(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Œuvres complètes, revues par J. Assézat (et M. Tourneux)."

Google 



This Js a digital copy of a book thaï was preserved for generalions on Itbrary sheïves before il was carefuUy scanned by Google as part of a project 

10 make Ihe woild's books discoverable online. 

11 has sui'vived long enoiigh Ibr Ihe copyrighl lo expire and Ihe booklo enler Ihe public domain. A public domain book isone Ihal was never siibjecT 
lo copyrighl orwhose légal copyrighl lenn has expired. Whelhera book is in the public domain may vary couniry locouniry. Public domain books 
are our galeways lo Ihe pasl, represenling a weallh oFhislory. cullure and knowledge thars often diFficult lo discover. 

Mai'ks, nolalions and other marginalia presenl in Ihe original volume will appear in Ihis file - a reminder oF Ihis book's long joumey from Ihe 
publisher lo a Iibrai7 and finally lo you. 

Usage gtiidelînes 

Google is proud lo partner wilh libraiies lo dtgilize public domain malerials and make Ihem widely accessible. Public domain books belong lo Ihe 
public and we are merely Iheir cuslodians. Neveriheless. Ihis work is expensive, so in order lo keep providing Ihis resource, we hâve Iaken sleps lo 
preveni abuse by commercial parties, Lncluding placing lechnical reslriclions on aulonialed quei^ing. 
We aiso ask Ihal you: 

+ Make non-commenia! iise of tha jiies We designed Google Book Search for us^ by individuals, and we requesl Ihal you use Ihese files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain fi'om aulonialed qtte/ying Do not send aulomaled queiies of any sort lo Googic's System: If you are conducling research on machine 
Iranslaïion, opïical characTer recognilion orolher areas where access lo a large araount of text is helpfuL please contact us. We encourage Ihe 
use of public domain malerials for Ihese pur|X}ses and may be able lo help. 

+ Mainîaln atliiburion The Google "walermark" you see on each file is essenlial for informing people aboul Ihis projecl and helping Ihem find 
addilional malerials ihrough Google Book Search. Please do nol remove il. 

+ Keep jT légal Whalever your use, remember that you are responsiblc for ensuring Ihal what you are doing ts légal. Do nol assume Ihal jusl 
because we believe a book is in Ihe public domain for users in Ihe Uniied Slales, Ihaï Ihe work is also in Ihe public domain for users in olher 
counlries. Whelher a book is slill in copyrighl varies fi\im couniry lo counlr\'. and we caji*l offer guidance on wheiher any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do nol assume Ihal a book's appearance in Google Book Search means il can be used in any manner 
anywhcre in Ihe world- Copyright infringemenl liabilily can be quite sevcre. 

Aboul Google Book Seareh 

Google*s mission is lo organize the world's information and lo make il untversally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover ihe world's books while helping aulhors and publishers reach new audiences. You can search Ihrough Ihe fuLI lexl of ihis book on Ihe web 



at http : / /books ■ google , com/ 



ŒUVRES COMPLÈTES 



D£ 



DIDEROT 



REVUES SUR LES ÉDITIONS ORIGINALES 

COMPRENANT CE QUI A ETE PUBUÉ A DIVERSES ÉPOQUES 

ST m MA^UKAin INEDITE 

CONSOtVC» A LA ■ISUÔniÈQUE 0£ LCRMÏTACE 

NOTICES, NOTES, TABLE ANALYTIQUE 
ETUDE SUR DIDEROT 



Br 



PAR J ASSÉZAT 

TOME DCUXICMF. 




PARIS 
LIBRAIRIE GARNIER FRÈRES 

t. RUK DES SAUtrSf tHi;3. » 



ŒUTRES COMPLETES 



ftV 



DIDEROT 



PHILOSOPHIE 
il 



ŒUVRES COMPLÈTES 



DK 



DIDEROT 

ftSTUIS SCR LBS ÉDITIONS 0I1G1NALB8 



lOTKM. lOTt». T4»L| IlilTTlUt 

ÉTUDE SUR DIDEROT 

n 
LK VOUfCMCNT PHI LOBOPrtlOUC AU XVlll' lltOLt 

PAR J- ASSÉZAT 

TOUS DKUII^HK 




PARIS 

G&ftMCR FflËRES. LIBRAIRES-ÉDITEURS 



I 



^ 





PENSÉES 



sus 



L'INTERPRETATION 

DE LA NATURE 



* 



NOTICE PRÉLIUINAIIIE 



Ooatii? roluBttc* àt rSne^hpédU »TmJcEtt paru ; Dld«rct AuJt OQCom 
touL plein de BftCOn ■ ; m&ls il mquR lo bonoin d« r«ppel«r à wn colL^ 
bcM^t«iir« It!-^ pMnciih^qtiE dev&[(*Dt 1«« iJlr1f:Tr, i?t d^ donner» eti m4a)« 
icmpm^ ui T'uMlc un réflumfdeccapflDclpeSt moins Uchafqueque celui 
coateun cUu lo /V^tp^ofiu et d4u Iiï ZH'Movri prtfliiiiiiwiir« do I'cbotta 
^"Q ««naît tfeciTpprQDdK. O mffiût ces r&laofu pluâ que !& tbèM d« 
BwiBUII qnl k poiinsèrenl à écrire Jt» PtAtéet tur linterprélatiim rff 

L« rolumo p«u*iit "tt 1754, ium Indloftllon de t]«ii d*of1flDCt >1 AOU 

domim npportnns aui Rï^iapUIn»» qTii> nnni ftToni raniulli^ Hou* U 

mbriqvic do Unuirtt {Paru)^ si qoo« rn crojroiu l'MElIoa Urîor^ «t U 

IV t in i JifJtfrairv, dd Qaérard. Cwt un Id-1!1 du 3M p<«M. bû4I compter 

Ik l*bl«, non pagina, impriniA av«c flola el ^léfinc*. IL p«ut y avoir 

^^Ml WlUoiM viaiulUn^tfa- Il w rvlc^cbe i ceUc pubUc&Uun une ptr* 

ttColirflA blbUofinpbtqoe curieux. Loraquo lUIffOOfl Toulut eu parler 

tet Mt JTtteMfM tvr Di^rrvt, il se npp*La qu« rouvng« Auit, duu tt 

triodpft, imniDé pir un Teufllet rontenaoL ntit. Pri^rt tTatir. iDspIr&tlou 

toile ptrUcuUteQ; maU que, Diderot l'éUnt ravi^, irob eteuiptdrc» 

wrimantdo teiUe piJ^ce compromflilantdav&ieDt AlA Urés, Il rechercha 

■ nia run de <«• ex^mplair^^ et n contenta de citer, de la Pnêr*^ 

tapenfmpbflqul, dlfutlt-ll. Inl AuU reaiA en vèmolre. 

L'éditeur de 1A3I, ATcrtt, mprlt l« recherches alitai cum m^ncéee et 
>* put rttûOQtnr noD plus aucuu des etcDaplalres JtforUAe ; maie U 

ru n C^tm rt «Uti 4fr mitrpmttlmt /Vaim do cbntliir qiQ fttdmt ■ 



K0TIC£ ffl^LIUinAISE: 



{4m*irrdûm) t^ ITjÎ, ce flM»r«^u évUeuBOnt Jsprln^ aprè» coapvl 
portant oei >d« : Le nt<4t^ imn m<b éê phtt*r r^Uê friért tmméétMt- 
««M «pr#f iM P«fiii^«s mr ri[it«r|inèuiioa d« It Slater^, p«f « 7t. Et, 
^0^ b«rarrai de cf ite d^counït^. IL U CMMliinltai ■• fflUk. , 

Koua fcroiu cotttme lui, nai* b«ii mm «m ^Mil9 ofavmlî«lL LO 
pva^raplM eltA ptrUAlsnoan'cttit* pt* dan k lexte r«f)rodttll d'aprài 
riWlOft éo 177X H J^ a ilr plu« dw oe texte me laruiip <-prfiEnP A 
IVndralL ob. apcès t^itn «drovî 1 Dieu, TMibeur s'adrotte am Ijc^mns, 
Itoaa aroiu tra pouiolr pmtffi Mf BOw d'Intttrcatttr l4 partftraplM de 
HlIfiTon od II nous a pam pf^ewlre sa plae* maiurflll* «t dn marquer & 
noéroltd* là lacoiH* U iranatlofi par aa vuJ iiii>l. Vosu nfH^-roiii qu'an 
MW* ficdtaMn celte isterrcati» permuaelk? dont perxMpe ne 
tenu wi« éooM if>«rr^ «e L'*Bb«ocp dr ootrv âT««. 

Lm P4at4tt jur r«iUrrpniaatMai (f« Je ,VaUir« oai coniritMH'î plue 
qe*aiirtm aulrt^ dA4 oiivnyeH dn UdtfHA A l« TtirR uu^r dVrpiirll ■*! 

d*«becariié; d'oripM^JU t c««M de «e débot r&iUicîux : Jtiav ^«m»^. 
ptp^tflto, dMiot^oJ raioAll dlr«ir)rM«H«ll:«ToQA iiatltr«(|ee 
J« M Urti p». Il nV«t pe* talc pear mol q«l «ib on bartott, > ITobBCi]- 
rtlé, piTtK qe'm «Cet il 7 a pim de tub de rofirit, plu* €hjp^ibhm* 
411e Ile taib obaerrév et d'aOrmaUenL Ou >« crojalt auvl «■ dnMl de 
tronfvr vasvalii ^u'*a toomMtt «â Im inatli6«liqoe« éui«et cntUvéee 
avec Uai d'^Ui par itM B^noullU. lee EiO^r, W CUinat. ici D^AIeto* 
bert, un lwin*r« ^ul «plq«atl shmI dn iPa a iawr et de 1m coMiatuv 
vittt d^hrar qa£ k rc^oe dce mâiUviamve* étth inl ei qoe odfli desi 
■denoes nai«r«lk« onmoi^B^L 

Bt cepaaifciwC atnd qnn La milir t'a promit, ne» n>la4tphtfj» 
q^oeOe Averti»*. Cxa nallkraiatktriia du itiii- Mécir nofent peei^ 
oofAeM le dit Oidrrott « kl coioitan d'Herbe • de ceoe *deooe qef n* 
peàiieudep-«Adaid*eoitTfirte4iec>r«^9tfTrdepiqii,eiq«lD'iTii«prO' 
bableseal pl«> A auendre. 1^0:^ MrkAci.'^ aaiurellei et p^alc«>H:iainiqijB« 
■MU au CMitralrc, eatrto, avec VE^ytt^tpédf. dvw b née nuafaMe 
od dle« «oet ene«rc, e« ^ toos les jour* dke Anneenl mnê qo'on 
puiiB* préfok k terne gloriHai oA d^iroat aWrit^ir lanm eostuAlM. 

C%MiloacdiMcra«de(d^'ïq«l domine diM ce llirF,tf<<|al en fUt bo 
dcdplBtlnpeeiubde rouvre delMderoi; AncvataCoato ne l'ertpaa 
tfOSpê lomqu'U lui a hii noe plae* d'àoooctjr dan* ta BtUipUté^ti* 

S^U j a qactquei coi^nctur» haurdô*^ dan* C«« pepsa. Il faut loa 
ja^f ce «e npfkolul eette parole de l'kalettr : « l^onr ôcUrsr le» 
fceifcei ai II a« Vâs<l p^ tou^oor* de rfseoairfr la tèrMA, naH bkn 
de >m tactire an Inia de anldltae nr u«d lenottn beorettM mi 



I 

de 

1 



NOTICE PRËUUENAinK. 5 

maHwurcvne. » Et k*tiïnia4iir»dec<^«Tr«, Mnt l«« ftporm é)iargn«e«. 

S'U y ■ i|iii-|«|iir5 obscttril^, w i^ue aùa» ti'ituav pu rinD«r<)uâ 
pour nonv «ovpte, El f^fti pen-Kr que \c* Abr&hûi» Utaumdx, le» 
ïténn, iM PftMMOt, ln« Honsw «uionl 1 TtlTût t-t qu'il éUU Iton 4« IM 
ItfBT pn frionir bânévolt>amni «te» AriDc»- Ko eoumeiant \tur «claoos 
«llMirMCMJlâà luterpniiic vit iicu dJflldk, DMervI >av<iJL qoMn no 
k eovpreadriftlent fa» nt qill no parUlt en n^hiû %n'L 609 xùriluhU^ 
cMato : Jx plillovopbe*. 

C^nC grio» à miut liibileiâ p«rHiJiie qii'll <lii! d« n^tr« alu^^ité quH 
IMbk W KiH por *«««anMnb. On rép^ula ij^auf- hummr. pmtfiâ ri ht. 
Mtr loiia le« ton»: les Peliiet LHtrtt tvr ht yrwiif3 ptkUoxopt>ttA<=^ 
Mé mM f^ ê taf tin CQiCOt»iKet «i ]«u r f^aj^eJbùn?, I& 0'i»\-itut* i-t lotil^ceK 
■atirr» plcci Mica «Hrun* <ju« méclicntr», i-MJIIf'i'i'iiE. Bp]><'l»rrerii Dtdcrol 
l4«tplnMt, DAb 1W pareot trouver mul-^rc i uiia iiccuA^tion mérUatut 
liftwtil*. 

Cn fkli irip{>réclitloiM roou^mpor&lnea, UlfAAnt clfl cdl^i r-f^ nom* 
pUeiB que Dliterol nr IU«^t p«^ nouii rcinfrrrou» Muleateoi & l'utriklo 
4r la C0fT«r^vdi4«>u<0 <1« Crimin, cnthou/^ioalr ù, ta foU tlu fond nr ilj^ lu 
fiorae d***^ t'roiéft^fi i Crvni^nc, juge '»ii gâaânl imparliili mais bou^ 
p-(»J-tein«ata<LArdé.qulftcrU: t Vous troiivret lik, mniatuci vt*rtiiip? îA* 

UfoM rom^tu; tnâlji «i rou^ tro Ir (ourt^^ de nuivm rtutrtir <inM m 
aT«rf]'-. i<lk pourra «^écJalrer tin l^tnpi vd ti-mp^ do ijucltiun lunurv 
h'urvaite«-. OuH dcmvkffif i)ai* rai ^-rlvain, & qui un n« p«*ui relouer 
uar «bOOdAimn (f IcEàrA, uo(! hû^cHû raitf tl IjCftuCOQp plua 0« lumEèms 
i|U'U n'apparlloftl .^ un neiil li^immo, soit caot>ra id [Pf-rvi ilk^jx, hj 
hèrtwé. id drii«s^>i-viii<^nt m^ta^liyMrJen : ■ 

DaA* U» Riitn qui v)iit Jointe au cttolo^uo de Mi tilb1rotljèqu« 
(■iUî»lAàf«e «f^ rjr«ni40É M^ Ir mir^inH Je pAUlmj v*«ipriinf^ kIi»! : 
I C^ llvpi liirdi 4-^t plU'4 m^Upbyslquu i^iiri pbysjqur, Cnt dips Qot 
0«>ri(*qtJ4^ Dy^-rot sltaqiir M S^A/rmr r/ff la /^alnrt . île MntiperlulEi, 
toi u'at^U mrorc paru quVn latin Mtvt h doiu d'un prormaftur 
nriugeft- Ceiw utlsqucet qurlqucn aiiirr-i E^ol)li6i>rrniùncU4^i<ouvrir 
MàfUrafnprlmerru fruçaNta Vénut ph^n'j'ip*. ■ 

ToNaJrr ne panll pa« avoir tm coniiAEsKioce i1«h ffntrêâ rur J'îa- 
kryr^MkPa if« 'ii .Vafurrî, Il n'aurait pfrlnl i't6 saU>rnU dr b polûie 
OMtre l«ft n«v,tuniGnft, et. au nom ilu d^bmo, Il uirtU proti^lé 
luïn aitij FrvfJériir, Il eit pJMt>«l>li^, d'alllcurv, qu'il n'aurait pu 
aBprissnind*cluicisàc^-«iueid'«D«<'iiiUoi:tioealyli* si aoui-rl, «iniin- 
|lc«cnt majcstucsx. 






DE 



L'INTERPRÉTATION 



DE LA NATURE 






I. 

ar HtUiccihW rtoun nia plume, tlAUfi ranlrc ni^me «iHuii ler|ti«1 
loi objeta M Koiit oITrriH à m& n-netio»; |iarc« f|it'elles n'en 
rrpréNenteront que mmix l«^^IlH>tlvemenL^ et la iiLûitli^ di- mon 
eitpdt. Ce &eroni, ou de»; vues gi-ni raies sar Tait cKpi-ninealal, 
ou lie» lues pai-liculîèrcn sut un ph(.-ni>mènc qui ponh occuper 
loun nus philoMiphr>, rt 1i!s iTî\lser en tlrux cJo.HM'n. Le» tins 
f>iit, ce tne Kemhir, beauioup triiknlruaieiiH et peu <l kli'Cfl ; les 
Aatrcn out bejtu4iou|) clldi^ea et n'ont point triiiHtrumeaHi L'îil- 
U-rêi de U vérilO ikmftndernît que ceux qui rrf1t!-clikH-iil daï* 
gDiSMiit enlio ^*a>ls<x:ier ù ceux qut &e reiiujeiit, afin que le 
s|iècu]atif fût (tJTspcnsî' (Te ne domier ilu niouveineut^ que le 
maïKcuvre cûl un hut «l^n» le» ntomenienl^ iuliiiin qu'il ^tc ilonne *. 
que <o«in 110H eiïoru bC \muMvwpi\i n'-nui^ et clirij^^s eti rn^me 
Kmpe contre U rÔMislancc <lc lu nature^ et que, <iatiH cctie 
espace de fîgtie phïloHophique , diticun Ht le rôle qui lui «iti- 
vicnl. 

11. 

tue des vi^nt^ qui aîeni i***^ »ntn>iicr<e« de no* jotirt aT« 
le pliiA de counge ex de foice', qu'un J>oi> phy^teieit ne penirt 

I. ro>n rtfUlom nafHrrlIf 0ii4tfrdl4 »; parlicviitrfi Qiai- Kuffiui ot Il«ubtntita), 



10 



DE LMNTERPFÈTATION 



pomi de vue, et qui aun cerum«m«nt Jee stiîM l«8 plus av4zi- 
tigVBM0 s c'est que It râgion de» matbém&iiden» eal un monde 
iMeUeeSDeU où C€ que rou prend pKwr des rMlél l%0U8un8 
perd ebvoEumeni cex iv&niag^. qujind on l'ipporle ntr noCra 
terre. On en â conclu que c'était à la philoaopbîe eipériioeDUle 
4 lectifi^ tes cakuls de la géométne; ri e«Cle Gomt^qiMiH» m 
4tf avoui^-, tn^itic par l«v g«^mf^tn--s. Haut à ijuim bon corriger 
le cajcul ^métrique par Vex^cîemxî N'est-il pas pin court 
de l'en troir au irsuliat àc crIlc-dT d'oà fan ntit que lea 
inathémaliquf^, lraju«Todanu*j& Hurtout, oe raoduise&t ^ riftO 
de prècia sans l>ipénenc«; qvc c'c»t une espèce de m^taphy- 
eiqoe géoénle, où les corpsi foai dépouilla de leura qualités 
individuelles; ti qu'il redteraii au ovoins à Îktz up gr^d 
O tt wa g e qu'on pourrail ^peler X Application de rrxpêrience à 
Itf féûmHriffy ou TruiU dt Vatcrraûon 4eê tmntrtê^ 

m. 

Je ne sua s'il y a quelque rapport entre Tesprit du ïea et 
le K^ic madKBiatkien ; mais il y en a beaucoup entre un jeu 
et les mathtoitique»- Laisniit à pan ce que le son met d'tncer* 
tîtudo tfon cM, ou le comparant avec ce que rabatracliofi met 
d'inexactitude de l'autre, une partie de jeu peut (tre conaidérée 
comme une suite ind^ienninée de problteea 4 réeotidre, d'aprte 
des eoaditionA données. U d*j a point de qoeslioQ de nathé- 
mathiquee à qui U même définidon ne puÎBM conveciri et la 
dkùêâ du maihf^matiQeti n'a paa plus d'enstence dans U nature 
que celle du jouettr, Cest, de pan et d'autre, une a&re de 
coimtitiedi. Loraque ke gtomèma ont il«cné lea métaphy- 
tictaaa, ile étaient bien éloignes de peoMr que toute leur 
adeaoe nViait qu'une OBélapbjaiqva. On demandait un jour : 
Qu'est*-ce qu'un métaptiyBicie&f Un géomètre répondît : Ceii 
m bomme qui ne aaji rwa. tca cbiniatea, le« pbvKÎcîena, lea 
natmaJiaie», et tocia eeax qui m* tt^not à fan exp4nmcDCal, 
noa moû» ontrta dans leurs |iiçeaients. me paraiment aur 
le pomt de «engar ta ai^tapbj^que, et d'appliquer la laÉma 
déioîtîoQ aa géooifeire. Ua diaeat : A qaot aermti touia 
cet pnrfbodes tWories des corps c^ fca ae a , loaa ce ênonnca 
calenk de Tastronomie tatioimeUe, a'ib n< dhpeasaai point 



DE tA NATURR. It 

BndkT^O«LcMoniiier< d'ob^rvorle ddr Et Jedisi heureux te 
géOBèMf BDqui uDe élude consommée de& Ki^ces abetrAÎtes 
n'ftun poîDt ■fftibU le g^t <leK beaui-irtSi à qui RoriiGe et 
Tuite seront aussi ftmilierH que Newton ; qui aaur& découvrir lee 
pnqkriét^ d'une courir, et sentir \es hetmtés d'uji poAio; dont 
TeipHt et l«a ouvrage» seront de tous les tempâ, et qui aura le 
mériie de toutes les a4:ad^iniesl Î1 ne se verra pfHut lombf^r 
<tsna rolwcahl^ï ; il n'aura point à craindre de survivre X mi 
renommée, 

IV. 

Nous touchoos AU moment d'une grande révolution dans les 
Kienoee. Au penchant que Im fapn^s me pu-ai^ftent avoir à la 
morale, aux bellea-Ietlres, à i'histQîre de la nature, et à la 
physique esp^rimcotalet j'oserais presque assuicr qu'avant qu'il 
soit cent iDs, on ne compiera pas trois i^rancta f^m^tre^H en 
Europe, Cetie scieDce s'arreiera tout court, où l'&tjront laî^ée 
l«s Bentouitli, Iw Euler, les Haupenuie, les Clairsut, les Fo»^ 
laJne, les D'Alemben et les ta Grange, lis auront posé les 
oolooDea d'Bercule. On n'ira point au delà. Leurs ouvrages 
subûsteront dans les siècles à venir, comme ces pjrramide» 
d'âgjpte, dont les masseâ chargées d'hiéroglyphes réveillent en 
DOtu une ld«e effrsyanie de la puitis&nce et dea ressources des 
bommaa qvî la» ont elevi^. 

Y. 

Lorsqu'une acJence cominence à naître, l'extrême constdi5- 
ration qu'on a danâ la socicie pour les inventeurs; le désir de 
connaître par so3-ni^me une cho^ qui fait beaucoup de bruit; 
l'espersoce de s'illustrer par quelque découverte; l'ambition de 
un litre avec des hommes illuaurcs, tournent tous les 



L ÀMtntiaaa ideIaIi (IOH<noî) qol. eti dâcvuinnt le pliiVnainbnc ilo t'o^erra- 
Mut 4t Id MoMrv, tfioDDi r« jii«fiil«ip tint a^nii>titintieo HifitftLHal* ttn nvtLit- 
atM 4« tnnaUtioa àt Ift t«m tutouv do HiaU. 

% AMnoanv tmti»im {l71StlM)- R a'ataït #nc«v |iab1l£, tn montai où 
Dldcnt AcftraÊX, qun jq /utiCitfioitJ astrvnonfuutt (irtiluiLa dt r«QBl4iiJ. ut iia 
fMDOiâ da Hâ ÛtUfTiMJiaju da la tiMê, du trtiett M d*i tUjitft fLD$4, pour urrir à 
h pkjrffM «««Ml «t «ut UMfM d« U unettloB ;11MO&), IL fat la oMtn a» 



19 




DK L'DrmPBCTATlOS 



lÉMtf Jeiiwi éêm 

|MM Al mwki à (pi l«ttroivreiéfèae;o« 
tfln^tiiMt MfBéfir dM li KMMft te M 

■hjiflcJoimeiil pour «Hé ; le» tuw «'«a Soot do nrtier; «Tulra j 
«ont eulndtt^ p«r ffoAt. Ttait JBfcrw fMM ptrwit ancs 
npl<l«iiMnt b M>etic« junqm'oè «H* pMi ificr. HÎm* à w c a m c 
fpjf iteA limtleft nVimcleftt, ttilea d« b c«»cklrnftoB m res- 
«amfil. On n'tm t pliM qo«i pour rrn^ qui w clisUiif-D«iii pv 
mit gnn<Je ftupMorîti-. Alor^ la foale «lifuiaotï oa cofise dft 
■'«nihan^ucr pmjr uii^ rontn'-c ou le» fontines loiit < fc > mm « 
rarr^ ni flJjTiriVet. Il ne re^ie à Ta Mïeuc» f|Ui< Jet murcmmirs à 
qui Hir (kiffnfT rJu jttih, Pt que r|tJ€lr|ues booumft de g^îv 
qtjVJfi- rotilinui^ iniUiMn'r Imigifitips rnmre «pr^ qoe le pres^ 
lîffi* 4-At f]iMÎpi\ ri que 1« jeiii *h? miu wn«rD4 nur rÎDUtilit^ cl« 
lr<uix rrnVBin. On ri^gnnTe lonjoim rcn iravBUt conune ti&i lonrs 
ih- înnr <pjr funl litnmrur à riitimAtih^. Vnili I'hIki^ htsAo- 
riqur t\^ lu g^inëlHe, et celui fie louiez le» adence» qui rftwv 
innt rririHiruirr nu <te pliiiiT;}e D'en eiceple p*» même rhlftiolre 

lit' lu UAlUK". 

VI. 

QuAPd i»i vieiil àcoinpuiw U miiliitude i»6nîâ desc pbvno- 
fii^iir-< i(e U tiiture moc le> bomeH de noire enlemlefiieat ei 1» 
hCblowo dû n*" oi*fpii><*'<> |>eui-on JMsiuiK attvnJn> aitire ebcM 
(le ti UtMleiir <l« m.» ti*vMi\, *k l^jr» longues «iJmpUfiiM 
inlei niplieit* et de »a r«r«^ '>» «*•*« cn^teui>*, qw fptek|u» 
nlVH r* o"rtr*»** **' '^tMt»» * I» p«»rfr I hftiur rpii Ii« m»te^ 
. ._ 4 I. iLilm^nhio npMueilULKr tfa^ftillerfail [Mrrrdaiit 



mi i'^ n— ■■( > — - 



lu tiWiiVi i*e* ****l*^ l"*^ '" m»iMim q«>lle eoiAR<«nit, 
!|i^«uw * *» II** I*' *''"'' "*^*^^ •uwkï**Uh do louie cnmbi- 
!![ttm •♦^^W" •*<'***^ ''*''" '®"' '' ''"^ ^>i""nitiiiH>iÉ c\^.c»c. 
JJJ5!L| Me r»Mdr*H'il pt» <lc voïiiun*»^ f>o»;r renfermer les icrmes 
JÎITiwi W|«***» •*'"** J.-^i(pH>jJM"'i k-* coJIeeiiorm Ji^iincie:* de 
' . ,,^_ fci ^ pht-iKUi»^»*'''' l'iiiieJli coonmr l^uniïd la Urj^uc 

'[ ^j,,. H-rn-l-«N« compléter Quand rlle imit\î complète, 

JL^ ,j ti le^ Mniiic^. p-iiinnil U ^«VttirT Si rÉten»!, pour 

" wr ** iouie-ï>iii'^**wirr pl»^ «t idvmnieiii encore t^ue pir 



UK LA KATUBB. 



13 



14» tncnxillrâ de \n nêlurt, eût daîgnt* tk^vclopper Je Dai^niBOïc 
uQîvârsel mt <leA feuïlic^ trtici^ de sa propre maiu, ci-oit-oii 
que ce gnad livre fikt plus compir-ljcriMblo poui nous que 
raniTen mdneT COttbita de page^ en luruii entendu ce philo- 
sophe qui, «rec louie la force de leie qui lui avait «tê dofin^, 
n'ctait pu» >3jr d'avoir «eulemeiii cmï>^a!9^1.^ ]€K conséquences par 
lescfudleH uu mideLi gi'^mfïtre a Ui*ier(niin< le n4>pDn <\^ la 
GpÛre au cylindre? tiou» aurions, dans ce^ feuilles, une mesura 
■lei bonne de In ]ioru'<e dt4 «s^trilH. i^t une satire beaucoup 
meilleure de notre lanit^. Nouj? pouirijus dire : Fenuat alla 
jua^i'à telle p«ge; ^iThimhdc^ riail allr quHqucs pngf^'> p\ns 
loni. 1)iiel iwl donc niMrt^ liutT [/e^ûiuiian d'un ouirraf^e r|tii ne 
peul jamais dire fait el qui ^er^îl fori au-il<'jwus rlc riniclli- 
geiicc luunailie s'il riait «iclifTiv Me i^omrlien-notLH pa^ plum 
îoaefiito^ fpie lesi premiers habilaitiA de la plaine de Sennaurt 
>'oufs coiinaifficna la di.^Uuire infiTiie qu'il y a de la terre aux 
cieui, et n«u* ne laivtons [tas que d'élcvex la tour- Mais csl-iï k 
pr^umer qu'il ne viendrn point mi lenipst où notre orgueil 
déeourtgr- ntiandcmne romi-aKef Quetl« appareiKe qur. log<c 
étroileaieut ci mal k son aise ici-ba^, il s'opiniàirc À construire 
un palais inbaJïitable au delà de l'aunoNpIx^re? tjuaiid il a'y 
^îniAtrerBit, ne ^mit-ii pa^ arr^ti- par la couTusion dos laiif^ef, 
qui n'est dt-ja que trop seiHililc et ii-op incommode <UiiLs Tbia- 
loii'C tuiiurelle? D'aillcuix, l'utile cinrouMrit louL Ce aéra l'utile 
qui, ibiis qu'^ïqiirx Hiecle^, donnera de» home^; ii la physique 
eipi^mentafe, connue il est sur le point iVm donner à la ^Oo- 
■K-trie. J'accorde det »4dcs â cfriie êtude« pnrce qur In sphèi-e 
46 aoo utilit<^ lïftt iurinim<*nt plus t>i^ncl(te que celte d'aucmie 
Kkuoe abstraile, et qu'elle est, huis coniredii, la l>ase de nos 
VéiflsMCH cjH)iiai»j;nnc««. 



VIL 



Tant qiie Ica cbotfen ne Hont que dani« notre cnlcndrrnenl, 
ce sont »o4 opinioiM; ce &oni de^-i notion^, qui peuvent ^ire 
vrajcs ou fausser, accordt^cs ou Lonlrcditcs, Etie-i ne prennent 
delaconaîntancc qu'en ï^liaiii «iux étreu extérieurs. Cène liuL<fOn 
ce fait ou par une chaîne in in le n'en! pue d 'expt^ nonces « ou |var 
tiQC chaîne ininterrompue de raidonnomcnUt, qui tient d'un bout 



n 



DC L'INTERPnÊTATION 



à l'olMrTatioo, et de t'ftutre à l'expérîtiM:^ ; ou ptr une cb&tne 
d'eipérieDC€fl cti«p«nétt d'eftpACV en e«pace, entre des nisoo- 
MDiaots, comme des poids sur la locf^ueur d'un B\ suspendu 
ptr we deux enrtaiMs. Sans cen poids, lu dl deneiKlnit le 
Jonet de Is mcnndre agiiation qui m Temi dâm l'air. 

VIU. 

On peut comparer ks notîona, qui n'ont euton foadtaiMa) 
dAOs la nature, ik cca forCta da Kord dent lf« arbres n'eut potnt 
de rttCÎBCs, Il oc Faut qu'un coup de reot,' qu'un fait h^r, pour 
Ttarer^r toute une forêt d'arbres ei d'idées. 



II. 

Les hommes en sont k peine à sentir cnmbtea les laîa de 
rinrcfliigatîon de la vMt^ sont sévères, et cûihïh^ le nombre 
de ut» moyens e»t hamé. Tout se réduit à retenir do sens à \% 
réHexioR, et de ta réflexion oui sens ; rentrer m eoî et en sortir 
sans o^asc, c'est le travail de l'abeille. On a batiu bien du terraio 
en vain, si on oc reotn: pft£ dans la rucbe chargée de cîre. On 
a fait b*ca dm amas de cire inutile, si on ne sait pas en former 
des rayons. 

X. 

Mai^, par malheur, H est plus facile et plus court de «e con^^ 
sulier soi que la nature. Aussi la raison est-elle porter à 
dttflwurer en elliMn^e, et riustincl à se répandre au dehors. 
L'insimci vasann cesse regardant goùisnl, icudiant, «'coûtant i 
ei il y aurait peat-filre plus do pbj^que expfrimmiaJc à 
npprvndre ^n étudiant les aDÎmaui, qu'en suivant les count 
d'un professeur. Il n'y a point do cbarlaUnorie danit leurs pn>- 
eédte. Ils tendent À leur but, sans se soucier de ce qui les envt* 
r^nne : s'ils nous surpruinent, ce n'est point leur inteniioD. 
L'âtonrïeiDent est le premier effet d'un grand pbônomène : c'est 
à la philosophie à Ir dmiper. Ce dont il s'agit dans un couf« de 
|AUos(^le expôrimentale, c'est de renvorer son audiievr plus 
iiMlniit, et non plus siapMit. S'eDorgueîllîr des pb^Dom^nes 
de la nature, comme si Ton en «ïiaJl soi-même fautirur, c'est 



DG L\ NATUIIE. 



15 



imiter U MtUse d'un édireur^ àoa Buair. rpii ne pouvait entendre 
le nom de Uonulgnj.i mn* roiigîr. tîne grande le^rMi qu'on a 
wtrvvnt occ^ioD de doiioer, c'est l'avvu de son influfflsftnce. Ne 
vaui-il |M» mieux se concilier la conflAoce t\v% ku<m4, p&r U 
sîncMlf> d'iirt jt n'en ma rtm, que dfr lï«îb»jtier des mots «l 
se fure [litié à soi-p»^ine, en a'efTorçant de tottt pxplîquçrT 
Celui qui co^tsst librcroenl qu'il ne Mit pvi ce qu'il ii^inns, me 
diïfpavï k croire et doul 11 enlreprend de nie- midrc raJMiD» 

XI* 

L'élODDenenl Tient souvent de ce qu'on suppoMi pltisieurs 
prodïi^ où il n'y i^n & qa'un-, de ce qu'on ims^ne, àhm It 
nïiarç, lutant d'Kies {ariiculiers qti W nombre île pht^noménes, 
tuidiv qu'elle «'■ peul-*lrK jnmni* produit qu'un seul »cte. Il 
aeniltk* mAme que. &i elle avAÏl été eIuiih In tit'*i puiié d'en pro- 
duire pluMeurï, les dijT'^rcnU rfsulUL^ de cp^h acitH semant 
i^és; qu'il j Aunit des collections de phi^nom^iif» ind^pen* 
daote» Itt unes dea autres*, et que c^lte chafne ^nfmle, dont 
h pUloao]dHe suppose U coniinuilé, se romprait ca plusieurs 
endroit». L'iDdépead^nce «bdolue d'un «eul fait est iocompAtible 
arec î'idée de tout; et naos l'idée de tout, plus de philoftophie, 

Xlf. 

Il semble que U iiAtofK fW soit plue k vatilt le m^nie it^ca- 
Disme d'une in An i lé de maniée» dîlTârenies'. Elle n'diandomie 
un genre de produrlîonH qn'upr^ii en avoir niuli)plîi> les indi- 
vidiia sous louie» les face^ [mjeuàIiIi-?. (jiioiid mi considère le 
régne aatma], et qa'oa s'aper^it que, parmi les quadrupèdes, 
il uV en a pas un qui n'ott le» fonction» ef lea partie», sunoul 
inii^neurt^, entièrement semblables à un autre quadrupède, ne 
croirat-on pas volontiers qu'il n'y a jamais eu qu'un premier 



I. GoiMttJ qui arni, m «ifai, hcaurnap mlidiiiiaa <!«« hitniMi^t donn MÉ- 
(Ih et Htfiilca*. (UttdrM. Iltl.) 

1 \afat VButairw tMtitnlU fdc flii(r>a)« ItJBtoIrv d> I'Am i #1 un pMli oti»nat 
laU. imlblii : Diiirrlatio inanonratia frviIip'lirJtea. dt umvwvili ntturm ivfB^ 
i^it, fn 0nidu rforUjrif hMura, imprimé fc Krlmecn vo IIM. rt ippnrié on 
nwci pw M- d* M.» \Jlaup<rtiij«] on 1 l^i. {Ùntiurr) Gatlio> dari» laii ir«ra«x 
tfUttoirv uiurtliv, «, MOifnc GHffroj- S4ial>nil»in:, diiclopp« u p«uit do tu«. 




DE LMNT£B?ltt:rATiÛ?« 

taiiEia]» procolypc de tous Ict utituu, dost U lutare n'm Ewl 
cpi'Mlhngi*^, racrxiQrdr, traïutfbrawr, intillipliw. oUtbTv cv- 
ttii» tvgUMftf Imagîuej io doïffto «le U mùn réunit «i !■ 
matière des «agi» «i «iKiBduift que, veoiitt à iVicafa d à 
mt godkr, clk caveloppe et count le loui : «i ïhaa de b «lin 
d*ifii ItOitimf^, votiH jtur^ Te piM) iruit clirvmP. Qiiinil nn 
jDCUUDar|)hoses tiucceaai/e& de lexiveloppe du pn>iuiypc« 
qii'i] lil élr, ^prachcr uo r^ne d'an auire règne par dn 
imOttiblaK cl peti|)ler \ta cooCa» d» Ot^i H^iwe («H c*t per>^ 
ima de m servir du tcmM de ctnfiru où il n'f « «tiotiv drrbian 
rtcile). tî peupler, ditr^e. le» confinA tk» deux rt^oa, d'ètiv» 
tocertuns, mmbigiv, dépouiltt^ €o grande partie dei 
de» quâliléa et dei fouctioiifi ck l'iui, et revêtus des 
de* qualités, doa fooctiooB de Vauire, qui ae ne BeDlirajl p«ni- 
4 ooire qu it n*y a JantatK eu qu'un premier Mre prototype éc 
lOtw Jes #ir«fir liais, que C4^ue conjecture pbilomphiqiie mt 
âdaiîae avec le docteur Itaununn'^cofQpw! vnue. ou r«feireaffec 
Jf, de Butha comme fauwte, on oe niera pas qu'il do fiiile I'mik fl 
fcraancr oosune uea bypotlièae eeaeoUelle au progrès d«* U ptov* 
nqve eipMiDiûlaie, à eeiei de b philo«opbïe niionnelle, â le 
découverts et i Texplicadon d«i pbihion>èoea qui dépcsdvt M M 
rerganiaailML ^ar il eat éviilent que la nature n'a pu co<ui«T%«r 
lepi de reeseinlilai^ce daiw le» peniee, et albcter uui de \ihHi< 
dam \m foraww, aaoft avoir «ouveut midii «ensible dam un être 
orgtnK^ re qu'elle a dêrol»' tUn^ un autre. C'est une feminp 
qui aime à w irsvntfîr, rt dont hr* difliT^uK d^guiMunenu, 
Maaant erliap|vei' ient6l ne» partie, laiildt une autre» douteei 
quelque mpératice k ceux qei la suiveai avec astiduibè, de 
connaître un jour loeie nm pereoune- 

t V«r« rilulwrVMtfartf* fêmitêk ff pvtémtièn,t>^Êartttim&n€h0nt, 
pu IL D**WAitA. (DiMMT-) 

t. eaunusa ttM U ptmèt n yan àt Uàmptrxaia pour h Ibàw laJBpft' <>*te 
«■R r « Mi i Éw rt iP BMfc OHM Ui4m rvfanii ^q fruste «■ pMi iiiria la p«Ul- 
tftflan 4a I />il#rvrM«licB dé la JValitf*. uva n ih» i JlJMt nr la fmftitm en 

(tWk}, l'^i l»-lf O* Il donnoli rwnn* uav lndii<«loA, ul^ «iniJ ^m k Ul 
MM«i^««r GriBiA, c'MaM It « tr*| arUxuI * ■ulhnmvavnani *déiai«4 |«r ^ 
ptffbf» fan iiio* • 04 fr^na tt LM4«Fal «M nti iw ta ■!«> U^ Du* loa 
V tmm A* ■•i>f«H«, Lfw, tiat {(»<>, r«|M dliMMM p«f*> N lUn d« i 
iailff rf- 'r A'dter^ coiub* I« Dtv d* é'ItAlUdh. »v«e k^wd II m IMt pM !& 



0£ LA NATURE. 



i7 



xin. 



On A «Jecouvcrt qu'il y a tlaHB ua &eie le même (îuîdc s^mi- 
niJ que dans l'sutrc s^itc. Us punies qui coaticnitenl te Huick 
n« eoAi ]>tuit inconnues. On s'est aperçu des i1ll1^^alio^^ âingu*- 
lièreGquïsuntennent tlu]!< certains organes <lc la femelle, quand 
U DAtur^.* Il prcâse roricment de rechercher le m&lc^ DonsT&p- 
pracl]« dcft «icxe!£, quand on vîcfii à comparer les ayinpidme« du 
plaifir de l'un aux &ymptOinc^ du plaisir de l'iiiitre, et qu'ons'eat 
MMirt que In ^olupL? ^e «onsomme dans louit le^ de^ix par des 
<>tanceniefits également caraciirriK^, di»tinct»i el batlus, on ne 
peut douter qu1I n'y ait au»«j den t-niiftsion^ s^'niblaliW du fluide 
K^inal. MaU où H commiMit f^^ r«i( cette émission dana la 
femme? que devient le fluide? quelle route Rnît-ilï c'c«l ce qu'on 
ne saun qui? quatid la nature, qui n'en pa^ également invfit^ 
rieuav fîn luut i:i partoul, w sera d^^uilirr dar*»? une auïre espèce : 
ce qui arrivera apparemment de l'une de ces deLX ni^iiitèrcït; ou 
\n forriM» seront plus évidentes dan» Iga DT^ane?i. ou r^mtsHÎon 
du Huidr •net nrndra KenhiMr à kimi ongiiii; l'-t ,sur Irititi* sa riiuie, 
pitr «m jilnixlNncr! i*itraiirchiifiîrtï. Ct^ qu'mi a vu ilÎHtîiicti^mrnt 
daiyi un être lie unie pa« à hq mantfei^ier danH un ftijv Aeinblable. 
Rn plijxiquc cxpi^rimcjitak', on npprr-iid à a]>rTcr«^ir Ir.^ petit» 
plii^iomrne^ iloiih le» ^ndii; de même qu'en physique ration- 
nelle» on apprend à connaître Ic« grands corps dins les petits. 



XIV, 



Je me repr^icnle la viucc enceinte des ncienceA, comme un 
grand terrain parsema de placer obscurca et de places éclairt.^. 
Am travaux d»i^«nl aïoir pour but, ou d'ctcndre Ic^ lunitea det 
places Mairécs, ou de multiplier sur le terrain les cculre» de 
lumières- L'un ap|>arlieDt au génie qui crt^ ; l'autre à la sa^n- 
dvè qui perfeaionue. 



r topa duM rjVùfojrr ■aJuniy' o''*'^'' ^ pariituliirt, lo I^M^ur» itur b 
II. S 



u 



DC L'IKTERPi^ATIOH 



yom wnm troi» mojtMs pnodpiai : rolnemik» de U 
ittiiire. b riie»fi et TapéncAoe. L'^ofatcrotits rceacîlle les 
£«iu. U f^ietiap la oombiuxi Texpénfna Wrîfir' le pf^uT- 
M Je 1* tamUmmÊOù, U fui que Tobtemiioii df U nature 
nil amdve, que U rfl e gk » mi prolbodc et q»e FeipéneQce 
MiteiJcJe.OB rainrcflieAt ceanojcBaréiaiîa. iuaaila^éfiiei 



!¥!, 



Le pfatkvo|Ae, qui o'^perçoii soment ta vMié que conme 
le paliâqne malvlrcrit ip^r^oii focrAEiofi, par le cAté diunre, 
avora qu'il r^t impcmhk île la %ù%îr. ilai» le nMOienl où la 
main do uumPiiTreeBi port^ parle tusani sur lerAtéqui ad«« 
die^esi. 11 taui ccpesdaoc aMNi«T que pami en nuioovrier^ 
d'etpéricnu;». U y cd a de bien niaUieurenx : J'ea d'eux nn- 
ploien lo«le a& vie à obsemr des îoâectes, et ne terra rîen de 
nuuteau; an auinr jeltcn sur eux un coup d'si) en p&vont, et 
ai>»rn-e\ra Le polype', ou k piRcron henDipfarodite*. 




XV IL 

SenC-ee tcxboiaiiiei deg^equj oni maoquéi rits£v«nf7nu]- 
lenwoi- l£«t-^e en eux ik^fain il*- minlitaiion et d'éluder encore 
luuîm. l/bû^re den ?i>c«erK:«M foQrmtlIe de mm Itleatrai; U 
kurfate de b lerrc eat cninerte «le> manumenla de nat travaiiJt. 
IVfiirquot jlrjiiapo9iaédûiiV'noiissï[iea decoaiiaï^^nrRt ceflaiaeiT 
fMrf|ut-lle (alaliii les bdeiKe» oni^tlcv fui m jieii de progrès? 
vunmr^noiiH dc-ilinéA a n'étrejanial*! qoe d6\ enfanta? j'ai dvjk 
aiiufiitcé la ripouîit k ce» quc&ijoa», Le^ adcncGi abauaitfo ont 



r. i^^n JTiMMn dw ÉUMin, |ar M, «• Rrtunar. C«N KaaiMt qoi, m I14D. 

jMH'hw vw«Maia*M« pv«« «lOB >«Mc la Mm iat««idiM« qd M pr«ai^ 
•Aui blor* Kn teoPMl tf>a« ft P Mi *tfc> MaÉrkarc «i •«« do l'Iwm^iiM'iilii] d« 
|4i '^«. ruDin* art Ia ovfMl H BOfanl ai <«ne 4r«nv<tKt T«lr Lv«l It P^^Vueftoflu 



DE LA NATUaE. 



« 



occupé trop longienups cl avec trop peu d« fruit les meilleurs 
espriU; ou Ton n'n poîni ^mdié ce <]u*il intporuût dti navcur, ou 
1*00 n'a mb ni dicdi, ni «iies, ni m^^iode dans ses «uidos; lat 
mots te sont multipliés uds fui, ci In ccnnftiiuancr d«s choses 
est re»tée en snifTrv. 

XVJIL 

Ls vMtabk manière de philosopher, c'eâ: été et ce nersit 
d'appliquer rf-iilciidc[n«nt à rcnicndcmunl; l'enCcndement ot 
rexptfieoM &UX Aene; len Aen»à I& nature; la nature à l'inve»- 
tigstvon des mAtTumcnts; Icfi instruin€iit& à U rcchcrcbc et k la 
perfcctiou <\tA arb, <|ti'i)n jcitcnut au peuple pour lui appruodrt 
à nspeder la philosophie, 

XIX- 

II n'y aqu'tio seul mofco de rendre la pbîloaopfaîe vraiment 
rccornuundaLk aux yeui du vul^uirc; ccst de In lui iDoutrer 
aeconnpaçn6c de rutiJité, te vulgaire demande loujoura : à ^uot 
ctla Hrt-U'/ et il ne faut jacnaiR ao trouver danft le c«9 do Lui 
r^>oiKlre : ù rim; il ne anit paA que ce qui (^claire le (ihîloAopbe 
el ce qui sert au vulgaire sont deux choses fort difTerentca, 
piibqu« rcntendemcntdu philo«ophe est hou vent- écUin^ parce 
qui «lit, et obscurci par ce qui sert. 



tfs faits, é'i quulque nature qu'ils soient* «ont la véritable 
ricbesM du philosophe. Main un de^ piVii^gi^ï de la philo^^ophic 
railoonelle, c'est que celui qui ne saura pas nomtrer ses écus, 
ae «cru guftre plus riche que celui qui n'aura qu'un écu. La 
philoiopbie ratiunnelle «'occupe rnall)«ur^uïNunail beaucoup plua 
à nipprochei et À lier les (rUh quVlle pOî»^le, qu'& en recueillir 
de nouvtAui. 

XXI, 

Recueillir et lier lœ faiu, ce sont deux occupations bien 
pénibles; au«i tes pbilow}phea( les ont-ile partagées entre eux. 
Les uns pasœai leur vie k rjusenibler de^; mntiTiaux, iiianwuvrea 



10 



DC t'INTËPPfIÊTATION 



utilfft et l&borieut; 1e« atitro«, or^ei1t«a?i >rchii«ctes, e'em- 
pressent 1 leïi meure en couvre. Maifl Je remp« & rt<iver«<^ jo^ 
qu'âvjourd'huî pfv«qi>r lous If« «dJfice^ <fe U philosophie 
rtlîoniif llç- 1* naânvu%T^ poudn^iii npporl« t6t ou l*rcl, d» «ou- 
icmiu» où il creuse en aveaj;le» le mot-tr^au faul k cette archt* 
lecture élevée à Torc^ île Û^ir; eilvK i^croule; ei il ne reste que 
esI}lJlt<^rililUo>nfol)l}l^^ p^le^iii^lt^» jiiMj n'A rir 'ju'iiti mitre g^iiic 
trnii-mtre ea entreprenne une combtndivïn iK>uvdlp- l{etjfvitx le 
pbilompke sy3Uéjnnrli|no k i|UÀ la nature aun donné, comme 
ftutrrrni,<( à fipicure. k IjjtT^ce, k Aristolif, k Mainn, unr imn* 
gifiati<Hi forte, une grmndc éloquence, Vtx'i de pirwntKr si» 
idée» MUS de» innagM frappAEo et iniblimcs! T^ifîce qu'il s 
constniil pourra lomber \w jotir ; mau sa stalutt R?*tf-m debout 
au milieu de» ruines; et la pierre qui s/c delachcra de la mon* 
lagDc ne la brisen point, parce que les pieds n'en sooi pas 
d'ttrgile. 

XXIL 



I 



1/efktertdemenl a mh pr^ugés; le «em, «on încerlitude': I» 
nèmoîre, sei^ limites; rimagioaiioD, ses Lueurs; les insinjnieniA, 
leur imperfection, Ijtt^ pb(>Twii)frnf?t sont infinis; les cuveSt 
cacliétfs; ]«M funi»ï4, pt-ul-^lre transit loâret. Sou* u'bïojl'* luuitrr 
tant d*ob6iacles que nous irouvoi» en imki^. ei <jue U naiure 
nous opposi^ an debur», qu'une eipfnenc« Iniic, qu'une réfnàoo S 
brimée.. VtïiU le^ levi«iH avec IrMfuelfi la pli>KR>ùfibie a'mx pro- 
fond de tcniuer le monde. 



XXIll, 



j 



fitMR avons déiineué deQt aortes de philcsoptiic. Texpérî- 
jncniaTe ei U raiiocin«llf. L'une a le& yeui ban<Uft, marche 
toujoiir» CD tlionouii, oUit tout ce qui lui tombe sous lc& 
mains, et rencotitrv fc la fin des cIma^s prâcitutct. L'autre 
r«cimlle c«K^maiiôn?s pr«cH*ttK«9, et tidie de t'en former un 
flunbou: m«tK re lUpkbe«u pn^tauJu lui a« jusqu'à prv«eiit, 
moiua »eni que le liionoeaient à u rîviJe, ei cela devait Atre. 
L'«xpdrfeiice mulcîplie «ex momronwnii à riAfini; elle ttl su» 
QM*e «H acikm ; die met à cbardivr dot pMnoaièius tout le 
lenpft que U rmm emploie à cberdier <let anaJogi««. La pbt- 
lovD|ib*o «pMineiiiale ne «ail ni ce qui lui viendra, tiî ce qui 




DE LA NATURE. 



H 



ne Uiî vîradr^ pas de 3on tmvall; maia elle travaille suis 
irlArJv?, Au cwiimrc, Ia philEWjphîi' miîoiiin'lïf [ti^v W^ [Huoit- 
btHu'-«, proncnctt et sVi^ii* Unil <-xmrl. EHe dit hardiiiieriL : on 
ne pettt tUréaupotfr iit fktriti^re : la philosophie e^pt-rimeniale 
r*^ul^, ei st uil ilevanl HIr pt^n'lmit <3wi sitrîeN (.-niirrs; puî» 
tout à luiiip dli? fiHjTiln? \v pmme', et dit : ii; tumifre àe 

XXIV, 



I«Q0IA8£ DE Lii FH T8IQIIE ,BXPÉftlllE!IT%LK, 

La p^yaique ex pt^rim filiale ^'ooriipc ou ^i^nt-ral cl« IVj-à- 
Ujuc^ des qwiUtft, et de ïrmploi, 

L*tllHnE^<:t 4ïtnbrWM! rAijtff>fjv^ U dacriptmi^ In gMmtion^ 
Il fwWï-rd/iMi «i la (ie*tri4ction. 

l'htioire ^\ d4<H heuji, de TimporUlion, d« l'exponaiioii, 
dti prix, dCK prrjugi^w, *ïic.,, 

Lj drscriptiony de l'ibtt^rieur et de [*fîxliTicitr, par Louiez l«n 
ijuiltu-^ Mnsibtc», 

U ^ttii*raïfù9î, prise depitU la première origine JLwqu'Â l'oial 
de peifectioo. 

U em$fmahn, de louft les ntoyenti de (Ix^r danft cet i^iai. 

\a destruction, pnsc dcpuïs IViat de perf^ciion jusqu'au 
ilcmier ilegri» rtinnii d« lUttmtpotitÙM ou de dépfrivtftttftd^ 
lie éiaolniion ou <le résotittton. 

t« i7riitn:>i «uni g^ntValcs ou parti culièifs, 

rapftelIc^i^f^fiMilrf ct|]e<cquj huiii rnimTitiii«*x ii tous lej& èirefi, 
Mqui iff van^rit que par Is quaniité. 

l'^t^4\r. parliniU/rrSf rA\n qui r^nxdlurut Tétrc w\; ces 
<^rntcres <«oot ou di^ la xtibitance eu maur, (ut ûa U Mil>Klaiice 

L'nrtiti h't'ieiul à I» ^^mpantintn, k Vappiiauion ei À U 

U fvmpanus&it m fait du par les rGfisenibIan<:«4, ou par les 

i'^fpii^/iîm <luk être U pTux étendue et U plus virite 
'P'ilwpchwlbk. 

^ fviri^inaiSM est uialo^c ou bizarre. 



DC LMNTCBrBËTATION 



XXV- 



le â'i^ atioloçue oa ^t^tfrr^, parce que loul a son r^Aultatflans 
|fe nature: Teipérience la plus exli^vaganle, ûnsi que la plus 
rvLtftmtrr, Iji p)ii1i:Kiiphir rtpi'nfnfitUlt^, qtii ur a*. pnïfKtwr 
hea« eai ci>ujaijni aiiiieiiii! de ve (|uï lui vient: !& pïiilûMiphie 
ntioonelle esi loujovre inalruiic, lors m^me que i:« qu elh s'est 
pnpotè ne Jui vîjfjil [)». 

XXVJ, 

Lft philosophie expérimeotftle eet ujie 4iud€ iatioc«nte, qd 
dr deDiAiKl« presque sucunc pr^pu-iiion àf. r&me. On n'en peut 
f9% dire auunt des autres parties de la phîfoaophîe. Lit plupart^ 
ftugmifititMil r-n nnuii la fureur dt^ ronjrciuri'jt. 1^ plnlurtophie' 
expérimentale ta réprbae à la Itiugue. On ^Vnouie tût o« tard 
de deviser maladroîlement. 



XXVII. 

L« goût de l'observation petit être ioupir^ àtou»te boinioes; 
jj ftemble que cetui de l'exp^rien^ ne doive ^tre Jii«pîr^ qu'aux 
bomices riches. 

L*ob«€r\ati<m ne demande qu*uD ustg^ habîtnel de» aew; 
l'eipénenceeiigddCi dc^pen^es œntlntielleft. Il serait & souhai- 
ter que les grands ajouta^âent ce moyen de se miner, à tant 
d'tuirvs moins honorables qu'ils ont imagini^. Tout bien coo- 
sidérO, il vattdrail mii^UT qii'ilw fussciit appauvri» par an chi- 
miste, que dépouilla p«r des gens d'aflkif«s; ent^t^ île la 
phyKÎque l'ip^rimeniak qui IfS amuserait que'qiM^Toiî)!. qu'a^lM 
par l'ombf? du plaisir qu'iJK pountuiveol »n4> cfii«^ et qui leur 
Mappe loujoun. Je dzraifl volontiers aui phîlosophfs dont !&■ 
foriujw eal boni^, el qui ne srni^nl puri/ii à la phjMqur Pip*^ 
riraentale, ce qve Je aJUHfj lierai ri à mon aini, n'il itaîi teuié de 
Itt Jouissance d'ube bdle cnnrtisaue : 

laSdMa hatMo, davmodo ta Lait mm hatMat^ 



DE LA NATURE- 



n 



\ 



C*eât un coD&cil que je donncms encore & ceux qui ont l'esprit 
assci iHendu pour iirtt^incr des syctèmcs^ H qui Kont a^u 
opuIeotB pour lœ vâLifier p&r Tf^xp^^rience : aye^ un syai«nie, 
j'y coiiâensï oi&is ne vous en roisseï pae dominer: Lakdon 
habeto, 

XXVUL 

La physquc exjM^rimcniAle peux ^Irc rompar^e, dans *e8 
bon» e/Tet», ftij con.^eil rJe œ pèr« qtjî dît k ses enfants, en mou- 
raot. qu'il y av&lt un Iréïior cftch^ d&ns son champ; mais qu'il ne 
nvait point en quel endroit. Se» enfants flt tnirent À btrher le 
cbamp; ils ne trouvèrent poâ le trésor qu'ils cherchaient; main 
ila firent dans la saison une recolle aboudanleà laquelle il» ne 
a'atten<JaientpftA, 

XXIX< 

■ 

t/anii^ suivante, un ilf k (>rirMiitK dît k Ka^i Tr^rej^ : J'ai Knî- 
gneusemcni enaminé le teiraiii que notre père nciuA a latHS^, et 
je pense aroir découvert rcjidroit du in-scr, Ixxinie^, voici com- 
ment j'ai raiaooDè. Si le li^sor est caché dans [e champ, il doit 
y avoir, dans son enceinte, quelques signes qui marquent l'en- 
droit; or j*ai aperçu des traces singulières ver» l'angle qui 
regarde rorieni; le sol y parait avoir i-lé. remué. Nuus nous 
lonunes assuré par notre travail de i'ann^ posst^ei que le tré- 
sor n'cat poiiil à la surface de la terre; il faut donc qu'il soit 
caciié dans »es entraille.-; : prenociii incesaamment la b^he, e1 
creusons jusqu'à ce que nous soyons parvenus au souterrain do 
favarice. Tous Jcs frères, entmlniV* moin.i par la force de la rai- 
■onque par le désJr de la richesse, se mirent à Touvragi^. Ils 
■nmient d^jacreuao; profondément «&115 rien trouver; l'espérance 
toouMDÇAJt i les abandonner cl le murmure ât se faire entendre, 
tonqu'un d'eotr« eux s'imagina reconnaître la pn^senc^ d'une 
i^e, à quelques pariiculcs brillonieM. C'en riAii, en cfTei, une 
4e plomb qu'on avait andennemi^nt exploita, qu'ils iravaillârent 
itqiu leur produisit l>eaucoup. Telle est quelquefois la miile 
tecspttiences sug^éréeR par U:îi obsor\'ations et Ir^ft id*'*ejt syjt- 
Itaflifuei de la philosophie ralionfielle. C'est ainsi qus les 
dîaiMM ei les ^m^tres, en sopinJÂirani à ta solution de 
pfèlèincs, peut-^tre impoesihles, sont parvenus h tle?^ découd 
imet plus importantes que cène solution. 



tt 



DE L'INTERPRETATION 



ta }^rar»le habiiuOe de faire des eipérieiices clonne flu\ 
nourrier^ d'opénlioits \es plus gromîci> un pr^fsrniiiiifrnt quij 
1 k caract^r^ de rînr^nrniion. Il 114^ liendmit qu'à euv d^^ <«' 
tromper comme Socrate. ei de l'appeler un tUmaii famiiiW^\ 
Socnie ivnit uns «i proiU^it*i^' liïbîludv tW ci>nKid<*nr 
botnmei et de |HNer le» cirr<imiaiic«â, qu«t, lUiiv k« ocr: 
•ions les plus délicates, )î s'e^rcoiail «ecrèlenienl ^n lui ui 
COailiinnihan prninplr ft jiMi-. -suivie d'tiii piimatlîr dont IrsT^ 
Aeirurni ne ii'vT^riail |;pi<^a-e'. H jugedi des iMunuieb UHitiuoJ 
l«H genîï de gQÛi jugmi ilf-*i ouvrage» d'expril, pftr setiti- 
meiiL II ^11 e%t dt^ mairie ru fliynique eipériroeiiUle, de riii- 
alinct de nos grands manouvrkm. Us ont vu ai aouvent ci de ftifl 
près la oalurc dan^ st^ op^raiion»» qu'îN devinent avec as^œf de 
pTi'-dxion le cotim qu'elle pourra -Hujvre dans )e coa o£i il kur 
pii»id eavld de la provoquer par lea easaia \t^ plus bîMrres. 
AiitM le nervice le plu» itnponaiil quM» oient A ifinln- n cenxi 
C|u*ilfl iitiiientà la philosophie expirioienlale, c'csi bien moioâl 
de l&s inalruire du proc^L^ ci du n'-suLioi, que de faire passer 
tù eiu col esprit de divinalioii par lequel 0» w^odort, pour 
aln^i dire, de^ proccdOs iûcooaua, des cxp^ïrieDcee ■'ou^^ltest 
dcA r^ultaiâ ignorés. 



CcMiniienl cet esprit «1^ cummuftîque^i-il ? Il faudmît qui 
celui qui eu e^Li pohstHli^ d&t^ndlt e» lui-infnie putti' recoifj 
nalirv distincteiiii?nt ce que c'r^i : ^ultsiiluer au déinon fauiilii 
dVM noItmiH luIi'Jli^fîhlt^ rX r.lani^, i^t Ihm diHdûpper au« aulrr*. 
S'il irouvBÎi, par eieniple, que c ebt iin^ fndit'U de êuypontr ou 
ttaiprixctair drt oppc$Uiim» oh âtM awihgicjif qui a ^tt êourr^m 
dam lutr tMnitaîà^attcf prsuiqur dtt qualtUà pht^iqu^A dt4 êlif* 
rùiMidirét totituirtmaiî^ ou de leurs fffeU r&iproqun,' quartd 
mt la eciuidêrff tn tvmbtJutiêo*!, il (.-lendrail celle idée; J lap- 

1, Cm l'cipllution île ccu» qvJ ne tïuloae p«* voir duiaSbcmc m }i*l!uai 
<«iBinft Pav*!. Ce uVïi jui cfl^l« lifl Lûlui qn.\, dan* lo Dtmatt et Saor^r Vt 
rAitJiUtn dt r«r«r, fiwx i uo ^t m«liitJ du ovtCttu dui fm 4««i 
vUMimiiffca- 



DK LA HATUHE, 



99 



\i% «t'one Enfinlié de faits qui se prtSenieiBiein i ss im*- 

\% ce wnil une histoire fidfl»? tir iiiultN !«* rtlrnvA^niirt-.s 

»p>rçnt«« qui lui oui pitiutt pur h iA[e, Je dis extrttnagtsnett ^ 

ir quf^l xuiTP Dom cloimpr & c«t enclinliiemfnt de coiijrcdiriTi 

indéessur iIfv opjxjMliflnK mi dr^ rrvtm^UljiiKi!^ ,%t êloigrit^ea. 

impnn-|ilSblâs «lue len r^ves trun ihaIacIc ne paraisspnt m 

»1ua lii^^re^, m piii5 tl^-cou5usT II n'y & quolqucfoh p^s une 

kmjwtMiJoR qui ne puinne éxit. cmilrfiliie, ^ùiX en clle-inéme, 

lii clifiji sa Huaon avec celle qui \h pr^cle ou qui U suiu 

i'csl un tout <i pK'C^rc. t\ <Ian>4 lr< HUppo^itimis *tX dans l<0 

ïoces. qu on a souvent ticdaigiii' (l(ï faii'c ou Jca obscr- 

raiipi» ou iCs cxporicncAs qu'on cji concluait. 



EXEMPLES. 



XXXII- 



^ J, Il «Il un corp-s que Ton appelle mtf/c. Ce corpn singulier 
[ulrc dari:^ lu Tcmmc ; et. ^olaji qtielque^unâ, ^ans le con- 
de rtiommt. Uc qui^lque manière que le mysifere de !a 
-iH'TAtîon H'acconiplL48e. il est certain que les cicax 8exf!* y 
cmpËrent. La niôJc ne «craîl-clle ]ioLnt liu aftacinblagc, ou <le 
lous ]êt élOincnts qui Omanent rio ta fenime <kn» la proditction 
derbonai«, ou de tous les «lémeni^ qui i^niaiinu de l'hontmô 
dknswc difft'renieH upproclie» de lu Temnici Ces clvuienU qui 
baot (ranquiUes dan^ l'homme, r^paiiduK et reienus iJnn« cer* 
làineâ renimt-t: dun lempi^rant^nt nrdeiii, d'utie inLA|;inatJ0Tt 
frjtte, no |30urraieni'il» pas ^y rdiauller, n'y f^xalter, et y 
pcviidre de racihîti'T c^s él^menift qui Mitit [ranquilles danit li 
TemiDr, nepoEirraieiil-iU (iak y (U'e mîï en n<.'iion, ^oit par une 
ftvimuvM lièche ei îJiérile, ei desi rnouvemvnis infi-cmid* **i pnri?- 
■vnt voluptueux île Hiomint'. soli par la violence et la coii- 
ininlr tli-H dr-^int pmviifjïii'î* dr (u friiiine, K:ntr dr Imi^i nV^Ki'* 
foiry, >ie porter dan^i la niHlrit:^, N*y nrrCiiT, ei »> cotiiblner 
iTniï- ni allies? La ni6l^ nr? scrait-die point le résuhal de cettu 
cambiuaîflon flûlîintre ou di^ft i^li-ni«*nis «riuunéa di! In feinine» ou 
Jn i^léiœiita founiin par l'hi^nmie? MuIh m la niAlv e»t le n'-TtuI- 



» 



DE LI?<TERPRfiT.\TIO:t 



U4 d'une combinaison telle qti« Je la «appose, cetie combinjiiMQ 
nun %KA U>w niiivn invariables quQ celles <le la gvDémion. La 
mule Atint duiMi une orgun^aliun convlniiuv Prraoïts W HC«1p«l, 
ouiTiMif dcH mdles. et voyons: jieuMire rii^nie tii-coiivnntti^ 
Dnu.4 (ït?s tiiOlf^ rlJHLingui^ par queli]u«*« vp^ûgen relmiT^ k U 
cUlTiTcntc des Aér\ft<. Viïilà ri^ que l'on |ï<"iiI Appf'Iitr Twi de ]%n^ 
ccdcr de ce qu'oo ne coauaU pomi k ce qu'on connaH moinn 
encore. Ce»i cetir h&biludi' de déraison que po^s^detit dans un 
degré siupTcnAnl o'-ux qui onl ftcquU ou <\m tienaenl de [a 
nature le génie de la physique expérimentale; c'est à ces soticê 
de rËveâ qu'on doit pluiïieur^ découvertes, Yoîli Teâpèce de divf* 
nation qu'il faut apprendre aux «^lèvca, si toutefois cela s'ap- 
prend. ' 

3. Uaie si l'on vient k découvrir, avec le tcmpA, que la 
môle no 5*cnscii<)rc jamais dans ta femme sans la coopération <lc 
l'bomme, voici qucIqiK'.s conjectureâ nouvelle^ beaucoup plus 
vraisemblableâ que les précédentes, qu'on pourra former sur ce 
con>« ex traortti noire. Ce li««ii d^ vaisi^aui ^Anguins» qu'on 
appelle le ptactHfn, eAt. comme on sut, une calotte sph^rique, 
une espace de champlj^on qui adhère, par sa partie conveoEê, 
à la malrice, pend«nt tout le iemp« de la gros^tu^; auquel H 
cordon ombilical >jert comme de tige; qui se détache delà 
matrice dans les douleure de l'cnfaniemeni. et dont la surface 
(M i^a1(* quand tiiiv fentme eslsuiinf et que aon wxoucheRient 
esi heureux. Les être» n'étani Jamais, ni dans leur généraiidn, 
ni djinK Irur ronfonnslion* ni dan^ Irur iiuigr» qvn cr qnp Ir^ 
romances, lea lois du mouvement et Tordre universel le^i 
d^-terniinnnl ÂÎeire, 5II arrivait que zcilc catolte sphfnquc, qui 
n^ parait trnir k la mairioT que par application ti «mniatt, n'en 
détafiiit peu k p<-u par Afvc bord^, é^ le commencement de la 
poflDcnnr, en Mirte que les progrès de la séparation suKisscot 
euiclnncnt ceux de raccroisHcmcnt'du volume, j'ai pensé que 
ceh Irardâ. 13>re( de toute al lache, iraient toujours cn a'appro- 
cbantet en alTeriant la forme spbérîque: que le cûrdoa ombili- 
cal, tiré par deux forces cûniraircs. Tune des borda séparée et 
convex«d de la c-alottc qui teindrait à le raccourcir, et Tautn; du 
poids du f<rttiH, qui tendrait k l'allonger, scjaît beaucoup plus 
court quedana les eu ordînairea; qu'il viendrait un momenioù 
ces bot^ coÏDCtderaient, s'uniraient entièrement, et fonncmieat 



D£ LA NATURE. 



89 



une cspè«c d'oîiiFt au centre iluqucl on irouvorAit tin IbMiis 
bizftrre dans son orRanisatJon. comnio il r& été dons && produe- 
ijan, obliUhr^, conimmi, oiouiïc, ci que cci cBuf se nourrirait 
jusqu'à ce que «a pesanteur aciievût de cl('-t&cl)<rr la petite part» 
de fia Eujface qti reâi^raît adhérente, qu'il lombAc isolé d&na 
1« swtrice. ei qu'il en fût uipult*' par iinf «orie de ponte, 
c«imiii« rtrufde la poule* avec lequel il a quelque analogie, du 
moiDK p^f %x forme Si ces conjectures^ v^rrfiakMii ilani; une 
mAle, <•( qu'il fût tr^pendant dï^mimin- que celle mCA^ sV-ftl 
«Dgeodr^ dans la fentme n^nn aucune approche de riiomme, 
il KVimuivnûi ^vidmrmiFnt que \v fmuK ^i loui forint dans la 
feiniUff, et que Tarliuii île. l'hpmmv im i^Hicoun qu'au d^v^lop- 
pffiDeiil. 

\X\]\\. 

flKCOlfDKB CONJtGTUBBS. 

Suppusi^ que la lerre ait un noyau solide de verre*, ainsi 
qu'an de qi?s plu» grandie philusophes le prétend, et qur œ 
noyau iwil rev^u ck puLH»ièii\ ou peiil ajwurer quVji ruiiH^ 
qtience des lois de la force cenlrtfti^tf, qui tend k approcher lea 
corfKt libri^ de IVquaieur, et k donner A U terre la forme d'un 
apbértïîde aplati, lea CQttcJies de cette jiousarère doivent ^re 
moins ^paÎMoa auK pâles que sous aucun autre parallèle; que 
peut-ôire le noyau e^i k nu aux dtu\ eitn^init^â de l'axe, ei que 
c'esticcUe pa/ticularïi^ qu'il faut attribuer U direction deTaJ- 
f^uille aimanta et les aurore» bonifies qui ne sont probable- 
ment que des courants de matière t^lcctnque'. 

Il y a çranflc apparence que le ma^étiamc et r^^lcclricîtâ 
dépendent des mùmv» coascs. l'onrqitoi ncscrnicnt-c^ pnR des 
dbu <tu mouvement de roution du globe et de rénerfïic des 



•fttaft. qal vjtii Im n«Q?« j1« cnvtrloppct da norfaa «notnul<oi*tit d£v«lop|)4« 
aprè* 1b D»r1, «t «ouvooi U rAutfpibn àp loui au |Mrti«i d'un «mbiy^n ou nAno 
d*Ba f«tva,Qiikol »( fnûlu crii<<«wrai r^atiditian ànt4riai]r«,C!«ne aoBt quo dot 
<a4|pU ntK «ULf DU lin ptAy^rm -. «In fauwt ritàUi. 

t. C7ai4i^n dit oifctl^» va T\ti,iûn on pirtiii conulfrlAe mi Timflifii, kuJ«uit !• 
tonptft d'Alan C«i U thforyt df* Huffon, 

). Poor Ift < kf n*< «) putin dfi cj^tb) <4>nJ«ctiirc bu molo»* roiptiaiion de Didvrbt 
4tf SM ploi pnbtliU, ojHii n'ruiau. 



ta DE L'IMKHPBfcTATION 

roaJières dont il etii ctwnpoeiN combini^» avec raciion de U tun«T 
LcHux m itHux, ICK couranu^ !<& venu, la Imnière, le movr^ 
ment des pinicule^ libres du içlobe, pvtil-étre m^oifi cvXw cf«ï 
toute sa frokïieeDtiève surdon noy-AU, fie, <)pèrfiit d'^ine iiiû- 
nîl^ de naâTil^re» un rrotiemuni r^uiiinufl; l'dTH (kx cai»eH, 
qui açîA3£ont i^^itïïblefiit^nt ei ^ana ceft^e, forme & 1a suhe dcs^i^ 
des UD ptXNJvii con4idt>rablp; t? noyau du jçlol».^ eM iiiir iiia?(im 
de verre; sa surrnci' n'esi couvcrie ifue dt* di^trîmente de wrre, 
de ftiib)i*4, t^t lie matières viinfiûlile** ; le verre &ti, de lotil» les 
sulMlunces. celle f|ui donne leplu^dVIeclikiti^parlefrolirniAiil: 
pourqiiiiî \n mib^n Uitali^ dr r^l«<rJririEff itvrcHire iie MTivîl-elle 
pus le réAiillal de I011& les frotlemenLi npi.4éï, iwil à la i^urfiicc 
de la icfre, suiL à <dk île non noynii? Miits d'^ retfr vanse ^ei>iV 
raie, il esi k piLSunier qu'on déduira, jioi' ijiielque^ lenUtîves, 
nue cause parliculicre qui conslilui^ra enire deux grand» pbé- 
noniènrs, je veut dire la poe*illon (k Taurore bortalc et ladireo* 
tioD de l'aiguille aîiDanU'-c, une liaison âemhlablc h celle dont 
00 t constaté reiislcncjc esïrc \e ma^itttisne et ïVI^ctricilé. 
en aimaniant des aii^uilles s^n^ ainiani, et pur le moyen acrul de 
rck^lh<iU\ Ul] pirut avxïurr ou r^nircdirc ces iKHiona, pftrcc 
qtiVll«ft n'oitt encore de nl-aliiè que dam mon eoiendemcni, Ct)X 
iux cocporiencea à Leur donner pi us dû solidité» et c'est au pbyaî- 
tien i «D InagJntr qui Réporvnt les pljeooiilèoes, ou qui acbfr- 
vcni de les identifier. 



TRotsiàHes i;o?tjKCriiatK. 



U matî^tr i4iTJriquo répniid. dans les Ikeux o^ Ton él^trise, 
une mleiir MilforetjHi^ m*jmHi-: »iir cellp r[Ualil4>, le« rliîmisteH 
DVinii>nl-i1s pas auioii^if^^ sVn empnnvT Pourquoi n'on(-ik jw» 
ewtajr, pnr iovR les nioyem qu1U oui en main, des Auides 
cbaigi-a dr* la ptuï grandie «piuitîte pos^dlik de madère élec- 
trique? Oi» ne HatL Aeulemeiu |iii> n^otin- m T'mn élfirlnKiy ilismul 
plua ou iniuii^ pix^mpinnetii Ir sitcre que l'eau uniple. I^ feu 
de nofl rouni«aua auj^iiente «iDsickrablemrnt le poids de cer- 
taines mulièrea, telles que le plomb calum- : .-*î Ir W de IVIec- 
Ukiit', CûOttCaiDOicnl ^)p1iqu^ ^ui ce nKUl en cdctualîoa, 



DC 'L\ NATURE. 



t» 



aoçmeDlait encore cet eflet* n'en résulceraî^4l pn^t une iiouvelle 
analogie mtrc le feu dccLrîque et le feu commun 7 On a tis&yr 
si ce feu exlmordindre ne pnrto'aïl point i)tielque vtrtii iltsi^ 
les remèded. et ne rendrait point une substance plus efTicftce. un 
topique plus aetif; mais n's-t-on piu< obanJoriic trop t>l cca 
CvnidT Pourquoâ l'éfectricit^ ne modiltcnût-elle pas la fonnalion 
des CfbtAUX cl leurs proprîi-^U'sT Combien de conjectLLrc3 à former 
(T imaginai ion , et ii o^nlimicr ou dclruîrc par l'cxpcncacc'! 

XXW. 



ODArfiiKMta coajECTvacs. 

La plupAft tj^ métjkirea, les feuK fnlliïU^, les ex1iaUi.v>iM. les 

MmlKi tonibontea, Iga phosphores naturels 61 artiftcids, les bois 

pouiria et hunîneuK, ont-ils d'|^lre>« r«u4e:( que IV^ectricitt^? 

Pourqocâ D6 bii-on paâ sur ce^ phosphores Ica eipi^L'ieaced 

uèceasaîrcfi pour s'en assurer? E^ourcpioi ne pcnso*t-on pas à 

ncooDittre si Tur. comme le ven-e» A'eit pn» un <oq>!i èleclnque 

ptr 1ui-iD£iiie, c*e8i-è-dire un corps qui n'a besoin que d'tjtfc 

(rMà et baUu pour s'^Ecelriscr? Qui sait si fuir, choii^ de 

matière sulfureuse, ne se (rouvrniii pa* plus ou moirïH rloo- 

iriqiiei|uei»irpurTSJ Ton fait loumer avec uno f^rsnde rapidité*, 

dsoA Vùu une verge de moUt <pii lui oppose beaucoup de^ur* 

hee* on découvrira si l'air e^t Oleetrique, ei ce que U v^r^e en 

uin reçu d'ekcuidié. Si, pendant l'expérience, on brûle du 

soufre el d'autres matières, on reconniltru celles qui augmen- 

terost et colle<i qui dimiuuerom la qualïic* électrique de l'aif. 

Feut-Mre l'air froid des piMes esi-il plus susceptible d>lecEricité 

que l'air cïnud de r^âi«ur; et comme le glace est dectrique 

et que l'eau ne t'est poini, qui saji si ce n'est pas k rènorme 

fuamité de cett glaces f^terni'llrK, ama»s*^ ver«lep6te, et p?ut- 

étra nmea aur le noyau de verre plus dèoiuveri aut pûle<t 

qn'ailleurBt qnll faui attribua \çfi ph^nom^i^-^ de ta dir<:rtion 

ds l'aîgtijllo aimant*^, et d« rapparitidii ilr^ aiimn-s iK^rt^^ilt^t 

q« aemlileiit dépendre ^galemeiit Je t'^leclficjti^, uintme nous 

l'arans insinué dans nos conj'frtKre* seconHrt^ I/observalion a 

I, Ls ptaV>n 4fl CEI ii]Ji^<uici» tai ^ Ma ïl oui dannA do rbuiuu dont 



M DE LMNTERPHÉTÀtlON 

remontré ud ilea rcoaortt les plus géD^nux et )o pfas poissiou 
de U naiure; c'est à feip^^oce à en déotravhr ïo dTcts. 



XXXVI. 

ciKQVitmB coxjicTuet», 

i. Si une cordç d'inainimeDt esc leodue, et qu'un obvucic 
léger h divisa en deux pBrii?^ in^iles, de muitére <p'i1 n'em* 
p&:br pQÎiii [«tiMnmmiitJiikm dir< vibniiiins de l'un*.* d<:s parties 
à l'aoïre, on naÎL que cet obstacle dèteraitoe U pltjï& f^iide'à 
ae dîvîncr vn pjirtioii-'* tibranlcs, Icllc* qur If^ dcui parties de 
la CJïnIrr mifleiit titi uiUMiin, et «gue Ifh |h>i tioiia vibnntir?& ih; U 
plibt f(raii<Ie ftont aimpdses cfascuoe encre deui pcitutâ imnin- 
biles. La TKSonn&nce du corps n'v^Unt pomi U ckusc de la division 
de U plus grande, maiâ i'uni.HMin dcn deui parties cuint seule- 
ment un elTet de celte dimieo, j*iù penad que, fit on Hubatîtuait 
i Ib corde d'uintrument une %-ergc de métal, et qu'on Ja frsj^iit 
violemment, il ee fonneraii sur s& loagdeur de» Tenlr>:ï4 et dtA 
tiœuds* ; qu'il en SiCraii *le m^me do loat corpe closiique eonoira 
ou non; que ce phénomène, qu'on troit p&riicuber aux cordtt 
vibraileft, a lieu d'une manière plus ou moîna forte dans toute 
percu^oQ; qu'il tient aux loi)» gènt^les de U atmmuiiicaiiop 
du niouvemeni; qu'il y a, dans lat coffM cboqut^, des parties 
oaciUantes iuriniment peiites, et de» ncoada ou pointa iounobEItt 
inûmmenl proches ; que a-K parties (Mcillaiiuv et res n<tti(l< ssoDt 
lea raufteH du rr^mi^sement que nous éprouvons |»r la sen&atiorj 
du toucher daii\ Irt* roqjs après ïe choc. UiiIiM Muiîf qu'il y ait 
de tranidutioii lfirAl^« Utilàt aprM qije la l/au^laiioci WïiIi* il 
cen-sé; que ri*tie ÂuppûdLîoa est conrorme À la nature du fi^ni»- 
sGment qui n'ftst pa:^ de toute la surface touchée à toute la sur- 
fèce de la partie scaMble qui touclie, inaiâ d'une infuiitc de point?, 
répandus aur lu eturface du corpi toucha, vibrant confu-scment 
entre une infinité de pointa immobiles; qu'apparemment, dans 
Icftoorp» continus élastiques, la force d'inertie, distribuée uinfo^ 
mément dans la mafLse, £att en un point quelconque la fooction 
, d'un petit obAtacle relativement à un autre peint ; qu'en suppo- 
sant la partie frappée d'une corde vibranie infiniment pctilc, et 

1. C« qat ot trèi-enct. oomiM uni c* qui «sl 



DE LA NATURE, 



)t 



conHOcjuemnieDt les vpiitrrs infinim^l pelils, et les iKrucI^ infi- 
mnirn[ près, on &, nelon iitiç itircction et pour ainsi dire sur une 
rvui*: lignr, uii« iina^ :Je r^ qui ^'«xécijlc cti loul sens dans un 
stolîdf! iliûfjut' |k;ii un autre; quo, puisque h \iw^\imT de fa 
pulle intercepta de U corde vïbraDie i.^laQt donui^, il n'y a 
aucuDc CAuac qui puîflae multiplier sur l'autre partie le nomÛr^ 
dca poim» immobiles; que puisque ce nombre ^hi lr m^me, 
qudie que soit tn r>rcc du coup» cl que puisqu'il oy a que 
û vilc»e des oaciltatîoaa qui v&rie clan.t le choc dc« corps, la 
frémiaSQmeDt sera plus mi tntyin^ violent; mais que le rapport 
en nombre diM points vihrunu aux points immobiles sera le 
naérne, et que la quaniiié de matière eu repos danet ces corp^ 
sera coTiMtanie, quelle* que «client la Torce du choc» la denflitft 
du corps, la cob^îoo des parties. Lq géomètre n'a dojic plus 
qu'à étendre le oilcul dr? In canltt vil^mnie au prisme, à la 
itph^rF, atirylîndi'«, jKïurtn»uv«r lu loi gt^iiérale dir Is distribution 
du mouvement dan^^ un coq>s chcxpir; loi qu'on triait hien 
éToigii6 de rechercher ju9qu*Â pi^v?jit, puî^^qu'on ne pensait pas 
ntème k l'exbtencc du phénomène, et qu'on supposait nu eon- 
inûre la disIributioD du mou\cmcnt unifocmc dans Inuie fa 
masse; quoique daiiH le choc le fiéinj&semeiit indiquât, pal- la 
voie de la aetiâAtion, le ri^alini de points vibrante rt^panduA entre 
<lcs point* immobdft» : je dis rfaiw /r rAor, car il est vmiscnw 
Uabto que, dans lœ communications de mouvement ou le choc 
n'a aiKUP lieu, un coq)s vM lancé comme le serait la molécule 
la plus petite, et que le mouvement est unifornuinem <\ii loule 
Ia tnasBe à la fois. Aussi le fremii^sement egl-il nul dans tous ce» 
cts; ce qui achf^ve d'en dîuiinguer le cas du choe. 

t. Par le principe de la d^omposiiîon des forées, on jjeut 
toujours mUiin' i utit*. si-iili* fnnrc tJjiJt<"s rtMrs qui agissent sur 
un mqm ? kl lii qiiaiililé ei la dirt^uion de I» fon^e qui agit sur le 
coqnsuuot d4>rinées, et qu'on cherche à déterminer Itr inmjvrmeul 
<|uî e» r^-sulî**, on trouer qur? le corps va m nvant, cuniute si 
la force passait |Hir le centre do gravité; ei qu'il loumu de plus 
autour du centre de gravite, comme si ce centre êiait fi\t et 
que la force agit autour de ce centre comme autour d'un point 
jappui. Donc, si dciu molécules s'attirent réciprorjuement, elles 
ae diapOKcrcint t'urc par rfjuire, selon le» lois de leurs attrao- 
lion, teura figures, etc. Si ce aj^témc de deu:c mok^ctilc^ en 



^ 



DE LMNTCnPitËTATION 



sttire une iroisième domi il soii r^iproqucment «uiré, des 
tnol^cules mt iliNfKiM^fom les tiim pr ni|ipurtsu autres, selon 
]«N loaa de leur& aiiracuonA, leuni ri^uifâ. elc-, t*l mn«î «le tuiu* 
des aulrea syAlèmfs K des auErr^ molikaies. Elles fonneroRt 
toutes un ftfMèitii? A, dm» l^ifud, Miît r|uVllc» m loudienl oo 
1100 « AOki (|ii Viles ne meuvent ou ^oteiil en repdt, eilA réw»- 
teroDt 4 i^ne foixc qui t«'ndmii à troubler leurcjoardînatMMi, «l 
tendron! toujours, mAi k sie resiituer dam leur preoikr ordre, si 
la force perturbalricc \\cnt à cesser. BOÎt à ae coofdoaiwr relat»- 
vcoicnt aux loi« do icum attraciiorus, À Icun ligures, de. et i 
ractioii de la force perluittaince , ai elle continue d'agir. Ce 
syaieme ^ est ce que j'appelle un cor|)d t^^Ustique. £a ce sens 
géfi'T&l et ahntraii, le ayaiËmo planétaire, runit^erji tiCiti qu'au 
corp«ï daâtirgue : lecbaMeatiioeiinporviibilili^:carUest unofdre 
enentlcllcmcnt conak^ucnt aux quotités primilivcti de la matière. 

3. S) l'on considère lu sy^liîme A dan» )q vide, il sen mdt^ 
uuciible, imperturbable, eiemel; ai l'on en suppose les |>ar- 
ii«« diHpursi.x*^ dniiK l'inunensit^ de Tcspace, eonune lc( qualiiA*, 

'telles (juiï raiiraction, m propagent à l'inûiii, lorsque heu ne 
rauerre la sphère dfl leur action', c&* pnities, d^xit Ut^ llgur«t 
n'auront point varié, et qui seront animéOB des m^ino forc^, se 
coordonneront derectu^f comme rlicj* elaieni coordonnf^K. ei 
reronnen>fi[, dans quelque point de l'espace et tla^in quelque 
ijuiani de la dunk\ un c«rp^ i^Jasiique. 

4. Jl n'en sera paa ain<i. si Ton «tjppof^ le ffyi>tème A dn» 
Tunhvrs : les eiïela n'y sont pas moins necessairr^ ; mais une 
action dot causes, d^^lermin^raent tdie. y e«t quelquefois im- 
pomilile, et le nombre de çfWex qui hc combinent est tmijouft 
ai grand i:\mis le sy^ième général ou corps ^Iff^ti^pie universel, 
qu'on ni- «ait cequ'^uûmil originairptnrni \rs -lyHthniefl ou corpa 
r^tastiqui^H |uriiritlîe4^, ni rf. qu'ik deviendront. Saiia prétendre 
donc que Tattraclion coosiitue dans le plein la dureté et l'êltt- 
licirà. telles que nous les y remarquons. nV.st-U paa évident 
que cette propririi^ de la matière luIBt Mrule pour led constittser 
ilanM le vide, rt donner lieu à la rai^facùon. à ta condenmkn, 
et à loua Icfl pliéaonièn<9 qt^ eu d^pcndeiitî Pourquoi donc ne 
«eraii-dk \w. la cause prumi^re de ces phénomènes dana notïe 



1. T«)OiÉv|njHU poW ^ DidtrM, ft It An (toev 



De U NATOnC. 



n 



ft)-id^me g^iiériJ, où une infîmii^ Ai* aiu^at <\\i\ 1« modifitr^eDl 
feru«D1 Târier à LlnJInî la quanlîté (le ces |)WiiQm^rçs dans les 
KvMJ'm<^ ou nirps f1i?itlr|iif-s pariinilirrsf Afn^i tin mrpK <^lw^ 
iiqui" piii^ iw se romprA cjue r^uaiid U caus*, qui rn rwjiprocbe 
1rs parties en un scm, Ica &urs tellement éc&rt^cfi danâ le hmim 
coniraire, qu'ellei n'iuronl plus d'aclïoD ««oHiblc le» unra sur 
le» auires pv leura aitractiona réciproques ; uti corps eliutique 
choqué ne s*6da1era que quand plusieurs <lfi ftn mol^cul» 
vibf&nU» âuroDt ^ré port^, dans leur première oscill&ùcin, à 
une distance cle^ nwf^culeA iminoliile-s H.iitm le^'iuelkn elfes «lont 
rfpaoducs, telle qu'elles n'ouiont plus dVtlon âennihle h-.< unes 
sur les uiln» par leur) Attractions réoproques, Sf Is \iolriiiii 
du choc éUùX êssa grande pour que les mol^u1i?s vibianlen 
ruaseni toutes portées au delà de la sphère de leur aftraciîou 
sensible, le coqM serait réduit dan!< Heâ Cléments. Haia entre 
celle colïiuon» la plus forte qu'un corps puisse f|>rouvGr, et la 
colItSMa qui D'occasionnerait que le fn-mi^sement le plua faible, 
U y en a une, ou réelle ou inieUigîble* par laquoltu tous les 
étéDienT« du coips. si^pari^. cp^îtemient de w loucher, «an* que 
leur »y«ti^e Un détruit, et »aiis qut- Irur criordinniioti cessât. 
Tiou« abandoDfleroiis au Lec«?ur rappllcaôon des même» pria- 
dpn à la mndrnsntifin, A In n^n^Tnciion, elr. Nou*; ferons seul&- 
meul miriirv oli^erter m la di^i^rence de la roEnmunirjiiJtm du 
ibouv'enkClil par le clioc. et de la Cjommumfalion du mouvement 
sans le cfaoc. 1^ tranHliiion d'un corps KatLs le cIkk riant uni- 
fonnéBenl de toutes &c4 parties à la fois, quelle que soJt la quan- 
tité du oiouremeiit communir^uée par cette voie^ fùl-^llc inrmie* 
le coips iw sera point dctnjît ; il rtatcra entier jusqu'à ce qu'un 
ciMCt faisant o??ci]!er quelqui^-unes de ses parties, entre 
d'autm qui demeurent immobilcfCt le ventre dos premières 
uMÛlUtioitB ait uoe telle amplitude, que les parties oecdlant^s ne 
puttsent p1u« revenir k leur place, ni rentier dans la coordina- 
tioD lyflt^atique. 

6. Tout ce qui pr^c^de ne concerne proprement que les coqjâ 
étastiques vimples, ou les «yaif^me de pnruculesi de même ma- 
tière, de mArnA figure, animées d'une m^nie quantité et mues 
selon une même loi d'altraclion. Hais ai toub» ces qualités saut 
varâbli?, il rii T^ulttra une îiiruiilé de ££ir\ifi élaxijqiii-H mitte>j. 
J'entend-H, par un corps élastique mîate, un systèiue cinnptK^ de 
a. 8 




H LMNTERPliÉTATtO» 



deux ou plasieura ejst^ines de malîArea dilTérenua, de dilTi^ 
iQDleft lïgurei, antmées de diffi^rtnlte qutaûtôs et peu^tre 
mime mue« seloo des loifi dUT^renies d'uiriciion, docil les p«F- 
Ikules Boni coordoni»>v% le» une» entra les auirçe, par une loi 
qui est commuiie ii toutes, et qu'on peut regarder c^Hoine le 
produit de leurs actions r^iproques. Si J'oa panient, par quel- 
ques opéntîoiM. iKimpHlii^rli: Kv-Klèmc composé, en «D cli«ssaDt 
lotîtes le* pariîcule_s d'une e.'ipf^e tiv matière ccN>rdou&te, ou à 
le composer davanU^c. en y ininHluisanl une matière nouvelle 
doit les partîculaw sp cxiorchmiifTiii mire as\\v3i du système €t 
eliangtïni la loi commune k louieà; la Jtir«ié, rélMiiriiO, U 
OMnpfÇssîbiUtf^, U rai~f?4cibilitiS ci les autres affections qtii 
dép«Eidvni« (Iahs le nyMAme rompoAé, de U (]iflV:rcnt« coonlina>fl 
tiofi des particules, atigmcnteront ou diniiEiuerôin, ftc. E^ 
plomb, qui n'a presque point de dureté ni d'élasticité. dlmÎLiuâ, 
encore tn dureté et au^meate en 6lastidté, sî on le met 
riiaion, c'cat-inlirc, si on coordonne entre le systèiDe con] 
des mol^utc5 qui k constituent plomb, un autre système 
posé de molécules d'air, de feu, eic. qui le conaliluent ploinb 
EdiuIu. 

0. Il ftniit trts-air^é d'oppliqucr cou idées à une înlinît^ 
d'autres pbéoomèses scrol^lablea, et d'en composer un inîli 
fort étendu. Le point le plue difTicik à d^^couvrir, co aérait par 
quel méC4ni5ine les parties d un ^ynl4Jnet quuid elles se coor- 
tlonnent entre les partios d'un autre eystème, le simplifient 
quelquefoia, en en chaaaant un Gy^tètnc d'aucree partie coor* 
données, comme il arrive dans cennines opt^rations diiauqins. 
Des attnctîons, selon de« lois diiïerentesi ne paralaseai p$t 
suffire pour ce pbénomèDB; et il «it dur d'admettre des qualités 
rëpuKi^'es. Voici comment on pourrait s'en passer. Soit utt ny^ 
tèoif A compOKt^ t\e% hystèinv!» B et C, dont les moléc^l^ wal 
cuord<Minees les unes entre lefl autrA, ^lon qui'lque loi 
fiiuntr à couim. Si l'on introduit dans le syaièine comptMé ^,j 
un autre ayslfrnte D, il arrivera de deui choseï Vaoe; ou qi 
les parucales du «yslème D ae coordonneront «itn> les psnîi 
du nvHlènie A, sanH qu'il y ail de cïioc; et* tilatia ce cas. le 
lèmc A &en composé des syalènes A, f, A/ ou que U 
BatioD de» parlKulea du système D eptre les psrtic4il« du 
système A sera accompa^ée de cboc. Si le dioc est lel qi 



ninufl 
et en 
nposH 
com^ 
d» 

I 




LA NATDHE. 



» 



l6S particules cboqul^ m- «nif-nl |)oini porfiW flnn* kur pr^ 
mièrv onriltution Jta delA de U h|ilLére iurmimeiit jietiliî iJi; leur 
aUractioa, il y BurB, ilura le premier moment, irouble ou muU 
tilnrlr infinîr. rie {lerim oOCÎIIatioiïB. M&ïs <x tnïul)lf; r^csscra 
bieniôt: U» particules ft« coordonneroat; et i) n^uliera <3e Inur 
coordi&Adoo un syattoe J composé de4 ny»(iftmcs B, C, D, Si 
l«s puiM du système B^ ou celles du ayslèmo Cj ou lea unes 
CI les uilrcsson( choquées dan» le premier inst&nt de la coor- 
diuatîoii, et ponéâa au delà du la e|>bére de leur Attraction par 
Us parties du «yal^c J}^ elles seront scparôcs de la coordîna- 
tioii fiyslùnatîque pnur n'y pluA revenir, et le système A sera 
UD aystËroe composé des âyeiérACB B ci J>, oo deâ s^siÈmco € 
el J^ï 01 CA aéra un sysldcne simple dea seules particules cooN- 
dooDË^a du f^Ylfiaie /ï ; ei <:«& ph^aom^nes â'ei^ut<-roDt avec 
de» dfCûOCtaQcas qui ajouteront beuucoup à la vraisemblance 
de ces idéo, ou qui peut-être U dftrviront entiértnt^nt. Au 
rtate, J'7 mis arriva en partant du fr&miucmmt d'un tcrpt 
Hoit^Êif rhoqtié. l^a sti^paraiitm ne itéra Jamaiï Hpi>nijinOi; où il 
y aam cvordinatî^n; olle pourra l'être où il n'y aura i|ue ftmt* 
position. La eoordirtjuwn esi tiic^in; un prindpu ù*jmifcmiité^ 



XXXVII, 

•iiiiHEa corfjECToaaa. 

tes pr^uciions de Tsrt seront communes, imparfaites et 

biblefit tant qu'on ne se propotirera piut iire imilation plus 

rigourcuae de la nature. La nature e^L optniAtre et Itrnie dans 

sea opéfatioD:t> S'a^it->! [IVloignKr, tin rapprocher, d'tinir. de 

dhràer, d'Aioullir, de condenser, de dui'cir, t\t* [ujxuî'itt^^ de 

diwHidre, d'assîmikr, elle :tflvanœ k son Uut p;ïr les de^éJt 

W plus înMenaiblea. L'art, au contraire, ae liAir, si; fatigae et 

K relidie. La nature emploie des sîftclea k préparer grondè- 

nncat ke aéuux: lart ae propofie de les pôfectionDer en un 

iw, U nature emploie des siècles A former les pierres pré- 

ÛCVK* l'art prétend lea cootrefairc en un moment, Quand on 

paftlerat le réritaUe moyen, c^ ne serait pas an^et; il fau* 

^ taoore savoir rappliquer. On est dans rcrrcur, si l'on 

imif^c que, le produit de l'intensilé de l'acLion multiplia 



DC CIHTERPflÉTATIOri 



I 



ptr 19 temps de l'tpplksiîon t^tani le nvAint, la résultat s^ra 
m^mo. H n'y & qu'uae ■pptïiunoik grvdiiM, leoie et coaim 
qui transfonoe. Toute lulre »pp1>ca[kiD n'est que deeirucilve. 
Que n^T tirerion^-fioii» ptt du nâange de eeruniex «ub«Uoc^ 
di>t)\ uouï D'obieaocis que des eovpoaés irèii-iiiip^aiu. itï nou» 
prûc^ioDS d'im« mrnikTr ntialogui* à «tllv dv Ia nMitre. Mil» 
i^t loujoars |in':wr M jcrair : on veui voir la fiii de c« i|ii'4m 
CoiVLni«^i>iié. h^. là tuit de lenutJTvs îafriictueua» ; Utit 
d^fMBSW et de princa penlue»; Unt de travnui qu€ la dMjic 
su^r« et [jut? IVt u'enueprendrajuiuis, parce <|iiK le* Kua^ 
en parait éloigne. Qui cal-cC i|UÎ «l «orli de» gntUea d'Arcy'', 
»40A hoc convaincu, par la viittse a\«c laquelle l«« «Ulictiies 
ft'r TonDeot el s'y r^arvnt, que ces grotica bg rempltroiit un 
jour et ne fonnerunt pJu:^ qu'un MiJùle LmoicnseT Où est le 
naturaliste qui, ràlé<iii5£ent sur ce phéoomène* n'ait pas cod* 
jocturu t]^'tn d^^^tennmom de» oaui i M filtrtr p«u A peu à 
trave» des târres et de« rœber^ dont les Millatimu seraient 
reçnesdus des cavemcâ «incieuecs, on ne pantnt avec le lempa 
à ea former dee carrières artîficieUei d' albâtre, de iBarbre et 
d'suir» pierres, dont les qualité vtrîenieot selon la nsiure des 
terres, des esux ei de« rochers? Hais à qvoî «errent eaa wm 
sans le cours^, la pttience, le tr&v»l, le^ di^peiiftes, le tempe, 
et surtout ce goût aniiqiw pour les grtndes entreprises dont II 
niMsie mcore laui d^ uiouumeutM qui n'obtienneni de 
qu'uni- sdtntrstwD froid? et f^iérileï 



XIXVIIL 



SBrTicMts coniKCTiiats, 



On a tent^ tint de fm, sans auccèSt de convertir nos fers 
en un acier qui ouatât celtii d'.^n^leterre ettTAIleougiïc et qu'on 
pU «npleyer à la fabrication des euvTSgcA délicM. J'ignore 
quels pnKédM on a aolvis : mai^ il m'a sembla qu on eAt éto con^j 
duil à cette d^^uverte imporunte par runitaiion et U perfection' 
d'une mafi<ntrretrfe»-«oininuoedans les atelier? de» ouvrier en 



■«■hrtui iqQckiiiM d'AAlnni vitMiluT^vm An monmi «A <« pulklt fWJmrt, 



DE LA NATURE. 



91 



fer. Ou l'>}>pi-l)K trrmpt m paqiwt. Paiir inmiper m paqucl, oa 
prew! ite ta ^ïb U pliiA dure, mi la pile, cui U délaîf^ a\'ra: d« 
Tiirine, on y ajoute de V^] broy^. de U «avale déchif]uel»^ ei 
du sel rommiu); on a vnti boite dr Ter; on en couvre !■? fond 
d'un lit d« ce mélange ; on place sur ce Ut un Hl de dilTércnfea 
pièces d'ouvrages ea fer; sur œ lit, un Ul de irx^fap^e; et ainsi 
de ftuile. ju»qij'àce que la boite wit pleiue; on la renne de son 
eouverde; on l'enduit euctement à l'extérieur d'un mélan^ de 
iCTTe gra»$e bien battue, de bourre et de firnie de cbcial ; on la 
pla£« au centre d'un las de charbon proporlionnO i iwn volume; 
on allume le charbon; on laisse aller le fcti, on l'cntrctiGni scu- 
ICDiCDl; on • un vait^eau plein d'eou froldje; trot» ou rguntre 
beuresaprès qu'on a mis la boite au feu. onrcntire:on l'ouvre; 
on fait tomber fc« pièces qu'elfe renfcrmo dnits l'eau friUdie, 
qu'on remue à mesure que les pièces lombent. Ces pièces sont 
treB)pé«& en paquet; et a\ l'on en ca««e quelques-unes, oa en 
trouven la surface convertie en un acier trèj^ur et d'un (çraln 
trtfi-fln, à une petite profondeur. Cetie surface en prend un poTt 
plus ^tatant et en gArcle mieui le« fi>nnun qu'on lui a ili»imi^ À 
la line. Yeat-il pas & présumer que, si l'on piposaît, itratum 
mper ttMtwn, k l'action du Feu et des matières employt^es diins 
la trempe f*n pjiqurft, dti fer liien cboî^i, bien travaillé» i^uïten 
leuillea minets, telles que celle» de la (Aie. ou en verges tri»- 
in^Dues, et pr^ipitt^ au sortir du rourneAii d'aciérage dans us 
counni ri'eaui proprrst à celle op^ralirtn, il se cniLverlirHÎt en 
ackrT ^, annout, ou confiait le sctin àen premières mpcrienccs à 
àes hommes qui, accouium^ drpui;^ Inngiemps \ employer le 
fer, à coanaltre ftrftqualïlé&eL A remédier ji ses di^fauta, ne man- 
rfueraieal paa de simplifier lea manœmTes et de trou\er des 
outièfea plus propres à l'opération. 

