plus au mi- 
lieu de sa longueur qu aux extr^- 
mit^s. II en resulle que les bagiies 
en fer serrent Ircs-fortement cette 
cspecc de double coin rond sur le- 
qucl on les chasse a coups de mar- 
teau. 

Au Premier abord on a peine ä 
croire qu'un tcl manchen puisse te- 
Dir; on est tcUement habituö ä l'em- 

t»loi des cales d'acicr qu'cUes sem- 
»lent indisp -nsables puur empöcher 
uno piece, poulic, rouc ou man- 
chen, de lourncr sur un arbre. Ce- 
peudaut si on reflechit que le 
scrr.go d'un coussinet peut ar-^ter 
Court uue uiachinc a vupeur, ou 
8*etoniicra moiiis qu'un arbre ne 
puii^se pas louFLicr daiis t'iutcrieur 
d'un maiichon qui pros e bleu cxac- 
tement sa surfaoc avcc une | rcs-iou 
aussi forte que le permel la resis- 
tauce des bagues. La pralique a du 
rt^ste prouv6 a'uue manidre incon- 
tcslable que cos manch« »us tiennent 
parfaitemenl, möme sous des etforls 
tr^s-puissants, du moment oü ils 
Bont al^scs avoc sein au diametre 
de Tarbre. 

La theorie explique sans peine ce 
succes pralique En eilet, pour que 
le mancnou ne glisse pas sur l'arbrc, 
il suffit que la quautile de travüil ä 
transmettre par Tarbre seit infe- 
rieure ä cclle qui serait n^cessaire 
pour vaincre le froltement du man- 
chen sous la pression due au ser- 
rage des bagues. Gefrottement aura 
pour expression 

0.19X1', 

0,19 ötant le coefiBcient du frottc- 
ment du fer sur la fönte non gnii.s- 
s^e et p la pressiun cxcrc6e sur ics 
bagaes. 
Uelle-ci ne peut pas d^passer un | 



oertain maximam correspondant d 
la rösistance des bagups 4 la rup- 
ture En appelant e l'epaisseur do 
CCS bagues. Hcur largeur exprimee 
en cenlimetres, et r le nombre de 
kiiogrammes neeessaire k la rupture 
d'une harre de fer de 1 centim^tre 
carre de section, on aura pour les 
pressions maxima que puissent 
exerccr les bagues, sans se rompre, 
la valeur 

p = 2 rrf. 

Le frottement qu'excrcerait le man- 
chen sur Tarbre, si celui-cilournait 
dans son Interieur, serait donc 

0.19X2 rel 

etlefrottements'exerQanton un tour 
de Tarbre sur loule la circonfcrenco 
de celui-ci, le Iravail absorb6 par 
ce frottement en un tour sera 

0.19 X 2 r«/X c, 

c 6tant la circonference de Tarbre 
exprimde en melres. 

Le travail qui serait absorb6 en 
une seconde seralt 

0.19X2 ncrel, 

n ^tant le nombre de tours de Tarbre 
par minute. 

D'un autre cöt^, le travail qae 
peut transmettre un arbre de dia- 
metre ^, fai.sant n tours par minute, 
est d^apr^s les form u les ordinaires» 
et d 4tant toujours exprimö en 
m^tres, comme la circonference c, 

262000 d« X 2 nc, 

pour que le manchen tienne sous 
ce travail et par cons^quent seit 
asscz ferrae pour le plus grand tra- 
vail qu'il seit bon de faire subir ä 
Tarbre, il suffira que Ton ait 

0.19 X 2 ncrel = ou >262000 d« 2 nc, 

ce qui se rMuit a 

reJ = ou> 1379000 d«. 

Comme le manchen n'est pas expos6 
ä dos chocs, ni mdme a des mou- 
vcmeiils alternatifs, on peut ad- 
metlre r =: 1.000 kilog. d'oü la va- 
leur de la sccliüu des bagues sera 

€l = 1379 d«. 



— 37 — 



si l'ou 80 donne comme r^gle de 
constructioQ ^ = -r cf , on aurapour 
la valeur de e 

0= 1103 4, 

ä ctant exprim^enin^tres, oa 
e=OAid 

si d est exprimö comme e en Centi- 
me tres. 

Si Ton fait attention qiie les ar- 
bres calcul^s d'apres les form u les 
ordinaires que nous venons dV-m- 
ployer sont en g6n6rai trcute fois 
trop forls et peuvent subir par suilc^ 
comme ils le fönt souvent, un tra- 
vaii double de celui pour lequol ils 
ont ät6 calcul^s^ ii sera bon de 
prendre 

e = 0.25d. 

On peut donc adopter comme 
rögle de donner aux bagues du 
manchen une epaisseur egale au 
quart du diametre des arbres ä 
accoupler et une largeur egale aux 
5/4 de ce diametre. 

Le manchen de fönte serre par 
ces bagues doit satisfairc k la con- 
dition d'offrir coutre iatorsion une 
resistance au moins ^gale ä cclle 
des arbres. Or, il sufQl pour cela , 
8i Ton supposc la resistance ä la 
torsion de la fonle 6^ale d cellc du 
fer, qu3 l'on ait 



D^-^d* 



= 3 d' 



oa bien 



(?)'='?-' 



D etant le diamölre exl^rieur moyen 
de ce manchen. 

La valeur de -j = 1,54 satisfait ä 

cette condition; on auradonc toute 
securite en prcnant 



c'cst-ä-dire cn faisant le diametre 
extericur du manchen ^gai ä doux 
fois celui de Tarbre. 

La loogueur a donner au man- 
chun est arbitraire; ello doit dtre 
naturellement au moins ^gale ä la 



somme deslargeursdes bagues, donc 
2 X -T- ^ ou Y "» plu^J un espace 

cntre les ba«jues n^cessaire pour 
qu'on puisse frapper dessus lors- 
qu'oii veut d6caler le manchen. En 
g6n<^ral on ade Ir^s-bonnes propor- 
tions en pronant ]>our lougueur 
5 fois le diamelrc d«» Tarbrc. 

JSi Ton calcule le poids d'un man- 
chen construü d'apres ces donn^e?*, 
on Irouvc qu'il doit ^Ire egal ä 

0W1.119 X d3, 

d etant oxprimö cn ocntimetres. 

Pour los arhrrs de plus de 10 cen« 
timetros de diametre, on pciit, sans 
aucun inconvcnieiit,reduir un j>cu 
la longucur pour dimiuuer lo poids 
qui deviendrait assez cousiderable. 

Les avaniai2cs de ce mnnchon 
d'accouplement sont faciles a com- 
prendre. Le manchen et les arbres 
se terminant entiercment sor le 
toor, 11 est impossihle qu'il se pro- 
duise daus Tusscmblage de ceux ci 
aucunc de ces deviations qui re- 
sultcnt trop souvent de rcmpioi de 
cales mal njustces; de plus, les ar- 
bres restent intacts et conservent 
par consequent plus de valeur que 
lorsqu'ils ont leurs extr^mitds d6- 
formees par des traits d'assemblage 
et des ramures. 

Le montage et le demontage se 
fönt tres-facilement; les arbres 6tant 
plac^s beut ä beut, 11 suffit de 
poser les deox moitiös du manchen 
sur ces arbres, puis de faire entrer 
les bagues avec un marteau ; pour 
^viter de bosseler ces bagues, on 
emploie g^n^ralement un martean 
en cuivre, ou bien on interpose une 
chasse de cuivre entre le marteaa 
et la bague. Pour demonter le man- 
chen, la m^me Operation se r^pöte 
en sens inverse. Rien de plus sim- 
ple et de plus commode. 

Je n*ai Jamals vu de manchen de 
ce genre laisser k dösirer, lorsque 
les bagues avaient 6tö conyenable- 
ment chassdes, et lorsque les bouts 
d'arbres assembl^s ^tatiezit exacte« 
raent du m^me diam^tfe. Lorsqu'ilS 
different l^g^rement, on peut cor- 
riger le defaut en plaQant sor le 
beut d'arbre trop mince une feuille 
de fcr-blanc d'epaisseur convenable. 
On peut aussi, lorsqu'on se Irouve 
en pr(^<ience de pareillcs difÖcult^s, 
augmenter notablement Tadh^rencc 
du maiichon a Tarbre, en mouillant 
cekii-ci avcc \i\i Vx^^^^^iÄ ^'sk^'^S^^ ^^ 



— 38 — 



s*oxjder; un peu de vloaigre sufElt 
pour cola. 

On peut aussi« au liea de chasser 
les bagues au marteau, les scner au 
moyen d*une sorle de presse ä deux 
yis» doot il est trop facile de com- 
prendre les dispositioos pour qu'il 
8oit nöcessaire de la d6crire. C*est 
ici le Heu de faire remarquer quo 
l'effort nöcessaire pour scrrer suiB- 
sammeat les bagues u'est pas cou- 
siddrable, parcc que lo maochou 
serre dans ces bagues comme un 
com doDt la base serail la dilTercnce 
de diam^trc du milicu du niancbon 
et du diamdtre des bouts, tandis que 
sa bauteur serait la demi-longueur 
du maiicbon. Or, le rapport de cetto 
diff^rence 4 celte demi-longueur 

rut etre reduit sans iuconvenient 
lySO et m^mo moins : d6s lors 
TefiTort ä exercer pour faire cntrcr 
les bagues u'est aue la ÖOe partie 
de la pressiou qu'ellcs doiveut exer- 
cer. £n adoptaut les donucos pre- 
cedentes, cette pressiou sera 

/> = 2 r«/ = 2.1000 I = 625 (f« 

doa reHort cbercb^ est 

d elaiit toujours exprime ou ccnti- 
mctres. 

Ce modo de serrago, que Ton 
pourrait appeler des coins contqucs, 
s'applique Ires-avautageusemcnt au 
calage des poulies, des voiauts et 
m^me des roues d'eogrenage; 11 
suißt d*alescr le trou de ces pieces 
ea forme de odue tres-allonge, dans 
kquel oa adapte tres-exactement 
U&e douille tourn^c suivant le möme 
cdne k l'exterleur et ales^e cylindri- 

äuement ä riaterleur suivant le 
iametre de l'arbre ; on coupe en- 
suite cette douille ea deux pieces 
soiyantsa longueuret eile conslitue 
UDedoüblecaleconique; et a moins 

äue le tourueur n*ait mis beaucoup 
e maladresse dans ces diverses 
Operations» on est toujours cerlain 
ainsi d^on calage parfait et qui 
oQre des avantages tels que las »oi- 
¥anU; 
jLm arbreg na goni naUemeni 4^ 

Les pouliespaaTApifMlr^' 
Sans peine d'an Ju^b^ «»• 
sansQu'Uyi 
douille de 

Oa 6vit 



saillles formdes par les eales k xoen« 
ton, auxquelles s'acjrochent par- 
fois les courroies qui tombent des 
poulies et m^mu les vStements des 
ouvriers qui s'en approcbent. 

On m'a affirmä que ce mode de 
calage est tres en usage k Bouen; 
je ne m'en suis pas assur6; mais je 
piiisdire que ma maison (J.-D. Hou- 
get et Cb. Teston, conslructeurs ä 
Verviers) remploie frequemraent 
et n'en a jamais eprouve de desa- 
greinent, si ce n'est pour des engre- 
uages siijets ä des cbocs; encore le 
demande s'il n'est pas prdf^rable 
d'avoir en ce cas un mode de ca- 
lage qui nermelle ä une roue d'en- 
grcnage ue tourner sur son arbre 
sous le coup d'un cboc qui sans cela 
pourrait la briser ou briser Tarbro 
lui-m6mc. Je puis citer, enlre au- 
tres exemples, un engrenaffe do 
2^816 de diametre cale de cetle fa- 
Qon sur son arbre de 0^200 et qui 
tournent depuis lonsteraps une 
force de plus de 30 cbevaux sans 
d^caler jamais. 

Pour moi, je suis convaincu que 
ce mode de calage doit 6lro prelerd 
ä tous les autres pour les poulies» 
Volants, ou roues coulees d'uno 
seule piece. Pour les objets de ce 
gcnre coulds en deux pieces, il est 
souvent preferable de se conleuter 
d'aldser les trous ä un diametro 
un peu plus faible que celui de l'ar- 
bre; alors le serragc des deux raoi- 
ti^s du moyeu par los boulons d'aS'» 
semblage forme un tres-bou mode 
de calage fonde sur le m^me prin- 
cipe que le prec^dent, c'est-ä-dire 
Tadh^rencc par simple pression. 

Toulefois, il faut remarquer que 
ce mode de calage ne permet pas 
tout aussi bicn le transport d'une 
poulie ou roue d'un arbre ä Tautro; 
on est oblig6 cbaque fois de repla- 
cer cette pi6ce sur le Irou, au lieu 
d'avoir une simple douille d cban* 
ger. 



Deitx nouvelles formules pour caU 
euler la force elastique de la va- 
peur d'eau (i). 

Par H. Hob. Röntgen. 

«jQiliontötä 
e.iSQr la 



— ao — 



rappeit qui «Kiste entte ia temp^ra- 
iura et la foree ölastlque de la va« 
peupd'eau, je prendrai la iibert6 d'en 
ajouter deuz nouvelles. L'une de 
cea formales donoe la tension de la 
vapeur pour las tempäratures entre 
Oo et 100^ G. et dana ses plus grands 
icarts ne differe pas de 1/3 pour 100 



des valeara «bservto« nar M* 1^ 
gnault; Tautre est calcolee poor Ieji| 
temperaturos de lOOo & W et {ou^ 
Dil des resullats qui sont ausai tr^^ 
bien d'accord avee oeax obaerv^ 
par le mSme physioien. 
Voici la prenuto formulo : 



tog. P = log. 760 — [0,015432 -4- 0,000054« (100 —0-4- 0.0000000704 (100 ^ 0« 
-H 0,0000000000066 (100 *- 0^] (100 -* I) 

ptyoicUaseconde: 

Log. j» = log. 760-.[0.01543« -^-0,00004865 (100-0 4-0.0000000704 (lOO-rl)«] (iOO— () 



dans Icsqaelles p est la tension en 
millim^tres et t ia temp^rature de 
la vapeur. 

On voit que dans le d^veloppe- 
ment de ces formules je suis parti 
de rhypothese que les tensions do 
la vapeur forioeat une progrcssion 
göom6tpique oü Texposant du quo- 
tient (1) crott avec la tcmp^ratore 
de mani^re quo quand on d6signo 
ce quotient par g la tension p en 
atmosph^res pour la temnöraturo t 
s'obtient an moyen de 1 equation 
suivante: 



on log. p = log. 1 — (100 — f) log. q, 



et si on remplaoe une atmosph^ 
par 760 millimetres, on aura 

Log. p = log. 760 — (100 — log. q. 

Mais comme on sait, d'aprds leg 
r^sultats des observations qui ont 
M faites sur les tensions de la va- 
peur, que notrc hvpoth^se ne s'ao« 
corde que quand 11 s^agit do petites 
diil'erences de temp^rature, 11 faut, 
pour que l'expression ci-dessus 
donnc la tension pour un grand 
nombre dedegr6s avec une certaino 
pr^cision, que q ou log. q soit lol- 
möme variable avec la temp6rature. 
Getto däpendance de log. q de la 
temp6rature ost repr^ent^e ansei 
exactement qu'il est posslble poar 
des degrds au-dessous de 100 p«ir la 
sörie 



0,015^2 +- P/mmf (iOQ -r- ■+- 0,![p)0pQ07Q» (100- ()• -f- O,0QOQOOO0909W (W^.^* 
el pour les dcgr^s au^dessna de 100 par celle 

Ofitmii H- Oß(IG04m (100 - <) 4- 0,0000000704 (IOQ rr I)* 



on, ßfi d'afttres termes, U faut poui 
Ibs temp^n^tures t au-dcssous dß 
100*^ calonlar log. q par la s^rie su- 
p^rioure, et pour Celles au-dessus 
de 100" calculer t par la sörie infö* 



jfiBß note de M. qiausius dans Iß T. XXIII, 
p. 100, et epfin le mämoire de M. Zeuner 
inserd dans le T. XXIV, p. 840 et 601. 
F. M. 
(l) Par le raot quotient on entend le 
nombre par lequel il faul multiplier qq 
owmbre de ia progression afin d'obtenir ceux 
quiim dfi^l^ 4u)l la mUß, 



rieure. Geg deux säriea ont m prlm-r 
eipalement trouv^ par y#ie ttcpd'v 
rimentale. Pour ^tabUr la pr^mi&e^ 
j'ai pris pour base les vajdor« 
moyenncs des observations de 
M. Eegnault et do M. Magaua^ At 
pour d^terminer la seconde« oa n% 
mis a profit quo les expirienoeg A# 
M. Bjegnaolt. 

En cbercbaut par diverseavoie^ 
a dctermincr la a^pendance de l^ 
valeur de log. q de U tempiratiure, 
j'ai dd me convainere que dans leg 



— 40 — 



sible que dans des limites de tem- 
p^rature d^terminecs. Uno serie, i)ap 
exemple, pour log. q qui entrc 0<* 
et lOiP reproduit tres-exaclemcnt 
les valeurs moyonnes des observa- 
tions de MM. Regnaalt et Magnus, 
presente au-dessous et au-dessus 
de 100° des difforences av«c les ob- 
ßervutions qui döpassent les limiles 
des erreurs de Tobservation. II n'est 
donc pas possible de trouver par la 
voie propos^e une formulo qui re- 

firoduise avcc la möme exactilude 
es trnsions de la vapeur pour tou- 
tes les terap^ratures si on ne veut 
pas qu'elle soit trop compliquee et 
par consequent qu'elle soit d'un 
calcul facile. 

MM. Magnus et Holtzmann ont 
donn6 chacun une formule tr6s- 
simple et tres-exacle pour les drgres 
au-aessous do 100, qu on trouvedans 
la Mecanique des Ingenieurs et des 
constructewsdQlSi.T Weisbach, t.ll, 
p. 459, mais la ])remiere de ces for- 
mules, pour une temperature de 
150' donne döjä des deviations de SO, 
et la seconde de 100 millimetrcs sur 
les observations de M. Regnault, et 
de bien plus grandes cncoro sur 
Celles do Dulong et Arago. La for- 
mule de M. Auguste, qu*on trouve 
dans le mSme ouvrage et qui a une 
forme tres-compliqu6e, n'a ete caU 
cul^e que sur d'ancionnes observa- 
tions, mais eile donne pour des lern- 
f)6raturos au-dessus de 100* des va- 
eurs qui s'accordent tr^s-bien avec 
les observations dejä vieillcs de ces 
deux derniers physiciens. 

C'est par ces motifs que la plupart 
des formules de tension de la vapeur 
n'ont äl6 calcul^es que pour un cer- 
tain nombre de degr^s. On a ren- 
contr6 de grandes difficull^s quand 
il s'est agi de trouvr^r une formule 
donnant avec la mSme exaclitudo 
les tcnsions de la vapeur ä toutes les 
temp^ratures, sans compterqu'ddc 
hautcs temp^raturcs la force ex- 
pansive de la vapeur n'est pas facile 
a d^tenniner avec pr^cision, cir- 
constance qui a principalement pour 
cause la dilatation inegale de Teao, 
On peot, en effet, supposer qae 
molns est grando ia density de^Vauä 
plas eile pout s'övapoit»'*« 
ttienl, et plus est gftni^ 
eit^, plus aasfli aki r 
force ex^ — ' 
Hatar^ 
^ Mf 
Fear 

8^ 



chaleur spöcifiqne snit dans une mar- 
che plus reguliere Taccroissement de 
la temperature^ il est vraisemblable 
que la densite ot la tension de la va- 
peur suivent aussi une ioi plus simple 
ou bien plus reguliere que celle qui 
a lieu; il en resuite (]uc la chaleur 
latente de la vapeur ä de bautes 
tempcraturea doit 6tre moindre qu'ä 
de basses temp6raturcs, car on a, 
dans le premier cas, besoin propor- 
tionnellement de moins de chaleur 
pour transforraer une certaine quan- 
til6 d'eau en vapeur que dans le 
second. Une formule qui en consd- 
quence devrait exprimer exacte- 
mcntla Ioi deT^lasticile de la vapeur 
devrait ögalement renfernier celle 
de la ailatation et dela chaleur sp6- 
cifique de Teau, 

Qiiant ä ce qui concerno la se- 
conde formule propos^e on fcra re- 
marquer : 

lo Qu'elle est d'un calcul tresfacile, 
plus facile poul-^ Ire qu'aucuneautre; 

2' Que quand on compare les ten. 
sions de ia vapeur aux diverses 
temperaturcs des tablcs fondeessur 
le^ travaux de M. Regnault et Celles 
donneos par notre formule, on trouve 
presque les m6mes resullats. L'ac- 
cord est möme si graud, qu'ii sem- 
ble que ces tables out ät^ calcul6es 
d'apres notre furmule. Or, comme 
les valeurs de ces tables sc rappro- 
chent autant qu'il a 6te possible des 
rösultats deTexperiencc, on peut en 
conclure que notre form uloexprime, 
aussi exactement que la chose peut 
se faire, la Ioi de Telasticitö de Ia 
vapeur. 

Du reste, nous croyons devoir 

faire remarquer ici qu'une de ces 

tables de M. Weisbacn, renfermant 

les rösultats positifs des exp^rien- 

ces de M. Regnauli depuis lOO" jus- 

qu'ä 148" notre table präsente avec 

eile, vers 148o, une dcviation d'en- 

viron 40 millimetres de mercure 

ou de 0.05 atmosphere, et qu'elle 

s*accorderait presque mathemati- 

quement de lOOo ä 148o 30 avec 

lexp^rience si dans la formule on 

rempla^it 0.00004265 (100 — par 

0.0000454 (100—0- Quoi qu'il en 

BoiU on observe, dans les tables 

^' • »Mir les auteurs, des d6via- 

iimIhw sensibles, cc qui 

fde. plus aue les 

WA brdposee jas- 

n'elles re< 

■^bterva- 



— 41 — 



Yoici maintenant les tnbles cal- 1 
culees d'apres Ics formules et qui 



renfermcnt les tensions de 1a va- 
peur depuis — 30*]u8qu'd 230« C. 



t 

8 



30» 
-29 
-28 
-27 

- 2G 
-25 

- 21 

- 2.J 

- 22 
-21 

- W 

- 19 

- 18 
17 
16 

- 15 

- U 

- 13 

- 12 
11 
10 

■ 9 
• 8 

7 

■ 6 
5 

- 4 

3 

. 2 

1 

. 

1 

2 

3 

4 

5 

6 

7 

» 

9 

10 

11 

12 

13 

li 

15 

16 

17 

18 

19 

20 

24 

22 

23 

24 

25 

26 

27 

28 

29 

30 

31 

32 

33 

34 



. s 



0.37 
0.40 
0.44 
48 
0.53 
0.58 
0.64 
0.70 
0.77 
0.84 
0.92 
I.IH) 
I.OJ 
1.19 
1.30 
1.41 
1.5V 
1.67 
1.81 
1.96 
2.13 
2.30 
2.49 
2.69 
2 91 
3.14 
3.39 
3.66 
3.9i 
4.25 

4.91 

5.28 

5.66 

6.08 

6.53 

6 99 

7.50 

8.03 

8.60 

9.18 

9.82 

10.48 

11.18 

11.95 

12.73 

13.57 

14.46 

15.40 

16.39 

17.44 

48.65 

19.7V 

20.95 

22.24 

23.6« 

25.04 

26.57 

28.15 

29.86 

31.60 

33. U 

35.38 

37.47 

39.61 



s- 

a 



0.000482 

0.000527 

0.000579 

0.0006.36 

0.000700 

0.000768 

0.000843 

0.000924 

0. 00101 1 

O.OOllOi 

0.00121 

(XH32 

0.(K)U4 

0.00157 

0.00170 

00186 

0.0«)2(« 

0.00250 

0.002i8 

0,00258 

0.1X1281) 

00302 

0.1K)328 

0.(X)355 

0.lX).38.i 

0.00414 

0.(X»446 

0.(X)481 

0.(X)519 

O.OO50O 

0.(K>64ß 
0.(MKi95 
0.00778 
0.00801 
0.00859 
0.(X)920 
0.00986 
0.01056 
0.011.31 
0.01208 
0.01292 
0.01380 
0.01472 
0.01572 
0.01675 
0.01786 
0.01903 
0.02026 
0.02157 
0.02295 
0.02Ui 
0.02597 
0.(«757 
0.02629 
0.0:H08 
0.03294 
0.03497 
03704 
0.03928 
0.04158 
0.04400 
0.04655 
0.04930 
0.05212 



l!2 

11+ 



6.6ai 

6.722 

6 763 
6.804 
6.845 
6.885 
6.926 
6.966 
7.005 
7.043 
7.083 
7.120 
7.157 
7.195 
7.232 
7.269 
7.306 
7.. 342 
7.377 
7.412 

7 447 
7.481 
7.516 
7.550 
7.583 
7.617 
7.650 
7,683 
7.715 
7.748 

7.810 
7.842 
7.872 
7.903 
7.943 
7.964 
7.994 
8.024 
8.054 
8.082 
8.111 
8.140 
8.168 
8.197 
8.224 
8.252 
8.279 
8.307 
8.334 

8 .361 
8.. 388 
8.414 
8.440 
8.466 
8.493 
8.518 
8.544 
8.569 
8.594 
8.619 
8.643 
8.668 
8.693 
8.717 



i 1 

11 



kn«f. 

0.0005 



0.0011 



0.0027 



0.0062 
0.0067 
0.0072 
0.0077 
0.0083 
0.0089 
0.0095 
0.0102 
0.0109 
0.0117 
0125 
0.0133 
0.0142 
0.0152 
0.0162 
0.0173 
0184 
0.0196 
0.0209 
0.0223 
0.0237 
0.0252 
0. 021)8 
0.0285 
0.03()2 
0.0.321 
0.0340 
0.0361 
0.0382 
0.0405 
0.0429 
0.04.H 
0.0480 
0.0509 
00538 



I 

s 

s 
s 

i 

8 



35* 
36 
37 
38 
39 
40 
41 
42 
43 
44 
45 
46 
47 
48 
49 
50 
51 
52 
53 
54 
55 
56 
57 
58 
59 
60 
61 
62 
63 
64 
65 
66 
67 
68 
69 
70 
71 
72 
73 
74 
75 
76 
77 
78 
79 
80 
81 
82 
83 
84 
85 
86 
87 
88 
89 
90 
91 
92 
93 
94 
95 
96 
97 
98 
99 



g 


^ 


^ i 


^ 


^ 1 
■ Z 


1 


A - 


A 


41.86 


0.05508 


44.22 


05818 


46.70 


0.06145 


49.42 


0.06502 


52.04 


0.06847 


54.88 


0.07221 


57.98 


0.07629 


61.39 


0.08078 


64.62 


0.08503 


68 05 


0.08954 


71 .35 


0.09.389 


75.05 


0.09875 


79. (H 


0.1040 


83.05 


0.1093 


87.38 


0.1150 


91.79 


0.1208 


96.41 


0.1268 


101.2 


0.1332 


106.4 


0.1400 


111.8 


0.1470 


117.2 


0.1542 


123.1 


0.1619 


129.0 


0.1698 


135.2 


0.1779 


141.7 


0.1865 


149.1 


0.1961 


155.3 


2044 


162.8 


0.2142 


170.4 


0.2242 


178.5 


0.2348 


186.5 


0.2454 


195.2 


0.2569 


204.0 


0.2684 


213.4 


0.2808 


222.8 


0.2932 


232.9 


0.3065 


243.3 


0.3201 


254.0 


0.3342 


265.1 


0.3488 


276.5 


0.3638 


288.4 


0.3795 


.300.8 


0.3958 


313.5 


0.4125 


327.0 


0.4302 


340.6 


0.4481 


354 .8 


0.4669 


369.4 


0.4861 


384.7 


0.50G1 


400 4 


0.5269 


416.6 


0.5481 


433 4 


0.5703 


450.8 


0.5932 


468.8 


0.6169 


4S7.2 


0.6411 


506.3 


0.6G61 


526.0 


0.6922 


546.3 


0.7188 


567.4 


0.7465 


589.3 


0.7751 


611.0 


0.8044 


634.4 


0.8347 


6,'i8.0 


0.8658 


682.4 


0.8979 


707.5 


0.9309 


733.4 


0.9650 



e 



8.741 
8.765 
8.789 

8 813 
8.836 
8.859 
8.883 
8.907 
8.930 
8.952 
8.973 
8.995 

9 017 
9.039 
9.061 
9.082 
9.103 
9.124 
9.146 
9.167 
9.188 
9.209 
9.230 
9.250 
9.271 
9.292 
9.311 
9.331 
9.351 
9.371 
9.390 
9.410 
9.429 
9.448 
9.467 
9.486 
9. .505 
9.524 
9.543 
9.561 
9.579 
9.598 
9.616 
9.634 
9.651 
9 669 
9.687 
9.704 
9.722 
9.739 
9.756 
9.773 
9.790 
9.807 
9.824 
9.840 
9.857 
9.873 
9.889 
9.905 
9.921 
9.9.37 
9.953 
9.969 
9.985 



li 



kllH. 

0.0569 
0.0601 
0.0634 
0.0671 
00707 
0.0745 
0.0787 
0.0834 
0878 
0.0924 
0.0969 
0.1020 
0.1073 
0.1128 
0.1187 
0.1247 
0.1.309 
0. 1375 
0.1U4 
0.1518 
0.1592 
0.1671 
0.1753 
0.1837 
0.1925 
0.2025 
0.2114 
0.2118 
2294 
0.2424 
0.2534 
0.2652 
0.2771 
0.2899 
0.3027 
0.3164 
0.3305 
0.3450 
0.3601 
0.3756 
0.3918 
0.4087 
0.4259 
U42 
0.4627 
0.4821 
0.5019 
0.5225 
0.5440 
0.5659 
0.5887 
0.6425 
0.6.370 
6620 
0.6877 
0.7147 
0.7422 
0.7707 
O.S(X)3 
0.8.305 
8618 
0.8940 
0.9271 
0.9711 
0.9963 



-48-^ 



i 


TIS 


jlOM 


i 


ll 


1 




■^iOV^ 


£ 


i^ ; 


1 


1 i 


J3 


s s 


^ 1 


i^ 


TT 


1 


|1 

II 










klllf. 










I^H' 


im 


760.0 


1.000 


i\.W\} 


r0335 


15J> 


3586 


4.718 


0.674 


4.g713 


m 


787.4 


l,o:ui 


0.015 


1,0097 


151 


3tÄl 


4.S47 


o.etü 


5,mii5 
5.1387 


an 


«15.7 


1-073 


0.031 


l.nr78 


i:>9 


378,1 


4.977 


o.r,97 


iü:t 


«Vi.« 


iHf 


0,046 


Mi«.1 


ira 


n8.X5 


r>.nä 


0,7<»9 


5.1781 


m 


874.7 


1J31 , 


0.(NJt 


K18A4 


\M 


39H9 


r>.it*i 


Ü.79U 


5.4196 


m 


m^a 


i,iM 


Ü M7fi 


i.äiy7 


i-5 


^09r. 


5.;«8 


0.731 


5.5631 


im 


0l37,3 


1.133 


0.Ü91 


1,3731 


15Ä 


49tj4 


5.533 


0.743 


5.7HH 


m 


t70,0 


i.tre 


(ijm 


i.3174 


ir>7 


4313 


5.676 


0.754 


5.8rj<M 


iw 


lÜUCt.ß 


1.331 


0.1*1 


l.:*640 


ir^ 


4497 


S.»9o 


0,7*1.5 


6.01 4it 


loa 


loss.a 


1.366 


0.133 


K4im 


15Ü 


4,143 


B.977 


0.776 


6.17ii 


110 


1073.8 


I.4f3 


Ü.ISO 


ri589 


ifiii 


4660 


6.131 


0,7H8 


G. 3,303 


111 


1410.5 


i.m 


O.lßS 


1 .rrfWi 


161 


4779 


6.9S9 


n.799 


6.493.1 


lli 


l<48.1 


1.511 


0.179 


! :mi 


163 


i*Ki 


6.451 


8!(» 


6,&i<>7 


113 


IfSfi.S 


i.Ud 


0. m 


1.61i7 


WA 


5030 


e.618 


0.811 


6.8Ui 


lii 


iüfi.e 


1.614 


O.ifM 


\M^\ 


Ifi^ 


5160 


0.777 


O.K'Jl 


6.9l>7i 
7A7m 


115 


i«»a 


1.066 


(\:iU 


1.7*01 


l^iÄ 


5384 


7.953 


0.8il 


m 


1309.5 


1.7*3 


0.136 


1.7791^ 


166 


5447 


7.198 


O.H,i3 


7.3.^7 


J17 


I353.fi 


L7B) 


ü.ijo 


1.8:^s 


iH7 


5rh53 


, 7.3U5 


0.86 V 


7.B4H 


IIS 


131*7.0 


1.838 


0.364 


l.«977 


\m 


5ljyi 


7.488 


0.H7I 


7.7311, 


114 


iMf 


1.89« 


0.i7ft 


r9?Wp 


170 


5973 


ft.Ä59 


0,H9r. 


B.1144 


t3j> 


ii«a 


i.fl^) 


0.393 


3 fW3- 


174 i 


6ar?6 


8.943 


0.916 


8.510«! 


13t 


1373 


a.r>33 


O.atTÖ 


3,0S7ri 


174 


6571 


&.64S 


0,937 


8.9i9^J 


m 


ij«fl 


ä.flS? 


0390 


% \m\ 


176 


6888 


9.064 


ir9:i7 


9.3,596 


i*:i 


^6:^7 


«J54 


0.333 


s.aiiu 


178 


7318 


«.497 


0.97« 


9 J14156 


lii 


16«il 


a.iü 


0.347 


1.9911 


im 


7-m 


fl.947 


ü.a-j« 


10.17IP 


li.1 


1743 


t,t9i 


0.3ßO 


1 3065 


189 


79ii 


10.41 


1.017 


in.74» 


liü 


17Q7 


S.36t 


0.374 


a.t^ofi 


1H4 


Wä74 


10,87 


1.037 


11.113 


m ' 


\mn 


3,437 


0,:«? 


^.3169 


iNr* 


86.H 


11,39 


llt'">6 


lU76fl 


198 


i^lO 


9.313 


0.400 


3.5^47 


!H8 


9ft47 


11.9t) 


1,076 


H.187 


1*9 


19f)fl 


t.5011 


0.413 


3.67U 


190 


9454 


19.44 


1.095 


19.344 


13*) 


i\m 


±.m 


0.415 


3,75fiK 


19^ 


9769 


13,99 


1.113 


13. SU 


m 


^mi 


1.751 


0,439 


3.»W*4 


19i 


10305 


iAM 


1.133 


|4.0CW> 


m 


^m 


3.«rU 


0.^53 


3.99fil 


19H 


10754 


14 J5 


1,151 


14.610 


m 


■2H^ 


^.'Mi 


i\.m 


3.015(1 


*W 


11317 


14.76 


1,169 


15.340 


m 


fm 


z.m 


0.478 


3.10V7 


Slf) 


11693 


15.39 


l,lft7 


15.890 


i^& 


3353 


3,Ot*6 


0.491 


'A^m^ 


9iH 


191tt5 


16 03 


l.H+5 


17.5.51 


m 


ät*3 


^.im 


O.'iOi 


3.39ii; 


%\\ 


I9li89 


10.70 


i.39:t 


17*141 


m 


lU^H 


3.183 


0.516 


3.:i887 


%K. 


13140 


17,39 


ij;o 


17.955 


118 


-. ":7 


3,370 


fl,ria9 


3^871* 


m 


13761 


IRH 


1.9,58 


18.698 


139 


:*tv,-i 


3.477 


0,54t 


3,59(10 


iUi 


M39I* 


18 84 


1.97ß 


19.4:^1 


liO 


±7\^ 


3.577 


0.554 


S.tiiKil 


319 


n8¥*ti 


19 m 


1.193 


H».i37 


Hl 


3707 


3,fii^> 


u.riöfl 


3,7906 


914 


15m 


911 39 


1.3(19 


91.049 


Hl 


3H77 


3,7M 


n..^7fl 


a.wjoo 


916 


16103 


«1.«H^ 


1.336 


Sl .868 


143 


^m 


3,893 


0.590 


4.0195 


«1« 


16731 


23.09 


1.34,^1 


33.771 


144 


ma 


1 h.<m 


0.60t 


4.1S30 


9iO 


17385 


t*.M 


l.3.^»9 


rum 


HS 


3198 


i.iia 


n.GU 


4J41W 


991 


18055 


13.76 


1.376 


94.5:*! 


146 


mr, 


4.931 


0.096 


4 am"! 


914 


18743 


S4,rrfJ 


1.3iH 


1,5.461 


147 


:tmi 


4.34JI 


fl.63« 


4.48P3 


196 


194S3 


t^.fti 


1 408 


36.433 


! MS 


i^.^^ft 


4.4»>9 


0.f.5(» 


4,6149 


m 


irH87 


96,, 56 


1.4S4 


27.493 


i\^ 


jiSi 


4.591 


0.663 


4.740a 


im 


90933 


97.54 


1.440 


9.^.435 


ftf^i 


\, ies pr 


^s&lona par 


c^^nriim 


■Ire cam 


au-de 


5S0US de 


iP onl 6U 


ernprun 


1*VS RtlX 


ßiper 


eno?» (ie 1 


^1. He^nault 


, celJcs 


aQ-(ics*u 


sdam 


oniai? ca 


LkuJüBä k ra 


i&oiidfi 


i^mn 


t: 


Lmoä|iljL^fe 


, chiSri^ egj 


xLemeat 


donae p 


ar cei 


»hyiileien. 









Si on voülait combincr les deux formules en une seule, alors on aa^ 
rait Fexprcssion suivante : 

Log. p = log. 760 — [0,015432 -4- [0,000048425 ± 0,000005775] (100 — 
4- 0,0000000704 (100 — 0*4- [0,0000000000033 ± 0,0000000000033] (100 - i)*J (100—0 

oü le sigDo + QQtre les peUts c^ MHOA de 100. et Je signe — aox der 
chets s'applique aux degp^ \Ab KP 



-49 - 



Machine ä vapeur rotative de Voss, 
sa construciion et sa capaciU de 
travail. 

Par M. R. Schmidt, ingönieur civil, 
ä Berlin. 

I. La machine ä vapcnr rotative 
dont il va ötre qupstion et qul est 
de Tinvention de M. Chr. Voss de 
Bertin, se distingue dans sa cons- 
truction des machines k vapeur or- 
dinaires : 

lo Paria simplicitedu m^canisme 
motear qui prodait directement im 
mouvement de rolation tout en di- 
minuant le frottement ; 

2" Par la supprcssion de toutq 
botte ä ßtoupe, ce qui perraet aussi 
de diminuer Ics frotlements et rend 
l'aciion ou la marche plus faciie. 

On se fera une id6e de la cons- 
truction toute spi^ciale de cclte ma- 
chine par la description suivanlc : 

Deux disques verticaux, R et R', 
fig.22,23eti4,P1.30l,sontcal6spar 
leur centre sur des arbrcs horizon- 
taux reposant sur des coussinets; 
les platis de ccs disques, s'ils ^taient 
prolong6s, se couperaient sous un 
eertain angle. Dans le disque K, 
sont venus de fönte trois canaux ou 
passages rayonnants k, /r, k, dont 
chacun correspond a un cyliudre d 
vapeur C. L'aspcmblagc entre les 
cylindrcs et le disque est simple et 
s'etablit au moyen d'assemblagcs ä 
boulo percis au centre. 

Dans chacun de ces cylindres sc 
meut un piston n, qui de mC»me 
est combin6 sulvant une dlrcction 
Oorrespondante au moyen d*nn as- 
«emblage k boule avec l*autre disque 
R' (lequcl a'est pas perc<^. de passa- 
ges) de maniere que les aies du 
cyliudre et du piston tournent 
horizontalcraent et parall^lemcnt 
Tun ä Tautre, ainsi qu'on le voit 
dans la üq, 22. Les iignes qui join- 
draient les centres des boules sur 
chaque disque formeralent on trian- 
gle regulier. II est bon, de plus, de 
rcrrarquer que le nombre des cylin- 
dres se regle sur la marche plus 
ou moins uniforme qu'oa veut aon- 
ner ä la machinc. 

Au centre du disque R aboutis- 
sent les trois passages k, k, k, La 
flg. 24 prescnte des vues par devant 
et par derri^re de ce disque R. Les 
lumieres recfangulaires k debou- 
chent toutes dans un mömo plan 
gar lequcl est rodee la piece S, qui a 
ane forme jp^rtioaU^re. On comr- 



prendra sa structure ä Tinspection 
des fig. 22 et 25, et voici la mani^ro 
de reiablir. S est un cylindre cnux 
fermö d'un cölö, d'une faible hau- 
teur, qui est partagö par des cloi- 
sons en trois cbambres a, e et b. La 
chambre a est en communication 
avec lo tuyau a d'arrivee de vapeur, 
Celle b avec celui d'(5chappement b, 
Dans ce cylindre creux ei>t venu de 
fönte un cylindre plus petil a tra- 
vcrs lequcl passe le moyeu dn dis- 
que canaliculö R. La face ant^rieure 
de S et Celle postörieure du disque 
R ^tant rodöes Tune sur Tautre, ce 
disque R peut tourner sur le corps 
de S qui est maintenu immobile, et 
ouelle que soit la prossion du disque 
l\, 11 y a toujours un passage en 
prdsence de la chambre a de oette 
esn^ce de tiroir. 

M.'iintenanl, si la soupape de ya- 
peur D, qu'on aper^oit dans la sec- 
tion horizontale fig.22estouverte,la 
vapeur 8*6coule par le tuyau a dans 
la chambre a du corps S, puls de lä 
par le passage k qui est en presence, 
et aussi narrassemblagea boule dans 
lecylinarcCoü eile cxerce une pres- 
sion tant sur le pislon n que sur le 
fond du cylindre. Celle pression d6- 
termine Ja rotation des deu]^ dis- 
ques, ce c\\x\ amcno le passage sul- 
vant du disque R devant la cham- 
bre a et imprime un nouveau mou- 
vement rolatoire aux disques, et 
ainsi de suile un mouvement de 
rotjilion permanent k la machine. 

Par suile de la rotation des dis- 
ques R et R', chaqqe passage ou 
canal abandonnela chambre a aorös 
avoir parcouru un angle de 12(r et 
arrive devant Ja surface de d6tente 
c, au moment oä le piston a accom- 
pli les 2/3 de sa course. L'inlrodüc- 
lion et l'öchappcroent de la vapeur 
dans les cylindres ruspectifs ne pept 
donc plus avoir lieu parca que la 
ßurface de dötente e est separ^o 
completemcrt des cbambres d'in- 
Iroductiou et d'echnppement a et bf 
et par cousequent la vapeur est 
contrainte de travailler par d6tent$ 
et de chasser ainsi le piston d^QS 
le dernier liers de la course. 

II est dvjdent que le degrö de la 
döteute dcpend de la grandeur de la 
surface e, et par con^öquent que la 
machine pcul procurcr tel dcgr^ de 
d^tente qu'on desirc, sans Interven- 
tion aucune des autres piöces du 
mccanisme molour. Dans le cas en 
queslion la dclente a lieu aux 2/3 de 
iaiH)4rae. 



- 44 — 



La pression da disque R sar le 
Corps S et de ce möme disque R sur 
le coussinet de Tiin des arhres, de- 
teimine un frottement assez notable 
et par cons6quent le disque est sus- 
pendu entre des pointes en regard 
P et P\ c'ost-ä-dlre qu'on a cherchd 
a y rMuire le frottement ä son mi- 
nimum. 

La communication du travail de 
Tun des disc;ues ä Fautre s'opöre 
simplement au moyen d*un con- 
ducteur m (fiff. 20) qui passe de i'uu 
des cenlres ä rautre de ces disques. 
La poulie ä courroie N est calce sur 
ce conducteur m, et le travail est 
ainsi transrais dans les points ou il 
doH dtre utilis6. 

Comme cette machine, ainsi qu'il 
est facilc de le comprcndre par cetle 
description, n'oecupe comparative- 
meut que peu de place (une ma- 
chine dß 70 chcvaux. par exemple, 
n'occuperait qu'une longueur de 
Sm^trcs, unclargeur de i".50 et une 
hauteur d'un peu plus d'un metre) 
et qu'avec un poids relativcment 
petit eile a une marche tres-uni- 
lorme et que par suite de sa sinipli- 
cite eile exige peu de r^parations, 
eile semble ötre parfaitcment ap- 
plicable k tous Ics iravaux oü Ion 
met d proßt le travail m6caniquede 
la vapeur; mais, pour le moment, 
rinventeur ue s'occupc qu'ä propa- 

§er son appareil comme machine 
ixe. 

II. On pourrait croire ä la pre- 
miörc vue qu'en raison de la d6- 
compositiou ou dispersion de la 
force, la capacit6 de travail meca- 
nique de la machine de Voss ne 
peut pas 6ire mesuree de la möme 
maniere que pour les machines or- 
dinaires, chez lesquelles le travail 
est donn^ par la pression sur le pis- 
ton multipli^e par la course de cc- 
lui-ci. Mais M. R. Schmidt entre- 
prend de d^montrer analy tiquement 
que la chose est possible et quo, par 
consöqient, lo travail mecaniquc de 
la vapeur dans les cylindrcs est 
transmis en cntier aux disques R 
et R'. Nous ne le suivrons pas d-ns 
son analyse qui comporte Temploi 
du calcul integral, et noaS. d**"^ 
contenterons de rapportup'»^' 
tat des exp6rien6e8 üt^* 
en prcsencn de Mo****" 
sur une r 
töme ' 
frotte 

La 
piric 



cnn d'un diamMre de Qn^.llS, et une 
detente teile que la vapeur y 6tait 
interrompue aux 2/3 de cette course. 
L'angle que les disques faisaient 
entre eux ^tait de 18o; le diametre 
de la poulie cal^c sur Ic conducteur 
de 0m.90 et la distance du centre des 
boules de ce conducteur de0'.28. 

Aün d'utiliscr la tormule k la- 
quelle M. Schmidt etait parvena 
pourla determlnadon deTeiTel th^ 
rique, on a comhinö avcc chaqae 
expdrience au frein, une expörience 
avec Tindicaleur. Comme moyenne 
de quatorze experiences, on a trouvö 
d'un cötö que la conlre-pression sur 
les pistons 6taii d'un pou plus de 
1/4 atmosphore au-dossus de la 
pression aimosph^rique, et d'un 
autre que le travail du piston avec 
la detente em[)loy(^e ötait de 1/6 plus 
petit que celui qu'on avail trouv6 4 
pleine cylindree En consöquence, 
on a multiplic la formulc ä laquelle 
on avait dl6 conduit pour exprimer 
le travail Ihdorique par 1/6 et sous- 
Irail de Tcx pression de la pression 
atmosphöriquii dans cetteformule 1/4 
atmosuhcre. 

Le dynamomctro ä frein qu'on a 
emploje etait equilibre sur son cen- 
tre de gravi le de maniere ä ce qu'on 
u'eüt pas ä faire entrer dans IcS 
calculs l'exces de poids du levier, 
et le calcul du travail virluel s'csl 
fiiit sur les indications de cot appar 
reil par la formule ordinaire. 

La tension de la vapeur, intro- 
duite dans la machiue, a el^ mesu- 
ree au moyen d*un manomdi re ulacö 
tout ures. Los dispositions de la 
chauoicro etaient raaiheureusement 
telles que celle-ci n'a pu fournir de 
la vapeur qu'ä deux atmosphdres 
au-dessus de la prossion atmosphö- 
riquc^ tandis que la machine avait 
^le etablie pour marcher sous une 
pression de 4 1/2 almosphcrcs; maie 
I comme, dans la formule obtonue, le 
1 travail est propurtionnel a la pres* 
sion, on a |)u calculur avec sou se- 
cours Ic travail tcl qu'il aurait ^ii 
sous une pression de 4 1/2 atmosphÄ* 
res. ^ 

Le nomore des tours que la ma» 

i^inA^.faitsjd^gj^ckique exp^rience 

^ -Wec an compteur, et 

i*ellesaumoy6|i 

^lecondes. ;. 



— 4Ö — 

Tension de la vapenr en atmosphöres • i*88 

Nombre des pnlsations de la machine par minute 86 

Duree moyenne de chaquc expcrience en minuies 2 

£ffet utile du la machine en chevaux 3.2 

Effet utile de la machine calcult^ pour 4 1/2 atmosph^res en chevaux. . . 7.75 

Travail tbäorique de la machine en chevaux, d*apr^ la formule 4.59 

Ce mdme travail calcul<^ pour 4 1/2 atmosphöres 12.668 

Rapport du travail mecanique k l'effet utile 0.73 



Cos resultals fönt voir que la va- 
leur moyenno du dcrnicr rapporl 
est de 73 pour 100, et comme, avec 
les machines de raörne forco et de 
conslruciion ordinaire, ce rapport 
n'est en moyenne que bO pour 100, 
il est Dermis, dit M. Schmidt, de 
consideror la machine de Voss 
comme donnant des r6saltats tres- 
satisfaisants sous lo rapport de Teffct 
utile; r^sultats dus d*un cdt^, aux 
particularites que präsente sa con- 
struction. et de i'autre, ä l'habilete 
qu'on y a döployöe pour ^viter le 
travail du frottement aux extrömi- 
t^s des arbres. 

üne propri6t6 digne d'atten?,ion 
de cette machine, et dont il reste 
encore ä faire mention, est sa mar- 
che parfaitement r6guli6re qui la 
rend recommandable pour une foule 
de travaux. II est ^viaent aussi que 
le grand cffet utile qu'elle donne a 
pour cons^quence une Economic de 
combustible sur les autres machi- 
nes, et que son prix dacquisition 
ä raison de sa simplicite est nota« 
blement inferieur k celui des autres 
appareils de mdme force. 



Machine ä vapeur ä haute et hasse 

pression avec un seul cylindre, 

Par M. L Whittaker. 

La fig. 27, pl. 301, est une section 
par un plan vertical d'un cylindre 
de macnino ä vapeur Stabil et dis- 

Eos6 suivanl ce nouveau Systeme. 
e cylindre est destine a une ma- 
chiiiecomposeeou la vapeur qui s'e- 
chappe de la haute pression recom- 
mence un nouveau travail avant de 
sc rendre au condenseur. 

A, A, cylindre ä vapeur moul^ 
d'une seule pi^ce et pourvu dans le 
haut, ainsi que dans lebas, d'uncou« 
yevdXQ ß,B,8ur chacun desquels est 
One bofte k ^toupes G, G. 

Co cylindre est pourvu de cinq lu- 

midres num^rotees respectivement 

i, 2, 3, 4 et 5 dans la ngure, cl de 

^x syst^mes distincts de tiroirs 

loeuvres par leurs tiges propres 



E, F, G, H sont quatre pistons qui 
fonctionnent k rint^rieur de ce 
cylindre. Le piston E est asserablö 
a la mauiöre ordinaire avec la tige I 
()ui glisse ä travers la bofle ä ^tou- 
pes G dans le couvercle supörieur B. 
Ge piston E est accoupl^ avec le 
pislou F au moyen de tiges secon* 
daires K , K , qui fonctionnent k 
travers des boUesäetoupes h, b, 6ta- 
bües dans le piston G. Ge dernier 
piston joue dans la parlie centrale 
du cylindre et est accoupl^ par la 
tige interraMiaire L avec le piston 
H; une hotte k ätoupes c est dispo- 
s^e au ct ntre du piston F pour le 
nassage ct le jeu de cette tige. Quant 
a la tige M eile fonctionne k la ma- 
niere ordinaire k travers la hotte k 
^toupes G' du couvercle inf6rieur B'. 

Une manivelle double est em- 
ploy^e pour recevoir le mouvement 
des divers pistons, la tige I ^tant 
attach^e ä une de ces manivelles et 
la tige M k Tautre. Quand les pis- 
tons sont dans les positions reprä- 
sent^es dans la figure, les deux ma- 
nivelles sont suppos^es dlre arriv^es 
toules deux ä leur point mort sur les 
cötds diametralemont oppos^s des 
tiges. Mais au lieudedisposer les deux 
manivelles de fa^on a ce qu'elles 
arrivent simultancment ä leur point 
mort, il est pr6f6rahle de placer rune 
d'elles sous un petit angle par rap- 
port ä Tautre, aisposition dans la- 
quelle une des manivelles est cons- 
tamment assistee par Tautre lors- 
qu'elle passe par son point mort. 

L'une des manivelles, a-t-on dit, 
est reli^e avec la tige I, tandis que 
I'autre qui a une levee d'une 6tcn- 
due moindre, est at lachte a latigeM; 
des traverses et des tiges laterales 
servent k i^tablir ces rapports. 

Dans la figure, la vapeur arrive 
par le tiroir R de la haute pression 
a travers la lumi^re 1 cntre les pis- 
tons E et G, tandis qu'elle s'cchappe 
cntre les pistons G et F par la lu- 
mi^re 2, dans les tuyaux Q, qui la 
conduisent dans les tiroirs de la 
basse pression IV, K'. De ces tiroirs, 
cette vapeur d'6chappement de la 
haute pression rentre dans lo cylin- 



- 46 - 



dre par la lumi^re i, op^ro enire les 
pislons F etH tandis en mdme temps 
que la vapeur s'echappe derriere 
les piatons E et H, aux exlremites 
opposees du cylindre dans le con- 
denseur par les tuyaux S, S, ainsi 
que rindiquent les dilTörentes üe- 
ches dans la figure. 

Alapulsation suivante^ la vapeur 
ä haute presslon entre par la lu- 
mi^re2 entre lespistons G et F et 
ß'dchappe par la lumiöro 1 de Tes- 
pace entre les pistons E et G pour 
passerdans les tiroirsdc labasse pres- 
slon par les tuyaux Q commc aupa- 
ravant et rentrer dans le cjlindre 
par les lumi^res 3 et 5 en meme 
temps que r^chappement a lieu par 
la lumiere 4 dans le condeuseur. 



Cylindre ä vapeur unique ä double 
detente* 

U.E. E. Allen est inyentour d'un 
Systeme de macbiue a vapeur ou 
plutöt d'un moddie de cylindre de 
machines ä vapeur dont la fig. 28, 

Sl. 30iy servira k faire connoltreles 
isposllions. 

Cetie figure represente le cylindre 
et les tiroirs d'unc machine d va- 
peur i haute prcssion de la force de 
vinct chevaux. Ge cylindre ä 0^,51 
de diam^tre avec un manchon In- 
terieur de 0»,40, qui a 0^,760 de 
eourse, et faisant euvirou 50 pulsa- 
tions par minute. La vapeur s'y di- 
late jusqu'ä n'^tre plus qu'ä la pres- 
sion atmosph^rique. 

En cxaminant cette figure on voit 
qae le cylindre a une lougueur dou- 
ble de Celle de la course et une elei- 
son annulairc A au centre, i travcrs 
laquelle glisse le manchon B. Cette 
cloison Aporteunegamiturecomme 
un piston, seulement les anneaux 
de cette garniture fönt ressort en 
dedans et non pas on deüors comme 
dätis les pistons ordinaires. A cha- 
cuHe des extr^mit^s du manchon B 
il existe des caloltes ou pistons le- 
gcrs G et D qui embrassent une 
m§me tige. 

Quand on met la machine en 
train, la vapeur entre par la lumiere 
K dans Tespaco anuulaire E, oü on 
rinterrompt aux ö/8 do la course au 
moyen du rocouvrement du liroir. 
Lorsquc le manchon est ainsi arrive 
au terrae de sa course, la vapeur 
dans cet espace annulaire s ccliappe 
par la lumidre K par laquelle eile 



^lait entr^e, s'^coule par le passage 
M du tiroir et la lumiere 0, et de lä 
entre dans la parlie G du cylindre 
oü eile se dilate jus^u'a n'avoir plus 
que la pression de 1 atmospherc, ou, 
si c'est une machine ä coudensation» 
a ne plus indiquer, si on le d^sire» 
qu'une pression de 200 a 300 gram- 
mcs au-dcssus du vide. 

Lorsque la course recommence» la 
vapeur qui est en G s'ecoule par la 
lumiere dans le tiroir Q et s'^- 
chuppe en S. 

II est facilo de voir par cette dis* 
Position que la vapeur, quelle que soit 
sa pression, peut^lre Cünipl6lement 
diiatee, que la deteote, regime par 
le recouvrcment, est dans ic rap'- 
port do rairedeTespace annulaire 4 
Celle du cylindre total» la preseion 
eHective de la vapeur qui se detend 
s'cxer^ant sur Tairo du manchon. 

L'action k i'autre extremit^ du 
cylindre est exaclement la mdme 
que Celle qu'on vicut de d^crirc; la 
vapeur de ia chaudiero entre par I 
dans Tespacr) annulaire F, puis re- 
passe par 1, L et l\ dans la partie fi» 
et quand eile s'est completement 
dilalee, revienl par N pour s'^couler 
par P et 8'echap[)er eu R; les lu* 
niieres d echappement I\ et S se 
reunisscnt dans un mdme tuyau da 
dechargo Y. 

Le tuyau de vapeur entre latera* 
lernen t dans la boite dvs tiroirs en X 
et ceux-ci,quoique ayant ^t^ pour 
plus de comraoüite moul6s separ6- 
ment, sont mis en jeu par lamömo 
tige et le mßrac Parallelogramme, 
avec pieccs intcrmcdiaires log^es 
entre cux de maniere ä pouvoir les 
amenor an moment opj»ortun sur 
leurslumieres rcspectives. La figure 
les rcpresente dans leur position 
moyenno ou centrale. Pour equili>» 
brer cos tiroirs ou les soulager de la 
pression de la vapeur, on a plac6 
sur leur dos des rondelles en fönte 
T et U poriant de petits anneaux de 
garniture en bronze, adapt^s dans 
desrainurespouss^es sur leurs sur- 
faces convexes, garnitures qui cons- 
tiluent des asscmblagcs etanchca 
sur le c6tc interne d'anneaux mou*» 
les sur les tiroirs oux-mömes. Ges 
rondelles T et U sont maintenues sur 
la surface do la Loito de tiroir par 
de legers ressorts. On peut ausai 
suppiimcr les garniluros en bronze 
et b's rcinplacor par des anneaux 
de caoiitchouc. 

Les oiivcrtiiros tubulaires V et W 
communiqueut avec Tatiiiosphere et 



4t - 



rt^stent pareons^qücnl toujoüts ou- 
yertes. Leslumiöres I et K, ainsi 
que les passagcs L et M d travors 
Ics liroiw, pcuvcnt n'ßtte quc Pro- 
portion i^fels a rairc de l'espace an- 
nuläire seulemen!, mais ccux N el 
doiVent Ätre proportionncs d Tairc 
du cylihdpc. 

Le manchon et s^s calottcs Bont 
tr^s-l^^rs, letoat n'ajrant pas beau- 
coup plus de toöid? (tü'un pislon or- 
dinailnd et la forme qU'on donnc ä 
cespi^ces permeitahtd'opposerune 
grande r^sistance & une pression 
ext^rieure. 

M. Allen propose aussi de modi- 
fier cette forme de machine : 1" En 
moulant un manchon double ou ä 
deux öpaisseurs laissant entro dies 
des passagcs ctroits et adaptant un 
piston fixe dans le manchon mßmc; 
2* en ctablissant dans les pistons 
des soupapcs permettant d la vapeur 
de passer directement de E en G et 
de F en fl; les tiroirs n'ayant plus 
les passagcs L et M. 

L'adoption de la disposilion qui 
a ete decritc permct de modifier les 
aiiciennes machlnes de manicrc ä ce 
que Ja vapeur sc dilate complete- 
inont, siraplement en y adantant de 
nouvcaux cylindres, et cela d*au- 
lantmieuxqne, malgrö que Faire du 
cylindre soit augmentee, le travail 
total du pislon, de la bielle, etc., 
reste le mSme. La d^tente entiere et 
compl^te de la vapeur ne rend pas 
n^cessaire Tempioi d'un volant dun 
grand poids, parce que dans Tes- 
nacc annulalre il se mainticnt unc 
bonne pression jusqu'au terme 
mdme de la course, ce qui, dans bien 
dcscas, permct de n'employer qu*un 
scul cylindre iä oü on en a deux 
aujourd'hui aveo leurs pi^ces don- 
bles, tels que ^uides, bielles, mani- 
velles, excentnques, etc., une seule 
tige d'excentrique dans la nouvclle 
machine süffisant aux pressions 
ordinaircs, quoiqu'on exige ddtente 
compl^lc. 

Des diagrammes releves sur une 
machlne avec cylindre Allen ont 
montr^ qu*avec une pression detrois 
atmosphfercs et la pression almos- 
pherique, an total quatre atmosphö- 
res, il faut une dölente d'environ 
six fois, quand le cylindre porte 
unc envcloppe, pour r6duire cette 
pression a cellc de l'atmosphere. 

Dans les expei ienccs failos sur ce« 
machines les rcsultatsqu'on a obte- 
uus ont ete superieurs ä ceux que 
donnent les machines ordizmires i 



simple dSlente avec tlt'oir didtitK^t 
dcdötcntc; la 16g(^ret6 d'un grand 
norabre des piöces taohiles etl (Squi- 
libre des tiroirs compenseill bien 
au-(icld Tacerolssement de frotte- 
mont du au mancbon-piston. 

Laconsommatioti d'une machiaä 
locomobilc de ec gente el de la force 
de 8 chcvaux,deslin6e au scia^e des 

Sierres, n'cst quo de ISO ä 200kiloff. 
c coko de gaz paf Jour, controTe 
plus du double de ce poids de houille 
que consomment les machines ordi- 
naircs de cette classe et de mdmö 
force ötablies par les plus habiles 
conslructeurs. Enfin on monle en 
ce moment une locomolive avec 
cette forme de cylindre dont on at- 
tend de bons resuUats. 



Bascule ä enfouitier et d^foumei' les 
grosses pieces de forge, 

Les Plaques de blindage des vals« 
seaux cuirasscs sont des pieces de 
forge de grosses dimensions qui, 
pour Mre soud6es, forgees et fa^on- 
näes, exigent un outillage special et 
puissant. En effel, des pieces de ce 
volume el de ce poids ne sont pas 
faciles ä manier, d rdchauffer et ä 
forgcr; et, pour cela, il faut des pi- 
lons d*une grande puissance, aes 
fcnrs ä grandes dimensions et dos 
trucks d'un modöle particulier pour 
le transport des trousscs daas les 
fours, pour les en sorlir et les ame- 
ner sous les pilons. Parmi les appa- 
rcils imagines pour ce dcrnier Ser- 
vice, et en göncral pourlctraiisporl 
de toutcs los grossi'S pieces de forge, 
nousdt^crirons celui qui est en usage 
dans Tusine de M. J. Yates de Ilot- 
herhara, et qui nous paratt remplir 
trös-bien le nut. 

Supposons que la trousse qui dolt 
former une plaque ait 6t6 composöe 
suivant le syslörae adople ou ima- 
ginö par le fabricant; cette trousse 
est alors transportde dans le four ou 
eile doit 6trc cnauffdo par un appa- 
reil dont on voit unesecliou par un 
plan vertical dans la fig. 29, pl. 301. 

A est un four ordinaire ou tout 
autre four 4 rechauffer d*un modele 
coiivenablcqueiconqueoüla trousse 
B doit ölre porige ä la cbaude suante. 
Cette trousse rcpose dans ce four 
sur des Supports en briaues dans 
lesquels on menage descneminsou 
des canaux, pour pouvoir inlroduir 
sous la troua^^ \a^ YiY^% a (ivi:v>Ä\jRÄ 



— 48 - 



oale D que la figore repr^sento au 
momcnt oü eile est sur le point 
d'enlever une Irousse toute pröle ä 
dtre livr^e au piloa. 

Getto bascule» apr^s qu'elle a 6tö 
ins^r^e sous la trousse, repose sar 
un cjiindre E qui lui sert de point 
de centre et est Stabil sur le bord 
de la boucbe du four. A son exträ- 
mit^ ext^rieure n est attacb^ une 
cbafoe F qui descendsous la poulie 
voyageuse G, puls est jel6e sur un 
tambour que fait tourner une ma~ 
cbine i vapeur. 

H est une poulie de retenue as- 
sembl^e par une chappe avec la pou- 
lie G et voyageant sur la face inf6- 
ricure d'uu rail central dit rail de 
retenue I; k est un truck pourvu 
d'un cortain nombre de rouleaux ä 
sa surface et courant sur des onii^- 
res ou des rails qui s'embranchent 
sur la ligne principale de la voie 
ferrde de Tusine. 

Quand on veut cnlever la troasse 
porlce au blanc soudanl de cefour, 
le truck arm^ de sa bascule est ame- 
n6 tout pr^s de la boucbe du four 
au moyen de la chafne N qu'on voit 
au pointille dans la figure, cbatnc 
qui est atlachee en J ä Tarri^re de 
ce truck, puls qui passe dessous et 
est rcjetee sur une poulie fixe 
placee sur le devant du four. 

En cet ^tat, la cbatne N est d^ta- 
cbee de Tarriöre du truck et atta- 
chce ternporairement au bout de la 
bascule en n et en tirant de nouveau 
sur cetto cbafne, la bascule glisse et 
s'avance sur les rouleaux, ses bras 
a s'engagcant sous la trousse dans 
la Position convenable rcpresent6e 
dans la figure, et lä, eile est main- 
tenue en position par un arrSt plac6 
sur la voie ferr^e. 

Cette Operation termin«^e,lachatne 
F est atlacbee sur Textremitc n de 
la bascule, et tiröo par la machine 
k vapcur; cette manoßuvre ahaisse 
cette extremlte en faisant basculcr 
sur le cylindre de centre E, et par 
conset^ucnt en relevant les bras qui 
sont a Tintörieur du four, ce qui 
souleyc la trousse sur les Supports 
en briques et en poursuivant cette 
traction sur lachatneF, la bascule 
et la trousse sont extraites du four 
et amendes sur le truck. 

R est une vis qui s'opposeäiceque 
Taulre extremite de la bascule so 
relovo ä une irop grande liauteur 
lorsqu'on la sort du four et quo sos 
bras sont amcnes sur le bord ante- 
rieur du truck. 



La bascule et la trousse ayant itö 
convenablemeiit install^s etamen^s 
sur le truck jusqu'aubutoir S ä l'ex- 
tremite de cclui-ci, on enl^ve l'ar- 
röt P, on rend la libertä ä la poulie 
G, et le tout est train^ sur le bran- 
chement inclin^ de la voie ferr^e, et 
amen6 au pilon, ä la machine ä 
comprimer ou ä modeler, avec une 
force vivo süffisant pour permettre 
ä la bascule avec la trousse de glis- 
ser dans Tetampe ou sur renclume 
oü la piece doit Ätre forg^e ou rece- 
voir la forme. La machino a vapeur, 
alors, retire en arriere la bascule, 
tandis que la trousse maintenue en 
avant de la machine est mise en li- 
berte et que le truck recule, tout 
prät ä introduire une nouvelle 
trousse dans le four. 

La trousse est poussce dans lo 
four par la chaJne N qu'on attache 
temporairement a rexir^raltö de la 
bascule en n, i'ex tremite du truck 
etant maintenue par la poulie mo- 
bile Q, qui court sur la surface in- 
fdrleure du rail de retenue I. 



Nouvelle turbine. 
Par M. C. Schiele. 

M. C. Schiele, habile constructeur 
de macbines a Manchester a lu re- 
cemment d la soci6t^ polytechnique 
de Liverpool une notice sur une tur- 
bine d'uo nouveau modele dont il 
est inventeur et dont plusieurs sont 
däjä eu activlt^ dans divers Etablis- 
sements industriels. Dans cette no- 
tice, l'auteur, apres avoir retracE les 
inconv6nients des roues hydrauli- 
ques ordinaires et les avantages aue 
presentent les turbines, a chercn^, 
avant de d^crire Tappareil de son 
invcntion, aformuler les conditions 
que doivcnt remplir ces röceptcurs 
pour utiiiser Ic plus avantageuse- 
ment possible la force motrice qu'oa 
leur applique. 

La construction d'une turbine 
parfaite sous lo rapport pratique 
est, suivant M. Schiele, un probl6me 
qui exige le döveloppement de tou- 
tes les forces de 1 intelligence de 
celui qui cherche ä le r^soudre; les 
points qui doivcnt 6tre ötudi^s sont 
iiombreux, les conditions auxquel- 
les il faut satisfaire sont extrßmc- 
mcnt multipli^os et soavcnlen con- 
tradiction les uncs avec les autres, 
ncanmolns, M. Schiele essaye de 



- 49 - 



passer en revue les conditions di- 
verses qu'il faut s'efforccr de r^ali- 
ser dans la construction des tur* 
Lines, et voici cclles qui, saus en- 
trer dans des developpements, iui 
paraissent les plus essentielles : 

lo Mode ^ODomique pour ajuster 
la turhine a la Variation dans la 
iiuantite de l'eau oa de la force mo- 
trice. 

2o Gonserver le plus haut nivoau 
possible de l'eau d amont et unc vi- 
tesse uniforme. 

3" Maintenir les passages d'eau 
Licn libres et bien ouverts, c'est-a- 
dlre Sans qu'ils soient sujets ä ötre 
obstruös par des branchages, des 
feuilles ou autres matieres flottan- 
tes qui poorraient traverser les 
grilles. 

4<> Amener l'eau dans la turbine 
Sans la briser et la diviser on un 
trop grand nombre de filets. 

50 Hecbercher une construction 
simple, solide et durable. 

60 Introduire l'eau dans une di- 
rection tangente au mouvement de 
rotation de la roue et l'en evacuer 
dans la direction des rayons ; äva- 
cuation qui doit de plus sc faire avec 
une douceur parfaite, sans agita- 
tion et Sans bouillonnement du li- 
quide. 

70 Permettre a la turbine des va- 
riations dans la vitesse sans dimi- 
nuer le rendement centesimal en 
effet utile. 

8° Etablir, quand les eaux d'aval 
diminuent la ebute, un mode de 
construction qui permette ä la tur- 
bine de d^biter plus d'eau dans un 
teinps donne, afin de developper la 
möme force qu'auparavant. 

9» Disposer la turbine quand l'oau 
provient de reservoirs pourconsom- 
mer tout le liquide contcnu dans 
ceux-ci vers Tepoqueouarriventles 
cbömages, afin de leur permettre 
de se remplir de nouveau jusqu'au 
dcssus des barrages ou retenues. 

lOo Equilibrer la majeure partie 
du poids de la turbine pour dimi- 
nucr le frottement sur la crapau- 
dino. 

11" Faire en sorte quo lo mouve- 
ment de rotatioD de la turbine seit 
parfailemeut doux et forme sans 
cbocs et sans trepidations. 

12" Quo les vciiics fluides soient 
dans tous les passages et les oriüces 
continues et saus periodes d'inter- 
mitteiicc. 

130 Que l'eau ne renconlre que la 
moindre resistancc possible due au 



firottement pendant qu'elle s'teoole 
i travers la turbine. 

14'' Reduire au minimum la perte 
d'eau par les fuites. 

15' Adopterun modc de construo« 
tion qui permette d'utillser toate 
la ob Ute ae Teau au-dessous de la 
turbine, et cela mdme iorsque cell&- 
ci ne marcbe pas avec toute sa puis- 
sance. A cet effet on dispose sur 
l'appareil un tuyau par lequel l'ean 
couduite au canal de fuito agit par 
voie de succion. 

16'' Faire marchor la roue horizon- 
talement et tournant aar nn axe 
vertical. 

17^ Gonstruiro les roues de ma- 
nidre ä ce qu'on puisse les appliquer 
a des chutes m^me moindres de 
OmSO. 

Apres avoir ainsi änonc6 les 
conditions que doivent remplir les 
turbines, M. Schiele rappeile en 
quelques mots les principaux appa- 
reilsde cc gcnrequi ont ^te invent&s, 
tels que les turbines de MM. Four- 
neyron, Gallon, Gadiat, Fontaine, 
Jonval-Koechlin , etc., en Europe; 
celle de M. Thompson en Amt^riquo, 
puis celle qu'il aiuvcntöelui-meme 
il y a une dizaine d'annöes oü l'eau 
entre dans une chambre de forme 
Spirale a l'extörieur d'un cylindro 
et est conduite dans celui-ci par de 
nombrcuses directrices. La roue 
motrico est un cyllndre plus petltet 
tourne, aui s'adapte aussi exacte- 
ment qu il est possible dans celui 
exterieur et pourvu d'une double 
s^rie d'aubes qui partent d'un arbre 
central de chaque cöt^ de celui-ci. 
Ges aubes sont construites de ma- 
ni^re a co que l'eau s'öcoule dans 
une direction parallele ä Taxe de 
la roue, axe qui est horizontal, la 
roue tournant dans un plan verti- 
cal. Gelte turbine participe donc, 
commc on peut le voir, mais d un 
degro moder6,aux defautsinherents 
aux roues americaines ä tourbil- 
lon, puisque l'eau s'ecoule d'un 
plus grand cylindrc ' dans un plus 
peiit. 

Enfin M. Schiele appelle l'atten- 
tention sur la turbine qu'il a fait 
patenter en 1863, et dans laquelle 
il a cherche a combiner, autant que 
cela est possible dans la pratiquc, 
toutes les conditions requises dans 
l'etablissement d'une machine in- 
dustrielle parfaite de ce genre. 

Dans cette turbine dont la fig. 30, 
pl. 301, präsente une esquisse qui 
ne peuten doaiie^cvv^\i\x^\\^^^^i!^^sL 



Le Technologlste. T. XXVl. — Oclobre 1863. 



60 — 



kboom^^ f Veut «rrive partes- 
8008 comme dans fdusieurs mod^* 
les d'appareils de ce genre proposös 
ou en activus, cette eau est intro- 
duite par on toyan a^a dans une 
]>&che tubdlaire 6,6 formee pac la 
plaque de fondation k laquelle on 
a donn^ cctte forme, et de läs'^i^ye 
dans on labe circulaire c, plac^ ä 
rexterieurd'an c6ne en fönte pour- 
TU d'aubes directrices formees en 
portion de Spirale d.d qui s'^l^vent 
au-dessus de l'anneau un tube c, 
Qe jcdne est destiu^ ä diminuer 
bien uniform^menl l'aire du pas- 
sage de l'eau de fa^on que 8i ran- 
neau vient a fermer la moitiö infe- 
Kieare de la bantear des directrices, 
kur aise est diminu^ de moiti^^ que 
si cet anneau en forme le quari» 
l'aire est r^duito d'un quart etaiosl 
de sQite. 

L'eau qui trsTerse les espaces di- 
recieurs, n'est pas dislriou^ ä la 
cooronne de la turbine daos toute 
1« largenr de ces espaces, mais sur 
la circonförence eztärieure des direc- 
trices en Spirale, ou soivant une di- 
rection tangenüelle presque parfaite, 
de maniere 4 pr^venir tout choc an 
point de pou¥oir employer de fortes 
aubes en fönte pour la couronne f 
en regard des oirectrices d, ayec 
forme en partie cylindrique, et un 
bord k vive arite en avant s'amin- 
cissant en un bord tranchaut (?) 

Gemode de construction perme t de 
rdduireeonsiddrablementle nombre 
des aubes, et de rendre les passages 
d'eau teilement larges, que dans la 
plupart des cas des griUes avec leurs 
tiges au nombre de troisäquatrepla- 
ceesi distance, sont amplement süf- 
fisantes pour s*opposer k Tinterven- 
tion des mati^res flottanlcs dans le 
travail de la turbine, et que dans le 
cas oü des brancbages yiendraient 
s'eDgager entre la roue et les direc- 
trices^ ils soient coupes par les 
bords tranchants des aubes c et des 
directrices spirales d. 

Toutefois si on suppose que la 
roue est engorgöe, on pcut tres-bien 
la d^barrasser en la soulcvant de sa 
Position de travail et Tahalssant de 
nouyeau aprös avoir nclloye et lave 
les espaces entre les directrices; de 

1>lus» afin de faire dispai aftro toutes 
es matieres qui pourraient Tobs« 
trucr en se rassemblant dans In 
Mcbe 6,6, on peut ouvrir de temps 
k autre une vannc de chasse g. 

Les aubes e sont venues de fönte 
sur nn disque f,f qui est caL^ sur 



Tarbre par an modeparticnlier d'as« 
somblage et nn coin k maiiitient le 
disque ou la couronne de la turbine 
a sa place. 

Le pivot sur lequel tourne Parbre 
est Ätabli d'apr^s le principe de la 
courbe d'anti-frottement imaginS 
par M. Schiele (V. Le Technolog iste^ 
t. X, p. 480 et 892) alimenle d'huile 
pour le graisser par un tube /. 

Les passages d'eau entre les au- 
bes e peuvenl ötre ajustös dans la 
hauleur an moycn d'nn disque m 
qui permet a ces aubes d'entrcr li- 
brement dans ce disque par des ou- 
vertures dont il est perc6 pour cet 
objet, en ayant recours k uo mode 
particulier d'assemblace qui satis- 
fait k toutes les conditions. Une 
boite n, formte sous la face inf6* 
rieure du disque m, regelt les por- 
tionsdes aubes de la turbine qui ne 
sont pas imro^diatement en action; 
l'anneau Interieur de cette bofte» 
laquelle peut monter et descondre 
entre les aubes e et les directrices d 
sert 4 ajuster l'aire de ces passages 
directeursoudeguide, danslem^me 
Kipport que le disque majusle ceux 
de la roue, ce qui r^aiise la grande 
difficulle de modifier simultan^* 
ment les aires des passages direc- 
teurs, et ceux dans la couronne ou 
la portion mobile et travaillante ou 
comme on dit de mettre les orificed 
reccpteurs de la turbine en rapport 
constant avec la depeuse, afin d'ob- 
tenir le r^cepteur le plus parfait 
possible, pratiquement parlant, ei 
s'ajustant a toules les Variation s de 
la fopce dont on a besoin, circon- 
stance qui est un des caract^res 
dominant de cette nouvellc turbine. 

Le disque m et la boitenrccoivcnt 
un mouTement vertical de glissc- 
ment au moyen de boulons pas- 
sant k travcrs les aubes e et arr^tifts 
sur le plateau o au-dessus de la tiip- 
bine. Ce plateau o s'adapte sur nne 
saillie annulairc de la couronne f, 
mais permet librement une fuite 
constante de Teau fournie par une 
soupape en rapport avec lo r^gula- 
tcur a boules. Un manchon con- 
centrique ä l'arbre vertical est fix6 
sur le plateau o et s'ouvre dans le 
bas sur ce dornier; ce manchon est 
pourvu d'un guide dans sa ])artY6 
sup^riourc, et pondant le nioove- 
ment d'ascension ou de dcscenle de 
la couronne, il glisse sur Tarbre ver- 
tical. 

Pour remonier le plateau o et 
avec lui le disque m et la bott« n^ 



- «4 — 



U Boffit d'introduire do Teaa dang 
lo manohoa concontriqne ä Tarbre 
plac^ au centxe» eau qui» k mcsure 
que 80D niyeaa s'^Ieve, ddtermine 
iine pression de plus eii plus forte 
et de bas en baut sur la face infe- 
lieure de ce plateau, qui präsente 
une aire etendue. U n'y a pas pos- 
sibilit6 d'uue cbute ou cboc subit 

Sarce quelacolonne d'eau contenue 
ans oe manchon atteauc aussitöt 
reffet d*une forco vive. 

Le r^gnlateur 4 boules regle la 
quantite d'eau que re^oit le plateau 
0, mais le flottear p exerce ägale- 
ment unc action rcgulatrice sur 
l'eau qui alimento le manchon cen- 
tral, dans le cas oü Ic rdgulateur 
pcrmettrait ä une trop grande ouan- 
tit6 d'eau de passer dans la turbine. 
G'est la une chosc tout particuli6- 
rerrient utile quand ies turbincs 
marchent de conccrt avec des ma- 
cbincs a vapeur qui fournissent le 
compl6menl de la Force dout on a 
besoin lorsque Teau qui aliraente 
Ies premicres est insumsantc. 

La pression produite sous la por- 
tion centrale du disque /"equilibrc 
en grande partie le poitis qui pese 
sur la crapaudine qui rcQoit ie picd 
de Tarbre. 

Le flotteur p, quand il cesse de 
fonctioaner, peut dtro place dans 
une Position convenablc, pour qiic 
la turbine coiisomme une plus 
grande quantite d'eau^ afin de vider 
Ies reservoirs avant Tepoque od 
Ton est forc6 de cbömer. 

Gen^ralement l'eau, en sortant 
des autres turbiiies, indique une di- 
visionou Separation en courantsoii 
fUets fluides et ne se präsente pas 
en unc masse compaote; il est rare 
que chezellesladirectiondu liquide 
qui s'echapi>e noU dans le sens des 
rayons de la roue ; mais la turbine 
qu'ou vient de decrire« dans laquello 
deux disques feim orojettent l'eau 
beaucoup au-aelä de Textr^mite des 
aubcs e, et en consequence od Pin- 
clinaison de ces rayons peut 6tre 
auginentee considcrablemont com- 
parativeraent aux autres turbines, 
l'ccoulenienl ou la fuite de l'eaa 
s'opere d'une maniere plus ferme et 
plus uniforme, et donno une direc- 
tion plus rapprochee de celle du 
rayon. 

On peut donc affirmer, suivant 
M. Schiele, que ces turbines sont 
etablics de maiiierc a rerupiir loutcs 
los conditions ci-dossus enomcees, 
qu'elles coaeütueut UAe nuiobia« 



pratique parfailO) et, en effet» It 
pratique, ajoute*t-il, a d6j4 v6ri- 
nä cotle assertion. Dans las lo- 
calitds oü il n'y a aucune n^ce8sit4 
pour economiser l'eau, ou bien Cel- 
les oü le travail & ex^cuter reste un^ 
quantite constante, on peut suppri«* 
mer l'appareil r^ulateur automa- 
tiquo. 



Sur la raideur des coun^oies en cuir. 

Par M. AüTBNHEiMER, directeur de 
r6cole industrielle de Bäle. 

Dans son traite de m^canique, 
M. Poncelet dit que la communica- 
tion du mouvement par des cour- 
roies sans ün a lieu quand la ten- 
sion est mesur^e sans perle apprö- 
ciahle de force, et tire cette conclu- 
sion d'experiences faltes d Anzin et 
r^petdes plus tard k Metz. La peti- 
tesse de cette perte pourrait biea 
i^tre la cause pour laquelle la plu« 
part des trait^s de möcani^ ue fönt i 
peine menlion de la raideur des 
courroics quoiqu'il n'y ait pas de 
doute que celte perte ne seit bien 
r^elUi. 

M. Poncelet indique dans son on- 
vrage comment on pourrait öyalaer 
cetle perte. 11 dit qu'une courroie 
peut ^tre consid^r^ comme une s^- 
rie de pelites cor des de m6me ^pai8-> 
scur disposecs Ies unes k c6t^ des 
autres, ei que la roideur de la cour- 
roie peut etre calcul6e tout comme 
ccUo de ces cordes. ün auteur a 
e8Eay6 depuis de dövelopper cette 
idde, mais 11 n'est arrive qu'4 des 
rt^sultats crron^s. En roalit^ cette 
maniere d'envisager la question 
n'est pas soutenable,car Ies diverses 
parties d'une courroie consistent en 
une matiere homogene, tandis que 
des cordes s*> composent de torons 
roulös en Spirale, et ces torons eux- 
m^mes, de fils tordusles uns sur Ies 
autres. Les lorons, lorsqu'on tend 
la corde, exercent les uns sur les 
autres une pression proportionnelle 
ä la tension. Si on plie cette corde, 
il y a glissement ou d^placement 
d'un toron sur Tautre, d'oü r^sulte 
un frottement dans les points oü 
ces torons sont en contact. Le frot- 
tement est proportionel k la tension 
qu'eprouvf» la corde, et, suivant 
M. Weisbach, constitue la partie 
principale dela raideur; or, un frot- 
tement de oette espöoe n'exiMA ^ml 



-52 — 



danfl une serie homogene» par con- 
s^quent, rinfluence de la force qui 

Sroduit la tension, celle du rayon 
e la pouUe et des dimensioDS de la 
sectlon d'une semblable verge lors 
de la courbure sont diff^rentes de 
Celles chez une corde. 

Lorsque pour rösoudre le Pro- 
bleme en question on recherche le 
travail qu'une verge homogene pris- 
matique exige pour pouvoir ^tre 
courböe, lorsqu'on la soumet ä une 
tension dans le sens de sa longueur, 
on a pour une scclion reclangu- 
laire Texpression suivante que j'ai 
donn^e dans mon Programme de 
r^coie industrielle de ßalc, poup les 
ann^es 1860^1861 



(1) 



^=14 (^ + T) -rT 



dans laquelle A exprime le travail 
näcessaire pour courber une ver^e 
delongueur a, de largeur b, et d'c- 
^isseur h sur un rouleau de rayon 
B» et oü 8 est le module d'ölasticit^ 
de la mati^re et A;la tension sur une 
unite de la surface de sectiou. 

Si on fait abstraction de la cour- 
bure de la surface convexe de la 
poulie, on peut employer cette for- 
mule pour les courroies cn cuir. 
Pour ces courroies, k est au plus 
1/35 de e; il en resulte que la ten- 
sion de la courroie a sur sa raideur 
une influence bien moins graridc, 
et, par consequent, qu'on peut ne- 

gliger le rapport—vis-ä-visrunitö. 

Soit p Ja force que la courroie 
transmet par unit^ de sectlon, dans 
ce cas, aohp est le travail qu'eile 
communique pendant qu'olle par- 
court le chemin a. En designant 
par A* et R* pour la seconde poulie 
ce qu'on a repr^sentö par A et H 
pourlapremiere, on aura 

m A + A' _ i^l /l . i.\ 
^^ abhp ~" 24 p \H* ^ R' V 

comme rapport entre le travail 
qu'absorbela raideur de la courroie 
etle travail qu'eile transmet en sup- 
posant Que pour tendre cette cour- 
roie il n y ait ni travail produil, ni 
travail aepcnse. 

Le rapport (2) est directemcnt 
proportionel au carre de repaisseur 
h de la courroie, et en raison iii- 
verse du carre du rayon de la pou- 
lie ainsi que do la tension de cette 
courroie. Si cello-ci n'eprouvait au- 



Gune tension, ce rapport serait infi- 
niment grand, ainsi que cela doit 
etre, car dans ce cas, la courroie 
presenterait une raideur saus trans- 
mettre de force. 

Si on veut determiner par exp4- 
rience ia raideur d'une courroie, il 
faut que cette courroie soit tr^- 
äpaisse, le rayon de la poulie tr^s- 
petit et la tension tres-faible. 

Pour une courroie neuvele modale 
d'elasticite est plus petit que pour 
une courroie qui a servi, et pour les 
faibles tcnsions moindre que pour 
les grandes. Dans les cas ordinaires 
de la pratique, ce module est entre 
700 et 1200 kllogr. par centimätre 
carr6 de section. 

Exemple : Soit e = 1000 kilogr. ; 
JD = 6 kilogr. par centimetre carre; 
fi = 0,5 contim. ; R = 10 centim. ; 
R* z= 20; l'equation (2) donne 



A' 4000.025 



abhp 



24.6 



(löö+4Öö) = "-022 



c'est-ä-dirc que la raideur de la cour- 
roie fait perdre 2 1/5 pour 100 du 
travail transmis. 

Les donnees dont on a fait choix 
pour cet exemple sont tr^s-defavo- 
rables. Dans les cas ordinaires, il 
n'y a pas plus de 1 pour 100 de la 
force transmise qui soit absorb6. 

Enfin, on fera remarquer qu'avec 
courroies doubles il faut introduire 
2 /i* au lieu de h^ dans la formale 
(2) oü Ädesigne toujours T^paisseup 
a'une courroie simple. 



Machine ilectriqys pour mettre le 
feu aux mines. 

Par M.-F. Varrentrapp. 

On s'est ejfforcß bien des fois de- 

Suis quelques ann^es d'op6rer Tin- 
ammation des charges dans les 
irous de mines au moyen de Tölec- 
tricit^. On a eu recours pour cela 
ä diverses sources d*61ectricit6 et on 
y a applique les machines ^lectri- 
quos a froltement, les batteries gal- 
yaniques, les appareils magnetiquos 
a rotation, les appareils d'induction, 
mais dans toutes les applications 
on a rencontrc des difßcultes qui 
se sont 0])p(>söcs a ce que Tuno ou 
Tautre de ccs methodes ait cte a- 
doptc^e comme superieure et g6ne- 
ralement employ^e. Quelques Inge- 
nieurs militaires« au Service de TAu- 



- 83 - 



triche, ont entropriSf en partioulier, 
des expöriences etendues, dans Tes- 
Boir de rencontrer un mode d'ln- 
liammation 61ectrique parfaitement 
commode qui mettrait ainsi ä la 
disposition de rhomme de guerre 
an moyen preoieox dans la defense 
des plaees. Beaucoup dUng^niears 
civils et d'ingönieurs des mines ont 
fait aussi de nombrcuses tentatives 
dans ce seus^ d'abord parce qu'on a 
ä d^plorer tous les ans la mort 
d'hommes tu^s en mettant le feu ä 
des mines & la manidre ordinaire, 
et en second lieu, parce qu'il n'y a 
aue r^lectricit^ qui permette d'en- 
flammer simultanement an certain 
nombre de char^es, ce qai procurc 
l'avantage de detacher de grosses 
masses a la fois et de les rompre en 
nombrcux fragments avec une ^co- 
noniie non-seulement de poudre 
mais aussi de travail^ les trous ötant 
alors moins nombreuz. 

II 7 a quelques ann^s que M. le 
professeur Kuhn apubliö une revue 
critique de toutes ces tentatives, et 
il est r^ult^ clairement de son exa- 
men que la source electriq[ue la plus 
convenable pour cet objet est la 
machine 61ectrique ä frottement, ä 
la condition toutefois que cette ma- 
chine sera construite de mani^re ä 
Eouvoir 6tre renfermee dans une 
otte impermeable ä Fair, qu*on ne 
doit ouvrir que tr^-raroment pour 
les nettoyages. On est parvenu d.4j^, 
depuis assez longtemps, ä epi^^^ 
la plupart des d^fauts que pre^i^r 
taient, k rorigine, ces sort^ifi';f^p|n|r 
reils. G'est ainsi qu'on ^s^ aisewßqt 
reussi tk le^ refiferiuer ^iina .^^m 
cnisse hßrmeliqoo oiiiO^i IfE^^au^ü^tUt 
CODipl^tcmcnl ä ri^^ii:|ii4(iU[ ßyAe 
pUis'que Je poids4oi'^t*pat^u^fltmi" 
uc depasse i^as J^ ä lU Kilogjr*f eL Ji# 
volunic ä2 i ,^ ^tj0im, piiliOSs 4e 
manicrc qucl^mt; traijsj^opt ü^yiei^nf 
facile.Qiiant^a,ia nututp.tmpUtüwi 
en verft^^ tii^^^ijf^^fi r^^AüiHer, m 
la prqvitiat iii&urfieHtf eil tlümiMit,^ 
ce pi^c^u I^, ipi^e, Jimc^ leuiillü f t 
GM prej;>&^a£ ajttlieu.fi'i^fjis^e, no 
w9^red«^.loupi^ßpai^^de^4 ij^^i^ 
lijuel^e^ et, pca^«^ a'uff : jlr^q .au ipi-r 
lj>4,'P^f enfEa,^u;i4ijiqüoid^ ^^ 
jdippjC yulcäj;iisp^,J!i(Cm,taut.q^!pin dt 

dncrgie de la maciiine qj^V^ji La Wt- 
tq y a u f. f pi/^ W i n ^jj ^ ü ^ ^oj - k tili bfit*- 
rassaat des acuMU fF^^if^ ^t'iU 
r^sldu^ ,q^f se lfm7#LCö^ öt,J^BqJy^'a 



mani^re certaine ä obtenir avec le 
machines electriques a frottemen 
une action satisfaisante et un d6ve 
loppement d'ölectricit^ reguliert 
quelqne forme ou mode de con- 
struction qu'on ait adoptö pour 
l'appareil. 

Enfin M. Bornhardt» constructeur 
ä Braunschweig, est parvenu 4 vain- 
cre tous les obstacles qui s'dtaient 
opposes a l'emploi des machines ä 
frottcment dans Tinflammation des 
mines. L'appareil qu'il dtablit pour 
cet objet est contenu dans une boite 
en fer-blanc de 0^.40 de longueur, 
0m.30 de hauteur et Om.ao de larr 

feur, dont le cou verde est viaa^ 
tauche. Gette boite est renfertm&B 
dans une caisse en bois minaa>i|ali 
est rcv^tue de drap-cuir-amfdvioaiai, 
avec poign6es pour attacptetunns 
courroie qui sert ä porfeflrf)^ti;r^[' 
paule comme un appartilMdjä)bQ£a^ 
niste, de geologue oudettanristaxif) 
Le plateau, qui<c(sniais1»-<mpaQaitf 
chouc, durci a O^^St^o^ de diatnldire 
et est calö suc unfaxd eilier ^ulre^ 
pose dans une hotte! ai^foupeisut '1| 
paroi de U^ hotte isansidiailravensen 
Quand on veut opörer, on applique 
une petite maniveltcT5ur Textr^mit^ 
libre. Le frottoir consiste ep uije 
peau de chat^repar^e eonv^nabl^ 
ment. C^est dans cetta prdparation 
et Celle du disque en caoutchouc 
c](ue eonsiste pcincipfQeitkeiiltriBVen- 
tion de M. Boirphf^rdti.qui rend su- 
perflue l'ouverture de la holte pour 

JLqrikfatIep*. Qn , rem^iq^ie aessi \dm 
iJisiKJsitjoj^s. ■ parUculitJrfifl p^w \ k 

SfiO^tir^gG du fluide, les ijouteiUeö de 
]Ji4)jd|j^ ßi ri'e^s^itateur. qu*on ,peut 
if^. inc^^voir il u didiojTÄ au. inoy*^ 
\im cler/;L*,«(iflrti!^teuj:T qui i^t 

iliUFJi,cuf.e,,dpaf.boiitfllll<^;,i h?^^%3^ 
Lraverü une piece do cHijjuitpliöUjf 
i|wri;jf(q44 |ormö.j^i?Le,ppcUQni 4^ la 









- 54 - 



de IIS m^treg de longaeur dans la 
neige et ensuite mis ie feu simulta- 
n^ment ä dix cartouches. Qaand on 
fait asage d'un fil m^tailiqae fin, 
on peut en faire passer quelques 
mötres dans Teau sans que l'action 
paraisse sensiblemeut s'affaiblir. 

Ges machines mMtent assur^- 
ment ratteniion des pratioiens, et 
leor prix modeste en rend l'acqui- 
fiition facile. L'inventeur les üvre, 
prises 4 Braunschweig, an prix de 
185 fr. 

Une maohine de ce genre, depos^e 
pendant quatorze jours dans un 
•cellier trfts-humide, a öt6 employ^c 
fM- eependant a donn^, au bout de 
(OiBitemps, des ätincelles tont aussi 
Oopgues qu'au moraent oü olle a ^t^ 
jmseieii Collier. Un de ces appareils, 
•Tant '^nfils eussent M portes i 
l'^tattde-p^rfection oü ils sont arri- 
^«öaäottiellemQnt, a ^t^ abandonnd 
danfriim itnkiael oü Ton ne s'ätait 
|ia8>iBperQii^>c^i'eau avait rccou- 
/värt iaiiboho de^plusieurs ccntim^ 
4v8siiC|t mälgr^celaon a pu Ic faire 
föuep infmödiätetiieiit pour enflam- 
xneruao üiineä disl^vco. 

M.;.-f.:.... i: • .: 'i -l'- 1^' •/ ' 

-n oPor' iMi 'Bj '(DuiiLB9(] iilffi^ear < r 

-n|f^,lfolielViiig^Wli*itfä 'Stockholm, 
rfiri» dails diW^i*^ My i Hes paleötefl 
lalti '#esi Ihr^eta jjou^iin perri'otion* 

äeiBt nöu(ireiö»7 iilJnft«kiid ia pOTi- 

^ai omi^SöM ailöfirtf^f 'ä tfi poürlrc 
^wllöaStti' üü*^ Wt^ p!iia gtt^üde 
inetigiö par4lö^'ttlldrtfon'dfe Älttö- 

ttftttelttt'e^;'' '):i 'v>'iii| >ii: 'i'.7*:[i 

^ m iiitrtgHc;*Whdi;<dSf; t6ttitaje' bti 
«dit/tt« W^idtf '6\^mhclfix parWltei- 
tübprilttrfpÄe^'jcrÄi •^tiflfetö}iä*''t^V4 
iW'q.^'Wri? Mi*e^^öri>lb8ioriT nläis 
titaidiv«^ iWUttdhf^äf faisätil ^ütäb^- 
dre un p^tille^i^-ÖU' üb^ di^bt^- 




d^ttti]^'ltveti'4iol^tit^k, mais s^ul^ 



tt^>tfVdfttisT* -i^rit fi;{ipp6 et öü le 
nWl«teÄÜ"tt*'6ie"Wi' foniact avec le 
IibiiidR'»tätidW'tr<ie tötit le teslö de 
hPi2iäs?6'bl^glffeirÄe'ti'ebi^tive!^afi- 
Ötin' 'Äatt^tSdöt, 'c^s^äfidirc'ti'ä 



fait pas explosion. La oombuBtion 
de ce liquide s'opere sans dögage^ 
ment de gaz sensible k i'odorat. IL 
r6sulte de cette mani^ro de se eoiÄ» 
porter que cette masse par eile*- 
m^me no pr^seate aucun danger^ 
qu'elle a bosoin d'une percussion 
ou d'un choo pour faire explosion 
et seulement en partie, et quo son 
emploi ne präsente pas de plus 
grand risque que la poudre ordi- 
iiaire. 

Alli^e simplement 4 la pondre 
ordinaire, la nitroglycdrine döve- 
loppe une foroe consldörable, et la 
nouvelle poudre ä la nitrogljc^rine 
est au moins de trois ä cinq fois 
plus forte que la poudre ä canoii 
ordinaire on que celle de mines. 

M. Nobel a fait k la forteresso de 
Carlsborg sur le Wetternsee, en 
presence d'une commission com- 
pos6o d'offioiers, une suite d'exp^ 
riences aveo oette pondre. On a fait 
6clater des grenades avec la poudre 
ordinaire et lapoudre perfectionn^e, 
et on a constat^ quo VefTet de oette 
derniere avait M de cinq ä sept fois 
oelui de la premiöre. 

Dans les cxp^ricnces ponr feAVb 
sauter la mine, qni ont eu liea en 
ma presence, on n'est parvenu ä 
Consta ter en gdn^ral qu'un döre- 
loppement de force trois fois plus 
considdrable, r^sultat n^anmoins 
•qui mörite d'ötre pris en consldö- 
.irätion. D'aillours, il faut bien faire 
attefntion dans ce cas qu'un trou de 
mitte ;ne pout Ätre assimil6 que 
"d^üe 'tiianiöre tout ä fait generale 
& ütte 'grenade ou k une bombe, 
que taüdis ' que les projectiles se 
boVüpfösen^'d^ fönte bomog^ne, chez 
l^duels ' la fbrbe doit proportion- 
nell^tiietil Je'^dteVdopper ä son de- 
är^ bfön'plusj Ö0V(6, dans un troa 
«e Hfline unö'börtaiHc portiou de la 
fö^Cö ddv^lt)jlftf*fe^b'^6ir pas dans la 
jlupsfrt äfes'(*lä'üt5Ji8ee öl'*rst perdne, 
idt par c6ti^e^i!i6üt>d^ii!d eette cir- 
cofnistÄiice VmAi' dbft ' §fr e 'jii^por- 
tiöiiiielienieiil?'itf65hdrt'^ • Qtfoiöu*ll 
en söUt/^ett^'böfüVellfe fiöTirdrö tet 
nn perfection^etüöüt IttiÄbmnt'iöt 
celle ordinäirt!, et sl dn gräM.''ce 
qul ppratt pi^ü döHilettx. elli/'äofeilfe 
les mötned r^sultats, eile mirUeHi 
d'ötre nppröci^e par le public mijäiöir 
et devra recevoir les plus lal-glM 
applicatlons. r . ....... vfr.» 

Les exp6rie.p.ceä sür Td^ IfcJli^ '^i 
mines püt ete fait^s tlc'lä iiiajii61rÄ 
öüe Vöici. La pöudrc.etojyioVeö'. äÄ 
df^tifagä* W" beW 'citißl6yefe^''6rffi'i 



^ m^ 



Dairament ici, ca eequ'elle eat lüen 
plus fine; a graio, aoa pas rond, 
mais obloDg et aoguleux. M. Nobel 
livre ceito poudre comme poudre k 
ci^non su^Ue ordiaaire et au md- 
s»e prJx que la poudre de miue da 
Nora. Gelte poudre perfeotionn6e est 
emplo^^ee daus des oartouches ea 
ziuo de 18 miliiiuötrea de riiametre 
et une loogueur de 7& 4 150 et jus* 
qu'4 200 miUmötres. Ccs cartouohes 
en zinc ouvertes a uue extr6mitö 
soDt rempliea de poudre ä canoa 
ordinaire et ce remplissage op^ö, 
OB ycrse dans la cartouche de la 
nitroglyoerine autant qu'il ea faut 
pour combler les vides ou inter- 
vallea euire les graina. La poudre 
ainsi sataräe de la licfueur oleagi* 
neuse acouiert un cxcesdepoidsde 
40 pour 100 (?). La cartouche cliar- 
g^ de poudre et de liquide est fer- 
möe avec un lK)uchou de li^e de 
20 mülim^treB de lougeur parfaite« 
ment aluat^. Veut-ötre Taudrait-il 
mieux rermer oette cartouche par 
iroie de soudure (H. 

Le oharffemcnt ae la mine 8*opere 
aihsi qu'il suit : ce trou qui doit 
avoir dans le food un diametre plus 
graud de 4 a 6 milim^treB que celui 
de la cartouolie est perc6 oaturoUor 
ment ä sec. Oa y ias^re la cartouche, 
le boucbon de liege par en bas et 
touchant la rooho au foud. On tem- 
plit alors riiilervallc enlre la car* 
touche et la paroi du trou avec dela 
poudre ä eanon , de mani^re que 
celle-ci enveloppe ea catier la car- 
touche ei mdme s'gleve au-d^ssus 
de 15 ä 30 milimMres. Gctte poudre 
sert simplement pour enflammer la 
char^o et fairo 6clater la cartouche. 
On dispose la mechc dans la poudre 
d'amorco, piiis on bourre le trou k 
la maniere ordiaaire, seu lernen t il 
faut bien faire attention de ne pas 
endora mager la cartouche avec le 
refouloir et par consequent ne l'o- 
riler que tres-16g6rement le» pre- 
mi^res garnitures. Si letrou a le dia- 
metre convenable on peut fixer la 
m^che sur la cartouche au moyen 
d'un fil et alors employer raoins de 
poudre d'amorce; mais il paratt 
pr^f^rable de ne pas ^conomiser 
celle-ci, afin que le coup ne.rale 
pas. 

Quand on mcl le fou a la mine, oa 

(1) Suivanl M. Nobel, ceUe soudure n*of- 
fre aucune diflSculle. Peut-^lre on ferait 
mieux de fermer la cartouche au soufre 
fonda. 



obsorvd qua la ditoswtioa ast heaoh 
00 up plua faible qa*aTec la pouAre 
ordinaire. 

Quelques exemples da TaeiliDn da 
cettc poudre aumroat pouc le mo- 
ment. 

lo üa troQ de Qv>,45 de pf^ 
foudeur a 6te ekargi tnia faiaartett 
uae cartouche de mioM ardioaaim d» 
0'",225> aaas indiqaef la moindtei 
elTet; ce m§me trou ^üurgö aTta 
uae cartouche i la fflyo^rine de 
0ni,15 a eclatö immMiatement et 
compietemaiit 

2o Pluaknirs troua da «r,22a ä 
Offi,300 ont tida-bien öclatö aTee des 
carte uches ä la glycärine de ()im,d15 
de longo ur. 

3** Les troua profonds da €»,7^0 
qu'on Charge gio^ralement a^eedaa 
cartouohes de miae da 0*^,486 ont 
eclat6 aveo des oartouches i lagly« 
c^rinedeOMßO(l). 

A la suite de oea exp^ieneas, ia 
sais reste convaiaca que l'efiFet me« 
caniqne de cette poudro pftrfecliaD* 
n^e etait daoa (es trayaox de minaa 
au moias troia fois caliii de la pon* 
dre ordiaaire. 

Le graad avantage qu'il est pro« 
bable qu'oa retirera de eette non-» 
velle poudre, coasistera enoe qu'oin 
pourra d^taoher da plus gcoasea 
masses k la feig, et par ooiis4quent 
diminuera les frais d'extraotion. Le 
chargemeat d'uae mine est, il est 
vrai, uu peu plua dispeadieux, mais 
ua ouvrierdaasle m^metempafoor» 
aira peut-dtre le double de travail. 

Gelte poudre pourra tout au moins 
servir cn particulier dans les exploi- 
tations au jour, dans les carridres 
de pierres, dans les localites oü Ton 
peut operer librement et donner 
tous ses soins ä chaque mine; mais 
pour d^cider si on pourra s'en ser- 
vir dans des espaces resserr^s, dans 
des passages ^troits et des galeries, 
il n'y a que des experieaces specia- 
les qui pourroat permettre de d6ci- 
der la question. 

Gcs exp^riences pr^liminaires sur 
un sujct aui Interesse 4 un si haut 
degr6 1*1 ndustrie miniere, je me faia 
nn devoir de les poursuivre, en 
^mcttant ea möme temps le yobu 



(1) Des cartoaches de 45 centimötres de 
longueur peuvent paraitre excessiyes dans 
los autres pays, mais en Sudde, il n*est pas 
rare den employer do semblables, conte- 
nant 181 grammes de poudre, qui, k cha- 

aue coup^ detachent au moins une masse 
e 80 däeimötres cabes* 



— 56 — 



queles mineurs accneillent avec fa- 
Teur cette commanioation , qu'ils 
fassent Tessai et usage de la noa- 
Teile poudre. 

Ammeberg, !•' janvier 1864. 

NouB troavons dans un lournal 
de Stockholm VAftonblad, de nou- 
yeaux dötaila sur la nouTelle poudre 
ä la nitroglycdrine» dont 11 est ques- 
tion cUdessns. 

Les expöriences faites ä Garlsborg 
sur des projectiles creax ont d^- 
montrö que des bombes du poids 
de 15 kilog. ont laiic6 leurs eclats 
trois fois plusloln qu'avec la poudre 
ä canon ordinalre. 

Plus tard, M. I^obel a eu l'heu- 
reuse id6e d'enflammer la nitrogly- 
cörine seule^ sans la m^langer a la 
poudre» et tout le chargemeut s'o- 
pdre acLuellement avec ce liquide. 
Au poids la force dece nouvel agent 
ezpfosif est relativement äla poudre 
ordinalre au moins dans le rapi)ort 
de 6 ä iy et au volume dans cefui de 
9 Ä 1. On a, en cons^quence, essay^ 
avec le plus ^nd snccös cet agent 
explosjf ainsi modlliä dans Ics tra- 
yaux de mine qui se fönt dans les 
euTirons de Stockholm. 

Bans son ätat actuel»leprocdd6 est 
des plus simples et des plus prati- 
ques.Lapyro ounitroglycörlne6tant 
vers^e dans le trou de mine bourree 
ayec^de ia terre glaise^on dispose la 
fus^e et le fourneau de mine etant 
pröt. II ne^faut aucune garnilure, 
et le ohargement s'op^re avec rapi- 
dite. 



La nitroglyc^rine ne d^yeloppe 
ni gaz ni fum6e, eile convient par 
cons^quent tr^s-bien dans les mi* 
nes ; eile ne se m^lange pas avec 
Feau, mais d^veloppe sous ce li- 
quide une force consid^rable. Une 
mine sous Teau consistant en cette 
substance, doit exiger au moins 
trois fols moins de mati^re explo- 
sive que la poudre ordinalre. 

Le grand avantage de ce nouvel 
agent d'explosion ne consiste en 
aucune mani^re dans une ^onomie 
de pondre, malgr^ que sous un cer- 
tain point de vue la chose seit tres- 
r^elie, mais dans nne ^onomie de 
main-d'oeuvre. La v6ritable cause 
pour laquelle on doit, quand on 
veut d^tacher une forte masse de 
rocher, creoser par exemple, un 
trou de 1^.60 de profondeur, sur 
0m.l5 de diamdtre, c*est qu'il faut 
preparer un vide süffisant pour lo- 
ger la Charge n6cessaire de poudre 
qui est, je supposc, de i^^USO pour 
d^tacher cette masse. Mais quand 
on se sert de nitroglyc^rine , on 
peut obtenir avec un trou ayant a 
peinc Ora.025 une force bien plus 
consid6rable que celle correspon- 
dant a ikii.50 de poudre. Ge trou de 
mine codte assez commun^ment 
6 fr. 30 c, tandis qu'avec la nou- 
voUe substance, 11 ne coütc que 
2 fr. 10 c, il y a donc Economic des 
deux tiers. . 

Le nitroglyc^rine ne coüte que le 
double de la poudre de mine ordi- 
nalre, et sa pr^paration est tr^s- 
facile ä apprendre et ä pratiquer. 



»Q^Q^ 



— 57 - 

LEGISLATION ET JURISPRUDENGE 
INDUSTRIELLES 

Par M. Vasserot, avocat ä la Cour impiriale de Paris. 



JIU RI S PRUDE]V€E. 



JURIDICTION CIVILE. 
COUK DE GASSATION 

Charobrc civile. 
Brevet d'invention. — Traitä 

D'EXPLOITATION. — PaRTAGE DR 
BÄNEFICE8. — VeNTE. — GARAN- 
TIE. 

Le traite passe entre le titulaire 
d'un brevet d'mvention et une so- 
ciet6 commercialefoi-mdepour l'ex- 
ploitation de ce brevet, peut etre 
considere comme une vente, alors 
meme que le prelenduprix consiste 
dans %m certain partage des bdnS- 
fwes, partage qui doit se continuer 
meme apres Vexpiration du brevet; 
ce partage^ amsi que d'autres 
Claudes accessoires qui pourraient 
itre considirees comme donnant 
au contrat le caractere de so- 
ciete en participation, sont de 
simples circonstances de faxt dont 
la portee est apprdciee souveraine^ 
ment par la Cour imperiale, la- 
quelle peut diclarer que le traite 
constitue une vente, dhs que les 
üements de ce contrat s'y rencon- 
trent. 

Alors memCy au surplus, que le 
traitd devrait etre considere comme 
une societd^ le titulaire du brevet 
pourrait etre soumis ä VobWjation 
de la garantier par application de 
l'article 1845 du Code Napoleon. 

II peut y avoir Heu ä lagarantie 
pour vices Caches du brevet vendu, 
quoique la nullitS de ce brevet 
n'ait pas ete prononceepour irnuf- 



fisance de description, et il appar- 
tient souverainement aujuge du 
fait de reconnaitre l'existence de 
ces vices. 

Rejet du pourvoi de MM. Fouch6 
et Wright contre un arröt de la 
Cour imperiale de Paris du 10 jan- 
vier 186(f, rendu au profit de MM. De- 
lacr^taz et Gompagnie. 

M.leconseilicr Ferey,rapporteur; 
M. Tavocat göneral Fabre, conclu- 
sions conformes. Plaidant, Me He- 
rold. 

Audieuce d . 13 juin 1864. — 
M. Nicias-Gaillard, prisident. 



BrEVETS d'iNVENTION. — MSULTAT 
INDÜSTRIEL. — MAGHINE. — CON- 
TREFACON. 

Lorsqu'un industriel en poursuit un 
autre pour contrefagon d'une in- 
vention dont l'objet, aux termes 
de la demande, serait wi risultat 
industriel nouveau, sp6c%alement 
le deraillage rn^canique^ VarrH 
qui Statue sur le difjferent peut, 
tout en declarant que le rdsultat 
industriel revendique comme nou- 
veau etait connu anlerieuremcnt 
au brevet, condamner le defendewr 
carnme s'etant approprie la mar 
chine ä Vaide de laquelle le risul- 
tat industriel est obtenu d'une 
maniere plus complete et plus 
süre, si ce perfectionnement lui 
paralt resutter du brevet, bien 
quHl n'ait pas fait Vobjet exprts 
de la demande. 

Rejet au rapport de M. le conseil- 
1er Hardouin, et aar iea coufila- 



— 88 — 



sions conformes de M. Savary, 
avocat gdncral, du pourvoi de 
MM. Macci^tMJli et Coinpa^ni«, 
coutrc nn arrdt dela Coup do, Lyon 
du 23 fevricr 1863. Plaidaut, Mc Bos- 
viel. 



Audicncc du 3 mai 1864. 
cias-Gaillar.i, president. 



M. Ni- 



Brrvet d'invention. — NOUVEAÜ- 

TE8. — ApPBECIATION. 

Les Cours imperiales apprecient 
souverainement la qucstion de sa- 
voir si un indmtriel n'a fait que 
perfectionner un produit preexis- 
tanty et si. par consequeni^ ä la dif" 
firence de celui qui a invente un 
produit nouveau, il ne peut s*op' 
poser ä ce que les tiers fabriquent 
ce produit perfectionrU par des 
nioyens differents, 

Elles apprecient souverainement 
aussi la gu^tion de savoir si les 
assimilaiions signalees entre des 
niachines brevetees et des ma^ 
chines arguies de contrefagonsont 
suf/isantes pour que la conjisca- 
en sott prononcee. 

Ainsi ju^6 au rapport do M. le 
conseillor Hardouin, et sur Jes con- 
clusions conforiDes de M. Tavocat 
gen oral Savary, du pourvoi forme : 

{)^v M. Delharpe coiUre uo arrdt de ' 
_a Cour impenalo de Lyon du 25 fe- | 
vrier 1863, reu du au profit de 
MM. Macculloch et Gourdiut. 
Plaiduni : M* J. Bozexiau, avocat. 



Audiencc du 3 mal 1864. 
ciafi-GuiUardy President* 



.M.Ni- 



CouRs d'eau. — Lavage de laise. 

OUVRAGES PERMANENT8. 

On doit considirer cornme une Ser- 
vitute discontinue cellc qui 
s'exerce pour le lavage des laines 
dans un cours d'ran ä l'aide dtun 
plateiage appmj6 sur le franc bord 
d'un eünal, d'unpoteaufixe sur la 
rive et d'une corbeille suspendue 
ä unepouiic atlachk au poteau et 
plongeant dans Veau, 

La necessilc oü est le proprietaire 
du l'onds dominant de mettve la 
laine dans la corbeille ä chaque 



Operation de lavage constitue le 
fait actuel de l' komme, signe legal 
de la disconhimiile, bim qy^ les 
ovvrages des(hi(^ ä t'exei*ciee de 
la serviiude soient pennanents et 
que la lairy^ mise dans la corbeille 
snbisse l* Operation du lavage d'une 
moniere continue jusqu'ä la fin 
de ['Operation, sans aucun nou- 
veau faii de l'liofnme, 

Rejel, apres deliberö en Chambre 
du Conseil, du pourvoi de M. Bre- 
mer contre un arrSt dn la Cour de 
Grenoble du 11 niars 1863. 

M. Calmetes, conseillcr rappor- 
teur; M. Paul Favre, avocal gen6- 
ral, conclusions coutraires. Flai- 
dant : M. Bosviel. 

Audience du 1«'^ juin 1864. — 
M, Nicias-Gaillard, president. 



COUR IMPERLILE DE PARIS. 

Cheques. — Chäqües anglais. — Re- 
gü8 d'especes oü ch^qües frak- 
gAis. — Negociabilite. — Assimi- 
lation AUX BILLETS AU PORTEÜH. 
— ÜSAGE DU COMMERCE. 

Les bons ou recus d'esptces, connus 
dans le commerce sous le nom de 
cheques, renferment toutes les 
enonciations volues pour consti- 
tuerdes billetsauporteur etdoivent 
Hre considercs comme valeurs 
nSgociables et transmissibles de la 
main ä la main, conformement ä 
un usage devenu gdneral dans le 
commerce. 

Les ch^^ues sont ä Tordre du 
jour : on discute daps la presse lenr 
importance 6conomique; on ddlmt 
au Palais leur portcc juridiqne. Jji 
difficulte que präsente l'importatioii 
en France du ch6que anglais vient 
de ce qu'cn Angleterre lo chfeoae 
n'est que le rouage d'une institulion 
compl^te, rinstruraent d'un mdca- 
nismc moins simple qu*on nc le dit, 
Ce n'est pas le Heu de faire rhi$- 
torique ac ce procöde ftnancier, 
sur lequel chacun possede aujoup- 
d'hui des nolion.^. Nous voulons 
seulcment, pour rinlelligcnce du 
dcbut doni nous avons a rcndre 
compte, inrliqanr les differcncos ge- 
u^rales qui existent entre ie ch6(juo 
anglais et le cheque franonis, 1 un 
arrivö ä Tapog^c de son d^veloppe- 



- 89 - 



ment, Tautre eneore anx premiers 
pas de 8CS d('>bats. 

La base da chdqae anglais eon- 
Bisto dans led^pdt d*un capital choz 
fin banqaier a^ec Icquel le d^posant 
enlre «n eompte eourant k Taide de 
bona (fOL^W met en circulation. On 
appelle eh^ue fdu verbe to check, 
conlröler) ces bons qul ne sont au- 
tre ohose que des a^legations sur 
le banqtiier ohez lequel la proTision 
a ^t6 faite. Lora donc que le parti- 
cnlier, aui a fait le depöt, op^re 
on aehat ou nn payement auelcon- 
oae, au Heu de remeltre de rargenl, 
11 donne im bon ou ch^que sur son 
l)anquier, bon qui esl essentielle- 
xneut payable h vue et au porteur. 
En voicf la formale: 

N* I. A. iOOe 186 

(TÄe nfitionalr Bank). 
Paq. M. er Bearer. 

MüNBRED L. 

Le nnm^ro, la lettre, le nom du 
bdnöficiaire, ainsl aue le chffifre de 
la somme pay6e et la date, se troa- 
vaient reproduits sur un petit livre 
ä souche dont le chf^que est detachd. 
Ce talon sert ä contröler plus tard 
Top^ration entre le tireur et le ban- 
quier. 

Poar rendre le cböque propre au 
virement de banquier k Ibanquier, 
on ajoiite les mots et Compagnu au 
nom du banquier qui doit faire le 
paycraent. Cfetle mention, plac(^e 
entre deux tirets en travers du ch6- 
que, Ini a fait donner le nom de 
cheque barr6 (Crossed ebeck). 

On comprend que dans de parcil- 
les conditions le cheque anglais soit 
devenu prompt^ment, par sa sim- 
plicitÄ, an Instrument de credit 
puiseant, et que la transmissihilit^ 
ae la main k la main soit de son 
essßnce. Mais co caractere apparatl, 
bien plns eneore dans les insütu- 
tions compl^mentaires qai forment 
l'ensemble du Systeme. 

Ainsi le banquier n'entre en 
eompte courant que sur des r6f6- 
rences seripuscs attestant la solva- 
bilitÄ do son dient. II lui remet 
trois carnets : Tun, le check hook, 
dont on d^tache les bons mis m 
circulation ; le sccond, le slip book, 
oü sont inscrits les versements 
succossifs faits par le banquier : le 
troisieme, pass book, contenant 
la baiance du eompte entre les 
deux autres livrets, et appel6 pass^ 



paree qa'il circule sans cosse da 
banquier chcz le dient. 

Le döposant ne doit Jamais tiror 
do ch^ques pour une somme su- 
p^rieure au dcpdt, 11 doit möme 
conserver toujours un excddant en 
sa faveur. 

Tout chc^que doit Hre pr^^sent^ 
au banquier d*origine le lendemain 
de son Emission, faate de quoi, si 
le banquier Yient ä faire faiilite» le 
porteur n*a de recours que contre 
lui. 

Un comptoir de liquidation (Clea- 
ring hause) compo«^ du comitö 
des banquiers de Londres {Ihe com- 
mitee of London bankers), ^tablf, 
depuis 1T75, dans la Git^., est cbarg^ 
d'exicuter soit le payement, soit 
le virement des cndques mis en 
circulation. Vingt-cjnq maisons de 
banque particuli^res et huit ban- 
ques par actions (port6es maln- 
tenant ä soixante). C'est par Ten- 
tremise de ce seul comptoir que 
les payements op^^s dans Londres, 
au moyen des cnö^ues et sans l'em- 
ploi de la monnaie, se montent & 
36 milliards do franes par an, tan- 
dis qu'ä New- York ils s'elevcnt t 
45 milliards, soit 122 miUions par 
Jour. 

Le grand r^sultat du cheque est 
donc la Substitution d*un papier de 
credit k la monnaie m6talllque. 

En France le chÄque commence 
k s'acclimater, mais il s'en faut do 
heaucoup qu'il soit naturalisc com- 
pletomcnt et il n'en est eneore q«'& 
de timides essais. Ainsi, depuis un 
certain nombre d'anndes, les com- 
mer^ans comraencent k faire cir- 
culer entre eux des bons de leurs 
banquiers k peu pr^s commc les 
mandats blancs de la Banque de 
France, le Corpptoir national d'ea- 
comnte, le Credit mobilier, le Cr(^ 
dit loncier, le Crddit industrlel et 
commercial delivrent des cheques, 
mais ces bons ne sont que de Sim- 
ples rec6pisii6s ainsi couqus : 

Paris, lo * Fr. 

Re^u de M. la somme de 
dont il dcbitcra le eompte de 
Le (Signatare). 

Ils dilTörent des cböques anglais 
non-seulemeut en ce qu'ils ne se 
ratlachent point k une Organisation 
de credit analogue au Clearing- 
bouse, mais en ce qu'ils ne portent 
en eux-mömes aucune önonciatioa 



— 80 — 



ract^re de transmissibilHö. Ils ne 
sollt formulös ni au porteur ni 4 
ordre. La transmission ne s'opere 

3ae de la main ä la main. Gepen- 
ant par la force des choses, de 
Tusage, de la d^nomination m^me 
de chhque^ qui etablit une röference 
aa chöque anglais, ils tondent k de- 
venir dans le commerce des valeurs 
transmissibles, comme le blUct k 
ordre. Teile est Tinterpr^tation du 
monde des affaires. Quelle sera celle 
de la jurisprudence? Teile est la 
question qui s'agite aujourd'hui. 
Un arrÄt de la Cour d'Aix, et un ar- 
j^t de la Gour de Cassation, qui a 
rejet4 le pourvoi form6 contre Tar- 
rät d'Aix, s'6taient prononc^s contre 
la n^gociabilitä du ch^que. Mais cos 
arr^ts pouvaient dtre consid^r^s 
comme des arr^ts d*esp6ce, et d'ail- 
leurs depuis 181^, dato de l'arr^t de 
Cassation» le temps a marche. L'u- 
sage du ch^que s'cst d6veloppc et 
fortifiä, et le remarquable arret que 
nous allons rapporter, en consta- 
tant la tendance de la coutume com- 
merciale^ a doun6 au ch^que le 
droit de cit6 parmi les valeurs au 
porteur. 

Dans le courant de Tann^e 1863 
des rapports de banque s'^tablis- 
sent entre M. Lebrun et la maison 
Kuelle et Ouizille. 

Lebrun, apr^s avoir fait le com- 
merce des fecules, ^tait retir6 des 
affaires : il ne s'occupait plus que 
de Tadministration de sa fortune, 
et notamment du placement de ses 
capitaux qu'il avait d6pos^s chez 
plusieurs banquiers. 

Ruelle et Ouizille 6taient n^go- 
ciants en f^cules, et se livraient k 
des Operations consid^rables se 
chiffrant par plusieurs millions. 

Lebrun commen^a par escompter 
ä Kuelle et Ouizille leurs valeurs de 
portefeuille 9 portant deux signa- 
tares; plus tard, il prit les bulets 
personnels de Kuelle et Ouizille, 
avcc un nantissement r^sultant de 
Warrants des Magasins generaux, 

f^asses ä son ordre. Enün, il alla 
usqu'ä leur faire des avances sans 
avoir les garanties des Warrants, 
mais sur la promesse que ces ga- 
ranties lui seraient fournies, et c'cst 
ici que va se placer la source du 
proc^s. 

Les n^gociations f altes par Le- 
brun k Kuelle et Ouizille consis- 
taient partie en esp^ces, mais aussi 
partie en re^us de hanque. Ces re- 
008 de banque» que dans la corres- 



pondance les parties appelaient des 
ch^ques, portaient la teneur du 
cbeque frau^ais teile que nous Ta« 
vons donn^e ci-dessus : Ke^u de 
M. X... (14 se trouvait le nom d'an 
des banquiers chez lesqaels Lebrun 
avait des comptes courants) la 
somme de... dont il d^bitera mon 
compte... Paris... le... » 

Suivant Lebrun, les regus ne de- 
vaient, de Convention expresse et 
ecrite, ^tre touch^s par Kuelle et 
Ouizille qu'autant qu'ils auraient 
justifie, quarante-hmt heures avant 
l'epoque de leur payement, du trans« 
fert ou d^pdt en son nom, aux Ma- 
gasins g^neraui, de f^cules pour 
une somme 4gale k leurimportance. 
C*est la un point contest6 dans l*af- 
faire; mais co qui est certain, c'est 
que ces repus ^taient pastdatcs, c'est • 
a-dire mis k une date post^rieure 
a Celle du jour oü ils 6taient sous- 
crits. En teile sorte que r^mission 
qui en ctait faite precedait plus ou 
moins Tepocrae de r^chdance. 

D'abord lintervalle n'^tait que 
d'un ou deux jours pour facLliter ä 
Kuelle et Ouizille rencaissement 
chez le banquier indiqu^ par Le- 
brun. Mais ensuite les Operations 
grandirent, s'oleverent ä plusieurs 
containes de mille francs, et aiors 
les regus furent postdatös de dix, 
de quinze, et mdme de vingt jours. 
Kuelle et Ouizille ont profit^ de 
cette latitude pour faire circuler les 
rcQus d'esp^ces ou chdques de Le- 
brun. Ils les ont employ^s k leurs 
propres payements, et m^me ils les 
ont remis k divers banquiers qui 
leur en ont versa le montant en 
retenant commission et escompte. 

Pour compl^ter cet exposö des 
faits, il fautdire que plusieurs de ces 
bons ayant dte refus^s par les ban- 
quiers aux ^poques indiqu^es poor 
Tencaissemeut, faute d'avis ou par 
toute autre raison, Lebrun s'6tait 
toujours empress6 de les payer, en 
disant pour excuse au'il avait voulu 
par ce payement direct eviter les 
commissions de banque. 

C'est dans ces circoDstances qu'6- 
clate la faillite de Kuelle et Ouizille. 

II y avait pour 250,000 fr. de rcQus 
Lebrun aux malus des tiers, ä eux 
remis par les faillis. Les porteur« 
de ces regus se pr6sent^rent chez 
les banquiers indiquös par Lebrun* 
Mais celui-ci avait formö une Op- 
position entre leurs malus et leup 
avait fait defense de payer, en se 
fondant sur ce que ces re^us n'ö- 



- 61 — 



taient qu'an titre conditionnel, su- 
bordonn^ ä la rcmise de garanties 
qai ne lui avaient pas ftt6 fournies. 

Assignö devant le Tribunal de 
commerce, Lebrun soutint que par 
leur nature et aux tcrmes de laju- 
rispradence, les re^os d^livr^s par 
lui formaieRt une valeur intrans- 
inissible de la main i la main. 

Les banquiers porteurs des re^us 
(MM. Detnau freres, Pealardy de 
la ISeiifville, Monod et Bourgeois, 
et la Gompagnie d'approvisionne- 
ments) oppos^rent d la pr^tention 
de Lebran : 

i^ Des paröres sur les cböques, 
toanös de la haute banque de Paris, 
des notabilitös commerciales et 
constatant que dans les usa^es jour- 
naliers» la signature 6tait formelle- 
ment enffag^e vis-4-visdes porteurs 
de bons de banque ; 

2.0 Une consultation de M* Senard, 
dans laquelle la question ötait po- 
s^e de la mani^re la plus nette. 

En la forme, le cb^ue n'est 

Su'un re^u prepar6 pour ötre d6- 
Yr6 ä un banquier en behänge de 
tout ou partie des fonds dcposös 
chez lui. 

Mais si le si^nalaire du regu ne 
se rend pas lui-m^me ä la Banque 
pour prendre, en le remettant, la 
somme qui y est indiqu^e, com- 
ment doit-on qualifier la personne 
qui s'y rcndra ä sa place? Quels 
droits a conför^s au porteur la pos- 
session que nous voyons entre ses 
mains ? 

Le Tribunal de commerce a r^- 
solu ces questions de la mani^re 
suivaute^ par un jugement rendu 
le 25 novembre, sous la prdsidence 
de M. Deni^re : 

(( Attendu oue, dans la pratique 
des affaires, 1 emploi de ces re^us 
comme mode de payement et leur 
circulation comme Instrument de 
credit se sont tellement g^neralis^s 
depuis quelques ann^es, que leur 
caractöre de valeurs au porteur 
transmissibles sans ondossement est 
aujourd'bui d^termin^ d'une ma- 
niöre certaine ; qu'en prdsence d'un 
usage constant et av^rö, une In- 
terpretation contraire apporterait 
une grave perturbation dans les 
transactions commerciales ; qu'il r^- 
sulte de ce qui precede qu'il n'y 
a point lieu de s'arreter au preten- 
lions de Lebran, et qu'il doit ötre 
lenu au payement de la somme r6- 
clamee; 



j) Par ces motifs, 

» Ddboute le d6fendeur de sou Op- 
position au jugement dudit jour 
29 octobre dernier; 

Ordonne que ce jugement sera 
execut6 Selon sa forme et teneur, 
nonobstant ladite Opposition avec 
d^pens, etc., etc. » 

Trois autres jugemenls dans le 
m^mo sens ont dtä rendus contre 
M. Lebrun au proüt de MM. Pealady, 
Monot et Bourgeois et de la societ^ 
des approyisionnements. 

M. Lebrun a interjete appel de ces 
jugements. 

La Cour, a rendu Tarröt suivant : 

(( Gonsid^rant que Lebrun faisait 
babituellement pour les besoins de 
son commerce des remises de va- 
leurs sous forme de roqus donn6s 
sur des tiers; 

)> Que r^mission qu'il en faisait 
avant la date d'^cb^ance indique 
suifisamment qu'il savait Tusage qui 
en serait fait et qu'il en acceptait 
la responsabilitä vis-ä-visdes tiers; 

»Que, d'ailleurs, ces bons ou repus 
qui ned^signent pas de b^n^ficiaire. 
qui expriment la s^mme re^ue ou i 
recevoir, la date de l'^cböance et le 
nom de la personne sur qui ils sont 
donn^s, remplissent les conditions 
essentielles du billet au porteur ad- 
mis depuis Jongtemps par la loi ; 

»Que c'est ainsi (jue ces regus, 
ä moins de stipulations contraires 
y cxprim^es, circulent dans le com- 
merce comme valeur au porteur et 
que Tusage en est devenug^ndral; 

w Adoptant, au surplus, les motifs 
des Premiers juges, met Tappella- 
tion au n6ant; ordonne que le ju- 
gement sortira son plein et entier 
effet, etc. » 

Seconde chambre. — Audiences 
des 9-13 fevrier et 3 mars 1864. — 
M. Anspach, president. M*» Marie, 
Sönard et Payen, avocats plaidants. 



TRIBUNAL CIVIL DE LA SEINE. 

Marque de fabrique.— Etiquette. 

ChANGEMENT de nom. — CONTRE- 
FAgON. 

II y a imitation frauduleme d'une 
marque de fabi*ique deposec au 
greffe du Tribunal de commerce^ 
dans le fait d'un negociant qui 
reproduit (es <itv\^J^Ät.Us änvu ^^ ^^ 



- oa- 



» 



concurrmts^ m changennt jeu/e- 
mmt le nom du fabricant^ aiors 
surloui <fue ce fwm est place de 
maniere u Hremikvt laciUittmt ä 
Vauied& cismuXt t^t ä laüsev ainsi 
une ühntiti parfaiu enire ks äeuso 
ftiarques* 
le fabncant, menie oranger ^ guise 
prvte ä ccUe wulathn, ne peut pas 
ignor^'qH'ü se faii ainsi i Instru- 
ment du confrefacteur, U ü doit, 
par celamhne^ Hre condamm, so^ 
lidairemßnt avec et definier, aux 
dom7nageS'inter^ls prononc^s en 
faveur au fabricünt dont la mär- 
que a ete frauduleu&ernmt imit^e, 

M« Emile Lanoöi, avocal des dc- 
mandeura, cxpo^e ainsi ies füite de 
la cause : 

Des rapparltlon des mactiines i 
coudröt MM. Neveux frere$ dtabli- 
reat k Pari» uu commerce hnpor- 
taot d'aiguillea deaüuoes ä ces m^ 
chioeB. Lears jjroduiis, fahriques 
BU Angleterre, acquireat bieiitöt 
une graade r^putation; et, pour 
proOlcr des a van tage s que pouvait 
promottre la notorjete do leur mar-^ 
que, ik fireut uu greH*« du Tnbunal 
da eommcrce de la Seine, le G fö- 
vrier 1862, lo d^pot de cette mar* 
quc, eoüsistant en uue etiquetle 
4i*uDe marqne particulicre. 

