(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Tʻoung pao"

This is a digital copy of a book that was preserved for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that 's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book' s long journey from the 
publisher to a library and finally to y ou. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that y ou: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
any where in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 



at |http : //books . google . corn/ 





HJJk^&C iV ^jIo^^^Wp^^ ^^ 




^^^^^K 1 /^ ^^^^^^^^ 1 JS^Ê ^^^mSftHu ^^^1 


EfS^^^^S 



T*oung pao 



POUR SERVIR A 

L'ÉTUDE DE L'HISTOIRE, DES LANGUES, DE LA GEOGRAPHIE ET 
DE L'ETHNOGRAPHIE DE L'ASIE ORIENTALE 

(CHIMK, JA.POM, C011]Û:B, UN'DO-CSCIISrB, A.S1B 

ch:^xra.l.h: et ma.il.a.isih:). 

RÉDIGÉES PAR MM. 

GUSTAVE SCHLEGEL 

Professear de Chinois à TUniveniU de Leide 
ET 

HENRI CORDIER 

FrofÎBSsear à TEcole spéciale des Langues orientales vivantes et à TEcole libre des 
Sciences politiques à Paris. 



Série II. Vol. I. 



a-<--^--^^:^^®k3^->s3 



LIBRAIRIE ET IMPRIMERIE 

CI-DETANT 

E. J. BRrLL. 

LEIDE— 1900. 



290291 



IMPRIMERIE CI-DEVAMT £. J. BRILL, LEIDE. 



PREFACE. 



Nous commençons la deuxième Décade de cette Revue; les 
mêmes rédacteurs ^) et les mêmes éditeurs ^) dirigent la publication 
qui eut pour berceau Christiania en 1889, et qui prit sa forme 
définitive à Leyde Tannée suivante. Nous avons autant que possible 
essayé de conserver à notre Recueil un caractère particulièrement 
scientifique; nous avons voulu être impartials, mais Timpartialité 
n'empêche pas la science d*avoir ses rigueurs, cause, parfois, de 
mécontentements ou de froissements: c'est l'histoire du présent, 
cela était l'histoire du passé, ce sera l'histoire de l'avenir. Dans tous 
les cas, nous sommes certains que jamais des sentiments de vanité 
ou de rancune personnelles n'ont dicté le choix des articles, encore 
moins nos critiques. 

Mais errare humanum est: il est possible, fort probable même, 
que parfois, nous nous soyions trompés; aussi réclamons-nous l'in- 
dulgence de ceux qui nous ont lus et qui, nous l'espérons, nous 
liront longtemps encore. hknbi cordibk. 



1) Gostave Schlegel et Henri Cordier. 

2) F. de Stoppelaar et A. P. M. van Oordt. 



SOMMAIRE. 



Articles de Fonds. 

FlfH 

Préface. V 

G, ScHLEGEi., The secret of the ehineee melhod of ti-anscribing foreign 

Bounds , . 1, 93, 2i9 

A. VissiÉiHE» L'Odys«ée d'un prince ciiinoîs . . ..»..!, iQ5, 189 

Pierre LEFÈvBE*Pt>NTALis, Les Laotiens du royauma de Lan CKh&ng , .149 
MAURfOE Courant, Sommaire et historique des cultes Corée as . , . , . 295 

Henri Cordier, La Révolution en Chine 401 

Henri Cîordier, Deuît Documents inédita tirés des papieiu du Général Decaeti 451 

Mélanges, 

On some unidenUfied chinese transcriptions of Indian words, byG.Schïegel 3%7 
Dne Ètfeîe chinoise en Thonneur de deux Français, par Un Élève en Sinologie 334 

Généalogie du prince K^ng, par A. Vbsière , . 342 

First introduction of Tea into Holland, by G. Schlegel ,..,,.. 469 
Des noms de quelques termes solaires, par le P. Chambeau, S. J. . . , 473 

Yariétés. 

Lea conféi^nceâ du Musée Guimet. . 63 

Exposition univei-selle de 1900 ...,.,.......,., 168 

Rapport annuel de la China Association ............ â54 

La Guerre du Tanktn d'après tes chroniques générales du Vun-nan, par Papyrus 481 

Nécrologie, 

Rév. John ChaUnei's ^ É^ ^ Tchmi Vo-han, par Henri Cordier . . 67 

Josepb Bertrand* par Henri Cordier ,-...,**,..*, .170 
Alphonse Milne-Pjdwards^ Adrien René Franchet^ Louis Gaillard, Nieholasi, 

Hani>cn, V. P. Vasiliev, Petrus Trii*o*ng Vinh-Ky, par Henri Coi-dier . S56 
William Burges Pryer, Henry Broughani Loch, John Andersen, Natalis Rondot, 

par Henri Cordier ,,.....,....., ^ .. . 345 
Friedrich Max Millier^ par G. Sehlegel; MaKien-tchongi Williani Muirhead, 

William Andensun, Jones Lau^prey, i>ar 11. Cordier 491 

Martyrologe de Peking, par H. Cordier- *.,.....,.,. 494 

Bulletin critique. 

Les Chinois chess eui, par E. BaRD (Henri Cordier) 70 

Petit Dictionnaire fmnç-iiis-chinois ^ j|| ^ ^ |^ ^ P^^^ ï® ^- '^■ 
Debesse s. J. ; Henri d'ORLÉANS, Politique extérieure et coloniale (Henri 
Cordier) . / - 171 

Chamberlain ^ ^ }-h ^ ^ ^^. [ntroduction to the study of 

Japanese Wriliug (A. IJraniatîky J ; Li Ki ou Mémoires sur les Bienséances 

et les Cérémonies, par S Couvreur S. J, (Henri Cordier) 269 



IV SOMMAIRE. 

Pages 

Mythologie des Buddhismus in Tibet und in der Mongolei, von Dr. Phil. 
Albert Orûnwedel; Preliminary Notes on explorations among the 
Amoor Tribes, by Berthold Laufer; Studien zur Spi-achwissen- 
Bchaft der Tibeter. Zamatog. Von Berthold Laufer (G. Schlegel); 349 
China, The Long-Lived Empire, by Eliza Ruhamah Scidmore: Série 
d'Orient, No. 4. — Koang-Siu et T'se-Hi Empereur de Chine et Impé- 
ratrice douairière — Éâ^ h Décrets impériaux 1898 traduits du 

Chinois par Jérôme Tobar S.J. Avec préface, tables et notes explicatives 
par J. Em. Lemière; La Croix-Rouge en Extrême-Orient, par le Prg- 
fesseur Naoao Arioa; S. EpeniiHeft^epT». — Ilo noBo^y HaHMeHOBaniH 
He4aBH0 B03HHKmefi bi> lOWHoiî MaHbHmypiH pyccKoiî o6/iacTH. (Henri 

Cordier); M ^ ^ ^. Grammaire de M. Ma M ^^ jft (Jé- 
rôme Tobar, S.J.); Ost-Asien 1860—1862 in Briefen de? Grafen Fritz 
zu Eulenburg, Kôniglich Preussischen Gesandten, betraut mit ausser- 
ordentlicher Mission nach China, Japan und Siam. Herausgegeben von • 

Graf Philipp zu Eulenburg-Hertefeld (Henri Cordier) 359 

Ein unentdecktes Goldland, von Oskar Nachod ; Atoeran Hak Poesaka orang 
tjina dan hal mengangkat anak. Tersalin dari kitab hoekoem tau 
TJHïNO LOET LIE oleh TJOA SIEN HIE — Regeling der erfopvolging bij 
versterf onder Chineezen en der adoptie, vertaaid in het Maleisch en 
Nederlandsch uit het Chineesche Wetboek tau tjhino loet lie door 

TJOA SIEN HIE (G. Schlegel) 498 

How to read the War News fix)m China; The Travels of Sir John 
Mandeville; The Attaché at Peking by A. B. Freeman-Mitford, C.B. 
(Henri Cordier) , 502 

Chronique. 

Allemagne et Autriche, Amérique, Annam, Asie Russe, Belgique, Birmanie, 
Grande Bretagne et Irlande, Cambodge, Chine, Etats-Unis, France, 
Indo-Chine, Italie, Japon, Pays-Bas et Colonies Néerlandaises, Russie, 
Siam, Sibérie, Straits Settlements 71, 173, 280, 382, 507 

Bibliographie. 

Livres nouveaux 184, 286, 393, 512 

Correspondance. 

Une question de traduction, par le P. P. Hoang 397 

Notes and Queries. 

1. Dangers of the Peking Pronunciation of the chinese characters; 2. On 
Alphabetical Spelling by the ancient Chinese; 3. La Culture du Thé 
à Ceylon; 4. Lee moustiques et la filaire; 5. The oblique eyes of the 

Mongols; 6. Une correspondance adressée de Wou-tchang ( ^ B )au 

North'China Herald; 7. Supplices dégoûtants; 8. Note sur l'édition 
italienne d'Odoric de Pordenone 92, 186, 292, 406, 515 

Errata 188 

Index alphabétique 519 

European and Chinese Galendar for the year 1901. 



THE SECRET OF THE CHWSE METHOD 
OF TRANSCRIBING FOREIGN SOUNDS 



BY 

G. SCHLEGEL. 



§ 1. I haye already, on différent occasions, called the attention 
of' sinologues to the insuflSciency of the '^Méthode pour déchiffrer 
et transcrire les noms sanscrits qui se rencontrent dans lés livres 
chinois** by the late professor Stanislas Julien '). 

^Dr. Hirth has equally pointed out its defects and illnstrated 
them by some well-chosen ezamples ^). This insufficiency is due to 
two principal causes. The. first is that Julien thought that the 
buddhist roonks, who taught the Gbinese how to transcribe Indian 
words, spoke classical Sanscrit, which was not the case; and the 
second that the chinese characters were prQQOunced at that remotQ 
period exactly as in the présent day. St. Julien had not the faint^t 
idea of the ancient sounds of the chinese characters, nor of any 
of the sonthern dialects of China, which hâve, for the most paft^ 
preserved thèse ancient sounds — even so far that I confidently 
believe that a Chinaman from the r*a»?5F-dynasty — if he could 



1) rounç-pao Y. p. 178; VII, p. 184 seq, 668 seq ; VIII, p. 40a 

2) Chinese e^aivalents of the letter R in foreign namet (Joarnal China Branch Roy. 
AsUt. Sec , Vol. XXI, 1886. p. 214 teq.). 

1 



Q. SCHLEOBL. 



anse from his graw' -a . could converse, withoat moch difficultj, 
with a mo4ei^'fpbinamaQ from Amoy or Chang-chow. 

A*'-^^ ^amples will be sufficient for démonstration. In the 
exposition of his Méthode, p. 10, St. Julien wonders **that such a 
considérable number of chinese phonetic signs do not in the least 
correspond to the sanscrit articulation which they are intended to 
represent*' and quotes as an example (p. 11) that the sanscrit 
Sound (t is rendered in chinese transcription by chi ^ ^ ^J^ ^ 

^ ^ ^ 9 ^7 ^^^* ^ ^ ^^^ ^7 ^'^^ 'i^ * ^^^ ^^^ seven 
first characters are ail pronounced ti in Amoy-dialect ') ; the two 
characters chui are pronounced fui, and tseh tik *). 

How to recognize the sound da in ^ ch'a? asks St. Julien. 
Tf he had koown the Amoy-dialect, he would hâve found that this 
character is pronounced there tê (as the well-known cheering cup 
is still called on the continent and by the Irish tat/; in £nglish 
it has been written tea and is now pronounced tee). 

The ancient vowel a has been preserved in the Cantonese ch'a 
and the ancient initial d in the Shanghai-dialect dzo. But ^the 
chiuese authors ha?e probably màde the common confusion between 
ch'a ^ and Vu ^ (Amoy to, Shanghai du); the character ^ 
being of later artificial formation. 

Armed with this science, it is not any longer diflScult to 
recognize Sanscrit da in Chinese ^ or ^ whose ancient souiids 
were also da. 

As a natnral conséquence of this ignorance of the southern 
dialects we get queer indications like the foUowing: *'^ Fou pour 



^) jB ^ HÏ — BM "an owl", pronoanced tsi in Amoy, woald seem to make «n 
exception ; bat the character is also pronoanced iiei ( lt^ ^^ -tifT -^^ ^^ ) when 
applied to another bird. 

4) According to the ^ff SE the character Ijm was pronoanced <*(a -f- 1)*^ *" ^*i^ 
duriog the T'.Dg-dyn«ty ( ^ # El ;^ # glj ). 



THE SECRET OP THE CHINE8B METHOD ETC. 8 

pou dans Pouroucha\ ^^ Fou-leou pour pour dans poÛTna\ 
(Julien, Nos. 817, 820). 

Now in Amoy-colloquial ^ (rich) is pronounced pu {poo)y 
which was the old sound of the cbaracter. The l of leou naturally 
represents the r, so that poo'l(ao) represents quite distinctly poû-r, 
To the présent day the characters ^ ^ ^ pu-tut-sin are em- 
ployed by the Java-Ghinese to trauscribe the malay word putuain 
(pr. pootooseen) to décide, give a verdict. 

So we find under N^ 298: "^ Fo pour bon dans Bouddha'. 
Now the old sound for ^ was Bud; and thus the définition ought 
to hâve been: ^ for Btid in Buddha ("^ |î^); for, as we hâve 
already observed in the T'oung-pao (Vol. V, p. 173), each syllable 
of a foreign word ends with the consonant with which the following 
syllable begins. The Chinese read Bud^dha and transcribed it there- 
fore correctly by Put-tho. 

At the présent day Buddha is still called in Amoy Ptif, for 
the older form Bud. 

By not observing this rule, Julien also gives: ^^"^ Fo pour 
pou dans Vaipoulya CQj^ "^ 0^ ** (&lso transcribed V^ ^ ^ pipoolo 
in Amoy). He ought to hâve said: ^ put for pul in Vaipulya. 
For the last character 0^ is pronounced in Chang-chow, near Amoy, 
lidk = lya. The l in pulya is repeated in the chinese transcription 
in order to show distinctly that the initial of lya is an /. 

In N°. 'JQO we read; "^ Fen pour pouji dans pouiidarika 
(^|ÎË 5PJ tlW)"- The character ^, pronounced in Amoy book- 
language Ai/n, is pronounced pun in Colloquial. The syllables ptin(^a 
are also transcribed ^ ^ , the first of which, meaning to run 
away, is pronounced p'un in Amoy, whilst the second te represents 
an old ta or da. 

Again we find (N°. 294-295): "^ Feou pour hou dans 
Bouddha; pour 6/<ou dans Adhhouta (pFj[^^)**« The Amoy 



4 O. SOHLfiOBL. 

pronauciation of ^ (to float) is p'u and was probably also 
pronoanced pu\ cf. p^ which is as well read pu as p*u, so that 
it represented perfectly well the Bu in Buddha and the bhu in 
Adbhuta. 

To the présent day the character ^ is nsed by the Java* 
Chinese to transcribe the Malay syllable pu as £ i. in sapulu (ten), 
transcribed fj^ ^ j^ sa-pu-lu ^). 

§ 2. But the worst confusion Julien made was due to bis 
ignorance that most of the chinese syllables ending with fi had 
formerly m as a final, exactly as in the présent southern dialects. 

Page 45, § XIII, he says: that final n changes to m before p 
or /, corresponding in Sanscrit with p or 6; and he quotes as a 
démonstration of this rule the words San^po-tchi ^ ^ ^ for 
Sampatti, Tchen-po-lo ^ ^ ^ or 1^ ^ ^ for Djambâla, 
Tchen^po j|f jgt ^^ Tchampâ, - TcAf n^^ow If ^ or ^ ^ for 
Djambu, Lan^po ^ ^ for Lampâ, Kien-po-lo ^^ ^ ^ for 
Eambala, etc. 

Now thèse characters sound in Amoy-dialect sam'poat^ti^ tam" 
pO'lo or tHam'pO'lo, tsiam'pu or iam^pu, lam^po and gam''poat'lo^ 
which ail bave the old final m y now lost in mandarin and changed 
to n. At the same time thèse words show that the actual Amoy- 
pronunciation does not differ much from the old chinese pronun- 
ciation at the time when thèse sanscrit words were transcribed. 
M. Hirth was therefore quite right in saying: '4n order to explain 
why the Chinese Lau'po corresponds to Sanscrit Lampâ^ it was 
not necessary to say that n is changed into m before p\ for the 
writer who transcribed this term into Chinese, did not read /an, 
but lam^\ 



5) A ChiDCM Malay Manaal, Chapt. ^ ||j|[ (Nomerals). I shall presently return io 
tkis valuable MaDual. 



THE SBOBBT OP TBB CHINBSB HBTHOD BTC. 5 

In § Xm A, Julien says that final n is very often left ont 
before syllables having an initial m sa e.g, in Râma^ transcribed 
^ ^9 which he reads lan-mo^ in Samaya^ transcribed ^ ^ ]^, 
which he reads «an-rTio-^tf ; in Tamuna ^ J^ 0^ , which he reads 
yen^meou-na^ etc. 

In Amoy-dialect ail thèse characters retain the old final m and 
read Lam^mo^ Sam-mo^ia and lam-haw^na» 

Besides, the mie given above § 1 of repeating the initial con- 
sonant of the next syllable, is applied hère. The Chinese transcribed 
lâm-ma and not lâ^ma because he wanted to point ont distinctly 
to his conntrymen that the second syllable ma began with an m. 

The same law is applicable to the examples mentioned by Julien 
in § xm B, as in Panasa j|^ ^^ ^ pan^na^sa^ Kapphina ^ 
5Ï 5?B Kia-pHn-na, pronounced at the finie Kap-pin-na (Amoy 
Kiap'pin^na) where the character kap is chosen in order to 
indicate that pin has an initial p, and pin was chosen to show 
that na has an initial n, etc. This law is still rigorously observed 
by the Java-Chinese in their transcription of malay words, as e. g. 
^ ^ but-tut for bëtul (true), ^ |^ ^ sang-kut-tan for sang^ 
kutan (souvenir), ^ ^ kit-tsit for këtjil (little), ^ j^ tin-lun 

(= tin-nun) for tenûn (to weave), ^ p||| bat-lun (= buMun) for 

ê 

bilûm (not yet), etc. 

In § Xyn A, p. 51, Julien prétends that the sanscrit f^ and 
fha are rendered in Chinese by characters pronounced ch" {chh)^ au 
aspîrated cA, as e. g. f^g for <%, H^, P^, j|f , ^ for gÇ, 
pronounced in Amoy-dialect ts'a with the exception of the first, 
which is pronounced fa and the last which is pronounced Vok. AU 
having the same phonetic ^ Vok or ^. Comp. the characters 
oÉ -fc Y t *ï^^ 'f^ î *11 pronounced Toi in Amoy. The said 
characters will thus hâve been pronounced Va at the period of 



6 O. SCHLBOBL. 

transcription, and were thns verj appropriate to transcribe the 
sanscrit ta and (Aa. 

§ 3. I scarcelj need to strengthen the proofs addaced by M. 
Hirth for the rendering of the letter r hy t in Chinese •), as I 
hâve given abnndant examples of this feature in the translitération 
of Turkish and Uigur names in my ^^Stèle du Téghin Giogh*' and 
"Inschriften von Kara Balgassun", and I shall only add a few 
more examples of this law. 



^ , old Sound sut, for sur in «Sun ^ ^ . 

m 

> k*at > kar in Karpûra \ ^ j^* 
I » » k*at » kar in Karma | ^. 

» hai » har in harikêça §^ ^ ^ ^ . 
» sat » sar in Sarvadjna ^| ^ ^^ ^g^ . 
3^ ^ t old Sound tat-lo, for dra in Tchandra ^ \ | • 
^IP^ ^ » » />t7-/î » prt in Dharma priya. 
JJ^ ^ > > pit'li » pre in prékchini. 

j^ , old Sound paf, for par in parama | j^ J^ par^ra-ma and 
in parvata | ^ -fjj^ ^ par-ra vat-ta. 

Thèse examples could be multiplied by thousands. The isolated 
instance mentioned by Hirth of ^ J^ muh'luh for ilft/ru or ilferv ^) 
is to be explained by assimilation of muh with luh, gi^iug mulluh 
for murru, if, at least, ^muA does not stand erroneously for ^j^, 
old Sound mat = mar. 



6) Journal China firanch Royal Asiatio Society, Vol. XXI, 1886. 

7) China and the Roman Orient, p. 141. 



THE SECRET OF THE CHINESB HKTHOD ETC. 7 

§ 4. Bot there always remained to solve the riddle why, in 
chinese transcriptions, words with a final fi are used io represent 
foreigu words with final r, as e. g. :^^ ^ Timem for TVmor, aiso 
transcrîbed ^ ^ , in Amoy Tibum, f^ ^ ti-bum, ^ ^ ti-bun 
(but also J[g ^ iibut with final t for r). Further ^ "J^ i'un-^Mn 
for kundur in Pulo Condor. We find ^M^M'^)M P«w-/t- 
fah'lO'tcho'kia for Parivrâjaka; J|S!^]^^ pan-lo-sah^mi for 
Parasmâipada; j|3[ y^ ^ pan^nieh-pûan for pariniryâ^a, j|3[ ^ 
(for J|S[ j^^) pan-jô {pan^lo'jô) for pradjnâ. 

§ 5. This question had preoccupied me since many yeai*s wheui 
by chance, a small Malay-Chinese Manual, published in 1889 in 
Batavia, fell into my hands. 

This Manual bears the title of ^^^^J^, or "Ferry and 
Bridge for Gonyersation*', and was compiled by a certain ^ ^ ^ 
and >^ ^ 3^ • l^he copy was written out for the press by the 
latter*s eldest son ;^ J§ '^. 

The authors show considérable talent, and the son, who probably 
had enjoyed a european éducation and seems to haye been yery yersed 
in the low malay lingo spoken at Singapore and Batavia, wrote 
the whole text. 

The Manual consists of two volumes comprising 48 -|~ 41 or 89 
pages, each page being divided into six columns and three partitions, 
so that 18 words are mentioned upou each page, giving an average 
of 1500 to 1600 words. 

As a sample I copy: 



O. SGHLBORL. 



o 


a 




> 




% 

o 




in 


- 




— 


# 


o 


#^ 


o 


^« 


^ 
> 


# 


^ 




it 


^ 


s 


m 


1 


c 






o 






a 






s 


p 


m 


s 






p 







As is seen, the chinese word ^ , meaning I, 
is placed to the right. To the left isits chinese 
pronnnciation, and lower the malay signification 
goewa^ whose transcription in Chinese ^ ^ 
gû-od is given to the right. The note [in smaller 
chinese type] says that thèse two sounds {gii and 
o£j ought to be pronounced as one single sound 
(= gwa). 



The second partition has to the right ^ yotc, 
with the chinese pronnnciation Lï to the left and 
the malay équivalent loe (pronounce lu or loo^ 
which is transcribed by ^ lu). 



The third partition has to the right ^ he. 
To the left le (= E in English); lower on the 
malay équivalent Dia with its transcription in 
Chinese /t-ta in which initial / represents initial 
d which the Amoy-dialect does not possess. 





THB SECRIT OF TUE GHOiEeE METHOD ETC. 9 ^^^^H 


^^r^ The two Tolumes contaia XVIII Chapters treating respectively of: ^^B 


1 Chapt. I. 


P ^ ^ ^ Parts of speech. 


^^^ > 


ffl 1^ ^ Phrases ia daily use. 


^M[» 


WlUM. Numerala, 


^^B» 


^ ^ ^ Times and eeasone. 


^^_> 


%^W. Astrouomy, 


^^K* 


^ 3S UJ ^îK Ptys^f^al geography. 


^^B» 


â' fi J^ ^ Parts of body and motions. 


^^H> 


^ ^ W Éi ^^^^^8 and Medicamenta. 


^^^. IX. 


^ ^ ]5^ M Buildings and Dwellings. 


H 


E ffi ^ Implementa. 


^^v » 


f î ^ A ^ OfiBciâl and civil employs. 


^^■« 


ift jH :^ ^ Political geography and topography* 


^^B> xm. 


^ ^ ^ Stuffs and Silks. 


^^B> 


§P M ^ Precious things. 


^^B* 


^ PI iS ^ Trihunals and prooedores. 


^^■4 


i ^ ^ H^ Graina and Green8, 


^^v» 


^ ^ H TK Flowera and Fruits. 


^Ê XVIII 


1^ ^ Jl ^ Birds, Beasta, Fiahes and Insects. 


^M Ths autho 


r's préface tells ns that he waa born in the village Min^kH 


{^ ^) near Tkao-i/uen in Puh-kien i^^ZUMA^)- ■ 


That he had etudied literature ia bis youth, and came laterf ia the ■ 


year Ting-mao (1867), with a friend to Batavia, where he commeoced H 


to jot dowû 


erery ihing he heard, until at last ^Hhe gaasets had H 


fomed a fur-rote" {HM^I^M^)' That he hacl studied ■ 


Ohinese as well as Dutch, and had compiled his book, thatChiuass ^^H 


H bom in Bataria could learn Chineae from it, and Chineie coming ^^H 


^~ from China 


coutd learn the Batavian language (Malay) from it; ^^H 


1 wiûding up wiih long excuBes for the insufficienc; SEidahûrtcûmiDgâ ^^H 


k 


J 



10 G. 80HI.B0BL. 

This préface is dated £rom the year Kia-êMn of Kwang^-sû 
which corresponds to the year 1884, whilst the Malay titlepage 
bears the date 1878 and the reverse of it the Chinese date: Tear 
Ki'clCow of Kwang^sû ( ^t /f^ B "ft ^ ) which corresponds to 
1889. The titlepage states that the printîngblocks are hoarded up 

in Singapore (ffS^^^IP^®)' 

I suppose, however, the copy in my hands to be a reprint;for 
another préface, printed in red, states that ii was compiled in the 
year Wu-yin of Kwang-sû (^^ ^ ^ ^ )» corresponding to 
1878, by a certain Tan Bong-liong in an hôtel in Batavia ( ^ ^ 

This seems to be the same man, mentioned as Tan T*ien^pit 
( ^ ^ ^ ) ^^ ^^® titlepage and whose assistance is gratefully 
acknowledged by the author in his Introduction {^ W)* ^ ^^^« 
he says, thoroaghly versed in the Chinese and Datch languages ( ^^ 

He then explains the method of his Manoal as we hâve indicated 
above, stating that he had purposely compiled it for the benefit 
of his countrymen born and grown up in the southern seas, 
knowing only Dutch and Malay and not Chinese. In thèse southern 
seas, he continues, are numerous islands and settlements, where 
many différent languages are spoken; the Malay language being, 
however, the lingna franca for ail merchauts, so that it ought to 
be attentively studied (^7^j^^ig|5^1f^. W^# 

With his nice chinese ear, the author had distinguished that in 
Malay tones exist as in Chinese, so that he gives tonal marks to 
the Chinese characters used for the transcription of the malay words, 



THB SBGBVT OP THB GHINE8R HBTHOD ETC. 11 

adding to some of them cooventional marks as J^ , \ O ^^^ H] • 
The author, being a Yung-ch'un man (Fun^^-cA'tiii is the modem 
name for ^| ^ ), this Manual is throughoat written in the Tsinert" 
chow dialect, the Chang-^chow words being marked by a ^; whiist 
the change of sound is marked by a Q ( j ^ ^ ^ ^ ifr 

Expérience bas taught me that this O ^ plaeed next to a 
chinese character to indicate that it ought to be pronounced in 
CoUoqaial and not in Booklanguage; for instance ^o is to be 
read pu and not Au, ^ o is to be read sang and not song^ ^ o 
is to be read Idt and not lik^ ^^ ^^ ^ ^ ^^^ ^^^ ^^^ ^^^ ^^* 

A Sinologue, ignorant of the Amoy-dialect, would neverunder- 
stand transcriptions as ^o for the syllable lang^ ^o for bang^ 
§^o for bang^ ]^o for to, for in Booklanguage thèse characters 
Sound dzin^ bûn, bdng and iao. The little circlet to the right shows 
that we hâve to read them as they are spoken in GoUoquial. He 
would not recognize in the transcription ^ ^o lïbït the Malay 
lèbar (broad) if the kuew not that the character ^ is pronounced 
in Colloquial bat (= bar), Neither would he understand that |^ [jj^f 
represents the malay word tulis^ if the author had not taken care 
to add : ^ ^ ^ ^ t gjjf is to be pronounced l{i + p)it = lit (= lia). 
The syllable sang^ having no characters for the y\ ^ , the author 
indicates the pronunciation of the word saksi (witness) by the 

characters 3^? ê ^^^' ^^^9^ ^^^^ *^® lower short tone = sdk-ai. 

T 
A 

He then describes the Chinese tones, upper and lower séries, 
of the ^ Jl ^ and ^ ^ , remarking that in the Chang-chow- 
and Tsiuen-chow-dialects ouly seven tones are to be heard, some 
making the _|^ and ^ of the lower séries the same, others the 
Jt, P of the upper and lower séries the same, to which the 



12 O. SCHLKGEL. 

attention of the scholar is drawn. He indicates thèse tones in the 
ordinary way by a half-^îrcle at the four corners of the chinese 
characters, as P for the ^ ^ , Q for the Jl ^ , [J for 
the ^ ^ and Q^ for the >\ ^ . 

His farther indications agrée with those giveû in our eoropean 
Mannals and Dictionaries of the Amoy-dialect, so that we need not 
repeat tbem hère. 

§ 6. Now, though in theory any syllable may be toned in the 
7 tones of the Amoy-dialect, there are not always characters for 
thèse hypothetical tones. If we take for example the syllable gan 
we shall scand this hypothetically: 

±¥ ±± ±* ±A T^F T* TA 

1. gan. 2. gdn. 3. gàn. 4. gat, 5. gân. 6. gàn, 7. gât. 

But if we look np for this syllable in the -|^ 3l "^ Dictionary, 

we will only find characters for the second H|l, gdn\ for the fifth 

H^ and ^ gân\ for the sixth ^, |^, jfj^, ^ gàn^ and for 

the seventh f^ and ^ gdt. With other words there are no 

h ^ , J^ =^ and J^ y^ sounds for the syllable gan, 

Again for the syllable Sang there are no characters, except 
vulgar ones, for the J^, ^ viz. ^ and ^ , for the j^ j^ : 
:^, for the Jl i : ^ , for the J^ ^ : ^i^ . There are none 
for the other tones. 

For the syllable tsang no authorized characters exist in the 
"f^ 3l ^ » ^^^ one in the "f^ >\ : ^ tadk. 

So the anthor transcribes the malay word Tjitjak, lizard, 
^ jj^ j.^ tsit'tsang with the upper short tone = tsiUtsak, 

The syllable ^'n has no lower short tone character {kh)\ so 

when transcribing the malay word Djëngkrik (cricket) he writes 

^ IS T >^ iJ-eian^r kin (with the "^C >\ = Ht) lik; kit-lik standing 

À 
for kir-rik = krik. 



THB SSCRffT OP THE CHIKBSB MBTHOD BTC. 13 

The syllable gang has only characters for the "p ^ viz. ^ 
and ^ and for the "^C ^^ mz. -^, |j|, ^, j|^ and |î|. So 
when the author of the Manual wauts to trauscribe the malay word 
Dagang^ ^'trade", he writes ^ ^^ lagàk\ but the tonal mark to 
the left of the latter character indicates ihat gàk is to be pronoanced 
in the Jl ^ ^ » i- e. gang. 

Again the syllable Ag (ha) has no characters for the "]>» ^ ^ , 
(hih)\ and thns we find the malay loanword kahir = Dntch kar^ 
English car y transcribed j[)|| ^ -y^/^ ; with the addition "^ ^ placed 
nnder ^ héy indicating that hé is to be pronounced with the 
^ ^: héhy giving kahéh as the nearest approach to kahèr, 

The syllable hin has no characters for the "P >\. ^ ; bo the 
anthor, wishing to transcribe the malay word liKèr (throat), employs 
the characters ^ J^ lehin with the ~^ y\ =: hit. Adding in 

smaller type: :^ lH ^ '^t Bin is to be read A(ân4~p)i'< = At/. 
Thereby the chinese reader is made observant that he has to read 
the word lehit (= lehir), the nearest approach to the Malay leher. 

The Sound lin having no représentative in the lower short tone 
/t7, the malay word itir (north) is transcribed in this Manual by 
'É^^SÎItAi ^^^^ ^^^ addition in smaller type "p ^: ilit for tïtr. 

Such are the very ingénions means employed by our author to 
indicate the pronunciation of the characters used for transcription. 
If the supercilious chinese literati who invented the System of 
transcription of sanscrit words had given the same, or similar, 
indications, ail difficulties for restoring thèse sanscrit words to their 
original form, would hâve been obviated *). 



8) The impérial Dict. of JCanç-Ai lometimes doet lo. E. g. it says that the charaoter 
HM mA U aometimes to he pronoaneed as the character ntMç with the thort tone ( ffil 



14 G. 8CHLEGEL. 

§ 7. We sball now give some forther illustrations ofthereason 
why an n is used for a final < (= r or l). 

We find the malay word Angat (properly hângat^ beat) trans- 
cribed ^oQ|^^ ang-gan; the ) to tbe rîght of QH ^^^^ ^^ ^^^^ 
it bas bere tbe npper sbort tone and is to be pronounced gaty a 
syllable for whicb no cbinese cbaracters exist, as we bave said above. 

Longar (loose, spacions) is transcribed ^ Qfl) longgan witb 
tbe ^ ^ = longgat = longgar. 

Ingat (to remember) is transcribed ^ H|^^ ing^gan witb tbe 
A ^ = tn^p-^ra^ 

Keringat (sweat) is transcribed J!f|l ^ RfL^ ke-ling-gan witb tbe 
A ^ = kelinggat. 

Dengar (to bear) is transcribed )^ 1^^ ling^gan witb tbe A 
^ = linggat {linggar for dëngar). 

Sëngal-sengal (to paut) is transcribed ^ |^.^ HH^ nn-gan 
8in''gân witb tbe y^ P = 8%n''gat sin^gat (= singal-sitigal), 

Anak tungal (an only cbild) is transcribed ^'^^^ R|l. ana 
tonggan witb tbe A ^ = tonggat {tong^gal). 

Agar-agar is transcribed ^S HH^SS BR) agan-agan witb tbe 
A ^ = agai'ugat = agar^agar. 

Tinggal (to dwell) is transcribed "J" ^ iinggan witb the A 
^ = tinggat: t for /. 

Tanah gugur (slide of eartb) is transcribed ^ ^ S ^ ^ 
witb the "p A 2a«a ^utwi; Gëlijat (to stretch ones sell) is trans- 
cribed ^ *^ ,^u/tn witb tbe short tone = gulit ; and so in ail cases 
where tbe malay syllable gai, gar or gat is to be transcribed. 



Final n before r represents also an r; e. g. in '^ ^ ^ 
bân-liên-tty used to transcribe tbe malay word bërhënti (to cease, 
stop), generally contracted in low-malay io brinii. Properly tbis 
word ought to be transcribed by 6a<-/t«/}-/t; buttas tbe syllable 6an 



TMB SKCRBT OT THE CHXNB8B HBTHOD BTO. l( 

has no J^ y\ characters, the author used ban^ which is to be 
pronounced as having the npper short tone: bat =r bar; lien = rSn 
according to ihe generally accepted rule of rendering initial r by /. 

Mâhal (dear, expensive) becomes io a Chinese mouth mdhaU 
As, however, the syllable han has no "]>» ^ characters, hai is 
transcribed by J^ h&n {^ ^ mdhân) which is thus to be read 
as hat. But ^ may also hâve had the soand hat^ which sonnd 
it sometimes has when used as a phonetic, e.g. ^|| which is 
pronounced k'at {^ J^ ^ , É:^ ^ , ^ ^). 

There seem to be, however, some exceptions where final / 
is reudered by n, without any apparent reason. Thèse are the 
words panggil (to call) which ought to hâve been transcribed 
pang^git or pang-it^ as it is also pronounced by the Java- Chinese, 
but is transcribed in the Matinal by ^ ^ pang fyz, which last 
syllable has a great quantity of upper and lower short tone characters, 
It is true that the final / in panggil is scarcely articulated by the 
Malays, the accent falling on pang^ so that the first Chinaman who 
transcribed the word may hâve indeed heard and understood pang-im, 
instead of panggil. In ^ ^ ang^in (Malay angin, "wind") the 
character 2^ has its natural sound in. 

The same is the case with the transcription of the word tidûr^ 
^^to sleep**, by '/|^ 'H^ ti tun^ where the. transcriber bad a quantity 
of characters with short toues at his disposition, as in the upper 
séries tut: f^f }^j ^^ ^ and ^||j, and iu the lower séries tût: 

^^ ^' ^' ^iê' 7)^^ fR» tÛ' M^ ^^ WtH and V^, and which 
he employs in the transcription for other words ending in /, as 
e. g. bëtul (true) ^ ^ bût tût, so that he could as well hâve 
transcribed the word tidttr by ^ ^ ti-tût or ^ p{{{ ti tut. Like- 
wise in ^ ^ kut-loan for këluar, to corne ont. 

But we mast also bear in mind that the Malays themselves 
ofleu prouounce v instead of r» exactly as the Siamese do. La Lou- 



16 O. SCHLBOBL. 

bère, in his Description of Siam (Vol. Il, p. 77), says: '*The Siamese 
often pronounce an n for an r and an / at the end of a word, 
because they do not detach ihe tongne from the palate at the end 
of a wordf as it ought to be done in pronoancing r or l; for in 
the pronunciation of the /, the sides of the toDgne do not cleave 
to the palate. The Siamese write Tahar and ilfqr, but prononnce 
Tahan and Man'' ^). 

This laziness of the tongne is ?ery corn mon among Malays and 
even among the dntch halfcaste or the créoles born in Itidia. I 
could never teach such a raan to prononnce words like kept^ lefty 
far, etc.; he always prononnced them kep, lef and fali because 
he was too lazy to pronounce the final t and r. 

This explains why final ri is often rendered in chinese trans- 
cription by 3iC 9^ as in bediri (to stand) transcribed >^ 5^ ^ 
Ba4Ugi\ sometimes eveu ^It 9^ is ^^^^ ^ render the soand bih 
as in the transcription of Malay lebih (more) by (Hf ^ lap^gi 
for lâb'bih. 

In gênerai syllables having a lower or upper short tone are 
transcribed by such characters. So e. g, in the word sepdt (harsh, 
sourish), transcribed "^ ^ se-pdt, where the little mouth |I} before' 
/V pct^ indicates that the syllable is to be read in the lower short 
tone "P TV » as there are no characters for that tone. 

This explains why the Tamil word kappal (ship), which the- 
Malays pronounce and write kapal, is transcribed in the Manual by 
JÎJIi /V kapat in the word for the docks in Onrust f^ ij^ 7^ 48^ 
"flfH /V f in Malay palabuhan kapal, which term is tranalatêd by 
ifefe Wi ift kap-pan à, or dock (h) for double-planked {kap-pan) 
ships, i. e. european ships {Gf. T'onng^pao^ Vol. VIII, p. 527). 



9) The chaoge of r into m is not solely eonfined to Siamese. The Skt. ndan (water) 
Boundt io Oreek l/^wp, in old High Germitn waxar and in EngHah wUer, The Ilindoos 
probablj prononnced the old final r of udar as an m, like the Siamisse. 



THE SBCKET OF THE CHINBSB UBTHOD ETC. 17 

§ 8. If we now turn to other chinese worcis whereia fiual n 
represents an r, we must suppose an aiialogoas or similar rule as 
that employed by the author of our Manual. 

So e. g. if Dr. Hirth is right in identifyiug ^ ^|^ an-sik with 
Arsak (Parthia) or ^ ^ an-kuk with Orchoë, we must suppose a 
clérical error, viz. ^ for :^ aw, which, in the meaning of "to 
press down*' is read at (in modem Mandarin ngôh) and is a synonyme 
of ^ at (Mandarin ngôh). ^ ^|^ at-sik^ according to the old sounds, 
would then perfectly well express Araakj as chinese t stands for an 
r, a letter which does not exist in Chinese. It is the same case 
with the transcription in the malay Manual of the name Sidhoardjo 
^ ylè ^ ^ » according to the Amoy-dialect Si-lo^an'àzio^ where 
^ is = :^ and is to be pronounced at = ar; the sound an having 
no "^ ^ characters. 

In the transcription pS ^ for Termed or Tirmez, quoted in 
Eitel's Handbook for the Student of Chinese Buddhism, p. 147 a, we 
must remark that Dr. Hirth reads thèse characters erroneously tan-rnih 
(Canton tan^mat); for the character |IB is pronounced tôh (QB ^ 
HlJ -^ K'ang-hï) and in Cantonese and Amoy-dialect tôt {t{ekug + k)ae 
= tar). Dr. Hirth must liave been led astray by the remark in 
K'ang-hi that |lB had the sound of ^, which, indeed, is generally 
pronounced tan; but also tôh and tàh (ifi X ^ S"J ;W ^ T #J 
^ ^^ ^B). Tan is also read Tâh *^) (in Amoy and Canton T'at). 

Consequently the characters ^S. (or |lH ) j^ ^ , used to transcribe 
the name of the ciiy of Tharazj ought to be read, according to the 
old sounds, T'at'Ui'Sz = T'ar^ra^z. 

The City of Ahikshêfra is transcribed ^M^M^M^ ^~^^'~ 
têi'tat'la^ where tat-la stands for ira. The name of the town 
Charitra, S.E. of Uda, is transcribed ^ TfH) ^ ^ têiat-U-fat-loy 



10) Id the name of tht eelebreted concobine Tmi-ki ^B^ "^ {TarJti?), 

2 



18 O. 8GHLE6KL. 

wherein t*at-lo agaia représenta ira. Djina putlra is transcribed 
^ 91! $ llM. j^ Tsin-na put-iat-la^ where tat-la représenta ira. 
In Buddha kshêtra the last word ia transcribed )^ ^ ^ ^ 
kit'chê'tat-la, where 'jg, ^ <ai-/a représenta «ra "). 

We may add alao that the phonetic tan JB[ ia read tàh in ^ 

and $a ")• 

Julien (no. 1710) bas committed the same mistake in reading the 
cbaractera ^^ j^ ^ ^ (Sumatra) Sou-mo-iam-'lo^ inatead oi Sou- 
mo'tàh'lo, old aound Su-ma-iai^taj wherein tat^la ia = tar-ra = <ra. 
If the maker of this tranacription had made uae of the diacritical 
mark to the right of the character fS.^) indicating that it waa to 
be pronounced in the y\ ^ ('«0» t^ confuaion would not bave 
been made by Julien. 

The character ^ must bave had two aounda tan and iat; for 
elae the Chineae would not baye tranacribed the aanakrit word 
Aufarava by ^ B[ ^ i|S (Julien, no. 1713), of which the old aounds 
muât bave been an^tat (for tar) la (for ra) pak (for vàh); nor the 
ialand Ternate by J9^ ^[5 '(^ Tan-na-te (Chin.-Malay Manual, Chap. 
XII), and which evidently ahowa that we bave to read Tat-na-te 
for Tarnate; otherwîae Tanah-abang in Batavia would not ha? e been 
tranacribed in the same Manual by ^ 5?P 35 ^PÉ ^û:w-wa abang. 

Inatead of ^ aometimea t@ t*o, ancient aound Vat^ ia uaed 



11) Eitel's 4^ heng in both transcriptions is of course a misprint. 

Dr. Hirth (o. c, p. 222) erroneously reads the last character in j^ vQ tan, which 
onght to be read tat-tat and not tat-tan = Tatar and not Taréar; the find t of ^& 
toi only indicating that the second syllable begins with a ^ ( g^ f^ "■ f^r). It is the 
same case as with the transcription of the Skt. word Tathdgata, by j|Q AjA "}& ^ 

which we hâve to read Tat't*a'gttt-ta, and of the word Dévatiatta, transcribed j^^ j2tt 
j^ ^ , and which is to be read Dé-va'daHa, and not tttrthégata or déoadaTts, 



THB 8BGBBT OF THE CHIN&SB MBl'HOD BTX). lÔ 

as in ^ ^ llH [f£ â^am-mo-^a^-^'a for Samôtafa, name of an 
ancient kingdom close to the sea at the mouth of theBrahmapotra; 
or in the name of the Ist mouth of spring Châitra^ transcribed 
^ nB ^ Tsi (Canton Cliaï) Vat (for tar) la. Tai^a represent- 
ing ira. 

The Word Sukhitâra ^^^jjS.^^ ^^ ^^^^ correctly trans- 
cribed Sou-k'i'ta-lo by Julien (p. 77 and p. 191, N°. 1681; also 
in N«8- 1680, 1682, 1683, 1684, 1685 and 1686). But on page 
78 he makes again the same mistake in reading the characters 
^ *^ ^ J^ ^ {^Ç^CLyoudja) ^An-chi-fo^yu-ché instead of Oh'shi^ 
fo'-yu^ahé (ancient sound Ataippakjuja). For the character ^ is not 
pronounced an or ngan^ but dh (a^ as in Amoy): ^ J^ ^ij "^ 
^ ^ » ^^^® j^ §^ ^^ K*ang-hi. At-stp, contracted, represents af , 
for, as the Chinese hâve no words ending in s {ah or p), they are 
obligea to join to the first syllable another beginniug with an s; 
and 80 suchlike words in our Manual are transcribed t-{' s^ os 
f. 1. in kûruê (lean) ^ ^ ^ ku-lut-st, bagûs (beautiful) >^ jjgi 
^ ba^gut^êi, bâlaê (to return, reciprocate) ^ gjjf ^ ba^lat-si, etc., 
wherein i + * represent final s. An-shi uever could represent ash (ap), 
bat at-«At does. 

In the chinese transcription of the word Arbnda ^ ]^ |^ , 
we hâve to read thèse characters ai^pu-tha^ at standing for ar 
(Cf. Eitel, Skt..Chin. Dict., p. 12 6). 

As ^ had two sounds tan and tat^ so ^ tan must hâve equally 
had two sounds, as appears from the characters in which tan enters 
as a phonetic. So the character ^ had two sounds: tan (f ^ 

^)and<.(T'^W. ^%m. TpT^. ^^m 

The character fÇ is equally pronounced 'o ( X Pf ^ ^ :ft ^ "W )• 
Consequently the character ^ /o is employed in the |^ ^ ^ j^ 
syllabary to represent the sanskrit syllable tha (Julien, N°. 1727), which 
proves that the ancient sound of ^ was ta or Va, 



20 G. 8CHLE0BL. 

When (as in N"". 1707), ^ ^ represents tram in Sûtram, 
^ tan must bave sounded toi, for tat-lan becomes taUlan or tar- 
ran = tram. In the Amoy-dialect ^|J ^ pa^ lâng (another man) 
is always pronounced as pcU'lâng, a gênerai featnre, as in Dntch 
where the old word potlepel (ladle) is not only prouonnced, bnt now 
e?en written, polUpel "). 



§ 9. The same feature is observed with regard io the syllable 
pan {^) in ^^^^ ^ ^ pan-li-fah'lo'ckoh'kia (pari- 
vrajaka) ; ^ ^ ^ ^ pan^lo-sah-mi (parasmaipada) ; ^ ^ pan^ 
joh (pradjfiâ); ^ ^J ^ *j^ j[?an-/aA-mt7i-/t '*) (pâramiti). {Fan^yih 
Ming-i^ Chap. III, fol. 18 recto). 

Page 47, § XIII d, Julien tries to explain this featnre by saying 
"la finale n s*élide devant un l qui doit se chauger en r\ 

This ezplanation is wrong and onght to mn: '^final n before l 
becomes /**; pan-li becomes pal^li (= par^^ri), the consonant being 
doubled according to the constant mie, for pari\ pan^o becomes 
pal'lo (- parera = para)y or, as in pradjââ, paUlo for pla = pra\ 
pan'-lali becomes paUlah = parera = para and so forth. 

Now this final n or 2 must represent an older <, and this is 
indeed the case. The iE ^ lÊ ^^^^ ^^^^ ^ P^^ ^ ^^^^ readpat ^^) 

18) Pott, Btymolog. Fonchangen, I, 198, II, 276, addaces ai tach examplet of as» 
timiiation: Latin poUere from poT -|- valere ; II, 47 parricida from patrieida; Freneh pourrir 
from lat. putrere; II, 228 Oreek àa-Tip^fâo^pOt LiXmsteUa for sierra, Ooth. «^tftiW; I, 245 
Oreek fié^ir. Latin mell. Sanskrit madhu. I may add peUeciio (reading throogh) from 
perUefiOt polUntia and potcntia (power). Profesaor Kern tells me that // first changes to dl 
and then to U, It is a feature occurring in more or leae degree in ail langnages, among 
othera in Engiish, as Porridge and Porringer from Freneh potage, what is boiled in the 
pot and pottenger^ a vessel for holding porridge. 

14) This is evidently the name meant by St. Julien under N^ 1840, bnt where he has 
transcribed it, by a slip of the pen, pan-jo-mi^ti. Page 47, f XIII o he transoribes correctly 
pat^la-mi-to, where to ought to be read ti. The word pftramitâ is transcribed in the Fan-gih 
(Chap. III, fol. 14 verio) Mf j^ ^t [^ po-lomoh-to (old sonnd Pa-la-mat4a). 

1^) wfc stands for pat in paiera (almsbowl), in Pâli patio, in Singh. péiara, trana- 



THE SECRET OF THE CHtNESB MBTHOO ETC, 



21 



as îû the saaakrît word pradjnâ, whïch ïneane iu Cbinese **wisdom"; 
whilst ^ ia tobereaaiike ^ jiai^^ |^ ^ ^ ^ ^ dg: || 
W iS ^ « ^ ia" M )* According to St. Julien (p. 47), we bave 
to read pan4a^jo (f^^fj >^), which wae read pat^at-jia at the 
time of tranacription, This pat-lai became pal-iat in prontmciation 
(as pât-lâjig m Amoy becomes pél^lân^); and i representing in 
chinesê transcription r, we get regnlarly plat = prat = prad, 

The cbaracter ^ stauds always for ^ iu transcription of 
Sanakrit djna^ During the T'ang-djnasty this cbaracter waa pro- 
nonnced jia (^^^"^t^)i a prODUucîation it bas retained 
to the présent day in Amoy, The antbor of tbe Malay-Ohineae 
Manual nses it erclusively to repreaent the Malay letter dj (English ;), 
ftS în Maâjahfigka R^ ^ î^ JJW Ma-jia-lùtg-kai lu Gadja '°) (an 
éléphant) ^ ^ Ga-jia\ in Djamur (mould) P^^ ^ jia-m^^, iu 
Djagung (Mais) ^ ^ jia-gùng\ in l^dcfja (ateel) ^ ^ oa-;ia» etc. 

Conseqnently wô muet admit tbat the J^ in the otber words 
irai proDounced pui^ and not pav^ so tbat we ba?e to read j^ ^ as 
p€à~li = pal-li - par-H - pari^ J^ ^J as palpât ^ pal-lai - par- 
rai = pâra^ and ^ ^ aa pat-ia = pal-la = parera - para^ and 
BO in ail cases where ^ correaponda to par. 



§ 10. Dn Hirtb'a identification of ^ *^ with PaHhuva ^^) îa 
quite probable. But be bas made the mistake in readiug thaïe chara^tera 
p^an-îQUy aud haa overloûked the fact, that, in namea of places, 
^ ia prononnced po and not p*an ( ^ ]^ "^ according to the 
^ H' U1^^ according to the jE §| , ^ # ^). So ia 
^ Ulr , whicb ia to be read Po-yang and not P'an-yang. ( Fï^/a 



eribeti 



^ 



p&mi = pnt m pfatiHaéjit (Jiili<?n, Métfaiotîe, p, 75)* 
Ifi) Ymm Sftnicrit Gaf^, whicb 1» tmwcribed in ihi Fan-yiÂ^ VI, Il ftfc/o IjU ^ Ka^ya, 
17) Chiaft tad tbe Romto Orient, p. 139. 



22 0. SCHLBOBL. 

Po.v,u (^ ^) was a place in Chao (^), Vide ||^ g H , 

The dictionary M ^ ^1^- ##^.X#li.^#il = 

"^ bas the sounds jt>o, pu and also p'an\ 

This Po'wu was the name of the présent town of P^ing^sharij 
department of Chin-ting^ during the Han-dynasty ( ^ ^ /j^ ^^ 

Dict. des villes de la Chine, p. 161, writes consequently the homo- 
phonous characters ^ ^ « 

As a familyname ^ is equally pronounced Po (Vide j£ ^ 
^)' ^^ p'O'p'o means "valiaut". It has the soand p*o ac- 
cording to the jE ^ (# fl 5^0 "^ . # &)• W^^^*^ ^^ ^^^ 
remember that ]jjj^ ^ ^ p'a-lat-sz^ generally contracted to ^ ^ 
p'O'SZy represents Par«a (Persia, Eitel, Sanskrit-Chinese Dictionary, 
p. 91), there is not the least donbt that ^ ^ , which we onght 
to read Po^toiv (ancient sound Pa^tao)^ represents Par^tliuv^a. 

The resuit of our enquiry is thus that n is not used for r in 
the transcription of foreign sounds by the Chinese in China itseU 
and that ail thèse characters sounded originally ai (= ar) and not an. 

§ 11. As for the character J^ , whose old sound at the tinie 
of the transcription was at ^') (in Amoy Aat, but as phonetic in 
^, at)y T ha?e already shown {T'oung-pao, VII, p. 189) that it is 
simply the équivalent of the aspirated letter R {at ~ ar) as in 
Manôrliita ^Ic ^ ^ ^ 'ftfc Tnat-nu-r-n'ia^ where J^ represents an 
R and is introduced in order to show that tJH) ought to be pronounced 
with au aspirated r : rhi. In fact J^ at {ar) represents a vibratîng 
r or double r, as e. ^. in >^ ^ ^ R-râ-jia (Râdja), >^ ^ fjfî 
^ R-ra^hu'la {Râhula); for the other transcriptions: j^ ^ |^ 

18) Sedaced by Mr. Hirth*t authority, I bave formerly accepted tbat n could be a 
sabstitute for r {TouHg-pao, VII, p. 190). I bave now proved that the characters ^|3j 
and jtQ wero also pronounced pat and tat «: par and tar, 

"> -a 1SB m ^^n ii)o X P^ m M .# ^o ^'-«^ 



THB SECRET OP THE CHINBSE MBTHOD ETC. 23 

la'-hou'la and |^ 1^ ^ la^liou-la represent the second form of 
râhula Lâghula, The Chinese, haying no R, used the trick io place 
the character J^ ai = ar, before la^hu-la^ te show that the word 
was te be prononnced Râhula. The same is the case with J^ ^J 
Ifi iWJ (^ ^) {Fan-yih Ming-i VIII, fol. 15 verso) which we read 
aUlaMan-na = B-rat-tna. Elsewhere (Chap. I, fol. 13 verso) this 
word is transcribed simply ^ ^ 5?P laMan^na = rat + ina (Comp. 
Julien, N^ 1711). 

The characters ;^ ^ represent garbha^ meaning ^ |@^ ; they 
also occur in the transcription oi Açmagarbha (|$^ ^ j^ ^ ^)« 
"emerald**. From this we see that the old sound of ;^ was gat = gar. 

The characters for Sarvarthasiddha ^ ^ >^ ^J # ^ ^ 
ought to be read sat{sar)-pa{vâ)r'rat''t'a (= r^Aa) *°) «t7-ra (= siddha), 
the chinese transcriber having read Sar-vâ-r-rtha-sid-dha; which 
shows at once that Julien is wrong in taking J^ to represent an a 
(N^. 368) instead of taking ^ J^ po-at as representing vâ-r {vâr). 

The ancient sound of ^ was hat^ as in Amoy-dialect. It was used 
for har in haralij a kind of fine texture, transcribed ^ ^ j^ 
hat^lat^i = har^raUli^ correctly given according to the law of making 
the preceding syllable end with the initial consonant of the next. 
The second, beginning with r, the first ought to end with r and 
the third beginning with /, the second ought to end with L Now 
final t in Chinese answers as well to r as to /, as I hâve abundantly 
shown in my ^^Chinesische Inschriften in Eara Balgassun'*. 

The same is the case in the transcription of the name of king 
Harsha (Varddhana) >^ 7^ ]tj^ 9 which we ought to read hat {har) 
H (r') sa {sha)f and so on in other cases. 



§ 12. Many qnibbles could ha?e been avoided respecting the 



20) Jalien, p. 184, N^ 744 ^J ^ for rtha. 



24 O. 8CHLE0BL. 

phoaetic yalae of |$^, which JalieD takes to represent a in Arya, 
ha in Harina, aiid in contractioQ |$^ ^ for ar iu Arhân^ and 
Hirth (op. cit. p. 215) for iî in |5^ ^ 2|j (Ruben?), if attention 
had beeu paid to the ^ ^ ^ , quoted in E'aug-hi, that the 
character |$^ is also pronounced at {^ ^^ ^ ^ ^ ^ iÊL'* 
Î8 also pronounced a(+ k)at = at). 

This iS) besides, proved by the transcription of the word Adbhuta 
P^ ^ 3É (Jalien N°. 295) where |$^ represent ad, f^ bhu and 
j^ la. Properly ^ tah belougs to the nezt word {Adbhuta) dharma 
(P^ ^) M ^ = (^^-Wiu) Tat- (for Dhar)-ma (Eitel, Sanskrit- 
Chinese Dictionary, p. 3 b; Fan^yih Ming-i, Chap. IX, fol. 11 recto), 
It is curions that Julien has not given this value to |$^ in his 
"Méthode" s. v. Ngo. We further find it for the value at in the 
transcription of Atâli |J^ Ht 7^ At-Va-lv, Atata |$^ Ht Ht i4^ra-ra, 
Atchâra |5^ ^ j^ At-tsiat (for <«iar) lo (for ra); Àtcharya ^ j^ 
5^ ;^ At't8ia'li'ya\ Atharvana P^ j^ ^ ^ ^N^a^ (for </tar) 
p'o-na; Atyanvakêla P^ ff|^ ^ ^ ^i At-tiam-p'o (for ua) <«•{ (for 
*e)-/o (for /a), in whicà latter word ^ is to be pronounced jfei, 
which was its old sound, as appears from the Âmoy-CoUoquial, 
wherein the characters ]^, Pj, jj^ and ^, pronounced ^' in 
Reading, are ail pronounced At. Tn "^ Ai, "a harlot", the value 
of the phonetic ^ reappears. Also in P^ ^ ^ g^ |I{|{ /IÇ 
At-têia-to-siet-tut (for tur) lu (for ru)y for Adjâtaçatru; in |J^ ffi 
J[g JÈa ^^itaw-rt-Aa for Âtyantika; in ^ ^^ ^ At^ti-ku-to 
for Atigupta {pt becomes by assimilation ^0* ^^^ sound a^ for BS' 
is proved also by the transcription of Alni or Arîii, part of ancient 
Tukhâra, by p^ 5^ ^ Atli (for Al or ^r) and ni. In ail thèse 
cases, the law of répétition of the end-consonant with which the 
uext syllable begins is observed, which fact has been overlooked by 
Julien. (See Toung-Pao, Vol. V, p. 173). 

^ is thus unisonant with )^ and represents ««* = i2r; and. 



THB SBCRKT OF THB CHINBSB MKTHOD ETC. 25 

consequeDtly, Arutia is correctly transcribed by K^ |^ ^^ Aulu-no 
for Ar-ru-na] hâritx or Ariti by |J^ 5jH) J[j£ At^li-ti for Ar-ri-ii 
aod Arhân by |$^ ^ ^^ at-lo-han for Ar-r-han. According te 
this raie, the iiame mentioned in the Syriac inscription at Si^ngan 
foo cannot be Ruben^ as Dr. Hirth advocates, but mxxst he Ar^r pun 
which, already 22 years ago ^'), I hâve stated te represent Orban 
or some sach name. 

In the transcription of the word Rupya (silver) {Sf {^ Q 
(Fan-yih Ming^ij Chap. VIII, fol. 13 recto), we must read it as 
B-ni^pa = Rhupa. By modem chinese authors it is transcribed 
PH P^' lU'pHeh and ^ ^ lo-p'i = English rupee. 

The ezample of n for r in the chinese name for Pulo Condore 
^ j^ k^un-lun (lOth century) and ^ "fg k^un-Vun (A.D. 1292) 
is ont of place. 

Father Gaubil, who visited the larger island of this group in 
1721, states that the natives called it Cônôn (Gaubil, Lettre de 
Pulo Condore in P. E. Soc. Obs. Math. Astron. 1729). Crawfurd 
writes it Kohnaong, stating this te be an Annamese name ^^). 
Bretschneider (On the knowledge possessed by the Ancient Chinese 
of the Arabs etc., p. 15, note) rightiy says tbat the chinese name 
seems te be derived from the former name Conon {Côn-nôn) K'un- 
lun = Kuri'nun ^'), exactly as |^ ^ Pinlang becomes Pinnang 
(island of Penang). 



21) iDftQgaral lecture at mj nomination ai profeiaor of Chinese iangoage at the 
Unifenitj of Leiden. £. J. Brill 1877. 

22) On the map of Annam, joined to the Vocabulaire Latin, Français, Anglais et 
Cochiuchinois, from 1838, Pulan Condore is called Bôh Câm nom {Hon means island in 
Coehinchinese). 

28) Condor is the Malaj name Puiau Kundur (pnmpkin island). Now the word 
KuMdur (pumpkin) is transcribed in the Malay-Chinese Manual "^Br ^Sk Kun-kU, 

If the Chinese did not tell us distinctlj that "p Kk 7|hJ Ko^to-U^ aiso vrritten Jn^ 
WL ^Pd ^^"^^^^* ^** ^^^ ^^^ uvut of Sumatra, thete characters would mueh better 
xender the name Ktmdur. 



26 G. SCHLEOBL. 

With respect to the other transcription of the name of the 
island of Sumatra (see above p. 18) ]|^ P^ ^ l$!) Sw-»w«n-toA-/aA, 
final 11 in men does not stand for r, becaose thèse chinese characters 
are not the transcription of the word Sumatra, but of {Dur) Samund 
a corrupted form of Dvàra Samudra^ "Gâte of the sea", the name 
of the capital of the Balâlâs, a mediseval dynasty in S. India. This 
name was corrupted by the Arabs to Dûru Samundûrj Dur Samun 
and Dhûr Samund^ and even in Anglo-Indian to Doorsummund 
(Cf. Yule and Burnell, Glossary of Anglo-Indîan words) **). The 
Ohinese, who probably heard at Sumatra the corrupted name /Sa- 
mundur from the Arabs, correctly transcribed it Samundara or 
Sumundara {Su^mun-tah-lah), 

We thus see that final n never was used in Chinese transcription 
for final r and we may safely dismiss the question. 



§ 13. The example quoted by Dr. Hirth of ^ ^ tam-mo for 
Dharma (in Dharma nândi) is no proof that final m stands for r, 
for & ^ is not the transcription of the sanskrit Dharma, which 



24) If Mtnnert (Géographie der Griecheo and Borner, V, 298) îi right in identifying 
the name n»Xeu "Ztfieûviu (Paiay Simandn) of Ceylan (TapohraDe) with Poia Simundo, 
*the island of Simundi^', I am inclined to read Pulu Samumdur; bnt then it woold refer 
to Samatra, and not to Ceylan, hecaase pulu is Malay and not Sanskrit; for, as Mr. fan 
der Tauk has rightiy observed, this word cannot be derived from the Sanskrit Pulima» as 
Von de Wall did; this word meaning an alluvial island, or the bank of a river. 

If Tapobranô was Samatra, the distance of *'20 days sailing sonth from India** which 
the greek ambassadors learnt at Palimbothra would be more reasonable. 

At ail events it is remarkable that none of the anoients, nor Ptolemy himself, speak 
of the einnanum in Tapobrane for which it has always been renowned; whilst they called 
a whole tract of land npon the east-coost of Africa Eegio cinnamowumifera. If Ptolemy'a 
Pa΀nf Simundu is Sumatra, and not Ceylon, their silence would be justified. We now ail 
know that the name Taprobane was applied during the Middle Ages to Sumatra. It U 
transcribed in Chinese ^|{ jjj ^S P^ fo-p'o-lo-àun for Ta-prihian, which Porter Smith, 
p. 6S, erroneously identifies with Turkoman. The char, jlfr ^S PH are also osed to 
transcribe the word brdhman (Cf. Eitel, Skt.-Chin. Dict., p. 27). 



THB 8BCRET OF THE CHIKBSB METHOD ETC. 27 

the Chînese transcribed ^ J^ or fg j|^ Tat-ma = Dhar-ma "), 
bat that of the Pâli-form Dhamma^ wîthoat medial r^°); and, in 
the second place, R is often suppressed in Chinese traDScription as 
appears from the Malay-Chinese Mannal mentioned above. 

We find therein: 
for Kota ardjo ^^ ^ ^ kota adzio; 
» Suko ardjo ^ ^ ^ ^ êuko adzio ; 

> Kartasûra jjf\^ ^^ ^ katasulah; 

> Martapûra ^ V^ f^ ]^ matap'ulah; 

> Modjokerto Ipi M ^ ^ bodziohoto and ^ ^^^ but- 

dziokkato, 

Purmerend (Islaud) is transcribed ^ Rl^ ||p pongmalan, and 
we know that Paraa is often transcribed ^ ^ p'a-sc, of which 
HiueH'ts'ang giyen the fnller form jJJT ^ ^ p'o-laUsz = pa^r-a 
or -Par* = Persia. 

Likewise the Java-Chinese transcribe the Dutch word Kantoor 
(Malay Kantor^ "oflBce") "^ yj Kanto^ without final r, and the 
ward Noordwijk in Batavia, called Norbèk by the Malays: ^ |^ 
Ni^'bik (pr. gnatobick)j withont medial r, thîs being replaced by the 
nasal aound of nd^. In sanskrit transcription r is also suppressed 
before w, as in Pûrria^ transcribed ^ ^ piin-na (Julien, N®. 291). 
In Malay we find sometimes two forms for one word, the one with, 
the other without medial r, as in per^eî^o* and p^Arâ^a* (instruments), 
pergi and peggi (to go), etc. 

It is further suppressed in the transcription of the name Tanah 
Datar ^^^^ Tan-nq la-ta; in that of Pintu Pagerman 



85) So the Dame DAarma Samnaha is transcribed fS. ]^ ]t!l^ ^ 1^ 2"at-ma 

Hana-ha, When ^ j^ is used for tama, as in the transcription ^ &^ ^ ^ ^^ 
tai-ma-^Mùst-ti for Tamaathiti, it is hecause final / hefore m hecomes, bj assimilation, m, 
■o that we hâve to read tam-ma and not tai-ma, 

26) Eitcl» SanskritChinese Dictionary, pp. 81, 82 and 96a. 



28 G. SCHLEOKL. 

(in Batavia) ^ ^V^jjd^ Pint%i Pahdlan, where kâ stands 
for ger\ in Passer Serpong (western sobnrbs of Batavia) flj ^ 
^ 5^ Pasat Sâpong^ where sa stands for ser; in Tegelalur j^ 
^V^:ilC Tegalalu without final r; in p^rsegi (square) Q ^fj^ fi 
pasàgi. R is suppressed in the transcription of dtrga j^ ^^ ti'ka 
or j^ Ip[ <t-A*o, where ti stands for dîr; likewise in the trans- 
cription of Nirdâgha ^ |XË # Ni-Va-ka and Nirgantha ^^^ 
Ni'kien^Va or ^ ^ |S ^ Ni-kan-ltan (for gan) -t'a^ where JVï 
represents ntr. It is alwajs suppressed in the transcription of Mitra 
^ ^ mi7fl, as in Vasumitra 5(^ ^ ^ ^ Wa^su-mi^ta and Mitra" 
sêna ^ ^ ^ ^ i/t-/a «^e-yia, where ^a stands for 2ra. 

In the transcription of the name of Samarkand j^^ ^ ^ 
SaJimofikien, the old name of this town Samakan is retained. The 
modem name Samarkand is correctly transcribed by :|^ ]^ ^ S^ 
Sat-ma^r-kan (Eitel, S.-C. Dict., p. 116 a). It is aiso transcribed 
St -P^ /T «/*-»wan-AMn, where the author onght to hâve written 
'^^ with the mark of the short upper tone mat (^nmr), forwhich 
no characters exist. 

The river Margus is transcribed ^ g^îwa-Aw, without the medial r. 
Final r is sometimes expressed in the Manual by a short tone, as 
in timur (east) transcribed ^ ^ ^ ti^mô with the ~f^ ^ ^ timôh^ 
for which there are no characters in the -f^ 3t ^ -Dictionary . 



§ lé. By the law of assimilation p before t becomes t. This 
is proved by the name Tâmalipta or Tâmalipti, which becomes in 
Pâli Tâmalitti^ and is therefore transcribed by the Chinese ||^ J^ 
m J[g Tam-mo-lit ^''yti or PH J^Hj^Jg tat-mo-lit-ti, where final 



27) The character jS ^^ (ehestnat) it pronoonced in Reading in Amoy lik, but in 
Colloquial lat; in Canton lut. Daring the T*ang-dynaaty it was pronounced ^ ^ yj al 

^ /(ik + t8)/0. 



THS SECRBÎ OP THE CHINE8S MVTHOD STC. 20 

t of tôt becomes, by assimilation, m. In the transcription ^ J^ ^ 
^ ta'mo^li'tiy the p is entirely left ont. 

This is the same with the word gupta in Atigupta^ transcribed ^ 
^ M ^ a<-^-ittf-<o; in Buddhagupta ^^^ ^ Put-fo kiu-to 
aud in Çrigupta, transcribed ^ ^ ^^ ^ sit-li (= çri) kuk-tOj wherep 
and k before t became eqnally t. The Chinese read gutia for gupta ^'). 



§ 16. Sometimes the letter r is transposed, as in the transcription 
of Kritya "^ ^ Kit (= kir) têia, aUo rendered in full by g^ 5^ ^ 
KHt-li (= JTi) to. If one asks how the Chinese came to transcribe 
the Skt word ÇrigcUa ^J^jjfi^ êit-ka-la, we mnst begin by 
reading sit as êir and then transpose ir to ri when we get m {çri). 
It was quite nnnecessary for Jnlientosay (NM568 ofhis Méthode): 
^ &' par exception ponr ci dans Si^kia^lo^ abréviation de /St-/t- 
ilta-[o. Volpicelli ^^) makes the same fanlt, in saying ^ , old sonnd 
M^ for pî in Çrigala. He onght to hâve said: M for nV, transposed 
to m, in Çrigala. The same metathesis ia to be observed in N^. 1690 
of Jolien's Méthode {Volpicelli, Le. p. 171). Both anthors say ^ 
(old Sound top) for «a in Oâutama ^ ^ ^ • Now it wonld be 
atnpid if the Chinese had chosen a character sounding top, or rather 
top (as in Amoy and Canton), for rendering ta\ bnt as the next 
ayllable began with an m, they transcribed fau-<ap-?7ia, the p of <ap 
beeoming m before ma by assimilation. 

In no. 1688 (Volpicelli, p. 171) we find the same son nd^efop 
(or rather dap, Amoy Tap) stated to represent dâ in drdvira (^ 
fiiJS)' ^^^ ^ wrong; tap stands for dav, becanse the charaoter 
If)^ represents m which syllable begins with a v, according to the 
constant chinese rnle of transcription that they choose a character 

SB) In P&U fwjttm is read giUta\ Bharmagujaa it pronoanced DÂammaguita, wherein 
both r'i are lappreited. Cf. Eitei, Skt.-Chin. Diet., p. 81 b. 

89) Aetei du 11^* Congrès internaiioiui des OrienUliatet. Parii 1897, 2« Section» 
p. 170 (6S). 



30 ^. SOHLKOBL. 

haying the same final as the initial consonant of the following 
syllable. We thus get dav-vi^ra = dâvira for drâvira. The r is snp- 
pressed, as is often the case. 

When Kshêtra (Julien, N''. 1674, Eitel, p. 28) is transcribed jjg; 
^ oQ ^ K'iMê'e't'at'-la^ we mnst read pQ as fat (as in Amoy), 
which represents the form far-ra contractée! to tra\ it is the same 
case as in the transcription of Chattra ^ pQ ^ chay-fat-la. 

When the Malays render the sanskrit word mantrij they write 
mentSriy and the Chinese f^ j^ J|^ Men-tik-li '®), because neither a 
Malay, nor a Chinaman, can pronounce triphthongs like tri, mri, m, etc. 



§ 16. It is impossible for a Chinaman to prouonnce sanskrit 
combinations of letters as Kêhat, Ks/ie, Kshan '*), etc. So he had 
to make a shifl;. He either snppressed the initial ksh and rendered 
it by an 9 as in Kshânti, transcribed JK 1^ San (modem (aUen) -tt, 
or in Kshatriya transcribed ^ fS. ^ ^ sat-^tat (= iar) -li-ya 
[sat-tri-ycîl'^ or by a ta' as in the transcription of the same kahat 
by ^ ts'at or ^ ts'at (Julien, n®» 2131, -32, -34). Kshâuma is 
transcribed ^ J^ ts'u'ina (Âmoy tso mo); in Kshunadêva and 
Kêhunahiloj Kshuryi is transcribed ^^ ^ Tsao-na (Âmoy tsa-na). 
In KshépUy Kshê is rendered by ilQ. tsiu (Amoy tso). Or, when he 
wanted to transcribe correctly, he divided the syllable, so that the 
initial k was joined to the preceding syllable, as in the transcription 
of Nikêhêpa ^ ^ ^ , which we hâve to read nik''t8'd''pa. 

Both Julien (no. 1262) and Volpicelli (p. 165) are thus wrong 
in saying that ^ stands for ni in nikshépa. From the latter thia 
is still more astonishing, as he himself says that the old sound of 
S^ was nik. 



80) Toung-pao, X, p. 41. 

81) Al leM as the Mtlays can. The Skt. Ksàatriya beoomes in Malaj Ktuétriya or 
TjtUrya-, KastUri (mntk) becomes KaiUfbri, 



THB SECRET OT TfiE CHINBSB tfBTHOD ETC. 31 

Badakahân is Dot transcribed as Bada^kakân^ but as Badak-shân 
^ ^ ^J PcLt-tok-ts'ong for Bad-dak is'ang. 

In the modem transcription El ^ ^ UJ Pa-ta-k^ik shan^ shân 
is rendered by êhan and ta-k'ik stands for dak. 

The Word Ni'Sthâna is read by the Chinese as nis'thâna^ and 
consequently transcribed ^ 0iS "(Ë ilR ni-êze (for nis) + Tan-wa; 
for a Chinese could neyer pronounce an initial sL The word is also 
transcribed |2t ^i6 % ni'sze Van, which pro?es that Julien*8 remark 
that tan stands for thâ before n is wrong. 

In Akshayamati |J^ ^ ^ ^^-t^^a-ma^i ksha is simply rendered 
by tê'a {Fan-yih Ming-i, II, f. 10 recto). The syllable ibAa is often 
rendered by ^ ^ kUt-U'a (Julien no. 500), which he hâve to read 
kiit)tê'a. 

Kahamuda (Julien no. 2138) is transcribed \^ -^ ^ ià'an'mu'to. 
Julien says that ta'an stands for ksha before m. He is quite wrong, 
for the old souod of ts'an was t8*am which stands for ksham^ the 
Chinese transcribed the word ksham-mu'ta repeatiug, as usual, the 
final and initial m in ksham and mu. 

Takêhaka is not transcribed ta + kshaka, but tak + shaka ^ 
3C ^ « Takshana is transcribed llB ^ ^ tat-salnaj the t of «a^ 
becoming n by assimilation; Te; A«/iafi7â is transcribed ^ ^ J^ ^ 
tak + «a£ «7a, 

It was a terrible trial for a Chioaman to transcribe the word 
Hrosminkan, and he saw no other way but to render it by )^ ^ 
îBt ïR gMo-êit (for gir-ro-sit = hros) min, leaying even kan un- 
transcribed. It was the same case with the transcription of the 
word Hrishtayamam )^ ^ |^ ^ i7«^-W (for AfwA) ta-ya {Fan-yih 
Miug-i, XVI, fol. 4 verso); the syllable hrish must hâve sounded 
anciently gfish, as the A. S. gerst, gryré and the Greek xh^^i 
prove **). 

82) Benfey, op. oit., p. 1121 b. 



82 O. 8CHLBGBL. 

Brahma pûra is transcribed ^ JH V^ ^ ^ JH P'a-la (for 
Bra) kHp (for A or rather ch) ma pu-^la; so we hâve to read Brachma 

As it is impossible for a Chinaman to prononnce a syllable like 
êhpibhj be transcribed the word Anuêhtubh }^ j^ ^ ^ ^ A^no 
sut-^tU'-pa {Fan-yih Ming-i^ XIII, fol. 19 ver8o)\ exactly as he trans- 
cribed the syllable «tu, in Râhifavastu j^ ||| llB "^ 1^ |^ , by 

The syllable kshin was simply rendered by 1^ têHn, as in the 
transcription of Da'kshina {Fan-yih Ming-^i^ XI, fol. 32 ver80\ Ja- 
lien, N^ 2164) -j^^M '1^<^ Ts'in-ua and jg (^ ^ Tat TsHn-na. 
Or in prê'kêhinij transcribed ^\ 5^ jj^ ^ pii-K (for pir-ri^ con- 
tracted to prt) tsHn^nu Julien wrongly says: "^ ««'tw pour kchi 
devant n". The Chinese transcribed isHn-^ni^ repeating the initial n 
of ni at the end of the preceding k8hi{n) in order to give a précise 
indication how the vrord was to be pronounced. 

The application of the law was not necessary in the transcription 
of Bhi'kshunî J^î J^ A pi'kHu-ni ur "Q^ ^ ^ pit-ta^u^ni^ becaase 
the Chinese had already used the first two characters for BM-ksIiu^ 
a mendicant scholar. As well known, Bhi'kshurfi is a female religions 
mendicant. 

(To be continued.) 



L'ODYSSÉE D'UN PRINCE CHINOIS. 



«i « «4- m 

Sang hai yin ts'ao. 
ESSAIS POÉTIQUES SUR UN TOYAGE EN MER, 

PAR LE SEPTIÈME PRINCE, PÈRE DE L*EMPEREUR KOUANG-SIU, 

TRADUITS ET -A.NNOTÊ1S 
PA& 

A. VISSIÊBE. 

(Avec texte chinois.) 
.^. 



AVANT-PROPOS. 

Le prince Tch'ouen, septième fils de Tempereur Tao-kouang et 
père du souverain actuel de la Chine, était au comble de la faveur 
et de la fortune lorsqu'il eutreprit le voyage d'inspection navale 
dont il s'est plu à rappeler en vers les principaux épisodes. Un 
décret de l'impératrice douairière, régente, en réorganisant le Grand 
conseil de l'empire, ou Kiun-hi'tch'ou^ avait prescrit à ses membres 
de soumettre désormais au prince toutes les questions d'importance 
majeure dont ils auraient à s'occuper. D'autre part, lorsque la 
création d'un Conseil d'amirauté, chargé de centraliser à Pékin la 



34 A. VISSIÈRB. 

direction des forces de mer de tout Tempire, eut été résolue, ce fat 
à lui encore que la présidence en fut confiée. Il y eut pour colla- 
borateurs le prince E'ing, le vice-roi Li Hong-tcbang et le mar- 
quis Tseng, dont la compétence dans les questions d'ordre naval 
devait rallier tous les suffrages. Une remarque s'imposa néanmoins 
à la Cour. Celui qui venait d'être ainsi placé à la tête de la marine 
unifiée de la Chine, et qui était déjà« par ailleurs, l'arbitre suprême 
du pays, — sous la seule autorité de la r^ente, — dans toutes 
ses affaires de politique intérieure on internationale, ne pouvait être 
demeuré toujours enfermé dans les murs de la capitale. Il fallait 
qu'il eût fait, de tn«u, connaissance avec l'océan, qu'il eût foulé le 
pont d'un cuirassé, visité des arsenaux, inspecté un port de guerre, 
entendu gronder l'artillerie formidable d'une flotte. On recula, sans 
doute, devant une inspection générale de la côte chinoise, du nord 
au sud, et on s'arrêta, en haut lieu, à un programme plus modeste. 
Le prince irait à Tientsin, où le vice-roi Li lui ferait les honneurs 
des créations dues à son initiative, puis ils prendraient ensemble 
passage sur un bâtiment à vapeur escorté par les navires de guerre 
des divisions du Sud et du Nord, se rendraient à Wei-hai-wei et à 
Port-Arthur, ou Liu-chouen-k'eou, ports de guerre en constructioui 
et reviendraient à Tientsin, en passant par Tche-fou. 

Le chef de l'Amirauté devait se trouver ainsi mis en contact, 
pendant cette excursion et pour la première fois, avec des étrangers: 
des consuls à Tientsin, puis des amiraux et des officiers de marine, 
venus à Port-Arthur et à Tche-fou pour le saluer à son passage 
dans ces ports. 

Les voyages des souverains et des princes sont devenus fréquente 
en Burope. Des empereurs de Chine ont eu parfois aussi la curiosité 
de visiter certaines parties de leurs domaines. Cependant, le déplace- 
ment d'un prince du sang est, aujourd'hui, dans l'Empire du milieu, 
un événement fort rare et que des considérations de nature exception- 



L^ODTSSÉB D^UK ^RlKCE OHtKOIâ. 85 

nelle peuvent seules déterminer. La défense du territoire est au 
premier rang de ces motifs et c'est dans cet ordre d'idées que le 
Toyage du père du Fils du Ciel fut résolu. Le prince partit de 
Pékin le U Mai 1886. 

Ce voyage méritait doue d'être célébré poétiquement par celui 
qui l'accomplissait, en délicat lettré qu'il était. Nous ne connaissons 
pas de récit officiel détaillé de la tournée d'inspection du Septième 
prince et nous nous félicitons doublement qu'il ait jugé bon de nous 
permettre, par la publication de son odyssée, de goûter, dans toute 
leur sincérité et leur saveur orientale, les inspirations de sa muse. 
C'est dans ces petits poèmes, destinés surtout à ses amis, à ceux 
qui gouvernaient la Chine, qui en étaient le cerveau, mandarins et 
lettrés, que nous pouvons, — bien mieux qu'à travers le tissu 
compassé d'un rapport officiel, — pénétrer le fond de la pensée et 
toucher, pour ainsi dire, du doigt les sentiments intimes d'un 
homme dont les avis étaient tout-puissants à la Cour de Pékin. 
Son œuvre porte en elle comme le reflet des tendances et des 
préjugés de cette Cour. S'il voit des étrangers, il nous fait connaître 
rimpression que cette rencontre lui cause, — impression première 
et superficielle. Il croit à la nécessité des armements chinois et se 
prononce en faveur de la politique progressiste adoptée par le 
' vice-roi Li. Il admire les grandes inventions modernes des Occi- 
dentaux et la pensée du relèvement de la Chine ne le quitte jamais, 
non plus que le souvenir des chagrins de sa maison. 

En traduisant cette narration poétique, nous nous sommes 
appliqué à en rendre le sens entier, souvent voilé, mais en nous 
imposant comme un devoir absolu de n'en jamais excéder la portée, 
n y a là, en effet, un document psychologique trop important 
pour ne pas exiger du traducteur le respect scrupuleux du texte. 
Il pourra, dans ces conditions, nous aider à saisir quelques-uns 
des mobiles qui font agir le gouvernement d'un grand empire 



36 A. VISSIÈRK. 

d'Orient, à une époque de transition qui présente pour lui an 
intérêt vital. 

Ajoutons que le prince Tch'onen, qui portait dans la descendance 
impériale le nom de Yi-houan ^ |^ , ne devait pas diriger 
longtemps l'Amirauté chinoise. II mourut le 1®^ Janvier 1891, à 
une heure du matin, et fut remplacé par le prince E'ing, alors 
J^ ^ £ * ^ ^^^ décès, de nouvelles décisions impériales vinrent 
honorer sa mémoire. L'impératrice douairière ajouta la qualification 
de sage^ hien ^, à son titre et décréta que le prince défunt serait 
connu dans l'histoire sous le nom de Tch'ouen-hien (§g ^ ^ 3E)* 

A. VISSIÈRE. 



l'odyss^b d'us PBi^çe chinois, 37 



1. 

m m w is: « 

m m m M m 

^ * ^ « 



R 


m 


m 


* 


M 


n 


II 


ë 


fm 


u 


m 


^ 


^ 


m 


^ 


^ 


% 


^ 


^ 


ffiV 


« 


^ 


^Y 


# 


m. 


^. 


n. 


m 




IttR 


^^ 


^ 




«^ 


$ii 


5^ 




ti 


1^ 


^ 



^ 



Le grand secrétaire d'Etat P*ei-heng ') m'ayant adressé une pièce 
de vers comme cadeau de départ, je lui répondis par le morceau 
suivant, composé sur les mêmes rimes: 

Hélas! le fer acéré nest pas facilement remis au fourreau; 

Les flots que fait jaillir la longue baleine atteignent à la hauteur du cieL 

Je prends temporairement congé du Phénix entouré de nuages dans le 

Palais du nordj 
Pour conduire au loin mon léviathan au-delà des îles de la mer orientale. 



1) ^f^ >gK , Dom honorifique de TaDcien grand secrétaire d*Etat Pao-yun jp^ ^g , 
qui joaa un rôle important sous Tadministration du prince Kong ou Sixième prince, jus- 
qo'en 1883. 



38 A. YI8STÂRB. 

La Chine *) aspire à voir enfin Vinfluence Impériale étalée dans son 

immensité. 
Le ciel £azur supporteraiUil la vue des souffrances de rhumanité? 
Pour tenir tête à notre époque^ il semble que nous ayons à frayer la 

route de Ts'an^tch'ong. 
Laissons provisoirement de côté Mien^kao *) et cherchons un PaO'kao *). 

Cette pièce est pleine d^allusions et même de jeux de mots, 
que la version suivante rendra intelligibles: 

Le fer acéré des Occidentau.c difficilement rentre dans son fourreaa 

{jeu de mots sur les homophones ]^ J^ fai'si, hélas! et ^ ^^ 

T'ai'si^ VExtrême-occidentj les Ocddentauœ). 
Les iSots que fait jaillir le long monstre marin (= les perturbations 

causées par les nations maritimes) atteignent à la hauteur du ciel. 
Je prends temporairement congé, à Pékin^ de Sa Majesté Clmpéra^ 

trice douairière. 
Pour me rendre, à bord d\in navire à vapeur, sur la cSte est du 

golfe du Petchili. 
L'Empire chinois veut enfin montrer sa puissance, 
Afin de s'éviter les malheurs de la guerre. 
Des travaux d'Hercule s'imposent aux gouvernants: 

1) ;m^ jS , ancien nom poétiquement employé poar la Chine. 

2) ^B J& Mien-kao, nom d*un vicomte de Fei gQ qai fat vainca et emmené en 
captivité par les Tsin ^^, d'après le Tto-tchouan. L'allasion faite ici an roi de Birmanie 
Thibo est soulignée par la similitude de sons existant entre J/im-kao, nom de l'ancien 
prince chinois dépossédé, et ifi^it'tien ( «ï^ ^^ ), nom de la Birmanie. 

S) S^ ^0^ M^ Tchang Pao-kao, habile officier du royaume de Sin-lo, en Corée» 
qui vint servir en Chine. Il se distinguait surtout à cheval, par son adresse à manier 
la lance, k ce que rapporte Tou Mou W^ 4^» auteur de l'époque des T'ang. 

NoTK DU TEXTE: c L*armée anglaise a envahi la Birmanie et s'est emparée du roi. 
D^autre part, un officier étranger a exprimé le désir d'entrer au service de la Chine. Ce 
sont là des évcnements récents ». 



d'odyssée d'uv frikcb chinois. 39 

Abandonnant provisoireinent le roi de Birmanie, qu'ils cherchent à 
s'assnrer Vaide d'un offi.cier étranger, 

2. 

-^ m m n ^ 

^' jl m m ^ 

m m. m ^ + 

m, =^ A^ m m 

il M. m ji ^ 

Ht .a ji. ^ m 

m m m, m 

^ ^ ® tr. 

f^ ir il V4 @ 

m, - M w ^ 
m, f^ m %' 

^ m 'fê '^. 

Inspiré par la yenne chez moi, an jonr de pluie, de mon dixième 
frère cadet, que je retins à boire dans le pavillon T^ouei-sing- 
tehai ^ ^ ^, «où Ton se retire pour s'examiner». 

Le 7 de la 4^°^^ lune (10 mai 1886). 

Silencieux^ je contemplcda la végétation verdoyante^ au milieu de laquelle 

s'abaissait et flottait ma pensée^ 
Lorsque vous avez pris la peine^ traversant la boue, de venir vous 

informer de moi. 
Les sentiments des frères *) ne sont pas de ceux que la pluie ') du 

1) *a lŒ , nom de plante qai symbolise lei frères. 

2) m , la pluie, en poésie, désigne les amis. 



40 A. VISSIÂRK. 

jour présent peut influencer (é^est-à-dire que ressentent des amis 

nouveaux). 
Comment devinerais-je si mon fils ^) aura quelque talent pour suivre 

plus tard la carrière de son père? *) 
Je vais me faire porter j r espace de mille li, par les vents qui soufflent 

sur la mer. 
Quant à présent^ qu'un tour de vin nous enivre^ à la vue des fleurs! 
Rappelez'-vous que mon navire me ramènera à temps encore pour faire 

quelques vers sur les joutes des bateaux^dragons '), 
En attendant^ je vais voir disposés devant moi avec variété la plante 

chouen *) et la chair de la perche ^) et m^ exhorter à user de 

bouteilles petites et grandes. 



1) Note du texte: «Le joar même, mon fils Si un yEl avait jaste an an ». A cette 
époque, la coutume chinoise veut que Ton dispose autour du jeune enfant des objets variés 
et symboliques, tels qu'an pinceau à écrire, une fleur, des armes, un sceau, etc. Le premier 
de ces objets que touche l'enfant indique à ses parents les dispositions dont il est doué, 
soit pour les lettres, pour le plaisir, la guerre, la magistrature, etc. Cette épreuve est 
désignée, dans le style écrit, par Texpression §^ Q>à^ fcAcou souei et, vulgairement, à Pékin, 
par les mots tehoua-tchnou^^ml ;M S9 . 

2) ^^. ^S «paniers tressés» et «vêtements de fourrure», métaphore pour désigner 
la profession des pères ^ suivie ou à suivre par leurs fils. 

8) Note du texte: «Je compte pouvoir être de retour avant le 5 de la 6'"' lune», 
époque à laquelle les Chinois célèbrent le suicide du ministre ^H f^ K'iu Yuan, par 
des joutes sur les rivières, auxquelles prennent part de longues barques sans voiles affectant 
la forme de dragons, j^ '9j& , équivalent de l'expression commune wjA â^ ^& . 

4) ^mi plante aquatique comestible qui croît à Song-kiang, dans le Kiang-sou, et 
qui, ne pouvant être tran8i>ortée, doit être mangée près du lieu de production, c'est-à-dira 
dans le sud. 

6) ug hmai, hachis de poisson on de viande. 11 est ici question de la perche renom- 
mée da Kiaiig>nan (|tt ^ffi lou-yu). Même remarque que pour la plante chouen. 



L'ODYSsés d'qH FRTNCB CHINOIS. 41 



3. 



fc # w ^ ^.m 
- ^ m "Ê « 



^ 



^o 



'^ m ^. ^ m 

■t n m m, m 

m m ^ m n. 

^ m m is ^ 

m n m m m 

m. m M m m 

^. n ^ m. 

m m m m 

Le grand secrétaire d'Etat P'ei-heng, étant venu prendre de mes 
nouvelles et me faire ses adieux, composa un impromptu auquel 
je fis la réponse suivante sur les mêmes rimes (le soir qui pré- 
céda mon départ): 

Le rêve *) qui nia transporté autrefois à VUe enchantée de P'enylai *) 
sera réalisé par le voyage que je vais entreprendre. 

Des immortels^ pour compagnons^ dans leurs chars de nuages^ couvrent 
Us Dix lies '). 



i) Note du tiùxtk : « Le prince rappelle an r6ve fait aatrefois ». 

2) Les trois îles principales habitues par les immortels sont ^b 3R , Ij y^ et 
^jSl jfM . La première est aussi appelée ^^ ^^ . 

3) NoTK DU TEXTE: « Pendant J pi Qsienrs jours, tant de personnes se sont présentées 
pour prendre congé du prince que celui-ci n'a pu les recevoir toutes». 



42 A. YISSliRB. 

Les tambours de la guerre mêlaient prédestinée et la marine est placée 

dans mes mains. 
La mer et le ciel seront sans bornes ^ dominés par la lune '). 
J^aurai pour calculer avec moi un grand secrétaire d'Etat, délicat 

collègue *), 
Puis le marquis '), qui a vu tant de régions *), porteur de la tablette 

des envoyés Impériaux et lointain objet de mon affection. 
Dussi-je chanter la strophe du Bassin pur profond de miUe pieds ^)^ 
Trop hauts mes sentiments, trop faible mon génie, je craindrais encore 

de vous mal répondre. 

Le 86118 de cette pièce de yen doit être interprété de la façon 
suivante : 

Je vais réaliser un rêve que j*ai fait autrefois, lorsque je me vis 

voyageant en mer jusqu'aux Des enchantées. 
Mes amis sont venus en foule me dire adieu. 
La guerre est dans ma destinée: la direction de l'Amirauté vient de 

m'être confiée. 
Je m'embarquerai par la pleine lune, qui nous fera voir le ciel et 

la mer sans bornes. 



1) Note ou tkxtb: «On avait fixé aa 16 de la lane la sortie da fleufe en profitant 
de la mar^». H^ g SE la pleine lane, an haat da ciel, fait qai ae reprodait chaque 
qaiasième joar d'an mois chinois. 

2) NoTB DU TEXTE: «Le grand secrétaire d*Eitat de Ho-fei». (Le vice-roi Li Hong-' 
tchang). 

8) Note du texte: «Le vice-président de ministère Tseng Kie-kang». (Le marqais 
Tseng, ministre de Chine en Earope). 

^^ iff ^r ^^ > ^^ *■ iDArqais qui a beaacoap va », titre porté par l'illostre Tchang 
^'^^"^ S^ ^P* envoyé par les Han dans les pays occidentaax. 

6) Allusion à ces vers de Li T*ai-po à Wang Loaen, vena poar lai dire adieu prda 
do Bassin des pêchers: 

La profondenr de l'eaa dans le Bassin des fiears de pécher est de mille pieds: 

Elle n'atteint pas à celle dé l'affection de Wang Loaen, vena poor me faire ses adienx. 



l/ODTSSéB D*Ulf PBINOB CHINOIS. 48 

Mes collègues de rAmiranté sont le yice-roi Li, bomme lettré et 

habile administrateur, 
Et le marquis Tseng, ambassadeur, comparable à Tohang E*ien pour 

retendue de ses voyages et à qui je porte de loin une vive affection. 
Quant à vous, P'ei-beng, si je disais comme le poSte Li Po que 

«mon amitié pour vous a mille pieds de profondeur». 
Je serais encore au-dessous de la vérité. 



i. 

^ :}f^ i!^ n m m tu 
mm - ^ # 

:t "^ ni* 

a, m m. ^ 
m. ^ 

m m 

Départ de Pékin. 
Le 11 de la 4^® i^^e (14 mai 1886). 

Depuis plus de quatre mille ans^ cette contrée divine ^) 

A brillé^ par C enseignement de sa littérature^ jusquaux coins de la mer. 



1) Jf/jf j^ «Contrée divine», la Chine. 



44 A. VISSIÎRB. 

Un changement survenu a élargi les destinées du monde: 

Cinq règnes n^ont pu épuiser le^ chagrins du Palais '). 

Souriez en pensant de quel avantage nous sont ^les tributs offerts par 

ceux qui viennent chez nous après avoir traversé les montagnes et 

les mers-k! 
Autres étaient les témoignages de soumission que nous apportaient ces 

étrangers qui venaient jadis à la Cour et y dansaient en agitant 

des lances et des plumes *). 
J^ appréhende surtout mon peu de capacité pour porter sur mes épaules 

ma lourde charge. 
Mais Sa Majesté l'Impératrice douairière m'a comblé de ses bienfaits 

et je 7n inspirerai de son grand exemple '). 

Version libre des cinquième et sixième vers: 

Dérision, les prétendus tributs des nations étrangères! 
Nous sommes loin du temps où, soumises, elles se montraient à la 
Cour de Chine. 



1) Note de texte: «Les envoyés barbares porteurs de tribats ont cessé de se cou* 
former à nos statuts depuis le règne K'ia-k*ing (1796—1820) ». 

2) Cf. Chou'king^ Livre de Chouen. 

3) Note du texte: «An moment oh la date de mon départ avait été fixée, Sa Ma- 
jesté m*avait fait don d*un Bouddha en jade à porter sur moi pour ma sauvegarde, ainsi 
que de soie, de satin et d'argent. Le 9 (12 mai 18S6), j'allai prendre Ses ordres, et je 
reçus Ses instructions complètes et précises, mHndiquant ce que commandaient les circon- 
stances. Elle me fit de nouveaux présents consistant en un vase de jade, un sceptre de 
félicitation en or, et des accessoires brodés et ornés dé jade, à pendre à ma ceinture ». 



l'odyss^b d'un pkinck chinois. 45 



6. 

PI i& ffi -i- ji m, 

m Wi m m m fw 

^ ^ M B^ m M 

m. m^ '^. m m m 

- A ^ * ^h 

m m M ^ n 

m m n. m^ s 

m u m ^ M 

mm le m 

mm m # 

^1^ m B 



Embarquement à T*ong-tcheoQ, près du temple dédié an Dieu de la 
médecine, dans le faubourg oriental de la ville. 

Sentant avec regret que les occupations de la paix étaient encore éloignées 

de nouSi 
Sur le pont du canal *), fêtais confus de regarder en face ces brillants 

étendards qui flottaient au vent *). 

L) Pont de Pa-li-k*iao /V M. 1^ ' *^' ^^ ^^'^^^ S ^ if^ * 4^^ '^^^® ^^ ^^^' 
ho, près de T*ong-tcheou, aax fossés de Pékin. Témoin de la défaite de Tarmée chinoise, 
le 21 septembre 1860. mî ^^ «le pont da fleuve» s'emploie aussi, en poésie, pour 
désigner, par métaphore, un embarquement, un départ. 

2) Note du texte: «Les troupes du régiment de Tong-tcheou et de Yong-p'ing-fou 
étaient ▼ennes à ma rencontre au pont de Pa-li-k'iao, tandis que les mandarins civils et 
militaires de la ville m'attendaient à l'embarcadère». 



46 A. VISSiilRK. 

J* avais lu les compoaitions littéraires de notre académicien ^) et je les 

avais appréciées. 
Je viens dé tappeler^ dans la conversation^ Fépoque lointaine passée 

aux portes du Palais *). 
^ fiO^^^ octogonales formées par les trigrammes *) se déploient sur 

les pavillons^ tandis que les gongs résonnent à Venvi. 
Deux roues se meuvent avec un bruit de tonnerre sur les Jlots ailiers 

qui écument *). 
Sur le fleuve semblable à une ceinture^ mon esprit était encore dispos: 
Je croyais voir Ventrée de Tientsin et profiter de la marée du matin. 

^ ^ m ^ m ^ m ^ ^ 

^ m n ^ m m ^ m ^o 

wiijtii m u. ^ ^ 

M m m n n n ^ m 

^. ^. m. ^. ^o ^. ii. tIc. 

Navigation nocturne. 

Uair de la nuit rappelle la fin de Vautomne, 
Avec quelle vitesse s^ élance le bateau! 



1) Note ou tixtb: «Le taotai intérimaire ou intendant da cercle de Tong-tcheou et 
YoDg-p'ing-fon, nommé Hia Kîen-chen, est le fils da président de ministère Hin Tien-cheng 
(l'académicien aaqael il est fait allusion)», -fl ^S <1m bureaux de jade», l'académie 
ehinoise des Han-lin. 

3) NoTB DU TKZTK: «Le colonel Ming-ngan s'était trouvé mon subordonné, lorsqu'il 
servait dans les gardes du corps ». ^^ nH « les portes célestes dorées », les portes du 
palais impérial, placées sous la surveillance des gardes du corps, dont le Septième prince 
était le chef. 

S) /V raS En > 1m ^QÎ^ trigrammes de Fou-bi disposés en forme d'octogone. 

4) Note du tkxtb: «Quinze jonques-canonnières portaient des pavillons ornés des figures 
des trigrammes. Je montai sur un bateau du type appelé longt dragons, remorqué par an 
navire k vapeur construit en plaques d'à 



L ODYSSEE D UN PRtKCS CHIKOIS. 47 

La voile sHncline sotu la pression du vent, 
Ueau se ride sotu le bruit répété des rames. 

A Favant du navire '), fêtais assis^ le vêtement ouvert. 
U éclat de la lune ') avait le poli d'un miroir. 
Seul et content^ je frappais de la main le flanc du bateau^ 
Et je chantais à haute voix la chanson du poète Sou Tong-p'o voyant 
son image cent fois reproduite {à la surface mouvante des flots.) 



7. 



m 


m 


^ 


^ 


^ 


Kë 


m 


'pSî 


f? 


B 


M 


n 


m 


m 


m 


n 


m 


m 


m 


^k 


¥ 


% 


m. 


^ 


u 


m 




n 


^ 


ià 


iH 


m 


m 


^ 


m 




m. 


*. 


Wi. 


Ri. 


m. 


Mo 


#. 


M. 





A Tancre. 
Près da village de Ma-t'eou. Le premier jour, nous avions parcouru 
90 li. Nous nous arrêtâmes à une heure du matin, pour reprendre 
notre route deux heures après. 

Ida machine est arrêtée^ la fumée cesse de sortir du tuyau. 
Les commandements ou signaux^ chinois et étrangers^ se mêlent *). 
Des camps échelonnés sur la rive font suite aux bateaux petits et grands *), 
Mais je fais tourner bride à cette cavalerie. 



1) QB, oifleaa de mer dont It tdte est figorëe à rtvtnt des navires pour effrayer 
les monstres marins. D^où, g^ ~^ , navire. 

S) BB, le crapaud à trois pattes habitant la lune et qui la symbolise. 

8) Non uu TBXTE: «On entendait à la fois le sifflet, le tambour, le canon et le 
porte- voix ». 

4) Note du texte: €De$ détachements de cavalerie appartenant aux troupes du signe 
Tum, formant la brigade de Tieotsin, étaient venus à ma rencontre. Je les renvoyai». 



48 A. VISSIÈRB. 

LoTBqvHon ferma la fenêtre de ma cabine, le jour allait paraître, 
Et je commençais à rêver profondément^ quand le navire reprit sa marche. 
A Yong^nou *), je pensais à donner un regret aux anciens, 
Mais, au moment où je m* éveillai, nous étions déjà passés au sud de 
la ville *). 



8, 



^ ^ 



f? 


^ 


^ 


€ 


M 


^ 


m 


# 


m. 


m 


m 


m 


m 


iSB 


X 


± 


m 


m 


^. 


fiij 


m 


^ 


m 


m. 


# 


m 


m 


m 


# 


^ 


tt 


ÎH 


II 


m 


^ 


X 


^ > 


* 


^ 


ta 




n. 


"""- 


— 




n 


n. 


»^ 




* 


m 


W «« 




^ 


m 


H 



^P « e 



^ 


^ 


ÎË, 


1^ 


m 


1^ 


^ 


^ 


+ 


m 


i^ 


i 


M. 


^ 


i^ 


>h 


# 


^ 


m 


m 


i§ 


^ 


# 


fiii 


rfi) 


i^ 



Ifc. ^ 

L'arsenal de Tientsin ayant envoyé au-devant de moi le Sien-hang^ 
petit navire à vapeur de sa construction, je pris place à bord 
et nous naviguâmes pendant plus de 10 li. Le reste de la 
flottille demeurant en arrière, nous nous arrêtâmes. Je fis à cette 
occasion la pièce de vers qui suit: 



1) Ancien nom de la sous-préfectare de j^T ]w , dont dépendait le territoire da 
^ ^ ^ '^^"^^ (Tche-li). 

2) NoTK DU TEXTE: « Lorsque je m'éveillai, noas avions fait plus de 40 U et, depuis 
longtemps, nous avions dépassé la ville de Uiang-ho-hien ». 



L^ODYSSÉB D^UN PRINC6 CHINOIS. 40 

(J'étais accompagné de P'an Tsiun-io, taotai en expectative, décoré 
du boaton du deuxième rang du mandarinat, de Tchang Yi, 
taotai en expectative décoré de la plume de paon, du colonel 
Tcheng Tch'ong-yi, commandant mes troupes personnelles em- 
barquées sur les longs'dragonsy décoré de la plume de paon, de 
son second Kiang T*ing-sieon, chef de bataillon en expectative, 
décoré de la plume de paon, de Houai-t'a-pou, o£Scier de pre- 
mier rang préposé à la garde de mon hôtel, de Na-eul-hou-tai, 
lieutenant honoraire appartenant à la garde Impériale, de Na- 
mou-tsi-lo, lieutenant honoraire dans les gardes, mon serviteur 
par hérédité {pao-yi ou bo-i), de T'a-eul-ha-li, appartenant aux 
gardes, Tun de mes pao^yi, décoré du bouton du sixième rang, 
d'A-mou-hou-lang, de K'ing-yuan, de Tch'ang-cheng, de Lien- 
chouen, mes pao^yi^ appartenant aux gardes, des eunuques 
Tchang Hi et Ts'ai To, et de vingt-quatre personnes apparte- 
nant au navire.) 

Avant dCêlre monté sur aucun navire étranger , je m^ embarque sur le 

Sien-hang, 
Qui fend les Jlots semblable^ en vérité^ à un oiseau qui vole. 
En un clin d^œil^ noua franchissons neuf coudes du fleuve, compara^ 

blés aux sinuosités des monts Wou-yi *). 
Tournant la tête, je constatai que j avais, comme le seigneur de K'iu^' 

ufo, perdu mes trois armées *). 



1) Note ou tcxte: «Telle est, en effet, la con6fi;aration du fleuve». "^^ S& ^| , 
montagnes célèbres dans le Fou-kien. 

2) Note du tkxtb: «Les fonctionnaires on officiers de rAmirauté qui m'accompa- 
gnaient dans le voyage formaient une flottille, mes troupes du camp Chen-ki-ying en com- 
posaient une seconde et les gens de ma maison une troisième». Q^ 'ffc* ^^^ d*une 
sons-préfecture du Chan-«i (département de P'ing-yang-fou), et d'une ancienne principauté. 
Il est fait allusion ici à j B[ :jj^ Ilouan Chou, qui gouvernait cette principauté sous les 
Tsin et qui perdit de vue ses trois armées, restées en arrière ( ^^ ^nr ^z ^^ ^Ê )• 

4 



50 A. VISSlIuB. 

Je rnenquis du point de la route oh nous étions parvenus^ et on 

lïi indiqua au loin le Temple du mur rouge '). 
Les blés que je regardais me parurent presque les eaux vertes de 

V océan. 
La marche ne m^avait pas fatigué: un arrêt fut une nouvelle cause 

de repos. 
Appuyé sur la balustrade de fer, jattendis^ oisif Varrivée des voiles 

et des rames. 



9. 

^ n m 1^ m ^ m m m 

^ m ^ m ± m ^ m n 

± ^ m is^ m m m m ^ 

n ^ lE ^ m z^ :it m Ï0O 

#o ±0 £&• #o ^o Mo >lnI'o ^o 

Arrêt de nuit à Yang-ts'ouen. 
(Après avoir fait, ce jour-là, 200 li, doqs jetâmes l'ancre à hait 
heures du soir.) 

Des arbres chargés de brume recouvrent Ho-si-won ^). 
Les jeunes moissons des champs entourent Pe-ts^ai-ts'ouen '). 
Quand on voyage sur Peau, les distances sont insensibles; 
Nos pensées terrestres *) s'éteignent et s'effacent. 

Les sifflets s^entre-croisent, au ynoment d'attacher les amarres. 
Et le vin est tiède à point, lorsque Von pousse les fenêtres» 



1) Note du trxte: «Temple sitaé aa sad de Wang-kia-fan ( ^F 3^ £x) ®^ V^^ 
tire son nom de sa couleur ronge». 

2) Note du texte: « j^ ^, pour |^ ^ ^•• 

8) Note du texte: « :|[j jj^ , pour :|(^ ^ >i^*- 

4) J^ ^^ , expression bouddhique : les pensées, passions ou sentiments de ce monde 
de poussière. 



L^ODYSSÉB D*UN PRINCB CHIVOIS. 51 

La fatigue de noê guerriers *) était digne d* attention : 

Sur la rive sinueuse, ils se tenaient debout, à la tombée de la nuit *). 







10. 






— ^ 


m 


^ 




n 


K 


m 


iÊ 


m 


^ 


m 


^ 


^ 


n 


m 


« 


^ 


m 


m 


p 


m. 


rS\ o 


TS o 


n 


^ 


m 


^ 


# 


m 


^^ 


^ 


m 


w 


^ 


^ 


m 


m 


^ 


m 


m 


m 


4 


m 


Mo 


m 


m. 


M. 


m. 


# 


m 




m. 


ô 


m 


M 




^ 


m 


-— 


m 




m 


ik 


t. 


m 




* 


m 




^ 




n. 


us. 




fl§. 



Lorsque je fus à Pou-k'eou, le grand secrétaire d'Etat Li Chao- 
ts'iuan ') vint à ma rencontre sur le vapeur T'ie^long. Nous 
prîmes alors passage ensemble sur ce dernier, qui nous conduisit 
à Tientsin. Je composai, à cette occasion, la pièce suivante: 



l) flra WnC. pU-AieoH, sorte de l^pards, une des six espèces de bêtes sauvages qae 
l'empereur Hoaaog-ti avait dressa li faire la guerre. Synonyme de: soldats, guerriers. 

8) NoTB 00 tbxtb: «Ma garde personnelle de cavaliers et de fantassins du camp 
Chen-ki-ying et mes soMats de marine se relayaient successivement, à chaque veille. Debout 
comme des hérons, les hommes se tenaient sur la rive. Compatissant à leurs fatigues, tout 
en louant leur lêle, j'ordonnai qu'ils prissent un peu de repos ». 

8) S. Exe. Li Hong-tohang, alors vice-roi du Tohe-li, commissaire impérial des ports 
du nord, etc. 



52 A. YISSIÈKB. 

(P'ou-k'eou est à 60 li de Tientsia par eau. De Yang-ts*oneu & 
Tieatsin, il y a 90 li.) 

Sur la gué antique^ nous glissions avec le calme du canard qui nage '), 
Lorsqu'un rugissement strident de tigre sort d'un bois, en avant ^), 
Le grand secrétaire d'Etat^) s'annonce comme le ^Dompteur des flots ^ *). 
Pour la discipline de son armée, il suit la tradition de Ya-fou ^). 

Nous naviguerons ensemble <^), à dater de ce jour. 

Inspectant les troupes, quelle similitude y pourrons-nous trouver avec 

l'antiquité f '') 
Le confluent des deux cours d'eau ') est en vue 
M, au-delà de la berge, le canon gronde. 



1) Note du tkxts: «Il avtit an peu pla, ce joar-là, et le yent tvait cessé; aussi Is 
marche da bateau était-elle particolièrement calme». 

2) NoTB DU T£XTi : « Le bruit de la rapear émise par un grand bateau peut être 
entendu à plus de dix li», 

3) Ipi ^|y, appellation littéraire consacrée aux grands secrétaires d'fitat,"^^ S^ "J^ . 

^) ut WL ^v T^* ^^ «roare'chal dompteur des flots» est le titre donné jadis au 
célèbre général Ma Yuan S j^^ qui, en l'an 42 de notre ère, reconquit le Tonkin 
soulevé contre la domination chinoise. 

5) Non DU TEXTK: «Les commandants des troupes des ports du nord ( ^(^ fSE ), 
Siu Pang-tao et liouang Kin-tche, s'étaient portés au-devant de moi à la tête de lean 
soldats». Bn hp, yC 'l'cbeou Ya-fou, général de l'époque des Han qui combattit contre 
les Huns et dont la sévère discipline est restée légendaire. L'empereur, son maître, se vit 
refuser l'entrée de son camp jusqu'au moment où l'autorisation de l'y laisser pénétrer fat 
donnée par le général lui-même. 

6) ^^ 3K , naviguer ensemble et, par extension : collaborer, s'entr*aider. 

7) |g[ 'ïptr |m , allusion à la revue passée dans la plaine de Mong-tsin, par Fa^ 
le futur Wou-wang, des Tcheon. Cf. Chathkimg, 

8) — ^. ^t fS * San-tch*a-ho, nom donné, à Tientsin, au confluent du Pei-ho etda 
Grand canal, oii s^élève Téglise catholique ( ^^ jfa jâ m ) qui fut incendiée en 1870, lors 
du massacre, puis restaurée et rouverte, le 21 juin 1807. 



l'odysséb d'un pkimcb chinois. 53 

U. 



m 


m 


m 


JH 


^ 


mî 


JH 


TO 


ii: 


^ 


m 


m 


M 


m 


^ 


pn e 


G 


^ 


ia 


^ 


# 


^. 


^ 


m 


n 


M. 


ff- 


tî\ o 


m 


HP 


m 


m 


m 


m. 


* 


ï 


* 


m 


m 




n 


m 


m 


m 




. 


# 


m 


m 




0. 


m 


± 


# 






Wio 


« 


m 






m 


it. 


;ii 






m 


^ 


*to 





tl :^ ^ 

A Toccasiou de notre passage par la ville préfectorale de Tientsiu. 

Ze vent soulève les eaux pressées qui volent et dont le cours d'émeraude 

remonte le fleuve. 
Des fonctionnaires en costuma officiel ^) nous attendent là-èas, utiles 

auxiliaires pour atteindre la rive ^). 
Les habitations du peuple foisonnent; un mur célèbre les protège. 
Un rempart de terre règne à Fentour et a été consolidé par notre grand 

ministre *)• 



1) ^p xln ' *^^^ ^pingltt ^ cheveax et les longaes robes», portées autrefois parles 
mandarins. Métaphoriquement: les fonctionnaires. 

2) NoT£ ou TBXTB: « Les hautes autorités, taotais et autres fonctionnaires en expectative 
s'étaient portés sur le quai pour me recevoir. Le poids du bateau à vapeur fit que, malgré 
plusieurs évolutions, il ne put se ranger le long de la rive. Nous changeâmes de navire et 
on jeta Tancre». 3E I|| ij^n ^ «matériaux pour passer la rivière», expression devant 
s'entendre aussi dans le sens d'hommes de talents, auxiliaires du gouvernement. 

8) Note ou tcxts: «Pendant le règne Ilien-fong, le prince de premier rangTrhong, 



54 A. VIS8li^RB. 

Les coutumes de Tientêin *) m'étaient depuis longtemps connues, 

Mais je ne pouvais prétendre à une science entière de ses vestiges 

archéologiques. 
Assis dans ma chaise à porteurs, fêtais confus d'entendre les propos 

du peuple, 
Qui voyait un prince pour la deuxième fois *). 



12. 



^7J m. m w 

m m n n m ^ n 



fS^ o ce ny\* 


^ 


«^ 


1m o "tC 


w 


^ 


n 


#. 


, # # 


m 


s. 


ï 




ik 


M. 


m 


f. 




n 


E 


m 


M 




m 


n. 


m 


m 




i« 




m 


m 




^ 




m. 


^ 




T 




m 


u. 




^ 



Ayant accompli les rites dans le Pavillon des inscriptions Impériales, 
au temple Hai-kouang-sseu '), je composai les deux pièces de vers 



Seng (-ko-lin-tsiD), avait fait élever le rempart de terre comme défense contre les barbarw. 
Le ministre Li Ta fait entièrement restaurer». 

1) "B^ "^T et jSl mf , anciens noms de Tientsin. Le premier rappelle le caractère 
belliqoeax de la population. 

2) Le passage d'an prince est, en effet, chose rare, les statuts de la dynastie actaelle 
n'autorisant par les princes du sang à quitter Pékin. — Note du tixtji : « Depuis le prince 
Tchong (Seng-ko-lin-tsin), aucun prince du premier ou du second rang n'était venu à Tientain ». 

S) jfJG^ -yf^ ^p , temple situé dans la plaine, au sud-ouest de Tientsin. Il doit son 



l'odyssée d'un princk chinois. 55 

suivaDtes en empruntant respectueusement les rimes employées 
par l'empereur K'ien-long en 1788 et en 1767: 

Ce pavillon touche au palais du roi indien (au temple de Bouddha). 
Les reborda de son toit, qui semblent s'envoler^ rougissent Peau où ils 

se reflètent «). 
Que cette construction Impériale se perpétue pendant mille automnes ! *) 
Je me prosterne neuf fois^ demandant une année d'abondance. 

Le son de la cloche traverse pur le lointain espace '). 

L'air est Hère sur la mer verte et immense *). 

Une faveur obtenue de Sa Majesté l'Impératrice douairière fait que je 

brille dans un vêtement superbe, 
SembkAle à ces généraux, tigres éprouvés dans cent combats ^). 



nom à* Eclat de la mer à une grosse perle qai aurait ^t^ trouvée autrefois dans ces parages* 
Les Earop^DS le connaissent sous Tappellation de Pagode des traites. Cest dans ces murs, 
en effet, que forent signés les traités franco- et anglo-chinois de 1868. On y a, depuis, 
établi an arsenal. 

1) Note du texte : «Le temple est entouré d'ean des quatre côtés». 

2) Note du texte: « Le temple Hai-kouang-sseu a été bAti pendant la 44^' année 
K*aDg-hi (1705)». 

5) Note du texte: «Le ministre Li (Elong-tchang) a fait placer en dehors du temple 
une grande cloche sur laquelle est gravé en entier le livre bouddhique Kin-iamç-Htêç 
(Vadjra Sutra) ». 

4) 1^^ SF jçÇ , sens figuré: «la paix règne sur les mers». 

6) Note du texte: «Lors de mon audience de congé. Sa Migesté Tlmpératrice 
douairière me donna verbalement Tautorisation de porter la cAsaque jaune, pendant l'in- 
spection des troupes. Le jour dont il est question ici, je reçus la visite des généraux Li 
Tch*ang-lo et Tcheou Cheng-p*o et de Tamiral Ting Jou-tch*ang, qui tous portaient la 
easaque jaune, obtenue pour services militaires, ainsi que mes collègues Li (Hong-tchang) 
et Chan (-k'ing)». 



56 A. VISSI^ER. 



12- 



:5fc m 

^ M # 
:%. W M' 

n m. ^ n 

^. M ^ :^ 

W Wt ^ 

m n 
il 



m 



Le pouvoir de Bouddha est immense comme la bonté de notre Sainte Mère 

(V Impératrice douairière) : 
Sans défiance, je traverserai la mer pour questionner des soldats '). 
Dans ses difficultés, je consoliderai le patrimoine de F auguste dynastie 

des Ts'ing, 
Me reportant avec respect à l'exemple d'un Empereur, mon ancêtre^ 

lorsqu'il retirait son casque ^). 

1) NoTK DU TCXTK: c Les Anglais et les Français m'ont donné rendez-voas à Yen-t*fti 
(Tchefoa) avec leurs navires de guerre ». 

2) Note du texte: «Lorsque l'empereur K'ang-hi dirigeait personnellement l'exptii- 
tion contre les déserts du nord (campagne contre les Eleuths), il fit placer à- la droite de 
son trône les envoyés de l'ennemi», "yf^ S signifie: enlever son casque ponr saluer 
l'ennemi prisonnier, ce qui est le fait d*un homme supérieur. On peut donc interpréter les 
quatre vers ci-dessus de la manière suivante: 

Je pars sous l'égide de l'Impératrice douairière, dont la bonté a le pouvoir de Bouddha : 
Je traverserai la mer sans défiance pour me rendre compte des forces navales des étrangers. 
J'accomplirai la tâche difficile de consolider l'Empire, 
£n me montrant courtois envers les envoyés des ennemis, comme le fut mon ancêtre K*ang-hî. 



l'odtsséi d'um prince chinois. 57 



13. 



^ 


Ji 


a 


m 


* 


^ 


^ 


JiS 


n 


# 


m 


il 


^ 


^ 


# 


M. 


m. 


#. 


#. 


^. 


m 


m 


w 


m 


^^ 


fi 


% 


m 


m 


^> 


— • 


Ht 


n 


m 


^ 


m 


m 


il: 


m 


^ 


^^ o 


^. 


7C. 


m 


^ 




m 


^ 


B 


# 




^ 


# 


*. 


^ 




m 


Vh 




^ 




« 


m 




is 




1W 


m. 




JiË » 



Me trouvant dans un pavillon situé derrière le temple de Hai-kouang- 
Bseu, en compagnie du grand secrétaire d*Etat Li Chao-ts'iuan 
et du général Chan Heou-tchai, nous fîmes, après le repas, une 
promenade et nous allâmes regarder les lampes électriques. Je 
composai, à cette occasion, les vers suivants: 

Ze murmure des prières se fait entendre dans le royaume de Bouddha. 
Les fonctionnaires ') ont cessé de venir me présenter leurs kommctges ')• 
Nous nous faisons mutuellement participer atix vins et aux mets d^un 

léger repas, 
Et nous prolongeons Pentretien, vêtus sans apparat. 



1) Z^ fS t « en veste et en sandales 9, en n^Iigé. 

2) Note du tsitb: «La réception des fonctionnaires civils et des officiers ne prit fin, 
ce joar-là, qu'à la tombée de la nait ». 



58 A. TISSiàRB. 

De vértt cyprès a appuient à la demeure des bonzes, 
Tandis que foisonnent les fleurs jaunes sur les ialusfradeê de pierre '). 
Sans raison vous chanteriez l'éclat de la perle surpassant F éclat de la lune: *) 
La foudre, ici, illumine froidement une lampe. 

u. 

^ §k m m M 

^ n m ^ m 

^ ^ m ^ n 

m. m m ^ # 

m n. m ^ m 

^ 7t m> Ij ^ 



¥ ^ fb # 

tK ^ îH ^ 

% M ^ ^ 

m A m m 



+ 



m. m m m a 
M, f ^ ^ 

m !^ m, # 
- m 1^ ^. 

Les consuls et autres fonctionnaires des pays maritimes d*Orient et 
d'Occident, au nombre de onze, étant venus me voir, je composai 
la pièce suivante: 

(C'étaient: les Français, Ristelhueber et Bons d'Anty; le RussOi 
Schishmareff; les Américains, Bromley et Pethick; les Anglais, 
Brenan et Fulford; les Japonais, Shogoro Hadano et Nagamasa 
Tei; les Allemands, Leuz et le commissaire des douanes Detring.) 



1) Note du tiexte: « Il y avait là beaucoup de fleuri et d'arbres. Je remarquai, dant 
le nombre, une espèce de roses jaunes que je n*avai8 encore jamais vue ». 

2) Note du tisxtk: «Voyez k ce sujet les vers d'un poëte de l'époque des Six dynactiea 9 



l'odysséb d*un prince chinois. 50 

Un gazouillement ') étourdit Foreille, mélange cCidiomes étrangère* 

On ne saurait se fier aux limites fixées jpar le ciel, ainsi que le disait 

le ministre Ti ^). 
Nulle forme de politesse, hors Vacte de se découvrir la tête '). 
Qi»f remontera à Forigi^ie de la coutume de se couper les cheveux?^) 

Notre maréchal figure glorieusement au nombre de ceux qui portent les 

trois vêtements de martre *), 
Tandis que le premier grand secrétaire d'Etat^) a obtenu par son mérite 

V honneur d'être porté en chaise à huit porteurs ''), 
Cette scène d'interprétation a été pour moi un divertissement. 
La perche et la canne, accessoires de V acrobate, étaient dans mon cas, 

d^un genre nouveau *). 

Version libre: 

Le brouhaha des idiomes étrangers étourdit mes oreilles. 

LeH nations étrangères sont sorties de leurs frontières naturelles. 

Elles ne connaissent d'autre salutation que de se découvrir la tête. 



1) ^ P» ^« ^ P fê ^» «î d« 1« Pwdrix roDge (^ fll|); d'où: 
IftBgage incomprëheQsible det oiseaux on des hommes. 

8) Ti Jen-kie 3p^ y^ "W , qui yi^ait sous les T*tDg et dont on rapporte le propos 
eî-dessus. 

8) Tp\ S^ » Balaer en se d^ayrant la tête. 

4) NoTM DU TBXTS: « J^ai entendu dire que, avant l'empereur français Napol^n 1% la 
coutume ^tait de se tresser les cheyeux. Les Japonais, qui oot échangé leur costume pour 
celui des occidentaux, sont un objet de risée pour les geos bien informés». 

^) ""^- ^m » ^^ chapeau, le manteau et le col de martre. 

8) TC yp^* ^^ premier des to-lao J^ -^*> ou grands secrétaires d'Btat. 

7) NoTB DU texte: «Pendant la réception, je me tenais debout au milieu, ayant à 
ma gauche et à ma droite le ministre Li et le général Chan, également debout». 

8) NoTK DU TEXTE: «Les taotais Lo Foog-lou et Wou T*ing-fang remplissaient le rôle 
d'interprètes. Je les plaisante k l'occasion de ma première conversation avec des étrangers». 

J^S S^ =S 7fî 9 * ^^ perche et la canne qui suivent le corps » des bonzes acrobates, 
pour qu*il8 puissent exécuter leurs jeux, dès que l'occuion s'en présente ( ;^^ j& /^ 

^ • ^ >l'^ |§ ^ • ^^- ^® "^" bouddhique "^ ^ ^ )• Accessoires indis- 
pensables; par exemple, pour un lettré: le pinceau à écrire, Tencre, l'encrier, etc. 



60 A. TissiàaE. 

Qai dira donc aux Japonais qne les Européens eax-mêmes se tres- 
saient les chereux, il n'y a que peu de temps, et qu'ils sont, 
par suite, mal avisés d'avoir changé de mode? 

Le Maréchal Chan est près de moi, vêtu de fourrures de martre. 
Le grand secrétaire d'Etat Li, autorisé à monter en chaise à huit 

porteurs, est là aussi. 
Cet entretien par interprètes m'a diverti comme une scène d'acrobatie. 
Où je jouais le principal rôle, maniant mes interprètes, accessoires 

d'un genre nouveau. 

15. 

w m "^ ^o3l m m m m,^ él 

m m m. m m m ^ #.«9 m m 

m m.^ m M m \^.n ^ m n 

>f.^ m M. M ^.m ni ^ ^ m 

m m. ^ m %.^ it m # #. m 

itk * 1^ Ho^ « ^ li ^.^ 1: 

m m, ^.m ^ n ^ fê.¥ e ip 
m «.isu ^ ^ m m.^ m ^ *. 
«. i«) m ïi M jii.-^i ^ $* ^ 
+ ^ ^ .i ff.^ ® # j^ «. 
# ^ ^ #,* ^ ^j ^ n.m 
m ^ iBc.ii ^ inj ^ *i.,x # 
m. ^.#& ^ ^ m )i,'^ M. ^ 
m,^ m m ^ ë-,^ 'm. m m 
)^ ^ m m m. A n ^ # fô. 
m m m ^.m m m m m,^ 
m tt A.flK m ta m ±.« ^ 
fat ^.4 ^ M m m,- m m 
^,m ^ ^ ^ ^K.M -mm 



l'odYSSEB d'un PRIVCR CHINOIS. 61 

Visite d'inspection à TEcole militaire. 

Il est un précepte important de Part militaire 

Qui nous commande^ comiaiasant nos forces, de connaître aussi celles 

des autres. 
Les destins et les temps ') ont tourné et changé en silence. 
Nos institutions doivent, à leur suite, ou durer ou cesser. 

Auprès de moi, fai entendu dire qu'à P Ecole militaire 
Les arts des pays étrangers étaient seuls cultivés. 
J^ai vu, en outre, la gent des lettrés 
Montrer F école du doigt ^) et en parler avec dédain. 

Malgré mon peu de mérite, je suis investi de la direction militaire, 
Et f^ai considéré comme une honte de m^en rapporter aux seuls dires 

d^autrui. 
Aussi suisse venu de très loin en ce lieu, 
Pour voir de tous points ce qu^il en était. 

Sur le bord de Peau s'élève un haut bcUiment à étages. 

Où de longues tables sont alignées près des fenêtres. 

Avec habileté, des sujets intelligents ont été choisis, 

Comprenant à la fois des jeunes gens d'une vingtaine d'années et des 

enfants. 
En géographie, ils dessinent des mantagues et des rivières. 
L* astronomie leur apprend à mesurer les degrés ou P ombre du soleil. 
L'univers ') leur apparaît aussi distinct que du feu. 
Les cinq parties du monde se montrent à leur esprit aussi nettement 

séparées que des petits tas de grains de riz *). 



jffi w*' ^^^^ ^C j£ *^^ destins célestes» et ^p 'B' «les combinaisons 
des temps». 

S) <^^ JPt . montrer dans le ereoz de la main, faire ressortir les défaats. 

8) J\ "ff^ pc^^ Im « hait riions», en deçà des «quatre mers»: TaniTers. 

4) S^ yfi* «accamuler des grains de ris»; on raconte que le maréshal Ma Ynan 
figurait ainsi, sar le sol, la carte des régions où il avait fait campagne. 



62 A. Yissikas. 

A midi ^), r ordre du changement est donné. 

Les élèves assis se lèvent avec symétrie. 

Le vêtement du lettré est remplacé par F uniforme militaire. 

Dans leur ardeur belliqueuse, ils voudraient se ruer contre les retran^ 

chements ennemis; 
Ils s'ébranlent, dans leur course, comme dix mille ckevaux. 
Immobiles, debout, on dirait la fixité des montagnes. 
Voyez de quelle façon ils tirent le canon, 
Et comme ils attendent la cavalerie ennemie! 
Les rangs et bataillons se replient avec ensemble. 
Sur les tablettes de plomb *), ils étudient les livres classiques et F histoire. 

Le temps présent et C antiquité, ce qui est permanent et ce qui est variable ^, 

Formant, à les envisager ensemble, le complément Vun de l* autre. 

Je me suis toujours défié des changements motivés par la seule vue de 

choses nouvelles. 
Mais je commence à avoir honte de toujours ressasser de vieux papiers. 
Si nous n'avions pas eu un homm^ de talent j ouvert et pénétrant. 
Nous n aurions pu appliquer ce principe d'harmonieuse adaptation •). 
Les objections qui m'avaient été présentées pendant dix années avaient 

fermé mu poitrine à la vérité: 
Un quart d'heure a sujl pour tout ejfacer, 

1) jM» -4^ , le soleil au zénith : midi. 

2) ^Qj* 95 kicn-is*ient tablettes de plomb: livres imprimés. — Notk du textb: 
«Les élèfes de l'ficole militaire étudient à la fois les cinq livres canoniques et les livret 
étrangers ». 

8) jSnx king, ce qui est permanent, et ^s k*iuan ce qui est variable suivant Xtptidê 
des circonstances ( igi* -^ et 10^ ^|^ ). 

4) Note du texte: «Ceux qui en parlaient, à Pékin, y étaient opposés, pour la 
plupart; mais le ministre Li Chao-tsMuan a mis bravement son plan à exécution». 

(A suivre,) 



VARIÉTÉS. 



LES CONFERENCES DU MUSEE GUIMET. 



LE THEATRB ET LA CONDITION DES ACTEUÏIS AU JAPON. 



Le musée Guimet n'est pas seulement 
une porte ouverte sur la pensée reli- 
gieuse et sur Tart de l'Extrôme-Orient. 
Il est également devenu, grâce à 1 ac- 
tivité toujours en éveil de celui qui le 
fonda, une petite Sorbonne où les maî- 
ti^es les plus qualifiés, dans des confé- 
rences qui se i^enouvellent chaque di- 
manche, émettent sur les questions d'art 
antique, d*art oriental, d'histoira asiati- 
que, des aperçus aussi variés que per- 
sonnels. 

Dans ces conférences, où des profes- 
seurs à la Faculté des lettres et à l'Ecole 
du Louvre alternent avec les orienta- 
listes, les voyageurs de marque et les 
conservateurs du Musée, on nous a na- 
guère entretenus de la Ck)rée, des colo- 
nies de l'ancienne Egypte, de la con- 
dition des femmes dans Tlnde. M. Des- 
hayes, dans une dernière causerie, vient 
de nous renseigner, avec images à l'ap- 
pui, sur l'histoire du théâtre au Japon, 
sur la vie privée des acteurs, sur l'édu- 
cation qu'ils reçoivent, sur l'envers aussi 
de la scène et sur les trucs qui cou- 
ramment s*y emploient. Nous avons 



glané dans cette conférence et recueilli, 
parmi les détails inédits qu'elle conte- 
nait, ceux que nous avons jugés le 
plus capables de piquer la curiosité de 
nos lecteui-s. 

Dans ce pays, où les façons de voir 
et de penser sont si différentes des 
nôtres, le théâtre a revêtu des foinnes 
non moins caractéristiques et qui sont 
l'antithèse des nôtres. Ses ongines ont 
été surtout littéraires : il a menti à ses 
origines. 

Quand il prit définitivement forme, 
au dix-septième siècle, il était devenu 
pour les hautes classes un régal qui 
obligeait les auteurs à une certaine 
recherche. Il tournait, dans les dernières 
années du siècle, à un art déjàmffiné, 
lorsqu'une ordonnance shogounale, pour 
éviter sans doute entre les spectateui*0 
toute querelle à main armée, leur in- 
terdit d'entrer avec leur sabre au théâ- 
tre. Considérant que l'obligation de se 
défaire de leurs armes portait atteinte 
à leur honneur, les Samouraïs aimèrent 
mieux se priver de leur plaisir favori 
que de déchoir. Et, dès loi*s, devenu 



64 



VARIRTE8. 



populaire, le théâtre changea d'accent. 

Il prit le ton, non plus des classes 
cultivées, mais de la foule. Continuant, 
comme par le passé, de mettre en relief 
les grands exemples connus de loyauté, 
de fidélité, de justice ou de piété filiale, 
il cessa de les exprimer sous la forme 
toujoui*8 mesurée d'autrefois : il en enfla 
démesurément le caractère, il en poussa 
jusqu'à la démence les traits. Les héros 
qu'il avait exaltés firent place à des 
caricatures grossières de héros, et d'in- 
formes parodies se substituèrent, dans 
l'expression des sentiments les plus no- 
bles, aux peintures étudiées et vraies 
de la période antérieure. 

On ne connut désormais qu'une forme 
de théâtre, le drame, et quel drame! 
A la foule, avide d'émotions violentes, 
on servit la pâture qu'elle aimait, des 
conspirations, des duels, des bandits, 
des scènes de carnage, d'atroces ven- 
dettas, des suicides par honneur et des 
suicides d'amour, toute la lyre. Et 
comme les auteui*s, de généi'ation en 
génération, i^enchérissaient les uns sur 
les autres, on en vint, à la fin du siècle 
dei*nier, à ne plus admettre quoi que 
ce fût d'humain sur la scène. La pein- 
ture de la vie devint une charge épi- 
leptique do la vie. La mise en scène 
elle-même se compliqua et se perfec- 
tionna dans le même sens. On n'avait 
employé jusqu'alors, pour simuler le 
sang qui coulait des blessures, que des 
papiers ou des laines de couleur; on se 
servit dès lors d'un liquide enfermé 
dans des sacs de papier. Du sac, déchiré 
d'un coup de sabre, le liquide giclait, 
la foule était ravie. 

Pour la i-avir encore davantage, on 



multiplia, on reproduisit au naturel les 
genres les plus horribles de tortura. 
Un des plus goûtés fut la crucifixion. 
Les spasmes de la victime pendue, la 
tète en bas, mettaient le bon public 
en délire. II ne déplaisait pas non plus 
à ce public de voir couper des bras ou 
ari*acher des yeux sur la scène. 

Les acteurs s'essayaient en même 
temps, par tous les artifices possibles, 
à attirer sur eux l'attention. Quand le 
premier rOle faisait son enti*ée, un com- 
parse, dans la coulisse, fnippait le sol 
avec des morceaux de bois taillés en 
forme de pieds pour accentuer la mar- 
che de l'acteur, et l'acteur, une fois 
mêlé à l'action, remplaçait les gestes 
naturels par une mimique d'autant plus 
expressive que son rôle était plus im- 
portant. Pour donner aux contractions 
du visage un accent que la nature ne 
pouvait donner à elle seule, l'artiste 
pnt dès lors l'habitude des plus hideux 
maquillages. Il se balafra les joues et 
le front de vert et de rouge. Ainsi 
défiguré, il convulsa ses yeux, il tordit 
ses traits en grimaces laborieusement 
étudiées, préparées avec un soin minu- 
tieux. On conte que Yamanaka Heïkouro, 
composant chez lui un rôle de démon, 
s'était fait une tête si affreuse que sa 
femme, rentrant à l'improviste, le prit 
pour un démon véritable et mourut de 
frayeur. 

Mais l'acteur n'eut vraiment tous ses 
moyens que le jour où il joignit à ces 
menues gentillesses la pratique de l'acro- 
batie et la connaissance approfondie de 
la lutte. Jusque-là il ne s'était entt*alné 
qu'à l'escrime pour les combats au sabre: 
précui*seur désormais de Marseille jeune, 



VARiinis. 



65 



défiant par avance Charlemont, rivali- 
sant avec les Hanlon-Lee, il s^initia aux 
nciystères du chausson, cultiva la savate 
et la boxe, érigea la main plate en 
système, fit du saut périlleux un usage 
constant. Il ne lui manquait plus, pour 
atteindre à la perfection idéale, que le 
prestige de Téquitation. Il parvint à 
force d'étude à se l'offrir. 

Son cheval ne fut point, par malheur, 
an Trai cheval. Tous les animaux sans 
doute, sont appelés à figurer, au Japon, 
sur la scène. Le lion et l'ours, le bœuf 
et le renard, la grenouille, le tigi*e et 
le blaireau jouent leur rôle, comme le 
cheval, dans les drames mélangés de 
féerie qu'on y donne, mais ce ne sont 
que des à peu près d'animaux. Le souci 
de l'imitation littérale n'est allé, pour 
ces frères cadets de l'homme, qu'à de 
vagues ressemblances fournies par des 
carcasses de bois, recouvertes en étoffe 
ou en peau et dans lesquelles les jeunes 
sujets de la troupe s'introduisent. II 
n'en faut qu'un pour la grenouille et 
le blaireau; les grands quadrupèdes, 
comme le cheval ou le tigre, en veu- 
lent deux. 

On ne se contenta pas de la repré- 
sentation de l'animal. Dans la liste, 
que nous a énumérée M. Deshayes, 
des types consacrés au théâtre, les 
êtres fantastiques abondent. Les plus 
nombreux sont les spectres: il en est 
de tout aspect et de toute forme. Les 
plus originaux sont le chien à forme 
humaine et l'homme possédé par le 
renard. On a même trouvé le moyen 
de donner au public une idée de l'&me 
montant au ciel. Elle est figurée par une 
boule qui s'élève lentement vei*8 le toit. 



Passons à la condition des acteurs. 

Recrutés dans la lie du peuple, ils 
étaient jadis méprisés. 

On les tenait à part, on surveillait 
étroitement leur conduite, on leur dé- 
fendait même de se promener à visage 
découvert. II leur fallait, avant de sor- 
tir, se coiffer d'une manière de casque 
où le visage s'eml)oitait comme la tête, 
et que perçaient à la hauteur des yeux 
deux ti*ous ronds. Peu à peu leur situa- 
tion s'améliora; on les laissa jouir de 
plus de liberté; leur considération en 
même temps s'augmenta. Ils constituent 
encore aujourd'hui une caste fermée, 
composée d'un certain nombre de fa- 
milles où l'on se transmet religieuse- 
ment, d'âge en âge, quelques secrets, 
fort précieux sans doute, de métier. 
Chaque famille a se» armoiries distinc- 
tives. 

Il n'y a, au Japon, que des acteurs, 
point d'actrices, ou du moins, si l'actrice 
existe, elle ne joue que sur des scènes 
spéciales, et fort rares. Dans les trou- 
pes ordinaires, les rôles de femmes sont 
tenus par des hommes, et les acteurs 
qui jouent ces sortes de rôles occupent 
dans leur corporation le promier rang, 
lis jouissent même de privilèges appré- 
ciés. On les prépare, dès l'âge le plus 
tendre, à leur emploi futur en les éle- 
vant au milieu d'un cercle de femmes 
dont on leur fait prendro le costume, 
qu'ils garderont plus tard, même dans 
la vie privée. 

Les acteura sont fort bien payés. 
Itchikawa Dandjouro IX', le plus célèbre 
des acteurs de ce temps-ci, gagne en- 
viron 5,000 yens, (le yen vaut de 2 fr. 60 
à 3 francs), pour une série de représen- 



66 



VARIÉTÉS. 



tutions qui ne dure pas plus de deux 
à trois semaines. Les acteui*s de second 
et de troisième ordre touchent des som- 
mes assurément inférieures, mais très 
respectables encore, et leure émoluments, 
à tous, sont notablement augmentés 
par les cadeaux qu'ils ont l'habitude de 
recevoir des nombreux amateurs de 
thé^itre. De tout temps, en elïet, Ten- 
thousiame qu'ils ont excité s'est traduit 
par des dons en argent. De tout temps 
aussi, les grands dessinateurs ont trouvé 
un séneux bénéfice à reproduire en 
estampes leurs traits. 

Même la mort de certains artistes a 
été pour le Japon tout entier un deuil 



public, et l'Anglais Mitford a conté 
qu'en 1833, lorsque Bando Shouka et 
Seïgawa Roko, qui tenaient des rôles 
de femmes, disparurent, ce fut une 
consternation dans Yeddo. «Si, dit-il, 
on avait demandé, pour les rappeler à 
la vie, un million de yens^ rien n'eût 
été plus aisé que de les trouver». Il 
en serait de môme aujourd'hui pour 
Dandjouro IX^ Kikougoro, Foukouské 
ou Sadandji. Ce sont des demi-dieux 
dont le pouvoir n'a rien d'éphémère, 
dont la religion ne comptera jamais 
d'incrédules. Tout un peuple de dévots 
sera suspendu, tant qu'ils vivront, à* 
leurs lèvres. 



NÉCROLOGIE, 



IBLév. JOHN CHALMERS ^^ ^ ^ Tchan Yo-han. 

Le Rév. Dr. Chalmers est né dans le comté d'Aberdeen en 1825: il passa 
868 examens à TUniversité d'Âberdeen et fut immatriculé au collège thé^lofçi- 
que de Cheshunt. Il entra en 1852 dans la London Missionary Society et 
arriva le 28 Juin 1852, à Hongkong, où il retrouva le Dr. James Legge. En 
1859, M. Chalmers et un autre de ses confrères s'établirent à Canton; Tannée 
suivante, au mois de Mai, en compagnie du Dr. Legge, il visita le village de 
Pok-lo, en face de Hongkong, où fut martyrisé le premier protestant indigène, 
le 13 Octobre de la même année. Il i*esta à Canton jusqu'en 1879; ayant 
perdu sa femme en 1897, il retourna dans son pays, puis il reprit par TÂmé- 
rique la route de TExtrôme-Orient. La mort le surprit pendant qu'il était en 
visite chez son fils, employé des douanes, à Tchomoulpo, en Corée; c'est-là 
qu'il rendit le dernier soupir le 22 Novembre 1899. 

En dehors du Sud de la Chine où il a toujours résidé, Chalmers était peu 
connu; les sinologues d'Europe ignoraient presque son nom, et, cependant il 
fut l'un des hommes qui ont rendu le plus de services aux études chinoises; 
lui et le Rév. William Muirhead firent ht révision des Ecntures Saintes, tra- 
duites jadis en haut Wen-li par Morrison, Milne, Medhurat et Edkins. De 
nombreux articles dans la China Review^ et surtout un dictionnaire de poche 
anglais-cantonais, qui a eu six éditions, l'ont fait connaître aux étudiants de 
Hongkong et de Canton i). 

Son principal ouvrage est un abrégé du Kang Hi Tseu-tien<); le plus in- 
génieux est une étude sur la construction des caractères chinois sous trois 
cents formes primitives, d'après le Chouo wen^). Il avait donné une traduction 
du Tao té king ^^ f^ ^1^^)^ ^^ ^^^^ peut-èti*e inutile sur l'origine des Chi- 
nois'), et publié un certain nombre de mémoires en chinois, dont nous don- 
nons la liste, d'après les Memorials of Pf^otestant Misaioïiaries to the Chinese *). 

U£NRI CORDIER. 



68 NKCKOLOGIK. 

1) ^ ^ ^ ^ An English and Cantonese Pocket Dictionaiy, for the oie of 
those who wish to learo the spokeu langaage of Canton Province. Hongkong, 18&9, in-12; 
2« e'd., 1862; 3« éd., 1870; 4« éd., 1873; 6« éd., 1891. 

2) Â concise Kang-hsi chinese Dictionary, 3 vol. gr. in-8 à la chinoise. 

3) An accoant of the Structare of chinese characters andor 300 primary forma after 
the SAwoà-want 100, A.D., and the PhoneUe SAicoA-wan, 1838. London [and] Aberdeen, 
1882, in-8. 

4) The Spéculations on Metaphysics, Polity, and Morality, of "the Old Philosopher". 
J^u-tszc, translated from the Cliinese, with an Introduction. London: Trûbner, 1868, pet. in-8. 

5) The Origin of the Chinese: An Attempt to trace the connection of the Chinese 
with Western Nations in their Religion, Superstitions , Arts, Language and Tradition!. 
Hongkong, 1866, pet. in-8. 

^) ^]J ^ ^ ^ ^ ^ ^''oo Aëô yuë yiu iê'eë yaou. A Chinese Phonetic 
Vocabulary, containing ail the most common characters, with their sounds in the Canton 
Dialect. 33 leaves. Hongkong, 1855. The characters are arranged according to theradicals, 
and the sound of each is giveo by two other characters selected as initial and final. There 
is a Chinese and an Eoglish préface, and the initial and final characters are repeated 
throughônt, at the top of every leaf, with a transcript in Roman letters. 

I 'm* fSB gw SAdnff té tsàng lân. Oeneral Discourse on God. 6 leaves. Canton, 
1856. This is a revision of the article in Premare's Notitia Linguae Sinicae. The Ten 
Commandments, iu 2 leaves, with the title J^ ^Ê^ -r j^ ^S ^^ Shang té Mk 
t*eaau ihing kaaé, is bound up with it. It was reprinted at Hongkong. 

^t Jc yiL ^C ^^^ *^ ^'^^ ^^^* Arithmetical Questions. 6 leaves. Hongkong, 
1856. 

^^ î. B$ ^^ "^^ ^^ '^ c^AM^. Hymn Book. 60 leaves. Canton, 1860. 
This contains nearly the whole of Dr. Legge's Hymn Book, set to music, according to the 
European notation. There are 81 hymns and 7 doxologies. 

3^ ^K ^5 >^ ^"^ ^"^ ^^*^ ^^'*' ^^^ ^^^^^ ^y *^* Celestial Mirror. 20 
leaves. Hongkong. 1862. This eonsists of extracts from Thomas a Kempis* "Imitation of 
Christ*'. It is in 15 chapters, with a prologue, a préface, a hymn and table of contents. 

^F ^Z ^^ ^g^ Ching ming yaon 14». Important Discourse on the Correct Name. 
16 leaves. Hongkong, 1868. This is an essay on the proper term for "God" in Chinese, 
with an £iiglish translation. At the end are given varions synonymes used by différent 
authorities, an extract shewing the distinction between SAîh and SAd^g-té, quotations from 
native books, shewing that sAin refers to the human spirit, quotations on the use of Ckm 
SAUf and two postcripts by natives. 

iA, ^"1 "S* y^ T'ow Awdn sAoïo tseU. Ëxposure of Idolatry. 28 leaves. Hong- 
kong. 1863. This traces the history of the Buddhist idol Ytth hwâng, of Plh-té, of the 
tutelary spirits, and of Kwan-yin. The Isst section rcvised was published separately as m 

large sheet tract, with the title ^ ^ ^ J^ ^1 ^ ^ ^^ ^^'^ ^^ ^^ 
Awdn cAe yuén. 

1& US' ^^ 19 ^^ ^& Wt ^^^ *^^ ^^^'^ ^^ ^'^ ^^^ ^^*' ^^^^^^^ ^B 

Ancestral Worship. G leaves. Canton. This has spécial référence to the spring festival of 



NÉCROLOGIE. 69 

worshipping at the tombe, with strictures on geomancy. It is an enlargement of a sheet 
tract bearing the title Shé sUh fiing mîng paé mod Ivn. 

% 1^ ^ )iî$ H^ ^^*^^ ^^^'*^ f^^ *^^'* ^^*' '^^^ ^^^^^^ ^^*^^ ^^ ^^" ^^^y 

has no spiritual existence. Canton, 1865. 

D1 ylY îff ^y •^1^ Q ^{ Chung tcaé sin wan ts^tih fih lûh, Chinese and 
Foreign Weekly Mews. Canton. This sériai, which is edited by Mr. Chalmers, consists of 
« single sheet published every seven days, in book form, containing articles of news* 
icience, religion and miscellanies. It was begnn the first week of the Chinese new year, 
Febroarj 7th, 1865. 



BULLETIN CRinQDE. 



• t iaBf f' ■» 



E. Bard — Les Chinois citez 



insuffisauts, ou remplis d'inexacti- 



eux — Avec 12 planches hors . tudes; je ne parle pas des terribles 
texte. Paris, Armand Colin et Cie. \ erreurs dans les chapitres Histoire 
1899, in-J8, pp. 360. \ ei Missionnaires, Ce qui fait Tinté- 

1 rêt du livre, ce sont les planches 

Ce livre est écrit par un j qui s'y trouvent. Le lecteur ordi- 
homme pratique, mais qui ne | naire ne trouvera d'ailleurs aucun 
paraît pas avoir la moindre pré- ; ennui à lire un volume présenté 
tention scientifique, aussi faut-il , sous une forme agréable, et le grand 
n'y chercher surtout que les ren- | public lui a sans aucun doute fait 
seignements concernant le com- un accueil plus chaleureux qu'il 
merce étranger, les produits, les | ne peut le trouver dans une revue 
monnaies etc. Des chapitres, même i technique, 
comme celui des Douanes^ ou sont 1 H. C. 



CHRONIQUE. 



ALLEMAGNE ET AUTRICHE. 

Le célèbre ethnologue et ethnographe Adolf Bastian vient d*ètre enfin nommé 
professeur ordinaire à PUniversité de Berlin en la 74^^^ année de sa vie. Cette 
nomination si tardive jette un blâme sur le gouvernement prussien qui n'a 
reconnu les mérites de ce savant éminent, qu*après que l'Europe savante les a 
appréciées depuis 30 ans. 

CHINE. 

La Patrie du 7 Février dit sous le titi*e de «Révélations sur le tutem* impérial». 

Nous avons tenu à continuer Tenquète commencée sur les événements si im- 
portants qui se déroulent actuellement en Chine. 