XXXIX. 



(k qu'on montre fie physique expérimentale dans àtê leccai 
pabliqucfi, fiulfi<-il pour procurer cette eapÈcc de déltre philoao- 
(hofacT jo n'en crois rien. Nos faiseurs de cours d'expériences 
nsemblent un peu i colui q^ii pt^nnerait avoir donné un grand 
K^tiparce qu'il aurait eu beaucoup de monde ir^a table, tlfau- 
Ml donc a'itiocbcr priricipatcincnl à imtur l'appcût, alla que 



5fl 



DE LMNTERPÏIËTATION 



pltLîiuur^» «^mport^ par le cl^ir île le stti^fïiirv, pji«fiu*<efit dt- 
condition de diaciple» h celle d'am^leurti, et de celle-ci à Iù ]»rt^- 
fession de pliiloHophfs. Loin de tout hoiuTnc public ces r^erves 
fi c^poKTCs aux pixigrf» d«a Mcieuce^! 11 faut radier ci U chose 
el le moyen. Que je trouve les premiers lioniracs ijui d^cou- 
rrireot les douvuux calculs, gTAiida dflns leur inTcntionl que je 
Ica trouve polils dans le mystère (]u'il» en firentl Si Ncnton m 
fût bÀlé de parler, comme l'intéHit de sa gloire et de U T^rilé le 
dcmaad&il, LctbniU ne parUf;er^l pa« tvcc lui le nom d'mvtD- 
leur'. L'\IJemand ima^ïiiiait t'irkstrumeni, tondis que T^ngUa 
se coinpiaiaail à f^lonnor les savants par \çs Applicaiionssurpre- 
nsDtCA qu'il on fAi&uil. Kn nutbématiqucs, on phyaiqu«, h plu» 
sûr eat d'dDtrer d'abord en poF«eË8ion, vu produisant sea titre^au 
public. Au HMie, quand je demande la révélation du inoyca. 
J'eniends de celui par lequel on a réu&sl : on ne peut acre trop 
succinci aiir ceax qui iruitt point eu d« succès. 

IL. 

Ce n'est pas ossca de révéler: il Tant encore que la révôl^- 
tioo doit entittrc vt clnire. îl eitt une sorte d'obscurité que l'oa 
pourrait diÛDÏr faffgeitttion deê grûndâ mûttrtâ* C'est un voild 
qu'ils se ^laia<ent à tirer eolnr le peuple et La nature. Sans k res- 
pect qu*on doit aui noms cél^br«,Je diraû que telle c&t l'oba- 
curit^ qui régne dan^ quelques ouvrages de StabPet dans les 
Principe* mnthèmniiquet fie N«wloii, Ces Itrret ne demuidiient 
qu'A fttre entendas 2>our être efitinié^ ce qu'ils valent ; et il n*en 
eût pOK coûl^ plus d'un mois À leurs auteurs pour les rrndre 
elain; ce mois etkt épargné trou ans de iraTail et dVpui:ieinenl 
à ntille bons esprits. Voilà donc à peu près troÏA mîUe ans de 
pcrduï pour autre chose. lUtons-uous de rendre la philosophie 
populaire, ffî noua voulons que les philo«opbes marchent en 
avant, approchons le peuple du point où eu sont tes philosophes. 
Dironi-ds qu'il eat do» ouvra^^i^ft qu'on ne mettra jamaiH à la 
portée du oommun âm eeprita7 S'ils le diaent, ils montri^roni »>u- 



1. n t'Élit id do !i querallc pour t» priorlu do )> tUroutaru 4« ««bwi ^ffé- 



Ût LA ftATUKË. 



» 



qu'ils ignoreiii ce que |>euvent )& bonne raélhode el U 
loD^D? habitude. 

SM (Uit p^-rmi5 &<TUdquca Auteur» d'âtre obacura, dùl-on 
m'sœuser de f&ire îci mon opoloifio, j'oacrtia dira que c'est aiu 
seuls m^EAphyîï ici CD9 proprcmciil dits. Les grandes obsiroctions 
D6 oomponeni qu une lueur f^mbrc. L'acte de la ;^C!ner&IJ8ation 
UDd àdépouiller les concepts de tout ce qu'ils ont de sensible. 
A mesure que cet acie »'A\ance« lea spoctrc« corporeU s^^va- 
iKHiisseat; les notions s>e retirent peu à pea de J 'imagination 
?Ci« l'eniendement; ex Its id^-^ cleviennem purement inUfliec- 
tuelles. AluH le phila^^phe ïpéculaiir ressemble !i celui qui 
regarde du haut de cr.s moningiif^s dont les sommets se p«H«nt 
ônMt* lefl nues : le» objeb de lu plaïue ont disparu devarit lui : il 
M loi reste plus que le spectacle de &es pensées, et que la 
consdeocc de Is hauteur & laquelle il «'est élevé et où il n'est 
pcul-ém paa donné à tous de le soivre el de reapircr. 



IL!. 



^^P La nature nVt-^elle pas oâsez de âon voile, sans le doubler 
encore de cduî du mystère: n'est-ce paa assez des difficultés de 
l'art? Ou\Tei l'ouvrage de Franklin'; feuillelex les livrer des 
cMmistes, et voue veires combien l'ari eJipêriinenta] exige de 
ra^ <fima^natioa, de sagacité* de ressources : liset-les aiien- 
ÛTQflieDi, parce que t*il est possible d'apprendre en combien de 
DianièreA um* rxixVii;nce se reii>urne, c'est là qiie vous rnppren- 
dreoE. Si, au défaut de génie, vou% avez besoin d'un moyen tech- 
nique qui \xHiA diri^, ayei ïioufl les yeui une table de.s qualJlëa 
qu'on a reninnu'rs jusqu'à présent dan^i la matîérf?; voyet^ eulre 
C£s qualités, œlle^ qui peuvent convenir à la substance que vous 

j fOoJci mettre en eipi^rience ; a&surei^fous qu'elles y sont; tJkhez 
ettMtile d'en connaître la quantité; cette quantité ne mesurera 
presque toujours par on tuatrument, oii t'applicaUoii uniforme 
d'azte partie analogue k la substance pourra »c faire, sana tnter- 
ntptioQ et sans reste, jusqu'A t'cntiûrc exhauation do la qua- 
llté. Quant à Texi^tcnco, elle ne se conautcra que par des 



1. lMftD4 ittat ici puld âe TouTrvi en Fnaklia «j^nt pour Uir* i Expi- 



iO 



DE L'INTERPRÉTATION 



naof cns qui oc m suggèrent pu. M&is si l'on n'apprend potnl 
c^mmcni il faut cliercher, c'e»l quelqUe cfao^e, <lu oioias, qu« 
de sftvoir ce qu'on cherche. Aq reste, ceux qui afroût Icrci^ 
dC3'ftToua'àcu:i-inémi'ï< leurHi^nlit^,»oil pvuncùnposaibUîtë 
bien éprouvée defknd<>cou\fir, soiipar uiit* envie siecTète qu'ils 
porlcront âux di^couvcncs des autres, k chagrio involODUir^ 
qu'Us en r«^Heiitiront, ei Ioa petites manœuvre» qu'ilii mettr&icot 
Tolontiers en us^ge pour en partager Thonneur, ceux-là feront 
bien d'abandonner une »ieiice quHIt cultivent sans avantage 
pour elle, et aans gloire pour eux. 



% 



■A 



XL1L 



Quand on a fonni dans m t£te un de ces ^jvt^mc^ qui deman- 
dent i être vériGés par t'expéfîence. il ne Taut ni s'y attachvr 
opinidtr6ïicnt, ni l'abandonner avec tii^èrct^. On pcn^ quelque- 
foiâ de ftc» tenjccïtirrt qu'oDe» sont fausAC»» quand on n'a pu 
pris les RieBurcâ convenables pour les trouver vTai^s. L'opùiiA- 
Dreté a môm<^ ici moins d'inconvènioni que l'ejicftt oppo»^. X 
îone de muluplier les estais, si l'on ne rencontre pasce que Ton 
cber^he, il peut arriver qu'on rencontre mieux. Jamais le lefnpe 
qu'on einplofae ft interroger la nature n*est enlieremeni perdu. 
I) faut m^^urer sa constance sur le degré de l'analogie» Les îd^es 
absotum(int tiEMrre» ne mi^nieni qu'on premier t^&ai, 11 faut 
accorder quelque choie de plus à celles qui ont de la iraBem* 
blanci-, cl ne renoncer» que quard on ckI i^pui»S i'cHIe^ qui 
promettent une di^uven^* ïmjwirlaiite, El »emble qu'on a*ajl 
guère be&oin de préct-ptes là-dessus. On s'attache naturel lement 
aux recherclies à propoftioti de l'intérêt qu'on j prend. 



XLIIK 



Comme les systèmes dont il s'agit ne mmiI appti]ri^ que lur 
if% idi^>-s vaguf?(. d<n M)upj;ons K^ni, des analogîtrs trompi^tiNes : 
et m^me, puisqu'il faut le dire, sut dca chimèm que Teitpril 
édiaulTé prend facilement pour de» vues, il n'en faut abandonmïr 
aucun, ^ans auparavant Tavoir fait passer par IVpreu^'e de l'tn- 
c^ntVn. Eu philosophie purement rAtionnelle, la v^iê ts\ a»v£ 



I 



DE U NATCBK. 



AI 



ROUVFiii rritrfTiii» oppoKi- <l« rrrtrwr; de m^me en pliilosophie 

sen son fouirure qui prodi^îra le phénam^ne qrj'Ai) nitenrJaïi. 
Il fiUt r^ard«rr prim ipulemnit aux (Iimu imiîiiLs dianu'lralnrunt 
oppofiës. Aîofii, dftns la seconde de no& rÉverie?*. apr^.t avoir cou- 
vert Téqualeur <lu gtobc électrique, tl découvert les pôles, il 
^(Ira touvrir le^ pA(v.%, et laiikter l^quateur k àùcou^tn. ei 
cootmc ii importe de mcllrc le plua de ressemblance qu'il e3t 
possible entre le globe eupciimenlitt ci le globe nuTurvI qu'il 
rcpriseiltfr, k choil de la matltrc dont en couvrira lea pôles vt 
B6Tm p^s indilU-reTil. l'eHt ^irc tAudniiL il y praiiqucr dcs'ftmus 
d'un fluide, c« qui q*& nen d'impûBsible (lan& rexC^cunon, et ce 
qui pourrait donum dam l'cxpêTLcncMï quelque nouveau phùno- 
roèn^ exinonlinaire, ei diflf^.rent d** celui qu'on sp propofiç 
d'îniit«r. 

XLIV. 

Le» eip^rieiices doivent ^ti-e répétée» pour le dtuil de^ dr- 
ooiiKUncescl pour \% cominis^ADCC di?s lîmiu'j^. [1 faut 1?^ imnB- 
poneri des ob]<»u dîdrrenis, le>i compliquer, k% combiner de 
toutes ie« manions poKKil>!e>;. Tant quiî I^îa exp^neucu)* «ont 
épuMtt» isolées, &anti liaison, irrt^du4:iible», il e^t dc^montré, par 
rimklactifm même, qu'il en rciiLc encore À faire. Alor^i il faut h at- 
Ucb«r a»iqt]i*meni 1 <ciii '>bjel, et îe lotinuenier, pour a-iiiK) dire, 
JliRqa*ic« qu'on ait Kdlemeni encbalufV {en pliOnomèneH, qu'un 
d'eux éXAMî ddnn^ lou« le» autres le fiaient : iravadlonf^ d'abord 
k la rWluctit»! tien eiïvu, nous «songerons apr^s à farOduciioti dcH 
caunet. Or. tes elTeu n« Aâ r-Hluiioui jamnitt qu'à force de les 
nralliplkr. I^ ^muit »rt duii^ Ifr-^ moyens quon emploie pour 
CipriniaT iruiir caii?tf^ kiul <t qu'elle petit donner. rV.si ik- bii^i 
dÏKcenier cetii dont on ea( en droit d'ulleiulre un pliéntmi^ue 
•ouvrAU.dr c^ux qui nr proJuîroiit qu'un pl;i-uom^iie travesti, 
S^occtiper VAm fin (k ^rs mi'tajnuqtboHe», cent ^e faiij^uor b<?au- 
coQp el ne pcîiTi nvuucm. Tome expc'-nence qui nViend pus la 
loi à quelque ca&nouvejiu. mj qui ne la restreint pa^^ par quel ijue 
ciception, oe tn^uifit: ri^n. Le uioyru le pUiH ronrl de wunalire 
Ii Valoir de non eaad, c'e^t d'en Um. l'anlM-deut cl*un euibv- 
méoie. et d'cxnininer le coii*iéqueiïl. La conséquence e*«1-ellR exnc- 
temml la m^ine que celle que Ton & d<jà lirêe d'un aulrc e-SNdî 



u 



Oe LMNTERPRÉTATION 



oo d'« neo clto>uvcrti on a tout au plu» confîrm^ Ufi« déoou- 
ycjlc. H y a peu do rtoa livres ùq physique expOrinenule 
que wlU) rè^le si simple ne irdutsU à un petit nombre dâ paRCSi 
et II e«t un gruicl noinbr« d^ petiu livreiEt (fu'elk rtiduinït à rien. 

XLY. 

De mé&i^quVn mallitoatiqin«, en rxamînant rouK^l^s 
priOli>* <V^uv wiurbc on irouvi> qu« ci" nV-ïil f^ïr la m^me 
prî^lé pr6»enl*e aouades Taces différe^lea; danfi In natun.', <m 
iecoTii|Alrni, lorwpir Ta pliysrqui* i-ipi^rimi-nlalf-srra plus avsfitée. 
f|ui; [ntis It-^ jihT^riûmèiien, ou de la ^lesaiiieur. ou i]v. \'ih\Msûdiét 
oa de rattrairlîon, ou du fi)agDétiflni«, oo d« IXcctriuté, ne sont 
<^iii^ df,-^ înctrS ^iitér^fiies de la mâme ofTec.iion. Mai,%, entrr l«ï( 
ph^^nomèDe^ connus que l'on rapporte À Tune de ces causea, 
combif-G y o-t-il dv phénonièncA intermédiaires â trouver pour 
former Jea li^aoaa, remplir le» vides et démontrer lidenlitéT 
c'e$( c^' qui tïc peut »e d*^ terminer. Il y a p«ut-£trc un pbiïno- 
mënc central qui jellerait dea rayons, non-seutemenl à ceox 
qu'on a, maie encore à tous ceu:tque le temps ferait d^o^rrir, 
quitta unirait et qm en formerait un «yatimin UaJaaud^aut de 
ce cedlre de correspondance commuoe, iIb demeuraront isolâA; 
toutca l» découvrrlf-s de la phynque exp^meotale do feront 
que lea rapprocher t^n it'intt'rpOHant , aana jamaii; Ioa réu- 
nir, i'i quand «IIôb parvieodraiçm à les réunir, cWe» en 
formerait'ni un cercle continu de phénomènaa où l'on ne 
pourrait dlsf^ern^r quel «erali le premier et quel ^ralT le der-> 
uh.*r. Ceca« liingulii^r, où lu physique eipêrinifiniAle, fc force de 
iravjiiï, aurait fonn^ un labjnnilit» daii« lequel la phyalque 
raliiiitnelle. i^ganV cl perdue. lonrneraii san-* ri-wu*. u\vt pas 
ÎRqiiianiMt' <]nn< la nature, rxiioinv il Y'^i ni mailii'JualJ[|ui'-H> On 
irouvc toujoun eo malliémaiîques, ou par la ayntb^ae «mi par 
TaiiAl^ne, 1i<^ propc^itions iiil'-rrnt^diairrs qui a^paiml la pn^ 
priété fondameuiale d'une courbe d^. sa propiiéiéb plus éloignée. 



XLVI. 

H y a de» phénomènes trocnpeur« qui semblent, au premier 
coup d'nil^ renvRnfcrr tin sysi^nw, et qui, mîeui connua, acb6> 



DE LA NATUHE. 



4S 



te 



C dfi l€ oonftmier. C^ phénomènes devienncût te sup- 
frfkç du phî]osf>{^«, stirlout lor«<{u'il a k pr^s^ctiment que la 
nature lui v^o impose €i qu'elle «e dérobe A m^ conjectures par 
quelque m^icuiuiDe eitr«ordt&aire et a^r^i. Ce ca» embarrajt- 
t aun lieu lou1v« Ic;* foi^ qu'un phf^noménr sera \e r^ultal 
l^usleurs cause» conspirâmes oti opposées. Si dIeiiL canftpîrc^nt, 
QO triMivpra la quarnîii^ du phi^nam^iin irop grande pour Thypo- 
tb^iuf qu'on aura faïu*; kI clleHMJDt 0{i|K]Tiét*K, i:r-tLi? quant iu^ ^tni-^ 
trop petite. Quelquefois mérnfolie deviendra uulle; el li^pb^no- 
Dkàoe d^>arAÎlra, sans qu'on narhc à quoi aUnlnirr <x silrna' 
cipriaruxde la nature. Vient-on k en soupçonner la ramonf on 
s'en et guère plua avance. Il faut travailler À la séparation des 
causes, dôoompoAer le résultat de leurs actiuiiA ei r^tluiit^ iiu 
pli6>ocDènc Uis-conipLiquâ 4 un phénomcDC simple ; ou du 
mouis maniresicr la complication dea c^u-ica. leur concours ou 
leur oppufiitioti, par qiulqui' (-xprrii'nc<ï nouvelle; opi^raiion 
aoweni délicate, quelquefoiâ inipoâsible. Alom k ayatâme chaiH 
cellt; lea phitc«opbeS se parlaifcnt ; Icj^ uns lui dcmruRtit alta- 
cbfift; léà autres sont eniralnes par lVxpfTii.fnot- qui j^araSi li^ 
cOBIredmit et Tondi^ut^^juï^u'Jtcr qu^UBaj^ii^ ou la hasard, 
fipl ne K repose janiaii^, plus fécond qut* la MLg]icitL\ l^ve la 
ceairadictlon ex remette en honneur des idées qu'on avait pr&ï- 
que abam!o nulles. 



XLVIK 



Il Ciut laisser l'eip^enci^ 1 ^a libert^^ ; c'cai la tenir captive' 
f^ de n'en montrer que le cûi@ qui prouve, et que d'i'.n voiler 
le e6tv qui contredis O'e^t rinconvc^nient qu'il y a, non pas i 
iToir dc« idtief, nuls à s'en laisser aveu§[l»r, lorsqu'on lenie une 
opCriencç. On ii'e«( ^i>\bn' ilanv mu fiamen que quand le résul- 
tat egt conlrain* ati ïjsïtuie. Alors oh n'oublie rien de ce <pii 
pmt fairi^ dian^r de facpr au phénomène eu lU' Inugagt* à la 
nature. Daasie cas D[]po^r^, l'ohs^'rvaif-i^resl iitdulg^ni; il glisse 
fOr lea cjrtoiwianci^ ; il ne soKgc gu*-re h prop'wr dvs objec- 
lîona &la nature: il l'en croil&ur»on premier mot: SI n'y aoup^ 
{ome point d'^uhoqur. et il mt^rirrrait qu'on lui dtt : n Ton 
■Mer 4-»! d'interroger la nature* et tu la fm» mentir ou tu 
cruna de la faire expliquer. " 



u 



DE L'ÏHTERPHÉTATION 



XL?II1. 

Quand OD suit une niAuvaiM rouie, plus on marcbc vite, plus 
on s'^ttTC, Et k moyeu de reveniraur 9c» p»», quand ou a ptr- 
couni uu eApaceiiumcuacfL'i^pubomcaidcdrorces te le permet 
pivi; In vmctîtë i&'y oppose MOft qu'où ft>.n Apcrçoiw; l'eutâlc- 
nent des principes répand »ur tout ce qui emironne \»n pro»- 
fî^ <Im\ cJcfigiiiT l(« objets. On nr U^^ v(kit plus comme iJs sont, 
mais <:A<imie il contiendrait qu iU futâ«>nL. Au lieu de reformer 
MG noiioDs sur 1^ éli^e, il eemblo qu'on prenne à licb^ de 
modeK>r lo& ^tns «ur hi'k nûtimis. Kntre tou» )ui4 |>biloi!Opbeft, il 
n'y en a point en qui <:ciie fureur domiui.» plus evidonmeut que 
ilaiiK IvH m^tbodigU'K. Auiît^iiOt (pj'un meihodisle a mis dan» wn 
nyaieme rhoinme à la lèie des quaitr upèOes, il ue l'up'rçuîl pl^» 
do/iK In tmiiirr qui- ainimr un anîinsl à quaire pi^4. C'est eu 
viun que I4 i-aison Hiibliin^ Jniil î! rsi dout^ ki* n^ie rontn^ la 
di-noiTiina<ion à'unînwi et qne son arganisalion contredil celle 
t\p qurttJrupédr , r>»t en vaînqui? la uiture a tourné »4»i n^arda 
vers le del : lu prétention syalémalique lui cotiibe le corps vcra 
la Icrrc. La raimn nV^i, euivanl elle, qu'un insiînci plus par* 
fui; 1-II1* croit si^rieuBemmi que Cf^ n't^t qnt^pAr di^faut d*habi-* 
ludc que rhomnic perd l'usagL* de ses jambes quand il s'avbc 
de tran^^rormerscsniainseii deui picda. 

XLIX. 

Mqîs c'est une clioAâ trop singulière que la dialectique de 
quelques nDétbodii^cs, pour n'ai pna donner uu ècbautiUoQ. 
L'bomme, du Linnoeus', u'eatui une pierre, m une plaaTe; c'est 
donc un animal. Il n'a pas un «eu) pied; ee n'est donc paa un 
ver. r.e n'est p** un ina«cle puiaqull n'a point d'antennes, H 
n'a [>oitit de nageoires; ce n'est donc paa un poi«4on. Ce n'est 
pas un oiseau, puisqu'il n'a point de plument. <Jij*eHt-<c donc 
que riiomme? il a In lioiicbe du quadrupède. Il aquati'e piedîi 
les deux dïî devani lui M>rvcnl h raiioucheitieui, [va deux de 






DB LA NATlfîE. 



13 



tlerrière m loarcbcr. C'eal donc uo qtjadnip£<I«. t 11 c^l vni, 
coûtinu^ le iDtethodiste, qu'en coa^^quence de mee pnocipea 
d'bifttûifC ttaiurellOt j« n'^ jun^is ftti distinguer riiormiie du 
singe; c4r il y & certains singes <]ui ont moiiiB de poiU que 
oerlAiDA boinaieï : Cto: singï^ iiiiiuIk'jii vur d*"ii\ piod)^, f*t ils se 
seneDi de leurs pieds ei de kurs oiuma c*>mmi> 1rs liwumi:»- 
D'ftiTieuni \ë pt^nAv n'^i point pour moi un i:di^i^re di&iiiKiir; 
je n'&dmetftt stVm nm intl-lliuil^, ijue des i:ar3U'U'>n;« qui Jcpen- 
deni du nombre, de ia Agure, de la pi-opartioit ei de la ?iilua- 
lion- n Dtitir. vejItk mi'-lhniTe pm itiHiivniKR, dît In Ivgir^ui.'. 
i hanù rbonune eat un animal & quairtr jMcd^ n (lit It- nain- 
rtlnlo. 



Pour lîbiankr «ne hypûlhèfie, il ne faut (|ijcU|Uprol^ ijuft la 
pousser AUJetï loin qu'f^llcr pt-ijt aIIrp. N41u^ allouH fnire ]V.*ssni de 
ce moren bur celle du dncLt^ur d'HrUugrn, doul l'ouvmKf , rf^ni-* 
pli d'idèvs siuguiiifca et neuves, donnera bien de la torture à 
nois philosophe». Son objet f^i ]v phi^ grnnd cfie t'intt-11tg<.<nce 
liuaiaine puisse âe propoï(i!r; cVîvt [& ^yïttCme universel dir la 
iittarc« L'feutc«ir commence par exposer rapidement 1o» scnti- 
QhcaU tle ceux qut l'ont prOcC-dé, et ^in.■^ul1i^a^ce di^ leurs pt'in- 
dpcs pour le ^t^vcloppemcnt général dc^ phénûrnâiieQ. Le^i una 
D*0Q| dt^mBiid6 que VHtnduc et le moutem^nî. IVoucn» ont cru 
devoir ajoutdr à i tiendue, \ imp^néirabHUé^ la mobilité el 
lï/ifrfiV. L'obAervation db^ corps CL^Iestcs, ou pluK g^uoraîemcnl 
la physique de» grande corpK, & démontre la m^ce^^it^^ d'une 
force par Laquelle louiee les pariiea lendi^sent ou pesaâsent les 
unes vers lea« wjtro»^, i^lon une ctTtaine loi; et l'on a vLÙaÀ% 
Vaiinufîon en raiuMi simple de ta masse, et en rai»on réciproque 
du cvrè de la dîMiaiicx*. L&$ opt^rniions les plus simpTex de la 
chimie, ou U pb^xitjue i^lërnenuJre t\e^ petits corps, a fait 
recourir i des atirtj€tian% qui suivent d'autres lois : et Timpoï» 
fiîLiliti^ dVtpliquer U r»rinMLJ(jn d'une pUnltt <>u d'un AiiiniaU 
avec lest aiiraciioiik, l'inertie. Lu mobilité, riinpiÂnOirTibilIlr, le 
mou^'efiienU la matière ou l'i^lendue, a conduit Im pliilitsc^ilie 
BMirosnn à Aupponer encorr d'anlrfift propriétés dans U nature. 
Uéconieul des miurea piaHiqaeSt k qui Ton Tait eJtécuier toutes 



&s 



D£ L'INTERPRf.TATION 



iDcmork nuUa superesi, H Dosira nobj» origo onintno «Hiu 

C'i*si icî f]i}^ tiiiuM wnunn» wirpriit qui: Taulvur. ou D*di pift 
ajwrTij les nrriblts coQséijueDCEa dâ whi liypatbfîse. ou qu«, s'il 
A ap<Trçu IfS con^ii<*ni>-», il n'ait jins itl>&[idcnnt^ l'hypothèv, 
C'<->l iiviiiiti'nttiiliju'il faut appliifTiiT iii>Uf iri<^rIi«H!« À IViamen 
de ses pnncipfTA. Je lui demanderai donc si i'unj^cjït, ou IhcoU 
leciion |çi*ri^ale di* loulcs le» moléculis sriiHiblf» ^i peiisaDt««, 
fonni? Il» loiit. oit non. S*î1 me répond f|HVJIi- jh' form? poini un 
toul, il d^ruilcTB d'un seul mot IViUlcnce de Ditii, (T iriin^dui- 
nani le dâsordn- dvtii» U iiftturt; et îl détruira la ba&e d^^ la phi* 
loaophie, m rompant In chaîne qui lie toii»lca élira. S'jlcoQvîei]i 
quE! c'est un tout où Ica cicmcri» ne sont psâ moiiiA nr[!<innê,<t 
que k-îf portions, oit n^ellonu^nt di^siinclc^s, ou scuIcmeDi întelli- 
^h\vH le sont dana un i^Ii^-ineni, et lea élèmeDla duis uu aAimal. 
il faudra qu'il avoue qu'en con^^cqucDce de cette copulation utû- 
\cr»cllt\ Ir mond<!, f^emDable à un ^aud AnimaU a une imes 
qoe, le monde pouvant être inlrnî, cette ime du monde, J« ne 
dis pfi£ if^'t, mais pi^ut ^tro un s>'»t^n>c iolinî de pctxeptionâ, €1 
qu« Je ruonik peut étn- Dieu, ijuti proii'^tt' tant qu'il voudra 
contre c«& conâéquencee, elles n*en seront paftmoîniï vraies t elt 
quelque lumière que ses sublimes icl^es puissent jeter dans les 
prorondeun; de ta natun*, rx^ idées d>ii M^ront pait moiDa 
pHrayanteâ. Il ne s'agissait que d« les R^néraliser pour s'en ape^ 
ocwir. L'actr de la ^iL^raliMUtiori est pour U^a hypotli^«s da 
niiViaptiyïicien ce que les obBertatlnnfi el les etpérieneea réité- 
rées «ont pour les conjecture du physicien, Lev crxijrcluix** «ont- 
elles ju«1^'h7 pluK on fait dV^pêrû-ntM, pluft les conjectures ne 
vérifient. Les b^polhfeies soin-elles \rai<«T plus on èirnii le« 
con»équenc4*s, plus elli» emhraKM-nt d<- iérîlé«, pluH i-llea anpiiè- 
reni d'<Hi()i'fic<î t?t de- fnnir, Au contraire, u les conjectures el 
Ira hypoilièurs sont Tr^le^ et mal fnn<ke?i, ou Ton découTro un 
Tait, ou l'en aboutit à une m'-rité coatis laquelle elles échouent, 
l/hypotliè-ne ilu docUrur Baumann dêveloppern, » Ton veul, le 
ursiére k^ plus incomprêhensitik' de la nature, la formation des 
ariunaux, oupliugênrmJcment ceik' de tous [es corps organiaéa; 

t. Vvya>àUf«1itn51,<iiaiapat«?>. MMoRiMii; ot ^am tn pia» uU- 



I 



DE LA r^ATURE. 



» 



la coUeciioa universi-He des ph^iioin&nes oi l'cxUiente ac Dii-u 
wroni suK ^ik-îU. HaU quoiqut* IK1U^ rrjfiiori^ ks ÎiIl^ipë rju doo 
Ictur d'ErUoijinK u^uh umiotr^t hî^^ii ti:u1 ctinru rulxsctjrîli^ des 
ph^nootèAes qu'il «Vlail pmposi- ilVx|>fitji]pf, la tt-^coniliié de- hod 
hypothèse, In^ t-0M»^r|ueiicw HiiqnrjLAiiit-K qu'on en peu! lirer, 
le mérite des conjecluifs nouvHles jiur un siijei donl su- «int 
occupai les preiuiri-s hommes ilaas tous lue siècles, et Udiïïi- 
culté de combatire lea sieiin&>i avec succi», si fioi» Dt^ l«» r«2gAr- 
dionscomme le fruii d'une méditai ion pvofond^\ une entmprÎMî 
liardicdur k Hy»i^ie viiincr.sel Je Ia ii&luiv et la leataïKccTiia 
grand philodopJic, 

LI. 



fit i.i3tn:Laio» i>uiïb ^c:«éATio3i. 

Si le docteur B&umann eftl rcnfcrni^ fimi ^3■!iîènne dans de 

juMes l>omr3 el nV-ûi flppliqiji' m^ idiVs qu'h U forinotion de* 

anifiiAUX, aan» les eiendre À la naluiv de Titue. d'oii j« crois 

aToîr démontré contre lui qu'on pouvait lc& porter Jusqu'à l'cxi»- 

leiKe di- Dieu, il ne *r Mcraii point précipité diui« l'espèce de 

msiértjdbnie la plu» aéduiHante, en allribuant aui molécules 

orginiqiK^ le di^t^ir, l' aversion, le scnliuKut et U pensée. IJ foJ- 

lui S€ cooienlei d'y .^uppo^fT une sctt^ibiliit) mille foia moindre 

q«e oollu <|ue k Toui-l>uisdant a accordée aux animaiu les plus 

tittsiiift de 1* mati(*r»^ morte. Kn conséquence de celte sensibilité 

sourde et de la diUtn^^^ace dc^B confii^ura Lions, il ny aurait eu 

pour une motécuk oi'g«iiiqiic qu^^lconquc qu'une f^ituation la plus 

commode de toutes, quelle aurait iions cesse cherchée par uue 

k»i|uii^iiide autotnaie, comme il n,n\\*' tiux animaux de s'agiter 

dana Je aommeiL lorsque l'usage dt presque toutes leurs faculté 

tsa auafMiidu, ju^qu'A ce qu'ils aient Trouvé U dii^Miliou la 

flus owveuaUk an repos. Ce seul pnncipe eût «aiisfaïi, d'uue 

tuai^re assLi simple et tiam aucuue eons^quenci' dangereuse, 

aui pbi^omèniv qu'il ih* prn{K)Knît d'^xpliq^ier» t^t à c^s mer- 

^lIcMsans numbre qui tieunem m MupéfaÎLH lou» nos obser- 

uitam d'inseclefi; et il rùt de*inî lanimat en général, un <yi- 

*^di' diff^i'i'Hfft wotttttlff orgiini^iii's qui, ptfr Vimpuitioii 

'wr «-i«jw/i(Vi M'uibtuhU ii un loittJtrr oiiiuâ rf 9ouM que i€iu* 



LMNTEnPBÉTATJOh 
4 ut fi^'fr fi à Mmt rrpm. 




iNdTICMËIfTC ET DES MBACBiS. 

N<Hi-H avoun observé ailleura <\\x^ puisque \eô fuenn éUâexkX 
1% source de lo'atcs no« connaisranc^, il importait bcuiotup d^* 
jaa^oir ju^uoii iïouh pouvions compter sur Jcur l^moignâgc : 
ajoutons ici que l'eiamea d^ suppléiDeniâ de noft «.ens, wj dc« 
iautrumnite, n'e>-l pu moinK néct^ssairc. >'ouvelle appli^ratioii 
de l'expérience; tiitie uource d'obaervalîons loogue*, ptMiiblcit 
et difficiles. Il y «unît un tnoy^n d'ftbré^er le mviil; ce itérait 
de fermer Toreilte k une sorti' de ftcnjpuli,*« de U philoFOpbi^ 
rationnelle (car la phîlosoptiif rationnelle a ses serupulest) et 
di- bû-Ji rxiniiahri* daiiH toutes \v^ quanlité^ jusqu'où la préô- 
aluu tli'H me>iuiej4 est nêcfvuiin-. Cnmbieri d*mduKtnr, di' Im- 
viil fl dr icn>p« jirrdui» a mt'isuieT «ju'on eût bien ecnplo}^ 



un. 



J 



H caii aoil ila»» riuvp-nijijn, swi dam la piffectwii dte 
uialrtimenlÂ, une cii-conspeciion qu'on ne peut trop recttnmililcr 
au phy»k-icn; c'e^l dr ne mrdcT des arialogifs, do ne Janala 
conclure ni du pltiH au moins, ni du moins au pitm; de pontr 
son examen ftur toutes \es qualités physiques des «utMlancra 
qu'il emploie. Il ne n^u»Mira jamais, s'il se ni^îigc là-dcaaua: 
et quand il aara bko pris toutes ses mesures, combien de fois 
o'amura-i-it pas i^ncorc qn'«n petit obstacle, qu'il n'aura poini 
pri>ii ou <|u il aura mrpnsi-, »n U limite de ta nature et le 
forcera d'abandonner son ouxTuge lorsqu'il le croyait acbev^T 

LIT. 

us LA DIATIHCTIOn Utft OUSTS. 

Puisque retint »e pi^it tout contpiviMlre, rimsinatiou 
prttoir, le *«ns tout ofaserrer el lu nh'-moirr tout retenir: | 



liE LA KATURE- 



91 



que les grands bomnicf^ oaUfient 1 des iDterv&Ucfi (1« Icmpssî 
cloign» et que \tst |>rogii!t) des eciea>cea &onl lellûment aictpc-D*- 
dw par l«8 révolutioQs, <|tii> de& iiècles d'étude fto passent 4 
recottvnr lo connaissances des BÎôd» âcou!^, c'eal manquer 
ftu g«nre humajo que de toui obsencr indisliDctement. Les 
hottiet extrsordînur^s par leurs laleou «e doi\eni respectar 
mn-oAmoc il b poU^iîlé dans remploi de leur temps. Que pMi- 
ai4*raii-«lle de nous, si noua it'a\îoiift k lui transmetlr? qu'une 
inwciologiV compl^ip , qu'une hÎMoiro iininenK<* d'snimaui 
nncrcwcop«|o*^T sux|jr»iidK ^iiio It-xgrmids objets, lest petiu 
ob|rtii aux pelit» g(''nîe». Il vaut nuUiit <]U(f asu%*-ct d'en ccctl* 
peot que de ne rien faire. 

Bl puisqu'il ne suOTu pus de \oubir une chos^-, qu*i] faul 
ca B)4n>e tenapa acquiescer à tout ce qui est presque tiiîn^pars* 
blenteitt attaché à la chose qu'on veut, celui qui aura r^^olu de 
n'appliquer à Tèludc de U phiJosopbic. s'attendra uon-aeiile- 
meat aua obstacles phy^ique^ qui »oni de la nature de son 
obJ4*t, mais encore À la multitude des obstiicles moraux qut 
doivent m préscotiT à lui, comme th se nontolTerts à tous les 
pbilonopbcK qui l'ont pr^i^r^e. Lors donc qu'il lui arrivera d'être 
tniveme, mal entendu, calomnie, cooipromiSi decJiire, qu'il 
tadie w dire h lui-rn^e : o r<'efti-ce que dans mon «îdcto» 
D'MI-CC iiue pour moi qu'tl y a eu des hommes remplis d'igiu>- 
noce et de fiel, des Amtïs rongeex par l'envie, de« têtes irou- 
bken par la tupetutilionN S'il cfoil quelquefois iivoir à Ne 
plaindre de «ea coocJtoyeos qu'il saclii? ^ parler ainsi : u Je 
rw^ plaii» de mes concitoyens» : m^ils k'îI Hnix pombie de les 
luiMTOÇer (ouîï et <le d^niiaiider à cbacuti d'eux li^qiiL-l il vou^ 
drvi ^irede l'auteLV de^i A'^mW/rji ErcMftxfîqtifK^ ou de Uon- 
Hiqif fcr» . de l'auteur de% I^Urfx AtnMraitttît^ on d>r Ruiïon; 



p t^liM t%, B«DclMr, Elle* cunnL d'kutnt rMtcUurk aiiul oubliai i|aA li 



%, ^m LMtntf i ■" fiaurifVdiit (vif) *ur !'iliiitoJr«i nilvrvll* da H- d^ BuTan M 
■■rin OfcicnTiiini mîrff^nirpini dr M. Hecdbam tour doI^rL< dcU^ic- Elloa 



I 



M 



UE L'INTERPRÉTUIOS 



i 



en est-tl un «euL qui eùi un peu de dîsC(T]iem€iit ^t qui pùl 
baUnc^r sur le thoixT Je suif^ <lonc c«ritia d'oUenir» un joiir, 
les BPuls Appljwdi^ineiitH doiK jt^ fuwe quelc{uir cas, si j'ai vu* 
av«i heureux pour les mériter.' n ■ 

Et YDi», qui pn<ticJ^ Iv lîlm r!e pbilocwphesi ou de beaux 
«spriM, el (|ui ne i-augJhACJ poîni de res^otbler à ers iiJtfriririi 
Impomins qui passent les insUnts de leur eitsleiice éphémère h 
troubler l'hamme dans He^ trdvaut cl fini» »cni repon, quel «si 
\iitre bulf qu*espércc-vûus de voire aciiam«?iii«raT Qti^nd vfMis* 
aure£ découragé ce qui rcelc à U nation d'auieurs fékbrca ei 
dVKClIcïiï* Rénieft, que ferejt-vouH en revanche pour clkî quelles 
mnt ie» pc oductîons merveilleuses p«r loquelles vous di^doonm»- 
gert£ k genre humain de celle» qu'il en nuroil obtenues?... 
Malgré vous, les noms des Duclos, de» D'Aleniberl et de» flou»* 
scou ; des de VoJuirc, Jcs Maupcrluis cl des Montesquieu ; des 
de UufTon el de» Daubenion, seront en honneur parmi nous et 
cbesnosnGvetUi et si quelqu'un se souvient un jour des Yitrcs : 
« Md ont Q\à, dira-t-il, les perséculvure des premiers hommee 
de leur lempct; et âi nous poââi^'doos la pNiuce de VEnfyrbh- 
pééitt l'Histoire du HMfde Lohî» XI V^ VBspiit de$ L^in^ 
l'Iiigfùirf df in Stattrf^ cesx qu*heurcuftemeni il n>uit pa» 
pouvoir (le ces geais- ta de nou« en pmtr. > 



LVK 



DC0 €&taE>. 



1. A ne consulier que 1«s vaines conjectures de la pbilo- 
wpbie e4 b faibli» iLiinifïrT de nolrp raison, on Cîoérait que la 
chaîne de» ciuM^ n'a |>omt eu de nimmefjcnnetil, et que telle 
(toa eOeU n'aura point de fin. Supposée une moAécule déplace, 
«le iiC34'<9t point drplaci^ d'elle-même; la caii!>r de £Oi iMpI»» 
cnii<?nt a uni* anire oiuse ; c£lli>-d, une autre, rt airni de suite, 
asa-i qu'on puûae Erouver de limites iuricr#-/fn aui causes, ilaft« 
la dnrf'r qui a pn^^dif. SuppOM:i une nmlikule déplaeàet, 

ranmat •■ mi. lbiak»«ff. 3 t<3l. b-ll LabU Uwv* qw ha ■ 
4ÊÊaM% i ■ PldcMfm tm lacwiaHn, M ne bof <oila» folai kttr '- 



de: la NATUbE- 



t« 



rëpl&cement aui^ un elTct; c«t cJTcU un autre efTei, et uni! de 
suite, S4ns qu'on puisse ii'ouver de llmlifs r^ttiurcUté &ij,^ cITcfA, 
dans 1a durtc ^ui suivra, L'cApnt l'pouvAnir <lc eus progrès a 
Vinfîni dcB cAuaes 1^ plu& f&îblea et des elTetâ Icâ plus It-f^era, 
ne «e refuse i oni^i supposition ci b. quelques hjï\vç\y de In m&mc 
espte« que par le pr^jupe qu'il ï\e ne pi^fte rien nu ildù de I& 
ponâf <U ne» sr^ns* ce que tout cesse ou nous ne voyons plue : 
maE^ une de* pfiïifrîpviîp!* diffï^renci** fl(> rol>seniï<iur de lu lulurft 
tt lie son intLTprèlp, rV^i quç celui-ci part du poùit où Iqs sens 
ei tet iminimentA id^andonneni l'nuire; il conjectura, par c« 
qui «ïi, c« rjuî doit étr^ encore ; il tire de Tordre des cha'jjeM 
t\^% ^AMwhtsuyw^ ithsirsiles t^i gi^K^ralt!^, qui oui pour lui loutt- 
Tévidevice d<^ v^riltis Heiisiblts hI purtiruli^ri*^ : il Vélève à 
re»ence même de rordrf.*; tl voit que la 4:c-exiï>t€iice purt ri 
simple d'un ^itr- >f-UA]bk i-t piMisniil, mt^: un cnchuÏMr'inetJt 
qufrkMicptG de causes el d'eiïels ne lui fiuflll pas pour en porter 
im jit^menl ithïolu ; il s'arrête là ; Vil Faisait uit pas de plus* 
Il sonirftil de la nalui^. 



IlEft CAUSK» ri7«ALt5, 



2- Qui sommes-nous, pour expliquer les tins de la uaturcT 
Kt noQ8 apercevroti»-nou» point que c'est prévue toujours sut 
d^eos de f^ puissance que nous pr^^conîAon» ro. ^^e^^o ; ^t q»e 
nous ôtons â ses ressources plu& que nous ne pouvoiL^ jAumis 
Mxorder àws vii«? Cette maniera de liruerprètor est innuvaîMï, 
m^me en théologie natureïlo. C'est suhatituer la conjeciure de 
J'iiomine k l'ouvrage de Dieu; c'est atucher la plus impcituntc 
de( veHtèft tbioUtgtqucA nu sort d'une hypothË^^e. Mais le pUvno- 
mfeno le plus commun suflira pour montrer conibii^n la rechei^be 
de cee e^^ses est contraire à Ta véritable? science. Je jsuppose 
qu'un physCdeo, interroge ?iur lu nature du lait, rvpoude que 
c'est un aliment qui commence à se pR'parer dans la femelle, 
qnmd elle » conr«» et qin.^ (a naïur*' (ie*tine it la nonnilan* de 
raninaalqui doit naiire; que cette (U'^niiion m'appreiidra-t-elle 
lUr ta furmation du lail7 que puis-je p^tnser Je Is destination 
prétendue de ce llttid<> et de^ anta.*< iJ^'i^s pliyslologiqueM qui 
rBoeompagneni, Inr^pie je sm» qu'il y h f.it tivs tmiMiies qui oni 
t^l jaillir k lait de leuj^ mamelles; que l'anastomose des ar(èn?s 



rRI>RËTATIO?l 



èpigaatrlcfiie» et mammaires' nie <l('-ii)f>tilre «^iie ceet h kit ^ïh 
caiiâclegonilcmpfil deU^j^, dont l« filles rr*iï>« sont quel- 
fjucfoia iflcommod^f» À rap|>roclic de l'cvacuation pi?tiodH|Ufi: 
(ju'il d'y 4 presque aucune itHc qui ne cl(*i'lni notirricc. *t elle w 
iâiMii l^cvi et que jai ivOus les ycut une fcmc^Llv d'une e«pftcc 
fi petite, qu'il ne $'eti poiiti trouva d€ oïdle qui lui convlnl, qui 
n'a poînl ^1$ couverte, qui n'a Jamais perlé, et dont l» lcti«fi «e 
sooi gonflées de lait, nu poirtt qu'il a l'allu recourir aux nioyeiu 
ordinaires pour la soulager? Combien n esi-it pas ridîcuk d'en- 
tendre dei» niiAtoDii^tO'ï niiritiit^ «érieusemeni à la pudeur de la M 
nature une ombre qu'«^ lie u^galeuient répandueaurdesendroiis ' 
df- n»lrr corps o^ il n'/ ^ ^^''^^ di- d^'vhiwn^tp ftroutrirTI/u^agr 
quâ lui supiiOHi-iil d'iiiilit^ Aiiiitniiiixte» fail un peu riioiiifi d'boa- 
neitr k la pudeur de la nature, mRh n'eu fait pw^ daraiiLage h m 
leur «ngaoté. Le physicien, dont la profcs^îon e»t d'instruire et 1 
non d'i^dîHer. abmidnnnera donc le ptmrtjam. et ne s*oc£upera 
que du tùwwf^iit, l.e commfui se tire des êtres; le pourquoi^ 
de noiir rntcudrmcni; il i]<^iit À nciM ^yntème»; il d^p^nd du 
progi-èd de oo» ronnai^ïiancen. Conableo d'idées alwurdea, de 
soppoùlitHia fausfttt, do nations chimériques, do» ccs hymne» 
qu« quelqn«a défenseurs irmrraire» de» cauàcA Itoales ont oa£ 
Composer k l'honneur du Ci^UeurT Au lieu de partager les 
transpons de l'idniiration du Prophète, cl de s'écrier pendant la 
nuit, à la vue des étoiles sans nombre dont Ic5 dcij:i noot ixloiniit 
€a!ii cnan\i>it çhnaat Iki [IJaTin, putim. inii, v i.) ils se aooi 
abandonnV-â à k ^u|>er»licion de Jcui^c«tijccturc-s, An lieu «l'adorer 
Ic Tout-l'«iis£aQt dans les lïtre^ m^mos de la nature, il* m sont 
profllemés devant Ic^faniiïmcâ de leur ûnagination. & quelqu'un, 
retenu par le |>rrjuge, doubï <ie la solidiiê de nioo rcfuucbe, je 
Tîntilc a con^paj'cr k traita que Galicn a écrit de l'usage <lea p«r- 
tio du corps liumaiu, avec la ph)vo1oRie de Bofirbaavei ec la 
pliysiologie die fioftrbaave, avec c«IJe de Bailer : j'invite la poaié- 
nt4 ftcomparercequeeedeniier ouvrage contient de vues ayHè* 
otatiques et paaaagirea, avocce que la physiologie détiendra «laiw 

I, DM* détODttttt JUUtaniqiM vi et >L ficritn. <i e'eM ha» Am plu* M^ 
qqi M nll Uio di wm (ouf*, (OiMBdiK) — La iktvvvutpc Fut iikAc r< Dcnid 4ut 
KwtmJr ■•« |nl*inlqnD ti^«-«ln ccntrt FattoIii. bvk It^wl 11 £u^( ik>l ib diâ>i- 
dMie* Mrr lia tuir* pol«t. V»}« tfNi» rur f« n^Jutmu «|M4h« ^ ta i«mj « nr 
Il arUrm lira^hutiquêt, *4iw*f > pw Bff^B , nam H nil« ih JlBa«nf9^ t Gmoé, 
prt4Fwv a Ul|»i« 'l14e> 



I 



DC LA NATCnC. U 

ICA siècle fiuiv-intc. t/horame Hlii un mi^riie à rétemel de m 
petîti^ %itc»; et TÉtemel qui rentend du hïiil ck Hiïn tràn«, et 
f|ui couDiiJt «i>iiiiiTr-tilion, Bcceplpsa Eouan^ imbécile, et fiourîl 
4le ea vanité. 

LVII. 

n ck\ a rÎKii, rti «Uiik 1i-% r^ii« [1r Tn nmiin', ni iHm 1^ dr- 

cAiïsianceâ <k U vîl% qui ne sort urk )ji^^e ifiidu il noire pr^i- 

piuUofii J'en attcslc U pluparl rli^ci's axioi^es généraux, qu'on 

regtnle comme le imn t^nn t\fs nnliouH. On ilit, // rif fr paur 

rifndt twîtrrtni m^u^ U nW; et cela est vruî pour celui qui nVji 

lient aai spparenc&H gm^ûfervit. Uai.-i qtiV^Wir qiif- c-flt? sm- 

l£n<« pour le philosophe, dont Voccupation journalière »i de 

sai'&ir le^ diifûreucc» les plus insensibles? Qu'on devait penser 

celui qui assura que Bar loul un arbrft il n'y aurait pajf deux 

fmUcs #^iufMtfanm/ du m^me vert? Qu'en penserait celui qui 

réfltehîsaam sur te pjand iiunibre dt-^ cauM^, mime cQiinu*-3t, 

qui doivent concourir à It production d'uii<? uuaïiw de couleur 

[irûciiM^iiipnt tdle, pn^tcndrait, sans croire outrer ro;>inioti de 

LôbUâU, qu*i! est d^nioniK-, pai- la diUvri^nc^ do^ pOLDi^ de 

Fe^Moe eà les ccrpa sont plac^à, combinée avec ce nombi^ pro- 

digieaK de causes, qu'il n'y & peu U^tre jamais uu, et qu'il n'y 

aim peut-^tre Jamaift dan« la nature, deut brins d'herbe absù^ 

imnu du ni4m>- vert? Si les évc^ s'allèrent succe^ivemenl, 

en passant par let nuanc^^A Li.*s pliH impercaptiblea , \e lempa, 

qui ne s'airéfe potnr. doil meure. £i lalon^çj*^, enire les formo» 

ipjî ont eiivlr Ir^T^mcirnm'nieiJl, prWt^ qui exivieni nujourd'liDÎ, 

Mies qui eitaiett>nt (bn* les siècles reculi'-n, 1a tHITi>rerfce la 

plus gnnde;et le w7 tjih laU twmifr n^si qu'un pn^jn^^rtimli- 

bur la faihIeHse d<» nasoiijjtiii-iï. riinpMrri-^'.liohtir nos iuMnimeniA. 

Fila brièveté île rioire vie. On dît en moitié, fuo/ rapita, tôt 

maa} c'«*l le coniraiir qui eut vrai ; rien iri-sl m commun qui- 

te lélea, et si raie que des avis. On dit cti tiiliïraturr, il nr 

fmL f&int dUpultr drt goâis : si L'on entend qu'il ne r»u1 pcnnt 

toflu à un bomone que Tri eM son j^ùt, cVm une puèririt^, 

$r«n entend qu'il u'y a m bon ni mauvais dons le goûu c'est 

>u TniSMl^. Le philosophe examinera »<-véreiiieat tous ccb 

'Ciini<^ de la sageââe populaire. 



56 



DE L'IKTERPHÉTATJON 



Ufir 



QCMTlriJta. 

Il n'y a qu'une manière possible d'être homogène II y m uni* 

tnRnilc do omnièrcs dinVr«ntc-« po^âîhk'ï d'être hfU'rogto«. Il 

me par&ll atissî in)ira»sible. quf lounlcsélreâ de la naiure aient 

élé proJuilï avec une maiit^rc farrnilcmcni homoginc, qu'il le 

aérait de le»rr]>r6tenleraTCc uncscuk et m^c couleur. JecnH« 

même enlrcvoir qu(t la âivetrAxé des phénomènes oc pem *(re le 

résulut dune JH^tr-rogcnnï*' qiidconqui.\ J'appcJlerot donc i*//- 

utfttttj \&i (liiVn^nieJt watiôree lieterojçènea QCce«â&ifCâ pour U ■ 

prwduclioïiK^neralcde^ phénoni^'Oc-^ ik fa na[un*; el j'app«l1^rat 

i/j tMtwc^ \v n-Kui^il griii-nil i<:tud^ ou ]i>ï n^KullaU ^ni'raux 

successifAde la combinaison de« «lémenis. t^elemenudoif^^t 

avoir dw diiï^-n'ncf'M r*jm* niirtK's ; MO* quoi loui auraii pu naître 

d^rbomogén^iié, puiar]u« lom y pourrait retourner. Il ckî, îI a 

é\é^ ou il aéra une combinaison naluMk, au une combinaison 

ariifirlHIf, t]»rt< Uqtn'llr un ^'li-innit «-«t, a viv ou «cra port<* à 

&a pluigrandt' division pctssible. La molécule d'un élément clans 

ccl eut d^ division dernière, e?»i indivisible d'une indivisibilité 

ab«o1ui\ puîf^fpi'iLnr diviKimi ulU-rieure dt^ celle moli^cule étant 

bont âi^ hih de la naiure ei au t\e\k den forcer de l'art, n*t^i 

p1u:« qu'intettigible. LVtal d? iIivîmou diTni^n- poMiiblr dans la 

aalurenu par l'art nVlautpa<( It^ m^nir, hhIoii toute apjMrrtice, 

pourdeft mali^ies eAsentiellt^ent Mtéro|ç*nes- il s'ensuit qu'il 

]r a de» molf'x^ule» cwen fie II entent dilTi^n-ni*^ ru maj^e, el tou- 

lefoia ab!M>luinent indivÎHÎbles en elles-m^mea. Combien y »-i-îJ 

de matières absolument b^EérogèocA ou i^lémefitairr«? noci<i 

rignoroT>5. Quelles sont les djirérenoeserwtenlielli*?" di^*f matières, 

quQ noua reg&rdona comme abaolament bétércgèncs ou él^men* 

1aire-H7nou>i l'igiorotH. Jusqu'où la dhi^ion d'uiir' matière élé^ 

meotairu ent^-tle |»otiiV, Moil daiiis \(^ productions de l'art, agît 

dAna les ou^-ragea de la nature; dous rif^orons etc.. e4c, ete. 

Tai joint Wcombinaisona de l'art i celleft de lu nature; parce 

qu'entre une intmilé de faits que nous ignorons, f^i que nous 

ne Murons jamais, il cci est Ufi qui noua e^t encore e^hé ; 

«avoir, ai la diviiaon d'une malièfe élémentaire n a point i>t4, 

n'tatpoinl ou ne sera pa& poftèeplua-lotn daiu quclqtie oper^ 



I 

i 



DS LA KATIRC. 



57 



IKwtiiê TâTt, qu'elione l'allé, ne IV«t»«t ncJt-spradanâaucunc- 
fombiiiaisoii de ]a nature abandonna À elle-même. Et l'on \a 
TOr, pjirln lui-miM' di-s qiifsiioti* «iLivanies. pouiqu<ii j'ai fait 
eoirer, tlunn (|iJel(ities-une_s de im-s jirrtpo^itiitns, k-* notionft du 
passf\ du présent el de l'avenir; ei potinjuoi j'aï insi^n^ lidee 
tï^. Au(Ti'?vtimi ilaiiN lu ili^fiEiiimn r|(i»-j*ui dariTifV di* la nature. 

1, Si 1^^ ph^nom^.iit^ \if !ii>nt pn% <-iii'haJni?s Uvn aan aux 
aiitrp?«, il n'y a point de philosophie. Les phénomèiiet Miraient 
Inu» extda\nés, que l'i^tal de rhacun dVtix pourrait être sana peiv 
luaneoce. Haîa si i'èiat de^ ^tre» est tlan* une vkiMiLudr prr])é- 
l»dU- ; « la nature est encore è Touvrage, malgré U chaJnt- rpii 
lit* les ph^nomëneR. il n'y a point de philosophie. Toute norrf 
Mii*iice nalureiie devicnï a*iwû transitoire que les mots, Ci- que 
noti!« priMion.H pour ThiMoire de la n&ture, nVst que rhÎHioîre 
trC«-incomp]èlc d'un instant. Je deinantle donc si leâinélau](ont 
loujours été et â<-ronl toujours telâ qu'ils 4ont^ si les plantes OQL 
toujours êlé et seront toujours fl^lloK qu'elles ^ont: ^i U'S mi- 
msiuont toujoure clé et seront loujoLtrs tela quils sonl'.elc.T 
IprtH avoir iiii>dîl>^ pi^fondi^ment sur cortatnft phênoinËiu>K. un 
douU* qu'on voiu paitlon lierait peut-être. Ci sceptiques, ce n'est 
paa qu« le monde aie été créé, mais qu'il «oit tel qu'il a élè et 
qu'il )-era. 

2- De nitme f|ue dans le* règnes animal el v«^eta1, un Indi- 
vidu commence, pour ainsi dire, «'accroît, dure, rli'pcnl eipuKse; 
n'en wruiï-il ï^a* d** rn*rne dts espèces enttère'iî Si lu foi nu 
tioua apprenait que les anjmaui sont srirtli^ dr» mjiin» dn Créa* 
leur têts que rou< \tj% voyons; et «'il était permis d'avoir la 
moindre imjTiitUïîr sur leur commencement el Mïr leur Iju, le 
|>hilcM>phe abandonne h. ses conJit'lon?i nr poiirrnit-il p«H 
*anupf;onn<r qtir ratiiuialilt^ avait ih- timtv fteinîlé se» élrtrwuts 
particuliers, ^[mnt et confcndits dans la masse de la maiïAre: 
qu'il m arriva à ces Hêim-nU* t\v m- n^uitîr, pane iju'il rljiii pos- 
ïtible que cola M' fil ; que ) embryon formé de ces élémf ni» a iw>:^^ 
jtar une infinité d'oi-ganîsations rt de dé^r loppementi ; qu'il u 
ftu, par suctesîîon. du mouvement, de là m-iisaiton, iir% îdeea, 
de la pcDSCc. de la réflexion, de la conscience, de» Aenij- 






nKnl:^, dcs pBMions, des lignes, (les gcsics, des j<cii«, df» 
:-oiki« ^rliculf», une laiif^r, d«9 Ion, dm »cî«ooeit, et de» ajl»: 
«in'il s*e94 t«OiiK- des mîllîoDs d'ann^ea entre cliitcun de oes âéso- 
leppcmcots; qu'ii & pcul-4(rc cnoorc d'êutm< déTe)<»ppeciMcil:9 
k flubir et d'autres aceroiitaemeiita à prenilre. f]|ui nous »0fi1 
îDConnusï <fu*il a «ti ou qu'il aura un éUl suiioan&iro; qu'il 
a'doijtTW OQ f)u'il ftvloifi^er& dr* cet i^tai par un (ICpt^nsMincni 
tTi«nic>3. pondftiii loquel «^ facultés s'>riirociL de lui ecnimeellefi 
y vtait^ntentn^ftt; qu'il diKpftnlIra pour jamais do la naturt*, ou 
p]iti6t qu'il coniinuem d'y ^Kt^r, mjd< M>uâ ufi« forme, (>i avtv 
d^ facult^^s tout auiit>H qup celles qu'on lui remarque dans cet 
iiiHlani (lu U duré«*'7 La n^ligiou now ti'pargTK* l>ic^ iii*« t^carU 
«t bien des ira^^ui. Si elle ne doiu eût point ^lalrtesur J'ori- 
^DQ du mondo ri «iir li^ vy^tem^ unrvf*r«el df« «irt«, ecmbîeD 
d'hjpotli^«eiL dinVr^nlfxqut^ nntiH aurions ri^ ipnt>^de preodrr 
pour le secret dr U naiim-T Cis b}poLli^MN étant toutes i*ga)r- 
mpfit faii^WA, iiiMJH aur;iiriii piini tiiulm ii jii*fi )ir^ t'-galemeot 
TraiwBiltlalil^ - L> queslîon, pourquoi U f^ttit quelvur rhoêe, 
est la plus cnibaTTa»«Biitr que la philofMiphîe pût »^ |vopmrr: et 
il n'y ni^iir farrvrlAiinnqiiî y répoixir. 

3, Sî Tûn Jett^ W yfiit sur les aDîniaiut et sur la terr« brale 
qu'ils foulent auf pieds; sur les moléculni organiques et sv le 
fluidf iIbus lequel rUcw w metivcrit; îsïn" Ir» iuMVlr^ microvoi^ 
pîquf», et Hur la niatîèn: qui le-s produit et qui les envîfxinoe« 
il caX évident que la matière en général est divisée eu matièrf 
morte et en tnalitre vivante. Mai^s comment se peut-il faire que 
la matiènr nr soii pa» uiie, ou toitl«^ Vivante* ou toute mortoT 
La matière vivante est-elle toujours vivantcT £t le matière mortv 
CHt-dlo toujours vX rv^llmicni morteT t^ malïôro viiauie ne 
metirl-eite pointT La matière iiK>]ne ne commcnaytHoltu jamais 
à vivre 'T 

h> V a-t-il quelque autre différence aseignable entje U 



t. TAil* It théorie modanM âa tratuformamà Un( daai oalta H^ ^t 

X Crit<4tia iMoUOP qui Ai>nn« an «4 Tjf int^f«l^ nftfi i4 gr^a^i p«rt4i wn 

niCfDiOflfAqvai InBrlvf*, ai à ]« |«iib «nMMi*. dm* t-a difralMa ud««l «Bto« 
WH- l^urL«t, l«lf,««c. «I K. ftttiMr. Ia fictif* fiânii iq m BHSfni ■'«» pH^- 
MuAe «n bv«uf dot >dtvi*im d« rfaA4M^I«( »^ Ifl wt 4m mm «« 
Il M Ia «dfliK* oAcïdlQ R^t po («uloara k icicncv wàf. 



mivli^r^ morte cl la ninticrc vivante, que l'organtHalion , et qu<^ 
Ia spODlftDiHlé r^lle oti ûppai-emo du raouvcoicDt? 

5. Ce qu'on appdTc maiîèrc vivanic, dc !terAii-<ie pM *eu- 
1<9ii«nt UQQ mntiiïA'^ qui ac meut par Hlc-m^mir7 Et ce qu'on 
ippelJc une oiaiièrc morte, n^ serait-ce pa.4 une malien' mobile 
ptr onfi autre nuitièror 

tf. Si la niatî^re vivante ^{ une maiii^re qui ^c mont por 
ell^in«m«, oaimncnt peuM-lk cesser tl^ sp mouvoir sans mounr? 

7, S'il f a un@ unatière vivante *>t une malien' morte par 
el1e»*nêniffc, rr^ <knx principes suJTjseni-îls pour la production 
générale de lotiieK \t^ formes vt «le tous le« ptiénomi^nes?. 

S. En g^VMitécrie, une quanlit* réelle joint** ïI tiné quantité 
biagînaîn: doant* un tnni imnginain?; dans U nature, si une 
molécule <le matière vivante ^'applique jl tine molc^rule rU- 
stttîèftt mone, le loul HiTfi-t-il vivjinl. ou sera-t-il mon? 

9. Si ra^réfjai peiit ^trr cmj vîvjinl on murl, qtjand et puur^ 
quoi 5era-l-il vîvAntî quand et p4jur(ju<>i MTii-t-î! ruiirt? 

10. M-iri ou «vnr;!, il piUlr tio»*, nnv fiM-mf.Soiis quelque 
forme qu*i] exîflte, quel m e»\ le [inodpeT 

11. Le» niouin v>nt-ÎLs piincipes des formea? Qu'cât-cc 
qu'un oiouleF Est-ce un ùire riv] et pirctistant? ou n>«i-<« 
qQ« Icft lioutes întellîgiblr^ de l C^n^r^e d'unes mol^ule vivante 
unie à dc h maiièrt morte ou vivante: limites déterminées par 
le npport dc l'énergie en fout ?en^. nux r^.sistiiiic«ii en tout 
BeasT Si c'est un éivB réel et précnatant, comment s'est-if 
fomé? 

Ï2. L'éneipc d'une molécule vivante varie-ï-elle par elle- 
même, ou ne varie-l-elïp que selon la quaniit(>, la qualité, les 
Tormes de la matière morK^ ou vivantf a laqueîl'* ell<? s'unitT 

13, Y a-l-il dea matières sivani«8 âpec iniquement difT^renicK 
de matières TivaniosT ou lotiie niJtti^ru vivante «-ïLi^lle e*&ifrn- 
tidlenent une et propre à loutT J'en demande autant dea 
nulièrea mortes. 

ta, La maii&re rivaitii* <^ ronihine'*1-«1le avec de la matière 
vîvsnieT Comment ste ^t cette combinaisonT Quel en est le 
rteiltai7 J*en demande hij1»iii de lu nnitifre morte. 

16. Si r«Jt |Kiui4i( HU|ipi>KFi luute U maii^TC vivanti-, nu 
boule ta maiièra morte, y aurait-il jamais au ire cïiow que de la 
matière morte, ou rpte dt; la matièi-e vivante T ou \r^ molécules 



« DK I/INTKRPRÉTATION DE LA NATURE 

vivantes ne pourraient-elles pas reprendre la vie, après l'avoir 
perdue, pour la reperdre encore; et ainsi de,3UÎte, à l'inHui?^ 

Qufitul Je touille me» regarda mr les travaux des HommeM 
rt que je voiit des rillrs bâtie» de touten part$j toux te» éléments 
employas, des langues (ixéesy des peuples policésy des ports 
comtntitSy les mers traversées^ ta terre et les deux mesurés -^ le 
monde me parait bien vieux. Lorsque je trouve tes ttommet 
itien-taimmr les premiers prineipes delà médeeine et de Vagri^ 
eulturCf sur les propriétés des substanees les plus communes^ sur 
ta eommiitsanee des maladies dotit ils sont affligés, fiv la taille 
des arbres, sur la forme de la rh/irrue, ta terre ne me parait 
habitée que d^hier. Et si les hommes étaient sages^ ils se livre- 
raient enfin à des recherches relatives à leur bien-être, et ne 
répondraient A mes questiom futiles que dam mille ans au plus 
tôt : on peut-être mâine, considérant sans cesse le peu détendue 
qu'ils orcupnit dans Vespace et dims la durée, ils }ïe daigneraient 
jamttis y répondre. 



PRIEUB 



^ ïïT U N«luri\ (|u*ïU oui nppdè« Ion ouvruge; 
et je finlrtl par toL doni le nom sur la lerre est Dieu, 

Dieu! }e n« sais «i lu ^; maiK je pen^Toî comme ai tu 
vttyû <\nnx mtJt\ iinc?, j'iij^im comme ni jVtuJA tJvviiiit toi< 

S< j'ai péché que1q>jef>i?» cmiice ni8 rftÎKon, ou la loi, j'en 
venî moins milsTaîl t\r, mn \\r. yiasf.rr.; umis je n'en hpiuî {laa 
rrKiînh lniiif|iiiUe mji imm snïi k venit', imirt? fpie lu an «mbiié 
Qia faille autôitt^t qucjo J'ai lecounue- 

Je ne le (ïemaïidii rien ilaii» ce inoiiiJtt; cnr le cours tJ«s 
cboAtt est Qi^ccÂflaire par luî-méme, ai tu n'ea pui: ou pu tt}ii 
décret, ai tu ca, 

J'e»père i les r^compenaed flanfi Taulie monde, «11 y en a 
lia; quoîc|ue tout ce que je f&is dans celuï^cî, je le fflâae [wur 
moi. 

Si |e suis le bien, c'eat $an8 eiïori ; bi je Ifttftae le mtl, c'est 
^ftAS pcfificr à loi. 

Je ne paumiï m'otnpèchci' d'oinier la ^vr'iU: et la vertu» el 
de batr le menâonjce et k vice, qaaud je âaurniv'i <]iic [u ne» pd.i. 
ou qvud je croirais que eu c* ei que lu ton offcnses- 

Me voilà tel que je »ut», poriion nécessaîi'enient orgtniïte^ 
d'une matière «éternelle et ni*<!?sâaire. ou/peuf-Ciie, la créature. 

3lkia fti je suis bicufaiftani m bon, qj'iinporii> à mes ^in- 
bJablM que ce «oit par un boitlieiir crorganifiaiion, par des actes 
libres de ma vo1ont^> ou pai- le secourt de la grÀceT 

Et toutes Ica fois [jeune homme], que lu rëcilcroa ce sym* 
bolede QOire philoRophie, tu lira^ aussi ce qui 4uil i 

[Il n'appaj-ticnt qu'Ji Thonnèlc homme d^trc athée. 

Le méchant qui nie rexisieucc (ie Dieu cet jugi: cl partie : 
c'eci un homme qui cr«ïiil. et qui âait qu'il doii craindre un 
veilgtur à venir dea mamubcs ncUona qu'il a commiseâ. 



6S DE LMNTERPRÉTATIÛN DE LA NATURE. 

L'homme de biea, au contraire, qui aimerait tant à se flatter 
d*UD rémunérateur futur de ses vertus, lutte contre son propn? 
intérêt. 

L'un plaide pour lui-même, l'autre plaide contre lui. Le 
premier ne peut jamais être certain du vrai motif qui détennioe 
sa façon de philosopher, X'autre ne peut douter qu'il ne soit 
entraîné par Tévidenœ dans une opinion si opposée aux espé- 
rances les plus douces et les plus flatteuses dont il pourrait se 
bercer*.] 

Puisque Dieu a permis, ou que le mécanisme universel qu'on 
af)pelle Ifestin a voulu que nous fussions exposés, pendant la vie, 
à toutes sortes d'événements; si tu es homme sage, et meilleur 
père que moi, tu persuaderas de bonne heure k ton fjls qu'il est 
le maitre de son existence, afin qu'il ne se plaigne pa» de toi 
qui la lui as donnée. 

1. Lfl punfca «ntra cnûttSm tti CAlni quo, comm« noni l'sfODi dit dan* h 
NoUot priUmmaiti, mnu «mpruDUiiu h NùgeoD. 



OBSERVATION 



%vit. hn KKUnotT f>r \.\ vkcï. a7 



Je *'ai dil, jeune bomme. que tes ^titaUt^j, ttites qw r^tUr^t^ 

fiett^ M€ prop^tfffûirnl 4 t'htfiid lùrt^it ri'm nr irmîfuit lu êphére 

de leur actiou. On Tobjccl^r^ ' qtH' j'urirui^ inc^in^' pu ilirr 

fii'f/itii te propitfffaUiit w\iforrn^'ntet\t. On ajouk'ra peut-Mre 

qu'oo M conçoit guf^rc commi'ril une quAlif r liV^i^rcc à dinfanf^ff 

%AW ftixtto ioteroiëde; mai» qu'il vi*y \ point d absunJitt'jii et 

ip'il 0*y en ^ut jamaii;, ou qm^ c'en esi mu- di- |>ivien<Ii-u qu'elle 

>'«!««• dkm* k' vide diver^emeiii , À dîir^ivntcs di)(isnco«; 

f|q'alore OD n'aper^oîl rien, soit au d^^dar^i. saii au dehon* <]*upc 

portion de mau^re, qui noH CA;>nbtf tW inîtv vurlvr son acitoii; 

que DesctrUN, K:<weoj), It^-s pliilosirphesaJidi'it^ cl itKHltTJii^ oui 

touH au|»pOM* qu*ua corppv, i^nînK' «J^nTs le vid^dr- la quanliiiï de 

nmivpfni-iil U ptti% pelilf-, ïiuil ;t rinfiiii, uEiiroriiii'fm-iU, eit 

lt|;iio drvTk; qmr k cllatance nVât donc \mv AW.-méme ni un 

obUacle ni un v^hiculti; que tcitilr qiiHlilè. i)ujj1 l'nrfiun v«rie 

idonuiii^ ral-son quflcofiquL' iiivf-tiie ou direct' fli- \n iIïMAiice, 

TUnène nécffsaircnicnl au plein et à \n philosophie corpascu- 

kne; et que U supponiiion du \ide cl ccUr dv- U VAriabilili: de 

ricûon d'une cauBe booi deux suppo^îi lions coiiirttfJirjoîrcH. »« 

^ Ton le propose cct* dillicultéït. je k- conseille d'uj jjllei- clKn*- 

cbrr la rcpofisc cheï quelqui^ Pirwtonieii; c&i ji' l'avoue que 

j^pnrc cofiimeui oq Icnn^i^oul. 




PRINCIPES PHILOSOPHIQUES 



Ka 



LA MATifenE ET LK UOIVIÎMKNT 



077*1) 



En plaçant oe fnjïnieikl daiw «un article Ditf^nt, d^ la PhilM^pkU 
oitcîtnhK fl modrrae, de l CncycUpiéitt m^ihctii'/M, KaljDtoa »'exprliiifï 
ainsi 1 

« Cotécrit c*A Jimala étâ ImpHmA; ilfie dlH«rtaUon, publl«cffa I77D 
pir un «nuuynie. çn > éié J'occulon. Ln ami Ut; 1 auu-ur t-t i|iil Tétait 
auui di; Diderot le pHb dViAmlaer celte diMf-jUtion et de lui u dlrn 
Irucbvmeiu luu >vitf. Oi eivneii a produU Jo» réflatloiu qu'on îa 
Ifro. On jr rM»Dii4lt MU/miii rombl^n l'étude do U cbinte, dont CN4«n>t 
•'£ult OCCapé pendAnl plu-ilrum innô^ avec cette ApUlud« quM avait 
pour touM* les tcicnots, lulartit &U! utik. Lu a;)plicatioo« ^u^ « tu 
f^Lir^ dopuU do oei ronoiinuracet ■! oècotralrei M ani tosquellefl 11 
lie peut ; Afulr ni bfinn« plfsiqufr nJ boamr pbDomphle fotil v«grntl«p 
Qu'il n^t pfea pH» i>\\n lAC les IcconJ dt fioucllc. Ceat daas ]« t^kbora* 
loire do <f gniid cLlmlst^ qu'il aumt Irou^'^ U r^ose 1 U pUparC 
dM qucnioiu qui i«rmm«nt b^ /■^imv jur finitrp^iMiam rf« f^ 
.VoJur», ^u pratAi il oe liaaanJt Jamâti propoite; car uim grand» 
ptnie de e«4 douio*, xl djillciict i écbirdr par U aiétaphriAqoB. séoe 
la plu« bardic, m rtealr^Di ficttefQ«nt par ta cliim»<>. 

« C«« uir >e DûanuMrtt aiit«^rtpb« de Did^rM qtt i* potlM ca 
fnfment prècj««x de M pliilusophffT. i 



I 
I 



Je ne tain m quel ftCA» le» pbUoftO)>lH>« ont ui|)fioié t|ue U 
maiiéiv eiut indifférente ou mouTeiuent et.au rvfKM. O qu'il y 
a de bîni ccrUîn, cWi que toir^ !«*« roqi« ^raviteni \t% tius »ur 
In autrui ^c'cKt ^ut- toutes l<« paitkulei 0L-3Corpa{ra\iiimlts 




PRINCIPES PHILOSOPHIQUES SUK LA MATIÈRE. ElXX 6S 

uMs sur \m autre»; c'est que* duis cet univers, tout «t en 
traAsUtioa ou in mm, ou en tran^lftlion ci m nimt k la Eoû. 

Otte »ttppoftiboniicsg»hLlciM)plj^s reasembl^ fii>uf*^ireàcelle 
des gi'OnièlJts, qui admelteril di^ points ?uui& aucune dimen- 
mn; des ligtic», »D3 largeur uî profoûdeur; di^ «iirTarn, mnn 
éfkûsMur; ou peiut-ëU« porleiit-ib du rrpos rilaiïf-<l'Uii^ ui^shm 
4 UIQ Mllt€, Tout est dans un repoa relatif eu un vainM nu hatlu 
pir la tcnpèlc Aitn n'y c»t ea un repos abKilu, paa iiièm« Ie.s 
OMklécttJei agr^tÎTce, ni du raUaeau, m de» coq^s qu'il rcD- 

S'th ne con^ivenl ]Wi [dus d<^ lendaiice nn rt-|VK qu'au 
aiou\rme»l« dans uii coqts quelconque, c'est qu'npparemmeni 
iU rt^anlt'ni la tiuli^re orHnrmr bonoog^nc; cV^i qu'ils fout 
ab&trftClioD de toutes lea qualités qui lui miliI es-tpnliHln»; cW 
qu'ils h c«ft&idèr<?[)t comme irallà'able dans rinsiani prt>fiqut 
indivisAkle di* leurHpt-culalion; c'chi qu'ils ntÏKOnui'ni du repm 
rdalif d*un ogrigat à un autrt a^^al; c'^^l qj'ils oublient 
q[ue, tandis qu'ils raiwrnrnt dv ^i[l<tif^é^ïlKI^ du corps au mou- 
TOMOt ou au rçpûs, le bloc de m&ri>re tend à &a di»o!ution; 
c'est qu'ils anéantiBseat par la penaâe, et le oiauvement gênÉraf 
qui aotme tou» li^^ cor^, et leur acuon pru-iicutii>n- d<'.» uns !«ur 
Ifs autres qui les détruit loua ; c'est que colle intliflereuce, quoi- 
que fautte en ello-mtoie, mau^ momi^ntanCH', n« rc^ndra pas les 
lois du mouveaunt emmétt. 

i^- fiwpSf trhn qiuiquti philo^ûpiér»^ eti^ par luî-mêiitry êttnj 
action ri unu forrr; c'e?st une bTrîbli' fnu.vxeU-, bien coulraire à 
toute bonne pby^ique. à louie boune cliiinic ; par lui^uèmc, 
par la oalarc de ses qualités essentielles, soit quW Je coiim- 
être e* molécules, soit qu'on le considère en masse, il ml plein 
f KtoB et de force. 

Pmht rmis rrprtitrnifr if tnaurnnrnty ajoulent-il*, outre la 
nui?re t^itianUj il mut faut imaginer wi€ fttrrr qui nt/iar 
■r Mf. Ctr n'est pas c**ïa : ta mob^cule, d»iii« d'uue tj^JaUté 
fnftt à fia iiaturc, par rlIr-riiCiue «si une foixe aciive. Elle 
*'arm AIT Uiw autre mol^ule qui scxcrce »ur eJle. Toua ces 
P*nèniinun ]\ tivtnenl à 1h rAiiMu* ^^uppiiMiîoo de la matiftrc 
^>BC||tae. Voua qiuiiria|[iiii^ tu bieii la matière eu trj^os, pou ve» 
tu fi 



PRINCIPES PUtLÛSOPHtOUES 

vouâimaigîiicrlcrcucD rqx»? T(nit«<UDs li DAiure« a «on taion 
diTcne, oonuDQ cet unu de moLëculCA cpic xtms Appdes le feu. 
Ouïe cet unas que toub appi?lf2/>u, diaque molécuk 4 u n&tare. 
Ml BCtioa. 

Voici la vnî? dilTérmcQ dn rqwv pI du mouTfdneni ; c'oflt fpie 
le rv|K?(t iiImu>Iu e^ tin toncepl abfttnuL <pii ii'4-ii«lp point es 
tiftttire, et qiifr Ir mouvnneiit «si une qualité atiiai rérlli- que U 
longueur. \t tai^ur ^i la profondear. Ou<^ m'importe ce qm ft« 
paa&e d&Dft voire tétr^T Que m importe qut votA jTf[»rdiei Ift 
matière conune homog^i' ou comme b^térogèneT Que m'importe 
que, faiftant abstractioDd^ &e5 qualités, et ne conmdéraQl que ooa 
existence, vou» In voyiez en rcpc»7 Que ni*iinporie qu'en couse» 
quence vous chercbicz une esuse qui la naeuveT Vous ferez de U 
gËciDétrie et de la méupbftiquc t^ni qu'il vous pT&ira; nuis 
BOit qui suis physicien et cbimi^ii-ï <|T]i prL'i^d:^ le? cofpe (kosta 
nature, et noa dans ma tôte; je les rois existants, dirers, rcv^ïtos 
de ^ropri*4<« et d' sciions, ei a'sfpiant dnnv l'unjvm^ cofome dans 
le l&bûiiiloire, ou une ^tinc^^lle ne se trouve poiut kcdhù de troia 
molMulvK c(uiibtnées de valpOtre. de cbarbon et de &OQfr«, sans 
qu'il s'ensuive une explosion nëcosaire. 

La prMntcJir nVnt pomt tatt tendant tm rtpoi; c^eei «ne 
tendance au mouvement local. 

Pûur fnf h madère toit mue, dit^^m encore, i7 foMt wv 
tittioH^ vju foreei oui, ou extérieure à la molécule, ou inh^ 
rente* essentiollc, intime à U molécule, et conciituaat sa ivature 
de molécule ignée, aqueuse* ni treufie, sllcaline, sqifureusi ; quelle 
quo Mit cetit- nsturt-, il H'«'nHuit force, ociiou d'elle bon d'elle, 
acdon des autres molécules xur elle. 

La force, qui af^lKur U motikulr, K^uise; Is force tndme de 
la molécule ne sV-pui&e point. Elle est immuable, éternelle. C«e 
deux tofxjes |wuvcnt produire deux sortes de msm: U première. 
jnn*ttcaQUtcease; laseconde, un mW qui ne nv<e jamais. Donc 
il est absurde de dire que la mati^e a une oppu&iiîon réelle iv 
miMivaienl. 

La quentlié de force c«t coosunte daoa la nature; mma Is 
somme des ni$u$ ei U somme des transJatioasflûût variaUeL Pies 



son LA UATIÊAE CF Lt MOllVEMCIIT. 



«7 



^ 



ileaxi>«UG&tgrmi>de,plu9l&5omiiK-clt» imnslatioiis est 
petite; ce, f^cipraqn^meDt, plus !& acromâ d«6 moslalMms «st 
grtntK pTuHltMHUMdc^nËnuesi pelî[«> U'inrj^dii'rd'uof vîlk 
accroît loue k coup <fuike quantité prodigieuae la £(NDin« dca 
trtnslatioiia. 



On aïonw r^muf^ le monde; rien nesl plus TTtt; c<la Tetl 
■alanl que rabune nimuO par Ir monil? : puisquir TatoiDe a sa 
force propre, elle ne peut élre haiu «^u 



W 



n u** faul jamais dire, r|ujuid on i^t |ilif?LÎHMi, Ir rorpi 
annm^ corpt; car ce d'csI plus faiie de la physique ; c'eat faire 
d«( «I»trac1iûû5 qui ne mènent k neiu 



|i 



n tK faui pas confondre l'action arec la masse. Il peut y 
amir grande maa^e et petite action. Il peut y avoir petite mwtNe 
el graÂde aclJOD. Une nwlccule d'air fait éclater un blocd'adcr. 
QBtlre graiitt èè pondre suffUecl pour diriaer un rocher. 



Qui, aane doute, quand or compare un agr^i bomog^e 
à un autm agrégat de mftme matière homof^ne; quand on 
parte dt l'action et de la r^actjoD de ce« deujc a^êgal»; leurs 
tetfgfiea relatives sont en raison directe des masses. Hais quand 
il a'agtt d'agr^ts hi^lérog^nee^ de molécules béiérogènea, ce 
oe «oui plus )«H m^riieH lots. Il y h HUianI de luis diverses, qu'K 
y a de Tari^tAs dnnx In forer proprrfrl iniime de chaque molé- 
exile démentaira et conatituiive de& corps, 

l€ corpt riâUu eu mcuiytTJi^TU huriwntal. Q(i'e»lrce que 

«elt aifiiiJîeT On aait bien tpi'îl y a une force générale et cooi- 

nme 4 loutcs les motéculea du ^lobe que nous li&bitons, force 

qui les praase acion une certaine dircciion perpendiculaire, ou 

à K» prta, à la surface du globe ; maïs cette force gènCralo et 

«luaiK ttt fiODlrariéc par cent mille autrea. Un lube de Terre 

tiuvffii bit rohigeT les fvuilles d(r l'or. Un ourj^an nnuplit 

l'Éide poussière; la chaleur volatilise l'eau, l'eau volacUisâe 

tnfcvte avec Hle des mo)(H:ules do S4^I ; inndi^ que cette rnasae 

^Ârtln presse la terre, l'air a^ît sur elle, met sa première 

^uHuf- eo uoe chaux métallique', c^punence la destruction de 



I Dq*. 




69 PBIKCir'ES PUILOSOnilQUeS 

n* corps : ce qiw je dis d« nuMwr* àmi ètrr cnlriHlo in mole- 

Toute mol^oïkc dixt éfn; considcrtc œDUiK- «ciDrilmieiit 
aniu«« de troés sortei (Taclioiu; l'aclion de pesaaieur oo de 
gravitation; faction <lr fia Torcr intîtD«^ et propre à sa nature 
ê'f^u, â^ feu, d'&zf, de wufre; <^[ Tadion de louiiS les autm 
moU*ciil€« aor HIe : ec il peut airiv^ cpio ces trois aciiofts wéent 
convt^i^ntii^ ou div^rp^nL^ft, CofiviV|^-nt(*«, alortï la molràik* a 
t'iciiOD U plus forte Uoni elle puisse être cloui^. Pour »e laim 
une id^ de ce^iti' action la pluK grandi* poaaihle, il faodmt, pour 
iiîiifii dire, faire une foule ilv supiKKÎiiouH Ab%ijrd<^, [ilaccr une 
njoldc:ule dans une EÎiuaiioa ion; 4ùi; u«tapliysi^. 

Eu quel «eoft peui-oo dire qu'un oocpi rMaie d'autant plua 
au tnouvecieni, que sa masse est phis grande? Ce a'e&l paa 
Haiu k- wDv que*, phiB »a oiji«r vsl gnuidr, pluK ml pmwbon 
coulis un obstacle est (nil^K-: if c'y a \tn^ un crocbeietir qui ne 
sachv le contraire : c'rM «-uliTinent n-lalnxmmt à uii'- direclunn 
opposée à «a précision. Dans c«tbe dimlion. U ml cim-uin qu'il 
rèsM^' d'aulanl plus au mouvement, que sa maane est plus 
gnuidr. [>aD3 fa direction de la pe?san<c-ur, il n'e^t pas moÏDS 
cerUin que «ta pn^on oti force, ou Eendance an niou\eci>enU 
«accroît en r^non de sa mas^c, (Ja'cst-cc que tout cela signilie 
doue? Ric2i. 

Je ne j.uis point suiprïa de voir ton^Mr un rorpA. pan pUia 
que de roîr k flamme a'^TYcr en baut; paa pla's que de voir 
rcuu agir en tout acns. el peser, eu égard à aa bauteitr et à » 
base, en ftone qu'avec une nédiocrr quantité de fluide, je puis 
fain: briaer le* rases les plus «ilïdoH; pas plus qti(î de voir la 
vapeur en expansion di^M>utlre W corps les plus dure dans la 
macbmed^l^n, elrver 1M plus pesante dam la macbmeifou, 
Uai^J'arr^e me« yrqix t^ur l'amas général det CDrpf<:Jorot«ioni 
en action et en ry-aciion: tout h* détruisant sous une fonne; 
loui s^ recotnpcrtam uori^ nn<> auire : di*« MibliDaiiont, (W dîsMW 
lutioniï, d<-« ctimliiraî^oiis de tomes le% 4'!q)èces, pbéuoraèaes 
liicompatibleH avL'e rbomof^rni^i^ de la niati^re; d'oô jeconrlua 
qu'elle est beirrugfnr-; qu'il rxiHtf une infunlr d'rli'fnt'iiindnvm 
ibn» la nature: que cbacun de rr% rU-inents, |>ai sa divenil^. 



I 



SUR LA MATlËaE £T LE ThIOUVEÎktCNr 



f^ 



[> sft forc^ pvricvlière, iim^e, immuable» éteraelk. in^lcsinic- 
lihlt^; iH <^ul^ ci^ forces lotîmes au corp» ont Jeurs acriou^ lim'<i 
coqiH : il'où uaIi Iv inouvenictiit ou |)lut6l ïn f^-rmi'Miaiion 
fHirnIp flUiUi runiv^ni. 

Qiw Tout lr> [ïhiloMiphp^ ilnulji* r^ulr îrî Vs i-rrcurs ri lp« 

télrr oonuniTMcà toutcak-s inolccufc» di; La mafièR*; jrdis/H^i- 
rnr, cir je nr ftriïu» pomi aurprJH qu il y eût tiann Ia naiiijv 
[Jdtc BMklèculc quL jolDle i uoe ftntrc, rendit Ec mille ré^iulUiit 
itiB V^n- T9US le» jûtin, diua k laLonloire, oii vi>laliJÏ9e un 
îneiic par un coqs inerte ; cl loiMiat: ceux qtu, ne c«i»- 
"sdËnni pour totitr «ction danik runi^em que celte di: U p^viu- 
tion, m ont conclu l'iadiiR'rence de la matière au repoa ou ùu 
[BOUTement, i>u plutôt la irndujce di> la matière au repo», ils 
imf avoir rvaolu la t^estioiif tandis qu'ils ne Tout pas adu- 
lent effleoré^. 

Lof«|v'on regarde le corps comme plus ou moins r^tusi. 
n cela hod coBime pewaut ou leiidaui au cenlre des graves* on 
li rvconottt déjà une force, une Bctioii propre ei intime: mab 
«M a liirti d'aijtn^, iniin' Iirsï|i]rtlrs l«t% ui]r% sV^rrceut en 
\i sens, et iVaulreH ooc des directions particulières. 

Ls st^pnaitioft iVmt fin* que1nAiiqL»e, plaïf^ liora de l'unhers 
U est JmpOfiEÎbte. Il nr faut janiau faire de pftrrillcs sup- 
p. parce qu'oie n on peut jainaifi rïcD inférer. 

Ibnt ce qu'on dit de l'impossibililr de l'acrroiTueinent du 
mi wwm ou de la ^ileHAe, porti^ aplomb contre l'hvpothèae 
et U mabèr^ bomogbie. Mais qu'csUcc que cet* fait à ceux qui 
le mouveroenl dons la matière, de son bét^rogen^itér 

mppoaitîoii d'une matière iioaiogèDe vài bteo sujeti« à d'au- 
tefaburdites. 

S« on ne fi'obvtine pas à con«icl^rer le« diOM^ dans n t<îte, 
«m ilami Tuniven, ou »t co'vvaiucm, pai' U diver^îie de« phv-- 
looièvct, delà diieisil»>d«5 matières dt^n^ntain^; de la divers 
litè dn furcM; de la {liverHûi: dr$aclii>ns et deii r^aclioEtâ; de 
UbtesMi^ du mouvement : H toule» cea vi^iÉa admine^^ od 
Hc dira pluk : ji*- Vfth U iiialiénf minme exislsuite; je la voîa 




7» FEENCIPES PHILOSO^HIQDRS. rrC. 

d'abord en repos: cat od fieDtirft que c'est fur^tm^ &b«lrftcliOD 
dont on n« pvut rii^D conclure. L'^itsiuoce n'enu^tnept ter^po» 
&î l« meuveCnent ; m«is rexistenc^ a est pas la seule quiJîti^ des 

corps. 

* 

Tou^ \^ pl)7»df!flfl qui «appownl U m&tîèrc iDdifTéfaile «u 
iDOUTcmeot cl au ropos, u'oot pwd<« idccf nutirs d(^ U rfm- 
Uoce. Four qu'ils puftftGut coDclure quelque cbose de là r^a- 
lance, U faudrait que ccll^ qualité s'em^ iodiatinctanf^l en 
lout aons, et qn*^ son encrée fût la oitoe aaln Mute din^ctjou. 
Movv ce iierftil une force mtiroe, tell^ que celle de wuto iiii>lé- 
c^le; mais celte r^^fiance varie autant qu'il j^ a d< dirActioms 
dans le»qiicii«« le corps peut fi(re pousse; die est plus jjruujte 
verticalement qu'horûonialement 

la difffcreoce de U pesaxiteur et de U force d'ioerlïe. c'est 
que U pcsajiteur ne rèsîâtc pa^ paiement selon toutes direo* 
lioDS; au lieu que U force d'mrrtîp résiste c^alemait aclon 
toutes directioa^. 

El pourquoi U forcv d'in^Ttic n'opért-raîiH'ïJle paa VeïïeX de 
rfiteoir le cocpa dann »on Aut d« r^pos H dans son eut d^ 
mouvenaeot. »ft c^U par la seule notîoii de r^uatraco propor^ 
tiono^ à la quaotih^ dr mati^rpT l^ notion de rMstBSCe ptirv 
^Applique: élément au repoa et au mourenitail ; au tepo^ quand 
le n>qiA est eo Dkou^emt'nl : au mouvement, ifiiand le ati'pa est 
en n!pos. Sans cette rcN»UnCG, il ne pourrait y avoir de cboc 
avant le mouvement, ni d'arrftt après le cboc ; car te coq» ne 
aérait rien- 
Dans l'expërieDce de la boule suspendue pr un (U, la 
pettnteur est détruite. U boule tire autant le fii. que le fil 
(ire la boule. Donc la rMaïuce du corpH virut de la Heule Cane 
d'inenie. 

Si le fil lirait pfus la boule que la pesaRtrur, la boute mon- 
terait Si k boule etajt plus tiràc par la pesanteur que par le 
AI, eUedaecfodrait, etc., etc 



INTRODUCTION 

GRANDS PRINCIPES 



ov 



aËGEPTIOH D*DN PHILOSOPHE 
(ficrit T«r« ITO. - PoUté «d ITOIO 



AVERTISSEMENT DE NAIfiKON 



ftA5S L*ÉDITlOX DE 17 9S 



M. dfMoQt... ml1tiilr« ton tl^voi. crMul^ nt&tne ïiiftqa'i 11 va\ 
tloo. connw le wot pli^ttu mul^is loua le» bommeA peu histruiL^ijafli 
rUt lire à DhfeffOI J« premier DfolofPâ^ ee pULoBophc r reconnut uns 
peiiM ronmsn d'nii UfologMn, û'an da en honoM qui em croi«ot 
BOdaBtHnvnt k?i iiiicrprtiva de U Djvitili^« pt un mojnn d'anioo enve 
dJe «I Im fâibla mortebu D ue fut p«i sorpiis, oaala iDdl^ni^ du uin 
qui r4gM ttuii c-^t ^rlt, oti plutôt dAaa oelto satire, oft bien l<rln 
tf^pOMT idèlcmrjit. ttltisiqiiPt'rïl««*l«nt [a JOBtlco^e l«rMpe>ct qu'^ 
éml k b lérUi^, U dorUiim dr-i IricrMiiW mndAroeii. on np tmu7<i par- 
tout i|ue I» déflnitlona iiwuctea oi Ice fuissRS IdA» d'un contrôler* 
■tat4j0Mnot«iid« inMivilMfo[, flUbfititu(^«B à colles des phirotMphos, 
et In mk prtDCippx dp conii-f-] Ptog^r^ porr^ ft Icxlr^mp, aAn H« 
rendis 1» uns ci Ira «inrvs luut à la fuis rldî<;ult-s ci ndji-m. Quclqui; 
irèB-^AolRné p«r cmctèn:, comme par r^deiloa» de tout c« qui pog- 
T4Jt rc»g^L^r dia« une dlipun: a><i(: ^n prAtiv, npf^rt d'tioEnm«: qu'lt 
PF fUit ftToir Pi pour juni ni pouf rnnt-ml, OIdnrot propnu k Al. de 
MoiiL*^ quo Ia dkUHlMï uiti-phîJt»opblqup du tli^Ioglen aiïlt fortJM 
éàMâ Ms pr^Jujt^ Je r^^poodrc i cclt'? dAdjunuUori «t dVn faire sentir 
le nfue vi 1> filblftw, G>tu< r^pon»^, <iut wt oxcvllent^. ali»«i q^^ ■«• 
1IOC4!» q«'C j jDdgnll, ne lui r.oilui iiiMi k lj>mps dn riVrrtr«, M- dn 
Boni...* qu'eJlo n'aT&it p«a ^t chanic^r J'opjiiicin. mais rjuVUo avaft 
rendu, nur p1a«lcure pointa Imporurte, un p<tu moine sûr dn non fkli, 
U jupPi dfgiw tTvnp n^ruiatlon, et W bftU m^ino, dnns rottc TUe. da Is 
ciïDiiiiiinlijiPRr lu théolcig^lt-n, Criul-ci. ijuJ, ™n!* «Hre 11* avet Diilerut, 
to rBDcootnit guv^quefoia dan* une pacifié qui leur Ault commufie, 
MM» <lb>lor>do tarder Je tcjIv dfl ran->nyinp, «t joua tout »on Joi. 
n«ia lit conAutce dins hp^ propr» fArcn;, rt rv<r (l*i-(itrvr rn Mat xvec 
fla pUonpba qui jouluail d^i d'une irande r^puiatittn. Il entreprit 



76 



AVKHTISSEMENT. 



de répondre lérleuKineDt. et «roQ ordn, »a Dlilogoa où Diderot lotro- 
diiJI te pruoAJjrte r£pouduit pir luI-niâDie. MaUo, ■!, oomafi i>ii w> I0 
voit que Irop tourcati un nopbUlc trft»-d6l1é, irès^AubtJI, p«ut docoer à 
uno tDDUVslE« cause quelque apparoacc de jnvUcc^ oC Tudiiar troc art 
les y«ai de quelques jugeai prAtentui ou suu lumfètrat toiu ant nof«!iu 
de ^uclbn u^ont «Kitg dfec eor de* «^riu droïla <i pâuélnaU. 
tMdur^t ufl irouvft, comme Q v^j attendait, daiuk rtpon»e du Ibéolecfes, 
4(09 ON aIMnblee lieux communs, dom. i la honte de U nlno bamaiD*, 
lis dUVArente* ^ooIrsi dn Uii^togle rnlj^niEtturit tous 1«8 Jour* depui* prèe 
de vln^ edèolea, et qui sufllralcol nriili rnurfimnirr^i flomptldiObrll 
tiajilnae, qvand r&battrdltâ de cette trlete >upf>rtt|tieri ne serait pan 
d^aL Heurt démontrée par le alirplneipoiii^dm Taltaetdea dognivequ] tui 
eervent de fondcniralJ». Le «IIcdcc lui parut d^abord 1^ parti le plu» ««4^ 
qu'il edti prendra dac^ccltu circorrrstaace aaerz d^lloete : ratifia craint* 
de se C0Bipr«inei(r«, en mutant ilara U)ul Mur jour let pinlOfUiiieâ de 
■ou ■dvprttlre» olda au dAsLr dr Catre trtemphRf la x4tUà dm Talr» 
«opbiauie* d'un er^lenr, qui, par sotliK ou par malice, ooafbnd tout 
peur tout obfcurcir; et 11 ejivoTa à M, du ïloot-^., aa répooaa 1 l'Eiamen 
dv pToaftyte répondant par luJ'infin?- .soll qUA Je ihéotoglen amlll eo 
effet toutn la fonxi du coup qur les raison acniroC^ drr Diderot portaJini 
A l*6dific« ruineux du cbrlsiJaDusme, mippoeition que le caractère bkn 
oonnu dtt prtcrea, et en général la fauseetâ de leur eeprlt 119 permet 
guère d'admettre: soU plutôt que. um Airp rnnvalncn, tt ju^nit du 
Diolna néeeeivfre de combaitrr avna d'autre» armea un ennemi cxknlna 
leqofîl orTlf^a qu'il avut d'abord emplor^ea «étalent brMeit ^ ^e cmt 
pBB dei'Oir ramaaaer le ffant que Diderot loi avait JetA d^OM main Terme 
et bardlp i et, tantôt aoun du prAt*iU, tantAt boum un autre, fl remit im 
défeOAc i un autre tcmp» qui oc riof point, et quitta une arèike oà to 
TanJU, qui dana la plupart des bommea ne va guAru, mlm* due Me 
OOlti jMQu'l leur cacber, et éteindre en nui In aentim««F de imr ml- 
tdMi^, VaTertluatt qu'il dp pnUTall plna dgaomdre, wu a'eipoMr 
pobUquciiiont i une iélUte bonttuae- 

Oa 6<^uir^ia*es«»i« m'ont para at wmt ipf po«r lIoMIpse* 4*o» 
petit AcHi, qa ott ne pegt gnfere eatendre, nm» ea tiniamw le motif t 
rt-propot. 



I 



I 



I 



I 



INTRODUCTION 



Avrx 



GRANDS PRINCIPES 

•ff 
RÉCEPTION D'UN PHILOSOPHE 



ON SAGE; LE PROSÉLYTE, LE PARRAIK. 

LB SàOB. 

QoB ooQS préwntu-TOraT 

LB PABiAIlT. 

On mùBi qù Teot devenir on homme, 

LB 8A0B. 

Qoedemande-Ml? 
U 

Ooell«eft-i41T 
l^ngt-detu ens. 
fiA^l marier 



LB PàlBÂIH. 

LB 8AGB. 
LB MIBAIH. 

LB SIOB. 



LB PllBilH. 

HofL U nese mtrkniDdiiMjpas; duîb il veut marier les prêtre» 
et leemoiiMi* 

lK SiOB. 

De qMQe BrilOtt «9»4t 



Ift INTRODUCTION 

Il «IDè «■ FriBCt; VM il afat bit imnralaer sunge. 

âM |«i«M r»«MMbitaclnlif«a; il^ai bit osàie pnus- 
tt^;liii^ i 




LB PBOSClTTI* 



Ll riOSiLTTB. 
I» M It CfDift pBI- 

LB BaCL. 

U ptteBi fltt pMé, qond OQ le déBODtre. 

LE PIOsClTTL 

J» ae croà que ce qai me fiit pleisîr. 

Fort bieû. Pv coœéqaeDt tous oe croyet pas >d 

hOBUBOU 

LE rEOSÉLTTE. 

Noo, lorsqu'il ne cootredJL 

LB lABL 

Gn>rez-vou9 en témoîgiMge de Dieti 1 

LE FIOafLTTB. 

Non, dès qu'il me vieoi par les hommes 

LE «AGE, 

Croyenrooa ea DieuT 

LE PEOSÉLrTE. 

Ceit selon : ù Too enteud ^ \k la naïuœ, la vie onîveraelle, 
It DOuvaneDl g«DénU fy crois; si loa eatéud même udb n^rts* 



AUX GHAM)» PhnCIPES. 77 

9otl Gncore; ouis )e dq vais fus plus loin. 
CrDïTi-^Kwa à la T^vébiioca? 

LX PKOÏÉLTTI. 

Je b crois 1c report «nfiloyë pu* Im préires, poor doinîntr tur 
Ivpedptai. 

kS SACS. 

CroT^i'VOUS «ui biaioirasqui U r^ipporiem* 

LE pnofiid.iTi- 
rtcn; pVTO que tous k% hommes mal trompés, oti troiDpeurs. 

Crojez-^aus «m témol^agM dont on râppubef 

LE pno!(ti,rTT. 
NoD, parte tfat (e m les examina point. 

LC BACK. 

Cofw^Tûus qiMî U DirimiéeiîgQqiitiquc chose d« booDOieaF 

Ltt paos£lvtc 
Nofi; siooû qa'ils survent leur insÛDCt, 

LE SAfil* 

Cmxec-viMis qa*«lk dcQuadc un culicf 
Non, puiM|ii'il ne peul lui 6lrc utJli^, 

LI SftGK* 

Que otiyw-vuuï de rimuT 

Ll PHOAlLTr^ 

Qu'dle peut bien D*èiro que Iç résutui de ûds scesstionA. 

LE siai. 
De SOQ immorialitd? 

Ls rno^iCtTTc. 

Qiu! c'est UM tl)pûthèH, 

Que cro)PX-Toa» iL<! riirigiut! tlu luel ! 
LE pno5*ifrt- 
Ic cnjts que c*esi la dvilîiAiî^ui iiL l«t lois qui Tonl fftîl n«1tro, 
rboizuae î'Unt bon pkr lui-m^ii)^ 

LS AXCE. 