II n'y avait pas no an qne cc de- 
pöL avait vAi opur^, conformeraenl 
aux pre^criptions de la loi du £^3 
j ma 18 öT, lors q u* ils p ure n t co n s tä- 
te r q u e I »1 LI s i e u rs m aiso ns de Paris 
avaient ctiercbe k imitt^r Icurs cli- 
quetles. IIa adresaerent aussltdt des 
r^elamutiona t ces maisoos qui 
s'enipresserent do leur donncr sa- 
tisraction, Une seulc üt exception, 
c'est la maison Mayer et Conipa- 
goic, qiii ayait [^üQ^Be Fimitation ä 
ua tcldegre quM etait prcsque im- 
pD^sible, Sans uu exameu minu- 
Ueux, d'apercevoir les dilTerenccs 
qu^elle pr^sentait- Ces dilTdrcncea 
diaparajssaleat m^me eompielcmcnt 
El Oü pn^nait la precauÜon, souvent 
üsitee daus le commerce, d*> sup- 
primer avec des cigcaux le oom nu 
labrieauLqLii, au milicu d'emblemes 
et dg lij^iioa abüoluiueDi seatbiables, 
quaut a la dis^üsltjoa et a la cou- 
hiMTy älablissait scul uni^ i;erla]£bfi 
disiinctioD* 

Ce fabrlcant ^tait la n> 
ki US et Sons, d'As'wood 

MM, > 
requS 
auto: ' 



Compaguie et 4 la gare dti chciultt 
de fer du Nord loua fes paquata d'ai- 
^ Uli les rev^tua des eliquetteä fraa- 
dnlcusemeol imitees* Ils ecrivirent 
eu möme temps a MM. Perkius pour 
les averUr de la fraude ä laquelle ils 
avaient purticipc» et les enga^er ä 
s'eu abstenir a Tavenir, MM. Per* 
kins leur repondireut iiuBsit6t que 
s'il3 avaient imitä leur etiqueite, 
c'i^taU sur les instractionfl et k la 
demaiide d^un sleur Max, qui leur 
avait nnvoyd un modele en lea 
priant de rimUer. 

Ce sieur M.ix n'^tait autre qu*uii 
emplo^'ö de la maison Mayer, qui 
cütinaissaU parfaitcmout ia voguo 
dont jouissait la marque de MM. Na« 
vcuxj obez Itsquela eUe s'etail juä^ 
qu'alors approvisionneep 

La contrefa^ou etali cortaino, 
MM. Nevcux out du as&igner devaat 
le Tributiül MM. Majer et MM. Per- 
kl US, pour a'enteadre faire defense 
d'irniter ä Taveuir la marque da 
MM- Novcuxj Dt do vendrc des pro- 
duiis r^v6tus de cette marque fraii* 
duleosement imitee, £ enicndre oon^ 
datüuer en S,üOO fr, de dommagos- 
inier^U, et voir ordotmcr rina^r- 
lion du jugement ä int^rveuir dans 
dix journaur, au cboix des denaaa^ 
deurs. 

II est as&e£ dlfücile de prövoir 
quelles seront 1^« ohji^clioüS des d4- 
icndcurs, ear Je fait qui a motive la 
poursuite ijst formellcmeut pr6vu at 
puni par les art. 1*' et S, § 3, de li^ 
loi dü23juiu 18I>7. 

M" Der trän d -Tai 11c l, au nom de 
MM. Mayer et Cumpagnle, a rd- 
pondu que la demaode de MM, Ne- 
veux no pouvait 6trc aeeueilUe qua 
si la rclaLi4>n qu'ils prctendent exia- 
ter enlrc M. Max et ses elieiUs ctait 
etablie; oiais qu(^ cetle relaUou ^tail 
simplement £upposee et nou prou.- 
vee; qu'il etait bicn vrai que depuift 
les fatts qui avaient doune nais* 
sance au proces, M. Max elait de- 
venu rcmiiloye de MM* Mayer, maii 
qu'iln 'avait pas ete auiiaravant at- 
lache ä leur maison. Dans ces Cir- 
co nstauccSi a dit le defeuseur» lie^t 
impossibk de sonteiür qu'il y a eu 
von tu fr;iuduli:u.se t^irus une uxus* 
quo Gautr^faitü de la pari de sos 

CÜdQt&. 

Maf8 ini m n-! dmu MM. Ncvatix 

• "' i5aUic vexa* 

njt caose ua^ 
' ppoF'tiou 
nains do; 




- ea - 



Nord ä la livraison des colin qiii 
leur arrivaient par co cliomin; ils 
ont ainsi empfecne qii'oii roiuft a la 
maison Mayor dcR Dhjtts tont au» 
Iros que dos aitfiiilbs A condro, et 
ils lai ont cause un pr^judicc dont 
ils liii doiveiit rc^paralion; la mai- 
son Mayer detnande dont! roconvon- 
tionnellenient une sommc de 5,000 
fr. a titrode dommages-lnliiröls. 

M« Gaignct, pour MM. Perking, 
invoque la bonne foi de ses clients 
qiii, en ropoDse aux plaintes de 
MM. Nevcux, leur ont 6crit qu'iU 
ignoraiont que la marque nlac^e par 
eux sur les aiguilles de M. Mayer, 
a la demande du sieiir Max, fftt une 
irriitation des 6liquettes des sieurs 
Nevcux. Ils se sont cmpress6s de 
renoncer Ä faire ces dtiquettes; ils 
ont donne a MM. Nevoux tous les 
renseignomenls propres ä saisir et 
ä rcpriiücr la fraude dont ils sc pre- 
tendent victlmes. II est donc im- 
possiblc de dire, dans de telles cir- 
constances, que MM. Perkins ont 
fraiidulr'usemcnt imite la marque 
de MM.Neveux. 

D'ailleurs, quel int^rÄt auraicnt- 
ils eu a le faire, alors qu'unc volu- 
mineuse correspondance, dont le 
Tribunal ncut prendrc connais- 
sance, etablit que MM. Perkins ne 
pouvaient suffire aux comraandos 
qui lonr elaient fnites. 

Le Tribunal, conformt^ment aux 
conclusions de M. le Substitut Ma- 
th! eu de Vienne, a rendu le jugo- 
ment suivant : 

u Attendu que les demandeurs 
ont, a la date du fevrior 1862, de- 
)>ose leurs ätiquottos et niarques de 
fabrique au greffe du Tribunal de 
commerce de la Seine; qne cette 
marque, par son ensemblc, sa cuu- 
leur et sa disposilion speciale, est 
nouvelle, et que la propriet^ appar- 
ticnt aux demandeurs; 

w Atlenda qne des procös-verbanx 
d'hulssier, des 12 et 27 juin 1863, il 
rc^sulte qu'iis ont fait saisir et de- 
crire des paquets d'aiguillcs de ma- 
chincs ä coudre exposees en vente 
dans le.> ma^asins ae Mayer cl Com- 
paguie, lesdits paquets provenant 
de la fabrication de Perkins et üls, 
manufacturiers a Atswood (Angle- 
terre), et revölue a'une marque de 
fabrique» laquelle, au moyen de 
Penlevement facile a oj^ereret trop 
souvent pratiou6 du nom du rrque- 
raut, offre ridentite absoiue de 
^naevDP, de forme, de ooalour et 



de disposition avec la marque Ne- 
vcux frdros, d^pos6e; 

i> Attendu que de l'instruotion du 
proces, il reauUe qu'un nomra6 
Max, qni a ^.te. ä une certaine epo- 
quo, Ta^^ont ou leeommls de Mayeri 
aarait command^ les aiguilles sai* 
sies d Perkins et fils; qu'il aurait 
egalemont commandö rimitatioil 
des dtiquettrs Novcux frere«, et nue 
Perkins et fils reconnaissent qaila 
ont cu le tort d'acquiesccr k cetle 
commande, alors cependant qu'ca 
suhslituant sur ces ^tiqaettes leur 
nom a celui de Nevcux frercs, iU 
ne puiivaient uu seul instant igno- 
rer qu'iis sc falsaient ainsi les in- 
slrnmcnls et les complices d'un 
contrelacteur; 

n Attendu, en cfTct, que sans 
qu'il soit besijin d'enquete et qu'a- 
v;:'o les seuls Clements du proces, 
Ic Tribunal cf^t cn Situation dccon- 
slater que Max a regu de Perkins 
les niarques contrefailes, et qu'il en 
a eilecluc la livraison entre les 
mains de Mayer et Compagnic, qul 
les ont l'raudnleusement miscs cn 
vente cn quantit«^ notable, cessant 
d dater de la de s'approvisionner, 
commo par le passe, dans la fabri- 
que de Nevcux frercs; 

)) Sans qu*il soit besoin non plus 
de s'arr^ter aux conclusions subsi- 
diaires d fin d'enquete tant du chef 
de Mayer et Conrniagnie quo da 
cbef de Perkins et fils ; 

» JSur les conclusions reconvcn- 
tionnelles : 

» Attendu que l'opposition prali- 
quco ati chemin de fer du Nord le 
14 janvier IHO.i, bien que s'etant 
d'abord, contre la volonte formelle 
des domandears, 6tendue d des ar- 
ticlcs et cnlis qui ne devaient pas 
y etre compris, n*a causd, a raison 
de Terreur commise, aucun preju- 
dicc d Mayer et Compagnie; 

» Que Terreur a d'ailleurs ete im- 
mediateraent reparee; 

)) Par ces motifs, dit que Neveux 
freres sont proprietaires de la mar- 

3uc de fabrique dont s'agil, par eux 
eposde, le o fevrier 1862, confor- 
mement a la loi ; 

» Dit que c'est sans droit et abu- 
sivcment que les d^fendeurs ont 
successivement fabrique et fait fa- 
briquer la marque p.ppos^e sur les 
marcbandiscs saisies cbez Mayer et 
Compagnie, valide la saisie des 
ecbantillons des marques contre- 
failes du 27 janvier 1863 ; 
» Fait defense «lux. d^^cÄnox:^ ^ 



— 64 -^ 



faire, ä ravönir, usape de Ja mar- 
que par eux contrefaite, ordonQe la 
aegtruction de toutcs las marques 
identiques k Celles des dcmandeurSt 
notamment a Celles se trouvant 
30U9 la mala ds justice, aux termeB 
du proces-verbal du 12 Jan vier 1863 
ou Sans les magasias de Mayer et 
Compagaie; 

w Pronoüco au proüt des demaD- 
deurs la coD&scation de toutes les 
marchandises trouvecs recouvertes 
de la marquo coutrefaite, aux ter- 
meg du proc^s- verbal cl-dcssus rap- 
port4; 



)9 Gondamne solidoir^meut ei 
Corps Mayer et Gorapaguie, et 
kins ^t fils, en liÜÜO fr de doir 
ges-interetfi envers Neveux fi 
püur le preiadice ^usd; 

») Fixe 4 £jx moia la dur^e < 
Gooirainie par Corps; 

» Ordooae rinsertion du ji 
meot datis cinq journaax de I 
et cinq jourtiaux de^ depai teme 
au choLx des domandeurs» la 

Troisiöme chambre- — Audii 
du 19 ftSvrier 1864, — M. Alexan 



d 



TABLE DES MATIfiRES CONTENUES DANS CE NTMßRC 




ABT» €BiMIQiJE9, 

Pages. 

Sor t'eiiracliön des gast des hauts-four- 
oeäux, et les appnreil* approprit?» Ä 
cel obJeL H. tk Hoff. , 1 

Cirburation du fer par Id contact Od 
CL^meniaUön. f. Margu^ite. » . . 3 

5ur rG:tirai:Liün du cadmium a Engis, 

Pr^^paraUDneD grand ilu tlialüiam. - . 9 
Essai technique de la qualitiJ des aciers 

füadus. E, Reich. 10 

Sur rextra^tmn de rammoniaque et 

des seH ammoTuacjiiLt des eaux des 

usiiiei k i^ax. Kaktr , 13 

Sur la parai&tie, sa fäLricatiou avoc le 

tfoudron de tourbe et sea emplois. 

1.^, BreiUnlohner . , . . ^ * < . 14 
NoUTeau proc(.^d(^ de punücalion des 

huiles lourdea de goudron de houille. 

A, Bichmnp 33 

Orgajiisaiiün d'un lavat^äde Jaines- Paul 

Hatyrez. .<...*..-.**. 13 
Mode acc^lurä de blanclkLmoDt. . . . ä5 
Surla *^üoniiii;4LÜoii des corps gras par 

les siilüieÄ alealins. J. PeW^*. . < 26 
Noie sur ressai (Il^s Sucres bruls par la 

polüTiäatioii ..*-.-,.... 27 
DosB:^ Vü1uin(itri{|ue des acides tan- 

nic|uo La gaUtque, du fer, du manga' 

n^se^ etc. Moriiz Miitmizwetf, iä 

Do^gc des matieres tannuntei. ü. Wil- 

iUntiüinä. ..•...,.*«>* 31 
Sur la fmnkliniie. •.*..*,.. 3ä 

Perfe^silonncmßnts dans les appareiJs 
g^nrafit ä la preparaiion du c^jtoUj 
IT. H. Haws0&rih 33 

MtHier a Hier coixünu. L^ijhe&r. • , * 33 

Appareil a huilür les laines, M, J. Bo* 
berit. ,.,...,, 34 

Perroctiounemoni dans les oaTetles ä 
deruuler. H. Holdim. .*,...- 33 

Note aur un msncbon d^a<^coaplement 
de M. Debes^eUe. E. Bide 35 

B«ux nouvelies formales pour calouler 



I 

la force dlosiique de lavapeur d*eaQ. 

d*ea,U. Roh, Röntgen, ..*,**. 
Mach ine ä vapeur rotativ? dt« Voäs^ sa 

vonHtruction et sa capacitd de traTiü. 

Schmidt ..*,,.., 

Mat:liiDe ä vapeur ä haute et ha^se 

pre^^sicm avec uu seul cjliodre. /. 

Wkittaker , . , , , 

Cylindro a vapeur unique k double d4- 

lunlp .♦..,*,».*,.,, 
Ijasculti k flijfourner ei defourner les 

grosäeä piece^ de fürge . ^ . , . • , 
Kourelle turbine, €. SehLek . , . • > 
Sur Ui raideur des courroiea en tsmr, 

Aulenfieimcr, ,,.««.,... 
Alachme electrique pour mettre le feil 

aux mines- F. Varrentra^p. . . - 
Sur la poudre de mlne a la uttro-glyc^* 

rine de M* Nobel. B. Turlmj. . . • 

J UK EjnP R C DE !V€B . 
JÜftll>ICTtO» CIVIUEi 

Cour d$ castaiimt. — > Chamhrc civü 

Brevel d'invoniion» — Traite d'exploi- 
taüon. — Parta^e de bönefice, — 
Vente. — Garantie - - 

Brevds d'inventioD. — Resultat indufl- 
triei- — Machine. — Contrefaeon, , 

Brevei d'inveoiion, — Kouveautes, — 
Appf ecLütion . ...,». i<. * 

Coura d'eau. — Lavage de laine. — 
Oarrages penaanents , 

Cour impiriak dß Paris 

Ch^ques* — Ch^ues anplais. — Re- 
^üs d'esp^reäi ou chi^cfues fr^nc^iis. — 
Nif|;odaDilite. — AsisimilaLlon aux 
bilk'Ls au poHeur. — Usage du com- 
merce. .,..«•«••.... 

Tribunal civil de ia Seine. 

Marquö de fabrique. — ßliqaette. — 
Cliangemeul de nom. ^^ Cantrefaf^a» 



Ije TechnoIoQÜle 



P1.3oi. 










' ) 




■ ) 


i 
1 ^• 




/ 



An 



!»^..^$3«r.r</Wr>i^^<!^rihH»>^/ 



..yyf^..l4i5«n^ 




Sauu*9g*.*r- 



THE n 






LE TECHNOLOGiSTE, 



OU ARGHITES DES PROGIIES 



DB 



L'INDUSTRIE FRANCAISE 



ET fiTRANGfiRE. 



ABTS MilTAIilitJBGIQtJBS» CHIMIQUBftt DITBBS 
BV ilCOlllOMIQtJBft 



Perfectionnement dam Vaffinage de 
la fönte crue. 

Pak M. G. Parby. 

M. G. Parry, dircctcar des hants- 
fourneaux aux usincs metalliirgi- 

2UC8 de Ebbw-Vjile, s'est propost^ 
'assuror uiie produclion al)on- 
danle de fontc tout cn inuinlcuanl 
uiio U'inp^rature donnco et ne d6- 
pfiDsant (ju'une qnanliic hcaiicoup 
inuiiidrc de veiit qu'il n'en a fallu 
Jusqu'ä CO jour pour obtciiir Ic 
möino rcsullal, et d'cfTectuer ainsi 
UDO ^couomie constderablo dans 
les frais du combustiblc. 

II a chercbö a obtenir oes avan- 
tages 1*: par Temploi d'un fuur ä 
rcverböre pr6sentant une disposi- 
tioQ nouvellc; 2o. cd appliquaut au 
metal londu un jet de vapcur d'eau 
entourö d'un courant d'air d'induc- 
tion ou m^langö avoc lui, au mo- 
yeii duquel la vapeur commeagcnl 
d'affiiiagc devient plus cfficace que 
par i'ancicnne in^lhodo qui scrvait 
ä rappiiquer. 

Pour proceJcr k laflinage de la 
fonto- crue d'aprös cello iuvcnlion, 
M. Parry sc sert des fours d rever- 
Lere doiit on va douner la descrip- 
tion, et pour rciidrc le travail coa- 
tinu, iL construit des fours doubies 
aün que lorsqu'un four est Steint 
pour y faire les r6parations ndces- 



sairps, l'aatre contiauo ä 6tre en 
activit^. 

Fiff. 1. pl. 302, section partielle 
sar la longueur de la dispositioa 
danslaquelle deux fours S(»iit aeco- 
l^s et dessorvis par une seule che« 
niinee placee cntrc eux. 

Fig. 2. Plan paiticl de ccs mömes 
fours. 

Flg. 3. Soclion transversale surla 
hauleur prisc. par 1, 2, 3 d« la fig. 1. 

A cbeinincn au ccntre; B, B fours 
k revert cre ; C Tun des deux foyeis 
de ces fours, qui en est scpar6 par 
un autci D dans Icquel est löge ua 
bloc ou cabinct d'rau D'; il existo 
aussi un serablable cabinet dVau E 
dans le domo ou la voülc du four 
et dans Tautel F du carneau. La 
chemiuöe qui peut avoir enviroa 
O'n.tO de cölö et 15 metros de hau- 
teur, est munie coinme d Tordi- 
naire d'un rogisire. Dans la paroi 
de celte chcinin^e est plac6 un ser- 
penlin G ((ig. 2 et 3.) cncaslre dans 
un bluc creux de fer qui a et6 mou- 
1^ dessus. Ge Serpentin est des- 
tin6 ä recevoir la vapeur qu'on veut 
injocter dans le m6lal aQn de la 
surcbaufler c[uand eile passe de la 
chaudicro ou eile est gönöree dans 
la tuyere ou la buse du jet H. Le 
but qu'on s'est proposö en noyant 
ainsi le Serpentin dans une masse 
de m6tal est de le pröaerver de Pao- 
tion directa da fo^ 



U THhnOogUU, T. XXTL ^ Mora&bTOiSfti. 



^ 



— 66 — 



Le jet de vapeur^ comme on voit, 
est iDlroduit dans la ])arUe la plus 
chaude du four, c'esl-a-dire imm6- 
diaiement dcrri6rc Tautcl» aüti de 
neuiraliser aulantqu'ilcst po^siLlc 
sa tendancc ä refroidir le melal 
fondu ; I, I sodI les tuy6ro8 qui ver- 
senl le vent dans le four B. 

Ce four ä re verhöre est elabli an- 
tant qu*il csl possiblc en avant du 
liaut-lounieau ou du fuurneau de 
fusion et on 7 coule le rnctal fomlu 
dans la proportiondo 1500a2000ki- 
logrammes. 11 est construit sur une 
Schelle UD neu plus grande qu'un 
four a pudulcr ordinaire et iL a la 
möme lorme, mais ä cctte dilT^- 
rence iinportanle prös, que l'autel 
du foyer et celui du carueau sont 
beaucoup plus cleves que d'habi- 
tude, ce qui a pour cffet de donner 
plus d'intensile a Taction des pro- 
duits gazeux de la combustioii cn 
les faisaiit f rapper perpendiculai- 
remeut ou ä pou pres sur le mcial 
fondu soumis a 1 affinagc, au lieu 
de les faire jouer dessus et Iccbor 
la surface du melal co qui a ncces- 
sairoment lieu lorsqu*ou fait usage 
de Tautel bas ordinaire. 

Au lieu d'oraployer six tuyeres k 
eau du modöle vulgaire d'un dia- 
nietrede30ä32 milümötrcs comme 
dans les anciennes üricries, M. Par- 
ry a Irouve que dans son modele 
de four dcux tuyeres de 23 h 28 mil- 
limetres de diametre sont suiHsan- 
tes. 

La tuyöre du jet de vapeur lan- 
c6 dans le m6tal fondu a un diamö- 
tre de 9 a 10 millimelres lorsquo la 
pression est d'environ 1 kilog. 700 
par Centimeire carre, et ]»ius pclit 

guand la pression est plus ^^ranJe. 
clte vapeur est de prererouco 
cliauffee de 260« k 313o C, ce qui 
s*opere rapidcment en lui l'aisunt 
traverscr le Serpentin G. Ce jet 
passe dans Taxe d'uue tuyerc a eau 
ordinaire disposee de maniere a 
perraetlre a une colonue crcuso 
d'air almospheriquo de descentlre 
coramo un courant d'induolion 
avcc le jet de vapeur surchaulTe et 
de se mclangcr avec lui ayaiit de 
frappor la surface du motal. Le 
diainelre de colU^ luyero doil elre 
de 2ö a 'IS millimelres et la noinle 
du tuyau de jet de vapeur s arrete 
a ö a 6 ccnlunelres cn arrio.e de 
rexlremite in lerne de la luyero. 

A raison du mclange de la vapeur 
surchaullee avec le courant d*air 
d^induction, ractlond'afilnago de la 



vapeur sur le ferest, suivantM. Par- 
ry, heaucoupaugmentip, cecjui do- 
vieiit apparent par T^lcvation de 
la tomperature el Tcclat que jetle 
la tuyöre dans cette disposilion, 
quana on compare au mode ordi- 
naire d'applicalion de la vapeur. 

Dans lescarneaux qui raltachcnt 
les fours avec la cbemince centrale, 
sont disposes des rogislres E,K qui 
servent a clore celie-ci quand on 
mct un des fours bors d'aclion. 

Avant de faire couler ou arriver 
la cbarge de metal dans le four on 
y intr )duit de 100 a 150 kilog. do 
scories de forge qu'on chaull'e for- 
teraent, mais qu on ne met pas en 
fusion afin de mönager le four. 
Alors on introduit la cbarge et on 
donne le vent. Quand le metal fon- 
du prcsente une clcvation rapide 
de tempörature, on fait arriver la 
vapeur qu'on continue a lancer tant 
que le fer conserve sa fluidite et que 
la lemperalure ne baisse pas, au- 
trement il faut en moderer ou 
m6me en supprimcr Tecoulcment. 

L'affineur, avec un peu de prati- 
que, ajjprecie la quantile de vapeur 
qu'exige le fer et s'apcrQoit bien- 
tut que diverses qualilcs ou esjteces 
de fer demandent des proporlions 
difförenles de vapeur. En gcueral 
plus on peul lancer de va])eur dans 
le fer« plus on porie loin ralBnago. 
Gelle vapeur rxcrce aussi une puia- 
sante aclion d*afllna^e sur les sco- 
ries qu'on a employeos et les dis- 
pose ä renlrer de nouveau dans les 
fourneaux de fusion. 

On se serl dos blocs ou cabincts 
d'eauD',E, ctF, comme il est facile 
de le coraprendre, pour preserver 
la maconneriede brique> de Tautel 
et de la voüle contre TacLion des- 
Iructive du feu. 

M. Parry annonce que par ce pro- 
cede il ailine la fönte en ne depen- 
sant que 100 a iöO kilog. de Uouillo 
i)ar tonne de for, tandis que dans 
le modu ordinaire d'aCBnage on 
consomme cn gcn^ral de «{00 d 4Ü0 
kilog. de coko. 

Les especes de fontes les plus 
proprosa subir ce mode d'nffiaage 
dans cos fours sont «'elies connues 
sous le nom do fonU»s truitöes 
grisos l-.rillanles et la fönte blanche 
Iros-lluide. 

L()r<(i:ic la fonlc a clo sufDsana- 
mcnt ;:lllnce, co que i'ouvrier re- 
connait en inlroduisant une barre 
en fer dans le metal fondu ,par la 
tirette de la porte du four, on i'4va-* 



— 67 — 



cae par lo trou de coul^e L dans des 
moules de struclurc ordioaire. 



Sur la carburation du fer par 
l'oxyde de carbone. 

Par M. F. Marguerittk. 

L'idcc de la carburation par nn 
gaz carhur6 est duc d Clouet, qui 
pcnsait que le fer avait une tolle 
affiuilö poiir Ic carbone qu'd une 
Irc-haute temp^raturo il Tenlevait 
mömo a Toiygcne. II s'appuyait sur 
cc qu'iiyaiit chauff^ du fer divisc en 
pelits niorccaux avec un mölango 
de carbonatc de chaux et d'argile, il 
avait obtenu de Tacier. II concluail 
de li que Tacido carboniqnc du ', 
carbonatc de cliaux avait 6l6 d6- 
composc en c6dant au fer son car- 
bone. 

Ccpeudant Mushct, r6p6tant Tcx- 
p6rience de Clouet, opcra avec de 
la cliaux privee d'acide carhonique 
ou siinplemonl avec du sable. II oh- 
tint nöanmoinsde Tacier, etdcmon- 
tra ainsi que lo carl>one n'ctait pas 
fourni par Tacide carbonique du 
jnelango, mais par les gaz du foyer 
qui pcu6lraicnt t travcrs les parols 
du crcusct. 

Collet - Descotils et Mackensio 
prouverent que dans les memes 
circonstanccs le fer pcut elrc par- 
faitomcnt fondu sans que ses pro- 
pridtcs soicnt scnsiblenieiil allerees. 

M. Boussingault, en suivant ri- 
gourcuscmeut les indications de 
Clouet, obtinl un produit aue Tana- 
lyse di^moplra ne pas ßlre de Tacicr, 
mais bleu du siliciure de fer. 

Plus lard, M. Leplay donna son 
ingenicupc thcorie du traitement 
des rainerais dans les hauts-four- 
neaux, qu'il resumait ainsi : L'oxyde 
de carbone r^Juit tous les composös 
et carburc tous les ni6taux qui 
peuvcnt etre reduils et carburcs 
par cemcntation. Mais dans des 
rocborcbcs suivi«^s en commun par 
MM. Laurent et Leplay, Taction de 
Toxyde de carbone fut trouvee abso' 
lument nulle, et leurs ex|)6riences 
curcnt i)Our conclusion « quo Thy- 
drogcnc carbure est la cause do 
racicralion, et Toxyde de cari)one 
celle de la dcsoxydalion. » 

Celle question ne paraJtpasavoir 
jusqu'ici rcQU de Solution. Lo but 
de cette note est de raeltro en evi- 
dence raction directement carbura« 



tri CO de Toxyde de carbone sur le 
fer. Voici comment Texperience a 
^16 faite. 

On s'est atlach^ d'abord ä mettre 
le fer qu'il s'agissait d*aci6rer d Ta- 
bri de tonte influence etrangöre, en 
le pla^ant dans un tube de porce- 
laine verni d Texl^rieur et d Tintö- 
rieur. Ces tubcs sont absolument 
impenölrables anx gaz du foyer. 

L'oxyde de carbone employ6 pro- 
venait de la decomposition de i'a- 
eide oxalique pur par l'acide sulfu- 
riqne cgalement pur. Ce gaz ^tait 
separ^ de l'acide carbonique qui 
Taccompagnc en traversant pla- 
sicurs flacons remplis d'une lessive 
de potasse, k la suite desquels se 
trouvait une disFolution de baryte, 
qui ne devait pas sc troubler. Cet 
oxyde de carbone, ne conservant 
plus de trace d^acide carbonique, 
chominait ä travers des tubes ren- 
fermant de la polasse, puls de la 
picrre-ponce imbiböe d'acide sulfu- 
rique, d'oü il sortait absolument pur 
et sec pour cnlrer dans le tube de 
porcclaine chaufTe au rouge vif. Le 
fer souniis au courant de gaz etait 
en fil fin qui avait 6te soigneuse- 
ment d6caj)6. 

Au bout de deux beures de calci- 
nation, racicralion etait compl6te, 
et pendant toiU le tcmps de Texpo- 
rirnce, il s'etait degag^ de l'acide 
carbonique : le fer avait donc de- 
coin pos6 l'oxyde de carbone. En ac- 
querant toutes les propridt^s de Ta- 
cicr, il avait fix6 du carbone en 
augmenlant de poids et elimine de 
l'oxyg^ne qui avait produit de Ta- 
cide carbonique. 

Cependant M. Caron a fait nne 
Observation tres-imporlantc sur la 
decomposition de Toxyde de car- 
bone par le silicium contenu dans 
le fer. II a demontr^ que le sili- 
ciure de fer, par lequel on fait pas- 
ser un courant d'oxyde de carbone, 
ä la terapcrature de la fusion de la 
fonle, dccompose ce gaz en donnant 
de la siiice qui nage ä la surface et 
en carbone qui se combine avec lo 
fer, en sorle que l'acieralion serait 
elle-mömeproportionnelleälaquan- 
titc de silicium que renfermc le fer, 
et serail nulle lorsque le fer est pur. 

J'ai dil faire avec sein Tanalyso 
du silicium contenu dans le fer sur 
lequol j'avais op6re. On n'a obtenu, 
sur lOgr.29 de fer, que 0g'.009 de si- 
iice, dont le silicium, en dccompo- 
sant l'oxyde de carbone, n'aurait 
pu faire aeposer que 08'.00d56> seit 



-68 — 



0.00035 de carbone, tandis que le 
dcjöl de carbone sVst «^.lev6 jusqii iL 
0.C048, ä HC coiisidcrcr quo l'aug- 
mciiULion de poids. Gel ;iCi«T, du 
resl«', a ol6 aiialvse : 3«r.0lb oul 
cle (haiffes prin-aiil 'lualre bciins 
da:«s Uli Ci'ijraiil dhvdm«ioiii; bu- 
niide; ils oiit pcnlü ÜKr.ül4, el, 
ain'Cs Uli iiuuvuau tratt iiifui de 
qualre b(Miri's el dciuic, üg'.OOlb, 
Soll, par buil biMirs el deiiiie, uiic 
perle Intale, de 0«r.(<lü, qni ropre- 
seiile, 0üo3 de carUoiie au iicu de 
0.0048 uccuses par l*abgmculaliou 
de pui<ls. 

11 resjulte de ccs nombres quc 
riiiÜuence du silicium sur la cciiiCü- 
taliou j>arfoxyde de carbouc, quoi- 
que Ircs-reolle, u'a eu daiis rechao- 
tillon de fer qu'iine pari presque 
insigniGante. 11 faul donc adincUre 
une reacliou direcle enlro Tox^^de 
de carbone cl Ic fcr. 

Au resle, pour dissipcr tous Ics 
doules ä Gel ögard, on a operc sur 
du fer pur, prepaic d'apres les indi- 
calioiiS de M. Tciigot, au njoyeii de 
l'oxalale de fer thaull'e dans un 
coiirant d'hydrogcue. Oa a calcinö 
pcuilanl euvirou Irois lieures, en 

iireseiice de l'oxyde de carbone, 
«r.3i8 de ce fer. qui se 8(.ul aug- 
nienles de OgrOOSo, seil 00205, et 
11 s'est c.nsiamiJieiil degage de l*a- 
cide c^^rbonique En adniellaol, ce 
qui n'esl pas, quc ce Icr renrernidl 
du siiiciuin ou dos melaux ölran- 
gers, U'S dcux falls siniultanös de 
la carburation el de la productioM 
de Tacide carbonique seraicnl im- 
possibles. puisque ccs melaux Hxc- 
raienl de Toxy^ene au iieu de Teli- 
miner, el il faudrail pour oxpliquor 
le d6p6l rclalivcnienl considerahle 
de carbone (0 0026o). les supposcr 
en quanliies lelles, qu'ils ue pour- 
raienl eebapper a Tanalyse. 

D'aprcs ces resultais. lacementa- 
lion du fcr par i'uxyde de carbone 
HC parait pas douleusc, ei les c<>n- 
ditions (lans lesqücllcs olle a cle 
f iile in*« nl perrnis d«* ri'cbercher si 
Taznle e>l iiniispeusal)lc a la pro- 
duclion de lacifr 

J'ai fail passer pcnilant fort lon^^- 
Icmps, ä mi(5 leiii|»eraliire coiive- 
nahie, de riiydr«i^ent'. snr du fer en 
lauies exc«*ssiveireiiL niinees, jour 
le debanasscr, ainsi que l'a iiidi- 
que M. Fremy, de Tuzole qa*il nou- 
vait conlenir. Co fer, apres ce long 
trailemont. a ele cbaulTe pcndanl 
trois heurcs au sein de Toxyde de 
carbone; il s'est d^gagö de Tacide 



carboniqae, et le fer a ^16 converU 

en acior. Comnic j'avais opM ä Ta- 
hride razoleexlcricur,ol(|uc l'oxyde 
de carhone eniploye n*en ]>ouvait 
aj»p(>rler, je cims qu'on peut c«»u- 
clure de celle cenienlalion, aussi 
liieu que ile celle par le. diainant, 
quo razole n'esl pas .'ndispensablo 
a la prodiiclion id a la constilulioQ 
de Taeier. 

Les icebcrches precedenlcs sur la 
cirburalion du IVr conürmcnt la 
Ibeorie acluello de raeicr.ition qui 
n'eslcn rcalild quc lasinjpleexpres- 
sion des taita et j>eul se rcsuuier de 
lanianicre suivanlc : 

Toule^ les fois quc r«m calcino du 
fcr au miliou du cbarbon de boiSt 
on lui cominuni([uc dos propnctes 
parliculiercs, conslanles cl qui sout 
caractcristiques. Le inelal ainsi 
iraitö dcvienl, quand on le Irempe, 
dur, cassant, elastlque, et reprcnd 
quand on le rccuil, sa douceur, sa 
niallcabilile primitives el pcrd son 
elaslicile; c'est, en uu mol, de Ta- 
cicr. 

Le fcr en sc transforraanl cn aeier, 
se combineavec quelques millicmcs 
de carbone el toujours cn piopc»r- 
lions bien inferietires a cellcs qui 
constiluenl la foiite. L'analyse du 
carlionc conihine au fcr suflit pour 
etablir une (li.slincliun Ires-inarqii^e 
enlre la funle et l'ucier, el les pro- 
prii^les de ce dernier rcndcnl t»»ule 
confusion iinpnssible.il est nai.urcl 
que la fonlcel l*acjer, qui tous deux 
sunt des carltures de fer, poss^dcnt 
des pruprictes qui Icur soienl cora- 
munes; aussi. lafonlcpeul^lre, com- 
nicraci'T,durcieparla lrera|>e, niai» 
eile ne s'elire clnese soude pas, eile 
est toujours cassanle; e'.lcncdevient 
janiais elaslique et ne peut ser.ir, 
par cxeniple, ä fabriquer une lame 
de Ütturet, un ressort «le montre. 

L'acier est donc. conimc ou Ta 
dit, un prnduit inlcrmediairo eulre 
le fer el la funle. 

Le carlMUie ctant jusqu'ici le scul 
Corps q li puisse comiuuniquer au 
r<T |j;s pro|»n»Hes qui l'onl ressorlir 
la lr«'mpc«l lerecuii, aele coiisi«ler6 
avec raistin comnii- l'agenl indi;;pen- 
-vilile <ie Tacieiation, ear «jii nc cuii- 
n.iit pas eucure (i*aciiT (pii nc rca- 
i'ernie pas de carbone (1). 

CepenuaMl l'acier (carbure de fer) 
n*cst jamais cniniiquemonl pur; il 

(1) Sauf les expeiiences de Slodard et 
Faraday, qui sont ä rep<^ler au pomt de 
vue du carbone. 



- 69 - 



renferme uncertain nombre de sub- 
stances qui se trouvcnl ordinal rc- 
inonl dans Ics fontes et par snilr» 
dans los fcra du commorco. (^ha- 
cun de cos Corps ou Ions onscnihl'» 
excrconl siir los qiinlilos de Tacior 
uno Iros-grande iiiQiionoe, il est 
donc natiirel d'on li'nircom|ile dans 
la praliqne icidusiriollo; rnais djiiis 
la Ihcorie de Tiicic^ration. il ne sp- 
rail pas rationnol de fairo de loiir 
pr6soiice iinc obieolion pi^rmanonle 
a la s|>öcialitc d'ac'ion dn carboiie, 
piii.squ'on ne peiil süpprimor ccliii- 
ci Sans driruire completomcnt Ta- 
cior, et qu'on n'a pas dömonlrc par 
rcxpcricnce que le concours dos 
autres Corps osl alisolnmonl indis- 
pensable. Cepondnnt M. Chevroul a 
admis d«'pnis longlemps trois catc- 
gorios d'acier : 

1" F«T et carhone; 

2o Fer, carbone et un Iroisiöme 
Corps : 

bo Fer et un autro cnrps qui n'eat 
pas le carbone ou acier sans car- 
Dnne. 

Co classoment plus ß6noral, en 
cornpronant Ir's aciors d6jä ohlonus, 
et cn Jaissant place d coux ffu'on 
ponrra «locouvrir [»lus lard, rdpond 
ä tonlos les oxigences de la thöorie 
et de la praliqne. 

Je n'ai rappele^ cos falls connnsdc 
lous que ponr montrer quolles sonl 
les ideosaclnollos snrles caracleres 
et la consiilnlion de l'acier. 

Quanl a son mode de i»rodn«jlion, 
c'ost-d-dire a la maniero di»nl lo car- 
bone se comhine avoc le fer, je 
crois que les oxporienc^s qwo j'ai 
puldioos ont »lissipc los dontos qni 
pouvaionl subsistcr dopuis los Ira- 
vanx flc Gnyton-Morvoan ot de 
Clonot snr la carbnralion dn fer. 

Lo fer se cornbine avoc lo carl»ono 
et se Iran^forme cn aoior par con- 
tnct on ccmontalion et aussi par la 
decomposllion d'un gaz carbnrö: 
ces dcnx causes de carlmralion se 
roncoiitrcnt ot at^issent simiiitanö- 
mont dans les caisses de c^menta- 
tion. 

ün voilque rienn'oslplns simple, 
plus logiqne et plus conformo anx 
falls que la tbeorle de racioratluu 
^taldi« d*apr^s cos donn^os. Copon- 
danl M. Sanndorson a emis snr Ta- 
cieralion des Moos lontes dilTeren- 
tes. II a cborche ä ^lanllr qne le 
charh^n, Toxyde de carbone. Tam- 
nioniaque, li'S hydrogenes c^arbones 
purs et isoles sont impropres a la 
c^mentation; qu'ii fautle concours 



mulael de Pazote et du carbone ponr 
transformer l<* for en acior, dans le- 
quol il a constalöla j rosonoe de l'a- 
zolo, Sans pnmoncoi loniefois si sa 
pros»»noo osl indispon^ablo. 

M. Fn'my , dans nno anlre sr^rie 
de rochorcilOK. a atlriluie a Tozote 
nn rölo tont ä fall s[»öciil et indls- 
pon^'able dans la coinontalion, ot, 
adoptnnt l'idc^odo M. Sanndorsrin, Il 
a aflmis qno le harbon pur iraciore 
pas; quo la comonlalion ne pout 
elro oxclnsivomont prodnito par uu 
cnrps oarhnrc volatil, pnisque le 
^az (l'eclairago ne fürme que do la 
fonle, landi** qnc la prösonce prc^a- 
lable de Tazolo dans ce m^lal 
donno inimödiatomenl naissanco ä 
Tacior; qne cV'st la proporlion d'a- 
zote qn'nn for ronforme qni, au mo- 
mont do la c.rbnralinn, detormine 
li^ de'iri de raoioralion; qno Tacier 
n'csl pas nn simp!o carbure, mais 
bion du fr azolo-carbur^. 

Tolle est la baso de la nonvelle 
thoorieqn'il propose de snbslilucr 
a rancicnne. 

Los opininns de ^I. Fromy ont 
soulove «liversos objoct Ions et sunt 
resleos on «losaccord avoc dos exp6- 
riencos ' u'on ne pont cruirc Sans 
signification ot sins valonr. 

M. Caron a <16monlre qn'on pout 
aciercr le for avoc des corjjs carbo- 
nes Sans azote (irazdos maraispnr^, 
ponrvn qu'ils ne pnissenl 6tre de- 
composcs par la chalcur avant de 
rcajiir. 

D'nn autre oril6, le crois avoir 
clairomont elabli qn'nn pout aoie- 
ror le U^r (pr6alablom»Mit pnrifiö <le 
son nzote par nno calcination de 
17 honros au sein d'nn conrant by- 
dro cno) au moyen du carhone 
fourni par le diam nt et l'oxydo de 
carbone. Si, cnrame l'a indinnd 
M. Fromy, Thydrcgeno enleve l a- 
zole an fer, ei si Tazote osl indis- 
pcnsabloa la consiilnlion de Tacicr, 
la formation de celni-ci sorail im- 
possible dans nn connml d'hydro- 
gene. Or, roxperionco d6monlre le 
conlraire. Donc l'azole nVst pas par- 
tie essentielle de Tacier. La plupart 
des aoiers ronforment copcndant de 
Tazote, mais colleqnantitö a6l6 re- 
connue infinitesimale par des oxp6- 
rirai^ntatours tres-habiles, MM. Mar- 
chand, Schaffaull, Bouis, Boussin- 
ganll, et si olle ^lait rcellem**nt la 
mesnre de raci^ration. il suit de 14 
que Celle deruiere serait ä pcu pids 
nulle. 

La veritö est que personneaa^Qac- 



-70- 



d'hui ne peut prouver que Tacier 
soit cxclasiveracnt un azoto-car- 
bure, plulöt qu'uu phospho-carhure, 
Uli silico-carburc, un mangano-car- 
Lure, un chromo-carbure, un titano- 
carbure, un tunj^slo-carbure de fer, 
etc. Mais au milieu de ces classes 
d'acier si nombreus 'S et deqaaiil6s 
si diverses, il y a Vacier-type^ Ta- 
cieV'Carbure de fer, qui prend nais- 
sance et disparait avcc Ic carbone, et 
qui engendre les aulres aciers en se 
modiüant sous rinfluence do tous 
les metalloides ou mctaux qui peu- 
vent se combiner avec lui. 



Sur la cimentation du fer par 
Coxyde de carbone. 

Par M. H. Caron. 

Dans lä note pr^cddentc, M. Mar- 
guerilto a pose dcux conclusions 
priticipales de son travail : lo la 
cömentation peut se faire sans azote; 
2orüxyde de carbone peut cdmenter 
le fer. 

Je partage enti^rement et depuis 
longlemps Topinion ^mise par 
M. Margueritte, sur la premiere 
question. II y a quelques annees 
je suis arrivc aux mdmes conclu- 
sions a la suite de nombreuses 
exp6riences , particulieremcnt en 
acierant du fer au moyend'un faiblc 
courant d'hydrogene protocarbond 
pur et cn faisant fabriquer avec cet 
acier, des limes, des burins, des 
couteaux. Depuis, ma conviction 
n'a pas vari6 a cet ögard et toutes 
les observations ullericures n*ont 
fait que la rendre plus profonde et 
plus complete. Mais ä propos de la 
seconde queslion traitee par M. Mar- 
gueritte, je crois quo les falls sur 
lesquels il s*appuie ne doivent pas 
^tre admis sans une söricuse dis- 
cussion. 

L'oxyde de carbone cst-il capable 
do c6menter le fer? Beaucoup de 
savants ont dludie cette question; 
les uns aüirment, les autres nient, 
et tous prouvenl (^galemcnt bit^n ce 
qu'ils avancenl. Ladernicreopinion 
est, je crois, ia raienne (V. le Tech- 



nologiste, t. XXII, p. 113, 269. 449, 
401,437, 514. 570). j'ai dit quo dans 
la cimentation induslricllo l'oxyde, 
de carbone u'avait d'aclion que par 
ccrtaines impuretcs du fer, le sili- 
ciuin entre autres. Aujourd'hui 
M. Marguerilte vient demontrer 
que Toxyde de carbone c^racntc. 
Les raclallurgisles et les induslricls 
doivent etre singulierement frapp^s 
de ce desaccord, aussi demanderai- 
jc la permission de donnerä ce sujet 
quelques explicatioiis, Voici ce que 
je vais essayer de d6raontrer. 

Industriellement Toxyde de car- 
bone ne c^mente pas, mais il est 
possible, en se mettant dans cerlai- 
nes conditions, de transformer le 
fer pur ou impur en une matiere 
contenant aulant de charbon qu'on 
voudra. 

Les exp6riences qui suivent ont 
6l6 failes, il y a d^jä plusieurs mois» 
presque sous les yeux de M. Bous- 
singault, qui a bien voulu m'aider 
de ses pr^cieux conseils et si je ne los 
ai pas publiecs. c'est quelies n'a- 
vaient pas d cette 6poque le carao- 
Icre de nouveautc ou d'utilitö qu*on 
aime a reucontrer dans ces sortes 
de Communications (I). 

Je prends du p6roxyde de fer ob- 
tenu au raoycn de Toxalale do fer 
pur, calcin6 longtcmps ä Tair, naais 
a la plus basse lemp^raturo possi- 
ble (cet oxyde, lorsqu'on a eu soin 
de le dessecher convcnablentient 
avant de le peser, donne, apres rc- 
duction dans rbydrogene, exacle- 
ment la quanlil6 de fer que le caJ- 
cül indique) et je le traitcpar Toxyde 
de carbone. 

Si la temp^rature ä laquelle on 
opere est 61ev6e, c*est-ä-diro port^o 
au rouge et au-dessus, le fer reduit 
ä Tetal mdlallique n'absorbe pas de 
carbone. Si au contraire la temp6- 
ralure est aussi basse que possible 
(lenip^rature insufßsanle pour ra- 
molir le verre), Toxyde carbone est 
decompos6 par le fer dejä reduit en 
cbarbon qui se fixe et eu acide car- 
bonique qui s'echappe, et cette d6- 
composition semble ne pas avoir 
do limite comme il est facile de 
s'en assurer par les expöriences 
suivantes : 



L'oxyde de fer pesant Igr.ooO 

Est reduit par Thydrogene ; il pese (fer) 700 

ChaufTe une heure dans Toxyde de carbone, il pöse 9iS 

Chauffe de nouveau une heure dans Toxyde de carbone, p^se. 1 520 



(1) M. Stammer a obtenu par l'oxyde de carbone du fer contenant 10.28 p. 100 de carbone. 



71 — 



Chauffä de nouveau une benre dans 
ChaufTe de nouveau une huure dans 
ChaufTt^ de nouveau une heure dam 
OiaufTö de nouveau une heure dans 
ChauiTJ de nouveau nne heure dans 

Ainsi donc 08^700 de fer reduit 
par rhydrogcao pcsaienl, apres six 
lieores- d'exposilion ä Toxyde de 
carbouo, 38r.l70;il8 avaicut aug- 
menlo de 2g^470. Cello augmenla- 



Toxyde de carlwnc, \)l^ao, Ssr.OSO 

l'oxyde de carl)ono, fi^se. 2 530 

roxyde de carbone, p^se. 2 736 

rüxyic de carbone, p^se. 2 Öi5 

l'oxyde de carbone, pese. 3 170 

tion de poids n'esl pas enlierement 
due ä la preseuce du earbooe, iL s'y 
trouvc Uli peu d*oxygeue ou pout- 
^tre de Toxydc de carbone, on s'en 
est assure par rexperience suivaate: 



Oxyde de for 0«». 100 

Chauflfö qiiatrc hcures dans Toxyde de carbone, p^se 237 

11 conlenuit (fer) 070 

D'oü charbon et oxygöne 167 

Bride dans l'oxygöne (aciJe carbonique) 520 

.., . j Cbarbon 142 

^^^ ) Oxygeiie p. d 025 

Apr6?, le pcToxyde pcsail 100 



3 



La qaantite d'oxyg^ne contenue 
dans le fer reduil par Toxyde de 
carbone ii*esl pas constante, j'ai pu, 
CD oulre, m'assurerqu'elle n'aug- 
meiitait pas avec la quantit6 de 
cbarbon qui raccompngne. 

J'ai obtenu egalcmenl ce r^saltat 
en operant sur un morccau de ini- 
nerai de fer de Bilbao (carbonale 
mangan^sifcre döccimpose) et du 
fer spathiqae de ßenudorlf; raais 
TefTnl est moins rapide, Sans d<»ule 
ä cause de la porosilö de la rnaliere 
ui est inoindre dans un niorcoau 
c nninerai que dans loxyde de fer 
(de Toxalale) dont la lenuite est 
exlröme. Le niekel se conduit 
commo le fer, 

J'ai dit qu'au rouge et sous Tin- 
flueuce de l*oxyde de carbone, il n'y 
avait pas absorplion de carbone par 
le fer; dans lapratique ce n'osl j)as 
rigoureiisemeut exact, voici ponr- 
quoi; lors<iu*on souniet le feraTac- 
tion de Toxyde de carbone, on com- 
mence par rcmplir Tappareil de ce 
gaz et on chaulTe ensuite; puis lors- 
que Ton jugo a propos d'arrötcr To- 
peration, on laisse la mati^re refroi- 
dir dans un courant du mdme gnz. 
Or, il est facile de comprendre que 
soit au corainencement, soit ä la 
fin, le fer so trouve expose quelquc 
tcmps d raclion de Toxyde de car- 
bone ä une temperalure bien infe- 
rieure au rouge et ä laqnelle la d6- 
composilion du gaz peut se pro- 
duire. C*est de lä que viennent les 
traces de carbone qu'on trouve dans 
le fer traite au rouge, mais ccs tra- 
ces n'augmenteni pas par un traite- 
ment plus prolonge et on peut möine 
les cviter en chaufTant d'abord la 
matiere^t on la l^iissant refroldir en- 



suite dans un couranl de gaz inerte. 

Si Ton cxaraine mainlenanl les cir- 
constances dans lesquelles M. Mar- 
guerilte ä fait son experlence, on 
comprendra facilemont ce qui s'est 
passe. Gar il ne faut pas Toublier, 
apres deux heuresdecirculallon, au 
bout desquelles, suivant Tauleur, 
l'acieralion etait coniplete, on a 
Irouve qne 10g''.29 de fer avaient 
absorb^ 0K^0()48 de carbone seule- 
nn^nt, c'est-Ä-dire que le radial oon- 
tonait uioins de d/IOüOO de son poids 
de cbarbon. Est-ce la de Tacier ! II 
y a beaucoup de fers qui conlien- 
nent plus de cbarbon que ce metal 
et il y a peu d*aciers de c^menla- 
lion qui conliennent moins de 
1 p. 100 de carbone. M. Margueritte 
n*a donc ]>as complötemenl acierö 
son fer; il a lout au plus oblonu 
une cemenlalion superficielleexlrö- 
meraent faible, qu'expliquo tros- 
bien ce que J'ai dit plus naut. Do 
plus, la pelitesse des dchantillons 
sur lesquels il opere peut Tavoir 
Irompe sur les vraies propriet^s du 
m^tal, 

Mais, dira-t-on, comment com- 
prendre alors la productlon d*acide 
carbonique obsorvee pendant le 
teraps de Texperience? Le modo de 
pr^paration cmploy^ par M. Mar- 
gueritte, pour oblenir de l'oxyde de 
carbone prive d'acide carbonique 
est, je crois, le meilleur, mais jo ne 
cro:s pas que des pr^caütions süffi- 
santes aienlet^ prises pour s'assurer 
de l'absence de Toxyg^ne libre dans 
cet oxydc de carbone. Or Toxyde de 
carbone et Toxygdue au rouge don- 
nent de Tacide carbonique et comme 
j'ai pu le veriiier d*apres Ißs obser- 
vatioBS de M. BoustingaoU« iL ^i 



— 72 — 



bien difBcile de priver compl^te- 
menl d'airlos liquides et les corps 
poreux que traverse Ic gaz oxydo de 
carboae. II etait donc iuüispeiisable 
de complöter la sörie des vases 6pii- 
ralcurs par un tu!«e renfermant de 
la pierre ponce imbibee de pyrogal- 
lato de potasse. £d ne prenant pas 
Celle precaulion on s'expose ä obte- 
uir de Toxyde de carbone 80uill6 
d'oxygöne, *ct ä avoir, pendant le 
courant de l'op6ration, un dögage- 
mcnl conslant d*acide carboni(|ue 
que la faible aci^ration ohscrv^e 
scrait d'aillcurs iDSufUsanle a cxpli- 
qucr scule. 

En resum^, je ponsc toujours que 
dans la c^mcntation induslricllc, 
qui se fait au rouge, on ne pcul 
CüDsidercr l'oxyde de carbone 
comme un agent de cementation 
ulile; mais la propri^lö singuliere 
que possede ce gaz de se d ecom po- 
ser ä basse toraperaluro en pr^sence 
du fer explique sufüsamment, je 
crois, la divergence d'opinion qui 
existe entre les savants qui se sont 
occup6s de Celle queslion. 



Sur la cimentation du fer par 
l'oxyde de carbone. 

Pab M. f. Marguebittb. 

H. Caron a fall, dans la note pr^- 
c6denle, ä Toccasion de mon tra- 
vail sur la cömenlation du fer par 
Toxydo de carbone, une criliquc 
dans laquclle 11 commenlc les ex- 

(»eriences que j'al publikes ä ce su- 
el. 

Ce chimiste avait dit que le fer 
pur est Sans aclion sur roxyde de 
carbone et que Tacidralion du fer 
du commerce sous l'influence dece 
gaz est proportionnel ä la quanlilö 
de silicium qu'il renferme Je crois 
avoir dcmonlrä le contraire, puis- 
que j*ai obtenu un acier conlenanl 
33/1000 soil plus d'un demi pour 100 
de carbone (1) avec un Ter dont la 
quantile de siiicinm n'aurait pu 
faire d^poser que 3o/ 10000. 

Rappelant que des 1853 M. Stam- 
mer avait oblenu par l'oxyde de 
carbone du fer conlenanl 10,'28 
pour 100 de carbone et produisant 

(1) Et non pas 5/10000, comme Ta ^crit 
M. Caron par suite d'uiie faule d'im pres- 
ston qui ft'e«t glissäe dans le compte-rendu 
des setAcet de rAcadömie des scieoces. 



seg propres experiences, M. Caron 
rcconnaf t que le fer pur, trcs-divis^, 
d^compose Toxyde de carbone et 
que cette decoraposition semble 
n'avoir pas de limilcs. II semhle- 
rail donc que son opinion est deve- 
nue conforme a la mienne. 

C'pendant M. Caron oui admet 
que la decomposition de roxyde de 
carbone par le fer pur et divisd e^t 
faclle et pour ainsi diro snns limi^ 
tes ä une tomp(^.ralure insnflisanle 
pour ramollir le vorre, pense que 
Celle decomposition est absolumenl 
nulle ä une tcmperature plus 61e- 
v6e; il croit que la quantil6 de car- 
bone que j'ai fixde sur le fer (qu'il 
suppose dix fois plus faible qu eile 
n'esl en realite) s*cst depos6e pen- 
dant les p(^riodes d'^chauffcment et 
de refroidissement de Tappareil oü 
le fer ^lait soumis ä une tcmpera- 
ture infcrieure au rouge. 

11 suppose en outre, maif^c'estune 
supposition toul d fait gralulle et 
erronee, que loutes les prdcautious 
necessaires n'ont pas^t^ prises pour 
ecarler la prösence de l'oxygene li- 
bre dans i'appareil et consorvor 
k la production de Tacide carboni- 
que son caractcre et sa signiüca* 
tion. M. Caron aurait du penser 
que des exp^rienccs aussi d61icales 
que Celles qui se ratlachent a 16- 
tudede Taci^ralion avaicnl et6 Tob- 
jet des solns les plus minutieux. 

II Signale les difficullcs de TopÄ- 
ration qui sont clemcntaircs, il re- 
commande certaines dispositions 
qui ne me semhlent pas alleindre 
le but aussi bien que les moycDS 
que j'al employcs et que je n'ai pu 
indiquer tous dans ma note. 

Voici un mode d'opdration qai 
est consigne dans mon livre d*ex- 
periences au mols de mars 1863. 

On a fait passer ä une tcmpera- 
ture elev^e dans un lube en porce- 
laine doublemont veruissd, un eou- 
rant d'oxyde de carbone compl6le- 
raent purifi6 et depsecbö. Apres trois 
beurcs de d^gagement, la presence 
de l'acide caiboniqne etait presque 
insensible ; on a introduit alors 
dans le tuhe deiix fils d^' fer de 
jmmi/j (Je diamclre, prealablement 
Iraite par rhy-irouenc; imm^diale- 
raent l'acide carbonique s'cst d6- 
gag6 et a conlinue ä sc produire 
avec une cerlaine abondance pen- 
dant 3 heures de caicination, apr^s 
iesquels les iiJs ont ^to compl^te- 
meut cement^s. Lorsque les fils de 
fer ont 6te reiires, la production de 



-73 — 



l*acide earhoniqne est redeyenao 
insignifianle. 

Cello opreuvc failo par compa- 
raison qui a die plusicurs lois re- 
pci^ü est la rorutation complcte des 
olijeclionsdj' M. Caron. Elle pronve 
cn elTft il'unc maiiiere evidcnle quo 
Toxyde de carhone est d(^compos<V 
par le fer ä haiilo Icrapöralure et 
qu*il peut transformer cciui-ci en 
acior. 

Si M. Caron avait cu rccours d 
rcxiH^rience.s'ilavait opdrc commc 
16 i'ai fall, ou seulement commo il 
l'a recommande lui-mdmc, 11 aurait 
cocslal^ qu'ii y a r^eilement aeie- 
ration et d^gagemeut d'acidc car- 
bonique. 

Jt3 maintiens donc mes couclu- 
sion.s qui sont absolumcnt contrai- 
rc8 a Celles de MM. Saundersou et 
Caroii. M. Siiunderson a prclendu 
quelecharboii pur ne cömcnte pas, 
et M. Caron a dit que Ics cyanures 
aeulscdnienleut. Je croisavoirprou- 
ve que le carbone pur (le dianianl) 
et aussi i'oxyde de carhone peuvent 
transformer le fer cn acier et qu'ils 
düivenlcoiiiplorparmi les dleiueuts 
les piusabondants et Ics plus actifs 
de la cemcalalion industrielle. 



Perfectionnement dans la fabrica- 
tion de l'acier. 

Par M. D. Adamson. 

M. D. Adamsoa, Ingenieur des 
usines de Yorksbire oü Ton sc li- 
vro ä la fabricalion de Tacicr p:ir le 
piocedc B 'ssernor, sVsl propoSi3 de 
modifier la construction des creu- 
sets employcs dans la fabricalion 
de Tacicr par le proc^de dit atmos- 
pbdrique^ en disposant et arran- 
geaut d'une maniere qui lui est pro- 
pre di'S passagrs pour le transport 
de Tair, des gaz ou de la vapeur 
d'eau k Tiniörieur de ccs crcuse^s 
et en adaplant la forme de ccux-ci 
4 la disposition de ces passages. 

Dans le Systeme de Äl. Adamson 
ccs passages sont etablis a travers 
des blocs d*argile rcfractaire ou au- 
tro maiicre couvenable pour cot 
objet el disposes de faQon ä ce quo 
l'air, les gaz ou la vapeur refoules 
dans le creusct ä couvcrsion par 
une macbine soufllante de struc- 
iure ordinairo ou par la pression 
qui s*exercc dans uno chaudl^re d 
vapeur poissent agiler le m^tal, le | 



ddcarhnrer et Ic porifier. Ccs pas- 
sa;:es d'air sont ni^na«rps sur un ou 
deux des cöu^s du creuset et placos 
h *rizontaleraent ou dingonaiement 
par rapport au fond de celni-ci, de 
mp.nieic a s'opposcr a ce que io mc- 
tul foudu puisse sVn ecoulcr, cc 
qui augmenle la durt^e du creuset 
et des autres pi6ccs de Tappareil. 

La flg. 4, pl. 30*2, est uno section 
\erticale d*im creusol k conveision 
dtabli d'apres C38 principcs. 

La fig. 5, une eidvatiou vuo do 
cöt6. 

Les üg. 6 et 7, deux sections cn 
ölevatioQ de Tun des deux tourillons 
qui porlent cc creuset. 

a enveloppe pxtöricuro du creu- 
set faiteeu lölecpaisse; b chcmise 
intdrieure en argile maigre on r6- 
fraclaire ou en toule aulre mati^re 
su.-ceptible de rcsister 4 une cha- 
Iciir iutensc; c et c' montants qui 
supportent les tourillons d ci d 
sur lesqucls bascule le creuset. Le 
montantctlc tourillon par lesqucls 
arrivent 1 air, le gaz ou la vapeur 
dans ce creuset sont etablis comme 
on le vi.il dans los fig. 6 et 7; les 
pa.«sages d'air dans le tourillon d 
sollt ouverts quand le creuset est 
dans la position reprcsentöe dans 
la tig. 4 ; mais lorsqu'on le fait bas- 
culer cn parlic au moyen d'ui e vis 
Sans fin et d*une roue que fait fonc- 
lionner la vapeur et la föne de 
Teau pour recevoir uno eharge ou 
cvacuer le melal fondu, ces pa^sa- 
gos sont fermes. 

Du tourillon creux d Tair passe 
par le lube coude e dan? l.i ch im- 
bre/'tl'oü 11 est cbarrie a rinl<^rieur 
du creuset a Iravers les blocs pcr- 
ces ou tuyöres g cn argile rcfrac- 
taire, disposes sur deux ou trois 
raii;js, de fa^on que ^et air, ce gaz 
ou Celle vapeur que lance un appa- 
rcil Souffleur ou une chaudiöre ä 
vapeur, puissent agiler et uecar- 
burerlc metal fon<!u aussi complC- 
tement qu'il est possible. 

Quand le creuset ne renferme 
qu'unc faible ch.irge de metal, on 
peut luter les trous du rang supö- 
rieurdes tuyöres g avec de rorgilc 
ci faire varier Tanglc d'inelinulion 
de ce creusel afindo rapprocher Ics 
passages d'air dans les tuyCres plus 
pres de la ligne borizontale et ainsi 
iutro'luire Fair, lo gaz on la va- 
peur au sein du mCtal en fusion et 
eiifin on peut disposer des tuyfercs 
sur les deux cötes du creuset. 

Celle dispositloa \^asUc\sAi^^^^^% 



- 74 — 



passages d'air augmente bcancoup 
iadureo des creusets et des tuyeres 
en s'opposant d cc que le metal en 
fusion eoulc dans celles-ci et les 
obslrue, ce qai arrive frequcm- 
ment avcc les crcusels äconversion 
de slructure ordinaire et est Tocca- 
sion de grandes pertes de temps et 
do lourdes döpcnscs. 

Pour au^mcnler encore la darde 
des creusets et des piöces qui en 
dependciit, M. Adamson propose en 
outre d'abaisscr la terap^raiure du 
metal fondu pendant le travail de 
la decarburation en y ajoutant de 
5 a 40 pour 100 de rognures ou de 
riblons de fer forg^ coupes en pe- 
tits morceaux, qui ayant ^t6 de- 
carbures et debarrassös de leurs Cle- 
ments nuisibles par un puddlage et 
un recbauITage, sont dans un Ctat 
favorable pour produire un mötal 
homogene et ductile, quand on les 
combine ä celul soumis ä une dö- 
carburation dans le crcuset. Lors- 
que ces rognures ou ces riblons 
sont inlrodults froids dans la fönte 
en fusion on peut en ajouter de 5 ä 
15 pour 100, mais nuand on les a 
fall pröalablement chauifer au rou- 
ge ou au blanc cm peut en augmen- 
ter la Proportion. A Taide de ce 
moyen la conversion a licu pen- 
dant une partie considCrable de 
Topöration ä une temperature plus 
basse et par consCquent la chemise 
du creuset et les tuyeres sont 
moins exposees a 6tro brülCes ou 
obstruCes, en memo temps qu*on 
augmente la ductilite et la mallea- 
bilite lanl ä cbaud qu'a froid du 
melal ainsi produit. 

Pour ddcarhurer le spicgeleisen 
ou fonle miroilantc, on y ajoute du 
fer, afm de la rendre plus ou moins 
dure, a la maniere ordinaire. 



Appareil pour le puddlage du fer 
et de Vacier. 

Par M. T. Harrison. 

M. Cb. Schaffhaull a pris. en 1836, 
dans divers pays dt; TEurope, des 
brovets, patentes ou Privileges, pour 
un appareil propre ä faciliter le 
travail mecaniqiic du puddlage du 
fer. L'appareii decrit dans ses speci- 
fications consislait <:n parlie en une 
coinbinaison de roues, de leviers, 
de manivcllos, tous organcs mis 
convenablemcnt en action par un 



Premier moteur, et qui imprimaient 
un mouvemcnt coraposC ä la fois 
longitudinal et transversal ä Toutil 
puddleur. Ce möcanisme Ctait, da 
rcste, fort compliquc, son travail 
Ctait tres-imparfait, et en conse- 

Suence il n*a pas tarde a 6lrc abaa- 
onuL 

Aujourd'hui, M. T. Harrison, in- 
gCnieur, s'est proposC de simplificr 
et de perfeclionner 1 appareil de 
Gh. Schaffhaull, en ayant pour cela 
recours ä un moyen qui lui semble 
preferable pour donner, par voie 
mdcanique, un mouvement longitu- 
dinal et un mouvement transversal 
k Toutil, dcux mouvements qu*il 
lui imprime simultanCment et d^une 
maniöre constante, celui transversal 
pouvant de plus ötre renversö par 
un mecanisme automoleur. 

Fig. 8, pl. 302, vue en el6vation 
sur l un des cötes de Tappareil do 
M. Harrison. 

Fig. 9, vue en clcvation par de- 
vant. 

Fig. 10, plan de cet appareil. 

On fera d'abord romarquer qu'au 
Heu d'einpruntprla force nCcessaire 
k un moteur distinct, et de trans- 
mettre cetle force ä Taide de roues, 
ainsi qu'on le rcmarquail dans Tap- 
parcil primitif, on a appliqu^direc- 
temcnt ä celui-ci la force d'une pe- 
titc machine. 

Cetle machine se compose donc 
d'un cylindre a avcc son piston et 
un liroir etabli d'apres les mtillcurs 
modclos, et qu'«>n peut faire fonc- 
tionner par la vapeur, Tair chauff6 
ou coinprime, et de preferenco par 
Teau tonles les fois qu'il est pos- 
siblo d'appliquer ce liquide 6cono- 
miquemenl sous la pression conve- 
nable. Cetto machine est plac6e 
imm^diatement au dessus du four 
b ou sur le dorne möme de cclui-ci 
et sur la möme ligne que le miliea 
de la porte b^ de ce four. La machine 
est montde sur un pivot c de ma- 
niere que le cylindre a peut tourncp 
horizonlalement sur son point de 
centre d'une etendue angulaire quel- 
conque. 

Sur les cöt^s de la machine ou sup 
son cylindre hii-meme s'cleve une 
potence rf de dimensions tolles que 
sa vol^e depasse lo front du four 6. 
Sur le boiit de celte potence d est 
siispendue une tige e, dile tige de 
Suspension, d'une longueur teile 
que son cxirc^.mite inl'erieure se 
trouve placc'c viü-a-vis Touverlure 
de travail 6' de la porte du four. La 



- 78 - 



tigo do pistoa a^ est articaleo 8ur 
une bielie/dan3 la mörac diroclion, 
dont lo hout oppDse est attnchö au 
moy^^n d'une arliculatiou, d un Pa- 
rallelogramme ou de toul autro Or- 
gane ä la lige do Suspension e, de 
fapon quo quand la machinc est 
mise cn action. collo lige prend un 
mouvemcat horizontal de va-et- 
viont. 

L*extr6mit6 införieure do cctte 
lige de Suspension, aui pend en 
avant de Touverture de travail de 
la porte du four, est arm^e d'nn 
crochet e*, d'un anneau ou d'une 
travcrse sur icsquels repose i'exlre- 
mite post^rieure du croard ou outil 
puddleurf/, et qui sert en oulrc a le 
maintenir dans la position conve- 
nable. Lautre bout ae cet outil jie- 
nelre dans le four et plonge dans le 
mdtal en fusion. 

On voit donc quo le mouveracnt 
altcrnatif de la tige de Suspension 
communique ainsi un mouvement 
correspondant ä cet outil g, qui 
marcho alors en avant et en arri^re 
sur la sole du four. C'est ce qui 
constitue son mouvement longitu- 
dinal. 

Le pivot c, sur Icquel repose le 
cylindre a df la machine, est ceiut 
d*une roue helicoide h, dans la- 
quello engrene une vis sans fin i; 
les appuis de cette vis sont etablis 
sur le cylindre; A; est une roue ä 
röchet calce sur Taxe de la vis, qui 
est mise en jeu par Ics loviers /, /, 
moiiles librement sur le mörac axe 
que la tige m dont ils recoivent le 
mouvement. cette tige m 6lant a son 
autrc extremile articulöe sur la tige 
de Suspension e; n, 7i sont des cii- 
quets porles par ua boulou sur un 
des leviers /, et pourvus 'Vun poids o 
aui agit constamment pour intro- 
duire l'un ou Tautrc de ces cliquets 
dann les denls de la roue a crochet. 
Quand le poids tombe sur Tun des 
cötes de son axe, il maintient en 
prisc Tun de ces cliquets, et quand 
ü se releve et tombe de Tautre cote, 
il fail agir Tautre cliquet, d'oü il 
suit que la direction suivant ia- 
quelio la vis san fin i tourne, se 
renversc quand le poids o est poussc 
d'un c6t6 ou d*un autre du levier /, 
cc qui s'opere commoddmcnt ä l'aide 
du taquelo* que porlece poids, avec 
lequel le doigt p sur Taxe de la vis 
est mis en contact au momout oü le 
mouvement doit dtre renverso. Ce 
doigt p peut etre fixe sur son axe, 
ou, si on a besoln d'une plus grande 



dtendue de mouvement, on peut le 
faire tourner librement sur cet axe 
diuG portion de revolution, puis 
tomber sur un arröt. Do möme oa 
peut obb'nir un mouvement do 
tonte la longucur voulue, ou bicn 
enfin on peut substiluer a la roue 
li6licoide h ime roue d delente ou ä 
röchet avoc cliquets, puis ä chaque 
pulsation du pislon faire fonction- 
ner ou lever les cliquets et marcher 
la roue en avant. 

C'est ä Tuide de ces raoyens qu'on 
fait tourncr horizontalcmcnt le cy- 
lindre asur son pivot c, entrafnant 
avec lui la potence d, la tige de Sus- 
pension e et l'outil g, et irapriraant 
ainsi ä cet outil un mouvement 
transversal simultandment avec le 
mouvement longitudinal, au moyen 
de quoi toutes les partics do la solo 
du four sont soumises successive- 
ment au travail de Toutil. 

Le cylindre a peut decrire une 
portion de circonference assez clen- 
due pour que l'outil g parcoure 
transversalement toute la iargeur 
de la sole, et quand il arrive sur 
Tuneou Tautro rive, Taction de l'en- 
cliquetage se renverse ainsi qu'on 
l'a döcrit. 

Le tiroir est manmuvr^ comme il 
est nöccssaire par son bras m* sur 
la tige m, qui vient frapper les ta- 
qucts (7, q sur la tigo de tiroir. 

On peut, si on le juge ä propos, 
modifier la formo du four de pudd- 
lage, et cn augmenter la dimonsion 
de maniero ä pouvoir y appliquer 
un appareil puddleur de chaque 
cöt6 operant alternativement, cas 
dans lequel les deiix extr6mil6s de 
la lige de piston doivent dtre pour- 
vues d'une bielle, d'une tige de Sus- 
pension et d'une potence ana1ogr.es 
aux pieces qu'on vient de decrire. 

Dans quelques cas oü on ne juge 
pas qu'il soit k propos de placer la 
machine sur le döme du four, on 
peut la monier sur un trcuil ou un 
chariot a uue elevation convena- 
bie, et alors la disposer en avant do 
la porte de travail du four, la bielle 
etant attachee directementa l'outil, 
ou, si on aime mieux, ä une barre 
interm^dlaire, une tige de Suspen- 
sion ou an Parallelogramme. 

Le m^tal est amenö ä l'etat de 
ftision a la maniöre ordinaire ou 
daus un four sdpare, et apr^s avoir 
6t6 travailld et brass6 par les outils 
jusqu'ä CO qu'il arrive ä l'ölat de 
nature, il est ballä et eiLUoit. ^w 



-76- 



quo la chose so pratique comman6- 
mcDl (1). 



Mode de fabrication du fer et de Va- 
cier avec la fönte divisee, 

M. A. A. (\'^ Bostaing s'est fait 
brevoipr t-n 1863 ponr un modo de 
fabrication du f<T et de Tacier avoc 
la fönte d Telat de division dorit 
Dous cherchcroDS ä douner ici une 
id6n. 

D'abord on commcnce par agglo- 
m^rcr la fonle qii'on avait amen6o 
iun ccrlain ^tat de division en une 
mnsse ou loiipe d'un ccrtain vo- 
lume. En socond licii, on introduit 
cetle inasso agglorrärc^e dans un 
fonr a rechauffer oü sous l'action 
oxydante do Tair et de la flamme 
sur un Corps itorcux, los paiticules 
de la fonle sont promptemcnt (16 
carhur^cs et Iransforme«»« en ftr. 
Enfin en sounicttant Cftle masse 
aggl<»m6ree, oussitöt quVIle a ei6 
portce au Idan«*. soudant, ä Taclinn 
d'ahord modcree, i>uis succos^^ive- 
ment do plus en plus 6nergiquo 
d'un niartinet ou aulre mail^au 
convenahlc afln d'en reunir, d'en 
ßouder les parlirs et d'y multlplier 
leg points il'adhcrence. Apr6s ceile 
Operation qu*on peul aussi cfTi'Ctuer 
dans un moule sous l'action d'une 
presse ou nar un laminago pour 
ivitor les cliocs subifs du martinrU, 
on Irouve que la raasse agglomöree 
soumise ä un corroyage ult^rieur 
possedo cxaclemenl 1<'S pmprieies 
des ninqudles qui ont ct6ciugi6es 
ou laminces apres avoir passö par 
le fo'ir ä puddler. 

L'agiflomer.ition de la fonle divi. 
sde cu une masse propre ä ^Ire in- 
iroduite direclement dans le Tour ä 
röchauffer peut s'operer ä froid ou 
k cbaud. 

Lc proc6de pour fabriquer l'a- 
cier consistc aussi ä agglomerer les 
particulcs de fonle divisee en les 
nuniectant et los comprimant dans 
un moule, comine pour fahriqucr 
le fer, mais au lieu d'inlroduire la 
masse dans un f >ur directcmeut en 
cont;ict avcc Tair et la flamme, il 
faut au conlfüire avoir un tres- 

(1) Voyez la description des appareils de 

Suddlageeinployesdefiuis dix ans ä riisine 
e Closmortier, dans les Annales des Mines, i 
t. IV. p. 505. I 



prand soin d'öviter une nouvelle 
oxydalion qui dötruiniit les pro- 
porlions prcalatdoinenl calculöes 
(au momont de la cornpn'ssion d 
l'elat froid) pour produire teile ou 
teile qnalile d*nci(T, suivant les 
röaclifs emplnyäs ot le drgre de di- 
vision des particules de foule dout 
la müsse est coustltuoe. 

Pour opc^HTla fusion de ces mng- 
scs on les plonge dans un bain de 
scories quand la fonle doil avoir 
lieu dans un four a revcrböre, oöL 
ou riutroduit dans des crcusel8 
couvcrls, quand on se scrt des foura 
ordinaircs ä foudre Tacicr. 



Sur la fabrication du magnSsium 
et du calcium. 

I. Le magnösium de mSme qae 
^aluminium se prepare au moyco 
de son cblornre associe au cblo- 
rurcd'un mäial alcaiiu. Ge dcrnier 
peut ötre le cblorure de sodium, 
mais criui do potassium paratt 
micux reussir. 

La mani^re dont les cbimistcs 
ont prepard jusqu'a pröseul le clilo- 
rure unnydre de magnesium u coq- 
sistc ä salurer par la mngncsie l'a- 
cidechlorbydri(|ue coiicentre, puis 
a ajouter un äquivalent de sei am- 
mouiac ou cblorure d'ammonium, 
dvaporor la Solution a siccite et 
caicinerdans un ercuset de plilino. 
Le rösidu de Tevaporalion ä siccitd 
nc renfcrme pas dVau, mais est ua 
cblorure double auhydrede magne- 
sium (^t d'ammonium et quand on 
Iccj'lcine la majeure parli<* du ch o- 
rure d'ammonium sc dissipe et il 
reste un cblorure de magudsiuin 
anhydre prcsque pur. 

Touiefo.s ce cblorure n'est jamais 
compli^tement pur et quelqu(*s fai- 
bles porlions de cblorure d'ammo- 
nium y reslent loujours associdoa. 
Lo magnesium a une puissanle 
alflnitc pour l'azote et quand il est 
föduit de son cblorure prepar6 
comme il vient d'elre dit, TciZite 
du chlorure d^ammonium qui est 
invariableiqcnt contenu dans le 
chlorure de magnesium aiusi ob« 
trnu se combine avec le melal r6- 
duit et lui cummunique, suivant 
M. Sonstadt, une leinte jnune ot 
une cxtröme disposilion a s'oxydcp. 
De plus ce mode de prdparafion est 
fort peu dcouomique et une forte 
part du cblorure de magnesium de 



-77 - 



ce doüblo cklorure (pas moins des 
6/7, suiviinl M. Sonstadl) se volali- 
lise avec le clilorure (rainmonium. 
Des Icjj preiiiieres teulalives pour 
fabri(juer en graiid le magnesium, 
il. boiisladt a donc cbcrcbe Ics 
Dioyeiis de preparer uü cbloruio 
antiydre d la fuis ecoiiurniquc et 
CAcmpl d'animonium ou de toule 
aulre mallere ^traiigere iiuisihle 
II a enlin döcouverl que lorsqu'on 
^vapor« i siccite une Solution me- 
lan^^^e de cbloiurcs de magnesium 
et de soiium^ puis qu'ou cbauffe 
au rougc, il roste une masse fondue 
qui na plus besoin que d'ötre 
cbaufTee avcc le sodium, dans un 
vase convenable, p(»ur fournir du 
magnesium ne coulenant d'autre 
impurete qa'un lö^er alliage qu'on 
peut s^parer du metal par Icquel 11 
a et6 red u it. 

M. Sonstadt a cru commc on Ta 
d6,ä fait rem.irquer que Teniploi du 
cblorure de ])olas.sium elult ]iIüs 
avanlageux quo celui du chlorurc 
desodium; quoiqu'il ensoil, il n'a 
pas eiicorc dclermine si la matierc 
premiere comme ii Tappellc qui 
seit d preparer le magnesium est 
un chlorure douMe ou simplemeut 
uu mclauge de chlorures. 

Oll doil anssi ä ce chimiste une 
melhodc nouvtlle pour obicnir un 
cblorure de magnesium anhydre el 
qui consiste a cliaulTor le cblorure 
bydralc au rouge dans un couranl 
parfailement scc d'aci !e cblorby- 
driqtie gazeux. Ce couranl sous 
rinfliience des afliniles cbimlcjucs 
enipöcbe Ics deux Clements compo- 
ses du chlorure bydrate de se dd- 
composor icci]»roqaenienl, comme 
ils le feraicnl sous celle de la cha- 
lour, el enlra?nant toule Teau du 
cblorure, celui-ci au tt-rme de To- 
peralioii resle intact el parfaile- 
ment anhydre. Ce procede inge- 
nieux el simple de pn-parcr le cblo- 
rure anhydre clanl neanmoins plus 
long qiKj celui indifjue i)rer^dcm- 
meiil cl le dernier procura nl d'ail- 
le.irs unr bonne reduclion, M. Sons- 
tadt on fait cxclusivmcnl usago, et 
ne s'?st s rvi du premier que pour 
purilier du magnesium -brut ainsi 
qu'ou le dira ci-aprös. 

Dans Irs localilcs oü Ton fail 
dva porer Teau de mor, los eaux- 
mcrcs aprös qa'ou en a extrait le 
sei marin peuvenl constituer une 
source convenable de cblorure do 
magnesium en Solution pour pre- 
parer la matidre premiere« Toutd 



la purification que ces eaax exige- 
raienl con-istcrait d y prccipiler 
les Sulfates par les chlorures de ba- 
iium et de calcium et l'exc^sde ba- 
rium exactement par le carbouate 
de soude Oll de po'asse. Qiiand on 
ne peut pas se procurer ces eaux- 
möres et quM faut formor le cblo- 
rure arliücicllement. Ics sels d'Ep- 
som sunt une meilleure mali^re 
brüte que la maguesie dile pure 
du commerce. Cetie dernidre ren- 
ferme toujours des Sulfates dont 
on ne parvieut d opdrer complete- 
ment la Separation sur une grande 
öcbelle par aucun procef!^ connu. 
Ces Sulfates sont fort incominodes 
non pas parceque le magnesium a 
une grande afiluild uour le soufre, 
au conlraire celle afuuit6 est assez 
faible, mais parce qu'ils sont r6- 
duils a Telat de sulfures pendant 
la rcaction avec le sodiunu L'oxy- 
g^ne ainsi mis en liberl^ paruU se 
parlager entre le sodium libre el le 
magnesium naissant en f.irmant 
des oxyd s avec tous deux. II arrive 
ainsi qu'il se forme de la niagnesie 
infusihle avcc le melal r^duit qui 
empeche celui-ci de couler el de se 
rassembler en masses. 

Co möme effel pr6judiciab!e, ce- 
lui de produire da magnesium en 
poiidre üne au lieu de glohules 
u*uue dimension considerahhs se 
presento aussi. mais par une röac- 
tion encore inconnue, avcc la sub- 
stance que M. Sonsladt a pris d'a- 
horii pour un nouvid elörnent qu'il 
designe provisoircmcnl par x, at- 
tcndu qu'il ii'en a pas t-ncore re- 
connu la nature. Ceile subslanco 
est invariablement associ^e en na- 
ture avcc les composes de magne- 
sium, mais c'esl surlout la matiere 
premiere pr^paröc avec la magne- 
sie du commerce qui en est soniice. 
Quand ou prcj>are cette matiere 
avec la m;ignesie (ju'on obtient par 
la decumposilicm du sei d'E]isom d 
Taide di carbunale de soude et 
qn'on sonmel le carbonate de ma- 
gnösic a des lavagfs repetes a l'oau 
cbaude, qu'ou fait allcrner avec 
des dessications produites par une 
forli» pression o i d Taide d'une 
macbine cenirifuge, eile est bieu 
plus exernple de j; et de Sulfates. 
Le carbunale de magnesie pr^pard 
ainsi fournit la maliere promiere 
qui donne les meilleurs resultats, 
mais il y a un carbonate naturel, 
varietö dela magnesie, qu'on trouve 
dans plusieurs partiea da \a<VQ£i& ^V 



-?8- 



cntre autres dans Ics tles <lo la 
Gr6cc, qui ue conlient jamais de 
Sulfates et Irös-souveat si pcu de 
X et de mali^res ^trangeres quo 
quand on peut so procurer les qua- 
lilös les plus pures, on en obticut 
une bonne malic^re premi6re sans 
qu'il soit n6cessaire de la souraet- 
Ire ä des proc^des pröliminaires de 
purification. 

Avec cette inagndsie trös-purc 
pour point de d6part, la mölallur- 

fie du magnesium ne comporte pas 
beaucoup pres aulant de iiiaDi' 
pulalion que celle de raluminium. 
Cette inogn6sie est dissoute dans 
Tacidc cblorhydrique et a la Solu- 
tion de chlorure de magnesium qui 
rösulte on ajoute un äquivalent de 
chlorure de polassium aussi en So- 
lution. Le m61ange ainsi form6 est 
6vapor6 a siccitä dans des capsulcs 
d'argcnt ou de porcelaine et on 
cha.<sc ics dcrniöres traces d'humi- 
dit6 du rcsidu en cbauITant au 
roiige dans un creuset de platine 
fcrme. A la chaicur rougc intcnse 
ce meiaugc fond et quand Ja f usion 
est com niete toute Teau a etd ex- 
pulsce. La massc fondue est alors 
versee sur une tölc froide et propre, 
niais des qu'cllc est sulüsamracnt 
rcfroidie, on la transporle, brisce en 
morceaux de grosseur modör^c, 
fioit dans un creuset oü eile doit 
^Ire röiiuite, soit si on ne veut pas 
la rcduire de suite dans quelque 
aulre vaseparfaitcment dos oü eile 
peut ctre mise a Tabri de Tair, par- 
ce qu'elle absorbe, par une courle 
cxposilion ä l'air, assez d*humidilc 
pourdiminuer cousidörablemeut la 
quantite de raetal qu'elle fournirait 
AUtrcment a la reduclion. 

Celle reduclion s'opöre dans un 
creuset cn fer couvcrt, M. Sonsladt 
ayant fait ecUc decouverte impor- 
taüle pour la mctallurgie du ma- 
gnesium « que ce melal n'a^il pus 
sensiblement sur le fer on dehors 
du conU-ct de Tair et si la lempe- 
rature n'est nas cxcessivcmenl cle- 
vre. )) Cberciicr ä oblonir du ma- 
gnesium pur ou sufüsammcut pur 
pour les usages praliques, sur uiio 
grande nchclle aulrcnicnt (juo «laus 
des va>es en fer est une chose abso- 
lumeut impraticable. 

(( Le magnesium, dit M. Sonsladt, 
jouit d'uno aillnilc remarquahlc 
pour le siliciuni el lo roduil de Ujüs 
scs composcs avec une gracde i'aci- 
lil6, de l'aQon qu'il est impossible 
.fi'obtenir du mi^gnesium dans un 



creuset oü 11 entre de la silice sans 
produirc un magnesium 6minom- 
mcnt s\\ic6. Un creuset de plalinc 
ne präsente aucune garanlie dans 
cette röduclion, altendu qu'un glo- 
bule de magnesium perce un crcu- 
sot de platine tout comme le fait 
un gloLulc de plomb... Quand on 
so sert de creusets d'argile pour 
r^duirc le magnesium, il faut les 
renouveler ä cbaque Operation. Les 
dimensions de ccs creusets ne pcu- 
vcnt ötre augmentöes au-dela de 
certaines limiles etroiles et le ma- 
gn(^sium oblenu est toujours silicd. 
D'un autre cöte un bon creuset cn 
fer peut, moyennant quelques soins, 
servir ä plus d'une centame d'opd- 
ralions, ainsi que rexpcrience me 
Ta demonlr6, et scs dimenlions pcu- 
veut 6lre 6tendues ä volonte : onfin 
le magnesium (differcnt en cela do 
Talumiuium qu*on ne peut prcpa- 
rcr dans des vases en fer) n'cin- 
prunlc rien au fer du creuset. » 
CVst ä Celle decouverte de M. Sons- 
ladt plus qu*a tout autre chose do 
rap|)lication parfaitedu fer conirae 
malierc des vascs de röduction 
ou*on düil de voir le magiK^sium 
dcvenu un arlicle de commerce et 
l'espoir que plus tard son emploi 
devicndra geucral. 

La maliere prcmiero preparc^o 
comme il a 61^ dit ci-dcssus con- 
siste en 12 narties cn poids de ma- 
gnesium, 39 de polassium et 71 de 
chlore. II n'y a nul bcsoin d'iin 
flux. Sculement on y ajoute 23 par- 
tics do medium qu*on i)lace en une 
seule masse au fond du creuset 
avec la maliere par-dessus ou qu'on 
coupc en pctits morceaux et qu'on 
slralilie cn couches alternatives 
avec ccllc-ci. Le creuset ctant ainsi 
Charge, on le ferme avec un couver- 
cle en fer qu'on rend aussi imper- 
meable qu'il est ])0ssil)le et ou lo 
Iranspoiic dans un fourncau con- 
venable par excmple celui des fon- 
(loursen cuivre qui paratt tres-con- 
vcnablc, quand le creusel a de gran- 
(les dimensions. Le ternijs que lo 
creuset (lüil ro-lcr au Icu dopend 
de ses (liinensions. La rcaction en- 
tre Ic sodiuMi el Ic chlorure de ma- 
grie>ium conlenu dans la malierc 
comniencc au roiige sorubro, ou 
peiit-elroun i^eu auMlessoiis et lors- 
(juo le creus(;l a elechauire a cc de- 
i:re dans le fourm-au, il ne lardc pas 
a aUeindre le rouge clair a raison 
de la chalcar dcvcioppee par la 
rcaction qui s'operea son Interieur. 



^79- 



Gelte r^action est eompldte tr^peu 
de temps apr^s que cctte eldvatioa 
de chaleur a riotcricur a commea- 
ce et alors il faul enlever vivement 
le creuset du feu pour ^vitcr une 
porte» c&usöe par le maguösium qui 
se reduirait en vapeurs, vapeurs qui 
aequerreraient uoe tcDsioa sulB- 
santo pour soulever le couvercle et 
s'echapper. 

Le contena du creuset consiste 
mainlenant en 12 parües en poids 
de maguösium m^lalliquo, 64.5 de 
chlorure de potassium et 58,5 de 
ehlorure de sodium. Quand ce crcu- 
sel est refroidi, on trauve le m^lai 
dissdmine au milieu d*une masso 
saline qui s'est solidiüeo. Plus la 
matiero premiere est pure et sur- 
tout plus eile est exempte de x, 
plus le magnesium est cn gros 
morccaux; quand cette matiero est 
impure» il est en pelits grains et la 
fusioii en uno seule masso doano 
lieu a uno perte considerablo. Sui- 
vant quo lo metal est en masses ou 
auticmcDt, on le separo plus ou 
moiris complelemcnt de sa gangue 
saline par voie puremont m^caui- 
que. Quant ä la matiero saline qu*on 
ne pout scparer ainsi, on Teuleve 
par des la vages avec Teau, puis on 
lait sccbcr douccmeot le m^tal a 
unc tempcrature qui ne doit pas 
cxceder 100« C. 

Le magnesium brut aiosi obtenu 
contient communement un peu de 
sodium et pcut aussi conlenir x, 
ainsi que les impuretes presentes 
dans la maliere premiere. Si on fait 
fondre ce magnesium dans un bain 
de chlorure de magnesium anhy- 
dre, le sodium qu*il pcut contenir 
se s6pare, ce sodium röagissant sur 
io sei fondu comme les mömcs eie- 
monts ont rcagi däns le creuset a 
röduclion. 

Le magnesium est un des mdtaux 
qui sc volatilise adcs tcmpcraturcs 
qu'il est faciie d*atlcindre. II pcut 
ötre chauffe au rouge sombre sans 
se foudre, mais au rouge clair il 
fond d'abord et fo roduit alors cn 
vapeurs. Pour rafliaer, M. Sonstadt 
se sert d'un affineur qui a eto de- 
crit dans le Technoloqiste, tome25, 
p. 181, et represenle dans la pl. 292 
lig. 3. et ä coltc occasion on est en- 
tre dans des details sur sa dslilla- 
tion. Celle-ci lerminee, on trouve 
dans CO vaso inl'erieur ou condeusa- 
tcur, apres qu'il a 6te sufÜsammcnt 
refroidi, unc couchc tres-mince de 
metal impur contenant plus de so* 



dium que de magnesium et au-des- 
sus unc masse conicjuc de magne- 
sium presqne chiraiaueraent pur. 
La couche raincc du fond est sepa- 
rcc avec sein et rejelee, le rcste est 
ordinaircment pro[)re ä toutcs les 
applications, neanmoins onle sou- 
met parfois d une nouvclle purifi- 
cation en le dlstillant une secoode 
fois. 

Quand on a sein de ne pas perdro 
de sodium et que tout cciui qu'on 
emploio fait tout le travail dont il 
est thdoriquementcapahle, on trou- 
ve quo 23 kilogrammcs de ce metal 
ne reduiscnt que 12 kilogrammcs 
de magnesium et 9 d'alurainium. 
Ce sera donc sur Tabaissemcnt du 
prix du sodium qu'on devra fondcr 
dans Tavcnir la diminution dans 
los frais de fabricalion de cos m6- 
taux et leurs nombreuscs applica- 
tions mecaniques (1). 

IL Le calcium a une trop pni.^- 
santc affinilc pour le chlore, non- 
seulemcnt pour qu*on puisse par 
des moyons simples decomposcr 
son chlorure hydratd par une 616- 
vation de Ja tempcrature , mais 
aussi pour nue son chlorure anhy- 
dre, soit rcductible par le sodium. 
Le sodium ne pcut reduire ce metal 
que de son iodure; et cet iodure 
est tout aussi diilicile ä obienir 
anhydrc do sa Solution aqueuse que 
le chlorure de magnesium de la 
sienno, cet iodure hydralo 6prou- 
vant unc decornposition parlicUe, 
pondant la calcination. Jusque dans 
CCS dernicrs temps on neconnaissait 
pas d'autrc rnelhodc pour prtJparer 
cet iodure de calcium anhydrc que 
de dissoudre de la chaux dans Tacide 
hydriodique (beaucoup plus difQcile 
a preparcr que Tacide liydrochlori- 
que)cvaporant la Solution d'iodure 
(jui cn rcsulte et calcinant le rösi- 
(!u ; mais depuis peu de temps 
M. Sonstadt a annonc6 uno melho- 
do beauco5ip plus simple et plus 



(i) M. Sonsla*U a proposd depuis ppii de 
substituer, dans la fabrication du sodium, 
lu Sulfate au carbonatc do chaux en toutou 
en parlio. Ce sulf.ae de chaux Iransforme 
aiseinent, spIon liii, Toxyd»^ «le carhonc en 
acidü carbonique, <|ui a unc action rnoins 
dfsiruciive sur le sodium, ce qui permel 
d'obtonir une plus forle proporiiori de ce 
mt'lal. Le sulfate doit c^ire bien dessechd 
avaut den faire usage. Les pr-iportions qui 
donnonl le meilleur resultat sont : Carbo- 
natc de soude desseciic^ C5 parties; houille 
en poudre, 32, et sulfate do chaux dessd- 
chd, 10. 



— 80 — 



efBcace pourse procarerdeTiodare 
do calcium sous un^tatconvcnable 
pour ötre r6duil par le sodium. 
Celle melhode consiste tout simple- 
ment 4 faire fondre enseml)le des 
auantil^s 6qulvalenlcs de chlorure 
de calcium et d'iodire anhydre de 
sodium ou do polassium; ii cn r6- 
8ulte uno double decomposition 
dans laqucUe il se forme do l'ioduro 
do calcium et du chlorure du m^tal 
alcalin. Le mölange de cos deux sels 
chauIT6 au rougo avec un (^.qiiiva- 
IcDt do sodium dans ua crcusct cn 
fer couvert donne ais6ment du cal- 
cium. 

Quoiquc le calcium n'ait point 
ODCore M prodult sur une grande 
Schelle par cette mdthode, il n*y a 
pas de doute qu'oa pourrait parve- 
Bir ä le fahriqucr ainsi ä un prix 

3ui excedcrait un peu ceux actuels 
l'aluminium et du magnesium ; 
rappeluns seulement quo le calcium 
est incapable de conscrver son etat 
in6l:ii)ique au contact de Tair et 
qu'on sti bornora sans doute encnre 
pendant loiiglcmps a en faire des 
applicatious purcmcnt cbimiques. 



Sur vnt riaction simple et süre 
propre ä coracieriser les couleurs 
d'aniline fixces sur les fils et les 
tissus. 

Par M. J. J. Pohl. 

L'emploi des couleurs d'aniline 
dans la teinturo et rimprosi^ion a 
pris dans ccs dcrniors tcmps un de- 
vclopiiomcnt consMerable. Comme 
ces couleurs peuvcnt ölre consid6- 
rccs comincelant mauvais leint, on 
ne sVxplique cc filt que par Tcclat 
et la beaulc qu'elles presentcnt, et 

f»ourquoi on leint aujourd'hui par 
cur secours, non-sculcmcnt on vio- 
Ict, mais aussi on rouge, bleu, vert, 
jaunc, biun, et mtimo uoir de diver- 
ses nuances. 

11 y a quelques nuances de cou- 
leurs d'aniline qui sunt si tranchdes 



qa*el!es peuvent Ätre reconnues im 
mddiatement comme tolles par un 
(Eil cxcrc6; mais il est un grand 
Dombre d*autres. surtout dans leur 
application ä Timpression , dont 
Tcxamen certain ne peut se faire 

au'& Taido de reactions cbimiques. 
est pourquoi, ä la suite de recher- 
chos sur un moycn simple el sür 
de recoiinaftre les couleurs d'aniline 
sur les fils et les tissus, j'ai constate 
dans Tacide chlorhydrique le reac- 
lif quo je chercbais, reaclif qui, 
ainsi que chacun peut s'eu convain- 
cre en rep^lant mes expöriences, 
remplit parfaitement le but propos6. 
J'oCfrirai donc au cbimisle-coloriste 
une petite 6lude des r^aclioiiS que 
prösentent ä i'analyso ces matieres 
coloranles Ox^es sur les ßls, ana- 
lyse qui a döjä die porlde par MM. Per- 
soz, BoUey et aulres cnimislos, oa 
peut dire a peu pres ä sa perfcclion. 
Parmi los couleurs de Taniline 
qui sont le plus gencralcment em- 
ploydes, on compte le violet et le 
parme d'aniline, ledahlia, la fuch- 
sine, la roseine, la coralline, le bleu 
d'aniline. le bleu lumidre, le bleu 
de Lyon, Tazurine, le jaune pbos- 
pborino, Ic vcrt, le brun ot lo noip 
d'a ilme. Pour dislingurr cos cou- 
b'urs de loules los aulres aprt>s 
qu'el'es onl dlö fixdcs sur los fils ou 
los tissus, il siiflil do faire usag'3 de 
Tacide cblorhydrique fumaiil et 
pur et d*un acide chlorbydnque 
(fu'on ölondde Irois fois son volurrie 
d'oau. On obsorve raclion de l'acido 
conconlrd ä la tempcralij''e ordi- 
nairc immcdialomont apres Tavoir 
vcrse sur 1 objol con'onu dans un 
V lite convenable en vcrre, puis aprös 
5 el 15 niinulcs, etenlln los ])h«'>Qo- 
menes qui se manifeslont apr^s sa 
diliilion avec Tcau. Dans Tena- 
ploi de l'acidechlorhydrinueelendu, 
on obsorve T« ffel immediat apr^s 
15 minutos, ot a|)res avoir encore 
elend u avoc Tcau. L«'S phdnomenes 
que prdsonlont chacuno des cou- 
leurs de raniline sont indiqu^s 
dans Ic tablcau snivanl. 



^^^ 








tj 


nt 








a 




^ 


^ 


s 




5 5 




t 


^ 
ri 
^ 


-1 








tu 

g 




1 


1 


1 




^ -, 








« 




13 




t&l 


if.' c 










H -^ 


o 


3* 


_^ 


-9 


ä 


IL 


c 


s 


^5 


n 


^ 


5 ' 




1^ i 


? 




1 


O 


□ 


J^ 




3 

'S 


= ^ 
M 




^ 

3 


■3 




Cü 




^ 


s 




Ie: 




K 


Ä 


fl (4 


K 


3^ 


K 




< 




> 














^- 










1 1 


«iin ,Ai-ii 1 1 






EJ 






1 








- -1 

111 


1 
1 


t 


1 


i 
l 


1 


1 


t 




cj \ 






^ 




^ 






. ■ 


-* 


^ 








^, i 


_. 


E^ ' 




■s 




d 


£} 














s I 


"3 


s 


^ 


,£ 


c 


S 


g 


i 


S 


^ 


ö 


" 












>- 


^ 






-s 


-"^ 






■R 














<^ 




V 




ü 


^ 


u 


** 




- \ . 






B 




3 




=" 


■3 


■3 


"5 


■3 


■a 








s 




y'* 




>f- 


*Ä 


Ä 


Ä 


2; 


Ä 






■Ifl 
US 

5^1 


CG 


1 


* 


-4 


' 


1 


1 
1 


1 


ci, 

1 




1. 

11 

11 

5 




f< 


£ 


. 


Ö 


5 


= ^ 

■^ 3 


h 


!;> 


□ 


& 


s 


-b . 








^ 


1 


.l-.s 


3 
« 




EV,^ 




S 6 


a 

« 


■f5 


Is 


-i 


^=i 






B 


o-» 


-a 


■^ 


'^ 


i i'z 


^^ 


-fe 


4S 


..11 


-^ 


§^ 


£.t-S 




1 


14 

i 


-3 








In 




1.1 

1" 


1 

5 


r 






111 




e 




^ 


^° 




fc. 


L, ' 


1 

ES 




iS 


=> 


Sä 1 


■^ 


b^ 






tri 

1 


Ii 


^1 


1 




3 = 

iL 


ll 

j 

=3 


?;3 


'i3 


Im 


■ll 

* S 

5^ 


i B 

!l 








m 


:3 




a 
1 






^ 
g 


1 


, s 




B ' 




' 


2 

1 


1^ 


5 St. 


4 

£ 


i 


iL 


1 


s 




B 

a 


-3 


1 

5 


&5 


1 




\ - 


n-S 


t3^ 


i 




^ 








^ 


V 

^ 


%- 


^ 




\ 


ä- 


^P 


' 5 




£ 






-^ 


^ 


2; 


11 














1 










u 






3 




■ ^ 


■J 


|g 


j 


s 










£1 


1 ■! 


^ ll 




i 5 


s 


■^ 
^ 


J 




1 








P 

1^ 


1 




S 1:1 




t 


1 


i 

e 







L« ras/iiiolo^iil«. T. XXVI. — Noyemlire 18^ 



— 82 — 



Ainsi qa'il est facile de le yoir» 
les röactions sont tellement caract^- 
risliques qu'elles ne permeltenl pas 
de confondre les coaleurs d'aniline 
avec les autres matieres colorantes. 

11 n*y a que la coralline, le jaune 
phosphorine etle biun d'anillne ou 
un CBÜ peu exercö, peut avoir en- 
core quelques doutes. Je conseille- 
rai donc d'employer dans ce cas, 
conjoiuteraentavec l'acide chlorhy- 
drique, rammoniaque concentröe 
comme räactif. Introduites dans ce 
liquide» les couleurs se comportent 
ainsi qu'il suit : 

Avec la coralline les filbres se co- 
lorent immMia lerne nt en rouge car- 
min clair, et 11 en est de m^me do 
la liqueur; au bout de 5 minutcs la 
Couleur est notablement atfaiblie> 
et apres iö minutes eile est entiere- 
ment disparue. 

Avec le jaune phosphorine le fil 
ou le tissu coior6 devient imm^- 
diatement jaune-citron pälc; la li- 
queur reste näanmoinsincoiore; au 
bout de 5 et 15 minutes, ainsi qu'a- 
pr^s avoir etendu d*eau, les choses 
sont dans le m^me etat; saturös eu- 
suite par Tacide chlorhydrique, on 
yoit reparattro la nuanco primi- 
tive. 

Avec le brun d'aniline, l'objet de- 
vient immödiatement jaune mals; 
au bout de 15 miuutes la couleur 
pälit, la liqueur offre une colora- 
tion plus intense, et apr^s avoir 
Etendu d'eau, 11 ne se manifeste pas 
de nouveau chaugeraent : ce n est 
qu'au bout de une heure et demie 
que les fibres deviennent brun-bois 
olair. 

D'apr^s le tableau qui precöde on 
voit que quelques-unes <ies couleurs 
examin^es pr^sentent des röaclions 

?[ui sont les mdmes ou ä peu pres, 
alt q^ui est un t^moignage de leur 
identit^. La circonstance, que dans 
ces derniers temps on a d^hitö dans 
ie commerce des bleus, des violets, 
des rouges d'aniiine sous les noms 
les plus varies, couleurs qui ont cte 
pr6par6es en partie ä Tai de de mo- 
diücatioQS dans les procöd^s, et que 
le fabricant lui-möme considere 
comme diff6renles des couleurs d'a- 
niline precedemment counues,doit 
douuer ä la rcaction par Tacide 
chlorhydrique uii inlerßl tout par- 
ticulier, memo aux yeux du cbi- 
miste, en ce qu'elle pcrmellra de 
reconnahre dans les couleurs d'ani- 
line d6bitees sous les noms les plus 
divers des matieres identiques oa 



bien des matieres doutes de proprio- 
tes fort differentes. 



Sur Vextraction de Valizarine jaune 
de Valizarine verte coimnerciale, 

Par M. E. Kopp. 

L'alizarine verte commerciale, qui 
est exempte de purpurine, est la 
seulemati^repremiere qu'ou puisse 
utiliser avec avanlage pour la pr6- 
paration de Talizarine jaune sur 
une certaine Schelle. Pour cela, on 
n'a qu'a Töpulser ä chaud par Tal- 
cool ou Tesprit de bois, dans des 
appareiis a d(^placement melhodi- 
que, et k concenlrer les Solutions 
alizarir^ues ainsi obtouues. Mais ie 
procede suivant, qui repose sur 
Teraploi de Thuile do schiste ou de 
goudron, est k la iois plus simple, 
plus facile et plus economique. 

On fait bouillir ä plusieurs re- 
prises ralizarino verte seche avec 
de Thuile de schiste puriüce, dont 
le point d'öbullition doit se rappro- 
cher aulanl que possiblc de IbO® G, 
La matiere verte iusoluble se rap- 
p röche et se d^pose avec la plus 
grande facilitö des que lebullilion 
cesse. Au bout de quelques minutes» 
on peut dccanter i'huile de schiste 
encoro tres-chaude qui a dissouS 
une forte partie d'ulizarine jaune» 
dont une partie se depose a i*6tat 
cri stallin par le relroiaissement de 
la liqueur. 

Des que la temperalure de Thuile 
s*est abaissee k iüü«, on y ajoute 
une lessive de soude caustique fäl- 
ble et Ton agile vivement. La les- 
sive s*empare de toute Talizarine 
en se colorant en violet bleuatre, et 
rhuile de schiste ne larde pas ä sur- 
nager, tout k fait privee de matidre 
colorante et propre a servir imm6* 
diatcment apres decantation k une 
nouvclle Operation. 

On soutire la iL'ssive chargee d*a- 
lizarine et on ia fait couier dans de 
Tacide sullurique etendu d'eau. 

l/alizarine jaune se precipite ita- 
mediateraeut en iiocons volumi« 
neux qu'oii n'a qu'a recueillir SUJP 
un iiltre, lavoraleau froidejusqu'i 
disparition des deruieres traccs d'sr 
cide et iaire secher. 

La matiere verte noirätre ^puisde 
par plusieurs traitemenlb successifs 
a i'huile de schiste, et presu ue com« 
pl^tement döbarrassee d'aiizarlne. 



- 88 - 



est mise k ^ROQtter daud des sacs, 

fmis pressde fortement poar lui en- 
ever la majeure partie de l'huile 
adh^reutc.Elle en penlles derni^ros 
traces par Texposition ä Tair ou 
dans une etiive. 

En la traitaiit a chaud par son 
poids d'acide uitrique etcndu d'eau, 
eile so iraüsforrae, avec dcgagemeut 
d'aoide carl)onique, de vapours i»i- 
Ireiises ot production d'un(3 pctite 
quantite d acide phtalique, en une 
inatiere colorante jaane ou jaune 
hrunätre, lr6s-peu soluble daus 
Teau, tr6s-soluble dans ies liqucurs 
alcalines, qu'elle coloro en rouge 
vineux intense, et qu'on peut d6si- 
gner convenableniont par le nom 
de xanthazarine, La xanlhazarino 
teint directement la laine et la soie 
mordancoes et non niordancees, 
ainsl que le cotoii luordauc«'; mais 
ce dcrnier plus difficilemeut. Les 
teintos sont analogues ä Celles pro- 
duites par les hois jaunes. L<;s corps 
r^ducteurs, tels quc^ Thydrog^ne 
sulfure, le chlorure stannoux, les 
hyposulfitt'S, agissent facilement et 
^nergiquemeiit sur la xantharine, 
et la transforment on une matiere 
colorante rouge, nouvelle. 



Mode de priparation simple de quel- 
ques combinaisons de la Naphty" 
lamine, 

Comme a l'aide des sels de naph- 
tylaminc on peut, ainsi qu'on le 
sait, par la reaction de divers agents 
oxvdants , preparcr des matieres 
colorantcs, oo sera peut-ötre bleu 
also de connattre un modo bion 
simple de pröparation de ces S(!ls. 

On dissout dans uu matras on 
verro de la nilronaphtalinc, qu'on 
preparo facilement eu traitcnt a la 
Lcmperaluro ordinairela naphtaline 
par i'acide azotiquo du poids sp6- 
cifique de 1.48. Gette dissolution 
se fait a la temutoturc bouillaute 
dans la quantite neccssaire d'alcool 
ordinairc, puls oa y ajoute le möme 
volumeeuviron d'acide chlorhydri- 
que ordinaire, et enfin autant de 
rognures de zinc qu'il cn faut pour 
f»roduirea Tinstant un d^gagemeot 
^nergiquü de gaz hydrogenc. Au 
bout de quelques minules. oxi a 
obtenu une Solution parfaitemcnt 
clairo dans laquellc, apres filtra- 
tion, il so separe, au bout de peu de 
lemps» par le refroidissemeut, du 



cblorhydrate de naphtylamine en 
beauxcristauxmamelonn^.Siydans 
ce proc^de de rdduction, on rem- 
place l'acide chlorhydrique par Ta- 
cide suH'urique, on obtient tout 
aussi ais^mcnl dans les mömes con- 
ditions le sulfate de naphtylamine. 

Ge mode simple de preparation 
des sels de naphtylamine devra 6tre 
accueilli avoc interöt, surtoatqiiand 
on se rappellera combion leur pr6- 
paration est longue et exigede tcmps 
par les melhodcs actuellement con- 
nues, möme par celle recomraand^ 
rccemment par M. Roussin. (Le 
Techiwlogistc, t. XXII, p. 827.) 

Si on m^iange une Solution aqueuse 
concentree de cblorhydrate de naph- 
tylamine ainsi pr^paree avec une 
Solution d'azotate de potassc ou de 
soude, il en i-^sulte, comme on sait, 
nno matiere rouge grenat, absolu- 
ment insoluble dans Teau, mais se 
dissülvant aisement dans l'ether et 
Talcool. D'un autre c6te, si on 
traiie une Solution de cblorhydrate 
de naphtylamine par une Solution 
ötendue de chloruro de fer ou de 
perinanganate de potasse, on obtiont 
une belle raatiöre colorante bleu 
indigo» egalement insoluble dans 
l'eau, mais se dissolvant dans Tal- 
cool, qu'elle colore en violet. L'em- 
pioi de ces reactions dans la pra- 
tique de la teinture paratt parfaite- 
mcnt simple et semble ouvrir une 
voie ä de uouvelles recberches. 



iSur la distillation des varechs. 

Depuis qu'on a döcouvert l'iode 
et le bröme, et qu'on aconstat6 les 
nombreuses applications en möde- 
cine. en chiraie, en jihysique et dans 
los arts dont cos corps soni suscep- 
tiblcs, on a recherch^ avec empres- 
sement un procedo industriel pour 
se procurer econoniiauement ces 
deux sulistancos. L'ioue avait ^t6 
decouvert j^ar Gourtois dans les 
cendres des varechs, et le bröme 
par M. Baiard dans les eaux-m^res 
des marais salants; mais depuis, on 
a dgalement constatc que ces cen- 
dres de varechs contiennent aussi 
des brömures dont on peut exiraire 
avantageusement du bröme. 

Jusque dans ces deruiers tomps, 
le tiaitement des varechs inciner^s 
a 6t6 l'objet d'une Industrie (;ui fa- 
briaue la plusgraude partie de Tiode 
et du brome qyi'ou Vt^xi^^ ^^xi^\^ 



- 8* - 



) 



commerce, et c^est ainti gne sar les 

OÖtcs de la Normaodie, de la Bre- 
tagD4>, de TEcosse, da rirlaudö, des 
lies HäbridcSr du Senegal cte* oa 
brüle des quantites cousiderablos 
de pLauleä marmes dont les eendre» 
oalcioecs sout connues »ousle oom 
tr^s-im propre de soudo de varechs» 

Su'üii Iraile ensuite par des mu^eos 
ivera pour en söparer Jos diverö 
sels qu'^cUes renfcrment ot mettre 
enfiu riode et le bröme en liberte. 

Depuis loti^tempSj on a signal^ 
les incoüVt5QiCiils de rmcitK^n^tloü 
des vareebs. D'abord, oo a coDStal6 
que par la coiübu»Uoo ä l'air libre, 
on perd preaque la raoiliö de Tiode 
coDleou dans ks plantes mannen, 
qu'ou coavertit ainsi iea suifates eu 
SuUureit, eiisuite, que Ics moyeos 
d'iQciueraUoQ sont U^lkm^Dt groa« 
siers, que Lc produit c^t cou^tam* 
ment aouiil^ par des pi^rn^e, de ia 
terre, de Targile a*udqiiefois en Pro- 
portion conj^id^fuble. Eufla que 
cette combuitioti r^paod i de gran- 
des dislances dog mmtles lourdcä, 
chargees de vapeurgdlodetqui sont 
uiie eausö d'iasa lab rite pour les 
habitants des cöles oii Ge prati- 
quent les incmdratioas* 

Gependaüti uo bablLe fabricant 
d'iode au Conquet (Finistcre), 
M. Tiiä&ier, paruft avoir depuis bleu 
des aoa^ea renonct^ k la prcpapa^ 
tioD de cette maliöre par lo traiie- 
ment des ceadres d*^ varecha , et 
donoe Ja prefereace ä ladistiliation 
de ceg plantt^s marines^ mais on ne 
possede pas de di^tails sur les pro- 
c^des que cc cbliniste met en pra- 
tiquo, 

PluB tard, en 18^2, M. Krafft, de 
CüDcert avpc M. Laurot, qui depuis 
a ding6 la faLri(jiie dUode de Gran- 
ville,?est livr^i a des rechercbessur 
la distllJ liou des varecbs, les pro- 
duitSju'eüefoaruiieti'exLracUondo 
ceux-ei. 

Eiißn en 18(12, M. C* Stauford a 
indlque le mode de traitement quo 
voici : On recueüle lea varetibsj aussi 
bien en hiver qu*en et^, on les fait 
sicher et oa les eomprim© en bri- 
Guellesqu'on calcine au rouge som- 
nre daus des cjlindres eu fonte# en 
recueillant les produits volatile de 
la disUllaUon. Ges produiU rea- 
fermeut de ramirioiii^i'!'"\ 'b* I*ti^*'* 
tone, de i'espnt de I 
essentielle lacilefapi 
rhuiJe riebe eo paju. 
tierecoloraulej 4' 
gax iaHamnaaMi 



bonnöß rmUt datis les cylindr&s 

e>t äoumise k un lixivation nietho- 
diquQ. On obLletU des liqu^urs ä 
[4eü prcs Ineolores qui, apres la 86^- 
paration des sulfates et des cblo» 
rurcSp ue rontiean t'ut pm de s u 1 f ures 
et sauttres-riebes en lode, Le residu 
cbarbouneux ie&sive sert eotnmö 
cf*mbustiide pour cbauffer les ey- 
lind res et les cendres, reufermant 
de 15 ä 23 p. lÜO de phosphales de 
ebaux et de magnesie sonl utilisees 
comme erLgraia. 

Depuis cette ^poque^ M, KrafTt a 
repriö l'<iLude de ce sujet, et a ajoii- 
t^ de Douveaux: details sur los 
nioyens d*utüiser les varechs de noa 
Cütes muriümes. Voici eeui qu'il a 
eousigne^ daosl^ uum^ro delnillet 
1804, p. bT, du BitUetin de la Societ4 
chimique de Paris. 

6 Le Fucus vesiculosus , aban- 
dünne ä Tair a 2b' ou üö' C, perd 68 
p. lOQ de Gon poids. 

» Si, Ä Tetat froid, on le soumet 
4 la distillatlon a feu nu et que, re- 
cueillant tous les produiU conden- 
Bahtes, on les traite par la polasse 
eaustique, on n'y trouve aucune 
trace d'iode. II est dooc bien do- 
mo utrö que les varechs ne perdeat 
rieu de Leur iode a la disliUation. 
G*est un point capital qui, ä lu£ 
seiil,devrait assurer le sueces de la 
nouveüe melbode, s'il est vrai, 
oftnime on le pretend» que par Tiu- 
cini^ration les varechs jierdeut la 
moitie de riode qu'ils contiounent- 

tt Outrc cca avauluges, öu peut cja- 
core. äTaidode la ditstillation, reti- 
rerde iOOü jiarties de fucits vcsiculo* 
su^ frais, de öSä a 72o partiea d'eaa 
ammuui3C:ilc, 40 parlif^s de iL'oudron, 
70 ä 7ii de cbarbou et :iOO ä 205 par- 
lies de |Toduits gaaeui. Ueux-ci, 
enüammes, brüleut fieridant une 
beute eu dunnant uue Üanune quip 
par un orifice d*ecbappemeut Mtiti 
diametre de trOöii fournit pendant 
plus d'uno demi - beure un jet dd 
ÖDi^b ä0i»i33 de hauteur, 

i»En Optant eur 1000 part res de 

fuous dessechös sponlanement 4 

300, on a obtenu a la dlstillation a6^ 

che bßä parlies de goudron et eaa 

amrnouiaoale et 291iparUesde char* 

1h L ii.> cf r-'oueillien merae lemp§ 

' .aj qui oul brdle pen- 

,1 (i -if f^rtrif^ i v'"^ uns - 

it le 

uJtft^ 




- 86 - 



poüF safQre d sa propre distillation. 
Geci admis, il dcvenait sans objcl 
d'uliliser comme combustible le 
charboQ restant dans la cornue, et 
nons en avons trouv^ Temploi dans 
la d^coloration des sucrcs. En effet, 
ce charbon, apr^s avoir abandonn^ 
ä Teau bouillante toas les sels qu'il 
renferme, iodures, brömures, cnlo- 
run»8, sulfatos et mäme sulfares al- 
calins, ce cbarbon, dis-je, dcss^chd, 
bien a<^r^et pnlv6ris6, a un pouvoir 
d^colorant rui est d celui du noir 
animal comme 3 est a 2, c'cst-ä-dire 
qu*il en faut 3 parties contre 2 de 
Tautre pourobtcnir le möme r^sul- 
tat. 

» Le charbon de focus renferme 
ä Telat normal euviron 33 p. 100 de 
8on jtoids de carbone. Le reste con- 
siste en sels alcalins etterreux. 

» Les eaux ammoniacab^s de 1.000 
parties de fiicus dans l'etat de sie- 
dle d^ja mentionn^, donnent de 
17 a20 de sei ammoniac. On sait 
que MM. Payen et Bonssingault ont 
trouv^ dans 1,000 parties de fucus 
digitafvs frais He 8.6 ä 9,5 d'azote, 
et de 9,4 k 13,8 dans le fucus sac- 
charinus analysö frais et söchd a 
l'air. 

)) Le goudron de facas soumis a 
la distillation abandonned'abord de 
Teaii, puis ä 150<* un peu d*huile,et, 
entre 190" et 200*, il d^gage des va- 
penrs blanches lögorement citrines 
qui se condensont en un liquide 
jaune ambr<^. La partieplus concreto 
qui reste. traiti^e par Tacide sulfu- 
rique, degage a froid des vapeurs 
blancbes a odeur particuliere, tres- 
p(^nötrantes qui, d aprös ce qui ei>t 
arriv6 ä plusieurs personnes, sem- 
ble exercer une action sur le cer- 
veau et les intestins. Ce m^lange 
d'acide et de goudron, chauEfe jus- 
qu'ä degagement d'acide sulfureux, 
a 6te repris par IVau, et celle-ci 
trait^e par le carbouate de soude et 
distillee. On a recueilli ainsi un li- 

gnide sur lequel surnagi^ait une 
uile odorante et alcaline. Comme 
on n*a pu y d^celer la presence de 
rammoniaque, nul doute qu'on a 
eu k faire a un alcalolde. Ce n'etaii 
pas du kyanol, car on n'a pas ob- 
tenu de coloration au moyen de 
rhypochlorique calcique, maisbien 
un precipitö blanc accorapag^ d'un 
.degagement de buUes gazeuses 
^d'une odeur particuliere. 

B Le goudron ac'ide restant, bien 

*A de tout Paclde sulfuriqne au- 

* Matt an!, pois laTÖ ä i'eaa» 



dissoas ensuite dans l'aloool et 1*4- 
tbcr, abandonne par r^vaporation 
de ces v6hicules une masse blanche» 
cireuse, fusible ä 60% semblable ä la 
parafTine. 

rt Ce qui prec^de pennet d'6ta- 
blir : 

ff i^ que la distillation des va- 
rechs, au lieu de leur incin^ration, 
peut donner lieu k une Industrie 
tr^s-lucralive, surtout si on l'appli- 
aue en m^me temps k Tdclairage 
d'une ville du littoral. 

» 2<» Qu'au point de vue scicntifi- 

?[ue, il y a une ötude interessante 4 
aire du goudron de fucus. Cette 
etude, d'apres les progres acccom- 
plis recemraent dans ce genre de 
recherches, non-seulement pour- 
rait etre suivie de rösultats impor- 
tants en mödecine et en teinture, 
mais pourrait encore eclairer cer- 
tains horizons geologiques en nous 
fixanl sur Torigine des schistes, des 
petrolcs et autres bitumes naturels 
riches en paraffine comme serablent 
Tötre plus particulierement b'S pro- 
duits de la distillation des v^gätaux 
aquatiques. 



Nouvelle methode de dosage des ma- 
türes astringentes vigitales, 

Par M. COMMAILLE. 

J'cnlends par mati^res astringen- 
tes vögeiales, les principes divers 
exisiant dans les plantes qui sont 
sol übles dans Teau, ont une savcur 
acerbe, non amere et donnent avec 
Tac^tate de peroxyde de fer, un 
pröcipite amorphe, noir, vert ou 
gris ou seulement une coloration 
de Tune ou Tautre de ces couleurs, 
qu'ils precipitent ou non la g^lati- 
ne et quelle que soit leur composi- 
tiou. Plusieurs Industries s'adressont 
journellcment k ces mati^res as- 
tringentes vegetales et y consacrent 
dessommes tres-considerables; cc- 
pendant la science ne leur offne 
aucun moyen rapide qui permette 
de connattre le rapport des princi- 
pes actifs qu'elles recherchent aux 
matdriaux inertes qui s'y trouvent 
associes. On ne peut en effet consi- 
derer comme des procdd^s prati- 
ques ceux en petit nombre qui ont 
ete propos^s pour le dosage des 
mati^res tannantes. La noix de 
galle fait seule exception • ca eia- 



— 86 - 



modifi^ on peul relirer jusqu'a 80 
pour 100 et plus de tanniu de cetle 
subslance. Mais il n'en est plus de 
mörac dans Tötude de lous les au- 
tres produits oslringenls ; cachou, 
sumac, campöche, ecorce de chö- 
ne, etc., j'y joindrai la matiere as- 
Iringente du vin. 

La nouvelle m^thode que je pro- 
pose permet de determiner rapide- 
ment les quanliles pond6rables de 
substaDces astringeutcs eontenues 
dans les v^getaux ou leurs pro- 
duits. C<'tte möthodc est basde snr 
ce fait Signale par M. Millon, ä sa- 
voir : que les substances organiques 
se comportent de trois mani^res 
difförentes quand on chauffc leur 
dissolution en preseucc de Tacide 
iodique. La premi^re classe com- 
prend les corps dont la coinbustion 
par Tacide iodique est totalcmcnt 
empöchee par la prosencc d'unc 
trös-pctile quantile d'acidc prussi- 

?[ue. Ce sont les acides oxalique, 
ormique, tartrique, mdconique, ci- 
trique, lactique, Tamidon, la dex- 
trine, les Sucres, la salicine, la gom- 
me, rhuile essentielle de pomme de 
terre, Tessence d'araandcs amcres. 
J'ajouterai la matiere cellulosique, 
la strychnine, la brucine, la vera- 
trine et l'araygdaline. La secondo 
classe renferrae Ics substances atla- 
quees par Tacide iodique en pr6- 
sence de Tacide prussique. Co sont 
los matieres protöiques, Tacdtone, 
l'aclde gallique, le tannin, la croo- 
sote et la morphine. La destruction 
des mali^res prol^iqucs est tr^s- 
lente et s'opöre surlout par Taction 
d*une vive lumiere. Enüu la troi- 
sieme classe comprend les subs- 
tances qui ne sont en aucun cas at- 
taqu6es par Tacide iodique. Ce sont 
les acidos acetique , butyrique et 
camphorique, Turee, la gelatine; 
fy joins les acides gras, Tacide va- 
lerianiquc, la nuinine, la clncboni- 
ne, la cafeine, la codeiue, la narco- 
tine et Tasparagine. 

Maintcnant il est clairquc si Ton 
met en pr^sence de Tacide iodique 
une matiere röductrice de cet acide, 
malgrö Tacide prussique, et telles 
sont les matieres astringentes, il 
importera peu qu'cllc soit ou ne 
soit pas melangee a des substances 
inactives par «'Hos mömes. ou qui 
le deviennent au contact de l'acide 
cyauhydrique (1). L^operation doit 
sc faire de Ja manicre suivunte: 

(i) La Solution prussique doit 6lro trös- 



On prend nn volumo conmi da 
liquide tcnant en dissolution les 
matieres astringentes, on y laisso 
toraber quelques gouttos d'aclde 
prusssique dilue, puls un volume 
egalement connu d uue Solution ti- 
tree d'aclde iodifjue, on s'arraiw 
geant de teile sorte, qn'il y on ait 
cn cxces : gc^neralement 0g*"*^5 sufE- 
sent : on mit bouillir pondnnt uu 
quart d'bcure, lout Tiodc niis on 
libertö disparalt. On d6colore la li- 
queur refroidie et mosiir^e on l'a- 
gitant avec du charbon animal bien 
lave, puis on dose Tacide iodique 
restant. 

J'ai fait ce dosage de qualre ma- 
nieres dilTcrentes : io A Velat d io- 
duro d'argrnt, en trausformant Ta- 
cide iodique par Tacido sulfuroux ; 
2o ä r^tat d'iodale d'argent ; 3» ä 
Tetat d'une Solution tilree d'indigo 
dans Tacide sulfurique; A? cn em- 
ployant une liqueur titree d'iodurc 
depotassium.Du reste ces 4 moyens 
sont d'uno concordance parfaite 
ainsi qu'on va le voir. II suflQt main- 
tcnant de connattre k combien d*a- 
cide iodique correspond une unit^ 
de tannin et d'acidc gallique pour 
arriver an poids de ce corps dans 
la substance d analyser. 

J'ai determind par l'iodure et no- 
dale d'argent, oue 1 gramme d*a- 
cid(> iialliquo detruisait m moyon- 
ne 2g^366 d'acidc iodique. En op6- 
rant soulement sur 1 d^cigrammo 
d'acidc gallique, j'ai trouv6 dans 
quatre expdrionces. 

IG« = !<» 0«r.2336 

2« 2371 

3« 2349 

4« 2366 

Moyenno = 2366 

Pour le d^cigramme de tannin, 
j'ai trouvö : 

10» = !• 0«'.2410 
2o 2261 
3« 2304 
4» 2305 

soit en moyenne.pour le gramme 
de tannin 2«r.320. 

Ell employant la liqueur d'indi- 
go, j'ai trouve pour le grammo de 

fiiihle. Cello qui m'a servi coult^nait 2sr.3 
d'acidc ardiydrc pour 100 cenlitii. cubes, et 
j'en eraployais une dizaine de gouttes; saDS 
ceia les mati«'*res asirinpenles elles-mömes 
I ne sont d^truites que lentement 



- 87 - 



tannin 28r.3irr. Ghaque goutte de 
golution d'indigo correspondait ä 
Or.00002777 d'acide iodiono. 
La Solution normale a'iodure de 

Jiotassium m'a donn<^ pour la va- 
eur de grarame de tannin 2g'.296 
en acide iodique et Sg'.SSO pour le 
gramroe d'acide gallique. 
Ghaque centimetre cube de cette 



Solution titr^e, formee avec 10 
giammes d'iodurp pour 1,000 centi- 
raelres cubcs repr^sentait 0jf'.00208 
d'acide iodique. 

En compnrant los nombres pr6- 
cMents, on trouve pour ia valeur 
du ^ramine d'acide galUque en acide 
iodique. 



!• Par les sels d*argent 2sr.366 

2« Par la sointion iodnrde 2 380 

et pour la valear da gramme de tannin : 



moyenoe, 2s'.373. 



!• Par les sels d'argent 2«».320 J 

2« Par la lirfaear d*indigo 2 357 > moyenne, 

3» Par la solnlion iodor^ 2 296 ) 



2Kr.324. 



On pent facilement par cette me- 
thode d'analyse, doscr s^part^ment 
le tannin precipitable par la g^la- 
tine et ies snbstances qni ne le sont 
pas. II suffit de faire deux Opera- 
tions en ayant soin la seconde fois, 
d'^claircir la liqueur qui doit con- 



tenir un excds de pröcipitant, en y 
vcrsant une petite quantitä d'al- 
cool. 

Je r^sumerai dans le tableau sui- 
yant ies diff^rents dosages que j'ai 
exdcut^s. 



Matiöres astringentes p. iOO. 

!• Noix de pralle verte (dosage par Tiodate d'argent) 76«'.I4 

2" Aiitre noix de galle verte (id.) 81 88 

3» MAme noix de (ralle (id.) 80 56 

4» Autre noix de pralle verte percöe (id.) 79 28 

5» Antre noix de palle verte (dosage par la liqueur iodur^e) 83 48 

6» Dosijre de Tacide gniliqne dans une noix de «rallc verte 2 30 

7« Gousse de caroubier mure et s6che (par Tiodate d'argent) 2 93 

8» Antre goiisse de caroubier mure et söche 4 65 

9» fJonsse verte ^e caroubier söche (par l'iodate d'argent) ... 21 20 

10« Feuilles de caroubier s<^ches (id.) 17 82 

H« Feuilles de lentisque s^chcs (id.) 16 74 

!2o Feuilles d'arbousier Seches (par la liqueur iodur(^e) 10 54 

13» Autres feuilles d'arbousier Seches (par Tiodate d'argent) 8 66 

14» MAmes feuilles d'arbousier sftches (par la liqueur d'indigo) 8 50 

15» Fpuilles de snmac söcbes (par Tiodale d'argent) 61 42 

16» T^^rce de rhus pentaphyllum (id.) 34 24 

47" ficorce de rhus pentnphyllum (par la liqueur d'indigo) 33 00 

18» Essence de quinqiiina jaune (par l'iodate d'argent) 14 20 

19« Rameaux de lenlisque sans feuilles (id.) 11 06 

20" Bois de jujubier sans ecorce (id.) 24 62 

21« Bois d'eiiceUyplus ghbultu (par la liqueur iodnröe) 2 64 

22» Bois de rhus pentaphyllum (par Tiodate d'argent) 88 

23» Bois de camp^che (id.) 25 58 

24» Cafd vert sec fpar la liqueur iodur^) 5 17 

25» Cachou brut (par la liqneur d'indigo 55 05 

26« Cachou brut (par la liqueur iodur^) 54 40 

27» Yin du midi, trös-commun (par la liqueur iodur^), par litre. ... 1 69 



Moyen pour distinguer l'essence d'a- 
mandes ameres du m'trobenzole 
(essence de mirhane) et le mclange 
de celuici avec cette essence, 

Par M. Dragendorff. 
Si dans de l'essence d'amandes 



amÄrespure et incolore,onintroduit 
du sodium, celui-ci se recouvre, 
avec un faible d^izagement de gaz, 
d'unemasse blanche et floconneuse. 
En presence de Talcool le d^gage- 
ment du gaz est plus rapide et plus 
abondant, mais touiours les flo- 



-«- 



\i{&, sont parfaitement blancs. 

Si on traile de möme par le so- 
diom de bon nitrobcnzole exempt 
d'alcool, il y a un d^gagement lent 
de gaz, sansque la liqueur bruniese 
d'ane mani^re bien sensible et sans 
fonnation de flocons. 

ÜD Bitrobenzole falsifiä, m^me 
par unc petite quanlitö d'acool, d6- 
gage tr^s-promplement avec le so- 
dium des bulles de gaz, se colore 
dans le ooars do la pff^mi^ro. minute 
en brun fonc6, et möme en noir et 
devient 6pais. Ou peat ainsi recon- 
naflre parfaitement et sürement un 
nitrobenzolc allong^ de 10 pour 100 
d'alcool. 