Voici les renseignements de source autorisée qu*à bien voulu nous communi- 
quer un haut fonctionnaire de Tentourage de son Excellence Yu-Keung, ambas- 
sadeur de Chine à Paris: 

— Les télégrammes ont annoncé que le grand secrétaire Hsu-Tung a été 
désigné comme tuteur impérial: on déduit de cette nomination Textinction 
complète du parti progressiste et réformateur. Que faut-il en penser? 

— Hsu-Tung est en effet un conservateur endurci, pour lequel les étrangers 
sont très antipathiques. Mais n'oubliez pas qu'il est fort détesté de ses collègues 
et très mal en cour auprès de l'Impératrice douairière, et sui*tout que sa no- 
mination sera très contestée. 

— La destitution du Younk-Su et du vice-roi de Nankin et la nomination de 
Hsu-Tung feraient-elles augui-er la fin prochaine du règne de Kouang-Sul 

— n y a tout lieu de le croire; mais n'en déduisez pas que le parti progres- 
siste et réformateur soit près de s'éteindre. Bien au contraire; et nous aurons 
peut-être à bref délai l'occasion de nous apei^cevoir qu'il vit toujours. 

— On prétend que le nouveau tuteur de l'empereur, le fameux Hsu-Tung est 
une àme haineuse, cinielle et perfide. 

— Mieux que personne, je puis vous renseigner, et tout ce que l'on peut dire 



72 CHRONiqUB. 

est encore au-dessous de la vérité. Voulez- vous un échantillon de son esprit 
antiprogressiste? Ecoutez plutôt: 

Le Yamen, ayant fini par se décider à déblayer les immondices de la rue des 
Légations, à Peking, et à y construii-e des égouts, le mandarin Hsu-Tung s'op- 
posa absolument à ce qu'on assainit le quartier qu'il habitait, sous prétexte 
qu'on devait lui laisser ses pierres porte-hofiheur, de vrais décombres, nids de 
microbes. Ce ne fut qu'après l'ordre réitéré du Yamen que les travaux indis* 
pensables purent continuer. 

Voulez- vous un exemple de sa haine pour les Européens? 

Quand les légations arborent leui*s drapeaux aux fenôti*es, non seulement il 
défend à son écuyer de regai-der ces insignes, mais il lui ordonne de cracher, 
ce qu'il fait du reste lui-même. 

— Â-t-il au moins les qualités ou les vertus nécessaires pour supporter le poids 
si lourd de la charge qu'on lui a conférée?... 

— C'est l'image m^me de l'hypocrisie du sectaire. Il est le chef d'une asso- 
ciation de six membi-es (gr&ce auxquels il a été choisi par l'impératrice), cette 
Société faisait profession de foi d'austérité, de vie pure et de désintéressement. 
La souveraine y croyait et pendant quelque temps tenait ce cénacle pour une 
sauvegarde. On vient de découvrir que les nuits employées soi-disant au conseil 
de l'Empire se passaient dans une villa voisine de Peking dans de véritables 
orgies... 

— Mais alors le crédit du gouvernement? 

— L'impératrice n'a su tout cela que trop tard et imparfaitement, mais, je 
vous le répète, le parti progressiste veille et mettra bon ordre à tout cela. De 
la patience! — S. 

Le North China Herald, de Shanghaï, contient dans son numéro du 27 dé- 
cembre, deux documents importants. L'un est un édit secret randu par l'impé- 
ratrice douairière le 21 novembre. L'autre est une dépêche circulaire adressée 
récemment par le Tsoung-li Yamen à tous les vice-rois et gouverneurs des 
provinces maritimes et du Yang-tsé-Kiang. 

L'édit s'adresse aux vice-rois, gouverneurs, généraux et commandants en chet 
provinciaux. Dans ce document, l'impératrice déclare que les diverses puissances 
jettent sur la Chine des regards de tigre vorace, s'efforçant de saisir les terri- 
toires jusqu'au cœur de ce pays, croyant que la Chine n'osera jamais pousser 
la résistance jusqu'à la guerre contre elles. 

L'impératrice reproche aux vice-rois et aux gouverneurs que, lorsqu'il y a 
des discussions d'un caractère international, ils se laissent guider par la pensée 
que tout s'arrangera amicalement et que, lorsqu'une crise éclate, ils ne sont 
jamais préparés à résister à une agression hostile. 

L'impératrice censure, dans les termes les plus sévères, cette attitude. Elle 
demande aux fonctionnaii-es de i*ésister résolument. Les vice-roit:, gouverneurs 



CHRONIQUE. 73 

et commandants en chef, dans Teropire entier, doivent agir avec ensemble, 
présenter un front uni à Tennemi, encourager les officiers et soldats à com- 
battre pour leurs maisons et le sol de leur pays. Le mot paix ne doit jamais 
tomber des lèvres des hauts fonctionnaires. 

Avec un teri-itoire aussi vaste, d'immenses ressources naturelles, des centaines 
de millions d'habita.;ts, si chacun se montrait loyal avec Tempereur et empreint 
de Tamour du pays, qu'aurait-on à craindre d'un envahisseur? Que personne ne 
songe donc à faire la paix et que chacun s'efforce d'empêcher la destruction et 
la spoliation des maisons et de la sépulture des ancêtres par l'envahisseur! 

La circulaire du Tsoung-li Yamen déclare que, l'ambition des Italiens n'étant 
pas satisfaite par la cession de la baie de San-Meun, ils chercheront probable- 
ment Toccasion de s'emparer d'une autre partie de la côte chinoise. 

La circulaire proteste également contre la France. 

Il faut donc observer la plus grande surveillance pour se garder contre une 
agression soudaine, être toujours prêt à résister à l'ennemi. 

Les vice- rois et gouverneurs devront insister sur ce point auprès des généraux 
et des commandants en chef. Us devront aider les vice- rois et gouverneurs des 
territoires voisins. Le manque d'union est lamentable. Le mal doit disparaître 
à partir de ce moment. 

Le Tsoung-Ii Yamen déclare avoir reçu de l'impératrice et de l'empereur 
l'ordre de donner aux vice-rois et aux gouverneurs tout pouvoir et toute liberté 
de résister par la force des armes aux agresseurs et de déclarer l'état de guerre 
si c'est nécessaire sans en référer à Peking, afin d'éviter une perte de temps 
qui serait utile à l'ennemi. 

Les fonctionnaires auxquels s'adresse la circulaire seront tenus pour respon- 
sables pour leur indécision ou pour avoir ajouté foi aux déclarations d'un ennemi 
agresseur, ainsi que cela est arrivé, par exemple, au général Chang-Kao-Yuan 
dans le Chan-Toung. 

La Gazette de V Allemagne du Nord annonce qu'à la suite d'un mouvement 
insurrectionnel dans la province chinoise de Chan-Toung, les travaux du chemin 
de fer de Kau-Mi ont été interrompus au milieu du mois de janvier. Sur les 
représentations de l'ambassadeur allemand, les autorités chinoises ont pris des 
mesures pour réprimer ces mouvements et pour rendre possible la reprise des 
travaux de la ligne allemande. 

On télégraphie de Hong-Kong au Times que des pirates essayent de rançon- 
ner les maisons de commerce étrangères à Canton, en les menaçant de faire 
sauter leurs magasins à la dynamite. 

La canonnière Iltis, appelée télégraphiquement, est venue mouiller au large 
de Shameen. 



74 CHRONIQUE. 

On télégraphie de Shanghaï an Times qu'une organisation indigène, repré- 
sentant le paiii progressiste dans le Yang-Tsé et dans les provinces méridio- 
nales, cherche à obtenir Tappui du gouvernement anglais pour Tempereur 
détrôné. 

Le directeur des télégraphes a reçu de Peking l'ordre de refuser Texpédition 
des pétitions relatives à Tabdication de l'empereur. 

Le dernier numéro du Journal of the China Branch of the Royal Aêiatie 
Society, Vol. XXXI, No. i, N. S., 1896^97, a paru à Shang-Haî en Novembre 
1899; il renferme: Inscriptions de VOrkhon, By E. H. Parker; Wang-chung 
and Plato on Death and Immortality. By A. Forke; The Chinese System 
of Family Relationship and ils Aryan Affinities. By Thos. W. Kingsmill; 
Scarcity of Copper Cash and the Rise iti Priées. Mémorandum by F. E. Taylor ; 
On the Limitations of Comparative PhiloUxjy, By P. 6. von Môllendorff; The 
Grand Canal of China. By W. R. Caries. 

Nous ne mentionsions qu'incidemment les bruits qui ont conru sur la dépo- 
sition de l'Empereur de la Chine, puisque, selon les deniières nouvelles télé- 
graphiques, l'Impératrice s'est désisté de son projet en vue de l'opposition de la 
Chine méridionale. 

Une nouvelle du l'* Février mentionne que cinquante Chinois ont signé une 
protestation contre la déposition de l'empereur Kouang-Sti. Des instructions 
venues de Peking ordonnent l'arrestation des trois premiers signataires de cette 
pétition. Le directeur du bureau des télégraphes chinois de Shanghaï, qui a 
signé la pétition, est parti pour Hong-Kong. 

Les fonctionnaires étrangers de Shanghaï croient que l'empereur n'a pas été 
déposé, mais qu'étant marié depuis dix ans sans avoir eu de descendance, son 
successeur a été désigné. Les tuteurs du jeune prince héritier sont particulière- 
ment anti-étrangei*s. 

Londres, 26 janvier {par dépêche). Une note communiquée aux journaux dit: 
«On tient d'une source digne de foi que Pou-Tchoun, ou Pou-Tsin, adoles- 
cent de quatorze ans, est nommé héritier apparent du trône chinois; on lui a 
donné le rang de Fils de fils du dernier empereur. 

«En conséquence, il est prématuré de dire qu'un nouvel empereur Obt monté 
sur le trône, bien que l'on croie que la nomination faite est un préliminaire 
d'accession». 

On dit que ce n'est plus neuf ans, mais bien quatorze, qu'a Pou Tchoun, ou 
Pou Tsing, le nouvel empereur de Chine; il doit ùtro reconnu le 5 Février 
sous le nom de Chu Kouang. 

r/impératrice douairière a révoqué le généralissime de l'armée chinoise qu'elle 
supposait hostile au coup d'Etat. 



CHIOHIQUE. 



75 



Le vice-roi de Nanking et plusieurs autres haut* fonctionnaires ont donné leur 
démission et ont été remplacés. 

A Nanking, à Canton^ à Woutcbsng ©t à Peking les troupes sont mm Ira 
artnet. 

On signale une grande agitation dans \m provinces de Tintériauri surtout 
daii£ la région du YaDg-Tsé-Kiang. 

Le cûrrespondant du Times à Hong-Kong télégraphie que, dans cette yille, 
€11 ooniidère une rébellion en Chine comme imminente, 

Peking, S février (source anglaise) (par mrviœ i^cial), — La politique de 
rimpératrice douairière semble indiquer une rechute irrémédiable dans les vieil- 
les méthodas conservatrices; en effets Inédit promulgué hier donne l'ordi'e de 
i*eveniri dani» les examens pour les places de fonctionnaires, aux ancien née étu- 
ào9 basées sur les enseignements de Confucius» 

H proscrit Tétude de ce qu'il qualifie de nouvelles matières corruptrices et 
entachées d'erreurs. Il menace de sévir contre ceui qui les enseigneront. On 
considère cet édit comme la manifestation d'une hostilité ouverte contre la 
. sdence occidentale sous toutes s«s formes, 

O^est le symptôme de Thostilité qui l'ègne dans les sphères impériales contre 
les idées étrangèt^^es. k ce sujet il faut noter qu^il est depuis quelque temps 
question de fermer la nouvelle Université de Pektng. Cette fermeture n 'au l'ait 
i:nalntenant plus rien de sui^prenant. 



il parait que Fimpératrice douairière avait eu d'aboi^d l'intention de déposer 
Fempereur pendant les premiei's Joui^ de la nouvelle année et avait tout pré^ 
paré pour cela; mais ayant été pi^venue que ce coup d'Etat soulèverait une 
vive opposition dans le Midi, elle abandonna son pii]ijet, et Ton ne croit pas 
qu^elle le reprenne en ce moment. On pensa qu'elle attendis de s'être rendu 
compte de Tattitude du parti de l'empereur actuel avant de modifier la situa» 
tion; toutefois, il y a dos raisons de croire que le parti de Tempereur n'est ni 
mmtM forti ni assesi uni pour causer de sérieux embarras, quelle que soit la dé* 
termination que prenne rimpératrice douairière. 

L'assassinat des enseignes Grourlaouen et Koun avait été connu par une dé- 
pèche du contre -a mi ml Counejolles, qui disait: ^^Les deux enseignes du DeS' 
carta^x Gouï'Iaouen et Koun, en garnison à. Man-Tao, ont commis Tim prudence 
d'aller seuls sur la rive en face, Lee Chinois les ont astaissinéfi sans que le poste 
pût les secourir». 

Le dernier coun'ier de Chine a apporté au ministre de la marine le rapport 
de Taspirant de V^ classe Marteville qui^ par suite de la mort des deux en- 
seignes, s'est trouvé le commandant du fort de Man-Tao« Ce rapport est adressé 
au capitaine de vaisseau Philibert, commandant du Dmcarte^, 



76 CHRONiqUE. 

Diaprés ce rapport, MM. GouHaouen et Koun avaient traversé la rivière à 
six heures dix du matin pour se rendre sur la rive droite; leur intention était 
de gravir une colline située sur cette rive pour se rendre compte de la confi- 
guration du teirain. 

Sur l'ordre de M. Gourlaouen qui commandait le poste, aucune escorte ne les 
accompagnait; ils s*étaient munis de leur revolver. Ils avaient pris un sampan 
pour traverser la rivière, et la sentinelle du haut du mirador du fort devait 
suivre les mouvements des deux ofQcîers qu*elle aperçut en eflet à différentes 
reprises. 

Tout à coup, vers sept heures vingt-cinq, des coups de fusil éclatèrent et 
l'aspirant Marteville vit les deux officiers apparaître sur une crête; les coups 
de feu provenaient de la plaine. MM. Koun et Gourlaouen gravirent alors ra- 
pidement la colline, mais les Chinois continuaient à tirer en faisant un mou- 
vement tournant. L'aspirant fit mettre en batterie un canon-revolver et ouvrit 
le feu à sept heures trente sur la gauche des officiers, espérant effrayer les 
Chinois sans courir le risque de blesser les officiers et envoya un aspirant pour 
protéger leur retraite et les recueillir. 

Les deux enseignes, toutefois, tombèrent immédiatement frappés par les bal- 
les de Chinois placés sur la crête de la colline. Aussitôt que les officiers furent 
à terre, les Chinois se précipitèrent sur eux et leur coupèrent la tète. On lit 
tirer le capon sur le groupe des Chinois qui continuaient à mutiler les cada- 
vres et qui alors se retirèrent laissant les corps sans tète. 

Les deux officiers avaient dû faire une marche de 4 kilomètres environ. 

Le commandant du fort de Man-Tao prit alors des dispositions pour s'empa- 
rer des corps des officiers et fit tirer le canon, mais les Chinois étaient très 
abrités Qt s'étaient établis sur des crêtes d'où il n'eût pas été possible de les 
déloger sans de grandes pertes d'hommes. 

Le dernier corps enlevé par les Chinois fut celui de M. Roun, il était environ 
onze heures et demie. 

Les corps des deux officiers ont été rendus le 10 décembre, ainsi que l'an- 
nonçait une dépèche du contre-amiral Courrejolles. Ces corps ont été rendus 
par le maréchal Sou qui a exprimé ses regrets. 

Depuis lors, le ministre de France à Peking a poursuivi avec succès les 
revendications et réparations exigées par la France pour les victimes de cet 
assassinat. 

Diverses publications continuent à recevoir et à répandre des détails rétros- 
pectifs sur les incidents qui ont signalé le règlement de notre position dans 
notre location de Kouang-Tchéou-Ouan. 

Les Missions catholiques, de Lyon, publient sur ce sujet deux lettres, dont 
l'une de M. Marchai, missionnaire, qui raconte en ces termes l'assassinat des 
deux enseignes du Descartes^ à Man-Tao: 



CRKOKIQUI* 



77 



Le 12 novembre, je crois, an enseigne de vaisseau, qui commandait un dé- 
tachement de marîiis occupant le fort de Man-Tao^ s'aventura de Tant te côté 
de la rivière avec un aspirant, Ib furent envii^nnés par de nombreux partisane, 
et tuéa soUB les yeux mêmes des hommes du fort, impuissants a leur porter 
Laecours. 

Cette nouvelle ne tarda pas à être connue à Chek-Chen. Les Chinois chantè- 
rent victoire. Je ne puis dira mon indignation en entendant ces gens raconter 
'comme une chose intliftérente que le corps, le Ibie, la tAte de nos malheureux 
compagnons posaient tant de livrcîi. On citait comme une merveille le poida 
d'une des tètes. Il pai^ît que les deux offîderâ ont bel et bien été mangée* 
On raconte que leur corps avait beaucoup de graiœe, que leur cbaîr était suc- 
culente. 

Les pmmiei^ jour» qui suivirent cet borrible forfait, les malandrînB deChek- 
Cben ne parlaient de lien moins que de me faii-e subir le même sort, 

Heui'eusementi le 1 6 novembre, de grand matin, îe canon fmnçais commença 
à tonner. Je croyais que nos marins bombardaient seulement le village près 
duquel les ofllders avaient été massacrée: maie, dans la soirée, le mandarin 
reçut un couiTier qui annonça que le^ deux viltn|^es où s'était centralisée ta 
réwslance avaient été brûlés, et que beaucoup d'habitants avaient péri. 

Toute la nuit j'entendis un son de trompettes j c'étaient des gens qui venaient 
se réfugier à Chek-Clien. 

Le 17 novembre, toute la journée, la route de Ché-Kaï était encombrée de 
fuyards. Des chars à buJUeâ transportaient des femmes et des enfants. La fk- 
oiille de notre ennemi acharné, le mandurin de Glie-Kaî, qui ne cessait d*en-<- 
^coumger la résistance, s*est aussi réfugiée dana notre ville en secret, en voyage 
de nuit. Lea babitanta de Ché-Eai craignaient d'être bombardée; beaucoup se 
sont enfuis. 

Les tètes de nos [ual heureux oRlciers sont exposées sur dea poteaux télégrâ'- 
p biques, nu delà de Cbé-Kaï. 

Nos lecteurs savent que le rept^entant de la République à Peking* M, Pichoni 
a obtenu satisfaction pour tous ces griefs, le 14 décembre dernier. 

Les deux iles de Nao^Tcbéou et de Tong-Hol, dont ïes Chinois lef usaient de 
nous laisser prendre possession, sous prétexte qu'elles sont la chef de llaï-Nan 
et de Louï-Tchéou, nous ont été formellement cédées. 

Le vice-roi de Canton a été cassé et rempbcé par le célèbre Li Houng-tcbang, 
dont personne n'a oublié le retentissant voyage en Europej il y a de us ans. 

Le mandarin de Cbé-Kaï a été dégradé, Enfin, une indemnité de iÈ(>0,UOO 
francs sera versée par la Chine aux familles des deux malheui-eux officiers. 

Hanoi, 29 novembre 1890. — Voici Ifs faits qui se sont passés à Kouang- 
Tcbeou-ouan, après les événements qui ont amené la mort des deux enseignes 
de vaisseau: 




78 CHROviqciB. 

Aussitôt après Tassassinat des deux officiers, des compagnies de débarquement 
furent mises à terre et s'emparèrent immédiatement de How-Hoï, la ville d'emu 
des riches négociants chinois et magnifiquement bâtie. Tout ce qui fut rencontré 
fut passé par les armes et la ville saccagée et brûlée. 

De son côté, l'infanterie de marine s'emparait de Sui-Taî, qui fut livrée ao 
pillage et ruinée de fond en comble, après l'exécution sommaire des habitants 
que Ton rencontra. Plusieurs villages environnants ont également été détruits 

Plusieurs prisonniers ont été exécutés api*ès de fort courts pourparlers. D*aatreB 
reconnus innocents ont été relâchés; beaucoup sont gardés, la cangue au cou, 
et occupés aux plus pénibles travaux du bord. 

Le préfet de Sui-Tsil, dont la tète a été demandée au gouvernement chinois 
par notre ambassadeur à Peking, comme l'instigateur principal du soulèvement, 
a fiûlli être capturé dans la ville même par nos troupes. Il se trouvait à table 
au moment de l'irruption de l'infanterie de marine et n'a eu que le temps de 
fuir en toute h&te sans pouvoir rien emporter. 

Le tao-taï de Hainan, dont nous avons signalé l'airestation, a été pris essa- 
yant aussi de s'enfuir, et dans les circonstances suivantes: 

Le maréchal Sou, qui se trouvait avec nos officiers à bord du Descartes^ fit 
remarquer que la tao-ta! quittait Tappontement et s'embarquait sur un sampan 
pour, croyait-il, gagner une canonnière, chinoise mouillée à quelque distance et 
s'y réfugier. 

Des fusiliers marins furent immédiatement descendus en armes dans un canot 
qui, pour donner le change, nagea vers la terre. Quand le canot fut àhautear 
de la canonnière, il vira brusquement se dirigeant vers elle et l'accosta au mo- 
ment où le tao-tal mettait le pied sur le pont. Des marins se précipitèrent 
baïonnette au canon et enlevèrent le bâtiment à l'abordage. Le tao-tal, saisi 
aussitôt et garrotté, fut jeté assez brusquement au fond du canot et emmené 
à bord du Descartea. 

La canonnière chinoise a été désarmée séance tenante et les pièces principales 
de sa machine démontées, pour empêcher toute manœuvre. L'équipage a été 
laissé à bord avec défense expresse de le quitter. 

Trois bateaux chinois qui se trouvaient en rade ont paiement reçu la dé- 
fense de partir, sous peine de se voir coulés. 

Les représailles, on le voit, ont été terribles et immédiates. C'est ce qn'il 
fallait, et il est probable que cet exemple de la colère française donnera à ré- 
fléchir aux excellents mandarins qui organisent le soulèvement. D'autant que 
nous disposons maintenant de forces suffisamment imposantes pour nous défen- 
dre contre toute attaque et châtier les coupables à la moindre tentative. Noos 
possédons, en effet, là bas 800 hommes d'infanterie de marine et une batterie 
d'artillerie, sans compter les troupes de débarquement que l'escadre peut jeter 
à terre au premier moment ou qui y sont déjà. 



iDttRONÏCitFE. 79 

Nous aTons malheureusement à déplorer des pertes assez importantes dans 
ces diverses affaires: six hommes et un adjudant ont été tués, deux officiers et 
une trentaine d'hommes blessés. Le Bengali a déjà transporté au Tongking 
seize blessés. 

On sait que Tarrangement relatif à la délimitation des frontières de notre 
possession de Kouang-Tchéou-Ouan, a été signé le 14 novembre par l'amiral 
Courrejolles et par le maréchal Sou. On sait aussi qu'antérieurement à cette 
date, deux officiers de notre marine, MM. Koun et Gourlaouen, avaient été 
assassinés à Man-Tao. 

D'après les nouvelles qui nous sont communiquées, une colonne française, 
composée d'infanterie de marine, a été dirigée, le 15 novembre, de Hoi-Téou, 
sur la ville chinoise de Vong-Liok, centre de l'agitation et résidence d'un des 
principaux instigateurs de l'assassinat des deux enseignes de vaisseau. 

Un engagement très important et heureux pour nos armes a eu lieu le 
lendemain, 16 novembre, entre nos troupes et un corps de 1,500 miliciens 
chinois exercés. La route de Vong-Liok était barrée par des tranchées crénelées 
qu'il eût été impossible d'attaquer de fi'ont sans s'exposer à des pertes considé- 
rables. Ces fortifications ont pu être tournées, et les Chinois attaqués avec vi- 
gueur, ont laissé sur le terrain plus de 200 morts. 

De notre côté, nous avons en 15 tués ou blessés, dont un officier blessé 
légèrement. 

Le Journal de Shanghaï développe un projet de réunion des lignes télégi*a- 
phiques françaises de l'Indo-Chine avec les télégraphes russes de Sibérie. 

La Chine, dit cet article, est réunie à la Russie par trois et le sera bientôt 
par quatre lignes continentales dont le tarif est sensiblement inférieur à celui 
des câbles sous-marins. 

Si l'on réunissait les lignes de l'Indo-Chine avec les stations russes les plus 
voisines, la question des télégrammes par le continent serait résolue; les télé- 
grammes officiels français pourraient être expédiés en Russie par la Chine. 

La France pourrait, par des négociations avec la Chine et la Russie, acquérir 
le droit d'avoir dans les télégraphes chinois son fil spécial. 

Berlin, 28 janvier. -^ Les journaux publient des télégrammes de Shanghaï 
disant que des troupes russes concentrées à Port- Arthur et dans la Mandchourie 
sont prêtes à appuyer le nouveau régime. 

Des manns français auraient été débarqués se dirigeant sur Peking. 

L'ambassade britannique a été surprise par le changement de trône. Par 
contre, les ambassades russe et française en étaient informées et ont même 
donné leurs conseils. Les Anglais en Chine sont d'avis que le changement de 
trône fortifiera l'influence russe en Chine. 



80 cuftoKiqtjfe. 

Lss Anglais font appel aux Etats-Unis et au Japon pour former une coalition 
contre le nouveau régime, dont ils ne veulent à aucun prix. Les Anglais affir- 
ment que le coup d'Etat a été machiné par la France et la Russie. 

Le missionnaii*e anglais Brooks a été fait prisonnier, le 30 décembre, au coars 
d'un voyage dans les environs de Ping-Ying, et assassiné le lendemain. Un dé- 
tachement de cavalerie avait été expédié par le nouveau gouverneur du Chan- 
Toung, mais il est arrivé trop tard. Les rebelles avaient détruit, ces derniers 
temps, de nombreux villages et tué beaucoup d'indigènes chrétiens. C'est leur 
premier crime contre les étrangers. Le gouverneur fait son possible pour mettre 
un terme à leurs excès. 

Peking, 5 janvier (par dépêche). — L*édit promulgué aujourd'hui enjoint aa 
gouverneur du Chan-Toung d'arrêter et d'exécuter sur-le-champ les auteurs de 
l'assassinat du missionnaire Brooks. 

Saint-Pétersbourg, 3 février (par dépêche). — Les Petef*bourgskiya Viédomoati 
publient en tète de leurs colonnes les lignes suivantes: 

Les vrais amis de la Chine accueillaient depuis quelque temps, avec un pro- 
fond regœt, les nouvelles de ce pays, parce qu'ils voyaient que de nouveaux 
nuages s'amoncelaient au-dessus de la capitale, et que le destin, qui avait été 
si dur pendant ces dernières années pour le malheureux peuple chinois et pour 
son gouvernement, ne prenait pas encore pitié d'eux. 

On s'attendait à de nouvelles complications politiques intérieures, et l'on 
pi-édisait des conflits et des troubles. Aussi nous réjouissons-nous aujourd'hui 
très vivement d'être en état d'annoncer que, d'après des informations prises 
par nous avec soin dans l'Extrême-Orient, les nouvelles télégraphiques concer- 
nant une catastrophe survenue à Peking étaient absolument controuvées. L'em- 
pereur est vivant; il n'a pas renoncé au pouvoir, et la seule chose qui soit 
vraie dans les renseignements en question, c'est le choix de son successeur. Ce 
fait n'avait nen en lui-même qui pût étonner qui que ce soit et n'était pas de 
nature à donner naissance aux différentes nouvelles qu'on a inventées. 

Ces bruits ont été répandus en Europe dans le but de détruire définitivement 
toute confiance dans la dynastie mandchoue. D*après l'exemple instructif que 
constituent de telles inventions, on peut facilement se faire une idée de la 
fausseté des jugements que l'on porte en général en Europe et en Amérique 
concernant le cours des événements politiques de Peking, où tout est calme et 
normal en ce moment, et où l'on est étonné au plus haut degré par les bruits 
que des personnes quelconques ont répandus concernant une révolution de palais. 

Hong-Kong, 27 janvier. — Kang Yu-Weï, le grand réformateur chinois, qui 
fut obligé de quitter furtivement Peking lors du coup d'Etat de 1898 et de se 



CHROKiqUB. 81 

réfugier à Hong-Kong, en apprenant les événements qui venaient de se produire 
à Peking, s^est mis à pleurer. Kang croit que le nouvel état de choses sera 
mal accueilli par les mandaiins des provinces et qu*il provoquera très probable- 
ment une révolution. 

Interrogé sur le sens de la nomination de Li Houng-tcbang dans le Sud de 
Terapire, Kang a i*épondu qu'il croyait que cette nomination était faite dans 
le but de calmer les puissances qui sont désireuses de voir réintroniser Tempe- 
reur déchu. 

Kang avait reçu la semaine dernière de Peking une lettre faisant prévoir le 
coup d'Etat qui vient d'avoir lieu. Le réformateur regrette amèrement que 
FÂngleterre et la France n'aient pas secondé l'empereur en 1898, quand il 
cherchait à réformer l'administration de son empire. 

 Hong-Kong, on croit qu'une révolution générale est sur le point d'éclater 
en Chine. 

Les événements dont la Chine vient d'être le théâtre ont été vivement com- 
mentés par toute la presse européenne. 

L*éloignement de ce pays, l'isolement où il s'est toujours complu, ayant 
contribué à perpétuer Tignorance dans laquelle nous vivons à son égard, beau- 
coup d'erreurs se sont glissées dans les diverses appréciations. 

Nous avons eu la chance de joindre, ce matin, une personne habitant depuis 
de nombreuses années le Céleste-Empii*e. 

Elle a bien voulu nous éclairer sur les usages de ce pays, où elle jouit d'une 
situation importante, et nous fixer les idées sur les causes des faits politiques 
actuels. 

La révolution dont il est actuellement question, nous a dit notre interlocuteur, 
ne présente pas les caractères de gi*avité que les dépêches d'origine anglaise 
veulent bien lui attribuer. 

Il faut connaître les règles fixant en Chine les droits à la succession au trune 
pobr apprécier ce qui vient d'avoir lieu. 

Hien-Fong, qui régnait en 1860, et son fils Toung-Tchi, mort sans descendance, 
]*eprésentaient la branche aînée. Kouang-Sii. au contraire, appartenait à la branche 
cadette, comme fils d'un des frères cadets de Hien-Fong. 

En France, nous admettons parfaitement que la branche d'Orléans succè<le à 
celle des Bourbons. 

En Chine, il n'en est plus de même. Il faut envers et contre tout revenir à 
la branche directe. 

En cas d'impossibilité, force est donc d'user de stratagème. 

Kouang-St]l a été ce stratagème. Il était destiné à jouer, par rapport au vieux 
tronc, branche directe, le rôle de greffe. 

Il occupait donc le trône momentanément, jusqu'au jour où il aurait un 

6 



82 GHRONiqUR. 

descendant. Ce fils cédé à Toung-Tchi, incapable, aurait été alors réellement 
Fils du Ciel. 

Kouang-Sû, pour des raisons physiques que je vous laisse supposer, ne pouvait 
faire revivre la branche directe. Le jour où Ton s*est aperçu de son incapacité, 
sa présence n'ayant plus aucune raison d*ètre, il fallait s'en débarrasser. 

C'est ce que vient de faire rimpératnce régente. 

Persistant dans sa politique qui consiste à conserver à la dynastie tartare 
son patrimoine, elle a déplacé purement et simplement cet être inutile an 
profit d'un autre descendant de la branche indirecte. 

Par conséquent, c'est le futur fils de Poung-Tsin qui est appelé actuellement 
à être, par adoption, le descendant de la branche directe. 

Il est évident que l'impératiice est intrigante et ambitieuse. 

Elle le prouve en élevant au trône des empereurs en minorité, au lieu de 
faire appel à des hommes faits. 

Cette tactique a pour but de lui conserver le plus longtemps possible une 
régence qu'elle détient depuis près de trente-cinq ans. 

C^est une erreur de la croire ennemie de tout progrès. 

En femme intelligente, elle en conduit la réalisation successivement et sans 
à-coups. 

C'est à elle que nous devons les nombreuses concessions de chemins de fer 
accordées récemment aux Sociétés que vous connaissez. 

Elle s'est toujours montrée favorable aux influences française et russe, et 
s'est, au contraire, toujours méfiée des agissements des Italiens et des Anglais. 
Ces derniers lui en ont conservé une dent sérieuse. Grâce à leurs subsides, les 
sociétés secrètes deviennent, en Chine, de jour en jour plus nombreuses et plus 
redoutables. 

Leur objet est de renverser la dynastie tartare au profit d'une maison chi- 
noise en pleine décadence. 

[Nous apprenons que le pape vient d'envoyer un riche présent à l'impératrice 
douairière de Chine, par Tentremise de Mgr Favier, vicaire apostolique de Peking. 

La même personne qui nous accordait l'enti'evue relatée plus haut, a bien 
voulu nous renseigner aussi au sujet de cette démarche gracieuse du Souverain 
Pontife. Le présent consiste en un superbe vase étrusque, qui arrivera sous 
peu t\ Mai-seillo, où Mgr Favier doit le prendre avant son départ pour le 
Céleste-Empire.] (La Patrie, 29 janvier 1900.) 

. FRANCE. 

Le Bulletin de la Société de Géographie du 4« trimistre de 4899 renferme 
un article de M. Bons d'Anty: de Hanoï à ilfon^^zr? et un mémoire, accompagné 
de cartes, fort imprtant de M. François, consul de France: De Canton à 
lAing-lcheou, 



OHRONiqUB. 83 

La Société de Géographie vient de transformer complètement la forme de ses 
publications; nous ne pouvons mieux faire que de reproduire Tarticle du Petit 
Temps du 16 janvier 1900, dans lequel le changement est indiqué: 

«La Société de géographie de Paris, jusqu'à la fin de Tannée 1899, a fait 
conDaître ces travaux au public français par deux recueils: un i?ii/(eh'n/Wmed/rie2 
et un &8cicule mensuel de comptes rendus, qui contenaient les communications 
faîtes par ses membres et les procès- verbaux de ses séances. 

Ces deux recueils étaient une mine de renseignements précieux et prouvaient, 
à ceux qui les lisaient que, nonobstant le préjugé, la France produit autant 
d'explorateurs et de géographes que les pays allemands ou anglo-saxons et que 
leur valeur n'est nullement inférieure à celle de leurs rivaux mieux servis par 
la publicité. 

C'était là qu'était le point faible. En dehors des sociétaires, peu de personnes 
lisaient les publications de la Société de géographie, et la grande masse du 
public en était réduite à considérer que la géographie est l'apanage de quelques 
initiés dont le langage et la doctrine ésotérique sont nn mystère pour le com- 
mun des mortels. 

La Société de géographie de Paris a compris qu'il était conforme au principe 
même de son institution de donner au public français l'aliment intellectuel dont 
il ressentait confusément le besoin et pour ce faire, de se rapprocher de lui, 
de se mettre en contact avec lui. 

Aussi a-t-elle décidé, à partir de 1900, d'agrandir le cadre de ses publications 
et de faire de la 8* série un organe complet, un journal de géographie qui 
donnât de son activité féconde une idée précise et juste en France et à l'étranger. 

La Géographie, dit le prospectus que nous avons sous les yeux, tel est le 
titre du nouveau recueil édité par une maison de librairie, MM. Masson et C, 
qui donnera à la partie matérielle de l'œuvre tous les soins et tout le dévelop- 
pement qui lui sont habituels. La rédaction reste sous la direction et le contrôle 
de la Société de géographie. 

La Géographie est publiée par le baron Hulot, secrétaire général de la Société 
de géographie, et M. Charles Rabot, membra de la commission centrale de la 
société, secrétaire de la rédaction, sous les auspices d'un comité de rédaction. 

Ce comité est composé de MM. Milne-Edwards, président de la société; Gabriel 
Marcel, conservateur à la Bibliothèque nationale, président de la commission 
centrale; le prince Roland Bonaparte, président du comité des publications de 
la société; MM. Deniker, bibliothécaire du Muséum d'histoire naturelle ; Froide- 
vaux, professeur adjoint à la Sorbonne; Jules Girard, secrétaire adjoint de la 
Société de géographie; P. Bouchez, de la librairie Masson et Cie. 

Chaque numéro, du format de ce prospectus, composé de 80 pages in-8^ et 
accompagné de cai*tes et de gravures, comprend des mémoires, une chronique, 
une bibliographie et le compte rendu des séances de la Société de géographie. 



84 CHBONiqUB. 

Dans le nouveau recueil, les explorateurs exposent les résultats techniques de 
leure voyages; les savants leurs études sur les phénomènes actuels et ]eun 
recherches dans le domaine des sciences naturelles connexes à la géographie. 

Le nouvelle publication n'est pas un pur recueil de récits de voyages pitto- 
resques, mais d'observations et de i*enseignements scientifiques. Elle s'efforce de 
suivre la grande tradition géographique de la France, illustrée par les d'Abba- 
die, les Duveyrier, les Grandidier, et continuée avec éclat par de jeunes explo- 
rateurs. 

L*étude de la terre, à tous les points de vue et considérée sous tous ses 
aspects, tel est le programme de la Société de géographie, tel sera celui de son 
nouvel organe. 

La chronique rédigée par des spécialistes pour chaque partie du monde fait 
connattre, dans le plus bref délai, toutes les nouvelles reçues des voyageurs en 
mission par la Société de géographie, et présente un résumé des renseignements 
fouillis par les publications étrangères; elle constitue, en un mot, un résomé 
du mouvement géographique pour chaque mois. 

Nous ne saurions mieux dire. 

Le premier numéro du nouvel organe de la Société de géographie, qui sera 
mis en vente demain, contient le commencement d'une substantielle étude du 
général Gallieni sur Madagascar, résumé du rapport magistral dont le Temps 
a donné, il y a huit mois une longue analyse; une étude de M. Binger, direc- 
teur de l'Afrique au ministère des colonies, sur les lignes télégraphiques de 
l'Afrique occidentale française; un récit du voyage de Marcel Monnikr en Co^ 
rée. Chacun de ces articles est accompagné de cartes qui en augmentent la 
portée et l'intérêt. 

Dans la chronique dite Mouvement géogi'aphique, on trouve le compte rendu 
des explorations souteiTaines de M. Martel, de MM. Bonin, Saint-Yves et Rick- 
men dans l'Asie centrale, do Wingate dans la Chine méridionale, les dernières 
nouvelles de la mission de Béhaglc dans l'Afrique centrale, des explorations 
récentes des Anglais en Afrique, et de celle de M. Sverdrup au Gi*oenland 
oriental. 

Nous ne pouvons qu'applaudir à la création décidée par la Société de géo- 
graphie de Paris, parce qu'il est excellent que nous puissions opposer un grand 
recueil aux «Proceedingsv de la Société royale de Londres, et aux «geogra- 
phische Mittheilungen» allemands. — Villetard de Laguérie. 

Académie des sciences. 

Géologie. — M. Michel Lévy présente au nom de M. Zeiler une note résu- 
mant la détermination des végétaux fossiles contenus dans les échantillons rap- 
portés de la Chine méridionale par M. Leclère. 

M. Zeiller a caractérisé deux horizons. L'un est le pix)longement de l'étage 



CHRONiquE. 85 

rhétien du Tongking, déjà étudié par M. Zeiller, et qui se rencontre jusqu'à 
Tchong-Ring. Le second horizon, qui se rencontre austd sur les bords du fleuve 
Bleu, répond à l'étage carboniférien du centre de la Chine. 

Ces déternninations sont d'une grande importance pour la géologie de la région. 

M. Michel Lévy développe encore, au nom de M. Leclère, une note sur la 
géologie de la Chine méiidionale, résumant une exploration d'environ 6,000 
kilomètres, qui permettra de relier la géologie du Tongking aux travaux classi- 
ques de MM. de Richthofen et Loczy. 

M. Leclëre a été jusqu au sud du Se-Tchouen en parcourant les régions les 
plus importantes du Yun-Nan, du Kouei-Tchéou et du Kouang-Si. Le voyage 
a été fait presque entièrement par voie de terre. Le service de la carte géolo- 
gique a été chargé de la détermination des échantillons. 

La contrée comprise entre le fleuve Bleu et le Tongking forme une région 
tabulaire, affaissée par gradins séparés par des zones de faactutes parallèles à la 
direction désignée par M. de Richthofen sous le nom de ligne du Grand-Khin Gan. 

Nous sommes heureux d'apprendre que la Chambre de Commerce de Lyon 
dont nos lecteurs connaissent la remarquable activité, d'accoixl avec M. le 
Gouverneur Général de Tlndo-Chine, vient de créer un cours de langue chinoise 
qui comprendra également un exposé des mœurs et coutumes de Céleste Empire. 
Ce cours a été confié à notre collaborateur, M. Maurice Courant, interprète 
au Ministère des Affaires Etrangères, qui l'a inauguré le 25 janvier au Palais du 
Commerce; les cours spéciaux de langue auront lieu à l'Université. 

Le bibliothèque de feu M. Gabriel Devéria a été vendue le samedi 10 février 
1900 à la salle Silvestre, me des Bons-Enfants 28. M. Devéria avait fait donc 
d'une grande partie de ses livres chinois à l'Ecole des Langues Orientales 
quelques jours avant sa mort. Voici quelgues prix : le Pét-wen-yun-fou^ éd. de 
4711, 120 fr.; le Tcheng-tseu-fong, 125 fr.; le K'ang Hi Tseu-tien, éd. de 
1716, 80 fr.; Houang-Wing tche kong Vou, éd. de 1761, 121 fr.: Hai kouo 
fou tche, éd. de 1852, 41 fr.; Tang-houei-yao et Wou-tai houei-yao^ 120 fr. 

Dans la séance du 20 Décembre 1899 de la Société d'Ethnographie de Paris 
M. Léon de Rosny lit une étude dans laquelle il examine dans quelle mesure 
il est possible de dégager Thistoire authentique de la vie de ÇÀkya-Mouni du 
vaste tissu de légendes dont les Indiens Pont environnée d'âge en âge. Tout 
en reconnaissant l'intérêt qu'il peut y avoir pour les érudits à s'occuper de 
cette question, il s'attache à établir qu'au point de vue supérieur de la philo- 
sophie religieuse, le problème est d'une importance tout à fait secondaira. Ce 
qu'il importe de connaître, ce sont les étonnantes aperceptions qu'on rencontre 
dans la doctrine bouddhique au sujet de la loi évolutive de l'univers et de la 
destination des êtres dans leura rapports avec les progrès de l'esprit moderne. 



86 CHRONIQUIfi. 

De la sorte, il est on ne peut plus regrettable de confondre, dans un raènae 
cadre de recherches, les récits enfantins dus à Timagination orientale et les 
hautes théories cosmogoniques et moralisatrices dont le bouddhisme a légué au 
monde les admirables formules par l'organe de ses penseurs et de ses princi- 
paux adeptes. 

INDO-CHINE. 

Nous avons signalé, dit le Temps^ ces jours derniers, d'après une dépêche 
que nous adressait de Saigon notre con*espondant particulier, la brillante réception 
faite dans cette ville au prince Valdemar de Danemark, arrivé à bord du croiseur 
Valkyrien. 

Il y a trois mois le bruit avait couru en Indo-Chine, et notamment au Siam, 
où la Siam Free Press^ de Bangkok, s'en était fait l'écho, que le Danemark 
allait se mêler activement aux affaires d'Ëxtrême-Orient pour apporter un ap- 
point à la politique russe. 

La présence de représentants de l'industrie et du commerce à bord du 
Valkyrien a donné naissance à diverses appréciations dans les journaux de 
Saigon sur le véritable but de cette croisière d'un navire de guerre danois en 
Extrême-Orient. 

VOpiniofi s'exprime ainsi: 

On dit que le voyage du prince Valdemar avait un but politico-commercial. 
Nous ne le pensons pas, car le Danemark n'a pas d'assez forts intérêts politiques 
en Chine ; nous croyons plutôt que ce voyage a un but essentiellement commer- 
cial, et une ti*ès petite importance au point de vue politique. Faisons remar- 
quer en passant que depuis 1872 le Valkyrien est le premier navire de guerre 
danois qui visite les eaux d'Extrème-Onent. 

Le Mékong reproduit les appréciations de la Siam Frce Press dont voici les 
conclusions: «Nous ne pouvons ajouter aucune foi aux racontars exagérés qui 
ont été faits récemment sur les projets russo-danois en Ëxtrême-Onent et con- 
sidérer le voyage du Valkyrien, à bord duquel sont des représentants de com- 
merce et des industriels danois, que comme un voyage ayant un but essentiel- 
lement commercial». 

Le colonel comte Bronislas de Grombtchevsky, commissaire de frontière et 
gouverneur civil des possessions russes de Ta-Iien Ouan, est passé à Sa!gon le 
20 novembre. 

Ce haut fonctionnaire, accompagné de plusieurs officiers russes, a tenu à 
visiter Saïgon et Cholon. 11 s'est enquis d'une façon détaillée, autant que cela 
était possible de le faire, du fonctionnement de l'administration française dans 
notre colonie. 



CHRONiqUK. 87 

Un diner intime a été donné en Thonneur du comte Grombtchevsky au pa- 
lais du gouverneur général. 

Le colonel et les ofiiciei*s rejoignaient tous leurs postes en Sibérie et dans 
les nouveaux territoires cédés à la Russie par la Chine. 

On annonce la mort, au poste de Binhi, du lieutenant Bel langer, fils du 
cotnmissaire général de Cherbourg. Il était soili de Saint-Cyr en 1897 et était 
irenu au Tongking en 1898; il était âgé de vingt-cinq ans. 

On annonce également le décès du sergent Theron, du 9" de marine, mort 
de la rage à Thôpital de Hanoï. 

Rappelons qu'un institut Pasteur a été établi à Hanoï. Le fait déplorable 
que nous relatons prouve combien cette création était utile. 

Les journaux du Tongking apportent des détails sur un terrible typhon qui 
s'est abattu sur Haïphong au 9 novembre. Les rafales de vent et de pluies 
ont commencé à quatre heures du matin. A neuf heures, la marée montante 
envahissait les rues et les boulevards voisins des cours d'eau. 

La tempête a fait rage jusqu'à deux heures de l'après-midi, causant de graves 
dégâts notamment à plusieurs maisons. De nombreuses toitures ont été enlevées, 
des murs ont été endommagés, des appontements tordus ou brisés. 

Tous les navires ont reçu des avaries, notamment \*Eclair et VAdour; des 
sampans et des jonques ont été brisés en gi'and nombre. Dans la ville, presque 
tous les arbres ont été brisés ou renvereés. Les théâtres ont fait relâche à cause 
de la rupture des fils d'éclairage qui ont été volés ensuite par les Annamites. 

L'aspect des docks était désolant avec les toitures enlevées, les dépôts de sel 
envahis par l'eau. 

La campagne a été aussi dévastée. Toutes les récoltes sont perdues dans la 
province de Phu-Lien. On dit que Thuan-An a été détruit. On a eu un mo- 
ment d'inquiétude sur le sort des paquebots Tamise et Manche. 

La Manche est arrivée à Haïphong après le typhon; mais la TamisCj qui a 
été surprise par lui en allant à Saigon, a beaucoup souffert et a eu deux 
hommes et une embarcation enlevés par un paquet de mer. 

Le typhon a causé aussi de grands dégâts à Do-Son. La récolte est perdue 
et les maisons ont été très éprouvées. Les routes sont dans un état déplorable. 

Le nombre des victimes de ce cyclone est heureusement restreint. 

L'agence Havas nous fournit les renseignements complémentaires suivants: 

Le gouverneur général est arrivé le 13 novembre â Hanoï. M. Dou mer compte 
passer une grande partie de l'hiver au Tongking. 

Les deux rois de Luang-Prabang sont arrivés «\ Saigon. Le premier roi, 
Zaccharine, est un homme d'assez grande taille à physionomie intelligente. Il 
voit d'un œil très favorable lexpansion française dans son royaume. 



88 CHRONiqUE. 

Le deuxième roi, Thiao Maha Oppahat, Taccompagno et remplit auprès de 
lui les fonctions de premier ministre. Ils sont arrivés le 20 octobre, venant de 
Pnom-Penh, accompagnés par le colonel Tournier, i*ésident supérieur au Laos. 

Les rois de Luang-Prabang viennent présenter leurs hommages à la France 
en la personne du gouverneur général. Ils rendent auparavant Ieui*s hommages 
au roi de Siam dont ils étaient vassaux. 

Le roi Zaccharine a lu l'allocution suivante au gouverneur général: 

«Depuis sept ans que notre pays a été placé sous Tautoiité de la France, nous 
avons pu apprécier les bienfaits dont notre peuple a été comblé, et nous dési- 
rions vivement venir présenter nos respectueux hommages au i-eprésentant de 
la République française en Indo-Chine. Nous avons été très heureux de l'occasion 
qui nous a été offerte de pouvoir témoigner à notre nouveau pays toute notre 
reconnaissance pour la protection qu'il nous a accordée. Nous venons donc vous 
offrir, conformément aux coutumes et aux traditions laotiennes, des fleurs et 
des sabres en or et en argent, en vous priant de vouloir bien les accepter en 
signe de profonde reconnaissance et d'inébranlable fidélité à la France». 

Un journal annonçait le 13 décembre 1899 que M. Dou mer, gouverneur géné- 
ral de rindo-Chine, s apprêtait à venir prendre un peu de repos en France, 
mais qu'il a été prié par le gouvernement de rester à son poste, où lesafl'aii'es 
en cours rendaient sa présence indispensable. 

Nous croyons savoir qu'il s'agit, en l'espèce, de l'extension de notre influence 
au Yun-Nan et de l'établissement de la voie ferrée de Lao-Kay à Yun-Nan Sen, 
qui sera le meilleur instrument de cette politique et, d'autre part, que les faits 
ont une physionomie différente. 

Il y a quelques mois, un peu après l'échauffourée des mineut*s de Ko-Tchéou 
sur Mong-Tzé qui, grâce au sang-froid de M. Dejean de la Bâtie et à son en- 
tente avec les mandarins locaux, put Atre localisée et complètement apaisée, le 
gouvernement n'entra pris dans les vues de M. Doumer, qui demandait l'envoi 
d'une expédition au Yun-Nan et à l'établissement de postes militaires sur le 
parcoui-8 du futur chemin de fer. 

Le gouvernement maintient ainsi, avec tous les égards que mérite son plus 
haut représentant en Extrôrae-Orient, l'exercice du contrôle dont il est respon- 
sable sur les relations de nos colonies avec les P^tats voisins, européens ou in- 
digènes, et qu'il exerce, non seulement dans notre empire indo-chinois, mais à 
Tokio, à Peking, à Bangkok et dans tous nos poster consulaires. 

La nomination (M. François) d'un agent du ministère des affaires étrangères 
h Yun-Nan Sen, où les négociations relatives au chemin de fer étaient conduites 
par un agent du gouvernement général de l'Indo-Chine, n'a pas eu d'autre objet. 

11 n*est pas actuellement question que M. Doumer prenne un nouveau congé. 

M. Doumer, gouverneur général de Tlndo^Chino, a décidé, par arrêté du 30 



CHRONIQUE. 89 

octobi*e, qu'à partir du lendemain 1*' novembre l'usage des mesures de capacité 
ou vuongs de 1, 5, 10, 20 et 40 litres serait obligatoire. 

Une nouvelle circonscription administrative a été créée au Laos, le 2 novem- 
bre, sous le nom de commissariat du Darlac. Elle comprend toute la partie 
de Strung-Treng, limitée au nord par la chaîne de partage des eaux, entre les 
bassins de Thoué Tiamal et de Tboué Tiaba; le cours de la Si*épok jusqu'à 
Pak-Ladrang, la chaîne de partage des eaux, entre les bassins de la Namr 
Ladrang et de la Nam-Liéou. 

Le poste administratif de Ban-Don, créé par arrêté du 31 janvier 1899, a été 
supprimé, et M. Bourgeois, commissaire adjoint au Laos, a été chargé de remplir 
le» fonctions de commissaire du Darlac. 

La nécessité d'assurer la sécurité des relations télégi*aphiques entre la France et 
rindo-Chine, qui a fait Tobjet, ainsi que nous l'avons dit, des délibérations ré- 
centes du conseil supérieur de notre grande colonie, à Pnom-Penh, a inspiré à 
M. Doumer, gouverneur général de l'Indo-Chine, un projet dont voici l'économie. 

Un petit câble relierait le cap Saint-Jacques, à l'entrée de Don-Haï, rivière de 
Saï-gon, avec Poulo-Condor, île plantée, comme une sentinelle avancée, en pleine 
mer de Chine, à une centaine de kilomètres des bouches du Mékong, sur la 
route de Bangkok et de Singapour. 

Le câble anglais qui relie Haïpbong à l'extrémité de la presqu'île Leï-Tchéou 
serait racheté l'an prochain, prolongé par une ligne aérienne jusqu'à notre 
possession de Kouang-Tchéou Ouan, et de là un câble sous-marin irait à Âmoy 
rejoindre le réseau russe qui vient aboutir là à travera la Sibérie, la Chine 
septentrionale et centrale. 

M. François, consul de France à Long-Tchéou, qui avait été chargé d'une 
mission commerciale au Kouang-Si et au Kouei-Tchéou, récemment arrivé à 
Yunnan-Sen, vient d*ètre chargé des fonctions de consul dans cette ville, sans 
que cependant un nouveau consulat y soit créé. 

M. François est chargé de conduire sur place les négociations relatives à la 
construction du chemin de fer de Lao-Kay à Yunnan-Sen. 

Il y a quelque temps, les propriétaires de chaloupes faisant le service sur la 
rivière de l'Ouest (Si-Kiang) ont envoyé une pétition au vice-roi de Canton 
pour lui demander sa protection contre les pirates. En réponse, le vice-ix)i a 
lancé une proclamation qui, au lieu, de donner protection aux réclamants, im- 
pose des restrictions sur le trafic. 

Cette proclamation lui aurait été suggérée, dit-on, par le commissaire des 
douanes. 



00 CHROViqUB. 



JAPON. 

Les journaux d'Extrême-Orient apportés par la malle anglaise donnent les 
nouvelles suivantes: 

Le gouvernement japonais a demandé au gouvernement coréen la cession à 
bail de plusieura localités situées le long des côtes de la Corée, pour en faire 
des stations de pèche pour les pécheurs japonais. On croit que cette demande 
sera accordée, parce que le gouvernement coréen a lait une concession similaire 
au gouvernement russe. 

Une importante veine de fer a été découvetle au Japon, dans le mont Kuri- 
tani, dans le district de Kanibara. Cette veine a paratt-il, 164 pieds d'épaisseur 
et environ 2 ou 300 pieds de longueur. On croit que c'est la plus importante 
de tout le Japon. 

Les Français et les Allemands habitant Yokohama refusent de payer aux 
autorités japonaises les nouvelles taxes imposées par la municipalité japonaise 
et ont fait appel à leur ministre. 

Le gouvernement japonais a proposé au gouvernement chinois de fonder à 
Peking une école militaii-e, où l'art militaire sei'ait enseigné par des officiers 
japonais. Jusqu'ici le gouvernement chinois n'a pas accepté cette proposition. 

PAYS-BAS ET COLONIES NÉERLANDAISES. 

M. le professeur G. Sgiileoel a été nommé Membre perpétuel de la «Société 
d'Ethnographie» de Paris à la place n^. 68, laissée vacante par suite du décès 
de Mr. Philippe Becker de Darmstadt, qui avait eu comme prédécesseurs Scblie- 
mann, von Siebold, Squier et Wilson ; et Membre de la «American Philosophical 
Society» à Philadelphia (Etats Unis), fondée en 1743. 

Des tremblements de terre ont eu lieu du 5 au 12 Janvier en divers lieux 
dans rfle de Sumatra. 

Le 24 Octobre des tremblements de terra ont encore eu lieu sur les lies JTei. 
Le 31 du même mois, un tremblement assez violent dans les fies Banda^ qui 
s'est répété le 12 et 13 Décembre. 

Le Sultan de Routei, Mohamad Adil Chalifatul Mouminin est décédé le S 
Décembre dernier. Depuis le 4 Janvier 1851 il vivait en paix et amitié avec le 
gouvernement des Indes Orientales. 

Le défunt était chevalier du Lion Néerlandais, commandeur de l'ordre d'Orange- 
Nassau, et décoré de la médaille en or pour mérite civil. 

Il sera remplacé par son fils. 



CHRONiqUK. 91 

Le Java-Bode a reçu le 15 Décembre une nouvelle de Singapore mentionnant 
que ]a c6te entière du Bornéo septentrional Britannique est en pleine révolution. 
Les boutiques chinoises à la baie de Gaya furent pillées; deux soldats de police 
ont probablement été massacrés. La canonnière Raftle a été envoyée à Gaya. 

Cinq officiera du paquebot Général Pel^ qui étaient descendus à terre à 
Sileraka (Nouvelle Guinée néerlandaise) ont été &it8 prisonnière par les Papous. 
On y a expédié d'Ambon le navire de guerre Serdang, 

RUSSIE. 

Depuis le i — 13 janvier 1900, le port de Vladivostock a cessé d'être port 
franc La ligne de douanes établie à Vladivostock va rendra le séjour dans 
cette ville extrêmement pénible. Tout y était hora de prix au temps de la 
franchise de douane; que faudra-t-il payer désormais? 

L'administration douanière vient de publier la liste des machines et des 
parties de machines étrangères qui, durant les dix années qui vont suivre, 
pourront être introduites sans payer aucun droit d'entrée par toutes les fron- 
tières de Tempire russe. Ces machines sont exclusivement destinées aux besoins 
de rindustrie des mines d'or de la Sibérie et de POui-ai. 

SIAM. 

On déclai'é dénuée de fondement la nouvelle d'après laquelle le Siam serait 
sur le point de donner des concessions à l'Allemagne dans Tîle de Lankava, 
qui se trouve dans le voisinage de la presqu'île de Malacca. 



NOTES AND QUERIES. 



1. Dangers of the Peking Pronunciation 
of the chinese characters. 

AU earopean Sinologues gi^re as the chinese transcription of 
îçânavarman^ king of Cambodja in Â.D. 624, the characters ^t 
^ ^ whieh, of course, were pronounced at that time I-kim-na^ 
and could, therefore, not represent Içâna. 

But in the history of Cambodja in the Pten-i-tien, the name 
of this king is written ^ ^ ^ , pronounced at that time I^tia^na^ 
which perfectly corresponds with Içâva. 

A 

An ancient kingdom in Birmah was called Tçânapura, transcribed 
^^^^ ^, ancient souuds: /-«ta7}^-rm-pu-/o. It is mentioned 
by Hiueri'ts'ang (Vol. III, p. 82-83). 

M. Chavannes (Voyages des Pèlerins Bouddhistes, p. 58, note) 
thinks that this Içdnapura was the capital of Cambodja; bat the 
Pien'i-tiên distinctly says that it was a kingdom in Birmah. 

A 

As well known, Içâva is oue of the surnames of Çiva. 

Now as the character ^ is pronounced in Peking-dialect cAi», 
the above mentioned sinologues, who only had learnt this dialect, 
haye accepted, without hésitation, the lesson ^, thinking that ibis 
could very well represent the çân of Içâna, But it is évident tfaat 
the character ^ kin is a misprint for the character ^ sia. 

G. S. 



THE SECRET OF THE CHINE8E METHOD 
OF TRANSCRIBING FOREIGN SOUNDS 



BY 



G. SCHLEGEL. 

(continued from page 32-). 



Aspiration for the letter B. 

§ 17. The semi-yowel i? is oneof thehardestletters topronoance, 
eyeii for most Europeans who, generally, replace it by a IF. They 
Bay bmght for bright, fa^get for forget^ pwick for prick. English 
people generally avoid articulating distinctly the letter r in english 
words, 80 that il is not heard in the pronunciation of words like 
thorn^ born, tharough^ puralain, etc., which sonnd like thawn^ bawrij 
ihowoy ptuslaifij etc. 

As well known, the Cbinese can hardly pronounce this letter, 
and if they do, they utter a guttural r as is now heard in Peking 

as a conséquence of mandchoo influence. 

7 



94 O. SCHLEGfSL. 

The Chinese of the central aud southern provinces of Chiua 
replace the letter r by an A or au aspirated syllable, and by an /. 
They pronounce e. g, the skt. word Prabhâratna as P'o^p'O'lat'na^^ 
® i^ ^ ^' in which the iirst p'o represents pra^ the second 
hhây and the character lat the syllable rai. The title Prabu, trana- 
cribed in fiiU j^ j^ ^ p'o-lo (= p'a-la = p'a-^ra for pra) -pu (for 
bu), is rendered, in the History of Sumatra, simply by JU^ ^ p*o-buj 
where p'o stands as équivalent for pra. 

Pradjâpâti is transcribed ^ ^ ||§ ^ j[j^ pa^-/o (= /mi) dja 
pat'tif but aiso ]j[jj g§ ]j[jj :^ p'O'dja-p'o-tt, where the first p'o 
represents />ra. P'o stands for pra in jjjj ^ p'o^-dja for pradjâ; the 
same word is also transcribed ^ JH ^ pai-lo-dja for pal-lo-dja zz 
par'ra'{pra)dja. The transcription giveu in the Fan^yih Ming^i^ V, 
fol. 24 rec£o, ^ ^ pat-dja is incomplète; itshouldbe ^ j|^ ^ 
pa<-Zo-d;a. 

^ p'o stands for pra in the transcription of Prasênadjtt 
jjjj ^ ^ p'o (= pra) '8ze-nik {Fan-yih Ming-i, V, fol. 15 recto). 

Bliadrika is commonly transcribed ^ i^ ^ JJW^ pal-i'i'li'ka^ 
where Tt-Zî represents (fn; but it is also transcribed ^ ;^ paM'i 
and ^ :^ p'o-t'i, where <*t alone represents eZrt. 

I" ^ Wi siu'Vo içûdra) t'o represents again dra. Dhrita is 
commouly transcribed ^ ^ ^ a-K (= dri) -«o; but Dhrita râëhtra 
is transcribed :^ ^ j^ H^ *'* (= ^^'^) -to-ra-ts^a. 

Dhrifaka is transcribed ^ ^ ji^ «'« (= dAri) -/o-ia. Mahârâsfitra 
is transcribed ]^ ^ ^ |^ Ma-ha-lat-Vo where ^ To stands for 
fra. In Surâslifra j|^ ^ P^ 5U-/at-^«'a, P^ //r'a (e'a) stands for fra. 

Tur/an is rendered in Chinese by \t^ ^ t'u~fan, where the 
aspirated t'ii represents tur\ it is also transcribed more precisely by 



THE SECRET OF THE CHINESB METHOD ETC. 95 

db © Ç rM-/M-/an, where Vu-lu is = tur^ru = tur. The skt. 
syllable dhru is transcribed J^ © t'u-lu (Julien, Méthode, N®. 2112). 

Gridhrakûta is either transcribed in full by ^ |g| ^ j^ ^ [t^ 
iE:tt-/«< (= Idr^rit = ^rid) -fo-Zo (= dhra) -it2-{a, or simply by ^ ^ 
A-.-.<u (= ^VM) pH or lijlg i«^ for W{a, or by |fj |j|UÈ j^ ^ B^ 
Jh'Mtt (= itr-nï = flrrfdA) To-Zo (= dAra) -Atîfa. Fan-yth Ming-i, VII, 
fol. 1 7 t7^«o. Naréndra (a king) is transcribed ^ ^ ^ iSTâ-Zan- 
£*o or ^ ^ ^ Na-lin-Vo^ where «o stands for eZra. It is also 
transcribed ^ )|| ^ j^ Na-lian-t'o^lo, where t'o-/o stands for dra. 
The name of the Siamese usurper in Â.D. 514, Budra Varman^ 
is transcribed ^ ^ ^ jlli Liu-t'o Pat-ma^ where ^ fo stands 
for cZra. The name of the Bddhisattva Bhadrapâla is transcribed 
^ 1% ^ IS P^^^'t.'o-po'lo, where again ro stands for c/ra. In 
Bhadrakalpa |§^ |î{5 ^ |^ pat-Vo -kiap-po^ Vo stands for dra 
(Fan'-yih Ming-i, V, f. 28 verso; Julien, N*". 1488). 

The syllable kro in Éropa is rendered by ^ J^ A'u-Zo, ^ ^ 
it'u-Zao, ^ j^ iEr*u-/u or j^ j£ k*U'lo^ which last also serves for 
transcribing grâ in grâsapam j^ j£ for ^ro, ^ ^ sat-pang for 



Other représentatives of B. 

§ 18. I hâve already given, in § 11 and 12, several instances 
of the use of the charactei-s J^ , ^ and p^ for the letter R. 
But, besides thèse characters, the character ||| ô (old sound ai) 
is also employed, as e. g. in the transcription of the name of the 
Arguna-tree (Pentaptera arjuna) Nâgardjuna ^ ittl BU ^ ^ ^ 
iVa-*a-a<-ia<-cA*tu")-wa. The Fan-yih Ming^i, Chap. II, fol. 21 verso^ 



83) Amoy CoUoquial eA'im, \n Book-reading tR or si. 



96 O. 8CHLEGEL. 

remarks that ^ has the same soaud as J^ ^^). The redoctioD gives 
Na-ka (= Nâga) ar-rat (= rd) ch"iu~na (= djuna). 

It is also traiiscribed in the Fan-yUi ^ ^ ]^ i^ ^ , old 
sounds Na-ka'at'f'h'iu'naj wherein naka-at représenta nâga^r **). 

St. Julien (Méthode, nos. 1251 and 1252) wrongly saya that 
m , which he transcribes ngo, représenta a, whereby the final a 
of nâga would remain untranscribed, whilst he says in no. 1252 
that H^ ^ 7}go'la (at-lat) represents ar. 

§ 19. In modem transcription ^ or j^ are frequently used for 
representing the letier R, as in the transcription of Bolor fjjjji ^^ 
IS or ^ ^ ^ Po'lu-r or Po-lu-la (m = r). 

By the Java-Chinese ^ /a is also used, as in the transcription 
of the word orang tjerdik (an intelligeut man) j^ J^o ^ j^ ^ 
O^lang {orang) ts'à'la (for tjer)^lik (for dti); the chinese transcriber 
having expanded f;^r, which he could not pronouuce, to tjera. 

The Java-Chinese use ]^ A;a^ for kar^ as in <i«Arar (to exchange) 
13^-^ ^a-Aa<: WAar (to bake) -^ ^ hâ-kaf, wherefrom appears 
that this character is also employed for kat = kal in kalinga iMl 
'^ ^ kat'ling-ka for kaNing-ga, with the usual reduplication of 
finals and initiais. 

We haye seeu ou page 16, that the character ^ is used by 
the Amoy-Chinese for the transcription of ri in bediri )^ ^ 5iC • 

In the same Manual the name of the town of Rangoon is 
transcribed ^ "^ giang^kong "*"). 

In my youth I hâve known a young lady, who could not 
proDOunce the letter r and substituted for it an aspirated g 

35) Not ^ven by Eitel. 

36) It is also transcribed, more correctly, ^^O ^| lang^ong, in tbe Manual; Imy 
being the rolloquial word for A^ /i», indicaied by the little circlet to tbe right of the 
rbarncler. 



THE SECRET OF THE CHINESE MKTHOD ETC. 97 

(greek x)' She called ruiten boer (kuave of diamouds) Ghuiten bugh 
(proiiounce ;^ut7en boox)' This proves that r eau be replaced by g 
as in the above examples '^). 



Assimilation. 

§ 20. We ha?e already bad occasioa to speak of this featore 
in § 8; and we shall giye some more spécimens ofit for illustration. 

The Skt. Word shandha is trauscribed ^ ^ [^ , old sonnds 
gik'-ken'-Va^ wherein s{ik)'\-ken represent 8kan\ it is the same case 
in the transcription of the word skandhila ^ ^ jilj^ j|^ sik-keri' 
ti'la. Likewise Çloka was transcribed ^ J^ ^^ su-lo (for çlo^ka, 
and çmaçnnam J-^ ^ ^ 5Ï|5 si-ma (for fma)-«ta-na, final m beiug 
suppressed. 

The word Sphitavâras was transcribed g ^ ^ ^ ^J jjf^ 
sip'pi (for 8ph%yta'fai (for vâr)-lat'su (for raN^M = raj?); the word 
sphâtika^ ^ j^ JJJ j^S ^ik-p'o (for sphâyti-ka, and the word çramana, 
-^ j^ ^ ^ sta-/a (for fra)-/wa-wa. 

The name Sa/itA is transcribed J^ ^ pan-li for BaUlL It is 
also transcribed ^ Hff j^ pan-lik^-kHi for Bal-kh' or even d ^ 
^ pa-U'hik, pâli becomiug, by assimilation, j8a/ ^"). The name 
Proboliiigo is transcribed by the Chinese in Java ^ ^ ^ }^ ^ 
put'lo (for pro^bo-ling-go. The malay word p2rï*« (belly) is trans- 
cribed ^ ^ put'lut for pur^rut = pernt, 

Julien, N°. 1379, says that ^ pi (old sound pi7) is used for 
vi in Vimala^ and refers as bis authority to the Fan-yih Ming-ij II, 



37) I hâve since discovercd that the same character jg^ t/i, used in the transcription 
of the malay nord l'Ilbih [HJ ^ lap-pi, has the sound biA as a phonetic in the character 
fin 5»^, "curds of milk". We Ihen get rejçularly larhbih for tab-bih with the nsnal 
répétition of final and initial b. jjSr JS i\ -tij •§• 'Ô , K^ang-hi. 

88) Bretschneider, Travellers to the West, p. 47. 



98 G. SCHLKQBL. 

fol. 6 verso. In my new édition (fol. 7 verso) tliis is noi foand; 
it has ^ ^^ for Vimala. Eitel bas aiso ^ ^ j^ pi-mala 
for ihe same word (p. 167 a). 

Sab no. 2270 Julien gives ^ youe as representing m in Vimala^ 
witbout giving bis autbority. Volpicelli adopts Julien's reading (op. 
cit., p. 179), wbere be gives for tbe old sound of ^ nguet. I tbink 
it is get (Âmoy Reading godt^ CoUoquial goéh) as is sbown in the 
transcription of tbe name of tbe Getae J^ ^ geMù 

Tbe Gbinese wrote tbus Vimala as Viimala^ wben t before m 
became also m by assimilation, 

Tbis pro?es that tbe cbaracters ^ , ^ pit and ^ get ail bad 
anciently a final t. 

It is tbe same case witb tbe transcription of tbe word Upaçûnya 
M ift ^ ^ get'p'O'Sun^djiak wbicb was read ut (in Canton ^ 
is pronounced yûi) 'pa-sun-nya; by assimilation of t witb p, utpa 
became upa. 



§ 21. In tbe above mentioued Malay-Cbinese Manual, tbe word 
Sëmut (ant) is transcribed ^ j^ sun-but, wbicb becomes, by 
assimilation, sum-rnut = semnt. Tbe persian loanword Kishmish 
(carrants) is transcribed "^ ^ ^o ^ kit-sa (= H«A) mi^-si (= mûA). 

Tbe malay word melili (to flow) is transcribed ^ jjjL ^ ôwif- 
lé'lé^ tbe final f of bût becoming / by assimilation witb tbe initial 
l of lé^ in order to sbow tbat tbe vowel ë is sbort. 

Tbe word bëdidih (to boil) is transcribed ^ 5^ M bût-lï^U, 
wberein final t of bût becomes l by assimilation witb initial / of lï; 
lï'H standing for di-dih, as tbe Amoy Gbinese bas no rf. 

Tbe malay word Bëbanghas (to sneeze) is transcribed !^ ^C 

~f^ BÇ bà-bâng-kan (witb tbe lower sborfc tone = kdt)^^) -«'; 
A 



89) We hâve hère the same feattire as in |^ çan; the syllable '^^ kan haTing 
DO représentative hit in the lower short tone. 



THB SKCHrr OF THB CHINESB MKTJIOD KIC. 



09 



kât^Mi becomîng, by assirailatîou, ia** The imme of Iskamlar m 
traugcribeil ^ ^S -^^ ^ Ki^-axe-iC-an-fap-r, whereiu t/ik-izs 
beeomeg, by asaimilation, îj-su = i^f, and tap-r becomaâ tar = dar* 
The malay word a<ftï« (anise) is trauscribed MS 5^ ^ a-lai-st^ 
lat'êi becomiug las for (^^^s^ m the Amoy-chineae bas no d. 

Hiudmtan îs transcribed ^ ^ 5^ ^ Hin-ht-sîi-tan^ whereiu 
lu'êiÈ atands for dwa. It is also transeribed )(^ ^ ^ "(B ^i"- 
iu-sz^tan or ^ ^ ^ "(^ Hin-tu-MZ-ian^ whereiE lu^is siaoda 
far tiu#. 

The inalay loaoword islal (from ibe Dutcb atal, stable) îa 
transeribed ^ ^ j^ i-âU^tat^ whereia weY stands for ù aud tat 
for lai. 

In the modem transcriptioii of Khorha (a mongol tribe) by 
?Ç ^w fê ^ koh-r*io-gze^ lo-sze staads for lùâ. In that of the 
sahe Turushka, [1{ijB^|^^J. it*^-/w*«V kiatu {Fuft-i/ih Ming*ù 
Vin, fol. 9 revto)^ tui^lu becomes firat iullu :=- turru = <«f«, wUlst 
ait siroply renders the sibilant aA, tut-U-iii etanding for turmk\ 
Ham stands for kam[ the foll forin mnat bave been iurnshkam. 

In a Formosan-Chinese vocabulary, the word idoi (rnoon) ia 
transeribed fl|^ ^ ^ i*tat-sik, whereiu tat-iik becomea, by assi- 
milation, tasi ^ dus, Aisennas (little star) is transeribed |§ ^ 
^ ^ ai-êat-na-nk^ whereiu «at^na becouiea san'na and tm-nk 
becomes, by assimilation, nai* 

The old turkiah word ùulm^ç {bulmish) is transeribed |^ ^ J^ 
but (^ ^u/) mU^sfn^ where niii-*/»' ^ mi*/i (Cl T'oung-pao^ VoL VU, 
p, 184). 

hpahan was transeribed ^ ^@i flU ^ i*-*» (for ù) -pa-hani 
Tûshkend waa transeribed ^ ^ -f* ^a/t*jrAiA (for ^a«A) *^aïi (= ^er/cf), 
Shiraz was transeribed ^ ^J ,Q^ èhik-lai-iz^ lat-tz becomiog, by 
asaimilation, raz. 

Âceording to the aame rule the aanaerit word açmagarbha was 



100 0. SOllLKOEL. 

transcribed P^ $É ^ Jl^ ^ «'-»« (for «f) -ma k*at (= gar) -p^o^ 
or P^ ^ ^ ^ ^ at^na (for af) -Tmi i'ai-p'o, or |S^ ^^ ^ 
j^ ^ a<-«tp (for aç) "ma k'at^p'o for garbha. 



§ 22. St Julien (Méthode, p. 57 aud p. 113, nos. 435 and 439, 
and p. 96, nos. 206-2116) bas assumed tbat the chinase transcriber 
read the foreign words etymologically, instead of phoneiically *^), 
and thus he fancied that the Ghinese read the name of Caahmere 
(Kâçmîra, transcribed JËE |^ ^ M ^a-^t^p-^<-'a or j|P ^ ^ 
^ ka'siV'Tni'la) as kâ-çmUra. Now the Chinese did not thus 
pronounce tbis name, but tbey pronounced it kâç^mUra, exactly as 
the Englisb pronounce it Cash-mere, the French Cache^myre^ the 
Dutch Kaah'mir. In modem transcription we find ^ j^ ^ ^^ 
Kih'shih (for kesh) -mûr. Consequently Julien is wrong in saying 
(no. 207): *^ ^ shi-îni for çmi in Kâçmxra^ joining together ski 
and mt, instead of kâ and shi. 

We bave only to look at modem transcriptions to see that 
Julien is wrong. 

Kashgar is transcribed P|f ^ 1^ ^ Koh-shih (for Kaah) koh-r 
(for (T/ar); Kharashar is transcribed P|f |^lj ^ ^ Koh-lah-aha^r^ 
wherein lah-sha represents rasha. 

We ba?e thus to read ]^ ^ ^ ^ ^ as Ma-hêç-var-ra and 
not, as Julien does, Ma^hê çva-ra^ for the old sounds of j^ and 
^ were stp and fat, which could not become çvat (= ^rar) by 
assimilation. 



40) This is a.o. proved by the chinese transcription of the malay word0rtf«^p?/^aiwni 
(a seafariog man). The syllable an is a malay soffix forformingsubstantives; pëlajar me^iu 
to tttil, piêlajaran taiUng\ oranç pëiajaram a sailing man. Now the Chinese did not care a bit for 
the etymology of this word, but transcribed it phonetically with J^ tS| q JfS' Sk BB 
olamç pa-la-jiat-lan for orang ;;a^^Mr-rtf/tB=/)a/!ci;ar-rai9, doubling the r on account of theahort 
preceding vowel : jiar-ran standing totjaran (pr. yaran). So they transcribed the word ingat-m» 
(meaning) "ffi! B^ 43- ing-gat-tan^ with the usnal doubling of g and /. 



THE SKCHRT OK THE CHlKKSK IfËTHOD' lerC^* ** 

W© bave to reaa |ï^ ^ ^ and |^ ^ |f as «;-»«** ^a^d'uat 
as a*ft;a; P^J -^ ^ pi-Bia-pu as t7V-tT^, aad uot as t^i^^^a; &tid sa 
tu ail thd cases given by JuUbû. Âecordiug to the eame law, we 
bave to react the chinese transcriptions of the wonl "î^ara qt ê^çtra 

^M^B^'ÊMMM ("' ^ m ) *') ^ ^r^ra, «nd not 
ma 1-çvara^ which is corroborated by the transcription of the ûame ol 
theking of Malacea Çri Pâraméçmra ^M^MH^^ ^ M''^ 
ûf which the old sounde, daring the Han^djnasty, will liave been 
*f(-/t (^ êirrU cootracted to Bën^ tho raalay pronuneiatîou of çri) 
Pq4o (= para) mi*sit {=; mêç) pat'to (= vara); for mi-#tV cas become 
méç or ffl!^, but »it*pal could never beeome gm^ m St. Julien wgald 
perhaps atso bave ackoeated. 

Etymologically the Dame i& composed of para -\~ ma (higheât) 
içuara (lord); Suprême Lord; bat the Cbiiiese wrote dowu the iiatiie 

Lphonêîicalltf {m they keard it from the uatiTes) as para-mêf-vara^ 
and uot as param^é-çva'ra» 
Iç is aiso retidered by J|^ ^ i-ml (i^ëhih) iu Çartâiçchara 
ifiSi ^ Aîi ^ ^ H na-nai'i^dt'tsiaUlù (Fan-yih IV, £ 20 mrm). 
JulieUf no* 1205, wrongly joins 75 with J[îj[ which he reada «ait 
withont aeelog that the ebiHese tran^criber read tbe word Ça-nâi-iç 
( lil M ) '<^ha-ra* In Ski* the t of nai and of iç bave been coutracted 
to one single L Benfey, p. 941, reads çâuaiçchara^ atid saya that 
the word ia composed of çanaiçchara + a. The same contraction haa 
taken place in the skt worfl Sihânêçmra, transcribed ^ ^ ïflÊ 
'M^i^W^^ old sounds Sat-ra (= Sthd) -nwip {^ nêç) -fat-h (= vara), 
for Sihâna^êçmra (Eitel, p. 132 A). In the title of "The Sùtra 
of the golden, enlightened, suptemc king", în Skt Suvarnaprahhâ- 
êauitamarâdjaitUra, correctly transcribed in Chinese fl^ ^ ^ ^ 



41) Alto frritt^û ^ffl- ^ ijfr ES l-iiap (for tç) -p*ù4Q. Fmn^ik Mm^4t Cbiji. ÏII, 



102 ^ /•/ •*••'• •' G. SCIILBOKL. 

'•.1^ ^ W ^ )^ » ^^^ sounds: San^pat^na^ p'o-p'o^sa, ut^ta^mo^ 
■prabhâsa-'UUama, has beeu contracted to prabhâsottama. {Fan^yih 
Ming^iy IX, f, 20 recto; Julien, Méthode, p. 852; Banyiu Nanjio*8 
Tripitaka, N^. 126). 

Julien (no. 887) errs when he says that li-sha in trshyd {^ 
^ èr i'i^'sha) représente rshya; for by this junction the letter i 
is not represented in the transcription. On the contrary, when we 
join i and U (= ir) we get tr + «Aa (for shyâ). Julien forgot that 
he bad himself said (no. 436 a) that i-li stands for îr in Irshyâ. 

The Word açvakarr^a is as well transcribed ^ ^ |^ ^ ^^ 
at-sip (= flf) -pak (= waA) -*ai (= kar) -na, ^^ ^ tfSlWi^ cU^gu 
(= aç) 'kat^na (= ^arTia) ; the omission of the syllable va in this trans- 
cription proves undoubtedly that ^ and j^ and p^ and |j^ hâve 
ti^ be joined, and not j^ and & . The word açvag/iâsha is not read 
by the Chinese as a-çva'ghâ'sha^ but as aç-vag^ghô-sha p^ g^ jgf^ 
^ èl^» old sounds: aN«tp-paA-A'ti**)-«a, a««ip representing ûf, />a* 
representing vag with final ^, in order to show that the word ghâ 
had an initial g^ according to the law of repeatiug the initial 
consonant of the next syllable. In the transcription of açvadjit 
(master of the horse, Fan-yih Ming-i II, f. Il recto) P^ 1^ ^ ^i 
old sounds at-scat si^lo, we see that the chinese transcriber read 
the word as as-soad (for açvad) si-to (for djit); a<-«oa£ becoming, by 
assimilation, assoat = açvad, and the to after si simply representing 
the final letter t of djù. 

The word is also transcribed in full by P9 |jfô 1^ ^ Ji& 
At-su (for aç) p*o (for va) dji-ti (= djit), according to the Âmoy- 
dialect. In mandarin thèse characters are read O-shu-p^o-gu-chi^ in 
which it would be impossible to recognize the sanskrit word. 

The same is to be observed in the transcription of the word 

43) g ^ ^ ;^, vid, ^, api^a K'ang-hi. 



THB SBCRJSl* OV THB CHINKSB MBTHOD ISTC. 103 

Açvayudja ^ j^ f^ ^ ^y in mandarin Oh-ahi/i-foh'ffU'shay, in 
Amoy At'-aip (for aç) pak (for va) dju'dja (for yudja). 



§ 23. In no. 23 Jnlien again erra in uniting 7^ f% j|^ sat- 
Va-lo, of (he word Râshtra >^ ^ ^ f % ^ 1 and saying that it 
represented shfra, a combination of letters which no Chinaman can 
pronounce. J^ ^ 7^ at-lo-sat (= ar^ra-sat) représenta Rrâsh^ and 
Va'-lo tra. 

' The character 7^ always représente aat or «o^ and, consequently, 
Julien is wroug in saying tbat it représenta sha in Sarpâushadhi 
€1 j^ ^ J^ 1 whose old sonnds were Sat (= «ar) -pao-aaMi. The 
f of «a< and h' being repeated according to the mie of repeating 
initial and final consonant, of which anon. 

This ia abundantly proved by the tranacription of the word 
Upaniêhad ^J '^ iSt fL ^ iu-p'O'nùsat^ the name of a portion 
of the religions writinga of the Hindua, and which ia conipoaed of 
upa^nùsad (Benfey, Skt. Dici, p. 124 b). 

Nonobatant, Julien aaya that ^ représenta hère sha^^). 

The word ia also tranacribed "^ lift A ]f^ |SË lu-p'a-ni^sha-Co^ 
where in sha-t'o, contracted, représenta shadj which ia represent 
more concisely in the other transcription by 7^ saL 



§ 24. Sul-tu représenta stû in stûpa, transcribed ^ J^ jfft 
sut'tU'p'o^ but also ^ |^ jft ^^'^'o-p'o or |^ ip jft so-tao'p'o; 
but thifl is no proof that ^p j^ suMu always represents stu, for 
the Chinese a?oided to pronounce this syllable, hard for them. So 
the word vaslu in Kapilavoêtu and Rohitavtutu was read by them 
as vcu'tu and not as va-stu and transcribed ^ S^ j^ fat^sul (for 
vas) -<ti, or ^ :2^ lus p'o-sut (for va«) -m. The word ilnu«A(ti&A 

4A> Both indicatioDS of Jalien, sab noe. 23 and 1SC5 are wroDg. They nre foaod in 
the Fam-ytA Mimç-i, Chap. II, fol. 19 neto, and Chap. VIII, fol. 18 reeto, Jolien giviog 
Chap. II, fol. 16 and Chap. XVI, fol. 16. 



104 0. SCHLBOBL. 

(Fan-yih XIII, fol. 19 ver80\ Julien, Méthode, uo. 1624) was read 
by the Chinese as Anxuh-'tubh and not as anu-ahtubh as Jolien 
assnmed. It was tberefore transcribed ^ ^ ^ ^ ^ at^no^sut 
(= an^no^sut for annah) tu-p'o (for tubh). 

The malay word miakin (poor) is transcribed in the Manoal by 
^ o 5Ç jg^ mi^'sit (for mw) -Ârt«, because the Malays pronounce 
mis-kin and not mi-skifu The dutch name Meester Comelis (near 
Batavia) is transcribed ^ ^ ÏÉt ift ^ Sft rni^^t/it-tit ko-nai-lii^ 
wherein mi^'tfit answers to A/^^« and Ht (= <tr) to ^«r, the word 
being pronounced mees^ter and not mee-ster. 

The transcription of pêta pura by ^ Ç^ ^ ^ j^ np'pui'-to 
pu'loj mentioued sub no. 208 by St. Julien, has nothing to do with 
the other cases, for the old souud of ïtf^ feî was pui (as in Âmoy) 
and had au initial p 2i» sip had a fiual p, so that both words are 
to be joined: shih'feî first giving sfeî and then çvê, 

Julien (no. 1548) wrongly says that ^ joined to ^ represents 
the syllable ska in Bhâskara, ^ ^ ^ j^ i ^^^ sounds p^o-sik- 
k'at'lo or p'O'sai k'at-lo, for the character ^ has two sounds: sik 
and sai. The Ohinese read bhâs + kara, and not 6Ad + skara^ and 
thus p'O'Sik or p'o^aai gave 6Aâ« and kat^lo = £a^-/o = kar^ra gave 
^ara, with the usual répétition of the final and initial / or r. 



Transmutation of Consonants. 

§ 25. jST before L becomes L^ as in the transcription of valguy 
of wich Julien (no. 1462) only gives the first character ]!q|, old 
Sound pok and pak^ as in Amoy CoUoquial. We suppose the two 
others to be ||{f ^ 9 which would give pak-lik-k'u = vak'lik'k^u^ 
where final k of vâk becomes l by assimilation with initial l of Uk^ 
giving val'lxk-gu^ contracted to valgu. 

46) Compare the transcription of phâlguna by ra ^^ ^ ^^ p*(hUk'k'tMia in the 
Tan-yih, V, f. 28 r^c/o. 



THE SKCKET OF THE CHINB8B HBTHOD ETC. 105 

K before L becomes i2, as in the transcription of Hébrevo (Hebraïa) 
^ "g" 315 Hi'ptk'lai = Hi-bir-rai. 

§ 26. Final K before P becomes L, as in Bhadrakalpa ^ ^ 
^yi ^ p'at'VO'kiap'p'o = bhad-dra'kal'pa. Kalpa is also transcribed 
3^ ifit ^^ (ol^ Sound probably kap) -p'o for kal-pa. 



§ 27. JT before T becomes 7\ as in the transcription of uttara 
HP ^ M y^^'iO'lo {Fan-yih, XVIII, f. 10 verso). Julien (no. 2261) 
wrongly says that yuk *"), which be reads yeou, stands for u in 
uttara; for this word is also transcribed ^ ^ ^ uf^'io-lo and 
Pâ. ^ ^ ut-tat-lo (for «ar-ra = /ara) (Fan-yih, II, f. 29 rec/o 
and f. 18 ver«o). 

Julien (no. 2268) again says ^^^^ pour ou dans ou<<ara*\ Now 
/o stands for ta and /o for ra and thus the final t of otit would 
hâve remained untranscribed. But the old sound of ^^ was ut^ as 
to the présent day in Amoy, and so ut-to^lo gave quite distinctly 
back the 8kt. ut-ta-ra. The pronunciation ut is confirmed by the 
transcription of utpala ^ ^ j^ ut'pal4o (= ut-pal-la = pa/a) 
and of utsamga ^ f^ ^ ut-sang^ka. 

Uttara is also ' transcribed ^^^ ut-tan-oat, which proves 
that tan had also the sound tat *''), Ut^tan^oat thus stands for 
ut'tat'Vat = tl<-<ar-ra^ 



§ 28. K before S becomes /S, as io the transcription of the city 
Hosna (modem Ghuznee) ]^ ^ ^ Hok''sit''na; kok-sit becoming 
hossit = ho8. 



§ 29. iV before M^ B or P becomes if, as in the transcription 
of iZama by ]|^ ]^ Lân^md for Lâm^ma = Râm^ma = Rama; in 

40) ^K is pronoanced yuk in Caoton, Âiok in Amoy, and yK^ in MandariD. Jalien's 
readiug yeau, withoot a final consonant, is quitc wrong. 
47) Vide supra, p. 20. 



106 O. BCHLKGKL. 

ihat of Avalambin ^ ||S ^ U-lan-p'un (to hang down, be in 
suspense) ; iu that of Bimbisara, traDScribed ^ ^ ^ jp| pin^^'o 
(for bimbi) •sa-lo. Fan-yih V, fol. 15 recio\ in that of Zumfctnl ||^ 
^ ^ Lun-bin-ni; in ihat of the malay word iumbuh djirawat 
(pimples in the face) ^ ^ ^ 1^ turi-bu âzia-lah-oat; in the 
malay words sumur (a well) ^^ y^ sun-but^ and simut (an ant) 
4$ 1^ êun^but^ both for «i<ni-mur and B7im'mui\ in that of Sum- 
pah (to swear) ^^ Q sun-pa. The Chinese having no sjllables 
ending in um, are obliged to replace them by un^ as in Malay bëlum 
(not yet) -^ 'Jj(J ba^lun. 

§ 30. iV before L becomes L, as in Uruvilva^ transcribed 
ft ^ ® î'^ i^-lo-pin-lo = u-lu-pil^lo for u-ra-tn7-/a; in which 
transcription the syllable ^ p'o after ^o bas been omitted, giving 
U'ru'vil'lo'va^ which two last syllables are contracted to Z-ra. 

The town of Balkh is transcribed by ^ J|^ pan^li^ which 
gi?e8 Bal'li for bal (see above § 20); final kh being snppressed. 



§ 31. P after 3/ becomes M, as in the transcription of the 
town of Sïmarang (Ja^a) ^ flf ^ Sam-po-lang for Sam-ma-rang^ 
the ^ of Sëmarang being short. 

§ 32. A^(g^ before K or G becomes JC or G, as in the transcription 
of the malay word Bakalâhi (to fight) H J!|P ^ '(^ bang-ka^lâ-^i; 
the province of Bagëlin (in Java) is transcribed 3^ ^ ^ Bang^ 
k*it~ling^ wherein 6a is writteu bang ou account of the initial g of 
<^6/^, and gë is reudered by ^t7 on account of the initial l of fôn, 
gii^ling becoming, by assimilation, gil-ling for ^e/èw; the province 
of Bëkasi is transcribed ^^ J!||t ^ Bang^ka-si, the e being short 

Likewise the skt. word Nagarahâra was transcribed ^ [^ ^ 
^ W ^^f^9~90'MiO'lo (Julien, no. 1222) wherein ng before g 



TMB SBCBBrr OP THB CHIN&SB MBl*HOD ETC. 107 

became g; in Çaçânkha g^ ^ j|[P siat^aiang'ka; in Çankhara "(j^ 
^JIS nang-kH-lo or j^ ^ j|^ «aw^-i'ûz-fo ") ; in Aaanga ^ 
fg' ^ a|.«an^*a; in Angulimâlya ^ £ ^ j^ j|^ taw^ *®)-A'u- 
li-mo^loy or ^ :^ 01 ww^f ♦»)-A'M«.fwo; in Kadjingara ^$^^^ 
f^ k'ai'ing-'k^at'^lo; in Kônkar^âpura ^ ^ 9|S fjl j|^ iEru;i<^-ita9i- 
na-pu^lo. 



§ 33. JV(^ before L becomes L, as in ^ (or g) ^ ^ ^ 
hiang^liofig^ya^axa {Fan^yih, III, f. 10 r^«o) = kalr-la-ya^sia^ for 
Kâlayaças (Julien, N^. 592). § fear)^ before i^^ becomes kan, as 
in Kikana ^ § 9|S k^e-kiafig-iyt (Julien, no. 598). 

When we now bear in roind that thèse cbaracters are pronounced 
in Amoy GoUoquial kiu^, in Chang-chow kio^, we see that the final 
ng is changed into a nasal tone, which even disappears in the 
japaneae pronunciation %2$, and that tbns the use of kiang for kâ 
becomes quite natural. 

For the second case we must remark that ^i is a nasal vt, so 
that the chinese transcriber read the word kikana as ki^kia^^^na, 

Both cases are only to be explained by the Amoy-dialect. 

It is the same case as in the transcription of the word Druma 
by ^ ||[ ||i tung-lung^mo, which first became tul-lum^mo = dul- 
lum'tno or dur^rum'mo^ dur-rum being contracied to drum. (Cf. Julien 's 
Méthode, § XIV, E.) 



§ 34. Ng before B or M becomes 3f, as in Kumhhâryda ^ W^ 
^ kung^poari'ta or ^ g^ ^ kung-paan^ta; in Kumbhira ^ ^ 
jl^ kung^pi^lo; in Kâuçamhî "^ ^ $^ ku^siang-bi ^^). 



48) ^p, valgo à'i, is pronoanced t*ia in Amoy-coUoqaial. 

49) Canton onç, old tonnd ang. 

50) d« , in Mandarin mt, is pronoanced dt in Amoy. 



108 O. SCHLBORL. 

Bula Comba, a fortress in Celebes, is transcribed by the Chinese 
1$ i§ 3l& ^ l>U't^'kong'ba^ wherein ng becomes m, by assimilation 
of initial b of ba. Cp. § 33, where lung^mo becomes lum^mo* 
Phnambuan (a bamboo shed) is transcribed B 3^ o ^ ^ pa-hang^ 
&u-ar», where f}^ becomes m. jBom&ay is transcribed )^ ^ bong^^hê^^). 



§ 35. Ng before A^ becomes Ny as in Çanaka f^ ^|^ f^ nang» 
na-ka for San-na'-ka (Julien, no. 53). 

The Word Kurana is transcribed ^ |^ ^ kut'lang^na^ wherein 
final < of kul becomes / by assimilation with initial / of laug^ and 
ng of lang becomes n by assimilation with initial n of fia. We 
hâve thus to read the word Kul^lang-na, {or Kur-rang-nazz Kurana 
(Cf. Julien, Méthode, p. 59). 

§ 36. Ng before P becomes M, as in the transcription of the 
malay word menumpang (to go aloug with), curtailed in Low-Malay 
to numpang, and transcribed ^ ^ long-pang or ^ ^ long^pang 
by the Java-Chinese. 



§ 37. A^^ before Tor D becomes iV, as in the modem transcription 
of Pondicherry "^ ^ ^ M. pong-ti'taia'li {Hai'kwoh''Wen»ki€n'' 
luhj Chap. II, fol. 28 verso). 



§ 38. Final P before T becomes T, as well in Sanscrit as in 
Chinese: anavatapta and anavaâata ^ W^^^ ^ at-na (for 
anna = ana) p'O'tap-to and ^ ^^ ^ ^ at'na'p'o-tat-to. 

§ 39. P before M becomes also M^ as in the transcription of 



51) Id the well-known modem chinese geography jfffi U p^ ^^ ^^>C1>*P-II. 

f. 28 verso. The name is evideutly transcribfd by an Amoy-Chinese, for the Mandarin pro- 
nnnciation Wang-mai would not fit at ail. 



THB SECKl>n? OP THB CHINKSB MBTHOD ETC. 109 

âtmanê (pada) ^ ^ tJ^ ^ âMap-mat'm^ in which tap-mat be- 
comes, by assimilation, tam-mat for tma^ and mat^ni becomes 
man-ni for mané; and in which word, besides, the nsua! doubling 
of final and initial consonants is observed. 

It is the same case in the transcription of the word Gâutami 
(Julien 1716) ff^^^i which we hâve to read kiao-Vam-mi. 
This appears more clearly by the transcription ^ ^ J^ faao- 
tap-^ma for Gâuiama^ because tap^ma becomes, by assimilation of p 
and f?i, tam^ma, {Fan-yih Ming'-i, I, fol. 18 recto). 



§ 40. Final T before L or R becomes L by assimilation, as e.g. 
in the transcription of the kingdom of Vallabhi ^f^ j^ W^ fat^lap 
(for vaUlap) + pi = val-lah'bhu Likewise in ^ j^ J^ pat^lo-ma for 
pal-lO'Tna = par^ro-mo = parama (Eitel, p. 90 a); in the transcription 
of the word mrigala ^ 5^ "{(/P j^ i old sounds mit-li ka4o^ wherein 
miUli first becomes milli^ next miv'-ri^ and, by contraction, mri^ a 
syllable which no Chinaman could pronounce. 

The word Mlechchha is trauscribed in Ghinese ^ ^ ]^ , old 
sounds Miet'lê'ta'ia^ which the Chinese read Miel-lê-ch^a and con- 
tracted to M-lech'a. Julien (no. 1145) is thus quite wrong to say 
"3ft« avec ^ li forme Ze"; for it forms Mie exactly as in the other 
transcription of the same word ^ ^ ]^ Mi-lê (= Mie) 'taUa and 
^ 3^ $. Mi'li (=; mie) -ch'a {Fan-yih Ming-i, V, fol. 23 verso). 

The kingdom of Kotlan {Kotula) is transcribed ïpj |}|]j j^ ko- 
iut'-lo, wherein tut'lo first becomes tul-lo and then ttda. 

The name UUangha is transcribed ^ ^ ^ lU^lang-ka for 
uUlang^ka. Bunyiu, Tripitaka, Col. 377, no. 47. 

The city of Talkan or Talekan is transcribed Pg ^J ^ tat-lat- 
kian^ wherein tat-lat becomes first tal-lat^ and then tal (Eitel, p. 140 a). 

Kurana is transcribed J|^ |^ ^ kut-lang-na, which first becomes 
kul^lang-na^ then kur-raug-na and fiually ku-rar^-iia for kurut^ui. 

8 



110 O. 8CHI.K0BL. 

Talds or Taras is traiiscribed PM JH ^ taUlo-aze = taU-lonêz 
or Tar-ra-az^ the coDSonant being doabled, on account of the short 
preceding a. 

The Word Barukachêva is transcribed ^ jj^ ^§ P||| ^ , old 
sounds pat'-luk'k'at^sip'p'Oj wherein paUluk becomes paU-luk = par^ 
ruh for baruk on account of initial k of i*a<; sip-p'o becomes siv^vo 
for c/icra "). 

The capital of the province of Kedu in Java Magëlan is trans- 
cribed R8| 1^ j^ Ma-pii^lang = Ma-giUlang^ wherein the t oî git 
becomes Z by assimilation with the initial / of lang. Bëli ("to buy" 
in Malay) is transcribed ^ |^ but-li for 6tt2-Zi = bel-U^ contracted 
to bëli. 

For the same reasou Blitar is transcribed ^ J|^ ^ Bui-U'iat 
= BuUli'tar^ BuUli representing BU. Blora is transcribed ^ yj^ f^ 
But'lo'la = Bul'lO'la^ Bullo representing Blo. Singapore is called 
SUat by the natives, which name properly means a "Strait". It is 
transcribed by the Chinese ^^ ^ or ^ ^ Sit-lat = SiU-lat = 
Sélat^ the vowel ë being short. 

Tëlok bëtong is transcribed [lE Jj^ ^ '^ Ϋ<-Ze buMong, Iti-lo 
representing Til-lo^ the ë in Te/oA; being short. 

The malay word aëreî (Andropogon schoenauthiis) is transcribed 
■^ j^ «if-W, which is contracted to ail^lé = «j'r-r^ = «^r^f. 

In the name of mouutain Meru Sudarçana^ transcribed in the 
Fan-yih Ming-i (VII, f. 19 recto) M^M^M Swtat-li^sia-na, 
i. e. Sudfiçana ^'), final t of iat becomes / (r) by assimilation with 
the initial l (r) of Zi, giving tar^ri = dji. *') 



52) P|l^ is generally pronoanccd eUap, but also ^ np ( f^ ^ ^ ^ |^ . 
FÛ/0 JE ]^ «^'M^ K'ang-hi. 

58) The chinese transcription is ctymologically correct, for darçana is compoted of 
driç -f ana. Benfey, Skt. Pict , p. 388 b and 389 a. 



THB SKCKET OF THE CHINKSE MKTHOD KTC. 111 

§ 41. T ÎB ofteu used for the letter JT, as in ^ X. oai-ta^a 
for yaksha (Fan-yih^ IV, f. 22 recto\ Julien, no. 2275), also trans- 
cribed ^ 3C yak'ta'a and, erroueously, according to the Fan^yih^ 
^ ^ yà'tê'a^ for the vowel a in yakalia is short**); i is used 
also for k in the transcription of Akshamati pjpj' ^ ^ at^ts^a^maL 
(Bunyiu, Tripitaka, no. 74). 

Likewise in Ahhôbhya ^ ^ t& at'ta'iok-p'o, for the vowel 
a is short; and the Ghinese ha?e therefore transcribed the word as 
ak^sho -f~ bhya and uot as a -f- kshô-hhya^ as Julien (no. 2186) fancied. 
Serawak, in Bornéo, is transcribed ]fj^ ^ ^ Sa^lo-oat; gâgak (a crow) 
is transcribed ^ ]^ gâ-koat; Lavek or Lawèk^ the old capital of 
Siam, is transcribed ^ ^ lo-oat {Toung-pao, Vol. X, p. 292). 



§ 42. T before S becomes S^ as in Aaokadatta ^ ^ ^ aU 

sut (for aa-sui = o^o) -<a^ (for e^a^) ; £a and ^a being left un transcribed 

(Bunyiu, Tripitaka, no. 42); likewise in Açôka ^ ^ j|P ai-sut 

(for a«.«u< = afo) + ka (Julien, no. 248); in Dûshana ^ ^ ^ 9|S 

Tui'êia-sat'na = Tiis-^ta-^aTi-na ; tus'sia becoming <u«A = dûsh^ and 

the < of 8at becoming n by assimilation with the n df fia (Cf. § 43). 

It is the same case in the transcription of the word Dtuhkfita 

^ iËc ^ ISI ^ » ^1^ sounds tut'sit (for dush) -hiulii (for kfit) -to 

(for la) and in that of Takahaçilâ ^ ^J /^ ^ tak-sat-si-lo or 

f^ ^ /^ j^ *'Ctk'8at^si'lo, which became, by assimilation, tak-sas^ 

êi'lo. Julien (no. 1905), uuaware of the old sounds of ^ and ^, 

took them to represent <a, and made of ^ sat ksha ; further in BiissoraJi 

^ & but'sa = Buêsa (Porter Smith, p. 64); in Çaçânkha fg; ^ 

J6& siat'siang'ka for sias^siang-ka = çaç-çân-ka. 



^ 43. 7 before iV becomes /V. This is best proved by the différent 



")^ 1(1:0^;^ 



112 O. SCHLKGKL. 

transcriptions of the name of the park Lumbint^ or Limbini, or 
Lambin% or Lavim^ transcribed ]||| ^ ^ , Lung^bi-ni; jj^ ^ f^ , 
Lirn-bi-ni; M.^ ^^ Lam-pi-m and J§^ ^ Jj^-Lap-fat-ni (Eitel, 
p. G2 b). Lnp-'fat'-ni becomes first, by assimilation, lav-vat^ni^ and 
then t before u becoming 7?, we get Lav-van^ui for Lavinîj the v 
being doubled, because the vowel a is short. 

Likewise in Buddhavana (giri), transcribed "^ P^ ^ 3^ 1 1 1 t 
old soQuds Put'fo-fat^naj where fat becomes fan by assimilation 
with the n of na; we read fan-na for van-na = vaua, because the 
a of va is short; also în Ana (to inhale in breathing), transcribed 
pi| ^ at-na or ^ fR aw-na {Fan-yih, XVU, f. 18 r^r«o; Benfey, 
Skt. Dict., p. 18 h) **). Wheu raina is transcribed lan-lo in Bahu'^ 
raina ^ "f^ Hj ^ paO'hiu'lan-lo {Fan-yih^ I, f. 12 v^«o), we must 
surmise that the chinese transcriber first changed raina to ral^la^ 
and, on account of the initial n of na, he then changed raUa to 
ranna for ra^fia; a very common assimilation of t with n, as in 
kanaka, transcribed ^ ^ j^M k'aUni'^ka for £a72-yia-£a, or in pan- 
naga, a snake, contracted from pad-na^aa (Benfey, Skt. Dict., p. 514 a). 
Gkanaîn is commonly transcribed ^ J| ^a^-yiam; but also ^^ ^ 
k'at^nam for Ghan-nam (Fan-yih, XVII, f. 3 wr«o). Vjfâkaraiiam 
is transcribed Qt ^ f ^ $lj ^ pi-ya-k'ai (= -Aar) /a/ (= raw) -nam 
(Julien, no. 1213). 

Kurana is transcribed ^ |^ ^ kut^lang^na, whereiu final t of 
j'ii^ becomes Z, by assimilation with initial l of lang giving kul^lang 
= kur^rang, 

Karanam in Fyai*aranam P^ ^ )^ ^'J ^ ^^ transcribed it*a< 
(= kar) lai^nam for ran»nam = ranam. 

In Latin ;9éy«tm stands for a more ancient pesna, which was 

65) To breathe out ( ^ ^S^ ) '^ ^^^^^^ i° ^^^' ^^^'^ ^^^ " transcribed ^ ^^ 
p*o-na. Ibid.'y BeDfey, p. 613 a. j|& • valgo ;)0<x», stands hère for prd, as in pradjêd 
^. Eitel, i>. U4. 



THK SBCRKT OP THE CHINB8K METHOD RTC. 113 

siill earlier petna, from Skt. pat *'to fly". (Benfey, i.v. pat; Pott, 
Etymologische Forschungen, Vol. II, p. 58). 



§ 44. What is the reason that the character ^ pin was ased 
in transcription for the syllable in in the examples gi?en by Julien, 
sub no. 1437, aod which he does not explain? 

In Uruvilvâ "^ ^ ^ ^ iu'lao'pin-'lo, the character pin stands 
for ptï, becanse lao has an initial /. In Vivara ^ ^ ^ pin-p^o^lo^ 
pin stands for pip = wv, whilst p'O'lo represents vara. In Vidruma 
^^ £ nit @ pin^tung-lung'-mot pin stands for pit on acconnt of 
initial t of tung^ whilst tung^lung becomes tt^lu for du^bi = dru. 
Julien, Méthode, § XIV E and § XIX. 

In Pippala ^ ^ ^ pin^pat-li^ pin becomes pip by assimilation 
with the initiai p of pat (pal) pip^pal-^la; the vowels t and a being 
short, the consonants are doubled. 



§ 45. Final T is nsed for S by the Chinese in Java, as in the 
transcription of the malay word këras (strong) '^ ^ kat-lat = 
kal'lat = kav'ratj the r being doubled because the vowel ë is short, 
and final t of lat becoming s. 



§ 46. The modem chinese method of transcribing, not only syl- 
lables, but also single letters, seems to hâve been casually followed 
by the ancient Chinese *^^). This method is called ^ ^ "^ or spelling 
by the collocation of three characters, from the fréquent occurrence 
of triliteral syllables. Thus the characters }^ a. ^ ni, ^ i, !^ ya 
and ^ a stand for a-n-i-t/'a the manchu word for year. The mongol 
word k'uifun (cold) is transcribed ^kii, J^u,'^i,^tu, J^it^^in, 
for A-u-i-Nm-w ^^). 



66) Of. the Fan-yiA Ming-i, Chap. XI, f. 21 recio. 

57) Edkins, A Grammar of the chinese colloquial langiiagc, Shanghai lSô7, p. 73. 



114 O. SCHLEGBL. 

To this order belongs the transcription of the sanskrit word 
svastika by |^ ^ ^ IS ilE i whose old sounds were sai-pak-nt 
ti'ka **), which represent «(ai)ra(k)«(it) for svas\ the two syllables 
tiha being transcribed by syllabic spelliug. 

Svdgata is transcribed ^ sa for «, ^ p'o for va, j^j^ ^ 
kat'ta for grafa. 



^ 47. This law is to the présent day observed by the Japanese 
in their transcription of foreign words. In the japanese translation 
of the dutch médical work Anatomia reformata (1687) ^®), the name 
of &. Blancardi is transcribed ^ ^ ^ ]^ ^ put^lang (for Blang) 
kak-r-to (for carc?t) because, in fact, the name Blancardi is pronoanced 
as Blangcardi, 

The dutch name Karsten was transcribed by the Japanese 
^ 1^ ^ ®^), which name, according to Mr. Shinkichi H ara of 
the Muséum of arts and industry in Hamburg, is to be pronoanced 
Katsu^m-teiit ni standing for r. Hère the japanese transcriberfoUowed 
the same System as the Chinese, who would read this name kat^li^tian^ 
kat-li becoming, by assimilation kaUli = kar^ri = kars. 

The author of the Ghinese-Japanese vocabulary pnblished by 
Dr. Edkins in the Transactions of the Âsiatic Society of Japan, 
Vol. X [i], 1882, applies very frequently the law of assimilation •'). 



58) Fanyih Mùtç-i, XV, fol. 1 perso. Jalien, Méthode, no. 1552. 

59) This traDslation was published in 1822 ander the title Jlo-lan Yaku-kei ^|çQ S| 
2S ^, "Mirror of Datch Therapy". 

CO) Tydschrift voor Indische Taal-, Land- en Volkenkande van Ned. Indië, 4th Séries, 
Vol. VT, where, instead of ^^ teu, Mr. Serrurier bas put w kiu, and reads iaistem, 
omitting the transcription of the character ëS ni (= r). He seems not to hâve been 
aware that the japanese Medembriki was the town Medemblik in lloUand. 

61) This author, called Q^^ '^ SieA-ttiun, was a native from ^^ W Ting-ekow, 
in Pechely; but, although boru in North China, he was, as Dr. £dkins remarks, in the 
habit of nsing sont hem sonnds to no small extent. For this reason I give the Âmoy- and 
Chang-chow pronunniation to the chinese characters he uses for transcription. The nambers 
placed behind the japanese words refer to those given by Edkins and Satow in this vocabalarj. 



TIIB SKCRlfiT OF THK CHINBSE MKTHOD KTC. 115 

The phrase ikura ka (how many? no. 205) is transcribed by him 
— ' AfiC ^ 'ft »^-*ô-^ût kai, the t of U becoming A, by assimilation 
wiih ko. He prononnced the jap. word t'Aura as ik-ku-ra. 

The word kusaru (347) is transcribed ^ f$ j^ kut-sai-lo = 
kuê'sai'lo^ the t of Au£ becoming «, by assimilation with the «of«at. 

The word kuraishi (dark, 17) is transcribed *^ ^ ^jfC kut-lat- 
sui, the t of lai becomes «, by assimilation with the 8 of «ut = 
kur-ras'Sui, and so in nnmerous other cases. 

N before D becomes Z>, as in the transcription of the japanese 
modote ko (to corne slowly, 139) t§ |% ^ ^ bàn*t*o-tik ko for 
mori'do'te (= modote) -kQ. 

In the transcription of the word yasêta (thin, lean, 344) ^ 
"jr >^ ya'sip'ta, final p of sip becomes t by assimilation with ta, 
and so we get sit^ta for ««/a. 

In that of makura (a pillow, 254) J^ ^ ^ ma-kut-lai (- ra), 
we ha?e to substitute for final t an /, and first read ma^kul-lai 
and then ma'kuv'rai = makura. 



§ 48. A cnrious instance of assimilation is found in the trans- 
cription ^ J5 ^ tslng^lUgin for the Malay Tjiringin (Ficus 
pyrifolia), in which ^ tslng stands erroneously for ^ tstng, 
prouounced tsî^ in CoUoquial. Instead of J| /t, we should ha?e 
expected ling }^ or Jg liang. 

Dingin (cold) is transcribed ^ ^ /t-jrîn for di-gin, wherein 
the n is suppressed. 

Likewise the town Cheribon (jav. Tjiribon) in Java is transcribed 
^ M ^ Tsing-li-bun, because the character taing is prononnced 
tsi^ in CoUoquial. 



116 O. SCIILKCÎEL. 

Gtemination of Consonants. 

§ 49. I bave already oflen had occasion to call the atteDtioa 
of philologues opon that interesting feature in chinese tTanscriptîon 
of foreign words •*). 

The law may be thus circumscribed : 

As a gênerai rule characters are chosen which end with the same 
consonant with which the following ayllable beginf^ when this contenant 
is preceded by a short voweL 

Thus, e. g., the skt. word mati is not transcribed J^ j[j^ mâti^ 
but ^ ^ or J^jfi J^ mat-ti, becanse the vowel a in mati is short. 

When the preceding vowel is long, the final consonant is net 
repeated, as iu "({fD'ISË or 'j[|[/P ^ kâ-t^o or kâ-fa^ the transcription 
of Gâthâ. 

This law is not restricted to the Chinese alone; it is also fonnd 
in manj other langnages. 

Pott, Etyraologische Forschuugen, Vol. H, p. 257, says: 

"Die Gemination (Verdoppelnng) eines Consonanten in der Schrifl 
ist oft nur Zeichen der Kûrze des vorhergehenden Vocales, weil, 
einen langen Vocal ?or einem geminirten Consonanten — obne Panse 
zwischen der Doppelung — aasznsprechen, schwer fâllt*\ 

The french verb appeler (pr. appelay) bas only one /, becanse 
the preceding e is long. 

But in the présent, future and imperative tenses: fappëlUj 
f appellerai and appelle^ the / is repeated because the preceding e is 
short «»). 



62) Toung-pao, Vol V, p. 171—174, 1894; VII, p. 189, 1896. Cp. also $ 1. 

63) Une règle générale, et qui ne souffre que très peu d'exceptions, c*est que quand 
les consonnes sont doublées, c'est presque toujours parce que le» syllabes qu'elles foruent 
sont brèves. IjCs consonnes qui se redoublent le plus ordinairement par cette raison sont 
/, M, jf, /7 et /; comme dans wioelU, pomme^ courontu;. Les mêmes consonnes sont simplet 
dans les roots poèfe^ <l6me, tréne, tempête, pavce que les syllables qui les précèdent sont 
longues. (I^veaux, Dictionnaire des r?iflicultcs de la langue française, p. ICS; and p. 78, 
i. V. Apptter). 



THE SKCUKT OF TllK CHIÏIlâSK METHOD ETC. 117 

The letter t is doubled afber the letters a, e^ o and u, as in 
patte, battre. 

We find further acclamation , affermir , apparaître, etc. 

In Euglish the infinitive of the verb travel has only one /, but 
in travëUing, travëller, travSUed, the / is doubled, because the preceding 
ë is short The same feature is observed iu revel and revetler, in 
occur and occurrence, occurrent, etc. 

§ 50. We shall now gi?e some further illustrations of this law 
in chinese transcription. 

Thus the skt. word kapôtana is transcribed in Chinese ^ ^ 
HH ^ kap'po'tat-na (for tan-na). The first syllable has a final p, 
because the following po has an initial p\ the third syllable has a 
final n, because the 4th syllable has an initial 77. 

The second syllable is not rendered by a chinese character in a 
short tone ( ^ ^ )i because the 6 in kapôtana is a long vowel. 

The skt. name of the scorpion kapphina is transcribed ^ ^' 
JP kap^pin-na. 

The name of the flower Champaka is transcribed ïj^'^llfH 
^^ 9S i$ tm Tsiam-pok'ka, where pok has a final k, because ka 
has an initial k, 

The bisyllabic word Padma is rendered in Chinese by three 
syllables $fî 4^ fù pat-tik-mang; the Chinese having introduced 
the character ^ tik, beginning with a t (d), because the preceding 
syllable pat has a final t (d). The Chinese read and understood the 
word as sounding pad-d-ma. 

The trisyllabic skt. word pudgala is rendered in transcription by 
^$ 4^ ^ ^ P^^dik-ga-la, because the syllable pud has a final d, 

The name of the mountain Kukkn{a is transcribed as Kut-kut-ta 
j^ ^ tl-E* ^he 2ud syllable beginning with a k, kut-kut became, 
by assimilation, kuk'knt; and as the 3d syllable had an initial t, a 



118 6. SCHLBOBL. 

character was chosen for the 2d syllable having a final t. Julien (no. 
687) says quite wrongly " J|§ kiu pour kou dans koukkouita*\ whilrt 
he ought to bave said ^^kiu^ ancienne prononciation koui^ poor kouk 
dans koukkou^ay 

The skt. Word dhvaâja was not read by the Chinese as dhva'dja, 
bnt as dhvad''dja and, conseqnently, transcribed fj^ ^ , ancient acauds 
Voai'sia (Julien, no. 2056; Fan-^yih Ming-i, XX, fol. 7 recto). 



§ 51. Julien (no. 1706) says that ^ tan stands for ta in pu" 
tana ^ ^ ^; this is qoite wrong; the Chinese read pi2-ton-iia, 
tan haviug a final n because 72a bas an initial n, and to indicate 
that the ?owel a is short. 

Sub no. 1715 he says that ^ Van bas lost its final n and 
stands for da in Damya ^ ^ Van^miao, But the old sound of 
^ was i'am (as in Âmoyj, and so we get Vam^miao^ Vam baving 
a final ??» because mya had an initial m. 

In the transcription ^ ^ ^ j|^ u-fam-pat-la (jâdumbara)^ 
Vam stands for dum^ and paiera for bar-ra^ because the vowel a 
in bara is short. 

Julien (no. 1718) is quite wrong to say ^H^an par exception 
pour doun (doum devant une labiale)**. There is a great phonetic 
di£ference between Van and dttm^ but no such between dam and dtun. 

Madhyântika is transcribed tJ^ ^fl J|j^ j^TO mat'tian-ii'ka or tJ^ 
BB itiî mat'tian^ti «*). 

The name of the kingdom of Magadha is transcribed ^ :^ 
|ÎÊ mO'k'at-Vo or J^ j[g :^ mO'k'at-Vi for ma-gad-dha^ final and 
initial < (^) being repeated. 

The word puttra is transcribed ^ ttB j|| pu<-ra<-/o, whorein 
initial < of Vat is repeated in final t of ;9u^; Vat^lo, contracted, 
represents ira. 

64) Eitel, Skt.-Chin. Dict., p. 63 a, writes in both cases m jr^ instead of Q^ /mm. 
Cf. JolieD's Mëthode, no. 2019. 



THB SKCRET OF TUE CHINKSK HBTHOD ETC. 119 

The Word Ardjuna is transcribed ^ )|p ^ , which St. Julien, 
no. 265, wroDgly reads an^chun^na^ insiead of Oh^chun^na^ old 
Bounds ^<-«iin-na, in whicli final t of ai représenta r, and final and 
initial n of 9un and na are repeated. 

In the transcription of atharvaria pJPJ^ H ^ ^ at-Cat^p'a^na^ 
initial ( of l'at and final t of at are repeated, and final < of |P 
fat représenta an r (thar). 



§ 53. K is repeated in the transcription of the word Baghelân 
JJ^ pak'ka'long. 

The Ghinese did not transcribe the name Bhadrika^ as Blia-drika^ 
bot as bhad'diri-ka ^ ^ ^ JËE i ^^^ sounds pat-fi-li-ka, the final 
t {d) of pat indicating that the initial consonant of fi was also a 
t {d)\ Vi'li^ becoming, by contraction, rfn; the name is also trans- 
cribed ^ :^ ^ = bad^di-ri^ or simply by ^ ;^ pa<-<*t, repres- 
enting Bhadri, abbreviation of Bhadrika. 

The Word Vikramâditya is transcribed fiJi^ ^^ JH J^ plf "^ 
(for 5^) ^ pi-k^o-lo-mo^aMit-to ®^), wherein iV/o represents ira. 

§ 53. Julien (Méthode, p. 82) says that in this word J^ pjpj' 
(ma^a) represents mâ\ but this is thoroughly un-chinese. 

The chinese transcriber read vikrama'âditya^ and thus ^ repre- 
sents af, with a final t (d) in order to point ont that the syllable 
dit had an initial d, ât-tit representing âd-dit = âdit; the character 
titj with a final t, was chosen in order to indicate that tyà had an 
initial t. It is the same case as in the transcription of the word 
Bâlâditya ^ ^ pÈj" 5^ ^ po-lo dt-tit-to i. e. Bâla-âditya, and of 
Çiladitya ^ ^ P^ 5^ ^ i. e. Çila'dditya{Fan'yih,YjA6recto), 



06) ^y to, as a phonetic, was pronoanced tia, as in the character ^E' tia in 
Ijjî ^^ a-tia or •^>' ^^ tia-tia, "father" (in Magyar, atya, Ënglish daddy), Tia is 
lar^ely ased in Amoy (Doaglas, Dict. of the Amoy-dialect, p. 498) Pimtianak, in Bornéo, 
ii transcribed ^^ J^ ^ Fun-tia-na, 



120 O. SCHLKGEL. 

aDd of which Julien (no. 2017) himaelf says that the second part 
représenta Aditya, this being one of the names of the sun **). In 
admitting the first reading of Julien, we would get ditya^ which 
does uot mean anything in Sanscrit. It is the same case in the 
transcription of Çakrâditya ^ Ji&E j^ P^ ^ ^ siak^ka-lo (for 
krâ) ât'tit'to for âdiiya. 

In the transcription of Ratnagarbha >^ ^ fS. ^ ^ ^^ 
At'lat'ian'na'k'at'p'o, ai-lat becomes arrat = Rrat and j|@^ tan^ 
with final n, was chosen to indicate that the syllable na had an 
initial yi. 

§ 54. The Word Kanakamuni is transcribed i^ ^ j|^ ^ ^ 
k^u-nak (Canton nok) "ka-mo-ni^ in which nak has a final k becanse 
ka has an initial £, or ^ ^ ^ ^ ^ , old sounds A;*t/-9ta-iE;am- 
mo-fit, wherein the m is doubled in kam and mo. In the trans- 
cription of kâkila ^(^ ^ ^ k'n-ki'lo^ the A is not repeated becanse 
the ô of Â:o is long. 

In Amala ^ J^ j^ am-mo-lo (Fan-yih, XVI, fol. 28 recto; 
Julien, no. 15) m is doubled, becanse the vowel a in atTio/a is short. 



§ 55. In the afore mentioned Chiuese and Japanese vocabalary 
the Word Imdto (younger sister, no. 63) is transcribed — ' {^ ^ »^- 
buMo^ in which word the final t of it becomes b (= m) by asai- 
milation with initial /> (m) of but, whilst the final and initial t of 
but and to are repeated. In the transcription of the word kutu 
(modem kuchi and kutau, a mouth, no. 209) ^ J^ kut^t'u, the same 
rule is observed. Likewise in the transcription of kotoba *^ ^ "^ 
kut'tO'bo; of kita (prêt, of ki, to come, no. 138) ^ ^ kit'ta; of 
^a^an (to talk about, no. 151) ^ :ff ^ kiat-ta-li; of to^oii (to beat, 



66) Benfey, Skt. Dict , p. 76 u, 2. This is confirmed by the chinese commenUtor that 
vikramdditjia incans ^g Q "le soleil transcendant*', as Jalien translates it. 



THE SECaST OF THB CHINESB MBTHOD ETC. 121 

no. 163) ^ j^ ^ fai^tat'ke; the chinese translation and transcription 
gives ^ 35 ^ ^ '^ ' whicli Satow (no. 163) reads ahia tataka, 
for hito tataku, Bnt ^ ^^^ing-a représente shô^ the jap. pronuuciation 
of the chinese ijfQ siang, pronounced in Amoy Golloquial sa^; aing-a 
giving nasal aa^, and meaning ^'reciprocally, each other'*. Tatakix^ 
^*to beat"; «A9 tataki is to strike one another; of Aa/aru (to kill, no. 
180) ^ pH '^haUtat'long «^); oimutsu (six, no. 323) ^(^ ^buMBu\ 
of TaUu (to stand, no. 118) ^-f- tat-tau ^•); of WAo (clever, no. 104) 

^ -^ Ki-io, wherein the k is repeated *®). Final t is repeated in 
the transcription of the phrase fu shitta (not anderstand, no. 188) 

Jf^^^ put êit-td''^)] in the word ikita (alive, no. 200) "* ^ 
H^-^^ and of Araym kita (to corne, no. 138), transcribed "{^ !^ "^ 

W !7C ^^ (" *^^ -y^-K kit'-ta. 



§ 56. In the above-mentioned Malay-Chinese Manual the name 

of the place Magetan is transcribed R^ |ï^ ^ Ma-git^tan or ^|| 

^ ^ Ma-giMan^ where the initial consonant of ^an is found as 

final in git^ and in the transcription oi Redah or QuedaJi^ on the Malay 

Peninsula "* |ÎÊ /ÎTt^-i'o, ^ ^ Àïi-/a and ^ ^ K'aMa. 

The malay word Tekûkan kaki (hollow or bend of the knee) is 
transcribed ^ ^ ~ï^ JÎIH M tik-kok-kan ia-i'i, wherein the k of tik^ 
kok and itan is repeated because the e of te is short and becanse 
kûk has a final k and a short vowel; the sn£5x an is a common 
malay one for forming substantives. 

The malay word Tamaha (greedy) is transcribed ^^ ^ ^ 



67) Satow saggesiB h€Uaiu (to finish); bot long is pronoanced rJi by the Japanese and 
stands for ru, 

58) Comp. Note 12. 

69) Edkins' remark that final k of j^ lik is dropped is wrong. It is repeated becanse 
ko begins with a k. Satow*s proposed reading ^p|| Q (snh no. 128) is annecessary. 

70) fioth Kdkins and Satow hâve left the word unexplained ; fit is chinese loanword 
T\ piUt "not"; and thitta cornes from thiri, "to understand**. 



122 O. SCHLR6EL. 

7am-ma-Aa, with fiual and initial m because the a in ta is short 

The malay word Pë-sakit-an (a criminal) is transcribed Q jj? 
"^ ^ pa-sa-kit-tan. 

Mëndjângan (deer) is transcribed j^ ^ Q|^ ban-àziang-gan^ ihe 
final and initial g of the two last syllables being repeated. 

Rambutan (Rambut -f- an, Nephelinm htppuceum) is read as 
Rambu + tan and transcribed ^ ^ ^ lâm-mo^-tan. 

Magelan (Java) is transcribed R^ |^ l|j| Ma-git (for ^7) -lang. 

Tangeran is transcribed ^ ^ ||| tang-git^lan^ for tang-gir-ran, 
in order to show that the ë is short. 

JTéïyt/, small, is transcribed "^ ^ kit-têit for the same reason; 
tait stands for tjil^ 

Suménap is transcribed y^ ^ ^ su'buti'lap^ wherein the l of 
lap becomes n by assimilation with the n of 6un, the two n's being 
repeated in order to indicate that the ë is short. The Chinese read 
su^men-nap. 

The t is repeated in the transcription of Sukàtan j|^ '^ ^ 
sQ'kit'tan for the same reason. 

The k is repeated in that of Panarukan fll ^ ^ "^ Pa-na^ 
lok'kan. 

The Word Kuning (yellow) is transcribed ^ ^ kun-ling^ for 
A;iin-fit7}^; the word Tërang (clear) is transcribed ||[ l|j| tit-lang = 
til^lang = tir-rang, contracted to tërang. 

The place called Binamu is transcribed ^ ^ % bin-na^mq* 
and not Bi-na-mo^^ becanse the transcriber wanted to point eut 
that the t in Binamu was short. 

In the well-known chinese modem geography |^ p|| |^ ^ ^; 
(Wylie, p. 48), Chap. I, f. 29 verao^ Venise (Venetia) is reudered 
by ^ P^ p(^ Bin-ni^'sin^ the n being doubled on account of the 
short e in Venise. 



TU£ SECRRT OF THE CHINE88 MBTHOD KTC. 123 

§ 57. If the vowel of the preceding syllable is long, a character 
is chosen having no final consonant, aa ^. ^. in the transcription 
of the skt. Word Kapôtika (dove) j|D ^ ^ J|E ka-pâ-tik-ka; but for 
the third syllable a character having a final k (tik) was chosen, 
becanse the foarth syllable ka began with a £, and the vowel t of 
ti being short. 

The skt. Word Udâna is transcribed i^ |J^ ^ ut-Vo-na^ wherein 
Vo stands for dâ; bnt when the vowel is short, the final consouant 
is repeated, as in the transcription of the skt. word udànam J^ |^ 
^ U'ian-namp wherein n is repeated to show that the vowel a 
is short. 

The name Suri is transcribed ^ 5p|| sut-li - sur^ri^ becanse 
the vowel u is short; but the word St2rya is transcribed j|^ ^ ^ 
BU'li^yay becanse hère the vowel û is long. The word Râksha is 
transcribed j^ X. t^o-ta'a, j^ ^J Lo-aai or \^ P^ No (for Rô) 
'ià'ay becanse the vowel of Râ is long. Bat the word Rakshas is 
again correctly transcribed by the Chinese ^ ^C lo^k't8''a^ becanse 
hère the vowel a is short. 

Mâlava is transcribed ^ J||[ ^ mo-lap (for lav) -p'o (for va) 
becanse the a of ma is long; bnt Malasa is transcribed 3|$|c ^ ^ 
mat (for mal) "lo-sa^ becanse hère the a of ma is short. 

As an illustration of this raie, I qnote the following ezamples: 

Àgama ^ ^ ^ J^ka-mo; 
Amalaka ^ ^ ^ ^ A-mo-lak-ko; 
Ananda ^ ||| ^ A-nan-fo; 
Arya ^ M^ ^-%û; 
Bhhna fl|k^ pUmo\ 
Bhûtas ^ ^ pû'to\ 
Bôdhi ^i^ pâ't'i; 
Dêva :fê^ rt-p'o; 






124 G. SCHLBOKL. 

Djâtaka f^ ^ jjfii stâ'to-ka; 

Djivaka ^ ^ M ahUpak-ka; 

Gâthâ #11 |ÎÈ or ^ ^ kâ-Vô or kâ-t'â-, 

Ghôaha ^ ^ k'û'sha-, 

ïahâdhara "^ ij^^^ i-shâ-t'o-lo; 

Kâça ^^ ^ kâ'sia ; 

Kôsala t^ ^ ^ kiaô'sat (for sal) -/o; 

Mânoê J^ ^|S ^ mô^na-su {na^su for nas) ; 

-^^^^ J% j^ mo-/o = mâ'la; 

Nàga 3Ï[5# wa-*a; 

Pârâdjika ^ ^ ^ B Jl&E P'^^-'^^ «««-* (= ^iO -*« î 

Pâryâtra ^ M 55c ^ M P'o-^H-i'^o-lo {to-lo = tra); 

Pâtali jBt n€ il p'ô-ts'a-li; 

Pûrafyi '^ ^ M pû-lan-na; 

Sâgara ^ ]3^ j^ «a-A'o/ (for gar) 4o (for ra). 

Çârikâ ^ ^ «a-/t or ^ ^ «îa-/t; 

Vâirochana BQI^ J^ ^ ^ pî^lâ-tsia^na; 

Vâiçaka $^ ^ jfiP pî-«o*-*a; 

F-éea/a Hii: BÊ ^ pî-ro-Zo; 

Vîrasana W^^JM^ pUo-aan-na; 

Vîrya WitM^ ?'-«-»«; 

^^9^ ^ iffll y^'ka^ and so in many other cases. 

(to be continued.) 



L'ODYSSÉE D'UN PRINCE CHINOIS. 







m 


m 


^ m 










Hang hai yin ts 


'ao. 






ESSAIS ] 


POÉTIQUES SUR UN VOYAGE EN MER, 


PAR LE SEPTIÈME PRINCE, PÈRE DE L'EMPEREUR KOUANG-SIU, 






TRA.DTJITS ET jIlNNOTÏ» 












A. VISSIÊRE. 












( 


'Avec texte chinois.) 














(Suite de la page 62.) 
















16. 










M 


# 


^ 


— ■ 






ê 


^ 


wr 


m 


m. 


m 


m 


JsS o 


i^ 


^ 


Pi 


■^ 


A 


m 


m 


n 


Hr 


n 


± 


m. 


m 


m 


# 


m 


# 


n 


^ 


m 


m 


m 


^ 


>&: 


il^ 


^ 


1?. 


m 


n 


^ 


m 


mg 


H. 


^ 


Wi 


m 


Tfi 


m. 


n 


1^ 


# 


m. 


m 


m 


* 


m 


i^ 


m. 


^ 




il 


m 


m. 


m 


^. 


« 


m 




m 


il 


m 


m 


— 


y^ 


H 




^ 


m. 


im 


fm 


#. 


+ 


# 




m 


^ 


miQ 


m 




M. 


^ 



126 A. VISSliiiRB. 

 Tembarcadère de Tseu-tchou-lin, je moDtai, en compagnie da 
grand secrétaire d'Etat Li et du général Chau, à bord du vapeur 
K'ouai'jna et, après avoir fait 60 /?, nous échangeâmes eelai-ci 
contre le vapeur Hai-ye^i,, qui nous conduisit à Takou. 
(Voyage par eau de 180 //.) 

Des maîsonn à étages et des pavillons^ réunis sur un points sont 

imités de V Europe '). 
Leurs habitants seynhlent^ en vérité^ avoir fait le vot/age en rétrécissant 

la terre sous leurs pas *). 
Les hommes sont confondus^ chinois et étrangers, massés près du gué 

antique '). 
Notre navire est pareil au faucon qui vole haut, Vantomne, à la 

poursuite de sa proie. 

Les étendards du camp, au milieu des saules, ni indiquent ce général 

qui a succédé à un frère d\'gal nrérite *). 
Ces champs verdoyants et ces cultures bien alignées sont un legs de 

Villustre capitaine *). 
Je voudrais faire surgir du séjour des morts ®) cette <hnë de héros 

pour lui dire 

1) Note oo texte: « Les conccoBions étrangères, à Tseu-tchou-lin ». 

2) JmS Ji^Q . Ou raconte que Fei Tch*ang-fang ^S -^ j^ possédait jadis l'art 
de rapetisser la terre sous ses pas. Les Européens habitant, à Tientsin, des maiaom 
européennes semblent avoir en le même pouvoir. 

3) Note du texte : « Les spectateurs étaient là par myriades. Un professeur earopéen 
de l'école vint nous donner une aubade de musique étrangère, an moment du départ ;aiun 
en fis-jc faire deux photographies par TEuropéen Ueising ». 

4) fis Jf^ et 9b| h^ , des frères rares par leur grand mérite. 

6) Note du texte: a Tcheou Cheng-toh*ouan, anciennement général de division dam 
le ITou-nan, tint longtemps garnison dans la région de Sin-tch'eng et de Siao-tchan. Il 
s'appliqua avec zêle à d'utiles travaux, tels que le iléfrichement des terres et rentretien 
des ponts. Aussi, dans la suite, son frère aîné rheng-p*o lui succédn-t-il dans le eommaa- 
dément de ses troupes ». 

ft) 7L 1R ^° yL ttS » * ^" "^'"^ sources », le séjour des morts. 



l'odtssék d'un puimcb chinois. 127 

Quelle doit ae convaincre que les brillante» déclamations ') proférées 
contre elle étaient l'œuvre dHnJimes éphémires '). 

17. 

m m m m m 

# n "^ # P 

^ m m m ^ 
n. "^ n m m 
m M. =f At M 

m it m m. m 

m f^ m m m 

ist M iiSL m p 

^ m ^ m A. 

^ ^ M 

m m. m. 

^ f^ 3l 

Impromptu composé en regardant la mer, à la clarté de la lune, 
lorsque nous étions au mouillage de nuit, à l'embouchure du 
fleuve (à Ta-kou). 

La rive sud décrit une courbe enveloppante^ tandis que la rive nord 
court obliquement. 



1) ^i ^S , discourt qai ont la bUnchear des coquilles et la souplesse de la soie, 
mais qui ne contiennent que des calomnies. 

2) |E fU&. feott-yeouy éphémères (insectes). Ils ont la réputation de s*attaquer à de 
gros arbres, par ignorance de leurs forces. — Note du tkxte: a Cheng-tch'ouan avait ^té 
en butte aux calomnies de gens infimes». 



128 A. 71SS1ÈRE. 

Sur les flots immetisesy le regard s'allonge sans rencontrer de limite 

terrestre. 
Les services rendus autrefois par les cinq bastions seront célébrée 

pétulant mille ans *). 
Peut-être les nations baignées par les quatre mers ne formeronUelUs^ 

quelqu autre année ^ quune seule famille, 

• 
V image confuse des voiles poussées par le vent a la légèreté de V oiseau *)• 

Les vagues illuminées^ qui réfléchissent la lune, forment des fleurs^ 

dans leur agitation. 
Comment oserais~je nous comparer à la flotte victorieuse des Navires 

à étages? ') 
Parlons plutôt du radeau de Tchang K'ien violant la demeure céleste *)• 



1) Note ou tkxtb: a Les bastions des forts sont au nombre de cinq, d^ignÀ par les 
caractères ^S §^ ^jf^ P^ t^ft . Ils ont éiê construits, sous le règne Hien-fong, par 
Seng, prince Tchong. Après la conclusion de la paix, ces constructions, faites depoii 
longtemps, étaient ruinées. Le grand secrétaire d'Ëtat Li, ayant été chargé de la TÎce 
royauté du Tche-li, les restaura, tout en conservant leur disposition primitive. Il y ^jonta 
des camps retranchés pour compléter le système de défense ». 

2) Note du texte: «On apercevait au loin, en mer, plusieurs points semblables à des 
feuilles ou à des oiseaux qui, en approchant de l'embouchure du fleuve, se transformaient 
en grands navires de guerre ». 

3) ffig ^nf' ^' «bateaux h. étages» ou «à maisons» envoya par Tempereur Wou-ti 
des Han en expédition sur la côte de Yue jj^ (Konang-tong). Yang P*ou, jj^ 48^ , qoi 



commandait la flotte, reçut le titre de j » i^ ^jSL ^^ . 

4) E^ ^N Tchang K'ien. le premier explorateur chinois de l'Asie occidentale 
et envoyé de l'empereur Wou-ti des Han. T^a légende raconte que, naviguant en mer, il 
pénétra, un jour, à son insu, dans le palais céleste appelé Xr 4^ ^^ Teom-nieom-Jtomff, 
Il y rencontra la Fileuse (j{^ "iC^* ^"^ refusa de lui faire connaître le lieu où il se 
trouvait, en ajoutant, toutefois, qu*il pourrait l'apprendre d'un certain habitant du pays de 
Chou (Sseu-tch'ouan actuel), qu^elle lui désigna. A son retour en Chine, Tchang K'iea sot, 
en effet, par cet homme que son navire l'avait conduit dans les régions célestes. — Le 
prince Tch*ouen accepte cette seconde comparaison, parce qn'il no s'agit que d*nne pare ffetîoB. 



l'odysséb d'un pbince chinois. 12d 



18. 



m,^ m ^ m m m m.^ m, 

ik M '^ ^ ^ ^ m m m, 

m ^ n,m. m m. ^i^^ m m 

R ëÊ.,n ià m m m m m 

si[,^ i^ :b, ^ m.m m ^ 
m^m^u. Mfstmm 
n n n.m i^ m M ^^M 
^ m, ^ m m #4îi 
m m m m ^fi. m m "Ê ^ 
^ i^ -A ^.m i^.m ^ z 

i\^ ^,m r^ m m ^ M 

Traversée de la mer. 
(Vers libres, de longueurs inégales). 
(Le navire à vapeur se mit en marche le 15 de la lune, — 18 mai 
1886, — à 1 h. Va du matin). 

Je mê suis promené autrefois sur le mont Siu^iooii *), 
Sur son sommet le plus élevé. 



1) Montagne voisine de la ville de Tsoucn-houa-toheou jg AV^ Ml (Tche-li). 



130 A. VISSIÈUE. 

J\ii méme^ après cette ascension^ passé la nuit dans le pavillon siltêé 

sur la cime même^ 
T/ou, regardant en bas^ je voyais les autres montaynes comme de 

simples buttes de terre. 
Je me fiyurais que c étaient des jlots argentés s^ayitanf^ limpides 

comme en automne^ sur une étendue de mille li. 

De nouveau me voici monté sur un pont^ au milieu des airs ^). 

Assis majestueusement, je pénètre doJts la mer orientale. 

Dans l^ agitation générale, mon esprit et mon corps étaient vraiment 

ceuv d^un chef d^immortels. 
Les Jlots verts, par mille évolutions, soulèvent en bouillonnant nos 

gros navires *), 
Et il me semble voir la vapeur des nuages, dans ses apparitions^ 

masquant de hantes montagnes, 

La lune, conduite dans l'occident, na pas laissé de traces, 

Et je contemple, à C orient, le soleil déjà baigné par les Jlots. 

En dehors de ces deux disques, Vun blanc et Vautre rouge, Vun qui 

s'élève et Vautre submergé. 
Il ny a que la brillante surjace de V océan, dont le vert uniforme 

rejoint le ciel '). 

Si je regarde en^hant: le vide du firmament, 
En^bas, je xwis le sombre palais des eaux. 



1) Note 013 tkxtk: « Les navires à vapear comprennent cinq étages soperpotéi 
L'étage sapériear est appelé t*ien-k*iao, ou pont dans les airs, dans lo ciel ». 

2) Note du texte: «Les huit navires de guerre des divisions navales dn Sad «t du 
Nord formaient deux ailes. J'étais monté, avec Li et Chan, sur nn navire decomm«nseqû 
occupait le centre, suivi d'un autre bateau marchand oii avaient pris place les mandarina 
attacha à ma personne. Six canonnières formaient l'arrière-garde. Lorsque tootea laa 
machines et hélices furent en mouvement, les flots s'agitèrent sur une surface de dix !»»• 

3) Note du texte: « L'ean de mer a une couleur vert foncé. Si vous en puiaes et d 
vous la regardez, elle a la même couleur que Teau ordinaire ». 



l'odyssée d'un pkince chinois. 131 

Je ue puis appeler auprès de moi les génies *), 

Comme je fie saurais mesurer^ à Vaide d'une coquille^ le volume de 

la mer, 
J^ imiterai seulement Sie Nifan-che^), 
Qui demeurait impassible sur la mer orageuse. 
Je n imiterai pas Vexagération de Kouo P'o '), 
Prétendant que Veau qui remplit l'empreinte du sabot d'un cheval est 

comparable à la mer. 

J'ai été devancé dans mon sentiment par l'immortel poëte Tong^p'o; 
Mon pinceau court et je montre nies ébauches à mes deu,v visiteurs *). 
<Ce voyage^ par son étrangelé extrême^ est le couronnement de ma vie^^). 
Cette seule phrase vaut mille lignes tracées à l'encre. 

Au-delà de l'immensité des eauœ, je n'aperçois aucun rivage. 

D'où pouvons^nous attendre l'élixir d'immortalité? ^) 

Laissant libre cours à mon imagination, je me vois, pour un moment, 

parvefiu au-delà des mers, 
Kt je considère que le temps n'est pas encore arrivé de leur transformation 

en champs de mûriers ^). 



1) Note ou textb: «Pensée empruntée au Tch'ouen-ts'ieou, de Lu». 

2) Sie Ngan-che ou Sie Ngan, de la dynastie Tsin ^7 , montra son mépris de la 
mort en restant impassible pendant une tempête, tandis que ses compagnons de voyage se 
répandaient en lamentations et en invocations aux dieux. 

8) Auteur célèbre de Tépoque des Tsin (^^). 

4) NoTK uu TKXTE: « A ce moment, le ministre Li et le général Chan étaient assis 
près de moi ». 

5) NuTK DU TEXTK : « Vers emprunté à Sou Toug-p*o ». 

6) 1m ^S. la «drogue d'immortalité», que cherchait l'antiquité chinoise comme 
notre moyen-ftge chercha la pierre philosophale. Allusion aux îles réputées habitées par les 
immortels de la légende chinoise sur la côte du Chan-tong. 

7) La déesse Ma-kou Ejm {[A affirmait avoir vu trois fois la mer se changer en 
cbampa plantés de mAriers. Pure légende, de Tavis du poète. 



132 



A. 


. VI88IÈBK, 

19. 




#. 


t^ 


m 


M 


P^ 


# 


m. 


^ 


A 


% 


n 


m 


m 


M 


± 


ra • 


w 


n 


# 


:*r. 


m 


m 


m 


W 


jg 


^ 


^ 


m 


m 


7^ 


û 


m 


¥ 


% 


m 


ft 



'li 

En entendant Tétranger William Costa (second du Hai-yen) jouer 
du piano et chanter. 

Sons énigmatiqneH *), hauts et bas, auxqmls aucune contrée ne peut 

être assignée, 
Orgues de bois ou chalumeaux, répondant aux notes kong et chang 

(fa et sol) 2). 
Etonnez'vous de ce descendant des Huns '), venu des pays étrangers^ 



1) U^ PHr iehno-tchdt cris d'oiseaux, paroles inintelligibles. 

2) NoTK PU TEXTE: « Ou joue da piano en le pressant de la main et du pied. Il en 
sort des sons semblables au chant des oiseaux. Il comprend les cinq notes, mais n'a paa 
les sons du kiu chinois». — Les cinq notei» de la musique chinoise sont: g^ ^tony» fn; 

'}^ chang, sol; ^ ^> l*^! ^ tcheng, ut; et ^ yw, r^- ^ f^ * ** musique. 

3) Les Huns, 'Ql Ap^ , étaient appelés par les anciens Chinois « les fils orgaeîlleu 

daciei»(^;^jp:5^). 



l'odyssék d'un pbinck chinois. 138 

Et Von voua expliquera aoec admiration qu'il n'en ressemblait pas 
moins à Tseu-yang '). 



20. 



^ ^ ^ U 

^ \w m m 

m n ^ # 

W- îi a ^ 

^ i. # it 



^ 



# 


n 


± 


m 


i^ 


% 


â 


A 


^ 


m 


m 


m 


M, 


m 


* 


m 




fSt. 


m 


m 




m. 


^. 


m 




^ 


A 


^. 




m. 


A^ 


m 


Eu vue des îles au 


milieu de la mer. 






(Impromptu.) 



Sur le vaste océan nagent quelques points verts semblables à des coquilles 

spirales. ^ 

Les marins ') nous les indiquent de loin et parlent de hautes montagnes. 
Au mUieu des nuages^ des groupes d'immortels attendent, indistincts: 



1) NoTB DU TEiTE: a Lorsque le philosophe Tohou Hi entendait le son de la cloche, 
il en éprou?ait une grande émotion. La chanson de W illiam avait été, de même, inspirée 
par l'audition du son de la cloche. Je notai, à Toccasion, cette coïncidence ». ^S w& ^^ , 
nom du cabinet de travail de Tchou Mi, servant ici à désigner le philosophe. 

2) i£ ^L , ceux qui manœuvrent un navire. 



134 A. VISSIÂRK. 

Dans le néant des mers, nombreux smit les vestiges de l^antiquite, 

La grande et la petite Montagnes des bambous ') sont enveloppées des 

vapeurs de la nuit. 
Des lies fortifiées ^) protègent^ au nord et au sud, l'immense étendue 

des flots. 
Dans quelques instants^ la Montagne de fer ') se présentera en iraverê 

comme le dos d'une énorme tortue: 
Quelle joie, en voyant le rivage s'offrir devant 7ious ! 



21. 



Jt 


m 


99 


* 


m 


m 


^ 


fê 


il 


^ 


^ 


m 


m 


m 


^ 


m 


# 


/IR 


^. 


^ 


m 


*fe 


^< 


. p. 


m 


-t. 


m 


m. 




# 


m 


^ 


¥. 


^ 




m 


m 


m 


?5c 


P*J 




iâ! 


^ 


m 


m 


m 




lg 


* 


M 


m 


m 




^ 


m 


m 


m 


m 




i#. 


5f. 


^ 


^ 


*x 




# 




IttL 


^ 


Mk 




* 




# 


^1S o 


m 




^ 




* 


m 


m. 




M. 




^ 


^ 


m 




m 



^^ ~^ ^ mJ *^ -^J^ ^ mJ ' "°™' ^® ^®"^ *^^® •" """"^ ^® Tchefou. 

2) Les fortifications de Port Arthur et de Wei-hai-wei dcfeDdant, sur les deux eôtea 
opposées, l'entra du golfe de Pétcheli. 

8) Note du textb: «La Montagne de fer est un point renommé, voisin de Lin-chouen 
(Port-Arthnr, anssi appelé Port Li, aujourd'hui cédé à bail à la Russie) ». Forme le pro- 
montoire du Leao-tong. 



l'odyssëb d*un pkinck chinois. 135 

 Tarrivée dans le port de Liu-chouen, toates les troapes étaient 
venues à ma rencontre sur le rivage. Je reçus les commandants 
à bord et composai les vers suivants: 

Sur les rives opposées, les figures formées par les lignes des troupes se 

développent en longs serpents, 
Hong-leng! le feu des canons tonne, sur les forts étages *). 
Les étendards font flotter les couleurs de V oiseau louan ^) sur la 

vaillante année rassemblée. 
Je reconnais ces vêtements jaune d'oie '), portés par de vieux généraux 

qui viennent vers moi *). 

A^ous avons causé, sur ce navire, des serrements de mains *) échangés et 

de la tristesse resseittie lors de notre séparation. 
Je leur ai offert, pour coupe, une conque marine, à l'exemple de celui 

qui jeta dans la rivière son vin le meilleur ^). 
J'eus l'occasion d'inspecter les corps du centre et des ailes et leurs 

subdivisions. 
Et j'examinai attentivement les connaissances stratégiques '') de chacun, 

pour comparer les mérites. 



1) Note ou tkxte: «Les forts des montagnes firent un salut à coujm de canon». 

2) Sorte de faisan bleu, au plumage magnifique; phénix. 

8) Hg ^y . le jaune vif qui orne partiellement la tâte de l'oie. Indique ici la casaque 
jaune, conféra par les empereurs de Chine pour récompenser les services militaires. 

4) Note du texte; «Les généraax Song K*ing, Lci Tcheng-kouan, llouang Che-lin et 
Wou Tchao-yeou e'taient tous décorés de la casaque jaune». 

5) IQ ^(l* prendre par la manche, se serrer la main. 