OooM Mctt, à V0U9 svîfi, los dttvmre de l'horacno? 



n 



INTflODUCTION 



n 08 doJt rien, ^lanl ik^ libre r.t ioilApeiiitjiaU 

LS 510C 

Qua crores'TOtt» 4û ]u3to ou d'injusuf 

QuecesûDl purei ifTiirAi de conreatioa. 

D«s p«iDes et des râcompeDsos éMmellesT 

Que ce 30Dt des ÎTivcntioi» poliiiques, potir cociteoîr la oui- 
dtode. 

Boa: voili ud jèuoe bomme fort éclttré. Rtoo n'ei&pédw fofil 
ne Mit igr4^, >'i) r^pood aai qu^fiioas que prescrit \k fomoLe. 
Croyez-vous que U foi d'o>i qu'uoo cr^aitiA ■upqrttrtim», fûu 
poor Im JgAcrantt et Ï&9 imbËcikt T 

Je le crois, ctr ceU ^t démontré, 

Lt SA». 

Crorex-vous que fa charité bl^ ordoanée est de fiire son t»eo, 
h quelque prix qui; ce puiicnt 4tro F 

Li pnoftftrrE. 
Je le cn>ift, car cela est dâcnootré. 

Rniaooe»JVQU3i su fanillsnie tie Is coDlJiwiice, de )a pétâtemot Et 
dfiU mordficatfooT 

Li rno»lLTTt. 
j'y tCDoaco. 

Renoncer- vous t ta lianmse d^ l'hunpjté tl âa peixk» dv 

L£ riOSâLTTB. 

^ mnoDC^, 

is aies. 

ReooQoai-vouB aux pr6l«ûdus avactugee de U 
ftEBlcttoAS et des soul&«Hae1 

Lt noeliTTi. 
l'y 



AUX OftANDS rRINCIPE"^ 



Praoi«Uei<v«}UA 6ù rocoiinjJtrt la rtkwa po^ic wuver^a Arbitra 
de ce qn'û pu wi dû fûre t'£tre siiprénM ? 

J« le prtkdicù. 

lnaÉtt»mB de ncoonattnï rinraiUibîlité des aoitt 

Ll PftOSfLfTt. 

M IvpniBitU. 

PromeU6x*vDU8 de saivre Odèlemeai U voix de la ntture et dcfl 

Lt raoiLTTS. 
le l« prwDeia. 

VniUi cft ({Tit «"appelle un Ihïtihïih. MaîuiKnanl, prtiir vt)u« rnnrfra 
iaU}piiH-nl 11 UE>flrI«, fe Vuu9 iléb^pùi» dU ^>iil <l>^i atileum J'^rnfif, 

de r£i^rA et du DUtioiuiaire phitosvfhi^nfi. Votn to'lU h présent un 
fnï phiioaoplke. et au nombre dca beureui dUcipIc» an Ta Naiijra. 
ftr Ib pOBTOir qu'elle vous dcaae, ùdû qu'à. ùo\ts, ^Wan, amdiez, 
ééimaet, reorereei, fmilci aux pieds les mœurs et U religiou; 
révollei l«s pruple» tootre les aouvcraîm; affnnchiv'Wi les mortels 
d« jong dea lûia divioes et biiaiaiûes : vous confirmerai votre doc- 
Brioi per dce mîradci; et voici ceux que tous Terei ; vdua Bvei>- 
gkrcx ceux qui voient h inous recdret ïourds ceux qui eaEcndcnL. ei 
vous ferez boiter osui qui marchent droit Vous produiras des »er- 
peot3 »ûiis iee fleora, et tout ce que vous toucherot »c coarcrtin co 
poboQ. 



LE PROSELYTE 

RÉPONDANT PAR LUI-HÊHË 



UN SAGE, LE PROSÉLYTE, LE PARRAIN. 



LE S1«E> 

Que Doas préseûtet-vousT 

LE PABEAIN, 

Un jeune homme de bonne foi, qui cherche Is Térité, 

LE SAGE. 

Est-il instniitr * 

LE PAll&IN. 

Il se pique d'ignorer bien des choses que les Aulres croieai 
savoir. 

LE «AGB. 

ËstHl marié T 

LE PAEHAIN. 

Non, mus il espère L'être. Il regarde le célibat coinnie uo 
atlentat contre la nature, et le mariage comme une dette que 
chacun doit payer à la société. 

LE 5AGE< 

De quelle nation est-îlT 

LE ràaBAiN. 
Du pays où les enfants jettent des pierres à leurs maîtres*. 

1 , n n'y & gu^ qno dOQi paji en Europe dû X'oa cnltha 11 philoMphie, M 
FruKC et m AD^tetarro. En AiigleceTTe> 1m pbiliwophfw toot boauréfl^ napactéâ, 
moatBDt ftQi chai^H, hdI BDierrà inc 1» rois- VaJtH^n qva l'Angtotarro i^ 
(nnic pLui ma] pour col»! En Fraoce, on l« dterèlc. op l« btanit, on Im per- 
■écuta, OD la mcckblo de mindeaKlitfl, de Mlirea, do libellBL Cft Met an e^— 
dut qui DovB ^luirent et qui BOfiUennsat t'honnaur do U nMnii, NU-|e pu 
nUon do dira qao les Fnncû 4ûDt dcH onbutt, qui joUcnt d« piorroa à hnn 
aulire»? (DjhuotO 



INTftODUCnON MX GRANDS PBIHCIPES. 



ai 



-De quelle reJigîonT 

Il »tt celle qu'il % trouvi^ écrite au fond de son cctMn celle 
qui rend à r£trc suprême rhommage le plus pur Clic plu8 difQC 
de lui; celle {fuî n'& pu son e^î^tenc^ d^ns cert&ina temps et 
<liB.i c^ruios lica.T, maïs qut csi de tf>ua les tempa cl de tous 
les licui ; œllc qui a guidr k^ Sdcr&to cl les Anslidc; celle qui 
daron Jn^qu'i U fin dea temps, parce que le code en est gravé 
dans le c<£ur bttmaîn, tanJi» qun lo^ autres ne feront que passer 
ecwinie toutes V^ in^tituiiona huju&ineâ, que le torrent des 
si^r*^ emnaéne et emporte avee lui, 

LI «ACIC- 

Jeune bofomc. <|u<: croyez-vous? 

LE rnOâÊtYTË. 

Toat ce qui tftt prouvé, mttw non pit^ au m^me dcgn'-. Il y 
A des preuves de dUIéreniâ ofdn-Â qui emporit-nt chacune un 
diffi&eent di^ré de croyance. La preuve phyuque et> mathéma- 
tique doit paaaer avant la preuve inenile» comme cdle-^i doU 
Teoiporter sur la preuve hîsionque. Écartez-vous de J&, voua 
o'ètes pluA s4r de rien: ci c'est du rcn^ersaoent de cc( ordre 
que sont nva toutes le?; erreurs qui couvrent la t<'jre< C'est la 
préT^rence q«'oo a domu^o à la preuve bislorîque sur les autres, 
qû a donDé cout^ à toutes les fausser rdigionsV Uuc fois qu'il 
t èl^ re^ti que k ti^otgna^ âcs hommes devait prévaloir sur 
le làDMagnage de la reîaoD, h porte a eié ouvârte À toutes; le« 
itourctiléâi el rautoritf^, substiiu^c partout wix pnDcip«<K leï 
ftus cvidcnis, a tidt de J'univer» entier une âcole de mensonge. 

Croypi-voufl lu t^olgna^- des honimË^f 

tt PBUaÉLVT£. 

Oaî, lorsque Je îeâ connnts éclairée el de bonn« foi; maia 
il I a lani d^ fourinr^ ri d'ignoranl»! 

Cnjo-vous »•* l^moii^riAKc de Dj«ni^ 






» 



JXTBODLCTIO;* 



imua 



Vt PBi>SCLYTI. 

Au t^moîgnafe de DieuT Eai-ce que D>e«i pftHeF J« croyair» 
que Dieu ne parlait que par sc« ouvté^, par les devi, pv U 
terre, par te mouclicrt>n ^^mme parfél^haAt; et \oila le lan- 
gage auquel je reconnais la Dirlnîlé. Hais ï^eu «-tHl jamw 
pari 6 autrement 7 

Ouï, il n ptrl^. à wx 6i\'i>riM. 

AquiT Est-ce À ZarûastreT est-ce À Noé? est-ce à Mf^A^T 
e«tH:e i Mahomet? Ilït hoiiI uj^e foule qui se vuiicnl que Dieu 
leur a parl^. Ce qu'il y a de triste, c'est qu'il leur & Icnu à Um^ 
un tangage <lirï6rcnt. Lequel croire f Imposteurs! pourquoi cber- 
die£-vous i me aéduiri^T Qu'ai-jc À faire de voâ prétendues 
révélations? N'fti-je pas asscf de lu voix de ma conscience? C'est 
là que Dieu me parle bien plu» (mûrement que par votre boucbe; 
qu'il parle uniformément â tous les hommes, au sauvage c<»iiuiie 
au philoâoplie, au Lapon comme à l'Jroquoi»). Vois dogme» 
trompeurs se succèdent et se détruisent tes uns les autres; la 
voix de la conscience est taujour» et partout U xm^mv : ne 
venez pas, par vo» fauxses docirinvs, obscurdr c«ite liaiére 
divine* Croyez-vous que si Dieu voulaii m'a|ïpreiidre quelque 
chose de plut que ce qu'il a grave lui-m^me tians mon im*, 
U irait se servir de vouft? N'est-ce pu*« lui qui nu- fait rv^pirvr, I 
qui me fait pens^rT \-i^îl 1>esoin d'oi'j^nes pour me faire enn- 
naltrp na voInnli^T MWi Iciin de moi. ri craignei que c€ Dieu, 
dont vousoaei vousdife leiiînletprêtea, ne vouHpuniv^ d'avoir 
emprunté aon nom pour me tromper. 

Croyez-vous en Dieu? 

It rBOKÊLTTI. 

J'ai repondu d'avance à celte question. 

LE >iGE> 

CrOjre£-tous qu'il eiigr qut-lque rtiosi- ilen bi>imn>eti? 

LE PaoStLTTC 

qu'il exige. Il ne le leur Tera pa« d>re par rrautren. 
Craye£-%mM qu'il demaïukun culk? 



I 



kU\ GBAnOS PRINCIPES, 



LE rBOStLVTE. 

t'âibJe moTlcl! quel besoin la Divinité poumit-<ï|[e «r^r dfl 
Itt konuntp^T Penscs-Ui que la putï^M!» njoukr quelque càoM 
à MO bûabcoi, k Sft gloireT Hcnoro-tot toi-mèniQ en l'àlcvaal 
4 ruileor de ton Atre; nui» lu iiv poux mo pour lui; il est 
tr^ whdoaiiJtt de hoù M^ùl, Songe Buriout que » quelque cuJie 
pooTtit toi pltîni tm »rut ceJui du orur. Maïs qu'importe de 
qudic nunière ui*lui exprimer le» fieniimente? No \m iii-«] pu 
daot ton imef Qo*impon^ dins quelle attitude, quel langaf^, 
qods MÏirmf'ni^ tu lui »drirKM>%' ii-v pn^ri^î K»i-il comme c^ 
roU de Ia letre, qui ne reçoivent les demandea de leurs suieis 
qu'avec de «erriAÎr** fonriAlitt^T C^trili^lni d^ mbniiiser l'Etre 
élemc) i iv» pi-iileHti-H, Sufige que \i\ <''laiE un cuiu* qui fût xcul 
igr^ddil» à flea yËUi. il l'aunî! fait conDAllre â loute la terre; 
^11 reçok avec U ni^m«^ bnnt^ |p:t vœui du miiAulirau, du 
cslIwKqu* et dir rindinu ; thi tmnji^. i|uî lui «dresse se^^ir^rÎM dan» 
Ivï Toud d«M r<>rftls, nomme du pontife ifii le prie âooit la iîuw:, 

CE flAGS. 

Croyn-voua à U ^^v^latJon7 

Lt paosiLYTK* 

Il y a auUot de r^v^laiionv mix la ierr« qu'il y a de relt- 
giooa'. Partout les hommes ont cherché à appuyer leurs imagi' 
naliona de l'autorité dtj cirL Choque irvélatJon se prétend 
fondée >ur des prtniveït incontestables. Chacune dit avoir réri- 
dence pour soi, rexamme^ je Les voU toiitea ae contredire les 
mMS les autres, ei 1oui«^« contri-diri.^ la nù#f>n ; jir \ok partout 
dcfl amm d'absurdités qui me fout piue pour la faibleHKo do 
r«^rit bumaiu; et je me dis : A quoi sert de tromper les 
bomamT Pourquoi ajouter des flcticns ridicules aiti vt^rités 
éleraélliM que Dieu u*nis en^gne par noire raison? Ne voit-on 
pKK qti'oa \e% dùcrédîti* ihu* r«*t indigne alliage ; et que, pour ne 
pouvoir tout croire, on en ïienl enfin à ne croirr plu* ricnT 
FoarqiHH ne pas a'en Unir à c^ notioDs primillrea et â^ideates 



1, n tat fiopier la rdlfflAn (fal iu« OlBlUdat : ««tl «UinpTd innl dn( «oT- 
Mot âti mindu, poiai d'in^irvij«i«, p»lnt d« merTv^loui iUb» 



84 



rtrioDLcTios 



i|ui hv lrou¥(f«it gnvi*tf« dariA \v csur de touh ItK hoRUiHvî Liif» 
rd>Kionfoact^aure«»iiciiian»'^«p|p«ti«rtrDUveniipo<Tiid*iiKr^ 

ne coci*'nr>Jt l>** '» t'^"'*' "**- **'%■ ***"'* «l»^ lempadTgwïraiJc^, ei 
M senH pRM tm ranlôine m^rv*' «Uns la «Me» f«i1dh>«. HftiK 
06 ne sont pas cJ«s plùti»opbi*9 r]iii <jfiI Cuir lr« nli^oiK: dle« 
•oui l'oiiTTagiï d'IpionBUeDtlioiutiaMcs ou (Ti-^liUï^ Juij1>îiiruK, 

LE RACE. 

Cro)'ei<-vouft &tu liiatt>kr>.'^ qui rappont^^it la an-OUtioiiT 

LL tltt>KtM(Tli. 

PiA pli» qu'à Hi>rDd4)te ou à Tîte-Live, lorariu'iltt tiK racoiitiaii 
dm miracle». 

LE 5A€K. 

CiV}«t-vom «UK l^inoignsKf*s doni on rji|i|iiiîe? 

LE PEOA^LVTE. 

JWmpiit |iour «Il momctit rauili^iicili^ de en» l^fnoîgmgrs; 
qiiill» fom» Mirvoi-ib œniri! les notions les plus cUiien u les 
nIciB (^rtdenieit 

LE BAftC. 

QiM croycE-vous de T'inn-Ï 

LE pEciâiLirrc. 
Jt< nvr jMirle pu di.* ce f|uc je uc puU coniialim, 

LE «jIGEp 

Hc tMNi unmorUlilc? 

I,L rMI>]«ll|.YTK. 

Ne coacuUsanl pas w>fi essence, cotntiiciM'puia-îc MTOir m 
idhs 604 iiD«kort«ll«r le nls que j'ai cocnnioH:^. ne doi*-je p«s 
pr6infi>4fr de même ifiic|« Anîr&i? Oprmiant l'image 4ii nruii 
li»c fEJl frémir; ji^KnHïïWMi cKprilàrËutsupr^f^, djclui dis; 
Utand Dieu, toi qui m'as donnô le bonheur de le connafir^, ne 
luo Taft-lti accordi^ que pour en jociir pendant qudqves jours 
paffagtnf Vata^je eue r^plongi^ dans cvi liomlde ^DuHrc du 
ntevt, oà je 9ub reste enaerali depuis U naissaïKe de réuvnib^ 
jiiaqu'aii monvnt oh la hnnu^ m'm a tIreT SI lu pouvais ta iwidfv 
•siiMblr* AU «irc d'un ^tip ijuï «&l ToLiiriigi- di.- tes mtiits, n'étdna 
|m>i k llainboaii de la vi« que lu m'v doom^; apr^ atnlr 
admirr trx dierveUlcill onrragn dant ci? mondr, (iù% qur dan«k 
unaulrrjvpvîmèirrrairîilanKln rnnlfnqtliitiniid^Mir nifieiir. 



Al\ GRANDS PRINCIPRS. 



LE ê.\Gt. 

t}iw cri>yejc-v(Ki« de rorigioe du m^ïî 

lE PRO»KLYTE. 

Jf or dim pftii «vec l*o|>e que tout esi btiti. Le mal oicisie; 
et il iMt une suite n^co^aire des lois g^ntrale^ dp U nature^, 
ei flon n^i il'unf* ndîcuk ponim<<. foitr (juc le mai ne fût pi», 
il faudrait que cetc lois fussent difTi^entea. Jfi dirai de pluft que 
î u fut plitïieure toi£ mon possible pour roncftoir un mondo 
isffin iiTsI, d que j« n'ai jamniit pu y i^arvcnii \ 

<|Q(-Ia sont, A votie nvîs, les dmotr?; do rhon\tticT 

LE pan^kLTTE. 
Do se midro linjirtji. D'où àin\e la n^ccitsiié de coulribuor 
ftiL boiibcur des autivs, i>ii, ru d^aulriis lornu<^, d'^Crc v^rtiif^ux. 

LE iKCS. 

<Jiio rroycx-voiw du jusïc el de Tinjuslc? 

LE pir>fiÉLyiH« 
Lb justiciï oM lit fidéliu- à lonfr fo« rofiv^ntion^ Hnbfifï^. La 
jiDOÎrjï i>e pt-ut OMiîWtter en lolleâ ou lellcâ wMiuun délonnïn<^-», 

U J*al n d? awila vtitJBinc, J'ti tu ri« ^rm, Tlma^ïrila vu l'iirlgiAP rlu mhl i 

ruB MU* r^iji/c; et iU «ab loiu l»dciii Ll-uj «uurti^ duit hi uj^uhr* 4 fiii>?f . C' ^11 
ikm IM d«Q^ A !■ ondÉffO, tMfl»[kicDinnlEnri?nr ic mn]v?nitrni ot U inr< Jarm 
l>mtf«r^ qu* di^ffKnl in df«nr4m ptijnéqaM, Im Tntriat^ ^fh irfniltliiiri'iiiu ili^ 
lerrfL l« iM^tMvt. de. C'»i do La Mw»tblltU!i, tmmn do laiu 11» plKiair«« i^uc 
U tliHiIpur. Q«tii< au uuf moriA, qui n*C4t Juin chvK que la tl<« ou 11 
de wl «ut kikUT", A ni un frfTCi nAuBBiiLrc iId wt uDinir- propre, il 
A oMff] mnwniuna, «i ronm ri><furl rtn Iaih nmnniwtir* nul ciat 
l^tor qu'il e^ lir poini dn ii<io« lur la urra, i^'ovl aub l^tb^fun & TAïf* 

L Jt »c «un o'il prut ) «vtfkr un vtïtènie oA loui «naît bten^ nuls ic vtiU Um 
^<1l *M iQDpowttri'' di* h^ ritiin^ïnir. 1jii*< l> ffttdi i^ la «ukr nm «nlnuiii. qulvi-^f* 
^ft k>v anv^n iId poimair i liitn bt«f»tii*'^ Otrt-liMjf !■ ififultur. qiiN>&i>ci am t(*a 
ptilthh i mr n* qui noniieo lf<ir vKt S rt'|pii-<l Ap Vin3ntm\ touru ifla pMltOMi 
•*•*•*» dcflWEitrc UD |>Mlt"H»plH) dr (lu^ l'/»(ri\ iir iinl (luo tn di^rel^ipvn^M ^ 
** *MiArJKi! pbriiqur. iViur fain' r|iio rlionuun noLl Mim pumuinï. Il q'f ■ pu 
dwniHfynii qiiji (3i> le rniiAK nnattiaut. l'i^v a uiH'ljïPd i^ruuTi^, d>pr^ ïjH^ 
"^^ h aindi* itn «iirail <^(ro que «c qu'Li ofeti niait Urtqu'il ta i norluiiun 
>•■*, it a dit vue At»«>irdil^; tl dmii h ovuicntor de difo que t«vl m 

(DiMBOTj 



'CadLiii- 





ITITBODUCnON 

Iffi aciiOQs aiuqueDes on dùaoe lo non de juMct, 

ttloD ks pays; el que » qui est juste dans run, est 

toJitBte du» rtaire. Li jitsUce ne peai doœ 0U« autre cbow 

que l'obstrvatîoti d^ IcU. 

Lt taci. 
Que croyei-vous des peioe» e< des récontpeases ^lerneUtfs? 

« LK ?BO«ÛLYTt. 

PeCn« ^tienïell«A7 Di«u cléroem! 

Cn>ytrj-*<ioK qtie l'^ï^p^ranc^ dcï bàem futvrft uv vaut pas 
tùûiuàrt des pUic&irB pr^&entsT 

LK raOSSLTTC. 

L'cepénnce, qu'elle soît bien ou mal ToiidOv, ost toa|ours od 
bien réel ; cl ua dé\-et mosulmaci, dans l'csp^raocc dc« célestes 
boum 4u11 tte poaaédera jain^, peut avoir pin» de plaïâir qu'uD 
ftritaadaiialaJoiBBaaiieede tout son sérail. 

LU SACS. 

Croyea-toos que la diaràâ bien erdoimée W de faire M>ri 
bîea à qudqne prii que ce puisse êirv7 
Li raositTTi. 

Jr crois que c'est Tepinioa de ceux qui, «oua le pn4»tr de 
leuraalit, déeerteut ta sod^t^ â laquelle iU dcrraieni tous lcur« 
acrviccs, et qui, pour mn*^ te ciel, se reudcut ÎDiililes à b 

icfre. 

L« saca. 

RoisnceiHroua au fanaiisme de la coniiiienre', de la 
bence et de la anortirication 7 

LE raoaâL\ra. 
Ûii ! de totii mon cror. 

RcooDCfx-Tous à U basseue de rbuaiUlté et du pardou dea 

twhiaeaT 

Le raosELTTL 
L^bomililé est nwnsocige \ oii eat cetui qui se nképmo lui- 
tikèmeî Bt si cet hoinme outie, malbeur à lui l II faut «'catimer 
pourCttQ esiinuble. Quant au pardon <lc» oOciisee, il est d'une 



( 




ACX GRANt»5 PRINCIPES. 



87 



gnndc toc: et c'était une vertu monde avant cl'Mrc une v^ilti 
chnHïeBiDe. 

LK SACB. 

ReiKHiofz-Toii$À U pnuvnrlt^, mu nflliclioiift, ain ^oiiiïranceaT 

LE PltOBKLïre. 

J« voudrais bt9ii qu'il dépendit de moi d'y renoncer. 

LB lACR. 

TVomctt>^t-voiis d4^ reconnaître la rai^011 pour ï^ouv(?rai[| 
urbitrc de ce qu'a pu ou dû fuirc l'Être ^uprOinc. 

LE FKOsiLTTB. 

Dîf^u prui (uiti, *Mny duiirt^, qniiiqutï r^-peniaiit il iii^ M»tl pas 
?.D soD pouvoir de chan^r Ifs esh^acn' ; maib il r^e s'eiibnit pnn 
de lÀ qii<r Dieu a r^il lout c« qu'il a pu faire. Dieu a-t-il fnic 
r^ileineiit a*, que vuuh lui «tlribue^? VoîU ce que la laÎHOti a 
droit d'eittmjner : tl. loi squ'on uie certaines choaes, fe n'est pas 
à U pulvan<-^ <\c Uivu, c'r.ti au témoignage des hommcit <ju'on 
refiiae de cn^. 

LB «i€K. 

Protndtczovous du recouiiNltre riuCalllibilitiï des aena'? 



t. Vaprti CB priftttpB, rHMinu Jlàni lu AtdIm an» iïlre fT>ieiidnH N?u iispAat 
pv hïpt ^ut 11 pkrtKf «nil ptu4 grïnd* fjdf» la laul[ quA troi* na Uhiinnt qu'uA^ 
pvt« qq^l *it Jd l'CMurot du U partia ^'«Lrd plua peliid <iufl It loui. el do l'«- 
tKbO) de i^nb de f«îfc uoiX L'lia «u I'kuVc lui cït uuÉ mpoutbk qu^ «ïc Uiri) un 
btioD uQi Aïiiibiau. DU un uiinfllQ laiii irvbrOite. LDitnvUT-j 

nAVttMRt IM éflfDA* cnùua qu'ili rauUnt «Ubltr. Cor tur quoi ?*t IAdiI^ 1^ 
vMid ito ««■ dVffovéT Vvm me r^pcndci qut o^cit luf ii [>ftraLp de Di'TU. Uiia qui 
VfOB • dJl tim C€ti qui ont cru cntciidin c%4D pAnito d'uhi iku *V^ lrniii|>b pv 
aAQiT Qui VMiit a dk E|un tnv i«iim ne ton* anE p*^ immpi^ii tuuL l^nqac 
&T« «F« ■ppnndn rt4L« parolada Tcur bourlivT Dini qui-L ai TaiiUil rcJMOf 
ttttf «uMifiiJ? Duu quel <u bui-ii TàdinDiirqf J« ««|-pinD que Dion tienne mit 
rfv^lrt taî'iDhfrt U* dnjvldn*, ï<t me dire ii«s du pun D'«t pu du pvu. pour- 
^BiA» iUqi » cu^ oTta fBppvnl^^ll>-j1■ pkaiM « nnri nrvHIr qH*i tut^ ytrQï, i 
■n BHUH, a UKH) pMlili, t mnn odoni, qui m iHiirrni In ''ontrAlrp! hxiriiuot na 
watnmpnéh^ pas luiii bien ■» rmyini «nunrim r?rbiDr4 [nmiLt», qu>a 
dMjnwt vnÉr, loodw, «mUr, ^ifi du pAîii? hy »-t-il pu. au «antmjn. qiuifc 
4 ptficv oontra ud, quo c^est cocu otcIIIa qui mu trumpo; H ûana teikc (ontràdJc- 
doa do B« *cu vnirr biii, 114 dulB-J? pB*. hIoci liri rf vlf^ ilv li rtlHCi. dïlVmr 
ûa plizp (tvlHl iHunbrcT qu^on àrjrunii^jiic. qu'»i> hubithui Um «^u'^a 
Jo 4MI« di h>pBfiilrn > rnii« objoctwn d'tiiw oiuil^n à HiiàUn nn banma 
MV, O'iULttimH j'tï lupptft'^ rUry nn pvluit pn- JuL-mAmei que Mrs-c« 
|qe U ptnl? oc me «rà tramiuilK qu'à UatrrA une Idiikuv ïucCcuWn d'IjuiuuK^ 
eu mtirUmn. ri que rincorVimUi hUlorlqn» vi«piir> u joLPûre am 



u 



INTRODUCTION All\ GRANDS PRINCIPES. 



LIT fHOKrlTT». 

Oui. lorsqu'ils ce Beixriii puH conirfdlis par U raîaoo. 

LK S4GI. 
Promem>-\-oiu de sulvi^e rj<l«leineiit U soU cfe U iutur« 

lit* pussiyimî 

I.K FIL»«CLYTI. 

I>iit trou^ ilîl celle \o\x? de dous rentlrTf heifreut. Doh-oti 
H p'^iil'Oii lui ivAkfticr? ^OEl ; l'homoïc k plus venaetix el le plus 
«xiniifiipii lui ohcî^sscnt rgtkmrjil. Il e^t uni qu'elle leur parle 
ijo luiUJigc hirfi diUC'renl; iiinn qui- (ouï^ Ic^t hunime?! mmisii 
i^luijvs; M l'Ik^ IcurpAilcraa tcur^ II* lan^gc de U ^crluV 

[.Un A tort do l'on itrtndra uit putiThi dat crtmo* dv bavmn; <*bi !«npk 

fiii*-['\'rllvt as DDUA Éiufimut nttc \a ti^lf Uu Innhcuj; c'ot T^irk (|«t mai 
oinrliiir mat '^ im '"nn fiii prçiiilrp ilr> riiiiu^t miiin pAur y ptfrvnir- J^invJ 
notifi Bd VMniuoa erimiAtk que pirro que naui jtr$*4M mili oi eW b ni«on. f4 
MA Ui iMiun ^ul nouk irODDpo. Mti*t me din t-«n, rcip£tJeaoc Ml evoindn i 
votrïT opïriictp ; et nom tov^n» qun In |iemna« V» plu» dcidfin loat >«itdii 
lat pi» vk^UMS. J» rfjtonclt <{iir n-t pfifiomu-t «ont m iMlitl irt«'|fneHnm nr 
Iciiir bDhbBurL ?( li-diHiu*, Jr* iii'«n npfn.rlf à li^itr fivur ■ t'd a%l uA uni Ikhiv^ 
4ur It ton qui n'ùi pit «u mi|4l d*! te rcf^ir d'une n«ui**K «fi^w f«r 1d 
COmniMs qu'il irii* tl^rtii-utr dirit l- foi^d dt' Mm ûmf. £Ji! que wrtlt 1a cDOitkt 
»'ll *D MAlC «iitHim^^nn Qlic^ v.nlt It nr.ii '. On icrait lawni^ dflUiuifrv, atotto 
lMU* tloi£n4ii Jiî II raktTvdu bOf^li^ufL ri iIfiudr»4t<H|iiiiffrr ilipt iii>*c»un l'uitiur 
'^Vllo TKïui inBipiïT pfturdlr, ïommr I" p<-nchu»ï 1' pin» fun*»!*. Cab'r«< ttn^ot 
à [MJiiwr, ttoni W cUcmiD du bonheur *■* lu (btiniri «ï^ipa de !• *<*%■- L* fsriuui? 
ptui lui tiitcllpf (Ir^ lrttrtr«n: nuit i>Mo ni« vuritl I^jI otar m doni r'ïiurffumt, 
ftUA purQ toEujvlt qui IVeofnikirnc. TirdK qui? iv« liammf* «t l« tvi «am nit* 
jurfîi centre lui, ritommo it«i*PU\ «mm», riati* Éi>n amn» •tre •^a4ur«, Ji* 
diiUTjnin>KvUH?FiL <lr Tout n quM ^ftutTry. Lo l(Jmoï;iii4cc dt xii. «oil^ k «««irTC 
vrAl> l-iPst ri di^« vnU miui; kûU ci> qui fm U f^litiuï di: l'EnniiUe ilc bJ 
ptKbl Th pArxbtdUaM vt i<f^ iltif A^v^ : *?i L« Murncni Ait nitrlum, ici «iiint 4 



I 



I 



EXAMliN DU PROSELYTE 



rH-ftXOlAT PAtX M:t-Vf.«K 



Je ne cro^iis ^i. lami^etir, qu'une phisuuierie sur io> pirii* 
«aiw dénùonnab^f^ de )a ntion àiii was meiire en dispense il'una 
prolmîois de foi. Quoiiii^ voii« nifmmîi'x ainsi ce s^ond diâlo^up, 
)« n'tfD>glD6 pal que ce soU votre derfïïer moi. Ty reconnaî* lïiea 
en que vos matrres cmi dk nn ptiisimr^ mani(r^ : re sont leurs 
v-citimcTiiL^ : in;iii soni-cv Ii-k v6lm? Vous avex voulu D><>fcrr vmm 
«esprit rrn ré^ioiidiiiU h mm plaluiit^^rie par itne autn* (qimi<[[ii- 
fiiot*e qu'elle es[ d^pTac^e dâii-i celle mEtti^re. ei qiit? j'ai eu lort île 
v<Hti «lEi (IcuiPiïr IVtcinpIr), ou, cncoriT plein ds raîîïonnenieaui sp^ 
cîcttx* ^ou) vfîuK persuadez de croirr comtnt^em, parce i^nr vous crsf- 
Saeid« cn>ire autremcai. L«ur !i>!<lèinf »t 9l commode, qu îl duil 
iiMiSin?pâferdt la défiance :oa a*6aipoiuiverlii«Lix i »E bon manche. 

Ouoi qu'il co noil» Ai maltiGureiiffCtnent ce que vous avpe iScrJl 
ofti d'abood^iice de c<ti\t omme d'Mpric, je ne ï^ui« pa» fAchi que 
TiM) r>yex tait. O3 opinions, ces mulincâ phtlosopliiques r«rmcn* 
Uîçfit a>cc violcocc daos \oiii^ esprit; â pnV^cnt f|uc vous les avcB 
rtp4Dduesai]ildior5. vou^ pourrcc raison ncr avec plu^desang-rroid. 
Si vous voulec ciaminer a\'fiC moi dans cc^ dispositions !ce rôpoii^cH 
du prosélyte, jo ne doiiLo pas qtir> vcur^ na rahattiex Loancoup do 
IcQr ju»L«S5<ï : et que vuii3 iio convehicz quo ce qui paraît ploia de 
lorcc dans la chaleur do l'onihou«iuAmA, «n perd beincoirp mi tri- 
bunal d'an jugom<^ni froid cl raï«i<. C'«st 1^ que j« vou» traduis, 
poiar di«:iil«r avec moi, sans aigreur, les râUmirvinenis de voif« 
candidat pUi1os/>plie. PermHir^ qLM> ji- iui dise, nna A voQS î 

t* Si voasCtPft do bonrii* ht, avr^Ki i]iie voiti vous Ates moins 
occupai voiisiiiKiniirr de la rrlîf^bn, qii**^ lira letr^criLsde «c^s adver- 
saires; que \nui ùWA peiK'lt^ loul d'im ràié: que Vûti4 AVer détint 
trouver Ta T^rilâ dans les objections, ei crmnl de lu rencoutrer 
dns les preuves. 

S* Tout ïv monde est d'accord swc vuus sur la xiiinuti^ dtt 




M 



tNTRODUCTiU» 



Olliive; inAÏs lo boa sam n'iodisoc àta détfajiBtiona pcrpétuenea 
des eèltbftuires uoDiUlns, par goût ot par UteniaBgi^ oaotrc ccui 
qui cmbraasoEii co( éui dans d«s vuo« do religion et de péaiieocc. 

3* L'Anf^loCOfTQ n'ji pan ^^^i, pour les oacDurs, plus qno b 
F/anc«. 4 la philosoiriiie du temps; «'«•( dam ces dcm pif« i|u*cll«8 
80Dt l« plus dépravAfls. Au rest», miJeré te reepect des Aurais pour 
U philosophie, Hs n'ont pas p«r;j disposé», en denuor lieu, à élever 
AU ministère les cdlJïbros qu'où ^iccabtâ de nuantlûmfîEiU. 

A^ Qu'enKDdet-TOuA pif l'ïioiumago \e pJas par et le phis dîgMÎ 
ï eo o-i-il un au-deuus de calui ds la roliBioQ cbr^tienneT L'amour 
et h toi, VoSli loa deux foniemenu d^ ceite reLigton. Pcut-if t avoir 
de religion tâns amourF Or peui-on aimer ci* qa'oa Decoaaall pas: 
et |>f!Ul*on connaître actr^nii?nl qiio par la foi? 

5^ H snil cêiU qu'il a froui^f icriit ati fimd de Ufn tcntr. Ab \ moo 
cher, 5l vous prenez ce qui eu écrit dans votm ccFur pour U loi de 
DÎKtJ, vous lai raiteï àuHre bien dns soUi?«i». Voua 7 Lretivcrex écHt 
l'cr^ueil, Tenviâ. l'avarice, la maligniiA. la l^briciiâ, ei r>lph>bet 
de tous les vfcc-5. L^ égareniBou de louie esptïC»! djj la nature 
bumaJnQ a'^baDiionne, livrée k rJItt-iuAoïu, ne pruuveiil quv trop 
que ci^ n'ertt t^^^au blcrn qim nnln>Ci:eur noiin porta; eiqLi^ rtiouun»'. 
avaîi bo»oîi] d\tii autre ({uîdtf. 

t* Iteai clair qu'il y a dtfTéranlca pr«uvos potir dilTérenisordios 
de iMKBes; qu'il n'en faut demander pour cliAcjue objet qur daoa la 
claSM qui lui ntl An^lrigiit-. Mai?i 1» rxiiyniin? leur esi ^aleinertl Ji9«, 
quaikd dans Leur urdm v\\tA uni la dcgi^ de perfccttoa. C'est l'unage 
da U leligLon de les adminialrrr Irlkï; c'est œlul de so edfvr- 
saJrM di7 loui confonilre par 1c rcnveritenient dont tous tous pUi* 
gnu. \U diroidiMloai iIë^ prcurfrs mjlb^maûquflA tiaoa des cboafis 
qui D'en sont pas susceptibles: ib admcltcat les histonqucs qiiaod 
oUas l««r sont Uvorablo; ils Icis rejctteoi quaod elles les contre» 
&eiit. Pour les faita, il ne peut y a^oir d'^uircs preu\^ que lea 
historJqut«i la relîgton esc fond^ sur la révélation qui est un fait; 
et c'est la raison m&mc qui adopte ce faît« fondé sur raatlM&ticilé 
des moajatntA et l'unaaioiiié des suOrages. 

7« Eu-<* qii4 £)tfu parM U d«iKkandc est siogaiicfC; et poor- 
qnoi no parlerait-il pas? Pourquoi œlLii qui a créé la parole ne par* 
leraît'il pasF pourquoi celui qui a Toit Tiil no vernit-il paiT pDttT- 
qtioi celui qui a Tait l' oreille n'eutenirait-d posT 11 paffe pv aos 
ûUvrafEcs, aoU ; il manifeste ce qu'il peuL mais noo paace qa'il veut. 



I 



I 



I 



AUX GRANDS PRINCIPES. 



M 



tt peot parler par icupirsLioa, el il l'a UHi il poul pirler soai 4« 
fionneB Mosibl»», 6i il Ta faiL Qaî p«at lui r«rus«r co pouvoir, 61 m 
fOOUraini k u volonté dnoncAti? 

8* AliE mon cber vous a'éies plus c« jeuoe ïiomm« du bonnû 
loi, qui cè^rchd l« rériU modofiiement i vous avdi pris volni parLi« 
•tpBfti violent. Celte lirade fânïtJco-d^Pïi<! r«nnponfl sur ia licence 
dft «w naltres; é\le tai praïque mot pour mot dan« un do leurs 
OQvngtt; auù vous yavet sjouié d^s inveci^eâ qu'ils n'oai paît eu 
TaudMO d* pnorérer, el qui Hotii loujourt dM rnisoas contre ceux 
qui s'eo servent, lu jcfit, dites-vous, un« ^oui« ^i m tonuni çu« 
JXMi iMvr 1 porfr: m^is ^nt-ils une foule qui le prouvent* fii-tff à 
Xprmtrryf ffi-cv i Mo^omnl Non. puisqu'ils ne le prouveni pas. 
£fi-ct i ifaïnf Oui, para qu'il le prouve par le* pnuvfi loi plus 
MlMn, l«s plus atttb^utiques dont un fait puisse être appuya. Ou 
TCOt vous s«4uirc. m qu'en revtent-îl aui auteurs du projel? Quelle 
tJUaciion igoir cnllii qui vous indiqua 1^ moyens d'Stre r«b]et de U 
tompUiuiictf de votre maître, ei vous euipAche da dtfv^nîr »luî dtt 
son iDdJgoaiion T Vous crojra £tre eu relaiJon intime et directe avec 
loi; qu'il partir A TOir» conïtdeiice. Ipgratl vwis on la dpvfi*, rçlie 
conscience, qu'aux pn-miers girincipes de U reli|;îoD où \-oas éles né. 
Sans VU1 ellt? niîraît peul-éir« i:ellu du cannibale qui dévore ses 
pareils; c^lle du Uad^^sii^ qui vit duni le «ang, et meurt le poi- 
piard b la main; celle du nègre qui vend son pare et ses enfants; 
ccIIr du L^pon, qui prostittie sa Tanirlle. Aussi privilégiais que vous, 
ils pr^iendroQt da mfima qtie i^'e:<ii Divru qui le^ iuspire; et vou?i le 
nadm ainsi auteur ci complice des abominalions qui Tunl la honte 
4* notre i^jLp^: oui, la r^^Uiiim w: retirrrD de viiun, puiM|ur vous 
h n^îetciL maîsvoui reaterâc ddu.^ Tliorreur du ville aides ténèbres, 
jouet misérable de vos opinions et de cgILcs d^auCrui. 

fh Vous avez rejeta fit invectivé la révélation; mab vous n« 
rave^ pas conrondue : on peut Atre riche en eiprasaions, et pauvre 
en preuvo^ Vous ne croycE pas aiit histoires qui le rapportent i ne 
ixuftt donc aucno fait, car il ne vous parvient que par Thistotre. 11 
e&i auAi certaio qu'Eudide n'était pas Amfîric&io, qu'il To^l que le 
triante e^t la moitié du parsllclo^rammc; il est aussi certain qu'il y 
avait un chandelier d'or darw lo temple de Jénisslcm, qu'il l'est. 
qu*fl y a des lampes dans nos éf lises : le mime genre de t^moi- 
PM(e qui m'a.'Uure que D&mosthèncs «^tai( ontour en Grtoc, me 
rud certain que saici Paul était prédicateur da rÉvangjIo \ lo pyr- 



^i 



iXTflOOLXTION 



rtuNtismc hbloriqur a ses Wfic«; an delà, il devient cvifaviçaocv. 

10* Qa^ie fttrce auTttfil df% thnoignaga con^rt tff9 tutti^i^t èrj- 
tUmcsT CsWv ilenoii5 faire connaître qulE y a do5 cboscs ao-drw 
lie QOirt fAiaoïi. Je voim demande, moi, quelle force lorcNkt des 
ttotions conirc des fiib< évidcmniont aiiLhcnliquct? l/impûi«ibililé 
decDfDprflndreiinedio^n'e3tpuuD«nij9onpckuroi>usdotareicicr. 
Nota ue concevons rien de ce qui so pastô tous le» joim aoos dos 
yeni. Voua ne conccvcx pas eoitimcn( itn enfant \'njai «u nkood^. 
commet an ^»nd produit aa chûae, oontmeet votre volonté reinite 
^oire bras; Ttiuii h fait va Mai ÙKATtl pour le ral*Eonnettieiit« Lft 
rbison déinfintrcqacnatnrvITemcnl Ic ptinple juif d<-vniiiCliv cicînt; 
et le peupler juif subaj«.tû contre toutr raiâon. 

11** Si ta Dii'inilr txigm^ietfr^ chouf^ rlfs httmmct, elU né U Uhw 
ftmpattitrfparifa\iJrt^.Hon^^i\^\Qiir dornuîr le moyen 4d prouver 
Veur mt!«ioii, pour que lu aimple ne noit pit la dope de llmposleur. 
Alimi a-i-elle pris Câitte pn^a^tion dioa Je cas où elle s'est Knric 
dds hoDimcs. 

là* 5^ tfaftqia ctiUê pt>itvûii fui ptair*, ea tfnit ottui *f^ «ttur, 
Kaiiefi «jonc ime JuiitP nppliciition des lartni», to cuUc ri*est pai 
danâleocrur; c'vst fa ri-hfcion qui y résâiîe; c'«cit raiMur qui on 
est TeiMnliol, et que Dft-j ilMnand«- Ut culio mt rnprmsjoo du 
aeniUneiM; el J'Ame ne peat «en passor. &an« tomber (Uq« Tandik- 
et ta froideur 

13* Quo potivex-voiis donc comiiilire *î vom ne connaigfirt ptf 
voir* Ame, et ïi voeu ne scntet i>a« qu'elle n>«i pat matArieltê? 
Aanrt-neiit rien ne \xni% e^t îotlmL^. L^ pri^e, par iMjtidle voot 
denandifi â [}lea rioimorulirv, eU ir^ft'lu'lli^. Cr^ domm^o que 
voLii on U tiiî adrM^îei que lorsque >oli« éEi-« édaoïïé ati combai 
contre «nr ^çli^e. ceui qni adorent sa parole, et ceux qui focil une 
rtudc pArikiilière de ses lois, 

1|i* Qi^fl«t-<e donc que cps rois de h naiiire, qui pro'Jniieiii te 
malT La nature a-t^llt^ d'autres Inh qu^r t^elln quL^ tJien lui a doB- 
néen? Or Dieu ne [leut vouloir ni ordonni^r l« mal. niLQ« donc que 
le m»} ta uiH! rn^tïno qui ne siibtiste pai par e|te*ineine, mais 
par rnppoftîlSoo ii la lui ife Dii^a. 06 donc e<i. 4*it toui plali, le 
ridicule du fruit défendu î 0^^ voiillei*vunH que Diea déleodh ï un 
boinnic nouvel lemeot ctfié* pouvai^il i*prou\«r soa ob^'^inanco 
aulremeot qup «jr iintrlquc objet i son uuge actuel f S^il lui edi 
défendu celui de sa fein«ie, vuu» wfrici encore 1 nalinj^ Lji Kageme 



AUX c;B\PfDS PAiriCIPFIS. 



9^ 



dt Dtm se {rouve ^Ata les plu» peiîlc» diMes: i-i le rhliriilr <lo c^ui 
qui k juRnii djtDS leurs plu« victori'iux arsumcnis. 

15* i^ àéùniLoti ifut: vous doniiei de U jtiïtîcc n'crsr poini 
cuctc; C4I on peut 4it€ ûdile i des ct^nveiilîunn irùnHcijiuLe?^. C&i 
ntlirc Tclfel «v«iti l« cotjsc, i^uc de faire consister Iji jt[\iii-r. il^ns 
r#b»erT4tion des lois, puisque ka lois i.lle»-miïiiics cni ^ talxen Mir 
laiusticA. Vousqui vouleJtquc Dieuvouïrévi^ltMouUei quitte «<ruW 
et rtUfHHi que votre codscicucc, quelle lumiûie y n-t-il rèpanJu. si 
VÉQS pooooDHSMC pojiil do juïLice naLurc[k«%i la sViCn* dépend dcK 
<«ivwtiO(i3 (l'éutrui? Vous oubhoi que. âuivuni von principes, c^ue 
IVBÎArc éd«irc le a«iiraKC« le philosophe, le Uipoii, Tiroquoia. La 
jiMlioc cl la vertu soûl la conforinilé de outro volonic a colle de l^eu. 

t6* Uao flabanleric n*esipaaunoraiauti,Aquip^r«uaiJ«rcc-voiT3 
que, dspoB David jusqa'è Pascal et F^ikcloo. la noli^iod rûvélce n'a 
tm pour Mcutcum que des i^noranit i c des imbt^les? La pr^o* 
rioo la plus outrte do Ta jamais prétendu; mais a é(é forcée de 
COATCiiir qao la m^tae Toi, anuoncâe aux âmplm et aux pauvres û. 
<^cr% à U Divinité, avait «ubjuguc, cliciuiii faisant, ce que chaque 
tifadfl a produit de plu» grtiid eo puiitMOCC et eu ^én\Q, 

17* Ce D'est pa» dâaerl«r U soci<^[é, quo de rjn?itroifo par sca 
teqons et rédiUer par ms exemples. Qtiand mâme oa »c la déner- 
lerail pfts, elle lorce bicnlût coun qm ne vojlont paa participer à sa 
oomiptioo. de rabandounvr. Trouvcz-vou^ il'ailluurs que ceux ilont 
ke phnopos atilorisvot le GUicido, ajent L>onne gr^^cd de vouloir 
«dtpMk«r ceux qui «e irouvent nijil du inonJv d<' t'eu retirer? 

18' (^f( al l'homme qui tt mtpritr irti-mrnr^f Colu] quî w cou* 
Dali mieiu que les autres. Qui que noes soyons. cHétiF^ morivU, 
lieu» »oinnies loujoan si peu de chos4? I HAlâfi î le mépris réciproque 
de» bomnies piouxt: ce qu'il»; vaUnf, 

11h La vod d» la n^urd voiis drt de vous rendre heureux; mais 
vrdttcnt la reUgloo ne vous dit pa:^ autre chose. Elle rjiît plus; elle 
vi«i crie ; ne faites point cela, pour n'^tr^ point à présent et étPT- 
■rfleiiiettt mallicurL- ux : fûtri t!tici, puur ôtre actuel leiee^it m i^cer* 
aalleBent beureui. Vous cherchei le bonheur : maïs rherchci4e 
donc. Don dam von nrna imaiiablH, maH là où il est, et tsù fl aura 
■HK ri ffiMfjcr, Vous vmil^a i|ue tous les bommea wleni i^«in!s. 
feor être vertueux : u«is qui les iklaiferaî Dn autre boinuie ^ujct 
âUprtvcnkw, k Terfcur* Où alluoia-a-l-il sa lumièrcFAbl mon 
cfav, latawï-vnuc Mairer par celui qui « dit : fiât lux. 



REPONSE DE DIDEROT 



A L'UlUSie» VV ?ltOSËLV7C nKPOTiOlHT ^âll Ltll-Hfilll 



J'ai HiS Ute-kOaOI«i DtOtUtouT, d« la critique que toim 
avex Taitç de mon ^alogue ^ r^tise au v6irp : je vouk dut» 
xurfoul ilcii imivrdcmeiiU pcjur le ion de mud^raliofi et de 
doiâctur avec lequel vouii m'avez cuHnbaltu; voilà comoM oa 
ckvrail toujours chercher la vL^rilê. Coiunie mon dcascio n'cat 
j»Ax dVnIrer ni c<mln»vi.^n«r r^lée, je ne ferai pas de h^oaiî 
suivie à ceice Aecoude pi^^ce : je me contenlerai de quelqiM» 
n;iii«n|urK Mir ferlains endroiln qui m*om paru pcQ jMcs, 
J'eT4|>^nî quf- la lil»crlr avtx Uqutrllâ Jtï coDliitutraï de lu'ei^qiB- 
qucr, ne ^ona di^laira pas. Tous les hommes ne peuvc»! pas 
avoir les mâmes senliinenLt; mais tou<Laoni oblïgài d'CCre aia- 
cères ; et on n'esl pa» coupable pour être ilàns Tefrctir, niaia 
pour irabir la v^(é- VeiM>ita k votre eiaoïeo. 

Avouti^ JïtCHTOua d'aborti, ^ur r^/ux irrr; >vio<iif tntwtté à 
voui intiruirt de la reUffion, ^uâ lir< irt érriU de sa ad9êr- 
mircs; que tùu$ tfivx ptnché tout dUw càU^ etc. Cette ûnputa- 
tioa D*«ftt pas dan* IVquiU-. Quelle preuve aves-vons dt U 
partiililé qiw voua m'attribucc, si ce n'est que je ne peose paa 
<ojDÉw voiaT 

ii fmti diittngtifr les téiibatait'ft par ^t fi par pwwa* 
diifj (taver re^x qui mbroamt ctt état par det motifi dr 
rthgion, Lea un» et les autrea ont tort; que ce soîi par goût, 
•u par un xèle mal entendu qu'on embrasse le cèlibal, la «od^i^ 
n'y pefd paa moinn. HaU, dinM*vou«, U religion le conaeUk- 
Cest ce qui dt^pose conire elle. 

L'Anglrirrrr ir'iv paj fa^n^j jwar tn maart^ piu$ ptè ig 
Frartcty à ta philoMophit ; *"'eff dam cr$ dmz pays qu'etUt sont 
U ptuM d/prai^*. El faui ^tre de bien inuuvaiiif- humi^ur conlre 
U pliiloaoplâe, pour Taccuser d'avoir corrompu les inœurv in 




IRTiÔDUCTION AUX GRANDS PRINCIPES, 



U 



France «t m AngteVrii^, IadcIih qa*il y a lAnt rl'AiitrTS causes 
iMi^ïbTes de cette corniption. 

Ak! mon cher, $i tom praitz rr gui ېt ^cril duiu rurnr 
i^OiT poMrlti loi de DieUy rotu lui fititet irrire bien des gotlittt, 
Totfs qui n'&ccufiez d'nbuscr tk^s tentiez, n'en ahu.Sf'jï-vouK pts 
TO«»-inèiikC îdT ycil-il pas cIait que, par ccbuf, j'ent^^ndii fn 
cette occasion Ia con^^icDcc, ei non paa le» paAsioos? 

ils danandmt de* preuve:* dfmf}jistr<iti\!et daits dot rkosu 
qm n'en sont pas tusceptibics^ Ou saii Inen <juc Its faîta hisio- 
riques ne âoal pas sj&ccptiblcn de prauvoa d^momlmllvcs; et 
t*eflt pour cela mfme f]u'ib ne peuvent Jamais prévaloir contre 
te vérîM d«<iiiontréeB, Quelque bien prouvé que âoii un fait, 
il n'est janiis uu«i iWidcru qu'un ojiîonie de géom^lrie; le 
faîipeui rigoureuaemeniëire faux, ra:(iomfï nepeiit pat Tôtre. IL 
•M possible que ceni faihtorirns â U fois se trompeiilou veuil- 
Ivil aM IrofDper, lorsqu'ils m'assurent qu'il y i vu une riUe de 
Traie; est impossible que le rayon ne soii pas La moitié du 
éifljnAtre. Maif« d'ulleum, queln w>nl le^ faiu du chriâlianisme 
*j Bulbeiuiqtiemfiii prouv^T Soiil-ce les l^iièbnïï qui couvri- 
rent toule la surfs<:e de Ib lenre k la mon de Jt^-sus-Cbri^t, 
pendent que K-s tiisioricus conti^inponiinft, iiï givcs ni rtimsins, 
n'en o«t p;i9^ ilil un inr>t? Iv«t-ce W. soleil «ri-t^U~' |iJir JnsuA du- 
r%ai une denii -jour née, taudis qu'aucun aulra auteur n'a jamatK 
parié de ce plirnnnirne T Im rrli^îon rhr^lirnnr .i pour eîle, 
dit>?»-vous, ruiiivejWite de_H umoig nages ; ccU eu biejïlût dit : 
cepeindant» COBd>ien d'histoncns opposés aux hialorietis aacr^s ; 
combien pcut^tm qui ont t'ti'r falAifiéi^; combien qui ont été 
mippriiDés, pendant que le peu qu'il y avait de livrer (lait 
tfitre les ro«iiL< dcït moincsT Dans le fond, ceLie unaitîmiu- de 
«Jbages. dont se vanie le cbnfttiani»me, ae réduit A ceuA de 
Mn parti. 

£d demande est sin^ylih-ej est-re fue Dieu parte? Je ^eux 
,cenTctiJr que Dieu atait beiioin^'empruntcr l'oncune de la 
ptrobe, pour faire connaître sa volontt- aux bomn^s; je ^euK 
CûDfenir qu'il ne pouvait commTtniqm^r imotédiatemcnt cette 
«xmaaittuice à notre ime, comme fi lui communique le senti- 
TO^ntet la pensée? Pourquoi »-i-îl charge Pierre ti Paul de 
m'iro instruire r Pourquoi ne nu* Ta-t-il pasi annonce Iui-m6nner 
l^oijr;|uoi y a-^J m^me \nt trois quarib des borumes qui n'en-* 



H 



I.XTROIlUCnO.X' 



toKlronl jamais p^ilrr {k <^ux qiii*. selon \oii9, Dkti a Uts 

Ingrat! roifviifi la drrct^ fetlf c09i$ntnfr^ d^Ht r<m$ pinirt 
tttttft 7«"«x pntnifr$ pritwiprs tir ta refigi&n otr rci« //<* 
né. La a>nKCH!ucL* €«i de louïi leï« ^*mpM; dlr n'est pas un frvîl 
(le U iieljgion chrHienii^, nifiià un prirent dti Cr^unir: dit- 
jurinil ^ux Crrc»^ i-i aux RoniaîiJ> coimiio dk parle aui Fnui- 
rtîs : c'e»t miter cODire de« v^itvH irop connues, que cl« iitfr 
telTMà. <)iJMU Jtui iiKHg^s que \ou& citez <le fpi^lr|xi«s nalîooH 
bariiares, iU in' prmi^tni hm; on snIi ]jit*Ji rni.» los uuvxge^ 
n>«ÎAt«nt 4|nelquerois, siiiâl qu^ nou«, À U voit û^f It co]i»<iOTice : 
il'aî11eurï»> pnnni ci.*s u»igi<^, it 3- m a qu'if ^nût bIw? de Justï- 
Ikt; aiMÎ^ cctï uduk mènervil Irop loin. 

I^uv ne troyrz jmu tttt^ AjVroiVri ^ur nippontm U r/rf~ 
taito/i; tir rrxiyrz donr ftui-ini fiiif^ rtir it ne 9ioVA parrinti qur 
par VdiMUtirv. OncUf d ilîéf nict- ! \ijuk mirtifj Ojui» In mi^iiir 
rljusc. Irrx HiiLH qiiï &'aici:oi'denl avec la ph)i4iqui' i-l la reisou, 
ei C4'iri <jue ta phyMrfUf rt In ni^nn d^mrnCeiiL Crst crltr 
confoniiîlé, on cetir oppoâîlion fpjï me- Tait diHLrntrr les vraLi 
ij'avei: le» faux. Jf croi», ^ur In foi cJcs bi^loneofi, que César 
a eïîîitê : iiiaii s'ih nie di^icnl que César i>tail à HooM et rlAti> 
les tintilr?! m même t('inpï«; qui* C^^nr a Tait un voyogr dan» 
la Itiiiï'. eic, jv ne les croîi-ais plus. Ut >rnu^ eal MOâ cesî-r 
confondih: «Utis riiutoîit: a^cc tmeur. comme l'or et k plomb 
T^ii nit^li^ fiisendilf dan^ lu miiitr; la rai^n est le crrufte^ 
qui 1rs ïK^pfliT. Lo^ deux pro|to8iiions qui suivent fOttt dtnii 
aoplibnst-ft. Il «'cil Tant dv beaucoup qu'il Mit aaa» ccrtda 
qu*Lticïîdc nVinii pa*^ imôncaiu, qu'il est cerlnîu que le Iriangk 
<«l la inoîlio ilii pnr*lk-li)f;eamme; qu'il >ioj1 aussj Kàr qu'il y 
«l'ail un rhniidMier d'or au temple de Jèruftaliin, qu'il «fil &&f 
qu'ilr adeB lampes daiift not^liftet; avec une pareîtJo logique, 
jr ne sui« put sitfpriH que not» ne aoyon» pst, vow^ et mol. 
d'accord. 

Yomi {trntitndfZ ifnrltf fcm mtrtmt drt ihttoi^tv^gn antirr 
dMnoiiimà Miirmetf CHU de M^us ftiirt corumtir^ tfuît y 4 drt 
rinuft aU'dettiài ée '<v nrùrui- 1^ ithnoîgriagv des bommes, ipioi 
qnr< \ihik imi puK-vît-jr <liiv, fiaun jamm le poutotr dr faitv 
iTOiiv à un bomm*' i-aisonnable qm- dvu^ et dent Toni traU: ea 
tiM' dtaWil qu'il y a de?» c:bv«^ ati-f3eun^ de la rvwu. on ue mp 



AUX GRAND?) F-RINCIPKS. 



«7 



fera pis croire des atmurdilé^p Sans doulc il y a dos choses 
SoptïfMHrC» à iMire r>iJ^Q: nuis; je h^jetter» hartiîmetit loutce 
qui y répugna» loot ce qui la choque. Quelle c&i cr^tie manière 
d? nàconer, qui ok'I Ii; lOmuignngi- di.-^ hcmmi^ aij-d«&siu de 
révideoœ, comme «t ce qui «t âvtdeni pou\aU éire Tuvc, 
comne si l'évidf^nD- nViail pa«: U triHrqin* infaillible de l« 
«<érité7 CeuK qui iii^ulent payei les autres de ces raiâ&unï» peu* 
TcDl-ils en edTet s'en coiilcnlerruKMn^mcst 

Im ntiarn dérnontrrqu^imturrlUmrrtt la nation Juivf dfvmil 
Hrt éUùit€, L« rAÏsoc démontre, au contraire, que les Juir» «ft 
mviajK cl Tùttiii d«& enfantt, )& nation juive doit »til>ai£l«T. 
Maê3, dirci-TOJS, d où vicni qu'on nr \çU plus oî Oarlhaginois. 
Di MacfdonicnaT La rsiâon on est qu'ils ont é\é incorpores dan» 
d'auiTfs peuplée; mais la religion dcti Juif«, cl celle des peuples 
cbee Ic^ueb ib liabiteni, ne leur perroellant |mu de. ï'incor- 
porar avec eat, ils doivent faire une nfttion à pan. DsiLleura, 
les jQi& ne sont pas, le seul peuple qui sub&iftie aiuïi cliupent^ ; 
deptiifi un grand nombre d'annâest les Guèbrea ^i les BaDiaUB 
«»ii (Iniit le méine cm. 

iVon AEAf Uur tUtntirr te ma^en tU prour^er leur mfiMwii. £l 
CMnmcDt l'ont-iU prciivi-iï? Pm ilex rtiirAek*^. M«i>t d'où vietii 
que le!i JutfH, témoins des mûacles irrltttAiits de Umne, ne s'y 
rendttieDt paxT D'où «tient rju'ils &r rrvollaîent coniînueilenïent 
contre luiT C'éiaii, dîrex-voufi, des cwMn endun-JH. Main moi, 
qui d'bÎ Jamais vu tes miracles de MoW. et qui suîà vt-iiu cinq 
mille axiTï ap^i^ 1ui> itui-H-jc bien coupable d'^rc auasi ctidurci 
qu'eux? 

L'àme ne ptfirf t^c patxrr de miu, Mtns tomber /itrns TuridîU 
et ùi froideur. Qu'il y au un culte, soie ; itiai^ que chacun pui&ae 
suivre celui de son pays; et que ceux qui prient l>icu en latin 
&c damnenl pas c«ui qui le prieui en ar^^iais ou en arabe. 

Qmt pota^es-tou donc tonnaitrcy gi r<7w ne rvnnaistfZ pa* 

v^rt àmi^ et si tcm me $entez pat qu'eUt nV«r poâ mittiiré? 

toe, atttière 1 où aommes-nous T qui nou« teuirera dans ces 

Vottres T Voua qui oonaaixtoi ai bien mon ime . expiique^^moi 

Joi»cce qu« c'est T 

l'avoue que j^ nent^ncls rien h ceci : Dint donr que U mat 
ctf ne rt^^ttiau qui nrtubtiste put p^r flUr-ntéme^ maù par 
f^ppofi'i^ji û ia M de Difu, Je ne dois m'en prendR- ^ai» doutr 



n 



IKTRODl'CTrOK 



fpi'à mofl p€ti û"\nlfi}igenc€^ A ï^rd dj pécM originel, tl et 
hkn ju«te >«Huréaient qu'Adtm fùi clkàtid pour ivoir mâng^ It 
poauDc; Riais vouH ei joci <pû n'y svoos p» touché, ei unt ' 
<rBiiiiT4^|uî ci'cKLi ptN même entendu prononcer le 1MHB â'Aduii, 
pearr^uot en somines'nous punis? Un paunv Rocteiitot n'est-tl I 
pas Men malhffun-DX ii><n* (JpT^tin*^ i?n naissant aux ttararics 
OimtclIrH, pHTCJ? qu'au boniin», il j a m mille «mt, « mangé _ 
une |komnie dans un jardtn ' f ■ 

fïî le jiulice it*eAl pa^ la rriti^liti^ h trnir \rs convmlîons éta- 
b1î»t, i|u*e!it-ellc (loncî La dérinitinn que vniJ5 m donnci nn lui ^ 
CMivwnt pas plus qu*À tou1«« lv« autres rerlus qui sont égal^ | 
mciil une corfonnilé à U volonté de Dîeu. Mai^, dilc»*vûus, la 
justice ne peut pas £trc la fidélité à crbaervcr tes câoreations 
ou l4ïft iai-s, puisque les \oh dlcvmémo onl éié failc« sur la 
justice' L^ boinnics, avant de faire les lois, avaient^tb. en elTei. I 
dta notions do juMicc, c( v^t-ccsur ces notions que les lois OBt " 
él^ fait<w? t'our résoudre cette question, eiaminODS comment 
les premières lois durent. 6tre fonnil-es. C'est la pr<^rîOlé acquise 
par k' irnvnil, ou par droit ih prcoiicr occupant, qui fit sentir 
le pranùer besoin i\tt lois. Deux bomines qui setnènDl chacun 
un cbnni|>, nu qui entourèrent un terrain d'un fossé, et qui ee 
dinrnt n'<ciproqnenienl : No totidif^ pas k mes groins ou & mie 
fruits, et je ne toucherai pa^ aux ti^ns. fureot le? premiers ^ 
tégwleteun. Ces cnnvcniioas ftupposeni-«iles en eux aucune ■ 
notion île jiuticeT et s«ai«nt-iU besoin, pour left faire, d'autre 
eonnsissann- que ct-lk di* \pvr inti^r^l ronununï II ne pnnUt pas. 
Comment donc acquirent-ils le» ltl^«s du juste et <le TinJusteT ■ 
nioB se fbnnftranl, deiks leur npril, de Tobservalion «t de 
rinolNicrvalMM des cônveniions. L'une fut d^igniV par Ip nom 
de jnstke, Tantre par celui cf injnslke : et les actes de ces dna 
nltlionS'Oppoeées s'eppeJtemi justes et it^uMcs. J'tnsbte donc 
•t Je dis que la justice ne peut être autre diose que robeerr»- 
lion des lo«s *. 

CV n€*t pa$ d^trtfr U 9<KiMy ^t de Tin»lr^rw par êa 



AUX CR\HD$ PltL^ClPE$. 



M 



Uçcnâ et l'édifia par iCi ez^mplts. Les uemples édifiants d«s 
moiocsl Efit-œ T^fisAsdnAl de IlenH 1JU de llenn IV, celui do 
roi de PortQ^I. arrivé de noa jour^, qui voiu èdtiîenlT Quelle 
ftveucte prévention en fareur de ces mis^rebles peut tous r«ire 
parler ûnûT Ave£-\oa9 ûoblié tous les maux qu'ib ont faits i 
voCre OftÛcm; Ica borrcursdeLaLî^e. que leurs cria fanaliqucd 
OBI eidtéet 1^ masdacre de la Saint-Barthélemi, dont il5 ont été 
ka inatigal«ar£ ; et tous les lûrrenia de sang qu'ils oDt fait 
répandre m France pendant deux ceniA ans de guerre de relt- 
gioaî Ufl eo feraieDi répandre encore, si les mômes circj^nstaocee 
r^venajent; ils n'ont pas changé d'e^phi; ils gémiesem de voir 
1« siècle éclaira. Que lea temps d'ignorance reparaissent, vous 
les verrei «oritr encore des ténèbres de leur cloître, pour gou- 
verner et boulevervfr \ea ÉUiU. Par rjuc! încoocevable aveugle- 
ment »-lKiti pu laiswr mbsîstcr ju^u*À nosjour^ ces sociétés 
pemideinenT Je ne |>arleraî pciot ici de lents ntœurï; maïs 
tt/HÊB ceUDE «foi ODt é(é k portée d^ le?i uinikatlre saveni dans quel 
excès de dissolution 'et de dér^lemenl ils vivent dans leura 
nujMms- Celle r1a.<w^ d'homntes est devenue encore plus vile de 
nos jours; cjlc n'csl plus composée que de genfi de ia lie du 
peuple, qd aiment mieux vivre lâchement bui dépens de la 
charité publlr^i^e, que de gagner honnfïtemeul leur vie dann un 
atelier ou dcnière une cbarrue, Ainsi, ils ne se contentent pas 
de priver la société de traTsil ; ils enlèvent encore lea Ihûta du 
leur aax citoyens utiles. PuiaseThomme de géoîe', placé actucl- 
idDCOt au timon de rÊtal, joindre aux grands services qu'il 
a déjà rendus k la nation, celui de réfornaer, au profit de la 
Dation, cescorps nombrfïux qui la rongent et la dépeuplentl Bn 
tmuttvQAti la pairie plu-H de quntre-vingt mille ciloyens qui lui 
tout enlevés t chaque ^neraiion, i) mûritera plus d'elle que 
1<ai des victoires et des conquêtes. One postérité nom^elle, qui, 
«ui lui, n'aurait point éie, le hi^nira un jour de lui avoir 
dwié la rie: et ainsi il sers le bienfaiteur de ta race présente 
«tdffl races i venir. 



IIL It dpc d« Qtolivul. iDiPeiorO — (7«ai ostUî Lodiutloii ^ dov> » eaa- 
émknaitÊr l* dit*^ Mai ttWbu^ Juvtu'ict Lui «frit. T/mI nn 1104^4 Ur 
^^Ciï«ktQl ïifflA l'op4r« da fuppnuMiD d^^* jAtallai. (lcofttin*ine(ii li Diderot 
"^^L« iWt DU Un H inpo^i«ii<Hir4ll nii>dkn^ dans a* (ortDt Toipitsuioa de 
**"*^. VBmUâ, di>nL il ni quviUi»! Jalj» \t iluriùrir pan(r*pho du pr«ail<r 
,Mili pkfq tt tvâlt ^ fdadftfflri.t lu Tnii aa 1701. 



EHTRETIBN 

■H (ai 

D'ALEHBERT ET DIDEROT 



LE RÊVE 

DE D'ALEMBERT 



aOltS Dl L'BVtHiTlia 



(Ecrit «n 1169. - PoUM «n 1119.) 



NOTICE PRÉLIMINAIRE 



Dut UDC de Kt Utlres i M*'' Voluid. ditéo de 3 «rpUmbre ITM, 
Dtd«rot «^ciprimo aiDAf i « Je crois toiu avoir dit que j'ftvïfsfftit uLdJik- 
lOfM Cfiirv* rVAI'^inbprt pI mol. En le relluni It m*a ^rU Untai&\f A'vo 
Ikireva «rcood et il & étâ TiiL Les laterlocotem-ï sont D'Àlenibcri qii\ 
rért, Bordcu et Wtait de D'Al«mb«n, !!■>* de l'&pintLvse. W <tX intitalé 
if Mm tftf fr^J^mi^n. Il Q'««t pu possi[>l« û'^im pluâ profond «i i>lQi 
ftatt, ry it njoiit^ apr^-s r^oup cTaq on six pag^ capables de ralrt dresser 
ka ebcTcoi 1 mon ftmaui-Mi»c ; aussi no Icfl fcrra''l'c1k jamiis? Mmi co 
q«l ^% bi^Q TOu¥ «urpreadre. c'evi qu'il n'f a pu uc mot ci« religion «i 
pM un nul mol dAthonnâte, Aprè^ c«Li J« vous déAe de tlevf iker c« que 

Lall»tTplciiit>re|j revient turcca^jottldlt! ■ Slj'ai/&1« vt>uLii oftorlfier 
!■ ricbfone du Tond & Ja nobleu^ du toa, liéinûcril«, UJppocr«t«etLft]- 
«Ipçe aonleot été mespenoaûA^esim&IslavralseRibluicff m'uuraiircP' 
femèdaiulMboraciétrolte^dela ptiiloaoph îearcfônne^ et J> Aurais irop 
perdu. C«U «>t de Ja plti« btut« extnvafxooe, et ccut 1 1& foii de la pbi- 
kdwphie )a plDB proronde; IJ 7 i quelque >dre»«« ft ftvoîr mis m^ idées 
àââu la bOQCbe d'un bamme qui r^Te : U f&ul souvent Jouuer à U 
HfMRi Tâlr de la rcH«. afin de lui procurer soeeiïtréo»: J'oimc mieux 
^«B dtao : ■ UèA* cela n'est p»a al ins^ns^ qu'os endrtlt bLcp, ■ que de 
dire : ■ ficùutM-moJ. voici des chosi^a trës-akges- s 

Ce qui '^t rnï, c*«sl qu*il y » dans ces dialu|fue« des cboscs tr^ 
ogv, tr^ rrajcfl et que Diderot y montre oqc Gonnckissancc ^pprcifondle 
d« lA pbfiloto^le, qui commençBïi à Aire une acieace expèrimeûtale 
I «bifwe et d-ODt n deia^ralt n>âuie la coacluBlorut. 
I IU*t comme il Le fait remarquer, il y a auaal des chojica très-fblloit 

I ttQ»«M k« appbcatioDs qu'il fiii da 9^ idAei 1 la morale looiale, 
I ttamclbllefl parce qu'eues ft'auaqueiit a dwcoDV^nilioiia. Atieapré- 



104 



NOrrCE PRÊLIVIINAtflE. 



ju^, H que, lunqa^fi loiich« & f^^ «rcUn zMJulia, oa rbque a* Inn* 
qiiillili, ift liberté, cl qd'od peut 4tro justement Ui4 de f^lk. 

Ausi Did«rot Dfî publi&-t'tl pftA c« <llak>gii». «c no l«s coniniiDlqtiA' 
l-IJ f|u'i |H*u de [ki^n»Ufiii<-4. Hiiffvoit lEti-m^me n'en stïjt point d^ ropifl 
«I 11 n'«a ptHe duM ses Mémoire que d'ftpria dn at>U» prbo pv lui 
sur I« manuscrit- Cependant M"* dn rEïiplQjki»« se fAchi et fil ftJrc par 

IravAih ■ «JicriAc, ait Niàrg^n, i|uiï D'Alemberï f^ilf^ft imp^rleuvrm'^Dt. 
aai^ «lu^ù la pUcu de Diderot, pcal-itn: Il a eût pM (niv « 

C« qut preuve U boant^ fol d^ Diderot lort d«' cett« exécution, c'«>i 

ce qu'un Ut daa» tu trttrr d>ava1 iiuL 4CCompa^»i<»!9lCiMt«U tf' pAy- 
t4chjie {iucdiUj qu'on trouvera duis Im «eclion^ci^nf C4 do ootrc édlUoo- 

< J'^ Atxfftit i votre dé*ir, «crit-ll, auiaot qu Is difficutU du 
Uttv»[I fi le peu d'Ijiiervatlti que ytnn m'iVM Accordé Eoe le pemiet- 
Uknt- J'capirequcrbbtoriquedt cet à}aXùE\tG»tL ejlcu»r& k» d4IUats. 

< Le pliLlalr do se rendre oompto 1 >o1'IdAbm de n< opl&ioiui tr^ fevaft 
produiU; nndl»crâllon de quelque* penonnee le* lin de robactiriié; 
r«inoiir 2lftrm6 en dê»[r& le ucrînce: l'imlUé tjrmuaique JViifCt; 
ranltié trop IkcJlc j coiweatit; Ibi fureui Uoérèx. Voua «tcx t^uIu <)m 
J'vo nq>prt>ctiis«8 Ifta moroatux ; je rai fut... 

• Cr D*«t Ici qii^aoe Btatae brl>Ae, mal» *I brtAAe qu'Q ttii pr««|«9 
Impossible i rArthi« de 3a répiref. Il e*E mlà 4ulour de loi uonibn de 
fnpncûta dont il n*a pu reirouif*r U pUec 

• Ea cbtagcuii le nom diu lolerlocntcun, ee« ditlopia* ont «noOT« 
prnlu lo mérite Je lu <:utnédle. ■ 

flous n'&vooa pu cclU iotIaoIc anooncéc. La tk^r^tmU dé pÂjrn»' 
togi* Mtnl leuEGinent ka Qûtco Ir^-détaliJAes et trèB-iotèneawitflB qui 
AvxlRni i;*'rvl & 1a recoiistiiuer Dldi^rot mail p^ut-éUft apprto i ump* 
que Ttiiuvr^ qu'f] cro^tlt dAiruJta oe TûuU point et qoc, a'U «n nraji 
fccrlfii II? tente, d'autn^ cil uuaknt conservé Itt copie. 

Kl cola beunïUMiment, car. dit-il duni T^crR qun noua cltOiA, ■ oea 
dldJofpi^A i^lalpiic, ivpET Tin i>*rUia mémoire- dn m&lh^mitkiues que Je 
me résoudrai pcut-ttre a publJer un pur, les seuls d*entre tnea ouvnioa 
dana la*qtiol» }e me comi^iakaftls. 

C'Mt dans lAft quatrp votum» d<< Mémoirn, etc., publUaen iS3e. 
que ce9 dialogues o&t puru |inur U praaièrr fois. Go sont aana doute 
k» RiinioquoBlolatorel Nalfcon ont parteU d^signA* touveci litm; 

liVilrf tint tar r origine d^f rtrfi, dti V^JbwervaléAn dtt pliéif0m4mët dm 
titrai t'iva/ti et do ta Cannait lanca ttt Vhvmmt physique. 



I 
I 

I 

I 



A*;^ 



ENTRETIEN 



SUT» 



'ALEMBERT ET DIDEROT 



J'avouR qu'un l^tre. i|uî exiftïe f|ije](jiie. jinn <-l rjiii nt «>rrK»<- 
pODd k iLUCun point de J'cspocc; un Etre qui est inétendu et qui 
occupe de l rieiidue; qui est lout entier sotjs rliaqiit- pnriip de 
cette élcJidue; qui diAT^re caïtcniicIlcEnent de la matière et qjî 
lai est unt; qui lasuit et qui ta meut »ana»c mouvoir; quiigi 
sur elle cl qui en subit toutes Jcs viciasitudcs ^ un Être dont je 
n'ât pu I& moindre idt.-^; un Êlru d'une nnturc nuïsi contrt- 
dictoire est difîîcili] i admettre. Maïs d'autres obsctirités atten- 
dent celui qui le rejette : car enfm cnitc Kcn«ibiliié que vouh lui 
sub«iitt»i, Si c'est une qualtr^ g^n^rale et eesentieile de J« 
niÉClèrc, fi faut que la pierre sente, 

DIDEftUT. 

Pourquoi nonî 

ii'ALEuaeiiT. 
CeU est dur & croira. 

DiDEtOT. 

Oui, pour celui qui la coupe, la lAilic, la broie et qui ne 

^*7ii«ikj pas crier, 

d'alkuhkiit. 

Je vûudraiiL tiirti que xnUK nie dia&icz quelle lUfTiTerice ¥OUa 

™»etta entre î'bomuie et la statue, entre le mubrc cl la chair- 

DinEaoT. 
Aâseï peu. On fait du inorbn; avec de la cliair, et de la dtair 
'^ec du marbre. 



106 



ENTRETIEN 



Mais l'un n'est pu raulre. 

OI1>III(iT. 

Comme ce que vous apjkelec U force vive n'est pis 1s force 

morte. 

d'aleudeut. 
Jo ne VOU& ejiteadfi pB6. 

DinEiinr. 

Je m'tiipliiiiie. Le transport d'an coipa d'un lieu dui.H ua 
autre n'pst p&s ïe mouvf^uïcnt . ce n'en «$l que l'cCbt. Le mou- 
vement cAt ^ftletucnt €1 den» It corpa traosTiré etduiflecofps 
immobile. 

l>'4LE1l»SkT. 

Cette U^ù de voir esc nouvelle. 

DiDinor. 

Elle n'en est po« moins vroic. Otcc l'eb^iftck <\\xx s'opi 

au tronaporl local du corps immobile, et il sera traufifer^. SttjH 

primet par une raréfaction eubito l'air qui environne cet èDorme 

tronc de cheoe< et l'eau qu il conttem, entrant tout à coup en 

eacpaneion, le dispersera en cent mille éclate. J'en dis autant de 

votre propre corps» 

d'ai.khbeht- 

Sqàx, Hala quel rapport y &-t-il entre le mouvemenl et la 
aenetbilitéT Serait-ce par ha&ard tpic voua reconnallnei une «ei^ 
Bibilité active et une aon^ibililé inerte, comme il y a une for^ 
vive et une force morte T toc force vivo qui m: manifeste par U 
translation, une force moi-le qui se manifeste par la preasMn; 
une seni^bilité active qui au caracti:-h»e par certaines actioaa 
remarquables dans l'animal et peul-flre dans la plante; et une 
sensibilité inerte dont on serait assuré par le puuiage i l'ét&t 
de seosibiJiti^ act&ve. 

DinaaoT* 

A merrcille^ Vous l'avcc dit. 

l>'Al.EklBIBT* 

Aifliî la aMQe o'aqu'une MusiUliti inetie ; et rbomo» Fi 
mal, la pkAiemémt peut-être, sont donâi d'une scosfbUiHaeiîvQ. 

nintaoT. 

Il y aaans doute eetie différence entre le bloc de marbre et U 
tiUttde cbair;nuus vous coocevei bien que ce n'est piaUaeule. 



ENTftC D'ALEHBRKT KT rtfOEROT. 107 

lï'AI-KWiECnT. 

ABfiurément. Quelque roBâembtuicd qu'il y ait entre b forme 
«xttriflOF* ^* rhomme et de îi suiue, il n'y > point de nippon 
entre tenr org^niuiion intôrieure. Là ciseau du pliiA hîbiJc 
■Uluairene f&it pa« même un ^^pid^rmie. Mais il y a un proche 
fort simple pour f^re pasaor une force morte ft l'^Ut de force 
«vp; c'cstt «necip^riçnce qui se ri^p&i^ sous nos yeintcent [ois 
par jour; an lieu que je ne vmu pix irnp conitm:»! en fuir passer 
UD corps de Téial de sensîbiiîié inerle à Téui de senaibtlilé 
■ctiine, 

OIDBBOT. 

Cest qii« TOUS ne voulei pas l« voir. C'est un pliénomène 

»uui oonuDun. 

D'ALKvnEar. 

Et ce phéiiutn^ne aussi c^mmnn^ quel esuil.s'i) vouxplallT 

DtofiaoT. 
I« viU voiK }c dire, puisque vous voulez en avoir la honle. 
Cela se faic U>ulea les fois qut; vous mangei, 

D*ALEtfBEaT, 

lout«a le» fois que je mange I 

DIDEROT. 

Oui; car fîo m^ng^ant, que faites-voufiT Vous levex les 
i^Ucles qui s'opposaieni à la senftibilîié active de l'aliment. 
Voua rassimilet avec vous-même; vou» en faiies de la cbair; 
vous ranimaJisef; vous te rendes sensible; et ce que vouaexé- 
cutet tur un alimenti je i'exteuteraî quand il me plaira sur le 
marbre. 

d'alëubebt. 

fit coinmcnt ocla? 

didbhot. 

ComioeDiT jele rentlrai comestible. 

D*4LeilBERT. 

Rendre Te marbre comeatible, cela ne me parait pas facile. 
oiOLnor. 

C*nt mon ilbire que de voui^ en indiquer le procède. Je 
prends la ctaïue que vous voyei, je la mçls dons un mortier, et 
4 grands coupa de pilon... 



IM 



SNTAETIEN 



Il «LrunKHT. 

f>04t<«iiie]ii, s'il \xws plaît : c'est \e chef-d'œuvre âe Filoanet. 
EiKore si €*iKatiuo n)orc4*iij il'Hiici' cm cl'ua luir^... 

CcU ne fait rieii 4 Falconeiï In «uiu(!«st payéf^ ei FAlconet 
Tait peu de cas de la considération présente, aucun de la consi- 
d^raCiûn i vxnîr*. 

b'Ai.iuacnT, 
AllonH, pulvérises donc. 

nii>£n(iT. 

Lorsque le bloc de marbre «si réduit ei> poudre impiulpable, 
}e m^fi^ ceut: |»otjHre à ThumuA ou terre vé^talo; j« ItA pr^irùs 
bien eoaembk; j'arroec te mélange, je le laisse putréfier un as, 
deux aii^s un uècle, le temps ne me fait rïen. Lor3<|ue le tout 
fi'ça^i ii-iinafoniié en une roalière à peu pr^ homogène, en 
humus, sav-CK^vous ce que je faii^T 

d'aleuaert. 
Je %\ii* KÙri^ue vou» ne inaiig«z pat de rburom. 

Kon, maïs il y a un moyen d'union, d'apprc^alion* entr« 
rboBiua tl mui, u» httMf comme vous dirait U; cbiaiaie. 

û'Ai.KuaEaT. 
Et ce iatiaf c'est la piaule 7 

DIDEROT. 

Fon bioi. J'y sâme de$ poiff, des f^cs, des cbom. d'autm 
plantes l^gumioeusA. Us pUotea se nouniaoeot tie la terre, et 
je Doe nourris dee plantes. 

i>*ALEU>iar. 
\rBi ou fuux. J'aime te passage du marbre à l'humus, de 
lliumusau r^nev^gMal, et du r^ne végétal au règne animaJ, 
4 la cbair. 



1. D« rA<»UiDL* de Mulptitroi *ul«iir àv Mùon^mttol àt Heupciiak (k pên] 
11i|llM Stlnt-Rorli. inoiiNinrrit itnni r.rtcnm dJAcK r • Il ne rtttdn pit I 
IL Mots nBtmerlAlkld qa'ïl «lonrw feu r^n On Uniijiiuiuï*. • 

1- Aflu«&uiï lui M^c« d^f«D<]v« ptr Ftin^aoi 4utt u rwmjianainct, liar» «■ 



ENTRE DALCMBE&T ET DIOCROT. 



109 



le fus donc <1« U chitr on <lc l'itnc, comnic dit nia fîll«, 
une matitrû ictl^«m«ni s^oaible : «t si Je rie r^aous psK le pro- 
blème que vous m'aver proposa, <tii moins j'en approche beftu- 
Goup; CAr vou*; iD'ivuuurirx qu'il y « hlan pïov Juin d'un inor- 
€o«u de mtrhre à un être qui s«ii, que d'un ém qui seni & 
un eire qni pritsr. 

l'en convicDB. Avec toui ceU K^lre senùbk n'«8t pfts encore 
Véwc penwinu 

DtDEtOT. 

Av&nt que de faïrc un p«.>4 en Avinl. pcrmettei-moj de vous 
£iire rbisteire d'un des plus içrands tri^-om^irt» de I Europe, 
Qu'£Uil-ce d'ftbord que cet i^irc mrm^ilJeu^? flien. 

Comment riail On ne fait rien de rien. 

Tous prenet lea mois trop à li lettre. Je vcui dire qu'avant 

que «A mère, !■ belle et ac^lérate chAnoîaeaae Tencin*. eût 

atteint l'Age de puberté, av&nt que le mililaire La Touche fût 

adolescent, les molécules qui dcruent former les premiers 

rudîdBeDt» de mon g^omtlrc «étaient éparaes dann le» jeune» et 

Mies madiinea de l'un et de Tautro, m liitrârent avec la 

fymphe, circultreni avec k sanR, jusqu'à ce qu'cnlin elles se 

rendisfient dans les réservoirs destina 4 leur cooluion, les leali- 

culea de son père et de «a m^re. Voilà ce germe rare formé; le 

TOÎIà, comme c'est Topinion commune, amené par les trompes 

de Faltc^ dans U mairîciï ; le voilà attacJi^^ A la mairies pnr mi 

long pédkuTe; le \^IJA, s*accroissani successlvemeni et s'avan* 

çaru A l>iai de fiïtiuf ; voilA le moment de m «nnie- dp Tobscure 

pHfton arriva; le voilà né, exp^^ «ur le* dt^ré* de Suiiii^rnn* 

le-Rond qui lui donna son nom: tiré des finfanlH-Trouvés; 

atUichf^ A la mflmr'lle Art la S<iiiiir vilrî^n', mirlam? Ilou^^raiu; 

allaité, devenu ^artd de corjwi et d'espril, lîlU'ral^ur, uii'cani- 

oen, géODiMre. Comment cela &*c»t-il faitî En mangeant et par 

d'aulres opératîoTtt purenifiii mécaniques, Voïd vn qiialr^ moLi 

U fonnulc griiLTnic : Mangez, digi^rt^, dùûllcz ùi r4ui UcUo, et 



I. Wr«d«rAl«nb*n. 



11< 



ENTRETtR» 



fiai hmno ttamditm artim. Klcol^ quî«xpo«erait à l'Acacknùe 
le progrès de la fomutiop d'un homme ou d'an animal, a*3m- 
ptoiefiJl que des fgvtits mat^HeU dont let eflBtt tnyrcwifi 
wa^eni un ^ire inerte» uu ^Ire veiïtant. uo £m ponsant, un 
fttre résotTADi le problème de U précesajon des ^uiooxe^ un 
^rn >iibliaWt un ^Irtt rtuîrvcillinjt, un élre nallUsul» dépMs- 
unl, inoitnDt, dÎBSOua et reikdu À U terre végétale. 

Venu ne croyex donc pa^ atix ^-ermeA pnïexisunisT 

DIDIIOT. 

NOB. 

ft'ALIMBIBT. 

Abl que vous nw faîtes plai«irl 
DintaoT. 

Cela c£t contre rcip^ricacc et la raî^ci ; contre l'expérience 
qoî chercherait ifiutilcme»t c<C-^ pennes dans l'œtif ci dans U 
plupart d^ aiumaux avant un ccruin t^\ contre U rai:»on qui 
ûoufi Apprend que la divisibîltU- do U matière n un I^jitdc danzt 
la rwlun^ quoiqu'elle n'en ait aucun dan^; rcnleodemeDt, ot 
qui répugne i concevoir un «léphant tout rorm« dan» un atoaic 
et dans c«t atomo u» autre éléphant tout ronniî, et ainsi de 
suilo à l'inûni. 

n'jlLEMftEBT. 

Haû uns ces ^nnc» pn^cxistajits, la génération première 
«les animaux ne se conçoit pas. 

h NIE K UT. 

Si U question dr U prioiiié <lc l'ttufitur la poule ou dp la 
poule &tir Tcruf voua embarrasse, c'est que vous suppoaea que 
îeh animaux ont nié originairement ce qu*iU sont k pré»en1. 
Quelle folie;! On ne ivail non plus ce qu'ils ont C'tc qu'on ncaait 
ce qu'ib deviendront. Le vcrmiâscau imperceptible qui s'a^île 
dan^ h\ fangv, »'acbvminc peut-itn; i l'^tnt de ^uul animal; 
ranimai t-uotitte, qui noua épouvante par e^ grandeur, s'ache- 
mine peut-ttre à l'État de vcnnittoau, ttl peut-^tre une pro- 
duction paritculiôrc monientanéc de celte planète', 

d'alehbeit. 

Comment avci-voiL^ ditcelii? 

1. Vgir la* ^mM mt J'ialfrwWm U U ntfv*;» quMiloa 1. 



ENTRE D'ALEUBERT ET DIDEROT. 



111 






niDCSOT. 

Je i^uâ disais... Hais cela va nous (^c^t«r do notre première 
diMusMion. 

d'alkvbekt. 

Qa'eet-ce cfue cela faii? Nous y revieDcIrons ou nous n'y 
rtvîendron» paa. 

DIDBBOT. 

Me permcilriet-vous d'uiticiper dv cpiolques roïiliers d'an- 
nées »ur les leinpK? 

n'ALEMiienT. 

Pourquoi non? Le temps n'oKt ûvn pDUr la nature. 

blDBBOT. 

Toiu cQDAcntcs donc que j'éteigne noUc aoleilT 
d'alevbrrt. 

D'autani plu8 voloAtîers que ce ne sera pas le premier qui 
se soLt éteint* 

L« soleil éteint, qu'en arrivera-t-fl? Leâ plante» périront, les 
aniroaui périront, ex voila la terie soliuire et muette. Ral1ume2 
cet astn, ei à rin«Uiiii vous n^ijLblîsspz la caus^ nt'H:v)Uiairc criinv 
infinité de g^néraiiona nouvelles «ntre k^iquelles Je n'oserais 
uïTirer qu'a U suite ùvv y^Mef^ nos plantn;. nos nniniaia 
^aitjouiTl'IJui m rcpnxluironl oti ne se rHpnH)tiirrknl pAK. 

d'alehbeat. 

El [Xiurquoi \es in6mp« i^li-m^nl» rpans venant à se ri^itnir, 
OK rendrueat-ilfi pu l«s ni^mr^ii r^^itiltata? 

DIDEROT. 

Cesl que toui ne tient dniif* la nature, et que celui qui 
suppose Uft nouvean ph^cioménc ou ramÈnc un instant passe, 
recrée un nouveau monde. 

n'ALRunKhv. 

GTeel C9 qu'un penseur profond ne saurait nier. Mai» pour 
es WTWiîr k rhOEnme, puisque l'ordre fi<;n<>nl a voulu qu'il fit ; 
rippolei-x'ous que c'efit au passage de r«tre sentant à V^ir** 
pensant que vous m'afei lai^é. 

ninEHOT. 

Je m'eii souviens. 




lit 



ENTBETJES 



Franchemmu vouk oi'ublîgf-riei Uraucmip ûk me (irvr de là. 
ie vuî» un |>eu |>rrâsé de fieiisr^, 

DlDEhOT. 

Qu4nd j« D'«n v;«ndrei» p«M A bout, qu'en r««iiltcrtll-il 
contre un enchaînement de faitâ faconteetftblÔT 

I>'ALEUnEHr< 

Bien, sinon que nous aerioûA Arrêtés U tout courL 

niDEnnr. 

Ëi pour aller plus loin, nous seralt^iT permis fl*irtvenï<*r un 
agent œntrodictuire dans wn aiuibuts, un moi Tickj de seiis» 
inîniclligilileî 

D'ALBVDEiT* 

DinuiioT. 

Fmitt{«-vou& me dire ce que c*QSt que l'tiitsience 
étri' MBtant, fài rapport k \m-mèm<;7 

d'alehsist, 

C'ewt ]t conftdena* d'avoir fiU^ lui, -d^?uii« te premier tnsunt 
de sa i^âeûOD Jusqu'au momeni prëseni. 

. DlDHIlor. 

El sur quoi {%ttc conscience e»t-elle fraitel 
Sar Ift mémcHte de ^ei^ actions. 

CIDEftOT. 

El «■ns cette mi^fiiutrer 

d'alembekt. 

Sans cette tm^moirc i\ n'aurait point de )ui\ puiaque. i^ 
acnUnt son existence que danR le momcnl de l'imprcssioitt il 
D'aurait auame histoire de «a ne, Sa vîe itérait une jmitc inler- 
roopue de «angaiîon» que rit-n no lierait. 

D10CBOT, 

Fort bkn. El qu*<r«i-cc que la mémoircT d*oà nall^leT 

D'ALEMBEHr. 

D'une certaine ofganiaatîûn qui a'Bcarol^ s'affaiblit et se 
perd quelquefoi» entièrement. 



I. mut tflMai m*lnt«nibi da muà. 



CNTAË D'AL£MBERT ET DlDE^nOT. 



lu 



DlDEAdT. 

Si âtmc tj[i Hrt i|UÎ Mi-al «-i qui a Cf^lur argani^aiion pioprc 4 
la mrjtioif^, liiï le» inipressioDs qu'il reçoii, fbrmt* par celle 
Jiaiwn une bÎHtoire qui r*» crlk* du » *ir. <n acquiert lu con- 
«ckncc de lui, il nie. il aiTkrfne, il conclut, il peiiM-. 

Mb mr paraic il ne me r^ie plui qu'une tliflîcult^. 

Vom voue trompai ; il voua en retttc bien tiavantagc. 

Hais un9 principale; c'est qu'il me pénible que noue ne 
[MiUloos panser qu'à tjiii< !<(-tjlc* cho^E- ^ la fois, ei que pour 
former. Je ne dis paa ces éuornies chaînes Ue ral^ifinnfiiienix 
qui rni!iriL*(Sf*iit i1an% ItMir rittuil itrvt niiïlîm iJ'i<l»^i.'«, maiK uoe 
,uniplc propo&ilion» oo dirait quHI faul avoir au moins deux 
cbOciM pr^ntcs, l'objel qui semble rester sou» rœil de l'en- 
tendeioent, tandis qu'il s'occupe de La qualité qu'il en afTiniieni 
OU niera. 

DIOlaikT. 

Je le peime: ce qui m'a fail quelquefois comparer If.s fitres 

de noH organr^ à dps corde* vihnuiu-^ nrmible^, la rordî* 

vîbr&nle sensible osciEle, r^onoe longtemps encore »prèa qu'on 

Ti pioche. C'fisI cette oscillation, cette e^pfece do n^^nnaticc 

Décëssair? qui tient l'objel pr^^nt, landb que renlendement 

«'occupe de la qualité qui luJ convient. Mai.i lei^ cordivs vitimnlcs 

QQ1 ecioorc une autre propriété, c'est d>n faire frémir d'autres; 

eie'eel «asi qu'une premièir idOe en rappelle une .«seconde, 

<m deui-là une troiâl^me, toutes les trois une quatrième, et 

«iasi de suite, sans qu'on puifuic Ûxvt h limite du Idée» ré^ed- 

[i^ dlclmlDéea, du pbîlosopbe qui médite ou qui s'fVrouie 

daitt k aJteQoe et Tob^urite, Cet instrument a des »autK i^iou* 

Hanii, ri HUA id^ réveillt^e va faire quelquefois frémir une 

àAnoonîque qui en est k un întrrvnllr incamprébensiblr. Si l«! 

pbéDoaiièiie n'obspnrt- i*iilrtî des mrdes sonoreA, inec les et aépù- 

lées, coaunent n'aurait-^l pas lieu citire de» points lîvant^ et 

KëA.entre dm fibres continues et senmbleaî 

d'albhbkkt. 
Si cela n'e»i pu vm, cMa est au moins très-in^traieux. Mab 



m 



£nTft£TteN 



on serait iriin- iti- rroin- que vous tombes Jmperc^ilbkiiieiit 
dans rincauvt^iiit^ni fjitt' vutin ^oulttri i^%U«tr, 

DIDEAllT. 

Qudr 

Voafl en \ouIex i la dhtmciio» de^ dem t^uhstUaicjrsk. 



i>irenoT. 



Ji; nv m'en €ttdi« pu. 



n Ai.EViiKar. 
Et «i vou» y regardei à(f prèâ, vous iM\v^ de rent«iïdeineiit 
du philosophe un éire dJeiinci de I insirximenT, une 4'«p^G«î d* 
musicien <^ui pr^t*.< Tor^'Ulc aux rxinlp^ vibnntça, et qvt pro- 
nonce Kiir leur (^onaonriânœ ou leur diftMUunci-. 

T>ltlEhOT. 

H se peut qut j*ue donné Ireu à celte objection, que peui 
être vou:^ ne m'euattU pas faite si vous l'UMitu con^iclrn^ 
dUlérenC4! de VinstrumeDC philosophe et de llnstroment cla* 
vtcifi. L'in»truni<'al philcsophe v^\ Hti>!*iblci il c»l en même 
lempA le mufijcien ci rinâtrunni-ot. Comme sensible, il t U 
conscience momcntciDCc du ton qu'il rend; coaune animal, îlfl 
en t k mrmoirc. Celle faculti^ organique, en liant lus WMis en 
Iji-oièmr, y produit et con&erve U mélodie. Supposeï au da- 
vecin de la Aonsibililâ et de la mémoire; et dite»-moi s'il ne se 
répétera pas de Lui-m^mr Icx airs igue vouf^ aurea nécutte aor 
se» toucbe». Mou» ^mniea Jes instruments dou«a do s«nedbiiii(ï ^ 
€t de mémoire. Nos sens liont autant de louches qui eont pin- | 
CM par ta nature qui nous environne, et qui fie pincent tou- 
vent eileft-mCmeft; et voici, t mon jugement, tout ce qui »e ^ 
pa£«Ê clans un clavecin organisé comme \ous et moi. Il ^ a uti*a % 
tmpr«?;«:on qui a sa cause au dedans ou au dehors de l'in^tra- 
ment, une Rem^tUon qui naît de mii* ImprexKlon, une MoaatHkn 
qui dure; car il i^l impwtsîbfr iriniâgtner qu'elle- se fastt et 
qu'elii* s'éieigne dans un JoitLAnt indivi»ihle; une autiv imprua- 
Mon qui lui Kua'>de« i-t qui a par^illemeut Htt raiisr mu dedans 
Hl «u di^hcin de 1*aiïimal; une MVOnde sensation et iln voii 
qui le« dfSignini par det sonn naturels mi rûn^entionnHs. 

n'ALEVBElLT. 

J'enienil«. A<n«i donc, ké ce clav.<>cja aeneible et •nimétfiar 



KNTRE D'ALGHBfiRT CT DIDKAOT. 



IIS 



fiante dou(^ ^e la facuUé âe s? nourrir «t de se ro^rodmrQ, JL 
%-ivr^i »i «ngendrenut d<* Iijwtkèin4>, ou avec sa femelle» d« 
pMJa clavociDfi vh'antâet r^onnanis. 

DIDimOT. 

Ssns doute, k votre avï», quesin:!? «utre choae qu'uo piD> 
non, an n»Kigool, yn musicien, un hommoT El qudlp iiitra 
ilîlîi^wj" ln»Tivr*-vo«rs vtUTK \r smil el 1a jM'-riin*tleT Voyei 
vouH ivi teuff c'est avec cela (ju'on rr-nversu lûuteâ les écoles 
ilr ibéologir «t lous Ins lcm|>)r?» rlr b lerre. Qu'c5I-k:c que c«t 
fuiff mm WAMJR irisensiMi" a^ani qde Ift germe y Huit iixiroduil; 
t^t aprèa que le germe y est jDlioduil, qu'csL-cc encore T une 
rame ir«>enHih1e, c«r cr germe n^eât lui-même qu'un fluide 
{nen« rt groxsier. Comment cetic Tnaasc paascra-lrclle à une 
nuire arK&niMiioD, à U acQsîbililê, À la vic7 par It chaleur. Qui 
produira la chaleur? Icmouvanent. Quels ât-ront lea eETeLs sucr 
eeaaiffl du moa>cmcDi? Au lieu de me rt^pondrc, (uiscyei-^voua, 
d auiYonfi-IC5 de l'ail de moment en momenl. D'abord c'est un 
point qui oscille, uo filet qui «'éteod et qui se colore; de la 
chair qui se forme; un bec, des ]>oiit8 d'ailes, des yeux, dea 
pftUea c^i paraissent î une matière jaunâtre qui se dévide et 
produit des tPtestin»; c'eÂt un animal. C&i animai se meut, 
s'^te, cne;i'enieuds aea crie à Iravera la coque; ii 8C couvre 
-de duveli il voîl. La pesinieur de sn tcie, qui oadlle, porte 
gans eesfc son t>ec contre la paioi inti^rieure de sa prison i la 
voilà bciseei il en sort, il marche, it vole* il s'irrite, il fuît, il 
l|)|}ii>ch3, il <4^ plaint, il i£Ouiïft% il atme. Il di^sire. il jouit; il 
■ louieTi VOA anV^ciions ; toutes voh actions^ il It^â fiît, Preten- 
ib«x-vous, avec Descari rjï, que cVxi une pure machine imiCativer 
Haifi les petiU enfanift «e m(>queront de votjs, et le« philosophe* 
fQOM rApliqueron que si c'est \k une machine, voj3 en ôtes 
une antre. Si voui: avoupt quVntre ranimai et voua il n'y a de 
diffi^rcnce qiir dans rûr^anfsation, vou* montrerei du oerw ^i 
da- ia raison, vous serei de bonne foi ; mats on en conclura 
contre vous qu'itvec une irjntî^re inerr<^, c]i^|K>sée d'uni* cir^ine 
manitre, inqïTi^ine il'un»- auln^ malifire inerte, de la chaleur fit 
Ùti moavement on ohiîent de la «^pnMhililé. de la vie, de la mé- 
iTwirr. de la con^dence. des payions, dr la prnaf%. Il ne voua 
tf^ie. (]uun de cei^d^iii p;irLiK à prendre; c'e»t d'îmagioer dans 
la m«ne inerie de rivuT un èletoent caché qui en atleodail le 



116 



ENTftETIE?* 



I 



^^vefoppemeot pour manifester sa pn>wncc, ou de supfMMerqn^ 
tr--\ Ht^ment îrnperrrptibtr s'y ^m in«iniiv k tnxtru lu r-oi|u«' dnan 
DU îiiïtiant délermtné du développement. Mais qn'esi^-rx que cet 
rtâncntT Occtipait-il dr Vvsptce, ou n'en ocfitpftil-il poîni? 
Commenl esi-il venu, ou i(>jïi-il tV.bnppê. Ajui^ae n»ouv4>irT Oii 
ébut-ilT Que Tabaît-iL U ou ailleiUBT A-i-il étx crêt-k l'imUnt 
du bi;j«nmî Kusiail-ïl? Attaidail-il nn dnmicilr? Ilfirmf^ne. il 
élflil matencl^ ictcrogène. on ue convoie ni wn inertie avant 
le di-vt^loppcment, m non énergie ditns l'animal d^clopp^^. ■ 
Écoutex-vouâ, et vous aurec piliiï de voiL^-mênte; tous aentirv^ 
que, pDar nu po-s acJmcllrc une î^uppotsitton simple qin explique 
tout, la ftfinaibiJtlc, propriëtâ génér&le de la matière, on produit 
(i^ l 'organisation, vous rcnoncci au «ens commun, et \ou>« 
pri<cipiie£ dans un d>lme de mysièrea, <ïe contradkikm» et 
d'al>i.urdit4t«. 

i»'Ai,autaRT. 
Un«t supposition! Cela vous pïatl è dire. Vais si c>Lùl ime 
qiialil£< eaaentiellemfîDi infompaiiblo avec k maliéref 

Rt d'où nave^-vonK qui? In ^cjisibiliré est eswrtlîellemciil 
ini^-fint|mli)il<^ nvtjj: la iiEiLtihi-, viiii^ qui im i:oniiuii?(r£ l'4^99enr« 
de quoi que ce soil, ni de la malière, ni de U iwnftlbflilï^f ■ 
Fnirndex-vQiiiï mieux la Tialure du mouvement, san eiistencr 
daua uii coqni, ei aa cummunication d'un ciirp» à un autreT 

DALIMBCIT. 