Si on a affaire ä unc essence d'a- 
mandns ara^res qui a et6 falsifiee 
par 10 4 20 pour 100 de nilroben- 
zole, on en m^.langc de 10 k IS gout- 
tes avec 4 ä 5 gouites d'alcool, puls 
on ajoute du sodium aui se recouvre 
non plus de flocons blancs, mais de 
flocons jaunes et m^me bruns» 
suivant la proportion de nitroben- 
zolc qui a et6 ajoute. La reaclion 
se manifeste instantan^ment. 

Quand la proportion du nitroben- 
zolc s'^l^ve de 30 ä 50 pour 100 toute 
la liqueur, au bout d'une minute, 
est djevenue brun fonc^ et äpaisse. 



Essai du Beurre de cacao, 

Par M. G. A. Björklund. 

On fabriane maintenant en grand 
le beurre de cacao et cette fabrica- 
tion a mdme donn6 lieu ä des sopbis- 



tications qoi consistent k allonger 
cette substance avec de la cire, des 
huiles ä bas priz, de la Stearine et 
du saif de boeuf. Cette derniere ma- 
tiäre entre autres se decele ordinal- 
rement par de Teau de chaux, mais 
ce moyen est tout ä fait in süffisant. 
M. Björklund a donc eu Tid^e de 
chercber une autre m^tbode pour 
constater ces fulcifications et do 
faire l'essai du beurre de cacao mis 
en Solution dans T^tber, au moycn 
de la difference des temp^ratures 
dans le point de fusion entre colui 
pur et celui falsifi^. 

On prend en cons^quencc une 
partie du beurre de cacao suspcct 
fenviron 2 fframmes) on le deposo 
aans un tuoe ä exp^rience ot on 
Ycrse dessus deux pnrtics d'diher 
(environ 4 grammes;, on ferme le 
tube avec un boucbon et. on agite 
pour faciliter la dissohition ä la 
temp6rature de 18" C. S'il y a m^- 
lange de cire, ia Solution se trouble 
et ne change pas quand ou la 
chauffe. Si eile reste limpide on 
place le tube avec la Solution 6th6- 
r^e, apr^ qu'on la ramen^e k 18» 
dans de Teau a 0** et on compte le 
nombre des minutes au bout des- 
quelles eile a commenc6 k devenir 
laiteuse et k d^poser des Üocons 
blancs. S*il y a moins de 10 minutes 
le beurre de cacao n'est pas pur. On 
note de m^me la temperaturc ä 
laauelle la Solution redevient lim- 

f>iae. Les exp6riences de Tauteur 
ui ont fourni les resultats sui- 
vants. 
Ge mölange se trouble avec 



K poar 100 de suif an bout de 8 minutes, et redevient limpide k 22<^ 
iO — 7 — 250 

15 — 5 — 270.5 

10 — 4 — 280.5 

Le beurre de cacao pur traitS de I minutes et redevient limpide entre 
m^me se trouble k 0* entre 10 et 15 I 19* et 20» G. 



p^»^ 



- »- 



ABTS MiSCAIVIQUB« ET GOIV0TBUCTIOIV«. 



ßoMnoir nouveau. 
Par M. Gh. Pabker. 

JA, Gh. Parker s'est proposö de 
combiner ensemble le Systeme de 
bätissagedelacanette&dörouleravec 
celui de la canette ä defiler, et par 
coDs^qaentde bätir ce qu'il appelle 
unebobine-fus^e. La machine qu'il a 
invent^e pour cet objet est rectan- 
gulairo et les broches qui y fonc- 
tioiinent horizontalement y consti- 
tucnt un mutier double. Tout le 
mt^canisme y est mis en jeu par un 
arbre principal place au centre et 
qui opere i»ar voie de frotlement ou 
autrement sur des cdnes ou dos pi- 
gnons attaches ä des douilles en- 
traruaut avec eilcs les broches qui 
passent a travers. Ces broches sont 
muniesdedispositionst-onvenables, 
pour pouvoir les d^charger ou pour 
enlever les bobines-fusees et de gui- 
des coniques pour b&tircelles-ci. Le 
bätissage s'op^re en partie a l'aide 
d'une petite bobine qui constitue 
le fond solide de la canette, et en 
partie sur la broche , de mani^re ä 
combiner ensemble la canette a 
ddrooler avec celle ä defiler. 

La fig. 18, pL 302 est une elevation 
en coupe d'un d^vidoir ordinaire, 
oü les brocbes sont disposces hori- 
sontalement et construite coinmo 
11 convient pour envider le fil en ho- 
bines-fus^es. 

La fig. 19, est nne vue grossio de 
la bobine qui sert au bätissage de la 
bobine-fusee. 

La fig. 20, une vue sur une plus 
grande Schelle de la portion de la 
broche sur laquelle la bobine est 
plac6e avec le fil envid6 dessus, 
80US la forme de boblne-fusäe. 

La fig. 21. Une section longitudi- 
nale de ces m^mes objets. 

Le bäti A, A de la machino est 
ouvert rectangulaire etplusieurs de 
ces bätis sont rdunis et maintenus 
entre eux a des distances convena- 
bles, par des traverses longitudi- 
nales oul s'y assemblent dans les 
pointsB, B. Sur toute la lon^ueur 
06 oea bftüs rinsna en an miüer de 



ce genre, r^gne un arbre principal 
G, auquei on communique le mou- 
vement n^cessaire par un moteur 

Eiac^ a peu de distance. Sur cet ar- 
re G et a des distances d6termin^es 
sont cal6es des roiies coniques de 
frottement C', qui coinmandent des 
pignons D, D du mSme genre, mon- 
t^s sur des broches creuses ou 
douilles £, douilles qui portent sur 
des appuis dispos^ sur les barres 
superieures B'. Dans ces broches 
creuses E, p^nelrent des broches 
solides F, Qont Tautre extreiiiitö 
passant ä travers le guide ou bätis- 
seur ooFiique G, est elle-mömo co- 
nique; c*est sur cette portion qn'on 
place la bobine G' qui forme la base 
de la bobinc-fusöe. 

Les extremiles internes des bro- 
ches solides F, portent surdespar- 
ties aplaties förmiges sur les bouts 
relies a'6querre des leviers ä mou- 
vement alternatif H, leviers dont 
les extrem it^s inf6rieures H' sont 
maintenues en äquilibre par des 
contro-poids 1, I, qu'on ajnste de 
maniere ä presser continuellement 
sur le bout do ces brocbes F, ce qui 
a pour effet d'envider serr6 les bo- 
bines-fusees ä raison de la pression 
constante sur le bälisseur conique 
(j ä mesure qne le fil s'enroule. 

Sur les bouts drs broches F, dans 
le voisioage de la partie centrale du 
mutier, sont dispos^s deux coUetS 
annulaires F'et dans l'espace entre 
ces collelss'adapte Textremitöd'une 
fourchette fix6e sur une harre cou- 
lante J, qui est destinöe ä permettre 
ä Touvrier en repoiissant cette harre 
en arri^re, de faire mouvoir en 
möme temps la broche F, pour en- 
lever la bonine-fusee do cette bro- 
che et de poser dessus une nouvelle 
bobine G'. Lorsque cette hobine- 
fusäe est compl^tement bätie sur la 
broche F. Touvrier k Taide de la 
harre coulante L, qui porte aussi 
une fourchette inser^e dans Tespace 
annulaire entre les coUets E' sur la 
broche creuse E, suspeiid son mou- 
vement de r^volution en repoussant 
la poign^e de cette barre, ce qui fait 



— 90- 



tre les roues C et les pignons D, 
pnis qnand il veut remottre le m^^- 
tier on marr^hf* , il rnraöno rotte 
banre etrc^tablil le contact de Ten- 
grenage, coDtoct d'aUleurs favoris6 
par le rcssort ä bnndin M. 

Le cötö droit do la fig. 18 präsente 
un envidagc qui emprunlo le fil ä 
une hobine N, taudis que sur le 
cöt6 gaucbe Je fil est foumi rar un 
asple ou dövidoir N', aui tourne sur 
des ap Ullis convenables dispos^s 
sur le bäti. Quand le fil est em- 

8runt6 ä uno bobine comrae en N, 
faut modificr un peu le ra^ca- 
nismc et fixer la brocbe de cotle 
bobine sur un support mobile 
qu*on aj liste k volonte, puis arröle 
en place avec un boulon sur une 
plancbette fendue P qu'on peut 
avancer, reculor et fixer ä volonte. 

Les leviers de bätissage Q de cha- 
que cöt6 du Ttjetier, sont fix6s siir 
les arbres horizontaux alternatlfs 
Q' que manoeuvrent des biellos com- 
mand(^es pardes oxrenlriqucsou des 
cceurs cal^s sur Tarbre central mo- 
teur C. Sur le cöl6 dn la machine 
oü le fil se d^vide sur une bobine N 
au Heu de passer dircctementsurle 
guide et les broches de renvoi R, il 
remonte vers un ojillet perc6 k 
rextr<^mit6 d'un rossort S, arröt6 ä 
son extr6mit6 sur une harre T, rat- 
tacb^e par des montants au bäti A, 
puis redescend sur les guides R, re- 
monte sur Tor^rane de bälissage Q 
et passe de ]h sur la bobine et la 
breche sur laquelle il s'envide. 

II est övident que la bobine-fns^e 
peut 6tre bätie sur des machincs 
oü les broches sont disposöes vcrti- 
calernent ou autrcmcnt. 

La fig. 19 fait vnlr une dos formes 
qu'on peut donncr ä !a bobine G', 
qu'on ^tablit de pr^ference en bois 
et qui rappelle la forme coniqnc de 
la base, ou partie inf^ricure d'unc 
canelte a derouler ordinairc doot 
on aurait coupö la tigeet s'adaptant 
sur le bSlisseur Q ä Tangle sous le- 
quel la bobine est placke pendant le 
bätissige, mais il est cfair qu'on 
peut donnor ä cette bobine toute 
autre forme et T^tahlir en une autre 
matiere qui conviendrait tout aussi 
bien a la nature des fils q'i'on com- 
mence ä envider. de mani^re ä don- 
ner toute la p olidile n^cessaire p^ — 
enlcv'^r la bobine-fusde. ponr qv 
ne sVboule pas dana la mural 
qire.llecombmf 
qu'on a recon 
rouler et a c< 



Dans leg fig. 20 et 21, et spdciale- 

ment dans la section sur la lon- 
puenr de la fig. 21, on voit combi- 
n^es la bobine avec la fusee pour 
constituerla bobine-fus^e; la por- 
tion införieure du fil V est envidee 
SU" la bobine G\ tandis que celle 
sup^ricurc Test sur la broche coni- 
que F. A l'aide de cette combinai- 
son la canette k d^filer peut ötre 
plac6e sur la ponlicelle de la navette 
de la m^mc mani^re qu'on y place 
aujourd'hui la canette k dörouler et 
le fil s'y d^file do la möme maniöre. 



Machim ä raboier les plagues de 
blindage des tmisseav<c cuirass^^. 

Pap M. J. Fox. 

Parmilesmacbines-ontils r^.pan- 
ducs aujourd'hui dans les ateliera 
de conslruction il n'en existe peut- 
6tre pas qui rcndent d'aussi grands 
Services que la machine k raboier 
les metaux. Cette macbine en effet 
profilc les pieces planes, creusos oa 
convexes avec plus de precision 
qu'on ne pourrait le faire a lalime; 
eile dresse des surfac^s qui pap 
leur c^tenduc exigeraient un temps 
considerablc et qu'on ne parvien- 
drait p is k ohtenir aussi planes par 
un travail manuel ; eile opere Rur 
les piöcts brutes de fonle et enfia 
travail le avec C(^l6rll6 et (^oonomie. 
II n'y a donc rien d*<^tonnRnt 
qu'on ait fait depuis T^poque oü les 
machines ont commenc^ k fifrnrer 
au uombre des pieces du mohilier 
des ateliers des cfl'orts pour les peiw 
fectionner soit pour qu'elles four- 
nissent nn travail plus ]>arfait, seit 
j)our les rendre capables dans an 
tempp donnc d'une plus grande 
sonimc de travail. 

Dans les premieres machines 4 
raboter, un burin uniquen'enlevait 
du m6tal sur la picce k raboter que 
dans sa marche en avant et revenait 
k vide dans la course en retour, 
c'est k dire n'opörait pas. Plus tard 
on aimagin6 divers moyens meca- 
niquGs pour que routil tra^at un 
trait tant k Ytitier qu'au retour, soit 
en Ätablissant denx outils sur le 
m ^arriot toH en faisant op^ 

I Q.oatii unique 

n moovd^b 



- M - 



§r6 des oonstraoieurs on a itabli 
eax chariots un de chaque c6l6 
des montants, arme cliacun d'un 
porte-outil avcc son burin. Tun de 
ces appareils coupe k Taller et Tau- 
tre au retour, ou bleu la macliiue 
De poss^de qu'un seul cbariot mais 
avec deux porte-outils ä reuverse- 
ment de mouvement et oü par con- 
s^quent les burins coupent ä Taller 
et au retour; teile par exemple est 
la machinc de MM. F. Wiihworlh 
d6crite dans la Technologiste T« 5 
p. 176. 

Nous n'aYons pas besoin d*ajou- 
ter qu* dans toutes les machines ä 
raboter ce n'est pas toujours Toutil 
qui est mobile pour enlever un co- 
peau sur la pidce, mais qu'il y a un 
autre Systeme de machines de cc 

§enre oü Toutil est immobile tan- 
is que la pi^ce k raboter, par un 
mouvement de va-et-vient, so pre- 
sente ä cet outil qui coupe soit ä 
l'aller, soit au retour de la picce ou 
enRn dans Tun et Tautre sens. 

Depuis qu'on a coramence a con- 
struire dos vaisseaux cuirass^s la 
fabrication des grandes plaques de 
blindage a attire de nouveau Tat- 
tention sur lea moyens de les dres- 
ser quand elles ne sont pas em- 
ployees brutes de forge, c'esl-d-dire 
sur les avantaffes de pouvoir dispo- 
ser (rnne inacnine propre ä raboter 
et dresser avec rapidite ces grandes 
surfaces; et M, Fox de la maison 
Fox etCe constructeiirs ä Derby est 
un des preraiers h präsenter au pu- 
blic une macbine ä raboter ä outils 
multiples de son invention propre 
ä ce Service. 

Faisons remarqner d'abord que 
dans sa machiue M. Fox a pr^ferc 
rendre les chariots porte-outils im- 
mobiles pendanl le rabolasje et faire 
marcher au contrair^ en va-et-vieut 
la table qui porte Ja plaque. Le 
construclcur a sans doute pcns6 
qu'il y avait plus de difficulb^ pra- 
tlque ä faire mouvoir simnltund- 
ment en avant et en arriere les 
deux chariots et leurs porto-outils 
d'une maniere blon correcte, regu- 
liere et avec toute la fermot^ neces- 
sairo, qu'a iinprimer, malgrö son 
iuerlie, un mouvement alternr.tif a 
uno table pcsanle et ä une lourde 
plaque et a en consequence adoptö 
ce dornier raode de mouvement 
dans sa machinc. 

L'appareil auqiiol s'appliqurnt les 

dispositions imagincos par M. Fox 

^.poiir fairo fonctionner les porte-ou* 



tils et imprimer nn mouT^ment al- 
tematif a la plaque, est une grande 
et puissanto machine k raboter k 
deux montants sur lesquels sont 
disposes deux chariots, un de cha- 
que coie, armes chacun de deux 
porte-outils compos^s et fonctiou- 
nant automatiquement oü les bu- 
rins se trouvent oppos^s resoecti- 
Tement Tun ä Tautre. Ceux de ces 
burins qui tracent un sillon con- 
ducteur sont Streits et enlevent le 
m^tal sur une profondcur au moins 
de !>/* millimetre k chacune de leur 
course ; les autres burins ont plus 
de largeuret sontdestin^s a agran- 
dir le sillon ou ä enlever tout le 
m^tal laisse entre deux sillons ad- 
jacents jusqu'4 la pröfondeur en- 
tiöre oü ceux-ci ont 6t6 creus^s an- 
t^rienrement. 

La machine marche avec une vi' 
tesse de 5™, 50 par minute et on 
peut y adapler et y ajuster les ou- 
tils suivant la largeurde la plaque. 

La flg. 22 pl. 302 est une vue en 
^l^vation de face de la machine. 

La fig. 23 une autre vue en 616- 
vation de cöl6. 

A banc sur lequel la table B est 
miso alternativement en mouve- 
ment en avant et en arriere au 
moyen d'un m^canisme convena- 
bie, mais qui ne präsente rien de 
neuf; C,C deux montants verlicaux, 
un de chaqne cote places au milieu 
du banc A et fortenient assembles 
Tun ä Tautre dans le haut par une 
traverse robuste E ; D, D chariots, un 
de chaque c6t6 des montants, sur 
lesquels marchent les porte-outils; 
ces chariots peuvent d.tre remontes 
ou abaisses sur les montants ä Taide 
des vis S, S auxqueiles on commu- 
nique un mouven:eut de rotation 
avec des rouesWW, qu'on manoBU- 
vre ä la main ; F F, deux porte-ou- 
tils etablis sur chaque cnariot de 
maniere ä pouvoir glisser horizon- 
talemeut et automatiquement au 
moment convenable. Ces porte-ou- 
tils sont arm^s de burins G, H et H, 
G deux pour chaque cbariot; Ti, R 
tiges verlicales qui montent et des- 
ceiidenl chaque fois que la table B 
marche en avant ou en arriere sur 
le banc A ; ce mouvement allemalif 
leur est communique par des ar- 
brcs alternatifsQ, Rqui sont com- 
mand^s eux-mem»;s par des encli- 
(iuetagosO, Odispos6s sur la table 
B. Les porte-outils F, F sont seif ac- 
ting daus le sens horizontal et se 
meuvent au m^om^tiVi t^^]^^ ^'^ 



— 92- 



Fentremise d'ane rone ä roohet mne 
par les liges verticales R, R ; 6, 6 
deax tiges articul^s k Joint univer- 
sei qui re^oivent un mouvement 
d'avance hoHzontaf de la part de 
leviers coud^ X, X; ces tiges b 
serveDt ä faire fonetionDer des 
roues ä röchet Y, Y et par l'entre- 
mise de colles-ci k imprimer le raou- 
yement d'avance aux porte-outils 
F, F et par cons^quent aux burins. 
On voit dnns cette machine que 
si Ics porte-outils se retournent ä 
chaqae course, eile peiittracerhoit 
traits k chaque excarsion d'aller et 
retour. 



FabricaHan des chames soudies. 
Par M. Ed. Tangye. 

Nou« avons d^crit dans le Techno- 
logiste t. XXV, p. 262, nne machine 
hydrauliqno ä poin^onner de Tin- 
vention de M E. Tangye. de Briixel- 
les, et ä la pagp 376 du m^me volu- 
me plnsicurs machines-outils fonc- 
tionnant d'apr^s le Systeme de la 
presse bydranliqueinvent^es par le 
möme mannfacturier. Anjourr1*hui 
nods d^crirons une machine bas^e 
öur les mömes prineipes pour sou- 
der les chafnons ou anneaux des 
chatnes en fer on en acier. 

Ponr fabriquer nne chafne en 
employant J'appareil qn'on va d^- 
crire on plie d'ahord snivant une 
demi-circonförence le milieu de la 
verge ou tige qui doit former un 
chatnon; on passe une des extr^mi- 
t^s (\e celui-ci dans le chatnon forg6 
pr^^demmcnt, puis on ramdne en 
dedans les extr^mil^s des branches 
de maniere ä cc qu'elles chevan- 
chent Tune sur Tantre, on chnnffe 
cos extr^mit'^s k la chaleur suante, 
puis plaQant dans la matrice inf6- 
rieure, on fait de:5cendre celle sup^- 
rieure qui effectue par pression ou 

§ar voie de percussion la soudnre 
es parties en contact. Comme le 
chatnon qu'on soude est ä Tcxcep- 
tion de la petite portion quiembras- 
se celui prc^xMent, tout entier ren- 
fermö entre les matrices pendant 
le travail de la soudure, il ne peut 
pas augmenter de dimensions soit 
dans le sens longitudinal,8oit dans 
celui Iransversal, pendant Taction 
des matri'^cs et par cons^qaent t 
les chafnons ont des di"»*« 
uniformes.! 



La flg. 24 pl. 302 est nne tue en 

öl^vation de la presse k souder. 

a cylindre hydraulique, et b son 
piston. Ce cylindre et son enclume d 
sont moul^s d'une seule pi^ce avec 
le Corps c; e et /" sont respectivement 
les matrices sup^rieure et inf^rien- 
re, la premiöre est remontöe et 
abaiss^e par le piston b et la se* 
conde fix6o sur Tenclume d* Les 
passages g au sommet du cylindre 
a sont en communication avec un 
accumulateur hydraulique. 

Cot accumnlateur hydraulique 
consiste en une chambre ou vais- 
seau dans la partie inf^rieure du- 

?[uel on a refoule de Teau sons une 
orte pression. La partie sap^rieure 
de cette chambre contient de Tair 
fortement comprime qui, qu and on 
ouvre une issue k Teau, chasse ce 
limiide sous une tr^s-forte pression. 
öur le sommet du cylindro a sont 
deux soupapes Ä et t press^es sur 
lours Sieges par des ressorts. Gha- 
cune de ces soupapes peut an 
moyen des ti^es Ä et / que com- 
mando un levier m 6tre abaiss^e a 
volonte. Quand on veut faire des- 
cendre tres-rapidement la matrioe 
sup^rieure e pour sonder un chat- 
non placke enlre eile et la matrice 
Inföneure /"ainsi qu'on le decrira 
plus loin en df^tail, le levier m est 
mu dans la direclion indiqn^e par 
une flache, la soupape h se trouye 
ainsi abniss^e et l'eau de Taccamu- 
lateur afllue par le conduit g h 
travers le si6ge de la soupape h' 
dans le passage n, et p^n^tre dans 
Tespace o, o cntre le sommet du cy- 
lindre a etle piston b. Ce piston et 
la matrice e qu'il porte sont donc 
abaisses avec rapid it6 et la soudure 
du chatnon est ainsi op^rde. 

Si le levier m est maintenant ra- 
battu dans une direclion contraire 
a celle indiqii^e par la flache, mou- 
vement au moyen dngiiel la soupa* 
pe h remonte et se ferme par In- 
tervention de son ressort, la soupa- 
pe i est ouverte ä son tour. L*eaa 
dans le cylindre a peut s'echapper 
parle passage p et le piston dans le 
cylindre est remonte par un res- 
sort k boudin q, q tres-robuste. II 
est du reste tr^s-facile de compren- 
dre la maniere dont le levier m agit 

Ear l'entremise des liges k^i l sor 
)8 sonpapes h et f. 
On twint «A «np-faiii ***M^ idde de la 



- M - 



rinspection de la flg. 24. Lesmatri- 

ces ont une figure teile, que lorsqae 
Celle e est aioeuee sur celle f l'es- 
pace vide qu*elles laisscnt entre 
elles a la forme du chainou qu'il 
s'agit de fagoaner, ä rexception de 
portioüs qui out ete enlev6es, afia 
de pouvoir loger roxlreiuite du 
chaiuon prec^deat au travers du- 
quel on a passe celui qu'il s'agit de 
souder. 

Pour pr6parer les chatnons avant 
de les Süudür par raction des ma- 
trices e ot ^ on plie suivant une 
demi-circonldrence, alnsi qu'on l'a 
dit, Ic rniiieu de la verge dont on 
veut faire un chatuou; mais ce 
pliage est op^r^ de maaiere quo les 
deijx branciies de cette verge ne 
sont pas daus un mcme plan. Une 
de ces branches est passöe dans le 
chaiuon qui a et^ souie precedem- 
ment,et son extreuiitä etant rabat- 
tuo en (ledans,on la fait chevaucbcr 
sur Tautro branebe ainsi qu*on le 
voitcn r üg 27. Gelte courhurc et 
ce cbevaucbage s'cffectuaut a Taide 
d'uno ma(,'bine rei^r^senlee en plan 
et suivant une section transversale 
dans les flg. 25 et 26. 

Le chatuon en partie forme ayant 
^t? i)as86 dans cclui pr^cMent est 
place sur la matriee fixe 5; alors 
Celles mobiles ^ t so rapprocbant 
s imultanement Tune de Tautre lors- 
qu*on tourne le manche i/;, les por- 
tions courbes ^videes -u, u (iudi- 
quces par des points) des malrices 
t, (viennent porter surlesextremi- 
tfes du cbatnon qu'elles rabattent i 
Tinterieur, en les disposant Tune 
sur i'autre comme on le voit en r, 
fig. 27. 

Le mouvement des matrices t, t 
s'effectue au moyon de filcts de vis 
ä droite et d gauche que porte Taxe 
V et c*est comme 11 a ete dit le 
manche w qui sert a imprimer ce 
mouvement. 

Le chainon cncore imparfaile- 
ment fonn^ est porte au rouge 
sombre avant de lesoumettre aPo- 
peration de cctto machine. Ensuite 
la courbure ou Jcs portions r qui 
ebevauchcut Tuue sur Tautre sont 
ament^esau blancsoudant et le tout 
est livre aux matrices e ei f ainsi 
au'on l'a explique precödemmenl, 
aans lesquelles les ])arties r sont 
Soud^es par la pression ou par la 
porcu^^sion de la matriee mobile. 



Machine ä lisser^ gläcer et cylindrer 
le papier, la carte et le carton, 

Par MM. H. et J. W. Wrigut et 
W. Glough. 

Celle machine est repr^senleo en 
^l^vatiou partie en coupe dans la 
fig. 28, pl.302. 

A, bäti qui se prolonge en une 
volee ou en surplomb dans la pir- 
tie sup6rieure, laquelle est en-des- 
sous armee de deuts formant cr6- 
maiilere avec portions planes de 
cbuque cötö au nivcau des points 
osculateurs oü les dents entrent en 
prise; G, lissoir ou glaceureu forme 
de Segment ou d'une portion de 
rouo deutee dont le ceutre est aussi 
celui de Taxe du frottoir ou frol- 
tou D. Le hord ou surface convexe 
de ce lissoir est arme de dents avec 
parlios planes dr^ chaqae cdtc aussi 
au niveau de la prise des denls, 
afindepouvoirs'adapter»'xactemoni 
taut dans les dents que sur les par- 
tics planes de la cremaillere, lors- 
q rü y a engrenage convenable, et 
que la surface convexe du lissoir 
roule doucement en va-el-vicnt, dös 
qu'on lui imprime le mouvement 
sur Celle plane de la crdmaillcre. Ce 
lissoir est maioteuu en contact avec 
celle-ci j)ar des galets E que por- 
tent des bras F ou autres pieces at- 
tuchees au bäti. 

On imprime le mouvement ä ce 
lissoir au moyen d'uno bielle G ar- 
ticulee sur le bouton de manivelle 
d'un Volant H monle sur uu arbre I 
qui est porle sur des apnuis faisant 
partie du bdli, et sur lequel sont 
aussi calees des poulies J. K est 
une table i surface bien dressee, 
pl.tc^e daus un bäti L, dans lequel 
eile peut monier et descendre. Gette 
table repose sur qualre cames M 
dlablios sur le point de centre ou 
axes de deux leviers N port^s sur des 
appuls attaches au bäti L. A ces 
leviers N sont accroche»'s des tiges 
P qui, ä Tau Ire extr^mit^, sont ar- 
ticuläes sur une nodale H assemblee 
a charniere sur le b&ti L et que fait 
mouvoir le pied de l'ouvner. La 
table K peut ^tre ajust^e de hau- 
teur au moyen de vis S,S, qui mon- 
tent ou abaissent tous les appuis 
suivant le besoin, ou Tun quelcon- 
que seuiement des quatre points de 
Support. 

Öomme la surface convexe du 
lissoir est un segment de cercle 
parfait dont le centre est ägaifement 



94 - 



oalai da frottoir, lequel est Itti- 
möme biea rond, il est faeile de 
coQcevoir que si on le fait oscüJer 
sur tiue surface plaao bien dres3ü(>, 
SDDcentffi so m<>uy«ra parfailement 
on li^uQ dioit\ et que la (lorlloudö 
In siirfact^conveiedu frotti^dr qui s«i 
trouvera daas uq iastanl queicou- 
quc verticaleraent soas le cetitre, 
loacliera conslammenl ane sürfrice 
plaae parallele n. la stirface iafti- 
rifurcde la volee du bilti; d'oii re- 
guUe la nicessilä de doniier ä la ta- 
ble ^ur iaqiieliß oa glacß ou Itsse le 
l»aftier ou k carioa uoe aarfaee ri» 
gotjroiisament plane; de ptus, il est 
evident qu'eii ti^tant li^ liagiiir de 
mauieredcG qii*il nc puiase tour^jer 
sur soQ axe, im rnt^rne poiut de. 3a 
circonference no sera pas toujours 
en contact avec le pnpter oa le car- 
tori place sur ia table« mal» que ce 
poitit variera dans^ toate reteuüue 
de la courst^ ou <*xcorsioa du lia- 
soir, et par couse«iuent qu*il ue S(*ra 
pas exposü a s ecbaatter et a brCllor 
lo papier. 

A l'aifle de cet appareil, on ptiüt 
doiinor un tres-beau glacB an pa- 
pier* aa carton, aux cartcs » eic^ et 
cela avoc bien plus de facti it6 qu'oa 
ne Ta fait jusqu'ä präsent. 

I)*UQ autre eote« le lissoir peat 
roaler sursnn axe propre quand on 
remplaic sinipläme0t paar cjlm- 
drer. 



Manärin ä equarrir. 

M* J E^Un, de Surale, aux Indes 
Orientales, a iina^^in^ un mandrin 
pöur accelerer le perceinent, l'a- 
granrtis^ement et lV'lar;^issemenl 
de« trous deja percea diiDs Ions les 
mMaiix, et quipuis^e dispens+'rdes 
fraises, des uquarrii^soirs. des ale- 
soirs et asjln'S outils ttu meintj 
g^^nre* Le maüdrin fiff, 2'.t pl. 3\M 
consisle en ua cviitidre eo acier 
trempö, bien dressi^ daiis li u\ii<, 
gTande piirtie de sa lun^ 
petj conique par Tuno di 
mitds, surlequd on 
cxatitement, et a ar 
deux ra:uur<;s hdlji 
db^tanceSf eoararit 
autres ramurea d^ 
mÄme forme qui 
nsieres et cmiraot 
rr^sulte des serie;^ iic 
de tranebanls qui 
dre totiä les poiut 
ao0caYe d'oD trou. 




Qtiand on veut faire usage de cet' 
oulili oQ 00 tiose la poinle sur l*ou-^ 
v*^rture dulrt)a,a \\*m prr^sde nn^nio^J 
diiioetre, qu^on v<itjt airranilir oi 
equarrir, puis on la cbaFSe k cuups d< 
rnarti*au jijsiju*a co q*i*il ressort^ 
par Taiitre extri^rnite» Co trou esi 
jUors parlaiteraent lisse ä rin- 
teriniir, et eiactemimt de mömi 
dtam^ire dans ioute sou elend ne« 
Le Iravail B*execute nD>sr!iib?mr*U' 
avec beauconp de promplitude , 
rnais il est ea oulro trcs-r^^ulierH 

ün a dit qu'il y avaiton tont qua« 
tre ralrmres iracees sur la surfaci 
convexe de routil* dcux courant 
drolte, etdenx courant ä gaiicbe, 
egale ment Kspacöcg <^ntre elks, maii 
on peut faire varicr a Volon Id ci 
nombre, On peut siussi fnire cei 
raitiures plus ou tnoins iirofoadei 
pour ioger les copcaux, et iiooQ<.*r ' 
leurs paroiB unetnelinaisonplus od! 
moins forte, pour quo les IraiicbaotS 
aieal plus» de momant, etc. 

11 ne faut pas appliqucr ce man- 
drin a des trous qui soient d'un 
diametn^ bten inforieuF au siea, aii- 
iremeiit on c[»rotiverait unc r6sis- 
taiico conHid^rable et des avaries^^ 
plus ou molns gravos. 



Nouvenu ginirateur dB vapeur. 
Par M. J, HabhisoX) de Phitadel phie. 



M. Harri.fon a*Rst proposd d'em- 
plöjer pour constrfi Ire sa chaudi^pe 
ce (ju'il aiipelle des unites de cons*- 
truction, c'est-d-dire iino sörie da 
cbairibn^s cn fönte ou autro m^tal 
d*un raod^lo et de dimrnsious um- 
form es « Präsentant individiiRÜc^ 
inent unn foroc suOisanto pour rd- 
pister a unn force exitlosibln consi- 
derable. Ceti chamb^^^s i>JP!Uvent ötre 

1 d'uue soule 

rf* "^mployer 

iLi> pieco 

*uslruc- 

■ .do- 



I 



— 9B — 



Oq peat adopier divers moyens 
pour assembler les diverses uuites 
et maiutenir les assemblages ^tan- 
cbes pourTeau ei la vapeur; mais 
le mode le plus simple consiste ä 
dresser parfaitemeut au tour les 
pians de coutaet des cols et ä les 
serrer fortement au moyeu de 
grauds boulous teruiiues aux deux 
extrcmit^s par des rondelles ea 
forme de coupe qui couvrent l'ori- 
fice de la deruiere serie des unites. 
Ces boulons traversent ä rmtericur 
d*uii uombre quelconque d* unites» 
et sollt serr^s par des ^crous qui 
arretent le tout avec formet^. 

Les dimeiisious d'un generateur 
peuvent ainsi dtre augmenteos ou 
cLiminu^es, simpleiiienl eu y ajou- 
tauloueu y supprimant uu uombre 
plus ou rnoius graud lie ces uiiitös 
de coustructiou^ qui, dtant toutes 
d*un meiue modele, sc mouteiit el 
s'udapleut parfaitemeut ensemblc 
pour former la couibiuaison desi- 
reo. Aiüsi etabli, le g^uerateur est 
enloure par uneenveloppe en mdtal 
ou en briques, et pourvu d un ou 
pluöieurs lours qui peuvent ölrc en- 
ticremcnt environnes d'unites djs- 
posees pour former une voüte ou 
une cbambre qui sert de foyer. 

L jö üg.30 et 31, pl. 3Ü2, presontcnt 
un generateur etaniisur cc Systeme, 

La üg. 3Ü est une vue en ei6vation 
de cote, et la Üg. 31 une autre vue en 
elevaliun prise du cöte des porles 
de foyer. On comprend qu*on a en- 
levc une portiou de Ja m.iQOüucrie 
daiis ces üg. oü A, A sont ics ^pbe- 
res ; G, G les ecroua qui arrtitenl les 
boulons ; D, D, les tu y aux d'alimeu- 
tation d'eau; E, E, les tuyaux de 
prise de vapeur. 

Daus le cas oü il sui viendrait uuo 
explosion, la rupture d'une seuie 
unile permcitrait, suivant i'inven- 
leur, ä la vapeur de s'gcbapper on 
reudunt aiusi impossibies ces deve- 
loj)i>ements subits de i'ovce vive qui 
detruisont les recepteurs et les bä- 
timents, et qui sont dus ä un dcga- 
gemeut insUintaned'un volumecon- 
ajddrabie U'eau et de vapeur. 

£u devissant uu petit nombrc d'e 

oroua et enlevant les boulons, tout 

^ it gea^ratear peut ^tre ais^ment 

****uont6, ou biea on peut s6paier 

iinite pour la nettoyer, la repa- 

«Q modifier la surface expo- 

tion directe du feu. Ainsi, 

Mai«nt ä vapeur allaut ä 

«tedral toutes les lois 

i^des ineruBtaiions» 



on peut enlcver successivement des 
rangs entiers d'unit^s et les rem- 
placer par des unilcs propres, ou 
bien dementer en entier le g6n^ra- 
teur el le reconstruire ä nouvoau 
avec des uiöces neuves sans perte 
bien sensinle de tcmps, si on a sous 
la main des unilds de rcchauge. 

ün g6n<!;rateur de ce genrc peut 
6lre monle ä terre dans un point ou 
il serait impossible d'cn installer 
un de structurc ordinaire, ou bien 
sur un vaisseau sans n^ccssilcr de 

grandcs ouvertures pour l'intro- 
uiic et le metire en place, et cela 
sans avöir recours a des machines 
puissanles. Les fabiicants peuvent 
loujours avoir en reservc, sans trop 
de frais, des unites de ce genre 
qu'ils peuvrut livrcr a la premicre 
rdquisition. 

Uu gendrateur peut etro emball6 
en plubienrs colis pour ölre envi»y6 
d dislauce, avec ou sans ses boiilpns 
d'asscnibiage, qu*un simple serru- 
rier peut fabriquer partout, et le 
prenner magon venu peut ^tablir 
Tenveloppe en briques. 

Enün, ajoute Tinventeur, dansee 
Systeme, la cbambre de vapeur est 
etablie de la mdme mauicre quo le 
reste du gdn6rateur, et par une dis- 
positionjudicieuso et en reglant le 
leu et le tirage, on peut oblenir ä 
volonte de la vapeur s^che ou char- 
g6e d'eau. 

Le numero du Mechanics* Maga^ 
zine du !•' juillet 1864, entre sur 
cc nouveau generateur, dans quel- 
ques (ielails intcrcssants dont nous 
exirayons ce qui suil : 

Les spberes qui composent les 
uiiit6s ont20eentimetrcs de diamö- 
tre exterieur et 9 1/2 uiillimetres 
d*epaisseur; elles communiquent 
enlre elles par des cols de 76 milli- 
metres de diamelre. La capacite In- 
terieure de chaque spbere peut con- 
teiiir environ 3 litresd'eau; la sur- 
face exlericure est de 1,256 centime- 
trcs carres, et celle Interieure de 
l,07ö centiuietres carres. Gbaque 
unit6 presentc huit oriüces, dont 
les bords sont dress<^.s avec faciiit6 
et rapid ite sur des lours imagtnäs 
et conatruils specialement oour cet 
objet. Ges spberes sont eloigndes 
enlre elles de 0^:1286 de centre en 
centre,el cetle distanceest la möme 
pour toutes les unites et les frac- 
lions. Gbaque tour pour dresser les 
oriüces presente deux poupees avec 
buit poinles ou brochesel autantde 
iraises« Les moulages arrötäa fei- 



-•6- 



) 



mement aaat dre^^ par ooaple^ 

doQt l'uQ c^i d^grossi pendant quo 
l'autre est tcrmiii^ k Taide d'une 
dispositioQ speciale et elegante; 
les oatils floisseurs peavcai Ölre 
ajuslös Uli avances de 2,5/100 de 
millimötre, quand» piv suite de Tu' 
Sure des Iranchauts« la distance en- 
Ire iesjoints ojipo^äs d^uae uaiie» 
excMe d'autaot cclle oorntale. 

Les spJieres sout mouK'ös Uh^- 
^coaomic|u erneut sunioyaur ru 3a> 
bie vert, et c<-pf!UrlaQt od oblieat 
ane 6pafs?feur utii forme avec uue 
teile facililequepiasieurs ceiitaiues 
prises au ha^ard dans uue masse, 
aux atcln^rs qui cüQstruiseDi ces 
göuerateurSj a 0[*peushaw, pres 
Manches tf^r, et brise s duos uu but 
experiaienlal^u*i>ui präsente aucuue 
differcnce souace rapporl, chose qui 
paratt fort simi>le, parce que los 
nojaux Sunt maintcuus par les huit 
assemblages sur lesqueU ils repo- 
sent daug ks ehäsäis, Ceux-ei, a 
leur lour, etaiit parfaitement ajus- 
tes entre eux, 11 est tres-fucile de 
voir que l^s uojaur ne peuveul se 
deplacera moiLLg de se brisef. Quand 
elles sont rapiirochi^es Tuue de 
l'autre, lesfaceädrsassomblages ont 
tout autuur une partie de 9 t/2 
milliruetrea de larijeur, et il suüira 
de dire qu'une experience (jui dute 
deja de quelque teinps a demoutre 
pratiquement que ces a^^semblages 
etaieut absulument ^taucbes pour 
la vapeur t-i Teau eous une preßsioQ 
consid^rable. 

Les uuites sout bouloon^ea eo- 
semble puur former ce qü*on ap- 
pelle une table au muyeu de bou- 
loDS de fer roüd de 92 ^milliiaetrea 
de diamctro, les uuit :s exleri^^ures 
aux deux e.itreuiites dejs tables etaut 
pourvues de bou'^bons sur les ou- 
verlures termiuules, au travcra des- 
quels boucboas les boulons passent 
et sont anwies des deux bouts par 
des ecrous* 

Les lab les so ot enguitß asscmblee^ 
comme rindiqueut les ügures^ seu- 
lement de petites oloisous en tuile!^ 
r^fraclaires b' Opponent 4 ce que le 
feu frappe avec trüp de violencesur ' 
les spb^res qui ue reufenueot quo 
do la vapeur; mais 11 est clalr qu^ 
par la Position d^ it^res avi 

rinterieur de ce - it rtppiM 

uu f..ur,il y ;^ ini '^^ 

d^rable, et <|u u - ^ .. ■. ■- : J 
fournir d'une J ^ ^"^■[tequa- 
ble de la vapofl ^^B 1k ^ 

machine ä y 



Avec ua pea d'attention il est fa- 

cile do voir que ce geueratcur ppö- 
seute des elemeaU de securit^, äil 
moins quaiiL k la foruie et a la dis^ 
pyaitmn des organes. 11 est vral que 
la matiere, qui est de la fönte» est 
eounuo par sou peu de räsistanca 
ä rHxtension^ et au premier coup 
fTmilf cette circoustancQ pourrait 
faire condamner ie Systeme; maift 
on aduiettra eependanl quetaforce 
de Tcsistauce a Fextensioa do la 
foute euiployee peuttres-bien a'^le- 
ver a 8 kilugrammes par mil Illus- 
tre carre de section; orp la surface 
totale sur laquellü la pre^sion peut 
s'tixercer est Celle d*un cerclo do 
niämc diametre que la sphere et la 
section liu on^tal qui doit ötre d^ 
chirce ^ale ä un anneau de 9 iß 
nülhnaetrcs d^epaissour et de oidme 
diau^etre., o*est-4-dirc en nooibres 
rondSr qu'il faudrait une force du 
70 A 7o atmospberes pour briser 
üuede ces ßpherea eu dous portiooa 
et en dedui^aut de ce oUilfre un car- 
tain üombre rralmospheres pour 
teair compte des oriUces, des tubu* 
lures et autres ciiconslaiices» OQ 
peuL troi^-bien alllruier que la pret- 
bion qui pruduirait la rupture de- 
vrait etre au muiüs de 4^ a äO at- 
mospheros, 

Ces spberes ont 6i6 Sprouvde» i 
niaiiites repriscssoüs uue pression 
de 30 atmospberes, iL la fonderiede 
M. Ueyer, saua 4>^*tine seuXe ait 
6.cU\iL 

Faisons remarquer ici que les 
uniteä sont assembides entre elles 
par dos boulous de ft^r rond de 
32 millimetres de diametre et de 
Ä""70de lon-ueur, qui e«t celle des 
labli'S, Ur, ces boulous. suiiä [ine 
teusioQ deja inftirieure ä 00 ntinos« 
pberes, 8'alluDgenl noiablement, et 
coEjjme les asfromblages oc soat 
muiuteiius ^tancbes que par ees 
boulons, 11 en resulle que par leur 
aUi^ngenieut au-dela d'un certaia 
terme, U y a relüelioment de cea 
u^Skiuiblages , et par eonsequcat 
lultu; e'est m^me un earaetere ini' 
porUut de lln?ention, que daaa cd 
cas, cbaque lionlon forme en lai- 
iiirruG uue Soupape de särete tres- 
%^^t:' fei jg^J-^Qljy se qui reud Ires- 
"i\.(: d*uue 
Harrisau 
4^ BfftiltMiii i- limmetre 




-07 - 



l 



modele, a raison de sa stroctare 
m^me, est expos6 k donner lieu en 
tr^s-peu de temps ä des incrusta- 
tioQS : dans cette nypothese, M. Har- 
risonavailimagiaeuaeligearticui^e 
fort ioi^CQieuse qui se deployait dans 
les sph^res, et par sa rotation döta- 
chait les incrustatioos prStes ä se 
former; eh biea, roxp^rience a d6- 
montre rinutililä de ces tiges; il 
ne s'est d^pos6 aucune incrustation 
sur uue epaisseur quelconque ou 
d'uQe maniöre permanente k Tint^- 
rieur des spheres, ou pliilöt, comrae 
il doit s'en former, elles ont öle ex- 
ulsees, circonstance due peut-^tre 

ladilatation et ä la contraction 
du m^tal qui brisent les ddpöls for- 
m6s, les emp^chent d'adhöror, ou les 
d^tachent. Des g^n^rateurs de ce 
ffenre, qui fonctionnent dcpuis plus 
ae deux anoees chez MM. Helhe- 
rington, a Manchester, sout, au mo- 
ment oü on ecrit ces lignes, prali- 
quement parlant, aussi excmpts 
(l'incruslalions que lorsqu'on les a 
mis pour la premiere fois en acti- 
vitc. 

Une expörience, qui a dur6 une 
semaine, a fail voir qu'avec une 
houille qui n'ctait pas de premiere 
qiialitc, ces gen^rateurs ont evaporö 
7kiiG5 d'eauparkilograrame decom- 
bustible. La vapeur 6lant parfaite- 
ment seche, pure et chaudo. Re- 
marquons encore que la quaiUitd 
d'eau contenue dans ces gen^ra- 
leurs est bicn inferieure par force 
de chevai ä ceilc de tout autro type 
de chaudierede möme force, et par 
conseciueut qu'il faut uue döpense 
de combustible bien moindre nour 
produiro de la vapeur avec reau 
iroide. 

En r^sume, d'apres rinventeur, 
Tabsence absolue de danger d'explo- 
sion dans ce generateur, la haute 
pression qu'il peut supporler, la 
formatloQ impossiblc des incrusla- 
tions, unecorrosion nulle qui est la 
consöquence du peu d'affinit6 de la 
fonle pour l'oxygene, comparative- 
ment au fer forge, recononiie de pre- 
micr Etablissement, et celle du com- 
bustible» rendent la chaudieie Har- 
risoQ, scul g^n^raleur sphcrique en 
A6tivite sur une graode echellc, un 
**'nareU importaut et remarquable 
^ l'application de la force gene- 
*ia yapeor. 



Sur les causes de destrucHon sur la 
cheminsde fer et les moyens d'y 
remeäier. 

Par M. W.-B. Adaüs. 

En discutant avec soin toutes les 
causes qui peuvent amener la des- 
truction du materiel roulant et de 
la vole sur les chemins de fer, 
M. W.-B. Adams est arriv6 ä cette 
conclusion, qu'en faisant abstrac- 
tion dans cette question du poids 
des convols, cette destruction est 
due pour la plus grandc partie aux 
chocs et aux frottements entre les 
bandages des roues et les rails. 
Gelte conclusion, il a etö k m^me 
de la veriüer d'aprös des rösullats 
contradictoires obtenus sar une 
möme voie ferreo. Suivant lui, le 
meilleur moyen d'y remddler et de 
prdvenir les chocs consisterait a 
Etablir une port^e imm^diatement 
Elastique du baudage sous la roue, 
aiusi (]uesous le rail, en ayant soin 
que les joinls des rails soieut main- 
lenus avec toute relasticile nöces- 
saire par des 6clisses d'une hauteur 
süffisante, 61aslicite continue qu'on 
ne pourrait obtenir que par des 
Supports discontinus, comme avec 
les rails cn double T sur base 61as- 
tique, les rails ä pied plat ou en [i 
avec Supports Continus no- s'adap- 
tant pas a cet objet, et de plus que 
le rail ainsi soutonu Elastiquemcnt 
soit cn lui-meme aussi rigide qu'il 
est possible. 

On est arriv6 äco rösultat d6sira- 
ble sur la ligne du ^orlh-London 
en coucbant des longrines sur les 
traverscs ordinaires et disposant les 
coussincls sur ces longrineset non 
plus au-dessus des traverscs, mais 
dans les iiitervalles entre elles, ces 
traverscs etant uoyees dans le bal- 
last et les longriucs plac^es au- 
dessus de celui-ci de manici'e a pre- 
senter une voie elastique. Au beut 
d*environ deux ans et demi, le 
Systeme des rails ordinaires etablis 
dans ce syst'i'mo n'u encore eprouve 
aucune avarie et les traverscs res- 
tees fermes et immubiles, out pre- 
sentö un contrasle bien marqu6 
avec la voie rigide disposde comme 
d'habitude. 

Dans Topinion de M. Adams, le 
mouvcment de glissementdcs ban- 
dages sur les rails ne peut etrccom- 
plctement ^vil6 qu'en permeltant ä 
cbaque roue de tourner separöment 
on aox bandages de glisser sor \ßA 



^L-NoranJMiSftk 



- 88 - 



rones et donnant en inline tcrops 1a 
facuUc atix cssicux de prendrc anx 
cxlroiniles du jeu enlre lesrails.de 
nianieie ä cc que ceux-ci puissciit 
goiiveri er Ic.^ boudiiis el niaiiilonir 
a divers essieiix rigoureuseineiU d 
ang c droil avec les rails seit dans 
Ics p.Tlics de la voio qui soiil droi- 
tcä que dans Celles qui sonl cour- 
Les. C'est a quoi Tun est parvciiu 
cn appliquanl un ressorl circuluire 
d'acier treiiipö enlre la loue et 
le hanilagc qui pennet a co)ui-ci de 
lounier sur la r<»ue ou a celle-ci de 
lourncr suV le Jiandage el d'aplalir 
lögen'rnent le baiidage, quand ii s'a- 
gil des roucs inülric«'S, el d'üsciller 
laleraiemciit poiir s'adapter a la 
giiifiice inegale du i all. 

Ces r6sullats out el6 vcrifi^s pra- 
tiqueiiienl sur !•' Norlh-Lündon et 
la iigne de Saiul-Hclens, ou des ban- 
dages on fer de SlafTordshirc out 
Bous Gelte dlsposilion ciastiquc, de 
Leauconp surpassö en duree ceux 
du meilleur aeier de Krupp. 

En lerminant, M. Atlams fait re- 
marqut^r qiic les traverses ou foa- 
dalinns de la voie perujanen e no 
sauraienl ölre Irop l'iTniemcnt el 
ri^idemeut encaslrecs el que les 
l»li»cs eu fer ou en piorre, cumino 
dans le systöme |iriinilit' des che- 
nilns de 1er, qui sous le rappoit 
cbiniiqtie onl bien | Ins do dürre, 
pourraicni elre subslilues aux tra- 
verses on btiis. si on adoplail le 
syslcin* des soubresauls elasliqu» s. 
Les resullats des traver^^rs solido 
menl arretees cn-dcssous, de la 
ßlructure clastique, el oü la pres- 
sion de la roue serait reparlic sur 
dcux traverses au lieu (ie reposcr 



sur une scnle, d^montrentsafflsam- 
rneiil les avanlages d*uQC foudatioa 
parfaiteuieul solide. 



Resistance ä Vextension du coton 
soumis ä diverses Operations cht- 
miques. 

ParM. C. O^Neill. 

L'autenr a fait connaftrc un grand 
nonibre d'rxporicnces sur ce suJct, 
afia de decider quelques points im- 
portants. lant sous le rappurl pra- 
liqiic quo sous celui scienlinque, 
qu*on a ne^Migcs jusqu'a prcserit. 
Au ninyen d*un appareil de son ia- 
vention propre a niesurer la rdsis* 
tance que les corps opposenl a des 
f'irccs qui lendonl ä les allonger, il 
a obtonu des donnees auxquellcs 
on ii'etait pas encore parveuu avaut 
lui. 

Effet du blanchiment sur la foree 
du coton, Ces expcrienees ont öl6 
failes sur nru» toile en colon am6* 
ricuin de 28 Qls au cenlimeln^ blan- 
cliie pour Impression par le proccd^ 
de la basse pression. Ce pnicedö 
comporlail cntro aulres lascric des 
ojieratioiis snivanlcs : 

1. Trois passagcs sur unc plaque 
cn ci'.ivre ji^rlöe au r<»uixc. 

2. Debiiuül.ige de 16 teures dans 
un liiil de chaux. 

3 Debouilljge de IG heures k la 
somleel i^^ine. 

4 Bain de plusieurs heures daus 
unc Solution de ( liLrure de cbaux« 

«S. Bain de plusieurs heures dans 
Tacido chlorydrique etcndu. 



Chatne. Trane. 
Force des fils dans la toile öcrne SV (moyenne de 30 expdrienccs). . SOÄ'.Siö llcr.i(X) 
Force de la loüe SV blanche (moyenne de 30 experiences) 18 921 17 04A 



Los fils de chatne do dcux autrcs 
picces de toilo onl donn^ comme 
moyenucs de 40 expcrienees, 

A B 

A IVtat («cni 22r.076 22*^.756 

A Teial blanc 24 030 20 081 

La toile S V s'est allongee cn 
cba.ne au b anchirnent el nHrecio 
cn Iraine; ce retrccissi'menl dd a ua 
foul. Ige en traine explique r«üg- 
nienlalion daus la forco do coll<* 
taniis quo rallonae'"**^^ 
conipte de la dimi" 
en chaine. 

La toile ▲ al 



etö traitc^cs chimiqnement de Ja 
meine manicr»- ex'aeteinent que SV 
mais ell«'s ont etc lavc«*s el secli^os 
a Tetat libro el nar conseque..t n'd- 
tant pas aussi loulees par Topera« 
lion rnt'Caniquc , dies n'onl pas 
scuNiblenient change de iongucur. 
L'accroissenicnl dans la force pcui 
sVxpiiqucr par le co ciiago plus 
cnmplcl des ülamcuts du colon, 
qiix ptii niniK^ f^mm^x flj pjyg cord- 
T^n * i SQinMl 



^■'(H- 



Effet de l'impression, de la teintUr- 
re. au savonnage. elc. Unc portion 
de la loile S V a 6t6 imprirado, lein- 
te et apprötöo en pourpre-garauce 



de pretni^re citsfte et 20 eip^tlcnces 
faites siir des fils de ehatne et de 
tramo, ont fuurni les rösultats sui- 
vants : 



Force de la chntne imprimee et appf^t6e.. . Sdf.lM 
Force de ia trame ^ 774 



On voit ici que los fils de ehatne 
ont plus gagnö qa'ils n'avaic;nt 
per«lu au blaiicliimont, tandis que 
les üls de trame ont un pou perdu. 
L'au;;m»'nlation dans la force des 
fils dechaine s'expllquc on parlie 
sinou compl6l(;incni, pr.r la dimi- 
nulion daus li longticur. La lon- 
gnour qu'on avail gagnöe au blan- 
cbimeiit et qui clail de ])i'ßs de deux 
melrcs siir une pi^ce a M ahsorbeo 
par lo fravail de la lelnlure, du sa- 
vonnage et par conse(|uent Ics ll!s 
6taient devenus plus epais et plus 
forls. 

Tüile mordanc^e traiUe par les 
acides. Ces cxpcriences sonl inte- 
ressantes ea ce qu'elles touchent d 



la qucslion controvors^e de savoir 
quelle est cclle des thöories cliimi- 
quc ou phyique de la tcinture qu'il 
convieiit d'adoptcr. Oa a fait cnoiz 
d'iin morccau «ie calicotimprimotm 
bloc en lar^es rayuros longitudi* 
nalos, avoc les roordants employ^s 
orditiairemcnt pour la tehiture en 
garance ou garancino. On a 6vent6, 
rincc, etc., comrae d*habitude pour 
enlever le mordant non fix6. Des 
portionsconteuant des parties mor- 
dancdcs et non mordancdos, ont ct6 
Iraitecs par Tacide chlorhydrique 
pour cnlcvcr les inordants, lav^s 
avcc sein, pnis on a fait l'essai de 
la Force des fils. Voici qucls ont 6t6 
les r^sultats : 



Mordant de fer pour noir, fils de chaine, 10 expdriences Sßr.SSS 

Filsda chaine conli^'us aux fils mordanci s, 10 expcrieiiCes 24 017 

Mdrne mordant, fils de trame, G experiences i4 262 

Mömes fils de trame dans la parlie non mordancäe, 6 expäriences. . i8 830 



L'expörienceci-dessusmonlre une 
diminution notable dans la force 
des fils qui ont rcgu Ic mordant. 
Les fils non monlancös avaient ce- 
pen<iant ete soumis au m6me acide 
et aiitros trailemenls. 

£n röpetant ces cxpcriences sur 



une autre pioce de toile d'origine 
differcntc, mais imprimee de la 
miime maniere, qui avait 616 teinto 
en garance. puis traiiee par Tacide 
chlorbydriquc, on a obtenu les r6- 
sultats qui suivent : 



Mordant d'alumine pour rouge, fils de cbalnc, 10 expdrienccs 12s>'.350 

Fils non mordancäs contigus, 10 exp<iriences 13 160 

Mordant de fer pour noir, flls de chaine, 10 exp^riences lOcr.568 

Fils non mordancös conligus, 10 experiences 14 644 



Ce qui demontre encore une fois 
une diminution considdrable de la 
force par le raordanQago. 

Experiences sur les orins de coton 



pris dans des ßls mordancds et non 
mordnnces qui avaient iti traiiis 
par l'acide, On a obtenu pour rC- 
sultats : 



Mordant d'alumine pour rouje, 8 experiences 3p'.Ö07 

Brios adjaconts non mordancäs, 5 experiences 3 639 



L'incertitude oü Ton sVst tronv6 

flour savoir si le ininlant avait reel- 
emoct toucbe les briiis au centre 
d«*8 fils, a fait abandonnor ces cxpo- 
>*nc69 et on a entrepris les sui- 
»es. 

«0» mordancd en laine. De pe- 

Hi«8<le coton de la Nouvelle- 

t M plongees s6parC- 

iti(ii9ttr ordinairede 



fer ou pyrolignito brut de fer, et 
dans le mordant rougo ou acctate 
brut d'alumino et saluröcs avcc ces 
liqjuoiirs; l'exces de mordant en a 
^te exprimö, puis on a fait söclier 
douceinont, cvent6 pcndant 24 beu- 
res et enfin bicn lave k Teau tiede 
et 8ccb<^. Une portion de chacuno 
de ces parties a alors etd traitöe pat 
l'acide chloctaL^dtVKV^^ ^Xj^tL^xi^ ^^^- 



— 100 — 



qoes pinctos da mftme ballot de ce 
Colon Nouvelle-Orl^ans, ont 6t6 pla- 
c^cs dans le mdine aciue et ont suLi 
le mSme trailement. Les mordants 



ayant 6tö dissoas, le coton a 6t6 
bien lave pour le ddbarrasser de 
Tacide et on a fait Tessai de sa foroe 
aveclcs resultats que voici : 



Coton Noavelle-Orl^ns non mordanc^, 10 expöriences 9ffr.324 

— mordance ayec le fer, 10 cxpäriences 6 273 

— mordancö k ralumine, 10 exp^riences 6 097 



n y a donc cu ane diminution no- 
table de la foroe dans les parties 
mordancöes. 

Coton poudre. Le seul compos6 
inconteslable que le coton forme 
avec d'aulrcs (^l^menls, sans 6prou- 
yer de changcment chimique re- 
marquable est assurement le coton 

Soudre. On a trail6 un öchanlillon 
e coton de Nouvelle-Orlcaus par 
des voluraes ^gaux d*acide sulfuri- 
que et d*acide nzotique. Le poids a 
au^ment6 de 6i) p. 100, ce colon 
brüiait bien et ^tait solubJo dans 
Pethcr alcoolise. Viiigt briiis mesa- 
rcsonldonneuiielonguearinoyonne 
de '25^10.324; vingt brius avant d'ötre 
traitcs avaicnt^ donn6 un longueur 
moyenne de 2b'nm.293. 

On a mcsurö la force de dix brins 
ou filaments et on a trouve en 
moyenne 5«''.b42. La moyenne de 
dix-neuf brins avant le Iraileiiicnt 
ayautel6dc8«^949,o^voitqu*ilyaeu 
uuediminution cousiderabicdans la 
force. Pcut-etre celte conclusion 
n'cst-ello pas applicable a tous les 
genres de colon poudre. 

Coton mercvrisL On sali parfaile- 
meut bien qu'une tolle de coton trai- 
tco par une Solution conc<'ntree de 
souae caustiquo, sc rctire sur la 
longueur et acquiorl plus de force; 
les expericnces suivantes confir- 
ment ce fait. 

Du colon de la Nouvelle-Orlöans 
a ete traite ].ar une Solution de 
soudeduf)oids spöcilique de 1.2l0. 
Yiu^t bnns mesures ont nresonlö 
unelon^'ueurmoyenrie de 2lmm.7ü8, 
ce qui iiidiqu'^. un retrait ou une 
contraction de 3mm.5*2H , sur ia 
nioyonne de vingl brins mestires 
avant le Irailcinent. La force 
moyenne de ces vinj^l brins a ele 
de l)e'^l)8'.), tandis qn'il ii'iitait quo 
8b'''.U4'J avant le tiai leinen t. 

L'anteur, en discnlant cesresnl- 
tals, fait rcuKinjuer (jue l»^s ex|)e- 
riencespresenlent d.ins leurs«leUiils 
de Ircs-graudcs diflerruccö et que 
le maximum et le ininimuni d'une 
Serie, offrent parfois, une distance 
considerable sur la movenue. Mais 
o'eat )k une düHculte inherente 



au sujet, et on ne peut la surmonter 
ou l'allenuer qu*en mullipliant les 
expericnces. Dix expcriences pa- 
raissent neanmoins douncr une 
moyenne sur laquelle on peut 
coMipter, car en porlant celles-ci ä 
vingt ou möme k trcntc, la seconde 
et la troisieme dizaines dbnnent a 
fort peu pres le möme rcsultat 
moyeu. La plupart des chiilres con- 
signes ici sont le resultat de vingt 
expcriences, et plusieurs de celles-cl 
ont ete i6pätees ä de longs inter- 
valles et par difTt^rentes personiies» 
Sans qu*il en soit resulte de difT^- 
renci sbicn notablesdanslesmoyen- 
ncs, ce qui fait prcsumcräM. O'Ncill 
que c(^lles-ci sont Texpression de la 
ri^alite, mais d'un autrecöte le tempa 
y apportera peut-ötre quelques rec- 
tifications nuni^riqucs. 

L'ajjpareil dout M. O'Neill s'est 
servi est trcs-ingenicux , nous ea 
prösenlerons ici une descriptioa 
somniaire, parce que nous pensona 
qu'il pourra elre applique dans boa 
nombre d*opcrations industrielles 
dt^licates, cl ou il s*agit de la mesure 
ex acte des forces. 

Gel appareil consiste en un vase 
cylindriquc en mölal desline d con- 
tenir de Tcau et poarvu d'un robi- 
net dans le bas. Dans Tintörieur de 
ce vase, on inlroduit un cylindre 
creux cn verre ou en lüctal ferrnÄ 
ä sa ()arLie infericure et Charge de 
maniere a flotter verticalement ca 
etat d'equilibre slable avec une por- 
tion de sa nanti>ur en dehors du li- 

3aide. Sur rextremite superieuro 
e ce cylindre, est adaple un cro- 
chet ou une pince qui sert a arröter 
un des iiouts de la fibre dont on 
veul faire Tessai. Uno potcnce fixe 
soulient un au Ire crocliet ou une 
secou.ie pince puur maintenir l'au- 
tre b«»ul de celte übre. Au cylindre 
flollaiit 8(5 rallaclie le l>ras court 
•Tun levicr a ba.^culc dont le long 
bras parcouil une echelle graduee» 
Un troisienio vmsc enfiu est destl- 
ne il recevoir Trau qu'on fait ecou- 
Jer du vase cylindriquc. 

Püur sc servir de eet appareil, oq 
le rcmplit ä peu pres d'cau, el la fl« 



^ 101 - 



bre qni doit Mre soamise ä T^preuve 
est arrötee onfre les pincos et ten- 
duc couvcnablemenl. Oii fait alors 
ecouler avec lenb'ur Teaii «lu vase 
cyliiidriquo jusqu'ä ce quo le pouls 
da flollepr qui descend lassü rom- 
prc la tibre. Oa s'assiire niors do la 
quant te d'eau ainsi 6coule<\ otcelle 
quanlite sert a calculer IVffort qui 
a ele exerct^sur la ül)re. Eri indnie 
teraps, on a soin de noior les iiidi- 
calions du long bras de Icvier, afin 
de connaftre rallongcment et par 
cons6<juont posscdcr les ^l^ments 
d'uue correction ä faire k la qiiari- 
titö d'eau ccoiilee. Des arr^ts et des 
guides servcnt ä maintenir le flot- 
teur ^loigne des parois du vase et ä 
l'empöcher de tombor trop bas lors 
de la rupturc de la fihre. 

Le i)rinoipe de cet ai>pareil est 
tellemeut simple qu'il eiige a peiiie 
qu'on entre dans des explications. 
Au commencemeut de i'operalion, 
le poids du flolteiir est cntieremeut 
soutenu par l'eau, mais si on fait 
Ecouler nnc porlion de ce liquide, 
on enl^ve Ires-grnduelloment et 
doucement ce soutien, et une partie 
du poids est reietee sur la fibre. Le 
rapport entre la Charge reelle qui 
nese sur cetto librc et le poids de 
reau soutir^e, variepour chaque di- 
mension differenledu vase quicon- 
tieiit le liquide et du cylindre flot- 
teur, mais avec des vases de forme 
reguliere, ce rapportest toujours en 
raison directe de l'aire de section du 
flottetir et la diffcrencc enlre cette 
aire et cclle du vase cylindrique, 
c'est-ä-dire de Taire de 1 anneau li- 
quide qui entoure le flolteur. 

Cet appareil presente plusieurs 
avantages, reffoity est applique de 
la maniere la plus graduelle, sans 
secousse ni choc quelconque; on 
peut faire cette appiication avec une 
c6I6rite quelconque, en uneniinute, 
une heure. etc., et il n'y a presque 
pas de limito ä sa dclicalesse. 
M. O'Neil assure qu'avec un lout pe- 
titüotteur, ilest parvenu ämesurer 
une force de 0,0002 grain 
(Ogr 0000129596) et qu'en augraen- 
tant la dimension de l^appareil on 
pourraitappliquer une force de 100 
ionnes d'une maui^re parfaitement 
graduee. 



Sur le percement des trous dans les 

Plaques mctalliques. 

Par M. H. de Reiche. 

M. n. de Reiche, directeur des 
for^'os de Lün('bur^^ a puldie dans !e 
recueil iutitule Ciml Inrjnüeur, 
vol. 10, liv. 4, p. 23i3, un raömoire 
sur le percement iles trous dans les 
plaques melalliques dont nous 
croyons devoir exlraire ce ([ui suit : 

un pbönomöne, dit l'auieur, qui 
a (^16 frequomment observö, c'est 
que les culols qu'on obtient au 
moyen de la machino a poinQon- 
ncr presenlcut un aspect machur6 
ou en gradinf?, comme Tindique la 
fi/. 82, pl. 302, tandisqiie le trou 
perce nVst pas lisse et cylindrique, 
mais, ainsi qii'oii le voit dans la 
lig. 33, est limite par deux surfaces 
de rc^.volution. Daus tous les cas, 
soit quo le percement du trou fasse 
Tobjet princlpal du travail, comme 
cidui des töles ä cbaudieres ä va- 
l»eur, soit que le culot qu'on enl^ve 
soll Tobjet qu'on a en vue, commo 
par oxem|»le la fabrication des rou- 
delles, toujours esl-il que ce ph6- 
nomene est incommode parco qu'il 
exige ulterieurement, pour faire dis- 
parahre des ini^galil^s qui ne sont 
pas ailmissibles, un surcrott do 
main-d*0Buvrc. M. Reiche, qui croit 
avoir decouvert la cause du mal, 
s'est, eu consc^quence, etforcö de la 
faire disparaitre. 

Le poinQonnage ou percement 
par pression d'un trou, est une Ope- 
ration completement dilTerente de 
Celle du percement par df^coupage, 
et ne m^rite pas d'aulre nom que 
cclui de passage violent ä travers 
une piece au moyen de la machiue 
a poinconner. On ne peut appeler 
d^coupage que dans le cas oü le 
bord d'un outil tranchant s^pare 
dans un plan ou une surface une 
piece que cerne ce tranchant dans 
son mouvemcnt. C*est ainsi que 
coupe un couteau, une lame, le bu- 
rin d'un lour, une meche etc. Mais 
si la Separation mol^culaire dans 
cette surface a lieu par Tinterven- 
tion du bord d'un oulil s6paraleur 
qui ne cerne pas et ne coupe pas la 
maliere, alors il faut qu'il y ait d6- 
chirure ou arrachement des übres» 
et c'est 14 ce qui a lieu dans la ma- 
chlne 4 poingonner. 

Lors de la descente du poinQon S, 
fig. 34 et 35, cet outil serre la plaque 
P entre loi et la matrioe M. II ea 



^m 



rinulte qne leg arötes A,A da poin- 
Qon et Celle C,C de la mnlrice pla- 
ce«* au-dessouscomprimoiil Ics por- 
tions de la plaque qu^ils louchcnt 
rospeclivcmeiit, tandis que toulcs 
los aiitros qui no sc trouvent pas 
direclcmcnl 80umis('S d cetle com- 
prossion ou äccrefoulomenl eprou- 
Ycut une tcnslon qui. ä mcsure quo 
son intensit^ s'accrutl, amcue erlin 
des döchiruros ou solut ods do ccn- 
iinuit6 qui partcnt tant du bord 
A,A du poJDQon que de ceiui C,G 
de la matrico, d6chiruros qui doi- 
venl se renconlrcr et n'en fonner 
qu'une seule, dans lo ras oü il cn 
risulto uQo surfaco d'arrachement 
uniformo. 

M. lioicho dit avoir constatä que 
par rop6ialioQ du poingunnage 
dans une plaque, il ne r^suile quo 
des dcchirures formant avoc la di- 
rcetion du mouvomenl du poingon 
un angle a (fig. ;{6) parraitement d6- 
tcrmin^, muis dependant de la ma- 
ti^re de la plaque et que la gran- 
deur do cct angle pour le fer forgo 
est a= 70 doni latangente trigouo- 

mdlrique = -g- 

Si donc on däsigne lo diamctro 
du poingon parD etcelui de la ma- 
trice par D', puis l'^paisseur de la 
plaque par d, il faut satisfaire k 1'^ 
quaiioa 



(i) 



D' = D + j 



si ou Yout que los döcbirures so 
correspondeut ei que la surfaco 
coucavo do decbireuient qui eu re- 
sulte 8oit netto et uniforme. 

Si on fait le diametre de la ma- 
trice plus fort quo ne lo dnnne l'e- 
quatiou (i), alors los dcchirures 
A,H ot C,E ne corncid<>nt plus l'une 
avec Tautre (ßg. 3 i). La söparation 
döUnitive a licu alors suivant la d6- 
cbiruro A,H dans Ic cas ou le quo- 

tient ^st Aleve, et parfois aussi 

suivant lad<^chtruro C,E, quand ce 
quoticnt est ties-pctit comme cela 
arrive dans lo dccoupage dos ron- 
delles. Mais quolque soit la d^cbi- 
sure suivant laquollo la söparation 
d^nitive doit avoir lieu, on observe 
tocijours apr6s le porccment, dans 
laotaque travorsee ou dans ia ron- 
djcIleenlov6e» la Iruce de Tautro da- 
cbirure. 

Si, d*un auire c^U\ on Cuii le dia- 
n^^e 4^ la matrice plus pelit quo 
Dfi le 4ono6 röquatioQ (i), los 



deux döcbirurcs A,H et C.E ne 
PO roncontront pas (fig. 34). La 
söparation deßnitiveatoujonrs liou 
alors suivant une surfaco de scciion 
J,K qui reuuit onlre olles los donx 
decbirures et qu'on roconiiaU tW'S- 
bien sur le ciilol delache par snn 
uoli remarquable comparativoment 
a Taspect mat des surfaces de de- 
cbirure. 

On roncontre bicn plus g^neralc- 
ment des nialrices doiil lo diamoire 
est plus pclit que colui que donne 
rdquation (1) quo colles oü il est 
plus grand, et nans la plupart des 
ateliers de construclion des cbau- 
dieres, on trouve par conscquent 
quo les culots detacbds pr^sentent 
1 aspect de la fig. : 2, et que les trous 
snnt conform^s comme dans la ßg. 
33. Or, comme dans la plupart dos 
cas le poingonnage du trou est le 
bul q;u'on se pr»)pose, on so. voit 
obligede perfeclionnor les parois de 
CO trou au moyen d'un ^quarrissoir. 

II serait cependant plus ralionuel 
de donncr immddiatement aux pa- 
rois de ce trou, et par voio de poin- 
Qonnage, plus de poli et dVgalitö, 
et ccla d'auiant mieux qu'on aainsi 
un moyen öconomiqtie de rendre 
los rivures bien plus 6tancbes dans 
letravail des cbaudi^ros. 

C'est un fait, entre aulre», bien 
connu, que los rivels refroidis (et 
qui se sont contract^s nendant le 
refroidisscment) ne remplissenl plus 
un trou cy lindrique. Avec des rivets 
cylindriques, il n'y a donc que la 
töte qui forme f<Tmoture, et cVst 
par ce motit que dans la fabrication 
des cbaudicres, il faut rabaltre ou 
mater cos (dies tout autour. Des ri- 
vets fraises ou d noynre, quand la 
conicit^ est un pou sensible, consti- 
luent, comme il est facilo do le 
coucevoir, apres le rcfroidissemont« 
encore fermoturo par une portion 
notuble do leur surfaco conique. et, 
sous ce rapport, prösentcnt bien 
plus de garantie que ceux cylin- 
driquos pour rendre la cbaudidre 
Stauche. 0*apr^s celte circonstance, 
non*soulemont ou satisfaita T^qua- 
tion (1), mais cn outre on obtiont 
avec des rivets a noyuro une bien 
plus grande socurite. 

Quoi qu'il cn soit, il cstnocessaire 
dans ce procödö d'avoir ligourcuse- 
meut ögard ä deux condilions dont 
la premiere est quo le rivet uo soit 
employe qu'apres avoir 6leporte au 
blanc dans louto sa longueur, et la 
seconde qne les faoes des tdles 



— 103 — 



sofent riv6cs Tunft snr ranlrr». pnrlo 
cötn oü est *»nlre lo |»oinQt)n ((ig. 6). 
Celle dcrnicro coniliiioa iw. s-»ra 
rcinplie qn'uvec uiio. ceriaino n'-pii- 
gnaiicc par los coii«<trucl(Mirs do 
chamlienis, parcc qii'il est inc<»ni- 
niode poiir <mix de trac«'r. pninler mi 
aniorccr Ics tölcs Ics uiu^s coiitrclcs 
autr«s, cc qui, dan^ plnsiours cas, 
csl indispensiiido, p:ir oxoinplc datis 
rempUd dos formrtnros CDniqiios 
ou quand on fait toulo la cinonf6- 
ronce d'uDe chaudiöre avociino soulo 
fcuillc de t(Mc. II faut niissi duns lo 
pliagc des lölos avoir soin do rciulrc 
convi'xe Oll concavo la faoe qu'ii 
oonvient, mais lous oos soins se- 
ront bion löcomponsos par iin as- 
8emhla;;e bion plus dtaucho des su- 
tarca riveos. 



Fonts en acier fondu. 

On scpa confraint dnns la cons- 
truction projo!(^o d'iin chemin de 
icrde ITdal on Hollniide dofranch'r 
au moyen de ponls dos suir.ic«'S 
^toiiduos d'oaii, et par des circons- 
tancos localcs, cos ponls doivcnl 
prcndro «'es dimonsic^ns qni dcjiJis- 
seiit erllos dos ponLs droits ou s li- 
Tos de for, otahlis jusqu'a prosont. 
C'est ainsi qnc le i)ont de Kiiilen- 
b iFg ciitre autros doit avoir nno 
0uvt!rtnre do 150 niolros daiis oen- 
Trc ; colni do Bommel, ind«'i)en«lam- 
monl de donx pelitos ouvorluros, 
plüsicnrs de 150 raclros not, et lo 
ponldii Mördyk iOouverlurcs dia- 
Cunc de 100 niclros. 

II oRl clair quo dos ponts d'iine 
coiislruclion aussi c ^lossalo iiöt^es- 
sitcront dos ('»liidos prcaialdes failos 
avoc un snin «»xlröme et quo dans 
Ics avafit-jirojots, il l'audra non-sou- 
Icmt'nl Studier dans qnol systome 
on 6lablira cos oonsiruclions, mais 
aussi rechercher qti'ello sora la ma- 
llere le plus convf'nahle d y consa- 
criT. On sali, en «ITot. quo le for 
cmploye dans los ponts a grande 
porl6c n'a pas, sons ce rapport, pre- 
acnl6 los resultats los plus avanta- 
gcux. Le fer, rolativomenl k sa resis- 
tancc, osl unc maliero d'un poids 

3ui est Irop considorable, el, inlro- 
iiit dans ces sortos de ponls, le 
poids pro|>re dos conslrnclions a 

Jduiöl servi do pret«^xti' h l'emploi 
lu fer qu*il n'a etc justifie par dos 
consid^ratioDs foudamealales. C*est 
aiuai que pour lo pont de Dinachau 



on a 6t(^. ohligf^, d'cmploycr 3 quin- 
taiix niölriqui'S do f«'r pour por'er 1 
qiiintnl do cliar^^'o iililoot quo dans 
li» poni B.'itannia, qui a nno porloo 
p!tis f:randt\ c-* rapp(»rl osl oncorc 
pl »s d.'favoraMo«»! iu'il fainlrail lo 
niodilUT pour lo ponl aconstruinid 
Kiiil"rihur.u% au poinl quo clia (uo 
q I Intal do cliar-o ulile exigerail 4 
quiiUaux do for. 

On a atlriUud Wqucmmont los 
rostilfats parlo s pou avantagonx 
qu'onldonnosles ponls d*iincj:rando 
construclion au syslcme dont oa 
avait faitohoix, et fiar cons6(i«iont 
lians loutos los constructions nnu- 
Yollos do ce gonro on a crn dcvoir 
ahanlonncr lo systomc usile pi6c6- 
dommont. On croyail avoir pcrfoc- 
tionnc nn bystomc, mnison n'a pas 
tarde a s'aporcovoir que rorif^ino 
des ilifRciiUos rcsiilail moins dans 
lo modo de con-truclion qtie dnns 
remphddes matoriaux donl on fai- 
sait iisa^r». 

CVstparcomotiFquolosinpf^nioiirs 
hollandais ont son;j:c pour los gran- 
des |>ortöos d«*s ponls quMs so pro- 
posent do construin^ do s<> sorvir do 
l'acior fondu et pour no pas s'aven- 
Inror dans edle diroclion ot avoir 
dans 1. nrs caiculs el lonrs dovisdos 
poinls de ropero, ils ont ccmslruit, 
c<»mnio ossai on grand, trois points 
en ücior fondu sur nno routo publi- 
que. Le plus gran«l do ces points 
qui est biais, a 37 m6lros crouver- 
luro cl 4 ni^tros de largo ; los deux 
pol ils 30 motros do poiiOo cl aussi 
4 molrcs do larso. L'un do cos dor- 
niers est dans le voisiuagc de Mas- 
Irif^bt. 

Tt»ul rccommont cos poinls ont 
ote soumis ä diverses oprouvos ot 
d'aprös los ) roces-viTbaux lous trois 
£0 sont j)arrailoment eompori(^s. 

On doit ilonc aujourd'liui rangor 
Taci'T fondu au nombre d«'8 m il6- 
riaiix propres d la construction des 
ponts et considön^r colte iniroduc- 
lion comme un progrds rdcl dans 
i'arl de ringcnicar. 



Proprietcs hydvostatiques des vannes 
pressees par l'cau d'un seul cöU. 

Par M. Bresse. 

En chorchant la sommc dos mo- 
menls de la prossion rösullanle ot 
da poids do la vanne relativ«mont 
k un axo quelcomiue horizonlal 
et paiail^e a.u ^V&vi ^<^ ^^^-^% 



— 104 — 



M. Bresse, a dömonfrö d'abord le 

Ih^oröme suivant : 

Si une vanne est press^e par Teau 
sur uue surface plane, si eile est 
sym^lrique relativement ä un aulre 
plan, eniin si la ligne joignant son 
cenlre de gravitd k eelui de la sur- 
face prcsseo se trouve normale k 
cette surface, alors la r6sultaute du 

Soids de la vanno et des pressions 
e Teau sur ladite surface passe 
toujours par un point fixe relative- 
ment ä la vanne, quelles que soient 
rinclinaison de celle-ci et son Im- 
mersion dans le liquide, pourvu 
oue la surface press6e reste sous 
reau et conserve les mSmes horizon- 
tales. 

Quand on assnjettit la vanne ä 
tourner autour d*un axe horizontal 

J)arail^le a son plan, et passant par 
e point invariable ou centre d'ac- 
tion dont on vient de parier, eile 
est cn ^quilibre indifferent dans 
toutes les positions. Par consdquent 
sa mancßuvre n'exige que la force 
nteessaire pour vaincre les frottc- 
mcnts. Cette remarque pourrait 6tre 
le principe fondamental d'un nou- 
veau sysldme de barragcs ou hausses 
mobiles. 

Reprenant Texpression de la 
somme des moments, sans suppo- 
8cr de condition particulidre dans 
la constrnclion de la vanne, ni dans 
la Position de Taxe qui reste seule- 
ment horizontal au plan pressd, 
M. Dresse suppose ensuite une raune 
assujettie k tourner aulour de cct 
axe. 11 fait voir qu'on peut annuler 
le moment lotal pour une Situation 
donn^e du niveau de l'eau, l'incli- 
naison de la vanne ötant quelcon- 
que : 11 faut pour cela cmployer 
trois contre-poids (rdductihles ä 
deux) dont on oblient facilement 
les positions et les valeurs. On peut 
facilement concevoir Tapplication 
de cclte propriel^ k l'^tablissement 
de vannes automobiles destinöos ä 
rendro constant le niveau d'un bief 
dont Talimcntation varie; car il est 
also de disposer Tapparcil de ma- 
ni^rc que le changement d^inclinal- 
8on augmente ou diminue le d^bou- 



chö suivant crae le niveau monte 
ou descend, l'equilibre ne pouvant 
exister sous une inclinaison d'ail- 
leurs arbitraire que lorsque Teau 
est k sa hauteur normale. 



Moulage et forage des canons^ des 
armes ä feu en acier fondu. 

On connatt les difficultös au'on 
^prouve pour forer Tacier fondu et 
qui proviennent principalement de 
CO fait que, quelque fine que soit la 
qualit^ de 1 acier, on y rencontro 
toujours des grains qui rösislent au 
foret et le fönt d^vier dans sa mar- 
che. Les moyens qu'on a adoptes 
Jusqu'a präsent n'ont remddi6 qu'ea 
partie k ce d^faut, et, en outre, ils 
fönt perdre beaucoup de temps et 
sont tres-dispendieux. 

M. G Fuhrmann a cherch6 ua 
nouveau proc^d^ de moulage et de 
forage des canons, des armes ä fea 
en acier, propre ä faire disparaftre 
la cause de ce defaut, c'est-ä-dire 
que celui-ci disparaissant, le forage 
8 execute ensuite avec une extrdme 
faciiitt^ et sans qu*il puisse y avoir 
de ddviation. 

Le procödö consiste 4 introduire 
au cenlre de la piöce ou lingot qu'on 
veut coulerdans le moulc. nn noyau 
composö d*un m^tal mall^able, que 
le foret ou aulre inslrument tran- 
cbant peut ais^mentaitaquer eten- 
lever. Le noyau forme nalurelle- 
ment Corps avec l'acier ainsi moul^, 
et s'^tenü avec lui dans les Opera- 
tions suivantes de la forge et au la- 
minage, roais toujours en conser- 
vant sa position centrale et un dia- 
mctre qui suifit pour le travail 
ult^rieur. 

II est Evident, suivant M. Fuhr- 
mann, que le forage commencant 
d'abord dans cette maticre malläa- 
ble, s'efTectue dans des conditions 
normales, et que le foret peut etre 

§uid6 en ligne droite sans qu'ii y ait 
e deviatiou possible. Enfin, on 
congoit que la premi^re Operation 
termin^e, le forage doit so pour- 
suivre avec la m6me pr^cision. 



LEGISLATION ET JURISPRUDEIVGE 
liXDUSTiUELLES 



Par M. Vasserot, avocat ä la Cour impiriale de Paris. 



jriJRISPRUDElVCE. 



JURIDICnON aviLE. 

GOUn DE C48SATION 

Chambre civile. 

ELIXTR TONIQUE ANTI-GLAraEUX DU 
DOCTEUR GÜILLIK. — fixiQüETTES. 

— Interdiction. — Apprecia- 

TION. 

Lorsqu'une premüre decision judici- 
air e a interdit ä un fobricant de 
produitspharmoceuiiquesl'ewploi 
sur ses etiquettes des mots : Elixir 
tonique anti-^Hairoax et du nom 
du docteur Guillie, lejuqe du fait 
est souverain pour apprecier st les 
modifications apportees avx eti- 
quettes, et qui laissent cependant 
subsister Vcmploi des me-m^s mots 
et du mvme nom, ont un carnc- 
tere ligat different de celui gui 
appnrtenait aux faits poursuivis 
en Premier Heu. 

Un tel arret ne viole ni les disposi- 
tions speciales au commerce de la 
pharmacie, qui excluent l'usage 
privatif du nom d'un medicament 
aussi bün que la propi'itte exclu- 
sive du medicament lui-meme, ni 
les principes sur rautori.'e de la 
chosejugee; ilnefait qu'appliquev 
les principes du droit commun 
qui inierdisent toute concurrence 
ailoyale, en matiere de vente de 
proauits pharmaceutiques comme 
en toute autre. 

Rejet da pourvoi form6 par le 
aieur Gharpentier contre an arrdt 
de la Goor imp&iale de Rouen du 



27 mars 1862, renda aa profit da 
sieur Paul Gaf?e. 

M. lo conseiller Qudnaull, rappor- 
Icur ; M. Tavocat g6n6ral do BayaaU 
coDclusious conformes. Plaidans, 
M« Morin pour le demandeur, et 
Me Clement pour le ddfendeur. 

Audience du 15 mars 1864. — 
M. Pascalis, President, 



JÜRIDICTION CRIMINELLE, 

COUR DE CASSATION, 

Chambre criminelle. 

TrOMPERIE SUR LA NATURB DB LA 
CnOSE VENDÜE. — QUALITB. — 
MELANGE. — GüANO. 

L'article 423 du Code penat ne fnmit 
qtte la tromperie sur la nature au 
sur la quantitede la marchandise 
vendue, mais non sur la simple 
tiomperie sur sa qua Ute, 

La tromperie sur (a nature de la 
marchandise n'existe Ugalement 
que lorsqu'une chose a ete vendvjs 
pour ce qu'elle nhi jamais 6t6^ ou 
que sa substance a ete tellemmt 
alter ee par un melange fruudiir 
leux qu'elle a perdu sa nature pre^ 
miere, ou que du moins eile a eti 
rendue impropre ä l'usage auqitel 
eile etait destinee. 

Du melanqe qu'elle a subi il ne saur 
rait d'ailleurs resulter une trom- 
perie sur la quantitS aue larsque 
ce melange a consiste dans une 
addition de matitre inerte afin 
d'auqmenter le poids de la ehiM 
livrie, 

Sp4cialm^mt,Ui vente eemmegtumo 



— IM — 



pur flu P^rou, d'un milange par 
moilie de ce quarto avec du qunno 
des lies du Phinix. ne pevt etre 
gval fiee de iroinperie sur la na- 
ture de In diese, alors qu'il n>st 
jias Consta tc qve ce milange efait 
inipropre ä Vusnqe avqvel il itait 
desiiui, 711 de tromperie sur la 
quantiti, pvisqu'il n'etait pas for- 
me ou mögen d'vaie addiliou de 
matiere inerte, 
VarrH aui ae hörne ä dire qu'un 
tel me lange avait modifie le guano 
du Perou dans sa composition et 
ses effefs, ne constate qu'une sim- 
ple tromperie no^n punissable sur 
la qualiii de l'engrais vendu. 

Gassation, apres d61ib6re cn 
Ghambre du GonsciU d'un crrSt de 
la Gour imperiale de Paris, da i i 
d^ccmbre 1^63. 

Rapport. M. do Ganjal, conseiller 
rapportour ; M. Charrins, avoeat p6- 
n6n)l. conclusions contraires. Plai- 
dant M« Mimercl. 

Andienre du 8 avril 1864. — 
M. Vaissc, President. 



Phahmacies. — Soci^Tig. 

Les jyges du fait apprMent souve- 
rainernent la qitesUon de savoirsi 
le jjharmacien qui se prHend pro- 
priilaire d'une pharmacie en n 
reellement la propHHi, ou s'il 
n'est qu'un prUe-non subordonni 
ä la sviTeillnnce d'un indiiidu 
pon phnrmnden, 

Celle nppr rein Hon ne aavrnit ifre 
combaftue efficacement par la pro- 
dvct ion d'un acte de sodeti en com- 
mnndite, altribunnt la gvnlitS de 
girant au phaimncien et celle de 
simple conimandi faire ä l'indi' 
vidu non pharmacien. 

Tejet du pourvoi formö par le 
sieur r.bazal contre nii arr^l de la 
Cour imporinle de Paris du 2 d^- 
combro 1863, reudu au profit du 
sionr Adrian. 

M. Lascoux, consoiller roppor- 
tcur: M. Gharrins, avoeat c^ni^ral, 
coDcluftions conrurmes. Plaidaut, 
M. J. Bozörian, ayocat. 

Audionoe du 8 avril 1864. — 
M. Valsse. prisident. 



PHABMACIES. — COPROPRI^Ti. 

L'arrH de Cour imperiale qui dS- 
dde qu'une offxcine de pharma- 
den-droguiste-herborisfe est la 
copropriete d'un p/iaimacien et 
d*iin drogui^te et qü'elle est exp- 
loiti'e en commvn par tous les deux 
itablit svffisamment contre le 
droguiste l immixtion irreg'ilibre 
dans les fonctions de pharmacien 
et la contravention ä l'artide 6 de 
la declaralion du rot du 25 avril 
Uli. 

Rejct, au rapport de M. le con- 
scilUr du Bodan, conrorm^mcnt 
aux conclusions de M. Tavocat g^- 
n^i*al Gharrins, du pourvoi da sieur 
P... contre uu arrßt de la Gour im- 
periale de Paris du 5 novembre 
i863 

Plaidant. M« Herold. 

Andience du 8 avril 1864. — 
M. Vaissc, prisident. 



COUR IMPERIALE DE PARIS. 

Observattom. — La d^cision qae nons 
rapporions et ceile qui suit soDt rendues 
snr la mi^me qiiestion; la Coor impc^riale 
et le Tribunal lui ont dotine des Solutions 
differentes. A raison de rimf>ortance qu'elle 
prösente, pttiKqiiVUe soul^vc des points de 
droit indii^iriel international räKuitaiit de 
la loi du 23 iuin 1857 et du traito de com- 
merce avec I Anj^leterre, nous rapportuns k 
la fois le« d>*ux di^isioos et leurs niotifs. 
Apr^ lt*ur lecture. on roinpn^ndra quei est 
leur intörAt considöral>le pour les induatiiels 
de France et d*Ajiglelerre. 

Marque de fabrtque. — Etran- 

GER, — -TrAITE ENTRE LA FrAKCB 
ET L'AnGLETERE. 

L'esprit de la loi du 23;wtn 1887 et 
de Varticle 12 du traili de com- 
merce entr.' la France et l' Angle- 
terre du 10 mars 1860 a iU de placer 
pour l'at^tnir les etrangers sur le 
mime pied que les nationaux, 
en ce qui conc^me Us marques de 
fnbrique pour les cns spidfus, Ces 
disposiiions respectent ks droits 
acquis aux nationnux. 

En consequence, un äranger ne peut 
venir revendiquer en France une 
marque rendue usuelle et connue 
de tous par le travail de tindustrie 
francaise et s'approprier ainsi 
Ums W aoantagetde eette marque. 



- w- 



üne ponwoil« cn cr>ntrofac^n do 
la marquo do M. Slubs, f;il»r.t*niil 
anpliifi, api»' soo sur des liiiKH, 
sciea, rlc , «U:iil<liriu<''0 coiiln» pln- 
sieiirsfahricmisol inarchfiinls fran- 
Cii^.nui 8*ahrila'n'nt dorriorcuni; es- 
p6c<^ tlc pre?crii»tio!i acqui^io a leur 
prolitfia: leloni^ usa^tM»n Frniccdo 
la marquo de M. P. S. Stubs rsson- 
tcDaifiil qne ui la loi de 18ö7 siir 
li»8 marqn<»sdc fabriquo, ni h» lrail6 
decomiiicrceconcluenircia France 
et rAiigleU^rrr^.n'avaiont pu faire rc- 
-vivrc 11 ne marquo do. fahriqne tom- 
h^e Selon eux daiis le domaine pa- 
blic, alors mörae qne colte manpio 
coQsislerail dans Ic nom in^me du 
ftthricant ^Iran^'or, qui vient reven- 
äiquerTusage exciusif do son propre 
nom. 

L(*8 Premiers jujjos avaiont ro- 
pouss6, par un jugiimenl loni^uemoul 
motive, les moyoiis de defense des 
fabiicants et marchands fraiiQais. 

La Cour, so plaQint ä un autre 
poJnt do vueqnclos pr«»raiersjuj;os, 
a infirmc Icur docision et con- 
damne le poursulvaut, M. P. S. 
Stubs, aux deprns. 

La Cour, apr^s avoir enteudu 
M« Calmels pour M P. S. Stubs; 
M* Nogent Sainl-Launns, et M« 
Ducz pour les fahricanls et mar- 
chands frangiis, MM. L-chevallier. 
Aslier et U^mond. a rendu Tarrdt 
dont voici la teneur : 

a La Cour, 

i> Sur les conclusions pos6es par 
M* Chauvclol, avou6 du sieur Peter 
Stubs: 

» Vu tonlos les pieccs da proc(^s 
et vidaiit lo dciiböre ordonue a sa 
dcrnieroaudioncc; 

» Staluant sur l'appel interjeto 

Sar Aslier, Lochoval lier o* l^emond 
u jugcrnent contre eux tmhIu I.5 
26 janvier d«jrnier par le Tribunal 
de po ico correctionnollo do la Seine 
(8e Chambre), et y faisant droit ; 

» Considcrant quo lo ^0 aoüt 18GI, 
Peter Stubs, labricaut d'aciers a 
Warrington (Angleterro), a d6pos6 
au grrtodu Tribunal de commerce 
de la Seino les marquos do fabri • 
quo de sa maisou composees do 
aeux dessins ropresenlant. Tun lo 
mot Pefer, et Tautro Ic mot Stubs 
avoc les inilialcs /^ S; 

» Considorant quo, par procös- 
▼erbiux du ier sopiombre 1863, Pe- 
ter Stubs a fait saisir, k Pari;«, dans 
les magasins de Astier et Moreau 
3S8 fleiea ä mManx et dans kis ma- 



gasins do Lechevallior six sei es ä 
mHanx porlant cbaounc los initia- 
1'»^ V. S. ronvorsoosol b» nom Stubs, 
0: e.H oulro los initiab^s G. S. ; quo 
cos scif's ölaioiitoiitoiirc 'S (Köliquiit« 
l'-s indirpianl u'ollos provcnalont 
do la fabnquo de Gustave Sf.hoB- 
n-wels. a Ruggoberg iires Ebcrfold 
(Pnisso); 

» Quo, pnr proo6s-verbal a ia 
möine d ile, Peter Stubs a fait saisir 
dans los magasins «le Rocnond 72 
limos porlant les initiales P. S. ren- 
vers^es, et lo mot Stub<, quo ledit 
R6mon<l a doclare provcnir do sa 
fabrication a Paris; 

» Considcrant quo Peter Stubs 
poursuit Astior, Lochovallier et R6- 
mond commo s'otant rondus e.ou- 
pables d son projudice du dcMt do 
contrefa^on do marquo do fabriquo, 
prevu par les ariicles6 et 7 do la 
loi du25iuin 1857; 

)) Considcrant «lu'il rosnllo dos 
documonts du proc6s et des dcbats 
qu*a une öpoquo ou Pentrcc dos 
produits de ia quincaillorie anglaise 
elait prohlboe en France, et dcpuis 
p'us de 70ann6os, Tindustric fraa- 
Qaiso a fabri(iu6 uno ccrtaino na- 
lure de scios et do limos, sur los- 
quollcs a 6\,iS appos^o la marquo 
compos6o du mot Stubs, avcc los 
initiales P. S. renverseos; 

)> Quo le commerce Tran^ais a 
vondu los mörnes produils porlant 
la möme marquo, soit qu'ils aient 
6{^ fabriques on France, soll qu'ils 
aient cte fabriqiios ü l'^trangor et 
notaminonten Prusso; 

» Considcrant quo los soins np- 
portes a la labrication et lo^ eir«)rl8 
faits par Tinlustrio franQiisc pen- 
danlco long espace do temps, pour 
repan lr.5 cos pnxluits. ont donn6 
a la rnarqu», Stahs P. S. renvcrsös 
une justo c6lobrit6; 

Q'je C'^lte marquo est ain^i de- 
vonuo on Frauco Tindicc d'un pro- 
duit d'uno quallig supöricuro; 

1 Considcrant a ic la marquo 
ainsi adopleo par 1 indu-ilrio fran- 
gaiS'^ n'est pas Tindication de Tori- 
ginc de la fabrication, mais bien la 
«le^iguation do la naturo et de la 
qualite d*un produit dont eile est 
la donomimtion ; 

» Quo los scies et loa limos de 
coUo naturo sont connues dans le 
comm'Tce sous la d6siguatioQ de 
scies Stubs, Limes Stubs ; 

D Considcrant 010 l'esprit de la 
loi du 28 Juin 1^57 et Part. 12 du 
.trait6 de oommect« «tLVt^^a.1ftvQA^ 



— 408 — 



et TAnglftterre, du 10 mars 1860, a 
el6 pour Tavcnir de placcr 1«'S ctran- 
g(TS sur le iii6mc pied que los na- 
tionaux, cii ce qui concerne Jes 
luarquos do fahrique dans los cas 
Specifies; mais quo ces aclesn'ontpas 
eupourbuldedepouillerles n ktion- 
aux de droits acquis, d'une propri6- 
t6 fruit de Jeiirs CEuvrcs, pour faire 
profiler exclusivcment les ^tran j^crs 
de cette propiiete; que ce s^rait cc- 
pendaut ce jjui se produirait s'il 
etail pcrrnis a un etranger de venir 
revendiqucr en France une raarque 
rendue usuelle et connue de tous 
par le travail de rindustrie fran- 
Oaise, et de s'approprier tous les 
avantages de cette marque; 

n Considerant notamment que 
reconnatlre ä Peter Slubs lo droit 
d'employer seul la raarque Stubs P. 
S. renvers^cs, serait 1 iuvestir du 
privilege de fal)rlquer et de vendre 
seul en France le genre de scies et 
de liojes faisant Tobjet du proces; 
qu'eu clTct, une marque, dcpuis 
longues ann6es connue du ))ublic 
pour couvrir des produils d'une 
qualitc superieure. fora toujours rc- 
cherchcr ä Tcx^usion de tous au- 
tres les produits qui en seront re- 
vötus; que ce serait donc c.user k 
rindustrie frangaise un domnaage 
considerable, la privcr du fruit de 
ses travaux pour enrichir Peter 
Stubs; qu'un parcil rösultat n'cst 
pas celui qu'ont voulu atteindre les 
justes stipulations de r6ciprocit6 
coiitenncs dans le trait6 de com- 
merce du 10 mars 1860; 

» Considerant que Peter Stubs 
peut assurcr ses droits dans les 
sages limites que la loi a traoöes en 
ajoutant 4 la marque adopt^e par 
rindustrie fran^aisc des signes sp6- 
eiaux for.i:ant une marque parti- 
culiere qui empöchera toute con- 
fusion de ses produils avec des pro- 
duils analogues ; qu*il auraainsi ob- 
tenu tous les avanlagos que le traitö 
de 1860 a entendu consacrer cn fa- 
veur di3S etrangers ; 

» Considerant que la bonne foi 
des appelants rrsulte des faits du 
proces; qu'ils n'ont pas eu Tintcn- 
tion d'usurper le nom de Stubs, qui, 
pour eux, se confond avec la mar- 
que tombee dans le domaine public ; 
qu'aucun acbcteur ne peut 6tre 
tromp6 et croire qu'on lui präsente 
un produit anglais de la fabrique 
de Peter Stubs ; qu'en effet les scies 
saisies chez Astier et Lecbevalier 
portent» ind^pendamment de la 



marque Stuhs, P. S. renverses, les 

initiales G. S. indiquant le 'abricant 
r6el; que ces scios et les limes sai- 
sies chez Remond sont entourees 
d'eliquettes faisant connallre le lieu 
reel de la fal»iication; 

» Considerant qu'il est donc cons- 
tanl que Astior, Lechevaliior et Re- 
mond n'ont fait qu'us'T d'un droit 
en se servant d'une marque dove- 
nue la propriete de tous, el qu'ainsi, 
ils ne se sont point rendus coupa- 
bles desdelits d'usurpation de nom 
et de contrefa^on de marque de fa- 
brique relevcs a leur cnarge par 
les Premiers juges; 

» Considerant qu'il n'est point 
prouv^ quo la poursuite ait causö 
un prejudice aux appelants; 

» Qne la condaranation aux de- 
pens qui sera prononc6e contre Pe- 
ter Stubs sera satisfaisaute ; 

» Par ces moiifs, 

» Met Tappellation et le jugement 
dont est appel au neant; 

» Emendant, 

)) Dechar^e Astier, Remond et Le- 
chevallier des condamnations con- 
tre eux prononcees; 

p Statuant au principal, les ren- 
voie des fins des poursuiles sans 
d^pens ; 

« Dit qu'il n'y a lieu de prononcep 
contre Peter Slubs nne condarana- 
tion ä dos dommagesjinter^ls; 

)) Condamne ledit Peter Stubs en 
tous les ddpens. » 

Audience du 29 avril 1864. — 
M. Haton de la Goupiliidre, Pre- 
sident. 



TRIBUNAL CORREGTIONNLL 

DE LA SEINE. 

FaBRICANTS KT n6G0CIANT8 ÄTRAN- 
GER8. - MahQÜE. — CONREFAgON. 

Faits anterieürs a la loi du 
23 JUiN 1857. 

Les fabricanU et nigociants 6tran» 
gers ont le droit de revcndiquer en 
France la propriete de leur mar^ 
que lorsquils en ont effecim le 
aepöt, conformement ä la loi. 

En consequence, ils ont le droit de 
poursuivre devant la jwndictUm 
correctionnelle les fabricants et 
commerganls frangais qui usur 
peraient lev/r marque ou La contre- 
feraient. 

Cette actum leur appartient alors 



- «09 — 



mtmeque^anUrimremmt älaUn 
du 23 jvin 1857 sur les marques 
de fabrique, le nom du fabricant 
itranffer a ete pendant longtemps 
usurpi en France par des fabri- 
cants et negociants francais. 

En cettt maticre, les actes'd'usurpa' 
tion abusifs etfrauduleux^ si long- 
temps qu'xls aient He nratiques, ne 
peuvent fonder un aroit et faire 
tamber aans le domaine public le 
libre usage de la marnue Uran- 
gbre et le libre emjploi du nom ap- 
partenant ä un fabricant etran* 
ger. 

La loi du 23 juin 1857 a pour but de 
reprimer tous les acles de cette na- 
ture^ ä partir du jour de sa Pro- 
mulgation. Les actes anterieurs ä 
cette i'poque seuls nepeutJent tom- 
ber sous son empire. 

Cc8 d^cisions, importantes par 
cllfts-mömes, preisen tent ericore un 
interdt plus grand si on les rappro- 
che d'un autrc jugemont rondu par 
la mrme ühambro sur les m^inos 
quosüons, au suj't des mömes arti- 
cles de quincailleric. 

Cc jigoniont, porlanl la data du 
12 aoüt 1863 et coiifirm6 par arret 
de la Cour du 21 noveinbre dornicr, 
admetlant los moyens de defense 
pr^senlös par les fabricanls et ne- 
gociants frauQais prevonus de con- 
trefaQon sur la poursuite de MM. 
Spencer et fils, fabricants anglais, 
avait declare ceux-ci non-receva- 
bles dans lour action. 

Dans Taffaire dout nous rendons 
comple aujounl'hni M« Calinels a 
soutcnu la demande du fabricant 
aoglais M. Stubs. 

Les prevenus ont 6t6 defendus 
par Me« Dclasallo, Manchou, Ducz 
et Arri^'hl. 

Le Tribunal» aprös avoirentendu 
les conclusionsdoM.Hardoin, Subs- 
titut, a rendu le jugcmeut suivant 
qui faitconnai re coinphHomeiit b»s 
Äiils et les moyens de defense ])re- 
seutes par toutes les partics. 

« Le Tribunal, apres en avoir de- 
libere, falsanl droit : 

j) A retard de Moreau ; 

i> Atlcndu (pi'il est justifi6 que 
Tassociation fonnee enlre Astier et 
Moreau a etii dissoute parjugement 
du Tribunal de commerce du 20 
Juin 1863; que la liquidation faite 
en juillet a attribue d Astier scul la 
prop riete du fonds de commerce et 
de toates les marchandises, et que 



la saisie pr&t!^a6e le 1«<^ septembie 
Buiyant ü Tanoien local.rae del'En- 
trepöt, 3, ä Paris, ne s.iurait impU- 
quer Moreau dans la poursuite de 
btubs; 
» Attmdu qu'fl n*est pas Stabil 

3ue Stubs connaissait la liquidatioa 
e ladite soci6t6 aa momeut de la 
citalion ; 

» Renvoie Moreau de la poursuite 
Sans d^pens ; 

» Coudamne Peter Stubs ä les 
supporter, mais dit qu'il n'y a lieu 
a docnmages-int^räts recouvention- 
uols; 

)) A rögard des autres inculp^s : 

p Altendu que Peter Stubs, labri- 
cani afiglais, agissant on vertu de 
la loi du 23 juin 1857 et de la con- 
vt'ntinn dijdomatique intervenuo 
entre ia France et TAngleterre le 
23 jauvicr 1860. a (U'*pos6, le 20 aoüt 
1861, au groff' du Tribunal de com- 
merce d«^ la S»une, deux marques 
d<s sa fabrique : Tune cousistant 
dans le nom de Stubs et l'autre dans 
le möm • nom de Stubs, accornpaguÄ 
des doux letlH'S initiales P. S., pla- 
cees en avaut et en in» vors ; et qu'ä 
la date du 1" soptembre 1863 li a 
fiiit saisir comme portant sa mar- 
que : 

n 1° Chez Aslier, 328 scios d m^- 
taux de differenles dimeusions; 

))2''Gbez Lecbevallier, 6 soiesä 
metaux ; 

» Et 3' cbez Remond, 72 limes 
triangulaires. sur lesquellcs scies et 
limes estpoinQonne le nom de Sfu6^, 
avec los aeux initiales P. S., «lispo- 
i^^es comme. il est dit ci-dcssus; 

)) Altendu que ces faits mat^riels» 
non contesles par les parties, offrent 
les caracteres du dclit de conlrcfa- 
Qon d'une marquede fabrique pr^vu 
]»ar la loi du 23 juin 1857, et au do- 
tit d'usurpation de nom sur des 
produits fabiiquos, prevu par la 
loi du ii8 juillet 182'j; 

)) Que si,en elTet, le nom de Stubs 
peut ötre considcrc comme une 
marque de fabrique parce qu'il se 
produit sous une forme distinctive 
resnllant de la disposition parlicu- 
lierc des initiales P. S., cette mar- 
que n'en a pas moins comme 616- 
ment essenticl et principal le nom 
memo du fabricant dout la copie 
constitue ainsi une Usurpation de 
nom sur des produits iabriqu68. 
Mais qu'il reste ä examiner si, com- 
me le prctendent les inculp6s, la 
marque P. S. Stubs est devenoa La 
nom d*ua g^xa^ ^<^ ^t^xsiX» "^^o^ 



*- U ~ 



qu'iinnom de personne; si eile est 
toiohdo dans le domaine pu)ilic; si 
on ue püurrait la reconiiartre en 
vertu de la loi d« 18o7, sans donu r 
ä cetlc loi un elTot retroactif, et si 
les incuip^s sont de bonuc foi ; 

n Atteiidu (jue lous les produits 
de la quincaillerie, et rocme les 
scies ä m6taux et les limes ä me- 
taux, ont toujuurs eu et out cucurc 
aujourd'hui des a|)pellaLions spe- 
ciales propres dies d^sigiicr et ä ies 
distinguer ies uns dos autres ; ccs 
appellations 6tant tirees de leur 
forme, de leur diraensiop, de leur 
ernploi; quo si dans celle fabrica- 
tioii, coinme daas toutcs les autres, 
la sup^riorite des pro luits d*ua I'a- 
bricaut les a fail rechercher par le 
public, et lour a fait accorder sur 
les autres produits serublablcs r.uo 
prefercuce presquo exclusive, ii n*en 
resle pas moins ccrluia que le nom 
du fabrioanl si frcquenimcnt qu'il 
ait M proüoncc par 1 s acheleurs et 
les vendeurs, n'a jainais di^signe 
qu'uDc qüali't6 de produits et iion 
pas ua geure ou uu ordre de pro- 
duits; qu'ainsi, dans Tespece, le 
nom de Slubs n'a pas rcmplac6 le 
nom g6neri(iue de scies et de limes 
u meuux. uiais qu'il n'a Jamals in- 
diquo qu'une qualite supcrieuro de 
ces i)roduil8, et uue quahtö qui, re- 
gullautdu travail de riotelii^cnco 
et de la nrobite commercialo du fa- 
bricant ötubs, a conserve par cola 
m6me ä ce niot la designatiou de sa 
persounalite; 

» AtU'udu que si des fabricanls 
ont profil6 des immunites ou des 
i.Tipuiiites accordees par le droit 
priv6 de chaque nalion a la conlre- 
laQou des produits 6trangers et a 
rusurpatiou d(»s noms et des mar- 
ques oe fabrique,il est certainqu'ils 
n'ont agi que <!ans le but de s'appro- 
prier les b^ceGces attaches ä ces 
invenlions ou a ccs marqucs, et 
qu'ils ont trornp6 les acheteurs sur 
1 ori^ine des pro«luits mis en venlc; 
que ces actcs abusifs et frauduloux, 
gl louglemps qu'ils aieut cle prati- 

3ues, ue sauraieut janiais foiider un 
roil pas plus nour lo dorniiine pu- 
blic que pour les parliculicis ; quo 
la prescriptiun ne «icviontun movcu 
lögal d^accpn rir que par rabandon 
\olontaire prcsume cliez l«' ^)roprie- 
laire, landis que, dans Tespece, il y 
a eu impuissance forcce du fabn- 
cant Stubs, apres reclamations et 
protestations reitörees soit par lui, 
•aU par sos auteurs; que le nom re- 



prösente la personno mdme» cn r6- 
sumant tous les Clements qui com- 
posent sou in<lividualit^, etqucc*est 
de toutes les jiroprieles la plus cer- 
taine, la plus legitime, ia plus nö- 
cessaire et la plus imprcscrip'ible; 

n Atlendu que la loi de 1857, cn 
creant un droit nouveau pour les 
etrangers, a eu pour eifel, comine 
loi nouvelle, de chnnger l'ancien 
elat de choses, et notaniuieot de r^- 
priraorcerlains failspermis ou told- 
res precedcmment ; 

» Qu'il en resultcnue cottc loi ne 
pourra, sous peine u'avoir un effet 
rctroaclif, s'appiiquer d une fabri- 
calion ou ä une venle antcricure d 
sa Promulgation, raais aussi que, 
Sous peine d*etrc frap[)6e d'impuis- 
sance et d'incxecutiou, eile altein- 
dra lous ceux qui, au mepris de 
celte loi, continueraicnl a usurper 
li» nom et la marque Stubs dans leur 
fabrication et ä vondre ses pro<luits, 
et qu'il appartient alors aux Tribu- 
naux de faire cctte dislinclion dans 
les affaires qui leur sont souniises; 

» Et attendu. dans Tesp^ce, que 
Uemond a reconnu que les iimcs 
triangulaires trouveos dans son hu- 
reau venaient d'etre par lui fahri" 
qvees sur une comniande; que la 
iniso en vente de scies saisies chez 
Astier et Lcchevallicr date du !•«* 
septembre i8«i3, et que, d'ailleurs, 
le mouvemenl des marebaudises 
chez ces n^gociants ne permct pas 
de douter que ces scies n'aieul 6te 
pareux re^ues «le la fabrique depuis 
les ann^es 1860 et 1861, dates du 
traitc diplomatique et du döpöt fait 
par Slul.'s; 

» Sur la question de bonne foi : 

p Attendu que R^mond. fabricant, 
en apposant sur ses produiis un 
nom autre quo le sien, ne peut Ja- 
mals 6tr3 considerö comnie ayant 
agi loyalemcot et de bonne foi, et 
que la bonne foi ne sauiait davan- 
tage ötre invoquee par Ast:er et Lc- 
cbevallier, qui, tous deux, savaiont 
'jue leurs uiarchandises ne prove- 
naient pas de la t'abri(iue de Slubs, 
mais elaient fabriquecs en Prusse, 
par Schomewcls ; 

)) AUendu quo rapplicalinn des 
deux lois de l«24 cL de 1857 p end 
sa source dans un seul et mern«^ lait, 
cc qui ne, pout donner lieu qu'a une 
sculc penalitö; 

)) Attendu d'aillcurs que, aux ter- 
nies de i'art. 365 du Code d'inslruc- 
tion criminelle, la peine la plus 
forte peat seole 6tra prononcöe ; 



>tfl — 



» Ya lea art. 7, 13 et 14 la loi du 
23jiiin 18 7; 

» cur les conclusions priscs par 
Slubs; 

» Altondu quo lo Tribunal a los 
il<^iin»n«anecessaires pour apprc^cic.r 
lo pn'judico qui Jui a eto cauRÖ ilu 
fait dü6 iiiculpes cl pourdelermiuer 
la r^paratiou »jui lui osl due; 

» Parccs molifs, 

» Dil quo Aslicr, R6raond et Lc- 
chevallier se sonl rondus coupablcs, 
aepuis Tuundo 1861 du d^iit d*u- 
•urpution du nom et de la marque 
de la fubriquo de Stubs; 

» Ed consrqußiicr», condnmne par 
Corps Asliop et Reinond chacun k 
2i fr. fl'aiuen<l(», et LcchovdUior ä 
50 fr. de la mdm<t peiue; 

» Docinre coiifisquöes toutos los 
scics et liincs saisj*}s» cl eu ordonue 
la rcinise d Slubs; 

» Gondamne par corps Ics incul- 
p68 a paycr a Slubs, a lilre do dom- 
iiiagos-inlöröts, savoir : Agitier, la 
soiiinie de 2 000 fr.: R(»mon.l. ceile 
de I.OÜO fr., et Lcchcvallier colledo 
ȆO fr.; 

»Dil quo le presont jugemcnt se- 
ra inserc daiis un joiirual judiciairo 
et uu Journal indusiriclou comrner- 
Cial il<». Taris, au choix de Slubs cl 
auz frais des coiiduinaös» chacun 
par lii^rs; 

» Ditqu'il n'y a lie«i a affichcs. et 
oondaninc Aslicr, Romond et Lc- 
chcvallier chacun a un liors des do- 
pen s: 

» Fixe d un an la duröe de la con- 
trainle par corps i»our chacun 
d'cux ; 

» Urdonno la dostructlon de ccllo 
maripio de fabrique partout oü eile 
pourra clre coustatce ultcrieure- 
menl; 

» £nfin, attendu la condamnation 
des iuculp^s, dit n'y ai^oir licu a 
•tatucrsur iours demandes rccon- 
vcnlionnclies en dommagcs-inte- 
r6l8. ii 

Soptidme chambro. — Audioncps 
des 19 et 20 j an vier 1804. — M. Vi- 
gaon^prisident. 



JURIDICnON COMMEROALE. 
TUIDUNAL DK COHMERCE 

OB LA 8EI.XE. 

Le latt antephälique et le lait 

ANTKPnELITIQUK. — Co?fCOR- 
RENCE. — Po.nSB sign PAISIOLB 
PENDANT CINQ ANS. 

MM. Caudös et Compagnio fabri- 
qiiciit un produit pour la loiictte 
qu'ils vondent suus lo nora de : üiit 
ante/ihelique; ils ont fait assi^ner 
M. Rayn.ud, qui fabrique et vend 
un produit sirnilaire 90us lo nom 
de; Lait antrphelilique, en supprcs- 
sion de celle donoininalion Irop 
rapprochöo de la l«'ur jioar no pas 
^liiblir une coufusion eutre les dcux 
produils. 

Lo Tribunal, npres nyoirontcnda 
les|jlatd«»iri«'sdoM'Eiig6n«?Bu.S3on, 
ngreo tU MM. Caudes et Cornnaffuie, 
cl du M« Walkor, agreö do M Ray- 
naud, a repousso la dcmaudo par 
le J I igeinou t sui van t : 

« Attendu quo Raynaud justiGo 
quo le sii'ur L"grand, son prcdecos- 
.^eur, a döposö au greff«; do ce Tri- 
bunal, le4 deceinbro 1838, uiiocti- 
Zueile portani la denoniinaliou do: 
nit uDiepheiitiquo; qui\ depuis 
cette date jiisqu'a co jour, les pro- 
duits ainsi dCimmm^s out ole Vub" 
Jot d*uno exploitulion et d'un dt-bit 
cüutinu ; qii*a))rcs celto possession 
puiilique do cinq anni!M>s, qui n*a 
soll le VC de la pari de Üaudes et Com- 
pagnio aucuno rcclaination, ccs 
dorniers no saiiraiont ätro foiidäs 
auJDurd'hui ä revendiqui-r Tusago 
piivalif do la dcnomination dont 
ils 80 prclendent propridiaires ex- 
clusifs; qu*il s*onsuitque co chcf de 
deniande ne saurail dlro uccuoilli ; 

9 l*ar ees molifs, 

» Dcclaro Caudcs et Corapagnie 
mal foudes cn iours fius et conclu- 
sions, los on ti6iiouto et les con- 
damno aux dcpous. 

Audicnee du 27 avril 1864. — 
M. Dcuicro, presiäenL 



— iia-- 



TABLE DES MATIfiRES CONTENUES DANS CE NUMfiRO. 



AMTS CH1MIQDB9. 

Pages. 

Perfcctionnement dans TafBoage de la 
fonle crue. G. Parry 65 

Sur la carburaiion du fer par Toxyde 
de carbone. F, Mnrgueritte, ... 67 

Sar la cementation du fer par l'oxyde 
de carbone. U. Caron 70 

Sur la c^meotatioD du fer par Toxyde 
de carbon«). F. Margueritte. ... 72 

Perfectionnemcot dans la fabrication 
de lacier. D. Adamton 73 

Apparcil pour le puddlage du fer et 
de l'dcier. T, Harrison 74 

Mode de fabrication du fer et de l'a- 
cier avec la fönte divisöe 76 

Sur la fabricaiioQ du magnesium et 
du calcium 76 

Sur une rcaciion simple et süre pro- 
pre ä caracleriser les couleurs d'a- 
niline tixees sur les fils et le^ tissus. 
/. J. Pohl 80 

Sur rexiraction de l'alizarine jaune 
de Taiizariue verte commerciale. 
E. Kopp., . 82 

Mode de preparaiion simple de quel- 
ques couibiuaisoos de la napbtyia- 
mine • 83 

Sur la distillation des varechs. ... 83 

Nouvflle methude de dosage des ma- 
tiöres astringeotes vägetaies. Com- 
maille .• 85 

^loyen pour disiinguer l'essence d'a- 
mandes ani^res du nitrobonzole (es- 
scnce de mirbane), et le melangede 
celui-ci avec Celle essence. Drogen- 
dorff 87 

Essai du beurre decacao. G. A. Björk- 
lund 88 

ABTS MiSCAAlQDEll. 

Bobinoir nouveau. Ch. Parker. ... 89 
Machine h, raboter les piaques de Min- 

da/e des vaisseaux cuirass«is. F. Fox. 90 
Fabrication des chaines soudees. Ed. 

Tangye 92 

Macliiue ä I isser, glacer et cylindrer le 

panier, la carte et le cartun. H. et 

W. Wright et W. Clough .... 93 

Mandrin ä e4{uarrir 94 

Nouveau generateur de vapeur. J. 

Harriton 94 



Paget. 

Sur les causes de destruction sur les 
cbemins de fer et les moyens d'y 
remÄlier. W. B. Adams 97 

Resistance k l'extension du coton sou- 
mis k diverses Operations chinü- 
ques. C. O'Neill 98 

Sur le perjement des trous dans les 
Plaques mätalliques. H. de Reiche. iOl 

Ponts en acier fondu 103 

Proprietes hydrostatiques des vannes 

Sressees par Tcau d'un seul c6t(§. 
resse 103 

Moulage et forage des canons, de» ar- 
mes k feu en acier fondu 104 

jrmispmvDENCB. 

JÜRIDICTION CIVILE. 

Cour de eatsaiion. — Chamhre eivUe. 

Klixir loniquc anli-claireux du doc- 
tcur Guillit^. — Etiquelies. — In- 
lerdiclion. — Apprüciation .... 105 

JÜRIDICTION CRmiNBLLE. 

Cour de cattation. — Cfuimbre criminelle, 

Tromperic sur la nalure de la chose 
vendue. — Qualiti^. — Melange. — 

Guano lOB 

Pliarmacies. — Socit^lä 106 

Pharmacies. — Copropriete 106 

Cour imperiale de Paris. 

Marque de fabrique. — I^tranger. — 
Traild cnlre la France et 1' Angle- 
terre 106 

Tribunal correelionnel de la Seine. 

Fabricanls et negociants ötrangers. — 
Marque. — Contrefacon. — Fails 
anti^rieurs a la loi du 23 juin lb57. 108 

JÜRIDICTION COMMERCIALE. 

Tribunal correctiontul de la Seine. 

Lc lait anteplit^linue et le lall antd- 
phelitique. — (loncurrence. — Pos- 
session paisiiile pendanl cinq ans. . 111 




•ja J 







•c-'H'-V 



./■' ■•■ 



I. 



■''^; i3^-"; !!■ 



L 

i_ . ' 



s(> 



v^; ... A ■ 


- r-*k r«* H 


.- r-Sj .-v :< 


— »^I -^ ^ 


-- f^ '^A 


~ r^ r^ «4 


1 — r** /T^ ■' 



■J^\ i! 



,f i: .- .-ff' 






L. ' I 



iVr 



i) ; I 



r 



;.; /ü,:^ 






.1 



iH 



.1 



-;• ■.jc-'V 



...,, .3... .-' ''^.L>^' 

L . • •• 



V,. 






/ 



- r I 

1/ 



V.' '• ^» R 



V.. 



,\\tuvuti^.*c. 



LE TECHN0L06ISTE. 



OU ARCniVES DES PROGRES 



DE 



L'INDUSTRIE FRANCAISE 



ET fiTRANGfiRE. 



AMTM mßTAIiliUBGIQUESf CHIHIQUES» DITBBS 
BT ^COIVOIIIQUBS 



De Vaction de Voxyde carbone sut 
le fer, 

ParM. H. Caron. 

Dans sa dernicre nolc (V. p. C7 ) 
M. Margueritte conclut aiusi : u Je 
crois avoir proave quo lo carl)Oiie 
pur (le diamant) et aussi Toxyde de 
carbone pcuveiit traiisformer le fer 
eil acier, et qu'ils doivent certainc- 
ment conipter parmi les eidmeiits 
de la cenjcntation industricll(3. » 

Pour bieii faire coiiibreudre Ics 
raisons qui in'ünt empßciic et m*em- 
pdchent encore de partager Topi- 
nion de M. Margueritte a cet (^gard» 
je sois oblige de rappeler les reac- 
tlons qui so produiseiit dans la ce- 
mentation. Gelte Operation consiste^ 
cominc on le sali, a chauCTcr dans 
des caissos couveuablemcut cioses 
des barres de fer ealourees de char- 
boQ de bois neuf. Au rouge, 
Poxygenc de l'air contonu dans les 
caisses fournit de Toxyde de car- 
bone au contact du charboD ; d'un 
aotre cötc, l'azole forme des cya- 
nurcs cn sc combinant ea möme 
tcmps avcc lo charbon et avec les 
mötaux alculins quo coulieut tou- 
Jours ce conibustiblo; de sorte que 
fsans parlor de pclitos quanlil^s 
a'hydrogenc carbone et d'autrcs gaz 
qui peuvent y exislcr cgalement) lo 



fer se trouve en pr^sence de Irois 
Clements prlncipaux auxquels pout 
6tre attribuee la ccmentation. Ge 
sont : le cbarbon, qui agirait par 
conlact ; Toxyde de carbone, et en- 
fiu les cyanures alcalins qui sont ea 
vapeur a la lemperature eraployee. 
M. Margueritte pr^tend, d'apres ses 
cxperiences. quo los doux premiers 
Corps sont les Clements les plus ac- 
l'ifs dans la cimcntalion. Je vais dd- 
montrer qu'au conlraire leur action 
est insignifiante et rcgarddo com- 
me nulle par les industriels. 

Pour y arriver, il me sufQra do 
rappeler un fait observe chaque joar 
daus les acieries. Lo charbon qui a 
servi t une ccmentation ne peut 
plus ctre employe dans une deuxi^- 
me Operation, parce qu'il a presquo 
completemcnt perdu ses proprieids 
carburantcs. Pourquoi la ccmenta- 
tion ue se produit-elle plus avec ce 
charbon, Ic contact du charbon et 
du fer cxistant toujours et Tatmo- 
sphcre de la caisse 6tant toujours 
capable do fournir de Tox^de do 
carbone? C'est quo ni Tun ni Tau- 
Ire do ces dlcmeuts n'est utile; c'est 
neccssaircracnt narco quo les alcalis 
ont et6 enlratnos dans la premi^re 
Operation et quo leur absence em- 
pöche les cyanures de so produire. 
On lo demontrc en imbibant ce 
charbon inaclif d'unc Solution alca- 
linc qui lui read aussi tot sa force et 



Le Technolog'ule, T. XXVJ. -- D«'ccm 3)T0 1864. 



- H4 — 



•on actiyitö eomitae agdüt da e6- 
mentation. 

Mais puisque le contact du char- 
bon sur le fer et Toxyde de carbone 
seuls, sont impuissants ä prodairo 
une c^mentatioD, il n*est aonc pas 
exact de dire, commo le fait M. 
Margueritte, que ccs deux Clements 
soient las plus aclifs dans la c^men- 
tation industrielle» ni mArne qu^ils 
puisseni certainemmt compl&r par- 
xni ces elöments. Ce sont^ je le rö- 
p^le encore aujourd'bui, les cyanu- 
res alcalins qui seuls agissent effi- 
cacement et auxquels on peut, avec 
raison, attribuer presque enliere- 
ment la carburalion du fer; les au- 
tres 616ments sont tout au plus des 
accessoires et nc sauraient compter 
dans les Operations industrielles. 

Gette preuve n'cst pas la seule 
que je puisse fouruir, en voiei une 
autra. Toot le monde connait le 
procMe invente par feu M. Chenot 
et qui consiste k extraire directe- 
ment le fer d*un minerai, sans pas- 
ser par la fönte. Ge procede se r6* 
duit ä traiter par l'oxyde de carbone 
le minerai de Ter portö au rouge. 
Le rdsultat de rop6ration est une 
dponge de fer qui n'est nullement 
acidreuse, bien qn'elle alt ^t^ expo- 
&6e pendant un certain tomps ä 1 ac- 
tion de l'oxyde de carbone ; aussi, 
lorsque M. Gbenot voulait obtenir 
de 1 acler, etait-il ohlig^ d'imbiber 
ses äponges avec de Tbuile, du gou- 
dron ou d'autres suhstances desti- 
ndcs i fournir locbarbon au metal, 

?^ui seulement alors pouvait dtre 
ondu. Pour plus de süretö, J'ai cru 
devoir exp^rimenter sur des ^pon- 
ges obtenues par ce procödö, et que 
je dois k Tobligeance de M. Bouglm- 
val, dirceteur des forges de la Ra- 
made (prfes Foix). Aprös avoir ete 
recouvertes ä chaud de borax pul- 
y6ris6 (pour les pr^server de Toxy- 
dalion), ccs eponges ont 6tö rappro- 
ch6es au rouge, puls fa^onn^es en 
barrcs. Le mdtal apres la trempc 
n'a presente aucun des caracleres 
de 1 acier ni möme du fer aci^reux. 
On voit donc encore que, dans cette 
circonstance, Toxyde de carbone, 
agissant au rouge sur le fer, ne le 
carbnre pas sensiblement. 

Je rapporterai maintenant une 
expirience quo Tai faite il y a 6 ans 
et quo je viens de r^p^ter pour pou- 
voir prösenler des preuves malöriel- 
les a Tappui de Topinion que je 
soutiens. 
Dens barres de mfimes dimen- 



sioDii (1 eeütfitiMrÄ cari^ sur 30 cen- 
timdtres de long) ont ^te extraites 
d*un m^me morceau de fer reconnu 
pr^alablement tres-propre a la c6- 
mentation. L*une de ces barres, 
platte au milieu de c6ment ordi- 
naire, dans un tube cbaufT^ au rou- 
ge, a 6te maintenue pendant douze 
neures a cette temp^rature. L'autre 
barre a et6 chauffee pendant le md- 
me temps et dans les mdmcs con- 
ditions, mais dans un tube de por- 
celaine oü eile ^tait soumise a rac- 
tion du gaz oxyde de carbone. Ges 
deux Operations terminees, les deux 
barres ont 6t6 lög^rement martel^es 
au petit rouge, afin de rendre plus 
visible le grain de l'acier et de d6- 
truire les enets d'une cbaleur pro- 
longee; elles ont^t^ ensuite trem- 
pees toutes les deux de la m^me 
maniere. 

La premicre barre (c^ment^e au 
cbarbon)^ placee dans un etau, a 
ete cassee nettement par le premier 
coup de marteau ; eile offrait a Toeil 
une cementalion tres-belle dont la 

f»rofondeur yariait entre 2 et 3 mil- 
imötres ; eile ^tait inattaquable ä 
la lime. La deuxieme barre (chauf- 
fce dans l'oxyde de carbone) placke 
dans les mdmes conditions, a pu 
Slre complötement replide sur elle- 
mdme (ä froid), sans dtre entidre- 
ment briste au point de courbure» 
Dans l'arracbement qui s'est produit 
en cet endroit, l'oeil arme d'uno 
loupe n'a pu döceler aucune trace 
de cdmentation. La lime attaquait 
facilement lem4tal,ce qui indiquait 
l'absence de taute cömentation, md- 
me superficielie (i). 

Que le contact du fer et du cbar- 
bon produise une faible cementa- 
tion ; que l'oxyde de carbone ait 
une l^g^re action carburanto dans 
certaines circonstances, je ne le 
conteste ni ne l'affirme pour le mo- 
ment ; mais, comme on le Yoit, ces 
agents de carburation sont insigni- 
fiants dans la pratiqne, et s'ils m^- 
ritent d'^tre comptes, c*cst parmi 

(1) Les trois dchantillons que j'ai en 
l'honncur de mettre fous les yeux de 
rAcademio des sciences ont ete obtenns en 
cliauffanl le fer : pour le n» 1, dans un cö- 
meniordinaire; pour le n» 2, dans l'oxyde 
de carbone provcnanl de la d^composition 
de racidc oxalique; pour len«3dansroxide 
de carbone provenant de la dticomposilion 
de l'air sur le charbon (c'est Toxyde de 
carbone Industrie!). Les deux premiöres 
Operations ont durö douxe beures et la der- 
niöre quatone. 



- 118 — 



les moins actifs et les moins utiles 
de la cämentation industrielle. 

Je suis persuade que M. Margue- 
ritie arrivera aux ni^mcs couclu- 
sionsque moi, s*il veut bien reiuiter 
868 propres expöriencos sur des 
ichantillons de fer assez forts pour 
pouvoir ölre forges et subir les es- 
sais qu*on a Thahitude de faire dans 
rindustric quand onveulr«'connat- 
tre la nature et la qualite des 
aciers (2). 



Sur l'emploi de la baryte dans la fa- 
bricalion de la soude, 

Par M. RODOLPH "WAG^ER. 

Oa a propose a plasieurs rcprises 
dans ces dernlers temps reniploi de 
oertaioes preparalions barytiques 
dans la fabrication de la soude cn 
grandt proced(^s qui pour la plus 
grande partio n'ont ])as le morite de 
la nouveaute ou bien qui ne sont 
pas suscoptiblesd'application.Ocou- 
pe depuis ua certain nombro d'au« 
n&s d'experiences sur les moyeris 
d'utillser iudustriellemcut le spath 
pesant (baryte sulfateiOotla wiibc- 
rite(barytecarboDat^e) J'ai pu ainsi 
acqaerir quelqu'experience sur cctte 
question tant debattue et malgrä 
que mon travail ne seit pas encore 
complet» j*en publicrai le rcsultat, 
d'un edle pour provoquer des etu- 
des plus etendues dans cctte direc- 
Uon et de Taiitre pour rectiüer 

Suelqucs erreurs qui se sont intro- 
uiles dans la cbimie lechiiique re- 
latiYcment ä Teuiploi des prepara- 
tions de la baryte daus la fabrica- 
tion de la soude. 