6) jj^ ||S, a jeter (dans la rivière) du vin excellent». Un général de l'antiquité, 
Keou Tsien ^ (S^ i prince de Yue î^ , ayant reçu une jarre de vin exquis, voulut la 
partager avec toute son armée. Il en versa le contenu dans la rivière, afin que chacun de 
ses soldats pût y puiser. Le prince Tch*ouen partage ici son vin, sur les eaux, avec ses 
officiers. 

7) |@ 1^ Tao-JkUem: les LUtou-rao ;^ f@ et le Ilou-kiei^king J^ |^ ^ , 
livres fondamentaux de l'art militaire en Chine: la stratégie, la science militaire. 



136 A. VI8SIÈRE. 



22. 



^^^H m n "^ ^ m 

^ m m ^ m m m m ^.n 

m B ^ m m w ^ ^ ^ 

m ^ -k m m m n ^ ^ 

A l'occasion du séjour de uuit que je fis dans ma résidence 

temporaire. 
(Ce jour-là, nous avions parcouru 560 li. Je descendis à terre, à 

cinq heures du matin, et je passai la nuit au bureau de Tétat- 

major de la marine.) 

Four me rendre a mon lit d* emprunt, je moiitai doua un pavillon pourvu 

de sonnettes *). 
Les spectacles curieux auxqiiels f avais assisté se replièrent successivement 

(par l'effet du sommeil). 
Les drapeaux et les étendards sont tous de dessins différents. 
Une limite précise est fixée à la Aauteur des tnarées *). 

Les natioTts offrent V aspect d'un groupe de guerriers^ 
Et le m^nde se partage en cinq grandes divisions. 
Avec quelle promptitude répond la cloche de ho ! ') 
Nous pouvons désonnms supprimer la poste aux lettres *). 



1) Sous les T*ang, on appelait pavillon à ionneitts^ ^& ^3 , la résidence d'an 
gonverneor oo d'an préfet, k cause des sonnettes qui y étaient disposées pour donner 
l'alarme, en cas de besoin. 

2) Note du tkxtk: « Sur les murs e'taicnt disposées des tableaux représentant les 
pavillons de tons les pays on donnant l'heure et la hauteur des marées. Des livret 
européens étaient rangés sur des rayons ». jmn ^g « la corde et l'encre » ; les menauîen 
chinois tracent des lignes sur leur ouvrage à l'aide d'une ficelle imprégnée d'encre qn'îls 
tendent entre deux points, puis pincent au milieu et détendent comme la corde d'un are. 
Métaph. : une ligne droite, une règle fixe. 

8) D'après la légende, lorsque la Montagne de bronze, ^|| P_| , s'écroula à l'ooeat. 
la cloche de Lo, >lf^ ^^* ^ ^'®'^* répondit aussitôt. Allusion au téléphone. 

4) NoTK DU TEXTE: c Un téléphone euro|)éen était installe, qui permettait de correspondre 



l'odysséb u'un pkinck chinois. 137 



23. 



^ m ^ W: m i$ 

p ^ it nfe oj m 

m m m m m m 

m. m. m m m m 

m ^ m ^ # 

m m n ^ m 

^ tt-. i*, n. — 

mm m - #. 

j^ ^ « * 

#. lit m 

A mm 

SI Ho :^. 

Inspection des troupes eau ton nées dans les camps de défense. 

Entourée de deux montagnes^ s'ouvre une jdaine, 

Quun torrent partage, traînant au travers ses flots en courroux. 

Pour enseigner la guerre, je suis confus de ne pas posséder les méthodes * 

de Souen-wou '), 
Mais je me repose sur ces armées d'un collègue ^), pour nous défendre, 

au temps du danger '). 



avec quatorze endroits diflërents. Ije général Song étant retoarné dans son camp, h titre 
d*eisai je l'appelai et causai avec lai: la voix fat transmise comme s*il se fût trouvé en 
face de moi. J*ai entendu dire que ces transmissions pouvaient être étendues jusqu'à 300 /t». 

^) ^^ ^t ^^ ^^ J* ' général du sixième siècle avant notre ère, auteur d*un 
traité fondamental d*art militaire. 

3) Liti.: «les troupes de la famille Yo», dont le père comptait sur les troupes de son 
fils. De même, le prince Tch'ouen comptera sur les troupes du vice-roi Li. 

3) Norie du tkxtk: «Les commandements et les manœuvres de ces troupes sont les 



138 A. VISSIÈKB. 

Leur prestige, manifesté dans le golfe du PétcAeli, sera le moyen d^en 

imposer par avance. 
Leur mission est de protéger la seconde capit-ale de Fempire *), mérite 

sans égal au monde. 
Elles savent, au suprême degré, lorsque le sifflet a retenti et que le 

guidon est renversé. 
Contenir dix mille hommes immobiles comme des oies sauvages, sans 

qu^on entende le tnoind're bruit. 



U. 



m 


ti 


n 


M 


A 


ât 


yv 


x-» 


^ 


m 


É 


m 


%. 


^ 


m 


fô. 


m 


^ 



^ 



m m 






 Toccasion irane photographie prise. 
(Les photographes étaient le Cantounais Leaug Che-t'ai et Tétranger 
Reising). 



mêmes que pour les troupes personnelles du ministre Li ». ^^ , Tantomne : le danger. 
Les Tartares avaient coutume de faire pendant Tautomne leurs incursions en Chine. 
1) fp[ ÏhS* Moukden, considérée comme seconde capitale de l'empire. 



L^ODTSSEB d'un PRINCB CHINOIS. 139 

Le eoHwme et le chameau sont pour tous ceux des compagnons d'armes: 
Notre apparence marque au loin la communauté de nos destinées sur 

Focéan *). 
Vous devez, mes camarades ici rassemblés, déployer votre zélé 
Et aspirer à figurer plus tard dans le pavillon du Ki-lin, de la 

dynastie Han ^). 



25. 



H. 


m 


^ 


ù 


m 


n 


m 


m 


^ 


^ 


ir 


w 


'M. 


s 


m 


^ 


i^^ 


^ 


m 


* 


ï 


m 


m 


* 


m 


# 


m 


m 


^ 


fê 


*. 


fê. 


^. 


^o 


# 


m 


ii 


^ 


M 


^ 


^ 


M 


^ 


m 


^ 


^ 


m 


m 


j^ 


il: 


m 


Wc 


m 


m 




^ 


1 


m 


m 





Entrevue avec Tamiral anglais Hamilton. 

De tout temps, la dignité a ennobli les présents de la paix *). 
Gardez-vous de vous étendre sur le sujet des armes, pour vous targuer 
de votre supériorité. 

1) NoTJC ou textk: «Tous ceux qai se troavaifint présents en cette circonstance, 
depuis le prince et les ministres jusqa'aax soldats de la garde personnelle, furent photographiés». 

2) Le ne»-/»», quadrupède fahulenx et d'heureux augure. 11 s'agit ici d'une sorte de galerie 
des grands hommes, où étaient réunis leurs portraits. 

S) -f^ S aie jade et les pièces de soie», que 8''oirrent ceux qui vivent en paix: 
la paix. ^^ ^^ , au grand jour, dignement, franchement, sans dessein caché. 



140 A. VISSIÀRK. 

Vouê avez pris la peine de venir de très loin par ordre de noire 

gouvernement, 
Pour me parler complaisamment des régions incultes habitées par les 

barbares *). 

La pratique de la sincérité ne peut être que le moyen véritable d'agir 

sur les hommes 
Et un dessein formé en dehors d^elle ne produit qu'un vain résultat *). 
Complétons, pour le moment, V album composé autrefois par Wang Houei ^) 
Et nous le laisserons parcourir, comme un joyau *), plusieurs océans *). 



1) Jadis, ^g territoires sitaÀ à 200 1i en dehors de l'empire et ^^ceaz q ai étaient 
à 300 /»'. l^k Jst , Pays incultes occnpés par les Uan on sauvages. 

2) NoTB DU TBXTi : « Il était venu me voir avec dix bâtiments de guerre. Je lai dit 
que la Chine et l'Angleterre devaient perfectionner leur armement et cultiver toogoars 
entre elles la concorde et l'amitié, ce qui suffirait à garantir les intérêts généraax de 
l'Asie et de l'Europe. Il approuva complètement». 

S) ^p wT Wang Houei, de la dynastie T*ang, avait composé un album oji étaient 
dessinés les types de toutes les nations tributaires de la Chine. 

4) Litt. : sans jambes, J^ H^ . On dit du jade et des pierres précieuses qae lear 
grande valeur leur fait parcourir les plus longs chemins, bien qu'ils soient dépcarras de 
jambes. 

5) NoTK DU TEXTB: c Âprès l'entrevue, je le retins pour faire prendre une photc^raphie. 
Je me tenais debout, an milieu, avec le grand secrétaire d'Etat et le général. Je plaçai le 
commandant de notre flotte, Ting Jou-tch'ang, à gauche et Hamilton à droite. Les autres, 
hauts fonctionnaires, officiers, soldats ou étrangers, se tinrent debout en ordre et séparé- 
ment. » 



l'odtsséb d'un pkinck chinois. 141 

26. 

m w ^ m n 

m m ^ f^ m m ^ 

:*: n ^ ^ ^ m \U 

M. \u m ^ m m m 

^ ^o ^^ m. itr m.m 

i^ m A m. u m 

m ^ ij m w^ n 

^ ^ m m % Al 

A ^ « n m n 

-fê. M 1^ i# * a 

m Mo m Au 



m 



m 1 



Du fort situé sur le sommet du Houang-kin-chau, j'observai les 
manœuvres d'ensemble des deux divisions navales du Sud et du 
Nord et l'explosion de bateaux par des torpilleurs, ainsi que 
des exercices de torpilles lancées à l'aide de fils électriques et 
des tirs d'ensemble à la cible exécutés par huit forts. 

Les exercices de guerre de cette porte de la vier surpassent ceux du 

K'ouen-ming '). 
Les flots terrifiés et les fiisées d'alanne sont confondus dans un même 

tourbillon ^). 



1) Lac voisin de la capitale du Yun-nan aciael, où l'emperear Woa-ti dus Han Rt 
faire des exercices de gacrre navale. 

2) NoTi DU TEXTK : « Des cheminées des navires de guerre sortait une fumée semblable 
aux nuages ou an brouillard». 

10 



142 A. VISSIÈRE. 

Une étincelle fait voler les cendres et sauter les mnrs routjîs '). 

Avx huit angles de la boussole ^ la fondre éclate et fait s* en tr ouvrir T océan *). 

Les fort^ qui comt-ellent le 'pays sont de nature à défendre les pmnU 

stratégiques des passes et des montagnes. 
Le ressort de ces machines est actionné dans la paume de la main '). 
Sur le sommet du pic, mon visage s'était épanoîii et le chagrin y est revenu, 
En pensant qve le Ciel n'avait pas ahhorré qnon perdit ainsi tous sentiments 

humains. 

27. 

n m '^ m 

n m s tr # 

pf ?i ^ 



m 


m 


m 


^. 


m. 


^ 


% 


^ 


m. 


m 


m 


/9^ 


m 


-^ 


^ 


A!^ 


^ 


m 



m 



^o ^o #fo fr 



Mb s % 



]) Murs incendirs des navires faisant explosion. 

8) Note du textb: «lies torpilles automatiques ( *€[ ^Ê) p^ent six cents livret 
chinoises. Lancés d*une distance de mille pieds, elles cheminent d'elles-mêmes an milien de 
Teau. On en tit fessai contre de vieilles jonques de Canton ayant plus de cent pieds de long. 
Celles-ci furent réduites en pièces, aussitôt touchées. Les flots en étaient troublés. Les csDona 
européens des forts pèsent de quelques milliers de livres jusqu'à trente mille livres». 

3) Note ou texte: «On eipérimcnta trois torpilles électriques fixes ( TfC ^ff )• 
Elles avaient la même force que les mines ( jfra ^g ) expérimentées, la veille, aur le 
champ de manœuvre». 



L*ODTSS£IS D*UN PKINOB CHINOIS. 143 

Exercices de idr à la cible faits, aa fort de Lao-lu-tsouei, avec an 
canon Erapp en acier de quarante mille livres. 

(On avait préparé pour moi un cheval noir pommelé de blanc, 
appartenant au général Soug K'ing). 

Parvenu au sommet, je me sentais joyeux d' avoir gravi la montagne 
Sur wie monture capable de suivre le vent et de lutter de vitesse avec 

la foudre. 
Le bruit du canon se répète dans les vallées profondes. 
Sa fumée bouillonne en nuages autour des forts étages. 

Ce site fut le boulevard des temps passés. 
Mon cœur s* épanouit dans ma poitrine, lorsque je m'y trouvai, 
J^ arrêtai mon fouet; j'appelai l'étranger des mers et je lui dis: 
4i C'est pour suivre ton désir que je suis venu'k *). 

28. 

# â il ^ % A- 

^. m m ^ m 

M. m m. m 

:^ n m m 



m ^ m 

^ '^ m 



1) NoTC ou TEXTC: «L'étranger von Uanacken avait été chargé de la conatruction 
dea fort* et e'ett dans ce lien qu'il avait le mieux rûuMÏ. Il m'avait prié inaUmmenl, la 
veille, de venir le visiter en me détournant de mon chemin; c'eat pourquoi je m'y étais 
rendo ». 



144 A. VISSIÈRB. 

Ayant traversé en barque les bassins maritimes pour 
camp (les torpilles, je fis, à Toccasion de cette pron 
devoir poétique que voici: 

Notre esquif flotte comme une feuille. 

Les deux bassins sant plus larges que des lacs '). 

Les oiseaux, en volait, les doivent diffieilemefit francAir, 

Il semble qu'on puisse héler a leur surface les dragons qui s 

Le ciel d'azur baigne dans les eaux limpides. 

Et sous un vent violent roulent les blanches vagues. 

N'étaient ces étendards rangés près de nous, 

On nous prendrait presque pour des pécheurs à la ligne. 



29. 



ti 


Hil 


# 




tu 


^ 


^ 


m 


rlï 


m 


m 


^ 


m 


m 


m 


m 


m 


B 


t^ 


p 




^ o 


^. 


m 


& 


A 


^ 


m 


^. 


M 


^ 


lE 


# 


u 


1^ 


* 


« 


M 


m 


flw 


m 


m 


4^ 


y\i^ 


w 


»f. 


m. 


m. 


M. 


n 




\U 


nf 




m 




^ 


'g 




+ 




m 


m 




^ 




^ 


/^\ 




M 




^, 


B. 




iè 



I) Note du tkxtb: cli y a deux docks, Tuo à Test et Tauti 



L*ODTSSéB d'un PBINCE CHINOIS. 145 

Vers destinés à rappeler le curieux phénomène du mirage '), qui 
s'offrit à nos yeux aux îles Miao-tao ^), après que nous eûmes 
navigué pendant une quarantaine de /z, en nous rendant de 
Port- Arthur à Wei-hai-wei '). 

(Je commandai à mes attachés E*ing-k'ouan et Ein Jou-kien d'en 
faire vingt dessins). 

Depuis longtemps f avais entendu parler des pavillons à étages que 

P huître chéfl vomit dans l'espace *). 
Mais, en ouvrant les livres qui en traitent, jusqu'à ce jour f avais douté, 
J^ai lieu de nC étonner que le jour même ou je m'embarque sur les vents 
Est précisément celui où je rencontre ces perspectives trompeuses. 

Kiosques et terrasses apparaissent à Fenvi distincts ou confus. 

Montagnes et arbres, tour à tour, se déplacent. 

Il m'a semblé que, de loin, un esprit me disait: 

M. Dans la vie humaine, les choses sont de même sortes. 



1) Le mirage est appelé, en chinois, le «marché en mer», j^fr m oa «pavillons de 
Thultre chenit, ^ M ^ , 

3) Dans le golfe da Pei-tcbe-li, au nord de Tchefoa. 

3) Port de gaerre à Test de Tchefoa, aujoard'hai cédé à bail à la Grande Bretagne. 

4) ^Sr eké», huître qui, d'après la légende, exhale vers le ciel les images observées 
pendant le mirage. 



146 A.. TISSIÈKB. 



30. 



« 


il 


R 


'M 


JH 


^ 


« 


^ 


!K 


* 


m 


E 


m 


Ui 


i^ 


%à o 


# 


^ 


m 


1^ 


^ 


m. 


^ 


m 


— 


^ 


tu 


^o 


ffi 


# 


m 


H 


^. 


«î. 




fin 


* 


M 


1^ 




iP 


^ 


w 


5fe 




. 


1 


J@ 


# 




M o 


^ 


^ 


^ 






^. 


tffc 


^ 






m 


/vH o 


)i 






ti 


« 


5e. 






^ 


m 


A 





Voyage en mer, par le veut. 

(Partis à deux heures après midi, nous arrivâmes à Wei-hai à onze 

heures du soir. Je couchai à bord. Nous avions fait 310 //.) 

Le feu des foyers pousse avec rage^ comme si la foudre sortait de terre '). 
La mer éclatante s'infléchit obliquement et ses eaux touchent au cieL 
Où sont les hommes et les villes murées qu'ils habitent? 
Jeunes et vieux, sages et simples, tous sont confondus sur ce même navire. 

Mon désir de fendre les flots est assouvi: € Votre sujet y est allé*^). 
Monter sur les vents: exemple bien éloigné, mais idée brillante^). 



1) Note nu texte : « La machine ne cessait de battre. Parmi les personnes fuiblet, 
il y en eut qai ressentirent le mal de mer». 

8) Phrase par laquelle le Septième prince rappelle sa mission impériale. 
3) iJB} J9 » «diriger les vents», allusion h Lie-tse ]^|j -7*. 



d'odys&kk d'om prince chinois. 147 

3'e« sentiments cVoiaif ne m'ont pat fait inauquer aux hommages dûs 
à la beauté des JUurs curieutea 
-t*'*. sorti du salon, je me verse à loisir l'eau de la Deuxième Source *). 



31. 

m m m m m 

â ^ # n m ^ ^ 

m ^ m pk m m m 

m, ^ ^ ¥ m. m ^ 

u m, M. m ^ ^ m 

m ^ m. m m m. m 



X m ^ m 
A ^ ^ m 



Èfi^ 



m m m m m ^ m 

m, ^ m m m m ^ 

m, m m m ^ m 

m \h. ^ % m M 

^ M m. ^.m m 

^ im if W M 

M'étaut levé de bonne heure, j'assistai aux manœuvres des six 
canonnières Tchen ^); je me rendis ensuite à bord du Tchen^tong 



)) Note du tkxtk: «Le grand secrétaire d*£tat Chao-t8*iaan m'avait donné de l'eau 
de la montagne Uouei-chan. A ce moment, des fleurs des pays étrangers s^épanouissaient à 
l'avant du navire; je me versais du thé et je composais tranquillement des vers. J'oubliai 
presque ainsi que je me trouvais au milieu du vent et des flots ». ^S "^^ ^^ 4 la 
deuxième source», nom donné à la source de la montagne Uouei-chan (dans le Kiang-sou, 
sous-préfecture de Wou-si), k cause de la saveur excellente de son eau. 

2) Savoir: le ^ (fl Tehen-tchong, le ^ ^ TcAgn-pUn, le ^ ^ Tchcntong, 

le g ? ptq Tcheu-ti, le M ? ]@ Tehen-nan et le ^ M j^]^ Tchen-pei ; ces six canonnières, 
construites en Europe sur le même modèle, étaient connues des étrangers sous la désignation 
d* Alphabétiques et dépendaient de la division navale chinoise du Nord ^ AU y¥ ). 



148 A. VISSIÈIIK. 

pour aller sur le cuirassé Ting-yuan^ dont je visitai les machines 
et Tartillerie et où des exercices furent faits par la compagnie 
de fusiliers et à Taide des canons placés dans les mâts. Je 
retournai sur le Hai-yen^ qui partit pour Yen-t'ai (Tchefou), 
et je composai la pièce suivante: 

Le vent de mer a soufflé sur mes rêves , que le froid a dissipés. 
Les drapeaux des navires couverts de constructions nous environnent, 

au-delà du bastingage, 
La fumée quHls produisent répand à trois li le brouillard. 
Et les flots soulevés ébranlent au loin les montagnes qui les entourent 

de tous côtés. 

Nos braves sont comme Tcheou Tch'ou *), qui mit enfin à mort le 

dragon des eaux. 
Par V effet d'un art digne de Kong-chou ^), le fer n*est plus une 

matière inerte. 
On m'indique dans l'ouest Vile de K^ong-Vong '), se dressant jusqu'aux 

confins des nuages. 
Nous poursuivons notre expédition nautique et pénétrons de nouveau au 

milieu des blanches ondes ^). 

1) AllasioD à J^ ^Si ^^ , qai vivait soas les Tsin ^§' . 

2) Le patron des menuisiers et des maçons, communément appelé Lou Pan ( j|ft ]pibp 
ou Pan du royaume de Lou), qui vivait au temps de Confucius et qui passe pour avoir 
accompli des prodiges par son industrie. 

3) Les fies K*ong-t'ong ferment au nord-est la rade de Tchefou. L'une d'elles est conniie 
sous le nom d'Ile Française. 

4L) C'est-à-dire dans le port de Tchefou (Yen-t*ai). 



fj nuivre.) 



m LiOfffi DD miji DE UN ni 

d'après les annales de Luang-prabang 



PAR 



PIERRE LEPEVRE-PONTALIS. 



-*-cac3>- 



La publication que la Mission Pavie ') vient de faire des chro- 
niques Laotiennes recueillies à Luang-prabang éclaire d'un jour 
nouveau toute uue partie de Thistoire de riudo-Chine, sur laquelle 
on ne possédait jusqu'alors que des données extrêmement vagues. 
Sans doute les documents ainsi révélés ne remontent point à 
une époque très-reculée, car au Laos aussi bien qu'au Siam et au 
Cambodge, les dates n'acquièrent quelque précision qu'à partir du 
Xiyème siècle, mais duraut cette dernière période de quatre à cinq 
cents ans, combien de faits se sont produits dont la connaissance 
fait mieux comprendre l'histoire des temps plus reculés. 

C'est ainsi qu'à travers tous les embellissements de la légende, 
il est intéressant d'approfondir l'histoire de Eoun-Borom qui résume 
si bien la marche de la tribu laotienne dans son exode du Yunnan 
vers le bassin du Mékhong par la vallée du Nam Hou. 

Si peu abondantes que soient les données fourmis sur le règne 
de Eoun-La, le fondateur de la ville de Xieng-Dong Xieng-Tong, 
capitale du Muong-Soua qui devint dans la suite Luang-prabang 



1) Mission Pivie, Kccherchrs historiques. Paris, IierouX) 1898. 



150 p. LEKÈVRE-PONTALIS. 

(eu pâli Çri Satta naga nahut uttama raja-dhani), il est intéressant 
de constater qu*en desceudant de Muoug-Theng (Dien-bien phu) 
vers le Mékhoug, ce prince Laotien eut à lutter tant au confluent 
du Nam-Hou qu'à celui du Nain Ta, avec les populations autochtones 
qu*il refoula dans la montagne. Les chefs locaux qui rouaient à 
Xieng-Nliouc furent également vaiucus, rejetes dans les bois et 
assujettis. Voilà des indications tirées de la chrouique qui sufiSsent 
pour nous faire comprendre comment s'est produite la juxtaposition 
de Thaïs et de Ehas qui subsiste encore aujourd'hui dans toute 
l'étendue du Laos. Il est peu facile de préciser les dates où s'ac- 
complirent les premières manifestations de la puissance laotienne, 
car nous n'avons pour nous guider que les indications des chroni- 
ques qui assignent en bloc une durée de 500 ans au règne des 
quatorze successeurs directs de Eoun-La,. puis sans doute une autre 
période de deux siècles pour les sept souverains suivants qui régnè- 
rent sur le Laos jusqu'à la fin du XIII*^"^® siècle. 

A cette époque commence avec le règne de Pi-fat la partie 
véritablement historique des annales du Laos. C'est sous son fils et 
successeur Fa-Ngom qu'elles fout entrer en scène tous les princes 
voisins du royaume de Lan-Chhang, définitivement constitué et prêt 
à se mesurer avec eux. D'abord c'est le Cambodge ou Enthipat 
(Nakon-luong) dont le roi a donné sa fille en mariage à Fa-Ngom, 
pendant un séjour prolongé à sa cour, d'où le prince Laotien rap- 
porte dans son pays toute l'expérience acquise au royaume des 
Ehmers. ' 

Ensuite c'est le Nakon-Eiampa, ou pays des Thiûmes avec 
lequel Fa-Ngom entre en lutte, avant de rentrer au Lan-Chhaug. 
Depuis le X^"^® siècle, les Thiàmes défendent leur indépendance 
contre les Annamites du Tongkiug dont la puissance ne cesse de 
s'accroitre. Fa-Ngom est obligé de compter avec ces derniers; poar 
la première fois le Laos conclut avec l'Âunam un accord portant 




LfcS LA0T1KN& DU EOYAUHg l>B LAH-CHHANU. 



151 



qne toutes les eaux allant vers le Lan-Chliang sont aur terre lao- 
iieaue et toutes eellea coulant vers la mer de Test, aur terre ann^ 
mîte. — Au nord et à Touest de aes EtatB, Fa-Ngom a?ait pour 
vobius des Lua et des Yooties apparentée aux Laotiens. Afec leâ 
pretnieri qui habitaient les Sipaoug-pauuaj il s'euteiidit pour fixer 
les frontières communes à k ligue de partiige dm eaux du Nani Hou. 
A?ee lea Youiies il ^t moins facile de s*euteïulre; Fa Ngom dut 
en Tenir aux mains avec le Chao-sam-pbya, roi du Lan Na, dont 
la capitale était alors Xieng-San; les Laotiens sortirent victorieux 
de la lutte et eurent dè& lors Pha-day aur le Mékhoug, comme 
frontière do Lan-chhaug et du Lan-ua. 

Âprèa s'étrâ entendu avec ses voisine, Fa-Ngom consacra tons 
ses soins à rorganisatiou intérieure de son royaume. Ayant tout i! 
s'occupa des Khas, les anciens maîtres dn sol, auxquels il donna 
pour chefs le phya Passac et le Moeun Latt* A son retour de 
rexpéiiition du Lau-Na, il accueillit avec bonté à Sop-Ta lea des- 
ceodauts des Khas-Kbaoâ que Koun^La avait autrefois chassés des 
rives du Mékhoug et qui lui demamlaieut de e^iiitéresser à leur aort. 
Il permit a un certain nombre d'entre eux de raccompagner et leur 
donna deë terres dans le pay» de Fou -ban, puis dans la région de 
Vieng-Chhang; aux antres qui avaient coutume de se faire la guerre 
il imposa des jours de trêve obligatoire» 

Quand tout fut en ortlre à Xieng-Dong Xieng-Tong, Fa-Ngom 
partit en guerre co titre les Thaïs du Bas Méuam dont le royaume 
portait le nom de Lau-Piyéa et la nouTelle capitale fondée en 1350 
celui de Çri-Ajuthia. — Heureux dans cetfce espétiition auaai bien 
que dans celle quil entreprit contre Vieng-Chhaug* Fa-Ngom put 
rentrer assez rapidement dans aa capitale et se consacrer de nouveau 
à TachniuLstration de ses sujets. Squb Timpulsion de aa femme 
Nang-Kéo fille du roi des Kluners Kékarat, il introduisit le boud- 
dhisme chez les Laotiena qui n'avaient jusqu'alors vénéré que les 



152 p. LBFÈVRK-PONTALIS. 

esprits; et c'est à cette occasion que fut envoyée du Nakon-louong 
la statue vénérée de Bouddha fondue à Ceylan, qui par la suite, 
donna son nom de Pra-bang à la capitale laotienne. 

L'envoi, le transport et l'arrivée au royaume de Lan-Chbang 
de la précieuse statue, furent des événements extrêmement impor- 
tants dont les moindres détails nous ont été transmis par les 
chroniques laotiennes; un des documents publiés porte même le 
titre significatif d'Histoire du Prabang. En effet le Prabang est le 
palladium du royaume laotien depuis plusieurs siècles, et avec son 
arrivée a commencé une phase toute nouvelle de l'histoire du Lan- 
Chhang. La conversion des Laotiens au Bouddhisme transforma 
leurs moeurs dans uue large mesure; elle les adoucit et les améliora. 
Les prêtres de Bouddha et les nombreuses familles Ehmères qui les 
accompagnèrent introduisirent au Lan-chhang, en même temps que 
leur doctrine, les arts, les livres et les procédés d'écriture usités 
dans le sud de l'Indo-Chiue; si nous possédons aujourd'hui les 
annales du peuple Laotien, c'est bien à eux qu'elles sont dues. 
Mais naturellement cette transformation ne s'accomplit pas tout 
d'un coup: «Arrivé à Vieng-Kam, dit la chronique, le Pra-Bang ne 
«voulut pas le quitter pour gagner Muong-Swa, où l'on n'observait 
«ni religion ni lois». Sous sa forme concise cette indication fiEÛt 
comprendre que le bouddhisme ne s'introduisit que progressivement 
dans le royaume. Peu à peu des pagodes s'élevèrent, et d'abord, 
sous Fa-Ngom, celle de Vat-Eéo, puis sous le règne de son second 
successeur, le Vat-Manourom et le Vat-Bossot. Ce ne fut qu'à la 
fin du XV^°^® siècle sous le roi Lasenkai, que le Pra-Bang parvint 
à Xieng-Dong Xieng-Tong et fut installé au Vat-Manourom. Le roi 
suivant Visoun, qui mourut en 1520, fut le véritable organisateur 
et le plus grand protecteur de la religion; il construisit pour le 
Pra-Bang un nouveau temple. Son fils et successeur Potisaraeh, 
qui mourut en 1547, demeura fidèle à ses enseignements et lutta 



LIS LAOTI£I98 DU ROYAUMB DB LAN-CHHANO. 153 

énei^quemeut contre les superstitions anciennes pour faire triompher 
la pure doctrine. Une période de 200 ans fut ainsi nécessaire pour 
assurer Tinstallatiou définitive du bouddhisme au Laos; or il est 
curieux d'observer que, d'après les chroniques Birmanes, ce fut 
précisément à la fin du XVI^^^ siècle que le roi Bureng-Naung ^) 
conquérant Birman du Pégouet d'Âva, introduisit la réforme reli- 
gieuse dans ces pays et mit d'accord les croyances des Shans avec le 
bouddhisme Birman; la transformation religieuse de ces populations 
suivit donc de très-près celle du peuple Laotien. 

La mort de la reine Nang-Eéo fut un malheur pour le Lan- 
Chhang. Privé des conseils de cette femme intelligente et vertueuse, 
Fa-Ngom se laissa aller à tous ses mauvais penchants, lassa son 
peuple et fut exilé à Nan, où il mourut. 

Si glorieux qu'ait été le règne de ce prince, on est en droit de 
se demander si la légende n'a pas une bonne part dans le récit de 
ses exploits. Sans doute ce fut lui qui le premier développa la 
puissance Laotienne, mais il est peu probable que tant de guerres 
aient été entreprises, en si peu de temps, contre tant d'ennemis, 
sur tous les points de l'Indo-Chine, et qu*elles se soient toutes ter- 
minées par des succès aussi retentissants que ceux inscrits dans les 
chroniques. Les historiens orientaux connaissent cette forme de 
synthèse, et la vie de Fa-Ngom peut être facilement comparée à 
celle de Phra-Ruaug le fondateur de la nationalité siamoise dont 
Texistence est devenue en quelque sorte légendaire; mais il faut 
reconnaître que les hauts faits inscrits à l'actif de Fa-Ngom ont 
par eux-mêmes assez de vraisemblance, pour qu'on puisse s*expliquer 
dans quelles circonstances le Lan-Ghhang entra en relations, au 
]^yème gi^ele de notre ère, avec les peuples établis sur ses frontières. 

Le successeur de Fa-Ngom fut son fils aine Houn-Run qui 



1) Sir Arthur Phayre, History of Barma. liondon 1883. 



154 p. LEPfevRE-PONTALIS. 

reserra, par les mariages qu'il contracta avec des princesses voisines, 
les liens d'amitié déjà existant entre les Thaïs du Lan-Chhang du 
Lan-Na et des Sipsoug-panua, inaugurant ainsi une pulitique ex- 
cellente, à laquelle ses successeurs eussent été fort sages de savoir 
donner suite. Les annales évaluent à 800000 le nombre des familles 
de race laotienne habitant alors le royaume. Houn-Run mourut en 
1406. Après lui, les résultats acquis furent assez rapidement com- 
promis par une suite de princes sans prestige, soumis à des in- 
fluences de harem, si bien que durant le XV^°*® siècle, les Laotiens 
qui avaient été heureux dans leurs premières rencontres avec les 
Annamites, subirent de ce côté leurs premiers revers. Les annales 
de Lan-Chhang ont conservé le souvenir de ces incursions qui sont 
d'ailleurs rapportées avec plus de détails dans les écrits des Annamites 
et des Chinois. 

La première entreprise fut celle du général Nhu Hai ') sous le 
règne du roi annamite Tran-hien-tong (1330 — 1342). Nhu-Hai s'était 
proposé de vaincre les Laotiens, puis de descendre le Mékhong en 
soumettant tous les peuples riverains, y compris les Cambodgiens. 
Vaincu par le roi de Lan-Chhang, il trouva la mort dans les eaux 
du grand fleuve. 

En 1422, les Laotiens prirent l'offensive, après s'être assnré le 
concours des Chinois jaloux des progrès de l'Annam, mais la victoire 
resta aux Annamites commandés par le roi Le-Loi en personne. 

En 1471 *), sous le roi Le-thanh-tong (d'autres disent Li-Hao), 
les Annamites attaquèrent de nouveau les Laotiens de Lan-Chhang 
et se signalèrent dans cette invasion par leurs cruautés. Ils tuèrent 
le roi et deux de ses fils, mais un troisième put se réfugier au pays 
des Younes, où ils le poursuivirent, mais en vain. Repoussés par les 



1) Abb^ Rouillevaiii, L^Annam et le Cambodge. Paris 1874. 

2) Gaubil, Mémoire historique snr le Tongking. Tome XII de Mailla. Paris 1788. 



LKS LAOTIKNS HU ROYAUHK DE LAÎî-CHtIANG» 



155 



ïs, !e<î Atinamites rentrèreut dans leur pays, non sans s'être 
aniieicé une partie du territoire laotien, C*est èe ces in rasions que 
(latent les premiers neteâ d'hommage des Laotiens à Tégard de^ 
souverains A (in ami te*?. Il n'était encore nullement question^ et pour 
cause, des preteutiona siamoises, car a cette époque les princes 
d'Ajuthia se trouvaient séparés du bassin du Mékhong par une 
partie des possessiotia cambodgien iiea* La coraraunauté du péril et 
le besoin réciproque d'appui contre le nouvel ennemi surgi&sant en 
Annara, avaient créé une sorte de solidarité entre les souverains 
laotiens et les rois du Cambodge, Potiaarach» roi de Lau-Chliang, 
était le gendre du roi des Khmers et mn intervention dans les 
troubles qui désolèrent alors rAnnam fut sans doute fort appréciée. 
C'est à ce moment que Tautorité des princes laotiens commença à 
se développer sur les rives du Mékhong, à Vieng-Cbang que Poti- 
saracli habita et jusque dans la région de Lakhon, si bien que les 
Tbaïg du Bas-Ménam ^inquiétèrent et que le roi d'Ajubhia déclara 
la guerre an Lan-Chhang. La susceptibilité siamoise n'a rien qui 
doive nous étonner; TaccroisHeraent de riofluenee laotienne dans le 
bassin du Mékhong fut en effet un événement d*nne importanee 
capitale pour les maitre^i d*Âjuthia qui^ depuis la conquête de leur 
indépendance sur les Khmers, ne cessaient de surveiller réeroulement 
du puissant empire auquel ils ont été longtemps rattachés* Or les 
progrès des Laotiens sur le Mékhong les mettaient en contact avec 
les Ehmerâf et la vieille amitié des deux peuples riverains du grand 
fleuve put faire craindre aux Siamois une alliance effective qui 
serait dirigée contre eux mêmes. Dautre part, on put redouter 
aussi que le Lau-Cthang ne cherchât à s*enrichir à un moment 
donné, des dépouilles des Khmers, et k créer sur les flancs du jeune 
royaume d'Ajutbia, un empire puissant avec une base solide aux 
ambouchures dn Mékhong et dans la région du grand lac. Depuis 
le jour où ils ont adopté ce point de vue, les Siamois ne s'en sont 



156 p. LBFàvRK-PONTALIS. 

guère écartes; ils se sont toujours ingéniés à isoler le Laos et le 
Cambodge, et plus d*une fois ils ont profité des troubles intériears 
de leurs voisins pour arracher à des prétendants Cambodgiens, des 
provinces éloignées qui n'avaient d*autre valeur pour eux que de 
séparer deux peuples qui avaient des intérêts communs sur le 
Mékhong. 

La déclaration de guerre que fit à Potisarach le roi d*Ajuthia, 
aboutit pour les Siamois à un désastre. Vainqueur de son adversaire 
qui fut tué dans le combat, Potisarach vit tout à coup son influence 
grandir singulièrement. Tous ses voisins s'empressèrent de lui en- 
voyer des ambassades. Les Younea de Xieng-Mai voulurent se donner 
à lui; il leur délégua son fils. Les princes Shans du Haut Mékhong 
essayèrent d'obtenir son alliance contre les gens d'Ava aussi bien 
que contre ceux d'Ajuthia. On fut sur le point de voir se former 
une grande confédération thaïe au centre de Tludo-Chine; elle aurait 
englobé le Lan-Chhang, le Lan-Na, les principauté shanes du nord, 
avec la marche frontière de Tang-ho pour protéger le Haut Mékhong 
contre les invasions venues du Yunnan ou de la Birmanie. Contre 
les Siamois, les Younes; contre les Annamites, les Laotiens auraient 
énergiquement lutté; mais Potisarach périt subitement, pendant une 
chasse à l'éléphant, et les destinées de l'Indo-Chine reprirent un 
autre cours. 

Sétak, fils et successeur de Potisarach fut élevé en même temps 
sur les trônes du Lan-Na et du Lan-Chhang, mais l'union des deux 
royaumes fut bien éphémère. Les résistances locales eurent vite fait 
de briser ces liens factices, car la confiance qu'avait inspirée naguère 
Potisarach, n'existait plus à l'égard de sou fils. Les Younes de Xieng* 
Mai et de Xieng-Sen habitués à voir résider au milieu d'eux des 
princes de leur race, se donnèrent un autre roi; il fallut en Tenir 
aux mains, sur les rives du Mékhong. Avec le concours de M. Nan, 
de M. Pray et de M. Lakhône qui lui étaient restés fidèles, Setak 



hEB LADTlBNa DU ROYAUMfc DE LiVCHHANB. 



167 



trîompba complètement de rinaurrectîoD ^ mais se tléGaut peut-être 
Te€ raison île aes alliés Shaas et comprenant que datia Tétat dô 
dimîoa où les esprits étaient entretenus par les trailitîons de la 
race* rutiion du Lan-Chhang et du Lan-Na était pour le raoment 
impossible^ il proposa aux Younea de prendre comme rot le Phya- 
Kaug, son père adoptif. Déçu dans ses espérances, le prince Shau 
de Tatig-ho, sur le Haut-Mékhoiig rompit avec Luang-prabang, 
eotraînaut sans doute danâ sa défection tous ceux de m race. C*eat 
ai 081 que prit fin le brillant projet d'alliance et d'union qui aurait 
pu anéantir à jamais, au proSt des Tbaïs du centre de la péninsule, 
le tlé?eloppement du Siaui^ de TÂnuam et de la Birmanie. 

Sétak songea dès lora à s'installer à Vieng-Chhang et par suite 
H modifier son orientation politique* Les plans de son père ayant 
échoué, il se retourna vers le Siam qui luî offrait son alHanee* Il 
semble, d'après la chronique, que ce fut a?ec hésitation et regret 

t qu'il accepta la main quou lui tendait et quHl épousa la fille du roi 
d*Ajutbia. Les effets de cette alliance se firent bientôt sentir, car il 
fallut entrer en lutte avec les princes Shsua dont on s'était aliéné 
les sympathies. Setak commença par triompher du Ciiaofa Mang-Ta» 
mais quelques années plus tard, il dut voler au secours de son 
beau- père, attaqué à son tour par les Shans, dans Ajuthia. Les 
Siamois et les Laotiens furent raincus et Setak s'enfuit rapidement 
dans la direction de Vîeng-Chhang. 
Les chroniques Birmanes contiennent d'importante détails sur les 
entreprises du roi Birman Bureng-Naung, qui avait été assez habile 
pour imposer son autorité aux princes Shau s, contre les Thaïs 
d*Ajuthia aussi bien que contre ceux de Vîeug-Chhang, — Après 
la prise d'Ajuthia eu 1568, le fils de Bureng-Naung attaqua les 
principautés younes situées a Te^t de Xieng-Mai et poursuivant 
leurs chefs au delà du Mékhong, les força de se réfugier dans un 
endroit fortifié, appelé par le^ Birmans Maing-Zan, qui se trouvait 

11 




158 p. LEFàVRK-PONTALIS. 

sur le grand fleuve. Le roi de Lan-Ghhaug 8*échappa mais sa capi- 
tale fut envahie; les vainqueurs revinrent au P^ou, en laissant à 
Xieng-Mai une garnison; avec eux se trouvaient un grand nombre 
de prisonniers et parmi eux la reine de Lan-Chhang en personne. 
Après un second pillage d'Âjuthia, Bureng-Naung repartit en guerre 
contre les Laotiens et par Pitsanonlok, gagna Maing-Zan; il con- 
struisit un pont de bateaux sur le Mékhong mais ne put atteindre 
ses adversaires qui s'étaient enfuis. Après cette expédition sans ré- 
sultat, il s'en retourna au Pégou (1570). La politique nouvelle où 
s'était engagé le roi Sétak, devait Tentrainer à chercher vers le sad 
le développement de ses Etats. Désireux sans doute d'éviter toute 
affaire nouvelle avec les Shans, et encouragé par l'afiFaiblissement 
momentané de la cour d'Ajuthia, il se retourna vers le Cambodge 
et alla faire dans la direction d'Attopeu, une expédition d'où il ne 
devait pas revenir. Le départ et la disparition de Setak provoquè- 
rent à Vieng-Chhang une révolution de palais. Le roi de Birmanie 
Bureng-Naung et ses alliés les princes Shans intervinrent inutile- 
ment pour assurer sa succession à l'un de ses parents qu'ils avaient 
pris comme otage (1574); la couronne passa à un autre mandarin 
de Vieng-Chang, le Phja-Scn. 

Toute la fin du XVI^"^° siècle fut troublée par l'interveuiion 
renouvelée de ces Shans turbulents qui commirent de nombreuses 
razzias dans tout le Laos. Bureng-Naung fut heureusement détourné 
de la vallée du Mékhong par la lutte qu'il dut entamer avec les 
princes Shans de Monyin et de Mogauug qui avaient refusé de le 
suivre au Lan-Chhang; sa mort en 1581 mit fin pour quelque 
temps aux invasions Birmanes, car elle fut dans son royaume, le 
point de départ d'une période fort agitée. 

D'après les chroniques Birmanes, ce fut en 1571 que le roi de 



1) Sîr A. IMiayro, Hiatory of Burma. Tiondon, 1883. 



LES LAOTIENS UU ROYAUME DE LAN-CHHANO. 159 

Laa-Chhang périt dans sa campagne contre les Cambodgieus. Il est 
regrettable que les chroniques laotiennes qui font allusion à cet 
événement, soient aussi peu explicites sur les conditions dans les- 
quelles s'était poursuivie la campagne. Celle-ci parait avoir en pour 
bat la réalisation d'un grand empire Laotien s'étendant de Phaday 
(Xieng-Khong) au nord, à Li-pi (Ehône) nu sud, tel que le con- 
çoivent encore aujourd'hui les populations riveraines du Mékhong, 
lorsqu'elles font allusiun aux limites du domaine Laotien. Miné 
depuis le Xl^"^® siècle par les Annamites, l'empire Thiâme s'était 
pea à peu effondré. Les rois de Lan-Chhang ne pouvaient sans péril 
pour eux-mêmes, se tenir à l'écart des vastes remaniements de 
territoires qui en résultaient. Ils auraient mieux fait certainement 
de s'entendre avec le Cambodge pour la défense de leurs intérêts 
communs, que de chercher à le dépouiller, ou bien de se compro- 
mettre avec les Siamois dans des alliances de race, où ils ne devaient 
trouver finalement que des mécomptes, mais ils ne paraissent pas 
avoir eu à cette époque, le sentiment de cette nécessité. Le premier 
acte des Européens lorsqu'ils entrèrent en contact avec les rois du 
Lan-Chhang, fut d'essayer de la leur faire comprendre, mais ils se 
heurtèrent à bien des préjugés. Quand, en 1597 *), un Espagnol et 
an Portugais ramenèrent du Laos et rétablirent sur le trône de ses 
pères, le roi du Cambodge chassé par le Siamois Phra-Naret; 
quand, eu 1641 *), la Compagnie des Lides Néerlandaises décida 
d'envoyer une ambassade aux rois voisins et alliés du Cambodge et 
du Laos; quand quelques années plus tard, des missionnaires catho- 
liques *) proposèrent au roi du Laos d'établir des écluses sur diffé- 
rents points du Mékhong, pour faciliter le passage et la liberté du 



1) De ViUemereuil, Explorations et missions de Doadart He Lagr^c. Paris, 18S3. 

2) de Wusthof, Vremde reyse inde Coninckrycken Cambodgia cndc TiOuwen Haarlem, 
1669. 

8) Marini, Relations des royaumes de Tonquin et de liao. Paris, 1660. 



160 p. LKFÈVRK-PONTALIS. 

comoierce, c'est avec uue remarquable clairvoyance que ces étrangers 
se rendaient compte des véritables intérêts des peuple» riverains da 
Mékhong; ceux-ci ne surent pas tirer suGBsamraent parti de ces 
conseils intelligents. Voici en effet ce que dit Mariui, au sujet da 
projet des écluses: «Le roj de Lao, qui a tousjours eu plus d*égsird 
«à lu seureté de son royaume dont la situation avantageuse lay 
«sert de rempart contre les insultes de ses voisins, qu*à Tutilité du 
«gain dont il ne se met nullement en peine par un généreux nié- 
«pris qu'il en fait, en approuva fort la proposition, mais il dit que 
«ce seroit donner la clef ce son royaume à ses ennemis et que par 
«ce moyen, la porte qui leur estoit tousjaurs fermée dans ces pré- 
«cipices, leur serait ouverte quand il leur plairoit et fans y trouver 
«de résista nce>. 

Depuis la mort de Bureng-Naung, les relations avec la Birmanie 
ou plutôt le Pégou, sans être devenues amicales semblaient pourtant 
moins tendues. Le roi Maha-Dhamma raja, qui régna de 1605 à 1628, 
surveilla les principautés Shanes voisines de ses Etats, mais évita, 
raconte Phayre, de se mêler des affaires du Laos. C'est semble-t-il, 
sous ce prince qu'eurent lieu les négociations entre le Lan-Chhang 
et la Birmanie, telles qu'elles sont exposées dans une chronique qui 
me fut communiquée par les autorités de Muong-Luong-pou-kha. 
Ce document gravé sur une feuille d'argent, raconte que, vers 
l'année 1620, le roi de Birmanie ayant pris aux Younes les terri- 
toires de Xieug-Ehong et de Xieng-Sen imposa son autorité à 
Muong-Kiê et à Xieng-Hung et descendit ensuite vers les froutières 
du Laos. Etant arrivé à Muong-Sai, il y rencontra le roi de Lan- 
Chhang avec son armée; mais au lieu d'en venir aux mains, les 
deux princes s'entendirent, construisirent à cette occasion des pagodes 
et des pyramides, et se rendirent ensemble à Muong-luong-pou-kha, 
où par une déclaration solennelle, ils se mirent d'accord sur leurs 
frontières respectives. La paix ne pouvait-être malgré tout, définitive. 



LES LAOTIENS DU ROYAUME DE T.AN-CHHANO. 161 

Wusthof qui visita Je Laos en 1641, raconte que les forêts, les 
moutagues, les récifs qui eucombreut le fleuve, rendent les commu- 
nications di£Scile8 entre ce royaume et les pays voisins. — Cepen- 
dant une dizaine d'années auparavant, 30000 Pégouans, dit-il, 
avaient fait irruption sur les frontières, mais ils furent promptemout 
dispersés et mis en fuite. Depuis cette époque, le roi entretenait 
de ce côté de fortes garnisons. — Entre le Lan-Chhang et le 
Cambodge, la frontière était alors marquée près de Bassac sur la 
rive droite du Mékhong, et sur la rive gauche, au Nam-Noi. «Il 
«y avait très-longtemps, raconte Wusthof, que les rois des deux 
«pays s'étaient juré dans Tîle de Saxenham, une paix éternelle qui 
«devait être observée par tous leurs descendants de la façon la plus 
«absolue. Aussi le roi du Laos n'aurait il eu garde de rompre le 
«premier un pacte aussi solennel. C'est le roi du Cambodge qui, 
«en renvoyant sans la lire une lettre de son allié, avait élevé un 
«nuage que les Hollandais s'efforcèrent de dissiper». Les Laotiens 
paraissent dans cette circonstance avoir mieux compris que les 
Cambodgiens combien leur accord était nécessaire, pour venir à bout 
de leurs ennemis communs. 

Il semble étonnant que les Annamites qui, dès le XIV^"^® siècle, 
étaient en relations avec les Laotiens leurs voisins les plus proches, 
aient mis tant de temps avant de chercher à s'étendre à leurs dé- 
pens. — De leurs premières incursions dans la vallée du Mékhong, 
les Annamites avaient rapporté le souvenir de marches pénibles sans 
résultat appréciable. Le Laos était à leurs yeux, un pays barbare, 
bon tout au plus à payer tribut et à servir de refuge aux exilés. 
Dès ce moment, c'est là qu'on vit se retirer, aux heures malheu- 
reuses, les princes détrônés. A l'époque des compétitions entre les 
Mac et les Lé, le futur roi Lê-tran-tong (1533—1549) y trouva 
pendant quelques années un refuge et un abri. 

Lorsqu'ils furent maitres des passages de Kamroon et d'Ailao, 



162 p. LEFÈVKK-PONTALIS. 

prccécleuiment au pouvoir des Thiâmes, le point de vue des Anna- 
mites ne tarda pas à se modifier. Possédant vers le Lan-Chhangf 
d'autres voies d'accès que le Soug-Bo\ le Soug-Ma et le Soag Ma, 
cours d'eau torrentueux traversant d'épaisses forêts, ils se sentirent 
attirés davantage par les plaines fertiles des environs de Vieng- 
Ghhaug que par les étroites vallées du Lan-Chhang septentrional 
où il n'y avait d'autres richesses à récolter que l'or et les pierres 
précieuses du Muong-Soua ou les ornements des pagodes qu'ils 
étaient incapables de respecter. 

Les Laotiens purent s'apercevoir combien le voisinage de l'Anuain 
était devenu dangereux, quand, sous le règne de Sauriac, fils de 
Tankam et huitième successeur de Setak (1638—1695) ils appara- 
rent de nouveau dans le bassin du Mékhong. Sauriac 8*était emparé 
du trône au détriment de son frère aine Chompou, qui se réfugia 
à Hué. Les fils de ce dernier firent dans la suite appel aux Anna- 
mites qui rétablirent l'ainé sur le trône de Vieug-Chang, sous le 
nom de Ong-Hué. Les fils de Sauriac s'enfuirent jusqu'à la frontière 
de Chine, dans la région du haut Nam-Hou et ne reparurent à 
Luang-prabang que lorsque Ong-Hué s'en fut lui-même retiré, en- 
levant et emportant à Vieng-Chang les saintes images de Bouddha. 
«Alors, dit la chronique, le Laos se trouva divisé entre les petite- 
«fils du roi Tonkam, la famille de sou aine régnant à Vieng-Chang, 
«celle du plus jeune à Luang-prabang. Le royaume de Lan-Chhang 
«fut partagé; les Sip-song-chau thai et les Opauh-Tan-hoe remon- 
«tèreut à Luang-prabang. Cette division se fit en 1707». 

L'affaiblissement du royaume de Lan-Chhang divisé en deux 
tronçons, tenta de nouveau les Annamites dont la politique consista 
dès lors à appuyer les prétentions de Vieng-Chang, pendant que les 
Chinois accordaient leur protection de préférence à Luang-prabang. 
En 1750, le Laos fut envahi, mais Entaprom, qui régnait alors 
dans l'ancienne capitale, eut raison du général annamite Ong-Chiea- 



LES LAOTIENS DU ROYAUME DE LAN-CHHANO. 163 

Thien, dont l'inyasion fut repoussée. Renonçant à tout scrupule, le 
roi de Vieug-Chang, fit alors appel à la Birmanie et à ces princes 
Shans qu'il savait toujours prêts à donner carrière à leur ambition 
et à leur ardeur guerrière. Il les déchai na sur Luaug-prabang, sous 
prétexte que «ce pays était agressif et rendait la vie insupportable 
«au peuple de Vieng-Chang par toute sorte d'injustices». 

Pendant une durée de 25 ans (1753—1778) la lutte fut terrible. 
SanriaTongsa, disent les chroniques laotiennes, s'échappa d'Ava où 
il était retenu prisonnier, revint à Luaug-prabang, y fut proclamé 
roi et partit en guerre contre Vieng-chang qui appela de nouveau 
ses alliés Birmans; il s'en fallut de peu que Luaug-prabang ne 
succombât. D'après les chroniques birmanes, le roi d'Ava était alors 
Sengbynsheng '), fils et second successeur d'Alaungphra. Après avoir 
reserré ses liens de suzeraineté sur les pays Shaus et soumis de 
nouveau Xieug-Mai, il lança une armée contre Luang-prabang. 
Pkayre prétend, sans doute sur la foi des auteurs Birmans, que la 
capitale Laotienne était alors M. Lim sur le Mékhong, dans les 
environs de Xieng-Scn. Il commet ainsi uue erreur analogue à 
celle des chroniques laotiennes, quand au XVI^°^® siècle elles attri- 
buent à Tang-Ho situé dans les mêmes parages, une importance 
exagérée. En réalité, Muong-Lim et Tang-ho n'ont joué un rôle im- 
portant dans l'histoire de Tlndo-Chine, que, parce que ce sont les points 
de rencontre des principaux groupes thaïs installés dans la péninsule. 
Dès l'origine de leur histoire, Xieng-Sen par sa situation géogra- 
phique et l'importance des plaines qui l'entourent, a exercé sur les 
destinées de la race une grande influence. 

Aux mauvais procédés de ses voisins de Vieng-Chang, Sauriavongsa 
en opposa de non moins e£Scaces, en s'appuyant successivement sur 
la Chine et sur le Siam. Rien de plus légitime que l'attitude de 



1} Sir A. Phayre, History of Burina. London 1883. 



164 p. LKFÈVRK-PONTALIS. 

Luang-prabang à Tégard de la Chine, à laquelle le Lau-Chhang se 
trouvait liée depuis plusieurs siècles par les liens d'une Tassalité 
d'ailleurs assez relâchée. Au moment du fameux partage de 1707, il 
avait été décidé, qu'en ce qui concernait les rapports de Luaug- 
prabang et de Vieng-Chang avec l'Annani, chacun rendrait hom- 
mage à Hué de son côté, mais que pour la Chine, le tribut des 
deux pays devait être réuni à Luang-prabaag qui se chargerait de 
le transmettre. Luang-prabang resta donc, comme il Ta été jusqu'au 
jour récent où furent définitivement rompues les relations poliidques 
de la Chine et du Laos, le dépositaire du sceau impérial, et aux 
yeux du gouvernement chinois, le centre et la capitale du Lan-Chhang. 
Depuis la chute de Li dynastie Mogole qui, par des expéditions 
militaires, avant tenté de rendre effective sa domination non seule- 
ment sur les divers royaumes de Tlndo-Chine mais aussi sur les 
iles lointaines de la Malaisie, les ambitions de la Cour impériale 
s'étaient singulièrement amoindries. L'échec des Mmg au Tongking, 
d'où Le Loi les expulsa en 1428, avait appris aux Chinois à modérer 
leurs prétentions. Depuis, ils s'étaient bornés à surveiller leurs 
frontières du côté du sud et à affermir leur domination à l'int-érieur 
de l'Empire. Ils ne négligeaient pourtant aucune occaHion d'échauger 
des ambassades avec les princes du Midi et de rappeler leur suze- 
raineté, en envoyant comme présents des sceaux d'argent doré, dont 
la poignée représentait un chameau accroupi symbole de senritude. 
Le Lan-Chhang comme l'Annam en recevait un semblable, et en- 
voyait en échange des objets précieux, d'autant plus volontiers qu'il 
sentait son indépendance peu menacée. A différentes reprises, les 
rois de Luang-prabang essayèrent d'obtenir l'appui effectif de leur 
puissant suzerain, mais la cour Impériale n'était pas toujours en 
mesure de leur venir utilement en aide. Toutefois en 1766 '), la 



1) Sir A. Phayre, II if tory of Burma. London 1883. 



LES LAOTIKKS DU ROYAUME DE LAN-CUHANO. 165 

Chine sut répondre à Tappel du prince Laotien et lança contre les 
Birmans une armée qui vint se mesurer avec eux à Xieng-Tung. 
Les Birmans repoussèrent les Chinois et laissèrent une garnison 
dans le pays, mais à trois reprises les Chinois revinrent encore à 
la chaire, jusqu'à la paix définitive qui fut conclue en 1769. 

La diversion chinoise ayant été insuffisante, Luang-prabang 
s'adressa paiement au Siam. En 1774 et 1776, dit la chronique 
laotienne, Sauriavougsa échangea avec les Siamois, des ambassades 
qui aboutirent en 1778 à une alliance offensive et défensive d'Âjuthia 
et de Luang-prabang contre les gens d'Ava. Le roi de Siam Phaja- 
Tak ') venait Tarmée précédente de piller et de saccager Vieng-Chang; 
il brûlait aussi de se venger des Birmans qui, non contents d'avoir 
détruit Âjuthia en 1767 n'avaient cessé depuis de ravager le bassin 
du Ménam. Depuis quatre ans, il était maitre de Xieng-Mai et 
rêvait d'étendre sa domination sur tout le reste du Lan-Na dont 
les Birmans disposaient depuis fort longtemps. Bien qu'ils eussent 
affaire aux mêmes adversaires, les deux souverains alliés n'avaient 
pas des intérêts semblables. Si le roi de Luang-prabang Sauriavougsa 
s'en était rendu compte, il se serait bien gardé d'encourager les 
tentatives de Phaja-Tak contre Xieng-Sen, mais depuis que le Lan- 
Chhang était divisé contre lui-même, ses princes pour faire prévaloir 
leurs prétentions rivales, étaient condamnés à une politique d'expé- 
dients qui ne pouvait en aucun cas leur profiter. Sauriavougsa étant 
mort en 1791, le roi de Vieng-Chhang s'enhardit contre son suc- 
cesseur Anou et fit do nouveau appel aux Annamites. Luang-prabang 
tomba au pouvoir de l'ennemi, qui s'empara en même temps des 
Sipsong-chu-thaï, des Opanh et du Pou-Eun. Anou dut se réfugier 
à Bangkok, pendant que les Annamites essayaient de s'attirer les 
bonnes grâces de la Chine *), en joignant à leur tribut une partie 



1) Ptllegoix, Description da royaume Thaï aa Siam. Paris 1854. 

2) Devéria, Histoire des relations de la Chine avec l'Annam Vietnam. 



166 p. LKFÈVRB-PONTALIS. 

(les dépouilles du Laos. Mais la Chine ne se laissa pas sédaire et 
maintint à ses vassaux la protection qu'elle leur devait. £a 1795, 
la guerre recommença. Avec Tappui moral du Siam et de la Chine, 
les Laotiens de Luang-prabang combattirent les Annamites dans le 
pays des Pou-Euns et dans la région de Dien-bien-phu, tandis que 
sur le Haut Mékhong, ils soutenaient les efforts des Siamois et des 
Younes contre les Birmans maîtres de Xieng-Seu '). En même temps 
les Laotiens de Vieng-Chang ne cessaient de harceler Luang-prabang. 
Cependant en 1804, après six furieuses attaques, Xieng-Sen 
ayant fini par succomber, la lutte se reserra de plus en plua. 
Libre du côté du nord, et assuré qu'an sud aussi bien qu'à l'ouest, 
le Lan-Chhaug ne pouvait plus compter sur aucun allié, au Cam- 
bodge ni au Lan-Na, le Siam comprit que l'heure était venue de 
tirer profit de la politique où s'était si malheureusement laissé en- 
gager au XVI^^ siècle, le roi laotien Sétak. Isolé et divisé, le 
Lan-Chhang devait périr. Eu 1827 Vieng-Chang s'effondra sous ses 
coups, sans que le roi de Luong-prabang, Mang-tha tentât le moindre 
effort pour sauver cette partie si précieuse de l'héritage des ancêtres. 
Depuis la chute de Xieng-Sen, les Shans avaient pris l'habitude de 
porter leurs attaques sur la rive gauche du Mékhong, où ils savaient 
avoir affaire à des adversaires moins redoutables. Sous prétexte d'une 
compétition (1824) entre deux princes pour le trône de Xieng-Huug, 
les Lus avaient envahi le territoire de Luang-prabang. Une grande 
partie des habitants du Nam Hou et du Nam Ta s'étaient enfuis 
vers Xieng-Ehong et vers Muong Sai, sans que Mang-tha fit rien 
de sérieux pour leur venir en aide. C'est sur ces entrefaites que la 
guerre ayant éclaté entre le Siam et Vieng-Chang, le roi de Luang- 
prabang jugea tout d'abord plus prudent de s'abstenir. Puis quand 
il vit le roi de Vieng-Chang anéanti, obligé d'aller chercher un 



]) Holt Hallett, A thoiuand miles on an Eléphant. London. 



LES LAOTIRNS DU ROYAUME DE LAM-CHHANG. 167 

refage à Hué, MaQg-Tha jugea le moment opportun pour contracter 
une alliance avec les Siamois. Dans les campagnes que ceux-ci 
entreprirent en 1833 et en 1845 contre les Pou-Euns, on vit se 
joindre à leur armée des Youues et des Laotiens. 

Au milieu de tant d'épreuves diverses, Luang-prabang se trou- 
vait avoir échappé au misérable sort de Xieng-Seu et de Yieng- 
Chang. La vieille capitale de Eoun-La subsistait avec la lignée de 
ses rois, ses précieuses traditions conservées dans les Annales, ses 
pagodes et son Pra-Bang. Protégée par son admirable situation 
géographique, la vieille capitale du Lau-Chhang a ainsi survécu au 
démembrement de TEmpire, jusqu'au jour où Tinterventiou de 
l'Europe dans les affaires de Tludo-Chine est venue arrêter l'oeuvre 
de destruction poursuivie par les Siamois et a fait heureusement 
renaître la tradition de Fa-Ngom et de Potisarach, les deux plus 
grands rois de Lan-Ghhang. 



VARIÉTÉS. 



EXPOSITION UNIVERSELLE DE 1900. 



Acteurs et danseuses du Japon. — 
L'article que le Temps a publié, il y a 
peu de temps, sur la condition des 
acteura au Japon, donne un intérêt tout 
spécial à une information qui lui arrive 
de Tokio. L'empire du Soleil levant sera 
représenté, affirme le Japan Weekly 
Times, à l'Exposition de 1900 par deux 
troupes d'acteurs et par une troupe aussi 
de danseuses. Mais laissons la parole à 
notre confrère de là-bas, et contentons- 
nous de traduire, en gardant la saveur 
native de son texte, l'entrefilet qu'il con- 
sacre i\ la grande nouvelle. 

«Il y a quelques jours, le propriétaire 
du restaurant Sempoteï, àKarosumori, 
révélait confidentiellement aux représen- 
tants attitrés de quelques grands jour- 
naux que sa femme allait conduire en 
Europe un groupe de dix jolies danseuses 
de Shimbasbi. Les danseuses seront ac- 
compagnées d'une coiffeuse, d'une cuisi- 
nière et d'une interprète. Les spectacles 
que donnera la troupe auront lieu, non 
dans un tbé&tre spécial, mais dans un 
panorama qui fait partie de l'Exfiosition, 
et les représentations seront conduites 
avec la plus parfaite décence. 

«Ce n'est pas tout. Paris recevra égale- 



ment la visite d'une troupe d'acteurs 
japonais. Cette troupe, qui est celle des 
li, est composée d'acteurs nouveau jeu. 
Elle doit quitter le Japon dans les pre- 
miers jours du mois de mars et sera 
rejointe à Paris par une autre troupe, 
celle de Kawakami, déjà partie pour la 
môme destination, mais par la voie des 
Etats-Unis qu'elle se propose de traverser 
à petites journées. 

«L'idée de cette entreprise théâtrale 
aurait été suggérée, nous dit-on, par un 
commissaire (?) finançais de l'Exposition. 
Un riche amateur japonais ferait à ses 
risques et périls les frais de l'entreprise. 
La raison qui lui aurait fait choisir les li 
de préférence à toute autre troupe, c'est 
qu'ils jouent un répertoire très ancien 
dont les thèmas sont déjà connus en 
P'urope, les Quarante Ronins^ par 
exemple, qui ont été à plusieurs reprises 
traduits en français. Ce qui caractérise 
d'autre part les 7i, c'est qu'ils se sont 
depuis i)lusieurs années signalés en 
jouant sur des scènes japonaises des 
pièces traduites du français et des comé- 
dies, en particulier, de Molière». 

Que dites- vous de ce dernier trait? 
Si le Japan VVee/Uy Times n'a pas été 



VABIBTÉS. 



169 



induit en eri^ur, ce sem une curiosité 
hors pair, en effet, que la représentation, 
par des acteure japonais du répertoire de 
la Comédie française. Muis, si Molière il y 
a, quelles pièces joueron t- ils de Molière? 
Le Misanthrope ou le Malade imagi- 
naire^ le Tartufe ou V Ecole des femmesl 
La danse des raatassins, empruntée à 
3/. de Poiirceauynac^ ferait courir à 
coup sûr tout Paris, mais une Célimène 
japonaise encore plus. C'est ce que nous 
serions vraiment curieux de voir. 

Prince Kanin. — Le prince Kotoliito 
Kanin, cousin de Tempereur du Japon, 
et frère par adoption de ce souverain, 
est arrivé à Paris. Il est né le lOnov. 
1865. 

M. Kurino, ministre du Japon, lui a 
présenté quelques-unes des nombreuses 
pei'sonnes de la colonie japonaise présen- 
tes sur le quai de la gare, et aussitôt 
après le prince Kanin et sa suite sont 
partis en voiture i\ Thotel Continental 
où des appartements leur avaient été 
retenus. 

Le prince Kanin gardera Tincognito le 
plus strict jusqu'au retour du président 
de la République qui le recevra oftîcielle- 
ment demain ou après demain. 

Il vient à Paris assister à Tinaugura- 
lion de notre Exposition et représenter 
son souverain à celle des pavillons japo- 
nais. Il compte rester plusieurs semaines, 
au moins un mois en France. 



En attendant l'ouverture de l'Expo- 
sition, le prince visitera divers centres 
industriels où le Japon a fait de nom- 
breuses commandes. 

Colonel de cavalerie, le prince Kanin, 
qui est aujourd'hui âgé de trente-sept 
ans, a fait toutes ses études en France où 
il est resté une dizaine d'années, soit à 
Paris, soit à PEcole de cavalerie de Sau- 
mur, soit à Fontainebleau. Il a égale- 
ment suivi, et de très biillante façon, les 
cours de notre Ecolo de guerre, a pris 
part, parmi nos officiers, à plusieurs 
grandes manœuvres et en particulier à 
celles qui se terminèrent en 1891 parla 
fameuse revue de Vitry-le-François. C'est 
à l'issue de cette revue, où le président 
Carnot avait i*emarqué la part brillante 
que ce jeune oflicier avait prise aux opé- 
rations, que le pi'ince Kanin i*epartit 
pour le Japon. 

Il a été là-bas, depuis neuf ans, un des 
plus influents propagateurs de la langue 
et de la littérature françaises, qui, grâce 
à lui, ont pris en Extrème-Oiient une 
extension considérable. Président de 
l'Association de la littérature française 
au Japon, le prince Kanin a accordé son 
haut patronage à la Revue française du 
Japon^ que dirigeait notre distingué 
compatriote M. Boissonnade et dont M. 
Âdatci, actuellement secrétaire de la 
légation du Japon à Paris, fut longtemps 
le secrétaire de rédaction. 



NÉCROLOGIE 



JOSEPH BEKTRAJID. 

Nous avons le regret d^apprendre la njort à la suite d*une longue maladie 
de M. Louis François Joseph Bertrand, de TAcadémie Fi-ançaise, Secrétaire 
Perpétuel de l'Académie des Sciences, Professeur au Collège de France, ancien 
Professeur à l'Ecole Polytechnique, Grand Officier de la Légion d'Honneur, 
décédé le 3 Avnl 1900, en son domicile, Rue de Tournon N^. 4, à Tâge de 
78 ans. 

M. Bertrand a publié un compte-rendu de V Uraiioffraphie chinoise du Dr. 
Schlegel dans le Journal des Snrans de Sept. 1875, pp. 557 — 56G: M. Schlegel 
a répondu aux critiques du célèbre mathématicien dans les Bijdvagen lot de 
Tant' Land' en Vulken/cumle m« Nrdrviandsch Indië, 1880, pp. 350 — 372. 

IL G. 



BULLETIN CRITIQUE. 



Petit Dictionnaire français^ 

chinai. ^m^Mmm 

par le P. A. Debessk S. J. — 
Chang-Haiy Imprimerie de la Mis- 
sion Catholique à Torphelinat de 
T*ou.8Ô.wè, 1900, pet. in-8, pp. 
VI -531 à 3 col. + 1 f. n. ch. p. Ter. 

n y a en anglais plusieurs 
dictionnaires chinois de poche, il 
n'y en avait qu*nn en français, 
celui de Lemaire-Giquel. Le nou- 
veau dictionnaire du P. Debesse est 
appelé à rendre de grands services 
aux sinologues auxquels les ouvra- 
ges plus considérables, tels ceux du 
P. S. Couvreur, ne sont pas acces- 
sibles, et aux voyageurs qui n*ont 
que peu de place à réserver aux 
livres dans leurs bagages. La pré- 
face du P. Debesse est rédigée avec 
la plus grande modestie: Tauteur 



n*a que la prétention d'avoir con- 
densé Toeuvre de quelques uns 
de ses devanciers, Touvrage de 
Lemaire-Giquel entre autres. Le 
nouveau dictionnaire vaut infini- 
ment mieux que ce dernier, car il 
donne avec les mots leurs diffé- 
rentes acceptions; il est en outre 
beaucoup plus complet; le diction- 
naire fait en vue surtout des élèves 
de l'arsenal de Fou-tcheou, a été 
compilé un peu trop rapidement, 
aussi des mots aussi importants 
que après^ concorde^ feu^ jade, etc., 
manquent-ils. Je ne doute pas que 
le petit dictionnaire du P. Debesse 
ne trouve un rapide et assurément 
légitime succès. H. G. 

Henri d'OuLÉANS — Politique 
extérieure et coloniale. Paris, Ernest 
Flammarion, in-18, pp. xviii-292. 



172 



BULLETIN CUITIQUB. 



Le prince Henri d*OiiLEANS 
apporte dans ses voyages et dans 
la politique toute Tardeur d*un 
tempérament jeune et d'une ame 
patriotique. Malgré sou âge, il a 
voyagé plus loin et plus longtemps 
que la majeure partie des grands 
voyageurs actuels et il nous a 
donné de ses périlleuses explora- 
tions soit avec Bonvalot, soit avec 
ïloux, des récits qui comptent 
parmi les plus importants qui 
aient été consacrés à la Haute Asie 
et à TAsie Orientale. Dans ce 
volume, il a réuni quelques uns des 
articles et un certain nombre de 
lettres qu'il a écrits au hasard des 



événements et il est intéressant de 
voir ces souvenirs et ces docaments 
prendre une forme définitive. Sou- 
haitons que ce livre soit parcouru 
par un grand nombre de lecteurs, 
car il y a beaucoup à apprendre 
dans ces pages qui méritaient 
mieux que le succès éphémère 
d'articles de journaux ou de revues. 
Quelques uns des articles ont pour 
nous un intérêt particulier, tels 
! sont ceux consacrés aux questions 
suivantes: La France en Chine^ La 
question du Mékong^ Les droits Ht 
la France sur le liant" Mékong^ 
Lettres à M. Ganthiot sur le Toukin 
Piraterie au Toukin, H. C. 



CHRONIQUE. 



ALLEMAGNE ET AUTRICHE. 

La librairie Alfred Schall de Berlin a commencé une Bihliothek dcr Làndcv- 
kunde; le Chine sera rédigée en 2 vol. (Bd. X et XI) par le Dr. Ernst Tiessen, 
de Berlin; le Japon est également en préparation. 

Nous notons Tapparition d'une Kolomnle Zeitschrift éditée par le Dr. Ilans 
Wagner au Bibliographisches Institut (Meyer), Leipzig. Ce ]>ériodique est illu- 
sti-é de gravures. 

AMÉRIQUE. 

Selon les journaux américains la guerre aux Philippines a coûté jusqu'aujour- 
d'hui 49 millions de dollars aux Etats-Unis. 

BIRMANIE. 

Le docteur Riddle, chirurgien de la commission de délimitation de la frontière 
birmano-chi noise, et M. Sutherland, commissaire adjoint de Birmanie dans les 
Etats Chans septentrionaux, ont été assassinés (fcv.) à Monden, point situé par 
99^15' de longitude est et par 23® 30' de latitude nord, alora qu'ils procédaient 
aux travaux de la commission. 

Le consul anglais à Szemao, qui est attaché à la commission, a été blessé. 

Le commissaire anglais Mr. J. 6. Scott, se concerte avec le général chinois Liu 
sur les mesures à prendre pour la punition des coupables. 

La contrée où s'est passé le drame est habitée par des tribus chans et ouas, 
ces dernières complètement sauvages. 

On mande de Rangoon qu'un détachement anglais arrivé le 26 février, a 
enlevé toutes les positions des indigènes qui s'opposaient à la délimitation 
anglo- chinoise; puis il a fait prisonniers, le 27, avec le concours des troupes 
chinoises, tous les villageois qui avaient fait de l'opposition. 60 villageois ont 

12 



174 CHRONiqUK. 

ôté tués. 2,0(K) mniisons ont été brûlées. Les Chinois ont eu 4 morts et 20 blessés, 
et les Ân{;lais i Indien tué et 7 ci|iayes blessés. 

CHINE. 

Le Rév. P. A. Debesse S. J. vient de publier à l'orphelinat de Tou-sè-wè 
(Zi-kii-wei) un Petit Dictionnaire franrnis-chinois ^t |S£ ^i ^Ê, fflfi âS 
qui est appelé à rendre de grands services. II est beaucoup plus complet que 
le dictionnaire de poche de Lemaire et Giquel. 

Le Rév. P. Henri Boucher, S. J., est recteur du collège de Zi-ka-wei, et 
directeur des Varirtrs sinolmjiques en remplacement du Rév. P. Henri Havret 
malheureusement retenu en France par le mauvais état de sa santé. 

Âpres une interruption de deux années, pour cause de santé et peile de 
temps occasionnée par des rééditions, le Rév. P. Léon Wieqer, S. J., de la 
mission de Hien Hien (Tche-li) a repris la publication de ses Rudiments de 
parler et de style cliinois: il nous donne la première partie du Vol. XII con- 
sacré aux Caractères. Le reste de ce volume suivra dans peu de mois. L'ou- 
vrage sera complet dans deux ans, à moins comme, me l'écrit l'auteur, la i*ési- 
dence de Hien Hien ne soit saccagée auparavant. Les derniers volumes des 
Rudiments seront, comme les précédents, plutôt pratiques que scientifiques^ 
préparés en vue de la catégorie spéciale des élèves du P. Wieger. 

Le Rév. Père S. Couvreur S. J., de la mission de Hien Hien, prépare une 
nouvelle édition ravue et augmentée de son grand dictionnaire. 

Deux membres du Tsong-li-Yameii, Kouei Tchoung et Kouan Tchang, sont 
nommés ministres de Chine, Tun à Londres, l'autre à Saint- Péter8boui*g: toutefois 
ni Tun ni Tautra ne sont encore en i-oute et leurs prédécesseurs (?) occupent 
encore leurs postes. 

I^ Gazetti' jh)pulairc de Colofjne^ organe catholique, parlant des démarches 
de Mgr. J. B. Anzer à la Chancellerie impériale et auprès de l'empereur Guil- 
laume II en personne, confirnio que le vicaire apostolique des missions alleman- 
des du Chan-Toung s'est bien gardé de demander à Berlin que la garnison 
allemande de Kiao-Tchéou intervint pour rétablir Tordre dans la province du 
sud du Chan-Toung. Bien au contraire, l evi*que est d'avib qu'une intervention 
militaire ne peut que faire du toit au développement et à la prespérité des 
missions. La (rozette populaire de Coloquc fait remarquer à ce propos que les 
Chinois ne sont déjà que trop enclins à voir dans les mission naii^es des agents 
et éclaireurs de la politique d'intéivt de TAIlemagne. Aussi toute la rancune 
qu'ils ont amassée à la suite des agisstMiients souvent maladroits des fonction- 



cuROMiquv. 175 

naires allemands du territoire d'occupation, ils la déverseraient sur les mission- 
naires et les Chinois chrétiens. Les derniera désordres et les persécutions provo- 
qués par la secte dite des Grands-Couteaux sont dûs, il n'y a pas à en douter, 
en partie aux mauvaises dispositions du vice-roi Yu Hien à l'égard des chré- 
tiens, en partie aussi au mécontentement général que l'occupation de Kiao- 
Tchéou par les Allemands a soulevé au sein de la population chinoise. 

On mande de Shanghaï, le 3 janvier, qu'un missionnaire anglais, nommé 
Brookes, a été assassiné à 50 milles au Sud-Ouest de Tsi-Nan fou, dans le 
Ghan Toung. 

Un télégramme de Tché fou annonce qu'un sérieux soulèvement antichrétien 
vient d'éclater à Tshi-Nan fou. 

Comme compensation au meurtre du missionnaire anglais Brookes, le gou- 
irernement chinois s'engage à décapiter deux des coupables et à condamner les 
trois autres respectivement h des emprisonnements de deux ans, dix ans et à 
perpétuité. 

Il s'engage, en outre, à faire élever une chapelle commémorative sur le lieu 
de l'assassinat et à faire apposer une tablette dans la cathédrale de Canterbury. 

Peking, 12 févner {par dépêché), — Le Tsoung-li Yamen a notifié aux lé- 
gations étrangères que l'empereur recevrait comme de coutume le corps diplo- 
matique en audience de nouvelle année, le 19 février. L'année dernière cette 
audience n'avait pas été tenue, à cause du mauvais état de santé de l'empereur. 
Dans les «circonstances actuelles on considère ce fait comme important, en ce 
qu'il indique le désir de produire une impression rassurante, après les récents 
événements. 

La correspondance échangée du 6 septembre au 20 mars dernier entre le 
gouvernement des Etats-Unis et ceux de TAngleterre, de la France, de l'Italie, 
de l'Allemagne, de la Russie et du Japon, au sujet du régime de la «porte 
ouverte» en Chine, vient de paraître. 

Par l'organe de ses représentants auprès de ces divei*ses puissances, qui ont 
en (3hine des sphères d'influence, le département d'Etat américain avait expri- 
mé à leurs gouvernements respectifs le désir de voir le principe de la «porte 
ouverte» adopté dans l'empire du Milieu, afln d'éviter des complications éven- 
tuelles entre elles. 

Voici en substance l'exposé des vues qui ont déterminé le gouvernement de 
Washington à faire cette démarche, et de sa manière d'envisager le régime 
international applicable dans l'empire chinois: 

Les Etats-Unis espèrent que la Chine restera un marché ouvert pour le 
commerce du monde et que de dangerauses causes d'irritation internationale 
seront supprimées. Cela permettra de hâter une action commune des puisean- 



176 CHRONiqUK. 

res à Peking en faveur des i-éformes aflniinistratives si nécesstiires pour fortifier 
le ^onverneinent chinois, afin qu'il puisse riiainlenir rintéprité de la Chine qui 
intéresse tout TOccident. 

Les F^tats-Unis croient qu'un pi-and pas serait fait dans cette voie, si les 
puissances qui ont des sphèi'cs d'influence en Chine déclaraient leurs intentions 
i-olativernent au traitement qu'elles entendent imposer au cx)mmeîce étranger 
ilans leurs sphères respectives. Rien entendu, ces déclarations sauvegarderaient 
tous les intérêts établis dans les sphères rl'influence, dans les territoires cédés à 
bail et dans les ports à tmités. 

Il faudrait que les tarifs des douanes chinois s'appliquassent, sans distinction 
de nationalités, à toutes les niarchaudises débarquées dans ces splières d'influence, 
à moins qu'il ne s'agisse de ports libres. Il faudrait que les recettes des douanes 
fussent encaissées par la Chine: que les droits de ports fussent les mêmes pour 
tous les vaisseaux: que les di*oits de transport par chemin de fer fussent les 
niâmes pour toutes les nationalités, sans aucune faveur pour les nationaux du 
pays auquel appartient la sphère d'influence. 

M. ])elr^ssé répondit, le 10 décembre, que la France était prête à appliquer 
un traitement égal aux Fi-ançais et aux nationaux des autres pays. 

M. Visconti- Venosta envoyait, le 7 janvier, l'adhésion de l'Italie. Il en fut de 
même pour toutes les puissances interrogées. 

Knfin, le 20 mars, M. Hay annonçait que, toutas les réponses ayant été 
favoi>able.s, il considérait Tentente sin* Ja «porte ouverte» comme définitivement 
acquise. 

Les auti*es nations seront admises à y donner leur adhésion. • 

Les autorités chinoises ont remis à la municipalité fran^ai^:e de Shanghaï les 
terrains qui font rr)bjet de la dernière convention à la suite du règlement de 
Taflaii-e dite du rlépot moiluaire de Niniï-Po. 

La concussion française est ainsi plus que doublée. 

Les limites de la concession française, dit le Tem^ïs, sont celles qui ont été 
arrêtées en juin dernier entre les délégués du vice-roi et le consul -général de 
France, et qui avaient tout d'abord soulevé les objections, maintenant levées, 
du cabinet de Londres. L'abornement contradictoire se poui*suit et notre mn- 
nicipalilé prendia po.<.st»ssion de .son nouveau territoire le l" mars prochain. 

Par suite de cette entente, la concession française s'étendi-a au noi'd-ouest de 
Shanghaï, au sud du champ de courses, en laiss4\nt aux Chinois raccàs de la 
porte de l'Ouest ; mais nous aurons le libre contrôle de la route de Si-ca-Weï, 
que nous demandions depuis trente ans et sur laquelle la municipalité française 
pourra établir des postes de police et des taxes de circulation. 

Peking, 15 février, source anglai.se (/«/»* ih-jurfu'). — Un édit, publié hier, 
ordonne à Li lloiuig-lchang de détruire les tombes des ancêtres du informateur 



CHRONIQUE. 177 

Kang Yu-weï et met la tête de ce réformateur à prix pour 100,000 taëls. 

L*édit émane ofTiciellement de 1 empereur; mais il est dû à l'influence de 
rimpéi*atrice douairière, qui manifeste ainsi son hostilité contre le réformateur. 

On mande de Singapour au Times que le réformateur cliinois Kang Yu-weï, 
qu'on supposait parti pour Londres depuis un mois, a été découvert dans une 
maison chinoise, gardée par des cipayes. 

Cette nouvelle cause beaucoup d'agitation parmi les résidants chinois. 

On mande de Hong-Kong au Times à la date du 29 mars: 

«Kouang You-pui, membre du parti réformateur chinois, ancien diiecteur 

d'un journal chinois à Yokohama, a été enlevé do Hong-Kong, merciedi, et 

conduit à Canton. 

«Le gouverneur de Hong-Kong et le consul britannique à Canton ont fait 

des représentations à ce sujet à Li Houng-tchang. Le prisonnier n'a pas été 

i^elaché». 

I^ municipalité française de Tien-Tsin publie sur la situation de la conces- 
sion fi'ançaise dans cette ville un m]>port des plus satisfaisants. Le mont;int 
des recettes pour l'exercice 1899 atteint 168,000 francs, avec un excédent do 
8,000 francs sur celui des dépenses. Dos travaux importants ont été réalisés 
sous la direction de M. Sabouraud, agent voyer municipal, pour la voirie, 
l'écoulement deb eaux, etc. Une partie des terrains d'alluvions a été remblayée. 
De nombreuses plantations s'élèvent déjà sur les terrassements nouveaux, et la 
concession possédera avant peu un jardin public bien placé, et qui ne le cédera 
en rien à celui de la concession anglaise. Knfm, la municipalité, qui était depuis 
longtemps désireuse de posséder un hôtel ])lus vaste et plus digne de la con- 
cession française, a fait l'acquisition d'un très bel immeuble voisin du consulat 
de France et dans lequel seront installés, à côté des bureaux, une salle de 
bibliothèque et un théâtre. Au budget de 1900, des crédits sont ouverts })our 
la réparation des quais et pour l'adduction d'eau potable. 

Kouamj'TchéoH Ounn. — L'empereur de Chine vient de latifier la convention 
franco-chinoise relative à la délimitation du terntoire de Kouang-Tchcou Ouan. 

On sait que ce nouvel acte nous reconnaît la possession des îles qui barrent 
l'entrée de la baie cédée à la France, par un bail de quatre-vingt-dix-neuf ans, 
en 1898, pour compenser envers nous les cessions de Port-Arthur à la Rtissie 
et de Weï-Haï-Weï à l'Angleterre. 

Le gouverneur général de l'Indo-Chine a quitté Hanoi le l*' février, en com- 
l)agnie du général en chef et du directeur des travaux publics, qui se sont 
embarqués avec lui, le lendemain, à Haïphong sm- le Kersainl, h destination 
de Kouang-Tchéou. M. Doumer allait procéder en pei-sonne i\ l'installation de 



178 cHRomquE. 

l'administrateur Alby et étudier sur place quelques questions qui intéressent 
notre concession. M. Emery, précédemment attaché au gouvernement général, 
a été adjoint, sur sa demande, à M. Âlby. 

Par un arrêté du 27 janvier, le gouverneur général de Tlndo-Chine a fixé 
l'organisation administrative de ce nouveau territoii*G, placé le 5 janvier sous 
son autorité. 

L'administrateur, choisi dans les services civils de l'Indo-Ghine, représente à 
Kouang-Tchéou le gouverneur général tant pour les affaires intérieures que 
pour les rapports avec les autorités chinoises dont les circonscriptions boixlent 
notre territoire. En matière do peines disciplinaires et de congés, il n'agit que 
par délégation spéciale; mais il nomme et révoque, par délégation permanente, 
les agents indigènes payés sur le budget du ten'itoirc. 

Cet arrêté divise Kouang-Tchéou en trois conscriptions: 

La première, sur la live droite de la rivière Mat-She; 

La seconde, sur la rive gauche de cette rivière, et s'étendant, en outre, à 
rîlo des Aigrettes et aux autres îles à nous cédées de Tintérieur de la baie; 

La troisième comprend les deux îles de Tan-Haï et de Nau-Chan. 

Des administrateurs adjoints les géreront sous l'autorité de l'administrateur 
du territoire. 

L'organisation existante de la commune chinoise est maintenue, ainsi que les 
attributions judiciaires et administratives du k&n(j hu ou conseil des notables et 
la responsabilité de son chef vis-à-vis des représentants do l'autorité française. 

Dans chaque circonscription, un tribunal mixte fonctionnera, présidé par 
radministi*ateur adjoint, assisté de deux assesseurs indigènes choisis par lui, et 
qui connaîtra des affaires correctionnelles et criminelles. 

La peine capitale ne pourra être appliquée qu'après approbation du gouver- 
neur général de Tlndo-Chine 

La juridiction française sera seule compétente, au Kouang-Tchéou, en toutes 
matières, toutes les fois qu'un Français, un étranger européen ou assimilé, un 
sujet ou protégé français seront ou partie ou mis en cause. 

L'administrateur du territoire ou l'adjoint délégué par lui a les attributions 
des juges de paix à compétence étendue de Cochinchine, et applique la procé- 
dure et la législation de cette colonie. La cour d'appel de l'Indo-Chine connaît 
des appels, des jugements rendus dans ce cas, et la cour criminelle de Hanoï 
des crimes commis par les justiciables de la législation française. 

Le territoire de Kouang-Tchéou aura un budget comprenant, en recettes, les 
droits, taxes et fermages locaux à déterminer; en dépenses, les soldats et acces- 
soires de soldes des tonctionnaires français et des indigènes qui l'administrent. 

Le même jour, M. Doumer a pris un arrêté décidant que le 15 mars aura 
lieu un appel d'offres pour l'exploitation d'une ligne maritime postale de Haï- 
phong à Kouang-Tchéou, comprenant un voyage par quinzaine dans chaque sens. 



CHRONiqUB. 179 

Le correspondant du Temps i\ Hanoï lui envoie les renseignements sui- 
vants sur le combat de Voui-Lioc ou Vouy-Lio, le 16 novembre, à la suite 
duquel les Chinois cessèrent d'opposer la force ouverte à notre prise de posses- 
sion du territoire de Kouang-Tchéou Ouan. II s'agissait de détruire la ville de 
Voui-Lioc, signalée depuis longtemps pour son hostilité contre nous. L'expédition 
fut conduite par le commandant Leblois. Les Français étaient au nombre de 6 
compagnies d'infanterie de marine, 2 sections d'artillerie do marine. Ils avaient 
seulement avec eux 18 auxiliaires chinois. Ils comptaient au total 850 fusils et 
4 canons. Les Chinois étaient environ 1,800, dont 800 armés de fusils à tir 
rapide (mauser, snider, winchester) et le reste armé de fusils d'anciens modèles 
(à tabatière, à piston, etc.). Ils avaient trois ou quatre vieux canons de fer se 
chai*geant par la bouche et une cinquantaine d'énormes fusils et mousquets de 
rempart pesant 20 kilos. I^s Français ont eu 3 tués et 12 blessés dont un 
officier, sans compter les blessés légèrement qui ne sont pas entrés à l'ambu- 
lance. Les Chinois ont eu au moins 200 tués restés sur place. 

L'indemnité de 50,000 taëls, payée par la Chine pour les familles des deux 
enseignes du Descartes^ assassinés par les Chinois, et qui, gi'àce au change, a 
produit 186,594 francs, a été versée, le 20 janvier, à l'administration de la 
marine, chargée de la faire tenir aux intéressés api*ès accomplissement des for- 
malités nécessaires. 

M. de Lanessan, ministre de la marine, a proposé et obtenu une distinction 
honorifique pour le personnel des diverses expéditions militaires que l'attitude 
des Chinois nous a forcés d'envoyer dans les territoires de Kouang-Tchéou Ouan, 
qui nous ont été cédés à bail en 1898. 

Un décret publié ce matin au Journal officiel décide que le droit à l'obten- 
tion de la médaille coloniale, avec agrafe «Tonkin», est acquis aux militaires 
et marins de tous gmdes qui ont pris part, d'une manière effective, à des 
opérations de guerre à Kouang-Tchéou Ouan depuis le 22 avril 1898, date de 
la prise de possession de ce territoire. 

FRANCE. 

La Bibliothèque (T Eludes des Annales du Musée Guiynet vient de s'enrichir 
d'un huitième volume. Il a pour titre: Si-Do-In-Dzou Gestes de l'Officiant 
dans les cérémonies mystiques des sectes Tendaï et Singon (Bouddhisme japo- 
nais) d'après le commentaire de M. Horiou Toki Supérieur du Temple de 
Mitani-Dji ti-aduit du japonais sous sa direction par S. Kawamoura avec intro- 
duction et annotations par L. de Milloué. 

M. Félix RtoAHEY a donné dans le no. du 10 oct. 1899 de La Revue de 
VArl ancien et moderne deux chapitres sur V Ensei^fucmenl des Beaux-arts au 



180 CHBONiqUB. 

Japon tiré <iu rapp«jil qu^il pré|mre |>oiir le Ministère «le l'Instruction publique 
et des BeaiiT-arts; sur ï?a mission au Japon en 1898 — 1899. 

M. Henri Cokuier a publié dans le nu. du 17 uiars 19<.K) nn article sur la 
Lit te /'ij turc chinoise cuntenijiuraièie. 

M. Edmoml Pottier. qui a remplacé M. Gabriel Devéria à TAcadémie des 
Inscriptions et Belles- lettres, a prononcé l'éloge de son pi-édécesseur dans la 
séance du 2 mars 1900. Ce travail intéressant a été publié à part ea une 
brochure in-4. 

Dans la .séance du 16 fev. 1900 de TAcadémie des Inscriptions et Belles- 
Lettres. M. Barth rend compte ifune notice dans laquelle M. Kern, correspon- 
dant étranger de T Académie, apprécie d'une façon élogieuse la création de 
récole française d'archéologie en Indo-Chine. 

L'exploration de Tancien royaume de Campa, entreprise i»ar son directeur, a 
révélé deux groupes nouveaux et im(>ortants de ruines de la période hindoue. 

I^ comité de protection et de défense des indigènes publie la protestation 
suivante contre le partage de la Chine. Voici ce document: 

Le comité de protection et de défense des indigènes rend hommage à la 
civilisation chinoise, basée sur la morale pacifique de Confucius. Elle a duré 
beaucoup plus longtemps que n'a duré jusqu*ici aucune ôes civilisations appa- 
rues sur le globe et elle a réuni, sous une même loi et dans un même terri- 
toire, quatre cent millions d'hommes, le quart des habitants du monde. Au- 
jourd'hui les Européens, (irofitant de ce que des inventions très récentes leur 
donnent pi^ur l'accomplissement du meurtre une aptitude que ne possèdent pas 
les Chinois, enti-epi-ennent la conquête de l'empire du Milieu, chaque Etat oc- 
cidental s'eltorrant d'en arracher un morceau. 

Nous signalons à nos frères d'Europe l'imprudence qu'il y aurait à mettre 
les Chinois dans la nécessité, à la fm. de se défendre; on n'enseigne pas im- 
punément la guerre à un peuple formidable i>ar le nombre, et nous dénonçons 
à leur indisrnation les habitudes de brigandage des gouvernements européena, 
lesquels, en présence d'une nation inotfensive, ne conçoivent d*autres desseins 
que de l'opprimer et de se la partager comme un butin. 

Pour le cnmii ' • 
Rieflel, ingénie»ir: Le Ilénafî. avocat à la Cour d'appel: Ed. Viollet, avocat 
à la Cour d'a[»pel: Abel Lefranc: Paul Viollet, de l'Institut: abbé L. 
Pîchot: No'i»:t. ïiouverneur honoraire des colonies : capitaine Gaston Moch : 
contre-amiral Réveillère: A. Brette; Barbé, ancien conseiller de cour 
d'ap{H^l: L Sevin-Desplaces. publiciste: Maurice Watel, ingénieur agronome; 
M. Leroy-Dupré: Auvani. 



CHRONiqUB. 181 



INDO-CHINE. 

Un airêté du 29 déccrobre 1899 a décidé la formation au Tongking, sous le 
nom de province de Vinh-Yôn, d'une nouvelle cii-consciiption ad ministi-ative dont 
le chef-lieu est établi sur le territoire de la commune de Tich-Son, en un lieu 
qui prendra le nom de Vinh-Yèn. 

Cette province comprend les huyèns de Bach-Hac, Yôn-Lac, Yon-Lang, Lap- 
Thach, Tam-Duong et Binh-Xuyên, empi-untés à la province de Sontay. 

Les travaux du pont sur le fleuve Rouge, à Hanoï, se poursuivent avec une 
très grande célérité. Les maçonneries des piles de culée sont fort avancées, et la 
série des caissons immergés dessine déjà la vaste étendue de cet ouvrage d'art* 

JAPON. 

Selon une dépèche de Tokio la communication officielle du mariage prochain 
du prince héréditaire japonais avec la princesse Sadako Kujo a eu lieu le 11 
Février. 

La noce sera célébrée avec beaucoup d'éclat, ))artiellement selon les rites du 
vieux Japon et partiellement selon ceux des cours européens. 

La date et le lieu oii le mariage sera célébré ne sont pas encore fixés. 
Yoshihito Harunomiya naquit le 31 Août 1879, et fut installé comme prince 
héréditaire le 3 Novembre 1889. Sa fiancée a 16 ans, et tous les deux con 
naissent parfaitement la langue française. 

Le prince, très actif et vaillant, ne jouit cependant point d'une forte santé. 

Selon les on-dits on émettra à cette occasion des timbi*es-poste. 

Le gouvernement japonais vient de concéder à un entrepreneur américain le 
droit de poser des câbles télégraphiques entre le Japon, les Philippines et Co- 
lombo, à la condition expresse d'abaisser notablement les taxes télégraphiques 
pour les communications de l'Extrême-Orient. 

D'après les devis dressés par les nouveaux concessionnaires, le commerce ja- 
ponais bénéGcierait d'une réduction d'environ 50 Vo sur les prix ordinaires des 
transmissions par les autres câbles. 

Une ordonnance impériale a été publiée, annonçant que le port d'Itozaki- 
Bingo a été ajouté sur la liste des ports ouverts au commerce étranger. Cette 
ordonnance prendra effet à partir du 1*' juin prochain. 

Depuis la déclaration officielle de la peste jusqu'à ce jour, il y a eu 37 cas 
signalés aux autorités, dont 20 à Hiogo et 12 à Osaka. Les autres cas se sont 
produits isolément dans des localités voisines. 



182 CHRONiqUK. 

I/Ëspagne qui, jui>qu*â présent, était la seule puiissance avec laquelle le Japon 
n'avait fait aucune convention, vient de signer avec le gouvernement ja|>onai8 
un traité de commerce. 

Kn conséquence le gouvernement de la régente a donné son assentiment à 
une demande, formulée par le Japon, tendant à la ci-éation d'une légation 
japonaise à Madrîd. 

Yokohama, 7 avril. On annonce de Séoul, qu*un accord a été conclu entre la 
Russie et la Corée, aux termes duquel la Russie déclare n*avoir pas Tintention 
d'obtenir un port (au sud de la Corée), dans l'île de Quelpaert, la Corée pro- 
mettant en échange de ne pas concéder de port à une autre puissance. 

Le Daily Mail apprend de Kore qu'un conflit entre la Russie et le Japon 
semble imminent. Les mouvements de la flotte russe ])rès la Corée menacent 
l'occupation d'un port coréen. Les autorités militaires japonaises confèrent con- 
tinuellement, et la presse japonaise somme la Russie de dénoncer ses projets. 

Le prince japonais Kotohito Kanin, quitte Paris le 21 avril 1900 pour aller 
en Hollande pour rendre visite à S. M. la Reine. 11 reviendra dans quelques 
semaines incognito à Paris. 

PAYS-BAS ET COLONIES NÉERLANDAISES. 

Le Ministre des Afl'aires intérieures vient de nommer, à partir du 1 Avril, 
M. le Dr. J. Marquart, jusqu'ici Privatdocont à l'université de Tubingue, 
comme assistant au Musée d'Ethnographie royal des Pays-Bas à Leide. 

Nous apprenons que M. van Delden, consul des Pays-Bas à Djeddah, en 
congé à la Haye, remplacera bientôt M. le Baron De Sturlcr, comme consul- 
général à Bangkok (Siam). 

M. J. D. E. SoHMELTZ, directeur du Musée royal d'Ethnographie de Leyde, 
vient de publier un intéressant rap(>ort sur les collections confiées à sa garde 
pour l'année i oct. 1898 au 30 sept. 1899. Le rapport est accompagné de 4 
planches dont une en couleurs, ('s Gravenhage, 1899, br. in-8, pp. 34). 

Une incendie terrible à ruiné les sépultures royales ù Pasar Gedé, situé li 4 
milles de Djokjokarta. 

Anciennement les Sultans de Malaram et les chefs de la maison de Pakoii 
Alam y furent enterrés de sorte que ce lieu jouit d'une odeur de sainteté. Le 
public n'y est point admis, et pour visiter les tombes un permis du Résident 
est exigé. Il n'y a point d'étranger qui vienne à Djokja^ qui n'aille rendre vi- 
site à Pasar Gedé, qui contient en outre d'autres objets consacrés, e. a. une 
tortue blanche et une pierre auxquelles on attribue des foices surnaturelles. 



CMRONiqU£. 183 

Sur le vaste lieu de sépulture se trouvent de petits édifices nombreux, cha- 
cun sur chaque tombe; ces maisonnettes sont gentiment décorées, et on y vient 
déposer les sacrifices. 

En premier lieu on y trouve le tombeau des sultans Kjai Gousti Mataram^ 
Setiopaii^ Sado Krapjaky HamatKjkou Bouwono 11^ et les quatre premiers sou- 
verains du Pakou Alam. Ce sont les principales tombes, mais on y trouve en- 
core celles de plusieurs autres dignitaires. En somme 23 de ces tombes ont été 
détiniites par le feu, et seulement le coin de Touest a été épargné. A Tentrée 
du cimetière se trouve une mosquée. 

De nombreux bruits circulent sur Torigine de Tincendie; e. a. qu*elle serait 
occasionnée par le feu céleste. Le fait est qu'elle est due à l'improvidence indi- 
gène. Après la fin du Labaran, les Javanais ont coutume d'aller sacrifier aux 
tombes saintes. 

Cela est arrivé actuellement, et le feu près la tombe de Kjai Mataram 
n'était pas m(^me encore éteint. C'est là que l'incendie a éclaté, et peu après 6 
heures les environs étaient totalement détruits. 

Le «Soerabajaasch Handelsblad» mande que c'était un spectacle curieux de 
voir des milliers d'hommes et de prêtres priant et suppliant afin d'arrêter les 
flammes, en poussant des gémissements, et éclairés par les lueurs rousses du 
feu. Mais rien ne les arrêtait, pas même les pompes à feu. 

Pinesti hingakdir^ c'était écrit que Pasar Gedé devait être détruit. 

L'accident a fait une profonde impression sur la population et dans le Kraton, 
et le Pouasa Garebeg a été célébré avec beaucoup moins de splendeur que 
d'ordinaire. 

SIAM. 

A la suite de longues négociations engagées entre le Siam et le Japon, les 
deux gouvernements viennent de se mettre d'accoixl pour établir entre eux des 
relations diplomatiques permanentes: deux légations seront créées à Bangkok 
et à Tokio. 

Le général de la garde siamoise Phia Richirory est désigné comme ministre 
à Tokio. 

Ec conséquence du traité d'amitié et de commerce conclu le 80 avril dernier, 
la Compagnie japonaise subventionnée par l'Etat va créer un service de navi- 
gation à vapeur entre Tokio et Bangkok. 



BIBLIOGRAPHIE. 



LIVRES NOUVEAUX. 

La <57th Issue of the Médical Reports, for the half-year endeù 
3lst March 1899, Impérial Maritime Customs^j vient de paraître. 
Nous y relevons particulièrement une Note sur une épidémie de 
«peste bubouique» observée à Piug-hiang (Kouaug-si) en Mai- Juin 
1898, par le Docteur A. Thoulon, médecin de la Marine Française, 
sur la demande du Consul de France: «Ping-hiang est une petite 
ville chinoise située dans le cirque du même nom, au pied même 
des collines calcaires qui forment la première zone de Tenceinte 
fortifiée du camp retranché de Liêng-chêug ( ^ jf^ ), quartier général 
du commandant supérieur des troupes du Kouaug-si. Elle se trouve à 40 
Kilomètres environ de Long-tcheou ( ^ ^ ) et à 35 de Langson, par la 
route «militaire» très fréquentée qui la traverse, fille compte 1,500 
habitants, sous Tadministration d*uu thon-quan, petit chef aborigène. 
Extraordinairement insalubre comme toutes les villes chinoises, avec 
ses mares, véritables cuves à fermentation, avec ses maisons mal 
aérées, elle offre au tléveloppemeut des maladies épidémiques les 

conditions les plus favorables possible» «C*est à Liêng-chëng 

qu*éclata, en 1880, la terrible épidémie qui y fit, en moins de deux 
mois, un millier <le victimes sur un effectif de 4,000 hommes environ. 
Ou compta, m*a-t-on dit, jusqu*à 50 décès en un seul jour. En 1891, 
nouvelle épidémie, moins révère, a Liêiig-chêug et à Longtcheon; 



BIBLIOGRAPHIE. 185 

'^^ même, en 1893—94. En 1895, enfin, quelques cas isolés à 

*^ — «ongtcheou» «La peste est conuue, au Yunnan, sous le nom 

^^c yang-tzeu'cli'uang (^ -^ |^)» ^° '* désigne en Ciintonnais, par 
Ves termes y-lao-ahih', les Thos l'appellent (han-p'ao-thai. Elle poiie 
V^eaucoup d'autres noms dont les plus répandus sont: luav-tzeu chêng 
(^P -^ ^)> «Au-y, piao'shêj Vienn^hsing cltêng^ hung-sseu-ting'^. 
«Dès uotre arrivée, nous contrôlâmes l'exactitude des renseigne- 
ments fournis. Nous apprîmes que la maladie en question, connue des 
Chinois, le plus généralement, souslenom deyan^-/^ez£-jE>in^ (^ -^ 
^, maladie à bubous), et qu'on appelle ici cheng^k'i ch'uang ping^sseu 
(J^ ^ ^ ^ ^1 1^*'*'®'**!®"!®"^» «naître, apparaître bubon maladie 
mortelle»), sévissait dans la localité, exclusivement, depuis à peu près 
un mois. Elle avait même choisi, de préférence, certains cantonnements; 
le ya-meunn du thou-quan avait ainsi fourni au fléau une large et coû- 
teuse hospitalité: le chef de famille, sa femme, une de ses filles, d'autres 
parents, des domestiques — en tout, 14 personnes — y étaient mortes. 
Son apparition avait été précédée d'une grande mortalité de rats et de 
porcs. La mort se produisait, chez l'homme, du deuxième au cinquième 
jour en moyenne, selon la gravité des cas, avec de la fièvre, des 
bubons, et, plus rarement, des boutons noirâtres d'une espèce parti- 
culière, très douloureux, nous rapportèrent les gens interrogés». 



Mr. E. Dëshayës, conservateur adjoint du Musée Guimet, vient 
de publier une conférence illustrée, faite le 1®^ Avril dernier, sur les 
Lutteurs et autres sujets divers représentés dans la collection des 
Estampes Japonaises du «Musée Guimet». 



NOTES AND QUERIES. 



2. On Alphabetioal Spelling by the anoient Chinese. 

In his ^^Grammar of the Mandarin Dialect", p. 73, Joseph Edkins 
quotes some examples of Modem Alphabetic Writing by the Chinese. 

He seems not to hâve been aware that the ancient Chinese did 
the same thing. 

Dharmamêgha ( ^ ^ ), author of the well-known Buddhistic 
Encyclopedia Fan-yih Ming-i tsih ( |^ ^ ^ ^ ^ )' ^^ch he 
composed between the years 1143 to 1157, has a long discourse 
aboat it in Chap. XI, f. 21. 

^^When two characters are to be joined in one sonnd, this is 
calied ^^double collocation", as e.g. So-tha (sad)^ tat-to (tat) etc. 
Sometimes three characters are united in one sonnd, which has to 
be rapidly enunciated; which is calied ^^triple collocation'*, as e. g, 
Put'lo'am (brâm) or k'fi'lu-sia (kroç) etc." 

We find, besides, such examples of double and triple collocation 
ia the syllable avâ in Svâgata: ^ ^^ ^f which we ha?e to 
read 8{a)va -\- gat-ta (Eitel, p. 138 6), and of triple collocation in 
the syllable svas in Svastika: ^ ^ ^ ï&^ (^^^' sounds «a>- 
pak'sit'H'ka)^ which we hâve to read ^(ai)ra(k)«(it) for svas; ti^ka 



^^'^'•ag transcribed in the syllabic way. Cp. Julîen's A/^/Aorf^, no. 1552. 
^^^1 gives auother transcription, without telling us where he fonnd 
^^-^ and which is evidently incorrect, vu, ^ ^J» ^ ^ J&^ 
^^^-khia-O'sih'tùkia, and for which we propose to read ^ j^ ^ 
^Sf iS ^ sui'fah'O'sih'ti'kia^ old sounds ^t-/a/-a<-nï-ft-^a, which 
"^e hafe to spell «(ui)t;(at)a(t)«(it) + txka. 

 double collocation is found in the genitive form Pindadasya 
W ^R P£ ^ ^ pin-(a-fo-Wa-ya; a triple one in the transcription 
llSt IS P^ P"o-lo-mun for Brâm (Brâhmana); in ^ ^ J^ pat- 
lihkHp for Prâg in Prâghôdhi, Eitel, p. 95 a; in |f; H^ |g gii-li 
sit for krish in krishna (black). Fan^yth A/tn^-t, Ghap. IX, f. 9 recto; 
i^ ^^^ ^ <;^'t-/{/-«t< for Ara« in Hrosminkan^ Eitel, p. 45 6; in 
iJJIt Ijl 1^ p'O'lit'sip for ;>arf in Parpua, Eitel, p. 91 b. In the 
transcription of Helmend by |^ ]^ ^ H^ /(o)-m(o)-tn-t(a) we hâve 
a sample of quadruple collocation Um-in^d = Elmend. Eitel, p. 44 b. 

G. S. 



3. La Culture du Thé à Ceylon. 

Récemment, à Toccasiou d*un voyage autour du monde, M. Watel 
a entretenu la Société d'agriculture de la production et du commerce 
du thé à Ceylan. Pour mettre en évidence et expliquer le rapide 
développement qu*y a pris cette culture, il a cité les faits suivants : 

En 1859, la Chine avait encore le monopole du commerce du 
thé pour r Angleterre; aujourd'hui, Ceylan y envoie plus de 200 
millions de livres de thé. Les colons anglais de Ceylan ont fondé 
une vaste association, un syndicat qui, au moyen de réclames et 
de grands sacrifices d'argent est parvenu à trouver l'écoulement de 
leur thé à l'étranger. 

Les planteurs de thé à Ceylan se sont imposé une taxe d'ex- 
portation de 25 centimes par livre, qui a produit, pour l'année 



1898, une somme de 500,000 fr. en chî£fres rouds. Un comité de 
trente membres, élus parmi les planteurs est chargé d^administter 
le produit de cette taxe; elle sert uniquement à faire connaître le 
thé de Ceylan et à développer sa consommation par tous les moyens 
de réclame connus dans les divers pays du globe. 

Dans ce but, 325,000 francs sont prévus par ce syndicat ponr 
Tannée courante; et dans ce budget, il faut signaler 25,000 francs 
pour l'exposition des thés de Ceylan à Paris, en 1900. Rédames 
de toute nature; distribution gratuite de thé en Europe, en Amé- 
rique, en Australie, en Asie même; subvention à des sociétés de 
tempérance au Canada pour favoriser Tusage de boissons non alcoo- 
liques: tout est mis en œuvre pour amener une augmentation de 
la consommation du thé. 

A Ceylan, le syndicat des planteurs porte la plus grande atten- 
tion à la fabrication, à la préparation des thés pour répondre an 
goût spécial des consommateurs des divers pays. 

Au Tongkiug, on pourrait très bien cultiver le thé. Il y a déjà 
la plantation d*un colon français comptant 3 millions de pieds de 
thé, ce qui, avec un rendement d'un quart de livre par pied, promet 
une récolte de 600 à 800,000 livres. Mais au Tongking, on con- 
somme la feuille de thé non torréfiée, non fermentée: aucun indi- 
gène ne savait le préparer pour l'exportation. Le planteur a dû faire 
venir des ouvriers de Ceylan habitués à la torréfaction de la feuille, 
puis des Chinois connaissant les secrets pour la parfumer avec les 
diverses essences qui donnent au thé de Chine sa valeur commerciale. 



Errata. 

p. 113, Une 7, for lao reail h. 

P. 123, line 16 and 17, for Rakshaa read Laksha^ and for |9^ read 



L'ODYSSÉE D'DN PRINCE CHINOIS. 



JW w ^ w* 

Hang hai yin ts^ao. 
ESSAIS POÉTIQUES SUR UN TOYAGE EN MER, 

PAR LE SEPTIÈME PRINCE, PÈRE DE L'EMPEREUR KOUANG-SIU, 

TRADUITS ET ^NNOTIÉS 











FAR 


















A. VISSIÊUE. 
















(Avec texte chinois.) 
..tïj.. 
















(Suite de la page 148.) 


















32. 












*. 


m 


fi 


m 


^ 










m 


m 


# 


t 


1^. 


^ 


m 


^ 


^ 


m 


ffic 


m 


1^ 


t^ 


m 


)^ 


M 


:^ 


H 


m 


m 


m 


m 


ff. 


m 


m 


^. 


H 


^ 


m. 


m 


m 


m 


13 


m 


— 


^ 


# 


^ 


nSi 


Wx 


m 


n. 


^ 


m 


^ 


fl 


m 


m 


m 


m 


m 


M 


m 


m 


^, 


i? 


+ 


m 


m 


1$ 


M. 


% 


^ 


m 


^ 


m. 


, — 


^ 


^ 


m. 




— 


m 


^. 


lJ4 




A 


m 


^ 


1jm 




ix 


m 


m 


^ 




^ 


^ 


ë: 


± 




% 


m. 


m 


^ 




#. 


m 


m 


^ 




% 


m 


Ji 


-N 




fê 


^ 


13 


,m 



190 A. VISSifeRK. 

Lorsque mou navire arriva à Yea-t'ai (Tchefou), le gouverneur du 
Chan-tong, Tch'en Che-kie, et le gouverneur du Eouang-si, 
Tchang Yao, venus en service public, m'y attendaient pour 
me faire visite. L'amiral français Rieunier, ayant reçu à cet 
effet des instructions de son gouvernement, vint me voir, suivi 
de quarante et un officiers et autres personnes. Je les reçus et 
nous causâmes jusqu'au soir. Je donnai ensuite l'ordre de rester 
au mouillage. 

(Nous étions partis à midi et nous arrivâmes, à 4 heures du soir, à 
Yen-t*ai, après avoir parcouru 148 IL) 

Un navire de trois cents pieds serait pris pour Vesqxiif formé par un 

roseau. 
A la vue des montagnes^ je fus comme le voyageur soudain revenu 

dans sa patrie. 
Le faisan louan et le phénix^ à la suite du nuage^ ont longtemps 

voltigé sur place *). 
Les poissons et les dragons, mêlés à la marée qui bouillonne, se secouent 

brusquement sur une grande étendue ^). 

Nos gouverneurs de province ') déploient leur zèle à séparer les eaux 

du King de celles du Wei% 
A l'avant du salon, les langues chinoise et étrangère se confondent dans 

V interprétation *). 



1) NoTB DU TEXTE: «Le gOQVernear Tch'en m^attendait depuis plasiean joort». -^ 
Lt nuage figure ici le Septième prince, que suiveat les deux oiseaux, c'est-i-dire les deux 
gouverneurs attendant sa venue, llemarquer Tinversion des caractères dans ^Ê^ D^ tf^ ^Ë . 

8) Note du tbxte: «(L'amiral) llamilton arriva de nouveau, venant de Port-Arthar. 
Il mouilla au même endroit que les navires de guerre français et il y avait, en tout, qniiixe 
bfttiments». -fiff Sg Les poissons et les dragons: les navires de guerre français et angUia. 

8) 10^ pifh ICouen'wait En dehors du seuil de la maison: les hauts fonctionnairet 
des provinces. 

4) Séparer les eaux troubles de la rivière King des etux limpides de la rivière Wei. 
Cf. Che-king. — Allusion aux travaux nécessités par la rupture récente des dignoi du 
Fleuve Jaune. 

6) Note du texte : « Le gouverneur Tchang était venu inspecter las . travaux da 



L^ODYSSÉK D^DK PRINCK CHINOIS. 191 

J^<aire preuve de retenue à regard d^ objets minimes est chose ordinaire, 
TVxTtdis que la politique de notre grand ministre est basée sur des vues 
gyrofondes '). 







33. 




% 


m 


m 


m 


^ 


% 


m 


iE 


m 


# 


n 


^ 




^ 


A 


B 


w. 


im o 


^. 


m 


m 


n 


^ 


n 


m 


n 


w 


A 


^ 


m 


m. 


m 



fHi m 



m. ^ 



Fleave Jaune, œ qui lui permit de me voir. Ce fut pour moi une joie inattendue. Lorsque 
Je reçoB Tamiral français, ce fut le commissaire allemand des douanes, Detring, qui interpréta». 
1) Note du texte: «Le gouverneur Tch*en m'avait fait préparer une résidence à terre 
et m'offrit du vin et des vivres. Je remerciai et refusai tout. Lors des visites que je reçus, 
à plnsiean reprises, de fonctionnaires étrangers, le grand secrétaire d'Ëtat Li m'avait pré- 
▼ena qae, par suite des pre'rogativea attachées à ma dignité de prince du premier rang, je 
ne devais pas inviter mes visiteurs à s*asseoir devant moi et que je n'avais pas à rendre 
lears visites. Il les entretint avec courtoisie et alla, avec le général Chan, à bord des 
nmnrei amiraux pour rendre les visites faites. En m'exaltant de la sorte, il marquait le 
retpeet dû an Pays ». yë & CAou-eien, Lier son corps : user de retenue, se contraindre, 
per oontidlrmtion pour soi-même ( ^ St ). — Il y a lieu de remarquer que le passage 
de prince à Tchefou fut bientèt suivi du rappel à Pékin du gouverneur Tch*en Che-kie et 
de ton remplacement par Tchang Yao. 



192 A. VISSI^RE. 

Départ de Yen-t'ai pendant la nuit. Arrivée, le soir, à Ta-kon. 
(Nous partîmes à minuit et, après avoir parcouru 643 li^ nous jetiom 
l'ancre dans le fleuve, à six heures du soir.) 

Ayant fini d'explorer la demeure des sirènes '), 

A minuit^ je fais prendre le chemin du retour à mes étendards omcE. 

de dessins ^). 
Les lampes luttent d'éclat avec les traits de la foudre '). 
Chaque coup de canon est une étoile qui file *). 

Il m\st aiséj dans mes vers, de suivre les traces de Tchang et de Lou, 
Le vent nous arrêterait difficilement, même celui de Cite et Veau *). 
En dix-huit heures, nous avons franchi six cents li, 
Ce qui doit surpasser les voyages des immortels ®). 



1) Bg^ K^ Hommes-poissons, habitant la mer du sud et vivant sons l'ean, où leur 
occupation est de tisser la soie. Au départ d'un ami, ils pleurent des perles. Leur demeare : 
la mer. 

2) Note du texte: «Tons les navires avaient arboré le pavillon national». 

3) ^1 ffi! . L'ébranlement et le zigzag de la fondre, que les Chinois comparent à an 
serpent. ( '^ -^ V^é. ^|U ^è 'd^ "M^ » « La lumière de la foudre éclate sans cesse en 
serpents d'or rouge», a dit le pocte Sou Tong-p'o). 

4) Note du texte: «Les bâtiments de guerre chinois et étrangers allumèrent leurs 
lampes électriques, qui jetaient sans cesse des rayons lumineux. J'ordonnai que chaque 
navire tirât trois coups de canon. Les amiraux anglais et français firent aussi, avec leurs 
canons, un salut d'adieu». 

5) Note du texte: «Tchang Yue S^ Wt* ^^ l'époque des T*ang, et Iioa Teon 
^Ë ^È^ * ^^ Tépoque des Song , ont composé des poëmes sur la navigation. Nous avions 

marché jusqu'à l'aurore, lorsque le vent s'éleva, plus "fort que les jours précédents». 
Che y^ , nom d'un homme qui avait épousé une femme appelée Teoa "j^ . Tons deu 
s'aimaient tendrement. Che partit pour faire le commerce, au grand désespoir de sa femme, 
qui exprima le désir d'être, après sa mort, transformée en vent pour arrêter les bateaux 
dans leur marche. Ce vent ne saurait arrêter le prince, naviguant sur an bateaa à rapear. 
On appelle poétiquement jH% yV J^ «vent de Che et Teon» le vent contraire, le Teàt 
debout. Remarquer dans le vers chinois l'inversion, lET -4p se trouvant rejeté à la fin. 
La construction est, par apposition: 

Le vent difficilement nous arrêterait, le vent de Che et Teoo. 

6) Note du texte: «Je parle du fait de navires en fer traversant la mër». 



l'odysséb d'un frinck chinois. 193 



34. 



-ï. M m ik it m m 

^ iit 1^ m n^ m ¥ m 

û m m M m m m.i^ 

^ m M M B tL Mm 

m, M. M. ^. m, *. m. m 



^ 


# 


« 


^ 


m 


^m 


^ 


11 


n 


m 


^ 


^ 


^. 


u 


/\ïk^ 


w 


^ 


m 


# 


M 


^. 


^. 


m. 


m. 


^. 


m 


^ 


m 


m 


^ 


m 


fj 


m 


A!> 


M 


# 


VR 


^ 


Ù 


m 


^ 


m 


:k 


mg 


n 



m 

offi 



Inspection des forts situés sur les ri?es sud et nord, à Ta-kou. 
Explosion de torpilles et de mines de toute sorte. Seutimeuts 
éprouvés à cette occasion. 

(La garnison, sur la rive sud, est commandée par le colonel Lo 
Jong-kouang. Celle de la rive nord est répartie entre les géné- 
raux Lieou K'i et Che Tsi-yuan.) 

L'exemple de la chaîne de fer immergée à travers le fleuve *) 

Et nos chameaux de bronze ^) nous disent l'histoire d'une année d'émotion. 



1) Le royaume de Tain ^^ s'étant proposé d'attaquer celui de Wou .^ , ce dernier 
fit immerger une chaîne de fer en travers du fleuve, en un lieu important pour sa défense, 
afin d'en barrer l'accès. Mais ce stratagème fut sans effet, l'ennemi ayant, k Taide du feu, 
imit fondre Im chaîne. 

2) On sait que chacune des portes du l'alais d*été et de ses dépendances est précédée 
de deui statues d'animaux en bronze. 



194 A. YISSI^RB. 

Le Long fleuve fut enfin rompu par le fouet *). 

Pour assouvir une telle haîne^ il faudrait combler la mer. 

Mes yeux sont blessés par le désastre des moutons rouges *), 

Et mon c/jBur se perce au récit du cheval blanc '). 

Foîi-p'o fut réellement enveloppé dans du cuir *). 

Che Lo *'), s*est fait violence pour brûler ses vaisseaux •). 

Les destins ont changé: les armes se reposent 

Et les mois et les ans se succident en un temps paisible. 



1) Fou Kien ^3p ^g , prince de Ts'in ^S (IV^* siècle de notre ère), ayant enTabi 
Tempire des Tsin ^^i déclara qa'il lui safiBrait, poar rompre le coars da fleuve, d'y jeter 
son fouet. II comptait sur le nombre de ses soldats, mais il fat vaincu et ne pat mettre 
son dessein à éxecution. De nos jours, les rebelles « à longs cbevenx » ont fini, eoz, à U 
différence de Fou Kien, par rompre le cours du Yang-tseu et par le franchir pour envahir 
les provinces du nord. 

2) jpT ^Hp Moutons rouget, expression employée poétiquement comme subttitat da 

nom d'année J yj^ {ting-wei}, c'est-à-dire d'une année de grands malheurs. j»[ "Hp 
iSt jfli m^t.: Calamité, désastre épouvantable. 

8) Allusion àTs'aoPieou^ rf^ . célèbre guerrier de l'état de Wei |tt . q ai aimait 
à monter un cheval blanc. Le cœur du prince saigne k la pensée que la Chine manqae 
aujourd'hui d'un tel homme. 

4) Le maréchal Ma Yuan, surnommé Fou-p*o ou Dompteur des flots (cf. note 4, page 
62), étant sur le point de reprendre le commandement d'une armée, malgré son grand ige« 
déclara à l'empereur qu'il convenait qu'un brave eût son cadavre enveloppé dans aoe peaa 
de cheval, après son trépas survenu en combattant sur la frontière, et non qu'il rendit le 
dernier soupir entre les bras des femmes. — Allusion au général Lo Chan (cf. note 6). 

5) Che Lo, général de l'époque des Tsin ^S* > qui appartenait à une triba de Hnna, 
mais qui vint, dès sa jeunesse, habiter la Chine. Le poète Li T*ai-po a dit de lai: 

« Che Lo guette la contrée divine (la Chine) *. 
L'expression br4l<fr ses vaisseaux a un autre sens en chinois qu'en français. On lit, en 
effet, dans l'Histoire des Tsin (^^ ^S ), à la biographie de Che Lo, que œlai-ci brAla 
ses navires et abandonna son camp pour battre en retraite, parce que ses plans d*attaqae 
venaient d'être déjoués par la défaite d'un g^énéral appartenant à la même cause. — L*aatevr 
fait ici allusion au prince mongol Seng-ko-lin-tsin, qui fut vaincu, en 1860, par les troapea 
françaises et anglaises et qui, forcé de battre en retraite, revint à Pékin malgré le aennent 
qu'il avait fait et dont il est question dans la note suivante. 

6) NoTK oi; TKXTC: «Pendant les combats de Tannée Keng-chen (1860), le génénl 
do division Lo Chan fut tué. Le prince Seng avait fait le serment de mourir platôt qne 
de reculer ; mais, par la suite, les comman<lements Impériaux lui montrèrent qa'an deToir 
supérieur lui incombait et il revint». 



l*odts8£k d*un pbincr chinois. 195 

ifc^is des ennefnis puissants sont encore dans notre barque, 

At^ji^^^^is de notre lit^ ils dorment en foule à leur aise. 

<^i**«^^ souffle nigoureux nous anime et nous pourrons faire reculer le 

^^^iot à coups de flèches ^). 
L^ ^S'avait assidu peut faire percer le fond d^un encrier^). 
J^o«^^* purifier le monde '), je suis confus de mon insuffisance^ 
Afâi^s un ministre^ homme supérieur, en connaît le moyen, 

Ce'b'fce pièce importante sera plus intelligible à l'aide d'une version 
libre, où nous remplacerons les allusions littéraires, transparentes 
cl^ailleurs à l'esprit des Chinois, par de prosaïques équivalents: 

CoTj^me autrefois^ le fleuve conduisant à la capitale a été forcé (par 

l^s troupes franco-anglaises, en 1860), malgré les chaînes de fer 

qui en barraient Ventrée. 
Lc^ animaux de brome restés seuls aux portes du Palais d^été novs 

rappellent cette année d^angoisse. 
LcM, rébellion des T'ai-p'ing, victorieuse au sud du Yang-tseu, finit par 

/« franchir et par s'étendre au nord, 
PoM^» assouvir la haine que ces faits nous otit inspirée, il faudrait 

combler la mer et pacifier les nations maritimes. 
M'es j/eux sont blessés par la vue des calamités publiques, 
■^ /« sort de nos capitaines me perce le cœur. 



l > Comme (kisait Ts'ien Kiao ^k §^ , prince de Wou et Yae ^^ ^ffi ^p , qai 

^▼ait ft^ capitale à Haag-tcheoa, au temps des Cinq petites dynasties. Ayant fait constraire 

ane digne poar contenir dans leurs limites les eaox de la mer, qui avaient souvent causé 

^ î fondations dans le pays, et se sentant désormais en sûreté, il poussait son audace 

*^tttr© l'élément vaincu jusqu'à le faire cribler de flèches pour l'obliger à reculer, lorsqu'une 

''^^ Anormale des eaux menaçait de quelque nouvelle calamité. 

^) On rapporte que le lettré Sang Weï-han ^^ «^ l^ff s'était fait fabriquer un 
**'^^»' de fer. Il disait que, lorsque le fond de celui-ci serait percé à force d*y broyer son 
®*'^» il pourrait cesser d'étudier et changer d'occupation. 

^) Fan P*ang en, yS , montant dans son char et prenant en main les rênes, 
"•^aiç^it son intention de purifier ( ^t& ]^ ) le monde. 



196 A. Yissiias. 

On enveloppa le cadavre du général Lo Chan dans une peau dé ehêval^ 

comme on fait d^un guerrier tué en combattant^ 
Et le prince Seng-ko-lin^tsin dut se faire violence pour abandonner * 

vivant le terrain aux ennemis. 
Puis, les destins ont changé: les armes sont au repos. 
Les mois et les années s^écoulent dans la paix* 
Mais de puissants ennemih sont encore chez nous^ 
Et dorment satisfaits auprès de notre lit. 
Qu^un soujffle vigoureux nous anime et nous pourrons repousser par Us 

armes les envahisseurs. 
Le travail opiniâtre triomphe d^une tâche ardue. 

Je me sens incapable, moi-même, d'imposer silence aux nations maritimesj 
Mais notre grand ministre^ Li Hong^tchang, en connaît le moyen. 



35. 



n 



m m m. m 1Ê m. m 
^. ^. M, m m m ^ 

i^ m m m #. # 

m 

T 



^ m 



m 


m 


ift. 


jg 


ner 


an 


m 


m. 


w 


« 


m 


m 


m. 


m 


n 


ti 


m 


#. 


^ 


m 



l'odtss^b d*om primo£ chinois. 197 

Je vais, en compagnie dn ministre Li et da général Chan, brûler 
de l'encens dans le temple da Dien de la mer. Composé les 
yers suivants sur les mêmes rimes que les vers Impériaux 
datés de la 3^°^® lune de Tannée Ting-hai du règne K*ien-loDg 
(1767). 

(Le temple est consacré au culte de la Déesse de la miséricorde, de 
la Reine du ciel et du Dieu de la mer.) 

Mon arméé^ en bon ordre^ revient des rivages orientaux. 

Le ministre et le général donnent cours à leurs sentiments de vénération. 

La Miséricordieuse regarde notre monde impur. 

Pour être protégés^ nous tournons nos yeux vers les dieux tout'puissants. 

Le rouge et le vert^ sur le temple restauré, lui ont rendu son ancien 

décora). 
Les vents et les flots nous ont secondés avec la plus réelle ejfficaciié ')• 
L^écriture de quatre Empereurs est là 
Pour protéger à jamais le peuple de Ta^tsHng (= les sujets de la 

dynastie actuelle). 



1) NoTB DU TSZTi: «Le jour de mon arrivée à T'ien-tsin, les trtvaax de rëptration 
da temple venaient d*être acheva». 

S) Non DU tixtb: «A peine étions-noas entrés dans le port que le vent s*ëleva 
nvee violenee. Noas portâmes tous nos mains à la hauteur du front pour nous féliciter 
^de n*7 fttre plos exposés)». 



198 A. TISSlàSB. 

36. 



m ^ W- m #. *t m 

^ W iBî: U # SK iH 

nk. m ui i? ^ û ^ 

iJS ^ e ^. ^ ^ SI 

^ # € ^ ii i^ ^ 

^ ^ M ^ H liSl 



M #. ^ ^ n 

m ^ m. it ^ 

Après une visite aux docks, je monte sur la dunette du nayire 
poar assister aux manœuvres d'ensemble des troupes, — fusiliers 
et artillerie, — commandées par le général de division T*ang 
Jeu-lien. L'heure étant peu avancée, je pars pour Tseu-tchoa-lin 
(quartier des Concessions étrangères, à Tientsin) et je cause, en 
bateau, avec le ministre Li. 

Une égale proportion s'établit vite entre les mouvements^ brusques ou 

lents^ du navire^ 
Nous faisant^ tour à tour^ voir l'horizon poétique ou entendre le 

fracas des armes. 
Brandissez le guidon de commandement et Varmée se replie^ immobile 

comme une chaîne de montagnes. 
Je trempe mon pinceau dans V encre et j'envoie mes impresaionê à 

travers la mer, le ciel et les nuages. 



L*ODTSS&B D*UN PRIMCB CHINOIS. 199 

^^utùur des villages^ les jeunes blés ont la couleur des tigéa d^ oignons 

verdoyantes. 
XJ image réfléchie du soleil et les bois tremblotants s^ agitent sur les 

rides de Veau. 
Est-ce donc que mon sein est à ce point tranquille f 
Pour le gouvernement du pays et pour la direction militaire^ je compte 
sur un homme de mérite de premier ordre ^). 



87. 



m 


^ 


m 


^ 


^ 


m 


AW 


m 


B. 


m 


^ 




m. 


m 




lE 


m. 




# 


* 




n 


m 




^ 


m 




m 


m 




#f 


^ 




TïtV e 


m 





Coup d'œil sur Eo-kou. 

La berge plantée de saules et les toits de chaume noua apparaissent 

comme un tableau, 
La verdure des rizières inondées s'étale à la suite des champs de blé. 
Le vieux rustre appuyé contre sa porte^ tout heureux^ 
Se souvent'il des ravages et de la dispersion des années passées? 



l) Le Tice-roi Li. 



200 A. YIBSlàRK. 



38. 



^ w m ^ 

^ M M m 

i^ ^ m ik 



m m. m n m 

.ê # ^ SSo ^ 

^ ^ ^ ^ [h1 

- m m ^ m 

a ;K A * 

m. B m m ^ 



igo è> 



ut 



Débarquement au quai de la Compagnie de navigation des Marchands 
chinois (Tchao-chaDg-kiu) et retour au temple Hai-kouang-ssen 
(à Tientsin). 

Ayant cessé de stimuler du fouet la grande tortue d*or '), je fouette 

le coursier. 
Mon voyage est vanté par les spectateurs^ qui se pressent en foule. 
Les arbres effleurent les longs étendards^ et les cavaliers couverts de 

fer passent au galop. 
Un pont traverse un ruisseau sauvage; le sable est ponctué de mouettes. 
Choisis parmi les troupes d'élite, mille soldats m'attendent. 
Pour révérer Bouddha et rechercher la compagnie de ses prêtres, je 

demeurerai quelques jours *). 

1) Fig.: le vaisseaa. 

2) Note du textk: «Je calculais qae l'inspection des troupes et la visite des 
exigeraient plusieurs jours». 



L^OOTSSBB d'un PRINCB CHINOIS. 201 

De nouveau, {la haleine) frappe le p'ou-lao *) et j* étudie les hymnes *) 

admirables. 
Ma mission mondaine a duré un tch'a-na •) et me voici de retour. 



39. 






% 


m 


% 




i^ 


^ 


n 


# 


S 


ï 


^ 


m 


m 


m 


pt 


# 


m 


m. 


fi 


w 


^ 





m 


È. 


«^. 


^ 


± 


^ 


# 


m 


~-? 


#. 


iK 


# 


j^ 


tL 


m 


m 


H. 


W 


tet 


m 


m. 


m 


:fe 


^ 


m 


M 


^ 


^ 


iE 


PIC o 


m 


m 


^ 


% 


11 




m 


^, 


* 


« 


â 




^ 




^, 


m 


JWi 




^ 




'}à 


K^ 


® 




^ 




% 


m. 


iM:. 




^ 




m 


^ 


B 




^ 



J'assiste aax manœuvres faites séparément par les troupes da général 
de division Tcheou Cheng-p*o et des généraux Bouang Ein-tche, 
Siu Pang-tao et Wang To-cheng. 



1) On lon&e la cloche du temple. Le p^ou-lao est an animal qni pousse nn cri lorsqne 
•on âdrersaire, la baleine ( fflO ), le frappe. Il est représenta sur le corps des cloches, 
tandis que la baleine est figarée sur le battant. P*(m-lao signifie, par suite, métaphorique- 
ment une eloche. On frappe la cloche: le prince va habiter un temple. 

2) oK Qdtkdty ou hymnes bouddhiques. 

8) ym 9R Autre terme bouddhique: Kchana, instant, la 4600^"" partie d*une minute. 

jS» ^» «choses de poussière», affaires mondaines. Les derniers vers de cette pièce à 
expressions parallèles ( iS^ liu) sont inspirés par le style du bouddhisme et rappellent le 
▼ide des choses humaines, enseigné par cette religion. 



202 A. VISSIÎRE. 

(La revue, compreuaut cinq parties, — cavalerie, infanterie et 
artillerie, — dura de 9 heares da matin à 6 heures du soir.) 

Barbares et Chinois, tumultueux et pressés, hommes et femines, sont 

là en foule '). 
Les fers des lances ont la blancheur du givre, les étendards ont le 

rouge des nuages. 
Un choix minutieux a trié entre cent chacun de ces géants'^). 
Par leur discipline et leur assurance, ils n'ont pas démérité des traditiofiê 

des guerriers illustres. 
Les cinq règles d^escrime à la lance vous ont été enseignées, car on attend 

de vous ce qui est rapporté dans le livre de la Grande déclaration •). 
L'ardeur des cavaliers parcourant trois fois la piste me fait penser aux 

chars solides^). 
Au commandement des troupes préside, pendant tout le jour, un calme 

absolu. 
Les combats sanglants livrés dans le Kiang-nan rappellent à ma mémoire 

vos anciens services *). 



1) NoTK DU TEXTE: « Les Bpectatean comptaient plusiears dizaines de millien de 
personnes. Les étrangers des Concessions étaient venus en grand nombre, en voiture on à 
cheval ». 

2) ^ aS Hommes robustes, géants. ^S y^ i& Hommes choisis entre cent 
(cf. CÂe-Hug). 

8) Le ^& ^S^ ou la Grande déclaration, dans le C^oii-ib'xy, écrit ou plutôt gravé, jadis, 
lor planches de bambon ('i'i')* 

4) NoTC ou texte: «Les troupes faisaient plusieurs fois le tour du champ de ma- 
nœuvres, moyen employé pour les exercer à la marche d*attaque». — * f^ Lea troîa 
tours de Tarène, parcourus par les soldats, comme exercice, dans Tantiquité. m . JoT 
Les CÂars 6'olides, chapitre du Cke-king {Siao-ya). 

6) Note ou T£xte: «Parmi les officiers commandant, il s'en trouvait qui avaient pria 
part, sons les ordres du ministre Li, à la répression des rebelles h Longs cheveux (lea 
T'ai-p*mff)f dans le K.iang-sou». 



203 



40. 

Ao Sic "f^o ^o ^o ^o ^o ï#o 

Visite à TÂrsenal. 
(L'arsenal a 9 H de long. La visite dara de Theure Sseu, — entre 
9 et 11 heures du matin, — à Theure Yeou, — entre 5 et 7 
heures dn soir.) 

Auprès (Tune eau verte et éCun pont de cinabre^ 

J'ai arrêté mon coursier dans un paysage nouveau. 

Des édifices de pierre se succèdent sur une étendue de cent vols de faisan^). 

Sur la voie ferrée, trente mille livres pesant *) sont tirées. 

Les cuirasses de soie^) apparaissent, marchant dans un ordre parfait^). 

Fourneaux et marteaux surpassent ici toutes espèces usitées. 

Je pense à Ts'ao Wou-houei % 

Qui fit seulement le serment de ne blesser personne. 



1) yjÈ Faiian. Etendae de mar de 80 pieds de long snr 10 de htot. 

5) ^^ Poids de 80 livres chinoises. 

8) j m «S Cuirasses et tuniques militaires: les gens de guerre. 
4) NoTB DU TSiTE: «Les cours suivis dans les deux Ecoles de navigation et des mé- 
caniciens sont analogues à ceux de TEcole militaire». 

6) IVao Pin W jjpA , surnommé après sa mort Wou-houei, général du X*"" siècle 
de notre ère, qoi, avant d*attaqner Nankin, fit jurer à ses troupes de ne mettre personne 
à mort inatilement, La ville se rendit sans combat. Ses exploits militaires contribuèrent 
puissamment à l'établissement de la dynastie Song. 



204 A. rissiifti. 

41. 



^ 



^ m n m '(K ^ m 



^ 


m. 


A!^ 


■/ïHr o 


m 


JE 


1^ 


1t 


^ 


^ 


55^^ 


m 


<& 


Sf 


m. 


^ 


Ji 


S 


m 


WRI o 


^ 


w 


Ui 


# 


n 


^ 




3E 


m 


m 


A 


m 


m 




jî^ 



m. m. m 

M ^ -7 M. ;& 

;t> m. @ H ^ 

n m m m ï 

#. i^ ^ * m 

Visite aax temples élevés à la mémoire du prince Yi-hien ts*in-wang, 
du prince Seng-tchong ts'in-wang et de Tseng Wen-tcheng-kong ^)'. 

Ualoh^) et le santal se consument lentement^ tandis que mon cçbut^ 
humble et sincère '), s'offre à vous. 



1) On sait qa'il est d'asage, en Chine, qae les empereurs dÀsrètent des hominagw 
officiels et publies à rendre, dans des temples sp^iaux, et périodiquement, à oertains 
personnages qui se sont particulièrement distingua, pendant leur vie, au servioe de fEtti. 
Ces temples sont, le plus souvent, assez petits. Ceux dont il s^git ici existent à Tientiin 
et sont consacra: 1°. au prince Yi, frère aîné de l'empereur Yong-tcheng, qui renonça an 
trône en faveur de ce dernier et qui entreprit, dans le Tche-li, d'importants travaux de 
canalisation, 2^. au prince mongol Seng-ko-lin-tsin, ou Seng wang, qui combattit les troapea 
franoo-anglaisea près de Pékin en 1860, puis les rebelles Nien-fei dans le Chan-tong, où il 
mourut, et 3^. à Tseng Kouo-fan, décore do titre posthume de Wen-tcheng-kong^ qif 
reprit Nankin aux rebelles T*ai-p'ing, en 1864. Ce dernier est le père du marquis Taèof^ 
qui fut ministre de Chine en France, en Angleterre et en Russie. 

2) uC * l'^"^ il/ù a^ ^t * ^^ ^^' parfumé qui coule an fond de l'ean », le luna 
d*aloès on agallochum. 

8) Tj ^|tt «Un pouce de sincérité», par humilité: un cœur sincère, fidèle. 



D^ODYS&ÉB d'un PRINCB CHINOIS. 205 

Eêt'il vrai que les vetits soient devenus votre monture et les nuages 

vos chars? 
Ces chaussures rouges ^) et cette robe Jaune ^) indiquent le lieutenant 

cTun précédent Empereur '). 
Un cœur de cinabre (== fidélité au souverain) *) et un sang vert foncé 

(= versé pour VEtat et figé) ^) sont des exemples pour la postérité. 
N'est-ce pas parce que vous fûtes ministres ") que vous avez fait une 

oeuvre millénaire? 
Comment verrions-nous, sans vous, la renaissance de toutes choses dans 

l'empire?'') 
Jouissez des parfums dont je vous fais offrande: vos services sont écrits 

dans Vhistoire '). 
Sages, honnêtes, loyaux et fidèles sujets, vous aviez tous une même 

intention. 



42. 



Ko m. ^o f^o Ro H. #• #• m 



1) tA^ J^ Les souliers roages, de Tcheou-koog, oncle et ministre d'un roi. 

2) iBr ^^ lie jupon jaane, des membres de la famille impériale. 
«) I/empereur Yong-tcheng (1722—1736). 

4) Ud eœor toujours rouge, dont la fidélité ne s'altère pas. 

5) Sang versé pour le prince, figé et devenu vert. 

6) Mi 9|< Les trépieds et chaudrons, symbolisant Tadminist ration de l'Etat: les 
miniitret. 

7) LLI fS l'Empire. On dit communément yX. \ l| > ^^^^ ^^ même sens. 

8) "Tj S . Le bambou et la soie: les livres. 

U 



206 A. YlflSlÏRK. 

Ëtant allé brûler des parfums daus le temple da Quatrième grand 
prince de Ein-long ^), je composai la pièce sai vante: 

Lorsque les Song de feu *) achevaient leurs tristes destinées *), 

// eut le chagrin de ne pouvoir montrer les utiles effets de sa fidélité 

isolée^ 
Et il rendit,, un matin^ à sa patrie ce qu'il lui devait. 
Pendant dix mille ans, il sera le protecteur de cette nation. 
Mon sacrifice diffère de celui qui fut offert sous la voûte d'un pont*}. 
Le sort avare m'a refusé la faveur de m' approcher du DieUj sous sa 

fenêtre ^). 
Les gémissements du peuple remplissent les pays de Ts'i et de Lou *). 
Quel moyen avez-vous donc de retenir captifs les ministres des flots? 



1) Visite au temple Tai-wang-miao "j^ ^E^S* ^^ Temple du grand prÎDoe, à 
TientsiD. L^appellation de Grand prince a été donnée à Sie Siu ^jt ^j)t* V^^ vivait à la 
fin de la dynastie Song et qui était, dans sa famille, le quatrième fils. Lorsqu'il apprit qae 
l'impératrice douairière Sie, dont il était le neveu, venait de faire sa soamiaaion aux 
conquérants mongols, il se jeta dans les flots de la rivière Lu-leang-hong S ^^ ^^^ • 
Le nom de Kin-long est celui d'une montagne où le héros passait son temps dans l'étade. 

2) Les empereurs Song avaient pris le feu pour emblème. 
8) ^^ -^ Les actes des empereurs. 

4) :^ ^ ^ «Caché sons l'arche d*un i)ont». Allusion à TangTtehoa ^ ^, 
ou Tang Tsiang-kiun ^6| d£ ^? , enfant surnaturel qui, s'étant jeté en travers de la 
brèche de la ritière Kin-ho, eut le pouvoir de la boucher. Il mourut et des sacriflees lai 
furent offerts dans une sorte de ninhe, sous l'arche d*un pont. Il J a lien de remarquer 
que, à IVpoque oii le prince Tch*ouen se rendit dans le temple Tai-wang-miao de TientnB, 
le fleuve Jaune avait causé de terribles ravages dans le Ho-nan, le Ngan-honei et le 
Chan-tong, en rompant ses dignes, et que la visite du prince avait pour but d'appeler eor 
les jiopulations inondées la protection du Tai-wang, représenté de nos jours, aux yeux des 
fidèles, par un petit serpent vivant, soigneusement nourri dans le temple et qai» oomme 
tous les serpents surnaturels, règne sur leâ eaui. Le Septième prince n'allait pet, à U 
vérité, comme jadis, sous un pont pour implorer le dieu, mais son pèlerinage de TîenteiA 
n'en avait pas moins pour but d'obtenir protection contre la fureur dévastatrice det flots 
d^un fleuve ayant rompn ses digues. 

6) Note du textr: c Les borizes me dirent que le Grand prince s'était tnUBfomié et 
n'était pas encore revenu ». Le petit serpent du Tai-wang-miao disparidt, en effet, de \ 
à autre, de la fenêtre oîi il se tient habituellement. 

6) Le Chan-tong. 



L^ODYSSÉB d'un PRIKCB CHINOIS. 207 



43. 



w 


iâr 


m 


^ 


^> 


•a 


^ 


m 


M 


m. m 


^ 


ii 


^ 


m 


* 


m. 


m 


— 


m 


» 


m 


m. 


^ 


m 


il 


m 


m 


|[^ o 


^ 


M 


w 


m 


^ 


Jê. 


# 


m 


^ 


^ 


1^ 


^ 


# 


^ 


Hil 


fc 


« 





t 


# 


fê 


^ 


n. 


il 


+ 


3& 


^ 




iS. 


_. 


il 


^Ë 




^Ë 


^. 


m 


^ 




n 


#^ 


^ o 


p 




H 


^ 


Ii 


^ 



^ cninistre Li Chao-ts'iaan (Li Houg-tchang) me donne un repas 
<3* adieu dans sa résidence de gouverneur général, puis ni*ac- 
oompagne jusqu'à T'ao-houa-k'eou, où nous nous séparons. 
(^ 35 li de Tientsin. Il était alors 7 heures du soir.) 

^€« plats 8^ accumulent, remplis de poissons d'argent; le vin coule à 

Jlots dans les coupes. 
'^<^igré les chants de départ, ma joie est aUssi grande qu^elle pourrait 

Hre au retour d'une armée célébrant sa victoire '). 
"^ •"<>» mille braves s'en retournent les premiers *). 

1) NoTB ou TiXTi : « Pendant le repas, le grand secrétaire d*Etat Li nous parla des 

^•^«is qni lai araient été donnés ponr le féliciter de ses saccès, lors de la répression des 

'^^^^lles Nien-fei». JSSÈ ^ Les chants du cheval déjà sellé, à la porte, et prêt à partir. 

S) NoTB oa TISXTS: « Les troapes de la garnison de Pei-t*ang retournèrent dans leurs 

^n&pa^ après les manœuvres». 



208 A. VISSiàRB. 

Les dignitaires *) assis à table correspomhiient précisément aux douze 

Branches ou symboles dé la terre *). 
Dans ce palais officiel '), nous causions littérature et nos sentiments 

luttaient à Venvi^ 
En nous quittant, sur le pont du fleure^ nous aurions voulu différer 

cette séparation. 
Au Bassin des pêchers, il n^y a que l'exemple de Wang Louen: 
J'ai chanté Iiaut les vers composés autrefois par TsHng^lien *). 



44. 



m ^ ^ p 

jii ^ m 

mm ik 

± u m 

mm m 



, ^ 



a: 



1) ^^ -^z Le* dignitaires, qui portent le chtpeaa et lont pr^cfdÀ de parasols roaget. 

2) Note du tkxte: «Les convives étaient: le grand secrétaire d'£tat Li, le g^nénl 
Chan, le goavernear Tchang Yao, le général Li Tch'ang-lo, le général Song K'ing, le 
général Lei Tcheng-kouan, le fou-tou-t'ong Ngen-yeoo, le juge provincial Tto Mon, l'in- 
tendant des gabelles Ri Pang-tchen, le taotai de la douane maritime de Tientun» Tohaon 
Fon, et le taotai de Tientsin, Wan P*ei-yin ». 

8) Cf. note ], page 136. 

4) Ts*ing-lien, surnom du poëte Li T*ai-po "jh "Jj^ Q . Voir, sur sa sëparatioa 



l'oDYSSÉB d'uM PBINCB CHIUOIS. 209 

Noas a?ioos compté nous arrêter à P'ou-k'eoa, mais le vent de 
nuit étant très favorable, nous remîmes à la voile et nous fîmes 
85 li de plus pour mouiller à Tang-ts'ouen. 

(U était presque une heure du matin.) 

Où veulent aller ces dix voiles de léger roseau? 

Une ancienne pièce de vers mentionne les mille li parcourus (en un 

jour) pour arriver à Kiang-ling ^). 
Dans la satisfaction dont il Jouit t mon sein encore se tient en éveil: 
Profitant d*un vent favorable^ nous devons penser au temps où ce vent 

tournera. 



d'sTee Waog Loaen, la note 6 de U page 42. Le Septième prince prenant cong^ da vice- 
roi là Hong-tchang près d'un lien appeU T*ao-hooa-k*eoa (le Confluent des fleurs de pêchers), 
presque le T*ao-hooa-t*an (Bassin des fleurs de pêchers) de Li Po et de Wang Lonen, le 
soQTenir de ces derniers se prÀentait tout naturellement à sa pens^. 