Sans concevoir U nature de la senâîbUili^. nî celle de la 
matièTc, je voi^ f^iic tn f^t:n:«jbifii<- est une qtiolîté »impk\ iiiM* 
jndiviniblc H iiicompaciik avi^c un ^iujot ou âuppdl diT^^ible. 

IfrIDBaoT. 

tiftiimmtta.< métaphs-Kico-tbin) logique. QuoîT c&t-ce qae voun 
ne %V)ex pas que toutes Jcs quaiiti-s, toulefi IcerormeeaeHBîblM 
dont- la matière est revâtue, sont es-^oticllGmeni in<iviaJbltiT 
U n\- a ni plus ni moin» d impénétrabitiU;. Il y a la moitié d'un 
C9Vps rmtd, «uis (1 n'y a pa& la moitié de la romdeari il } a 
plu^ ou moiiift de mouvement, maij« il n'y a ni pitw ni moitié 
mouvement; Il n'y a ni la moitié, ni le iiet^, ni te quart d'une 
Wv, d'une oreille, d'un doigl, pas plu^ que la n>uîti<', le lim» 
le quart d'une lyentiet*. Si dans Tunivers U n'y a pss une mot 



P.STRt: OMLEMBCRT ET DIDEROT. 



Ml 



tuile qui re.'ssrmMt-ïtinr Aiidtr, danMtiiirinol^ciiïf pLS i]ii|>oint 
qui rrascmble à un autre poini, convcneÊ qu€ ralome itièmfi 
t>l tktui' d'une quMili\ <1 une forme indivisible; convonc» que 
la <ti\i4ii>ri est iiKi>mpatiblc at'ec lea csacnces des forme», 
|>uitiqii'elk l^-« <k-lnitt. Soyc:e phyatlciun, et coiivcJi(^<k Ui pra- 
lluciioii d'un efliet lorsque voU6 Iq voyejt proituit, quoique voua 
Ht puUKï4^x <:xpliquer lu liaison tic la cuii^if fi IVflVL. S05U1 logi- 
cien, e1 Jk^ i^ub&uiuei pas & une cause qui est ei qui explique 
t()tii, uoo nuire rausïv qui rr m^ civiçoîi pa^, dont la liaison avrc 
l'elTei fwcunçxiitetkforeiiinÎEïH, qm eii^'emire une inultiUjde iuAute 
lie (riincnlu^, L-i qui n eu iV-miui auciiui;» 

U'AtBUBERT. 

\Ui» «i j€ me dî-pors de c^ttc ckiimT 
niDiaoT. 

n n'y m plu)" qu uiitî Hiibstancc dnn» l'univcns, dnn» Ihoiumc, 
dan*< ranimai» La sonnette eai de bois. Thomme est de chair. 
Le serin ent «Je cbair, le nui^inen i^t d'une chair divvr^çmeni 
4ivfEaiiif((*e;inaiK Tuiiet )*auti« ont une même origine* une infime 
Fiuioaiion, \^ moines fonctions ^1 la même Ûd. 

Kl comment 4'ôiablk tn convention âi*^ oons entre vos deux 
claveditsT 

l>ll>t MnT. 

Un aaîmal i-lant un infiiramenl HensihK' parfaitement sem- 
blable à un autre, douo do la m^mo conformation* monté des 
iné«ms ccrdeK, pinr*- de la nv>mc inani^r<' par Ujoie. pai' la 
ilouJeur, pv la faim, par U soff, par la colique, par Ta^ImirA- 
,tiO0, par letTroi, il 4*1 inipossîlik i^u":iu pôjir et sous U lî^çne M 
VnMkî den »ons dilTén?iiLH. Aussi iroiivez-vou^ \eR înii^rjecijoitk i 
peu près les unîmes dans toutes W langurs moriPK et vivante*. 
Il fxiit lirrr du Itiwïiii t-c dt- la pinxiiiiîtr- V<inginr d<^ miiin con- 
*niioMoels- L'intitrumefii sf?n^ible ou Tammal a t-pimivé quVn 
rendant tel sou il s'ensuivait tel efTcl hors de lui, qur dsutrrpt 
hksimcneDl34 sen^ible^ paretU h lui on cl'auLn'^ iininiaut s^^in* 
iikMes s'q>procli4ient . sVloignaient. demandaient, oiTi^aieiU, 
ilessaicnt, carr^sêitïit. etfr> dlrti^Nc mai Wiv dans sa mmoire 
el dans celle tLe;^ autres à la fannaiion de ces îion», et ranar- 
qvict qti'il n'y n ilaos le commerce *!*:.•§ fat/mmcïn que des bruiia 



^ 




118 ËNTRETIGH 

et d«s BCtions. Et pour donner à mon 9}»tèine toute a» rorct*, 
nsmarquei encore qu'il eât dujel à b même diflScuJté insunncui- 
Ubls que fi^rkclc!^ * a proposer centre Trastcnce dc^ corpf«, Ll y 
a un inoinenl de d£lir« où )c clarccin sensible a |>«ftst7 <pi*il était 
[e aeu] clavecin qu'il y eût au inonde, et que louie l'hânnonle 
de Tunivurd t\c pa&Kut en Lui. 

D*ALKMBRiT. 

n 7 a bien des cho»e« à din^- là-deaiiil, 

&IDBBCT. 

Cela est rraJ. 

I»'ALtll>BaT. 

Par exemple, on ne conçotipa^ trop, d'après votre syslËiuc. 
cornaient noua formona des syllogiEmcs^ ni comineot nous tironn 
dea conaôqucnoes* 

IftinRHOT. 

C'est que nous n'en lirons pozQE : elle^ sont toutes tirées par 
la calure. Kous an fai»onft qu'<*iioncer doft phOnoinènoa ooi^ioistB. 
dont la liaison est ou D^cessaire ou e^intingente, phAMÎmèiua 
tfui noua sont connus par l'o^pi^rieiK» : nteasBaîras «n maibd- 
matiqucs. en pbysiqueet autres Kiaicesrigour«Qftea;ooiitiiigPntft 
en muraJCt en politique et autres adence» conjectunies. 

D'iLauaBaT. 

EsKe que la liat«ori ih% plu^nom^n<r« 4«i moin« n^cetsaiff* 
dans un cas que dans un autre? 

DinaaoT. 
Non: mais la cause suhit trop de vicîssUudeît panimlièrea 
qui nous Miipppni. p<»ur que nous puisHionv rompier înlaillî'- 
blem^nl sur l'cffei qui «VriKiiivra, Iji i^Krtittjdo que DOUi anibi 
qu'un homuii' virMil Airniem ^ïitue injure, ii'i>^i pat la mèaïc 
que c«1le qu'un corps qui en frappe un plus petit le melln 

tfi mouvement. 

ft-àamaiaT. 

El l'aDalogiel 



Il In UdM4«cMCbVMi ifvt II ojDdiuEl qvc le Boode l'oiHUltfaï ail 




KNTRK D'ALËUBERT ET CIDEKÛT. 



119 



L'aniJogîe, dans les eu t^s plus compo»^^^. n'esi quune 
rtgif ct« iToUqni iï>x^uuj dauft T'instntniefti liensibie. Si ht\ 

I pbâDomène connu «n ntmre eai suivi de lel nuire phf^nom^ne 
CMuni €n nJiTur?, qiid ntrn \v 'juairi^ine pli<''nnmt?ne conséquent 
À un tnM3Lièini% ou (Jourit- par la lUlure, ou imagûié à l'iiiiilalioTi 
de I4 nature? Sî U Uiicc iViin guerrier ordinaire a dû pierJs t)p 
loii^, qudïc SCT5 la lance d'\jsi ? Si jp puis lanœr une pierre de 
qiulre livre», Diométte doit remuer un quartier de rocher. Lefl 
tnjunbécs des diciu et les bonds de leurs chevatiK seront dann 
le rapport imaginé tlc^ dieux à rhomire. C'&st tine <]ualriËfnc 
txtde bumootque et proportionnelle à trois autres dont l'animal 
■ttood U réMonanc^ qui .se fait toujours en lui-inénjc, maie qui 
mt Be faîl pts toujoum en nature. Pûu importe au poëte, il n'en 
«et p4fi moine vrai. C'est aune ^oâepourle philosophe; il faut 

I qo'il iAterroge en«vitc la naiuro qui, lui donnanl Hotivent tin 
pb^nom^ne tout à fait difTerem de celui qu11 avait pr^umé, 

^ «l ort il s'^rrçoît que Tannlogie Vu *M\\\ii. 

^B D'ALEMREnT. 

^H Adi^fii, mon amt, hounnir ei horintr nuit. 

^^ niDtaoT. 

f Tous pUisantCf; mais vous rêverez sur votre Oiciller k c<t 

colretien, et a'il n'y prend pan de la couAUiance. Eani pin pour 
vous, car vous scrci forcé d'embrasser de^ hypoth^»C3 bien 

^^lUremenl ridic^ilca. 

^^ D'ALBVBiar. 

I Vwu voua trompes ; sceptique je me acrai coudié, argotique 

je me lèverai. 

DtDCRc^T. 

[ Sc^tique! Ent-ce qu'on »l «cepiiqueT 

^K D^AtEUBERT. 

^^ I£d voici bien d'une autre T N'allcx-vous paa me aoutcnir que 
je ne eui» pas &ceptiqueT Et qui le sait mieux que inoif 

DiotauT» 
Atieodei un momeiiL 

D'ALENBear. 
0«p6cii«»*voua, cAr je sui^ pressé de dormir. 



131 



CSTR£TI£X 



DIDEROT. 

Je Heraî couru Croy»^x>uA qu'il y tii une HflltqiMtliOtt 
ilîuAl^ mr laquelle un htjonme reste avec uiie égde et rigoi^ 
rtuM aiMure de reîaOR pour et coDireT 

o'alkubemt. 

Non, ce sertit V^ne deBuridan» 
Diocnor. 

En ce cas. il n'j a donc poini Je M^iiqae, puisqu'à rexcep 
\\on dr» questions dt* maUK-mHtiqi.14:^, qui iic cuviipoiinii jun U 
Liioiudr« încertiiude, il j a du pour el du coptr^ dans louiea ■ 
les êutttis, La balance nVM donc jimais tgêit^ tt il c?it impce^ 
nibk qu'elle ne- |»-Lche pit^ du c6Er où nous crovoiis le plus de 
vrniaemblanar. 

Hais je vois le mitin la vraisemblance a ma droite, et l*apré6- 
Tikidi elle eit 4 ma gauche. 

CfOEKor. 
Ce9t-4*djrt qur voua et«s dogmaii(]u« poOr* U; malin» ei 
dogmatique contre, l'aprè^mjdi. 

D*At^itb£af. 

ËE le aoir. quand je me mppelle cette cirt4^sl8Ticf* :^i rapide 
d<^ m^ jugemeiite» je ne croia rien, ni du matin, m de l'aprèt*- 
midu 

DtnEhor. 

fV«ïi-4-dirw que vous ne vous rappeîei plut la prépond^nmce 
des deui opinloiia entre lesquelles vous avei oscilk; que cette 
pn^pond^rance vous parait trop It^g^rr pour atseuir un sentiment 
fine, et que vous prenez le parti de ne plu« lous iK:ni]>pr de 
sujets aututi prnt]]r^tnaii<pii-i<. dVn aluitidmiiier ta dûutuvtioii aux 
autres* et de n en pa^ disputer dafaiitaj^. 

o'ALEMaiRT. 

CeJadC peut. 

niDEnoT. 

Maïasî quelqu'un v^uik lirait k rrVad, Pt vous qufsliuciijaiii 
d'amitié, vous <ient&udaii, va conurJence. de^ deat partis quel 
eit celui où VOUA trou^ejt Ir moin^» de dilTiculté», de bonne foi, 
Mriet-vous embarraaaé de répondre, et rraliacnci-voua râiw 
de bundauf 



ENTRE D*AL£MSERT ET DIDEROT. 



194 



Je croùï qinMiQii 



I» Ar.EUBEnr. 



DMimillT, 



I 



Tença» Rioii uni. m vous y peiisci bien, \ous Irouverei 
«|ii>ii loul. iinirc véritable* Heaiimc^iii n*<*MX p«s criui iIaiik lequel 
-non» ii'avofti. jamais vacHT^« mais celui auquel nou* ftomineii le 
plu<i babituelfemeril revi^nii^^ 

D'ALcubcnT. 
Je croîs que youh avez raison* 

iiitiKaar.' 
Etinoîau«»i. Bonsoir, mon amî, t^ mementc ^tti^ puîrit fir, 
€t in ^irrrtm rrr^rlmt. 

Kn'ftLEiiticnT. 
i>1a Ml imît^. 
RllfRKOT. 
& n^c«9sùre. AccorcTei jl rbomme, J« ne ^U pus l'immor- 
mîîii*, mxw ncTil<*fnHii Ip rl<mble ïI? hr tluïve, ec vous vcrreai vv 

Et que %ouleï'T»itN fju'il en arrive? Ifai^ quVwt-ce que eelh 
fiitt IJu'il en arme ce qui pourra. J« \cux tbimir* l>oii,^ijii\ 




RÊVE DE D'ALEMBERT 



INTERLOGDTBDAS 

D'ALEMBERT, Haubhoisblle de L'ESPINASSE, 
LE UÉDICIN fiORDEU. 



BOHDEU. 

Eh bienl qu'est-ce qu'il y a de Douveauf Est-ce qu'il est 
malade? 

HADEUOTSBLLE DE l'BSFIHASSB. 

Je le craias ; il a eu la ouit ta plus agitée. 

BOB DEC. 

Es(-il éveillé? 

MADEMOISELLE DE l'ISPINABSE, 

Pas CDCore. 

BOlLDfiU. 
l^pT*! l'tt» tpprocli* dd Ut di D'Ai4iDbtrt it tul anlr liU ta peali M U psu. 

Ce ne sera rieD> 

UADEHOISEtLE DE L*ESFlnA8SE. 

Vous croyez J 

BOBDEU< 

J'en répands. Le pouls est bon... un peu raîble... U pea-a»- 
moite... la respiration facile ^ 

MADEMOISELLE DE l'BSPINASSE. 

N'y a-t-il rieD à lui faire 1 

BOIDEU. 

Kea, 

1. Bofdw Mt mateqr de Rtefurçtm tm- kpoult fl7BS,lB-4t), ^ É*l—i n fc 
M* GODtamportia* à t^Kxuper «ec b«Aiicoap plu d'Bttttntk» qalk m I* 
J«i4ii*tIon dea proontlct qu'oo peut tirer ds riattoilié do Vu^ét» 



KÈVK DE D'ALËM&Ear. 



i» 



1|Al>£llOlft&LLE DE L SftriffAfifrS*- 

Tânt micui, car il dt-tc^e les remèdes. 

BORDIV- 

Ei moi BUaal, QuVi-iï matif^^ à eouperT 

fl n'a rien voulu pn-iulnv J»* ne x&i.s ofi îl avdt paxsÉ I& 
ftoirve, maïs II ent revenu aomitïux. 

^^ C'est tin petit mûuvement-fd)nJtï qui' n'nura point dûBuiie* 

I Kn rentmnl, il a priK !»q robo de chombrt, .-«on bonnet de 

' nuit, et s'esv jet<' dans son fauteuil, où il s'eat cussoupi. 

BORDEL- 

Le Mmiiudl «Hi Imn parloui ; mais il eût élé nùkiu% dsnsbon 
Ht. 

11 5'eftl lichÉ contre Antoine, qui le lui di-sait; il « fallu le 
ûrftiller une demi-heure pour le faire coucher, 

C'fest C€ quj rn'aiTÎve lou« k>L jouru, quoique je me pori« 

bien. 

iiAi>Euoi;^tLLE D£ L'c»rtrrA»9t. 

QuAiid il a f te coucli^> lU liru de reposer c^mme k son ord'\* 

naïre, air il dort comme un enfant, il »'e»t mi^ k He tourner, k 

M retourner, à tirer ses bnis, à loiricr ses couvertures, et à 

parler haut. 

SOE0EI1. 

£t qu'e&t-ce qu'il di^it? de la gt>oinéii'ie 7 

Non ; cela avait tout l'air du délire. CVuil, i:^u cuinniençant. 
un galimatias àti a>rdes vibrantes et de ftUreâ siensibleA. Cela m'a 
paru si fou que, résolue de ne le pas quitter de la nuit et ne 
Kacbanl que fairr, j'ni approcbé une pciitr table dtj pied de son 
lit, et je me »ui$ mi^ei écrire tout ce que j'ai pu attraper dt 34 
révAftaerie, 

BOaDBU. 

Bm KHir de t4te qui est bien de vous. Et peut-H>a voir ceint 



tu 



RrtV£ Di: D'ALt»BERT. 



MADEumsii.rE ni r ksi-ikas«c. 
Shm diniculio; mats Je vein nourir, fil vous y covDprenei 
<)iielquech04e. 

QOBItEl.% 
Uil>lilO!<vElLE DE L>APIVjIS«S. 

Dcicluur, àt«(-vou»i préiî 

Oui. 

uA'u£Vot«ELt.i ne L'estriïlAMt. 

Êt-.ouinr. u t'ti poîat vIvahI.., ?ii>n, je nie irompe. Rico 
irobonl, ijui» iiiL point vivanL*. A ce poliil vîv&ul il a*eo 
■ppJi^piiî uii Aiitit-, encore un nuire: el par ce» applîcAlioiu 
ftUD^e^vcs tl r^uUe un éUe un, car je AuiA bien un, je n'en 
wuraîs floulcr... [Eii dUuil orU. il ^ t&toît pirtoui.) Usm 
comiitmil œrte unité s'esi-^lle fatit-*7 (Eb! mo» ami, lui u-jc 
(lit, igu'cst-co que cela voti% foilF ilcrmez... Il vt^^t U. Aprt^ 
UM iiiomeni île Hil«nce il a repris comnie s'il a'adreaaait a 
(pi^lqu'uiK) T«aQ£, philoaopJK^ je vois bien un agrc^t, un tissu 
fie iwiiK ^im< ticnsibifîi, mai-s un ariiiuoi!,.. un loul! uu «y»- 
l^mç un* lui, ayani la coiL5<ieii<e de son uinkfl Je ne le raïs 
piK. non, je ne le vois pas... » Doclettr,'^ entcadi»-vo«ft qtlêl'^ 

i]necli<is6T 

Boai>au. 

A iivT«il|p- 

UAnBVi>l!i£t-tE DE l*taP1!lAa«l. 

Vous dlc« bion heunjtu... « Ma liifficulk- \wnt poot-CCro' 
d'unv fau«&« idée. ■ 

moancu. 
ËHl-cvr vim» qai pai-l«if 

VjinEViil»Br.LE IkE t'E#rTK4ft«t. 

Xcn, t"c^l te rtTcur. 

Je ronrinuf... Il a ajouta* en s'apofitropbant lui-ta^mo : 
« Hofi ami D'Aletnbcrt, pr<n«z*y Rarde« vous ne supposcx <pie 
tie la coaiifnift'^ où il y a contjimitd*.. Oui, il vit nweat nmlin 
pour me dire cela... Et U fcnnauoii de celle eontimrilér EUe 
iw rembarrawen git^n*,.. Conm vMi puatte de inercttr« «e 
IwmI duu une autre fpHilte de merrur^, uut' ii>u4<.-eule 6<«dble| 
ei fh«nic «e fond dana une molécule sensible et mselt., 



Ht\t DE U'AU:MBKaT. 



12S 



h'alKirii 11 )■ avail deux |;4mlies, après li- contact il n'y en u 
plu^ i^u'uiic... AtADi l'nsïtimilation il y h^aic di^ux moï^citlo. 
apr^ r^ï^îmilation ït n'y en a plufi «^u'iiiif... Ijt E^ennïbilîli* 
lïrrieDl rcunniunï- k la mas»? commuac. En elTel, pourquc» 
lïODÏ... Je clisiin^uerAÏ par U i)eiiM'e Mir la longueur de Ia fibre 
uiiinale tant de parties qu'il me plaim, mais la fibre sera ron-» 
limie, une... oui» unr... Li; coiiinct ilc <J<*(iii tnok^cufcs homo- 
gène», parfoit^meni liomotï^nca, fornie la ci>ntinuili\.< ei t'cf^i 
le casderunion, d€ Ia colK'^ion.de lk<x>nil>iT]iiii?oii, delidcniiii* 
li pltia complète qu'on puisse imâj^iner... Oui, plitlo^oplii*. m 
CCA nodéeulea wnt el^nienlaires el simpl^H; mais bi ce soiK de^ 
igr^ts, si ce koiu d<ui compgs4^â7... Lu combinii«oii ne kVii 
f!erji piift moins, et en corséqaenc^ rideniicé» la concinuilé.,. Ki 
puia l'action ci U n^irtion ïiaLiluclies.,. Il t^sL C4.Ttaia <pie le 
toiitaci <^ dKui inotéciileA vîvaolcs est (uut auUv rltomî qui^ E)i 
miiti^ïl^ de deux mafifics inertes... Passons, passons; on 
pourrait peut-éLre von» cliicjin'^i-; mni^ jr iit^ mVn Mucie pa.%; 
j« u'^ilogiie jamais... Cependant repi^enona. Un fd d'or irhr- 
pur, j«r m'en soutiens, c'est une comparaison qu'il m'a faite; 
un réseau homogène, entre Ic^ molt'cjl^ du<|ud d'autres s'io- 
terpwwnl et forrocnl pcui-^lrc un autre roseau homogène, un 
tissu de malièrû scn^ihle, un contact qui osï^rmiltr, de la senai- 
bilité active ici, inerte li, qui se communique comme le mou- 
««flWit, sans compter, comin^ il i a tr^-4>icn dit, qu'il doit y 
>TO<r do la dilTéreiKe entre le contact de deui molécules son- 
vtbl^ et le coniact de deux tnok^ules qui ne le Keraieni pa«: 
et celtf difft^irnce, qudlc peni*^lle 4^trcT.-- iiiiu mrtîoii, une 
r^Mlion habjiuelleïi,.» ei cette acïion et réaction avec un caraû- 
i^re particulirr... Tout roiicoitri dojir, it prodniir iiuk snrie 
il'ijnita'' f|iii nViJStt^ qut? datin riininml... M^ foi, hj ce n'oit \>as 
de la Térilé, cala y ressemble fort.,, a Vouh riez, docteur; etït- 
cc que vmLs trouvez du sens à cclaï 

Beaucoup. * 

D D'«8t donc pa4 fouT 

aoapai;. 
Nulk'mcnt 




1S6 



RÊVE D£ D'ALEMBERT. 



.Kpih-% ce préambule, il ft\<st mis & crifx : >■ HAdcaioisclJi?^ iJl- 
1»(pifiAAseI mademoiselle de l'Eftpîna&se! — Qiw voidi-ï^vcKut 

— Avec-vous vu quelquefois an cssum d abeîlteA ^'échapper de 
leur rucfacî... Lt- monde, au lu ma^%G K^nérde de U malien?. 
est Ia rucbe... Xjos avez-vous vues s,'cn aller former à Teitréimté^ 
de la branche d'un oi^bie une longue grappe df petits &i)îmaui 
KJIt^, toaï accrochi'ïi les uns auï aulms par les pattes?... Celte 
grippe esl un dire, ud individu, un animal «jnelconcpie... Niû 
eci gnppcs devraient He rcHscmblcr louccs... Oui. s il n'ad- 
noitatt qu'une seule matifire homof^eue... Les at'e3î-voa9TiietT 

— Oui* j« les si vues. — Vcm« lev avex vnesT | — Oui, &1041 
uri, je veuR din qui* oui. — Si l'iin^ de ce^ abeilles s'avise ds 
pincer d'une façon quelconque l'abeille 4 laquelle elle ft'est 
eceroch^, que croyez-vous qu'il en arrive? FHtes donc. — Jefl 
n'oa !iais rien. — Dites rmijouiii.-- Vous l'ignorez donc, maift-le 
phiici^phe ne Tignore pas. lui. Si vous !«' voyejr jimais, et roua 
le v^rrex ou vouk ne le vernir pa^, car il me Ta j^romis, il vouai 
difa quv crll^^^i pincera la suivante ; qu^il s'excîl^ra dans toui 
la gnp|ji^ ttULiiil de -vt'ti«a lions qu'il y a de priitx anrmaux ; qus^ 
te tiul s agitera, su* re»ni<*-ra, duugi-ra de Mlitaliou 1*1 de fcinne; 
qu'il 4'éTèvera du bruit. Je peiiia en», et que celui qui n'aurait 
jaiuaiK vu une pareille grajïpc sarraiigiT, i«eraîl lenti^ de ta 
prendre pour uiv Jinimal k càjji] rfii AÏx cenut létes ei i mille ou 
dense cenis ailes.,, n Eh bien, docieurT 

Bh bien, save£-vou>» que ce ^Kv e^t fort beau, ei q«e 
ave-i b*en fait de récrire. 

ynurvoii^eLLE 01 r/isri^iatst, 
B^^i-veufi iuKsiî 

Si peu, que je in'eUjïBgcruiH presque À vous dire la suiie, 

UaiiiMoiïicLi.K uv L'KJiPixAaai. 
Je VOUA en da^e. 

sitanei'. 
VouK m en di-finzl 



"1 



B£V£ de D'AtEUBBRT. 



W 



Et si je renconlreT 

Si \ouw rocconlpo, J€ \ouft promet»*., ja vous promeU dç 
T<MI5 tenir pour te plus grand fou qu'il y ait au nion<lo, 

10ltl>KlJ. 

Regttrdta «ur vuïrt* papier et êcuuh-z-inoi : L'iiomme qui 
preodrait cetle ^appv pi>ïir un Animal se iroinpcruii; m%\t<^ 
muk'moÎMïDc, je pr^aunie qu'il a r-oniiiiiio de vous aJr^utei' In 
pviil«- Toidtt-vous qu'il Juge plus baioeiuemî Voulex-vout^ 
nDaforiDer U grappe (Vab^lUcTt on un seul cl unique uiûmat? 
hdoIIâ^ju le» paite& p.tr le&quell«a elle» »e tiiïJiEieiii; iJe conii- 
gu^ qu cUes étaient, rtndct-lc» continues. Entre ce nouvd i^ui 
de la grappe et le pr»CJ^oiit, il y u rttiainement unr^ diiïéreiicr 
maniuéie; et quelle peut ttrt celte diffi^enc^. Ainon qu'à pré- 
sent c'eat un tout, un animal un, et quniiparavant ce n'était 
qu'un assembla^ danimaux?... Tous 009 orj^K'^... 

iToua nos organes I 
k aoaDKv. 

Pour celui qui a exercé la médecine et fait quelque» obeer* 
ntiMia.., 
P iiaDBtttwftfiLi-E i>K i-'csi-i.^iNsa. 

1 BOROEU. 

I AprèM? Ne ami que cJe^t animau:^ dintînct» que la loi de 
contii^uit^' lient dans une Hympathie» une unitO, une id^nlitu 

^K^ u.tPEniftuei.i.a ùK L'eAPiiiJivaa, 

^^ j'en suis c«nr»nftiie : c'piii cda. ei pr<^<que ma pour mol. 
Je puiE donc asHurrr à jhi^m k loutr lu n-rrt* qu'il n'y a aucune 
diiïéreoce entre un médecin qui >eille et un ptiUoan^jhe qui rêve. 

ponncr. 
On it'eD doutait. Eat-ce là toutî 

UADlKOliïBitK HE l'ERTI» AVKK- 

Oh que non, vous n'y êtes pas. Apr^ voin" rodouu^e ou le 
iden, il m'a dit : <■ Mademoi^eMvT — Mon ami. — Approcbei- 
vouK.,, encore.,, eiieorc... J'aurais une <:ho»c à wti« proposer. 



in 



n^vt: ï)É h At.KMHKnr 




— Qu'«st-c«T — Tenet celte gnppe, U voiU, vout» la trù)'CR 
bien là, là; f»is<i«* uni' l'cp^'Hencv. — Quelle? — Preaei vos 
ciseiux; coupein-il* bienf — A ravîr, — Appi'ocbei doueemcni, 
loul clnuc^rn^iii, n M^pam-moî ce» BJMriUt-«, maîii prenei garnie 
de les tliiiser par U moilîé ilu cor|»&, ccupex Juste à I>»t1n>it 
iifi Hlf*-'* se wint fiKKiinilt^»?9( par Ips pïHie*. N»- rmignei rien, 
VC1I3 les blesserez un [leu. iiiaï-t vuus n^ kti tuerrji pM.s.,. Fort 
hieu, \Qn» èie% «droite rominfr une fée... Voyei-Tous comnii* 
dlea Heuvolenï diacune d« ncm cùli^r Rlle» s'ciKoknl une 4 
uuc, <lcui k deux, trois à iroifi. ûoaibien il > en «! & \otv< 
m'aveï bien compHs..» voua m'4TC2 bien compris? — Fort bico, 

— Suppose:! mai n ton an u.. 3upfH>!iC£... « -Ma foi, docleur, j'ço- 
iend&i«i 91 |>eïi ce qiie j%^riv«is i il i>arlail ïi bis, «t endroit d** 
mon papier o«l »i barbouilK^ que je ne le saurais tire. 

J'y «q>p!«cni, si vous \'Oulct. 

llAD£UoUELLE DC L'E«F|KJlï«t. 

<St vous pOUV«£. 

ftien d« plus Tacile. Suppo&«£ ces abeiltea si petiies, «i 
pvlittvi qui? Iiriii oriçamAaiion iVliappAt UmjourK nu tr^nctuiiii 
growier de \oire cîseau : \ou^ pou^t^ejei la divïnioa si Joiit qu'il 
vous ptoiVs Kaiis «tt fain^ iniiunr aui^utic, et <jk tout, fonoê 
d^KWilInt impercepliblen, Hi*ra un ï^rîlaible pi>)y|jf- i|ut« voiik iir 
d^trutrej qu'en l'ècrasaiiL La (Ji/Rrciiiie tie la grapp« d'abeïlt^^ 
toniinuAt, ti de la grappe d'abeille» ocmiign^. pM prédNémecii 
oelle d» animaux orr1inaire«. icK que nou». les poissons, et des 
vcrî4, dcA scrprnb ci des ammau\ polypcui : encore toute celle 
th<sme soulFre-t-eUe quelques nio<lirtcaiionâ.., lut ■■««■mhu* m 

l'av^Aua* H l4tc tiii*4js*aul *t '■ Utvi la nnluii 4t i* ■uïttCl'ÏÉ IH>Uce~ 

meiif, doucoiient, mademoiiwJle, ^oua réveillerez, et il abev^in 
de repo«. 

HA0i:urji9;r.i.Ls hk i/itsiFlHAflB. 
Je ii*y [leiihiiih pas, Uiit jVu Huh riourdîe. U« tosMai^H 4« 
uinj Qui de vous a vli chei le docltur? 

ta DDIiaaTIQLE. 

C«n mû, madematselle. 



n£vc Di: d'alcnbert. 



i2tf 



Y t-i-îl toogleiTipe? 

Lt DOHSSriQUI. 

U nW & pas une heure que j'en «uiâ revenu. 
91*; avet-vous rien portô? 

Point de papier T 

LE du3ie»tiqt;k. 
Aucun. 

MADttfOlAELLE DE l'e»P IHAS&H. 

TotLàqui efli bien, ftllet... Je n'en renienî^ pos. TenM, liw- 
lear, j'ti aotip^onné quelqu'un d'eui de vous avoir tommunù^u^ 

fou griffoDAisc. 
boudbit. 
Je \ou3 a.'uiiin* qiiM n'en est rien. 
UADt^lOIStLI.E T>E L'Eft?l>AaSE< 
A présent que Je contiais votre laleni, voui» me atrei tJ'un 
grmod secours ^uis U société» Sa rCvosscrii; n'en c^t pis demi**- 
ré« là. 

^_ BORDE u. 

^K Tuic mieux. 

^H XADKHOISBLLB DE l-'ieriKAASB, 

^^r Voitft n'v voy«tt di>iK rien tlti richeuiT 
^" notiDEi:. 

■ Psâ U moindre cbofie* 



w 



^ 



klAmtUlilnELLE l>E t E»PinA1(S|. 

Il ft fOnlTnii(>-., q Ëh bien, philosophe, vous toncevf^ donc 
d«9t |H>lypt4 de lûuif- espèce, ni^nie dts pglype^ tiuraains?... 
Mus In DHiure ne nous en ofTie ^às. ri 

noxDEC. 

n n'avaiC p&a connnîs^fincc <lc ces i]eu\ filles qui ite le niirnr 

par la tèie, ten C'paule-^, ifr doâ, les fesses et le:^ ajisses, qui oni 

v^u aicfii accolOcrs jusqu à l'dLgc de vingMeux ans, et qui sont 

11. • 





1» 



RÉVC Dfe D'ALEHBEftr. 



mortea t quelques ooiiiulfis Tune de ruire'. £n«uile it 
rtiir,.. 

D&s fdit» qui nr «'eiUcndvDt qu'oui PetiiarJWÙMR». I] 
dit : <L Ct\a. e»t pà*6é t>u cth vieudri. Cl pnis ^i Mil IVui di 
LhoïCA clans les antr» pl&n^tcsî » 

p9Ul-éirf ne faut-îl pu alk'V si loin. 

q Darh Ju piler ou cVaDs Saturne, des poTypes batUAiiutl Les 
inAIPK u^ l'é-solviuil i?n mâte^i, le» f^iiidli-H tu femplles» céda est 
plai&ani, .. [Là, il s'esi mis À fsire d€« ^ats de rir^ ii m'dTrsycr.) 
L'homme M? ri^lvnnl f*n iiiir iriGnil^ d'hommeB ai4MD>que.ï, 
qu'on renferme entre des feuJtlea de papier comme des opufs 
d'infteciGs. qui nient leurs coques» qui restent un certaio Uaap» 
en cHry»lifleâ, qu) percent leurs coquea el qui a'écbifpeoi m 
papillons. iin€ société d'homiûcs formée, uite proriDce «ntîère 
peuplée de» débris d'un seul, œla est tout à fail agréabk À ûna- 
giner... [Et puia les écJai£ de nre ont repm.) Si rhomme se 
rô«0Li1 quelque pari en une inftniU' d'hommes anLmalcules, on 
y doit avoii^ moins de répui^ance à mourir; Od y répara m 
fadlomsDt la pert^? d'un hommo, qu'elle y doit causer peu de 

aotoai;. 

Celle eilravagante bupposiiion i»t presque l'hialoin séelhi 
louie.>« Ic5 «".^poces d'animaun .«^ubMAlantit et à venfr, 81 
ne M résout pas en une infinité d'hommca, il se rtoo«it« 
mt^ns, en une infinité d'animalcule* dont il cat iihhmIIpIii 
prt-voir ii^ m^-iamoVpboaee «t rorgacieatîoa Aitureet 
rjui sait si ce n'e^i pas la p^pinièro d'une necoodc géoi 
d'fttres, iHÏpurC^ d« celle-ci par tin intervalle incooi 
de siècles et de développements succoswfeT 

uADE^oisaLtc be L'ESPinasBi. 

Qufi marniottcc-sDus U toui bas. docteurT 

ftOftD£t. 

Rien, rien. Je révais <*e mon 'Mé. Mademoiselle, coaUAU' 
rie lire. 



ft Ja4ltt^ Vo<r X'Nùiûifê naimrtk 4t '. kpmmt. uwft ftiAm ; Str 



RÊVE DE D'ALEMB£aT. 



191 



MAI>lllOt»KLLS DE L E&PIHASSE. 

■ Tout bien coDAtdùr^, p^^urtant, j'aimo miuiii notre foçon 
<ift repftupïcr» BM-il ajouta-.. Phiîos'ïphc, voua cpii aavci « 
qui s« pas^ lA où ailleurs, dite£-moî, la c]mi>lution de dilfè- 
rentefi parties D'y docne-t-elle pas des hommes de dilTOroats 
cmract^resT La cervelle, le c^eur, la poitrioe, ïes pieds, les 
muns, les testicules... Obi comme cela simplifie U morsle!... 
tTii homme ni, une femme prov^^iiutr,,, (Docteur, vous me per- 
neUrexde passer ceci...] Une cbjimlirecljaudujapi-ts^ de peiîie 
cmett, et sur chncun de ces corneU une étiquette : guerrier*, 
Vt>ipslnib, phrliv<(i|ifie«, pofite», cornet de coitriixans, cornet de 
Mina, cornet de rois. » 

B01IDSV. 

■ 

Cela e8t bien gai et bien fou. Voilà ce qui s'appelle rfiver, et 
une TÏMOD qui me ramène k quelques phénomènes assez sÎq- 

HlDCHOlSaLLS DR L^ESPtKASSE, 

EnsnibG il s cal mis k mannotter je ne sais quoi de graines, 
4ï larobeaa\ df*. cSatr mïs^ ea mjir-/TatJon dans do Tcau, de thUé- 
'B&tes races d'anJmbUK âucccssifi^ qu'il voynil nnltrc et passer. 
^ a\ajt imité avec so main droite le tube d'un microscopct et 
*v©r, ^ ça'ichf, (e croîs, roriflce d'un vase, A rORardait dans le 
*^&e par ce (ube, et il disait : n Voltaire on plai«tritcrB laat qu'il 
^^udra, mais l'Anguillard* a raison; j'en crois mes yeux; je lea 
vof«: combien it y en at comme ik vont! comme ils viennent 1 
^otnme ilslT<itillentl... n W- vjue où il itpcrcevaii tant de g^ner^ 
^ona momentanées, il le comparaît i Tuniverc : il voyait dans 
lnf»|çoiitte d'eau l'histoire du mond^. Cette îd^'* lui parniftiùil 
E^^nde; il la irotvsit loiil à fait conforme i la bonne pbJ]os<H 
pbi«qttl étudie les grands corps danKli^ïi prliiJ4.fi disait : n Dan^ 
^ goutte d'eau de Needlmm, uiuf s'eit^nte el se pas^e en un 
clin iTo^îl^ DanA \p- monde, le même phénomène dure on peu 
^KTaBtage: mais qu'est-ce que noire durée en comparaùon de 
iét«niiléd«N Ufmp!tT mojHK que la goutte que j'ai prise avec la 



s, C'^ «iDb qve VolEAln appoliU itr«dhâm qui, ■• A«at I vta tnieravfipê H 

yy pfJ iuwfll que l** BA^ultlutc* qu'il to>AJt naUrf 4tn'* âe U fuLnc 4^l4j^ 
* ^ ftminulian prcvcnàji-nt ^^n <oUd isrin^ r< ovu '!<'* rrnpi'n d'&nfuJlt^^ daat 
1 pMftqut l'abfto^pttlirf «n pMan, Voir Hfutittani rar lu mntai^t. 17* tAtm. 



1» 



RÊ\E DE Ô^ALKUBKHT 



pointo d'une aiguille, m rompiiwoD (k Teapacc ilBailé ^i 
m'environne. Suite incl^iinie d'afiiiodcules dans l'atCHnequ ler- 
mtut%tW^tne suilc indéfinie J'tnimAlcuIfft du» Vuitre atuvne 
^'tm I4>pelld la Terrfi. Qui sait Jee races d'ADÎmaux qui nojs ont 
procédés! qui Kait lu« raa'x d'onliniui qui «DCC«duront %ui 
nûireK? Tout change, loui passe, il n'y a que le lout qui reste. 
Le monde commf ntir H fiiiii siiii« c^sc ; il est i chaque insUM 
i Kl» r.uiiiruem:^-mejjt «ïl à &a fui ; il u'cn a jamiit eu d'auUY, tt 
D'en aura janiaU d'autre. 

B Daiuf c«i iinm«n»e oc^au de mati^ri.-, pas une molécule qin 
i^eflMmble à une molécule, pas une inolcicule qui reioemMe à 
elle-m/fmc un instant : Rrnaa noi^ui mutiliir ordo, voîU &i>d 
jnscri|ilion ii^mdk... i^ Puia il ajoutai en M>upïrant ; ■ 
vooîté de nos pcosôca! h pauvrette de la gloire el de do6 tra- 
vaux! ù mifidre! d peiitess^ de no^ vue^! Il n'y arûn dceolide 
que de boire, inangei', vivre, aimer ei donnir..» Uademois^o 
de l'ËspiuasEe, où £les-\ous7 — Me voilâu h — Alore soa 
'>i\6ti%e s*e4t colore. J'ai voulu lui titer le poulâ, nuia je ne ftal^ 
où il avaii cach^samaîn. Il paraia&ait éprouver une conmisàoii. 
Sa bouche H>taJt t^fitr^ouverii-, vun haleine ^^laii prexKiV: il a 
poufisé uu profond soupir, et puis un soupir plus faible et p1u« 
profatid encurr^; il a refoun;^ Ka tôir mr non oreiller et k'iM 
endoniii- Ja le rriçaniHÎs avec attHtiliiiii, pt j'éiain luute énae 
aaoa savoir pourquoi, le cffiur me ballail. et ce u'éiait pas dc 
peur, Au bout de quelque» inomenLi, j'ai vu un lé^er BBOuiire 
cnw aur a«a livres ; il disait tout bas : u Dans une planète 
lea boaunca u niu1tiplicraj<:nl à la manière dea poiaaooa, oà 
frai d un bommo prefise fiur le (rai d'une fenuiie.,. J'y aurûs 
momï de rcfcrct... Il no faut rien perdre de ce qui peut avoir 
aon uiilît*. Mademoiaeile , û cela pouvait ee recueillir, eut 
«Qfenné dans un flacon et envoj^ de grand matin ^Xeedbam... ^ 
Docteur, et vous n'appelez pas cela de ladf'raiFîonT 



I 
I 



*« 

y 




aoatiau. 
Auprtede TOUS, aaeui^ment. 

liq»rèe de moi, loin de moi, c'efit tout un, ei voua ne aavet 
ce que vouh dite*. J'avais* e^^pere que te re»ie de la nuit aciail 
tranquille. 



RÊVE DE D*\LKMB£RT* 



1» 



CcU priKluit oixliftAÎrcmenl ccl effel. 

pDÎni du tout; sur les deux heures ilu intliii, il vn vnî 
revent) à h goullc dcau. qu'il appelait uo mî..,€ro... 

Don DE V. 

Vn iDkrocasme. 

KA&tMOlftlLLe DE t'iftPlir AHSt* 

Cest son mot. Il tdnniraii !a uf^cii^ r1^ anciens philoA^^ 
pbi^. Il ctîïâit ou fjiiKnlt dire À son pbtloi^opJie, je ne sais lequel 
(l«s deux: ■ Si loraque Ëpictire assurait que U ren-c contt'iuiit 
'es germes <1>^ tout^ vt que IV-spèce animale i^Iail le produit de la 
fKraieniatiin), i] avJiii piH>posé df* moiiiirr uni' imngir l'ii pi^tit 
de ce qui a'éuît f^it en grand Jh rorîf^lne de?* lemp», que tnî 
fturtil-on rcpondii 7... Bt vous l'aiez sous vos yeuA celle image, 
et elle ne voua apprend tien... Qui ^ait si la fennentalion cl ses 
produits 90Q( épuisés 7 Qui »il à quel imunt de la succession 
de «es (t^âi>ralioii.^ aoînialeâ noutt t;n somm^^T (Jui sait ai ce 
bifkedo dcfonro^, qui n'a que quatre pîcds de hauteur, qu'on 
appelle eacore daii& te voiMnoge du pèle uo homme, ei qui ne 
Urderaii pas À perdre ce nom eu se di^l'onnant un peu davan- 
tage, o'eftt pas rii)i«ge d'une c^^ce qui passe? Qui sait s'il 
ii*eti CBi pas ainsi <Je toutes les espèces d'animauxT Qui sait sj 
lotit ne t«nij pas i «e r«<duir« i un grand sMîment inerte et 
immolMlef Qui naii quelle* «i*ra la dun'^ de cette înerlieT Qui 
sait quelle race nouveTle peut résulter derechef d'un amas 
Misai ^rsiid de pniutx !«rnMMr!> et vivaot<«? Pourquoi pa.H un 
s«til animalT Qu'éiuÎL î"t!Ï «''pliant dans son origine? reut-fttre 
I animai cnonnr tel qu'il uous paralU peut-^lre un atome, car 
lousiea deuA sont également possibles; ils ne supposent que If 
mouremcnt et les propriélvs diverses de la nmtière... L'^\&- 
pbant, c«HD inafi«e C'noniie, orf^ani^t^, le produit subit de la feiv 
meniatiim! Pourquoi non? Le rapport de ce grand quadrupède 
à sa matrice première ^si moindre que celui du vermi^eau À la 
BioMcule de farine qui l'a produit; mais le vermisseau n'est 
qu'un \eTniiKKeau,<. C~i*Ki-â-ilire que la petitesse qui vous 
«Urobe ft«n organisation lui ôie «on nieiveilleuv... Le prodige, 
r'r»i la vie. r'wi U seobiMIité^elce prodige ueii est plus uii,>. 



^ 




AÊVE DE D'ALËMBEAT. 



Lonqij<î j'at vu Ta matière inerte pftfiser À l>Ut &enstb1o. rien ne 
doit plus m'otoniicr.,, (.hidk cximparaijMïii tV^iu pout ûombn 
d'éii^niGiïtfl mis en fermeDUtion (fai)B k creui de ma iD&in, €t 
de <:e réservoir imznçiise ^l'Ol^menu divcrt Optn dAU tes 
«Ttirailleâ de la terre, à sji surfû^e, au «eJD des mcffs, cUiw le 
YBgue des lirai,.. Cependanl. puisqUL* Ir» inâmi» rmiiM?» Mib- 
xÎHtKtil, pourquoi les eiïets unl-ils ri-!o**^t PiKin]iiui ua voyous- 
Quua plus le tauri?ftu percer la icirc de sa roTnr, appuyir «c» 
pieds centre 1c aoI, et faire rlTort pour «n déga^r ftuii corp» 
peatmt'T... Laissez passer la race pr^nic des animaux subsb- 
Un\s: Eaisseï agir le gr^ad s^imcnt inerte qoctqucs roilli(MH 
de siècles. Peut-être f&ul-îl, pour renouveler \ts espèce», dix 
fois pTu» de tempî^ qu'il n'en est accorde & leur dur^, Aiica- 
des, ot ne vous hàiei pafi de prononcer aur le Rrand t^a^aiJ de 
nature. VouK nvui deux ^randti phi^uoinène«, le pogs^ge de 
l'état d'inertie k l'état d? sensîbilfté, el les générations spoai»' 
née« ; {|u'il« vouK «iifKoent : tin^zH-n de ju*ite« conséquences, et 
(lanH un oïdie de choâe.4 nù il n*j a ni grand ni peiit, nî du- 
ruble, ni pasMgrr absolue, garanliss«i-¥oua du sopliiiime àt 
)'6pbémère... v Docteur, qu'««t"<:eqi]ec'eMquc le «ophiane de 
r6phémèrt7 

B4RDËC. 

C'esi rjilui d'un ^ire passager qui croii i Tisunortilité des 
ckoiaft, 

■ ADBMOIHBLLE DK L'aaPfNAtRI. 

La ro¥>e de Fontenelle qui disait que de mémoire de rcwe on 
u'avail vu mourir un jardiuiiTF 

Boanau. 
Préeisémeci : cela est l^er «i profond. 

UADEMOISELLS DE L'K»kl-f PIA»«E. 

Pourquoi vos philosophes! ue s'expiimeni-îN pas tvec"h 
gr4c« de celui-df nouslei» eniendrion». 

BOADtU. 

IVanchemcDl, je ne uia hi ce ton frivole convient aus suten 
graTes. 



I 
I 



liMAC&ÉiDnL 



AftVE DE D'ALEMBERT. 



IS5 



lex-votis uu sujet f^rave? 

BOKI>Str- 

Nm U BenftibDttiï f^n^rfile. Information do l'Ctro »ont«nit 
vinitd, rorijpn« dei; arïimaox, leur durée, et toutes \m 

^^^^P UADCUOIfteiHl.B DE t'E3PI»A<9AE. 

Voî, j'appvlle cfU dos folies aiuqudles je [ifmif;tfi de rêver 

qusfid 011 (JoTt, m&iit dont un homuie de bon sen» i]ui veille ne 

A*occupcra jamais. 

ii>nj»EU. 

^H Et pottrq;tioi cola, s'il voua plaItT 

^H IIIDEUOIAELLE DE L'E3?I!r>fi£E, 

^H C01I r|ue les unes sont si claires rjLi'îl est inutile d'en ctit^r*- 
^owr U nbon. d'auue^ si olwicurw qu'oD n'y voit goutte, et 
j^Jpvmde b |)lua parfaite Liuilllît^. 

^P BOFDEr. 

Crojei-vous, mademoîsetle, qu'il soit indifférent de nier ou 
d'adnetlre une IntelU^BDce suprême T 

kHaDEllOiaELLE DE L'ESPinA»8E. 
Non. 
EOADBC. 
Croy«E-TOii« qu'on pul^KC prendre parti sur TiDlellIgence 
suprême, sêm savoir k quoi «'en tenir sur l'eteTnitë d^j la ma- 
lice et SGK propnOlt^.^. in diKiincfion des deu^ «tibsiAnces» la 
ftiira à& rbomone et U production des animaux ? 
1laDEUOI»KLLE DE L'EfiriH A^fiC, 
Non. 
BOni>BC* 
0?( quesiious ne sont doue 'pas au^si oiseuses que voua les 
«lîfiîeE. 

\ HADEMOlFÏELLE DE l/EUPirlASEE. 

f Mais que me fait à moi leur tmporl&nce, bÎ Je oe saurais les 

édairârf 
^H aonocup 

^^P Et conunent le saurez-voiis. s| vous 119 le« exauiiiiet pointT 

1 MaÂH potimuK^JK vonx t)f'mandt?r rpTIes que vous trouvai m 

I cbirea qii« Texaraen vou& eu parafL KuperOuT 




13^ 



KÊVE DE D'ALKHBEiT. 



O-Ue» fie mon unil^, de mon oioî, piireicin|tk. Pardi, il m^ 
»f!mlik qu'il ne fsui pu unt veiiiiager pour uvoir <pie )e anb 
moi, <iuc j'ai loujour» éi* moi, ei fpie je oe «ni junuK nor 
autre. 

Sans daute le ftjt esc ct&ir. mais U raisoa du faii ne Ken 
auciizicir«nt, Hurtouidana l'hypoLbé^e d€ cçiu qui n'admcitonl 
qu'une subsuace et qui expllqu«vJi U formaiioii Ae L'homme ou 
de l'animnl un géiiéroT par rHppoi^ition successive de plusieurs 
iJioIécul&A sen&ibles. Cliaqu^ molix^ule seii^ibTe »Mi\i son mn 
avant Tnpplicaiion: nuis cummmit Va-'t-^'lli- |ifrdu, elciininwnl 
diî Lmte9C«4 perteaeae&t-it résulta La conscience d'un loutT 

MlDEHOIÏELLi: Dt l'ëSFI!! A?»E< 

11 me semble que le coniact seul suflti. Voici une eipérîenc^ 
que j'ai faite ceni fois... niai<4 aiii>nd'r£... IL faut que j'aille voir 
VI} qui ne païue entrv <^f:^ riJeaui,.. il dorL.. Ijonquv je poM 
ma main sxir ma cuivre, je sena bti^n d'abûit! qut* ma main n'est 
|)a!s ma rufs^c, inni^ qiidqiic li*nip.« api^.s. Ionique la c.faaLeur 
vM ^ale fJajiH L'une ti raiitre. j« ne* Its distingua pLtiS; Iv» 
Limites des deux parties se confondent H oVd fout pltiH 
qu'une. 

Oui.juaqu'ft ce qu'on voua pique l'unç ou L'autre: alora ta 
diKtinciion renaît. M y a clone eu vouh quelque diOHe qui n'ignore 
pa^ ai c'est votre main ou votre cuisae qu'on a piquée, et ce 
qut^iquc cho*p-Là, ce n'e*t pa* votre pic<l, ce n'est pas m^me 
voire main piquCe ; c'eat elLô qui soufl're. mois c'eai autre cbo^e 
qtii l« sait et qui ne aouiïrt pas, 

UADEMOItELLE DE t'EfîFlKA tftK. 

Haie je crois que c'est ma i£tc. 

ioai>si\ 

Toute votre téieï 

3lADtltO|ftrLI.E DE t/r.»riXA»SE. 

Non, lenet. doci«ur, je vais m'etplîquer par une compai^- 
aon, les comparaisorç sont presque toute La raison des femmes 
ddes poètes, tmasinez une iraigitée... 



I 




R£VR DC D'ALEMBCaT. 



I» 



D Ar.£UBEItT. 

Qui MlK« qui 4^1 1^7... l-jii-c« ^ous, niudeiiioiudlc dv TCft* 
pinasseî 

I^L^t |>Alt,.. {MjtdoiavlaBUt iv l'BftiibtUBtf «I 1* ducUiu «udani 1« »lla«c« 

l« crotï rendormi. 

HtKït il me Kcmblc qnr jVnfcndA qiieïqiie ctiose. 
Tons ftvpx nÛ4on; r«r^v qu'il reprendrait koii r^vcT 

Bl>|LJtEV. 

Ëcoulons- 

D'ALtMPEtT. 

Pourquoi sui»-je <el? c eat qu'il • fdlu que je fuvbe U7I... 
Ici, oui, mais nilkurs? «i p^JcT mais sous la li^iii'T mais daiK 
Saiuni<-T,.. ^i une diàlADCf de quelque» mille lietie» cbanE^ mon 
«9|ièc«, que ne fera point l'iotervalk do quelques miltiors df 
diamèir» lerrMCreKr.-. El Ki tmi< e!<t 1111 llui ^'*Ti^ral, i-ornme Ir 
ii|)«ctftcle de runiren me le montre p»noui^ que De produironi 
poiai id M «tlleiin la tlurtn; et les vicis^itudee de qudqu(^ 
nlUioi» de sièflefiT <jui sait ce qu'est Terre penï'ant el «enuint 
en Satumef... Hais y a-i4l m Snturiip du M.nlimeni el de la 
pcooéeT... pourquoi uoof.., L'èlre -seoUot n pensAiti eu S]i[untr 
«iirailHl pluTi de Mrns que je n'en siT... Si ceU eM, ah! qu'il 
c*i malbeuiiEUx le Satunueii!... Plits (le ftenn, pluade t>eàoins. 

tORIlEr. 

Il a rai^ioii ; le* organcra produi-Heiil Ifî^ be-^kOiu*» ei nxipitf- 
qiKOiettC lea besoins produbien: les organes', 

»;(Dr^l>lHlCll t DE L'ESPl>A<iaa. 

Docteur, ilélirej:-*vouH uiisaî? 

aiinnriJ. 
Pourquoi noDÎ J'ai vu deux moignoim devenir k La longue 
deux bras. 



I, Uaanfc n^ point dit «ntnrlwKdiOA u Phijotnr''i' lOPJoffiqVfiEIBOfl}. fljfflm, 
à ^ da préWPil ^'11 a «niirTuDi^ coUf idiSr. i»'vo «ibîi P^*^ qu^nddrmrnfni à 
h aa d« u *if. O «ont <)« Maillet. lIoMnii ■*( lUUnTct Lu ir^hUblfA inrtmtAun. 

matèh d'*âcpif* relui U. 



I3B 



R£V£ de D-ALEUBEftT. 



Voua tncnlct- 

Il est vrai ; mais au défaut de deux bra» (|fii manquai^hr 
j'a> vj deui omoplalc» N'allonger, m mouvoir co ptncc. tt deve- 
nir dcui moignons. 

Quelle folJef 

BOftDBV» 

C'est un fait. Suppos^'s une longue suite de géDéndona 
manchote, Kupposcf des elTorls conTîntis. H vous i^err^z 1«s 
deiJxo6t^decvttç|iirïmie£'t-li'nilr4^, H\i|i>ii*lni de plu^eii plu*, 
>e croiser sur le don, revenir par devant, penl-^tre s« digîter 
à Teunt riLLrr'Tnilf'^, K rTfairr dr» hrns, ri d<w nuunn, l^a ronfor-* 
maiiao ori^int^lle s'altère ou m; jK-rfM.Uunne par la ntofiaité et 
lC9 foDCliona habituelles. Nmjs marchons sî peu, nous traTaîl- 
lona al peu et nous perinori» lant, quft je ne d^oeapèrt pu qoe 
rhonunc ne finisse par n'ôtrc qu'une t^ie'. 

MansMoisaLLE dk L'xftrivagSE. 

Uneiôtel une I4tel c'e^t bien peu de chose; î'eepèmque U 
gilanteric elTréni^G.*. Vous iii« faites venir de« idite bien nd^ 
cnlfA. 

BOBD£C. 
D'ALKMBBar. 

Je suiâ donc le), parce qu'il a fallu que je fuaae teL Changfia 
le toiilt VOUE me cbangoi Décessairemcnt^ mai« le tout cJuDgQ 
Mua CMM... L'homme n'eat qu'un elTt-t commun, le noostre 
qu'un effet rare^ tous les deux <^gaii*mcrii naturels, «galenuot 
PteetEfiairejL, i.^^ement dan» Tordre unher^el eig^ïDéraJ.» Et 
qucât'^e qu'il y a d>tonrïani à cetaT.., Toua lesétresdltuleiK 
)ea OQS dans les autro*, par cona^quenl loutest IcA cspècw... 
loute»! i!ii un f\ii\ perpt^iueL.. Tout anîm^T P*t plus ou moins 
homme; tout mïni^ral est plus ou nioinK pl-uitir; initie plaoïe est 

1, H k pnlAMTur Brac*. ^'tprH 4m crins ptrtdon. H. Pffdurt, dtfrti 




I 




RËVC 11E D'ALEUBCRT. 

pluH nu nioins Anïmii). Il n'y « rien t\f. |inV.ÎH ini nnf.rirp,.. tç 
nitMU^ du pfrrc CasicL.- Oui. père Castd. c'est voire ralmn ei 
ce a'c»t que cela. Toute ctioMï e^l plus on moîn» une choec 
qttCkooqiic, plUB ou moins ten^, plus ou moiiu eau, [1I11& ou 
hmmbs «>« plus ou cKiiiia feu, plui» ou moins d'uD règne ou 
d*uii4utrt..- donc rien a'e«idercsscnced'un èlre particulier.. 
Nao. 8iBS doulc, puisqu'il n'y a aucune qualité dont aucud £trc 
ne 9oit partiel pont... et quo c'est le rapport pluA ou moiiHi 
p^nd de cette qualité qui rous Ja faii Attribuer À un âtre a\clu- 
nvcmeot t un autre.,. Bt voue parlez d'individut^, pativrcs phî- 
tnoplMGl laJs&ei là vos individus: répondez-moi. Y a-t-il un 
aUMDO tu nature rigoureusement ^embtabk à un autre afome T.. , 
KoQ,.. 'Se convenei-vous pas que tout lisût en nature et qu'il 
tsi împuKKibIc qu*it y ait nn vid*; û&nv \a chaîne? Que voulez* 
TOUS donc dir« avec \m individus? Il n'y en a point, non, il n'y 
«Il a point... Il n'y a qu'un »;eul grand individu, e*est le foui. 
Dana ce tout, comme dan& une madiine, dana un niiimal quel- 
conque, il y a une p&ilii? que vou^ appelTeres telle ou telle; 
Dwijt quand vouk d{>nnerei le nom d'tndividu k crttc partie du 
loat, t'est par un concept toissI faux que ai, dan>^ un oiseau, 
fOOS doani^c le nom d individu à Taile, k une plume de l'aile... 
Ri voun putn d'e^ii^cnaw» pauvriA philonophr^! laissai là voa 
caMocea. Voye^ la nia^^e générale, ou si. pour Tembrafiser, 
TOtis avei Ihmaginaiion trop rtrottc, voye« votre prcmi^ orî- 
(JDe et votre fm dernière... .IrchitasI vou» qui aver mesuré 
le globe, qa'fi(e5-vous? un peu de cendre,.. Qu'est-ce qu'un 
émT... La KiDinie d'un ceriam nombre de tendances. .. Ë&t-ce 
que je puiB (Ire auu*e chose qu'une lendanceT... non, je vaia à 
tui terme... Et le» <<9p^ces?... Lc5 ej^pèce» ne sont que des ten- 
danoâs i un terme commun qui leur est propre^.. I^t la vteT.,. 
La vie, une tuile d'actinoR et de réactfoos... \jvaut. J'agis et 
je féè^ en masse,., mort, J'agis et Je réagis en moléculea... 
le De meura donc point?... Non, sans doute, Je ne meurs point 



1. X««i •vont dâ^k nntontH \* p^m CxttM diftt la Lwlttf wr i** aourdà el 

d'^TODalti; 0Ui* cojnine c«t liiKramcjjc no fui juutia H^li*^» IHiIttrrK 
hd Ambc Ici la rorrci^ rtiHI rrriU tuL rontpnir }•* mk^n. i-t tiii'ii irtllqui? Cam V^- 

nkAL K^far —ecaiikm |wi quvt de tan hrmo ut uiululDGauiil vu • il u'j & tjnâ 
Et frteii 9 dont pu-k D'AlemlHrt. 



IW 



RÈVt DE D'ALCM6£lET. 



«0 te sens, uî moi, xû quoi que ce «ottw. fifejtrct vutg et passer, 
c'e»! cbangor de fonms».. Kt qu'importe une ronne en ijim 
autr^T Chaque fomie a le bonbcur et le oulbeur qui lui mt 
pfopre* l>epiiû> l'vl^ant jusqu'au puceron... depui» le puceron 
Jusqv'i b DK^^cule sensible et viraate. l'origine 4s toui, pM-% 
un poim fbiiK U oaUire uniiira qui ne ïouffre ou qui ne Jouiàae, 
UAPtuoiïtLi.E »c L'EarinAstia. 

Il ne dii plus rien. 

iiaiti>i:L- 
FioR; 1) ji fui une ss^^i belle «^icursïon. Voilà de U phJlo- 
>0|ihîr \nrn haiilir: s>jr«li^inaiîque dftiis or momi^il, j«^ rmîx qur 
lEuA les cnnnju&sauce» dis riiofnme feni«ii dm progH>», plus elle 
«rnliera. 

£1 nou«, où en étiondoouB7 

BOMDEL'. 

Ha Toi, je ne m'en ïouvÎ^iih plus; il m'a rappelle Uni 
phâiom^QCa. lajidÏA que je l'^coulài»! 

Aiieijil«£, ditctiiiln,... }'en f^uis k mon araignée. 

lOaDED. 

Oui, oui. 

HlE»E>l4itSELLC ne L*£SFIR.%tSE> 

Doueur. approcbez'vuu^. luiagînei uiu* ani^ui*e au cnitrt 
dit Mi loili-, Ébr^nlei un lil, ei vou^rerrei ranimai alerie aceou- 
rii. Rli Ifieu! si les TiU qnr rîuNi^'lA lin* île »«-% iiilt>MinK. h y 
rap^H^JIr rpuiicl il lui plnli, fjii.sAicnt partie bCit^îLle de lui- 
DiénieT... 

B<>ai>Ei. 

Je vous enien<l«. Vouk imaginer vu \oufi, quelque pari, don» 
nn rwoiu de votre léie, celui, par exemple, qu'on ^>pelle les 
méuingeft, un o<i pluvieuru polutï ou s« rapponeni toutes ka 
BsnaaiionM eidl^«H mjt la loiigui^tir ih'K liU. 

U,IOEI|&UELLK nE LEitriTCABSE* 

O'esti cela. 

■4ianEi\ 

Votre idée e»t on ii4^ saut^ati plua juaie ; naÏA ne voyez-vooi 
pan que c'cat à peu pt^ la même qu'une cefiaine gnppe 
d'abeillUK? 



ft£VE DE D'ALEUBERT, 



Ut 



Alil cela dit Trai; j'ii bit Ue la proee t^ans m'en douter. 

El de la très-bonne pn^ge, comme vous allex voir. Celui qui 
M coBBâll Tliommc que rtott» In fiïrmc qn^i] nou« pi^ttenle eu 
laisuDf, USA a pa6 U moindre i<i^, Ka lèie, kcs pieds, ses 
iDtios, loua ses membre, tou« ses ^iscéroe. tous ^a orçuiCH, 
COQ ii«f, te» yeitx, «ai ordllee, son cfcur, ^» poumoim, see 
iotMiiH, 068 mtncles. «w os, ms nerfs, «es membranes, ne 
tout, k proprerniMit parler, que les dévdoppcmoim groMtors 
ititn roseau qui se fonne, sacrroli. 9>iend, jette une^multiiude 
4e IQa impercepiiblec. 

XADeilOlatLLt DE L'ei»PiyA»»E< 

VoîlÀ na loîle; et le poini urigfiiftire de louc <m fils c>Bt 
noa araipiée. 

Incinntii. 
A merteillc. 
UADEUOltitLIC nE L*EftriV>ftAB, 
Où 80D1 le« fda? où est plac^ l'araigndûî 
LGâ&IsMntpai-toiit; il n'yapaïiunpomt&laftUTfjuxïdcvoire 
c«rp9 auquel ils D'aboudsdcnt : ec Tara^oa edi mehée dtms 
Urïp partie éc votre t^tc que je voua ai nommt^, k« m^-niiigea, 
^ UqucUif 00 De sttunit presque toi:cher eans frapper de toqR^ur 
toute la oiachiiie, 

Xti» si un itome fait ascillûr un de» fîLs de ta toile de 

l*araigt>éc« alor? elle prend l'alarme, elle fi'inqtiiètc, elle fuit 

Ou elle accourt. Au c«htre elk &*i inMruîte de tout ce qui »c 

passe eo quelque endroit qiie ce aoit de l' appartement iinmeosû 

qu'elle a tapîsH.^ l'onnjuoi c«i-<:t> qtie je ne sais pjN ce qui M 

passe danft le mleo, du le monde, puisque je «uis un peloton 

ilr pointa &«naîbl<w, <\tir mtit prestu; Kur moi ei que je pre»Mi 

^^ sur KHJiT 
^^ 

^^ fTeal que le» impres^Mon» s'dlàiblî«»ent en raïnon de la dift- 
taoced'od elli» partent. 




lu 



nÈVE DE D'ALRMBRRT. 



^i Ton Trappe du (xiup le plus lé^ 1 reitréraité 
(ongUL* ]wum', j'rnii.-iii]H n^ r<ig|i, xi j'ai mon oreille piMrée 
TAUtre eilrémité, CelUr poulie loudi«raii d'un bout mr U inre 
et de TuuErc bout itniw Siriu», <|uc l^ m^me effet «erail pffxidiiii, 
Poun|uui tout ^C&iit lié, coiiUifu. <:'eat^*dirâ la poulrr i-xûdanir 
ei hrelle, aVntcad»-jc pas ce qui se p^sw duis TespAce ùiuueDHe 
qui m*«nvironiiï*, surtûut ai j'jr prfiti* roreilIcT 

Et qui est-ce tpii vouit n dil que vou9 ne rmlendin pts 
pluH uu lUûifisf HAi& il y a si loin, rioipfeaHttm e^iAÎ ful>lr, w 
croisée »ur ta route; voua éiea «otour^ et assourdie de brntla 
si vioLenU et sî diverse c'est qu'enire Saiijrn« t*l vOQH û n'y m 
que à*^ corpa coiiligu», au lieu qa'il y faudrut de U c<iodn«ilé. 

HADtMOISILLB 1»E L'ttnXj^Stt. 

C'est bien dommAge. 

•OmBEC. 

U «BlvrAÎ, car vous aorief Dieu. Pat voire ïdeniïlé nrcc tcm 
loi èHea de la nuturc, vou# «aurica toul oe qui ae fait t par Totre 
mteioirei toua aauHei tout ce qui a> wt fait. 

IIAOEHOISELII DE l.'lftPl!r4»SI. 

Et Mquîs'y feraT 

aOHDKU. 

Vous formerîei sur ravâoîr des conjeciurai TraiA«aib1abl«c 
uiaifl su)fîtlF« à erreur. C'e»l pr^e^meat comme si voua cbcr- 
chiei à deviner ce qui va ^ puoer au iledaaa de vous, i l'exirt- 
tnltd de voire pied ou de votre main, 

ii4t»tiiiu:iti.La ttr, L'E»nr<&sRa. 
Bt qui est-ce i\Mt ^'ouâ a dil que ce n^onde .n'Avait poa «iiMt 
«oa iDÉihiis», ou qu'il De rceitie pu* dan» quelque nto\n de 
l'vspaco u&e iJ^roBftc ou peiiie araignOâ dont ies fils a'êtendciit 

■OHDBU- 

Fenonne, rooîtvt enc-ûrr ni elle n'a pan «^e^ ou n die ne 

mDBUOtSELLE DE L BSPtîtASSB. 

GoDOMiit celle espèce de Ueu-iJu.. 

Boaaei;» 
Laaeulc qui ae coDcoivc... 



RÊV£ DE D'ALEMBKKT. 



14» 



Pourrsit i\wrvié, eu venir ot paj;sorT 

Smûh doute i m&is putaqu'il serait matière dans riiniver», 
.portion it fujiivers, sujet À vîcisaîludea, il vidlltrntt, il mour- 

KfclIKHiMSELr-E DE l/ KWl'l niAÏ(«i:. 

HHtH viiicl bien une autre axiravagance i|ui mt^ vient. 

HOBPEtJ. 

J^ TOUft dispense de la dire. Je la sais. 

ll4D£lt01ftftLLE Da L'iSriSlAaAB. 

Voyoïu, quelle C8i-elleT 

nu H net. 

Voua voyvïz rintpl1i^ni:i- niiie à. ilf*M portions de matière trè^ 
«iicr^i]w«, et I» posUbîlité de loutc^ sortes de prodiges imagi- 
nalilm. D'aulrea Tout pensé comme voua. 

HàUEMOISELLC 1»< L'ËSPtNAASt, 

Vous m'avo (Jiîvinée, et je ne voua ^n Çj^iîme pas davantage. 
Il fautquo voua a;^ez un merveilleu.^ penchant k la folie. 

aiia \iitv. 

n'a«ord. Mais que cette idt^p a-t-olk d'elTrayanlî Ce acrail 
une i^idëmîe de bons cl de mauvais g<éniefi; \e» lois le» plus 
coitôtantcïï de la ualare seraient interrompues par des agcnu 
naturels; ootre physiijuc g<D6raIc en dcviondrati plus diUïcile. 
viAVî II n*y anrait point do miracles. 

KlkT>EMOl0aLLS DE t'ESel^\SS£. 

Rn vérité, il fnul are bien circonspect sur ce qu'on avure 
et sur c« qu'on nie. 

Allei, ri^Uii r|iji vnus raconieraii un filit^tiniuAite der«genr^ 
aurait Talr d'un grand menteur. Mai» laiiisunïi !à inus ces ètrvA 
imaginaires, uns eu excepter votre arai^^nre à réseaux înCtnis: 
r«vcno[K^ au vâirc et A sn formation. 

HADEWOiaBLLI! 1)1 I,' ESflfir 4 Sfil. 

ïj consens. 

v'ALCHfBar. 

Mademoiselle, vous Wes avec quelqu'un : qui cat<c ^i 

cauM \k avec vou&T 



1 




1 



C'est Je docl«ur. 

Bonjour, ikocieiir : qu« faite?^vûm ici si maiÏjiT 

Vous \e «aura : donnci. 

B' 4 LE U A EUT. 

Mb foi. j'^n ai besoin. Je nie croà pu avoir pMss/è une auire 
iiLît auui agitée que celle-ci, Voti« ne vous en irea pas que Je De 
levr- 

Nou. J« gng€, miLcIf nioi«**lle, «pir vous av«i mi qu'ayant été 
k r%c fl^ ilouie aits iin«* fen^me ta moitié plua peiile, à Tâgr Hr 
qfuatre ans encore une femme ta moitié plu^i pclile, fcctoa une _ 
petite feoune. dan» les iMticulei' de votre mère une fetame tvH^ m 
petite, vous avn pci^ que vdu5 avicT toujours été une femme 
aous la iofmt que ^ouh «vet, en sorte que )e» muIk a<^ro<s«e- 
ineutB sncceesiis que vou^ avot prie ont £ut toute la dilli!r«nce 
<le vous à voif e origine, et de voitf telle que vo«< voiti. 

V,«|lB110]SC|.tt Dt L'K«riXAaSB. 

J'aji convient*. 

Boiitet;. ' 

Rien ciqH'tidant n'cstt plus &uii que celte îd^* D'abord voua 

n 4<iie£ rien. Vous fùt^. eti oofMMOçtntt un point imperceptible. 

forint <]e molt^ulCH p1u« peittebfn, ^rc» dans le saog, la lyoïpbe 

de voire père ou de \'(*iTf m&i'^; ce po4Dt devint un fli déti^, 

pui« un TâiKoi^au d? fiK Ju^que-lâ, pav le moindn- ^««tigirde 

celle forme agrvable que vou« >t^ ? V08 yeux, ces boaui yeui, 

nen.-TCM-mbiaKnmnnpJLi^ k dtfs yeux que l>Tir^ii*'- d'niipgnfle 

d'mii^jMuik' ue resâeniblc* k tiiie an^muiii-. Cbatun ilr?> briuH du 

faisceou de fils 9e tranafortnA, par La iieule nutrition cl par m 

ccafoniMUon, en un organe penïculHrr : absinictioo faite des 

orfancfl dana lesquels left brins du faisceau se métanofpboseou 

rt autquels ils donnent naisMncc. Le fai&ccau at un sysitae 

purcm<*nt seosible ; s*il per^suût aou» cette rorroc, il serait sxis- 

cepubte de toutes le» impreaMona rdaiivca k la vcnubililé pui«t 

canine le froid, k chaude le dou^. le rttde. Ces icnprenflioni 

1. IMmmmirm, 



Qce 

H 



neVB DE D*UeMf)ERT. U5 

ttnccrs»i\tt^. vgni^ entn? e11e$, pt vnn^ chacune dans leur 
înU^iKJtif, y pi'oduiraieiil pKui-i^irv la iiwtitriirtî, U r-onmiencc 
du soi, une raison irès-bomée. Mais cfUg sensibilité pure et 
MRiptt-, ce ïONclier, Ht tlivenufiQ par les orgAncn émanés di" 
chacun des brîna ; un brin form&ni une oreille, donne naisAanos 
à ui>c espèce de loucher que t»t>ua appelons bruit ou «on : un 
autre Tonnant k pakïa, donne naUsancc k une 3<*cOD<le espèce 
de toiKbcr ^<.- tiOu^ appelons saveur, un troisième formant le 
nea ei le tapissant, donne aais&anco k une troisième tapèce de 
loucher que nous appelons odeur; un quairièmc formant lui 
ceîl, donne naissance À une quatrième espèce d& tcuchcr que 
nous appelons couleur. 

Maie, si ïe vous ai bien compris, ceux qui nient la possi* 
bilité d'un alxifeiBe «en», un véritable hermapbrodite, sont des 
etevdis. (jui cât-ce qui leur a dit qu^ nature ne pourrait former 
UD Ckûceau &\-ec un bnn singulier qui donnerait nai&sanco i un 
organe qui dous est inconnuT 

■Oltl>Ei'. 

Ou avec les deux brins qui caractérisent les deux seieiT 
Vous aval raison; il y a plaisir h causur avec vous: vous ne 
fiâÎHBfei pas teulement ce qu'on votiti dli, vous en tirei encore 
des coTU&|ueni!e« d'une Ju&leAse qui mXonne. 

tlAOEXtUfElLK Dg L's«nXA«tB. 

Docteur, vous m'encourage£. 

EimiiKn. 
Non, ma foî, je vous dj^ ce que je pense. 

jiAnahioiSELLE dk l'kspinasss. 
Je vois bien l'oniploi de quelques-uns des brius du faisceau i 
mais les autres, que de^iirnneiil'-ÉlHT 

losneu. 
El nuu-t croyez qu'une autre que vou» aurait soDgé À cetti* 
qocstûmï 

1lADEtfOl«ELL& ttE L'E«ri»A«lf. 

Certstpemenf. 

BOIDED. 

Vous n'Ctc» pas vainc Le reste dee brinn va former autant 
«l'wiree espèces de loucnor, qu'il y a de diversité entre lee 
^■pAt» et les parliez du corps< 

a te 



M 



Bf.VE DK n'ALF.MBRHT, 



VADKMUl«tLLt I>£ L t«I>IKASH£, 

Kl comiaent le» appcll«^tHMi7 Je n'en ai jcm4b cnlcuda 
parler. 

■ QftOftC. 

Et pourquoi? 

SOIDSU. 

C'Cfttiiu'il D'y ft pLt iutft|it de cJilT^<rcnc« «mtre les sensatioiiH 
excitées par leur moyen qu'it y, en a enir« les senibUionB ciciIh?* 
parle moyen dr-ttuiiin^ orgjin<>ii. 

Trèfi-irërieusffmeni lous peûs«i que le pied, la nain, 
CttîiM^, U-M-nlri-, !'i-?tioitur, Upmiritir, kpoiimon, l«s cour CÛi' 
leurs 3>enAaùons par(kulière«T 

ooaDiu» 
Je te pense. Sî j osais, je vous deni«;idmbi ni parmi ers arn* 
Mliona qu'on ne nomme pas... 

Je vous entends» Non. Cclïc-Ià cai loule seule de »oji i-fti^èce. 
Ot c'Ci»( (Jommoge. Mais quelle raii^on avcz-^-ou» de celle mufci- 
plieilé de M>uftaiion^ plus douloureu»ea qu'agrvoblcs dont il 
vous plaJi de nous (çraUrjer? 

KltlDEU. 

1^ raisonîe'est f|ue noua le.>i diacemoit^ t^fi ^ndc pariie. 
Si relie infinie dhefsilé de toucher n'eiÎMoil pas, un saunii 
qu'on éprouve du plaisir ou dv la (iouleur, itaîs on ticfuiuraifoil 
les rapporter II fsudjsît le secours de la vue. Ce ne serait plus 
une alTairc de ><^--saUoii, ce «erbit une alTaire d'exprriencc ci 
d'observ&lioD. 

H«»RMnt14EIJ,II Dï i/K«rixAa«E. 

Quand Je diravH que j'ai mal au doigt, si Ton me demaiidvt 
pourquoi j^xsure que cV«i au doigt e^jv j'ai raal, îl faiidrail 
que je râpondissM^ non pas rjue je le sens, main ([uv je *vn% r^u 
mal et que Je \o\^ que mon doigt es.! malade 

nOBDEU, 

Ccstcala. \eiicz que je tous cifibri^ac. 



h£v£ de D'ALEHB^BT, 



147 



UiOBMOUfiLLB DI L'iirifflS». 

Tria-voloDtitrs. 

d'aieubeit. 

Doclcur, voue embrasseï mademoiselle « c*est fort bien Tut k 
vou. 

Ty tj beaucoup réHécbi, et il m'a semblé que U dir«ciioiiet 
ie lieu d« la «iH:oti)Me tw «uflfiraioni pas pour déierminer le Juge- 
ment ai flubii île l'origioe du fftUwau. 

liAT>EHat5BtLE DE L'BBFIBlAftSB. 

Je d'cd sais rien. 

BORDEU. 

l^otra doute me pl&tl. [ï est Bi commun de prendra des fO^ 
UMa niluretles pour des lubiludc» uc<|uises et presque suBBi 
vieilles que nous. 

UtDEUOISELLC DE t'KÏPtRASBE. 

Si rMproqu(Miii-»t. 

OOftDEU. 

Queî qu'il en fioil» vous veycz que dans une question où il 
*'*^i delafonnatioD première de ruiïmal, c"fi»l**y prendre trop 
***"d que d'aïuicher son rvgard cl *cs rênç'M[>n!* sur l'animal 
'^f^ftné: qu'il but remonter iL se« premierB rudimena, et qu'il eel 
^ pB'Opoa de vous d^pouîHer de votre organisation actuelle* et 
*^*' rnîïftDir À un inntniit où vous n'cïicx qu'une ïLjbï^uuicc molle, 
^^^tneuteuse. infonne, ^'enniculaire, plua andogue au bulbe et 
^ 1% raœic d'une plante qu'à un animal. 

Si c'était l'usage d'aller toute nue dans les rues, je oeBerBiB 
^^ la première ni la dernière k m'y confornier Ainsi faites de 
^^i ïoui ce qu'il vous plaira, pourvu que j(> in inKiniia*-. Vous 
'^'avei dit qu^ chaque brin au faisceau formai un organe par-* 
'**ulicr ; <*l quelle pr<ïuw que cela **t «in^ii T 

Bon&BU. 
Faîtes par la pensive ce que nature fait quelqueToia; mutiles 
^ fajttrcau d'un dr se:* brin:* ; pjir exempte, du brio qui fonucrt 
'** veux; que cm j a- voua qu'il en arrive î 

ki&i»]cvoiwiCJKB hb l'EfiPinatsi. 
Que l'aiiimBl n'aura point d'yeux peut-être. 



^ 



tu 



nf.VF. DE OULEMBERT. 



Bon DEL', 

Ou a'enâura qu'un plicri bu milieu du froiti. 
Ud CTclo|>e. 

HfcBlMOlCIlLB |»1 i's<riKAS«E. 

t« Cydope purriii Jonc Lîeii ne paa «tr« un éire fAbuleux. 
Si |Jtu, que je vous en ferai voir un quand tou^ voudns '. 

KADeHOlUELU OU t'e5Pl5A9ât, 

St qui UJl U c»u»e de wtie diversité? 

lOIDEl\ 

Celui qui s dissèque ce monstre et qui ne lui & trouvé qu'un 
fileC optique. Futeft par U pcon^e ce que nature fait quelquefoia. 
Supprimez un autre brin du faîteau, Je brin qui doti former le 
nez, i'uiiiDtl sera «aiiK art. Supprima k brin qui doit {t>rmitr 
Toreille, l'animal «em fttuti nnrilhrft, nu nVn aura qu'une, et 
ranautmUte ne trouvera dans la dîaseciioR ni lut fihfx oir«c1in;, 
ni les filets auditif», ou av- trmiviTra qu'un t\e c^iu-ci. Continua 
la supprev^oit lin bnus, et ranûiud wera xuiit iék\ sans pied«, 
sans maim : Ka itur^ sera courte, mais il aura véi-M. 

KAnnxolKKLLi f>R L'iSPlKaSSE. 

8ti] ya des exemples de cela T 

B4ïtDtU. 

jUaurémfnL Ce n'est pas louL Doublet quelqucanuiu de* 
brios du faisceau, et t'ariiun] aunt dent tétps. quatre yeui 
quatre oreilleSt trois i«rvljculeii, troia pietU, qualrr bras, sîi 
doî^ à cbsque inaia. Dérangei les brios du fusu^-sti, ri \a 
Qi^aiu» aeroat déplace : Ja Ifte occupera le milieu de U poi* 
trine, les poumons seront À gauche, le c«ur i droite. Collet 
ensemble deux brins, et les orfanes de confondront; les brss 
?)*at tac lieront au corps; les cuisses, los jambes et iea pieds le 
nuiniroDl, et voua aun» tooM les BOrttt de nooMres infifi- 
uaMe*. 



• 



naroé* ponr ft iTtlope. qui éuU mu Ûîk, m Mtrtmrw 4â fHvf. 
%im.n Malt oAlilïMEalirvaijnUdtf insul«|ivK'*-eia«i«^ 



RÊVE DE D*ALEUDËnT, lit 

Mus il me semble; ^u^une inurhini' nuKsi mmp'H^ qu'un 
AiiiniA). une macliinn i]ui iiali d'nii poinl. d'un fluide aglt^, 
peut-être de dcui fluides broûi1lr?t au hn?uir<], rni ou ne ïaîi 
guèrt«lof> ce (pi'on fait; UDcmachioe qui a' avance &<ui perfec- 
UoQ par une infînitc de développements 4ccc«9sîfs ; ttne mAchine 
doDi U ronriQtiou rL^liërc ou irri^uli^re di^^pend d'un pa^^uet 
clelib miiice^H, dcli/-^^ ei(lcMl>lc»< d'une câpice dVcbeveau où le 
moindre brin ne peut être cassé, rompu, dfpj&c^. mwiquaal, 
«MIS coDscquc-iiee &bcu5c poiir le tout » devrait ae nouer, a'em- 
btmâser encore plu^ aouvoiit dniii» le Jicu de £ft formation que 
Diee &oJe« EUr ma lournette. 

nf>iii}tr. 

Au» CD MMit&e-i-elle beaucoup plus qu'oa nr penve. On 
iM* dtnèquc pa5 vp^^^, et le^ idées sur sa fonnalion sont bien 
êklgirfes de la mérité. 



^ 



UlDEUOIfELtl ni l/ESPI?fASfle. 



n 



r 



A>l<ou fies eiernplèi rt^nwrqiubkH dt* ces diltomnit^ origi* 
nelles. autres que les bos&us e( les boiteux, dont on pournii 
lirîbiKr r^lai niflli^'HciO à quelque vice ht^r«kiitair« t 

ROnDKC. 

1} y en a sans nombre, et lout nou\clleraGot vient de mourir à 
la Chante de Parie, à Tftge de vingt<inq ans, des eujiob d'une 
fluxion de poitrine, un charpentier ni a Troyns, appelé Jean- 
BopUitle Mace % qut avail la» viscères inierieure de U poitrine 
et de rabdomcn diuis une situation rf?nvenée, le caur 1 droite 
prédsémeiit eommi* vouk i'ovfiz 1 f^auche : le foie H gauche : l'eft- 
tonac, la rate, le piiacn^as k l'bypocondrp droit; la veine-porte 
au Tote du c6t^ gauche ce qu'elle est au foie du e6i6 droit: 
■Imt iruri^ponStioii au long; canal des inteslios; les reins, 
■JQgpfti. lun à I autre sur les vm^brei; di-K lombei», imitaient U 
fi^T«' d'uu Ter i cheval. Et qu'i>n virniie après cela noua parler 
rl^cause^fiDaleih! 

VAntVOi&fiLLC DE LBSriKASftl. 

Cela e^î ^ngulicr. 



1. Ci* Uw d« mnipvHiiin dr* or^ian» hdI ivt» CDmauak BuffM, il^Ma 
Mi^-ry, Winiltv. ablifi.'m nripan" {tlimipun. Noua an dujDk i|iieau quD DiArrot 



150 



ftEVE DB D*ALE»BERT. 



Sr iPAn-Bipii)(it^ létu^fi n ^\é road^ et iju'il iJt en 
«nfancs.,. 

MiDSllOlStLt.C Dl 1.'B«riyASSS. 

Eti bî«n, docteur. ccaeuFuits... 

«OBDBU- 

3ii!rront T« ronrovmAEmii ^jiêfali*- tdmîk qiiHiu'un Of^ 
eiifaDts (f€ leurs enrants, au bout d'une ceiïuiue d'annëi-M, cir 
CCS trréguV«nV-s ont dt^ nuta« reviendra à U conronnation 
bûarre de ^on aïeul *. 

UAt»lll1MKII.IK Dt l'bSPIBIAISI. 

Cl d*où ^iânoeiit coa^ dautoT 

BOB DE P, 

Qui !(f SBÎlT rour faire un eiifaiii lui <r«t deai, commç vous 
satn. Pi*ut-^ire i|u'ud des a^nl£ i^parK ]«• vjc« dn rauint, ei 
que Iti réwau dt^rcctufrux ne rrriiatt que dans le mooiettt où le 
desccndBol de la race monAlfueuM pr^omîne ei donne la loi 
à la foraiatioo du rt^scau. Le faisceau de fils conBiiiue la diflî^ 
rcnce ongiacJle et première de toutes les «ïpèc«s d'uiîniaux. 
Les variété du foiaceau d'une cup-éct: font touics les vanét^ 
moDsinieuâes de cette espèce. 

«I tir* 1« dntavr dv U vcwia p«r U qi«iloû ivinat» i} 

Il me vient une id<^ bien folle, 

BOAI>Bl\ 

OuelteT 

HAftlMOlSBLLB I>E L'iSFinasSS. 

t/homme n'est [wm^^ire que le moasire de la feron», ou la 
femme te monstre de Ibontme. 

BoaDBQ. 
Cetie idée vous serait venue bien pTu» vite CûcOre. ai voito 
oiuaici BU que la rcmme a loules les pu-iiea de rbomme, et qu« 
la seule différence qu'il y ait cbi celle d'une bourac pendante en 
dehon, ou d'une bounc retourna en dedans; qu'oo UiAm 
femelle ressemble, à s'y iromper* à un farlus mâle ; que la partie 
qui occaaioDDCj l'erreur ^'afTaj^se daoa k fcattia fcmUle à mesure 

!■ Cr«iiG*i)BVaa|ipetliïiu^HiTirïiLU kt phAu]iniAae« d'aUTluwk 



Éi 



RfiVF DE DHLEMDGRT. 



151 



bourse tnU^murc «'cttnd i qu'elle ne n'oblîlèrc jamais au 
le perdre sa première forme; qu elle garde ceLl« Tonne 
en petit ; qu clic est su»ceptEblc des m^rnc;^ mouvements; <|u*e1le 
est aussi le mobile de la volupté ; qu'elle a &Qn tclAnd. non pn*- 
poce, et qu'on remarque à sou eitri^miU- un poini qui paraîtrait 
avoir èié rorificô d'un ctknal urmairc qui s c.si Penné ; qu'il y a 
dans Ibomme, depuis l'anus jusqu'au scrotum, intervalle qu'oo 
appelle !• péfint^ cl du scrotum ju;iqu'^ t'cxirt^miiL* de la 
Tcrge, une coulure qui sombloitru Ui reprise d'une vuive faufi- 
lée; que lea Temmcit qui ont le clitoris excessif om de la barbet 
que les eunuques n*eo ont point, que leui'^ cuisï^es >;e ferii- 
lient, que leurs hanches s'^vaaeni, que leur» genoux s'arrondi»^ 
sent, ei qu'en perdant rortçanisation caract^rislique d'un sexe, 
iU Kembleni s'en reiourner à la conformniîon cararieriitcique de 
Tauire. Ceux d'entre les Antbev que l'i^qui talion habituelle a 
diitr^s perdent la barbe, prennent une voit gr^le, ?^'liabi lient 
^ frmmi.-s, SI' rnrgcnt parmi yllrs sur les chaiïols, s'ai:r,roiipift- 
leDt pour pi«ter, et en alTecient l«s mceurs elles usb|^... Maix 
voilà bien loin de noire objet. Revenons à notre f^^c^a 
'BIan^euts aaiinnt ti vivant». 






g* 

^B Je croi« que vous dites âe« ordures à ma<lr?iiioi«elk de l'Es* 

pinaxnr. 
^^ * Boai>Er> 

^H Quand on parte itcieiice, il fnnr. %n «ervir ât^ft mors t«ch* 

eùpc». 
^^ d'alcmieut. 

^P Vous avc£ raison ; alors ils prïrdt^nt Je cx>r'I<^gc d'idées aa-es-* 
^ircii qui les reodraieul nialhonnéiPh. Conliouez. docteur. Vous 
dtMec donc k niadeinoiM:llc que la matrice n'est autre chose 
<)u'uii acroium retourné de dr.<hot> rn dc^daiis. mouvement dans 
'«quel Iw testicules ont été jet^ hora de U bourse qui lea reiH 
fermait. et disper&i^H de droite et de ^Auche dan* Va cavité du 
<^o^pSi que le clit'»ris cal ud membre viril en petit; que ce 
mefol>re viril d^ l^uninc va toujours en diminuant, à mesuro 
la matrice ou l** ecrotum retourmr attend, et que.». 



r 



V&ntlIO^lSELLB l>e t'E«PEN.l«TJC. 

»uit tâiMi-voa-f, et ne vous m^lcz pas de uoa aCairea. 



1» 



BtVE DE D*ALEUBEnr. 



Vont 10T6X, mademoi^elk, qui» (laiis U queeiion de non mo- 
tatJons en gi^n^ral, qui ne sont tcuios qu'un tou<Jifr diverstâu, 
il faui UuAer là leâ formes Hucf'afiiveâ que le rvMuu prend, et 
s'en unir au rteeau seul. 

Ch«que fil du r«âe>u aeiieible peut être blessé ou duiouiilc 
sur toute (4L longueur. Le plaÎBir ou la douleur e«t là ou là. 
dut» un fïndroïi ou d%m un autre do quoiqu'une des longVM 
pattes de mon araign^, car j'en revieiiH Knijour^ i mon 
araignée; que c'^l Vnà ' qui e^l À l'origine comniune de 

louies les pattes, et qui rapfiorie ù tel ou tel endroit la douleur 
ou le plaisir sans l'éprouver, 

Doai»Ei. 
Que c'est fo rapport consEant, ïuvanable d<^ loutc» le» In- 
pre'f^fioni) â cette origine comniune qui cotuuitue runite rk 

ranimai. 

HjiDEiitriaELLK i>a a'c^i'iMafli. 
Que c'cït \n. iiirnioîre df^ loutKicen impresïîoii;^ sucremiveH 
qui fait |iour chaque animal ThUioire de sa vie el île aou 

Koi. 

Doansu. 

Kt que c'eM la mémoire ei la compai^L<^n qui s'enauiTvnt 

nëecitïBireniciii <le toutes c&i impressions qui font la peus«e et 

le ruiâounemÊnl. 

6t cetle comparaiaon w fait <^ T 

A l'origine du rê^ea^i. 

Ri ce réseau? 

Va A son origine aucun »eii» qui lui eo4i propre : pe \oîl 
point, n'entend point«'ne soulTre point. Il est pruduil, nourris 
il émane d'une eubstance molle, iiuen^iblo. inerte, qui lui 
sert (l'oi^klcr, et sur laquelle il &1^> t-ctwjte, jagL- ei pn>- 
noiiC9. 

uAUEuciiELLK DE L'aari^jista. 

H ne aouf&T x)uïnt. 




RÊVE UK t>'\LEMhE[\T. ISS 

■oniïKV. 
Hoa : rim]>re9i»»<Mi la plufi h'-g^re »iu|)eiuJ non audience, i^t 
rwiniaJ lowhe datis l'éiai de mon. Faîi^ cief»or l'impreA^op, 
L^ revient à m-k Tcmnioiix, ri liininul nnudc. 
^H had£Uuim:li,e de LE^riMSâi, 

^P . Ef d'où um-vouH ccU? £«t-c« qti ou i jamaii fftii reoalirv 
^ei mourir uti bomoie à di*iciélionT 

OuL 

El cûintnenl i:ria? 

Je Tai> M>iiH le dii^e; c'i-nI un fjiii curieux. 1^ Peyroiivc'. 
qiifr TOUS pouvp« avoîi' coniiu, ftii appelé aupr^ d*ua malajF- 
'|iii «vaii ft*ru un coup i iolc-nt À la tilc. Ce maladf* y sentait cfc 
la pulAatioft. te chînu^gkii iic doulaît \>wi que l'abcès au cer- 
ceau ne fût roriHi*, ci qu'il n'y a%Ait pon un moment i perdre. 
H riHQ le malade et le Uvpaoe. La pointe de riiiAtrumenl tombe 
prédM^meol au c^iin; d« l'abcès* Le pus «ytait Tait: il vide If 
pun; il »etioi<^ l'ulic^s avoc utic seringue. Lorsqu'il pouîtsu l'iii- 
jfcii<Mi dans l'aKè^. le uïdùdi* ferme le* ycui; ses membres 
nMeitl sans action, ^aD6 mouvfîment, ^mib ie moindre aif^ne d^ 
ykx lonqu'il ropcjnpe rirtjcctioii et qu'il soulage roriginc du 
faiiiceau du iioids et de la preaKlon du Huide injett^'-, le malade 
'XJUvre le» yeux, ih? meut, parte, seul, r«n&tl et vît. 

^B Cela eBt yingulier:ei ce oialade gii^t-il? 

Hl^gaâni; et. quand il Tut gu^rî, il r^ITéchil. Il pea'^a, t\ 

PMMHDna, il cul le m^me cspriU le mCmc bon httua. U mâme 

l>4*n('Lration, a\cc uuc bonne parlJ<»ii do moins de sa cervelle, 

UArjEVOISËLl.C DE l/EËri^AS^LK. 

Ce îiJge-là est uji è(re bien extraortiiuaire. 

ai>ni>tti. 
U ac trompe quelquefois lui-même; il est ^vjcl & de^ pK^ 
'^«»9lîons d'babitudo : on Hjttt du mal à un membre qu'gn a a 

^^ I. fV- dA 1a Ptrrtfti* ÏI61*-IT*1], pirminf diimi^ilao du m taub XV, rondi- 
^^^«'«IRC Q««Mr> «fc TAtaditmia du cliJnirgin, L^>«r»(iaa qui Buii m Iront? 
U t/mn 1** dea JMnvirv* Ut r^fuJ^M île t/Urtrvit, 



lU 



HÊVE De I>*ALEMBEÏ1T. 



plus. On le trompe r|uanâ on veui : rrraioeï éeut ée \w* «loigui 
l'un sur l' mitre, li>rirhi-i iiiiv* ppiilr boulo^ PI il proaoncnm f\ii"t\ 
y en a deuK, 

Cest qu'il «fit coiinne tous les jufçea du mootie, et qu'il ft 
bmoîn dVipériencc, «ans que» il prendra U wniMtioai d^ la 
g\»t:r. pnrir nrll^? du Ti^ri. 

]J faitbic:) autre chose : il donne un volume pr«s^ue infuti 
à rindnidn, ou îl ne concentre presque d&Jifl un poïnt. 

Je M V0U5 enieitdâ pus. 

Bonnis. 

Qii'eKl*Cfr qui drrniiMcril votrA étendue rAelle, U irruV 
^èrede YOire ^^pn^ibiliiér 

NAl>CUOlgBUL£ nK L'E&PlXÎSftB. 

Ma vue et in<tii loucher. 

B(»BDBU. 

Bi^ junr; maîf» la nuit, Jnim Ii^ n'-nMin*», lorMqii'- *t«ï'* 
Hurloul 4 i|Lit-1jpHT rhiv«r^ «ratifitr;!!!, Ii? jiiur même, Kirsf|up 
evprit c»t occup^f 

MADSUOtSBLLC BE L'B^PIII AftSB. 

Rien, J'exinte comme en un point; je c«»e presque d*étn 
motière, je ne aen:^ que mtt \)€ii»tti il ny b plus ni lieu, ni 
mouTcmôDl, ni corpa. ni disunc^, ni espace pour mot : ruai- 
vcr« est ani.%nli pour moi, cl j*' ^uint nulle pour lui. 

buburu. 

Vodà le dernier lernie de la oonc^niratlon de rotre etlt*^ 
ien4!«; mais sa dilatation idéale peut être sans bornes, Loraqm 
la vraie limite de votre sensibilité «t franclûir, Koit en vwn 
rapprochant en vo4if; condt^nsant en vouh-même, Hoit en vou« 
Pendant au dehont, on ne «ail plizs c« que cela pt'Ui <lei>?iitr. 

UADEV01SBLLB BR l/E£riMS#E. 

Docteur V0U3 avi>x raison. Il m'a semble^ j^tiaieufa IbÂa eu 
rère,.! 

El aux maladeit dans un« attaque de goutta... 



RÊVE D£ D'ALEHBEHT. 



lU 



V%l>EMi)fE^tl.LE DE L ESriXASftR. 



Que je docoAJs immcikïv 



BORDEU, 



m 



Qtifl leur pied touchait âu ciel de Êcur lit. 

Qa« ini-H hnLs ri ines jambeA H*alloitf;eiiii>ni S^ l'infini, fju<^ le 
rtAie tk mon cofps |)Tenail tm volume proportionné; qxte TRnce- 
Itttcdc U fobic nVrait fju'tm pygfnée' (lueVAmpiiifriU! ïl'OtîcIft, 
doot Vea longs br^ dlaîent former une ceinmrc Jmmcnac k la 
terre, n ctèit qu'une ntiiic en compamiMtn de moi, et i^ue jVsca* 
ladmb le ciel» et que j'ealaçai^^ les deux hiHmiitphèfeâ, 

Port bien. St moi j'aï connu une femme en qui li; phèuomiine 
exécutait en sens conEraire, 

Quoi ! die »e rapi^tissait parilej^NrA* et rentrait en elle-m^inef 

BORDKU. 

Au point de ne :«eotir aussi menucî qu'une afguilk' t etli^ 
voyait, elle entendait, elle raisonnuL, die jug^îi; elTe avait un 
«Ifroi mortel de ae perdre; elle frémissaii i l'approche des 
inoitidriïï objei« ; vtif- u'inmh bouger de jtn plactf. 

MADEMOI^EI.I.K DE I.EfiPIN \fl&E. 

ToiU un singulier r^vc, bien f^heiii, bien incommode. 

BlttlDECI. 

Elle ne rivait point; c'i^tait un deâ accidenCB de la cefifislion 
roulement périodique. 

lit deiDCurait-clIe longlcmps aous celle menue, impcixep- 
tit>le forme de petite femme? 

a<»antt\ 

tnc bciifc. deu% heures, aprts fe!*quellcfi elle revenait »uo- 
çttsflivcmcnt â hon volume naturel. 

HAflKUDmKLL^ Oa L*aKI'l?1AaftB* 

Et fa raiaoo de ce» .sensations buarrcâî 
aoaoEU. 

DïAK kur ^lat naturel ^i iranquiTle, les brin^ du Caiftceau ont 
*"*C certaine leii&ion, iin loit* «ne ^er^e bnbiiuelle qui dr- 
^0«crii Tétendi»^ réelle ou imjigînjiîr? du coqi*- Je rits réelle 



RÊVE DE™"lEMBKBT. 



OU imaglatlre. cir celle tension, ce ion, œue (^€rfî« ^uitt 
vaiiihtes, noire cwpn i/^vt pHK ioujour« d'un m^ine \oluiiw. 

Mmu c'eAi au ph^^ique cDinjne au moral qiw ixiustonuiMft 
tmjeu à oûus croire plus K^onils que nous ne le boouims? 

nom» EU. 

Le froid nouâ rapeiiaw, U clialeur nous C-leod, oi lei individu 
1>cut Ms croifxï toute sa vie plus pclit ou plu^ grand qu'il ne Tesi 
n*ellcin«uU S'il arrive à la muKt^ ilu fatÎMicau ilVrarer «s m 
érùlbisTn? violent, smx brins de h» meilxe «n vreciion, & b niil- 
lilurli> inlii)ic d<' Icunï eidn-intli'H dti «Vlnnc^r lu ddà d% leur 
linii(i> >CGOUiuniée, alors la t«ie, les pieds, les autres n»embr«e, 
tou5 les pointe àe U Kurfsœ clu corp» >^ront por«^ k une difi- 
iMirtf iiRiuentie, et Tindividu >^. sentira giganu^ue. f^ ïAn le 
pbi'iiomènf: coiitrairr kÎ l'îni^iisibilni?, rï|»tihie, rin^rtu gogrie 
citf rialrWiUli'- dt'.s hrtJiK, t-t H'w^hciinniï jkru À |ki*a vvtit rorigîin* 
ilu faiftcnan, 

Jû con^oift que cctic expansion ne ftaurailsc mesurer, et Je 
conçois encore i^ue cette in^^^n^blliie, cette aiuthie. cette incnie 
de rexlr^'init^- des brins, cet engountissemeni, après a^oir Caii 
un coriain progrès, petit f^e^iier, ^'orréler.,, 

noniiEt'. 

Comme il est arnv4^ k l.a CondamJne ; «lora rtodirldu seai 
comme des ballons sous sC8 pied??. 

UA&KVOlStl.l.l nE E'KKPIlIAMCi 

Il existe au de]k du Icimc de sa ïvenHÎbllîtr, ei h{} écaîi 
enveloppe de celle apathie en out scqs i) nous offrirait un peiil 
homrB6 vivant «OU9 un homme mort, 

Eunuhii. 

rioncluez de là que l'animal qui flaim shoo origitfte nVl 
tpi'un (ïûtnt, nr Mit encore s'il e.M n^ellecnent quoique chûtt 
pins. Mais vct enuti&. 