Toutes les mcthodes qui ont suc- 
cessivement ötc propos(^es pour fai- 
re servir les composes barytiques ä 
la pr^paration de la soude pcuvcnt 

(2) A i'üccu&ion de cette coniinunication 
falte h i'Acadtiinie dos scicncps, M. Regnault 
A cru deroir signaler h. l'attcntion des per« 
sonnes qui ii'oocüpenldu röle des gnz dans 
facte de la cementation, remploi de difTf^- 
rentes sortes de graphites au lieu du cliar- 
bon. Dans le cours des experiences journar 
lieresqu'ila Toocasion de faire ä la mann- 
faclure imperiale de Scvr- s, il a reinarquc 
quo ces sorles de cliarb jns exercent sur la 
porcehinc une action carburante quo ne 
possöde pas le charbon de bois; il est donc 
porte k croirc que du graphito pilü, m^me 
le graphitc naturel, ponrrail ötre trds-nti- 
lemoDt emplove pour la cementaUoo, et ii 
recommande d'en faire Tessai. 



6tre ramen^es au; principes sui- 
vants : 

i^ Döcomposition du carbonate 
de baryte par le sulfate de soude de 
mani^re a ce qu'il se forme du car« 
bonate de soude et du blano de ba- 
ryte ou blanc fixe. 

2*^ Decomposition du sulfate de 
soude par le bicarbonatc de baryte^ 
cas dans lequel on obtieut du sul- 
fate de baryte et du bicarbonate de 
soude. 

3" Decomposition du sulfate de 
soude par le baryte caustique. 

4" Decomposition du nitrate de 
soude par la baryte caustique» caa 
dans lequel 11 y a formation d'ua 
nitrate de baryte peu soluble et de 
soude caustique. 

ö" Emploi de la witherite pour 
remplacer la craie ou la pierre cai- 
caire dans la decomposition du suW 
fute daus le proc6de ordinairede 
Leblauc. 

I. En ce qui concerne la decom- 
position du sulfate de soude par le 
carbonate de baryte, les premiers 
essais qui remontrnt a plus de 30 
ans soiit (ins a Kastner d'Erlangen, 
mais ont ele loin d'ötre satisfaisants. 
Kästner proposait la Toie secho. 
M. Anlbon, dcPraguc, qui arepete^ 
en 1840, les expcrienccs de Kiistner, 
trouvcque la decomposition du sul« 
fato par la witbcrite ne s'opöre quo 
d'uue maniere incomplctect que la 
masse fondue ne peut 6lre lessiyte 
qu'avec la plus ffrande difficult^. 

La voio bumide paralt avoir prä- 
sente des resultats plus favorables. 
M. Kölrcutcr, directeur de la fabri- 
quo de soude de Villingen en 
bchwarzwaid, a ^to le premier qui 
alt suivi cette voie. Dans son tra- 
vail publie en 18-18, on trouve ccci : 
« Le carbonate de baryte qu'on ob- 
tient en pr^cipilanl le cblorure de 
barium par le carbonate d'ammo- 
uiaque, est apres les lavagos et en- 
core sous forme de bouillie inlro« 
dnit dans une Solution de sei de 
Glauber Tsulfate de soude) avec le« 
gucl on 1 agite pendant une beure. 
Une parlie du carbonate de baryte 
suppose sec döcomposedeuxparties 
de sei de Giauber cristallisö et don-> 
ne 1 i/2 purlie de soude cristallisee. 
L'operalion proposee par M. Köl- 
reutcr n'cst pas tombee dans roubli 
et a etö rappelee entre autrcs par 
Mitscberlicn dans son Manuel de 
chimie, mais quand on la soumet 
ä une epreuve ]plus liq^i^MSttMiß« ^^ 
trouve quo \a d^eom^^VWou ^>3l ^nsX- 



.- HO — 



fatc de soude, m^me quand on a 
recours kun graod cxc^s de carbo- 
nate de baryle, et (ju'on proloDge 
longtemps rdbullition, n est pas 
complete. C*e8t da moins le resul- 
tat aaquel sont parvenus s^par^- 
ment en 1832, M. Erdmann et 
M. Buchner. 

Malerr^ ccla M. G. Lennig, de Pbi- 
ladelpnie. a pris eu 1851 des patentes 
dans difTerents pays de rEuropo 

f)Our un proc^dd propre k pr^parer 
a aoude au moyen du carbonate de 
harrte et du sei de Glauber ; puls en 
1859, M.Kessler a appel6 de nouveau 
Tattention sur la d^composition du 
carbonate de baryte dans le Iiut de 
]a fabrication do la soude. Plus r^- 
ceininent,en 1863, M. G. Hoffacker, 
saus faire mention de ceux qui Tont 
prdc^dä dans cette carri^re, a remis 
8ur Ic tapis cette m^me m^thode, 
mais quoiqu'il en soit il ne paratt 
pas qu'on ait fait encore des exp6- 
riences pour s'assurer s'il y a en 
effet d^composition complete et 
qu'elles sont les conditions dans 
lesquelles eile pourrait s'op^rer le 
plus avautageusement. 

M. H. Rose dans son memoire c^ 
l^bre « sur la däcomposition des 
scls insolubles au moyen des Solu- 
tions de sels solubles n dit qne 
quand on traite une Solution de car- 
bonate de baryte par une Solution 
de Sulfate de soude, 11 se manifeste 
tr^s-promptement une döcomposi- 
tion dans laquelle le carbonate de 
baryte est transform^ en sulfate. Au 
bout de qnelquc temps le sulfate de 
baryte ne renferme plus de carbo- 
nate de cette base; de möme auand 
on fait bouiilir le carbonate ae ba- 
ryte avec un sulfate alcaiin la de- 
composition est complete. 

£n r6p^tant ces experieuces j'ai 
TU se confirmer les asscrtions de 
M. H. Rose, mais 11 ne s'agit pas, 
dans le cas qui nous occupe, de la 
pr^paration d'un sulfate de baryte 

Eur, mais de la fabrication du car- 
onate de soude, et toutes mes ex- 
p6riences montrent qu'il ne faut 
comptnr sur une transformation 
complete de carbonate de baryte en 
Sulfate, et par consequent qn^on ne 
doit pas esp^rer qu'on fcra un em- 
ploi technique utile du premier a 
moins d'employcr un grand exccs 
de sulfate de soude. Gomme r^sul- 
tat de l'action du sei de Glauber sur 
le carbonate de baryte, on obtient 
donc constamment un carbonate de 
soude contenant du soufre. 



En faisant bouiilir dans la quan- 
tited'eau n^cessaire des Äquivalents 
egaux de carbonate de baryte et de 
sulfale de soude, M. J. Malaguti a 
obtenu en 1857 les resultats sui- 
vants : , 

D^r4)inpo8ition eipnm^ 
Darto do l'^bnllition. en centiimet 

d'^qaivalents. 

OheureSOmin 56.57 

i — . — 60.57 

2 — . — 67.71 

4 — » — 71.88 

6 — » — 71.37 

8 — . — 73.80 

10 — . — 73.80 

12 — » — 75.88 

14 — . — 73.80 

16 — . — 75.54 

Ces exp6riences d^montrent donc 
snfßsamment qu'il ne faut pas son- 
ger ä une Operation industrielle lu- 
cratlve dans la transformation du 
sei de Glauber en soude par la voie 
humide au moyen du carbonate de 
baryte soit qu'on travaille ä la tem- 
p^rature ordinaire, soit k celle de 
r^bullition. 

II. On obtient un meiUeur r6sul- 
tat quand on fait nsage pour la d^- 
compositiondu sulfate de baryte du 
bicarbonale de cette base. Dans ce 
cas il devient possible avec des Äqui- 
valents 6gaux d'operer une d6com- 
position comfd^te. Dans mes expe- 
rieuces de 1857, j'ai suspendu du 
carbonate de baryte dans Teau et 
fait passer ä travers le lait de baryte 
un courant d'acide carbonique, jus- 
qu'k ce que par la formation d'un 
bicarbonatei aie obtenu une liqueur 
claire dans laquelle Taddition d'un 
äquivalent d'une Solution de bulfate 
de soude a söpar^ du sulfate de ba- 
ryte, en m^me temps qu'il s'est for- 
ma du bicarbonate de soude. L'aci- 
de carbonique r^ultant de la cal- 
cination de celui-ci peut 6tre em- 
ploy6 a la transformation de nou- 
vellcs quantlt^s de carbonate de 
baryte en bicarbonate. Plus tard j'ai 
observequ'une transformation com- 

Eldte du carbonate de baryte en 
icarbouatc n*etait pas n^cessaire 
et qu*uue faible proportion relative 
de ce carbonate pouvait opörer la 
d^composition complete du sulfate 
de soude. 

Dans son rapport sur les produits 
chimiquos de la derni^re exposltion 
de rindustrie ä Londrcs» M. A.-W. 
Hofmann dit qu'en repetant mes 
experieuces M.Kubimann, de Lille, 
a obtena des resultats satisfaistmtB, 



— M7 — 



mais sealement en emplojant uno 
pression de 4 ä 5 atmosph^res. Je 
crois toutefois que daiis ces circon- 
8tance8 on n*a pas encore dit le der- 
nier mot. 

III. La decompositioQ du sulfate 
de soude par la baryte caustiaue a 
M depuis plasieurs ann^os 1 objet 
d'oxp^riences de la pari des indus- 
triels. G'est ainsi que M. H. Fallcr 
a pris en 1819, ii Londres, uno pa- 
tente pour Ja decomposiiion du sei 
de Glaubor par Teau de baryte pour 
en obtenir de la soude; quo M. Sa- 
muel a pris en 1838 en Anglctcrre 
poar le memo objet uiie patente 
oans laqucJle ii propose de prdparer 
la baryte caustiuuc en faisant bouil- 
lir du snlfure ae barium avec de 
l'oxyde de cuivre, eten ajoutant du 
sei de Glauber i la Solution ainsi 
ohtenue. M. Anthon, de Prague, en 
röp^tant en ßrand le proced6 de 
ü. Samuel dit avoir olitcnu en 
1840 des r^sultats satisfaisants et 
oonsidere des lors comme trcs-avan- 
iageuse cette mcihode dans les lo- 
calit^s oü on pcut se procurer ä bas 
prixde labarytecaustique. M.G.Hof- 
tackcr, de Stuttgart, a recomman- 
d6 CO procede en 1863. En in'ap- 
puyant sur mes experleuces main- 
tes fois r^p^t^es constatant la de- 
oomposition facile et complcto du 
snlfate de soude par la baryte caus- 
tique k tous les aegr^s possibles de 
eonccntration et sous tous les rap- 
ports de tempärature,dans lesquel- 
168 r&i eu 6gard ä cette assertion de 
H. Aose qiTune Solution d'bydrate 
de soude ne produit aucun cnange- 
mept dans le carbonate de baryte ä 
moins d'avoir soin quo le carbonate 
seit soustrail au contact de Tair, 

Je me suis compldtement ränge de 
'ayis exprim^ depuis pou par 
IL ▲.-W. Hof mann, savolr que la pre- 
paration man ufacturicre de la baryte 
caasti(^ue, si on pouvait la livrer k 
bas prix, op^rerait une rövolution 
dans les procedes cmploy^s jus- 
qu'ici dans la fabricalion de la 
soude (1). 

rV. La decomposition de l'azotate 
de soude par la baryte caustique n'a 
pour Tindustrie dimportance que 
dans des cas tout particulierset des 
eirconstances purement locales oü 
il s'agit de recueillir du nitrate de 



(i) L'hydrato de barylo de la fabrique 
de M.Delaune, de Calais, qu'on trouvedans 
je commerce ä un prix modörtJ, contient 
beancoup de sulfure de barium. 



baryte ; on pcut donc en faire ici 
abstraction. 

y. En CO qui coneerne Temploi 
de la Wilherite au Heu de lacraia 
on de la pierre calcaire dans ia dö- 
composilion du sulfate, d'apr^s le 
procedö ordinairo de Leblanc pour 
labriquer la soude, les premiöres 
propositions ä ce snjet (latent de 
1858 et sont duos ä M. G. Reinar. 
Le rösidu du lessivage de la soude 
brüte qui consiste en oxysnlfure de 
barium, hyposulfate de baryte et 
carbonate de cette base, sert a pr6- 
parcr la baryte. Les proportions qui 
doivent entrer dans lo raelange sont 
100 parlics de sulfate, 200 de witbe- 
rite et 75 de braise. Or les exp^rien- 
ces quo J'ai faites en petit m*ont 
donne aes räsnUats pcn satisfai- 
sants. Dans tous les cas j'ai obtenu 
dans la liqueur des lessivages des 
quantiles notables de sulfure de 
sodium, mömc auaud j'ai pris une 
proportioii double de witberite. La 
baryte paraftjouir k undegro bcau- 
coup plus faible que la chaux de la 
propriete de transformer le soufre 
en des combinaisons insolubles. 
Ainsi donc, abstraction falle da 
chapitre des frais, l'emploi de la 
witherite dans le procedö de Le- 
blanc est condamn6. M. A. W. Hof- 
mann, dans son rapport sur les pro- 
duits cbimiques de Texposition de 
Londres en 1862, s'cxprime donc 
ainsi avec raison k Toccasion de la 
proposition de M. Ileinar : a II est 
diincile d'apprecicr Tavantagequi 
])Ourrait resultcr de la Substitution^ 
au lieu du carbonate de chaux, 
d'unc subtance dont le poids ato- 
mique est plus de trois fois plus 
considcrable. On serait alors oblig6 
de chauffer et de travailler au four 
des masses bicn plus fortes et en 
definitive 11 resterait un r^idu qui 
so prdterait beaucoup moins aux 
pr^parations de baryte, que le car- 
bonate de baryte naturel. » 



Documents pour ser^ir ä l'histoire 
de la fabrication de la soude. 

Par M. RoDOLPn Wagner. 

Parmi les procedes qui ont ötö 

firoposes ou mis en pratiqne pour 
a fabrication artificiello de la soude 
carbonat^e ou caustique, tant dans 
le xviiio que dans le xixe siecle, 
voici quels ont ct6 les plus remar- 
quables. 



- H8 - 



Leg mat^riaux qni renferment de 
lasoade sont : 

1. Le nitrate de soade ou salpdtre de 
«oode» 

II. La cryolita. 
ni. Le Sulfate d^ soudo. 
IV. Le sei maiin. 
Y- L'albite. 

I. EXTRACTION DK LA 80UDE DU NITRATE DE 
SOCOE. 

i. Galcination a?ec le charbon, DtÜM- 
mel. 

2. Fusion avec le dcutoxydo de manga- 
nöso Mn 0», WöMer, 

3. Ddcomposition par le carbonate de 
potasse, KO, CO*. 

4. Galcination ayec le sulfate de chaux, 
CoO, SO' et le sulfate de Magnäsie, lAgO, 
SO' avec degagemeot d'acide azotique> 
pendant qu*il reste un sulfate ra^langu ä la 
chaux ou k la magnt^sie, Kuhlmann. 

TL, EXTRACTION DE LA SOUDE DE LA 
CRYOLITE. 

1. On ouvre avec Thydrate de cbaux, 
CaO, HO et ddcomposition de raluminate 
de sottde par Tacide carbonique. 

2. On ouvre avec Thydrate de baryte. 

3. Traitement par le sodium en vue de 
la fabrication de raluminium et d^compo- 
sition du fluorure de sodium, NaFl par la 
chaux hydrat^, CaO, HO, litsier. 

m. EXTRACTIOX DE LA SOUDE DU SULFATE. 

A. JHreelwnmU 

i. Döcomposition du sulfate par Tacctate 
de chaux et calcination de l'acetate de 
sonde, CrelL 

2. Decomposition du sulfate par Tacdtate 
de plomb et calcination de Tac^tate de soude^ 
Kirwan, 

3. Ddcomposition du sulfate par le carbo- 
nate de potasse, KO, GO^ Hagen. 

4. Dt^composition du sulfale par le car- 
bonate de baryte, BaO, C0>, Kölreuter. 

6. Ddcomposition du sulfate par I'liydrate 
de bicarbonate de baryte, BaO, 2C0*, HO, 
Wagner. 

6. Decomposition du sulfate jnar I*hvdrate 
de baryte, BaO, HO, FuUer, Samuel. 

7. Decomposition du sulfate par lacctate 
de baryte et calcination de l'acetate de 
soude. 

8. Decomposition du sulfate par l'hydrate 
de chaux, CaO, HO, Claussen. 

B. Indirectement. 

i. Sulfure de sodium et acide acctique et 
calcination de Tacetato de soude, Duhamel. 

2. Sulfure de sodium et fer, P. MaDierbe 
et C. Kopp. 

3. Sulfura de sodium et acide carbonique 
humide, Gotsage. 

4. Sulfure de sodium et carbonate d'am- 
moniaque, NH*0, CO*, Laming. 

5. Sulfure de sodium et chaux causlique^ 
Leblanc. 



6. Sulfure de sodium et carbonate de fer, 
F«0, CO«. HabUh. 

7. Sulfure de sodium etoxyde decuivre, 
CuK), Pruekner et Persoz. 

8. Sulfure de sodium et baryte, Keinar. 

9. Sulfure de sodium et sulfate de plomb, 
P60, SO», Colard. 

C. Preparation du sulfate. 

i. Sei marin et acide sulfurique, Clau- 
her. 

2. Eaux mdres des salines. 

8. Eau de mer, Baiard, Merle. 

4. Sei marin et sulfate d'ammoniaque, 
NHM), SO». 

ö. Sei marin et alun, Conslanlin et Dun^ 
doiiad. 

6. Sei marin et sulfate de fcr, Athenas; 
Van der Ballen. 

7. Sei marin et sulfate de chaux, Hod- 
8on et Greenshields. 

8. Sei marin et sulfate de magndsie. 
Scheele; de Luna. 

9. Sei marin et sulfate de cuivre, dans 
le but de la productiun du chlore. 

10. Sei marin et pyrites, (pyrites cui- 
vreuses, galöno, blende, etc.) par voie de 
grillage, Camu; Longmnid; Meidach. 

li. Sei mann et sulfate de eine. 

12. Calcination du sei marin avec le sul- 
fate de plomb, Margueritte. 

13. Sei marin et bulfale de protoxyde de 
manganuse. 

IV. EXTRACTION DE LA SOUDE DU SEL MARIN. 

1. Par l'oxyde de plomb, Scheele, 1775. ^ 

2. Par le carbonate de potasse, KO, CO» 
Meyer, 1784. 

3. Par la chaux hydralöe, CaO, HO, Guy- 
ton et Cariiy, 1780. 

4. Par le carbonate d'ammoniaque, 
Turck, Dyar et Tfemming; Schlösing. 

5. Par racide oxaliquc, Samuel, 1838. 

6. Par 1 acide fluosilicicrue et döcomoosi- 
tion du fluosilicate de soainm par la chaux 
caustique, SpiUbury et Maughan 4837; 
KetfUv, 1858. 

7. Par l'hydrate d'alumine, prdparo ar- 
tificiellemenl om naturel coromo le diaspor 
et decomposition de l'aluminate de soude 
par Tacide carbonique ou la cryolile. Dans 
ce dernier cas, on obtient un fluoiurc de 
sodium qu'on döcompcae par la chaux. 
Tilgman, Tiaier. 

8. Par la silice et la vapeur d'eau, puis 
decomposition du Silicate de soude par 
Tacido carbonique, Gay-Lussac et Thcnard, 
1809. 

V. EXTRACTION DK LA SOUDE DE l'ALBITB 
ET AUTRE8 SILICATES w\NAL0GÜE8 SODIRE- 
RES. 

1. Par une calcination avec la chanx, (2< 
Fuchs. 

2. En ouvrant avec la litharge et decom- 
posant la masse par l'acide carbonique ga- 
zeux . 

3. L'Klirainalion de la silice a l'elat de 
fluorure de .silicium (en trailant le Silicate 
par le fluate de chaux ou la cryolite et l'a- 
cide sulfurique. 



- Ii9 ~ 



Nouceau proeidi pour utiliser U 
chlorure de magnesivm dans la 
arts chimiques. 

Far M. Glemh» de Dresde. 

I. Emploi du chlorure de magni- 
tium pour degager du chlore dans 
ta fabrication des sels ddcolorants. 
On ävapore la Solution brüte de 
chlorure de magnesium, jusqu'ä cn 
Tiron 45oBaumÖ9 etpendant quelle 
est encore chaude on y m^lange du 

Kroxvde de manganese cn poudre, 
squ'a ce que le mälange renferme 
pour chaque äquivalent de pero- 
XTde environ d!eux Äquivalents de 
cnlornre de magndsium. Ce md- 
lange refroidi et pris cn massc est 
älorspar petites parties soumis ä Tac- 
tion de la vapenr d*eau surchauITde. 
II suffit pour cela de chauffer ia va- 
peur jusqu'ä 200<> G, mais 11 vaut 
mieuz la porter ä 300° et mSroe au- 
delä. Le chlore gazcux qui se dö- 
gage est conduit dans un appareil 
rempll de peroxide de maiigandse 
en petlts morceaux (tourilles ou 
caisses oonstruites en plaaues de 
ffres)^ dans lesquels se condenscnt 
Ics vapeurs d'eau et d'aeide chlo- 
rhjdnque mdlanges au chlore ga- 
zeux» de maniere qu*il ne s'ea dö- 
gajre que du chlore pur. 

Getto mdlhode pour degager du 
chlore, pröscnte sur les proccdäs 
employes ordiuairemcnt des avan- 
tages importants. Dans les derniers 
il fauty comme on sait» pour la dd- 
composition du manganese et de 
racius chlorhvdrique, employer 
des tourilles, des vases en fer ou 
dea auges cn pierre. Los deux pre- 
miers appareits sont dejä, ä raison 
de leur faihle capacitd, pou propiccs 
dans ies grandes fabriques et, en ou- 
ire» personne n'ignore c[u'ils sont 
ezposds 4 une destruction rapide 
par Tacide et les alternatives inevi- 
tables de tempdrature. La plupart 
des fabriques emploicnt donc des 
auges on gres. Ges auges ont besoin 
d'Stre cbauffees en denors par la va- 
peur d'eau, car l'introduction de la 
Yapeur dans le mdlange est une 
chose absolumcnt impraticable, 
parce qu'on etend trop ainsi Tacide 
chlorhydrique, ce qui ailaiblit beau- 
coup son action et donne, en oulre, 
du chlore gazeux mdlangö h de la 
Yapcur d'eau. Le chauffage des au- 
ges en gres par dchors remedie k 
cet inconv6nieiit, mais il cxige une 
tr^-grande masse de vapcur et par- 



consiquent est fort dispendieuz. 
Ajoutez ä cela qu'ä raison de la Pa- 
retz des gr^s Präsentant toutes les 
qualitds ddsirables, ces appareils 
sont d'un prlx assez ölevd, qu'ils se 
brisent trds-aisäment, parce que 
soumis aux attaques de i'acide et k 
des alternatives irdquentes de tem- 
pdrature, ils ne doivent pas avoir 
une grande dpaisseur de parois. La 
vapcur et les reparations sont donc 
actuellement une Charge präsente 
infligec aux fabricants de chlorure 
de cnaux. 

Un autre inconvinient de la md- 
thode ordinaire de degager le chlore 
est qu'on ne peut ^ employer que 
du manganese tres-riche et en mor- 
ceaux, parce que le manganese en 
poudre ne se mdlange comme il 
convient ä I'acide qu'au moyen d'ua 
appareil agitateur. Or les appareils 
de ce genre sont pdrissables et par* 
consequont d'un emploi impossible. 
Aussl le manganese en morceaux 
est-il a un prix bleu plus dlevd que 
celui en poudre. 

Tous les inconv^nients signaläa 
ci-dessus peuvent Stre övitÜs en 
grande partie par mon nouveau 
procedS, et ajoutez 4 cela qu'on y 
emploie une matiöre, qui dans beau- 
coup de pays, comme par exemple 
4 Stassfurt, s*dcouIe en quantit6 im- 
mense et fort incommode pour le 
voisinage. Je veux dire le chlorure 
de magndisium. 

Dans ma nouvelle mdthode de 
ddgagement du chlore je fais uaage 
de grandes chambres en pierre» qui 
n'ont pas besoin le moins du monde 
d'^tre dtahlies en dalles de gres, 
mais peuvent ^tre construites ea 
magoimerie, dans lesquelles j'^- 
tends le mölange sec ae chlorure 
de magnesium et de peroxyde de 
manganese sur un plancher ou sur 
une grille posde au-dcssus, laissant. 
afQuer la vapeur surchauni6e dang 
ce mdlange soit par dessus, seit par 
dossous. 

Le ddgagement du chlore a Heu 
ainsi tres-promptement ; il ne faut 
pas pour cela la yingtieme partie 
du temps qu'exigent les autres pro- 
cedes en usage et dans cette nou- 
velle methode les frais pour la va- 
pcur et les reparations sont bien 
moins pesants. II est 4 propos de 
disposer enlre l'apparell de degaga- 
ment et les chambres d'absorption 
un petit gazometre qui sert de r^ci- 

Sient et de rdgulateur. Ou emploie 
, epuia lopgtempi cea ^gm^Vx^ ^ 



~ 120- 



chlore dans beaacoap de ftibriques 
de papier oü on les ctablit en bois, 
en gutta-pcrcba oa autre matiöres 
inattaquables par le cblore. 

Je traite anssi uDe autre portion 
da chlorare de magnesium dans des 
fours ä Sulfate par la vapeur d*eaa 
surcbaufT^e, lusqu'ä ce que j*en aie 
cbass6 Tacide cblorhydrique. La 
macn^sio qui rcste est craployöc 
seuTe oa melang^e ä la cbaux pour 
pröparer les poudres blanchissantes 
oa les liquides d^coloraats de la 
manidre connue. 

IL Emploi du chlorure de magni- 
sium pour rigeiUrer le manganese. 
La magnisie qui reste apr^s la d^- 
compositioD du cblorure de maen^ 
eium par la vapeur surcbauff6e, 
eipos^e pendant lon^temps ä Tac- 
tion de Tacide carboniquo et de la 
Yapear, so transforme peu ä pen en 
carbonate neutre de magn^sie 
(M^O.CO» + 3 HO). Jeme sers de 
ce sei dans ia pr^paration d'nn car- 
bonate de protoxyde de man<^an^se 
de la mSme maniere que M. Dunlop 
fait usaffe pour le rnöme but de car- 
bonate ae chanx et je transforme le 
carbonate de protoxydc, par les 
moycns connus, cn peroxyde, c'est- 
ä-dirc par un grillagc ä ane douce 
temp^raturc. 

Pemploie dans ce proc^d^ Tappa- 
reil qui a ^te propose par M. Dunlop, 
pour la revivification du manga- 
nese et je ne considere comme nou- 
veau que Temploi du carbonate de 
magnesie pour remplacer le car- 
bonate de chaux. Le premier prä- 
sente snr le second cet avantage 
important que dans r^volution du 
chlorure de manganöse, on peut rc- 
g^n^rer du chlorure de magnesium, 
et parcons6quent aussi Tacide cblo- 
rhydrique et la magnesie, tandis 
que dans le proc6d^ Dunlop on ne 
produit que du chlorure de calcium, 

3ui comme on sait n'est susceptible 
'aucune application nouvclle. 



Mode simple de dosage des sels d'or 
des photographes. 

Par M. J.-J. Pohl. 

Le viraffc des Images sur papier 
par les sels d'or est une Operation 
tres-fr^quente aiijourd'hui dans les 
ateliers de Photographie. Le cblo- 
rare d'or et de potassium et le chlo- 
rare d'or et de sodiam^ sont les com- 



posfe qa*on emploie ainsi sous le 
nom de sels d'or, pour donncr d cos 
Images une plusgrande dur^e ainsi 
qu'jin ton qui varie a volonte de- 
puis le brun jusqa'au violet noirä- 
tre. Si on veut atteindre le but 
d'une maniere certaine et aussi uni- 
form^ment qu'il est possible, il est 
indispensable d'employer un sei 
d'or toujours de la möme qualit^ 
ou du moins de connattre sa ri- 
chessc en sei double actif, afin de 

Souvoir proceder en connaissance 
e cause aux changements qu'il 
convicnt d'apporter danslacomposi- 
tion du baln de virage. Sous le rap- 
port financier il n'en est pas moins 
n^cessairc de connaftre la compo- 
silion du sei d'or, car malheureuse- 
mcnt le commerce debile un grand 
nombre de sels de ce genre au m6me 
prix ou k peu de chose pr^s, que le 
produit de qualite irreprocbable et 
qui copendant renferment a peine la 
moitie, je dirai m^mo le quart de 
ieur poids en chlorure double d'or 
de potassium ou de sodium. 

Jusqu'd präsent les photographes 
ne possedentpas, du moins d ma con- 
naissance, de moyen rapide et sim- 
ple pour s'assurer do la qualite des 
sels d'or et quand ils soumettcnt ces 
pr^parations ä l'examen deschimis- 
tes, il arrive ind^pendamment des 
pertes de tcmps qui en rdsultent quo 
ranalyse chimique exi?e des frais 
qui ne sont plus en rapport avec la 

Suantitd oa la valeur du produit. 
'est d'apr^s ces motifs que je pense 
que le raode suivant d'cssai des sels 
d'or sera utile aux photographes, 
d'autant mienx qu'il exige k peine 
une demi-heure pour son exäcution 
et aucnn autre appareil ou acces- 
soire que les ustensilcs qu'on trou- 
ve d61d dans tout atelier bien or- 
ganise pour le dosage des bains de 
soude et d'argent ou du cyanure de 
potassium. 

Le principe du mode d'essai que 
je propose est tout simplement le 
suivant: 

Le chlorure d'or et de sodium ä 
l'dtat pur, c'est-ä-dire quand il n'a 
pas dtö sophistiqu6 a pour composi- 
tion: 

AuCl», NaCl+4H0 

tandis qnc le chlorure d'or et de 
potassium correspond ä celie-ci : 

AuCP, KCl -4- 5 HO 

Les substances qui jusqu'ä pre« 



— li\ — 



aent ont serri k sophlsliquer ces 
denx «eis d*or sont exclusivement lo 
chlornrc de sodium et res{)cctive- 
iDeot Iß chlorurc de potassium. A 
i'aide d*une faible clialcar rouge, 
ces sels d'or sont decompos^s de 



Cacon qae Tor melalliaue eile chlo« 
ruro de sodium ou celui de potas- 
sium restent, tandis quo ia portlon 
de chlore qui otait combioee ä Tor 
se volatilise avcc Teau d'apres leg 
formules suivantes. 



AuCI». NaCI + 4110 = Au + NaCl 4- CP 4- 4 HO 
AuCP, KCl + ßllO = Au 4- KCl -f CP 4- 5 HO 



Lora donc qu'on voudra recher- 
cher la Proportion daus un sei d'or 
du chlorure d*or et de sodium, ou 
du chlorure d'or et de potassium, 
OD 7 parvicudra aisemcnt, en sup- 

Sosant qu'on alt prealablement re- 
ult le chlorure cl'or par une calci- 
natlon , ä Taide d*UD dosage du 
chlore au moyen dos liqueurs litrces 
si generalement employees aujour- 
d'hui pour l'essai des bains d'ar- 
gent. Un calcul trös-simplo donne 
Ia Proportion ponderale et ceulcsi- 
maJe du sei d'or en chlorure de so- 
dium et chlorure de potassium, ou 
en chlorure d'or sodi^ue ou potas- 
sique avcc une prc^cision bien sulTi- 
sante pour le praticicn. 

On p^se. je suppose, aussi exacte- 
mcnt que possihle 0j?'.58ü de chlo- 
rure d*or et de sodium puls on dose 
par liqueur titr6e et apres la calci- 
nation au rouge du composä, la So- 
lution du rdsidu au moyen de 
la Solution normale d*argent au 
dixieme; ilenresultequesicexprime 
le nombre de centimctrcs cubcs de 
la Solution d'argent et p, la Propor- 
tion centcsimale du sei marin ajout6 
an produit pour Tallonger, qu'ondoit 
obtenir cette quantitc p par Töqua- 
tion 

p = c — I4.7J 

Pour le chlornre d'or potassique 
il faut, dans Ics mSmos conditions, 
en peser 0k'.746, et Tequation sui- 
Tante donne alors la proportion p' 
du chlorure de potassium employee 
ä la falsiücation 

p' = c — 17.66 

On obtient cnsuite la proportion 
centcsimale du chlornre dor so- 
diquo pur = P et celui du chlorure 
d'or potassique pur = P' en posant. 

P=.|00— (c — n.72) 
P' = 100 — (c — 17.65) 

Voici du rcste la maniere de con- 
duire cette Operation. 



Si on veut soumettre d Tossai un 
sei d'or de composilion inconnuo» 
soit comblnais«>n de potassium ou 
de sodium, il est ncccssaire d'abord 
d'ötro renseigne i ce sujet. A cet 
cffot on y proc6de d'une maniere 
sufHsamment exacte pour notro ob« 
jet en portant une petite quantittS 
du compose dont on a humect^une 
baguetle en verre au dcssus d*une 
lampe ä esprit de vin. Le compos^ 
sodique apr^s dtre suüQsamment 
chaufT^ colore la flamme en Jaune 
intense, cclul potassique on violet 
et rougeatre 

Gelte eprcuve termin6e et suivant 
le resultat quelle a fourni, on pese 
0K^ü8o ou 0i?'.7i6 du sei d'or dans 
uu petit creusot en porcelainBy 
qu*on recouvre pour eviter les par- 
tes par dccropilalion de son cou- 
vercle et on ehaufTc jusqu'au rouge 
naissant qu*on maiulient pendant 
trois a cinq rainules. Pour plus de 
simplicilc on peut jeter le creaset 
refroidi avec son cou verde et son 
contenu dans un graud verre ä 
boireeny versant euviron 100 cen- 
timetres cubes d'eau, et au moven 
d'une agitation soutenue favorfser 
la dissolution complete du composö 
de chlore, et il n'est pas näcessaire 
pour le titrage d'enlever le creaset 
de la liqueur. 

D*a[)r6s ce qui a &ie dit ci-des8QS« 
il se separe par la calci nation du sei 
d'or calciue, de Tor metallique qui 
naturellement reste ä l'etat solide« 
mais pour ne pas perdre cet or, il 
est plus convenable, au lieu d'in- 
troduire le creusct et son contenu 
dans un verre, et de titrer immi- 
diate.iienl, de filtrer pour s6parer 
le r6sidu de la combinaison da 
chlore saus perle de i'or r^duit, de 
laver aussi complCtement qu'il est 
posslble le filtre avec la bouteille ä 
laver et de titrer la liaueur filtrie. 
Lo residu lai^se sur le filtre peut 
ötrc considcrö comme de Tor par et 
ötrc utilisö dans la pr^paration d'un 
nouveau sei d'or ou de toute autro 
maniere. 

Pour titrer oa se sett 4'nwä Vs^* 



— 122 — 



rette ä pression dWis^e en demi ou 
mieax en dixitoes de contim6tres 
cubes, qui renfcrme la Solution nor- 
male d'argent au dixiöme, c'est-4- 
dire une Solution de lOr.797 de oi- 
trate d'argeot dans 989 centim^lres 
cubes 19 d'eau pure. Comme agent 
indicateur, on mtroduit dans la li- 
queur soumise ä Tessai trois et au 
plus cinq gouttes d'une Solution sa- 
turce de Chromate ncutre de po- 
tasse» et on fait 6couler de la Bü- 
rette toujours en agitant la Solution 
d'argent jusqu'4 ce que la liqueur 
prenne une coloration rouge per- 
manente. Le nombre de centimetres 
cubes = c, qui ont 6te ddpensös, 
substitue dans les 6quation precö- 
dentes Fcrt ä calcuiiT la proportion 
centesimalo qu'on veut connattre 
dans le sei, en compos^ aurlquo ou 
dans sa sophistication. 

Supposons comme exemple gue 
Je proc6d6 que ie vicns de ddenre, 
801 1 appliqu6 a Tanalyse d'un sei 
d*or sodique du commerce et que 
0?'.585 de co sei aient exig6 61 cen- 
timetres cubes 5 = c de Solution 
d'argent pour sa Saturation, jusqu'd 
Fapparitlon de la coloration rouge 
permanente de la liqueur. La pro- 
portion du sei marin = p ajoute en 
fraude au sei d'or, est donc 61,5 
moins 14,72. et ^gale ä 46,78 p. iOO 
en poids et par consötjuentla pro- 
portion en sei d'or sodique pur, est 
f = 100— 46 78= 53.22 p. 100. 

Cet exemple monlre clairement 
de quelle importance il est pour los 
photographes d'essayer les sels d'or, 
car quand on veut sc servir d'un 
bain de virage qui sur 2000 centi- 
inötres cubes deau doit contenir 
20 grammcs d'acötate de soude , 
et 1 grammo de chlorure d'or et do 
sodium pur et dont la rdaction acide 
est neutralis6e par un bicarbonate 
do soude, il est clair qu'on obtien- 
dra en employant le sei d'or essaye, 
des r^sultats qui ne soront nulle- 
ment satisfaisanls. Si donc ou von- 
lait arriver avec celte pröparation 
aux memes r^sultals qu'avec un 
compos6 pur, le pholographe serait 

,,..,, , 1 X too 

obliged'en omployer — ^^— ' = 

1»'.88; c'est-4-dire une quantit^ bien 
supörieure ä celle qui est prescrite 
pour la pr(^paration des Lains de 
virale. 

Afin de prövcnir tout malenlendu 
Je ferai remnrquer en tcrmiiiant 
que le Chi miste pour apprecier la 
richesso des sei» d['or n'a pas bcsoin 



de les titrer par la Solution d'ar- 
gent, attendu que par la simple 
perto de poids lors de la calcination, 
il peut d^jä ddduire la proportion 
en compos6s d'or purs. Mais quel- 
que avantagense que cette metnode 
paraisse ä un chimiste exerc^ qui 
est pourvu de bonnes balances, ce- 
pendant eile ne laisse pas de prä- 
senter aux photographes des diffi- 
cult6s et des incertitudes, et c'cst 
ce qui me ddtermine ä leur recom- 
mander l'essai des sels d'or parle 
moyen des liqueurs titr6es. 



Milanges relatifs aux couleun 
d'aniline. 

Si a une Solution aqueuse ätendue 
et froide de pourpre d'aniline, de 
Magenta, d'azuline^ etc., on ajoute 
de l'amidon de froment et qu'on 
abandonne quelques heures en re- 
muant fr6quemment, toute la ma- 
ti^re colorante est absorbde et la li- 

Sueur est presquo completement 
6color6e. Dans une Solution mo- 
d^rementconcentröed'azuüne toute 
la mati6re bleue est absorbce, tan- 
dis que la liqueur prend une teinte 
rouge due ä la mati^ro de cettecou- 
leur qui accompagne ordinalre- 
ment l'azuline. Le bleu disparatt 
mfime dans les Solutions ^tendues. 
En traitant par Talcool concontrd, 
on peut enlever la couleur ä Tami- 
don et de cette maniere il dcyient 
possible de nrdparer toules les es- 
peccs de couleurs, Jaune-rose, diff6- 
rentes nuances de rouge, bleu, etc. 

— Pour produire suivant M. D. 
Dawson toules les nuajnces inter- 
mMiaires entre le rouge magenta 
et le bleuj on chauffe on vase dos 
de riodure d'aliyle avec la rosani- 
linc ou de Tiodure d'allyle avec un 
sei quelcouque de rosaniline dans 
les proportions suivantes, saToir : 
iodure d'allyde 2 parties, rosaniline 
une parlie ou 2 parties d'iodure 
d'allyle pour une parlie d'un sei de 
rosaniline les proportions corres- 
pondent ä environ 3 Äquivalents 
d'iodure d'allyle pour l'ßquivalent 
de rosaniline et reussissent bien 
dans la pratique. 

— M. R Smilh oblient des cou- 
leurs violettes par la combinaison 
du pourpre d*anilinc avec l'aniline 
et Tocide salycilique et des couleurs 
brunes en combinant Celles cramoi- 
sie ou magenta prdpar^es comme on 



m - 



Ta indiqa6 en 1860 avec le chlorhy- 
drate d'aniline ; cnfin des couleurs 
violettes en combinant le magcuta 
avcc raniline et racide salycilique, 
avecTacide salycilique et une huile 
de goudron basique ou avec Tacide 
carßoUque et Tacidc salycilique. 

— M. M. Dale et H. Caro produi- 
sent nne matiere colorante iaunc 
en traitant raniline oa scs sels par 
les nitrales alcalins ; un brun en 
traitant la ph^nylamine ou ses ho- 
mologues par les nitrites alcalins; 
des mati^res colorantes pourpre et 
bleu par le traileinent des sels d'a- 
niline par les nilrit's inetalliqucs 
ou avec les produits resultant de 
l'actionde Tacide nilronx sur rani- 
line. et enfin rendent les reaidus 
de Ja fabricalion du ningcnta et 
mauve d'aniline propres ä la tvin- 
ture en les d^pouillant de leurs 
^löments mctalliciurs. 

— Pour produire des couleurs li- 
las et pourpre avcc Tanilino et ses 
honiologues, ou bicn leurs sels 
M. G. Phillips o])cre ainsi qu'il suit: 

On prend 300 parlios ae coupe- 
rose verte et 100 parties d'aniline 
ou ses homologues et on y ajoute, 
de la maniöre qu'on va Texpliqucr, 
la Proportion d*hypochlorite de 
chaux nocessaire pour produire la 
couleur desiröe. Supposons qu'a ces 
100 parties d'aniline et cos 300 de 
couperose ou ait ajoute 40 parties 
d'hypochlorite dissuus dans Teau. 
On conseille d'abord de dissoudre 
raniline et le sei de fer dans Teau 
chaude et quand la Solution est re- 
froidie d'ajouter Thypochlorite. Le 
tout est alors porte et maintenu d 
une lorapcraiure de 100° G. pendant 
une a quatrc heures suivant la 
nuancc von lue. La nuance produite 
döpendra aussi de la proportion 
cenlesimalo de riiypochlorite et 
lar consöquenten en faisaut varier 
a quanlitc on modifie cette nuan- 
ce, et en outre la duree de rebulli- 
tion depeiid aussi de la quanlitö de 
tel hypochlorite qu'on cmploiedans 
l'operation . 

Lacoulcur ainsi obtenue est solu- 
ble dans Teau et apres avoir dt6 fil- 
tree propre ä monter le bain de 
teinlure. Elle leint la soie, le cot'»n 
et autres raatieres en lilas ou en 
pourpre solide suivant le cas. On 
peut aussi Toblenir i l'ctat solide 
par les moyens connus et en former 
des Solutions chaudcs ou froides. 

On produit encore la couleur en 
m^langeant les ingr^dients ä l'ötat 



E 



solide^ avec ou sans addition d'eau 
et soumettant &une tempöralure d6 
110' C; il sc forme ainsi une masso 
foncce dont l'eau qui la dissout d6- 
veloppe la couleur. 

Les tissus teints en cette coulear 
peuvcnt ^tre vir^s au bleu en les 
passant par une Solution decyano- 
lerride de potassium ou la couleur 
elle-m^me rendue bleue paruno pe- 
tite qunntite d'acide cblorhydrique 
ou autre ajoul^o au bain avant d*y 
passer les bbjets. 

— M. üsebo, chimiste ä Paris, est 
le Premier qui ait appeld Tattontion 
sur la rcaclion qui donne l'aniline 
verle. A cet effet, il a proposö de 
dissoudre Taniline rouge cristallisee 
dans un melanpre d'alcool et d'acide 
sulfurique ou cblorhydrique et d'a- 
joutcr une certaine quanlil6 d*alr 
dehyde ou d'esprilde bois. La Solu- 
tion passe aussitöt au violet et de- 
vicnt peu ä peu d'un bleu vif. Arri- 
v6e d ce point, on ajoute une cer- 
taine Proportion d'hyposulfile do 
soude et la Solution prend quand 
on la chauffe une belle coulear 
verte. 

Cette reaction präsente plusieurs 
inconvdnicuts qu il n'est pas neees- 
saire d'iinumercr et qu'on peut evi- 
ler en operant par la m^^lhode plus 
simple et plus rapide qu'a proposee 
plus tard M. üs6be et qu'd rait con- 
nattre le 3foniteu7' scientifiqut 1863 
no 170 p. 36s. 

On prend 130 grammes d'aniline 
rouge cristallisee (sulfate de rosa- 
niliiie), 450 grammes d*un m^lange 
froid de 3 kilogrammes d'acide sul- 
furique et 1 kilogramme d'eau dans 
lequel le rouge se dissout comple- 
temonl et on ajoute 22;> grammes 
d'aldehydo. On chaude le melan^e 
au hain de sable, on en cueille ao 
temps a autre avec une baguelte de 
verre une ^outte qu'on plonge dans 
de l'eau legercment acidulee; aus- 
silöt qu'on oblient une belle Solu- 
tion vert fonco, on cesse de chauf- 
fer et ou introduit peu a peu le m^ 
lauge dans 30 lltres d'eau bouillante 
d laquelle on a ajoutd 450 grammes 
d'hyposulflte de soude dissous dans 
la moindrequantil6 possible d'eau. 
On fait bouillir quelques minutes; 
toute la matiere verte resteen Solu- 
tion et peut servir k teindre la soie. 

Bion entcndu que quand on ope- 
re en grand on fait usage de vases 
inalta'juables en gres, en plomb ou 
en fer emaillc. 

Lo vert est trds-beau isurtout a U 



— 124 — 



lamidre des bougies ou il ne se diR- 
tinguc pas des autres verts. 

Jusqu'ä present oa n*a pas r^ussi 
ä obteoir cetle couleur sous forme 
solide ou du moins sous forme con- 
centr^e, afin do pouvoir l'exp^ier 
plus aisement et a moins de rrais. 

— On doit ä M. Eug. Lucius, de 
Francfort-sur-ie-Mein , lo procM6 
suivant pourprodiiireun bleu etuu 
vert avec la rosaniline et les sels 
dissous dans unc Solution acide par 
Taction de l'aldebyde ou de ses no- 
mologues. 

On prend i partle en poids do Sul- 
fate de rosaniline qu'on fait dissou- 
dre dans un melango de 2 parties 
d'acide sulfurique et de 2 d 4 par- 
ties d*eau, puls on ajoute 4 parties 
d'aldehyde et le m^lange estchauff6 
ä environ oOo C, temperature d la- 
qaelle on le maintlent jusqu'd ce 
qn'uri ^chantillon au'on levc, dis- 
sous dans environ 50 fois son poids 
d'alcool, fournisse une Solution bleu 
verddlre. Le m^lange ci-dessus est 
alors ajoule a 300 jusqu'a 1500 par- 
ties cn poids d'une Solution saturco 
d'bjdrogene sulfurö dans Teau. La 
tempörature e^t porlee gradudle- 
ment de 90^ k iOOo et pendant cette 
^levation on ajoute de 10 d 20 par- 
ties d'une Solution saturee d*acide 
suifureux dans l'eau. La liqucur est 
alors filtree pour en separer la cou- 
leur bleue qui s'est precipitee. 

Pour obtenir une couleur verte 
sous forme solide de la Solution 
Yorte qui en resulte, on ajoute de 5 
i 20 parties de sei marin ou autrc 
sei convenable, ainsi qu*uno Solu- 



tion de soude caustique ou de car- 
bonate de soude ou autre alcali de 
mani^rc a neutraliser l'acide präsent 
et cfiTectuer la prccipitation de la 
couleur verte ; apr^s avoir laissö le 
pr^cipite se former la liquenr aui 
surnaffo est ddcant^o, la couleur la- 
vde d reau et sechce d une tempe- 
rature qui ne d^passe pas lOOo G. 

On peut emplojer pour la disso- 
lution de la rosaniline un autre aci- 
de que Tacide sulfurique, mais ce- 
iui-ci fournit des r^sultats meil- 
leurs. 

II est clair qu'au Heu des Solu- 
tions d'acide suifureux et d'hjdro- 
gene sulfurä, on pcul faire passer 
les gaz dans la Solution ou qu*on 
peut ajouter d celle acide des sulü- 
tes et des suliures ; toutefois les 
Solutions gazeuses paraisscntprefö- 
rables. 

Pour rendre la couleur verte so- 
lide obtenue ci-dessus propre a la 
teinture et d l'imprcssion, on s'y 
prend comme il suit : On triture 
une partie cn poids de la couleur 
verte avec 20 parties d'eau, afin d'o- 
perer une incorporation parfalte, 
uuis on ajoute 2 parties d'acide sul- 
lurique et de 50 d 70 parties d'al- 
cool pour op^rer la Solution. Quand 
on veut appliquer cclle-ci d la tein- 
ture on etcnd pcu d peu d'eau aci- 
dul6c avec Tacide sulfurique. 

— Un proccd6 pour teindre on 
noir d*aniline pröferable d cclui de 
M. Lighsfoot qui est nuisible au Ül, 
est cclui qu'on pratiquc, dit-on, d 
Mulbouse et sur lequel voici quel- 
ques renseignoments. 



A. Epaississant. 

Amidon de pommmes de terre 27^. 

Eao 18Mt. 

Eeau gomme (1200 grammes par litre) 30 

Eau de gomme adraganthe (65 grammes par litre) 24 

B. Premier melange, 

Epaississant cbaud 25^'^ 

Chlorate de polasse i^XoOB^, 

On ajoute ä la masse du cyanoferride d'ammonium 3900 

C. Deuxieme melange. 

£paississant chaud 261'^. 

Chlorhydrate d'aniline sec en poudre 36008T. 

Acide tartrique 7o0 



Pour imprimer, on melango une 
partie de B et 2 parties de A. 

Ce noir est loujours tlifficilc d 
pr^parer et les deux mclangcs se 
a^composant aisement, le noir se 



d^vcloppc irreguli^rcment et sui- 
vantqu'il est plus ou moins liquide, 
etle degre de la temperatureil couie 
presque loujours. Mais il est solide, 
rösiste au savon et n'est cnlev6 que 



- 125 - 



par le chlorure d'itain. ün de sss 
moonv^nients aassi est de traverscr 
ä rimpressioQ au rouleau et de saiir 
les couverturcs qu'il est dilücilc 
d'ca döbarrasser. 

M. Boilej qui a vu de tr6s-belles 
impressions au noir d'aniline fait 
remarqaer que rintroduction du 
cyanofcrride d'ammonium pour 
remplacer en partic le chloratc de 
potasse^ l'a dcja beaucoup amcliore, 
mais qu'on a fait un pas de plus cn 
ayant recours ä uno substancc qui 
n est pas un agent direct d'oxyda- 
tion et appartient plutöt aux sub- 
stances oxydablcs, ä savoir le sul- 
fure de cuivre. Le sulfure de cuivre 
recemment prccipite des sels de cc 
metal jouit, comme on sait, de la 
propridte d'absorber avec avidite 
roxygene pour former du Sulfate de 
cuivre. On doit admettre qu'uno 
portion de cet oxygenc se porto sur 
raniline. Le cöle avantagcux de 
celte rdaction, c'est que la fibre iic 
paratt ^prouver aucune atlcinlc de 
cette absorption de Toxygene. Ce 
moded'impression est deja pralique 
dans plusieurs etablissemenls, seu- 
Icment les proportions des indlan- 
ges sont un pcu compliquöcs et dif- 
fdrentes suivant les cas. 

— La tcinturo de la laine et de la 
soie en couleurs d'aniline est une 
opdration simple allendu que ces 
matiörcs s'cmparent de la couleur 
Sans l'intervention d'un troisiemo 
Corps. Avec le colon Topdration est 
beaucoup plus difllcile parce que 
cette maticrc exige l'ompJoi prcala- 
ble d'un mordant dont on a d6jä 
proposd plusieurs espcces. Le mor- 
dant le plus gcndralement appliau6 
aclucUementest celui d'huile qu on 
prepare avec Thuile d'olive, Tacide 
suliurique et Talcool, en prenanl, 

gar exemple, SOO grammes d'huile, 
grammes d'acide sulfurique et 25 
grammes d'alcool, mclanjeant inti- 
mementet ölcndant de 5 litresd'eau 
avant d*aj>pliqucr. Un mordant 
bien plus economique quo ct'lui a 
l'builc et quo c^liii au gluteu est le 
savon. Pour 10 kilogrammes de lil 
de coton, on emploie 500 grammes 
de savon de suif qu'on dissout dans 
une quantite sumsante d'eau. On 
manipule pendant quelque lemps 
le coton dans cette eau de savon 
chaudc, on Fait sechcr sans laver 
et on ne lave qu'au moment ou on 
va f»asser par le bain de teintnre. 
Le bain de savon peut servir plu- 
sieurs fois, il sullit chaquc fois d'y 



S outer un peu de nouveau savon. 
on-seolement le savon est plus 
economique que le bain d'huile, 
mais il est aussi bien plus avan- 
tagcux pour les couleurs qui ne 
laissent rien ä desirer sous le rap« 
port de la soliditc et de Töclat. 

— L'exüdrience industrielle a ap- 
pris que le rendement cn mati^res 
colorantes des anilines obtenues a 
l'aide de l'huile Idgöre des goudrons 
de houille est extraordinairement 
variable et eile a fait connaltro en 
oulre que le pouvoir tinctorlal des 
matieres colorantes produites est 
dgalcinent tres-variable. M. C. Kou- 
ber, de Gand, a essayd d'^claireir ce 
sujet et dans ce but il a rechercM 
la relation qui existe : 1® entre le 
point d'öbuUition et la density de 
l'huile Idg^re (Benzol, tolaol» cu- 
niol, etc.); *^® entre le point d'ibul- 
lilioii ci la dcnsite des compos^s ni- 
Iros qui en dörivent; 3" entre le 
point d'äbullition et la densil6 des 
anilines commerciales qui provion- 
nent de ces composds nitres ; 4* en- 
fin entre ces anilines et la quantitö 
et la qualitä des matieres coloran- 
tes que ccUes-ci sont capables de 
fournir. II resulle de ces rechep- 
chos que l'huile legere dont le point 
d'ebuUition est conipris entre 90© et 
110« est Celle qui fournit les meiU 
leurcs anilines destinecs a la fabri- 
cation des matieres colorantes» con- 
sdquence tout sL fait d'accord aveo 
los observations de M. Hofmann. 
£n efTet, Thulle legere de goudron 
de houille bouillant entre ces deax 
points doit dtre prcsque exdusWe- 
mcnt formte de benzol et de toluol, 
melango qui doit fournir l'aniline 
et la toluidine, qui ä leur tour, ainsi 
que ce dernier chimistc la dömon- 
tr6, produisent le rouge magniflque 
qu'on conuatt. 

— Le pourprc d'aniline (mauve) 
decouvert en 1850 par M. W.-H. 
Perkiu a etö dcpiiis l'objet de sa 
part d'un exameii plus altentif. 
M. Pcrkin pens<*. quo cc corps cons- 
ti tue une base a laquellc il propose 
de donner le nom de mauveine et 
dont 11 a prepare divers sels, iels 
que le chlorhydrate, le sei double 
de platine, le bromhydrate, Tio- 
dhydrate, l'ac6tate et le carbonatc. 
Suivant lui cette base est une tölra- 
mine.Quand on chauffe la mauröino 
avec Tanilinc il cn resulte une ma- 
ticrc colorante bleue qui sans nul 
doute est un deriv6 pbönyliquo de 
cette base. Si on fait chauffer scul 



— 126 — 



un sei de mauveine il se forme an 
compos^ vlolet ou bleu. 



Alliages pour blocs et raclettes des 
imprimeurs sur etoffes. 

Par M. G. Lenssen. 

Oa se sert depuis quelqae temps 
dans rimpressioQ ä la main des 
toiles peinles pour ^tablir les blocs 
ou pianches d'un aliiage qui est 
trds-fusible. Oo grave, k cet elfet, en 
oreux et sur bois le dessin qu'il s'a- 
git de reproduire, et on Xini une 
empreinle ea creux avec ledit al- 
iiage. L'analyse suivante est rela- 
tive i un aliiage rdpanda dans les 
imprlmerles d'AIsace. 

Bismuth 10. i5 

£lain 57.23 

Plomb 31.15 

98.53 

üne maison de Dresde a intro- 
doit dans le commerce iine espece 
particuH^re de raclettes qui se dis- 
tinguent par une elasticite remar- 
quable, et qui» dans rimpression 
au cyiindre, sont peu attaquees par 
les Couleurs mSme les plus mor- 
dantes. Ces raclettes sont form^es 
d'un aliiage ^aune de laiton, mais 
d'une durete plus consid^rable et 
d*une plus grande elasticite. Quand 
on le fait lomire, cet aliiage pre- 
sente cetle parlicularit^ de fournir 
une masso de la couleur blancbe de 
l'etain, extrdmement cassant. Gelte 
maiiicrc singuliere de se comporler 
m*a delerminc a Ic soumeltro ä une 
analyse qui m'a fourni sur cent 
parties : 

£tain 4.93 

Zilie 9.78 

(^uivre 8Ö.70 

yy.oo 

Pour le preparcr, il paratlrait 
qu'ou doit observer les rapports 
suivanls : Etain, 1 parlie, zinc, 2 
parties et cuivre 17 parties. G'csl par 
un refroidissement subit particu- 
licr que Talliagc passe ä T^lat mal- 
l^blo et qu'il prend en memo 
temps une coloraiion. 



I>is80lution du caoutchcmc par 
le petrolc, 

Par M. Gh. Hümfrey. 

On a tentö plusieurs fois^ mais 
Sans succes, dedissoudre le caout« 
chouc dans le p^trole rectifi6; 
le caoutcbouc s'y dissout, il est 
vrai, avec facilite, mais quand on 
fait dvaporer la Solution, le däpdt 
ou rr^sidu reste poisseux ; relaslicite 
de la gommc est delruite, et sous 
d'autres rapports impropre a des 
applicalious. Pour reussir dans 
cette Solution, il faut operer ainsl 
qu'il suit : 

Le Premier point est d*obtcnir an 
p6trole rectiü6 aobjdre, et c'est ä 
quoi on parvient aisement et 6co- 
nomiquement uar Ic proc^dd sui- 
vant. Le pclrole recliüe du com- 
merce, d'un poids specifique d'en- 
viron 0,72b, bien dcbarrassö d'huilo 
d'^clairage, et qu'on peut so procu- 
rer aisement, est propre 4 cet objet. 
Dans un vase en fer fermant bien 
et pourvu d'un agitateur, on verse 
4d0 a 5Ü0 lilres de petrole rectifiö 
ga'on melange avec 45 a 50 litres 
a'acido sulfurique conceutre du 
poids speciüque de 1840 au muins, 
et on mel le tout dans une violente 
agUalioo. Ou laisse reposer le me- 
lange peu de lemps et on soulire 
Tacide par un roblnet sur le fond 
du vase. Alors ou ajouto environ la 
memo quaotile d'auide sulfurique 
concenlrö, et on repete Foperation. 
Le petrole dont tout raciuc s'est ä 
peu prös deposeest däcaute, cuTex- 
posant, aussi peu qu'il est possible, 
a Tair, surtoul a rairhumido^ daus 
un autro "vaae clos pourvu 6gale- 
meut d'un agitateur, elon y ajoule 
encore i^'^K ä lkii.50 de proloxyde 
de plomb et 0>^ii.500 de peruxyde de 
manganeso reduits eii poudre fine« 
et lo melange est agile de uouveau, 
Aiusi traile, le petrole est pr^t a 
servir, et s'cclaircit en quelques 
hcures. 

Ou bion, apr^s avoir introduit le 
pelrole recliüe dans un vase clos en 
fer avec agitateur, on y ajoule, par 
öOO litres, 12 a 13 kii. de chioruro 
de calcium rediiil en pouJre finc et 
rcceinii;ent caicinc, puls on agite 
yiveaient. Apres que le liquide s'est 
eclairci, on io decuutc daus un au- 
tre vase oü on le traile une seconde 
f«jis par ic cblorure de calcium 
calcinö, et euUn on le distille sur ce 
cblorure, Ce dcrnier procedö exige 



— 1SS7 — 



plus Ab temps» pluslcurs jours au 
moins» et Ic premler est pr4ferable 
80U8 le rapport de la cöteritä. 

Le second poiot consiste ä obte- 
nir un caoutchouc exempt d*eaa 
ahirente ou combin^e, et c*est i 
quoi on parvient en d^coupaot la 
gomme en lani^res miaces et l'ez- 
posaot i la dessication dans une 
atmosph^re cbauffee. 

TJne fois en possession d'an p6- 
trole et d'un caoutchouc anhydre, 
on les fait digörer ensemble dans un 
yase dos avec agitation, et on se 

Srocure alnsi une Solution de toi 
egrö de forco qu'on d<5sire, seule- 
ment 11 faut faire attention de ne 
pas ezposer cette Solution ä Tair, 
surtout d l'air humide. 

Ge proc^dd s*appliaue au pö- 
trole rectifiä de Pensylvanie et de 
YalacblCf qui paraissent les plus 
convenables pour cet objct ; mais 
les huiles rcclifiees de houilie et de 
schiste peuvent dgalement ^Ire em- 
ploytes. 



Sur la dissolution des resines et en 
particulier du copal dans l'ace- 
tone pour la preparation des 
vernis. 

Par M. WlEDERHOLD. 

L'action dlssolvante de Tacetone 
sur diverses resines n'a pas jusqu'ä 
CO jour attir6 toute Tatlention 
qa'elle mdrite. J*ai entrepris, dans 
cette direction, quelques ezperien- 
ces dont je vais, dacs ce qui va sui- 
vre, communiquer une partie. 

Une chose qui me paratt surtout 
d*un grand interdt, c*est la dissolu- 
tion du copal dans Tacetone. Quand 
on verse sur du copal pulv^rise et 
sicÜ vivcment sur le feu jusqu*ä 
commencement de fusion de Tacd- 
tone anhydre (reclifiö sur du chlo- 
rure de calcium), et qu'on agile 
avec soin, ii y a, mörno dfroid, dis- 
solution de ce copal. Dans ce tral- 
ment, une partie en poids de ce co- 
pal exige environ 2,8 parties d'ac6- 
lone pour sa dissolution complete. 
On obtient de cette maniere un 
vernis spiritueux au copal, qui Se- 
che prcsque iustantan^mcnt en 
laissant la resine sous la forme d*un 
enduit solide douo d'un bei dclat 
vilreux. 

On peut tres-bien obtenir une So- 
lution plus riebe en copal (en fai- 
sant toutefois attention qu'il no 



faut pas songer k employer la cha« 
leur pour favoriser la dissolution ä 
raison de la volatilitc de Tacdtone) 
en distillant une portion de Tace* 
tone de la Solution qu'ou a prepa- 
r^e. On obtient, par ce procedd di- 
gne d'attention , une Solution pres« 
que de la density d'uu sirop, sans 
qu*il se separe du copal. Si Toil 
cvapore compl^leraent rac^tone, le 
copal s'en separe sous une forme 
sous laquelle, quand on le met de 
nouvcan en contact avec rac^lone, 
11 se dissoul bien plus aisdment que 
le cojial primitivement rdduit en 

Soudre. £n ^tendaut la Solution 
ense comme un sirop, avec de l'a- 
celone, et d'un autre cöt6, en öva- 
porant parliellement Tacdtone de 
la Solution prepar^e i froid, on peut 
se procurer un vernis copal spiri- 
tuüux de teile conslstance qu'oa 
desire. 

Un vernis de ce genre est 6ml- 
neiument propre au vernissage des 
cartes geographiques , des meu- 
bles, elc , et toutes les fois qu'on a 
besoln d*un vernis qui seche prom- 
plemcnt, mais non elastique. Quant 
aux objets qui exigent de Nlasti- 
cit6, on ne peut le leur appliquer, 
parce que la resine copal est par 
elle-mdme cassante et eclate quand 
on la plie. 

£n ce qui concerne la gomme la« 
que^ je n'ai pas en general obtenu de 
resultats avantageux» parce que les 
sortes de ce genre qu'on trouve 
dans le commerce, surtout acluel- 
lement, se comportent d'une ma- 
niere cxlraordiaairement differente 
vis-a-vis des rcactifs. Ainsi un 
echantilion de gomme laquc hlan- 
chie m'a donue un bon resultat. 
Une paitie eu poids de gomne la- 
que exige, pour etre dissoute, 1,5 
partie d'acetono pour obtenir un 
vernis epais, olcagineux. Uu autre 
ochantillon,au contrairc.ne s'estpas 
dissous, et avec un troisieme, une 
partie en poids de gomme laque 
rilanchie ne s'est dissoute que dans 
3,5 parties d'ac6tone. 

Le nouvoir dissolvant de l'acd- 
tone s cxerce avec le plus d'öner^ie 
sur le mastic et la sandaraque. Ces 
deux r6sines s'y dissolvent a froid 
en quantile considtirable et prom- 
ptement. On obtient ainsi des ver- 
nis 6pais, de la conslstance de ceux 
ä rhuile de lin, qu'on peut (Slendre 
au degr^ desirö, et qui fournissent, 
du moins cclui au mastic, un trös- 
bel enduit lac^vni, "L^s ÖL'^\iL\sv^T^\ii 



- 128 - 



succin et le caoutohouc ne se dis- 
solvent, au contraire, qu'en quan- 
titö tout ä fait insigniüaDtc. 

Ün obstacle aux applications in- 
dustrielles de Tacetone est sonprlx 
actuel, qui est elcvd» mais on peut 
tr^s-bien admettre quo cette cir- 
constance provient de ce que ee li- 
quide n'a pas encore rencontr^ 
a*emploi en grand, et que de m6me 
que aautres corps, le phosphore, 

Sar exemple^ si Tindustrie en fait la 
emande, les frais, pour sa fabri- 
caiion, sercnt beaueoup r^duits. 

Si donc, chose dont nous ne don- 
tons pas, on parvlent k livrer Taeö- 
tone a un prix moddr^, on ne tar- 
dera pas a trouver dans le com- 
merce une classe nouvelle de ver- 
nis spiritueux. 

Avant de terminer, je me permet- 
trai d'appelep sur i'acetone Tatten- 
tion des chimistes qui s'occupent 
de la restauralion des anciennes 
pelnlures ä Thuile. 

Si la moisissure ou le chanci 
(genre d'alteralion du reste peu 
commun) qu'on observe pariois 
dans les peintures a Thuile est Ic 
rösultat (Tun changcment molecu- 
laire du vernis, changement qui 
d^lruit la nature hyaline de cet en- 
duit, et qu'on peut attribuer ä une 
tendance des acides contenus dans 
les resines ä se s^parcr sous forme 
de cristaux, nous recommandons, 
dans ce cas, d'essayer si, par une 
distillation goutle a goutte d'acö- 
tone sur le vernis 6raiil6, on ne 
parviendrait pas d Ic redissoudre et 
a leprdcipiter de nouveau desadis- 
solulion a T^lat d*une couche con- 
tinue vilreuse et trauslucide. 



Appareilpoiir Vcxlraclion des huiles. 

Par M. J. Marshall. 

Jusqu'a presont on a ete dans 
rhabitude d'exprimcr Thuile des 
graincs ou aulres maticres oWagi- 
ncuses au moyen de presses ä vis 
ou hydrauliques, Tbuile s'cchappant 
et cüulant le Ion"; des cötes de la 
p^cs^c. M. Marshall propose aujour- 
d'hui d'exlraire Thuilc de ces ma- 
ticres et en m^me temps de la fil- 
trer ä Taide d'un force hydraulique 
ou autre qu'bn fait agir sur nu pis- 
ton lequel exercc sa prossion sur 
cette matiCre contenuc dans un 
cylindre, ladite matiere rcpösant 



sur un milieu rdsistant, forma par 
un bouchon crcux dont la face du 
cöte de la grainc porte un bloc percd 
de trous, muni en avant de doubles 
de teile m^tallique, d'un tissu ve- 
g^tal, d*un feutre, ou autre Corps 
propre a filtror et ^purer. Dans cette 
Operation Tinventeur pr^fCre em- 
pfoyer la grainc simplement con- 
cassee ou bris6e et non plus broyee 
par des meules verticaies. Danstous 
les cas les graines sont travaill^es a 
froid et saus application de vapeur 
ou de chauffage, parce que quand 
les graines sont vaporisces ou chauf- 
föcs, la vapeur ou la chaleur met- 
tent en libcrte ccrtains Clements ou 
matiäres nuislbics d la qualite des 
huilcs. 

La fig. 1, pl. 303, est une scction 
d'unc presse ä huile mise en action 
par une force hydraulique, dans 
laquelle on n'a representö que les 
organes nöcessaire pour compren- 
dre la disposition nouvelle. 

La fig. 2 une vue par une extre- 
mite de cette presse. 

A,A cylindre formant la töte dela 
presse hydraulique; B, B bouchon 
creux tourne tres-exactement coni- 
que et ajuste dans ce cylindre; C 
bloc pcrcö de trCs-petils trous , 
tourne aussi tres-exaclcment coni- 
que et adaple sur le devant du bou- 
chon B ; D, D colonnes d'une presse 
hydraulique ordiuaire; F autre 
bouchon conique insdrc dans une 
chambre de m6me forme creusee 
sur Textremitö du pislon E; par 
Tapplication de la prcssion ce bou- 
chon est pousse sur la face termi- 
nale du piston et on a donnd cette 
forme parce que le bord aminci du 
[)ision se trouve ainsi mis en con- 
tact plus intime avec les parois du 
cylindre A. G filtre composc d'un 
ou plusleurs disques ou doubles de 
toilc mi^lallique, en tissu porcux, 
ou d'une combinaison de ces matö- 
riaux et places alternalivemcnt ou 
disposc^s paraliölement a la töte du 
bloc perforeC; H, flcavile formant 
espaco conliuu, ou bicn dcux ou 
un plus grand nombre, aulour du 
cylindre A dans lequel la vapenr 
ou autre a^cni chaufTcur est admis 
pour chauirer le cylindre dans le 
cas oü la subslauce parliculicre 
cxii;e qu'on chaulTc. 

Quant au niodc d'operer, voiei 
coiiiiiicnt on procode : 

Lc piston E est ramene en ar- 
rierc sur le devant du cylindre A et 
la grainc ou substancedont on vcut 



- 129 — 



exlraire Thaile est introdoite dans 
la cavil6 ainsi produite. Le bouchoii 
B oiiisi qoe le bloc pcrfor^ C et lo 
filtre G placd dessus, sont alors in- 
ser^s par Taiitre extr6mit6 du cyiin- 
dre A ou des iicrvures a, a eu sail- 
lie sur le bouchon, enlrent par les 
espaces 6, h fipr. 2 a l'extr^niit^ da 
cylindre, jusqu'd ce que rextr6mit6 
couiqae de ce bouchon soit fcrme- 
ment assise dans la chambre coni- 
que destiaee ä le reccvoir daus le 
cvllndre A. En tournant le bouchon 
d an sixi^me de tour. ies nervures 
a, a sur le bouchon B qui pr^scn- 
tent des faccs inclinces s'engagent 
soas des sailiies c, c sur le cylindre 
H Präsentant aussi des faces incli- 
nces» et forcent ainsi rextrömltC 
conique du bouchon B ä se mettro 
en contact intime avec les parois 
du cylindre A. 

Quand ensuito on applique la 
force, le nislon E s'avance vers le 
bouchon G en comprimant peu ä 
peu la graine contcnue dans le 
cylindre A et en exprimant Thuile 
qui s'Cchappc par le üilre, le bloc 
perforö et le bouchon creux, oü au 
moyen d'un tuyau on la regoit dans 
des cuves ou recipients, tandis que 
les matiCres concretcs ou imparfai- 
tement fluides et de residu reslent 
dans le cylindre. Pour eulever les 
rCsidus concrets, on ouvre en arriCre 
le bouchon B d'un sixiCme de tour, 
les neiYures a, a cessent d'ötre en- 
gagees dans les sailiies c, c, on rc- 
tire ce bouchon avec le bloc perforö 
et le filtre, et en continuant 4 faire 
agir la force sur le piston E, ces re- 
sidus sont chassiis ä TextrCmite du 
cyliudre A. 

Au lieu d'appliquer la force a un 
piston marchanlenva-et-vient dans 
un cylindre, on peut appliquer un 
cyliudre alternatif sur un piston 
fixe : cas dans Icquel pour debarras- 
ser les residus, ou euleve le bou- 
chon ainsi qu'on Ta explique ci- 
de>sus et on continue i faire agir la 
forQC sur le cylindre jusqu'd ce que 
Ic piston en cnasse ces residus. 

On peut faire encore usage d'un 
piston crcux I au lieu du piston 
plein ci-dessas decril, comme Tin- 
aique la fig. 3, dont Fextremile qui 
entre la premiere est remplie par 
un bloc porfore K, semblablo au 
filtre G de la fig. 1. 

Le bouchon ß de la fig. 1 peut 
6tre fait solide el non plus creux et 
le bloc C solide au lieu d'dtre per- 
forc. Alors les matieres fluides lors | 



de Texpresslon sont refoalCes ä, tra- 
vers le filtre L et lo passago e fig. 3 
du piston I, et s'öcoulent par un 
tuyau dans les reservoirs. Les resi- 
dus concrets sont dCchargCs do la 
mSme manicrc qa*on Ta expliquö 
pourla fig. 1. 

Le bouchon creux B fig. let le fil- 
tre G, peuvent parfois Stre employös 
conjointement ayec ce piston creux 
I et le filtre L de la fig. 3; alors les 
matieres fluides exprimees s'Cchap- 

Eent taut par le passage d dans le 
ouchon B fig. 1, que par le passage 
e du piston I fig. 3, en rdsidus con- 
crets dans le cylindre oü on les 
ävacue ensuite comme on Ta expli- 
qu6 ci-dessus. 



ilimination des sels des milasses, 
sirops et jus sucris impurs. 

II est question, dans Tindustrie 
sucrifere, aun procWC de traitement 
des mCIasses, sirops, jus Sucres et 
aulrcs produits, base sur le phdno- 
menede rendosmose,c'est-ä-aire de 
ce Phänomene du double courant 
Qui s'Ctablit entre deux liquides de 
dcnsites dilTerentes, separes par une 
cloison mcmbrancuse. On anpeile, 
dans ce cas, liquide osmose celui 
placCalexlCrieurd'un rCservoir ou 
vase et liquide osmosant celui qui 
est a rinterleur. Si, dans un appareil 
convenable, on place des melas^es, 
des sirops, des jus Sucres impurs, 
separes de feau par une membiane, 
CCS liquides dprouvent une analyse 
qui en s^pare les sels tantorganiques 
qu'inorganiques, lesquels passent 
aans Tcau ou liquide osmosant, tan- 
dis que le sucre et les mali^res colo- 
ranles reslent dans le vase au liquide 
Osmose. Cct effet atteint son maxi- 
mum quand les m^lasses et les sirops, 
comme ceux de betterave, qui abon- 
dent en matieres salines, sont ä Icur 
density normale de 40^ ä 45* Bau- 
m6, et en pr^scnce de Teau pure. 
L'cffet analyseur qui eliiiiinc les sols 
diminue k mesure que la dcnsito 
des m61asscs dc^crott et que cclle do 
Teau augmente. 



Recherches sur la betterave ä sucre. 

Par M. R. Hoffmann, de Prague. 

I. Examen de la hetiei'ave dani trois periodet 
de sa Vegetation. 

Cct examen a cu pour but de re- 



U Teehnologiile, T. XXYL — Döoembre 4864. 



~ 130 - 

eonnattre leg changexpentii qae la lyse des** cendirjeis des meines et i%k 

betterave i^pronve dans trois p^rio- feuilles. Las betteraves oiit ^l^ein- 

de sav6gätation.^ pruot^cs anx diverses p^riodcs, ^ 

Oo a det^rmine dans chnqoe ope- un champ situe ä Lil^esnitz, a peu 

cation» tant dans les feuillcs que do di^tance de Pregue. Letcrrain 

dans la racine, la proportion de de cc champ prc^sente un sol argi- 

Te^a, Celles dß ia sobstance secho, kux de couIeur grise e\ d'une con^- 

des cendres, des mati^ire^ azot^e? sIod assez grande. L'analyse chi- 

4a iissQtCeUulaire» da 3ucre et le mique de ce sol ä doiidö sur 100 

foids :^bsolu de la belterave. Le pariics en poids: 
i octobre on a entrepris ane ana- 

tnUTANCXS 

ContpositioQ total« solnbles dant solables dans insolablea dans 
l'eao lesacides lesacides 

mce 57.752Q(i trace^ , 0.14578 57.60628 

iPoiasse .. 1.84350 0.q04iß^ 0.18772 1.65016 

Soude 1.40013 00890 0.20371 1.18751 

Ma^äsie .;....;: 1.54214 0.00337 1.22575 0.31302 

q^aux 1.64212 0.0336Ö 0.041^4 1.55668 

SÄfeK:::::ii ^-^^^^ • ^-^^^ ^'^^ 

^cide carbomque 0.33251 > 0.33251 

Acidept^osphonqüe... 0.30693 0.00537 0.30156 

Acjde sulfuriqiie 0.17457 01780 0.15667 

aiore ;... 0.00346 0.00346 > > 

Madöresorgani^^^^^^^ ^-«»38 0.07000 

Total ...; 100.00000 0.14712 10.28441 83.05809 

Rl&SDLTAT DES RECHERCHES 

Poidt des racines et de leun feitittes 

30 jniii 31, aoot 30 oetobra 

10 betteraves 2 betteraves 1 betterave 

Feuilles. 998«'««. 49Q«»«». 750«»*«. 

Ck)rp8 de la racine 506 1006 805 

1506 1504 1555 

Rapport de$ feuület aux raeinet 

1.96 : 1 6.49 : i 0.93 : 1 

Poidt moyen d^une betterave 

Fenilles 99.8 148 750 

Racine 50,8 504 80t 

EDSomme 150.6 7511 1552 

Eau et tubstance üehe danJr let feuillet, 

Eau 88.55 87.12 87.60 

Sobstance sdche 11,50 12.09 13.00 

100.00 100.00 100.00 

100 parties en poids de feuilles fratches renfermaietit t 

Ao 30 jain. An 31 aont. An 30 octobre. 

Ean 80.50 87.91 87.00 

Cendres 4.10 3.60 3.80 

Maüöres azotäes 2.12 2.33 2.83 

Tissu cellulaire 1.28 2.20 1.60 

Sobstances organiques non azo- 

tte 4.08 3.96 4.77 

100.00 100.00 100.90 



— 131 — 

100 parties en poids de feuilles dessich^es renfermaient : 

Aq 30 inin. Aa 34 aont. An 30 ortobre. 

Ondres 35.65 «9.77 29.23 

llatiöre^aiotees 18.43 i9.27 2i.76 

Tissa cellulaire 10.43 18.19 13.32 

Matiöres organiques Don azo- 

t^es 35.49 32.77 36.69 

100.00 100.00 100.00 



100 parties en poids do racines fraiches conlenaient : 



Aa 30jain. 

Eaa 89.20 

SabsUDce stehe 10.80 

lööToö 



Aa 31 acut. 
83.20 
16.80 

100.00 100.00 



Aa30octobre. 
75.20 
lti.80 



100 parties cn poids de racines fraiches conlenaient : 

Aa 30 jain. Aa 31 aoat. Ao 30 oelobra. 



Eau 80.20 

Cendres, 0.66 

Matiöres organiques azotees. . • 1 .00 

Tissu cellulaira 1 .01 

Sucre 4.00 

Autres maliereaorganiquesnon 
azotees (malieresgrasscs, co- 

loranies, peclincuses) 4.13 

100.00 



83.20 
0.90 
1.64 
1.50 
9.42 



3.34 
100.00 



75.20 

i.ao 

2.20 

2.07 

15.00 



4.23 
100.00 



100 parties en poids de racines dessechees coutenaient : 



Aa 30jain. 

Cendres 6.12 

Ilati6res azotees 9.26 

Tissu cellulaire 9.35 

Sucre 37.03 

Autres inaliöresorganiques non 
azotües (Tuatiercfl grasses, co- 

loranles, pectineuscs) 38.24 

lOü.OÜ 



An 31 acut. 

5.36 

9.76 

8.92 

55.95 



20.0 1 

TööTuo 



Au 30 octobre. 

5.24 

8.87 

8.35 

60.48 



17.06 



100.00 



100 parties cn poids de cendres, deduction falte de Tacide carboniqueet 
du sable renfermaient: 



Feuilles. 

50.895 
5.765 
6.742 

9.8:w 



Potasse 

Soude 

Magnty e 

Chaux 

Oxyde de fer i 

Oxyde de manganöse.) 

Silice 

Acidü pliosphorique. . 

Chlore 

Acide sulfuriqne 4.017 

100.000 



1.127 

3.422 

16.265 

1.929 



Racine«. 
24.ia4 
13.011 
18.316 
17.796 

2.331 

5.110 
6.932 
5.009 
7.361 

100.000 



On voit d'aprös ces analyses : 

1- Quo le rapport rclalif enlre 

chacun des ('löinonts dont sc com- 

posent los feuill«'S a changö dans io 

cours d«*, la vegeiation; 

2* Quo la quantite de Teau dans 



Ics feuilles diminue proportionnelle- 
ment au (Jeveloppciuent de celles-ci; 
3* Quc Ics el^uieois miucraux de 
ces feuilles diniiuueut egalement 
aTCC la inarche de la x4^^V.i;iV.\^\i* 



— laa — 



des matieres soumises ä ses reclier- 
ciics, De croit pas devoir pousser 
plus loin les conseqiicnces tlc cetle 
analyse des feuiilcs. En elTet, il fau- 
drait soumcttrc ä Tanalyse non pas 
seulcmenl les feuiilcs, mais toute la 
tdte de la plante eL prendre pour 
l'analyse ua ^cbaatillon moyen de 
la masse des feuiilcs et de la tige^ 
et il est facile de comprcndre que 
cette marche prcsente de sdrieuses 
diiHcultes. 

4* Le rapport relatif entre les el^ 
ments constitutifs du Corps de la 
betlerave changent avec la marche 
du d^veloppement de la plante; 

^^ La Proportion de Teau diminue 
constamment, cellcs du tlssu cel- 
lulaire et des matieres minerales 
n'augmentent ioutefois que dans la 
substance sdche. Quant aux matie- 
res azot^es, ii n'y a pas de diminu- 
tioD bien constante; 

6* Lo Sucre augmente constam- 
ment avec le ddyeloppemeul. Si on 
calcule, dcductiOD faite du sucreles 
^16ment8 sur cent parties, od s'a- 
per^oit que les matieres qu'on met 
en ügDC de compte comme dod 
azot^es, surtout Celles quiconsistent 
eD substauces diles pex^tineuses di- 
minuent avec les progräs du ddve- 
loppemcDt de la raclDe. La forma- 
tioD da Sucre paratt donc se faire 
aux d^pens de ces substaDCCs. Mais 
quoi qu'avec ies progres de la vcge- 
tatioD, il y alt toujours uue dimi- 
nution relative daus chacun des 
dl^ments de la racine, tels que tissu 
cellulaircy pectine et matieres pro- 



t^iques (matieres azotäes de la bet- 
terave), on observe n^aomoins lors 
qu'on etudie la masse de la plante 
produite aux diverses päriodcs, uno 
augmcntation absolue chez tous les 
elemenls de la racine. Gctte aug- 
meDtatioD absolue varie pour les 
diff^rents dl^mcnts, eile est la plus 
considörable pour le sucre; 

7' Les ccndrcs de la racine sont 
träs-riches en potasse, elles en ren- 
ferment comme on voit au-dela de 
50 pour lüO. Les feuiilcs n'en con- 
ticDnent qa'un peu moins de la 
moitie, mais elles sont plus riches 
en soude, en magnesie, en chaux, 
en oxydc de fcr, cnsilice, en chlore 
et en acide sulfurique. La racine au 
coDtraire est plus riebe cd acide 
phosphorique. 

II. Examen de la betlerave dans la seeonde 
annee de $a Vegetation. 

a. Betterave d'un faible d^velop- 
pement foliacö sans fleur et tige flo- 
rale. 

b. Betterave avec im peu plus de 
d^veloppement foliace, mais ^gale- 
ment sans üeurs. 

c. Betterave avec un bien plus 
grand döveloppement foliace et une 
pousse florale. 

d. Betterave avec nn tr^s-grand 
d^veloppement foliac^ et fleurs nom- 
breuses sur une tige florale princi- 
pale et des tiges secondaires. 

On a r^uni dans les tableaux sui- 
vauts les resultats des recherchcs. 



Poid* et longueur de la raeine et des feuillet, 

b e 



Racine. . 
Feoilles. 



986ffr. 
486 



j^entlin.67 
40 34 



835«T. 
525 



SOcenüm.e? 888.28cr. 2Sceiitiin.g4 1137.53fr. SoceDtim.gi 
77 53 717.51 82 70 1225.02 139 55 



100 parties en poids de racines renfermaient : 



Eau 90.80 

matieres organiques . . . 7.93 
Cendres ;. i.27 

Un examen plus soign6 a doDDe : 



b 

95.20 

3.60 

1.20 



Eau 90.80 95.20 



Matieres jirol^iques. ... 
(Ck)Dtenant de I'azote). . 

Cendres 

Tissa cellalaire 

Autres matieres non azo- 
t^s 



1.07 
(0.169) 
1.27 
2.00 

4.86 
100.00 



1.20 
2.20 



100.00 



e 

92.00 

6.80 

1.20 



d 

93.60 

4.00 

2.40 



c d 

92.00 92.60 
1.31 1.31 
(0.223) (0.223) 



1.20 
1.20 

4.29 

100. ÜO 



2.40 
2.40 

1.29 
lOO.Oü 



— 133 



Sacre dans le jus 8 .89 

Cendresdujos 1.07 



b 

5.06 

1.16 



e 

6.71 

1.25 



L« Jos de d contenait de i'acide azolique, 



160 partics oq poids do la töto fcuillue rcnfermaicnt : 



Eau 91.60 

Matieres organiques. ... 5 . 20 
Cendres 3.20 



d 
1.84 
1.52 



b 


e 


d 


92.40 


92.60 


87.00 


5.00 


4.00 


12.40 


2.60 


3.40 


0.60 



D'apr^s ces rcchcrches on voll 
clairemcnt qu'il y a une diminulioii 
marqu^o daus la proportioa du Su- 
cre dans Ics porle-graine, remarque 
mi'avaient deja signalöo des rcchcr- 
cnes d'uue autre nature et qu'on 
peat considerer commo un fait. La 
racine dans sa secondo annce de v^- 
ff^tation ä mcsure qu'eile se deve- 
loppe sous les rapports foliaces et 
floral, perd donc do plus en plus de 
8on Sucre et au momcnt de la ma- 
turit^ de sa grainc, eile n'en pos- 
sede plus que dos traccs, 

{La tuite au prochain numero.) 



Nouveau procid6 pour le traitement 
des tourteaux de betteraves. 

Par M. le comto A. Bobbinsky. de 
Smela> gsuvernement de Kiew. 

Co proc^d6 coDslste en dcux opi- 
ralions, brovagc des tourteaux secs 
au moyen a'une rdpe d'une cons« 
truction particuli^ro, et Jcssivage 
par Teau dans uu appareil special 
de la pulpc rap^e. 

Le proc^de peut donc dtro consi- 
dcre com ine un lessivage ou aae 
mac^ration, et fournit 12 pour 100 
de jus en plus que par une pression 
uniquc. En eHet si on admet que : 



100 de puipe de betteraves fournissent 80 pour 100 de jus. 

Qu'ii reste dans le tourteaa en matieres insol übles 5 

On perd donc en jus (1) 15 

100 

Eq lesslvant les tourteaux on obtient au total : 

Jus d*un poids specifique de 1/10 moindre ramenö au poids primitif . 92 p. 100. 

Residuen substances Insolubles...« • 6 — 

Jus perdu 3 — 

100 



Le räpage et Ic lessivage consecu- 
tif des tourteaux fournissent donc, 
en elendant le Jus que de i/lO, en- 
viron 12 pour 100 de jus en plus que 
les 80 pour cent obtenus par la prc- 
miere press^e. 

On sait que les tourteaux denses, 
sortantimmediatemontdo In presse, 
n'absorbent Teau gu'avec difliculle, 
mdme au bout aun lemps asscz 
prolonge. Mais si on les desagrege 
completement et qu'on les trans- 
forme en une sorle de farine, ils se 
pdnetrent imm^diatcment d'eau. 

Cette desagrögation s'opöre au 
moyen d'une räpe dont la surface 



(I) II est ä peine iiecessaire de fairo re- 
marquer que ccs chilTres devraieut subir 
ouelques modifications duns le cas d'une 
(HNible pressöe. 



est armee de pointes quis'engagent 
dans les fentes d'une platino corres- 
pondante concavo et en forme de 
Segment. Les tourteaux passent en- 
tre celto double brosse metallique 
oü ils sont completement röduits en 
farine. II est tout uaturel cjue cette 
farine tr^s-finc et tr^s-lögere ainsi 
obtenue se penetre ais.ement d'eau 
et se laisJ^e facilement lessivrr par 
ce liquide. Si on conuatt la dcnsit6 
du jus qui resto dans les tourteaux 
et la quanlit6 d'cau ajoutee, on peut 
tr6s-bien calculcr la densite du jus 
tcl qu'il r6sulte aux ilivorses pc^rio- 
dcs du lessivago. Thcoriqiiement 
parhint,cf*. lessivage peut etro pouss6 
jusqu'a l'cpuiscment complet do la 
farine, mais dans la pralique on 
Tarrete lorsquc le jus qui coule ne 
marque plus <^vi^ V ii^ \tl"Ä^>MSL^- 



- 134 



Sans entrer dans des ezpUcations 
sar les tentatives infructueuscs qui 
ont 6t^ faites^pour construiro ud ap« 
parcil propre a diviser les tourlcauz 
secs, ou fcra la deecription de la 
rftpe qui a fourai les meilieurs r^- 
suilats et au'oQ a repr^scntöe en 
plan, en 61eTation, eu coape vcrti- 
cale et suivaut la ligue A, B, dans 
lafig. 11, 12, 13, delapl. 302. 

Sar la surfaco convcxe du lam- 
bour de la räpe sont dispos^es ca 
series rögulieres des chevilles ou 
dents rondes et lisses dont on voit 
la forme en x, x, x, fig. 14. Pendant 
la rotation de ce tambour, ces che- 
villes ou dents passent dans des 
entailles d^coup^es dans des lumcs 
en m6tal qui leur sont opposö^s. II 
eziste nn nombre convenable de 
ees lames d^counöes qui ont la for- 
me d'un auart de cercle , et qui, 
ainsi etablles, conslitucnt une pla- 
tine embrassant une partie de la 
circonrerenct» du tambour (flg. 13). 
Ges lames doivent se prolouger en 
dessous au-dela de la ligne verticale 
qui passe pari'aie de la rfipe, a«i- 
trement rexpörience a appris que la 
tritüration des tourteaux ne s'op^- 
rait qu'imparfaitcment. 

Les poussoirs n'ont pas presente 
de bons resultats dans la pratique; 
avec eux les intervalles entre les 
dents ne tardenl pas ä s'obslrucr et 
on a trouve bleu plus avaiitageux 
de maintenirconstummenllamasso 
dans l'etat le plus lache et le plus 
ouvert possible. G'est ä quoi Ton est 
parvenu avec une sorto de grand 
räteau auquel on donne un mouvc- 
ment de va-et-vienl sur son axe. 
Neanmoins comme il en resulto en- 
core ainsi une acccumulatiuu de la 
masse cjui fioit par rendre le travail 
itnpossible, 11 a fallu avoir encore 
recours ä un autre rdteau ou peignc 
fixe dont les dents penetrcnt dans 
Celles du rateau mobile. Eiifin les 
dents de co dernier doivent avoir la 
forme de Segments de cercle et etre 
cssayees et ajustö&J prealablement 
sur un axe provisoire. Sous ctitte 
forme Tappareil marche parfaite- 
ment bien; mais pour cmpScher 
que la räpe ne soit deterioree par 
quelque corps etran^er inlerpose 
par hasard, on a place au fond de 
la caisse, entre le rdleau et le tam- 
bour, une plaque en fer mobile qui, 
lorsqu'on la retire, vide ä riiislnut 
möme, toutc la masse de pulpe en- 
tre le räteau-poussoir et le tambour. 

Maiatenfint 11 est facile de com- 



prendre la structure de Tappareil a 
i'aide des üg. 1 1 4 14, et on voit que 
la räpe se composc des pieces prin- 
cipales su Ivan les : 

a, a, tambour äpoinles x x,x;c, 
platino concuve, a, d, caisse enbois 
en avant de la räpe; c, segment du 
räteau ä mouvcmcnt altcrnatif; /*, 
peigne fixe; g, poulie k courroie 
pour faire fouctionner le räteau ; la 
transmissiou s'opere au moyen 
d'une bielle et d'unc manivelle h, 
et au moyen de dcux feu^trcs prati- 
quees dans celte manivelle on pcut, 
au besoin, acci'»lerer ou retarder le 
mouvcmcnt du räleau et modifier 
ainsi Taclivite du räpage ; i, caisse 
de chargement des tourteaux; k, 
caisse ä depot de la farine; /, pi^ce 
en bois sur le cbässis, pour pouvoir 
ajuster exactemenl la platinec;m, 
coussiuels de la räpe; n, coussineta 
du räteau; p, arcure de la räpe. 

Une räpe (lesdimensionsindiquees 
plus bas exige, pour ötro mise ca 
mouvemciit, une force de 8 chc- 
vaux, et suffit pour travailler 130,000 
kilogrammes de tourteaux. Si on 
n'on traite que 6a,(l00 kilogrammes, 
on peut faire le tambour d'un tiers 
moins grund, mais une rrduction 
portee au-delä serait nuisible. II y 
a toujours avantage ä avoir une 
räpe un peu plus grande qoe la 
chose n'est rcclloment necessaire, 
parce que c'est le seul moyen de la 
mainteoir parfailcment propre. 

Le räteau fait 80 oscillations par 
minute. La pulpe ou farine est lan- 
cee dans toutos les directions jus- 
qu'ä une distance de 3 metrcs, et 
par consequent il est necessaire 
d'entourer la räpe d'une enveloppe 
en fer-blanc ferm^e de tous les edles, 
excepte sur le devant, enveloppe 
qu'on nettoyo toutes les demi-hcu- 
res, ou au moins d'heure en beuro. 
L'appareil de ma«'eration pour lu 
farine obtenue avec la räpe ci-des- 
sus decrite se conipose d'uno sörie 
de cuves cylindriques toutes d'une 
structure qui est ab^ol^meut la 
mdme que cellequ'on a rcpresontee 
dans les fig. lo u 17, ou la fig. 15 est 
une sectiou de Tuue de ces cuves et 
la fig. 16 un plan. La grandeur de 
chacune de ces cuves est reglee d'a- 
pres los mesures prcc6dentos; huit 
sufiisent pour le traitemeut par jour 
de 130,000 kilogranira.'S, car cba- 
cnnt» j)eut l<!ssiver l(),2oO kilogram- 
mes de re-idus de la presse. II est 
vrai quo des cuvos de dimensions 
plus petites travaillent un pea 



Sian^ qae les grandes, mais U en 
at nn plag grand nombro et alors 
alles occiipenl plus de place. D*ud 
4utre cöte, aveo des cuves plug 
graiidea, la macöratlon est impar- 
bite. 

Voici qaelles sont las pi^ces prin- 
dpales qul composent ces cuves : 
a chevalet en fönte gar leqael peut 
tourner la cave^ qai est port^e sur 
deux tourillous r,r;b tuyau d'in- 
troduction de Teau de macöration, 
8ÖUS une pression de 3 ä 4 m^tres. 
L*eatröe de celte eau a liea par Taxe 
äa tnoyen d'une bot le i ^toupes qae 
porte un appui t. Ge tuyau dcbou- 
che en d dans le cyliudre» et son 
orifice estcouvert d*ua chapeau tfS 
maiDtenu par des brides y, afia de 
röpartir plus ^ealcmcot la pression 
de l'eau ; e, e aouble-fond perc6 de 
trous avec teile mätaliique tendue 
dessus, comme dans les apparells 
centrifugos, pour recevoir le pro- 
4uit de la rape ; /*, f couvercle en 
fer aussi pcrc6 de trous et gaml 
igalement en dessous d'une toile 
mitalllque. On assujcttit et on serre 
le couvercle au iDoyen de la barre 
h, des oreilles /, l, du bloc mobile 
f, i et du coin S, et enfia en chas* 
aant les coins k, k, fig. 17. La cuve 
ast sur son fond pourvue d'un robi« 
net de d^charge pour 6vacuer l'eau 
rest^ dans la farine apres la mac^ 
ration. 

n robiuet avec limbe graduö pour 
1q r^slement de Tcau afiluente; o, 
flg. li, tuyau plac6 au-dessus de /". f 
pour recevoir le Jus prodult de la 
qiac^ration, jus qul coule dans une 
gouttiere commune ä plusieurs cu- 
ves; afin de pouvoir obscrvor l'öle- 
Tation de Teau qui arrlve dans la 
cuve, on y a adaptd un indlcateur, 
dont on peut toutefois se passer 
avec un peu d'babitude ; g, g croi- 
sillon en fer portant Ic double-fond 
pendant qu'on charge la farine; 
u, u ceinture en fer lournee, riv6e 
sur la couronno du cylindre, qui 
sert ä souteiiir le couvercle; VyV 
anneau en fönte sur iequei sont ri- 
ves le fond et la paroi au cylindre, 
et qui porte en outre le double- 



fond; rr, X deux rondellas de oaout- 
Chono pour rendre ^taneheg le dou- 
ble-fond et le couvercle. Enfin la 
toile m^tallique est maintenue en 
dessus par un anneau en fer. 

Les cuves 4 macöration doivent 
ßtre 6tablie8 de fbQon que leur con- 
tena, apr^s rdvacuation de Teaa 
par le robinet de fond et Tenlöve- 
ment du couvercle, pulsse dtre d^- 
charg6 en les faisant basculer sar 
leur axe, et 6vacu6 borg de la fabri- 
que. 11 est clair que cette Operation 
peut s'ex6cu ter de diverses mani^res. 

Les tuyaux, qui amönent Teau 
dans cbaque cuve. doivent avoir un 
dlam6tre de 35 millim., d'oü r^sulte 
que le diam^tre de celui, qui four- 
nit Teau k qiiatre cuves, doit avoir 
70 mi^im^t^e^!y et celui du tayau, 
commun i deux de ces demiors, 
99 millim. A ce suJet, il faut faire 
attention de donner i tous ce9 
tuyaux un diametre süffisant pour 
qu*^en cas d'une lögcre obstructlon» 
iis debitent encore la quantitö d*eaa 
suffisan te. L'exp6rience a appris qu*il 
faut installer le dernier tuyau de fa- 
^011 ä ce qu'il desserve quatre cuves 
au plus ; avec un nombre plus grand, 
le lessivage est imparfait. Comme 
on Ta dit ci- dessus, la pression 
d'eau doit 6tre de 3 ä 4 m^tres, mais 
on peut en employer aussi une plus 
forte ou une moindre. 

Enün.on remarquera encore qu'il 
n'est nas avantageux dans la pra- 
tiqued'assujettirdirectementla tolle 
metallique au fond perc^ de la cuve 
ou du couvercle; ils'amasse, en ef- 
fct, aisdment entre cette tolle et le 
fond perc^ de la pulpe qu'il est tr^»- 
difQcile d'enlever. Ilvaut mieux la 
fixer sur un anneau en fer particu» 
lier, qu'on pose sur le caoutcbouo. 
En cet ötat on peut, apr^s cbaque 
vidance de la cuve, brosser et net- 
toyer la toile; cclle du fondn'apas, 
du reste, besoin d'Stre si frö(iuem- 
ment nettoy^e, et deux fois par se- 
maine suiHsent. 

Le lessivage en lui-möme, depuis 
un chargement jusqulau suivant, 
dure en tout IK) minutes. 

II faat> en eiZet, 



Pour le chargement de U pulpe iOminntes. 

Pour ameoer l'eau jusqu*4 rapparition 4a jus i la sorface IS — 

Pour Täcoalement du jus ; 15 — 

Pour la vidaoge et le nettoyage de la cuve 45 — 

Total 50oiiDUtc8. 



L'eau ne doit iamais dtre au-defi- 
80U8 de 15« ä 20o R.^ parce qae la 



lessivage i ane plus basse tempera- 
ture märchc trojgi tea^iii<^\iV\Ä>^^^ 



— 136 — 



doit alnsi 6tre pourvue d'un appa- 
roil de cbauifage. 

Los tourteaux dechargds sont pous- 
ses peu ä peu sur la rape, ea avaat 
sola d'en sdparer aulant qu'il est 
possiblc lous les corps etrangers, et 
dans 1e cas oü Tun de ceux-ci se 
serait iulroduit dans la rape, il faut 
ia yider. La pulpe obteiiuo ne doit 
pas ötrc jetee vivemcnt dans les 
cuves, purce qu'aulrcment eile se 
condonscrait et rendrait le lessivage 
difficile. II y a plus d^avaatage k 
placer avant lo chargement un tamis 
metalllque 4 grandes maillcs sur le 
bord de la cuve eo ätat de Charge- 
meut, et ä faire passer pcu ä peu d 
travers la puipe, qui se ddpose alors 
en couches plus moUes et plus ou- 
yertes. 

La quantitö de pulpe dont 11 con- 
Tient de cbarger une cuve dopend 
io de ladensite primitive du jus de 
betteraves ; 2» de la quantitd d'cau 
ivaporde dans les betteraves pcn- 
dant la rccolte et la conservation ; 
So de la finesse de la pulpe, qui de- 
pend de Tdlat plus ou moius bon de 
la rape. 

Regle g(^ncrale : il faut laisser 
entre ia pulpe et le couvercle un in- 
tervalle de 8 ä 25 centimdtres. 

Des quo la cuve est cbargee et 
que le couvercle a dt6 appliqu6 
etanche, ninsi (jue la descriplion 
ci-des8U8 Ta indiqu6, on fait arrlvcr 
Teau par-dessous, et on regle Te- 
coulcment de maniere 4 ce que la 
cuve en soit remplie au bout de 
15 minutes. L'cxperience ne tarde 

gas 4 apprendre la position correcto 
u robmet pour obtenir ce resultat. 
On peut, du reste, observer aisc- 
mentrascension del'eauen ouvrant 
le robinet du tube de niveau, dans 
lequel ce liqaide se tient de plu- 
sieurs centim6tres plus elcve que 
dans la cuve. Lorsque Teau est 
montee, il faut fermer ce robinet 
et laisser 6couler le jus par le bec o, 
pratique au-dessus de /, f, jusqu'ä 
ce quo sa density soit desccndae de 
lo V« a 1° B. On ferme le robinet d'd- 
coulement, on ouvre celui de d^- 
Charge sur le fond de la cuve pour 
faire ecouler l'eau exc<5dante clans 
celle-ci ; enfin, apr^s cct dcoule- 
ment, on fenne ce robinet, on fait 
basculer la cuve, on la vide et on 
la neltoye. 

La pulpe epuisde est, au moyen de 
waggonets, transportee dans le bä- 
timent oü on la conserve. Toutes 
les portions de ce bätimcut nc doi- 



vent pas Ätre revdtues de plancher 
de bols, et on recomraande d'en- 
duire partout avec un melange de 
goudron et de sal)le, pour s'opposer 
au taut que possiblc au developpe- 
ment des germes fermentiscibies, et 
pouvoir purifier et nettoyer aise- 
ment et promptement. Le plancher 
de ce local doit ^Ire en pente pour 
Tecoulement de Teau encore prä- 
sente. 

Les rdsidus dpuises passent aisd« 
ment ä la fermentation, aussi ne 
doit-on pas an les:iva;re descendre 
au-delä de !•* Baume. Dans ce cas, 
et surlout en y ojoulant un peu de 
melasse, les bestiaux les consom- 
ment volontiers. On peut les con- 
server jusqu'4 Tetd en les iutrodui- 
sant dans un canal dispose de fa^on 
4 ce que l'eau s'en äcoulo avec fa- 
cilit6. 

L'appareil entier exige pour Teta- 
blir si pcu d'espacc, qu'il ne nöces- 
silera pas rereclion de nouveaux 
bätimeuts dans la plupart des fa- 
briques. Bien entcndu que son mode 
d'installation depend des circons- 
tances particuli^res. 

Du reste, le succes de tout ce tra- 
vail depend princi palcmeat des trois 
condilions suivantes : 

i* Proprete de toutes les parties 
deTappareil; 

2® Division pnrfaitc de la pulpe, 
qu'il faut travaillcr pour ainsi dire 
ä r^tat de poudre; 

3* Lessivages prompts et rapides. 

Si on veuthien prendre en consi- 
ddration ces conditions dictdes par 
rexpcrience, le succes de cc mode 
pour recueillir le jus des tourteaux 
n'cstpasdouteux, ainsi que lachosea 
öte demontrde dans les fabriques qui 
ont travaill6 par cetto möthode (1). 



Analyse du lait, 
Par MM. E. Millon et A. Com- 

MAILLE. 

Procedd d'analyse. II nous est im- 
possible de conscrver aucun doute 

(i) Les dimensions indiquees comrae 
elant les plus avanlagcuses scnl les sui- 
vantes • La longueur totale de la rape est 
de S^.iO; sa largour, 0«.88; le diamötrcdu 
laiubour, 0'"45; sal«>ngueur, O^.Gö; la hau- 
teur des driiis, 0™.0;J3; celle des denls du 
rateau mobile, 0'".155; la liauteur de la 
cuve de maceratioo, S^.iS; son diametre, 
1-.45. 



— 437 — 



surla n&^essiid d'aj outer prialablc- 
mcnt un volumo d'eau connu au 
lait qu'on soumet h. l'aualysc ; s:ids 
ccUe precaution la Separation des 
matieres albumiuoidcs devicnt uae 
opdration lente, laboricuso et sou- 
vent impratlcable. Ou mesurc donc 
20 centiiD^tre cubes de lait, on Ics 
ötend de 4 volumes d'eau, puls on 
y verse 4 ou 6 gouttes d'acidc ac6li- 
que k 10». On agite pour bicn op6- 
rer le m^lange et Iminödiatement so 
fait un coagulum nagcant librcment 
dans la masse du liquide. 

Le coagulum fournit le dosage 
du beurro et de la caseine. 

Le liquide serl ä d«Hermincr Tal- 
bumine, la lactoprotöine,lc sucre de 
lait et les sels. 

On jclte le coaguli:m sur un fillre 
k travers lequel passe rapidement 
le liquide que Ton mrt de cöt6. 

Le coagulum est lave trois d qua- 
tre fois sur le fillre möme, avec le 
moins d'eau possiblo , parcc que 
ceile-cl dissoudrait des traces de 
caseine ;on fait succcdcraTeau dis- 
tiilee de l'eau alcoolisde marquant 
40° a ralcoometrc centcsimal et tout 
le liquide de lavage alcooliquc ou 
non est rejet^. 

Le contact de l'eau alcoolisce con- 
tracte le coagulum et permet de 
l'enlever du ültre 6tale sans la 
moindre perte. 

Coagulum. — Bcurre et casiine. 
Le coagulum detacbö du filtrc est 
iponge dans du panier buvard; le 
tout est jete sur un ultre ; le liquide 
Äcoulö est remplacc par de Tethcr, 
lequel est additionn^ de 1/10 d'al- 
cool absolu, et Ton continue les la- 
vages avec ce m61ange tant qu'on 
entratne de la matiere ffrasse. On 
reconnatt que cel!e-ci est bien enlc- 
v^, quand le liquide dthöro qui 
grlmpe en deliors de la douillo de 
rentonuüir s'evaporo sans lai'^scr 
la moindre trace de r^sidu grais- 
seux. L*addition d'un peu d'alcool 
dans röther a pour but d'empdchor 
r^coulement trop rapide de ce li- 
quide et par suite, de prolonger son 
contact avec la matiere du cascuin. 
Beurre. Les liqueurs alcooliques 
et etherecs sont rt^unies dans uno 
capsulc de vcrre taree; la chalour 
du bain-marie sulTit pourchasscr le 
liquide et le beurre est peso. 

Caseine, Le residu iion dissous 
par Talcool anliydrc, et Telher est 
enliercmeut consliluö par la caseine 
que contenaient les 20 cenlimelres 
cubes de lait coagule par Tacidc ac^ 



tique ; Ti^vaporation rapide de Fö- 
ther qui mouille ce coagulum livre, 
au bout de quelques minutes une 
caseine d*un blanc pur, scche, pul- 
vi^rulente et que Ton pese sans la 
moindre dilTicultö. 

Daus le lait de vache, nous n'a- 
vons pas observe de grands ecarts 
pour le poids de la caseine malgre les 
diversites de race et de regime ; le 
poids de cetle subslancc a vi.rie seu- 
lement de SSg'.ÖOäSüg'.Sa par litre. 
La casöine est sans contredit le 
principe dont la proporlion varie le 
moins dans la composition du lait, 
et CO fait acquiert de Timportanco 
si Ton considere combien il serait 
difflcile d'imiter les propriöles de 
cette matiere et de la remplacer 
dans le lait par quclque addition 
frauduleuse. 

Petit lait. — Albumine, lacto- 
proleine, sucre de lait, cendres. On 
fait trois portions du petit lait que 
la filtralion a söpare du coagulum^ 
Tune sert a determiner Talbumine, 
et la lactoproteine, l'autre le sucre 
de lait. et la dcruiero portion les 
cendres. 

Albumine, On pr^leve 40 k 50 cen- 
limelres cubes sur la masse du pe- 
tit lait etendu et Ton porle ce liquide 
k Tcbullition dans un petit ballon 
de vcrre que l'on agite continuolle- 
ment, atin d'empdcher le coagulum 
albumineuz prouuilparlacbaleurde 
s'atlacher aux parois. Des que la li- 
queur bout on la jelte sur un filtre 
et ralbuinine coagulee est lavee 
d'abord a Teau.puis ä l'alcool, enQa 
a Telher; on 6lale le fillre et le coa- 
gulum s'euleve d'une seulc pi6ce, 
on ie dc])üse dans un verre de mon- 
Ire tare, oü il se desseche k la va- 
peur de l'eau bouillante et en un 
temps tre—court. 

En operant comme nous venons 
de riudiqucr, nous avons trouve 
que le lait de vacbo contenait en 
moyenne b«'25 d'albumiue par litre; 
cclui de chcvro 6«^43, celui d'a- 
nesse llg'.83 et enfin cclui de fem- 
me Ogr.88. 

Lactoproteine. Le petit lait bouilli 
et sopare de l'albumine est reuni 
aux eaux de lavage de la möme Ope- 
ration; on verse dans ce li'juide 
deux ou trois gouttes de uitrate 
mercurique prepare avec precau- 
tion. La matiere proteique se com- 
bine avec un equivalcnt d'oxyde de 
mercure HgO, en formant un prö- 
cipitö qui se redissoudrait dans un 
cxcds de sei do mciCMt^ wi \sA\fiÄ 



— 138 — 



d'acido azotiqae. Getto combinaison 
est recueillic, lav6e une fois avec 
Teau acidul^e au centi^mo par Ta- 
cide nilrique puls ä l'eau pure, tant 
que rhydrogöne sulfur6 y produit 
une coloration, puls eucore ä Tal- 
cool et ünalement avec un peu d'^- 
iher.Le produit so s^che alors tr^s- 
tacilcmeDt, on le p^se et on en re- 
tranche 20 pour 100 d'oxyde de 
mercure. Le reste donne le poids de 
la lactoprot^ine. 

Sucre de lait. Daus la deuxi^me 
partio du petit lait, on dose le Su- 
cre de lait en employant la metlio- 
de de M. Barreswil. Pour d^termi- 
ner la valeur de la liqueur cupro- 
potassique, nous avons mis le plus 
grand soin ä pröparer et purifler le 
Sucre de lait. Nous cxprimerons son 

Eou\oir r^dueteur par 137.5 nom- 
re d^duil d'e^sais tres-nombrcux. 
£n d'nutres termes nous admettons 
que 137.5 de sucre de lait reduisent 
exactement le mSmo Yolume de li* 
qucur de Barreswil que 100 de Su- 
cre de canne, 

Six anulyses de lait de vacbe nous 
ont donn6 une moycnne de 44sr.24 
de Sucre de lait par litre avec un 
^cart de 41g^64 k 48g^56 pour los 
deux extremes. 

Cendres. La troisi^me portion du 
petit lait doit reprdsenter un volu- 
nae de 25 ceutim^lres cubes envi- 
ron : on Tevapore dans une capsule 
de platine tar^o, en chaufTant d'a- 
bord ä feu nu, pour Ics 3/4 du li- 
quide; raais on terrnino levapora- 
Uon au bain-maric. Lorsque le 
poids du r^sidu ne varic plus dans 
2 pes^es successives, on le calcinc 
sur une lamue d'alcooUet on en ob- 
tientlescenares. L'incin^ration fal- 
te dans los conditions pr^c^dentcs 
n*ofTre aucune difficult^. 

Nous avons recbcrcbe si la casöi- 
ne et lo beurre entratnaient assez 
de mati^re saline pour qu'il fut n^ 
ccssaire d'en tenir compte, mais 
leur combustion ne laisso pas un 
poids de sei appröciable. 

Nous ferons rcmarquer que le r6- 
sidu proYcnant de l'cvaporation du 
pjetit lait contient, avaut l'incin^ra- 
tion, Ind^pendamment de Talbumi- 
ne, de la lactoprol6ine, du sucre de 
lait et des cendres, divers acides 
organiques dont on peut apprecier 
le poids par diff6rence puisque tous 
les principescofixißlants ont el«^ d^- 
termiuös par une op<^raliou8i>öciale. 
Nous n'avons pas chercbö i les ^va- 
luor autrpment. 



Parfüm du lait. L'agitatioa da 
lait frais avec 3 k 4 volumes de sul- 
fure de carbone pur, nous a fait d6- 
couvrir un curleux r^sultal; lesnl« 
füre s'cst söparö par le repos des 
deux liquides, sans avoirdissous le 
beurre, niais il s'est chargö de la 
mati^re aromatiquo. En le laissant 
övaporer spontanem entjl donne un 
r^sidu onctueux, presque impondi- 
rable qui possMe au plus haut de< 
crä Tarömo contenu dans Taliment 
de l'animal producteur du lait. G6- 
ndralemenl c'est un narfum suave 
de fourrage, mais quclqucfois aussi 
c'est une odeur dösagreable due k 
i'ingestion de plantes naus6abon- 
dcs, ou bien une odeur de ranci» 
due aux avaries de raliment. 

Le lait de vacbe est le seul oui 
präsente cette particularil^ ; celui 
de eb^vre par exemple ne laisse pas 
d^celer la nature dcralimentation; 
le 16ger r6sidu que ce lait abandon- 
ne au sulfure de carbone est com- 
pl^tcment döpourvu d'odeur; du 
moins c*est jusqu'ici ce que nous 
avons constamment observ6. 

Couleur du lait. Un autre carac- 
t6re propre au lait de vacbe se ma- 
nifeste lorsqu'onopöre la Separation 
du beurre dans le lactobutyromö- 
tre; la mati^re grosse qui vient na- 

fer dans le tube d'cssai k la surface 
u liquide est toujours color^e en 
jaune; nous n'avons pas une seule 
exeoption k ce fait, qui cependant 
pourrait d^pendre du mode d'ali- 
mcntation. Mais il n'ost pas moins 
conslaut qu'avcc les laits de chdvre, 
de brebis, de femme et d'anesse, 
nous avons toujours isolö un beur- 
re parfai lernen t incolofe. 



Appareil pour peser la bcmgiö nor- 
male dans les expMences phoUh 
metriques. 

Par M. T.-W. Keates. 

Cot appareil, repr^sent6 dans la 
fig. 4 pl. 303, est 8p6cialement des- 
tin6 k obvier k Tinconv^nient et en 
quo) que Sorte la difHculte de pren- 
are le poids de la bougie normale 
dans l«'S exp^riences avec le pboto- 
m^tre de Bunsen, inconv^nient et 
diflicult^ qu'ont du dprouver tons 
ceux qui ont cu Toccasion d'em- 
ploycr cet instruraont dans T^va- 
fuatiou du pouvoir ^clairaut du gaz 
d'eclairage. 



— 439 



On De saurait estimer 4 uo trop 
haut prjx, le nierite d'un procMe 
quel qu'il soil qni serail propre ä 
assurer une conibustion reguliere 
de la bougio normale dans une ex- 
p^rieoce pbotometrique. C'est ea 
effet rcldment qui est le plus facile- 
ment troubl^ dans ces sortes d'ez- 

S^riences et cependant Tel^aient 
e la plus grando imporlance rela- 
tive, puisque c'est la bougie qui sort 
de basea toutes les dctiTiniiiations 
et que toute irrögularile dans la 
a2ani5redouts*opere sa combustion 
äffocle necessairement a un baut 
degr^ le res u Hat final, surtout coin- 
xne cela a lieu souvent dans la pni- 
tique, lorsque rexpdrience n'est 
poursuivie que peudaul quelques 
miautes. 

Dans tous les cas et quellcs que 
soient les circonslances, il est donc 
essenliel que la couibuslion de la 
boucie seit rendue aussi reguliere 
qu'il est possible, que cette bougie 
roste saus dtre troublee et que sa 
combustion ait licu sans interrup- 
tion apres qu'elle a 6l6 pesce. Ces 
conditions ne peuvent ölre rem- 
plieSy si on est oblige d'allumer 
cette bougie, apres qu'on en a pris 
\e poids, et a*aiUeurs 11 ne faut pas 
songer a lui faire 6prouver un trans- 
port, pendaut qa'elle Lriile de la 
balance au pbotometre. M. Keatcs 
penso ^tre parvenu k satis faire 
completement k ces conditions par 
remploi de Tappareil suivant sur 
lequel il appelle raltention de tous 
ceax qui fönt des experiences sur 
les gaz öclairants. 

Cet apparcii consiste cn une dis- 
position particullere d'une balance 
adaptee a la regle d*une pbotometre 
de Buüsen, a 1 extremite qui porte 
la bougie et dispose de facon i pou- 
voir dtre applique 4 tout pbotome- 
tre de ce modele. En jelant un coup 
d'oBil sur la figure, on voit que la 
bougie au momeut de la pcsee 
prend la position qu'elle occupe 
pendant les experiences pbolome- 
trlqucs et quo cette pesee s'opere 
sausexercer la plus legere inÜuence 
sar Tetat de la flamme. En efl!ot, 
aussltöt que la bougie a atteint une 
marche reguliere dans sa combus- 
tion, on n'y toucbe plus jusqu'4 ce 
que Texperieuce, y compris ia se- 
conde pesee, soit complete et ter- 
miuee. 

La balance cmployoe dans cet ap- 

Sareil sc compose de deux bras A, A 
e longueur inegale, celui opposä 4 



la bougie 6tant deux fois aussi long 

3ue l'autre. L'unique objet de cette 
isposition est de reduire le contre- 
poids E qui peut ainsi (^tre la mol- 
lig de celui qui serait nccessairo si 
les deux bras avaieut mSnie lon- 
gueur; eile facilite non-seulement 
la manoßuvre de l'instrument, mais 
en outre diminue le poids sur les 
couteaux du fleau. 

On Yoit dans la figure la balance 
dans 1.1 Position quetant elle-uidme 
quo la bougie doivont occuper dans 
une experience pbotometrique, a 
cette legere exception pres que la 
bougie est de 2 Vt miliiin^tres trop 
bas , altendu quo dans la forme 
pratique donneo a l'instrument 11 y 
a une disposilion pour rclever lo 
porte-bou^ie au-dessusdes couteaux 
du {tetit brah du fleau aussilöt qu'on 
s'est assure du poids de la bougie. 
C'est ce qu'on opero au nioyen d'uue 
cremaillere et d'un pignon qui re- 
monte ce porle-bougie de 2 7i mil- 
limetres et le maiiiticiit avec fer- 
meie, pendant qu'on evalue le pou- 
voir öclairant de la lumiere. Apr6s 
quoi ce porte-bougie est redescen- 
Qu sur ces couteaux pour la seconde 
pesee (1). 

La maniere de faire usa^e de cet 
appareii est tellement simple qu'elle 
exige a peiue qu'on eutre dans des 
exolications. 

Quelques minutes avant de com- 
mencerune experience pbotometri- 
que, on remonte la bougie 4 la bau- 
teur convenable dans le porte-bou- 
gie et ou \y arrdte au moyen de la 
pelite vis L ; on l'allume et on la 
laisse brüler tranquillement jusqu'4 
ce que la flamme soit arrlviie a ce 
(ju'on ap|)elle en pbotomctrie son 
etat normal. Cela fait, le contrepoids 
mobile E est poussc doucement et 
legerement le long du fleau de la 
balance de maniere 4 ce que la 
boutjie pose par le has sur la balan- 
ce. Alors on examine avec attention 
i'appareil, pendant un moment et 4 
mesure que le blanc de baieine so 
consume et que la bougie devient 
plus legere, on r^tablit l'equillbre 
sur la balance, et la bougie remonte 
doucement et graduellement de fa-> 
Qon que i'index C de la balance est 
- 

(i) Celle disposilion, facile k imagmer, 
a ^le omiso dans la figun* parre qu*on a 
IrouvedirTicilede ia represenler de maniAre 
ä bien faire com prend re son ino<le d'ac- 
tioo. Du resle, l'appareil est construit pir 
M. Sugg. de Marsham Slreel, Wertmins- 
ter. 



- 440 



amen^ sur le zdro de l'^chelle D. A 
ce moment, on observe le tomps 
exact marque par Thorloge et c'est 
le point de d^part de rexp^rience 
du moins ea ce qui concerne la 
coQsommation du blanc de baieine. 
Le porle-bougie doit ensuile 6lre 
souleve avec uoe exlrSme l^g^retö 
sur les couteaux, puls les ^valua- 
tions photom^triques peuvent 6trc 

J)0ur6uivics aussi lougtemps qu'on 
e juge nöcesj^aire. 

Lorsque les 6valuations sont ter- 
minöes, il ne reste plus qu'ä faire 
uue secoude pcsee de la bougie. A 
cet effctjon^teinl cette bougie avec 
precaution, mais aussi prompte- 
mcnt qu'il est possible et on notc le 
temps aui s'est ecoule entre le mo- 
ment ou Tindex de la balance poin- 
tait sur le zdro de F^chelle et celui 
oü la bougie est abaisseesurses cou- 
teaux et on place des poids duns un 
petit plalcau I^ susnendu sous ce 

{)orte-bougie jusqu'a ce que la ba- 
ance tr^bucbe de nouveau. Ges 
poids reprösentcnt cxaciement la 
quantitö de blanc de baieine con- 
somm^e pendant la combustion de 
la bougie; la consommation par 
beure ctant simplement une ques- 
tion de proporlion. 

En }}orlaut les yeux sur la figure 
on voit que B est le support des 
couteaux de centre, C Tindex avec 
l'^chelle D ; F les couteaux k Tex- 
tremit6 d'un des bras du fleau ; G un 
repos pour la balance pendant l'ex- 
p6rience ; H la bougie ; I le porte- 
bougie; Ldes plans coiirbes a'acier 
au moyen dcsqucls le porle-bougie 
est suspendu sur les couteaux F; 
M une tige en laiton ä laqueile 
est attachö un petit plateau N et un 
contrepoids ; P, P une portion de 
rextr6niit6 de la r6gle du pbotom^- 
tre, Q son support. 

L'exp^rience a demontre que ce 
petit appareil dispensait entiere- 
ment des pes^es toujours incommo- 
des et peu satisfaisantes de la bou- 
gie par les moyens usuels et que si 
on le dispose comme il est ais6 de 
le faire, en le garantissant par une 
clocbe ou un cou verde qu'on fixe 
dessus, iii la bougie, ni la balance 
n'ont nnl besoin d'ötre enleves du 
pbolometre et que Tinslrument est 
toujours prßt jiour ou faire eonvc- 
nablement Tapplicalion (i). 



(i) Voyez sur la siructure et remploi du 
photomdtre de Bunstn, le Teehnologiste, 
t. 21, p. 159, 472 et 529. 



Nouvelle methode d'analyse chromo- 
mitrique. 

Par M. F. Dbhms. 

£n me livrant ä l'examen d'un 
min6rai qui renferme du cuivre et 
du manganese, j'ai en Toccasion de 
soumettre k une analyse quantita* 
tive un grand nombre d^echantillons 
de ce minerai pour y doser auanta- 
tivement le cuivre. Comme aans les 
travaux de ce genre, la direction 
des Operations dopend toujours des 
r^sultats qu'on sepropose d'oblenir, 
il ra*a sembl6 que le procM^ ordi- 
naire exigeait trop de temps, et je 
me suis decidä en consequence k 
rechercher une autre methode d*a- 
nalyse qui tout en abr^geant lo 
temps püt fournir des rcsullats 
exacts et d'ailleurs dtre confi^ auz 
mains des simples praticiens. 

La coloration en bleu intense 
qu'affecteut les Solutions ammonia- 
cales de cuivre, m'a paru devoir 
conduire au but, attendu que l'in- 
tensite de cette coloration depend 
principalement de la proportion du 
metal. J'ai donc rempli onze vcrres 
ä exp^rience de memo diam^tre et 
pas trop etroits avec des liqueurs 
que j'avais ohtenues en dissolvant 
5, 6, 7 ..... 15 Äquivalents (en mil- 
ligrammcs, H = 1) de sulfate de 
cuivre, saturantavecTammoniaque 
et 6tendant d'cau pour faire un li- 
tre. Ces verres places dans un sup- 
port, ont servi k faire une echelle 
chromomclrique reguliere, de la- 
quelle on pouvait aisement et siire- 
mcnt rapprocher des Solutions ana- 
logurs de richesse inconnue et par 
cons6quent d^terminer au moins 
deux limitcs pour la iiroporlion du 
cuivre qu'elles renferment. 

La süretä que präsente ce modc 
de dötcrmination, a engage M. Sie- 
mens et Ualske, dconstruire Tappa* 
reil qu'on va d^crire pour faire les 
analyses chromometriques , mais 
bicn entendu du cuivre seulement. 

On fcra d'abord remarqucr qu'on 
trouve dans le commerce dos verres 
bleus, dont le ton de coloration se 
rapproche assez exactement de ce- 
lui des Solutions ammoniacales de 
cuivre, pour qu'on puisse les faire 
servir au but qu'on a en vuo. II pa- 
ra£L donc commode non pas de 
comparer entre elles les coulenrs 
des Solutions, mais de les comparer 
avec un verre determin6 de ce 
genre; pai* consequent toute Tope- 



— 141 — 



ration consisterait 4 mesurer la 
loDgueur de la colonne liquide oü 
le pouvoir absorbant pour la lu- 
miere est 6gal ä cclui d*uae plaque 
do Ycrre normal. 

Sur un platcau cii bois A, A, fig. 5 
et 6, pl. 303, de 30 centimctrcs de 
longueur sur autant de largeur, s*t^- 
i4ve une colonne carröe B, B aussl 
en bois de 32 centiioetres de bau- 
teur, qui est maintcnue bien vcrti- 
calement de trois cötes par des 
dquerres en fer. Devant cettc colonne 
efitplac^ un rcctangle en laiton G,C, 
et un mlroir D logä a rint^ricur 
de ce rectangie et tournant snr un 
axe horizontal qui rcjette vors leliaut 
la lumi^re incidcnte qui lui arrive 
an avant. La face sup^rieure et bo- 
rizontalo de ce rectangle G, G csl 
perciSe des deux trous rapprocbes 
pour recevoir deux tubes E, E', 
qui sont ferm^s dans Ic bas par un 
plan de verre rode et serr^ sur 
celui-ci au moyen de coUets et de 
yIs. Ges tubes sont en 6tiiiii pur et 

rrtent dans le baut les eutounoirs 
et F; en y comprenant ces en- 
tonnoirs ils peuvent avoir 20 centi- 
m^tres de bauteur. Euün sur la co- 
lonne B, B est dispos^ un curseur 
en laiton H, portant une plaque J, 
formant le fond d'un cylindre court 
K perc^e elle-möme de deux trous 
pour recevoir les deux tubes L et L' 
aussi en ctain, soudes dans cette 
plaque, ouverts par le baut et for- 
m^ dans le bas par des plans rodös 
de verre. Les axes de ccs tubes 
coincident avec ceux des tubes E et 
£'y mais comrae ils sont d'un dia- 
m^tre plus pelit, ils peuvent au 
moyen du curseur H enlrcr dans 
ceux-ci et en sortir. D'ailleurs ils 
ont assez de longueur pour que le 
plan de verre qui les forme jpuisse 
venir poser sur les verrcs de E et E' 
lorsque la plarfueJappuiesnrlesen- 
tonnoirs F et F'. Dans celte position 
du curseur, son bord sup^rieur 
coincido avec le trait d'une ecbellc 
divisee en millimetres tracee sur la 
colonne B, B. Dans toutes les autres 
positions du curseur, on pout lire di- 
rectemeut sur son bord la distanco 
en millimetres des plans de verre 
entre eux. 

Dans le cylindre court K est in- 
s^re un tube en laiton H, qui porte 
une piece en laiton N pcrc6c d'un 
trou dans le haut. Si on regarde ä 
travers ce trou on peut voir simul- 
tanöment dans les deux couples de 
tubes. 



On rode un morceau de verre de 
la couleur convenable, de manicre 
ä CO qn'on puisse Unserer dans le 
tube L, et quo place au fond il oc- 
cupe tout le champ de la vision. 

Si maintenant on place Tappareil 
dans ie voisinage (i'uuo f(?n6lro, de 
fa^on quc le miroir reüccbisse la lu- 
mi^re vers le haut; qii^on remplisse 
ensuite ä peu pres d'eau Tentonnoir 
F puis cclui F' avec la liqueur dont 
on vcut faire l'essai et qu'on jette 
enfin dans L le verre bleu, on voit 
en ri'gardant par N; 

Lorsque ie curseur est au bas do 
son ccbclie, a droitc ä. travers des 
veiTcs incolores, ä gauche ä travers 
un verre bleu et deux iucolorcs; 

Lorsque le curseur est iemont6, 
d droite ä travers deux verrcs inco- 
lores, une colonne liquide color^e, 
ä gauche ä travers un verre bleu, 
deux verres incolores et de Teau. 

A moins quo la liqueur ne soit 

3ue tr^s-peu color6e, le champ de 
roite paraitra d'un bleu plus loucd 
que le champ de gauche, mais en 
abaissant le curseur le premicr de- 
viendra de plus en plus clair, tandis 
que celui de gauche restera ä peu 
pres le mömc. Gomme tous d»;ux 
sont tr6s-rapproch6s, on pout fort 
bien saisir de tres-faibles dilTerences 
dans rintensil^ lumincusc, et ajus- 
ter le curseur de maniere ä ce que 
les deux champs pr^sentent la m^me 
clarte. Sur rcchelle on lit alors sans 
diHiculte la longueur do la colonne 
liquide qui possede le mdme pou- 
voir absorbant que le verre. 

Pour trouver la richesse en cui- 
vre , ou sa proportion d'apres les 
longueurs qu on a lues, 11 est n6ces- 
saire : 1© de mesurer une liqueur 
de richesse connue ; 2<* d'etablir d'a- 
pres quelle loi le pouvoir absorbant 
croit avec la proportion du cuivre. 
On prepare une liqueur normale 
en dissolvant 10 equivalents (en 
milligrammes), de sulfatc de cuivre 
nur dans l'eau qu'on salure par 
rammoniaque 6tenduo d'eau pour 
former un litre. Gotte liqueur donne 
une lecture de 107 millimetres. Un 
grand nombre d'aulres liqueurs 
qu'on pr6pare avec la moitie ou le 

2uart de cette proportion de sulfate 
onncnt des lectures qui sont exac- 
tement en proportion inverse do la 
richesse en cuivre. Si donc une li- 

äueur d'une richesse inconnue 
onne une lecture / , un litre de 

cette liqueur contiendra alors -—. — 



— «2 — 



3S,9S 



litomes ou — ^ grammes de cui- 
vre. 

La preparatioD de la liqueur qu'oc 
chcrche ä doser et qui depeod de la 
nature du miiierai varie necessaire* 
meot avec celui-ci. Avec les mino- 
rals dont il a <^le question au com* 
mencement de cette notc, la com- 
Position, en tant du moins quelle 
8e raltache 4 ce qui prec^de» ^tait 
en moyenne enyiron. 

Matiöre insoluble dans les acidcs. 40 

Oxyde de manganöse 35 

Oxyde de fer 17 

Oxyde de cuivre, plomb, cobalt, etc. 8 

loo 

L'analyse a ^tdconduite ainsi qu'il 
suit : 

Les i&chantillons liyrös ont ^td 
num6rot6s, döcrits, sdchds vers 
130' C, puWdrisds et tamises. On en 
a pes6 alors 10 grammes (pour les 
mmerais pauvres depuis 20 jusqu'ä 
30 grammes) on a fait bouillir dans 
uue capsule de porcelaine avec 100 
centimdtres cubes d'acide sulfuri- 
que dtendu (de 10 p. 100), pendant 
environ un quart d'heure, lav6 la 
masse dans un matras d'un demi- 
litre et sature encore chaude avec 
100 centimdtres cubes d'ammonia- 
gue concenlrde, puis laissd digdrcr 
a peu prds une heure en agitant frö- 
quemment. Le matras a dtd alors 
rempli d'eau Jusqu'au trait et aprds 
le repos on a passd une portion de 
la liqueur au fillrcd papier. Comme 
rapj)areil ne contcnait gucre quc 
60 cenlimdtres cubes, la quautit6 de 
la liqueur a suffi pour plusieurs 
mesures dont on a pris la moyenne. 
On a rejetd la premicre portion de 
la liqueur qui a filtre et qui est 
dtencfue par l'eau du filtre. Enfin 
avant de laire un dosage, la liqueur 
fillrde est reslde exposee ä l'air pen- 
dant environ six heures. 