1 ) Sons les T*ang, nom de la ville de K*ing-tcheou-fou ml Ml ffS" > dans la province 
Aotnelle du Hou-pei. Le poëte là T*ai-po la mentionne dans les vers suivants: 

Le matin, je disais adieu à la ville blanche ( ^p jH ff^ K*oaei-tcheou-fou), an milieu des 

nuages de couleurs variées, 
Bd on jour, j'étais de retour à Kiang-ling, à mille U de là. 



210 A. TISSiiRB. 



45. 



w ^ ^ ^ m 

m :i^ M f¥ m 

m it ^ m M. 

^. m, ift. ^ m 

M m m n m 

m m ^ ^.m 

t m ^ m 

s ^ în m 

[ëI. b. ^. m 

mm ^ 






M. 



Je venais de me laver et de me peigner, après m'éfcre levé tard, 
lorsque le général Chan arriva sur un na?ire à vapeur en acier. 
Notre conversation à bord m'inspira la pièce suivante: 

La ceinture dénouée, fêtais d'apparence légèrement vêtu, 
Lorsque Vhélice, qui vole, arrive en fendant les flots. 
La fumée tourne, en suivant l'ombre de la voile; 
Des fleurs s'ouvrent avec éclat, réfléchies dans Veau *). 
Nous dirons encore que, pour regarder le soleil levant, 
Nous sommes montés ensemble au point le plus élevé. 
Notre navigation en mer est déjà un vieux souvenir: 
Ne nous attardons pas à tourner encore la tête de ce côté. 



1) NoTB DU TEXTE: « DtDs des vases, des pivoines étaient en fleur». 



L'ouYssée d'uh fbikck chikois. 211 

46. 

m m m 



1^ ^ m 

1^ M . 



PI * 



-Kl 

En vae de Tchang-kia-wau. 

Combien est libre la pensée du vieux pêcheuvy sur Veau pleine de roseaux! 
Sa barque^ grande comme une feuille^ est attachée au coude de la rivière. 
n semble mépriser nos proues, nos poupes et nos mâts dont les images 

se succèdent ^), 
Ainsi que notre retour des portes de la mer, avec des tambours couverts 

de peau de crocodile, après avoir parcouru lesjlots peuplés de baleines. 



1) NoTB nxj TEXTB: «Je revenais tvec le général Chan et les fonctionnaires de TAmi- 
maté. Les navires, grands ou petits, étaient au nombre de plus de soixante». 



212 A. Tissiàas. 



47. 



m % m m m 

1^ m iÊ m jw 

B m m ^ ^ 

m. EL tL \i] ^ 

it m. m ^ ^ 

^ A ^. ^ m 

^ ^ ^ iÉ. H 

•fê S 9^ m ^ 

n n ^ ^ P 

^ ^ ^ ^ ^ 

im, ^ # » 

m. m m 

•^ Ifi: ^, 



Après le débarquement à T*ong-tcheou, je passai la nuit dans le 
temple Ts'eu-yun-sseu et composai l'impromptu suivant: 

Je suis allé à la Montagne d'or *), dans la mer verte, etfen suis revenu^ 
En vingt jours, j'ai parcouru, comme un voyageur, trois mille li *). 
JTai fini de goûter au poisson et au sel, saveurs des régions fluviales *). 
Et je viens chercher la destinée du royaume de Bouddha^ la bouteille 

et VécueUe des bonzes. 
Les manières d'être de ce monde sonty en vérité, sans fin, comme les 

pitakas *). 



1) Montagne voisine de Port-Arthar, presqu'île de Kin-tcheoa. Cf. pièce 26. 

2) Note du tkxtb : « En dehors da chemin parcoara sar terre, le voyage tvtit oom- 
pris plus de 1080 li sur le fleave et plus de 1630 li sar mer». 

8) Fluviales, licence pour: maritimes^ ^ 

4) SS Ttanç, les pitakat, grands recueils d*écrits canoniques du bouddhisme. 



L*ODYSSÉB D'un PBI)3CB CHIUOIS. 213 

lié mieux, dans la vie humaine, est de ne pas rechercher la réalisation 

de ses désirs i^ '). 
J'appelai en riant le borne aux vêtements rapiécés pour qu'il expliquât 

cette pensée. 
A quel dhyâna (région de contemplation) de bodhi {l'intelligence) 

semblé-t-elle appartenir? 



48. 







% 










m 


m 


n. 


^ 


m 




i 


n 


^ 


m 


M 


^ 


Wi o * 


m 


^ 


^ 


^ 


# 


m 


^ 


m 


^. 


n. 


3fe. 


m 


tst 


m 


m 




^ 


± 


m 


1^ 


m 


m 




4 


s 


m 


ik 


m 


m 




m 


m 


m. 


m. 


p 


ï 




^ 


m 


i 


ift 


-fc 


2^ 




^ 


m 


^ 


1m 


# 


^. 




m 


m 




fHi 


. 


^ 




^. 


m. 




m 


M. 


* 




j& 


n 




m 


^ 


H 




m 


m 




m 


m 


M 




m 


■A 




^. 


m 


n 



Stant sur le point de quitter Tientsin, j'avais prié le grand secrétaire 
d'Etat Li Chao-ts'iuan d'écrire des vers sur un éventail peint. II y 
écrivit deux pièces en vers de sept pieds à expressions symétriques, 
sur le sujet de notre commun voyage d'inspection maritime. Je l'en 
remerciai par les morceaux suivants, composés sur les mêmes rimes: 



1) >K ^9 ff^t , Laisser 8*accomplir les événementfl, sans s'efforcer de parvenir à la 
éalisaiion de ses désirs. 



214 A. vissiènK. 

Comment imiterions'noua le calme de Yen-p'o poiMsant son bateau 

hors de la porte Tch'ang^menf *) 
Notiê sommes comparables à ceux qui, sur le cliemin des immortels ^), 

chantent les vêtements à écailles {des génies) '). 
Je désire que désormais nous noiu aidions Vun l'autre^ aux avirons 

d^un même navire. 
Depuis longtemps^ V Empire est illustré par vous. 
Nos relations se sont nouées à V école d'un même maitre*)^ en contem" 

plant le même savant modèle ^). 
Pour me concilier le canir des soldats ®) mon mérite est exigu et je me 

sens indigne de Varmée. 
La postérité saura à quelle énergie sera due sa soudaine exaltation: 
Elle s'efforcera de continuer votre glorieux exemple pour le relèvement 

de notre puissance militaire ^). 



1) Nom d'ane des portes de la ville de Soa-tcheoa Wk tH • Allusion à Tehang 
Tche-ho, sornommé ^t^^^' 

2) Le chemiD des immortels: les hautes sphères de l'Etat. 

8) Robes k ailles, des génies: choses snrnat a relies, poétiques. 

4) "if ^g Rester debout pendant que la neige tombe. Allusion à deux âèvet qui, 
pendant que leur maitre s'était endormi, attendirent respectueusement debout son réveil, 
plutôt que de quitter la salle d'études et de rentrer chez eux, bien que la neige se fût 
mise à tomber avec abondance. 

6) Le beau modèle ( ^m j^ ) dont il est ici question est le précepteur da prinee, 

Tohou Fong-piao ;^ J^ >@ , surnommé Wen-touan "^ J^ , qui fit passer ta viee- 
roi Li l'examen du doctorat. — Nots du texte: «Le grand secrétaire d'Etat tort de 
l'école de mon maitre Tchou Wen-touan». 

6) Litt.: Jeter à la rivière du vin excellent, pour le partager avec ses soldats. Cf. Im 
note 6, de la page 136. 

7) Note ou texte : 4 Parmi les élèves des difiérentes écoles, il j en a beauooap da 
très intelligents, sur lesquels le grand secrétaire d'Etat fonde de sérieuses espértncee». 



l'odtsséb d'um phimcb chinois. 215 



48"-. 



# 

fiii i M in H ifi: 

m. m ^. # 1^. ^ 

^ lîî ^ i: ^ 

A ^ w, u m 
m ^ m m ^ 
^ '^ m m ^ 

# @ Et ^ 

1i Et. :ê 

n mm 

m m ^ 

Sur la mer d'émeraude, mon sein débordait d'un bonheur atteignant 

à la hauteur du del, 
Sachant que je chevauchais sur le phénix louan ou conduisais la grande 

tortue ngao '). 
J'aime avant tout ces léopards ^), rivalisant de courage. 
N'aliez pas douter peut-être que nous ayons, l'un et l'autre^ comme 

le canard et la sole, nos soucis propres. 
Barrière au solide aspect^ vous protégez la capitale divine *). 
Muni du bâton de vie et de la hache de mort % vous rendez des services 

dont l'importance vous a valu les éloges de notre Sainte Mère ^). 



1) Monter ta ciel oa traverser les mers. 

8) Gaerriert. Cf. la note 1, de la page 61. 

8) Pékin. 

4) Dans vos fonctions de vice-roi. 

6) S. M. l'Impératrice douairière. 



216 A. TISSIÎBB. 

Je me demande de quel bonheur, moi homme des Ts'ing.je suit seul à jouir: 
Après avoir vu les pavillons de l'huître chén '), J'écoute la mtuique des 
immortels. 



49. 

^ ^ m "^ M..m m m m. % 
m.^ ^ m m "^ \\\ ^,m m 

>f 36 fHi fêr ffi ^. HT ^ m m 

n ^ ^ m m.nn \^ m m ^ 

B ij m m.m w^ ^ nk n m 

)\\ u m m m n n.^ ^ m 

^ ^ m.^ m :^ ^1 m m Hï 

m ^ M f0^ ^ û.m m m a. 

n M.n ^ m ^ m ^ ^, ^ 

M., ë. ^ m R ^ M ^.m m 

^ m m.n :^ ^ ^ m #. 

% m m ^ :s. m,m ^ 

^ ^,m û ^ "F -^ m 

Le Tice-présideiit de ministère Souen Lai-chau ') ayant composé, 
sur les rîmes du poëte Sou Tong-p'o, une poésie inspirée par 
les dessins faits du mirage, je lui adressai la réponse suiyante 
sur les mêmes rimes: 



1) Le phénomène da mirage. Cf. U pièce n^. 29. 

2) Ou Suuen Yu-wen «^ B& lA^ , qui fut prÀident de ministère et membre de 



l'oDYSSEB d'un PRINCR CHITÏOIS. 217 

^^ ^muage^ au-dessus de la bataille^ flotte hésitant dans le vide lointain. 
^ ^^^apeuT vole dans la direction du sud, au milieu de l'océan^), 
j^^^ de bruyantes clameurs^ la foule des voyageurs exprime sa surprise. 
P^^ flots ensoleillés qui bouillonnent émerge le palais de Sieou^lo *). 
^ ^>« moment, légèrement enivré, j'étais assis contre un mât. 
J^^^'^-€squant mon somme, fai pris note alors de la vertu du thé des 
montagnes '). 
^^ ojficier de mérite est venu m'avertir de Carrivée du général et du 
ministre *). 
S(ur l'horizon trompeur, Us marquent du doigt les dragons qui nous 

alarment. 
Comme Tseu^fang, je me rappelle avec regret Tch'e Song-tseu *), 
Et comme Siang-jou, je rêve de nouveau au vieillard habillé de jaune ®). 
De périlleuses falaises et de grands arbres changent entre eux de position. 
Des bâtiments à étages et des kiosques superposés se disputent la supé' 

riorité. 
En un clin d^osil, il ne reste plus, des vapeurs et des nuages, que 

l'océan immense. 
Un dessin large d'un pied est limité, mais le miracle est infini. 
Je n^ oserais répéter les paroles téméraires de Si^mei, qui voyait là une 
pure illusion ^). 

TM>ng-U Ya-men. Poëte élégant, beau-père da descendant direct, anobli sons le titre de 
Ten-cheng-kong ^1^ ^S J^^ , da philosophe Confacius. 

1) NoTi DU TEXTK: «Après les expériences d'artillerie, noas quittâmes Port-Arthur 
poar Wei-hai. Quand nous eûmes fait 40 /t, le mirage se manifesta. C'était le 18 de la 
4^« lune, à l'heure eàen (entre 3 et 6 heures de Taprès midi). 

2) Palais dont il est fait mention dans le livre bouddhique Houa^yeH-kinç sS mt Ml . 
8) Qui empêche de dormir d'ivresse. 

4) NoTi ou TEXTE: «Le ministre Li Chao-t8*iuau et le général Chan Heou-tchai». 
6) Tseu-fang est le surnom de Tchang Leang S^ ^3^ , qui eût voulu devenir immortel 
comme Tch'e Song-tseu, l'antique conseiller de l'empereur Chen-nong. 

6) Sseu-ma Siang-jou ^ J^ ifQ jKJ , célèbre poëte de l'époque des Han, au 2^°** 
siècle avant Tère chrétienne. Un génie, vêtu de jaune, lui annonçait les événements heureux 
qui devaient lui arriver le lendemain. — Note du texte: «J'avais rêvé, autrefois, à 
plusieurs reprises, que je traversais la mer e1. que j'arrivais à une île. J'en avais fait un 
dessin, tccompagné de légendes en vers. Depuis mon retour de mon voyage maritime, e 
n'ti plus £ait le même rêve, ce qui est une autre bizarrerie». 

7) Fi Si-mei R^ b& â^ , qui vivait sous les T*ang, auteur d'une pièce de vert 
sur le mirage. 



J'aime Tchang Jong qui parle du sel, oitblié par les poëtes *). 
So-tchouO'lo^) a écrit la légende du commencement et Souari'^ni^koua'^eul' 

Jeta ') ceUe de la fin, 
La montagne des immortels^) n'est pas déserte: le soujffU divin ê*y 

concentre % 
J'ai obtenu, en outre, que votre grand pinceau fît couler ici de longues 

phrases. 
Les fleurs poétiques luttent de beauté, dans une exubérante anthhee. 

Un droit est perçu, aujourd'hui^ le long de nos côtes, sur la plante 

de l'Inde; 
Mais, dans la capitale et les districts, le cuivre de Keou-wou est tn- 

sujisant ®). 
Je veux employer mon faible talent à concourir à diriger la barque 

de l'Etat: 
Sur le grand fleuve, je serai heureux de passer, si nous profitons «i- 

semble du même vent. 



1) Tchang Jong signala l'omission des poëtes, dont la mase s*était exercée lar le aajet 
de la mer, sans qu'ils eussent jamais mentionné le sel, produit marin. 
8) L'ancien grand secrétaire d'Etat Pao-yun. Cf. pièce n°. 1. 

3) Nom tartare du ministre Jong-lou e& lra| , surnommé Jong Tehong-hoot cft 
^ni j^ . Voyez plus bas, note 6. 

4) Désigne ici les monts Tch'ang-po-chan -^^ Q |X| » en Mandchonrie, pajt de 
Pao-yun. 

6) NoTK DU TEXTK : « Le ministre Pao P*ei-heng (Pao-ynn) et l'ancien président de 
ministère Jong Trhong-houa avaient écrit des légendes en tête et à la fin (dn destin)». 

6) NoTi DU TEXTB : « Le» négociations relatives à la taxation de l'opinm et la qnoi» 
tion de la fabrication des monnaies étaient choses d'actualité». — Keoa-wou, paya de pn^ 
dnction du cuivre. Un projet e'tait à l'étude tendant à l'achat au Japon de coiTre dertiné 
à la fonte des sapèques. 



C^ 



Errata. 

P. 57, ligne 2 en italiques, supprimez ') et au lieu de ^) Usez ^). 
> > » 5 » > mettez *) après apparat. 

Les notes 1 et 2 doivent, par conséquent, être transposées. 



THE SECRET OF THE CHINESE METHOD 
OF TRANSCRIBING FOREIGN SOUNDS 



BY 



G. SCHLEGEL. 

(conivined from page 124.) 



§ 58. The rnle is, however, not constantly observed. The name 
Djita^ in wich the vowel ê is long, is as well transcribed ^ ^ 
ChUVOy AS ^ ^ , old Sound tsiat-to, for djet-ta. Mâlâkuta, in 
which the first a is long, is transcribed fi|^ ^ ^ |t^ mat^lo (= 
mal'la for mâlâ) -ku-t'a. Eitel, p. 70 b. 

Bôdhi is transcribed ^ ^ pô-iU, but Bôdhila ^ ift M 
put'ti'lo. 

Brâhmarija is transcribed J^ ^ ]^ pat'lâm'mo for PaUlam = 
Par^râm = Brâhm^ but also, more correctly: ^ ^ P^ p'ô-lo 
(for brâ) -men. 

The Word ^mra is transcribed, either simply by ^ f^ âm-lo 
= diw-/a = dm-ra^ or by 3 syllables ^ ]^ j^ âm^mo'lo = âm-ma^ 
la = am-ma-ra, or ^^ ^ ^ at^mat-lo^ at-rnat becomiug first, by 



assiniilatiou, âm^mat, wherein mat represents the letter m, and the 
final t the letter r, the Ghinese reading âm-mar'ra for âmra, 

Sfiaiimûka^ in which the û is long, is transcribed |^ ^ jjjf^ 
siang-mok'ka = shang^miik-ka, instead of being transcribed shang''mû''hcu 
(|§ -^ jJP ). Likewise ddna (charity) is transcribed ^ ^ t'an-wa^ 
instead of ^a-tia. 

Dûshasana^ in which the vowel û is long, is transcribed ^ 
^ ^ ^ tut'sia-sat'im ; but hère tut'sia has become, by assimil — 
ation, <2/«Wa for dûsha; sat-na is = «an-zia for aana. 

Hiranya^ in which the vowel i is short, is transcribed ^ ^ ^' 
i'ian-na^ where we should hâve expected it-lùn-na for ir-raw-nya, 

Kashâya is transcribed ^ ^ ka-aha^ where we should hav^» 
expected ^^ ^ kat-aha, as in the transcription of Kaçanna ^^ ^^ 
^ kat-aiang-na, 

Likewise we find ji^ ^ :^ ^ ka'na-^tH'p'o instead of !|^j£^ 
X'an-na, the vowel of ka in kanadêva being short. 

Kapila is transcribed j|^ J:(| j^ ka^pi-lo; but in kapilavastu ii^i 
is correctly transcribed $J J^J ^ kap-pi-lo. Fan-yih^ VII, f. 9 verMO.^^ 

Kapilha is correctly transcribed $!f J:(^ j)^ iErap-pt-^'a; bat iiraptj 
jljl^ ;|^ §i^ ka-pit-ai. 

Kapôtana is correctly transcribed i^ ^ uD i9|S kap'p6''ê'ai^\ 
for tan-na ; but kapôtika^ incorrectly, by j|^ ^ ^ jJP ka-^po-tik^ka^^ 
where we should aiso hâve expected 5^ ^ kap-pô. 

When the Chinese transcribed the word môkaha by ^ ^ 
mok'-ta'a''^), they were quite right; for the root-word is mokâk^^^^ 



^A 



.9C< 



71) Canton muk, Amoj ^ir, ancient soand muk^ according to Volpioelli, op. elt., p-.^ 
168, no. 1156; but who, notwithstanding, thinks this muk to represent «^ in mé 
instead of mâk, and in no. 1737, where, instead of giving the old toond of JL tfm^ h» 
tayt that it represents ktha, The Chinese did not pronbnnce mâ-kêha but mâk-ëkm. 



THt sKcaisrr of thb chikesb method rrc. 



221 



Cf. 34ok8haçUa (Betîfey, Skt Dicfc., p. 727), la the transcription ôf 
Jl^cSÂ^^hala by ^ ^ j^ mâ-të'a~lo^ th© long o ia correctly readered. 



h^ * 



$ 59. We thus see that Jnlien's Terdlct (Méthode, p. 50, § XVI) 
tfci:^^ the Chinese do not like to fignre twice the same sanskrit 
l3t;^^r, was baeed upon Lbe modem proaunciatîo0 of the ohinese 
clx^^-ûcters, 

So h© aaya that the Chinese wrote Valabkt for Valtabhî, Now 
tbm^ narae was transcribed ^ ^ |^ of which the old sounda were 
^f^ ^ — lap'pu Fat'-lQp becomes, by assimilation^ Fal-lap^ and thns both 
'^^ ^re represented in the transcription; the character lap (= labh) 

'^^i»^^ chose» in order to indicate that the ncxt syllable began with 
so hère alao tha consonant is donbled. 

He aaya that the Chinese wrote ktikuta inatead of kukkuta* The 

kB is tranacribed JU JS Pt kut-kut^t'a in which final t of the 

^ kut becomes, by assimilation with the initial k of the second 

alao k; thue we ha?e kut (for kuk) ^kut-t'a^ where again the t 

Jeui and fa ia repeated; it is the same case as with kukkura^ 

^îb, according to Julien, the Chinese transcribed kukura, 

Now the Chinese did not: they transcribed ^ (for:^) ^ ^ 

^=*7i-^t7i, VIIÏ, f, 10 verto) k'ut-ku-lo^ by aasimilation, kuk*ku'lo for 

^"^^M^^ku-ra'-^y 

Jolien quotes further pipala for pippala. The word ia transcribed 
^ ]^ of which the old aounda were pii-pat~lo^ pU-palhecomiug^ 
^ assimilation, pip^pat^ and pal-h became paî4o for pnlû. 




Lîkftwii* they traoscribed tha fiâtae TaitâaçUa hy ^k ^Hj J^ WÊ^ or (jH ^^ 
"S||â 1^, old Aotiudi tàk*i^t*ii-h a ad i* ^-ia' a~ti-lo^ becuaic tlic rtdical is takih» 

Both JqH«li and VolprealH ar» tbiii wrong m sa^ing tbat Afe lUods for ta îd 
^^êiaçita. Tt staDdi for lnâ (cf. f IG). 

7$) Cp. f 41. 

IG 



^ 



222 G. SCHLEGBL. 

Accordiug to Julien (no. 2268) the Chiuese should bave trans- 
cribed the word uitara as utara\ but this cornes that he was on- 
acquainted with tbe old sound of the characters ^ ^ ^ : uMo-lo 
(as to the présent day in Amoy); thus each skt. syllable was 
distiuctly transcribed. 

Page 82 of bis Méthode he says that in the title of the 
Suvarjiaprabhâêottamaradjasûtraj transcribed "jj^ ^ j^ ^ j[j|^ jj^ 
^ ^ ^ Ê> J^ > which he reads, according to the modem sounds, 
Sieou'fa'lo^na'p'o-lo'P'O'SO^yo-to-mo^ so-yo is contracted to bo. Now 
the old sounds of thèse characters were sau^fat-lo^na (for Sauvarna) 
p'o-lo-p'o-sa (for prabhâsa) ut-to-mo (for uUama) in which each skt. 
syllable is correctiy transcribed. It is in Skt. that prabhâsa'Uitama 
has been contracted to prabhâaottoma. Cf. § 22. The Fan^yih (IX, 
f. 20 recto) has, instead oi fat-lo (rar), J^ pat (= var)^ and for 
p'ù'Io-p'o, simply p'o-p'o, in which the first p'o represents pra and 
the second bhâ. Cf. § 17. 

The same contraction has taken place in the word BuddhôshnUha 
for Bnddha'ushnhha, correctiy transcribed "^ J|j( PS. 1^ & fcl^ 
Put't'o ut-sit (= ush) ni^aa. 

Déva-indrû, contracted in Skt. to devêndra, is agaiu correctiy trans- 
cribed ti -^ lîÈ M T'i'P'^ In-VO'lo {Fan^yih, IV, f. 15 verso). 

Mahâ Indra^ correctiy transcribed ^ |^ ^^ [î^ ^ mo^ho in^ 
Vo'lo, is contracted to Mahêndra^ which is literally transcribed 

M ife RÉ M ^'*^ ^"'""* (f^^ '*^'") ^'^"'^ (= ^^^^)- 

The speech made by Buddha in Ceylon called Lankâvatârûsûtra 
is composed of Lanka (= Ceylon) + Avatâra (descent) and correctiy 
transcribed by the Chinese f ^ ^ ^ ^ ê> ^ ling-ka (= lanka) 
O'pat (= avat) -to-lo (= tara). Eitel, p. 61 6. 

The word srôtâpanna, composed of srota (stream) and apatti 



THB 8SCRKT OF THK CHINBSB UlfiTHOD BTC. 223 

(ooe who bas entered into), is therefore correctiy transcribed by the 
Ohinese ^ ]^ |£Ë ^ ^ ^ sut-lo (= arô) o-pai (= a-pan) -nang 
(= na). Eitel, p. 132 a. 

The name Djayêndra^ composed of Djaya + tndra, is correctiy 
transcribed by tbe Chinese ^ ]|I^ Ë9 |£Ë ^ ^ia-ya (= djaya) -tn- 
Vo-lo (= indra). Eitel, p. 37 a. Julien, Méthode, no. 2237, is thus 
quite wrong in saying that ya-in in the chinese transcription stands 
for yen. 

The Skt. name of Gorea Kukkuiêçvaraj wbich is a contraction of 
kukkuta (cock) + îçvara (lord), is correctiy transcribed by the Chinese 
Kl ^ Ht W i^ M Jî^«-*'w-«'« I'8oat''lo. If St. Julien had paid 
due regard to tbis transcription, he would not bave made the mistake 
in no. 1747 of bis **Méthode" to contract ff^ ^ fa-i and said 
that thèse two characters represented (é; for the Chinese did not 
read kukku'têçvara, but kulckuta-^^çvara. 



§ 60. Such contractions are very common in Skt. Çraddha-utpâda 
(producing faith ^^) is contracted to Çraddhôtpâda] Çraddha^ 
indriya (root of faith ^ ^) is contracted to Çraddhêndriya; 
Maliâyâna uttara is contracted to Mahâyânottara; Nara-indra^ a 
king of men, is contracted to Narêndra; bhûtamma (gold) is a 
contraction of bhû'Uttama; Kapi-indra (lord of monkeys, one of the 
names of Vishi^u) is contracted to Kapindra, Benfey, p. 157; etc. 

It is the same case with the transcription of the words mentioned 
by Julien in § XV, where he says that the Chinese wrote Avidlia 
instead of Aviddha^ Budha for Buddha, viçiida for viçiiddha^ anirudha 
for aniruddha^ çudhôdana for çuddhodana, sidha for siddha^ etc. 

Now this rcmark is totally wrong, and if Julien had paid due 
regard to the old sounds of the chinese characters used in the 
transcription of thèse words, he would not bave unjustly accused 
the chinese transcribers. Thèse characters and sounds were: 



224 !«. SCHLBGKl. 

Aviddha P^ îg^')K o-piM'o = a-vid-dha. 

Buddka ^ ^ put'Vo = hud-dha. 

Viçiiddha P|fc J$ ^ pi-sut-Vo = vi-çud-dha. 

Aniruddha P9 A ^ ^ a'-w» (for an-ut = ani) -luUfo = a-ni- 

Çuddhôdana ^ ^^) 1§ ^ «oat-t'o-t'an = çud^dkô^dan. 
Siddha ^ ^ sit-t'am = nd'dham^ etc. 



Gemination of vowels. 

§ 61. Gemination or doubling of Yowels, which is a Yerj*^ 
comtnon featare in german langnages in order to indicate that th^ 
vowel is long, as in broom^ loom^ boorij between^ seen^ tree^ three^ etc. 
in English; in boom, loopen, kooperiy room^ rooven, etc. in Datch; 
in Aoê (carrion), Moos (moss), Loos (lot, share), etc. in German, 
is of extremely rare occnrence in chinese transcription. 

I ha?e only met with a few instances: 

One in the transcription of the skt. word Pradtpa (a lamp), 
$(C Mh S jfit P^^ (= pra) ti'i (= dî) p'o, by I-têing; one in that 
of Pârâdjika j$ ^ ^ EL jlifi p'o-lo sia-i (= dji) ka; one in that 
of Taihâgata ^ ^^ ^^ to Ca-o (= ihâ) -ka-Vo, also trans- 
cribed tS. 13 P9 J@ tai Vat-o (= ihâ) -k'at (= gâta). Fan-yth^ ï, 
fol. 3 recto; one in that of Muaalagarbha ^ 1^ ^ ^ f^ ^ 
mu'hu (for mu) -sa lok (for lag) 'kat^p'o (for garbha). Fan-yth^ VIII, 
fol. 13 recto'' ^); one in that of Pratidêçyâmi $|î ^ 1^ fê ^ If^ |fft 
pat'lo (= pra) -<t Vi (= dé) 'sia^ya (for çyâ) -rwt. Fan^yih Ming^, 



78) Hera only the tramcriber thoaght of the phonetic toand pU nhieh JSÊ hai ùi 
the character ^S f prononnced to the prêtent day pU in Amoy. 

I4i) The phonetic 'j^ is prononnced toaf in g^; in Canton tAûi, 

76) The Fair-fMwriteterroneoaily ^ P^ ^ ^^ j^ ^ uu-»f'<himi4oJt^'o, 

with yo for la and transposition of iai and ht. 



226 O. 8CHLBGBL. 

Da is snppressed in Ananda ^ ||^ â-nân^ tranacribed in fbll 
P9 H^ 1^ d-;}an-/'o; da is also snppressed in Piifd^ida ^ ^^ 
pin-da; ddha is snppressed in Aniraddha ^ fi^ JSl ^'~"t' (for 
an-ni = ani) -lu (for rzi), transcribed in fnll p|| ^ ^ ^ a/-m 
lut'fo; ra is snppressed in Antara ^ ^ an-t'o; îEra and medial 
« are snppressed in Apasmâraka p|| ^ ^ j|^ o-pat (for pas) 
mâ'lo (for ra). 

When Bhadra is transcribed ^ ^ pat-Vo^ the aspirated fo 
represents dra. In fiill it is transcribed ^ j^ j|^ /Mit (bhadf) ^tat-lo 
(for tarera = dar-ra^ contracted to dra). 

Bhadrikay transcribed in fnll ^ ^ ^ JËE poi-^^^'H (= drî) -ka^ 
is curtailed to J^ :^ ^ pat-t'i-li, withont final ka^ or oTen to 
pat't% wherein the aspirated Vi représente dri. 



The skt. name of the jackal Çrigala is transcribed in the 
Fan-yih (Chap. VI, f. H recto) ^J^jjfi^ sit^ka^o = nr^ga^la. 
Hère sir bas been transposed to m. Cf. § 15. But it may be, 
perhaps, the transcription of the Pâli-form Sigdlo. 



§ 63. When the epitheton of Buddha Akahôhhya is transcribed 
P^ ^ ]^ or simply, abbreviated, P^ EI9 « we hâve to read the 
two first characters at'tsHok''^)^ for the vowel a in ak is short. 
The Chinese ha?e read the name at'taHok-p'o for ak»i8''iok^p*o *^). 
St. Julien, no. 2186, wrongly says that Q^ represents kshô^ a 
combination of letters no Chinaman could ever hâve prononnced. 



"^^^ B9 ^ A? "^' *** Mandarin ts'uk, in Amoy tiiok. Cp. Fan-fih Mùê^h, 
Vol. T, fol. ] 3 verso. In modem transcription the word Ckocolade it transcribed S^ -^ jste 
CAÙkU'ldi or ^ ^ ^ SHt-to-laL Vide supra, § 41. 

80) Cf. the transcription of Dakshina by ^ P^ Ô tat-ttHn-nu, FamHjfik^ XI, t 
31 vc^rjo; Ëitel, p. 32 £; that of Virupdksha i. e. vi-rûpa-aksha (having deformed ejet) by 
-y)' */S iï!^ P^ ^ pif -lin {= vir'rK)-p*o{^ pa) -at-ts' a {= akaha) and that ot HaritaH 
^y ^ îï 'Ifi ^ ^o-li't*at'ki = >5a-ri./'fl*.*f. T^flu-yii, VIII, f. 2 verso. 



THK SECREl' 0¥ THE CHINBSB MKTHOD BTC. 227 

The name of king Açôka (Pâli Aaoka) is geuerally transcribed 
P9 $â ^ ^^«tt (= Aè'su) 'ka or 1^ ^ ;|^ At-au (for As-su) -klio 
(Fan-yih Ming-i, V, fol. 15 verso and VII, fol. 24 recto); but it is 
also abbreviated to ^^ ^ at-yok or at-yuk^ whicb is anexplainable. 
The character ^ is the primitive form of the character (f , a 
cicada which bas not yet cast ofiP its skin ^'); the cast ofiP skin of 
soch a cicada is called ^ eoê (modem ehui) ^*). By a first clérical 
confusion between ^ soë and ^f yuk^ the chinese transcriber bas 
put ^ yuk instead of ^, which is prononnced soê (shxn) in the 
characters ^, |^ and ^. We should then yet |^ "^ at-soê, 
which became, by assimilation, as-^soê = Aso, in which transcription 
only final ka would bave been suppressed. 

It is only by admitting this hypothesis, that the use of ^ yuk 
for 80 in the Pâli word kappâso (cotton) ^ ^ ^ kap^p'o-iok {Fan-yih^ 
XVIIIj fol. 14 recto^ Julien, Méthode, no. 2264) is to be explained. In 
the other transcription of karpâsa j|^ ^(^ ^ ka-p'o-lo^ there is a trans- 
position of p'o and lo; it should be read ka-lo (= kar) -p'o (= pâ) 
with suppression of ^ sa; for the word ku'p'o-lo would answer to 
Skt. kapâla or karpara^ ^'an earthen waterpot". Gp. j|^ ]^ ^ for 
kapâli{kas)^ in which transcription the syllable kas is suppressed. 

That this is a clérical error, is proved by the fact that the 
character ^ yuk is used for yuk in the transcription of the word 
Yuktavâdi (one who speaks, discusses, reasonably) by ^ ^ ^ ;^ 
j/uk'to-p'O'Vi {Fan-yih, X, f. 4 recto) and in that of the name of the 
flower Tûthi (Jasminum auriculatum) by ^ J^ yuk-ti {Fan-yHiy VII, 
fol. 6 verso\ where, according to the law in § 27, final k before t 
becomes t, Yiik-ti thus stands for^?^N^t, jnst as ^ ^ ^ yuk^to-lo 
becomes ut^to-lo for uttara (Fan^yih^ XVIII, fol. 10 verso). 

i.v. ^- 



228 G. 8CHLB0EL. 

Prasênadjit (Pâli Pasenadi) is tranacribed jjft ^ ^ p'o (for 
/>a) -«-?« (for se) -nik (for warf). (Fan-yih Ming-i^ Chap. V, fol. 15 
recto^ Julien, no. 1262); the syllable di not being transcribed. 

It is transcribed in fuH by s^ j^ JP ^ f^ ^ pat-lo (= parra 
= pra) -8ê-na si-to (for rfjïO» or by 1^M9JiM'^0^ P^^ (= 
pra) 'Sze'fia si'to (for d;tï) •'). 



§ 64. The Word çrâmanêra is generally transcribed in foll by 
^ j^ tI^ ^ ^ rà-/o (for pra) mat-ni-lo^ wherein mat-ni becomes 
first, by assimilation, mari'ni for manê; lo^ of course, is ra. 

The buddhistic Dict. Fan^yth Mtng-n (Chap. III, fol. 22) says 
that the word is transcribed in the Tripi^aka of the Pang-dynasty 
^MM ^ ^«<-«-mo./o-ifea = çrimâlâka^*). The Ki-twei-chuan*^) 
says that he who has already been instmcted in the ten précepte 
(çikshâpada) is called çrâmana *^) ; that the (novices) from 7 to 13 
years are called Khu'U Sha-mi (scare-crow(?) çrâma^êras). From 14 
to 19 they are called Ying-faJi Ska-mi (çrâma^éras, whorespondto 
the dharma), and those of 20 years and more are called Ming'^tBz 
Sha-mi (titled çrama^êras) *^). 

We thus see that Shami is an abbre?iation of Çrâma{i}éra)^ or 



83) Eitel, op. cit. p. 95, bas erroneoasly j^ tU for n: si or ski. 

84) This woold eonfirm Benfej's sapposition that çri cornes from çrd (to ripon), whieh 
is foand in the latin Ceres. 

86) This is the ^g j^ ^Q ^ tS > ^^^ record whioh the chinese pilgrim i-My 

sent home. 

Cf. Takaknsa's I-tsing, p. LXI and the Fam-yik Ming-i, Book III, fol. 17 wern, 

86) Takakuta, op. cit , chap. XIX, p. 96, line 22, only translates the first pknte : 

''After the priest has been instracted in thèse (ten) precepts, he is called Çramttfiért,** i bat 

fae bas skipped the following words and titles given by I-ttiatg* 



THE 3EGKET OF THE QHINËSB METHOD ETC. 829 

rather of the Pâli-form Sâmairiera); for the old eouod of ^ êha 
was sâ^ aa iii the Amoj-^dialect, which alao appears from the 
Siameise Samanen and the Siogh. Sâmanero. 

The feraiDine Çramanêrika is tranacribed in full M ^ ^ ^ 
3i| I6ï Çrîmdjialika^ and cnrtailed to ^ ^ ^ Samini, for Samar^ 
(riia), 

Likewise the traascriptîon ^ ^ |lj^ K-âîa-^( is not that of 
the akt. Gridhrakûta (which is trauacribed ^ IS^ |ÎÈ ^ ^ Bt 
ti^-iiÈ (- ^rWA) -ro-/o (= (fÂrfl) 'ku'ta), but that of the Pali-form 
Ghédjakaho^ or rather Ghidjakû(o *®). 



§ 65, The gjllable driëh ta Sakât^a drisk(i^ is transcribed ^ ^) 
^ ^ (tit-li*iit*ti, whereiïi tatm^êit first becomes tal^li-sit, ueït 
(ar-rt-«(ï; ïam becoming eontracted to dri whilst *ù represents final 
êh {Fan-yih^ V, l 10 î?^flô), 

It 18 represented also by J(fc ^ ^ îi-lik-sa in ^r«"»^i{^«(^ (Julien, 
no. 1980, 1601); U-lik-êa = diriksa = A'm/i ^ rfrï*A. 

Final tïîa is stippressed in the transcription of Atma fÎPÏ ^^ ( ^ ) 
a^t'am{mo)^ contracted to tma^ meaniag '*aelf, own" {Fan~^ih^ XI, 
It 28 veno). 



A cariouB instance of mutilated transcription, wkich haa eyen 
baffied the sagacity of 8t. Julien, is that of Lâkêçvara by ^|| |^ 

Julien (nos, 451 and 1592) sajs that » etatids for î in ipara 
and «lien ^ for cm in içm^a. Now the word is composed of 
Loka '\- i^vara^ Lord of the world, in Chinese ^^ ^, contracted to 

LSkêçvara, The chiuese traoscriber ought to ha^e written ^ ^ 
{h-ka} ^ ^ t-aoa/î (ï'f) and the omittetl ^ (i^ar); /o standiog for 



88) Cf. § 17. 

8»> Fam-yià Mîm§4, Chup. I, fol Ijî «#rJ9, 



280 O. 8CHLEGBL. 

Ta ; for \çvara is usually transcribed ^ |^ -^ j^ i-aip (for {^ç) 
faiAo (for rara) °^). It is the same case as in the transcription of 
Sthânêçvara ^ #, î^g *^ ife ^ sat-Va (for sthâ) ni-aip (for n^) 
/a(-/o (for vara). Eitel, p. 132 6. 

In the transcription of Uruvilvâ by ^ ^ ^ IJ^ iu-lo^pin^lo^ 
the last syllable va ( ^ p'o) is omitted ; the fi of pin becomes /, 
by assimilation with the initial / of /o, gi^ing pil-lo = vil-lo or billoj 
the Pâli-form of Skt. vilvd. 

The name of Mâitrêya, transcribed in fiill by ^ fg, ]^ ^ 
mo6 ra^-/6 (for tré) -^a, is iucorrectly rendered by >|2^ |^ j^ 
moe-U'lê-ya ®0 and mostly curtailed to ^ |||f rwt-KA for §^ ^ 
mi''tik'lik = mai <g-re for trê. 



fî 66. Two of the most striking instances of abbreviation (if, at 
least, St. Julien, Méthode, p. 19 no. 14 and p. 21 no. 38, is right 
in his identifications) are those of R^ ^ Va-p'o for vishiambha 
and of ^ ^ ko'ta for akandha. The first word ought to hâve 
been transcribed B|j^ |^ tt-E ^ pi'9it ®*)-f a-p'o, and the second 
should be an abbreviation of ^ j|^ saka (or ^ j^l sak-ka^ Jalien, 
p. 21) ko'ta. 

In the first place Julien erroneously joins ^ and [t^ and says 
that thèse two characters represent the syllable shfay a combination 
of letters which no Ohinaman would be able to pronounce *'). 

The chinese transcriber joined pi and sit in order to represent 



90) Cp. above $ 22. 

91) Fan-yih, I, fol. 12 recto \ io ihis transcription H stands for di b /i, «fi-^intended 
to represent tri, 

92) Old Sound, according to Volpicelli, §at, Canton that, in Amoy tik with final k 
instead of final t, 

93) As less va a Frenchman or an Englishraan are ablc to pronounce Sehl in my name 
ScAlttgtl, which I hâve seen written in a fronch and english soientific journal SeAeie^l, 
with introduction of a vowcl e between A and /. The. german province of^c^feniMbcoomea, 
in frcnch transcription, Hilésiet in english SiUtsia. 



THB SECRET OF THE CHI9BSB METHOD ETC. 281 

the syllable vish •*) and took Va-p^o to represent the syllable fambha. 
He mast liave heard tabha^ m before b ofben disappearing in Skt., 
as e. g. dabh and dambh ^^). We bave thus to read the characters 
p:£ ^ as \abha. 

If ^ ^ ka^ta représenta handa in akandha^ the chinese trans- 
criber must hâve heard this word pronouneed skadlia^ withont 
medîal ti, exactiy as this word, in its meaning of '^shoalder", bas 
become in Latin scapula, withont n. In A. S. sculdor the n bas 
changed to an l, The word is generally transcribed ^ ^ [^ aak^ 
kan (for skan) ^fo (for dha). Fan-yihy XVII, f. 1 recto. 

The above-mentioned contractions are not a bit worse than the 
english aima and french aumône from the greek iXsfifiQvùy^y or the 
english proxy for procuràcy^ or english provost, german Probèt and 
Provosty french prévôt from the latin praepositusj or the french 
évique (for évesque) from episcopuê ®®). 



Suppression of finals and letters. 

§ 67. This is a very common featare, probably becaase, in 
speaking, tbe finals were not pronouneed. 

Thus the skt. word Chhâyâ (shadow) is simply transcribed in 
the Fan^yih Ming-i (Chap. IX, fol. 1 verso) by ^ ia'ai. Julien 
(no. 2137) is thus quite wrong to say ^^^ ts'ai pour tchhâ dans 
tchhâyâ'\ Volpicelli, op. cit., p. 178 (64), foUows in the wake of 
Jalien, without having confronted bis statoment with the Fan'-yih. 

Adbhuta Dharma is transcribed siroply ^^ ^ ^ J^ Ad-bhu 



94) Cp. the word viçpakamtan, transcribed B^ |^g jfiH 3pS ^« pi-tip (viç) pak 
{nak) kat {kar) mo (ma), final n being soppressed. 
96) Benfey, Skt. Dict., pp. 386 a and 387 a, 
96) Pott, Etymologische ForschaDgen, Vol. II, p. 282 ei saepe. 



232 G. 8CHLB0BL. 

Tat (= Dhar) -mo {Fan-yih, IX, MAI récto); the finaUa in ad6A«rfa 
beiag sappressed in the transcription. 

Final a is further suppressed in Nârâyaiw. ^ j^ ^ Na^lo^j/en 
(Julien, no. 2245). 

Final in in Anâgâmin is snppressed in the chinese transcription 
P^ ^ ^ At-nâ^gâm^ for Ân^nâ-gâm. 

Final m is always snppressed in the transcription of the word 
varman ^ J^ fat (for var) "fno. 

Final lyi is snppressed in Brâhmana ^ f^ j^ pat^lâm (for 
Brâhm) "moj and final a in the transcription ^ ^ f^ p'o-2o 
(= Brâh) 'mun (for mai^). 

Final a is snppressed in Ferghana j^ ^^ po-han or ^ .^ 
hok'han; in Mahâkatyayâna ^ ^ JËE >j^ ^ Mo^ho-ka'tsien'-yen; 
in Nibbâna p^ yg ni-p'an or /^ ^ nip^p'an ; in Çrâmaffa ^^^ P^ 
«a-mun; in Sanghârâma f^ ^ ^ «Sau^-io-Zâm; in Char^na 'Jjj^ 
^ ^«t^-toti; in Chhiasthâna ^^ 7Wi)-^ayi or j^^ ^«f«n-(an; 
in Buddhôchinga "^ g j^ Po^^o-ftn^ »7); in Bôkhara ^ H^ 
Po'k'at (= Bâkhar)j transcribed in full ^ "f^ ^ pok-k^e^lo in the 
Fan-yih, VIT, f. 15 r^c^o; in Viçvakarman W^^^^^ pi-sip 
(= tnp) -pai (= vaA) -ifeai (= iar) -mo. 

Final an is suppressed in Mahândman j^ ^^ mo-Ao-n<ifn; 
final i or nt in Ç!a%amuf2t ^ JU[D ^ «a^-£a-?72Ufi. 



§ 68. Final n is snppressed in Kâlôdâyiim ^ i@ [% H *a-/tu- 
ro-i*»); in Kotlan ÏPj H{1{ H Ko^tut-lo or *^ H{|{ jg Jru«-<tt/.fo; 



97) In Mandarin c^»^, bat in Amoy finç, in Canton colloqnial tanç (Welli WiUiaiiia), 
aecording to the old sonnd of its phonetical part ^^ iing or taug, whieh gi?e§ the tune 

Sound to the characters ]^ , ^, ^, ^, ^ and {^. The ehtnotert 

^^ f /^ f ^S * r S '^"^ SH '^'^ ^^ ^° ^^® transcription of Uê {imaf) in tlie 
name Mdtafkga (Julien, nos. 1926, 1927, 1931, 1933 and 1984). 

98) In Canton Ka-lau^'o-yi. 



TH« SECaET OF THE CHIHE3K iCETHOD ETO, 



233 



în Çikhin /^ ^ çikhi; m mrman^ ^ pat^ma or ^ J^ /of- 
mo; in Shaduman ^^ f| ^ Hï*( («c/) -ig*mo (Eitel, o*c,, p, 29); 
iîi «ama»^a£ (aoal) |J^ ]^ l^^j ifa-»*a"-^ae (Malay), in which the 
Gôsal m^* atands for mari. 

Final kan ia sappressed in Hroêminkan j^ ^ ^ *^ git-lo-ëit 
(= 5ra#) -ïîîtîî (Ëiteli o- c, p. 45). 

Final kaâ ia auppreesed iii kapâltkas j^D ^ ^ ka-p^O'lù 

Final * in kmnbhândas jjjjj^ ^ ^ ttu-poafi-ia- 

Rnal ka in Mallika ^ 5^ ma^-ît and ^ 5p|J niô-^i. 

Final kah ia auppreased in Aranyakah ]|^ j|^ ^ a-iian (for ran) 
-joh (for ïjt^a)* 

In Arada kâlâma, tranacrîbed ^ ^^ ^^ at-lc-lak-ka-lam 
for ar^ra^dak kâlâm (fan-yîA, V, t 2 y^rso), final a is stippresaed. 

Rnal la is suppresasd in Brakmadaiia ^ J^ ^ Bam-mo-î^. 



§ 69. Final r is snppreaaed in the tranaoripUon of the maU/ 
Word iâyur (?egetable3) ^ |^o m-io^ in mhiir bem» (broken rice) 
^^^ ^ P^ mè'fd but'lat^ii. 

Final t in that of manu (sweet) ,|| P^ ma-nU in that of 
Banjumai ^ ^ :Jt^ Boan~giu~ma or J^ -^ R^ ^oan-jiu-ma- 

Final l in that of Kendal ^ ^ kan4a (for da)\ medial l ia 
snppreaaed in that of palsu (falie) fllv^ pa-m^ and of êelderi 
(celerj) fJ?o ||[ J|^ ëâ^Ht^lii medial r in that of bëTtafm (to aeqaaint 
lîrith) ^ :^ yf ba-iaO'U. 

Medial y in that of daun bayam (spinat) |^ i^^ ^ la^un 
(for <iawîî) ba-am. 

Fiaal jt is finppresaed in the transcription of PontianaU ^ J^ ^ 
pîilî-Èl'û-na -, in a«aJ« (a child) ^^ ««-fia; in ôfltfc (good) ^ bail 
in cîfa»<7 Aaf«lf (a small nian) J^ J^^jjfi ^ Q-iang ka-té. 

Final R ia suppressed in Sudagat^ datai (a freîghter) y^ ^ 
53^^ g|( Su^a-ga la^atl in plrf^i (square) Q |J^ JÉC pa-iâ-gi; 



234 0. 8CHLB0BL. 

in tërlalu (excessive, too) ^ ^ J^ ta-la-lu; in ping-ar^ti^an 
(knowing, understanding) CL ||| =|j[ ^ pa-nga-ti-an^ wberein pan^ 
gati represents pëng^artij and an, an. 



Final Sibilants. 



§ 70. The Ghinese having no syllables ending in «, they are 
obliged, in order to express final a in foreign words, to add after 
the last Towel a chinese character beginning with an s. 

In this way nearly ail such characters could be used, bat the 
most common ones are ^, ^,, |g, ^,, ^, >ff , |^, jg, ^^, 

5t. m^ ^. ^. iÊ. m^ ^^ ^^ î!l^^ Ê. m^m^ ^^ 

^^ <&. W» 1^» âi^» JiS» ®i ^» W*. p*» iil »^d ^- 

We shall give a few examples of each of thèse characters: 

^ is employed in Skt. manoê ^ ^ ^ mo'na'-sze; in Mongol 
Khorloa ^ ^ ^ ^ ioA-r-Zo-ar^; in the transcription of Taras 
or Ta/a* llB ^ ^ tat-lo (for iaZ-Zo or tar-ra) -sze. 

^ in S/itVa^; ;^ $J ^S Shilahaze; in Iakander "^ M, ^ ^ ^ 
Yth^aze-kûn-tah-r; in Kirghiz "^ ^ "^ ^ Kit-li-kit^aze; in 
Oenghia Khan ^ "^ ^ ]^ Ching^kih^aze Kart, 

|g in Puahpa ^ i^ tfit pe-«^p*o; in M«*if^î«Aa i^ |^ ||( {^ 
o-5t<-fîi-«a or P^. 1^ A £)^ ii«-«i7-wi-«a; in Fa«/«(t ^ |^ ^ 
yat-ait-ti {Fan-yih^ VU, fol. 30 rer«o); in TuruaJi [!{]{ Rl§ H^ 
<M^-/u-M^; in HrUh\aya{mana) gt) 5pl| |^ |ÎÈ ^ git-U'ait Vo^ya 
(Julien, no. 547); in Hrlah-ma (modem lahkeahmy Eitel, p. 47) 
itl^ 1^ ^ 5ri<-/ii-«i« (= /trwA) -rwo (= ma); in the name of 
the monastery Huahkara ^ |^ j|n[ ^ Hu-ait-ka'lo; in Namoê^ 
kara 5j|5 ^^ ^ ^§ ^ ^'^ mo-att (= fwô*) 'kat'lo (= ibar-ra). 



tHiB SECEBT OF TH£ CHINKSB USTHOD ETC. 235 

USi in Viçvabhû ^fl ^ ^ |# pi-su (= viç) p'o-fu. {Fan-yih, I, f. 

14 recto). 
•^ in Tashkend ^^^ tahshihkan; iu Pâramêçvara ^ j^ ^ 

^ S^ ^ pO'lo-mi'sit'pat'lo; in BUhhalik J|lJ ^ /V M P*^" 

«tt (= frtM) 'pat'li (= ia2-2t). 
lin in Kâçmira j|^ |^ §|^ ^ ka'8iap''fni'lo; in Içvara ^ ^^ 

j^ t-«tap (= ff) -p'O'lo (= varû). 
ff- in Caahmere ^ ff ^ ^ iiA-«AiA (= AmA) -mt-r. 
^ in Mahêçvara ^MM^M ^^ *»-^P (= ^^i') 'M'^o; in 

Wa # ^ >fi H /-atp (= iç) 'fat^lo; in il^i;a ({^ ^ H 

(or ^) ash'vak or a«/i-va; in Viçvakarma P^ ^ j|§ ^ ||B 

ptWîp (= viç) •pak {vak) -kat {kar) •mo; in Viçvabhû flUj j^ 

^ in Içvara # (or g ) )^ ^ (or || ) ^ /-«p./a« (or vak) ^lo; 
in parpva j^lt IU '^ $9 p'a-lit-sip (= p%) -pai (= va'). Julien, 
no. 829, wrongly contracts lit-sip-pak to rpva; in viçva P^ ^ ^ 
pi'-sip (= t7«^) -pafc (= t?a). 

^ in Meester ^^ [^ mt'^-rà (for me6«) -(i(; in miakin (poor) 
^ ^ ^ mi^-sit (for mt«) -fan (Malay). 

^ in Bhâskara ^ ^ ^ ^ jK)'o-«ai (= 6/irt«) -kat-lo (for Aar-ra = 
jrcrra). Julien, no. 1428, p. 173. Julien is not conséquent: in 
no. 1428 he says eorrectiy that p'o-«at stands for bhâs, whilst 
he says in no. 1548 that ^ ^ aai^kat stands for aka. 

^ in Duèhkfita ^ ^ ^ Ijl ^ tut-sit (for tussit = dmh) -kit- 
lit (for krit) 'to; in Jasmin (jessamine) ^ ^ ^ ya-sit-ming 
or ^ :^ @ ya-sit-mit; in which ya-«i« is = ya« ^*); iu Hosna 
(modem Ghaznee) ]^ ^ ^ Hok'sit-na^ wherein Kok-sit becomes 
hoBsit = ho8. 



Sneyclopedia 7& $|^ ^^ |^ , Chap. 73, f. 14 verso^ and my Dulch-Chinese Dict., t. p. 
Ja9mijn, The name Jatmin is arabic. 



236 O. 8CHLBGKL. 

^ is mach used for final % by ihe Chinese in the transcription 
of formosan words, as in \da$ (moon) ^ ^ ^ i^tat^sik; tat- 
sik becoming, by assimilation, tas-ait zz dos; in aùennas (little 
star) H^ ^ ^ .^ àt-«a(-na-^, wherein na-«tit becomes, by 
assimilation, nas^ and satina becomes san^na. 

IH^ occnrs for final sh in the transcription oftbeold uorthemtarkish 
bulmyç {btdmish) j^ ^ ][^ but (for iu/) mt7-«t (for mi$h). 

ff§f occurs for final s in ^ia^a^ança (Skt. apvoitatTia P^ |jâ HlJ i|R ) 
a^-<u (for asaa) "kat (= £an) *yia. 

3ja: occnrs for final « in vaatu ^ ^ j^ /ae-ni^tu,/a(-n«^ becoming, 
by assimilation, fassut = va«« = vas. 

^ is exclosively nsed for final s by the anthor of the Malay-Chinese 
Manual in the transcription of malay words, as in moê (gold) 
J| ^ fwa-«; rampas (to rob) ^ /V ^ /am-pa<-«; Urew 
(paddy) ^ ^ ^ buUlat-si for &er-ra-«; <t£{/« (monse) ^ |^ 
^ ri-Att«-«i; 6a/a« (reciprocate) >^ gjjf ^ 6a-/a<-«; in /£fca« 
(quick) ^ ^ ^ /a-^a^M'; Mru« (lean) H, ^ ^ ibi-2iit-n; 
in ail which cases final t becomes «, by assimilation with initial 
s of si. 

^ occnrs for sh in Kharashar P|f |$lj ^fj^ ^ iEroA-/aA-«Aa-r, /aA-«Aa 
standing for rasha = rosA; in kash of Kashgar ^^ ^ k^e^sha; 
in ûsh ^{j^. (Cf. T'oung-pao, Vol. IX, p. 198). 

'^ occnrs for final sh in pushkalavati ^ ^ ^§ j^ "(^ J!j£ pQ^^ik 
{=push) 'kat'lo'fat'ti (= /taZ-^-va^tt); in Kanishka $E M 'Ê tfel 
ia fit-at^ (= nish) -ka; in Djyâttshka ^^^M. ^ (= ^^ 
"tUsik (= <t«A) -£a, etc. 

]^ represents final sh in pushpa ^ ]^ jj^ pu^sip (= pu^A) -p*o 

(= P«)- 
j^jÇ stands for s in nisthâna ^ j^jÇ "jj^ ^ nt-a^é (= nis) '^an^-na 
(= ^Aawa) or ^ 010 ^ ww^« (= ww) -raw. Fan-yih^ XVIII, 
fol. 11 recto. 



THB SKORKT OF THB 0HINE8B MVTHOD BTO. 2S7 

^ oocars for ç in viçva-bhûW^ ^ f^pi-na (for viç) -pu (for bhû) •®); 

in AvaUkifêçvara [J^^JÊ^^IS^^iS o-p'o (= ava) 

-/g-iiï ti'sia (for têç) "p'O'lo (= t?ara), Fan-yih, II, f. 7 r^cio, 

C!ol. 1 ; in Açva (liorse) ^ "^ ^ at'êia (= ae^sia = aç) -p'o 

(= «a). 
^ stands for « in Râkêtioa j^ 3C ^ Zo-^«*a-«a = ni-£«Aa-f«; in 

FriAo^aU* ^ iffi 19 ^ 1$ mS &w<-/t (urO -Ao-«a (*a«) -p'a-ti 

ipati). Fan-yih, IV, f. 20 verêo. 
^ and ^1^ are nsed in the Malay^Chinese Mannal for final «, as 

in the transcription of Celehes S M^ "fj^ Se-lûpâh^ or in that 

of kèpès (fins of fish) jff^ ^ hd^âhy wherein final ê is represented 

by final A. 
^ stands for sh in the transcription of the town Châsh in Tarkestan 

j^ ^ cAot-M» (r*oun9-;Hio, Vol. IX, p. 198). Eitel, p. 141 a. 
^ occnrs for « in aphitavâras ^ ^ ^ ^ $J jj^ «p-p» (= sphî) 

"io-fat'lat'szê. Cp. § 26. 
fip occurs for final « in Çriyas (lucky) /^ ^ ^ f$ ««-/»' (= çrtj 

'j/a^nn (= ycw). Fan^yHt Ming^iy VI, f. 4 verèo. 
p^ stands for final c in Flffitc^ ^ P^ p^ bin^ni-nn ( j$ pQ' 

^ ^9 ^^^- I) ^* ^9 ver^o): a modem geographical work. The 

final e in Venice is not heard in the pronunciation; the name is 

prononnced as Vennees. 
jgSF represents 8 in Abhâsvaraa pl^ ^ 1^ ^ |^ a-p'a^têoi (for «va) 

-ro-« (for ras). 
"§§ represents z in Kirghiz "^ M. ^ ffi K'Mi (= Hr) 'k'it-n (= ^Atr). 
^ represents p in içchara \^ ^ :^ j^ t-«tt (= iç) ^tsiat'lo (= cAara). 

Fan^ihy IV, f. 20 t?er«o. 
j^ represents final s in Paraêmâi{pada) ^ j^ j^ ^ poanAo (by 

assimilation pa/-fe = parera = para) -«ap (= «) -mat. Eitel, p. 90 b. 



99) The tyllable va U sappressed in the transcription. Cf. Kitel, p. 170 6. 

16 



2dd 0. ISGâLBdlKL. 



^ occurs for final s ia Kaa^toàguna $£^11^^^ ka^Wia (= kas) 
''tQ-»kiu''na. Fan-yiA, XIII, f. 12 verêo; Julien, p. 20, no. 26. 



§ 71. A gênerai law in chinese transcription of foreign soands 
ia to place a mouth pi or a man ^ before the character intended 
to represent the soond *®^), or to represent it by a character which 
is only chosen on acconnt of its phonetical part 

Thns they write ^ ch*i in order to express the sonnd dyâ 
(Julien, no. 1823); ^ to for tyâ (Julien, no. 2030) because the 
phonetic ^ to has the sound tia in J^. 

They wrote pg |$ij ^ for Talkan where Pg ^J ^ would hafe 
sufficed. They used j^ yih {it) for ^ tiet^ tit (Julien, nos. 436 a and 
455). By préférence the character ^ kia is used to render skt. ka 
or ga. The Ja?a Chinese use "^ instead, without the prefiz of "f. 

They write ^ where ^ would hâve done the same service; 
likewise ^ instead of ^ , "^ instead of ^ , p^ instead of -^ , 
e^ instead of ^, ^ instead of ^, ill|f :^ instead of ^ ^ , 
etc. ^ is used for i^ because the phonetical part was pronoanced 
iak and was chosen to represent the skt. syllable ddk (Julien, no. 
224, 225). ^ shui is used for ^ shuo (èoat) (Julien, no. 259); 
\% eh'a is used for ^ or ^ Vo (Julien, no. 1025); ^ pi is 
used for || pit (§ 61). 

The thibetan formula Om mani padmê hûn is transcribed i^ 
^ ^ ^ PU P^, with little mouths to the left of each character 
in order to show that they are to be read phonetically {T^oung-pao^ 
Vol. VIII, p. 114). 

Instead of the character j^, whose ancient sound was U'iak 
or ch'iak {^^^ , }^^^) during the T'ang-dynasty, they 
used the character ^, whose ancient sound was tok (^ ^ |^, 

100) WelU Williams, A tonic dictionary of the chinese langaage in the Ctnton DmImC, 

p. VII. . i . 



THI SBCBKT OF THB OHIKKSE MlfiTHOD ETC. 289 

t. e. t(\ok -f- ^s)ok. Vide ^ ^ ), as to the présent day in àmoy. 
This only ean ezplain, why this last character ia employed for dja 
and châ in the transcription of Vidjagham ^ ^ p||| and Vichâram 
% ^ ^ I which we hâve to read Pi-lsHak-hang and pi'tsHak-lam 
= Vi'djag'gham and m'chak^ram^ etc. **^*) 



Conclusion. 

§ 72. The présent paper is intended for an introduction to a 
comprehensive dictionary of ail the characters nsed by the Chinese 
in their transcriptions, not only of sanskrit words, but also of those 
of the other foreign people with which they had intercourse, lu 
order to avoid ail difficulties of pronunciation, this dictionary sball 
be arrangea according to the radicals, giving to each character the 
pbonetical ?alue in the transcriptions for which it is used. 

For the older transcriptions, especially those of Sanskrit, and 
tlie newer ones made by Âmoy Chinese, we hâve to give to tho 
chinese characters the old, and not the modem sounds. For it is 
impossible, ezcept by guesswork, or by having positive authorities, 
to identify the foreign words in their modem chinese garb. 

I shall only quote a few instances of the queer identifications 
Julien bas arrived at in basing them upon the modem pronunciation 
of the chinese characters. 



101) In Jalien's Méthode not less than 84k characters with a prefixed moath are quoted, 
for which the principal characters conld as well hâve been chosen: 

P^ no. 8, ^ no. 840, p^ no. 844, P^ no. 846, fSj no. 371, ^ no. 388, 

n^ no. 385, |1|^ no. 886, P^ no. 889, P^ no. 390, |^ no. 438, pfg no. 664, 

I^J no. 746, lH no. 786, ^ no. 809, ||| no. 813, P^ no. 815, pg no. 1066, 

jggno 1022, Pj^no. 1064, D§ no. 1065, p^ no. 1214, p|| no. 1216, Pj^no. 1216, 

l^no. 1286, 1^ no. 1308. 1^ no. 1644, ^no. 1746, 2024, F^no. 1758, l^no. 

1897, l^no. 1972, ^oo. 2164, |^no. 2221 and l^no. 2280. 



§ 73. In no. 2272 of his '^Méthode" he says that j||, which 
he reads youe^ bas been employed by mistake for ^ fa {va) ia 
Bêvaia, ^ilê&^ {Fan^h, H, t. 17 recto); ia Vadjra, j|| |g 
{Ibid., VIII, f. 11 verso) and in AvivartH, ^^M^ (^^^^ 
XII, f. 14 verso). Now the old sonnd of the character j^ was cal 
(= toai\ as to tbe présent day in Amoy *®'), and represented vat^ 
vad and var in ail thèse transcriptions, whicb soonded originally 
LUwai^to^ Wat'dja and 0-to^-toa/-<t, initial and final t being repeated 
because the preceding ?oweIs were short. 

In the transcription of Chakravarliî (Pâli chakkavatti) j[fiF jjf^ 
^ j^ 9 old sonnds Tsia^ka-lo^wat^ wat stands for var or vat ^®'). 

In no. 2276 he says: '^ P^ youtf pour ^ou {sic!) dans Çotiddhôdana" 
P3 ISIS Sfoue-feou-tan {Fan-yih^ Y, f. 14 ver^o), adding: '^Le 
signe correct était "j^ cheou'\ There is an error of transcription, 
for the transcriber had only in view the phonetical yalae of ^^, 
which is pronounced sut in ^ ^^*). He shonld baye transeribed 
i^ IS ^ sut'VaO'fan^ and then «u^ stands for sudj Vao for dA^ 
and Van for e^Aan, the aspirated syllables dhô and (2&an being eqoally 
rendered by aspirated chinese characters. 

The character P^ in the transcription of dja in Bâdjagriha ii 
simply a clérical error for ^ sia {dja). The author of the Fan'^ih 
Ming-ù VII, f. 11 recto, himself obseryes that it is to be transcribad 
^ i^ ^ 22-râ dja. There are more sach clérical errors in the 
Fan^yth. 

The character Q oat, wat, which is nnisonons with j^ oeU^ it 
nsed by the Jaya Chinese to transcribe the syllable wat in the 



102) In Annameae ii is pronounced Fiëi as in Viêt-nam jm Ba • tbe nitiva uim 
of AntittM, 

103) The skt. letter ôTt which the English transcribe va, sounds, aeoording to protewr 
Kern, more like the datch te». 

104) Amoy «oo/, Canton cuit Mandarin thwoh, old soand probahly tui, Proparly tt 
is the tranicriplion of the Singh. SudhSdana. Eilet, p. 135 a (P&Ii Suddkodamo)^'' ' 



TMl SKCBKrr OF THS CHINES» H£THOt> ETC* 



241 



mal&y words Keliwat (excesaive) JJIR ^) kaH*oat B,uà bebuwat (U) 
make) ^ ^ Q ba-bu^oat^ etc.; and for war în tawar (iiisipid) 
i^ îao*oat\ in mâxear (Arab '*Rose'*) J| Q ma^oai; in këluwar 
(Malay *Ho break oat'^) j||n j^ B Jtû-iu-ooï, 



I 74. Ib no, 780—782 Julien says that ^ le stands for la in 
jlmloita, for ri in Khârika (|^ ^ ^) and rishabha ( ^ fj^ ^)' 

Now the old eound of ^ was lik (Amoj) or lak (Canton), 
aud it atood for lak in amlaka, for ii^ {rik) in ^Awri^a and for ris 
in rishabha {riê-8ha^bha)^ final ^ of fiA becomiDg #, bj assimilation 
with initial s of shai the conaonants are doubled on account of the 
preeediQg sbort vowels. 

Julien 13 not at ail conseqnent la the application of bis prioci pies 
of transcription* 

In no. 1489 be sajB correctl; tbat |^ lik stands for final l in 
phâlguna (^ (or ^) |^ J ^ p^^ i^^ fo) 4Vc'ku-na)\ but in 
no. 7834 he aaya that ^ ^ lik-k'u stands for Igu in phâlguna* 

1^ lak stands for dhak in virûdhaka ^ ^ |Sîf 3C p*-f*«-'âi- 
U*a^ also tranacribed, more correetly: ^H^ ^ ^ jfe pi-lo-lak-ka. 

In Praiyêka ^ |^ stands for pra in ^ HJ ^ |j^ tJfB piWoi- 
<*i-(t-ia (i^an-yiVi, II, f, 2 r€r§o), pit-lak ^ pil-lak = pir-raA ^ pra, 
and H = f^/^; the character ^ {7*i (old sonnd H) ia redundant in 
this transcription* Julien, no* 1842, aays it représente (^e in this Word; 
bat what doea he do tben with J[j^ £iî 

1^ lak fltanda for rag in Mahêraga ^ -^ ^ vio^hiu-lak 
(Julien, no» 362). It stands for lak in lakaha |Sf ^ ^^ ^ ^ 
lak'U'a or lo^të'o (purple)» Fan^^ih^ lï, £ 9 rêcto. 



§ 7â< lu no. 1918 he says that ^, which he reads te^ atands 
for âa in £7dcî^a ( i^ i^ jfiS ), for {a in ifairija^rt ( 3^^ JÎW ) ^^^ 
for ^j in ïndica. This ta totally wrong, for the sound of ^ at the 




242 O. SCHLEOBL. 

tîme of transcription waa not te, bnt tik (as in Amoy) and toi (as 
in Canton) ; and so Jnlien oaght to baye said ^ for dak in Vdaka^ 
for \ah in Kav^aka^^^) 2knAiox dic(dik)\n.Indica. Thecharacter ^, 
which Julien reads te (no. 1913), dœs not stands for ta in iahhaçild 

(^ ^J /^ 1^)' ^^^ ^^^ ^^> ^^ ^^^ ^^^ ^^^^^ ^^^ ^ ^^ P^ita 
^ iii ^ ^ )« ^^^ ^^^ ^^1 pi'tak'ka, with the nsual doabling of the 
k as the vowel in faka is short. The word is also transcribed J^ 
-fâ JSE {Fon-yihj IX, f. 13 rec^o), which now sonnds pi^Veih-kia^ 
bnt whose ancient sonnds were pi-tak^ka^ the character ^ being 
prononnced chak in Canton, in which the Yowel a reappears. 

In no. 1916 Julien says that ^, which he reads te^ stands for 
ta in takahaka (^ 3C ^) ^^^ ^^^ '* ^^ kapâtikâ{^ "iW fô t&E)* 
it stands for (ak in the first and for tik in the second case. The 
character ^ being prononnced tak in Canton and tik in Âmoy. 



§ 76. In no. 1627 Julien says that ^ jj^ stands for êru in 
srughna^ and in no. 650 that "^ kHn stands for gh before n in the 
same word. 

The old sounds of ^ jj^ |||| ^ were Sut'luh-kHn-na^ in which 
But'luk stands for aurruk = Brugh^ kHn for (;rAtn and fia for na\ final 
/; (///i) of srugh and initial /; (gh) of iE;*tyi being repeated, as also 
final n of ghin and initial n of na. 



§ 77. Let ns quote a few more ezamples already referred to in 
§ 1. Under the heading tclii in Julien*s Méthode, p. 201—204, we 
find a great many chinese characters now prononnced cAt, as re- 
présentatives of skt. /t, (t, di^ tya^ dhi, and even ki, as e.g. ^{^| 
^ and ^|| for di in kundika ^ ^ . Thèse three characters are 
ail prononnced ti in Âmoy and may thns stand for di {Fan-ffih^ 



105) Or rather for tak in Kaniaka, the Singh. pronanciation of Ka^faka, 



THE SECKKT OF THE CHINE.SE MRTHOD ISTC. 



248 



JCJtX, f, 6 rêcto. Julienne indication, sub nos. 1860 and 1876; Voh 
XYIII» f* 18» refers t.o the old édition of 1603, It is also trauscribed 
^fftJSEï ^^^^ i^ Amoy-dialect kun^ti-ka. 

Iii no, 1836 Julien gives ^ chi m representing ki în kirâiî^ 
In Araoy thii character is pronounced îsi in Bookreading, but M 
in Colloquial, which sound it oiust ha?e had abo at the time of 
transcription. H© gi?es ^ chi as representing ^t in kékiia ^ ^ 
^ (no. 1862). Now the character ^ » pronounced in Araoy-reading 
tê'\f has as a phonetic j^, which ia pronounced in A moy*colloquial 
K; and tbus the charactera P^, j^, jj^ and j^ are ail pronounced 
ki m thîa dialect, The latter character jj^ (a harlot) is still read 
ki in Mandarin, and thas the old sound ki for ^ is guarauteed bj 
tlie Amoy Chinese and the Sanskrit 

Sub no. 1849 Julien quotea ^|^ chi as representing ti in 
f-BAarlnAâfi ('fS; ^ HSJ ^). The character ^f[ is pronounced Vi 
in Amoy, and sach was also its ancient eouud ****'). At the time of 
transcription thèse characters were pronounced fat-- (= bhar-} fi 
(for tfi) ^**^) -ha-li and represented as well as could be the uame 
Bhartrihari^ which is not recogni^able in Juliénas reading /a-ïcAt-Ao-/t. 

lu the uext no. 1850 Julien gives ]^ chi^ as representing dhi 
[itt Samâdhi ( ^ ^ '^ )- ^ is pronounced H in Amoy-dialect, 
and the wbole word is read #am-mo-Éi, sam ^ being chosen in 
order to indîeate that mo (ma) began with an m. 

In no* 1852 Julien says that ^ cki atands for fî in YasJiti 
(^ ^^), In Amoy ^ is pronounced ti. The character ^ 
beiug pronounced iat (f/aO ^^% ^ |^ iaf-«ii stands for ya#A and 
^ tt for ii 



106) |§ [î# fU :W '■* - -^ (iîf + Di- '^^^^ ^ ^ «/*^ K'iûg4iL 

107) Cp. $ 17, oo flspir&tioD 4» reprcBeating r, 

lOS) ^ ^ j^ '^ * ^ ii to k pronouocod / + {hyL Fam-^ih, Vif, t m 



244 0. SCHLBOBL. 

§ 78. In no. 1861 Julien giyes j^ ehi for fi îi^ Itti^i (^ ; 
;|^). This character is prononnced ii in Amoy. 

It is the same case with the characters ]|j^ and ^ eh% nted 
for ^î in kaffUna M.W^ i^^ ^) M ^^^ khatfika (nos. 1860, 1864 
and 1865). The characters ]^ and ^ are prononnced to the présent 
day t'% {thi) in Amoy. 

Snb no. 1872 he gives erroneonsly ^ instead of ^ as representing 
ti in SakâyadfUMi {%M^^MM^^ Fan^yth, XV. f. 10 
V€T8o). The old sounds were êat'hâ'ya'tat-li (= tar^rij -rit (for dfiêh) 
-tt, the actnal pronnnciation of the character ^ in Amoy. The 
same character is nsed for tî in Avivariti ( ^^ ^ ^ ^ )« whose 
ancient sounds were (hfi pat (for var) "ti^ also transcribed ^ ^^ 
j^ïo») ^ o-tr^ oa< (= wat for var) -ri. 

In no. 1878 Julien giyes ^ chi as representing (^a in Kat^faia, 
Singh. Kantaka {i^ ^ ^)- The character ^ is prononnced Vik 
in Amoy, and could thus stand as representatiye of i(ik\ for the 
chinese transcriber read the word as Kan^tak^ka (in Amoy iSTfati- 
fik'ka) und thus 1^ does not represent {a but toJb. 



§ 79. Sub no. 13 Julien giyes ^, which he reads 'an, for an 
in angâraka ( ^ |^ ^ ^ )• ^^^ character ^ , pronounced yan^ 
in Mandarin, is pronounced iang in Amoy and ong in Canton; 
1^ is pronounced go in Mandarin, ngo in Canton and ngq in Amoy. 
The Chinese haye read aug^â'la'ka^ which were the old sounds 
of thèse four characters. 



§ 80. jPJ (no. 42 and 48) is used for Bail in sandjoyin^ and 
for aan in Sannaddha ( jP(| ^ l!!^ )• It is pronounced shan in 
Mandarin and Cantonese, but san in Amoy, which bas preserved 



109) This character, proDounced yuaA io MaodariD, is still pronounced Oût in AiBaj. 



THB SSORrr OF THB CHI5B8B «THOD BTC. 245 

the old Boand; ^ is pronoanced nah in Mandarin, bat nâl in 
Canton, lat in Amoy. Julien (no. 1206) erroneoualy reads the 
character Nai^ and says it représenta na. He seems to bave con- 
founded ^ nah with ^ tiot. The character :^ nat représenta nad 
in San^nad and ^ Vo repreaenta dha\ it représenta nat for nar in 
^ j$ Itfi na(-/aii;-£a for navrak-ka = naraiba (hell). Fan-t/ih^ Vil, 
f. 1 v«rw; Eitel, op. cit., p. 81b; Julien, no. 1207, who, again, 
erroneonsly reada the character aa naî. 

:^ repreaenta nâi in P^ ^ ^ aUnât^mô (for an-nâUma = 
Skt. anâtmâ (Fan^yth^ XI, f. 28 vér90\ Eitel, op. cit., p. 9 b). It 
repreaenta nad in ^ Mfa ^ 1^ ^ nat'-ti (for nad^di = yiodt, the 
Towel a being ahort) 'ka^siap-p^o (Nadikâçyapa). 

It ia the same caae aa with 3^ (no. 46, 47) representing Ban 
and Ban. The character ia prouounced ahan in Mandarin, bat Ban 
in Âmoy. 



§ 81. When Julien (no. 267) girea to ]^ the mandarin pro- 
nnnciation eul and aays that it repreaenta n% it ia becauae he waa 
not aware that thia character ia pronounced dzi in Amoy; the old 
Bonnd waa m**. 

Likewise when he reada (no. 268) ^ aa evl^ thougb it atanda 
for fit in viffini. In Amoy it ia pronoanced ni^ (Golloqoial 1%). 

The character ^ ia uaed for pun in pundarika (no. 290). In 
Amoy GoUoquial it ia pronoanced pun, which was the old aound. 
It haa become hun in Amoy Reading and fen in Mandarin. 



§ 82. The character j|$ foh ia pronounced pok in Amoy Reading, 
but pak in Colloquial. It thua atanda for Bag in Baglan (Julien, 
no. 815 a), for vak in Mânavaka (j^^^fiJËE)* ^^^ sounda mô" 
nap'pak'ka for mâ^nav-vak'ka, with the uaual doubling of the 
conaonanta (Julien, no. 813). 



246 O. 80HL1IOBL. 

The character ^ , now pronounced /u, is pronoanced in Amoy 
Oolloquial pu and thus stands correctljr for pu in puruêha^ puêhya^ 
purôhita^ etc. (Jalien, no. 317). 



§ 83. When* ^ joh is nsed for na in Tallaishatyi (Julien, p. 
50 and no. 475) we may remark that this character ia pronoonced 
jiok in Amoy-Reading, bnt that, in CoIIoqnial, the Word nà* is 
nsed. (Douglas, Dict. of the Amoy-dialect, p. 334 b). 

This appears more clearly by the collocation ot ]^ ^ and 
^ ^ in Sandjna ff JgJ ^ and Manâdjna ^É 3^ ^ ^ and 
which yalue is only to be explained by reading thèse characten 
t-fia and si^na; for i-jo and êhi'^o woald never respond to djna» 
It is the same case in the transcription of djna in Sarvadjna |^ 
^ ^ ^ 8at'p*0'8in'j%(tk^ where we must read ain-jiak as rin-na 
= djina = djna. 

Bnnyiu, Col. 395, no. 34, mentions a foreign Çramaça, who 
translated one sûtra, called >^ j||| j|§ f which he transcribes 2lb-/o- 
yen; we haye to read the name Na^roryen^ Le. Nârâyanja. 

The best proof of the identity in sound of ^ jiok and 0|S na 
is fonnd in the two transcriptions of the word Arariya^ ^ |9 ^^ 
at-lan (= ar^ran) "jiak {Fan-yth^ IV, f. 5 verso and XX, f. 4 reelo) 
and P^ Hj ^ aUlan-na {Fan-yihj XI, f. 30 verso)^ and a still 
stronger proof in the transcription of the name of the river 
Hiraf}yavatt ^ ^ ^^^ hi-lien'jiak'pai-Vi in the In^i ( ^ 
3|l7Cii — i^i?#il' J"li«°» Méthode, p. 13), qnoted by 
Julien, sub no. 886, and by that in the Fan-yih^ VU, f. 21 recto 
^ ^J ^ ^ j!j£ hi^lat-na (by assimilation for lan-na = ran^na) 
^faUti^ which more than proves the identity in sound of ^ joh 
and ^ na at the time of the transcription. 

Kanyâ (a girl) is transcribed in the Fan-yUi (Book VII, f. 13 
verso) ^§ ^, which we must read kàt-na, and not kat'jok^ for 



THE SKCRBT OF THE GHINB8B HBTHOD ETC. 247 

final t of kat càn only change into n, when the next syllable begins 
with an n, and so we get regnlarly kan^na^ the a in kan being short, 
for kanyâ (Pâli kannâ). 

Sometimes ^ is, for convenience sake, nsed instead of 3^, 
old Sound djia (jia), as in Djnâna ^ 0|$ for 3^ ^ àfia^na 
(Fan-ytA, IV, f. 9 verso; XIII, f. 12 verso); in Manâdjnaghôsha 
3^ jjgj ^ jg ^ '^û'-'*^ (= »wan-nrf) 'djia-k'U'Sa (Fan-yih, II, f, 
29 r«c«o); in Tadjnadatta ^ >ë^ ^ ^ yan-djiù'taUto (Fan^yih^ 
y, f. 23 v^fo; Julien, no. 2247); in the name of the 6th of the 
six brahmanical opponents of Çâkyamuni ( ;^ j^ïB ) Nirgranthadjnati 
fL îHÈ |ÎÈ >& fê wi-)haw-ro-d;ïa-rt {Fan-yih, V, f. 26 recto). The 
skt. Word Pradjna is transcribed ^ ^ poafi'johy but, in this case, 
K^ang-hi tells us that poan is to be read pat and that joh has the 
80Und;«.(JS ^H: . %^WL^, ^^ ^). Final «standing 
for r we get par^ and, by metathesis, pra; pra^djia thus stands 
correctly for pradjna. 



§ 84. For the same reason the character f^ ju is used to render the 
syllable nya (Julien, nos. 479—480), and f/U j^ ju-yen for rendering 
the syllable nyân (no. 481). The character ^ is pronounced^u {dzu) 
in Amoy-Reading; but in Colloquial it is not used, but replacedby 
fiâ^ (Douglas, op. et loc. cit.), as in the phrase ts'oàng na^ Hô-lân p6^ 
buzom as a dutch woman. ^ "j^ would sound nâ^-tan in Amoy, 
and only in admitting this, the transcription of skt. nyân (= na-yân) 
is to be explained "^). 

The name Puriya, generally transcribed ^ i^ p^un-jang (Julien, 
nos. 1580 and 470), is transcribed in the Fan^yih (III, f. 16 recto) 



ILO) It il carioas that the charaoters ^g^ and m| are not nsed in their pronnn- 
eiation joh and ju in transcription of skt. sounds. Cf. Jnlien, Méthode, \ XVIII a and 
nos. 884 — 886, 1580. Jnlien remarks qaite properly that the characters ^g^ , 9(1 and 
tèg represent in Skt. sounds impossible to divine (Méthode, p. 62). 



248 0. 8CHLK0BL. 

^ f^ po-ju^ and in the Nd-tten-luk ^ ^ ptU-joh (Julien, nos* 
480, 481, 1491, 1530, 2248 and 804). In Japanese thèse chaiacten 
are read Hon-jo^ Fu-nio and Buts-jo, but in Âmoy for both the 
characters ^ joh and ffft ju the word nd^ is nsed, and thus 

^ f^ and ^ ^ represent foithinlly pu-nû^ or pue-nA* for 
pun^nà^ = punya. 

The character 0|$ na is nsed in transcription of skt. sounds 
for na and for nya or riya (Julien, nos. 1199 --1208). The same 
character, now only pronounced na in Mandarin, has in Amoy both 
sounds nâ^ and ni^ (Douglas, op. cit,^ pp. 334 a, 336 a). 



§ 85. Çâkyamuni's park LumhirA is transcribed ||^ ^ ^ {un- 
mtn-m ; it is also called Limbini and transcribed ;;^ :^ f^ Lin^wi-nu 

Both transcriptions are unexplainable in Mandarin; but ^ min 
is pronounced itn and ^ trt, &t, whilst ;i^ is pronounced lim in 
Amoy. This proves that this was the old sound of thèse characters 
at the time of transcription which was Lun^bin^ni and lAm'bi-'nu 
In the first transcription the u of lun became m by assimilation 
with the initial b of Un (See § 43). 

Julien's explication in no. 1157: ^'^ mtn, pour 6t, devant an 
yi dans LoumbinV^^h» radically wrong, because he has not paid due 
regard to the chiuese method of doubling the consonant fi, the 
first t in Lumbini being short. 



§ 86. It i^ only in Amoy and Swatow that the character j^ lah 
also has the sound /ai, which Wells Williams rightly says was the 
old sound. Therefore it is nsed for lak in Skt. âmalaka ^ ^ ^ 
^ , pôtalaka ^ |!Ë ^ JËE « ^" Amoy-dialect po-fo-lak-ka (Fan-ytA, 
VII, f. 18 verso); for rak in Nâraka ^ ^ ^ , kmoy : na^-lak-ka 
{Fan-yih, VU, f. 1 verso). It is nsed for lak in the uigur Word for 
a horse lUak J^ ^ and for lag in the tibetan ulag. 



THB BBOHVr OP THB CHI1IB8B HKTHOD ISTC. 249 

If ^ (no. 2155) is used for dji in âdjivaka^ it is because it 
waa anciently pronoanced dji^ as in Ajnoy. The sound tseu or Uz 
is of later date. 

The characters jj^, yj^, ^ and ]^, ail pronounced'y« in 
Mandarin, are pronoanced ya in Amoy, which has preseryed the 
old sounds. Therefore thèse characters are nsed to render the skt. 
syUable ya (Julien, nos. 2227, 2229, 2280, 2231, 2234, 2235,2242). 



§ 87. The skt. word 9vâha (well-said) is transcribed ^ g^, 
sO'ho in modem pronunciation; bat in Amoy-colloqQial, the char. 
^ is read »oa, as in |^ ^ Aoan-^oa, "to roll abont the ground 
as a horse"; so that Julien*8 remark in no. 1603 that ^ so 
stands for êvâ is unintelligible. The character ^ is pronoanced so 
in Amoy-reading; but its older sounds aoa and sa bave been 
preserved in the Amoy-coUoqaial. 

It is the same case as in the transcription of Svara by ^ j||^ 
aoa'lo and of Svâgata by ^ jJ/H |{^ soa-ka'Vo (Julien, no. 1603, 
Fan^f/ih Ming^i^ II, f. 19 recto). 

When manmhya is transcribed ^ "^ ^ mat-no (for man-nu) 
-«a, or ]^ -^ ][^ mo^riQ'sa^ it is because it does not represent the 
sanskrit word, but the Pâli équivalent manussa^ the character ^ 
being pronounced to the présent day sa in Amoy. The genitive of 
the pluralform j^ -3^ "^ P^ ma-nQ-na-nam {Fan-yih, V, f. 4 recto) 
represents the Skt. maniuhyânâm. 

The old Sound of jj^ or ^ as sa is confirmed by the trans- 
cription ][^ "1^ JH^ sa'ka'lo of sâgara (Fan^yih^ IV, f. 21 v€r80\ 
Julien, no. 28); by that of vyâsa hy Bflj ^ ^fj^ pi^ya-sa; by that 
of vaUa ^ "^ put'sa (Eitel, p. 164 6); by that of the Pâli word 
îsadhara '^ fcl? ©C ^ i-sa^t'o-lo (Eitel, p. 46 a); by that of 
Musala ^ ]j^ f^k rnuk-sa-lo for mus-sa-la (Eitel, p. 78 a; cf. § 28 



250 O. SCHLBfiBU 

and Tomno-pao, VoL VIIL pp. 492-497): hj xhaXétdâm g^ ^ 
ro-M: bj thas of praMa«a ^^^ (Fam^yik, IX, £20); hy Chai 
of Sm by ^ £« the capital of Tabristan in Penia; bj tbal <iff 
the rÎTer Sdenga by ^ ^ j^ Sa-^mp-Uanç^ whicb latter word 
means ^'fÎTer'*; bj that of AasKi (a goos») £ ^ iaiHF-«a (/m-jrit, 
VI, £ 18 cfTK)), which tranaeriptioii proTes that, ai ihat fnne, tlia 
word was still pronooneed ^amêa in Skt, wbicb ia eonoborafted hj 
the german and datch oofu; bj that of Pana»a (Jack fruit) |^ Jf^ 
^ p'o-na-sa (Eitel. p. 98b); by that of Oinoiorafa |$ ^H ^ 
mamg^nak'pai (= r&) -«a (EiteL p. 121 a); by that of M&kiçm9atâ 
fi^ S^ # le il iiu>-A»-#ûi.M-ia (Eitd, p. 69 b); by thatof JfoM 
Mra $ ^ ^ IP mo-ho-êa-^Oj the prawnt Masarj aboot 30 milea W. 
of Patna. Eitel, p. 67 a; etc. 



§ 88. The word Sainita (a toldier, gnaid or picket, Julien, no. 
1577) ia transcribed in the Fan-yi (Y, fl 24 cmo) fSH^M» 
in Amoy CoIIoqaial «at-nt-ibi, rendering exactly the skt. aonnda. 

In Mandarin the character |Rf ia prononneed si, in Canton, 
Amoy, Foocbow and Swatow «at\ which proTes that thia was the 
old aonnd of the character. 

The word ia also tranacribed ^ ^ ftan-nt and ^ f^ «m-m 
= Skt tenâ ^")t the n beîng doabled in order to indicate that ihe 
e of êtnâ is short; ni standa for na (Jnlien, no. 1267). De Hailes 
haa tranalated in his ^'Vocabulaire Bonddhiqne" {T'oung-pao, YoL 
YIU, p. 173) the charactera £ /j^ hy "nn hérétique, un sectaire**. 
He mnst hâve been mialed by the chinese translation J^ ^ ^ ^^ 
"he wbo haa the instmction (or possesses the secret precepts) of an 
army*'. As ^ ^t means alao tirthakat in Skt., he bas tranalated 
^ ^Ê, ^7 **heretica", not aware that tlrtha meana abw ^instruction**. 



111> Sêimià^ U eonpoted of SaU-^itm, fien£ey. 



THS SEL'RET Of THE CH1KESE HBTHOD BTC. 



851 



I 



h secret precept" (Benfey, Skt* Dict., p. 365 6, nos. 7 and 8) and 
waa alflo the deBigaatiou of certain persous of a king's court {Ibid.^ 
I. Cf no. 12). Smani means a gênerai in Skt,, and it is ?erj probable 
tbat the Cbineae êan-ni is a cantraction of ian-i?a*îit. 

The pâli word Namo (Skt. ftamah) îs transcribed ^ ^ , which 
wonld be in modère Chineee nan-wu^ which doea not at ail resemble 
thô indian word. But if we read it in Canton -dialect, we shall get 
nam^mo. The so ofben met with formula ^ |^ |î^ ^ |ÎÈ "^ 
Namo Amitâbha (Hail to Amitâ Baddha) is often expiai ned by 
the Cbinese in Canton and Amoy that there is no ( ^ mo) Buddha 
in the South (^ nam)* 



§ 89. I bave called the attention of lingnists npon the fact 
that it js an error to believe that the baddhi&t monks who tanght 
the Chinese to tranacribe Indiau worda, spoke claasical Sanskrit 
(See § 1), Probably thèse monks epoke Sanskrit aa badly as a 
roman catholio monk or a protestant parson speak Latin. Sanskrit 
waa at that time a dead laognage for them, exactly aa Latin bas 
beeome one for na, and they were too mnch aecnstomed to speak 
Pâli or any other local dialecte in wHch the sanskrit words had 
nndergone verj serions changes, Most^ or nearly ail the medial r s, 
the palatal aibilanta and lingual t'n had disappeared in the 5th 
centnry B.C. '*^) 

Instead of Dhimia they aaid DAamma; for Gnpta^ they said 
Gutta; for Tamral^ii^ they said Tâmaliiti\ for Grtdhrakûia^ they 
said Ghidjakvfô; for Karpâm, they said Kappâgo; for Karpûra^ 
they aaid Kappâro; for Afoka^ they aaid Aêoka^ etc. 

Thia is easily proved by the chinese transcription of thèse words. 

The aanacrit Dkarma is transcribed ^ ^ iat'mo for DAar-ma; 
bnt when we find ^ ^ ^g ^ i*am-mo-kuk'iOy we mnat read theae 



112) See Touwç-pim, Voï. VIÏI, p, 487-^ÔS. 



252 G. 8CHLB0BL. 

characters as Dhammagutta^ the P&li-form of Dharma gapta "'). 
likewise ]$(l j^ IH j!j£ tam-mo-liMi or ^ ]^ ^ 1^ to^mo^Urfi 
represent TâmaUtii and not Tamralipii\ ^ ^ 1^ JEt-na-^'ul repro- 
sents the Pâli Ghidjakûto and not the Skt. Grridhrakûta^ which is 
transcribed ^g |j| K jji ^ Ht fa^fô (= gridh) ^o^lo (= ^ra) 

The charactara $& li^St W k'ap-p'o-yuk, ^ ^ k'ap-poê^ "j^ ^ 
hirpoê or "^ ^ kat'poê (for kap'poê, by assimilation of p and t) 
represent the Pâli word kappâso, and not the Skt. karpâta; ^ "^ 
does not represent Açâka^ but the P&li pronandation ^oiba '^^). 
AU this is easily enough to understand. 

The Hindus came mnch earlier to Ja?a, than the Chinese to 
India, and they introdnced there the Pâli words kappâêo and kappûro^ 
as the Malays call the cottonplant Kapas and the camphor of Su- 
matra Kapur-Bartu from the locality where it is found ^'^). 

When we find in the Fan-yUi (EL, f. 3 recto) the transcriptioii 
^ ISËYM' old sounds Su^'o-pan, it does not render the Skt word 
Srotâpanna^ but its Pâli équivalent Sotdpanna^ in which the medial r 
had since long disappeared. The scientific and post-factum made 
transcription ^ 1^ |$ P^ ^ ^ sut-lo (= srâ) -i'o (= ta) "O^pat" 
nang (= apanna)^ giyen by Eitel (o. c. p. 132), is not even mentioned 
in the buddhistic dictionary Fari'^h, 

Bhagavan is transcribed |^ ^ ^ pok (= hhag) "ka (= ga) 
bam (= van), but its Pâli-form Bhagavâ is rendered by ^'ftV ^ 
p'O'ka'p'o = bha^ga'Va. 



ILS) For the transmaUtion of i before t in ^, see \ 27. 

114) See above \ 68. 

115) The malay word Ké^ur it now aUo used to designate Urne (mortar, plaiter);bat 
mostly in nombination with other wordi, as Kapur târoh for coarte mortar, Ktqmr ëtrek 
or Kmpur wuJtan for the flne lime mized in the lirih for chewing, etc. Von de WaU, 
Malay Dict, p. 480 a. As the old Ja^anese did not eement their boildingi, which wnt ail 
bnilt of bamboo, wood and palmleayes, they, probably, learnt the mortar firom the Hindu^ 
who colonized Jafa, and confonnded it with the camphor called Kappéro by them. 



THB SBCBBT OF THK CHINKSK MKTHOD BTC. 253 

The transcriptiou |:(^ J^ pi'klu is that of the Pâli-form Bhikkhn^ 
rather thau that of the Skt. Bhikahu. 

Likewise iu ^ ij^ ^ j:^ p'a-tH-sat-fo we hâve the transcription 
of the Pâli-form Bôdhiaaiio^ and not that of the Skt. Bôdhisattvay 
se that Julien's statement in uo. 2025 that to représenta iva in 
Bôdhisattva is incorrect. ^^ ^ nip-poan and ]^yg ni-p'an are 
Qot transcriptions of the Skt. nirvâiia^ but those of the Pâli A^tMâ/«a ; 
^ ^ Wi ^^'l^*^'P*^ ^ "^^ ^^^ transcription of the skt. utkshêpa^ 
as Julien (nos. 1318 and 515) fancied; but that ofits Pâli équivalent 
ukkhêpo^ and so in hnndreds of other cases. 

Due regard has to be paid to this fact, in order to enable the 
student to trace back to their real form the chinese transcriptions 
of Indian words. 

In publishing this paper, I hâve onlj had the intention to 
fulfiU Julien's wish, expressed in page 35 of his Méthode^ ^^that 
^'other philologuas, availiug themselves of the entirely new materials 
^^for studj which I offer to them, maj continue the laborious 
^^enterprize which has occupied me for more thau fifteen years, and 
"may succeed in still more extending and enlargiug the road which 
'*I hâve been the first to open*\ 



Errata. 

P. 09, Une 8, for lu^sz read tu-az. 

> 103, > 19, > where in read wherein* 

> 103, > 19, > represent read represented. 

> 113, » 7, * lao read lo. 

> 123, > 16 and 17, for Rakshas read Lakslia, and for ^ read J!^ . 

17 



VARIÉTÉS. 



^OD^i 



Le rapport annuel de la China Asso- 
ciation présenté à Londi*es le 9 avril 
1900 renferme les renseignements inté- 
ressants qui suivent sur Tétat actuel des 
chemins de fer en Chine: 

« The rush for Concessions having, in 
the meantime, somewhat subsided, it 
may be convenient to review the situa- 
tion ; and a raap has been prepared to 
show the railways actually built, in 
coui'se of construction, or projected. It 
shows: — 

(A) Railways completed and working — 

1. The Impérial Chinese Northern Rail- 
way from Peking to Tientsin and 
Shanhaikwan (with extension to 
Sinminting and Newchwang nearly 
completed). 

2. Peking to Paoting-fu (built by the 
Chinese Government,but incorporated 
as part of the Lu-Han line). 

3. Shanghai to Woosung (built bythe 
Chinese Government, but to be in- 
corporated as part of the Shanghai- 
Soochow System). 

(B) Railways in progress or projected, for 
which Concessions hâve been granted 
to: 

i. Japan — for railways 

(a) from Sôul to Chemulpo, and 
(6) from Sôul to Fusan, in Korea. 



2. Rusna, for the so-called Chines^ 
Eastern Railways in Manchuria. 

3. The Russo-Chinese Bank for a line 
from Cheng-ting (a station on the 
Lu-Han line in Pechili) to Taiyuen 
the capital of Shanse. 

4. A Franco-Belgian Syndicate for a lin< 
(known as the Lu-Han) from Pekinf 
to Hankow. 

5. An American Syndicate (which h 
agreed, since, to share its interest 
with the British and Chinese Go 
poration) for à line from Hankow 
Canton. 

6. Germany, for a Rail way Triangle 




from Kiaochow to Tsinan, Rîaocho^ 
to Yi-hien, and from Tsinan to Yi 
bien — in Shantung. 

7. An Anglo-German Syndicate for = 
line from Tientsin to the Yangtsza 
opposite Chinkiang. 

British Interests. 

8. The British and Chinese Corporatioi 
for lines: — 

(a) û'om Shanghai to Soochow an< 
Nanking. 

(b) from Shanghai to Hangchow^ 
with possible extension top^* 
Ningpo. 

(c) from Pukou (opposite Nanking^ 
to Hsinyang, a station on th^ 
Lu-Han railway, in Honan. 




VARIETES. 



255 



(d) from Canton to Kowloong. 
K The Peking Syndicate for lines: 
(o) from Taokow on the Wei River 

to Weihwei and Tsechow. 
(h) from Tsechow via Honan-fu to 
Siang-yang on th Han River. 

P'rance for lines from: — 

O) Pakhoi to a point not yet 
deterrained on the bank of the 
West River (presnmably Nan- 
ning). 



(6) Lungchow (on the frontier 
of Tong-king) to Nanning or 



(c) from the frontier of Tong-king 
(presumably Laokai) to Yun- 
nan-fu. 

(d) Kwangchow Bay, across the 
neck of the peninsula, to Om- 
pu. 

The list is imposing, but many of the 
projects still remain dormant.» 



NÉCROLOGIE. 



Alphonse MILNE-EDWARDS. 

Nous avons le très- vif regret d'annoncer la mort de cet illustra savant décédé 
le 21 aviil 1900, en son domicile au Jardin des Plantes, Rue Guvier N*. 57, à 
rage de 64 ans. Il était Vice-Président de TÂcadémie des Sciences, Directeur 
du Muséum d'Histoiro Naturelle, Professeur à TEcole de Pharmacie, Membre 
de r Académie de Médecine et de la Société Nationale d'Agriculture, Président 
de la Société de Géographie. Il était fils du grand naturaliste Henri Milne-Ed- 
wards et de la fille du général Trezel, ancien ministre de la guerre sous LfOuis- 
Philippe, et neveu du physiologiste William-Frédéiic Edwaids; son grand-père 
paternel, le colonel William Edwards, riche planteur de la Jamaïque, avait ea 
vingt-neuf enfants. Milne-Edwards est né à Paris le 13 oct. 1835. Son caractère 
droit, sa grande bienveillance non moins que sa science profonde lui avaient 
conquis Tainitié de tous ceux qui le connaissaient, aussi peu d'hommes ont laissé 
derrière eux autant de regrets sincères. Les beaux voyages de Tabbé Armand 
David lui avaient fourni les éléments des travaux importants qu'il a consacrés 
à la zoologie de TEmpire de Milieu i). Henri Gordier. 



1) Note sar le Mi-hu, ou Saeu-pou-tiang, mammifère du Nord de la Chine, qoi con- 
stitue uDe section nouvelle de la famille des Cerfs, par M. Alphonse Milne-Edwardt. Pré- 
sente' à l'Académie des Sciences, le 14 Mai 1866. {Ann, des Se. Nat., 5* S., Zool. el Pkl., 
II, 1866, pp. 880—2.) 

— Observations sur quelques mammifères du Nord de la Chine par le même, (/^m/., 
VII, 1866, pp. 87B-7; VIII, 1867. pp. 874-6.) 

— Note sur quelques mammifères du Thibet oriental par le même. (/fcW., XIII, J870. 
p. 18.) 

— Recherches pour servir à Thistoire naturelle des mammifères comprenant des eon- 
sidérations sur la classification de ces animanx par M. H. Milne-Edwards, dea obtenratioM 
sur l'hippopotame de Libéria et des études sur la faune de la Chine et du Tibet orieatal» 
par M. Alphonse Milne-Kdwards. Taris, 6. Masson, 1868 à 1874; 2 vol. itt-4. Tome I; 
texte, pp. 894. — T. Il, atlas (105 planches). 



NECROLOGIE. 257 



Adrien Bené FBANCHET. 

Ce botaniste distingué, assistant-naturaliste au Muséum d'Histoire naturelle 
^B8t mort à Paris, le 15 février 1900. Il était né à Pezou (Loir et Cher) le 21 
avril 1834. 

Triste coïncidence, il est enlevé à la science pi^esque en même temps que 
M il ne-Edwards. 

La plus grande partie des travaux de Franchet sont consacrés à la Chine et 
au Japon ; on en trouvera la liste pp. 935 — 940 de History of European 
Botanical Discoveries^ par E. Bretschneider. Nous ne citerons que deux de ses 
ouvrages les plus importants dans lesquels il a étudié les plantes recueillies en 
Mongolie et dans la Chine septentrionale par M. Tabbé Armand David, de 1h 
Ck>ngrégation de la Mission, et au Yun-nan par Tabbé Jean-Marie Delavay, de 
la Société des Missions Etrangères *). Henri Cordier. 

Louis GAILLABD. 

On nous annonce la perte regrettable télégraphiée cette semaine (mai 1900) 
du P. Louis Gaillard, S. J., qui a donné dans les Variétés Sinologiques, N^. 3, 
Croix et Swastika en Chine, 1893, et qui avait plusieurs autres travaux ira- 
portants en préparation. Le P. Gaillard, H^ Fang, était né le 14 juillet 1850 
et il était arrivé au Kiang Nan le 20 oct. 1885. Henri Cordier. 

Nicholas J. HANNEN. 

Sir Nicholas J. Hannen, «Chief Justice of the Suprême Court for China and 
Japan» depuis 1891, est mort à Tâge de 58 ans à Shanghaï le 26 avril 1900. 
Fils de James Hannen, de Kingswood Lodge, Dulwich, et frère de Lord Hannen, 
il a été élevé au Collège St. Servais à Liège, à la City of London School, et à 
University Collège, Londi'es. Il était arrivé en 1868 dans TExtrême-Orient. 11 
avait été en outre Consul Général à Shanghaï de 1891 à 1897. Henri Cordier. 



l) Plautae Davidianae ex Sinarom Imperio M. A. Franchet, Attaché à l'herbier da 
Blaaeam — Première partie. Plantes de Mongolie do Nord et do Centre de la Chine. 
Avec 27 planches — Paris, G. Masson, 18S4, gr. in-4, pp. 390. — Seconde Partie. 
Plantes da Thîhet oriental (pro?ince de Moupine). Paris, G. Masson, 188S, gr. in-4, pp. 
884. 16 pi. 

— Ptamtae Delavayanae. Plantes de Chine recueillies an Yonnan, par l'abbé Delavay 
et àéonXe» par A. Franchet, Attaché à THerbier du Moseam. Paris, Paul Klinoksicck, 
1880—1890, 2 vol. gr. in-8. 

Il afait également décrit les plantes de la Mission Dutreuil de RhinB(cf.Grenard, III). 



888 



»ECl£ÛLO@II9. 



V. P. VASILIEV, 



1 



Le professeur Vasili Pavlovitch Vasiliev, doyen des tiinologues, est mon "a 

St* Pétorsbourg le 27 Avnl/10 Mai 1900. H était né en 1818; après avoir ft^^\t 
ses études au gymnase de Nijni-Novgorod, il entra h seÎKe ans à rUitiverBi ^âtè 
de Ka^an où i( fut reçu licencié, gi^^ à sa grande précocité^ trois années pi ^^ us 
tard (1837)* Adjoint {1839) à la Mission Ecclésîastiquo russe de Peking^ilpi 
dans la capitale de la Chine onze années consacrées à Fétude En 1851, il U 
nommé professeur de chinois et de mandchou à rUnivei^ité do Kazan. En lB5-^^ë5, 
ii était ti'anaféré à la Faculté des Langues Orientales de St. Pétersbourg dor 
j] fut le doyen pendant quinze ans (1878—1893). Il a été nommé membre ^- 
l'Académie impériale des Sciences de Saint Pélei'sbourg en 1886, 

Depuis longtemps Vasiliev ne voyageait plus: je ne Tai pas i^vu depLo^uji' 
1881, époque à laquelle il était allé au Congrès des Orientaliste tenu à Ber^^BJo 
et àioh il était venu Jusqu'à Paris» Il restait Tun des derniers d*une générati 
qui a compté parmi ses njoinbres Bernbardt Dorn, Brosset, Ant> SchiefnerHi e= 
pour ne parler que des morts. 

Son principal ouvrage est consacré au Bouddliisme ^), au sujet duquel M. 
Dr. E. Bmtschneider m'éciivait il y a quelques années^ 

M ht prt^micT Tolumé, publia en 1857, contient uti aperçti àû HinayâHa^ &^ Bo^dàUm 
primitif et du MahafanA on Mystiïtisme boodilhiqu^p aveiî des f;) Uti on» tirées cJa k li 
rature boDddàiqiiâ «îbinoiifl. Ce remHrqa&ble trtfAil peut Aarvir de peadtat à Vlmtrodmf^ 
de Burnouf, qui traite |>rmHpRlei]ietit du Bouddbiame du Sud. 

* Ijc ipcoad volume qui n'a ps» encore paru, contiendra Jéi dopues bouddhiques 
poiéi diDS UD commentaire du dictionnaire terminologique M&.hasioupatêL Ce dictionaa 
se ironvÊ cûmpiia dans U seconde paHÎQ du rc<;oeiL de Livrea bonâdhiques, en langue tî^ 
Uine, connue tous Id nom de Kandj&UT. 

« lie traiiième volume, qui a d^'à paru (1873) contient T histoire du bouddhisme àm 
l'Inde. Ceit une traduction de l'ourrage do lama tîbét&m Barauata. Ijt contenu de 
traita ne correspond pas eiactemeni ^ ce qno promet le titre, les coraroenUires étant la 
lerréi, et let termei bouddhiques étiat real^ in Intel ligtblea pour le commun dea le<;t«itr^^-^jH 

Ce livre a été traduit en allemand*) et en fmnçais*}. 

Au point de vue linguistique^ Vasiliev a étudié d^une façon spéciale les cnractèff ^^^'^ 
chinois dont il a donné un système graphique*), publié une chiBsloraathiecB'-^^^'^ 
noise*) qui a eu trois éditions^ la derniét^ avec une préface de M. le Pr — ^ 'ï*'' 
lvanovsky«), un aperçu de l'histoire de la littérature chinoise^), une chi^eslp^ -^^**^ 



Isat 

s ce 
iîcp 



roathte ^) et un dictionnaire ") mandchous^ des mémoiL^ee sur le mouveme 
mahométan ^^) Bt sur la géographie du Tibet "), etc* *^) 

Enfin dans les dernières anné^ il a eu sa part dans le déchiffrement d 
inscriptions de TOrkhon en tradui^nt l'inscription chinoise du monument • 
Koâcho-zaidam. **) Henri Cobi>1£IU 



^eat 



WËGROIXKIfB* 



^plSHle^ cu^iiiieHie B, BâiMi4beua... C-OeTepÔ,, 1867, in-S, pp* xiE — îiB6, 

— H«rni Tr^fei^r Wns^îl^jew'i Vorrede tu >emcr fQ&sÎM^heii D benêts an g von Tlrt- 
nltWi Gesohîtrhte des Buddbiamua in [ndien, deutâcb mltgetbcilt von h. Schkfner. — 
Hichtfwg ea der deaUchen DberscliîttDg TârttDâth**g. St. PelenbuPg, 1869, Cominiiiio cuire 
dtr ktiaerHeheii âkideiiitc der WisMnschftflen, în-S^ pp> 3S« 

— Dîe Anf den Eaddhismas be^ugUchen Wcrke der UnîyerBitiitirBlblLDlhek lu KiMHi» 
Voo W. WftiMljeir. {Méianget ÀJtmtiqv^^M, II, St. Petertbourg, 1856). 

2) Der BqddhUinua, aeine DogmeOp Geicbicble uod Literatur, von W. Waisiljiïw, 

Pn»f(»sor der ebineskchen Spmebe an der K&îaerUcheti Univcrallat m St. Fetersburg^ 

Ërster Tbeil: Âligemeloe Ubcirsîï^bt; ans de m Hui«i«cbei] ûbera^Ut. St FeNr^barg, 1860, 

m-8, pp, xv^SSlp pir A. Schiefner. 

Article de Barlbélemy SL Hiliîr«, Jmnmt deê Samith Fer rie r 1861, pp. 
05^77. — itffptftf Genmmiquet 1860, Dec. 31. — Schiiifoer, Méiau^ft A^iatiquer, 
11. — Heofcj, Gi^tfift^^r Oeli-ÂrU Ans^fHt 1859, Fcv. 

8) Le Bouddhiime, «a Dogmes, son Hiatoire et m LUte roture — Pramièrâ Farik* 
^Aperçu Géoér»! par M, V, Va^BtliefT Profe&aeur de langae cbmmae k rUaîveriîtf impériale 
«le Saint- Fctertboarg — Traduit du Eaaae par M* G. A. La Comme Décore de la Mé- 
daille de Sainte^ Il él^be et prcc«<i^ d'un HlscotirB préliminaire par M. Éd. Ldbotilijep 

B^tembre de l'Initltut — Parla, Anguate Durand [et] Y-' Be^. Duprat... 1865, iii-8, pp« 

3tXXVI— 362. 

4) rpâtfïH^ecKaH CHCTeMa KuTariCKHib iep0rjii<l>oiïii. St Péteribourg, 18B6, br, 
îo-8, pp. 36. 

Elirait du Journal de tlmMÎmciion ptéiiqu^, 

— rp«(|^ii4ecitafi GHCTeita KiiTaâciitiib lepor^u^fKïD'b OtittcTb Ei6|ia40 KHT«i^cKO* 

PyccKaro doiwpff. C-FIeTepC., 1SG7, în-fol , lîtbog , pp. éS6« 

— Les Pbonfiti(|iiea ebinois d if posés d'après le sjralème graphique par W. Waaaîlieff, 
ProFeaseur dâ la langue Chiaoïie & rUnîvertité de St.-Prfter*bourg. — Saint- Fuicrabourg. 
1857» In-B, l f. préf. ^ 2 ff. teite chinois 4- pp. 23 texte ehinoia 

— Ana.iKJT> KHTaHi'KHn. lcF04Jii(J><JD"i' CocTaB^eti, 3AH pyitoBoACTiîa CTy4eH' 
■fDBii npo4»e<^c. C. II40 ytiMuepeHTeTâ Baciiitbejihiiiii, — C\ fleuefiS. 186£. in-S, pp. 
91 mntograpbiée^. 

— AHa^ii^b Ktirafk-KHXb iepoiBtKfHJifb qacTh 2^ — 3,ieMeiiTU KHTaireKoâ iincb. 
Meaiiocu n(Hïf[»ecco|>fl B* Baciijb«ua. — C.-neT«p6., 1884, gn in-S, pp. ttt— 92 + 7 
pi. antog. 

6) npHMSHaHiH na Tperifi BbinycKb KtiTailcKoit XpecTOMSTiH npo4*ectopa B«c- 
E]>ii»eii4 — Ilepeuo^b u to^iitoiiafiLH lUti llsuua — C.-IIetepô., IflSS, gr. in^S, pp. 
Jtï-IBO. 

^ npiiBil^iaHÎfl Kb riepuoMy Buti^CRy KiiTaMcKoâ XpecTOMaTiii npo4>cccupa 
Bé Bacu^ibf^Ba. ^— C, IleTepô,^ 188S, gr. iîi'8, pp. 143 4* 1^^ P- ^^ ^^^^ ehinoia. 

6) npKMTiMaflîfi i^b iiepuoMy iibiiiycKy KATaftcKoâ XpecToMarm. nFo4>eccopa 
B. BacH.ïbeita. — C nt!Tep6,, 1897, gr. m-8, pp. 11— 143, 

Préface datée ; St. Péterebourg, 17 mars 1397 et algnée A. O. IL [IvanoTsky], 

7) OH'^pKb HcTopiu KttTaHCKoii yîiixepaTypbi — B. 11* Bacii4beua. — (Ibb 
"Bceo6utefï tiGtopltt /lHT«t>aTypbt", Ha^âoaeMoll B, 6. KoprueMb u E.yL FuiCKtïjWMb). 
— C. ïlerepe., 1880, in-S, pp. 163. 



260 5ÉCROLOGIB. 

%i JI«HkSAT|<&aR XpHCTDsiaTifl xifl flffkW'Ba^ia.ibaaro IlpefiojaBaBia. corra- 
BuKABAfl flf^^. C. Ilrreffo. yHHB«pcirrrTa BaciLibesuirb. — C. neTvpâ., IMS, w-8, 
n- »*- 

Texte MtBiefcM. 

9/ MaHbHSj-pcKo PjcCTiifi CfvBapb corTaB.fcflHuA xm pjKowurna Cry^eoTovk 
flfio^f*. C3HKTiKTe|io. yHHBepcHT. B. BacH-ibcsuMb. c. OcTcpo. 1866 r^ î»-8, pp vu 
-h IM à 2 coi «atog 

I0> O jBBJbeBÎH MarosieiaHCTBa v¥ KaraS. — Ilpo^ercopa Baca^beaa. — 
C-nenpe.. 1S67. \m^ pp. 30 4. 1 S p. de texte» ckiMb. 

11) reorpa4H" TM6era nepeBoji» im» THÔcrrKaro cohbhmm Mnib<iKj.rb Xyry- 
KTU. — B. Bac&jbeM. — Jo.ioseBo v¥ sarKjtanÎH lIcropiiKo^ f.MLiorB«iecKaro 
0r4S.feflifl I8S9 r. — CaHK liercpô., 1S96, io^, 8 pp. ■. ck. + pp. 9ft. 

12) llrropiii M JpeBBocTH BocroHHoii "tacni qie^BeB .iuB. ot¥ X «!|o XIII 
B-CKa. ci> npBjoxeflieirb iiepeB04a KflrafiicKBxi» HarBcrîii o KB^aaiixi»^ xsyppyse- 
Hflxi» M MOflrojo-TaTapaxi». — B. BacH^ibcsa..^ CaSKitcrepo. 1857, îd-S. pp. 885. 

— BocfioMHHaHiii o neKHHS. — CraTbH npo(|>ecco|Mi BacB^fMaa. i»-12, pp. 48 
[St. Pétenboarg, 186r. 

— PyccKo-KirraAcKie TpaKTaTM. iB-12, pp. 61 [Par VasilieT,St Péteriboarg, 1862]. 

13) Die «Itt&rkisckea laschrifteii der Moagolei. Yoo W. RadIoC Ente Liefeniii|$: 
Die Denkailer yoo Koecho-aidaBi. Text, TraoHcription oad Cbersetxaag. St Petenbarg, 
1894, br. gr. in-S, pp. 83. — Zweite Lieferaag: Die DeokMler tob Koaeho-iaidam. 
GlotMr, Index and die Ckineaiicken Inscbriften, ôbenetxt yob W. P. Waanljew. St. Peten- 
bnrg, 1S94. Cobdi der Kais. Ak. der WitKnsckaften. br. gr io-8. pp. 83 à 174 et 8 pi. 
de chinois pour let monaments de Kûe-Tegin et de Me-ki-liea 



UBCBOLOGIR. 



261 



O'IÏGVÎNH^KY ±l5iJ5tiE- 



Fetrus TRV'i 

Ce célèbre lettré aunomite est mort en septembre 1898 et c'est par un oubli 
regmttable que nous avons négligé de signaler alors cette gi-ande |>erte, IL a 
été enten-é !e mardi 6 sept à Choqyan. Un conieiller indigène, Tran-WTho, 
a dit un dernier adieu au vieux prafesseur et nous exti-ayons de son discours 
las quelques ii^nseignements anivants: 

«Poussé, dès sa jeunesse, par un attmit iri^isttble, vei-s Tétude du Français, 
Pétru$ Ky avait acquis une complète connaissance de cette langue, qu'il mit 
vaillan] nient au servïce de fa France au début de la Conquête. 

«tPraferoeur h l'Ecole des Stagiaires, il a contribué, à c6té des Philastre et 
des Luro, h former ce remurqunble corps des Administmteurs dont plu si eu ns 
furent ses amis et qui conserveront longtemps le souvenir de leur premier 
professeur. 

«Par ses traductions des pnnclpanx auteurs annamites et chinois, t1 a puis- 
samment aidé à la vulgaiisation de la langue annamite et, jusqu^à son dernier 
moment, il était hanté par l'idée de faire paraître «es derniers travaux litté- 
raires, enti-e autres, la traduction du dictionnaire de Littré 

«Choisi par M. Paul Bert comme intermédiaire à la cour de Hué, il sut in- 
spirej* au roi 0ong-Khanh le goût du Français, et sous son habile dii-ection, 
FEmperenr d'Annam commençait bientôt à bégayer les premiers mol? a iïectueux 
à Tadr^se du représentant de la République. 

«Les aptitudes pédagogiques de Pélrus Ky t ni ont valu les palmes académi- 
ques, et la confiance quHl a su inspii-er à nos Gouverneurs Ta fait élever au 
rang de Chevalier de la Légion d^bonneur». 

Le Ckiurrier dé Saigofi dn mercredi 7 septe 1898 a donné le compte- rendu 
des ob^qnes auxquelles assistaient des personnages marquanUt indigènes et des 
délégations officielles arrivées de tous les coins de ta Cochinchine, 

Le bagage scientifique de Tru*o'ng Vinh^Ky est considérable: une grande 
partie de $es ouvrages est consacrée à renseignement de la langue'); il a 
traduit le ^ ^! jË^ San Tseu Kim/ ^) et d'autres livres élémentaires; ^) ainsi 
que des poèmes^; et des contes })opulaii'es ^) annamites ; il a également donné 
une version annamite des DQ ^ St- Chûu^ mais on a au tographié seulement 
le Ta HiQ% le TchQumj Youn*j^) et une partie de Meng T-seti^;-, j'ignore 
pourquoi la publication de la fin de Mmtj-Tê^u et celle du huefi^Yu a été 
an-ètée par le gouvernement; Petrus Ky a également consacré de petits ouvra- 
gée à rbistoire"; et à la géographie '"j de la Cochinchine; il a aussi publié une 
série de tracis **) ti^è» courts sur des sujets Irê^divers, etc, '*) 

Malheureusement pour les étrangers en général et les sinologues en fiarticu- 
lier, beaucoup de ces livi'es ne contiennent ni traduction rrançaise, ni caract^i-es 
chinois, mais seulement hi trauecription en quô'c ngû' ^ ^u - 



262 KécBOLOOIB. 

^) Abrégé de Grammaire annamite. — P. J. B. Tra'o'ng-vînh-k^. 
Saigon, Imprimerie impériale, 1867, gr. in-8, pp. 131. 
Qao*c ngu, sans caractères. 

— Grammaire de la Langue Annamite par P. J. B. Tru*o'ng-Yfnh-k^. 
Saigon, G. Guilland et Martinon — 1883, in-8, pp. 304. 

— Cours de langue mandarine ou de caractères chinois par M. 
Petrus Kf. Saigon. Collège des Stagiaires... in-fol. autog. 

— Cours pratique de langue annamite par M. P. J. B. Tm'o'ng 
YÎnh k;^. Directeur et Professeur du Collège des Interprètes. SaigOD. 
Imprimerie Impériale. 1868, pet. in-4y pp. 69. 

Quô'c ngô. 

— Cours pratique de langue annamite par M. Petrus Ky. Saigon. 
Collège des Stagiaires, 1874, in-fol. autog. 

— Meo luat day hoc tieng Pha-Iang-sa. — Tôm \si rtn van 
de day hoc trô mô'i nhâp tru'o'ng. P. J. B. Tru'o'ng-YÎnh-ky... 
Saigon, Ban in Nhà Nu'o*c. 1869, in-8, pp. 55. 

Sans caractères chinois. 

— Meo luât day hoc tiéng Pha-lang-sa — Tôm 1^ rtn vân de 
dçy hoc trô mô'i nhâp tru'o'ng eu' hoi dông câc quan coi l^i 
P. J. B. TruVng-vînh-ky. Paris, Challamel aine, 1872, in-8, pp. 56. 

— Manuel des Ecoles primaires ou simples notions sur les sciences 
à l'usage des jeunes élèves des Ecoles de TAdministration de la 
Basse-Cochinchine par P.-J.-B. Tru'o'ng-vînh-kjf — 1^^ volume: 
V syllabaire quô'c-ngû*; 2^ histoire annamite; 3^ histoire chinoise. — 
Saigon, Imprimerie du Gouvernement. — 1876, pet. in-8, pp. 364 
+ 1 p. n. ch. p. 1. er. 

quô'c ngû', sans caractères chinois. 
...Petit Dictionnaire français-annamite par P. J.-B. Tru'o'ng-vînh- 
kjf... Saigon. Imprimerie de la Mission, à Tân-Dinh. 1884, pet. in-8, 
pp. Il— 1192. 

quô'c-ngfi', sans caractères chinois. 

— f§i $ ^ j^ Vocabulaire Annamite — Français-Mots usuels, 
noms techniques, scientifiques et termes administratifs par P. J. B. 
Tru'o'ng-vînh-ky... Saigon, Rey et Curiol, 1887, in-8, pp. 191. 

quô'c-ngû', sans caractères chinois. 

— Guide de la Conversation Annamite — Sàch tap nôi chuyéii 



HFXïHOLOOlK. 



263 



tiéog Anuam va tièng Langsa. Par P. J, B, Tru'o'Dg-vîiih-ky... 
SftîgODj C. Guillaad et MartiDOn — 1882, iii-8, pp, 116 -j~ 1 f* n* ch, 

QuÔ'c ngû', sana caractères chinois, 
— G aide de la Couveraation annamite — Sâcb ïâp Nôi Chuyeû 
Tîéng Âonam va Tiéng Phangsa par R J. B, TraVng-TÎnh-kjf. 
2* édition,., Saigon^ C, GuiUand et Martiuoa, — 1855» in-8, pp, 
112 à 2 coL + l f. n. ch. 

Quô'c ngn\ sana caractères chinois. 

^ ^JJ ^ ffl ll^ y^* ^9*^ ^à,n tan — moi hoc hdi hén — Nouveau 
étudiant demandant station, lieu de mouillage, in-foL autog., pp. 72. 
Par R Tru'o'ng Vmh-kif. 

-^JJ^f^'^^^MW S^' Hoc nin tau Quô'c ngfi' dién 
ca Répertoire pour les nouveaux étudiants P. J. B, Tra^o'ng*vïnh-k^.- 
Saigon, C. GuiUand et Martinon — 1884, iii-8, pp. 36. 

') H ^ JË S ^ ;^K ife Tarn Tu' Kioh Quô'c ngû' dien ca 
Le Tara Tu' Kinh transcrit et traduit en proseet en vers annamites. 
P. J, B. Tru'o'ûg-vÎDh-kjf-, Saigon, C, GuiUand et Martiuou — 
1884, in-8, pp. 47. 

Qud'c ngû* et caractères. 

') ^ ^ ^ ^^ ^ Tarn thièn tu^ giài âm — 1^^^^ 
Tçt' Hoc Toât Yen — Livre élémentaire de 3000 caractères usuels, 
avec traduction en annamite vulgaire, transcrit en Quô'c ngfi' et 
traduit en français par P;-J.-B, Tru^o'og-vïnh-kjf.,» — Saigon, Rey 
et Curiol — 1887, in-8, pp. 71. 

*) Poème Kim-vân-kièn Truyçn Transcrit pour la première fois 
en quô'c-ngû' avec des notes explicatives, et précédé d'un résumé 
succinct du sujet en prose par P.-J,-B, Tru*o'ng-vînh-ky, — Saigon 
Ban in Nhà Nu'o'c 1875, pet. in-8, pp. 179. 

_ m L ^^fllj'f^ Lue-Vân-Tiên Trtirjèn — Poëroea po- 
pulaires annamites transcrits en Quô'c-ngû\ précédés d'un résumé 
analitique du sujet de chacun par P, J.-B. Tru*o*ng-vinh kj^ ^ ^t 
5^^ wE ~ P^^ ^ 0,15 — Saigon Imprimerie Aug. Bock — 
1889, in-12, pp. 79 + pp* 2 n. ch, 

— N*^ 2. ^ ^ ^ Phan Tidn Truijên — Poèmes populaires 
annamites transcrits en Quô'c ngû', précédés d'un résumé analytique 



264 HKCIOLOOIK. 

du sujet de chacan parP. J.-B.Tra'o'ng-TÎnh-kt ^ dt $^ ^ lË 

— Prix § 0.10 — Saigon Imprimerie Aog. Bock — 1889, in-12, 
pp. 45 + 1 p. n. ch. 

') ChuTêa Do*i Xo'a La*a nhôa lây iihfi*iig chajêa hay rà c6 ich 
Contes Annamites P. J. B Tra'o'ng-TTnh-kt... 3* Édition. — Saigon, 
C. Gnilland et Martinon — 1883, in-8, pp. 66. 
QaôVngû'. 

~ ^ ^ ^ Chuyen Btfi xua /ar a Nhén laj nbfi*ng chuyén bay 
Ta co îch Contes annamites par P. J. B. Tni*o'ng*Tinh-ky.«. 4* édition 

— Saigon, Aug. Bock — 1888, in-8, pp. 66. 

•) -k^M^M^ î°-f^>- autographié, pp. 89. 
Préface en finançais signée P. Tm'o'ng Vinb K^, Saigon, 5 oci. 1877. 
Qaôc-ngfi* et caractères. 

— Ta Hio. — Texte chinois, mot à mot en annamite Tolgaire, 
transcrit ensuite en langage correct, et transcription en langue 
mandarine annamite. 

^) L'inTariable Milieu transcrit en caractères latins et traduit en anna- 
mite Tulgaire par M. Petrus Ky. Saigon Collège des stagiaires. 1875. 
-- ^ M H # ^ 1^ ^°*'^^' autographié, pp. 205. 
Préface signée P. Tru'o'ng-Tinh-ky. 
Quô'c-ngû* et caractères. 

On lit le note suiTante sur le titre de l'exemplaire de rfSoole 
des Langues Orientales Tirantes, GG. II. 89: 

cjusqu^au chapitre Van chu'o*ng, 5' liTre. le reste ainsi que 
les Entretiens de Confucius sont en manuscrit; leur autographie 
a été suspendue par l'administration >. 

*) Cours d*histoire annamite à l'usage des Ecoles de la Basse- 
Cochinchine par P.-J.-B. Tru'o*ng-Tinh-ky. — l** Volume, com- 
prenant les première, deuxième et troisième époques historiques jus- 
qu*k la seconde dynastie de Lé, de 2874 aTant Jésus-Christ jusqn'en 
1428 de Tère chrétienne. — I'* Edition. — Saigon. Imprimerie da 
GouTcmement. 1875, pet. in-8, pp. 184. 

— 2* Volume, comprenant l'histoire des dynasties de Lé, 

et de NgUTt-n (cinquième et sixième dynasties de la 3' époque his- 
toriques. 1428—1875. — 1"^ Edition. - Ibid., 1877, pet. in-8, pp. 278. 

Il y a des exemplaires qui portent, quoique l'histoire soit continuée 
jusqu'en 1879: 



HKCROLOOIE. 



265 



2* Volume, comprenant l'histoire des ilyuasties de Lé et 

de Ngayt^D (cinquième et sixième dynasties de ta 3' époque histori- 
que). 1428 — 1862. — 1" Edition, — Saigon, Imprimerie du Gou- 
vernement 1879, pet, in- 8, pp. 278. 
En Français. 

- {)^-nam cuô'c Su* kî iliên ca — Transcrit en quô'c ngû' 

pour la première fois par P.-J.-B. Tru'o'ng-vinh-ky. — Saigon Ban 

in Nhà Nu'o'c 1875, pet. in-8, pp* vni— 58, 

Transcription d'uue histoire annamite en vers, écrite e a 1860 
par le mandarin Lè-ngô-eat, chargé de la rédaction dé8 annales 
de l'Annam aous le règne de Tu' du'c» 

^") Petit Cours de Géographie de la Basse*Coehin chine par P.-J,-B. 
Tru'o'ng-Tinh-ky, — 1^* Edition. — Saigon Imprimerie du Gouver- 
nement. 1875^ pet. in*8, pp. 51. 
En Français. 

- H ^ ^ ^ D^' ^^ Thuyet Lu^rc. Précis de Géographie. 
Par R-J.-B. TruVng-?inh-ky. Tan Dinh. (i^ai gou.) Imprimerie de 
la Mission. 1S87, Propriété de la Mission, iû-12, 1 f. n, ch. -|- pp, 
110. Cartes françaises en couleurs. 

QnôG ngfi, saus caractères chinoia. 

'-) Û t^lÈ^ti^M ^^y^g^ ^^ Tonking en 1870. ^ Chayéu 
m Bâc-ki nïim 'Ât-Ho4 (1876). P. J. B. Tru'o'ng-vlnh-k^... Saigon, 
C. Guilland et Marti non, 1881, in-8, pp. 32. 

QuôVngû', 

- 5i:i^#l&TMit TruVog^LuVng Tùng Xîch^ 
t5ng-tii du phiî. — H e traite et Apothéose de TruVng-Lu'o'ng — 
P, J, B, Tru'o'ng-vïnh-k/... Saigon, G. GuiUand et Martinon, 1881, 
iû-8, pp. 7. 

Ibid. 

- 5i ^ fl ^ Tru'o'ng-Lu*u-VIâu Phn, — Apologie de 
TruVng-Lu'o'ng — P. J. B. Tru'o'ng-vmh-k^... Saigon, C. Guilland 
et Martinon — 1882, iû-8, pp. 17, 

Ibid. 

- * ^ ^ JH ^ >^ S ^ ^ ^ # Cô' ^^^'^"^^ p^^°g" 

canh vinh Gia-Dinh tbdt thii vinh — Saigon d'autrefois — P* J, B, 



1 




266 NECROLOeiE. 

Tru'o'ng-Yinh-ky... Saigon, C. Quilland et Martinon, 1882, în^, 
pp. 12 + 1 f. n. ch. 
Ibid. 

— ^ ^^M,W^^ Ki™ 6ia-Dinh phong-canh vinh — 
Saigon d'aujourd'hui — P. J. B. Tru'o'ng-vinh-ky... Saigon, C. 
Gailland et llartinon, 1882, in-d, p. 11. 

Ibid. 

— Chuyên khôi-hài. — Passe-Temps — P. J. B. Tru'o'ng-TÎnh-k^ .. 
Saigon, C. Guilland et Martinon. — 1882, in-8, pp. 16. 

Ibid. 

— 5^ JSL j^ Eiép Phong-tràn. — ËYènements de la Vie par 

P. J. B. TruVng-vînh-ky Saigon, C. Guilland et Martinon. — 

1882, in-8, pp. 10. 

Ibid. 

— ^ Kl NQ'-tac. — Devoirs des Filles & des Femmes — 
P. J. B. Tru*o'ng-Ylnh-k^... Saigon, C. Guilland et Martinon — 
1882, in-8, pp. 27. 

Ibid. 

— ^ ^ Pft gi Tho' me day con. — Une Mère à sa Fille 
— P. J. B. Tru'o'ng-vinh-k^... Saigon, C. Guilland et Martinon, 
1882, in-8, pp. 12. 

Ibid. 

— # Pft fê ^ Tho' day làm dau. — La Bru. P. J. B. Tru'o'ng- 
Yinh-k;^... Saigon, C. Guilland et Martinon ~ 1882, in-8, pp. 13. 

Ibid. 

"" -^ ® Bat cu'o'ng. Cho' cu'o'ng làm chi. — Fais ce que dois, 
advienne que pourra, par P. J. B. Tru'o'ng-vînh-k^... Saigon, C. 
Guilland et Martinon — 1882, in-8, pp. 8. 
Ibid. 

— ^|| ^ ^ Huân nû' ca, cùa E)ang-Huinh-Trung lÀm. — 
Défauts & qualités des Filles et des Femmes — P. J. B. TruVng- 
▼inh-k;^... Saigon, C. Guilland et Martinon, 1882, in-8, pp. 36. 

Ibid. 

— Thdy Trô vé luât-mço léo-l'^t tiéng Phalangsa. Maitre et élève 



NKGUOtXïQÎK. 



267 



Sur la GranjDiaire de la Langue françiiiâe par P* J. B» Tni o'ng-nnh-ky.. 
iSaîgoUf C. Guilland et Martinon, 1883, in-8, pp. 23. 
Ibid. 

— ^ ^ jj^ f ^ P^ép Ljcli set' Annam, Les CoDvenaiïCes et les 
Civilités anuamitei par P. J, B. Tra'o'ng-Titth-k;^.*. Saigoot 0. 
Guilland et Martinon, 1883, in-S, pp. 52. 

Ibid, 
~ ^ ^'1 W^ Gia-Huân-ca. Ecole domestique. Un Père à aeâ 
Eofauts. P. J. B. Tru'o'ng-yiuh-ky... Saigon, G. Guilland et Martinon, 
1883, în-8, pp. 44. 
Ibid. 

— ^ ^S ^ l^Bài hich con qua. — Proscription des corbeaux 

— P, J, B, Tru'o'ng-YÎnh-kJ Saigou, 0. Guilland et Martinon, 

1883, in-8, pp. 7. 

Ibid. 
"~ J^ ^ -S ^ S^ Thanb suy bi th6*i pbu — Caprices de la 
Fortune — P. J. B, Tru'o'îig-vïnb-ky... Saigou, 0, Guilland et 
Martinon, 1883, in-8, pp. 7. 
Ibid. 

— ^ Ifli JîL Çfe ^ Hoe tro kho phii — Un Lettré pauvre — 

P- J. B. Tru'o'ng-Tinh-kJ... Saigon, C. Guilland et Martinon, 1883, 
ÎD-8» pp. 6. 

Ibid. 
^ f II ^ tt Ifc ^- Huâng Mông Kbue ea — Sâcb day trè nho 
hoc cbn' nhu. Am ra cbû* Quô'c-ugù', giài nghia tiéng Annam, tiéng 
Phang^a. Par P. X B. Tru'o'ng-vinh-ky... Saigon, Imprimerie de la 
MissioD, J884, in-8, pp. 47* 

Quôc ngu\ caractères et frauçaisp 

— Jl ti :ê il Ngu' Tièu TruVng Dieu. — Pêcheur et Bu- 

cberou. — R J. B* Tru'o'og-vinh-k^ — Saigon. Imprimerie de 

la Mission. 1885, in-8, pp. 8. 

, Quô'c ngû', sans caractères cbinoîs. 

— $^ ifl iï Mac Bênh cùm tiî'. — La Dingue — P. J. B, 
TruVng- vînh-ky. Saigon. Imprimerie delà Mission, 1885, in-8, pp. 3, 

Ibid. 



268 NKCBOLOGIB. 

— Cô^-bacNha-phiéo. — Des Jeux de hasard et de l'opiam. En^ 
pro.se et en vers. Bàng tiéng thu'o*ng va y&a-tho'. Par P.-J.-B. 
Tru'o'ng-vinh-k;^. — SaigOD. Imprimerie de la Mission^ pet. in-8, 
pp. 82. 

Qaô'c-ogQ*. 

* PhoDg boa dieu hành. Morale en actions. Saigon, 1885, in-8. 

— -^ -^ Luc Suc. — Les Six Animaux domestiques. Par 
P.-J.-B. Tru'o'ng-vinb-k^... Saigon. Imprimerie de la Mission. 1887, 
in-8, p. 22. 

Ibid. 

* Dispute de mérite entre les six animaux domestiques. Saigon, 
1887, in-8. 

*^) Institutions et moeurs annamites. (Philosophie positive. Noy.- 
déc. 1879, pp. 401—413; janv.-fév. 1880, pp. 117— 127; mare- 
avril 1880, pp. 256—272). 
En français. 

— Souvenirs historiques sur Saigon et ses environs. Conférence 
faite au Collège des Interprètes par M. P. Trn'o'ng ymh k^. 
{Excursions et Reconnaissances^ X, 23, Mai-Juin 1885, pp. 5- -32). 

En français. 

Henri Cordike. 



BULLETIN CRITIQUE. 



Chaicbehlain ^^^^j^ 
jf^ ^§^ * h\iTmluiLiion io ihe »tudy 
of JapaneseWriting. Loq^od, 1899, 

Motto: In der Bischrànkung 
zeigt ëich der MeUier (Goethe), 

Von onserem eumpâîacheû 
Staûdpuiikt au8 pflegt man den 
Zweck der Schrift darin xu aeheii, 
da98 sie von moglichst Yieleo ge- 
lesen utid verstanden wird, Nun, 
je mehr mau sîch mit dem ebeo^ 
80 unpraktischeïi wîe verschmitz- 
ten chiiieflisch^japaoischen Scbrift- 
sjstem beschaftîgtf om so mehr 
werdea einem die (ansterblicheD) 
Worte Martius *) klar* 

1) ^U tt Dot a TAct that the majiïrity 
af papîli în cîiine»« scbook Qflver auoceed 
m letmlDg to reftd ind wrice? And û it 
oot an c^mlly «igniQeatit fatft, that tbe man 
wbo eip reaii flqentlj, tnd wHte torrecllj 
îa FCfarded aa & achoJar? Tbe apparalui for 
o^taiDiDg knowledge puaet for karniag and 
rudîmenU ar« eate«med acêompliahmQBtL 




Dilrfte dies doch - rait Rûek- 
sicht auf die Vorliebe der Japaner 
fur die aus éùëho und gyôiho ge- 
mischte Schreibscbrift aua manehen 
andern Gruodeû — aufdaBjapa- 
ni&cbe uoch hm%%r paaseu wie 
auf das chineakche. Die Begriffe 
»Schriffc" aiid *Lesen" aiad im 
Japauiacben eben gaos& verschie* 
dene ron den unâiigeii uud ihre 
Wôrterbuehbedeutuug baben sie 
ebenaowenig wie etwa »tadaima, 
suguai" utid ao viele andare Wôrter 
hier. Uod weûD sich nua — wie 
es so haufig gêachiêhi — EU der 
anvermeidliehea mit der Ëigenart 
der Doppelâprache eog verknilpf- 
ten Schivierigkeît des System» eioe 
absicbtliehe Erscbwer«ug aeitens 



To i certaîa eiteiil thia la owiag fô 
Ihe difOcaUj of tbe wrltten langnage, wbîch 
ïa aoË EQurb eaaîef for tbe natîvOj tbaa H ia 
for Ibe foreign atiideot . /' 

18 



270 



BULLSnil CRITIQUE. 



des gelebrten Schriftstellers oder 
Ûbersetzers, der Ansdrûcke, Wen* 
dangen und Schriftzeichea ans 
dickleibigea Wôrterbûchern ti.8.w. 
mSfaselig zosammea sacht oder die 
unabsichtlicheErschweniDgseiteiis 
des halbgebildeten Schreibers hin* 
zagesellt, dann ist es wohi kanm 
za verwnndem, dass so manches 
Schriftstûck nnd so mancherDmck, 
auch der anscheinend einfiEUihsten 
Art, nnr dem Schreiber seibst oder 
yielleicht diesem nicht einmal ver- 
standlich bleibt, wie etwabeinns 
ein besonders Entenreiches^) fl£lch- 
tiges Stenogramm oder eine ail zn 
undentliche Handschrift. Sokommt 
es denn, dass dièses Land so man- 
chen graphischen Browning auf- 
weist, der bei der spâtereu Lecture 
seiner eigenen Pinselprodnkte ein- 
gestehen mûsste: >When I wrote 
ihat, there were only two beings 
who knew what it meant: tbey 
were 6od and myself. I ha?e for- 
gotten, and now God alone knows*', 
nnd dass es ferner so ?iele Japaner 
gibt, die wahrend ihres gànzen 
Lebens als Opfer des unglûck- 



2) ? So im ManoBcript. 



seligen Schriftsjstems, sowie ge- 
lehrter nnd halbgebildeter gra- 
phischer Browninge, niemals das 
lemen, was ?nr >le8en'* nennen. 
Es ist klar, dass wir Enropâer als 
Anslânder noch weit mehr Aos- 
sicht haben mSssen, dieae pein- 
liche Zwitterstellnng zwischen 
Analphabeten nnd Lesern einza- 
nehmen nnd dies ûberdem weit 
schmerzlicher empfinden werden, 
da ?nr in nnserer Mnttersprache 
und anderen nus Tertranten euro- 
pâiscben Sprachen kanm eine 
Parallèle (abgesehen von den oben 
angefdhrten nnd einigen wenigen 
andernAusnahmen)findenk5nDeu. 
Ancb ohue die erwâhnten Er- 
schwemngen ist die Schinerigkeit 
der chinesisch-japanischen Schrift 
an sich ja noch gross genug. Ein 
gebildeter Durchschnittsjapaner 
leistet oft im EutzifiFern oder Ver- 
steheu chinesischer Schriftzeichen 
nicht viel mehr als etwa ein ge- 
bildeter Durchschnittsdentscher im 
Lesen lateinischer Texte. Aberao 
lange die Japaner ihr System nicht 
anfgeben, ist es for uns wie ftlr de 
ein ahikata ga naù 

Unter diesen Umstanden mua» 



fiULLIïTlîl CItITiQUX. 



271 



jede wohldurchtlachte Erleichte- 

mg japanologiBcher Herkulea- 

'arbeit, die ja so oft ssur Sisyphus- 

arbeit wird, mit Freudeii begrûsat 

werden. Es dûrfte daher aur 

weiiige Bûcher gebeii, die auf naich 

ond wohl auf mancheii andereii, 

tien die Honji- und Kaaa-Eutziffe- 

nmg in ihre Netze gelockti eiuen 

s o grosaen Eiiidruck gemacht wie 

^Bftâ zu be»prÊchende, Wenu es fur 

^Joas Japauische eiu Bueb gibt, das 

die unaufeelitbaren Siitze unaerea 

^PpuTergessticben Oabeleutz: >Gilt 

es, Neuliuge in die Wissensobaft 

' einzafjlhrejif so siiid die Thatsacheu 

^km 30 wiebtiger, je alltaglicher sie 

sittd" uod teine Sprache ac. Schriffc 

lernt man nieht ans Gratumatiketi 

urid Worterbûcherii, sondern aos 

Terten** *) zum Ariadnefaden in 

dem Labyrinth des einzig da- 

stehetideti chinesiscb-japanischeii 

Schriftzeicheugewirrs gemacht und 

dos eine eben ao anregeDde wie 

^lehrreiche »papiertie Bonue" ab- 

^^m 3) Einige Teik de» Bucbet aôbeioEn 
^Bitm lu widertpreclieD (i.B. Secl. V und Vlll), 
^l^ber d«r WlJcraprach kl wifklïch nar (rtn 
ieb^iiiWer, dttan an die StellG det iQiâmmcD- 
I hipgendffi TtMtei tritt dort Idcpo- oder Ijaut- 



gibt fdr ail die groaseu europâi- 
scbeu Einderf ûw den mûhseligen 
Verauch nicht acbeaen, aich dera 
kleiueïi acbriftkundigeo Teil dea 
japaDiacheu Volkes anzuschlieasen. 
— ïTeufelseTfinduug" uiid »ljrwald- 
Wûste'* iat schou so offecitiertwor- 
deii uni kano fur die Praxis nicht 
iû Betracht kommeii — so ist es 
dièses. Das ist die erste Beschrati- 
kung dea gewaltigen Stoffes, wo- 
durch Verf. hochst praktisch die 
Ballastwêiaheit der Grammaiiken 
uud Wôrterbûcher vermeidet, Eine 
zweite iat die, daaa atich die Texte 
(vielleieht richtigerTexfcchen) ûber- 
wiegeud praktiacher Natur sind, 
wodurch nicht uur der Wort- nnd 
Zeichenachatz weiter begreuzt, 
sonderu auch fur diejetiigen, HXr 
die das Buch geschrieben, fruchtbar 
gemacht wîrd, I» iliesem Rahmen 
ist dann allerdings die grosstraôg* 
liche Mannichfaltigkeit vom Yerf* 
angeatrebt und auch wohl ira Gros- 
aen nud Ganzen erreicht wordeu. 
Dièse Stofifwahl, dièses Hinein- 
greifen ins voile Japaniscbe ^) ist 




4) In diËter BeziehtiDg ermneri ei etwai 
mn I^DgeV Lelirbiicb, d&a allerdiapi mit «eiocr 
01 leDdorf' Méthode und winam MeDaguriB- 



272 



BULLBTIN GRITiqUB. 



eine grosse Lichiseiie des Werkes. 
Handelt es sich doch um eine 
Sprache, wo (abgesehen von dem 
eigeaartigen Reiz des verwickelten 
Schriftsystems) das praktische 
Intéresse aile anderen ûberwiegt^). 
Die folgeaden Zeilea mogen nan- 
mehr einen- karzen Ûberblick flber 
den Iiibalt des Bûches geben: 
Sect. I, Introductory remarks, 
Verf. fûhrt u. a. aus, wie er die 
Gamblesche *) Hânfigkeitsidee auf 
das Japaaische angewendet nnd 
verbessert bat. Der nene Eurs 
heisst: Divide (das Wôrterbuch) 
et impera (mit dem nâtzlichen, 
lebendigen Teil desselben)! Ist 



Anfang dem des prakiischen Ënglânders eben 
80 nachsteht wie Lango's drackfehlerreiche 
Einfûhrung (cf. Mitt. d. D. G. f. N. and 
V. K. O. A. B. VII, Tb. I, S 53-76: Be- 
raerkongen and Berichtigungen von Florenz), 
die den ganzen Sioff ih sebr intereasanter 
und lehrreicher, aber — ich môchte sagen 
— zu gramroatischer Weise behandelt. 

5) So ist ja z B. dat Semioar fiir Or. 
Spr. eigentlich nur dazu geschaffen worden, 
als Vorschale fOr Dolmetscher-Eleven za die- 
nen, die nicbt nar jaa^ sondera aacb die 
betreffenden orientalischen Sprachen kôn- 
nen (nicbt kennen) leraen sollen, wie aie 
jetzt geacbrieben, gedrackt and ge^procben 
wird. 

6) vgl. Kading, Hiiu6gkeits-Wôrterbucb 
der deutseben Spracbe, S. 669. 



doch bekanntlich — wie Schlegel 
fclr das Chinesische mit Becht 
hervorzubeben liebt — nicht die 
ErlernungderFormundÂDzahl der 
Schriftzeichea, sondem ihrer Be- 
dentung, besonders in Zasanunen- 
setznngen, die Haaptschwierigkeit 
des Japanischen. 

Sect. II. On Bome grammatical 
peculiarities of tlie xoritten language^ 
gibt — unter Zngrandelegnng 
einiger Tabellen ans der Aston- 
schen Grammatik — einen kurzen 
und klaren Ûberblick ûber die 
wichtîgsten gramraatischen For- 
men der Schriftsprache in ihrer 
Âbweichung vou der Umgangs- 
sprache. 

SecL III, Preliminary exercise 
in the hiragana syllabary, 

Haaptformen des Hiragana 
nebst einigen Leseûbangen und 
Beispielen, die einem aaf Schritt 
und Tritt begegnen, wie 77^ ^ 

Sect, IV. 400 ofthe commonest 
Chivese characters. 

Die eiozelnen Zeichen in 
prâchtigem Druck (nichts weniger 



BULTiKTIN CRITÎQUK. 



273 



ab Augetipulrer) mit âiigsprache, 
ËrklaruugeUf ÛbersetzuDg uud 
Leseiibuugeii, wobei haupMchlich 
auf daâ Idiomatiâcba îu den Âus* 
dnîcken tiiid Weuduogen das 
Scbwergewicht gelegt iat, 

Âm ScblQBS des Abschiiittes 
wjrd eiua Reihe SprichwÔrter, 
EigeDuameu und haufiger Wôrter 
zuaammengestellt, tim die Fmcht- 
barkeit der fflr deu Anfanger ans- 
gewilhltea Zeicheu ad oculos zn 
demouatriereD, 

V, On the structure of ifw 
Chifiese characters, 

în dieaem Âbschniit werdeu 
von den 214 Scblusaeln die 60 
wichtigsfen und daen weitere 75 
mit eiiiigen der unter ibneu ste- 
betulen Zeicheu sowie einige Laut- 
zeichen mit ihren hanfigsten Âb- 
leito ngeti gegeben. Bei der Gelegan- 
heit hatteu wobl auaser Williams 
ânchCallerj (Systemaphoneticum), 
Gring (Cbîn* Jap. E. Dict)» ^éon 
de Rosny (Maouel) und Lange 
(EiufuhruDg) erwahnt werdeu 
kônnen, 

VI. A taU of the ^ood old dayê. 
Urschrift^ Dmschrift undOber- 

setsung iiehst Erklarnngen des 



Rechtsfalls ^ ^ ^ Ç^ f^ 
Yubi tejo no kmi ans de m Ihka 
Mmyo Seidati; (vgL auch Planta 
Lesebuch, S. 47 u. f.)- 

VU, More abùui the Kamu 
Ënthalt in aeinea Eatakana- 
Leseûbungen eine Reibe der von 
[len Wôrterbûchem noeb viel ^n 
wenig aufgenommeDen europiii- 
achen BVemdwÔrter* Letzterea ist 
um so mehr zn beitanern, da die 
entstellteu meist engHachen Laut- 
werte nicht «ur uns Deutachen, 
sondera EtigUindern uud Ameri- 
kaiiern sel bat oft genug unver- 
ataudlich siud. So mancbe davou 
haben wie ekkisii (fflr »Liebigs 
Fleigcli-Z.ïîtract' *), ekkisu kôsen 
(A'-Strahlen, raya), in Rede nnd 
Scbrift Bûrgerrecht erlangL Ak 
abscbreckendes Beispiel dafur, wie 
Lant- und Functiona Bedentaugs- 
waudel dabei oft Hand in Hand 
geht, môcbtô ich »Seri Waim** 
(sicl - Sherry [wine]) hJDZufugen» 
daa sogar in Rômaji auf nur all- 
zu japaniachen Flaschen praagt. 
Auch *^^ ^'xXf \ ^ mtm 
jiesuchivu" wird wohi dem ge- 
ueigten Léser oKue Chamberlaius 
Hilfe (pagina 257) ein Riitsel sein 




274 



BULLKTIN CRIIiqUB. 