M/iPEUOifiRLLC nK i.*KSt>injisaE. 
007 

ROnOEI. 

Oitt au tn^pen de La Pryrunic... VoiU bien, je crobt, ce que 
>ou^ iiir dcrmatiiliejt, Teiemple d'un liomme qui \^ilt el moural 
«JlfniatiteimiJL.. Mai» il y a niieiJ:i. 



I 



1 



RfiVB DG D*At£MD£RT. 

IIADtHOlftELtE f»B L*E«PI!S4SB^h 



ni 



Et quV«t-c« que ce peut êire? 

lift Utle de CaatDr et de Poltiix rrjJiftiS-; Ae.nx enfAnk< dont 
Ift rie de l'un i^lftit aiissitdt suivie de \x mtni de l'autre, et \à 
rie (le relm-i:J «UHAÏiAt ^lîvîe tlt? U mori du pn^mier, 

NAOKIIOISELLE DE L'£6FtNA0aE. 

OhJ k bon conte. £i cela durA-i-i1 lon^cmpsT 
ioHi>ci;. 

Lft durée do teitc exEfit^Dce fut de deux jours gu'îU Ke pv- 
tftgèrent ^ïlement et À dilT^renies reprises, en w)ne que ctiacon 
eui pour s«p>rt un jour de \tii iM un jour d? mon. 

UAI>ËUOTftELLf: DE l/£«rlFf A f SE. 

Je cnios, docteur, que voua n'abuiùeK un peu d« ma crédu- 
lité. Prenec-y garde, si vou?t me trompef une foi^, jf- ne vous 
croirai plu»* 

BOEDEC. 

lieei-vDu» qiie1quefoi« In Cnzrtu dt Fram^T 

laniais, quoique ce sotl le chef-d'oeuvre de deux honmies 

d*eicprit\ 

a»a&Kt. 

FuitHS-voua préler \k feuille du A de ce moia de fi^itenibii?, 

et voua verra qu'à Babafllcns, diocèse d'Alby, deui filles 

aaquîrrni doit k doa, unie.s par leurs dernière» vertëbreii Inm- 

burcfl, leura fesae^ et la région h)i>ogaatriquc. L'on uc pou\ait 

tenir Tune debout <]ue Vaulrc n'eût la tf le en bm, Coucbi!*c«, 

dlesse resardaicnt; leurs cuîSBûa étaient (li^^hics entre leurs 

iroûca, et leurs jambes élcvcca; anr le milieu de la li^ic circu- 

lurc commune qui les attachait par leur» hypojcastreâ on rli$H 

wnaît leur sexe, et rncre la cuisse droite de l'une qui corres- 

pondail à !a cuisse n^auche rttï m ?4<rur, dans une caviti< il y avait 

EQ petit anu& par lequel s'écoulait le irccomum. 

3IA1>E)I'II»ELLE DE l'eSTINASSE. 

Vom «H» espèce asseï bixanv. 

I- ÛTfi^ii ITCI la GmaU dt Frênn *ni( AU coaRda par le fDutPTurntrl A 



U6 



RÊV£ DE P*ALEMBEAT. 



Elles prirent du tait qu'on kur donna d&n$ une cuiller. 
v<.^tirci)t douïc hcun» comme jevounTiidii, Tune lonihanlen 
d^aillaiice loi^ae l'autre en scriait, Taiitre raorte undia qan 
l'uuire vivait, La pr^iDî^re d^faillanci? de l'une et b première 
vie de l'Auia? fut <lt- quatre hejn»; les défaillances et \&i retours 
aliern&liis à U vie qui ïucc^&reiil fLr^nt moins longs; eUe& 
cxpir&rt'm dnns \e nième iniftanu On reinarqu* que leurs nom- 
brilA a\aieiiluu!kM un mtmvt'Tnetit nliernanf de »rtie et de renf- 
ilée; il renuail À celle qui «[(^fuillaîc, el «orloîlà celle qui rêve* 
mil i U %\k-. 

MADEUOISCLLE Ul L'iapISlSfiE. 

Et qiiedîl«»*vnus dccevnUrnmtiveN de vie et de mort? 

BOftDEl). 

Peut-être rkn qui \»illc; tiiaia comme on \oii tout k trav»rj>i 
U lunette de son système» ei que Je ne veui pas faire exception 
à la régie, je dift que c'est le plirnoiri^ni- du irf^pan<> de La Tey- 
ronîe duuhU' en ilcni ^-tre?^ t^onjoints; que l^ft n>!«onui de cm 
deux enfants sVlaient si bien in^li% qxriU «giic^aîenl el t^«^»* 
saient Tun sur l'autre; Tunvjuv l'unifiiie du rideau de Tun^ pré- I 
v«lnTi, il i-.iilratnail le n'^^ieau de Tauti^ qui d<^raJll;tît à t'iiiKtani ; 
cViail le i:ontratre, si c tiait le ri>seau de celjeH^i qui dorninlt i 
le âyiït^me commun, [tanri )r trépaué do La Pejronie, la preflaCoa ■ 
m faiHJtîl EÎt- haut l'n ImK ju&r le [muh iVitw dntâe.i lUnïi \t* 
deux JNiiielIfft <]t> RjihaslenH. ellf ^e fuinuit de \ms en haut par 
la traction d'un certain iiumbrr df-% Hh du réseau : crnije^tutr 
appu}^i? par In renin^e et Vt sortie alternative des DoaiLrila, 
snrtÎG dann Mie qui revenait a Invir. remr^-e dans celle qui 
mourait. 

Bt Toill deux Ameâ liées. 

Cn animal avec le principe' de deux sens el de deux eon- 
Hcienc4->. 

U^lJKUOISKtLK njc L'c^rlNAÏli. 

N'ayant cependant dana le même moment que la joubaiice 
d'uneseuk ; rnaia qui sait ce qui serait anivè ai cet animal-U 
eCitnxu? 



I 



KÉVE UË b'ALCMBERT. 



1» 



r 



BOBDfiU, 

OiMlle sorte de corrrspoDdoncc rcxpérîcDc« de toua \tâ mo- 
Bkcnta du Is vitr, la pluâ forte des habitudes qu'on piii»fc imagî- 
auraii 6UbUe rnirc c€j« Jeux cerveouxT 

Do Mue doubles, udo mémoire doublo, une îma^inatLOU 

doiible,'uRt doubla ApplicHlion, lu moiiio d'tjn «Trr qui observe, 

lil, mâdiie, Uodis que son auire moilio repose : œilô moilié-ci 

reprenaat IVB mêmes ronctmK, qFlKiid «u compogni- 04t Us«eï 

I U vie dOLb1<>e d'un ^tr4' doubla, 

^^1 Cr.U est pOJ«ihJi?TrL U Liitltirt* uineiuiil itver li? b^rnpK tout 
^^e qui e8t|Ki3suble, e]]e formera quelque t^lrjinge eonipoa^. 

Que iiôuM «moiiH |iAuvreH e:i i:ompjuaihon d'un parril Aln-^ [ 

DOnD£L. 

ElpourquoîT II y a dr}à tant d'incertJiuJe», de coiitrAdic^ 

ûoas. Je folie» duifi Uu entcndemeni simple, que je ne saîit plu^ 

ce que celb dc^if ndrAÎt avec un oiitinidcrncni double... Mais il 

I ettt dix heurtd et den»e, et j eniends du faubourg jo^qu'ici uii 

luâladc qui m'appelle* 

^V ï aurait-il bien du danger pour lui [à ce qiio vous ne le 
vifiMcx pa&7 

F Uulnti peui-^^tnt qti^ Te i/rûr*. Si la nature ne fdt puA U 
booçDiï sans moi, nou?« auroiTK bien dr lu pdne à la faire 
eiiMïinble, et k coup sûr je ne tu ferai pua hans die. 

UAUKUOtHlLLE DE L'Efrri>Al!^aft. 

I RfMcv dom:. 

ct'\M:iini:nT^ 

Docteur, encore un moi, et j^ vouii envoi<^ à voire puttom. 

A Iraient loutejt \w vicisnltudes que je subis dans le cours de 

1 Noui ttDii4 iL^jA *iKuH|tf fUuiii 1^. tf- ^.JuCti » qu'il fad^tirron^ dDnicmia 
■^*pAi«i- ltAljrr# lu npiinn^ dn ikiLii rf^rrii, In di^ut ri^r^vam «ûni ]iir[^|iiMi-> 
*■"■ M U tip il»n« en (niuiLUci»* n'i'ii pu iv dokiitlaraont dn tnculii:-! d'un iciul 
*'''« mù U gftne lUn* L'tïQrckft dfl cm Iiculi4« chot dciu AUtv rn^lonfonircutc- 

^' Oi utu»tt Tkinlfiii d'^ iifvAMMT 1« «ovilduD* * IVçarI de- l'art iia'U «in^ 
_M «v«c un d^balillciA et ûf «onUttnM. 



160 



RÊVE DE D*At£MDERT. 



iiM i]iiré«, n'ayuH p«ut<etrc pa^ à prrâent une (les nHlrcuU» 
quf j opportai en naissant, conunciil suî-^je xt&ié moi pour les 
aiiired. et pour moîT 

Tôt» non» l'avei dit on hïviol. 

n'Af^UBEkT. 

Kcl-^« i]ui< j'ni iV^^vT 

Toute I& nuit, et ccU rcsscmblAÎt lellcmcait i du d^lirCt 
<ILic j fii envoyé r-herdier le doct«ur ce malin, 

D'ALtHBear. 

Kl c^a pour des paites d'araignve qui &*agjtâi«ut d*«ll»- 
iném^b, qui tenaient alerte Taraign^ et qui fai^ai^ui parler 
ranimai. £l l'animal, qti« disaïl-ilT 

ucianKU. 
Qu« cVtAÎI par la niirmoire qu'il [^tail hn pour le» auue» ei 
pour lui ; et j aji>uieraiA par la lenteur ilrs vicUaitudes, St voua 
euasiei pas3^ en un <\m d'oeil i\t la jf^unesse à la dêcrépitudci 
TOU» mticx éin jeic dans a* monde comme au premier nkomeol 
de votre Daîasonce; vou« n'aurîci plus r(û vous ni pour lea 
autre» nî pour voti*. pour Ica aulres qui n'iuraJcni poiui i^ié 
eux pour TOUS. Tous Ica rapport» auraient éiû aûcantia, toule 
TbiHloire de votre vie pour moi» toute Tbistoire de U nmmie 
l>OLir vous, brouiftéc. Comment auri«-vous pu savoir que cet 
homme, coufbi^ mr un hAion. dont les ^cux s'étaieul eteïnbt, 
qui % traînait avec peine, plus difTércnt cocorc de lui-m^oie au 
dedans qu'à roKi^rieur, était fe méjnc qui la veille niarrJïaîi aï 
U^rcment, remuait de?; fardcou:t assoz lourdîi, poiuvait «e livrer 
aux mi^Jiuition& les plun probndei, tuix eiei-ciccs \t^ plus d«ui 
et lea plua viofentar Voufï n'fjus^iet pa« entendu vos pn^wea 
ouvragcfi, vous no vou« russîei poa rcconnLi ^'ous-mOme, vous 
ii'eu>«ie< reconnu porsonne, personne ne vou^ eût reconnu; 
touio la ac^ne du inonde aurait changé. Songea qu'il y sut 
moins <to «tiOi&reDce encore entre voua naiasant et voua jeuat. 
qu'a ii*]r en aunit entre vous jeune et vous devenu subitesaot 
décret. Songei que. quoique votre naissance ait miellée à votre 
jeune^iHe par une «uit« de »*ns«iicjnK înlnicrrompue», les utiis 
première?! onnûea de votre etitience n'oot jamais été l'Usioiri 



I 
I 



KËVE DE r>'ALï:MB£|ir 



161 



<k voire vie. Qu'anraîi donc ^If pour vous h temps de \-QXre 
jnmesfio que rîen n'eùi li^ au moTiiont de votre cl^^r^piiudcr 
D'AJvmlwrt d^cr^pîi n>ûr pm eu le moindra souvenir de 
D'Aleaib«n Jeune. 

Dan^ la giivppc d'dbeilkît. if n'y rn aiirAÎI pa» une qui eût €U 
le tero|)a de prendre l'esprif du carp*. 

U' ILEUBEKT. 

<ju'eM<(* <iue \oii<i (Uieï là? 

UiD£UuUELL£ DE L'EtiPISA^SE. 

Je dis qu« Tesprii mouostiquc ïc c oiiHcnc pnnc qui' le iwo- 
u«âl&fe ëO refait peu a peu, et quand iJ eurre un awine nou- 
veau, il eii tr<tti\e uiiec^nuinc de vieux qui l'entniJnent àpeo- 
M?r et à «entir comme euï. tue abeille s'en \t, il ea succède 
dan^ Ugiappe une autre qui se met bieFitOi au couraui. 

\llei, TOUS exiravaguct a\ec vos moini^, vo» abeilles, loire, 
grappe VI \oirc couvent. 

B»fLDCl'. 

Pus uni qiievoiis croirie2 bien. S'il p\ a qu'une coji»rîeDce 
il»»9 ranimai, il y n une inlîmlc^ <le volonii-i^: cbaqite organe a 
la -itetine. 

D'.UEUDEftl. 

Cominenl avcc-vouï^ diiT 

BOUDE L. 

i'nî <lii que IWioniftc veui iW* ulinieiila, que le palais n'en 

^But poiuî, el que In diflV-renrf' dn pnla»? ei de l'estomac avec 

'animal erilien cVsi que i'iiniiii«l saiT qu'il vetil, ei que l'i^to- 

TittC et le palais revient snn^ le 9;ovoir ; c'c«t que IWoTuac ou 

^ ptlais »ont l'un a l'autre X peu pn^^ comme l'homme v\ la 

brute, Le^ abeilles perdetit k'-rs conscienci:^ et nùcnneni leun 

apprtj& ou vûloiitt^. La fibre e«t un animal «impie, Thoiitme «fti 

«I» ainimaJ compo*iM mais rb dons cete^K' |K»ur tinenniiv fois. 

U fMul un i-vt^nem^nt bien moindre qu'une dêerêpiiude pour. 

ftieri rhomme ta con^cieiic^i du «ci. Un moribond recwt les 

BKCTemenT» arec une pî^ie profonde ; il s'bccub^ de ses favies : 

îl demande pardon i sa feniine; il embraïae w^ cnranit; il 

^PP'-lle «es amîN; il parle i son in^ecin ; il commande à se» 

u. Il 



1C2 



R£VC de D*ALE^IïCFtT. 



dome<itiques: J] dicte *« dernières T^loiit**; il met ordre k «e* 
afïairefi, pi Tout cria «vec W jugement le plu» itsin, t& présence 
(rnprii h pli].<ï eiiilère; Il giiéni, il est convaIi*tcent, et it n'ft 
^s la moindre icl^e île ce qu'il a dit ou hh dans îia nuJadîp. 
Cfi ini^TialIr, rjrwIqucroÎR lrH*loiig, h (lispnni «lu na vie. Il y a 
ménias cI«<a «iKniplej* <le |kei>nmit^'t qui «kiii i^prlt* la ranTrr&atîon 
ou raclioji que laltacjne suhîie du mal avaii înterrtxnpuf!, 

ti'iLi^jniaT. 
Je me Rouvkns que, dans un exercice public, un prdanl de 
co)l<^e, tout gonfla (le f^on savoir, fui mi» ce qu'îk appeïleui au 
«ac, par un capucin qu'il avaii ni^pn^é. Lui, mi« au sac I El 
par qui? par un napucin ! £l sur quelle quesùonî Sur l« fuWi 
coniingt^ntl «ur lu ^^icTice mayonut* qu'il a nicdÎTee toute «a 
\iel Et *^n quelle diconsfarK^T ilevanl une tti4M?cit]>liNî notn- 
lin^u*«t tïfvanl ses ^^IHckI Lr voilà pf^nlu rrtiontieur. Sa i*te 
imYailif. hî liivii sur rr> idi^ qu'il ni i^miiIik daii!« une léthargie 
qui lui enlève louteK 1^ cnnuaJSi^ncev qu'il awit acquiftes- 

Mai» c'était uiL bonheur. 

D'Al^EliaiIlT. 

Ma foi, voufi n\ri raiKuii. Lr Iivii tt*n« lui ^lait n»lé; mai» 
il avnîi tout oublié. On lui rapprît k parler eC k lire, et il mon* 
nil lorsqu'il commen^ûl k «^pete-r Tr^K-pawablfrmenC- (Vi homme 
iM-lnil pntni un uieplc; on lui JtauinJait menu; qurîque élo- 
qm*n*.e. 

Puisque le docteur a oniiuiflu voire colite, il laul qu'd ent«nU& 
auwi k mien. Un Jeune homme de dix-ltuii à vingt ans, donc 
je ne ni« rappelle pas le nom... 

BoaDBt;. 

C^m un M. de Schullumbvrg d« Winienhourt il n'avait qu 
qtitnfe k «eize aii«, 

V«»E\10l4CLLa Dt L'E*iPt?ïaflaK. 

Ce jetiui; homme fit um? rlmte dans laquelle il reçut ur» 
coonnoiion violente k la i^ie. 

aonnuir. 

Qu'ap|>elf£-TOU.H une conimotion violente? Il tomba du W 
iFune grange; il eut la tèle fracaaMre, et resu hÎi seviaiim 
aana conn«i«Banoe« 



I 



nÊ\T- DC D'/LLEUBERT. 



Itft 






Qtioi qu'il en Mit, hivex-voiiH qu<;llir fut lanullr de ccl acci- 
<}tnit là même qu'à votre pédaot; il oublia tout c£ qu'il savait; 
il fui irMituô à 90n biS dgc ; i) eut une seconde enfance» el qui 
ihira. Il éi&U cnintif ei pu&iflanîme ; il »'amu^I i ctca joujoux. 
S'il «vmil itiûl fait cl qu'on le ^ond&l, il nWnÂi &e ucher d«n» 
iiT> coin; il ilemandAit A fairr ^on petit tour cl son grand tour. 
Dm lui apprit k lire et à «rire; mai^ i'oubLai.'< <Ju vous dtrc 
f|a J iàUm lui rapprendre âi m&^che^^ Il rcJevini homme et 
hnbik Itomn^e, et il a \^m^ un ouvrage d'bisloirc naturelle. 

VoniirHU. 

(^ aoDl deâ gravures, les planclies de M, Zuîycr sur les 
insecti», d'âpre l«ï HyM^nie de Linno^us. Je coniitissais ce fait ; 
il l'ftt arrive danft le canlon de Zunch en Suisse, et il y a mimbn' 
d'ciemples piiriU. Di^rangei l origine du fsisci'au, vous cïjauget 
raoînaJ; It ^mble qu'il aoU \k louieniier, taniùi domiiiani le« 
ramificaiioua, laniAI domine par elle^> 

Et l'animal cKt Aots» le de^potlAme ou bouï ranarchie* 

BOBDSV. 

Sous fc despotisme» c'chI fort bien dit. f/ori^inc du faisccftu 
commande, et tout le rente oltëit. L'animal eât maître de soi, 

vxûtuontuLt DE l'espirasse. 
Soti« rmarcbie, où tou» te» lilet» du n'-^^au îiont soulevés 
ntrc leur chef, d oA il n'^ a ptu8 d'autorité suprême, 

a<»aoi;r. 
A mcrvnik. Dans le» grands Accè» de pnnï^ion, dans le« 
tIflircAt dans Ic5 péiil» imminente, «i le malire porte loutc» les 
fatcm de MS sujets xtn* un point, Tanimal le plu^ r.-iUïlf' mooire 
ne force in<royahl«^. 

v.inE%ioisKi.Li iB l'eapinaakk. 
Dan^ \r^ va|)ciini, sorte d an&rcliic qui nous est si psrlîcu' 
lière. 

BOlDtD. 

r'e«t rimage d'une administration faible, où chacun dre A 
K«i ftutoHié dn maltic. Je ne ccnnaiR qu'un moyen de guënr ; 




ith 



RÊVE DE D'ALEUBEBT. 



il est difficile, mais sûr; c'e«t qu« Toriguic du r^etu ^n^iblc, 
rÂMn partie qui con«ii(ui? le «oi, puisHV itru aiEeci^ d'un moiif 
violsDt de n^cuu^Ttrr Kon wiiwrlîèt 

MâDEllOlSCLLS DE L'BflFI5Jl SSE. 

Et qu'en airivo-t-iiT 

If fi] Arrivfî (|U*il Ift i-«CAUvre en enTet. ou que TaininTAl pAntT 
Si j'en &VU8 Je temps» je vous dkiù làr-fles^tu deui f^iih 
gu lient. , 

Miifi, docteur, l'heure de voire vUiie est paasée, et vouv 
malid^ n<î vous jui«ii<1 plu«* 

Il ne faut venir ici que quand od n'a rien k ftire, car o» iw 
fiaurut s'en tirer. 

Voilà une boulTi^ d'humeur tout k tait bofio^ie; mmîi vt}% 
liîiuoires T 

iO»Dtu. 

Pour jitjjourdtiui VOU& voufl cooieoteret ' de ««11«^i : Vnv 
femme tomba à U fiuiie d'uni* couche* dtos )'^*ut viporeuK Le 
pluË efîmy&nt; c'^i^lent de^ pleur» et des ri» involonuires, des 
ttontrcm<-nu, dts convulsions, des gonHementi de gt>r^s du 
«ileiice raome, des rrin.jiign«, loui «■ qu'il y a de pis : cela dura 
plusieuiï ann^H>K. £lte mmait pMftKionn^meDi, et elfe crui s'aper- 
cevoir que von amant, faiigu-' île h& maladie, comnicni;git à se 
délAcber; alors elle n'-isrjlut dr gut^rir ou dr pt^-ir. Il sViablii m 
elle une guerre dvilfî danft laquelle c't^iait UntAl le maître qui 
reiripi>rtail, laatdt estaient les sujets. S'il Arrivall que Tartion 
lits fileLH du réseau fùl <^aie k la rt^action de leur origine^ elle 
tnmbail comme morte ; on la porlail sur *>ûtï lit où elle n^&tail 
des bcurcâ entières sans mouvcrnoni ei presque sans vîe ; d'auin>s 
Toia elle en cuit qtiilie pour des lassitudes, une d^aillancrr gén^ 
raie, une exiinclion qui semblait devoir fiire finale. QJe |>er&b(U 
»x mois dana cet étal de luile, La n^voTte comjoen^aît loujount 
par les lUeUt elle la senuit arriver. Au premier aynipttaie cèle 
se levait, elle courajueik- w livrait aux eierciceaks phûvîokab: 
elle moutaii, «Ile descendait ses escaliers ; elle sciait du boô, 
elle bAchait la terre. L'organe de sa volonté, rorifftue du faisceau 



RBVC D£ Û*ALEUBERT, m 

Mi roÎ4li»MiJl : t-lle m* tli^tiirl à Hlivm^mr : vftîficri^ iiii mourir. 
Après un DOoibrc înfmi de. victoin^ b[ Jp d^ttii^r», le dief reAla 
le maître, et l<» sujet» dr^înmil »i ^ouniin que, quoique celle 
femme ait ^prouvi' louks Aorte» île ptrmeH domi^tiquee<» el 
i|uVJIctil essuyi^ tJîfTéreDtcs maladies, il nu pluï éUr question 
<îe tapeurH, 

^H CeUevt brave, miiii ji* cioi» que J'en aurais bien fait lutaoï. 

1 Cttt que wiis ainiericf bien «i vciw aimiez ', cl que voua 

I fttn ferme. 

uaoKKoitiELr.a ȣ L*asnEi'kfi6E. 

J'entenda, On cet ferme, ai, d'babimdc ou d'orKaui^tïon , 
I rorigine dti fiiaceau domiDe les lllels; faible, au contraire , ta 

Salle en eat dominée. 
I 11 y a bien cTautr^ confluences i tir^r de tà- 
Maie votre autre hiateire, et vous lee ^1^02 après. 
Une Jeune femme avait donne iJiLDsqudqueAécariK. fille prit 
on jour le parti de fermer sjl porte au plaisir. La voilà ^ule, la 
mîlà m^'laiicoliquo ei \aporeij>^e. Ellij mt* lit apptiliT. Jt lui 
coDaeillai de prendre Tb^t de paysanne, de bedier la terre 
lauie la jniinï^*, dv coucher »ur la paille et de vîvn* de pain dur, 
O n'ginir ni- lui plul |>;ih. Voy^g^z diuii:, lui dt»-je. Elle fit l« 
bur <ie l'Europe, ei reirouva la .sanu^ f*ur \&i. gruida chemins. 

^^b MaDinoisiLi-fi DE L'isriE<a*»c. 

^^^ Ce n'eût pas 1^ ce que voua aviei à dire 1 n'importe, venons 
4 foa cons^uviiceu. 

aoBDti;. 
a ne finirait point. 

moailOlSELLE OE L'SBPIRataE. 

Tant nii»]i. Dilc:) toujours. 

I. Le mot «un juvtp. Irt^pcu do ronpi iiprfi li ûtle df c^LW «anir«nMam 
qai ■ braient h pipicr. • 




156 



HËV£ DE U*ALEHB£RT. 



Ic nVn «i point le courage» 

KiDivoi«»ti.jr Dt t't»rifiiis«ii. 
Bt poun|Uoif 

BOBUEC. 

C'est qac du Iroin dont nom y allonn en effleure lont, et Vm 
n'i^rofondit nen> 

MADEHOlSEtLE DE l'eI^I?! ABAt. 

Qu'imporld? nous ire tornpoHaiin fiv^, nouft caiisoDS. 

BOftDBU. 

Psr ctempk, ni l'origino du faiftceBtj r«|>p«il^ toulOB h» 
forcCH i lui, si le aysiènie entier m meut pour unKi ilirv & 
retour», cotame je cr^oi?) <|u'il «nive din« Thocnnie qui médjie 
profondément, tUuat le r«UBtJqu<t qui voit 1^4 ci«iix ouvcrlK, din» 
la sauvage qui chante au milieu de» OaniTiies, dan» Textase, 
dans l'ali^nBlion voJoiiuirr^ ou involonUiin;.^ 

IIADBIIOIAEI.LE DB L'ElfinASAK. 

£h hienî 

BOROSU. 

Rlï liien, l'mùrnnj m; n^nd iiii|ia!(NjMe, il ii'etîxif* qiiVn 
point. Jt! n'ai jïjLH vil i>» pri^Ue iJk Calame*. dout juiHr. 
Augustin, qui s'aliénait au point de iieplua Mmiir dcacliarlwiDt 
•fdcnU; je n'ai pA?i vudann le c-adre'c^x .\auvBgea qui Kwnfsïi 
à leurs eniieniiÎH, qui le^t Insultent «l qui leur suidèrent ilea 
tounaenift plus etquia que ceux qu'on leur fait aouffiîr; je nV 
pas vu ciftnK [ft cirque cj^ gladiateurs qui kc rappelaîeol m 
eipirani la ^rice et le^ le^oitH de la gymQ&atique ; mda je cnb 
loua c«s raiifi. par<e que j'ai vu, maî« ru de mes propres feuu, 
un efTort au»»i eitr^ordinaîre qu'aucun de ceux-li, 

■ «DEMOISELLE DE L'EBriNAfiAB- 

Docteur, raf4mii^-]<*-ir»ni. h*. sui« comme Ic^ enfanta, j'aicar 
tfis faita merveilleux, el quajid tia font honneur à Veapto 
buoiaiite» il marrive rarement dVn disputer [a véril4. 

aoBDftD. 

Il y avait daiifl une peuto ville de Champagne, U^ippEa, un j 
bott curé, appelé le ou de Uoni, bien p^etr^* b«en icnbu de b .« 






RÊVE DE D'ALF-MSËHT. 



Wi 



r b reli^on. Il fui ftltfiqué de la pierre, il fallut le 
uiJlcr, Le jour est pris, le chirur^ieD, .left aîdeâ el moi noti» 
now rcodonti chez lui; il nous reçoit d'un air serein, il se désha- 
bille, il se couche, od %eut le lier; il s*y refuse: «placei-moi 
seulement, dît-il, comme il convient; i» an le place. Alors il 
demande on grand crucifix ({wi Citait au pied de »on lili en le 
lui donne, il le serre entre ses bras, il y colle sa bouche. On 
opère, il reste iromobile, il ne lui ochappe ni larmes ni soupirs, 
el il était délivre de la pierre, qu'il l ignorait. 

Cela est beau -, et puis douiei après cela c|ue celui à qui l'on 
hnsftit les o* de la poitrine avec des cailloux ne ^1t les cieux 
ouverte. 

BORDEU. 

ISavei-voiK ce que c'e^t que le n>al d'oreilles? 
IfADEUOISetLE DE l'b$FINA«SC. 
ffon. 
Tanï mieux pour w^s. C'est le plus cruel de lous les maux. 
|tAI>JE3J0l^KLLE DE L £5flNAS9E, 
Plus que le mal de dcnU que je connais malheureu^nent7 
BOEDEU. 
Sans conrparnison, Vn philosophe de vos aniU en était lour- 
M depuis quiiuie jour«, lorsqu'un muiiii il dii à sa Teinme : 
Je De me sen4 pas asseï de coiua^ pour touio fa fouritt^e... Il 
pensa que H»n unîqu*? rvs:iource i^tiîl de tromper ariificîelïeineni 
la douleur. Feu a peu il s'enfonça ni bien dans iiiie question de 
iDélapbysique ou de gi'^ométrie, qu'il oul>iiu hou oreille. On lui 
aoffvit àm»i^r, il maiif^t^a iuui9«en apercevoir; il gagna Iheure 
d** son coucher sans avoÎJ souffert. L'horrible doiilrur m» le 
reprit qui; lorsque la conlrnlion d'esprit cei^isa, niaiscv fui avec 
Une fureur inouïe, soit qu*en eflei la fatigue eùl imti> le mal, 
fioît que lafaibldïAC le rendit plus iustipponable, 

HADEllUlSELiE DE l'r ^PIFf \SfiC. 

jLu sortir de cet ^ui, on doit en elTei éire epuien^ de lassi- 
tude; c'est ce qui anive quelquefois à cet bcnimc qui est U. 

BOSDEtl. 

Cdt est dau^nïui. qu'il y prtïune garde. 




16» 



B£V£ DB D'ALEMBERT. 



j 



Je ne KtsT^t de le lut (Tii^, moi^ il n'en tient coftiplc* 

■OKDEII. 

n n'en cAt plun Te mofire, c't«t «a \io; il fattt <{v'il ea 
périsse. 

Celle «enle]i<:« me fait peur. 

Que prouvent cet «puîsf^meni, cette h&»iiii<JeT Que ]«k brin*. 
du ftiwe»!! ne %otil pas re^iM aUifa. et qu'il y avaii lUnn loui le 
tytlèitie une lenaioii violente vem un centn; commun. 

MIPtMOlîieiXE DE L'EftPI5AGft&. 

Si cette tension ou lendftDce violente dure, û elle devteDt 
hibitueller 

bouded. 

C'eel un de de l'onginc du Taisircâu ; rinimol e?;t Fou, et fotj 
presque »axift ressource. 

3U\PEVOlSELLE UE L'e^FIXAISC* 

Et |H)urquoi ? 

BABfiEC-. 

C'est qu'il n'en o«t pas du tic de l'origine comme du lic d un 
4e« brinï. U t^te peut bi«n commuider âux pied«, maift non 
pdix If* pied À la tête ; l'origine E un des brîn^, non pw le brin à 
l'origine. 

llkDEHUIRELLE HE L'e^PIXASIE. 

Et II dîfîéreDC«t *'»! vou* plaît T Kn rfTi-t. pourquoi ne pensé^e 
paa partout? Ceftt une c[ue^iiûo i|ui aurait dû me tenir plu» i6t, 

Doai»EtJ. 
C'Qst que ta conscience u'eiit qu'en un endroit. 

VADEHOIKELLE DE t'E&l'tXA&ai. 

Toïtik qtii ei^t bientôt dit. 

EnaftEC. 

C'e^t qu'elle n^^ peut 4ice ijue d&as un endroit, au centre 
commun <Je tQUic*t ks ^t^^Illiont, là où est la mcmoii' « là ob 
fie font les compara iAonst> Cha^jne brin r'esl Hunceptible qm d^JQ 
CCrt&rn nombre délermino d'impre«sionB, de ncnaaliona «teoia- 
ttive*. Isolées sin'* meniwii'p, LViRine esi suficopiible de toutoL 
elle en est le regMre, olh en g^nÎQ U memoin; ou u»p nensa- 




n£VI^ DK D'ALtMBtRT. 



tso 



<n continue. ^% rsiiitnalest^mrBJné t\Hi^ formation premiâr^ 
 s'y rapporter «ou 4 s'y llxer iou( entier.  v exixiur. 

IVADtMOISELLC DK t't »f t:VASS£. 
Ct %i mon tloifEt pouvdc avmr tle la ni^^monv?... 
fiilADEL. 
Voirv Mff, ppasi-niii. 
3lAl>£»QIECLl.t DIE L*ï»M\A|»e* 
Et qu'est-c« cïanc ifUL' U mémoire? 

Là pn:ipri(>té <Iia cenli^, le >Km spécifKfue cJe l'cri^me du 
rteâu, commtt )a vue e^i )a proprivit- de- l'o^Jh et il nV^tt pan 
pU» étonnani que la mt>nioire ni? soîl pas dans Tceil, qu'il mi 
fe» que Iji vum ne «ail pat dan^ f'or<*ille, 

H U\0£HOIAELLE DE l'EâPI\A9a£. 

^^ Docteur, vouH éludcc plutôt mtï$ questions que vouii n'y 

^^ Je nVlufJe wn. je vnus dis ce (|U*i je sntH, ri jVn sauiaK 
divautage, aï TonganisatioTi de l'origine du ri^-M*aii niViait ausHÏ 

I connue que ceTlc de $cm brins, ^ J^avais tïu la même facilite dp 
l'obierver. Mai* li je suis faible nur Ir^* pht-rifim^iir* pnrlîcii- 

Ilien, eu re^anUie, je iriomphr. sur 1rs plu^-noniènc^ gtiicraux. 
F UAlïEUOlSELLE D£ i/e^PIIV AHIII, 

r Et ces plkénomfencjs fïfnc'mux >ont? 
[ HitRDEt. 

L La rflifion, 1? ju{^*inent, 1 im^^çinaiiun, Iar<]ïi4% rimbi'cillité, 
prérocii4\ rinaiiikcL 
[ iiADKUOiecLLt Di; I. £ftrt?(AdKi:> 

J'eiiiciidâ. Toutes ce^ qualtti^ ne fioui que t\ts cona^^nciM 
^^ rapport ariKiDdl ou ccmuncti' pAr l'habitude de Torigine du 
'■«ceau à SC9 ramifie ai iou». 
^^ ponDCt'. 

mM k merveille. I^ prinape ou le tronc r«t-îl trop ogiiuren^ 
^WmUtancni aui bnuirïie.'*? De la les po^ie^, \^ artisir*v. J&» 
9Kuâ{inagiRiition. Ic^ hommes pusillanimes. IcHentlmiiAixst^, 
**> fous. Trop faible? De \k ce que nousf appelons \ts brulftv, }es 
™Cft r^ifoce^. Le syntenie entier lûche. mou, nana ûncj^ic? De 
^ l«s Imbécile». Le sj^ii^mu eiHiei- éue^^iquc, bien il'accord. 




170 RËVË VK D'ALtMUKHl- 

bien ordoiu^T De li les boas pcnseui^^, les pbilosopha» les 

Et seloD Ift branche tyraiiTii<;ue i|uî prcdopûne, rîastiact , 
«{ï diversifie dimï^ Iok AnimnuiE, Je g^nie qui m divereîfie duw 
[es hommcË ; lo chien a l'odorai, \e poison Touïe, l'aigle l« vue; 
J) \lomb«i-t ^i g^mètre, \«ucaiiM)n mtchinîâte, Gr^lry muai- ■ 
CLcn, Voltainr poC'tu; âiïeU \àt\és <rii]i brin du fat»c«3U plus | 
vigoureux en eux qu'aucun suire et que le brio w>inblable dans 
le« (ires de leur «spto:. 

loi D tu. 

Et les habitude» qui âubjugueol; k vieUUrd qui aiake les 
Temmcd, et Voltaire qui Tait cncf>re des tragédies, [u m «adcau 

La dvctant •■ oit i rtrai ti aflOcacrtvtlU 44 iBi^dUH* Ui 4É| ■) 
X Ab EMOIS CLLR DE l'e«P1NA»S1, 

l>octeijr, rous rivet. 

BOai>cu. 
Il «SI vrai. 

HAtiEHOlStiat Dfi t'EftPINAilE. 

A quoi r^vw-T0Us7 

nonfïKt. 
h propos do Voltaire, 

UADCItUlPlEI.Lli DJG LV»l>|f(ASSC. 

Si bien? 

BORDBtJ. 

la fève à la manière dont »e fonl !«« grandit honiin^, 

UADEMOUELLE DE L'E£PJKA«tB. 

Kt cc»mnaeDt se font-iln^ 
Gommont lasensibilit^..* 

MAUËffOiaSlLE t>t L'E9ri:i4ftflK. 

La nenstbilîlé * 

HO unir. 
Ou rsxtr^tne mobilité de c«ruiiis,fileu du i\<«eau est la 
qiitXiUi dominanie des êtres médiocres* 

JiADaH0t5ELLt Vt l/ESriNASSL. 

Ah] ducicur, <juri bla^ph^rnt- , 



MÊVfi Dr. I)'ALEM0£HT. 



171 



J« m'y iltendais. Mais qu'est-ce qu'un ftire AAii,sih1c7 On 
être BbiAodDnm^ 4 U discrétion ilu <1iAphr4igme. [In moi loudiiitil 
A^t-it fnifip^ Toreilie» ud pb^rtoinène sinf^irlicr a-t-il frappt^ 
Vm\, fl loiU tout À coup le tumulte intérieur i|m K*r1Avc, kius 
IcA brins du r«iïC««u qui s'agiusnt, le frisson qui ae r^mnd, 
l'bufrcor qui s&iMt. le» Ui-men qui coulent, les soupirs qui siiT- 
foquiffil, U vûii qui s'inlcnompt, l'orîgiae du îniacmn qui ne 
s&îl ce qu'il devient; plu» de «ang-rroid. plus de raison, pluft 
dcjU^cnierU pluK d*i»AlincK plu» d^ rr^sourcc* 

MAl>£JlOlBELLE DE L'&«FINAftSE. 

Je mt reconnais. 

BonnEu. 

Le grand liomine. s'il n mnlIirTun^UKcnurrl re4;u celle dfA|>f>- 

sîtîuft naiuréllt". H'ou:u}>era sans reliU.bH À r^ilTitililir, k U domi- 

iMT, à »e rendre maître de ses mouveiweaLn et k amsprvfr k 

l'ori^ne du fsisc^nn Inut 5on empire*. Alors il »<r poAs».Mera tm 

milieu des plu» grantLi daiigt^i^, îl jugi-rn froitlenienE, inal& saî* 

ofunejiL Rien de ce qui peut servir k ses vuea, conrjïurir iison 

bat, ne lui échappera; on l'^tonnrra difTicilemcnl; if hmth 

qu«ranicH:inq ans; il sem grund roi» griuid minislrc, grand 

politique» grtnd artiste» surtout gr&nd a>inédien« ^pund phil»- 

soj^ïe, grand poClc, grand musidcn, gnnd médecin ; il rt'.jçnera 

sur luj-mémc et sur tout ce qui I environne. Il ne craindra p&s 

U mort, pe^r» comme a dît'sublîiriejneAt le stoïcien, qui e^t une 

aitae que saisit U robuste pour mener le faible psrtoui où il 

veul; il aura csftsi! l'anse et se sent en m^-m*t temps alTranchi 

de touica les lyruinie» du monde. Ud ^trce BensibJe» ou le» 

fous M>nt eQ K^e, il esv au parterre ; c'est lui qui est le sa^. 

tbeu me gardt^ de la ttoci^t^ de ce sage-là 

BOSOBC. 

Cal pour n'avoir pm travaillé À lui reMernbler que voua 
nurf-i: alli^niaiiTeineftl de» [mu&i ef lien plaisirs vioîents, que 
youA pa^iâ^fËi: votre vie k rire et k pleurer, ci que voua neftCrex 
jamais qu'un rrfant/ 

HADtKOlSELLS DB l'iSriXlSIS. 

Je m'y r«»ou3. 



ns 



nf:vi: de d'uembekt. 



El raufi eiqrérei en i^ire pfuH beiifeiBeT 
11? non Kfti« rien. 

iIk (çrnnd, ni- sVii-Tri* prcitiitie JAiii:ti^ fnrli-ini'nt axik dmilirtir» 
un ffiiLTemenl miih ennui; uu Vun bJiîIk, ou Tan eni iviv. Vous 
\wi^ fnétvi uiïK nif^urp à U sen^ntion d'une itiu:«iqur dMî* 
cieiiM»' : vous vous Ut»f>^ enir^rier «u tharjiie d'unr iir^e 
patbétûjue: «ou'c ttUpbrugmc ae ^cttc, k pJoùsir rsl pas», ri 
il nevoiH imtc qu'un c'tuijfTt^nii^nt fpjî clore toute U aotre^. 

UIOCMOUELLE DE t'ESMlCiBSE. 

Maie 91 }e ne puis jouir di* lu musique sublime ni de Ia *cène 
loncïmrtc qu'A c^^iie ontlilion? 

POflDEt. 

Erreur. Je khîh jouir «uhâi, je 4nJ<i admirer, el Je ne tiouflftv 
jjirmii4, Si i^e n'e^l de Ih roNqiie. J'ai du plaisir pur; nin ceasure 
en e^l br-sucoup ^\u% M-v^rr>, moit élngr pbix flaltciir «t ploa 
réA^hL &[-r^ qu'il y » une mauvaise mj^if! pour é^ àam 
auMti inuliileh que U vâti'e? Combien de fois n'avei-vouft pM 
rougi, L U Icclun-, (\rs irBU«|KirU rpj« vous «vici éprouvés 
tperudi^, el n^-Jproquenieiit? 

Cela m'cïit arriva. 

BOaDEV. 

Cer'cAldonc paï» ^IVlre sensible comaiCYOUK» c'eni À l'^lm 
tmnqujilir <u froid comme moi qu d a|^anieni de dirr : (;cla e»t 
vrai, cela est bon.cclne^ii beau... Fortifions Tongitte du r^»6ay. 
c'eM tout ce que nous axons de mieua à Taire, Sai^MOUB qu'il 
y va de la vie? 

UAfiEHOtSELt-K hk L*EarifiassE. 
Ite la ^iel docieur, cela rjtl gravr, 

BOBl>EU> 

Uni. de la \ic. Il n'eni p<:rsontJc qui n'en ail eu quelqudoÏA 
le d^^ût. Un seul ^vracuit-ni Hufîit pour rendre cctie nnaaliim 
inv olontatre et habituelle: alors, eu dik^il dai dietracûon», île 
la%arivlédcAaiiiUACm':iils, dc7»coii»i;ilHdc«aniia«deBCfi propra 



V M 



d 



nfiVK hZ O-ALEMBURT. 



m 



\ 



efToFte, \ç^ briDs poriôrit opiniâtrement des s^cousseB fune^ies 
À l'origuie 4lu raii(C4-Au; l4* milIi4Mirvnt m bfîàu fte <Jt>b«ttr9, le 
epMiadede TuDiver? ne noircù pour lui; il marclie avec un 
cort^ cl'î<tee8^ïagid>rL'-sqai n« 1c qinli«n; point, et il finit p«r 
M (I4lîvt«r de lui-mémo. 

tfADEMOI&BLLE DE l/EePIKAAfiB. 

SI do maneil, doctear, qu>ii dilss-vouA? cest une bonne 

Le sommd), cci rUl où, soil lii.iaifude, «oit habUudc, roui le 
réMWi M relâche el reete ifnmobiTe ; oj, comm<^ dmi» U maîn- 
die* cba^oe Gld da r£9CSU s'egilc, se meut. Iransmet h l'origine 
comfauiic nncr foule de senHationft souvent di»parato«. décou- 
iaca», ifoub}'^<; d'autres Toia fii li^^, si suivie», Ai bko ordon- 
Dfee que rhommv i-Tcil)(> n'nurnit ni plus dv raJBon, ni plu» 
d'éloqQCDce, ni p\u» d'iinaf*inal)on ; qudquefoit «i violentes, ii 
vircft, que rhomoie éveillé r^^te incertain mx la n^aliie de It 
ebof»e... 

Hh bien, le somaieâlT 

ftO«0£U. 

Eot UB Atat (tff Vaniinal nù il n'y a |ifii8 dViiiU'inble : tout 
COticen, lOUte tiubordination cesse, ix ikaltre t^t abaiidûniié k 
la djvcr^ilaii dp ses vas>anx et iVlViirr^îe pfTr^n^r- âc un propre 
mciiTiii.-. I.'" fil npliquc !*"ftvl-il H^il^^T KuiÎKtne lUi n-NC-n» Viiii; 
il fftiliftid M L'ehi le ftl auditif qui le sollicite. L'afiitfii et la 
T*mcittKi flont \ts ïwuif:» cboaea qaï flubâidtent enUe eux: c'»t 
une c«is^u«nce de U propriété rt niralt, de la loi de cjoniJimit^ 
et de l'habitude. Si l'action rommenc- [wr le brin vo!uptaeui 
quv ia nature a destiné au plaisir de l'amour et à la propag^aiion 
de Tespèco. rimais réveillée de l'objet nimé sfira l'elTi-t de la 
r^aclîoD à rorig^ne du faisceau. Si cette image, au contraire^ 
«e réveilla d'abord à l'origine rlu fai&ccau, la tension du brin 
voluptueux, refler^esccnce et rolIUKicn du fluide séminal seront 
|«34 suite» de la r^ction. 



m 



nftVFl DR »V\L£MBERT. 



.Uiifiî il y a le rêve «n montant et te rêve en de»:«ocUot. 
J'en ai eu un de ceux-là cctto miît : pour k cbc^nin qu'il « 
pri«, jG l'ignore . 

Duit la sTille le rù»e^\x obt^ii iwc iinprc«6ion« île l'obje 
extérieur. Dans le aammeif, c'esi de Texerdce de sa propre 
t€a«i1>ilit4^ qiri>mnni.* tout cd qui se pas*? en lui, 11 n'y i point 
de distraction <laD« le r^ve; df^ là 9» \\vm:h6 : c'est presque 
toujours )a tiuile d*nn eri>lhî<jiiie. un ac4:es pusuger de maladie. 
L'orî^ine du n'<>4i:<nii y r%i nJlrnmLivmtirDi nciitr. et passive 
d^unt< iiirtnitë de mamëreB l de U M>n d^^rdre. Len ctmcepi» ) 
«oni quelr|iii^rois aum! Ii«% auAsi diMinct^ ifae dans l'animal 
eipOM- au ^peGtlicle de la nature. Ce n'cnt que lu tableau de ce 
a|iectacle rîeicitc : de là sa v^rit^, de là rirapoaHÎbJlilé de le 
dificerDci' de Tétat de veille : nulle proi>ahilit4* d'un de ces étala 
pluidl <]ue de l'aiilre; nul ninycrj di^ ret.onijatire l'erreur qur 
l"eipi*riencc. 

MJiDSWdISELI 1: UL l'k»(*IKAS«C, 

ht rcxp4\r]ence ^e peut-elle loujoureT 

noancD, 

Non. 

HAni-.ncïfstLi.B nt l'kkpi^anbk» 

Si le rêve m'oiïre le spectacle d'un umi que j'ni perdu, et me 
l'ojrre aussi vrai que hî cel ami e^Uaiait; s'il me parle et que je 
TenienJe; t»i je le tourhe 4-1 qu'i* tiutiit'. rfmpm^ion de U soli- 
dité Aur me« iiiafn^: m. à mon réveil, j'ai Tànie pleine de IH»- 
dreï^? L't dr duulrur, n niCN yeux intindi^ de larme»^; s% «tes 
hniM?«ont encore portt8 ^era IVnilraii itit il m'e«i appai^, qiri 
mr^ répondra que je ne lai pns vu, enii^ndu, totirW nV^I»» 
meut T 

aoniïco. 

Son «baenee. Mais, ail eut impOK^iblt* de discerner Ta vcûlle 
do fMHnmeil, quS e«v-<^ ^ui ^ appiMe U dun^fTtanquiDe, 
e'esi nu jnlerviille éteufTi- er.irç lo momeni du coutflieret celui 
do If'^'er ■- irouhk, îl dure qu^rquefoin à^ aimves. fljim le pn^ 
rnieriju», du moins, la romrirrin' flu *ol c^sse enli^reinent. Vn 
réw qu'iMi n'a Jamais fait, et qu'on ne feia jamais;, me k-diriea- 
vouH bienT 



R£V£ DK D'AL£U&£RT- 



175 



Oui* c*«Ki (proii r%l uit hu[rv. 

fit dmns le Aucond caj^, on n'n p&A w^tilement k coiiMcicnco 
iJq soi, OMiii 01) A encore cell« de sa voïontt' ei de f<a Uberk\ 
Qu'est-cô que c«Ue liberté, qu'est-ce qu^ cctur volonté de 
rbomow qui T^v-Î 

BOtAED. 

Qu*eftt-cef c'est la m^me que celle de rbornin<r qui veille : 
U dernière impulsion du d<'sjr i>t Oe l'AversIon. le dernier t-tb^uU 
ut ik tout ce qu'on a été depuis sa naissance jusqu'au itiomeni 
où Ton est; et je d^c IVsiprii 1" plu* dclit^ d'y Jij>i'n.m-Dir lu 
uwvipdrr iliiTt^reiice. 

n*ALClllltllT. 

Vous croyci7 

Bte'eei voua qui me faites cette questîoDl vous qui« livré À 
des spéculations profondes, avcr pa&^- lc« duux tiers de voiro vie 
à rêver ICA yeux ouverte, et iiaRir «ans vouloir; oui, «anît vouloir, 
Nen BKtirs que dans voire rêve. Dans votre r^e vou^ comman- 
diev. TOUS ordonniez, on vDUKobeÎË^ît; vou« i'itvi mt^contentou 
satisfait, touk i^i^uvie^ de Ta coniradictïon, vous irouvifôt dcK 
obstacles, vous vous imiiei, vous aimiei, vous baissiez, vous bli- 
ntei, vous nJlies, vous vïnii-x. l>Jin»; le coiirn de vos mùdilaLioiis, 
4 peine los s'eut uWvralent le matin que, resMiiMi de l'kk-e 
qui vous avait orcufM> le veille, vou>ï Vfjufi valiez, vous vous 
aaseyîeii votri< iMv, vous m^diiit^z, luus iiiuJf^ de-s figures. 
vouH suiviez des ealniU, v»ii« fltniez, vous reprenlejc voh com- 
binaisons, qirrlqii'riii^ vous quilifc? In Uth]r pi»ir !<-> Vf-ririff; 
TOUH parliwr k lÏAttUi^. \(Jti*t rIonniM/ (je.s ortiirs à \tti\-r. (imiiev- 
tîqoe, loua Honpiex, vous vous couchiez vous vouj^ endormiet 
&ans avoir fait Ir moindre artr d<î voFontL-. Vouïi n'svr* r^t'* qu'un 
point; vous nvr^ Agi, nidU if>iis irives pn^ \oiifu. £%t-c<? qu'on 
veut, de soi? Lit volonté iiAÎt toujours ih-. fpjelijue nmiir iiiit^rteur 
ou p.'ticricur, de quelque impR^'^îon pn'-^cnle, «le quelque rémi- 
niscence du pa^Mc, ilr quelque pasAÎon. dr fpieli|iir pmjt^t danït 
raveoir. Après cela je ne vous dirai de la liberté qu'un moi, c'eal 
que ladcroièro de nos nction-nent l'elTet nécessûirç d'une cause 
une : nous, Ifè^-compliqui'e. main une. 




«76 



HtXÏ. DK D'MKMBKBT. 



iiAiii:>iui»iEi.i,c ne L'zspi:xàs%t- 
Boknttr, 

•ciiflii, PII >ïTippiManf qwv T^ire ngi»»aiii sofi tt m^me. 
UAi>CMoifteLLi: i>r. i'erpi^as^e. 
If a raiâoi). Puisque ja#;iâ aiasi, vrUù qui peut nf:W «nlr^ 
ment ii'eAl plus mouct ea^urcrquau momcni ou jr f&U ou dis 
une cbiMC, j'en pub dire oti furu iin« nuire, c'est a.vmn-r qiitf 
]^ ï»ii?« m£>i et que je suis ud autre. Mni», docteur, et le vk< et 
la vciiuT Lareriu^ce moisi saint ibjis loule» le» laDgues, celle 
ïJih; »i bMcrveehct touies le» nuiiooft! 

Il faut te trnii»fonnT?r m c^lui <lc bienfaiMuci^, <ri ïioii q|v 
poffé en celui de nialfniHAiice. On e>t licureuscmcnt ou mal' 
heure Ufl'ïiiicnl n^^; on cal îrïVsi^ïiMcmeiH enti^Ii^r par le 
torrent t^icnirui qui conduit l'un à ta gloire, l'autre à l'igni^- 
minle» 

ViDEHOl^KLLE Dl: L'F.SFIItJll«E, 

El Teslime de soi, et U honir, et len^nionlâï 

BOIUEU. 

PuûriHlé rondee sur rignoranee et U vanïi^ d'un ^| 
s'împute À Tui-m^mo le mâriic ou le di^imHnie d'un il 
ni*ceSKaire, 

Ri Io ïi'xompcnsGs, et les ch&limrfita 7 

l^fft moj^H de comger Véu^ moi\\(iahAc qu'on Hppelle n^ 
chaoi, ei d'cneourager celiiî qu'on 4p|Hrlï«- bon. 

MiD£UOl!tCLLE HE L'£Hri5A«i^£, 

El toute celte doctrine nVl-elk rîen de dangereux? 

KONIItV. 

EKt-i'Ile vnie on e<(t-«11f Tau^aeT 

UADEllOlï^tLLL DE L'E^FIif Af »t. 

Je la crois ^raie. 

Hoaoïc- 
C'e«l^4-dîr€ <[iie vous penser que le ineiitwige a fM ui»- 
lages, et U véritt^ %m incous^ietiis. 



A£VB DK D\\L£MDERT. 



m 



MADtHOtSeiLE DE L iSPlXAS.If. 



le le 



peDiie, 



BORDCC. 



Et moi auitti : m&tH It^ «vnntn^'K dj rnensoiigf' «ont d'un 
BUHaent, ci cctu de la \^Ufr sonl t^lenicla; niiiîs les suiles 
Octaustf de U Ytril^, quuid dl« en o, passent vite, ci celle» 
da neoMOge ne fiaî&^ent qu'avec lui» fixamines le^ eflels du 
mCHMo^ daiu la t£t« <fe Thomme, et ses effets dans sa con- 
duite: dans sa tét«, ou le mensoDgc e'esi \'\^ lellemcat <iuelJe- 
mcat arec la lénti}, et la tèie esi fausse . ou il e»t hu^.n «i con- 
iét|uenmeAl lié avec Je mensonge, et la tèie est erronée. Or, 
qiwHc eonduilc pouvei-vou»i attendra d'une fOie ou iticon- 
9éque&ie doua ses raison oements , ou cotiséquenie <!ana ae« 
rrrriinT 

Le doTiîer de ces vîcca, moinn mr'pri^ablp, e-st peuc-^tre plus 
à redouter <pie le premier. 

o'Atxuatar. 

Fort bien : voiU donc tout ramené à do la sensibilité, de la 
m-^inotre. de*- niouvemenii organiquesL : cel« lue convient osmi. 
Hais rUnaginaibnr maïs les abstractionsî 

BOBOIU. 

L'iinagiiiatioa... 

MiiOKHni«tLi,r. t»K L'it!«rrNas«c. 

Ca momeni, docteur ; récapitulons. D'aprèâ voa principes, il 
me scmbTc que, par une suite d'opérations purumcnl m^ca- 
ni<|ue6, je n^duiroù le premier giin le de la (erre à une masse de 
eboir inorgsoiiséCt à loqtidJc on ne laisserait que In sensibilité 
du moment, eC que l'on ramènerait cette masse informe de 
TéUt de siLipidlt^ le pluA profond qti'on pui£:^e îraoginex à U 
coadiiion de rboinme de génie. L'un de ces deux phénomènes 
consîstenul k mutiler TiV.hevi-au primilir il'nn certain nnmbre 
de tes brins, et k bien biouilïer le reste; et le phénomène 
nvenv à restituer i IWJjevcnu W^ brin^ qu'on en «untit déta- 
chés, et à abandonuer le loul à un beureui développement. 
Emople : J'6le à Ncvrton les deui brin^ auditifs, et plus do 
seiwUions de sons; les brins olfactifs, et plus de sensations 
dr«lotii&; les brins optic|aeâ, et plus de eeusatioas decoulcurs^ 
m. u 



178 



RÊVE DE D'ALEMBERT. 



prime ou bf^itille îeâ auUâï, et mli«ri> ror^filsAtiiia ilu cerveau, 
la iDÉmaîre, le jugrinriK, les <Ié»if^, Je^ avcr^Dii», Tes pas- 
«îonh, U volonté, U consdence tJu soi, ec voiU une Dasaw 
iûCbriDD ffui n'ft rclcnu que U vk et U Mosibitit^. 

Deut qaaliiéi priMqui? îileiilîqiirs ; la TÏ<i v!«l de Tagr^l, U 
scittibiUte efti de l*éïéjnent. 

Je repiends cette masse ei je lui reattlue 1«$ brins olfactif»» 
tlle flaînt : le» brin» audiii!^* et clk «iit«»cl ; tes brins opiiqueft, 
eicJlc *oi<; les brins palaiins, ei elle f^oùtn. Un dénèlmi le 
reste de réche\'eAu. je piTinefs aux Aoires brins de m ilévelop- 
per, ei je voiïi i^iialire la mémoire, le« coinpinî«OJ>«, le juge- 
menu la raison, leK iti>Kir«, les aversions, len payions» Tapti- 
lud'.' [ia(LirHl«-, b- uleiH, t-i je reir»uvu intin homme de génie, 
ei cela sans l'«iitremi§(^ d'aucun a^nt hêtén^ène ei întoiellï- 
giblc'. 

A merveîlfe r tenez-vous-en li, le reste D'est que du gali- 
nifLtîu... Uaiftieï ab$traciioo4f inniK riniiginalîon? L'imagina-' 
lion,i:'e.M la m«>moire des forment el cle^ rouleuiv. te i^KCl^e 
d'une iii:èiie, iriin ohjec, tiiDiile n^e^s^ai renient ]'inslnjD>eat 
seiL^tbJt* d'une cerlaiim mantèr« : îl si* ri-niontr ou de tui-Hièoie, 
on il est remoQlé par quelrjue cauAe ^lian^rt*. Alnn if fn^mii 
ftUilodiuin otj ilrmjnm? au drhor^; il m? ruconle en silence Ic^i 
icnpii^s>>ion5 qu'il a remues, ou îl les fait éclalcr par ttes aofi-'t 
com^eno». 

D*ALiuaciir. 

\Un Htn r^il rxagère, omet de» cirooa«laiic«A , en ajoute, 
diTigure If' faii ou l'enibetlit, cl Les ÎDstraoïefibi seit^bl^ adja- 
cente conçoivent des impressioas qui sont bien Cûtica de Tin- 
strunient qui r^onnc. mais i^oa celle de la chose qui a'csi 
paasôe. 

Il ttt vrai, le r^i eat hisioriquc ou poétique. 




P£VC DE O'ALEUOEnr. 



17^ 



t> ALtlIHEIIT. 

^ Util COmmeot s*inLrod(ju celte po^te eu ce mensonge daud 

le r^ii7 

BONDltir. 

par IcK î^4a «[ni se réveillent les une» Tes autres, n celles 
w r^nitlent parce qu'elles ont loujoura été lié«;s. Si vous avex 
prin la liberté de comparer Tanimal À un clavecin, vr>UM in« per- 
meltrei bien de comparer le r^it du poète au diauL 

l D'iLtHBEaT. 

^B Ceta frst jui^te. 

^B n y a dans (oui chant uno guriEne. G«(ic gamme a Hca iotcr- 
^▼allea; chacune de ses cordes a ses harmonir]u4>«, cï ces barmo- 
nMpHXWtl^l^'^^- C'est airiïii rju'il s'inlroduii des modulaiions 
dt pauage dan» lia ini^-lodie, et fine le chant s'enrichît «t 
iTécend. te fait cm un inoiif donné que chaijui; Tnusiclen sent i 
sa gnist. 

UADEHOlaKLlE Dt L'E£PI7«A ftAE, 

Et pourquoi embrouiller la question pu- cç style fii^r^? It 
dinûa que, chacun ayant ses yeux, chacun voli et raconte diver- 
Bcnent. Je dirais que chaque idée en réveille d'auirea» tl que, 
adon aOD tour do léie ou son caractère, on g'cn tient aux id«ea 
qui représentent K fait rigoureusement, ou l'on y introduit les 
idées révdlUea; je dirais (Qu'entre cea irf*^(« il y a du clioii; je 
dirais... que ce >eul sujet traita  fond rournirait un livre, 

^K n'iLEHitaT. 

^V Voua avcE raison ; ce qui ne m'enjpAclïcra pas de demondcj' 
au docteur s'il cai bien persuadé qu'une forme qui ne ressem- 
blcftûtànen. ne s'cngcndnrrait jamais dans T imagination, et ne 
seprodtûnii poim dan^ le rùc\i. 

BoaDEt). 
Je le croîft. Tout k délire de cette focullâ se r^^duît au talent 
de cea cJtarlaUai qui, de plusieurs animaux dopecÉï, en compo- 

laçot on biurre qu'on n'a jamaii; vu en nature. 

^V Et tes ahsiractîona 7 

^V ooaoat;. 

\\ n> en a point; 11 n'y a que des rôticeoces habituelles, des 

cll^)Sûa qui rendent les propositions plus générales et le langage 




IM 



b£vb dc d'aleubeut. 



phu npld« et plu« commode, Ce sont 166 Blgn«« du langt^ 
qui OQl donn^ nmunci? sut Tirîvnorv abKirnies. Une qualité 
comsiuni! à plu-Hieais a<f.[ionft 4 engendra I» moi& vice ei %«f1u; 
une cpiafitf^ romimiiiF ^ pluneun être» » engi^mlr^ les naoïs 
UMriir i^t Ij«4titr.. On a ilji un homme, un cbe^aK iteux ahi* 
maui; eiuuitd oa a dit un, deux. Iroîi, et coule U acicnce des 
Dombr» A pri» n^sunc^. On d'à nulle Me d'iui mot ftbatrtil. 
On 4 remarqué d&nâ lous \cs corps troL« difucn^ioiu, U loo- 
gucur, la lu]çeur, U profondeur; on a'«at occupé de dtKUDe 
de ces dimcRâions. et dc lÀ toutes les sciences matbémabquca. 
Toute Ab'jirAcûQti n'cM qu'un signe \î(le d'idée. Un & exclu 
J'idée en aépai'ant Id AÎgnô de Tobjet pty^que, et œ n'»l qi'ea 
»tUchAiil le i^gnv A ) ol>jiH physique que la a^ïence rod«vieot 
une science d'idi^ ; de k le besoio, si frijqueuL dtoa h convff^ 
tstîoOi dans les ouvragi*^, d'en venir à tles fscmplos. Lorvque, 
npr^fi une longue coatbinaiïOD de signes, vou« demandai un 
exempte, vous n'exigea nuire diose de celui qui p&rk\ sinon de 
donner du coip», de la fontie, de la rédiié, de l'idée ta 
bruil «iicce^f de ses accents, en y appliquant des smaatMMba 
^prouvi^i^. 

n'atirunitar. 

Cela e»l-ll bJeu clair pour voua, mademoîselle? 
uanEHoi^KLLa di L'aspciv assb. 

PtK inrinlmcni, mab le docteur va s'eipllquer. 

BoaoEtJ. 

Cela V0U4 plali k dire. Ce u'mi \vut qu'il i%'j ait pi^ut-Aire 
qudi|]ie diuse i rectifie 1' ei l»euucoup  ajouter il ce que j ai dil; 
mais il est (Nue L«ïun» et duinir, el j'ai à tiiidi une coDMjltaiioa 
AU MnraÎH, 

D*iLEUetHT- 

Le langage plus rapide et plus commode! Docteur, est-ce 
qu'on s'enttiudT c»t-ce q^i'on tfii entendu? 

aoanx;.' 
Prrftqtie toutes leaeoavei^tioiH »oat dc^ compicc fait»,.. Je 
ne ws plus où est ma canne,.. On n'y a aucune ideu preseûle 
i t'espril,,» Et mon cliapeau,,. Ct par la raison seule qu'aucun 
boiBBe ne ressemble parfaitement Sun lutre, nous n'enteodons 
Jattais pr4c«aéiac«t, nous ne sommes jamais pfvcis^mefkt enieo- 



I 
I 



HËV£ DE D'ALEMBERT. 



ISl 



duï': il y ft du pluA ou du mointi en tt>ut : Dotro iliitcûurs est 
unijotir%vn de^Â ou au delà de la ^cii&alion. On apen;oii bien 
de U di\er«il$ danu les jugemeiii»^, il y eii a mWnt (oi* daviuilage 
qa*on n'apcrçoîl pa.4, et qu'heureuïement ou ne saurait aperce 
votr... htliru, Mfhrii. 

UADGVors&LLE DE L^EGf 1?IASAE. 

EiKOro un mot, ck grAce. 

BOBDEV, 

Dites donc vite. 

HA0E1lor»ELLR DI L*E5PIK*aSE* 

Voys soiivenei-vou^ de ces nauts doiU vous m'avn parléf 

BOBDEU. 

Onî. 

irAt)ttfoistii.K DE t/esriiiAA9E. 
Croyex-voua q\it les sots cl Içs gens d'oupht aicnl de cca 

ftOBDBU. 

Pourquoi non? 

UADfMUUILI.E DE L*R»Pr NASHB, 

Tant mîeuK pour nos arnere-neveux ; peuc-èire reviendra- 

U UB Henri IV. 

non DE u. 

Peul-6lrc cst-il tout revenu, 

||4I>EH»1SELLK Oa l'e»PINA»«E. 

Docieur, voiis devrief venir û\\wr avec nous. 

EOaDCU. 

Je ferai e^- rjue je poiirrai, je ne promeia pas -, vous me pren* 
drei si je vîen«. 

HADEMOlJ^ELLt DE l'eAF IKaaSi, 

Noua \ous alltndrona jusqu'à deai heures. 

IfiRDEti. 

J'y ooowoA. 



SUITE DE L'ENTRETIEN' 



i1ctcrlocctritas 
Mahimoisili-k de TESPINASSE, BORDKU. 

»ftt IH d*ai hMfH 1« ioï«a«r F*Tl*t D'AUbUH éui 1114 AIW 4t4Dn. 
doolnr r 



llADlKOItSLI.E DI L t«ri>tAJSV, 

AU^ms, docUar, buvet un verre <1« mali^, et voi« iM 
rtpondrei easuit? i uii« question qui m'i pÈ%s^ œni fois par 
Ift télt, el que je n'oserai» ftire qu'à vous. 

U eat etceUcDt ce malign... Et vetrc qucstiocT 

Que peti;i<ïE*vouH i\u fm'-ljuigi! d^ espèce»? 

BOIDID. 

Ma Ibît u qti^lJtvn cet bonne aussi. Je pense qni 
boCDmw oui mis beaucoup d'iitiporUncc t l'acte de )a 
ration* et qu'ils ont eu rmon ; mats je «uie méoontcDt de Jeur? 
ioia tant civiles que Telij^eiit«9. 

H&DSHOtfiELLE DE r*ESf lïtlftSI. 

Bt qu'y trouvc£*vous A redire T 

loanao. 

Qu'on Ie« a faîte» mm équité), «ans bur ei sana aucun ^ganl 
A ta nature des choses et àrutîJitâ publique. 



SUITE DE L'ENTRETIEN. 



)» 



ICADEMOIâBLLS t>E L'ESriflAJBI. 

Ticklc de vous G?i|ftîquçr. 

C*«a1 innn ilessem,,. lAaÎH attcntleE... fii r«r«nia « u naaiTa^l J m 
CDCor^s uûc bonne ht^ure À \ou& donner; j'irai vile, et cclaroiis 
fuffira^ >oiia sommes seuls, vous R>tcsp» une brguculc, rouf^ 
n'iBUfioi^n^ |)jt4 que je veuille manquer au re^eci qup je \o\0t 
doisi et, quel que «oit le jugement que vous portiez de mr% 
idéttk j'espère de mou cAiù que vou» n'eu couclurnj: nen conirc 
E'boitDételé de mes mœurs, 

TrèA-«»iuri^uieni; mais votrft d^but me cbilTonne. 

Bb oecas chauffons de propos, 

MADCHOIStLLC HH L'tâTIN ASSE. 

Non^ non : allex votre train. In de vo» amis qui noua 
efacrcbiit des t^poux, à moi et À mes deux sccurs, donnait un 
fylpbc h tft cadette^ un r*rafid an^e il'annoneiaiiou b l'aima, et 
à moi un du^ipTe de Diogène; it nous connaiRsait bien loutos 
troitt, Ci^pciuUnli docfeiir, t\ti la gnxe, un peu de gaze. 

BûRr>EU- 

Cela s'en va sans dire, ouioni que Je sujet et mon é[al en 
oonipOTteaï. 

yAOtuoi^EtLE ht ^/E3Fl^A*^SE, 

Cda ne vou^ nieitrn pas en frais... Maie voilà voire caré... 
prtûei TOlr« cafifr. 

Votit queslion est de physique, de morale et de poitifiuc, 

ltADKUDl§ELLE DE L*|«p|li ASSE. 

D« poétique! 

Bonneu. 

Suts douiei l'art de créer des êtres qui ne sont pas, k Timi- 

lation de ceux qui sont, eKt de la vraie po^aie. Celle foî&-cî, 

au beu d'Hippocratc, vous me permettiez donc de rit^r llorAce. 

Ce poète, ou faiseur^ dit quelque part : Omn£ tuUt punetum^ 

fui miwMÎl Htilf dnln ^ ie mérite suprêiiu- <-s[ d'hoir r^unî 

l'agréabk à l'utile. La perfection eonM^te k concilier ces deut 

pouls. L'aelioi agréable et utile doit occupi-r la première place 



'\U SDITE DE ^ENTRETIEN. 

dans l'ordre e«tbéiîquc; nous De pouvons rtfosiïT ti Hecmifl*? à 
l'utile: lu UijUiéiii« ^ern piiir l'a|fr^abl<ï : et iuiu<l rclégueroDS 
ftu rtiig îiirùnc œlfc qui ncimdfii pltinr ni profiU 

Jusque-FÀ je pui9 Ctrc de votre «vis sina roupr. Ot ccU 

nous mèners-t-itt 

■oBorn 

VcïUfl Tallei voir : mademoiselle, pourriei-voua ni't]>par«idr« 
qae\ proflc ou quel pTflJMr la ctiiftlcK^ ti la cootJneiKe rigoureuse 
rei]<lpul auiit à l'iiiilividu qut le<t praiique, Hoit à la loociétéf 

ItAOtUOISfiLLr OK L'eSPUIASE. 

Ha foi, aucun. 

aoRDta. 

Donc» eu drpit de^ inagniAques élo^ que )e bnailsme leur 

■ prodigués, en cl^it des lois civiles qui Ifs proi^enl, nous 

Us rayf^rons du calAlo^fue di^ vrrUiït, et nuti» coomndnjRïX 

qu'il n') a rien de sî puéril, de si ridicule» de si alwurde, <I« ïi 

iiiiiuhle. de î^l niéprisable, lirii de pire* k l'eu^pLion du nul 

pOKÎtif, qut- ces deux rares qualité... 

uaubhoiselle ds L'Esri)t&saE. 
On poul accorder cela. 

aoaDic. 
Prr^ez-y garde, je vous t;r) proviens, lout à l'heurt 
reritlervi. 

tfADEtfOISELLE DE L'ESPUTAIIE. 

>atjs ne rtculooA jamais. 

■ 01IDSIT. 

Et lea «ciioiu solitaires T 

lfA»E1I0J4RLLE Dl L'Ea^lHAlSB. 

Eh bienT 

•onoEu. 

Efa bien, clleft rendeni du moin» du plaisir à Tiiidividu, ei 

noire principe est fiui, ou*.. 

MADEJIOISCLLI OB t'tSPIFASBE. 

Quoi, docicnrh.. 

BosnEt. 

Oui, madenïoiftelTe, oui, tt par la raison qn'èBsBfont iushi 

îrdiâèreBtra. el qn «il» ne sont pu auwti Mériha. C't^ 



SLITE DE L'KNTAETIK.N. 



1«S 



ti' 



ec quanif on n'y wrnii |iah ftolltciti' pbT le besoin, c'e^tl 
«M^fouf^ mit cJicvte iloiicc. Je vfrLj^ qu'o» mï porte bien, je le 
veui abM>lum«nt, enie]i<lc£-vou.^? Jo blÀnie tout eicè8, mai^ 
dtkm un ctat fie *i(KkU' tel que te aôti-e, il y a cent con^i(k ration» 
nïsoDQàblca pour uiie, a&n^^ compter in tempi^rament et lea suiten 
rufle!«ics d'une continence rifroureuse, «urtout pour It-^ jeunes 
personnes ; le peu île forlune, b craiuin parmi \ejt hommes d'un 
re[>«nt>r cuiunt, ches les renimes civile ilu clt^s honneur, qui 
r^uisent un« malhtiureuHe crraturfi qui pmt de UnguOLir et 
d'ennui, un jutuvre iliatile qui ne smi k qui n'adresner, k seipé- 
dîer à U façoii du cynique. Caton, qui disait k un JL^inif^ liammc 

Auf le ]X)inl dVntrrrchn uiiA<xiurti?<ane: « rkturage, mon fils 

lui tieudrail-il le même propos aujourd'hui? S'il le surprenait, 
au conlr;iire, seul, en llngrant di'^lit, n'njouieraît-il ps^ : cela eM 
mietii que de corrompre la femme d'autruj, ou que d'cupoacr 
aod lionneurcl ^aMiih-7... £l quoil parce qu<^ Ivs circouHlancfts 
me privent du plua f;rand Itonhour qu ou puisse imaginer, celui 
de confondre mex «cnii avec lea Hcn«, mon tireHM! aiec rivre&aBf 
mon âme avec Time d'une i:ofn|in(ïncquefnon eceur^e choisiraîl. 
et de mr n?prod[iire eu elle et avet elle; parce que* je ne pui* 
consacrer mon action par le Kcemi de l'utilité, je m'interdirai un 
instant n^essaire et délïcieuji! On ^e fait «aiçfner dans la ple- 
Uiiin-; ti qu'îm^Nifif- U luitun^ ilr l'humeur ^itirabaiulanus et sa 
couleur, et la matii^re de &Vn di'livrerT lUk v%î luut au^khi 
superflue duis une de cen indisprtsi lions que dans l'autre; rt si, 
repompée de seâ r^noint. dï^tiibu^'e dunn louk la machine. 
elle s'nacue par une auu'c yoic plus louguc. plus pénible et 
dangereuse, en tera-i-tllc moin^ perducT ÏAt nature ne souffre 
hen (finutile; et comment serais-jc coupable de l'aider, 
lorsqu'elle appelle mon secouni par les «ympt^mea les moin^ 
équÎToquesT rte la provoquons jamais, maïs priions-lui la main 
dansToccaftion; Jenevoi^auiWuset à l'oiiiivet^qoede Ia»ottitK 
rt du plaisir manqué. Vivejt stobre, me dtra*t-on, eicédec-voun 
fie fatigue. JevouH entendfi: que je me prive d'un plaisir; que 
jt BMï donne de la peine pour éloigner un autre plaisir. Bien 

KADEUOIfELtE DB L'tSPI9lAS8r 

TotU une doctrine qui n'est pas bonne à prêcher 
enfant». 



aux 




\u 



$git£ 0£ L'£HT«£TLEX 



BOBf>EL3. 

Ni ftiix autrefi. Cp|it*iwlniU iix- pi-rnirtlrtfx-vouK une MUpptvtU 
tioiT Tous «vr/ une filT^ ^sag?. 'mp Kage, innocenip, trop 
innocenta; dlee^t d&ns l'âgr où 1r* u-tnprramriit ?«? dfrrioppc. 
Sfi lèift scmbarrASJw, la nature ttt !a aecoarl poini : vous m'af^ 
pclci. Je m'apct^ob tout k coup qnç tou« tes iyrDpt&mes i|ni 
voas efTrayeni nai:ucni de la Hurabondnnœ ft de ?a rrt4?ntioD 
du fluide ^cminal ; je voua avenir qu*cl!c esi menace à'uut 
fcKe' qu'il est facile de prévenir, cl qui quelquefoK csl impos- 
sible i guérir; je vous ta lAdique le remède. Q^è^ ferei-vou»? 

UAOEllOlSELtE Dt L* ESFljrASftC 

A vous piler vrai, j« crois... nuis c« cas n'arrive poioU» 

DOBDEO. 

Di^rompc«-voiTs ; îl n'f^i pas rare; €l î! s'omît fnSfu^nl. m 
la lîz-j'MtM! drï mm iriirunt iry olmail... Quoi iju^il ru miU, ca 
serait fouler aux pieds toute débute, attirer sur aoï lea aoop- 
c^ns les pTuTs odieux, et coinmrttn^ un cnm« d« lèstVNiciét^ 
rjue dt divul^er ceH principes. Vous fË\ei. 

Oui. je bdançaiît à vou.4 demander s'il votis ^lail jj 
arrivé d'avoir une pareille coofidence à faire À <lâ8 mftres- 

AssurvVE&ent. 

IIJinillIOiaKI.LÏ. DR L'ESPlKAftBE. 

Rt quel parti ces mères ont-ellcs prisT 
Bonoiv. 

Toutes, mt\s «ic^ptîoD, le bon pani, \e parti «etiaé... J« 
n'ôieraiit pas mon chapeau dans Ja rue k rhomino auepeelé d< 
pratiquer tua itoctrine: il me «ufllralt qu'oit Tappelii un inAme. 
Hais nous causons oans lémotiis et âana cons^eoce: ei jf 
vous dirai de ma philosopliic ai que Dicigi^iie tout nu diviit 
au jcuTU! et pudique Aihi^nten contri? lequel il se pr^araît i 
lutter : « Mon llls, ne cT&îns rien. Je ne suis pas si nH'cbuii 
que cetaî-lk, i> 

DoaçiiT.jc vous vois arriver, et je ga^... 



Nyaipbon>«la. 



SUITE DC UENTItETIEN. 



sr 



Je ne gage pas, tous gagiieri^. Oui, n^advmoiïbelle» c'est 

HADCKftiatLLE DE L'Eïir 15 AfiSE. 

Commeatl soit qu'on se renferme cinas ruicuiiuo do son 
ï, soit qu'on cfiftorbeT 

11 eftt vni. 

MâDSlIOtSELLE DE L't«PIIf &8f S, 

Tou« étet luODSlruevi. 

BOlll>En< 

Ce ii'^t pu moi, c'wt ou la naturv ou la socîéré. Éroutef, 
Ile. je ne m'en laisse pnim Inipfïjii-r pnr <ïi-?* mots» et 
Jt in'M{iKque d'HUUinL piii^ lilin-nirnt r|iif! je ïiiih nr^t et <|ue la 
purrli> «le roen PKBTJni dv^ laiNse pri^e d'aucun cât^. Jc VOUS 
deiMnderai donc. Je deux actions ^lemenl rCKtreînlcs k U 
toli^U>, qui m pcuvriii rr.fidj-r que du pUîair aana ulltité, 
mais doDl i'uDe n'en rend qu*à cxlui qui Ja fait et l'autre le 
partage «tcc un èlrt semblable inÂlc eu fcmrlle, car le isoxe ici. 
ni nt^mc J>mploi <lu ^exc n'y fuit rien, en UvQur de laquoUs le 
acte commun proconcera4-il 7 

lUDaiioiatLLB DE L'fcflriNAaai!. 

Cefl queslïoEut-Uaenttrop sublimes pour moi. 
BtiaDau. 

ALI api^t avoir ^1^ un houinir. {lendAnt quatre minules, 
Toilà que T€ua repienes ->oti'r tnruelU? et vo% c^lillotiâ, et que 
TOUS rôderencK rcmnic. A la bonne heure; cb bien [ il faut vous 
tniter comme bclJc.,» Voilà qui est fait-.. On ne dit plus mot 
de H" du Barry... Voua voyea, tout s'arrange; on croyait que 
1a cour allait Gtn; bouleversi^. Le maître a fuit en homme irenâê; 
Ctanf îtitii punctumi îL a çard'^ la femme qui lui fut plaisir, 
ei le ntini«irc qui lui est utile... Haïs vous ne ra'ecout?£ pas,,, 
OA ett 6le»-vous? 

HADtMOtSSLtK OE t'E»rift43$B< 

l'en mis à ces combinaisons qui me semblent toutes contre 
nature. 

AoanKiT. 

Toot oe qui est De peut être ni centre nature ni hors de 
Q&ture, je n'm excepte pas m(me U rHastet^ et la continence 



18S 



SUITB DE L'ClNTRKTIi:», 




voloDlaifes qui rier&îent l«s premiers des crim^i conlre nMitiT, 
MÎ Trtn |M>uviut iM^her contre ntiunt, f i fc* premier* des crimes 
contre \t% lois ttocîaJet d'un pny^ où l'on pèserait les «rtiowi 
(Udh une autre balance que celh du fanatismi^ e( «lu pr^jucê. 

UA DE M 0111 ELLE ni L' E SplK AïfiK. 

Je revîen««ur vos m&uditssyllogisfno, et j€ n'y vois point 
de milieu, il fnui ou loui nier ou tout accoriler... HaU lenf^, 
docteur, ]tt plas iKiniiètp et \e plus court evt ^y ^Qier \vk- 
dessus le hoiirhier ei iV&n tPwn'iT k ma première question : Que 
p«nit{Tf-irouA du mrlangr tlvs^ «jp^resf 

eomct. 

Il n'y t point iV«autct* pour ccîs; nous y éiicn^, Votfoqu«^ 
tion est-elle de physique ou de morale7 

ItfADEVDiARLLK DE L'tftf|\A5Sl, 

De jitiyMÎf|U4?, lii- pUyTMqiii?. 

Bonncu. 

T&ni mïoux ; la quesùon d« morale marchAîi la pronièr^. el 
Tou» lodificidci. Ainiti clonc«.. 

VAOËlfOllELl.e DR l.*EftptHAS»C. 

D'arronl... wn* doute r'wt un pnOimiiïiiîn', mais je tou- 
ilraia... que vous Ht^uraniejt la caïur* di^ IViïel. |jiîfur>iiti la 
vilaine cause de diié. 

noancr. 

Cesi lo'nrdonner de commpm'er par fa Hn: mats puisque 
voun Ir voafrï, jr vnti^ {tir^ii rgue, grftc.p à notre pusillsiiiiml^. & 
nos répugtiajices, à nos lois» À nos prt^jugtLn. il y a lrf»-peu 
d'exp^ricncoa failcs'; qu'on ignore qudleit KraJenl 1rs copule 
lions loui à fait rofruclu^u^i^; les cas où rmile se rt^uniraii à 
l'agix-obtci qucllud sories d cnp^ccs on 8C pourrait proœcilre de 
lenlainea variées et suivi«Mt M Ica fr'auno^ »oni rtels ou fabu- 

1. lli<«Uf d(i U BnTfuuiiti, dniin !■ PhaUutphû dt H. JViaufu. pr#laD4 qtv 4» 
uptVion»! m loui grnrv* ant oUi fituj A i^nthlim par FnSJfflr II. Cm pr^ 
btblamMil fiât \ lotim on '■«i iiijourd'hui en ^ImiL dn pMitor r|u« dn puvil* mM** 
MfM nol ligpBiriblin «u ndi» iivit qu« »luî ilu Ufitn tt dr< U poikl* li^ ^m 
MSt q«4lqiu'(l ih pour tkfuil ua «tiriUbln Hiruit : Jl^umqr. Ibllor Jit à t4 pfH 
pM ^ ■ QuEiiqUQ j« rat bw? sTftjid ttoiiiLcur do lïiniù? cJv H. 4< IWauoiur. Jr a>l 
jVUâlv pu me pf^nuâdnr r^a 11 y *ll 'U. rcmmn U 1* dJi« une iniB cdpuLkiIdp du 
tafHQ ■*« U luioT» • pAynofp^if (diAt k« piuUft coiuvrtunl la Gànérmucm), tn« 
ca rr4nc*ii an 1114. Vol. I. p* 31T. 



i 



t 




SUITE De L'£r(TRETIt:N. 



189 



Ictii; si l'on nff ntoltîplieraii pa^ nn cvni rAi;i>iu cUvfrM-» \e» 
ncm (le muleis, et li crllGi que noun connaiftsoii& sont vrai- 
mcDl siérilcA. H&û un fait sÏDgulicr, qu'une infinitc de gcw 
tnslruitflri>ij?^fttt«Kl«rcnU'ommcï vrai, et qui çîtt fAa\, c>M qu'ils 
ont vu d&aa U btase-cour de I archiduc uit iofàme lapin qui 
«ervail tk' coq k ^iw vinf^Uiinc di' poules tnfJLmcJï qui îi\-n hccom^ 
luoilaiem ; iIë ajouteront qu'on leur a mojiti^^ des pouleta cou- 
verts <h p<fil« et provenu» du ccuo bG«<liaIiU\ Croyez qu'on s'est 
moqtje d>ux, 

KAbtHOIfiELl.K DE L'GBFIKAfiSB. 

Nii» i|u'eateitdei-vouM pur de^ tentatives «uiviei^r 

DOII^BIf. 

J'entends que la circulation dtLK eirts eut Rraduelle, que )es 
usïmiUiianv des Atres veulent 6tre préparées, ei que, pour 
TémW^T dan» eea aorte» d'espt^nenci*», il fauflralt «'y prendre de 
IoId €1 iravaillpr d'abord a lapprocber le» smmau.i par un 
r^me mnalogiie. 

KAOtUOliiELLE l>£ L* CFPI\A95E* 

On nHïoira diflïcilemeni un boinnie ji brouier. 

anaitEU. 
Bais non àprendn^ fiouvcnt du lait de chèvre, et l'on amè- 
ncn facilement la chèvre & se nourrir da pain. J'ai choiai la 
cM\T« par dc'j? coit&idi^raiionB qui me sont parikulièfes. 

Et <m conaid^rationi? 

aoaDev. 

Vous iice bien hardie! C'cct que*., c'est que nous en tire- 
rioQS une race vif[Oureuse, inirtli^nte, infatigable et wloce 
dont BOUS ririons d'exceflenU domestiqua. 

)lAl>lMOI^£LLt DE L'K3ri>A«ftK. 

Fort bien, <locttur, U me sensible dt>jà que je vois deiri^ 
l« foiturc de ws duchcââes cinq à ^ix gnnid^ lo^olcnb chèvre- 
pieds, et cela me réjouit. 

DOhDKC. 

(Test que nous ne d^gntderions plus noa frèrca on les asaujct- 
tiaMAt à des fondions indigoea d'eux et de nous. 

UAIliltOtSKLLC &£ L'ESriNAAaK, 

Encorr imi;ui. 



»0 



SUITE DE L'ENTRCTICK. 





C'est quif nouK im nVluinons |>liix rhummi; (lui« ika colonies 
i h cooidiiîon «Je la bëie deinomnie. 

Vite, vile, docteur, metlai-voue À U besogne, vt fili 
défi clièYTç^ieds. 

Et rouH le peimeitrei sans scmpulef 

Mais, »rn*tM, il m""?fi m»t un; vo» diK-r>^<-pî^s wraïpnT 

BOSDIO* 

Je 09 \tm h» ffarnnii^ pa^ biçTi inorAux. 

MAbBMOlStLLLË DE u' E>?INA51te. 

n n'y ftu» plus de sùrciè pour Ica TciniDus honaôlCft; 
mutlipUeront sùna tîn, & la lon^uo il Taudm les ossomcncr ou 
leur olx'ir. Je n'en vtua plus, je n'en veux plua, Tenes-^na 
en repos. 

EtiA qu«»i]on de kur btpiCnieT 

AtADIKOlSSLLC DE L*16P]NAEtE- 

Fcrajl uA beau diarivarï on Sorlonne. 

Avf!£-voua vu ftu Jttnlin du Roi, eous udc cq^ de wmCt wi 
orang-outang (jui a lair d'un »int Jtan t|Ui pHïcIio au d<s«nT 

UAI>£llOtSlLtK DE t't»FinA»»£, 

Oui, je Vti vu. 

BOiDEt. 

Le cardinal de Polignac lui dUait vn jour ; « Parie, et ]« 
baptise. » 

UADBKOlflELLC J>t t'EArUCAtSE. 

Adka donc, docteur; ne noui dï'Uîwpz pas de* »iW«, 
comme vouh faiiea, et pcaAC£ qucl[]U(foiâ que je ^oa» aime i U 
folie* Si l'on ^vait tout ce que voua m avec cont^^ d'korreonr 

Bon DEC, 

Je auia bieoathr que vous tous en tairez. 

KADEUOlïCLLl Dt l'eSFIHASSE. 

^e vous y fici pas, j<î n'écoule que- pour te plabir de redirt^^ 
IhLs cnooft UD toot, el je n'y trvîens de ma vîe. 



4 



SUJTE DE L'ENTRETIEN. i« 

BOBDEU. 

Qu'est-ce? 

BIADEUOISELLE DE L'tfiPINASSE. 

Ces goAts abominables, d'où viennent-îts? 

flOllDEU. 

Partout d'une pauvreté d'organisation dans Tes jeunes gens, 
et de la corruption de la t£te dans les vieillards ; de Tattrait de 
ta beauté dans Athènes, de la disette des Temmes dans Aome, de 
ta crainte de Ta vérole à Paris. Adieu, adieu* 



SUPPLÉMENT 

AU 

VOYAGE DE BOUGAINVILLE 

W 
DIALOGUE ENTRE A. ET B. 

■ DR l*iicoitIiiijit d'ittacbe» 

Dli IDiEt VOAALlft A C£ftTAJZfES ACTIOII PVÏ«IQC£S 
QUI fl'KH COHrOPlTEIIT P4S 



Al qauto ntllon moHt, popiulûqui âLja, 
IHrtBitpii NflLara latf. taiJ uodDrtcls 
Ditpuun nlk, me lua fMMidi peUDdii 
Ivuadmral XoD «Ilia nnwH labont» 
Nil n(un puUal 

HoUT. Sat. Ub. I, «aL ii, tr>. '» «I t«q. 



(BcztoNn?)-pilJ>lléul7WJ 



II. ■ 13 



I 



NOTICE PRÉLIMINAIRE 



BoogiInTinR [LouU-AnuiLne ), miibAmstlclcn, mllfUIre et marin, 
accomplit, de I7M à 1709, le premier vt>ya^ Autour du moude «xéculé 
HT UD Pr*i]ÇAt« f^ fQlutfon do co royi^ï pirul ea 1771. CIt? <iut un 
^wkd rKientUsrmnnt et (ïIIe dirvi^l, titnt natiirdlemeat, «telller l'tunn- 
lion de Diderot- Il ea ûl tin premier cxaiaeu quM destinait trèv^probi- 
blcnKTDt à Ia Cf>rre4pf>ndiMca df; Grlmtii, maïs qui nt? lî^re pua duo Ce 
qoJ «A a iVUj puMiû. Grftnm ftyalt en 17&6 (15 décembre} ùsmi vivaiD#nt 
Btttqu^ M- dn BotigmlnvITK i Qul il r^procliEtil de ne pus «Jouter tM mm 
profxirlioQeL coVoss^lei d<a P&tasDDs; peat-ètre oevoului-il pospar^lre 
M déjufr<3r «Q louant oc bomme qiiM avait afîcu4é de corriger parfoU 
•■• opinioom (t^tpH» sH lnlJr«u. Cfu^? première note de Diderct, duu 
bqocUe on xoU déjà ti? fC-'rme du Svpptémenl oh IV^o^e r/c iïtnijfoirr- 
tUU^M tTMiftJt dioa 1«« manuacriu Ln^ditj di> TCrmltage. «I cous 
irooi cru cïFïfilr fji dcmncr kl (romnw In prrif*crî obligée de ce Supplé- 
■nil. I^?s <iur Jquvs râpËtitloila qu; Sti pri?K[itnrxiij( dans Ins prrnkl^rea 

pftfM Mnot manu itUlea pour hErc bien MatJr lea procréa dff tmvRll 
«nplOféi p«rD1d«rotoi prouver qu'il improvlsui moins <^u'oa nqTadtt- 
CMW r^ilartlfm primlUvr ■?%! Of! U flii de 1771, alnil que !'■ prem- 
iers U DOto pi^e 204. (}[iMal au 5d;)]Eï£^inflnl, il Tul composé quelt^ue 
temps aprA9> imb (L rtetA ^ic&lomont JnôdU. Didoroi, d^xis U dernière 
péfioda d^M Tl0t r^pii^nni rt louti! idée de publicKA, iS!rkAit pour lui 
nul et pour m amU; Il lolualt alon «lier ba plnme aviA aucani: pré* 
cwUoo, prtt&it ses mocuscdt^ dont qui routait prenait copie, ptila 
■mMtiClfla oublier. G^lul-cl lomi» ontr* \e* milni d'un homme qui 
éa\x dp la HidAtédiî n'Akmbert et d» H'^ ûe l'bpiiijisiâ et ijui ne le 
liitAa pas perdra* 




496 



NOTICE PK£LtMlN,\lRE. 



rui un portrs&l p'^u fUiiA, non pAnv que l'ibbé «v&tt pubUé aTftnc IqJ 
c«t ouvrv^ ilr D[dcrot, ni«l!i pATcn ^iHl avAlt tCCOlftpftcnâ cr*((4? pgl 
cttUoQ d'uDc dlairfbv conirL- l^utcur, <\nW ^ccumli ^'atxilr, pkt 
« J6y«urvt6 de plkllo»opbe, 4lé l« ««rfl&ble fD»ti£uu«r d« la «anj-eviof- 
j^r^, dont kï nom* dlpm* ilc la chosori^ n'a i^U- ronnu qu'tprèt «Ile; » H 
d*avolr f appris aux Cbaumctis et tui tl«è<n à décluiiBr cooire la 
Irojd ni4Hr«« du gonrvr humain r le grand ouvri«r, 1m mairi-rtntU et le* 
prAtrw^ t 

Cette alnir colère «vah attendu pourvVxpHtnnrU fia il« h* fiArlodc 
rêrolullonnainr. L« n>cuelî intittiti^ Opi^cutfn philoaophiqu^ rJ liUé~ 
PotrVf, qui contlATit \c Supplemenl du Icya^t dt HotiÇMitntiê et le iH»- 
IfiffUf avtcc ta Maréehale. «1 da 17WÏ (PitrlA) On v d<*mind9 coniDMil 
r^bbé avait pu conacrvor sil lon^tmtp* dans son portt^reunk ubr pl#c« 
A 1«L point dojtgcrttiw, qu'i^lk atilt, m^tne, JnMJl«, iû^r4 k^a Cbau- 
ffiMU ce Ici If^btfri' ^taU'C^ pjjr iVin^t d'un «tcnisumMOI 4^ iMMf 
l/auralt-n cumniunl^ué^' au publii^ si 1^ acItaibuA polltl<|U««i hp M 
avAJcDi pu paru doDiK^r A md rccudi un certain à-propos,., cob- 
mercial t ny a-t-ll U qu'une de c?i*i inadtertaoorm doni faèbé ée Vua- 
^LlM élttllcoiiluntE^rî [l *^ti UJfllt'Jle d*.' pi^ri?r?r fc myitAr*, 

Nom parlons d'inadvertance, Cétajl «n effai l'un diC» d^fa^ta ik oi* 
prAtfC. qui Tut un aB»c£ pauvre éorlvalxi^t unpr4dJcateurp4uai»èdJocra 
«DCOr«<Naifi:e<»a, piqu^au vif par Mn procMA > T^yinf d'En hnmm qui 
Tavalt nfçu fi m 11 librement, rapportr, mtdt non pour TMCut^r, eovin* 
Doui roBayouA bénévoleujçn t, qu^in jt>ur, voulant dunaiMkr A IXAlea- 
beri frl i Diderot, en prèxincn di^ M'^ de rEApiaasae. leur oplalott mt 
na »>nn<hn qu'il devniL prononcer \c dimani^bo suivant, l^ibfaé de 
Vauir^lln se la^asi tfllJriDffiit empurlrr p«r renthtiUsiaunR qu'A ÔObUa 

de miter «n paaMK«du» lequel 11 attaquait tr^ ri vcmcnt toi doctrines 
«t la personne de un htn#*. Ceux-ci, quelqu<? p«u âtoanéa d'Aire loa ceii- 
dra;Nd'*o^i<t^ L-riUqLieaM»iîx dure, lui repr^vi^i^rmtqne^daaileatamie 
où il T^ iTourali arec eux. Il avraii au moln» convenable qu'il nduBdl 
un peu ttea oxpranionx, L'abM Avoua en cû'tl qu1i ttaJl alla trop lolfl et 
promit^ non point d'adouctr, maU de mipprf mer tout h Uil ov feet^, 
dont il n'aralt pas d'abonl metoré le portée. Il partit tmt oMte aen- 
ranoc et le dfvucbe d'apH» il prononça >od sormon. liiHniiiciwi i 
meut, par une nouvelle Inulverteoce, il w trouva que le fasMin p»- ■ 
aiçe en fut la paitie la plusdévcleppé^et la plue if^courvu»*. 

On ne reçut pla* i'àbbé de Vauioolleschee Al'^' de rDpInaMt. Il 
n'aialt paa p«n>d qu'on w déflemil de ««• promeMea et qu'ottlrah 
écouci^mn wrmon. 

U y a dafi» ce dialogxie, A cAl6 de* néfliffCncxe de ityte ItabltuaUM t 



NOTICE PRfXIMISAlHE. 



tw 



Dlctorot, qa«lciu«a pusME^s Tnfmcnl rcmirquablc^ McUter oLtaJI 1o 
dlaeou» du viftlll«ri cdmm» n un dos p^u« be&ut moreeiihiK d'Alo- 
qauHX nofa^ qui rilstcai en nuniif^ ]iui^j«. ■ Quint nui I<]<^m, «lin 
iOal dbcutoClc)- U y eu a tiudqut-Jt-uru^ quJ te riipiirm:bi'ni dr cdlc» 
qtt# l'wiUur Avait nuu iJoul« «oufflAct & Bouutoau lorsque oelcii-cl 
éertvll *oa PiMc&urt pour TAcadémln d^? I>i}»n. Il Ici % raprlvei, maU 1 
AOii ^iutdenitf ij>Ëc]al,qule!tt loujuurïidlHjçAplutrïtfrirsIi^iijUR&tJouH 
moralca <;ac vers ooll» de U polfCiquo. Il ne touche 1 en moiixtre vun 
fft iiu que r^rt UybfttoieiX «i >vi>[; c«tto r^^orro qu'il fiut Qorrtgtjr Jca 
»a«ei avuit de (oucbnr aui fnsUiuitonv 

L'ci^Lbouitadme qj*il mAn^fi^ïIr pour Ica coutumes» <Jfl TaîII éUU en 
p>/ti« Justine |Hkr la pdnltim qua BotigiluvilCo avilit faite de cctto 
iVMiurJff r^iWni comint' fl Tippi^la d'fttuird. Peut'AtrR m^me DE'lerot 
aiftlHI eu d'autres tèuioif[n«gc9 plus directs. Il 5 siolt parmi Ici (?ftplv- 
rMtmn, ccroro«t ikanftser, un prjncû du Na^»u qu'il a pu connaflrâ «t 
CfitMidrc t 11 flirnlt dédl4 U P4rt d4 famiiU k In prlac<u«« de Nassiu- 
SaarLrï^tk^ IJ eibLc m\ nuire un lojuiuacrll» couwrvé aciuelLetnunt k lu 
bibLcUiNjue du Nuféuio de Parl«. et dont [^tuteur était un valonUiro 
qui arut prf* part k rtripédtlJon. 

l> maouflcrlt, «n rnit* cflbJf*ri, mt intUiilé « Jaumai tié nftvtçaiinu 
pour vTYlr k mol, Clurlu-Pèlli-Plj?rre Feîu^ltr, rolocuUn? iiirlafrf^te 
ij« roi U ibiidWiur, oummandèe par U. le cbevolier de Bouffainville, 
OfiltAloe de vttfMeau, arm{« en partie k Nank<a, en partie â Breal, dam 
rasaét J7M, lidltr rréi^ntp monlacil ving-ili pii^c^B dA nuon de ûohict 
et deux <c&t viugt bonjcnca d'équlpagr, deuttiii^ à faim le tuur du 
HHlihde; comiDenci le h octobre 1766. > 

Leroleaujr^ rfl*<be, qui nVrrtipna m pbUoiopbe, niaLien to;ag«iir 
WÊÊ» préleUllolK Uim^w, rommrî Dlclrrnt, dani. l'iidJii irai ion f^u préai^iice 

dei Dimr* (ka Tlft!ell^ et cette adaiirelJou le ;>ciitfBe ifkf re de» réncilont 
fort toitogttoi, pour le fond, à c«ll«i3 que nou» lirons tout à rbeure. 
Il ne wwe p^nlintl pu dâpIacA d>n donner ki qup|[|ues Rebâti tlllods 
«J l'eOtrveKQûCe ■eoeuetleâ la «ue de It première Temnin qui aborda la 
frfpic ri fat prOrnlf r eux voyageur* par les «ielUanbqul l^accompa- 
gmloat n'y était exprimée un pou irepnaivemeiil. Il dûus suffira de citer 
GMte pbrv« : t MsiK la décerna, le loonaire qui comttai r>î wuTtnt ]«« 
votâmes des bcmmrj, rUni a'oppoeer i iios déairs «^béoicata et noge 
IU( iBvoqvier vaifïemect le dieu qui préaide au plaisir, afla qu II nous 
rffMk lftrliibl« lin Insuni ou qal\ fascine ueulein<*nt Ir^t yeux diH Jtttla- 
Uoti.*EA pudeur r est quallA^ de ■ lil&mAbIf > avR^ enlacer correctif 
• MM doulO' ■ t*e»t ■ Je corruption d& Doa mceure ■ qui nous tail 
t f pqrer trop libres celles d» 7mU\. C'p»I cette mfme cerrupUon qui oa 
boas permeï pes d'ace umi^llr rommr lc« Iadl|[èuf3 les rltKS de leur* 



IM 



NOTICE FlteLIMINAIRE. 



GârénioQl«4 niiptiftln et Qut ■ ihjuh fjilt irauv«r dii mat duu une Mtloa 
duiK Luiuctlo CM gcP8, »vcc raison, ne trouvcrl que du bli;ti. * Le toat 
M tvrmiacpu- cctta r^Boiion : « Il D'y» ^u« cdid <ïuI fiJt ouqiU ordlt 
Itin? mfti QtiJ ctiigne lu lumière. » 

Nous âTOft* cUA ccUe fflC^D de voir d'ua Cimoln ccuUlro doa» U 
Baul« Int^atloQ iSe moâtror coint>k^uDidert>i cm «lousàbl^de s'être IdMè 
■HRr t âmpllrt'^rrfir-iirv, 1 pm|koxi'rin «ijpr c^ul pr^ultumt t div con- 
pâmions lout à VmnUgt do habimdca dn BAuvaxes. La corr^ptlOD 
dofl m<aura i U fin du ivjir BlAck ûUtt r^^f-Jc, ^t l« muquo d<rBl Hte 
an couvnll no fslttii po* lUonion bui phllo^phpi c^qI, «n vantint TAlftl 
de nature orojalent pimûi fAlnr uti^* NsUm i b T^IIk que dociuir d0 
rtffle» d« c^ndolie. 