Si on a introduit, par cxemple, 20 
grammos de subslance dans un de- 
mi-litre de chaque liqueur et obtcnu 
le nombre 87 comme moyenne des 
lectiires, cette indication corrcspond 
, 1070 , 10 70 . 3 1.5 .. 
a -g=- atomes ou ^ mil- 

ligrammes oü 0k'.389 de cuivre par 
litre. Cette richessc de 40 grammes 
de substance, reprdsenle nonc une 

Proportion centesimalc de -777. 0,389 



= 0, 97 p. 100. 

Aprds avoir dtc initiö a cette me- 
thoae et avec un peu de pratique, 



le maftre-minenr de ces exploita- 
tions s'est trouvd en mesure de faire 
25 a 30 analysos de ce gcnre par 
jour. Quant a Texactilude, eile ne 
laisse rien a desirer. Des exp<6rien- 
ces de oonlröle qui ont 6te entre- 
prises par la voie analytique ordi- 
naire ont fourni, par exemplo, 0.96 
pour 100, dans le cas oü la mesnre 
chromomdlrique avait donnd 0,97 
pour 100, c'est-ä-dire 3,51 pour 100 
oü on aurait du trouver 3,53, oa 
2,48 pour 100 oü on aurait du trou- 
ver 2,50. Les lectures avec diverses 
portions desdites liqueurs diff^rent 
rarement entre elles, quand on a un 
peu de pratiquCy de plus 1 ä 1,5 mil- 
limdtres. 

Quand 11 s'agit de Tanalvse de 
mindrais renfermant du salrure de 
cuivre et oü il faut ouvrir au moyen 
de Teau regale, on prdparera la li- 
queur normale avec ce mdme mö- 
lange d'acide. 

Une circonstance qui pourralt ai- 
sdment donner lieu ä des erreurs 
est la Variation qu'on a souvent ob- 
servde dans Tintensite de la colora- 
tion de la liqueur par des causes 
qui n*ont pas encore dtö dludides. 
Toutefois cos changements ont une 
limite et on ^limine leur influence 
en prenant pour toutes les liqueurs 
des quantitds bien duales a'acide 
sulfurique et d'ammoniaque, et en 
abandonnant pendant six neures au 
repos avnnt d'operer un dosage. 
Apres ce laps de temps on n'a plus 
remarque de changcment. 

On peut anssi uliliser lesappareils 
ä la rechercbe de la proportion du 
cobalt, dans ces mSmes minerais, 
en comparant Tintensitö de la colo- 
ration au sulfate introduit dans la 
liqueur avec un verre colore en 
rose. Le succös, quoique süffisant 
pour le but qu'on se propose, n'est 
pas toutefois aussi sür quc pour le 
cuivre. La faible intensit^ de cou- 
leur des sels de cobalt laisse dans la 
lecturedes doutesqui peuvent 8'61e- 
ver ä plusieurs miliim^tres 

Le proc^dö suivanl propos6 par 
M. le professeur, Himly, de Kiel, 
s'applique tres-bien au cobalt. 

Les Solutions de cbiorure de 
chrome et de siiifate de cobalt, sont 
presquc cxactement colorecs on cou- 
leurs complcmentaires. En les ver- 
saut Tune dans Tautro, ellos se d6- 
colorent reciproquemont et il arrivo 
un ]>oinl oü la ü'^ueur est a peu 
prcsincolore. Ce point depend scu- 
iement de la quantito des sels et 



— 143 — 



pbn päfl de leur dilation ; 11 est donc 
pa88U>Ie ayec unc liqueur de chrome 
une fois titr^e avec unc solulioa de 
cobalt de doser analytiqucmenten 
ToJumetouteslessolatioasdccolmlt. 

I^heureusement le poiot exact 
de lä compeDsation des couleurs est 
inasqa^ par une coloration jaunälre 
aue prcnd la liqueur, et on roste 
ote Ion indecis sur la quaotitc de- 
ItoiliveiDeat näcessaire du reaclif. 
^^anmoins ce mode d'aaalyse suIHt 
poor les besoins de la pratique. 

Dans ce proc^de oq pcut se scrvir 
avec le m^me avanta^e d'une Solu- 
tion de Sulfate de nickcl, au liou 
d*ane Solution de chlorure de chro- 
xne. Cette premiere Solution ne prc- 
«entant pas il est vrai uno coloration 
aussl intense^ilen faut unequantlt6 
plus grande, on obtient des solu- 
UoDS tr^s-^tondues, oü 11 est plus 
diificlle d*apprecier les coloratious. 
Mais d'un aulro cöte ce sei u'est 
point sujet k des changcmcnts dans 
le ton de sa couleur, ce qui, suivant 
II« Hiaily» est le cas avec le cblo- 
rnre de ebrome, ce qui oblige 4 de 
nouvelles precautions. 

II est presumable que cette m^- 
thode des compensatious cmployde 
aTec rappareil ci-dessus decrit don- 
nera aussi de bons resultats. L'ap* 
pareil sera surtout fort simple, at- 
tendu qu'il nc faudra qu*une seule 
couple de tubes. Au lieu d*un verre 
uniK>rm6ment colore place pres de 
la colonnc liquide, on se servira 
unlquement d'un verre colore de la 
ooaleur complementalre plac6 sur 
cette colonne, et on fera Tarier la 
longueur de celle-ci jusqu'Ä ce qu'il 
n'y alt plus predominance de l'une 
Ott Tautre couleur* 



De la manüre deraviver Vencresur 
tous les papiers. 

Par Ed. Knecht-Senefelder. 

J*ai lu avec plaisir dans le N* 299 
du Technologiste la dcscription de 
M- E. Moride, pour raviver l'dcri- 
tare des vieux titres et vieux par- 
chemins. 

Comme il exisle bcauconp d'ac- 
tes et titres sur papier timbrd et 
mdme sur papier ordinaire, et 
d'autrcs sur parchcmin faclice, il 
n'est peut-ötre pas iuutilc de gönö- 
raliser cette question « de savolr 
les causca qui altdrent Teuere 



usuelle^ et, de connattre les moyeiis 
de la faire revenirsans danger. » 

Dcpuis la premiere r^volulion de 
89, le parcbemin a pcu ä peu dis- 
paru dans la redaction des aclcs de 
proprietc et beaucoup d'autres do- 
cumenls.Lesdiplömes, brevGts,etc., 
sont encore delivr^s surle v6ritable 
parcbemin; on se sert cepcndant 
heaucoup d'un parcbemin facticefi) 

3ui, par sa comnosition (il y entro 
u kaolin et dautres sobstances 
calcaires), altere Irös-souvent l'en- 
cre usuelle. 

Je ne m'ötendrai point sur les do- 
cumcnts im^rimes dont plusicurs 
lignes sont ecrites avec Tcncrc de 
Cbine. Si on mouillait ces titres. 
Teuere de Cbine, qui roste toujours 
lisible, disparattrait complötement. 

Depuis Tinvention de Robert, 
1825, du papier sans fin, appeld 
papier mecaniquef on emploie une 
si grande quantitä do textlies et 
mali^resbeterog^iies, que le cbifTon 
qui, sciily donne du papier^ bon^ so- 
lide, durable, comme celui du tim- 
bre, n'enlre que pour une dixi6me 
partie dans la mati^re qui fournlt 
le papier servaut ä Töcriture. 

II arrive donc souvcnt que Teu- 
ere s'alt^re sur ces sortes de pa- 
piers, surtout, si les titres, lettres 
ou pi^ces qu'on veut conserver sont 
exposes dans un endroit bumide. 

11 arrive encore que la qualit6 de 
Teuere n'est pas bonne, ou que 
Teuere usuelle est pulste dans un 
encrier de plomb, de mötal, ou rcn- 
due plus niallöable par du vlnalgre, 
de 1 eau ou de la biöre. L'dcriture 
Unit alors assez promptement par 
jaunir et disparaftre presque com" 
pUiement, 

Qu'on me permette d'cntrer dans 
quelques details ä ce suJet. 

L'encre usuelle sc compose d'un 
mclange d'acide gallique et de Sul- 
fate de fer, qui donnent du gallate 
de fer (encre). Les substances qu'on 
ajouto pour donner unc couleur 
plus agr^able ä Tencrc, tel que le 
bois de Gamp^be, le sumac, etc., 
n'ont aucune cönsistance; il ne 

(1) Plusieurs dipI6mes dulivrcs vers la 
fin de 1853, j)ar la Grande Chancelleric de 
France, sont devenus illisibles par soile de 
I'emploi de substances calcaircs dans le par- 
cbemin ractice, qui ont altera rvncre 
usuelle. 

J'ui pris la libertd d*en prövcnir Son 
Excellence M. le Grand Cbancelier, le 
priantde faire tracer ä Tencie de Cbine le 
remplissage des brevcts. 



— 144 



reste qae le gallate de fer par la 
combiaaison du sulfatede fer et de 
Yacide gallique ; cependanl ils sont 
absorb^sTunoal aiiircplusou moins 
vite,lorsque les proportions du mo- 
lange u'oat pas ele bleu observees, 
ou bien Ic papier les absorbe en 
les combinant avcc les substan- 
ces calcaires qu'il contient. 

II n'cst donc pas rare de voir au 
bout de quelques ann^es dlsparatlre 
iDsensiblemeDt röcrlture sur des 
tltres, aclcs, documonts et lettrcs 
qu'on tient ä conserver. 

Je vais dire comment il convient 
d'op^rer pour raviver les ecritures, 
saus risque de les perdre coiople- 
tement. 

II existe deux agents ebimiques 
auxquels aueune euere ne r^siste, 
lorsqu'oQ les emploie altermative" 
ment, avec discernement ^ ä faible 
dose, 

Ge sont : 1^ Toxalate de potasse 
(sei d'oseille); 2® le cblore pur ou 
rbypochlorure de potassium, vul- 
gairemcnt nommd (eau de Javelle). 

L'acide ravive la couleur des 
teintures en rouge, le chlore les 
d^truit , ainsi tout ce qui compo- 
sera Teuere usuelle, ou le gallate 
de fer, disparattra par ces deux 
agents, le papier redeviendra ordi- 
nairement plus blanc qu'aupara- 
Tant, puisque la coUe gelatineuse 
aui lui donuait une teinte jaunätre, 
disparattra avec Teuere. 

On comprendra ais^ment qu*on 
d^truirait une partle de Teuere si on 
lavait pr^lablement le titreäravi- 
Yer avec une Solution d'acide oxali- 
que. 

Aussi longtemps que le gallate 
de fer est en bon (^lat , c'est-a-dire 
de composition constante sur lo pa- 

Eier, la couleur reste noire. Si eile 
runit ou jaunil, c'csl qu'il y a al- 
töration quelconque. 

li s'agit alors de chercher ä en 
pönötrer la cause pour mieux pou- 
voir raviver Teuere. 

Voici comment je m'y prends or- 
dinairement. 

Je mets dans 200 parties d'eau 
distlUi^e 1 partie d'acide gallique. 

Dans une autre fiele je mets 1 
partie, 1 gramme de sulfale de fer 
sur 200 grammes d'eau distillee. 

Je commence par essayer avec 
un petit pinceau sur une lettre, en 
y passant cinq ou six fois la Solu- 
tion d'acide gallique. Avec un autre 
pinceau 1'ossaie la Solution du Sul- 
fate de ibr sur une aulre lettre, u a 



cöt6 de la premi^re. » J'examine le- 
quel de ccs deux ingr^dients a 
reiidu la lettre plus noire. J'em- 
ploic alors celui des deux dont le 
resultat me parait le plus satisfai- 
sant en baignant la piöce ä raviver 
dans Teau gallique ou dans celle 
qui contient le sulfate de fer. 

On pourra aussi passer deux oa 
trois fois tres-16görement sur les 
lignes d'^criture a faire revivre. On 
fera bien de verser de Teau pure sur 
la fcuille avant de la laisser sicher, 
saus quoi la fcuille prendrait une 
teinle jaunälre, produile par Tuno 
et Tautre Solution. 

On pourrait detruiro cctte teinte 
par une tres-faible Solution de bi- 
chlorure d'elain, 1 gramtne sur 200 
d'oau. (On sail que le bi-chlorure 
d'^tain se decompose sous l'in- 
fluence de Teau en un sou^ sei; en 
le traitant par une tr^s-faible quan- 
tit6 d'acide chlorhydrique on ra- 
mene le sei d'^tain i Tetat de bi- 
chlorure.) 

Lorsqu il n'y aura que quelques 
lignes d'encre ä faire revivre sur un 
diplöme, le plus court serait de 
donner ä un dessinatcur une euere 
usuelle dans laquelle on aurait 
mdl^ un peu d'encre de Chine et de 
faire suivre la faible trace qui reste. 
Ou serait certain que le titre se con- 
serverait ensuite piusieurs si^cles 
intact. 



Sur les proportions comparees d'a^ 
cide tartrique dans le raisin et 
dans le vin, 

Par MM. Berthklot et A. de 
Fleürieü. 

A Tepoque des dernic^res ven- 
danges nous avons entrepris une 
Suite d*cxp6riences dans le but 
d'examiner les variations qui sur- 
viennent par le fait de la ferracnta- 
tion vineuse dans les quantites d'a- 
cide tartrique et de potasse conlenue 
au sein du jus de raisin. Ces expe- 
riences fönt connattre quelques cir- 
conslances nouvelJes propres ä la 
fermciitalion vineuse, plus compli- 
quee, commeon sait, que la fermen- 
tation alcoolique proprcmcnt dite. 
Voici Texpose des faits. 

1. ün a nris du raisin noir de Gi- 
vry et analysö le jus (octobre 1863) 
on a trouve par lltre de moüt : 



— liS 



Aleool Or .0 

Acide total (1) iO 

Acide tartriquo reel (2) . . 7 

Potasse 2 8 

Apres 15 Jours de fermentation 
dans leg cuves. Je vin a M extrait» 
il renformait par litre : 

Aleool (3) 9CC.2 

Acide total 5it.8 

Acide tarlrique röel 4 5 

Potasse 1 4 

Comparons la composillon du vin 
avec Celle du moüt, cd n^gligeant 
les petites Variation s de voiume 
daes ä la transformation des Sucres 
en aleool et acide carbonique. 

L'acidile totale diminue de 4.2 
Sür 10; Tacide tartrique de 2.5 sur 
7; la potasse est r^duile ä moili^. 

La diminution deTacide tartrique 
peut s'ezpliquer parla formation de 
ralcool^ lequel rend moiadre la so- 



labilitö de la cr^me de tartre dans 
l'cau. La Proportion de ce sei d'aprAs 
les donneos ci-dessus, serait de 8k'.8 
dans le moüt, et de 5K^6 dans le vin. 
Mais cette action, d'ailleurs incon- 
testable, ne sufflt pas pour expiiquer 
les cfTets, car eile ne diminaerait 
Tacidit^ du liquide que pour une 
pf»rportion equivalente ä 1^5 d'a- 
cido tartrique. Or la diminution to- 
tale est de \i\2. Pendant le cours de 
la fermentation une partie des aoi- 
des autres que raciae tartrique a 
donc disparu; circonstance d'au- 
tant plus inattendue que la fermen- 
tation alcoolique elle-möme donne 
naissance ä des aeides. 

Ges r^sultats g^neranx ont M 
confirm^s par l'^tude de deux au- 
tres vins d'une manidre d'autant 
plus frappante qn'une certaine di- 
versitä dans les details traduit Tin- 
dividualite des vins analys^s. Yoici 
deux scries plus dötaüldes que la 
premiere : 



II. Raiiin de FomUehonf mis en euve a la finde teplembre 1863. 

latirtlilKiM«. ilcNl. AdteUUl. iiU« ttrtrifM rtil. 

Moät aprte 20 heures de sejonr dans la cnve. O^c.S 10^^.1 iir.ß 

— apr^2joars 6 5 9 6 5 1 

— aprös4jours 8 7 9 i 5 1 

ifremiöre pressaree, aprös 6 jours 90 8 50 

Troisiöme pressuree, aprös 6 jours 9 8 3 5 4 

Vin (i-' decembre 1863) 9 5 » 2 



lf.6 

» 
1 7 
1 6 
1 6 
9 



Diminution de Taciditö totale 
(moindre que prec^demmeni); di- 
minution de Tacide tartrique et de 
la potasse; ce sont precisement les 
m^mes r^suUats deunitifs que plus 
haut. Mais il y a cette difference que 
racido tartrique^ se trouvant d^s le 
d^bat dans les limites de solubilitö 
de lacrdme de tartre, n'a pas dimi- 
no^ cette fois pendant la periode de 
la premiere fermentation non plus 
que la potasse, cc qui met bicn en 
evidcnce la perle de poids 6prouv^e 
par les aeides etrangers ä Tacide 
tartrique. 

A. la fin de cette premiere Periode 
nn litre de vin renfermait 6g'6 de 
cr^me de tartre, quantitä peu difT6- 



(1) Evalue comme acide tartrique, comme 
Qoite de comparaison, mais en rtialite re- 
präsente par les aeides tartrique, malique, 
fDcciniqne, acctique, etc. 

(2) Tant libre que combinö. 
(ä) Degfö alcoometrique. 



rente de 4g'6 contenus dans le vin de 
Givrv, ä une 6poque correspondan- 
te. des nombres r^pondent ä une 
i soIubilit6 sup^rieure ä celle que la 
cr^me de tartre präsente dans Teau 
alcoolisee ä la temp^rature des ca- 
ves; Texc^s paratt du principale- 
ment ä Texc^s de temp^rature du 
vin r6cent et peut-dtre aussi k une 
Sursaturation. 

Cet exc^s de crdme de tartre se 
pr^cipite peu a peu. En effet la 
Proportion de crdme de tartre, dc- 
puis la 6n de la premiere p<^riode de 
fermentation jusqu'ä celle du se- 
cond mois de conservation, est tom- 
b^e de moitiö, c'est-ä-dire A 8r.l 
dans le vin de Formicbon. Eile se 
trouve alorsamen^e au chiffre maxi- 
mum quelle präsente drms tous les 
vinsd'un an et plus. Le Formicbon 
de 1862, par exemple, renfermait 
2g^ ; le m^me vin de 1857 contenant 
2«'.2 par litre. 
Amen^e d ce terme, la cr^me do 



U Teehnologiste. T. XXVI. — Doccmbrc 1864. 



\vs 



— 14Q — 

Uftre PM diminuQ pjoa que trö^- 
leoteniiQiit dans les vins et sous Tin- 
fluence de conditions »gnaldes ail- 



leurs et qui paraisseut etraogeres k 
la soluhflitö de ce sei dans Teaa 
alcoolia^e. 



III. Baitin iß Mfmimelar, mis en euve le 3 oetobre 1863. 



U(A\ 

Aprös MOV j oars f ...,...,...,.,•> 1 • « 

Apr^ au( jours , , 

Pfemi^rß pressure, aprös sept jpar«, . . 
Qo^^e pressoröe, apr^ sepl jouri.. 
ViD« le 14 X^rrier ^364 (qu&tre xaois). . 



ikHl. 


All4«UUl. 


UHttKMtutkL 


Fttlilt. 


Occ.O 


Sgt.T 


6Kt.O 


lsr.8 


S 


8 9 


8 


1 6 


7 5 


7 5 


4 


1 6 


8 3 


7 


3 8 


1 4 


9 «^ 


7 4 


3 6 


1 4 


10 


6 3 


2 7 


8 



L'acldiii totale ^ dimioue^ aiosi 
qqe l'ficida tarlrique rtd. Ce der- 
nier au bout de quatre mois> repr6- 
ajmleS^'i de cröme de tarlre par 
Ulfe, cQmnae ci-dessus. Les aoldes 
lu^tres que l'acide tartrique ont 6ga- 
leoiept dimiim6 d^Qs une Propor- 
tion iD9rqu<^; ce qui confirme Ics 
fisa^tatä g^craux Touruis par les 
fleux s^ries pree^dentes. 



Trattement des saumures de viandes 
et d$ poissons saUs. 

Par If . A. Whitblaw. 

Le but qu'on s'est proposä est de 
s^parer en totalit^ ou seulement en 
partie de la saumure qui a servi i la 
salaison des viandes et du poisson, 
le sei ou les matieres salines de ma- 
niere k laisser k Tctat de puret6, ou 
du moins k peu pr^s purs, les jus 
•itraits des chairs ou du poisson 
par raotion des sels, jus qui ainsi 
söpar^s ou purlE^s peuvent etre 
convertis en divers produits d'un 
goüt agröable» toinemment nulri* 
tifs» tr^-salubres et parfaitement 

Sropres k servir a ralimentation 
ans les bdpitaox, k la mer, ea 
voyage et des arm^s en campa- 
gne. 

Pour op^rer ^ar ce proc^dä, la 
saumure qui a et6 employde a la 
salaison du IxBuf, du mouton ou du 
cocbon est soumise k Top^ralion 
aonnue des chimistes sous le nom 
de dialyse , Operation sur laquelle 
les travaux recents de M. Grabam 
ont altirö si vivement Tattonlion. 
Letravaiide la dialyse 8*op6re quand 
un melange de substances diies col- 
loides et eristalloides est döpos6 sur 
un des cdids d'une membrane con« 
venable ou d'un diaphragme appro« 
pri^, qui de l'auire c6le est en con- 
taet avec Teau. Dans de semblablcs 



oirconstances les substances eristal- 
loides, ou du moins une grande 
portlon d'entre elles passent ä tra*« 
Ycrs le diapbragme dan^ I'eau en 
laissant sur celle-ci les mati6re8 
eoUoIdcs. 

La saumure est un m^lanae dQ 
jus colloidcs et de sels eristalloides 
qu*on peut sdparer suffisamment et 
conveuablement entre eaz par 1q 
moyen de la dialyse. La meipbxanQ 
oü ia mati^re k Taide de laquelle 
on op^re la Separation dialytique, 
peut 6tre une substance douce, k 
texture serröe, par ezemple du pa- 
pier-parchemin, du velin, une ves- 
sic, une peau ou autre membrane 
aoimale, une substance gelatinease 
molle combin^e avec un tisso, ou 
enün une mati^re poreuse, teile qoe 
des poteries dont les pores sont 
rempiis d'une substance gölati* 
neuse. On peut se servir egalement 
de la plupart des argiles ou autrcs 
raali^res plastiques pour former les 
cloisons ou des onveloppea dialy- 
tiquea. 

Dans cette application da pro-' 
cMii de la dialyse, il convient de 
placer la saumure dans des vasea 

3u*on puisse plonger dans l'eau 
'une cuve ou d'un courant, vases 
qui doivent dtre formes enti^remenl 
ou pour la plus grande partie en 
matieres dialytiques et qu'on appelr 
lera a eet efii^t aialyaeurs. On peut 
tres-birn former un vase de ce 
genre a grandes dimensions avec un 
bäti k clairo-voie en bois ou en 
m^tal sur les vides ou ouvertures 
duquel on tend et on fixe les enve- 
loppes dialytiques de maniöre k ce 
qu'elles soient ^tancbes sur les 
bords. Une scrle de vessies anima- 
les ordinaires, pourvues de robinets 
oti de cols en gulla-percha avec 
bouchon qu'on suspena k des barres 
posecs cn travcrs k l'int^rieur de^ 
cuves rempliesd'eau» constitueune 
disposition fort &K)nomiqiM et tr^ 



-U7 - 



effioace. Des sacs de plus grande 
dimension faits de peanxd'aDimaux 
peuvent aussi Mre employ^s en fai- 
sant travaiiler ces sacs soit ouvcrts, 
soit fennös par des robinets, des 
cols ou couvercles en m^lal, etc. 

Pourcooduirc les Operations avec 
U sanmare et en se servant par 
exemple de ra|)pareil ä vessics, 
celles-ci sont remplies non pas eu- 
tiörement, mais 4 peu pr^s, avec de 
la saumure. prealablement filtide, 
aa moyen d'entonnoirs ou autres 
apparcils, puis, leurs robinets ou 
leurs boucnons 6tant fermds, on les 
dispose en rang sur des traverses 
qa*on plonge dans l'eau des cuves 
ou citernes. L'eau de ces cuves est 
renouveiee une ou deux fols par 

ioor ou plus souYcnt, et au terme 
lu troisieme ou du quatrieme jour, 
les vessies 6tant enlcv^esdcs cuves« 
on trouve quc la majeure partie du 
nitrate de ))otasse et du sei marin, 
a M ^limin^e, et que le liquide qui 
reste dans les vessies est un jus pur 
oa presque pur de viando, h l'ctat 
frais et ^minemment nutritif. Ce 
Jos purifi^ et tel qu'U provient des 
dlalyseurs peut dtre appliquc im- 
xnMiatement ä nreparor des pota- 
ges rlches et de bon goüt, ou bien 
itre ^vapor6 pour en faire des ex- 
iraits solides de viande. 

Ge jus purifi6 est ^vapor6 dans 
des vases ^mailles i une temp^ra- 
ture de lOOoG jusqu'ä siccitä, ou 

äasqu'ä Tctat (§pais et renfermc dans 
Les boitcs en etain ou dans des pots 
en gres pour le llvrer au commerce 
ou pour l'expddier sur les marcbds; 
oa Dien on peut le concentrer i la 
temperaturo de 48^ a SO G dans un 
appareil ä cuire dans le vide ou 
autre appareil con\enable, ce qui 
conscrve les elemenls dans un 6tat 
soiuble; ou bien encore on peut 
^vaporer le jus pour Tamener a un 
^tat fluide ou dcmi-fluide et le com- 
hiner avec de la farine de froment 
ou autre mati6re amylacce» pour en 
fabriquer du biscuit animalise ou 
du biscuit-viande ; ce biscuit est 
ensuite moulu et empact^ dans des 
boftes en etain. EnQn le jus peut 
6tre utilise encore d*une autre ma- 
niöre en en extrayant Talbumine 
par les moyens bien connus. 

La saumure de poisson esttrail6e 
de la meme manicre que celle de 
Tiande. 

II n'est pas essen liol que l'eau k 
Tinterieur du diulyscur soit entiere- 
ment pure et exempte de sels» at- 



tondu que i'aclion dialjtique a lieu 
avec Teau saläe, pourvu qu'elle le 
soit un peu moins que la saumure, 
mais dans tous les cas avec une 
energle moindre proportionnoUe- 
ment 4 la auantite de sels qu'elle 
renrerme. C est ainsi que Topöra- 
tion peut s'ex^cuter avec Teau de 
meretqu'on peut ainsi utiliser avan* 
tageusement a bord des vaisseaux^ 
la saumure des viandes saldes et 
rendre ä ces viandes une grande 

f»artie de la matiere nutritive que 
a salaison leur a enleväe; ou blea 
on peut commencer Top^ration 
avec Teau de mcr et la Computer 
avec l'eau fraicbe ou distillee. 

Une imporlante application de ce 
mode de traitement de la saumure, 
c'est de la combiner avec le trem« 
page ou maceration des viandes sa« 
läüs qu'on pratlque communement 
pour leur eiilever le sei avant de 
Ins faire cuire. Dans cette applica- 
tion on emploie un dialyseur de 
grandcur suflisanle pour contenir 
une ou plusieurs pieces de vianda 
saläo avec une certaine quaniitö dQ 
saumure, dans laquelle on plonge 
ces viandes. Quand ensuite on im« 
merge le dialyseur avec la vJanda 
et la saumure qu*il contient dans 
l'eau, la salure de la saumure se 
trouve en partie rdduite, le sei de It^ 
viande se aissout alors dans la sau*^ 
mure,puis passeä son tour i travers 
le dialyseur, et cette aclion continue 
iusqu'ä ce que tout le sei soit enlev6 
a la viande et k la saumure qui l'en- 
toure. p'ailleurs il s'op^re amsi uno 
action imporlante, car4mesureque 
le sei abandonnela viande, sonaction 
de coutractiuu diminue, la viaade 
renfle, sc dilate et r^ahsorbe les in- 
gredients nutriliCsqu'clle availaban- 
donnes a la saumure, de fagon que 
ses propri^lcs nutritives se trouvent 
considerabiement accrues, et que 
les matieres se trouvent peu k neu 
ramenees k l'ctat de vianae fraTcne. 



Mortier d'une grande energie. 

M. le professeur Artus a fait, tant 
en petit qu'en grand, de nombreuses 
experiences sur la solidite, la coh^- 
sion et la duree des mortiers dans 
les constructions anciennes, et a 
trouve que le sable qui s'y trouve 
melange avait contractu une comb!- 
naison cbimique avec la cbaux, et 
que la majeure partie de celLe-ci 



- 148 — 



8'^tait transform6c cn Silicate. Ces 
expcricnces Tont en consöquence 
condait ä proposcr de preparer los 
morliers de la mani^re suivante : 

On prend de la chaui Steinte et 
on mölaogo avec le plus graod soin 
la booillie qu'eile forme avec du 
sahle fin, tamisä, et, ce m^laDffe 
op^re, on y ajoute encore de la 
cnaax non Steinte et en poudrc, 
dans la proportion de un quart du 
sable employ6, et on remue bien le 
tout ensemble. Pendant qu'on ogite 
ainsi an rabot» la roasse s'^cbauffe 
6t peot 6tre imm^iatement em- 
ploy^e comme mortier. II est bien 
entenda qne la chaux vive nc doit 
8'ajonter au m^lange de boaillie de 
ebaux et de sable aa'apres quc ce- 
ini-ci a M travaille. Pendant le r^- 
cbauffement de la masse« 11 so forme 
d4Jä an Silicate qui lui permet de 
durcir et de dcveiiir en peu de 
temps tr^s-dure sans se fendiller. 

Ge mortier resiste ä Taction de 
Tean, et pent dtre employ^ toutes 
lea fois qu'on vcut obtenir une 
grande durce. II adhere aveo une 
teile Energie qoe, pen de temps 
apr^s qu'il a M appliqu^, il faut 
deploTcr une assez graode force 
pour le söparer. Les exp^riences cd- 
treprises jusqu'ä präsent en grand 
avec cette mattere ont, dit-OQy pr6- 
sentö d'excellents rösultats. 



Perfectionnement des sävons au 
Sulfate de soude. 

Par M. D. Ker, savonnier. 

Josqu'd präsent le savon fabrlquä 



en mälangeant du Sulfate de soude 
aux ingredientssaponlfiäs et ä l'ätat 
fondu a ele exposä ä se couvrir 
d'une efQorescenco de soude qui lui 
öte bcaucoup de sa valour. J'ai ob- 
scrvä qu*en introduisant une ma- 
tiäre glutineusa dans ce sayon, on 
faisait disparaUre cette tcudance ä 
refElorcscencc et qu'll cd räsultait 
un savon forme et trds-net. En con- 
säquencc avaut ou apres Tapplica- 
tion du Sulfate^ on mälango aux in- 
grädicDts du savon ä Tälat liquide, 
une maticre aibumineuse, gälati- 
ncuse, giuliucuse ou gommeuse de 
naturo animale ou vegälale, puls 
on agile vivcment et longtemps. 

La matiäre i laquelle, on doit 
donner la pr6f6rence est Ic Carra- 
gcen algue mariue connuc des bo- 
tanistes sous le nom de Chondrus 
crispus. On la fait bouiliir dans 
l'eau, on passe au tamis et on ajoute 
au savon le liquide dans leauel on 
a introdnit le sulfate de soude. 

Les proportions de Carregeen va- 
rient suivant la qualitä du savon. 
Pour ceux communs, on prend par 
800 parties en poids de savon dans 
lequel on dämele 360 parties de Sul- 
fate de soude sec ou en Solution 
cbande 4 SOo Twaddle ; on agite, on 
ajoute 136 parties d'une Solution 
giutineuse cnaude, on incorpore et 
on coule dans les miscs. 

Pour les savons de qualitä moycn- 
ne les proportions sont 600 parties 
savon, 275 sulfate de soude et 112 
Solution giutineuse. 

Pour les savons de qnalite supä- 
rlcure 750 savon, 200 sulfate de sou- 
de et 30 Solution giutineuse. 



- 149 - 



ART« Mi:€AlVIQtJB« BT GOlUttTRUGTIOIV«. 



Machine ä peigner la laine. 

Par M. B. Fothergill, ingönieur 
civil. 

Lcs perrectioDocments apporlds 
dans celte classo de machincs k pei- 

gncr la laine et autres matl^rcs ü- 
reuses analo^ues» oCi on cmploic 
une combiuaison de mc^caDisnies 
oonsistent cn une scrie de pcigncs 
Ä vis, ou autre Systeme de gills oa 
de h^rissons (pourvus ou non d'un 
appareildechauHage), avcc unecou- 
ple de cyliodres alimcntalres, au 
moyen dcsquels la m^che ou toison 
o»t port^ en avant, de maiiidre ä en 
ODffager rextr^mit6 antdricure ou 
la barbe entre des pinces fixes qui 
la maiutiennent pendantq^ue toute 
la portion qui est en sailiie, en 
avant de ces pinces est peignde, par 
un ou pliisieurs peigues k niouvc- 
ment de rotation continu ou altcr- 
natif. 

La blouse dans ces peignes d^md- 
leurs est enlev^e par une brosse 
tournante qui la d6pose sur un cylin- 
dre k cardes, d'oü eile est decbargee 
ä la manicre ordinaire. 

Apr^s que cette barbe a ^t^ pei- 
gn^e, un ou plusieurs peignes k vis 
remontent et p^u^rent dans la ma- 
ti^re immödiatement en avant des 
pinces stalionuaires ; cette mali^rc 
etant engagee dans lcs dcnls de ce 

E eigne par une plaque de pression. 
'extr^mitd de la matiere est alors 
saisie par des pinces mobiles ou 
voyageuses.qui d^tachent une boup- 
pe ou mdclie de la toison, et en ope- 
rant ainsl, peignent la barbe ou 
extr6mite de cette houppo en la ti- 
rant k travers les dents des glUs ou 
d'un berisson » les pinces station- 
naires s'etant ouvertes pendant ce 
tomps. 

ües pinces mobiles ou voyageuses 
sout disposees de teile fagou dans ce 
mäcanisme» queiles deposent les 
houppes compl6tement peigneessur 
tino surface voyageuse^ unie ou be- 
rissee de pointes avec ia barbe ou 
la portion la plus deliee de la 
houppo, dans la direcUoa des cylin- 



dres 6tireurs, pour que cea exträmi- 
t^s soient saisies les premiöres en« 
tre ces cylindres. 

Une brosse coucheuse peut-6tre» 
si on led^sire, employ^ pour pros- 
ser les fibres et lcs comprimer sur 
la surface vo^ageuse. Les dlilcren- 
tcs houppes Isoldes sont deposdes 
et accumul^s sur cette surface, de 
mani6re k reposer ou chevaucher 
on partie Time sur Tautre, et k for- 
mor une nappo d'une 6paisseur süf- 
fisante pour pouvoir ötre etiröo pen- 
dant quelle passe k travers une t^le 
d'(^tirage ou autre mecanisme. 

Fig. 7, pl. 303, vue en coupe ver- 
ticale de la nouvclle machine ä pei- 
gner la laine et oü Tou voit uno 
bouppe de laine detacböo de Textrö- 
mitedela nappe ou toison, et d^po- 
see sur un tambour ou une tolle 
Sans fin, avec la barbe ou la portion 
qui vient d'ötre pei^^e dirigee de 
Textr^mitö alimentaire de la ma- 
chine vers les cylindres ^tireurs, de 
faQon que rexlromitd la plus minco 
de chaque bouppe successive, k mc- 
sure quelle est soudee pour en faire 
un boudin ou une nappe se ])resentc 
la premiere aux cylindres etireurs, 
et ^uc ce n'est plus la partie la plus 
öpaisse, ainsi cjue la cbose s'est pra- 
tiquee Jusqu*ä prcsent dans cette 
classe de machincs k peigner la 
laine. 

Fig. 8, plan des pinces cueilleu- 
ses, quand elles se pr^sentent au 
peignc-^cran, dej4 fermöes et pr6- 
tes a tirer uno bouppe de laine 
ainsi qu'on le voit dans la fig. 7. 

Fig. 9, vue dos mämes pinces 
avant quellcs soient arrivöes au ter- 
rae de leurcourse et dans Tinstant 
oü dies s*ouvrent, toutes pretes ä 
deposcr la bouppe sur la teile sans 
fin ou le tambour. 

A, A bäti de ia macbine; B arbre 
moteur principal mis en action k la 
mauidre ordinaire; G arbro aux 
excentriques que commande Tarbre 
principal au moyen d'un pignon D 
et de la roue £. 

Les rubans de laine prdpareesur 
laquelle on se proposo d'oyerop 
sont döpoate o^V^ ^ ^v^fi»x\^^^^^ 



— 15Ö — 



^ae F, qai consiitue la face sap^- 
neure dnine botte oa chambre qui 
est cbauCr^e par des Jets de gaz, de 
la vapeur, de Teau chaude, ou par 
aoe autfe disposition convenable, 
de mani^re ä maintenir la laine 

I Pendant auelle passe dessus dans 
'^tat oü eile peut dtre peignde» ainsi 
äu'on pratique dans cette braocbe 
e la fabricatioQ. 

Ainsi couch^s Sar la plaque chauf- 
Ke F, les rubans passent sous le 
b^risson alimentaire qui les 
foit marcher en avant aux interval- 
les requis^ au moyen d*uD encli- 
qaetage et d'uoe roue ä rocbet. 

La disposition g^n^ralc des pinces 
de retenue, du peigne-^cran et de la 
plaque frappeuse est la mdme que 
Celle adopt^e dans les machincs de 
Whipple qui sont bien connues, 
mais ces organes sont mus directe- 
ment par les excentriques H et I. 
L'excentrique H agit directement 
8ur le levier K qui fait mouvoir la 
mftcholre sup^rieure des pince3 
fixes^ tandis qu'un bouton L plante 
sur la roue E qui est cal^e sur i'ar- 
bre aux excentriques G, fonctionnc 
dans une mortaise M dccoupce dans 
r^p^e N, sup Tun des cötes de la 
liaachine et qu'un bouton corres- 
pondant sur une plaque, aussi cal^e 
sur Tarbre G, fonctionnc dans une 
mortaise semblable d'une deuxieme 
6p6e, plac6e sur l'autre cdt^ de la 
machine^ au moven de quoi on im- 
prime simultanement un mouve- 
ment allernatif aux deux 6pdes. Ges 
^p^es N et les bielles 0. qui j 
sout articul^es transmettent le mou- 
vement aux pinces cueilleuses P. 

Ges pinces cueilleuses sont sous 
leurs rapports g^ndraux, scmblables 
ä Celles employöes dans la roachine 
paleutöe de "Wnipple, mais pour ou- 
virfr et fermer ces pinces, on se sert 
d'un levier äpoids Q, flg. 8, et d'un 
loquet H au Heu de la disposition 
ä excentrique adoplee Jusqu ä pre- 
sent. 

L'arbre S, qui se prolonge d*un 
c6t^ k Tautre des pinces est pourvu 
de plans courbes ou inclin^s ordi- 
nalres T, qui agissant sur les facos 
courbes des deux leviers ou bras U 

Sour fermer les pinces, mais ä Tunc 
es extrem it^s de cet arbre est cale 
un levier ä contre-poids Q (on peut 
y substiuer un re?8ort si on lo pre- 
fere), dont le poids tcnd connstam- 
ment a faire agir les plans inclin6s 
T sur les leviers U et par cons^quent 
k maintenir les pinces fermöes. 



Quand il est n^essaire aue ces pin- 
ces s'ouvrent au lerme ae leur mar- 
chc en avant, une cheville V, en 
salUie sur le plat du levier Q, re- 
monte le long d'un plan incline W 
en soulevant le levier ä contre- 
poids Q, de mani^re i supprimer la 
prossion que les plans T, exercent 
sur les leviers U; alors la barro 
^quilibr^e X par le simple effet de 
la gravitö oiivre les pinces. Aus^llöt 
que cette cheville V a francbi le plan 
inclin^ W, le loquet K glisse sous 
cette cheville et maintient relev^e 
cette barre X, jusqu'ä co que par le 
mouvement de retour des pinces 
Teitrdmit^ de ce loquet vinnno f rap- 
per la breche fixe Y et par conse- 
quent soit repoiiss^e en arri^re de 
mani^re ä remcttre en libert^ le 
contre-poids Q, qui par sa chutc, 
presse sur les plans courbes T et 
ferme de nouveau les pinces. 
II arrive fr^quemment qu'on Juge 

Sias commode de difförer dans cette 
isposition rouvcrture des pinces 
cueilleuses, jusqu'd ce quelles aient 
commencö leur mouvement de re- 
tour, autrement la houppe de laine 
pourrait hien ne pas elre ddposöe 
r^guli^rcment sur la teile sans fin 
inclinee. Pour obtonir cet elTet, on 
se sert du 'plan inclin6 ä charniere 
W* dont on voit les dctails dans la 
fig.lO.Amesure que les pinces mar- 
cnent en avant la cheville V, sur le 
levier k contre-poids Q, fait mouvoir 
la pi^ce ä charniöre W' autour du 
centre Z, jusqu'ä ce quelle möme ait 
franchi la pointe du plan inciin^ W, 
alors ce dernier retombe et reprend 
la Position qui est repr^sent6e, puis 
lors du retour des pinces, cette che- 
ville V remonte sur le plan inclinö 
W* et comme il est n^cessaire d*a- 
pr^s la longueur de möche sur la- 
quolle on opere. 

L'un des nombreux moyens qu'on 
peut adoptcr pour op^rer le renver- 
sement dans la posilion de la houp- 
pe, de mani^re a amener rextremilö 
lamoins 6paisse dans la direclion 
des cylindres dtireurs a, a, ou du 
moins k la diriger vors ceux-ci con- 
siste ä ))lacer la tolle sans fin 6, qui 
la recoit, dans uoe dircction incli- 
nee comme l'indique la flg. 7, et 
d'appliquer un bouclier courhe ou 
d'une autre forme c sur les cylin- 
dres moteurs superieurs d, afln 
d'emp^chcr que la barhe de la houp- 
pn pcndanl quelle pond ne s'engage 
dans les polntes de la tolle sans fin^ 
lors du retour des pinces qui sont 



- 181 - 



poriges un pea ftu-de1& da eylindre 
supMeur a de mani^re ä döpas- 
8er le bord da bouclier. 

Udo baguette (f fonctionoant sur 
)6 ceiitro e, vient alors par une dis- 
bosition m^caniqae rabaltre la bar- 
i>e de la houppe en avant des pin- 
ees, de mani^re a Tamener dans une 
Position convcnable pour dtre d<^- 
posee sar la toile sans fin, dans la 
alrection ronvers^c qu'ond^sire pen- 
daut le mouYement en retour des 
^inces« ainsi que le repr^sente la 
flg. 9. übe brossc coucheuse f roule 
sut la surface de cette toile par 
rentremise d'un leyler g, qui recoit 
le mouvement du couüsseau supe- 
rieur a mesure qu'il marchc en 
avant; h sont deux Icviers adaptos 
aar des boulons i de chaquc cöte de 
la macbine, k un petit arbre port6 
dans dos yeux perces aux extr^mit^s 
des leviers h, yeux dans lesquels ce 
levicr k tourne et sur lequel sont 
tor^t^s les deux l>ras / qui portent 
la brosse circnlaire f. Le levier g est 
asaembl^ k l'aide d*une mortaise sur 
un bouton placä sur le levier l de la 
broas^, et ä, son autre extr^mite 11 
8*a8semble avec le bouton d'un au- 
tre levier m qui a aussi son point de 
eentre en i et se recourbe sans tou- 
eher le b&tl et enfin repose sur un 
boulon n. 

Dans cot ätat une griffe k char- 
ni^re port6e k rcxlerieur du coulis- 
•eaudespincesestdispos^e de fn^on 
i passer pendant que celui-ci ex^cute 
sa marcne en avant Sur le sommet 
d6 ee levier m tandis que quand il 
recule, cette griffe saislt ce levier m 
ei le fait en partie tourner, ainsi 
qtie le levier a qui se trouvanl li6 
an bras l de la nrosse, fait d'abord 
lourner celle-ci sur ce point de cen- 
tte Ä jusqu'4 ce quelle vienne s'ap- 

Saycr sur la toile sans ßn, la barbc 
e la houppe de laiue se trouvant 
Ikinsl entre cette toile et la brosse. 
Ce levier h commence alors k se 
mouvoir avec les leviers g, autour 
da point de eentre t de naani^re k 
rouler la brosse sur la surface de la 
teile sans fin. La griffe glisse main- 
tenant sur lVxtr(^mit6 du levier m, 
afln de rendre la libertö k tout le 
ijrstöme, apr^s quo! un poids ou un 
ressort r^tablit les pi^ces ou orga- 
nes dans les positions indlquees 
dans la fig. 7, cW-4-dire que le le- 
vier m est pos6 de nouveau sur 
son boulon n et les leviers h sur 
eeux qui ont M dispos^ k cet 
effet 



La tdte de chaque houppe est pei- 
ffn^e avant quelle seit d^tachie par 
je h^risson ordinairc p et la barbe 
ou partie la plus deli^e de cette 
houppe est peign^e et redressöe pen- 
dant qu'on la aötache en la tirant, 
comme on le sait, k travers les 
dents d'un peigne ou d'un sdran. 

q est la brosse circulaire pour en- 
lever la blousc du hörisson et r est 
nn oylindre k cardcs tournant en 
conlact avec cette brosse pour la 
deharrasser de la blouse, celle-ci 
^tant decharg6e par Tun des divers 
moyens connus employ^a sur les 
cardes k cylindres. 

Les differentes houppes k mesare 
quelles sont couchees sulr la toile 
sans flu inclin^e ou sur le tambour 

Eour former un boudin ou un ra- 
an, sont avec la mdtne cel^rit^ en- 
levdes conti nuellcment k cette tolle 
par les cylindres de döcharge a, a, 
qui s'emparent d'abord de la barbe 
ou partie la plus mince des diffe- 
rentes houppes et non plus de la 
tdtc ou extremite plus ^paisse. et 
charricnt le boudin aux cylindres 
t, t et u, Uf d'une töte ordinaire d'd- 
tirage aprds quo! le boudin continn 
passe aux cylindres retireurs v, v, 
qui le d^posent dans une hotte ou un 
pot. 



Machim ä feutrer la laine et lis 
fKnls, 

Par M. H. Barlow. 

L'invcntion consistedans lacom- 
binaison de Tapparell apnel^ trieur, 
^plucheur avec une macnine a feu- 
trer. Les flocons de laine ayanl öt6 
travaill^s k lordinaire par le triedr 
(qui consiste en une toile sans fin, 
un cylindre alimentaire tournant 
au-dessus d'une harre ou d'une 
aoge et un gros cylindre k pointes) 
sont d^charees sur la surface d'une 
cage en toiie m^tallique oü ils se 
r6unissen( pour ötre entratn^s aprös 
avoir 4t6 humect^s par des jets de 
vapeur vers l'appareii de febtrage. 

Get appareil se compose de deax 
toiled saus fin eulre lesquelles pas- 
sent les mati^res qu'on veut feutrer. 
La toile införieureglisseous'avance 
sur une ou plusieurs platines fites 
chauff6es k la vapeur au-dessoa 
desquelles sont des platines corres- 
pondantes auxqneiies on imprime 
des mouvemftXiViV^Nfet^Mi.Q^QLQÄ'^V 



— 158 ~ 



hration i Taide d'excentriques> de 
bklles ou aulres organesl Lesflbres 
ayaat ete foutr^es et cnchevStrees 
les uues dans les autrcs eutre les 
plalioes» la capade aiasi formde est 
enroulee sur un cylindrc^ ou bien 
on y fait adhercr, on y colie une 
feuifle de papier saus ilo qai s'en- 
roulo eosuite avec eile. Pour aug- 
mcQtor la sollditd de ce feutre, ou 

Sour soQ orncmentation» oq place 
es bobines cbarg^es de fils des ru- 
baos ou de boudins entre le trieur 
et Tappareil feutreur; fils rubaas 
OQ boudins qu'on deroule k mesure 
et qui s'iucorporeot dans le featre. 
On peat aussi Jeter transvcrsale- 
ment des fils des rubans ou des 
boudins dans la capade au moment 
oü eile est re^ue sur la teile metal- 
lique au moyen d'une navette ou 
autre organo equivalent. Rien n'em- 
p6cbe qu'on ne feutre ensemble 
deux ou plus grand nombre d'6pais- 
seurs eu combinant une serie de 
tolles Sans fia dans une mSme ma- 
cbine, cbaque couple de tolles don- 
nant nalssance ä une capade. 

Fig. 1 i pl. 303, vue en 616vation 
de cöl^ de la machine ä feutrcr. 

a, a apparcil trieur ordinaire au- 
qud la laine est fournie par une 
teile Sans Gn 6. Le aros cyliudre i 
pointes qui tourue dans une augo 
ou caisse, livre les fibres in un cyliu- 
dre c, c percö do trous ou recouvert 
d'uoe teile metallique oü ees fibres 
sont bumect^es par des jets de va- 
peur qui s'^cbappent d*un iuyau 
perfore d. 

L'appareil feutreur avec lequel ce 
trieur est combin^ se compose de 
deux couples de platines e,e ou d'un 
plus grand nombre de ces couples 
suivant le degr6 de feutrage qu'on 
veut donner ä la capade. üetle ca- 
pade est conduite entre ces plati- 
nes, par des tolles sans ünfeig et 
les platines införieures sont creuses 
pour pouvoir etre chauff^es k la va- 

geur, el en outre on peut en Clever 
L temp6rature au moyen de botles 
cbauITees k la vapeur ouautrement 

Eu'on applique sous cette capade. 
a platine mobile sup6rieure est en 
bois ou en autre matiere» celle infe- 
rieure en fer; h, h äuge k la coUe k 
travers laqueile le papier sans fin i 
est passä entre des cylindre / et k, 
celui inferieur tournant dans Tau- 
ge, oü le papier enduit avec cette 
colle est conduit sous la capade et 
passe avco eile entre les deux tolles 
Sana fin. 



Quand on le desire, on peut in- 
troduire des fils de trarae ou retors, 
des rubans ou des boudins de ma- 
ti^res fcutrantes de la mdme cou- 
leur ou d'une couleur diilärente 
dans la capade, ces fils rubans oü 
ces boudins ölant envides sur les 
bobines / monl^es sur des broches 
placecssurl'arcure du trieur^defa- 
Con k ce qu'ils puissent entrer dans 
cette capade entre les tolles sans 
fin. £nfin, ainsi qu'on l'a dit, on 
peut aussi iusärer des fils des ru- 
bans ou des boudins en travers de 
cette capade au moyen d'une na- 
vette ou par tout autre moyen. 



Metier ä filer et retordre les fibres 
de noix de coco. 

Par M. E. Shepherd. 

La fig. 12 pL 303, rcpr^sente la 
breche aun banc ä broches en fer 
ou d*un metier a retordre, aux bro- 
ches ordlnaires duquel on a ajout^ 
une ailettc supplementaire pour re- 
tordre ou rouler un fil de coton^ 
de lin, de chanvre, de jute ou 
autre mati^re anulogue autour de 
rubans ou cordons eu übres de noix 
de coco {coir), aussi rapidement 
que ces rubans sont files ou dou- 
bles, en mdme temps qu'on les tord 
avec le fil ou qu'on les en enroule 
au moyen de Tailette supplemen- 
taire dont 11 a ^t^ question. 

La bobine A sur laqueile s'enroule 
le fil de fibre de noix de coco re- 
tordu ou doublt et entoure du fil 
de coton ou autre, repose par son 
embase sur le chariot des bobi- 
nes B» B avec sa breche G et 
son ailette D ; le tout disposd com- 
me dans les metiers de ce genre. 

Le fil de fibre de noix de coco a 
apr^ avoir passä par les laminoirs 
£ et avant d'enlrer dans Tailette 
princij^ale Ddescend dans ia broche 
tubulaire d'une petitc bubine F qui 
porte le fil de coton ou autre ma- 
tiere b qu'on veut enrouler sur le fil 
a ou doubler avec lui. Ce fil de co- 
ton entre dans Toßi! d'une des jam- 
bes d'une petite ailette renversee G 
que fait mouvoir une courroie ou 
autre orgaue mdcauique, et par la 
revolution de cette ailette ce fil de 
coton s'enroule autour de celui de 
coco. 

Au lieu d'enrouler ce fil de coton 
sur celui de coco comme on l'a re- 



~ lb3 



pr^sentö et ainsi au'on vient de le 
d^rire,oiipeutd'aoord filerce der- 
nier et lo paascr ensuite ä travers 
UDe autre machine pour y recevoir 
le fil de coton qu'on y enroule, oa 
hien deux de ces fils de coco peu- 
vent ^tredoublös ou tordus enscm- 
Jble ainsi qa*on l'a repr^sent^ aa 
pointillö en a\ d dans la figurc, et 
ces deux fils combinös dtre enve- 
lopp^s avec un fii de coton. 



Modt de Suspension et d'embrayage 
des meules de moulin, 

Par M. P. Bradshaw. 

Dans la plupart des montagcs de 
meules de moulin la meule couran- 
te est Stabile en equilibre sur lo 
poinlal du gros fer et Tembrayage 
s'op^re au moyen d'un conducteur, 
d'un mancbon ou d'une fourchette» 
toatcs pieces qui embrassent Taniie 
ou p^u^treiit dans cctte pi^ce de 
differentes man leres ou hauteurs. 
Tons ces modes de Suspension et 
d'embrayages ä anile fixe ou libre 
ont leurs inconvcnlents qu'il scrait 
Irop long dediscuterici, et c'est pour 
y remädier que M. Bradshaw pro- 
pose le Systeme suivant. 

Dans ce Systeme c'est Tanile eile« 
mdme qui porte ie pivot lequel ap- 
puie sur une surface plane dispos^e 
arextremitcdu gros fer, c*est-ä-dire 
que ce pivot y est cntieremont libre, 
quMl a la faculte de s'ajuslcr tres- 
eorrectement de lui-meine aux con- 
ditions des organcs en mouvemcnt 
lesquels pcuvent ainsi portcr des 2 
edtes d'une maniere parfaitcment 
^gale. 

Au lieu d'nne fonrchette, on a re- 
cours dans ce Systeme ä des ailettcs 
ou des languetles sur le manchen 
d'embrayage disnose au sommet 
4u gros fer, et ces langueltes corres- 
pondcnt lüiroment 4 des retraites 
de m^me forme mcuag6es dans l'a- 
nile. Les parois internes de ce man- 
ohon ne s'^levent pas Jus iu'au haut 
de cette ]>iece, muis sont sur une 
certaine epaisscur coup^es ä la hau- 
teur de la surface plane sur laq'uelle 
pepose le pivot de fagon que Tem- 
brayage a licu uniquomeut ä ce ni- 
veau. 

Fig. 13, pl. 303, section vcrticale 
de la meule courante montec d'a- 
prcs la m^lhode de M. Bradshaw. 



Fi?. 14, yun par dessous de la mh- 
me meule.' 

Flg 15, 16 et 17, quelqucs-unes 
des pieces vues separement. 

a, a meule courante montee sur 
son anile b^ h laquclle est pourvue 
d*un pivot c en acier trempe sur le- 
quel repose tout son poids ainsi que 
celui de la meule. Ge pivot appuie 
sur une crapaodine plate ou disque 
d aussi en acier trempä fixe sur la 
töte ou pointal du gros fer e, 

Dans cette disposition, on voit 
que ce pivot n'est pas emprlsonnö 
comme dans beaucoup a'anciens 
moutages de meules, aue Tanilo 
est du Systeme de Celles dites libres 
et quo son pivot pcut s*ajuster tres- 
correctement de lui-mdme aux exi- 
gencesdu travail et des organcs en 
mouvemeiit qui agissent alors d'une 
manidre egale de chaque cötö du 
pivot. 

Dans ce Systeme on n'a pas re- 
cours a des fourchettes pour otahlir 
l'embrayage, c'est-ä-dire faire tour- 
n(T la nieulo courante, comme dans 
hon nombro de coiistructious, mais 
cet embrayage s^obtient au moyen 
d'un manchen ä ailettcs ou languel- 
tes en qucue d'aroiidec',e' arröte sur 
la töle du f<T e ou en faisant partie, 
languettes qui pcnctrent librcment 
dans des cavit^s ou rotrailcs de 
möme forme b\ b* decoupees dans 
le Corps ou pont de l'anile 6, b et 
on voit aussi que ces languettes 
dans Icur face interne x^ sont cou- 
pces jusqu'au niveau du disque d 
sur lequel repose le pivot c de fa- 
Qon que le point d'embrayage ou 
d'impulsion douuee ä la meule ä 
lieu presqne uniquemcnt au niveau 
du point de contact du ^ivot c et 
qu'a Taide de ce syst6me bion cal- 
cule lo mouvement de la meule dc- 
vient beaucoup [)lusferme que lors- 
que cet embrayage s'op^re sensi- 
blement au-dessous ou au-dessus 
du centre de gravi te de celle-ci. 



Machine ä rogner et couper les töles, 

Par MM. J. Fernie et G. Taylor. 

Les bords des töles ächaudiöresoa 
autres töles sont g^n^ralement on- 
dules et inegaux quand elles quit- 
tent les laminoirs et le but de la 
machine dont on va donner la des- 
cription est d'öquarrir, rogner, cou- 
per et termluer ^& \A\!^% \^^\i\^:k;siX 



— 184 



qa'elle^ sont encofe äane temp6rft- 
iure asscz dlevdo et de les ameoer 
ftiisdi ctactemeat qu'il est possible 
k la forme et auz dimcnsions qa'eii- 
ge Femploi auquel elles fiont desli- 
ii^es 

La flg. 18 pl. 803 est ane vut en 
AlövatioD de la tnachine k ^üarrir 
et dresser les töles. 

a, a bftti rectangolliire en fönte 
äox quatre eoins doquel s'^ldvent 
des piliers b, b qui soutiennent dans 
lehaut unchftssisreetangülai^cc, c, 
le tout assembl6 (lar de forts bon- 
lons; d, d dcux tables mobiles dis- 
pos^s Clans Ic bftti a, a qa'on peat 
placer au besoin dans une position 
oblique Tune par rapport ä l'autre. 
Ghacunede ces tables est fecouvertd 
d'une seile mobile e que falt mou« 
Yoir üne vis on un autre Organe 
m6canique. ün montant falsant 
Corps avec la seile s'ölöve sur cha- 
Cnno de celle-ci et sur ce montant 
est stabil un berceau f, f que peut 
ftiire mouvoir vcrticalcment une vis 
et an engrenage d'angle. Ghaque 
berceau porte une poup^ mobile g 
perc^e d'une cavite dans laquelle 
est ajuste un arbre. Sur Tune des 
extrömit^s de cet arbre est cai^e une 
turbine ou une roue k r^action h 

gue fait fonctionner de la vapeur k 
ante pression et sur Tautro cxtre- 
mit^ dne seie ou une roue tran- 
chante I, propre k couper le fer. 
Beux de ces scics t, i aveö leur 
tnonture sont dispos^es dans la ma- 
chine» une sur chacune des tables 
df d que porte la parlie infdrieure 
du bäti. 

Deux tables mobiles k, k de m^me 
construction que Celles dy d sont 
attachdes au cndssis sup^rlcur c, c 
et soutenues par lui. Ces tables sont 

Sounrües de berceau, de poup^es, 
*arbres et de scics de m^me struc- 
ture que les pr^c^dentes d, d et 
d'organes convenables moteurs. On 
voit en /, l Tun des bcrceaux de ces 
tables superieures et m, m est un 
coulisseau adapt^ au borceau / et 
manoeuvrö par un guido qui per- 
met k la scie de d^yier Idgerement 
de la ligne droite quand la chose 
est n^cessaire. 

n cylindre hydraulique fix6 au 
centte de la machine et uourvud'un 
pistonn'; oplate&u en fönte mont6 
fiur ce piston ; p plateau semblable 
fix^ au chdssis rectangulaire sup6« 
rieur c, c. 

La töie 7 dont on veut dresscrlcs 
^ords est placke enlre les plateaui o 



et p od eile est maintenue avec f^N 
met^ par le piston hydraulique n' 
qa*on fait monter k cet effet. Si lee 

äuatre scies sont mises en action, 
eux des bords de la feuille q sont 
sci^s et drcsB^s sulTant la forme in- 
diquöe par les tables inrörieores 
d, d tanais que les deux autres bordi 
le sont aussi suivant la forme indi- 
qu6e par le guido, qui r^gle le inou« 
vement du coulisseau m, m da coa» 
ple superieur des scios. 

Au lieu de faire fonctionner la 
machine au moyen des roues k 
r^action mues par la vapeur» on 
peut tr^s-bien manosuvrer les scies 
a Taide de courroies, de cordes» 
d'eugrenages ou autrement. 



ChaudUre ä vapeur ä foyers internes 
et externes combinis 

II y a deux modes actuellement 
en usage pour chauffer les chau* 
di^res k vapeur : Tun de ces modea 
consiste k chauffer au moyen d'un 
foyer ext^rieur placö Sous le fond 
de la chaudl^re comme dans Tan- 
denne chaudi^re de Watt et dans 
quelques modales de celle qui lui a 
aucced^, la chaudi^re cylindrique 

Sarfolsavec et parfoissanscarneaux 
e retour k travers les espaoes d'eati 
de la chaudi^re; tandis que däns 
Tautre modo lachaudi^re est chftuf<> 
föe aa moyen d'un foyer disposö 
dans un carneau inl^rleur ^ la 
flamme et le gas brülaüt fkisant t^ 
tour sous la chaudi^re ou sur les 
cöt^s comme dans les chaüdieres 
dites du Gornwall et autres ada- 
losues. 

M. J. Stephen, de Glasgovr, a peüS^ 
qu'on pouvait combiner ces deux 
modes et concentrer ainsi Teffet 
Chauffeur et ^vaporatoire, tont en 
^conomisant Tespace et en r6dui- 
sant les dimensions ainsi que les 
frais d'ötablissement de lachaudiere 
elle-memo. (1) 

La chaudiöre est de forme cylin-^ 
drique ordinaire k fond plat avee 

goussets et tirants ou ötais. IL y a 
eux carneaux Interieurs avec grille 
k leur extr6mitö ant^rieure qui se 
r^unissent dans une chambre k 
combustion unique, centrale der« 
ri^re les autels, puis divergent de 

(i) Voyez la description des premiftre« 
idees de Tamieur dans le Teehnoltfgiite , 
t. XVIII, p. 460. 



— 18$ — 



notiYdaa derri^re eettd ehambre. An 
liea de dWerger on peul toutefois 
les continuer cn un grand carneau 
Jusqu'ä rcxtr^mite de la chaadi^re, 
ou Dien si oti Ic pr^f^re et pour don- 
ner plus de forco^les dcux carncaux 
peavent tigner tout le long de la 
ohaudldre aü bout de laquelle ils se 
rtanissent. II existo deux autres 
foyers correspondants sous la chau- 
didre, separ^s pnr une cloison en 
brique ou si Ton airae mieux par 
tlü espace d*eau pendant. Les car- 
toeaux des foyers sup6ricur et iiif6- 
rieur de droile se röunisseot vcr» la 
parlie postörieure de la chaudi^re et 
communiquent avec un caroean 
iur le cötö de cetto cbaudiere qui 
fait retour Jusque sur le devant et 
est en commuDication avec un se- 
cond caroeau plac6 au-dessus de lui 
et qui s'ötend jus !U*ä la partie pos- 
Urieure decette chaudi6re.Il existe 
tinedisposition semblable des car- 
licaox sur le cötä gauche et les deux 
cameaui supericurs s'unissent en 
ftrridro pour deboucher dans la che- 
min^e. Les deux foyers sup^rleurs 
Bont chnttdös aitcrnativement, et 11 
en est de möme des deux foyers in- 
terieurs, au moyen de quoi on op^re 
la combustion de la fumöe. Les 
foyers sup6ricurs ou internes sont 
]kian(£uyr6s a l'aide d'un pluncher 
au niveau du fond des carueaux In- 
terieurs, de fagon ä pouvoir rame- 
ner sur ce plancher los cendriers 
de ces foyers, ceux inf^rieurs sont 
dispos^s comme ä Tordinaire. 

Un ayantagc pratique important 
oni affecte la duree de la chaudi^ro , 
rest que Tenveloppe ou corps de la 
chaudi^re et les parois des carneaux 
Interieurs 6tant chaufl'ös 6galcmcnt 
se dilatent ensemble et d'une ina- 
ni^re uniforme au lieu d'^prouver 
des tensions inegales comme dans 
les chaudi^res ordinaires. Quand 
on ne fait usago quo d'un seul feu 
extcrieur le tond de la chaudiöre est 
beaucoup plus chaud quo le car- 
neau s'il y a un carneau interne; 
tandis c[ue quand 11 n*y a qu'un seul 
feu Interieur le carneau est beau- 
eoap plus chaud que le corps, et la 
dilatation inegale de ces parties 
donne naissancc ä de graves tirail* 
lements qui tendent a produire des 
d^chirures toutes les fois qu^on 
Teut faire naüro la vapeur. 

Les diffcrences de temp^rature 
qui peuvent cxister de cette maniere 
entro le carneau Interieur et le 
Corps extcrieur d'ane cbaudiere or- 



dinaire, d^ief minent une dift^ence 
sensible de longueur dans ces par- 
ties dans le cas d'une cbauaiöre 
d'une 6lendue mod^ree parexemple 
de 10 raölres k I0™.50 de longueur. 

Avec la nouvelle disposition de 
cbaudiere qu*oli vlent de d^crire est 
aussi combin^ un apparcil alimen- 
taire seif actlogtconsislanten pom- 
pes mises en jpu par une couple de 
petites macbines k vapeur dites 
petil-cheval. La soupöpe de vapeur 
de ces raachines s'nuvre par la dos- 
cente du flotleur plac6 k rinldrieuf 
de la cbaudiere lorRqne le niveau 
de Teau vient k s'abaisser, le flot- 
teur agissant sur la soupape au 
moyen d'une tige passant par une 
botle k 6toui)e ä travers le corps de 
la cbaudiere. Les deux pistons de 
vapeur sont accroch^s k deux ma- 
nivellcs k angle droit l'une k Tau- 
tre sur tin arbro portant un petit 
Volant de facon que les macbines 
peuvent se mettre en train en un 
momcnt qiielconque dans quelque 
position quelles aient M arr^tees 
lorsquelles ont cess^ ant^rieure- 
mcnt d'agir. 

Pour OFganisor ces cbaudi^res 
nerfeclionn^es Tinventour est dans 
rhabituded'y adapter un ajusteur 
seif acting de regislre qui a 6t6 in- 
troduit il y a quelques ann6es par 
M. Auld et c^ui dcpuis a fonctiound 
d'une mani^re tr^s-salisfaisante. 
Dans cet apnarell on fait agir la va- 

f^eur des cnaudi^rcs sur une co- 
onnc d'eau qui porte un flotteur 
cn comraunicalion avec le registre 
de la cbemin^e. Quand la prcssion 
de la vapeur excMe cclle d^lermi- 
nee, eile Iravcrse une soupape char- 

fj6eet force la colonne d'eiu de sou- 
ever le flotteur et de ferraer le 
registre; ce qui modere Taction du 
foyer et rameno la prcssion de la 
vapeur dans les limites convena- 
bles. Au contraire lorsque cette 
pression s'abaisse un peu trop une 
action inverse a lieu. Pour adap- 
ter cet appnreil aux cbaudieres per- 
fectionnees on le fait agir non pas 
seulement sur les registres, mais 
aussi sur des soupapes qui intro- 
duisent l'air dans des passages qui 
courent le long des cdtes des foyers 
ext^rieurs , air qui est distribu^ 
dans les carneaux en avaut des 
autels. 

Les carneaux des quatre foyers 
ätant Combines de la maniere dö- 
crite, et ces foyers ^tant mis en feu 
aiternaUvein«nXt>Xi V^i V.W5X ^\:^;^<> 



. — 156 — 



jmentation d'air peut 6tro uniforme 
ou Varize seulement cu tant quo le 
tirage m6me de la cheminee la mo- 
difie avec ane Ouvertüre uniforme. 
L'objetde la disposiiion ci-dcsusest 
toutefoia de r^duire cetle alimenta- 
tion lorsque le registre est en partie 
ferm6 et raction au foyer re8treinte,\ 
et de l'augmenter au contraire lors- 
que le registre est ouvcrt et que la 
combustion marche plus rapide- 
ment, moment auquei 11 faut evi- 
demmenl une plus grande abou- 
dance d'air. 

H. Stepben a eu pour objet d'e- 
tablir, dit-il» une cbaudi^re pro- 
duisant deux fois autant de vapeur 
qu'une cbaudiöre ordinairc sans 
oecuper plus d'espace et en mSme 
temps une ^conomle sur la con- 
sommatlon du combustiblc. II y a 
actuellement deux de ces cbaudi^- 
res en activus l'une de Ä".iO, Tau- 
tre de 2m.40 de diametre qui ont 
produit de la vapeur en abondance, 
mais jusqu'ä prcsent on uc les a 
pas fait fonctionner s6par(^.nient de 
maniere ä pouvoir determincr la 
consommation du combustible cbcz 
cbacune d'clles. 

A cette descriptiori nous ajoutc- 
rons aussi que la cbaudi^re est l^g^ 
rement disposee suivant une Posi- 
tion inclinee d'arri^reen avant, que 
la boue et Ics d^pots qui se forment 
tendent coutinucllement vcrs la 
partie anlcrieurc de la cbaudi^re ou 
ils tomhcnt dans l'cspace d'cau qui 
descend au centre jusqu'uu dessous 
de la grille des foycrs inferieurs, de 
fa^n non-seulement quo cos dcpols 
ne sont pas surcbauues, qu'ils ne 
prennent pas une consistance picr- 
reuse, n'attaquent pas la cbaudierc 
et pcuvent als6mentStrc ^vacucs au 
moyen d'un robinet plac^ cn avant 
du massif du fourneau ä l'extre- 
mit6 la plus d^clivo de cet espaoe 
d'eau. 



Nouvelle stibstance pour gamir les 
stußng-boxes des machines ä va- 
peur. 

Par M. R. Jacobi. 

Jusqu'a präsent on s'est presque 
exclusivementservi pour p:arnir les 
stuffing- box es des macbines, des 
soupapes des appareils ä vapeur de 
filasses, de tresscs ou de nattes de 
chanvre ou de lin qu'oa a em- 



ploy6e8 soit seules, seit melan^ees 
cntre elles en diverses proportions 
et filöes ou mM6es de plosieurs ma- 
ni^res. Dans tous ces modes d'appU« 
catlon loutes les fibres organlques 
de ces garnitures 6tant soumises k 
Taction d'une temj^erature gin^ra- 
lement sup^rieure a 100*C. et ä Tbu- 
midite au sein de laquelle ellcs sont 
plongdes ^prouvent une prompte 
dcstruclion et sont mises raplde- 
ment bors de service sous les in- 
fluences combindes du frottement 
et de la pression des tiges ou des 
pieces en mouvement. 

Les cousequences sont faciles k 
prevoir, les boites k dtoupes cessent 
d'ötre etancbes, on est Obligo k 
chaquo instant de scrrer les cou- 
vercles ou presses - etoupe de ces 
bohes. et au bout de peu de temps 
de regarnir cellcs-ci partiellement ou 
compl6tement. Le serrage des pres- 
ses-etoupc est la plupart du temps 
poussä au dela de ce qui est ncces- 
saire, et la pression exagerce que 
la garniture exerce sur les tiges 
ou autres pieces donne lieu k un 
froltcmcnl anormal et ä une perte 
de force qui en peu de temps se 
combincnt avec un reläcbement 
trös-prcjudiciablect des fuites. 

M. W. Unger de Berlin m'a pr6- 
scnt6, il y a quelques mois, une 
nouvelle substance pour gamir les 
stulTing-boxes qui a la forme de 
Cordes cylindriques dont le diame- 
tre variable correspond au vidc en- 
tre la tige et les parois inlerieures de 
la boite et qui se compose de cou- 
cbes alternatives de toile k volle et 
de caoulcbouc vulcanise, roulees 
cnserable et ne formant qu'un tout. 

Quoiquejonc mc dissimule pas 
que la toile ä volle, dejafoitemcnt at- 
taqu^e par son union aveclecaout- 
cbouc et devcnue ainsi plus souplc 
mais aussi plus fälble, dCtl s'user et 
pörir plus promptement encore que 
le cbanvro ou le lin k Tätat brut et de 
filasse, et, malgrd que je n*cusse pas 
une grande confiancc dans la rösis- 
tance du caoulcbouc, je resolus 
nöanmoins d'en appelcr a Tcxpe- 
rience par Temploi de cette combi- 
naison, et en consequcncc j*en ai 
garni, il y a cinq mois euviron, 
les deux sluffing-boxes des tiges en 
ferdu piston du cylindre d'uue ma- 
cbine k vapeur horizontale servant 
ä ^puiser les eaux de la mine de 
Heydt pres Halle-sur-Saal, macbine 
d'une force de vin«jt cbevaux, qui, 
en moyenue, fait 14 4 IB pulsaiLons 



— 157 — 



}»ar minate en travafllant nuit et 
oar Sans Interruption sous une 
pression de 1 1 2 atraosph^re. 

Ces sortes de garnitures ont bc- 
soin, dans Ics premiers jours qu'on 
Ics scrre i plusicurs reprises, et, 
au boutdc huit jours, d'ötre l^gö- 
rement regarnies, mais aprös ces 
Operations, dies deviennent si com- 
pl^tement ötanches, que Ics serra- 
ges n'y sout plus necessaircs qu'ä 
de loDfj's intervalles, et qu'au bout 
de deux mois environ ils sont com- 
pietement superllus. Depuis trois 
mois, mcs deux boftes fonclion- 
nent parfaitemont 6ianches , sans 
qu'on y ait seulemcnt mis la main, 
resultat d6j4 tres-satisfaisanl pour 
une machine qui doit marchcr 
d'une maniere continue et qui sera- 
ble devenir de jour en jour plus 
complet. Sans dtrc taxe d'exag^ra- 
tion, on pent tr^s-bien supposer 
qne ccttegarniturc durera bien en- 
core deux k trois mois; mais si on 
8*en rapporte aux apparences, cette 
dar^e se prolongera probablcmcnt 
cocore six mois et peut dlre davan- 
tage. 

Si on suppose seulement une du- 
r6e totale de six mois, eile aura re- 
siste en moyenne quatreä cinq fois 

Slus longtemps qu'une garniture 
e lin ou de chanvre dans cette 
rodme machine, tandis que le prix 
n'est que le double. 

Pai d6jä garni plus de vingt bot- 
tes avcc cette matiere et obtenu 
chez tootcs des rdsuitats 6§alemcnt 
fayorables ; c'est cc qui ra a deter- 
min^ti communiquer cette notc et 
ä recomraander Temploi de cos gar- 
nitures pour les besoius gdndraux. 



Disposition pour drtsser les faces 
du tiroir des machines ä vapeur 
locomoüves et fixes, sans Hre 
obligd d'enlever le cylindre. 

Par M. F. "W. Eichholz, construc- 
teur ä Stargard. 

Le dressage des glaces usdes des 
tiroirs doit, la plupart du temps, 
sortout dans les locomotives, Stre 
exäcutä sans ddmonter le cylindre 
de vapeur, parce que renleveinent 
de ce cylindre, pour rabotcr ces 
glaces, est une Operation qui causo 
beaucoup d'embarras, cxige un 
temps considdrablc, et surtout prä- 
sente des difücult6s pour repla- 



cer ce cylindre exactement dans 
une Position correcte, condition 
d'oü dopend cepcndant beaucoup 
la bonne allure de la machine. 
G^ndralcmeiit on a pr^för«^, sans cn- 
lever le cylindre, faire drt^sser ces 
surfaces par un.ouvrier habüe i 
l'aide du ciseau et de la limo. M lis 
ce travail est fort penible et trcs- 
long, surtout avec des boftes de ti- 
roir fermces de toutcs parts, et un 
ouvricr diligent mel souvent deux, 
trois Ol jusqu'ä quatrc semaincs 
pour dresser chaquc face. 

Dans Ics chemins de fcr, il Im- 
porte cepcndant, avant tout, de 
pouvoir rendre le plus prompte- 
ment possible une machine au Ser- 
vice, parce qu'on cherche toujours 
d iimiter le nombre des locomo- 
tives, qui sont des appareils encore 
fort uispendicux, d celui rigoureu- 
semcnt ndcessaire pour le Service. 
Tout ce qui pent accölerer les r^- 
parations est donc une chose trös- 
digne d'int^rÄt , principalement 
quand les perfectionnements s'ap- 
pliqucnt, comme ceux en question, 
ä des travaux de longue haleinc. 

On a imaginö dcjd des disposi- 
tions pour dresser les faces des ti- 
roirs, mais, ä nia connaissance, 
toutcs ces dispositions ont ^td Sta- 
biles sur le modele d'une petite ma- 
chine ä raboter, et par consquent 
pour raboter ces faces. Ces appa- 
reils sont plus dispendieux et plus 
difficiles ä Taire mouvoir et ä adap- 
ter que celui que j'ai construit, 

äui est reprösenlS en coope dans la 
g. 19, pl. 303, et qui travaille sur 
la machine elle-möme, et par con- 
sSquent sans cnlever le cylindre. 

L'outil qui op^re ce travail con- 
siste dans une fraise plane A, calSe 
sur un arbre B. dispos(^ ä angle 
droit avec la face du tiroir, et qui 
tourno d'un mouvemeut continu 
avec cet arbre. Celui-ci emprUnte 
son mouvement par Tentremise 
d'un engrenage C et D ä une poulie 
äcourroicE, c^ui est en rapport avec 
un Volant ordmaire ou l'arbre d*une 
machine. 

L"arbre de la fraise et tous les or- 
ganes de transmission sont port^s 
par un support qu'on peut faire des- 
cendre de toute l'elendue de la lar- 
geur de la face du tiroir. Ce sup- 
port superieur est mobile suivant la 
iongueur totale de ce tiroir sur un 
second support disposä ä angle 
droit avec le premier. Le bäti con- 
dueteur du support infSrieur sert 



- 458 - 



igalement d'appui au bord de la 
botte de Llroir afin de pouvoir i'as- 
sujetlir. 

Au moyen de ces deux mouve- 
menis des Supports, la fraise peut 
atta.'uer sruccessivement tous les 
points de la surface du tiroir, et, 
par sa rotatlon , le dresser parfaite- 
ment plane. Apr6s un i)reinier tra- 
vaiL de ce genre, la fraise peut ^tre 
remopt^ pour recommeucer. 

AvieccettedispositioD» un ouvrier 
peut eu six k huit heures de travail 
dresser de nouveau une face usce 
de tiroir. De plus eile peut 6tre uti- 
lisde pour percor des trous de vis 
qaand la face du tiroir doit ^tre 
garnie d*une plaque d'aeier; enfin 
on peut Temployer pour toutes les 
locomotives ainsi aue sur les ma- 
obines a vapeur orulnaires. 

II est evident que pour beaucoup 
de bo£les de tiroir, il faudrait em- 
ployer dess fraises d'un Ires-grand 
diamclre afin de pouvoir eucore 
travaiiier des faces placees tr^s- 
loin sous le bord du tiroir. Les 
fraises jusqu'a 12 a 13 centimetres 
de diamdtre travaillent encore fort 
bien, mais avec un diamdtre plus 
grand on ne r^ussit plus ä rendre 
les faces bien planes. 

Pour arrivcr au but dans de pa- 
reils cas avcc de petites fraises, il 
oonvient d'employer uue disposi- 
tion particuliere qui consiste es- 
sentieilement en ceci, que la fraise 
est calöe sur un arbre particulier 
commande a Tintdricur de la botte 
de tiroir uar l'arbre primitif de ceite 
fraise et rluterposition d'une petite 
roue. Get arbre secondaire est port6 
par un bras diagonal diiige vers le 
baut, qui appuie sur le porte- 
fraise cylindrique du support supe- 
rieur, et est maintenu correctenient 
en place par des vis de calage. A 
Taide de cette disposition, on peut 
egalem ent dresser avec des fraises 
toule espece de surfucc. 

L'apparcil fouctionne dcpuis quel- 
que temps avec avantage dans les 
ateliers du cbemin fer de Berlin i 
Stettin, qui en a d6jä dix en activitä« 



Sur les effets des condenseurs ä sur- 
face sur les chaudieresä vapeur. 

Par M. J. Jack, de Liverpool. 

Le mode de condensation de la 
vapeur apr^s qu'elle a rempli ses 



fonctions dans les macbines, en ia 
mettant en contact avec des surfa- 
ces froides d*une ccrtalne ötendue» 
a M longtemps repouss6 par Tin- 
dustrie et la navigation, quoique 
procurant une rdduction dans la 
consommation du combustible. 
Mais aujourd'hui les avantages de 
ce mode sont largement recounus. 
et nou*seulement des condenseurs a 
surface ont 6t6 appliquds aux ma- 
cbines 4 vapeur nouvelles, mais. 
dans beaucoup de cas, iU ont dte 
Substituts i la condensation par 
injection dans les anciennes ma- 
cbine.s. 

Gomme dans ces trois ou quatre 
dernl6res annees , j'ai 6tabli un 
nombre consid6rabIe de conden- 
seurs d surface et qu'on a remarqui 
quil se produisait avec ces appa- 
reils sur les tubes et les plaques 
ccrlaines aclions d*un caractöre tel 
que ce n'etait pas saus quelques 
iuconv^nients, et, sans sc redigner 
ä quelqae sacrificc, qu'on jouissait 
de Ta van tage de pouvoir employer 
l'eau dislillec ä 1 allmentation, j'ai 
cru devoir cntrcr dans des ddtoils 
sur ces effets parlicullers. 

Les effets qui se produisent dans 
les cbaudicrcs a vapeur pourvues 
de condenseurs d surface ont deJ4 
et6 signales par un bon nombre 
d'io^duieurs, et mon but est pluiöt 
ici de provoquer une discussion sur 
ce sujet, et de sollicitor des infor- 
mations pratiques qui feront mieux 
ressortir les avantages qu'on rda- 
lise par l'emploi de ces conden- 
seurs ä surface. Mais en mdme 
temps comme les cbaudidres ä va- 
peur muuies de condenseurs de oe 
gcnre sont attaquees rapidcment et 
avant qu*on puisse pre.enir ces ef- 
fets ou qu'on souge a les constaler, 
le danger, dans un retard, d'dtre 
temoln d'explosions, se trouve ainsi 
nolablcment augmentc et concourt 
i donner une grande imporlance ä 
la qui'Stion. 

On peut considcrer la condensa- 
tion par surface comme une idde 
d6ja vieillc, car Savery avait adoptö 
ce principe des 1698 dans co qu'il 
est Dermis d'appeler la premiöre 
macnine ä vapeur, en appliquaut de 
l'eau froide a riutdrieur du cylindre. 
Plus tard Watt lui consacra beau- 
coup de temps, malgre qu*il ait fini 
par l'abandonncr, en se fondant 
sur les dlmensions qu*il fullait 
donner au condenseur tubulaire 
des grandes macbines et les frais 



- 1Ö9 - 



auxqaelt leur oonttruotion entrat- 
nait, ol^ecUoas qal lo detcrmin^- 
rent & sacrlüer uae parlie do la 
lorce A la oommodit6 et ä empioyer 
Im ffrandes pomnes. 

G est vers 18^2 que la cooden- 
sation, par surface» s'introduisit 
dang la pratique. Samuel Hall, qui 
avait compris sea avantages, coas* 
^oisit an condenseur de ce genre^ 
oooaistant en uae boite qui coate« 
aait ua certain nombro de petits 
tubes. II avait mdme reussi a sur* 
uioater ladifficult^ d'ölablir ud as- 
semblage etaacbe entro I'eau et leg 
esjiaces de vapeur tout ca permel- 
laat TelTüt de la dilatatloa et de 
la coatraction des tubes. Los con- 
deaseurs do Hall, fureat appliquös 
4 des aavires de l'Etat et i des ua- 
"Vires marcbands, mais malgr^ les 
avaatages qu'oa iear avait recoa- 
nus, ils ac tardereat pas ä dtre abaa- 
doao^s. 

Dopuis on a proposö diverses 
modifications daas la dlspositioa et 
la ooostructioa des tubes^ soit ca 
faisant oirculer Teau aoa plus k 
rexiirieur, mais i riat^rieur des 
tobes, soit en combiaant Tinjec- 
iioa de I'eau avec la condeasatioa 
par surface. 

Daas les premiers momeats, oa 
äprouva n^anmoins do la difficuitö 
k obtcair des garniturcs biea elaa- 
cfaes pour rexlremitä des tubcs, 
mais aprös avoir coastatö par uae 
loogue expörieace refficacite du 
oaoutchoue pour cot objet, ou peut 
proclamer aujourd'bui qu'ou a 
reussi, car, sur plusieurs inilliers 
d*as8emblages de ce genre que j'ai 
eu roccasioa d'^lablir, 11 ne s'est pas 
däclar^ un scul cas de fuite. 

La condeasatioa par surface est 
ooe opdratioa daas laquelle oa ea- 
Mve a la vapeur taut sa cbaleur 
sensible que colle lateate, et mal- 
grö que Vadoptioa d*ua Systeme 
Douvoau ^prouve toujours des ieu- 
teurs, je suis couvaiucu qua ce mode 
condeasatioa romplacera cntie- 
rement et d^iiaitivoment Tinjec- 
Uon. Je ne ditisimulerai pas iiean- 
moins qu'il est quelques inconvö- 
nients auxquels il faudra ap porter 
ua remdde avant que ce mode de 
eondensaüou soit universellement 
adopl^ dans la navigation , incon- 
v^nients qu'on nfncontre non pas 
danslecondeuseur lui-mdroe, mais 
dans les eilets prodiiits sur les cbau- 
diöres par i'eau distlllee ou par quel- 
que cbose qu*elle contiont et qui 



provioat de la surface de condea- 
satioa. Je commcnce donc par 
m'occupcr des effets de condensa- 
tion par surface sur les chaudieres 
4 vapeur, puls je m'expliquerai sur 
la cause probable de cette action 
destructive. 

Ua graad aombre de chaudieres 
i vapeur de aavigatioa que ]*ai eu 
roccasioa d*observor avaient ^\A eu 
etat de Service peadaat ua temps 
plus ou moias long, mais Jamals 
moias de siz mois, ea fouraissaat 
de la vapeur ä des machiaes aveo 
coadenseurs par injectioa. Cos 
cbaudieres avaieat 6tä alimeat^es 
avec Teau sal6c, et par coascqueat 
lours parois etaieut recouvertes 
d'iucrustatioas ^paisses. Sans prea- 
dre le sola ou eacourir les frais 
d'ua uettojage de ces chaudieres« 
on les reuvoya ä la mer, apr^s y 
avoir adapte des condenseurs ä sur- 
face. Tout marcha d'une maniero 
salisfaisanle, et, au retour d'ua 
prcmier voyage, on fit uu ezamen 
de ces cbaudieres. Qu coustata 
alors que la plus ffraade partia 
des incrustations s'etaient d^ta- 
chees, et que la surface interne de 
ct/iS chaudieres etait daus une trös- 
bonne condilion pour tr.insmettre 
la cbab'ur, ce qui dtSmoutrait com- 
bien l)re^entail d'avautages l'adop- 
tion d'une alimeutation en eau dis- 
tiliee. Les cbaudieres de cette classe 
ont sans cxceplioa ete d pou prcs 
debarrassecs de leurs incrustatious 
par Tempi« >i des condenseurs ä 
surface pendant leur premier voya- 
ge, et, dans Ions les cas, la surface 
ae ces cbaudieres a ete truuvee en 
hon etat, et est restee teile, au 
point que quelques-unes d'entre 
elles porsistcnt en oet etat depuis 
quatre annees. 

Neanmoins Taspect i riütörieur 
de ces cliaudieres n'etait pas celui 
du fer net et nroure. La surface pa- 
raissait impregnee de quelque ma- 
tiere gris&tre, ou bien avoir eie al- 
teree dans sa naturo chimique. üa 
a coastate que cette Imurdguatioa 
ou alteratioa de la suriacc s'etait 
opposee et s'oppose eacore ä uae 
actioa destructive sur le metal, en 
examinant un autre lot de chau<r 
dieres 4 vapeur, les unes nouves 
avec nouveltes macbincs et conden* 
seurs 4 surface, les autrcs vleilles 
avec les memes condeaseurs. Avant 
la sorlie du port, ou avait eu solo 
de remplir ua certain aombre de 
ces cbaudieres avoc de Teau douo^et 



— 160 — 



les autres avecde Teaa sal^e.ün exa- 
moD» apr^s un premiervoyage dang 
lequel on ne s'^tait servi que d*eaa 
distili^o pour alimenier hs cbaa- 
dieres, a coostatö les cffcts sul- 
vants qui n'ont fait qu'augmentcr 
ä cbacun des autres voyages Jus- 
cra'4 ce qu'on ait adoptä ia praliqae 
d'alimeiiler^ par exemple, avec 1/6 
& i/iO en eau de mer. 

D'abord, tant au-dessus qu'au 
dessous du plan du niveau de Tcau, 
la surface des töles, et les rivets 
6taientrecouvcrtsd'uü depöt quires- 
scmblait ä de Toxyde de fer hy<1rate 
et qui apres r^vaporation de l'eau 
s'est präsente i l'etat d'une poudre 
fine, impalpable de couleur brunä- 
tre. Ge depot acqu^rait sa plus fortQ 
6paisseur au-dessus de Ia ligne 
d eau oü parfols il avait de 18 a 
20 millimetres d'epaisseur. Apres 
avoir proc^d^ i la vidange de ces 
cbaudi^rcs, on remarqua que sur 
leurs parols internes adh^rait un 
d^pöt epais gluant que l'analyse cbi- 
mique a d^montre consister dans 
les substances suivantes : 

Oxyde de fer 77.80 

Humiditö 19.75 

Graisse 0.85 

Sulfate de cbaox 0.80 

Oxyde de coiTre 0.60 

Alumine, chlorure de sodium 

et de magoesium traces 

Perte 0.50 

100.00 

£n second lieu, sous ce döpöt les 
Plaques et les tdles;^taient rong^es, 
ereusees ou piqu^es. Ces piqüres 
ayaient un diamdlrc variable depuis 
ceiui du plus petit poitit jusqu'a 15 
k 16 millimetres et en profondeur 
depuis la plus simple Impression jus- 
qu ä Tepaisseur enti^re des plaaucs 
et des tubes. Malgr^que cespiqüres 
fossent r^parties sur toute la surface 
des cbaudi^res, on les renconlrait 
plusfr^quemment et en plus grand 
nombre juste au-dessus du foyer et 
dans les parties immMiatement en 
rapport avec la chaieur la plus in- 
tense. Dans quelques-uncs des par- 
ties la surface ^tait enti^rement 
recouverte de ces piqüres, tandis 
que d'autres qnelque fois sur uno 
etendue de 8 a 16 d^cimetres carre 
de plaque et quoique soumises k la 
chaieur la plus intensc, en ^taient 
exemptes. 

Les plaques et les tubcs avaient 
M fanriqu^s dans tous les cas 



avec des töles de premiere qualitö 
et par les plus habiies constructeurs 
et les piqüres apparaissaient dans 
des points oü le fer semblait d« 
qualile irrcprochable, avec un nerf 
tres-satisfaisant et oü Ton n'aper- 
cevait ni scorie, ni paille. 

Le piquage des cbaudi^res a ^t^ 
tellement destructeur dans Celles 
oü Ton employait sans cesse la 
mdme eau, que dans un cas les tu- 
bes de cbaudieres neuves onl 6t6 
enti^remcnt rong^s et perces au 
bout de deux ou trois voyages, qui 
n'avaient en tout dur6 que quelques 
mois et qu'ii est devenu indispen- 
sable de les remplaccr par de nou- 
veaux, et de se scrvir en partie 
d'eau de mcr pour ralimontation 
afin d'y d^terminer et d'y mainte- 
nir une incrustation qui s'opposait 
ä cetle action destructive sur le 
fer. 

Si les töles do loutes ces cbau- 
dieres fussent sorties des mSmes 
usines on n'aurait pas manquö d'en 
conclure que les piqüres ^talent 
dues ä la qualit^ du fer, mais com- 
me Celles des diff^rentes cbaudieres 
provenaient d'usines differentes et 
avaient M appliquees ä des ^po- 
ques diverses, 11 n'y avait plus de 
raison d'attribuer le mal a la qua« 
Ute du m^tal. 

La präaence dans la chaudi^re 
d'un mö^l doux» tel quo le cuivre 
des tubes condenseurs, a fait penser 
qu'il s'exercait une action galvani- 
que de nature k alTecter le fer d'une 
cerlaine mani^rc. Mais l'analyse 
qui a etd faite du d^pöt grattö dans 
les cbaudieres. a dämonirä qu'ii y 
avait k peine des traces d*un m^tai 
etranger quelconque. Bien plus on 
aurait pu conclure qu'il ne pouvait 
pas y avoir pr^senced^un m^taldoux, 
carles tubes du condenseur et les au- 
tres tubes en cuivre ^taient tous en 
Earfait ^tat, mSme dans les assem- 
lages rendus ötancbes avec le 
caouchouc durci par la vulcanisa- 
tion, on remarquait a peine une la- 
che ou trace due ä une corrosion. 
J'ai entrepris alors de recbercher, 
si le d^pöt gluant n*etait pas du k 
la d^composition du suif ou de Ta- 
cide employ^s au graissage, parce 
que j'avais fr^quomment entendu 
dire qu'il se formait un de))6t de 
celte espece dans les cbaudieres 
oü l'on raisait usage du condenseur 
k surface de Hall. Pour m'en assu- 
rer, les robinets de vidange d'un b&- 
timent n'ont pas öt^ ouvcrts pen- 



— 161 — 



dant qaelque temps avant d'attein- 
dre le port, leg feux ont ^t6 äteints 
ä Tariivöe et la botle döcharg^e; la 
seule substance quo j*ai trouv^e a 
et6 ce d^pdt fluide brun&tre dont il 
a 6t6 question. Quaut au depot qui 
^tait re&te sur le fond de la chau- 
diere^jeTai examlne avec le plus 
grand soin, et j'al trouv^ que c*etalt 
absolument la mdme substance 
qae le pr^cedent. 

Comme on croit g^nc^ralement 
que la mati^re de graissage qui s'in- 
iroduit dans les chaüdieres avec 
l'eau d'alimeutalion, pourrait bicn 

{»arraciloncoDtiaue de la chaleur ä 
aquelle eile est souroise, se coa- 
Yertir en un acide gras capable de 
produire les elTets observes, oq a 
ezamiu^ la nature de la mati^re 
employ^e ä ce graissage» afln de 
s'assurcr quelle etait celle des subs- 
tances grasses aniinale ou vcgetalc 
qui donnait lieu aux plus fortes al- 
teratioQS» mais on a constatä que 
Taction se döveloppalt tout autaut 
ayec l'une qu'avec Tautre de ces 
sabstances. Neanmoins pour cons- 
tatcr le cas oü la formation d'un 
acide gras serait la cause de cette 
action, on a introduit des morceaux 
decraie dans les cbaudi^res et on 
en a ajoutd de nouveau de temps 
i autre, on a aussi mdlangä du car- 
bonate de sou e ä Teau d'alimen- 
tation» mais les elTets on ^t^ nuls et 
Taction a coutinu^ a se propager. 
^ II ne restait donc d'au Ire alterna- 
tive et le n*ai pas appris jusqu'a ce 
jour qu^on en ait trouve uno diffe- 
rentCt que d'alimeuter les cbaudie- 
res une partie en eau de mer, en 
quaiilile sufllsante pour maintcnir 
une incruslalion peu öpaisse ä la 
surfac«* du fer. On a prelendu que 
le depot n'etait autre chose que 
de Toxjde de fer et qu'il 6tait forme 
par le chlore (»resent en petite Pro- 
portion dans Teau salee, qui en se 
combinant avec un oxyde formait 
du chlorure de fer, qui dccomposc 
aisemeat par l'ozygene laissait a nu 
Toxyde du metal. Mais ici la dilH- 
cult^ coQsistait ä connaftre Torigine 
oa la source de cet oxyg^ne, car la 
auantite d'air qui enlre avec l'eau 
a*alimentation est cn r^alite Ir^s- 
faibie. Ou a dlt encore que l'acide 
chlorhydrique pourrail elre present 
ä raison de la petite quantild d*eau 
demer qui peut s^iutroduire dans 
les chdudieres, mais il est difficile 
d'expliquer comment 11 pourrait 
s'iutrodaire une quautite d'eau süffi- 



sante, pour agir fiur une surfaoe ausai 
^tendueet avec cette rapidit^ qu'at- 
testent les rdsultats. 

Je dois dire ici que M. Kollo, Tun 
de mes associes, a trouve dans une 
couple de chaüdieres dans une raffi- 
nerie de Sucre, un depöt brunätre 
adh^raiit sur toute la surface et que 
les points expos6sälachaleur la plus 
inlense 6taient piqu^ exactement 
de la möme maniöre que le second 
lot de chaudiöres marines, dont 11 
a et^ question ci-dessus. Les m^mes 
effets ee seraient donc prodults ici. 
Ces chaüdieres ^taient aliment^ 
continuellement avec la m^me eau 
i laquelle on en ajoutait une petite 
quautite de nouvelle pour r^parer 
les pertes. Gomme la vapeur ne tra- 
versait que des tuyaux en fer pour 
faire fondre le sucre, Talt^ration 
des chaüdieres ne pouvait dtre due 
au conlact de reau avec un 
m^tal doux ou 4 une mati^re de 
graissage quelconqne. Ces chaüdie- 
res etaient du Systeme du Gornw^ 
ä foyer Interieur et fonctionnaientä 
la mdme pression que le second lot 
de chaüdieres marines, c*est-4-dire 

4 1 1/2 atmosphere au-dessus de la 
pression atmosphärique. 

On examiua alors une seconde 
couple de chaüdieres exactement de 
m^me construction,pIacee4 cötö d& 
la premiere couple et travaillantafort 
peu prds ä la m^me pression, mais 
alimentee avec de l'eau qui n'avait 
pas ete distillee. Mais malgr^ quu ces 
chaüdieres fonctionnassentdepuisle 
m(>ine temps environ que les pre- 
mieres elles etaient en hon etat et 
probable. licnt devaient roster telles 
encore pendant des annöes; elles 
ne presentaient aucun indice de 
corrosion ou de piquage , tandis 
aue les chaüdieres marchant k l'eau 
distillee oot du etre reparees. 

Les connaissancos pratiques ainsi 
acquises conduisaient necessaire- 
meut eiaconciusionquel'eau distil- 
lee elle-memcestlacauso de lacorro- 
sionqui ne peut plus etre altribuee ä 
une action galvanique oü k celle 
des acides ^ras. Quant i la question 
de savoir si l'eau distillee peut avoir 
une action parliculiere sur les me- 
taux, on rappellera que Bcrthier a 
trouve qu'il s'etait forme des protu- 
berances noduleuses dans des 
tuyaux en fer, contenant de l'eau 
disliliee, protuherances qui consis- 
taieut en 21 p. 100 de protoxyde de 
fer, !58 de peroxyde du meme metal, 

5 d'acide carbonique, 14 iß. d^oaAi 



Le Technologisle. T. XXVI. — EWccmbre 1864 



VV 



— 168 — 



et i i/8 de siliee. Les tnyaux en fer 

cbntenaiexit äussi unär substance 

Sulv^ruleDte» qu'on pouvall repro- 
aire k volonte avec Teaa distillee, 
k laqucllc on avait ajdul* uoe trace 
de carbonate de soude et de sei or- 
dinäire; mais iion pas par un'c addi- 
üon d'älcali paustique. On sait, da 
reste, qae Tcäu distillee agit 6ner-r 
iffquement sar le plombet M. Glärke 
attribne celte actiön i'la propriet^ 
remär^uable que poßäMe Teau dis- 
tillee» compar6e a Teau ordinaire, 
de dissoudre Taoide carbonique 
Hbre. 

Je ne pr^tends pas affirmer d'iine 
mänifere positive que Teau distillee 
soit en elle-mfttiae la cause active 
guf dötrait les cbaudidres en fer, 
mais en nie basant sur les obscrva- 
tlons qüi viennenld'^tre rapport^es 
fet sur les TnformätTons que Je suis 
parvenü iusiqü'ici k recueillir, je 
pense qu-il y a aujourd'hui des 
preuves süffisantes que l'eau dislil- 
Ii^ est siuon la seule cause, du 
inoins l'agent \k plus actif dans la 
production des effets de corrosiou 
qui vieiinent d-^tre d^crits. Si cette 
conclusion peut amener i d^couvrir 
un remedeaux inconv^nients qu'on 
6pronve dans Teroploi de Teau dis- 
tul^e seule, on aui-a surmontä uoe 
autre difficult6 qui s'est präsent6e 
dans Tadoption g^n^rale des con- 
denseurs k sur face. 



Machines ä casser les pierres. 

Ghaque jour on äprouvc dans l'art 
des coDstructions et dans diverses 
Industries le besoin pressant de 
possäder une boune macbiue a cas- 
ser et briser certaines matiöres du- 
res et refractaires en masses qui 
pour 6tre amences k la main au 
degrä voulu de grosseur ou de 
voTunie exigent beauconj) de main 
d'oBUvre et de depense. Ce besoin 
deviont surtout imp^rieux dans l'«^- 
tablissemeat des routes en empi6- 
rement suivant le Systeme, faus- 
semcnt attribu^ k Mac- Adam» et 
actuellement si göndralement re- 

Sandu» dans les fondatiohs des edi- 
ces on beton dont on fait aujour- 
d'hui un fr^auent usage, dans le 
cassage des minerais pour le Service 
des usines, dans le premier brise- 
ment des quartz aurif^rcs, etc. 

G'est pour satisfaire k ces besoins 
vari^s qu'ont iik invent^es les ma* 



chine^ dites k casser les pierres don^ 
oh cotinatt dejä plüsleurs modMj^, 
mais dönt le type principal päraft 
Ölrela macbine am^rlcairie dß Blake 

äue nous avons ddcrile et fi^uree 
ans le volume 25 p. 601 PI. 197 fig. 
29 et 23 de ce recueil. Aujoürd'hai 
nous ddcrirons deüx nouveaux mo- 
deies de ce type de macbines qu'ön 
peut appeler macbines k pression. 
Tun imagind par M. Pope qui a poiir 

Srincipe Texcentricitd, et rautro de 
[. Cbamber qui öpere par voie 
hydraulicnie. 

P. M. "W. Pope dont la machine 
est represenlde en coupe verticale 
prise sur la longueur dans la fig. 20 
pl. 303, affirme qu'elle traväille avec 
plus de rapiditd et d*efficacil6 que 
Celles actuellement en usage;'en 
voicl la description : 

A, A bäli en foute de fer ; B mft- 
choire mobile qui joue sur un axe 
B'; G mftcboire fixe dtablie sur le 
bäli et maintonue en place par des 
coins D, un de cbaque cötd; B cy- 
liudre-galet lournant sur un axelB* 
et roulant sur des chariots poürvus 
de coussinetsqui fönt corps avec la 
mächoire mobile; F excentrique 
cale sar l'arbre G, arbrc toumant 
sur des appuis disposds dans des 
mortaises ou fendtres percdes dans 
le b&ti, qui en entrafnaot Tezi^n- 
trique avec lui fait joiier la mächoire 
B et la cbasse en avant 4 la distance 
rcquise k cbaaue rdvolution. Gela 
fait, celte mächoire est ramende en 
arridre par des tampons en caout- 
chouc ou des ressorts a^ et des ti« 
ges ou des boulous b^ qui d'un beut 
traversent le derridre du bfiti et de 
l'autrc sout arr^tds sur la mächoire 
par un dcrou. 

Les pierres qu'il s'agit de casse^r 
sont introduitcs par le haut dans 
l'inlervalleque laissent en ce point 
los deux mftchoires, elles y sont 
brist'es par le mouvement en avaiit 
de celle mobile et pcndant qae 
celle-ci revienl en arrridre, elles 
tomhent un peu plus bas oü elles 
sont de nouvcau allaqudes par le 
mSme mouvement de la roächorie 
qui se repdte et ainsi de suite ]us- 
qu'4 ce qu'ellcs soient amendes äla 
grosseur voulue, raomenl auquel 
olles tomhent par Touvorlure K en- 
tre les dciix nmchoiros. 

La macbi ne peut casser les pierres 
en morceaux ]>Ius ou moins gros an 
moyen des piaques qu'on introduit 
ou qu'on retire dans des coulisses 
pratiqudes derridre les ooussinets 



— IM - 



de l'arbre Q; c* petites piaqacs ar- 
rftt^essur les c^tös du Mti derriöre 
les coussiaets pour maintenir les 
plagues regulatrices d leur place ; 
M un des deux voiants de la ma- 
chine; N lapoulie motricc. 

n. La macnine de M. Chamber qui 
est k la fois plus ing^nicuse et plus 

Imissante est fond^c comme nous 
'avoDS dit plus haut sur le principe 
de Ja presse hjdraulique. La fig. 21 
en präsente une section vcrticale 
sur fa longneur et la fig. 22 un plan. 
L'inventenr la destino principale- 
xnent 4 broycr les minerais et les 
quarts. 

A Mli robuste en fönte, consolide 
par des celnlures en fer forg^ ser- 
r^ fortement dessus et pourvu 
dans lo haut de poupecs pour rece- 
▼oir des coussiiiels, et des garni- 
tnres qui doivent porter Tarbre 
coud^ B ; G'C* mächoircs fixes can- 
neldes» fabriquocs cn fönte blan- 
che dure et pourvues de cannclures 
sur les deux surfaces de maniere k 
pouToir Ätre retournöes lorsque le 
travail a use les cannelures d'uu 
c6t6. Ces m&choires sout arr^tös en 
place par des pidccs pyramidales 
qu'on peut enlcvcr ä Tolont6. 

D machoire mobile aussi cn fönte 
blancho durc portant öjj;aiement 
conime pn voit des cannclures et 
eai6c sur un arbro de centre ; F, F 
deux cylindres hydrauliques etablis 
sur la partio posterieure du bäti, et 
arröt^s par des boulons ; G, G' pis- 
tons pleins ajust^s, fonctiontiant 
dans ces cylindres et rendus ötan- 
ches au nioyen de ^arnitures cn 
cnir ainsi qu on le pratiquc ordinal- 
rcment; n, H' deux autrcs pistons 

{»leins ou plongeurs plus petits, cc- 
ui superieur fonctionnantätravers 
une bottc ä ötoupcs sur le cöt6 in- 
Hrieur du cylindrc superieur G tan- 
dis oue celui inf^rieur p^n^tre aussi 

Jar le cöte ä travors une autre boite 
^toupes dans le cyllndre infericur 
G'. Ces pistons sontegalement ren- 
dus ^tanches par des garnitnres cn 
cair ; J traverse au milieu de la- 
quelle les pctits pistons sont arrdt^s 
par des cluvettrs; K, K' bielles ser- 
vänt a asscmbler ceite traverse avec 
Varbre coudc B afin que ia machine 
puisse dtre mlsc en activite ainsi 
qu'il suit : 

A mesure que Tarbrc coud6 
tourne, la traverse nsscrabl^e avec 
les deux bielles K, K', communique 
un mouvement d'el^vation et d'a- 
baissement aux pistons H et H' sui- 



▼ant une course d'une ötendue de 
18 centimdtres. Tendant que ces 

Sistons s'clövent celui du haut ou 
'. pcndtrc dans Tespace rempll 
d'eau qui est derri^ro le gros piston 
G dans le cyiindro superieur F, y 
depose une certaine quantitd de ce 
liquide, ddplacement ou refoule- 
ment qui a pour cfTet de chasser en 
avant ce piston G d'envirou 12 k 
13 millimdlres, tandis qu*au mdme 
moment le piston du bas ou ET 
ötan t ro tird de la mdme dtendue dans 
l'eau du cylindre infericur F' per- 
mtjt au piston G' de reculer de 
la mömc etenduc de 12 ä 13 mil- 
limctres. Dans le mouvement de 
retour de la traverse reifet a lieu 
exactement en scns inverse, le pis- 
ton superieur recule et celui infö- 
rieur est poussd en avant. Ces pis- 
tons affissant altcrnatiyepient k 
dgalcs distances du centre exercent 
une trds-grande puissance sur la 
mdcboire mol)ile D en produisant 
un mouvement de reaction asseje 
intcnse de la machoire sur l'axe. 

Les matdriaux qu'on vcut briser 
sont jetes ontre la machoire fixe et 
Celle mobile et a mesure qu^ils sont 
casscs et reduits ils lombent entre 
des points plus resserrds cntre ces 
mächoircs ou ils sont enfin amenös 
au volume voulu. 

Dans le cas oü l'action vive et ra- 
pide de la machoire mobile serait 
tout k coup suspendue par un corps 
durqui nc pourrait pas 6tre broyö^ 
rimmeuäc ponvoir des pistons bri- 
sorait la mncbine, m^s on a pourvu 
ä cet accident au moyen des sou- 
papes de sürcld S, S' a par les- 
quell es Teau s'dcoule alors par des 
tuyaux de fuite P, P' dans les pe- 
tits röservoirs T, T' oü eile est re- 
prisc par les sounapes d*aspiration 
V, y qui suppleent k ce manque 
d'eau k mesure que le piston recule, 
de manidro que la machino n'd- 
prouve aucun dommage. Ces sou- 
papcs d'ailleurs rdparent aussi les 
pertes dues aux fuitcs dans le cas 
oü la macbine en accuserait. 

Les dimensions auxquelles on 
amone ou rdduit les mati^rcs sont 
rdgldes par les 6crous k oreilles N, 
N* . Si on veut des produits fins Td- 
crou superieur est vissd fortement 
et celui infdrieurrclächöet rdcipro- 
quement. 

Ces machincs sont destindes k 
frapper 300 coups par minute et 
comme l'action est double reffet est 
de 600 coups. Lca avawUi^^^^^^'^ 



- 464 — 



pr^scntcnt sulyant rinventeur, sont 
evidcDts ; eil es permetteut de briser 
avec rapidite Ics pierres de uO ä 06 
ccutim. de cöte et les IWrent dans 
Ic bas ä uae jauge per^ee de trous 
de 15 millim. de cöle» eilcs d^pen- 
seat peu de force, uc se composent 
que a*un petit nombre d'organes 
iD^caniques et l'eau n'y est inlro- 
duito que comme un moycu simple 
de coumuüication de mouvement ; 
enfin Tusure 7 est tres-peu eonsidd- 
rable et se borne presque exclusi- 
yement k quelques cairs qu'oa rem- 
place de temps ä autre. 



Grilles ä barreaux fixes et 
circulants. 

Oa connatt deiä pour les grands 
foyers boa nombre de modales de 

fniles qui ont et6 invent^s dans ces 
emiers temps et dont rexp^rience 
n'a pas toujours coufirme ladop- 
tion, tolles sont les grilles incllQ^es, 
les grilles culbutantes^ les grilles 
k circulation» les grilles ä ^tages etc. 
Ualgr^ le peu de succes de plusieurs 
de ces appareils^ les inveuteurs ne 
se ddcouragent pas et de temps k 
autre on propose encore de nou- 
veaux modeles sur le merite des- 
quels nous n'oserions pus nous pro- 
noncer a priori^ mais dont les pra- 
ticiens sauront apprccler les avan« 
tages et les incoavenients. 

On a beaucoup vanl^ 11 7 a quel- 
ques anndes la grille ä circnlaüon 
inventee par M. Juckes, et impor- 
t^e en France par M. Taillefer. Ge 
modele reposail sur une id^e ingä- 
nieuse, mais dans la pratique cette 
grille a präsente de graves d^fauts 

3ui Tont en grande partle fait aban- 
onner. D'ailleurs Tinventeur l'a- 
vait proposäe comme un appareil 
propre k ^conomiser le combustible 
et des expöriences failes avec soin 
ne sont pas venues justifier cette 
Prätention. 

Deux Ingenieurs de Liverpool, 
MM. W. A. Wilson et J. Smith, pro- 
posent ä leur tour une nouveilc dis- 
position de grilles qui consiste dans 
nne combinalson de barr* aux lixcs 
avec des barreaux circulants places 
alternativement avec les premicrs 

Eour porter le combustible, tous 
arreaux qui, repartis de cette ma- 
ni^re, peuyent ötre disposes suivant 
la longuenr ou la largeur du fover. 
Les barreaux fixes sunt du modele 



ordinaire et reposcnt comme on la 
conQoit sur des appuis : quant 
aux barreaux ä circulation, ils se 
composeut de cbatnons de peu de 
longueur ou de barreaux courts ar- 
ticules eutre eux ä des distances 
convenables pour former unechafne 
Sans fin et que par ce motif on ap- 
pellc barreaux-cnaine. 

A chacune des extrdmites de la 
grille du four ou fourneau ou bien 
sur Tun et Tautre c6tc si les bar- 
reaux sont disposes transversale- 
ment les barreaux-cUaine sont por« 
t^s par un tambour ou un arbre sur 
lequel ils circulent et dont la surface 
convexe est armee d'un certain 
nombre de chevilles ou de dents 
qui s'engagent dans ou entre les 
chainons de chacune des chafnes 
Sans fin de barreaux. On commu- 
nique le mouvement au tambour 
ou a Tarbre par un mecanisme 
quelconque, de fa^on que quand 
celai-ci louctionne, une moitie des 
barreaux-chaine qui composeut une 
chatne sans fin se meut imm^diate- 
ment en contact avec le combusti- 
ble tandis que Tautre moiti^ mar- 
che en sens contraire dans le cen- 
drier comme dans la grille Juckes. 

Quand 11 s'agit de tres-grands 
fo7ers les inventeurs emplo7ent 
so US les barreaux-chafne et en con- 
tact avec le feu, parallelement aux 
barreaux fixes et reposant sur les 
mömes appuis, de petits barreaux ä 
demeure qui em pichen t les bar- 
reaux -chatue de ilechir et de faire 
le ventre afin de les maintenir con- 
stamment dans un mSme plan avec 
les barreaux fixes. 

Au lieu de faire circuler les bar- 
reaux-chafne d'une extr^mitö ou 
d'un cötd a Tautre du four ou four- 
neau et dans une seule et m^mo di- 
rection par un mouvement de ro« 
tation, on peut leur communiquer 
soit par des cames, des excentri- 
ques, soit par tout autre mdcanlsme 
connu pour cet objet qu'on etablit 
sur le tambour ou Tarbre de circu- 
lation, un mouvement alternatifou 
intcrmittent au mo7en duquel ils 
avancent d'une certaine eleudue 
daus une dircction, puis revien- 
nent d'autant ou bien d'une moin- 
dre etendue en arriöre; ou bien on 
les fait marcher d'abord sur une 
petite etendue, on bs arrete, puis 
on les remet en marche et ainsi de 
suite alternativement. 



— 165 — 



Instrument pour la mesur$ des 
courbures convexes ou concaces 
circulaires. 

Quand on veat mesarer dans los 
ateiiers des courbares convexes oa 
coBcaves, on sc sert d'instrumeots 

Sn'on connaft soiis Ics noms divers 
ecompas sph^riqae, compas cour« 
be, compas d'^paissear, mattre i 
danser» elc., mais lorsqae ces cour- 
bttresontangrand diam^tre, il faul 
donner k ces Instruments une si 
grande longueur que leur manoeu- 
Tre devient fort incommode, et 
eenx qui portent une Schelle gra- 
da^e sont sujets t no fournir que 
des r^sultats incorrects. 

MM. Landsherget Parisius, cons« 
tnictears d'instrummts de pr6ci- 
sion, k Hanovre, ont imaffinä un 
appareil dont le principe a d^Jä M 
anpliqu6 antärieurement au m^me 
oojett mais dont la disposition ge- 
nerale est asscz uouvelle et teile 
qn'on pcul mesurcr avec la plus 
eraode pr^ision des corps ronds 
acpuis 124 millim^tres jusqu'ä 20 
metres de diamötre. Ce principe re- 
posc sur Tappücation de ce thöo- 
rftmo de gdomÄlrie que, par irois 
poidts donn^s^on ne peut faire pas- 
ser qu'nne circonference et rdcipro- 
qaement que quand on connaft 
trois points d'une circonference, 
celle«cl sc tro#rc donn6e. 

La fig. 23, pl. 303, representc une 
Tae de face de cct Instrument au 
quart de sa grandeur naturelle. 

La fig. 24, une vue de c6t6 avcc 
section du tambour T. 

La fig. 25, un plan. 

La fig. 26, une section de la partio 
snp^rieure, moitiä de la grandeur 
natarelle. 

Sar la face interne des deux 
pieds b, b, de la pi^cc en laiton a, 
sont nssuletties par des vis dcux 
Plaques d acier c, c qui, par Icur 
extremitd taillöe en bisnau asscz ai- 
ga m et rz, constitucnt dcux des 
trois points, de fa^on que ces deux 

Soints sont une t'ois pour toutcs 
xcs et invariables et se trouvent 
ainsi 4 une distance connue l'un de 
l'autre.La piöce en laiton a porte en 
»on milieu un renflementdqui cons- 
titueune douillecylindriquo tarau- 
d6cä rinterieur.Ce taraudagercQoit 
nuevi85,laquelleformcparsapoinle 
mousse inferienre letroisieraepoint 
0. Ce point. lorsqu'oii toiirnela vis, 
moute ou descend pcrpendiculaire- 
ment sur la ligne m, n, qui Joint les 



deux autres, et peut en fttre rappro- 
ch6 ou eioign^. La connaissance de 
la distance o, q, et de la longueur 
de la iignc m, n sufBt pour le cal- 
cul du diam^tre de la circonference 
qui appartient aux points m, o, n. 

La mesure directe de celte dis- 
tance 0, p, toutes les fois ({u'il s'a- 
girait de faire une Operation, exi- 
gerait du temps et risquerait d'^tre 
inexacte, en oons^qnence 11 a fallu 
imaginer un moyen pour rendre 
cette mesure directe superflue. Si 
on fait ex^cuter un tour k la vis, 
sa pointe est plus ou moins d^pla- 
c^e suivant la hauteur du pas. Si 
on tourne k droite, eile se rapprocbe 
de py si ou tourne k gaucbe, eile s'en 
eioigne. II en rcsulte que la flccbe 
0, p est constamment une porlion 
011 une partic aliquote du pas de la 
vis, et par suite un produit des fac- 
teursqui donnent en unlles deQnios 
de mesuro la hau leur du pas et 
le nombre des tours. Ce produit, 
dont l'un des facteurs (le pas de la 
vis^ est conslant, ne corrcspond 
QU d une circonference unique et 
donne en consequencc le moyen de 
lacalculer. 

Soit en g^ndral M le centre et 
p = M n le rayon de la circonfe- 
rence qui appartient aux trois 
points m, o, n; M, o qui coupe la 
corde m, n en un pointp, la partage 
en dcux parties dgalcs m, p =^p, n 
et les deux rayous M o et M n em- 
brassant rangle au centre o, M, n= 
a; il en rcsulte quo Tangle pöri- 
pherique compris entre o, n et p, n 

est egal ä -%' Si maintenant on de- 

signe 0, p par y et p, n par x, on 
aura 

— = Tang. -5. 

et par consequent Tangle « sera 
connu en x et y, et par suite, on 
aura 

— a? 
^ "" SiiT* 

Dans rinstrument cn qüestion la 
distance entre les pointesm et n est 
exactcment de 100 raillimetrcs et 
par cnnsdqucnt a? = SO millim^tres, 
et 0.644 de loar de vis corrcspond k 
1 millimetrc de hauteur de fleche. 

Siioposons, comrne cxemplc , 
qu'on ait en tour de vis 1,34405, 
on aura aiors cn miUvux^\x^% 



— 166 — 



— S.06705 



^t au88i 



_ « 9.06705 ^ yv..-.. 
Tanf.-j.=:— gg— = 0.041741 



ce ^i donne 



3m3'4 



le 



dt pöur l'angle <t 

flf = 4o46'8 
dont le Sinus est 

Sin« =0.08333 
^t pär eons^quent 

' = ofe = ^ "^"*'"- 

On comprend qua, sans un moyen 
particulier de secours. il ne serait 
^as possible d'appricier ezactement 
es nombres ei fractions de tours 
de vis qui, daos cet ezemple, a M 
1,34405, ce qui cependaDt est indis- 
pensable si on yeut atteindre k queU 
qae exaciitude. Le moyen proposö 
par les intenteurs est ^minem- 
ment simple et inR^nieux. Sur la 
tige prolongeo de la vis se trouvc 
fix6 an tambour T, an'on fall creux 
poar le rendre plus leger, tambour 
qui se meut, c*est-4-dire monte et 
descend avec la vis. Sur la piece en 
laiton a est vis^e one tigre lisse i 
disposee parallelem ent i la vis et 
portant dans leboutune peilte luna- 
Ic r dans laquellcsoni iendus deux 
fils en croix.Ceiie pciiie iunule r est 
placee si pr^ des tambours quo le 
poini de croisemeni des fils iondus 
(la marque) couvre dans des posi- 
tions deierminees du tambour cer- 
tains poinis frappes dcssus, qui 
sont ^galement bien visiblcs. Si sur 
cc tambour on a iracä des lignes 
spirales exaciement de möme pas 
que ceux de la vis $9 il faudra 
qu'un toor de vis fasse passer un 
tour de spirale tränke sur le tam- 
bour devant le point de croisemeni 
desfils^ei comme le diam^tre de ce 
tambour est bicn plus grand que 
celui de la vis, il en r^sultera que 
ce tour devra, ou mieux le pas, s'y 
trouvera bieu plus developpe , et 
qu'on sera ainsi mis en etat de d^ 



terminer exactement des fractious 
de cö tonr. 

G'est du rapprochemeni et de la 
finesse des lignes sur le tambonr 
que deperid la pr^cision qu'on re- 
cherche et aussi du diamötre de ce 
tambour. Si ce tambour a, par 
exemple> une circonf6rence de 12$ 
millimdtres, il sera facile quand les 
lignes tracees dessus seront parta- 
g^es en millimetres de lire la 250 
partie d'un tour ei par cons^quent 
la 2&0 partie de la bautQur d'un 

Sas , c'est -a - dire une difference 
ans la bauteur de la fl^cbe p, de 

öiei >< So = 156 ^« miUimÄtre. 

Ge dcgr6 de pr^cision n'est pas tou» 
tefois necessaire, parce que cet los- 
irument est desiinö k des usages 
pratiques, et en consöqueBce, dans 
les excmplaires fabriques, la subdi- 
Vision n'est pas pouss^e aus&i loin; 
tou tefois, sous CO rappori, on a fait 
un pas de plus, ei au lieu d*ias- 
crire le point de dlvision sur le 
tambour, on y a irac^ directement 
en mesures meiriques le diamMre 
de la circonf^rence qui y corres- 
pond. 

Si on calcule d'aprös les diverses 
bauteurs de tlecbe le diametre des 
circonferenecs correspondantes, on 
trouve,par les principes connus, que 
de ires-peiites dilTdrences dans les 
premiercs, en amenent de notables 
dans les secondos, et que des difTc- 
reuces egales pour de faibles bau- 
teurs de fidcbe determincnt de bien 
plus fortes difT^rences dans le dia- 
mdire que pour les ^randes bau- 
teurs de üecbes au point,par exem- 
ple, qu'ä un diametre de 15 meircs 
correspond une bauteur de flecbc 
de OmmOOb, tandis qu'a un diamötre 
de 10 metres correspond une bau- 
teur de flache de imm049. La difT^- 
rence de ces flecbes, 1,049 — ( ,69S 
= 0™n>3öb, correspond dOpc ä une 
diCference de 15 — 10 = 5 metres. 
11 est facile d'en conclure qu'il est 
indispensable de pouvoir lire los 
millimetres, ce qui, comme on l'a 
vu, est facile avec cet Instrument, 
On comprend en ouiro combien est 
grande Tinfluence que pourrait 
avoirle moindre remontageou des- 
cenie de la vis, et qu'il convicnt 
d'eviicr autant que possible Tun et 
Tautre de cesmouvemonls. Ou rcnd 
impossible une dcscente par l'excel- 
1 lente construclion de la vis et sa 
' parfaitc coincidcncc avec T^crou, 
I ei enfinpar la grande öienduedela 



- 167 - 



Horface de contact» tandis qa'on 
üToppose k ce qu'elle remonte au 
dela par Tcmploi d'une disposilioQ 
p^ticuli6re, ^minenimcnt Inge- 
nieuse» mais qui a öte dc^ja em- 

RloySe par les mdmes construc- 
^.urs dang les iDstruments de me- 
soire qu'ils livreat au conimerce. 

La ng. 26 repr^seute cette dispo- 
«iiiQiO^iQoiti^ de grandeiir naturelle. 

iA TIS s, porte dans le haut un pro- 
Qngement x et y, dont la portlon y 
^i toiirn^o d*uQ dianbMre un peu 
^olndre que celle x. Ces deux 
ooyädi sont entour^s de manchons 
d'scior , perces cylludrlqueinent 
Juaqu'au lond qui ne prescnte 
qu'une Ouvertüre pour y loserer le 
oojau Xt et par cons^quent colul y, 
La inanchon qui eDVironue y est 
disigni par i;, celui qui cotoure y 
Dar u. A 1 int^rieur de chaeun de ces 
acux manchons enveloppant leur 
po^au respcciif est insere un res- 
aort ou heiice en fil de laiton, ban- 
dö de fagou k presser sur le fond 
des manchons t; et u, et parce qu'ils 
appuicnt sur ces fonds pressent ces 
manchons Tun surl'autre avec une 
foergie qui depcnd de ia Force des 
resaorts eu laiton. Ceux-ci öprou- 
Teut une r^sistance de la pari des 
saillies des nojaux et pour faciliter 
rintrodui Uon et rajustage de tou- 
icB ces pieces, y est pourvu d'an 
bouchon k vis z. 

, J^aintenant les deux manchons v 
A u« comme le fönt voir les fig. 23 et 
ijU engr^iient Tun dans Tautre au 
iDoyeu d'une dcnturo t en forme de 
scic. II en resulte que quand on falt 
tourner lo manchon superieur, ce- 

iui iqferieur se troiive cntrain^, 
Ofsquc le frottemcnt entre les 
deiits engr^n<^es est süffisant pour 
oela, c'est-a-dire lorsqu'il est au 
moins aussi considcrahle quo celui 
^e la vis s dans son öcrou en sup- 
posant qu'll existe un raode d*union 
ferme eutro le manchon v et cette 
iris s. Mais le frottemcnt de la vis 
dans son ccrou augmenU», comme 
on Salt, d'autant plus qull y a une 
prcssion plus forte sur la pointe en 
0. Si cette pression 6tait trop faible, 
le frottemcnt cntre les surfaces des 
dents, frottemcnt qui est <i(^ k la 
pression du ressort en h^lice, ne 
serait pas on 6tat de surmonter le 
frottcmentqa'ilprovoqnelui-mÄrae, 
Le manchon ?/, au morarnt m6me 
ou la pointe o vient porler Siir l'ob- 
jet a mesurer, doit donc remonier 
au moyeu des Burfaoei en plan in« 



clin4 des dents, glisser au-dessus 
de celui v et laisser la vis $ en re- 
ros. Co moment est marqu^ par un 
bruit de grincement prodnit par les 
deux surfaccs dent^3S qui roulent 
Tuno sur Tautre; avec un peu de 
pr^caution on peut faire cotncider 
rinstant oü la pointe remonte avec 
rinslant oü la denture recule avec 
assez de procision pour que la 
pointe ne laisse pas de trace ap- 
preciable k la loupe, mSme sur le 
m^tal ]ß plus mou, commQ le 
plomb. La pr^eaution consiste sim- 
plemcnt a tenir le manchen u qu'on 
saisil avec les doigls pour le faire 
tounier, de maniere a ce qu'il n'en 
r^sulle ni un soulevement ni une 
d^pressiou, parce que le premier 
donnerait lieu 4 une diminution du 
frottemcnt entre les faces des dents 
et la seconde k une augmentation. 
Pour que le manchon v entraf ne la 
vis s, on se sert d'uu petit tenon n 
fixe sur le noyau x qui s'engage 
dans une mortaise oblongue que 
porte le fond du manchon. 

En ce qui concerne le tracö des 
cliififres sur le tambour T, on per- 
drait beaucoup de temps si on 
voulait les graver sur les lignes en 
hölice qu'on y a d^crites. On pro- 
c^de donc dans ce cas de la ma- 
ni6re suivante : 

On coupe une feuille du papier 
ayant m^me largeur que la hauteur 
du tambour et une longueur 6gale 
k celle de la circonference de ce 
tambour, laquelle par cons^- 
quent est un rectangle qui re- 
pr6senteIasurfaco decelui-ciet qui 
doit rccevolr les tours on hölice. ün 
peut sur ce papier tracep simple- 
ment les tours ou les pas rcctiflis 
sous la forme de lignes paralleles 
entre elles, inclin^cs sous un ccr- 
taiu angle avec les bords du papier. 
Lo long de ces lignes on inscrit 
dans des points correspondants des 
jiombres emprunlcs k une table 
calculde ä l'avance, puls on colle 
avec adresse ce papier sur ce tam- 
bour, et ou Tcnduit d'uu vernis. 
Si, dans cetleopdration, on a seule- 
ment eu soin que Ic croisement des 
fils seit sur un point du papier qui 
corresponde exactement ä la posi- 
tionäctuelle de la vis, c'est-Ä-dire k 
la hauteur de la fleche, alors les 
positions de tous les autres points 
sont correcls. Si la fleche est nulle, 
les trois points m, n, o sont en li- 
gne droitc et le point qui se trouve 
alors Tifä-viB le croisement des fiU 



— 168 — 



forme le pointde d^part de la ligne 
Spirale, bi on opörr. de teile fa^on 
(^ue ce point soit exactement le mi- 
heu de Tangle droit que forme le 
papier, alors les nombres qui sont 
iDscrits au-dessus tout le long de la 
Spirale servent & la mesure des sur- 
faces convcxes; ceux imm^dlate- 
ment oppos^s aa-dessous de la li- 
gne mesarent les sorfacs concayes, 
de fagon que cet Instrument se 

Sr^te ^galemeni bien i la mesore 
e ces sortes de surfaces (i). 



Changement de forme dam les 
vrUtaux, 

II T a quelque temps» les ouTriers 
de rarsenal royal de Woolwich 
etant sur le point de chausser une 
roue avec an bandage auquel il 
itait n^cessaire de donner un bi- 
seau d'cnviron 12 millimetres, un 
des ouvriers sug^öra l'idöe de lui 
faire acqu^rir ce biseaa eu chauf- 
fant le bandage h la chaleur rouge 
et le plongeant sur la moitie de sa 
largeur dans Teau froide. On es- 
saya ce moycn qui r^ussit parfaito- 
mcnt. La portion du banaa^e qui 
etait borg de l'eau 4tait ccile qui 
avait acquis an diam^tre r^duit. Ge 
bandage avait 76 millim^tres de 
largeur 12 Vi d'öpaisseur et im.267 
de diam^tre. 

Ce r^sultat qui ^lait curleux et 
peu connu a donn^ roccasioa k M. 



(1) Noos n'avons pasreprodait ici le U' 
bleau donnd par l'auteur oü Ton trouve le 
diamötre des courbures depuis 124 jusqu'ä 
20.000 millimötres suivant les hauteurs de 
flechei däterminees par les tours ou frac- 
tions de tour de la vis, parce que ce labloau 
a^tä calcul^ ponr le mod öle des instra inen ts 
qaisortent de rätabiissement de MM. Land- 
tberg et Parisius, et que pour tout autre 
u;.s de vis que celui qu'ils ont adopte, il 
fandrait dresser un tai)leau analoffue en 
räpi^tant tous les calculs d*apr^ les for- 
mulesdonnöes dansla note ci-dessus. F. M. 



H. Clerk, d'entreprendre quelques 
exp^riences, afin de reconnattre 
jusqu'ä quel point des cbau träges 
et aes refroidissemenls successifs 
peuvent augmenter ce changement 
de forme et en mSme temps si on 
pouiTait parvcnir k produire le md- 
me cffet sur d'autres m^taux que le 
fer forg6. 

Ces experiences ont ^t^ faites snr 
des cylindres en fer forgö de diff^- 
rentes dimensions, tant creux que 
solides, qui ont öt^ plonges dans 
Teau sur la moitie de leur hantear 
et d'autres sur les trois quarts, et 
aussi sur des cylindres semblables 
en fönte de fer, acier, ^tain, zinc et 
bronze k canon. 

Avec le fer forg6 les rechanffages 
et les immersions ont pu 6tre r6p6- 
tes de 15 ä 20 fois avant que le m6- 
tal pr^sentät le moindre indice de 
disjonction. Mais avec la fönte, apr6s 
le cinquieme rechauffa.L'e, le cylin- 
dre plein offrait une fissurc et le 
cylindre creux s'cst coup6 tout au- 
tour exactement au-dossous de la 
ligne d'immersion apres Ic sccond 
rechauffage. L'acier ton du a r^sistö 
k vingt r^chauEfages, mais etait 
trÄs-crevass6 sur toule sa surface. 