(?gl. aoch LaDge, Ëinf. S. 64). 
Der Abschnitt eathalt dann weiter 
seltnere Hiraganaformen uod Lèse- 
abuDgeo, z.B. das ^ r ^^ ^ ^ 
^ , das aach io Eanamajiri abge- 
dmckt ist, und dessen Uinschrift 
nnd Ûbersetzang sich in des Verf. 
Handbook findet. 

Sehr intéressant aud zntreffeod 
(abgesehen Yon dem inzwiscben 
erhôhten Portosatz) ist ailes, was 
ûber japanische Télégraphie gesagt 
ist. Im Auschlass daran ist ein 
Telegramm-Formular nad eine 
Âazahl Télégramme abgedruckt. 
Leider fehlen anf dem Formular 
die ûblichea handschriftiichea amt- 
lichen BemerkuQgen,and die Eaoa- 
zeichea der Télégramme si nd samt- 
lieh in der ûblichen Schulform — 
wenn içh so sagen darf — gegeben. 
In der Praxis bat sicb nnn aber 
ein ganz eigenartiges Katakana- 
Syllabar entwickelt, das ich Post- 
oder Fin-de-siècle Eatakana taufen 
mochte und das ?on dem allgemein 
bekannten nicht unerbeblich ab- 
weicht. 

VIII, Proper names. 

Sehr anregender Abschnitt, in 
dem die verschiedene Bildung und 



Lesang Yon Orts- nnd Personen- 
namen an einer Folle yoq Bei* 
spielen erlantert wird. 

IX, Advertisementê and News^ 
paper CHppings. 

Insérât Âuzeige einer Bank, 
einer EiseubahnYerwaltnng, eines 
Hotels, eines UnYorsichtigen (Ab- 
gebrannteujT der seine Brieftasche 
anf der Strasse liegen gelassen, 
eines Nichtabgebrannten and eiue 
Todesanzeige. Ein Hotel-Anschlag 
wie man ihu thatsâchlich mitnnter- 
findet und den die betr. Wirte bei 
Aufstellung der Rechnnng berûck- 
sichtigen sollten. Eine Wein- uud 
eine Buch-Reclame. Eine Wetter- 
proguose. Eine erschûtternde Han- 
delsnachricht, betr. Beistenrang. 
Eine Einladnng znr Baumblûte. 
Bericht ûber ein diplomatisches 
Diner, den unYermeidlichen Bôfa^ 
das dito Feuer, eine Wahl und ein 
Fest — mehr oder weniger tout 
comme chez nous — ziebtkaleidos- 
kopisch an uns Yorûber, gerade so 
als ob wir das moderne enropaiRche 
Hauptnahrungsmittel fdr den Geist 
i. e. ein Morgen- oder Abendblatt 
in der Hand nehmen wûrden. Fur 
die deutschen Léser dieser Zeilen 



BULLETIN CHITiqUE* 



275 



fïge ich eine Erklânmg des in der 
Bankaûzeîge rarkommendeEi Âus^ 
druoks yj. P â' Ji ^ ^ = 
pettj carrent accotint, hiuzu: a\\ 
P ^ j^'^-^^'Ay^'f^ (Spar- 
kaaseubuch) ^9 ^ ^ h^) 7 n/-i /> 
i'/^>-f^X, die mir ein Bâuk- 
beamter hier gegeben* 

X. EamjpiecÉs by contentporafy 

Taguclii ( 03 p ), Fukuzawa 

andere — . Tagucht,Verf.derbeideii 
trefflicheu Nisehgchlagebîîclier -^ 

2|î fi # ^ ^ - sind dièse 
Modenien. Sprachlich tind gra* 
phiscb sind dîe Proben rechtinte- 
ressaut, Bachlich werden sîe jedoeb 
kaum einetî Europaerzum 3tudium 
der japanieebeu Literatur verleiten, 
NurKôsen'a ;(î^ ||| Plauderei ans 
der ^ S ^ ^ T maclite ich 
ansnehn^en. Es ist eiue gaoz rei- 
zeutle Selbstirouie des modernen 
Japanertums* Bei der Lectare 
eines so gesonden oud allerliebsieu 
Chaurinismus moRs man eben bo 



T) Vert d. Kftïka MôDdo und Kocki 
Moado? Lange (Eiaf.), x. Wanckatern (Bîbl.) 
und KGraajikti'BroaelitLre wideriprechêu tieh ! 



heralich initlachen, wie man Ûber 
deo Helden selbst mitleidig lacheln 
Enugg. 

XI, Odilê and Endê. 

Die fïîr die Praxis sm wichtig- 
sten gekûrzteu und unregelmasai- 
gen Sehriftzeicben* Japanischer 
Fanctionswandôl einiger Zeidiea 
deti die Cbineseti niï^ht mitgemacht, 
Phouetische Schreibnng europai- 
seber Begriffe. Etwas '^ ^ { ^ 
■^ und Gedichte). Einigtj ^ uud 
Pirma-Laden-Zeichen =î^«*AmisAt, 

X//, Thé epistoiary style. 

Briefe, Postbartea, Rechuung- 
en^ Einladungen, stebende Ans- 
drûcke und Wenduugen îm schrift- 
Hchen Verkehr, das meîste in 
Schreibscbriftt Druckëchrift, Um- 
scbrift, Obersetznng nnd mit Er- 
klâruiigen ^er^eben. Trots der ge- 
ringen Zabi der verôfiFentUchten 
Sebrift»tûeke sehr lehrreich und 
nûtslich. Ist docb die (ans Gy^ho 
und S^ko gemischte) Schreibscbrift 
eiûer der flchwierigsteu, uiidank* 
barsteu und sonderbaraten, aber 
aucb wicbtigateu, auzieheudaten 
nod aui môisteti ?erûacblaBsigsten 
Zweige der Japanforschung. Ja, îcb 
stehe nicht au, ûber Chamberlaina 




276 



BULLETIN CRinqUIfi. 



Aufiassung — derebensowieLaoge 
am Ende seiner EiofQhrang die 
Erlernuug dieser Schrifbform als 
letzies, kaum erreichbares Ziel, als 
ErônuDg seines Lehrgebâudes die 
ËntzifferuDg einer armseligenPost- 
karte oder Etechnung auffasst — 
weit hinauszQgeben uud es hier 
offen auszusprechen, dass nach 
meiner persônlichen Erfahrong im 
Lande die Eenntais der Schreib- 
schrift, die die Japaner selbst mit 
der Druckschrift znsammen erler- 
nen, das Allerwichtigste ist. Nicht 
nar mit Rômaji^ sondern mit 
Schreib- und Druckschrift sollte 
man das Stadiam beginnen. Und 
ich wahrlich,bei meinen schwachen 
Erâften, wâre der letztcj einen so 
revolationâren, wenig ermatigen- 
den Gedanken aaszusprecheD,weDn 
es nicht meine tiefinnerste Ûber- 
zeugung wâre. So weniganchdie 
Chinesen von dieser Schriftform 
Gebranch zu machen scheinen, so 
sehr thun es die Japaner. Ein 
karzer Spaziergang durch die 
Strassen Hongkongs, einer japa- 
nischen Stadt und Taipehs, sind 
der beste Beweis fÛr dièse meine 
Behauptung. Wird doch bei den 



Japanern sogar vieles in Schreib- 
schrift geschrieben, was bei uns 
gedruckt oder in Druckschrift an- 
geklebt, angenagelt u.8.w. wird. 
Sogar die Einschrankung, dass 
amtliche Schriftstûcke in Druck- 
schrift geschrieben werden, triflt 
nicht immer zu. Man fiudet in 
ihnen die gewissenhaftesteu Druck- 
schrifkformen, aber auch die flûch- 
tigsten Scb n ell8chrift(S08ho)for- 
men und aile Oberg^nge. Jeden- 
falls hat dièses japanische Âschen- 
brodel im Verf. einen eben so 
liebreichen und aufmerkaamen wie 
schûchternen Liebhaber gefîinden. 
Ob es sich zu einem Phoenix oder 
einer Prinzessin entwickeln wird? 

Im Schriftzeichen«/nc2ej; ware 
es vielleicht wûnschenswert gewe- 
sen, Grundbedeutung, on und kun 
hinzuzufûlgen, wiewohl fQr das 
Lehrbuch selbst fQr dieWeglassung 
die S. 9 angefQhrte Begrûndang 
gerechtfertigt sein dûrfle, denn 
dort wâre es ein dem Grand- 
gedanken des Buchs widerspre- 
chender embarras de richesse. 

Soweit dièse Skizze, in der ich 
den Inhalt des Buchs, das mir in 
meiner freiwilligen Verbannung 



BULLKTIN CRÎTI<iUB, 



277 



eiu lipber Freuud geworileu 
iat, angegeben. Die Zeilen solleo 
keiu Paoegjrikoa sein, aber zum 
KOrgela iat wirklichsehr wetiig da. 
Die Setser aind nîcbt einmal 30 
liebeuawûrdiggewesenj eioe erfolg- 
reicbe Druckfehlerjagd xu ermog- 
licbeii, Dass Jg statt Jg oder ^ 
gedrackt ist, dûrfte z*B, dem Wert 
tlee Bûches ttnd der Gelebraamkeit 
dea Verl", wenig Abbrucb thuu. 
Auch die gelahrte wohl bôchat 

Iseltene Lesong ^^an îHt kômori 
f^^ ^ ^ ^ kaou mau ecbon 
mit m deo Kauf Debmea. Weun 

Iich aebliesalicb nocb ein paar 
Ânsserlicbkeiten erwâhneu darf^ so 
niocbte ich fiîr die neue Âuflage 
dea WuQâeli aussprecbeti, dass 
Ursebrift, Dmscbrift uud Ober- 
setzung Debst Ërklarungen lieber 
sich gegeuCtber gestellt werden, 
V flamit daa Blâtt^rn und Nacbechla- 
gea vermieden wird. Ein Format 

IzwischeE dem gewjlhlten und Wes- 
teutaacbeûforraat dûrfte das Biieh 
danii Doch handlicher maeheu. 
Vielleieht kôunte der ?orzTÎglicbe, 
deo Augeu wohltbiiende Druek 
cloeh beibehalteti werden* Zu gut 
iflt die beatiiudige Unterscbeidung 




?ou on utid kuii durcb den Druck, 
Waa fur eine Miîbe musa es dem 
Verf, und Setter gemacht baben, 
uûd fût dan Beuutzer ist ea eher 
st5reud ala uiîizlich, Es ware recbt 
schôn, weun sich ailes ao leieht im 
Japaniachea leiDen liease, wie on 
und kun zu unterseheiden. 

Doch genug der Worte. Es iat 
eins der Hacher, die am besteti fur 
sich aelbat sprechen, die wir sofort 
— weuu wir ibre Bekanutacbaft 
machen — in unser Herz achliee- 
aen, die wir immer lieber und lieber 
gewinnen and zu den en wir oft 
end gern zurûckkehren wie zu 
eiaera guten, alten, bewahrten 
Frearjd. A. Guam^ïîskï. 

Jji tCm ou Mémoires but les 
Bienséances et Us Cérdmoniêê* 
Teïte Chinois avec une double 
traduction en firauçais et en latin 
par S. CouvREUB S, J. Ho-kien fou, 
Imprimerie de la Mission Catholi- 
que 1 899, 2 ToL in-8, pp. xvi - 788, 
3 ff* n. eh, p, 1« tit. etc. -\- pp. 850- 

Le P. Séraphiû CouvanuR con- 
tinue sa grande traduction des 
! Livres classiques chinois; aprêa 




278 



BULLBTIÎf CHtTiQUB 



nous avoir doïiué les Se Chou ^ 
^ 00 Quatre Livres placés en 
tête des classiques de second ordre, 
il a abordé les cinq grands Classi- 
ques (king) avec le Chou-king § 
^ï Li?re d'Histoire, et le Chi- 
king U ^, Livre de Poésie *); 
îl nous offre aujourd'hui le grand 
rituel lA Kl ^ gg , \>m extraits 
du Li Ki sur la piétë filiale avaient 
été donnés au siècle dernier dans le 
VoL IV des Mémoire foncer nant 
lêê Chinoiê par le P. M. Oibot^ 
par J. M.\c Intyre dans la China 
ReuteWi VÏI; Calkeuy en a traduit 
un abrégé (1833» iu-4); le prof, 
Carlo PuiNi a publié la version des 
Chap. XXIII-XXV relatifs à la 
religion; le P. A. Zottoli a traduit 
les principaux chapitres; mais la 
seule version complète était celle 
eu anglais du Rev.DnJamesLsQOE 
qui forme les vols* XXVIT et 
XXVIII des Saûred Booh of îhe 
Eaëi de F, Max MCllsii (Oxford, 
1885, 2 vol. in-8). Malheureuse- 
ment cette publication de Legge 
faite après son retour en Europe 
ne contient pas le texte chinois 



l JîifOTW CrUiçutf, 6 aéc, 1897. 




comme ses précédents ouvrage 
imprimés eu Chine. 

Le Li Ki est un immense 
recueil de pièces de toutes sortes, 
sans classement^ placées sans mé- 
thode les unes à la suite des autres, 
sans souci de savoir si un wnjet n'a 
pas déjà été traité dans le cours de 
Touvrage on plutôt de la collection. 
Aussi la table des matières placée 
par le R C. à la fin du second 
volume rendra-t-elle de grands 
services pour comparer les diffé- 
rents passages relatifs aux mêmes 
questions, par exemple: Agricul- 
ture, Ancêtres (Onlte des), Anî- 
maux, Audience, Mariage, etc. Le 
Li Ki est un des trois rituels 
de l'antiquitét les autres sont le 
TcheoH'H traduit par Ed. Biot, et 
VI-U traduit par Mgr. de Harlez; 
il est postérieur à ceux-ci quoiqu'il 
renferme peut-être des pièces plus 
anciennes. Le Li Ki qui avait dis-^ 
paru avec les autres classiques sons 
Chi Houang-ti au 3^ siècle avant 
notre ère, fut retrouvé avec d'autres 
livres (Chang-ehou, Luên-yu^ Hiao- 
king) dans la maison de Confucius 
par Koung-wang de Lon sous le 
règne Hau Won-ti. L'empereur 



I 




BULLKTIH CRITIQUK, 



279 



Hioueu Tsoung plaça le Li Ki 
pariai les king (classiques) pendant 
la période K'aï-joueti (713-742). 
Tel qu*il noua est donné main te- 
nant, le Lt Ki comprend 46 cha- 
pitres. 

Soi vaut son habitude !e P. C. 
nous lionne le teste chinois, sa 
prouoDciatioDf la traduetioti et en 
bas de la page sur deux colon aea 
an eomraentaire. Parfois nue figure 
sert d'illustration au texte. A la 
suite de la tradnction, une table de 
3050 caractères rangés par ordre 
de cle& permet de les retrouver 
dans le teste. 

On sait que les deux prentiera 
des Se Chou, le Ta Hio ^ ^ et 
le Tchoung Toung fJï j^ font 
partie du Li Ki. Quoique le P. C. 
les ait déjà traduits en un volume 
séparé avec le Luên^yu |^ ^ et 



le Mettg-tseu ^ -^ ^ il les im- 
prime à non? eau mais naturelle- 
ment sans les avertissements du 
célèbre Tchou Hi qui vivait sous 
les Snung (1130-1200). Dans le 
Li Ki du P. C, le Tchoung Toung 
forme le ehap, XXVIII, ii, pp. 
427 — 479 qui correspondent aux 
pp. 28-66 des Se Chou, et le 
Ta Bid, le chap. XXXIX, ii, pp, 
614—635 qui correspondent aux 
pp. 2 --24 des Se Chou, Tout ce 
travail est fait avec le scrupule 
oriliuaire du P. C. Espérons qu*il 
aura le temps de nous donner au 
moins les deux autres des cinq 
grands Classique? : le T King ^ 
^g^ et le Tvhoun Tsisott ^ ^ . 
Ces publications font le plus grand 
honneur à la science de nos mission- 
naires français- (Revue Critique.) 

RfL^Ul CORDIEK, 



CHRONIQUE. 



CAMBODGE. 

M. Adhémard Leglère, résident de France au Cambodge, raconte dans le 
Journal Asiatique de Mars-Avril 1900, l'incinération (Thoœuh bon loeuk khnioch^ 
«cérémonie de la levée des morts») à Phuom-Pénh du roi Ang-Duong, père du 
roi actuel, \ 1859, de la reine-mère, \ 1897, et du second dignitaire de TEglise 
cambodgienne, le Louk Prah Saukon, f 1894. 

CHINE. . 

Le «Ostasiatische Lloyd» du 30 Mars contient une lettre d'un officier russe 
relative à la vie à Vladivostok qui paraît encore très peu coûteuse. 

Les officiers célibataires prennent leurs diners et soupers dans le club des officiers 
ou de la marine, et ne paient que 40 Mark (50 francs) par mois pour ces deux repas. 

La viande n'y coûte que 20 pfennig (25 centimes) la livre; on peut avoir 
100 oeufs pour 3 Mark (3,70 fr.). 

Une grande bouteille de lait y coûte également 20 pfennig (25 centimes). 

Du reste, la vie y est assez monotone quoiqu'un y donne des concerts et 
possède même un théâtre d'amateurs. 

Pour le reste on passe le temps à boire et à jouer aux cartes. 

Le «Ost-asiatische Lloyd» du 18 Mai contient une coiTespondance de Chang- 
hai selon laquelle le conseil municipal de Chang-haî a résolu de fonder une 
école pour 800 garçons chinois, où Ton enseignera le Chinois, l'Anglais, les 
Mathématiques et les Sciences naturelles. L'instruction religieuse en sera ab- 
solume7it exclue. 

Les frais de rétablissement monteront à 30,000 tael et les frais de Tentretien 
ù 10,000 par an. Tout cet argent a été contribué par la population chinoise 
qui a salué avec enthusiasme cette fondation dès qu'elle avait appins qu'on n'y 
ferait point de propagande religieuse. Le Journal applaudit avec raison à cette 
entreprise anglaise pratique, et conseille aux Allemands de faire la même chose; 
car malheureusement le maître d'école allemand ne comprend pas l'instruction 
sans base chrétienne, et c'est notre esprit de propagande chrétienne qui enve- 
nime les Chinois contre nous. 

Enseignons aux Chinois nos sciences^ mais qu'on les affranchisse de nos croyances 
religieuses. 



CHHOHIQUK. 



281 



Dans une lettre adrpssfte à M, Henri Cordier de Tach-kend, 90 avril 1900, 
M. Chtiites Eude« BoNiK aniiance snn retour k Paris vere b milieu de juin au 
plus tard. Après avoir visité le Setchouen il a parcouru TAiie centrale par le 
Koukoii-nor et le Lob-nor, 

FRANCE* 

Dans sa séance du 18 mai 1900^ TAoïdéraîe des Inscriptions et Belles-Lettre 
à accordé le pri?£ Stanislas Julien à M. CamUle Sain^on, vice-consul de France 
en Chine» pour mi traduction do Ngann-Nann-iche^luo -^ ^ ^^ A Mé- 
moires sur rAnnam, 



M. le Baron Michiels van Verduyweh, Commissaire Général des Pays Bas à 
r Exposition Univei-selle de i900 avait invité à visiter les Pavillons des Indes 
Néer landaises au Trocadéro le Samedi 19 Mai de 4 à 6 heures leiî personnes 
qoi sintémfsent à la géographie, à Tethnographie et à la colunÎKation. Cette 
exposition se compose de deuï pavillons et d'un temple placés à droite de la 
montée du Trocadéro. Les deux pavillons sont construits dans le style des ha- 
bitations de Padang (Sumatra) en bois sculpté et peint, recouvertes de libres 
de palmiers. Dans le pavillon aitd sa trouve la pi-esque totalité du Panthéon de 
Bali^ la seule île de TÂrchipel Indien où règne encore Fhîndouisme, rapporté, 
je crais, par M. Pleyte fils» les fi ga ri nés du Wajang (Mario nettes) du Sultan 
de Soeracartnf groupées en posture» comme appartenant à k grande épopée de 
Ramayana, contre une frise contournant tout Tintérieur du pavillon; dans ce 
même pavillon on a placé une reconstitution du piiliecaHlhropiis erectujt^ la 
créature préhistorique qui constituerait le lien de transition du singea Phomme 
et dont des ossements ont été découverts à Java par le Professeur Dubois, Le 
pavillon nord ren Terme une carte de cultures» une carte géologique» etc. et un 
salon consacré à la bibliothèque. 

Entre les deux pavillons^ sur une plateforme en retrait» on a i^econstrnit la 
ntine du Monastère de Ghandi-Sari» de Jiiva Central, restaurée avec soin et en 
grandeur naturelle» d'après les moulages fait^î» à Tendroit mt^-me^ dans ce mo- 
nastère on voit» œntre la paroi du fond» une partie de la construction gigan- 
tesque de Bourou-Boudour» avec une des portes monumentales par laquelle on 
monte d^une terrasse à l'autre. La paroi du Sud» ou de droite, contient une 
partie du mur de la terrasse du Temple de Prambanam et du côté opposé 
■'élève la moitié d'an défi Temples de Chandi-Sévou^ si intéressante par sa 
construction architecturale» tandis qu'enfin la quatrième paroi et le vestibule 
donnent un aperçu des statues et nichas qui, jadis» ornaient les différents 
tamples hindou-javanais. De tout ce qui a été ainsi fait en moulage^ d'une 
pureté irrépi'ochable, iiucun objet ne se trouve dans un musée Eurot>éen» sauf 
toutefois la statue si remarquablement belle d'une divinité bouddhique» auK 



282 cHEOHiquB. 

formes exquises, placée au milieu du Temple, dont l'origiiial se troote ao Musée 
Archéologique de Leyde. 

Dans sa première assemblée générale tenue le samedi 5 mai 1900 la Société 
de Géographie de Paris a constitué ainsi son bureau pour Tannée 1900 — 1901 : 
Président, M. Alfined Grandioier, de TlnsUtut, en remplacement du regretté 
Alphonse Milne-Ed wards ; Vice-Présidents, MM. Albert de Lapparent, de Hn- 
stitot, et Benri Gordier, professeur à PEcole des Langues Orientales : Secrétaire, 
M. le LieutenantrColonel Marchand; Scrutateurs: M. Guillaume Granduher et 
René de Fujttk de Roquetaire. 

Lors du Congrès des Orientalistes de Rome (1900) le voeu émis au Congrès 
de Farii: «Qall soit fondé le plus tôt possible une association internationale pour 
TexploratioB archéologique de Tlnde, India Exploration Fund, qui aurait son 
siège à Londres, a été réalisé». Le comité français s'est réuni à l'Ecole des 
Langues Orientales le mercredi 6 juin 1900 et a élu son bureau: Présidents 
M. Emile Senart, de llnstitut; Vice-Présidents, MM. A. Barth, de l'Institut, et 
Ë. Aymonier, Directeur de l'Ecole coloniale: Secrétaire-trésorier, M. SyiTain 
Léri, professeur au Collège de France. Etaient en outre présents: MM. Barlno* 
de Mernard, J. Vinson, Henri Cordier, Ed. Drouin, Ed. (^havannes, A. Foucher, 
l'abbé Bûyer, Assier de Pompignan. 

Notre collaborateur, M. Henri C-hevalier a donné dans le toI. XII, 1899, de 
Vlntem. Archir f. Ethfwgraphie un intéressant article sur ^ oot/fi«r» coréettvtes 
aToc 2 planches en couleurs d'après les dessins de l'auteur. 

Dans le palais de llndo-Chine française, au Trocadéro, M. Félix Réoaiiet a 
placé cinq panneaux représentant les incidents de la Visite de M. Doombb, 
GooYemeor Général de llndo-Chine à S. M. le roi de Siam Chulalongkorm, à 
Bai^ok^ en 1899: toîcî les sujets d'après l'artiste lui-même qui en a recoeilli 
les éléments lors de son ▼03rage dans TExtréme-Orient, Tannée dernière: I. Le 
Gap St. Jacques: Le Ktrsaint, aviso croiseur. Départ de Saigon: Types de Ko- 
•t-chang: Marine Siamoise: Arrivée à Bangkok de M. Doumer à bord de 
YAklnreL, canonnière siamoise: Livrée royale à la porte des palais. — IL In- 
fiuiterie siamoise: Auteâ bouddhique: Borne lisant des prières: Réception an 
palais Maha Chakkri; Le grand escalier: Salle de Concert; Domestique: Ministre; 
Chanteuses; Instruments de mosique: Khinnon, statue placée à l'entrée dn 
Temple. — HI. Le prince Damrong. frère du Roi, ministre de l'Intérieur : Temple 
bouddhique; Motifs déooratifr des jardins sacrés; Figurines chinoises, 
colorée; Le Dieu Pounar. marbre: Gardien de la porte appuyé sur s 
Allégorie cummémorative : Chapdle bouddhique sur les bords du Ménam;J 
Siamois parés pour une cérémonie aeligieuse: Grand prêtre bouddhiste âgé de 




CUBOKIQUK. 



283 



80 ans. — ÎY, Un coin du pArc de Sarani^m; Bonze bouddhiste; Jeux athléti- 
ques siflmob; Types damok; Défilé des pirogues royales. — V. Représentation 
du Raniayana hmv Je Théâtre de S. E. Phya Tavest^ Ministre d^ Tïnvayx pu- 
blics | Apothéose; L'enceint« saci-ée, ^uo prise de Sararirom (Wat Pmh Kesh)^ 
Visite au Em.a] des Elé|>hants d'Àyuthia; Garde chasse* 



INDO-CHINE. 



f L*Offîc« colonial communique une note d'après laquelle les lignes d'Hanoi à 

Viétry, d*Hanoï à Hai-phong^ y compris les ponts métaniqueSj ont été adjugées 

récemment, ainsi que celle d'Hanoï à Ninh-Binh. 

Les grands ponts de cette dernière section seront adjugés au mois de sep- 
I iembre procliain, en ni^me temps que les rails et traverses métalliques des 300 
' premiers kilomètres de chemin de fer. 

Au mois dWût 1900, 470 kilomètres de chemin de fer, corapi^nant Tinfi-ft- 

strtictnro et la su pe structure, seront adjugés. 210 de ces 470 kilomètres font 
I partie de la ligne d'Hanoi à Yinh^ 110 kilomètres de celle de Tourane à Hué, 
1 et 150 de la ligne de Saigon à Tam-Linh, 

I Un mois plu» tmï) aui^a lieu une nouvelle adjudication de 250 kilomètres de 

j la ligne de Vie-Tri i\ Lao-Kay. Enfin., au début de Tannée 1901, on en ti^prendra 

rexécutîon de la ligne de Tam-Linh à Dji-Rtng quia 180 kilomètres de longueur. 
Ces t m vaux ont été prévus par la loi qui a autorisé Feraprimt de 200 millions 
I contracte par Tlndo-Chîne, 
[ 

ILe chemin de fer de Lao-kay à Ytin-nan-êen. 
Un arrêté du gouverneur généml de Tlndo-ChineT pris le 9 mars, alloue une 
; indemnité annuelle de 10,000 francs, à titre de frais de représentation, à M* 
François, consul généï*al, en mission au Yun-Nan. 

M, François est chargé, on le saiti par le ministère des affaires étrangères, 
de faire k Yun-Nan-Sen les diveraes négociations auxquelles peut donner lieu 
, lâ construction du chemin de fer de Lao-Kay à Yun-Nan-Sen, 

^^ A Kûuang-TchéQU-Otmn^ le fmnmnefit des enseignes Goiirlaouen et Koun. 

^^P Une lettre adressée de Kouang-Tchéou-Ouan à un journal du Tongking Fin- 
^ fornïe que le commandant et les officiers du Descarîes ont fait élever dans le 

petit cimetière d'Hoi-Teou, à la mémoire de leur» glorieux compagnons d'armes 

Gourlaouen et Koun, un monument funéraire. 

Ce monument, qui a été amené à grands frais dô Hong-Kong, porte sur le 

socle en granit deux plaques en maibre où sont inscrits les noms des deux 

ifîctimes. Sur une plaque de bronze est gi-avée Tépitaphe suivante: 




284 CHRONIQUE. 

A la mémoii-e des enseignes de vaisseau du Descartes 

Jean Gourlaouen, né le 7 juillet 1859, à PlogofT (Finistère) 

Joseph Koun, né le 10 juillet 1877, à Baden (Finistère) 

tués à l'ennemi le 12 novembre 1899 

étant tous deux en reconnaissance. 

Ils furent cernés et fusillés par les soldats de Ping-Shek. 

Ils succombèrent sous le nombre 
après une défense héroïque qui coûta cher aux assaillants. 

On lit dans le Mékong^ journal de Saigon, arrivé hier 21 mai 1900 à Marseille 
par VAustralieriy que le gouvernement coréen a demandé au gouvernement 
français un jurisconsulte très au courant de la législation comparée et princi- 
palement des législations annamite et chinoise. 

M. Doumer, auquel la demande fut transmise, proposa M. Laurent Cremazy, 
premier président de cour honoraire. Celui-ci fut agréé et est passé ces jours 
derniers à Saigon, à bord de VEmest-Simons se rendant à Séoul. 

M. Laurent Cremazy va s'occuper activement d'organiser le service judiciaire 
en Coi'ée et de procéder à la confection de codes de commerce, civil et criminel, 
comme le fit jadis M. Boisonnade au Japon. 

JAPON. 

Un artiste dans un genre spécial, le tatouage, bien connu des étrangers qui 
rappelaient Hori-chiyo s*est suicidé au Hokkaido, le 17 mars 1900. 

Le prince héritier du Japon Yoshihito Harunoniiya, fils de l'empereur Mutsu 
Hito et de l'impératrice Haruka de la maison Foudjiwara Itchidjo, né à Tokio 
le 31 août 1879 a épousé le mardi 10 mai 1900, la princesse Sadako, âgée de 
quinze ans, fille du prince Rujo, de la maison Fondjiwara Itchidjo comme Tim- 
péititrice. Jje prince Kujo n'est pas riche et n*a pu fournir la dot nécessaire an 
mariage de sa fille. Il a donné seulement cent mille yen pour le trousseau et 
la maison impériale a contribué pour quatre cent mille yen à ces dépenses 
somptuaires. L'empereur, de son côté, a décidé que sept cent mille yen, laissés 
par feu l'impératrice douairière Yeisho, tante de la princesse, seront donnés à 
celle>ci, qui dispose ainbi d'une dot égale à environ six millions et demi de francs. 
Le prince héritier est fils unique; il n'a que cinq soeurs: les princesses 
Miisako Tsunenomiya, Fusako Kanenomiya, Nobuko Fuminomiya, Toshiko 
Yaiunomiya, et Takiko Sadamiya, toutes nées à Tokio, 30 sept. 1888, 28 jan- 
vier 1890, 7 août 1891, 11 mai 1896, 24 sept. 1897. La cérémonie nuptiele a 
été fort simple suivant les anciens rites japonais du Shintoïsme. Le roi Uumbert 
a confM lu Collier de l'Annoiiciade au Prince Héritier du Japon. 



CHRONKiUE. 



285 



I Le Baron HâT&iHi e^t nommé ministre du Japon prèi4]| cabinet de St. Jî^mes 
I et quittera Tokio an commencement de Mai pour rejoindi* son poste 



I 



Le Baron Yamada, ancien ministre de TÂgncultore et dû Commerce est 

mort d'une pneumonie !e 12 mars 19Û0. 

PAYS-BAS ET COLONIES NÉERLANDAISES. 

M* le Dr. J. D. E* Schmeltz vient de publier un guide pour le visiteur de 
Ve^ position d*Art japonais du Musée royai d'Ethno^rràphie dont il est le Direc- 
teur Ce guide orné de quatre photogravures est publié Ti lîaarlem cheK H. 
Kletnmann. 

M. Chtnda, accrédité comme Ministre- résident du Japon à la Haye, a été 
nommé Ambassadeur extraordinaire et Ministre plénipotentiaire, et continuera 
en cette qualité ses fonctions à la Haye, 

SIBÉRIE. 

La revue Chine ei Sibérie (i*^ No,, Janvier 1900) donne le renseignement 
stiivant d'après le rime*: »La construction de Tembranchement du gt^nd 
chemin de fer sibéi'ien destiné à travei'ser la Mandchou rie avance rapidement^ 
élargissant encore la sphèi-e d'inQuence russe en Eitréme- Orient. Aussi le gou- 
vernement russe vient-il de décider la fondation à Vladivostok d'un «Institut 
Oriental pour renseignement des langnes asiatiques». Il estime ne ftouvoir, en 
effets agir pui^amment sur les peuples que si l'on entre en communication di- 
recte avec eux. Cet établissement tait Tobjet du décret impérial publié par le 
Journal Officiel du l*"" Novembre, lï est destiné à préparer \qb jeunes gêna 
aux emplois commeiTiaux, industriels et administratifs dans TAsie onentale, 
f^a somme consacrée aux dépenses des deux premièries années est de 4H.350 
roubles (eoit un million 94000 francs en chiffres ronds) dont 89.000 roubles 
pour l@s constructions et 25.000 pour Taménagement. 

lies cours ont une durée de quatre années d'études et comportent quatre 
sections, qui ont i*etipectivement comme branche spéciale le japonais, le coi^n, 
le Mongol et le Mandchou. Dans les quatre se<ittonsy le cour^ principal egt le 
Chinois. L'Anglais est aussi obligatoire, le Français est facultatif, 

L'institut est sous Tautorité du gouverneur général de la province de l'Amour 
ei du ministi'e de T instruction publique. Le décret réglemente également le 
mode de nomination des inspecteurs et des professeurs, qui se fem par décret 
impérial»* 



lu 



BIBLIOGRAPHIE. 



LIVRES NOUVEAUX. 

The Fortnnate Union ( ^ ^ "ftf )» Chapter I, traaslated by 
RoBBRT K. Douglas (Londou, Kegan Paul, Trench, Trûbner & Co., 
1900). 

The volume is inteuded as a textbook for b^nners io Chinese. 



San Tzu Ching ( H ^ ^ )» translated and annotated by 
Herbert A. Giles, professor of Chinese at the Universîty of Cam- 
bridge. (Shanghai, Kelly & Walsh, 1900. Printed by E. J. Brill, 
Leyden, 1900). 

In addition to the original text and a translation with explan- 
atory notes, the literal meaning of each character is given, with 
its Sound in the Peking dialect and a structural analysis as found 
in the |^ ^ Shuo Wên. 

It is therefore equally a primer for beginning chinese students. 



Tlie chinese Immigrant infurther Asia by Frederick Wkh^Wiluams, 
a paper read before the American Historical Association at Boston, 
December 27, 1899; reprinted from the American Historical Review^ 
Vol. V, no. 13, April 1900. 

The author who shares the gênerai bad opinion the white man 
has of the Chinese, is yet compelled to acknowledge that it is 



BIBLIOGRAPHIE. 287 

palpably impossible to keep the Ghiuese altogether out of Indo- 
Chins and the Archipeiago. 

The impopnlarity of the Ghinese is, accordiog to the author, 
in* some degree to be attribated to their virtues which, by carrying 
them triamphantly throagh the compétition of modem iudustrial 
life, iucur the lasting enmity of their rivais who are left behiiid. 

He winds up with the remark that, while the most démocratie 
people in the world in their social and commercial relations, the 
Chinese are by tempérament belieyers in absolnte mouarchy, and 
are for the most part indiffèrent to affiairs of state and politics, 
provided thèse are so condncted as to leare them in peace. 



Le No. 1 du Bulletin de Géographie historique et deêcription de 
1899 qui rient de par^tre (avril 1900) renferme le récit d'une 
visite au Moot Omei |l^ ^ |J4 dans le Se-tchouen par M. Charles- 
Eudes BoNiN. On se rappelle que cette célèbre montagne a été déjà 
visitée par E. Golborne Baber, Alexander Hosie, Marcel Monuier, 
la Mission lyonnaise. 



Le no. des Médical Reports des Douanes chinoises pour le 
semestre finissant le 30 sept. 1899 renferme une communication 
intéressante faite à l'Académie de Médecine de Paris par le Docteur 
J.-J. MiiTiGNON, Médecin aide-major de 1^^^ classe de l'armée, Attaché 
a la Légation de France en Chine, sur la Peste bubonique en Mongolie. 



Vient d'arriver à Paris (mai 1900) le grand Dictionnaire 
thibétain'latin'français par les Missionnaires Catholiques du Thibet. 
Hongkong, Imprimerie de la Société des Missions Etrangères, 1899, 
in-4, pp. XII — 1087 à 2 col. — Ce dictionnaire, commencé en 1852 
par M. Bbnou, a été coordonné par M. Faob et enfin terminé par 
M. DssooDivs. 



2B8 BIBUOG&APHIB. 

M. A. A. Favtel consacre dans /> GéofrapkU^ 15 mai 1900, 
on article aa noareaa port de Sam-i^m-iio ^ ^ ;^ dana la 
de Sam-sa ^ ^ oarert an comment étranger avec le 
de Foa-ning  ^ P^ décret impmal do 24 man 1898. Ce ne 
fat que le 28 £émer 1899 qoe le commÎMaife des douanes impé- 
riales, ]£ Mae-Callom. prit possession do terrain; la dooane foi 
installée officiellement le 8 mai 1899. 



Le No. 17 des VarUtéê ginologiqueê est consacré aox ImMnipdom* 
juives de K'ai'Fong^Fou interprétées par le Père Jérftme Tobab, S. J. 
Nous reyiendrons sur ce trayail important. 



Les missionnnires do Kiang-Nan Tiennent de publier une petite 
carte pratique pour le touriste, le chasseur ou le pèlerin intitulée: 
Boute des Collines - The Shortest Road to the Hills - Shnng.Haî 
Zi-ka-weiZo.se. ^ ^. \h ià fSi Z ^ . ^ 04 o ^ ^ H . 



Le Vol. XXXI N. S., No. 2, 1896-97, du Journal of the 
China Branch of the Royal Asiatic Society a été publié à Shang-bàî 
en mars 1900. Il contient les Proceedings de la Société. 



Le nouTelle édition des Toyages de Guillaume de Bubrouck que 
préparait THou. W. W. Bockhill, le célèbre explorateur, paraîtra 
incessamment. 



Une nouvelle rerue, intitulée Chine et Sibérie^ parait tons les 
deux mois à Paris depuis le mois de janvier 1900. Son directeur 
est M. Georges Brabant, Ingénieur. 



Sous le titre de: A nos Bienfaiteurs — La Mission du Kiang^- 



BIBUOGRAPHIIS. ^^^^^^ 289 

won Son hUtùiTÊ^ neê oetivres. Paris, J* Merach^ 1900, iii-8, les 
ixiissiounaîres de cette province (lire, je crois, leR, P. Henri Hwhkt) 
TÎenaeiit de douuer un historique et uu état de leur miaaion» 



M* A- Fabsbt, dans les Annalet de* Sdenceë pùHtiquêSi mai 1900, 
consacre aa long article au livre récent dn M. J. Chaillej-Bert, 
Java et ses habitants. 



M, Félix RÉQAMKY vient de donner dana la Revue des Arts 
déeorati/Ê tieux autres chapitres sur V Enêéxgmvmit des Beaux-Ariê 
Qii Japon: L A t Ecole normale de Tokyo; IL V Ecole des FUlm 
nobles de Tok^o, 



M. Tâbbé Â.> DfiSGouiNa, des Misâious étrangères de Paris, 
miasiounaire apostolique au Tibet, va mettra à rimpressiou un 
Eseai de grammaire du Thibéfam vulgaire et parlé a T usage dea 
voyageura et des explorateurs. 



Lu Géographie du 15 avril 1900 reaferme soua le titre de 

Géographie générale des provinces clmwisês vomnes du Tonkin^ une 
étude géuérale faite an cours d'une mission technique (géologie) 
des provinces de Yun-nan, Kouei*tcheou et Eouang-si par M. A. 
LKctèftB, Ingénieur en Chef dea Mines. Une carte accompagne 
cette étude, 



M. Eobert Maillard, élève à TEcole dea Sciences politiques et 
à FËcole des Langues orjeutalea, vient de faire paraître un volume 
intitulé De l'influence françaiëe en Chim au.e pointé de mw hislori- 
çue et économique* 



La quatrième partie du Tome XXVI des AnnaUe du Musée 




290 BIBL100KAPHIB. 

Guimet renferme an Recueil de Talismans laotiens publiés et décrits 
par Pierre Lbfèvrb-Pontalis. 



Notre collaborateur, M. le professeur Maurice Couuant, vient 
de faire parûtre chez Ernest Leroux une Grammaire de la Langue 
japonaise parlée d^un format extrêmement commode. EUe sort des 
presses de la «Tokyo Tsukiji Type Foundry». 



M. le Dr. Rudolf Dvofâx, professeur à l'UniTersité tchèque de 
Prague, vient de publier dans les Ceskd Mysl, [Pensées tchèques] 
1900, pp. 161—174 le mémoire qu'il avait communiqué an XIP 
Congrès int. des Orientalistes à Rome intitulé Konfucius e Lao^Uf. 



Le no. de mai 1900 de la Revue générale des Chemins de fer 
renferme un mémoire sur les Chemins de fer en Chine par M. 6. 
Bouillard; cet ingénieur passe successivement en revue les diffé- 
rentes lignes: A. — I. Chemins de fer du Nord (ces lignes ont été 
construites par M. Kinder: Peking— Tien-tsin— Takou— Ohan-Haï- 
kouan; en construction de Chan-Haï-kouan à Nieou-tchonang. — 
Peking à Yang-tsoun et Lou-kou-kiao. — II. Chang-Haï à Wou- 
song. — B. Lignes en cours d'exécution: I. — Prolongement de 
Chouug-kou-so à Ein-chéou et Nieou-tchouang, çi-dessus. — II. 
Peking à Han-keou (franco-belge, Lu-kou-kiao - Pao-ting (fait), 
Han-keou à Siniang (Ho-nan) 250 kil. sera prête prochainement 
en même temps que le tronçon Pao-ting— Chin-ting). — III. 
Chemins de l'Est et de Mandchourie (russes, sibérien passe à Eirin 
et va à Vladivostock 1600 Eil. en territoire chinois; manchou: 
Kirin—Talien-wan — Port- Arthur, 650 Kil.). — IV. Chan-si (banque 
russo-chinoise, Taï-yuen-fou — Cbing-ting sur la ligne Lou-Hau, 200 
Kil.). — V. Lignes du sud (France, a) Fleuve rouge [Lao-kaïJ à 
Yun-nan fou, environ 350 Kil. — 6) Kouangsi; quitte Nam-quan 



BIBLIO0RA.PHIB. 291 

sur la frontière du Toug-king à Loungtcheou, sera prolongé à 
Nanning (160 Eil.); cette ligne sera le prolongement de celle de 
Lang-Bon. — c) Nanning— Pakhoï. — VI. Tientsin— Tchen-kiang 
(anglo-allemand, environ 1000 Eil.). — VII. Kiao-tcheou à Tsi-nan 
et I-tcheoa (allemand, 700 Eil.). — VIII. Ghen-si (anglo-italien, 
Taï-yuon-fou à Sin-ngan, et Taï-ynen-fou à Han-yang (Hou-pé), 
simples projets). — IX. Ligues du Yang-tseu (Jardine, Matheson 
& C^®, anglais): a) Ohang-Haï à Nan-king par Sou-Tcheou, enriron 
270 Eil.; b) Sou-Tcheou à Hong-kow (360 Eil. environ avec ex- 
tension sur Ning-Po); c) de Eow-loun, en face de Hong-kong, à 
Canton, environ 160 Bal. — X. Hankeoo— Canton (anglo-améri- 
cain). — XI. Ta-li-fon— Tunnan fou au Eiaug; viendrait de la fron- 
tière birmane Eun-lon Ferry, projet. — L*article est accompagné 
d'une carte. 



NOTES AND QUERIES. 



4. Les moustiques et la filaire. 

Le rôle des moustiques entrevu ces temps derniers su point de 
Tue de la transmission du paludisme ou de la fièrre des marais, 
prend de plus en pluR une importance capitale. 

Le professeur Raphaël Blanchard a présenté à TAcadémie de 
médecine le 22 Mai dernier, une série de préparations microscopiques 
qui lui ont été adressées par M. Patrick Manson, de Técole 
tropicale de Londres. Elles nous édifient sur le rôle des moustiques 
dans la filariose. 

Ou sait qu*on désigne sous ce nom une affection tropicale assez 
fréquente due à la présence dans les tissus d'un parasite, sorte de 
petit vers appelé filaire^ dont les migrations ne sont pas encore 
parfaitement connues. 

Voici comment l'évolution se produirait: 

Lorsqu'un moustique pique un homme atteint de filariose, le 
sang périphérique de celui-ci renferme l'embryon de la filaire qui 
est ainsi introduit dans l'estomac de l'insecte. 

Là, cet embryon se débarrasse de la membrane ovulaire qui 
l'entoure et, larve, prend sa liberté, traverse l'estomac du moustique, 
puis, tout en grandissant au cours de cette migration, va se loger 
dans la masse musculaire thoracique. 

Bientôt, au bout d'une quinzaine de jours environ, elle a atteint 



VOTBS AND qUBRIbS. 293 

son développement; elle se dirige alors vers le coa et s'entasse dans 
la trompe du moastique. 

L*insecte, très friand de suocion du sang humain, pique et con- 
tamine en même temps. Les larves de la filaire sont ainsi introduites 
dans la peau, où bientôt elles s'accouplent, et révolution recommence. 

Les préparations microscopiques de M. Patrick Manson montrent 
avec une netteté indiscutable les diverses phases de cette migration 
à travers les tissus de l'insecte. 

Ajoutons encore que le moustique qui joue un rôle dans le 
germe du paludisme est un anophèles, un moustique à longues pattes 
et à ailes gigantesques; celui qui sert de véhicule à la filaire est 
un culex, le culex ciliarUy le moustique de nos climats. 



5. The oblique eyes of the Mongols. 

The ^^Ostasiatische Lloyd" of April 13 brings as something 
quite new a communication in the ^^Magdeburger Zeitung" according 
to which a certain Mr. 6. Abkldsdorff had discovered that the obli- 
quity of the eyes of the Mongols is only an optical illusion, as it 
îs produced by the fold of the upper eyelid covering the inner 
acanthus of the eye, near the nose; and that it would thus be 
better to call such eyes plicated ones and not slanting ones. 

Now it is more than sixty years ago that the celebrated Fr. 
von Siebold had pnblished this observation in the *'Nippon-Archiv" 
(Vol. II, Part II) under the title "Erôrterung des Schiefisteheus der 
Augen bei den Japanern und einigen anderen Vôlkerschafben" '), 
where he bas given the same explication which Mr. Abeldsdorfi 
gives. The French call the eyes of the chinese yeux bridée (bridled 
eyes) which is much more significant. 



1) Explanation of the slanting eyes of the Japanese and some other races. 



294 VOTKS AND qUERIES. 

We may remark that this fancied obliquity is never apparerr:::^^ 
in a photography of a Chinaman. I possess some handreds f^^ 
photos of Chinamen of ail ranks; aud people in Europe, who ha<} 
neyer been in China, and who saw them, were compelled to 
acknowledge that the eyes of thèse Chinamen stood precisely ia 
their sockets as those of a European. 

G. S. 



(conférence faite au Musée Guimet le 17 décembre 1899) 



PAR 



MAURICE COURANT. 



I. 

Religion ofHcielle: culte des mânes et des esprits 
de la nature. 

L'esprit en Thonneur duquel on célèbre le calte, est en général 
représenté par une tablette sur laquelle son nom est inscrit, sin 
fjyou^ J0lf "^j sin oui hpan^ lP$ "& ^ i ^^ 4^i P^^^ roccasiou est 
placée sur un trône, tjoa, ^ . 

Le nom du sacrifice varie: tjyei, ^, et «d, ^, s'appliquent 
au culte des esprits de la nature, le premier terme pour les esprits 
terrestres, le second pour les esprits célestes: ^ , hyang^ est réservé 
aux mânes; keui, 0f, est une demande {keui ou, ^ ^), ou une 
annonce faite aux esprits {keui ko, ^^); pour le culte de Oon- 
fucins, onr trouve les expressions hyang, ^ , syek tyen, >^ ^ . 
Chaque terme, bien qu'offrant un sens qui lui est propre, est 
cependant en partie déterminé dans son emploi par les mots qui 
le complètent, si bien que les indications ci-dessus n'ont pas une 
valeur absolue. Les sacrifices sont faits les uns à époque fixe, par 
exemple à la nou?elle et à la pleine lune, à chaque saison, au 

20 



296 MAURICE COURANT. 

printemps et à Tautomae suivant les cultes; les autres ont lieu 
lorsqu'un éydnement en amène la nécessite, par exemple quand on 
doit annoncer un fait aux esprits ou implorer d*eux une grâce. Le 
roi est de droit le sacrificateur; il officie en personne ou par ses 
représentants, délégués spéciaux ou fonctionnaires provinciaux; le 
principal sacrificateur est assisté d'acolytes divers, mutres des céré- 
monies, invocateurs, tchyoukj j^^ et autres, qui sont des aides et 
nullement des prêtres; il n'y a pas de sacerdoce constitué à part. 

Le sacrifice consiste essentiellement dans l'offrande, heti^ jj^, 
tyen^ ^, d'encens, hyang^ ^, d'étoffés, hpyei^ ^, de vin, tjyou^ 
Y@ , de divers mets, et dans la lecture d'une prière, tok ichyouk 
moun^ ^ Jf^ ^ ; pour les grands sacrifices, à différents moments 
de la cérémonie, les musiciens chantent des hymnes et les danseurs 
exécutent des évolutions. Une coupe consacrée, tjyaky '^, est, dans 
la plupart des sacrifices, remise au principal sacrificateur qui la 
vide, eum pok, ^ J^ ; une partie des viandes consacrées, posées 
sur un plateau, tjo, ^, lui est paiement remise: il les reçoit, 
9you tjoj ^ ^ 9 et il les consomme après la cérémonie. Le reste 
des o&andes, avec le texte de la prière, est enterré, yei ^, dans 
une fosse kam ^, creusée à cet effet ^). Le texte de la prière, la 
quantité, la nature des offrandes varient suivant les cas. 

A titre d'exemple, voici la liste des offrandes qui sont placées 
dans un ordre fixe devant chaque tablette pour le sacrifice d'annonce, 
kéui ko, 0f ^ , aux dieux des moissons, aya tjik, ffj^ ^ . 

2 corbeilles hautes, en bambou, avec couvercles, pyen ^, l'une de 

rok ipo, j^ m , viande de cerf séchée, l'autre de ryoul hoang^ 

1^^, châtaignes. 
2 vases hauts, en bois, avec couvercles, <ou, ]g, l'un de rok hâi^ 

l$èi ^ * viande de cerf salée et hachée, l'autre de tehyêng tchyt^ 

W M.) '^u°^68 salés. 



fus coBÈMiia. 



297 



2 plats rectangulaires, en cuivre, avec pieds et couverclei, po, ^, 
remplis de to^ ^, riz et de ryang^ ^, sorgho. 

2 plats ronds, en bois ou en terre (?), avec pieds et couvercles, l^m^, 
^1 remplis de millet de deux espècea, iry^, ^, et tjik^ ^* 

1 plateau à pieds, en bois rouge et uoîr, tjo, ^, sur lequel on 
dispose la graisae de porc, fi ^yeng^ ^ |^. 

1 corbeille basie, en bambou, de forme rectaugulaire avec cou verclej 

pt, |||, oii Ton place les étoffes précieuses, hpyeU ^* 

2 derges, tchtfok, j^. 

L*encensoir, hyan^ ro^ ^ ^, et la coupe, tj^ak^ ^, sur son 
support, tyern^ ^, sont placés au cours de la cérémonie en avant 
de la dernière corbeille. Enfin 

2 vases en bois nui, tai tjon^ ^ ^, pleins l'un d'eau pure^mi/enff 
mfon^ m ^, l'autre de vin dons, ri/ei tjtfeit ^ ^- 

2 amphores en bois^ ornées de nuages et de montagnes gravés au 
trait, san roï, \\} @, pleines Tuiie d'eau, hyen ijt/Qu, 1^ ^, 
Tautre de vin clarifié, tehyeng tjyou, ^ï@* 



Aux grands sacrifices de printemps et d'automne en rhonneur 
ésë mêmes divinités, les offrandes sont plus al)ondautes, comprenant 
en outre de la viande de bœuf et de mouton, diverses préparations 
de poisson, des jujubes sèches, difiéreuts gâteaux, etc,; trois coupes, 
ijyai^ ^1 ^i^t offertes et placées devant, ttfeti^ ^, les tablettes. 
Pour k cérémonie de la libation et de l'offrande, tjak hen^ g^ jj^ , 
qui se fait au temple de Confucius, il y a 2 vases renfermant de 
la viande de cerf, 2 cierges, l encensoir, 1 coupe, 1 vase d'eau, 1 
vase de vin clarifié. Pour la cérémonie du salut aux tombeaux 
royaux, pài reung^ ^f^i J® ^^ trouve mention que de vin et 
d'eneens. 

Parmi les lieux où est célébré le culte officiel, les uns, myo^ ^, 



HAURICB C0URA.1IT. 



tyen^ ^9 ^^1 ^t comprennent des bâtiments couverts et fermés, 
séparés par des cours et renfermés dans un mur de dôi^ire; ces 
monuments, plus on moins étendus et somptueux, sont consacrés 
au culte des mânes. Les autres, tan^ J^, sont des autels à ciel 
ouvert, formés d'une aire aplanie où Ton accède par des degrés et 
qui domine le- sol environnant; ils sont entourés d*une ou deux 
enceintes de forme carrée ou rectangulaire, souvent assez basses et 
construites en pierres; Tautel et les enceintes sont orientés; aa 
milieu de chaque face de celles-ci, une ouverture est ménagée pour 
servir de passage, elle est ornée de cet arc de triomphe coréen, 
tout en bois et que Ton nomme hong sal moun, j^ ^ P^ ; les autels 
sont pour la plupart destinés au culte des esprits de la nature. 

A. Les principaux temples sont les suivants: 

^ ^ « ^j^^9 ^y^i appelé parfois lUai myo^ ^ ^ , situé en avant 
du Palais Tchyang-kyeng, g ]g ^ (en 18.91, le Vieux Palais), 
au centre de Séoul, mais un peu vers le nord- est; consacré aux 
mânes des rois de la dynastie actuelle et des reines, leurs épouses. 

tK ^ ^SL 9 y^^9 ^^^ ^y^h dans la partie méridionale de Séoul; 
les portraits des rois Htai-tjo, ^ jjj^ , Syei-tjo, {jU^ jjj^ , Ouen- 
*Jong, 7C ^, Syouk-tjong, ^ ^, Yeng-tjo, ^ ||, Syoun- 
tjo, )^ jlg^, y sont conservés et y reçoivent des sacrifices; cette 
salle a été consacrée à cet usage en 1619. 

J^ ^ 2|S ^ t Aam heung pon koung, ancienne habitation de Htai- 
tjo à Ham-heung, reconstruite après Tinvasion japonaise (1610); 
tablettes du père, de l'aïeul, du bisaïeul, du trisù'eul de Htai-tjo. 

/(<. f^ 2)S ^ 9 y^g heung pon koung^ ancienne habitation du père 
de Htai-tjo; tablette de ce dernier. 

^ 1^ ^' (W^ ^^^9 ^^yoj à Tjyen-tjyou, ^ j^ ; fondé en 1771 
en rhonneur du premier ancêtre de Htai-tjo, qui était miDistrè 
du royaume de Sin-ra. 



SQHUA1BË ET HlâTOHiqUk DES CULTES COREENS* 



299 




S ^' h^"9 ^^' ^^^"i ^ Tjyeu-tjyouî fondé en 1410, recon- 
atroit eo lC14t portrait de Htai-tjo. 

ï!^ ^ ^ *yowfi ôiien fy<?iî, à Yeug-heang; foudé en 1396 sar 
remplacemeut de la mâi^ou où est né Htai*tjo, reconstmit en 
1600; portrait de Htai-tjo. 

^ ^r ^jyfif^g ff^^'^ig ti/en, k Kang-hoa, fx ^tfocdôea 1695; 
portrait de Syouk-tjoDg. 

ïî§ ^ , »^en ôuen tt/en^ dans le Palais Tchyang-tek, ^ ^ ^ , 
à Séoul; le portrait de Syouk-tjoug y a été placé eu 1748, 

^^, hoa vi/eng tf/in^ à Syon-oaen^ >!fC J^ î '^ portrait de 
Tjyeng-tjong, j£:^^ J ^ ^^ pl«<^^ ^^ 1801. 

^ ^ t %«n£r mo kmmg^ construit en 1 764- Oo y célèbre le 
culte du prince héritier Tjang-heu, ^ JDc IMl "?» ^^ ^^^ ^'^ 
Tjyeng-tjongi de son petit- fila Syouu-tjo et de sou arrière-petit- 
61s Ik*tjoog, ^ ^ . 



Plusieurs autres templeSi nommés koung ^ ou myo j^ , sont 
consacrés à diTera membres de la famille royale, princes héritiers, 
femmes de second rang et autres. Il faat rappeler aussi que le 
culte est célébré, lors des anniversairea mortuaires, ^tfMttin, ]^^ J^, 
et lors de diverses fêtes, aux tombeaux des rois et à ceuK de quel- 
ques membres de la famille royale; lea tombeaux des rois et reines, 
ëun reuug^ \i^ |^, sont au nombre de 47 ou 48') situés pour la 
plupart dans les environs de Séoul; les tombeaux de seconde et troisième 
classe, ouenf ^, et ma, ^, sont au membre de plus de 10*), 

Le culte des ancêtres royaux est chinois de formules, de rites^ 
les rituels coréeus sont directement inspirés des rituels chinois; ces 
coutumes religieuses existent sous la mime forme ou sous des 
formes très analogues depuis 988. Si Ton remonte plus haut, on 
trouve dans les histoires un petit nombre de faits relatifs à cette 
question et méritant d'être rappelés. 



300 MAURICK COUEAWT. 

Au Sin-ra, «soas le roi Nam-hâi, ^^, 2® règne, la 3® 
«année (6 p. C), au printemps, pour la première fois on éleva le 
«temple de Si-tjo Hyek-ke-syei, jl^ JJBl^ M 1&'' ^^^ quatre 
«saisons, on lui fit des sacrifices. Sa propre sœur cadette, A-ro, 
«^ ^f présida aux sacrifices. Le roi Tji-tjeuug, ^ ^ (500— 
«514), 22^ règne, à Nai-eul, ^ Za t ^^^ ^^ naissance de Si-tjo, 
«fonda un temple pour lui sacrifier. Arrivé au 36^ règne, le roi 
«Hyei-kong, j^ ^ (765 — 780) pour la première fois détermina 
«les cinq temples: il prit le roi Mi-tchou, ^ ^ (262—284), 
«pour premier ancêtre ^ jj^ de la famille Eim, ^; les rois 
«Htai-tjong :Jk^ (654-661) et Moun-mou ^^ (661-681), 
«ayant pacifié le P&ik-tjyei et le Eo-kou-rye^ et ayant de grands 
«mérites, furent Tnn et l'autre des ancêtres dont les générations 
«successives ne [devaient] pas abolir [le culte]; eu y joignant ses 
«deux temples les plus proches, cela fit cinq temples» (S.k.8.k.). 

Je n'accorde qu'une importance médiocre à la date de l'an 6 
de l'ère chrétienne: l'histoire de cette époque reculée ue peut être 
acceptée que comme l'écho d'une tradition plus ou moins précise. 
Du moins peut-on retenir que la tradition fait remonter jusqu'à la 
mort même de Hyek-ke-syei le culte de ce fondateur du royaame; 
une femme fut chargée de présider aux cérémonies, coutume étrangère 
à la Chine et qui rappelle le Japon, avec les prêtresses de race 
impériale, oho mi kamu no ko^ ^ ^ ^ , des temples d'Ise, ^ 
^, et de Kamo, ^ ^* I^Q Chine, le Fils du ciel avait sept 
temples pour ses ancêtres, les feudataires en avaient cinq: le décret 
du roi Hyei-kong marque donc la reconnaissance officielle de Tin- 
flnence des rites chinois. Mi-tchou, qui fut considéré comme pre- 
mier ancêtre, est le premier personnage de la famille Eim qui soit 
monté sur le trône, mais cette famille tirait son origiue de Âl-tji, 
H :^, qui fut élevé par le roi Htal-h&i, j]g ^ (57-80) et qui 
devint premier ministre. Les deux derniers temples furent ceux du 



SOMMAIRE KT IlISTORiqUB DES CULTfcS COHEBNS. 



301 



I 



père et de Vmml dn roi: à la mort île chaque roi, la tablette tle 
dOE aïeul était déposée dans uue sâlle gecondaire et le noureau 
mort le remplaçait dans le culte. Il o'eât paa question à cette 
époque des anciens temples de Si-tjo iîyek-ke-ejei; il n'en faut 
toutefois pas conclure qu'ils aient été abandonnés; car ce person- 
nage était le fondateur du royaume, de plus il appartenait à une 
famille différente nommée Pak, ^|i; son temple ne pouvait être 
compris dans les cinq temples dea Kim* 

La Sam kouk sa keui inilique aussi les jours où avaient lieu les 
prières dans les cinq temples. «Daiïs l'année, on faisait six fois des 
«sacrifices dans les cinq temples; c'était le 2^ et le 5^ jours de la 
€pre luue^ le 5e jq^. ^3 i^ 5e i^ne, dans la première décade de 
«la 7^ lune, le l*^"^ et le 15^ jonrs de la 8® lune et au jour mar- 
tqué ïfi ^ ^) dans la 12^ lune»* Je ne sais comment Fauteur 
arrive a compter six sacriâces; le dernier, par la notation employée 
pour le jour, révèle Tinflueuce chinoise. 

Le Moun km pi ko cite nn antre fait, qn*il tire probablement 
du Sam kouk sa keui, bien que je ne l'y aie pas retrouvé, «La 7* 
< année du roî Syo-tji, ^ ^ (485), on ajouta comme gardes du 
€ temple [de Si-tjo Hyeb-ka-syeij ringt familles». L*inscription dn 
Eo-kou^rye que j'ai publiée précédemment dans le Journal Asiatique 
(mare— avril 1898), parle abondamment des gardes des tombeaux 
royaux dans ce pays; il existait, semble-t-il, au Binera nue insti- 
tution pareille, dont l'analogue se retrouve au Japon; le Nihon gi^ 
H ^ §E' uientioiîne souvent les mt^oaa^i 6^, |^ ^ , qui formaient 
une classe héréditaire de serfs soumis à une juridiction spéciale. 

Au Ko-kou-rye, «la 3^ année du roi Tai-mou-sin, ^ ^ f^ 
<(20 p. C), ou éleva le temple du premier ancêtre, le roi Tong- 
.myeûg, JàH^M^ (37-19 a. C.)» (M.h.p.k.). 

Quelle que soit la valeur de cette indication, le jStïm K'otil;«â ^eiii, 
citant le P^ cAi, ^^ ^ , ouvrage chinoie de Li Yen-cheou, ^ ^ ^ 



302 MAURICE COURANT. 

(VIP 8.), confirme Texistence de ce culte. «Ils ont deax temples 
«pour des esprits; Tun s'appelle Tesprit da Pou-ye, ^ ^TfSjfj 
«en bois sculpté ou a fait Timage d'une femme, Tautre s'appelle 
«l'esprit de Eo-teuug, ^^ TfSfi (ou plutôt Tesprit qui s'est éleyé 
«vers les hauteurs), on dit que c'est Si-tjo fils de l'esprit du Pou-ye. 
«Pour l'un et l'autre temple, on a établi des fonctionnaires, on en- 

«Yoie des hommes pour les garder. Ce seraient la fille du dien 

«du fleuve et Tjyou-mong, ^ ^»- Cette dernière phrase, ajoutée 
par Eim Pou-sik à l'auteur chinois, indique très exactement que le 
Eo-kou-rye adorait son premier roi et la mère de celui-ci; la lé- 
gende de ces deux personnages, rapportée dans le Sam kouk sa keui 
et dans l'inscription du Eo-kon-rye citée plus haut, confirme que 
Si-tjo (Tjyou-mong, le roi Tong-myeng) et sa mère étaient nés 
au Pou-ye; Si-tjo ne mourut pas de mort naturelle, mais disparut 
eu montant au ciel; de là le nom de Eo-teung. 

Le Sam kouk sa keui, rappelant ensuite de vieux mémoriaux, dit: 
«la 14® année du roi Tong-rayeug (24 a. C), en automne, à la 8® 
«lune, Ryou-hoa, ^^^ mère du roi, mourut dans le Pou-ye 
«oriental; le roi du pays, Eim-oai, ^^i l'enterra d'après les 
«rites d'une souveraine douairière; ensuite il éleva un temple. Le 
«roi Htai-tjo, ^AC jjJËLi en la 69^ année de son règne (121 p. C), 
«en hiver, à la 10^ lune, se rendit au Pou-ye et fit un sacrifice 
«à la souveraine douairière*. Suit une liste, avec dates, de sacrifices 
offerts par les rois de Eo-kou-rye à leur ancêtre dans son temple 
de Tjol-pon, Z^ 2{S • H faut remarquer le culte féminin et idolâ- 
trique mentionné dans ces deux passages. 

L'inscription que j'ai déjà citée et qui date de 414, fait allu- 
sion à une récente réorganisation du culte célébré aux tombeaux 
royaux. 

De même au P&ik-tjyei (S.k.s.k.) et au Ea-rak, ^ f^ (M.h.p.k.), 
on mentionne le culte du fondateur de la dynastie. Le culte des 



SOMMAI&lfi KT HISTORIQUK DKS CULTES COB^BNS. 303 

ancêtres royaux appartient donc à la religion primitive de la Corée, 
antérieure à tonte influence chinoise; j*ai fait remarquer en passant 
quelques différences caractéristiques entre les coutumes des deux pays; 
j'ajouterai que, dans l'antiquité coréenne, ce culte ne paraît s'adresser 
qu'aux fondateurs de dynastie, aux plus remarquables parmi les 
souverains, et non pas à tous ceux qui se sont succédé sur le trône. 
Par là, l'ancienne religion coréenne touche an culte des grands 
hommes, des bienfaiteurs du royaume ou de la province, tel qu'il 
est aussi pratiqué en Chine et dans la Corée moderne et tel que 
je vais l'esquisser. 

B. Les principaux lieux de ce culte sont les suivants. 

^^^, sam syeitg êà, élevé à Moun-hoa, ^^, entre 1469 
et 1494, en l'honneur de Tan-koun, ^ ^, premier roi légen- 
daire de Tjyo-syen, ^j|^, de son père Hoan-oung, @^, 
et de son aïeul Hoan-in, jj^ p^ . 

:^ fH ^ 1 syoung in tyen, à Hpyeng-yaog, ^ ^ , consacré en 
1102 à Eeui-tjft, ^ -^ , fondateur l^endaire du second royaume 
de Tjyo-syen. 

:^M^' *y^w"^ <^* 'y«"» à Kyeng-tjyou, ]^ ^ , consacré en 
1429 au premier roi de Sin-ra. 

^ S % ' ^oung ryeng tyen, à Hpyeng-yang, consacré la même 
année au premier roi de Eo-kou-rye. 

M^^^ «yoww^r ryel tyen, à Koang-tjyou, ^ j^ , fondé en 1639 
en l'honneur du premier roi de Pftik-tjyei. 

^^ ^, syoung eut tyen, à Ma-tyen, ^ QQ , consacré eu 1392 
à quatre rois de la dynastie précédente, Htai-tjo, ^j^ jj||[ , Hyen- 
tjong» IK^» Moun-tjong, ;^^, et Ouen-tjong, JC ^. 

Les dates où furent fondés les cinq premiers de ces temples, 
suffisent à montrer que, si le personnage que l'on adore est ancien. 



804 MAURICE COURANT. 

le culte est neuf et ne représente aucune tradition antique. Ces 
cinq temples, comme le sixième et comme ceux que je vais indiquer 
encore, ont été élevés sous Tempire des idées chinoises. 

^ ^ 3E ^ » moun ayen oang myoy situé à Séoul, dans le quar- 
tier nord-est; on y adore Confucius, les quatre saints, ^^ ^, 
8à syeng^ les dix sages supérieurs, -^ ^ « ^V ^^%^^ ^^ ^^ 
sages, -^ ^, ryouk hyen^ de Tépoque des Song (Tcheou-tseu, 
^ •^, Tchheng-po-tseu, 5^ 'fÔ "^^ Tchheng-chou-tseu, ^ 
^ ^ , Chao-tseu, 3|J -^ , Tchaug-tseu, ^ -^ , Tchou-tseu, 
^ "^ )» ^^ grand nombre de disciples chinois et seize Coréens 
qui ont été jugés dignes de cette haute distinction : Syel Tchong, 
^ ^ f Tchoi Tchi-ouen, ^ ^ 1^ (époque du Sin-ra), An 
You, ^ fgr» Tjyeng Mong-tjyou, ^ ^ ^ (époque du Ko-rye), 
Tjyo Koang-tjo, ^ 3fe ffi, Kim Hong-hpil, ^^^, Ri 
Hoang, ^^f , Ri I, ^3^, Kim Tjyang-sàing, ^ ^ J^. 
Song Tjyoun-kil, tIc '^ ^ ^ Tjyeng Ye-tchyang, i|$ j^ g , 
Song Si-ryel, tIc ^ ?!l» «i En-tyek, ^ ^ îÉ, Pak Syei- 
tchâi, #iH:^, Kim Rin-hou, :^i|J?, Syeng Hon, J^ 
1^ (dynastie actuelle) ®). 

On peut remarquer que, si les lettrés chinois de l'époque des 
Song sont nombreux au temple de Confucius de Séoul, il u*y en a 
qu'un de l'époque des Yuen; depuis lors aucun n'a été admis. En 
effet, la philosophie coréenne, au début du XIV^ siècle, est devenue 
indépendante et s'est soustraite à l'influence chinoise. A l'époque 
du Ko-rye, le culte de Confucius était peu pratiqué en Corée et 
An You (second tiers du XIIP s.), se plaignait en voyant l'encens 
fumer dans les bonzeries, tandis que le temple du Sage tombait en 
ruines. Ce n'est d'ailleurs qu'en 983 que les instruments du culte 
et le plan du temple parvinrent en Corée; en 717, il est vrai, 
l'image du Saint, avec celles des dix sages supérieurs et des 



SOHUAlIli: ET HlSTOBiqUE DES CULTES COBEENS, 



305 



5oixanfce-fiouze diacipleg^ rapportée au Sin-ra par Syou-tchong, ^ 
^, avait été mise au Collège royal, htai AaA, ^j^; mais il ne 
semble pas que le culte ait alors été établi. 

^ ^ ^ t %ei ^eng jsà^ situé au nord du temple de Confucius, 
foudé eu 1701 en l'bonueur du père de Coufuciu^i de aon fila 
et de quelqueB-uuB de ses diaciples* 

^ ffî ^1 ^!/ouîig tjyel ëà^ à Test du même temple, foodéen 1722 
eu rhonneur de quelques lettrés chinois. 

^ ï ^ ^ T ^oa« oang nam myo, au sud-ouest de Séoul, fondé 
en 1597 pour j adorer le général Koan Yu, ^ ^ ff 219 p. C), 
dieu de la guerre, qui apparut à cette place, se mit à la tête 
des Coréeus et repoussa les Japonais. 

^ î^ ^' i'Ofl« oang tovg myo^ à Test de Séoul, bâti eu 1600 
à l'endroit où disparut le dieu de la guerre. 

*^ ^ flf^i ^y^'f^ ^^^^ *^î ^ Séoul, fondé eu 1598 en Thonneur des 
généraux chinois Hîug Kiai, ^ ^i et Yaug Hao, ^ ^. 

^ ^j| ^* mou ryel ià^ à Hpyeng-yang, fondé en 1603 en rhon- 
neur des généraux et fonctionnaires chinois Chi Siog, ^ ^, 
Li Jou-song, ^ ^ :^ , Li Jou-po, ^ ^ ;(^ , Tchang Chi-tsio, 

^ ^ î^ ï ^chyoung min *^, à 8youu*htye«, ^ ^ , fondé en 1600 
en l'honneur du général coréen Ri Syoun-ain, ^ ^ ^ • Ces 
derniera temples se rattachent tous aux sonveuira de rinYasion 
japonaise et du secours apporté par les armées chinoises, 

C. Parmi les autels, un, à Séoul, le tai pa tav, ^ ^ J§ , 
dans le Palais Tchyang-tek, § ^ ^i ^^^ destiné au culte des 
grands hommes; il a été fondé eu 1705 pour honorer Tbai-taou, 
ia Wl (1368^1398), Cheu^tsong, f|$ ^ (1572-1619) et Yi-tsong, 
^^ (1627-1644) des Ming: la Corée a, en effet, jusqu'à ces 
derniéreâ années conservé ua attachement particulier pour cette 



306 VAURTCB COURANT. 

dynastie. Un ou deux autres autels, en province, sont consacrés aassi 
au culte des mânes; mais presque tous servent au culte des forces 
naturelles et d'esprits qui peuvent leur être assimilés par le genre 
de leurs fonctions et par le vague de leur existence humaine. 

Le plus important est le sya tjik tan ^ ^ |||^ , dans Tenceinte 
de Séoul, à l'ouest, à peu de distance de la muraille. Les grands 
sacrifices y sont célébrés au printemps et à l'automne en Tbonneur 
des esprits protecteurs de l'agriculture, Kouk sya^ ^ ^ , Kouk tjik<, 

H ^ f ^^^ '^^^1 j^ it f ^^^ ^i^^f ^ ^ ' ^^^ ^^^^ derniers sont 
des personnages de la haute antiquité chinoise, Eeou-long, ^ ]^, 
fils de Eong-kong, ^ iCi et Ehi, ^, ancêtre des Tcheou; les 
premiers ne sont que des abstractions, doublets des deux autres. 
Ce culte est mentionné pour la première fois au Siu-ra en 784, 
au Eo-kou-rye en 388; il est donc d'importation chinoise. 

Plusieurs autres autels sont situés hors des murs, au sud, à 
l'est, au nord-est, au nord de la capitale; le culte qui y est 
célébré, varie suivant les circonstances. Ces cérémonies, qui rentrent 
toutes dans les deux classes dites tjyoung sà^ F|1 ^, moyens sacri- 
fices, et syo sàj /\\ ^, petits sacrifices, sont faites en l'honnenr 
des esprits du vent, des nuages, du tonnerre, de la pluie, des 
montagnes et des fleuves en général, des murailles de la ville, 
syeng hoang^ j^^^, du froid, sa /tan, Ô) |||i des calamités, 
hpoy î^ , des maladies des chevaux, ma poj ]^ -^ ; du dieu- 
cheval, ma tjo^ ^ ji(|[ , qui est une constellation {htyen «â, ^ |||| ); 
du Premier Eleveur, syen mok^ ^ Ôj^ ; de celle qui a inventé la 
sériciculture, »yen tjam, ^ ^ (Si-ling-chi, S |^ ^ i femme da 
mythique Hoang-ti, ^^); des Premiers Laboureurs, syen nong^ 
"fti ^^ qui sont l'empereur Chen-nong, f$ :^) et Heon-tsi 
(Hou-tjik) nommé précédemment. C'est là aussi qu'on offire à 
Tchhi-yeou, "^ ^^ Iq sacrifice militaire 777a, jp|| , au début d'une 
guerre, et aux esprits des cinq éléments le sacrifice ou ^ poar 



BOflUAIRIf KT KlSTORiqUlC DKS CUI.fKS CORÊK^IS. 



307 



Jemàiider ta pluie ^). Touiies ces mauife^tatione religieustes sont 
originaires de Cliinef chinoises par leur ritnelf par les esprits en 
rhotineur desquels on les célèbre; oa les retroure dans les rituels 
cbinois, soit contemporains/ soit anciens. 



Culte privé des mânes. 

En principe, le culte des ancêtres existe dans chaque famille 
coréenne, comme il existe dans la famille royale; le fila aîné est 
béritîer des sacrifices et il présente les offrandes au père, à raïeul, 
an bisaïeul^ aiosi qu*à leurs épouses, c'est-à-dire à une, deux ou 
trois générations d'&ncêtrea eu ligne maaculiue; les ancêtres plus 
éloignés n'ont ni tablettes ni offrandes spéciales. Les cérémonies 
ont lien aux même» époqaesj à propos des mêmes érèuements que 
cell^ dn culte des ancêtres rojaui; elles prennent place soit dans 
la salle principale de la maison, soit dans une salle ou une cha- 
pelle consacrée à cet nsage^ soit auprès des tombeaux* Â titre 
d'exemple, pour le sacrifice présenté par un homme du peuple, 
c*eat-à-dire non fonctionnaire, *ye ir/, |fiF ^ , à son père et à sa 
mère^ ko pi, ^^Blt^ '^^ offrandes sont les suirantes: 

1 bol de l^nmes, tchài ^, 1 assiette de fruits, koa ^, l bol de 

fiande séchée et de riande salée, hpo hài J^p ^. 

1 bol de foie rôti^ tjifa kaUf ^ ^ . 

2 bola de riz cuit, pan ^, 2 bols de boaillon, kàing ^, cuiller 

et bâtonnets, si tjyt J|fc ^ , pour 2 personnes ^), 
6 tasses (de vin), tjan ^ . 

Pratiquement raristooratie des ryam pan, ^ ^, et la demi- 
aristocratie des tjyoung in^ f|ï ^, célèbrent ce culte privé, qui est 
réglé d'après le rituel de Tchou Hi, ^^^ et d'après les nom- 



808 mAtJRICK COUTANT. 

brenx commeutaires qu'en ont faits les sages coréens. L*origine même 
de ce culte est chinoise, tout au moins dans sa forme actuelle. 

«La 6^ année (1015) de Hyen-tjong, §1^9 le Tice-présideut 
«du ministère du Cens, Koak Ouen, ^ 7C, envoyé à la cour des 
«Song, dit que dans son pays toujours au P^ jour de la 1^^® lune 
«et au 5^ jour de la 5^ lune, on offrait des sacrifices aux ancêtres, 
«aïeul et père» (M.h.p.k.). 

Même sous cette forme spéciale, les sacrifices aux ancêtres déri- 
vent, à mou avis, de Tinfluence chinoise, qui à cette époque s^exer- 
çait depuis plus de six siècles et qui avait déjà agi sur toutes lés 
coutumes coréennes. Je ne connais aucun document plus ancien 
relatif au culte domestique. Quant à la forme moderne des rites, 
elle a été prescrite par un décret royal (1300). 

«Les personnages du rang de tai pou^ ^ ^i ^^ au-dessus 
«offriront des sacrifices à trois générations [de leurs ancêtres]; 
«ceux du 6® rang et au-dessus offriront des sacrifices à deux géné- 
« rations; ceux du 7^ rang et au-dessous jusques et y compris les 
«hommes du peuple offriront des sacrifices seulement à leurs père 
«et mère; tons élèveront des temples domestiques. A la nouvelle et 
«à la pleine lune, on devra présenter des offrandes, tyen^ ^ ; en 
«sortant et eu entrant (c'est-à-dire lors de tous les événements 
«domestiques), on devra faire part, ko^ ^; aux quatre lunes qui 
«sont au milieu des saisons (2®, 5^, 8^, 11® lunes), on devra pré- 
«senter de la nourriture, hyang^ ^; quand on mangera les pré- 
«mices, on devra en offrir, tchyen, ^; aux anniversaires mortuaires, 
«on devra sacrifier, tjyeij ^. Aux jours anniversaires, il ne sera 
«pas permis de. monter à cheval, de sortir de la maison, de recevoir 
«et traiter des hôtes. Pour aller aux tombeaux lors des fêtes com- 
«munes, il sera permis de se conformer aux anciennes époques 
«habituelles. En ce qui concerne les jours de sacrifice, pour les 
«personnages de 1®^ et 2® rang^ ce sera à chaque mois moyen, à 



SOUHaTRIC KT HïiTOHlQUB DES CVLTES COUKBKil. 



309 



«la première décade; pour les 3^, 4**, 5^, 6® raugs, ce tera a l& 
«décade moyeuoeï pour le 7*^ rang et aE-deaaous jusquea et y 
«compris les hommes du peuple^ ce sera à la dernière décade. — 
€0n suifit en cela les paroles de Tjyeng Mong-tjyoU| ^^^* 
(M.h.p.k,). 

Un grand nombre d'édtficeâ plus ou moins importants, portant 
le nom de êà^ ^, ^^ ouên^ ^ ^f 00 m^o, ^, n'appartiennent 
pas au culte officiel dont j'ai parlé plu9 haut; Us sont couBacrés 
au culte des hommes célèbres coréens ou chinois, philosophes^ 
fonctionnaires, soldats, qui se sont fait remarquer par leur loyauté, 
leurs Tertua, rélévaiiou de leura doctriaes. Le petit ouvrage intitulé 
Tfo iou rok u'en indique pas moins de 883 en dehors de Seouli 
c*est-n-dire en mojeuue plus d'un par district; encore ne euis-je 
nullement sûr que la liste soit complète. Dana quelques-unes de 
ces chapelles, on adore un seul personnage, dans d'autres une demi- 
douzaine ou davantage; ceriaiud hommes ne reçoivent de aacrifîcei 
que dans une localité, le nom de certains autree se retrouve dans 
toutes les provinces, dans plusieurs districts par province. Si les 
termes étaient pris dans leur sens exact, les ëà et les myo seraieut 
essentiellement des lieux de culte; dans les s^ê ouen^ la partie 
principale serait le kang tang^ ^ ^ , où les disciples se réunisseut 
pour lire et commenter les œuvres du maître, pour discuter et 
expliquer aa doctrine; dans la réalité, les trois expressions sont 
confondues. Elevées par la piété des descendant», des disciples, des 
admirateurs pour honorer la mémoire d'un maître respecté, ces 
chapelles recevaient des foudateurs des dons de rizières et d*esclaves; 
souvent le roi leur accordait des bienfaits analogues, les exemptait 
4'impôti, leur dounait une tablette portant quelques caractères écrits 
de sa main, àik^ ^. Â certaines époques ces institutions sont 
devenues si nombreuses que le gouvernement dut interdire d'eu 
fonder de uouvelleâ et retira même les privilèges accordée précé- 




310 IfAtJRICB COUaAVT. 

demmeat; ces mesares rcstrictived ne purent jamais être mûntenoet 
longtemps. En effet ces chapelles servent de lieux de réunion aux 
lettrés, c'est-à-dire à tous les nobles qui n'exercent pas de fonctions; 
ils y étudient les doctrines des maîtres, discutent les actes du gou- 
Teruement, adressent au roi des remontrances; les diverses associa- 
tions locales correspondent entre elles, sont en rapport avec les 
lettrés du temple de Confucius à Séoul: c'est là une organisation 
privée, mais non occulte de Topinion publique, du moins de l'opi- 
nion aristocratique. Il y a peu de rois qui aient osé résister long- 
temps aux exigences de cette caste, s'exposer à voir cesser les 
sacrifices et à entendre par suite murmurer le peuple, affronter 
même la déposition qui a atteint les princes de Ten-san, ^^ (Jj j^ 
(déposé en 1506) et de Eoang-hfti, jftM^ (déposé en 1623). 
C'est aussi des querelles rituelles entre chapelles différentes, entre 
disciples de maîtres opposés, que sont nés les partis qui ont 
ensanglanté la Corée au XVIP et au XVIIP siècles, Nam in, ^ 
\, Ro ron, ^ Hf , Syo ron, yj> ^. 

La plus ancienne chapelle est celle qui a été fondée à Syoan- 
b^°°Si ^ ft ' ®^ ^^^^ ®° l'honneur de An Tou, ^ ^ , par le 
magistrat Tjyou Syei-peung, ^ |Hl JB§; ce dernier y est aussi ador< 
depuis sa mort. Le sye ouen, ^ ^ , institué en 990 à Hpyeng-yang 
^ ^ , était simplement une bibliothèque (M.h.p.k., liv. 83). 

III. 
Cultes naturalistes et anciennes coûtâmes religieuses. 

Si l'on remonte aux temps antérieurs à la dynastie de Ko-rye, 
ou rencontre un grand nombre de faits indiquant une religion na- 
turaliste développée, dont les traces se peuvent suivre jusqu'à Tépo- 
que contemporaine. 

«L'endroit où Tan-koun, i^ j^ , sacrifiait au ciel, la tradition 



^VVrisB COBHBlli^ 



SU 



rapporte que c'était Tchyem-syetig, ^ ^, au sommet dn Ma-ni- 
aan, J^ ^ [1] , à Katig-hoa, J^ ^ » . (M.h.p.k.) 

«L*eTidroit où [les rois de] Sin-ra sacrifiaient au cîeK la Iracli- 
^ tion rapporte que c^était Tétang Il-ouel, ^ ^t d« district 
^^ de Yeng-il, ^ Q » (M*h*p*k.) Il faut remarquer le nom de cet 
Staag, qui rappelle ladoratioa des aatrBs dont je parlerai tout h 
L *heure* 

«Âa Ko-kou-rye, toujours ^ la 10^ luoe» on sacrtfiîiit au ciel 
-^En outre, au 3^ jour de la 3^ lune, oo se réunissait pour chasser; 
^^les satigliers et les cerfs que Ton prenait, on les sacrifiait an ciel* 
-^ — An Paik-tjyei, %nx quatre luueâ moyennes, on sacrifiait au ciel 
•^et aox espritë des cinq empereurs. — A.u Pou-ye, ^ ^t ^ 1& 
^^deruière lune, on sacrifiait au ciel; s'il y avait une guerre, on 
'^sacrifiait aussi au ciel. — Les Yei, ^j^* toujours à la 10^ lune, 
tsacrififident au deU. (U.b.p.L) 

Sans accorder d'importance à la mention du aoutrerain mythique 
*iran-koun, et tout en notant rinfluence chinoise que décale le nom 
Oea cinq empereurs dans les sacrifices du seul Paik-tjyei, il résulte 
^e ces teites que le culte du ciel était très répandu en Cor^ et 
^u nord de la Corée. Je ne saurais Toir là un culte originaire de 
^hine^ en raison des rites spéciaux mentionna à propos du Eo- 
^ou-rye et du Pou*ye par exemple, en raison aussi de Textension 
^Q droit de sacrifier que rien nlndique conune limité au son^erain; 
^e pins les rites chinois réserrent à rempereur et interdisent à tout 
«utre les sacrifices an ciel; Tinflaence chinois devait donc faire 
^lisparaltre peu à peu cette coutume et, avant tout, limiter an 
«ooTerain le droit de sacrifier. C'est ce qui a eu lieu. Sous la dy- 
nastie de Ko-rye, le culte du ciel est célébré par le roi^ tout raisal 
qu^O se déclare à Tégard de rem|>erenr; les rites en étaient proba- 
blement devenus cbinois et le lieu de la cérémome était, comme eti 
Chine, nu tertre rond, &uen kùu^ § ^ . Les premiers «ouveraioi 




312 v^v EAUttltDB COURANT. 

de la dynastie actuelle maintinrent ces vieux rites, qui furent ac- 
complis pour la dernière fois par le roi Syei-tjo, fyh jj||[ (1457). 
Dès le règne de Htai-tjong, ^^ (1410, 1411, 1414), on avait 
discuté le droit du roi de Corée à célébrer un sacrifice que les 
rituels chinois réservent à l'empereur, et Ton avait proposé de 
remplacer cette cérémonie par un sacrifice à l'empereur bleu, 
tchyéng tyei^ ^ ^, qui préside aux régions orientales; on ne 
donna pas suite à ce projet, mais le sacrifice au ciel, supprimé, 
puis rétablit ne reparaît plus après 1457. 

Les sacrifices à la terre^ tjyêi pang tchàik, ^ 3J^ j^ i sont 
d'origine chinoise, je ne les trouve mentionnés que sous la dynastie 
de Eo-rye, à partir de 1031; la dynastie actuelle ne les a pas 
connus. Toutefois le Moun lien pi ko ne mentionne pas moins de 
sept rois du Pàik-tjyei qui ont offert un sacrifice à la fois au eiel 
et à la terre; c'est un rite différent du précédent et spécial au 
royaume du sud-ouest. i . 

Le culte du soleil, de la lune, des étoiles existait au Sin-ra et 
au Eo-kou-rye; on le retrouve pendant la dynastie de Eo-rye. A 
cette époque, un autel dit ijyei syeng tan^ ^ ^ jfj^ , existait dans 
le district de Syen-san, ^ |JL|; la- dynastie régnante en eut un dû 
même nom à Ham-heung, ^ J^, il existait aussi un autel de 
l'étoile de la longévité, ro in syeng tan, ^ >\ ê ^ » ^^ offran- 
des et prières présentées aux étoiles étaient brûlées. Au milieu da 
Xy° siècle, ces cérémonies furent supprimées: comme les sacrifices 
au ciel, elles n'étaient pas conformes à la stricte orthodoxie du 
confucianisme. A l'époque dû Eo-rye, des prières très fréquentes, 
sans dates fixes, que l'on nommait tchyo^ ^, étaient faites dans 
la cour du palais, kouel tyeng, i^ J^ i ou dans une cour qui ser- 
vait de jeu de paume, kou tyeng^ ^ J^ , et étaient adressées tantôt 
au ciel, à la terre, aux montagnes, aux fleuves, tantôt aux cinq 
empereurs, o pang tyei^ 3£ >l^ ^ « on à l'unité suprême, htai ilf 



coQstellatioDâ comme 



ta coRiSKiii. 



313 



'^ — ' , parfois à dm constellatiotii comme la Graude-Ouree, peuk 
tou, '^t i\' r et même, sous le roi Tchyoung-ryel, ^ ^}|, a un 
Tau tour en terre cuite qui était dan a Tun des palais royaux (1279). 
Le culte des astres a?ait en même temps divers sanctuaires files 
dans les environs de Kai-ijeng» p| ^t capitale du Ko-rye; 
c'étaient le Kou yo tmig^ ^ ® ^ > ^t le Tjyo ki/ek tyeiu flS fê ^ * 
Avec k nouvelle dynastie, des chapelles analogues ^) s'élevèrent à 
Saoul ou dans les environs; le Pâik ak sin sa ^ *^ f$ j^i et 
le Mok myek sin sa, ^ ^ Jj^ ^ , qui dominaient la ville, étaient 
le lieu de prières dites tvhyo^ ^, mais les divinités qu'on y aclorait 
étaient des asprita des montagnes, et non des étoiles. Le culte de 
celles-ci était célébré an Sam tckyeng bjên^ ^ ^ ^i et surtout 
au Ijyo hjek sye^ fl^ ^^ ^ ; à ce dernier sanctuaire étaient atta- 
chés quelques fonctionnaires, dont les titres, êyang^to^ fÎ^' 
^ji'to^ ^^1 etc*, indiquent un rapport avec le taoïsme; il exis- 
tait, en effet, au XIV® siècle, uq enseignement officiel et des exa- 
mens taoïstes (T.t.kht., liv. 3); mais aux XV^ et XVP siècles 
(1490, 1520t 1526, puis après 1592), les exameus et les temples 
furent supprimés par suite de Tin Sue née prédominante dn confucia- 
nisme; pourtant jusqu'au XVIIP siècle (entre 1744 et 1785), on 
trouve encore mention d'une salle Htai-il, hlat il lyev^ ^ — * ^ , 
consacrée an culte des étoiles. 

Dans le royaume de Sin-ra, à une époque où la civilisation 
chinoise avait déjà pénétré, les sacrifices en rapport âvec ragricul- 
ture conservaient un caractère national. «Après le commencement 
tdu printemps, au jour hàh ^ , au sud de Myeng-boal-syeng, 
€^ ^||£, dans la vallée de Oung-sal, |[^7^, on faisait le 
«sacrifice Byêu m^ig, ;^ ^ (agriculture débutante); après le com- 
«mencement de Tété^ au jour hài^ à la porte du nord deSin-syeng, 
*^^' on faisait le sacrifice tjyouttg nong, t\l ^ (agriculture 
«moyenne); après le commencement de rautomne, au jour hàl^ à 



314 llAtJUlCB COURAIIT. 

«San ouen, ^ ^, on faisait le sacrifice hou nong, ^ ^ (agn- 
« culture finale)» (S.k.s.k.). Faut-il rapprocher les sacrifices de 
printemps et d'automne des antiques cérémonies japonaises intitulées 
prière pour demander la moisson (à la 2® lune), toiigohi no maturi^ 
J^ ^ ^ , et présentation des prémices, ohonihe no maluri^ ~^ jj^ 
^? Le culte chinois a un double sacrifice de printemps (l'un à la 
1^^^ lune, adressé à TEmpereur céleste '<^), l'autre à la 2® ou à la 8® 
lune en l'honneur des Premiers Laboureurs, mais n'a pas de sacrifice 
correspondant en automne. Quant au sacrifice agricole d'été, je ne 
trouve rien qui puisse lui être comparé. 

Au X^ siècle, on voit au contraire les rois de Eo-rye, à l'imi- 
tation des empereurs, faire un sacrifice aux Premiers Laboureurs 
81/en nong, -^ ^ , et labourer ensuite le champ sacré, tchin kyeng^ 



De même, la place des sacrifices modernes à l'esprit des murailles 
de la ville, syeng hoang, 'j^ ^ , était tenue par des sacrifices offerts 
séparément aux quatre portes, aux quatre fleuves et aux quatre 
grandes routes. Si les sacrifices aux quatre fleuves peuvent avoir été 
introduits de Chine, ceux qui. sont adressés aux portes et aux routée 
ne paraissent pas avoir tenu de place importante dans le culte de 
ce pays. Au contraire, le vieux sintoïsme présente les services reli- 
gieux appelés ohotono hogalii, ^ ^ ^ i mikado maturi^ ^ f^ ^ , 
miti afie no maturi, ^ ^ ^ , à propos du palais, des portes et 
des routes (Satow, on Ancient japanese rituels. Transactions of the 
Asiatic Society of Japan, vol. VU, p. 107). Je n'entends d'ailleurs 
pas indiquer qu'il y ait eu emprunt de la part du Sin-ra ou du 
Japon, mais rappeler seulement combien une commune origine des 
deux peuples offre de probabilité. Quant aux prières des habitants 
du Eo-kou-rye aux génies d'une caverne située à l'est du pays, il 
s'agit évidemment là d'un culte tout local, susceptible de prendre 
des formes appropriées à des habitudes religieuses diverses. 



SOMMAIRE ET HliTOBiQUB DIS CULTES COKEëNS. 



ai5 



Yei, V^i comme les Chinois et beaucoup d*atitres peuples 
d'Eîtréme Orient, regardaient les tigrea comme des êtres divins. 
Plus spécial était le culte rendu dans le Siu-ra aux corbeaux: 
cbâque année, à la pleine lune du 1^*" mois, on leur offrait un 
sacrifice de riz glutineux cuit An culte de la oature, lea Coréens 
joignaient donc le culte de certains animaux, fantastiques ou réels; 
on peut encore citer le dragon qui fait tomber la pluie, le cheval 
qui sert rhomme, le rat et la sanglier qui lui nuisent en détruisant 
les moisBong (M,h,p.k.), Âusi^i^ au début de chaque année, on faisait 
des sacrifices généraux de propitiatiou et de puriBcation; on en 
faisait également en temps de guerre; en pareille occasion, toutes 
réjouissances étaient interdites. On trouyerait des pratiques analo- 
gues à la purifii^ation générale annuelle dans la Chine féodale des 
Tcheou et dans Tancien Japon **). Je ne connais rien de semblable 
dans le culte chinois moderne, où Tabstinence, le lavement des 
mains précèdent chaque sacrifice, réalisa ut une pureté momentanée pour 
rînstant do la célébration, sans chercher à effacer des fautes com- 
mises, des souillures contractées précédemment* L'usage des purifi- 
cations, des prières publiques dans les calamités, incendies, invasions, 
est fréquemment mentionné a l'époque du Ko-rye sous les noms de 
S^^^Çi j® f F^'^i ^ I ^p P^^^9 *Jlf^\ JIS -^ ^ {ces termes ne sont 
pas exactement synonymes, mais ils semblent très rapprochés par 
leur usage) et rappelle les purifications prescrites au Japon pour 
des faits accidentels; une cootume de même nature était répandue 
dans le peuple, qui, chaque année, au 15^ jour de la 6*^ lune, al- 
lait se la?er la chevelure au fleuve pour écarter tous les malheurs, 
poul tjije poul «j/ang, |^ ^ Jf% jj^, après quoi on buvait et on 
se réjouissaii En Chine, an contraire, si Vemperenr s'accuse de ses 
fautes, prescrit des jeûnes, il ne s'agit pas d'une purification desti- 
née à effacer une souillure, mais d'une pénitence en raison d'nne 
faute commise: le point de rue moral est unique eu Chine, la 



316 VAURICB COURANT. 

question de pureté l'emporte au Japon, et aussi, semble-t-il, dans 
la Corée ancienne. 

Les prières pour demander le bonheur et détourner les fléaux 
étaient encore dites au commencement de la dynastie actuelle. 
Imitant et outrant le désintéressement et le respect philosophique 
de la divinité exprimés par quelques sages souverains de Tautiquité 
chinoise, Htai-tjong, ^ ^ (1406 et 1410) défendit qu'on deman- 
dât pour lui le bonheur et la longévité; il interdit les sacrifices 
qui étaient faits pour cet objet en difiTérentes localités par des 
eunuques et des sorcières, disant: «[Pour la vie] longue ou courte, 
«il y a un nombre fixé; à quoi bon faire des prières?» Toutefois 
la terminologie de ce culte aboli subsista à la Cour des Sacrifices, 
htai 9yang si^ ^ ^ ^ , doot les archives conservaient trace des 
cérémonies dites màing tjyei^ "§" ^ , mou tjyei, 3E ^ > *<>* ky^f^Ç 
^jy^^y ^^^1 ^^' Yeng-tjo, ^ jjjjQ,, en 1764, ordonna d'effacer 
tous ces termes des archives des sacrifices '*). 

Les danses ou exorcismes dits na, f|| , furent encore plus viva- 
ces. Le Tcheou li, ^ ^ , en parle dans les termes suivants 
(section ^ ^, art. >)^ >f9 ^): *I1 se couvre d'une peau d'ours 
«[ornée] de quatre yeux de métal jaune, il met des habits noirs 
«et rouges; il preod la lance, il porte le bouclier. Il se met à la 
«tête de cent valets officiels et fait les purifications de chaque 
«saison ''): par là il fouille les maisons et chasse les maladies». 
Je ne sais comment ces danses passèrent en Corée où la première 
mention que j'en trouve est de 1040: sous l'empire des idées 
bouddhiques, le roi Tjyeng-tjong, J^ ^ , supprima le sacrifice de 
cinq coqs que l'on coupait en morceaux afin de chasser les mala- 
dies; à la place des coqs, on offrit quatre bœufs en terre, de 1 pied 
sur 5 pouces. Eui-tjong, ^ ^ (1146—1170) fixa les rites des 
danses na exécutées à la 12^ lune; les danseurs, âgés de douze à 
seize ans, étaient au nombre de quarante-huit formant deux troupes, 



BOIlMAIfiE ET HISTORIQUE DES GULTE9 COREBUS. 



317 



• 

N 



ik portaient des m&Bquas et des rétemetits vayaots; Tod vêtu d*uue 
pean d'ours, avec uue culotte rouge, tenait uue lance et un bou- 
cHer, il avait le masque d'or à quatre yeux du pang »yang si^ 
')i >fr0 ^ '^)» îl^ étaient accompagoëâ de quatre porte-baunière, 
quatre joueura de corne, quatre tambours et ils cbautaieut en cbœur 
une formule d'exorcisme daus le palais pour en chasser les mauvais 
esprits. Sous la dynastie régnantef ces danses forent exécutés chaque 
année aux principales portes du palais et de la ville; c'était Tocca- 
sion d'une fête publique et les marchands de chaque quartier dé- 
pensaient beaucoup d'argeut pour donner de l'éclat à la cérémonie. 
Un censeur, ennemi du luxe et des réjouissances, obtint la sup- 
pression des na (1623); rétablis en 1682, ils furent définitivement 
abolis avant 1744. ^ 

Enfio, l'uu des points les plus importants de rancientie religion 
coréenne, c'était le culte des montagnes, des fleuves, des mers. Le 
Safn kouk êà kéui donne la liste des lieux saints du royaume de 
Siu-ra, classés eu trois séries, d'après leur importance (grands, 
moyens, petits sacrifices, tai «â, ^ ^, fjyoufig ëà^ ï^ ^, *yt? jâ, 
yj^ ^)* La première série renferme trois noms, ceux dBBsam satu 
^ \ \\ , les trois montagnes, la deuxième série vingt-trois noms, 
o akj ^ -^^ les cinq collines, sa tjin^ |^ s^, les quatre camps, 
êà hài^ P3 ï$' ^^* quatre mera, iâ toh, ^ jf^ , les quatre fleuves, 
etc.; la troisième série vingt-quatre noms de montagnes: c'est une 
géographie sacrée plus complexe et plus systématique que celle de 
la Chine» Un certain nombre de ces localités sont référées jus- 
qu' aujourd'hui. Un culte analogue se rencontre dans le vieux 
royaume de Ko-kou-rye, ainsi que plus tard sous la dynastie de 
Ko-rye; au XIII® siècle, on invoqua ces esprits contre l'inçasion 
mongole et on leur attribua des miracles; le pouvoir des génies 
coréens était si bien reconnu que Thai-tsou des Ming, Ç^ ;;^ t@. , 
peu après son avènement (1370), envoya en Corée le tao^chi Siu 




318 MAUEicjt couraut. 

Chi-hao, ^ ^ ^ , pour o£frir des sacrifices aux montagnes et 
aux fleuves; la prière qui fut lue à cette occasion, célébrait en 
termes pompeux leur puissance; Siu Chi-hao érigea, en souvenir de 
sa mission, une stèle avec une inscription dont le Maun hen pi ko 
cite le texte. 

Sous la dynastie régnante, ce culte a été constamment célébré, 
tantôt dans les lieux consacrées par la tradition, tantôt à un aniel 
spécial, aan tjyen tan^ ^| )\\ ^, qui eut des gardiens officiels 
(1405). Dans le Byouk tyen tyo ryei^ qui date de 1866, plasieurs 
passages sont consacrés à cette question; les lieux sacrés les plus 
renommés sont les suivants: 

^ "^ jjj > 9am kak san 1 

>t^ ^ LU > f/2o£ myek san | à Séoul ou près de Séoul. 

]^ i^ï han kang | 

^ •è' Ul ' ^0^9 «* ««'' ^ Kai-syeng, ^ ^ . 

^ ft ll| 1 »wa m san à Eang-hoa, fji ^. 

H II Ul 1 h^i ^^''9 ««w à Kong-tjyou, ^ j^ . 

^ ^ , oung tjin id. 

]|| ^ |1| , Aan na san à Tjyei-tjyou, ^ j^ . 

^1^, nam hài à Ra-tjyou, jg| j^ . 

^ ^ *^i Apy^i7 y<^^9 ^^^9 ^ Hpyeng-yang, ^ ^. 

flKl ^ ;^» «P ^^* ^«''^ à Eui-tjyou, ^ ;^H . 

^ ^, «ow^r Aôt à Syang.yang, Jl g|. 

â H^ Ul 1 P^^^ ^^'^ ^^^ ^ Eap-san, ^ |1| . 

S J|S3 ^ ) ^^^ ^^^^ ^^^.9 ^ Eyeng-ouen, ]^ ^ . 

]^ îWfe ?fC, powZ ryo?i «yoM à Yeng-heung, :^C ^^ 

On voit par cette liste incomplète combien ce culte qui remonte 
au Sin-ra, a encore d'importance aujourd'hui; il a survécu malgré 
rintolérance des confucianistes coréens qui a peu à peu fidt dispa- 
raître taut d'autres mauifestatious des anciennes croyances; il est 



SOMIIAIEB Wï HtSrroRïQUE DES CULTES CXIEÉBKS. 



319 



très Tirace dans lo peaple, qui De s'eat jamais associe à aucun des 
cult^ d'origine chinoise dont j*ai parlé plas haut. II n'est guère 
de montagne sainte où Ton ne trouve quelque sanctuaire consacré 
à nu génie du lieu ou à un Bouddha qui eu remplit l'office; à 
chaque passage important ou difficile, on aperçoit un arbre sacré '^) 
au pied duquel chaque passant dépose un caillou; d'autres voya- 
geurs lient auï branches une baude arrachée à leur Têtement; les 
dérota présentent du riz. Des offrandes analogues sont faites aux 
guési aux tourbillons des fleuves. Les grands arbres, les mi-^ek^ 
^ H^f statues gigantesques, peut-être d'origine bouddhique, que 
Ton rencontre eu assez grand nombre, les poteaux peints eu rouge 
et dont le sommet figure grossièrement une tête humaine, sont 
Tobjet d'une dévotion semblable. Le peuple croit aussi aux génies 
des maladies, par exemple de la rariole et du choléra, et il tâche 
de les apaiser. Toutes les classes admettent les influences astrologi- 
ques, revêtant une forme plus ou moins chinoise suivant le degré 
d'instruction de celui qui les interprète; dans les formules et les 
cérémonies de cet art, on retroufo presque toujours les caractères 
cycliques chinois et les prédictions basées sur le Yikifiy^ ^ jj^ ^^). 
De même la sorcellerie, très en vogue pour connaître l'avenir par 
les caractères qu'un pinceau suspendu trace sous la direction des 
esprits, très usitée pour exorciser les maladies, est pénétrée de pro- 
cédés et de rites chinois; elle est exercée surtout par des aveugles 
et par des femmes, mou-^iang^ ^ ^; une sorcière qui se donnait 
pour fille du dieu de la guerre, exerçait, il y a quelques auDées, 
au Palais une influence considérable. 

Telles sont pratiquement les croyances du peuple, resté étranger 
d'une part au culte officiel réservé au roi et a ses rcpréseutautg, 



320 MAURIGB COU&ANT. 

d'autre part au culte des ancêtres et des grands hommes qui n'est 
jamais sorti de la classe des lettrés et des nobles; ces croyances 
ont beaucoup de points de contact avec le peu qui est connu de 
Tancienne religion coréenne. 

IV. 
Bonddhisme. 

Les formes du culte bouddhique ne diffèrent pas sensiblement 
en Corée de ce qu'elles sont à la Chine, d'où le bouddhisme a 
pénétré dans la péninsule. 

Au Ko-kou-rye, «la 2® année du roi Syo-syou-rim, yJ^ ^ jj^ 
«(372), en été, à la 6» lune, le roi de Tshin, ^,FouEien, ^ ^, 
«expédia un envoyé et le bonze Syoun-to, fj^ ^, pour porter des 
«imites du Bouddha et des textes sacrés. — La 4® année (374), 
«le bonze A-to, jJ^^f vint» (S.k.s.k., liv. 18). 

Au Pftik-tgyei, «à la 9® lune du roi Tchim-ryou, i^ J^ (384), 
«le bonze étranger Mâr&uanda, ^ ||^ Hl (SE* venant de Tsin, ^, 
«arriva; le roi alla au-devant de lui et manifesta le respect rituel 
«de l'intérieur du palais. La loi du Bouddha commença alors. — 
«La 2® année (385), au printemps de la 2^ lune, on fonda une 
«bonzerie à Han-san, ^ |1|, on autorisa la prise d'habit de dix 
«bonzes» (S.k.s.k., liv. 24). 

Au Sin-ra, «la 15^ année du roi Pep-heung, j^ ^ (528), 
«pour la première fois, on pratiqua la loi bouddhique. D'abord, 
«au temps du roi Noul-tji, ^ ^ (417—458), le bonze Menk- 
«ho-tj&, ^"^ "^ï venant du Ko-kou-rye, arriva dans le district 
«de Il-syeu, — - ^.... Alors les Liaog, ^, expédièrent un en- 



80HHA1EB HT HiaTORlQUK DKS CULTES COREENS. 321 

«Tojé poar Ini donaer des Têtameuts et de TaneenB. , . , Arrivé au 
€ temps dû roi Pi-tchye, 1^ ^ (497—500), il y eut le bonze 
< A-to^ ^ ^ (on rappelle auasi A-to, ^ ^ ), avec trois sui- 
«vants, qui vint aussi» (S.k.s.k,, liy, 4], Ja laisse de côté plusieurs 
détails anecclotiques, eurieas mais un peu lougs, relatifs au début 
du bouddhisme. 

Les lois du Siu-ra subirent immédiatênient Tinfitieuce de cette 

religion, il fut interdit de tuer des êtres virants; un grand nombre 

de gens se firent bonzeâ, d'autres donnèrent leurs bieua aux bon- 

2eri^ et Ton dut mettre dm barrières légales à cet enthousiasme; 

quelques rois prirent la robe de bonze, plusieurs se firent incinérer. 

Dèi 551 f on créa la dignité de patriarche dn royaume, kouk htong^ 

@ i^» on sa ^ji/oih ^ ±; ^ ce personnage furent aoumia divers 

dignitaires religieux; plus tard, il y eut aussi des abbéa, fj^ou htong, 

^ j^, et des prieurs konn htong^ ^ ||^; a la fin dn VP siècle, 

on fonda un bureau chargé des affaires religieuses, tai to $\jb^ ^ 

^^, ou aa l^m^ ^ ^; peu a pco, les bonsseries royales ae 

multipliant, le roi même ayant sa chapdle privée, l'administration 

religieuse se compliqua beaucoup. 

Sous la plupart des roia de la dynastie de Ko- rye, la bouddhisme 
fut en faveur; Syeug-tjong, J^ ^, fit graver tout le Tripitaka 
(097), un conseil spécial, tai tjang to kam, ;^|§(^^* filt 
chargé de diriger Timpresaion dea livres sacrés. Les fêtes bouddhi- 
ques étaient célébrées avec éclat dans les bouzeries, dans les yameni, 
an Palais; le roi, accompagué de sa cour, précédé des écritures 
sacrées, He rendait processionnelle m eut aux bonseries et était reçu 
par les bonzes chantant des hymnes; ces fêtes se terminaient par 
des festins offerts à tous les bonzes de lu bouzerie, parfois à tous 




322 MAURICE COURANT. 

ceux d'un district ou d'une province. Parmi les fêtes le plus souvent 
célébrées, je citerai les suivantes: 

mou tchya hoi, ^ jSË "^ * 

fyoun kyeng hoi, ^^% - 

syou ryouk eui, ;fC ^ "^ • 

tjang kyeng to tjyang, |8^ ^ ^ "^ . 

pàik tjoa to fjyang, '^ J^^^- 

koan tyeng to tjyang, jH 1^ ^ ^ • 

Un grand nombre de bonzeries furent construites, fortifiées, 
splendidement dotées; Tune des plus riches fut celle de Heung-oang- 
s&, ^ ^ ^, élevée de 1058 à 1067; ou consacra à cette fonda- 
tion les impôts et la corvée de plusieurs districts et Ton y établit 
mille bonzes. Abusant de leur influence et de leurs richesses, les 
bonzes se mêlèrent aux intrigues du palais, conspirèrent, luttèrent 
à main armée contre les ministres qui leur déplaisaient. Beaucoup 
de rois eurent près d'eux un conseiller religieux revêtu du titre de 
kouk'8âj S |$j0 , ou oang'Sàj ^ 1^10 * et jouissant d*un pouvoir 
exorbitant; parmi les plus puissants, on peut citer Myo-tchyeng, 
^i^f qui périt à la tête d'une révolte (1185), Pyen-syo, ^ 
^ (Siu Ton, ^^), qui obtint le titre de marquis, r^na 
réellement à la place du roi Eong-miui ^ ^ , et fut enfin mis 
à mort (1371); il avait eu l'adresse de faire prendre au roi pour 
son fils l'enfant que lui-même avait eu d'une esclave; c'est ainsi qae 
Sin Ou, ^ jjpl , et Sin Tchyang, ^ j^ , régnèrent sur la Corée 
(1374-1388). 

Sous la dynastie régnante, la faveur du bouddhisme s'effaça 
devant l'ascendant du confucianisme qui deviut persécuteur. 



BOniIRB BT mSTORiqVB D1» CULTB8 cobëbns. 828 

1419 sDppression des cinq confessions bouddhiques, o kyoy IS. W^\ 
on ne laissa subsister que le ayen ijong, jjjp ^ , et le kyo 

1512 suppression de ces deux confessions. 

1469 d*aprds les Statuts, kyeng kouk tai tyen^ jj^ H ^ ^ « P^" 
bliés à cette date, les bonzes sont inscrits sur un registre 
tenu par le Ministère des Rites; après avoir passé des exa- 
mens spéciaux et payé un droit de 30 pièces de chanvre, 
ils reçoivent une autorisation de profession religieuse, to hfyep^ 
^ )^. Ces règles sont tombées en désuétude entre 1469 et 
1744. Les mêmes Statuts (1469) interdisaient de construire 
des bonzeries nouvelles. 
1512 destruction du Ouen-kak-s&, |§|^^f bonzerie fondée à 

Séoul en 1464. 
1661 destruction du In-sjou-ouen, ^ ^ ^i ^^ du Tj^-sjou-ouen, 
]^ ^ ^ , depx bonzeries situées à Séoul. C'est vers la même 
époque qu'on renouvela pour les bonzes Tinterdiction d'entrer 
dans la capitale. 
1770 défense de construire des bonzeries près des tombeaux royaux. 
1776 destruction de tous les oratoires dans les yamens et dans les 
palais. 
A l'époque où j'étais en Corée (1890 à 1892), ces lois étaient 
appliquées; les bonzes étaient rangés dans la classe vile, tchyen tu, 
^ ^, à côté des sorcières, des tueurs de bœufs et des femmes 
publiques. Les lettrés, depuis plusieurs siècles, condamment âpre- 
ment le bouddhisme; ils ont évité le plus souvent d'en parler, si 
bien que les renseignements sont peu nombreux et ne se rencon- 
trent guère que dans quelques livres administratifs '^). 



324 HAURICB COURAIT. 

Ed opposition avec la lettre de la loi et Topinion de Taristo- 
cratie, il faut remarquer que plusieurs rois ont £ût des aumônes 
importantes aux bonzeries, que Htai-tjo, "^ jjjQ^, a fondé oelle de 
Syek-oang, ^ 3E \F ' P^^® ^® Ouen-san, 7C ll| » ®t Tjyeng-tjong, 
jE ^> <^11® d® Ryong-tjyou, ^ ^ ^ (1795) dans le district de 
Syou-ouen, ^ |^ , auprès du tombeau de son père et du sien 
propre. Lors de l'inyasiou de la Corée par les Japonais (1592— 1598), 
quelques bonzes se mirent à la tête de leurs confrères et luttèrent 
courageusement contre l'étranger; à cette époque, remonte Tinstitu- 
tion des bonzes militaires qui dépendent du Ministère de TArmée 
et sont chargés de garder les citadelles de Peuk-han, :|(^ ]^ , et de 
Nam-han, ^ ]^ , au nord et au sud de Séoul. De même, Tabbé 
de Ryong-tjyou-sa est pourvu d'un titre civil important **). Un bonze, 
Tou-tjyeug, ^ j^ (ou Sft-myeng, ^^^ ) fut chargé des négocia- 
tions avec le Japon (1604) et prépara la conclusion du trûté qui 
régla les relations des deux pays jusqu'en 1876. 

Dans la campagne, les bonzeries sont nombreuses, quelques-unes 
fort importantes, d'autres très misérables; le peuple les fréquente 
volontiers et leur donne des aumônes. Il cou naît d'ailleurs à peine 
la religion et n'a pas des bouddhas une autre idée que des esprits 
qu'il fait exerciser par les sorcières, sinon qu'il voit dans les pre- 
miers des protecteurs et que, parmi les autres esprits, il en recon- 
naît de bons et de mauvais. Les bonzes eux-mêmes sont si igno- 
rants qu'ils sont incapables d'instruire les fidèles. Pour ne pas les 
juger trop sévèrement, il faut songer à l'état d'abjection où ils sont 
maintenus depuis plus de trois siècles, et ne pas oublier le rôle 
qu'ils ont joué au temps du Sin-ra: ce sont eux qui ont introduit 
les arts de la Chine, l'écriture et la civilisation. 



eoKMAlEE KT HiaTOUiq^Ë DIS OUÏ/tEÊ COEKKKS. 



325 



Notes, 

1) BibUogmpbiè j 1° ouvrages coréeùft: 

Sam kmtk m ketth m. ^ ^ ^^^ Mëmoirea historiquea di» Trois Royaumes^ 
p*f Kim Foit'iik, ;^ ^ ^ (1145), livre 32 — BibMogriphie coréettae, n*». 1836. 

Bffê fa «jm *fl»y, M -^ fê JS^ ' ^'*=^' *^* l'tisbîTB du Kq-rye, p«- Tw K^H, 
^ ^ (1667) — BibK eûï^enne, n'. 1867- 

Xym^ kQuk iai tyg», j^ ^ y^ ^ , Statats foDdameatam, davra^ officiel de 
Ueg — Bibl. corëcDae, ii'^, 14fi6. 

ryd eui, ^ ^ ^ , le» Cinq Rite*, OQYrage officiel de 14Î6, livre» I et 3 ; 

-%* Fjftfi, J^ pflj , préface et BvertiBÉflment da mftme otivrige, livre 1 — BibL coréenae, 
n'. 1047. 

Titi fj^tfM A^ti ktong, y^ ^ ^ Jg, Stituta foadttmButaoîc, oovrage offiûiel de 
18Ô6, litre 3 — Bibl. corceniie, 0°. 146L 

Jjffwi iym ifo ryei, ^ -^ j^ 0}] , Hèglemeatt relatifa iqi th Stttlatt, oavri^ 
offiebl do 18 66, livre 5 — Bibl. ^^oreeDiie, 11 ^ 1462- 

Momm hffH. pi ko, ^^ f^ ^fiS ^^ , Einmea dei arch tires et dei écriU. ouvrage 
officiel de 1770, livrci 28-28 -^ BibL coréeDne, d*. 3J12* 

Tjo lûu roh, ^J^ ^ ^J " l'î"*^ ^«> tcinpicà, ouvrage tétt^i^ non daté — Bibl. 
corfenDe, n', 1156. 

^^ oavr«ge cbitioisi 

Ta tikmff iÂûuff U, "^ ^ ^ ^ , Rites de la djnastie de* Tskiog, oaTrage 
officfiel poUié iprèt tia dé«!ret de 1S20. 
30 QQ^^age^ japooaif : 

^^ «H, ^ I^ jf*. Rite» de ]i période Eii-gi (001- -928), onvrage offlmel 
pûhWi en 927 (voir auiil les travaai de Sir £. Satow et dn Dr. K. Florenï »iir Lei morito, 

2) £0 Cbiae, dan» les sacrifice» l T Empereur elleile, Aoai^ tàioH eAatiff fi ^ ^ 
Jl T& » ^" oflfrandéB aont brÛlë^e», rpo jç|ç , et non enterrées, mprèa que l'Empereur, 

qui ettt le sacnficatenr, j a goûté (?^ tsÂùi^ tAûn^ /ij liv. 1)^ il en est de même pour lea 
saeriaeea mnx ancÊCres impénam (id. Uv. 2), an »ol«il et à li ka« (îd. Uv. 8). 

8) Je ne sais «i la reine Min, ^ , femme du roi régnant, assassinée aa octobre 1894, 
enterrie en 1807. a eu les honneurs d'un toml»eaa ro^al, 

4) Met sources jusqu'ici &ont Iei ouvrigââ suivants: ryH «ni, M&Uft Â^m pi Jta^ 
JbfOuk tyen fyû jjgi, T&i iyeti Àm Atomff. 

h) Troisième ctracière du cycle chinois de doui« termes, /t kAit JQ ^t^ 

A) Sur tous ùtA p«rsoDDagei8» on trouvera des renseignements dans ma Bibliographie 
coréenne. 

7) En Chine, aujourd'hui les sacrifices ieÂAamg yu, ^u ^B , sont q dresses à tous les 



326 HA.TJRIG8 COTTRAlfT. 

esprits du eîel, ^^ JfBi , à toat ceai de It terre, J^ Jflg^ , à U planète Japiter, jj^ jSk , 
à Heoa-thoQ, Heoa-tsi et eonsortt, J p*. ^^; le sacrifice /a jfv, ^^ ^S, lien quand 

les précédents n*ont pas amené la plaie et est offert rEmpercar céleste, 1^ ^^ p ^n^* 

8) Remarqaei qae, dans les sacrifices officiels, on ne trouve pas mention de ees nstensilet. 

9) Une chapelle de ce genre, iai oanç ta, y^ ^ J^ , sitnée sar le Sjong-ak, 
;i^ J^, an nord de KKi-ayeng et très fréquentée par le penple, subsista jusqn'en 1666; 
elle fut alors incendiée par les lettrés avec les images qu'elle contenait. 

10) L'Empereur céleste, eAanç H, J^ vÊt • ^^ ^*^* ^^ temps modernes représenté 
par une seule tablette, c'est donc une divinité unique. 

11) Voir Teheou fi, ^ |g, section ^ ^ . art. |;^ ^; section ^ ^ , 
art. Hb 4B ^ . — Voir Dr. K. Floreni, Ancient japanese rituels (Transactions of the 
Asiatic Society of Japan, vol. XXVll, p. 1) — On peut rapprocher l'expression coréenne 
ieui ffang, j|j/f )p|, et son corrélatif poul jj^, du ohobarahi ou ohoharahê, y^ Jgj^ , 

du culte sintoïste. 

12) Remarquer le rôle important des sorciers dans le vieux culte chinois (TeÂâom H^ 

18) t& iPI. eÂi no; ce dernier caractère est pour flt • I<« commentateurs font 
remarquer que les Yne Hmç, B '^> °® perlent que de trois purifications qui armient 
lieu à la 8«, à la 8« et à U 12» lune. 

lit) Le pamg tftmg si figure encore dans les enterrements royaux en Corée. 

16) Beaucoup de vieux arbres passent pour hantés, on n'ose les abattre; les génies qui 
les fréquentent, ont parfois si mauvais caractère qu'ils font déserter les maisons voisines. 

16) Voir à ce sujet ma Bibliographie coréenne, livre VII, chap. II et ITI. 

17) Les lois contre les bonzes ont été abolies le 28 avril 1895 grâce à l'influence dee 
Japonais. 



MÉLANGES. 



• ♦ * 



On some unidentified chinese transcriptions of Indian words 

BY 

G. SCHLEGEL. 

L 

Tashti Rud LaftAi. 

In my paper on the '^Secret of the Chinese Meihod of trans- 
cribing foreign sounds*', I hâve said that the buddhist monks who 
tanghi the Chinese to transcribe indian words, mnst hâve spoken 
Sanskrit very badly, so even that they sanskritizised prakrit or 
Pâli words. 

As one of the many proofs I haye gleaned for this verdict, I 
shall mention one in particular: A staff or pôle is called in Skt. 
ffcukti; a flag-staff is called ketu-yashti or, simply, yashii. It is aiso 
the name of a shmb, the Siponanthus indica^ and is then correctly 
transcribed by the Chinese ^ |^ ^ yat-tit (= yash) ^^ti {Fan-yih 
Ming-ij Chap. Vil, fol. 30 verso). 

The Skt. yoêhti became in Pâli yafthi\ a flag-staS was called 
tetu^atthi. 

Bat, in Pâli, this word has a secnndary form latthi, wbich 

22 



328 MELANOBS. 

does Doi exist in Ski. Id the Fan-yih we find in Chap. XX, fol. 7 
verso^ the statement that before the indian dagobas is planied a 
pôle in order to indicate the résidence (of the priests) and that 
this pôle is called ^J ||^ ^^ lat-sit-fij and serves as a fli^-staff. 

The réduction gives lat^sit -{- ti = lash -)- fi* It is clear that the 
monk who taught the chinese trauscriber this word had sanskritizised 
the pâli Word Latthi as LashÇi. The chinese transcriber faithfally 
gave back this erroneous word; for if the monk had given him 
the pâli-name lafthi^ he would hâve transcribed it by ^ ^ /a/-t't 
and not by laUsit-Vi or lashii. 

It must hâve been a very very long time that Sanskrit had 
become a dead lauguage, for many words dating from the 7th 
centnry are not transcribed in Skt. but in Pâli by the Chinese. 



IL 

m ^ ^ m 

Sat Vo p*o lun. 

The Fan-yih (Chap. II, f. 9 recto) mentions a Bôdhisattva called 
^ 1% JSt ^ sat'fO'-p'O'lunj which name is translated by ^ 1^ , 
'incessant wccping*', because this Bôdhisattva imploredBuddha daring 
seven days and seven nights weeping and crying for grief). 

If we translate this iuto Skt., we shall get sadâ (always) 
rodana (weeping) '), which does not at ail answer to the chinese 
transcription. 



Pfj^ ^ This is the pilgrim SaHkghacarma (|^ ^jfji ^ ^ ), whoM life his l»ee^ d««> 
eribcd by I-tting. Cf. Cha vannes. Les pèlerins boaddhistes, pag. 7S, § 88. 
8) Cf. saddnandat always happy. 



IfËLANQKS. 



329 



la Pâli there eiiate, bôsidea the word rodmnam (weepîîig)» a 
seeutitiarj form riiTpiam or rt»iim = rodana^ thia wortl having passed 
ibrough an loiermediate form rudna* 

Sade (always) is rendered by the two firat charactera ^ |î^ 
sai~to'f the nm or roji of runnam bsiiig rendered by the tburth 
eharaeter ^ lun {=i rmi), with the usoal suppreaaien of fîiiftl nom* 

The third eharacter ^ p'o représenta the préposition pa (Skt. 
pra)^ much uaed in compositioti with verba and their derivati?B§, 
as e. g, in pa-muncati^ to make loose, to relôaae, in pa-samêi^ 
praigiog, in pa-bodhai^ to arouac, raîse^ a. o* îo Sâdhukâratn pa^^ 
hodhayi, **rai8ed a shôiat of Sâdhu *). 

We ha?6 thus to tratialiterate thèse four ehinese characterg in 
Pâli, aod get sa'dâ^pa~TUn{ttam) i. e» *'CoDataatly (sadd) aetting up 
(pa) a howl (rwiniTiam)". 



IIL 



KipifK 

Thia term haa beea tîU now cousidered ag a deaigaatîoa of a 
spécial coutitry, and has been îdentified by mère assonance with 
th© Kûphen (uame of a river) or with Cophene (name of a country) 
of the aneient greek geograph^rs, the modem Kabul (Eitel) or 
with Cftêhmere (ChaTannea). 

Bat Kipin beeame only much later a distinct atate, Primitively 
the oamô Kipin was a nickname. Dharmamêgha^ the auihor of the 
ïrell-knowa Baddhiatic Diction ary Fan-yih Mi^g-i-tnh^ tells us in 
Chap* VII, f. 14 virsô' ^^Kipin meaiia ^^Meaii fellowa*', aud the 
identificatiou in the "Si^yu-ki" of Kipin with Cashmere ia wrong. 



4) ChîMfir», DîpI, r*f Ihe Pâli tftugnsig!?, t. r» 



330 MBLANOBS. 

^^ When Madhyântika^ a native of North-India, had conyerted the 
heaibenish population of Gashmere, he bailt there five hundred 
Samghârâmas or monasteries, and for that purpose he bought in 
ail foreign coQntries mean people in order to do the work and 
serve the priests. When Madhyântika had éntered Nirvana^ those 
despised serfis elected themselves a sovereign; but ail the surronnding 
states, despising their low caste, would not intermarry with them, 
calling them Kritiyas^ which means in Chinese bought as aerfa^^ ^). 

We bave thus to seek in Kipin a nickname like that of KrMya^ 
and this cannot be anything else but the Pâli word Kapani^ ^^a 
misérable man*', '*a wretch*'. Childers quotes kapafdddhikavatuifjib' 
bhaka^ i. e. Kapani^ Addhiko and Vanibhako, paupers, wayfarers and 
beggars, or wretches, tramps and beggars. 

Kapanî is the Pâli-form of the Sanskrit Kripafjin^ a misérable 
individual, and we should bave expected in Pâli a form Kipar^î *). 
But for the etymology this is of little importance as the character 
fig is used as well to transcribe ki as ka. (Julien, Méthode, nos. 
534 and 535). ^ pin is pronounced pan to the présent day in 
Canton-dialect, and ^ ^ thus gives kipan or kapan with the 
usual suppression of the final vowel. (Cf. § 67—69 of my "The 
Secret of the Chinese Method**, etc.). 



Aê±mM. mmmm. m^mm. n»^ 

Cf. £itel*t Handbook, i. v. Kriliya, MadhifâiUika, Kaçmtra; St. Jalien, Mémoirflt lor 
les contre occidentales, Vol. I, p. 170. 

6) Kripa^im is derived from ipp, "to pity", or from its oKsolete form àrtip or J^pi, 
"to compassionite" (Benfey, Sk. Dict., pp. 213 d and 225 a), which woald explmin the Ptlî 
kapafii. 



M£LANOBB> 



331 



It is not aurprising ihat the descendanta of thèse serfs adopted 
the uickaame Kapmû as the name of their la ter state. lu the 
Spatitsh 80 yearâ war the Dutch had Iikewise adopted as a honorific 
epiiheton the injurious nickname Gu€ux (beggars) which on© of the 
courtiers of Margareta of Patina gave to the three handred dutch 
nobles, wbo came, April 5 1566^ to Bruasels in order to présent a 
pétition to the governess who was rather frightened b; this împosiug 
embassy, but who was comforted by the remark of this coortier; 
Ce ne sont que des gueux (it are oiily beggars). 

As for the geographical situation of Kipin^ oor friend Dr. J. 
Marquart, who ii busy with a critical surf ey of the différent states 
in Northern ludia, will in time détermine where ihe country was 
aituated. 



Unidmttified transcriptiona in thê liinemry of U-k'ong ^ ^ ^)* 

We shall begin with the most important chapter in this itinerary, 
when U-k'ong^ in his 29th year, came to Cashmere in order to be 
ordained as a priest and receire ail the ordinations. 

It ia a pity that the translators hâve not consulted the work 
of professor De Groot, published iu 1893 % thus two years before 
the publication of MM< Lé?i and Chavannes, and lu whîch work, 
Chapter XI V» the whole cereraony is described iu détail, under the 
tïtle; "Acceptation des commamlements des Bodhisaiwaa''; in Chinese 



*î) Lit] né rai re à'Ou^k'ong. Joamil Aaktïqne, Sept.— 0<)|. ld9E. M y qaotitîoai ttht 
lo tbe «ptrate repriDl 

S) Le Cki^e du Blahâjâna en Chine, p*r I. J. M, t)e Groot (VerhaûdeUagen der Ko- 
lltjiklyke Akftdemie van Weteiisfhappeti te Amiterd&tu, Afdeeliag Lelterkiinde, Vol. I, ao, 
i. Amiterdam, Jolminea MûUét, 18^S, Prof. De Groot tells me that he had ictit îa 189S 
a ùajfj of hii work to Profeaaor Chav aines. 



832 MSLANORS. 

The ceremony takes place in a chapter presided by the abbot, 
assisted by a Earmâcbârya (^§ ^ Pvf ^ ^) ')« <^n Âchârya 
instracior (f^^^lf ffl^)') ^^^ seven witnesses. 

Page 237, E., Prof, de Groot describes theceremony of choonng 

A 

an Upâdhyâya and two Achâryas. 

When a Çramâna entera into ihe extraordinary Samgha (like 
U'k^ong) ihe chapier is sapposed to be presided by Baddha himsel^ 
assigted by Mandjuçrx as Karmâehârya^ by MâUrêya as Achârya^ 
instructor and ihe Buddhas of the ten qaarters as witnesses (p. 238). 
We read (p. 241) that the néophyte begins to chôme Tàihâgatâ Çâkya 
to become bis Upâdhyâya. Next he prays ihe Bodhisattra Mcmdjuçrî 
to become his Karmâchàrya; ihen he prays Mâitréya to become his 
Achârya-instructor, and, finally, he implores the Bnddhas of ihe ten 
qnarters to be vénérable witnesses, etc. 

Now we read in U-k'ong (p. 17 of the separate reprint) that 
when he wished to be ordained, he asked (F^-tcAou-cAe-nt^ft 

(^ 1^ ^ ii ^) to »»«>'°« tis o,i-po-tie.j,e (^ » I& '•) ^ 
upâdhyâya), It is eyident that the characters fFien-CcAoïf-cAe-tit^tt, 
not ideniified by the aathors, represent tbe Pâli foria Maûdjnsi *') 
(= Skt. MaOdjuçri)^ whiist f§^ Jt|| ''^p-lt represents the word nidki, 
a réceptacle, a treasnre. 

He nezt asks Ou-pou-tchan^Vi (j^ >^ ^ ^) to become his 



9) De Groot has in both places (p. 208) by misUke ^ sàm, instend of ^^ b, 
as be ooireetly writes on p. 75. 

10) CbaTsnnes gives @|^> » cbaiacter not oecarring in iL*aag-lii or 9mj oUwr 
dictionary. Upadbyàya is also transcribed y^ ^^ jâft ?R ^à^ m-fo-^àê^fthftu Hâve «e 

to rend in U-k'om^ J^ tSt 4^ ife ^ "^'^ '*•«* <^**' ^^^^ "^'^ As I 4o ■oi 
posseas the original text, I can not dedde tbe question. 

11) Tbe oid sonnd of 4ç was n, wbicb represents in transcription tbe pâB fan^ 
ai, as in tbe transcription of Çri^mU ^^ Jhn jB ni-km^, wbicb beeoMes ia FUi SigétB 

es of my Method). 



UÉLANOEâ. 



333 



Karmiichârya. The réduction of theae characters gives UpahAânti **) 
probably a surname of Mâitrèja (the forbearing-oîie). 

U*k*Ofig adds that oue sayg in N^an'êi (Turkestan) Ngo-cke-U- 
ngo-lm-eul ( ^ ^ ^ §|t S^- ^ )* which characters hâve not been 
ideoii&ed by the traualators, The three firet characters represent the 
Word Achârya **)* The old sound of gf(j waa ga '*); @^ ia used for 
l^a ^% whilst ^ is probably a mbprint for ^ ya, 

We thua get Ga-lya-ya a word oecurring in the name of 
Mahâ Mâwigahjayana^ ooe of the gréa test disciples of Çâkyamuni, 
surnamed Buiîdha's left haod (^ ^ i ^). 

The whole term ie to be translaled **the AcMrya {Mênd) 
galyaya{nay\ Or, if we accept the readitig ^ niy Galyam tôt galyana^ 
ya being auppressed. 

U'k'ong finally aeks the T'o-U-weï-ti (H; M îl ^) ^^^ become 
his âeliâryas. The rédaction gives t*ù~ti (= tri) -weî (= vi) -ti {= dya). 
Traividya (i. e, tn-vidyâ + a) iâ the désignation of an assemblage 
of BrAhma^aa skilled iti the three Vedas (Benfey). 

We thus see that the ritual obser^ed in China is gomewhat 
différent from that observed in Caahmere. 

In China the çramâna chooses for his three teacbera: Buddha^ 
Mandjuçrt and Mâitréya^ whilst in Câshmere, U*h^Qvg cbooae as his 
tbrea teachers: Mandjuçriy Upahhdnti and the Trmmdyaj or thé 
whole chapter assembled for hia ordination *®). 



12) JulkQ'i Mrfthôdt. not 131«. 14B0, 1817 lod 1902. Cf. Fa^Â, V, f, 2 fê€t&. 

13) Eitel, ji, 17*?. fanfih, IV, f. 6 recto, 

1*) i ^ M . W ^ :W- ^^'^'^^'^ ^^^^^ 9^^ 

15) JdîeD, no. lOli. 

16) The lAKt ire not îarokÊd in Chinft, b&cmuie the Chîne^e coEuider the VedlB u 
h^retieaL (Ëttel, p. \^h â); but îa lodk the A^àdr^à il the apiritnaL lencher» who inTeAta 
tht itudent wtth (he lacrifleid thnmd &iid ûiitraeii him m the Vedas ete, (Beiife;, SLt* 
Dict. p. 72 hy 




Une stèle chinoise en l'honsenr de denx Français. 



Les chroniques de la sous-préfecture de "ES R|| Nan-hoei dans le Kiang- 
sou 1) contiennent le texte d*une inscription lapidaire, gravée sur une stèle en 
marbre. La stèle est placée dans Tintérieur du ^ fi|fr Kongsou de la chré- 
tienté de ^1 ^^ Ts^ien-kia, et elle a été élevée en souvenir de rAmiral 
français Augustin Protêt *) et du Père Victor VOillaume ^, tués par les rebelles 
aiuc longs cheveux dits -^ ^ tchang-mao. Le texte de la stèle est précédé 
d'une courte notice sur Torigine de TEglise où elle se trouve^). Ci-joint je 
vous envoie la traduction de cette notice, et celle de la stèle, avec le texte 
chinois de Tune et de Tautre. 

L Notice sur Vorigitie de V église de Ts'^ien-kia, 

«L'église du Seigneur du Ciel est à Touest du bourg de ^ ^ M| Tcfiang- 
kiang'tch% au 22* pao^ 42« ^ou. En Tannée 9« de Hien-fong [4859], le nota- 
ble du pays ^| JS^ Ts'^ien-Nan recueillit des fonds et bâtit Téglise une pre- 
mière fob. A la 8* lune de Tannée 11* du même Empereur [1861], les rebelles 
originaires du Koang-si s'étant approchés du ^lË "^f P^ou-tong^ les autorités 
de la province chargèrent ledit TsSen-Nan d'engager des soldats européens, de 
réunir la milice territoriale et d'élever des campements tant pour la défense 
du pays que pour l'attaque des rebelles. Elles le chargèrent spécialement de 
couper aux rebelles les routes nécessaires au passage de la rivière». 

1) Cf. ^ g ^, Kium 21. fol. 6 ▼<> et leq. 

2) Aogoste-Léopold Protêt, eontre-aminl françaii, né le 20 (éw. 1808; taé le 17 mai 
1862 à Nan-jao (Kiang Soq). Sa statue a été Ae?ée devant la Manieipalité de la oonoM- 
iion française de Chang Haï. — H. C. 

8) Le P. Victor YûiUaaine, SJ., né le 26 d^. 1818; arrivé en Chine 1« oet. IMM; 
taé le 4 mars 1862. — H. C. 

4) ^1 ^ est à 12 K» da ^^ ^ij^ Hoemg-p^ou, rive Est, en face da fanboorg d« 
Jm ^D? ^ËF Tong-kia-tou, qai est au midi de la ville de 1^ |m- Chang-Hmi, 



MELAK6K&, 



S86 



âEn la !«" année de Tong-tahe [1862], l'Aiiiiml H'ançmB p-o qui ajda les 
Chinoie à combattm les i^ebelles, et le prêtre français Fei qui conduisait les 
fobntairee manilais % moururent Tun après l'autre en diverses eiroonâtancee 
Bur îe clmrop de bataille*) et peu de temps après') TÉglide fut brftlée. 

Le» gmnds mandarins firent à TEmpereur uf» rapport de ce qui précède, qui 
accorda aux morts un témoignage lion on 11 que et leur fit des tlonH funérailles* 
De plus, le notable T^Hen-Nan^ réUéchîtsant sur les mérites de TAmiml et du 
Bhre qui avaient succombé aux malheurs publics^ en vue de les récompenser, 
0t une pétition demandant rautorisation de i*ebàtir TËglise de Ts^imi-kia et 
d'y ériger une stèle avec une inscription coramémorative, 

La pétition fut accordée et en la lt> lune delà 6*flnnéede r'^y^g-Zc/tt' [1867] 
la reconstruction fut acbevée. Ce fut alors que Tinscription commémorative qui 
suit fut placée*). 

IL hiêeription œmjHtaêe par Tti^kn-Nan^ notable de tct Hmm-prêfccixtrc 
en mémoire d^ VATmr€t( PO tl du Pèru FE1% 



«Depuis Tantiquité, la bravoui-e fidèle à la patrie a été de tous les temps, 
et Tindignation par amour de la justice n'a pas connu de frontières, S'oubtiant 
9oi-mème^ se sacrifier aux malheurs de la patrie est sans doute un acte héroïque 
par lequel m distinguent 1^ ministres lidèleei et les lettrés aimant la justice; 
mais quand ce sont des hommes extraordinaires par leure qualités, originaires 
des pays étrangerSf qui se dévouent à la mort à. cause des mal heurt de la 
Chine^ c'est alors que se vérifient ces paroles de Li Si-t^i [P. Ricci]: «Je vais 
au devant d^ dtfUcultés et auBsitôt elles s'évanouissent». C'est ausni à causa 
b cela que T Ami rai Pô et le Père Fei ne seront pas jettes en oublis. 

■En la l*rc année du règne de notre Empereur T^ong-tche [1862 1 les divers 
i-oyaumes de TOccident envoyèrent des troupes en Chine, pour Taider à vaincre 
tes rebelles aux longs cheveux. 4 cette occasion TA mirai français Pt\ Augustin 
Lo-ié [Pratet] et le prêtre français Fei Tou-Ig [Vietor] Tche^hù^) Fun après 
râutre perdiient la vie. L'Einpemur touché de querArairal Pu, ofllcier et mugrer, 
d'un pays séparé de la Chine par 10,000 ti de distance, fut moit à cause des 
malheurs de l'Empire chinois, lui donna des louanges et des récompenses extra* 



1) Ceci D*»i pvi exiEi. pQisqiie le Père n'était p«s le eHf des Muitilali. 

%) Cela ne veut ps* dire que le Pèra motirdi en combattant la «nncf à k Uiin* 

8) C*e*t à dire, après le iiius*cre da Père» eveot la mort de rAmîraL 

4) Lei CÀromiqu^M ijouteDt en petiU caractères ^ «L'ÉgUic a S5 pieda de hauteur, 14D 
de profondeur [du Nord au Sud] et 74 de largeur. Autour de TEgliie, il 7 a de» maitoas 
cojiibtatit ta plus de eÎQqaatite chambres v. 

5) La ttèle est ejjderée dids ua de» murs isynenra de la miÎHOii. 

0) D^aprèi les catalognet, le Père arait auiai b prénom de ^^ /|i Tchao-fan, 



336 



MELANGES. 



ordinaires, en vue de stimuler les oPQciers tant cl d&ois qu'étrange rs à 1* Empire». 

«Auparavant, dans l'année Ki-yeau du cycle [1849], sous l'Ëropei^ur Toù- 
koangy les rebelles Hong et /ang s*élaient révolta dans le Ktianij*d; en Tan- 
née Jen-tue du cycle [iS52], «ou s l'Emperevir Uien-fong^ ils pénétièient dan^ 
Jes |>rovinces de Uou-pé et de Hou-nan: en Tannée K'^oei-fcheou du même 
cycle [1853] ils prirent Nankin et se répandirent peu-à-pen jusqu'aux provîn- 
ees de Ngan-Itùn et de Hi/*nan. En Tannée Keng-chen [1S60], le général 
Tchang et le gouverneur de pmvince Siu ayant été tués, les villes de Tchati^- 
ichœu i)j Sou-ichma^ iSong-kiang et T'ai-tsang tombèrent successivement aui 
mains de Tennemi. 

De plus ÏQi^ rebelles entrèrent par Yu-chtin [au Kiang-si?] dans 1^ préfec- 
tures de Kia-hing et de Hou-lcim>u [au Tché-kiang], A lu troisième June de 
Tannée Sin'tjeou [1861]^ Ping-hou et Tcha-pou [au Tché-kiang] tombèrent 
succesÊivenient au pouvoir des rebelles qui bientôt serrèrent de près Kin-chan 
[au Kiang-sou}. Or Kin-chan est la porte de Chtmg-haî^ et une fois perdu, 
Chang-hui m trouva dans des inquiétudes qui lui vinrent du c6té de FEst^ 
[c'est-à-dire du P^QH-tong]v. 

«Moi, Nan^ ayant i^ uni la milice territoriale, je reçus à Chang-hai de» 
Autorités la commission de chercher des fonds çhei des particuliers, de préparer 
des provisions pour les troupes et d'aller au devant pour résister aux: rebelles. 
Ceux-ci, à ia douzième lune, partant de Hang-icheort [au Tché-kiang l^ divisés 
en gi'oupes, vinrent en grand norabî-e vei^s le F^ou-tong. Nos troupes se batti- 
rent plusieurs joui-s avec eux; mais à cause de leur faiblesse [en nombre] ne 
pui"ent garder te pays, ni empêcher les rebelles d'y pénétrer. En ce temps-là, 
T Amiral français Po ainsi que des troiipes anglaises et améincaines défendaient 
Chang-hai ; leurs camps fortifiés étaient situés à lang King-pang^ ^), 

aLe prêtre fiançais Fel avec les volontaires manibis si'étuit Ûxè au bourg de 
Tchang^kiang-tch'-é. Moi, Nan et les notables des sous-préfectures de Vhanfj-hai^ 
Nan-hûei^ et de la préfecture de 2" classe de Tchœn-cha priâmes le Père 
Lemaitm d'intercéder pour nous auprès de ï*Amiial frîinç-ais Po, pour que 
celui-ci envoy&t des soldats qui nous aidassent à j-epouseer les rebelles, ©t 
aussitôt [avec ce renfort], à la première lune de Tannée/ett-siw du cycle [1862]^ 
nous chassâmes Tennerai et pacififimea le bourg de Kao-ghtao septentrional 3)* 
A la deuxièmo lune les volontaires manilois et h% milice territoriale prii*ent de 
force les bourgs de Tian-^iié?» et de Suen-i^iao^hiao^ en cette encontre le 
nombm des prisonniers fut incalculable*). Mon frère aîné Pé et le Père Viill- 



I 



I 



1) Pour rempliÇQineat de née lieux et des mivButi. Cf. Ftatff&irt th^ Cifieê amd Ihmmt 
Gàiita, 
B) latttf'ktM^-panff est lé petit tïtoal qui séduire les coscesaions fraoçiiise si anglaise. 

3) Il y * au P*où-imf^ deux boarga a^ïpelét kao-^hiaOt TuQ au nord ctTaatr«sa midi. 

4) 'l\»ut le moDde tait que les lettréi chmoia aimant L'hyperbùle. 



UtSLAMOBS. 



SS7 



laume après nvoir excité l'ardeur de& troupes, aseiègèrent les camps ennetnis; 
tn&b une grande bande de rebelles ayant arrivé à leur secouFÊj ils enveloppè- 
rent nos troupea. Celles-«i sortirent vaillamment du cei-cle des ennemis, se 
battirent avec eui et firent prisonnier [le chef de& rebelles] Mei-i/eou avec 
quarante-huit liomm^; l*ennemi eut en ontre mille orne morts. Le jour sui* 
vant les rebelles revenant à la charge, trouvèrent par hasard le Père sur leur 
route, le bîeasèrent grièvement d^abord et le tuèrent enfin à gauche de ma 
maison en face de rEglisen. 

«A la troisième lune ramiral Po pacifia le bourg de Tcheou^pou [au Pou- 
I long] ; à la quatrième^ il reprit la vUle de Kia-iing et aussit6t il s'empara des 
BouS'|jréfectuiies de Tmig-poit^ Fong-hitm^ Nan-hoei et de la préfecture de 2* 
classe de Tch^oen-cha. Les troupes s'arrêtèrent au bourg de Nan-kiao [au 
Pou-tmig} et résolurent de vaincre complètement les rebelles en leur coupant 
la retraite. L'amiral Po monta le premier à Fassaut du camp ennemi, mais il 
y fut blessé d'un coup de lance et mourut; cependant les rebellée y périrent 
tous; de plus, les chefs rebeller Lieou et Ou qui s'étaient rendus conduisirent 
leis hommes vers nos troupes pour se rendre aussi. Ainsi Ton peut dire vérita- 
blement que la complète pacirication du P^ou-toiuj est due au secours de 
ramiral Pô». 

«Les grands officiers de la provint^ portèrent ce qui précède dans un mé- 
moire à la connaissance de l'Empereur, qui aussitôt donna un décret par lequel 
il faisait don [à la fiimille du défunt?] de cent peaux de zibeline et de quatre 
rouleairï de soie verte, afin de rendre par là manifestes les statuts du deuiln* 

t Après cela, moi, Nan et les notables de Cha7i(j*kai^ Nan-hoei et Tch^otm-chu^ 
par Tentramise du Pèi*e Lemaître '), nous priâmes le Ministre français M. Ko 
[Comte Klecîkowski] de faire parvenir au grand conseil une supplique où nous 
demandions rautorisation, qui nous fut accordée, de bâtir une église qui publierait 
éternellement la ftdêlité et Tamour pour la justice de rAmiml et du Père», 

«llélas! ces deux pei-son nages s'étant appliqués à développer leur bravoure, 
sont enfin morts pour porter leur zèle de la justice à sa perfection. Cet acte 
de mourir en combattant vaillamment les ennemis est une action [qui doit 
être] oi^inaire aux habitants du pays, mais que des étrangei^s distingués par 
leurs talents se dévouent à la mort pour sauver la Chine des malheurs où elle 
se trouve, voilà ce qui est réputé difïlcile même \y^r les gi^nds ofTiciersip. 

Moi, Nan^ en obéissance aux ordres supérieurs, j'ai ramassé les fonds néceis- 
eaires^)i j^ai réuni les ouvriers, après quoi on s*est mis avec ardeur à la recon- 



1) Milbiiriû Lemaître ^ Met, né le 1*' janTier 1816 j f 3 mn\ 185S; Supérieiir 
de l« MÎJwiaa 4 es Jcioites. — H, C. 

S) D«Da cette maiion de Tâ*iên-kùtf k coté de U itèlé dont mm donaaai 1« tradactiqn, 
il j » ane a aire itèk eo marbre de même grandear, dû tonl gnvéi les nom« de« prisd- 
^ui sotucriptearB ni lîeB «umnieB aou^eritea. 