C'est donc t tori qu'on voudrait ¥clr Ici un cod« d« rlfonn^ •oclilr 
et dsns Drderot TipOlre de la coromunautA d«s temmat «t du pvtAfc 
de* bien*. Qijolqucji louantes qu'il donne sui TalUeas» D n'en croit 
p» sutsnt de bien qu^iï cei dIL II no connaissait pas d*altteors ocrtstna 
détails qui aTlalent un peu trop dlr««1«niMt contre m tbèw, oomna 
l'infuitJcIdB. une dn plaies fh«a de celle société auiaj currooiputT hd 
Tond qtir U nOtr«. et El a écrit en réalitâ un fçmao arec Tajtl ni pte 
DJ mcios que Féodon kvic Saleoie. 

8alnC0-BeuTe eiptlque î«s IdAf* de Diderot sar 1* ■triage par le p^ 
do contraenco qui » frouTalt «olro sa tbmM A luJ; mats Q a oain de 
faire remarquer, préclsteeat i propos d^ie p sa ^t de ce StfppUmttni, 
q» lo proiafODtste de ces Idées STeniorMsos nta tal pas moins 
« oolol dtte pUtosopbeo du siècle q«l cultiTm le plua ptiwniesii l«a 
rolatlûiia de pïro, de Us, de Mre, «rt qvl sentit et pratiqua le nltiii b 
iioratfté de b l^nOla. * 



I 



I 



VOÏAGB 

AUTOUR DU MONDE. 

WM^M LA ^■tO&TB DU «01 ti /fOUDSUSS «T LX PI.CTS L'ÉTOILE 

Il iioQ, iTftT, ii«K, nm 
S0P9 LE COtlUAMlEUCNT DE M. DE BOUCAINVILLK 



L'oiiTTigB est dédié ftu roi; il est prér^d^ d'un diâcûurs pré- 
1imliulr« où TiutcuT rend compte de lou& les voyngieâ entrepris 
Auloor du Fçlobe. M. d« Bougoinville est le premier Français qui 
■ïc tenté cette dilTicile et périLleuse course. Les jeunes &itn4>çâ 
de M. de Bougtinvillc oot é\é occupiïeË de r<^iude des mathé- 
matiques, ce tfa\ suppose une vie sédentaire. On ne conçoit pu 
trop oiinineni nn |>aisse de la tniiiquîllilé ei du Loisir d'uiiiï con- 
dJtion médilalive et renfermée à t'envie de voyager; à inoin;^ 
qu'on nf? rr^nrde \t^ vmssnin coniirp iirp ninmon no1fJUil<* a£i 
rbomnie Iiuver^i- ileji e^pacts immenses^ resserré i-l imm^lnle 
daxM une enceinte Irès-ëtroîte . [laicouranl les mera sur une 
planche cxMïime les pingre dp l'univers sur U terre. Toe aulrt 
o»ïtr«dictioD appftrerïle entre le cmuctÈre de M. de BotigùavUle 
et son cflUeprise. t'^si son goAt pour lea amusemenis de U 
société. Il AÎmc les femmrt, les specUcle». Ica repaa délîcftU; 
il \it dan,^ le tourbillon du gr&nd monde auquel H se prâle 
d'aussi bonne grAce qu'aux inconstance» de TiBlémcnl sur lequel 
iJ fl été b«]]oué si Icngiemps. Il est aimable et gai; c'est un 
rentable Français lesté d'un bord pu- un Traité d€ eaiatl ttl^ 



»0 



VOY\GE AUTOCA DD WO^DC 



grtd fi différfniift^ <Ie J'tuti? par un Vojf^fe ^utow du mandt. 
Il éuil bîeii pcMirru di* rouiuiwjuirrTt ti^'*-^!uin?( poitr |>rafiier 
|J« M longue lourn^ ; il « de U phUosopb«e, de la fennelé, du 
coungr, tk» T1KS, de U frviKJiM; le coup d'ori) quî MÛit le 
vrtî ^t alïrége le temps des oÏMwrYàtkms; de b droonspecibti, 
de 1a patience; le àèsa de toit, de s'ioatruire ec d'être utile; 
des in«iht^sutiquest des méciiui|tiesï des cottsainuicea en hia- 
loire aaniTelle. de la gtoon^irie et de rastronomie, 

Od peut rapporter ks avaoU^ de aes toya^ à itoîs poiûto 
priDCipaiix : une lœilletire cennaiaeaace de notre vkitx doicî- 
«Oe et de s<s bahilants. plus de afireltf mir IC5 mers qu'il a par- 
cdunies la sonde à la oaain. etplus de correction dans DO«cart«s. 
L» marÎDS et les g^ogrtpbta De pecf«Dt donc ae dîipeascr de In 
leciiire de son ouvrage. H eac écrit «kt emphase, avec te asul 
inMrtt de la choae, de U vérité et de la ûmpJtdi^. On «oit par 
dilEérmiea dia^iuta d'andeos auietirs que Virgile éiaii dan^ la 
léie ou duA la malle du voyageur. 

M. de Bougaïmilie part de Nanies, traverae ks mer^ Jusqu'au 
d^n>il (11* Magellan, entre dans fa m^r ParifiqTie.-ieTpeiitef^trc 
lea IW qui fonneci cet an^tpel imraen» r.umpris entre le& Plû- 
Itppinrs et la Noutelle-llDllanide, ra^e Uadagoscu, le cap de 
flonne-Ef^ji^raiice, achève :wn tour pftr rAtlauiique, lotLrae 
IWIrique cl i^Jitre dauâ son paya à Saûht-Malo. 

Je n'aurais jamais cru que la anintauit a'approchaaaeni de 
rbomme aans craînte et que Ic^ oiacauv viaaseni »e poser stir 
N, lorsqu'il» tgfïoraieni tes p^la de celte familiantti; M. de 
Bougaiiiville ne me Ui^e pas douter du Eut. 

L'bommc a pu pa$»cr du coaiineQt dans une UO; mm le 
chien » le cerf» la hiche, le loup, les rcnordu, comment ont-tts été 
tran9port<^ sur les llcaî 

J'invite toutes Iob pui&»ancea irt&ritintes â n'envoyer dan^ 
leurs poaaeaaicffis d'outrc-mer, pour commandante, rèaideota, 
supérieurs que des âmes honnAi«, de^t bommea bieofaisania. 
des sujet» pleins d'hunianué et capables de compatir aux înTor- 
tunea d'un voya^ur qui après avoir erre des mow entîcra «m 
le ciel et la terre, cucro U mort ei ta vie, avoir é\^ battu dea 
tempêtes, menace cent fois de péiir par aaurra^, par maladie, 
par disette de pain et d*eau. vient, son bitîiuent fracané, ae 
jeter tipiram de fatigue et de niiiëre aui pieds d'nu anenstra 



VOYAG£ AUTOUR DU MONDE. 



SOI 



I 



d'vînin qui |yi n-fu*M? ou qui lui Taîl stiftndn? iuipilciyalil^mt-iit 
1rs itfcnur» l»7t |i1iï% |)nf3WJiNLH ; c«tli* iliin>té fut un crime digoc 
d'un rb&llflif Dt sévère, 

11. tk Boi^iinvîlk ^ lire dtcc un<? împjirLînlîii- tr^v^i'ûile 
fie lM|;mlflioii deajéïitil« ilii PftiagtiAy '. ^êncment cfoDt il a 
^1^ tc'-moii». Il 1K du pu sur œ faîl tout ce qu'il Kaïl; mais il 
n'en c»t pu flwina Ovifleni qv< c«:« crueT» Spariialeâ en jaquetle 
nmro co awunt «tcc Icur^ esclaves indic^ns comme Ici ilol<ri 
étaient Irailâs à Lact-dtinone ; T« avaient condamnés À un tra- 
vail npiniâtre el aaâdu; jCHiissaient de leur sueur; ne Icur 
avajejil \aàmt aucun dM droits de pmpnrlc; les leiiaient dans 
l'abrutlss^ineiii de la superstition ; se faisaient porter la vi>néra- 
tton U plui^ prolbode. fit marchnJfïrit nu inilivu du cos puLvro»; 
malheureux un foti€t à la main dont \h fnppaieni indistincte- 
ment louiftgc eiiodi KCxe; qu'ils aVisiimisoiuiitraiisiL l'autorité 
des sonveram^papadre^ise, ec qti'un siècle de plu*^ leiimpul* 
tûau qumi rir »ii|Ki>ddbh? ou la cau4e d'une longur \^\tvriv. 

Ces Patagonft dont le eaptiaine Bj^ran et le dorieur Hitly* ont 
tant rftil dr bruii. H. de !Ving,-ifnvîllr ]rs n vus i la Terrr* dr 
Feu: eh bietit fe soiil d*^ tmucu» gêna i|ui vou8fmbrfi&>«ni en 
criaiiL rhaottitj qui tiûut foriA et vigoureux, mai^ qui n'excèdeul 
p&s ta haiilriir dtr rînq pitïdH diiq i ^i:v pottre» Kt qui n'oiil 
d'êoonne que leur larrurc, la groaMur de Icui t£tc cl IVp&iâ- 
seur de lcur< nienihi'&t. (lomuinit riiomme ré uvccle goût pour 
le mcrreilleiLT vcirail-il les cboae^ comme elles sont, lors- 
qu'il a de pluA à justilïijr par le prodige la peine qu'il «est 
donnée pour voir? tes voyageur» enXtv les hJMorioîis. et les 
énidîts entje les liMéraieun, doivent «>tre le» pluR crédules et les 
pim ébdibie des hommes; ils m«niciu, iU (»agèr«ni, il» trum- 
peai H cela kb»k mauvaise loi. 

L'ouvra^ de M. delïobgainvillt^iiionia-eii plusieurs rJHltitibi 
rbûmmc sauvage communt^uieiit si siupide que la^teheffi-tr oeuvra 
de riihl4«lne himiaîne ne raiïcctLnt non plus que Ic-s grands 
pbteiménes de la uaturr: il a ujujount v u u-a pli^nuiuèiies ; tl 

t. ^hfm. Ctmmc^àmtt d« Grlram. tï KpLïmlir* 11» U 1>' M*Iy Util 
II* *n t7n4, T*n9 drgi cr<i.iaiiTiil t U Uilh CDloanlq dot PuLufiniu. COouuc Plg^ 



Sa2 VOYAGE AUTOUR DU HONDE< 

n'y pense pus; il xKs'eti ^mei veille point; et il hi muiqQewic 
cerUTiic quantité d'iclfcs él-^mcat&Irca qui le conduir&ieAt à une 
véiitable csitmation des chefs-d'œuvre de Tsirt. C'est de la 
tli^cnjHï journal ièrt' contre Ica bitcs f6roccA que le caractère 
crael qu'on iui remarque quelquefois & pu tuer u premîire 
^ginCi On lui trouve de U douceur c( de i'mooccnce dam les 
contréea ùoKcs oO rien ne trouble aou repos et sa sËcurîté. 
TotJle guerre naît d'une prètentioiï commune à la mèiDe pr»- 
priftU^i le tigre a une prétention commune avec Tbomau à la 
poâsese^iori des TorOte, oi c*<«t la plus vieille, la première dea 
préteolions; t'homme a une pTyteniioa commune aivec rboratne 
& U possession d'un champ dont Us occupent cliacuo un« do ■ 

Si vou« jetci les yeax «ur Tlle diH Liuider^", tous ne pour- 
rei vous ezDpècher de vous demander qui i%t-ce qui a plac^ U ■ 
CCM huiTJincttT Qurik niimtiiinlr.atiiui Ic^ lit? k U riulue ile& autrta 
élrdsTetqne deitieiJiieiil-ils en ^emuliiplianl sut unr Ile qui n*a 
paa plus à'vne lieue de diamèlrer M. de ^ugaimïtle n'en aait 
i-îen. Je r^pondrai?^ à \a demière des qucstiena. ou qu'ils seji- 
terminent ou qu'ils se mangent, ou que U multiplication en 
est retardée p^r quelque loi &uperatitieu!«e. ou qu'ils pén&sent ■ 
S0U6 le couteau sacerdnial. Je répondrais encore qu'avec ie 
tempAon a dû mettre de rhenncurâse faire i^OTfert toutes les 
iœtitutionsdvileft et nationales se cen»acreni et d^g^nèront à 
la lon^G en lois surnaiurclLt^ et divines ; et réciproquenenti 
toutes Iftï lois surnaiurellns et divines ne fortifient 61 a*^ierBiaeiit 
en dégcnérûnt en lois civiles et nationales* C'eatunedospalifr- 
giïoésies les plus funestes au bonheur et à l'instruction de 
l'espèce btunaine, 

La secret de des^taler l'eau de U mer aclon l'appareil de 
Poissonnier' eet donc une découverte d'une utilité réelle. Je 

1, DftOJi rAJchipfll PoraotoQ. I>6Dourart« pv BouplaTUls «S tTtt- BaadMr Ia 

î. On l'accupft br^uioup i crclc épHEUV dn Vappànli à dlatflliltan éa 
n^ inivoU par Pntunnnlir. « niit-il q^m ]' tnttm, 4cr|Vkt1 V«lUfa« S Vti 
inmqa^mvti (10 JuiiriaF nCC}, uot Hvoir fcu }iihtd il PotaMnalf a 49tÊÊ$à VmH 
de OMu* <>iU KTftlt bl«a cniel. p BuufunvlFe prtseod ^11 dat l« wlai 4a wm 
ùjoijtttrt h l'cSLpbl qull fli de an ippaniK PoIwanlarJauliMit d*!!!» uta n* >ii 
rSpauUdO pu-vii W Mnnu i1« «os Vmpi. n tiKli r#uiil wr u Mt» uv 1m 
a«BMim, JoA^l pcuMar, liU. m*cMcts, la liTra d« IIOT0«D»M séa#si dH 
d« l'IcDpfintHca d4 ftuaic, ËUia^&ih. 



I 



VOYAGE AUTOUR DU MONDE. 



S09 



n 



'en réjouis ; en vingï -quatre beiir«acti en obùeni une barrique 
d »u doucp. 

Abl monHi^tir ne Bougainvttle, ^lcfi^«£ votre vak'ieuii Oeit 

Tes<îe cei innocenls tt Torturas TnJticns; îla son! heureux et 
vous DP pourrex qiir nuire k leiu- lionhtMir. Un î4tiî\fTnl rîiiKUnr4 
«h- U nnturtî, «t \oiift ailes ell^er ce caractère «ugusts et Aacré. 
Tout est à tou5. et vous allez leur porter la funeste diatinctii>n 
du iIrh et du mten; leurs femmes et leurft filli^^ Honl r^niinuneH, 
et voua aUe£ alluiner entre eun les fureurs de Tainour cl de la 
jalouak. II* sont libre*, el voiti qTie voua enfouÏMex dan* une 
bouteille de venc le litre extravagant de leur futur eaclavagc. 
Tom prenez possGs&îon de leur contn>e, comme si clic ne leur 
a^^aitcbail pua; aontïez que vous éxm ausâi injuaie, ausaî 
tifieneA d'écjtrv «ur voire lame de cuivre : n Ce pays oat h 
noua, » parce que vous y avâz mis le pied, que si un Tailien 
ddbuqtiaii sur oot; cOie», et qu'après y avoir mÎA le pî^, il 
gravit ou sur une de no» inontagnea ou &ur un de iioft cb^ne» ; 
< CepaysapputieiitsuibabîianiBdu* Taici. n Vous ^lea le plus 
fcft, et qu'ew-ce que cela fait? Vou-i criei contre Vhobhimte 
social ei voua l 'exercez de nation  nation, Commereei ;iveû 
eut, prenex leurs denrées, poneï-leur les v&lres, mais ne les 
eocbftInCT pas- Cei homme dont voua vtjus emparez romme de 
la brute ou de la plante est uii enfanC de la nature c<»mme vous. 
Qrid droit avira-vcH* mir luiT Laiâsex-luî ses mœiir^, elles »onl 
plua bimnfttnc tA pluft sHge.ït que leït vâLre:^. Son ignonuiri? vaut 
mieux i\\ïf: Toutes vos lumières; il n'en a que faire. Il ne cnn- 
naixtAÎt jKjînt uiif^ vîUitie maladie, voua la lui avex portée, m 
bientôt Ms Jomasancea seront aOreusea. H ne connaissait point 
le crime ni la débauche» tes jeunes filIcA se livraient aui careascA 
desJeuncA (ens, en pr^deiice de Tcutb parente, au milieu d'un 
cercle d'innocenta habitants, au son des flûtes, entre les danses, 
et TOUS aJiei empoiâonncr leurs Amcfi de vo6 cxlravaf^antes et 
faïusoa id^ et ré^^Hkr en l<^ux des notioriH do vice, avec voe 
chimériques notions de pudeur. Enfoncez vous dans les ténèbrea 
arec la compafïne corromput.^ de vos plaisirs, maïs penmettci 
au bons et simpli^ Tiii:i<-n£ do se re);roduire t^ans bonté à la 
focc du ciel et au (^and Jour. A peine vous étes-vous montré 

L Diderot pinlt cnir* que rOqut ['oiiuti Mottotanat TcaM tU ial«4ir d« 
nntdc DtD* ta ianED« du payi, tl UtniBA plvun t c'ait an noUd. 




i 




llrec mieiuj 
leurs mon 

■. ie Bouf 

t; à U pw 
lapwrie 

ao 

fè, après 

IB sem 

m, tt 

Lm Itnieiil 
à celui 

llloi 

Iftlour 
à vil 
IftpUia 
-«.4e 



ittte, 

loât 6I0TU 
^■^xa VIA. 



ÎOfi 



VOYAGE AUTOUR DU MONDE. 



pvnii eut qu'ils sont devenu» voleur»; À p«ine élD6-touft d€»- 
c«ndii danfi leur lerre <iu'6l1e a été temce de Bang; ce Tuiien 
qui voua reçue en crijint T/ryc, ùmîf ami^ vous l'Arei t<ié, ei 
pourquoi l'avez-vous lu^î Purct* qu'il tvtil été séduil pirrédit 
de vos guenilles eurctpéeune» ; il voutt doimait ws IWllIS, sa 
in^itHim, ^4t rr^mmtf, sn t\llr*, ft voiik l'uva Mit^ pmjr un moirpaiu 
de verre qu'il vous d^rabaiL Oh TaïLieiL^, je les voîa »e flauver 
sur les tnotiihgnrs, rf-rnpti^ d'honcur cl de cmînlc; uns ce 
rîeîllard respecUble qui vous proi^, en un irLHtaui voua »eriei 
loua i-gorgi-js. o ptm rc^pifctablc de ccM ftmlUe Dombreuse, 
qu« je t'ftdmirc, que je le louel Lorsque lu jeUcA des reganli 
de dt^ftiii ftur ces étrangers saus marquer ikî éloaDwneAt. ni 
frayeur, nt crainie. ni cunoâii<]>, ton silence. Ion air r^eur et 
soucieux ne décèlent qm* trop xb. pensée : tu g^mj« su dedam 
de loi-dnéme sur lei beaut jourv de ta contre i>clipsiM. Con- 
sole-ioi; III loijchiv à trw d<?ri)iera îniilaitts et la c^laiiUlè que 
lu presiâiiii» LU lie la verrou f»». 

Vous vous pi'omoiiei» vous el les vOtres, moQsIeur de Bou- 
gBinvilIt. d«M> torjte Tlle; partout vou» élr% a^curillî , voua 
Jouisseï de toui, et personne ne vous eu empêche; vt>us ue 
Innivca aucune porte fermée, parce que Tusage di:^ portes C6i 
ignoré; oo ^ous invite, voua vous asseyâi; ùù vous étale toute 
l'abondance du pays. Vouies-vous dea jeim«s rdlesT ne les 
ravisses pas; voilà leunt mèrra qui vous tes pnâsËmtent touieA 
lïue»; vcàlÀ U<s caseft plednea dhocnnic-i t.\ <k- femmes; vous 
voil4 possesseur de It jeune riciime du devoir liospiulier. Lu 
terre se jonche de fc^uillikf^s et de fleurs, les mujtidejM ont 
accord*' leunt iiintrumenis. lîen ne troublera la doureur de vos 
<;inlkrass«fmf'i)l8; ou y r^puidra ssns riintraînlfl; Th^intii? *r 
chsniK, l'hymne vt»us invite à être homme, rhyrooe invite votre 
smincc àétre femme, et femme complaisante, voluptueuse ci 
tendre; c'c»t au sortir des bras de cette femme que voos aves 
tué son ami* sou frèro, son père pcul-drc! £nlin vous voua 
éloignes de Taîti, vous allez rcc4;voir les adieux de ces bons et 
simples tnsulaircA; putâsiei-vous, et vous ci vos concitoyen». 
01 les autres habitants de noiro Europe, être engloutis au fond 
des mt'n; plulAl que de les revoir. D^rauboduivurtUs'aiwr- 
^venl que vous mettes a U votlo; iU se précipitent sur vous, 
ils vous ombrassent, ils pleumii. Pleures» malheun-ux Tatiiens, 



I 



VOYAGE AUTOUH DU MONDK. 



«5 



aîleur^; mais que ce soil de Turiv^ e{ iimi 'rtu ilr^[uu-r dr rew 
hommes Ambiû<;ui, corrompu:^ et m^h^nis, Un jour tdim les 
coiïiullr^-c mieux, ud Jour ila \iendroni, tiu r.nicîfii dniH une 
maia ci le poignard dans l'autre^ vous cgorKcr ou vt^us forcer à 
pftndre leurs mooùra et Jeurs opinionn^ un jour vous serez sous 
em presqiKï aujssi mothcarcux qu'eux. 

H. de Bou]^n\itle embarqua avec Uù un jounr habilAni du 
p«f&; à U première tcrr[^ fu^^ le Taîlion aperçut, il erut t\ue 
c>bii lapatridda voyaf<our. Aotourou, c'fyAt k^nom du ToIUen, 
n'a ceesA de soupirvir apr&j« Mon pays m U- de Bou|;aSnvi!li^ Ta 
reitvû}-4^* après avoir Tait toute la d^pen^e ei priK toutes teb 
primions pusHible« pçur la ^rpr«> de son voyage. AoEourou. 
^pwî tu îienw eoDteftt de ri^voir ion pf^re, tu mère, Wîk fr*rw, 
les fi4^(iri, tu mallretffie et tes compatriotes t qtit? leur dira^tti 

IÈB poukF 
F LflA Taîlienn 1aift»eut f:rottre 1eai« cnglea à louA le» doigK 
■tCfpté i triuî (lu milîrn ^f la m/iin rlrotlr. 
f Lt-elmalierdefiournaud', compagnon dr vn)Agr de M. de 
Hoilfainvillc, avait un domc:ïtique appelé Dan^. A la dcM'cnie 
^^laiM l'Ile dr Taiti, Iw Taîticnh entourent Barré, cncnt tjue c'eat 
^■iDr fetnme, H se dihpoaeAt à lui faire tc« honneurs de Tlle. 
^BaiT* était en effet une fille qui, née en Bourgogne vl orph-^line. 
tétait (kgttiaée en bcnuue et avait etr arduitc par Je désir do 
fatre le tour du monde. Elle n't^Uit dî [aide ni jolie; elle arait 
viiigl'^ii à vinj^-^pt ans, et elle avait monlnS pendant tout le 
fùfBgè le plus grand courage ei h plus scrupuleuAO naff^^se, 
I H, de Bougainvilleloueb^aucoup le» moyens par lofiquels I«k 

tlotluidais ae sont assuré le commerce g<^n«ral des ^ices, la 
cannelle^ le gérode'«l la muaeade; d'abord en achetant l«Kfeuillefi 
desarbces qui, d^uilItlK prmhnt trois ans, ne ma tiquaient pas 
I dépérir, ensuite kii di^truiàiint lexplaTiU n\i loin et IrK renfer- 
mant dans UM enceinte aj^nea f^troiic pour Aire garcl^. I^ pre- 
mière tentative pour leur enlever cette richesse rèuaaira; et et 
qui doit étonner, c'est que la cltoife n'oit paa été faite cit moins 
de deux ans. 

Lo voyage de M. de Bougatnviile est «uivi d'un pelji voca- 



pva^lUvBMDt. 



soc VÛYI^OE AUTOUR DU UOKDE. 

buIsîrQ laliien où Ton voit que Talphabai de ce peuple i 

DÎ Cf ni < ni f, ni y, 01 jj Qî X, ni jf, ni ^ ce qui expliqxte 

pourquoi Aalourou, <|uî ^tnii dniiK uci cerUÎu A^f-, np pul jftmaîs 

apprendre à parler no4re tangue, où il j &vai( irop iranicuïj- 

Lioitîi éLraJigèrta ol trop <lc son« nouveaui pour ses orguin 

iiiJlciLÎbles. 

Apr^ le vocabulaire, on trauve qneltities obaervalluiut de 
M. Peirère, interprète du roi, (|ui achève de justiCer le jmim 
Tiltieii. 

VoilA la seul vo^tge dont la locture m'aîl inspiré du go&t 
pour une auirc contre que la mieuDC. Jusqu'à pr^aent le 
dcniior r^9Liltat<ic me» r^ItCAions avaii toujours cièqu on n'était 
nulle part mieux que che2 soi, résultat que je croyais le mèniP 
pour chaque habitant de la icrrtï en panicuJier, elT^t naturel de 
i'attjïU du âo), attrait qui tient aux commodittc dont on jouit, M 
Ot qu'on n'a pax la mûmc ccnicudo de retrouver aiUeurs. tn ^ 
habitantdeParlsn'est pas aussi coDvaincuqu'il y ait des épUde 
bJé dansUcampagnedeRom^quedantîlesebaiDpsdelaBÔavce. 
Je parlerai, à roccasion du voyage deH, AnquclîMaux Indee, 
de Kesprit de voyx^ dont jit nr- kuu pas gnuid admiraietir, et 
J'en dirai mt^ raisons. Je ne me suih |viiiii étciidu sur les <l$tajb 
InupluM importants de ce (ourdu m<ind«, parce qu*Ua tnoaâWit 
pj«3«qiie (îiiii^rmneiit en observation» nautiques, aBtroiioDi(|a«i 
et géographiques, auasi essentielles à la connahsanor du globe ■ 
et k la fimti' de la navigation que les récit» qui renapliiociit la 
plupart de» autre» voyageurs le .-sor)! à la conna»«DC« dr j 
l'Iiomme. mais moins amusants que ceux-d. Pour eu profiter, ■ 
il faut recourir à l'ouvm^e ni6ne de H< de ftougainville, auquel 
Je renvoie, et dont j'avortis qu on ne profitera guère mas être 
Kamilier avec la langui- dv* marins auxqueb il me ptralt que 
rsuteur t'a ftpëctalemenl desûncv ù, Mt jcf^er par le peu do 
qu'il s plis d'en re^idn: la kcture facile aux autres. 



1. n ; L 4àni l4 Corrtt^ond4*9* do (ïnjnm C|iia>icr tlTI). «a ftrttda mr h 
àvà^A pbbbffltn IITI- iMJi» c«i irlklD Storoutn vM trftllé «dlatEiM ndoiaiirs ■ 
ritiufinHl l'i^ d'aflor k l'titrinlid 4u |$Lob« fhtnbcr un rtrudl At mitltM. • 
fêékt. Cala noo» ;4nli lUniont/rr qu'il Acriml \v moroMi d liwm ivut ^^odr 




SUPPLEMENT 



Atl 



VOYAGE DE BOUGAINVILLE 



JOGKKE^rT OU VûTAf.B DE BOUGAINVILLE, 



A. Celle aupArlm voâte t^foîl^e, snuH I«[uel1e nuuii reviainex 
hier», et qui seioblitii aoiia garantir un beau jour, ne nous a 
pM Icnu pATOk. 

A Qu'en aa>ei-\oua7 

A^ Le brouillard est sî épai.H qu'il nouv dérobe U vue des 
arbres lolfuns* 

S^ Il est vrd; moi^ si ce brouillorij, qui ne reste dans la 
partie ïrtférimirv de l'aliiiOâpbËre tjue parce (|U>lle e&( fculliitaRi- 
mentcbar^ d'bumidilc, retombe sur la terre T 

J. MaÎH M au contraire il traverse lï^f>oni;Q, a'elëve et f^OK^^c 
là r^OD sup^eure où l'air est moîDs dense, et peut* comjUL- 
diseoi 1c« cbimJHlcs, n'être p^ satura? 

B, Il but attendra, 

A. £a attendart, que faîtei*-vuiJ!i& T 

B. Je lis. 

A . ToujoiMS ce voyage an Bou^invîMe? 

^, Tottjoon. 

A. Je n'entends rien À cet homme-liL. LViuiIg des macb^ 
mfttiques, rjiii Mippisi* imn vie KiVlrjiLiin-. a ri^nipli k* I<rmp<i i1^ 
SQi jeune-<4 anmV^H; ru vmià i|ii'il pa^^c subitement d'une cjundî- 
tion oiéditaiive et rerinîe au nn^ticr acûf, pi^iùble, errant el di^ 
dpé <li! voyageur, 

£. Nullenieou Sî le vais^au n'&Hqu'tinc maison Doitanbe. 
«I ai voua conaidérea le navigateur qui traverse des espaces tm- 



306 



SUPPLÉMENT AU VOYAGE 



mçnscs. resserré et immobUe dtiis un« enceinte ■Sftet étroite, 
VOUA If vtTTVz rjiiïtAni k* loitr du globe sur uoe pUocbe, comoe 
vous et moi le tour de l'uniri^rt Hur %t)lnr parquH. 

A. Une suirc biuntrne apjuireDte. c'est U coiiir^ifjclioiilii 
CAinctère de rhommc et de non e(itr4*priM«. flou^inville a le 
goût lies axnLiscntrnt^ de U société; il Bxate Itt rtîoiiiMv, tn 
epeciAck-T», les ri:pa> <irlicatd; il >« prèle lu tourbillon du iDonde 
d'aussi bonoe grîce qu'ftus joconsivice» de l'éMmnl sur Icfop] 
il n^lc bDlbtU\ il (^i ftimoMe ût gAÎ: c'fsl un YfHt^l«T Fnn- 
^slefitétdun bord» d'un traita de caJcuI dîQ^rcolid et ioi^ 
graU €l de l'autre, d'un voyt^ autour dii globe. 

ft. Il luit comme tout le moii<liï ; il se di»sip« après s'être 
appliqua, et s'applique après s'èire dissipé. 

A . Qti4ï peoset-vous de son VoyageT 

B, Ai-ttanique j'en puis jut^er sur une lecture «tiec mipcr- 
GcîQlkf j'en rapponerus Tavautage à trois potots piûcipaux : 
Gie meilleure cmnaïuisnce de notre vieux docoicile et île «ea 
}in1>itarilK; plui de sâreti^ %\it des mers qu'il a parcountee I4 
sonde à la main , et ptus de correction danft ooa cart«s géogr^ 
pbiqurrç. ftiiiigainvîllf e-nt parti avrr les lumière» nfccmalro it 
iesqnalii^ prnpreft àc£s vues - de In philosophie, du courage, 
d«b véracité: un coup dœil prompt qui uîsît len c1i<mc« et 
abr^ige le (ernpn des obMnraliiins ; de ta cjrconspectioe, <le la 
patjetkcr; le déair de viHr, de fi'éclairtff et de s'instruire; b 
Hcienr^ du calcul, des mécanique», de la g4«métrîe, à^. l'aslnK 
iioiiiîe;et une teinture aui^âante d'histoire naturelle. 

jl. Ft son siyleT 

B. Sans apprit; 1c ton de ladieoe, de la aimplidté et de la 
clartc, suMool quand on poesèdo la lai^tH des marina. 

A, Sa counw a t\t longuet 

B. Je Tai tracée sur c6 globe. ?oyfi-vous cette l^c de 
points rougea ï 

A> Qui pari de >antear 

B. Et court jusqu'au détroit de Magellan, entre dans Ib ner 
Pacilique, serpente entre cas Iles fonnan[ ]'an:hipel ûiuDciiae 
qui a'4ïtend dea PbJlippinca à la Houvelle-Hol lande, ra» Mada- 
l^acar* le cap de Botine-t^p^rance. se prolonge dans rAilan- 
tlque, suit \tn cAtes d'Afrique, «1 rejoint î'uae de >ea eitrte^Ua 
4 collv d'où le navigateur s'est enibËn|U<^, 



I 



i 



DE BOUGAINVtLtC, 



fOO 



^, îl a beaucoup souffert? 

B. TttiJt njivigaiiMir s'rtpow» et consent de s'eipos^r aux 
l^t'iU de Viûr, (iu feu. de la lerre ^1 de l'ea» t maix qu'après 
avoir ciTv^ fk^ moivcnlienf f-nlrcla mer ei Te ciel, eoire la mort 
et la vie ; après avoir été battu den tempêtes, menacé de périr 
par naufrage, par oiiladic. pardisettcd'eaueldi?pain,un \iihtv 
tunè ^ienae, aon bftdmeni fraca^é, tomber, e^pirani â^ Tatigut! 
et de miaixe, aui pieds d'un monstre d'airain qui ]ui refuse ou 
lai fait attendre impitojableinenE les secours les plus urgents, 
c'e^t Qoe durclel... 

A^ Ua crime dif^ne de châtiment. 

B- Une de c«s calamib^a sur laquelle le voyageur n'a pas 
compl^< 

A. Et n'a pas dâ compter Jecroyais que les puiasaneejt euro- 
péFiiac?^ u'euvùyii^iil. pour commandants dans k'urs possesGÎons 
d'outre- mer. que de« Âmes lionMéte», des hommes bienfaÏKaniSf 
des HujirtH rtïfnpiii d'hvtmariifé. e1 capables de cDmpalj'r,. 

B. C'est bien ik ce qui le» soucie T 

il. Il y a des choses singulières dans ce voyage de Bou- 
gaiDville. 

B. Beaucoup. 

A, N'itottre-r-il pas qit« Im animaui sauvages s'approcbent 
de rhomme* et que les oiscauA viennent se poser aur lui, lor^ 
qu'ib ignorent le daiigurde cette familiarilêf 

B. D'autres l'avaient dit avant lui. 

A. Comment cvpbi|ue-l-il le st^jour de ccrtainâ ammsui 
dans des îles séparées de tout contînonl par des imervalles de 

* mer elEnyaiits7 Qui est-ce qui a porté là le loup, lo renard, le 
chien, lo cerf, le serpent? 

B. Il n'explique rien ; il atteste le fait, 
A^ El voua, comment IVipliquex-vousT 

B. Qui sait Tbistoire primitive de noire globe? Combien 
d'espaces <le terre, mainti-nant isolés, étaient autrefois contj- 
DusT Le !*eul phénomène sur lequel on pourrait former quelque 
coDJecturr» r*isL la direction ilr la masse des eaui qui les a 

A^ Oommi'nt ceïaT 

B, Par ta forme gi^nérale des arracbemenia. Quelque |Our 
pou* nous amuserons de cette rectiercbe, ^ cela voua couvîeni 
II. u 



«• 



SUPPLÉMENT AU VOYAGE 



Pour r-H moment, vnyex-vtïus c^Mb Î\k t^i'ati appelle Âf$ lan- 
mr»? A t'tn&peciion tlii lieu <|u'el)e occope sur le ^hûm, îl n'c^t 
pâTAonnc i\m ne se dcmanclf^ qiii e^W^ quî a phcé là dt!s 
homme-s? <|tidl€ commun jcftiioii ]es liuii «uu^oU avec te reMe 
d« leur eapècc7 que devîcnncm-ils en se multîpliut sur m 
e«pftce qui n'a p« plus d'urïe lieue de dïam^treT 

A, lia s'citcrmîncnl et âo man^ot; et do là peut-itra une 
prcmifïrc «[loque très-ancienne et trèï-nalujtJle de rantbfopt^ 
phagie. îneulstrc d'origine, 

B. Uj la mtiUiplicaEicn y l'Kt limitée par quelque loi mper-* 
fttitîeutte; l'enfant y «st ^rasé dam le s&in de u mère Toulce 
aous le* pieds d'tinc pr<;tre«s*. 

.-1. Ou l'homm? égorgé expire nous kcouteau d'un prétrei 
ou l'on a recours k Ta castration d«c miles... 

S. ^l'tiifibulationdeïfemelleK: ^ide là uot iTusagead'iiao 
croamë nécessAJre et biiarrc. dont Ta cause fl*est perdqt dans 
la nuit df'-H leni|]^, et met 1^ philoMiphi^ à )a torture. Une 
obaervaliou a^^z constante, c'est que les inslittttionft ftanWtt* 
rellcvs rt divines îse forlLHent et »'étenii«en1, en se iransfomunt, 
à \n longue, en lois cîviîea et nationdes ; et que ]e» insliiuiiona 
civiles et nationale?» sea»nsacreo1, et dégén^ni en pr^c«ptes 
aumatttrflH et divins. 

A. Cmx une des p&lingcnéaîes les plu.H funeste:». 

B, Un brÎD de plus qu'on ajoute au lien dont on nou» «erre. 

A. ^'était-it pas au Pu'aguay au moment txkttat <t< l'eipul* 
sion des jésuites? 

B. Oui. 

A. Qu'en dil-nr 

B. Moin» qti'il n'en pourrait dirci maïs asseï pour nooa 
apprendre qu€ ces cruels Spartiates en jaquette noire ea uMieni 
avec leurs (^clave^ Indiens, comme les Laciklémcoïens avec le» 
lloteft; ^es avaient condamnés à un iravaîl UCïdUï a'abrQuvmieiil 
de leur sueur, ne leur avaient IjuHsé aucon droit de prOpri^U; 
l«K tenaient sou« l'abruiis^ment de U Kuperttiiion : «n tn- 
geiient urie v^n<^nilion pnifondo; marchaieni au milieu d'en, 
un /bueiàla main, ettîn frappaient îndiKiincit-mimt loutdlgBrt 
tout »exe. On sitele de pliL^, cl leur eipulsioii drvrnarl ioK 
possible, ou le moiifd'une longue guerre entre ce^ fnuinei nk 
souverain. lUmt ils avaient peu à peu secoué l'auiuriu'*. 



I 



1 



DK BÛl]OAr^VILLE. 



ait 



A^ El ces Patagons, doui k docieur Muy ei Vacadcmicien 
hê CovcImiinB ont Tut unt de bmk? 

B, Ce son! de boncit^s ^m (fui viennent k voilSi.dt qui vous 
imbrasËcnt en criartt (iuiMta-, foru, vigotirt-ui, toutdfow n'ex- 
cédani guère la hauteur de cinq pieda dnq À six pouctt; 
D'ayant û'énormc que leur œrpialrnce, la grosseur de leur lâte, 

Né avec le ^oùi ilu fnErn«îll«iii. qui exagère tout autour dd 
loi, cûfnment t'hommc laÏMierail-il tiiw juatir propartiou aui 
objpt^ lonuia'il a, ]>OLir ainsi dire, h justilîer le, dir.min qu'il a 
Ikit, et la peUic qu'il s*C9t donnée pour lea alJer voir au foinf 

A. El du sauvage, qu'en )>Gnfle't-iir 

B, CW, à ce qu'il parait, de la difcnsc journalière contre 
Ica bëtea, qu'il licnl Je coractôro cruijl qu'on lui remarque quel-* 
qaefob. tl est innocent et doui, pariout oi!i rien tït troiible Min 
rq>o» el aa B^uritc. Toute gut^m' naît d'une prétention com- 
■noa à la mtmc propriéto. L'bomme civUi&6 a une prétention 
conuDune. avec rfaomme dvilise, à la poucefiîon d'un champ 
dont ilâ occupent Ick deux eiirèmit^; et ce ctiainp devient un 
aujel de di^t(>ute entre eux< 

A^ Et le ti(^ a ud« prétention commune, avec l'homme 
aauTage» à la posscHiion d'une TorCt; et c'c^tt la première dea 
prèlentiona, et la cause de ta plufi ancienne des guerre»... Av»- 
voa«vu le Taïtien que Bougaiiiville avait pris sur son bord, et 
transporte dius ce |>ay*-riî 

B. Je i'ai vu; il s'appelait Aotourou. A la premi^rd terre 
qu'il aperçut, il la prit pour la pairie des voyageurs; sottqo'oB 
lui en eOt impo*^ sur la longueur du vo^a^^e ; loit que, trompe 
oaturcU^fiuent par te peu de dialance apparente des bordK de la 
mer quUI habitait, i l'endroit où ]«? ciej Hf-iuble confiner à llio- 
Hfon, il ignorAt la véritable étendue de la ttjte. L'iiMgo cou»* 
mun des feiurneiétait NI bien établi dan^son espHl, qu'il aa Jeta 
sur U prcini«>rc Ejropéenne qui vint à $a rcnconire, el qu'il ae 
disposait Ir^sb-H^neusemeiit à lui faire la paliteaae de Tallî* D 
i^citDiiyait parmi nous. L'alpbabel laEtiRo n'ayant ni hj ni r^ ni 
é^m ft ni ff ni 7, ni j-, ni y^ ni i, il ne put jamsia apprendre 
ipojtcr notre langue, qui oCTrait k aes organeft inflexible» trop 
JTaniculatîoiia étrangèrea et de sons uonveaui. H nr. cessait de 
^»rèa aoQ paya, et je n'en auia paa êlooné. Le voyags 




fit 



Slf'PLÊIlEKT à 



de lovgunTille esl le muI qui m' «il tj^finé da goAt fMMir une 
ftUlnr centrée que U mienDC ; josqa'à c«tlc Inclure, j'ar&is pcmé 
qu'on ti'éuii pa|]€ part niii^ bien qtic cb« »oi ; ràult&t que je 
cr«yaân le même pour chaque babitani de Ja terre; effec iMlarel 
de l'aitrait du »h «lirai ( qtiî ticot aux coouiMkdités demi on 
Jouii. et qu'on n'a paa U aftCme Cfirlitude de reUouver ailleurs, 

A. Quoi ! voitt tuï iff^uveE paa rbnbiUoi de Pans auapi coa- 
Taàncu qu'il aotane de^ épis dau la camp^ne de Rooie que 
danfi ii*M rhnmpa di^ U Besuri^T 

B. Ma Toi, non. BoiigaJDville « i-eofoy^ Aoloumu, l^1rtB 
•voir priurvd aux fraÎK hi à )a kArtIi^ de son reiour. 

A, Aotounïu I que lu ae^aa uiitieDt île revoir loit pén*, ta 
oière. I«A frères, les .«tceui^, let malirewca, les rampairîotes, 
que Jeur diras-tu de nou»T 

JV, Peu de chose», et qti'iU ne croiront pàa. 

A, Pourquoi peu decboscaT 

B. Parce qu'il en a peu conçues, et qu'il ne (mutera dan« 
aa langue aucun terme corre^ponduni h celles doni il a quel- 
que» idOes. I 

A. Et pourquoi ne le croirout-ilft ptâT 

B^ Parce qu'en comparant leurs mœurs nuï nôtres, ils aime- 
ront mieux prendre AoLourou pour un inealeur, qtae de nou^ 
croire ai fous. 

A. Kn v«ritéT 

B. Je »>ji douce pn« : In ne sauvage est al ffimplo, et o«a 
aociéti^ Boiii des machines il ccmpliquoeal Le Tailien loiicbeà 
roriglne du mondt^. et rE^uropiS>n touche à sa vveiltc^se, L'io- 
lenalle qui fe si'-pare de tmw y\<i plus grand que la dtttattce de 
frnfant qui naît à riiomme décrépie. |] n*«fll«nd rieo à Mi 
usage*, k noï l<m, ou il n'y v<ut que des entravei dégqinèea 
aoua ceol formes dU^en&'i: ei)tra>e.H qui m- peuveni qu'eidiar 
rindignation el le mépris d^un ùira en qui le seoUaicm de la 
libcne f?(t le pTu» profond des sentimenb. 

A. Rs4-ce que vou& donneriet ému lafalUedeTafii? 

A. Ce n'est point une fable; ei vous D'aurîei «DCitfi 
aar ta aiwv^rité d« Aou^nville, ai vous cdimùuûex jc auj 
Bietii de aoo voyage, 

A. Et oè utiuTo-HmoetiipptecotT 

«. U^auroiUeiaUe, 



DE ROUGAINVILLE. 



î» 



As Fjii-ce que vous oe me le conflerei pasT 

B. Non ; mai» nous pourrons k {^rr^ttinr €ti.<«;iii1i1e, m vous 

A^ -Assui^meot, je le veux. Voiiàle brou il Uni f(uî retombe, 
et l'iuur (iii rid qui rominnin»^ k pAralIre. 11 i^nliJe c[ur mon 
lot Mil d'avoir ton avec tous jusque tlui& Icfi moui<irG5 choses : 
il tvat que je sois bien bon pour touj» pardonner mie supériodlé 
«uflAÎ coodouc! 

B> Tco«2. tenez, lieet : puscx oc pr^utibuFe qui ne «ïgDîlIe 
rien, et aUe£ droit aux &4n'iix que lit un d^ chefs de J'Ilc & noa 
voyageur». Cela ^0U5 donnera quelque notion de l'C-loquence 
de ecu gens- IL 

A- flomment Bou^învîïle s-t-il coiDpris ces adieux pronoQ- 
eéB dans un langue qu'il iguofaitT 

B, Vous le aaurot. C'est un vieillard qui parle. 



H- 



iia aïkiBii i»u vtaiLLAtD, 

U ^taii père <t'une famille nombreuae. A l'aiTivt^e des Eunv- 
pAcns, il laissa tomber des n^rda de dédain sur eux, sani 
marquer ni eionncincnt, ni frayeur, ui cunoeuti^>. Ili^ labordfr* 
rent; il leur tourna le dos, se retira dans sa cabane. Son sit^nce 
et ton «ouci tic di,fcelateni que trop sa pensée ^ il gémissait en 
)Hi*aiéne «ir lea l>eiui Jour» de «mi p^y^ i^lip^i^L, Au ilbpari 
de Bougatnville, lorsque les habitanlâ ac<!ouraient en foule sur 
le rivage, a'atlachaient à ses vétemenif», leurraient seK cnma- 
rades eriire leun br», et pleuraient, ce vieillard s'avança d'un 
aJriB^Yère. et dit : 

< Pleurer, lualheureut Taîlieii»! pTeurni; mais que ce soit 
lie l'sTTivéet e1 oou du d^pari de c«s hommes ambitieux et mé* 
cikanta : un jour. vau!i le^ cormafurx mirui. Un jour, ih reviens 
drool, le morceau de boiîi que vous voyez attacha, à la mnfure 
de celui*ci, dan» une main, et îe fiar qui pend au cQté de ceJui- 
Jà, dana Toutie, vous enchaîner, vou» ^rger, ou vous awiujet- 



I. 1« p r èiMDi d* « TLtU]«rd rt mei Util»1« à I'bMtVv du £DKi|iMat mhh 



2I& 



SUPPLÉMENT AU VOYAGE 



tir à leurs eiirava^ancis ot à leort victs ; un jour voaft Mmrv 
MiLi!« mit, aiiKni corrompus, susa vib, ai»«i nulbeiireux qu'eux. 
Mftîft je me console; je Umclie 4 I» fin de nia cnm^re; et It 
calamité qtie Je \ous annonce, je nv ta verrai pojni. TaltiensJ 
mr-s jimis! vouh Auriez un moyen c] échapper À un fanasse ave* 
nir; main j'almerm mlenx irourîr qu» de vous; en «humer le 
conseil. Qii'iT.t ±Vli)i|çiii-nl, k qu'îh i*îvwil- n 

Puin ^'Ju)^e»l^arU A Botigaînville, il ajouta : « Et lot, ctierdoi 
brigand» qui fobéis«ent, ^an« promptement ton nifneau dt 
notre rive : noua somin&s iimw-enTs. hoeih summeM beureni; rt 
tu ne peux que nuire i noire 1>onbeur. Nous suivons le pur 
instincl de la nature: et Ui ^ tenté d'ellaoer de no^ itnes son 
c&rftctère, H tout est & tous; ec lu nous an prtcbé je De oûs 
gucllc di»tiuction du tiat et du tnUn. Nos filles et noa fenunes 
I10V13 sont communes; tu as partagé et pHril^ a^cic notis; et 
tu €s venu allumer eu elle« des fureurs încoiuiues* ElJea aodi 
dcTCDues folles dans les bras; tu es devenu fiînm entre les 
luun», KUcs ont commencé k % b&îr; voius tous ites égorgto 
pour elles i ci elles nou* sont revenues leintes de voire sang, 
Nous sommes libres ; et voilà que lu as cnloni dai» notre terre 
le titre de notre futur csclaNs^. Tu n'es ni un dieu, ni un 
d^mon : qui es-tu donc, pour Csîre de» esdttvcsT Oroul toi qui 
enlcnds la langue do ce» hommes^li, di»-nou.^ â tous, coramo m 
me l'a-s dit À moi, ce qu'ils ont 6crii sur cette lame tïc m^tal : 
Ce ptrt/^ ett à rtoiM. Ce pays est i loi I cl pourquoi? psree qtM 
tu y os mis le pied? Si un Taîtien dt^lianiuail un jour sur toS 
oâtes. Cl qu'il grsv&t sur une de vos pierres ou sur Tto^ro» d'un 
de voe arbres ; Ce pai/$ appartient tiox hatniantt de TmS^ 
qu'on peu^nùi(-tu7 Tu es le plus fort! Et qu'est-ee que eelt 
faitT Lorsqu'on t'a enlevé une dee m^priimble» bagatellvs dooi 
Ion bdtiiDcnt est rempli, tu l'es r^^é, lu t'os Ttngô ; et dans fe 
m^ïmc instant tu as projeté su fond de ton e^ur ïe vol de toute 
uae contrée 1 Tu n'es pas escïsve ; tu souflrirmis ts mort plntAl 
que de Téire, et iu veux nous «^^«en'irl Tu crd« donc que te-^ 
Tftftien ne ftsii pss dftfeudre sa Ubcrt^ e1 mourirT Cdui dont tit« 
veux i*emp&r¥r cc^mme d^ la brute, le Taïtien eut ton frère. Voi 
Ûtes deux enfsnts de la nature^ quel droil a?^tu sur lui qa'i. 
n'^t pts SUET toif Tti es veuu; nous sommes-ootu jel^ ■ur 
persotinet avons-iious pillé ton vaisseauT l'avtmfr-nouH ssi» 



I 



de: fiOUGAlNVILL£. 



215 



expoftraui OèdiCï de nu» rnni?mi»7 ( avojis-notis jm^cii.- daiif^ 
DOS champs AU traYàH de nca iiiimtnï\7 Nous avûng respecté 
noire iniAgc en toi. Lai^ïc-nous nos mccur^; elles sont plus ^agea 
ei plus boQQÉteâ igue le» tieniïe^ ; nouH ne voulons poini troquer 
oe que Uj oppcllcs notre ignorance, contre Icë inutiles lumières. 
Toui ce qui nou» est nc^cc^^drc et Ijoiu nou^ k |>asâ6do&s. 
Soames-floaa dignes de mirprifi, parce que nous n'avons paE su 
août Jkirodtt besoins super^uK? Lorsque rouâavoTJï faim» nous 
Avons de quoi manger ; lorsque noua avons froid, noua a\ons de 
qtiût nouf v^tir. Tu c^ niirC dan« nus calcules, qu'y msnque- 
l-il^ 4 lun avis? Poursuis juxi|u'i>ù lu voudras ce que ïu appelles 
l**! comniodili!'* de la vie; mai» pernif-rs À iW^ ^iicx M;ns4>s de 
auT^iet^ lEii^Epj'jJK n'huraieiii k nbti^ini, ik fa rjmtînuÎLé Je 
letirs pcniblc.^ cïTorlâ. que t}^s biens imaginaires. Si tu noua 
persuades de fnixicbir J'èiroitc limite du besoin, quand rmiron^ 
nou» de imvalller! Qumd jouirons-nous 7 Nous avons rendu In 
somme de nos fatigues anouelles et journalières, la moindre 
qu'il éttil possible, parce que rien ne nous ptrdi prcf^rable au 
repos. Va dans ta contrite t'af^iter, te tourmenter tant que tu 
vottdnfl ; laûse-nous reposer : ne nous entëto ni de tiïs besoins 
£aciic««, ni de tc$ vcrlu» cbinuTtquoTi, Rc^^arde ces hommesi 
Ttéi comme ils sont droits, eains et robusies. Regarde ces 
femmes : vois comme elJcsKont droiie^, naines, fratcbes et belles. 
Pmicb c<rt arc. c'est le mien; appelle à ton aide un, deux, trois» 
quatre de les camarades, ei lAcfaez de le tendre. Je le (ends moi 
wevi- Je laboure la terre ; je grimpe la moniagne : je perce la 
foctt; je parcoure une Vkuc de fa plaine en inoîn» d un^^ ljeuR\ 
Tes jeunes compagnons ont eu peine À me Mii\re;eij ai quatre- 
TingHlii ans passas. Maltie^r à cette Jle I malbeur aux Taîtîens 
préscots> et h lous Icn Taîiicns h venir, du jour ûll (u nous ad 
viaitésl Noos ne connsisaîons qu'une maladie; celle à laquelle 
l'homme ranimai et la plante ont éi<: condnmTii's, h vioillo^e; 
et In nous en s apporta une auire : tu as infecté noire san^. H 
nous faudra peut-être exterminer de nos propres mains nos Ûlleâ, 
nos femmes, nOK «^nfanB; ceux qui oui apjiroché lef^ femmes; 
celles qui ont approche tes hommes, fios champs seront trem- 
pa du Wang impur qui a pn.ssi^ de tex veînes ànnA le^ nôtres; 
OU iws enfants, condamna ^nourrir et à [HTp^tuer le mn) qut? 
tu as dtnpi^ aui p(*nïti et aux uim^. et qu'il» LriuiwjiVltrmil ^ 




«« 



SUPPLÉMENT AU VOYAGE 



des rtTigcfl ^i suivront les funeslea ciittvis des liem. ou des 
ineiirlrM <[ue noua commetlron» pour en arrêter le powon.Tu 
parler de trimes ! a&-m Viû^t d'un plus grand crime que k lienf 
Quel esi chei toi le ctiâiimcul de celui qui tue «on ^-oisinT U 
mort par le f^r: quel est chej toi le châtiment du llcbe ^ui 
reiiipui«onnr 7 la mort par )e Tevi : compare ton forfait à ce der- 
nier: m dÉa-nous, empoisonneur de natEona, le atippNce que m 
ini>nies7 II n'y a qu'un moment, la jeune Taïiienne «'abandon- 
naii atu iranaporiK, «iix Hiihnita«menit du jeune TiTiien; 
■liertd&ît avec împatienc.E^ que ha mère (auioris^e par l'ft^ nu* 
bîîej relevAi koii T»itf:, et mir kji fçorgi' k u». Kllr Hait fsMr 
d'exdier le» dmm, et d'arrêter leA regarda amouieux (le Tin- 
connu, de aes parents, de aon fr^re ^ elle acceptAÎl sons frajvtir 
et sans houle, en noire présence, au milieu d'un cercle d mo»* 
cents Talùenâ. au aon des fiâtes, eûtre Ica danses, lea CAreaaes 
de celui que son jeune ctrur et la voii Mcrèie de »et «ens lui 
UrKignaieut. L'idée de crime et le péril de la maladie eonil eotréâ 
avec toi panni nout. Ko« joui»saiKO«, autrefoift ai doiioea, moi 
accompaj^iu-eai de remord.i et d'enVoi. Cet homme noâr, qui est 
près dr loi, qui m'écoute, a park^ à nm gar^ni; Je ne «aU ce 
qu'il a dit A nos fjîle$ : inai« no* ^hj^ôn^ h^iieni ; mais dos fdlei 
rougisaeni. Enfonce-ioi. al m wui. djina la forei olnrun* arnc 
la compagne perv^nie de X^s plai^irH ; mni% ac^^nte jtiix Ikuih et 
simple» faltieuA de ae reproduira &ana honie, h la face du ciel 
et au grand jour. Quel wnitment pluït lionn^lf et pluK grand 
pourrai^iu mettre à h placj; de relut que noua leur avoos tn- 
apiré, et qui le» anime f 11» penaent que le moment d'canchii 
la nation ci la famîlTc d'un nouveau citoyeit e^ ^^uu, et ib a'en 
glorifient, U* inuigcnt pour Tivrt et pour croître ; ils croififtcnl 
pour muhipZJer, et \\s n'y trouvent ni vice, m tioate. Écoute la 
suite do les rorfmu. A peine t'cs-tu montre panfii eux, qnlls 
aont detenua voleur^. A peine ea-tu descendu ilMtw notre uerre, 
qa'elle a fumé de sang. Ce TaJtien qui courut i u rcoeontre, 
qui t'accueillit, qui te reçut en triani : Tuio! ami\ ïrmi\ vou* 
l'avez luO. H pourquoi Tavex-vou» tu^T pnree qu'il avail ^b' 
aôduil par r^lat de les peiiu ccu& de «erjjenis'. Il le donauî 



I 



I. CoIIIbu d« lemtaTic^ p«rla ftiiao». 



DC B0UG4INVILLC 



ni 



pour une poignot^ iltï c^s grains, qu'il Q\ait pris aam 
le le demander M£t ce peuplcT Au bruit de tonai-mc tneurinËre^U 
Icrt^ur *V*'t umjmn^' 4Ïe lui; f i il R't*st enfui dans Ja montagne. 
Mi<^ croiïi qu'il uaurail pas lardt^ d en dcMccudro; croiJ* qu'en 
un JEtsUol, lians mo», vt>u)^ p«'riïgi«i tous, t^ 1 pourquoi les ai-je 
apai^éaf pourquoi lei ai-je conienusL? poimjiioî {4^ coniivri^je 
€ncmv dan» ce momeuc? h Tignore; car m ne mérites aucun 
woitiDeiii de piiié^; car tu as une iine féroce qui ne IVprouvs 
jamais. Tu Tes promena, toî et les liois, dan& notre lie; tu as; 
él^ r«i|«xlr; tu h% joui rie toiii; lu ii'jw irouvi- >iur ïoti chemin 
ni bafnfere, ni refuh : on luivilatt: iu t'viâeyiiiH; on i>ulail 
devAfii ti>i l'ubondajK^? du pay)). As-Ili voulu ifi^.s jr^unrs riTtesT 
exceplé celles i\\ù n'ont pas eucure te privilt^ de inoiilrrr lifur 
visage et leur gorge, les mères l'ont piûfrcni^: les autres IquIfs 
nuea ; te voilà pa%.*es»eur de la tendre victime ilu devoir hospi- 
laJier; on a jonchr. pour elle et pour loi, la ien% de IcuilEc.^ et 
de lleun; h% muMcIcna ont nccortlr leurs in«lrumciitK: rien 
B a troublé fa douceur, urgôiié la Jibcri^ de le^ carcAAes ut des 
fïteonm. On a dianit- l'hymne. Thymnc qui l'cnliortait à èlrc 
homme, qui e\l)f)riait noiTC enfant k tMrc femme, ei faiinnî com- 
pUtBanie et voluptueuse. On a dauAô autour ilc votre couche; 
et c'OHt au Honir (tM bra« do cctrc femme, après a^oir iprouvO 
Cir fton adn la plus douce ivreftse, que tu a» tu^ hoii rrèr«, aou 
ami, sofl p^T p^nt-etre. Tu us fait pîa encore : regarda de c« 
cAï^^ï VOIT* cette e-iicctnte hM*sée tle flèche«>; nw ann^ni qui 
n'avaient menacé que nos ennffnils» vois-k-s lournt'^^ con[re iioh 
pfX)f)m enfuits : voi« les malheur^nates i:unipa);i>eH de uih plai* 
ali9: «ois leur tri>.tease; vois la douipur dn Irunt p^j-i-s; vhîh W- 
d^oqwtr de \vut% mèr^^v : rVsi In qu'HIen huuI condanint-eA & 
périr par noa mains, oit ]uir le mal que lu leur aa donnir. KIoJ- 



1. Doutalnvina pfi^iKiiil iin ]wt Mvdr pcKin|ui>l iil citmmr.Dt cet liunuiifT fui lue. 
Li rutii? dan» li moTiuijEiit? do plutioari 4a hh ctoiàFaijM b Cîltiï iKcuiiiLi ni r%^ 

% Oet iMl«tt«ut ika fi^mnioi iaftKUfA n« Fvt pat iqai»t4tAa bioa «éa'fn^fncaii ot 

iiaflucrreii pornLif^ouu «Ipni la nu*ii rai rurnrr ^nr^nnur, ani» qut MiU imijoim 
rarTi*^ 'h Kiimfk*tn«. Atm lu Lien or/dntrnnr'^ «urloLiE. 1* popuhUon itt TaIU, 
tik dMll dTUiir-on KIOhWO Iidh aut iltlivi d« Bniip;iUa*ilTo et de Cook, i« ifMva 
I^U muiti^. fuLd«« Uert, paia k proquc riin l 7 ou a.OOO liaUlaaU, 




S18 



SUPPLÉMENT AU VOYAGE 



i 



gnp-ioî, «nioio» que îtist yeux crueU ne w? pluseati desapec- 
Ucles (le mon ; il'lolçac-toî ; ra, d puiasentlu Mien covpibbv 
qui t'ooi i-par^c dans Ion voyage» ^'iibsoudrc. €l douh venger A 
en t'cDgbutiasAnt avant iod retour I Ëi vouh, Taitiecm, rentra 
duu vos cab&ncâ, rcnircx lous; cir (]uc cca indigner rtranger» 
n'enteiidcrti ù leur diïpari que lo flot qui mugil, et n€ Toient 
que récuoie dont ^ furtirur blancbii luie rive d^ric! « 

A peine «ut-il achevas que la foute dos habitanu disparut: 
un vasie silence rôf^a dans toute retendue de Tllo; et l'on 
ircmondîi qnv \c «in^meni aif^ d^s vents ei k bruii dourd.de» 
eaux ittir louif* h lunguoLir d<' la cMn : oii t*ûi dit que l'air rt It 
mer, ^luîbles & la voîv du vieillani, » disjMwaieni À lui obéir, 

H. KIj hirn! qiiVii |"'i>*ïNr-vwis 7 

A. Ce iljv:i>iint me j»AraU vi^héiiient ; niaû à iravirn» j< nr 
sais quoi d'abrupt et île sauva^çe, il me seinbk y retrouvrr dfr^ 
idé» et des tournures europccnncs. 

B, Pensex doue que c'c&l une traduclion du taîlien en Mp^ 
gnoL et de l'^pagnol en rrani;ai]«. Le vieillard 9*ét&it rendu* h 
nuit, choc cet On» qu'il n iiuerpell^, et dftna la ctst duquel 
rusngc de la tangue espagnole sVl*il conserva de beaips immc- 
monuJ ■, Orou avait écrit en espagnol la harangue du vicàilani; 
et Bougamville en avait uoe copie A la main, tatidiâ i]it« le 
Tftiiien h proooDcaJt* 

A. Je ne voi» qu« trop i pix^seiU pourquoi bougai&rille a 
suppnmi- ct\ fragment; mais ce n'esx pas lA tout; et ma cono- 
sîié pour le resc^ n'est pas légère. 

ff. Ce qui suit, peut-étn*, voux intéreMera moins. 
J. N'importe. 

B. CVsi un entrefii.'n de rBumAnîer th^ Ti^uipa^. avec an 
lialiitatil ilr l'Ile. 

A. On:ïlT 

iï. Liii-m^me. Lorsque le vaîweau dc Bouf^hinvillo approdll 
de Taïli, un noml>re infmi d'afbrcfi cmifliSs furent laiiri^sur Itt 
raiji ; eu un inMaitt son bAtinicnt en fut cnvirooDé ; de quelque 
càté qu'il tournât ses i^egard». U voyait de^ dtmon.iU'aiioub (ie 
HQrpriHeet de bicDvcîJlauce. On lui jetait de» provisions; on lui 
tendaii lesbros; on »aitadiailA dcftcoi^lcK^ ongravtt&aitcoiitit 

LOa«ir«AMalldicVi[VVrtrk!UnQ tOOO: otiiiQdcirtd lnàl PorlUfdl* 



DR bougainvilue:. 



«9 



planebes; on avaii rempli sa chHbirpe; on criajl vers le 
rivjigr, d'nù li*x o-Îk éUÎrrt K-prmiliiH; Itfs liAliilniil?* de l'Ile 
■ccouraîefil; les \o\iii laiis i lerre : on sVmpare <1«^ hommet 
«le Tfquipigiî; rm ne le» p&rtngp : clintrim ron<tml le sîendanHSA 
CAbonc : les homme» les wmaii^iil embrassas p*r ]r. miWrn du 
corps; lcsfommesleurfl&ttu€Dil«:sjouf:ft de leurs iduiih. Pincei- 
vous là; soyec téiroin. par h p<tnK^c, decc»pccudc d'hospita- 
Uté; (M dites-moi comm^ûi voua trouver l'espèce huitiaiii;«» 

B. Hais i'ouWi«rftia peul-Aïrc de vou?i parlf^r d'un év^ntt' 
ment assci singulier* IJctIe sc^nc de btorveillance et d'humariili* 
fut troublét loiit 4 coup par les rm d'uu liommc qui oppcleit à 
Ron «cou»: cVtail le domestique d'un de.s onii^ie^rie Hougniii - 
TÎIÏe. Déjeunes Taliiens sctoicni JGt'>s »ur Jai, I avaient étendu 
p&rierre, kd^^httbillaientetfie diftpoAaicniÂliii faire Ucivilili. 
A. Quoiï ces peuples si simples, c«a aaursfîefi si bons, »ï 

0. Voue votiH trompexï ce dome^tiqui? ijlail uno femme 
d^uts^ee^ homme. Ignora dereïpJÎpaRe entier, pendant lo 
le lempË d'une longue tTaver«^, ]c« Taïiîrns de^-in^re^t s< 
iiPDe AU premier coup dceîl. ElTi!^ élpii mSr en Boui^^ognei elle 
^Appelait BWTt; ni Initie, ni jftiie, âp:6e de vin^i-six ans. Kllc 
u'etaii jamais ^lorlie de son hameau; ci sa première pensée de 
%oyager fut de fs.îre \e tour dxi i^luhe : elle moTiira toujours du 
la sagesse ei du courage. 

A . Ces Tr^]e^ mac1iinf«*1it rmfnnneiit i]ueli|uefuis lU** Amw 
bkn fort*». 



ML 



EXTBETIEV DE L*AUIl<kVIEft IT Ik'oVOfi, 



par 




B, DuM U di\îsîon que le» Tâîiieiis se fireiil de T^uipage 
4*0 BougaÎDiille, l'aumûnier* devûM k- parUge li'Onitt. Laimif>- 
uîer et le TiTlien ^taîeiïl k pt^i \yth* du mAmi* âge, irente-tjnq 
^^ ucnie-HÎt ans. Ûruu i/iivttil alort que ^ femme et inûi 

^^^ 1. 0«lque toui ce qui huiI n'Ait mcvii* |ir4ltBb'«n I rcmlhtaUdji» on mtt% 




330 



SUPPLKMSflT AU V0YA6B 



I 



fiUes appelées A&lo, PMli el ThU- Elle» k dû3bal>i]]èr«nl, loi 
kvèrent le vi'ta^, le» maii» ei le» pied», et lui «rvirenl un 
TcpÈS uin et frufïftl. Lorsqu'il fui sur le point Û^ fie coucher, 
Orou, rfiii KtMait tthsciito avec h» fAmillc, rqwui, lui pr^suiia 
sa r«mir« ei ses iroie filles tiues^ ei lui tlîi : 

— Tu 3L« ftoupf'', tu e^ Jnun«, m it porte» bteti; si tu dort 
siniK tu dormiras mal; l'homine a besoin la niiit d'une ccv^ 
pagitt? À MMi aMi^<. Voilà ma feEnnie, \'i>ilà mc^ tilh^K : clioixk telle 
(|uî le convient : mais si lu veux in'abfig^, lu donneras la pr^ 
fénïRr^ À ta p!iLi jeune île me» lillesi qm n'« point encore « 
d'enfants, 

La mère ajouta : — Ifrlos ! je □*» point à mVD plaindre ; h 
pauvi'e Thial ce n'est pas sa faute. 

L'aumiïnier répondit : 

Que aa re)if-iOQ, son «lai, leo bonn^ moeurs d l'honnf le»^ 
Dç lui pormeuaient pas d'acc^t«r ces ollres. 

Orou ri'<pli<|tja ; 

— Je ne saU ce que c'est que îa ciiosv que tu appelles reli- 
gion ; mais j(- ne pois qu'en penser ninl. puisqu'elle t'emp^cbe 
de coûter iiii plalnir tmtoreiit, au^piel miure» In Hou^rsinr 
tnatiri->jM?, nous invite toux; de dmiiier TetisiencQ A un de tes 
itembUlilr*-'^; dtr r^nilre t«i' service que Ir itèrr. la m^irv H 1» 
Cûfani» le dcmandcni: de l'acquitter avec un bAta qut t'a fait 
un bon accueil, et d'enncbir une nation, en roccroissint d'un 
sujet de plus. Je ne sais ce que c'c»i que la cho^e ipi^ lu «ppdïes 
^Ut; mais ton premier devoir est d'être homme et d'élie rrcoo- - 
naissant. Je ne te propose point de perler dans ton pai-s lo | 
maurs d'Oruu; maiis Urou, ton bile et ton ami, le supplie de K 
prCter aUK ma^urs de Taïii, Lc5 mteufrt de Tofli ftoni-elles nwi)- 
Joures ou plus niauvait&es que les vdircsT c'est une quc«tiwi 
facile à ilikider. La terre ot) lu es nd s-l-rile plus d'bonimei 
qu'elle n'en jietil neurnrT en c« c» tes mœurs no soiit ni pires. 

ni meilleures que les n6tr». En peut-elle nourrir ptua qu'eik . 
n'en af no» iiicpur« sont mcNieure^ que les liennea. Quoni 1 ■ 
l'honnéieléq^e tu m'objectes. Je te comprends ; j'avoue quej'd' * 
lori; ei Je t'en demande ])srdon. Je n'e-vi|çe pas que lu nm^es i 
ta sant^ ; lù tu en ratigué, il faiil que tu te repoKC» ; mais j'c^ièft 
que t« ne conlinuero^ pas & nou^ contrîsler. VoLx le ttmm que u 
as n!ptndu aiir (oiks ce» vM4{e4^; elles craignent que m u' 



I 



DP. DOUGJViriVILLE. 



m 



remarqué en «U«ft queltpjes défauls rjul leur aliirctiT ion dédain. 
Mtîâ quand c^Ia «eniil, le pUisir d*hiinnn-r \nw tic. invit lîlli% 
«dire Hftt roniptpnes h se* ftwiint, et de faire une bonue action. 
ne te suiTitmit-il imsT Sois g^n^reuil 

i-'ArvAniKH. 

Ce n'eftt pas cela : ellee boqi toutes quatre égalcnTent bdlcs; 
niis marelipioa! oi&i» mon état! 

oaotT. 

Elle» m'apparlifnnciii, cl Je te (e$ offre : elles Mni à ellec, fit 
elles â« donnent à (oi. Qticftc <|iic soit la pureté de conscience 
que U cho»c religion l't la choHû r^f^/ ic piT-scrîv(>n1, lu peux lea 
«ccef>i«T sans scrupules. Je n'abuse poiut d« mon auiontéi et 
sois ftÛT que \<t connais et que je reHpccl€ Ice droite de« per- 
•onno. 

Ici* lav^ridlque aum6nler convient qu« jamais U Providence 
na l'avait expo^t^ a une aU4sî pressaine lentation. Il «^taii |euiie; 
il a'agilnit, il ki- iDumifiituii; il drEotininil ni-h tTganU dr» 
BÎmablea ftupplianleâ; il les ramenait «ur elles; il levdl sea 
n»ini« el bi^ yeu^ au ciel. — Tliia, I2 pfuïjcune, cnihrn.v^Jiif %e% 
gvtioui et lui dinail : fïlfanger. u'alltii^'tr pas mou \•^Pw^ ir^iillige 
pa» ma nièrw, ne m'alltige pa^! Hooor«r'-mûi duis la i-al>ane et 
parmi Ifs miens; ele^e^nxtt au rang de irea tuFura qui se 
moquent de moi. into l'aine a di^jà iroi^ enfanta; PaIU. la 
aeconde. en a dcm. et Tbia n'en a point! Ëirdnger, honnête 
étranger, ne me rd)ute paâ! rends-moi mère; fais-moi un 
enfant que je ptuMC un jour promener par la mam« k c^té de 
moi, dan» TaTti; qu'on vole dans neuf mois altachi^ à mon sein; 
ilool je saiti flèrr, et qui famo une parité do ma dot, lorsque je 
piaaerai de la cabane de mon père danft une autre. Je serai peut- 
&tic plus chancjeusc avec loi qu'avec nos jeunes Taltietis. Si tu 
m'aocorde* cette faveur. Je ne t'oubUfri-ai plus; je te b(;njni 
toiii«made; j'^jîrai ton nom «tir mon liras et sur celitt de ton 
IîIh; ikhis le prononcerons HjmK cesse \\ix Joîe; et, torsqne tu 
quitteras ce riïag*-, mi^ !wubaiis t'accompagneront sur les mers 
justqu'à i:e que tu sois arriva dans ton pays. 

Le naïf aum&nier dit qu'elle lui numit I«h tnaîm, qu'elle 
attacliail »ur aea yeux dei regard» si expressifs et si louchants; 
q|i*cUe pleurait: que son père, sa mère ei hfs Mrnm si^loign^ 
qu'il resta seul avec elle, et qu'en disant : Mata ma reli* 




ttl 



SUPPLÉMENT kV VOYAGE 



f^ion, mais mon état, il htt trouva le lundem&ia coucha i c^\é d6 
cctl€ jeune HMe. qui l'accablaU de cAre«e», ei qui mvttut son 
père, SA m^re et svi KBun, lorsqu'ils »*tpprodhèr«iii d« leur tii 
le matin, « joindre l«ur recofifiBiftsuice à la tiaunc. 

AkIo el Pallï, qui ftVtaïent éloignées, reiilrèreni av«c les nwii 
du pays, des bois>;cifi3( i^ dt^t rniits t dlt« embranaîent leuf 
Keur et Uisai^oi des vieux fiuf elle. ILi déjeuD^ruil loua ifosem- 
b1«; eikiuÎLe Orou, demeura «euL avec raooiÔQÎer, lui dii : 

— J« vois fjiir ma fille i^i conteste d« Uiî : et je le icawrcte.j 
Mais pourrati^lu m'apprendre ce que c'est que le mal rrJîgion, 
fûu tu us r^étit tant de foïa, et avec tant de douleur? 

L'aumônier, après avoir r^vé un moment, répondit i 

'^ Oui cfttrcc qui a fait ta cabano et ies uatcnailea qui là 
meublent? 

0100. 

C'est moi. 

t'AtlU6lllEB. 

Bb bieni nous c/djtoiiâ que ce aiotide et ce qu'il rvnfermv 
«El l'ourrage d'un ouvHer. 

oaov. 
Il a dotic dea pîeda, do mama, une lètef 
i'arii^jtiaa. 

Nos* 

oaotj. 

Où fait-U aa dmeureT 

L'attuAïiiii. 
Partout 

oaou. 
Id m^meî 

L'aQKÔsrifia. 
}<L 

oaof* 
Nous i>e l'avoos jamais vu. 

l'aumôxikb. 
Oone IcYOït paa, 

oaof. 
ToïlàQapèrobieiki&dURmMIUckHt être rieax;carila»i 
mÊim l'4(QdB aaa ouvrago* 



I>E DOtlGAINVlLLE. 



133 



11 r»e vieilUi point : il a p8rt^iLD<Kancéires: il leur&doïin^ 
<lea Icjs; il Içur H pri^fCril U mnitL^rc dont il vorjlnii ^tre honora; 
il leur m ortîonné c^iuiiies au^iiops, cumm» iKutJie»; il leur en 
a dâfeodu d'&utrtw, comme mauvaises. 

OfLOU. 

J'ealends; ei une de ces >ctiom qu'il leur a défendues c<»mmc 
mauvaise, c'e^t d« coucher avec une femme et uncfiUe? i'our- 
qnoj donc a-t-LI fait deux scxe»T 

Pour $*unîr; mais k certaines condttîODs rei^uiiifîA, aprHccr- 
Uînes c^rônonicâ préalables, en conséquence desquellea on 
faonUDC appartient i une fcmini;, ei n'appartient qu'à dlCi une 
ffinif ^partientà tai homme, ot a'appartiuut qu'à lui. 

DIOU. 

Pour toute leur vie? 

L'ADHAaiEi. 

Pour toute leur rie. 

oaov. 

En sorte qpie, s*ll arrivait â une femme de couchrr avec un 
autre qui: son mari, ou â un mari de coucher avec une autre 
que £4t femme... main cela n'arrive point, car, puisqu'il est là, 
et que ceb lui d^laJl, il «ail \t=i en emp^her. 

Noo; il les laîiwe faire, H iln pffclient contri> la loi dv Dieu 
(car c'vsi aiii&i qit« iiuuh Appelons le giand ouvrier}, contre U 
toi d« paya; et ils commettent un crime. 

oaou. 

Jeaeraifl fiché de t'oneuaer parmcH dÎKOurs; mais si tu le 
pcnnetlaU, je le dirai»; mon avÎK. 

L AUllÙ:fl£ft. 

Parie. 

oai>u. 

Cca préceptes sin^ulieis, je le« trouve opposés à ta nature, 

n contraires i la raîiïOn; faits pour multiplier leK crîiDCK, et 

Acber à loui moment le vieil uiïvnar, qui a loui fiît ^sns mains, 

^jn lêie etsans outils: qiii ^%t partout, et qu'on ne voit nulle 

pirt; qui durs aujourd'hui et Utïmain, et qui n'a pa.H un jour 



SUPPLÉMENT AU VOYAGK 



i 



I 




I 



de plu«; qui commande et qui n'est pu obti ; qui pciil empt- 

dier, et qui n'etnpdche pas. Contraires à b rature, p&rce qu'ils 

supposent qu'un $tre pensant, Bentari et i&nn, peut fitre U 

propn«t(:< du» «tre semblable à lui. Sur qiMi ce droit semi-il 

foncl67 Ne voi^tu pas qu'on e confondu, dv» loo pays, U cbeit 

qui n'a ni ftoruiibiliiLS nî peitci^, ni ilfsir, nî tx))oiit4; qu'en 

quitte, qu'on prend, qu'on garde, qu'on écbui^ sans qu'elle 

souflre eiKan» «[u'elle se plaigne, avec La chose qui nes'é^an^ 

point, ne s'acqaien pnini; qui a liberté, volout^, d^jitr; qui pe«t 

se donner ou :m- refuser pour un moment: w donner ou fte 

irrijser pnur ti>ujoui-«; qui !*e plaint et qui wuflre; et qui ne ■ 

salirait tloenir un effei de commerc«, uns qu'on oublie «ui 

carjiri^v-, et qu'on fasse violence i la natitreT Cofitrures k U 

loi gi^n^rale des «Ircif. nicn, en eiTel, te p&ralt-îl plus insenië 

qu'tin procepltï qui proecrit h changement qui est en nous ; qui 

commmaïKJc une constance qui n'y peut être, et qui viole U 

libcrli^ du mile Gi de la femelle, en Jcs Gachalnant pour janai* 

l'un h lautrc; qu'une MàUié qui borne la plus capricieuse des 

JouiBsancos a un inOmc individu: qu'un serment d'tmaïutabililé 

de dcuK Ûtr6a de cJiair, à la face d'un ciel qui n'cal paa u 

instani le même, sous des sntre^ qui menaceni rdne; au bas 

d'une rccbe qui tombe en poudre; au pi«d d'un arbre qui M 

gerce ï »iir une pierre qui a'ebrsnleT Orois-oioi, \oua aret rendu 

la condirion de Themme pire que celle de l'animaL le ne nia 

ce que c'e&t que ton grand ouvrier : inaiji je me réjouît qu'il 

n'ait point porl6i nos p^res, et je souhaite qu'il ne parle poini 

k nos enfants: car il pourrait pir basard leur dire lea ntatea 

BOttiaeft, et ils feraient peui-^tn' cHIr de te croire, flier, en 

BOUpani. tu nous mu entïeienua de niagiiUraLH et de préimt Je 

ne sais quels sont cesperM>»riiige« que m Hppt^We^m^ftttrmise^ 

prftrrt^ dont Tauiorît^ r^^lr viitrn randuiie: maïs, dbf-moi, 

hoiil-iift malln^h du bien el du mal7PeLivpnL-tU foire que (!e qui 

est juste uii Jnjuate, ei que ce qui est injuste »oil juatef 

dépend-il dVux d'AitacW le bien k des actions nuisîblea, et le 

Q3al k de« actions innocentes ou utilcsf Tu ne saurais le pconr, 

car, k ce compte, il n'y aurait ni vrai ni faux, ni bon ni Bau- 

vaifi, ni beau ni laid; du moins, que ce qu'il plairait k %m 

grand oavrior, è te» mn^istrala, à lea prttres, de proDoncer id i 

«I, d'un moment à l'autre» tu seraia oblifr^ de cbaoger d'idcoa 



i 



{ 



DE BOUGXIISVILLE. 



ïS5 



cl de conduite. Un jour l'on ic dirait, de la pari de Tun de lea 
iroi.H mallicA ; /iir^ ei lu verai» obligé, en con^icncc, de tuiT; 
un autre jour ; toU; et lu ^reî» tenu de voler ; ou : >if man^ 
pttM df et fruit; ce tu n'oeeraÎA en m&nger ; jt te défetid» ci- 
i/fvmf ûu cet miimat; et tu le gardertl£ d'y touch^T. Il n'y i 
point de bonté qu'on ne pùi t'inierdire; point de mi^hanceté 
qu'on tie pût l'ordonner. £i où en i^^raÎA-iii nHliiii» si ie« iroi» 
malires, peu d'accord enueeui, s'avisaient de te pemieitfe. de 
l'enjoindre ei do l« défendre la mèiDe cliose, comme je pense 
<|u'il arrive aoux'eni? Alors, pour plaire au prftjre, il raudm que 
tu le brcuilles avec le inegisirai : pmjr «arisraîre le magistral, Î1 
faiKlni(|ue lu m^onlr^ie» le ^rittid ciitvrii*r; et pmir ir rendn* 
a^r^able au grand ouvrier, il faudra que tu renoncep> k la nature. 
El MÏvtu ce qui en Arriéra? ce^t que tu le» mépmeras tous 
tnÛH, et que tu ne serafl ni liflinme, ni citoje», ni pieux; que lu 
ne serafl rien ; que lu seras mal avec toutes le^ sortes d'auto- 
rilé*; put avec toi-m^jïic^ médiuut, lourmeiilé pnr tuu rn^ur; 
peji«écui4'- pir lea mattrcA insensé; et maUieureiu, comme je 
te vb bier au soir, torique je te pr*^enUvi mes fi\ks et ma 
TcBime, et que tu t'écnaîs : Mais ma rtligit^n! mais mon ^tatl 
Vcoi-lu SBTOÎr, en tous temps et en tous lieut, ce qui est bon et 
mauvais? Attache-loi  U nature de*i choïc» et de.4 action.^; A te# 
rapports arec ion wïmblubk; À l'iQlluence de tA conduite ^ar 
ton utilité particulière et le bien gi^néral. Tu «6 en d^Urc, si tu 
croia qu'il y ait nen, soit en haut, soit en baA, donft l'univerfi, 
qui puU«e ajouter ou retrancher auK lois de la nature. Sa 
volonté éternelle est quolebîen voit prUirù au mal, et le bien 
gétttfti au bien pnrticulier^ Tu ordonneras le conirsire; maïs tu 
ne aeraft pas ob^. Tu multiplieriisi \v% matrjiiteum et lex mal- 
beureiu par la crnittie, par 1» châtiments oi par les remords; 
lu dépraveras tefi consciences; tu corrompras les ^!^p^it>t; ils 
ne Muront plus ce qu'ils ont h faire au A éviter, Trtiubï^ dans 
l'étal d'innocence, lr»Tif[uiUes daris le forfait, ils auront penlu 
l'étoile polaire dan» leur chemin. Hf^pondi^-inoi sinc^n^menl: sn 
dépit des ordresripr^sdt* ti-slrui-n li^^'istnlt^ur^, un jiNirif homme, 
dùstonpayx, ni^couclie-iMl jiiaiai^. sans leur permission, avec 
UDC jeune Hlleï 



le mentirai» «i je le VahauraiH. 
II. 



'^^r- 



tfi 




W SUPPLÉMENT AU VOVAGC 

OftOD. 

La fenninG, quî m jur6 de n'apparteotr qu'à mki mftri, ne 
donn&*i-<tk point à ud autreT 

L*4UH6ff|I|l 

Rion de plus coninnii. 

oitou. 

Tcfi légi^la<ctl^s »évifl»eDt ou ne ïévîswnt pu : s'Us sévi»HQi. 
t^ floni dcA bétes fdroces qui battent la nature; a'ib ne s^rriioCTit 
paa. c« aont de» imbéciks qui ont expose au mépris leur aulontr 
par une déreose inutile. 

L'AtUÔKitt. 

Les coupablen, qui écJuppeol à la sévérité des Um^ âûul 
chilîéB par le bUme géséral. 

OBOO. 

CeKt-à-dîr« qiie la juatico &'tti«rte par le défaut de wm 
eommuii de louie U nation; et que c'c^t la Mkde ToplMan quî 
supplée •»■( \mis. 

La fllle dMionoi^ ne trouve plut de miri. 

oaoQ. 
DéAboooréel el pourquoi T 

t'AriiAttea. 
La fcomc infidèle est plus ou moins méprisée. 

naou. 
ll^râé«l et pourquoi T 

l^ jeuDe hoRunie sapprllr un lirhe aéduclevr. 

th lidwt tui sMueteurI ^ ponrqvoiT 

L'AtmùliUa. 

Le père, ta mètt et reniant aoai desolM, L'époui voli^csi 
«a libertin ; l'époux tnbi partage U bo«ii« de sa fefnme. 

Qwl mooslnirux tû»! d'citmTaguKcs tu m'ncpoon là! 
tv oe dia pat t«ut : car lussîlèt qu'on s'ett permît 
à KM ^ des îdé«s de jvcicc et de propriété ; i'i 
«• 4e ilOAaer u cvedère aiMtrù« wmx cluaa; d'unir 

VÊ d'enftèparer lo b»co et le nal. $«w cosaulicr qmle 




DE B01JGAINVELL& 



SS7 



f^rk«, GD se bJâmc, on £*accuse, oq se fiospecte, on s« tfru»- 
nÎM, on «SI envieux, oo tfi jdout. on se trompe, on «'«IFIi^ 
oo se C4w:bc, on disBintule, od fi'épîe, en âe surprend» on se 
qncrdte, od ment; J^s filles en imposent A leurs p&rents; tes 
mns i tetifs Temme»; lea femmes i teura maria; des QDeai 
oui, je n'en doute pas, dca filles élcuSeroni leurs enfants^ des 
p^res soupcjoniicux rnùpri^^rùtii ei aùgligcront le^s lour^; deft 
mères s'en s^pareronl et les ^ndonneront À la merci du sort; 
et le crimn et la di^baucbe se montreront solis toutes sorte» de 
forme». Je sais tout cela, comme si j'avais v^u parmi vous. Cela 
est, parce que cela doit être; et la «ocîéié, dont votre chef 
TOUS «Die le bel^rdre, ne sera qu'un ramaa dTiypocriies, qui 
foulent secrètement eux pieds les lois ; eu d'infonnot^», rjui sont 
eui-rn^c« les ÎR^trumeotade leurs supplices, en s'y soumettant; 
ou d'iiTjk^les, en qui le préjugé a tout à fait ^toulT^ la voix de 
la nature ; ou d*£tn» mal organiaé», eu qui la naiure ne réclame 
jiun %t-A lïrcHis. 

Cela ressemble. Mais vous ne vous marioc doiic point? 

OBOO. 

Nous nous marions. 
Qu'est-ce (fus votre mariage? 

OBOV. 

te conAcnlemenl d'habiter une même ca})ane, et de coucher 
dan?^ le même lit, tant que nous nous y trouverons hîen. 

CxtUÙXlKWL, 

Bt lorsque vous vous y trouvez mal t 

onoe. 
Nous nous s^psf on». 

L'aondNtRB. 
Qu* dcvîenumt vos enfiuiiâî 

OROU. 

(étranger! u dernière question achève de me ddceler la 
profonde misère de ton pays. Sache, mon ami, qu'id la nais- 
aance d*un enfant e«t toujours un bonheur, et sa mort un sujet 
de regrets et de Umu^s. Uu enfant est un bien pr^ieux, parce 
i|u'i] doit devenir un homme ; aussii en avons-cous un tout autre 



( 



s» SUfPLiMtNT AU VOYAGE 

soin que de nm pIontcR et âc noA ftnim&tix. Un cofanlqii iih. 
occasionne Ia jok- Homc-^iiquc ci publique : cesl ua êccrcÀaw- 
m«i]t de fonone pour la cali&iic» et de Torcc pour U nation : ce 
9Qoi des bras cl des mams de plua dans T&jti ; Dous voyons en 
[ni un figricultcur, un pécheur* un cboasuur, un uldtl, mi 
^poux, un père- £n rcpuiw&nl do la tàbane de son nari dtQH 
celle de ses pareniâ, uue femme emm^e avec eile lee eofuiit 
qu'elle nviLJl npporica i?d dot : on panagf œm qui 6oat néa 
pendant b cohabilacion commune; et Ton <oirp<fftsCt auiani 
qu'il €Sl po^ible, \u mâles par les femelles, en sorte qu'il reste 
h chacun  peu près un nombre ^^al de filles et de garçons. 

MaUles cnfsnl£ sont longtemps À charge ayant que de rendre 
«rvicc. 

Kous destinons ^ leur eniretJeQ ti A ta sulnbiance det 
vieUiarda, une siti^mc pnriie de ions les fruiffi du pa)^ ; cf 
tr^t )e« %mx parioiu. kinh4 lu voîa que plus; la familk- du Talli 
tf?tt nombreuse, plus il est ricbe. 

l'AtU^ÎTUI. 

Une ^ièmc partiel 

nnoc. 
Ouï ï c'est un moyen ï^Ar dViKOirra^r ta population, et â'iit^ 
xùrvswv au rtnptxrt de U vieilles^ ei i la couNervatinn do 

enfant». 

t'jitn^Htfia. 

Yœ é|)oiuc B6 reprenneiit-iU quelquefoisT 

oaoïr. 
Tr^-AouTent ; cependant la durée la plua courte d'un ma- 
Hage est d'une lune k l'autre. h 

L'AOHAxiaa. V 

A mOLDfi que In fn-mnie ne «oit grotte ; alon la cohabttatjon 
est au aïoina de neuf moisf m 

onou, V 

Tu le trompes: la patemilé, comme te tH!>ut, «uit IVnfaui 

ptfioal. 

L'amAniBB. 

Tu m'as pari^ d'enfants qu'ooe femme qypone en dM à son 

mari. 




2 



i 



DE BOUQAINVILLE. 



339 



cbenl; ils sont sains; Ils sonl beiiui; iU prometteiU d'être forla: 

lorsqu'il lui prcndrn fAnuîsîc ilr? sk maritr, die Jcvranmènen; 

il» Mnt Ifiit »iftiu : non mari l&i recevra aver. joie, el na femme 

ne lui en serait que pIuA a^éftble. si olk était CDC«inte d'un 

quatrième, 

l'admônikb. 

De loir 

uaoc. 

De lui, ou d'UD autre. Plus nos tïlles ont d'eofants. plus eUes 
40Dl redierch^«s; plus no» garçons sont vigoon^ux et foria^plus 
lia «ont ricbea : ausKÎ, autaiil riau» KOiiune» aftentif» i préser- 
ver les unes de^ approcher tie rhoiiiine. les lutres du commerce 
lie la Temme. avant l'Agv de fiV.ondinh aulant non» Ii» e\hai^ 
tocm i pnxltiin-, lorsque le^s ^art;4jiiH gonl j>iiïièrt^s t-,i le;^ filles 
nubiles. Tu ut? saurais croire rimportanci- du service 4jue tu 
auras rendu A ma filte Thia, « (u lui as fait un enfant. Sa mère 
ne lui dira plus h rttaque lune ; MaÎA, Thia. k quoi pensts-tu 
iloocf Tu oe deviens point grosse; tuasdu-ncuf ans; tu devrais 
vmt déjà deux enfanta, et tu n'eu âa point. Quel catcdui qui 
se chargera df? Uii7 Si tu prid:^ atuM 1«;k jounea an», que feraft-tu 
tUna la vieilleaac? TbJa, il faut que tu aies quelque défaut qui 
éloîgae de toi iea bommca. Corrige-toi. mon enfant : À ion âge, 
/«raîa été trois foia mixe. 

L'iUHAHIRa. 

Quelles prC-cauiinnî^ prvn^-vous pour garder vos ûllea el voa 
g&r^on-i adolewMïnViT 

OBOU. 

(Test Tolïjet principal de IVdiicaUon dnmesiique el 1^ poinl 
l« plux impgrUuit dt» murura publiques. Nos gar^ona, jusqu'à 
Tâgede vingir-deux ans, deux ou Itdîï ans au delà de la puberté, 
restent couverts d'une longue lunique, et les reins ceints d'une 
petite tJialne. Avant que d'être nubiles, m» tilles n'useraient 
^uAÛr &aas uu voUe blanc- Otcr sa cbatne, lever Bon voile, snnt 
tlvs faubs qui »c commettent rarement, pan^ que nous leur eu 
■liprenoos de bonne beure le» f^beuse^ conséquences. Mai» au 
momeni où le m&le a pris toute sa force, où les HymptAmen 
tirik ont de la continuité, et où rcifusioû ffëquente et la qualité 



»0 



SUPPLËVENT AO VOYAGE 



I 



df* U Uf|tifiir ït^mïii&le iiuu» rassurent; nu DOOmCIlt oà llkjfUM 
fiUt^ iïsfaDe, â'eDBuie. esl d'onc mal mité proprft à donccvoir des 
dé«îrs,àcn ÎD^ireret ^ l«SBiti»rftirc*rec utilîlé, lepèr«déUcbs 
la cb&tne à son file et lui œupe l'ongle <fu doigl du milieu de la 
muD droite I^ mère relève le voile de ea fille. L'ud peut M>lli- 
ciier une Temme. et en &tre aoUïdté; l'autre, tx promeDer pubU- 
quemeni le ^-isftgc dàzouvcrt cl la goi^ nue. accepter ou refosor 
le:^ cATcsse» d'un homme. On indique seulement d'aviuKe, aa 
garçon les liiles, à la ûUe les garçons, <iu'il8 doivent prd'iécv. 
C'caC une gmndc Téie que le jour de T^aocipatien d'une fille 
ou d'un R&rçoD. Si c'est une fille, la veille, les jeunes garçoua 
90 rosftcinblCEil autour de la cabane, et J'air retentit peDdant 
toute la nuit du cJi&ni des voix et du son des înâirumeotB, Le 
Jour, elle est conduire par hoxt p^rc et par loi tnèm daiu una 
enccfnie où l'on danse ei où Ton Cait Texerdce du vaut, de la 
lutte et de la courae. On déploie rhamme nu devant elle, aoa« 
louies le» face» ei dam toutes» 1e« niittude^. Si c'ext un garçan, 
ce Mjni le^ jeunes (ïlles qui font «-u ^ pr^Aiïuce. Ie?4 frais et Its 
bouneurs de la fête et exposent À ses regards la femnie aue, ■ 
«ans r6k.'ne v\ **ns iwcret 1-u rwlr dt? la ^Jr^'-minùf- H'acbtvp 
sur un litdf Teuilles, ciornmi- lu Tiutvu à ta denteiiic? p>ariui tiotifi. 
A la chute du jour, la fille rentre dons la cabaoe de se» pa/entu. 
ou pA.vir (lan> la cabaup, de celui dont elle a fait cboii» et ; 
reste tant qu'elle tj plaît. 

i.'AVM6rtiEa. 

Ainfi cette f£te eal 6u n'est point un jour de maria^T 

onoo. 

Tu I 03 dît 

— A, Qu'est-ce que je vois là en roarf^? 

B. C'est une m>te, où le bco aumônier dit que Ic8 pn^cqM 
dc3 parcnlB sur le cJiou dca gaj^onrt et des tille» étaiefii pMi 
de bon aecs et d'obeerralions tiis-Ëneâ et trèe-utilcsï nufi 
qu'il n supprimé ee cau^i&mct qui aurait paru à d«i g» 
atiBSi eomMpQt ei ausn superfideU que noua, d'ooe lk«0C 
împardoaDabïet ajoutant toutefois que ee o'âlaît pas eaoa rv^t 
qu'il avait retraocèé des détails oô Tod aunît tu, preniA^ 
Mcnt, jusqu'où une nation, q\ù a'oceupe susa cein d'aï tiifl 
^huporlant, peut être conduite dans see rechccrcbea, aana Itf 
MeottTS de la pby^ue et de l'anaiomit; Mcondc m ent, U iW- 



Oe BOUfrAlNVILLE. 



S» 



r«oc« des id«ea de l« baaulé d&na une contre où l'on rappone 
les fonnes «u pftîflr d'un mom«nl, et chn un pcupU* dû ellds 
vont kppréciées d'aprte une utiKi« plus coDSi&nte. Là, pour èire 
bellr, on oï^ un teini ^Utuit, un granit froni, ik' gr»ndt 
feui, l«s iraiu un» et d^licais. une laille ié|f^re» uoe ^llie 
bcKicJiif, dn pt*tiles iTiftiOB, un peiît pi«d.,. Ici, prt^qnHiaiir.un tlt 
et» éléoiefiLH nViitrtï Ht r^lnil. hn femme Hur lariuelle le^ 
roprck fl'âita<:heni ei que le {le^ir poursuit, eM rdle quî promet 
beaucoup d'oifAnte (la femaïc du caîdinnl (1'0a^;iI), el ([ui les 
promet aciir», iiiUïllii^pni.s. toiirage^JX. sains <^i mbuBtes- Il n'y 
A presque rïcn de commun entre U Venus d'Atli^ne» et cdie de 
Ùli; Tune est Vénus galuitt, rautre est Vénus ft^oode. Une 
Taliicnnc dis&it un jour avec mépris h une autre femme du 
pays : 4 Tu es belle, mois lu (tis de laid» cnraota ; je suiâ laide» 
mala je fais de beaux enraotâ, et c'eat moi que Icfi hommes pré^ 
lifrreat, - 

AprM cette Aei« de raum^nier» Orou coniioue : 

onov, 
t'b^ureuK moment pour une jeune fille et pour sra parenis, 
qxM c«Iui où «a grossesse &ii constata»! Elle ^e lâvc; elle 
Kcourt; etk J«tiuî ses bra»; autour ilu coti de »a mare et de son 
^rei c'eât avec des iran^pons d^uue joie muiuelle, qu'elle leur 
annonce et qu'ils apprennent cet èvétiemenL Maman I mon papa t 
evbrajiset^moi ; je suî» groâae! — E»l-îl bien vrai? — Tr^K-vrai. 
—Et drqui r^ips-voiisf — Jr le suîs d'un tel..- 

^H l'auuônieh. 

^B Comment peut-elle nommer le père diï M>n enfuit? 

^H 

^^ Poun^uoi veuK-tLi qu'elle l'ignore? Il ta est de la durée de 

^ nos amours comme de celle ôg nos marÎAgeA ; elle est au 100109 
d'une lime à la luae amvante. 

L'Al^MdMin. 

Et cette règle Cftl btea scrupulcusemeat ot«crvc«T 

OBOO. 

Tu vaa en juger. D'abord, rinlervalle de deu* luneu n*<^i pu» 
loDg; maiâ lorsque deux pères ont udg pn-iemion bien fondée 
la fomoalion d*uu enfant, il n';ip|)ui tient plus À aa m^- 



L'Anifi>»ieR. 



A <nii appartieDt-î] doue? 



m 



SUPPLÉUENl kV VOYAGE 



ji celui dc3 deux à qui il lui p\aXi de le donnef ; voïlJ 
ftûnprivil^e: et un enfuit éi&n^pv Jul-mème un objet d'iokrèi 
et de riciiGKse, m concis que, pontii nous» Ica libcfliacs «ont 
rares, ei quô les jeuDûs gardons s en éloigneoL 

L'ADJIÔIflES. 

Vous «va éomic «us»i vo« libcrtincsT J>ji ^tai bien ftisc. 

Nous on avoua mémo de piu« d'une aorte: mais m n'écvtoï 
do mon «ujet, Lo»qu'une de no& TilleA eat pos^, f^i te père de 
l'enf^t mi un jeune homme b€au, bien fflil, bmve, inidli- 
genl et liboricvi, l'e^pOrtnce que renUnl bùriters tto venus 
de soD père i-eDouvelle r&J1égr€sse. I^otre enfani tfa hooie que 
(l'tin mattvm choit. Tu dois concevoir quel pni nous tluclkûiis 
i la &anié, 4 la beauté, & la force, i l'Eaduitrkt au couregif; 
lu dois roncuvDÎr comment. san« que nous nous eu mêlions, le« 
pi^m^alîireft du fuuig duïveiii ?tVicniî«;r patnii awn. Toi qui t^ 
parcouru diverses contn^es, di&-^Doî sî ru as ranarqui^ daiiA 
.êucuiiç auUnt dr Ih^aui tiomint? cl luiant de lielles remam 
qocdansTaiii! Re^iu^<^uiin : cutnment mmn)iivt*«-iuTEb bient 
il y a du mille hommea ici pliu grand», aiiasi n)l>uNirx; maïs 
pas lin plu» brave que moà ; au%i les iii&f«H me dt^gucnt-ellei 
KHiveni à liïji> fiJIcit. 

Vain de loua cea enfantin quL- m jm'uk a^tiir faîu boni dr u 
cabane, que l'enrrvicDtHlî 

OBOU. 

Ix quaif fèmc, mile ou fuiwlle. Il a'eM l'tabH ponni i»ou¥ tuir 
drcuUtion d'hommes de femoM^ et d'enfajiis, ou de bns 4fei 
tout âge et de toute (onction, qui c»i bien d'uitc autre ia| 
Uixc qu(* celle de vos denrées qui n'en aont que le produtL 

ic le coorobi. Qu'est-ce que c'e»t que wê voilia QOÎn 
J*ai miooiilm quelquefois. 

»aoc. 

Le signe de la sUriliu-, vice de Daissaocc^ ou Mite dm Vè^ 
avancé* Colle qui quitte ce i^le et se mék avec lea bocaro», 
e^1 uni> libefiinv. ct^lui qui nelivc ce voile ci s'approche lie ta 
femme iienlc, v%i un libertin. 



OB BOUGAirtVILLE^ 



lu 



l'iuiiÔnio. 
El C€S voiles piAÎ 

UËOtT. 

Le ftiupae de la maUJÎc p^^nodîquc. Colle qui i|uitte câ voile, 
vi se mfilc avec \e^ homm^, est uoe hbfirtÎDe; celui qui le 
rd^ve. et s'npprodic de Ia fcmmo mulndc, Gftt uit libertin. 

A\et-vou5 {Ifsch&iimiruUpour ce liJHTiiniigGr 

oaoc. 
Poiutd'autreqtie le bjftme, 

Ud père ^ïeut-il coocht^r ayvc ^4 filk, ixiio môj« avec sor 
tiIb, ud frère avec sa sœur, un mûri av«^ la femme d'un auticV 

oaot. 
F«ttfXpiOt ùm7 

Passe pour la fornlcarjon; mal» rincexi^t mais Tadulcérel 

oai>tJ. 
Qu'c^l-w que tu vcui dire avec les mQt^^/ûnti4^ti0nj ùicutty 

L*ai}itd?iica. 
Des crimes, ites crimes énorme-H, jkour Tiiii Jt^uels on brûle 
Ds mDn pays. 

oaou, 
Qu'on brûle ou qu'on ne brûle pofi dun^ ion pays, peu m'iin- 
pone. Mais la D'accuseraâ pas le« mœure d'Euixjpe p&r celles de 
Tafii, ni par convoquent Ir^ nurur^ de Tuiii pur cHioji^ diï ion 
pajft : d nou» faut une règle plus i»ùre; ei quelle h^ts cette 
rtglcT En conafti^lu mie tuireque le bi^n générai ei l'uiilitê 
parikuUèreT A présent, dîîi-fnol ce que lop crtnit* incfntt a de 
contnire à e>rs deux fia» «it- ijlm 3U'fion«î Tu te (Lomp^^^ mon 
ftinf, KÎ tu croiâ [|ii'une loi une inXs publiri-, un nii:)i tfçnumijiîeux 
inventé, laii supplice <lér«rm'\ lou[ et^t dil^ Hi'jNiiids-mui donc, 
f|U>ntpnd»*lu pJir ittrrtie? 