Quant ä ce qui concerne le chan- 
gement de forme de la fönt') et de 
racier, le r^sullat a 6t6 le m^me 
que pour le fer forg6, mais non pas 
a beaucoup pres avec autant a*6- 
tendue. La fönte n'cst pas revenue 
k ses dimensions primitives, et le 
plus pctit diamctre s*est trouve k 
environ 25 millim^tres au-dessus 
du nivean de l'eau. 

L'ötain n'a pas pr^sent^ de chan- 
gement de forme et il n'y a pas eu 
apparence d'etat intermedia! re entre 
le point de fusion et celui de soli- 
dite absolue. 

Le laiton, le bronze k canon et le 
zinc n'ont manifest^ cet effet que 
leg^rement, mais au lieu d'une 
contraclion ImmMiatement au- 
dessus de la ligne d'immersion, il 
y a eu dilatation ou renflement. 



><k^^< 



— 4*9 - 

LEGISLAT101\ ET JUlllSPKUDEIXGE 
Ii\DUSTUIELLE$ 

Par H. Yasserot, awcal ä la Cour imperiale de Paris. 



l^EQISIiATIOBI. 



DiCRST. — POTTRVOIS AU GoNSEIL 
D'EXAr. 

NAPOLEON,... 

Yq les d^crcts des 11 juin et 22 
juilletl806; 

Vq Tordonnance du 18 lau vier 
1826; 

Notre conscil d'Etat entendu, 

Avons d6cr6t6 et d^cr<^lODS ce qui 
sait: 

Art. I*'. Seron t jtig^s saus autrcs 
frais que les droits de timbre et d'en- 
reffistrement : 

Les recours portte devant le con- 
8eil d'Etat, en vertu de la loi des 
7-14 octobre 1790, contre les actes 
des autoritös administratives, pour 
iocomp^tence ou exc^sdepoavoirs; 

Les recours contre les ddcisions 
portant refus de liquidation ou con- 
tre les liquidationsde pension. 

Le pourvoi peut Mro form6 sans 
Tintervenlion d'un avocat au con- 
seil d^lat, cn se conformant, d'aii« 
leurs, aux prescriptions de Tart- 
1*' du d^cret du 22 juillet 1806. 

Art. 2. Les articles 130 et 131 du 
Code de procddure civile sont ap- 
plicables dans les contestations oü 
radministration agit comme röprö- 
sentant ie domaine de r£tat et dans 
Celles qui sont relatives soit aux 
marchös de fournitures, soit & Texö- 
cation des travaux publica, aux 
cas pr^vus par i'art. 4 de la loi da 
28 pluviöse an VIIL 

Art. 3. Les ordonnances de soit 
commimique rendues sur des pour- 
vois au conscil d'fitat doivent ötre 



notifi^es dans le dölai de deux mois, 
sous peine de dech^ance. 

Art 4. Doivent dtre formis dans 
le m^me dclai : 

L'opposiiion aux d^cisions ren- 
dues par defaut, autoris^e par I'art. 

28 du döcret du 22 juillet 1806; 
Les recours autoris^s par l'artlclo 

32 du mdme d^cret et par Tarticle 

29 du decret du 30 janvier 18»2. 
Art, 5. Les ministres fönt d^livrer 

aux parlies int^ressees qui le de- 
mandemeut un röc^pissö constatant 
la date de la receplion et de Ten- 
registrement au minist^re de leur 
r^clamation. 

Art. 6. Les ministres statnent, 
par des d^cisions speciales, sur les 
affaires qui peuvent ötre l'objet d'un 
recours par la voie conlentieuse. 

Ges d^cisions sont notifi^es admi« 
nistrativement aux parties intdres- 
sdes. 

Art. 7. Lorsquc les ministres sta- 
tuent sur des recours contre les 
ddcisions d'autorites aui leur sont 
subordonn^es, leur ddcision doit 
intervenir dans le ddiai de quatre 
mois, ä dater de la rdception de la 
rdclamation au minist^re. Si des 
pi^ces sont produites ultdrieure- 
ment par le reclamant, le d^lai ne 
court qu'a dater de la rdception de 
ces pi^ces. 

Apr^s Texpiration de ce ddlai, 
s'ii n'est intervenn aucune dc^cision, 
les parties peuvent considörer lenr 
r^clamation comme rejetde.et se 
pourvoir devant le Gonseil d*Etat. 

Art. 8. Lorsaue les ministres sont 
appelds k produire des döfenses oa 
4 prdsenter des observations sur des 
pourvois introduits devant le Gon- 
seil d'Etat, la section du contentieux 
fixe, eu dgard aux circonstances de 
raffaire, les dölais dans ie8qaeUU& 



— 170 — 



r^ponses et observations doivent 
6tro produites. 

Art. 9. Nos ministres» chacun en 
ce Olli I# eofä<;6triö, EOÜLMBUffii te 
rexecdiioh au present dSiTet. 

Fait au palais de Saint-Gloud, le 
2 noyembre 1864. 



NAPOLIÖON. 



Par l'Empereur : 
U ministre d'iStat^ 

£. ROUHER. 



JIURISPRlIDEIVeE. 



GOUA 0E CA9Sif TIOH 

Bbbtbt p'htvention. — Rouge 

p'AHlLpfB. — Dl^COUVEBTE ßCIEN- 
TiPIQüE. — PllODüCTION BT AP- 
PLICATION INDÜ8TIELLE. 

üHe, substance antirieurement d^- 
cpuverle par la science avec les 
aualites qui la rendent propre ä 
rindustrie, pfut Hre l^alement 
orevetieparVindustrielqui, leprt^ 
mier, l'exploite commercialement^ 
alori d'aüUurs que l'auitur de la 
dicouverte n'ß pas indiqui Vem- 
ploi indtistriel qu'elle pouvait re- 
cevoir, ni les moyens de production 
VASceptibles de faire l'objet dun 
brevet et dune exploitatum indus- 
trielie. 

SpMaUmenty bien que le rouge 
d'uniline eüt M dicouvert dds 
i8SS9, comme matüre eolorante, 
des industriels ont pu vaiablement 
faire breveter iapplication eu'ils 
en ont faite ä la temture, et larrit 
qui cpnstßte gu'iU ont 6ti les pre» 
mieri ä utiliser industriellement 
c^tte matitre teinctorißle contient 
une justification süffisante de 
rexistence etdßla brevetabiliti de 
tfur invention, {Art, 2 de la hi 
J^fjuilUtmL) 

L ßrrU q^ia ryet^ des conclusions 
tendant ä faire constater qu'un 
commisßumnaire ßvaitcesse d'etre 
depositaire des objcls contrefaits, 
äpartir aune cpoßue determlnee, 
el 4^vaiL par suite^ ce^ser dttre 
responsable avec k contrefact$ur, 



ä partir de cette ipoque^ est suf^ 
ftsamment motivi par ses Consta-- 
tations, congu^ en termes genir- 

5UX, r^lative^ ß.la piHie^fißtion 
u commissionnaire aux actes de 
^(refüfon et de dibit des objets 

Rejel du pourvoi de MM. D6pouilly 
et Leo Jametcl cpntre up arr6t de 
1^ ^i» da PftrH; in im Au 31 man 
1862, rcudu au profit de MM. Re- 
nard et Fraxick. 

M. Fer6y, conseiller rrpporteur; 
Ä. Paul Fahre, avocat g^neral, con- 
clusions conformes. M* Mathieu- 
Rodet» avocat. 



Mdme arr^t 8ur lo pourvoi formö 
par M. Gerber-Keller contre un 
arr<^t ideniique et de la ro^me date, 

äe li^ €)Our impdrlal^ de Pari|| rea- 
ü au profit des ineines parCiesJ 
Mcme rapporteur, m6me avocat 
g^ndral. M* Deiachere, avocat. 

Audience du 28 juin 1864. — M. 
Hardoin, prisident. 



Loi pv 16 JXTOLET 18S9. — üsi- 

KE8 Du TERRrrOIRB AKtüOi*. — 
COMBÜSTIBLBS. — DrOIT D*EK- 
TBEB. — OCTBOI DB PaRIS. 

Uindustriei dont Vvsine itaii sUuSe 
daiis le pirimetre du terriloire 
annexe ä Paris par la löi du 16 
juin 1859,. e< qui^ en vertu des^ar- 
ticles bell de cette loi, avail droit 
ä l'exemption, et ä la mod6ration 
des droits d'octroipour Us coml?uS' 
tibles employes dans ses op^a- 
tions, ne continue äjouir de cette 
franchise, lorsquil transftri $on 
etablissement dans un autre looal, 
qu'ä la condition de faire admettre 
son nouveau loeal ä ientrepölpour 
lesäits combustibles. 

Tout au mcins ne peutril obtenir la 
restitution des droits par htipayis 
ä Ventrie faule d'entrepöt. qu'ä la 
condition d'uru justification. d'tm- 
ploi des dombustibles introduits, 

Pr6jug6 en ce sens par l'admiseioii 
du pourvoi form6 par TAdminia- 
tration de roclroi oe Paris contre 
un jugemenl du Tribunal civil de 
la Seine du 13 aoüt 1863, rendu au 
proüt du sieur Legrand^ disUila- 
teur. 



- 171 — 



Rapportenr, M. le conseiUer de 
Gatnieres ; U. l'avocat g^nSral Sa- 
vary, conclusions conformes. Plai- 
danty H* Jager-Sötimldt, avocat. 



SBBVITnDE DK FLOTTAGE. — UsiNß. 

— YAiraBs. — Enteätien. 

Les ärticles H et 12, chapitre XVII 
de Vordonnarice de 4672, relatifs 
au ßotiage des bois ä büches per^ 
dues^n'oblige'pas les proDrUtaires 
d'usmes sur les cours cTeau sou- 
mis ä la servitude du floltage ä 
entretenir en bort itat (Cauites 
vannes que Celles de leurs v^^ines, 
et spicialement Celles qui, unique- 
ment äablies pour faciliter Vexer- 
cice du pottage, restent dh lors 
ä la Charge des marchands floU 
teurs qui les ont construites. 

Bejet du pourvoi formö par la 
Compagoie des int^rcss^s au flot- 
tage des bois ä büches pcrducs pour 
Tapprovisionnement ac Paris coa- 
tre un arr^t de la Cour imperiale 
de Bonrgcs du 13 juillet 1863, ren- 
du au proüt de M. Gourot-Blig^. 

H. d'Esparbes, conseillcr rappor- 
teur; M. Tavoeat gdndral Savary, 
conclusions conformes. Plaldant^ 
M* H^risson, avocat. 

Audience du 18 juillet 1864. — 
X. Hardoin, prisidenU 



CoüRS D*EAü. — Etablissement 

d'üSINE. — DOMMACES. — PrES- 
CRIPTION. 

Lorsqu'unproprielaire rwerain d'un 
cours d'eau non navigable ni flot- 
table a etabli sans autorisation 
une usine, les proprietaires sup6' 
rieurs ou inferieurs ont une action 
en riparatwn du dommage qui 
peut leur etre caUsi^ mais cette 
action se prescrit par trente ans, 
ä compter de ritablissement des 
travaux. 

Pour se soustraire ä cette prescrip» 
tum. on ne saurait ni soutenir 
qu'il y avait une contravention et 
que la prescription ne pouvaitpas 
courir, ni pretendre que le dorn- 
mage auraxt ete annuel et succes- 
sif^ ni enfm que la prescnption 
aurait ete inlerrompue par les 
reclamations portees devant Vau- 
toriU administrative^ 



Rejet du pourvoi de MM. Duparc 
et Dumesnildöt coiitrd un arrdt de 
la Cour de Gaen du 12 äo^ 1863; 
atr profit de M. Fontcnillat. 

M. 'W^öirhäy»», conseiller rappor- 
teur; M. Paul Fabre. avocät ged^ 
ral^ cdnclusiond confortnes. Plili- 
dant, M* ßröuälle. 



OUVRIER. — ÄCciBEKt. — Üctlit- 
PRENKUB. — HoHIClDt: PkTC IM- 
PRÜDENCE. — PeESCRITION DE 

l'action. 

Lorsqu^un öubriet est iiiöht tiaÜtU 
d'un accident arriv6 durant son 
travail et pqr suite d*une, niglu 
gence susceptiole d'itH ifripütie ä 
VentrepreneuTy U y a homiciäe 
par imprudetice et par consSöuint 
un dilit. (Ah. 3f9 du Corde p^ 
nal.) 

Dts lors l'action en dommages-ih- 
tMts intentde aU nom de la veuve 
et des enfans est non recevable si 
l'action publique est ileinte par la 
prescription triennäle, {Art, 2, 3, 
636 et 637 du Code d'instruction 
criminelle.) 

Rejet du pourvoi formö au nom 
de Mme vcuve Durand contre un 
arret de lä Gour de Caeü, du 2Si 
aoüt 1862. 

M. Dumolln. conseiller rappor- 
leur ; M. Paul Fabre, avocat ged6- 
ral, conclusions conformes. Flai- 
dant^ M« Groualle. 

Audience du 26 juilMt 1867. — 
M. Hardoln, prisidefit. 



SouRCB. — GouRS d'eau. — FouiL- 

LES ET TRANCHiES. — CONVEN- 
TION. 

Le propriitaire d'ün fonds supifirieur 
peut faire iine IrancMe aäns sa 
propriiti et detourner, par ce mo- 
yen, les sources coülant sur une 
propriite inf6rieure. II ne fait en 
cela gu'user d'un droit. 

I Mais l interdiction de pratiquer ces 
fouilles peut risulter ctun enffage- 
ment pris par le vroprietaire du 
fonds superieur dans un acte (f ^- 
change tntre lui et le pi^ornietdire 
des sources infirieureSy bien que 
Cauteur des fouiiles alt cessi o*^- 
tre proprietäire de lä patcelle 
iehangie* 



— 172 — 



Rejet da pourvoi de MM. Rom- 
paret-Mercier et consorts contre 
an arrdt de la cour de Riom du 19 
mai 1863, rendu au profit de M. 
le baroQ d'Arbellea. 

M. Hardoin, rapportear; M. Sa- 
vary, avocal ff6n6ral, condusions 
caniormes. M« Mathieu Rodet, avo- 
cat. 

Audience da 20 JoiUet 1864. - 
M. Hardoin» prisident. 



COUR IKPERIALE DE PARIS. 

FofCDS DB COMMBRGB. — VeNTE 
ATBG DROIT AU TITRB DB SUCCES- 
8E0R. — M^DAILLBS ET TITRES 
HONORIFIQÜES PER80NNELS Aü 
YENDEUB. — InTERDICTION A l'a- 
CHETEUR dV.N FAIRE ÜSAGE. — 

Droit du succes bür a la re- 
mise dbs lettres adresses au 

YENDEURAU LIEUDEL'^.TABLISSE- 
MENT VENDÜ. — EnSEIGNES, ETI- 

quettes, factures, prospectus. 
— Limites dans l'usage du nom 
du yendeur. 

La vente d'un fondsde commerce avec 
droit exclusif pour Pacheteur 
€ au litre de successear du vcn- 
deur pour les enseignes^ fac- 
tares, etc., les röclames dans les 
Journaux, affiches et pubiications 
aDalogues ätant sculcs exccp- 
t4es, » n'emporte pas pour l'ache- 
teur le droit de faire usage des 
türes et mäiailles conßris antS- 
rieurement au vendeur et ayant 
le caracthre de distinctions honori" 
figues purement personnelles, 

Mais cette vente empörte pour Vache- 
teur le droit de se faire remettre les 
lettres qui seraient adressees au 
vendeur au lieu de l'itablissement 
vendu, et en consiquence si l* Ad- 
ministration des postes d6livre ces 
lettres au vendeur, ily a erreur, 
et le vendeur est tenu de les re- 
mettre, sans les decacbeter, ä 
Vacheteur. 

EnHn, dans le cas d'une vente faite 
dans les termesci-dessus, Vacheteur 
ne peut user du nom du vendeur 
dans ses enseignes, itiqueltes, fac- 
tures et prospectus, qu en prenant 
les precauttons necessaires pour 
iviter toute confusion ponvant 
laisser croire au public que le ven- 
deur est encore a la tite de l'eta- 
blissement^ et il appartient av>x 



Tribvifiaux d^aporicier si les dUi- 
gnations employees ou offertes dans 
ce but sont süffisantes, 
Par exemple, il y a lieu de diclarer 
süffisante, dans le but qui vient 
d^etre indique, Vaddilion du mot 
ancienne avant la designatwn de 
la maison de commerce vendue^ con- 
tenant le nom du vendeur^ et Vap- 
nosition aprbs celui-cidu nom de 
Vacheteur avec l'indication auccea* 
seur. 

ün Jugement da Tribunal de 
commerce du 24 mars 1859 avait 
Statue ainsi sur cette demande : 

« Attendu qu*aax termes des Con- 
ventions verbales intervenues entre 
Dorvault et Grimault, celui-ci est 
dcvenu acquereur de Etablissement 
de pbarmacie pr6c^demment ex- 
ploit6 par Dorvault; que, entre 
autres stipulations, ii a et6 dit que 
Grimault aurait le droit exclusif au 
titre de successear de Dorvault, 
pour lesenseignes, ^tiqucttes et fac« 
tures; qu*il en r^sulteque Dorvault 
n*est pas fond^ k pr^tendre qu'il y 
a lieu d'interdire ä Grimault le 
droit de faire usage de son nom, 
titres er mödaillcs, mais seulement 
d'ordonner que Grimault ne pourra 
les employer que conform^ment 
aux couvenlions stipul^es, c'est-ä- 
dire en quaiit6 de successeur de 
Dorvault, de maniöre k faire cesser 
la confusion qui pourrait rösulter 
de ses enscignes actuelies, pouvant 
laisser croire au public que Teta- 
blissement esttoujoursexploitöpar 
Dorvault; 

» Ordonne qu*4 Tavenir les en- 
scignes, factures, ctiquettes et pros- 
pectus de Grimault, devront porter 
son nom, sa qualitö de successear 
de Dorvault; que Grimault scra tcnu 
d'en supprimer tout ce qui pourrait 
faire confusion ä cet 6gard, sinon 
dit qu'il sera fait droit. » 

Ce j ugement n*accordait d'ailleurs 
ä Dorvault ni dommages-int^r^ts, 
ni insertions, comme n'^tant pas 
justifids. 

Le sieur Dorvault, se fondant sur 
des infractions par le sieur Grimault 
au jugement du 24 mars 1859, a in- 
troduit dcvant le Tribunal de com- 
merce unc nouvelle inslance pour 
obtenir la r^paration et la cossation 
des abus dont ii se piaignait II y 
avait en outre entre les parties des 
difficultes sar leurs comptcs et sur 



- 473 - 



la partioipation räclamöepar Dor- 
vault sur le b^n^fice de la vente par 
GrimauU de certains produits. 

De 8on cöl^, Grimault öleva re- 
conyeDtionncllcmcnt contre Dor- 
Tault la Prätention de se faire re- 
mcttro toutes los Ictlres adressöes 
ä ccluici rue de La Feuillade. 

Sur cette instance , le Tribunal de 
commerce a rendu, le 10 octobre 
1862, apr^s rapport d'arbltre, un ju- 

gement qui^ reglant le comple 
•entre Ics parties et rejctant la 
partioipation r^clamöe par Dorvault 
8ur certains produits« a statu6 en 
cos termes sur les autres cliefs du 
proc^s : 

« Le Tribunal, etc., 

9 £u CO qui touche la demande 
en payement de quinze mille frauos 
de domages-int^röts« et en modiü- 
cation daus les enselgnes, sinon en 
payement de 100 francs par jour de 
retard ; 

m Attenduque Grimault s'est rendu 
acquereur en 1853 de la pharmacie 
Dorvault; qu'en raison du prix, il a 
6t6 convenuque Grimault excrccrait 
laprofcssion sous la denomination : 
DtnvaulU Grimault^ successeur; 

» Que Dorvault, apr^ avoir ainsi 
allenä la propri^lä de son nom, ne 
saurait amourd'hui demander que 
Grimault la fasse disparaUrc; quo 
80Q seul droit consisle, alors qu*il 
s'est rdservä la facultö, d'ezercer le 
commerce de droguerie en gros, 
sous son propre nom, d'eziger que 
son successeur fasse connaitre a sa 
clienlelß qu'il n'est que Tacquereur 
de la pharmacie Dorvault, en pla- 
Qant sur ses enseignes, prospectus, 
factures, leltres et annonccs, le 
nom de Grimault dans des condi- 
tions visibles ; 

)> Qu'en juillct 18S9, le Tribunal 
ajant ä se pronouccr surlescontes- 
tations, en a decide; 

j) Attendu qu'ä cette cpoque Gri- 
mault n'avait pas mis son nom suf- 
fisamcnt cn evidence ; 

» Quo ce rcproche ne peut Ätre 
reproduit aujourd'hai; qu'il s'est 
conforrne aux dispositions du juge- 
ment precile; 

» Que 1«'S conclusions de Dorvault 
de ce chef ne sauraient dtre accueil- 
lics; 

» Sur la domande reconvention- 
nellc : 

» Attendu que s'il est vrai, comme 
l'affirrac Grimault, que des Icttrcs ä 
lui adrcssees sous la designation de 



Dorvault, pharmacien, rue de La 
Feuillade, auraient M quelquefois 
remises ä Dorvault, directeur de la 
pharmacie centrale, ii suffit que ces 
lails soient siirnal^s ä Tadministra- 
tion des postes pour que, i l'avenir, 
l'erreur ne sc reproduise plus ; qu'il 
V a lieu toulefois d'ordonner que 
Dorvault sera tenu, en cas d'erreur, 
de rcmettre a Grimault, sans les cU» 
cacheter, les lettres qu'il pourrait 
recevoir k Tadresse de Dorvault, ruo 
de La Feuillade; 

D Dit qu'a l'avenir Dorvault sera 
tenu de renvoycr d Grimault, satis 
les dccacheter, les lettres qja'il pour- 
rait recevoir ä Tadresse de Dorvault, 
Sharmacien, rue de La Feuillade ; 
6claro les parties mal fondees dans 
le surplus ae leurs fins et conclu- 
sions, etc. m 

Le sieur Dorvault a interjetö appel 
de cejugement. IIa ögalemeut m- 
tcrjete appel du Jugement du 24 
mars 18S9, en ce que ce dernier ju- 
gement, dans son dispositif, n'avait 
pas Statut sur les titres et m^dailles 
personnels ä Dorvault, bienquepar 
un de ses motifs il semblät considö- 
rer les titres et mödailles de Dor- 
vault comme ätant Taccessoire du 
nom de ce dernier et comme pouvant 
ötre employ^s par Grimault, ainsi 
que le nom de Dorvault, ä la Charge 
seulement par Grimault d'indiquer 
saqualite de successeur de Dorvault. 

La Cour a rendu Tarrötsuivant: 

« La Cour, 

» En ce qui touche l'appol du ju- 
ment du 24 mars 1859 ; 

» Gonsid^rant que Dorvault, en 
vendant son fond!s de pharmacie 4 
Grimault, lui a conferä le droit ex« 
clusif au titre de : successeur de 
M. Dorvault, pour les enseignes, ^ti* 

äuettcs, factures, etc., les reclames 
ans les journaux, affiches et H:rli- 
cations aualogues ötant seules ex- 
cej)lees; 

n Consid^rant que cette vento 
faite ä Grimault n'emporte pas pour 
lulle droit de faire usage des titres 
et mMailles conf^res ä Dorvault; 

» Que ce sontla des distinctions 
honorifiques purement personnellcs 
et qui ne peuvenl faire l'objetd'un 
commerce; que c'est donc ä tort 
c|ue les premiers jugcs n'out point 
interdit a Grimault le droit de faire 
reproduire sur ses enseigacs, 6ti- 
quettcs et factures, les mcdailles 
obtenues par Dorvault, et qui sout 



— 174 — 



}a propriif 6 exclosive de ce denii^ ; 

« Qu'ily a lieu d'ordonner ^ale- 
ment que Qrimault fera disp^raitrc 
desdites facturcs ctöliquettes, outre 
lestroisniMalllcsquiysoQtfigur^eß, 
)a qualificalion de laur^als de TE- 
colede pharmacie, qui, ^noncde au 
plurieUsembles'appiiqueraussibi^ 
a 80Q nom C[u*a celui de DorvauU, 
ce qui doit mduire le public cn er- 
reur, puisque le titre de laur^at» r^- 
serv^ ä ceux qui ont obtenu des 
priz, u'apparlient qu'd Dorvault, et 
noD pas a Grimaull, qui n'a Jamals 
eu qu'une simple mention houo- 
rable au concours de TEcole sup^- 
rieuro de pharmacle eu 1852; 

» £n ce qui touche l'appel du 

iugeipei^t du 16 octobre 1862, sur 
e chef de Tabus que Grimault 
aurait fait du nom Dor\ault, et sur 
la demapdc de cclui-ci en 15^000 
Irancs de dommages-interSts : 

» CoQsid^rant qu'll n'est pas 6ta« 
bli que, depuis le jugemout du 24 
mars ISoO, Grimault ai( volontaire- 
pient et de mauvaise foi fail usage 
du nofn d^ Dorvauli, dans Ic but 
de faire croire que celui- ci 6iait en* 
core intdress^ dans la pbarmacie 
qu'il ayait veudue; 

»Que, pour dviter touteconfusion, 
Grimault conclut k ce qu'il lui soit 
donn6 acte de ce qu'il consent a ce 

Sue les mots : Pbarmacie Dprvault, 
rimauit et Comprignie succcsseurs, 
JBpient prüdes qu mot ancienne ; 
» Qu'll y a lieu de donner acte i 
Grimault et ä Dorvault desdites con- 
plusions, et d'ordonner que le mot : 
« ancienne » pr^cddera sur sou en- 
pei^ne, en caracteres uniformes, les 
mots : Pbarmacie Dorvault^ Gri- 
mauU et Compagnie^ successeurs, 
ainsi que sur toutes ses leltres, fac- 
turcs et dtiquettes qui dmaneront de 
sa maison; 

» Considerant que Dorvault ne 
jusliÜant d'aucun prejudice. il ne 
peut lui (^Irc ailouo de dommages- 
luterdts ; 

»Sur Ic cbef relatif k la remise 
ä Grimault des lettrcs adressöes d 
Dorvault, rue de La Feuillade : 

» Adoptant les motifs des premiers 
jages; 

» lufirme, en ce que les premiers 
juges ont accorde ä Grimault le 
droit de reproduire sur ses ictlros, 
itiqucttesct factures, los medailles 
obtenues'par Dorvault, ainsi que le 
Utre de Laureat de l'Ecole de 
pbarmacie; au principal, fait de- 



fense ä ßrimaolt, dans les trois mols 
ä, partir du präsent arrdt, de fair^ 
usage sqr ses prospectus, factureiä« 
6tiquettc8 et t^ies de lettres des tn^ 
dailles obteuues par Dorvault, non 
plus que des titres scientifiques de 
ce dernier, et ce ä pelne de 100 tt. 
par cbaquecontravention Consta t^ ; 

Ä Donne acte auif: parties de ce 
que Grimault o£tre et consent qoe 
les mots: Pbarmacie Dorvault, uri- 
mault et Gompagnie, succcsseur, 
Süient prccddös du mot : ancienne; 

» Orqonne en consdcjuence que le 
mot ; ancienne, prdcedera sur son 
enseigne, ainsi que sur toutes ses 
letlres, factures etctiqueltes, on ca- 
ractdres uniformes, les mots : Pbar- 
macie Dorvault, Grimault et Com- 
pagnie. successeuis; 

» Les Jugements dont est appel an 
r6sidu sortissant effet, etc. » 

Troisiöme chambre. — Audience 
du 7 mal 1864. — M. de Bastard, 
doyen, presidenU — M«» Limet et 
Dufaure, avocats plaidants. 



Dessin Industriel. — Proprii^t^. 
—Depot, — Archives des Prüd' 
HoMMEs. — Bijoux. — Imitation 

BN FaUX. — CoNTREFAgON. 

Le depöt dans les archives des 
FnuThümmes d'xin dessin indtts- 
triel en assure la propriM eW' 
clusive ä son auteur, quelle que 
soit la matiere cmployee par le 
contre-facteur, 

Ainsi IHmilation de bijoux en or et 
en pierries fines, par des bijoux 
en faux, tombe soiis le coup des lois 
des i^^juillet 1793, 28 war^ 1806 ef 
de l'ordonance du 2ü decembre 
1844. 

M. Lobjols, fabricant de bijoux» 
est Tauteur de dilTcrens dessins ou 
modcles de bijoux dont 11 a operö 
le ddpöt au secretariat du Conseil 
des Prud'bommes, le 22 aoüt 1861, 
pour s'en rdserver la propridt6. 

MM. Dobbe et Hemon ont cru 
pouvoir copior ces modeles et ils 
ont exposö leurs produits ä Texbi* 
bilion de Londres, non loin de la 
vilriue oü M. Lohjois avait dispos^ 
les sicDS aux reganis du public, lls 
ont soutenu qu'il y avait desdiffc- 
rcnces notables eulrc les deux ^s- 
peces de bijoux, et ils ont ajoute 
qu'il ctait impossible d'admcttre 
que de la bijouterie fausse piit faire 



— 478 — 



une concarrence s^riease ä des 
parares en pr et picrreics fines. 

M. Lobjois a r^pondu qua cetie 
distJDCtioQ etait derisoir^ el que la 
cpiitreraQou en faux etait la plus re- 
doutabie dans la bijouterie, parce 
qn'elle vulgarisc les wodeles et las 
fait tomber an d^su^tude. En cons^- 
quence, ii a saisi chez divers les 
objats contrefaitR et il assign^ 
MM. Dobbö et Himon devant le 
Tribuiial de la Seine en d^claration 
de contrera^on et an condamuaUou 
ä 5,000 fr. de dommagos-interdts. 

Getle Prätention a dt^ accueillie 

§ar un ju^ement da 8 mal 1868^ 
ont voici le texte : 

« Attendu qu'aux termes des dls- 
positions de la lol du 18 mars 1806, 
tout fabricant peut s'assurer la pro- 
priete d'un dcssin industriel de son 
iiiTenlion, lorsqu'il en opere le d6- 
p6t au sccr^lariat du Conseil dos 

{»rud'bommes suiyant les forma- 
it^s prascrites par ladite loi, que 
le mot dessiu, qui est pris dans son 
acceptlon lapluslarae, etcoinprend 
non-sculemeut les acssins propre- 
ment dits dans le seus reslreint du 
mot, mais encoro les combinalsons 
nbiivelles de formcs qui pcuvent 
donner k l'objat fabrlqu6 une pby- 
sionomie qui lui est propre, une 
valeur de vogue, sans qu'on puisse 
le classer parmi les objets d'art 
prot^gös par la loi de 17Ü3. ou ceux 
8U8ccptibles d*^tre brevetcs aux 
iarmes da la loi da 1844 ; 

» Attendu aue la brocbe an or> 
fabriquäe par Lobjois, et dont il a 
d6po86 le modele au secrtltariat du 
Gonseil des Prud'bommes, se dis- 
tlngue par la combinaison nouvelle 
et gracieuse de ses formes, et un ca- 
chat qui lui est propra ; 

9 Qua c'ast donc avec raison qu'il 
en revendique la propri6t(^, que la 
brocbe en cuivre qui a ^t^ saisie 
cbez Dobb6 et Hemon est la repro- 
duction cxacte de ladite brocbe, et 

Su'en la conlrefaisant ils pouvaient 
*autant moins pr^texter la cause 
d'ignorauce que toüles les brocbes 
de Lobjois portent en dessous la 
mot : d^posö ; 

n Que par cette contrefa^on qui 
lend a vulgariscr ce dessin ou mo- 
dele etpar suite ä le depr6cier, Dobb6 
et H^mon ont cause ä Lobjois un 
pr^judice dont ils doiveut r6para- 
tion et pour l'appr^cialion duqucl 
le Tribunal a les ^16mens nöcas- 
saires; 



» Parcesrootifs, 

» Condamne Dobbe et Hemoq ä 
payer d Lobjois 4 titrode dommagäs- 
iniöröls, eil raison du pr^judice 
cause par iacüutrefagon dont il s'a- 
git, la somme ae 300 fr.; 

» Ordonne rinsortioa du pr^eni 

i'ugcmcnt dans un des Journanx de 
^aris, au cbolx de Lobjois, et son 
uiHcbe au nombre de cinquai^te 
excinplaires, le tout au^ frais 4ß 
Dobbe et Hcmoo ; 

» Et condamne ces derniars aux 
d^P'3ns. )) 

Appel a ^t^ interjet^ de cette 
decision ; et la Cour, apr^s avoir 
entendu M* Pinchon pour Bobbö et 
H6mon; Me Huard pour Lobjois, q\ 
M. Tavocat general Koussel eh ses 
cönclusions, a rendu l'arret suivant : 
uEn cequi toucba les concluslons 
subsidiaires: 

» Cousiderant que rexpcrtlse de- 
mandöe porte sur dos wits d^sÄ 
präsent connus ou sur des alldgj^- 
tions d^nuecs de toute iustificatioa; 
(lu'il n'y a licu des lors de Top- 
donner; 

» En ce qui toucba les concluslons 
principales: 

» Cönsid^ranl qu'aux termes de 
la loi du 19 juillet 1793, compk-^ 
I)ar Celle du 18 mars 1806 et de l'or- 
doniiance du 20 d^cGmbre 1844, 
Lobjois est fonde ä revendiquer ud 
droit cxclusif de propri^te sur le 
modele industriel de breche dohtil 
s*agit, et dont 11 a ddpose le dessin 
au secrälariat du Cönsell de« 
Prud*bommes ; 

»Adoptant, ausurplus, iesmotili 
des Premiers juges ; 

» En ce qui concerne la contre- 
fiiQon, laquelle existe, quelle que 
soit la matlere employee par le 
contrefacteur ; 

9 Mais cousiderant que les dom- 
mag es -in tördts et Tinsertion des 
motifs et du dispositif du Jugemept 
sont pour Lobjois un dMommage- 
ment süffisant sans qu*il y ait lieu 
d'en ordonner Tafllche ; 

» Ordonne q^e le jugement dont 
est appel sortirä etfet, a Texception 
de la disposition qui ordonne l'aN 
ficbc du jugement et qu'elle en est 
düment suppriro^e; 

)> Condamne Bobb6 et Hämon i 
Tarnende et aux döpeps. 

Seconde cbambre. — Audience 
dii 5 juillet 1864. — M. Anspacb, 
President 



— 176 — 



TABLE DES MATIfiRES CONTENÜES DANS CE NUMfiRO. 



ABTS CHIMIOCES. 

Page«. 

De l'action de l'oxyde de carbone sar 
le fer. H. Caron 113 

Sur Templüi de la baryte dans la fa- 
brication de la soude. Rodolph 
Wagner, 115 

Documents pour senrir ä 1 histdre de 
la fabrication de la soude. Rodolph 
Wagner 117 

Nouveau proc^d^ pour utiliser le chlo- 
rure de magnätüum daus les arts 
. chimiques. Clemm 119 

Mode simple de dosage des sels d'or 
des photograpbes. l J. Pohl ... 120 

lldanees relatifs aux couleurs d'ani- 
line 12« 

Alliagea pour blocs et raclettes des im- 
primeurs sur Stoffes. C. Lenuen, . 126 

Dissolution du caouichouc par le p^- 
trole. Ch. Humfrey 126 

Sar la dissolution des rösines et en 
particuiier du copal dans Tacälone 
pour la präparation des vernis. 
Wiederhold 127 

Appareil pour l'extraction des huiles. 
f. Marshall 128 

£liminalioD des sels des melasses, si- 
rops et jus rucr^s impurs 129 

Recberches sur la betterave ä sucre. 
R. Hoffmann Ii9 

Nouveau procedä pour le traitement 
destourteaux de betterayes. A. Bo- 
hrinsky 133 

Analyse du lail E. Millon et A. Com- 
maille 136 

Appareil pour peser la bougie nor- 
male dans les exp^riences photo- 
metriques. T. W. Keatet 138 

Nouvelle mcthode d*analyse cbromo- 
metrique. F. Dehms 140 

De la maniöre de raviver Teuere sur 
tous lei papiers. Ed, Knecht-Sene- 
felder 143 

Sur les proportions comparöes d'acide 
tartrique dans le rai.<io et dans le 
Tin. Berthelot ei A. de Fleurieu. . 144 

Traitement des saumures de viandes 
et de poissons sales. A. Whitelaw, 146 

Mortier d'une grande Energie .... 147 

Perfectionnement des savons au Sul- 
fate de soude. D. Ker 148 

ABTS M^CAIVIOIIKS. 

Maehine ä peigner la laine. B. Fother* 

gül 149 

Maehine ä feutrer la laine et les poils. 

H.Barlow 151 

Maehine ä filer et retordre les fibree 

de noix de coco. E. Shepherd . . . 152 
Mode de Suspension et d'embravage 

des meules de moulin. P. Bradshaw, 453 
Machine ä rogner et couper les löles. 

J. Femie ei G, Taylor 153 



PagM.' 

Cbaudiöre ä yapeur ä foyers internes - 
et externes combin^ 164 

Nouvelle substance pour gamir lea 
stuffing-boxes des machines k ya- 
peur. R, Jacohi 186 

Disposition pour dresser les faces da 
tiroir des machines ä vapeur loco- - 
motives et fixes, sans Hre oblieg 
d'enlever le cylindre. F. W, Eith" 
holz 167 

Sur les effets des condenseurs a sur- 
face sur les chaudiäres ä vapeur. 
J. Jack 1^8 

Machine ä casser les pierres .... 162 

Grilles ä barreaux fixes ei circulants. 164 

Instrument pour la mesure des cour- 
bures concaves ou convexes circu- 
laires 165 

Ghangement de forme dans les me- 
taux 168 

I.^CHSIiATlON. 

D^rot. — Pourvols au Conseil d*£tat. 169 

JUBISPBrDEliCE. 

JÜRIDICTION CIVILE. 

Cour de eauation. — Chamhre des requeta. 

Brevet d'invenlion. — Rouge d*ani- 
line. — Decouverte scientilique. — 
Production et applicaiion indus- 
trielle 170 

Loi du 16 juillet 1859. — Usines du 
territoire annexe. — Combustibles. 

— Droit d'entree. — Octroi de Paris. 170 
Servitude de flotlage. — Usine. — 

Vannes. — En treuen 171 

Cours d'eau. — Etablissement d 'usine. 

— Dommages. — Prescriplion. . . 171 
Ouvrier. — Accident. — Entrepre- 

npur. — Homicide par imprudence. 

— Prescription de l'action. ... 171 
Source. — Cours d'eau. — Fouilles 

et tranchäes. — Convention. ... 171 

Cour imperiale de Paris, 

Fonds de commerce. — Yente avee 
droit au titre de successeur. — Md- 
dailleset titres honorifiques pcrson- 
nels au vendcur. — Interdiction ä 
l'acheteurd'en faire usage. — Droit 
du successeur ä la remise des lettres 
adress(fes au vendeur au licu de l'd- 
tablissement vendu. — Enseignes, 
etiqueltes, factures, prospeclus. — 
Limites dans Tusage du nom du 
vendeur 172 

Dessin induslriel. — Proprietd. — Dö- 

ßöt. — Archives des prud'hommes. 
ijoux. — Imitalion en faux. — 
Contrefacon 174 



Lc^Td 



Pl.öoä. 



-^J^'^-A 



T^— ^ 






'? 



-fte- 



"/ 



-'n- 












D 1* 



I 



.y\ 



,y 






/ 






i(i 



r't-.^- 



^*' j ■'«.■■■-'f ■ 




Jin/K. 



UtUtHi^V .*%• 



]■ t ... l .. .' ,• ' [\ : 

1— >!—>*■ ■ ■ ■ " ■! 



LE TEGHN0L06I8TE. 



OU ARCniVES DER PROGRE8 



DE 



L INDUSTRIE FRANCAISE 



ET ETRANGERE. 



ABTS MlßTAI^IiUBttlQUES« CHIMIQtJRK» DIVBBS 
ET «COlVOMIQUfiS 



Puddlage avec emploi de la vapeur 
d*eau, 

Par MM, A. Weniger 

et J. ROSSIWALL, 

Dans le puddla^^e avcc emploi de 
la vapeur d'oaii tel qu'il a djle d«?crit 

S>ar M. J. Nasmylh, dans Tcxtrait 
lesapalenle insSröe dans le Tech- 
nologxMe. l. XVI, p. 402, on laisse 
arrivcr sur la mass'i de fönte en ^tat 
de fusiou pendant plus ou moins de 
temps de la vapeur d'eau sous une 
ccrtaiue prcssion ; il y a alors une 
decomposllion de cette vapeur et la 
mise cn libert^ de g.iz oxygene 
et hydrogene, et puisquo Thydro- 
göne, coinrae on sait, a une* plus 
grande affiuite pour le soufre, le 
phosphore et Tarsenic, il en r^sultc 
un dögagcment sous forme de gaz 
de ces combinaisons de Thydro- 
ne, tandis que Toxygöne devenu 
br«! oxyde le carbone, le sillcium et 
les aulros bases terrouses. De la 
m^me manierc par Femploi de la 
vapeur d'oau dans le puddlage le 
Soufre quo ronrerniclecorabustihle 
cesse d'clre nuisilde :i la qualil(^, du 
produil, et le iravail de TaCBnage so 
trouve singiilien'mont favorise. 

Ce procede rend donc possible 
l'emploi des minorais qui jusqu'ä 
present, malgre leur richesse sou- 
vcnt rcmarquable ca fer et leur 



aboadance, ot malfipr^ qn'on püt 
parfois les obtcnir a un pnz tr^« 
modert, ont ete k raison de la 
quantite de soufre» de phosphore 
ou d'arsenic qu'lls renfcrment, 
consider^s comme tont ä fait im- 
propres d la production du fer et 
qui. par cons^qucot n'ont pas M 
oxj)loite8. Ce proeödö dej4 important 
offre un avantage incalculable , 
mdme lorsque les minerais sont 
d'une qualit^ lellement defavorabld 
qu*il nVst pcrmis de les employer 
qu*ea cerlaines proportions, mais en 
outro ce mode de travail n'a pas 
moins d*lnter§t pour les usines, cto! 
se d^terminent a traiter de grandes 
masses de scories des fours ä pnd- 
dler et k r6chauffcr, scories dans les- 

3uelles tous les Clements nuisibles 
e la fönte so sont concentres, ou 
bien dans les for^res oü le combus- 
tible par le service des hauts four- 
neaux et des fours ä puddler est 
trfes-riche en soufre, ce qui se ren- 
eontre dans un grand nombre de 
rharbous mindraux. Enfin par Tem- 
ploi de la vapeur d'eau dans le tra- 
vail du pndolage, du moins avcc 
los perfoctionn«»mcnts quo nous y 
avons apportes il y a bien moins do 
di^chcts cl une oconomie tr^-nota- 
ble de combustible. 

Nous dtoirons maintcnant le 
nouveau procedS d l'aide duqael 
nous avons am61ior6 tant le travail 



U Teehnologistt!, T. XXVI. ^ Janvief 186?;. 



Vi 



178 — 



de l'affinage (|ui celu| du Apafe^ 
Descriptiofi ik tappaTßü : La pfc- 
miere cnose ä consid^rer dans l'af- 
finage ä la vapeur d'eau est reta- 
blissement d'une chaudiere ä va- 
peur. Dans les grandes usines il est 
ippuprös g^n^ral aujourd'hui pour 
les amna^es du fer de se servir de 
la force de la vapeur seule, ou de la 
combiuer avec une Torce hydrauli- 
que et de produire de la tapeur par 
la chaleur perduc des founieaux el 
fours» mais dans les localitcs ou la 
chose n'a pas Heu, il faut ctablir 
une petite chaudiere ä vapeur et se 
servir pour la chauJGFer de la cha- 
leur perdue de un ou deux fours. 
La meme disposilion peut-elre ap- 
pliqu6e aux bas fourueaux, dans Ics- 
quels au lieu d'unc voütc au-dcssus 
du r^cbauffeur, on monte uiie petile 
chaudiere qui peut desservir de va- 
peuf trois k quatre feux d'afiäna^e. 
A rextreniil6 de cctte chaudiere 
toum^e du cdt6 du four ou du feu 
d'affinage, on dispose un pilier sur 
lequel appuie le conduit principal 
de vapeur. De ce conduit principal 
part un tube de 12 miliim^'rcs, 
comme les tuyauz ä gaz, qui se rend 
& une soupape de suretä qui est 

Slac^e ä 3 metres au-dessus du scuil 
e la porte de travail du foura pu* 
ddler (ou de la plaque de fuyer du 
feu d'affinerie), el corrcspondant 
exactement au milieu de la bouche 
de travail. Gette soupape de surete 
tert ä r^^lcr la pression de la va- 
peur; on suspcud ä son levier un 
poids oui se soul^vc quand la pres- 
sion oe la vapeur aepasse 1 1/2 
atnio8j;>b^rc. De cette soupape ae 
sArete dcscend le scoond cours de 
tuyau qui s'assemble aveo un iuyau 
horizontal dtabli au niveau du seuil 
de la porte de travail. Ge iuyau ho- 
rizontal estcombinö avec le crochet 
iubulalre» qui par son extreinitö 
aotörieure, oelle aui est introduite 
dans le four, est deforme courbe et 
muni d'un ajutage qui y est vi^se; 
oest ä travers cet ajutage et au 
moven de cinq orifices de 6 niilli- 
mdtres de diameire que la vapeur 
est lanc^ dans ie fer en fusion. 

On fera remarquer que cet ajutage 
peut^trc Stabil sur une plus grande 
longueur et qu'on peut par conse- 
quent le visser en tei point qu'on de- 
sire d u tuyau . Le nombre et le diame- 
ire des orifices pcrct\s dans cet aju- 
tage peut ßlre aussi augmentö ou 
dimiuuö t voloule, neanmoius ie 
nombre et la dimension ijndiquäs ci- 



desi^s otit pafD jusqu'ä präsent trds- 
fcoqvf nabies ; seulemenl quand on 
lancela vapeur au moyen de plu- 
sieurs orifices, on produit une action 
beaucouppluscncrgiqnequelorsque 
une vapeur est introduite dans lo 
fer liquide par un orifico nniquo de 
loute la sccüon du crochet tubu- 
laire, ainsi que i'ont prouv6 tous les 
fours ä puddlcr qui jusqu'ici ont 
marchö ä la vapeur d'eau. Pour 
que la vapeur puisse p^nötrer dans 
tous les points du bnin de mclal il 
coDvient de disposer dcux asscm- 
blages i beule afin de i)ouvoir don- 
ner au tuyau tous les mouvemcnts 
possibles, et pour manocuvrcr ceiui- 
ci de se sorvir d*une pincc en bois. 
Enfin il faul avoir soin de disposer 
deux rohinels pour iutroduirc ou 
arrdter rccoulernent de la vapeur. 
Voilä cn quoi consisle tout l'appa- 
reil Qui est aussi simple qu'il est 
pcu dis))endieux. 

Travail du middlagc Apres que 
le four 4 puddler a ele chauffe au 
feu de gaz de bois ou qu*il a ele 
porte ä une leraperaturc süffisante 
j»ar un au Ire feu de gaz, on dislri- 
Due sur la solo 5 pour 100 (ou 
10 kilo|j. pour une Charge de 200 
kilo^. de füllte) , d'oxyde de fer 
grossieri-mcnt pulveris^; quaiul on 
n*apas d'oxydo de fer pur asa dispo- 
silion, on peut so servir de minerai 
pur de fer parfaitement calcine et 
qui a öle ainsi iransforme en oxydc. 
Des que co fond d'oxyde de Ter est 
distribud sur la solo du fodr, on in- 
troduit la foule qu'on ni61ange au- 
lant que possible dans la proporlion 
de 2/3 fonle grise et 1/3 fouio blan- 
che, qu'on raet vivemenl en fusion 
de mani^re ä la reiuire parfaiterocnl 
fluide. De cetle maniero, on peut 
par voie d'inlroduclion dans le fer 
fondu, eroployer 6gaiemcnl d'autres 
fondants jouis^'^ant de la propriet6 
de purifier le fer, seulemenl il faut 
faire attention que co fondanl n'at- 
teigne pas Tcjutage du crochel lur 
buTaire uu ue sjil de nature par la 
formationlropabondanle de scories 
ä dctermiuer une grande perle de 
fer, tei par exemple que le sei ma- 
riu, la potasse el autres sels, on que 
ce fondant n'occasionnc quelquc iau- 
tre inconvenient dans le travail 
ainsi que cela arrive avec la ]:ierre 
calcaire qui produit un soul^vc- 
ment trop actif du melal fondu. 

Alors a Taide d'un crochet on sou- 
levc loulcs les parlies nslers soli- 
des, et on brasse bleu la masse avec 



- 179- 



ia biqQllle ]u8qu*& ßa gne tous ce» 
fragments (Jurs solcnt dissouU. En 
cct etat on enduit lo crochet tubu* 
laire ju9qu*ä la dislancc oü il est 
exposd 4 la chalour du four, ainsi 
quo 8on ojulagc avec ud lut peu 
cpais couipose d'eau argileuse et de 
gruphito lav6 (i). On suppriine lo 
t'eu ainsi quo le vent et on ouvro 
d'abord uu des robincls de vapeur 
puis Taulre, en tenaiit encore lo 
crochet tubulaire en dehors du four. 
Puis quaiid loute Teau condeus^c 
a iii chassee de ce crochet par la 
vapeur, on introduit cclui-ci avec 
son ajutage dans le bain metallique 
et on le fait mouvoir lentemeut et 
uniforiDeincnt, cn cornrnengant au 
milieu du four, la poussant vcrs Ic 
rampant. le ramcuaut et toujours a 
partlr d'uu cute du travail vcrs cclui 
oppose, puis dans la direclion trans- 
versale du four, bände par bände 
Jusque vers Tautel, puis en rclour 
jusqu'au rampant,deiuaniero loule* 
fois quo Tajutagc ne touche jamuis 
la sole ou les purois du four, niais 
se meuve cünslaiunienti't aisomont 
au sein du Iraiu de melal et quo ce- 
lui-ci seit ainsi dissci vi bion uni- 
formemcnt i»ar le vapeur. öi touto- 
fois cc metal avant (fu'on ait mis fin 
ä celtc injection de vapeur, dcve- 
nalL 6pais il faudruit mcttre ä Tins- 
tant uiemc un termc a celle-ci. 

Getto iujccLlon de vapeur ou plu- 
tdi cebrüssage a la vapeur qui peut 
suivant la naturo puro ou impuro 
de la fönte durcr 10, 12, 15 et Jus- 
qu'ä 20 ininutos, no doit s'opcrer 
ni Irop vivoment ni avec trop de 
lentcnr, mais il faut cn 5 minutes 
doiincr au plus 175 traits d'avant 
en arrlcro et d'arriore cn ^vant ou 
en tout 88 doublcs traits. 

Daus cctte periode de brassage k 
la vapeur, il y a une importance 
toule particulicrc d supprimer com- 

Idetemenl le feu parce quo c'cst de- 
ä, et a raison de la faible quantite 
au'ou a euiploye de lut de graphite 
aont il a M qiiestion et de Tecou- 
leirent ulterieur do la vapeur dont 
on dira un inot plus loln, ^coole- 

(1) (le lut de grapiiilüj prepare k Tetat 
U*une bouiilie ctaire, est appliquä sur le 
tubc au moyen d'un liiige ou d*un tampon 
d'üloupes. Pour pruparer Teau argileuse 
({ui sert a lirr le grapliite on se sert ordi« 
nairement d'argili* rerrarcaire. Le pus de ris 
sur cet ajutagH est frutt«S et noirei avec da 
graphite iiumidcs nfin de pouvoir d^itser 
quand ia i-ho^e est ne ces^air«» G0 qui autra- 
meut ne scrait pas facile. 



znent qai ne ^esse pas impnediat^« 
ment ap! te le brassage, que dopend 
la longue duree du crochet tubo- 
laire, qui autrement ne tardd pa« 
(au bout do 8 Jours) ä fondre qt 
^tre mishors de Service; tandisqpe 

?[uand on a soin de supprimer le 
eu il peut durer 15 jours, 3 semd- 
nes et mdme da?antage. La suppree- 
sion du feu, chose qui est possible 
avec le brassage ä la vapeur, parce 
que tant que celui-ci durela temp^ 
rature du bain mötalliquo reste m- 
variablement elevöo a raison de la 
decomposltion de lavapeur, assure 
cncorc cet aulro avantago, quelle 
favorisc la röaction de la scorie i la 
surfaco du fcr ot economise le com- 
bustiltle. 

Lc brassage ä la vapeur etant tcr- 
mine, on retablit immedi^tcn^enjt 
lc feu et on donno un vent snperfi- 
ci(>l, puls on intro(iuit compfie & 
Tordinairc un peu descoricsrichcs« 
niais pas en aussi grande quantite, 
et le brassage avec lo crochet dO 
travail comnicuce comme d*habitur 
de. II ne faut pour ccla que !) & 3 
tours de crochcts, tandis quo daD^ 
le travail ordiuaiie (san> emploi do 
la vapeur) il en faut de 6 ä 9. Ju9« 
qu*a CO quo la fontc soll asscz opais? 
se pour qu*on puissc la changer da 
place avec Toutil. Apres deux chea- 
L'ements, on opdre on gän&raf le 
ballugo. 

Pendant le brassago ä la vapei^r, 
on renjarque sur une p^riphdrlo de 
30 ä 35 ccntimötres, autour du cro- 
chet a vapeur de potites flamme^ 
continucs de couleur bleuätre» rou* 
geutre ou jaunätre qui s'öUvßjit da 
bain metallique se composant sqr- 
tout de combinaisons d'oxjde 4c 
carbono et d'hjdroc^no qu! ÜQiXr 
ncnt une preuve visible de la mar- 
cho de la decomposltion qu*on a 
esquissee et de la formatioa ae nopr 
veaux composös. 

La manccuvro est tcUemeAt sim- 
ple et facile qu'ello n'exige ni effort 
ni attention particulicrc de la pairf 
de Touvrier^ (|ui s'y habitue d aa- 
taut plus aisement qu'il ne tarda 

Fias i s'apereovoir que »oa travail 
adis si penible est renda molns 
laborieuz, puisaue le puddleur doit 
Sans brassa£:e a la vapeur donpcr 
au moins 34 4 tours de crociietfl en 
plus, ce qui exi^^o un plus graii4 
däploiament de force. 

Avccunfeusurgrillectuncombpcr 
tiblo mineral(ou tout autre foi| suf 
grille) la man(Buvrc<i%\.^VÄ^Vwsi^\sX' 



— 180- 



la roftme si ce n'est qa'avant de 
brasser d la vapeur, on coovre blen 
la grille et on ferme le registre Jus- 
qu'aa moment oü ce brassage ä la 
Tapcur est termin^, apr^s qaoi on 
donne immMiatement le second 
fea ; le registre doit 6tre abaiss6 
assez bas pour que ronvrier piiisse 
sealcment encore voir dans le fonr. 
On recommande encore pour 
mienx conseryer le crochet tubu- 
laire, anssitöt apr^s qu'on a termi- 
n6 le brassage k la vapeur,de lalsser 
ecbapper la vapcur de ce tuyau 
apr^s quMl a öt6 eztrait du four Ju»> 

?[u*ä ce qu'il ne seit plus rouge de 
eu, ce qui dure environ une mi- 
nute. 

Les maqaettes fabriqn6es avec lo 
fer brass^ ä la vapeur sont remar- 
qnablement plus nerveuses que Cel- 
les produites par les moyons ordi- 
naires; tandis que ces derni^res 
qui sont cavcrneuses supportent 
nne vingtainede coups d'une raasse 
de 4 kilogrammesy les premieres» 
Celles avec brassage ä la vapeur de 
5 minnteSy en supportent 40; Celles 
de 10 mlDutes 9(T; Celles de 15 mi- 
nutes de 127 ä 160 et Celles de 20 
minutes de 2(5 a 223 de ces coups. 
La r^sistance augmente donc pro- 
ffressivement k mesure qu'on jpro- 
longe le brassage ä la vapeur 0"^ 
qu*a une certaine limite qui varie 
avec la nature et la qualitö de la 
fönte). De plus, autant que Texp^- 
rience Ta d6montr6 jusqu'ä prä- 
sent, on est certaiu qxrü y a un d6- 
cbet en moins de 2 ä 8 pour 100 par 
qnintal m^trique de prodoit fabri- 
qu^ et nne dconomie de 0«M20 de 
bois de cbauffaue. Ces r^sultats ne 
sauraient, il est vrai, 6lre les mSmes 
dans toutes les localit^s, mais on 
peut^tre assard que partout la ma* 
nipnlation qu'on vient de d^crire 

Sr^sentera nne grande dilTerence 
ans le sens avantageux. 
Dans le puddlage de l'acier^ il ne 
fant pas interrompre le vent et sup- 

?rimer le fen vi on ne brasse que 
minutes & la vapeur, parce que 
Sar cette sappression du feu, aussi 
ien que par un brassapre plus pro- 
longd, le fer deviondrait nerveiix, 
ce qu'il convientd'^viter dansla fa- 
brication de Tacicr; autrement cel 
acier prdsenterait un grain inegal 
et conticndjait des parties ferrugi- 
nenses, 

Travail de Paßnage en bas foyers 
et du finage ou mazeage. Dans les 
bas foyers aprds que le fer a ^t^ mis 



en f usioni on snspend le vent et on 
Icarte le cbarbon de la surface du 
fer, puls on op^re absolument de 
la mtoe maniere qne dans le fonr 
& puddler, si ce n*est que la dnrde 
de la pMode du brassage k la va- 
peur ne doit durer que 5 et an 
ßlus 6 minutes parce que la quan- 
itd du fer est ici moindrc. Au ter- 
me de ce brassage, on recouvre de 
cbarbon brülant, on rdlablit le vent 
et le travail se ponrsuit jusqu*ä la 
fin k la maniere ordinaire. 

Dans les feux de finage, on pro- 
Code comme dans les bas foyers, 
toutefois les feux de finage peuvent 
Stre combin^s dircctement avec le 
travail du baut fourncan, cn dta- 
bllssant le four de finage dans le 
voisinage imm^diat du haut-four- 
neau, le maintenant constamment 
cbaud avec du combustible et k 
cbaque perc^e faisanl couler immd- 
diatement la fönte du haul-four- 
nean dans le foyer de finago oü on 
la ddbarrasse aussitdt par un bras- 
sage k la vapeur et au moyen de 
Tappareil ddcrit du soufre, du phos- 
phore on de Tarsenic qu'olle con- 
tient, Sans qu'il soit besoin d'em- 
ployerd'autre combustible que celui 
qui a ^t6 n^cessaire pour entretenir 
la tempdrature du lourneau pen- 
dant l'intcrvalle entre denx peredcs. 

La grandeor de ces feux de fina- 
ge dopend en partie de la pression 
sous laquelle on peut introduire la 
vapeur dans ces foumeaux; seule- 
ment il faut faire attention a ce que 
la profondeur du bain mdtallique 
ne soit pas trop grande, mais teile 
que la vapeur d eau qui s*6chappe a 
peu de distance de la sole du four- 
neau puisse s'^couler librement. 

On comprend du reste que Ic fi- 
nage de la fönte avec empioi de la 
vapeur d'eau peut s'ex^cuter de mö- 
me qu'en bas foyers dans des fours 
k reverb^re, auqnel cas le travail 
doit tire conduit comme dans les 
fours k puddler en ayant ^gard a la 
capacite et k la disposition du 
cbaufi'age dans le four. 

L'affinage ou la purification de la 
fönte impure par la vapeur d'eau est 
aussi d'une baute importance dans 
le proc6d6 Bessemer parce que 
comme on sait Ton ne peut y con- 
sacrer que des fontes bien pures et 
quo Texploitation de ce proced^ 
ßesscmer deviendra ainsi possible 
dans les usincs qui disposent de 
fontes un peu moins pures. Dans ce 
cas Tafflnage ou la purification de 



— 481 — 



la fönte, qui da reste ponr dtre trai« 
Ue dans Tapparcil Bessemer doli 
dtre mise en fusion, peut avoir liea 
dans ua four ä r6verb^re Stabil pour 
ce Service, ou lorsque la fönte doit 
couler immMiatement du haut- 
fourneau dans l'appareil Bessemer, 
on pourrait Tamener au sortir de 
ce haut-fourneau dans un fourneau 
d'affinage transportable stabil ä cet 
effot, oü on Tamuerait par la vapeur 
d*euu, puis d'ou on la verserait dans 
cct appareil Bessemer. Ou bien dans 
ce dernier cas avcc Tuffinage k la 
Tapeur d'cau on pourrait disposer 
pour ce Service un appareil Besse- 
mer appro[ ri6 (par exemplc le four- 
neau Bessemer üxe employö en 
Su^de) et s'en servlr comme four- 
neau d'afflna^e imm6diatement 
Hvant les mauipulations Bessemer, 
et ä cet effet 11 sufflrait d*y ötablir 
an orifice fermant parfaitement au 
travcrs duquel on pourrait intro- 
duirc le crocbet ä vapeur modifiö 
en consequence et d'avoir soin en 
m^mo temps de fermer aussi com- 

ßtötement que possible les tuy^res. 
IX reste, ces tuyeres pourraientdtre 
dispos^es tout en lancant du vent 
obliquement dans le lour de haut 
en bas de maniere que la fönte 
flaido refoulee m6caniquement püt 
retomber d'elle-möme dans le four 
eur le plan inclind de ces tuyöres. 

L'appareil Bessemer en forme de 
creuset ou de cornue peut tr^s-bicn 
Ätre utilis«^. comme four d'affinago 
ayant de Besscmeriser ; dans ce cas 
Touverture avec fermeture neces- 
saire pour riiitroduction du crochot 
ä vapeur sur le cöte de rapparcil 
serait dans ce changeme it dirigoo 
vers le haut et h une distaucc de- 
tcrminee du fond. L'ailinafje du 
fer torminc, Tappareil pour Besse- 
mcriser serait ramene a la posilion 
verticale apres on avoir retire le 
crochet ä vapeur et ferm6 Torifice 
qai avait servi a Tintroduire. On 
comprend dans les cas en question 
qu'on doit tenir compte de la som- 
me des aires des ouvertures d'6cou- 
lement de la vapeur du crochet ä 
vapeur ainsi que de la prcssion de 
cette vapeur. 

En lerminant,on fera remarqucr 
aue dans la methode d'affiuage du 
fer et de Tacior avec emidoi de la 
vapt'ur d'cau qui a elc decrite ci- 
dcssus, on a fait patenter comme 
nouveau : 1«» La construction d'un 
ajutage qu'on peut visser et qui 
est poarva de piusieara orifices du 



crochet ä vapeur ; 2* Temploi da Int 
de graphite pour les parties de ce 
crochet et de son ajutage exposees 
ä la chaleur du four; S^ Tomploi 
8imultan6dans l'aSlnagede la fönte 
et de l'acier par la vapcar d'eaa de 
battitures ou chutes de martean, 
c'est-ä-dire d'oxyde de fer qui favo- 
rise la purification du fer; 4o la sup- 

Jiression complete du feu pendant 
a Periode de l'introduction de la 
vapeur Laut ponr möna^r le cro- 
chet a vapeur et ^conomiserle com- 
bustlble que pour dimiuuer le dä- 
chet; l>o remploi de la vaneur d'eaa 
avec les modifications inaiqu^es oi- 
dessus depuis 1* Jusqu'ä 40 dans 
l'afflnage en bas fourneaux aassl 
bien que dans les feux de finerie 
oa mazeage (1). 



(1) Le memoire ci-dessns est accompagn^ 
d*ane circulaire de M. J. Rossiwall dans 
laquelle on trouve quelques donnäes pr&r 
tiques qui offrent de rinterAt : 

< Les resultats tout particnUörement fa- 
Yorables, dit-il. qui ont äte obtenus par oe 
nouveau roode d'afflnage a Tusine de pud- 
dlago do Nadräg ont eu pour consäquence 
Fapplication des appareils necessaires a ce 
mode de travail ä tous les foure k puddler 
de cot Etablissement, et noos pouvons ap- 
peler d'autant mieux l'attention sur ce 
mode d'affiiia^e aujourd'hui experimepte 

aue les dispositions requises pouruneosine 
äja pourvue d*une chaudidrea vapeur cou- 
sacr^ ä d'autres servicps, si on en excepte 
le prix (racquisition et d^etablissemeot de 
Tappareil do puddlage, qui est da reste 
d*un prix modüre, n'exigent pas d'autres 
dehourses. D'un autre cöte, les avantages 
que presenle ce modo de travail sont tres- 
n^marquables. Independamment du grind 
intenH que Ton a trouve ä produire avcc 
une fonle moins pure, et m^rae avec une 
fonle notablement souillee de soufre, de 
phosphore et d'arsenic, des qualites irr^ 
procbabies de produits etirös ou lamines, 
on a encore obtenu jus<|u'a present k Ni- 
drag, par quintal metnque de maquette, 
une economie de 0^-120 de bois sec et de 
2 kilog. de fönte, ce qui, pour une pro- 
duction annuelle de 4000 quintaux metri- 
quos de maquettes seuleoieot par four a 
puddler, donne une tomomie par annee 
de ISO Störes de bois et de 8000 kilog» de 
fönte. 

» 11 resulte en ontre de la facilite avec 
laquelle les maquettes du puddlage h la 
vapeur se soudent, que les paquets peuvent 
^tre lamin^ avec un feu de menu nois, et 

aue le travail pour Ii480 quintaux de fer 
e qualite moyennt», pro<iuit de 4000 quin- 
taux de maqnrttli^s, procure encore une 
economie de 0>t>120 de bois sec et de 8 kilo;;. 
de maquettes, ou une economie annuelle 
de 480 Störes de bois et 6960 kilog. de ma- 
quettes, «teonomie que chaqu e forg e oa 
oaine peat ehiffnr en arfMii um»! \» 



— i82 — 



Effeti du Wolfram iur les fonUs au 
charbon de bois. 

Par M. Lb Güen. 

. Uno Birie d'expäriences gue J'ai 
fiaitcs en 1804, i la fonderie de la 
iparine ä Mcvcrs, pour connattre 
räction du wolfram sur les foates 
aa charboQ do bois, a prouve quel- 
les äcqui^reat plus de tenacitö» 
comme od Tavait vu prScSdcminciit 
pour les föntes au coke. Ges der- 
niires coatenant habituellement 
des subslaiiccs ^trang^res^ telles 
qua du soufre et du pbosphore, 

Evaierit pii ^Irc ^pureos par les md- 
lui du wolfram, el quelques per- 
Bonnes attribiiant i cette cause Ta- 
inilioration produite , pensalent 
au'il n'en serait pas do mSroe avec 
des fontes au eharbon de bois tres- 
pures. 

: Les nouveauz essaif^ ont porte : 
i« 8ur un foDle de Raveau (Ni^yro), 
d'excellcntc qualitä; 2* sur des fontes 
d'ärtillerie de Nevers et de Hueile, 
aldSi jibrnrndes parce qn'on les em- 
ploie & fabriqucr des boucbes k fou. 
Los eprouYcs avaient cu licu ä la 
poudre, sur des cylindres creuz 

3u'on faisait Delator et auzquels par 
es prooddös d'one granae pr6ci- 
HioD^ on doonait les m^mes epais- 
seurs et le mdme vide Interieur. La 
fusion do chaque cylindre exigeait 
80 kilogrammes de mdtal; eile s'ef- 
feotualt pour cbacan dans les md- 
mes cirooDStanoos de brassages et 
de dor^c^ afiu quo tout füt dgal de 
bart et d'autre. Les proportions de 
Wolfram de ralliage, ont dtd 1 1/3, 
2 et 2 1/2. La sup6riorlt6 de rdsis- 
tanoe s'est mainteoue constammcnt 
da odXA do la fönte allioe. Pour 
noas assurer si eile ne provenait pas 
d'un effet de döcarburatfon exercö 
par le wolfrim, nous avons multi- 
nli6 les experlenc(^s» en donnant ä 
la fönte pure des nuanecs de plus 
en plus clalros» par des addilions 
do fontes de seeonde fusion de Ne- 
Ters et de Buelle et on ^prouvait les 
diverses nuances. Les additions 
Atalent poussees Jusqu'au point ou 
elles cessaient d*Strc avantageuses. 
klais par ces divers mojens uous 

conditiuns !o4:alü8 oüelleäe trouve placde. • 
Loj demanücs de renseigneinHDts et d'ap- 

ßireils doivciit Atre adre)»:»ees ä M. Joseph 
Oftsiwal, eoDseiller ä lu Chambre des cürnn- 
108 (Hß^iwngralh), ix Vieuut; (Aiitriclie)^ 
Landüniie^ SalMiaaerfUM, n« iCT. 



n'avons pu parvenir ä donner au 
inätal üne force di;ale ä cellc qu'il 
i'ecevait du wolfram. Une analyse 
falte & l'^cole des mines, a du reste 
constatä la prösonce et la quantit^ 
du tdngstöne ezislantdans leä cyiin- 
drcs. 

II räsulte de ces fklts (tue le Wol- 
fram eierce sur les fontes uh^ ac- 
tiotl speciale, indöpendante do la 
nuance et de la däcarburation et 
due iL ralliagc du tung^tdne. Gc- 
pendant Teilet prddait ä M Infä- 
rieur h. c^lui obtenu sur les fontes 
au coke, d'oü Ton pout conclure 

?[u'une partie de Taclion du wol- 
ram sur ces dcrni^res appartient 
en eüet k Töpuratioa. 

L'augmenlation de tenacite s'est 
6.!ev6e environ ä 1/6 avec la fönte de 
Raveau el d i/7 avic colle de Iluollc. 
II se peut quo ce chiife soit au-des- 
söus du maximum possible les es- 
sais s'etant borues a rechercher la 
cause de ramelioration. 



Gementation du fer par le charb(m 
et par l'oxyde de carbone, 

Par M. Fnin^ic ACargubrittb. 

Avant d*examiner los divers är- 

gumenls qu*a produits M. Garon, 
ans sa derulöre note, page 113, je 
crois utile de prdciser i*6tat de la 
question. 

M. Garon est Tauteur d'une thöo- 
rie nouvclle de i'acidration qui peut 
se resumer ainsi : 

Touteslesfois qu'on c^raentelefcr 
industriellemcnt, on le met cons- 
tammcnt en contaot avec du cyanby- 
drate d'ammoniaque gazeux ou des 
cyanures volallls. Dans la pratique 
les cyanures seuls cdmentent. 

Dans les recbercbes quo j'ai pu- 
blices sur raci^ration. jo crois avoir 
prouve, par dos expöiiences dont 
M. Garon n'a pas encore d^montrö 
Tinexactitude, que le fer pouvait 
dtre transformä en acier : 

1* Par le charbon pur (diamant, 
charbon de sucre, plomhagine) ; 

2° par Toxyde do carbone pur. 

CVsl-i-dire par doux subslances 
tout 4 fait exemptcs do cyanures et 
qui se trouvent on contacl avec le 
fer dans la ccmcntation indus- 
trielle. 

Cos rösultats ^taient donc en con- 
Iradictio -. dirccte avec la tli«^ürie 
exdu.sive de M. Garon. 

Dana aa prämiere nole» M. Garon 



— 188 — 



n'a appoBö aiicoo fait, aucano ezfi« 
ricfnce & h cdmentation da fer par 
le charbon. 

Ouant & IVityde de oarbonc, il a 
maintenu: qu*au rougeil dtait sans 
actlon sur lö Ter pur, et que le de- 
pöt de carbono quo J'avais obtenu 
u'avalt eu licu qu'ä une basse tem- 
pi^raiurc pcndanl les päriodes d*e- 
chaufTemuatet dererroidisscmeni de 
rappareil. 

Ett de qui loiichc la production 
de Tacidc carhoiiique (cons^quence 
de la dccom Position de Toxyde de 
carboiip), M. Caron, n'adrnettant 
paS le döpöl dl* carbone, ötail logi- 
quemenl couduit ä la contestor. 
Mais ä cct ögard 11 s'est born6 ä 
emettre des doutes et d faire quel- 
ques reconimandations sur les soins 
u'fl faut apportcr dans ccs sortcs 
'expörieDces. 

D aprös ma röponse ins^r^e ä la 
p. 67, M. Caron ji pu voir nue sos 
objections n*6taieiit pasfondöes; cu 
effet, je n'avais pas op6r6 oomme il 
Favait pensö ; il d> avait pas cu de 
p^rlodcs d*6cbauflement et de re- 
iroidissemenl; le depdt de carbone 
ävait eu Heu et le fer avait et^ c6- 
nienlß, uon pas ä une tempörature 
inf6rieure d celle du ramoUissemenl 
du yerre, mais bleu au rouge(et au 
dela), c'est-d-dire pröcis^mcnl d la 
temp6rature d laquelle M. Garou 
avait dlt quo Toxyde de carboue est 
saus action sur le fer. 



l 



La oaestion ainsi posAe gemblait 
pouYoIr 6tre facilezneiit rösoloe et 
Je pensaia trouyer däns la deutitme 
note de M. Caron, la conflnnation 
de mos expäriences ou la preoTe 
cat^gorlauo que Je ne m^^taia trottl- 
p6, (tue ruxyde de carbone äh tötl|t^ 
n'acit pas sur le fer, en uü mot, 

äu'd cette tempdrature, . S6ii8 t'iä« 
uence de ce gat» la cämenbtlou 
est impossible. 

Cette prcuve, H. Caron p6.1^ V^ 
apportöe, et Je regrette a\rn vrtit pU 
cru devoir uoursuiyre rätuda de la 
thi^orlc de lü cdmentatidn dans la 
voic rigourense de rezpärietioö Ou 
eile utait engag^e. Gomme Je croid 
qu'en dehors de toutes condden^ 
tious pratiques la questlon dd tätbi^ 
si le charbon pur et Toxydö db car- 
bone -comenlent le fer, pent-6tre 
ex])cr!mentalcment r^solue, Jö de- 
inande a M. Caron la pemuflaion 
(i'ajoutcr aux faits que J'ai ddjd pro- 
duits los r^ultats de mes dentierei 
experiences. 

On a chaufiTä simultanöment pen- 
dant trois beures, d des tempiratu- 
ros croissantcs, dans un conrant 
d'oxyde de carbone, du fer pur dl- 
vis6 (de Toxalate) , ce mftmo fer 
prealablemcnl agglomörö en pr6- 
scncc de Tiiydrogeno d une tres^ 
forte chaleur, puis des fils do fer du 
commerce do diverses proVenftn- 
ces (i). 



1* k la frillo d gai ; teaipätatore capable 
dt ramoUir et de fondre le verre; ceriae 
naissant i...». 



9* Dans un fourneaa tana d6iiie, porte du 
cendricr ä moilie fermäe, chauffage au 
charbon de hois; cerise elair., , 



dP Le m£me foorneau sans d6me, porte 
ouverte, chaufTflge au charbon de doIs ; 
orange foncc (fusion de Targent) 



4* Le mi^me fourneau muni de son dorne; 
chauffage au coke; orange clair (fusion 
du cuivre) 



Fer pur dirise ; lr.339 ont aumanld de 

0^.()83. suil 6.6 pour 100 de carboae. 
Fer pur agglomere : 0^^.664 ont angoientfS 

de 0^.010, soit l.Spour 100 de carbone. 
Tous les fils de fer ont 6i6 complät^iieitt 

cement^s. 

Fer pur divise : 3r.439 oht aagmeäk de 
OKr.160. soit 6.55 pour 400 de carböhe 

Fer pur agglümefd : it^.m ont auipäieilte 
de Offr.oIS, soit 0.98 pour 400 de eartene. 

Tons les Ais de fer ont 6i6 eoiDpia«BMIt 
o^ent^s. 

' Fer pur dlvisä : 2ffr.48S ont «agiiiehti de 

Ocr.030, soit l.ti pour 100 de earboM. 
Fer pur agglomertS : Or.938 ont atigtntavS de 

Ofr.0065, soit ~ ponr 100 de6äAoiM^ 

Tous les fils de fer ont 6\6 compl<St6m(Nit 

cümente^s. 
^ Gros nis de O-.OOSS de diamötre. 

Fer par agglomdre : Osr.98iont aii|«mtf de 

0«'.005, soii ^ pour 100 de carbone. 

Tous les nis mjilt'tement c6mMM* 
Gros fils de O".003e de dlamötre. 



(1) Dans tous les cas le fer a diö MMS& et refroidi dnhii an oourant d'hy^nOilH. 



— 184 — 



D*apr^sc6S exp^rienc< 

1 raction de Toxyde 



ces on peut 
snivre pas ä pas l^action de Toxydc 
de oarborne sur le fer» et i'on cons- 
täte qu'aiix tcmp^ratures qui se pro- 
duisent n^cessairement dans les 
caisses de c^mentation, lo fer pur se 
carbure en m^me temps que le fer du 
commerce se c^mente; ce qui mon- 
trequeraiiinitd cntrele feretToxyde 
de carbone est directe et indöpen- 
daute de la pr^sence du silicium ou 
de toute autre impure tö. 

Sur le fer pur diYis6, l*augmenta- 
tion de poids en raison de son 
£tat particulier est considerable ; 
aar le fer agglomerd, qui se rap- 
proche davautage du fer forg^y 
la quantitö de carbone qui se d^pose 
est moindre, mais on voit qu'au ce- 
rise naissant eile est de 1, B p. 100, 
au cerise clair de 0» 98 pour 100 

fi 

i Torange fonce de ^^^ ä Torange 

K 4 

dair de j~ , quantit^ de carbone 

?[ui sont plus que suifisantcs pour 
äirc de Tacier. 

Ccs öcbantillons de fer carburd 
out et^ attaquc^s par le bröme, com- 
parativemcnt avec le fer pur, qui 
s*est dissous d'une maniere com- 
pli'te, tandis qu'ils ont tous laisse 
un r^sidu de carbone plus ou moius 
considerable. 

Je ne puis donc partager Topi- 
nion de M. Garon lorsqu'll dit qu au 
rouge Toxyde de carbone est saus 
action sur le fer pur. La cementa- 
tion du fer par ce gaz, me paralt au 
contraire incontestable. 

Jemaintions donc rigoureusement 
mcs premiöres concluslons, c'cst- 
ä-dire que le charbon pur et l'oxyde 
de carbone cementcnt le fer et que 
dans la prallquc les cyanures ne le 
dimentent pas seuls. 

Je ne pourrais, sans sortir des 11- 
mites assignees ä cette note, apprd- 
cier maintenant la valeur des con- 
siderations prati^ues que M. Garon 
apposeämes experiences, je le ferai 
procbainement et j'espere montrer 

äu'elles ne prouvent rien contre la 
lese que Je soutiens. 



Four r6g6n6rateur ä fondre l'acier. 

Nous avons dejä ddcrit dans le 
T. XXIV p. 178d'ai)resM. Schecror 
un four rcgdnorateur d foiidro et 
recbauffer l'acier do rinventiou de 
M. Siemens; depuis cette äpoqoe ce 



four dans les applications qui en 
ont etä faites sur plusleurs points 
de l'Allemagne a re^u dans sa con- 
struction d'importantes simplifica- 
tions qui en ont rendu r^tablisse- 
ment moins dispendieux et le tra- 
Tail plus faclle. 

La üg. 1 pl. 304 est une scction 
en el^vation du nouveau four. 

Lafig. 2 un plan. 

Les gaz brülants produits dans le 
g^n^rateur A par la combuslion des 
lignites ou autre combustible s'ö« 
coulent par un canal d muni d'une 
soupape c et dans la position indi- 
qu6e pour la soupape de gorge a 
dans la capacitä e, puis de \k k tra* 
vers le massif k claire-voie de bri- 
ques / qui est porte au rouge dans 
la capaciie g pour deboucber dans 
le laboratolre B oü sont placcs 20 
creusets char^^s cbacun de 30 kilo- 
grammcs d'acier. 

L'air dcstind k alimenter la com- 
buslion arrive a Tctat froid en G, 
s'avance par le canal i qui est pour- 
vu d'une soupape hei dans la Posi- 
tion de la soupape de gor^e b so 
r^pand de la capacit6 x, puis k tra- 
vers le massif jwrte au rouge A: 
dans Celle / pour deboucber aussi 
dans lo laboratolre B ou 11 rencon- 
tre les gaz destinös a Slre brCllcs qui 
arriveut par la capacil6 g, 

Les produits brülauts de la com- 
buslion chauffent les creusets pla- 
ccs sur la sole du laboratolre B k 
Textrömiie de laquelle ils se parla- 
gent, c'osl-ä-dire qu'ils s'ecoulent 
par z et i/, redescendent resiKJCtive- 
ment dans les massifs k claire voie 
de briques p et m qu'ils cbauffent, 
et arriveut par q eiu dans les con- 
duils r et qui dcboucbcnt dans 
un canal commuu D, conduisaut k 
une cbominee de 18 metres de hau- 
teur. 

Lorsque les massifs feik sont 
refroidis jusqu'ä uu certain dcgr6 et 
que ceux p et m sont sullisamment 
rechauilees on fall jouer les soupa- 
pes de gorge a et 6, et l<'.ur mouve- 
raent fait prendre aux gaz et a l'air 
des direclious coulraires jusqu'au 
moment oü on juge conveuable de 
faire jouer do nouveau ces soupa- 
pes. 

S est la voüle du four qu'on peut 
lever par porlions separees. 

Ce four (lont uu modele a et^ mis 
sous les yeux du public lors de la 
demierc cxj'ositioii do Lnndres et 
qui ciilrc iiulrcs lucalile.s a ele eta- 
bli k Lcobcn aux uslnes de M. de 



— 185 - 



Mayr oa il est en activitö eziffe pour 
i partie d'acier 3 partles de lignite. 
üu peQt en 6 jours y fondre 50 
qointaox mdlriques de mdtal. 

On lai a bien reconna encoro 
quelques defauts entre autres qao 
los crousets y sont cbaufT^s plus 
foi-temeat dans lo haut que dans le 
1ms, mais oa esp^ro i remedier ä 
Taide de legeres modificatioas. 



De la force cristallogenique et de ses 
applicatians industrielles, 

Par M. Fr. Kühlmanx. 

M. Euhlmana a ddsignö par le 
nom de forco cristailog^nique la 
tendance des molecules de m^mo 
natare ä constituer des cristaux, 
Celle par exemple qui röuiiit les 
molöcules du gvpse disseminees 
dans une massc u'argile ])our euns- 
tituer un cristal panait de forme, 
souvent tres-volumlueux et d'une 
ontiere transparcucc la concrelion 
avec crlstallisutioii ; a Tint^rieur des 
rognous de quartz et de silex pyro- 
majjue etc. Cet habile praticien dans 
trois mömoires lus a 1 Academiedes 
sciences a ])r6senlc d'abord de sa- 
vantes conslderations sur cette for- 
ce, puis il a cherche d expliquer 
quelques- uns de ses elTets dans di- 
yers phenomencs curieux et qui 
se passent {ournellenient sous uos 
Teux et enÜQ 4 faire une applica- 
tion utile de cette force. Kous re- 
produirons ici les parties de ces 
mömoires qui Interessent plus par- 
tieullercaient Tindustrie. 

« Dans un memoire lu ä TAcad^- 
mieonnovembrel857J*ai,ditM.Eul- 
mann, cite un de nombreux exem- 
ples de la transformation des mati6- 
res amorphes en maliöres cristalli- 
nes soitqu'ils'agisso de pdtes mine- 
rales^ soit qu'il s'agisse de m^taux 
oü la structurc fibreuse se trouve 
souvent remplacee par Tetat crls- 
tallin sous 1 iufluenco de simples 
vibrations. 

I) J'ai fait voiralors que desfilsde 
laiton ätirös et tres-flcxibles peuvent 
deveuir cassants par des viLrations 
souvent repötdes, de möme que les 
flls de fer qui sont u raison de cette 
proprif^te bannis aujourd'hui de la 
construction des ponts. Les som« 
miers en fönte ont suhl le mdmo 
sort dans la construction des habi- 
tations dans laquelle on leor a g6- 



n^ralpinent Substitut de la töle et 
du fer en barres. C'est U certaine- 
mcnt uu pro;; res, mais il ne faut 
pas admettre oue Ton alt alnsi 
compl^tement ecartö tout daneer« 
dans ma pens6e on n'a fait que r6- 
loigner d*un certuin nombre d'an* 



» L'exp^ricnce a ddmontrö en 
effet que la crlstallisation du fer 
donue souvent Heu ä des accidents. 
La rupture frequente d*essieux de 
voitures en est la preuve. Les es« 
sieux de locomotives ne recevant 

gas autant de sccousscsde rindgalitö 
u sol que les essieux de voitures 
roulant sur le pav^ cristallisent 
moins rapidement et pdrissent le 
plus souvent parTusnre des fus6es. 
Ainsi M. Petiet m'a fait voir des 
essieux qui avaient parcouru plu- 
sieurs centainesdemille kilom^tres 
et dout le fer avait conserve son 
etat fibrcux. 

» La qualit6 du fer doit d'ailleurs 
exerccr une tres-grandc influcnce 
sur la rapiditd plus ou moins gran- 
de de cctle tnnsformation. Ainsi 
j'ai prösente k TAcadömie un fra^- 
ment de janto de roue de locomoti- 
ve oü cotte transformation a ete 
teile, que les 6cailles cristallines 
avaient une longueur de plus d'un 
centimetre. 

» J'ai constale ouo des alt^rations 
analogues se proauisent dans le fer 
en lames. Ainsi de la töle d'excel- 
lente qualite qui avait servi ä cons* 
truire une cbaudi^re k vapeur, 
apres avoir cl6 soumise peudant 20 
annces au fremissemcnt qui r^sulte 
de rebullition de Teau aperdu toule 
flexibilito et se brise par Taction 
d'un violent coup de marteau ; les 
rivets eux-mömes sont devenus cas- 
sants. Des obscrvations analogues 
ont pu avoir lieu dans toutes leg 
chaudi^res de construction et de r6- 
paration. 

» 11 doit donc 6tre utile de cons* 
tater pdriodiquement les progres de 
cette alteration de la töle; pour 
cclaon peut avuir recours ä un pro- 
c6de fort simple et qui consiste a 
attaquer avec l'acide nitrique con- 
centre une surface de cjuelques Cen- 
time Ires carr6 de metal depouilI6 
d'oxyde et poli an moyen d'une li- 
me a taille fine. Apr^s qne Facide 
aagi pendant quelques minutes, le 
lavage ä Teau met ä nu T^tat cris- 
tallis6 de la töle et donne une indi- 
cation qui pcut mettrc en garde 
contre les dangen d'«x:^lQ«x^^^ 



- »M — 



conduire tout aa moins ä faire un 
nouvel cssai de la chaudiere au 
ZDoyeü d'une pompe fouiante. 

» Un examen sörieux de cette 
qüestioü ddmoutrera, Je pense, Tu- 
tilit6 de renouveler ces cssais p6» 
riodiquemeut par elemple tous les 
15 & 20 ans de foDctionnement des 
chaudieres; car il me paratt hors 
de doute qiic la fragilitä acquisc par 
la töle a M la cause de blen des 
äcöldeiits. 

La dlspogltion ä cristalllser est 

gänäraledans lesmetaux; j'ai cons- 
it^ que le platine lui-mlme lors- 
ou'il est employö d la construction 
des chaudieres dcstioees ä la con- 
(ienträtlon de Taclde suifurique oü 
il se trouve soumis ä un främisse- 
ment contlnu et d uue tcmp^rature 
assez ölcv^e prond une structure 
cristalline, devient cassant et po- 
reux et qu'il est utile de soumcttre 
ces chaudieres ä un dressage et k un 
nouveau martelage apr^s quelques 
ann^es de travail. 

» J*ai consiatä m6mc que sans 
qu'il y ait vihration ou clevalion 
de temp^rature , certains m6laux 
peuvent subir spontauemeut des 
modifications daus leur contoxture. 
Ainsi du thalium ooulc cn lingots, 
forge par martclage, convcrti en- 
suite en mddaille sous un balancier 
i rhötel des monnaies, apres an an 
de sojour dans un flacon conlenant 
de Teau dlstilloe, apris une surface 
rugueuse et tTistnllino et a perdu 
une partie de sa üexibite. Proust a 
döcouvert, il y a bientöt un demi- 
siecle, le moirß paötallique, cette 
propri6le du fer hlanc de präsenter 
i aspeöt de grandes lames cristalli- 
hes avcc des reflets satines lors- 
qu*on cn allaquc la surface par l'a- 
cide chlorhydrique. 11 a fait voir 
en outre que pour rendrc celte cris- 
iallisatlon plus apparentc et plus 
väri^', 11 sufüt de chaulTcr le fer 
blanc au poiut de ramollir Tetaln et 
de le rcfroidir ensuite brusquement 
seit en le plöngeant dans Keau froi- 

äe, solt en projetant a sa surface 
es gouttcs de ce liquide pour en- 
suite Tatlaquer par 1 acide. 

» I.a disposition cristalline qu'af- 
fecle Tetain dans cette circonstance 
difTere essentiellctnentdc la crislal- 
lisation habituelle de ce m^tal, teile 

?[u'on Tapergoit d la surface des 
lugots et qui rcssemhie a la cristal- 
lisalion en narbc Je [»lurne qu'affi'cte 
souventloscl ammoniac.Cela ticnl- 
il ä ce qu'U y a du fer qui s'est allie 



d r^tain? Je ne le pense pas; des ef- 
feta analogucs s'obtienuent d'ail- 
leurs avec le zinc fix^ a la surface 
du fer galvanisö ou avec un fer- 
blanc prepar6 avec un alliage d*4> 
tain et d antimoine. 

» Tout me porte d croire que 1*6* 
taiü dans le fer-blanc, retenu uar 
soudure et en couches niinces a lä 
surface du fer, a 6t^ contrarle par 
ce fait dans la mobilitö de ses mol6- 
cules, et que sa cristallisation s'est 
ressentic de cette entrave. Mon at- 
tention s'est particulicrement porlee 
sur les ^tolles qui se produisent sur 
le fer-blanc, lorsqu'avant de Tatta- 
quer par Tacide chlorhydrique, on 
projetie d sa surface, apr6s Tavoir 
chauffe , quelques gouttes d'eau 
froide. Dans ces circonslances, le 
point tüuch6 par Teau devient un 
cenlre d'action d'ou parlent dans 
toulßs les dircctions des rayons 
cristallins d'un aspect saline. Le 
ddveloppement de c^s rayons s'ar- 
röte au point de leur rencontre avec 
les rayons d*un autre centre d'ac- 
tion, dans des conditions telles que 
la ligne apparative est genöralement 
placee d distance ^gale des ccnties 
derayonnement, etqu'ainsi suivant 
la Position de ces centres. 11 sc for- 
me des dessins ^tolles divisös par 
des lignes droitcs d'autant plus 
rapprochees que les centres de 
rayonnement sont plus nombreux 
sur une surface donnöc. Le rSsultat 
präsente une sorte de marqueterie 
formte d'^toiles rayonnees bizarre- 
ment, disposees et söparees par des 
lignes droites. 

D Si, dans la cristallisation qui 
donne le moird mdtallique, la pr6- 
sence du fer ne m'a pas paru la 
cause determinante de la disposi- 
tion cristalline produite , c'est que 
Celle möme disposition peut ötre 
produite artificiellement avec quel- 
ques matiercs cristallisables en cou- 
ches minces sur des oorps polis ; et 
pour d'autres olle est produite» 
lorsque la mobilite de leurs mol6- 
culcs est contrariee par un liquide 
gommeux ou par rinterposition de 
corps dlrangcrs formant obstacle 
mat^ricl. Voici quelques falls a 
l'appui de ce je viens d'enoncer. 

a A. — Sur une fcuille de radial 
ou de verrc placee horizontalement. 
et apres en avoir blen ddi^raisse la 
surface par une dissolutiou de po- 
lasse caustique, on appliquo au 
pinceau uue couclie mince d'une 
diösolutioQ de xuaimile, et si cette 



— 487 - 



d«98olutioD n'est pas tr^s-conccn- 
trÄe, il fie prodüil peu i \ma par 
r^vaporation de l'eau ane couche 
cfistalline qui occüpc loute la sur- 
facc sar laquelle la dissoluiion avait 
6t6 ^tetidac. Getto cristallisatiun est 
fbim^e d'un cnsömble d*6toilcs so- 

{»ar^es les unes des autrcs nar des 
ignes droitcs place^es de teile fa^on 
tfue les ligncs separatives sont 
exactemonl dispos6es comme dans 
le molrfi rnetallique, c'est-ü-dire d 
legale dislance des contrcs de rayoa- 
nement. 

3 Si la dissolution de mannite est 
iropconcentrÄe, elsi par cousequent 
la formation des cnstaux est plus 
Rapide, la crislalli-atioa ravoDOÖe 
xi*a ])lus lii*u, il ue so forme alors 

aue des flnes ai^uillcs d^tacliees, et 
i surface du m6tal se trouve plus 
oniformöment couverte. Dans ce 
dernier cas, les moldcules cristal- 
linos sont attirdes les unes vor 
les autres et forment des cristaux 
äutour desquels la feullle de mötal 
Oü do verre se irouve ä nu. 

» B. — Une couche de sirop de 
Sucre dtendue sur une feuillc de 
verre bien de^rraissee et conservc^e 
dans une posilion horizontale au 
contact de 1 air, y a produit un ver- 
nis persistant. Aucune modiflcation 
ne s'etant produite apres quelques 
Jours de repos, j'ai exposö la feullle 
de verre couverte de sirop de sucre 
ä Tair humide d'une cave, et en 
molns d'un jour sa couche conllnue 
et transparente a fait place d des bou- 
quets de cristaux de sucre asscz es- 
päc^s, en laissanl la surface du 
verre compriso entre les groupcs 
cristallins enti^remmt d nu et üö- 
pouillöe de sucre. L'humlditd a fac - 
Iit6 Ic mouvement des molöcules 
dans cette circonstance, et il est 
difticUe de trouver une dÄmonstra- 
tion plus concluantc de cette force 
cristallog^uique dont on observe des 
effets remarquables dans la cong6- 
lation de IVau sur les vitres. 

» C. — J'ai dgaleraent 6tcüdu sur 
des fcuilles de metal et de verre, en 
osant dos prdcaulions döjft iiidi- 
qudes» des dissolutioiis de sulfate de 
ler, de sulfate de cuivre, de sulfale 
de zinc, de sulfate de uiaüinösie et 




formation decristaux plus ou moins 
voluraincux, isol<^s ou pargroupes, 
et que la surface du mdtal ou du 
Yerre, par le fait de la coticealra- 



tion des moldcules cristallines so 
trouvail en grande partio döpouil- 
löe de mattere saline. 

D D. — Si, dans ces clrconstaticea 
de rapplication des dissolutions sa- 
lines sur des surfaces planes et po- 
lies par un artiQce quelconque, ön 
diminuc la libre mobilite des molö- 
cules cristallisables, sl on intorpose 
un obstacle materlel, par exemple 
si on dpaissit les dissolutions par 
un oxyde m6lalllque hydratd, par 
de ralumine, de la magnösic, do 
roxydc do fo»*, de Toxydc de cui- 
vre, etc., ou si ou se borne ä ajou- 
ter aux dispositions salines une 
matiero gommeuse, albumineuse 
ou gdlaiineusö, la cristaliisation 
qui se produit s'dtenJ toujours sur 
toute la surface qui avait el^ occu- 
pie par la dissolution saline Ti). 

» Dans ces circonstances, J ai ob- 
tenu les effets les plus inattendus 
au point de vue de la variötd et de 
la bizarrerle des tableaux cristalli- 
sds. 

y) Tantöt des dtoiles analogues i 
Celles que donne le moird mdtoUi- 
que et Ja mannite. prdsentant cn- 
core les mömes plidnomeues quant 
ä la (lisposition des lignes separati- 
ves des rayons, tantöt ce sont des 
arborisalions semoes d*6toiles, de 
guirlandes admirablement correc- 
Ics de dessiu qui s'etcndent cra- 
cieusemenl sur un fond seme de 
bouquels, etc., etc., et ä cette a6- 
rienne ve{i6lation miuerale on voit 
pousser des rameaux sur toute 1*6- 
tendue de la surface (^ui lui est of- 
forte, rüt-elle de plusieurs metrcs 
carres. Une circonstance digne de 
rcmarque, c'est que pour les des- 
sins 6toiles, si les rayons d'un cen- 
tre d'action se sont developpds plus 
rapidemeut que ccux du centre Ic 
plus rai)proche, au moinent de la 
renconlrc sur les places usurj)ces, 
les molecules cristallines depassant 
lalimite, se rctournent ets'ajiistent 
aux rayons du centre d'action qui 
est reste en retard, etcela tout aussi 
longlemps quo les niati<ires cristal- 
lines sont eucore humides. 

)) II m'est impossible de decrire 
ici toutes Ie< varietes de dessins quo 
Je suis parvcnu aproduire, qu'ii me 
sufüse de dire quo par les mömes 
procedes on arrive toujours aux 

(I ) Toules les mati^res visqueuses, gomme 
dextrine, albumiiie, gelatine, le sucre et la 
$\ywT'uit e&Gcpies, m'ont dooJM do boas 



- 188 - 



m6me motifs de tableaox crlstal- 
lins^ ä des 4toiIes, ä des rameauz, 
d des bouquets isoles ou semes sur 
un fond crarborisation, mala quo 
jamais los dessins ne sont ideoti- 
quement les meines, et quo Ton 
peut avec la mSme matiere saline 
obtenir i volonte des effets entidre- 
meat distinets : i^ par ia concentra- 
tion plus ou moins grande des dis- 
solutions, 2^ par leur m^Iange on 
Proportion variable, 3^par la nature 
cbimiaue des corps mis en Suspen- 
sion dans le liquide eristalllsable, 
40 par la quantit^, 5o par la nature 
et la quantite de la matiere gom- 
meuse ou g^latineuse. 

» JTajouterai que p^i des reac- 
tions cbimiques j'ai transform<^ 
plusieurs mati^res salines ainsi 
cristailis^ en compos^s diff^rents; 
ainsi avec le sulfate de cuivre, j*ai 
formd des sulfures de cuivre; dans 
cescirconstances, j*ai produitdesio- 
dures, des chlorures ou autres com- 

Sosesinsolublesqui ont conservöla 
ispositlon cristalline des sols qui 
leur ont donuc naissance. Par Ic 
simple iavage des feuiiles de metal 
ou de verrc rcvStues de cristaux 
ainsi transformds, en dvitant toute 
agitatioo du liquide, j'obticns des 
dessins analogues a ceux primitifs 
et exclusivement formes par les 
composes insolubles produils par 
une Sorte d'epigcnie. Le Iavage 
des tableaux cristallins obtonus 
avec des m61nn<:es des dissolutions 
cristallisablos, avec des oxydes ou 
autres Corps omorphos, conscrve 
aussi ä ces tableaux leur conflgura- 
tion en maintenant les corps in^- 
lauges k la pluce que leur avait as- 
signee dans ci 8 tableaux le mouve- 
ment de ia cristallis ition dans le- 
quel ils avaient ete entratnös. » 

(La suite au prochain numero.) 



Essai des huiles, 
Par M. F. Donny. 

Voici un procede pour Tessai des 
builes qui ofTre un certain intcr^t k 
raison desa simplicitä. 

Supposons qu*ii s'agisse de com- 

Sarer entre eiies deux especes 
'builes. Ou commence par colorer 
lefferement en rougo i'un des deux 
^cbantiilons» ce qui peut se faire ai- 



s6ment au moyen de rorcanette. 
On introduit ensuite, k Taide d^une 

£ipelte, une pelite auantite de cette 
uile colorde dans la masse du se- 
cond Äcbantillon. Si on opdre avec 
precaution, Tbuile coioree se pr^ 
sentera sous la forme d'une petita 
spb^replusou moins reguliere, sua- 
piendue dans la masse liquide. A 
partir de ce moment. on observera 
Tun des trois phenomeoes suivants : 
— Ou bien Thuile dont se com- 
pose la petite spbere sera d*une na- 
ture plus denso que le reste du li- 
quide, et alors la goutte gagnera le 
fond du vase ; dans ce cas les deux 
^cbantillons d'bulle ue sont pas de 
m^me nature ; — ou bien les deox 
espöces d'builes auront exactement 
le mdme poids specifique, et alors 
aucun d^placement n'aura lieu ; la 
spbere ne tendra ni k monter, ni k 
descendre ; co cas se pr^ente tou- 
tes les fois qu'on opdre sur des bui- 
les de m^me esp^ce; — ou bien en- 
fin la spb6re sera sp^cifiquement 
plus ledere que l'buile dont eile est 
cutouree, et alors eile gagnera la 
surfdce de la masse liquide; Sei, 
comme dans le premier cas^ les 
deux äcbautiilous d'builes seront 
de nature dilT^rente. 

Co proced6 presente une certaine 
anaiogie avec cclui qu'on doit k 
M. Lefevre, car tous deux sont ba- 
s^ sur la differeoce de densite des 
builes. G(*lui qui vient d'^tre iiidi- 
qu6 iroffrirait alors que jieu d'inlÄ- 
rSt s'il n'^tait de nature k fournir 
des iudications la oü l'emplni des 
proc^d^s ordinal res devioiit presque 
impossible. D'abord, il pcrmet dro- 
p^rersur des quautites luinimes de 
matiere, avantage incontestable sur- 
tout dans le c is oü ii taut sc procu- 
rer soi-mdme un 6cbantillon-type 
par lacompression des graines ofea- 
gineuses au commerce. En second 
lieu, les r^ultats de Tessai sont tou- 

fours les m6mes quelies que soient 
es temp^ratures auxquelles on 
opere, et on evite ainsi la necessit^ 
de Temploi du tbermometre, ncces- 
sitc qu^ii faut subir quand on 6ta- 
blit les densites au moyen d'ar^o- 
melres ou de balanccs. 11 faut seu- 
lement eviler l'action du rayonne- 
mcut dircct d'une source de cha- 
leur, et, en gcncral, toute Variation 
brusquo de tempei*ature, car il 
pourra en rdsulter des courants as- 
Ct^ndants ou d'autres complications 
susceptibles de truubler Texpe- 
ricnce. 



— 189 — 



ABV0 MtiCAIVIQlJB« ST COIVSTBUCTIOIV«. 



Sur les seiet verticales de M. Z. Zim- 
mermann. 

ParM. Schmidt. 

La fig. 9 pl. 304 reprdsente nne 

rititc 8cie verticalc qui est destin^e 
rem place r la scie a decoupcr or- 
dinaire. Elle sert, comme celle-ci, 
ä decouper des oriiements dans des 
fenilles de bois precieux et se dis- 
tlngue de cette demi^re en ce que, 
par la soliditö de sa construction, 
eile peat decouper des bois dIus 
Apals, et» parconsöqucnt, Jusqu'auo 
certaiQ poInt, remplacer la scie ä 
lame sans fiu ou scie a ruban, prin- 
dpalemeut dans les cas oü Ton 
Teut, avec une scie verticale, ex6- 
GOter les travaux les plus vari^s. 

Dans cette machine, la lame de la 
ade a nne course de 16 centimd- 
tres. A bäti moul6en fonto creuse; 
B table de travail qui peul tourner 
aar on axo borizontat; C poulies 
motrices cal^es sur an arbre a 
qui ä son extr6mitö extdrioure 
porte une roue D h bouton excen- 
trique. La bielle E est asscmblee 
sur ce bouton, et lorsque la ma- 
ehine est en mouvement eile im- 
prime un mouvement alternatif ä la 
eorde k boyau c et c\ Les deux 
bouts d et gT de cette corde sont at- 
tacb^sä des pi^ces de cuide qui 
seryent de monture ou d attacbe f 
et /*' ä la lame de scie s, La pctite 
roue ä main F maintient constam- 
ment la corde ä bojau dans Tötat 
de tcnsion convenable, et les points 
d'attacbe / et f de la lame ont une 
disposition teile que, comme dans 
les scies ä decouper, d'un cötö^ la 
lame est un peu saillante» et, de 
Fautre, qu'elle tourne, cbose im- 
portantc pour que le travaillcur 
paisse faire prendre ä la macbine 
la Position la plus conYenable, qui 
dopend, du reste, de la forme du 
bois qu'il travaillc. 

On voll donc, sans entrer dans 
plus de dctails , que lorsqu'on fait 
tourner Tarbre a la scie prend un 
mouvement de va-et-vient, mais ce 
monvement, et, par cons^quent» le 



traft pratiqui, est plns ferme, parce 
que la lame est maintenue par des 
guides travaillös avec soin, et, de 
plus parce qu'elle peut 6tre con- 
stamment tendue au degrö conve- 
nablc. 

Getto scie exöcute 360 oscillations 
par minute et peut ^tre Stabile pour 
une course qui varle de 16 k 26 cen- 
timetres. L'expörience a demontrö 
qu'on peut travailler par son sc- 
cours des bois depuis 3 jusqu'ä 26 
millim^tres d'epaisseur, ce qui in- 
dique les emplois generaux c^u*on 
pcüt en faire dans la marquetene de 
tous les geures et pour le travail 
des bois plus 6pais. 

L'atre scie en passe-partout de la 
fig. 10 paratt plus nouvelle dans sa 
construction, mais peut servir 6ga- 
lement comme scie ä döcouper. 
Elle se dislinfftie neanmoins de 
celie-ci ; d'abord en ce que son ex- 
tr(^mito supdricure n*est pas encas- 
trce, mais travaille librement, et, 
en outre, parce que ce n'est pas le 
bois qu'on travaille, qui tourne, 
mais la scie elle-m^me, 4 Taide 
d'une pression exercee par le pied 
de Touvrier. Cette derniere circon- 
stance a pour cons^qucnce princi- 
pale que le bois a decouper peut 
avoir une longucur quelconque, 
que le travail y est plus libro et 

Slus facilc, mais aussi qu'il cxige 
e la part de l'ouvrier un peu plus 
d'adressc et de dext^rit«^. Si on rcm- 
place la lame de scie par une rape 
ou autre outil analogue, on peut 
employer la macbine aux travaux 
les plus d^licats. 

A bäti en fönte, B table de tra- 
vail, C pi^ce solidement fixee sur 
la macbine portant les guides pour 
la qucue ou soic s de la scie, D pou- 
lies motrices mont^es sur le mdme 
arbre quo le volant E de la poulie ä 
bouton F. C'est cette derniöre qui 
imprime, lors du mouvement de la 
macbine au moyen de la bielle n, 
le vi-et-vient k la queuc s de la 
scie, qui, en outre, peut tourncr 
par les moyens suivants : 

jsur cette queuc s est enfil^e uno 
poolie k gorges a qui peut y glisser 



- 190 - 



dessas, mais non pas y tourner; 
sur cette poulie est jelee une corde 
croisee dont Ics bouts passent sur 
deux ro^le^gf d^ teuyoi ^U^\\b ßuf 
les parois laterales au ban et arrtj- 
t^es daDS le bas sur les deux mar- 
ches b, L'ouvrier, assis sur un la- 
bouret devant la machinc, pose les 
pli^ds suf cßs nmrcbes, et U est fapile 
de yolr qn'ea loulant Tune et l'i^ur 
tre de ccjlcs-ci jl pcut in^primer un 
njpuveqient tournant a 1^ scie. 
" L*appareil est coinplite par deux 
potences H Stabiles sur la tnble de 
travail au travers dcsqucls passept 
des tiRos de i)resslou aluslablcs c 
destiooes & maiuteair et aarr^ter la 
table et une buse k qui chasse la 
sciurc qui d^nose sur cette table. 
Cette scie fait egalement 360 cxcur- 
sions par painuto. 



Machine ä river et ä faire les rivets. 
Par M. A. Shakks. 

Cette machine, destin^e ä river 
les chaudieres, les cuves» les diver- 
ses pi^ces dont se composont les 
fermes, les navires en fer, elc., pcut 
ögalement servir h fabriquer les ri- 
vets eux meines en faisant usnge 
d'un pctit marleau i aclion direcle 
chasse par la force ^lasliquede Tair 
oonfine dans un cjlindre qui est 
mancBuvre par la vapeur d eau ou 
l'air comprim6 sur Ic c6te opposd 
du piston, de la mSme maniere 
qu*une macbine ä, vapeur ä simple 
eftet. 

La fig. 11 pl. 304 represeate une 
macbine de co geure disposee pour 
river et assembler entre eUes les 
diverses parties d*une ferme. 

G ferme, K rivet surlequel opere 
le marteau H par Tentremise du 
pistoii P, C cylindrc ä air confin6, 
V tiroir pour Vadmission de la va- 
peur d'eau ou de l'air par la lu- 
mi^re , X excentrique a plusieurs 
lev^s pour manoeuvrer vivemcnl 
le tiroir en tournant la manivelle 
I, T bloc d'assise de la machine 
ressemblant au support • ciiariot 
d'un tour, S chariot sur lequel le 
möcanisme est mont6 et portant un 
tube flexible qui communique avec 
une cbaudi^re ou un r^servoirn, 
m cr^mailldre et plgnon pour faire 
avancer ou reculer le chariot S ä 
l'aido de la rouc d bouton de mani- 
velle W» A cylindre d vapeur ou a air 



destin^ i, maintenir fermement une 
contre-eiampe B sur la teto du ri- 
vet pendant qu'on rivc une pidce. 

Qqapd qi^ f j^it usage de 1^ p^achinc 
pour fabriquer des rivets, on dö- 
montre la contre-^larapc B et on y 
substitue Tetampe propre k fa^on- 
ner la tdtc de ccs rivets. 



Perfectionnernentß dans la fabrica- 
tum des plaques de blindage. 

Par M. H. Bessemer. 

Ces perfcctionneraents s'appll- 

Suent cn premier licu 4 la fabrfca- 
on des plaques en acicr fondu ou 
cn fönte malläable. M. Bcsscmora 
remarqu6 quo dans la fabrlcation 
des Plaques avec ccs matieros lä 
struoture grossierement granulaire 
ou cristalline du metal, structure 
qu'on observe dans tuutes les mas- 
ses do plusieurs centim6lres d'6- 
paisscur, se Irouve notaidemcnt 
rcduite et modifl6e dans ses carac- 
t^res, quand ces masses sont ramo- 
nees par un laminage en feuilles do 
6 ä 2,a milliindlres d'cpaisseur, et 
que le cbangement molöcuiaire 

?[u'on op^rc ainsi augmcntc la 
örce de resistance k rallongemcnt 
du mdtal en mdme temps au'on 
accrott beaucoup la facult6 de se 
plier et de cbanger de forme saas 
se gercer et se rompre. 

Iracicr fondu ou la fönte mal- 
l^able, reduits k T^tat de feuilles 
minces au laminoir» prösentent 
dans leur cassure , apres le recuit, 
un groupemcnt bien plus delicat de 
cristauxqu'uue plusiorte seclion de 
la mSme qualite de metal no le fall 
apr^s le meme recuit. On voit ainsi 
que la t^nacitd particulii^re, chose 
si dcsirable dans les plaques, s'ob- 
tientä un degrc beaucoup plus elevä 
avec des plagues amences ä de pc- 
titcs scctions qu'on ne pcut y par- 
venir avec le mome m6tal fabnqud 
en grandes masses d'une seule 
pi^co. 

On ne peut se dissimuler toutefols 
qu'un dcfaut commun aux plaques 
produilcs par formatioo de paquels 
est que les ccailles ou los couchcs 
d'oxyde qui adhcrcnt k la surfaco 
du fer, et de plus, Toxydation nou- 
velle qui a heu quand on porte k 
la chaleur suante, s'opposcnt k 
Tunion parfaitc des diverses sur- 
faces en contact, unlon qui cepen- 



- 491 - 



dani Mt Indispensable an d^yclop- 
pement de toute la force de C(>h^- 
sion et de resistance de la mati^re 
employöe. C'cst pourquoi on a ob- 
gerv6 que lorsqu'un projcctile pd- 
ndlre dans nne plaque de blindage 
(falte par la »oudure de plusicurs 
plaqucs) il y en ä de pranas dclals 
Irrtguliers arraclies sur la face pos- 
t^ricurc, dus aux diverses epais- 
ßears dont eile est composee, qui 
Bont imparfaitcmeDt unies et soii- 
decs entre cllcs, parco qu'une por- 
lion de la couche d'oxydc de fcr 
est restcc cnlrc les cpaissours. 

11 s'agit donc en promicr Heu de 
fabriqucr des ])lnque8 de blindage 
d^une manlerc lelie que lout en leur 
conscrvant ä un dcgrd eminent les 
ayantages qui rcsnlt^nt d'une dis- 
posilioii iiiol6culaire parlicuU^ro, 
consöquenco de leur lamiuage par 
BCClioDS de pcu d'cpaissnur , on 
pnissc en oulrc les r^unir et les 
Boudcr pour former des masses so- 
lides asscz forraoment adhdrentcs 
pntro cllcs pour conslituer en eÜct 
une plaque solide et massive. 

Pour alleindre promplcment ce 
but, M. Bcsscmcr coiile un lingot 
d*acier doux, de dcmi acier ou de 
fonto malleablo decarburdo aulant 
jru'll est possihlc cn pralique, puis 
fl cn forrao sous Ic marleau une 
lamc , ou bioQ il la comprimo k 
Vaide d'une presse hydr.iulique. 
Getto lamo, ayant ctc recbaulTce, 
est lamincc cn nne feiiillo d'une 
Äpaisseur convenable pour Ic Iravail 
ultdrieur, mais de |)rofercnce dans 
la plupart des cas d'une lr6s-faiblc 
öpaisseur. Aprös qu'on a lamine 
uu certain nomhre de ces feuilles, 
et qu'ellcs ont etc dccoupees a la 
dimensiou de la moitic ou du tiers 
de l'airc de la plaque de blindage 
iju'on veut fabriqucr, on d6capc la 
surfiicc pour enlcver los dcaillcs 
et la couche d'oxydo cn les plon- 
gcant dans un bain d'acidc sulfu- 
rique, d'acidc chlorbydriquo ou 
aulre acide, ainsi qu'on lo prati- 
quo quand on preiJare les löles d 
rötamagc ou a la ^alvanisaliou. , c 
dt5cai)age de la siriacc poul ötre as- 
8isl6 par un frottcmcnt ou bien 
Ätro en tolalilc ou en partie offcc- 
tu6 en plcngcanl les feuilles chau- 
des dans Teau fruide. 

Lorsqiie les feuilles ont 6l6 par- 
faitemeut dccapecs, on les lavc ä 
l'eau pure et on los oiuluit, ou on los 
point avec une matiere ]jrotcclrice 
qu'on prepare de la m^me maniöre 



CTue r^mail qu'on appllqne sur la 
fönte ou autres surfaces mätalli- 
ques. Cet enduit peut ^tre un sim- 
ple Silicate de potasse ou de souda 
avcc ou Sans additiou de chaui» 
d'alumine, de sei ammoniac od 
d'un oxyde mdtallique, majs ll est 
pr^ferable d'employer un pou d'a- 
cidc borique qui mcilite la fusion 
des autres ingrddients ainsi que 1q 
decapage de la surfaco du m^tal. 
Ces in'jrddients peuveut ötrc com- 
binds de diverses maniörcs sans af- 
fectcr matdrielloraent lo rösullat 
qu'on nttend de leur omploi, lo 
prlncipal objet ctant d'obtcnir un 
verre d'une fusion facllc et dou4 
d'une grande iluidite. Le Silicate 
d'oxyde de fcr ou sornes, qui se 
prodiiit dans le ballage et le rd- 
cbauffage du fer pout ölrc utiÜsö 
avec d'autres inaiidres silioeuses« 
ou on peut le reduire en poudre et 
Pcmployer seul ou avec eaviron un 
quart d acide borique. On prdparc 
le verre ou flux dans des creusets 
ou sur la sole d'un four ä reverbere. 

Lorsque ce vorre est refroldi, on 
le rdduit en poudro sous des meu- 
les verticalcs avec ou sans addition 
des malleres brutes dout il a el6 
quostion ci-dessus, puis on le md- 
langc avec assez d'eau pure ou 
d'« au gelatincuso de collc forte 
nour eu lacilitcr Tapplicalion et 
radln'ronce sur la surface des feuil- 
les, et onlin on Tapplique 4 la bros- 
se sur cos feuilli^s, ou l'on plonge 
cel!e-ci dans un bain domi-iluiao 
de ces maiere«. 

Les feuilles, decapees et ensuito 
enduiles de üux, sonl sech6es, puis 
empilecs les uncs sur les autres 
dans un füur k reebaufTcr, oil on les 
mainticnt jusqu'd ce qu'elles aient 
atteint la chalour suante ; puis ellcg 
sont pas.^ücs souh uu puissant la- 
minoir qui les soudc en unepLique 
de bliudage de la dimcnsion et de 
l'cpaisseur vouluos. 

On couQoit qun dans ce rnode de 
trailement des feuilles. la couche 
primilive d'oxydo , qui adhero 
comniunement ä toutes los tdles 
biminces de fer ou d'acicr, est öli- 
mince, et qu'ensuile l'euduit de ma- 
tiere siliccusc defend la surface 
metallique decapee des feuilles 
d'une nouvelle Oxydation pendant 
qu*ou les cliauife au blanc soudaut, 
enßn que la pression entre les cy- 
lindres du larninoir fait couler lo 
Silicate i\m est mis en fusion et per* 
met aux feuilles de fer ou d'acier 



- 492 — 



de se soader entre elles d'ane ma« 
nidre propre, compl^te et certalne. 

M. Bcssemer propose, pöur ces 
m^mes plaques de biindage, d'al- 
temer entre elles des feuilles de 
mötal fabriqudes d'une mani^re dif- 
förente oq de qualitäs diverses. 
Ainsi on peut empiler alternative- 
mentdn fer de puddlage on de ri- 
blons avec de Tacier fondu ou avec 
de la fönte mall6able. Ges feuilles 
compos^es 6tantlamin6es pourcon- 
stituer des feuilles distinctes, on en 
forme ensuite un jpaquct qui sert ä 
faire la plaque de blindage, ou bien 
cette plaque peut consister en un 
paquet fait tout d'ahord avec des 
leuilles difförentes sans soudure 
prealable entre elles, ou enßn 6tre 
composde de feuilles d'acier qui ont 
ete d(&carbur^es dans des chambres 
closcs en stratifiant dessus des cou- 
ches d'oxyde de fer ou de ziue poup 
soustraire leur carbone en totalitd 
ou enpartie. 

Le montage des paquets de feuil- 
les s'opöre, dans le proc6de de M. 
Bessemcr, en nlagant des barrettes 
entre ces feuilles afin de laisser un 
espace vide et libre entre elles eton 
chaufTe le four avec du gaz qu'on 
introduit alternativement de deiix 
cöl6s du four afin de faire passer la 
flamme entre les feuilles et de faci- 
liter ainsi le chaafTage. Les barret- 
tes de Separation, qui portent un 
oeil dTune de leurs extremil6s, sont 
alors retir6es par des ouvcrturcs 
appropri^es praliqu6es dans la 
paroi du four, et le paquet est en- 
core chaufTö si la cnose est n^ces- 
saire avant le iaminage. M. Bcsse- 
mer donne pour cot objet la prefd- 
rence au mode de generation et 
d'application du gaz qu'on doit ä 
M. Siemens et ä Tappareil appel6 
four reg^ncrateur. 

La mani^re de separer les feuilles 
entre elles dans les paquels au 
moyen de barrettes afin de faciliter 
le c'hauffage des portions intörieu- 
res de ces paquets scra mieux 
compriseärinspection de la fig. 13, 
pl. 304, oü a rei3resente les feuilles 

?[ui composent le paquet, et n^n les 
iges ou barrettes qui servcnt ä les 
maintenir k dislance entro elles. Ces 
feuilles peuvenl ßtre chacunc Sepa- 
rees de Celles adjacentcs par los 
barrettes, ou bion on peut en pla- 
cer deux entre d<'S cours de ces bar- 
rettes, ainsi qu'on devra le pr^feror 
gu.nd le paquet se composera de 
feuilles tr^s-minces. 



Le laminoir pour les plagues de 
blindage ressemble ä ceux ordi- 
naires, seulement les Supports du 
cylindre Införieur sont port^s sur 
an plston bydraulique en communi- 
cation avec une bäcbe rempiie 
d*eau. Une petite soupape ä la mala 

{)ermet ä Touvrier d'introduiro 
'eau sous le pislon et de relever ie 
Support jusqu'ä un arr^t fixe. En 
fermant cette soupape, Teau sous le 

fdston forme coussin ou appui pour 
e cylindre inferieur, et, dans Ic 
cas oü la plaque vient ä s'arrdter 
entre les cylindres, ou bien dans 
celui oü il *y a rupture d'une des 
pieces de Tengrenaige, ou enfin si la 
machine d vapeur s'arrMe pendant 
le passage d'une plaque, Touvrier, 
en faisant ecouler Teau sous le pis- 
ton, d^livre immediatement la pla- 
que de Tetreinle des cylindres, ce 
qui perraet de Tenlever avec facilit6. 
Fig, 12, vue en elevation de cöt6 
d'une cage de laminoir dont la par- 
tie inf^rieure est vue en coupe. 

6, b bäti princlpal dont la partic 
inferieure se corapose d'un cyundre 
bas c, dans leqael est adapte un 
piston plein d rendu immobile au 
moyen d'un anneau c, f, La partie 
supcrieure de ce piston a une forme 
rectangulaire, ainsi qu'on le voilen 
cT, et sert de bloc ou coussinet pour 
porler la garnilure en iaiton g et en 
mdmo iemps le touri'lon du cylindre 
inl^rieur A. Un tuj-au qui couduit 
d une h^clie superieure ou a quel- 
que au Ire rcservoir d'eau de pression 
se rattacbc au cylindre en i de ma- 
niere qu'en ouvrant une soupape ou 
un robinet sur ce luyau, Teau af- 
flue dans le cylindre et souleve le 
piston d jusqu'a ce que sa j)Orlion 
d* seit appliquce avec fcrmetö con- 
Ire Tarrel b' dispose sur le bdti. On 
forme alors la soupape ou le rohinet 
pour retcnir l'eau sous le pislon et 
y form er des deux coles un sujjport 
Icrme pour les parnitui es dans ies- 
quclles roulent les lourillons du cy- 
lindre inferieur. Un robinet m pour 
cbaque cöle sert a la decharge de 
Teau sous les pistoiis d, ou mieux 
un tuyau cn coniraunication avec 
les cspaces d'eau sous cliaquc piston 
ronduil ( n un point couvenahle oü 
uuesuupapc ou nn robinet decliar- 
v,c siiniiflancniont Teau de dessous 
les deux ])islüns sans quo Touvrier 
ait bosoin d*aj)procher du bäti pour 
cet objct. 



— 193 — 



Ig I 

ur 

ü. 

la 

le 

r 



) 



MouHn ä brayer, cancasser et 
dicortiquer. 

Par M. J. Patterson. 

Le moulin de M. Patterson est 
destine a broycr, concasser, decor- 
tiquer, ecaler divers produits agri- 
coles et peut egalement ötre appli- 

3ae 4 ^craser et ä rcduire en poa- 
re diverses substances minerales 
ou matieres dures. 

Ge moulin est de la classe de ceiix 
dits excentriques, oü ie travail s'o- 
pörc eutre deux plaques ou disques 
circulaires caiineles, rayonnös, etc., 
tournant ensembie par contact dans 
la m^me direction, raais disposes 
excentriquement Tun par rap])ürt 
d l'autre de mauiere a produire 
aossi une action de torsion sur la 
mati^re. 

Ges sortes de moulins ont jusqu'a 
present ete trcs-sujels ä s'engorger 
et ä faire uu mauvais travail parce 
que leurs caunelures ou les inter- 
valles entre les rayoas se remnlis- 
sent et s'engorgeut quaud il s agit 
de reduire des matieres douces , 
ol^agineuses ou gommeuses. L'un 
des perfectionuemonts du nouveau 
moulin consiste douc a disposer les 
plateaux ou meules afin de pouvoir 
y appliquer un ou plusiours racloirs 
ou rabots et d'en maintenir les sur- 
faces propres ut nettes. 

Au lieu d'employer des meules 
parfaitement planes et de les placer 
exaetement en regard Tune d 1 autre 
ou d peu pres, les surfaces de tra- 
vail recoivent une forme legere- 
znent conique et sont placöes dans 
une Position teile quelles ne peu- 
vent ötre amenees en contact 1 une 
avec Tautre que sur Tun des cot6s 
de leurs centres respeclifs suivant 
une ligne a angle droit avec un plan 

3ui passerait par les centres des 
eux platoaux. II existe ainsi un 
espace entre les deux surfaces sur le 
c6te oppose de leurs centres dans 
lequel on dispose un ou plusieurs 
rabots. 

Les matieres sur lesquelles on 
opdre, au lieu d'ötre fournies par 
an (Eil perc6 au centre de l'une des 
meules, sont versees directement 
dans Tospace angulaire formö par 
lessurrac(^s de travail, dans lepoint 
le plus rapproclio de celui ou ces 
surfaces (uitrt'rit en contact, ou elles 
sont soumises a un broyage ind6- 
pendauiment de l'aclion de torsion 

Le Tcchnüh(jiMt\ T. XXVI. — J;>nvi«»r 



des moalins excentriques ordinai- 
res. 

Ce moulin s'est montrS parfisdte- 
ment adaptö aux besolns divers 
d'une ferme et d pu sans modifica- 
tions ou changements de pieces, 
agir efilcacement comme moulin 
pour moudre, concasser, Dealer» ou- 
vrir m6me, quand la mauere 6tait 
en si mauvaise condition que les 
autres moulins ätaient sans action 
sur eile. 

Les tourteaux de graine decoton- 
nier (raatiere alimentaire (ju*on a 
reconnue comme tr^s-nutritive et 
agreablo et qui suivant quelques 
cultivatcurs n*est pas infeneure an 
tourleau de graine de lin), ont M 
rcjetes par beaucoup de fermiers» 
par Timpossibilite de digerer le co- 
ton qui y adhere et Tirritatlon dan- 
gereuse que produit Tenveloppe 
noire et coriace qu'il n*a pas encore 
^te possible de separer de la graine. 
Le nouveau moulin, d raison de son 
action complexe, parvient d r^uire 
les tourteaux de graine de cotonnier, 
de graiue de lin et autres matieres 
oleagineusesanaloguesen unefarine 
parfoitement sccbe d Taide d'un ap- 
pareil tamiseur qu'on y combine et 
qui separe compl(^tement de la ftr 
rine, tout le coton, les enveloppes 
et autres residus. 

En se servant de meules d denture 
plus forte et plus grossiere, ce mou- 
lin, commande par une machine d 
vapeur de la force de six cheyauZt 
r^duit par beure une tonne d'o8> 
concasses d la longueur de 25 mil- 
limetreS; en une poudre grossidre. 

Enün Tappareil alimentaire auto- 
matique et 1 arrangement pour qu'il 
n'y alt pas de rupture quand des 
pieces en fer viennent d s'engager 
entre les surfaces des meules onrent 
des dispositious commodes et effi« 
cace:^. 

Fig. 14, pl. 304, vue en ^levation 
par un des coti^s de ce moulin excen- 
trique, aprös gu'on en a enlevd la 
courroie motrice. 

Fig. 15, plan du mSme moulin. 

A, A Support ou bdti principal du 
mouliu; B et G les deux surfaces 
coniques de broyage, Tune celle B 
calee d Textremite superieure de 
l'arbre moteur D et Tautre sur 
Celle infi^rieure d*un second arbre 
E, disiiose sous un certain angle 
par rapport a celui D et dont le 
1)0 ut est place un peu excentrique- 
ment eu ^ard d 1 extromitö de ce 
dernler, ainsi que le reprdsente It 



186:;. 



\Ä 



=-m - 



l^drement coniques et en contact 
enire dies dans nne portion seule- 
iuent de lenr ^tenduc. 

F poulie motrice cal6e sur Tarbre 
D, loquei tourne dans on appni ou 
eollier ir^s-long Gr bouionnee sar la 
plaque d'assise da moulin, de fa^on 
a ce qne la meule B reQoive un moti- 
vement de rotation de cet arbre mo- 
teur, tandis que la meule G em- 
prunle le sien uniquement au con- 
tact de la surface B. 

L'arbre E de la meule G est port6 
de mftme et tourne dansun long ap- 

1>ui H, semblable ä celui-ci G, et dou- 
onne dgalement sur la plaque d'as- 
sise. En disposant ces deux surfaces 
coniques sous un certain angle l'une 
par rapport ä Tautre et en ne les 
mettant en contact oue dans une 

Sortion seulement de leur 6tendue, 
reste assez d'espace da cöi^ du 
eentre opposö ä celai oü 11 y a con- 
tact, pour insörer une couple de 
rabots I, r, arröt^s sur la plague 
d'assise ou de toate autre maniere 
et qui maintiennent parfaitement 
nettes les surfaces de broyage. 

K, K galets coniques qui por- 
tent respectivement sur le dos des 
meules B et G au pcint möme ou 
B'op^re le travail. L'ate du galet K 
Toule dans des Supports fixes L, L^ 
tandis que celui de galet K' est dis- 
posö dans des Supports M, M qu'on 
aiuste k volonte au moyen des vis 
N» N, qui fonctionnent dans des 
^crous ou des trous taraud^s dans 
la traverse 0; P planche fixe dans 
laquelle tournent les extrömit^s des 
vis et Q, Q Systeme d'engrenage 
)>(jar transmettre simultan^ment le 
mouvement k ces deax vis. En r^ 
glant la position du galet K' der- 
ti^re la meule G» ainsi qu'il vient 
d^tre indi(}u6, on peut faire tarier 
la distance entre les surfaces de tra- 
vail de maniere i broyer suivant les 
I)e80in8 plus fin ou plus gros. 

S tr^mie alimentaire que souticn- 
nent des montants T, T et qui dis- 
tribuc Bon contenu dans respaco 
angulaireimm^diatementau-dessus 
du point de contact des deux meules. 
Les matidres broyäes ou r^daites 
«ont d^charg^es dans un äuget Y. 

On a trouv6 convenable dans la 
pratique d'environner les deux 
meules et les galets K et K' d'une 
enveloppe en bois ou en metal pour 
garantir contre la poussiere mt^- 
tieure on pr^venir la nerte des ma- 
tfdres rMoites en pouare. 



LeB menles penvent 6tre bn pierrc 
ou autre matiere convenable, mais 
quand on les fait en fer ou en acier 
comme dans le mouiin represent^ 
dans ces figures, ces surfaces sont 
garnies de dents ou siilons circu- 
faires dontla profondeur varie avec 
le travail que je propose d'executer. 

II resulto des posilions relatives 
particulidres de la surface des 
meules que les dents ou silions sur 
les surfaces enregard se croisentles 
uns les autres lorsqu'ils se rappro- 
chent du contact et produisent ainsi 
une aclion de torsion sur les ma- 
tieres qui leur sont soumises, ind6- 
pendamment de la pression entre 
ces meules. 



Machines ä vapeur de M. Watev" 
man» 

M. "Waterman, de New- York, qui 
depuis longtemps s'occupe d'exp^- 
riences sur la disposilion la plus 
favorable a donner aux machines k 
vapeur et sur Temploi le plus avan- 
tageux qu'on peut faire de la force 
de la vapeur, a reconnu et dtabli 
k la suite de ces exp6riences les 
propositions suivantes : 

lo. Dans toutes les machines k 
vapeur k condensation, on u'ob- 
tient, suivant leurs dimensions, qae 
de la moitie au quart de l'effet m6- 
canique engendrl par Teau qui dfs- 
paraft dans la chaudi^re sous la 
forme de vapeur, et cette perte est 
principalement due k la condensa- 
tioü par rayonnement externe dans 
le Premier cas, mßme avec diBS cy- 
lindres et des tuyaux de vapeur 
bien garantis pat des mati^res non 
conductrices. 

2o. Par suite de la soustraction 
de la chaleür au m^tal qui compose 
le cylindre et les pi^ces qui en d4- 
penäent, un« portion de la vapeur 
qui y entre est condensee pour 
compenser la perte et aussitöt que 
la pression se trouvo reduite par 
une cause quclconque teile quo sa 
ddtente, cette vapeur condcnsöc 
commence k s'^vaporer de nouveau, 
ce qui doteimine une nouvelle 
perte pour lui fournir la cbaleur 
latente dont eile a besoin. 

3. II y a une grande perte dans 
les cylindres a enveloppe de va- 
peur quand la tolalit6 du cylin- 
dre avec tontes les pi^ces qui s'y 



1«5 — 



CR 



50- 

ret 
er. 
rei 
I« 

\a 

LSi 

3- 



) 



raitaAbeni est ^^or^ de vapeur ä 
ia mtaie tcmp^rature que celle em- 
plo;^ dans le cylindre et quand 
diins CO cyliadi^c ainsi envelopp^ il 
D'y a que la sixieine parlie tle ia 
forcc due ä lu dtitcnte qui puisse 
dtre utiilsoe, en raison de la cha- 
leur pordue par le cylindre dans la 
nouvelleövaporation de Teau adh6- 
rente sur sa surface interne et par- 
ce qae la vapeur de Teau comteu- 
8^ est en contact avcc cctte sur- 
face. Gar commc la portion interne 
du cylindre est pondaut la moitie 
du teuips expot^c«* a la vapeur du 
condeuseur qiii a uno l<'mperature et 
une uressiou nasses, il on resulle que 
la cnaleur sera enlevee du melal 
plus chaud pur la vapeur plus froide 
et que si Teau est presenle Tevapo- 
ration ainsi nruduitc sera rapide cn 
co:.formitc ae cclte pression re- 
duitc et qu'elle absorbera unc large 
Proportion de la chaleur du m^tal 
qui compose le cylindre. Indei)en- 
dammenl de la pertc de cbalour ainsi 
occasionnee il y a une autre perle 
cuusee pur la contre-])rcssion que la 
vapeur ainsi generee exercera sur 
le piston. 