388 MÉLANGES. 

struction de Téglise. Aussitôt que Touvrage fut achevé, pour répondre à la 
reconnaissance des pères de famille et des vieillards aux bienfaits de rAmirai 
et du Père, j*ai composé cette narration. Mon but en la faisant est d'exalter 
la fidélité des officiers étrangers morts à cause des malheurs de TEmpire, et 
aussi de consigner publiquement la gi*ande étendue de la transformation opérée 
par les vertus et les bienfaits de notre dynastie *). Je n'ai pas prétendu faire 
une amplification composée de belles phi^ases; j'ai voulu seulement relater la 
vérité des faits. Ensuite, j'ai fait gi*aver sur la pien*e ma narration et j'ai 
ajouté l'inscription suivante: 

Autrefois dans la montagne T^ou-chan^ 

Le grand Yu venu de loin. 

Rassembla en grand nombre les princes feudataires. 

Et inscrivit leurs méiites dans les archives aux traités. 

Notre Grande Dynastie, vivant 

En bonne harmonie avec les royaumes étrangers, 

L'Amiral Pô et le Père Fei 

Ont répandu des bienfaits qui se perpétueront pendant mille générations, 

Les eaux du Hoang-p'^ou grossissent 

Et les soldats font résonner leurs tambours guerriers pendant le combat. 

Des étrangère à notre royaume prennent part à notre juste colère 

Et les soldats braves et fidèles se suivent nombreux. 

Ck)m ment payer le mérite et les bienfaits [des deux étrangers]? 

Pour les récompenser tant soit peu nous élevons cette Église, qui. 

Pendant des dix mille ans, [et même] 

Éternellement publiera leurs éclatantes actions». 

Ts'ien-kiay le 8 octobre 1898. 
Un élève en sinologie. 



1) Ce sont cette vertu et ces bienfaits qui ont attiré jusqu'en Chine 1* Amiral et le 
Père, et qai ont t\Â en partie les mobiles de leur dévouement jusqu'à la mort. 





^^^^^^^^^H ^^^^^^^H 


^^^1 




^^^B 


^ 




nm mm^ ^ 


^1 


r^i 


é^^m^m^±mb^m^^m ■ 


mm 


^m>5^fi^«'H£ifê^M;^±g ■ 


r ^ 


^^^mBmAm^m^t^m^m ■ 


L m 


lii±tllâ5t?S^^a^;^iB 




■^ 


:fitkia^j^i^iâift|^©ti 


^1 


■fê 


t^ *i 3?i f ^ ;^ ^ ± ^ # + ^ 


^ ^1 


m 


^mm^ mmn h n ^^ ~m 


^1 


h 


mmmm'^nmmm^r. 


■ 


^ 


^>fr â 4 h + VÔ - W « A + 


'^1 


â 


M^E=^«pq^^S^>g« 


^1 


»f 


#a»5îtcn5t#^^Mt + 


M ■ 


^ 


^i!±ifci^P + m^li^- 


■ 


it 


SilBir*ïî^-b>g^#i^5i# 


-t: ■ 


H 


^il#'ï^lE5t^îô|îiïij5:^ 


^B 


ti 


Tti^^ ra^mtr^Y«M 


^1 


^ 


^trms ;ii:^^i:mA 


^M 


^ 


ffi^Bo^ M^ mm^iz^ 


^M 


# 


m m ^ )ii mn ^ ^ n ma^ 


^m 


« 


# ^h M ^.m^m'iàm ± 


^M 


4V 


m h n ^ M ^:^7Cl^^ 


^M 


15 


^«^^ ^ m^^mm 


^M 




1 





340 



UKI.ANOKS. 



z 






-{- m^ 

A Hfi ^ 

A ± s 

^ $ 1 

# 11 ^ 

^ M ifÇ 

^ # 1^ 



êf êf 



^ m ^ 

it + m 

^ n m. 

^ ^ ^ 

<^ ^ « 



3^ 5g 1^ !^ S 
0/ ?x ^ m ^ 



# B -k A- 



PI 



h 

ri 

m 

M 



m. m. m 

<& 1 ^ 
ïi ^ # 

m mm 
m m m 

mm m 
mm Ji 

m w tH 

ù ® 1g 



^ ± 

m ± 









^1 



^ ^ "ffi 

m mm 
mm m 

n mm 

^ ^ ièi 
m m m 



^^ ^ mm 

1 11 ffi ^ 5fa 

^ ^fà ^ ± 

mm m ^ 

^ i: >*o s M 

m ffi ^ X 11- 

^ m A ^ M 

^^ Sg * h 

m ^ ^ ë <& 

^ i)c n i: m 

^ é ^ a ^ 

PI lU ^ ^ il 

/^ ^ *p @Bf *f 

êr ^ 5g i^ ± 



HKLANUBS. 



841 



M î 



^ ^ ^ 



^ S M ï n\ ^ isi-â m 



^^-ft^x :^ icms m ^^ 



m ^ \h Z ^ fJr 5E?i±# 



% 



m \- m ^ 



mm M m^ 






^ m ^ m if 



w M n }\\ 



iÊ.miKmi^m m =^m m m mm 



M ^ # le 



± ^ mm h * a 



m ^ i: Z Ê. 



m M é^ ^ ^ 



n mm wi u ^ «#Effl ^mm 
nmm.mn^^[r.mm ^^ 
mm }^ ^ mm n é^ ^ h i^m m 



^ ^ ^ tfa Z 



w m 



^^ m% M X. ±jttfi 



1^ Wi 
m m 



mnzif n ^ m-k^ mt^^ 






m m m ^^ 



m^êm ^mwc ^ 



n ^ n m 



m m B n ^ ±nm ± mm ^ 
mn^ m -Jt ii^m ^ ^ 



GÉNÉALOGIE DU PRINCE K'ING 



A. VISSIËBE. 



Ti-k'oaang ^ ^ , prince du premier rang E'ing ]^ )^ ^ , 
graud chambellan, président da Tsong-li Ta-men avant que la 
direction du Conseil impérial chinois des a£Faire8 étrangères eût été 
confiée au prince Touan, j^ ^ ^ (Tsai-ji ^ ^ ), est le fils 
d'un «maréchal auxiliaire de TEtat» (^ ^ Sff^^) appartenant, 
dans la famille impériale mautchoue, à la génération dont les 
représentants ont en commun, dans leur nom, le mot Mien fjj^ ^). 
C'est la génération dont l'empereur Siuan-tsong Tch'eng-houang-ti 
^ ^ J^ M. ^ (vu/^d Tao-kouang) fut l'un des membres. Le 
fils du maréchal de sang impérial fut donné en adoption à 

Mien-min ||,^,, 

prince K*ing, qui était le collatéral de ce même maréchal et qui 
reçut le titre posthume de «prince du second rang E*ing-Ieang» 
^ ^ ^ ï * Mien-min était fils de 



1) Sobstitot de ^ Min, caractère initial da nom de Temperear Tao-konang, qui 
est Min-ning ^ iSB - Par respect, lorsque les Chinois ont à écrire Tan on l'aotre d« 
ces deux caractères, ils les remplacent par les formes altérées suivantes: S' et JK« 



MELANGES. 343 



Tong-lin ;^< 

prince E'iug, à qui fut conféré, après sa mort, le titre de «prince 
du premier rang E'ing-hi» ^ j^ ^ ^. Gelui-ci était frère cadet 
de Tempereur Eia-k'ing et, comme ce souverain, .fils de Tempereur 
E*ien-long. 

C'est donc par adoption et en remontant à E*ien-long (deuxième 
moitié du XYIII® siècle) que s'établit la filiation impériale de 
Yi-k*ouang, prince E'ing actuel, collatéral de l'empereur Hien-fong 
(Yi-tchon ^|^). Ce monarque lui accorda, en 1860, la dignité 
de beilé, ou de prince du troisième rang. Le prince fut, pendant 
Tingt-quatre ans, connu sous l'appellation de Beilé E*ouang ^ 
^ jfiff) à laquelle fut substitué le titre de prince du second rang 
( j^ ^ ) lorsqu'il eut été chargé de la présidence du Tsong-li 
Ya-men, en 1884. II est prince du premier rang ( j^ ^ ) 
depuis 1894. 

Le prince E'ing a deux fils et une fille. Celle-ci a épousé un 
fils du grand secrétaire d'État Jong-lou et est veuve aujourd'hui. 
L'une des fils, qui a un peu plus de vingt ans, a épousé une fille 
de Ngen-cheou j^ ^, haut fonctionnaire mantchou appartenant à 
l'iulmiuistration provinciale. 

Dans le tableau qui suit, comme dans celui de Majers, un 
triangle A figure l'adoption. Ajoutons que le caractère ^ Yong, 
qui faisait partie du nom ^ ff^ Yong-yen, propre à l'empereur 
Eia-k*ing, a été remplacé, en vertu d'un respectueux usage, par 
son homophone ^, quand il ne prend pas la forme altérée fj^ . 
Les princes de la génération de cet empereur ont, par suite, pour 
premier caractère de leur nom, ^^. De même f|^ yen est devenu 
f X * ®^ il* tchou (entrant dans le nom de Hien-fong, qui est 
Yi-tchou ^ fj^ ) a, dans l'usage des lettrés, perdu son dernier 
trait pour s'écrire ^. 

23 



B44 



MKLANQSS. 






(Emperear q E'ien-Ioupr). 






(Empereur ^ Eia-k'ing) 



7IT 



^ 



(Empereur ^^ Tao-kouang) 



.âÈ 



pT 






(Empereur q Hieu-fong) 



7l< 



m 



(Prince A E'ing-hi) 



M^ 



M 



(Prince ^ E'iug-leang) 



(Prince ^ K'ing, 1900). 



NÉCROLOGIE. 



William Burges FBYHB. 

Pryer était lin ancien résident de Chang-Haï qui utilisait les loisii-s que 
Ini laissaient les affaires pour a^occupei* de réonir des coîl actions zoalogiqnes 
et botaniques II a été le premier directeur (curator) du Muséum de Chang- 
UaS et nous avions placé près de tuî, un indigène fort habile qui avait servi 
de pré|>arateur à Tabbé Armand David. Pryer était entré dans le service con- 
sulaire anglais et il est mort, le 8 janvier 1899, agent coruîulaire anglais à 
Sandâkan, Burneo ^). H. C> 



Henry Brougliain LOOH* 

Lord LûOH qui vient de mourir k Londres le 20 juin 1900 était bien connu 
oomnie Tune des victimes du guet-apens de Toung-tcheou C^^ sept 1860); 
compagnon de Harry Parkes, il n'échappa à la mort que par suite d'un retard 
de dix minutes dans Tarrivée de Tordre envoyé par TEmpereur de les exécuter 
tous les deu?r. Loch était alors secrétaire particulier de Lord Et gin dont il a 
i*aconté la seconde mission en Chine*). Depuis lora, il avait été Lient Gouver- 
neur de rtle de Man, Gouverneur de Victoria et du Cap. Il avait été créé ba-* 
ron en 1895; il était né le 23 mai 1827 dans le Midiothian. 

Henri Gorïher. 



1) Batomoîogy of Slungbaî. Bj W, B, Pryer Ek|. {Jottmai N&tiA CMm& Br. R. Ai. Soc., 
No. IV, DM, 1867, Art. V, pp. 74 et wq,) 

-^ CttAlo^ue of ÂDimaU nntl Birdi in thc Shattgbit Musearo on tbe 3 Ut Deoenber, 
1876, 3hâD|rha]. Pntitod M tbe ^^North-ChiDa Herald'* Office, lfl76. br, gr. m-%, pp. IB. 

— Lt»t of R/topaiocéra oî tbe Chekîtag and twinngtoa Provîacea, Chiot. [1S77]. (Ë'n^c^. 
MmiÂ. Mag., li. 1877«78, pp. 52— D&.) 

— Tropic»! tiûtêi. [1831— 8S]. {Entom Mmii. JKaj , 17, 1880-^81» pp.24l— g45; 18, 
1883— sa, pp. 69-61 ) 

— Aniniâl life m BorDeo. {Z^tok^t, G, 1881, pp, 803^8), 

— Notefi oa ^<»rlli*Sk»leni Boroeo »d tbe 6ula Iilmndi. {Qtù^. St?c. Fro^f Gj 1888^ 
pp. 00— S). 

8) Per3t>iiel Nftrmtite of OocarstLcet daring Lord Ëlgîn'i Second EmbaBSj to C!lui*| 
1850.... LpadoQ, Marrftjr, 1870» pet» io^^ — Une 8* éd. vieai de paraît re. 



346 HÉCKOLOOIK. 



John ANDEBSON, M. D., F. R. S., etc. 

Le Dr. John Anderson, fils de Thomas Ânderson, secrétaii'e de la National 
Bank of Scotland, à Edimbourg, est né dans cette ville en 1833. En 1868, il 
fit partie de l'expédition du Major E. B. Sladen et en 1874 de celle du Colo- 
nel Horace Browne. En 1881, il fut chargé par les trustées de Tlndian Musea m, 
Calcutta, d'étudier la zoologie marine de Tarchipel Mergui, sur la côte de Te- 
nassenra. Il prit sa retraite du service indien en 1887; il vient de mourir 
(août 1900) à Buxton «)• H. C. 



1) Â Report on the Expédition to Western Yonan via Bhamô. By John Ânderion, M.D., 
Médical Officer and Nataralist to the Expédition. Calçatta: Office of the iaperintendent 
of OoTernment Printing, 1871, gr. in-8, pp. 8 — xu — 158, 5 pi. et 1 carte. 

— The Irawaddy and its Soarces. By Dr. J. Anderson. Read 18 Jane 1870. {Jottr. R. 
0. S., XL, 1870, pp. 286—808. — Extraits Proe. R. 6. S, XIV, 1870, pp. 846-S66). 

— Mandalay to Momein : Â Narrative of the two expéditions to Western China of 1868 
and 1875, cnder Col. £. B. Sladen and Col. H. Browne. By J. Ânderson. London, Mac- 
millan, 1876, in-8. 

— On three new s^iecies of Sqoirrels from Upper Barmah and the Kakhyen Hills» 
hetween Burmah and Ynnan : Seimrut iladeni, S. gordoni. S, qumqueitriatut. {ZooL Soe. Proc., 
1871. pp. 189—142). 

— Description of a new Cetaceau {Orcella JlumimaUt) from the Irawaddy River, Barmah. 
(ZooL Soe. Froc., 1871, pp. U2-144). 

— On eight new species of Birds from Western Yunan, China, hy John Ândenon, M. D. 
Direclor of the Indian Moseam Calcutta. (Proe. Zool. Soc., 1871, I, pp. 21)— 6). 

— Description of three new species of Diarnal Lepidoptera from Western Ynnan eolleeted 
by Dr. Ânderson in 1868 by W. S. Âtkinson. {làid., pp. 815—216). 

— Descriptions of some new Insects eolleeted by Dr. Ânderson dnring the Bspedilioii to 
Ynnan. By Frc^ric Moore, Francis Walker and Frederick Smith. (iW., pp. 244 — 9). 

— Description of a new genns of Newts from Western Yonan: I^lototriiom vmrrmeatma, 
(Zool. Soc. Proe,, 1871, pp. 428—425). 

— Note on Tesludo pàayrei, BfytA. {Zool. Soe, Proc., 1871, pp. 425—481; Anm. Mm§. 
Jiat. Hisi,, VIII, 1871. pp. 824— S30). 

— .Notes on some Rodents from Yarkand {ZooL Soe. Proe,, 1871, pp. 550 — 564).. 

— [DjMcription of a new species of Macaque: Maeaeui brtauiéuê,'] (ZooL Sbe, Pree,, 
1871, pp. 628-629). 

— Farther remarks on the external characters and anatomy of Macaemi hrmmtmu* {Xo<^ 
Proe, Soe,, 1872, pp. 203-212). 

— Note on Maeaeus brunmeut, (Zool. Soc. Proe., 18H4, p. 652.) 

, -- On a few new. plants from Ynnan. Â partial list of Yunan planta eolleeted hy Dr. 
J. Ânderson. — S. Kurx. {Joum. of Botany, New Séries, II, 193—6.) 
, Le Dr. B. Bretschneider (Eiêi, of Eàropeàn Bot. Dite., p. 698) a donné nw liiUi ict 
plantes déeouTertes par le Dr. Â. dans le Ynn Nan. 



NÉCBOLOGIIL 347 



Natalis BOKDOT. 

Il étuit.le dernier survivant de Tambassade dirigée en 1844 en Chine par 
M. Théodose de Lagrené, à laquelle il était attaché comme délégué des Cham- 
bres de commerce pour étudier l'industrie des laines. Rondot est né à Saint- 
Quentin (Âbne), le 23 mars 1821. Il était une des pei^sonnalités les plus en ^ / 
vue du haut commerce et de la grande industrie de Lyon. A la suite de son '•;''' ' j 
voyage en Chine, il a publié un certain nombre de mémoires et de volumes *), .• *!* ^ 
mais son principal ouvrage est son livre sur la soie *). 

1) The Caltivation of Chinese Hemp and the Bianafacture of Grasa Cloth. Derived 
chiefly from M. Rondot's Memoir, read before the Rheima Arademy, Dec. IS, 1846. By 
S. W. WiUiama. (CA. Rep., XVIII, pp. 209—216. & Ch. ^ Jap. Hep, Jan. 1866). 

— Catalogue des graines de plantes pottigères cultivées au jardin de Fah-ti, sur la rive 
droite du fleuve Tchou kiang, près Canton. (Reims, Séances Jcad , VI, 1847, pp. 15 — 17, 
606—608.) 

— Notice sur quelques plantes textiles de la Chine. (Reims, Séaneet Àcad ^ VI, 1847, 
pp. 49—66). 

— Aperçn géologique sur l'île Tschou-sân (Tché-kiang). Reims, Séances Jcad., VI, 1847. 
pp. 412—416). 

— Notice sur les Gambiers (gomme du Hamelea gambir) de la Malaisie. (Reims, Séaneeê 
Aead. VI. 1847. pp. 486—504). 

— Une promenade dans Canton par M. Natalis Rondot: La manufacture de laquea 
à'H^hçua et l'atelier de tabletterie de Ta-yu-tong. {Jour. As., 4« Sér., XI, 1848, pp. 84—64). 

Un ext. de cet art. sur le laque est donné dans la CAine modeme, 2* partie, pp. 681 — 5. 

— Etude pratique du Commerce d'exportation de la Chine, par Isidore Hedde, Ed. 
Renard, A. Haussmann, et N. Rondot, délégués commerciaux attachés k U. Mission de 
France en Chine; revue et complétée par Natalis Rondot, délégué de Kindastrie lainière 
en Chine.... Paris, à la librairie du commerce, chez Renard, 1848, gpr. in-8, pp. 280. 

— Chambre de commerce de Lyon. Commerce de la France avec la Chine. Délibération 
prise sur le rapport de M. Rondot, délégué de la Chambre. Lyon, 1860, br. gr. in-8, pp. 36. 

— N. Rondot. — Lettre sur la composition de la poudre chez les Chinois. {Jour. Je,, 
4fi Sér., XVI, pp. 100 et seq.). 

— Lettre de M. Natalis Rondot à M. Reinaud sur le même sujet [feu gprégeois]. Paris, 
20 dée., 1849. {Jour, As., 4« Sér, XVI, 1850, pp. 100—104). 

— Chambre de commerce de Lyon. Notice du Vert de Chine et de la teinture en vert 
chez les Chinois par M. Natalis Rondot Ancien délégué commercial attaché k l'ambassade 
en Chine Président de Classe au Jury international de l'Exposition universelle de 1855 
suivie d'une Etude des propriétés chimiques et tinctoriales du Lo-Kao par M. J. Persoz 
Professeur au Conservatoire impérial des Arts et Métiers Directeur de la Condition publi- 
que des soies et de Recherches sur la matière colorante des Nerpruns indigènes par M. 
A. F. Michel Membre de la Chambre de commerce de Lyon. Imprimé par ordre de la 
Chambre. Paris, Typographie de Ch. Lahure & Cie, 1858, in-4, pp. 207. 

Traduit en plusieurs langues. 



/ 



348 NÂOBOLOOIB. 

Décoré de la Légion d*honneur, le 31 mai 1846, il a été promu officier le 
14 nov. 1855 et commandeur le 29 oct. 1889, comme président d'une des 
classes du jury des récompenses à TExposition universelle. U est mort cette 
année au mois d'août. H. C. 



— Peking et la Chiue. Mesares, monnaies et banques ehinoises, par M. Natalis Rondot, 
ancien délégué da Commeroe attaché à la Mission de France en Chinei (Eitrait da 
JHetionnaire du eommeree et de la navigaiion), Paris, Oaillaamin, 1861, gr. in-8, pp. 19 
^ 2 col. 

2) L'art de la Soie. Les Soin, par M. Natalis Rondot.... Deuxième édition. Paris, Im- 
primerie nationale, 1885 — 1887, 2 vol. in-4, pp. vm — 484, et 604. 



BULLETIN CRITIQUE. 



Mythologie des Buddhismus in 
Tibet und in der MongoleL Fûhrer 
durch die LamaisHsche Sammlung 
deê Fûrëiên E. Uchtomskij^ von 
Dr. Phit. Albkrt GRtJuwEDgL. 
Mit êitiêm mdeitendên Votwort dm 
Fûrêten E. Dchtoiiskij und 188 
AbbilduTiffên. Leipzig: F, A. Brock^ 
hauÊ. 1900. Prés 8 M. 

Cet oofrage qui a parn simul- 
tanément en langue Allemande et 
Française ")» est ilestiné à servir 
comme un gnide de la belle et ricbe 
collection que le prince Uchtomsky 
a rapportée de son rojage en Orient. 

Le priuce n'avait fraiment pas 
besoin de relever le fait que jus- 
qn*ici les Russes n'ont pas fait 
grand-chose dana Texploratiou des 

1 ) G r fin wed e 1 , My tbotagLe d ii B ^àà hUme 
ati Tibet €i1 cil Mongolie. F. A. Brocfchaiii, 
Iietpiig, 1900. 



formes rôligieuses différentes qu'on 
rencontre dans Timmeuse domaine 
do Tsar. Non pas, que les Russes 
n'aient point collectionné une 
quantité considérable de matériaux 
qui se trouvent en partie dans 
les collectious de F Académie des 
Sciences à St. Pétersbourg et sur- 
tout dans celles de la Société géo- 
graphique im pénale, pri ncipale- 
ment à Irkoutsk où Tou a érigé un 
Musée spleudide dont nous trou- 
vons une belle héliogravure à la p. 
VIII — . Mais, à notre opinion, qui 
est celle aussi de beaucoup d'ethno- 
graphes, les collections dans les 
Musées - fussent-elles encore mille 
fois plus richeâ qu'elles ne le sont — 
n'obtiennent toute leur valeur que 
quand elles sont décrites et rendues 
accessibles au monde savant par des 
gravures exactes. 



350 



BULLKTIN CRITIQUK. 



Pour la collection boadâbiqne 
du Tibet cela a été fait dans Tou- 
vrage cité en tête, par le docteur 
Grûnwedel, un de ces saTants alle- 
mands d'une érudition uni?erselle 
et dont un illustre arabisant ber- 
linois, me disait un jour: «Grûn- 
wedel appartient à cette classe de 
savants omineux, comme Eern, 
dont on ne sait jamais ce qu'ils 
savent on ne savent point» ^). 
Certes, la tacbe de décrire scientifi- 
quement ces monuments tibétains, 
ne pouvait pas être confiée à de 
meilleures mains qu'à celles de M. 
Grûnwedel qui est maître d'une 
foule de langues orientales dont une 
seule est déjà suffisante pour un 
savant ordinaire. 

Le prince Uchtomsk^, qui a 
accompagné le Tsar dans son 
voyage en Orient, dont il a publié 
la relation dans un magnifique 
volume chez Brockhaus, a étudié 
lui-même le monde bouddhique 
depuis 15 années et est émerveillé 
du champ immense couvert par le 
culte bouddhique. Il est enthousiaste 



1) Grûnwedel gehôrt za den uaheimlichen 
Oelehrten, wie Kern, von denen man nie weiss, 
W89 aie wissen und was aie nicht wiiseii. 



des monuments bouddhiquesà Java, 
un pays puissant avant la d^p:tula- 
tion amenée par l'introduction du 
sombre culte moslemique. 

Il est étonné de voir que ces 
beaux bas-reliefs qu'on trouve à 
Borobouddhour et ailleurs à Java 
ressemblent si parfaitement à ceux 
qu'on trouve encore aujourd'hui 
dans l'Himalaya, le Tibet, la Mon- 
golie et les frontières russes. Les 
monuments bouddhiques à Java 
attendent encore un Grûnwedel 
pour être expliqués convenable- 
ment. Car ce qui a été fait jus- 
qu'ici a été l'ouvrage d'employés 
du Gouvernement Indien, qui n'ont 
pu faire ce travail que dans leurs 
moments de loisir, et sans être 
préparés pour cette oeuvre par. des 
études comparées préalables. 

Le prince Uchtomskg croit 
pouvoir expliquer cette ressem- 
blance des monuments bouddhi- 
ques de Java et du Tibet par un 
autre fait: c'est que la faune de 
Java offre plus de ressemblance à 
celle du continent (Siam, Birmanie, 
les Indes, l'Himalaya) qu'à celle 
des îles environnantes. Selon lui, 
les formes vivantes du Bouddhisme 



ftULLETIK LmiTlQtri, 



351 



aa Tibet et en Mongolie sonibien 
plus anciennes que celles deCejlan* 
de rinde tranâgaDgétique, la Chine 
et le Japon, où elles sont plus ou 
moins corrompues* 

Nous ne pouvons guère noua 
élendre sur le sujet des relations 
politiques de la Rtiasie arec les 
autres puiasauceB européennes. On 
les Terra tantôt paraître plus 
clairement dans le mouvement 
terrifiant qui se produit actuelle- 
ment en Extrême-Orient, où la 
jalousie internationale a laiseé la 
main libre aux Russes, 

Revenons plutôt au sujet Bcien- 
tiiîque qui nous occupe. 

Dans le premier chapitre, M. 
Grûnwedel nous donne uue esquisse 
de révolution du Panthéon boud- 
dhique aux Indes, illustrée par une 
série de Bouddhas entourés de leurs 
sthavîras et les quatre lokapâlas.— 
les Anciens et les Gardiens du 
monde* 

Le deuxième chapitre traite 
1^ des Saints indiens dont le pre- 
mier est Nàpârdjuna^ en même 
temps le fondateur de Téglise du 
nord et du système du Mahâyâna 
(le grand Véhicule). 



2^ des Saints de lanc^ien boud- 
dhisme au Tibet, selon les légendes 
du pays qu'on ne doit accepter 
qu*avec réserve. Le fait est que le 
Bouddhisme s'est lentement infiltré 
dans le Tibet avec l'écriture «Jue 
les Tibétains ne possédaient point, 
et qui fut introduite de Tlnde, en 
629, par le roi Sron-btsan-sgam-po, 

C'est sous rinSueoce de ses 
deux épouses, dont Tune était une 
fille du roi du Népal et Tautre une 
princesse chinoise, que ce roi agis- 
sait. Ces deux princesses étant 
bouddhiques, il est naturel qu'elles 
avaient à coeur de coa?ertir, non- 
seulement leur époux, mais aussi 
sa nation. Aussi sont-elles considé- 
rées comme des incarnations de la 
déesse Tdrâ^ en Tibétain sGrôUma^ 
en Mongol Dara-dkâ. Cependant 
le Bouddhisme ne fit pas beaucoup 
de progrès au Tibet, et ce n'est que 
deux générations plus tard qu'un 
certain Saint, dont on ne sait que 
le surnom Padmasambhava (né du 
Lottt») de rancien pays Oudyâna, 
a?ec le Cachemire, le pays classique 
de la magie et de la sorcellerie, a 
introduit arec succès la doctrine de 
Bouddha au Tibet. Sa légende a 



352 



BULLKTIN CRITIQUE. 



été décrite au long par M. Grûn- 
wedel et le manque d'espace nous 
empêche seul de la reproduire ici. 

3^ Les Saints qui ont converti 
les Mongols, décrits comme une 
horde de barbares portant des 
bonnets en forme d'un faucon et 
des souliers en forme de groin de 
porc. A nos yeux cette conversion 
des farouches Mongols au Boud- 
dhisme a été un des plus grands 
bienfaits pour l'humanité. 

Il a fait de peuplades sangui- 
naires des populations placides et 
paisibles, car la loi du Bouddha 
défend de tuer — même une puce 
qui vous mord et à plus forte 
raison un être humain. « 

Dans le troisième chapitre 
l'auteur décrit les divinités tibé- 
taines: I^ Les Gardiens, 2^ les 
Bouddhas, 3^ les Bodhisattvas, 4^ 
les déesses Tara et pâkinis, 5^ les 
Dharmapâlas ou gardiens de la loi, 
6^ les divinités locales. Toutes ces 
divinités sont illustrées par de 
nombreuses gravures d'après la 
collection du prince Uchtomskij. 

Nous relevons les gravures de 
la Tara verte et blanche, comme 
nous l'avons vu plus haut des 



incarnations des deux épouses du 
roi Sron'btêan'8gam''po. Mais ce ne 
sont pas les seules incarnations de 
cette déesse. 

Page 147, fig. 121, l'auteur 
nous donne un Ehubilgan mongol 
vivant de la déesse Tara, et même 
le Tsar de la Russie et considéré, 
depuis le règne d'Elisabeth et de 
Catherine comme incarnation de la 
Tara blanche, ce qui explique le 
nom de Tsar blanc que les Chinois 
donnent à l'Empereur de la Russie. 

Parmi les gravures des Dhar- 
mapâla nous relevons celle des 
gardiens des cimetières Çmàcâna" 
patiy représentés comme des sque- 
lettes dansant, foulant aux pieds 
un être humain (p. 171, fig. 144). 

Ils sont représentés dans la 
mascarade de la Danse de Tsam, 
décrite en détail par r^utear, et 
illustrée par plusieurs dessins. 

L'ouvrage est terminé par un 
Appendice contenant des Notes, 
les sources de provenance des gra- 
vures et un Glossaire alphi^bétique. 

Nous avons à remensier aussi 
l'éditeur pour le luxe avec lequel 
les nombreuses gravures ont été 
exécutées. Si nous avons ane re« 



BUI-LItTIK CRITiqi?B. 



35S 



marque à faire c*est sur le papier 
glacé luisant sur lequel l'ouvrage 
a été imprimé, et qui est fort 
fatigant pour les yeux* 

Ce papier semble être «à la 
mode» en Allemagne^ puisque tous 
les journaux illustrés sont impri- 
més sur lui- Quant à nous, nous 
préférons le papier de soie français 
ou le rieux papier de Hollande, qui 
eit agréable et doux aux jeux puis- 
que! ne reflète pas, comme le pa- 
pier glacé, de fausses Itieura de 
lumière. Maia ceci est une remar- 
que secondaire, qui ne préjudicie 
BOOB aueau rapport à la haute 
valeur de cet ouvrage dont ïious 
recommandons Tétude à tous ceux 
qui s'intéressent an Bouddhisme, 
la seule religion an monde qui se 
soit propagée par la douceur et 
rhumanité et pas par Tépée* 

Q, aCHLEGEL. 

Preliminary Noté» on $xplo~ 
ratioTtë among tïte Arnoor Tribeê^ 
by BfiBTHOLD Laufer. Arnmmn 
AnthropohgiH, VoL 2, April, 1900. 

PetToglypkê on ihe Amoor^ % 
Bbetbolu Laxjfrb. American An- 
thropologiêt^ VqL /, October, 1899, 




The first results of the vojage 
of exploration of the Amoor-region 
raade by Dr* B* Laufer as one of 
the members of the expédition 
organized by Mr* Morris K. Jesup 
(Cf. T'oung-paQ,VolYlU,p.2H7), 
are contai ned in the above- 
mentioned two faighlj interesting 
papers* 

Dr> Laufer visited the Âiuu, 
the Gilyak, the Olcba aud Tongns, 
and the Gold tribes. In language 
the Aiuu aod Gilyak stand abso- 
lutely isolated, whilst the lauguage 
of the Gold is closely related to 
that of the varions Tuugusian 
tribeSf wbose languages seem to be 
intimately connected wîth the 
Mongol aud Turkiah tougues. 

None of the tribes, however, 
saya the author, eau be uuderstood 
by its own culture alone, as the 
chaotic accumulation of ideas, due 
to foreign intercourse si ace the 
dawn of history makes it impos- 
sible for the moment to auswer 
satisfactority the question, where, 
when and how the culture of thèse 
people bave arisen aud growu. 

Paiily, the author présumes, it 
bas been infloenced at first by the 



354 



BULLBTIN CRITK^B. 



Yakutj a northern turkish tribe, 
next b7theChiDe8e(and Japanese?) 
and lately by the Bussians, who, of 
course, hâve largely influenced 
ihem, so that the Gilyak in the 
environs of Nikolayevsk now baild 
Bussian houses aud make stoves, 
wear Russian clothing, useRussian 
ustensils, work together with Rus- 
sians in their fisheries, aud bow to 
the images of Rnssian saints. 

As a proof of the immense 
influence ofchinese culture amoug 
thèse tribes, the author mentions 
the décorative art of the nations 
and the skill in embroidering on 
silk displayed by the Gold. In thèse 
décorations, no native animais are 
represented, but exclusively chinese 
ones as f. i. the Phénix, the Tor- 
toise, the Lizard, the Tiger, the 
Cock, etc. 

The natives do not reproduce 
the objects of nature, but copy 
foreign samples. 

Both the Swastika and the 
Triskeles are met with in East- 
Siberian art. 

The animal most frequently 
reproduced in décorations is the 
Cock, with the Chinese the symbol 



of the Sun '), which bird is nota 
native of the Amoor country, bot 
was imported first trom China, 
and, of course, recently by the 
Russians. 

As such the cock and the son 
are largely employed by the natives 
in décorative art as the aathor 
proves by a reproduction of an 
appliqué design trom the back of 
a fish-skin garment of the Gk>ld, 
which, unfortunately, we hâve no 
means to represent hère. 

The design is thoroaghly 
stylisized, but the topfigure of a 
crowing cock is perfectly nataral. 
One must be thoronghly £uniliar 
with the spiral-ornament, in order 
to recognize in thèse differeut 
designs, single or combating cocks, 
alternated with circles representing 
the Sun ; but, as a whole, the ex- 
plication of the author seems very 
plausible. 

Next the author gives samples 
of the chinese Dragon-ornament 
(fig. 38). 

On page 315 seq^ Laofer des* 
cribes shortly the différant tribes 



1) Cf. my Vranographie 
699—600. 



p^ 



QDLLKTIN CRITIQUE. 



355 



he TÎsitedt as abo their traditions, 
Emoûg which iâ ooe that the 
Nîghubun formerly haa poaaeaaed 
the art of writing bat loat it 
afterwards {q, e* d,). 

The author next treats ahortly 
of the social orgaoization of the 
Qold. Marriage m atncilj etogamic. 
Formerly early marriagee wer© 
common amoiig thern, but hâte 
since been fôrbiddea by tbe rossian 
goverDment. 

The wife is bowght from the 
father ai a rather exorbitaEi rate 
(sometiiBea 100 to 500 râbles or 
more), The weddiag is merely a 
driaking bout, first in the britle's 
familyf the a in the husbaiurs 
house '). As a rule mouogamy 
pretails, of course on account of 
économie reasons. That the wife 
sbould be not the compauiou of 
the husbaud, bnt bis slave, as the 
author says, is iu âagraat contra- 
diction with the high priée the 
httsbatid bas paid for ker« 

In primitive ideas it is very 
natural that the work necessary to 
obtaiQ food and that of building 



It 11 it MUf wiilt Q» Ëiira|»«ftEuF 



boats and bouses incumhs on the 
man, aod that the bonsebûld- 
drudgery and the making of 
dûthing is the duty of the woman* 

Poor primitive races hâve not 
the meaus to suatain and nourieh 
a laxy laas, only buay with her 
ûWD toilet, as is the rule among 
more cifilized races. I feel sure, 
tbat the wives of the Amur people 
do not in the least consider them- 
selvea as the slaves of their hua- 
bands 0» but simply as their help- 
mates. 

We ought not to put on a pair 
of western spectacles in our con- 
sidération of the cuatoms of primi- 
tive races, 

A man may divorce his wife» 
npon the aame grounds which 
chîneee law haa fixed* But, of 
course, divorce is only reaorted to 
when the wife bas made herself 
extremely obnoxious to her hus- 
band (whose slave she is according 
to the author, sicf). For after 
divorce^ the husbaud haa to pay 
aaother heavy kaljm in order to 
bny a new wife. 



1) At teM IS %ht ehln^m WQiaeti 4^. 



356 



BULLETIN CRITiqUB. 



Remarrying is only permitted 
three years after the decease of one 
of the parties, and when the fanerai 
rites ha?e been performed in the 
légal way. Levirate marriage is 
only permitted on condition that 
the widow consents to it of her 
own free will (p. 322). In this 
respect the Amoor tribes stand 
socially higher than the old Jews. 

On page 823 the authordes- 
cribes his trip among the tribes 
living upon the banks of the 
Â.uignn, and the Olchas of Saghalin 
of whose amnlets he gi?es an 
engraving (fig. 41) and description. 
The Olchas hâve abandoned the old 
siberian custom of placing the dead 
between the branches of a tree, or 
apon a wooden framework ^), bnt 
bnry them in the mssian manner. 
The aathor, however, still saw 
some of thèse old sepaltares in the 
outskirts of Wal^ and on the small 
island of Hete^vo. 

According to Dr. Laufer, the 
traditions and legends of the Amoor 



1) Cf. my articles in the Toung-pao, 
Vol. III, pp. 208—210, 1892, and in the 
Intern. Archiv fur Ethnographie, Vol. V, p. 
172, 1892. 



tribes, seem to bave been brought 
from the West (p. 329). The Gold 
possess the largest stock of them 
and the anthor gives as a sample 
a taie recorded in Sakhacha-olen 
on the Amoor, relating thestory 
of two sisters Fuji^ the elder of 
which wanted to marry as she 
could not live withont a man, bat 
the yoanger wonld not. The elder 
sister then went away^ and after a 
great many adventnres marriod a 
Marga (hero) who slew her seven 
baldpated pursaers and then dis- 
covered that her other sister had 
taken a hnsband in the mean. 

The second short paper (only 
5 pages) gives some cnrioos figures 
of ancient petroglyphs carved upon 
the boulders lying on a sandy beach 
at the confluence of the Amoor 
and the Orda, and representiiig 
human faces, an elk, and simple 
crossed Unes resembling those 
fonnd in Sachalin, and which some 
savants hâve supposed to repreeent 
a species of writing. 

More light is required apon 
the question if the petroglyphs 
found in Sakacha-Olen and 8a- 



BULlertN CRITIQUE- 



357 



chalin are elemeotarj forms of 
hieroglyphicà or aimply otoameotal 
drawinga aa hâve beea discovered 
m France on thâ imks of the 

Mammouth dating from pre- 

biatoric, may-he anted] l a viau^ti mes. 
Wb expect with much interest 
the publicattoii of Dr, Laufer^s 
rasearehea iu thie almost uiiknowii 
région* g. sohleoel. 

Studîen mr Sprackwissenëchaft 
derTibeler, Zamatog. Von B«kthoii> 
Laufisii. {Skzungsheinchte der phi- 
loê.-philol, und der hktor. Classe 
der L bayer. Akad, d, Wtss, 1898, 
Bêfl III, Mûnchên^ acad, Bucklr. 
Ton F. Sirauk 

Siuce aome yeare, the study of 
Tibetan has corne into fogue, 
weary as europeati philologistg 
ha?e become of the stutly of 
oriental languageSfWhoae structure 
and grammar bave hean since long 
exploded and are perfeetly{?) un- 
derstoûd. ànd,thoughtheliterature 
of other ihsiatîe people yieldâ an 
immense field for researches^tbough 
that espedâlly of the Chineae 
aSords treasurea of information fur 



the geography and ethnology of 
mediaeval IndJa and central Àsiai 
oot to speak of the siberian, 
japaiiese and polynesian countries, 
tbere are ouly a very few sarautB 
who now occupy themnelvea with 
thia braucb of study» 

It bas been rigbtly observée! 
that the whole Uterattire of Tibet 
doeg not aSbrd us a alngle positive 
reault for our modorn acieaee, and 
that ont kuowledge of the tibetan 
language, its structure aiid its life 
would not bôcome eurichetl in the 
least by researchea in thia field. 

Yet, Mr* Laufer remarks, the 
mera fact that thig en rions race 
of Central-Asia posseasea a rich 
literatnre of grammatical, leicico- 
graphical aud philological works 
would be aufficieut to makc it 
wortb onr study, although it may 
not en rich our knowledge of laug- 
uagei, ii yet will allow us to catch 
a deeper insight in the pbyaiology 
and cultural hiatory of Uie tibetan 
people, 

We do not quite agrée with the 
author'a ajmpathy with aracê which 
haâ uot esercised the slightest 
cultural influence upon the sur- 




358 



BULLETIN CIIITIQUK. 



rounding coantries, whose litera- 
tore is not worth anything before 
the people was converted to Bad* 
dhism, and has been entirely 
inilaenced by sanskrit literatare, 
and, according to our conviction, 
is hardly worth the immense labonr 
bestowed npon its stndy. 

Like ail races which only 
possess a religions literatare, the 
Tibetans, like the Arabs, hâve 
become enraged grammarians or 
rather grammatists. As well in 
their religions as in their lingnistic 
literatnre a barren contemplative 
spéculation is the only fruit v^e 
can gather from its study, and we 
should like to throvir at the head of 
the Tibetans Goethe's virord: 

**Ich sage Dir: 
"Ein Kerl, der speculirt, 
"Ist wie ein Thier, auf dflrrer 

Heide 
'^Von einem bSsen Geist im Ereis 

herumgefflhrt, 
**Und rings umher liegt schône, 

grûne Weide" »). 



1) I tell ye: a fellow who specaUtes it 
like an animal led abont, by an evîi spirit, 
in a circle, on a barren heath whiUt ail 
aronnd ly beaotifnl, green meadows. 



As one of the best spécimens 
of thèse spéculative tibetan gram* 
marians, we may mention the 
author of the book Zamatog, called 
Za-lu^pa rinchen cho$ $kyon bsanpo 
which is a tibetan monastical name, 
formed after a sanskrit model, 
something like Ratnadharmapâla^ 
b/uzdra from (the monastery of) 
Èala. 

He must hâve lived about A.D. 
1439 and, therefore, cannoi be 
considered as a very andent 
grammarian, whose orthographia, 
rules can be held as authoritaUva 
for the pronunciation of olderor 
oldest Tibetan. 

However,Dr.Lauferha8ihoughi 
it worth the while to give in the 
abovementioned paper, which was 
presented to the philosophiéo- 
philological Class of the Bavf^rian 
Academy of sciences in FebruaryS, 
1898, an analysisof the Zamatog, 
which, according to Dr. Laufer, 
contains in the first place oriho- 
graphical and in the second place 
grammatical observations. 

Èalupa himself names aa the 
indian grammarians whose worka 
he took as a model those of 



BtJlXJtTIN CttlTIQÎJK. 



359 



Pâ^iui, Âmarasimba aud the 
Kalàps- and Chandravyrikarai;La- 
Sûtra. 

But, as we hare aaid abore, the 
epecalatiog on the right or proper 
orthographj ia oo science, but 
dmply wordcfttching or letter- 
piekiog, as the Tibetans call their 
grammariaos tlaemselves ^ige Pa^ 
one who occupiea himself with 
letters (Ti-ge) '). 

Dr* Laufer gi?es us (pp. 552 — 
574) some speciiuetis of Èala s 
word-esplicationB of wbich we shall 
oalj quote oûe ioi^tance: 

lio opAy^ rkan med ^phye ho stê 
Itù ^pk^e = akt. Uri^a, a serpent^ 
t^hye~bo i. e. rkan med = feetless, 
cripple. 

Whatever raay be» howeier, 
oar peraonal view af the question, 
it ia incontestable that Dr, Lauier 
haa done a good work by the 
publication of this paper, aa it will 
facilitate in uo slighi degree the 
study of tibetan literature for the 
amateurs ûf bhis lauguage. 

O. S0HLË61EL. 



î) Schiéfaer, grmm. 296, N**, 3611, 

Wùrtkktubcrd, ^'gDmwiDg of worda", îb muoli 
more çit|iresâlve slilL 



China^ The Lonç-Lived Empire* 
By Ëliza Ruhamah Scidmobe. . .. 
London, Macmillan, 1900, iii-S, 
pp* XV— 466, gra?. — 8/6d, 

J*aî parcouru avec plaimr 
Touvrage de Mlle. Scidhorb quoi- 
qu'il nous fasâe suiTre un itinéraire 
bien connu des glohe-troUêrsi Tien- 
Tsin, Pekiug, les tombeaux des 
Ming, la Grande Muraille, puis la 
descente à Ohaug-Haï, la montée 
du Yang^tse à I-Tchang, enfin la 
mite à Canton. C*est Peking qui 
ft naturelle m ont attiré l'attentiou 
spéciale de la ? oyageuse; le ehemin 
de fer lui a permis de rayonner 
dans différents sens; elle est allée 
à Chan Haï Eouan; elle noua parle 
de la nou?elIe station balnéaire de 
Pei Ta Hoî il importe de signaler 
nue digression importante sur le 
mascaret {bore) de Hang-tcheon, 
phénomène bien connu de la rivière 
du Tche-kiang, le Tsien-tang, 
étudié d'ailleurs depuis longtemps, 
auquel Tauteur a consacré un cha- 
pike entier. Tont ceci est fort bien 
connu et ce livre n'ajoute guère à 
nos connaiâsancea sur ta Chine, 
mais il a le graud mérite de se lire 

24 



i 



360 



BULLKTm CRITiqUB. 



facilement, d'être ao coarant des 
bruits qui circalent dans les con- 
cessions étrangères et il est orné de 
jolies grayares. Ces qualités sont 
amplement suffisantes pour plaire 
au grand public qui se contente 
d'une vue générale, exactement 
présentée, des choses de la Chine. 

Quoique l*ou¥rage soit exempt 
des grosses erreurs qui déparent 
souvent ce genre de livres, nous 
signalons quelques fautes qui pour- 
ront disparûtre dans la prochaine 
édition. 

Page 73. L'auteur a eu raison 
dans la préface de faire des remar- 
ques sur l'orthographe des noms 
chinois; il est difficile même à un 
Anglais de recountdtre la porte sud 
de la ville tartare dakUsChien'inen. — 
P. 86, lire Yerhiest et non Yerheist. 
— P. 106, Jêêuit church; Peking 
est le chef-lieu d'un vicariat apos- 
tolique appartenant aux Lazaristes 
et non aux Jésuites; le vicaire 
apostolique, Mgr. Favier, p. 161, 
n'est donc pas «an astute and 
scholarly Jesuit:^; j'ajouterai que 
Mgr. Favier est peut-être astucieux 
mais il n'est certainement pas 
«scholarly»; c'est une erreur de 



confondre tous les missionnaires 
sous la désignation générale de 
«jésuites»; le P. M. Ripa (p. 223) 
était un prêtre de la Propagande 
et non un Jésuite. — P. 112. The 
dowager dragm. L'empereur est 
un dragon, mais l'impératrice est 
un phénix. ~ P. 155. Robert Hart 
a quitté le service consulaire 
anglais en mai 1859 et non en 
1861. — P. 158. Je serais curieux 
de connaître l'ambassade du Pape 
en Chine au VIP siècle. ^ P. 158. 
Lire Schall au lieu de Sckaal. — 
P. 163. La mission russe de Peking 
date, non de 1727, mais du premier 
siège d'Âlbasine. — P. 240. La 
sixième langue de l'inscription de 
Eau Yong Kouan n'est pas Nittchihj 
mais Si Hia ou Tangout. — P.244. 
Alexandre le Grand, mort en 323, ne 
peut-être appelé le contemporain 
de Ghi Houaug-ti mort w 210. ~ 
P. 407. Le temple du Dragon ronge 
ne peut s'appeler Bwang Ling Mtao; 
lire Houng Loung Miao. — P. 437. 
Ce n'est pas Marco Polo qui se 
trouve à Canton dans le Temple 
des Cinq Cents Génies. — P. 458. 
Il est exagéré de dire que Kang 
Yeou-wei «is the greatest clasdcal 



BULLRTIH CElITiquB. 



361 



: 



9cho1ar of his daj *, — P< 3S6. Uue 
gravare représente des étrangers 
jouant au golf daus la concession 
étrangère d*I-Tchang au milieu 
de sépultares indigènes et Ton 
â*étonne après que les Cbinois^ mé- 
contenta, protcÈ^tent contre ces 
profanationa! P, 97, Lire Tamu- 
eante aYentare d'un Anglais dé- 
gaisé en CUnoîs, 

Henri Cobdikb. 

Séried*Orieut,No.4. — Kùantf^ 
Siu H T'se~Hi Empereur de Chine et 
Impératrice douairière — ^f J^ 
Décrété impériaux 1898 traduits du 
Chinois par Jérôme Tobar S. J. 
A?ec préface, tables et notes ex- 
plicatives par J. Ëm* Lisiiièke 
Rédacteur en Chef de VEcho de 
Chine. — Shanghai, Imprimerie de 
la Presse Orientale, 1900, in*4, 
pp. IV— 136, Doh 1,75, 

Vautiqne Gazette de Peking, 
^ ^ ♦ ^ing Pao, Nouvelles de 
la Cour, est une source inépui- 
sable do renseignements indÎBpeii' 
sables a consulter pour qui veut 
étudier Thistoire et Tailministra- 
tion de la Chine. Les journaus 




étrangers édités eu Chine, tels que 
le Canton Recfiêter, et le Chinese 
Repontory en ont fréquemment 
donné des traductions fragni entai- 
rea. Le Norih^ China Herald Ta 
traduite régulièrement depuis près 
d'an demi siècle. Tout d'abord 
ses traductions, après a?oir paru 
dana le journal, — elles étaient 
dues au Eév. Dr. W, H. Medhurat 
— étaient réimprimées dans le 
Shnnghae Almanae ^ Miûdlany\ 
à partir de 1872, le N. C Herald 
les réunit eu volumes annuels; 
Tannée 1875 était précédée d*un 
index et suivie d'nn appendice sur 
la famille impériale de Chine avec 
un tableau généalogique par Wm. 
Fred* May ers; Tindex, fort utile, a 
été, plus tard très- mal heureusement 
supprimé. 

Le Rév, P, ToBAtt, S. J-, ayant 
donné au journal VEcho de Chine^ 
la traduction deB décrets impériaux 
de 1899, l'éditeur, M. J. Em. 
Lemière lui demanda de faire uu 
travail semblable pour Tan née 1898, 
mémorable par les réformes de 
rEmpereur Kouang Siu et le coup 
d'état de rimpératrîceTse Hi. Ce 
août ces décrets impériaux qui 



362 



BULLETIN CBITiqUS. 



réunis, forment le volume que nous 
avons devant nous. Impossible 
d'exagérer Timportance de ce tra- 
vail qui est vraiment Thistorique 
d*une des crises les plus graves par 
lesquelles Tempire chinois ait ja- 
mais passé; sans le secours du livre 
du B. P. Tobar, il m'eût certaine- 
ment été impossible de rédiger les 
articles que j'ai donnés au Temps, 
Je ne fais donc que de payer une 
dette de reconnaissance en présen- 
tant au public le volume do savant 
missionnaire, en souhaitant qu'il 
ait des suites d'année eu année: 
il sera pour le lecteur français ce 
que la publication du N. C. Herald 
est pour le lecteur anglais; il a de 
plus l'avantage d'être suivi d'une 
table synoptique avec les caractères 
chinois des noms usités, des notes 
explicatives et une table chrono- 
logique des matières. 

La traduction du P. Jérôme 
Tobar forme le No. IV de la 
Série d^ Orient publiée par VEcho 
de Chiné qui comprend déjà: 1® 
RHuen-Bio-pien^ parTchangTche- 
tong; 2^ Au Paye des Pagodes^ par 
A. Raquez et 3^ Exeurnone dans 



les pays Chan diinois par M. Bons 
d'Anty. Henri CJordibb. 

La Croix^Rouge en Extrême^ 
Orient. Exposé de V Organisation et 
du Fonctionnement de la Société de 
la Croix'Rouge du Japon Rédigé 
par le Professeur Nagao âbiga. 
Auteur de ^La Guerre Sino- Japo- 
naise au point de vue du droit 
international» — Présenté à T Ex-- 
position Universelle de 1900 Parla 
Société de la Groix^Rouge du Japon 
~ Paris, A. Pedone, 1900 

+ 2 pi., gravures. 

Le Comte Sauo envoyé par le 
gouvernement du Shogoun à l'Ex- 
position universelle de Paris en 
1867, puis par le Mikado à celle de 
Vienne en 1878, eut ainsi l'occa- 
sion de voir les œuvres des (Sociétés 
de la Croix Rouge; la guerre civile 
de Eagoshima en 1877 lui donna 
l'idée de faire au Japon pour les 
blessés ce qu'il avait vu faire pour 
eux en Occident et de concert avec 
le Comte Ogiu,.et avec le concours 
du baron de Siebold, il rédigea un 



BULLISTI!! CRltlQUC, 



ses 



ensemble de r^lemetits qui furent 
praentés au gouTernement qui lee 
approuva (mai 1877), Une société 
de bienfaisance Hakua\$ha fut à la 
suite formée et le prioce Komatsu 
accep^ d'eu être le Président 
d'hoQueiir* L'adiiésion du Japon à 
la Conveniiou de Geuè?e amena la 
réorganisa tion de la Hakuakim qui 
denni la «Société de la Croix- 
Bouge du Japon»; un non?ean 
règlement fut mis en vigueur le 
24 mai 1887 et la nouTelle Société 
fut reconnue officiellement par ie 
CSomité interisatioual le 2 septem- 
bre 1887, 

M. le Professeur Naoao Akioa, 
après avoir montré le déTeloppe- 
ment de la Société, ea donne le 
tableau à Tépoque actuelle. Tout 
ceci est fort clairement expliqué. 
A la fin de l'exposé, deux planches 
représeutent, l'une les plana du 
Hfikuaî Maru et du Koêat Maru^ 
bûteau x-h ôp i ta ux d^évac nation pour 
malades et blessés, l'autre une carte 
marquait grapbiquemeut les pro- 
gr£a de la Société, 

Henri Cokdibr. 




8, E[i«Tn]ii«^4ep%. -= Ho mmAy 
HRnmntouoHm He^amio uuaHHKiiJcit ui» 

— a nereiio., 1900, br< iu-B, pp:i7, 
1 carte. ^ Ext, des hviêiL de k 
Soc. Imp. Russe de Géographie, 

Ce travail est consacré à la 
partie du territoire de Mandchourie 
cédée par la China à la Russie en 
1898. Les Russesdésigiient sons le 
nom de fCouan Touug ^ ^ (à 
l'est de Chan Haa Eouan ]\\ ^ 
^ ) la portion de la presqu'île de 
Leao TouDg ^ ^ qui leur a été 
octroyée; les Cbiuob donnent Tap* 
pellatioo de Eonan Toung à toute 
la Mandebourîe. — P. 9, lire 
GfiOitanf BrêtittuTês^ au lieu de 
Ghaêiang^ De la Brunûre* ^^ Cette 
monographie est faite avec le soin 
bien connu de Tautettr* 

H, a 

^ ^ ^ Sfi- 0mmtnmred4 
M, Ma, Jl ^ Jg. , ^ Chang Haï 
^24*^ année Eouang Sin. 

lie lÎTre dont je veux entretenir 
les lecteurs du l^'ounp Pao est une 
grammaire cbinoipef écrite en chi- 



364 



BULLETIN CKITiqUK. 



nois, à Tusage sartout des Chinois, 
pour lenr apprendre les secrets de 
leur langue écrite. 

Son auteur, M. Ma, ancien 
élève des Jésuites de Zi-ka-wei 
pour l'étude du latin et du français, 
ayant le titre de tao-t'ai parmi ses 
compatriotes, a pris son grade de 
bachelier-ès-lettres, il y a bientôt 
vingt ans, à la Sorbonne ainsi que 
celui de licencié en droit. Connais- 
sant à fond deux langues européen- 
nes, l'une vivante et l'autre morte, 
et très versé dans la langue chi- 
noise écrite, l'auteur se trouvait 
amplement préparé pour le travail 
qu'il a entrepris et mené à bonne 
fin '). M. E. H. Parker en a écrit 
ce qui suit dans la China Review, 
Vol. XXIV, N^ IV, p. 201: 
«Mr. Ma Eien-chung bas just 
published a verj excellent Chinese 
Grammar (on European Unes) in 
Chinese. AU serious students should 
read it...» Volontiers je souscris à 



ce jugement de l'éminent sinologue 
anglais. 

C'est que l'ouvrage a plusieurs 
titres à notre estime. Il est d'abord 
original. Jusqu'ici les Chinois en 
général ont appris les règles de la 
composition littéraire, en écoutant 
les explications orales d'un mutre, 
en lisant et relisaut quelques mo- 
dèles, et enfin en essayant, soit d^ 
calquer leurs phrases sur celles de^ 
livres, soit en joignant ensemble 
des bouts de phrases ramassés pé- 
niblement de côté et d'autre. Avec 
de tels moyens et avec de tels 
procédés, les connaissances gram- 
maticales des lettrés chinois sont 
plutôt pratiques que théoriques. 
L'auteur a entrepris de réunir en 
un corps de doctrine les règles 
suivies presque à l'aveugle par ses 
compatriotes ; il les a classées sous 
les étiquettes en usage dans les 
grammaires européennes; il a sou- 
mis à l'analyse grammaticale efc 



1) Voici le contena de ToaTrage. Il est divisa en dix Kiuen d'in^le longneor. 
L*aateur traite: dans le 1'' Kiuen, des définitions et des explications requises ponr Tana- 
lyse grammaticale et logiqae d'une phrase; dans le 2™«, des noms et des pronoms; dan 
le 8^, des cas des noms et des pronoms, et de l'adjectif; dans le 4% des verbes aetiii, 
passifs, neutres, réfl^his et impersonnels; dans le 5^ de l'usage de certains verbes; dans 
le 6^, des adverbes; dans le 7', des prépositions; dans les 8« et 9*, des conjonetiont et 
des interjections; et enfin dans le 10% des phrases. Le livre est imprimé en beaux oaraotirai 
mobiles sur papier chinois. 



BULLBTIK CRITiqUB. 



365 



logîqae les phragen chiDoiaes^ et le 

résultat de ses lonrrties et arides 

recherches, il le présente à Tétude 

*ies jeu es géuerationa* Par ce seul 

fait, M. Ma a déjà bien mérité dee 

!l«ttre8 chinoises. 



! Ua nouveau titre à notre 

, estime dana lagramniaire de M, Ma 

^âet la richease d'exemples avec lea- 

^tiets l'auteur confirme ses règles* 

I O'est uue vraie mine dans laquelle 

viendront pniser à pleiuea mains 

' s^ Buecesseurs dans cette sorte de 

travaux, Lea exemples sont donnés 

sQUTent par dizaines, et, notez-le 

II bien, ih ne sont pris que dans les 
meilleurs prosateurs de Vantiquité, 
reconnus comme tels au jugement 
de tous. L'auteur prend ordinaire- 
ment ses exemples dans les Quatre 
Livres^ dans les commentaires du 
Tch'oen-ts^ieou^ dans les œuvres de 
Se^ma Ts^ien, et enfin dans celles 
de Han Yn* 

La manière d'iadiquer ses réfé- 
rences est toutefois un peu trop 
sommaire, surtout pour nous autres 
Européens. L'auteur ne donne sou- 
\ ?ent que le nom de rauteur ou le 
titre de l'ouvrage d'où Texemple 
est tiré. C'est du reste la méthode 




suivie par K^ang-hi dans son 
Dictiounaire et par les auteurs 
chinois dans leurs citations. Pour 
des orieutanx, qui n'aiment guère 
aller au fond des choses, csla peut 
suffire; mais, je l'avoue, pour nous 
autres Européens quii générale- 
ment parlant, ne savons pas les 
auteurs chinois sur le bout des 
doigts et qui voulons nous rendre 
compte par nous-mêmes de ce que 
nous étudions, cela ue suffit pas. 
Quoiqu'il eu soit, après un tel 
étalage dVxemples, il sera facile à 
nn élève Européen eu sinologie, 
soit de refaire une nouvelle gram- 
maire plus pratique, soit de faire 
des monographies sur quelques 
caractères d'un usage plus impor« 
tant. 

Le travail de M. Ma s'adresse 
surtout aux élèves chiuois. Mats^ 
cela soit dit en passant, je doute 
un peu qu'il puisse être bien com- 
pris par des Chinois sans aucune 
connaissance d'une langue euro- 
péeune. Pour ceux qui ont étudié 
le français, l'anglais ou toute autre 
langue semblable, la grammaire de 
M, Ma leur facilitera beaucoup 
Tétude approfondie de leur propre 



366 



BULLKTIÏÏ 



langue. En vue d'une plus grande 
utilité pour les élèves chinois, 
l'auteur devrait préparer un Com- 
pendium qui puisse être étudié par 
eux, après avoir été expliqué par 
un bon maître. Son livre dans 
l'état présent donne plutôt la 
partie du maître que celle de 
l'élève '). 

Puisque je suis à donner des 
conseils à M. Ma, j'en ajouterai 
un qui sera apprécié des élèves 
Européens. Il devrait ajouter à sa 
grammaire deux tables. La pre- 
mière donnerait en détail les ma- 
tières contenues dans son livre — 
celle qui est placée à la fin du 10^ 
Kiuen est trop maigre, et de plus 
elle n'indique pas la page où com- 
mencent les différents paragraphes 
de chaque Kiuen. La seconde table 
indiquerait, par l'ordre alphabéti- 
que propre aux langues européen- 
nes, les différents sujets, règles, 
caractères importants, etc., expli- 
qués dans le corps de l'ouvrage, 
avec les renvois aux pages res- 
pectives. Si l'auteur plaçait au 



CRITiqUK. 

commencement ou à la fin de son 
ouvrage un petit recueil des termes 
de grammaire formés ou adopta 
par lui avec leurs correspondants 
en français, plusieurs lecteurs 
Européens lui en seront recon- 
naissants. 

Je pourrais finir ici cette notice 
de la grammaire de M. Ma en lui 
souhaitant beaucoup de lecteurs et <»■ 
plusieurs éditions; mais pour que^ 
les lecteurs du T'oungPao aient dim. 
livre une connaissance plus jnsto 
et mieux fondée, j'en ai traduit au 
hasard quelques paragraphes que 
je vous marque ci-joints: 

Kiuen IL § IL Des pronoms 
personnels. 

....[Â l'occasion des pronoms 
de la 3^ personne, l'auteur s'occupe 
du caractère ^ ^). Gomme ce qu'il 
y affirme fait sou?ent, sinon tou- 
jours, défaut dans les Dictionnaires 
et grammaires Européennes, je 
donne ici la théorie de l'auteur chi- 
nois avec les exemples à l'appui J. 

Â. Toutes les fois qu'il y a lien 
d'employer les deux caractères ijl^ 



1) Qnelqu'an me dit que la grammaire de M. Ma a été prise comme autearde 
dans ane école de Hong-kong. 

2) Cf. loc. cit., fol. 82—88. 



BULtBTlH CRITIQUE. 



367 



^^ , ils peuvent être remplacés par ne pas le traiter durement? A celui 



le caractère ^. L'auteur du 3Ê 

]J^ dit: * j^ c'est la mêiue choae 

c^ue J^ -^ > . Watii^ de Kao- Veon 



enfers qui ?oU8 TOUS montrez fidèle, 
pouve^-Tous ne paa lui ofiFrîr vos 
instructions?» M, Ma ajoute: 



1^ ifî 3E -^ ^*i^ ^^^^" * M *L*ioci8 ^ ^ tient lieu de J^ 
s'est la même chose que J?$ v^** J^ ^» Mais J^ est un verbe 



I^ar conséquent, quand j^ rem- 
place J^ ]^ t il désigne une chose; 
quand il est placé an lieu de jf^ 
JUJ, il indique nu lieu; et quand il 
est au lien tle JJ ^ » il marque 
une personne. 

n est à remarquer que j^ 
placé au lieu de ^ se trouve 
seulement dans un cas oblique — 
autre que h nominatif — et qu'il 
fiuit la phrase, Si cependant j^ 
dans le sens qui noua occupe se 
trouve ailleurs qu'à la fin de la 
phrase, il sert d'appui au caractère 
qui le précède. Lee autres accep- 
tions de ^ sont don a ées ailleurs 
en leurs lieux respectifs. 

Exemples. ^ Z M ^J W 

Celui que voas aimezi pouvez^vous 



r 



neutre, tandisque ^ est uu verbe 
actif. Le Philosophe ayaufc dit 
d'abord ^ ^ , îl aurait dû tlire 
après ^ J^ j^ * Les deux carac- 
tères j^ j^ ne s'employaut pas 
ordinairement dans ce sens, ils ont 
été remplacés par ^. — ^ p§" 

ï ^ M ^ ') Autrefois Chou, 
mon grand père, le serviteur de 
Votre Majesté, a tra?aillé à consoli- 
der la maison royale, et le roi 
reconnaissant lui accorda des fa- 
veurs. - ^ ^ # ift H fl5 

^UMM') KiaérmndéBi- 
rait sauver son prince et relever 
son royaume; c'est pour cela quHl 
désirait tant d'être rappelé et de 
retourner à la capitale. Dans le 



1) Cf. SJS ^^ i«<M-3rNi ^V V^t P^i^ poBt., n. 8. 
£) Ot ~^ ^ Tsm-tehoûm^ %V atmée du prince | 

IV, p %u. 



et ZotloU Carf. !iU, bîd. VoL 




368 



BULLETIN CBITiqUE. 



courant d'an seul livre, trois fois 
il revient sur ce sujei — ^ jj^ 

chou Y [dans la ville de Tche] est 
mort. Partout ailleurs, comme vous 
m'ordonnerez. — ^S ^ f^ ^ 

^îH^l') J'" &it bâtir 
T'ou-k'ieou; j'y passerai mes vieux 

joars. - mW^^'S% 

le prince de Tsin avait ordonné à 
Wei de bâtir les villes de P*ou et 
de Kiué pour en &ire la résidence 
de ses deux fils. Wei négligea l'exé- 
cution de l'ordre reçu et plaça 
des fagots de bois dans les murs 
[c'est-à-dire, dit Legge, Vol. V, p. 
144, between thé back andfacing of 
ihe walls\ — M. Ma fiuit l'alinéa 
en disant: «Dans les exemples qui 
précédent, ^ est placé pour ^ 



1) ]^ 'flt Ttothtchoan, V"" ann^ du prince 

2) ;^ "^ , il« année do prince ^ Yn. 

3) ]^ qjl Tsou-tehoan, 5« année do prince j& Hi, 

4) ^^ -3^ MoMç-tte, cap. I, pars prior, n. 6. 
6) ^ ^ Mong-tte, ibid , n. 7. 

6) 5& -î* AÎOMff-tte, cap. VII, pars prior, n. 4. 

7) ^Q 'flf Ttou'tckoan^ 24' année da prince iS. //». 



^ et pour i^ liti e^ il ^i^î^ ^ 
phrase». 

B. Quand on veut comparer 
deux objets il faut se servir du 
caractère ]{fj^ qui est placé avant 
le terme de comparaison. Dans 
ces phrases comparatives ^ tient 
aussi lieu de ])f!^ j|j^ et il les ter- 
mine. Exemples: ^ H ^ T^ 
^ ® ^ *) Dans l'Empire il n'y 
a pas d'Etat plus fort que celui d^ 

Tsin. - B.fé^WM'> 

Le Philosophe dit: Peut-être qu'i7 
y a encore une erreur plus grave 
que celui que vous soupçonnez. — 

S? ^ yv i© o o o H^ h^ -^ 

j5i j^ ®) U «l'y *^ pas de plaisir 
plus grand que ca/ut-là; il n'y a 
rien qui nous rapproche davantage 
que cela de la perfection recherchée. 

- itiiô^Z. IP^@ 

^ ^) Si après avoir réprouvé leur 
conduite j'allais les imiter, ma faute 



Yn, 



BgLLKTIN CRITiqUK. 



369 



serait encore plus grave ^ué la leur. 
Danâ tous cea exemples ^ vaut 

C. Voyons maiateoaut qaeU 
E^nes exemples dans lesquels j^ 
^st placé au milieu de la phrase. 

^ous trouvé un homme de con- 
^ance? - 1 A ^ î^ i 

rapport au gouveruemeïit de mou 
Etat, j'^ donne tous mes soi ne ^). 

il A M H ^*) Des vaillants 
soldats entrent par la porte; mais 
personne ne s'y trouve pour la 
garde; ils entrent jusqu'aux cbam- 
bres intérienreSj et là non pins per- 
sonne ne B*jy trouve qui eu prenne 



soin 



BS lÊ * JÎW ^ Ife *) AiDBi 

donc, ceux qui s'adonnent en ca 
lieiL^là à ràgriculture sont encore 
peu nombreux et les autorités 
locales malgré cela ne s*en pré- 
occupent pas. — ^ pg ^ ^ 

be-t-i1 dans un puits, loin de lai 
tendre une main sêeourable, ou le 
poussera encore plus au fond, après 
quoi on jettera des pierres par 
desanê \ tes amis du temps présent 
sont tous généralenjent de cette 

sorta. - ^ & ;(fC ;;C > A Ji 

^ ^ ^ ^) Ce sera comme ai 

quelqu'un allait se jeter soit dans 
la rivièrei soit dans un brasier; une 
fois y arrivé, il y mourrait ou brûlé 



1) gpf p§" Lii^n-jfUf cip. [II, prs po»L, n, 13, 

2) ^g_ -+* Mûng-ttêt oftp. I, pan prior, u, S. 

S) Celte trftdootioD eaX coDfîrmée (jar k ^g^ -+- jp ^^ qtii dite en cel endroit 
i'eipU<»tion de "^ ^ aiaAi conçue: ^ jj^ j^ J^ f^^ 

4) O'aprA» M, Jfti, ee Uite e»t pris dun» Les mdinoiref ée .^ ^ Kmtf-tfumff «or 
le 'reA'&ffH^lt^trou^ $* année du priDce *jà* ^i»^. Maïs oouà p« l'j nvos* pas Irouvé. 

5) "m jffi ^S , Hîstoirei de» Man ao teneurs, cbap. ^t ^R* g^ , IS" ùanée. 

6) Ç^ ]|5 Hanrfu dans aoD inicription grmrée su? b pierre tombale de ^^ ^' 

7) OcDTret de ^ -y» :Mtm-fst, Kimn 10, eb«p. ^ -^ j^ . 




370 BULLBTIN CRITiqUE. 



OU noyé. - ^ -y- Jl iÔ fSf 

■j^ ') L'empereur, à ce moment^ 
commence à monter en la barque. 



qu'un qu'il est sage, alors, avant 
de le nommer votre ministre, vous 
/'examinerez vous-même. Cette 



— 73^ JLL ^ ^ ^ ^ 1^'i sentence de Mong-tse montre dai- 
^ ') Alors on réussit à placer rement que j^ dans la sentence du 
Hi'tti sur le troue de Tsin et Luen-yu signifie ^. — -^ ^ 
il commença aussitôt à donner des' 3Ê©»lW^^^^^% 
ordres'). 1 « i^ . W # 1* ^ ïl *), 

D. Dans les exemples qui sifi- Quant aux garçons et aux fiUes, 
vent ^ remplace le pronom ^ . aux pierres précieuses et aux pièces 

^ \ ^ ^ i^ *) "^^ors que tout ce qui est de plumes, des poils, des 
le monde haïrait quelqu'un, il fau- dents et des peaux, vos terres Ut 



drait /'examiner; de même, si tout 
le monde aimait quelqu'un, ou 
devrait nécessairement le sou- 
mettre à uu examen. Mong-tse a 
une sentence semblable à celle qui 

précède: H A^H^.^ 



produisent - H^ P| ^ ;Hi 

^J5SB5l»i§^Le«>7«in,e 

de Ts*in s'appujant sur les fortes 
positions de Ton^tAean^ quatre 



^ ^ ^ ^) Si tous les sujets de autres royaumes s'élevèrenti 
votre Etat vous disent de quel- . sivement, dont les princes furent 



1) M. Mm ravoic a« j^ |g. ehap. ^ ^ . Le teitc y cal 

S> iVaprè* M JK«. jg ioit êir« tépu^ de j|[^. Dr plat. M. Mm erifi^K ^ 
Wm»f de S» JK iC^a0^<»« ^«i joial cMemUe e» desx earaetcna. 

4> H^ ^ laotHra op. Vm, pus prior. m. 27. 

5) ^ -J- Jf«>H^. «p. I. pan port a. 7. 

S> M. Jlf« raiToie »v '^ "^ Tmmh/cion, 25* amaée de ^ : je ■> â pM fiOTvi 
et texte, 

"^ il JH S ^«' '^^ «^^ + — ^ # ^ ^- 



BULWrriK CRITIQUE. 



371 



TfKïonDus chefs des traités. Les 
posâeaaious qui furent autrefois 
réunies sous les Empereurs Wên 
et Ot*, et dont ces Empereurs en 
firent de grands fiefs, subjuguées 
par la majeâte du royaume de 
Ts'in» se sourairent à tuL — 

^t i^ *) ^^ préfet lui donna 

lïeaucoup de confiance; les officiers 

inférieurs et les gens du peuple se 

montrera ut envers lui bien Tei Hauts 

et respectueux, - f^" ^ ^ JJJt 

mAZM:^zk\ rfs 

Hélas! parmi ceux qui ont fait des 
compositions en honneur du bonze 
Wen-'tchang, il n'y pas un qui 
Tait instruit dans la doctrine des 
anciens Maints! ils se sont conten- 
tés d*y introduire des propos boud- 
dhiques pour lui en faire honneur 
au moment de se séparer de lui. 

4* R5 ^ ^ * Un peu plus 




haut Han-Yu dit encore: ^ ^ 
# flîî fi ^ ') Ayant rompu 
toutes mes relations d'amitié et 
d'affaires^ je me suis occupé à co- 
pier les aucienneâ peintures* Après, 
dans une excursion faite dans le 
Fou^kieny j'ai perdu mon travaiL.. . 
Heureusement qu'enfin j'ai pu tes 
retrouver. Le lecteur aura remar- 
qué que dans les exemples donnés 
ci-dessus "j^ termine les phrases 
et qu'il tient lieu d a pronom J^. 

Kiuen IV, § IL Du ?erbe passif* 
foL23-"32. 

Tout Terbe actif exige uu ter- 
me qui eu reçoive Tactiou* Ce 
terme est ordinairement dans un 
cas oblique [àraccusatif]. Si cepen- 
dant il se trouvait au nominatif, 
cela moutrerait que le verbe est 
employé dans sa forme passive.*.. 
Après un examen attentif des au- 
teurs classiques, on constate six 
manières dans lesquelles un verbe 
actif est modifié de manière à avoir 



S Ithtoîret ùet Mam «aMriflufs; bîagrbphîe de ^^ 1^» Kinen 80, 

Han-Tft, Préface Taiti; «u départ du bonté ^ ^^ W^n^tcMnÇt Kimem 

ît //riM-J w. Mémoire d'un recHuil de inclut m ri»<) SB gg . Kinmt XI II, 



372 



BULLBTIN CRITIQUK. 



un seos passif. Ces six manières, 
les Toici: 

A. On place les deux caractères 
"^ ^ff avant le verbe actif. 

Exemple: É # 1S ^ T J9f 
^ ') Je me disais que cela était 
connu de tous. 

B. On place seulement le 
caractère ^ avant le verbe actif. 
Exemple: ^ H ^ . ^ W 

>P ^ *) Le chef de TEmpire ne 
peut pas ne pas être sur ses gardes ; 
car 8*il se trompe, il sera outragé 
par tout le monde. 

G. On place la préposition 'jj^ 
avec son régime après le verbe 



]Jf^ ^ ') Les flatteurs sont sou- 
vent haïs des autres. 

D. On place les caractères ^ , 
^, etc., avant le verbe actif. 

j'ai été instrait par tous. — -f^ 
^XM,^') Vous, de plus, 
avez été traité en hôte. — ^ fjjj^^ 

M^^tk A') P«°' qoeïle 
cause je me vois calomnié par les 

autres? - ^M^'^t^ — 

)ê ^ ^) Auparavant vous avez 
déjà été accusé devant un ministre; 
à présent M. Li est aussi ministre; 
vous voilà en grave danger *). 

E. En plaçant soit fiÇ , soit J^ 
avant un verbe actif, celui-ci gêné- 



1) ^ j^ f^an Tu, dans sa réponse k Heou-hi ^ ^ ^ ^- *Ye n'ai pu 
pu confronter cette référence. 

Ponr raison de brièveté nous ne choisissons qo'an seul exemple parmi les nombreux 
recaeiUi par M. Ma et analysés par lai. 

2) ^ f^ Ta-hio. § 10. 

8) 3b WSr Luen-fu, cap. III, pars prior, n. 4. 

4) Biographie de Se-ma Siaug-jou ^ ^ jf^ ^(Q ^^ . Je n'ai pas po trouver 
ce texte ni le suivant. 

6) Ibid. 

^> ^ ^ ^ ^"*^ ^'*'^* ^^""^ '^"^ l'équilibre, ^ i|l ^> i^M» 80 dn 
l^lB.fol. 12. 

7) ^ j^ Han Tm, Explications, ^ '^ . Kiuen 13, fol. 16. 

8) M. Ma pense que les phrases où les verbes ^p , ^^, et ^^ terme jnridiqae, 
se rencoutrent se rapprochent beanconp de celles nommées vulgairement patsivet. 



^^^^^^^^^^r ^^^^ ^^^^^^1 


mlement parlant prend on sens 


dans le temple des Aneêtrea; vons ^^^^H 


passif. Exemple: ^ ^ ^ '^ 


ne pouvez donc pas continuer la ^^| 


HP f*] S iËi Les rîcheaaes de 


succession naturelle des empereurs ^* 


ÏVîîi et de TcÂ*ou ne peuvent être 


ni traiter comme vos sujets [en- 


ézMes,-fif)r^mn± 


fants] les habitants de Tempire, 


' ##^J^^^") Lesdif. 


Certainement vous devrez être un 


férenta conseils qu'il a propoaéa 


jour rejeté. 


' devant les autoritfe, ne sont pas 


F* En certains cas, le verbe 


1 <1igiies d'être rapportés^ tant ils 


actif employé seul, sans particules | 


8oni nombreux. 


qui le précèdent ou le suivent, peut 


N.B- Le verbe actif placé après 


aussi être considéré comme em- 


1 ^ ^^ Sf P*^^t »^^i quelque- 


ployé dans un sens pasaif* Exem- 


fois être considéré comme ajaui 


piB". ifet#ffiî^5snM....') 


alors une forme passive. ^ ^ 


Uue fois que les choses ont été 


:^S.Xl#ju:')iiaété 


couuueg à fond, les conuaissauces 


d'abord élevé au pins haut point 
des dignités; comment après cela 
ponrra-t-il encore être placé dans 
la dignité de marquis? |^ ^ 5Jc 

Votre Majesté n'a paâ encore été 


sont promues au dernier poiuL-< — 

êtes pressé instamment, tous pou- 
vez lui faire visite. 

N.B. L Quand ^ et ^ sont 
snivia dn caractère ^ , ils peuvent 


iuTostie de Tautorité impériale 


être pris comme des verbes passifs. i 


'î â&. "F Mùu^-tu, cftii. U, p»r» po 


*t n 2. ■ 


2) ^ ]^, Mcmoira btognpiiîque ilu iniDblre Tm^, fi ^ 1^ ^&t^ ^'**" , 

3) ^#* t'"«n^cde ^ J/iM. 


4) 'if lH ^. Histoire* de* E^u mijt^rieiirfl. i^ ife "^ ^ biogriifiàie de So ^^H 


6) ^ ^ Mon^*fu^ c«|i. IH, t'tra poat. n, 7. ^^^| 



374 



BULLETIN CKITIQDB. 



Exemple. ^^î^;^ P ^±>) 
Il fut appelé grand parleur, f^ 

toas ces hommes là furent conrertis 
en une vile poussière. 

N.B. II. Ce que nous venons 
de dire de :^ et de >^ suivis de 
^ , peut aussi se dire des verbes 
^, fl^i ^' ^ ^^ autres sem- 
blables. 

Zi Ka-wei, 4 juillet 1900. 
Jérôme Tobar, S. J. 

Osi'Asiem 1860-1862 in Brief- 
en des Grafen Fritz zu Eulenburg, 
Kôniglich Preusaischen Gesandten^ 
betraut mit auaserordentlicher Mis^ 
sion nach Chind^ Japan und Siam. 
Herausgegeben von Graf Philipp zu 
Eulïnburg-Hkbtbfbld, Kaiaerlich 
Deutschem Botschafter. Miteinem 
Bildnisse in Lichtdruck und einem 
Facsimile der Handschrift. Berlin 
1900 Ernst Siegfried Mittler und 
Sohn, gr. in-8, pp. xxy.428. M. 10. 

Le 2 sept. 1861, un traité 



d'amitié, de commerce et de navi- 
gation était signé à Tien-tsin en 
allemand, français et chinois par 
Frédéric Albert, Comte d'Eulen- 
bourg. Envoyé Extraordinaire et 
Ministre Plénipotentiaire, au nom 
du Roi de Prusse agissant tant en 
son nom qu'au nom des antres 
membres de l'association de doua- 
nes et de commerce allemande, et 
par Tchong Luen, Membre assis- 
tant du Ministère des Affaires 
Etrangères de Peking, Directeur- 
Général des Greniers publics et 
Commissaire impérial, et Tchong 
Heou, sous-secrétaire d'Etat Hono- 
raire, Surintendant des trois ports 
du Nord et Commissaire Impérial 
adjoint, au nom de l'Empereur de 
Chine. Les ratifications furent 
échangées à Chang Haï le 14 jan- 
vier 1863. 

De nombreux ouvrages, en de- 
hors de la relation officielle, nous 
ont fait conntdtre l'expédition 
prussienne dans l'Asie Orientale 
en 1860 — 1862; citons ceux du 



1) 'lll gE ^Ê"» Histoires des Jffan «nt^riears, Biographie de Lom Kia JS^ ^S 
A , KiweM 43, fol. 8. 

2) — \ HB J^ SoM-kouo-tehé, Biographie de Wang-iong. "^ ^B "fll • Je ii*u 
pas pu iroa?er ce texte. 



BULLETIN ORlTiqUS. 



876 



Dr. HermânD Maron, da lienienaut 

de yaisseao Reinhold Werner, du 

médecin C. Friedel, de Kaamônier 

J. Ereyher, de Gustave Spiess, 

commissaire de la corrette Arcona. 

Les lettres du Comte d'Eulenbourg 

sont une précieuse addition à la 

littérature de cette ambassade. 

Frédéric Albert, Comte d'Eu- 
lenbourg, né à Eoenigsberg le 29 
Juin 1815, étudia dans cette ville 
et à Berlin ; le P^ Dec. 1835, il 
entra au service de TEtat. Après 
avoir été auditeur à Francfort-sur- 
rOder, référendaire à Coblenz et 
Munster, et assesseur à Cologne et 
Oppeln, il commença en 1844 sa 
carrière dans Tadministration com- 
me assesseur du gouvernement à 
Oppeln, puis à Mersebourg. En 
1848, il est appelé au ministère des 
finances, en 1849, à celui de Tinté- 
rieur. Il entre dans le service di- 
plomatique en 1852, et est nommé 
Consul-Général à Anvers, puis à 
Varsovie. Enfin, en Octobre 1859, 
il est envoyé dans les eaux asiati- 
ques en qualité d'ambassadeur 
royal de Prusse, à la tête d'une 
expédition, avec mission de con- 
clure des traités d'amitié, de com- 



merce et de navigation avec 1q 
Japon, la Chine et le Siam. II 
rencontre les plus grandes difficul- 
tés, mais parvient néanmoins le 24 
Janvier 1861 , à signer un traité 
avec le Japon, et le 2 Septembre 
1861, avec la Chine. Les grandes 
qualités de circonspection, d'éner- 
gie et de ténacité qu'il fivait dé- 
ployées pendant cette campttgnè 
diplomatique, l'avaient fait remar- 
quer de Bismarck; à son retour en 
Prusse, le Comte d'Eulenbourg est 
nommé ministre de l'intérieur (8 
Dec. 18Ô2). Jusqu'en 1878, il 
s'occupa des réformes et de l'or- 
ganisation des provinces annexées, 
soit orientales, soit occidentales, eit 
donna le 80 Mars sa démission au 
Landtag. 

Le Comte d'Eulenbourg est 
mort le 2 Juin 1881 àSchôiieberg 
près Berlin. 

L'expédition de Chine fut déci- 
dée le 15 Août 1859 et le conseiller 
d'ambassade, comte d'Eulenbourg, 
nommé envoyé! extraordinaire et 
ministre plénipotentiaire àu^ Cours 
de Japon^ Chine ^t Siam. L'escadre 
qui devait l'âccompagner se com- 

25 



376 



BULLBTni ORITiqUS. 



posait de trois bâtiments: la cor- 
yette à vapear Areona^ la frégate 
à voiles Thétis et le schooner de 
gaerre Frauenlob. On leur adjoignit 
le transport VElbe ponr porter les 
cadeaux, les échantillons, le char- 
bon et antres provisions, ainsi 
qu*nne barqne à vapeur qui devait 
être employée au service entre les 
bateaux. 

Le personnel de la mission 
était formé de la manière suivante: 
le Comte d*Eulenbourg, le secré- 
taire d'ambassade Pieschel, M.M. 
Von Brandt, Von BunseA, le Comte 
Auguste d'Eulenbonrg, lieutenant 
au 1^^ Bég. de la Garde à pied, les 
naturalistes Wichura, conseiller du 
gouvernement ponr la botanique, le 
Dr. von Martens pour la zoologie, 
le Dr. baron de Bichthofen pour la 
géologie, le Dr. Maron, expert en 
économie rurale, le médecin Lucius 
(maintenant baron Lucius de Ball- 
hausen, ministre d*Etat en non- 
activité), le peintre A. Berg (mort 
directeur du Musée provincial silé- 
sien de Breslau), le dessinateur W. 
Heine, le photographe Bismark 
(plus tard interprète de l'ambas- 
sade allemande à Peking, mort 



consul à Amoy en 1880), le 
jardinier botaniste Schottmuller, 
les commerçants prussiens Grube, 
Jakob et Bath, le eommerçant 
Spiess, fondé de pouvoirs de la 
Chambre de commerce saxonne. 

Les lettres du Comte d'Eulen*» 
bourg sont adressées à son frère 
unique, le Comte Philippe Conrad, 
mort en 1889, et publiées parle 
fils de ce dernier, le Comte Philippe, 
actuellement ambassadeur impérial 
allemand à la Cour de Vienne. 

Eulenbourg s'embarque le 22 
Mai 18G0 à Trieste, à bord du Lloyd 
Impératrice^ av<ec Bichthofen et 
Auguste d'Eulenbourg; il fait suc- 
cessivement escale à Ancône, Mol- 
fetta, Brindisi,C'Orfou,quirenthou- 
siasme, Alexandrie, où le Consul 
Eoenig l'emmène faire une visite 
au vice-roi d'Egypte Said Pacha; 
se dirige sur le Caire en chemin de 
fer; à Eafr-eg-Zaiyat, il déjeune à 
côté de Ferdinand de Lesseps ; visite 
au Caire le Musée égyptien fondé 
par Mariette, où il admire une -pa- 
rure d'or émaillé trouvée aux envi- 
rons de Thèbes quelques moia an- 



parafant sur le cadavre embaumé 
d^nne reine morte 1800 av. J-C, 
qii*on a dû jeter dau9 le Nil aussi- 
tôt après avoir ouvert le cercueil à 
cause de Tétat de décomposition- 
il fait aussi visite à Emiti Pacha. 
A Suez, il moute à bord de la 
Némedê^ vapeur à hélice qni va le 
couduire à Pointe de Galles, et où 
il se trouve avec le fils, le petit- fila 
et Tarriêre petit-fils deTippooSaïb, 
ce dernier revenant d'Angleterre 
où il venait de faire ses études. 
Pointe de Galles, avec Candy, lui 
sembk un paradis; le Gange le 
mène à Singapour, en s'arrétant à 
Pinang. La^ il fait Texpérience de 
manger d*un genre de melon, 
appelé Dourian, qni exhala une 
iéltê odeur de vieuœ /romane du 
lÀmbourg que chacuu se boucbele 
nm et qu'il est forcé de manger 
une demi-douzaine de mangoustans 
pour enlever ce goût atroce. A 
Singapore, il retrouve Tescadre 
alletnaude et s'embarque sur la 
corvette de Sa Majesté Arœna qui 
le conduit à Yeddo, où il arrive le 
4 Septembre 1860. 

Fendant son séjour an Japoo, 
il rencontre quelques personnages 



dont les noms nous sont connus: 
Duchesne de Bellecourt, chargé 
d'a£Faires français^ Rutherford Al- 
coclïi envoyé anglais; Gower, atta- 
ché à Tambassade anglaise; Vyse, 
consul anglais; Loreiro (^iV^ Lou- 
reiro), consul portugais; vonPoels- 
brok, consul hollandais; Dorr, con- 
sul américain; Rice, vice-consul 
américain; de Witt, consul général 
hollandais; Sir Hope Grant, venu 
de Chine pour se reposer et Lady 
Grant; le Contre-amiral Page, 1© 
Contre-amiral Lewvis Jones, le Rév, 
M. Brown, etc. 

Après bien des pourparlers, il 
obtient enfin en Janvier 1861 un 
traité qni est écrit en allemaud, 
en japonais et en hollandais et 
dont ta signature dure trois heures 
et demi, lui et chacun des trois 
gouverneurs ayant à signer 24 foisî 

Parti le 29 Janvier 1861 pour 
la Chine, à bord de VArcona^ il 
touche à Nagasaki où le consul 
américain Walsh, le consul portu* 
gais £f ans, le consul anglais Mor- 
rison, et le consul hollandais 
Pompe de Meerdervoort, viennent 
au devant de lui. Il reçoit égale- 




'878 



BÙLLBTI5 CRITiqUV. 



ment la visite du major russe de 
HitroTO, (adjudant du comte Mou- 
raviev, gouyerneur de la Sibérie 
orientale), envoyé par le gouver- 
nement russe pour le féliciter de 
la conclusion de son traité avec le 
Japon; du lieutenant de marine 
russe de Kremer; du capitaine 
Puschkin, qui lui apporte une 
lettre du Commandant Likhatschoff 
mettant Tescadre russe dans les 
eaux japonaises et chinoises à sa 
disposition. 

Voici en quels termes il narre 
sa rencontre avec Siebold, pp. 175 
et suiv.: 

«Aujourd'hui dans la journée, 
M. de Siebold bien connu par son 
ouvrage sur le Japon, vint me 
rendre visite en grand .uniforme de 
colonel hollandais couvert d'ordres 
innombrables, avec Tordre de 
Taigle rouge de Prusse de 2^® classe 
au dessus. Ce que j 'a eais entendu 
dire de lui jusqu*ici, ne lui avait 
pas été très favorable, mais il res- 
semble d'une façon si frappante à 
Papa Rothkirch (père de sa belle- 
soeur) que je me suis senti attiré 
vers lui et que j'ai écouté avec 



grande patience ses explications 
quelque peu confuses et ses allu- 
sions vaniteuses 

... Avec ce dernier (Siebold) nous 
allâmes plus tard à la campagna 
jusqu'à sa demeure pour voir com- 
ment il vit ici. Siebold a eu hieir 
(22 février 1861) 65 ans; il est 
marié à une demoiselle de Gagem 
et en a 5 enfants. Il a avec hi 
son fils aioé âgé de 15 ans, tandis 
que sa femme vit en Europe avec 
ses quatre autres enfants. Il m'a 
fait l'impression comme s'il ne 
devait jamais rentrer en Europe: 
il est très aimé au Japon par les 
Japonais et il terminera ici son 
oeuvre. Je doute qu'il puisse jamais 
en arriver là. Il a encore un énor- 
me matériel de travail, et à 65 ans, 
on n'a plus guère le temps de 
mener à bonne fin les projets de 
longue date. La demeure de Siebold 
est à l'extrémité de la ville qu'il 

faut traverser toute entière 

C'est une très jolie petite 

maison japonaise, derrière laquelle 
se trouve une colline boisée d'of 
l'on découvre de tous côtés une vu 
ravissante. A l'intérietir,* c'est u 
désordre savant; autour un pef 



BULLETIN ORITIQTJM. 



379 



jardin botaniqut^, et sur la colline 
gambadeut des cerfi apprivoisés 
geare cheYreuil. J^ serais resté 
plus longtemps, mais le aoleil dé- 
clinait, Siebold m'accompagna en- 
core Qîi bout de chemin, puis 
prit congé de moi» les larmes aux 

Enlenbourg arrive enfin en 
dune le 7 Mars 1861, à ChangHaï, 
où d^autrea diflBcultés l'attendaient. 
Les représentants augluis et fran* 
çaÎB ne semblaient pas très satis- 
faits de sa venue en Chine; lord 
Elgin Iniavait déjà écrit au Japon 
qu'il n'y avait plus rien à faire 
pour lui, Enlenbourg; de son côté 
{30 Mai 1861) M. de Bourboulon 
lui écrira que les Anglais et les 
Français ne veulent pas Taider; 
que* le gouvernement chinois est 
trop pris par les choses intérieures 
pour a*occuper des eboses exté- 
rienrea; que ce dernier ne pourra 
lui offrir que défi avantages com- 
merciaux, etc. 

Néanmoins à Chang Haï, il 
trouve bon accueil; Tagent con^ 
Bulaire prussien Overweg Tinstalle 
dans la maison rlu négociant 



Probsi; Porge, oflSeier de marine 
français, du Fénelon^ le Capitaine 
Durand St, Arnaud, delB Nûvrê^ 
Captai n Corbett, du Seout^ se met- 
tent eux et leurs navires à la dis- 
position d'Enlenbourg, Le spabi 
Caid Osmao, ordonnau ce du général 
de Montauban^ conduit Enlenbourg 
auprès de son chef «en lequel j'ap- 
prends à connaître un homme très 
aimable, sensé et avisé» ♦ Il fait 
une visite également à Tamiral 
Protêt, et reçoit celle de Horatio 
Nelson Lay, interprête de Lord 
Elgin, et inspecteur des Douane.^, 
qui «prié de Peking de devenir 
inspecteur général de toutes les 
douanes chinoises, a décliné cette 
oflre superbe, persuadé que la dy- 
nastie actuelle ne pourra pas se 
maintenir et que tôt ou tard tout 
croulera en Cbinet, 

Enlenbourg écrit à son frère 
les détails typiques ou intéressante 
que lui donnent les uns et les 
autres; «Meadows ') me raconte 
qu^autour de Chang Hai, beaucoup 
de familles gardent de longues 



1) ThdtEtu TâjW Mcjiiiowi 




380 



BULLBTIN CRITIQUK. 



années dans leurs chambres mêmes 
leurs morts dans des bières très 
bien closes, et qu'il ayait été dans 
une maison où le cercueil du 
grand'père, -- avec le corps dedans 
naturellement — serrait de table 
à manger». 

Plus loin, il écrit: «Pour te 
donner une idée de la richesse des 
gens d*ici, je te raconterai seule- 
ment que la maison Dent(anglai8e) 
possède un superbe bateau à Tapeur 
très rapide qui n*a d*autre but que 
d'aller à Hongkong, chercher le 
courrier européen à son arrivée et 
de l'apporter ici, 24 heures plus tôt 
que les autres steamers. De cette 
manière, la maison Dent peut &ire 
des opérations avec lesquelles elle 
gagne tant que les énormes frais 
d'entretien et de fournitures du 
vapeur sont amplement couverts». 

n parle ensuite de M. Parkes '), 
interprète de Liord Elgin, qui, fait 
prisonnier par les Chinois, a subi 
les plus grandes souffirances. Il 
narre plus loin sa visite à l'établis- 
sement des Jésuites de Ssikabeh 



1) Harry S. Parke«. 



(p. 209) (lisez Siu Ca-wei), et quitte 
enfin Ghang Haï pour Tientmn. 

A Tientân, il est en rapport 
avec le Comte Kleezkowski, secré- 
taire de IL de BourbouloD, avec 
Fane, qui commandait la cavalerie 
desSikhs,avecTsoung-loun[Tchong 
Luen], commissaire impérial; c'est 
pendant ce séjour qu'il a les plus 
grandes appréhensions au sujet de 
la réussite de ses projets. Malgré les 
bonnes dispositions du prince Kong 
pour la Prusse, il pense qu'un conp 
de force est nécessaire, et il envoie 
Von Brandt s'installer à Peking. 
Ce dernier y est très mal reçu et le 
gouvernement chinois lui intime 
l'ordre de retourner à Tientsin. 
Eulenbourg qui avait rompu les 
négociations, les reprend le 4 Juil- 
let; la mort de Hien-foungàD)ehoI 
vient encore les arrêter, enfin le 
2 Septembre 1861 il arrive à ses 
fins. M. de Bourboulon qui lui 
avait cédé M. de Méritons comme 
interprète, l'invite à venir à Peking 
demeurer à l'ambassade française, 
Eulenbourg accepte et il arrive 
dans la capitale de l'Empire du 
Milieu le 16 Septembre. 



BULLETIN CRlTiqUK. 



381 



A Peking, le Comte d'EuIen- 
bourg est fêté par la colonie euro- 
péenne; le ministre de Russie, M. 
de Balliouzek (qui se charge par 
télégraphe et par courrier jpsqu'à 
Eiachta, de prévenir le gouyerne- 
ment russe de la bonne nouyelle de la 
conclusion du traité pour Tappren» 
dre à Berlin) et M'"^ de Balliouzek, 
M. et M™® de Bourboulon lui re nden t 
son séjour à Peking fort agréable. 

Dans le cours de sa correspon- 
dance, il trace les portraits de per- 
sonnages qu*il rencontre; dans ces 
lettres, qui n'étaient pas destinées 
à la publicité, il est très franc, 
quelquefois brutal, et parfois très 
dur. C*est ainsi que souvent il y 
a des personnages assez maltraités, 
exemple MM. Kleczkowski et de 
Montauban fils. 



En revanche il n*a que des 
éloges pour son aimable hôtesse, 
M™^ de Bourboulon, qui fait sa 
conquête de jour en jour, et qui, 
quoique infatigable (car un certain 
jour, après un déjeuner copieux, 
et par une chaleur torride elle a 
forcé ses invités à faire l'ascension 
d'une colline d*où Ton avait une 
vue enchanteresse) lui parait être 
une femme d'une éducation supé- 
rieure, de beaucoup de jugement et 
d'un coeur excellent. 

Je n'ai malheureusement pas 
la place nécessaire pour continuer 
ces extraits, mais ils suffiront à 
montrer le vif intérêt que présente 
cette correspondance et son impor- 
tance pour les afihires d'Extrême- 
Orient, au lendemain de la guerre 
de 1860. Henri Cordikb. 



CHRONIQUE. 



ASIE RUSSE. 

D'une conférence de M. Paul Larbé à la Société de Géographie, de Paris, 
nous tirons les renseignements suivants sur la grande île de Sakhaline: 

L'attention du conférencier a été attiré surtout par trois points: la géogra- 
phie de Pile, les populations indigènes et la question pénitentiaire. 

Au point de vue géographique, la dernière question n'a d'impoiiance que 
parce que, chaque année, de nouveaux villages de forçats empiètent peu à peu 
sur le domaine des Ghiliaks et des Aïnos. 

II existe, dans cette île dont la superficie représente à peu près le cinquième 
de celle dé la France, 1,899 Ghiliaks, 1,168 Aïnos, des Orotchones et quelques 
Toungouses. 

Les Orotchones s'occupent de pêche et de chasse, les Toungouses de Télevage 
des rennes. 

Les ressources de l'habitant sont la pêche (dont colle des baleines et du phoque) 
et la chasse (zibelines, loutres, ours et renards). 

Les charbonnages, For, le naphte sont difficiles à exploiter. L'agriculture e6t 
délaissée. Le pays se présente sous deux aspects: la toundra désolée, avec 
ses terres molles et marécageuses, la forêt avec une végétation éphémère et 
luxuriante. 

Les Ghiliaks de Sakhaline qui ont échappé longtemps à toute influence 
étrangère, sont d'un type et d'un caractère plus purs que ceux du bassin de 
l'Amour. 

Chaque village se compose des membres d'une même famille qui célèbrent 
ensemble leurs diverses fêtes, celles de Tours, du phoque et de la forêt, qui 
ont un caractère à la fois sauvage et religieux. 

Dans la presqu'île méridionale habitent les Aïnos, dont le type se rapproche 
de celui du Petit- Russien. 

I^ jeune homme qui veut se marier paye à son beau-père une dot consistant 
en chiens, en rennes ou en journées de travail. 



CHRONIQUB. 888 

La polygamie existe dans cette île, mais non la polyandrie. Le père, qui a 
tous les droits, dispose de ses biens avant de mourir. 

La seule fête qui existe chez les Aïnos est la Fête de Tours. Cet animal est 
pour eux un messager qu'on immole et qu'on envoie à Dieu, chargé des com- 
missions et des prières, avec mission d'obtenir du gibier et du poisson pour 
Tannée suivante. 

La Fête de TOurs est soumise à des lois invariables et réunit toujours une 
grande partie du peuple aïno. 

BELGIQUE. 

Nous lisons dans Le Matin du 23 juillet 1900: 

Bruxelles, 22 juillet. — De notre correspondant particulier. — L'Institut 
commercial des industriels du Hainaut, à Mons, va être doté d'un cours de 
langue chinoise. C'est le premier cours de ce genre qui sera donné en Belgique. 
M. Charles Michel, interprète honoraire de la légation de Belgique à Peking en 
a été nommé titulaire. 

On espère que ce cours attirera de nombreux étrangers. 

GRANDE BRETAGNE ET IRLANDE. 

Le Dr. S. W. Bushell, G. M. G., a pris sa reti*aite et est remplacé par le 
Dr. Wordsworth Poole comme médecin de la Légation d'Angleterre à Peking. 

CHINE. 

Pour achever la transformation de Zi-ka-wei, il ne reste plus qu'à terminer 
l'Observatoire dont les travaux touchent à leur fin ainsi que ceux de Zo-cè, 

Malgré la mort du P. Gaillard, son ouvrage Nankin port ouvert paraîtra 
cet automne. D'autres travaux du regretté missionnaire restés en manuscrit, 
seront également imprimés par les soins du Rév. P. Henri Boucher, S. J., rec- 
teur du collège de Zi-ka-wei. 

M. A. Melis, curé à Delfb, procureur de la mission du Chan-si méridional, a 
demandé le 13 Sept, des informations au ministère des affaii'es étrangères sur 
le sort des missionnaires dans cette province. S. E. M. le Ministre a demandé 
ces enseignements par voie télégraphique au Ministre résident des Pays-Bas, 
actuellement à Shanghaï, et a reçu de lui les deux dépèches télégraphiques 
suivantes : 
1*^. Hofman (l'évêque) s'est rendu à Houan, très probablement en sûreté. — 



384 CHRONIQUE. 

Missionnaires restés à Chan-si; position le 15 dangereux pour Ciguot(?). — 
Cette nouvelle est datée le 5 Septembre de Tien-tsin. — Jeudi j*ai fait des 
démarches pour libération. 
2^. Le consulat de Tien-tsin télégraphie assassinat du P. Seghers^ évêque de la 
Mongolie orientale, Hamer, P. Eerwijn et autres noms inconnus de la Mon- 
golie occidentale. De ces trois hommes Tévèque seul est inscrit chez moi 
comme sujet néerlandais; les deux autres peut-être des Belges. 
Pour meilleure intelligence de ce télégramme de M. Knobel, nous ajoutons 
que Mgr. Ferdinand Hamer est né à Nimègue le 2i aviil 1840 et que les 
deux autres missionnaires massacrés avec lui sont les PP. Hetrtnan^ né près 
de Termonde (Dendermond) le 24 oct. 1862 et Jean Mallet^ né dans le Lim- 
bourg, à Hechtel, le 14 oct. 1870. Ils appartiennent à la Congrégation de 
Scheut (Belgique) qui comprend beaucoup de Hollandais. 

A ce qu'il paraît, seulement TÂutnche et Tltalie ont répondu afiBrmativement 
à la note de M. Bûlow concernant l'extradition des chefs de bande chinois. 
On assure à Berlin que le département des affaires étrangèi*e6 ne veut pas en- 
coi*e s'occuper du projet chinois d'envoyer une ambassade spéciale à Berlin qui 
offrirait les excuses nécessaires pour le meurtre de l'ambassadeur Von Ketteler. 

Il n'en pourrait être question qu'après le rétablissement de la paix et, en œ 
cas, des dignitaires du plus haut rang, p. e. un membre de la maison impériale, 
devraient offrir ces excuses. 

Londres, 20 Sept. La nouvelle que Sir Claude Macdonald et Sir Ernest Mason 
Satow échangeront leur postes respectifs, est confirmée. 

Londres, 20 Sept. L^Agence Reuter apprend que les puissances ne trouvent 
point acceptable la proposition de la Russie d'évaquer Peking, puisque, d'après 
des renseignements dignes de foi, les Boxers ont le plan d'attaquer la capitale 
dès qu'elle serait évaquée. 

ÉTATS-UNIS. 

Le département des affaires étrangères à Washington a publié les notes 
adressées à l'Allemagne, la Russie et la Chine par rapport à la règle de con- 
duite des États-Unis dans la question chinoise. 

En réponse à la note allemande le gouvernement de Mac Kinley dit qu'il 
croit également que la punition des auteurs des attentats est nécessaire afin 
de prévenir une répétition. Mais il opine, qu'aucune punition serait aussi effi- 
cace que la dégi*adation et la punition des autorités impériales mêmes et il 
semble plus que juste aux États-Unis d'offrir à la Chine l'occasion de se réba^- 
biliter. Le gou\ernement américain est enclin à considérer la punition comme 
une condition qu'on ne pourra discuter, qu'après le règlement définitif. 



CHROITIQUK. 885 

Dans sa réponse à la Chine, Li Houng-tchang et le prince KHng sont ac- 
ceptés comme plénipotentiaires et le gouvernement de Washington déclare au- 
toriser M. Conger, ambassadeur des États-Unis de se mettre en relation 
avec eux. 

Le gouveraeroent américain répond à la Russie qu'il n'a en ce moment point 
l'intention de retirer son ambassade de Peking. 

FRANCE.. 

Dans son beau volume (récemment paru chez Ernest Leroux) Essai sur 
VHistoire du papier et de sa fabrication, M. Augustin Blanchet a consacré 
deux chapitres à V Origine du Papier en Chine et au Papier au Japon. 

M. Eugène Duchemin, planteur au Tonkin, a fait le 13 juin 1900 à la So- 
ciété de Géographie commerciale de Paris une conférance sur La mise en va- 
leur de V Indo-Chine^ industrie^ agriculture, commerce, 

M. Arnold Vissiêre, Consul de France, Professeur de Chinois à l'Ecole des 
Langues orientales vivantes, a fait le 12 juin 1900 dans le Grand Amphithéâtre 
de l'Ecole Coloniale une conférence sur Pékin — les Palais et la Cour. 

Parmi les communications faites à la Sorbonne au Congrès des Sociétés sa- 
vantes, du 5 au 8 juin 1900, nous n'avons à noter que la suivante: Le Père 
E.-M. Durand, missionnaire apostolique, à Kim-Son sur les Mois de Song-Phông, 

La Restaurant Chinois du Trocadéro sert un certain nombre de plats indigènes; 
nous croyons intéressant d'en donner la liste avec l'addition des caractères: 

Spécialités Chinoises. 

MENU DU JOUR. ') 

j^^iZ iOO. Tso-chia jen 

Crevettes sautées. 
^ ^ Jp iOl. Tsa-ke-tse 

Beignets de pigeon. 
^ ^ ]@l ^^^' 'l'so-tsou-yo 

Rognons de porc sautés. 
^ ^ ^ 1^ 103. Ki-ssé-seng.tsaé 

Salade de poulet rémoulade. 

1) Nous reienoni l'orthographe fautive do oaiiinier chinoii. 



386 CHRON1QUB. 

j!p^ ^ 104. Tsao-sang-tong 

Choucroute aux champignons. 

*/S ^ )ir ^^^' ^^^^'^'?^^^ 

Poisson en tranche au vinaigre. 

M^^ 106. Kieu-dong-ki 

Poulet roulé. 
BU 3E /|V ^^^- Niang-wang-koue 

Concombres farcies. 



PLATS A COMMANDER D'AVANCE. 

M ^ ^ H^ ^^^- Tsin-t'ang.yén-tsaé 

Potage nids d'hirondelles. 
^^^IÊ, ^^- Koué-H'oua-u-tzze 

Ailerons de requin sauce rouge. 
^ T* 1^ i^ ^^^' Chia-tse-Haé-Seng 

Biche de mer aux œufs de crevettes. 
^ '^ 111. Ming-ko 

Corne de poisson sauce blanche. 
M^Mfi^ il2. Hong-80-u-tou 

Colle de poisson sauce rouge. 

4ë "?• 35 M >^^ ^^^' Chia-tse-u-lang.piën 

Pousse de bambou aux œufs de crevettes. 

*^ fê tt ^^^' Kiang-yo-tsou 

Nerfs de coquillages en sauce. 



Le pavillon de la Corée. 

L'empire coréen est représenté à l'Exposition par un coquet pavillon qui 
s'élève en bordure de l'avenue de Suffren, pi^esque à la hauteur de la rue 
Dupleix. Il a été procédé cet après-midi à son inauguration, en présence du 
prince Min Young-chan, président de la commission d'organisation, de MM. 
Charles Roulina et Mène président et vice-président, le comte Miroerel et 
Perret, commissaires généraux, Charles Allevèque, délégué du gouvernement 
coréen, Collin de Plancy, ministre de France à Séoul. 

Un gi*and nombre d'invités assistaient à cette cérémonie. On y remarquait 
notamment le haut pei'sonnel du commissariat général de l'Exposition et la 
plupart des commissariats généraux étrangers. 



cHRONiqoB. 387 

H est vraiment délicieux ce pavillon et il est ragrettable qu'il n*ait pu trou- 
ver d'emplacement dans le jardin du Trocadéro, près du Japon ou de la Chine 
où il eût été certainement mieux à sa place qu'en cette région de l'avenue de 
Suffren, dans laquelle il est assez difficile de le découvrir. 

L'édifice, dont l'architecte est M. Perret, est la reconstitution d'une partie 
du vieux palais royal de Séoul. L'intérieur est une fidèle copie de la salle 
d'audience de l'empereur. Le plafond est curieusement décoré de peintures 
symboliques représentant notamment le feu et l'eau, signes de longue vie, des 
fleurs de lotus épanouies, tous attributs auxquels sert de cadre une large bor- 
dure jaune qui est la couleur impériale. 

Les murs sont décorés de drapeaux anciens et d'étendards qui ont été prêtés 
par le ministère de la guen*e coréen. 

L'Exposition a été organisée par un de nos compatriotes fixés depuis long- 
temps à Séoul, M. Charles Allevêque. Elle est surtout ethnographique. Elle 
comprend une riche collection de costumes dont un en étoffe écarlate a été 
porté jadis par un roi de Corée; des armes anciennes, notamment des flèches 
de boun*eau au moyen desquelles on exécutait les condamnés à mort en leur 
introduisant cet instrument de torture dans l'oreille pour percer la tête. 

Tout un lot d'instruments de musique se trouve également exposé, rappelant 
les origines de nos tambours, de nos violons, de nos harpes ou de nos cithares. 

Plus loin l'attention est sollicitée par une collection de costumes anciens et 
modernes où l'on distingue ceux que poilent actuellement les hauts dignitaires 
de la cour de Corée. 

Signalons encore des collections de monnaies, de porcelaines anciennes, qui 
rappellent que les laponais ont emprunté aux Coréens l'art de la fabiication 
de la porcelaine; des spécimens de papiers, depuis celui qu'on utilise, comme le 
linoléum, pour recouvrir les parquets, jusqu'au fin papier de soie. 

La presse, dans cette exposition, est représentée par des exemplaires des 
sept ou huit journaux quotidiens qui se publient en Corée. L'un d'eux, la Ga- 
zette de Séoul, a été créé en 1567, devançant ainsi de plus de soixante ans le 
premier journal français. 

L'imprimerie était d'ailleurs connue en Corée dès le neuvième siècle. On se 
servait alors de planches de bois gravées dont un spécimen figure dans une 
vitrine. C'est à partir du quatorzième siècle seulement qu'on commença à se 
servir de types mobiles en cuivre. Certains ouvi^es composés de cette ma- 
nière sont exposés au pavillon de la Corée. Le plus ancien, qui remonte à 
1317, est un recueil du Traité des Patriarches. 

Non loin de cette partie de l'exposition consacrée au livre et à l'imprimeiie, 
on a placé une chaise à porteur ayant appartenu au général Legendre, et dans 
laquelle est disposé un mannequin montrant un (>)réen en costume d'hiver. 

La température, comme on sait, est très variable dans ce pays: Le thermo- 



888 OHBONiquB. 

mètre y descend Thiver jusqu'à 25^ au-dessous de zéro, et Tété, du 15 juin 
au 15 août, on enregistre des températures de 30 à 35^ au-dessus de zéro, 
qui sont d'autant plus pénibles à supporter qu'elles ne s'abaissent pas la nuit 
comme dans nos régions. 

L'exposition coréenne se complète par une série de vues photographiques 
piises à Séoul et aux environs, qui ont pormis aux visiteura de se faire une 
idée approximative de l'aspect du pays dont le commissaire général de la Corée 
venait de leur montrer succinctement les produits, les mœurs et les coutumes. 
(Le Petit Temps, 26 juin 1900). 

Exposition Indo-chinoise. 

Nous avons dit tout le bien que nous pensions de l'Exposition de l'Indo- 
Chine. Voici, au sujet de cette exposition, de plus amples détails: <) 

M. Doumer a désiré que l'exposition indo-chinoise apparaisse unifiée aux yeux 
du public, afin que celui-ci ait bien la sensation matérielle que l'unité admi- 
nistrative, économique et morale de notre grande colonie d'Asie est aujourd'hui 
un fait accompli. En conséquence les pavillons de la Cochinchine, du Tonkin, 
de l'Ânnam, du Cambodge et du Laos constituent au Trocadéro la section de 
rindo-Chine, occupant une surface d'un hectare et demi environ et située à 
droite en descendant vers la Seine. De la sorte, il n'y aura pas à proprement 
parler d'exposition ou de bâtiments spéciaux de la Cochinchine, du Tonkin, etc , 
mais une exposition indo-chinoise répartie par nature de produits et d'objets 
dans les différants palais de la section. 

C'est la colonie seule qui a subvenu à tous les frais de son exposition, sans 
demander le moindra subside aux finances de la métropole. En nous présentant 
une exposition aussi complète, aussi artistique, aussi belle que celle que nous 
admirons, l'Indo-Chine a donc fait un grand effort et de gros sacrifices qu'il 
est bon de signaler. 

L'Exposition de i'Indo-Chine comporte cinq constructions principales. 

En entrant, on rencontre le Palais des arts industriels indo-chinois, qui n'est 
autre que la reproduction du palais de Co-Loa (Tonkin), destiné à recevoir les 
meubles et objets d'art divers de l'Indo-Chine. Nous avons vu dans ce palais 
quelques vieux meubles d'une très belle facture, qui ne manqueront point 
d'être fort admirés. Sont classés dans les galeries et vitiines du palais, des 
gravures, dessins, livres illustrés, tableaux, peintures, parasols, éventails, écrans, 
écailles ouvrées, broderies, laques sculptés et incrustés, plumes ouvrées, fialeooes 
et porcelaines décorées, ouvrages en or, argent, étain, bronze, vanneries, costumes 
et harnachements. 



1) L'Eclair, 19 Jain. 



cuBomqvB. 



389 



Le palais de Co-Loa eai une construction de moyenne dimension, à simple 
i*ez-de-chaussée, en bois très finement ouvragé, légèie, gracieuse, peinte en 
rouge, d*un i-ouge éclatant, rehausiié d'un "mince filet d*or. Ce palaia est précédé 
d'une cour dans laquelle Von ^lénètre par une porte d^un style tout spécial 
ornetuents biKar^'os et rutitants. 

Derrière le palais de Co^Loa se trouve eituée la reproduction de la pagode 
de Cbelon (Cocbinehine), qtii «ern la Paiaû des Produits, dans lequel sont 
BK pesés les produite agricDle» et industriels de toute rîndo-Cliine^ tels que m 
naturels et décortiqués, alcool de rig, thés, cafés» cacao, cire, miel, cannes h 
sucre, indigo et bois de teinture, coton, huiles d'à aie bide, ivoire, ramte et dî^ 
verses plantes textiles, soies brutes, opiuui brut, opium mantitacturé, tabac, 
allumettes, nacre, écaille brute, coqi^illages, nattes, aimes, or, argent, cuivre, 
étain, charbon, instruments de musique, voiture», palanquins, jonques, bar- 
ques, etc. 

On voit également dans cette pagode les modèles des grands ponts en fer et 
autres ouvi-ages d'art commandés en Fnance par M, Doumer. Sur les murs sont 
placés les plans monumentaux des quatre plus grandes villes de rindo-Chine: 
Saigon, Hanoï, Hué et Pnoin-Ponh, ainsi que deux grandes cartes murale 
rept^ésentant, Tune, les progrès faits, depuis la conqmHe, dans la connaissance 
de notre empire indo-chinois, l*autr©, la répartition sur toute rétendue du 
teiritoiro des piXKluiU économiques. 

l.a pagode de Cholon se compojse d*une salle centrale, très vaste, et de deux 
ft&lW latérales plus petites, c-ommuniqmint avec la centrale au moyen d'une 
aorte de ruelle couverte. La ^iic^de principale de la {>agode est tournée face à. 
la Seine; son ai^pect et des plus charmants. La pagode est surélevée, et on y 
accède au moyen d'un escalier grimpant dans le roc. Tout le pénsityîe est orne 
de peintures fort i^ussies. Le toit, aux courbes gracieuses, revêt des nuances de 
porcelaine du plus joli effet. 

Derrière la pagode de Cholon est située l'admirable reconstitution d'un temple 
cambodgien s' étendant sur une sutface de cinq mille mètres carrés. Pour cette 
i*econstitution on a élevé une eolUne artiltcielle sur laquelle ont été édifiés la 
pagode et les pnoms (sortes dlmmenses clochettes) décorant la colline de Pnom- 
Penh (Cambodge). Souij la colline même Ton u construit une immense grotte 
en béton armé, s'appuyant sur de haute pilîei-s ornés de moulures qui repro- 
duisent exactement des motifs décomnt dilTérents monuments du Cambotige. 

De plus, les vastes galeries çonduiîmnt à la grotte souterraine sont occupées 
par Texposition de la fameuse mbsion Pavie qui a parcouru Tin do-Chine pen- 
dant quinze années. 

Une immense terrasse d'où, tout à son aii$e, l^on admire le panorama de 
l'Exposition^ domine cette eolîine artificielle. On y accède par un escalier mo- 
numental. Sur le haut de la terrasse sont' édifiés le grand pnoro, élevant son 



390 CHROHiqUB. 

pignon d*or d'une hauteur de 47 mètree, et la jolie pagode ro^rale de Pnom- 
Penh, qui sert d'exposition spéciale d'objets relatifs à Part religieux: Bouddha, 
chandeliers, croix incrustées, etc. 

Les alentours de la colline sont garnis de maisons tonkinoises, laotiennes, 
cambodgiennes, l'emplies d'indigènes pratiquant les métiers les plus divers et 
qui se livrent à leur industrie devant les visiteurs. 

En descendant sur la droite, on trouve le Pavillon forestier, qui est la copie 
exacte d*une riche maison annamite de Thudau-Mot (Uaute-Cochinchine). Ce 
pavillon renferme des échantillons de bois piis dans les forêts de chacune des 
provinces indo-chinoises. A coté on voit des meubles et objets fabriqués avec 
ces bois. Ces meubles reviennent presque toujours à des prix fort modérés, 
parfois quasi dérisoires. Ce pavillon forestier obtient auprès du public an très 
franc succès. 

L'exposition de Tlndo-Chine est complétée par un théâtre annamite od se 
jouent des pièces et s^exécutent des danses du pays. 

Ainsi qu'on peut s*en rendre compte, l'exposition de rindo-Chine, par son 
arrangement, sa variété, son côté pittoresque et artistique, sa partie pratique 
et instructive, constitue une belle manifestation coloniale dont, à n'en point 
douter, le public tirera un salutaire profit. 11 faut donc chaleureusement félici- 
ter M. Ooumer, ainsi que M. Nicolas et ses dévoués collaborateurs européens 
et annamites, de l'œuvi-e entreprise et menée à bien. 

INDO-CHINE. 

Le Journal Officiel du 22 juin 1900 contient un décret autorisant l'ouverture 
des travaux du chemin de fer de Saigon à Tam-Linh. première section de la 
ligne de Saigon au Lang-Biang et au Khanh-Hoa. 

Le Khanh-Hoa est la province la plus méridionale de l'Aniiam. Quant au 
Lang-Biang, c'est un plateau élevé, situé dans une région montueuse et boisée, 
où M. Doumer a projeté de créer un vaste sanatorium dans lequel les fonction- 
naires et les colons de l'Indo-Chine trouveraient l'équivalent des stations sani- 
taires créées par les Hollandais à Java et les Anglais dans les avant-monts de 
l'Himalaya, notamment à Dardjeeling. 

L'exposé des motifs rappelle que la ligne de Saigon au Khanh-Hoa et au 
Lang-Biang fait partie du réseau dont la construction a été autorisée par la 
loi publiée à V Officiel des 26 et 27 décerabi*e 1898, qui autorisait le gouver- 
nement général de Tlndo-Chine à emprunter 200 millions. 

Le ministre des colonies ajoute que l'autorisation qu'il demande pour la 
section de Saigon à Tam-Linh ne préjuge rien au siget du tracé à adopter 
pour la partie du chemin de fer de Khanh-Hoa et du Lang-I^ng, située au 
delà de la section concédée. 

Il fait remarquer que Tensemble des évaluations de dépenses pour œ tronçon 



CUUONIQUB. 891 

de 132 kilomètres, à 123,000 fi-ancs par kilomètre, ressort à 16,236,000 francs, 
chiffre qui ne dépasse pas Tailocation fixée par la loi précitée, ni les ressources 
du budget de Tlndo-Chine. 

Nos lecteurs n'ont probablement pas oublié les diverses mesures antérieure- 
ment prises par le gouverneur général de Tlndo-Chine en vue d'arriver à la 
réalisation de son projet: mission donnée au capitaine Guquet, pour établir 
une route de la mer au Lang-Biang; constitution d'une province nouvelle, 
dite du Haut-Donai, avec Djiring pour capitale, et mission d'étude du chemin 
de fer donnée en dernier lieu à l'ingénieur Cîourtin. 

Le gouvehieur général de Tlndo-Chine a signé, le 11 avnl, plusieurs arrêtés 
qui remanient la constitution et l'organisation des territoires militaires du 
Tongking, telles qu'elles résultaient des arrêtés des 6 et 20 août 1891, qui les 
avaient créées, et de l'arrêté du 1*' janvier 1897 qui les avait reconstituées. 

Certaines régions ont été distraites des territoires militaires pour être ren- 
dues à l'autorité civile. Les districts détachés du premier territoire militaire 
ont été incorporés à la province de Bac-Giang. Ceux qui ont été distraits des 
trois autres territoires militaires constituent les provinces de Bac-Kan, de 
Tuyen-Quang et de Yen-Baï. 

Les chefs-lieux des quatre nouveaux teriitoires militaires sont dorénavant: 
Lang-Son, pour le 1"; Cao-Bang, pour le 2*; Ha-Giang, pour le 3', et Lao- 
Kaï, pour le 4'. 

L'Ecole française d'Extrême-Orient, fondée par M. Doumer, gouverneur général 
de rJhdo-Chine française et dirigée par M. L. Finot, vient de donner le pre- 
mier volume de ses publications: Numismatique Annamite par Désiré Lacroix, 
Capitaine d'Artillerie de Marine, Saigon, Imp. Ménard & Legi'os. Ce volume 
intéressant est accompagné d'un album de quarante planches. Souhaitons à 
notre Ecole de Saigon le succès de ses soeurs aînées d'Athènes, de Rome et 
du Caire. 

PAYS-BAS ET COLONIES NÉERLANDAISES. 

Le Dr. W. van der Heyden, d'Utrecht, a été nommé conseiller pour l'hygiène 
et directeur de l'hôpital pour maladies contagieuses à Yokohama par le gou- 
vernement japonais. 

RUSSIE. 

L'Ukase par lequel la peine de bannissement en Sibérie est abolie, a été 
signé par le Tsar. 

26 



392 CHRONIQUE. 



STRA.ITS SETTf.EMENTS. 

 Johore correspondent writes to the London dt China Express (July 13, 
1900): ^The Singapore and Joliore railway work is being carried on at both 
ends. Over 300 men are eraployed. The gauge is to be the French mètre. 
The length, fourteen miles — Singapore to Kranji — separated from the 
Malay Peninsula by the old Strait of Salât Tubrow, about a mile oï water. 
Without this railway Johore never will be opened up". 



BIBLIOGRAPHIE 



LIVRES NOUVEAUX. 

Nous notons dans les Mûnchner Neueste Nachrichten^ du 27 
août 1900, un article intéressant sur Si-an-fn de M. le professeur 
Dr. Friedrich Hirth. 



Notre collaborateur, M. le professeur Fr. Hirth, a publié dans 
le Bulletin des séances de la Classe philos.-philol. et historique de 
TÂcadémie royale Bavaroise des Sciences (Livr. II, 1000) une note 
sur une version chinoise de THistoire des Mongols orieutaux par 
Ssanang Ssetsen, dans laquelle il démontre que la version chinoise 
est une traduction (augmentée de la version mongole originale 
terminée en 1662. 

Le Tour du Monde, du 1®^ sept. 1900, renferme: Une visite à 
la mission catholique de Si'ka-Ouei^ par Hélène de Harveu. 



Malgré son grand âge, M. le professeur Paul Ghaix a fait le 
9 mars 1900 à la Société de Géographie de Genève, dont il est 
Président honoraire, une communication sur Marco Polo qui a été 
imprimée dans Le Globe de fév.— avril 1900. 



M. Jean Bon et, professeur à TEcole des Langues Orientales 
vivantes et à TEcole coloniale, vient de terminer pour la collection 



S94 i;iiKfett»=iii. 



Bri^^rJi <./ Vyi R'.yil -l#a=-ir 5>-ir7 ri*^! it parôra. D itaiiam e: 

fcw'j t'ji tyn-pt, Bj XaiAl5f &c>r<X)ç: -Saj^»j; av.-i IFihcifM w ttf 
Sortherâ, Pann-, Bt E. Bsxas^ 



CivV^. Ertriit ■.r^.jk F-: >r .:- PiftioBBair^ de b Sckac» sociale 

ftW i^ »et cruTTiit caiLS 1& *\'e'.":w S.K-.^f -lô juilia 1900). 



5. A. R- k Prince Hear: .rOriijjCT^ Tn^Si Se L'imimrrecHom dti 

mai {ju4* € 1 C:-l:- \ \ * .Vjc 1 1 5 ; :u- . t* ![••'•'. 

Le journal hebiomaliLir^ /^: n«/ u.. iw-r*^,^ & c«auneneé dans son 
DO. do 6 juillet 1900 Ik 'ct^L^aâia c-e So^aanents graphiques 
(photographies, etc.) rsr 1-»* Er4^-^\é^u .:> O'vw. 



Les Mémoir^jt 'U I2 S>'^4 Fihr,:-^f'htrjriefkw^. XT, eontieonent 
DD article très iot«ér«asaL:t «ie M. H. Fka^kb, misâonnaire de la 
Confrérie a KhaUtse a La^iakh. intitalé <Der Frûhlingimythiis dcr 
Kersarsage, Ein BeitnKg znr Kenntois der Vorbuddhistiachen Bdigion 
Tibetft». TeiU; et Tra/Joction. 



BIBLIOOIUPHIE. 395 

Le no. de Mai Hu Bulletin du Free Muséum of Science and Art 
(Philadelphia) contient uu article de M. Stbwart Culin: < Tbe 
origin of oruament». 



M. Maurice Courant étudie la Situation dans le nord de la Chine 
dans les Annales des Sciences politiques (juillet 1900). 



Notre collaborateur, M. le professeur Maurice Courant, a publié 
à Paris, cbez Ernest Leroux, le premier fascicule d'un Catalogue de 
Livrés Chinois, Coréens, Japonais, etc, qui se trouvent dans la Bi- 
bliothèque Nationale, Département des Manuscrits. Il contient 2496 
numéros, et est classé en 

L Histoires dynastiques. Annales, Tables chronologiques, Généa- 
logiques, etc.. Histoires politiques diverses, Histoires administratives. 
Economiques, etc.. Biographies, Archéologie, Numismatique, Epigra- 
phie, Paléographie, Pièces diverses, Bibliographie, Ouvrages histori- 
ques divers. 

IL Géographie: Ouvrages généraux. Monographies locales (Chine), 
Monographies locales (Pays étrangers), Géographie physique, militaire 
etc.. Itinéraires, Relations de voyage. Cartes. 

m. Administration: Ouvrages généraux. Fonctionnaires civils, 
Cens, Rites, Armée, Châtiments, Travaux, Relations étrangères. 

Nous reviendrons sur ce catalogue dès qu'il sera terminé. 



M. le professeur Sylvain Léyi a publié dans le Journal Asiatique 
(nos. de Mars — Avril et Mai— Juin 1900) un intéressant Mémoire 
sur les Missions de Wang Hiuen-ts'e ( ^ ^ ^ ) ^«^^ VInde, 
Nous parlerons de cet ouvrage daus un des nos. prochains de notre 
Périodique. 



396 RTBUOORAPHie. 

Le Globui du 22 Septembre contient nne commonication très 
intéressante sur les artistes (jongleurs, acrobates, magiciens, etc.) 
chinois par M. W. Cohn— Antenorid, illustrée par deux gravures 
chinoises d'après des gravures originales dans le Musée d^Ethno- 
grapbie à Berlin. 



CORRESPONDANCE. 



Le Rév. Père Hoang nous envoie la réponse suivante à la critique que j'avais 
faite de son Mémoii*e «Le Mariage chinois» dans le T'^oung-pao, Vol. X, pp. 
87—93. 

Je la publie sans restriction puisque «Du choc des opinions jaillit la vérité»; 
mais je dois avouer franchement que tous les arguments qu'il allègue n'ont 
nullement pu ébranler mes convictions. Ces arguments qui, du reste, me sont 
familiei*s depuis quarante ans, sont excellents par rappoii. au style littéraire et 
épistolaire, mais pas par rapport au style judiciaire et législatif, dont on a banni 
en Chine toutes les phrases ronflantes et fleuries qui hélas! chez nous encore 
défigurent nos codes. Et en ce style je prétends taire autorité, et cela pour les 
raisons suivantes. 

Lorsque je fus envoyé en 1858 en Chine par le gouvernement néerlandais 
pour y compléter mes études chinoises commencées dès 1850 sous la direction 
du professeur Hoiïmann à Leide, je fus surtout chargé d'y étudier le code civil 
chinois, les Chinois dans les colonies néerlandaises y étant régis par leurs propres 
lois en matières civiles. 

Or pour m'instruire en la législation chinoise j'avais engagé un jurisconsulte 
très fort, qui avait été pendant de longues années greffier près du tribunal du 
Tao-tai de Tai-ouan-fou à Formose, et qui, plus tard, avait aidé le Rév. John 
Stronach dans sa traduction de la bible protestante, la meilleure qui existe. 

C'est ce lettré chinois qui m'a initié dans les finesses du style judiciaire, 
documentaire et législatif, qui est un style sut gitieris^ comme Ta démontré 
M. Hirth dans son Mémoire sur le style documentaire chinois. 

Depuis, ayant fonctionné pendant dix ans comme interprèle chinois près des 
cours de justice à Batavia, je me suis convaincu par cette longe expérience 
pratique que les leçons de mon précepteur chinois étaient exactes et justes, et 
ie crois l'avoir bien justifié par les cas conci'ete que j'ai développés dans ma 
critique. 

Prenons un autre exemple. J'ai le droit de traduire en style littéraire et 
épistolaire, les caractères -^ , -ffl* «père», «mère», par parents. Mais dans la 
loi chinoise ces deux caractères sont tonjoui"s piis sépurcment et jamais col- 



398 CORKBSPONDANCR. 

lectivemeiit; et c'est encore à tort que le P. Hoang a traduit à la p. 1 de son 
mémoire les caractères Jj^ ^^ -ffl: par les grands-parents; car la loi chinoise 
y comprend, «le grandpère» ou la «grandmère»; puisque, à dé&ut de l'un, 
l'autre fonctionne comme db 'ffy A , personne qui dirige les fiançailles. 
Dans le § 1 des lois supplémentaires du chapitre sur les Mariages (A 'ht 

^^) Ion f-ouve la phrase jj^^^^Ift^-^^-fl:^ 

des garçons et des tilles dépendent entièrement de la gouverne de leurs grand- 
pères ou grandmèi*es, ou de leurs pères ou de leurs mères. 

Seulement à défaut complet (^^ ^) <les grandpères ou grandmèree, des 
pères ou des mères, il sera permis aux auti^es parents de diriger les fiançailles. 

Nous avons eu dernièrement dans les journaux hollandais une controverse 
entre deux sinologues néerlandais sur ce point, et Tun d'eux, M. le professeur 
De Groot, hien connu comme un éminent sinologue, et qui, également, avait 
été pondant plusieurs années interprète chinois aux Indes Néerlandaises, y a 
hion démontré qu'il fallait traduire les caractèi*es jj(|[ ^ -ffl: ^ -H: dans le 
co<le chinois par «le gp'andpère» ou «la grand-mère», «le père» ou «la mère». 

Si l'on traduisait collectivement «Les grands-parents et les parents», on 
ouvrirait la porte à des chicanes interminables. 

Le i\ lloang peut voir par ce que j'ai dit de mes études tant en Chine, 
(|u'i\ Juva, que je n'apiiartiens point à ces sinologues européens qui «mettent 
NU compte du génie chinois ce qui ne lui appartient point». C'est justement 
(Hintni c<)tto tendance des Sinologues en Europe que j'ai souvent fulminé, et on 
Il (Ifiptilii longteni|)8 dit de moi que j'étais «plus Chinois que les Chinois». 

Kn ciincltmion je demande pardon au P. Hoang d'avoir ignoré qu'il était 
cliréilun dttptilH iit^pt générations. Je n'avais cité le fait de son catholicisme que 
pour ttupliqtim' aux lecteurs européens du T^oung-pao^ que le P. Hoang était 
iili (^iliMiin ut pMH \in Européen comme son prénom chrétien Pierre^ pourrait 
lu iHir» Moupcoiinitr. 

O, SCHLEOBL. 



UNE QUESTION DE TRADUCTION, 

QUELQUES NOTES 



PAR 



le P. P. HOANG. 



1« On DOQs a demièrement communiqué les sa vantail et bienveilkntea ohmv- 
vatîons de M, Schlegel (T'oung^pao^ Vol. X, n», 1), sur Touvrage Le marictge 
chinoù au point de vue lêgaL 

Noyis lï 'avions, au premier instant, l'intention d& faire aucune remarque. 
Mab rérudit professeur soulève, au cours de son article, une intéressante que«- 
tion. Elle nous a tenté, et fera, traitée avec lo plus de brièveté possible, le 
sujet de cee lignes. 

2. Avant d*entrer en matière, M, Schl^gel me permettra un ou deux mots 
sur des points spéciaux. Tout d'abord, c'est par distmction qn'U écrit que le 
P. Hoang est un converti au catholicisme. Gr&cfi h Dieu nous sommes sortis 
d^uae famille chi-étienne et catholique depuis Bept gêné ration s» comme nous 
Pavons déclaré avec joie en 1881 dans la préface de l'ouvrage Tabulœ chrono- 

3. M. Schlegel écrit ausî^i (p. 87): «Pour faire une traduction d^une loi 
étrangère, il faut tHre junsconsiilte aoi-rat'me, ou du moins avr*jr acquis par 
une longue pratiqua des notions suâisantes de junsprudence européenne pour 
ne pas faire des omissions ou traduire trop superficiel Sèment». Si nous saisissons 
bien la fiensée de récrivain, il eût voulu rencontrer dans notre traduction les 
termes techniques de la jurisprudence européenne. C'est une manière de voir 
excellente; la nôtre ditlère et nous Tavons adoptée à de&tsein. Car en étudiant, 
il y a bien dea annéeSi la jurisprudence chinoise sous dos maîtres qui avaient 
longtemps exercé les fonctions de jurijsconsultes dans divers tribunaux, noua 
nous étions appliqué spé^^ialetnent à saii^ir le sens pi-écis des termes de cette 
science; ei pour cette i^ison mémo nous avons trouvé mieux de renoncer à la 
terminologie de la jurisprudence européenne; Técart était parfois ptju considé- 
rable, mais cela mi^me risquait d'amener des tnéprises. C'e^t ce qu'a bien com- 




400 C0BRB8P01ÏDANCB. 

prie un docteur en droit européen, savant sérieux, qui voyage actuellement 
dan^ l'intérieur de la Chine par amour de la science. Sous la signature de 
«un élève sinologue» il a publié dans VEcho de Chine (n** 480 et 481, 14 et 
15 Février 1899) un long article trop élogieux sur notre ouvi*age, et il y dit: 
«Fait remarquable, l'auteur a banni de cette étude, composée primitivement 
«en latin toute terminologie empruntée au droit romain. Il a jugé sans doute 
«que si les lois chinoises rappellent souvent de très près les vieilles règles ro- 
«riiaines, elles ne sont cependant pas identiques». 

4. Arrivons à la question littéraire qui semble particulièrement intéressante, 
ïl s'agit de ces mots, aux sens très voisins, (nous ne parlons que de ceux-là) 
qu'on rencontre si fréquemment accouplés deux à deux dans le style chinois. 
Le traducteur les rendra-t-il parfois assez bien par un seul mot, ou devra>t-il, 
sous peine d'Atre inexact, dédoubler aussi sa traduction et s'astreindre à un 
mot-à-mot rigoureux? N'y aura-t-il pas au conti'aii*e à craindre de fausser 
quoique peu en voulant serrer de trop près? Cela revient à se demander si, 
dans l'esprit d'un lettré chinois les deux caractères en cause présentent en 
somme une idée unique, ou s'ils gardent, même ainsi accouplés, leur sens 
particulier. 

Il y a longtemps que nous avons remaix^ué chez les Européens qui étudient 
le chinois un esprit vraiment scientifique', ils veulent se i*endre raison de tout, 
ilH diHHèquent, ils analysent avec un don d'observation, une précision remar- 
quubloH. Mais dans cette voie brillamment suivie, l'excès est à craindre; on est 
on danger de mettre au compte du génie chinois ce qui ne lui appartient pas 
et de lui faire im mérite d'une exactitude dont il se passe volontiera. 

L'idée mère des Européens, de ceux du moins qui veulent pousser aux der- 
nières limites les méthodes rigoureuses, a été bien exprimée par Mr. Bret- 
schneider {T^oung-'pao, p. 89): «The Chinese ai-e so concise, that one never 
«flnds a useless character employed, and the omission of one hieroglyph changes 
«the sensé of the whole passage and sometimes of the whole article». Et M. 
Schlegel ajoute : «S'il en est déjà ainsi dans le style ordinaire, il le sera à plus 
«forte raison dans un code où chaque mot a sa valeur précise. On n'en peut 
«éliminer un seul sans donner lieu à toutes espèces de chicanes». 

Aucun lettré chinois, croyons-nous, n'admettra une assei*tion aussi ahsolue. 
11 y a en effet des écrits dans lesquels on peut retrancher plusieura caractères 
sans nuire à la correction de la phrase et sans amoindrir ou modifier le sens. 
Ce sont les caractères employés uniquement pour un effet de style ; ils sont là, 
bien moins pour indiquer une nouvelle idée que pour donner à la phrase ce 
déploiement mesuré, ce bel équilibre, qui lui sont, d'après nos goûts et nos 
traditions littérairas, indispensables. Ainsi, par exemple, toute personne capable 
de composer les essais dits «de huit membres» A^ BQj jA aT* usités aux 
examens i>our les grades littéi aires admettra que, sur les 500 caractères en 
moyenne qui entrent dans une composition de ce genre, on pouiTa en suppri- 



COBBBSPONDANnE. 401 

mer une cinquantaine sans altérer le sens. Dans d'autres écrits, comme par 
exemple dans les écrits de jurisprudence, la tournure littéraire exige souvent 
Taddition de «camctères synonymes ^B ^^ ^ Ê^ », bien que d'étymologie 

différente, de «caractères de sens contraire Sfet" >^ ^ », et de «caractères 
auxiliaires Rh ^i », pour compléter la phrase sans ajouter aucun sens spécial 
ou réeP), et ce n'est pas un pléonasme vicieux. Si l'on traduit ces ouvrages pour 
un étranger, dans le but de lui faire comprendre le sens de chaque caractère, 
il faut aloi*s traduire raot-à-mot tous les «caractères synonymes», «de sens 
contraire» et «auxiliaires», et le pléonasme est toléré. C'est une étude «éty- 
mologique» qui n'est pas sans utilité, une série de vues sur la «grammaire 
historique». Mais si l'on traduit uniquement pour donner la pensée chinoise 
actuelle, pour rendre le vrai sens, le mot-à-mot serait parfois impossible, ou 
inutile, fatigant, et justement qualifié de pléonasme. Cela est si vrai que M. 
Schlegel lui-même est amené à enfreindre la r^le qu'il avait posée. Après 
avoir dit: «On ne peut pas en éliminer un seul (mot) sans donner lieu à 
toutes espèces de chicanes», il traduit (p. 89) les deux caractères synonymes 
'flc W seulement par «s'appuyer», et >fe ^^ seulement par «se soutenir 
soi-même», sans i*endre le sens littéral de chacun des quatre caractères. 

5. Etudions la loi générale dans des applications de détail. Pour ne pas nous 
étendre outre mesure nous ne prendrons pas d'autres exemples que ceux sur 
lesquels M. Schlegel a pris la peine d'attirer notre attention. 

Nous devons déclarer qu'en étudiant, et non pas pour la première fois, la 
question, nous nous sommes fait un devoir de consulter des chinois, juristes de 
valeur ou docteui's ès-lettres. Nous avons pris leur avis sur les exemples que 
nous allons discuter. Tous ces indigènes de réelle compétence ont été unanimes 
à donner à la traduction qui voudrait tenir pour le strict mot-à-mot et dé- 
tailler le sens de chacun des deux caractères la qualification donnée parmi nous 
aux interprétatioub que l'on rend défectueuses, soit en prenant le texte trop 
littéralement, soit en lui ajoutant des sens qu'il n'a pas, p^ 'A^ pâ ^i ou 

1« Exemple: ^ jf :^ H . 

Dans l'expression ^ ^Ê .& SI {T^oung-pao, pp. 88, 89), les deux carac- 
tères J^ âT doivent-ils être rendus par «guerre» et «révolte» ou «anarchie», 
— ou bien sont-ils au moins aussi bien et certainement plus brièvement tra- 
duits par le seul mot «guerra»? 

Si nous avions au lieu de ^ âl les deux caractères ^ Sj^ le traducteur 
devrait sans aucun doute les traduire un à un. Dans le commentaire sur le 



^) mo P^ yC iffit P"**^^' Grammaire chinoise par M. Mathias Ma Kien-tchoDg, 
liceDcié eo droit, bachelier ès-lettres et ès-sciences des FacaltÀ de Paris. 



402 CORRBSP09DA1ICB. 

nous avons ^^ ST , qui ne peut se ti-aduire que «guerre troublante», «troubles 
de guerre», en un mot «gueiTe». Nous venons de voir en eflet que SI a bien 
ce sens; mais dans ^ âl il garde une signification générale, troubles de guerre 
extérieure ou intestine, étant seulement déterminé par J^ , sans être mis en 
opposition à ^î . 

2' Exemple: ^ 'fil Jg, ^ . 

Les deux caractères ^^ "^ signiûent-ils simplement «famine», ou faut^il 
les traduire, en les distinguant, «violences» (force majeure, ennemis puissants 
et violents) et «famine»? 

Aucun lettré chinois, pensons-nous, ne comprendra ces caractères dans le 
dernier sens. Tous s'accordent et s'accorderont à les considérer comme synonymes 
suivant les explications des commentaires*): b(| "ÏÈt ^H >te ^J yK iSt; 

^ "^ *^* ^^ extraits montrent clairement la synonymie de 6? et "4^, 
qui sont pleinement traduits par le seul mot «famine». 

£n outre, le génie de la langue chinoise admet ou rejette, suivant des règles 
très difficiles à préciser, la juxtaposition de deux mots, de deux idées. Ainsi on 
pourra sous le caractère ^tt grouper la guerre et la famine ^ j^ .& d|t , 
ce qui résume équivalerament le premier et le second exemple. Mais on ne 
pouiTa pas sous le caractère ^È réunir les circonstances de violence et de 
famine. Il faudrait dire autrament, par exemple ^ ME 3?. flL ^St ^^ 
^è ^E* ^®^ ^®'^ l'avis de quiconque est habitué à écrire en chinois. 

3« Exemple : jJÈ "t • 

Est-ce «s'enfuir»? — Est-ce «s'enfuir» ou «disparaître»? 

Ces deux caractères sont synonymes, d'après les commentateurs: ^k "iV -ffe ; 

Le sens «disparaître» peut découler aussi bien de ^k que de V? et ces 
deux caractères ^R 1^ doivent se traduire ensemble. 

A* Exemple : ^ ><g . 

Ces deux caractères ainsi réunis sont synonymes, et le premier signifîe aussi 



l) Tout le monde sait que les caractères W\ et yjf sont équivalents, excepta dans 
une ou deux acceptions, u. g. dans "j^ h(| qu'on n'écrit pas ordinairement j^ ^S 




ct^RaiefONOâHORr 



403 



snonvelle par écrît* comme le îiêcotifl sî^^nifle aussi nnonveUp de vive voijc». 
Ainsi l'on trouve dans des t^crits de coii"esp(mdati<:ecoiîi"nïite tf& ^^ f& ^- 

yBJIl [gj '& * ^"^'ivas tons €e^ exemples le camctere -jfe ne p*?ut sitmifier autre 
c!iose que «nouvelle par écrit». D'autm part nous trouvons ^ ^ fj "^ ^ 

M A M #; 4£# P 1t . fl^ P4 Eli. "" le caractère ^ 
ne peut avoir d'autre sens que de <( nouvelle de vive voit». It s'ensuit que ces 
deux caractères sont traduits correctement par If* mot « nouvel Uîssa en général, 
soit par écrit, soit de vive voix, cofume i*a très bien fait M. Schlegel (p, 91), 
Rapportant le cas un la femme K.î-Bin nio, mariée à Pao Pak-tdioi»i, lequel 
avait fut le domicile conjugal probablement pour dîfïicultés financières., il dît: 
*Le nommé Pao Pak-lchotii n'avait pas donnédesesnouvellesdepuis vingt ans». 
Nous re m arquons en passant que M* Schlegel allègue un cas ex t mit du livre 
^j ^ g ^ cité dans notre ouvrage (p. i45, VI, r, et p. 140, Vî, 1"»). 
Il dit (p. 91): iïAfon opinion qu'il faut considérer -6* ^g comme deux faits 
distincts; *Kou\iHles ou Lettres» est confirmée par un Jirr6t du tribunal pro- 
vincial.., La femme ayant faussement appris que son mari,., était décédé... Ici 
la femme avait eu foi en la nouvelle ('&)• " 

Or le teste chinois porte non pas -ê" "ïsii^ W"* La phrase entière est 

comme iUuit= W^% % ^ U Z^ ^ )^P ^^UL Z 
'^ . C^est pourquoi elle a été tmduite par *La femme, ayant eu foi ti-op 
liicilement aux dires (^)..,» Si, dans rexempluire du JflJ ^ g "^ q^J® 
H. Schlegel a en sa possession, il y a -g- et non ^, c'est certainement une 

funto dHmpie^siiui, La \A\ràm serait alors ^ ^ tt]^ i^ ^ 1?$ 2-t ^ 
J^ ^ ± ^ ^ ;^ ^ , ce qui serait inintelligible jHjur tout lettré chinois. 

Car ce caractère ^^ , ainsi placé absolu ment seul, ne peut nullement signifier 
une annonce, soit verbale, soit par écrit. Par suite, appuyer une opinion wur 
la phi-ase citée, en lisant -S' i c'est la faire reposer sur un fondement ruineux. 

5» Exemple; 1^ ^ ^ ^ ^M 

Preimns d'akirvl ,±^ [^ , 

De fait^ pai' inadvertance, ces moL>^ qui ^ trouvaient tmduits dans le ma- 
nuscrit latin, ne se sont pas trouvés repi^uits dans le texte français. Mais te 
sens en est assesi clairement donné quand on dit que cet homme s'est enfui et 
qu'on n'en a aucune nouvelle. On ne sait donc pas où il est allé. 

De plust ta phi-ase ^ ^ -^ [^] doit-elle nèc^sairement se traduire, avec 



Dv.-^^^a^n^ii^t. 



404 CORKKSPONDAKCB. 

une rigueur toute littérale par a on ignore où il est allé ou yen quel endroit 
il s'est dirigé»? Mais alors, la phi*ase ^ ^ "TC j^ , qui a le même sens 
que la précédente et aurait pu lui être substituée, sera-t-elle traduite par «on 
ignore où il est descendu où il est tombé»? 

^^ >P ^ ^ ^^ A-t-on mieux, a-t-on même bien rendu l'idée chinoise 
en décomposant l'expression, et en disant: «on ignoi*e s'il est encore vivant ou 
bien décédé»? Il semble bien que non. Car ^b ^ sont de ces caractères de 
sens contraire ^* ^^ ^^, dont nous avons parlé plus haut. C'est un idiotisme 

chinois, comme ^îC 4^1 "yC A\ i qw© l'on traduit simplement «on en ignore 
la grandeur)), et non pas <on en ignore la grandeur ou la petitesse». 

Au lieu de la phrase TfÇ ^JJ ^b ^ , on pourra quelquefois tj'ouva >p 
^^ ^fe 5E 'fiF "Ci ' ^™"^® P*^ exemple quand la période doit être allongée, 
et se terminer par un caractère d'accent 3^ ^. S'il s'agit de traduire pour 
donner simplement le sens dç la phrase, et non pas pour indiquer la significa- 
tion de chaque caractère, on dira: «on ignore s'il est encore vivant», et non 
pas «on ignore s'il est vivant ou moi*t, survivant ou décédé». 