L'AUU^MilA. 

Mais UD îtenf/... 

<>HOC< 

Uii iNrMir'^... Y a-i-il longti-m[in c^ue tan gmnd ouvrier san$ 
, umi maiflâeC aana outils» a f&it le mondef 



SUPPLÉÉE NT TTu" 



lUOMÔMIl. 



Non. 



oioo. 

Fit-il toute 1*cspëc^ humainQ à 1» foQs7 

Non. Il ci^& flculemeiit une femme et un Homme. 

OMOQ. 

Eurcni-ilâ des enfintâ? 
Assurécneni. 

Sii|ip)ttoiM ifuc r4W fl<;u:i pmiiJi-nt pftrvtiti n'aient en qme 
filles, ee que leur in^ve sûît ntorie l» pr^^mière: ou qaWt n'mivnt 
eu cpie tlivi girçons, el que U femme aU perdu son nurï. 

l'aum6}(iki. 

Tu mVirbarraïses; iiuU tu u beau dire, riitrrj/^ est un 
crime abofnbijibk, et parlons d'autre choue.' 

»MUV. 

Cela le ptaU k dîrei }e ma tais, mai, tant que lu ne na'aurM 
pas dit ce que c'«wl que le crime ibomiuable ûtcftte. 

L'AUH&nita. 
Eh bienl je l'accorde que peut-être \'incf:tU ne blesse ea 
riea la nature; maïs ne suffit-il pns qu'il oieuace la eonstilution 
politique? QuedevieikdmdDtU tMiret^d'tia cbefetU traDqiûllit^ 
d'un £ui, si loule une oalîon oompoe^e de pliteîeure milliona 
d*bommeA, $Kt trouvait rassemblée autour d'uiw cii>quafiiaiiie 
de pèrea de famille. 

oaov, 
Lcpf5-«D^. c'est qu'où il n'y aqu'unei^Tandewcà^ti.ilyea 
aurait cinquante petites, plua de bonheur et un crime de nains. 

t.*AtiidFiiEh. 
Je crois c^-pendant qiio* même ici, un fib couche raroiiwat 
avec fta mhrû.. 

oaov. 
A raoûiB qu'il n'ait beaucoup de respect pour dir, «t tu» 
isodivsae qiaï lui fasse oublier la disparité d'I^, et pcMnr 
■ne fanme de quaraete ans % une ftlle de dù-oeef. 

L'AUMftKtCl* 

El k coauDGrcc des p«n» avec leurs lUlesT 



4 

I 




DE BOUCAINVILLE. 



S» 



w 



tIROU, 

fiaèreplufi ft^u^Dt, k naoïDs queU fillo mt mnt l«4e «t pou 
r«cbcrcl)i>?. Si w>n p*re Twinc, il ft'i>cr.u(ie à M pr^arer sa dot 
ep enfftiiLs. 

Cela mt fait imaginer quc^ [^ von des femmes que ta oaturd 
a diagracîMs ne doit paâ être heureux dane Telli, 

I oaoc. 

\ Cdanê prouve quo iu n'as pas une bauie opiDion âe la 

gtoérosité de nos jeunes gens. 

r i'ACMÔNtlïa. 

Pour lea uuiona de Mtts et de nceurs, je De doute pas 
i qu*dlc» ii« aoieat tris-comniUDca. 

^B Bl tr^«pprouvé«s. 

^H L'AUlfiNItt. 

^^ A l'eoleidn, cette paaaioti. qui produit tani de crimos ot de 
aui dans BOa coalrËeSt Aérait id tout a fait iiiDoocnlo. 



tf 



OK0D< 



Etranger! tu manquas dejitgemeni et de ni^nioire : de juge- 
il, c«r« pariouL nâ il y a d'>fcnsc, il faut qu'on Hoil Urnté Ac 
fiùre la chose d^eiidiii? et qu'on U fasse : Je in^mûîre, fkuiaqut? 
Il ne te souviens plus de oc que je t*&i dit. Nous avooA des 
^idll^ dÏHM>lur9, qui .<w>rtf-rt la nuit !%anîi leur voile noir, et 
reçoivent de» hcmmea, lorsqu'il ne peut rîen r^ulter de leur 
•fprocbc ; fii elles ^nt reconnues ou surpriseâ. Teiil bu nord de 
rhe, Wi rewlavage» e^t leur châtiment : de» fiUri* pr^coc^, qui 
Itl^vent leur voile blanc k l'insu de leurs parents [et noua 
ttvoQft pour cllc5 un lieu fermé dans la rabane); des jeunes 
g&aOt qui dOposent leur chaîne avant le temps prescrit par la 
aeivc et par la loi (et nouu en r^primandon» leur» pareols); 
dot femmes à qui k tcmpâ de la groaac3s(^ paraît lonç; defl 
iEftune* dt des filles peu scmpuleusefl k garder leur voile gris; 
Biaifi dao. le fait, nous n'attachons p&â une ^ande traportaiieii 
à toutes ces fautes; ot m ne saurai» croire combien hd^ de 
fidieeee pariiailiftrc ou publique, unie dans nos têtes à l'idée 
de population, éftir*" nos mcuui? sur ce point. 




S36 sufpUubnt au voyaqb 

Lu pRsaion de deux honuDca |)Out' tiiifi même f<>iaiiiet ou 
l^oùt <lo ilcvK fommes ou <le <ieux lillcs pour un mômo boiPHK, 
ii'occafiioniicnt-ils poîol de désordres? . 

OKOU. 

Je n'tn tî p» encore vu (;[uatre eienif^es : le cboit de ta 
femme ou celui d« rbomme Unit tout- U vîolvncv d'uo homme 
aenil une faute grave; mai» il faut uih* plainte pubUcftw, et il 
Cil prew|uc inouï <|u'utiv filk nu qu'cinc f^mme sesoîipIvDie. 
La HPiife chose que J'aie remarquée, c'est ^e nos fvnmes ooi 
iiiriîiiK ilr pilif de>i homme» laid*» qut' nw jrum^ g«iiH dt» femmea 
difigruckées; i^l f>0UH u'^) «ominiîK p;iM ndivK. 

L*ADUâNCBa. 

Voua ne connabscc guèr«f la j^IouaH, 4 c« que je rota ; nuïa 
fa tendr^&se maritale, Tamoiir matcfncl#ces <kui acnûmenta ai 
puLAsaniâ et hi doux, s'ils ne sont pas ciroA(«r« Id* y dotyeai 
^AFi^ asAicz faibles, 

ÛBOU, 

L^ouâ y ai'ona suppléé par un autre, qui est tout autr«iû«Bl 
g^Éral, énei-^ique ei durable, l'iotér^l. Meta la mùu sur 
(«RiKience; lai»w \h cottrr fntifaronnade de rt^tu. qui est ««ib 
ccsaf: fiur lea lèvrea de lea camaradcst et qui ne reatde pas ait 
fond de leur cxeur. Dis-moL si, dana qurique contri-e que c« hojI. 
il y a un'père qui. sans la honte qui le retîeiit. irumAt mieui 
perdre sou enfani, un mm qui n'aifn&t mieuv perdre ma fenime. 
que Àa forlune et Taîauice de toute &a \ic. Sois sur que partout 
où J'homme aéra attaché k la coaecrvatioii de son semblable 
comme h M>n lit, & m santt^, & »on repoa, k aa cabane, k wm 
fruits, à ses champs, il Fera pour Lui tout ce qu'il sera possible 
lie faire. C'est ici que les pleurs trempent la couche d'an en^l 
qui aouiïrc ; c'est ici que les mères aonl Magnées dans la nnla- 
die; c'est ici qu'on prise une fcinTM féconde, une fille nubile, 
UQ garçon adokaceiit; c'cftt ici qu'on s'occupe de leur institi»- 
lion, parce que leurcon»er^aiion eal ioiiJouth un accroîaaemcot, 
et leur perle toujours une dimiauiioD de fortune* _ 

L'AOMÙNIKa. V 

Je crains bien que ce sauvo^ n'ait rainoo. La paysan misé- 
rable de noa contrées, qui escede sa feninte pour soul^^er soa 



I 

ûeai I 



ÙE BOtlOAINVILLB. 



»7 



• 



cbevfti, lusse périr «on vnhnf ^niiK ttecours, ei appelle )e méàe^ 
cip pour Min tHruf. 

Je n'cQlF^ncl?( pas irop c? que tu viena de dire: mais, à ton 
reiniir cUni; l« pfttrîr m biim policée, lâche d'y introduire ce 
rfstxiiTl ; 1*1 r-Vj(l aIoi^ qu'on y M<n(im l>- prix rif IVnrnnt qui Hftll, 
f-l rini|ïoiiai]r4- ili^ In iKipukriim. V<*ijx-in tpie jf le rt^vHe un 
secret? niai*^ pieiid^ garde qu'il ne t*écJiappp, Vouh Arriver : nouu 
votis ^andonnons wjs r^mmcs et nos fîlTeA; voun vouii en éton- 
nes; vous mmst en ihtutl^ttfr. ritm gritliludi* qui nDU>^ fjifi rir?; 
rou» nous reoieii^eï, lûi<iqm> mjuA wsseyouH Mir im f.i »iir it>H ' 
comptgnons )a plus forte de toutes les imposiiiona. Nouk ne 
l'aroiirt point ilemaui^r d'itr^MitL nouN nr? nous i«(tmntf<s poînf 
ji;i^»& 5ur les niAidiandbcs ; nous avdnâ mépnïf^ les denri^ ; 
nuls nûis rcnnm«« et n<» filles sout venues exprimer le sang de 
tesreln^'H. Qu^nd m tVlotiçtit^ras.tunoaBJtiiri» Eftiv^édcs eafrinls: 
ce Iribul levé sui^ u personne, 8ur ta propre sulMtODCf?, k Ion 
avis, n'en vftut-il pas bien un autref tt «i tu vcu:t en appri^ier 
U YpJtnir* imagine que lu aien deiLK ceutô Jleue»de cAtc!«à€Oit- 
rir, et qu'à chaque vingt mîlfcs on te mcltc À pareille contribu- 
tion, Kous avons de^ Irrrc^ immm^^^ en friche ; nous m&nquona 
de bns; cl nouH l'en avon^i demanda-. Kou» nvons des calamité» 
^id£Bniqu«^«i à riparcr; ©t nous lavons employé h n:parer le 
vide qu'elles loisscrorK, Nous Avons de^ ennemis voisina k com- 
ballfe, un besoin de soldais; et nous Tavona pri^ de nous eo 
faire : le nombre de nos femmes et d^ nos filles eel trop prand 
pour celui di's tionunes; ei nous l'avons nMsucii' à noire Uche. 
Parmi ces femmes et ces fdies, il y en a dont nous n'avons pu 
ohhetiir d'enf&iiis; ci ce sont celles qtirf nous avons exposées t 
von premiers embrasaemenis. Noua avon.^ i payer une redevance 
cm hommes k un vointii Dpprt'VKeur; c'est toi et tes camaxadcs 
qui nousd^frayvnejE; eï dajkR cinq ou 8JK ans, nous lui enverrons 
voa flU, s'il* \alen1 moins que les n6irf^. Plan robuMU^si. plus 
satoa que vous, nous nous sommes aperçus que vous nous sur- 
passiez en intelligi^ncv; ei. sur-le-champ, nous avons destiné 
qiieîqu<^«-nne< de j*oï femmes et de wx fille» l«s plus belles & 
recueiHir la vemence d'une rair^ meilleure que In nAire. C>J4t un 
easai que nous avons tenté, et qui pourra nous réiiaair. Nous 
avoua lin!- du toi cl de» tiens le seul parti que nous en pouvions 




239 



SUPPLÉMENT AO VOYAGE 



lirer : el croia que, tout »auvag«:s que nous •oomes, iwua 
aavoDs aussi t^kulor. Va où lu voudras; et va trouver» lou- 
jour^ l'homme av-tti lia que toi. H ne t« donocn )«nuft que câ 
qui ne lui est bot À rien, ci le demandera toujoura ce qui lui 
f»t utile. S'il te préjientG un morceau dV poar un mocrcau de 
fer; c'est qu'il ne fait auctin cak île l'or, ei qu'il prûie k fer, 
M&iti dis-moi donc pourquoi lu i/ea pas véiu comm« lea autres T 
Que ëignifiiî celle ca^Aquo longue qui t'enveloppe de la tftie ênt 
picds^ et câ sac j)oiniu que lu laisses tomber aiir Ua gaules, 
ou que tu ramoner mr te^ oreilles? - 

L*AUSlOKlgl. 

C'eai que, tel que tu me vol», je me auîa engagé daua une 
SDCÎôié d'ïiommes qu'on appelle, dani mon paya, da« moûras, 
Lt pluK sitcn> iltr Wx^i-a \frux v&} Je n'approcter d'aucune 
et de ne point Taire d'c-jifania. 

oaoïf- 
Que failcft-voua àoùtt 

Rien. 

OEOO. 

Et ton magiatrat souITtû cette espèce de paresse, la pir« de 
louiceï 

L'auMÔniBi. 
J1 fait plus; il la inspecte et la fait reepecier. 

oauu. 

Ma première penai^ était que la nature, quelque aocîcknt, 
on iiii art cruel voua avait privée de la faculté de produire votre 
«emblahle ; ce que, par piii<', on aimait mieux voua laisser vivre 
que de vous tuer. Hais, moine, ma fitle m'a dit que tu étais un 
homme, et un homoiv nuȉi robuste qu'uD Talticn. et qu'elle 
Bspt^raii que tes taress^s réil^râcd no seraient pt:* iurruclueusee. 
K présent que j'ai compris pourtjUOJ tu l'es *crié hier au soir : 
Mais ma rrii^icn! tfujit mon éiatt pourTaï&-tu m'apprendra le 
motif de la faveur et du respect que lee magistrmta vous aoco^* 
denlT 

t'AtMÔniBB. 

Je l'igiora. 



I 



DE BOUGAINVILLE. 



t» 



OBOC. 

Tu SBi> AU moins par quelle niîHon, ctiuil bomme, to t'ea 
librcmcol conduiLD^ à ne pas J'fttreT 

IL'jitiii^niiii, 
Cela aerûl trop long et trop tliffîcile à iVq>liiiiitT. 
OROU. 
El ce T<BU de stériîîié, le moine y ^x-i) bien lîdèk? 
i>aor, 
J'eck élaU «âr. Avex-vouK au^ti des iroïne^ femelle«r 
Oui. 
Auxftt sagvs <piv Im inoînt-.s milli*x? 
L'AUHdKICa. 

rim renfermai» , cTlea Hèch^rol dft douleur, p^Hssenl 

^B 

^^ Btrbjurc Taitc à h îiaiurc e*t veiig<^. OM le vilain pays! 
I Si loul y crft ordonni^- comme ce que tu m'en dis, vous ctca plits 
baH>ares que nous, 

U bon atimûTiïei' racûnit 4|u'iT pa^Hu le rcsic de la joumôc â 

parcourir Tllc, à visiu^r 1c^ cobani?^, et que le soir, aprè^ avoir 

I soupû, le père et la m^n- l'ayant supplie ilc coucbcr avec la 

I «QCODde de louni filles, PalJÎ sVtaît preftonli^i* dans le m^mo 

L dflifaabilK' que Thi», et <|u'ii f^'^toit émv pltmityuvK fobt pendiuit 

la nuit : Maïs nm rtUgiùn! maù mtm état! <{ue la troisième 

noil il avait ^i'in agii^ doa mpniei? remords avec A«lo )'&îr«e< et 

que la quairième nuit tl favait accordée par bonnfîicté k la 

favaede son hdiv. 

IV. 

SDtTE OU EitiLOCPru 



4. J'e&time cet aunnïnier poli. 

B. Et moi, beaucoup davaiuage lee maur» des Ttitieos, et le 
'Ai'cotjrB d*Oroii. 



S40 SUPPLÉMENT AU 

il. Quoique tin peu mode! 



&1 



VOYAGE 
europ^niïc. 



B. Je n'en douce psA. 



— ki le lx>n aumônier se phinl àt la briè\-PU' de son ^)OTir 
dnns Tttîti, et àe la dilïiculté de mieux coniiolrrc ]efi usages d'UJ) 
peuple tiset Biige pour s'être arr^lL^ de Jiji-méni« à la médio- 
crii^, ou oioet heurtut pmir habiter uo dimat dont ta f^rtiliii- 
lui a^euraii un long eiigourdi««eineDl, aaaex actif pour s'dtrp 
mis à E'ahn des besoins absolu» de la vil*, ei àaset indolent pour 
que won innocence, aon r«poft ti aa r«>1idté D*euMODl rien à 
r**douier d'un procrée trop rapide de ses lumièref4. Bien n'y ^l»ii 
tikal par J'opînlon ri par la loi, qua ce qiû éiaii mal de aa 
nature, Lo?4 travaux ei le* n^oltsa t*f fatsaieoi en cûmmiA, 
U'accepiiofi <lu mo\ pmpriétf y tiaii ic^s-étroiie ; la pasaionife 
l'amour, r^duitf^ k un simple app^iit phy«iqui\ n'y prcduîsvt 
aucun de no« di>ftordres. L'Ile enrlfere of&aii TUnage û'mnt mtilr 
faniilte nombreuse, don chaque cabane repnyseniaii les ctlveiv 
apparK'incni* ïl'iine tie ntw grAu-Ji.*^ miiisoii*. Il finit par ptD- 
le^ter que ces Taîilenft «ert>nt toujours pr^^iiu i tt m^naoUv,' 
qu'il avaii éii^' leni^ de jeter sen vètenienm dans le vaî^»e«ti ei 
flf pas-sri" le rrain île ms joure pnnnî etu, et qu'î) cmiut bi«i dr 
i«! n^peniir plus d'uiiff foiït ite ite Ta^urpaH falL 

A. Mal^ï^ cet éloge, quelles consi^quences utîkn à lirer iln* 
ciitruraei de^ usager bî^arrr-% d'un |ieuple non cîvilïsfT 

B. le ïoîtt qu*att86i1ât que quelques CAuaea phyiùques. teU«». 
par exemple, que la nt^ceasîtc de vaincre ringraliiude du »ol. 
ont iDi« en jeu U sagacU^ de rhomoie, cet élan le conduit bien 
lu delà du bul, et que. ie terme du besoin p*»â^. tm ml porir 
dana l'océan aana bornée dea fanubles, d*ofl l'on m ac rvtiiv 
pluH. I^uifwse rbeureu\ TaîHcn s'arrêter où il en eat! Je x^ 
quexccptL- dans ce recoin ^CArl^ de notre globe, il n'y a poini 
en de nKBun, et qu'il n'y en aura pt^m-^tre jamais nuUe part, 

A, Oij'*^ntendeï-voiis dt>nc par de*t mœursT 

fl. J'entends une «ournission gcnérale et une conduite coi^ 
si^uenle A de» loi» bonnes ou maiivaiaes. Si tes lois sont bonnes, 
les iMurs Aont bonnes: 8i Ic^.^ luih sont mauvaises, Ica noœory 
flonl mauvaises; si les lois, bonnes ou mauvaise», ne aomt point 
observées. U pire condition d'une aociét^. il n'y a point de 
BKeofV. Or, comment TOulex-vou» que de^ lois s'ob^ncnt q«i 
eUea se contrrdisentT Parcouret l'bbtoire de« ûH\t^ et 



I 

I 
I 



I 
I 



DE BOUGAINVILLE. 



W 



BâbûDs unt anôennca que modernes, et vous Irouverei \ts 
.bomine» tasuicitia à troia codes. Je code de la nature, le code 
dvilf et k code religieux, et contrainte d'enfreindre altemati- 
vecneoi ces trois codes «tui n'ont jamais ^ic d'accord ; d'où il est 
tnîvc qu'il o'y a eu dons aucune contrée, comme Orou Ta 
deviné de la n^trc, nî homme, ni citoycnt ni religieux, 

vl. JJ'où vott« conclui-eat, j^an» dotJte, qii'en fondant la morale 
8ttr les rapporta éternels, qui subsistent entre tes hommea, la 
loi religieuse devient peut-Mre eupertlue -, et que la loi civile ne 
doit être que rcnoDciaiîon de la loi àe nature. 

B. Kt ceU, Aoua peine de multiplier les m^chanifi, au Ijeu de 
Ure deâ bons. 

A- Uu que, «i Von jug? ii^easaire de les conserver toutes 
troU, il f»ut que le^ deux d^mièrea ne soient que dea calques 
rigoureux de la première, que licuK apportoii» gravi>e au fond 
de DOS cœurs, et qui âera toujours la plus forte, 

Jï. Cela u'çsX pa?> eiact. iNous n apportons^ «-n naissBfLt qu'une 
sitiinitude d organisai ion avec d'autrex «^ires, les m^m*-H btsotus, 
de TatlT^l vers ]&* |itème& plaisirs, une aversion commune pour 
l«» mt^inew pi-iiiv» : vuilib cv qui miislituti riiouiinr? an qu'il iwt, 
eA di>Sl fiiFider la morale qui lui convît^ni. 

A, Ce]& n'est pas aisé. 

B. Cela est h\ difRcilc, qui? je cmirais volontiers le pr?uple le 
(dua aauvagede la terre, le T^Tiieu i^tiï aeu est tentj scrupuleu- 
sement à la loi de la nature, plus voisin d'une bonne législation 
qu'aucun peuple civilise. 

A, rar« qu'il lui e»i plus facile de ae défaire de son trop 
de rusticité, qu'à nous de revenir sur no» pas et de lifomier 
jw abus. 

B, Surtout ceux qui tiennent & Tunion de rbonunc ci de n> 
'«mine. 

A- Cela se peut. MaU commençons par le commencemoDl, 
'Qt«m>gef^iu bonnement Ja nature, et vo^ouii «an.s partialité ce 
Qu'elle noua répondra ^ur ce point, 

ff. J'y consens. 

A, Le mariage e^t-il dans la nature? 

B, & vous entendez par le mariage la préférence qu'vat 
fe»»ielle oeeorde à un niAk- *iir tous les autres mâles, <iu celle 
qu* UD mâle donne à nne femelle sur toutes les autres femelle» i 

I : 



SH 



SUPPLÉMENT AU VOYAGE 



m]|1 



|>T^énvic« muiuelle, en c«n8^eDc« de laquelle il u forme u 
oiiloii p\u% 00 inoitiK (lunhfe, f|iit perpétra T^p^cc par la re 
duninn des ïodividtB, le martage »i duiH la ftaïun*. 

A. }e\e peDse comme vous ; ur c^lif* pr^f^i^nre ae remarqiif 
non-wMi1^mi-nt d4l1^ l'rxp^r hnmninr, msii; viKore dauâ \^ 
aijiret espèce d'animaux : l^nnoîn ce nombreui oirt^i* ilr tnileH 
qui poursuivent une même femelle au prinTciiips dans om caïd* 
pBgnv», (?t (lûQl un nev] oblit^ui h tîim dr nuri, El ia galvH 
lemT 

B. Si vous tntcnrlw pur galanterie celle varîrié de mov 
énergiques ou diflicai^ qje h pasaïoQ in^^ure, viit au mAte, 
à la fcmctk. pour obtenir cctie prrforcncc qui coiidutiâU plwt 
douce, la plus importanie ei la plu» i^-orrale <!«» jo^iiasanc^t hM 
g^aolcne est dans la nature. ■ 

A, Je le pense comme %'Otu. Témoin celte ditersiiô de gen- 
tille^is^^s pratiqut-e'i par le m&le pour plains à U IciDcIk : par U 
femelle pour irriter la pa^ioiJ ei liter le goùi du mâle. £t 1% 
<oqucttorie? 

B. C'est uo meiKoni^e qui consiste a Hîmulu- une p«*<âi>aih 
qu'on ne «enl p^, et à ]>romf;<ir^ tim ptv<f<^r«>iïCQ qu'on n'ac- 
cordera pa^. U* rnÀle coquet se Joue de la feimiMe; la lemellr 
coquette se joue du mile : jeu pejU'J*; qui ain'rn« fWîtqQefoW 
cain^iroph^ lev pluv funesU^i mam-gi- ridirijle, dort le t 
peur «I }*: irompi^KOiK i'>galt;iiienlcliàiîi-vp:ir lu i^Prir d»>> ijiHtan 
les plus pr^ieux d^ leur \î«, 

A. Ainsi In rufpitïflerif*, Melon xnns. ti'<^<.i pas ilnt 
naiuref 

B. Je ne dis pas cela. 
A. El U roii»iUnreî 
fî. J«* ne ^lujs ru dirai rien de riiiem qui? m qnVa a AU 

Oroo k l'aum/inier. I'au\rf: ^fliili4'-<je <ku«i-nfaniAi|uî \*îgniHt<it 
«ut-mèmc», el que ^iv^lt^^e d'un iiiMuiila\eu;^5tir riitïiabiliii- 
ét loui ce qui leM entoure! 

A. Et la Odirlité, ce rare phénorn<*nr:T 

B. l're-Miue iQujoun* r»-nlClt:iw;ril *:\ U: M^iftWr.n de rfcmiwéif 
faomme et ik l'houii^^le femme dajiv tim cjuiitfil-e?i; cbitiièitA 
Itfti. 

/I. Et la jalounieT 

A. faiVHion d'un rmimaF indigent CI e^arc qui ctval é- 



1 



DE BOUGAINVILLE, 



U5 



manquer; «entiment injurie di; rhoiitrii«; confléquenc4> de tien 
fiUMMM itwurs, cl 11*1111 dntil da |tToprt^lé étendu soir ua obj«t 
«cuuiiC, penunt, voulani, ei îibr«. 

^ . AÎDHÏ la jalousie, selon \tni^, tt'r^i pas dans In itatUTcT 

A. Je ne rliK |uut t^Ia. Vic«s et vertus, tout «Al paiement 
dan» U n^tturft. 

il. Le jaloux est «ombre. 

' B. Cinniiir le lytun, p&rcequD en a la coQscJeiice. 

A. La pudeur? 

B. MiÛA ¥iHis nie.tt^n^ }K dans un r^iiirs de morale galante. 
LiiomiDC ne veut fitrc ai irouhJÉ ni disuait dans ses joui*- 
avnces. Cdics de Tainour sont suîvieft d'une faiblesse qui 
rahandaunerÂli a U merci de aon ernif-mi. Voili loui ce quHI 
peut y at^ir de ikaturel dtn& b pudeur : lGrc:»tecst dinsti- 

tUlÏDD. 

— L'aumônier remarque, dan'^ un troisième morceau que je 
Dc vous ai poiot lu, que te TaïUiïii no rougit pas des mouvements 
isvt>loDtatres qui fi'exciteat en lui à c6tê do ua femmo, au mitiou 
de aes fillea; et que celleB-ci on sont spectatrices, quelquefois 
unues* janiBÛ embarrassera. Aussitôt que la fcidme <Jcviiit la 
propfîM de l'homme, et que la joutaMDce furtive d'une lille fut 
ngtrdée comme an vol, ou vît nalire les termes pitdevrj rtf^ 
mte^ b£ejuèan£€ ^ des vertus et des vices tma^inaïrea ; en un mol, 
OQ voulut élever entre les devi\ ptxch, de.-^ barrières qui los em- 
pAcbaasent de s'inviter rtoproquement à la violation des Jou 
qu'on leur av«it impo^^ee, et qui produisirent aouvent un effet 
contraire, en «^chauirartt l'imngmution ei en irrilant les dé&irïï. 
Lorsque je vois des arbres iilantéa autour de nce palais, et un 
vilement de con qui CAche et montre une paniiï de lagorged'une 
remme, il me semble roconnaiu^ un retour secret vent la for^i, 
et un appel À la liberté première de notre ancienne demeure. 
Le Taîtien noiit& dirait : Pourquoi le carbe^^luT de quoi e&^iu 
honteux? tai^lu le mal, quand lu eMes k Timpul^iou la plus 
auguste delà n^iiure? Homme. pr^Benie-tot franchem^rnC si ta 
pUis, Feiimie, n fKt huinitic le ranvîtnrt, re^H-ie avm la même 
fraochiae. 

A. Ne vra» AcbeoE paa. Si noua débutons comme di» 

liommes ctvïlbés, il est tvb que nous nr- finimions pw œmake 

leTaïlîen. 



m 



SUPPLÉMENT AU VOVAGE 



lie- 

1 



B. OuL c«(i pr^UmîDftjres de coftveniion conmmeiit 
de b vie d'un hooinie de ^nîe. 

Ar J'en conviens; mais q^'imporle. si cet élan peraîdeui 
d« l'esprit humai», contre l^ifl \oim voax ^tAi n^iî^ lout It 
l'heure, en estd'jiuUnt pluHraieDÙTURpbÀiosopbede noajount, 
tnterrogé pourquoi li^ hDmmfw rsiKiiir-ttl lu c«iuraijt femmes, eM 
non Itv ri^mtM'<j< la tuur auk tirjmiup>, r^pi»ulit<[iril ^lait naUiM 
de deniHikJpr k celui ijui poutAJl toujoura accorder. 

B. Cetls raison m'a pftru de tout femp» plus ingénieuse que 
«rilide. I^ nnUire, ioil^fenut si vous vaulf*^. jkhimw iudiwtinrijv 
ment un sexe vcn r^utrc ; et dam uiï ^Ut de rbonune bruis, 
et sauTagG qui m cod^U mus qui n'enate peat-étre Dtrll 
p»rt... 

A. PasméOMàTalliî 

5. Non... rintervftik qui «épuTTUtun homme d'unefemme 
lereit fruidiï p&r le plu» aniourcui. S'ils s'itbeDdcni, s'ils wb 
fuient, s'ilfl se poursuivent» s'ils s'évit«m, a'ib s*mU*qiieai. s'îb 
»t dÉTcndeot, c'est que It p&ssion, iDé^aJc dans ses pco^rte, m 
s'applique pas en eux de la nrëme force- D'o4 il arrive que la 
volupté se répand, se con^mniQ et sVteint d'xm tàté^ loraqn'elle 
commence À peioc a s'életer de Tautrc, et qu'ils cd reaient 
Iristcs loua deux. VoiU limage fidèle de ce qui m pAsserait 
taMdeuK '^tre» jeuneii, librv^H porTaiiejnent innoocnia. Hib 
lenqiia la fcmiDc a cottDu. par roipëhcDce ou féducatioû* les 
sojlea plus on moins cruelles d'un moment doui, son cour fr»»- 
•tosoàrmicocboderiioraiitc. Loc^ur deriKutunenefrisMont 
point: ses sens coramsadeni. et il oh^ii. Les sens de la Temme 
a'eipliqucnt, ei elle craint de lee écouter, Ceel TeAùre de 
rboinEne que de la diâtraîn^ do sa crainte, de fenivrer ci de ta 
aeduire. L'homme comterre tonle son impuLtion naturelle vers U 
lèmmej l'impulsion naturelle delà feoime vers rhonuDe, dinit 
u ^mètre, f*t en raison composa de la direct» de la paasioD 
et 4e I tnvene de la craînie; nûsoa qui se complique d'ooe 
multitude d'eleiDent^ divers daos noa sod^tes; dteeota qui 
eoaeoureat pcesqae tous à accroître la pnaillairimiie d'un aeie ei 
k ditr^e de la potinuiie de l'autre. Cesi UDee«pécn de lactîqtie 
0à kei— OlfCM de la défen» et les uioyens de raltMfoe OQt 
mait!he sur la même ligne. On a censacrf la résistance de ït 
femme ; on a atlacbé r^noniiDle à la violsBCt de l'I 



D£ BOUGAIHVILLE. 



U5 



vioknoG qui ne serait qu'uoe injure iégtrt d&ns T^d, et qui 
devient un crime dana noecitéfl. 

^. Mais comment tsUW arriyi qu'un acte dont h^ but «si 
si solennel, et auquel la nature noua invite par Tattrait le plus 
ptiiasanl; quek plus grand, leplua deux, le plu» innocent dea 
plaiaif« sott devenu la source la plus féconde de notre déprava^ 
tiofi et de DOS mftuxT 

B. Orou l'a fait eotendre dix fob à l'aumômer : ê<cute2-lr 
donc encore, et càchei de le retenir. 

C'«fti par U tyrannie de Thomme, qui a converti la po«!teasion 
de la remme en une propri^ifr. 

Par l«« iDceure et les usage», qui ont aurcharfçé de condi- 
tions l'union conjugales 

Pu- les lois ctvileîi, qui ont aaaujetli le mariage à une infinité 
de romulii^. 

Par U nature de notre société, où la diversité de* fortunes 
el des rangs a iofiliiué des convenances ei des di&coavtînanceA. 

Par une conlradictioo bixarre et commuDe à toutes les 
MCUiés «tilMistantes , où la nai^Mance d'un enfant, loujourt 
regardée comme unaccroifti^ement de riche^seï pour la nation, e»i 
pliK souveni et plus sûrement encore un accroissement d'indl- 
gcDce dans la ^ille. 

Par les vne« f)oliEîq«eit d<^HOuveniinN, qui onl tout rapports 
k leur intérêt et k leur sécurité. 

Par les institutions religieuses, qui ont attaché les noms de 
viofsetde «vMuh à tU-% actions qui u'ëtaîiïnt suM^ptihles d'au- 
cune moraliiif. 

Combien nous sommes loin de la nature et du bontieurl 
L'empire de h ruture ne peut être d^iiult : on aura beAu te 
contrarier par dc^ obstacles, il durera. Ëcmtx Unt qu'il \ous 
plaira sur deft tablnt d'aïmiii, ponr me ^rvïr des eipresaions 
du sage Marc-Aur^le, que le frottement voluptueux de deus 
întcMins est un crime, le cœur de l'homme sera Iroi^s^c <:Dtrc la 
menace de votre inscription et la riolence de aes penchaote* 
Kais ce cŒur indocile ne ccftttera de réclamer; et cent Ibis, d&na 
k coun» de la vie, vos caractères elTrayanis disparaîtront 1 nos 
y&a. Ctwçx n\xr le marbre : Tu ne mangeras ni de l'ixioo \ ni 



t. Vlfoi i b». nom d^o oOeaudui lUni la BlblP. 




UZ SUPPLEMENT AO VOYAGE 



I 



forée, ut qu'on d'il jain»lf vq rhommit de la forêt se vêtir €1 
a'^iaUlir duiH U ville. 

A . n m'est venu swijv^nt flaits ta penfl^ qu« U «ofiUM des 
biens €t ilrs maux ÙUÎI variable pour c.hiiqu« tii<Lîvii}u: maïs 
qiiA 1^ honliPiir ou f« malheur d'iirir K<p^c« anîmnie qifftcoai|irr 
avait fiA timîte qu'elle ne pouvait franchir» et qae peui-^lre oca ■ 
elTorEA nous irndaiêDC en demW ré&uîial autant d'inconvriiieul 
qof'- d'av&ritagr : rn M)rtr qurf nûu^ umi^ étioits bâru lourmratn 
pour anxrolire )ea deux mejnbrea d*uite équation, entre Icsqued** 
il fiubsûtiit une éternelle et ni^ressaire rgatîlé. Cependant je 
ne doLle pa^ que la vie moyenne de rhonwne clviliiH- ne ?K>ii 
pius loDguc que la vie moyenne de l'homme sauva^. 

B^ Et »i la durée d'une machine ri'esi pa» une juste meiure 
de flon pluH ou moins de fati^çue» qa'en coodues-voust 

A, Je vois qu'à tout prendre, vous încUnenes k croire lea 
hommi^n d autant plus mècbania et plus malheureux quHb soal 
ploii civilia^'s? 

B^ Je ne parcourrai point toutes les contre>es de l'uDÎvefv; 
mais je vour avertis seulement que vous ne trouverai la condi- 
tion de rhomme beureuse qne daiifi TaJEi, et fiupporlable que 
dans un recoin de TEurope. Là, de^ maîtres ombrageai e< 
Jaloux Je luuT sécurité se sont occupt^ à le tenir daae ce qot 
voua appelez Vabnitiasement. 

A, A Venise. pcui-*lrcT 

B. Pourquoi nooT Vous ne niorct pas, dti moins, qa'ÎJ n'y 
a Dullt* part moins dt; tumi^rca acquises^ mointt de nMnIcBrti- 
Ekislle, et moins de vice» et de venus dumériques- 

Aw Je ne m'attendais pas & t'élogo de c4 gou^^entcmeot. 

È. Atiasi ne le fais-jc pa5. Je vour indiqtie une €»^as ile 
diHlommsgemeni de la servitude, que tous les voyageurs ont 
»eini et préconisé. 

A. Pauvre dédommagement! 

B, feui-4tre. W^ Grec» proacrivirenl celui qui avait tjouie 
une corde à la fyre de Mercure, 

A. Et cette défense est une eaiire aanglante de leuti pr«- 
mlent lt^r«lateurs. C'est la première corde qu'il fallait couper. 

JT. Vou» m'avfti compris. Pariout oii il y a une lyre, il y a 
des cordes. Tant que les appétits aatureU »eront «opliiaitqti6i, 
cnmplei sur des femmes méchantes. 



I 




DK BOUQAtNVILLE. 



U9 



A. Comme Va Itoyin«r. 

A. Sur dr™ hommifH >lroc<K. 
^. fîofitrôe GnrdiHI. 

B. El iur (les jnfariun^ à propos dt rien, 

^^ Comme TAnii*. in ucleino Joëlle Je La Chaux, te ctievftlier 
DesiucliBTi t't iiimhmii- dv \mA Cnrlièrr '. 

Cxrmplf:t «Jt; ]q (tf'prn^atîoEï <\çs deut premier>, H du ïnaïbeiir 
dCA Inùa civniier», Qup fcron^iious donc? rcvirmlroiiK-tious à 
1a oaturef nouH «ouinrttniriH-iïtniK nux Tm^? 

B- Nous p&rleroDA conirc les loi* mseni^fs juaquÀ ce qu'oa 
les réfonnc; e1, en oiiendwit, noue notjïi y mumciiroDH. Celui 
qui, de foa auiorîi^ pri\i:«, enfreint um^ mAUvaiie loi, aulorise 
l<Mit autre à enfreindre les bonnea* 11 y a moins d'inconvvnicnis 
à être fou Avec deâ fou^, qti'h ^tre ^ogcloul seul. DJM>nH-noudà 
DOus-mémes. crions incotsamiDefil qu'on a Attacha la bonic, le 
ebàUment ot l'igoominic: à de» action» innocente» cii elle»- 
néoies; maÎA ne len corometioDA pa», parce que la honte, le 
cMtiment et l'ignominie aOQt les plus grards dt; loue les 
Qkaiu, ImitoaH le bon aumî^ttier, moine en Kraiice, aauvage 
dans Taf li. 

A- Preodre lo froc du pays où Ton va, et garder celui du 
pays Où l'on est. 

Ù. Et surtout Être hoimMc ei Hincèrt^ îuKqu'au acnipule avoc 
cks éirea rrafçilee quj ne peuvent faire notre bonheur, sans 
ren4>nc<^r nxix avantagea ki^ plu»; pri'cieux de no^ M)ciëti^*, Et 
ce brouillard i<pai^ qu'osi-il devenu î 

^ . Il est Tomb^. 

Jf. £t nous «erous encore lîbro«, cette apr^«*dln<-e, de s^nir 
ou de n^ter7 

A. Cela dépendra, je crois, un peu plus des femint-w que 
de nous. 



t. L1il»loir« àt TmbM, 4t U ltC7A«T, dfl H"' et Vt Cb*ui M dQ Cv^aiL m 
lra«i«n dam Cni mttl nu un Cimlt. oi «Uo du rturtatier Dmrwbc» rt do 

1. &«l« c«ûo1iiAiAfl moaur^ fc noua Mcnblir, qi» fvui qui oal bccuaA Didcrvl, 
a |MPM de utterl, d'Atd: ikviittU h pt'l*Ki^ da lleat ei U (oniiiiiuDiuié de* 
Êtmami, «fli ptHiiM biro (a dail ;1i4« tinuin qu'JI Icuf auljptk lul'Ui^Dio an Id^iv 



150, SUPPLÉMENT AU VOYAGE DE BODGAINVILLE. , 

' B. Toujours leâ fanmes 1 on ne aaunit faire un p«s sans les 
rencontrer i travers son chemin. 

A, Si nous leur lisions l'eDlretien de rtmnftmer et d'OrouT 

B. A votre avis, qa'en diraient-elles T 

A, Je n'en sais rien. 

B. Et qu'en penseraienlp-elleaT 

A. Peut-être le contraire de ce qu'elles en dirai^L 



SUR LES FEMMES" 



w 



J'Aime ThomsM; je respecte la fiCTt^ de ton JLine et la 
noblesse de Ro» cimHère : c'e^iun homm^tle be&ucoupd>jLprit; 
c'en un homme âe hî^ii ; fv riV-.^! ilonc pav ud homnie ordi- 
miîre- A en jn|{ttr jiiir sa JHnsrrtttittm ntr lv% FtmmfM*^ il ii'h 
paâ usBpeE éprouvé une passion que je prise Jâianinj^e ^lour lefi 
peinrs doiiT elle nous coiiWr. qiir pour lt% pliu»in« quVfle 
fiouK donne. 11 a btauioiip peruié, maîa îl n'a paa luiseï Henii. 
Sa t^te a'csl lourmcntéc. mais son cccur est demcuaV tranquille. 
J'aurais toîl av^ muiius d'impitrlialit^ t?t de tt«^fte; mais je 
Ew Mials occupt- avec pi"'» d'inicrèl el de chaleur du seul éire 
<k l« nature qui nou» rende «cntimcnt pour itenttmenl, ci qui 
eoit beureut du bonheur qu'il nous fait. Cinq ou ta. p9^(^ de 
Terre r^panduea dans son ouvrage oumicrt rompu la rominuil^ 
de fiC9 obscrvaliODfï tl^icates et en uur&icnl Taii un ouvrage 
cbarmani, Haïa il t voulu que son livre ne fât d'aucun sexe ; et 
il n'y a matbeurcusemont q\jc trop bien réuB&i> Ccetun hnma- 
plirodiie, qui n*a ni le nt^rf do l'homme ni la rootlesse de k 
femme. Cependant peu de nos ecrivainâ du jour auraient été 
eiptUc* d'un travail où loti rrmarque de IVnidiiion, dc )■ ra^ 
MW, de la finesBe, du style, de l'harmonie; maût paa asseï de 
tvi^i^t à$ cette soupk'^sf^ propre k se prêter k Tiafinie diver- 
sité d*un être etiremo dan^ u force et dans sa faiblesse, que la 

wmt iki chiaeMrtBUU qu'il k'mi ptimii* d* f»1ra; lUiu* bp nippvKniM i^nr doui 
MfiuiBii qui ttoat ont ptru iniirii4>f quilque kti^rti. (Ba-J — L^ifUrlo ^ht itM 
Fntwtm, qBukqiM T«iK, Di4nM biaa fMf4 dtillnr'* def uilcilH dn jnm crttiqDe 
•b Jw k JoiirfoauaD I>LdfviA en fountlMilt taal à Griroiik H ftilpmia dt<:4tu 
•kteqgll appoUiClvpMi^ipdpwri. c cNAi'^HUn Lvs pviila cbalbHr«MTiVi ■ «twilB 

mMk, Poil, 1:71, bi'^, ll|u 



a 



au 



SUR LES l'EHMES. 




vue d'ii»e som\-i ou il'ut»> tirmigiire fait lontber «m »jaaipt^ «i 
f[ui wiit qnHf|i)i!rvûi brnvftr It^ |>luA gnndcH lerraurs de U rie. 
C'eâtsunout dans la pasHÎon df^Vjiniour, lc»ac£Asdc lajdoiiate. 
les iranHportô ilc U tetidf*>:(Hti maienielle, les ûttUnto de la 
«upendlioii. la m^im^ifï dont ell» pArtû£«nt les émotions épîdé^ 
mjquea 61 populaires, que li» femme? étonnent, belles œcnme 
les séraphins cîeKIopHiok. terrihle» domine les diable» <le MïUoû. 
J'ai vu Vamoui-, U jalousie, ia superstition. U colère, pori«9 
dans Icfi femmes k un point que rhocnmc n'i?prouva jamais. Le 
contraste de» mouvements violents avec la douceur tle leurs 
mita les rend hideuses; elles en M)ni plus cJcfigurC-câ. Les 
tractions d'uDC \ic occupée et cc^ntciiiicuac rompcnl noe 
aions. La femme couve leâ ^enuus : c'est un poiut lue, sur 
lequel son aÎBiveté ou la frivolité de ses fonctions tknl son 
regard sans cesse aiuché. Ce point s'ciend sans mesure; et* 
pour devLHiir foTle, il nv: manquerait à la femme paaoionnOe que 
lenii^rc eotitude quelle recherche. La aot^miââion à un maître 
qui lui deplott est pour elle un supplice. J'ai vu une femme 
honnête frissonner d'horreur à Tapprodie de sonépovii je l'ai 
vue se plonger dans le bain, et ne se croire jamais asseï lavâe 
de la seuillmr du devoir. Ceito sorte de répugoance dous est 
presque inconnue. Notre organe est plus indulgcfit. Plusieuiv 
femmes mourront sans avoir prouvé l'eitreme de la volupté. 
Cette seiiauiion» que je regnrdi^isi volontiers conune une épi- 
lepsîe passagère, est rare pour elles. ei ne manque jamais 
d'arriver quand nouK. l'appelons. Le souvei-ain bonheur l«s fuit 
entre les bras de rhomine quVIl^ ailun^iK. r^ouA le trouvons à 
cfllé d'une femme ooiri plaisante qui nous ilêpUlt. Moin» mal- 
irtivtr^K df leurs ?it?iis qiir luiiiH, In nV^impense en est moins 
prompte et moîriH sure jHiur dits. T^eni fuÎK leur attente esi 
trompée. Organisas tout au contraire de nou9&, le mubilc qui 
sollicite en elles la volupti^ est si dt!-lic^i. ei la source en e»i si 
éloigut^e, qu'il n'est pas r-ximonlinairF? quVIle ne vienne poini 
OU qu'elle s'égare. Si vou» emicndei une fenime OH^rif de 
Tamour. et un homme de letues d^r^ier la coittidéntJOD 
publique; dites de l'une que ses charmes passent, et de l'Autre 
que HOii talent mt pfrd. Jamais un hon^me ne s'est assis, à Del- 
phes, sur le *ACJ^ trépied. 1^ rAle de Pythie oc conrieoi qa'k 
une femme. Il n'y a qu'une léte de femme qui puisse a'euller 



I 



I 

I 
I 



SUR L£S F£MM£S- 

fttt point cle prc^entir stHcusemant Tapprocbiï d'un dîeu, de 
s'agiter, àa «'écheveler. d'^imier, de «'écrier : Je U iriu, /§ 
têtu, te Toitàf te dtm, pi d'en trouver le vraî diacours* L'n tolU 
UÙT*, brûlini fUnn %&* id^i^ tânai que dans m^ cxpressioiiB, 
disail >ux liérVsÉar^ueâ de son lempa : ^r^r»u';-coiu our 
femme»; W/« rrçùîrvnt prtimpinvFnt parce ^'elle$ sont igno^ 
rmktn : rtirx r^pnndmt anrr farilité^ pnrrr q/i'pitn wnl Ugèrêt^ 
êUrt rttieniuati lùngumps, parce ^u'riles tant tfiufi. ïmpéné- 
D^fes dans la dissimula don, cruttlles dan& la \engeance, con* 
«Uini«9^ <]a»K Irtirx pn>jrtK, khil-s m riipiiW Kiir IfK mnyi'ns de 
l^ii«tir, AnJm^a d'uDtîh.tine profrinde ni secrèLt? r^iitr^ li< Avs^ 
pMîsqie de Vhommtr, il semble qu'il y ail entre elles imcmnplot 
f*cil«de dominMîon. unr; f^ortir d« ligne, idir qiit; celle qui suh- 
ttsie entre les prêtres de toutCA Itts iialioim. Elles en roiiiiaîsuïitt 
les arUcJe?t ^ds se les éire ^mniuniqu^. Naturel lemeiu cu- 
rieiue», cllfîs >enkiit savoir, soîi pour user, soit pour abuser 
de tout DftJiA leet lemps de n^volution, I4 cunoftilé les pro»ritiie 
tut cbc& de parti. Celui qui les devine est leur implacable 
ennemi. Si voua le* aimei, elles voris perdront, elles se perdront 
elles-n»fiR)ieâ ï si vous croiseï leui^ vues ambitieuses, elle^ ont au 
locd du C4Eur ce que le poCic a mis dans la bouche de Roxane: 

Mal^ tout mon junour. %i duu cett^r jotirnéa 
It ne m'UUohr. à lui par un jiuu hjtndxi^ : 
SU Oaft m'ftElâ^or une oi1iau>0 li>\ ; 
4uud J^ fti> UiiH pour lui. l'U tip Tilt tntTi pour mol; 
EMi Iff mfmrï momenù sans Mtngrr 5I Je TaJniQ* 
Sêiu cettfuUiïr «oAn ai Jo taa penb aïol-m^mc, 
J*abudoiuie rinfrrat, ^t le lalM reair«r 
DjUBrétatinalhminnii t\'rn\jn Fattu tirer. 

TodM méritent d'entendre ce qu'un autre poîie, moins él^ant, 
êdretie à l'une d*cntrv eltcA : 

Ceat alMl que. loujour» en proie à lour délire, 
To« pti^illaa oai >u aoutcntr l«ur «npire, 
Voiifl n'alinAteajanials; vùtre c<«ur fnsûlnnt 
TcDd bien moins à l'amour qu'à subjuguer Tainani. 



1. MaiMrtncw(B«.) 



154 SUR LES PEUMES. 

mil vous oiéprUcrrfcx l'^muit k pJa> aufTistA* ' 

SU Dc ucMAnit DU pcuvoir d^î voi yujn 

Suu hoaiitritr, Hun dâviiir, la Justice et le» dlei»'. 



Elles simu1i?roTiT Tivresat de U pnxNÏoir, m ir11if% ont un gnoi 
init'^r^i ji vous inmipr.r; r.lliM ré|inHiv^mnt, sans ftWbller. I^ 
momeni oîk eUas seroiii loiit À Iffur projei sera quelquefois 
celui même de leur abandon. EllcH s«fi impoor-iu aùeui que 
nniJK !«iir r.vï qui leur plalL f/orgtial eM |fJuA leur vke que le 
a5lr«. Une ieune femme Samoièdc dansait nue, trcc un poignard 
i U main. EIJc paraî«»it n'en frapper; roai^ e]\e cïtquiv4Jt auk 
coLi|}h qu'elle se p^jrlaii avec uoe prcsicsftc 5i singulière, qu'elle 
avait persuadé À m^ coinpalriotcï4 que c'était un dieu qui la ren- 
dait invutnârablc; et voilà sa pcr^nnc sacrcc* Q«dq«e^ vofâ- 
gcurs curop\^coî4 mB^inlèrc ni à c<:tlv (Ionise rchxicuM ; Ot^ quoique 
bien convaincus que cette femme n'i^iail qu'uue âalIinUunquo 
irè^-adroilCt elle trompa leurs yeux par la cjMèntô de aes mou- 
vemeDis. Le kndemaip, iU la ^uppUèreoi de dti»6r encore udc 
fois*, !Ï€n, Teurdil-«t]c,/f ne dtmgrrai point ; U dîfu iv U wwi 
pat} et j€ tne bUuerait. On iuaifttu. Us habiraotsde la coiilrte 
ïolgninriii leurvŒU à c^luî des Européens. Elle dtcisa. Klle fut 
dt^mawpit'^. Elit! H*<-ri upi^ui; vi îi J'inKiaiU la voila étendue à 
terre, le poignard dont etie ^lait airni^' ptouf^é <Iaiix «e» itiic»- 
lîii*. Je rai-éiin hirn pr/ru. diwiii-i^lir k ca'\i% qui Ta secouraieni, 
qur. U dieu ne te t^uùiit paM, et ifur jr me ^/nvrmû. Ol> qui m« 
surprend, ce n'e»t pas qu'elle ail proféré la mon h. la booie. 
c'r>t qu rlle »e Mi Wtxn- {{iirrjr, Kt dr r^OK jimitti. n'n^xins-Doiis 
pjtH vu une de ces femmes qui figuraient en bourrHet l'enfuioe 
de rËfçlise, les pieds et fen mnim cloues sur une croix*, le talé 
perc^ d'ii[ic lauce. i^ardcr le ton de sou rôle au milieu de^ coo- 
vulsion^ de la douleur, sous la sueur froide qui d^xoulait de ses 
memi>m, Ic^ yeux obscurci» -<Jtt voile de la mort, et s*ftdre^ 
sut au directeur de ce troupeau de f^atiquef<, lui dire, uou 
d'une voix souffrante : Jfon p^'^t j^ »tfvx dormir, mais d*iuie 



I 

I 
I 



I. CuiUXdK. t«n wppHom dtuLte teèa^ ^naitrv du doiaitiDe icM dr 
CÊtiima. (Bi-I 

ttio? «i« le tEuoill«qiffBl d«i dâtotMjjiaiCiiUltt <ouTiibioaftftirM. 



SUR LES FEMMES. 



S95 



voiK enfAOttne z P^fp^, jf vi\tx faire dodo? Pour un seuJ 
bomoM^, il y 1 tvfïi ff^mrn^^i capGd>le& <le ceit^ force et de celte 
présence d'esprit. C"e»i cette mùmrt f«mnie, ou uîw de ses conv- 
pi^es, qui disait au jeune Dufîoy^r, qLi'eSle rcg&rduit lenilrc^- 
ilMDtp taodis i|u'&vfc une i^^oailk il arrachait le» clouâqui lui 
Inversaient l« deux pied* : U ditu de qui nous ttnom le don 
da prodîçft ne nous n piti toujours a^tordâ rrlui de la sain- 
reié\ H**' tW. Siinl r^t tni%t.' i U Hn^titk avec la ducbease du 
Maine, sa majiresse'; la pf*nii*»n? ft'aperi;»!! que M*" du M&ine 
n font Avonr, 1 l'invraiit **lk' pleure, ell<? se roule ^ lerre, elle 
.Vrcrie z Afkî nut fmuvrt miiltrfxxr enl dnwriHr folle! N'attendez 
rien de pareil d'un hoiauie. La fï?iniiie |K)rle au deduiH iri?U4v 
mem*: un nTgnnr HUsc4;pfiblp de ?(]>asine.s Cerrîbles. disporiaiit 
d'elle, el HundUni dan» imn iin^iginuùon deJt rnnli^ntirs de liiute 
espèce. Ccst dans le dt'lîre ïiyAiétique qu'elle revient sur le 
pASHc, qu'elle Keloiice dan» l'avenir, que iou% les tcmp» lui 
9KH)t pr^venls. C'cat de lorganc pn^rc À son sexe qiie ]iarteiil 
toutes SOS idceft emraonliiioircs, La f<rmmc> hystérique dans la 
jenneese^ bc fait dOvuie dan^ T^ iLvanix*; la femme k qui H 
reste quelque 6oct^Io <lan3 r%o avancé, était hystérique dans 
9A jcunesïc. Su ï6ie parle ciirurc le Utigagc de ses E*em loi>- 
qu'ils floni mueia, llien de plus contigu que l'extase, la tînion, 
là propbeiifï, la révélation, la \toi-&\& rou^tieuse et riiystni^ie. 
Lorsque la Prut^Hienne KurHtli'lt'^ve ftoii œil vers ïeciel enflommu 
d' éclairs, et^e voit Dieu ilajin le nua^ei elle le voit qui e^oue 
d'un pan de sa robn noirr dcK foudres qui \'onl diercht-r tti 
tête de l'impie ; elle vait la lete de l'impie. Cqiendant la recluse 
dm* sa cellulu se sent élever dan» ïçs airs; son Ame fie répand 
dans le sein thi la Divinité; «on e«!teiice s»> ni4^1e à r<^unciï 
divine; elle t* pâme: elle se meurt: aa poiirire «VJève et 
s'abaji«e B\ec rapidiu^ ; n&t ctimpngiies, atiroiq)tH.-K autour d'elle» 



L Du D«)iv ili'0«iUik k 11 fulu ds ta QxidjuuIflD* ncO «ptnpv. danx Ikm^nr 
FWiyj't» qui »l rhivofrid d* OMU tc£nn tl'qilUtKtn nù l« iHcur*. <«nnie «a 
cvâdli il Ht «I de u nhn (Ib Ea ptdculv, Kf&nooiM; «Uil uni- niii* dit dnqiusu-hiiki 

X U r • «a v«« JDprVfiMLjifc prikHcacc ilc c« aou. nuls Itîui c«aBii« aoiu 
«riai ^ K«ncaio< 



•Ï6 



SUR LES F£MMCS, 



coupcDl les lactJLH (le fton ^^i«iuciit qui la fleire. La Dutt vieDtt 
clic cnlcn<i 1^^ di<f ur» cdOBlee ; sa \oix B'unit à leurs coooerto. 
Ensuite elle recicficend sur U wirrv; clic parle d« joies inef* 
£tbtos;on li^couifi; elle 091 convunciie; ell« p«r«t)A<k. LATcname 
donnïnt'û par l'hyaiénsme éprouve Je De saia quoi d'iafernâl ou 
de cétosie. Quelquefois;, elle tn'& fttît rrisKonaer, Cest dans la 
fureur de la Uie féroce* qui Taii partie cTelte-méme, que J« L'ai 
vue, que je l'ai entendue. Comme elle seniaitl comme elle t*ei- 
prJmaiil Ce qu'elle dUaii nViali point d'une mortelle, LaGuyou 
a, dans son livre de* Torrtniê', des IJgri^ d'une éloqg<nK« 
dont 11 n'y a point de modèk's. Oiit sainie Th^^rèse qui a dit 
defl démons : Qu'iU mta maUtnimur} iU n Aimml point. Le 
quît^lUriiii *^M l'hypocrisie de rbmïinie perrer»» ei la tnîff reli- 
gion (le la fcmnh.' leiiclre. Il y eut cepenilanL un bomme d'une 
bcM)nétmi> de mnu-.tén- n d'tiTirt HÎniJiltcîti> de nnirunt kï ran», 
qu'tintf rrniitii^ airiiHltle |iiH. sànA aïELH^|itt^iirH« ^^Mddîer à ct>U\ 
d« lui et HVpuEJctiei en Dieu ; mnis ccl homme fui le »eiil ; ec 
il e' ^pelait TVnelon. CV.st une fetuine qui AcpTommait dans lea 
ru*« d' Alexandrie, les pieds nus, la lêic ^heveW, une tnrrii« 
dans une main» une u^ui^rc dan» l'autreT et qui disait : Je trier 
bhtler le ciel atec ttftc torche^ ti iuindre fenfa"^ mrc tetu 



I. 4 ta coquvtu 1 «nvlc d'nair k paar éoiI, Il ivmr imaDl^ C ptnr ain. \m 
pnokva poor lut U MofluiKc, la Mrvnd b puaior. k tPoWéiDQ b rv»ié| «Ua 
«Mslvn 4« A, M dCcodti»r« de B «t iv^on C. A rtcn« «ur U oDor, C bot U iMis. 
flt Dtur ci^ umbïlD luioDC i|iu In oMcciai «pprllnil le ylatvâ n«mf. qiMvMiv 
nidwTiE 4 nDQkrnC U Mi« ^iirruf, n qtif^ ijam iiiifM uvaou, nouincanlDm ttmmm 
r«mp]ftCLiii dini lA iv^caniquc da li fcmmfi Ik tnaciifiv 4 Mip*«r). • Mot isacf 4ê 
cr fui «h( ^lajsf d fa i<w?r liv Ja Soei^ff ilrt O^frvaltvrtdf k F fm ■ >, 1« muifl 
1 Dtvanbn IteS- Dkhi civile ipifiLmlle p*rv<lJD *^ faiiA tt f3iïkU« <W U Swirii* Jm 
ObMROlNn (<ff J'flmiMiw, Umanci^. puboE (t<« k (liSfunCon <!■ IftMto lÉ M lanll 

!■ ■"tinn , auqu'dii éuii d^ror^ 4h • biiM*f lie Lnc>ii p'inoMpiMa qy ttiaiaai pwb 

(leuHbreiMAl mà^iA b^j \% fonmiD t TJiQmw, KAoïMau «( OiteoL L« pMBtar «nll 
l'4lr da Lira. U Mcood ds i^vnr, «4 1« trvUjèrqc do prtcba'. U màmb wMé m 
f«troiànll iUa> l« maiMn» qua b iculpUtir «««U eiaplo>4«i : Ttnaat éVét mt 
^lam mra^ lumuMu «n bran» dor», ai Diderot en lavn briK. ■ Cma affi^ai- 

SL M— Tliijnri ri-iifiriiir r^fffiri dmiii" liftilr, ipil n^i1»liiTiiiip*>rfniiw_ ■ M 
Mldka pu M. ll«i4Br duu ud lÉvrv ko JfimtcùiBf H fhma «« Umgit ûê FémUm 
ffirti, UidMr. \9^<, iMX. S« rtrvFlH ont «t« pubb«a il'iaord |-rfntmtaia L» 
litfia^ rvrmU lipirtvujji), «ji^i mi«»t loDCtriripv <oim aunukriL, fat ÉAptteè, 
ptor la pi«aiiin &<■, «iviirMiuvodnfyiruifu^ i^rflwU. (^U^do. lïoa, Ia-t1^ 
Ka 1190 OD iloaDft uui] ddiiàaB ccimpl*:!! do» Ofînnvt a« H^ GafoOt *> 

muaMla-v% Fan«, choi ivi Ubnir« ktwciaa. 



I 
I 



I 

I 



I 
I 



StlH LES FEMMES. 



»7 



AfM, afin qite Vhojnmt n'aîme tcn Diat ^te pottr lut^mPft/r^, Ct 
rMe lie v» qu'à une rcmm4*, M»iB cetie imoi^inaiion foufrucuac^ 
c«t Mprit qu'on croirait incoercible» uii mot suflîl pour l'aLatux*. 
On médecin' dit lux femmes do Itortieauv, lounnooi^'OH ita 
vipfurs eHkayanie^, qu'elles KOtit menact.^ du mal caduc; ri 
l«H voilà gutïi'ifiK. tu mOtUKiii ' }ï^coue un fer ardent ativ >cil\ 
d'une iraupe de jeunet Alle^ t^pilqniquov ; *!i )e^ voHa guiTios, 
te* inagifiiraiïi de Milel* ont d^Uiv que ):i prciniëit^ liïjiiitic qui 
^ tuer» *»r» expiMi^ ime »uv la place publique; et voilà les 
Mif^rïiennei ri^oncilk'eK a\*îc fn vie. Letï femmes nom siijellejii 
une fi>fXK:ii4^ Opidi^mique. L'etempic d'une ftt?ule oii «^ntnilne une 
mulitiude. Il n'y a que h première qui BûiiaimiiiaH<>; Ici^Auire^ 
iu>ni uia]a<|4?f/0 rcmnieii. voua ^tvn d(?« etifanu bien «tlrAonli- 
iiair<-%! .\ve^ un pen il** douleur tM de seiksjbJUtt> [h;>! nioii- 
•lieur thOTuas, que ne vous laif^viez-vou^ aller à ces deux qualî- 
li<9, qui iir vvti« Hont ]vi«< t^tratig^rtv^T), quel nilendriv^enieiu ne 
notjK aurie^-vi^u^ pws îiisipin'« eu nou't moniraiii Irs femmes 
H5,sujeitie.4 doiiirne noun auv inrtiiiiitr'«i <le l'eitfmice, plu^ rnn- 
tniinb?set plus u^ligt>e4 dau« leur éducation, ab^ndoiukt^s aux 
niéuK^ caprici-^ du Tsori. nvt^- liiiï; Anjr pins iiinbik*, dts or|çaLic» 
plux di.*lirai*, tfi rwn dr rrw^. frnin'lf- nuluiTlIr ou iicquiM- qui 
iiouay pn'pare; r^uîie^i au AitencedanaTA^e adulle, Aujetie^â. 
un malaise qui le^ flivj>iîsc h devenir i>[>oumw t^I rnfrr'c* : aloni 
tmi*^, iuqiLii*ti*4, nirluiicfvIiEpics» ïirjM[~-df paivnUalarnu'K» uun- 
wubinriii HUi- Va Mintr? el la \ift de leur *' i, majH enœiY Niir 
M)n raracifere : cni nV^I ii cet inMant ci'ii<quc qu'une jf^unc fille 
devient ce qu'elle i-eslcrn loulc s^ vie, prnOlmnte uti Mupde, 
tràie ou goie» .«^Vieunt^ ou Irgi'rt?» bonne ou mi^banic. TcApé- 
raiice de *a mère Ji-oniiH-e ou ix'aliA^'e, Psudanc un« longue ^uite 
d'aïuiC-cs, chaque lune rimhicra le m^me maliu.^, 1^ inomeiil 
qui U (Mni'cra du deH^KHitiUie de acs parecils c^t arrive; »oil 



S^ Ui inHccln Silva. nmmLtf^ ft Ilordrdiiv p» une Tou lo du jolluf ftuumn. quf w 
pUifn^leAI tt rtpnjTïcl dr mnot du \n-tU, ^Vmf r^pnnrlrl ^ 4 l> nu tartl iiWt iliift 

NMU da nrf*t «'<m la »«! «du-, * I^ ivn^Jcniïiii, il af cm plus uuo «hIo 
46ïlArc&l ifuo, cAc ■ 



sss 



SUR LES FEMMES. 




ïmaf^natioh s'ouvre k un «vvmr plein de chîmèm: wut 
i>ftgiï ctuiLkH une Joie «ecr^ie. Rt-joui^-ioi bien, lojilheureiise tré^ 
ture; le temps auraii Batis c««&e afFftibli fft ryrannie que tu quittes: 
le ierop« nccvoUrn Kttm ce%M^ U lyrannict hi>uk laijuclle tu ru 
pmu»er. On lui choUît un ^poux. Ëll« Jevienl mère. L'util At 
possvtsv i'*l p^rûïiliî pn^ijuiT ptmr IoiiU'-k I« frmme». CvKt dtas 
\rs ilcijl«ui^. au péiil île tetir vie, auxit^pen.H de firtint i.Tuinni<9i. 
et M}uv?[it nu ilcIrinK-nt rli; k'iir f^nTé, qu'elle» donnent nû^ 
sftiice à dcH eiifâttts. Le premû^r domicile ite Vtrtîàrtî et 1«ft f 
réservoifs de sa Dûuniture, les org&nes qui cAr&ctériseni le 
sont fli^ets  deux mAlodic» îiicur^iblc». Jï D'y a pcui-iire piU 
j(»6 comparable à celle de U mère qui voit son prentïer-Ac : 
ce moment sera payé biea cher. Le p&rc »c souItlçc du mhd des 
gu^<»nH Hur un mercen&ïre ; la mère demeure cbuycc é^ U 
garde de ses lillc». L'Age ftV4mcc; la beauté ptsae; urticnt Ui 
imn6e<i de ral>andon, de Thumour et de l'emiui. C'e«l par k 
malais que Natui*c tes a dispcâée^ à dcreoif m^res; c'cit pir 
une maladie longue et dangereuse qu'elle leur ^e le pcurûir 
de Titre. Qu'eM-ce alors qu'une feniiiie7 Nt^lifcûe de sou époux, 
delais^^ de f^e^ enrant^, nulle dans la société, la dévotion isi 
son unique ci dernidru refi^ourcc. Dans presque toutes Ica con- 
trées, la cruauté dea lois civiles ft'e^t rt*anic contre les femHi 
à )« cruauit' de la naiurv. Elle^.ont é\é iraït^a convete 
uifiLou imbécile». HaiW ^rfe de vetaiions que» chei leA peuph* 
police f rhomme ne puisse exercer impuikén^nt cooira ^ 
Temmi?. La simule n-pr^saîlîi^ cfuî itép<?nde d'elle est sidvk éê 
trouble dorm'Kliqiie, et punie d'un iiirpriv plu« ou moins 
qu^, «elon que la nation a plus ou mainn de mueurv. Nulle Mr« 
d« V'.'xntiiins qnr li- Kiiiivjt^r nVir.rrr contre *^i fenaie> La 
rHiniiitï» mallieureuse dan^ Ifs vjlle>, «-m plux rnalheureuw t^ 
core an fond Hcs forets, hawxet le dhtcxmts d'une Indienne Ja 
rive^ de rOrrufy|ue: et *^coul''i-lf*. si vous le pouver.^ameallit 
Omu. Le miuionnaîrc jc^uîle. Gumilla\ lui rqirochaii d'antf 
fait mourir une fitle dont elle était accoucbèe, eo Jui coupail k 
nwnbrll trop court : k IIûi '^ Hicu, Père, lui dii-cllc, pffti iDïn 
qu'au momeni où ma mt^re me mit du monde, elle eût c» 



uph» j 

W isl 






5i;n LES PKMMKS, 



S5d 



el de compaasioiï, pour (ïpar^er t sou enfaiil loul ce 
que j'&i endura ei tout co que j'endurerai juârpi'à h fin de mes 
jeun» ! Si lïn mère m'eût l'ioiifll'e en nais^^inr, je serais mortï; 
m^'is je n'aurais pas senti \n mon, el j'aurais échappé À la pli]8 
nulhrnrcu^'? diK condilîonft. Cûinliin.n j'ai iu>nnVTl! ci qui sait 
ce qui me resie À souflVir Jusqu'il ce que Je meure f Représente- 
loi bip-n, TH'ti', h^ peinr-s qnî >rmt nSu'rviH^ & tinr Indienne 
parmi ces Indjenn^ Ils non» accompagnein daus le^ r.hnmpft avec 
ïeor arc el Icwrs (WMrbc^. Nou?* y allons, nous, diaigii^es d'un 
enfant qui [lend ;i iKi?( mainelle.H, r^i d'un niili^ qni^ iinn?* por- 
tOQLH dans une corbeille. 11» vont tuer un oïacau, ou prendre 
«n poiaoûn. Nous bMonH In lerre. nouï; et npr^a avoir sup^ 
portô toute la fatigue de la culture, nou5 supportons toute celle 
de Ja ipoiîtsori. tia reticnnuni \t; ^ir rwn^ nucun fardeau; noua, 
nous leur apportons des racines pour leur nourriture, et du 
luaia pour leur bots«oii. De retour chef ouk, il» vont s'entrete- 
nir arec leurs amis; tiouH, nous allons chercher du bois et de 
Teui pour préporar leur souper. OnMls mangé, ils a'eudonnent; 
nous, nou^ pu.<«Ronj^ presque louie la nuii t moudre ïv mai» el 
A kor faire la cbica, et quelle est U recoraipeuM? de ttm veiMe^'t 
Us bodveitt leur cbica, iU s'enivrent; et quand ih aont ïvre4>t 
îls DOun irainent par lea choveux, et nous fouUTUt aux pieda. 
\bt Pi-re. plùti Dieu que ma mère m'eût élouir<.-e en naiH^nt! 
Tu taiis toi-méine rtl iiofi plaintes wnt juKie«. Ce que je te dis* 
lu le vo» tout; Iom jours. Mais noire plus grand malheur* lu ne 
«aumU le eonnaltre. Il est trîsle pour la pauvre Indienne de 
servir «on oiAri «'onime uiie e«clftve, aii\ <iiamp!« accablée de 
uieun, el aii I^U privre de repo^: mais il est afTieuv de U 
voir, au bout de \wgt nn». prttmlriT nnr ^urn^ rrmnm pltl 
Jeune, q>ii n'a |iuiiit de jii^ment. Il a'nUacIie ;i elle. PJIe noux 
rra|»{ie, t-Wv fnt|}pe nos enfants, clic nous commande, elle ntius 
Iraite comme ses si^rvanu^s; et au moindrr, inurmniç qui aou% 
échapperait, une branche d'arbre levée... Ab! rérc. comment 
vcu]i*tu que noiw supportions cet éUtî Qu'a de mktix â faire 
un« Indienne, que de >otisiraire son enfant k une servitude 
mille roï> pire qwe !a mort? Piùt à Pieu, Htrc, je te le rupÈte. 
que tna mtre m'eiil aascz aimée pour m'cnlerrer lorsque je na- 
quis*! Him c<cur n'aurait pa-s unt h aoujfrir, ni mcb yeux 4 
pieurer ! ■> 



«d SUR LES KËUUéS. 

Fcoimcfi. quË je voua |>Uinst 11 n'y avait (]u*un 
ia;<!nic]it a voâ maux; et si j'avuâ i-ic fégifilalcur, peui-fire 
1 eussiez- x^ us obtenu, AfTmncliictfdclouic scnriludcTousuirîet 
à\^ HAcn'C* €11 (|udqiii; en<lrott qui? vouft eu^cx pftni, Qiuutd 
on ecrii des femmes, il fnui trcjopcc sa plvniedâiift rârc-CD-dti 
et jeter sur sa ligne I& poussif dc^ &iÎQ^ du papjllou ; romiM 
le petit chirn du pi Ifu'iii, h. dioqtie foi^ qu*o» secoue U |>allc, 
:1 fftut qu'il en tombe des perler : et iJ n'en tomlie poïni de cclk 
d»^ M. Thomas \ Il ne suJTîi pas de parler des Temme», rt d'en 
^rler bien, mon^icui- Tlioino», tûiios encore que )*co voir. Suft- 
ponde^-k;^ b;ou» iitei< veux, cbmmo oulaiH de tiicrmom^ircAiles 
nioindrE^K viciAâitudcs dei mocwa et des uaa^iea. Visxt, «tec le 
plus de jii&teâae €t d'impartUlitL^ que vous pourrex, les pr^r»- 
gativcs de rbonuDc et de ta fenimo; mais u'oubliet pan que, 
famé do ri*l1ciîoo et du pnncipe», rien ne jK^nêtrc Jusqu'à une 
ccriAène profondcuf de convictioo tian» rcnlfjidcfncnt de 
remnicd;que lea idéeft de juntiof, de venu, devioe. de booic, 
de iiiil*cbaoc6t^\ DageiK à lu superricle de leur im«i qu'elles ont 
eonscrvt^ l'^mour-propre et Tiotérât pcn^oinid a\cc loote l'èncrgiie 
de UAiurc; et que, plus ct^itifK^ que nou» c« dctiors, elles w)dI 
reKti<CK de vr^icii «auvu^ en dcdû», toute» mtcbuvdt&tc&, du 
plui au moina. Le Minbole dea feinmea en géïkëral eM cdie de 
J'Apocalypee» sur fc front de laquelle ïl edt i^il : uvrrÂu. Uâ 
il y a un mur d'dmiu pour nous, il D'y a souvnit qu'un*! toile 
d uai^née pour eUes. 0» a deinjindt- ai Jco Et-jnmc^ -tuent fuw 
pour raiDÎiîé. Jl y a des femmea qui âout bominos, et dn 
hommes qui sont femmes; etyavouc que je ne fcnii jaiaaisrani 
ami d'un bommc-fi:mmcp Si nous avun.4 plu» de nUon tptt Ica 
femme». é\e» ont bien plua d'infitinct que nous. U Kule chou 
qu'on leur ait apprij^e, c'est k bien porter la fmiille de figuier 
qu'elles ont re^uc de leur priemière aïeule. Tout ce qu'on Iruj 

I. Vliiuvti : * AtfnncMtt d« louu VFiitcdi^-Jff rcnt mntt «iliai B»4iiav 
(jtf la loij tvuBUJriffi 4U ber4«» «n quoique ipodroii qoa vo«b tuanUa r«rii.Q«M4 
00 vtvtAcrindM l«au9AÉ, il ftui, maoucar TIide»» imiiptr «a pluoa dw» IW^ 
cfll<liil,«t MG0U«r inr u lïitov U iioiuaïilin^ dn uIibs iIu EM#iIIun. l\ Eut èVa fUi 
dfl U^rvU. d4 d^lir«m4A «4 da grAetà -. ai ce* qiuUUi VMi nuo^ orftl, Ccona ^ 
p?dt cignn du ;»yilôrifl, i choqua fab iiu\>s «ucooa «■ puu. Il îàat ^H o Maà* 
dca pcrlf]*, ot il »>ii tomht. «ue-iiic «te U vMflk » ^ ■. Vii1ciB*U(CgMn 4f Jtf* 
Mmiur*), rrliLqiunL oHin phitu, fAit blitu*. «m pu ifj nU TlMaii patlil 
d'uni pa4li>, ra«li bian rin^-fit-ctol «bkDjri^ vo cdcriar, tlflUi^ 01 
effet tu |«u naquà^ EOtii utle a»t «i «iprouifo 1 



« 




sua LCS FEMMES. 



ÎOl 



s dit et r^|>4C^ <tii-hmt à dix-neuf anft rie suite se réduit t ceci : 
Ma fille, prenez (çard^ À votre feuille de figuier; voire feuille de 
figaier tk bieD< votre rouille fie figuier rx muL Ghei une nation 
ftiJanie, U chose lu mcinç m^nlic e^i la valeur d'tine d^cl&nk- 
tion. L'homme et la femme n y \oienl qti'un i^tian^e cic jouis- 
8aiic«8. Cependant^ que aipiifie ce mol si légèrement prononcé, 
si frivolement interpreie : Je vous aime? il signifie réellement : 
m Si VOUS voulicï me eocrillor voirt innocence et vos mœurs ; 
p«rdre le recpoct i^ue vou» voun poriei ik vou&-m^me, et que 
vou£obteti6£des autres; marcher lesyeui baisses dans lasociéit, 
du mojn^ ju»qu'i ce que, par l'habitude du libertinaf^, vous en 
tyei acqxjia l'eiïrontrrie; renoncer à lout i^iat honoeie; faire 
mourir vo«t pareol» de douleur» et m' accorder un moment de 
plaîflir; je vous en serais vraiment oblige*, n Mères, tii^ea cea 
ligiKs à vofl jeunes filles : c'est, en abrd^, le commeifaire de 
tous les discours flatteurs qu'on leur adrest;era; et vous nepou- 
vei les CD prévenir de trop benne hf.'ure. On & mi« lAni d'impor- 
tance i la gaUnterie, qu'il »embJe qu'il ne reste aucune venu à 
celk qui a franchi ce pas, Cent comme la fausse dévote ei le 
marnais préirej 01 qui Tincr^duliie est presque le sceau de la 
iMpn^^oo» àprèe avoir commis It? grand crime, ils ne peuvent 
«voir bofretir de rien. Tandis que nous lisons dans des livres, 
elles tisanl «Uns lei^nd livre du monde* \nm leur ignorance 
les dispose- t-el!e a recevoir proniptement la vérité, quand on la 
leur montre, iucnne sutorït^ ne les a subjuguées; au lieu que 
la verïlé trouve à rentra de tios crânes un Platon, un Arisloie, 
un £picure, tm Zenon, en sentinelleft, ei arm<^K de piques pour 
la repousser. ZWa^ ^ni raremeat Ay^i^-matiques, loujoum i la 
dictée du moment Tbomas ne dit pas un mol des svanta^^es du 
connerce des femmes pour un homme de lettres; et c'4;si un 
iBgrai. L'ime ik^ femmes u'clant po» plus bonn^ïie que ta nôtre, 
liaais la ddccnce ne leur pentiettuit pas de s'expliquer avecnotre 
fraacïdaê, tilea aeaontfait uaramaf^edclicai^àldde duquel on 
dTl tioonetement tout ce qu'on veut quand on a ei^ aiflle dans 
leur votiâre. Ou les femmes se taisent, ou souvent elles ont l'air 
de n'oMT dire ce qu'elles disent. On s' aperçoit aisément que 



I. Cd» \9ç>n nt a pou prH t•^\e que tild«roi dooTiiÉi dd joori 4 AUtti, «i ^11 
n^porV dcûau l«iir«h II"' Voland, én-iS nvTvobrc t768. 



ses SUR LES FEMMES. 

JeAû-J&cquea a perdu bien des momenlâ aux genoux des 
femines, et que Harmontel en a beaucoup employé entre leurs 
bras. On soupçonnerait volontiers Thomas et D'AIembert d'avoir 
été trop sages. EJIes nous accoutument encoreà mettre de Tagré- 
ment et de la clarté dans les matières les plu£ sèches et les plus 
épineuses. On leur adresse sans cesse la parole ; on veut en être 
écouté; on craint de les fatiguer ou de les ennuyer; et l'on 
prend une facilité particulière de s'exprimer» qui passe de la 
conversation dans le style. Quand elles ont du génie, je leur 
en crois l'empreinte plus originale qu'en nous. 



REFUTATION 

SL'IV1£ 

DE L OUVRAGE D'HELVÉTIUS 

i:iTiTt;L< 

L'HOMME 



CÊcritde1T73àlîT4-lD4dlt) 



NOTICE PRELIMlNAïaE 



Oa ft dit qiic D:(lerot avait iTOt]Etl)nrf> tt^tUr^mcnt au premier oilvn^o 
d'n«lr^jiu : D«,l'£tprit. 11 en difll^^ilt? vt Ap iiter r«lt^ onirahoration 
fl de la prouver fl t rarK rlûuie r^tirnl d«n iku£V*< Il t cemin^ment 
doftflt^ le poliu d« départ ; le p^rtiloxe. coimne il r;tppel]c, d« U >eoal- 
tilliA »ir^ref]ie b U motkre €l K<!f>ornl; mai^ il t dil îalMcr Hetvétlu» 
«mploy^r cm mai^rfai» 1 sa fjiçor» et Je* mnlire lui-mâme Jaoa l'ordre 
m'VtTtixl^tliie qu'H aflPccJonnair l# colUborMear ou, si on l'Aime mieui, 
nnapjrsteiir rv^rmalt donc. Touvrige paru, ntai droit de rr-fUque fît II 
lk*a pas manquiV d<- T^xcrccr» n i.-»l daoi wt liêflertotu tur le tivi^ dt 
rEtpfii f^ympithlquc, mftlsi «Inc^rGi Jl repradie pcut-r^trc un p(?u trop 
— <'«*ldu'riesti>rtmg« d^prepqiu^ toun f^critiqut* — ft rjiiilcur qu'il 
iUksIi! de nVoIr jhik Ir mPmn irnip^nLim^nt qui- lut: rnil^ r'Ml nrer 
nlMn <)ijM imuvp Wdhii<Jon» ircp mt^lhod^iirs, loiinl'^ rvndaat 
lu Urrev diflicitvi è lire «t par oonséqut^nl mauvaloca dons \inr^ œutn 
ée pfOp«ff»n4< et de combats lioi dlverjirences de vues m font a<inl 
■mllr Pt o'ut iin* éonip parre im'il n'ut.ilt pim pu le^ Piprlmrr linns 
tOOlckur ÏQrcf k propoi du ll^rv D« r^A^fni ijtje Did^roi VatU^baA 
rwitnc« poMhumc dlldvèllu» : De i'Uotnnie. 

Uinque c<t ^uvrogo, fjttk d'un trAv^U oplnlUre de du mit, fut 
pulillé par In vofiK du prlnct* Uahtiïii, Didi^rut éialt «u Hollande, logA 
Cto ce princfr-fditeun EUtriidant M- dr KorEiLin i|ut devtiiL k conduire 
t MtenbouriE- M commeaçn comme II le UuU toujours p»r écrire 
l«> ramirqiKi quo lui nuggiirail «a Ktctorc «ur Icn marpci- dr^ deux 
VQlnmtd. A 9on nruur cLr Auméa, (i^journinr tnrorp ft La Itayn pour y 
paltUer iMpfani rt «tAlutsdrji dJvFrs^Utillurmi'nit d'i^Jucatlon fondib 
noipéntrlcc, jl relut UcUêCiUH oL repnïoant k^ notf», Jl [es tru»- 




2&6 



NorrcB phëliminaire. 



criviten leacorriKO&aL li y rcrfnl iiac troiatèmc fob et c'fiit cette <kf- 
Qièr« rédMIfuDi dont \il|rooQ eonci&tMiit r^xltiroace, ■iKJBqu'Uii'ftTftb 
pu â n dupoillloa, qui Tnc trins^ortAo à rErmluisif «t ^ne qovm 
pubUoiu aujourd'hui pour h pri^tnièrc fois. 

NfligoOf), quL nlUcta&it uno trb»-ffruidA Importance i oo trftva^), 
en A doan^ <iufilqL4>9 <>3itrnjlii, i>rjH <fuia l«* iioL«i prlmitlvM, n# prâ- 
Heutenl \xm lÎRVirlnrlranvrr Ip If-xu! dt^Anllir D^ihItm pwBogrsi, e^in^ 
muaiqoi^ à U. WAlft^rdUi par M Godard, ont été placée par loi dan* 
U préface du Sal^fv 4é i77S qti'H a pubM^ ai tBb7 4aii« la Arw tf« 
Parît. La BfbliAthèqaa do TArtfnat ptHs«d? les riHiiHru sopprtméi do 
la Corrci pondant t dp Grinirn. On y tii (aiin^ IT831 ]v camtaenncmcni 
de CRltc fte/tUation. On la lr<^UTcra id complète, at«c le* recirobau 
Ohapiir«< d'HclT^lluH corropoudartlc. 

Nduh avi>n« nru dflvoEr réunir mus k même couvert^ mal^ la dif- 
férence des daus. Iti3 dt^ui criUquti» de Diderot coaceroanl BdYétin, 
ïcs Héfieriaiu «mt i'EtprU et la /î^/ufahon de ÏHomme^ £lk9 M COm- 
ptéU'at l'uno l'AUtrc, ei. quoique 1«« d<ux phiJo«opb«fl Etoieni â*aocon3 
»ur beaucoup de puinie. ic^ur divFrx<i-nc« sur d'atitroseitt d^uno impur* 
tance tetlc qu'il sera déai>rtDBiH iiiipOMiblr dr 1» confondre, oomio^ ou 
ou a rhabilud«, dan?4 fn jtitmr^ anaUi^me. L« obJtfclioDs do Déd«rot 
détrulAeui ce qu*a d« trop élrolf le RytrMr< c!*R^lvé(Jufl «t r^tablta^fit tur 
dca biaci beaucoup jilu»accvpUbtu» b v^riUblf; science de ThoBaM. 

Châmln fatbani, L>idArat ^ lalucaitcridc^i conâdonceo penonneOM 
ot 1 dea Épanclicniaata qui ne peuvnDi qv'Hj^uEer aux temhnciata de 
tympaifaie quo c«ux qui Tont étudié un» parti pria n'ont pu manquer 
de reaMntir pour »a belle liue. 



I 



RÉFLEXIONS 

SUR LB LIVKE DEI/ESPRIT 
TAFl M. riELVÊTlUS 

I7&e 



Aucuo ouvrage n'a fait Autant as* binit. La msiKlro <rt le nom 
rf^ t'mitpiir y ont conlrihui^. Il y a quinze ans que l'auteur y 
lTa\a]ll(-; il y vu a Ki-pt nir huit f|tj'il a (|uUiit jta place de f^r- 
mier général pour preiidi-e la feinmp qu'H a, et s'occuper de 
rèluiJe <\rs IrilirK ci Hi- b philosuphir. Il vil pcmlnni î*ix mois 
de Taonne à la catiipagnts iviîtr iivri^ uti pclil ittunhre <!r pi't^ 
«oanes qu'il a'e^t altarJitH's ; et H a nue nmiHûn fert agrùble à 
Paris. i>, qu'il y a <h sur, c esl qu'il re tient qu'à lui d'ètrer 
heureui; car il a deâ airiif^. une femmi? diannnule, ilu «rnr»» de 
Tc^prït, dr ta considéra lion dans ce monde, de la fortune, de 
la ftanté ei de la galle... L&^ sots, les envieux et les bigots ont 
dû se soulever conU"e ses priacipcs; et c'cai bien du monde... 
L'objet de »on ouvngc esl de consiriénT Tesprii Irimoin souh 
ddTéreuteg face*, et (k a appuyer partout de faits. Ainsi il liaiie 
d'àborxl de l'CMprii humain en Jui-m^me, Il le coniiidÈre cu,^uiic 
ralativemeni a la \vnU^ et h l'{-iTeiir... Il parait atuibuer la 
snttibilit^ k la matière ''n geui^ral; Eyst^me qui convient (an 
aui philofiophei et contre l<>qut<l les superstitieux ne peuvent 
aVli'\-er sans se prf>cipti€r dam (te grandes dîflkult^. Le« 
animaiu senieni^ on n'en {>eui guiïre douter : or, la sensiNlkO 
ist en pun ou uni> piopri^l^ de la matière, oci une qualiti^ d'une 
iulHlaiici- Kpiriturllr. Lt^ «upi-rKlilieux n'ijsi'ru avouL-i- ni Tun ni 
Tauire,.. L'auteur de VEsprit réduit toutt^ les fouclions iutel- 
kcItlcUcA À la mnnîbitiie. Apercevoir ou seutir, r/e.\t la rnâme 
«don lut. Ju^r ou wutir, cesi la même cho^e... Il nr 




36a 



AëFLEXEOnS 



iTConnatc de dîfT^rence fntre riiomm« ei h b^ie, que c«ll<* (t« 
rorgïinmiton. Ainsi, ftHongeti un homme le museau; lîgiir**^ 
lui le oei, les yeui, les dénis, lc« oreîlW comine i an chien; 
coiivrwt-le i!i' poiU; m*7ti«-!e i qiwtrv p»ite»; et c**i bomrae» 
fûl-41 un ilocteur de Sorïjûnrii', miiii«i inéiiiuorptK^é, fers toute» 
les lonciions du cblen; it aboiera, an lien d'afgximi-viKT; il 
raiig^Tn <!« os, ftti lieu de ivsourJrv de^ KophtsintfH ; !«o« activité 
|mii(j|]nlv >a.* rmfnn«stTft \<'r>i Indontt; tl niira presque taote aoa 
flnie diii» le net; et il &ulvra un lapin ou un liè^ic à la piste, 
«llîSU dV'Venter un aihee ou un hrn>lique.>. D'un autn^ ciili^, 
prenez un cliien; *lrw*Mf^le sur Im pie*lH de derrière, arroo- 
diw4ez-4ui la l^e, raccourdaswc-lnt le muneaji, Atea-lui le poU 
et la quene, ei \ouH en ferez un docteur. réfl^bisMLnt profOD* 
dèmmt aur les mystères de la pn^deMi Dation et <le la gricr... 
Si Too ruuMdH^. qu'un hoinniv* ne dîfRm d'un «utn- faoaime 
que par rov^aiiUniion, et ne diflï^re de lui-même que par la 
»ri^é qui survient dans les organes; ai on le \oit balbutiant 
flans l'ecEince, raisonnant dans TAge mûr, cl balbutiant 
dert^hff dan^ U vieille^^ke; ce qa'il r»t darvK IVtat de tenté cl 
de nialâdir, de irAiitjtiillilê ft de jULtHion, an ne sera pas doigllé 
(k- te RjM^iiie,., Rii coiiMirl^mni l'esprit reUù^emenli rerreur 
et à la \Mlt^, M. HelvétiuA wr persuade qu'il n'j a point d'FVprit 
faux, il mppmtr tous no* jugemrnts rnnni^ à T ignora nc«; i 
TabuA des inote et k U fougue des pasHiiinn... Si un bouiine 
raisonne mal, c'eut qu'il n'a pa^ len donutei pouf nûaocmer 
mieu^. Il n'a pw conHd^iV l'objet «oue toutes ae^facjra, L'auleiir 
fait l'appUcAtioii dr ce priocipr au luxe, sur lequel on a tant 
^rit pour et contre- Il fail voir que ceux qui I'opI tléfeoiiu 
avaieni rtunon, et que ceui qut roni aiiaifué avaient âUM ran 
aoD dans ce qu'ils di^aieni les uns ei les autres. Haù& ni Itt 
uns ni les autres n'en veiiAÎeui A la comparaison désavantagea 
et de^t d^!savanl8gT:5, et ne pouvaient former un r^ltat, faute 
de r.r>niiaJSH.inrr>.H. M. H^lvrtiut rrsout retle gniode question; 
etr'esl uii de» plu** heaui endroîtH th hoo livir»,,. Ce qu'il dit 
de Tabus des mois est <iuperl1rjel, mais agn^able. En gënénl, 
c'esi le car&ct^re priiKipal de l'ouvrage, d'être apV^able k lire 
daDH les matières le» plus sécJics. parre qu'il est scmt* d'une 
InlUiité de traita historiques qui soufageiit. L'autoir fait l't^^ 
Cittûii de Tabus des mots k la tutlière, au lemps ei à Ti'^qnre^ 



I 



I 
I 



SUR LE LIVRK DE L'ESPRIT 



S» 



SI ici foi'i court ei fort serré: «f îî n'esi ps^ rlifficiie fie 
deviner pourquoi. Il y trn u aswjr iioiii tnrllri' iiit Emu l'wpnt 
sur l« voi^, t't |»)Lir fuin* ji^li'r Iks liaut^i rri4 !i c^mx qui iioitK 
jciUMil il« IsL j>oiiHsi*»rt' :uix ji'un pnt i^lai,,. Il appliqua ce qu'il 
peuse Jt^ eni'urs <le la pASKion A IVi^jinl <li^ roiiqiièiv ri & 
l'amour H*? In r'''puljitinn ; r't trii tiiKAiit rniMirini^r d^iu luiniint^ 
à qui rr^t ilrtii prissions oieI huiiblt- 1r jtj^f-mrui. il iinintn' 
commi-iit in p;w^io(i<< itoit*i r^iiri-lli eu i^i'iu-i'fih Ci' clinpilir eni 
iiioore fotiiTv d'IiisioriftliN agrvjthlpfi, vi d'aulne Irnil^ lim^U» 
1-1 vigoiu^'li^, Il V u un r.ri'lMJn pr^ht- l'j^yplîini qui gtHiniiJtiuk- 
tr^'v-i'liHpieLumi-ni quHtjueH iiicirdiil^A, de i:y qu'île ut- \iiifiil 
iloiis le ImituT Apis qu'uu hu^uf; vX ce pn>îU- rraso-niblr à bejiu- 
coup tlauiurv... Voilà vi\ Jibr^-gi' V'ilijei *'l lu fuatinv du pri-tiiirv 

K^our>. [I y i-ii 4 iroi> nuin'N iluiit uou.^ parlt-rous ilan-s lu 
Après Moîv considéri-' l'espril en lLLt-mL'iiu'> M^ IK-lvi-tlu'* 
cocJ>idèr^ par tii|j|ïori -\ U sucirlr, Siloii ïim, riiir<"-r(>l ^'t'^inVul 
ir%l Iii lUvHtiri- de I'i-%liji:n que iiou> nu-tous de [Vs|irîr, *•{ tion 
la dillicidU' di- Tobjct ou t eu*ndue tit-s lumiei^^s. Il pn |K>u\ait 
cilcr un cxn'jiiplc biru frappant. <}u'un gt-ouièliv plac.r Irtiis 
poiuU ?^ur »0]i papier; qu'il suppose que cca Irol?^ points 
K'4liin;ii( CouK !»( inïiîi ilau.% li? luppuiL invt-ne dti cnrn- Jiïk 
dùttUKes, €( <)u'j1 clH^rcLc eiiMiiie le nioaveuieul et U iLa<« de 
ce» Irois poini5. (ic problème ii-solu, il le lira dans quelques 
séance» d'Acadrmie : on rOcoulrra; en imprimera sa solultou 
danA un recueil ou t:lle nera confondut^ jivet. mille auli^ej^, ei 
mibbcc; et à peine en sera-t-il quealiou ni dans le nioude* ni 
cûinc in savants. \faiA ai ces tnii» painU vienuûiit À ropriK 
svDier le^ trois corp-^ principaux de la nature ; que l'un 
»*S(^llc la terre, Iduiiic, la lune* et Je iroisièmc lo soleil: 
aktfv la Ttolittion du problème des troi:t points reprc^<<ciiUTa la 
loi d» corpa rfle8(e% : le Keomèirt ft'a|>pellenL ?dc\»tou; çt »« 
mémoire vivra éterneUomenl parmi lea faoïnmos- CependAjU 
que les trois points ne soient qu4* iroiî< points, ou que crh tmîs 
point>« rqirc^outcnt iroi& corp» a-l^âtoa, la Ka^ucitc^ csL la mâioe, 
OMb TinliTiM cftt tout autre, et In considération publique aussi. 
faut perler le nièmc JugemeiiL de la probité. L'aukur la 
'Masi^Rro en ellc-nà-nie, ou rululivcmûiil à un paruculier, a 
uiic petite Aocit^lv, !k une nuûon, ù diCereutâ m^I^, a di0^i-fenlit 



ÎIO 



HÉKLEXJONS 



loujotir» b inedurc du c^» qu'on ou bit, C'ckI mènK œt inlértl 
qui la constitue : en $orU: que L'auk'or n'admet point de justice 
ni (l'injuaiic^ al)Lïûlu4r. ("est aon â<?con<l pcLXD<loxe*.< C« pandoxc 
cet r&ux ep lui-mCmCt et tlocigrrvut à établir : faux parce qu'il 
csC possible <lc trouver dams nos beftoinr^ naiurols, danh noUr 
vie, dans noire e\i«iencf*, daiw notre orgaoïsaiion et noire s«»- 
sibîlil^ qui nous exposent & la douleur, une baaê éternelle du 
ju»ie et de VînjuHUf, dont rini<>r^t ^éra! et pailkulier fait 
«nsuitr lAm-r la nolioii en cent inilk- iriariivri^ ifiHi^nfiJies. C*e%i, 
à la vérité, t'inii^ret gi>néral et paniculler qui méiamoqklms^ 
rid*^-' dii jiiKiir <-l d'în)LiKi»r; i;i;iis sim cjrti'm'i' m i-st îiidt^peo- 
d;uiit^. Ce tjuî |kai'att uvoir indaî[ noue nuieuf en rrn*ur, c^CHt 
qu'il n'm T^t teiiu aux ïoàia ipù lui oni nMHilrrr le juste ou 
Finjuste sou^ ccni mille fûmii?>+ opposa. H qu'il ■ fermé les 
ycui sur la nature dv liiomrnc, où il en mutait reconnu les loiK 
dementd et Tongine.-. Il ne paraît n*tYoir pas eu une idée 
exacte de ce qu'on entend par h probtti* rrlntÏTe À tout l'uni- 
vera. Il en a fdt un mot \iJe de »eiis i co qui ne lui sertit point 
amvO, VM cfht considC-ré qu'en linéique lieu du nwnde que ce 
Mit, (.'clui qui donne a boire a rbomme qui a soif, et à manfr^r 
à (^lui qui a fainti CKi un bomme de bien; et que la prnl^it^ 
relative k Tuniver^ n'est auti^e cboâe qu'un tumiiment dt» bien- 
faisance qui entbnu^e L'e^pec^ humaine en g^irral ; aentineni 
qui n'est ni faux ni chinic-nqne... Voilà l'objet «i l'analyi^e du 
dÎMOurs, ail TauKnjr agÎT^ encore, par occasion, plusieurs 
questions imporlaoïis, li-illt-M que? i:v\\r% de» vmîoftvfi des faunet 
vertufi, du bon ton. du bel uu^, de?i moralistes, des uor^ 
lUtes hypocfin?^ de l'iniiHirtance de la morale, dca moyena de 
la perfertii'mner. 

L*objel de sod Iroisîènio diaoïura, t'est l'esprit conxîdtW, ou 
comme un don de U nature, ou comme un effet de E'tilucaiiua. 
Ici, l'auteur »e propose do montrer que, de loutca les ca gi gi* 
par leaqiielletf les hommes peuvent dilKfcrer entre eu^, rorfj;nfLi- 
aatjon est U moindre*; en wrtcqu'il n'y a point d'l»wnmc <-ik qtii 
lap^ï^on, rintér^t, i'i^ucatÏDn, les hasards n'eussent pn nui^ 
mouler les obstadcs île la nature, et en faire un içrind hoinme: 
et qu'il n'y a pis non pjti^ un grand homme, tbnt le defant dr 
paasâoot d'inlêrfitt d'éducation et de certains bosanla n'ensanil 



I 



SUA LE LIVRK IJE L'£SP»tT. 



fJl 



I 



pu Taire un fttupùk, en d^^ii <)c la plu^ heureuse oripLttinatiôo. 
Ccftison IroïsîéniQ }>ara<loxâ. Credué judittut Apctta... I/autcur 
PSI obligé ici tViipprifcici' louK.s les qualili-Tf tlo rimf*. rOQRidL^ 
rreft dan» un honune relativemeiu ii un auir«; ce qu'jl rail a\cc 
beaucoup de M^icîlâ : Pl quelque r^ugiiance qu'on ail ii rae^ 
Y<Hr nn p^nuloxe amsî ^truni^i^ quolo >ii<rn. on ne le lii pasaiiiH 
xe «entir ^branl^... Le fauic de loui ce «liscourA me pareil tenir 
à plusJeurv cnusex, «ioni voici It;*; principaTi^ : 1° l'auieitr nu 
sail paK, ûu |uinxU ignorer la iUfTt^r€«i4Lif prodifi;i<!U4(i- i^iril y a 
entre les effets (quelque lif-g^rt que soii «.elfe qu'il ^ » entre toi 
causai:), Inr^qiie las ruuses ngîsseiiL loiigir-rups p| kjlii:^ re'sse; 
7^ il u'a p&s consittéré ni la varjélé den caracli^re», Ttin frinij, 
rsvire leni ; l'uii trisic. TauLri: nu^lnnrnliqiir. gui. clc. ; ni 
llMmaie dan^ ses diiïérents h%^ ; dan^i la t^iw^ ei itoiis la 
nialàdîfi; dans le plaisir et dan» la peine; en un mol, combieD 
il diffèn de luî-mt^me eu mille circonHianccf où W survient le 
ptoa ligcr d(} range ment dans rcr^anisarion. Coe l^i-^ie aitti'a- 
lion daos le cerveau rt'duil l'homme de gf^nie à IVriai d îmb«!- 
dllifé. Que fera-i-il de cet homme, âi l'alt^r&tion. au lieu d'être 
accidentelle et pa.'t-sag^, est naturelicT V il n'a pn» vu qu'âpres 
ftvoir fait consister toute la difTérenoo de l'homme à la b<>tc doua 
rors^ntsalion, c'cËt&e contrndii'e quo de ne pas faire con^jater 
au» toute la diiïérerice il^ Vtiommc de gf-nic ^ I homme ordi- 
nAire dan.<i la m^me cause. En un mot, tout lo troisième discours 
me «embli^ un (ïluil i:u1cu), où Ton n'a Taîl entrer ni loui; les 
t'Iêmiuiis, ni les 4-l4-tncni4 qu'on a emplojH, pour leur Jiuie 
valeur. On n'a pas vu la ïmiriën.' insurmontable qui ^are 
l*hocnme qii^ In naiiire u di-tiiitf:~iipi<'lquero(ictioii, de l'humuie 
lî n'y apporte que du iiuvhÎI, de l'iiitt'i'éi, de l'aiieniion, dea 
'wioiiK-^. Ce difH:»unt, fniri ibim le fouil, oKt rempli dr hfiaiii 
raîU sur Torigùie de?v piLVMUiis. sur leur énergie, -iur l'avaric^ï, 
fiiir t*anibilion, l'ingueil, l'ninitir, clc... l/nutrur avance, dans 
Ut ïv^nn: i]i?s»jurH, sur le but des passions, uci quairiruiv; para- 
do«t; c'cAtque le pUisir physique est le clt^rriicr objrt qu'elles 
proposent; ce que je <toU faux encore. Combien dliommen 
j, aprfts avoir rpuiaé dnri^ leur jcun(Msi? tout le hnnlieur pby-> 
sîque qu'on pi^uL r^fii^rr-T de^ jtah^'iifiiiH, dr\ ieiinrnl les uns avares 
\rs iiuirGs ambitieux, les auii^s amoureux Je la gloire 1 Dira- 
l-on qu'ils ODt en vue. dans leui- pa^AÏon nouvelle, ces biens 



m 




I 



S7S RitFLKlIÛKS 

jnèm«^ 4I0UI )b soni lU^ûlc»?,.. I>e r€^>nt, de U i>ix>bcir, des 
pttfttioiis M. Hclv^lit^ (w^ à ce que ten qualifia il^-knnctit 
MU» difli-ri^iiti K^uverneinciils, cl sui'toul m>us le ilespotisne. 
Il na wuEuiur h r&ufeiir que de voir \e dwqMKisinr c<»mii« uiie 
bi^ui \v^v. liideuMi pour iloniiui- k ccft citapiu'ç* pliw d^ rolom | 
et d« r<inv. Quoique r«^iirp^i!^ fie wrilt'-^ lianlifis, il» aoiiI un peu 

\fl^ qualn^n»c diMoui^s de M. Helvûiîus consid^ l'esprit bous 
se* diffrrnin^ faces : c'esl ou legi-i)j«,oti Ir «eniïmeni, ourimâ- 
^nalioii. oti IV^spi-lt pruprvtnciii dir* ou reî<pni fin» ou Te^mt 
fori, oti le btl cspiil, ou lo f^âi, ou l'esprit justtt, ou l'esprit 
(Us Goâèi^, au l'cspiii do conduite, ou le b<m mus, eic &oé m 
Tâuiciir patMfî à IVducalion ^i «u g^iire dVludc qui cdikwM 
HClon Ja soric d'cs|ii'it qu'on a r4y^l«-.. Il i>«t «ïm- de voir qtie~h 
base de ciïl ou^ra^c fM posi^ sur quaUtï f-iv><^ paradotCi^.i 
Ln srnftib)lii4< eM uite proprii-'U* p^-ûoralc de la matière. Apcf^ 
cetoir, raisonner, juger. c"c*( si'iiiir : premier poradoie*.. D n'j 
a ni jUBiico, lû irjui^iice abMdue. LlntCi^t gtHi<Tal est b mesiliv 
lie l'esiiine <\e& tideiiU, et Tessence de la ^ertu : second |ut»- 
doie... C'e^i IV-ducaiion et non T'ur^nisatiofi qui fait la difli*- 
rence d^ hoitmie^; et \^ Uomtueâ sorient iled mAÎn» de la 
imluiVt tous piVAque Légalement propres a loui : troÎKÎènie [hvi- 
dûxe... Le iloniicr but dcH paii^ious ^^oiu b^ bieib» p|iy«i<iun!; : 
quatrïèiuopai^o\e.., Ajouiexù ce fonds uue multitude mcrOï'Able 
do cho»M sur le culte public, le^ moDUrs et le gouvemementt 
«ur rboniine, la U-^îUatioii et r<>diicaiioii; et ^04U coomaltrv 
toute la niaiiere de cet ouvrage. Il est très-nu'dtodique ; et c'oi 
un de u:% di'fauts |)riiitip>iiK : preitiifrrenieiii, paie? qiie U 
iiK^iho(lL\ quAnft elk» i-sl d'appareil, refroldli, ap|H^aiMit et 
ralentit: M<cviKk*mL-tij, paire qu'elle ^1e à imii l'air de libt'rt<- 
m de i^^iîe; troutèiDritienl , pkrcr qu'diea Vn%pfcià', 
laiioit; qualriAineflieiïi, m ceiie minoii eHt |»riiru1îère à I* 
vra^, cV^t qu'il n'y a tit^i qui vcuîlli; Hrv prouve avec 1 
d'aiTeclatiou, plus dri'utW'. nnuit* aunuinV' qu'un paradoxe, i. 
auteni paruloul ne ckth jamais dire M>n mol, mû lonjcioni 
preuie^ : il duit entirr ruvji\eiiiriit dan» l'iitit- de tou I 
et non de vite forte. C'est le icraïul art de Monlaign», qui 
veut jamais prouver, et qui la loujours pfOUTaiit, vi mt balo^ — 
tant du blanc au noir, et du noir au Irianc D'aîUrura, VËfçnmmf 





SCR LE LIVRE DE L'ESPRIT. 