4o. Cette vapeur surchaufif^c nc 
renforme pas une suilisante quan- 
titö de chaleur pour suppleer ä la 
perte par la condensation et la ee- 
conde evaporation, quand on Tcm- 
ploie k une tempi^rature assez basse 
pour ue pas produire la destruction 
du metal qui compose le cylindre, 
le piston et le tiroir. 

Afin de donner d la force ^lasti- 
qae de la vapeur tont son efTet au- 
tant que possible dans la pratique, 
M. Waterman etablit en metal 
mince la surface interne du cylin- 
dre avec laqucUe la vapeur impul- 
sive introduite dans le cylindre 
pour faire fonctionner la machine, 
est mise en contact» taiidis que les 
sorfaccs en regard de ce metal 
mince sont maintcnues k uno tem- 
p6rature suuerieurt» ä celle de la 
vapeur employee pour faire fonc- 
tionner la niachine. Par ce moyen, 
ä raison de la faible ^.paisseur du 
metal et de la haute tempöratnre de 
la vapeur en contact avcc la surface 
exterieuH) de cclui-ci, ons'oppose 
4 pea prcs completcment ä la con- 
densation et U\s particules aqueuses 
qtii poiivent s'etrc accumulees dans 
ie cylindre, sont cvaporees de nou- 
veau aussitöt ({ii'eües sont amenöes 
sous rinfluenco des surfaces, par la 
chaleur fournie par une vapeor 



aatre qae celle qm sert A faire m^ 
nceuvrerla machiae. 

Fig. 16. pl.304,Bection lon^tudiü- 
nale d'un cylindre de machine i var 
peur dispos^ suivant le plan de 
M. Waterman. 

Fig. 17, section sur la longuear du 
r^chaulTeur qui entoure le cylindre 
et ou Ton a enleve les plaques in- 
ternes. 

Fig. 18, plandecer^chaoffear enk- 
tourant le cylindre. 

Fig. lU, section transversale du r^ 
chaulfeur. 

Fig. 20, vuo jiQi' Tune des cxtremi- 
tcs de la fiji. 18. 

Fig. 21, a gauche, plan de lamoi- 
tio du rechaufleur sur le fond extÄ- 
rieur du cylindre et oil Ton a enlevö 
i:ne des plaques, et a droite plan da 
nK>me rechaufleur sur le fond poi«- 
tericur du cylindre apres en a«roir 
enleve la plaque. 

Fig. 22, section transversale d« 
cylindre par le tuyau d'^ha]>pe- 
ment. 

Fig. 23 et 24, sections longitiidit- 
nali's des barres et ceintures qui 
constituent le bäti du rcchauffeur 
qui enveloppe le cylindre. 

A, cylindre d'une machine ävB«- 
l)eur dun modele convenablc qrael- 
conquc; B, tuyau lateral et bottea va^ 
peurcontenantun tiroir d'unestruo- 
ture adaptee ä ce modele. Toutes leg 
surfaces e^ terieures de ces pi^ces peur 
vent ätre entourees d'une enveloppf 
aliment^e de vapeur par la onaa* 
dicrc de la machine et on regoit sör 
par^mcnt la vapeur condens^ qpi 
sc forme dans le tuyau de vapeuf 
ainsi que Teau de primage^ c'estnii* 
dire celle qui peut dtre enindnte ea 
nature ])ar la vapeur qui s'^ooe 
de la chaudi^re, dans une chambre 
qui fait partie de ce tuyeau avant 
qu'elle penetre dans la hotte ä ▼«* 
peur oü on peut la pomper et lared* 
tituer a la cnaudi^re. 

A ohacune des extr^mitös de la 
portion interne du cylindre et repo- 
sant sur ses fonds sont des r^chaol* 
feurs c, c dont les parois sont for- 
mees de plaques d'acier epaissei de 
2 Vt millimdtres. Entre ces plaques 
est interpose un anneau de ler dfoux 
b de 32 millimdtres d'^paisseur de 
mdme diam^tre externe que le per- 
cement du cylindre et d'un diaxoi* 
Ire interne, par cxemple de 62 mÜ- 
limetrcs moindre. Les plaques d'a- 
cier sont arrStees sur ces anneaUK 
par des rivets d fig. 21 aui ont 10 
millimetres de diantefcre et sont pltF 



- 196 — 



c6s ä 30 millimetres de distance en- 
Ire cux. Les bords de ces plagues 
sont alors rcndus ^tanches comme 
ceux des toles des chaudiercs de 
maniere ä former uo disque crenx 
impermeable k la vapeur et de 
m^me diametre que rinterieur da 
cylindre. 

Pour augmenter encore la force 
de ce disque des boulons filetös e, e 
de 10 millimetres de diametre pas- 
sant d'une plaque ä Tau Ire sont pla- 
c6s ä 35 millimetres de distance en- 
tre cux sur leurs surfaces planes 
ainsi que le represcnle lafig. 21 avec 
leurs cxtr^mites riv^es de la m^me 
mani^re quo les boulons ä vis des 
chaudiercs de locomolives. 

Ce disque creux qui sert de re- 
chauffeur int^rieur est plac6 sur le 
fond postörieur ou inf^rieur da 
cylindre et un autre semblable avec 
an petit anneaa concentrique inter- 

Sose entre les deux plaques autour 
u centre laissant une ouverture p 
pour le passagc de la tige de piston n 
est pos6 sur le fond anl^rieur ou su- 
pdrieur du cylindre. Avant que les 
anneaux soient rives sur les pla- 

2UCS, on y a perc6 deux trous p, g 
g. 16 du bord externe jusqu*a 10 
millimetres de celui interne, cha- 
cun de 12 millimetres de diametre 
et des tuyaux h et k passant par 
les fonds du cylindre et visses a tra- 
yers la plaque extericure dans la 
paroi de i'anneau jusqu'aux trous 
elablissentunecommunication avec 
rinterieur des rechauffeurs. Le 
tayau h est destine a communiquer 
avec la chambre de vapeur d une 
petite chaudiere auxiliaire d'une 
force süffisante pour resister ä une 
pression superieure de 50o k 5l)0 G 
a Celle de la vapeur qui cntre dans 
le cylindre au commencemcnt de la 
course, et celui h' a etablir la com- 
munication avec Teau dans la par- 
tie inferieure de la chaudiere auxi- 
liaire, k la condition que la snrface 
de l'eau dans cette chaudiere sera 
placee plus bas que les tuyaux Ä, h\ 
Si la chaudiere auxiliaire ne peut 
6tre logee sutfisamment au dessous 
de CCS tuyaux alors il faut ratta- 
cher ceux-ci ä un vase clos muni 
d'une pompe foulante et la vapeur 
condensee que verseront les re- 
chauffeurs par ces tuyaux sera pom- 
pee dans cettc chaudiere. 

A i'interieur du cylindre est 
place un rechauffeur x qui se com- 
pose de deux cylindres en acier 
ayant la mtoe epaisseur que les 



Plaques extremes des rechauffeurs c 
et iormes de pieces arretees sur un 
bäti qui consiste en plusieurs bar- 
rcs longitudinales z, z et trois cein- 
tures y^ y, y fig. 17. Onetablit con- 
venablement ce bäti en donnant 
aux barres longitudinales une lar- 
geur de 7 centimetres sur trois d'e- 
paisseur avec nervure au miliea 
des faces les plus larges d*une hau- 
teur de 5 millimetres. Des extremi- 
tes et du milieu de ces barres s'eie- 
vent sur les deux bords opposes des 
bras m, m, m fig. 23 et "24 en fer carre 
de 30 millimetres et d'une longueur 
süffisante pour form er apres qu'ils 
ont ete cintres un quart de circon- 
ference. Ces bras sont les eiements 
des ceintures inlerposees y, t/, y et 
de concert avec les barres aux- 
quelles ils sont unis ils forment un 
bäti auquel les plaques qui consti- 
tuent ces deux cylindres sont arre- 
tees en rivant celles-ci sur les bar- 
res et les ceintures et en rendant 
les joints etanches. 

Comme il y aurait beaucoup de 
difficuUe a rendre etanches les su- 
tures longitudinales des plaques qui 
composent la surface Interieure de 
ce rechauffeur cylindrique par les 
moyens ordinaiies afin d'avoir une 
surtace lisse interne, on mena^e 
des nervures c', ainsi qu'on l'a dit, 
sur les barres pour obvior k cette 
dilficulte. Ces nervures ne sont pas 
indispensables sur la paroi externe, 
mais comme elles presenlent un 
moyen convenahle et elficace pour 
rendre impermeables les sutures, 
on les emploie sur les deux faces. 
Ces nervures saillantes sur les barres 
sont appliquees tres-exactement et 
parallelement sur les points aux- 
queis les plaques doivent etre ri- 
vees, ces surfaces et ces nervures 
recevant la courbure necessaire 
pour les adapter aux dimensions 
du cylindre. 

Les plaques auxquellcs on donne 
la longueur entiere du cylindre, 
apres avoir ete convenabiement 
planees et cintrees pour former les 
Segments d'un cylindre du dia- 
metre voulu, sont rabottees sur 
leurs bords longitudinaux sous un 
angle d'envirou 70o. ainsi «ju'on le 
voit cn c* fig. 19, piiis lorsquc ces 
plaques ont ete riv»'*cs sur los cein- 
tures et les barres, les nervures sont 
refüiiices sur les bords eiibiseau cn 
formant ainsi des butures parfaile- 
ment etanches. Ces nervures sont 
alors rabattues et limees courbes 



- 197 



poar former des sarfaoes röguli^res 
unies. Les ceintures extremes pr6- 
sentent des echaacrures qui consti- 
tuent trois des cöles des lumi^res ; 
dans le rechaulTeiir. Les lignes 
ponclu^es dans les fig. 16 et 18 indi- 
quent ces eehancrures recouvertes 
par la plaque d'acier. Les foods des 
rechaulTeurs c forment le quatridme 
cöt^ de ces iumi^res. Les plaques sont 
frals^es dans tous les troiis des rivets 
et les t^tes de ceux-ci sont toutcs 11- 
m^es et amcuees ä la courbure g^- 
n^rale de la surface des parois. 

La eeintare moyenne et les barres 
longitudinaics sont percöes de trous 
de communication en /' qu'on voit 
dans les hg. 18 et 22 pour recevoir les 
tuyaux h^ et li^ de vapear et d'eau 
de condensation et ^taollr des Com- 
munications entre tous les compar- 
timents et les tnyanx hy li^ qui con- 
duisent ä la chaudiere et au vase 
dos cl-dessous dt^crit de la m6me 
maniere que pour les r^chaufifcurs 
des fonds. Des boulons ületes e' 
d'nn diametre de 10 millim^tres 
traversent d'une plague a Tautre et 
sont plaeös a 36 millim^tres de dis- 
tance entre les rivets. Gcs boulons 
sont vissös au minium et leurs 
eitremiles ramen^es ä la Urne ä 
affleurcr les faces-courbes. 

Les joints sont rendus ötanches a 
la maui^re ordinaire, la portion 
d'entrc eux du cöte deslumi^res en 
u est rendue teile par deux coulis- 
seaux k alTeclant la courbure du 
cylJndre, les extremit^s internes de 
ees coulisseaux A; 6taut taillees eu 
biseau de maniere k agir sur des 
biseaux correspondants. Des bou- 
lons de serrage servent ä presser los 
pi6ces les unes sur les autres 
pour op6rer la fermeture. Les sutu- 
res autour des lumieres entre le 
cyllndre et le recbauffcur cyiindri- 
qne sont bourrees avec des etoupes 
satar^es de minium. 

On voit d'apres cette description 
<me la vapeur des tuyaux /i, h* 
chauUant le metal mlnce des r^- 
Chauffeurs ä une temp^rature plus 
^v^e que celle de la vapeur qui 
entre dans Ic cylindre, toute parti- 
cale aqueuse qui est presente ac- 
qniert une tension supcrieure ä 
Celle due ä la tcmperature de la 
vapeur dans le cyliudre et doit etre 
reduite en vapeur avec une rapidit^ 
qui esi la consefjuence de Tetendue 
de la suit.ce et de la dillorence de 
temperature entre les rechaulTeurs 
et la vapeur qui entre, la chaleur 



qui produit eette ^vaporation dtant 
loumie par les röcbauffeurs. 

Au heu d'employer la vapeur 
pour alimenter les röchauffeurs on 
peut faire usage de courants d'air ou 
de gaz cbauds qui les traversent^ 
mais la vapeur paratt prdferable. 
On peut aussl, au heu de former la 
surface interne entidre du cyUndre 
et de ses fonds en metal mince pour 
chauffer ainsl qu'il a 6tc dit, re- 
duire et chauifer cette surface ä 
moitie, mais si on la fait de moin- 
dre etendue reffet est r^uit on Pro- 
portion. 



Nouvelles gamitures pour cylindres 
de machines ä vapeur, 

Dans la söance du 26 avril 1864 
de la Sociale industrielle de Mul- 
house, M. Th. Schlumberger a fait 
une communication relative ä une 
nouvelle ffarniture pour stuffing- 
box des cylindres de machines a va- 
peur et boltes ä etoupe en general. 
Au lieu de chanvre ou de caout- 
chouc on fait un mölange de sciure 
de bois et de suif, par parties egales ; 
une petlte trcsse en ötoupe en bas 
et une autre en haut emp^chent la 
päte de sortir de la botte avant 
quelle n'ait durci. M. Schlumber- 
ger, auquel M. E. Frauger de Queb- 
willer a indique ce proc6de, dit Ta- 
voir cxperimente avec un plein suc- 
ces depuis plusieurs mois. M. Bur- 
nal a confirme cette assertion d*a- 
pres lessai qu'il en a fait sur 
plusieurs machines ä vapeur. 



Vour annulaire et continu pour la 
cuisson des briqxies, des tuiles^ de 
la chaux et des poteries de Fr. 
Holfmann, de ßei'Un, et A. Lichte 
de Dantzig. 

Le Journal de la Societe des In- 
genieurs autricbiens, t. III, p. 309, 
a donn6, en 1861, une note sur co 
four que nous allons reproduire 
sommairement en y ajoutent quel- 
ques d^tails parvenus depuis 4 no- 
tre connaissance. 

La disposition de co four est, dit 
la feuille, assez .simple. II consiste 
♦»n un canal annulaire de section 
quelconque, auquel on peut, pour 
les chargements, avoir acc^s par 
tous les points k l'extörleur et sc di- 



- 198 



ilgeant pctt an naNiil nombre de 
poiDts vers une cnemlD^ placke au 
centre, et llbre dans tout le reste. 

Qii'ou imagine ane section de ce 
canal ferm^ en un point par un 
registre qo'on introduit aa moyen 
d'ane conlisse, puis que la porte da 
devaat et la chambre a famee plac^^e 
imm^diatemcnt derriöre ce registre 
soient ouvertes, mais que toutes 
les autres issues et les rampants 
Boient ferm^s, et ou*il eiiste dans la 
ehemin^c une colonne d'air ascen- 
dant, il y aura, en cons^quence, an 
courant d*air qui cntrera par la 

Sorte, parcourra toute la longueur 
u four jusqu'ä l'autre cöt6 du re- 
fistre, puis s^lancera dans la cham- 
rö ä fum^e ouverte en cc point, et 
de \k dans la chomin^e. 

SSupposons que le canal soit rem- 
li de briqües, de manidre que l'air 
ans la premiere moitiö du canal, 
passe sur des briques d^jä cuites et 
qu'll s'agit de rcfroidir, puis qu*on 
&sse traverser le courant d'alr 
cbaud ainsi form^ dans l'autre moi' 
tiö du canal, 4 travers des briques 
crucs, et qu'on le Jette enfin aans 
la cheminee ; 11 est dair : 
lo Que Tair qui pön^trera par la 

Sorte ouverte^ dans son parcoars 
ans la premiere moilie du four re- 
froidira les briques cuites et s'y 
chauffera ä une baute temp^rature ; 
2o Que cet alr pourra augmenter 
k un haut degrä Teffet de la com- 
bustion des gaz ; 

8« Que Tair non brülö et les pro- 
duits gazeux de la combustion, aans 
leur marche ä travers le four jus- 
qu'4 la cheminee, y compris la 
chambre ä fumäe, d^posera une 
grande portion de cette chaleur sur 
les briques crues et les chauffera a 
ane temp^rature teile qu'il ne fau- 
dra plus qu'un temps modert pour 
leur cuisson, et, proportionnelle- 
ment, bleu moins de combustible 
pour les cuire compl^tement. 

Maintenant, d^s (jue les briques, 
dans le volslnage imm^diat de la 

Sorte ouverte, seront presque froi- 
es, on pourra les extraire et les 
remplacer par des briques crues, 
puis opörer la fermeture da four au 
moyen du registre en avant de la 
porte suivanto, derrlöre les briques 
crues qu'on vient d'introduire, 
ouvrir cette porte, fermer la prö- 
cödenle, ouvrir le rampnnt corrcs- 
pondant, fermer cclui qui 6tail ou- 
vert et pousser le fcu en avaul. 
En repötant ces manoeuvres, on 



fera ex^nter aa fea le toar dd (bar, 
et le d^fournement ainsi qua Ten- 
fournement des briques auront liea 
annolairement et d'une mani^re 
continue. 

Yoyons maintenant comment 
MM. Hoffmann et Licht ont appli- 
qua plus sp^cialement ces principea 
g^neraux au four k briques. 

On suppose d'abord que les bri- 
ques sont moulees tout pr^s da 
iour, soit ä la main, soit ä la presse 
ou la machine. 

La cheminde, placke au centre de 
toute la construction, est garantie, 
autant que possible, contre tout re- 
froidissement, par une couche d'air 
qui i'isole en partie. Elle communi- 
que avec le foyer dans le foar aa 
moyen d'une chambre k fumde an- 
nulaire placke entre eux, qui est ou- 
verte constamment dans la premiere 
Sar quatre coupures, tandis que 
onze canaux ou rampants partant 
du four et qu'on peut fermer her- 
mdtiquement par des cloches, d6- 
bouchent dans cette chambre. Le 
canal annulaire que forme le four 
est accessible et peut ötre charg^ 
de tous les cötds au moyen de douze 
portes. 

Gcs portes sont k double paroi : 
k rinterieur, ou du cöl6 du four, 
elles se composent d*une brique ou 
plaque de terro rdfractairc, assujoltie 
et lutee avec de Targile, et k l'ex- 
tdrieur, d'une porte en töle bien 
ajustöe. A Texldrieur, le four qui 
offre une double et möme une triple 
enveloppe, est garanti contre le 
refroidissement par une couche 
d'air et un onduit de cendres et de 
sable. Le canal annulaire, au mo- 
yen d'uu registre en töle qu'on fait 
glisser du haut dans des fentes pour« 
vues chacune d'un couvercle fer- 
mant hermdiiquement, est partagö 
en douzo fourneaux distincts. 

Le feu cuit la brique du c6t6 du 
four qui est opposö au registre, par 
consd(}uent, la portion de ce four, 
k partir du milieu de Tötend ne du 
canal Jusqu'ä l'eutrde, contient des 
briques cuites qui se refroidissent 
peu ä neu, tandis que l'autre con- 
tient des briques crues qui se re- 
chauffent successivement. Le re- 
gistre peut ^tre en töle d'dpaisseur 
moderee, parce qu'ii est toujours 
place dans la partie la plus froido 
«lu canal annulaire ot n'a pas ainsi 
arosistor a racliond'uri fcu vioiont. 
La fenle au-dessus de lui est fermöe 
parfaitement par un couvercle, et 



-19»- 



U 6ft d*titt6iir« latf bevmitiqaement 
aveod« lg t^re grassequ'on applique 
8ur 868 bords par la porte conligue, 
A Taide d*un l^ger ccbafauduse» 
ooDsistan t ea deux cbcmius de Ter 
annulaires placös au-dessus du four, 
on peut abaisser ou enlever ce re- 
gistre et le transporter d'une cou- 
11886 & Tauire. Afin de maiDlenir ei 
r^lerletiragedans les diverses par- 
tiesdafour, seit en baut, sollen Das, 
•oh d'an cdtö oa de l'aatre, on se 
iert de vannes correspondantcs qai 
^escendeot dans ces coulisses et 
qui op^rent des scctions dans l'^- 
lendue du four. Ces vannes, qui sont 
mises en contact avec le feu, con- 
ästent en tulles r^fractaires. 

Le cbaulTage et i'alimcntalion du 
four s'operent par-dcssus, en cbar- 
geant le combustihlc mtro les bri- 
gues rouges de feu. Ce inode est 
jfcnde sur ce fait quo la coinhustion 
ifop^rc de la inaniore la plus j»ar- 
ftüte i° quand Je combustihle est 
eonsommea la plus haut«? tempera- 
tnre et, par suile, dans le moins de 
temps possible ; 2<^ quand le tirage 
ii'6prouve aucun obstacle, et, par 
eons^uent, quo le melange de 
Toxygene de 1 air et des produits 
gazeux de la combustion s'opäre 
jargement. 

Ces deux conditions sont rem- 
plies, (i'abord par la decomposition 
ni)ide du combustible qu'on intro- 
duit au milieu de la massc roiige 
de feu, puis, parrintroducUon libre 
derairatrnospberique, deja cbaufT^ 

iun dc'ir^ Alev6, qui n*ninlit loule 
section libre du four. Les puits 
OU ouvertures de cbargemcut sont 
Aerc^s dans la partie sunerieure du 
ibur, a peu de dlstance les uns des 
autres, et peuvent ötre tous ferinös 
liermotiquement par des couver- 
des munis d'un verre, qui permet 
de contröler le feu dans tous les 
points du canal. 

6ur les puits par lesquels on doit 
oharger» on posc des trömies rem- 
plies de combustible et d'oü celul- 
ci s'ecoule continuellement oa par 
intervalle. Les briques, sous ces 
oavertures, sont disposdes de fa^on 
qa'une portion du combustible 
yient se uöposer, a dilTöreates haa- 
iears, dans le canal et y arrivo ä 
r^tat de combustion. Les combus* 
tibies meniis sont les plus avan- 
tageux, laiil par la maniere dont on 
les applique ici que par Icur rapide 
traiisfürriialioil en produits gazeux. 

Des Plaques en aspbalte garantis- 



seni ioate 1% oonatmetioii eoalm 
lliumiditi crai peut s'&leVer da 80l. 
Descartons nitumäs couvrent le toit 
et fou missen t la mati^re pour 
6tablir des circonscriptions fixes et 
des cloisons mobiles dans les se- 
cboirs, afin d*y produire un tirage 
et de regier celui-ci. Gbacun de ces 
s^cboirs est pour deux joars de 
travail ; ils sont disposiSes en rayon- 
nant> de fagon que celui en avant 
de chaque porte, et qui sert k char- 
ger cette portion du four, fournit, 
en briques crues et Seches, la quan- 
titd necessairo i ce ser? ice. Des 
cbemins de fer relient entre enx leS 
s^choirs, le moulage et les mar 
gasins de ddpot. 

Les motifs qui ont dSterminö ä 
Tadoption de cette disposition sont : 
lo de transporter les nriques par le 
che mi n le plus courl et par le moyen 
lo plus cconoinii]ue, du moufa^e 
dans le four et du four au magasm 
de depöt ou de vente; 2® d*operer 
la dessiccation des briques crues 
aussi 6galemcnt que possible et 
independamment des influences 
atmospböriques, sans toutefois re- 
noncer aux avantages qu'un temps 
favorable, par exemple un vent 
sec et un air cbaud, peuvent prä- 
senter souvent ; 3» d'^conomiser le 
combustible ; 4o de simplifier et d'a- 
br6g»T le travail de la rabrication ; 
bo enfin de soustraire la fabrication 
aux cxigences de la maiu-d'cEuvro 
et lui donner le caractdre d'une 
grande Industrie, qui paralt d'ail- 
leurs lui convonir trös-nien. 

L'introductionde ce four a donn6 
Heu ä quelques debats, et on s'est 
demanaÄ : !• si des briques ainsi 
cuites pourraient supporter Sans 
danger le contact immediat et sou- 
dain d'un courant d'air pour les re- 
froidir; 2» si le chargement en 
combustible par le baut 6lait une 
chose praticanle ; ii« enfin s'il serait 
possible, comme Tannoncaient les 
inventeurs, de cuire, par exemple, 
vingt millions de briques par an 
avec un seul four de ce modele. 

Des expöriences pr^liminaires, 
faites an mois de septembre 1859, 
sur quatre compartiments, seule- 
ment, d'un four de ce mod^e, a- 
vaient d^ja prononce sur les deux 
premieresqucstions, et il ne restalt 
plus de doiüe ä cet egard; auant 
ä la troisieme question, ce n 6lait 
pas s'avancer trop que d*annonoer 
qu'on pourrait cuire dans oe four 
autant de briques qu'ii serait pos- 



— 200 



sible d*en introdnire etd'enextraire 
d'une mani^re continue, mais que 
ce mode d'installation d'un four 
^tait Busceptible de varier ä Tinfini, 
soivant le produit en briques qu'on 
86 proposait d'obtenir. Quoi qu'il 



en seit, des exp^rienoes nouvelles 
ayant paru necessaires, on y a pro- 
cede au mois de novembre de la 
m§me ann^e, et voici le tableau des 
r^sultats qui out ^t^ obtenus : 



RhultaU d'une cuUson de briques faüs d la briqueterie de Scheltoin, pre$ Stettin, du 3 au 
22 novembre, avec le four annulaire de Hoffmann et Licht. 



KOMBRS 

des briques 

conteDues 

daDs cbaqne 

compartimeDt. 



Ckirfi 4e pierrt I 

' ckan d* Eadan- 

d*rf. 

10448 

10531 

10653 

10446 

10457 

11009 

9720 

10880 



10 10380 

11 8910 
ia\Gk4f|4 de plem k > 



|s8 



froid. 

id. 

id. 

id. 
chaud. 

id. 

id. 

id. 
froid 



5 ca. 
Q o 



COIfSOMMATIOK 

en 
combustible. 



lonU. Hoiille 



180.00 



40.00 



ETAT DES BRIQUES. 



frlBCI. 



290.00 

!0d a dipcBsi daai le eonp. k I 
ciuox le doBbl« en eembist. ' 
[ qae daas cbaean de rem t et [ 
i 8 ; U fast doie dMnire de | 
1 en ehiffres eo mejfDBe : 



25.713 
17.25 
22.50 
24.00 



5.C5 

8.25' 
8.50j 
16.50 



41.45 
35.24 
43.60 
57.10 



Coissoo faible 
el movenno. 



Id. 
Dure el luoyenne. 
Forte et vilrification 



CLOCBES 

oa rampants 

qui 

ont ete oaverls. 



No«let8, pnisSet» 

No« 2 et 8. 

N<»3et8,puis4et8' 

Nos5et8, puis6et8 

No«6el8, pui8 7et8 

No 8, puis no 9, 

N« 10. 

No 11. 

No 12. 



Interruption de douie houres, oü l'on n'a pas aliraonte en rombuslible, maiSj 
roaintODU fermee la cloche n« 12, pour empeclior le refroidisseiunnt. Le four 
s'est rcfroidi, mais pns assez pour (|uo douze beures apres il n'ait pu recom 
niencer son Service comme si rien n'otait. 



/ ckaix. 



10110 
10482 



froid. 
id. 
id. 



cband. 
id. 



55 
40 
34 



30 
27 



16.50 
16.50 
15.00 



16.50 
8.80 
5.50 



48.25. 
35.25 
27.82 I 



Forteetvilrilicalion| 
Id. I 

Id. I 



N» 1. 
N- 2. 
N-2. 



On n'a pas pa cbaufTer plus fort, parce que la cbaux, introduite' 
saus precanlion, s'est eboulee. 

15.00 112. lOl 39.00 Forte et vitrificationl Mo 3. 

19.50 8.25 38.10 Id. No 3. 



A ce tableau, les inventeurs ont 
ajoute quelques remarques interes- 
santes, 

Pour commcncer la cuisson, on 
a charg^ le compartiment n^ 1 de 
pierre calcaire, maisconslruitasec, 
en avant de ce compartiment, un 
mur de Töpaisseur d'une brique, 
qu'on a Tenduit exterieurement de 
terre grasso pourboucberlcsfuilcs. 
Dans ce mur. on a perce trois truus 
qui conduisaienl a trois cauaux m6- 
nages dans la chargc do picrrc cal- 
caire, par lesqiicls on a alhimc le 
feu qui s*est eusuile propagö daas 
la masse par des cbeaiinees ver- 
ticales qu'ou y avait reserveos. 
La pierre ä cbaux , degageaat 
beaucoup d'humidlte, il etait ä 



craindre que la vapeur d'eau ne 
vtnt ramollir les briques placöes 
derri^re; en conse^ucnce, on a 
laisse pendant deux jours ouvert le 
couYcrcle sur les trous de cbauffe 
des compartimcnts 2 et 3, pour le 
d^gagemenl de cettc vapeur, qui a 
eie tres-ahondantc au couimcnce- 
ment, mais a cesse au boul de qucl- 
qnc tonips, ce qui a poriiiis de fer- 
mcr CCS trous d.; chiufTti et do pour- 
suivr<» r!''i,Milior(;meLU le travail. 

On acliar-:ö d<'s i)riquos ilaus les 
compartimnuls n"^ 1), iM, ]1, 12, 
puis cn soc«Hni.s (?iiargouieijls tlaus 
les n^-" 1 el 2 pendaut la cuissoii ; 
le regislre a ete deplace aiusi qu'il 
suit : 



— ?01 — 



Le 9 norembre, da n» 8 derriöre le n« 9. 
Le H — — 10. 

Le 12 — — 11. 

Le 15 — — 12. 

Le 17 — — 1. 

Le 18 — — 2. 

Ces chargemcnts, retard^ par 
diverses circonstances dans Ics 
compartiraents suivanls, se sont 
opposös 4 ce ^ue la cuisson mar- 
cnal avec la celerit6 qu'ellc devait 
avoir. 

La houille anglaise cmploy^e 
donnait une tres-hclle flamme en 
laissantpeu de rcsidus: eile pesail 
80 kilo^Tammes rhectolitre. La 
tourbe ctait de la qualite la plus 
löfjere. Le mötre cube nc pesait que 
120 kilogrammes, et coinme eile 
avait ete longtemps exposee a Thu- 
miditc, eile contenait environ 18 
pour 100 d'eau en plus de celle or- 
dinairemeiit sechde en pleln air. 
Elle donnait d'ailleurs une belle 
flamme longue et peu de cendres. 

En r6sum^, il y a eu deux com- 
partiments cbarges en pierre cal- 
cairc et douzc on briques, qui fönt 
un total de 125,000. äi on suppose 
oue, dans un travail courant, ics 
acux Premiers eussent aussi el6 
charges cbacun de 10,000 briques, 
on aurait un total de 145,000 bri- 

J[ues, qui auraicnt consoramö, pour 
eur cuisson, environ 3000 metres 
cubes de tourbe et 120 hectolitros 
de houille, au prix de 572 francs, 
c'est-a-dire leur cuisson aurait 
coöte environ 4 francs le mille. 

Seulement, il est bon de faire re- 
marqner que huit compartiments 
du four etaient froids quand on les 
a charges et que ceux chauffes 
n'etaicint pas encore bien secs, h 
raison de la grande cpaisseur des 
parois ; enfin que les briques crues 
ont 6te cnfouruees encore tres-char- 
gees d'bumidite. 

Le format des briques qui sont 
trds-refractaires ötait de 0'".2634 
surO'°.l317etO"0658. 

La chcminee n*a degaie, pen- 
dant touto 1 Operation, que des va- 
peurs blauches et parfois, surtout 
apres chaque changement de Posi- 
tion du re^'islro, dos nuages «ipais. 
Les vapeurs blanchcs ne ccssaient 
que peu de Icrnp.s avanl le ter- 
me de la cui<son, et il se d6gageait 
d'autant plus de nuages de fumee 

2ue les couches de briques rouges 
e feu, quo la flamme, dans son 
parcours dans le rampant de la 



chemin^, avait k traverser, ötaient 

plus minces. 

Le bois paraft ölre certainement 
le combustible le plus commode, a- 
pres quoi vient la tourbe. Mais il 
n'y a pas de doute que tous les 
combustibles, sans exception, peu- 
vent brüler avec proflt dans les 
puits verticaux de cnaufifage, seule- 
ment il faut modifler le mode de 
chargement des briques suivant 
le combustible. 

Si on retranche des 300 metres 
cubes de tourbe les 18 pour lOO 
d'eau qu'elle contenait, il reste 246 
metres cubes de tourbe Si^chee a 
l'air qui, ä raison de 120 kilo- 
grammes le metre cube, donne 
29,520 kilogrammes; en y ajoutant 
les 140 bectolitres de houille k 80 
kil. 11,200 kilogrammes, on a un 
total de 40,720, kilogrammes de 
combustible pour cuire un mille de 
briques, chiffre qui pourra servir a 
etablir des comparaisons. 

Un avantage de ce four est qu*on 
peut y obtenir avec facilite un naut 
degre de temperature avec un fäl- 
ble excMant de combustible, cir- 
conslance qui repose sur la com- 
bustion emiuomment favorable du 
combustible ä une temperature 
elevee et dans Talimentation du feu 
avec un air chauffe ä un haut degre. 

On a aussi remarqu6 la precision 
et la sürete avec lesquelles on par- 
vient a gouveruer le i'our, ou mieux 
le feu et le tirage. Avec cet ap- 
pareil, on peut atteindre presquo 
instantanement et maintenir tel 
degre de tirage qu'on desire, depuis 
le repos le plus complet jusqu'au 
courant le plus actif de Tair. 

On allegue aussi en sa faveur la 
facilil6 et la commoditit^ avec les- 
quelles s'opere le travail de la cuis- 
son. Ainsi, tandis qu'avec les fours 
anciens, la cuisson et la conduite 
exigent des ouvriers experiment^s, 
vigoureux et actifs, le travail peut 
dans le nouveau four, si on en cx- 
cepte la determinatiou du degre de 
cbaleur, ötre abaudonnö ä des en- 
fants, puisque le chargement du 
combustible dans les tremies ne 
depasse pas leur force, et que la 
chaleur, si incommode dans les au- 
Ires fours, ne Test nullenient dans 
le nouveau; car on }>eut regarder 

Ear les puits de charireraent, do 
aut en bas, jusque sur la sole du 
four, des heures entiöres sans en 
ötre le moins du monde incom- 
mode. 



— aw — 



l 



fSnfin, on a fait remarqaev que le 

chargement des briquos y est plus 
facile que daas les autres appareils, 
parce que ce four est bas, qu'ou 
peut y atteiodre k la main jusque 
dans la partie sup&rieure^ et» par 
cons^quent. qu'on y empile les 
briaues moins baut. 

)i. A. Türrscbmidt a lu aussi^ ei^ 
1861, i la Societe polytecbniqae de 
Berlin, un rapport sur un four 
aDDulaire du Systeme HolTmann et 
Liebt, qui avait et6 coostruit et mis 
en activite depuis peu a Prague. 
Voici un extrait deson rapport : 

« M. Türrscbmidt fait d'abord 
remarquer que c'est un four gdnÄ- 
rateur modi&ä, cbez lequeT une 
portion de I'air cbaud traverse le 
combustible, tandis qu'une autre 
sert t brüler les gaz. Aussi ce four 
eät-il non-seulemontfumivore^ mals 
on explique ainsi, en partie, Te- 
conomie du corabustible qu'il pro- 
cure, deonomie qui est asscz nolable 
pour qu'on ne puisse s'en rendre 
enti^rement compte par Tcmploi 
de I'air cbaud des comparliments 
ui se refroidisseot, ou Tutilisation 
es produits de la combustion qui 
s'<$cnappent des compartimerits en 
feu, ä moins qu*on ne tienne com- 
ptedeia combustion aussi compiete 
et des eflels que produit ainsi ie 
combustible. 

» L'air qui arrive en un point oü 
les briques sont presque dejä 
froides, s'^chauffe a mesurc qu'il 
cbemine dans des compartiments 
de plus en plus chauds, jusqu'au 
aernier oü regne la cbaleur rougc 
et oü 11 acquiert une temperalure 
presque ^gale ^ celle de la bri- 
que. 

» Le four de Prague a, dans la 
campagne d'^te de 1861 , oonsommö 
ppur la cuisson de mille briques, 
trois mcsures locales de lignile, 
tandis que les fours ordinaires du 
pays en consommcnt sept. 

I» Ind^pendamment de l'eeonomie 
basäesursoustraction de la cbaleur 
aux briques d^ja cuitcs et qui sert 
ä cbauüer 4 une baute tcmpcrature 
rair alimentaire, 11 y a encore ^- 
oonomie en ce qu'on a une plus 
grande 6tendue de sole et que la por- 
tion de cbaleur qui sc degage des 
briques et s'ecbappe sans avoir 6le 
utilisee dans la cboiain^e, est si 
faiblequ'elle u'est, pour aiiisi dire, 
employec qu*a entretenir les f(mc- 
tions de ccllc-ci. Gelte cheminec 
degage cn cffet des vapeurs d'uue 



t6mpteatore taUa qii'qn peut j Una^ 
la main. 

» Dans un four ordinaire vertical, 
on a souvent ä cuire une coucbe de 
briques de 4 ä 5 metres de bauteur^ 
ei, dans les fours borizontaui^ la 
flamme doit parcourir une ötendue 
de 6 ä 10 metres. Tous les praii- 
ciens connaisscnt les difficultea et 
les perlcs de cbaleur qu'on eprouve 
ppur cuire les briques supörieurcs 
ou posterieures dans ces sortes de 
fours, Sans nuire ä celles inf^rieures 
QU anterieures. Aussi, quand oh 
brülc de la bouille, cst-on dans 
1 üsage, quand on cbarge ces fours, 
de r^pandre du mcnu combustible 
entre les briques, dans les rdgions 
les plus ^loign6es. Dans le nou- 
veau four, les cboses se passent 
autrement. Le combustible est prc- 
cipite par le baut dans les puits- 
fourneaux. La capacit6 oü il est 
brüle est dejä cbauffee et port6e au 
rouge vif. C'est pour produi^'e la 
cbaleur blanche et rentretcnir pen- 
dant quelque temps qu'on pr^cipite 
du combustible, en petite quantitö, 
cbaque fois bcct 60, au plus 1 
bectolitre de beau liguite. On laisse 
ce combustible se consumer, ou 
recbarge jusqu a ce qu'on aitatteint 
lo but, puis on passe aux autres 
compartiments. Ceux-ci, a des in- 
tervalles de trois ä quatre beures, 
sont alimentds avec des quantitds 
croissantes de combustible, tandis- 
que ceux dcjä au rouge blanc le 
sont avec des quantit^s de plus en 
plus faibles. 

n On ne tiso pas dans le nouveau 
four; les briques ne sont pas 
bris6es par le combustible. L air 
froid, a raison de la rapidil6 avec 
laquelle fonctionne lo canal de 
chauffc, ne p^uelre que fort peu 
dans le four: on n'accumule pas, 
dans celui-ci, des masses de com- 
bustible, et, d raison d'un chaußfage 
semblable 4 ce qui a lieu dans un 

g^nerateur, les produits de la com- 
ustion sont plus volatils et la com- 
bustion plus compldte. Üne partie 
des cendres est entratn^e, une autre 
reste sur le plancber du canal et 
l'exhausse avec assez d'avantage 
pour que les cbargos qui n'exigeut 
Jamals de mlle sc rapprochent sans 
cessc de la voüte et repartisseut 
sous celle-ci une cbaleur inlciise. 
» Los briques eprouvenl moins 
d'avaries que dans les fours ordi- 
naires; aussi peut-ony cuire avec 
plus d'avantage les briques qui 



- 108 — 



Matont ds^ment Poar las brfqaes 
trte^sasceptibleR et d'une fusion 
facile, on peul d'ailloura fj:arnir les 
poits verticaiix de hriqucs refrac- 
taires. La dispositiun naturo.lle de 
)a chaleur k sc r^pandre dans le 
haut, estcontrarieeparraction d'un 
rampant qui rdgue sur la sole et 
«sonauit par des murs latäraux dans 
la chemin^e. 

p On travaille dans ce four, non 
pAK avec un maximun mais avcc 
Hn minimum de tirnge, qui suint 
pour maintenir lo travail en ac- 
tlvite. G*cst en doucour, en couhmt 
pea k pon, et non avee rnpiditc, 
Cni'on attcint ce rcsuUat, et il esl 
a'antant plus n^cessairo, corame 
dans tonte cuison de briquos, que 
le Chauffeur no soit pas distrait de 
868 Operations, quM dlri^o nii 
appareil oü il pciit oxerccr toute 
80n influcnce, taut sous le rapporl 
du degre de chaleur que sous cclui 
da tirage. 

» Le four de Prague a, suivant 
sa section, une largpiir de 3 metres 
et une hauleur de z^JO sous clefs 
Le diamolre pour Ics murs ex- 
t^riours du four annulaire est de 
32"30. Sa circonfercuce est partagce 
en 12 compartimonts ; en travail 
Couranl on dechargo tous Ics jours 
Tun deccsconij)artimoiits. Chacun 
d'eux contient 10,000 briquos. 
Pendant lo tcmps qu'on chargc, on 
fermc la section au four, du cöt6 
des briqiies crues, avec uno cloison 
en bois douhlee de tdlc, qu'on lute 
avec de la terre grasse, et «lu colt» 
jcs briquescuites on descciul aussi 
tine cloisou pour empöclier les oou- 
ranls d*air froid de s'introduire 

fous la Yoüte du four et les forcer a 
«^netrer par la sole. Suivant le cas, 
C'est-ä-dire a mesure que le com- 
barliment qu'on d^fourue sc vide, 
pn descend cette cloison jusqu'au 
tnoment oü olle reste fixe et corrcs- 

{'►ond a la comhustion sur une sec- 
ion donnce. Ces cloisons chaudes 
teercent une inüuence inimediate 
8ur la briquc cruc qu'on introduit, 
tandis rjue l'air qui pen^trc dans la 
particvido du four s'echaulTe dans les 
conipartiments charg^s de briques. 
tt Ciinq compartiinonts se refroidis- 
sont et cinq autres sont disponibles 
pour le graud feu. Sur les llrnites 
cnln^ les deux tenipcratun'S, le 
trav.ilde lu cuisson rnarche avec 
une ternpöratur.' croissante dans 
les antres. Tous les '^4 heures, on 
pousse le grand feu d'uu compartl- 



ment dans Fautre. Le tefraidisae- 

ment des briqaea a Heu peu ä peu, 
de faQou que chaque briijue se re- 
froidit pondant 5 X 24 heures avant 
d'ötre defouru^os. 

» Los clochesqui ferment les ram- 
pants, auand on veut soustraire 
ceux-ci a Taction de la chemin^e, 
sont fermees sur les co na partim ents 

2ui se refroidissent; quant a la zone 
u four qu'on veut raettre en feu, 
on ouvre d'abord dans le quatridme 
oompartiinentqui suit, sans feriner 
entiörement la cloche du troisieme. 
A mesure que le feu fait des pro- 
gres, on ferme colle-ci et on cora- 
mence ä Jegöremeut ouvrir la clo- 
che du cinquiemo corapartiment, et 
c'est la que commence renfuraage 
de cette zone du four qui, en 4x24 
heures, se rapi>roche peu k peu du 
graud feu et l'atteint le cinqui^me 
jour. 

»La chemin^e fonctionnecorrecle- 
ment. On peut ä tous les instanta, 
au m yen de la ])osilion de la clo- 
che, a maintenir suffisamment 
chaude, et r('*gler pour l'enfumage 
l'afllux des gaz de la combustion^ 
seul moyen d'en faire un emploi 
prolitahle. Une condition essen- 
tielle pour un travail continu, est 
quo. lorsquc le four est Charge en- 
tier'nicnt pour la premiere fois, 
on Tenfume circulairement dans 
les 11 corapartimcuts. L'enfumage 
se fait ainsi surtout quand on n'a 

1)as, a l'origine, suillsamraent de 
)riqucs sechcs; on ne chasse pas 
toutes les vapeurs d'eau dans la 
cheminee, mais on ouvre les puits 
adjaconts posterieurs, et on laisse 
dt'^ager par les ouvertures de la 
voute. Apres avoir ainsi procede, 
on donne le grand feu jusqu'au 3" 
compatimont; on enfourne dans 
le 12« et on ddfourne dans le 1^'. 
On n'a plus qu'a chasscr ensuito 
Tenfuniage d'un compartiment dans 
un autre. qui d'abord ctait rempli de 
vapeur d'eau, qni l'abandonne alors 
lentemeut par le rampant qu'on 
ouvre logerement. Si on a introduit 
dos briques tres-humides dans le 
four et qu'on craigne qu'elles ne 
s'affaissent k l'enfumage, on ouvre 
les puits-fourneaux et on laisse les 
vapeurs se degager quelquo temps 
par la vodte. 

» 11 n'est gnere possible d'clabllr 
un fi)ur a briciue micux organise et 
plus cconomique, et si le four de 
Scheiwin pres Stettin a donne lieu 
k quelques objections, oelui de Pra- 



— 204 — 



gae, ^üi les a fait disparattre» a 
droit ä tous les suffrages. 

» Od a coDStruit aussi depuis, un 
autre four de ce genrc ä Leipzig, oü 
Ton a accol6 trois anneaux 1 un ä 
Tautre. Dans un essai pr^liminaire» 
avec uno houille tr^s-collante, on 
a produit une chaleur qui a fonda 
les briques et ^ui est, par cons6- 
quent, trop dlevee. 

» Dans un troisi^me four stabil 
k Prague, avec toute Teconomie 
possible et enfonce en terre, on a, 
dans rannte, cuit 3 1/2 millions de 
briques. 

» II ne paratt ^uere possible, ä 
beaucoup pres, d'etablir un four de 
mod^e ordinairc et de pareille 
eapacitö aux frais auxquels on 
peut organiser le nouveau four; 
m^mo quand on ne voudrait fabri- 
quer que 500,000 briques par an, il 
y aurait avanlage ä construire sur 
des dimcnsions moindres, un four 
de ce modele. Neanmoins, plus le 
four sera grand, plus il sera avan- 
tageux, et c'est une erreur de sup- 
poser qu'un four ä briques doit ölre 
plus petit qu'un four ä cbaux. » 

Du reste, cet appareii s'applique 



ögalemcnt bien, suivant les inven- 
tenrs, ä la cuisson de la chaux, des 
ciments, au grillage des minerais, 
aux distillatioDS secbes et ä la cuis- 
son des objcts c^ramiques, etc. 

Pendant ie cours de i'annee 1862, 
on a construit et exploile, en Alle- 
magne, douze nouveaux fours de 
grandeurs diverses de ce Systeme^ 
sur plusieurs desquels on a rduni 
les rcnseignements suivants : 

Dans Tun de ccs fours, travaillant 
r^gulierement, on a produit depuis 
la lin de mars jusqu'en novembre, 
3,222,500 briques, c\st-a-dire 15,000 
briques par jour, et pour cbaque 
Charge de 27,000 ä 28,000 bri(jues 
de grand format, on a brüle 40 
quintaux m^triques de houille de 
bonne qualitö. 

Un autre a fourni, depuis le prin- 
temps jusqu'a rautomne, cnviron 
1,500,000, briques, tuiles, carreaux, 
pierres de moules, etc., et cuit ä 
peu pres 200 tounes de cbaux. Ce 
four a donc livre, en raoyenne, 
6,500 pieces par jour. Le tableau 
suivant präsente un exemple de sa 
marche. 



KÜMEROS 

in 

MBparliiifits. 


MATIUX DC CIIAnGEMKNT. 


COUBCSTIBLE CONSOMXE. 


DlRtK 


Briques. 


Carrcaux. 


BoisdepiD. 


Lignilo. 

1 


Honillo. 


de la cuisson. 








stftrei. 


qijit. ■«(. 


«■int. a«(. 


keora. 


1 


64ü(» 


» 


5.000 


9 


1.00 


37 


2 


ewx) 


» 


3.250 


» 


1.50 


24 


3 


4000 


3000 


3.250 


* 


1.00 


24 


4 


6400 


» 


3.900 


' 2.00 


» 


37 1/2 


5 


3000 


4000 


3.800 


* 


1.00 


20 


6 


6400 


» 


4.875 


1.50 




25 


7 


6200 


» 


4.870 


> 




26 N 


8 


6i00 


* 


4.875 


» 




49 


9 


OWIO 


» 


4.875 


2.00 




49 \ (li 


10 


6400 


» 


4.875 


1.50 




45 


11 


3000 


4000 


4.875 


1.00 




2«; 


12 


6400 


» 


4.875 


» 


0.50 


_ :L. 1 



Dans un autre de ces fours annu- 
laires, on a fait 13 1/12 fois le tour 
de rauneau, et comme le four a 12 
compartimcnts, on a cuit ainsi, 
158 compartiments, 747,500 bri- 

(1) Undefaut de dessication des arliclcs 
a prolonge, dans la plupart de ces cas, la 
dnr6e de la cuisson. 



ques, 127,100 carrcaux pour che- 
minees, oi 14.800 tuiles. 

Dans un qiiatrieme four, on a 
cuit dans 101 corni)arliiucnts, Ü2 
3/'i tonnes de chaux, 4V)8,006 bri- 
ques, 2!'/J paniies, Soli pieces <rcn- 
tablenicnl de 0"''i:;o, et 803 de 
0",::ioü; l,83o gargouillcs; 483 cre- 
ches ; 49,162 tuyaux de drainage de 



— ao5 — 



0-.032, 10 654 de 0». 051, 7,232 de 
(J-.075, et 1,905 de 0*.iOO de diam^ 
tre. 

Dans 148 compartiments, un 
aatre four a cuit daus sa premicre 
ann^e d'aclivite, 762,830 briques ; 
169, 33 petites briques de moule ; 
103.230 tuiles; 3,ä42 grilles; 973 
tuyaux de dralnage de 0, 073; 1,200 
briques refraetaires ; environ 28 
metres cubes de poteries et 7,200 

gieces de tuyaux de drainage de 0"». 
25 de diametre. 

La cuissoii de la chaux n'a ea 
lieu dans plusieurs de ces fours 
qu'a titre d'essai, et n'a pas produit 
partout des resultats complelemont 
satisfaisaols, parcc qu'oii a oubliö 
ou ueglige, suivant les inventeurs, 
deux coQsid6ratioQS importantes, 
ä savoir : !<" qu'on n'a pas saisi le 
moment opportun pour elever la 
temperature ctla soutenir sufüsam- 
ment dans les compartiments du 
four qui cuisaient les tuiles et prd- 
cddaieot ccux ou on cuisait la 
chaux ; 2« au'ou n'a pas pris la 
precaution d em[>öcher rintroduc- 
tion d*un cxces d'air lors du re- 
froidissement ; mais ils pensent 

Su'avec un peu de pralique et 
'experience, ii sera facile d'attein- 
dre le but. 

Od a employ6 presque partout la 
houille commo combustible, mais 
on s'est aussi scrvi du bois, de la 
tourbe, dos lignites et möme da 
menu de lignite, qui est le com- 
bastible que les inventeurs brülent 
le plus souvent eux-memes. 

En 1863, M. E.-S. Betts a fait ela- 
blir, ä sa fabriaue de poteries de 
Aylesford, pres Maidstone, en An- 
gleterre, un four du Systeme de 
MM. HofTraann et Licht, deslind ä 
cuirp 10,000 briques par jour, et, 
en 1804, 11 en faisait elever un se- 
cond pour cuire 40,000 briques 
aussi par jour. Yoici les renseigne- 
menls quenous trouvons a ce sujet 
dans une note redigee par M. fl. 
Ghamberlain, qui a pu observer le 
travail de ces nouveaux fours. 

Ces fours sont c^tablis de maniere 
& procurcr la plus grande economic 
possible de combustible. Pour at- 
teindre ce but, il faut que la com- 
bustion y soit porfaite, ce qui sup- 
pose qu'il y a absencc de fumee, 
et une perle de chaleur ä p<»ine 
sensible par rayonnement ä travers 
les ]):irois ou autre partie des cons- 
tructions, et impliquc, quand le 
lour est en pleine activite, une all* 



mentation aimplement suffisante 
pour rdparer les pertes dues au ti- 
rage par la cberaiude et le fälble 
rayonnement a travers les pa- 
rois. 

Ge tirage peut parfaitement ^tre 
contröle, et, par ce moyen , la cha- 
leur reglee uniformdment » dlevöe 
ou abaissde i volonte. 

Le combustible employd est du 
menu de bouille presque sans var- 
leur dans les districts nouillers. 

Le travail s'opcrant dans un ca- 
nal aunulaire divisd en 12 ou un 
plus grand nombre de chambres ou 
compartiments, l'action est conli- 
nue. L'air n'entre que par deux 
chambres adjacentes : Tune ouverte 
pour y introduire des briques 
crues, Tautre pour dccharger les 
briques cuites et froides le lende- 
main. Cet air passe sur un tiers ou 

Elus de Tespaco annulaire chargd de 
riques qui ont ett^ cuites et sont 
dans un dtat plus ou moins avanc6 
de refroidissement. D'abord, ä son 
entröe, i'air filtre ä travers des bri- 
ques presque refroidies, mais ä me- 
sure qu'il avance il frappe des bri- 
ques de plus en plus chaudes jus- 
qu'au moment oü il arrive enfln 
dans la chambre oü les briques qui 
viennent d'dtre cuites sont encore ä 
la chaleur blanche comme dans ce- 
lui oü elles cuisent dans le moment. 
Get air s'echauiTedonc dans son par- 
cours ä travers les compartiments qui 
refroidissent et leurenleve la cha- 
leur, qui autrement serait dissipdo 
Sans proüt. II entre alors dans les 
compartiments auxquels on doit ad- 
ministrer du combustible, et lä on 
sc melangcanl avec les gaz qui flol- 
tentau milieu des articles, il deve- 
loppc une vive combustion. En quit- 
tant ces compartiments, Tair tra- 
verse les antres, qui coustituent en- 
viron un tiers du canal annulaire et 
renferment des briques crues qui 
sont ainsi preparees peu ä peu a re- 
ccvoir le coup de feu qui doit com- 
plöter leur cuisson. 

Les briques cuites par ce procddö 
sont saines et de meiileure qualitd 

3ue Celles cuites dans des fours or- 
inaires, parce qu'elles sont gra- 
duellement ddpouillecs de leur liu- 
miditd, portees peu ä peu au plus 
haut degre de temperature et refroi- 
dies avec menagementet sans tran- 
sitions brusques. 

Le chaulfagc consiste ä alimenter 
une demi-douzaine de puits sur les 
18 ou 20 du four, avec environ 500 



aoe — 



grammefl de mena de houille, qai, 
piftr suite de la chaleur intense, g^- 
n^rent immediatement des gaz qui 
se t^pandent paniii les foriques, se 
melangent au couranl d'air chaüd, 
affluent et entrent en cotnbusUon 
dans tous les compartiments qui 
Yienneot d'dtre ainsi charg^s. Au 
beut de 3 ä 5 minutes, suivant la 
temn^ratare exig^e, on Charge de 
eottiDuslible une autre section de 6 
compartiraents, et ainsi de suite de 
5 en 5 minutes, a£ln de maintcnir 
an developpement constant de gaz. 
Comme la chaleur perdue seche 
dans sa relraile, les briques, avant 
qu'elles arrivent au poirit de cuis- 
son, celles-ci sont portees pcu a 
pea au rouge, sans que jusqu'ä ce 

goint on ait ä fournir du combusli- 
le, c'est-ä-dire qu'elles sont se- 
chees et chauffees sans frais avec 
Texcedant de chaleur. 

Lo feu fait successivementle tour 
du canal et le four est surmont^ 
d'une chemini^c 61evee, point im- 
portant d'uü depcnd la rapiditc de 
la combustion. La chaleur perdue 
ne suffirait pas pour soutenir un 
tirage ^nergique sans une bonue 
chemin^e» et comme tous les pro- 
doits k ^vacuer sont les va- 
peurs lourdes echapp^s des bri- 
ques qui s^chent, 11 faüt un tirage 
süffisant pour les eniever rapide- 
ment, parce qae c'est en Tabsencc 
de tonte vapeur que le fea avance 
et qu'on peut regier la rapidit6 
de sa comnustion. Le four de Ay- 
lesford a unechemiuee de27'°.50 de 
hauteur quiprocure un tirage assez 
^nergique pour vider 16 comparti- 
ments pendant 12 jours de travail 
au Heu d'un seulement par jour. 
Avec des briques moulöes ä sec, ie 
rendemont serait plus consid^rable 
encore. 

Pour leg poteries et autres objets 
c^ramiques, les piöces sont inser^es 
dans des casscttes ou des cornues 
ouvertes en tcrre refractaire, d'oü le 
gaz seul a la facult^ de s'6chupper 
sans qu'il y ait possibilit6 pour le 
combustibfe d'dtre mis en contact 
avec lespieces. 

La principale Economic da four 
de M. Betts provient, sans nul dou- 
te, de la longucurdu parcours pour 
le tirage, ce four se composant, non 
de 12 comme auparavant, mais de 
16compartiments. Mais la chaleur 
n'ayant pas paru assez complete- 
ment absorbee dans lo premier Sys- 
teme, M. Betts s'est decide i 



fSairo ^ver un nouveau four poar 
une fiabrication de 40,000 briques 
par jour et qui a 20 comparti- 
ments» lesquels» sans nul doute, 
procureront encore une nouvelle 
economie, guoique le four ä 16 
chambreslaisse peu ä d^sirer. 

Ladispositiou» pour alimeUter le 
feu par le haut, perraet a Touvrier 
da surveiller le travail du four dans 
les puits et de regier la temp^ra- 
tore avec la plus parfaite precision, 
chosc fort importante dans la pra- 
tique. Le chargement et le decnar- 
gemenl du four s'operent en m6inc 
temps et saus intemiplion dans la 
marche de la cuisson. Ghaque jour 
on vide une chambre et on en 
Charge une autre ; dans Tuno d'el- 
les los briques cuisent et dans les 
autros elles 6prouventun reCroidis- 
sement ou bien une dessication ou 
un chaufi*age qui les prepare ä la 
cuisson, d*oü resulte une grande 
^couomieetdes quantites reguli^res 
de produits. 

La hauteur des chambres oü s'o- 
pere la cuisson excede ä peinc cclle 
oü un homme peut atteindre avec la 
maiu, ce qui faciiite beaucoup le 
chargement et le dechargement des 
briques et donne moius de d^hcts, 
parce qu'elles sont chargees d'un 
moindre poids aux plus hautes tem- 
p^ratures. 

On a adopt6 la forme annulaire 
pour les fours, parce qu'elle pro- 
eure la plus grande solidit^. mais 
on peut la modifier suivant les cir» 
constances. 

La fig. 2l>, planche 304. est une 
section verticaie par lo milicu du 
four; 

La fig. 26 en est le plan; 

Les fag. 27 et 28 quelques d6- 
tails. 

Le four consiste en un canal cir- 
culaire A, A d'une section cruelcon- 
que dans lequel on introduit les ob- 

iets qu'on veut cuire par les portes 
J, B, B perc^es dans la rauraille 
extörieure ou par des ouvertures 
pratiquöes dans le haut des arceaux 
quand le four est bat! dans une ca- 
vil6 du sol. Des carneaux G,C,C 
conduisent du plancher du four 
ä la chambre d fumee E, E qui en- 
vironne la base de la cherainc^e k, 
On peut interromjjre, au besoin, la 
communication au iiioyen de bou- 
choiis de foutcF, F cn forme de 
cloche. Un registre peut egaiement 
etre abaissö dans des coulisses me- 
nag^es dans les parois G^ G du four 



«07 — 



imm^atement aprds chaqne car- 
neau G, de maniere ä Pisoler dans 
chaque chambre distincte ou ^qui- 
distanle. Le combusLiblc est iutro- 
duit par leg onvertiires H, H mena- 
gees dans Ics voülcs et tombe k 
traTcrs des canaux formös par les 
briques eiles-mdmes ä cuire dans la 
chambre sur ie plaacher du four 
d'oü rayonnent un certain combre 
de petits condaits pour produirc un 
coarant libre d'un feu d un autre. 

Dans la pratique on a trouvö 
avantngeux de partager le four eri 
16 chambres avec 16 portes ou en- 
treee B, et un iiomhrc egal de car- 
neaux C, commiiiiiquunt avec la 
chambre ä fumco E et enfin le 
mdme nombre de coullsscs G, dans 
la route pour recevoir un grand re- 
gist re destiue a separer dans le four 
Pune quelconque de ses 16 subdivi- 
sions. 

Pour faire mieux comprendre le 
Jeu des comparliments, on les nu- 
merotera de 1 ä 16 comme dans les 
diagrammes 29 et 30, Tun qui est uno 
iseclion verticale. Tautre un plan; on 
supposera qu'on cuit des briques» 
des toiles, etc.» quo le four est en 
plein travail et que les portes qui 
conduisent dans los compartimcnts 
i et 2 sont ouvertes, le n© 1 pour 
charger en briques crues, le uo 2 
pour dccharger les briques cuites. 

Les chambres 3, 4, o, 6 et 7 qui 
8ont chargees de briques cuites sc 
Wfroidissent graduellemcnt parl'ac- 
tion de Tair qui entre par les no" 1 
et 2, et comme cet air passe ä tra- 
vers des briques de plus en plus 
jchaudcs, jusqu'ä Celles qui sont en- 
core rouges de feu, il en rcsulte que 



les feax du fear sont alimentes en 
air presque aussi chaad qae le four 
lui-m6me. 

La chambre n' 8 est en feu et lon- 
que son contenu a atteint la lcmp6- 
rature dösir^e, le n* 9 est arriv6 par 
Tabsorption de la chaleur perdue & 
un degro tel quo le combustible 
qu'on y introduit par le sommcl y 
est immediatement onüammä. 
I Les compartimcnts no» 10, 11, 12, 
13, 14, 15 et 16 secbent, puis sont 
chauffes les uns apn^s les autrcs 
par la chaleur perdue qui s'y r^pand 
sur los ohjets conteiius dans ces 
chambres et arrivöe au n** 16, eile 
reuconlre le grand re^istre qui la re- 
jetle [>ar le carnoau G dans la chemi- 
I nöe a une temp^rature basse et seu- 
lement snfBsante pour le tirage. 

On recharge alors le no 1, les ro- 
gistres entre les n^ 16 et 1 est relev6 
puis abaiss6 entre les n®» 1 et 2. On 
descend la soupape en cloche sur 
Torifice du carneau n' 16 et on levc 
Celle du n* 1. Gela fait, on forme la 
porte du n* 16 et on ouvre celle du 
n'8 dontlecontenuestsufüsamment 
refroidi pour pouvoir ^tre enlov6, 
tandis que le n* 2 qui est Tide, est 
recharge. 

C'est ainsi qu'on peut cuire des 
briques, de la chaux, de la poterie en 
chargeant et d^cbargeant en mdme 
temps saus interruption. 

M. Finlay, direcleur de la briquc- 
lerie de Aylesford, a präsente un ta- 
bleau com|iaratlf des frais de cuis- 
son pour un millier de briques dans 
cet etablissement par l'ancien pro- 
ced^ et par celui de MM. HofTmann, 
en voici le resume : 



Anciens fours. 

Main d'oeuvre pour la cuisson 1fr. 89 

Houilie, 525 kilog 9 90 

Porte par d«^chel, 10 tonnes i 2o 

l3M)i 



NouTcanx fours. 
Ofr-63 
10 kilog. 1 88 
00 

2fr-51 



Ou une öconomie de 10 fr. 5 > par 
millier de briques en faveurdu nou- 
veau four. La consommation du 
combustible dounec par les tableaux 



suivants, peul-ßlre consid(5r^e 
comme une bonue moyenne puis- 
qu'elle embrasso quatre tours de 
four. 



— 208 — 

TabUau de la cotisommaUon du eombuitible dant quatre tours du faur d hriquei 



des 
cbätnbres, 

1 
3 

3 

« 

5 

6 

7 

8 

9 
19 
11 
13 
13 
14 
15 
16 

Premier t 
SikOÜO 
Ja briqii 

1 

3 

3 

i 

5 

6 

7 

8 

9 
10 
U 
13 
13 
14 
15 
16 


DATES, 


dQHlLLE 

brülee. 


d«s 
elumbr«!. 


DATES. 


briilw. 


36 lUA j *,.-.♦, ^ „ , 


132i 

liäi 

1473 
1371 

1370 
415S 
H17 
1067 
1118 
663 
1370 
1433 
1331 
U73 
1717 
1778 

par 1000 

16^6 
1878 
1433 
1833 
1873 
1676 
1575 
1676 
ISäO 

1373 
IJäO 

1473 
lS7ß 

1016 

>uillc bpü- 
kiJog. par 


1 

3 

3 

4 

C 

6 

7 

g 

9 
10 
11 
13 
13 
14 
15 
15 

1000 de 

( 

3 

3 
4 

5 
6 
7 

9 

10 
11 
13 
13 
11 
15 
16 


SjmUaL....... ....... 


WftfT. 

1067 
1168 
1310 
13^ 
IMO 
13ä0 
1170 
1170 
1170 
1170 
10ö8 
1169 
964 
964 
1118 
1113 
inillD bKk- 

913 
912 
I45i 
1373 

im 

1833 
loii 
1373 
1534 
1373 

137ä 
1220 
1573 
1835 

Ire 

iniMp bfii- 


3S — .,,..,,,,.. 


3 — ...,,.,...,,*.. 


30 — ,,.„ 


4 — ., 


1 itiü) „ 


> G — 


1 3 


6 — 


4 — .,. - -. . 


6 — ,. ... 


5 ^ . ♦ ..*♦ . .*. 


7 — 


7 _ 


8 — 


9 _ ,.. 


& - .„,, 


10 — .„ . 


10 — 


11 —........ 


H ^ ............... 


13 — 


11 — 


J3 — 


13 - ,. 


14 — ,„„ ,.„ 


13 - 


15 — 


14 ^ 


16 , 


U — 


our. 31^373 fcilog. de houi 
bri<iaes catl«, ou 87kilJ3 

17 jtiiü. ♦ * . 


iOUT. 18,1% LJIöjf. Je h^ 
,001) brtguea coiloi, uti 7 

16 jniillfll 


Ig __ ,„ 


17 — 


i9 _ 


18 — 


äO — 


19 — 


n — 


m — 


ä3 — 

33 — .„. 


30 - 

31 — 


ä4 — 


33 —..... . 


35 —...,. 


33 — .„.. 


i6 -^ .,... 

i7 — 


24 - 

33 — _ 


33 -* 


^6 ^ 


39 — .,. 


27 — .., 


30 - 


3S _ 


30 — 


M — 


Ijuillet 


30 — 


D^uxieifu 
1000 de 


foitr. 23.1320 Ulog. Je hf 
000 hTu\m§ tüile?*, ou 96 


i}urtiritm 

louuau 


P fowr 33.665 kiroß. de \ii 
.UW brifinps cnttos oö y 
briquci. 



Au total 8S,833 kilog. de houille 
brö^lee, 9SO,000 hriqiies cuiles et cn 
mo^enne 87kii.61 par 1,0Ü0 de bri- 
ques. 

Dans le sccond tour on a bnlle un 
peu plus de combus'ihlc qne daiis 
celui prec^dent, aussi los l)ri(iiM's 
^taient un peu frilldes par cctle le- 
gere addition; aprds quoi la cou- 



sommalion s'est trouvee rcduite 
dans Ic troisierae tour avecun bon 
produil ot enfin olli- 'l üu jiru au- 
gmcnte dans le qüalrieiue, parce 
qu*iiiio gründe partic des l)riqucs a 
öU'^ j)ni'lco (lin'ctonicnt des machi- 
ues de nionlago dans les fours sans 
avoir ete mises on haics. 
La raoycnne de87i^»i.61 de houille 



— 209 — 






xxT, 1,000 de briques est tellement 
asse qaand on la comparo 4 
025 kilog. qu'on brülait precödem- 
ment, qu'on n'aurait pas os^ la pu- 
blier sans rai^puyer sur les donnees 
stalistiques de la j)rali(iue. Du rcsle, 
d'aotres fours du* meine Systeme 
ont eu le möme succ^s dans d'aa- 
trea pays. 

La construction du four en qucs- 
tion a coüte assez ober, attendu qu'il 
est double daas toute son etendue 
d'ane cbemise en briques refrac- 
taircs, ce qui ne paraU pas n^ces- 
aire quand on traitcj de l>onnes ma- 
tieres. Le prix total s'est 61eve ä 
40,000 fr., or. j)Our cuire la niönie 

Saantitö de briques il auraitfallu 
ans l'usine IVmploi de 11 fours, j 
qui au prix de 3,2o() fr. chaque, au- ; 
raient coüte au total 3j,7oü fr. La 
differepce de prix aurail ete plus 
que reduile , si le nouveau four 
n'avait pas ete doubl6 en briques 
rcfractaires, et serait mßme revenu 
ä meilleur marcbe. 

Un four de la dimension indiquee, 
fournit 245,000 briques par tour 
et peut cuire 2ü fois par annee, 
c'est-a-dire produire plus de G mil- 
lions de briques ])araD, qui avec une 
Economic de 10 fr. 33 par 1,000 de 
briques en main d'oBuvre et com- 
bostiblc donnent un total de 63,180 
francs pour le travail d'une annee. 

On a essaye ce four avec le m^me 
Bucces pour la cuisson des tuyaux 
▼ernisscs, de la cbaux, des ci- 
ments, etc. 

La seconde soupape annulaire de 
chambre de la fig. 28, est un perfec- 
tionnement reccnt qui permet d'in- 
troduire directeuient dans le four 
les briques qui viennent d'ötrc raou- 
16e8 ä la uiachine et de les y secber 
par un s^ul dej)lacemcnt. En soule- 
vant cette soupape sur cette cham- 
bre k rextremile de la premi6re ou 
de la seconde chambre de cuisson^ 
il est clair que Tair qui traversera 
scra sec et chaud, ou pourra dtre 
amene ä la temp^rature d6sir6e. De 
plus cet air pourra etre passä ä tra- 
uere une chambre quelconque du 
four, oü il y aura des briques hu- 
mides et aprc^s les avoir Iraversers 
«'echapper par la soupape de la 
chambre ä fiimee, eutrahiant avec 
lui les vapeurs r«'cueillies sur son 
passage a Iravers les briques qui sö- 
cheuL en fournissant ainsi au be- 
sein un ageut energique de dessica- 
tion. 



Comparaison des cooles en ndtal 
employis dans les mines. 

Dans les exploitations de Frei- 
berg, on s'est livre pour Texlraclion 
et le montagc au jour des minerais 
et autres matieres du fond des mi- 
nes profondes, ä des exp^riences 
sur aes cables en fil de fer dont les 
fils, aiin de les soustraire autant 
que possible ä Toxydation, et ainsi 
d'en augmenter la dur^e, ^taient 
recouverts de chanvre tressö ou bien 
avaicnt et^ zingu^s, et enfin sur 
les cables fabriqut^s en fil d'acler. 
Sans rapportor ici en detail de nora- 
l)reux essais qui ont el6 faits ä cet 
ögard et la comparaison des divers 
cables enlre eux, nous dirons qu'on 
est arrive ä cette conclusion : que 
les cables ordinaires en fil de ler 
comparös ä ceux en fil d'acier ou ä 
ceux en fil de fer zin^u6s ou ceux 
rev^tus de chanvre nie, se sont 
montrös en tout point les plus ^co- 
nomiques et, par consequent, qu'on 
a abaudonnö generalement les au- 
tres dans toules les exploitations 
minieres du district de rreiberg. 



Sur rinfluence du vent sur le tirage 
des cheminieSf 

Par M. ScHWAMKRUG, de Frei- 
berg, 

M. Schwamkrug, directear prin- 
cipal des travaux hydraub'ques ä 
Freiberg, a publi6 dans le Jahrbuch 
für den Berg-und Hüttenmann de 
J8G4, un memoire 6tendu sur l'ia- 
lluence du vent sur le tirage des 
chemin6es, son action perturba- 
trice et les moyens d'y remödicr, 
dont, ä raison de son importance, 
nous croyons devoir präsenter ici 
un extrait dctaill6. 

II arrive assez fr^quemment, dit 
M. Schwamkrug, ^ue leschemin^es 
des grands 6lablissements indus* 
triels, par exemple Celles destin^es 
aux fourneaux des chandi^res ä va- 
peur, m^me Celles qui se sont mon- 
tr^es pendant longtemps fort soli- 
des, se lezardenttoutäcoup, s'inüe- 
chisseut et, en g^neral, aßectent 
un etat qui oblige d les forlifier par 
des ceintures en fer ou bien k les 
demolir et les construire ä nou- 
veau. 

La cause de cette destruclion des 



Le Technotogisle. T. XXVC. — Janyier 186». 



Vw 



— 210 - 



chemiilöe8;üe tisidepaseomme on 

Sourrait le croire, dans la nature 
es materiaux ou dans une n^li- 
geoce dans leur mise en oßuvre, 
mais bien dans cette circonstance 
que leur diam^tre et leurhautear 
ne soDt pas dans un rapport con- 
Tenable pour annuler autant que 

I)088ible iout effet nuisible dii 4 
*influeDCo des yents violenis et des 
temp6te8 sur le tlrage. 

En effet, si avec un tirage normal 
d'une chemin^e» en temps calme ou 
seulement dans un air l^^rcment 
en mouvement, la vitesse de la 
fum^e qui s^en ^cbappe est faible, 
r^vacuation de cette fumäe est 
plus ou moins compromise dds 
qn'un vent violent ou une temp6te 
ae meuyent ä Torifice de cette ebe- 
ininäe sous un angle plus ou moins 
inclioä ä Tborizon. Cette pcrturba- 
üon dans le tirage se manifeste» en 
g^n^ral^ dansles cbemin^es Stabiles 
sur les parties plates du versant des 
montagnes ou dans les vall^es 
ötroites quand le yent soufiDle du 
haut en bas» car, dans ce cas, 11 se 
ment toutau plus parall^Iementdla 
surface de la pente et la plupart du 
temps sous un angle encore plus 

Sand ayec Thorizon, et alors dans 
I plaineSy sa direction, comme 11 
est facile de le constater» diff^re de 
plusieurs degr^ de cette horizon- 

L'action de cos sortes de yents 
Bur le tirage des chemin^es est 
oonnue d*une mani^re gdn^ralc, 
mais on n'a pas encore examin^ 
sp^cialement» comme eile le m6rite, 
Fetendue de son action et son influ- 
ence f&cbeuse sur la consommation 
du combustible ainsi que sur la du- 
r^ de la cbemin^e, et c^est ce que 
M. Scbwamkrug s'est proposö d'exa- 
miner dans son memoire. 

Soit fig. 31» plancbc 304, le cou- 
ronnement d'une cbeminöe de 
Btructure ordinaire contre laquelle 
Souffle le yent dans la direction ab 
sous un angle abm = a ayec la yi- 
tesse bd = Cf tandis que la fumde 
fait cfitort pour s*en öcbapper ayec 
la yitesse 6c=t?. A cette fum^» 
qui possöde une force ascensionnolle 



de S^ le yent s'oppose ayec one 

force contraire repr6sent^e par 

jj. me — — — . La fum^e ne peut 

donc, dans de p&reilles circonstan» 
oes» monter dans la cbemin^e et s'cn 
digager ayec la yitesse 

en supposant» dans tous les cas» 
que la section de la cbemin^e soit 
partout la m^me. 

II ne peut donc sortlr d'une obe- 
minde carrSe du diamMre D sous 
rinüuence du yent qu'une quantitö 
brüte de 

(1) Q, = BhJt = ü«|/»« — c> sin «« 

et comme en temps calme la quan« 
tit6 de fumöe de cette cberoinöe 
est 



« 



Q = D»t7 



Ü en räsulte que 



(3) 



Q. = Q^l-(^sin.a)* 



Bien entendu que tant en temps 
calme» c'est-ä-dire ponrc = oque 
pour an yent sou£Qant borizontale- 
ment, c'est-4-dire pour asso» on 
doit ayoir 

Q. =^Q 

AEn de montrer qucl est le ran- 
port entre laquanlit^dc fumdc qu 11 
est possible d ayacuer d'uoe cbemi- 
n^e par diyerscs yitesses du vent et 
de la fumde sous difTdrcnts angles 
a et Celle qu*^vacue cette cbemio^ 
en temps calme* en prenant cctte 
dernidre quantite pour unitä. c*est- 
4-dire en faisant Q = i, H. 
Scbwamkrug a calcule le tubloau 
suiyant dans lequcl les mesures 
1 sont en pieds de Saxo == 0".283260. 



— 211 — 



? 1 



I 



I 



t tt 

t 1-1 



<J il 



• =* I £• i: • 
I ? « 



•g 



II 






iSiiss^sss 



^ 



OO Ok 09 



TITBSSB 00 TBirr -« «. 



o o o o o o 











1 


2 
^ 


§ § 


« 


i 










0.757 
O.620 
0.405 


0.970 
0.920 
0.858 


o 


o 






o 


o 

S 


0.852 
0.780 
0.682 


i 


o o 

§ S 


o 

1 




o 


o 


i 


p 


0.900 
0.853 
0.792 


o 


o o o o 

i 's i i 



I 

g 

s 

I 

!6 



oooooooo 



o o o o o 

i ^ i i § 



■3 



o 






000000 

§ ^ § § 's § 


00000000 

§gs§'§§il 


000000000 



I 

g 

B 

1- 

R 
I 

<8 



000000 



9§£§i§iSli 



o 

i 



i 



o 

S 





1 


0.998 
0.991 
0.920 
0.768 




§ 





0.999 
0.994 
0.950 
0.863 








0000 


! i 


2 

^ 


§ § 1 § 



i 

R 



s § ^ i i 



O 
■3 



I 



I 



1 



f \ 



OD 
U 






1 
?• 



I. / 



g 



1 



o 

§: 



•a 



i 

H 



o 



s 



rt 

E 



3 

i 



n 

3 



— ai2 — 



II ost fädle de voir, d'aprds ce ta- 
bleau, combien il est d^savantageux 
lorsque pour le tirage ordinaire 
normal do la cbemin^ ia fumee, 
en temps calme, s'en 6chappe avec 
une fälble viiesse, car alors le ti- 
rage qui s'y opere est d'autant plus 
entravö» toutes cboses dgaies d ail- 
Icurs, par rinfluence du vent, que 
la vitesse de la fum^e est plus pe- 
tite et qu'est plus grand Tangle 
sous lequel le vent frappe le cou- 
ronnemeut de la cbeminee. 

£n coDsequence» dans une ebe- 
minee qui est expos^ ä des vents 
ploDgeants, il est indispensable de 
donner une assez forte vitesse ä la 
fumee (de 12 pieds et au-dessus) si 
on veut avoir un bon tirage et qui 
ne seit pas trop fortement in- 
fluene^ par les perturbations dues 
aux vents violents. 

Si on veut qu'on appareil, par 
exemple une chaudi^re k vapeur 

ßourvne d'une cbemin^ propor- 
ionnellement d*un trop fortdiamö- 
tre et dans laquelle par un temps 
ordinaire et ealme la vitesse de la 
fum^e serait par consequent faible» 

Eulsse satisfaire, autant que possi- 
le, au but proposö par un vent 
plus ou moins fort, il est, avant 
tout, nöcessaire d'augmenter pro- 
portionnellement la vitesse de la 
fumöe, ce qui ävidemment n*est 
possible si on ne veut pas modifier 
la conslruction m^me de la cbemi- 
nee» que par une ^l^vation de la 
temp^raturc ä son Interieur. Mais» 
pour obtenir ce r^sultat, il faut 
faire une plus brande consomma- 
tion de eombustible, puisqu'on est 
Obligo de sacriüer une plus forte 

Suantitö de cbaleur pour le tirage. 
r, cette temp^.rature plus 6levee, 
dont on a besoin» peut, dans certai- 
nes circonstances» dtre assez consi- 
derable pour que la magonnerie 
des cbemin^s» et, en particulier» 
le mortier qui relie les mat6rianx 
ne puisse y r^sister, et c'est, en ef- 
fet» ce qui arrive avec le mortier de 
chaux, qui peut ä pcine suppor- 
ter» pendant un certain temps, une 
temperature sup^rieure ä 300o G. 

Ann deddterminerceltc tempera- 
ture plus 61ev6e que la fum^e ex- 
pos^e a l'action de vents plongeants 
violents doit prendre, pour que le 
Tappareil desservi par la cbeminde 
fournisse le möme travail que par 
un temps calme, M. Scbwamkrug 
prend pour bases la vitesse v et la 
temperature moyenne t, que la fu- 



möe possMd en temps calme» et 
cbercne par voie analytique la 
quantite do combustible n qu'il 
laut brQIer en plus en temps agite, 
Celle par le calme etant = i ainsi 
que la temperature, qu'il faut d^ve- 
lopper aiusi dans la cbeminee pour 
obtenir un m^me tirage. 

L'auteur suppose qu'une livre 
(ou demi-kilogrammc) de combus- 
tible, deveioppant une quantite de 
cbaleur egal«; ä G, exigo pour sa 
combustion un volume d'air atmos- 
pberiqne egal ä Y, que 1 pied (de 
Saxe) cube d'air (22 deci. cub. 729J 
pöse 0,06 de livre metrique (0*.bO0) 
et C[ue la cbaleur specifique aes pro- 
duits de la combustion est 0,2o. A 
l'aide de ces donnecs, il trouve pour 
n l'expression suivante : 



(4) 



Cg— 0.0156 V< 
C — 0.0156 V«, 



et poar cello de r» 

_ rMc-^o^oi56_wn2 / c \» 

' " Lg— 0.156 VC sin. a] "" \Ü.0156 V/ 

En admettantque quand on brdle 
une qualitd moyenne de bouillc, on 
obtienne G = 6000° G , que V = 320 
pieds cubes, et enfin que dans la 
cbeminee do lachaudierc ä vapeur 
il regne, en temps calme, uno tem- 
perature t=2WC il trouve enfin 

(5) ^ = - [14400004-902500 (— ^)'] 

Bien entendu que dans les cir- 
constances oü le vent est le plus 
defavorable, 11 faut» pour obtenir le 
travail demandd» qu'il y alt dans la 
cbeminee uue reserve süffisante 
pour ie tirage. 

Les valeurs ci-dessus de n et Jj 
servent ensuite» ä M. Scbwamkrug, 
k calculer une certaine valeur 9 qui 
exprimele rapport entre la vitesse 
seulemenl neccssaire de la fumee 
et Celle qu'elle doit avoir en temps 
agite. 

Supposonsune cbeminee de cbaa- 
diere a vapeur de 50 pieds de hau- 
teur et 2 pieds de large en carre 
destinee k evacuer par heure les 
produits de la combustion (fumee) 
de 120 livres de houille. La qiiantite 
des produits de cette cbeminee s'e- 

levo par seconde ai?^^ = 10 ^ 

pieds cubes 4 o* G ; si ies produits, 
en temps calme, se degagent ä une 
temperature moyenne t = 250». C 
lear volume est 



— 213 — 



Qs (1+0.00306. «»). 10 «3=20^ c«M» 

leqael doone pour la vitesse dans 
la cheminde 



Enfln, sapposant qae Tangle 
dMnclinaison au vent soit de 8**, on 
obticnt pouT an m6me travail de 
rappareil desservi par la chemin^e 
les valecrs contenues dans le ta- 
bleau suiyaat : 



Timnt DO TBÜT 


TKUPERATOM MOTIlOfS 


COmOSMATIOü RILATITl 






enpiAds. 


necesMUTü 
dans U chemin^e. 


da combastible. 


▼ALBU« ra c. 







250* C. 


1.000 


0.363 




3 


S3S 


1.002 


0.364 




6 


258 


1.008 


0.367 




18 


303 


1.059 


0.400 




30 


375 


1.151 


0.451 




40 


i39 


1.248 


0.495 




50 


500 


1.357 


0.535 




60 


556 


1.475 


0.615 




70 


605 


1.596 


0.700 




80 


650 


1.727 


0.784 




90 


C86 


1.848 


0.886 




400 


721 


1.983 


0.989 




HO 


749 


2.107 


1.108 




iV\ 


777 


2.345 


1.253 1 


130 


841 


3.646 


1.423 n 



II resulte de ce tableau que, dang 
les circonstances indiqu^es pourun 
seul et mdme truvaif de la chau- 
dl^re ä va cur, la teraperature 
moyenne dau» la cbcmiiiec aug- 
mente consid^rableaient avec la 
Titesse du vent, et que la limite 
pour ledit travail se rencontre 
qoand c ou la vitesse du vent egale 
iOO pieds. Au-delä de celte vitesse 
le travail de la chaudi^re ä va- 
peur, malgre qa*on consomme no- 
tablement plus de combustible. 



reste au>de$sous de cclui normal* 
Quaud Tangle a, que la direction 
du vent fait avoc Thorison est plas 
considörable, les rapports sont en- 
core plus d^favorables. 

Par exemple si on avait une che- 
min^ de 70 pieds de hauteur avec 
un dinm^lre de 1 1^2 pied, la vitesse 
de la fum^e ä 2o0o G de tcmp6rature 
serait de 9 pieds 17. Or, avec ces 
donnees les formales donnent les 
r^sultats suivants : 













¥lTkS:^B DO ¥»NT 


TEMPERATÜRE MOVEJWl 


COü^OMMATION IKLATIYE 






an pied. 


neccswire 
dans la cheminea. 


dn combnstible. 


VALXOH DE 9. 







250i c. 


1.000 


0.555 




18 


267 


1.018 


0.556 




30 


298 


1.053 


0.600 




40 


329 


1.091 


0.635 




50 


375 


1.151 


0.697 




60 


400 


1.187 


0.741 




70 


435 


1.242 


0.796 




80 


470 


1.301 


0.858 




90 


505 


1.367 


0.932 




100 


536 


1.437 


1.026 


k 



— 214 — 



Oa peat> comme ce tableaa le di- 
iDontre suiBsainmeBt» eo retröcis- 
sant la cheminöe, en augmentant 

SroportionneUement sa hauteur» 
Imioaer en r^alit6 la temp^ratare, 
lorsqaelle est expos^e ä Tinfluenco 
d'un veni plongeant, mais ceia ne 
soffit pas. car ii 86 döveloppe par las 
vents violeats et les tempdtes des 
tftmp^ratares qai ne permettent paa 
anx ehemin^es b&ties en briques 
ordinaires et en mortier de chaax 
de rösister pcndant longtemps. 

Non - seulcment le mortier de 
ehaux qu^on expose ä une haute 
tamp^rature perd sa capacitö de 
oohesion oa sa force de liaison, 
mais de plas les mat^riaux qui 
oonstituent rint^rieur de la chemi- 
il^e se dilatent bien plas qae ceux 
4 Texlörieur» et la coas^quencc est 
tfne la liaison entro les briques 
desse d'avoir lieu, et ceia d'autant 
plus que le vent dans de pareiUes 
Oirconstances« peut ais^mont ^bran- 
ler et faire osciller la chemin^e, ce 
tfui comprime les briques, ouvre les 
loints et donne naissance aux 
Uzardes. 

Les cheminöes dans lesquelles on 
lie peut ^viter une haute temp^ra- 
Iure (de 400° G et au-delä) comme 

Sarexemple celies des fourneaux 
e verreries, des fours ä puddlor et 
k r^chaufiTer le fer, etc., exigent si 
on yeut leur donner la plus grande 
dur6e possible. une disposition dif- 
förente que Celle qu'on a Thabitude 
de donner aux fourneaux de chau- 
di^res. A raison de la grande diia- 
tation qu'^prouvent les materiaux 
ä leur Interieur, elles ne peuvent se 
passer d'une chemise en briques rö- 
iractaires qui ne soient pas en con- 
tact avec le corps extdrieur, briques 
qu'on lie entrc elles non pas avec 
du mortier de ehaux» mala a^ec de 
Targile; ind^pendamment de ceia 
alles ont encore besoin d'dtre bien 
•ntour^es par des ceinlures en fer. 
Mais les cnemin^ de ce modele 
aont bien plus dispendieuses et, par 
oons^nent, on nV a pas recours 
lersque la temp^ralure a rini6rieur 
oomme dans les chemin^ des 
Aaudi^res ä vapeur n'a pas besoin 
de d^passer 800<^ G. 

Dans les localitös oü dominent 
des vents assez scnsiblemcnt incii- 
n6s sur i'horison, si on veut Mabiir 
CD materiaux ordinaires et ä ua 
prix mod^rö une chemio^e qui pro- 
aente des ohances de duröe, il est 
donc indispensable d'annuler au- | 



tant qua poasikle rinfluenoe naiai- 

ble du vent. II y a pour ceia un 
moyen fort simple ainsi qu*on le 
verra dans ce qui va suivre. 

II y a peu de localitäs m^me dans 
les habitations privces oü par les 
mauvais temps, on n'ail ä se piain- 
dre de la fum^e, et on a cherche 

Sar une foule de dispositions ä faire 
isparaftre cet inconv^nient. Ge- 
pendant personne n'ignore que cet 
echappement imparfait de fum^ 
doit etre attribu^ ä un tirage insuf- 
flsant dont il faut la plupart du 
temps aceuser la faible yitesse avec 
laquelle la fum^e sort de la chemi- 
n6e, vitesse qui ne suffit pas pour 
surmonter la contre-pression qu'un 
vent plongeant exerce sur le cou- 
ronnement de la chemin^e. 

Dans les foyers domestiques ordi- 
naires il n'est gu^re possible d'ac- 
cel6rer la tirage temporairement in- 
terrompu par un chauffage plus 
6nergique parce que ces foyors sont 
petits relativement aux dimensions 
des chcmin6es et que dans celles-l4 
on ne peut y dövelopper par une 
augmentation du feu uue temp^ra- 
ture 61ev^ qui leur serait pr^udi- 
ciable. 

Toutefois pour les chemin^es de 
ces foyers domestiques, le moven 
en queslion a une importance d aa- 
tant plus grande que dans beaucoup 
d'enlre elles, 4 raison de riuclinai* 
soo des faltes des toits ou des man» 
sardeSy les vents rompus peuvent 
les frapper sous an angle beaucoup 
plus grand que les hautes chemi* 
n^s qui sont librea de toua les 
c6t^. 

Le moyen tont ä fait simple en 
queslion et qui ne paratt pas encore 

§6näralemcnt connu, consiste & 
onner de tous les cöt^s, au cou- 
ronnement de laehemin^ dans son 

Slan sup^rieur, une inclinaison de 
edans en dehors, inclinaison sous 
laquelle une couche d*air qui vient 
frapper cecouronnement est rejet^e 
en haut, ou redress^e en s'^coulant 
dans sa nouvelle direclion, et par 
cons^quant Präsentant k la fum^ 
qui sdchappe de la chemin^e un 
passage libre pour son ^panche- 
ment. 

Seit flg. 32, un couronnement de 
cette esp^ce pour une cheinin^e car- 
ree frappöe par un vent dans la di- 
rcction ab sous Tangle abm = a avec 
la vitesse bc= 6a = c et d'ou la fu- 
mee s*^chappc dans la direction bi 
avec la vitesse M =t); la couche 



- ai5 - 



d'air qui frappe la sarface db et qni 
86 meut dans la direction de avec 
la vitesae be = db :=^ cos abd, relö- 
Tera la direction bc de de la couche 
d'air qui glisse dessus. suivant oelle 
mcyenne bf d'oA resulte que la 
Titesse moyenne de ces deux coa- 
ahea ae r^soat en bf. 

G'est avec cette direction et cette 
yitesso movenne bfde la couche de 
Tent aar lorißce de la chemin^e, 
ainsi qa'aveo la direction et la vi- 
tesae 6% de la fum^ que ae compo- 
sera colle (c'est-ä-dire bg) avec la- 
quelle la fum6e et le vent se mou- 
vront sur le couronnement de la 
cbeniince. 

Cr sl on d^signe par a Tangle que 
le ^ent fait avcc l'horizon et ß celui 
de la pente du couronnement de la 
cbemiuöe, un calcul assez simple 
eonduit M. Schwamkrug ä Texpres- 
aion soivante : 

Sfii.p»— ^. ß< (i — Ssin. a*)4-sin. a*=o 

Par exemple ai on fait a = 10* 
on trouve. 

ß = 70» enTiron 
et ß = 11«. 

üne chemin^e dont le couronne- 
ment pour r^coulement de l'ean t 
aasuriace serait l^g^rement incll- 
n^, Sans annuler enticrement Tac- 
tion des courants violents d*air nui- 
ilbles au tirage pourrait donc dcjä 
dn moins l'attdnucr dans une Pro- 
portion assez notable. 

Mala s'il convient en definitive 
d'incliner de dodans en dehors le 
couronnement de la chemin^e, cette 
indinaisoD paratt aussi avoir un 
mutre bat autüitö parce que lea 



couches de vent qui paasent rapi- 
d(*mcnt sur co couronnement ne se 
meuvenl plus exactement dans la 
direction oa, mais retombent pea ä 
peu aussi tot qu'elles sont arrlvöea 
au deU de Tinfluence du courant 
qui les avait relev^es, et par cona^- 
quent 11 ne laut pas prcndre TincU- 
naison donn^e au sommet de U 
cheminöe & la llmite extreme de ß 
donnee par röquation pröc^ente. 
Or si on cherctie la qnantitö de fu- 
m6e Q que peut evacuer la chemi- 
n6e, on trouve Texpresslon analyti- 
que suivante 

Q = lö« 4- [t> 4- COS. («4-ß) MB, ß —* «in, «] 

et en diff^rentiant pour obtenir lo 
maximum, on a 

Cos. (a +ß). GoB. ß— tin. (a4^) sin. ß =^ o 

c*est-ä-dire en d^veloppant 

Cos. (a -f- S ß) ^ 

d'oü Ton tire 

ö 90— a 

ß =^— j— 

Pour «=10® l'angle d'inclinalson 
& donner au couronnement de la 
chemin^e s'öl^ve par cons^qiient i 



90-10 



sr= iQ^ 



2 



Mettant la valeur de cet angle ß 
dans Tequation de Q, la quantit6 
de fum^ que peut d6biter la obemi- 
nte devient 



Q 5= KT» [ü 4- « cot. (~r^) sin. {^^^) -csin. «j 



ptr aeoonde et parcons6qae&t aar« 
pasiede 

« (— 2 Sin. ol) 



Celle w^v qui s'^coule en un temps 
entieroment Cdlme, dans le cas oü 
eile n'ost pas uu peu contrari^e par 
lo cbangement ae direction dans 



la vitesae moyeQne & rorifiee de U 
cheminte. Da reate» cet exchs de 
tirage est danstoaslea caa plosqne 
süffisant pour balancer ce ralentis- 
sement. 

Curnme il est rare que Taagle 
d'inclinai>on a que fait la direction 
du vent s'elevo relativemeut au 
couronnement de la chomin^e a 
plus de iOo ä 20», l'angle que fait 
la sarface aup^rieure de ce couron- 



— 216 — 



nement peut trte-bien dtre fizö en- 
tpe3boet40o. 

Les cheminies pourvaes de con- 
roBoement de ce ^enre tircnt tou- 
jours Ir^s-bien, et lorsque la vitessc 
d'^coulemeat de la fum^e n'est pas 
Införieoreä 10 pieds> elles n'exi- 
gent pas dans les plas mauvais 
temps et pour un m^me travail an 
suppUment de combustible^ parce 
qae cette construction fait dispa- 
rattre Tinfluence da vent plongeant 
qae ndcessite avec Celles ordinaires 
une ^l^Tation dispendiease de la 
temp^ratore, et qu'elles ne sont 

{)lus en consöqaence expos^es ä 
'action perturbatrice qai est la 
coDseqaence de cette ^lövation. 



Pince plate universelle. 
Par M. A. Hörmann. 

Oq sait comblen il serait commo- 
de pour les oavriers de trouver reu- 
nis dans un scul et m^me outii un 
certain nombre de ceax dont ils 
sont Obligos do faire usage sup une 
m^me piece travaillöe et sans qu'il 
soit n^cessaire ä cbaque instant de 
poser un outil pour en prendre un 
autre. On n'ignore pas non plus 
combien ces sortes d outlls compo- 
8^s sont monstrueux» difficiles k 
maoier et par consöquent tomb^s 
dans le discrMit, et on les trouve 
donc g^n^ralemcnt peu r^pandus 
quoique quelques-uns d'entre eux 
m^ritent d'dtre rccommand^s. 

Je vaisdöcriro un outil de ce gen- 
ro qui me paratt faire eiception et 

?[ae ]*ai rencontr^ depuis chez un 
abricant de bronze qui en avait tir6 
an grand nombre d'ezcmplaires de 
la mbrique de MM. Grob fr^rcs a 
Rcmscbeidt. 

Les fig. 27 et 28 pl. 303 rcpr^sen- 
tent cet outil sous deux aspecls dif- 
fdrents. Par sa forme gönerale cct 
outil ressemble A une place plate 
dont a sont les mäcboires. Sur le 
dos de ces deux mäcboires se trou- 
yent deux prolongements b et/qui, I 



rianis» forment une tdte compl^te 
de marteau, b la tSte et f la panne. 

Sur les deux brancbes pr^s de la 
cbarniere sont ins^r^es acux pla- 
q^ues d'acler trempd fi nement ai&<- 
lees k riatcrieur et qui conslituent 
ensemble une pince a treillageur 
pour couper les fils en m6tal ou les 
olous. 

Les extrömitös des branches ont 
Tune d la forme d'un tonrne-vis, 
Taatre e celie d'une vrilie. Getto 
yrille ne pcat pas naturellement 
avoir unepointe nien ai^uc si on ne 
Tcut pas blosser la mam de celai 
qui s'en sert. 

Get outil me paratt devoir dtre 
trös-commode aux serruriers qai 
sont souvent appeles k executer de 
petits travaux en vllle. 

£n outre cette pince sera tr^s-utile 
dans les mänages ou quelques-uns 
des outils qu'elle remplace man« 
quent souvent dans les oottes k oa- 
Öls. 



Moyen de privenir l'usure des arbres 
verticaux, 

Voici un mo^fcn qui a et6 mis en 
usage en Amcriquc, pour diminucr 
Tusuro du gros fer ou arbre vcrti- 
cal des meules de rooulin. L'extre- 
mit6 införieure de cct arbre est sur 
uae longueur de 30 centim^tres oa 
plus amenäe au tour k un diametro 
exact de 63 1/2 millim., et on inse- 
re dans son axc un ^oujon rond d'a- 
cler tremp6 de 25miilim6tre$ de dla* 
mötre. On perce un trou dans une 
crapaudine de :I50 millim^tres de 

Srofondcur oü Tarbre est introduit 
e mani^re k y tourner llhremcnt. 
Sous rexlr^uiile de cet arbre qui 
est parfaitcmcnt plat, on place deux 
ou trois disques plals d'acicr de 
m6me diametre que cclui-ci. Gca 
disques touraent Tun sur Taiitre, 
raais avec uue vitesse moindre quo 
l'arbrc, de manicre que Tusure des 
surfaces frotlantes y est moindre et 
qu*on dvite le danger de rechauffe- 
ment. 



— 247 — 

LEGISLATION ET JUIUSPIIUDENGÜ 
IKDUSTUIELLES 

Par M. Vasserot, avocat ä la Cour impiriale de Paris. 



l^KGISIiüTION. 



COHTENTION ENTRE LA FrANCK ET 
LA SüISSE POUn LA GARANTIE R]6- 
CIPROQÜE DE LA PROPRIETE LIT- 
TERAIRE, ARTISTIQUE ET INDUS- 
TRIELLE. 

Dispositions applicables en France. 

Art. l«r. Les autcars de livres, 
brochnres ou autros Berits, de com- 
positions masicalcs ou d'arrange- 
ments de musiqne, d'cBuvres de dcs- 
$in, de pcinlure, de sculpture, do 
rravure, de lithorgraphie et do 
loates autres produclions analogues 
du domaine litt^raire ou artistlquc, 

Snbil^s pour la premiöre fois en 
nlsse, jouiront en France des 
arantages qui y sont ou y seront 
attribues par la fol a la proprlcte de« 
Oüvrages de littörature ou d'art, et 
fls auront la meme protection et le 
mdme recours l^gal contre toute 
atteiiite portee ä leurs droits que 
8l cette alteintc avait öt^ commise 
ft r^gard d'auteurs d'ouvrages pu- 
bli6s i)our la premi^re fois sur le 
lerritoire de TEmpire. 

Toutefois ces avantages ne seront 
assurös aux auteurs desdits ouvra- 
ffes que pendant Texistence de leurs 
droits dans leur pays, et la duree 
de leur jouissance en France ne 
pourra excedor celle fLx6e 4 leur 
profit en Suisse. 

Art. 2. II est permis de pablier 
en France des exiraits ou des mor- 
oeaux entiers d'ouvrages ayant paru 
pour la premi^re fois en Suisse, 
pourvu que ces publicalious solent 
ap^ialement appropriees k Tensei- 
gnement ou a l'ötude et accom- 



pagn^es de notes explicatives ou de 
traductions interlin^aires ou mar- 
ginales. 

Art. 3. La jouissance du b^nöfice 
de l'art. l«r est subordonn^e ä l'ac- 
quisition legale de la propriötc des 
ouvrages litt^raires et artistiqnes 
en Suisse, 

Pour les livres, cartes, estampes, 
gravures, lithographies ou oeuvrcs 
musicales publies pour la premi^re 
fois en Suisse, Texercice da droit de 
propriele cn France sera, en outre, 
subordoniie a raccomplissement 

f^realnblo, dans ce dernior pays, de 
a formal ite de renregistremeiit, ef- 
fectuc ä Paris au miuist^re de l'in- 
t^rieur. L'enrcgislrement sefera sur 
la d<^claralion ccrile des int^ress^s, 
laquelle pourra 6tre adress^e, soit 
au susdit ministöre, soit ä la cban- 
cellcrie de Tambassade de France ä 
Berne. 

La declaration devra ötre falte 
dans les trols mois qui suivront la 
publication de rouvrage en 
Suisse, pour les ouvrages publiös 
posterieurement ä la mise en vi- 
gueur de la Convention, et dans los 
trois mois qui suivront la mise en 
vigueur de ladlte Convention, pour 
les ouvrages publiös antcrieure- 
ment. 

A'6gard des ouvrages qui parais- 
sent par livraisons^ le dölai de trois 
mois ne commencera ä courir qu'ä 
dater de la publication de la derniöre 
llvraison^ a moins que Tauteur n'ait 
indiquö, conformöment aux pres- 
criptionsderarticle,6,sonintention 
de se reserver le droit de traduction, 
auquel cas chaque livraison sera 
consid6r6e comme un ouvrago 
säpar6 

La formalitd de Tenrcgistrement 
sur des registree sp^iaox tenua & 



— srts — 



cet effet ne donnera ouyertnre k ia 
perceptioQ d'aucune taxe. 

Les inlöress^s recevront un cer- 
tiücat authenti<|uo de renreffistre* 
ment , ce certificat scra aelivr^ 
gratis, sauf, s'il y a ileu, les frais de 
timbre, 

Le certificat portera la date pr^cise 
ä laquelle la d^claration aura eu 
lieu ; 11 fcra foi dans toute T^tendue 
du terrltoire de rEmpire et consta- 
tera le droit exclusir de propri6t6 
et de reproductioQ aussi longtemps 
que quelque autre personne n'aura 
pas rait admettre son droit en jus* 
tice. 

Art. 4. Les stipulations de Tarti- 
cle i^i' s'applic[ucront ^galcment ä 
le repr^ntation oaexeculiou des 
Oeuvres dramatiques ou musicales 
publiees, execut^es ou reprösent^s 
pour la premiere fois en Suisse 
apres la mise en vigueur de la pr^* 
sente Convention. 

Art. 5. Sont expressäment assi- 
mildes aux ouvrages originaux, les 
traductions faites d'ouvrages ua- 
tionaux ou ^Irangers. Ces traduc- 
tions jouiront, ä ce titre, de la pro- 
tection stipulee par l'article l«r en 
ce qui concerne leur reproduction 
non auloris^e en France. 11 est bien 
entendu, toutefois, ^ue l'objet du 
präsent arlicle est simplement de 
prot^ger le traducteur par rapport 
a la Version qu'il a donn^e de l'ou- 
vrage original, et non pas de con- 
tirer le droit exclusif de traduction 
au traducteur d'un ouvrage quel- 
conque, 6crit en langue morte ou 
vivante, hormis le cas et les limites 
prövus par Tarlicle ci-apres. 

Art. 6. L*auteur de tout ouvraffe 
publik en Luisse, qui aura entenau 
r^server le droit de traduction^ 
jouira pendant cinq anndes, ä partir 
du jour de la prenaiere publication 
de la traduction de son ouvrage au* 
türisee par lui, du privil^ge de 

Srotection contre la publication, 
ans d'autres pays, de toute traduc- 
tion du m^mc ouvrage» non au- 
torls^ par loi, et sous les conditions 
•uivantes : 

!• L'ouvrage original sera enre- 
|istr^ en France sur la d^claration 
falle dans un ddlai de trois mois, t 
partir du jour de la premiftro pu- 
blication en Suisse, conform(5ment 
aux dispositioQS de Tarticlc 3 ; 

2« L'auleur devra indiquer, cn 

tMe de son ouvrago, rinlonlioii de 

se rdserver le droit de traduction; 

3o U faodra que ladite traduction 



autorisöe alt paru, au moins en 
partie, dans le adlai d'un an, ä com- 

fter de la date de la döclarationde 
original efTcctuöe aiusi qu'i/1 vient 
d'ötre pnscrit, et,en totalite,dans le 
ddlaidc trois ans, ä partir de ladite 
d^aratlon ; 

4o La traduction devra ötre pu- 
blice dans Tun des pays, et Ätre, en 
outre enregistree conformömenl aux 
dispositions de Tarlicle 8. 

Pour les ouvrages publiös par 
livraisonsjl suffira que la declara- 
tion de Tauteur qu'il cntend se rd- 
server le droit de reproduction soit 
exprim6e dans lapremierelivraison. 

Toutefois, en ce qui concerne le 
terrae de cinq ans assigne par cet 
article pour l'exerciee du droit 
privilögie de traduction, chaque 
livraison sera consideree comme un 
ouvrage s6par6 ; cbacune d'elle en- 
registr^ en France, sur la d^lara- 
tion faite dans les trois mois, k par- 
tir de sa premi^re publicatioa en 
Suisse, 

Relativement k la traduction des 
ouvages dramatiques ou k la re- 

{>resentation de ces traductions» 
'auteur qui voudra se r^server le 
droit exclusif dout il s'agit aux arti- 
cles S et 6 devra faire paraitre ou 
repr6senter la traduction trois mois 
apr^s renregistrement de l'ouvrage 
original. 

Les droits conf^r^s par le prdseot 
article sont subordonnäs aux con« 
ditions imposdes ä Tauteur d'un 
ouvrage original par les articles 1 
et 3 de la presente Convention. 

Art. 7. Lorsqu'un auteur fangats 
d'une Qsuvre sp^ifi^e dans l'article 
l«r aura c6d^ son droit de pubUca- 
tion ou de reproduction ä un ^diteur 
suisse, sous la r^serve que les ex- 
emplaires ou ödilions de cette 
Qsuvre ainsi publi^s ou reproduits 
ne pourront 6tre vendus en France, 
ces exemplaires ou ^ditions seront 
consid^res et trait^s dans ce pays 
comme reprodution llUcite. 

Art. 8. Les mandataires lögaux» 
ou ayants cause des auteurs, tra- 
ducteurs, compositeurs , dessina- 
teurs, peintres, sculpteurs, graveurs, 
lithoffraphes, etc., Jouiront, k lous 
(^gards, des raömes droits que ccux 
que la presente Convention accordo 
aux auteurs, traductcurs, composi- 
teurs, dessinalours, pciulres, sculp- 
teurs, gravcurs et lilliographes eux- 
mcmes. 

Art. 9. Nonobstant les stipula- 
tions des articles 1 et 5 de la pr^- 



- SlO 



seilte Convention, les articles ez- 
traits des journaux ou recucils 
publies en Suisse, pourroot Strc 
reproduits ou traduits dans les 
journaux ou rccu ils pdriodiques 
de France, pourvu qu'on y indique 
la source a laquelle on les aura 
puisds. 

Toutefois cette facult6 ne 8*eten- 
dra pas ä la reprodncüon des articles 
de journaux ou recuoils periodiques 
pur>li6senSuisse,lorsque icsauteurs 
auront foriDelleiueutdeclare, dansle 
Journal ou recueil mdme oü ils les 
auront fait parattre, qu'ils en iuter- 
disent la reproduction. En aucun 
eas, cette interdiclion nc pourra at- 
teindre les articles de oiscussion 
politique. 

Art. 10. La vente, la circulation 
et Texposition en France d'ouvrages 
ou objets de reproduction noo au- 
toris^s, d^finis par les articles 1, 4, 
K et 6, sont pronib^s, sauf ce qui est 
dit d Tarticle 11, seit que lesdites 
reproductions non autoris^es pro- 
viennent de Suisse^ seit qu'elles 
proviennent d'uu pays etranger 
quelconque. 

Art. 11. Le Gouvernement fran- 
cais prendra^ par voie de re^lement 
d'admlnistration publique, les me- 
sores n^ccssaires pour prövenir 
toute difficult^ ä raison de la pos- 
Session et de la vente, par les 6di- 
teurs, imprimeurs ou libraires frao- 
^ais, de r^imprcssions d'ouvrages 
constituant la pioprieiedcs citoyeus 
•nisses et non tomb^s dans le do- 
maine public, publies ou iniprimes 
par eux anl^rieuremcnt 4 la mise 
en vigueur de la präsente Conven- 
tion, ou actuellement cn cours de 
publicatioQ ou de reimpression nou 
autorisee. 

Ces rdglements s'appliqueront 
^alemcnt aux clicb6s» bois et plan- 
cnes gravees de toute sorte, ainsi 
qu*aux pierrcs lltbographiques exis- 
tant en niagasin cnez les dditeurs 
ou imprimeurs frangais, et consti- 
tuant une rc{)roductiou non auto- 
risee de modeles suisses. 

Touiefois ces clich^s, bois et 
planches gravees de toute sorte, 
ainsi que les pierres litbograpbi- 
ques, nc pourront ßtro utilisds quo 
pendant quatre ans ä dater de la 
mise en vigueur de la presente Con- 
vention. 

Art. 12 Les livres d'importatiou 
ücite venant de Suisse serout ad- 
mis cn France, tant a Tentröe qu'au 
transit direct ou par entrepöt, par 



les bureaux de Belleqarde, Pontar^ 
Her, Pont'de4a^aille. ChambSry, 
Saint'Michel et Saint-Louis , sans 
prejudice toutcfois dos autres bu- 
reaux qui pourraicnt ^tre ult6rieu- 
rement dcsign^s pour le möme 
eflfet. 

Si les Interesses le ddsirent, les 
livres d^clarte ä Tentr^e seront 
expödies ä la direction de rimpri- 
merie et de la librairie au minist^re 
de Tinldricur, pour y subir les v6ri- 
ficatious prcscritcs, qui auront lieu 
au plus tard dans le d^lai de quinxe 
jours. 

Art. 13. Les dispositions de la 
präsente Convention ne pourront 
porter pr6iudice, en quoi que cc 
soll, au droit qui appartient aa 
Gouvernement fran^ais de permet- 
tre, de surveiller ou d'interdire, par 
des mcsures Idcislatives ou de po- 
lice inti^rieure, la circulation, la re- 
prc^sentalion ou Texposition de tout 
ouvrage ou production ä l'^gard 
desquels l'autoritö co m potente au - 
rait ä exercer ce droit. 

La presente Convention ne por- 
tera aucune atteinte au droit du 
Gouvernement fran^ais de prohiber 
rimportation dans ses propres Etats 
des livres qui, d'apres leslois int6- 
ricures ou des stipulations souscri- 
tes avec d'autres puissances^ sont 
ou seraient ddclarös dtre des contre- 
fagons. 

Art. 14. Les Suisses jouiront en 
France de la mdme protection que 
les nati »naux, pour tout ce qui con- 
cerne la propridt6 des raarques de 
fabrique ou ae commerce, ainsi que 
des dessins de fabrique, 

Si la marque de fabrique et de 
commerce ou le dcssin de fabrique 
aiipartient au domaine public en 
Suisse, il ne pourra dtre l'objet 
d'une jouissance exclusive en 
France. 

Les droits des ressortissants suis- 
ses ne sont pas subordonn^s en 
France ä robliffation d'y exploiter 
les dessins de fabrique. 

Art. 15. Les Suisse«^ ne pourront 
revendiquer en France la propri^t^ 
exclusive d'une marque ou d'un 
dessin, s'ils n'ont däposö, pour la 
marque, deux exemplaires au pe£fe 
du tribunal de commerce de la 
Seine, et, pour les di'ssins de fabri- 
que, une esquisse ou uu ecbantil- 
Ion au secrötariat du conseil des 
prud'bommes des tissus a Paris, 
qui se chargera de transmcttre aux 
consells comp6tents oeuz des des- 



— 220 — 



sins dont il ne serait pas aatorisö 
ä conserver le dipöt. 

Art. 16. Ea cas de contraventioii 
aux dispositions des articlcs pr^c^- 
dcnts, la saisle des objets de contre- 
fag*^»!! sera op6r6e, et les Iribunaux 
appliqueront les peines determln^es 
par la loi, de la mäme mani^re quo 
81 rinfraction ayait M commise aa 
pr6jadice d'un ouvrage oa dtane 
productioD fran^aise. 

Les caract^res constituant la con- 
trefacon seront d^terminös par les 
iribunaux frangals, d'apres la 16gi8- 
latioQ en yigueur sor le territoire 
de TEmpire. 

Dispositions applicables en Suisse. 

Art. 17. Les dispositions des arti- 
cles 2, 3, 5, 6, 7, 8. 9, 11, 13, 14, 15, 
16 pr^Ments recevront 6galemcnt, 
ä titre de r^ciprocite^ leur appüca- 
tion en Suisse, pour la protection 
de la propri^tö, aüment acquise en 
France, des ouvrages d'esprit ou 
d'art, ainsi cjue des marques et des- 
slns de fabriquc ou de commerce. 

Art. 18. Les Iribunaux comp6tents 
en Suisse, seit pour les r^parations 
civilcs, soit pour la röpression des 
delits • appliaueront sur tout le 
territoire de la Confed^ration, au 
proflt des proprietaircs en France 
d'ouvragcs litteraires et arlisliques, 
de marques et dessins de fabrique 
ou de commerce, les dispositions de 
Tarticle 17 qui pr^cede et des arti- 
cles 19 et 50 qui suivent. 

II est cntenau, sous r^serve toute- 
fois des garanties stipulees ä Tarti- 
cle 50, que ces dispositions pourront 
ötre rcmplac^' s par cellos de la le- 
gislation que los autoritös comp6- 
tentes de la Suisse viendraient ä 
consacrer, en matiere de propri6t6 
litt^raire, artistique ou industrielle, 
sur la basc de Tassimilation des 
^trangers aux nationaux. 

Art. 19. L'enregistrement des 
Oeuvres d'esprit ou d'art prescrit par 
Tarlicle 3 sc fera, pour les ouvrages 
publi^s pour la premiöre fois en 
France, ilans les delais fixes audit 
article, au departement fed6ral de 
l'intericur, 4 Berne, ou ä la cban- 
cellcrie de la lögation suisse, ä 
Paris. 

Le depöt prescrit par Tarticle 15 

Sour Tacquisition de la propri(^l6 
es marques et dessins de fabrique 
ou de commerce se fora au bureau 
du departement federal de Tinte- 
rieur, 4 Berne. 



Art. 20, Les auteurs de livrcs, 
brochures ou autres Berits, de com- 
positions musicales ou d'arrange- 
ments de musique, d'oeuvres de 
dc8sin,depeinture, de sculpture, de 
gravure, de lithographie et de toute 
autre production analogue du do- 
maine litt^raire ou artistique, pu- 
blik pour la premi6re lois en 
France, jouiront en Suisse, pour la 
protection de leurs droits de pro- 

f»ri6te, des garanties stipulees oans 
es articles suivants. 

Art. 21. Les auteurs d'oeuvres dra- 
matiques ou musicales j)ubli6e8 ou 
ex6cut6es pour la premiere fois en 
France, jouiront en Suisse, par rap- 
port ä la repr^sentation ou a Texe- 
cution de leurs oBuvres, de la m^me 
protection que les lois accordent oa 
accorderont par la suite dans ce 
möme pays aux auteurs ou compo- 
siteurs suisses pour la representa- 
tion ou Texöcution de leurs oeuvres. 

Art. 22. Le droit de propriete ac- 
quis en Suisse, conformöment aux 
dispositions des articles prec6dents, 
pour les Oeuvres litteraires ou artis- 
tiqaes mentionn^es dans l'article 20, 
dure, pour Tauteur, toute sa vie, et 
s'il meurt avant Texpiration de la 
trentiöme annce, ä dater de la pre- 
miere publication, ce droit continuc 
ä subsister pour le reste de ce tcrmc 
en faveur de ses successeurs. Si la 

Sublication n'a pas eu iieu du vivant 
e Pauteur, ses h6riticrs ou ayants 
droit ont le privilegecxclusif de pu- 
l)lier Touvrage pendant six ans, a 
dater de la mort de Taiiteur. S'ils en 
fönt usage, la protection dure trento 
ans, 4 partir ae cctto mort. Toute- 
fois, la dur^e du droit de propriete 
par rapport aux traductions est r6- 
duite a cinq annees, conformement 
ä la stipulation de Tarticle. 

Art. 23. Toute edition d'une (Tuvr^» 
litteraire ou artistique mentionnec 
dans Tarticle 20, imprim^e ou gra- 
y^fi au mepris des dispositions de la 
präsente Convention, sera punic 
comme contrefa^on. 

Art. 24. Quiconqne aura sciem- 
ment veudu, mis en vcnte ou intro- 
duit sur le territoire suisse des ob- 
jets contrcfaits, sera puni des peines 
de la contrefacon. 

Art 25. Tout contrefacteur sera 
puni d'une amende de cent francs 
au moius et de deux mille francs au 

Slus, et le d(^Ijitant, d'une amende 
vingt-cinq francs au moins et 
de cinq cents francs au plus, et ils 
seront condamn^s, eu outre, ä 



— 221 — 



payer aa propriätaire des domma- 

f;e8-int6rets pour r^paration du pr6- 
udice ä lui caus6. 

La confiscalioii de T^dition con- 
trefaite sera prononcce tant conlre 
le contrefactcur que coutro Tinlro- 
duetcur et Ic dchitant. Dans tous 
les cas» Ics trihunaux pourront, sur 
la demandc de la partie ciyilc, or- 
douDcr qu'ii Ini soit fall remise, en 
dMuctioQ des dommages-intördts 
ä eile allouös, des objels contrc- 
faits. 

Art. 20. Dans les cas prevus par 
les articlcs prccedenls, le produit 
des conüscaliuns scra remis au pro- 
priotaire nour rindemuiscr d'autant 
du prcjudice qu*il aiira souilert; le 
gurplus de son indemnito sera re- 
gl^ par les voies ordinal res. 

Art. 27. Le proprietairo d'unc 
Oeuvre litleraireouartistiquepourra 
faire proceder, en vertu d'une or- 
donnance de Tautorite competente, 
ä la d^signation ou description de- 
taillee avcc ou sans saisie, des pro- 
duits (ju'il pretcndra contrefails ä 
son prejudic(% en oontravenliun aux 
dispositions de la preseute Conven- 
tion. 

L'ordonnance scra renduc sur 
simple requ^tc et sur la prcscnta- 
lion du proccs-verbal constalanl le 
d^pöt de roBuvrc litleraire ou artis- 
tiqtie. Elle conliciidra, s'il y a licu, 
la nomination d'un expert. 

Lorsqne la saisie sera rc^uise, le 
Juge pourra exiger du requerant un 
cautionnement qu'il sera tenu de 
consiguer avant de faire proceder ä 
la saisie. <; 

U sera laiss6 copie au detenteur 
des objets decrits ou saisis, de Tor- 
donnance et de l'acle constatant le 
döpöt du cautionnement, le cas 
^neant, le tout d peine de nullito 
et de dommages-interöts. 

Art. 28. A defaut par le requerant 
de s'etre pourvu daus le dclai de la 
quinzaine, la description ou saisie 
sera nulle de pleln droit, sans pr^- 
Jodice des dommages-interdts qui 
pourraient ölre reclames, s'il y a 
lieu. 

Art. 20. Sont considcres commo 
marque de fahrique ou de com- 
merce les uoms sous une forme 
distinctive, les denominaiions, em- 
bleraes, ernpreintcs, timbres, ca- 
chets, vigiiettes, reliefs, lettres, 
chiirres, eiiveloppcs et tous autres 
sigiics servaut a distinguer les gro- 
duits d'une fabriquo ou les objets 
d'un commerce. 



Art. 30. Le d^pöt effectuö con- 
form^ment ä la prescription de 
rarticle 19 n'assurera la proprio te 
des marqucs de fabrique en Suisse 
que pour quinze annees. Mais la 
dur^e de ce droit pourra toujours 
ölre prorogö pour une nouvelle Pe- 
riode de quinze ans» au moyen d un 
nouveau d^pöt. 

Art. 31. Seront punis d'une 
amende de cinquante francs ä trois 
mille francs et d'un emprisonne- 
ment de trois mois i trois ans, ou 
de Tuue de ces deux peines seule- 
ment : 

i^ Ceux qui auront contrcfait une 
marque ou fait usage d'une marque 
conlrefaite ; 

2« Ceux qui auront frauduleuse- 
ment appose sur leurs produits ou 
les objets de leur commerce une 
marque appartenant a autrui; 

3o Ceux qjui auront sciemment 
vendu ou mis en vente un ou plu- 
sieurs produils revdtus d'une mar- 
que contrefaite ou frauduleusement 
apposee. 

Art. 32. Seront punis d'une 
amende de cinquante irancs a deux 
mille francs et d*un emprisonne- 
ment d'un mois ä un an, ou de 
Tune de ces deux peines seule- 
meut: 

*° Ceux qui, sans contrefaire une 
marque, en auront fait une Imita- 
tion frauduleuse de nature ä trom- 
per lacheteur, ou auront fait usage 
d'une marque frauduleusementimi- 
t6e; 

2» Ceux qui auront fait usage 
d'une marque portant des indica- 
tions propres ä tromper l'acbeteur 
sur la nature du produit; 

3<* Ceux (][ui auront sciemment 
vendu ou mis en vente un ou plu- 
sieurs produils revßtus d'une mar- 
que frauduleusement imileeou por- 
tant des indicalions propres i trom- 
per Tacheteur sur la nature du pro- 
duit, 

Art. 33. La confiscation des pro- 
duits dont la marque serait recon- 
nue contraire aux dispositions des 
articlcs 31 et 32 pourra, memo en 
cas d'acquittement, ötre prononcce 
par le tribunai, ainsi que celle des 
Instruments et ustensiles ayant spe- 
cialement servi d commeltre le d6- 
lit. 

Le tribunai pourra ordonner que 
les produits couUsqud'S soient remis 
au proprietaire de la marque con- 
trefaite ou frauduleusement appo- 
sde ou imitöo, ind^pendamment de 



— 222 — 



plus amples dommages-intirets, 
8^11 7 a Heu. 

II prescrira, dans tous les cas, la 
destruction des marques reconnu« s 
coQtraires aux dlspositions desdits 
articies. 

Art. 34. Toutes dlspositions rela- 
tives aux marques de fabriaue et de 
commerce sont applicables aux 
Tins» eaux-de-vio et autres bois- 
sons, aux bestiaux, graines, farines 
et ff^n^ralement 4 tous les produits 
deragricülture. 

Art. 35. Les dispositions des arti- 
cies 26, 27 et 28 sont aussi applica- 
bles aux marques de fabrique et de 
commerce. 

Art. 36. II est per^u un droit fixe 
de cinq francs pour le d^pöt de cha« 
que marque de fabrique et de com- 
merce. 

▲rt. 37. Le depöt des desslns de 
fabrique^ efTectuö conform^ment ä 
Tarlicie 19, assurera la propri^tä 
desdeposanls pourun,deuxou trois 
ans, suivant leur d^claraüon et ä 
compter de sa date ; mais la duree 
de ce droit pourra touiours dtre 

Srot6g6 pour une nouvelle Periode 
e trois ans, au moyen d'un nou- 
veau döpöt. 

Art. 38. Le dibitant pourra faire 
son d^pdtt soit ouvertement, certi- 
fie de sa signature et de son cacbet, 
soit so US enveloppe cacbet^e. Dans 
ce dernier cas, Venveloppe conte- 
nant le dessin ou Tdcbaatillon ne 
pourra ötre ouverte qu'un an apres 
ractedesondepöt. 

Apr^s ce terme, 11 sera permis de 
preudre inspection des 6cnantillons 
ou desslns d^pos^s. L*enveloppe 
pourra, A tonte ^poque, et sur la rc- 
quisition du dcposant. Stre ouverte, 
ou, en cas de contestation, en vertu 
d'une ordonnance judiciaire. 

Art. 39. Le depöl sera consid^rä 
comme non avenu dans les cas 
suivants : 

1^ Si le dessin n'est pas uouvcau ; 

2o Si, anlerieurement au depöt, 
des produits fabriques surle dessin 
depose ont ete livres au commerce. 

Art. 40. Sera döcbu du droit r6- 
sultant du depöt le dcposant qui 
n'aura pas exploit^ en France le 
dessin faisant robjel du d^^öt dans 
le cours de dcux annees qui auront 
suivi ledit depöt. 

Art. 41. La contrefaQon, ainsi que 
le debit ou Timportation des dessin s 
de fabrique contrefaits, scieramcnt 
op^r^s, sont punis des amendes 
idict^es par rarticle 25 pour les 



Oeuvres litt^ralres et artistiqaes. 
Art. 42. Les dispositions des ar- 
ticies 26, 27 et 28 sont aussi appli- 
cables aux dessins de fabrique. 

Art. 43. II sera per^u un droit 
fix6 au maximum ä un franc poup 
le döp6t de chaque dessin de fabri- 
que. 

Tout acte de cession d'iin dessin 
de fabrique sera enrogistr^ moyen- 
uant un droit de un franc. 

Pour le d^pöt, comme pour la 
cession, la taxe fixöc est exclusive 
de tous autres frais. 

Art. 44. La poursuite devant les 
tribunaux suisses pour les d^lits 
d^Qnis dans cette Convention n'aura 
Heu que sur la demande de la par- 
tie les6e ou de ses ayants-droits. 

Art. 45. Les actions relatives ä la 
contrefaQon des (Euvres litt^raires 
ou artistiques, ainsi que des mar- 
ques et dessins de fabrique, seront 
portees, en Suisse, devant le tribu- 
nal du distrlct dans lequel la con- 
trefaQon ou la vente illicite aura eu 
lieu. 

Les actions civiles seront Jagäes 
comme matiörcs sommaires. 

Art. 46. Les peines Stabiles par la 
präsente Convention ne peuvent 
etre cumul^es. La peine la plus 
forte sera^ seule prononc^e pour 
tous les faits anterieurs au premier 
acte de poursuite. 

Art. 47. Le tribunal pourra or- 
donner l'afflche du jugement dans 
les lieux qu'il d^termmera, et son 
Insertion intdgrale ou par extrait 
dans les journaux qu'il d^simera, 
le tout aux frais du condamne. 

Art. 48. Les peines poriges aux 
articies ci-dessus pourront ötre 61e- 
v^es au double en cas de röcidive. 
11 y a röcidive lorsqu'il a ele pro- 
nonc6 contre le prevenu, dans les 
cinq anndes anterieures, une con- 
damnation pour un d^lit de la 
m^me nature. 

Art. 49. Les tribunaux pourront, 
s'il existe des circonstances ait6- 
nuantcs, rMuire les peines pronon- 
c6e8 contre les coupablcs au dessous 
du minimum prescrit, et möme 
subsliluer Tamendca l'emprisonne- 
ment, sans qu'en aucun cas eile 
puissc 6tro au dessous des peines de 
simple police. 

Art. 50. Les Hautes Parties con- 
tractantcs sont convenues de sou- 
mettre la prc^sente Convention ä une 
revision, si une nouvelle lögislation 
sur les matiercs y trait6es, dans 
i'un ou Tautre Pays, ou dans les 



— SB» - 



deax Pays^ la rendait döslrable; 
mais il est cntenda que Ics stipula- 
tions do la presente Gonyontion 
coDtinueront ä, ^tro obligatolres 
pour les deux Pays j usqu'ä ce qu'el- 
les soient modiuees d'un comman 
accord. 

Si les garanties accord^es actuel- 
lement en France a la protection de 
laproprietö litt^raire, artistlquc et 
indastnelle devaient dtro modi- 
flfes pendant la duree de la prä- 
sente Convention, le Gouvernement 
soisse serait autorls6 ä remplacer 
les stipalations de ce Traitö par les 
noavelies dispositions Mlctees par 
la lögislation iran^^aise. 



JVRISPRIJDITIVCB. 



JURIDICTION CIVILE. 

GOÜIl DE GASSATION. 

Chambre des requdtei. 

GouRS d'Ea.u Non Navigablk ni 
Flottablb. — Angibnnes Limi- 
tes- — Fixation. —CoMPETENCE. 

La question de reconnaissance des 
anciennes limites d'un cours d'eau 
non navigable ni flottable esUelU 
de la cojnpStence des Tribunaux 
civils ou de l' Administration ? 

Admission d'un pourvoi forme 
par M. de Hedouville contre un 
err^t de la Cour imperiale de Dijon, 
du 15 mal 1803, par lequel cette 
Cour s'esl döclarec incompetentc 
sur la demaudo de la commune 
d'Eclaron. 

M Dumolin, con?oiIlor rappor- 
teur ; M. l'avocat geriPral Savary, 
conclusions conformcs. Plaidant, 
M« Hoijssct. 

Aiidicncc du 16 aoüt 1864. — 
M. Ilardouiii, president. 



Ghbmin^ de fer. — Tarif General. 
— Rkduction Partielle. — 
Validite. 

L'art. 48 du cahier des charges des 
Compagnies dechemins defergui 
porte que les taxes doivent etre 
pergues indistinctement et sans 
faveur doit Hre enten/Iu en ce 
sens quo les Compagnies ne peu- 
venl deroger^ par des co)wentions 
non (nitorisees, ä des tarifs ap^ 



prouves par l'autoriti adminis- 
trative, 

Mais cet article nefaitpas obstacle 
ä ce que le Gouvernement antorise 
des reduciions de tarifs dont ne 
peuvent profiier que des expedi- 
teurs de teile ou teile provenance. 

En consequence, est valable la rc- 
duction autorisie du tarif general 
au profit des vins et spiritueux 
partant de la gare de Cette en 
destinution de la gare de PanSy ä 
la conditiun que ces denrces sor- 
tent d'une provenance d'au delä 
de Cette. Et c'est vainement que 
l'on invoauerait le pi^incipe de 
l'igalite des tarifs pour reclamer 
le b^nefice de ce tarif special au 
profit des vins et spintiteux par^ 
tant de la meme gare pour la 
mime destination, sUls nesontpas 
de la mime provenance. 

Bejet en cesens, surlerapport de 
M. le conseiller Taillandier, et sur 
les conclusions conformcs de M. Ta- 
vocat göncral Paul Fahre, du 
pourvoi de MM. de Descrt et con- 
sorts contre un jugement du Tri- 
bunal de commerce de la Seine, 
du 18 f^vrier 1863. 

Plaidant, M« Bosviel. 

Audience du 11 aoüt 1864. — M. 
Nicias-Gaillard, prisident. 



ChEMINS de fer. — MODIFICATIONS 

DE Tarifs. — Convention Rela- 
tive Aux Avaries. — Preuvb. 

Lorsqu'un tarif spicial de chemin 
dl', fer ütcoide aux expcditeurs 
imediminution sur les tarifs com- 
muns moyennant une augmenta- 
tion des delais de transport et 
sous la clause que la Compagnie 
ne repoiidpas des avaries de route, 
c'esl ä rexitediteuj' qu'incomOe l'o- 
bligation de prouvcr que la mar^ 
chandise transportee a ete avariöe 
par la faute des agms de la 
Compagnie. 

Admission en ce scns du pourvoi 
de la Compagnie du chemin de Ter 
de Lyon conlre un jugement du 
Trihunal de commerce de Cette, du 
22 oct .hre 1863. 

M. Nachet, conseiller rapporteur; 
M. Savary, avocat genöral, con- 
clusions conformcs. Plaidant, 
M" Boauvois-Devaux. 

Audience du 1«' aoüt 1864. — M. 
Hardouin, presidenl. 



— iÄ4 — 



TABLE DES MATifiRES CONTENUES DANS CE NÜMfiRO. 



ART0 CIUMI^CBS. 

Pages. 
Pnddlage avec emploi de la vapcur 

d'eau. A, Weniger et J. Roasiwall. 177 
Effets du Wolfram sur les footes au 

charbon de bois. Le Guen 182 

Cemeotation du fer par ie charbon et 

Sar l'oxyde de carbone. Frederie 
fargueritte 182 

Four rägenerateur ä fondre l'acier. . 184 
De la force cristallogenique et de ses 
applicatioBS iDdusthellcs Fr. Kuhl- 
mann 185 

Essai des huiles. F. Donny 188 

JkWLTm M^CAÜIQVCS. 