6.Exen,ple: ^ ^ M ^JX 1^^ ^ . ^ ^ ^ ±- 

Est-ce une liberté inadmissible dans la traduction d'une loi de dire aSi sa 
femme n'a pas de moyens d'existence», et faut-il traduire: «Si sa femme n'a 
personne sur laquelle elle pouiTait s'appuyer et n'est pas même en état de se 
soutenir soi-même? D'après les préceptes du style, ces deux phrases du com- 
mentaire de la loi ne sont pas des parties coordonnées du discours ^^ g^ 

a réunir par la conjonction «et»; ce sont deux parties suboi-données ^jBl q3 , 
qui doivent être reliées par la conjonction «en sorte que». Ce lien est plu^s 
sensible dans le texte même de la loi (sur les personnes miséreuses que le^ 
mandarin local doit nourrir dans un refuge public. Cod. leg. L. 8, c. 15) auqu^T 
le commentaire fait allusion: ^H^I^S^^^^glg^: 
«Une personne pauvre et sans parents qui lui servent d'appui, en sorte qu'elle 
ne peut se soutenir». 

Ce texte fixe aussi le vrai sens de l'incise qui nous occupe; ce sens est en 
résumé suffisamment rendu par «n'avoir pas de moyens d'existence», par man- 
que de fortune ou de secours d'autrui. 

7« Exemple: ^ ^. 

Cet exemple, on le voit, n'appartient pas à la même catégorie quie les pré- 
cédents. Nous en parlons, parceque c'est une même tendance qui porte aussi à 
donner à cette finale une valeur exagérée. 

On ti'onve dans le code nombre d'expressions du genre de ^£ S^ , comme 

^1f . ^P. ^^. ^ W. #^. ^ È- C« expn«io„, 

sont simple signe de pluralité plus souvent qu'elles ne signifient «etc» ou «cir* 



C0RRK8P0NDANCB. 405 

constances pareilles». Ainsi dans la phrase ^ R9 iP SB , ^ |§[ J^ jSI , 
iS 'fia W Itc ' ^'®'^P''®^io'^ ^f * 'ïfi signifie pas «etc», c'est un signe de 
pluralité pour les causes de fuite qu'on vient d'énumérer. C'est ce qu'on peut 
"^oir dans le texte même, et ce qui se comprend par le contexte. Il n'y a pas 
Bieu de donner aux mots ^£ â^ une traduction littérale. 

De plus, quand cette expression ^£ â^ , dans une loi, ijignifie «etc» elle 
n'a presque aucune valeur; de plus, elle comprend seulement les cas de même 
espèce, elle ne veut pas dire que d'autres cas similaires qui n'y ont pas été 
énumérés devront être jugés d'après cette loi. Il existe en effet une loi spéciale, 
à laquelle les juges doivent se conformer pour juger les cas non prévus dans 
la loi. Le texte en est comme il suit (Cod. leg. L. 5, c. 23) «Vu qu'il est im- 
«possible de décrire dans le code tous les cas avec leurs ci l'cons tances, s'il s'en 
«présente pour lesquels il n'y a pas de loi spéciale, le juge s'appuiera sur la 
«loi concernant les cas les plus analogues: il jugera d'après cette loi et impo- 
«sera la peine qui y est statuée, ou bien une plus forte ou plus faible, en 
«raison des circonstances. Il soumettra sa décision (en faisant connaître sur 
«quelle loi elle s'appuie) au jugement de son supérieur, qui la communique à 
«l'empereur». 

Ainsi, par exemple, le cas rapporté dans notre ouvrage (p. 147, n. 2) d'une 
femme qui pour cause de sévices de son mari, s'était enfuie à la maison pater- 
nelle et avait été donnée par sa mère en mariage à un autre, fut jugé «en 
«calléguant la loi relative à celui qui expulse son gendre et donne sa fille en 
«mariage à un autre». Un ^£ â^, se fût-il rencontré sous la main, n'eût 
pas sufQ pour baser un jugement. Si le cas de la femme Ki-Bin nio, que rap- 
porte M. Schlegel, avait eu lieu en Chine, et que le juge l'eût décidé, comme 
le conseil chinois de Sourabaya, en s'appuyant sur les mots ^^ â^, qui 
d'ailleurs ne se ti*ouvent pas dans la loi, mais seulement dans le commentaire, 
il aurait reçu, ce n'est guère douteux, avis de ses Supérieurs de donner à son 
jugement une forme légale acceptable et de l'étayer sur de moins fragiles appuis. 
Nous avons été plus long que nous ne souhaitions, craignant d'être obscur 
en voulant être bref; plusieurs points gagneraient encora à être développés^, 
mais ces indications sont strictement suffisantes et nous n'avons pas l'intention 
de les étendre davantage ni d'y revenir plus tard. 

Nous avons la certitude que cette discussion de textes n'étonnera pas M. 
Schlegel que ses longues études ont si bien convaincu de la difficulté et du 
caractère profondément original de la langue chinoise. 11 ne nous reste plus 
qu'à le remeixïier de ses observations. Si nous gardons la confiance que notre 
traduction, toute imparfaite qu'elle est, ne peut induire en erreur un lecteur 
intelligent, il n'en est pas moins vrai que nous devrons au docte sinologue de 
mettra dans nos travaux futurs une vigilance encore plus attentive, et une 
étude du détail encoi-e plus minutieuse. 



NOTES AND QUERIES. 



6. Nous lisons dans une correspondance adressée de Woa-tdiaiig 
(^ g) au North-China Herald (11 avril 1900, p. 637): 

«We relate the siory of a remarkable discovery at the Ten-li 
village near Han-yang ( ^ |||^ )• Some villagers were digging up the 
earth at the bottom of a dry pond when they found a large red coffin. 
The coffin was very strongly made, but the men succeeded in 
breaking it open. Inside was found the body of a woman dressed 
in rich silks. The clothes almost immediately crumbled into doat 
upon being ezposed to the air, but a number of valuable jewels 
proved a richer prize. From some stones found at the sanie time 
it is surmised that the coffin is that of the mother of Li Han, an 
Emperor of the T'ang-dynasty (A.D. 831—840) ') who was a Han- 
yang prince. The jewels found in the coffin are estimated at seTend 
thousand taels. The finders hâve fled with their booty, but will 
probably be found and compelled to hand it over to the officiais». 



1) Thit mast be a mistake: Li-han "^î h j& , or ^j^ ^^ Wcn^ntng^ reigned from 

827 — 840, when he was murdered at the âge of 33 yean. 



LA RÉVOLUTION EN CHINE. 

LES ORIGINES ^). 

PAR 

HENRI CORDIER. 



Quand on parle des Chinois, il faat bien se pénétrer de Tidée 
qne tous, sauf les négociants qui trouvent leur bénéfice dans leurs 
relations avec les Européens, tous voient avec méfiance Tétrauger, 
s*ils ne l'exècrent cordialement. Le lettré pousse la haine plus loin 
que d'autres, parce qu'il sait que l'introduction de la civilisation 
occidentale dans l'empire du Milieu ferait crouler le système de 
gouvernement sur lequel il étaye sa fortune. Ceux-là mêmes qui 
sont venus chercher leur instruction dans nos facultés de droit et 
dans nos arsenaux, — je pourrais faire des personnalités — sont 
souvent nos adversaires les plus acharnés. Les deux hommes in- 
contestablement les plus éclairés de la Chine actuelle, Li Hong- 
tchang '), vice-roi des deux Eouang, et Tchang Tché-tong '), vice- 



1) Cet notes avaient paro en partie dans le Temps do 12 Juillet 1900. 

2) - ^^ yfe "B^ Li Uong-tchang est trop connu pour qne j'en parle à nouveau; je 
rappelerai seulement qu'il est né en 1822 à Ho*Fei, dans le Ngan-Houei; il est depuis 
longtemps o^èbre par la part qu'il a prise à la guerre des Tai-Ping comme fontaS du 
Kiang-Son (1862) et ses relations avec Gordon; il a été gouverneur-général du Hou- 
Konang (Deux-Hou) (septembre 1870). puis du Tche-Li à la place de Tseng Kouo-Fan, 

27 



408 HENRI CORDIER. 

roi des deux Hou, trop iutelligeuts pour entrer en lutte ouverte, 
n*en partagent pas moins les sentiments de leurs compatriotes. Dans 
un rapport confidentiel de la Compagnie de navigation à vapeur 
des marchands chinois, créée sur l'ordre du premier, Tong King- 
sing (1875), son directeur, ne cache pas que cette entreprise a été 
lancée dans le but, non-seulement de faire concurrence aux tenta- 
tives étrangères, mais encore de les miner, si possible. Chaque fois 
qu'on s'est laissé séduire par les paroles insidieuses des Chinois, de 
terribles catastrophes sont venues en démontrer la fausseté. Aux 
discours fleuris d'Ânson Burlingame, ambassadeur de la cour de 
Pekiug à Boston, puis dans les capitales de l'Europe, la Chine ré- 
pondait par le massacre de Tien Tsin. 

Cependant beaucoup de Chinois, tout en n'aimant pas les étran- 
gers, les redoutaient. La guerre d'Opium sous Tao Konang, la 
guerre franco-anglaise sous Bien Foung, la dernière lutte contre 
le Japon, leur montraient clairement que le Céleste Empire devait 
changer ses errements sous peine de succomber devant une ingérence 



après le massacre de Tien-Tsin (1870), ensaite da Se-Tchoaen (1876); grand secrétaire en 
1876; il a été envoyé au Japon poar traiter de la paix après la gaerre tino-japonaise ; 
son voyage en Europe est encore trop récent pour qu'il soit utile d*en parler. Dernière- 
ment gouverneur général des deux Kouang, il a été nommé Tsong-Ton du TcheLi. Il est 
en ce moment à Chang Haï en route pour le Nord, où il est chargé de traiter arec les 
puissances. 

8) ^ ^ ^^ Tchang Tchc-tong est né en 1885 ou 1887 à Nan-p'i dans le 
Tche-Li. Sa grande fortune politique date du rapport violent qn*il adressa aa Trône en 
1880 en qualité de censeur, dénonçant le traité signé en 1879 à Livadia par Tchong- 
Ueon par lequel la Chine cédait à la Russie la plus grande partie du Tien-Chan Pe-Loo 
y compris la passe de Mouzarte. Tchang a été gouverneur du Chan-Si (janvier 1S82), 
gouverneur-général des deux Konang (août 1884) puis des deux Hou (8 août 1889). Cctt 
un homme fort intelligent qui a donné une grande impulsion aux travaux d'*ingénieor 
entrepris dans le centre de la Chine; il a installé à Han-Yang, en face de Han Keon, an 
confluent de la rivière Han et du Kiang, de vastes établissements de oonstraction de ma- 
chines, des ateliers de métallurgie, etc. Il est en même temps un lettré distingué et il a 
publié en 1898 un traité K'ien-llio Puni (Exhortations à TEtudc) j^ i^ ]^ plein d^idées 
personnelles. C'est le personnage le plus remarquable de la Chine actuelle aprèa Li 
Hong-tchang. 



LA REVOLUTION HH UKtNE. 



409 



t^iutôt pacifiqpe, tantôt gaerrière du dehors. L'impératriee douairière, 
^rec le coucours du prince Kong*) et de Li HoDg-tchaug, avait 
pendant les minorités des empereurs Tooug Tchi et Kouang Siu, 
xretardé le danger; le règne de Totisg Tehi (f 13 janvier 1875) 
^nra trop peu de tenip^ pour amener de graixda changements. Il en 
Bat tout autrement depuis la majorité de Kouang Siu. 

Des Chiuois réformateura^ comme le docteur Souo Yat-se» et 
Kang Teou-wei ^}, prêchèrent les idéea nouvelles, de simplifier les 
rouages du gouvernement, de demander plus d'honnêteté aux fonc- 
tionnaires, d'en assurer le recrutement par des examens dont les 
sujets ne fnaaent pas entièrement tirés des Livres ClassiqueSt de 
prendre aux barbares d'Occident ce que leurs sciences et leurs arts 
pouvaient présenter d'utile a Tempirej etc. Soun Yat-sen, qui s'était 
rendu à Londres, fut saisi en plein jour dans Portland Place, par 
les gens de la légation de Chine et claquemuré en attendant qu'on 
pût le transporter seerêtement en Extrême-Orient, où le sort qui 
lui était reaervé n'était douteux pour personne, encore moins pour 
le prisonnier lui-même. Sous ta pression de l'opinion publique, le 
gouvernement anglais fut obligé d'intervenir, la légation de Chine, 
forcée, rendit son prisonnier qui gagna Hong-Koug, colonie bri- 
tannique, d'où il ejcerce son infiuence sur les sociétés secrètes. 

Kang Yeou-wei, originaire de Canton, réusait à s'assurer le con- 
cours de fonctionnaires partageant ses vues qu'il parvint à faire 
prévaloir auprès de l'empereur : il ouvrit les yeux de celui-ci aur 
le péril que faisait courir a sa dynastie la politique suivie jusqu'alors 
par l'impératrice douairière ou par lui-même sous l'influence de 
cette dernière. 

Sans doute, les nombreuses émeutea et Isa mouvements révolu* 



4) ïi Sin ^ ^ Prmco Koag |j^ 0*^ flii de Tifl'KouaDg ^ 3fe * 
^> ^ ^ 1^ ■ 




410 HBNRI CORDIER. 

tionnaires des dernières anuées étaient causés soit par la haine de 
l'étranger, soit par le désir d^expulser la dynastie mandchone, soit 
par les deux motifs à la fois. Les troubles fomentés dans les pro- 
vinces méridionales par le chef des Triades, le docteur Soun Tai-sen, 
malgré la protection accordée à ce dernier par les A^nglais, avaient 
leur origine dans un sentiment national, mais non réformateur dans 
le sens occidental du mot. 

Eaug Yeou-wei et ses amis, sans aucun doute sympathiques à 
l'Angleterre, probablement vus d*un œil peu bienveillant par la 
Russie, s'apercevaient bien du danger que couraient tout à la fois 
la dynastie et le pays en suivant des errements qui les laissaient 
dans un état de faiblesse et d'infériorité, mettant la première à la 
merci d'un hardi aventurier poussé par le flot populaire, le second 
au pouvoir des puissances étrangères. La guerre avec le Japon était 
une dure leçon, mais qui pouvait être fructueuse si Ton savait en 
profiter. A ces idées de réforme, Eang Teou-wei ajoutait une haine 
féroce contre l'impératrice douairière et son favori Jong Lon, qn*il 
savait hostile aux nouveautés et il marque bien ses sentiments à leur 
égard dans l'ouvrage qu'il fit paraître peu de temps après sa disgrâce: 

«Mais Chine n'est pas réellement le nom par lequel nous som- 
mes appelés. L'empereur jaune seul était notre grand ancêtre, et 
nous sommes ses descendants — une race compacte. Nous sommes 
vraiment sa race intelligente et glorieuse. La race jaune tout entière 
a les mêmes caractères. Maintenant l'empereur est le fils des fils 
d'un ancêtre; ainsi sont nos mandarins; ainsi sont nos administra- 
teurs, l'impératrice et Jong Lou. Mais l'impératrice douairière et 
Jong Lou ne sont pas nos souverains. Ils sont seulement la con- 
cubine et l'esclave d'un empereur précédent, qui ont emprisonné le 
jeune empereur, qu'ils ont dépouillé. Ils ont vendu non-senlement. 
les possessions qui sont l'héritage de taos ancêtres, ils voudront aussi 
vendre tout notre peuple. Ils préparent journellement cet acte à 



LA EÏVOLUTIOK VM OHIKB. 



411 



faire signer par les étrangera. Le Tsong-li Yameri ") n'est qu'un ofiSce 

où 068 traiiaaetioûa d'affaires soot arraogées et cooclues. L*impéra- 



6) T*c TmnH^U Tti^ifn, ou mîem le Tmn^-U Ko Kom Ùhc îf^ou lijmcH, j|g[ ^^ 
^ H $■ ^è ^nS P^ 1 bureau de* Afiflijea «trapgère!» çaI une création relt tire- 
ra eivt récente qae In guerre de 1800 »vcc h France et rAngleterre a reodue néceMâire. 
Jadii, le» relitions avec Le* étraugen élaîent réglées par ies vice-roifl des pï-o?iDcea par 
lesquelles Us cQiraieat dans l'Empire et comme pendant longtcnip»^ lea t^lran^crSi sauf ]f% 
Ruaacs^ ne dlbarquaient f\^% Cantan^ c'était le vice-roi de« deux Kouaug^ réaidatil dam 
oette ville, qui dt^attait avec eax toutes lee qu citions. Ce haut roDciioaDaire a rail égale- 
ment dant sce attribulbna lea affaires d'Auuam^ paya limitrophe de eon gouveraemeut. Au 
contraire, les aQuires des Riiiaes qui pénétraient par le Nord, él aient rlgl^ par le li- 
FaM'Touen ^^ ^^ K^ ^ chargé du eontrâte diva tribus iDougolea et de« affaires du Tibet, 
Ce lïureau ne comprenait qu'an président et deux vtee- présidents. Lorsque tout mcmment 
deux oenicun eonaeilUîesi de rattacher à nouveau les affaires étrangère n ce burean, 
c'était plicei- jc« natbns occidentales dans la situstioa d'états trîbitaiies Après la aignar 
ture des conrentioua de Pekiûg (octobre 1S60), uu ConMil apéctal, présidé par le prinoe 
de Houeif adreisa au Trâne un rappurt k la auile duquel le Taang*lî Yameu fut ctié par 
I décret du 19 janvier 1301, Le« fonctionnaires de ce nonreau ministère dtaient pris dana 
différentes branches Je radministratinn et leur nombre a varié suivant les époques. 
A Torigine, il fut eompocé du prince Kong, frère de Femperear Hten-Funng, de Konei- 
tiang, Tun des grands secrétrtires et de Wen-Siang. 'y^ ïïj3E Tan dii» vice-président» du 
■niniatère de la guerre Vannh suivtnte, quitre noavG&ut aititnbreâ furent déiignéi et en 
1S69, ils atlcignaient le chiffre de dix. La murt de Wen-S)ang (mat 1^70) d^aoe part, et 
radmissioa de deux membres du Grand Conseil (décembre 1S77) a porté le nombre dea 
nembrea d« ce ministère à onze. Il est depuis redeiceodu k neuf Le prince Kong fut le 
premier pràidcnt du Tiong-li Yameu; il a été remplacé en avril ISSl par le prince 
K'iug. f!c dernier (Yi-k*ouang ^Ç |EJj , Prince K'iog J^ J^ J du premier rang 
depuis 1894, descend de Tempereur Klen-long^ îi est ie prînce C'hJng des Anglais), qui a été 
galemenl directeur général du bureau de rAmirauté (1801) est on homme énergique qnî 
' £tait en mauvais termes avec Timpératrice douairière 11 commandait les 50 000 hommes 
de troii[ies de la plaine de Peking. Outre les membres titulaires qui étaient au nombre de 
dit dans lea derniers temps (pHnee K'ing, eontrâleur général du bnrean des Finances et 
de la Guerre; Jong lou, S^ 7|w « ^^odehou, ancien général tartarc k Sî-n^an, liée 1891, 
cûntrÂleur-général du hnreiti des Finances et de la Guevre; Wang Wen-chao Zfl 1^ ^^ 
Ancien vice- roi du Tehe-H; relevé de ses fonctions le II juin 1896 it remplacé par Jong* 
toa, puit nommé huit jours après (23 juin) par Konang Siu, membre du Tsong-li Yamen 
et chargé avec Tchatig ¥n houau R^ G^ J m de Fad mi niai ration dn poste central dea 
minus et chemius de fer (3 août 1898) ; rimpératriee douairière le somma avec Tchtâ 
Cbou-Vlao (vice-président du ministère des travaux)} directeur du bureau général dea 
ehemins de fer et des mines. Le 21 déc. 1899, Wang a été nommé aiaistant Grand Se- 
er^tnire et Président du burean des Finances* 

Voici lea étapes de aa carrière officielle i originaire du Tcbé-Kiang; graduée Péking, lB5i; 



412 HBURI CORDIBR. 

trice et Jong Loo se parjurent eux-mêmes et sont les principanx 
agents de cette affidre. Ainsi nos 400,000,000 de frères, de nos os 
et de notre chair, nos empereurs morts divinement, doués intellec- 
tuellement arec tout ce qu'ils nous ont laissé, comme palais, TiUes, 
cités, et villages, terres et douanes, ainsi que nos bagages et nos 
marchandises, sont pour passer dans les mains des autres» ^). 

Eouang Siu, -^ ^ , qui paraît avoir été animé de nobles sen- 
timents, mais a été mal dirigé par des conseillers pressés de mettre 



secrétaire de seconde cla«e da minisière des Samncct, IS67; tao-tai, am Hoa-P^ octobre 
1864; tao-taî de Han-Keoa, 1866; commissaire des fiaaBces aa Hoa-Naa, jain 1869; goa- 
▼emear da Hoa-Nan, jaia 1S72: appelé i Pekin^, I87S; Tiee-présideal da misistère de la 
guerre, nun 1878; mioittre aa Tsoag^li-Tameii, ao6t 187S; ministre an grand con- 
seil, janrier 1879; en retraite près de sa mère, décembre 1882; goaTenenr dn Hon- 
Xan, a^ril 1888; goaTerneor-générai da Tan-Nan et da Konei-Tckcba , 20 jais 18S9 
et préndent da barcaa des Finances; Liao Cheoo-heog, j^ ^S ffl , dn Kinag-son, pré- 
sident da barcaa des Rites; Tch'ong Li, ^^. flS , membre da Tsoag-li Yamoi depois le 
15 dée. IS91, président da bareao de la Jastice; Tebao Cboa-riao, ^ ^ ^, 
da Cben-si, ancien tao-uû à Wen-tcbeoa (JanT. 1892), président da bnreaa de la Jostiee (Peines); 
Tcbao, qoi était préiident da minutère des Peines, a été nommé gonTcmear de Peking, 
27 dèc. 1899, à la place de Saen Kia-naî, démissionnaire. S^a Yong^i ^^ tt| '^K , 

da Tche Kiaag, président da boreaode laGaerrc; S'io King-tcbeng ^t ^p" ]^9,dnTche 
Kiang, exécaté plas tard i l'instigation de Li Ping-heng; il arait passé ses exuBees dans 
la capitale en 186S; en afril 1884, il arait été nommé ministre poer l'AUeBagM, la 
France, KAatriche, l'Italie et la HolUndc; le 9 septembre 1890, U arait été w»Bé mi- 
nistre poar la Rossie, rAllemagne, l'Aatricbe et la Hollande; premier riee-préndeat da 
boreaa des Affaires ciriles 2S déc. 1899; Lien-Yoen, directear de la Coer àm Basq^ets; 
Yaen-Tch*ang ^& TA > «^ moins conna qae son eollègae Sin King-tcheag, ezéesK en 
même temp< qae lai le 27 jaîllet. Cest an Cbinois des Bannières (flk»-inm); U étnit, en 
1S97, tao-Uî de Woa-Hoa, dans le Xzan-Hoaei; le 21 jaillet 1899, il a été Bom^ pré^ 
sident de la eoar des cérémonies des sacrifices ( fmi TcX'mmg sm jgT ^ST ^r \ Vwmt des 
qaatre coars de second ordre.) Le Tsong-Lî Yamen comprend quatre secrëlaiics ^ÎMpui, 
deax secrétaires adjoints et one trentaine de clercs, cbarg» snirant lenrs rannnSinni dm 
affaires des dirers pajs étrangers. C'est en se rendant an Tsong-Ii Yamea, oa se le np- 
pellera. que le baron Yon Ketteler fat assassiné. Dans ane entrcrne récente n¥ee le eomle 
Cassini, ancien ministre de Rossie i Peking, le correspondant parisien de le J^eme dît 
qa^à répoqae da scjoar de ce diplomate dans la capitale de la Ckise, le pfftigi èe la 
Rnsaie était si grand qa'il n^arait pas i se rendre aa Tsong-Li Yamen, doal Ice mil ■bue 
renaient aa contraire le troarer à sa légation. 
7) yortA-CAima lUrmU, 23 arril 1900. 



LA BEVOLUnON Jïlî CHTMB. 



413 



la cognée daue un chêne vermoulu dont la chute trop rapide ne 
pouvait eutramer en même temps que des désastres, allait voir échouer 
&6S efforts, grâce à l*iictiTité, à Ténergie et à Tambitioti de IHo^pératrice. 

11 U0U8 est facile de refaira T histoire de cette teatatiTe de r^- 
foraie mort-uée, grâce à la traduction du chinois dea décrets impé- 
riaux de 1898 par le P* Jérôme Tobar S* J., publiée à Chaug Haï 
récemment par M. J,-Em. Lemière, rédacteur en chef de Y Echo de CAiW- 

C*eat le 10 juin 1898 (fingt-deusième jour de la quatrième lune) 
que paraît un premier décret, suivi de beaucoup d autres, que nous 
allons eitaminer, jusqu'au 20 septembre suivant, époque de ta réaction. 

Le 11 juin, les idées de réforme reçoivent l'approbation oflSciello 
de Tempereur par le décret suivant: 

«A préeeut que tous les royaumes du monde scjut en oommu- 
nication mutuelle, racquiaition des hommes de talent à qui Ton 
puisse confier des charges est une des affaires lea plus urgentes. Nous 
ordonnons doue aux vice-rois et aux gouverneurs des proviuces de 
proposer immédiatement au Tsong-li Tamen les sujets qu'ils auraient 
reconnus, en temps ordinaire, doués de science et de droiture, en- 
tendus aui affaires actuelles et exempts des défauts vulgaires et de 
le faire sans considérer le rang élevé ou inférieur que ces officiers 
occupent. Les candidats proposés seront examinés; ceux qui auront 
été reconnus capables seront conduits par groupes à Notre audience 
et attendront que Nous leur donnions un emploi*» 

Trois jours après (14 juin 1898), un nouveau décret impérial 
nous fait connaître les noms des chefs du parti de la réforme et, 

ta leur tête, Kang Yeou-wei, 
<Siu Tche^tsing, ^ ^ iH lecteur assistant à 1* Académie, Nous 
a fait un mémoire pour Nous proposer des hommes de talent et 
entendus aux affaires actuelles. Nous ordonnons que Kang Yeou- 
1 



414 UKaRI COBOIBR. 

wei, secrétiire-»>ljoiQt ao minûtére des trmraax, et Tch'ang Tcmea- 
isi ^ j\^ ^ tenant même emploi aa ministère de la gnexre, se 
préparent à être présentés à Notre aadience le 28^ jour de eei&e 
Inné. Quant à Honang Tsnen-hien, ^ ^ ^ intendant dn sel aa 
district de Tch'ang-pao, dans le Hon-nan et Tan Se-t*ong, §|[ ^^ ^ 
préfet en expectative J*emploi dans le Kiang-son, que par leurs 
Tice-rois on gonTeruenrs respectif, ils soient conduits aa minisière 
qne Taflaire concerne, leqoel les présentera a Notre aadienee. Enfin 
qne le licencié liang Ki-tchao ^ ^ @ wit examiné par le Taong-li 
Yamen, qni. après examen, nous en donnera connaiaBanee.> 

Aree nne activité fébrile. Tempereor (oo plotôt ses conseillers) 
lance décret snr décret; il ne se passe piesqae pas an jonr sans 
décret pendant les mois de j ni n et de joillci; les tièdes et les réac- 
tionnaires sont soumis à des enqoétes et firappés d'aTertissement, 
tel le président du tribunal des Rites, Sia Yng-k'ooei ^ J||| |g{ 
dénoncé par les censears Song Pé-loa ^j^ ^ 'Q et Tang Chen- 
sieoo J^ J^ ^ ; tonr a toar le commerce, ragricaltare, sont Tob- 
jet de l'attention impériale: le censeur Tseng Song<jen ^ ^fc M^ 
demande (20 juin 1398) l'étiblisBement d'une éeole de minéralogie 
au nord et au miii de la Chine: Suen Kia-nai ^ ^ jj|[, prési- 
dent du ministère des charges réclame, 9 septembre, la création 
d'une école de médecine qni dépendra de l'nniversité de PeUug. 

C'est ce même Suen Coa-nai qni est noouné (S jaillet) reeteor 
de cette nnitersité fon«ié& â l'exemple des universités occidentales; 
la bibliothèque publique et le bureau de tradactiou de livres, nou- 
veau rouage administratif, sont rattachés à l'aniversité; Hng Wei- 
liang T ]§ H ^^ *^^ 1^^^) ^^ nommé préfirt général des 
sciences européennes à l'uriiversité. On touche à rarche snero-aainte 
des examens militaires, et. chose plus grave en Chine, Uttéraires; le 
w€H ^*Aa/l<7, ^ ;^ matière principale de l'examen, est sni^nmé; 
(23 juin). «C'est, dit le P. Etienne Zi. dans Uramems Ite^vtws, 



LA H EVOLUTION tH CHJKlt. 



415 



p, 7, note 1, un gonre de compoeitlou oratoire qni u'a mu equiva* 
lent exact daus aucane des littératures européennes! ; c^est ttue 
ampliGcatiori littéraire sur les Quatre Livres Classiques qui avait 
d'ailleurs été supprimée, eu 1664, par Tempereur E*arig Hi qui la 
rempEaça par ïiue espèce de disser tabou, qui devint Tuoique matière 
du concours. Réforme des règlemeuts en usage aux miuistères, sup- 
pression d'emplois inutiles. 

Les chemioa de fer ne sont pas oubliés ï ordre est donné à 
Cbeug H'iuenlioaei ^ ^ ^ d'activer les travaait du chemin de 
fer de Peking à Bau-Eéou (26 juiu 1808)- création à Pekiugd'uu 
bureau central de mines et de cbemiua de fer que les grands offi- 
ciers du Tsong-li Yarueu, Wang Wen-chao et Tchang Yti-houan 
sont chargés d'administrer (3 août 1898). Décrets relatifs à la pro- 
tection de la religion chrétienne (12 juillet 1898) et aux relations 
avec les étrangers (18 septembre 1898); 

«Il y a quelque temps» Nous avons ordonné au Tsong-li Yamen 
de réunir eu volume les traités ei règlements sur le commerce avec 
les étrangers {T^ong-chang-ichang^ichefig jj ^ ^^) ^^ ^^ ^*^ 
tribuer le volume à tous les tribunaux de Tempire, afin de faciliter 
lobservauce des régleoients fixés». 

Sur un mémoire du censeur Soog Pé-luu (17 juillet) et un 
rapport de Sueu Kia-uai, la revue Che^ou Pao ^ ^ ^^ foudée 
à Chang Haï, est transformée en journal officie! dont Kang Yeou-wei 
est nommé directeur responsable. 

Les rues mêmes de Peking sont l'objet d'une haute sollicitude 
(5 septembre 1898): 

<La capitale de l'empire est aussi le Heu où doivent commencer 
les bonnes entreprises. Or, actuellement, ses rues sont boueuses et 
aales; de plus, las canaux sont obstrués et leurs communications 
Booi interceptées. Il est donc de tout© nécessité de réparer les rues 
et d*ouvrir' les canaux; on outre de l'utilité, Taapect général sera 



416 HENRI C0BD1BR. 

grandement amélioré. Nous ordonnons donc au ministère des ira- 
▼aux, avec le concours du bureau de la gendarmerie, du corps des 
censeurs pour les cinq enceintes de la capitale, et du corps des 
commissaires des rues, de prendre ensemble des mesures pour curer 
tous les égouts qui existent tant à l'intérieur qu'à Textérieur des 
murs, en sorte qu'ils communiquent entre eux, ainsi que pour 
aplanir et réparer toutes les rues et ruelles. Qu'on ne se permette 
pas de considérer cette opération comme une chose de peu d'im- 
portance, et de la faire négligemment ...» 

Ceux d'entre nous qui ont connu tour à tour la poussière, la 
pluie et la boue de la capitale du Céleste-Empire auraient béni 
Eouang Siu si ses ordres avaient été exécutés! 

Malheureusement, nous touchons à la fin de cette période de 
réformes, hâtives il est vrai, mais dues à de méritoires intentions, 
que nous pouvons désigner sous le nom déjà historique: les Cent 
Jours (10 juin-20 septembre 1898). 

Toutefois l'empereur va trop vite en besogne; non seulement il 
veut des réformes, mais encore il veut châtier ceux qui s'y opposent; 
nous l'avons vu déjà sévir contre d'importants fonctionnaires, mais 
il désire frapper plus haut encore. M. Pritchard Morgan, membre 
du Parlement anglais, qui a récemment voyagé en Chine, raconte 
que la cause principale du coup d'Etat a été la promulgation de 
deux édits par l'empereur: le premier était relatif à l'exécution de 
Jong Lou, actuellement généralissime des forces chinoises. Depuis 
le 23 juin 1898, Joog Lou avait remplacé par iotérim Wang Wen- 
chao, nommé membre du Tsong-li-Yamen, comme vice-roi du Tche-li 
et surintendant général du commerce du Nord. L'ordre d'exécution 
avait été confié, dit M. Morgan, au général Yuan; je pense que ce 
dernier n'est autre que Yuen Ché-kai, ^ j^ §|L grand juge au 
Tche-li qui, après le coup d'Etat, fut nommé vice-président d*un 
ministère en expectative d'emploi et chargé de la formation des 



LA BÉVOLUTIOÎÏ EN OHIN£. 



417 



troupes (15 septembre 1898) et reçut à titre de récompense 4,000 
oucee d*argent (29 septembre 1898) et, plus tard par décret (6 
jaovier 1899)» cette insigne marque de faveor impériale: 

«Noua accordons à Soug K'ing, ^ ]^ général de difiâion du 
Se-tcbouen, et à Vuen Ché-kai, ?ice- préside ut eu expectative d* em- 
ploi, la faveur de pénétrer à cheval a Tin teneur du palais Si- 
yueu-men g§ ^ P^ et de se serrir soit d*utie barque, soit d'un 
traîneau >. (Dans le lac qui eutoure Tîle Yong-t'aï\ où se trouve la 
résidence actuelle de Terapereur), 

Yuen^ fort peu soucieux de remplir sa tâcha, alla trouver Jong 
Lou: «Mes lèvres, dit-il eu tendant Tarrêt de mort, ne me per- 
mettent pa8 de prononcer de parole.^ Avec calme, Joug Lou lut 
le document, le rendit à Yuen et lui répondit: «Il est de votre 
devoir d'exécuter les ordres de votre empereur. > Yuen insinua que 
Joug Lou avait peut-être quelques afiaires privées à régler avant 
d'être décapité et dit eu se retirant qu'il reviendrait le aurlendemaiu. 
 bon entendeur, salut! Jong Lou n'attendit pas naturellement la 
saeoude visite de son bourreau daigné; immédiatement, il prenait 
le train pour Feking, prévenait Timpératrice du sort qui lui était 
réaervé à lui Jong Lou et dn danger qne faisait courir à elle, im- 
pératrice, un second édit qui Téloignait de Pekiug et resilait dans 
un de ses palais d'été. Sans perdre de temps, Timpératrice faisait 
séquestrer Kouang Siu à Youg-t'aï, petite île du parc impérial, 
dont on coupait les ponts et elle s'emparait du gouvernement; le 
décret du 20 septembre 1898 marquait la déchéance de EouangSiu. 
En foici la teneur; 

«En ce moment le gouvernement de rempîre est plein de dif- 
ficultés et toutes sortes d'affaires demandent à être mises en ordre. 
Nuit et jour, Nous Nous sommes donné beaucoup de mal et de 
peine pour traiter les innombrables affaires qui se présentaient 
eoutinueUement. Oependant^ après avoir épuisé Nos eflForts dans 



418 HENRI CORDIBR. 

l'exercice de Notre charge, Noas craignons continueUement qa*aoe 
mnltitade d'affaires ne soient négligées. £n repassant dans Notre 
esprit ce qui est arrivé depuis le règne de Tong Tchi (1874-1875) 
jusqu'à présent, Nous n'oublions pas que l'impératrice, Notre mère 
adoptive a, à deux reprises, administré l'empire comme r^ente. 
Pendant les années de son gouvernement, les moyens employés par 
Elle fiour porter un secours efficace aux pressantes difficultés par 
où l'empire a passé, ont tous été excellents et pratiques. Nous 
rappelant la grande importance de la charge qui Nous a été laissée 
par Nos ancêtres. Nous avons plusieurs fois prié instamment (Notre 
mère adoptive) de vouloir bien Nous favoriser de ses conseils dans 
le gouvernement et Nous avons appris respectueusement qu'Elle ac- 
cédait à Notre demande, ce qui fera le bonheur de Nos officiers et 
de Notre peuple. A partir d'aujourd'hui, les affaires de l'administra- 
tion seront traitées dans la salle Pien-tien-tien j^ ^. De plus, 
le huitième jour de cette présente lune. Nous, à la tête des prin- 
ces impériaux et des grands officiers, dans les palais Ein-tcheng-tien 
IHf î§t ^ « Nous présenterons Nos devoirs à l'impératrice r^ente. 
Notre mère adoptive. Que les divers ministres et les cours qae 
l'affaire concerne préparent respectueusement et soigneusement 
d'avance les rites, qui, à cette occasion, devroat être accomplis». 

Le jour suivant, le 21 septembre, le censeur Song Pé-lou est 
déposé, la surveillance des portes du palais impérial est augmentée; 
de nombreux décrets, y compris celui qui crée un journal officiel 
(26 septembre), sont annulés; le Wen-tchang est rétabli (9 octobre), 
enfin, les réformateurs sont mis en jugement par un décret du 26 
septembre: «Le ministère des peines Nous a présenté un mémoire 
où il Nous prie, à cause de l'excessive gravité d'une affaire crimi- 
nelle, de déléguer les grands officiers, membres du grand conseil, 
pour l'examiner ensemble. Nous ordonnons donc aux grands officiers, 
membres du grand conseil, de se joindre aux membres du ministère 



LA REVOLUTION RN CHIKB> 



418 



des peiues et k ceux de la ceasure pour examiûer rigoureusement 
le cas des officiers coupables Siu Tche-taîng, Yaog Cfaec-sieoUt Yaug 
Jouei 1^ ^, Liû Hiu ^ jj^, âgé de 22 ans/ Tau Se-tong, Lieou 
Kouaiïg-ti #J ^ ^ et Kang Kouaug-jen ^ ^ JZ, frère cadet 
de Kang Yeou-wei. Quant à Tchatig Yu-houan^ quoique dea officiers 
Nous aieut présenté des mémoires pour nous dire que les apparences 
dô sa mauvaise conduite goot déjà bien manifestes, cependant il n'a 
pas pris part à la conspiration tramée par Eang Yeon-wei. Nous 
ordonnons qu'il aoit gardé à ?ue temporairement eu attendant que 
Nous donnions nn décret statuant i^ur âon sort Le cas de Kang 
Yeou^wei, qui a tramé la cou spi ration en vue de ses intérêts per^ 
sonuels, est excessivement grave. Nous avons déjà prieédemment 
chargé le ministère des peines d'examiner 3iu Tcbe-tsing et les 
autres adhérents à la conspiration; mais la Cour, voulant se mon- 
trer libérale et indnlgente envers des officiers et des gens du peuple 
qni ont été trompés par les principaux co n s pirate urs, n'a pas permis 
qu'on fît des recherches sévères à leur égard, ni qn'ou les impliquât 
dans le chsUiment avec les principaux coupables* Elle vent ainsi 
montrer par là les excellents déairs qu'elle a de ne se servir des 
peines qn'avee grande circonspection». 

Le 29 septembroj les malheureux étaient condaunési mais Kang 
Yeon-wei était en fuite et il était ordonné «à tous les vice-rois 
et à tous les gouverneurs des provinces de faire secrètement des 
recherches sévères pour le prendre et le juger d'après la rigueur 
des lois», 



IIL 



Le Sin-oven Pao 0T ^ ^' publié à Chaag Hai» raconte que les 

réformateurs avaient été traduits devant un tribunal composé des pré- 
sidents et vice-présidents du grand conseil du ministère delà justice 
et de la cour des censeurs* Siu Tche-tsong, second vice-président 



420 HKNK1 CORDIKR. 

du tribunal des rites, le censeur Yang Cheu-sieou, Yang Joueî, 
rédacteur à Tacadémie Han-lio, Tan Se-tong, fils du gouYernenr du 
Hou-Pé, Lin Hin et Lieou Eouang-ti, secrétaires de première classe 
au grand conseil et Eang Eouang-jen, licencié, frère cadet de Eang 
Yeou-wei, furent jugés, sauf le premier, comme traîtres, indignes 
de pardon. Le 28 septembre, les accusés étaient devant le tribunal, 
il était presque nuit, lorsque Tordre arriva de les décapiter sur-le- 
champ. Les condamnés moururent bravement, et à l'exception de 
Eang Eouaag-jen, dont personne, par crainte de châtiment, n*osa 
ensevelir le cadavre, les cinq autres corps et les têtes furent re- 
cueillis par les familles des victimes et placés dans des cercueils. 
Ceci se passait dans la partie du palais impérial qui se trouve an 
bout de la ruo des Légations. Les diplomates étrangers étaient dans 
l'igoorance la plus profonde de la tragédie qui se passait à deax 
pas de leurs demeures. 

Siu Tche-tsong n'était coupable que d'avoir recommandé Eang 
Yeou-wei, camarade de classe de son fils, chancelier littéraire du 
Hou-nan, sur la demande de ce dernier; aussi eût-il la vie saave, 
mais il fut condamné à la prison perpétuelle. 

Un télégramme fut lancé pour arrêter Eang Yeou-wei à Tché- 
fou, où l'on pensait qu'il s'arrêterait, ce qui eut lieu en effet; heureu- 
sement pour celui-ci, lors de son débarquement le tao-taï était absent 
à Eiao-tchéou. Joug Lou lança le contre-torpiUeur Fei^ying de Weï- 
Haï Wei à la poursuite du Chung-King qui portrait Eang à Chang Haï. 
Le fugitif échappa une fois encore à ses bourreaux et il arriva 
enfin sain et sauf à Hong-Eong le 30 septembre 1898 sur le vapeur 
de la Péninsulaire Ballaarat^ escorté, pour éviter toute attaque, du 
croiseur Bonaventure, Depuis, Eang Yeou-wei a passé par le Tong-Eang 
et a enfin trouvé asile à Singapour, d'où les agents secrets chinois 
ont essayé à plusieurs reprises de le faire sortir. Il était parti de 
Singapour pour Londres le 23 fév. 1900, mais il se ravisa, et le 



I 
I 



I 



LA REVOLUTiaW BN CHINE. ^^^^ 421 

même jour ïl rentrait datis la pretuière TilUdaus le bateau du pilote. 
Depuis ua édifc impérial a ordonné k Lî Houg^tchang de détruire 
les tombeaux des ancêtres de Eang et a mis la tête du réformateur 
au prix de 100.000 taeb. 

On racoute que le jour même du coup d'Etat de rimpératrice 
(22 septeiubre)) quators&e eunuques dévoués à Tempereur furent exé- 
cutés dans la cour du Graud-Eunuque, Li Lien-jiu, qui fut d'ailleurs 
enipoisonné quelque tempy après. Jong Lou lui était hoatile. 

Eu dehors de Kaug Yeou-wei, Liaug Ki-tchao, rédacteur eu chef 
du Chineu Progreu^ et Waug Tcbao ^ jj^ , secrétaire du ministère 
des Ritea^ avaient également réussi à preudre la fuite. 

Des perquiiitious avaient été faites dans la maison de Eau g 
YeoU'Wôî a Cantou, pour y trouver des preuves de sa rébellion: 

«T'an Tcboug-liu |^ ^ j^, vice-roi des deux Eouaug % Nous 



S) Il y A ett Chine huit vice-roii ou gniiverncurt-glnlriax {fiôH^'foH)^ qui ioul actuel - 
Ument: l" Lf TchaLi tsott^^t&it. qui administre le Tche-Li: Wang Wcn-chno, qui lîtait 
vice-roi, fut nomme membre du T$oa^»li ïsmen (23 jnii) 1399) et rcmpUné jiir iaterini 
par JoDg Lou. le i^én^ràliuime^ ce dernier, pUcç tu Grand (!on»ei]f Y il Lan fg£ 1g| 
Maodchoii, aaoku inaréelial tarUre dç Fnu-TchéatJiK gonventenr du Ngan^Huuei (oetafaro 
1874), gouverneur général du Huu-Kouang (atrril 1885) puîe du Be-Tchouen, à la place de 
Lîfioii Ping-tchang ^J J^ Jç^ , fnt nommé TÎce^rol da TcHe Li (28— 2» sEptembcp 1899), 
U B*eat feaicid^, paraît-il, àprèa la bataille de Pei-Taang^ peu de ternes aupnravatil, TimpA 
rmtriec lui donna Li Ilang-tebang comme lucceaseur, qui n'avait pas re|oint sou uuiiv«'au 
poite; no télégramme annonçail qu'elle tarait fait ebnix mamteDaDt de Tcbao Choit-klaOi 
da ChçD'Si, aaeien lao-tai de Wcn-Tebéou (janvier 18QS), premier vice-pr^ident du mini- 
ature des travaui, ennemi acbarné des étranger», dont les généraux alliés réclament Teié 
cation. :i^ Le Liang (deux) JtfWii^ t^ng-tûtt, qui tdministre le Kiaug-Sou, le Ngan-TIouei 
Cl le Kiang-Si (les detu Kiang tout le KiiTig-Si et le Kiing^Naa, dédoublé aous Klen 
Loajr CD Kiang-Sou et en Ngan-Houcï): Lieoii Koucu-i, voir înfri. %^ Ia Min-Tthe ifon^-ton, 
qui idminiatre le Fou-Kicn et le Tebe-Kîang (le Mîn est îa prineipale rivière do Fou-Kiea): 
Sia Yiûg-k'onei, §t |S ^^ originaire da Kouang-Tonng, a été cbincclier littéraire 
du Kati'Sou (ISTB). vice-préaident du ralniatèrE des finances (mars ISSÈ), ete, M. Picbon^ 
H. Conger, lui ont fait Y-lsite e«tte année 4^ Le Liamg-f/ou iionç-tou, qui administre le 
Eoa-Pé et lé lion Nan (ancien Hou-Koaang): Tcbang Tcîie-toDg, voir supra. 6** Le 
ÎÀAng-Kitmn^ ttojt^iou, qui administre le Kouang^Toung et le Konang^Si» sans titulaire, 
Li Hong-lcbang ayant été nommé au Tcbe-Li; Li atait rempUcé, Vannée dernière, Tan 
TfTbong'tiu, originaire du Hon<'5an, ancien vîee<roi de Fou-Tebéou (Juin 1S193)* qui avait 




422 IlINRI COBDIBB. 

a adressé un mémoire que Noos avons reçu hier, où il Noas dit 
que, dans la maison de Kang Teou-weï, il a trouvé plusieurs lettres 
écrites par les conjurés; il les a fait lithographîer et il Nous les 
envoie pour que Nous puissions les examiner. On peut constater 

éiê déplacé de Canton, à la demande des Français. 6® Le Tmn-Kouei ttong-tou, qni ad- 
ministre le Yan-Nan et le Koaei-Tcheoa : Song fan, ^|^ ^E Mandcboo, aneien goofer- 
nenr da Koaei-Tcheou (jaillet 1891); lors de Tezode de M. François, il était absent; le 
g^avemear par intérim était Ting. 7^ I/e Chem-Kan tumg-tou^ qoi administre le Chen-Si 
et le Kan-Son: Tao Mo, [m J^L originaire da Tche-Kiang, ancien joge an Tehe-Ii 
(octobre 1886) et commissaire des finances an Cben-Si (mai 1S88). 8® Le S^-Tehomem 
ttong-tou, qai administre le Se-Toboaen : K'ooei-kioon ^^ ^& , Mandcbon, ancien gonvrr- 
near da Chan-Si (novembre 1891) et da Kiang-Soa (mai 1892), a remplacé aa Se-Tcbouen 
Yû Loo, qui a succédé à Lieoa Ping-tcbang, auquel on avait voulu donner là Ping-beng comme 
successeur. Yû Lou a été nommé depuis au Tcbe-Li. 

Au-dessous des (song-tau il y a quinze gouverneurs ou fou-tài; ceux du Chang-'Tooiig, 
du Chan-Si et du Ho-Nan ne relèvent toutefois d^aucun tsong-tou; le Se-Tcbonen n'a pas 
de fou-ta!. Il est nécessaire de counaîlre quelques-uns de ces fonctionnaires: Ciam^Si: Ya 
H'ien, ennemi des étrangers, désigné par les généraux alliés pour être exécute', est Mandchou; 
il a remplacé Hou P'in-tchi, révoqué parce quMl était trop dépensier; il était gouverneur 
du Chan-Toung, où il avait remplacé, le 16 mars 1899. Tcbang Jon-mei, du Ho-Nan, 
qui avait été dénoncé par le lecteur des Han Lin, Tch'ên Ping-bo; Yn H'ien fut déplacé 
à la demsnde des Allemands et remplacé au Chan-Tonng par Yuan Che-k'ai, — CAém- 
Toung-. Yuen Che-k*ai; inutile de revenir sur ce personnage, dont nous avons d^a parlé. 

— Chen-Si'. Wei Kouang-tao, du Uou-Nan, ancien gouverneur du Turkestan. — Hou^JNa»t 
Yû Lien-san, du Tohe-Kiang, a remplacé Tch'èn Pao-chên, du Fou-Kien. — Komd-Tekêomi 
Tëng Houa-h'i, du Kouang-Toung, gouverneur du Ngan-Houei, il avait été désigné pour 
remplacer Hou Pin-tchi au Chan-Si, mais sa place fut donnée à Yn H'ien, sons le pré- 
texte qu'étant Cantonais il devait être partisan des réformes; il remplaça, le 15 mars 
1900, au Kouei-Tcheou, Wang Yû-tsao, du Hou-Pé, mort en mars cette année. — KimMf- 
Sou: Lou Tch*oaan-lin, du Tche-Li, sncien gouverneur du Chcn-Si, nommé le 11 jaillet 
1899. — Tch€-Kiang : Lieou Choa-t'ang, du Yun-Nan. — Ngan-Houéi: Wang Tchi-k^ioim, 
du Hou-Nan, ancien trésorier du Hou-Pé (janvier 1891), avait été nommé au Chan-Si» lora^ 
qu'il fut transféré au Ngan-llouei à la place de Têng Houa-b*i, nommé au Chan-Si (3 no- 
vembre 1899), qui fut lui-même remplacé dans ce dernier poste qu'il n'a pas ooeupé par Tu 
H'ien ; Wang a été l'ambassadeur envoyé spécialement à Saint-Pétersbourg pour présenter à 
l'empereur Nicolas II les condoléances de la Chine lors de la mort d^Alexandre III, à la 
fin de 1894; il a pris nne part active aux négociations qui ont amené la signature de la 
convention Caisini ; il est ami de la Russie, du prince K'ing et de Siu King-tcheng — Bo-Nmm : 
Yû Tch'ang, Mandchou, ancien trésorier du Tche-Li (10 août 1889), frère de Yû Loo — 
Kauang-Si: Houang Houei-sên, du Kouang-Toung, ancien trésorier da Konang-Si (mars 1892). 

— Kouang-Toung: Tê cheou, ancien trésorier du Ngan-Houei (mai 1 892), nommé à Oantoa 
1c IL juillet 1899; il appartient aux Bannières chinoises {Han kiun, ^^ ^B)' 



LA REVOLDTION EN CHINE, 



423 



: 



qae les propos de rébellioB forniêot des chapitreg et occupent des 
lettres entières; on y honore même Taug Se-tong du titre de pré- 
sident » et Tou y affirme que la Oonr impériale est dans un état 
sans remède* Pour dater les lettres, on ne s'y sert jamais des années 
du régne de Kouang 8iu, maÎB on écrit en gros caractères * après 
»Confaciua, tel millième, tel dixième (et) telle année»* Toutes et 
chacune de ces absurdes et eïtratagautes circonstances montrent le 
pins clairement possible que Kang Yeou-wei et ses correspondants 
étaient tous des snjets séditieux et dm fils rebelles. Dans la corres- 
pondance en question, beaucoup de personnes sont impliquées; mais 
pour Nous montrer généreux. Nous ne voulons pas que l'on fasse 
des recherches sur tes membres de la conspiration et Nous ordonnons 
qu'on brûle toutes les lettres originales indiquées plus haut. Eang 
Yeou-wei ayant le premier lancé des propos séditieux qui ont trompé 
et séduit pluaieura^ Nous n^avona pas pu Nous empêcher de publier 
«es m-éfaits, eu vue d'étoufier les germes de la rébellion» ®)* 

Le grand tort des réformateurs a été de chercher à transformer 
la Chine en un temps trop court, de toucher en même temps à tous 
les ronages de radministratton, de frapper à la fois tone les 
abus* La révolution de 1868 au Japon était nue reprise du pouvoir 
par le roi fainéant sur le maire du palais, par le souverain sur le 
chef militaire, par le Mikado sur le Shogoun* Il y avait une féo- 
dalité à écraser, non une tradition séculaire à bouleverser. 

Un des hommes les plus intelligeuts de la Chine actuelle, Tcbaug 
Tche-tong, vice- roi des deux Hou, dans son Kiên^hio P^ien (Exhor- 
tations h TEtude). ne voit pas le danger que fait conrir à son pays 
sa routine indéracinable; à plus forte raison, le lettré ordinaire qui 
vit de cette routine^ ta défendra-t-il plus aprement encore: 

«Dernièrement une revue anglaïae se moquait des Chinois eu 
disant: «Ceux-ci ne veulent pas que la Chine devienne un empire 



0) Tolian p, US. 




ta 



424 HENRI GORDIEK. 

puissant en changeant ses vieilles méthodes», et on donnait comme 
raison de cette déraisonnable conduite leur excessif attachement à la 
doctrine de Gonfncius. Mais en disant cela, la Re?ue se trompait; 
car nos Quatre Classiques que les Européens ont traduits ne con- 
tiennent que la doctrine telle qu'elle leur a été expliquée par 
quelque lettré vulgaire, ou par quelque maître d'école de village; 
en sorte que le journaliste anglais, ne connaissant pas la doctrine 
de Confucius, est après tout assez excusable. . . En vérité, la doc- 
trine de Confucius développe grandement la culture (intellectuelle 
et morale) de ses adeptes; elle façonne et restreint Fortement leurs 
mœurs au moyen des rites; elle prescrit de repasser les connaissan- 
ces de l'antiquité tout en apprenant les choses nouvelles; elle aide 
le ciel (et la terre) dans la production et le développement des 
êtres et pénètre jusqu'au fond l'intime nature des choses. Quant au 
gouvernement enseigné par Confucius, il se réduit à faire respecter 
ceux qui sont dignes de respect et à faire aimer ses proches; il 
enrichit d'abord le peuple, puis il s'occupe de son éducation; il 
cultive les vertus propres au temps de la paix et fait des prépara- 
tifs pour la guerre; il accomode enfin son enseignement aux besoins 
du temps présent. En un mot, Confucius, par ses vertus, s'est joint 
aux mille saints, il égale les cent rois, il forme une troisième puis- 
sance avec le Ciel et la Terre et coopère ainsi à la transformation 
de toutes choses». 

IV. 

Les deux principaux auteurs du coup d'Etat étaient l'impératrice 
douairière et Jong Lou, dont Kang Yeou-wei, dans l'ouvrage que 
noua avons déjà cité, fera le portrait suivant ^^): 

«Jong Lou possède un cœur de traître et complote pour lui- 
même de prendre le trône, Pendant un long temps, il n'a pas été 

10) North'China Herald, 25 avril 1900. 



LA RE?OLUTI0îf iN CHINE. 



425 



meilleur que Tsa Taa (250 ans après J.-C.) et il se sert de rim- 
pératrice douairière comme d'une patte de chat pour poursuivre aea 
propres projeta de trahison. Il ue craint ai les dieux ni les hom- 
mes. Il a publiquemeut détrôué Uempereur à la pleine lumière du 
jour. Il détruit crnellement le juate et le loyal. Cependant ce traître 
usurpateur a'en réfère au tlroit du Tckdun Tit'ieou pour soutenir 
ses actes. C^est à cause de eela que, gans hésitation^ nous l'appelons 
un Toleur rebelle et que son assasgiuat serait tout à fait justifié» 
Combien plus encore depuis qu'il a usurpé le trône et êînpriaooné 
celui qui, volontairement, sacrifiait sa vie pour le salut de son pays?» 

La vengeance de Timpératrice douairière n'était pas assouvie; 
il fallait d abord faire reconnaître ses erreurs à l'empereur et déaa- 
Touer son principal conseiller Eang Yecu-weî* La Gazette de Pehing 
du 18 décembre euregisfcre cet aveu, arraché à sa faiblesse: 

tDans Notre recherche d'hommes de talent et capables^ N^ous 
Nous en sommes beaucoup rapporté à Tavis et a Taide de Notre 
tuteur, Wêng T'ong-ho ^ |^ ^* Nous eûmes confiance en lui, 
naturellement. Quels ne furent pas depuis Nos pensées et l'excès de 
Notre indignation quand il fut prouvé que ce même Kang Teou-vvei 
cherchait secrètement à créer une révolution, à grouper autour de 
lui un parti d'hommes dégradés et égoïstes et Nous avait presque 
engouffrés déjà dans la révolution qu'il avait rintention de déchaîner 
sur l'empire! Lui qui Nous avait presque chargé du crime d'impiété 
filiale vis-à-vis de rimpératrice douairière, ruinant Notre réputation 
et faisant de Nous une figure de mépris à montrer du doigt aux 
générations futures! Kang Teou-wei a créé une faction dont le mot 
d'ordre était * Protéger et défendre la Chine», non protéger et dé- 
fendre la dynastie impériale (Ta Ts'iug). Sou intention, de plus, 
était d'inaugurer une république à la place de Tempire — pour 
avoir un président à la place d'un empereur. Mais, du moment où 
Noua eûmes vent de ces plans, Nous Nous hâtâmes de nous jeter 



426 HKKRl COKDIIR. 

SOUS la protection de l'impératrice douairière et dous soppliâmes Sa 
BCajesté de venir à Notre secours et d'assumer les rênes du gon- 
vemement à Notre place. Par ce moyen seulement, Nous réussissons 
éventuellement à être sauf et à changer le danger pour la paix» "). 

V. 

Mais l'impératrice n'est pas encore satisfaite; cet empereur qui 
a osé la braver doit être châtié, il est désormais indigne de régner. 
Grâce aux gazettes de Peking et aux commentaires qu'en donne leur 
excellent traducteur dans le North-'China Herald^ nous pouvons 
reconstituer ce nouvel acte de la tragédie. 

La Gazette du 23 janvier 1900 ordonne à P'ou Wei ;^ ^ , 
prince de Kong; aux princes Tsai Lien ^ ^, Tsai Ting ^ ;^ 
et Tsai Lan ^ }^ '^); aux grands secrétaires, aux grands cham- 
bellans, aux contrôleurs généraux de la maison impériale; aux 
fonctionnaires du collège impérial des inscriptions; aux membres de 
l'Académie Han lin et aux présidents mandchous et chinois des six 
ministères de se préparer à une audience spéciale pour le lendemain. 
Le grand secrétaire, Li Hong-tchang, qui a vent de la chose, est 
le seul des grands mandarins de la capitale qui n'assiste pas à l'au- 
dience, il a eu soin de prendre à temps le bateau pour rejoindre 
son poste à Canton. 

La Gazette du 24 nous marque le cérémonial usité pour le cou- 
ronnement d'un nouvel empereur: 

«Ici Nous ordonnons que tous les princes, ducs et ministres de 
la cour impériale soient revêtus de robes de cour le 26 courant; 
on attend de chacun d'eux de présenter une paire de sceptres {jou y 
^ îl^) au trône». 



11) Nartk'Ckima Hermîd, 4 avril 1900. 

12) Too8 les trois fils de Yi Tsoaog, prince de Toon, dnqaième fils de l'eaperear 
Tao Koaang. 



LA KEVQLirriOK EK OHIirjt, 



427 



Le traducteur commeutâ cet ordre de la maaière suivante: 

«La cérémouie d'offrir dea sceptres est observée seolemetit au 
couronnement d'uu nouvel empereur et est considérée comme un 
signe d'allégeance au lieu d*un aermeai de fidélité comme daus les 
contrées occidentales* Les apologistes de rimpératrioe douairière 
essayent tout ce qu'ils peuvent pour nier son intention de déposer 
Tempereur Eonang Sio et disent qu'elle désire seulement nommer 
un héritier présomptif, mais le décret ci-dessus apparaît en uoir et 
blanc comme nue claire réfutation. Car dans la loi chinoise la pré- 
seutatiou des sceptrea ne siguifie pas autre chose qtie le signe 
d'allégeance à un nouvel empereur. 11 est bien eutendu, naturelle- 
ment, que, même depuis le coup d'£tat de 1898, tous les décrets 
ioî-disant «impériaux* ont toujours été pabliés par Timpératrice 
douairière; Eouaug Siu depuis ce temps ayant été considéré comme 
n'ex-istaut pas». 

Enfin, on arrache au malheureux Eouang Siu son abdicatioD, 
en lui faisant désigiier un héritier présomptif au trône: 

* Lorsque encore pendant notre enfance, Nona fûmes, par la 
griice de rempereur Touiig Tehi choisi pour lui succéder dans les 
lourdes responsabilités comme chef de tout Tempire, et quand Sa 
Majesté mourut, Nous eherchâme^ jour et nuit à mériter une teUê 
bonté par Notre énergie et la fidélité dans Nos devoirs. Noua fûmes 
aussi redevable à Timpératrice douairière qui Nous enseigna assi- 
dûment et Nous chérit et Nous lui devons, aujourd'hui, Notre salut. 
Maintenant il doit être connu que lorsque Nous fûmes choisi pour 
le trône, il fut alor^ convenu que, si jamais Nous devions avoir 
un fils, ce fils serait proclamé héritier du trône. Mais même avant 
Tannée dernière (1898) Nons avons été constamment malade et 
c'est pour cette raison que la huitième mois de cette année (sep- 
tembre (1898), rimpératrice douairière accéda gracieusement à Nos 
prières instantes et prit en main les rênes du gouveruement à Tef- 




428 HEHftI COKDIIR. 

fet de Nous instruire de nos devoirs. Une année a passé maintenant 
et NoQS Nons tronrons encore nn invalide; mais, gardant ixmjoiin 
à Notre esprit qu'an héritier l^al devrait être choisi pour le trône. 
par égard pour le salut de Tempire de nos ancêtres, Nous priâmes 
de nouveau l'impératrice douairière de choisir avec soin parmi les 
membres du clan impérial un prince vertueux et sobre pour Nfjns 
succéder, et cela elle Ta fait en la personne de P*ou Tch'nn ^ 
^, fils de Tsai Yi ^y^^, prince de Touan, de second ordre». 

Eouang Siu désigne son successeur: 

«Nous ordonnons ici que P'ou Tch'un, le fils de Tsai Yi, prince 
de Touan ^ jBK £t de second ordre, soit déclaré héritier de feu 
l'empereur Toung Tchi». 

C'était un véritable suicide, si ce n'était la préparation d'un 
assassinat. C'était en d'autres mots, dit le traducteur, snccéder à 
Toung Tchi comme empereuri tandis que Eouaug Siu est considéré 
comme usurpateur du trône, son élection comme successeur de Toung 
Tchi étant soudainement découverte comme ayant été illégale, après 
vingi'cinq ami 

Enfin, un dernier décret marque bien la déchéance impériale: 

« Nous ordonnons ici qu'au premier jour du nouvel an (81 
janvier), le devoir qui nous incombait habituellement de sacrifier 
aux autels du Très-Haut, à la salle des Ancêtres impériaux et au 
temple de la Longévité impériale sera entrepris par le Ta A Eo 
(héritier présomptif P'ou Tch'un > "). 

VI. 

11 est nécessaire maintenant d'entrer dans quelques détails sur 
la famille impériale pour comprendre la situation respective de 
l'empereur et de son héritier désigné, P'ou Tch'un, jeune prince 
de quinze ans. La dynastie mandchoue Ta T^sing ^ ]^, qui 



13) Gazetfd du 24 janvier 1900. — NortA-CMna Herald, 18 avril 1900. 



LA DEVOLUTION EK CHINE. 



429 



règne snr Tempire du Milieu depuis 1644, a compris les empereurs 
Buivanta: Choueu Tchi j|^ */â (1644-1661), K'ang Hi J^ EE 
(1662-1722), yoDg Tcheng || ]£ (1723-1735), K'ien Long ^ 

f^ (1736^1795), Kia K'itig ^^ (1796-1820), Tao Kouang 

^^ (1821-1850), Hieo Foaug ^^ (1851-1861), Toung 
Tchi ^ ']^ (1862^1875), Kouaug Siu ^ ^ (1875^, , 0- ^'^^' 
pereur Tao Eotiaug a ea ueuf fils, d&ignéâ par le nora de Vi ^ , 
pour les distinguer des fils de Kia K*iag désignés par Mkn ^; 
le quatrième fils de Tao Kouaug, Yi Tchou ^^, régna comme 
Hien Fouog: il fut remplacé uaturellemeut par son fils Taai Tchouu 
(Tsai ^ étant le Ciiractère déaiguaut sa génération) qui monta sur 
le trÔEB corame Toung Tchi. 

Quand Toung Tchi mourut sans postérité, on choisit parmi tes 
enfants de ses oncles celui qui pourrait lui succéder et le choix se 
porta sur le fila de Ti Houan ^ ^, prince de Tchoueu gf ^ 

^ , Tsai Tien ^ pf^, par conséquent de la mime génération que 
son prédécesseur Tmi Tchoun, né à Pekiug le 2 août 1872. C'est 
lui qui règne sous le uona de Kouaug Siu; il a doue été très ré- 
gulièrement nommé empereur. Ceux qui discutent la validité de son 
élection disent que Toung Tchi étant mort sans enfanta, on devait 
rechercher son successeur, non pas dans la descendance de Tao 
Kouang. mais dans celle de ses frères, génération Miên^ fils de Tem- 
pereur Kia K'ing, génération Yont^ ^. En effet, Tempereur K'ien 
Loûg avait décidé que sa postérité aérait désignée, suivant chaque 
géûératiou par les caractères Yong, Mien, Yi et Tsai, 

L'empereur Tao Kouang ajouta les caractères P 'ou ^, Yo ^^, 
Heng ^ et K'i j|j^, et Bien Foung ceux de Tao ^, K'ai [^ , 
Tseng ^ et K'i fit. 

Suivant la théorie des adversaires de Konang Siu, il fallait cher- 
cher le véritable successeur de Toung Tchi, dans la deacendance de 

Mien K'ai, ^ ^ prince de Toun K'io *f^ t§ ^ ï ' troisième 



L 



430 UBNRI COKDIKR. 

filfl de l'empereur Eia K'ing et frère de l'empereur Tao Eouang; 
Mien E'ai avait adopté son neveu, le cinquième fils de Tao Eouang, 
Yi Tsoung ^ ^ , prince de Toun 'j^ ^ ^ , dont le second fils, 
Tsai Ti ^y^, adopté comme héritier du quatrième fils de Eia 
E'ing, Mien Hien ^ ^ , est le prince Touau, qui fait tant de bruit 
aujourd'hui, et qui est le propre père de P'ou Tch'un, l'héritier 
désigné du trône. Comme on vient de le voir, la génération P*ou 
succède à la génération Tsai. 

Yi-k'ooang ^ ^ , prince E'ing ^ ^ ^ de premier rang 
(le prince Ching des anglais) appartient à la famille impériale, mais 
sa lignée remonte au delà de l'empereur Eia E'ing, à E'ien-long ^^). 

Ces détails sont extrêmement arides, mais il est indispensable 
de les donner pour faire comprendre le drame qui yient de se jouer 
à Peking. 

VII. 

Cependant l'impératrice rapportait tous les décrets, entre autres 
celui qui créait un journal oflSciel; elle rétablissait le Wen tchaug, 
etc.; elle contremandait une grande revue de l'armée, ordonnée par 
Eouang Siu, et pour se concilier les bonnes grâces des troupes, 
elle donnait (29 septembre) «au général de division Nié Ché-tchen 

^ it J^ une récompense de 6,000 onces d'argent, au vice- 
président Yuen Ché-kai une autre de de 4,000, à Tong Fou-siang 

S'RSÂ^f enfin, une autre de 3,000 à distribuer: la première 
somme parmi le corps d'armée Wou-i-Eiun "^ ^ ^, la seconde 
parmi le corps d'armée Sin-Eien-lou-Eiun ^ ^ ^ !^ « et la 
troisième parmi le corps d'armée de la province du Ean-sou». 

Les diplomates étrangers assistent avec une inconscience rare 
aux graves événements qui se passent sous leurs yeux; ils per- 
mettent même à leurs femmes d'assister à une audience impériale et 

14) Voir A. Viftsière, raunç Pao, Série II, Vol. I. p. 342—344. 



LA RE70LDÏI0N IN CHINë:. 



43i 



l'oa ¥oit» le 13 décembre 1898, UJj Macdoiiald, femme de sîr Claude 
Macdouald, représeutaut la reioe d'Aagleterre, à la tête des femmea 
dû sept miuiatres étraugers, aller saluer la souveraine qui fient de se 
courrir de erimea et qui ae prépare à faire disparaître Tempereur. 

Parlant; de rirapératrice-douairièrej Mrs. Conger, femme du Mi- 
nistre des Etata-Unis, écrivait après eette audience: «Elle semble 
gaie et beareuse; aa figure respirait la bonne ?olouté. On n'y aper- 
cevait ancune traee de cruauté. Elle nous souhaita la bieuvenne 
en des paroles simples, mais ses gestes étaient pleiu de liberté et 
de chaleur. Elle se leva et nons souhaita d*étre bien* Elle tendit 
les deux mains ?ers chaqne dame, et disait, a^ee beaucoup d'em- 
pressement enthousiaste; «Une famille; toutes, une famille». Elle 
était très cordiale, et lorsqu'on nous passa le thé elle s'avauça et 
trempa ses lèvres dans chaque tasse. Elle en prenait un peu, puis 
le?ait la tasse de Tautre côté jusqu'à ses lèvres, et disait encore: 
«Une famille; toutes, une famille». Cette excellente Mrs, Conger 
devait apprendre bientôt ce que pensait véritablement l'impératrice 
de sa «famille» et à conn^tre le traitement qu'elle lui réservait 

Le 8 mars 1900, l'impératrice donua un banquet aux dames des 
légatioùs dans la Salle du Trône des Cérémoaies de la Cour. 

Mais Eang Yeou-wei n 'abandonne pas sou maître; dane son 
ouvrage, que nous citons encore, il crie à tout le monde les manirais 
traitements dont l'empereur est l'objet; 

«Mettes Eouaug Siu sur le trône et la Chine sera rajeunie. 
Les aonfirauces que l'umperenr a personueliement eûd urées parce 
qu'il essaya de réformer le gouvernement et de sauver l'empire, 
ont été terribles. 

«1^ Autrefois il était fort. H est émacié maintenant et des doc- 
teurs indigènes sont employés pour lui administrer des poisons. 

«2° n est confiué dans l'île de Yong t'ai, comme un vulgaire 
félon, et il lui est interdit de voir qui que ce soit 




432 HBlïRI COBDIRB. 

«3® Ses fonctionnaires loyaux ont tons été on bannis ou exécutés. 

<4^ Ses pieds ont été brûlés avec des fers rouges. 

<5^ Quand il demande la moindre douceur, elle lui est refusée 
et on ne lui donne que le riz le plus grossier. 

<6^ Son épouse, même pendant la saison la plus dure, n'est 
autorisée à porter aucun vêtement chaud et doit se vêtir d'habits d'été. 

«Ne sommes-nous pas enragés à la pensée de l'ignominie et de 
la peine auxquelles notre bon empereur est exposé? Ceux — l'im- 
pératrice douairière et Jong Lou — qui ont entassé toute cette 
misère sur lui sont des voleurs, des scélérats et des traîtres, et 
chacun est justifié de les assassiner, comme les Japonais, jadis, 
tuaient leurs généraux ambitieux, qui, inspirés par les mêmes mo- 
tifs, agissaient de même» '^). 

La province murmure des tortures infligées à l'empereur; les 
vice-rois du sud de l'empire laissent entrevoir la possibilité d'un 
soulèvement général; l'impératrice entre dans une fareur qu'augmente 
encore l'empoisonnement de son favori, le grand eunuque; elle est 
prête à commettre tous les excès. Ses conseillers la poussent dans 
la voie de la réaction à outrance. Deux censeurs ne vont-ils pas 
jusqu'à lui conseiller de supprimer le Tsong-li Yamen, créé le 19 
janvier 1861, et de le remplacer par le Li-fan Youen, bureau chargé 
des affaires de Mongolie et des Etats tributaires? . . . 

L'attitude de l'armée est inquiétante; on en a confié le comman- 
dement au général Tong Fon-siang, notoirement connu par son 
hostilité contre les étrangers. 

A la suite d'un mémoire de Yi-k'ouang, adressé à l'empereur, 
pour rendre compte de la revue qu'il avait passée de l'armée du 
Eau-sou, où il dit «qu'il a passé en revue toutes les troupes 
commandées par Tong Fou-siang, qu'il a trouvé tous les officiers 



16) North-China Herald, 2 mai IdOO. 



LA BBVOLUTIOÎÏ KN OHIKA. 



433 



et soldats également habiles et vigoureux, que les divers régimeuts 
et escadrons sont dans uu ordre excellent, qvCih aoat très exercés 
dans les divers mouvements militaires et que le susdit général, 
ayaot si bien discipliné ses troupes, et les ayant si bien exercées», 
il est ordonné par décret impérial du 11 novembre 1898, «que les 
objets suiTants soient envoyés en cadeau au général Tong Fon-siangj 
à savoir; un tube à plumes de paon et un anneau digital, Tuiî et 
Tautre en pierre précieuse blanche, et uoe petite épée avec garde 
de la même matière; noua voulons par là lui manifester notre estime. 
De plus, noua ordonnons quuue aomjne de 10,000 taêla, fournie 
par le ministère du cens, soit distribuée parmi les soldats, et que 
deux cents petits rouleaux de soie pour faire des habitis soient éga- 
lement fournis par le même ministère et remis à Tong Fou-aiang 
pour qu'il les distribue eu cadeaux parmi les chefs de régiment et 
de compagnies. Enfin, nous ordonnons que les troupes commandées 
par le général Tong Fou-siang, après s'être reposées pendant quel- 
ques jours» aillent s'iustaller dans leurs campements respectifs; elles 
y continneront sérieusement leurs exercices militaires, afin de s'y 
perfectionner de plus en pins* Par là elles répondront aux excellents 
désirs de la cour pour la formation de l'armée» '^). 

Enfin, les ministres étrangers s'inquiètent; ils demandent des 
gardes. Le général Yuen, vice-roi par intérim du Tche-li, s'oppose 
à leur départ pour Pekiug. Le Tsong-li Yamen finit cependant par 
accorder Tautorisation nécessaire aux détachements étrangers d'entrer 
à Pekiug et d'occuper leurs légations. Le P^ octobre 1898, 66 soldats 
russes, dont 30 cosaques et 36 soldats d'infanterie de marine, avec 
deux pièces d'artillerie de campagne, 25 soldats anglais d'infanterie 
de marine et 30 soldats allemands traversent la ville pour occuper 
leurs postes respectifs. 




434 HSSftl COEDISE. 

L*impératriee dinimule eneore ca colère, mais il lai Unie d^agir. 
Ses coiiseillen daos la réaction et dans sa haine de Tétranger ne 

rarréteront pas dans sa faute soprême, Qwm vmlt perdêrt Jupiter ; 

elle va £ure appel aux sociétés secrètes qoi troublent son empire 
et qoit si elles e<»nbatteat l'étranger, menacent également son trône. 
En complotant la destruction des barbares d'Occident, elle déchûne 
la toormente qui a dû remporter elle-même à l'heare actuelle. 

vra. 

J*ai eu Toccasion de parler des nombreuses sociâés chinoises, 
il 7 a dooze ans, dans la Revue d'ethnoçrapUe, Je me bornerai 
donc à dire que la principale des sociétés politiques est celle des 
Triades Sau-hchoei H ^ ^ on du Ciel et de la Terre rien-Ti-hoei 
^ jff^ ^, qui a pour objet le reufersement de la dynastie ac- 
tuelle; elle a d'ailleurs fisûlli réussir. Les fameux rebelles T^ai P*img 
^ ^ ou Tchofig Mao ^ % ^ étaient d'origine triade et l'on 
sait quelle fut la rapidité des succès de leur chef Hong Siu-tsuen 
1^ ^ ^ ' P^i^ d° Eouang-Si et du Eouaug-Toung, les T'al-ping 
remontèrent jusqu'au Eiang, s'emparèrent de Naoking en 1853, firent 
une pointe daus le Nord à travers le Ho-Nan jusqu'au Tche-li, se 
répandirent dans les riches provinces du Eiang-sou et du Tchékiang 
et ne furent définitivement écrasés qu'en 1864 (reprise de Nauldng 
par Tseng Kouo-fan, 9 juillet 1864), .grâce à l'appui donné aux 
troupes impériales chinoises par des contingents français et anglais 
Lies T'aï-P'ing, refoulés du Eouang-Si dans le Tongking, y formèrent 
les Pavillons noirs et les Pavillons jaunes. 

A cette société des Triades se rattachent presque toutes les 
sociétés secrètes dont on a parlé pendant le courant du sièclet la 
société du Nénuphar blanc, Pei-lien-kiao ^ ^ ^ , dont les ad- 
hérents réussirent à occuper le palais impérial à Peking le 18 juillet 
1813, sous Temperenr Kia K'ing; le Ko Lao^Hoei ^ y^ '^ ^ le 



LA RÉVOLUTION BS GHIKl. 



485 



Ta Taù^Hoei (Grand Couteau), etc, L'asaociation maînlanant célébra 
dea Boxeurs est l'appellation locale, dans le Chan-toiing, du Ta 
Tao'Soei ^ JJ ^* La mauyaise administration, le commerce 
illégal de Topiiîm, la contrebande du sel, la deatractiou entière ou 
partielle d*un millier de Tillages par le fleuve Jaune, au sud-oueat 
du Chau-toung, ont été Torigine de l'association du Grand Couteau; 
Toccupatinu de Eiao-tcbeou par les allemands a été le prétexte dti 
soulèremeni dea Boieurs qui» du Chau-toung et de Test du Tche-lî, 
menaçaient la Chine entière. M. E.-H. Parker, dans une lettre ré* 
cente au Times^ dit qu'un auteur chinais les feit remonter jusqu*à 
la dynastie des Soung, détruits au treizième siècle par les Mongols, 
et qu'antérieurement les souverains turcs et toungouaes de Chine 
jouaient au polo et assistaient à des concours de boxe. 



k 



K, 



Depuis plusieurs années, il n'y a paa pour ainsi dire de pro- 
vince de Chiue qui n'ait été troublée par des émeutes, causées soit 
par la haiue de Tét ranger, soit par la famine ou tout autre motif. 
L'une des pins tenaces a été celle de la préfecture de Kouo-Yang 
dans le nord du Ngau-houeï; el!e a été terminée en 1899 par la 
prise de sou grand chef Lieou «Ea-ta», Ea-ta est un surnom mar- 
quant que le cou et la figure de cet homme étaient couverts de 
bon tons: le soi-disant roi de cette confédération rebelle. Nia Chî- 
li'iu et ses fonctionnaires lui obéissaient. Niu a été décapité immé- 
diatemeni Le vieux Lieou Kouen-I ''), vice- roi des deux Eiang, 
avait eu toutes les peines du monde à réprimer cette révolte* 

Au mois d'octobre 1899, à dix milles au nord-est de Si-Ngan 



l7)LieonKoaï:ti-l ^ i^ —^ est né k 21 jaiiTJfir 1830. dana le Hou-Niot eotn 
d»tti Tarmée eu IBâË, puii pasaa m dvH, devint juge au KotiaDg-Si ptiit gouverDear (juin 
1865) de cette proviiK^, gouvernenr-géii^ril des deux Kouaog (teptembre Jâ7fi), &w d«iiz 
Kiang (déeembre 1S79; diigricié en ISSl, il ht rlbitillé dios %ùn jvoile le 2S oo- 
fembr« 1S90. 




436 HENRI COROIKR. 

foa, capitale da Chen-si, on tentait un nonveau soulèvement du 
Ko Lao-Hoei. 

Enfin, dans nne -lettre d'un correspondant du nord du Chan- 
tonng, le North-China Herald du 4 décembre 1899 marque qu'au 
commencement de la huitième lune on annonce un soulèvement de 
la société du Grand Couteau, appelée dans la r^on / Ho k\uên 
^^;^, «Poing de l'harmonie publique», ou «Lutteurs pour 
la justice et la concorde» qui a pour devise sur son pavillon: 
«Protéger la dynastie, exterminer les étrangers» ^ ^ ]^ 7^ 
Hôu Tsing^ mié Yang. Le 15 huitième lune était fixé pour l'attaque 
et sur la demande du consul de Tien-Tsin, des troupes avaient été 
envoyées par le gouverneur du Chan-Toung et le gouverneur gé- 
néral du Tche-Li; néanmoins des familles chrétiennes, surtout pro- 
testantes, avaient été pillées à Ping-Youen. Le correspondant ajoutait 
à la fin de sa lettre fort longue: 

«Rien ne semble maintenant plus certain que les autorités 
chinoises ne peuvent ou ne veulent pas gouverner cette province, 
pour ne pas parler de celles qui sont voisines; s'il y a quelques 
gouvernements étrangers, allemand ou autres, en position d'étendre 
leurs «sphères d'influence» au Chan-Toung, le changement sera 
accueilli avec joie par une grande partie de la population indigène 
et eti masse par les étrangers aujourd'hui nombreux». 

Quelle est l'origine de ces Boxeurs: 

Le Père Ignace Mangin, S. J., qui a été depuis leur victime 
dans le Tche-li Sud-Est, écrit: >») 

«Le docteur Lao Ngai-Sinen, sous préfet de Wou-Eiao, a écrit 
une brochure sur les Boxeurs. Il y dit ceci: 

«La secte des I-ho^kiuen n'est qu'une branche de la société des 
Pai-lien-kiao {Nénuphar blanc); les noms dont ils se servent, les 
incantations qu'ils récitent les rangent parmi les Sié^kiao (secies 



18) Eituies publiée» par dez Pères de la Compagnie de Jésus, 6 août 1900, p. 866. 



LA ftEVOtUTiON BS CHIÎÎE. 



437 



hétérodoxes). Quoique dès le règne de Eia-k'ing ik aient été ponr^ 
soi vis et puDië, iJa se sont perpétués dans pludeurs districts du 
Chan-toung et du Tciie-Li; peu à peu leur audace s'est accrue. 
L'auuée dernière (1898)i ils se sont déclarés les adversaires du 
chnstiâuisme. Les populatioos ue sont laissé séduire, oubliant que 
la descente des esprits et la récitation de charmes magiques sont 
des preuves de la perversité de la secte. Elle a été proscrite sous 
Kia-k*ing. A cette époque, les religions du Maître du ciel (catholique) 
et de Jésus (protestante) étaieot peu répandues; la secte n'a donc 
pas pour origine la haiue du christianisme. Son vrai but est la 
rébellion; les multitudes ignorantes s'y sont trompées». 

H est irèa^probable que sans l'appui du gouvernement impérial, 
ces «Boxeurs» auraient été facilement réduits comme les autres 
membres des sociétés secrètes dont ils se distinguaient par leurs 
pratiques magiques, qui les rendaient, disaient-ils, invulnérables: 

«Le 2 octobre, jour de marché à Song-Menn, bourg à trente 
lis ouest de King-Tehéou, les sectaires procédèrent à rinstallation 
solennelle d'un tchang*iztu ( are ue- centre) et annoncèrent pour le 
marché suivant (25), des exercices d'invulnérabilité. 

Ce jour- là, des milliers de curieux se trouvèrent réunis à Song- 
Menn^ désireux de jouir du spectacle promis; ils furent déçus, les 
exercices furent remis au 30; la foule n'y fut que plus nombreuse 
et plus avide. Le chef désigné d'avance et ses deui disciples se 
mirent à geuoux devant les tablettes où sont inscrits les noms des 
esprits protecteurs de la secte; ils firent maintes prostrations, brû- 
lèrent maints bâtons d'encens, récitèrent force prières et incantations, 
Tesprit ne descendait pas. Enfin» ?ers quatre heures après-midi, le 
chef se releva sondain: ses traits étaient changés, il était semblable 
à un homme possédé par une puissance irrésistible. Les deux dis- 
ciples se levèrent aussi, chargèrent le fusil; le maître, dépouillé 
d'une partie de ses vêtements, mit sa poitrine à nu; uu coup de 



488 HENRI CORDIBR. 

feu retentit, et Ton vit le malheureux tomber à genoux, puis s'étendre 
de tout son long. Le coup tiré à bout portant lui ayait fait une 
large et profonde plaie. Vite ses compagnons TeuTeloppent dans 
une couverture et l'emportent tout sanglant: il ne tarde pas à 
expirer» *•). 

«Les Boxeurs, ayant ainsi raté leur tour d'escamoteurs, accusèrent 
les chrétiens d'aYoir méchamment assassiné un de leurs chefs. Et 
il en résulta un peu plus de pillages, d'incendies et de massacres. 

«L'accusation généralement lancée par les Boxeurs contre les 
chrétiens est d' «empoisonner les puits». (D'où l'on peut condare 
que l'humanité manque décidément d'imagination, puisque tel est — 
partout et en tout temps — le prétexte de persécutions religieuses.) 
Un pharmacien chinois d'Ou-k'iao profita de ces bruits d'empoison- 
nement pour inventer et vendre un contre-poison. Sa boutique ne 
désemplissait pas» *^). 

Un correspondant du London and China Télégraphe Aug. 29, 
1900, écrit à sujet: 

« Premièrement, ils [les Boxeurs] sont supposés ou être tombés 
des cieux, ou être devenus «Boxeurs». Apres un stage d'épreuve 
durant, je crois trois mois ou quelque quatre-vingt dix jours, ils 
sont supposés être invulnérables aux balles, quoi que quelques cen- 
taines ont déjà succombé parmi ceux sur lesquels ont tiré les troupes 
étrangères et autres. Cependant ils ont sous la main une explication 
toute prête: Si un homme est tué pendant la période de noviciat, 
c'est-à-dire, avant qu'il n'ait accompli les quatre-vingt dix jours, 
on dit qu'il n'est qu'à moitié un «Boxeur». A proprement parler, 
il n'est pas qualifié et n'a pas atteint le degré d'invulnérabilité. 
D'un autre côté, s'il était devenu complètement em plumé et que 
néanmoins il avait été tué, on affirme sérieusement qu'il n'est pas 



19) Etudes, p. 875. 

20) Le Temps, 16 août 1900. 



hK 



RÊVOl 



UTIOH IH GHtirS. 



48ft 



mort réellement, et que dans peu de jours, il revivra encore une 
fois et aéra prêt à se battre de nouveau. 

«Un incident arrira tout à fait récemment à bord d^un vais- 
gean qui a des officiers européens et est attaché au aertice des Douanes; 
deux marins que noua observions avec intention étudiaient deux étoiles. 
Quand noue les interrogeâmeë sur ce qu'ils faisaient, ils répondirent 
sérieusement que: ^That largee êtar ham got six piêcêe ^ Boxer" mon 
ullo êamB imidif and imallo star hâve gol two pkcte mmu Just now 
œme downnde* ^'). 

t Telle était leur idée qu'ils tombaient des cieux! 

«Il est difficile de dire dans quelle proportion les troupes du Nord 
de la Chine étaient pénétrées de Tidée des Boxeurs avant la révolte» 
mais il est couramment rapporté que te pourcentage était de 25 à 
50 pour cent. Il paraîtrait que certainement, elles devaient être de 
leur c6té. Il a été curieux aussi de noter combien les serviteurs 
des Européens étaient convaincus des Bosseurs envoyés du CieL 
Pendant qu*ils servaient encore^ et dans quelques cas s'étaient attachés 
à leurs maîtres, pendant les troubles quand ils devinrent actifs, ils 
vous disaient ouvertement qu'ils croyaient auit «Boxeurs ». L'extension 
qu'a prise cette croyance est vraiment eistraordiuaire. 

< Ce que j*ai mentionné n'explique pas toute leur étrange croyance, 
mais est suffisant pour moutrer de quelles vues ils sont imbus». 

Les gouverneurs du Chau Tonng, Yu*H'ien tout le premier, 
s'étaient montrés tout d'abord fort hostiles aux étrangers; Tassassinat 
d'un missionnaire protestant allait attirer rattention de la Légation 
d'Angleterre: le Rév» S. M, Wi Brooka, allant de T'aian à Ping Yiti, 
fut assassiné le 30 décembre 1899, à Tcbang-Kia tien, village à 
30 lis à l'ouest de Fei tcb'êug* Les assassins fureut jugés le zB 
Février et les jours suivants à Tei*» an fou, devant le juge provincial 



21) Je n'ii pis cru dêTOïr détrwirp pur une 1ri<!ïicfiûn la iavenr et petïe fibraFé ?n 



440 HRNKI CORDIBR. 

du Chan Toung et Mr. C. W. Campbell, du service consulaire anglais, 
euYoyé exprès de Chang Haï. Mr. Campbell avait comme secrétaires 
le collègue de Brooks, Mr. Henry Mathews et Mr. Conling, de rEnglish 
Baptist Mission, dn Chan Toung. Sept individus étaient plus on moins 
impliqués dans Taffaire; Mêng Eouaug-wên était le principal accusé. 
Trois furent condamnés à être décapités, (l'un fut exécuté le 16 
Mars 1900 en présence de M. Campbell) un est étranglé, un est 
emprisonné pour la vie, un est condamné à dix ans d'emprisonne- 
ment, un à deux ans de bannissement, une indemnité de 9000 taëls 
devait être payée et une chapelle être érigée à la mémoire de Brooks, 
à Ping Yin, lieu de sa résidence. 

D'autre part, des missionnaires américains de Pang tchouang 
adressaient une plainte contre les fonctionnaires suivants à cause 
de la protection qu'ils accordaient aux Boxeurs: Yfi H'ien, ancien 
gouverneur dn Chan Toung, Tchi, taotai dans le Chan Toung occi- 
dental, Tchêng se, fonctionnaire de Ping youen. 

Les représentations des étrangers ne pouvaient rester indéfiniment 
sans être écoutées; en Octobre 1899, les Boxeurs avaient été battus 
par les troupes impériales; l'arrivée de Yuen Che-k'ai détermina 
leur exode. £n 1898, ils avaient ravagé la sous-préfecture de Wei 
bien et fait leur première apparition dans la préfecture de Ho-Kien 
fou au printemps de 1899. Au commencement de cette année, ils 
remontent dans le Tche li sud-est, où ils se livrent aux massacres 
et aux pillages qui nous sont connus. 

Suivant Tusage, des pamphlets sont lancés dans la circnlation: 

«Les quatre faces et les huit horizons deviennent des théâtres 

de guerre. Vous qui avez de bons destins, montez rapidement vera 

le rivage; d'un coup de main vous arriverez dans la patrie. Immortel 

venant de l'Occident, de la montagne du Chaos, de^ la caverne de 



LA RÉVOLUTION RN CHINK. 441 

l'Arc-en-Ciel doré, mon nom est Tao, mon prénom est Ts'ing-tsin 
(Tranquillité); je viens de la part de T'ai-kong-lao-tsou (fondateur 
de la dynastie des Tcheu, 1200 avant Jésus-Christ), pour avertir 
les hommes de bien de cette pagode, afin qu'ils propagent partout 
cet écrit, qui exhorte les peuples à suivre les I-ho-k'iuen. Formez 
vite des soldats, car treize royaumes étrangers vont venir pour atta- 
quer le Céleste-Empire: la Chine sera profondément troublée; il y 
aura des soldats massés comme une montagne, des généraux immenses 
comme rOcéan; il y aura des montagnes d'ossements, le sang coulera 
comme des fleuves; c'est pourquoi que tous, sans distinction de sexe 
et d'âge, s'adonnent aux exercices divins pour apprendre l'art des 
génies immortels, pour échapper au péril de la guerre et éviter cette 
grande catastrophe. Ce trouble durera pendant trente ans, puis régnera 
la paix. Bientôt plus de soixante-dix royaumes nous envahiront comme 
un flot. Bon peuple, prenez une prompte résolution afin que nous 
leur opposions des armées. 

«Les Européens sèment des poisons dans les puits, dans les fleuves, 
dans les mers, dans les céréales, sur les marchés; seuls, les gens 
bien exercés à l'art divin peuvent en éviter le venin. Ce sont les 
indigènes gagnés par les diables d'Occident qui répandent ces poi- 
sons; ce qu'ils n'achètent pas sur les marchés est empoisonné. 
Prenez-y garde! 

«Tous ces détails nous les avons appris du génie immortel. Ceux 
qui sont initiés comprendont mes paroles.» 

^Pamphlet ajjiiché dans le Ho'kien-hien. — Les chrétiens trou- 
blent l'univers, s'appuyant sur les Européens; ils se montrent arro- 
gants, insultent les gens simples, oppriment la dynastie des T'sing, 
méprisent les relations sacrées en supprimant la doctrine des saints. 
Leurs chefs construisent leurs hautes églises sur les ruines de nos 
saintes pagodes; ils trompent les ignorants, nuisent à la jeunesse, 



442 HRVRl CORDIBU. 

arrachent le cœur et les yeux pour en composer des phiUres; ils 
empoisonnent les puits. Un lettré, ne pouvant tolérer ces erreurs, 
alla en ville pour les dénoncer; mais, hélas! le mandarin, vénal, 
corrompu par l'argent, le traita cruellement, de sorte que le bon 
peuple, ne sachant que devenir, d'un commun accord voulut apprendre 
la boxe. L'esprit Tchang-tien-chen a informé- Yu houang de cet état 
de choses. Yu-houang, dans sa colère, envoie une troupe de dieux 
qui, descendant du ciel, vient aider le peuple à détruire les chrétiens. 
Il en est temps: que les diables d'Occident meurent. Les I-ho-k'iaen 
sont dans une cloche d'or, de sorte qu'ils ne craignent ni le glaive, 
ni la hache; ils peuvent se garantir des fusils et des canons. 

«Peuples, levez- vous; n'ayez qu'un cœur et qu'une âme pour tuer 
les diables d'Occident et détruire la religion chrétienne! 

«Depuis l'antiquité, on distingue les Chinois de l'Empire du Milieu 
et les barbares étrangers; actuellement les peuples sont pêle-mêle; 
à qui appartient l'empire? Confucius et Meng tseu ne cessent de 
pleurer, et leurs larmes inondent leurs poitrines!» ^*) 

Quelques fonctionnaires protestent timidement: 

Le sous-préfet de Wou-E'iao, homme prudent et sage, fit répandre 
cette réponse anonyme: 

<I-ho-k'iuen, qui êtes cachés dans une cloche d'or, vous violes 
la loi, vous vous écartez du droit sentier. Je vous exhorte à ne pas 
ressembler à des insensés, car l'invincible armée est proche en avant; 
ce sont des fusils perfectionnés. En arrière, il y a des canons aux 
projectiles puissants. Quand vous serez attaqués, vos ancêtres et vos 
maîtres seront impuissants à vous secourir; alors les incantations 
seront sans effet. Quand ces malheurs fondront sur vous, il sera 
trop tard pour vous repentir. Repentez-vous au plus tôt, ne vous 
entêtez pas». 



22) Etudes, p. 890—1. 



LA REVOLUTION EN CHINE. 448 

Le sons-préfet de Hien-hien alla jusqu'à la proclamation pu- 
blique. Il s'exprimait ainsi: 

«Les I-ho-k'iuen, par les doctrines perverses, trompent les foules: 
ils disent: < Ceux qui s'exercent dans notre art, le fusil, le glaive, 
le couteau, ne sauraient leur nuire». Ainsi, le peuple ignorant est 
trompé par eux. Ou réunit des bandes nombreuses, on occasionne 
des troubles, on blesse beaucoup de monde. Peuples et notables, 
exhortez- vous mutuellement à ne pas vous affilier à cette secte, ainsi 
vous pourrez conserver votre vie et celle de votre famille: la vie 
est le bien le plus précieux. S'il y a des sectaires qui cherchent à 
vous séduire, il faut prendre ces pervers, les lier et mêles amener*'). 

Décembre 1899». 

Le vice-roi du Tche-li, Yû Lou, cherche dans un décret à calmer 
les esprits: «Chrétiens et non-chrétiens sont tous des sujets chinois, 
et la cour les traite avec une égale bienveillance. C'est pourquoi 
les non-chrétiens ne doivent pas pour vexer les chrétiens, susciter 
des a£hires. Les chrétiens ne doivent pas non plus chercher des 
prétextes pour insulter les non-chrétiens; beaucoup moins doivent- 
ils par des rapports mensongers exciter les missionnaires à prendre 
leur défense, afin d'obtenir gain de cause sous leur protection». 

Ce mouvement des Boxeurs qui s'étend du Chan Toung au Tche 
li, et à la Mandchourie ne dépasse pas ces provinces, malgré les 
émissaires envoyés dans la vallée du Eiang. Les autres mouvements 
dans le Ngan houei, le Hou nan, le Yun uan, sont indépendants, 
mais il est certain que sans l'énergie des étrangers, toutes ces ré- 
bellions partielles se seraient terminées par une rébellion générale, 
dont l'Empire entier aurait été le théâtre. 

X. 

On ne saurait douter de la connivence de la cour avec les Boxeurs 

28) Efudet, p. 892. 



444 HBNBI CORDIBB. 

en lisant ces lignes du correspondant indigène de Peking dn iVbrM- 
China Herald insérées dans le noméro du 16 mai 1900 de ce journal: 
< Laissant de côté ce sujet quelque peu déplaisant, j'en viens 
à un autre qui devrait être sérieusement pris en considération par 
les lecteurs étrangers de votre journal, car c'est une question qui 
les concerne tous et peut arriver à chaque instant. C'est une ini- 
mitié avouée des conservateurs contre tous les étrangers, excepté, 
peut-être, les Russes. J'écris en toute sincérité et sérieusement pour 
vous informer qu'il y a un grand plan secret, ayant pour but d'écraser 
tous les étrangers en Chine et leur arracher de force tous les terri- 
toires qui leur ont été loués à bail. Les chefs principaux de ce 
mouvement sont l'impératrice douairière, le prince E'ing, le prince 
Touan (le père de l'héritier présomptif), Eang Yi 1$)^, Tchao 
Chou-k'iao et Li Ping-hêng ^ ^ ^ ^*). Les forces qui seront em- 



24) Le fameax Li Ping-hêag vient -de marquer son retoar à Peking par l'ex^ation de 
Siu King-tch'eng et de Yaen Tch'ang, tous les deux membres da Tsong-li-Yamen. Il ett 
originaire de la province de Fêng-Tien (Mandchoarie) et son premier poste important a 
été celai de commissaire financier du Kouang-Si en juillet 1886; il combattait contre nons 
à Lang S'on ; mais sa notoriété date de son gouvernement du Chan-Toung, époque à laquelle 
les missionnaires allemands Nies et Henle furent assassinés (1*^ novembre 1897); rAllemagne 
demanda sa déposition et il fut remplacé par Yii H*ien, qui ne vaut pas mieux que loi. Li 
passe pour être honnête, mais pousse au dernier degré l'esprit réactionnaire et la haine de 
l'étranger; un rhumatisme chronique dans lesjambes peut lui servir du prétexte dont a souvent 
besoin un fonctionnaire chinois pour ne pas se rendre aux appels qui lai sont adressés de la 
capitale. Ses principaux amis, qu'il recommanda chaudement à l'impératrice à la fin de 1890, 
sont Yri-H*ien, Mandchou, son propre successeur au Chan-Toung, Si Liang, également 
Mandchou, trésorier de la province de Hou-Nan, Liang Ting-fên, Chinois de Canton, membre 
de l'Académie des Han Lin, Wan Tin-siang, des Bannières chinoises (Ham Ouh), censear. 
Li avait attiré l'attention de l'impératrice douairière comme haut commissaire de la Mand- 
chourie méridionale; il allait être nommé gouverneur du Chan-Si à la place de Hon P*in- 
tchi, révoqué à cause de ses dépenses exagérées, lorsque le chargé d*affaires d'ÀJigleterre, 
Mr. Bax Ironside, opposa son veto. On le désigna pour le Se Tchouen à la plaee de 
Lieou Ping-tchang, mais l'opposition des Allemands le fit encore écarter de œ poète 
qui fut donné à Yii Lou. Que faire du personnage? Un conseiller à la ooarP Mab 
c'était susciter une influence déplaisante pour le prince K'ing et Jong Lon d'one part, 
pour Kang Yi d'une autre. Il fallait l'éloigner à tout prix. N'était il pas aille à œ 
moment même de vérifier si les vice-rois Tchang Tche-tong et Lieou Kouen-I avaient so- 
lidement assuré la défense du Kiang contre l'étranger. Il irait porter sur le Yang-Tsé» 



LA REVOLUTION BN CHINK. 445 

ployées poar arriver à cette fin sont toutes mandchoues, par exemple: 
la Force de la Plaine de Peking (50,000 hommes) sous le prince 
E'ing; le corps Hou Gheng j^ ^ ou les «Tigres glorifiés» (10,000 
hommes) sous le prince Touan; et les divers corps des Bannières 
des gardes impériales (12,000 hommes) sous Rang Yi et autres. 
Ces 72,000 hommes doivent former le nœud de V «^Armée des Vengeurs» , 
tandis que les Boxeurs sont comptés comme auxiliaires dans cette 
grande lutte qui est plus imminente que les étrangers à Peking ou 
ailleurs ne peuvent se Timagiuer. Tous les Chinois des classes élevées 
savent cela, et ceux qui comptent des étrangers parmi leurs amis les 
ont prévenus, mais, à ma connaissance, on s*est moqué d'eux plutôt 
que de les remercier de leur anxiété au sujet de leurs amis d'Occident» . 

Ce même correspondant ajoute: 

«Je donnerai maintenant seulement deux exemples pour montrer 



comme Yû H*ien dans le Chan-Si, le message de gaerre contre le Barbare d'Occident. 
L'impératrice s'empare a?ee empressement de cette idée et, en novembre 1899, elle bom- 
barde Li haat commissaire du Tang-Tsé. Ce titre lui donnait le rang des vice- rois des 
provinces dont il était complètement indépendant et sa juridiction s'étendait sur les cours 
d'eau des cinq provinces de Kiang-Sou, Kiang-Si, Ngan-Houei, IIou-Nan et Hou-Pé; il 
mvait même le droit de condamner à mort dans Tarmée sans en référer aux vice-rois ; 
il était responsable de ses actes à l'empereur seul. Il paraît que tel pouvoir n'avait été 
accordé qu'une fois depuis Tavénement des Mandchous: P'êng Yii-lin, né en 1834 à 
Hêng-Yang, dans le Hou-Nan, avait été le secrétaire de son compatriote, le grand Tseng 
Kouo-fan, et 'se distingua pendant la guerre des T'ai Ping; aussi fut-il chargé de la dé- 
fense du grand fleuve; il était conna sous le sobriquet populaire de l'amiral à Tête de fer. 
Peng était en outre, ce que n'est pas Li, commandant en chef des forces navales des cinq 
provinces; ce poste est occupé par Houang Tchan-k'ioun. Arrivé par terre le 27 mars 
1900 à Wou-Tchang, capitale du Hou-Pé, au grand ennui du vice-roi Tehang Tche-tong, 
il met en émoi la vallée du Yang-Tse, dont il voudrait drainer les troupes et les entraîner 
)i ta suite vers le nord le long du canal impérial. Véritable accusateur public, il dénonce 
ma trône le maréchal Sou pour nous avoir donné Kouang-Tchéou onan, le Mandchou Tii 
Tch'ang, gouverneur du Ho-Nan, frère de Yû Lou, vice-roi du Tche-Li, et Tch'ang Tch'oon, 
Mongol, Inspecteur général de l'armée du Nord. Il est à son tour dénoncé par Li Hong- 
tchang, qui s'en mordit les doigta. Resté sourd à deux appels, Li Ping-hêng se décide à 
retourner à Peking, où l'impératrice le nomme général en secoud sous Jong Lou; il épure 
le Ttong-li Yamen et se prépare à arrêter la n^arche des armées alliées. Il paraîtrait s'être 
suicidé après la bataille de Peï Tsang. 



446 HENRI GOBDIER. 

la grande faveur dont jouissent les Boxeurs aux yeux des pouvoirs qui 
sont à Peking. En premier un censeur nommé Wang, natif du Tche-Ii, 
fut reçu dernièrement en audience par Timpératrice douairière; arrivée 
au sujet des Boxeurs, celle-çi dit au censeur: «Vous êtes originaire de 
«cette province et devez ainsi savoir. Que pensez- vous des Boxeurs du 
«Tche-Li? Croyez- vous réellement que, lorsque le moment d'action sera 
«arrivé, ils se joindront réellement aux troupes pour combattre les 
«diables étrangers»? — Je suis certain de cela. Votre Majesté. De plus, 
les principes appris aux membres de cette société sont « protéger 
jusqu'à la mort la dynastie céleste {Tien TcKab ^ ^) et mort 
aux diables {Kouei-taeu Jj^ •^)»- Pour la part de votre serviteur, 
je crois si profondément à la destinée de cette société d'écraser les 
« diables » que, jeunes et vieux de la famille de votre serviteur 
pratiquent maintenant les incantations des Boxeurs, chacun de nous 
s'étant joint à cette société pour « protéger la dynastie céleste et 
jeter ^ les diables » à la mer. Si j'avais le pouvoir qu'on m'a donné, 
je conduirais volontiers les Boxeurs dans l'avant-garde de l'armée 
vengeresse quand le temps serait venu et avant ce temps, je ferais 
tout ce que je pourrais pour les aider à s'organiser et à s'armer.» 
« L'impératrice douairière approuva de la tête et, après avoir 
ruminé dans son esprit, s'écria: «Oui! c'est une grande société. Mais 
je suis effirayée que, n'ayant justement pas maintenant d'hommes 
expérimentés à leur tête, ces Boxeurs agiront précipitamment et 
mettront le gouvernement dans l'embarras avec ces Fang kouei tseu 
avant que tout soit prêt. » Alors, après une courte pause: « C'est 
cela. Ces Boxeurs doivent avoir quelques hommes reponsables au 
Tche-Li et au Chan-Toung pour guider leur conduite.» Et l'audience 
prit fin. Le matin suivant, un décret parut '^), nommant ce censeur, 
Wang, gouverneur de Peking. C'est-à-dire un fonctionnaire de sixième 



25) Wang Pei-ya a été effet proma au poste de goaTernenr de Peking, à la place de 
Ho Nai-yÎDg. {Omette de Peking, 13 mars 1900). 



LA EÉVOLUTION «N CUlNl. 



447 



ide fut, par ue trait d6 phime, élefé à un poste Tuétropolitaiu 
de quatriêma grade, — uo eoua-préfefc à la charge dun juge pro- 
▼^încial! Waug aura par là Toccasiou qu*il souhaite, principa- 
lement d'orgâDiser, d'aviaer et d'armer ses amis lea Boxeurs, 

«La second exemple que je donne est pour tnoutrer sous quel 
jour sont considérés les étrangers en ee moment; depuis le massacre 
de Tien- tain en 1870, tous lea fonctionnaires *- eicepté les plus 
fervents parmi les conservateurs — avaient proscrit le terme ^yang 
ioud tien 7^ jSiL "^ » (diable étranger) \ dea hommes même reçu- 
rent des coups de bambou lorsque lea fonctionnaîrea les entendaient. 
Eh bien, non seulement nous voyons que ce terme est le cri de 
guerre des Boxeurs, mais qu'il a même reçu une sanction officielle 
des lèvres de Timpératriee douairière elle-même, 
^k ^Qnant à Jong-Lou, il eat resté tranquille très longtemps et 
Ton croit qn*il a décidé de rester prèa de Tempereur ai quelque 
ebose arrivait par suite des machinations des princea E'ing et 
Touan, Kang Yi et Tchao Chou-kiao à Peking et Li Ping-hêng 
dans lea provinces. De plus, il est du fond du cœur un ami des 
Anglais, Cela je le sais. 11 n'y a pas longtemps, à une session du 
grand conseil, lorsque la question des demandes de l'Italie et de 
la France de territoires dans le Sud fut discutée, Jong Lou seul 
donna le conseil au gouvernement de se mettre sous la protection 
de la Grande-Bretagne, démontrant que lea Etats-Unis et le Japon 
aideraient la Grande-Bretagne si la Enssie et la France menaçaient 
de représailiea. Mais i) fut dominé par le prince K'ing, le prince 
Touau, Kang Yi et Tchao Chou-k'iao. «Car, dit Eang Yi, nous 
avoua dei comptes à régler avec la Grande-Bretagne pour le pil- 
lage du palaia de Youen-ming-Youen, avec le Japon pour la priae 
de Formoae^ et avec les Etats-Unis qui traitent les Chinois qui y 
vont et aux Philippines, pas mieux que des chiens. Contre la 
Bnaaie, nous n^ avons rien. D'autant que, si la France aide la 




448 HENRI COKDIEU. 

Russie, quoique nous ayons de profondes haines contre la France, 
nous ne serions que par cela même plus forts. Je décide de rester 
dans la plus intime amitié avec la Russie, car avec elle pour nous, 
nous pouvons défier le monde. Seulement, avec la Russie pour nous, 
la Grande-Bretagne se tiendra courbée à Técart». Ces sentiments 
ayant été unanimement approuvés par le reste du conseil, y com- 
pris l'impératrice douairière qui approuvait de la tête vigoureuse- 
ment, Jong Lou devint silencieux et ne dit plus rien». 

D'ailleurs les houei 1^, sociétés, étant illégale, la I Ho ifiueti 
houei^ sur le conseil de l'Impératrice, pour ne pas être confondue 
avec la Ta Tao Houeiy la Société du Grand Couteau, se transforme 
en / Ho KHuen T'ouan ^ ^ ^ ^ (volontaires ou milice). 

On aura une idée de la haine inspirée par les étrangers par ce 
fait rapporté par un correspondant du North-China Herald (20 
juin 1900) qu'un décret promulgué à Peking annonçait qu'aux 
prochains examens littéraires, les auteurs des essais devaient s'abs- 
tenir de se servir de certains caractères. Parmi les caractères 
proscrits se trouvaient !^ , >||| , ^ , i^ , ^ et Q employés 
comme équivalents chinois de l'Angleterre, la Russie, la France, 
l'Italie, l'Amérique et le Japon. Aucun essai renfermant l'un de 
ces caractères ne serait reçu. 

XL 

Il est certain que l'Impératrice eut un moment d'hésitation 
avant de pousser plus loin sa vengeance. Les nouvelles de la pro- 
vince et de l'étranger étaient mauvaises; les protestations contre 
les mauvais traitements dont l'empereur était l'objet, affluaient à la 
Cour. Le préfet King Lien-chau, directeur des Télégraphes impé- 
riaux chinois, envoyait le 26 Janvier 1900 le télégramme suivant 
signé de lui et de 1231 résidents indigènes de Chang-Baï: 

«Quand nous avons reçu l'édit du 24 Courant, dans lequel 



L\ REVOLUTION EN CHI5R. 449 

TEmpereur propose d*abdiquer ^ à cause de maladie, nous fûmes 
stapéfaits, et les mandarins, la noblesse et les négociants de toutes 
provinces résidant à Ghang Haï devinrent pleins d*anxiété et dis- 
cutèrent la chose partout dans les rues. Cependant, nous vous 
télégraphions pour vous prier d*être loyaux et fidèles et en faveur 
de la nation d'implorer l'Empereur de ne pas songer à abdiquer, 
quoiqu'il puisse être malade, de façon que l'Impératrice Douairière 
dans son âge avancé, n*ait pas le fardeau supplémentaire de gou- 
verner un Empire désolé, et qu'ainsi les esprits de nos ancêtres 
puissent être en repos et le peuple vivre en paix». 
12«°^« Lune 26® jour. 

Eing Lien-chan fut obligé de fuir à Macao pour échapper aux 
conséquences de son acte de courage. Li Hong-tchang, alors gou- 
verneur général de Canton, réclama des autorités portugaises de 
Macao son extradition sous prétexte de détournement au préjudice 
de l'administration des télégraphes chinois de Chaug Hai. Eing fut 
arrêté le 25 février 1900. 

Le 4 Mars 1900, 80,000 chinois de Bangkok, adressaient à leur 
tour une protestation au Trône. 

Dans la visite du vieux Lieou Eouen-I, gouverneur général des 
deux Eiaug à Peking, celui-ci, à l'audience (Avril 1900) de l'Im- 
pératrice Douairière, lui fit entrevoir la possibilité d'un soulèvement 
du Sud. 

XII. 

Cependant, les étrangers sont avertis du danger qui les menace; 
ils se contentent de hausser les épaules. Les missionnaires plus 
expérimentés voyaient venir le danger; un père jésuite du Tche-Li 
me faisait part de ses craintes dès le mois de décembre. 

Nouvelle Cassandre, le correspondant de Tien-Tsin du Hong'- 
Kong Telegraph écrivait le 15 mai: 



450 HKURI CORDIKE. 

< L*impératrice douairière et toas ses favoris (les BoTears) les 
appuient ouveH^ment, car ils croient que leur aide leur sera d'an 
grand secours quand le mouvement commencera. Ils attendent seu- 
lement que le plan soit mûr, ou quelque «jour heureux» pour 
commencer les opérations. Aucune note n*a été prise de tout ceci 
par les Légations, et le prophète de malheur est tourné en ridicule, 
mais la force de la Grande-Bretagne est entièrement dédaignée à 
Peking, et Ton suppose les Anglais, trop lourdement occupés dans 
le sud de l'Âirique pour compter d'une façon sérieuse». 

Les mauvais présages ne manqueront pas non plus. Au mois 
de marc, deux parhélies avaient paru dans le Hou-Pé et les sages 
n'avaient eu garde de dire, faisant allusion à Peking, que le 
«Ciel n'a pas deux soleils». 

Enfin, le 20 mai, des placards sont aflSchés sur les murs de la 
capitale, annonçant le massacre des étrangers pour le premier jour 
de la cinquième lune. Les membres du corps diplomatique se déci- 
dent le 21 mai à adresser au Tsong-li Tamen une note collective 
reproduite dans les journaux. De nouveau, des gardes étrangères 
sont appelées à Peking, trop faibles pour les masses qui se prépa- 
rent à assaillir les Européens. 

Et comme le coup de tonnerre éclata à Tien-Tsin le 21 juin 
1870, Peking allait voir fondre sur sa colonie étrangère la plus 
épouvantable catastrophe qui ait marqué sa trace sanglante dans 
l'histoire des relations des peuples d'Occident avec ceux de FExtrSme- 
Orient. Comme à Tien-Tsin en 1870, les avertissements n'avaient 
nullement manqué à Peking en 1900; une fois de plus, le présent 
n'avait pas su tirer leçon du passé. 



DEUX DOCUMENTS INÉDITS 
TIRÉS DES PAPIERS DU GÉNÉRAL DECAEN ■) 



PAB 



HENRI COBDIEB. 



I. L'ambassade hollandaise dirigée par Titsingh à Peking, d'après 
nn missionnaire contemporain à la Chine (1794—1795). 

n. Récit par un Hollandais d'une mission russe au Japon (1804). 



L'ambassade hollandaise dirigée par Titsingh à Peking, 

d'après un missionnaire contemporain à la Chine. 

(1794-1795). 

Le promoteur d'une ambassade hollandaise à la cour de Peking 
à la fin du siècle dernier fut André Everard Van Braam Houckgeest; 
né en 1739 dans la province d'Utrecht, il avait servi dans la ma- 
rine de son pays, qu'il quitta en 1750 pour se rendre en Chine en 
qualité de subrécargue de la Compagnie des Indes Orientales hol- 
landaises. Van Braam, rentré dans son pays en 1781, se fixa deux 



1) Ces papiers sont consenrés à U Bibliothèque de la yiUe de Caen. Noos aTons d^à 
tiré de oe fonds one lettre de George III, roi â*Angleterre, à TEmperear Kia K*ing qui a 
été publiée dans les Aimalei iniematUmnia étEuiwre* — CoHçrh de la Hofe, No. 0, 
pp. 671—6. 

80 



452. HBNRI CORDIBR. 

ans plus tard dans la Caroline da Sud. La perte de quatre de ses 
enfants le décida à retourner en Chine comme chef du Comptoir 
hollandais à Canton en 1784. Van Braam nous raconte ^) que le 
2 avril 1794, il reçut la visite d'un envoyé du Tsong'tou ') venant 
lui demander «si la Compagnie des Indes hollandaises n'adop- 
terait pas ridée d'envoyer à Peking un député pour y féliciter 
l'empereur ^) à l'occasion de l'anniversaire de son avènement au trône 
que Sa Majesté allait célébrer pour la soixantième fois. Il ajouta 
que les Anglais, ainsi que les Portugais établis à Macao avaient 
manifesté l'intention de prendre part à cet événement remarquable; 
que la nation hollandaise, étant l'une des premières établies à la 
Chine, le Tsong-tou verrait avec une véritable satisfaction que la 
Compagnie eut un représentant à cette solemnité». Van Braam en 
écrivit au Conseil général de Batavia qui délégua à Peking Isaac 
Titsingh, son agent au Japon, comme premier ambassadeur, et 
Van Braam, comme second ^). Titsingh s'embarquait à Canton le 
22 nov. 1794, remontait le Eouang Toung et le Eouang Si jusqu'à 
Eaeou-Eiang, près du lac Po-yang; traversait le Hou-kouang, le 
Eiang-nan et le Chan-toung et enfin atteignait Peking le 10 janvier 
1795. Un mois plus tard, Titsingh^) regagnait Canton par Hang- 



2) Voyage de l'Ambassade de la Compagnie des Indes orientales hollandaises, Ters 
l'Empereur de la Chine, dans les années 1794 & 1796: Où se trouve la Description de 
plusieurs parties de la Chine inconnues aux Européens, & que cette Ambassade a donné 
l'occasion de traverser: Le tout tiré du journal d'André Everard van Braam Hoockgeest, 
chef de la Direction de la Compagnie des Indes Orientales Hollandaises à la Chine» et 
Second dans cette Ambassade.... Et orné de Cartes et de Gravures — Publié en Français 
par M. L. E. Morean de Saint-Méry. A Philadelphie, 1797—1798, 2 vol. in-4. 

3) Gouverneur-général du Kouang Toung et du Kouang Si. 
4») K*ien Long. 

5) L'ambassade comprenait encore le jeune Van Braam, comme gentilhomme, trou 
secrétaires, d'Ozy, Agie et De Guignes fils, gérant du consulat de France à Canton; nn 
chirurgien, Bleltermann; un horloger, Petit-Pierre, un maître d'hôtel, douze soldats, deux 
Malais et un certain nombre de cuisiniers chinois, plus trois mandarins. 

6) Isaac Titsingh, né k Amsterdam, vers 1740; f en février 18 12. 



DEUX DOCUMENTS IHEDITS, ETC. 



453 



teheou et Naû-tchaDg, après le plus complet iosuccès, qtii ïi*avait 
en d'égal que celai des Anglais* Il a?ait été impossible de faire 
admettre par les Chinois le âjstême du gouvernement des Pajë- Bas, 
et malgré toutes les peines prises, ils disaient toujours le roi de 
Hollande'^) au Heu du Stadhouder dont ils ne eompreuaient ni le 
nom ni la fonction. 

Nous trouverons expliquées dans le document que nous donnons 
aujourd'hui ^) les raisons du peti de succès d'une mission qui ne 
demandait rien d*ailletirs. J'attribue ce document au Père jésuite 
Jean-Josepb de Grammont^); je doute qu'il soit de l'abbé Nicolas 
Baux ^^) de la Congrégation de la Mission (Lazaristes), supérieur de 
la mission française de Peking, compagnon de De Guignes le fils 
dans son voyage d'Europe en Chine, qui fut le seul missionnaire 
européen avec lequel les Hollandais eurent l' autorisation de se 
mettre eu relations à Peking, les deux derniers jours de leur séjour 
dans la capitale. 

Copie d*une lettre d'un Misdonnaire de Peking a son ami à 
Canton. 

Peking 20 février 1796. '*) 

Yous souhaitez quelques Détails sur l'ambassade Hollandaise. 
Yoici en peu de mots tout ce que je puis vous en dire. 

Le 31 octobre t795 '*) on reçut à Peking la première nouvelle 
'de cette Ambassade* Le même jour on manda à la Cour tous les 



7) La ktlre de K*ieQ Laog éorit« en Mimdcliott» en Cbinoii ol en Lfttîtt porte dîna 
m dernier texte: Sin&rum Imperaiorù, $ttmc r^namiiët ^atticU ad JZ^^n SoUandinê, 
B) Pftpieri dû %i\ïit%l DEcaeD. 

9) Jeun Joseph du GramEnont, né &u cb&teaa de Qr«minoDt« oommana de Boac*^èreB, 
prèi Aaeb, 19 man» 17^5; amvf en Chbe en sept 1768; f \m% à Peking. 

10) NieolaA Raui, Atnté à Peking en 173&; \ dtas esHe vilk Le 16nor. lëOL Morean 
de Saint^Mérj rappelle contiaaellcment Maux, 
U) lire 1795. 
\%) lire 1794* 



454 HKKRI GORDIKR. 

missionnaires, à qni Ton fit les questions suivantes: «Ou est située 
la Hollande? est-elle fort éloignée de la France? est-elle en guerre 
avec ce Royaume? Quelle est la manière de s'habiller des Hollan- 
dois? de quoi se nourrissent-ils? leur pags est-il plus grand que 
r Angleterre?» Après ces questions, on leur montra les Dépêches de 
l'ambassadeur et la liste des présents qu*il apportait, le tout écrit 
en HoUandois, et sous une enveloppe très enjolivée. Ces Dépêches 
étoient accompagnées d'une lettre du Tsong-tou de Canton, qui 
avertissoit TEmpereur que l'Ambassadeur étoit disposé à observer 
en tout le Cérémonial chinois. L'Empereur et les Grands nous pa- 
rurent très contents de cette prochaine Ambassade et dès lors per- 
sonne ne douta qu'elle ne dût parfaitement réussir. Le 10 janvier 
1796 ^'), l'Ambassadeur arriva à Peking avec toute sa suite ^*). Ils 
ne furent pas logés aussi magnifiquement que les Anglois. Mais 
leur hôtel, d'ailleurs assez commode, étoit plus à portée et plus 
près du palais Impérial. Le lendemain de leur arrivée, l'Empereur 
devoit aller de grand matin voir l'Exercice des glisseurs sur la 
glace, il voulut qu'ils se trouvassent à son passage. Ils s'y trouvè- 
rent; ils lui firent de loin leur Révérence, et puis s'en retournè- 
rent prendre un peu de Repos, dont ils avaient tous grand besoin. 



18) lire 1795. 

14) L'Itinéraire de l'AmlMuade marqae bien le 10 jan?ier 1796 comme date de rarri- 
fée à Peking ; voici l'hôtel : « Noos ravons trouvée [la maiaon] passable et aases bien di^ 
posée, mais à la Chinoise; c*e8t4-dire, toate divisée en petits appartemens, et de plot mal 
balayée, et couverte de poussière. Dès que chacun de nous a su quel appartement il devait 
occuper, les domestiques ont été employés à les rendre plus propres, en netloymiit les 
planchers et les bancs. Nous avons fait mettre des nattes sur ces premiers qui sont de 
pierres; mais eu attendant nous étions très-douleureusement affectés du grand froid, et 
quoique nous marquassions toute notre sensibilité à cet égard, il a fallu un siècle pour 
obtenir un peu de feu, et pour avoir les choses les plus nécessaires. On a montré de 
rembarras pour trouver chaque chose, et sur ce que nous avons témoigné de l'étonnement 
de ce manque de préparatifs, on s^est excusé sur ce qu'on ne nous attendait pas avant la 
nouvelle année». (Van Braam, I, p. 136.) 

De Guignes marque comme date de l'arrivée k Peking le 9 janvier à 7 h. 4^ dn soir. 



DEUX DOOUMINTS TIfEDirS, KTÇ. 



455 



Car ils araîent fait comme ils vous Tauront sans doute conté eux^ 
mêmes, ao voyage si précipité^ si incommode et si pénible, qu'ils 
étaient tous haletants, saua force et sans ?igaeur a leur arrivée. 
Le même jour FEmpereur leur envoya un gros et excelleut poisson 
de sa table **)» Le jour d'aprèd, ils furent mandés à la Cour par le 
ministre qui voulait les voir* 

Les jours suivants, jusqu'au premier de 1 an Chinois *®), ees 
Messieurs restèrent avec leurs gens, enfermés et gardéa dans leur 
hôtel, sans avoir la liberté d'en sortir; ils agirent, nous agîmes, 
de notre côte pour avoir la permission de nous voir, tout fut in- 
utile. Les Interprettes chinois qu'ils avaient amenés de Canton, 
avaient déjà tout brouillé par leurs propos inconsidérés. 

Enfin le 1®^ jour de Tan chinois, qui répondait au 21 Janvier, 
la prison 8*ouvrit; Son Excellence et quelques M^^ de sa suite 
sortirent de grand matin pour aller à la Cour faire ensemble avec 
tous les envoyés des princes tributaires^ la révérence d'Etiquette à 
TEmpereur *'). Cette révérence se fait dans nue vaste cour au fond 
de laquelle est placée la salle du trône Impérial; dès la pointe du 
jour, les princes du sang, les Grands de TËmpire, les ministres 
d*Etat se rendent dans la salle; les grands mandarins de tous les 



15) cil janriêr. — S» Mijoat* a envoj^, ptr d«m pHncip^qt Mandirififl, un superîw 
(itturgeoi] en prient h. r&mb&imdeur, U a m moi m douxe pie^li à^ long «t fha deai 
een» livret^ il eit abialumFDt gelé. Cett k mArtjiie d'atie faveur dmmguée, puisque oo 
poiflâon esl r^rvé à TËmperearj, et qae ceux de seâ fâvoria qui eti mangent le reçûivent 
d« kî. Od D'à pas manqué de noua eiter taules cei partknbritéa, ei â*j t^antor qae S* 
Majetie nom traite plus favofallement que le» Anglais feuu» Tannée dernière, puî»qu'ïla 
n*oiit jamais feça de luî quelque chox d*auisî marquant. D*aprè4 la coutume du paj», aon 
ËicelLeace et mot noua avona Cait h mXnt d'honneur ^ P^mpcreur pour exprioser notre 
rec^nuÛBadiDce et de ton atteation et de son magnifique prêtent». (Van Braam» I, p, 139.) 

16) En 17^5 le premier jour de t'an chiuoiB fut bien le mercredi 21 janvier. 

17) Cette eërémonte est marquée le 11 jauTier ptr Van Branm el non le 12; en voir 
le récit dani Van Braam; les HolUudnii flretit le K<hi*e9ttt atijet de diaecrde sveo lea en- 
Tojé* enrop^Dfl: «Alora noua Hmee tou4 le iaïut d'honneur en b»iaianl troia foia h tfite 
jnaqn'i terre, & trois diiïéreiitet repria^n. (I, p. 143). 



456 HBKRI 00RDI8K. 

Tribunaux, les mandarins inférieurs, les envoyés de Eorée, du 
Tong-king, du Lieou-kieou, du Thibet, et autres Etats, se rendent 
dans la cour, où ils sont placés chacun selon leur rang. Un Héraut 
annonce Tarrivée de TEmpereur et le moment où il s'asseoit sur 
son trône. A Tinstant même toute cette brillante et nombreuse 
assemblée fléchit les deux genoux et fait trois inclinations profondes 
jusqu'à terre; elle se relève une seconde fois, fléchit encore les 
genoux et répète les mêmes inclinations. Après cette cérémonie 
chacun se retire. Quelques jours après, ces Messieurs assistèrent i^ 
3 ou 4 diners d'Etiquette que la Cour donne à tous les envojéa. 
L'Ambassadeur Hollandais, dans tons ces derniers, étoit placé au- 
dessous de l'envoyé de Eorée. 

Le 15 de la V^ lune chinoise (le 4 février) on tire tous les 
ans, pendant trois jours consécutifs, de très beaux feux d'Artifice 
dans les Jardins de l'Empereur, appelles JWn-fmn^-yu^n. L'Empe- 
reur voulut que ces M^ y assistassent, la veille de ce jour, on les 
conduisit à un grand village, appelé Hai^iien ^') à deux lieues de 
Peking et assez près de ces jardins; là on leur avait préparé un 
petit hôtel, d'où on ne leur permettait de sortir que vers les 4 
heures du soir pour se rendre à Tuen^ming^ifuen. Après ces trois 
jours de réjouissance, l'Empereur donna ordre qu'on fit voir à ces 
M^ Ouan^cheu-chan ^^) autre jardin de plaisance un peu plus éloigné 
de Peking, et il nomma deux grands mandarins de sa cour pour 
les y conduire, le 19 ils revinrent à Peking et le lendemain ils 
reçurent les présents de l'Empereur et sa Réponse à leurs Dépêches, 
ce qui fut pour eux comme leur audience de congé. Le jour de 
leur retour fut fixé au 26 de la même lune. Comme j'avais été 



IS) Le SO jan?ier 1795 on les condaiiit «dans an liea appelé HoiHm, lîtoé à dix li 
de Taen-ming-jnen ». (Van Braam, I, p. 216). 

^^) m 19 @ r»e» Mtii^-yiMM. — !j|| ^ |1| ro» eheau efum, prit dn pio- 
chent; occapéB par les AlliÀ lors de l'expédition de 1860. 



DEUX DOCUMENTS IHEDITS, ETC. 



457 



aferti que Son Excellence et M'' Van Braam avaient eu la bonté 
de nons apporter quelques promions aree quelques lettres de uoa 
amis. Je présentai une 8iipplique, en vertu de laquelle il fut perniia 
à M* Raux d'aller remercier cas Mess^^. Ce ne fut que le jour même 
de leur départ {c*est-à-dir6 le 15 février, que noua reçûmes et les 
lettrée et lee provisions qulls avoient pour nous). Quel triste mo- 
ment pour uaoi de les voir partir s»ns pouvoir leur faire mes adieux. 
Si cette ambassade n'a pas mieux réussi, en voici les raisons; 
V* Son Excellence n'aurait pas dû venir ici dans le tems de la 
première lune, par là elle aurait évité d^êtra confoudue avec les 
envoyés des autres Etats et aurait attiré toute Tatteution du Qon- 
vernement; 2°. on n*aurait pas dû amener ces interprètes chinois, 
qui ne pouvoient rendre aucun service^ parce qu'ils sont toujoura 
timides devant les mandarins, et qui ont avili ces M^^ par bien des - 
propos indiscrets sur les affairée de Canton; ce sont eux qui ont 
été la cause de cette espèce de captivité où on les a tenus; 3°. le 
mandarin qui a été chargé de cette ambassade était un orgueilleux, 
un ennemi des Européens, sans humanité, sans politesse, lequel peu 
de jours après la départ de ces Mes^^ a été cassé de son emploi. 
Malgré le peu de succès de cette ambassade, il est certain que 
Mes^^ les Hollandais ont laissé ici la meilleure réputation, et que 
même après leur départ TEmpereur lui-même a fait plusieurs fois 
réloge de leur modestie, de leur modération et de leur politesse. 
Au reste Tuoique objet de cette Embassade était de venir à Peking 
faire la Cour à TEmpereur et lui offirir des présents; elle n'avait 
ni plaiotes à faire ni grâces à demander». 
m n est intéressant de rapprocher de Topiuioa des missionnaires, 
celle de De Guignes le fils **'), qui, avec le jeune français Agie, ser- 
vait d'interprète à Titsingh: 



iO) Voyages a Peking, ManîU» et lllc de France, faîli dam riotenralle ds« mnêé» 1784 
k ISOl, pir M. de GiiigneB, Ketident de FraDC« à 1a Chiat, &îitché la Miniit^re des H«- 
Utiona eït^riearea.... A Pârii, de rimpriinerie impériale MDCCCVIII, 3 voL iu-S, 




458 H-BNRT CORDIBR. 

«C'est de cette manière que se termina une expédition entre- 
prise, d'après l'insinuation des mandarins et sur-tout de M. Van- 
braam, pour complaire uniquement au Tsong-tou de Quanton, 
lequel auroit dû, par conséquent, en être reconnoissant et recevoir 
avec plus de distinction l'ambassadeur à son retour de Peking. 
Mais les Chinois croient fiaire un grand honneur aux étrangers en 
les faisant jouir de l'insigne faveur de rendre leurs respects à 
l'empereur. Un édit relatif à l'ambassade, et l'exemption de droits 
pour le navire qui avoit amené l'ambassadeur, leur parurent plus 
que suffisans pour dédommager les Hollandois des peines et des 
dépenses qu'ils avoient supportées. Les mandarins, d'ailleurs, 
n'ignoraient pas que l'ambassade Hollandaise ne venoit pas directe- 
ment d'Europe, mais étdit expédiée setdement de Batavia: cette 
connaissance et leurs opinions défavorables pour tout ce qui tdent 
à l'état de marchand, durent donc leur donner une idée moins 
avantageuse de l'ambassade, idée dans laquelle ils furent confirma 
par la vente de plusieurs montres pendant le voyage, vente faite, 
il est vrai, à l'insçu de l'ambassadeur, mais qui cependant étoit 
impolitique, ou pour le moins, très-inconséquente; tant il est vrai 
que, dans une entreprise aussi importante, quel qu'en soit le motif, 
on doit éviter de faire tout ce qui peut avoir la plus l^re ap- 
parence de trafic, sur-tout chez un peuple qui n'honore point le 
commerce. Quoique, par ses manières franches et loyales, sa con- 
duite généreuse, soit dans la route, soit à Peking, M. Titsing se 
fftt attiré l'estime des grands mandarins, il ne réussit pas néan- 
moins à les faire changer de sentiment, et il est aisé de s'en con« 
vaincre par ce que nous éprouvâmes, principalement à Quanton. 
Envoyer une ambassade chez un peuple étranger est une chose 
fort simple, mais bien choisir l'ambassadeur n'est pas aussi facile; 
et puisque les Hollandais en avoient trouvé uu accoutumé aux 
usages et aux moeurs des Asiatiques, et habitué à traiter avec eux. 



DEUX DOCTIHBIJTS INEDITS^ ETC. 



4&9 



il étoit iuatile de lui associer un Recond, qui arec de Tesprit et de 
ramabilîté, n'avoit nulletneat le caractère ferme, et propre à la 
place qu'il i^empUssoit, 

«Si, comme on Ta tu, les Chinois traitent un peu lestement les 
étrangers qoi entrent à la Chine, néanmoins ils reillent à ce qu'il 
ne leur amye aucun accident, et s'assurent âur-tout qu'ils sont 
sortis de leur empire; aussi M* Tit^ing, à son départ de Quauton, 
après avoir pris congé du Tsong-tou et des priocipaux mandarins, 
fut-il accompagné juaqn^à Macao par trois officiers, et lorsque je 
m'embarquai, en janvier 1796, les marchanda en prévinrent le 
gouTemementi par la seule raison que j'avois été k Peking*, (De 
Guignes, VoyiigeB à Peking^ II, pp. 143 — 146). 

Nous donnons également les raisons qui ont causé Tinsuccès de 
Fambassade de Lord Macartoej suivant le même P. de Grammont: 

« Vous serez peut-être curieux de savoir la raison d'un accueil si 
peu favorable et si extraordinaire: la voici en peu de mots. Ces Messieurs 
comme sout tous les étrangers qui ne connaissent la Ohîoe que parles 
livres, ignoraient le train, les usages et Tétiquette de cette Cour et pour 
surcroît de malheur, ils avaient amené, avec eux, un interprête Chinois 
encore moins instruit» lequel a été cause, an grande partie, qu'ils n'ont 
jamais pu obtenir d'avoir auprès d'eux un Misâionnaire Européen 
qui pourrait les instruire et les diriger* De là il est arrivé 1*. qu'ils 
sont venus ici sans apporter aucun préseut, ni pour les Ministres 
â*Etat, ni pour les Fils de rEmpereur; 2**. quils ont manqué au 
cérémonial du pays dans leur salut fait à l'Empereur, sans pouvoir 
en expliquer la raison d'une manière satisfaisante; 3^. qu'ils se sont 
présentés sous des habits trop simples et trop ordinaires; 4^. qu'ils 
n'ont pas eu soin de graisser la patte aux différentes personnes qui 
avaient soin de leurs affaires; 5^, qu'il manquait à leur demamle le 
stjle et le ton du pays. Une autre raison de leur mauvais succès, 
et, selon moi la principale, ce soiii les intrigues d'un certain Mis- 



460 HBNRl COBDIBR. 

sionnaire [Joseph Bernard de Almeida], qui, s'étant imagiué qae 
cette Ambassade nuirait au commerce de son pays, n*a pas man- 
qué, en conséquence, de semer bien des propos défiavorables à la 
nation Anglaise. 

Ajoutez à tout cela que l'Empereur est vieux et qu'il y a des 
cabales partielles et des artificieux dans tons les pays. D'ailleurs 
tous les Grands et les Favoris de l'Empereur sont avides de présens 
et des richesses» *'). 

Ces documents montrent quelles étaient les difficultés imprévues 
que rencontraient les étrangers dans leurs relations avec la Chine. 



n. 

Récit par un Hollandais d'une mission russe au Japon 

(1804). 

A plusieurs reprises, les Russes avaient essayé par la Sibérie 
d'établir des relations avec le Japon. On sait que l'Empire du 
Soleil-Levant était complètement fermé aux étrangers, sauf aux 
Chinois et aux Hollandais depuis le milieu du XVII® siècle. 
Encore ces derniers étaient-ils cantonnés dans l'îlot artificiel de 
Deshima, créé en 1635 dans la baie de Nagasaki. Vers 1780, on 
navire de commerce japonais fit naufrage à l'île Amtchitka, une 
des Aléoutiennes: l'équipage et son commandant Rodàï furent sauvés 
et conduits à Irkoutsk, où ils résidèrent pendant une dizaine d'an- 
nées. L'impératrice Catherine pensa alors qu'on pourrait profiter du 
renvoi de ces Japonais chez eux pour établir avec le gouvernement 
du Shogoun des relations commerciales. En conséquence, le général 
Pihl, gouverneur général de la Sibérie, reçut l'ordre de choisir comme 



21) Dans Van Braam, II, pp. 417—418. 



DEUX COCUMJSKTS INEDITS, BTC, 



461 



'envoyé au Japon une personne plutôt d'un rang inférieur, porteur 
de prégeuts eti son uom (à lui Pîhl) et uon eu celui de Tlmpéra^ 
trice; eu outre, le commaudaut du na?ire employé dans la circou- 
stanca ue devait être m hoUaudais ui anglais. Par suite de ces 
ordres, le gouverneur Pihl choisit comme envoyé le lieutenant 
Laxman, qui e'embarqua eur le transport Catharina, commandé par 
le pilote LovzoVt qui fit voile d^Okbotsk pour le Japon eu automne 
1792. Je traduis ces détails presque litératemeut de la relation de 
Golovniu. Laxmau débarqua sur la côte Nord de Tîle de Teso, et 
passa rhiver dans le petit port de Nemuro. L'été suivant, se con- 
formant au désir des Japonais, il entra dans le port d*Hakockte, 
au Sud de Yeso, d'où il se rendit par terra à Matsumaï (Foukou- 
yama), à trois jours à TOuest d'Hakodate, près du Tsugarou seto, 
qui sépare Teso de Hondo. Laimau ouvrit li avee les fonctionnaires 
japonais envoyés de la capitale des uégociations, à la suite desqueUes 
le gouvernement shogounal fit la déclaration suivante; 

L «1^ Quoique les lois du Japou ordonnent que touâ les étrangers 
qui pourraient débarquer à n'importe quel point de la côte du Ja- 
pou, le port de Nagasaki excepté, seraient faits prisonniers et con- 
damnés à la détention perpétuelle, ces châtiments infligés par les 
dites lois ne seront pas mises en force contre les Russes dans le 
cas présent^ car ils ignoraient Texiateuce de ces règlements et ils 
ont amené arec eux des sujets japonais qu'ils ont sauvés sur leur 
propre côte; et il leur sera permis sans délai ou molestatiou de 
retourner immédiatement dans leur pays, à la condition toutefois 
qu'ils ne s'approcheront de uoaveau d'aucune côte du Japou, ex- 
cepté Nagasaki, même si des sujets japonais étaient jetés sur la 
côte de Buasie, autrement la loi serait appliquée dans toute sa 
rigueur. 

■ «2° Le gouvernement japonais euToie s^ remercîmeuta pour le 
transport de ses sujets dans leur pays; en même temps^ il donne 




462 HBNRI CORDIBB. 

avis aux Russes qu'ils peuvent, soit les laisser, soit les ramener 
avec eux comme ils voudront; car suivant les lois japonaises ces 
gens ne peuvent être retenus de force, puisque ces lois déclarent 
que les hommes appartiennent au pays dans lequel leur destinée 
peut les avoir jetés, et dans lequel leurs vies ont été prot^ées. 

«3° Au sujet des négociations pour des arrangements commer- 
ciaux, les Japonais ne peuvent admettre aucune relation de cette 
sorte, excepté dans le port de Nagasaki; pour cette raison, ils 
donnaient à Laxman pour le présent, simplement un certificat 
écrit sur la production duquel un navire russe pourrait entrer 
dans ce port où se trouveraient des officiers japonais munis de 
pleins pouvoirs pour traiter plus amplement avec les Busses de la 
question». 

«Ayant reçu cette déclaration, continue Golovnin, Laxiiaan 
retourna à Okhotsk en automne 1793; de son récit, il parait que 
les Japonais traitèrent les Russes avec la plus grande civilité et 
courtoisie, leur témoignèrent toutes sortes d'honneurs conformes 
aux moeurs du pays, entretinrent à leurs propres frais les officiers 
et Téquipage pendant tout le temps qu'ils restèrent sur les côtes 
japonaises, les munirent à leur départ de toutes sortes de provisions, 
pour lesquelles ils refusèrent aucun paiement, et leur firent des 
présents variés. Laxman regrettait que par suite de rexécution 
rigoureuse des lois, les Japonais ne voulurent jamais leur permettre 
d'aller librement dans la ville, mais les gardaient constamment. Je 
ne puis deviner, termine Golovnin, pourquoi l'Impératrice, inuaé- 
diatement après le retour de Laxman, n'envoya pas un navire à 
Nagasaki; probablement, le commencement de la Révolution fran- 
çaise qui, à cette époque, troublait la paix de l'Europei lui fit né- 
gliger cette occasion». 

La nouvelle mission russe fut celle du célèbre marin Adam 



DBUX DOCUMENTA INEDITS, IfiTC* 



463 



Tfeaii de Kruseiisterii *^), montant la NadieJÉda^ et accoiupagué de 
lia Nêvaj commaodée par LUiausky, partie de Cronstadt le 26 Juin 
1803. Oa n'eet pas ici le liea de raconter le vojage si interâssant 
H de KruseuBtern. Armé aux îles Sandwich, il se sépara de LiBiaosky 
qui se dirigea vers rAmérique rusâe, pendant que lui se rendait au 
Kamehatka» De ce dernier paya, Kruseuetern gagua le Japon. 
EruseD^tern a?âit a?ec lui le chambellan de Resanov qui devait 
aervir d ambassadeur, mais qui chercha raiuement à entamer des 
négociations. Aucun vaisseau rusae n*eut le droit de s'avancer 
désormais sur les cotes du Japon, et même, si par hasard, des 
Moscovites j échonaieuti ils devaient être rapatriés de Nagasaki en 

» Eu saie sur des vaisseaux hollandais^ et les Japonais naufrage 
devaient être remis aux Hollandais qui lea renverraient dans leur 
pays par voie de Batavia. 
P Resanov reçut le 4 Avril 1805 la réponse négative aux demandes 
formulées dans sa lettre de créance envoyée à Yedo. Erusenstern 
^mettait à la voile le 18 Avril 1805. La mission de Reaanov avait 
donc complètement échoué. 

(Le document que nous donnons aujourd'hui, avec presque toutes 
ses fautes^ est le court récit de cette mission, fait dans sou passage 
à rîle de France, par le hollandais £. Van Lawick Van Fabst, sur 
la demande du général Cbmte Decaen, capitaine-général et gouver* 
neur eu chef des Etabliasements français à FEst du Cap de Bonne 
Espérance* Il fait partie des papiers laissés par le célèbre général 
m h la ville de Caen, dont il était originaire ^^), 



S2) Né en Ettbo&ie, en 1770, mort à llevel eu 1349. 
L S3) Ch&Hce Mithieii Tiidore. comte Decaeo, général freBçait, né k Cêkû 1g 18 avril 
IÎ69; f à Ermotit datis la vallée ùt Montniorcncj, le 3 icpt ISSl; gênéni de diviiîoi 
en ISOO ï nommé eu 1802 par le premier i^onsaU ca|ïitaiae-générat des [joase&sioua françaises 
à t'iîit du Cap de Bonne Espérance, il partit de Bre«t av'ee l'amiral Iiinaia, le fi mira 
1803; U fut le tlernier gouTerriear français de Maurice; il avait remplaeé Magallon 
iADlorlièra. R.-T. Farqubar fat le premier gouverneur anglâit (ISIO), 




464 HBNRI OORDIBR. 

1806. 

A Son Excellence De Gaen, Capitaine général et 
Gouverneur et Chef des Etablissements firançais à TEst 
du Cap de Bonne-Espérance. 
Mon Excellence! 

Ayant été informé par Monsieur Monistrol, le commandant de 
la place, du désir que vous avez d*ayoir quelques instructions sur 
la manière que TAmbassadeur Busse ^*) a?ait été reçu dans Fisle 
du Japon. 

Je me ferois un vrai devoir de ?ous donner toutes les instmc- 
tions qui c'est passé pendant mon séjour sur ces articles. 

Le 2® de Novembre 1804 le vaisseau Busse ^^) qui fut destiné, 
par son gouvernement, à quelque voyage important, soit pour des 
découvertes, ou pour pouvoir traiter avec les Japonais, aborda dans 
cette isle; lorsqu'il y parvint, les naturel du pags le signala par le 
tél^raphe des pavillons, qu'un bâtiment abordait sur leur côte. 

Très étonné de voir un pa?illon qu'il ne reconnoissait pas pour 
celui de Hollandais avec lesquels ils traitent continueUement, de 
suite ils envoyèrent plusieurs petits bateaux, le tout bien armé, afin 
de savoir ce que vouloit ce bâtiment. 

Lorsqu'ils virent que ce bâtiment cherchait à mouiller, aussitôt 
on lui ordonna de jeter son ancre à fond; ce qui fut exécuté dans 
le même instant; aussitôt il fut expédié un bateau iK>ur avertir le 
gouverneur de Nanga^Zacké qu'un bâtiment de tout autre nation 
qu'un Hollandois étoit mouillé dans les isles; aussitôt le gouverneur 
ordonna d'armer un nombre de barques, ce qui fut exécuté sur le 
champ, et le bâtiment Busse fut gardé soigneusement afin de ne 
pas communiquer avec qui que ce soit; au même instant le gou- 
verneur, expédia une commission d'un chef du paigs, celui de la 



24) Resanov 



2»4} Kesanov. 

25) La Nadiâjeda, commande par Krasenstern. 



BIUI DOCtIMBHTS INEDITS, ETC, 



465 



factorerie Hollandoie ^% et moi qui fua prié d'aller à bord de ce 
bâtiment pour y traduire la langue et les demandes de ee bâtiment; 
il me fit couualtre ses intentioua et ceUes de aon maître l'Empereur 
de Russie qui a voit pour objet, de pouvoir obtenir uu traité d'alliance, 
d'aniitié et de commerce. 

Je lui observois qu'auparavant de parler de cela, qu'il falloit 
qu'il se soumit aux usages des moeurs du pa^8, qui étoient de 
mettre exactement tout ses armes, poudre, boulets et balles à terre. 

L'Ambassadeur Busse à mes observatious me dit qu'il ne le 
pouvoit pas se soumettre à une pareille demande, vu qu'il représente 
sou sou?erain Maitre Empereur de Russie, après beaucoup des 
sollicitations que je lui fit de se conformer aux usages du pays ou 
qu'il seroit contraint de repartir, il y consentit, sur la condition 
qn*il demandoit au gouverneur comme représentant rEmpereur de 
Russie qu'on lui permettrait de porter son Epée ainsi que ses deux 
premiers officiers et les douze fusils pour sa garde d'honneur, ce 
qui fut accordé avec l'approbation du gouTerneur; aussitôt le bâti-* 
ment fut remorqué par plusieurs bateaux du pags, pour le mettre 
dans un endroit qui lui fut destiné, et hors de toute communication* 

Quelle fut ma iurpriae le lendemain de voir un nombre prodi- 
gieux de bateaux armés et plus de 20,000 hommes armés aussi, 
campés sur les montagnes afin d'empêcher les gens de ce bâtiment 
de descendre à terre daus le cas ou ils auraient eu Tintention de 
commettre quelques hostilités. 

Les crédentialfl de l'Empereur de Russie furent aussitôt expédiées 
à la Cour à Jedo ^^) après bien des instances de les remettre à 
lui-même comme ne pouvant pas pénétrer dans le pa^s sans un 
ordre de la Cour, ce qui le contraignait à les remettre. 



2fi) H. Doeff, mccetsenr depuis 1804 de W. Wardcnaâr; le deriimr résident hollmdttîi 
k Desbima fat J, H* Dqaker Cortiui, nommé an 1S&2. 

21) CiipiUle dit shogoan qa! ^Uit ators Ije-narî kÔ (1787— ISS?); le mikado (fempe- 
feuT) ràlâait à Ikyottii c'était Kue-liito (Kokaku ToniiQ) (1780^1316). 




466 HBNBI OOBDIBB. 

L'Ambassadeur se trouyant malade et obligé de pouvoir descendre 
à terre, demanda au gouverneur la permission de descendre, ce qni 
lui fut accordé; aussitôt on lui destina une petite isle qui n*était 
pas habité, avec la permission d'y rester une heure; et gardé à vn« 

La veille de notre départ qui fut le 9® novembrci nous reçûmes 
ordre de ne pas parler ni communiquer en passant avec le bâti- 
ment Busse; quelle fut notre surprise lorsque nous fUmes sona 
voile de voir les Busses nous souhaiter un bon voyage; — Aussitôt 
le vent vient contraire et nous oblige à mouiller, les naturel du 
pags qui avaient vu à bord du bâtiment Busse beaucoup de cris, 
c'est alors où les naturel du pa^s vinrent avec beaucoup d*embar- 
quations nous entourer pour savoir ce que ce bâtiment nous avoient 
dit. Nous leur explicâmes que le bâtiment nous avoit souhaité en 
passant un bon voyage, aussitôt, comme le bâtiment étoit devant 
nous, pour nous oter tout soupçon qui pourrait avoir, il mène le 
bâtiment Busse entre les deux batteries nommés l'Empereur et 
l'Impératrice, quoique ces bastions ne sont autre chose que des 
palissades en terre sur lesquelles il y a des toiles clouées et peintes 
en forme d'embouchure de canon. 

Voici tous les renseignements, mon Excellence, que je pais vous 
donner pendant mon séjour où je me trouve au Japon avec les 
bâtiments Busses. 

Comptant partir samedi, voudriez-vous m'indiquer une heure où 
je pourrois avoir l'honneur d'aller vous présenter mon ELespect et 
en même temps de me charger de vos paquets si vous en avies. 

J'ai l'honneur d'être avec le plus profond Bespect, 
Mon Excellence, 

Votre très humble et très obéissant serviteur, 
E. Van Lawick Van Pabst. 

Isle de France, ce 2® de Janvier 1806. 



DBUX DOCUMENTS INEDITS, KTC. 467 

Nous ne parlerons pas des missions russes suivantes, voyage de 
GhwostoY aux Kouriles, ni de celui de 6olo?nin en Ayril 1811, sur 
la Dûzfia, et de la captivité de cet officier chez les Japonais ^'). 



2S) Narrative of my Captivity în Japan. daring the yean 1811, 1812 & 1818; with 
Obserrations on the Coantry and the People. By Captain Golownin, K. N. To which is 
added an Àocoant of Voyages to the Coaata of Japan, and ofNegociations with the Japanese, 
for the release of the Anthor and his Companions, by Captain Rikord. London: Henry 
Colbnm, 1818, 2 yoI. in-8, pp. ly— 802, 848. 



81 



MÉLANGES. 



» ♦ « 



First introduction of Tea into Holland 

BY 

G. SCHLEGEL. 



In my review of Dr. Bretschneider's '^History of EoropeaD 
Botanical Discoveries in China" {T^oung-pao, Vol, X, p. 86), I gave, 
wifch diffidence, as the probable introduction of Tea into Holland, 
the date 1650. 

Thanks to the kind researches of Mr. 6. P. Boupfabb, firom 
the Hagoe, I am now enabled to fix this date more precisely. 

According to a long note commanicated to this gentleman by 
Mr. H. T. CoLBNBRANDBR, Adjunct Archivist of the Netherland's 
States-Archives in the Hague, mention is made in a bill of lading 
of the year 1650 — 1651 of an import of japanese tea to Amster- 
dam, nnder the name of Thia (read Tchia = cha^ the japanese 
pronunciation of the chinese character ^). Mr. Colenbrander, 
however, remarks that this is not necessarily the oldest mention 
of the introduction of tea into Holland; and, in fact, in a letter 
written by the 17 directors of the E. I. Company to the Govemor- 
General in council of Netherlands-India, dated January 2, 1637, it 



18 Sftïdî ''Ah the tea begias m corne ïnto ose with some people, wb 
expect some jars of Chinese as well as Japaoese tea with ail shipâ'' *), 

From the DescripfdoD of Japao by François Carou (Amsterdam 
1648), who was ehief of the Factory at Nagasaki from 1638 — 1641, 
it appears that the Japanese preserved their tea in jars which were 
hermetically pasted up. When wantiog to drink tea, the Japanesa 
groond it in a sort of mill resembliog the datch mtistard-milla, 
threw ahoat the point of a knife full of this dust into a stone cap, 
poured boiliog water upon it and stirred it with a bnish, till (the 
âuid) iurned green, when they gipped it as hot as possible. 

When drank very strong at night, it was conâidered to be very 
healthy and poor people saîd: *^how should this man not he healthy — 
be driuks of the best Tchia" *). 

Accordîng to Mr, Colenbrander tea seems to bave been importée! 
on a large 8€ale aboot 1667. In the Général message of 25 January 
of that year, the Governor-General in council wrote: 

*'As laat year a considérable qnantiiy of tea has been enforced 
upon onr people in Hoccien, mnch against their wishes, and as we 
do not know what to do wîth this great qnantiiy in onr conotry 
(i. e. India), we ha?e resoWed to send a goodly part of it to the 
Fatherland" '). 

This, Mr. Golenbrander observes, doee not exelnde the possibility 
that small qnantities of tea were already brought as a curiosity to 



1) "Alaoo den Toc b^j iommîge Tnt gebro^ck begînt te comen BiHIeD met aile Mbcpon 
tùo va a Cbioete sis Jnpante cemps potten Tt3rwmçhteii*\ Mr. Leape (BrjdragiM) Tmb bet 
Kqd. lastitaut voor de Taal-, l^nd- en Valkenkaiide van NedcrL In4iè, ye»r 18Î8, p. 37T) 
bu t9Tj incorrectlj qaoitd IbÎB tUtemeiït* 

2) Thift teit, Mr, Hcmffftar obaervBs, wns already pnnted much car lier m 1645 and 1646, 
and U reproduccd in VoL II of De Jonge 5 ''Begin eade VcKirtgikEig etc.*' a» tbe lait part 
of tbe XXIst article. 

3) âUoo de ODW îo Hoccîea (Fab-kian io Chiaa) verkden jaar, fj:eDoeg tcgea dâuck^ 
^cMte partie Cbïnoeaebe tbee ty opg^ ronge», daar w^ <im de grootc qiiaatit«jl bier te 
laadc qualijck wcg met iretea, aoo bebheo oo*:k goet gevoûdea^ daar cen gtwt de«l vaa 
aoe 't Taderlind te sesden {Fid. De Jonge, Opkomtt etc. Vol VI, p. 107). 




470 H^LANOSS. 

Holland in former times. Bat the first import doeal not seem to 
bavé been very considérable as appears from the résolution of the 
17 directors of Âpril 24, 1668 running: ^^that when henceforth 
some diamonds, pearls, tea or sachlike wares, consigned to the 
Ghamber of Zealatid, or to any of the four lesser chambers, arrive 
from India, they will be sold for trial in public auctiou in Amster- 
dam during one year, as in gênerai the largest confluence of bayers 
and thus the highest marketprices are to be found there*' *)^ 

In the demand for 1670 tea is not yet mentioned, and it was 
only in 1685 that the Company takes more interest in tbis article. 

In the letter of the 17 directors of .April 6, 1685 to the 
Governor General in council, it is said: 

^The tea, which is now imported in so large quantities by 
private persons, and is presented to some people as also to gentlemen 
of merit and honor, and such in so large quantities of boxes, bottles 
and canisters, that it passes ail measure, we bave resoWed that 
henceforth it will be considered as an article of commerce, specially 
reserved to the Company alone, and that therefore after ihis to 
nobody, whosoever it may be, it may be forwarded or brought to 
even as lining (stuffing), on the penalty of confiscation and such 
other mulets (fines) as we will deem proper to impose; for tbis 
reason we hâve resolved to augment the demand, lately made by 
us, to twenty thousand pounds, on condition that it be good, fresh 
tea and packed up in such a way as we bave ezposed in our demand; 
for as we bave formerly written, tea deteriorated by âge and bad 
tea are naught worth any money*' ^). 



4) Dat wanneer nae desen eenigc diamanten, peerlen, thee, of diergeiyke waercD, aan 
de Camer van Zeelant, off een van de vier cleyae Cameren geconsigneert, nyt Indien so lien. 
overcomen, dat men deselve tôt een preave voor een jaar in de pubiyoque frendne tôt 
Amsterdam sal laeten vercopen, daer doorgaens de meeste conflaentie ?an ooopluyden, en 
salx de hooghste merckt te bereyken is". 

5) De thee die althans in aoo groote menighte bij particoliere wortovergebracht,t>ock 



m£lakgb8. 471 

Tea must hâve been known in HoUand long before 1667, for 
Dr. NicoLABS TuLP mentions it in his Observationes medicae^ published 
in 1641. 

In England a iax was put on tea in 1660 by the british 
Parliameut; bot the first import by the East-India Company dates 
^nly from the year 1669 •). 

The generally received story is that Lords Arliugton and Ossory 
were the first to introdace tea into this country in 1666 from 
Holiand ^). 

The first mention of tea by any english writer, is in Popys* 
Diary, Sept. 25, 1660. 

Mr. Rouffaer fnrther copied for me a bill of lading of 10 De- 
cember 1650 of the retnrn-fleet (Il ships) and of 19 January 1651 
of the extra ships sent from Batavia, ruuning: 

"22 Oatty japanese tea in 5 boxes fi. 89-9—13". 

It is carions, however, that the author of the Portnguese 
Rnmphius, Dr. Garcia da Orta, in his work, pnblished in 1563 
in Goa "CoUoqnios etc.'*, does net mention the cha as it is called 
till to day in Portnguese "). 



aan dete en geene, soo oock aan heere van mérite en respect wort gesonden, en dat in loo 
groote quantiteyt ran bussen, flessen, canassen et*", dat het aile maet te bayten gaet, heb- 
ben wy geresolveert yoortaen te considereeren ala een coopmantchap die de Compagnie 
Toor haer alleen is reserveerende, en dat dien?olgende desel?e nae desen by niemant wie 
hfj oock »\j sal mogen werden o?ergeBonden off overgebracht, lelfs niet ?oor ?oeringh, op 
poene ran confiscatie, en soodanige yerdere malcte aU w^ by naerder orerlegh daer op 
sullen hoaden te stellen ; ayt die oorsaecke hebben w^ dan goetgeronden den ejioh, jongtt 
daer Tan gedaen, te vergrooten tôt t?rintigh dayient ponden, mita dat het 8(j goedevenohe 
thee, en toodanigh gepackt aU in den ejioh staet geeztendeerd, geiyck w^ ?oor desen 
hebben geschreren is de door oaderdom gedeterioreerde en slechte thee b(jna geen ghelt 
waerdigh". 

6) Macpherson, History of Earopean commerce with India, p. 128—129. 

7) See note, p. 26, of Beport of the Old Records of the India Office, by Sir George 
Birdwood. London, 1891, 8?o. 

8) Rouffaer in Bydr. Kon. Instituât 6, VI, 1899, p. 578. 



472 idLAHOKS. 

Meyer, in his ''Conversations Lexicon", says that chinese iea 
was brought io Paris in 1635 and, by overland route, to Bnsaia 
in 1638. But he gives no autiiority for this siatement 

It may just be possible, that some of the french B. C. missiou- 
naries sent some samples of tea to France, befbre it came to Holland. 



Des noms de quelques termes solaires 



FiLK 



le P. CHAM BEAU, S. J. 



ReSj sed et verha. 



Rappelons que les 24 termes solaires, en Chinois eul-che^êe^J^i 
m ~f^ pï^ ^ 1 sont ces époqaes espacées de quinze ou seize 
jours à partir du solstice d*hiver, époques indépendantes du mou- 
vement de la lune et régissant au contraire, suivant certaines lois, 
l'intercalation d*un mois dit juen yué ^ ^ , tous les deux ou 
trois ans. 

Ici une distinction, utile tout à Theure. Strictement, ces termes 
ou échéances astronomiques, désignables par Tascension droite du 
soleil de quinze en quinze degrés, s'entendent d'une époque^ comme 
nous disions, c'est-à-dire d'un instant, noté par jour, heure et mi- 
nute, au Calendrier impérial; c'est le sens naturel d'expressions 
telles que solstice ou équinoxe. Dans la pratique toutefois, ils 
signifieront aussi la période ou quinzaine 9uivante\ à cette acception 



474 1CBLANGB8. 

se prêtent surtout les vocables pris des variations atmosphériques et 
des travaux d'agriculture. 

Le lecteur a rencontré partout, dans les traités de chronologie, 
dans les dictionnaires, dans Tannotation des ouvrages les moins 
astronomiques, cette inévitable série, accompagnée des dates grégo- 
riennes et d*une traduction, brièvement, matériellement littérale, 
su£Ssante pour fixer les idées, nullement commentée ou discutée, 
les mots important peu là où les choses sont claires. 

Notre intention est ici, au contraire, supposant connu le sens 
réel^ chronologique, de ces 24 disyllabes, d'en préciser le sens verbal, 
pour en tirer ce qu'ils peuvent ajouter à notre connaissance de la 
langue chinoise. Nous ne pensons pas apporter aucune interprétation 
nouvelle, mais nous proposons un choix motivé entre des variantes, 
quelques-unes étonnamment disparates; nous étudions cette idylle 
. disyllabique comme un texte de genre indécis, d'âge ignoré, texte 
chinois pourtant, insigne même et par sa popularité et par sa 
clarté matérielle. 

Nous abrégerons la discussion en rangeant ces termes par sai- 
sons, comme un quatrain de rimes alternes, sous les initiales P, E, 
A, H, des mots printemps^ été, automne, hiver. Les initiales F, M... 
(février, mars...) des mois grégoriens embrassent chacune deux ter- 
mes, le premier échéant vers le 5, l'autre vers le 20 du mois. 
Ainsi U'tch'oen ^ ^ et yu^choei ^ p|C f tombent sensiblement les 
5 et 20 février. 



MELANGES. 



475 



P. 

1- "fr ^ li-tch'oen | 
7^ U 

S-! Ibmg-tche j 

5. ^ ^ ta'îng-miâg ] 

6. lî m kon^jti I 



1- iil ^ li-ta'iou I 
2, ]^ ^ tch'ou-chou I 

4, ^ :^ tg'iou-feo 1 

6* ^ f^ choaug-kiaug 



M. 



A. 



0. 



M, 



AL M ^*"^^ 

^ ^ mang-tehoûg 
J^ ^ hia-tciie 
yj> ^ siao-ehou I 



;^ ^ ta-chôu j 
H. 

> ^ siao-Biue I 
^ ^ ta-Bitté 
^ ^ tong-tche 
/J\ ^ Biaô^han 



D. 



De c^ 24 époqaes, tontes rigoureaeemetit astronomiques, huit 
dénomiaatioDR seulement (ligaes 1 et 4) sont elles-mêmes astrono- 
miques. Celles-là ne présentent aucune difficnlté Ll'analyae verbale. 
Remarquons simplement, puisque c'est surtout, ici, affaire de mots, 
que les saisons chinoises devancent les nôtres de six semaines 
(moitié d'une saison), fort judiciensemeni à s'en tenir a leur essence 
astronomigite: le solstice marque mieuï, a priori^ le milieu que le 
début de Tété, si Tété s^eutend de la saison des longs jours. Notre 
stjle européeu a sa revanche dans le retard de réchauffement et du 
refroidiâsemetit terrestres; il marque des saisons thermométriqim; 
notre été est la saison des jours chaude. 

Ces huit jalons fixes et flexibles h la fois, guident la mémoire 
du paysan et parent aux écarts climatériques de Tannée, en offrant 
aux caprices du ciel inférieur huit marget^ huit quiBasaines vagues 
et franches de toute échéance météorologique. 



476 idLAlIGBS. 

Ceci dit, jetons un conp d*oeil d'eugemble sur notre texte, cercle 
d^idées ou d'images chères an laboureur et déroulées à traTers la 
succession du tiède, du chaud, du frais, du froid. Pour peu qu'on 
le parcoure avec une intention mnémonique, on s'aperçoit de la 
simplicité dominante du second semestre; depuis le soupir de sou- 
lagement que traduit, fin août, Texpression tckou chou « fin des 
chaleurs > , jusqu'au « grand froid > où s*achèTe jaurier, il y a 
abaissement de température, gradué arec grâce et variété en au- 
tomne, de façon morne ensuite et simple comme la nuit ou la mort. 
Tout est clair dans ces mots: rosée blanche, rosée froide, givre 
(quelques autres disent verglas; mais cfèoang^kiangj kiang ^ surtout, 
dit que le froid tombe de Tair, et exclut Tidée, prématurée, de 
pluie glacée au contact d*une terre gelée). Plus claire encore, dans 
son indigence, cette gradation finale, cette peinture d*hiver: «petite 
et grande neige», «petit et grand froid». 

Toutefois (et cette remarque nous introduit à Texplication de 
rénigmatique yu^choei ^ ^ ) les termes « petit froid » , « grand froid » , 
marques de torpeur, rimant à Toppression de juillet-août: «petit 
chaud», «grand chaud», ne répètent pas, ils aggravent nettement 
Timage de «petite et grande neige». La neige est le froid de 
l'atmosphère, elle précède, elle mitigé même, comme on sait, le 
rayonnement et le froid du sol, le han |||. La pluie est saisie au 
sein de l'air et se fige en flocons cristallins, sans que Tean des 
fleuves, sans que l'humidité des champs soit raidie et fixée par la 
gelée. Sans doute, çà et là sur la vaste échelle des climats de Chine, 
au bord de la mer et au midi, la neige ou manque ou apparaît 
seulement au «grand froid»; mais ce pléonasme de circonstance 
n'est pas dans l'intention ni dans la structure de notre énumération 
de météores. 

Dès lors, en abordant l'analyse de l'expression, vague entre 
toutes, yu-choei ^ ^, eu la rapprochant de son opposée diamé- 



]OLÂife&&. 



477 



traie, teh^ôu^chou (20 août) «fin des chaleurs», nous j royoua «la 
fin du froid j^, mais d'un double froid, un double dégel, dégel de 
Tair et an des neiges, dégel de la terre et fin des glaces. 

Nous touchons ici à uu problème des plus généraux eu sinologie; 
problème à résoudre surtout par induction» par une ample posaeaaion 
de faits précis qui supplée en nous, étrangers, le sens cbiuois. C0 
problème est Tanalyse des disyliabes, uuités toutes faites, fermées à 
notre regard profane, et que nous sommes teutés on de résoudre 
subtilement lu. oti il n'y a que pléonasme uBuel, redondance de 
langage, destinée à conjurer quelque équivoque d'homophonie, ou 
de traiter sommairement, an mépris d'une antithèse, d'une al ternati?e 
expresse, d'idées accumulées, de nnanees fines. Groupons eea unités 
eu trois classes sans plus, pour abréger: structure subordonnée; 
coordonnée simple; coordonnée pléouastiqae. Triple exemple tiré du 
seul y^^diùûii subordination: «eau de pluie»* pur pléonasme: «eau 
et eau» ou «pluie et pluie»; coordination sans pléonasme: «pluie 
et eau (courante)». 

Au risque de tomber dans une erreur prévue par les pédagogues 
chinois, et d'être rentoyé à l'école, je donne à ralliauce des mots 
yu et choei son èummum de significatiou , de richesse expressi?e; 
je les crois coordonnée sans pléonasme, mais par manière d'énumé- 
ration rudimentaire: «pluie, ou fin des neiges, et eau courante, ou 
fin des gelées^. Encore moins que la redondance «eau et eau»^ 
qui marquerait tout au plna une humidité anticipée du kou yu 
(fin arril) et insolite en février, encore moins admettrais-je Tin- 
signifiante «ean de pluie», à moins de trouver quelque part une 
antre eau, opposée on simplement différente. 

Convenons, sang doute, que, dans une littérature de stylistes 
surtout, il y a tendance a trouver* je veux dire à dounerf aux mots 
une plénitude de sens qu'ils n'avaient pas d'abord; que fort spon- 
tanément même, à mesure que s'accroit le fonds d'idées d*nn peuple, 



L 



478 M^LANGn. 

bien des locotioDS se dédoublent, se nuancent, font antithèse ou 
gradation. Que telle expression, poétique, ou juridique, offre après 
coup matière à développements pittoresques ou à distinctions légales^ 
rien de plus naturel ni de plus juste, et on risque, en prenant sur 
de telles questions partis opposés, d*avoir égale raison et de n*ar- 
riyer guère à se contredire. Mais ici, le dédoublement ressort du 
contexte et semble aussi ancien que lui, c'est-à-dire primitif. 

Achevons le printemps sans controverse. L*eau et la terre attié- 
dies sont prêtes pour le «réveil dés insectes» {king iche); ce 
grouillement d'animaux infimes, seul signe chronologique tiré du 
r^ne supérieur, confine à l'ordre des météores. Vient, après Téqui- 
noxe, la «lumière pure» (tëHng^ming)^ vive comme l'aubépine et la 
chanson d'avril. Elle pâlit, mais sans s'assombrir, sous la pluie 
propice aux céréales ou, pensons-nous, généralement aux diverscds 
cultures en préparation {kouo^yn). 

C'est le premier des termes qui annoncent le travail de l'homme 
uni à l'effort du ciel. L'été naissant accentue l'aspect rural de notre 
poème astronomique. Mais ici se présentent les plus bizarres diver- 
gences d'interprétation. Excluons d'abord de «tao-fnan l'idée, obvie 
peut-être et souvent émise, d'un développement de l'épi, d'une phaee 
précédant la maturité. En fin mai, rien qui ressemble à ce phéno- 
mène de mars ou de juillet-août. Même en traduisant man par 
maturité, siao^man signifiera, pour nous, non pas demi-maturité, 
mais, chose fort différente, maturité des petites cultures. C'est ainsi 
qu'à Shanghai, et sans doute bien ailleurs, on appelle jjs j|^ ou 
yj\ ^ la récolte du printemps ( ^ ]^ ), colza, blé, opposée à 
^ ^ ou ^ i{^ , récolte d'automne, récolte du riz surtout, aatre- 
ment importante. 

Peut-être cette indication d'une moisson en fin mai, parutra-t- 
elle bien tardive en maintes r^ons. Rappelons pourtant que la 
quatrième lune (celle de mai) se nomme de quatre manières au 



MELANGES. 479 

moins le mois du blé et de la récolte da blé: ^ ^ , ^ ^ ^ 

Il 7 a plus. Nous ne sommes pas obligés d'entendre ce man de 
la maturité même et de Tinstant où Tépi tombe sous la faucille, 
et il nous semble plus juste d'expliquer ainsi: rentrée de la récolte 
ou sa conversion en argent et en sapèques. C'est ce qu'indiquent 
et ce nom de la cinquième lune: jj^ ^ , man yué^ «mois d'abon- 
dance» ou greniers pleins, et ce nom de la onzième (soixante jours 
et plus après la moisson d'automne): ^ ^, tcfi'ang yuéy greniers 
combles, «mois de surabondance», et ce nom du premier jour de 
la cinquième lune: ^ ^ Q 9 ts'ien is*ai je^ «fête de l'argent et 
des biens». 

Dès lors, plus de contradiction ni avec kou^yu^ pluie propice au 
labour et aux semailles, ni avec keng-tien ^ QQ «labour», l'un 
des noms du signe zodiacal répondant à l'époque du kou-yu (20 avril), 
ni avec ti-p^ouo-je JUJ^ ^ Q , «fête de la terre ouverte ou rompue» 
(onzième jour de la quatrième lune), ni avec l'expression «moisson 
de printemps», prise au strict sens chinois, terminée le 5 mai. 

Le terme mang-tchong (5 juin) a été pris, lui aussi, pour une 
description: «d'épis barbus». Même anachronisme que pour siao-man. 

On approche, croyons-nous, de la vérité, en traduisant «hâte 
aux semailles» ou «grand labeur aux champs», soit qu'on prenne 
^ pour nue autre graphie de ^ «hâte», rigoureusement homo- 
phone {hia ping\ soit qu'on lui laisse l'un de ses sens propres: 
«ample, laborieux». 

Toutefois, et il me semble que l'analyse de riao^man nous met- 
tait sur la voie de cette antithèse, plus naturelle serait la traduction 
«grandes semailles», «mutresse culture». 

En résumé, voici ce qui se passerait du début au milieu de l'été, 
de mi-mai à mi-juin environ: d'abord, jouissance des récoltes de 



480 MELAKOBS. 

printemps ou petites récoltes {siao-man); ensuite préparation de la 
grande moisson ou moisson d'automne (mang-tchong). 

Signalons, sans nous y rallier, mang-tehong traduit «céréales et 
riz», les céréales aux épis barbus, le ris culture par excellence. 
Cette explication cadrerait assez avec Tétat des cultures d'été en 
plusieurs provinces et avec la structure générale de la série prise 
par nous pour texte. Mais je ne sais si elle ne force pas le sens 
du mot tchong, bien vague par lui-même pour faire antithèse. 

Les 24 dénominations courantes des ifi ont une cinquantaine 
de synonymes, la plupart d'ordre sidéral et spécialement accumulés 
sur les huit termes (des lignes 1 et 4) qui nous ont paru si sèche- 
ment clairs. Nous ne trouvons là ni confirmation ni objection aux 
trois essais tentés sur les termes yu-choei^ nao-man et mang^tchong. 




VARIÉTÉS. 



LA GUERRE DU TOKKIN 

D'APBIS les CHBONIQUBS OKî^ÉEALBS DU YXJN-NAN ^) 



TRADUCTION. 

Nous publions ci-aprè$î ime intérea- 
saute traduction de notre é minent col- 
taborateur Papyrus sur la guérie du 
Totiktïi. 

Si la sujet est fait pour intéresser iam 
UOB lecteurs, ce sera tout particulière* 
ment le cas pour noî^ abonnés en Indo- 
Cbine. 

Le traducteur ne connaissant qu'im- 
parfaitement l'orthographe annamite a 
transcrit la plu|mrt des noms propres 
d'après Torthopraphe chinobe. 

Il e:iiste d'ail leui-s une certaine con- 
fusion dans toutes les l'elations de la 
guerre du Tonkin, en ce qui concerne les 
nonjs de ville ; les Fnmcais ayant parfois 
transcrit d'une manièt^ erronée les noms 
annamites quand ils ne lei^ ont pas 
écourtéê ou même transformés. 



A 1 a 4* I u ne ( 5 m ai — 3 j n in ) d e la i "" 
année de Koanjf-siu (1875), les Français 
en vah issen t T A n n a m ^ Le- v ice-r o i i 1 1 1 ér i - 
maii-e du Yun-nan Tsen ieon-in fait 
garder fortement la frontière. 

Le Tn n k i n est 1 i m i ti'opb © d es i-égions 
de Mong-tse et de Kai-hoa du Yun-nan, 
Depuis leîj anncesidetlien-fong(1851 — 
18G1), le royaume d'Annam a été très- 
troublé à ^intérieur, et 'X reitérieura 
subi rinjsolence des étrangei^. Les dilTi- 
cultés étaient grandes. 



Les chefs rebelles du Koang-si, Hoanjr- 
tsong-in et Lieou-nin-fou <Liih-vmh- 
phuiic) défaits par mïiarmi»es régulières 
se jetèrent dans TAnnam, où ils s'empa- 
rèi-ent de plusieurs villes et bourgs, brû- 
lant, saccageant tout sur leur passage. 
Dans la suite Lieou-nin-fou se soumit au 
roi d^Auuam qui lui donna une place de 
mandarin dans sou armée. Hoang-lsong^ 
in refusa de se soumettre. 

Alors Im Français voyant TAnnani 
afîa i bl i , en profi t èren t pou r en v oy er dès 
navires occuper les (lorts et accaparer les 
douanes le long de la mer. L'Annam 
n*étant pas de îorce à leur i-ésister, leur 
fit une cession de tenntoire pour obtenir 
la paix. 

Mais les FrançaÎB, que ces avantages 
rendaient de plus en plus arrogants^ pré- 
textant quelque futile motif, rompirent 
le traité de paix et attaquèrent Uanoi, 
Sontay et autres localités, 

A cette nouvelle le vice-it>i inténmaire 
Tsen-ieou-tn fit échelonner de* troupes 
le long de la frontièi-e dans la préfecture 
de Kai-hoa pour garder les passages, et 
secourir l'Anna m, pays tribu tiure. 

Peu di» tentpiî après, les troupes du 
Koang-si j*assèient la frontière, s'empa- 
rèrent de la Vîîîe de Ha-gian^^ et tuèrent 
Hoang-lsong-in. Mais ceux qui survé- 
curent des partisans de ce dernier, i© 
réfugièrent dans les montagnes, 6t la 
situation ciîtique de rAnnani ne fut pas 
améliorée. 



i) Me*0 de CÂm4, \B, m et £8 Avril, 14 Mû, 1900, 




VAEIBTBfl* 



A îa 4" lune (17 mai — 15 juin) de la 
8*" année do Kûang-siu (1882), lesFmn- 
çab attaquent de nouveau TAnnam. Le 
vice-roi du Yun-nan, Lîeau^tchaïigieou, 
et 1© gouverneur Tou-choui-lien envoient 
Chen-cheou-iong, préfet général de Tin- 
tendance du sud, a la tète d'une arméâ 
garder la frontière. 

En ce lerap«*ïà le gouvernement d^An- 
nam s'aiTaibïissait de plus en plus ; l'ob- 
servât ion des loii et Tadminiisiration 
tombaient dans le relâchement i des 
brif^ands et des révoltés surgissûient de 
tous côtés ; le peuple n*était pas sur du 
lendemain. Bien que let^ chefs rebelles 
venus de la province du Koang-si, Ou-o- 
tchong, Hoang-tsong-in, Ly-iang-tsai et 
autres eussent été tués par tes soldats 
impériaux f leurs parti^an^ continuaient 
à Vétablîr insolemment dans les villes 
et les bourgs, se divisant en pavUlons 
bleus, paviltons jaunes et pavillons noirs; 
ils voyaient leurs lungs s'accroître de 
jour en jour. Les tmupes de TAnnam 
étaient impuissantes contre ces bandes. 
Quand les troupes impériales avaient 
repris quelques villes, ces villes retum- 
baîent au pouvoir des rebelles aussitôt 
que nos troupes se i^timient, l'Anna m 
ne pouvant pas les défendre. 

Les Français déjà établis dans les ports 
de TAnnam s'avancèrent peu à peu jus* 
qu'au Tonkin y construisirent des forts 
et y établirent des garnii^ons^ Là, comme 
un tigre à Taiïùtf lis attendaient Tocca- 
sion de s'emparer des douanes. Le gou- 
vernement d'Anna m n'osait pas leur 
demander raison de cette manière d'agir. 

Les Français saisissant un prétexte, 
rompirent le tmité et attaquèrent le 
Tonkin. Ils s'emparèrent successivement 
des provinces de Hanoi, Sontay et Kia* 
tin ^y A leur approche, les troupes de 
l'Annam »e dispersaient; les mandarins 
civils et militaires faisaient leur soumis- 
sion f'u s'enfuyaient sans combattre. Le 
peuple surchargé d'impôtn, embrassait 
k Tenvi la religion des étningei^s : bientôt 
ceaâ brigands de chrétiens remplirent le 
royaume et servirent de guides aux 



Français. L'Annam marchait de plus en 

plus vers la i-uine. 

Alors Lieou-nin-fou réunit ses quel- 
que» milliers de braves du Koang-si aui 
milices locales, i^ecueilUt auïi^i tes soldats 
dispersés par les précédentes défiai tes et 
marcha contre les Français quMl battit 
eu plusieurs rencontres. Alors ceux-ci 
concentrèrent toutes leurs forces contre 
lui. Mais le général Lieou les attira dans 
une embuscade et infligea une grande 
défaite à toute leur armée. Dans cette 
bataille tombèrent et furent décapités 
les deui grands chefs 0«rnîer ^) et 
Rivière. Pour venger cet échec, les 
Fiançais réunirent toutes 1 eu rtî forces et 
s'avancèrent par eau et par terre. Dans 
une longue série de combats^ le général 
Lieou fut souvent vaincu. 

Le roi et les ministres d'Annam, rem- 
plis d'effroi, conclurent, sans prévenir 
TEmpereur, un traité avec la France» par 
lequel ils cétlaient une portion de leur 
territoire pour obtenir la pais. Mais ce 
traité ne fut paseirécuté. Aloi^ilfi infor- 
mérent de leur position critique le gou- 
verneur du Koang-si, le priant de 
demander pour eui du secoui-a à Tera- 
pereur- Le Koang-si leur envoya aa@ 
ai'mée de secoui's, 

Chen-cheou-iong, intendant da Sud, 
sur l'ordre du vice- roi et du gouverneur 
du Yun-nan^ partit avec son armée pour 
surveiller la frontière. Ai'rivée il K^i-lioa^ 
il échelonna ses troupes le long de la 
frontière pour garder Ho>keou (Son* 
fong), Ma-pe-kouan et autres passages. 
Le général de dlvkion Kin-se-iao fut 
envoyé avec ses troupes à Tou'ktng , dis- 
trict de Yuen-iioui, province de Stien^hoa 
pour donner la main aux troupes du 
Koang-si et secourir le Tonkin* 

A la 7' lune (3 août— 31 aoèt) le 
trésorier général Tan^-kiong se met à la 
tête des troupes du ïun-nan et va cam- 
per à 5i-gan-so, pr^ de Mong-tae. 

Tang-kiong avait demandé Ini-roèine 



l) L«t noU ea îtalîqae» toDt de« noms propres de rAnnam, dont j'ignare Tcirtliognplit 
AunamUe, et que ptr coniéquent je tranurif d'«prè< U pronoocintion cbinoÎM. 

S) Il y a ici noe erreur de diite Gamicr est mort en 1B73, 9 bus &viiit le Cofamaii- 
danl Bivière. Ce [len liant le nom qui est dass le texte e^inots «Gan-nle» eit biea le nom 
que lea Chinois dotioeot à Garnier. 0'e»t celai qn*il partait è^k pendant mn foyftge aq 
TtLa-naQ ea lâÛ7^ 

Il faut remarquer & cetîe occaaioû que îea date» de plmieara ëTénement» àt oett« guerre 
ne coneonleai paa avee eellea doanéefi par Les hiatoHeaB françatâ. 



4 



n 



à conduire les troupes vers la frontière. 
Il partît aussi tilt pour Hai-hoa-foii, alla 
visiter Jes passages importants, inspe^ita 
les troupes qui les gardaient et revint 
à Mong't-se» où îi établit son armée dans 
le bourg de Si-gaa-sa, 



*** 



I 

■ A la B* lune (1 sept.^SO sept.) Tsen- 
H leou-in est nommé vice- roi de Yiin-koui ') 
^Ben remplacement de Lieou-tchang-îeou 
" appelé à Poking. 

T8en-ieou*în avait auparavant été 
gouverneur du Yun-nan, où il avait 
apai^ la révolte des mabométanSf plus 
tard il avait été nommé gouverneur du 
FoU'kien, d'où il fut rappelé dans la suite 
pour remplir pendant quelque temps la 
charge de vice- roi intérimaire de Vun- 
koui, à cause de sa coûnaissance de ces 
deux provinces, 

» Cet le année, le vice-rot Licou et le 
gouverneur Tou ayant été compromisà 
foecaston de malvei'sations commises par 
fin tendan t d es l m pûts, Tsen f u t n o m m é 
Tice-roi du Yun-koui, et Tan g- k ion g, 
gouverneur du Yun-nan. 



I 



I 



A la il- lune (30 no vembre^SS dé- 
cembre) de la 9^ année de Koang-siu 
(d883), le vice- roi Tseu-îeou-in part de 
«a capitale pour aller se mettre à la tète 
des troupes. 

L'invasion française faisait de grands 
prtkgi^ en Annam, Dans le courant du 
mois précédent^ leui-s uavii-es avaient 
ftbordé à Hal-d£uong; ils avaient occupé 
Tifin-ieri et Tsin-hoang par surprise ils 
«^étaient emparés de la province de H ung^ 
leo, avaient fait prisonnier le gouverneur 
ÎUén-otien-Aia^^ et s'étaient avances 
dans les provinces de Sontay, Haî- 
dïuong^ Tuyen-quan, pp,-ki et autres. 
Lieou-iun-foti et Hoang-tso^iezt avaient 
été vaîncuft. Les troupes du Yun-iian et 
du ICoang-si étaient jour et nuitaur leur» 
gardes. 

Tsen-ieou-în demanda â T Empereur de 
lever dijc raille bommes et démarchera 
la frontière. 

Il reçut de Pékin un décret lui ordon- 
nant de prendre vingt batadlûns, et 
d'aller so mettre lui-même à k tète de 



Tarmée pour animer par fb présence le 
coui^ge des soldats. Il devait se rendra 
à Sontay, s*y retrancber fortement, et 
envoyer Lieou-iun-fou et Hoang-tso-ien 
se joindre à Tarmée du Koang-si. Le 
gouverneur Tang-kium devait revenir à 
Yiin-nan-sen pour s'occuper des vivres» 

Conformément à ce décret, le 24 dé- 
cembre, Tsen se mit en route. Pendant 
son voyage il apprit que le 15 décembre, 
les Français avaient attaqué Son tny, ou 
Lieou-iun-fou s*était battu pendant 3 
jours et 3 nuits^ tuant un grand nombre 
de soldats français, mais que, ses forces 
s*afTaiblissant, les mandarins et le peuple 
de la viile avaient ouvert les portes aui 
Français Nos troupes quittant Sontay 
vinrent protéger Hung-hoa et Pe-KL 
L*armée du Koang-si reculait également. 

Sur ces entrefaîtes, le roi d'Annanin^ 
Ynen-fou-che fut tué, A cette nouvelle, 
le vice-roi Tsen doubla les étapes, et le 
8 janvier arriva k Lao-kai où il campa. 
De la il envoya le généi^al de brigade 
Tin-boai camper à Hung-hoa. 

Le5 Français avaient construit des for- 
tins et des reti-anchements i\ Sontay, 
Bnc-ninb, Kin*iin et autres lieux. De là 
ils envoyaient des colonnes vers Hung- 
hoa» mais ils fuient à chaque fois repous- 
sé$ par Tîn-hoai. 

Pendant ce temfïs, la cour d'Annam 
était dans le plus grand désordre. En 
l'espace de quelques moiSj deux rois s© 
succédèrent sur le trûne. 

Selon les uns, le successeur de Y u en- 
fou -che fut empoisonné par ses ministres 
qui redoutaient sa sévérité. 

D^autres disent que soupçonné d*ètre 
vendu aux Français et de vouloir leur 
livrer le pays^ il fut déposé et empoi- 
sonné par ta reine^mère. 



*% 



A la 1*" lune (28 Janvier--26 février) 
de la 10* année de Koang-siu (1884), le 
vice-roi Tsen-ieou-in fait avancer ses 
troupes jusqu'à Hong-hoa. 

Tsen envoya les généraux de division 
Oti-iun-gan, Ho-sieou-lin, Tsai-piao, les 
généraux de brigade Tin-hoal, Loui-in- 
cban et auti-es ainsi que Lieou-iun-fou 
avec toute® ses troupes ««'établir dans la 
p l'évincé de Hung-boa. Alot^ les Français 
se retirèrent pour protéger Tuyen-quan, 



1) Le vi«e-roi qui r^id» k ïua-a&D-teDj goavtirae Im deux proviacct do Yuh-dsd H da 
Kod-tabMttï de là ton titre de vice-raî de Yaa-kôai. 

33 




J 



484 



VÂlltSTKât 



.•* 



A îa 2' lune {27 fév.-26 mars) les 
Finançais s'emparent des provinces de 
Bac-Ninh et de Tlkii-ngueii. Les gur- 
nkom de k frontière som la direction 
de Hoang-koui-lan, généi-aJ de division 
du Ko ang' si, et du préfet général Tchao- 
ino âont misen en déroute. 

Les Français voyant que Tarraée du 
Yun-nan u'était fortement retranchée 
diins Uung'hoa et ne f^'y laissait pas 
surprendre^ tournèrent cette place et de 
Son tu y se portèrent en masse sur Bac- 
ninh où ils battirent Ta rmée du Koang- 
si* Aîom le gouverneur du Koang-si, 
Sin-tin~hin, qui campait à Lang-son^ en- 
voya le générdï de division iloang-koui- 
lan et le préfet général Tchao-iao avec 
toutes leurs troupes s'établir à Bac- 
ninh pour garder cette ^itle. Ils étaient 
t^ depuis une demi-année, quand^ le 
8 mars, les Français attaquèrent les 
forts de Fou- long (en Annamite Phu-îau?) 
elMon(i*kieou. Nos réguliers marchèrent 
à leur rencontre, et turent défaits. Les 
forts furent pds^ et la ville en grand 
péril. Nos sol data soutinrent te combat 
avec acharnement pendant 4 jours et 
4 riULts. Mais Keui^ foixes s'èpuisîtienL 
Lieou-uîn*fou envoyé à leur secourg^ fut 
défait. 

Alors le mandarin annamite, Tchang- 
ten-tan ouvrit les portes de la ville à 
Tennemi* Nos soldats furent mis en 
déroute î le colonel Qui-hô»kui et d'au- 
tres chefs périrent pendant cette bataille, 
Lieoa-iun-Eou ramena ses tronpe^ à 
Hung-hoa. La province de Thai-nguen 
se soumit à Tennemi qui fut ainî^i 
maître de Bac-ninh et de Thai-nguen. 

Par décret impérial, Liu-tin-hiu fut 
destitué et remplacé par Pan-sin-tin* 






A la 3Mune(27mai^— 24avril 1884) 
Tsen-ieoij'ia ramène son armée à Lao- 
kai. 

Dans le mois précédent, le vice-i"oi 
Tsen avait demandé a Peking Tau to ri na- 
tion de faii% une nouvalle levée de dix 
mille hommes pour envahir le Ninh-Binh 
par plusieurs routes. Il avait aussi de- 
mandé d'envoyer de grandes quantités 
de livres. 

Avant qu'il 6 Ut reçu Ja réponse de la 



cour, les troupes du Koang-sl^ mises «n 
déroute, avaient évacué les pi-ovinces de 
Bac-Ninh et de Thai-Nguen. 

La ville de Hong-hoa est petite ; bai- 
gnée par le lleuve cur trois c6té&, elle est 
(iifOcile a défendre ; en outre, lee greniers 
étaient videis, et après que les mandarina 
annamites Hoang-tso-ien et autres se 
furent enfuir, il était difficile de se procu- 
rer des vivres. A cause de ces difflcuUés, 
qui aifaibli usaient le courage de nos; sol- 
dats, nous résolûmes de dé truii-e la ville 
de Hong-hoa, afin que lennemi ne pût 
pas s'en servir. Toute Tarmée fut rame- 
née à Lao-kai. Lieou-tun-fou campa à 
Ou4*n-pQn-lch^H (Yan-ban-chau), Fa- 
fan et autres passages importants pour 
défendre la fj^ontière du Yun-uan. 

A la 5' lune (25 mai— 22 juin 1884) 
par déci'êt impérial les troupe» du 
Koang-si et du Yun^-nan ^iit rappeléei 
du Ton gk in g. Tsen-ieou-in revient m 
Kai-hoa-fou et laisse des troupes pour 
aider Lieou-iun-fou qui s'établit à Lai^ 
kai. 

Les Français étant allés a Tien-tsîn 
poui* traiter la paix, un décret ïmpétial 
lit retirer du Tongking et repliera rin* 
té rieur des frontièï-es les troupes du 
Koang-si et du Yun-nan : ce qui Int 
exécuté sans retard. 

Le vice-roi Tsen revint à Kai-hoa-fou^ 
mais laissa les volontaires du Koang-st 
en dehor-s des frontières pour secourir 
Lieou-iun-fou. Ce dernier campa à Lao- 
kai pour protéger le haut Fleuve Rouge, 

•*• 

A la G'^ lune (22 juillet— 20 ao6t) ») 
le roi d'Annam Yneti-fou-hao meurt. 
Son fière Ynen-fou-mm monte sur le 
ti-ûne. 

Fou-hao n avait que le nom de rot; il 
ne gouvernait pâ&^ mais subiijaâit laîoi 
des Fmncais. Cette situation lui créadei 
chagrins dont il mourut. Son frère, âgé 
de 15 ans^ fut appelé à lui succéder. Hais 
le sce;iu impérial étant entre les mains 
des Français, trois rois successifs d'An- 
nara ne demandèrent pas Tin vegti tu re à 
la Chine, 

Selon d'autres, Fou-hao saisi de craioU 
à la vue de l'envahissement des Français^ 



1 



1) Cette ûmh ISSé, entre U &' et It 3« luoe il j eqt k 5* intercalaire (S3 juin -El joUtet). 



VAHiÉfria- 



485 



'a^ein poison nu. Ces choses s*étant passées 
bien loin d'ici^ nous n'avons pas connu 
claire ment la vérité. 



A la 7* lune (21 août— 18 sept.) le 
¥ice-roi Tsen-ieou-in reçoit de Peking 
Tordre d*envahir de nouveau le Tong- 
king. 

Les bai'bares de Fiance ayant rompu 
le traité, veîiniontd'envuhir de nouveau 
le Toiigkingi n o tr e pays tri butai lo. Pro- 
fitant de ce que noua avions retiré nos 
troupes^ leur'a exigences ne faisaient 
que s'accroitro. Déjà ils avaient attaqué 
les forts de Ma-kiang et de Kélong, à 
For m ose et auîf Pescadores» 

Alors l'Empereur ordonna au vice-roi 
du Y un- n an et au gouverneur du Koang* 
eî de se metti e ii la ttHe de leurs troupes 
et de franchir ta frontière. Lieou-iun-fou 
par ce nit^me décret» fut élevé au titre 
de général de division et gratifié de la 
plume de paon. Des récompenses fni'ent 
promises aux chefs et aux soldats qui se 
distingueraient. Les munitions et les 
vivres devaient être expédiés chaque 
mois du Koang-sî et du Yun-nan. Le 
décret ajoutait: «La moitié du peuple 
d^Annam a méconnu sa dignité jusqu'à 
faire profession de la religion des étran- 
gers. Mais un grand nombre de ceux-là 
n'ont agi ainsi queforcéipar lescircon- 
Btanc«i<, il ne convient donc pas de les 
en punir tous indistinctement; il faut 
avec discernement se servir des récom- 
pensas ou des punitions, pour Hre avec 
justice l'instrument des châtiments du 
Ciel». 

Un autre décret ordonnait au vice-roi 
du Se-tcboan de donner des troupes 
avec des munitions et des vivres à Pao* 
tchao, ancien général de division du 
Fou-lan, retiré dans son pays à Koui- 
tcheou-fou, afin que ce général puisse se 
mettie en marche au pïiis tfjt fjoui^ venir 
se joindre à rarmée du Yun-nan, 



♦'* 



A la 8* lune (19 sept— 18 oct. 1884), 
le ifîce-roi Tsen dirige ses troupes sur 
Oiien- pan -tch eo u ( Van -ba n-c h au ) et en - 
voie le généi-al de brigade Tin-hoai atta- 
quer Tayen-quan de concert avec Lieou- 
iun-fou* 

Le gouverneur du Koang-'si, Pan-tin- 
«in, partant de Long-tcheou, avait passé 



la frontière à Tch en-îan-hoan. Il ordonna 
au généiul do division Sou-iuen-tchoen, 
i\ l*ancîen général de division Yang-in*ho, 
aux généraux de brigade Tcheou*€heou- 
tcheng, Tsiang-tsong-han et antres éta- 
blis à, Long-lcheou, de lever le camp, et^ 
passant par Ten-mey et Koan-in-kiao, 
de marcher en avant en deux colonnes, 
suivant des routes différentea. En outre 
il ordonna à rex-trésorier géaéml 
Ouang-te-pang de s*avan cer par A/oi^-ma 
et Kao-bang^ et d'essayer de reprendre 
Thai-nguen. 

De son c£>té Tsen-ieou-in, à la tètedet 
troupes du Yun-nan, franchit la frontière 
à Ma-pé'koan, se dirigeii sur Lao*kai^ 
et campsi a Koan-se-koan et h Ta -tan. 
Les soldats français et les brigands de 
chrétiens après la destruction des forts 
et des retranchements s^étaient repliés 
pour protéger Tuyen-quan. Tsen-ieou-în 
arrivé à Quen-pan-tcheou, donna Tordre 
au général Tin-hoai de réunir ses troupes 
à celles de Lieou-iun-fou poui attaquer 
ensemble Tuyen-quan. Ces deux géné- 
raux étahlirent des camps retranchés sur 
le« voies diiccès h cette place, préparé* 
t^nt des tranchées et des travaux do 
mine. Pendant plusieurs jours de suite, 
ils envoyèrent des détachements sous les 
mui^ pour provoquer l'ennemi au combat 
et le faire tomber dans une embuscade, 
mais ils ne purent pas le faire sortir. 

Alors nous (îroes le siège de la ville. 
Trois combats livrés là furent avan- 
tageux pour nos armes. Les généi^ux 
Ou*iun-gan^ Tcheou fou-chen et Tan- 
sieou-kang campe r-ent à Koan-se-koan et 
à Kia^in-koan pour occuper lesvoieiide 
conamunication et intercepter ainsi les 
secours de l'ennemi. 



A la 10* lune(l8nov.^l6déc.l884) 
les Fmnçais envoient vers Tuyen-quan 
des renforts qui sont défaits par les 
troupes du Yun-nan. Les génémux Tin- 
hoai et Ho-sieou-lin attaquent Tuyen- 
quan, 

Pendant le moifc^ précédent, les Fran- 
çais à plusieurs reprises avaient envoyé 
de Hanoï des secoui*s qui furent repous- 
sés par nos troupes. Des bateaux à 
vapeur, remorquant des barques du 
Tongking* essayèrent de remonter la 
rivière; mais les troupes de Lieou-iun^r 
fou, à cheval sur ce coui-s d*eau, leur 
coupèrent la route, et les incendièrent 



486 



VAEiéris; 



ou les capturèrent. Les soldats français 
vaincus durent encore reculer. 

Alors nous fîmes couler dans un en- 
droit peu profond de la rivière, des bar- 
ques chargées de pierres, et des paniers 
en bambous remplis de gravier pour 
rendre le passage impossible aux bateaux. 
Mais une abondante pluie qui tomba 
pendant dix jours, grossit considérable- 
ment les eaux de .la rivière; le courant 
devenu très-rapide emporta nos barques 
et nos paniers, et les barbares de France 
purent de nouveau faire passer cinq 
bateaux et quelques dizaines de barques 
du pays, chargées de munitions et de 
vivi-es pour ravitailler Tuyen-quan. 

Dans les première jours de la 10* lune, 
des barques arrivèrent à Tong-tchang; 
Tin-boai envoya des troupess'embusquer 
à Test de la livière, pendant que d*autres 
s^établiraient à Touest. La colonne de 
Lieou-iun-fou, à cheval sur le coura 
d'eau, devait porter secours aux deux 
côtés. I-ies bateaux de Vennemi ne purent 
pas forcer le passage, reculèrent de dix et 
quelques ly et s'amarrèrent au bord. 

Le lendemain, les bateaux revinrent 
avec plus d'un millier de diables noirs *) 
et autant de brigands de chrétiens qui 
descendirent ù terre. Nos soldats allèrent 
à leur rencontre; on se battit avec achar- 
nement toute la journée. L'ennemi ayant 
perdu plus de deux cents hommes, se 
retira dans la direction du nord. Pendant 
ce temps les soldats restés sur les ba- 
teaux, forcèrent le passage, et arrivèrent 
à la ville. 

 partir de ce moment, chaque jour 
nous allions provoquer au combat, mais 
l'ennemi restait enfermé dans la ville, et 
cela pendant plus d'un demi-mois. 



•% 



A la !!• lune (17 déc.— 15 janv. 1884), 
le général Tin-hoai gagne une grande 
bataille sur les Français à Tuyen-quan ; 
il enlève toutes las défenses extérieures 
de la ville et resserre la ligne d'inves- 
tissement. 

Le 19 décembre, les Français inves- 
tirent le camp de Ou-fong-tien, général 
de Lieou-fun-fou, mais ce dernier accou- 
rut avec du renfort, et l'ennemi fut pris 



entre deux feux. Le combat très- vif dora 
toute la journée. Enfin les Français 
vaincus se retirèrent, ayant perdu deux 
h trois cents hommes. 

Tin-hoai et Ho-sieou-lin donnèrent 
plusieurs assauts à la ville; mais l'ennemi 
avait établi en dehors des remparts plu- 
sieurs retranchés et des fortins disposés 
en échiquier qui arrêtaient notre élan; 
il fallait d'abord raser ces travaux de 
défense pour attaquer avantageusement. 
Le vice-roi Tsen manda à Lieou-iun-fou 
d'employer toutes ses forces à garder le 
fleuve par où des renforts pourraient 
être envoyés à l'ennemi. Puis, faisant un 
choix de ses meilleurs soldats, il forma 
quelques détachements de troupes légè- 
res qu'il envoya, avec des mandarins 
annamites pour guides, attaquer plu- 
sieurs places de la préfecture de Yen- 
binh, dans la province de Tuyen-quan, 
telles que Lou-gan-tcheou (Luc-yen- 
chau) Tchan-hoa-tcheou^ et exiger la 
soumission de plusieurs autres localités. 

Tin-hoai, Ho-sieou-lin et le secrétaire 
honoraire de ministère Tang-kin-song, 
profitant de la nuit, organisèrent une 
attaque (27 déc.). Tin-hoai attaqua le 
camp de la gninde pagode ; les colonels 
Ly-fou-hin et autres attaquèrent le grand 
camp, détruisant les murs, comblant les 
fossés. Dans chacune de ces deux atta- 
ques ils coupèrent plus de cent têtes. 
Une colonne sortit de la ville par la porte 
de l'est pour venir au secours. Pendant 
qu'une partie de nos troupes tenaient 
tête à cette sortie, les autres tournant la 
ville par le nord, allèrent pour prendre 
l'ennemi à revers, et lui couper la route. 
On se battit avec acharnement toute la 
nuit, vers le matin l'ennemi fiit complè- 
tement défait. Là périrent plusieurs cen- 
taines de soldats français*). 

Ensuite nous ouvrîmes des galeries de 
mines pour attaquer les forts et les 
retranchements de l'ennemi, pins rap- 
prochés de la ville. 

Le 31 décembre, l'ennemi fit une nou- 
velle sortie en masse ; Tin-hoai, Lieou-lin 
et Kin-song en deux colonnes vinrent le 
prendre entre deux feux. On se battit 
deux joui*s et deux nuits. 

Les Français vaincus perdirent six à 
sept cents hommes; des brigands de 



1) Les expressions: diabUi noirg, diables rougei, etc, qui reviennent qoelqaefoi», font auH 
doute allasion aax coaleurs des aniformes. 'i 

2) Ici pour désigner les soldats français le texte chinois emploie rexpresûon 
soldats du diable. -. ' : 



48T 



chrétiens il en mourut plus de mille. 

[.Ceux qui gardaient les foîts^ ceux qui 

I étaient d^m les retrancbemenu, tuië eu 

I déroute, s'eDfuirent en désordre duus la 

Tiiie. 

A iiartir de ce moment, tous les foits, 
les i^trancbemeuts, les palissades bot-s la 
^ille furent en notre pouvoir; nos troupes 
pouvaient attaquer la ville sans obstacle. 
La ligne Tinveatissement fut resserrée, 
dm caujpetnents d'avant-ganie furent 
établis jusqu'au pied des murs de la villes 
et des détachements fuient occultés à 
ci-euser des trancliées de mine pour faire 
sauter les remparts. 

Fendant ce teuips les français avaient 
attaqiié Tuin-po^ mais nos i-éguliei-s sous 
)a conduite du général Tan-sieou-hang 
les repoussèrent. 

A cette même époque^ Tancien généml 
de division du Fou-lan, Pao-tchao, aiTi- 
Yait à Yun-nau-sen avec ses troupes. 



.V 



A la l*'* lune de la 11* antiée de 
'toang-siu (15 février — ^16 mars 1885), 
le généi^l Tiu-hoai fait sauter les rem- 
parts de Tuyen-quan. De grands i-en forts 
aiTÎïent à Tennenii. L'armée de Lieou - 
iun-fou est mise en déroute, 

Duniâ îe courant du mois précédent^ les 
Français avaient à plusieurs reprises 
es^yé d'envoyer des secours k Tuyen- 
quan, qui chaque fois fuient repoussés 
par Tin-lioai. Nos travaux de mine, 
poussée avec vigueur^ furent achevés en 
ce mois. Du 17 février au 2 ma fs plusi- 
eurs mines éclatèrent, qui firent aux 
murs de la ville quelques dizaines de 
brèches. Aussitôt une brèche faite, Tin- 
hoai y amenait des soldais ] nous fûmes 
bieot6t maîtres des cotés ouest et noi'd ; 
mais Jes brigands gardaient fermement 
Test et le sud; et en même temps ils 
établi ssaient dans intérieur de la ville 
deux camps retranchés. 

En dix jours rennemi perdit un chef 
et quelques centaines de soldats, nous lui 
prUnes des armes et des dmpeaux en 
grande quantité. Mais nous aussi nous 
perdions beaucoup de monde, et le cou- 
l'age de nos trou{>es faiblissait. 

Le 7 et le 8 nmr$ de grands renforts 
arrivèrent à Tennemi, Lieou -iun-fou se 
battit trois jours cou t te eu^, tantôt tes 
repoussant, tantôt repoussé par euï. Son 
général Hoang-cheou-tchong laisse pren- 
dre son camp par l'ennemi, et toute 




Tarmée de Lieou- iun-fou fut mise en 
déroute. Une moitié de la colonne enne- 
mie pénétra dans la ville. Tau ti-e moitié 
campa en dehors. Nos troupes, pnses 
entre deux feux, étaient dans une po- 
sition critique i profitant de la nuit nous 
les ramenâmes près de la ville dans les 
camfjs où était établie notre avant-garde. 

Le lendemain l'ennemi fit une sortie 
en masse, ignoi^nt que nous avions 
creusé des mines sous ses pas. Au fort 
du combat, nos généraux firent mettre 
le feu, les mines éclatèrent. Les Français 
peixlirent, là. une quantité d'hommea 
innombrable; alors, en désordce, ils se 
précipitèrent en ville où ils s'enfermè- 
rent, n'osant plus en sortir, 

Tin-hoai, en bon ordre, sans hâte, 
ramena ses soldats aux anciens camps de 
Tchong-men et autres. Nos troupes ve- 
naient de se battre sans répit pendant 
plusieurs mois; elles étaient trtïs-fati- 
guées; plus de la moitié de nos effectifs 
étaient morts de blessures ou de maladies. 
Nous fûmes donc forcés d'accorder un 
peu de i^epos à Tarmée, pour recom- 
mencer à nouveau plus taixl. 



A la 2* lune (i 7 mars~14 avril 1855), 
Tun-sieou-kang inflige aux Français une 
grande défaite à P. Lam-tao, et repmnd 
les préfectures de R Lam-tao^ P, Quan- 
oai, et Toan-hwng et plusietirs sous- 
préfectui-es. 

Les barbai'es de France^ poui* faire 
lever le siègedeTuyen-quan^conçui-ent 
le projet d'intercepter la route sur les 
derrières de Tarmée du Yun-nan, Dans 
ce but ils partirent en masse de Sontay 
et de Hanoi, suivant trois routes; l'une 
le long du fleuve par rj^m-^o (Than-Ta); 
une autre, de Touan-hiong par An-binh ; 
la troisième, par MtJH*j-io\ les trois colon- 
nes devaient se rejoindre sur nos deiTÏè- 
res fKïur nous couper la retraite. 

Le 9 mai-s, nos troupes, sous la con- 
duite de Tsen-ieeu-pao, père du vice-rat 
et de Tan-sieou-kang, surprirent Ton- 
ne mi dans Mum-mtungi la ville fut jinse» 
les Français et les chrétiens perdirent 
plus de deux cents homroesi* Profitant 
de kl victoii"©, nous reprîmes deux sous- 
préfectures Cban-son etThan-tbuy: deux 
a u t r es Pi/U'ptt et Sia n g -ch a n se so u m i- 
rent- 

Le 2S mars, les trois colonnes fi*an- 
I çâLses réunies à Luui*tao, attaquèrent 



48S 



VARIÉTB8, 



notre avant gai^e qui était protégea per 
i\e forts relrRncbements: on sa battit 
)>endant un jour et une nuit sani! résul- 
lat, Aloi*s Ten-ieon-in envoya des ren- 
forts; (le son coté Tan-sieou-kan^ arcou- 
riit avec tvok mill<? volontaires. 

Le 24 foars, nés troupes uttaq lièrent 
(les quatre cbtèa à îa fois. Tan-^ieDU-kang 
ie mettant Ini-m^me à la t^te de Besg 
tix>upei«, fonçant au milieu de la ligne 
ennemie, cherchait à la couper. Nous 
avioiïM partout rodensive; par un mou- 
vement de Hanc, noïia avions tourné 
Tennemi, Nos soldats, pleins de coui-age 
et d'entrain, à Tenvi marchaient en 
avant: chacun â'eiix en valait cent. 
Deux chefsln*tehen et Yun-toin, malgré 
leurs blessures, déployaient une ardeur 
et uae force surhumai ne.Tan*sieou-kang, 
continuant son mouvement vei's le milieu 
de l'ennemii parvint à le couper en deux. 
Ce fut pour nous \e signal de ta victoire, 
profitant de cet avantage, par un élan 
d'ensemble, nous mimes Tadver^aireen 
eoaiplète déroute. 

Dans cette bataille tombêmnt plus de 
dix chefs fi-ançais, grands et petits, de 
quatre h cinq cents soldats à T uniforme 
blanc, autant t\ T uniforme rouge^ et plus 
de mille chrétiens. 

Nous poursuivîmes pendant quelques 
dizaines do ly i) les vaincus qui abandon- 
nérent en notrft pouvoir des canons» des 
fusils, d'autres armes, des uniformes 
blancs, des uniformes rouges, deir cas- 
ques, des étendards de toutes couleui's, 
en tou t plus de mille quat i*e cents objets. 
Nous prîmes au^i de grandes quantités 
de vivi^es, de sacs en cuir, de cartes, de 
livres, de lettres qui avaient été jetés le 
Umg du cbentîn par les fuyards. 

Les annamites disaient que, depuis le 
commencement de la guérie, les Français 
n'avaient pas encore éprouvé une aussi 
grande défîiite. 

A la suite de ce t te victoire, Lara- tao, 
Q u an g-on i, 7b u a n~ h iong et au très ï nca- 
litéM, abandonnées par les Fiançais et les 
chrétiens tombèrent en notre pouvoir. 
Le vice- roi Tsen mit ses soldats en gar- 
nison dans ces villes pour les garder, et 
ttusBi pour ménager ses troupes, au lieu 
de \m jeter dans des aventut^es où les 
avantagée ne compensent pas 1^ pertes ; 



car en 8*avançant profondément dans le 
pays, on ne pouvait gagner une grande 
victoii-e qu'en cachant l'armée en la fai- 
sant avancer par des chemins détournés. 

Aussi le vice-roi pour affermir le résul- 
tat obtenu, établit les mpporLs ail minis- 
tratifij entre les mandarins etnotublee, 
et le peuple resté fidèle. Il laisse l'armée 
de Ho-sieou-lin à Tuyen-quan où elle 
devait construire des camps retranchés 
pour arrêter et inquiéter l'ennemi qui 
était dans la ville. 

L'armée da Tin-hoaj, sous la conduite 
des guides du pays, devait passer le 
neuve Pou'pa et Quang-oai, s'avancer 
dans l'intérieur, puis tombant à Timpro- 
viste sur l'ennemi, dans des régions à 
peu prèi dégarnies de soldats, reprendre 
Hanoi, Ninh-binh, Nam-dinh, Hung- 
yen, etc. 

Mais ce pays est trfea-accîdenté, les 
chemins sont escarpés; les transports y 
sont très-difficiles. En outre les maladies 
faisaient de grands ravages parmi nos 
trou pes no n h a bi tu ees à ce cli m a t ; n ous 
abandonnions des morts, chefs et soldats, 
tout le long de la route. Alors Tsen-ieou- 
in décida d'opposer aux étrangers des 
soldats étrangers 5 )* Pour comble de 
ditïîcultés, les ressources du Yun-nan 
étaient éptiiséos: et dans les régions où 
nous nous trouvions il est cent fois pi us 
di RI ci le de s'approvisionner et de te bat- 
tre qu'au Yun-nan. Mais Tsen-iei>u-in 
était au Yun-nan depuis longtemps; 
chefs et soldats avaient pleine oon fiante 
en ïui; c'est pourquoi, malgré tout, il 
remporta de brillantes victoires; et les 
Français, malgré leur ardent désir de dé- 
vorer notre pays tiibutairo, se voyaient 
obligés de mettre un frein â leur con- 
voitise. 

Les Français allèrent à Tien^siu de- 
mander la paix ; le traité fut conclu peB- 
dant la 3Mune(15avril— 13 mai 1885). 
Déjà ils avaient retiié leurs navii^esde 
Formose et des Pescadores, quand un 
décret impérial rappela les troupes des 
deux Koang et du Yunnan à rintérieur 
des fmntièr«0. 

Tin-hoai qui avait déjà passé le fleuve, 
apprenant la conclusion de la paix, replia . 
son armée, lieou-iun-fou reçut Tordre-^ 
de conduire ses soldats à Éîn-tdieou^ 



1) i/b ly vaut oûvirot) tia dtsmi^kilomètne. 

SI) Opjjoier »ui Françiîi, l«« laldaU du Se-tchoaan pt ^u Foadan qni, sou» îteondiiïted* 
rno-lcbao, «Qoif^it gi?n«r«l ât tliviiÎQU du Foii-îan, venaitat d'urHrer dans le sud de 11 pn 
fincfl du Yuu-uaa. 



VAITETES. 



480 



' dfliii Ta province du Koattg-toTig. Pao- 
tchao regagna le Se-tchouan, 



i 



A I& 7* lune (10 août-^8 «ept.), 
Tcheî>u-te-jouen, niembre (îu Grand 
CoTisBil, atir Tordre imjîériali se rend 
au Yun-nan \iOiir la détÎDiitation des 
frontières. 

Si nous die rebons quelle est forigiue 
de cette guerre où La France dispute 
TÂnnam à la Chine, quelle est la cau^e 
potir laquelle cette nation u rompu Les 
traités et repris les hostilités, nous vo- 
yons que toute la faute appartient à 
Tamiral Courbet. Au Tongking, Tarmée 
du Koang-8i a été miae en déroute, en* 
core par Courbet Mais k la victoire de 
Lam-tao^ l'emportée par farmée du Yun- 
nan, Courbet reçut une blesi^ure mortelle 
d'un dtf nos fusilsderempart; il tomba 
de cheval, et mourut aussitôt. Les soldats 
remportèrent en se sauvant, ce qui fat 
le principe de leur dét1[itte. Maîs les 
Français caclièrent sa mort, et comme 
nous n*en tendons pas La langue annamite 
nous ne connûmes et n 'an nouâmes pas 
cet événement en envoyant la nouvelle 
de notre victoire. 

Courbet mort, les Français perdirent 
en u rage. Aus^i ils e^e rendirent en toute 
Mte à Tien-tsin pour demander la paiJCf 
sans exiger aucune indemnité de guerre : 
ce qui facilita la conclusion du traité. 

Une délégation fi'anç4iise, sous la direc- 
tion de Hourciei% se rendit au Tongking 
pour délimiter la frontière avec le Koang- 
si et le Yun-nan. 

De notre côté Tcheou-te-jouen se ren- 
dit au Yun-nan et Ten-tchen-sieou au 
Koong-si pour s'entendre avec le vice-roi 
et le gouverneur^ et rejoindre ensuite à 
la frontière les délégués fmnçais. 

Toutes nos troupes avaient évacué le 
Tongking: l'armée de Lieou-i un-fou avait 
également repassé en Chine. Mais les 
sujets annamites restés fidèles, se réunis- 
sant en bander dans les régions retirées^ 
ef«ay aient encore de chasser Te nnemi de 
leur territoire. Dar;e ces combats, les 
F r^ nçai s é p ro u v è ren t p l u sieu rs défaites ; 
ils avaient de grandes difficultés à paci- 
fîei' le pays. 

Dans le courant d'octobre le roi d'An- 
nam envoya .son a-sscsseur Yuen-koang-pi 
à Mong-tse prier le vice- roi Tsen de 
demander pour loi Tinvestitui-e et des 
secours à Pelung. 



A la i*" îune de la 12* année de 
Koang-siu (4 février — a mars 1886) 
Tcheou-té-jouen visite la frontière du 
Yun-nan. 

Tchéo«-té-jouen était arrivé h Kai-hoa 
depuis plusieurs mois déjà, et Ton ne 
voyait pas encore venir les délégués 
Irançaifî. Dès Tannée précédente, des* 
troubles s^élant produits à Hué, les Fran- 
çais avaient nommé un nouveau roi. 
Maiij le peuple restait fidèle à Tancien 
roi, réfugié à Cam-lo. Des bandes de 
inéeo n ten ts se fo rm aien t .sou s d iffére n ts 
chefs à Thai-nguen, Hac-ninh, Hai- 
dzuong et autres lieuï pour chasser 
l'étranger du pays. A la 8* lune, elles 
avaient battu les Français à Hai-d^uong; 
à la 10" lune, à Thai-nguen. Ces événe- 
ments rendaient les routes, à ti-avers ce-s 
régions^ pleines de dangers ; c'est ce qui 
avait retardé le voyage de M. Dillon, chet 
de la délégation fi-ançaîae. 

A la 1*"^ lune, le délégué Tcheou et sa 
suite arrivèrent à Ma-pé, et suivirent 
La fron t i è re par Tou -1 on g^ La n-tau , ete, » 
jusqu'à Lao-ltai et Man-hau. 

Tsen-ieott-în qui exerçait ses soldats 
à Kai-hoa leur envoya une escorte, soua 
la conduite de son frère. 



A la 9* lune fi8 sept— 26 oct. 1886) 
Tch eo u - te - j ouen et Tse n-ieou - i n en ti-e n t 
en délibération à Ho-keou avec les délé- 
gués français Dillon, Tisseyiie et autres 
an ^ujet de la délimitation. 

La délégation française parvint à Lao- 
kai à la 5' lune. A la 6", nos déléguée ar- 
rivèrent h lio-keou, Tsen-ieou-in^ quoi- 
que très affaibli par la maladie^ se rendit 
à Lao-kai le i"^ août pour entrer en 
liourparlers. Il proposa d abord d In- 
specter ©n détail la frontière, afin de taire 
la délimitation sur le terrain môme; 
mais des bandes d'Annamiteis étaient 
i"é pan dues dans tout le pays que Ton 
devait parcourir. Les Français ne pou- 
vaient pas s'y aventurer. Déjà six de 
leurs bateaui qui étaient montés jnsqu^à 
Tchè-lan^ furent attaqués par ces bandes 
qui en brûlèrent un, firent rétit>gi-ader 
les autres et tuèrent ileux officiera et plus 
de dix soldats. Dillon, eirrayé de ces 
événemcntJ5, qu'il avait honte d'avouer, 
voulait faire la délimitation seulement 
d*apièî^ les airtfas du pay.s. C<' ijui fut 




490 



VABIÉTÉS. 



accordé par décret impérial, à la demande 
de nos délégués. 

(Le récit chinois parle ensuite de la 
délimitation sur un espace de cinq mille 
ly, que Ton divisa en cinq sections. 
Plusieurs localités qui furent revendi- 
quées par les deux parties, firent rompre 
les négociations. Les Français jetaient 
un œil d*envie jusqu'à Mong-tse, mais 
l'énergique protestation de Tsen-ieou-in, 
les fit reculer. Puis, le vice-roi fut rap- 
pelé à Yun-nan-sen par décret impérial, 
en considération du mauvais état de sa 
santé, et aussi pour surveiller les agisse- 
ments des Anglais en Birmanie, qui déjà 
avaient pris la ville d'Â va et emmené le 
roi prisonnier. 

En 1887, les négociations furent repri- 
ses et aboutirent à délimiter la frontière 
entre les deux pays. Man-haoetMong-tse 
furent déclarés ports ouverts, et les auto- 
rités provinciales établirent dans tout le 
sud de la province de nombreux postes 
militaires.) 

FIN DU RÉCn' DE LA GUERRE DU 
TONGKING. 

Deux observations. — Ce récit fait 
mourir Courbet (en chinois Kou-pa) à la 
bataille de Lam-tau, le 24 mai*s 1885. 
Or à cette date Tamiral était dans la 
mer de Chine, du moins d'après ce que 
j'ai lu dans plusieurs livres français; il 
venait de remporter de brillants succès 
à Formose, et allait attaquer les îles 
Pescadores. 

Pendant cette guerre, en 1884 et 1885, 
elle a été plusieurs fois répandue en 
Chine, la nouvelle de la mnrt de Courbet. 
C'est que Courbet était le cauchemar des 
Chinois; ils le voyaient partout. Et, 
chose étonnante, maintenant qu'il est 
malheureusement trop vrai que Courbet 
n'est plus, plusieurs d'entre eux ne 
croient plus à sa mort. 

Lorsque l'on converse avec un man- 
darin au sujet de cette guerre, il arrive 
parfois, quand la conversation prend une 



tournure plus libre, que votre interlocu- 
teur vous demande confidentiellement: 
«Voyons, entre nous, Courbet n'est pas 
mort, n'est-ce pas ! » Naturellement vous 
voulez détrompez votre mandarin, vous 
citez la date, le lieu, les détails circon- 
stanciés. Comme il veut être poli, il vous 
répond: «Oh! je ne savais pas; oh! 
s'il en est ainsi». Vous croyez avoir 
convaincu le dignitaire Céleste: eiTour 
aussi profonde qu'ingénue. 

Lui et beaucoup d'autres restent con- 
vaincus que c'est une ruse, et qu'au 
premier conflit nous allons sortir Courbet 
et le lancer contre la Chine comme un 
torpilleur contre un cuirassé. 

Les historiens chinois ne sont pas doux 
pour les adversaires de l'Empire. Dans 
ce récit les Français sont désignés par 
des expressions que j'ai supprimées en 
grande partie dans la traduction : bar- 
bares; révoltés; pirates; brigands; diables 
rouges, blancs, noirs (selon les différentes 
couleurs des uniformes); soldats du diable, 
etc. 

Les chrétiens sont invariablement ces 
vauriens, ces brigands de chrétiens (pour 
les Chinois, tous les Annamites au service 
de la France étaient et ne pouvaient être 
que chrétiens. Même pour des Chinois, 
la propagande des missionnaires, c'est 
l'extension de l'influence française). 
Français et chrétiens, tous des sauvages. 

Comme en termes galants ces cboses-là 
sont mises — 

— n est à remarquer que dans le com- 
mencement du récit ces termes ne sont 
pas employés: l'ennemi y est appelé par 
son nom. Ce n'est que peu à peu que 
l'expression devient dure. A mesure que 
s'affirment nos succès, les termes devien- 
nent plus insultants. 

On dirait que les historiographes offi- 
dels veulent venger avec leur pinceau les 
défaites de leurs armes. 

Ah! il ne fait pas bon être l'adversaire 

des Chinois dans l'histoire I 

Papyrus. 



NÉCROLOGIE. 



FBIEDBICâ MAX KUIiLEB, M. A., etc. 

Le 28 Octobre dernier, le célèbre philologue F. Max Mûller est décédé à 
Oxford à rage de 77 ans. 

Mûller naquit le 6 Décembre 1823 à Dessau, où il reçut sa première éducation. 

Il fit ses études philologiques à Leipzig où il fut, depuis 1844, un des élèves 
les plus assidus de Bopp. Dès Tannée suivante Eugène Burnouf lui recommanda 
d'entreprendre une édition du Rig-Yeda. 

Par la recommandation du célèbre Bunsen, ambassadeur de la Prusse à Lon- 
dres, la Compagnie Anglaise des Indes Orientales confia la publication de cet 
ouvrage à Mûller, qui n'avait alors que 25 ans et qui se fixa depuis en Angleterre. 

En 1851 il devint membre honoraire de l'université d'Oxford et du Christ 
Church Collège, et en 1868 on créa pour lui la chaire de philologie comparée 
à l'université d'Oxford. 

Il se démit de sa chaire en 1875 pour se vouer entièrement à ses études. 

En dehors de son Rig-Veda, auquel il avait travaillé 25 ans, Mûller publia 
en 1859 son «History of andent Sanscrit Literature». En 1866 il publia sa 
«Sanscrit Grammar» traduite en Allemand par MM. Kielhom et Oppert. 

Dès 1879 il commença à publier la série d'ouvrages orientaux connue sous 
le titre de «The Sacred Books of the East». 

Sous le titre de «Anecdota Oxoniensia», il publia depuis 1881 divers ouvrages 
bouddhiques de provenance japonaise, mais écrits en Sanscrit. 

Pendant les années 1861—64 il publia ses «Lectures on the Science of 
Language» et en 1887 son livre «Science of Thought». 

En dehors de ces travaux philologiques, il publia également des ouvrages sur 
la religion comme, en 1858, son «Essay on comparative Mjrtbology», en 1878 
«Lectures on the origin and growth of Religion» et en 1897 ses «Contributions 
to the science of Mythology». 

Il publia en outre en 1883 un ouvrage «India, what can it teach us 7» et, 
en 1899, un autre sur les Six Systèmes de Philosophie Indienne. 

Ses ouvi-ages sur la Science de la religion et ses essais sur la Mythologie 



492 mcROLooiB. 

forent TiTement attaqués par William Dwight Whitoey, professeur de Sanscrit 
et de philologie comparée à Yale Collège, New-Haven, dans la 2* Série de ses 
«Oriental and Linguistic Studies», p. 126 et suivantes (Londres 1875), et ses 
«Lectures on Language» plus vifement encore dans la première Série (p. 239 
et 262). Mais, malgré la faiblesse de plusieurs arguments de Max MûIIer, fl 
est incontestable quMl était un savant hors ligne, et que sa perte sera encore 
longtemps regrettée parmi les Sanscritistes et les^ Philologues, o. sculegel. 



1£A KTBN-TCHONa 



Nous avons donné dans notre dernier nun^éro un compte-rendu de la gram- 
maire £ p^ '^ ^ de Ma, aussi la nouvelle de sa mort arrivée à Chang- 
Haî le 3 -sept. 1900 nous cause-t-elle la plus vive surprise; il était asthmatique 
et de poitrine &ib1e, peut-être aura-t-il été emporté dans une crise. U était le 
plus jeune de trois frères appartenant à une famille chrétienne de Se-king, 
district de Song Kiang, et il reçut au baptême le prénom de Mathias. Il vint 
en France en 1877 avec la mission dirigée par Li Fong-pao et ProsperGiquel; 
il suivit les cours de l'Ecole des Sciences politiques et passa avec succès ses 
examens à FEcole de Droit. Rentré en Chine, il remplaça Tong King-sing à la 
tête de la China Merchants* Steam Navigation Co. Il était ravenu en France il 
y a deux ou trois ans pendant la durée du deuil de sa mère; il fit un nouveau 
voyage en Europe Tannée dernière. Il était allé à Rome faire amende honorable 
de ses erreurs passées et il est mort chrétiennement. Henri Cordier. 



WrCiUAM MUIBHEAD. 
^ H H Afoô Wei-lien. 

Le Rév. Dr. William Muirhead est mort le 4 octobre 1900 à Chang Haï où 
il était universellement respecté; il est né à Leith le 7 mars 1822; entré dans 
la London Missionary Society, il arriva en Chine en 1847, époque à laquelle il 
y avait, dit le Times, vingt missionnaires protestants; il y en a aujourd'hui 
plus de 2.000. Le Rév. W. Muirhead a reçu en 1894 le titi-e de docteur en 
théologie, D.D., de l'Université d'Edimbourg. H a publié un nombre considérable 
d'ouvrages en Chinois dont on trouvera la Wsie dsinslesMemorialsof Protestant 
Missionaries. Il n'a guère donné en anglais que des sermons. *) U. G. 



1) The PartiDg Charge. Â Sermon preached îd commemoratioD of the death of th^ 
Rcv. W. H. Medhurst, D.D. Shanghae, 1857, in-8, pp. 26. 
— Christian MImIods. A Sermon preached in Trinity Church October lUh, 1863. 0/ 



N£CROtX>0Ilf. 



493 



n 



WIIiLÎAM ANDERSON, F, R. C. S. 

Le Dr. Ânde^âon pr^jîHait le 25 octobre dernier la première eéaiice de la 
sakan de la Japan Society à Londres; le 27, tl était mort. 

Né à Londres en 1842, après nvoji- étudié la médecine dans sa ville natale 
et à Pans^ il fut en "Î873 nommé Urrecteur médical du Collège naval de Tokîo^ 
puis une année plus tai^d médecin de la légation d^Ângleterre an Japon. Il donna 
sa démission en 1880 et fut nommé chlrurprien à Thùpitai Bt, Thomas; en 1891, 
il remplaça John Marshall comme professeur d'anatoraie à TAcadémie royale. 

Il avait ioi-mé une collection d'estampes et de livres japonais, maintenant 
conservée au liritish Museui». *) 

En dehoi's de fes ti-avaux professionels, il a donné un car taîï3 nombre de 
publications; sur le Japon, ^} H, G, 









tb« Rev. WllliaiD Muirbead of the London Miuionary Society. Printed by 3p«emt Requeit. 
ngbae, L<JDdlon Mission Press, 1863, br. in-lS, pp. 22, 

— Slo âigeoverftd. A Si?rmo» prenchcd ou Saadaj eTêiiîû|, 18tb Septemb^rj 186i, la 
Uaion Ch&pd, Shaogbae. Sbengbftc, J864, la-lS, pp. 1&. 

-^ Cbma aiid thâ GoàpflL by tbe Rbt, William Muîrhfiad, X#Qod^ Mîsâ Sac, LoodoD» 
Jhisçs Nitbet & Go.. 1870, pet. iii-8, pp. tiu— SQ5* 

1) [ieiiCTipUve and bislorieal Catalogue of a CollectioD of .J&paneu and Cbiaese Pain tioga 
m tbe Britisb Muicom with an appendix GODUiDing as index of arCisU signature». Lond^tl, 
1S3«, gr. în-S, pp. B54 -)- ZS -f- 31 pU 
Priûted by order of tbe Trustées. 

I^ eollection des Uvrei japonaii dn Dr. Anderson comprenait 1384 volumei; icbetéc an 
1804 par Itï Brïtiili Moieum en mime t«mpi que les eatampcS) elle eat d^rîte dam le 
Catalogue des H? res japonais publia par le FtùL R. K* ûouglu en 189?. 

3) Kak'ké witb an account of tbe patbology and morbid laatomy of Ihe difeaie. {SL Thomt^* 
EospHal Report, N. S., VÏI, pp, 6— 30î VIÏI, pp. 247-^260) LûftdoB. 1878—78, in-8. 

— Kak*ké. {TroHi, AtiaOc Soc. Japan, VI, Pt. I, pp. 1&6— 182, Yokohama, 1878, ia^). 
5^ \) TA»T3^T*?l>y 3> UriamuAiiderason [William A odefion] 

^C -^ W ^ ^ i^ ^^ '^^ kiikkê Ui^int. «Andenon tm Kakke". Translatif iato 
Japanese by Toyo£umi Hidekafm. ïetlo, 1B79, Îii42, pp. m — %l* 

— A Hiitorj of JapaneRe Art. (7Vfln#, à*. Soc. Japan, VU, Pt. tV, pp. 339^874, 
ïokobama, 1379, inS), 

^ ^ Hiro*hig^, Artiit. (ÂriltHe Japon, by S. Btng, lU, pp. 183—189. 196—301). 

— Tbe Pictorial Arts of Japan, by WitHam Ander»oi], Médical Adrifter ta tbe Naval and 
Home Départements of tbe Japanese Government,.... Londan^ Sampeon Lovf, atlai^folio. 

Texte et l&O pi. dont 15 en eoalenrs et or. 

— Fani of Japan by Mrs C. M Salwcy, née Bircb. London, 1894, gr. in-4. 

Introduction by W»» Andereon. 
— ^ Burlington Fine Art» Club in London, — Catalogue ofspeel mens ofJapanete lac^uer and 
métal work eibibitcui lu April i8U4, witli au article on Japau^ae Metalwork, mAf pp. 1&. 




494 HiCBOLOGll. 



JONES I.AMFBSY. 

Le Dr. Lamprey, ancien chirurgien en chef de Tarmée, est mort le 29 ocL 
1900, âgé de 77 ans, 6 Portiand Place, Southsea; il avait suivi la campagne 
de Chine de 1860 et servi contre les T^aï P^ng en 1862, en qualité de chirur- 
gien du 67* Régiment d*infanterie; il a publié quelques mémoires sur la Chine ^). 

H. C. 



MABTYBOLOQE DE FEKINa.O 

Au commencement du si^e (20 juin 1900) léi escortes des légations com- 

pi'enaient, suivant le correspondant du Times: 

Américains. — Trois officiers, le capitaine Myers, commandant, le cap. Hall, 
le chirurgien Lippett, et 53 hommes d*infanterie de marine du Newark. 

Autrichiens. — Cinq officiers, le capitaine Thomann, commandant de la Zenta^ 

. le lieutenant de pavillon von Winterhalder, le lieutenant Kollar, deux aspi- 
rants, et 30 soldats d^infanterie de marine de la Zenta. 

Anglais. — Trois officiers, le capitaine . B. M. Strouts, commandant, le cap. 
Halliday, le cap. Wray, et 79 hommes d'infanterie légère de marine royale, 
30 hommes du navire de guerre Orlando et 49 de Wei-haï-wei. 

Français. — Deux officiers, le capitaine Darcy et renseigne Herber, et 45 h. 
d'infanterie de manne du UEnlrecasteaux et du Descartes, 

Allemands. — Le lieutenant Comte Soden et 51 h. d'infanterie de mariné du 
3' bataillon de Kiao-tcheou. 

Italiens. — Le lieutenant Paolini et 28 marins de VElha. 

Japonais. — Le lieutenant Hara et 24 h. d'infanterie de marine du Atago. 



1) Remarks on the water we ose in Shanghai. (Joum. N.-Chimm Br. E. Js. Soe., N.S. 
No. II, Dec. 1865. pp. 17V— 8). 

— Notes on the Geology of the Great Plain hj Dr. Lamprey. (7)û^.,pp. 1—20; Oêokf. 
Mac., III, 1866, p. 369). 

— Notes of a Joamey in the North-West neighboarhood of Pékin. By Jonei Lampiey. 
(Jour. R. Qeog. Soe., XXXVII, pp. 239 et seq.) 

— On the habits of a boring beetle foand in British Barma. {Trmu. Emtom..Soc., 
1874 {Proe.), p. xii.) 

— A Contribution to the ethnology of the Chinese. [186]. Ethnol. Soc. Trans., V], 1868> 
pp. 101—8, 183—7. 

— An aocoant of the occarence of Spinoptera sangainolenta, Rvd., on the heart of dogi 
at Shanghai. [186]. Linn. Soc. Journ. IX. 1868 {Zool.), pp. 296—7. 

2) Nous donnerons dans un autre numéro la liste des morts dans les proTinces de la 
Chine. 



Jl£cBOtX>SIB; 



495 



MttMe9. — Deux ofïldera, lo Uenter>ant Baron von Rahden^ le lieutp von Dehn, 
et 79 h. — 72 h. d'infanterie de marine du Siitêoi Vetiki et dn Navarin et 

17 cosaques de la lég:ation. 
Total, 18 officiers et 389 hommes. 
En outre, il y avait à la cathédrale, le Pe Tang: 
'rançais. — Le lieutenant Henry et 30 hommes. 
Italiens. ^^ Le lieutenant Cavalieri et 11 hommeSp 

SUGIYAMA, Âklra (T&'^ng San-chan), chancelier de la Légation japonaise, 
aMOBsiné le 11 juin par les soldats de Tong Fou-sîang hors de Yong Ting meun, 
alora qu^il m rendait au chemin de fer au devant de Tescorte japonaiise. La 
Gazette de Peking du 13 juin 1900 exprime les regrets de la Cour. 

G-ÂJEEI0UES, de la Congrégation de la Mi Béions brûlé dans le "Toung Tang, 
13 ou 14 juin 1900. 

DOBÈt de la CongT'égation de la Mission, bi-dlé dans le Si Tang. Deux frèr^ 
maristes, dont le Visitetir de la Province, tués à Oha-la-euL 

KETTELEB, Glemem Augufite, Baron von» né à Potsdam 22 nov.1853; 
neveu de Tévèque de Mayence Wiihelm Ketteïer; embrassa d'abord la carrière 
militaire et fut nommé second lieutenant, puis entiti dans Tin ter prêta Hat et 
fut envoyé à Peking; consul -in ter prête à Canton en Î883, il fut nommé aecré- 
taire de fambassade de Mexico^ le 15 juillet 1899, il fut choisi comme ministre 
plénipotentiaire pour remplacer à Peking le baron von Heyking. Jl a été aasas- 
âîné d'un coup de fusil par un soldat le 20 juin dans la rue de Ha-ta meun, 
^■ibn qull se rendait au Tsong-li Yamen; son interprète, H. Goi^es fut blessé 
en même temps* 

^THI'LLlTBi soldat d'infanterie de marine anglaise, tué le 29 juin alors quHl 
promenait dana le jardin de la légation d*Angle terre. 
HEEBEEf Marie-Eugène, né le 23 octobre 1878; aspimnt de 1^" classe, 
ië oc t. 1899 î il était entré au service en 1896» et appartenait au Desmrtea^ 
tué par une balle à la Légation le 29 juin 1900, 
^b En outre ont été tués parmi les Français pendant le siège d^ Légations: j 
Le second- maître canonnier Le Gloanec ; les fusil ien Corselin, Julard et Leone, 

9 Le quartier- maître canonnier Pesqueur; les canonniers Pouzien, Quéméner^ 
les fusiliers Philippe, Collas, et le matelot Bougeard, du Bmcaries. 

i]( Bl^sé^ pendant le siège des légations: 

P Le lieutenant de vaisseau Darcy, commandant la com^gnie de garde de la 
légation de France; le second -mafti-e canonnier Le Goqtien; le quartier- maître 
fourrier Lohézic; les quartiers^maitres de mouaqueterîe Hérisson, L'Anthoen; le 
quartier-maitre charpentier Butor; les fusiliers Saliou, Lesneven, llargaîn; les 
gabiers Domaitlain, Auffret, Geiîroy; le timonier Du prêt; les canonnière Lamache, 
Le Gat» Minon, Paul; le torpilleur Le llen^; le matelot charpentier Prigent; 
le matelot Pochennec. Tous faisant partie de la compiignie de garde de la légation^ 




496 NBOEOLoon^ 

GOELITZ9 Bobert, caporal allemand, tué le 30 juin d'une balle à la tète. 

WAGNEB, secrétaire des poètes chinoises, fils de l'ancien Consul-général de 
France à Cbang Haï; tué le i'^ juillet d'un éclat d'obus à la tête dans une des 
cours de la Légation de France ; le premier civil tué pendant le siège des légations. 

KO JIM A, attaché à la légation japonaise, tué le 2 juillet. 

TUBNEB, soldat américain, tué le 3 juillet. 

THOMAS^ soldat américain, tué le 3 juillet. 

OLIPHANT, David, fils de T. T. Oliphant, de St. Andrews, né en 1876; 
assistant interprète de seconde classe à la Légation d'Angleterre; admis an con- 
cours du 14 déc. 1896; élève interprète, l*' fév. 1897; il coupait un arbre près 
du puits des Hanlin le 5 juillet lorsqu'il reçut une balle d'un soldat caché dans 
le parc impérial des voitures; il avait 24 ans. 

THOMANN DE MONTALMAB, capitaine de vaisseau autrichien, com- 
mandant la Zenta; tué d'un éclat d'obus le 8 juillet, alors qu'il causait avec 
les capitaines Labi'ousse et Darcy. 

Q-BUINTO-ENS, André-LouiB, né à Ronfleur (Calvados^ le 13 septembre 
1872; diplômé de l'École des Langues Orientales vivantes pour la langue anna- 
mite (24 janvier 1896) et pour la langue chinoise (15 décembre 1899); inter- 
prète du chemin de fer Lou-Han (Peking-Hankeou) ; blessé mortellement le 11 
juillet, en cherchant à s'emparer d'un drapeau chinois. 

NABAHABA, secrétaire de la légation japonaise; mort le 24 juillet d'une 
blessure causé par l'éclat d'un obus lell juillet; ancien secrétaire du Marquis Ito. 

WABBEN, Henry, légation d'Angleterre; admis au concours 9 juin; élève- 
interprète, 19 juillet 1899; blessé mortellement le 15 juillet 1900, étant de garde 
aux avant-postes japonais. 

STBOIJTS, Bernard Mnrton» capitaine de l'infanterie légère de la marine 
royale; né le 27 mai 1870: second lieutenant d'infanterie de marine (1 sept. 
1888) puis lieutenant (21 sept. 1889); capitaine (15 sept. 1897); avait été dé- 
barqué du Centurion pour servir à Wei-Haï-wei; tué le 16 juillet d'une balle 
explosible en haut de la cuisse gauche. 

LABBOTJSSE, Alexis- Jacques, né le 26 mai 1860; entré au service, 28 
oct. 1881 ; capitaine d'infanterie de marine, 26 février 1894; tué d'une balle 
au front dans la nuit du 11 au 12 août, deux joura avant l'entrée des alliés à 
Peking; il venait du Tongking et rentrait en France par la Sibérie. 

CHAVANNE, lazariste, blessé d'une balle qui provoque la petite vérole noii*e; 
meurt au Pe Tang, le 26 juillet. 

HENBY, Paul Charles Joseph Martin, né le 11 nov. 1876; entré au 
service en 1893; enseigne de vaisseau, 5 oct. 1898; appartenait à l'état-major 
du D'Enirecaateaux^ tué au Pe Tang le 29 juillet. 

£n outre ont été tués parmi les Français pendant la défense du Pe Tang : 

Le second-maître de mousqueterie Jouannic; le fusilier Reboer; les chauffeurs 
David et Franck, du B* Enirecasteatix, 



IfScROLOOIR. 497 

Blessés pendant la défen&e du Pe-Tang: 

Le timonier Delroas; le fusilier Le Goff; les canonniers Gallac, Le Sech; les 
matelots Constanza, Fay et Lalès, détachés de la compagnie de garde de la 
légation. 

ADDOSIO, Nicolas d% de Naples, de la Congrégation de la Mission, ar- 
rivé en Chine en 1863, curé du Nan Tang; tué le lendemain de l'arrivée des 
alliés à Peking, en se rendant de la Légation au Pe Tang. 

JAUBIAS, Soeur, moite de vieillesse et des Êitigqes du siège. 

TOWNSEND, Alfred Ewen, fils de Alfred M. Townsend, agent de la 
Hongkong and Shanghai Banking Corporation à New York, né en i879, élevé 
à Mariborough Collège, passa les examens le 6 juin 1899 et fut nommé élève- 
interprète en Chine, 19 juillet 1899; blessé à Peking ; mort de la fièvre typhoïde 
à l'hôpital naval de Yokohama, 23 sept. 1900. 

Henri Cordier. 



BULLETIN CRITIQUE 



Dr* OsKAB Nachod, Ein un- 
enidecktes Goldland. Ein Beitrag 
zur Geschichte der Entdeckungen 
im nôrdlichen grossen Océan. Sepa- 
ratabdruck aus den MUtheilungen 
der DeuUchen GeselUcIuift fur 
Natur^ und Vôlkerkunde Oslasiene. 
Druek der Shûeisha, Tokyo. 1900. 
Im Verlag von Rob. Friese^ Leipzig. 
Preis M. 4. — . 

Der Yerfasser, der sich schon 
frûher darch seine Arbeit Die 
Beziehungen der Niederlàndiachen 
Oetindiëclien Kompagnie zu Japan 
im 17. Jahrhundert (S. T'oung-pao^ 
IX. Seite 151) gûnstig bekannt 
machte, hat in der Torliegenden 
Arbeit eine grûndliche Darstellung 
der BestrebuDgen der Earopâer, 
die im Nordosten von Japan 
gelegeuen angeblichen Gold- und 



Silberinselo za entdecken, gegeben. 

In der EinleitnDg behandeli 
er znerst das Streben nach Gold- 
landern im Allgemeineo. Eine be- 
trfibende Geschichte, die anf die 
Enropaer hein besonders gûnstiges 
Licht wirft, wie ans dem Bnche 
Yon Junker von Langegg ^) nnr zn 
dentlich herYorgeht. 

Nachdem man nnn das Grold- 
land vergeblich in Amerika ge- 
sncht hatte, wo es erst spâter in 
Californien, nnd nenerdings in 
Elondyhe wirklich gefnnden ward, 
snchte man es im fernen Osten. 

Der erste der dazn einen Ver- 
sach machte war ein Portngiese in 
6roa, Emanuel Godinho de Eredia^ 
der zwisschen den Jahren 1597 — 



1) Gescjiiehte der EntdeekaDgaraMn Baok 
dem Ooldlande El Dorado im 16. and 17. Jahi^ 
handert. Leipzig 1888. 



1600 dem Kotiig van Spameu and 
Portugal eine Denkschrift unter- 
breitete, worio er eiueu Zug uach 
der Goldinsel Torscblug^ yôu der 
er durch Fischer auâ der Stinda- 
Insel Solor Kunde erlangb batte *). 

Im zweitea Kapitel behandelt 
Dt. Nachod die der NiederL-Ost- 
indiselieu Kompagnie, im Jabre 
1635 untecJbreitete Denkschrift von 
WitLKH VersteegkîJ ùber die Rica 
d€ Oro nnd Rica de Fhta^ wie die 
Spaaier die iGold- and Silber- 
reiohen Insela'' bezeichneten. 

Die Kunde davon berubte aaf 
einem aogeblicheu SchiSbruche 
eîneâ spanÎBcben Schifies, dass ost- 
licb TôQ Japan, uacbdeai esseinen 
Maat verloren battei anf eine Inael 
atieaa, wo maa eiu Volk fand vou 
schôner Gestalt, weisa aud wohl- 
proportionirt, sehr liebreich uûd 
freuadlich, aad welche lusel ao 
gold- und Bilberreîch sei^ daaa die 
Bevolkeruug sugar ibre Eeasel 
uud aûdere Eochgeratbaehaften 
daraua scbraiedete» 



i) Wahrwheînlmlî memte Godîûho du mît 
di« Iniel Sum&Crm» die j» htà dvo toderti be- 
kannt eUnd iLi «die Goldinter', SHearuM 
Dmpa, aad wo noeh heatintAgu TÎel G«1d 
gerutidcD wird. G. S 



A US geographischen GrQnden 
bezweifelt Dr, Nachod (S. 319) 
diesen Scbifibrucb, aacb weil er in 
den AafaeichnungeD betrefifa dama* 
liger Schiflbrûcbe mcbt vermeldet 
wird. 

Dies ist aber nuv mu negativer 
Gruod aud ca iat gauz gut aioglich 
dass daa apaniscbe Scbiff durcb 
Sturm nacb dem nordlicb von Ja- 
pan gelegeuea Yézo Tersohlagea 
worden ist. 

Die Âïnos von Tézo and Ea- 
rafto aiud nocb immer weiss, ob- 
gleieb sie ?oq Schmutz braunlicb 
ansseben, Nach dea einadoimigeii 
Berichten neuer Reisenden abneln 
aie am meiaten den RuâBischen 
Baaern *). 

Waa ihre Freundlichkeît be- 
trifft, so legen davoa aucb Lapé- 
rouse and KruBenstem das gSn- 
stigste Zeaguiss ab '); aud Qtiost 
sagt daBS, als eîu Sehiff in dem 
Golf von Âtiiwa, Karafto aukerte, 
viele Ëiugeborene an Bord kameu, 
die ibnen deutlich machten, daaa es 
tlberflûaaig Tiel Silber iti deu Ber- 

1) Vcfgi. met DE Fr&èièatâi Qéo^raphiqMiit 

N". Vin. 

%) Vôytgfi! de Lipéron8*JTI,a40î Von 






500 



bulletut 



gea gabe, sodass sie das Eisea dem 
Silber vorzôgen '). 

Âgairre*8 Bericht stimmt da- 
mit ?ôllig ûberein (S. 323-324). 

Das vierte E!apitel behandelt 
die fruchtlose Eatdeckungsreise 
von Sébastian Vircaino (1611 — 
1614), wâhrend im fûnften die 
Entdeckuugsreisen der Hollânder 
unter Qaast uod Tasman (1630) 
und Vries (1643) vermeldet werden. 

Im sechsten Eapitel bespricht 
der Verfasser die russischen Ent- 
deckungsreisen auter Peter dem 
Grossen, die erneuerten spanischen, 
die der Franzosen unter Lapérouse, 
die der Englânder und die von 
Erusenstern. 

Hing nnn wirkiieh die Eaude 
von den Goldinseln derart in der 
Lnft wie man geglaubt bat? Ge- 
wiss nicht! denn Japan wareinmal 
sehr goldreich, be vor die spanischen 
MoDche das Gold massenhaft nach 
Rom verschleppt hatten, und die 
neuerdings aufgefandenen reîchen 
Goldplacerfei im nord-ôstlichen Si- 
bérien, wo?on die placers in Elon- 



1) Von Siebold, Reiie von Maerten 6er- 
rit». Vries, S 115 and 75. Problèmet Qéogra- 
pÂiquet, N*>. I. 



caiTiquK. 

' dyke in Nord-Âmerika als eine 
Fortsetzang anzasehen sind, recht- 
fertigen genûgend die dnnkie 
Ahnnng von einem gold- und 
silberreichen Lande im ostlichen 
Asien. Es nimmt uns Wander dass 
der Verfasser in seinem siebenten 
Schlusskapitel nichts davon er- 
F7ahnt. 

Der Fehier der Entdeckungs- 
reisenden war, dass sie Gold- und 
Silber-Inseln suchten, anstattnach 
den Eurilen und weiter DÔrdlichzQ 
fahren, wo sie wirkiieh Gold ent- 
deckt haben wûrlen, wie jetzt die 
Russen. 

Wenn aber auch aile dièse 
Expeditionen kein materiellenVor- 
theil gebracht haben, so haben sie 
doch, wie der Verfasser, S. 451, 
ausdrûcklich betont, einen Reich- 
thum auf geistigem Gebieie, nL 
die Verbreitnng der Kenntnira von 
nnserer Erde, verscha£Ft. 

Wie die Chemie ans der Al- 
chemie nnd die Astronomie ans der 
Astrologie geboren sind, so ist die 
Géographie bereichert geworden 
dnrch die Chrysomanie der VSlker, 
znmal der Europâischen. 

G. SCHLBOKL. 



Uoêfan Hak Poeiaka orang 
tjina dan hal méngangkat anak, 
Têrsalin dari kitah koekoem TÂÎJ 
TJHIN9 LOET LIE oUh TJOA 
SIEN HIE, Luitenant tilulair en 
Mandarijn 5 klas» 

Regeling der trfopvolging bij 
verêterf onder ChimezBn m der 
adoptie^ vertaald in kéi Malehch en 
Nêderlandm'h utt ket Ckinuiche 
Weiboek TAU TJHltfG LOET LIE 
doQT TJOA SIEN HIE, Luiti- 
nant titulaire Chineeache Mandarijn 
5« klaâse. Soerahaija^ Gebr. Grim^ 
herg ^ Co. 1900. 

Cette petite brochure (14 pages) 
parue aimultanémeut en Néerlan- 
dais et Malais, contient la traduc- 
tioE des articleâ concernant ta sue- 
ceâdoQ ab intestato et Tadoption 
parmi les Chînoîâ, contetiuê dans 
le Code chinois :^ '^ ^ ^J Ta 
Tê^ng liouh-li^ a^ec uu appendice 
conteoaut les préceptes de Confu- 
cius concernant les rites funéraires 
iiréea du 3^ livre du ^ /[^ i^ 

m- 

L'auteur, auquel le Gouverne- 
ment Néerlandais a couféré le titre 



bnorifique de Lieutenant des Chi- 
nois, et qui a obtenu en Chine le 
grade de Mandarin 5^ Classe, con- 
naît à fond les langues Malaise et 
Néerlanflaise, et nous pouvona con- 
séqueraraent nous attendre a une 
exacte traduction du texte chinois. 

En effet, Tauteur dit dans sa 
préface que les traductions faites 
jusqu'ici de ces articles dn Code 
chinois ne sont pas toujours et 
partout correctes* Tantôt elles ne 
sont pas conformes à la volonté ou 
riuteution du texte chinois, tantôt 
on a seulement traduit les derniers 
articles de la conclusion, de aorte 
que la liaison interne manque. 
C'est cette considération qui a porté 
Tauteur à faire une nouvelle tra- 
duction plus explicite et correcte 
que celle de ses prédécesseurs, et 
qui, à ce qu'il espère, prévieodra 
daua l'avenir les procès sur la suc- 
cession. 

Noua aammes conteuts de voir 
que Tauteur a tenu sa promesse et 
a évité dans sa traduction l 'ambi- 
guïté dont souffre la traduction du 
P, HOAHG % 



1) f, r<iuîig-pao, Vol X, p, â7, «t Vol ï. 
Série II, p. â0T. 




502 



BULLKTIN CRITiqUB. 



n traduit e. a. dans les passages 
contenus dans le Chapitre j^|) ^ 
^ ^ du VII® Livre du Code: 

;l «a 3^ # ^ # ^ ^ 

j^ ^ ^ — • "Q^ , les caractères 

vader, grootmoeder, vader of mœ- 
deri^ — et en Malais par: «Djikaloe 
Papa besar atawa Marna besar 
atawa Papa atawa Mama^ salah 
satoe misih ada di dalem Doenia*; 
en Français «quand du Grandpère 
au de la Grandraère, ou du Père ou 
de la MèrCi un est encore de ce 
monde», etc. 

De même dans Falinéa suivant 

^ ;^ ^ # ^ ^qoa'id (les 
enfants) sont en deuil pour leur 
père ou leur mère»; en Malais: 

«Djikaloe Papa atawa (ou) Mama 
soeda meningal doenia», et ainsi 
partout où les mots jJH. ^ "^ 

^ -^ se rencontrent. 

L'Appendice E contient les 
objections de Confucius contre 
Texcès dans les manifestations 
bruyantes à l'occasion des funé- 
railles, disant que les survivants 
n'ont nullement besoin de rester 



indifférents à se vêtir conrenable- 
ment ou aux sons de la musique. 
Qu'ils n'ont pas besoin de pré- 
tendre de n'avoir point d'appétîL 
Qu'en somme ils ont à s'abstenir 
de poser afin d'exciter la compas- 
sion des autres pour leur perte. 

Le précepte ressemble à celui 
que Jésus Christ donna dans son ser- 
mon sur la Montagne (St. Mathieu, 
Chap.VI,v.l6— 18)aux hypocrites 
qui prennent des airs tristes afin 
qu'il paraisse aux hommes qu'ils 
jeûnent. 

Nous ne pourons qu'applaudir 
aux efforts que font les lettrés chi- 
nois dans nos colonies, de rendre 
accessible à leurs compatriotes 
illettrés ainsi qu'aux Européens, 
une exacte idée de la l^slation et 
de la littérature chinoises. 

6. SCHLBGSL. 

How to read the War News 
from China — A Vade^Mecum of 
Notes and Hints to Readerê oj 
Despatches and Intelligence from 
the Seat of War with a Map ûnd 
a Gloseary of Militari/ teehnieal 
Terme. London, T. Fisher Unwin, 
in.l6. pp. 142. 



peiif vomme attaittt bien tfi 
"bat que 8*6ât proposé aou auteur; 

il est dans lee circoastances actuel- 
les une utile addition au Glosêary 
of Referenœ de Gileg. Les reu- 
aeigaameots sont généralement 
exacts; je relève toutefoia quelques 
erreurs^ probablement des erreurs 
d'impression, au contant de la 
plume: Page 1, Àmoy n^est pas 
Hai mum, mais Hia mun, ^ f^ . 
— P, 14, le ctef des Pavillons 
tiotra u^est pas Liu £bng-fu, mais 
Lin Foug-fu, fH^jjjg. - R 
33, le père de Temperenr est le 
Prince Ch'un gf [Tch'oueu] et 
ûou Ch'ung, — P. 35. Hien fouug 
est mort eu 1861, non en 1860; 
Tnug chi s'est marié en 1873, non 
en 1871. — P. 16, lire Hu mun, 
au lieu de /\i muQ, — P. 139, 
Yang-tsi-kiang^ ^ fj^n^-v^ni 
pas dire «Son of the Océan* . Cette 
plaquette étant destinée au grand 
public, n*a pas de caj-actères chinois* 
Henri Cobdies. 

The Travels of Sir John Man^ 
deville. The V€rnon of the CoUon 
ManmCTipt in modern spelHng. With 

thrûe narratives^ itt iUmiratifjH of 



tY| from ffaklu^t^ê Twavigations, 
Voyagea & Dîscoveries*. Londoui 
Macraillan,1900,m-8,pp.xv— 390. 

J'ai modestement contribué 
{T*oung Pao, VoL II, No, 4, 1891) 
à détruire la légende qui faisait do 
Maudeville un grand voyageur au 
lieu d'an vulgaire plagiaire. Le 
Dr. S. Bormans, MM. Nicbolson, 
Warner, etc., ont doané les grands 
assauts contre Tédifice fragile con- 
struit sous le nom du Chevalier de 
St. Àlbans; j'ai marqué les coups 
et réuni en un faisceau les preuves 
qui ruinaient une réputation usur- 
pée aux dépens d*Odoric et autres 
voyageurs en Asie. Je ne puis donc 
que saluer arec plaisir une publi- 
cation qui, pour la premièrti fois, 
donne à Mandeville la place à 
laquelle il a droit à juste titre 
comme * Père de la Pra-^e anglaise * 
dans une «Bibliothèque de Classi- 
ques anglais». 

M. A. W. Pollard, bien connu 
par ses travaux bibliographiques, 
a donné en tête de cette réimpres- 
sion du itxte modernisé de la 
Cottouienne avec quelques cor- 
, recttou» d'aprèjd le manuscrit 



504 



BULLimif CRlTiqUE. 



Egertou et le texte français, une 
notice bibliographique consacrée 
spécialement à la belle édition du 
Mandeville par M. 6. F. Warner. 
En guise d'éclaircissements, il a 
ajouté à la fin les relations de Plan 
Garpin, Rubrouck et Odoric. 

On prix modeste, 3/6d, per- 
mettra à tout le monde de se pro- 
curer un livre qui, s'il est dépourvu 
de tout caractère scientifique, reste 
un volume d'agréable lecture, muni 
d'un bon index. 

Henri Gordier. 

The Attaché at Peking hy A. B. 
Freehan-Mitford,G.6. ... London, 
Macmillan, 1900, pet. in-8, pp. 
1 VIII -386. 

Le volume de M. Mitford est 
plaisant à lire; le titre ne peut 
apprendre qu'il renferme vingt- 
neuf lettres écrites de Peking et du 
nord de la Chine depuis le 23 avril 
1865 jusqu'au 7 septembre 1866 
et un article How Mandarins are 
mode. 

Ce journal, écrit dans un style 
alerte, est surtout anecdotique; mais 
sans être aussi copieux que le 



Peking and the Pekingese du Dr. 
Rennie pour les années 1861 et 
1862, il rendra des services sem- 
blables, quoique moins grands, pour 
les années 1865 et 1866. Il fait 
aussi la part aux légendes et aux 
superstitions, telle cette amusante 
croyance: 

«Les Chinois ont l'idée que les 
lézards, qu'ils appellent scorpions- 
tigres, tuent les scorpions en les 
faisant se suicider de cette manière: 
le lézard touche le dos du scorpion 
avec sa queue, l'animal le frappe, 
mais l'ennemi est trop rapide, et 
il se pique à la place : ceci est répété 
jusqu'à ce que le lézard voie que le 
venin du scorpion est épuisé, alors 
il va à lui encore et le mange. 
Nous avons détruit suflSsamment 
cette théorie, car nous primes deux 
scorpions et deux lézards et les 
mîmes dans une boîte avec un 
couvercle en verre, et le seul résul- 
tat fut que le plus grand scorpion 
mangea le plus petit, continuant 
sa fête de cannibalisme pendant 
dix heures et ne laissant rien de 
lui que le bout de sa queue; aussi 
nous laissâmes aller les lézards et 
tuâmes le scorpion, que Chao To, 



B0IJ.ICTIN CRITIQUK* 



50i 



notre chef, conaidéra être devenu 
doublement veiiimeus puisqu'il 
a^ait eD lui le poison de deux». 
P- 110. 

B Quoique auteur d 'ouvrîmes esti- 
més sur le Japon, M, Mitford ne 
a' est pae laisse inâueucer par la 
transformation rapide de ce beau 
pays; beaucoup de perâounes ac- 
cepteront yolontiera ce parallèle 
(préface, p. viii) entre TEmpire 
du Soleil levant et TEmpire du 
Milieu: 

K < C'est la mode de louer le Japon 
pour Tesprit de progrès qu'il a 
montré, aux dépens de la Chine, 
qui reste fidèle aux vieilles métlio* 
des et aux coutumes paesées. Quel- 
que admiration que nous puissions 
atoir pour le merveilleux progrès 
que le Japon a fait, ceci est à peine 
juste. On doit se souvenir que le 
Japon n'a jamais rien créé. Tout 

W ce qu^il a su, jusqu'au moment de 
ses premiers vrais rapports avec les 
étrangers il J a quarante ans, il le 
devait à la Chine, Le Bouddhisme» 
qui a remplacé et en quelque sorte 
prospéré la main daus la main 
avec le vieux culte des ancêtres, le 
Shinto, la lecture et récriture, 



chaque art et chaque talent, depuis 
la musique et la danse jusqu'au jeu 
du foot-baU, tout a filtré à travers 
la Corée de la Chine au Japon, et 
les dates de leur arrivée ont été 
notés solenuellement comme faits 
importants dans le Dai Ichi Ean 
«Un Aperçu sur la Génération des 
Rois», rhistoire indigène. Em- 
prunteurs depuis les commence^ 
ments des temps, il importait peu 
aux JaponaÎB s'ils empruntaient 
une fois de plus ou de moins, et 
lorsqu'ils virent que s'ils désiraient 
tenir une place parmi les nations, 
leur seule chance était de se séparer 
des anciennes formes chinoises et 
d'adopter la civilisation de TOccî- 
deut, ils n'hésitèrent pas — ils 
firent un saut dans la lumière et 
quittèrent le treizième pour le dix- 
neuvième siècle. Â entendre parler 
quelquea enthousiastes on serait 
presque conduit à croire que les 
Japonais ont inventé le dix- 
neuvième Siècle, Ils l'ont trouvé 
tout prêt sur leur mesure. Il était 
impossible de traverser des siècles 
intermédiaires. Ils avaient à faire 
un sautf et ils le firent avec volon- 
té. La scène de la transformation 




506 



BULLETIK CRITiqUB. 



fat aussi subite qu'elle fut com- 
plète. Mais elle n*en coûtait aux 
Japonais aucun sacrifice d'orgueil 
national. Ce qu'ils abandouuaient 
n'était nullement de leur propre 
invention. 

«De l'autre côté, les Chinois ont 
une civilisation autochtone dont ils 
sont justement fiers. Cinq cents ans 
avant que le Christ vint au monde, 
quand les indigènes de ces îles 
étaient des sauvages sans espoir, 
vêtus de peaux ou teints de gaude 
suivant les saisons, si les vieilles 
légendes sont vraies — Confiicius 
enseignait le respect de coutumes 
qui étaient déjà anciennes. Depuis 
son époque, il y a eu treize change- 
ments de capitale et pas moins de 
trente dynasties, mais même lors- 



que les empereurs tartares se sont 
assis sur le trône du Dragon, ils 
ont été obligés de suivre les règles 
de ce Chinois et la civilisation est 
restée ce qu'elle était «à l'ombre» 
du grand Maître. Il n'est pas éton- 
nant que les fils de Han réfléchis- 
sent un long temps avant de jeter 
leur passé aux quatre vents du 
Ciel, comme les Japonais le firent 
sans un soupir!» 

Quelques fautes d'impression: 
P. V, lire Davis au lieu de Dames, 

— P. 57, Pa-li-kiao est, je crois, le 
pont à huit lis de Toung^tcheou et 
non de PeJdng. — P. xxxv, Eang 
H*i est mort en 1722, non en 172â 

— P. 160, le miao hao de Yong Lo 
est Tch'êng Tsou, non Taî Têoung. 

Henri Cordibr. 



CHRONIQUE. 



ALLEMAGNE ET AUTRICHE. 

Ost'Âsien de Novembre contient la traduction allemande du Journal du siège 
de Peking de M. le docteur Murai, par le rédacteur Kisak Tamaû Ce dei*nier 
ajoute une traduction d'un ailicle sur la terreur à Peking d'après le corres- 
pondant de Peking du Times. 

Ost'Asien donne en outre un porti-ait avec la nécrologie du docteur en mé- 
decine IwATARO KiHARA, décédé le 7 Oct. dernier à Tàge de 33 ans. 

ANNAM. 

On télégraphie de New- York, le 1" novembre: 

Une dépêche de Hong-Kong dit qu*ua typhon a dévasté TAnnam. 

Il y aurait 1,600 morts. De plus 4,850 personnes seraient sans abri. 

Au ministèi*e des colonies, on déclare n'avoir pas reçu confirmation de la 
nouvelle de ce désastre. 

Le ministre a seulement reçu, le 24 octobre, une dépèche disant que les 
communications télégraphiques de Saigon au Tonkin ont été interrompues à la 
suite d'avaries provoquées par des typhons. 

Ajoutons que la Banque de l'Indo-Chine a reçu ce matin cinq dépêches: de 
Saigon, datée du 1*' novembre, 6 h. 15, soir; de Haïphong, 31 octobre, 6 b. 
40, soir; de Hanoï, 31 octobre, 6 h. 50, soir; de Shanghaï, 2 novembre, 12 h. 
50, soir; de Saigon, 2 novembre, 11 h. 10, matin et qu'aucune de ces dépèches 
ne parle du typhon signalé par la dépêche de Hong-Kong. 

BELGIQUE. 

Bruxelles, 12 Novembre. Le Ministre des Affaires étrangères a déclaré qu'aucun 
télégramme officiel ne confirme l'intention attribuée îi la Belgique de demander 
une partie du territoire chinois. 



508 CHRONIQUB. 



CHINE. 

' Le dO Nov. dernier un typhon terrible a ravagé Hongkong, pendant lequel 
plusieurs Chinois ont péii. 

Le camp anglais est détruit, le toit de l'hôpital militaire a été enlevé et 
plusieurs maisons se sont écroulées. La canonnière anglaise Sandpiper a péri; 
on a cependant réussi à sauver l'équipage sauf un homme. 

FRANCE. 

M Henri Cordier a fait le vendredi, 5 octobre, à la section russe de l'école 
internationale de l'Exposition, au Petit Palais, une conférence sur les lielaiions 
de la Russie avec la Chine. 

L'Empire de Corée a obtenu à l'Exposition universelle de d900, 21 récom- 
penses dont i Grand Prix, 2 Médailles d'Or, iO Médailles d'Argent, 5 Médailles 
de bronze, 3 Mentions honorables. Un album de 24 reproductions photographi- 
ques vient d'être publié sous le titre de Souvenir de Séoul, Corée — 1900. 

Le Rév. Père Henri Havret, S. J, qui était venu en Europe rétablir sa santé 
compromise, s'est embarqué pour la Chine à Marseille le dimanche 21 octobre 
1900. Il reprendra la direction des Variétés sinologiques. 

Monsieur V. Collin de Plancy, Consul Général et Chargé d'Affaires de France, 
est nommé Ministre Plénipotentiaire à Séoul, Corée. M. Soulange-Teissier, 
élève diplômé de l'Ecole des Langues Orientales, est envoyé comme interprète 
dans cette capitale. 

M. Charles Vapereau, ancien professeur au Tong Wen Kouan, commissaire- 
général de la Chine, et M. Henri Moser, le voyageur bien connu dans l'Asie 
Centrale, commissaire -général de Bosnie-Herzégovine, ont été nommés Comman- 
deurs de la Légion d'Honneur; M. le Comte Mimerel, Commissaire général de 
Corée a été nommé Chevalier du même Ordre à l'occasion de l'Exposition. 

A la séance de l'Académie de Médecine du 30 oct. 1900 le professeur La veran 
dépose au nom du docteur Matignon, médecin aide-major de première classe de 
l'armée de terre, actuellement encore attaché à la légation de France en Chine, 
avec laquelle il a subi les vicissitudes du siège de Peking, sur le bureau de 
l'Académie deux notes intitulées: 

cl^ Syncope et début d'asphyxie consécutifs à une plaie de la trachée par une 
balle de petit calibre; bons effets des tractions rythmées de la langue; 

«'2'^ Sur les récidives do lu variole à Peking. 



CHBOKiqUI. 



509 



Dans une lettre datée de Peking^ et portant la date du 7 septembre, le 
docteur Matignon écrit que la plupart des documents reeueiUls par lui au 
cours de £ou long séjour en Chine ont été détruiti pendant le siège des léga- 
tions par les Boxeurs. 

«On voit par la, ajoute textuellement M. Laveran^ que ce courageux et ex- 
celleut ofïlcier de notre service de santé ne s'est pas laissé découmger par 
cette épreuve ajoutée à tant d'autres, puisque, à peine délivré, il songe à ré- 
diger de nouveaux tt^vaux». 

La première notice sur les bons effets de la traction rythmée de Ja langue 
observés chez un de nos blessés tombé en syncope à la suite d^un coup de feu 
ayant intéressé les voies respiratoires supéiieures, fournit un exemple d*une 
application nouvelle de la méthode excellente préconisée par M, Laborde. 

La deuxième raarqtïe les récidives de la variole signaïéej^ à Pékin g que fau- 
teur a constatées au cours dc^ derniers événements à la «uite de renvahisse- 
ment de la capitale par des hordes provenant des pailîes les plus reculées de 
Tempire, 

ITALIE. 

Rome, 12 Nov, Après une communication de Mgr, Favîer au Cardinal Rara- 
polla, le Vatican a décidé de demander à la Chine des dommages et intérêts, 
et de prier la France de vouloir bien seconder cette demanda^ 

JAPON. 

Un télégramme du 20 Oct. de Tokio au Herald annonce que le comte Ito 
a formé un nouveau cabinet dont il a pris la présidence et qui e^t composé 
de la manière suivante: 

Affaires étrangère«j M, Kato Takaakî» aocien ministre du Japon à Londres î 
intéiieur, M. Suyematsu; guerre, vicomte Hatsura; marine, amiral Yamalato; 
lînancest vicomte Watanabé; justice, baron Kaneko; instruction publique^ M. 
Matsuda, communications, M. Oshi, ancien ministre du Japon à Washington; 
agriculture et commerce, M. Uayashi. 



Une dépèche du 25 Ocl. de Tokio confirme celle publiée samedi soir par le 
New- York Herald mlativement à la composition du cabinet présidé par le 
marquis Ito. 

L'orthographe du nom du ministre de Tintérieur doit èti-e Suyematsu; celle 
du nom du ministre de Tinstniction publique doit être Matsuda. 

Le tèlégi-amme fait remarquer que les anciens ministt^es de ta guerre et de 
la marine conservent leui^ porteleuillee. En ce qui concerne le ministre des 
lilîaires étrangères, Kiito Takauki, on rappelle qu'il a été dirt?cleur pi^litiquedu 



510 CHROVIQUK. 

ministère des affaires étrangères à Tokio pendant la guerre sîno-japonaise et 
qu'il a été nommé ensuite ministre du Japon à Londres, fonctions qu'il a con- 
servées jusqu'à l'année passée. 

M. le docteur Oscar Loew, depuis quelques années Professeur du départe- 
i ment de Physiologie et de Pathologie végétale à Washington, a accepté la 

chaire de professeur de Chimie agriculturale à l'université de Tokyo, qu'on lui 
•« a offerte. 

î M. le littérateur Takeishi Kitszato, connu par ses ouvrages Fumio et 

> Namah amitabha^ a obtenu eu Juillet le grade de docteur. Sa pièce Fumio 

s est représentée depuis Novembre au théâtre Louise à Berlin. 

• 

i M. IWAYA, récemment nommé privat-docent au Séminaire oriental à Berlin, 



I 



est parti en Novembi*e de Tokyo. 

A l'occasion des soldats tombés en Chine, les Européens envoyent aux fa- 
milles des défunts un souvenir quelconque. Les Japonais envoient une boucle 
de cheveux, les Français quelques os restés après l'incinération, les troupes in- 
diennes des ongles des pieds, les Américains et les Anglais une pièce de chair 
bien conservée, et les Russes des vêtements et des boucles de cheveux. Le ré- 
dacteur de cOst-Asieni, auquel nous empruntons cette note, demande ce que 
les Allemands envoient. 

Le meurtre du roi d'Italie a amené le gouvernement japonais à exercer une 
surveillance spéciale sur les Italiens au Japon. 

On s'informera dans toutes les villes de leurs noms et adresses, leur état ou 
emploi, leur âge et leur fortune; s'ils sont en relations avec les anarchistes, et 
quelle a été leur impression du régicide italien. {Osi-Asien^ Octobre 1900). 

PAYS-BAS ET COLONIES NÉERLANDAISES. 

M. Frederick Starr, docent de l'Anthropologie à l'université de Chicago, a 
offert en cadeau au Musée d'Anthropologie à Leyde, une collection très inté- 
ressante de seize bustes en plâtre d'Indiens du Pueblo, dont 14 mâles et 2 fe- 
melles, de Cochiti, Nouveau Mexique. 

Les moules de ces bustes furent pris par le donateur durant son voyage dans 
ce pays, sur les individus mêmes. 

Par décret royal du 10 Septembre dernier, la médaille en argent, instituée 
par les décrets royaux du 24 Mai 1897 et du 22 Juin 1898, a été conférée à 
M. Starr cornine récouipense pour son intérêt dans les collections scientifiques 
et artistiques de l'état Néerlandais. 



CMKOHIQUB. 511 



RUSSIE. 

Vienne, 23 octobre. — L'envoi d'un i*eprésentant spécial du Llama au tsar est 
un événement qui mérite d'être considéré avec attention. 

L'extrait suivant, pris dans le Birschevija Viedomosti^ ne manque pas d'un 
certain intérêt: 

«Le Thibet, qui est boi*dé de tous- côtés par notre voisine et protégée la 
Chine, excepté du côté de Touest, où est situé le Ladakh, a toujours été pro- 
tégé par la Russie, de même que les autres pays asiatiques, contre les ma- 
noeuvres anglaises. 

«L'influence inébranlable de la Russie en Chine, où nous apportons, avec la 
civilisation, le contentement et la paix, repose sur son rôle de protectrice. La 
conduite actuelle de la Russie, c'est-à-dire le rappel de ses troupes de Peking 
et son consentement à soumettre la question des compensations au tribunal 
international de La Haye, prouve assez qu'elle restera fidèle à bes principes», 
(rimes.) 

Manitscrits mandchous au pouvoir des Russes. 

Londres, d5 novembre (4 heures matin). — Le «Daily Mail» de ce matin 
publie la dépêche suivante de Saint-Pétersbourg en date du 14: 

«Une commission impériale est partie de Saint-Pétersbourg pour Moukden 
(Mandchourie) pour emballer des manuscrits des XI* et XII' siècles trouvés 
dans cette ville. 

«Ces manuscrits seront examinés soigneusement à Saint-Pétersbourg, car on 
pense qu'ils contiennent certains documents d'une valeur extraordinaire». 



BIBLIOGRAPHIE. 



LIVRES NOUVEAUX. 

Le premier Yolume de la troisième année des publications du 
Séminaire des Langnes Orientales de Berlin, consacré à l'Asie 
Orientale, vient de paraître. H renferme les articles suivants: Syn- 
chronistùche Regententabellen zur Geschichte der chinenschen Dynastien 
(Fortsetzang) von C. Arendt; Das chinesische Finanz^ und Steuer" 
wesen (Erster Theil) von A. Forke; Lieder aus der japanisehen 
Volksschule von R. Lange; Japanische KinderUeder von R. Lange; 
Rusêische Arbeiten ûber Ostasien von W. Barthold. 



M. A. A. Fauvbl a réuni en brochure les articles qu'il avait 
donnés au Correspondant sons le titre Nos Missionnaires Patriotes et 
Savants; la première partie de ce travail est consacrée à la Chine. 



M. Marcel Monnieb a réuni en un volume in-12 (Paris, Félix 
Alcan) les articles si intéressants qu'il a publiés dans le Temps en 
juillet et août dernier sous le titre de Le Drame chinois. 



M. Charles Saolio a donné dans la Revue Historique^ sept.-oct. 
1900, un article intitulé V Agonie des Ming. Episode de V Histoire 
de Chine, 



M. Henri Cokdikr a publié dans la Semaine Politique et Littéraire 



BIBLIOGEâPHXE. 



513 



dôQX articles, Toii sur le Gouvernement cJnnai$ (4 août 1900), Vautre 
mxf Sir Robert Hari ei lei Douante chtnoùei (P^ sept. 1900)» 



A roccasîon de Texposition uEÎTerselIe de 1900, M* L* de Millotje^ 
coiiser?ateur du Musée Guimet, a donné une quatrième édition, miae 
à jour au 31 décembre 1899, du Petit Guide illustrée au Musée Guimet. 



Un Catalogue spécial des Objets e^irpciéê dans la section chinoise 
à VEj^osiiion Universelle de Pana^ 1900, a été publié par lea soins 
du Commissariat général {iu-8, imp, Ch, Noblet). 



M. le Professeur Lodoneo Nocentiki, de Elome, continue ses 
intéressantes études sur la Corée avec un mémoire snr les Prodotti 
Coreani dans le Vol. XIII, pp. 105 — 174, du Giormde detla Sociêtà 
Asiuiiea Italiana. Rappelons ses autres études sur ce pays: Leggeude 
e racconti popolari délia Corea, dans la Nuova Antologia^ 1895; 
«Materiali per la storia degli antichi stati coreani», dans les 
JRendicûnti délia R. Accademia dei Lincet^ yol. V, faac. 1; «Materiali 
per la geografia délia Corea», î6., voL V, fasc*3; * Notizie generali 
délia Corea», ib., vol V, faac* 5; «Nomi di sovrani degli antichi 
«tati corëani e tavela cronologica dalle dinastie Sil-la, Eo-ku-ri, 
Pàik-ce posterjore, Ko-ri e délia régnante Cio-sen», dans le ffîornaitf 
délia Società Asiaticà Italiana^ vol, SI; «Norai geografici coreaoi», 

ib,, vol xn. 



Nous venons de recevoir le Caialogtie de la collection des 
Gardée de Sabre japonaiees par M* Ta damas a Hatashi de Tokiô, 
doat il a fait le don au Musée du LooTre. 

L'ouvrage est illustré de 14 héliogravures représentant 84 types 
de gardes de sabre. 




514 BIBMOORAPHIB. 

Notre collaborateur, le doctear en droit Paul Bkunn et M. 
EiSAK Tauai, rédacteur de Ost-Asien^ viennent de publier la tra- 
duction allemande des nouvelles lois Japonaises sur les Patentes et 
la protection des marques de commerce et patrons. (Cf. T^oung^paOj 
Vol. X, p. 332). 



NOTES AND QUERiES. 



?• Supplices dégoûtants- 




f II y a quatre siècles a peine que i*atitisëmitîsme était plus îîru- 
mt encore qu'aujourd'hui, surtout en Allemagne où Tou mange 
eaueoup de porc que les Juifs ont en horreur, 
I Or, dans un livre publié au 15* siècle eu Allemagne, je me 
DU viens avoir tu une gravure dans laquelle on voit uu juif couché 
ar terre forcé de recevoir daus sa bouche rorioe d'un pourceau. 

34 



I 
I 



516 NOTKS AND qUERIES. 

La bouche d'an autre Juif est bourrée d'excréments de cochon. 

Tout cela représenté de la façon la plus réaliste. 

Inutile d'ajouter que ces mauvaises plaisanteries n'étaient que le 
prélude au bûcher sur lequel on brûlait ces affreux Juifs. 

Quelque chose de semblable se passe depuis quelque temps en 
Chine où ce sont les Chrétiens qui sont régalés de cette façon. 

Dans un placard contre les Chrétiens affiché à Han-keou en 1891, 
rapporté par le Prince Henri d'Orléans et servant d'illustration à un 
article sur l'insurrection des Boxeurs publié par le prince dans les 
«Questions Diplomatiques et Coloniales» de M. Augustin Bernard, 
on voit deux Européens attachés à des poteaux et deux couchai par 
terre, auxquels on bourre la bouche d'excréments de porc, tandis qn*on 
verse dans la bouche des deux autres de l'urine de cochon. 

Tout cela en présence d'un mandarin accompagné de ses satellites. 

La légende autour de ce placard ne laisse aucun doute sur la 
signification du placard. On lit en haut 

mm mmm 

«Gravure comment on prépare des globules et entonne de la fiente» • 
A droite on lit: 

«Ils appellent des pets-de-chien livres. Haïssons le nom puant 
de Jésus à l'éternité». 
 gauche on lit: 

«La nature du cochon est de se nourrir exclusivement de lavures. 
Nous en donnons un repas délicieux aux disciples du Diable». 

Les Chinois auraient-ils pris modèle sur les Chrétiens du 15® 
siècle, et les Juifs seraient-ils ainsi vengés par les Chinois pour les 
supplices que les Chrétiens ont jadis infiigés aux Israélites? 

On pourrait presque le croire, puisqu'on Chine, comme en 
Allemagne, le peuple se nourrit principalement de porc. 



NOTics ANU quunifcs. 

n. 



517 



^ 



m 

il 






A, tr 




^* 

-AI 
A 

y. 



'^ 



La seconde gravure n'est pas aussi iuQOceote. L'on y voit deax 
mîaaîonuaires couchés par terre, et recevant des coupa de bambou, 
tandis qu'uu gamin apporte deux paniers de livres (bibles ou petits 
traités) qui seront brûlés dans un brazier flamba ut. 

Cette gravure porte le titre 

tr n. '^ w m 

«Gravure comment on rosae les diables et brûle leurs livres^, 
A droite on lit: 

«Leor nature cochonne et leurs hurlements hérétiques sont pro- 
pagés d'au delà des mers. Us insultent le Ciel et la Terre. Ils dé- 



518 sans akd queeib. 

tmisent (le culte des) AnoêÉres. Dix milles fléehes et mille ambres 
ne saunieut expier leurs crimes». 
Et à gmudie on lit: 

«Des Peta-de-chien et de manras firres pneat ecNnme la fienie. 
Ds Ua^hément nos Saints et nos Sagea. Ik calomnient nos Dieu 
et noa Bouddhas. Ds sont les ennonia rnmmnns des neof pioi 
et quatre mers». 

Ce plaeaid proure que les Cliinois eonsidoeat les 
ekmîens comme les ennemis de Dieu« des AneCcraa, dea ▼éaérabks 
Saints et Sage? (Confncias ei Meneius) ainsi qna dea fiTinîtés 
naâoaalea. 

En un moc comme dœ enneasii de Fttat et du penple. 

6. S. 



8. JTai décrit dans mon édition d'AiSarir de P^wdtmem^. jf. 
CXTII— CXXŒL r^iîtion en italien imprimée en 15131^ à Peaaro. 
par Girou&mo S»ncino. pet. ia-l. ec je diaûs que le seul exemplaire 
akws cii>ans de cetse nrîasime pLaquene se trouvait à in Beale 
Bthoosaca FaLitiBa de Parme^ Uu second exeapiaire est msiqué 
jOG» k 2rx S4â lâSBS le cataiogue 431 de la KWairîe Jaagph Bacr à Gol, 
oê Frft3<â3rs-<icr->>-M«B. pubSê memment (oct. 1900). Il vaut la 
kv&se^Le 6f 4i» Mirk. H. C. 



INDEX ALPHABETIQUE. 



A, 

Page 

Aooord entre la Russie et la Corée 182 

Administrative, nouvelle circonscription — à Laos 88 

Agitation, grande — dans les provinces de Tintérieur 75 

Alphabetioal spelling with the ancien t Ghinese 186 

Américain, le gouvernement — refuse de retirer son ambassade de Peking 384 

Anderson (John), Nécrologie de — 346 

— (W.), Nécrologie de — 493 

Annam, Mémoires sur T— 281 

Annamite, Dict. — Fi-ançais ......* 393 

— , numismatique — . 391 

Assassinat de deux enseignes français 75 

Audience du corps diplomatique près l'Empereur de Chine . . . .175 

B. 

Bard (E,), les Chinois chez eux 70 

Bastian (A), nommé professeur ordinaire à l'Université de Berlin. . . 71 

Bertrand (Joseph)^ Nécrologie de — . » 170 

Bibliothek der Lânderkunde (China) 172 

Birmanie, Assassinat des commissaires Riddle et Sutherland . .173 

Blanchet, Essai sur l'histoire du papier 385 

Bonet (Jean), Dict. Annamite — Français* 393 

Bonin (C!harles Eudes), retour de M. — . . . • 281 

Bons d'Anty, de Hanoï à Mongtze 82 

Bornéo, révolution à — 91 

Boucher (Henri), nommé provisoirement recteur du Collège de Zikawei . 174 

Boxeurs v. prince Henri d'Orléans 394 

Brookea, assassinat du missionnaire — et de plusieurs chrétiens chinois à 

Chan-toung 80 

Brookes, punition dee meurtriers du Rév. — 175 



520 ISDKX ALPHABÉTIQUE. 

Bôlo^ réponse de TAotriche et ie l'Italie à la ii'>ie de M. — . . 384 

Bnshel (le Dr. S. W.) mis ea retraite 383 

Bynon Breiian t. Ma^ji^tt-^ji'^ 3W 

c. 

Calendar ichinese^ par KingsmiU 3d4 

— . Ear^pean and Chinese — ft>r I^>1 Fin da Yotame 

Cmrte publiée par les mtsûiiiiaîr» de Kian^-naB 288 

Gatmlogae des tirres chinois etc. t. CùmritU 395 

— spédal des Objets exposés dans la sectîïo dûn^Hse à TExpos. UnÎT. de 
Pïirê, 19C<» M3 

Ghiailley-Bert, Java et ses kabitants 289 

Chaix ^Paal), c^^xm'jtication snr Marco PV>lo 393 

Clialiners, Nécroir-'^de de Jo-hn — ..67 

Chambeau, des n.^aas de qrieiqses termes solaires 473 

ChAmberlam, latrodoctioD t.> tbe staij of Japaaese Writing. . . . â69 
Chftiïii n-de-fer ie Knt-Mi interromp-a par riasarrectÎMi ao Cfaan-toang. 73 

— ie SaÛTDO î Tam-hah 389 

— SîniZ3Ç4:re — X:b:ne 391 

Chemics-de-fer, Raçpi^rt ssr l'état actoei des — en Chine .... 254 

— ie E"iaiA><:L:2» 383 

— en Ctis* 290 

Cbermlier t^Hecrî*. Gccffnres coréennes 2^ 

Gbîna, Tbe Li^fbr-LiTeii Empire by Eliia Robuikih Scâdmore .... 358 

Chine, z^iestit^ia contre le painage de îa — 180 

— ^, de l'ïuSj^tiOÉX Ena;ai*e en — 289 

— . êréoefruect* i* — .... 3S4 

Cbizie et Slbêri£, scQTetïe ReTue 388 

ChinfiiP, tbe — iciaûznnt in fsrther Indn 286 

— traasscriç ai:<as :{ I&iiin W«iîrif 327 

ChtiMWânpiie PyxBastîec, Re-^zentectiiehi der ^ bî± 

GhînesBsehes FTting- odi SseQerweKQ 512 

Chinoiit, ks — c&sz t^zx z-tkz £. Fari 70 

— ^, artiscss — 396 

— • ïB^Qi i'^ .-^icr in rîsti^ract cLt»:» dn Trccadéfo 385 

Chinoise, Ci^in S* feinrae- — i Mo^as 383 

Cdfl&s, -:vi — :f iht T±z^''iy=:^ij iz^ cp in th# villsft^e Tcs-tî. . . 405 

Gohn-Antenarid, Iîb Artâstt» chiaocs .... 396 

Cocdier H ^* N«r:C:ip* i-* l^hs, ChaEsBen 67 

— . Rfrine ie boa^mki? ie M. E. Rird. I«s OhàwQs dm eox . . . . «O 

— , N-écriOiçe â» ^jseçè. Bertra^'J 170 

— . Re^-^i- ie '^ ^F^ic^-^e exiért'ecre et coï.^niaje* pttr le prince UeaiîdXklfims 171 



INDEX ALPHABETiqUE. 521 

Page 
Ck>rdier (H.), Revue du Petit Dictionnaire français-chinois du P. A. De- 

besse " 171, 174 

— , Littérature chinoise contemporaine 180 

— , Nécrologie de Milne Edwards 256 

— , — de M. Adrien René Franchet, Louis Gaillard, Nicholas J. Hannen . 257 

—, — de V. P. Vasiliev 258 

—, — de Petrus Tru'o'ng Vifih-k^ 261 

— , Revue du Li-ki par le P. S. Couvreur 277 

— , nommé Vice-président de la Soc. de Géogr. de Paris 282 

— , Nécrologies de MM. Loch, Anderson, Pryer et Rondot . . . 345 — 347 

— , Revue de l'ouvrage de Mlle Scidmore 358 

— , Revue des Décrets impériaux de 1898 par Jérôme Tobar .... 360 
—, Revue de l'ouvrage japonais La croix rouge en Extrôme-Orient par M. 

Nagao Ariga 361 

— , Revue d'un ouvrage russe sur la partie du territoire de Mandchourie 

cédée par la Chine à la Russie en 1898 362 

— , Revue de Ost-Asien 374 

— , la Révolution en Chine 407 

— , Deux Documents inédits tirés des papiers du Général Decaen . . . 451 
— , Nécrologies de Ma Kien-tchong, William Muirhead, W. Andereon, Jones 

Lamprey 492 

— , Martyrologe de Peking 494 

— , Revue de «llow to read the War News from China» 502 

—, de «The Travels of Sir John Mandeville» 503 

—, de «The Attaché at Peking» 504 

— , le Gouvernement chinois 506 

— , Sir Robert Hart et les Douanes chinoises 507 

— , Note sur l'édition italienne d'Odoric de Pordenone 518 

Corée, Leggendi e racconti popolari délia — 513 

— , Materiali per la Geografia délia — 513 

Coreani, Materiali per la storia degli antichi stati — 513 

— , Nomi di sovrani delli antichi stati — e tavola chronologica . .513 

— , Prodotti — 513 

Corée, le pavillon de la — à l'exposition 386 

Coréen, demande du gouvernement — à la France pour un jurisconsulte. 

V. Cremazy 284 

Coréennes, Coiffures — par M. H. Chevalier 282 

Coréens, Cultes — v. Courant 295 

Correspondance entre le gouvernement des puissances occidentales relative 

aux affaires de Chine 175 

Courant (Maurice), nommé professeur de Chinob à la Chambre de com- 
merce de Lyon 85 



522 IKDBX ALPHABÉnqUE. 

Page 
Ck>urant (Maurice), Sommaire et historique des Cultes Coréens . . . 295 
— , la Situation dans le Nord delà Chine; Catalogue des Livres Chinois etc., 

dans la bibliothèque nationale à Paris 395 

Courtin, mission — 391 

Couvreur (le P. Séraphin), prépare une nouvelle édition de son Dictionnaire 174 
— , Li-Ki ou Mémoires sur les Bienséances et les cérémonies . . , . 277 
Oremazy (Laurent) chargé d'organiser le service judiciaire en Corée . . 284 
Oroix, la — rouge en Extrême-Orient par M. Nagao Âriga .... 361 
Oulin (Stewart), the Origin of Ornament 395 

D. 

DebesBe (A.), Petit Dictionnaire français-chinois 171, 174 

DeoaeUy papiers du Général — , v. (hrdier 451 

Delden (van), remplacera M. le baron De Sturler comme Consul-général à 

Bangkok 182 

DesgodinSy v. Thibétain, 287 

— , Essai de Grammaire du Thibétain vulgaire et parlé 289 

DeshayeSy le théâtre et la condition des acteurs au Japon 63 

— , Conférence sur les Lutteurs et autres sujets représentés dans la collection 

des Estampes Japonaises au Musée Guimet 185 

Devéria, vente de la bibliothèque de feu M. — . . . . . . . . 85 

Diotionnaire fi*ançais-chinois, v. Dehesse 171, 174 

Douglas (Robert K.), new translation oftheFortunate Union ^ j^ ^tt 286 

Doumery v. Régamey 282 

Drame, le — chinois par Mounier 506 

Duohemin (Eugène), Conférence sur Tlndo-Chine 385 

Durand (E. M.), Ck)mmunication sur les Mois de Song-Phbng .... 385 
Dvofàky V. Konfucius 290 

E. 

Eoho de Chiney la guerre du Tonkin 480 

Ecole militaire, proposition des Japonais de fondre une — à Peking . 90 
Ecole anglo-chinoise pour 800 garçons chinois fondée à Shanghai. . • 280 

Eerwjjn (missionnaire) massacré 384 

l'Empereur de Chine, pétitions relatives à Tabdication de — . . . . 74 

EnaeigneBy assassinat de deux — français 75 

Errata 188 

Etcheverry (Louis) 394 

Eulenburg v. Ost-Asien 374 

Exposition univei-selle de 1900 168 

EyeSy the oblique — of the Mongols 293 



INDBX ALPHAfiénqUB. 523 

p. 

Page 

l^age, V. Thihétain 287 

Tauvel (A. A.), Notice sur le nouveau port de San-tou-ao 288 

— , Nos Missionnaires Patriotes et Savants 50G 

Fortunate Union par R. R. Douglas 286 

Français v. Stèle 334 

Franohet (A. R.), Nécrologie de — 257 

François, de Canton à Long-tcheon 82 

— nommé consul à Yunnan-Sen 89 

Franke (H.), v. Keaarsage 394 

Freeman-Mitford, The Attaché ai Peking 504 

G. 

Gaillard (Louis), Nécrologie de — 257 

— (P.), Nankin port ouvert 383 

(Généalogie du prince R'ing par A. Yissière 342 

Géographie, changement de forme des publications de la Société de — 

de Paris 83 

—, Constitution du bureau de la Société de — pour 1900—1901 . . . 282 

— des provinces chinoises, voisines du Tonkin 289 

Géologie, Note sur la — de Chine 85 

Giles (Herbert A.), nouvelle traduction du San Tzu Ching ^ ^S j|tt • 286 
Gonrlaoueiiy Monument funéraii*e pour les enseignes — et JToun à Hoi teou 283 

Gouvernement, le — chinois par H. (3ordier 607 

Gramatsky (A.), Revue de «Introduction tothestudyofJapanesewriting» 

by M. Chamberiain 269 

Grammaire de M. Ma ^|| JpÇ ^ |^ 363 

Grombtohevsky, Visite du colonel russe — à Saigon 86 

GrtLnwedel (A.), Mythologie des Buddhismus in Tibet und in der Mongolei 348 

Guide, Petit — illustré au Musée Guimet par L. de Milloué .... 507 

Guimet (Musée), acquisition d'un nouvel ouvrage Japonais 179 

Guquety Mission — 391 

H. 

Hamer (Mgr.) massacré 384 

Hannen (Nicholas J.), Nécrologie de — 257 

Hart (Sir Robert) et les Douanes chinoises par H. Cordier 512 

Harveu (Hélène de), une viâte à la mission catholique de Si-ka-Ouei . 393 
Hayashi, le baron — nommé ministre du Japon à St. James .... 285 



524 minz alphabétique. 

Page 

Hoirman (le missionnaire) massacré 384 

Henri d'Orléans, Politique extérieure et coloniale 171 

Heyden (le Dr. W. van derX nommé conseiller poor l'hygiène à Yokohama 391 

Hlrth, Y. Si-an-fu et MongoU 393 

Hoang (l^eri'eX une question de traduction 399 

HoAnan (rEviVjue) sauvé 383 

H8U«Tung désigné comme tuteur impérial 71 

I. 

Impôratrioe, édit de 1'— de Chine sur le danger des Européens . . 72, 75 

Inoendie à Pasar Gedé 182 

Inoinôration du roi Ang-Duong 280 

Indemnité payée pour le meurtre des deux enseignes du Descaries . .179 

Indes-Néerlandaises, les — à l'exposition de 1900 281 

Index Alphabétique 519 

Indo-Chine, v. Duchemin 385 

Indo-chinoise, Exposition — 388 

India Exploration ftmd 282 

Itoraki-Bingo ouvert pour le commerce étranger 181 

J. 

Japanese writing v. Chamberlain 269 

Japanisohen, Lieder aus der — Volksschule 512 

Japanisohe Kinderlieder 512 

Japon, le théâtre au — 63 

— , mariage du prince héritier du — 181, 284 

Japonais, Art — v. Schmeltz 285 

Java V. Chailley-Berl 289 

Juives, Inscriptions — à K^ai Fong Fou 288 

K*ai Fong Pou, Inscriptions Juives à— 288 

Kang Yu-wei, opinion de — sur les affaires de Chine 80 

—, (lottruction des tombes des ancêtres du réformateur — 176 

— retenu prisonnier à Singapore 177 

Karn, lettre de M. — à M. Barth sur la création de l'école archéologique 

on Indo-Chine 180 

Kasarsage, der Frûhlingsmythus der — von H. Franke 391 

Xiang-nan, Historique des missions à — 288 

X^ng, généalogie du prince — 342 

Kingsmill v. Çalendar 394 



INDEX ALPHiBÊTiqUB. 525 

Page 

KipinE ^, Etymology of — 329 

Koloniale Zeitsohrift par le Dr. Hans Wagner 172 

Konfuoius e Lao-tsï par Rodolf Dvorak 290 

Kotohito KaniDy Visite du prince — aux Pays-Bas 182 

Kouan-Tohangy nommé ministre à St. Pétei-sbourg 174 

Kouang-toheou Ouan, Ratification de la convention franco-chinoise. . 177 
Kouang You-pui fait prisonnier par les autorités chinoises à Canton . 177 

Koui-Tohoungy nommé ministi*e à Londres 174 

Koutei, décès du Sultan de ^ 90 

L. 

Labbé (Paul), v. Sakhaline 382 

Laoroiz (Désiré), Numismatique annamite 391 

Lamprey (Jones), Nécrologie de — 494 

Laotiens, les — du royaume de Lan Ghhang 149 

Laufer (Berthold), Preliminary Notes on explorations among the Amoor 

Tribes 352 

— , Studien zur Sprachwissenschaft der Tibeter 356 

Lefèvre-Fontalis, les Laotiens du royaume de Lan Chliang . . . .149 

Li-Ei, V. Couvreur 277 

Looh (Henry Brougham), Nécrologie de — 345 

Luang-Frabang, Arrivée des 2 rois de — à Saigon 87 

M. 

Maodonald (Sir Claude), échange de poste avec Sir Ernest Mason . . 384 
Magistrate, the Office of District — in China, by Bynon Brenan . . 394 

Maillard (Robert), De Tinfluence française en Chine 289 

Ma Kien-tohong, Nécrologie de — 492 

Mallet (Jean) massacré 384 

Mandohourie, ouvrage russe sur la — 363 

MandeviUe (Sir John), The travels of — 503 

Maroo Polo v. Chaix 393 

Marquart (le Dr. J.), nommé assistant au Musée d'Ethnographie royal à Leide 182 

Martyrologe de Peking par li. Cordier 494 

Mason v. Macdonald 384 

Médaille accordée aux militaires de tous grades, qui ont pris partàTex- 

pédition au Kouang- tcheou Ouan 179 

Medioal reports des Impérial maritime customs 184 

Mesures de capacité, ordonnance du Gouverneur-général de rindo-Chine 

relative aux — 88 

Methody the Secrot of the chinese — ofti-anscribingforeignsounds 1, 03, 219 



526 IVDSX ALPHABÉnqUS. 

^^ 

Michel (Charles) nommé professeur de langue chinoise à Mons • . . 383 

MiUoué V. Guide 513 

Milne-Edwapds (Alphonse), Nécrologie d