Sur les scies verticales de M. Z. Zim- 
mermann. ScAmtdt 180 

Machine ä riycr et k faire les rivcts. 
M. A, Shanks 190 

Ferfectionnements dans la fabrication 
des Plaques de blindage. M. H, Bet- 
semer 190 

Moulin & broyer concasser et decorti- 
quer. J. Patterson 193 

Machines ä vapeur de M. Watterman. 194 

Nouvelles garnitures pour cylindres 
de machines & vapeur 197 

Four annulaire et continu pour la cuis- 
son det briques, des tuiles, de la 
cbaux et des poteries de Fr. Hof- 



Pafti. 

fmann, de Berlin« et A. Licht, do « 
Dantzig IW 

Gomparaison des cabics cn mctal em- 20jl 
ploves dans les mines 9tMI 

Sur I'influencc du vent snr le tirage 
des cheminees. Schwamkruh de Frei- 
berg il6 

Pincc plale universelle. A. Hörmann, 

Moyon de prevenir l'usure des arbres 
verticaux 216 

Convention enire la France et la Suisse 
pour la ffarantie rdciproque de la 
proprietdlitteraire, artislique etio- 
dustrielle 217 

JCRISPRUDEXCB. 

JURIDICTION CIVILE. 

Cour de Cassation. — Chamhre des requiim, 

Cours d'eau non navigable ni llotta» 
ble. — Anciennes I mites. — Fixa- 
tion. — Compelcnce 223 

Chemins de fer. — Tarif gent^ral. — 
Reduction partielle. — Validile. . 223 

Chemins de fer. — Modifications de 
tarifs. — Convention relative aux 
avaries. — Preuve t23 







l*l..^o4. 



r. 



-j» 



.1^ :[ II 



f 



!". 



'I. .'K K 



r\ .-\ *^ ■' : l 



■' / 



! I ; . .* II I 



I .1 



91 






! ' I ; • ' 

f - . .' 

' ■ 'V"- 



1 '\ ■■ 

\ • ■ 



u .' 



\ ■■•.. 

w 



^0 - 

/.' /> /.• ffi t 






I 



Hft^*Ui^ * 



t4 ,. »■* /«• . / 



ilil<«i»iiji/t'.>rr . 



}Jt> 






->ir j 



LE TECHNOLOGISTE, 



OU ARCniVES DES PROGRES 



DE 



L'INDUSTRIE FRANCAISE 



ET ETRANGERE. 



AUTM M^TAIiliUBOIQUEfi» CHIllIQUEfi# DIVBB« 
ET ]6G0]%011IQUE« 



Perfectiminements dans Ics hauts- 
fourneaux. 

Par MM. Morgans. 

M. Morgans propose do construire 
les hautS'founieaux avcc un noyau 
disposö au milieu auquel ii donne 
par preferenco une forme conique 
etqu'on fait montcr ä teile hauteur 
qu'ou d^sire ä Tinterieur du four- 
oeau. II iasere des tuyeres peuö- 
trant dans Tinterieur du fourneau 

iusqu'au iioyau, (^uand celui-ci est 
ait creux, ce qui peruiet d'intro- 
duire au bcsoiii le vent ä travers ce 
noyau iudependamment du vent 
appliqud comme ä Tordinaire. II 
pense m^me quo dans quelques 
circonstances, tout le vent pcut 
Ätre administre ä travers ce noyau 
central, mais dans d'autres cas, il 
fait ce noyau solide et distribue le 
vent comme d'hal)itude. 

La fig. i, pl. 30Ö est une section 
verticale d'un liaut-fourneau de ce 
genre. 

C,C noyau central quis'dlevcjus- 

Su'au sommet du haut-fournoau ; 
chambrc a rintcrieur de ce noyau 
danj< laquclle on peut j^enetrer "par 
le dessous du foiinn»au, cn mömc 
teraps qiic les gaz pordus s'en ocbap- 
pent par io somuiet. 
La fig. 2 est aussi une section 



verticale d'nn aatre moddle de ce 
genre de hauts-fourneaux. 

G,G noyau central, D chambre 
dans iaquelleon entresur lesc6t^. 

M. Morgans pense que Teconomie 
du combustible doit dtre au moins 
de un tiers sur les fourneaux des 
meilleurs modeles actuellement en 
usage , la surface rayonnante etant 
diminuce de 50 pour 100; iudepen- 
damment de CO que la tempdrature 
uniforme g^iicree par Taccumula- 
tion dans une pareille masse de 
malleres incandescentes , fournit 
des zones ä peu pr6s horizontales 
d'egalc tempcrature. 

Linautre avantage est qu'un four- 
neau de dimensions non limitöes, 
peut ^tre allmente avec un vent i 
Lasse pression et en ajoutant au 
nonibre des tuyeres, le vent ira 
chercher et penetrera les matidres 
])lus uniform^meut que la chose 
n'a lieu actuellement, en mdme 
temj)8 qu'on obtiendra une plus 
grande quantile d'un produit mar- 
cband de meilleure qualit6. 

M. Morgans croit donc quo la 
quantite de fönte fabriqu6c sur- 
passera de beaucoup (proportioncl- 
Icment au diamctrc au lourneau) 
edle quo produisent les hauts-four- 
neaux de modöle ordinaire. Suppo- 
sonspar cxomple qu*un haut-four- 
ncau de 5 mctres de diamdtre 
prodaise260tonne8de fönte par se- 



Le Teehnologiite, T. XXVI. ^ Fevriei: 1863. 



v;» 



- 220 



mainOf unhaaMourneaaperfeciion- 
n6 da modele d*dcrit dotfl/a mfetres 
dediam^tredont rairedesection sera 
pres de quatro fois celle du prec6- 
dent, fournira six fois autaat ou 
1560 tonoes de fönte par semaine 
avec douze tuyeres, puisqu'il est 
constant qu'on economise beaucoup 
la chaleur en combinant ensemble 
nne grande quantit6 de maticres 
incandeacentes. 



Fours ä rMuire et ä fondre les 
metaux. 

Par M. E.-B. Wilson. 

II y a deuxmodMes de ces foufd, 
Tun servant a la r6daction des mi- 
nerais et des metaux mis en con- 
tact avec le combustible, Tautre 
destinö aG tn^mB usage, maifl sans 
contact du combustible avec les 
matieres ä fondre ou ä prodtdre« 

La fig. 3» pl. 305 est une section 
aar la longueur du premier modele. 

A ehambreäcombustion oaverte 
par le baut et dans laquelle on pr^ 
cipit« le combustible et la mati^re 
sur laquelle il est destinö ä agir. 
Le fond de oette cbambreest in- 
cUnö dans toutes les directions vers 
une Ouvertüre B de maniere que la 
matiöre amenöe par la fusiou ä 
r6tat liquide» s'^ouledansla cbam« 
bre ou le bassin de rdception G ; D 
Ouvertüre pour nettoyer lo four et 
fermde par une porte ; E canal ou 
paasage dont on peut multiplicr lo 
nombre» et qui est perc6 dans une 
direction inoiinöe pour que les ma* 
ti^res ne puissent s'y loger.et Tobs- 
truer; ce canal communique avec 
lachambreC dans laquelle s'ouvrent 
de nombreux conduits G' partant 
d'nne cbambre G qui communique 
par un canal G^ avec ratmospb^ro; 
B trou de coul^e; L rampaut qui 
conduit de la cbambre G dans une 
cheminee, et qui ainsi que le canal 
G* est pourvu d'un registro. 

La cbambre A ayant et6 cbarg6e 
de combustible et de minerais ou 
du mötal qu'on veut traiter, on 
allumo le feu qui est alimente par 
un courant descendant par Touver- 
turo au sommet; les produits de la 
combustion descendent par le canal 
E, en sc dirigent vers la cbambre 
G ou ils se melaiigent a une nou- 
velle quantit6 d'air qui arrive par 
lea couduita G* aün de complcier 



leur combustion, et de latraverscnt 
la chambre G pour se rendre par le 
rampant L dans la cbemin^e. 

La matiere en fusion coule par le 
canal B dans le bassin G oü on peut 
la retonir tout le tcmps qu*on juge 
convenable, soumise a Taction de la 
flamme et des produits de la com- 
bustion qui la frappeut, et oü enfin 
on Textrait par le trou de coulec H. 

Les flecbes indiquent la direction 
des courants d'air et de gaz. 

II est parfois utile d*injecter dela 
vapeur ou bien de Teau avec l'air 
par le sommet de la chambre A, et 
de rögler Talimentation de l'air i)ar 
les conduits G^ afin de rendre les 
produits de la combustion plus ou 
moins oxydants ou desoxydants 
pour les maticres contcnues dans le 
bassin G. 

J voie des scories, situee a l'intö- 
rieur du four sur Tun des cötös et 
qu'on nottoyo par Touverture I. 

Fig. 4, section longitudinale d'un 
four de r^duction ou de fusion sans 
contact avec le combustible. 

A cbambre ouverte au sommet, 
pour recevoir la cbarge de combus- 
tible ot four nir l'air nöcessaire äla 
combustion; D cendricr pourva 
d'une portc, la chambre A presen- 
tant un plan a inclinc vers I'ouver- 
ture de ce cendrier pour faciliter 
les nettoyages; E,G,GSG^ canal, 
cbambres et conduits de m^me 
disposition et mSme destiuation que 
dans le four precedent; G bassin 
de reception aycc son trou de coulee 
H; L canal conduisant a la cbemi- 
n6e; M soieinclinoe sur laquelle on 
d^pose les matieres qu'on veut trai- 
ter, et qui apres avoir ete fondues 
par la flamme ot les produits de ia 
combustion qui les frappent^ cou- 
lent dans le bassin G. 

On iiitroduit les matieres qu'on 
veut traiter par des orifices circu- 
laires K>K,Kpcrces dans lo canal 
L, tous fermes par un tampon 
impermeable ä l'air, mais qu^on 
peut enlevor et replacer avec faoi- 
litö. Quand on veut charger par 
Tun de ces orifices, on deposeles ma- 
tieres dans une augo dcml-circu* 
laire qu'on insero dans cet orifioe, 
et fait culbuler de maniere ä ce 
que ces matieres tombent sur la 
sole M ; on rctire alors Tau^^e et on 
forme Torifice avec son tampon ; J 
est la voie des scories qu'on evacuo 
par le trou I. 

Quoiquc daus la fig. 3, on n'ait 
repr^sentö qu'une seule combinai- 



- iil - 



8oa d'ane ohambre d'afflaagc ayec 
unc chambrc a r^uction, et daos 
la fig. 4, cello d*uno chambre de 
fusion ou de reduclion avec une 
ohambre a combustible, il est clair 
qu*on peut combiner de la mSmc 
maniere d'eux ou un plus grand 
nombre de obambres d^afBaa^re oü 
de fusion avco une seule chambre a 
reduction ou 4 combustible. Parfois 
aussi on peut placer les conduits 
d'air quelques d^cimdtres au- des- 
80US du sommet de la chambre ä 
rMttction ou k combustible, lors- 
quc cette ohambre est ouvcrte au 
sommet, en les mullipliant par in- 
tervallcsJQsqu'au foud pourdonner 
plus d'activite a la corabustion des 
gaz, disposition du reste qu'on peut 
appli(}tter aussi aux cubilots et ä 
des hauts-foumeaux. Lorsqu'on fait 
usage de vent sous pression ces 
conduits dolvent oommuniquer 
aveclere^gulatcur. 

On peut aussi fermer le sommet 
de la chambre ä combustible ou ä 
reduction et introduirc 4 travers le 
ooavercie une buse qui chasse un 

Soutant forci d'air, de vapeur ou 
e gaz a travers le combustible. 
i)ans CO cas ce couvcrcle est pourvu 
d'une tremie chargeuse qui permet 
d'alimenter en combustible sans 
qu'll s'echappe d*air ou de ^az au 
dehors. Les condulta G^ sont aussi 
en c'ommunioation avec co vent 
foroä. 

Dans quelques cas speciaux, par 
exemple lorsqii'il s'agit du ünage ou 
du puddlage du fer on substilue 
Qux comliuts d'airG^ une ou plu- 
sieurs tuy^rcs plongoantcs daos le 
bassiu G sous la surface du m6tal, 
et placees dans une direction angu- 
laire ou tungentiello, de maniere ä, 
brasser le metal ou ä lui imprimer 
un mouvcment de rolation. 

Pour augmenter le tirage de la 
ohemiuee dans les fours de ce mo- 
dele ou autre, et y determinor d'ail- 
leurs une Ventilation, on propose de 
placer sur le sommet de celle-ci un 
certaiu nombre de tuyaux verticaux 
et de lancer pres de la partie inf6- 
rieure de chacun de ceux-ci un jet 
de va])eur, ou mömo d'etablir un 
certaiu nombfö de groupes de ces 
tuyaux tl jet de vapeur, a difTeren- 
tes hauleurs dans cette cheminee. 



Sur la oeinentation du fer par Ic 
graphite de cornue ä gae, 

Par M. H. Cäron. 

Lors de ma derniöre commtitli- 
oation (voy. p* 113), M. Regnäult a 
annonce que dans les folirs de S^- 
vres la porcelaine noircissait lorö- 
qu*elle etait placke dans le voisina- 
ge d'un morceau de eraphlte de 
cornue 4 gaz, et que dans les tni- 
mes circonstances le fer se transfor- 
mait en fönte. M.Hcgnault a pens^, 
d* apres cela, que ce charbon devätt 
etre un c^ment plus actif que le 
charbon de bois, dont les effets sont 
loin d^^tre aussi prononcäs sur la 
porcelaine et sur le fer. 

J'ai entrepris, 4 ce suiet, atiei- 
ques cxperiences pour repondre 4 
iappcl Lienveillant que M. Rfc- 
gnault a bien voulu ni'adresset. et 
je m'cmpresse d'en faire connaitfe 
les resultats. 

Je me suis mis, pour faire cette 
cdmentation, dans les condillons oü 
ie me place d'habitude pour c^tnen- 
ter le fer. Une harre de 1 centime- 
tro carre sur 30 centim^tres de long 
a ^te chaufTee dans un tube en terra 
rempli de graphite neuf cass^ en 
morceaux de 1 centimetre cube en- 
viron. L'air avait acc^s dans le tube 
par les extrömit^s bouchöes impar- 
laitement au moyen de deüx mot- 
ceaux de graphite. En outrö, le ttl- 
be en terro poreuse pouvait lalsser 
passer les gaz du fojcr &liment6 

Ear du gi^pbite de mdiUe espdce. 
'Operation a dur6 six heures 4 la 
temperaturo rouge-cerise. Au bout 
de ce temps, la harre retirde du tu- 
be a et^ martelde et trempee, conl- 
me je Tai indique dans ma derniS- 
re noto (p. 113), et Pon a procddd 
ensuite a son examen. Le mdtal dtait 
fibreux, il a pu ^tre replie 4 froid 
sur lui-mdmo sans 4tre complcte- 
ment brise; sa surface etait mcile- 
mcnt attaquable a la lime; en un 
mot, il ü'oflrait aucune traoe sensi- 
ble d'acidration. J'ai recommcnc6 
trois fois la möme Operation, et j'ai 
obtenu trois fois le möme effet. 

Ge rösultat, qai# au premier 
abord, peut parattfe surprenant, 
n'a cependant rlen que de tres-na- 
tnrel, si l'Oü examino la composi- 
tion du graphite etnployö. Ce char- 
bon, en effet, est loin de möriter la 
reputation de purctö qui lui a etö 
faite. J'ai eü besoiü, il y & an an 
onviroo» d'en faire Panaljse, et» 



— 228 



gräce k Tobligeance de M. Camus» 
soas-directeur de la Gompagnie 
parisienne du gaz, qai a bien youIq 
mettre ä ma disposition tous les 
^^ments n^cessaires, j'ai pa com- 
parer analyti(^aement les cokes et 
fe graphite qui resultent d'ane md- 
me Operation. Tai reconna ainsi 
que ce charbon distille contient 4 
pea pr^s autant d*impuret6s qae les 
cokes ; de plas, il ne renferme qae 
des traces de polassc, de soude et 
lithine, accompagii6es de 1 p. 100 
de soufre environ ; ä rincineration 
il donne 8 p. 100 de cendres. dont 
les Clements les plus abondants 
sont la silice» la cnaax, ralumine 
et les ozydes de fer et de manga- 
n6se (1). 

Ainsi, dans la c6mentation qae 
j'ai essaj6 de prodaire, j'ai mis en 
contaet avec le fer un charbon Ires- 
snlfureux et ne contenant pas sen- 
siblement d'alcaii libre; or, j'ai dejä 
dämonträ que dans ces conditions 
Taciäration ne ponvait se faire, 
parce que la proauction de cyanu- 
res alcalins ^tait impossible; le rö- 
sultat que j'ai obtenu est donc en- 
core une confirmation de la th6orie 
de la c6mentation industrielle que 
j'ai donn6 ü 7 a six ans. 

Pour controler une fois de plus 
cette application, j'ai emplo]^e le 
moyen qui m'a toujours r^ussi. J'ai 
in^lange ce grapbite inaclif avec 
nne grande ouantit«^ de carbonate 
de potasse (10 p. 100), et dans une 
autre exp6rience avec autant de 
carbonate de barjrte naturel ; dans 
les deux cas l'aci^ration s'est pro- 
duite facilement (2). 11 est donc 
bien constant que c'est l'alcali qui 
inanquait, et que c'est k l'absence 
de ce Corps, en m^me temps qu'ä 
la pr6sence du soufre, qu'il faut at- 



tribuer Tinsucc^s des premi^res 
Operations. 

Le graphite n'est pas le seal 
cbarbon qui seit incapable de c6- 
menter le fer; le noir de fumde cal- 
cinö est dans le m^me cas, et bien 
probablement le coke, la plomba- 
gine et tous les charbons priv^ 
d^alcalis et de gaz carbur^i donne- 
raient les mömes r^sultats. 

Dans une procbaine communica- 
tion, je rapporterai des expöriences 
que j'ai faites avec le noir de fum^ 
calcind, et qui m'ont amen6 k ob- 
server un fait tr^s-int^ressant pour 
la question des aciers. 



C6mentation du fer par le charbon 
et par l'oxyde de carbone. 

Par M. Margueritte. 

Pour röfuter ce que j'avais avan- 
c^, M. Garon avait k prouver quo 
le charbon pur ne c^mente pas et 
que l'oxyde de carbone au rouge est 
Sans action sur le fer pur. Dans la 
note p. 113, je n'ai pas trouv6 cette 
preuve expöri mentale. En fait, il 
s'agissait de savoir si le cbarbon 
pur, si l'oxyde de carbone peuvent 
c^mentcr le fer. M. Garon ne con- 
teste ni n'afllrme pour le moment 
que le contaet du fer et du charbon 
produise une faible cömentation, 
que l'oxyde de carbone ait une le- 
gere action carburante dans cerlai- 
nes circonstances. II se borno ä re- 
chercber s'ils agissent peu ou beau- 
coup et s'ils m^ritent d'ötre comp- 
tds parmi les agents les moins ac- 
tifs ou les plus actifs de la cemcn- 
tation industrielle. II ne fait plus 
porter la discussion que surla plus 



(1) Voici Tanalyse sommaire des cokes correspondant au graphique dont je me suis servi. 

POCR 100 DB COKE. 

teifr«. 

GharboD da nord, GraDd-BouilloD 1.46 

Cbarbon du nord, Elonges 1.20 

Charbon du nord, Bellerue 1.10 

Charbon anglais, West Leverson 2.10 

Charbon anglais, Old Etherlay l.äO 

Graphite de comue ä gaz 1.12 



IOTA. Ton Ui 
charboM mbI 



(2) Dans une premidre expcrience , je 
m*ätais contente d imbiberle graphite d'une 
Solution de carbonate de poiasse, comme 
je le fai« pour le charbon de bois inaclif; 



mais, Sans doulea cause du soufre, la Pro- 
portion du carbone n'etait pas sufBsante, 
car je n'ai oblenu que des traces de cemen- 
tation. 



— a\) — 



ou moins grande activitö du char- 
bon et de Toiydo de carhone. II 
aemble donc abandonner la th^se 

£u'il soutenait au point de d^part. 
6 charbon pur ne c^mente pas, 
Toxyde de carbone au rouge est 
Sans action sur le fer pur. 

A Tappni de son opinion, M. Ga- 
ron invoque Celles des industriels, 
qm, d'apr^s lui» rcgardent comme 
nulle l'action du cbarbon et de 
Toxyde de carbone. Gependant, on 
8ait quo pour ^viter une c^menta- 
tion trop rapide et irreguli^re on a 
floin de no pas mcttrc le fer en con- 
taet ayec du charbon en poudro, et 
qu'on att^nuela trop brande activi- 
t6 de celul-ci en le melangeant avec 
du charbon concass^. S'il ^tait inac- 
tif, il imporlerait peu qu'il füt en 
gros ou petits morceaux, car la 
quantit6 de cyanures n'en serait 
pas changee. Getto prati(|ue, qui 
est g^n^ralc dans les acieries, mon- 
tre que Taction du charbon n'est 
pas consid^röe comme nulle par les 
industriels. 

Reproduisant Tancienne observa- 
tion sur le charbon qui, ayant ser- 
Ti, n'est plus employ6 dans la pra- 
tique, M. Garon demande pourquoi 
la cdmeutation ne se proauit plus 
ftyec ce charbon. La cdmentation 
le produit encore avec du charbon 
qui a servi ; eile devient seulement 
moins active ä la radme temp^ratu- 
re, et puisque, uinsi que je i'ai d^- 
monträ, le charbon pur cemente, 
11 seralt tonjours possible d'acierer 
le fer avec le charbon provenant 
d'uno ou plusieurs operatious, en 
augmentant la diyision du c^ment, 
la temp^rature ou le temps de cal- 
eination, mais en 61evant par cela 
mSme les frais de fabrication. Les 
industriels ont donc parfaitement 
raison d'abandonner un cdment (i) 
qui est deveuu trop lent et par con- 
sequent trop coüteux, mais, parce 
qu il est moins ^conomique, on ne 
peut en conclure que le charbon et 
roxyde de carbone sont et ont tou- 
jours die inactifs. G'est une ques- 
tion de prix do revient qui ne tou- 
che en rien k la reaction chimique 
de ces deux corps sur le fer. 

M. Garon attribue exclusivement 
d la Yolatilisation des alcalis et par 
suile a rabsencc des cyanures la 
moiudre efücacile du charbon. II y 



(i) Dont la valciir est ü'ailleurs minime : 
Oßf'Tb par 100 kiiogrammes d'acier. 



a deux autres causes importantes 
qui suffisent pour Texpliquer. 

La premi^re, c*est le changement 
d'^tat du charbon. Gelui-ci sous Tin- 
fluence de la chaleur devient, com- 
me l'a dit M. Dumas. ITraiU de Chi- 
mie, !• IV, p. 715), plus coh^sif et 

Ear cela m^me moins apte ä la com- 
inaison. On sait que le charbon 
fortement calcind devient bon con- 
ducteur de l'^lectricitö et de la cha- 
leur, et que la rt^action sur Toxy- 
g^ne, Fair atmospherique,layapeur 
d'eau et aussi sur l'acide carboni^ 
que, devient moins active. 

Getto Observation a une grande 
importance, en ce ou'elle montre 
que dans les caisses de cementation 
avec du charbon qui a ddja servi, 
la Proportion d'acide carbonique 
est plus considörable et devient une 
entrave ä Tacieration. 

Los affin! l6s du charbon se mo- 
diüent par la chaleur sous le dou- 
ble rapport de la carburation par 
contact et do la rdg^n^ration de 
Toxyde de carbone. La difterence 
d'activite que la pratique ^tablit 
entre ie charbon de bois neuf et ce- 
lui qui a servi s'explique donc ais6- 
ment sans Tintervenlion des cya- 
nures. 

La seconde cause, c'est le d^part 
des gaz carbonds qui se ddgagent 
du charbon dont la portion s*dl6ve, 
pour cclui de chdno generalement 
employe dans la edmentation, k 10 
p. 100 de sonpoids(^err/itcr,T«l'', 
p. 271). ün aulre chimiste, M.Bun- 
sen, a constatd que les gaz qu'il a 
obtenus de la calcination du char- 
bon de bois contenaient Jusqu'd 7 
1/2 pour 100 d'hy<lrogene protocar- 
bond dont M. Garon a lui-mdme 
verifid l'action acidrante. 

S'il sulTisait de rapportcr les alca- 
lis volatilisds pour rendre au ce- 
ment ses qualitds perdues,les fabri- 
cants d'acier auraient le moyen, 
avec des cendres • de rdtablir la 
compldte cfflcacitd du charbon or- 
dinaire; cependant ils ne peuvent 
regdndrer inddfiuiment le cdment 
par Taddition de cendres, dont 
remploi est d'ailleurs fort ancien, 
et ils continuent ä faire usage du 
charbon neuf. 

M. Garon indique une opdration 
qu'il a faite sur de l'dponge de fer 
prcpardc par le procedd Chenot, 
c'est-a-dire par Taction de l'oxydc 
de carbone sur le minerai de fer. 
Ces dponges ont ete rapprochdes au 
rouge puis fa^onndes en hartem ^ 



— 230 — 



qul, apr68 1^ trempe, n'ont pr6sentd 
^ucun des oaractdres de Tacier, ni 
mäme da fer acidreuz, 11 conclui 4e 
\k que l'oxyde de carbone agissai^t 
an ronge siir le fer ne le carbape 
pas 8en3iblement. 

Les Qxp^iiences que j'ai publice« 
mbntrent que cette assertion est 
inexacte, ]ßue est d'ailleurs en d^- 
accord avec les faits constatds par 
M. Garon lui-mSme. En c£fet, n a 
pu carburer des minerais de fer de 
Bilbao et de Benndorf , dans qa 
courant d'oxydo de carbone, k une 
temp^ratare qai se produit dans le 
proc6d^ Ghenot. II est donc certaia 
que sl r^ponge de fer ne contenait 
pas de carbone, c'est que l'aetion 
de Toxyde de carbone n'avait pas 
M assez prolong^e, et si eile en 
contenait, c'est aue» inajgr6 le bo- 
rax, 11 avait 6te brül6.Xa simple 
analyse du carbone aurait r6solu 
cette question beaucoup mieux que 
l0 rapprochement , Tetirage et la 
trempß de T^ponge. Gar je ne peq- 
ßo p^s qu'on puisse consid6rer ces 
Operations comme un moyen rl- 
ffoureux de constater la pr^ence 
dans le fer de quelques milli^mes 
de carbone. 

Gette expärience ne montre 
qu*une chose. G*est que lo fer ob- 
lenu de l'öponge ne contenait pas 
de carbone, et eile ne prouve nul- 
lemcnt que Toxyde de carbone ne 
peut transformer le fer en acier» 

Fnfin,M. Garon a chau£E)ä penaant 
douze heures, dans uu courant d'oxy- 
de de carbone, un barreau de fer 
aui n'aurait prdsente aucune trace 
cle c^mentation, möme superücielle. 
Je reffretle de ne pas 6tre d'accord 
avec lui dans une ex perlen co aussi 
simple. Mals le suis arrWö a un r6- 
suitat tont aifif^rent. Je ne puls 
m'expliauer celui qu'll a obtenu 

Sue par Vepiploi d'unc tempdrature 
ßfavorable ou d'un courant trop 
lent d'oxyde de carbo»e. II fallait 
tcnlr compte. d^ns les conditions 
speciales de rexp6rience, de la nö- 
cessltd d'ecarter par un courant 
sputenu l'acldo carbonique form6 
qul, tendant ä brdlcr la carbone 
qui se depose, contre-balance et 
retardo la cementation definitive. 
Cet inconvönient n'existe pas dans 
la pratique, pnisque Taciue carbo- 
nique est detruit aussi tot qa'il se 
forme par Texcös de charhon (neut). 
L'oxyae de carbone est d'autant 
plus actif qu'il est plus pur, c'est- 
a-dire que l'acide carbonique est 



entratn6 ou detruit plus rapido- 
ment. 

Quoiqu'il en eoit, sl Texodrienoe 
de M. Garon dtait exacto, je serais 
convalncn d'erreur. II prötend 
qu'aprds douze beures Toxyde de 
carbone n'a pas cdmentd le fer, m^ 
me superficiellement. De mon cdt6 
j'affirme au'apres six beures Toxy- 
de de capbone (i) a cementd com- 
plötement desfils de fer de Snim.^de 
diametre et un barreau de 6 milli* 
m^tres d'dpaisseur ä lnim.5 de pro- 
fondcur. 

Le charbon de suore, caicinö pen- 
dant douze beures ä une forte cba- 
leur et finement pulvdrisd, a pu en 
dix beures cementer presque k coeur 
un barreau de fer de 6 millimMre« 
de cdte, et compldtement des fils de 
8»»".5 de diametre. 

Le m^me cbarbon, k une temp4- 
ratupe plus dlevde, en six heures a 
convertl en fönte par cementation 
un barreau semblable. 

La tempdrature et le temps do U 
calcination ont, comme on le voit, 
une tr^s-grande influenoe sur les 
rdsultats, et ils dömontrent une 
fois de plus Taction carburante du 
eharbon pur sur le fer. 

Quant a ia dimension des echan- 
tillons de fer que j'ai cömentes, je 
la crois süffisante pour ecartertouto 
objcction k cet dgard. II est d'ail- 
leurs Evident que la plus ou moins 
grande 6tcndue de la cementation 
n'est qu'une question de temps ; les 
rdsultats qu'ont produits quelques 
heures de traitement spdciai et sd- 
pare pour chaque agcnt indiquent 
ceux que donneraient deux ou trois 
Cents beures de calcination du fer 
dans le charbon et Toxyde de car- 
bone simultanement. 
Ils prouvent : 
lo Ge que M. Garon n'admettait 

Fas d'abord, que le charbon pur et 
oxyde de carbone cemenlent le fer; 
2^ Ce qu'il conteste aujourd'hul, 
qu'ils ont une action considerable 
et peuvent certainrmeiit compter 

Sarmi les ei6ments les plus actifs 
e la cementation industrielle. 
J'al depose sur le bureau de l'Aca- 



(1) Je mc suis attache a oporer fi la tem- 
päralure consideroc dans riuduslrie comme 
la plus convenable, c'esl-a-dire ;i celle qui 
peilt (1< t.'rminpr la fusion du ciiivro. J'ai 
empioy«* aussi l'oxydo de carhono prove- 
nant Je la decomposition de lacidc carbo- 
nique sur du charbou de sucrf. Ippgtpmps 
chaufTe ä une haute lemp(^raturp. 



— i31 — 



dömie los dohantiiloas de fer acid- 
F^s par Toxyde da carbone, le char- 
bon pur et fa poussidrede diamaat» 
qui possedent ies caractdres et les 
qoalitösde Tacier. 

Je suis prdt, ä r^pdter mes oxp6- 
riences devant la Gommission a la- 

Sueile rAcadömie des scienoes a 
ien Youla renvoyer rexamen de 
mon travail, et je m'engage i cc- 
meater s^par^ment ou simultan^ 
ment par le charbon et Toxyde de 
earbone purs le fer du commerce, 
pourvu qu'il soit de bonne qualit^. 



C^mentation du fer par le graphite, 
Pab M. Jullibn. 

Etant en 1848 directeur de la fa- 
brioatlon de Taciörio de Lorette, jo 
veo^s de MM. Petin et Gaudet un 
tonaeau de graphite naturel d'Alle- 
magneavecinvitation deTessayer 4 
1a place du charbon de bois. A cet 
äffet je fis fairo de petites bottes en 
ÜBT dans les quelles je mis des barres 
Ac^menter; entouröes decc graphite 
r^uit en poudre et fortement com- 
primö. Je les fermai ensuite d'un 
eoavercle, elles ^taient privöcs d'air. 
Ges bottes plac^esdans le mlücu des 
eaissos & cementer ont donnd des 
ftciers ne diff^rant en rien de 
eeux recueillis dans les autres par- 
tios de« caisses. Ge fait est en oppo- 
•ition compl^te aveo les assertions 
de M. Garon d'une part etde M. Fre- 
my d'autre part. Le graphite ötait 

Sur etdans plusieurs essais prdala- 
lement calcinä. 

Le reste du touneau a 6t^employ6 
& la fonderie, en guise de charbon 
de bois, on möiange aveo du fer, 
pour fabriquer de l'acier ä ressort ; 
7000 a 8000 kilogrammes de lingots, 
fabriques ainsl n'ont difTörö en rien 
de Tacicr ordinaire ; ce qui est d'au- 
tant moins surprenant que quand 
J'ai entrepris ces «^ssais, M. Krupp 
passait pour ne [)a$ employer autre 
ehose dans scs usinos. 

Donc le carbone seul cdmente le 
fer. 

Si S0U8 ce rapport jo suis d'accord 
ftvec M. Margueritto, il n*en est pas 
de möme quand il s'aprit de cementer 
le for au moyon do l'oxyde do car- 
bone. Deja il y a trento ans MM. 
Laurent et Leplay ont presente uno 
theorie do Tacier basoc sur co fait. 
J'ai le rcgret de diro que des raisons 
trop longues a developper ioi m'au- 



torisent ä afflrmor que Toxydede 
carbone ne cömento pas le fer. Sl 
donc M. Margucritte a obtenu da 
l'acier et non du fer brüllen faisant 

E asser an courant d'oxyde de car** 
one sur du fer chaufte au rouga^ 
cela provient de oe que son oxjrda 
de carbone« oomme le gaz d'eolai* 
rage, contenait du carbone eadisso* 
lution. 

Qu'on sonmette ä Tanalyse da 
roxyde de carbone pr6par^ parla 
mötnode qu'il indlque et on reoon** 
naftra qu il renferme plat de car^ 
bone que n'en comporte la eompo« 
sition de ce gaz. 



Lingotitre pour les acUrs fonduSf 
Par M. W. Vkild, Ingenieur. 

Nous avons ddcrit dans le T<* zxv 
p. 114 (i) unc lingoti^re dont leca- 
ractcro principal de nouveautä con- 
siste k reunlr plusieurs moules par 
des canaux dispos^s dans le bas de 
chacun, de fa^n que le metal yersö 
dans Tun de ces moules peut pas- 
ser dans les autres et s'y Clever aTCO 
fermetä de bas en haut sans cette 
agilation ou cette ^bulUtion du m6* 
tal qui accompagne le mode ordi- 
naire de remplissage du moule 
quand on verse directement par le 
baut et qui produit fräquemment 
un lingot spongieux par un m6« 
lange avec le mdtal de l'air atmos- 
phorique pendant le travail du 
moulage. 

M. W. "Weild inge'nieur äManobes*- 
ter, a pens6 qu'on pouyait enoore 
perfectionner cette neureusa id^ et 
yoici comme il proiiose de modifier 
Tappareii qu'il destine au moulage 
des aciors fabriquäs par le prooöa6 
Be9semer. 

Dans son Systeme on itablit un 
carneau ou un conduit dans une 
messe circulaire en forme de Seg- 
ment ou en droite ligne et ce car- 
neau est recouvert par une plaque 
en m^tal dont la face superieore 
bien dressee presente soit un canal 
continu, soit une s^riede canaux 
rayonnant appeläs yoies. Sur cette 
plaque en m6tal en est posto ana 



(i) Getto lingotiere döcrite sous le Dom 
de sl. J. H. Johnson, qui en a ete rimpor- 
l.iteur en Angleterre, est d*une invention 
francaise due k MM. Pelin et Gaudet. ha- 
biles maltres de forge i Rlye-de-Gier. 



— 232 — 



abtre crui s'y appliqae bien exacto- 
ment; a travers la plaque supt^ricure 
sont percds un certam nombrede 
troas sur chacun desquels on place 
un moule, de fagon que tous les 
moules sont mis en communica- 
tion avec le canal ou les canaux et 
aussi entre euz. Ges moules peuvcnt 
6tre dispos^ en cercle sur la plaque 
ou sur une s^rie de plaques en mö- 
tal avec un moule ou cbenal g^ne- 
ral au centre, des voies menag^es 
dans la plaque införieure qui partent 
en rayonnant du cbenal principal 

I>our se reudre ä cbacun des mou- 
es qui environnent celui-ci. La 
plaque sup6rieure aul präsente des 
trous par lesquels Ic melal s'el^ve 
dans le moule est enduite ä la brosse 
d'argilerdfractaire calcaire pour quo 
le mötal soit garanti efficacemcnt de 
tout effet de trempe cn coquille en 

Sassant 4 travers les petits orlüces 
ans le moule. 

Lorsqu'on est sur le point de ver- 
ser le metal, la poche qui le con- 
tient est amenee sur Tun des mou- 
les ( par exemple celui du milieu ) 
et tout pres de son orifice en dispo- 
sant l'appareil, si on le juge utile, 
pour que l'air ne pen^tre pas. On 
ouvre alors la soupape de la poche 
et le m6tal dcscend aans le moule, 
puis coule dans les Yoies formces 
dans la plaque au-dessus du car- 
neau et s deve de la simullanement 
et Sans agitation dans tous les mou- 
les jusqirä ce qu'ilsen soientrem- 
plis. 

ImmMlatement apres ^uo les 
moules sont remplis on fait tour- 
ner ou glisser legörement la plaque 
sup^rieure de manidrc ä interrom- 
pre les Communications entre les 
trous percds dans la plaque sup6- 
rieure et le cbenal central, co qui 
separe et isole le m^tal pendant qu'll 
est encore ä T^tat fluide, et comme 
le trou par le quel le m^tai a pass6 
dans le moule a la forme d'un cöne 
tronque dont la grande base est 
tourn^e du cöte du moule, le melal 
lorsqu'il est refroidi se d^gage aise- 
ment de la plaque supörieure. 

Au lieu de söparer le mdtal entre 
le cbenal central et le moule pen- 
dant (ju'il est a l'etat fondu on peut 
Yj laisser refroidir; dans cc cas on 
brise le llngot on le s6pare des par- 
ties qui rcmplisscnt le chenal. 

Apres que le mötal dans les trous 
de la plaque superieurc et dans les 
voies a et6 cnleve, la plaque est rc- 
plac^sur celies-ci apres avoir enduit 



les parties qui doivent dtre mises en 
contact avec le m^tal fondu soit 
avec du noir de fumee ou de lampe» 
soit avec de Targile ou du cbarbon 
de bois ä la manicre ordinaire: alon 
Tappareil est pröt pour opörer un 
moulage de lingots. 

Lecarneau ou canal sous la pla- 
que m^tallique canalicul6e ou sous 
la plaque dans laquelle sont for- 
mlos les voies, est chaufT^ par des 
moyens couvenables, par exemple 
h. l'aide de la cbaleur pcrdue du four 
afln de porter les plaques ä une 
certaine temperature et empÄcber 
le m^tal en fusion d*Stre saisi dans 
son passage aux moules. 

La fig. 5 pl. 305 est une coupe 
sur la hauteur d'une lingotiere ä six 
moules dispos^s autour d'un moule 
central, l'extrdmitö inferieure de 
tous ces moules commuuiquant 
avec le moule central par des pas- 
sagcs ou voies qui partent en rayon- 
nant de celui-ci. 

La tig. 6 est un plan deTappareil. 

A ligne delcrre ; B carueaucbaulX^ 
par les produits de la combustion 
ou la cbaleur perdue du four oa 
par un fourneau special; G plaque 
de fond formant la partie superieure 
ducarneau: la face superieure de 
cette plaque est creus6e d'un troa 
central conique d'oü partent six 
brancbes rayonnantes qui consti- 
tuent autant de voies F, F prcsentant 
dans le bas une forme conique afln 
de pouvoir y enlever aisöment 
Tacier qui s'y trouve 4 Tetat solide 
apr^s cnaque moulage. Gette pla- 
que G est recouverte par une autre 
plaque D qui y est maintenue bien 
cenirde par un rebord E que la pre- 
mi^re porte tout autour. La plaque 
superieure D s'applique trös-exaote- 
ment sur celle infdrieure et couvre 
les voies de mani^rea en faire autant 
de canaux couverts mais ouverts 
au deux extr^mitös, celle ext^rieuro 
de chaque voie coramuniquant au 
moyen d'un trou G dans la plaque 
avec un moule H place au-dessus, 
et Celle inferieure etablie enrapport 
par un trou I perce dan^; la plaque 
D avec le moule au centre H. 

Le bord de la plaque superieure 
D est deute sur une petite dtendue 
de sa circonference qui engreue 
avec une vis sans fin K porlee sur 
des appuis faisant corps avec la pla- 
que inierieure G. Gelte vis sans fin 
peut tourncr dans les deux sens au 
moycn d*un manche L sur le quel 
est un encliquetagc comme celui 



— 233 — 



d*im drill dont Id pignon M est cal6 
gar Taxe de la vis: quand on fait 
toomer la plaque sup^rieure D par 
le moyen de cette vis sans fin K od 
interrompt imm^diatement la com- 
munication eutre les voiesrayou- 
oantes F et les moules H. 

Le moule central est montö plus 
hautque ceux ani rentourent pour 
procurer nne Charge au masselotte 
de ni^tal fondu sumsante pour sur- 
monter la r^sistance que le mctal 
^rouve dans son passage ä travers 
les Yoies. 

Quand on veut opdrer un moulage 
on enduit les voies et les moules 
d'argile dölayde i la maniere ordi- 
naire, on ajuste la plaque D sur ces 
Toies F et on fixe ä leur place les 
moules H; lorsque les plaques et 
les moules ont etä suffisamment 
ohauildSy on am^ue le melal fondu 
dans la poche N dont le fond est 
ferm^par une soupape, au-dessus 
du moule central comme on le voit 
dans lafig. S, on ouvrelasoupape et 
le m^tal descendant dans ce dernier 
moule, travcrse son fond, coule 
dans les voies F et remonte simul- 
tanöment dans tous les moules. 

Lorsque les moules du pourtour 
sont remplis on fait touroer d'an 
certain angle la plaqu^c sup^rieure 
D au moyen de la vis sans fin K et 
on s^pare ainsi simultan^ment le 
m^tal londu dans le bas des trous 
G de cette plaque de leurs voies 
dans la plaque inferieure D, de 
üaQon que quand le lingot et son 
moule sont refroidis, on pcut trös- 
bien enlever ce lingot, le m^tal qui 
fl'est fig6 dans la plaque ayant la 
forme d'un cönetronqucdont labase 
la plus grande est tourn^e vers le 
haut. 

Le lingot central est brise dös 
qo*ll est un peu refroidi aprös quoi 
on Idvela plaque superieure a Taide 
d'une grue, on enlöve le metal dans 
les voies qu*on enduit de nouveau 
d*argilc delayde, on replace et 
ajuste la plaque superieure et enfin 
on moule une nouvelle sörie de lin- 
gots. 



Nouveaux procedis pour revHir les 
metaux d'une couche adhörente et 
bnllante d'autrcs nietaux, 

Par M. Fred. Weil. 

Les bains quo j*emploie poar d6- 



poser les metaux les uns sur les 
autres, sont des sels ou des oxydes 
m^talliqucs, tenus en dissolution 
alcaline, sodique ou potasiqüe, soit 
ce qui est le plus fräquent, au moyen 
de matieres organiques telles que : 
acide tartrique, glycerine, albu- 
mine, ou toute autre substance em- 
pdchaut la pröcipitation de Toxyde 
par Talcali fixe, soit encore par 
l'excds de Talcali fixe lui-m6me. 

J'opöre les revßtements m6talli- 
ques au moyen de bains, selon les 
dilferents cas, soit avec, soit sans le 
concours et le contact du zinc ou 
du plomb metallique, soit k la tem- 
pörature ordinaire, soit ä une tem- 
p^rature plus ou moins 61ev6e. 

Par voie d*immersion, dans des 
bains ä composition analogue, je 
puls ^galement colorer en nuances 
diverses et bronzer ä volonte les 
metaux pröalablement cuivräs. 

J*aitribue le plus d*importance 
pratique ä mes procedös de cuivraj^e 
et de bronzage du fer, de la fönte 
et de l'acier, attendu qu'au moyen 
des proced^s connus en usage, non- 
soulement on n'obtient pas d'adhd- 
rence sufflsante, mais qu'on est 
encore oblige d'empäter prdalable- 
ment ces mdtaux de plusieurs cou- 
ches de matieres ötran^öres, con- 
ductrices de relectriciie avant de 
les soumettre ä l'action de la pile 
et du Sulfate de culvre. 

Le fer, la fönte et Tacier sont, 
non-seulement cuivrös par mos 
moyens avec une soliditö caracte- 
ristique qui permet de les distinguer 
des mömes metaux cuivrös et bron- 
z6s par les möthodes en nsage, mais 
je puis en outre varier d volonte les 
coulciirs et les tons, et produire une 
sörie de rdsultats que Tindustrie n*a 
pu produire jusqu'ici. 

Je puis eufin par les moyens d6- 
crits, argenter, nickeler, e\c., le fer, 
la fönte et Tacier cuivrös par mes 
proc^d6s . 

Mes proced6s sont susceptibles 
d'un grand nombre d'applications 
indusirielles du plus grand interöt 
que j'ai ^tudi6es tout particuliere- 
ment. 

Les objets en fer, fönte et acier 
ainsi cuivrds ou bronzös peuvent, 
k Tabri de la pluie, rdsister d tous 
les agonts atmosph6riques et aux 
temperatures les plus dlevees. Ils 
resistent 6galeraent a Teau, pourvu 
qu'ils y soient plonges entieremenl. 

Pour que lesdils objets cuivres 
par mes proc^te pnissent ^ale- 



— 234 — 



ment r^sistsr d la pluie« c'e8t-&-diT9 
aux alternatives a'hamidit^ et de 
söoheresge et d Teaa de mer, je 
donne une öpaieseur plus forte a la 
oouche de coirre soit au bain dit 
de galvano, o^est^ä-dlre au moyea 
de la pile et d'une dissolution aoi'* 
dul^ de cuivrs, soit d la pÜQ avee 
xnes dissolutions speciales. L'adhdf 
reace du cuivre sur le fcr, la fönte 
et Taeier, traitös par mes moyens, 
dtant complete et parfaite, une 
^paisseur complömentaire d'une 
fraction de millimetre donn^e k la 
pile est largement sufüsante. Les 
objets aiosi traitds» tout en repro« 
duisant üdclemcnt les details les 
plus d^licats d'une pi^ce ornemen- 
t^e, poss^dent toute la 8olidit6 dösi- 
rable. 

' Mon proo6d6 offre donc d la fols 
une ^conomie tres-conslderable et 
des avanta^es marqu^s sur les pror 
cedds de cuivrage cq usage. 

£n tcrminant je vais encore oiter 
un fait qui, au point de vue th^o* 
rique surtout, parait presenter de 
Tint^rdt. J'ai trouvö que le euivre 
d^capd se couvre d'une coucbe ad- 
b^rente de sine au oontact du sine 
m^tallique lui^-mSme, dans une die«- 
eolution assez coueentr^e de soude 
ou de potasse eaustique. Ge zincage 
s'op^re tout de suite en ehaulTant 
le bain de 60 d 100 degres oenti^ 
grades. A froid, 11 n*a lieu qu'au bout 
4'un temps plus ou moins long, 
Selon l'alcalinite du bain et ne se 
fait au'incompl^tement. Le zinc 
metalliquo s'oxyde et se dissout 
dans la soude, phänom^ne accom- 
pa^n6 d'une precipitation de zinc 
metallique sur le cuivre, et d'un d^- 
ffa^ement d^bydrogene d'une odeur 
u&tide et piquante. 



Force cnstallogdniqite, 

Par M, Fred. Kühlmann. 

(Suite.) 

Tableaux cristallins ; leur repro- 
duction par la Photographie fla gal- 
vanoplastie et IHmpresston, J'ai Si- 
gnale dans ma demiere communU 
oation les circonstanccs diverses 
qui fönt varier dans leurs fornnes 
les cristallisations contrariees par 
des mati^res amorphes ou des sub- 
stances gomoieuses iucor|)orees 
dauK certainea dissolutions salines. 



J'fljoaterai que ^e« eFistalUeationa 
anormales pr^sentent un caractdre 
d'instabilit^ remarquable. Un clutn» 
gement survenu dans la temp^ra^ 
iure ou dans rbumiditö de l'air et 
d'autres causes difficiles a appreoief 
amenent du jour au lendemaia des 
modiücations dans mes tableaux 
cristallins ; au milieu d'une arborl- 
sation,on voit souvent surgir spon** 
tan^ment une Atolle, une guirlan- 
de, des feuilles Isoldes, une figure 
d'araign^e, de orabe, oqün des oon^ 
figurations inattcndues et n'ayant 
aucun rapport avec le dessln pri- 
mitif, Ainsi les mol^cules cristalli'- 
nes sont constamment miseg en 
mouvement par les InflLuences les 
plus l^g^res> et je ne suis pas m^me 
arrivö d les fixer soos une forme 
d^termin^e en les couvrant de ver- 
nis ou de collodion. J'ai mis soos 
les yeux de TAcad^mie un tableaa 
cristallin de sulfate de zinc mdld 
d'oxyde bydrat^ de cuivre, qui, 
bien que recouvert d'un vernis» a 
subi encore des modifications con« 
sid^rables dans les premiers joors» 
alors que le vernis n'etait pas enco* 
re bien alTermi» et on y apergoit 
encore de temps d autre quelques 
nouveaux cbangements auxqueU 
la d^sbydratation partielle de l'oxy* 
de de cuivre parait contribuer, 

Lo Sulfate ue zinc est le sei qui 
m'a donn6 les dessins les plus va- 
ri^s, surtout lorsque la dissolution 
a etä epaissle par de la ^omme. Ges 
dessins peuvent Hre diversement 
colores par l'addition de matieres 
eolorantes solubles aux dissolutions 
salines, et j*ai obtenu, par rappli- 
oation sur des cristaux incoJores 
d'une coucbe de dissolution alcoo« 
liquo de fuebsino, des tableaux qui, 
vus par transparence, sont d'une 
belle couleur rouge, et qui, vus par 
röflexion, prösentent Vadmiraole 
couleur d'un vert cbatoyant qui 
appartient d cette matiäre colorante 
lorsqu'elle est a Tätat sec. Ges cris- 
tallisations diversement colorees 
donnent par projection des eHets 
lumineux tres-rcmarquables. 

La grande instabilite de mes ta- 
bleaux cristallins m'a fait porter 
tous mes ell'orts a leur assurer une 
duree qui püt permettre de les faire 
sorvir au d^cor. Independamment 
des vernis et du collodion, j'ai eu 
rccDiirs, poiir opcrer ccs fixations, 
a de faibles dissolutions de lanniri 
l)onr les dessins obleuiis avec de la 
gelatine ; mala je fus bientöt con- 



— i36 — 



duit & m'adresscr k des moyens de 
fixatioQ plus complets et permel- 
taat des applioations plus seriea« 
•es aae celle du decor des vitragcs, 

Je m adressai d la Photographie et 
i la galvanoplastie. 

Plwtograp/iie. La Photographie 
me donna par transparence ou par 
röflexion la reproduetion fidele de 
toutes les dispositions obteaues seit 
par Ics dissolutions des mati^res 
erisiallisables seules, ölendues cn 
eoaehes minces sur des fouilles de 
-yerre ou de m^tal, soit par ces m6- 
mes dissolutions associ^cs ä des 
mati^res gommeusos oa ^paissies 
par des oxjdes hydrat^s ou d'autres 
eorps amorphes/Ces dessins pho« 
lographiques fixes sur des cartons 
OQ produits sur des Teuilles de vcrro 
dans des couditlons eonvenables 
de Juztaposition, donnent au ste- 
r£o8cope des effets admirabies de 
nettet^, d'^clat satiaS et souvont de 
relief. L'obligeant concours de 
If. Bingharn^ un de nos photogra- 
phos les plus reiiomm^s et qui est 
en m^mc tcmps un physicicn trös- 
exp^rlment^, m'a permis de pou- 
Tolr präsenter ä TAcad^mie des sp6- 
cimens nombreux de la reprodue- 
tion Photographie de mes bizarres 
cristallisations, et je mo fais un de- 
▼oir d'en exprimer ici ma recon- 
Baissance d cct eminent artistc. 

lies tableaux cristallins peuvent 
ftQSsi ^tre reproduils dans leur 
jfrandeur natureile sur papier sen- 
sible. On peut cnftn leur faire su- 
bir diverses modifications de cou- 
leur en humcctant le papier desti- 
n^ & recevoir Timpression avec une 
dissolution d'agents chimiques ap- 

Sropries. Ainsi des cristaux de sels 
e cuivre peuvent donner une im- 
presslon sur papier en rouge bruu 
et des sels de fer une Impression en 
bleu 61 Ton a humect6 le papier de 
d^calque au moyen d'une dissolu- 
tion de ferrocyanuro de potassium. 
Plusieurs dpreuves assez nettos 
peuvent etre ainsi tir^es du möme 
tableau cristallin. Mais je suis ar- 
plv6, pour cette reproduetion, au 
point de vue artistiquc et Indus- 
trie!, ä des rösultats plus complets 
encore en transportant mes ta- 
bleaux sur des feuillcs de cuivre 
par ia galvanoplastie et par la pres- 
gion scule. 

Reprcductionparlagalvanoiilastie. 
Pour reproduire \mvi'impressiond\iQ 
naturelle les conto urs les plus si- 
nueux des f e ailies et de plan tea enti^ 



res/M. le eonsfiiller Aaer, divectaup 
del'Imprimcrie imperiale, d Vienne, 
a eu recours ä la compression da 
ees objets en les faisant passer an^ 
trc les cylindres d'une presse ea 
tallle douce aprös les avoir plac4i9 
sur une lame de fior poli et les aYoir 
recouverts aveo une lame de plomb. 
Par la pression exerode dan» eotto 
op^ration^ la lame de plomb prend 
Ternpreinte des objets a reproduire» 
et cette lame, par la galvauoplastie* 
donne une planchc de cuivre oü la 
gravure est en relief. Une deuxiemo 
plancbe de cuivre» tiree de ce relief 
aussi par voie galvanique, donne 
un creux qui s'imprime en tallle 
douce, et donne sur papier des 
dpreuves qui ont exeit6 radmiran 
tion des visiteurs et du IU17 de 
TExposition universelle de ISlSo. 

Mes tableaux cristallins produits 
sur des lamcs de fer ou d'acier poli 
donnent, dans les mdmes circons- 
tances, des empreintes de la plu^f 
grande nettct^,et qui, par les trans^ 
jjorts sur cuivre qui viennent d'dtre 
indiques, donnent une gravure par- 
faitement appropriöe ä rimpression 
sur papier et sur etoffes. Les details 
cristallins les plus minutieux sc re- 
produisent fidclement, et la forme 
des cristaux reste intacte alors mS- 
me qu'il s^agit de sels hydrat^s 
d'apparcnce peu rösistants. 

Mais, dans ces sortes de repro- 
ductions, la lame de plomb s'al- 
longe consid^rablement, et le des^ 
sin par Teffet de cet allongement so 
trouve un peu deforme; d'un antra 
cötö, l'ensomble du proc^d6 präsente 
une grande complication. 

J'ai cherche ä rendre ce ppoc6d6 
plus simple et plus ^conomique tont 
en obtenant des rcproductions plus 
fid^les. 

Pour avoir une reproduetion ab» 
solument cxacte, il devient n^ces- 
saire d'op^rer la compression, non 
avec les cylindres d'un laminoir, 
mais par une pression vertioale agis- 
sant simultandment sur toute la 
surface du dessin. Ce rösultat peut 
6tre obtenu par une presse a vis, ou 
mieux par une presse hydraulique, 
mais 11 n'est applicable quo pour 
des dessins de peu d'eteadue ; pour 
de grands dessinSt il ndcessiterait 
Temploi d'une pression tr^s^consi- 
d^rable. 

Voici le proc^d6 auquel, aprfes 
quelques tatonnements, j'ai donno 
la pref6rence au point de vue sur- 
tout d'une reproauetion ^cduomiU 



— 236 



qne, mais qui cependant präsente 
uae grande pr^cision. Je produis 
mes tableaux cristaliins sur des 
feuilles de fer ou d'acier poli, ou 
encoro sar du maillechort, alliage 
qai presente une grande rdsistancc 
a r^craseroent, et» au lieu de pren- 
dre rempreinte avec du plomb, Je 
produis directement cette em- 
preinte sur des feuilles de cuivre 
r^unies cn eomprimn nt Tune contre 
l'autre, au moyen d'un puissant la- 
minoir, les deux feuilles m^talli- 
ques avec le dessin cristaliin inter- 
pos^. Par cette m^thode d'op^rer, 
tout le relief du dessin se produit 
en crenx sur la feuille de cuivre 
qui, au sortir du laminoir, peut di- 
rectement servir k Timpression sur 
papier et sur Stoffe ; rallongement 
du cuivre ^tant incomparablement 
moins grand que celui du plomb, 
j'obtiens des dessins plus corrects 
et je supprime la ndcessitd de deux 

{>r6cipitations galvaniques; enfin, 
'ai une planche en cuivre plus du- 
re que celle que produit la galva- 
noplastie. 

La conservation des formes cris- 
tallines, malgrd les hautes pressions 
qu'il est n^cessaire de proauire, est 
remarquable ; aussi ma metbode 
pourra-t-ellc dgalement s'appliquer 
avec succes ä la reproduction, pen- 
dant les grands froids de Thiver, 
des fleurages dus ä l'bumidit^ con- 
densöe lentement sur des feuilles 
de m6tal. Ges fleurages, lorsqu'ils 
se forment sur les vitrages, presen- 
tent des conflgurations analogucs 
a mes tableaux cristaliins, ä ceux 
surtout qui s'obtiennent avec le 
Sulfate de fer et le sulfate de cuivre. 
Si le proced6 que je viens de dö- 
crire est le plus äconomique et le 
micux applicable aux travaux in- 
dustriels, le procM^ galvanoplasti- 
que me paratt cependant devoir ötre 

§r6fer6 pour arriver a des r6sultats 
e tr^s-fip:ande präcision. Dans cc 
cas, au lieu de produire des em- 

Sreintes sur du plomb, je produis 
irectemcnt des moules en compri- 
mant de la gutta-percLa sur des 
feuilles de verre ou de glace poiie 
revÄtues des dessins cristaliins. Les 
moules de gutta-percba me servont 
ensuite ä produire , par l'^lectroty- 

fue, des planches en cuivre portant 
e dessin cristaliin en relief, d'oü je 
tire des plancbes en crcux propres 
4 rimprcssion en taille douco. 

Les cristallisations les plus ünes 
peuvent ainsi 6tre reproduites et 



servir k rimpression sur papier oa 
sur Stoffe ; mais pour avoir des re- 
liefs plus consid^rables, il convient 
de produire des dessins cristaliins 
d'une certaine ^paisseur, dessins 
que Ton obtient d'aiileurs facile* 
ment en augmentant les cooches 
de la dissolution des mati^res cris- 
tallisables, ou en ^paississant ces 
mati^res avec quelque corps amor- 
phe. 

Lorsque les dessins des planches 
de cuivre obtenus par la galvano- 
plastie präsenten t assez de relief» 
clles trouvent leur utilisation dans 
Tornementation de rorfevrerie. 
M. Paul Christoüe a bien voulu raet- 
tre ä ma disposition, pour ces re- 
productions, son experience et sa 
maguiüque Installation du travail 
galvanoplastique. J'ai eu Thonneur 
depr^senteräTAcadäroieun Premier 
objet d'orf^vrerie oü ma m^thode 
d'prnementation a et^ mise en ap- 
plication, j'y ai Joint denombreuses 
planches destinöes ä rimpression 
en taille douce, et oü mes cristalli- 
sations anormales sont reproduites 
avec une rare perfection, comme le 
t^moignent les ^preuves sur papier 
qui y sont jointes et qui sortent des 
presses de M. Ghardon ain^, an de 
nos plus habiles imprimeurs. 

Pour l'impression sur papier ou 
sur dtoffe, il restait un r^sultat im- 

Sorlant ä atteiudre : G'^tait de pro- 
uire des dessins Continus ou bien 
des dessins isol^s qui ce pouvaient 
se souder par aucun point. Je suis 
arrive au resultat dösirö en produi- 
sant mes tableaux cristaliins k la 
surface de cylindres cn metal. Apr^s 
avoir uniform^ment enveloppe Ja 
surface d'un cylindre de fönte ou 
d*acier d'une couche de dissolution 
cristallisable, le dessin qui se pro- 
duit occupe uniformement toute sa 
surface, pourvu que, pendant la 
cristallisation, ou alt soin d'impri- 
raer k ce cylindre un leger mouve- 
ment de rotation sur son axe. Le 
dessin ainsi obtenu est continu» 
mais son transport sur papier ou 
sur eloffe prt^sente encore des diffi- 
cultes que j'ai d6jä surmontdes en 
grande partie. 

Di ux modes d'opörer ce transport 
peuvent ötre adoples : Tun consiste 
a produire cn creux le dessin cris- 
taliin fixe sur un cylindre d'acier 
poli par la seule pression de ce der- 
nier sur un autre cylindre en cui- 
vre ou sur une planche de cuivre 
recuit, l'autre proc^d^ consiste k 



— 237 — . 



produire la cristallisation k la 8ur- 
fece d'un cylindre de cuivre et d'y 
produiro uiie einpreinte ea croux 
au moyea de la pression excrc6c 
par un autre cylindre cn acier poli 
et de mäme diametre. 

Je n'entrerai pas ici dans des dö- 
tails techDiqaes sar les moycns 
d'assurer la constante reussite dans 
rapplication de l'une ou de Tau Ire 
de ces mcthodes, j'ajoutcrai seule- 
ment, en terminant cette note, que 
Fimpression de mes dessins cristal- 
lins me paraft devoir trouver une 
utile application dans Ja fabrication 
des biiiets de banque ou d'autres 
titres analogues. Chacun de mos 
tableaux cristallins est uniquc» ii 
n'en saurait 6 Ire reproduit d*autre 
exactement scmb!abie par une se- 
coude cristallisation, quelque soin 
aoe Ton prenne pour la produire 
oans lesmdmcs circonstances. D'un 
autre c6te, la bizarrerie des disposi- 
tions en quelque sorte fantasliques 
de mes tableaux cristallins et la fi- 
nesse de leur dessin döficnt le burin 
de Tartiste le plus habile; et des ta- 
bleaux cristallins identiquement 
pareils ne sauraient donc dtre obte- 
nos autre ment que par la pboto- 
graphie. Or Ton sait qu'en impri- 
mant ces billets avec une euere 
dont la Couleur n'est pas reproduite 
p^ la pbotographie, on est d^jä ar- 
tiy^ a 6viter la contrefa^on par 
eette metbode. Si donc on impri- 
mait mes dessins cristallins avec de 
Tencre d'un bleu pälo sur des pa- 
piers d'un ]aune clair, la Photogra- 
phie ne pourrait ötre d'aucun secours 
Sour leur contrcfaQon, et le burin 
eviendrait la seule ressource du 
faussaire. 11 sufEt de voir la com- 
plication de ces dessins cristallins 
pour ^tre convaincu que leur ap- 
plication sur le fond du papier des- 
tin6 4 recevoir le texte d'un billet 
de banque reudrait la contrefa^on 
entierement impossible. 



Milanges sur les couleurs d'anüine. 

— Pour preparer par un moyen 
simple des couleurs d'aniline pro- 
pres ä la peinture ä l'huile et aux 
impressions en couleurs grasses, 
M. Kletzinskv conseille de dissoudre 
la couleur ( fucbsine , violette de 
Panne, azuüue, etc.) dans l'alcool 
concenlre, de saturer cette dissolu- 
tion par de la resine Dammar rö- 



duite en poudre, defiltrer la telnture 
et de verser la liqueur filtröe dans 
de l'eau pure ou de l'eau tenant en 
dissolution du sei marin , qu'on 
agite avec soin pcndant qu'on la 
verse, et qui doit ^tre au moins 20 
fois la quantitö de la telnture. La 
couleur, qui se ddpose sous forme 
pulv^rulente, est r^unie sur un fil- 
tre, lavee avec de l'eau et sech6e. 
Elle se laisse tres*bien broyer avec 
l'huile d'oeillette, de lin et los vernis 
gras et peut, par consequent, scrvir 
a la peinture et ä l'impression. Inu- 
tile de rappeler cette circonstance 
que les magniüques couleurs de 
l'aniline, qui resistent avec tant de 
succes aux r^clifs, craignent au 
contraire beaucoup la lumiöre. 

— MM. Scblumbergcret Passavant 
preparent le bleu-lumi^re en em- 
ployant Tacetate de soude, avec la 
fucnsine et Thuile d'aniline. Afin 
de donner au bleu un reilet plus 
prononce de vcrt, M. J. Levinstein 
propose la methode suivante : On 
lait chauffer 3 parties d'buile d'a- 
niline avec 1 partie de rouge d'ani- 
line ä 180°, justju'ä ce que le rouge 
soit trausforme en violet, ce qui 
exige 3 ä 4 heures. Alors on ajouto 
i/2 partie d'acetate de potasse et 
ou dieve la tempdrature ä lÖO^ pen- 
daut environ une demi-heure au 
bout de laquelle tont le rouge est 
chang6 en bleu. On cbauITe encore 
quelques minutes, jusqu'aco qu'un 
echautillon qu'on elend sur de la 
porcelaine, presente une couleur 
bleu-vcrdalre. On verse alors la 
masse dans l'alcool, on ölimiue 
rhuile d'aniline superflue en faisant 
bouillir avec l'acide chlorhydrique 
concenlrö, ce qui en söpare une 
masse compacte de couleur bronzee 
que l'auteur anpeile bleu denuü.Vo,' 
cide chlorhydrique qui surnage est 
etendu avec de l'eau qui donne un 
pr6cipit6 violet. Ce pr6cipit6. qui 
ne se dissout que dans ralcool, est 
color^ en bleu -rouge, c'est le bleu 
de Lyon du commerce. On sait que 
le Premier bleu-lumiere qui se se- 
pare, ne se dissout aussi que dans 
l'alcool concentr6. 

— Le precipitö bleu-violet qui re- 
sulte de la pr^paration du vert d'a- 
niline, precipite qui, pour un kilog. 
de vert, s'eleve d 4 1/2 kilog., con- 
tient encore du soufro qui provient 
de rhyposulüte de soude qui a 6tä 
d^compos6. On dissout ce precipite 
dans l'acide sulfurique concentr^, 
on led^barrasse du soufro ea lo ÜU 



- 238 - 



tränt sur da terre eb poudroi on 

6tend ia liqueur filtr^c, on la nea- 
traliso par la soade, on rassemble 
le precipitö et on le livre en päte au 
Gommerco. Getto matiere qui est 
grise et quo M. E« Jacobson nomme 
gtis ä.'anilme ou argentine est so"- 
lubie dans Talcool, et so comporte 
a la teintare comme lo violet d^ani- 
line prcparö avec la facbsine et 
rhuiie d'aniline. La couleur dans 
ses nuances olaires et gris d'ajfgent, 
dans Celles moyennes , couleur 
d'hyaointbe, et dans Celles foncees, 
80 rapproche du violel d'aniline. 

— Pour combiner les matieres 
grassos et les huiles avec le rouge 
d'aniline afin d'employer celui-ci ä 
teindre ces matieres il faut^ suivant 
M. Jacobson, s^paror la rosaniline 
de la fuchsine du eommoroe (arse- 
niate de rosaniline) en chauilant 
celle-ci aveo une lessive de soude 
^enduo, ou par une digestion arec 
le sei ammoniac; lavez, faites si- 
cher et ietez dans Tacido oldi^uo 
ou dans i'acide stearique en fusion 
tout CO quo les aoldes en dissoWent^ 
ou bien combiner les deux corpjs 
^qulTaleut ä äquivalent. II fant 6vi- 
ter un exces d'acide ol^ique quand 
on veut colorer des vcrnis, paroe 
qu'on porteralt ainsi atteinte ä leur 
propriet^ siccative. L'ol6ate ou le 
stearate de rosaniline se dissolvent 
aisement dans les Corps gras et les 
huiles, quo sous une faible Propor- 
tion ils colorent en rouge intense. 
Si c'est un vernis d'huile de lin 
qu'on veut colorer, celui-ci ne doit 
pas renfermer de plomb. Maiheu- 
reusement, ce rouffe perd beaucoüp 
de son feu avec les graisses et les 
huiles et vire au bleu probablement 
par Taclion röductrice des acides 

fräs. G'est avec le vernis d'huile 
e lin qu'on obtient la plus belle 
ooloration. La Stearine coioree avec 
Fol^ate ou lo st6arate de rosaniline 
est d'uQ fouge-bleu peu flaiteur, 
mais choäe interessante, o'cst que 
la paraffine si indifferente du reste, 
ägit d'une mani^re rcmarquable 
comme agent de reduction sur les 
combinaisons des acides gtas avec 
la rosaniline : Quand on la met en 
fusion apres Tavoir coloräe avec 
celle-ci, eile en fait disparaitre pres- 
qoe completement la couleur rouge 
qu'ellc transforme en violet sale. 
Lc rouge d'aniline ne paraft donc 
pas convenir pour colorer en rouge 
les bougies de Stearine et de paraf- 
fine. L\>leate de rosaniline qui est 



aoluble dans le vernis d'huild« oQtk- 
rdit assurdment de Tinlör^t dans la 
peinturo ä Thuile pour couleur de 

glacis, s'il n'etait pas aussi fugaoe. 
les bandes de papier charg^es de 
ce vernis rouge pälissent en qnel«* 
ques jours quand on les expose k la 
lumiere, tandis que des oarrte de 
papier endults de laque de garanoe 
ne pr^sentent encore aü hont da 
mSme temps aucuneultdration dans 
Tintensite de ia couleur. La o^ruse 
broyee avec lo vernis rouge d'ani- 
line en detruit tr^s-rapidement la 
couleur ; mais, d'un autre cöte, To- 
ieate de rosaniline est tres-propre ä 
colorer les huiles pour la ohevelure, 
des philocomes» des pommades. 



Mode de preparation des matieres 
Premixes propres ä la fabricatUm 
du papier. 

Par M. G. Martin. 

M. Martin s'est propos6 de öoio- 
biner certains proc^dös m^caniques 
qu'il oonsidore comme plus ^ono- 
miques dans le traitement pr^para- 
toire des matieres promidres de 
naturo mixte, c*est-&*dire composöe 
en partiede matieres v^götales et en 
partie de matieres animales et en 

fendral tous les materiaux propres 
fabriquer le papier, afln d'en s6- 
parer la fibre vegetalc de oelle 
animale, et en m^me temps de 
traiter les chiffons ordinaires de 
maniere ä les debarrasser de leur 
coloration par le moyen de teactifs 
et d'äconomiser Temploi du ohlore. 

Les Chiffons mixtes ayant cte 
coup^s ä la maniere ordinairoi en 
morceaux de dimensions sufQsantes 
pour qu'ils ne se brouillent pas ou 
ne se cordent pas, sont bouillis 
dans une chaudiere relative avec 
une quantite d'eau süffisante ä la- 
quelle on ajoute environ 10 pour 
100 de chaux et ö pour 100 de 
soude ou de potasse. La chaux et 
Talcali sont melangcs intimemcnt 
dans une certainc quantite d'eau 
avant de verser sur les mati6res. 

Pour economiser le temps et la 
main d'cEuvre dans les Operations, 
on so scrt, comme on a dit, d'une 
chaudiere cylindrique, suspendue 
sur tourillon a laquellc on imprimo 
un mouvemcnt de rotation sur son 
axe. La vapeur entro par Tun des 
tourillons^ et Teau ainsi que les 



-- 239 — 



r^otifs sont introduits et övaouäs 
par des tuyaux. A rint^ricur de 
oettechaudlereestdisposce uneserie 
de plate8*formes aiasi queun ouplu- 
aieurs batteurs qua fait fönotioimer 
la rotation de la chaudiere, et entre 
lesquels et les plates-formcs, lesma- 
ti^res soQt frottt^es, attenuecs et 
battues. 

A fig. 7, pl. 305, tuyau principal 
perc^ de troas dans toute sa lou- 
gaeur, passaat ä travers Taxe ou 
les toarilloDS de la chaudiere, et 
dans lequel la vapear penetre par 
Tan des bouts. Par Tautro bout sont 
deux tuyaux marqucs 1 et ä qui 
amdnont l'eau et les r^actifs, et un 
tajau de d6charge 3 qui transporte 
les residus de Top^ratioa dans des 
OQves de grandeur süffisante. 

Les cbiffons ayant et^ plaoes dans 
la chaudiere ayec la quantit6 ue« 
cessaire d'eau et de reactifs qu'on 
fait arrivcr par les luyaux 1 et 2, 
on introduit la vapeur et on fait 
tournerdans la direction des fleches. 
Les batteurs B sont attaclies par 
des leviers C sur la barre D que des 
kras E ferraemcnt arröles sur jo 
tnyau principal A maintiennent en 
place. Lorsque ces batteurs ont ele 
^feleves ä la hauteur indiquee au 
polntillo, ils retombent sur les cbif- 
lons döposes surlesplates-formes F 
de manlöre que pendant qu'unc 

Jlateforme les remonte, ils froltcnt 
ans Icur raouvement d'ascension 
lur les cbilfons coutenus cnlre Icur 
löteB et les plalcs-formes. 

Lorsque roperatioii a ote pour- 
inivie environ cinq hcures. temps 
Ä^ccssaire pour dissoudro, d^gapcr 
et chasscr la fibre aniinale, ou los 
«ouleurs, on arröte Tafflux de la 
Tapeur, on fait arriver de Tea'i en 
abondance par lo tuyau desline ä 
det objct, on ouvre celui de dechar- 

Jie et la chaudiere tournant tou- 
ours, les residus sont evaoues et 
ionduits par des tuyaux dans des 
Cuvos propres 4 les reccvoir. 

Si Toperalion no paraft pas com- 
plcte, oQ peut la repeter. Bans tous 
les cas les Chiffons doivent etre 
laisses parfaiteracut ncts et dans un 
ötat propre a etre r^duita ea pute 
brüte etblanchis a la maniero ordi- 
naire ou par le procedö que voici. 
. La matiöre ayant et6 essoree ou 
debarrasseo de son exces d'eau dans 
lacuve, on introduit le chlorure de 
cbaux ou de soude üissous dans 
Teau avec de Tacide sulfurique dont 
on regle la quantite sur la colora- 



tion des ohifTons qu*ona iatrcdnits 
dans la chaudiere. La liquonr ayant 
ete portöe de 4üo a öOo C et les ma- 
tieres y 6taut restees plougees pen- 
dant un temps süffisant, on enleve 
Tacido par des lavages abondants ^ 
Teau et on termino comme 11 suit : 

Ou introduit dans la cbaudlero 
une Solution de cr^me de tartre 
dans Tacide sulfurique et Venu, et 
on porte ä la temperaturo de 40^ ü 
50°, on lave ensuite abondammeuk 
avec Teau, la chaudiere remplissauk 
les memes fonctions que les roues 
a laver. En cet ätat, les Chiffons 
sont enleves, passes par une puis« 
Santo presse a cylindre pour les 
essorer, puis seches dans un cylin- 
dre en tolle metalüque a travers le^ 
quel on fait circuler un courant 
d'air chaud, et enfin r^unis et em- 
balles. 

Quand on construit uno chaü-* 
diere sp^iale pour Tobjet en ques«* 
tion, on la fait en bois avec garni- 
ture en cuivre. Quant aux cuves 
qui doivent recevoir les residus, il 
laut Icut donner toiilc la cftt)licitd 
nccessairo pour contenir le produil 
d'une Operation. On laisse s'y for-« 
mer le depöt (ju'on peut utiliser dd 
diverses manicres. 



Recherches sur la betterave ä sucre. 

Par M. R. Hoffmann, doPrague. 

(Suite.) 

111. Examen du jus de la racine d divertei 
epoques de la Vegetation de la betteravä 
d suere, dant la premiere et la secondä 
annee de son evolulion, 

Pour reconnaltre quels sont led 
chaugemonts que le jus de la raci-» 
ne eprouve pendant le cours de sa 
Vegetation, on a entrepris des re-* 
cherches dans cette direction sut 
un grand nombre de raclnes d di- 
verses periodes de la croissäncd 
dans les ann^es 1859 et 18ö0. Gee 
bettoraves provenaient du domaino 
de Türmitz, pres Tcepli tz en Boheme. 

Le sol sur leqoel les raoines ont 
etü cultivees en 1859 etait un loam 
sableux. La röcolte prec6dente oa 
de 1858 consistait en un froment 
sur fumure legere, la oulture en un 
labour profonddrautomne,un her- 
sage energique, un seoond hersage 
leger et un roulage avant Tenso-' 
mencement qoi a'eei «v^t^ ^ ^^ 



- 240 — 



ayril 1859 aveo un semoir de Gar- 
rett; enfin les plantes ont ^t6 bi- 
n^es et batees 2 fois. 

Le sol sur lequel los racines ont 
M cuitiv^es en 1860 etait un loam 
riebe en humus aveo environ 40 
pour 100 de gable dont T^paissear 
arable ^tait de 32 centimetres au 
moins; le sous-sol consistait en 
une argile. On y avait recolt^ en 
1859 un bl6 de printemps qui avait 
ötä fum^ un peu plus abondam- 
ment que le preo6dent. AprÄs Tenl^- 
vement de ce blä le ebaume avait M 
dcfonc^ aveo une cbarrue sous-sol 
Jusqu'ä 32 centimetres de profon- 
deur ; les ^raines de betterave en- 
semenc^e le 1«' mai sans fumure en 
lignes cspacöes de Om.45. 

Leg racines ont 6t6 examinöcs les 
5 et 23 aoüt, 13 et 22 septembre, 8 
et 21 octobre et le 5 novembre en 
1859, mais Celles de 1860, les 5 et 
25 octobre et le 5 novembre. Pour 



faire cet examen on a pris ordinai- 
rement 12 racines et on a d^termi- 
nö s^par^ment les resuitats foomis 
par chacune d'elles quand leur 
grosseur Ta permis. Les exameus 
ont port6 sur les points suivants : 

lo Determination du poids absolu 
de chaque raclne. 

2o Determination du degr^ qae le 
jus marque au saccharimetre. 

3o Determination des cendres du 
jus apres son incineration. 

40 bosage du sucre dans ce jus 
par la Polarisation. 

5"* Galcul d'apres les donnees 
trouveos pour dfeterminer le rap- 
port entre la proportion de sucre 
du jus et les indications du saccha- 
rimetre. 

Yoici maintenant aux differentes 
periodes indiquees dans les deux 
annöes, les resuitats moyens des 
diverses determinations ä cca pö- 
riodes diverses. 



DATES. 



1860. 
18^9. 
1860. 

im. 

1850. 
iS59, 



5 aoüt 

6 aoüt. *. ,,, 

23 aoüt 

äj aoüt *..... 
13 ie[Uenibra . 

5 stüpleiiibro « 

ä5 »[it^mbre » 
8 oclobre.. ., 
5 ofitabrü*-.. 

35 octobre,... 






iLllf. 

4550 

7000 
4300 

%m 

.8750 
W!^ 
6t7Ö 
0000 
.5050 
im 
7873 



1 *3 c '- 



14.9 
i3.S 

13.7 

15.4 

14,7 
16.3 
15.0 
IG. 4 






B.81 
BM 
7.80 
9.30 
8.93 

OM 
10. li 

JI.17 
10.51 
n.30 
10.93 
13,U 



^tnLbll4D UAE.4lilU[| 



lifl Elf KflEeii 



0.70 
0.73 
Ü.6S 
0.76 
0.69 
0.7H 
0.7a 
0.81 
0.7t 
0.79 
0.71 
0.83 
0.75 
0.83 






0.3Ö 
0.37 
0.33 
O.Si 
0,31 
0.^ 
0.17 
0.19 
0.27 
0.31 
0.39 
0.18 
Ü.a5 
O.IS 



S ^ r3 

Ol. rt 

•^ -ai F^ 



0.9t 
0.87 
1.93 
0,64 
1.05 
0.59 
0J3 
5S 
0.83 
0.86 
1.04 
0.76 
0.89 
8.83 



U G H 
Ob» 

^ E 



5 
fl 
4 

4 

9 

G 

13 

11 

13 

13 

13 

7 

li 



U est assez difflcile de tirer quel- 
ques conclusions de ces moyennes 
dans les diverses periodes de la Ve- 
getation des racines parce que les 
resuitats prescntent des oscillations 
beaucoup trop eteudues. 

Si sous un point de vue general, 
il 7 a augmentation du sucre dans 
le jus & mesure que la racine ap* 



proche de sa matnrite, on observe 
neanmoins dans ces moyennes md- 
mes aux diverses periodes des va- 
riations fort elend ucs. II v a plus, 
c'cst que dans quelques periodes il 
y a diminutiou du sucre et pour 
rendrc ceitc diminutiou plus appa- 
rente il sulfira de jeter les yeux sur 
les tabieaux suivants : 



— 241 — 



1859. 



1860. 



25 aoÄl 

13 septembre.. 
22 septembre.. 

8 octobre.,.. 
21 octobre. ... 

5 novembre.. 
25 aoül 

5 septembre.. 
25 septembre.. 

5 octobre.... 
25 octobre.... 

5 novembre.. 



13 
00 



MBi.itU»a 
4i ttcr«. 

l.Oi 



O.Ol 



0.59 
0.42 
0.68 
0.23 
0.59 
2.05 
1.13 
0.14 



Indöpendarament de cela, on va 
Yoir combica oat 6te etendues Ics 
oscillations dans la projjortioii du 
sacrc du jus pour chacuae des ra- 
cines ea rapprochant le maximum 
da minimum de cette proportion 
chez chacune aux diverses pörio- 
des. On Irouve ainsi : 







PROPORTION Di; SUCRE. 






1^ 


^ ~ — ^ 






Maximum. 


Minimum. 


1859. 


5 aoüt 


8.05 


9.90 


IdtiO. 


5 aoüt 


«.79 


9.96 


1859. 


25 aoüt 


7.54 


8.34 


1860. 


25 aoüt 


7.32 


ii.ai 


1859. 


13 septembre.. 


8.05 


10 75 


1860. 


5 septembre.. 


7.54 


12.88 


1859. 


22 septembre.. 


8.34 


11 83 


1860. 


25 septembre.. 


8.34 


13.12 


1859. 


8 octobre.... 


6.85 


12.88 


1860. 


5 octobre.... 


11.03 


13.64 


1859. 


21 octobre 


5.80 


13.64 


1860. 


25 octobre 


10.51 


14.66 


1859. 


5 novembre.. 


9.13 


12.34 


1860. 


5 novembre.. 


11.55 


14.93 



La Proportion da sucrc dans le 
jps des betteraves aax diverses pe- 
riodes de la Vegetation des racines 
est dans un rapport intime avec le 
degr^ sacchariraetrique de ce jus. 
Pias cc jus marque de degres au 
«accharimetre, plus il est en effet 
riebe en sucre. Mais avec Ic sucre 
on voit aussi augmenter la propor- 
tion des matieres ^trangöres et qui 
ne sont pas du sucre Trindicalion 
en plus du saccharimetre au-dela 
de la Proportion centösimale du Su- 
cre) dans les racines avec la mar- 
che du ddvcloppement. Le rapport 
entre Taccroisscment en sucre eten 
matier(3s non sucrees dans le jus 
aux diverses pöriodes paraft nöan- 
XDoins ne pas restcr constant. 

En distribnanl d'apres les indica- 
Üons du saccharimetre on trouvc : 



SMn. laiMrM«trai|«ra. 



J8Ö9. 



5 aoüt 

25 aoüt 

<3 septembre.. 
22 septembre.. 

8 octobre.... 
2i octobre.... 

5 novembre.. 



1860. 



5 aoüt 

25 aoüt 

5 septembre.. 
25 septembre., 

5 octobre.... 
25 octobre.... 

5 novembre.. 



0.70 
0.68 
0.69 
0.73 
0.73 
0.71 
0.75 

0.73 
0.76 
0.78 
0.81 
0.79 
0.82 
0.82 



0.30 
0.32 
0.31 
0.27 
0.27 
0.29 
0.35 

0.27 
0.24 
0.22 
0.19 
0.21 
0.18 
0.18 



Le Tcclmoloffiste. T. XXVl - Fevrier 1865 



On voit que dans ces deux an- 
necs avec le döveioppement succes- 
sif des plantes, le rapport entre le 
sucre et les matieres etrang^res 
contenues dans le jus achang<^en 
faveur du sucre et qu'avec les pro- 
gres de la Vegetation le sucre a 
augment^ dans le jus par rapport 
aux matieres ^trangeres, et quoique 
ce rapport ne soit pas constant aux 
diverses periode>?, cependanl l'aug- 
mentation du sucre est un fait ge- 
nöral. 

En ce qui touche le rapport entre 
la Proportion du sucre et la gros- 
seur des betteraves on a cprouv6 
dans chaque examen aux diverses 
periodes des dillicultes assez graves 
l)our Tetablir. En general les raci- 
nes dont le poids depasse 1 kilo- 
gramme paraissent plus pauvres 
que Celles au-dessous de cc poids. 
Quant aux cendres du jus aux di- 
verses periodes de developpement 
des racines, il n'estpas possibleavec 
les donnces obtenues d*y decou- 
vrir un rapport avec le developpe- 
ment de ces racines, ni avec la pro- 
portion du Sucre que celles-ci ren- 
ferment, ni sous aucun autre point 
de vue. Du reste c'est \k uno cir- 
constance qui ne doit pas^tonner; 
en efFet.s'il existe, et la chose parait 
peu douteuse, quelque relation en- 
tre la Proportion des sels et celle 
du sucre dans le jus, ce ne doit ^tre 
qu'un rapport fond6 sur la propor- 
tion reelle des sels, c'est-ä-dire sur 
la quantite totale des sels organi- 
ques et inorganiques contenus dans 
le jus. Quand on incinere ce jus on 
n'obtient que les sels inorganiques 
ronfermes dans ce jus et ceux-ci 
ont dfSjä subi par l'^levation de la 
tcmp^rature et leur rcaction mu- 
tuelle lors de Tincin^ration des 
changements assez importants. 



- 142 - 



IV. MaMre$ grauet eontenues dan$ les 
beiteravei. 

Lcs dosages opdrös Bur 10 racines 
diff^rentes ont montro quo r^thcr 
cxtrait ea moyenno en m allere 
grasse 0.13 pour 100 de la substan- 
ce aupposSe s^che. 

Y. E»periefue$ tur les graines de betteravi. 

Les graines de la betterave a Su- 



cre, dans les circonslances les plus 
favorablcs, mellenl 10 a 42 jours d 
germer. A une ppofondeur de Ib 
cenlimelreß la graine germeencore, 
mais celte profondeup paratt Ätre la 
limite extröme. Avant que cette 
gerrainalion s'opöro la graine ab- 
sorbe 1.86 pour 100 d'eau fluide. 
Lcs experiences entreprises ä oct 
ögard ont presentd les r^nlats sui- 
vanls : 



Poids de la graioe 

•^ au bout do 24 heures d'iramersion dans Tean. 

— — 48 — 

— — 70 — 



4«r.fi9 
Ü 98 
3 38 
3 35 
3 33 



(B'est-ä-dire que Peau absorbde a M 
de Igr.Sa = 186.19 pour 100. 

La Proportion d'eau de ces graines 
s6cböes i Fair ayanl Texperience 
Ätait de b.30 p. 100. Ges graines ont 
donc absorbe par endobmose prea- 
que le doable ae leur poids d'eau. 



La quantitö d'eau hygroscopiquo 
que les graines sdchdes k Tair em- 
prunlent k une atmosphcre saturte 
d'humiditd est bien inferieure ä 
5.39 pour 100 et no dcpasse pas 
beaueoup 7 pour 100. 



Poids de la graine 2r.OI 

— api^s %i heurci dans la ?apour aqiienso 2 10 

^ _ 48 — 2 14 

— — 70 — 3 !6 

— — 04 — a 16 

Kau absorbde , . . , ()g»",ir) 



oa i. peu pr^s 7.46 pour 100, 

L'eau hygroscopique absorb6e ne 
sui&t pas pour determiner la ger- 
xninalion de la graine et il faut pour 
oela Tintervention de Veau liquide. 
Ainsi tandis que les graines absor- 
bent par endosmose prosque le dou- 
ble ae leur poids d'eau, elles nc 
peuvent par voie bygroscopique en 
absorber environ quo la quator- 
zi^mo parlie de leur poids propre. 
Les graines dess^bdes rcprennent 
assez promptemcnt dans une atmo- 
«pbere saturec d'bumiditö la quan- 
tUä d'eau qu'elles renfermeut quand 
elles sont simplement sdcböes ä 
Tair libre. 



Mode de fabrication du Glitcosc. 

Par M. A. Manbr^. 

On fabrique g^neralement aujour- 
d'hui le glacoi^e en faisant bouillir 
de Tanüdon ou de la fecule delayes 
dans Teau aoidulee par l'acide sul- 



furique et on emplole communä- 
ment ä cette Operation des vases 
ouvorls en ploniD ou en bois. Touto- 
fois on a fait aussi usage de vascs 
clos, pourvus do tiiyaux ouvcrts 
d'echappementdevapeur pour acce- 
16rer la saccharification de la feoule 
en chaullant le melangc a quelques 
degres au-dossus de 100^ G, et euer- 
cbaut cn ni^me temps a profiier de 
la vapeur et ä la faire servir ä un 
autre objet. Lursque la fecule a M 
saocbarlEee on neulraiise l'aoide 
si^furique au moyen du carbonate 
de cbaux deiaye dans Teau ; la li- 
queursueröe estalors däcant^o, pai- 
seo a travers des sacs et illtres ä 
cbarbon et evaporee Jusqu'ä oe 
Quelle acquierele degr^ convenable 
decoQsistancepourobtenir le sucre 
cn sirop ou ä Tctat solide. On re- 
froidit ensuilo et on livre au com- 
merce. 

Quaud on fabriquo Ic glucose par 
le jjrocede qui viont d'etre d^crit 
onnroduit une quantite, qui varie 
do 20 ä 50 p o/o,d'uneinatiere gom- 



- 243 ^ 



meuse qai d^pr^cie la valour du 
Sucre quand on veut Tappliquer ä 
la production de ralcool, Jcs eaux- 
de-vie» du vinaigre ou a des feruicu- 
tatioDs; en m^mc tempsquc Thuilo 
esseuiielle et les m alleres grasses 
empyreumatiques qui out ^te dis- 
soules pendant Toperation do la 
Bacchariücation restent combinäes 
avec le glucose en lui comiuuui- 
quant udo saveur amere et empy- 
reumatiquo qui se transmcl a Tal- 
cool, aux eaux-de-vie, au vinaigre, 
k la biero ou aux autrcs boissons 
qu'on fabriquo avec co sucre, seit 
aeul, süit avec du malt ou autrcs in- 
gr^dients. 

Par lo nouveau proc6de on pro- 
duit du glucose qui ne eontlent pas 
de gommo et u'a aucuuc saveur 
am^re ou empyreumatiquc eu sou- 
roettant Tamidon ou la feculo de- 
layee dans Teau acidulee par Tacidc 
sulfuriquc a Taction deliautes tcm- 
p^ratures, dont la plus basso u'est 
pas moindre de 136' C. et cellepe- 
lörable de 160* ]>arco quelle accelere 
ropcratiOQ et que par ce moyen ou 
obtient ea totalJt6 la conversionou 
la transformation de la gommo en 
Sucre, tandis que Thuile essentielle 
et les uiatieres grasses empyreu- 
matiques sont vai)oriRecs et elimi- 
n^es, c'esl-d-dire chassees par voie 
de distillation des ap])areils u con- 
version ou ä saccharilication. 

L'appareil qui paratt convcnir Ic 
xnieux pour obtonir le degre eleve 
de temperature nccessaire et opercr 
parceprocede perfectionne ost uue 
Sorte de chaudidre dite a convorsion 
ou convortisseur dont on volt la 
forme dans la ilg. 8, pl. 30'». Sa 
hauteur et sa forme sont semblables 
d Celles d'nno cbaudicre 4 vapeur a 
haute prcssion et eile est construite 
ea forte löle susce])tible do resister 
ä UDO prcssion de six atmosphcres. 
A rintorieur eile est doublee en 
plomb afin de prdveuir la corrosion 
et a rexti'rieur eile est pourvue 
d'une envcloppe qui laisso entre 
eile et la chaudiere un Intervalle de 
lOcentimetres qu'on remplitde sä- 
ble ou autro corps mauvaisconduc- 
teur pour s'opposer au rayonnement. 

Ce convertisseur est en oulre 
pourvu a Tiulerieur d*un tuyau de 
vapeur on plomb, percö de Irous au 
travors des qucls la vapeur d*eau 
viciU (Tevcr dans ic inrlange pour 
lech:uir r; et il porto a l;i partie 
supciieurc uu tube l'-rme par un 
robinet par Icquel on introduit peu 



ä peu la feoulo delavöe et enfln on 
y remarque cncoro des soupapes de 
silrcite, des robinets de niveau d'eau 
et de vaixmr, un thermomelro, un 
ttiyau d'ecliappement de vapeur, 
un robinet de vidango sur le fond, 
un Serpentin ou tuyau distillateui* 
au travers du quei la vapeur & 
haute prcssion est chas.see du con- 
vertisseur, enlratnant avec eile 
rhuiie essentielle et les matieres 
grassea empyreumatiques vapori- 
s^es et gazeifiecs par Taction de la 
haute temperature d laquollcle me- 
lange est soumis. 

Pour operer la conversion de Ta- 
midou ou do la fecule en glucose 
par le nouveau procede, on eiqploie 
de preference les proportions sui- 
vantes des ingredieuts. 

lOOOkilog. d'amidon ou de ft^cule. 

150 bectol. d'eau. 

öO kilog. d'acide sulfuriquo on 
& p. 100 au poids de la fecule^ 

75 kilog. de carbonate do chaux 
puriüö ou 7 1/2 p. 100 da la fecule. 
Voiei actuellement comme on con- 
duit i'upäration. 

On verse dans le convertisseur 
ci-dessus decrit, 2o kilog. d'acido 
sulfurique d*nnc dcnsite de 66" 
etendu de 25 hectolitres d'eau et on 
porte le melange a la temperature 
de 100» C. Pendant qu'on faitchauf- 
fer l'cau aciduleo dans le conver- 
tisseur, on vcrse dans une cuvo 
ouverte on bois qu*on peut appeler 
cuvc a dilulion et qui est pourvue 
d'un tuyau de vapeur, d'un robinet 
de vidaiij2:e et d'un agitaleur, les 
autrcs 25 hectolitres d'eau auxquels 
onajoute les 25 kilogrammes d'acide 
sulfurique restant et on chaulTe cette 
eau acidulee a 30" G. Aussitöt qu'on 
a aitciut cette temperature, on vcrse 

fieu a peu dans cetto cuve d dilution 
es 1000 kilogr. d'amidon ou de fe- 
cule en agitantle melange et on el^ve 
la temperature do 38" d 48" pendant 
tout le teraps. Alors on verse dou- 
cemcnt la lecule deluy^o et chauf- 
fee a 40" dans le convertisseur ou 
l'eau acidulöo est maintenue bouil- 
lante, et on continue a faire arriver 
la vapeur afin de conservor au me- 
lange et dang toutes ses parties la 
temperature de IPO". 

Des que toute la fecule dolay^e a 
ct6 introduite dans le convertisseur 
on ferme lo robinet du tuyau par 
lequel s'est op6r4o cette introdnc- 
tion, et on continue a faire arriver 
la vapeur jusqu'a ce quo la tempö- 
rature du melange s'öldve d i&^ Q^^ 



244 — 



qul correspond ä une pression de 
6 atmosphöres. Aussitöt qa'on a at- 
teint cctte temp6rature, on ouvre le 
robinet du Serpentin oa tuyau de 
distillation au travers duquel la 
yapeur s'^chappe» entraiuant avec 
eile au dehors du convertisseur, 
rhuile essentielle et les matidres 
grasses empyreumatiquos qui se 
Taporisent et se gaz^ifient a celle de 
132® ä 134**. Par cons^quent en por- 
tant et maintenant la temperature 
dans le m^lange ä 160o, on distille 
et on chasse aisöment non-seule- 
ment cette huile essentielle et ces 
mati^res grasses empyreamatiques 
vaporis^es et gazeiuecs, mais de 
plus, toute la gomme est convertie 
en glucose, conversion qui s'opere a 
la temperature d'environ 138oäl40^. 

On Continus ä chauffer et k main- 
tenir la temperature ä 160o dans Ic 
meiange jusqu'en essayant avec 
riode, on trouve que tout Famidon 
a ete converti, puls ensuite en es- 
sayant avec le Silicate de potasse ou 
rac^tate de plomb pour constater si 
il n'y a plus de dextrine ou de 
gomme dans la liqueursaccharifiee. 
La raani^re de faire ces essais est 
tres-siraple. 

On extrait du convertisseur un 
öchantillon du m^lange, on neuira- 
lise l'acide sulfurique, on passe par 
un filtre k charbon de bois, et 
quand la liqueur est refroidie on la 
soumet aux reaclifs indiqu^s ci- 
dcssus. 

Le travail de la conversion ou de 
la saccharification peut durer de 
deux ä quatre heurcs snivant la 

Sualite et la purete de l'amidon ou 
e la föcule. Quand on a Consta te 
que tout Tamidon et la totalite de la 
gomme est saccharifi6e ou conver- 
tie en Sucre, on d^cante le melango 
dans une cuve ouverte en bois, qu'on 
appelle cuve ä neutralisation qui 
est pourvue d'un agitateur, d'un 
robinet de vidange, et on procede ä 
la neutralisation de Tacide sulfuri- 
gue en versant par petites portions 
a la fois dans la cuve les 75 kilog. 
de carbonate de chaux purifie dela- 
y^s dans les 25 hectolitres d'eau, 
agitant la liqueur tant pour favori- 
ser et acceieror la neutralisation 

2tte pour provoquer le degagement 
e l'acide carbonique qui se produit 
pendant Top^ration. 

La liqueur saccbarinc neutralisee 
est alors ebandonnee au repos pen- 
dant dcux ä qualreheures, pendant 
lesquolles presquo tont le sulfate 



de chaux se d6pose au fond de la 
cuve. On decante alors cetto liqueur 
sacr^e et on la re^oit daus une bas- 
sine ouverte en fer dite bassine ä 
pr^cipitation pourproreder ä la pr^ 
cipitation du suliate de chaux qni 
restc encore en Solution, combin^ 
k la liqueur sucree. A cet effet on 
introduit dans cette liqueur du gaz 
acide carbonique ou Toxalate d'am- 
moniaque qui convertissent le Sul- 
fate de chaux en carbonate ou en 
Oxalate de cette base qui se preci- 
pitent ; on passe la liqueur 4 travers 
des filtres-sacs et on la recoit dans 
une bassine ^vaporatoire oü on 1'^ 
vapore jusqu'ä consisiance de sirop, 
c'est-ä-dire jusqu'ä ce quelle mar- 
que 20 degres ä l'areom^tre de Bau- 
m6; on soulire ce sirop dans une 
bassine ä clarification appelle bas- 
sine de d^part pour la purifier. 

Pour operer cette purification on 
verse dans le sirop et on y melange 
unequantite plus ou moins forte 
de sang desseche et de charbon de 
bois en poudre suivant l'impurete 
de ce sirop et on chauffe ä une 
temperature de 80* ä 82« ä la quelle 
toutes les matiorcs etrang^res se 
coagulent et sc döposcnt au fond. 
En cei etat on jctte le sirop clarifie 
sur des fillres-sacs, puis on le fait 
passer ä travers le charbon et on le 
re^oit dans une bassine de cuite ou 
il est evapore et concentrö jusqu'd 
ce qu'il acquiere une densile de 28* 
Baume, si on veut produire du glu- 
cose ä retat de sirop et jusqu'4 celle 
de 38° Baume, si on veut fabriquer 
du glucose solide ä retat concret. 
Gela fait,on laisse refroidir ce gluco- 
se et on le dcposedans des barils on 
autres recipients en usage dans Ic 
commerce. 

Le glucose prepare par le procede 
perfectionne dont on vient de don- 
ner la description est parfaitement 
pur, exempt de gomme, d'acide, de 
Sulfate de chaux et de saveurs amö- 
rcs et empyreumatiques. Ses pro- 
prietes et sa composition chimiquc 
sont identiques avec Celles du sucre 
de raisin ou de malt, et son emploi 
est tres-avantageux dans la fabrica- 
lion de Talcool, des eaux-de-vie, de 
Tale, du porter, des autres bieres, 
du cidre, au vinaigre, des vins etc. 

Dans la ßg. 8, A, A est Tappareil 
conTcrtisseur et saccharificaleur qui 
est ctabli en t<Me epaisse et donhie 
en ])loml) pour empecher qu'il ne 
soil corrode jjar Tacidc sulfurigue; 
B, B renvcloppe aussi en tölo nxee 



245 — 



ä une distaucede 10 centimetres du 
convertisseur et donl Tintervalle 
entre eile et cc dernicr est rempli 
de sable ou d'un autre corps mau- 
yais conducteur afia de prövenir 
aotant que possible les peries par 
voie de rayonnement; C, G les 
trous d'homme ; D, D les soupapes 
de sürete ; E, le tuyau dit de distil- 
lation pour l'evacuation des pro- 
duits volatils ; F, lo tuyau de d6- 
charge de la vapeur; (j, le tuyau 

Sour riutroduction de ramidon ou 
ela fecule; H, lemanonictre; 1, le 
thermometre ; J, le tube de niveau 
d'eau; L, le tube d'admissioQ de la 
vapeur ; M, lo robinet de vidange ; 
Ny le tube pour riutroduction de 
Teau ; 0, le tube ea plorab perce 
de trous qui verse la vapeur d'eau 
dans i'appareil ä conversion. 



Nouveau saccharimhtre, 
Par M. H. Wild, de Berne. 

L'exactitude extreme que procure 
le polariscope de Savart avec la 
modification que je lui ai fait subir 
dans UD pbolouietre de mon luven- 
tion d^ent dans les Annales de Pog- 
gerdorif, 1. 118, p. 210, möme quand 
il s*agit de la determination du plan 
de polarisalion de la lumicre inci- 
dente, m'a, depuis longtempF, sug- 
ffdre rid^e d'appliquer cet appareil 
alaconstructiond'un saccbarim^tre 
simple et fournissant des indicalions 
exactes, mais ce n'est que dans ces 
derniers temps, que je me suis livre 
k des expdrieuces sur ce sujet. 

Le nouveau saccharimetre devait 
donc 6tre constitue comme un po- 
lariscope modifie, c'est-ä-dire, de 
2 plaques de quartz epaisses cha- 
cane de 20 milhmetres, coup6es sur 
an angle de 45^ avec ieur axe opti- 

2ue, et dont on observe le Systeme 
^licat de franges dans la lumiere 
polurisec, avec une luiietle aslroiio- 
XD'tiue il'uii fiiiliie grossissemeut 
(dislance focale de lühjeclif 33 inil- 
lim., de roculalre 24), armöe de tils 
croises et devunt Toculaire du 

Erisme <ie Nicol. £n avaat du po- 
iriscopc est un tube rempli de ia 
Uqucur qu'ori vcul exauiiner, la 
luinii're mcidonle surce tuiie elant 
pol:irisee par un prisme de spalh 
calcaire, de M. Foucauil, pouvant 
touruer sur soa axe; Teteaüue de 
cette rotation sc lisant au moyen 



d'un vernier sur un petit cerde 
gradu6. 

Mon pbotometre se transforme 
ainsi sans difücultö en un saccha- 
rimhtre, en enlevant simplement le 
romboedrede spath calcaire du tube, 
entre le polariscope et le prisme de 
M. Foucault, quon rem place par 
un tube contenant la Solution su- 
cr^e. 

Afin d'etablir une comparaison 
avec le saccharimötre Solei! qui est 
aujourd'hui le plus generalemeat 
employ6, et est I'appareil le plus 
commodeet leplusexact decegenre, 
j'aicntrepris dans les mSmescircons- 
tances des experiencesavec un appa- 
reil de ce genre qui appartiont au 
laboratoire de chimie de Berne. Get 
appareil a d*abord cte eniierement 
demontö, nettoye et justiiie k nou- 
veau. Dans les observations, j'y ai 
toujours intercall^. un tube de 100 
miliimetresdelongueur,tantötYide, 
tautöt rempli d'eau distill^e et de- 
terminö ainsi le point de d^part sur 
son ecbelie Unfaire, qui n'est pas 
toujoui*s d'accord avec le zero. Puis 
le tube a ^te rempli avec une Solu- 
tion de Sucre et on a fait mouvoir le 
vernier de Tetendue necessaire pour 
obtenir le möme ton de couleur sur 
lesdcuxmoities de la plaque double 
de quartz. Une comparaison avec 
mon appareil a fait connaltre qu'uno 
divisiüu de Tecbelle lineaire corres- 
pondait exactement a Oo 5 de rota- 
tion du plan de Polarisation. J'ai 
entrepris une Operation analogue 
avec mon appareil. Quand le tube 
etait vide ou rempli d'eau, avec 
une loDgucur seulement de bOmil- 
limetres, on a tourn6 le prisme de 
M. Foucault, jusqu'ä disparition des 
franges colorees dans le polaris- 
cope, lu la Position du vernier, puis 
deviss6 le polariscope, enleve le tube 
qu*on a rempli de Solution de sucre 
et remis en place ; on a reviss^ le 
polariscope dans la mdme position 
jusqu'ä une marque qu*on avait 
tracee, et ci.fin ou a fait louiner le 
{ risme jusqu'ä disparitiou des fran- 
ges colorees. La diH^rencc eiitre 
celtc derniern position du vernier 
et Celle pr^cedenle, a doun6 iinme- 
dia'ement la rotation du plan de 
Polarisation par la Solution sucree. 
Dans toules ces cxperienccs, ous'est 
servi d'une soluiion de sucre qui, 
pour 100 uiilliuielres de lonj;ut*ur, 
faisait lournor le plan de Polarisa- 
tion de la lumiere jaune de 2lo 1/2, 
et qui renfermait, par conä^queat^ 



— 246 — 



298 grammes de 8'j.cre par iitro de 
Solution. 

Ges expöriencef , faites fous des 
^clairages divers» ont foumi les r6- 
sultats soiyants. 

Le saccharimMre Soleil qai» ä 
raison du grand nombre de pi4ces 

2ai le composent,ab6orbe beaucoup 
e lami^re, n'aiteint le maximum 
de sa capacit^ que lorsque rceil est 
soigneusement garanti coutre toute 
lumiere laterale, c'est-4-dire quel'in- 
stniment est plac6 dans une cham- 
bre obscure, et dirig^ par une Ou- 
vertüre pratiqu^e dans leTolet d'une 
fendtre vers un ciel pur, ou vers un 
öcran de papier huil6 pose devant 
la fondtre, ou bleu vers une lampe 
placke derri^re un ^ran opaque 
ayeo nne onrerture convenabie» ou 
mieux encore» dans une lanteme de 
M . Duboscq. 

Ge maximum de capacit6, c'est* 
ä-dire Terreur de position, s'est 61eyÄ 
pour mon odil dans les circonstancos 
indiqu^s ä \* dans l'angle de rota- 
tion, que le tube füt rempli d'eau 
ou de Solution sucr6e; tandis que 
si mon oeil, par exemple, en ob- 
servant immediatement dans une 
cbambre dclairee, n'^tait pas suffi- 
samment garanti contre la lumi^re 
laterale, Tcrreur moyenne d'obser- 
vation s'^levait jusqu'ä i^ 1/2. 

Maintonant, suivant MM. Biot et 
Clcrget, on calcule d'apres la rota- 
tion du plan de Polarisation, la 
ooBcentration d*une Solution de su« 
cre de canne, c'est-ä-dirc, le poids 
en grammes, du Sucre contenu dans 
un litre de Solution par la formule 

G = 1391 j^ 

dans laqaelle l est la longueur en 
millimötres de la colonne liquide, 
et V l'angle de rotation observ^ 
dans la lumi^re blanche ou Jaune* 
Monerrcurd'observation pr^edente 
de io avec lo saccharimetre Soleil, 
correspond donc ä une errour dans 
la d^termination de la richesse en 
Sucre ^gale k 



dGr= 1391 ~ = !3.9i 

luo 



cc qui veut dire que Terreur sVlcve 
ä i pour 100, ou que d.ms u i litre 
de la Solution sucrec on no peut 
repondre soiten plus, soitcninoins, 
de 13 grammes de sucrc. 
ATecmonnouveJ appareii Tcrreur 



d'obserration, quand on charse ateo 
reau, ne s'el^ve qu'4 2' quand onse 
garantit soigneusement de la la* 
midre laterale; dans une chambr« 
6clalr^e eile ne depasse pas 6'. Mals 
si le tube est rempli de Solution de 
Sucre, rincertitude dans la position 
augmente a^ec la lumi^re blanche 
dans Tun comme dans Tautrd cas« 
et s'^leve a 12'. 

Getto circonstance repose sor ce 
fait, que les diverses couleurstonr* 
nent le plan de Polarisation d'une 
mani^re inegale et qu'il n^y a par 
consequent pas de position du po* 
larisateur antdrieur oü les franges 
colordes disparaissent complöte« 
ment Toutcfois, celles-ci atteignent 
un minimum dans leur intensit^, 
(][uand le polarisateur tourne d'une 
etendue qui correspond a la rotation 

f>ar la Solution sucr6e des rayons 
es plus vifs dans la lumiere blan- 
che et, par consequent, de rajrons 
jaunes et vert-jaune. Les positions 
s'etablissent sur ce minimum et, 
par cons^uent, sont un peu incer- 
taines. A rerreur d'obscrvation ci- 
dessus de 12' ou Oo 2 correspond, 
qnoiqu'il en soit, une exactitude 
b fois plus grande que dans le sac- 
charimetre Soleil ou dans le degrö 
de coneentration du sucre une er- 
reur d G = 2 gr. 78 de sucre avec 
une colonne liquide de 100 milU- 
metres. 

L'incertitude dont il vient d'Ätre 
question disparatt n<^anmoins d^s 
qu'on emploie une lumiöre mono- 
cbromo. En effet, lorsque j'ai plac^ 
en avant de Toculaire un verre co- 
lor6 en rouge fonce et dirig^, dans 
une chambre obscure, l'apparcil sur 
la flamme d'un bec k gaz d'Argand, 
l'erreur de position ne s'est plus 
dlev^e qu*a 3' et eile est m^me des- 
cendue k i lorsque j'ai fait usage 
de la lumiere homogene d*une 
flamme au sei marin. L exactitude 
de mon appareii avec ce dernicr 
mode d'observation est donc 20 fois 
etrespectivemcntOOfois plus grande 
qu'avec le saccharimetre Soleil. 
Dans une colonne liquide de 100 
millimiHresdc longueur, les erreurs 
de Tohservation dans la determina- 
tion de la coneentration d'une So- 
lution de Sucre, ne corr^^spondent 
(lonc qu'äune erreurde0,7 ouOgr.2 
de Sucre. 

Voici mainlenanl la doscriplion 
de Tapparoil et quelques remarques 
utiles sur ses applicatioiis. 

Cet appareii represenl^ flg. 9 pl. 



— 347 — 



305 le compose d*un peilt buti B, G, 
d'uu photomeiro tcl aue que je Tai 
Stabil en modiüant le polariscope 
de Savart et a'ua index D qui fait 
Corps aveo Tanneau gradue E nii 
milieu duquel est dispose le labe F 
atBC un prisrae de Nicol toiirnant 
sür SOQ axe. On peut faire tourner 
Bur SOQ cenlre l'anncaa E au moyen 
d'une pellte poiffnöe G, et lire alors 
sür un vernier la position de Tin- 
dcx jusqu*ä 1/10 do degr6 pres. On 

filace entre le prisme de Nicol F et 
e polariscone, le tube H qui con- 
tient le liquide qu'on veut soumcttre 
ä r^preuve et qui y est maintcnu par 
un pcssort. En I, en avant de Tocu- 
laire A, est dispos6 un disque noirci 
pour garantir 1 a»il contrc la lumiorc 
^trang^re. Enfin, Tapparcil cnlior 
est tenu & la main par la poignoc K, 
ou bien plac6 sur un pled. 

Lcs observations se fönt de la 
maniöre suivante : 

On dirige Tapparcil vers le jour, 
vers un nuage blanc ou grls, ou sur 
une muraillc blanche; Je soir, sur 
)a flamme d'uno lampe ou d'une 
bongie, et en appliquant TcEil on A 
apres qu'on a donn6 au prisme do 
Nicol la Position convcnable, on 
observe un Systeme de lignes colo- 
rÄes horizontales (noires entre deux 
blauches^ sur lesquelles rcposcntlcs 
Als croiscs de la lunettc (fig. , 10, X). 
Alors, que le tube H soit vide ou 
Charge, si on fait tourner avcc la 
poigu<>e G le prisme avec l'anneau E, 
on voit ces lignes pälir, se s6parer, 
hüsser au milieu une bände inco- 
lore libre et enfln, a lonr place, ä 
droite et a gauche, des lignes de 
coaleurscomplementairesflnanchcs 
Ctitre deux noires). Des que la bände 
incolore du milieu du champ de la 
Tision ou le point du croisement 
des fils sont apcrgus (flg. 10, Z) on 
cesse de tourner et on lit au moyen 
du vernier le degr6 sur le cercle 
gradu6. On a donc ainsi le point 
d'origine ou de depart des observa- 
tions qui rcsle le mömc tant que le 
prisme de Nicol ne tourne pas dans 
sa montarc ou que le polariscope 
ne change pas <le position. Mais, si 
on fait loiirner le prisme dans celle 
monture, on peut tres-bien faire 
que le point tlc depart cclncide avec 
le zero du cercle. Maintcnant si on 
remplit le tube H avoc la liqneur 
qui luit lournor le plan de Polari- 
sation, on apcFQoit d<? nouveau lcs 
lignes colorccs avec leur iiitensitö 
primitive et il faut, pour raraener 



ä sa Position moyenno la bände in- 
colore, tourner d'un cöte ou d'un 
aulre le prisme de Nicol. Le nombre 
do subdivisions qui exprime la dif- 
förence entre la position primitive 
et Celle nouvelle, donne la rotation 
du plan de Polarisation par la li-> 
queur. Lorsquo le point de döpart 
coincide avec le zero de Idchelle, 
on a immödiatement cette rotation 
en degr^s ou dixi^mes de degr^s. 

En ce qui touche la direction de 
la rotation on fera remarquer quo» 
quand on rcgarde en A et qu'on 
essaye un liquide qui tourne ä 
droite, 11 faut tourner le prisme F 
ä gauche, par consc^uenty dans une 
direction contraire a celle de la ro- 
tation du liquide pour amener la 
disparition des lignes colori^es. 

Des experiences maintes fois r6- 
petees bnt montre, ainsi qu'on l'a 
dejä annonce, que l'observation avec 
baudes incolores au mi lieu du champ 
de Vision, pouvait donner dans la 
mesure de Tangle de rotation, une 
exactitude qui peut aller jusqu'4 un 
dixicme de degrd. On obtient celte 
exactitude avec la lumiere blanche 
ordinaire laut (^ue la liqueur opöro 
une rotation qui no döpasse pas 5». 
Au delä, les rayons colores qui 
conslilucnt la lumiere blanche, se 
separent a raison de la rotation dif- 
fercnte de leur plan de Polarisation, 
et les lignes cotoreos ne s'evanouis- 
sent dans aucune des positlons du 
prisme. On obtient seulement une 
intcnsite minimum qui est d*autant 
plus difQcile a doterminer, que la 
rotation a eu plus d'etendue. 

II y a deux moyens pour sur- 
monter cette di£ßcult6. On peut 
adopter d'abord le principe du com- 
pensateur de M. Soleil et opposer a 
la rotation de la liqueur le relour- 
nement des placfues de auartz d*une 
6paisseur donnee, aün ae la rame- 
ner au-dessous de a». Dans ce but, 
on s*est servi de comblnaisons de 
Plaques töurnant ä droite et a gau- 
che afin c(ue Tepaissour de la plague 
qui ramenc finalement la rotation 
au-dossous de U", ne soit pas trop 
considerable. II est ccrtain que par 
Teinploi do 4 plaques töurnant a 
droiie el de 4 plaques töurnant k 
gauche, epaisses de 1, 1 i/4, 1 1/2 
et 1 ;i/4 raillimetrcs combindcs en- 
somble, on peut dans tous les cas 
raraener dans Ir'S observations des 
rotalions de 40« a l>« seulement 
et dont il est facile de deduire la 
rotation primitivs dapres le degr6 



248 — 



qu'on lit en dernier Heu et da nom- 
brc ainsi que de Tdpaisseur des 
plagues interpos^es. 

Toutefoi5,comine dans la pratiqae 
ces compensations par plagues de 
quartz sont ud peu compliqu^s et 
qu'on ne pcut les employer que 
lorsqae, comme pour le quartz, la 
dispersion de la liqueur est exacte- 
ment proportionnelle 4 celle du cris- 
tal de röche , il m'a scmble dans 
toas les cas, lorsque la rotation d6- 
passe certaines limites, qu'il valait 
mieux observer a travers une plaque 
de verre d'un rouge uniforme, ou 
^clairer Tappareil au moyen d'une 
flamme homogene produile par Tal- 
cool lmpregn6 de sei marin. II n'est 
plus alors n^cessaire, comme aupa- 
ravant, d'observer dans une chara- 
bre obscure; un 6cran noir d'unc 
etendue et d'uno ^paisseur convc- 
nablcs plac6 derriere la lampe est 
parfaitement süffisant. Ge verre 
rouge est appliqu^ sur Toculaire 
de mani^re ä pouvoir aisement s'en- 
lever. 

Une erreur de 1/10 dans la dcter- 
minalion de T angle de rotation, 
correspond suivant la longueur de 
la colonne liquide k une approxi- 
mation plus ou moins rigoureuse 
dans Tappröciation de la pioportion 
du Sucre contenu dans la liqueur 
soumise ä Tessai. 

Avcc Tappareil on livre deux tu- 
bes. Tun de 50 et l'autrc de 25 mil- 
llmetres, et pour atteindre une 
exactitude ä I/IO et m6me 1/20 pres, 
11 suffit, avec le long tube, d'une 
richesse de 2 1/2 gram mos par litre. 
Le tube court est desline aux 11- 
queurs moins translucides, ou pour 
Celles dont on n'a que de faibles 
quantit6s. 

£q r^sumd, voici les avantages 
que präsente le nouveau saccbari- 
metre ! 

lo II assure une exactitude dix 
fois plus grande qu'on n'est par- 
venu a Tatteindre avcc les meillours 
apuareils connus jusqu'a present. 

20 L'appareil peul ^tre tenu aise- 
ment a la roain; il n'cxi^^e pas une 
chambrc obscure iii un cclairage 
particulier, et ses indications sont 
ind^pendantes de la couleur des 
Solutions examint^es, 

3« Sa conslruclioü est simple, et 
le prix plus mo-l^r^ que ceuii dos 
anpjircils prösontanl ic iiieme degre 
d'exactilude (l). 

(I) La constraction de cot appareil.iettJ 



Nouveaux ajjpareils d'evaporation 
et de de distillation^ dits erora- 
teurs. 

Par M. L. Kessler. 

Nous avons dejä public dansle 
T. XXIV, p. 304, une note de 
M. L. Kessler, ou cet habile prati- 
cien estentr6 dans quelques df^tails 
sur un nouveau Systeme d'appa- 
reils d'evaporation et de distillatioii 
ä simple ou a multiple effet dont 11 
est inventeur. Depuis cetle cpoque, 
cet appareil, auquel M. Kessler a 
donn6 le nom d'crorateurt a re^u 
des perfectionnemenls, et comme 
ses avantages paraissent avoir M 
appröcies dans quelques Indus- 
tries, et que son usage commence 4 
se repandre, nous croyons devoir 
presonter ä son sujet quelques cx- 
plications nouvelles. Ecoutons d'a- 
l)ord M. Kessler exposer en pea de 
mols le principe de son ^rorateur, 
ses effets et ses applications. 

« On a dejä appliqu6, dit il, en dis- 
tillation et en evaporation le prin- 
cipe de la multiplicite des effets dus 
ä la cbaleur latente abandonnce lors 
de la cond<^usation des vapeurs; 
mais les appareils que Ton a cons- 
truits jusqu ici exigeant l'emploi du 
vide ou de la pression, obligeaient 
ä des fermelures hermetiques, mi- 
nutieuses, delicates el longues. 
Aussi, ä part une ou deux applica- 
tions industrielles, l'usage ne s'en 
est-il pas repandu. 

T> Les appareils que nous avons 
fait breveter et que nous faisons 
construire, au contraire, peuvcnt 
marcher k air libre, quand biea 
m^me les joints non lut^s laisse- 
raient des ouvertures libres. 

» Ils doiveut cetle pr^cieuse fa- 
cullö ä l'application d'un principe 
dont on n'avait point tire j usqu'icile 
parti qu'il offrait : celui dt 2'c/im*- 
nalion des gouttes formees par les 
vapeurs condensees en mettant ä pro- 
fit leur adherence svr des parois 
con veno hie ment inclinees. Ces gout- 
tes, en suivaut la pente du fond du 
vase qui serl de couvercle ä celui 
en evaporation, se rendeut dans uu 
canivoau ou goutlierc, qui les di- 
verse ä Texl^rieur par un tuyau. 



confiee k M. Hofmann , opticien , rue de 
Biiry 3. ä Paris, qui y ajoule une lampe k 
alcool avec rhomitiec en vcire (f»oiir rendre 
la Il.imnie lix»*) et la s'.'rie ifHli(|uee de 8 
Plaques de quartx. 



— 249 — 



Tt Ges appareils ne pouvant ^ya- 
porer qu'a la condition de distiller, 
et devant recevoir cependant un 
bien plus grand nombre d'applica- 
tions comrac 6vaporateurs que 
comme alambics, nous avons cher- 
ch^ ä leur donner un nom qui rap- 
pel&t ä la fois deux fonctions in»^- 
parables; nous les avons nomm^s 
erorateurs (de ex, qui indique un 
d6part, et de ros, roris, ros^e), 

» Les avantages que presentent 
les Erorateurs sont de plus d'un 

Senre, suivaut Temploi qu'on leur 
onne. Nous allons les exarainer 
dans leurs differcnts usages. 

» Employe comme alambic «^im- 
pfe effct, et sous la forme qu'll prend 
pour cet usagc special, c'est le plus 
simple des alambics connus, puis- 
qu'il ne sc compose quo d'une bas- 
sine et d'un couvercle taisant fonc- 
tion de refrigerant, sans aucune 

f>iece accessoire. C'est le moins vo- 
umineux et le moins encombrant, 
puisqu'il n'a pas de Serpentin ; le 
moins assujettissant comme service, 
puisqu'il fonctionnc si Ton veut 
sans renouvellement d'eau, Tövapo« 
ration du liquide place sur le cou- 
vercle sufQsant pour la condensation 
des vapeurs et n'exigeant qu'une 
addition de liquide des plus mini- 
mes. (On sait, en effet. que Teau 
d'un r^frigerant ordinaire etant & 
chang^c ä 70 dogres centigrades, il 
en faut tbeoriquemont onze fois et 
demic plus pour condenscr la möme 
quantite d*eau; pratiqucment, la 
aifTerencc est plus sensible cncore.J 
» Comme nettoyage, c'est le seul 
qui, presentant ouvertement a l'air 
toutes SOS surfaces condensantes, 
offre autanl de facilite; du reste, 
pas de joints ä luter et un acces li« 
nre partout pour les r6parations. 
Enfin, si Ton change l'cau du cou- 
vercle r6frigerant, on ohlient aus- 
sitöt une puissance d'efTet qui d6- 
passc de beaucoup le pouvoir con- 
densant des röfri^erauts ordinaire- 
ment employes. En effet, chaque 
decimetre carrc du couvercle con- 
dense 1 kllog ramme de vapeur ä 
Vheure, sans qu'il en resulte la plus 
pctite prcssion dans l'appareil (soit 
20 litrcs par heurc pour un appareil 
de 50 centimelres de diamelre). 

)) Employe comme alambic ä 
double ou ä mutiple e/fet, l'Erora- 
teur^auxprincipaux avanlagosenu- 
merös ci-dessiis, ajoiiU». colui d'uuc 
economic de comhuslible qui peuL 
aller jusqu'aux 4/5«* de la consom- 



mation que fönt les alambics ordi- 
naires (soit 1 kilogramme au lieu de 
5, äquantitd 6galedetravail). Cette 
öconomie n'est atteinte mömeä moi- 
i\6 par aucun des syst^mes les plas 
compliquös actuellement en usage. 

> Mais ce qui fera certainement 
rechercher nos Erorateurs par leg 
chimistes, c'est ou'ils permettent 
seuls aujourd'hui a'obtenir, ä Taide 
des cascs superpos^es ä la bassino, 
de Veau distillee par knanalion, 
c'est-ä-dire sans aucune öbullition 
possible du liquide et sans mölange 
aucun, par cons^auent, avec des 
gouttelettes non distillees, telles 
qu'il en est entrafn^ par les vapeurs 
des liquides en ebuUition. 

)) Cette propriöte, jointe k la faci- 
lite que Ton a de faire derer ou ar- 
genter les surfaces condensantes de 
Tappareil, qui s'offrent toutes ä d6- 
couvert, permettra de pousser plus 
loin la rigueur des analyses en pro- 
curant en abondance une eau dis- 
tillee chimiquemeut pure. Disons 
encore que cette eau distillee, re- 
cueillie chaude et renfermde dans 
les vases bien bouches, restera 
exemple d'acide carbonique, d'oxy- 
göne et d'azote. 

)) II va de soi quo ce que nous 
venons de dire relativement d l'eau 
distillee s'applique aux autres li- 
quides, comme l'alcool, Tether, 
etc., etc. 

ji Nous devons aj outer aussi 
qu'une ou plusieurs des cases super- 
posecs pcuvent 6tre employees 
comme bains-marie pour la dis- 
tillation de l'alcool, des extraits, 
etc., etc., on jouit egalement pour 
les bains-marie du benefi.ce du com- 
bustihle produit par le multiple effet. 

n Enfin, la distillation mdme des 
liquides charg^s de sei dans les 
cascs superposees, oü il ne peut y 
avoir de projections, pcrmet d'ob- 
tenir en meme temps et de l'eau 
distillöe pure et une ^vaporalion 
active d(?s Solutions salines. 

Employö oomme appareil d'^va- 
poration^ TEroraleur procure une 
teile Economic de combustible qu'il 
doli trouver une large place dans 
l'mdustrie. Dejä nous avons pu ap- 
precier par des exp^riences sur une 
echelle industrielle son excellent 
fonctionnement pour Tevaporalion 
et la cristallisalion des eaux sal^cs, 
II nous a perrais de reduire la con- 
sommalion du combustible au tiers 
environ de ce qu'eiie est avec les 
po^les ordinaires, et tout indique 



— aöo — 



quB ce resultat peut ^tre d^passe. 

» Les frais de combustible ^tant 
a peu pr^s Tuniciue däpcnse des sa- 
lines de Test de ta France, du nord 
et du centre de l'Europe, T^conomie 
de ce Douveau Systeme d'^vapora- 
tion leur permettra de luttcr avec 
avantaffeaur Jeurs propres marches 
coatre les marais salants, dont les 
produits sont rnoins beaux et moins 
purs. Le sali nage» la lev^e du sei 
s'y operant avec la inömc facilito 
que dans les anciennes poMes» le 
cal qui se formerait s'enleverait 
ais6ment, et par une disposition par- 
ticuliere nous avons reussi a Te- 
Titcr (1) 

» Npus recommandons encore no« 
tre Erorateur pour Tevaporation 
des vinasses des vins ou des m^las- 
ses, en vue d'cn rctirer soit la po- 
lasse, soit le tartrc ; pour les cris- 
talüsationsdes sels anhydresou peu 
hydrat^s» qui peuvent se faire k 
cbaud et auxquels 11 permettra de 
donner soit des formes nouvelles, 
soit, comme pour l'iodure de potas- 
sium, des proportions cristaliines 
inusitees; pour Tevaporalion des 
extralts pharmaceutiqucs ou de tein- 
ture ; pour revaporation de la po- 
tasse et de la souae caustiques ; pour 
le rapprochenaeut des eaux de les- 
sivage du nitre, des cendrcs potas- 
siques, des yarochs, etc., etc. ; 
pour rdvaporation industrielle des 
sels de zinc, de fer, d'alumino et 
des acides tarlrique, citrique, etc. 

(!) Uno singtilarile pratiqne qni s*est re- 
völöe ä Tapplication, c'est quc le sei y crls- 
tallise infiniment mieux qo'4 l'air lihrc. On 
Tobsorve sartont avec les cuux de cortain es 
salines, comme cellcs de Saaraibe, qui, a 
Tair libre, ne donnent plus de crislaux au- 
dessus de 40 ä 50 degrüs cenligrades, et 
qui, dans l'drorateur, cristalfisent ä loutes 
Ite temp^ratures. 

Le sanna;;e du sei marin «'est pas le senl 
qui soll Ävantapeux dans les örorateurs cn 
töle. Celoi da sei de sende s'y execute aussi, 
et nous devons ie inenlionner parce qu'il 
nous a permis d'oblenir une nouvelic sorte 
de crislaux de soude renferraanl tr^s-peu 
d'eau de cristallisalion, qui, en raison de 
ses caractöres propres, peut devenir com- 
aierciale. Ces cristaux, en effct, ne pesent 
gnfere plus que le sei de soude; ils sont 
transparents et ne ressembleni en rien aux 
cristaux de soude ordinaires; ils possedont 
pour le consommateur ce caraclere parti- 
culier de purele, qu'exposes soit ;i Tbumi- 
dil^, soit au conlact de crislaux de soude 
on de Sulfate de soude, ils deviennenl op.i- 
(pies et s'ouvrent en choux-fleurs avant de 
s'iilearir : ti devient donc impo&sible de 



D Nous croyons utile' de dire que, 
Iprsque nous avons ä donner aux 
Erorateurs de vastes proportions» 
nous abandonnons la forme circu- 
laire pour celle ä bords rectangu- 
laires et ä fonds cannel6s, aui satis- 
fait mieux aux exigences au cons- 
tructeur et de Tarcoitecture locale. 

» Le fer et le cuivrenc sont pas les 
seuls Corps qui puissent Stre cm- 
ployös sur une grande ecbelle; le 
plomb, la fönte, la töle plomb^e ou 
zingu^e, etc., peuvent aussi servir 
k la construction des grands Erora- 
teurs. 

» Pour ces grands appareils in- 
dustriels, on traitera les prix de gre 
ä, gre, suivant leur dimcnsion et 
Tcsagc^anqucl ils sont dcslin^s. 

» L'Erorateur en platine pour la 
concentration de l'acide sulfurique 
se compose uniquemcnt d*une bas- 
sine large ä fond plat, en platine, 
ayanl au bord superieur une rigole 
formant Joint hydraulique et d'un 
couvercle conique en plomb avec 
bords. On comprend qu'en suppri- 
mant ainsi du m^me cuup plus de 
la moitie de la surface du mätal 
precieux, nous ayons apport6 une 
economic considerablc dans son 
emploi. Dans ce cas, l'apparcil per- 
mct de fonctionner comme les a- 
lambics aujourd'bui exislants, par 
le procdde intermittent ou par le 
procedccontinu. 

)) Nous avons fall construire pour 
les cbimistes, lesdro^uistes. pnar- 
maciens, photograpnes, aistilla- 
teurs, fabricanls d'cxtraits medici- 
naux ou de teinture, parfumcurs, 
etc., des Erorate urs en cuivre ^ta- 
rne interieurement, fig 3 et 4 pl. 304, 
qni pcuvcnt servir comrn«* alambics 
ou commo appareils d'^vaporation 
a simple cffet, a Taide d*unc bassine 
et d'une casc, ou ä multiple elFet, 
avec une bassine et plusieurs cases. 
Voici le tabicau des numcros et du 
diamötre de ces appareils, 



Numeros. 


DiamtH 


i 


24 


2 


rt 


:\ 


40 


4 


48 


r> 


54 


(i 


59 


/ 


OS 


s 


7t> 


'.) 


s:», 


10 


90 


11 


96 


{^ 


405 


13 


107 


14 


iia 



- iöl - 



» L'örorateur en porcelaino ä tri* 
ple edet, fig. 5, se compose d'une 
bassine et de deax cascs saperpo- 
•^es. II peut 4 volonte scrvir a sim- 
ple ciDet ea n'cmployant qu'une 
oassine et unc caso, et, dans ce cas^ 
il read de grands Services aux la- 
boratoires, parce qu'en evaporant 
toato esp^cc de liquide par ebuUi- 
tioa ou par i^vaporation ä volonte 
80US un cou verde et un Joint hy- 
dranliquo hermetiquo, 11 ne permct 
aucan acces aux poussi^rcs. 

» II donne de 1 eau distillöe chU 
miquement pure; il pcut tenir liea 
de cristallisoire par sa capsnle infö- 
rieure qai on a la forme et par la fa- 
cultö qu'il possöde d'evaporer en 
Yase clos sous ane atmosphere hu • 
mido et rclativcnient hasse. 

n L'örorateur sera d'une grande 
Utility aux ^lersonnes qui s'occu- 
pent de cliimie a quelque titre que 
ce