S7I 



de U méthode Fcascmbic i l'échafaud qu'on Uisscraït (oujourt 
attb»ïsï«r Après que k IràUmcfii est élcv£. C'cfii uno chose n^ 
CDSfiiîre pour tnv&ÎUer. mais qu'on ne doit plus apercevoir 
quaod l'ouvrage est Qnî. Elle marque un esprit trop tranquille, 
trop malire de Juj-mtoc. L'ei^prit d'invâotïoR ^t'agite, se moui, 
M remue d'une manière il^rvglée ; il cherche. L'esprit «le 
méthode arrange, ordonne, et suppose que Tout est trou%'é.„ 
VoilÀ le défaut principal de cet ouvrage. Si tout ce que l'ameur 
a écrit «ftt été emiWKi^ comme pAle-mék, qu'il n'y eût eu que 
dans l'esprit de l'auteur un ordre aourd» 4on livre eût été infini- 
ment pli» ago^-ïbli^, et, «KnK Ir pnrjillri--, infiinmi-nl plus dange- 
reux.». Ajotilea À cela ipi'ïl ast rempli d^bîstorieiteA ; or, le^ 
bialoriettcs rout à merveille dans la bouche et <Ian« r<k:rit d*ua 
honme qui KemMe n'avoir nucun but, et marcher t^n dandt'^ 
uDl et nigaudant: au lieu que ces hiatonetteâ n'étant que des 
faita particuliers, on txî^t di; l'auteur mi^lbodiquc des raisooa 
en aboodacœ et de^ faiu avec sobrii^té... l'armî les faits répan- 
dus dans le livre de VEsprit^ il y en a de mauvais goàt et de 
mauvaa cboit. J'en diâ autant des notes. On ami itOvére eût 
rendu en cela un bon service À l'auiejr. D'un tr^it de plume, il 
eaeâtitc tout ccquid^plall... Il y a dans cet ouvrage des vérité 
qui contriatent l'homme, annoncées trop crûment... Il y a des 
«xpnMiooe qui se prennent dans le monde communément en 
iiiauvai4« part, et auxquels l'auteur donne, sans en avertir, une 
acoeptioD diOerente. It aurait dû éviter cet inconvénient... Il y 
a des cbapilres imporiants, qui ne sont que croque». .. Dix ans 
plus 161, c«t ouvrage eût été tout neuf; mais aujourd'hui l'esprii 
philosophique a fait tant d? progrès, qu'on y iroinc peu de 
choïett nouvelles... C'oJt propreuiejit la préfacv de VEtprit det 
ici», quoique l'auteur ne soit pas toujours du sentim^ru de 
Vriairw|uieu... Il est iiironcifvnble que ce livre, fait eipr^ pour 
la nation, car pirioui il eM datr. paciout amusani, avant par- 
tout du l'hniine, le» femmes y paEnisnnnI partout comme les 
idoW lîo raiiirtir, éiajil pr(>pmneiit le plaidiïyer de» Hulior- 
dotuèt^ contre leurs Mupi'neurA, paraissant dans un temps où 
icHUi \tr* cirdrv4 fiiulri »oirt assex mi^Mlcntii. où l'esprit de 
fromVc l'si [iluH a la inotle que jaiitais. où le gouvernemeni n'est 
ni evcMi^cmcnl aiiTu\ nî prodigieusement catîm^; il est bien 
etoaudiii que, mdyr\ cela, il ait révolte prc«^iet4ua iejitsprita. 
II. li 



^Ih REFLEXIONS SUR LE UVHE DE L'ESPRIT. 

C'est un parftdote & expliquer..* U style de cet ouvra^ est 4« 
toutes li^scouleurs, cumme l'arc-on-ciel : foUiriï, poéitque, sév^rç, 
tublîme^ l^r, tier^, ingéQkux, grand, édatstnt, tout ce qu'il 
plâlt k ]'aai«ur et au ffujet.». Ri^iunofifi. L« Ijvtv ck ri?jr/)r/ï est 
loovnigpfl'ijn homme Ji- titft-ili;. On j lrouve!>»-Jiua>ïip<icprin- 
dpit?i (^iiénux qtji »(int fftux ; in&iB, en revanche, il jr a uiw 
inimité de vérités dadét&il. L'auteur a monté U méUpbfaîqtie 
et )a morolr »ur uit li&ut ton ; et tout écnvaîa tixtl voudn traiter 
la même matière, et qui s^ respectera, y r^&rdcra de prèa. Le» 
omenienu y ttont petit* pour le bitiment. Les cIio^h? d'tmagi- 
aatioD sont trop faites ; il n'y a rien qui ûme tant le néçfi^ et 
l'ébouriffé que ta cbo^c îma^n^. La clameur ^^ralc contre 
cet ouvrape montre peul-ôtre combien il y a d'hypocntea de 
probité. Souvent les preuve» de J'aui&ur iwit trop faiblefi, eu 
éganl à la forœ des a&seriions; lei aasertiona étant surtout 
éiTODcées Eetiemeni et claîremeTit. Tout con^déré, c'est un 
furieut coup àa mait^ue porté »ur k» pn^jugih* en io«t genre. 
Cet ouvrage sera donc utile aux hommes. Il donnera par la suite 
de la considération à Tautcur; rt quoiqu'il n'y ail pas )c génie 
qui caf^téme VEtprit dtt ion de Monle^uïeu, et qui r^^e 
danA l'Histoire natarfiU de BoObn, il sera pourtant compté 
panni le? graodn liTreadn si^c. 



I 



I 

I 



RÉFUTATION 

SCIVIE 

DE L'OUVRAGE D HELVÉTIUS 

L'HOMME 



TOME PREUIËR 



PBËPACB 



PigO l', — Si/fMSSff donné cf /irrtf df mon cfoan/. Je me 
9tr^tafO»é à io pfrséaitÎQn^ cl n'aurait accumulé eut moi 
ni nc€s$e$f ni dignitU nouvtlUs. 

On verra dios la «uiie combien Cât aveu eâc conlraire aux 
principes de Taui^ur. Et pourquoi l'aurtii-îl donc doonéT 

P»gB 10. — La nation [françaiu] «f aujourd'hui U mépriê 
df r^urope^ P/uUr rrwe salutairt nf lui rendra ta tib^rUi 
t^ai par la tonsomprioa quftU périra. La cornjuêtf fst U tttil 
rrmidfA éfê maiftrurt; et t'est le Aaiard ei Us eii'consiitneet ^i 
déridtmi de. l'e^rariié dun tri rrm^de. 

LVxp«ricuca aciu*'Jle protivi^ le rxintmin^. Qim \f\ lionn#t«s 
gen» qui occupi*nt k prvseul les premières pl&ccs de TËUi l«a 
cooMnrent Mulem«iit pundaiU dJK ans, t7t tous nos mAlhcurs 
aeroot réporéa. 

Le réubtiùemeat de rBucienne magiAUsturc a ramené le 
âe la liberté. 



I, B lui RQ rapporter, panr cv r*aT«b. k fAdlUûn oflKlmlfl ob )ca nvia* Mut 
dd «at(i, nul*. ^mni4 rindlcatlnn d«B chAfiltvra «KatKmoiqiiif r««rtw- 
plMs «MI ^lnl«aivni eottru, îl •» fidli te nihrrv c«U* ilér«iaflM mm Uâa 



976 lÊFUTATION OS UOUVftAGC D^ELVÉTIUS 

Novtf avons vu longtâmps l«a bru de Tlioinaio IvMr eoatm 
leslni de U nature ; iTiùs tes bm cto rbooune ac luacni 
les bn» de la nacaro iio se lasacDt potol. 

lin royftuim> ii^l que cdui-ci, m compare fort bien à va? 
inomit: cloche mbfl en i-olée. Uoe lorti^^tie Auila d'enlaoïA \mbc- 
cilea a'attacbent à U corde, et fool toos leiift eJr<Kls pour arrêter 
U cloche dont il« diminacni «occassiTameat W o6d]latJoae; 
mai« il Kurvient t6t ou lard on braa vigoiiratix qui lui rtstitue 
tout son mouvement. 

Soug cpjeLque çouveroemeoi t^tift <« «oit, U nature a poaA 
defl hmiieï au malltciiL- d&i peuples. Au-deii de cas linitaa, 
c'est ou la mort, ou U Tutte. ou la révolte. U faut rendre à la 
terre tiue portion de h richeftae «ju'on en obtient; iJ faut que 
TigHculleur et fe propriéuine virent. Ce! ordr« dea choKr» cvt 
étwn^, 1<f df^pow k plus îm^itî n le pJus f^foce ne gauraic 
rt^tifmfidre. 

r^rivais avant la mon de Louiii XV' : a Cette préface an 
hardie r l'auteur y proitonc« nos ménagement que noa 
sont incurables. Fà pent-èlic auraî^e été de son aviB, aï la. 
nan|iie i^^nant avait éti^ jeune, n 

Oit demandait un jour comment on reiidaii Jtis mAors à ua 
peuple corrompu. Je répondis : Comme Médét mtdît ia Jrm- 

nau à ion p^re^ en U dèpexituU et U faisant bouiUir Alorv, 

cette réponse n'aurait paa été très-déplacée- 



SBCTION I. 

L'auteur emploie les quinie chapitres qui romwrtl cette ee^ 
tion i établir aoa paradoxe faton, « que I éducation hvule &jt 
loate la dïCKreace entre dea individu» i peu prés bien organi- 

séfl • condilioQ dajis laquelle il oe &it enin-r ni la forcc^ ni 

la faiblesse, ai la santé, ni U maladie, ni aucune àe ces quaJli4i 
physiques ou morales qui divenilieot les tempéraneota et Isi 
caractfena. 






^TITULÉ L'HOHUC. 



tn 



CHAPITRE I. 



I 



f-e 2. — J'ai rfyardé tfsprit^ U $éni€ et la rrriu rontme 
U produit de rinMtntcthn. 

— Seutc7 

— C^îit idit me pttraii tCMjtmrt vrme, 

— Elle eal fauBse, et c'est par celle rwaon qu'elle ne sert 
jamais m«M:x pro«vOc< 

— (M rna eceûrdè que téduattiùn avait tur te fà^i^f ntr 
le caraeià'e de* kommet et de» peupte* ptu» d'ûtflttenee ^^n 
ne tmtrait fni. 

— Et c'citt to«it ce <|u'oii pouvait voua Accorder 
P»ge A. — Si Vor^rtîtatton nota fait presque entier ce fie 

nùUÉ êommetf à ^act titre reprocher au maUre Vi^oranit ci 
U stupidité de $et étéreê. 

Je ne coiiiiftiH pan de âyst^me plus consolaLOl pour les p^reolft 
ei plu» encetmf;eaDt pour les malin». Voilà «m avuittge. 

Nue }e o'eD connni» piw de plu>t di^>1aTii pour les cnfButa 
qD*cni croit ^tluneni propre» à tout; de pliiH capable de rctn- 
pKr les conditions de la société d'homme» nnSliocrw, ficl'égDrer 
le Çf^nie qui ne fait bien qu'une ehosc; ni de pltiâ dangereux 
par I opioiàtreU' qu'il doit inspirer â des BupÉrieur» quu ApHïH 
avoir appliqua loft^tempa et Aan^ fruit une clB«we dV^lève» à des 
objeli pour lesquels iU n'avaient aucune disposition naturelle, 
les njetteroct danH le mcnde où ils ne seront plus bons à rien. 
Où ne donne pu» du oei à un kvriert on ne donne pa» la vitesse 
du k'vrier A un cbieiHCOuchant ; vous aurei beau faire, celui-ci 
gardera son nu, et celui-ljkg&rdera sss jambes. 



^ 



caAfiTHR'ir. 



Pl^ 5. ** L'homme nnit /yn^rajt/, iV tw rmtt point eot^ ei 
ce n'eu pia même tan» peine qu'H le dertient. 

Cesi pr»>iqiie le coniratr^ f|u'it rAlTniE dirtî, T/hnmme naît 
toujours if^DonujI, lr^%-HLiuvriit *iul; et ijuaiiiil il Ut. Vf-si |ui«, 
rîen de plus ais^ que de le rendre tel, ni malheureusement de 
pluH ronfonre k retpénence. 

La smpiUité et k gvoi^ ocoupeul te» deux exlrvinittv ds 



t7S RÉFUTAÎIO» DE L'OOVRAGE D'HCLVÉTIUS 




l'échellû de l'esprit humain. U est ixDpoe&il^e de dcflaor la 
smpîditft i il est iaciïe d« déptoc» le {^éoic 

?a^ 6. — Kn fait de Uupidité il tn fsl de deu^r $ortm : 
funt nalurelUf Vauîre ae^Uf, 

, h Tondrais bi«n «nvoir romcnent od vient i bout île la Ain- 
pidlié D&iurelle. Tons tes homme» «ooi d^sés^ eniir la plaK 
grande pénéiratîor possible el la Ntupidil^ U pliEx nm^lèie : 
etiXxv M> d'Alprobcn et M. d'Outn>bt;ei en d^t de toute însli- | 
tutioD, cliacuD reiiif i peu prés sur son ^beloa. Qu'il ntr amt 
pimiiR de lAtcr un homme, ni bieiilAt je div^rnrmi rr qu'il 
tient de VappJïrjitioD fi r« ipi'îl Unit de la nature, Celoî qui o'a 
pas ce tact, prendra souvent rioatronient pour rotrrrage* et M 
Touvra^ pour rinMmmrnL. ■ 

llyaentrediA^ucéchelonuapeiiidc^^impOBsibicÀfraocliîrt 
et pour pallier l'inégalité naturelle, îl faut un travail opiniâtre 
d'un cMé, et une n^-i^IlKenc^ pre^f^ue auast continue de fautre. 

L'homme que la nature a plocâ sur son écbelofi n'y tient 
ferme H aans dlbn. L'homme ifiiï s'cet élaocé sur tm «cbeloo 
sup^heiir è celui fpi'il tenait de la nature, j dwneeJlc, y est 
toujours mal & «on aisc; il médite profondément le probittte 
<Tuc Tautit résout tandis qu'on lui attache des paptlk>tt(<s. ■ 

Ici l'auteur confond la stuptditt^ ave< Pignonnce. 

Page 7> — Letftrit $*êêt-it c}<arg^ du poiéi d'une saranU 
ign&raru^, il nt /éiéve ptaajtaqu'â U tériU; U a perdu £o Cen- 
dancw fiii lé portait pers elle 

Bt cette tenflincenaturclie ou acquitte cal la inémedana tot»T 

Vhcmmt qui ne Mit rien peut apprendre; i7 nf t'a fit fm 
«Ta allumer tn Iw U désir. 

Et ce désar, towt eu mot^v ^<*aJeiiient suaceptlblesT 

Pige 8- — Q\ie fait vn i/w/if ufrtir ; Qm diwirth^'iU 
iy//oiaffT Us mUx du génie* 

Il y a donc du g^iiie aiiiérieur à l'instHution '. 

Les annenâ rontertteronl sur let ynodernet tant en WÊùraXi 
^'en politifte et en té^iëhuion^ une supériorité qu*iU devnmt 
non A ttM^tauâotùmj mais à F instititlitm. 

Et qu*eefr-ce que cdn prouveT 








INTITULA L'HOMMt. 



S79 



^ Qu'un? Dation diiï^re peu d'une «utre naùon. 

— Qui voiw lis nwT 

— Que Itt Fraû^uU, é}&\èii comm<^ les Romnïnït, lunîi-nt 
aussi leur Ci^r, hur Scipion, leur Pomp^, leur Cicéroa. 

— ■ Pourquoi non? Donc cbr-x quelque nftiîon qtitï ci5 Tût, la 
hocuie /-(ItKalton ferait un grand homme, un AnnibBl.urATfiaiidre, 
tin Acbilfc, d'un Tbtrsiic» tïuu individu <xuc?lcooquc 1 Pcr^uodei 
cela i qui ions voudrez mais no» pas & moi. 

Pourquoi cch nomn itiustreï iwnt-tU «i rare^ dieiï cifft nations 
m^me où lotis les citoyens recevaient Véducation que vous 
pn^ntte^ 

Hoûsieur HelvéliuK, une petite rjuestion : VoiU câuq cent» 
enfanta qui viennent de natlre; on ^a vous fc^s siiaEidonoi^r pour 
éXTt élev^ à voirf dixr^tion ; dites-moi coij^if^ji noi^a rendrez 
TOoa d'bomnies de géttîeî Pourquoi pas cinq centsT Frcâsca 
bien louiea vos rcponacs, et vous trouverez qu'en demi*i"e ana- 
lyse cflcs se n^soudront clann la UJiït-rence d'oigaoiâallon, source 
primitif^ de la puTsse, de la k-gircl^, de ]'cntûtemunt et dea 
autrOB vic«s ou passions. 

Page 12. — L€i vrais pr^ctptotrti de notre mftinatonl U* 

^^ — il est vrai: mais comment nous miruiscnt-ilaT 

^V — Par la eenâation. 

[ — Or eet'il possible que l'organisation éiani rli/Ttrente* la 

[ «enaaliOD soit la mCmcT 

I Tdl« est sa diversitâ^ que si cbaqu^^ individu pouvait se 

' crV<er une langue analogue ii c« qu'il est, U y aurait uiiunt de 

lacées que d individus; un bomme ne dirait nî bonjour, ni 

adieu comme un autre. 

— . Jlats il n'y aurait donc ptus ni vrai^ rà bon, ni bftauT 
— Je re le pens« pas; la variété de ci^^i idiome» oe sof- 

firaii imsi pour aliÉrer ce» idito. 



t 



CHAPITRE riL 



Pige 13- — Ptuê l^ ckulcs sont d^ulf>uradM4y pltu etia 

— J'en ccBviens. Hais y a-t-îl deux enfint» au monde pour 
qai la même chute tikt r^emenldoulouretiaG, en gônrralipour 



SIO REFUTATION DE L'OUVRAGE D'HGLVÉTIUS 



fuÏHReseiisaiioD qoekonque piùsse^trc idenltque? Toilà 
URO pTCani^TO UiTÎferc tn«unnooi*blc cnirc Leim pm^rts; 
cette barrifere où €el-€lle pUcéeT Dans rorganisatiDo. L'on reste 
étendu sur l« p1«ce et 5'^rie : Je nni^ mon. t'^uire ee reMri 
suu mol dire, se Mcoue, ei s'en va. 

Il y a cGrlûncs acUon» de l'cnfaxicc où toute Ja dcsiîn^ d'un 
homme est ^rite. Aldbiade et CatoQ onirép«ié toute leur lie dent 
mots de leurs premières années: Uar4U /*>.. Lâche*,., Si 

Betvéûua eût bien pes6 ces etpreaftloas de caractère, aatérieurcs 
à Icuie éducation, de Tâge de la jaquette et dee oaseleia, il eèl 
•eoil que c'est la nature qui Tait ces eitfanMà, et doo lu l«çoa. 
L'art d« convertir le plomb en or esi une aldiîmie moin» ridi- 
cule que celle de f*ire nu Ri'^uluti du premiw venu. Toutes et» 
ti^Ps-14 de Tailleur ne sont que de la [MUitlra de proJectJoiV 

Page 15. — Deun fr^ir» v»ya^-nl', Vun à tnveri dra inoo» 
tagncA "c&caipées, l'autre par de» vallouH fleum. A leur retuur, 
ils s'en trecîeun eut de ce qu ih ont vu. et il m fjaii entn! eua 
un échange de acnsalton». L'iitia^ 4le rborreur de la naioïc 
paaac de la t^te de l'un dans le cerveau de l'autre; et le pfe- 
Rkîer s'enivre de Ta peinture de ses charmer. 1/un veut aller 
teémir à son tour à îaspect des at^rne». au ^^ac^^ de^ lorrcob. 
l'antre se coucher mollement mr l'herbe tendre et a'endonnû 
au murmure doa rutftscttux. Cï^^t que l'un est brave, et que an 
tn^rc Cil voluptueux. N'ûllei pan cj^nirniier ce» petichants 
rela, vou^i n'en feriei que deux âujei3 médiocres. 



j 



CHATITAfi IV. 



Pa^ 17. — On mfer*mf un enfant dont nnt tKast^t, it s "' 
stulj it tcil tUt fl€»n^ it l€é ccmidirt*,,^ 

\, C*«■l^3^ll>ld'AldlH*l^!,Jl}a*a[d«albruen••DMKfe•aldvndllis<«* 

U TDiCun iIei ïhAnvlJflr qui tui rriail ^ûttl 

t. Il 1^1 Éri an Ciian nnihquB nfirtut d« e4d«r i Pein^4iM q« k Hffi 
«upCDdu h 11 ftolCrQ 01 k metiAiro d« J« lich«r. 

4- Dan r/foHVM. 1» tlem M(v« wit vultL Tdo. 1« pfn. p^r A 
«iCÉffM. l'unn. la mti^. pv dn rmitf'V plut fHqaMlAM. *t litl^Wi 
M«nir DU«r«t. à U |4ii«s»n<<i du LVrlclQni k V^^iti àa rf duçOoM \ mÊê^^^ 
r*U itn* parkr dv Ti^bupi d^«aai4tioiiicn(r« 1» itet fHnvctiiaa puAir^ 
Ifur caf«Cl^ prlMonllftl, 

'j. HoJflhJuH ijuuie : • San il#*aurt«nftni KAnhiff d*aa» plM de 



INTITCTLfi L'HOMME. 



lai 



J'y corbieiuf. Maïk un luin' enfant divcr^m^ni no, ou s'en- 
dormira *"il esl Ifiche, ou grommellera enire ses defiia dos mol* 
injurieux conirv son pèir ou fion inntimt^ur, s'il osi viadîc&tif. 
I^Jm? tni TJnrHuiîf, il ne «tuni pa< seulement s'il y Rvmît à 
€6té de lui un poi de Heurs, 



h 



CHAriTRB T. 




Pige iÔ. — /te* iJ^rJt dépmdtmus du rametère *„, 
— HoffiMOur lîeNèiïuH, vikih ét-oulec-vou^f ïîI le cirnclèn^ 
'cst-îl pas un elTct ds TorgaDiuiionT 

GUAPITRK Vr 

Pige 19. — iÏTMX ftira éi^vin rkez Irurs pnrmU ont If 

mfm€ préttpieur, omI ri peu pn^* /rt mhnes objtitt mux ht yatx, 

lif /ûm/ /« m/iw* tirrrn. Lu différnire de l'âge est lu tetile qm 

paraiioe devoir eu tnetlre dtin* tettr itit^truriion. Vrnt-on la 

rmdrr itW/r.* Auppote-t-on lï cet effet drtLr f rires junimuxt 

Soit, Haie atironi'ih eu in mêtne nourrice? Qu'importe? il 

im^fvie ^eatieotip, cofnmrnt douter de Vinfliunce du rarr/rf/r* 

1 d t la Nourries uir celui du nourrisson? 

^B Kûfi, roonueur Jletvélius, ooa, il a'impone rien, pubque, 

pKllMl vous, l'i-tlucalion répare tout. Tichei donc de Tou?i 

' ^Ukndre. \im% ntw>hneri<ix juHie, ni vous <onv4!Diej[ que lii 

^rcmVt de la première noumlur^ aOccunl l'ar^Aniïfation, le 

^UtoJ eî<l 9U1H reui^td*^; mais ce irenl po-i lu voire avùs. 

^F Page 20. — Ihirie la earriérc dex ecifnrc» et de» tirU quo 

f&tu deux piifcouruicnt d'abord d'un put égaly sî le premier est 

arrft^ par quelque maladu, «it luissf prrndrc ttu second trûp 

iœanee sur lui i'ètude lui devient odtcitjie. 

Si le premier c»i arrfti^ par quelque maladie? Et en est-il 

NM de m rufi.- U «, fommv le reiuniuc l>ldont. In plm gnnii iiil^P«l iIr prr* 
ftc9oas«r Im «m» qui lut rMU^ni, ■ llAl|{r« l'ali^iton i(« ixdrrol l'oltHn^iton 
flloltélipa B^«M pu buBi«, L* e^uckLc vioat ««uLunqal dr>l^t f|u« Tmi, produit du 
lnr«AI, giaénJit» cl ^uc TiiAlrc, fénhv tMnnl. vtut qu'on particulaHftJ- 

f , IMf^liOA pflat. tikiH ce court chapllfT, l« «ifADU cniruil sa <!ullk^i à jwpl 
«« buli kiu, cl ■^>Bi il^J* dn TilA^ m pAnii> inpiLifVdQ Ipiirv pHOMi ol <kp«a- 
d» Ifur ^t, dv laui eiruUiv, du !4ur TortiMW, 




2S2 nÉFtJTATION DE L'OUVRAGE D'UELVÉTIDS 

une plttï coQsunlet plus incurable que U ftU>lesse oa qudque 
autre vice d'org^ii^alion? 

S'il laism pr«a[1re uop d'&T&Qce7 Kc n'y ft-Utt pas 
enfanta oatureliemoai avance ou retardés? 

El rien n'e»t-U pluiï décôur/ifnimiit pour un CDranl que de 
suppl^r piT le travail â la facilité qui lui manque? et n'cet-e« 
pas alors que l« chitïmcnt est ÎDJuâle» et souvent lufitne iat^niis- 
sani? 

Page ibid. — C'est Vémulûtion yuf cré€ ta ^m^ « c'eU 
U d^sir de t'UUutrrr qui crée ta tûtmu. 

Mon cher philosophe, ne dîtes pas cela; mats <Ut@ que ce 
«uni 1c!» Ciuses qui les font i^are, pt prrsoriDe ne vwis con- 
tredira. 

LVmulalîoii ei le désir ne mènent pa^v le génie où îl n'est pas. 

Il y a milli- riifKtw qui' jt? trouve tdlrmrtnt nii^i:«tua de mm 
fortes, que rr-K[iéranre tWay trArie, te d^îr m^jiie de saiivr-r 
ma vie ne me le.« Teraîent pas tenter; et c^e que je dis daaa ce 
moment, il n'y a pn» un seul înMaiit de moo eitstencc où je oe 
l'aie senti et penaé. 

CHAI-tTRK VII. 



Page 32. — Le kauird a ta pt*i^ grar\de pari J ta forvtaiiOK 
eu ctiratl/rt. 

Hiiis â'troi» ans un enfant est aoam(»5. triale ou gmit vif 
ou lent; têtu, impatient, colère, etc.i ctdaiL-^ le reste de sa vu. 
le basard se préscult^rait su» cessa avec une fourcbe. qu'il 
rtpooaserait U natun; sans la t^loiner : JVafvrom r^j^ta» 
fitreé, tamoi Mque rvcurret. 

Page Î3. " Leé caraa^rrs te/ j>tui trvntkés mnl ^tietqurfois 
Uprodmt d^me infinité de priUt accidtMi, 

C'est une p'ande erreur que de prendre ta conduite d'un 
bominc, mime sa conduite li&biluelte, pour son caractère. 

On e>^t naturellement làcbe, on a le ton <^i le maintien d'un 
booune tkravet mai:; est-on brave pour cela? 

On est naturelfejnent colère, mais la circonstance, la bi«ft. 
sAance de I état, l'intérêt commandent U patienœ* on «e coo- 
tieoii eat-oa patient pour c«la7 



iNTiTiU i;homme. 



28S 



tères DsturcU. 

Inwrrogei Iç mMecin, ei Î1 vous dira qtiç te camcl^rr qu'un 
a nV'st p»s lo^jouis ctîltii qu'on mwiirt^, i-i que le pTeinier «i 
le praduîl de 1b fîbra riide au molle, du saiig doux ou brûlant, 
de la Ivmphe (épaisse ou fluide, cIf la bili^ Arn* ou kavouii«!Uhi-, 
el dfï IVUit fliTi |inriit-s(lL]n'-*4C)jj f1iiidt-K di- m>lr« iiiadiïiie. Voire 
enfvit BAi-kl volupliietii? Fnii^-s-le chaîner loui le jour, i.*t faîtes 
lui hoîrr Ir KoJr une di.^.octjon *k* m'-ruphar; œla vaudra mii^ax 
qu'un diapilTe dr. Si-n^ut?. 

Uclv^tîus a dit plus li&til : Si forfarusation noiu fait 
pre»qvi€ fn entier <c jiw nous êommts^ à quei titre reprocha 
4U ntattre lu âttipidîté de son élh/r? 

Lorsqu'il prouoikce ici que le hasard b la plus grande pin 
À la fcntiation du carvclère, ne voit-i] pa.H qu'on peut lui r^ïlor- 
qtjcr son raisonnement oi lui dire ; n Si le hasard & la plus 
graiidv pari à la fonnition <le Kotrc caractère, i quel titre repro- 
cher au maïtTQ la m^hanceti^ de soo élève? o 

Se proposer de montrer l'éducalion coii>mc l'unique diff^ 
renée d€fi eeprilti, la flcuk baae du ç<^oie, du taJ\^ni et des 
vertus ; enauiiQ abindonner au hasard le succès de Vôducaûon 
cl la fonuation du caract&rc : il me sembli? que c"e*it réduire 
tout à rien, et faire en m6me lempît la ft&tire el l'apologie dea 
ÎDsdtulmrs. 

CHAPITAE Vlll, 

Doiui«x-n:o) la m^re de VaucanaoQ*, vt jQ n'en ferai pai 
davantage le Hùteur aulomale. Envoyei-moi en eiil, ou eafer- 
aaesHitoi dit ans k la iiaKtilk, et J€ n'cii suriirai pwi Ir Paradie 
prrdw* à U main. Tirei^mol de la boudqae d'un mai-cliand de 



1. ■ PihKprvu'fr ipiniiiF' ft riirrai VnvviMn- An itAmm mAmviiUitndbt» 

r^pakUr-^. CcpeaiUnt, oitnatt lUna VHtt do dtevuvr^DHsnt» tl n^at point ds âoa- 
•adm tadUBÊnairth la Ji<unit VnurïftMUi, ItJuiUti fippé du niotiiDiuAnt laujnon 

1 ■ Oo b^Mfd de la iBAma MpkA allacu la ««nU <lo MUNa. > P< rfPf «i 



L 



nu HÉFUTATJQN D£ L'OUVRAGE D'IIELVÉTIUS 



i 




lftinc\ enhUei-raoi dan'A un<- troupe de cootédiefis, et je ac 
compwH.-rtiî ni liamtHj aï U Kiny Lt4ir^ ni U Tarlvffe, ni Us 
Prrnmn uivanin. cl mon gwifJ-p^rr «v« son /rfd* ^ Diat 
n'âim dit qu'une sotûât^*. J'ai t^(*^ plaa «moureui queCo^»eillc^ 
j'ai fmit ausi&i d«6 Ters pour cclU-^ que faînuis: mais je n'ai laii 
m U Cidy ni Hodù^uw. Oui, monteur Hi'iTétias on voMnobjec^ 
tfTi que de pareiU hasards ne pnoduiseni dd parais dieu que 
sur dcR tiamm^ orfiniste d'une ccrt«i(w manière, et vous ne 
répondrei rien qui vtille k cette objection. 

Il en est de ces hasards comme de réiinc^fle qui enflanme 
un tonneau d*cspni-de-Tiit, ou qui «'éteint dan* an baquet 
d'eau. 

pMge 36. — L£ çénif w prvt étrr ^ U produit tfune aîsm- 
iton f&rrr... {^l pagi^ 57) fj' ^inie f$i u$i produit (U kmards. 

On convîemùa que voilà d'éiraiig«s a^fteriJODs. Je me rOD- 
IptrnÎM li^ iloigW jiisqii'ftTi sang qu^ \t^ g^nte ne m^ TJ^ndnîl 
pas. J'ai bt^Mi re^^r à t»us Ii^k hauurUh ItiïureiJx «]u> poa 
me Ir rionner, je n'en devine aucun. 

Mais arrjordons à Tauttrur qu'avtr, unr altenlîon forte ei cS^ 
centrée dans un HtiiE objet Tmporlaul. un aaiiirrrn ilu giVnii^ _ 
Vous verrez que, de quelque oiaDÎfere qu*nn fuâi orgaubtt^, on ftU f 
matire de s'appHquisr fortenifriit! U ] a lîi^ homme^i, et c'est le 
gnuul nooilve, incapables d'aucune longue et rioleote cont«o- 
tion d'esprit. Ils sont tonte leur vie ce qur NewioR« I^ethniu, 
Delvt-lîu?» étaient quelquefois» Qtip faire de ces gen»-l&T Des 
commi,<t. 

?a^ îbid. — La seule diâpoêifton qu'en nttii*ard Ihamme 

1. ■ Si Sliftkotp«re T4t, «mima ni H'v, toqjannitri nuKhkAd dff U1q«« ri m 
uiBiitEÛH caudolu RO'^'nQt fur^<^ ik timlLr-r tvn oHmiJcnc ci i« iitutUks, %Vl «la 
mt ;iajm tmodAàawlibimlai, n'eût pcdnf mM 4ci durni duu la faat diu lart« 
aMi point ^ rtdiiÉI t «t 4i)vi*? i Ijindrra. \ l'^yan^v aui ««« ma^ Ai 
ooBdiflafi^ «t qnVnHn, mnuj^ <)*Oti« un *cwur (Bédi«Tt^ n m m An piA llk 
MMvri rJnvwi«« SbiiM^ou^ n'eftt J«afeb été k ««lébrc S fci l BWpo n . • P« 
TBomm». 

S- • L^ p*ftd-pA» dfi Woli^po felnuit ta /ninhlk^, il jr dirflftlt 
Bb. La J«uoc Loramo «ivAil do» l« diwfiiiioni 1^ p^re tWi ■ prw ^ai^ 
aa tolère »l Pod ««.-ai bin d« tAn Ati un cOmOclita. ^àt à ihn», rép«Bd l« 
phv, «>'rlAUi3utj| tonarinroa* ftiHiroM,' Or jnuEfr«M»c le |aM Mittini 
pmd lin d«^i *on mtflkr, t1 1a Fnncc de»! kda pliu frittl 

S. • CanioUko wiuu, il Uii 4«* rcn pour ■« DB<JlraM, 4*fkM 9*91», 
MéUif, imii Céniu, it<\jrip4Mi, c^ic. * fia r/lpfiijiiH. 



IKTITCLâ L*HOIIHE. 



n$ 



apporté à lé êcitACf Ht la faadté de ecmparer tt de «wn- 

Soit. M&ÎA cette faculté esi-«li« la même dto» loue lee indî- 
TUiur Si t\\^ M viritblv d'un enfani ou d'un hoinme à ud 
«Utre, esi-il loueurs possible d'^n reparer le dëUiiir S'il arriva 
qœ cette îDég&lîté se compmtw À U longue, ce no peut ètra 
qsa par l'axercka, le irivail et des fr^ qui reurdeni d'autant 
lea progrès dans la caniûrQ. L'un de ces coanikr^ aura atteiat 
le but aiTÂDt que l'aulre ail M\é ses mu«cle& mlleiiblt^ ei «e« 
Jambeï rald«a. Entre ces derniers, combien gan1en>nc toujours 
une allure lourde t^ipotiuitrl 

Page Î7. — £»n'-miftmT ceprndunt (RouMM^aii) ai un rxrm^c 
AipCH^r du ha»ard,.. Quti accid^nl parfînttirr if fit eturer 
déMt la earrîére de CHoqumrt? CrM son grrrrj ^ Je ti(f}\orr. 

Ifoi, je le Aaifl et je vabi le dire. I/.A(^<^inie iJt; Dijon |irf^ 
po&a pour sujet de pm : ^i kê êcitnctA étaient plta nuisièUâ 
qu'vtUtM à la êociM. J'étai» alors au cïiiieau dtî \ ini:4Tnike«, 
Rousseau vînt m*y voir, et par occasion me coosulicr sur la 
parti qu'à prendrait dans cette queslioR. «Il n'y apasÀbalancer* 
lui dia-je, tous prendrez le parti que personne ne prendra* 
— Vousavex raiaon, « me répondii-ilï et il travailla eo cona^ 
^eiKO. 

Je laisse là Bomaeau, jt revient à Belvètius et je lai dia : Go 
A'cat plua moi qui suis à Vinceihoea, c'e^t le citoyen de Genève. 
J^arrirc. La question qu'il me lit, c'est moi qui la lui fais ^ il on 
répond comme je lui n5pondis. £t vous cro)-ca que j'aurais paasé 
trois ou quatre mois A Player de Aûphismea un mauvatA para- 
doxe; que j'auimis donD<^ à ces sophismes-là toute ïa eoulour 
quM leur donna; et qu'enftuite je me tterai» fait un système 
philosophique de ce qui n'avait été d abord qu'im jeu d'esprill 
Cndat JtuUBUi Ap^ln, nûn ego. 

BOcisaeau Ût ce qu'il devait faire» parce qu'il était lui. Je 
n'aurais rien fait, ou J'aurais fait tout autre cbo», parce que 
j 'aurais ^16 moi. 

Et lorwjue Helv^tius finit le paragraptie do Rousseau par ces 
mots : MwsscaUj tiinsi tfuuAf infinité d'hcntmrt illustra^ pna 
dçnc Hr€ regardé comme un df$ rhrft-tttruxrt dtt kaiard,.. je 
demande si cela peut avoir d'autre sens que le suivant : c'était 
un baril de pourJre i canon ou d*or fulmieant qui serait peut- 



2S6 REt'UTATIÛN DE- L*OUVaAQ£ D'BELVËTIUS 



êm re^uv luum «Kpl<HM>ii sens }'6rtiicetle qoî partit de Dijon 
ei qui IVjiflvniii«T 

Prèlcnilrr avpr rautenr que ce fut IViinceUa qol fit b poU'ire 
à canon oit Vov fulfmn>intt<«U acserait ni pit» ni moâns i^unle 
i|ur (le prétendre que c« fut lor fuleninani mi b poodre àcsnon 
quifitrédnc^Ue. 

Roufiwnu Ei*eât non plu» nn dief-iff^uvre du bt&ird, qud 
k haA&nl ne fut ud chcMWuvre d^ Rouaaeau. 

Si V impertinente question de Dijon n'antt pas clé proposée, 
Rousv^Ati en aurail-il été moins capable de faire non discoura? 

On 3ut que Dcmofithtni: ùlait éloquent quand il eut parlé; 
mus il l>Uif aruit que d'avoir ouvert la bouche. 

Il y a d(» milliers do sièelcs que la rosée du câel tombe sa 
des rochcnt i^jï le^ rendre féconds, tes lerreG eneemeocées 
l'attendent pour produire, mais ce n'eat pas elle qui les eosc- 
mencera. 

Combien ti'homme» «ont inoris, et combien d'autres 
rom san» avoir montré C6 qu'Us étaient! Je te« com 
TOlonticrx k tUi Hiiperbejï tablexux cacbés du» une galerie 
obecure où le soleil n entrera Jamais, et où ils tont desiiiMai 
pArîr sans avoir été ni vus ni admirés. 

Soyoni» circoimpt'cUi daii» notre mépris; il pourrait ai 
tomber «or un bomme qui vaut mîeuc que umtB- 

Ce que je ppn^^ de ce« petits hasards aaïqtiela I1el«etlu> 
attribue Is fomutiim tVuti |^4nd biunme, je le penserais rolon- 
lierx de ces autres petits hasards auxquels i>n attribue tout 
aiLPwi ^^luitf'mrni la desttructioii de» grniid,<( empires. 

Les empires mdtrissent el se pourrissent à b loogoè caniiR 
les fruits. Dans cet état, l'événenaent le plt;s frivolf* amène la 
dissolution de Tempire. et b neoouftse la p]u5 l^re la thuk h 
fruit; mais et la cbutc ci la dissolution avaient été préparées par 
unelongue suite d'événemenia. Un moment plus i&rd. et l'ecopm 
so serait dissous el le fruit tteratt tombé de Itii-niéme. 

Veut-on une comparaison plus juste encoreï Un bomioeail 
sain Cl vi^ureux en apparence. H lui survient un patit bosM 
à la cuisse; co petit boulon est accompagne d'une démanpi^ 
son légère : il se frotte, voilà le petit boulon écorclké, et Tecvr- 
chure, qui n'a pas le dianifftn) d'uM Ugoa, le oencrt d'sN 
gangrène dont ks progrOs rapides foat tomber en poumlunlt 



ÏS QHKir^ 

ipsmaisa 
- galerie^ 
KSiJiMai- 

ibémaM 



INTITULÉ LHOHHE. 



m 



h âllsse ti U JAmbc H la macliinr eiilifn?, ï.<i-cc l'iVordiurt 
légère* €8t-cc 1c petit boutoo ou rimempcrv)» uintinue de cet 
bonunc que je irgârderd comtnt Id ri^ritablc cause de sa mtiriT 

P»ge 28. — Fma-il, pour dèfctuir^ son opinion^ soutenir que 
thotnmf ûtiolMtttent bntU^ fkomtnc s^•ms art, cor» industrie et 
infén'nir à t^ut sauva^r ronnu^ mt rrpcndant H plm terttuux 
étpim hntmtr fur te diotfrn polif^ de Londres €t dAnuter- 
éamT MausMeau te toutimi. 

Je trouve que Jean-Jncque^ a bien faibtcm<Tr>t alTaqu^ IVtat 
lodâl. Qa'«8^^e que l'étal social? C'est un fiacie qui rapproche, 
mhel arcboute les um ccmire 1^ auln?â une mutiîiude d'étrea 
tupanviPi \tQk^~ Celui qui méditera profoadt'-moni fa nniure de 
Tétai sauvage ^i celle deTét^t policé, seconvaîncra tnieni^lque 
le premier est m^ce^atrr nient un état d'innocenciî <^l de paii, 
et l'autre un ém de guerre Et de criine: bieni&t ïl s'avouera 
qu'il w œminin eLt|u'il doit ^n mminpitrv plus dp scélerstesses 
de loiHe e&pèce« ea un Jour, dairh uue deA iroût gmiid^ capî- 
laleii dr l'Europe qu'il ne î>'cn comnii^t el qu'il ne «eu peut 
conunettn- «n un KÎ^rJtr daivt Ci>ute!« les bordes Kauiagpic de la 
terrc^ Donc IVlal s^iuva^eest préfcruMc k l'éiat pulké. Jt^ teitie. 
Il ne suffît pas de m'avoir d^moulré qu'iJ y a pitia de r,nma>i, 
il CatidrBÎt i-ticorc me tkmonirer qu'il y a moîn» Ar. Uinbeur. 

p 

^^ Page 56. — La reiigicn paiennt n*c point de d^çnttt, 
\ Celft eat-il bien vrai? Leâ dieux avaient chacun leur hia- 
' loÂre. Quel nom donner & celte tii^toire? Ou appelait impie, oa 
pcrsâOJtait, on condamnait k moH c^lui qai rcjelAÎt en doute 
' ka (alaniehcfi de ViSnuK ou qui »e moquait de» amours de Jupi- 
ter. Un eumolpide n*^iail guère moinK intol^nn; qu'un Tîcairc 
de paroâne. 

Lm fêtfi du paganitmt étaient rarct. 
Vous o'avet pa« consulté U-dessus les Fawtes d'Ovide. Je 
mkB qu*ila lea avaieni plus fréqueniea, maïs peul-£tre moin» 
rjgoareu»ement obKi^rwVji que \i> nôtre«. 

Page ^8. — It eu faciU dt cAmt^rr les opinioni reii^evH* 
d'tm peuples 



OHAPITHE IX. 




ses RÈFUTATrON DR L'OUVRAGF. D'HKLVÉTIUS 



Je n'en croie ricii. Kn gi^nf rtl, oi^ ^^ ^^t coqimcat on pr£- 
ji^ s'ètablii, et moiu» encore commeni il cee&e chei ua peuple. 
Dmuo. le roj ferait pendre un de t^o^ frères pour ud chme, 
que \t supplice n'en «crui p» iiioîi:^ df^honoraiit pvmi no<j«; 
ftprès-demdD, il fer&il «sidoîr i u (ible k père d'on p^du, 
que les Tilles de rc père ne tmuvrrftimi ptis iks ^poux, même 
parmi 1i-h roiinisuift. S'it eut si diITtak dn délruirr- d«^ (fffretin 
qui tk'iint pour ell^a que leur gl^lkl>ralîté et leur v^lusié» œn^ 
mcnl vieni-on à boul de cdlrs qui sont ftUSKÏ gi^n^Tiïes» «utai 
vtej|]e>ïeip]uH iira»npa||:Qée« de Lerreurt, Appuyées de UtMOâce 
des dieux, auc^^â avcc le lait et pr6c)iè«s par den boucha 
rcspccti^ca et ^tipcndiécd 4 cet e0etT Je ne coonaù qu'un wul 
et unique moyen de i-eii\erBCr un culte, c'est d'en rendra 
les minisircs in6pn»4blcâ par leurs vices cl par leur ÎikS- 
Kçnce. [ L«s philosopha» odI beau s'occuper i dàôontrcr l'abcur- 
dit4> du chri^anisme, c«cte religion ne &era perdue que quand 
OD vriTu A U \wrià de Notre-Dame ou de Suiiv^uipicc dos guen 
en aoulAue déguenillée offrir la messe, rabcoluiion et lac 
aacremeub; au rsb^it», vt que quiiiid ou pourra demander daa 
TtlleH à etv jgrAt]mst-\k. C/mt nlon qu'mi père un peu seosa 
menarerBÎi son Dis de lui mrdre le œu, s'il roulait être prêtre. 
S'il fuit que le r-lirisiijAiiiHtnf* s'alNilÎMe, c'uat comme le pan* 
nuHine ces^: ift]' le paganisme ne ceawi que quand on rii I«k 
prètrefl de Serais dem&nder l'numAne aux paaaaDtH, k IVntm 
île leuni superl>frft i^lificn, que quand ils %c la^lèreni d'intriguer 
mmoureuse^, el que les ftunctudres fiatnî occuprâ par de 
vieilles qui avaient à cdté d>licâ une olc fatidique, et qui «'of- 
fraient i dire aux jeunea garçons et aux jeunes ûllcs leur bonne 
aTCnlurc pour un *iou ou deux liarda de notre monnaie*. Quel 
est donc le moment qu'il faudrait h^tcff Celui où ks babirucade 
Saint'lloch diront à nos neveux : a Qui veut une mesaef Qui en 
veut une pour un sou» pour deut bouk, pour un lianlT >et qu'on 
lira ftu-d'ïssuft de leurs conr«asionnaui comme à la porte te 
lurbiers i Céani on at^oai tU tt^uiaêOrtfs de^rimnàjmtt prit^ 



i 



I 



na\% la p4riif «otre erocbvu fui nuppriia^ dui litliliaB arkn Je cw JMncnw. 
k bkÊCt^w^ d'ici vA>f(Uio|iA« d «■ rof , (4*ïa «pIflvMl IftéOiia, 



INTLTULf: VnOMHE. 



269 



La KuhAtiliiliuti lit- in fli^se Renommée' à la sainte Vierge 
cfil une diitnère qui ne se réAlLserait pAs ibiis mille uns. 

Lft nhinlon du litrr de Summut Ponrîfejr et é'Imperfftor 
ne me paraît pa.t ^an?t conK^ncriCf^ firh^UArV 

Ce acrajt un grand mM qu'un méfl^^dii fâlpréir^i; c'vn 3«nit 
pevMtre im bien pluj) grand qu'un prAtre fùi roi. 

Je baia lous les oiota du Seigneur sous quelque Utr« que 
ccaoït. 

£e pjVfTf (diiGS-vousl f^tf toujourM m lui tubordùrmi 

D'où savci-voua cclaT Pouvoir »*&urori8Cr du nom do Dieu 
pour foire le maU ceU cîEt bien commode, 

Tffiiï. monsieur HcK^tîua, c'e^l que Dieu est une mauvaise 
nwclime tloul on av peut nen fair^ f(ui vaille; c'est que ralliag^ 
du inenâoni^ et de U v^l^ mi toujours vicieux, et quM ce 
faut ni prAir^. ni Hîeux. 

I*age 5», — Çh^ ït nmgùtrat »oit revêtu de la puùtance 
tempartiU et fU ta pv^Ustiner tpiritutUe^ ft toule^ conrradiettcn 
entrf l« précrpfrn rrltgîfitr et ie$ prérrpies patriotiquft dispû- 
raitru. 

Oui, Ai le magistral eat toujours un homme de bien. Malf 
si c'est un fripon, r^mme c'c«t k- ra^ ordiuAire, il nVn «en 
ijue c^t foU p1ui( puiiuLjitil ec plu» daugereuv. 

Vauieur termine le rhspjii'e \V par relta conrTusion inlré- 
picU; ; qur. CitiégnUté appnrfitttt ntSrf Crsprit dnt diven Homma 
nt peal ftrr rr^urdit cornme une preuve de leur- tné^k apti- 
tude à e» tivoir^ 

Il me semble que tout inreciéfl den' mêmes préjuj|:és et aou- 
mU à U niAmtr iiijiuvjÛh^ riiluciilion, ni ron aperçoit de l'inégalité 
«ittre lefi esprits cV^t A Tinôgalc aptiltide à en avoir qu'il faut 
la rapporter* 

r^- OlL — Ici TiiMleur me parait tourmentfS de queïquc 
scrupule. QueUe que eoit rédiuation naiiortate^ pn ne fera ptw 
^dîl-it) des gens de s^nie de tcîu les citoyens. 



I. • CUfuo ht)iu»it «lant if b4rdc* Ion dintrilutiiiif* da 11 glclR si \vm pr«u« 
4tu lanipji] d« U RtiuuinKSp^ , Qm clira un |Kupla k nlHn toit fàti^t, «tfa 
«obnitiun U rphgkm dt U RfluunniAii à UMito anire, * t>t r/FoniM- 



tt. 



U 



i9D RÉHUTATIOH DE L'OUVRAGE D'HELVÉTIOS 



Jfi lt^ çroU. Pour des f^ns deetphl ol de acna, il noua 
promet uni qu'il noue plaîr«. Cela eâl bien cootrvr« i la na 
de rhomme. à la nature de Iii»oci0l6 et X l'expOncace tle to 
ke sièdes. Ehl philosophe, moo miî, cbes ces Grecs, cbes ces 
Romaiiii; fient vous fbiic« tant âe cas, oo compto par eee doigtt 
le& hommes de génie, et les sots et les fous y foJ90ivièr«at 
auULil que parrui nous. C'est qu'il e&t dans l'ordre <^tem«] qu« 
Itf! inoiisitre sippelé homme <le ^nie ^îi toujours îufuiinieiu 
r%re, et que riiomme d'espril et de sens ne soi t Jamais comingit. 

OuH livr« que celui crHHvï^tiai;. %'i\ cùl ^(^ rfrcrit an irm 
et ilaij^ ia lauf^ue de MoiiUÏ^rie! fl svrak milaiit au-<l««a' 
des Effais qur Ir^ tM^ÎA ^oiit au-dcssu» d? [oui le» mo 
i|UÎ ont paru depui^. 

Je ne aaia quel cas IMvl^ijua raÎMiît da Montaigne cl a la 
lecture lui eu était bien familière, mab il y a beaucoup dr 
rappon entre leur manière <le voir et de dire, Mont&igne est 
cynique, llch Otius Vt^i auuï ; il» ont Tun et l'autre Ica pédtnb 
en horreur ; la âcicnce <le^ mceurd eât pour touâ deux la aci 
par cxccllencci ils accordcuc beaucoup aux droonstaïKfs et 
iia.<4ard^; ils ont do rinuiginatioii, beaucoup de familiahU 
le Hlyk\ do la hardie^o et de la Mngulahlé dans l'expreasion? 
de^ m^iaphofc« qui leur eonc propres. 0olv6tiua au temps de 
MonLatgn^s en aurait <<!U à [h^m j>r^.4 le Myto, et MoniAi^e a 
teni|M d'Uelvatud aurait à peu près M'il comme Iul; c'e^ 
dire qu'il eût eu moins dViiergit; et plus de correction* 
d originallt-}! et plus de métliode. 




■«■lia 



NUTtSS. 

Paf>f! d3. — Vous, mon ami Naigoon, qui avct si btea i^^ 
le Russe cndianukùic Ciemi^cw, ]ii.mv avoir préféra loa iagiais 
tui Kran^Aijï, je %ous dénonce cl recomniande le m* 9 decAir 
pa^: surtout n oublies pae que c^ki qui suppoGC aut pfiilo- 
aophc& français rc-sj>rit gi^éral de la nation, ne connaît m te''^ 
ouvrogcani leurn per8onnes\ 

^moïc dcrii3clii?rtr qufiltfs Pnqçsilt éumm in^àrimr* &ut Ai^t^hn. pane^* 
|«iir 'MK p>M imrtnix àtt t'aecMfttt Cm t tfoU uali objcu 4icnn dr. liÉntB ■ ^ 



INTITULÉ UHOMMK, 



SOI 



Pa^iU', — Pourquoi* malgré le choix à&i sujets et le 
meilleur emploi de leont ulrnUt, 1& ,40ciétË de l^HUS n-t^lle 
produit si p^u de grands hommes? Helv6tius en donne plu- 
SÎMITS bonne? rat!«on:«; mai^ \h principnlc, qu'il ■ ooiiw, e'cBt 
qv'ilA ôUîenl r&peiJs»^i.H« Opuisr:.^, al^rutlâ pftr dûuie a'RDé«a de 
|H^<c«pli>r«C r ils employaient L rnmper avec dvs cnfuala, le temps 
propre A étea<Jr<] les oiJc» du ^<^me. 

Pflgc i>Vrf, * — On fait de bons Savoyards tant qu'on veuli 
pour tie granjis g^;nériux, de grands ministnïs, de grand» ma- 
^iratft, c'«8t &utrQ choae. Quelque ^tupide qu'on Boit, on sdl 
bieniOt ramonor une <:heminéeï on n'&pprend pas tout aussi 
lacileDHBt à purg<T une KOciaé de «on luxe* <le ses préjugés* 
d^ ees vices et de ses mauvaises lot». Helvétius fait H^cbe de 
loui boU, 

rage 05', -— j£ ne stis «i le génie »e décèle dès Tenfance; 
poar le caractJfTB, il n'e«i pas p<?miJs d'en douter. CependaDI 
Helv^lfu-*! attribue indlsiinctemenl la cn^aiion de Tnn ei de 
Tautre à Vedncatîon et au hasard, 4 Teiduaion de la nature et 
dr rnrgniTÎHnlînn. 

Je peii«i^ qu'un eiirani onlraiTnt^ ver« une Hrii^nci' ou vers un 
an par un penchant ïrr^jfitible qui «e dvcèle dèa wyi^ enfance, 
ne sera prut->^trr que niLVlIfKir: tnaîsje ne doute point qu'ap- 
pliqué àlonUi autre cho!«e. îl ne filt nianvaJzt. 

Page tM*, — Que tVhomntei de gdiùt l'on-doit â tUi acel- 
écni* ! 

I.e& hommes de gf^iîe * sont, ce me semble, bienl6t fompt^, 
et les «ccidema stériles sont innombrables» C'est que le» acd- 
denta ne produisent rien, pas plus que la piocbe du manoeuvre 
q«i fouille leA minoA de Golconde ne pi'oduit le di&manl qu'elle 
en fait sortir. 

Qui que tu sols, homme de g^nie ou atupide, homme de 
iMen ou mi^hant, renfonce-loi le plus av&nl que tu pminrns 
dtos l'histoire de ta vie, et tu rcirouvcrus loujcura k l^origme 
dee ^éiiemenLs qui t'ont mené soit au bonbcur, soit au miilhcur» 



I. ti*jW dit éhi^itrt vu. 

3, HfUt lin dupltn iuIé 
t. Kota 4ii fiiapitr» tin. 
y Pcnfnpha eiiA p«rl<CiiB«M< 



Itt RtFUTAIIÛN DE LOUVRAGi: D'UëUÉTIUS 



••il à rilluatratioD , son h l'obscuni^, qudque circonstance frivole 
à laquelle tu rBppurtrrw luulr tu ck?ttiu^-. Hù^ mjI, iw» bii 
tuur^ qu'ahatrai^iioii ftîte de cettâ fiute dreoiutuiica, m 
arrivé bu oiépris par uu aulrechemîc. Haïs nit^rlianc. ne doiiic 
|»s qn'nlNdrfeciiaiJ futj^ de cet înridtîul quK itj rhargi» d'imprv>* 
caiioijpk, tu ne (asses loitibé Jan6 te malheur de quelque autfc 
iAié. Mat» homme de génie, tu t'îgnorcs, si tu pense» que c'eai^ 
OchaMrd qui l'a fait; tout m>» ui^riieealde lavoir prcKlutt : il^ 
a lire le rideau qiû te dérobait, à toî-mdEDe et aujc aulrca, le 
dieT-J'ŒUvre de la oaturc. IJ ne manque au génie tt à la stottiae, 
au vice et a la vertu, que le temps pour obtenir leur réniable 
diance. L'bonndic homme, l'habiJc homme peut mourir trop 
W; pour rimhécite et le méchanl, ils mearent toujours U 
temps. 

Page 67'. — J6ao-JacquG9i est (dietncnt né pour le sophi^mci 
que U dofcnse de la vérité s'évanouit entre !tea main» ; on dirait 
que sa conviction étouflc ecn tajcni. Propo^cz-Iui deui 
donl l'un péremptoire, main dutiKtique, «enieiideuK ot 
l'autre prêche, roaîa propre À mettre ea jeu bou ùnapaaiion 
et la vétre« à fournir diï?» imagf» intL-n.i;saiil«« et fortes » des 
T&ouvemi'nlx violent», deft tableaux pbihti^Uqueft, tics e^tmaions 
Hgurées, à étanncr l'esprit, i emottvmr le o«ur, i a(Hilev«r le 
flot dm passions ; r'ent à ovUii-ci quM s'arrêtera... ie te saî'^ par 
lexpi^icDce- Il se soucie bieii plui d'être il'Joqu^ni que vtai, 
disert que démoOHiratîf, brillant que Icgicieit, de voua éblouir 
que de vou« «ictaircr. Quelque t^tggL- qu'Elelv^lius va faaae, U n« fl 
croyait pa« qu'uji ^ul de %&* ouyrnf^ allât à lapoatArîié; e'esr " 
ainaï qu'if sen eipliquail avec muî, luaïa & X'oiiL baave; il crai- 
gnait \vs qu^Mrlfn Uuérairi?t, et il avait raison* 

Pagti 4Û ^. ^» Cet ^loge den paii?iioii\ fj.i vrai ; niaia coauBeot 
ne îi'aperçoil-on pas, en le faisant, qu'on. forge dea armetcOViira 
soiî t'éducation ou le» hasanb rcndrom-îU paa&biuié* Im 
bouimea n^ fraid&T Lea p^^kHions ne wirtl-till» jtaH dfts elleU do 
tempérament, et lalempêrameatcsl-JI auue cïioxe qu'un r^ulLat 
de l'organisation T Vouit aurei beau précbvf celui qui ne aeii 
paa, vous souflle/ sur dea cbarboiu éieiata ; a'il y a «ne éCÎKcflf 

l. Nou dii ih»plu* Tni. • HoUMiMdaa» m* tnmaH <«'* lM4«vtifm»flUi 

%. ftwe du cbtpim a. 



( 



TNTITULÉ L'HOMME. 



SDB 



voire souffle pourra «usciler de la flAinine, mais 11 faut que la 
pnnilèfe énncelle y scît. 

En vérité toute ciîtte sublime extravagiiie^ d'Helvétius aurait 
foumî uni* «rici'llenie ^éne k Molière, le |>«ndanl de r«-lk du 
PyrHiotiieii ' : q S&ns passion, palnide besoins, point de Jésini: 
lauvi bpKoinH ri Kan^ désirs, [loliit (V esprit, point dp rainon: n 
c'rM Rrh'i^iiun t\»\ l<î dit. Mnis qu'jl "inJ^ apprejirie donc 
comme l'éducaiton on de» acridenla pourroiil crôer une paA^ton 
rraic dans ccloi à qui la riAiurv l'a reFuï^r. J'ainirrAis autant 
aaauiCT ijuW mspîrem la fui-eïir dfA teiuiut^h uit eunuque : et 
combien d')iomiUc& que la nature a chÂtl'i^I Ira uns manquent 
de testicules pour nn^ chonr, d'autrrJi ni niaiiquent pour une 
autre. Il Caut que chao*'* ^accouple avec h HufiC qui lui con- 
TJeDl, la seule atec laqudleil «c seul et se retrouve; il est nul 
ou n'a qti'nne TauMe érection avec les autres : elles en iraient 
mal car«3âccs. 

A l'entendre, on uirait qu'on n'a qu'à vouloir pour être. Que 
cela n'cât-il vraii 

Page 72' — Les femmet diraient concevoir tant de vènénk- 
ti&n pour Ictir beûulé 9t Utirs fsn^rttrtj qu'elle* erutsent n'en 
devoir faire part qu'aux homme* drjù dittitt^uH par lew 
féniêf Uur courage et leur probité. 

Idée plaionique» vîâion contraire à la nature. Il faut qu'elles 
c^furonncnt un vieux héros, mat8 ii faut qu'cllea couchent avec 
un Jeune homme. La gloire et le plaisir sont dcui choses fort 
diver?^. 

Pur et motfen Intrs fa^uri détiendraient un cneoarajfC- 
mtni ûHX tatenU et ^hx vertutK — D'accord; mai» la propaga- 
tion de Tespèce, que deviendrait-elle T 

Too(«« les fob qu'on invente un moyen de s'honorer, m œ 
■lOyen est contraire à la nature, il arrive toujours qu'en n'a 
réOlti qu'à étendre la voie du d^honneur. 

Voutez-vouft avoir bien des femmes déshonoréesT honore! 
celles qui se jetteronP enr le bûcher de Icutb maris. N'en avcit- 



I. HuyboAuih dao« ta Mohao» f^rré,}» ^oohi» thTraailio^iién Pattao'^H 



% ltv«* ta ^apîtrc i. 

a. L« ftii du dUpitre > été di«f par Ktlcwn. 




I 



I0£i REPUTATION DE L*OtJ\RAGR D'HELVÉTIDS 

vous pas encoTt B&sezl allacbcz leur honneur à la thtstclé. Bn 
voulci-vou» davonUgcT sncrilici ïcur |)fiicbat)t h runbiûcn, à 
U fortune et à toute» ces vaDjiéa éir&n^r^e h l'orgaDe 66ii>el« Â 
E|ui vou« impirexv2 jftinus d'»utnî ineiinclr^uflesiep. U «son 
objet comme r<ei],fTtlâl4^tsJAteurquicoiKlajtinermU, aoufl peint 
d'ignominie. Lceil à ne re^der que c«nuDfi àbjeu împcrUntSi 
serait fou. 

Queltfue avantage qu'on imagine à priver les ftnoMa de li. 
propriété âjQ Ivur corpi. pour en faire uii elfet public, c'est une 
^pfH'« tiu tyrannie doux Tidée me révolte, une maiii>>n* raflïnée 
dVcrolire leur servitude qui n'est di?jà qw trop grande. 
QiiVllc-K puisiifTil fliri^ A t^n fApilnitif? , h un ma^trai, i r[iidqti« 
autri; citoyen illustre que ce agU : u Oui, tous éies un ^aot) 
hojnmc, main vou^n'AtcspaAinon fait. Lu patrie vous doit desbon- 
oeurs rnAJN qii'ellr* n« x'af^qititte pas k mf^ dépens. Ji^ suis 
libre, diics-vous, cl par le sacrifice de mon goût cl de mes sens 
vouft m'as»ujrtti»e2 i la fonclion la ptus viJe de la dernière de« 
esclaves. ^OlLS avonA desi averiion^ qui noii^ Hont [vopreit ei que 
VOUA ne cûnDfti&&e£ ni ne pouvez connaître, Sou& sommes au 
supplice, nou5, dans de:» inManU qui auraient k pdne l<* plus 
léger (It^^ai{reni''nt pour vou^. Vûuh dûipoeez de vos octanes M 
comme il vou» plaît, If^ nûtre^ moins indulgents ik sont pas ™ 
mime toujours d" accord avec noire caur, ils ont qutlqucTob 
leur choix scparû. Ne voulc2-vous tenir entre vos brea qu'tine 
femme rfue vou^ aimcf, ou votre bonheur caûgo-l-il que vous en 
%OYOT. uimi7 Vous sulitt-il d'<}tre heureux, et oeHex-vous anci 
peu délicat pour négliger lebonheurd'uncauirerQuoi.pvcequc ■ 
voua QVfli massacré les ennemie de l'État, it faut <p»e nous nous 
déababïllions en votre prijâtence, que votre ceil curieux panioure , 
nos charmes, et que nous nous associions aux victimes, aux ta:u-' ■ 
reaux, aux ^'rii)i>-4'« fJnnt k i^ang tcjndra lo^ autels <lnt dieux, en 
action de pràceji de voire \ictoire1 11 ne vou.t re^terajE plus qu'à 
110U9 défendre d'être passives coirme elles. Si x^nia Aies on m 
li^roA, ayef-en \vs i^entimunts ; n'fas<.-2-^X)US à une r^conpcQS^^ 
que la pairie n'est pas en droit de vxius accorder, et oe m 
conftuidvït pax avec te marbre Insensible qui se pr^terft aana 
plaindra aj d^eiii du itiaïuairc. Qu'on ordonne à l'anisce ^'Oi 
AUlur, mais qti'on ne in'ûrdr>n:ie pa^ d*^tre la Obère de *i 
ealanub. Qui vous a dit que mon choix neuitpa«fait7eipom 



INTJTL'LÉ L'HOMME. ÎW 

quoi ffiut-il qu« l€ jour (!« votre u-iomphe soit mirquv des 
lannefi de ileni malbeureux? L'ciiihousiasme de la patrie bouQ- 
lonriMt lu fwïd 4Ïvvoire cœur, vous vous cuiivrlh-s ilc vos artiws 
et \oii\ allAia^ clu-rdu-r mUnvt^iuifinî. Alienrlea que 3t iii^me 
enihousia&me me sollidie d'arradi^i moi-m^me mes vèleTiieiilt 
.^ lie rf>unr Jiti*^tfrvAiii fU- vok pan, ttiaïk iir inVii fhifw piiN i]ii« 
loi. Lorsque vouH uijircblit-^ nu coinhat, ce ue fui puint à U 
loi, ce fui k voln- orur jn&giintiini*? qurr vous obdtes ; qu'il me 
soil perruis cVob^îr an mieu. Ne vous lasserex-vous poiui tic 
nous ordonner àts vertus, comme si nous étiona incapables d'en 
«voir de nou^-mémea? Ne vou» Janiter^z-vous poïnl de nou^ faivt 
des devoirs cbimt^-riques, oii nous ne voyons que trop d'câtîmc 
ou trop de iTKTïns? Trop de mcpriH, lorsque vous en ubcï n^cc 
nous coAimc la branche de laurioi^ qui ec laisse cueiUiret plier 
ftftns murmure; trop d'cMime, si nous Hommcn^ la p1u$ belle 
couronne que voua puUMez ambitionner. Voua ne contraindrez 
pis mon hoitimnge, si vous penses qu'il n'y & d'hoimiinpr d.il- 
leur que c«lui qui e^t libre. Xlai» Je m; tai^ ei je roupie de 
parier au déTeodem- de mon pays» comjiie je porl^ritii^ à inoii 
rtvtsïeur. o 

Quf est-ce qui voudrait d'une femme qui o-^erail s'evpriiner 
aiintT Et parce que la pudeur lui feniu' h bouche, csi-îl 
hoonéie d'abu)i<îr de M>n «ilent e ec iW **n pernouiie? 



SECTION H- 

Hflv^truîs cAuiiitfit- *ini le m^iiie texte. Mvoir : que tous les 
hommes couuu uni tuent bien oi^ftuises oui une trgAk nplitude à 
r esprit. 

Pnge Si- — Cffrxi^wr, /thirâ jmr i^Qckr. t^n mi qur f'tst aux 

ortj-wia tifè triis qu'iUf tfuit t€s »V/*W on ttoîi a>nouim^mfn( 

*-jj ro^idttft qttr i'Mfn/ii/ de» fipritt r/i trffei de Vin/^aU 

DiU'Ti pr Anviuii^ <|ui a dli e\preMéinenL le premier qu'il 
■«*y avait riou da\H IViueti dément qui ii'râî i-itr ^intrrieuremeut 






2M RÉrUTATJON D£ L*OUVAAG£ D'HELVéTIUS 

dans la £«ns&tïon. Dites par Hobh<TS, qui lanfrtemps avant Lock€ 
nvoil civduil, daos SOD'pt^lil ei sublime TratU df ta naturt ku- 
tnaine^ du principe d'Arislotc presque tout» \es coiwOqucnceM 
qu'on en pouvait tirer. 

Pige 83, — Cep^ndani »i de* fSpériencfs amtrmre* prou* 
vaùnt qttt Ut mpên'&riU df trtprit n'nt pcini prûpûrti^toté^ û 
Ui pius OH rncini grande pirfccnon dft cinq ten.t^ r ftf dant ioïm 
autre rame qu'un urûit forci de chercher Cfxpiicatitm de rf^ 
phénomént. 

Lorsque je voit un bomme d'e«pric de^^enu stapide jt la 
juiie d'uD violent accès de fièvre, ei, r^iproquCTOcot, un sot 
pensi'r et parirr. ïlanN le détirv, comimr un bomme d'evprii : 
lorsque j'en vois un autre perdre la raison ei k sens cmniDun 
par une cbute, par une contusion à Ea léle, tous ses autitft 
nrf^eA ^iniii ivjïU'k ;]ntiM un iHai Nain : pui^r- m'tïmj 
d'en conclure (|ue lu perfei^.tiûii dest ojx^ratiooa iitiellecttwili 
dépend pfincîpalemenl de la confomiilion du ûervBau el du 
cerveleiT et puîv-jr douler de la certitude de ma ootir^lusion, 
lorsque je ci:inipare les progrèa de r&ftprit avec Je développa 
ment de» organe» dans les difîérents Âges de rhooimeT 

Page 8&. — Locke aperfoit cjtire les etpriu nv«fu d€ dif-^ 
firenct qu'on n£ pense. ■ 

Maïs moins de dilTitreiice n'eat pas nulle dilTiVenr*', Hj^ 
crou^ai au^»i xài (jucn pourra donner à l'an^iral appelle le 
Partssevx^ Tagilité du âinge ou la vivacité de r6cureutl« qu'à 
l'hoDimc lourd et pesant le caract&n? de rhommc vif. 

Je crciif dit Locke, pouvoir assurer que d^ cent hcmmest d 
y en a piui de qaatrr-vingi-dix qui sûnt ce qu'ils fovi/, ^om <• 
mautHtis, utiles ou nuisîbUs ù la sociéii, par VinMtruciioi^ quSt 
cnt repte. 

Locke dit bons ou mécJimita. il ne dit pas in^oiev «i 
aiupidca. 

Quand la bonté cl la méchanccli!' tiendraient auuat4ra> 
(anisation que le g(nic et la atupidilé, il ne faudrait p» le« 
confondre, non plua que les dispooitiooa Inténeuns d ^ 
acIioiiA. Je m'eipJique. 

Un homme Daiurellement mcchant a senti par l"«iprti«« 
et la rcilcxioD Ica inconvénients de la naechaoce \ il r«rte*^ 
rhantet fait le bien. 



I 



INTITULÉ LMIOMME, 



»7 



iTii finriifim à éteint srit n ?irtili pnr Trip^i'îi^nce v\ par U 
féfleKvon les avanlageft ila ]eMj>iit: il vofii)i-;til bifii <^ri avoÎt» 
miûx il Ji beau fflin*, il n'eu a point : il pense, agit Pl parle 
comme un soL. 

Ufl père sévère contraint sûji fils à une bonne aciîon: ce 
père M:ftiii une bêle féroce, m, te prentuii pu- les cheveux et le 
frqtfunl, il lui diAftit : Morouflf, fais dont dt Ittprit. Le lieu- 
teosnt de pobce ne le ferait pas rnrcrnier pour ovoir maltraita 

1 gon enf&ni. mtx^ pour en avoir ciigé ce fgue Iil nature lui ATàil 

I refusé. 

I QuintiticD parle d'une paresse d'cspnl innâc et propre à 

ccrtaÙQft hommes; or comment QuiulilJcn reconmdirnU-il ce vice 
primitif d'organisation et le concUierail-il avec une égale apti- 

^^ode i rinsirucïionî 

^K 11 dit que lea esprits lourds el inb&bilea aux dciencea ne 

^^■POI pis plue <lnDK U nature que ]i>s mon81^efi^ Combien de 
^Kuoftr» ! Quintiben auruit montn^ beaucoup plus de jugemenii 
t'îl eût flâsocî^ les imbéciies aui hommes de g^nie et iju'îl eûl 
ng«rd^ loti uns et le-« autres comme d^s monsires. 

El puU une t^llex^on A laquelle je ne &auTai$ me refuser, ei 
dont Je conseille l'usage a loui lecteur comme d'un principe de 
critique tres-d^Mcat et ir^f^-sùr ; c'est qu'il m mêle dans le« 
diitcours el IvK C-criu deat liominen leH pluïï inod^n-s et It^ plus 
judicieux, toujours un peu d'etagi^Titûckn de mèiîer, l.ockr ri 
Quinlilien Imiù'til iW IVducitUoij tït ils v/& |ier3>uai3er(mi k eux- 
roèniea que loua noa enfants en soui egatenieni suMcpubles; et 
s'ils réussjsaent à uou^ le pcr^^uniïtT à ni?u!^ qui iwmiiifw père», 
plu» Locke aura de lecteur», plu» Quiniilien aura de disciple». 
MAb qii'rti aiTÎve-l-ilF C'est qu'uu »ot sofl un sot de r^kole de 
Quiniiljcu; et qu'avec le^ soÎds les plus a&aidus ci tous les beaux 
principe» de liocie, je n'ai rien fait qui vaille de mon fiK 

Les meilleuii) «^colicrs sont cornmunt'meni ceux qui donnent 
le moins de peine au maltrCp Ki il ii'cal pn:^ nire que Ic^ enfants 
les moioa élevés* »oJeut les meilleurs sujeis. 

Où trouver la raison de ces phriiomènc»? Dons l'inégale aptî- 
mde h l'instruction. Ëi û'm nali cette inégale upliiudcf De Va 
Dâture ingrate ou indulgenie, de la diver^ît^ de roi^auisation. 

I. Voir Q[n*mu«i Orattjrta ï%iUtuiujHit Uber pri«M, f. I. 




20S H[^^tJTAT1a^( dk i;ouvrac& d'hclvétios 

j€ no pr^tcnd^ pn^ qu'il en Kolt toujours ftinst ; nuis pour 
détruire le paradoxe d'Helv^ttiua, il sufHl que ce c«.h itoài M-* 
quenL 

Jr vais pluK loin : Je propose à Melvi*iiiift d'ïntorrogiT lotu 
le» m&lir^s de Paris, et b il s'en trouve un seul qui soil de wd 
avis, je haUse la Wie ei je me ubc. 

MaU ai Ton fait des enfanu lout ce qu'on veut, pourquoi 
HeJvôtius n'a-t-il pni^ faîi de ss fdU atni^ a- que Nftture m fait de 
sa fîlle aidt^iie^T II faui qu'il ait ^u^ bien ent^i^ de «on s}-»iènie 
pour avoir tenu ferme contre une d^monaimioD jounialièi'e ei 
ilomfMliqnv lie na rftiiX!U.^t^. ~ 



CHAPTTBE IL 



Page 88. -7- Vâme ttt un principe Ae tit à ta (onnaiMMirur 
€t à ta nature duquel on ne t'éh^ point êma Um ttiUt de ta 
(héotoytir. 

£1 avec CCS belles ailes de chaui^e-souris k quoi 4'Hèvr-lM>iiT 
A hcn : 011 circule dan» le» Ii.^n01)res. Ci pourquoi çûicr un ou- 
vrage avec ce» flagornericâ-là? La po^k-ritê ne vous entendra 
pas, e1 les tb£olQgicn$ vos coûtcmporoins dc vous en ninu-roni 
paa dflvantige. 

Pa^ ibid. — M. Bôbtnet,,, S'il eet Tauteur de rovvrage Ih 
la ^ntur< publié soti^ mn nom, j ai oui dire i qudquca-mœ dC 
Dû» philo»opliœ qu'il no reiitendait pa.s. 

Page VO, — L'homme dùit à la mémoire w« Î4im H ton 
esprit. 

'Et sa mémoire, grande ou petite, ingraie ou fitlèle, t«Dâce ou 
pieugère. ^ quoi la doit-il? >*e«t-i1 pas <l*expér*eDce tpi'tui a a 
jamais n^u>Ai 1 en donner jusqu'à un certain degré à des en^nts 
qui en manquaienif N'est-U pas d'exp^rietice que rien n'en s& 
viriable entre leis hommes? Voilà donc pour quelques-uns uoe 
bamère iniunnontnlil*' lUn^ In cnn-iM^ des ans et (les odmKm^ 
et une uiès-grande im^galit*^ àtm l'apiiiude naturelle <le toui, 
«oit II Pacqui^uon îles id^es, soit À la Jormation île Te^^rTl. 



I 



fiUv «poyièfTfib l^ode, k mmui de Maa, dooi lo Bb fui Hr <e tmOKs 



k 



INTiTlLÉ L'HOMME. 



SM 



D'AJembcrt Ut udc foia une démonstration de géométrie et il 
]& Etait par cofur. \ ta dixitoc foift je lillonno vscore. 

D'AIembert ne l'oublie plus. Au bout de «pelqueâ ji>ur3, à 
peine rnen re*to-l-il (juHtjucîi traastt, 

Toui Étant é^;»! d'aiikura, comment peut-il arriver que daoft 
le m^me tempe dVaude j^ fasse le m$me cfïemin que lui? 

Si ta ynhnoire tt pffd ou tnffnihlit pttr un foup, unf c/sutey 
untnuitadit.,. un enfant iï€ peut-il pas naître avec tet nrghne 
vici* par la niiuire comme par Taccidwii? Que direi-vous de cet 
et^aut? lui 3u:c»rdeiex>^\ouï lu niëu)e apiiiu<je à riiiKiruction? 

N'en ^mm^s-iiouH pas là presque loua, si Ton noua compare 
A II, cl« GuiherL ' oii A M. <lr Villoison 'T f^i-s dfiux e«p6c«« de 
prodïçvs ne di>nior>tre]it-i1^ p^M r|ii*il j i\ une orgaiilï;aiion propre 
A la ni^moii«^7 Lt ^i je n'aî pa» rei^u cette organisa lion, qui e^t- 
et* qui im^ la (ItiiineraF 

— Voua n'en a\ej:paa besoin. dîiï*z->oua. pouréti^ tiii ^nuid 
h©imne, 

— Cela ae peut; mai.H n>Q faiieA donc pas dépendre V^tt.->ndu 
dcfi idées et U force de resprit. 



CHAriTHR V, 

ï*age 1D2. — IhW romme tfudorteun df Vérole, qu'un mode 
ou Mif maniée d'firf n'csr point un corpi cv na point d'étrrtdue, 
riffi df plun rtnir. Htti» fuirr de rr mnd/f un itrr et même un 
être ipiritaelf ri>n, srlan mt^ij de ptus abmrd€t 

K\if&\ ike le foni-tlh pas. lU ne diseni pa^ que la peittii^e est 
unAtTc ttpiriiud, rTi«i«iUdi^«JU que c%si un mode inc.ompaiible 
avec la inalj^iv, ce qui t>\ fori^diffc^rent; «ït ils en conduisit 
r- «ce d'un *tre .spIriLifL 

ne prétends p&s qu<r leur sjï^lènie «m soit plus scohi^, mais 
je vol» beaucoup d'iacaiavrnivut à Je mal exposer. En llaaiil c£t 



I. Aoicur d'un Tr^iU dr lacligiwetde tncMlci. t1 oiiynll uii Uvr« cl «a me- 
Vklt ImmiMiiteDniînl «Lt Uiria mai * mnt, Rii lA nxitnrtE pour rAriftor. U ■«liluiut 
uvt dt tiiilc fii4U<(ï ftutrtf llpH. 

ï' DftiiHD àt: ViMoiuti iTïit uiul aiie m^maïra prodi^ïeaiOi II Tcnhil, «n 1173» 
qvoiqtttt ftnjMtiG, de Urr iw-ilUr ktcc ua Joie d'ËniiUdoii ^ivauftotle Lmb«|ii« 



300 RÊrUTATLON D£ L'DUVHAGË D'HELVÉTIUS 




eodroil, i. Ten«ïi, lïimnt-iK voilà conme îk doua enlendent et 
comme ils noua réTittent. » 



aiAPiTitB ri. 



Pige i03, — Sentir c'e^jug€r. 
Cette «sserboB, comme elle c»t fnonr^ i»€ me ponli ^ 
rigourcuMinent \rBie, Le stupidc sent, mais peui-ôtre ne jujfe- 
t-il pas. L'éirc loUlcmcnt pnv<T <ie ijiciikoin:«cjit, mats il ne jitge 
p&»: k jugement fiuppo^e U compAT&Ison de deux id^es, La dif- 
ficulté cofiBÏaie à savoir corrmrnt sp faii celle comparaison, car 
elle suppose deux idi^ pr^efiie^. HetvOiitia aurait coupe un 
terrible nieud, s*il doub avait expliqué bien clairement contmeot 
nous avons deux ïâéei fr^svitHis k la fols, oii comment ne lea 
aymnt p>H pn^É^jiteJt k la foÎM^ ct-p«?iidMU nr>tj}c Jnc comparoos'. 
J'avais peui-^tre de Thumeur lorsque j'ai lu ce dixième éba- 
ttre, mais voici mon observation ; bonne ou mauvaise, die restera. 
De toiitr* ci^tie inf^Uphysiquc de l'auteur, il r^ulte <p»e In juge- 
menU. ûu la comparabii'jn des objets entre eux, suppose quelque 
intéril de lea comparer : or cet intérêt émane n^ccssaircmeot dti 
df^ïr d'être hcurrux, ilt^nW qui pn^nd sa source dans la seoubH 
lil^ pliynique. VoiU une ccjtkclusJoo lîr^ de bien lôb ; e)Ie cou* 
vient plulôt à l'animal en g4!'oéral qu*à l'homme. Paaaer bns- 
quïïinf'iit rïe la senatbtlil^ pbyaîque, c>sl-4rdâre de ce que je ne 
suit pas une plante, une pierre, UD mdtal.àramourdu bonheur; 
de Tainoiu' du bonbeur à rintérftt; de l'intérêt à l'atleotjon ; de 
raiiention i la comparaiiton des hU^ ; je ne aaurais m'aoceoi* 
iRodi;rdece0f^n$ralitéS'l&:jesuUbomroe,eiilitiefsuidesctii8es 
propres ft l'homme. L*auieur ajoute qu'en remontant de deui 
crans plwt haut ou en descendimt d'un cran plus bas, il passait 
de la sensibilité physique À l'organisation, de l'oirgacmtion à 
rexislence.n qu'il *îûi dit : J' existe, j'etîstesouscvll? rorme; je 
seits. jejuge; je veuiétre lieureui parce que je «ens; j'ai ioterCi 
k comparer mes Idt^, puisque je veut ftlr*^ heureux, Quelle mt' 
Uxé retîrerai-je d'une enfilade de Cjons^juences qui conviennent 



i 



t- • CB4t tttu mècM dlAciihd faVicB» mfi^riijrvidea ne «^i 
que Dtd(r\>L ■ il bina CUufu* Jka» li RctQiid tduai* ^ mb rn'wiUfPi « 
àe traiouibcn;. n. 



INTITULÉ L'HOMME. 



9» 



clément au chi«îi, k la bcicut» â riiultrr. au dromacl^ireTSi 
JfAii-JaJ!qUfsmefj<;A}llogtsme, il a lort; Vîl k trûuvt? frivole, il 
[Kitimiibien avoir raison, 

Descjirtes avait dit : t Je pense. doQC j'existe, u 

MeKeiiu» veut <|u'on di.>e : u Je âen«t donc je veux t^ettùr 
igréabïejneut. » 

J'aime naicu llobbes qui pi^lcnd que pour tirer une consé- 
queocc qui Dc-nÂi à quelque cho^c, il lallAit dire ^ « Je ^ens, je 
pottM, je ju^k donc une porlioo de matière orf;anïf»ée r^mme 
moi peut sentir, pon^i^r iM Ju|^r, » 

En eUeit fti apr^a c'.*ti« première enjamb<:<€ on en F&it uue 
s«cond?, on«fti di^jà bicii loin. 

Qui «iroii'ait qu'après une marche ms^i friuiche et austi 
fenoe. le dernier de ces philosophes sesi ausuj taixsO gftgnor 
par 11 trtrvnreî a terminé %on ituhliiiie ouvrage Ik la Nature de 
rhommr' par ùext vÎKioiiH %i t^lraii^i'?!, fti Hiipi«rxEifieiJSi.«, si folles, 
(|U'on ^n est prévue aussi indîgi^- t[uv surpris? 

Srnttrj t'w/ pfnner^ ou l'on rtr p<ttu pas^ sî Von iiVi tetuS... 
Sonl-ce deui propo^iiioiiA ai diverses que l.i prr^mîj^re étant 
irouvéç, l'OD puisse rt^ardcr l'autre comme une découverie bien 
mcrrcilleuseT 

Si, partant du hcjI phénomène de la »enKibiliié physique, 
propriété g^oér&le de la maiière ou rcsullat de l'onïaniâaiion, 
il en eût dvduil avec clarti^ lout[*5 les opérations de j cnicude- 
ment, il eût fait uDe ebose iiouve, dillicile et belle. 

J'eAtimcrai davanta^o «ncore celui qui, par Teiptrienré ou 
TobeerviUion, demonin^n rigoureusement ou que la scnaibiliié 
phfiique, appartient aussi esacntieDement à la matière que l'iin- 
péDétrabitit^, ou qui la déduira sans ri*plique de rorKaoi»a(ion. 

J'imite touti les physideiL3 et totiH les diiniiaie*^ k rechei^er 
ce que c'eai que la sulisuince animale, sensible et vivante. 

Je vois c1air''nirQL d4ii?« Iv. drifr-1op|H^inrril dv l'iFuf et quel- 
<\w% autro opéraitims de la ualure, la n^atjére iit(*rti- en appa- 
rejKe. mais or^nîs^e, pamcr par df» agents puramerit ph^xt- 
ques, 4le l'étal d uirrlit? À IV'l«i {]p sensibilité et de vie, niais la 
liaiMWi nrcc&ïiaire de ce passade m'échappe. 

I. O Inrn Ih ia S^we htimaint. tViuU dlln irwluil ta fk^irati pvr !• 
b«tao il Hiilhacb; Loinlris ^AintioTiilAiD}, Hït pcui in-a*. Dldnrot i'iuv|iifl ifl lU 
«kapHflVir. 




] 



ItfFOTATtON DE L'OUVRACE DTHCLVËTIUS 



Il foui que les aolîoii:^ c!f mttîère, d'^iTf^aDÎSiUon. de mou* 
TfRifiuu <le chftieur, de tfa&ir, et seoaibiUti et de %ie sirienl 
encore bien înccmplètcs. 

Il faut en convenir, ror^imÎTqiiion ou la coordioatieci de 
parties iikerles ne mècii^ |>oiDt du tout à Ja scDsibilito, et U sco- 
sibîUlf g^értle des molécules de Ifi modère n'e-ni qu'une ftuppo* 
«îtion. qui tire loulesa force des diUiculM doaî elle detoraase, 
ce qui DO suffît pas en bonne philosophie. Et puù reveoonii 
notiv auteur. 

£st-ii bien vraj que U douleur et W plaisir phyi;ique», peui- 
4tre les is/cnU pnnci|K-^ dca «ctions làv l'animal, noient aus&i le* 
seultpriiKÏpeadefi acitona de IMiomineT 

Sans doute*, il faui eire argRiiï«^ «'omme nmvs H sentir 
potir agir; nuÛN tl nie semble. tp]i> <r ?<iEMit là 1t^ ctuvtitïons 
esui^nlidleH et iirinitlive^ , les dimn^ea $în€ qaa non^ iiuia que 
\f^ motir» iRimi.^dLals et prochaina di* nos aversions et de nos 
dénii> .sont autre dioftc. 

Sana alcali et sans sable, if n'y a point de verre; mus 
H^ents âofil-ib lacauHe de la transpareoceT 

Sans terrains incultes et sans bras on ne di^rkbe poîn 
inam ^nl-ce là tea motifs de raçricullcur quand il d^fricbeT 

Prendre des conditions pour des cauat>â, c'est a'eipoeer à 
ds4 paralogisme^ pu^riTs et À des con«équt.>nc«s in^gnifianteBi 

Si je disais : Il faut Cire pour iti-ntir, il faut vencir pojr être 
animal ou bommu, iJ faut être animal ou bomms pour ^ue 
avare. Hiiibitieat ex JaJoux : doïii- U jalouftitT, l'ambilion, l'avarioc 
ont poui' principes rorgonisation, la sensibilité, rexîsteace..- 
pournec*vou)i vous einpWier de riref Et inurquoiT C'est que je 
prendrais la condition de Loute amion animale en i^ji^ral pour 
le motif de l'action de l'individu d'une espèce d'animal qu'on 
appelle bommc. 

Tout ce que je fais, assunlmcnt je le faîâ pour sentir agri^ 
blemcni« ou de peur de seoûr doulourousemeiit; mais le mot 
4fn£ir n'a-i-il qu'une *eulc acceptionT 

N'y o-t-il que d«i plaisir pbysiquc & p<io»6der une bdic 
fèauaeT N'y a-t-il que de la peine physique h la perdre ou pu 
la mort ou par l'inconstance: 



1 
I 
I 




I, U Bu de ca ttupitrv ■ éld dA pir NalpuD (aUnolm), mat 11 




TITUL 



909 



La clîsrinclion du physique Pt (îu moral n'oftl-elto ps& aussi 
«oliflt! i|ui? rdlt- [i'ntiîmAl qui «f?nl cl d'animal qui rahonn^F 

Ce qui appartient à Tétre qui seni (>t tx qui nppartieai à 
l'étiT qni r^écJiit nv ^e troitveiii-iU pas laniât r^aaÎK, inniôt 
Jlépa/<^K dan^ presque iouu^ It^ iicaioiis qni Tont 1t! bonheur ou 
le milhcur de DOtn- m. bonheur ei iiittlhear qui «i]ppoKi*rtL la 
«cnsatioû physique commir condition, c'est-à-dire qu'il fj« Uut 
pv ^tn: un chou T 

TanI it i^Utit important de ne pas faire <Jc ««r^^r ei àcjit^er 
deux opéroUons pai'faitemeni ïdeiihqueit. 



CHAPITHE Vil, 



â 



Toîci son Utra : Îm simibitiU physiqxic €$t in cause unique 
éê MM aciionj, dt non pe>\iét»j de nos patiiotttj de mire nocia- 
tffiU, 

nt-funrqui.'x biH) qn'il ne dit pas une condilian primitive, 
esRenlieMv, comme f'impéEièirfibilnr Ve^î au mouvement, ce qui 
en iaoootevttble, mat^ h c^use, ta cbus<; unique, ce qui me 
semble pmqiie aumî riittrrmmi-tit faux, 

Pig<> 108. — Ceii pour se nourrir, se oft/V, e'tii pour 
perrr ta femme ou sa mnttreue.,^ ^un rr taùonrrifr fatigue. 

Vaut pnti-i' N4à fi-tnmr uij si\ m^dtre.vte., f»l-r.t< d'un auiinnl 
qui neat nu d'un homme qui juge? Lorsqu'on r«mbe]]it, r/e»l 
quelquefois pour Mi«nfcr un plni^ir phyitiqiif' d^nï 1e^ aulnes; 
pour l'éprouver vki, quand on aimt*, c'e;<I uu ftj>pi^t ^Ku^K^rlIu. 

Page 109. — Quest-ce qui nou* fuit aimer jusqu'au petit 
feu? /jt crainte de fen/tai. 

MaJfi l'ennui c<i(-il de Innimol ou de l'homme? El celui qui 
joue |X)ur .se récrier? Et celui qui joue parce qu'il eicelle&u jeu? 

Q^eU-et qui iutm fait aimrrte frosjeu? 

La pér<75e, qtii, de toua les moyens de faire une grftBde for- 
luue, cboinii le plu« hanordcut. miu« le pTus court. L'avidîli^ 
qai se jette sur la dOpoudIc d'un autre, Hnns t^rd  son dOse^ 
poÎT. L'oreueil, etc. Qu'cAt-c« qu'il y a d'animal el de physiqiie 
dàfts CCS diffï^renis iQOttf^T 

P9urqu4>i tecourl-on eeiui qui souffre? C'evi ^'ûh g'idenh'fie 




304 RÉFCTXTION DK L'OUVRAG£ D'HELVÊTIUS 

MaÎG celte honn^ie ei gublîme îdentiGcation, de qui eit- 
ellef &^^-c« de Tbomm'* physique eu <l« TbomoK monl? 

JamnU oo n'ft dit uni de rlkotea vnleï «t tJr^ lant de ùibmc 
c^flftétjuences, montra lajit d'écrit ei si peu Ae logique. 11 fuit 
être ëtranftetn^ni ^tétô à'nni» opinion pour tSKurcr que oeltiJ 
^ui ouvri! SI bourse à rindlgeiit» se propose secrètement d'avoir 
un bon lit, un bon «lotiper et lie couclier^vec iîavoâsiiti?. 

J'en demande pardon ntj lectc'ur, J« vais dire mw diose 
ordtiri^n-, un*.* cboK^ shJp, cId ^Iuh raauvjua goôt, un pn>poe4 Ue 
|jt Imlle, mai^ plus d^cinf que mille raison nemenu. Eh bien! 
monsieur Hclv*>ii(i*, tous !<« pmjets d'un grand roi, toutes \r% 
r^fjgiir*^ d*uu i^rjind miiuslrv mt d'un ginnd magistral, biuies l«a 
m^dîUlionH d'un (lolîtique, d'un homme de gniic mt n^uifimt 

donc k f uîi coup le matm fri h fttir« itn éi^ti le »oir, l^t 

vous H])p4?1ejï ct^U fuue de la iTionileet connaître rhommeî ■ 

Ni»-vaus les bdica action» clondcsiinesi? L» déparez-roua 
toui^ par l'e-spoir d'un baaard <jui le» r^v^IeraT Dû est le but 
phyftique de ces actîooaî 

Ouc «c priïpa-^r- rtilni qui saoriâo SB vie? Godrna et Dédus 
allaicni-il-H dientier ijuel^iue jûuiasonce physique dans 
st^pulcre, aa fond d'un abftnc? 

■Le malhutcur qui «'j^chcniitic au lien de Aon aupplic« fprooTë 
aaos doute une douleur physique; mais est-<je la «etile? fie la ^ 
dialîns''^^^^^ point dca coups d» barre du bourreau? H 

i^ rt^mordè t\'4'wt que ta prévo^anet du tmti p/iyn^ue auquel 
U crème dècouvfri txou tjtposerait. 

Oui, volU peut-éire le remorda du scélérat; mai» D'en cod- 
naiaaez-vous pas un auli«? 

IL y a de« peiufs et dra plaisirs de pure opînioi) qui noua 
UDn]^po^lenI ou qui noua d(S;oI«nt, jun» aucun ra]^>on, aodl 
Implicae. koÏi eiplitite, à des^uitesphy^iques. J'aurais souvent 
pr^i>ri> une attaque dt* goutte Jt uu<^ marque l^re <lo in^ria. 

U fiut quLi je niart^he peur aller rue Sainie-Anue" causer 
avec un ceiriajn philosophe que j'aînte, oucn'entrrtenir jdi» 
douce(re»t «nain- avec unr* ff*[nnie de son voiidna^: cnais n'f 
vaia^je que pa«:e que J*ai des pied^T Gea deun «lUÎoiii aocil 
doute réductibles en dernière anaiyic a de la seaisibiLîi^ 

I. Dooitmr* d B<(t4ilut. ïh 1101 4 tlt|l U mo Stimtt-Amm «"apptb rm I 



I 

I 

but 



INTITULÉ L'HOMME. 

sîqiie, mu5 comme condition tt non comme cauM, but on 
motif. 

Pige tl2,— Béve'oppcz U sentiment lie r^miti^^, et qu&od. 
k forc« de Je (Mpurer, voua n'en aure£ fait que de la peine ou du 
plaisir phyaique, ne vou» ^Inriuî^ pas ï>i l'on \oua regarda 
comme un homme atroce ou ccmme un raisonneur ohiiurdo. 

Pa^ 115, — . Vous me pirlcï enore de ta jouiSHanre d'une 
tK<1k< c^Javeou d'un beau tALÏeau; et comment m'en pnrioz- 
vou«f De U Joui5«&ncQ de TescUve, comme un f^ourmand qut 
dfx'ore un pluvier ; du hcAu «J'ileau ccmm^ un phvsicîen qui 
considère le spectre aoïairp. Cq soni pourtant de^ platAir^ bien 

Pour cAresNerTeiidavet poiirAdmir^.r le lableAii, il f>ui sentir, 
j'en conviens, niaip^ ces\ comme il faut exister, 

Saru amottr pour Ujt btttfft r*rJfn^n fi pour lf$ hetrux 
tablêuuXj etr homrnifrtU éli îndiffirrnt à iad/touvtrir tTtat trHar. 
CeU est fsui eii loul nen^. 

El quand rç serait l'eHpoir fie jouïr demain de votre maî- 
tresse qui VOUS rendrait heureux aujourd'hui, le açriex* voua d'un 
pldsir physique? You« confondez le plaisir de TMlente et celui 
ait U jouitSAnce. comme vous avcx confondu la douleur acuellc 
ftvec la douleur de prévoyance^ Lorsque voua voua mourez de 
fftim, qu'cprouvcf-vous? L;l dcfailEance. la contraction de Tes* 
lomac, uikc âvnMiion pm-ixcutièrt: e1 cruelle des or^aiïea dr! la 
déglutition ; qu'ont de commun ces symptômes avec la faim que 
vouâ prOroycs. avec \m inquiiHude^, votrû trouble, voire d^e»* 
poirT 11 y a si peu de rapport entre ces dcm peines, et votre 
Attention «t icllcroenl ÇwH «ur le mal qui vouîi menace, que 
toute oenealion con>orelle en e&t suspendue. Ce n'est plus vouâ 
qtit vous apercevra, c'est l'imago d'un liomme agonisant, drfftil" 
Iftnt et expirant daii.4 dea iiansea borribles : image efl^ayante de 
CA que voua aères dans un jour, dans deux joure, dans trois 
jours. Si vous voyiei tin luvnniemour&nide faîin, vous ne balan- 
ceriei pa^ à dire, cet homme meurt de faim. Si vous voyiEZ un 
homme menacé de moi^nr dr fhim, le devineriez-vauKÎ nulle* 
ment. La faim v»i un besoin, ce besoin non satisfait devient unv 
maladie; dirai-vouH que la maladie et la crainte de tomber 
malade soient une même chose? La faim est dana le gontfr, 
l'oesophage, rr^iomac et toute la longueur du canal inteaùnaii 
IL ïn 



m RÉFUTATION DE L'OtVRAGE DMIELVÉTTÔS I 

la craîûie de \n fttmme, aitnnirf imites 1«8 >tiU«s crai[it«s, est 
dans l'enlentïeRitaït. 

ititn ns m'arrive que Je n'y voU Vapéran^t d'un bien &u la 
€rami€ d'un mal. 

— Moi» i>arce que ce bien et ce nul supposent la seimbïlilé 
physique, ils qont phfâiqucsT 

L'&utcur se trompe quelquefois parce qu'il est trop Gn, et 
quetquofoiï parc^ qu'il ne l'est po» a;<sex. 

Il y a un bonheur circouBc^it qui refite en moi et qui ne 
t'^lend pA« au deli. Il y a un honheur e)q)fln«if qui se propage, 
qui sej^itasur le présent, qtii embrasse l'aveair, etquifM^ repaît] 
^e jotiÎNi^ancefl morilei; et pliyi^i<^U€?>, (II' r^alil^ et <te chimèm^J 
eiitassani pèle-in$le de Targent, des e1oge&« «les ubieaux, dfli| 
«tHlue^ et dp» baisers. 

Pagi- IIV — VntJH :tup]vv«'x un u hoiiimfï Impassible. » Maît 
un homme îjiip&ft^ible à volr« manière »t un bloc de marbre. 
Vous flrni^niltv tyxv ce blcw: de iîiarï>ry pt-nsi; et ne «cente pw;, 
œ î>oni cIruiL alï^iinliléft ^ un bloc de riiarbre ne ^acirail penserj 
et il ne saurait aati pjua penser sans scniir, que KOlir Moaj 
pen^n Qu'cntendea-vouî* donc par impasHÏbkT 

— Inacceasihle À toute douleur corporelle. 

— Soit. Qu'en concluec-vou-s? Qu'il n'aura nî plaisir m 
peioeT jd le nte. S'il se plaJi ^ penser ou ^ r^teindre sce conm 
suicee, il pensera ; s'il ne se plaît pas àpenser, tl restenstupide. 

— Mai» s'il re»te «tupide, c'est que a'ayani aoc^n inii^rei i 
exercer cette facullé que je lui ai réservée, il ne reiercm pas. 

— Et vous croya qu'il ne pouna pas avoir riotérél de la 
curÎDsiléf 

— Je le crois, 

— eivDu* cfDvei qu'on ne Tait rien pour aoiseair 

— Je le crois, 

— Et vous croyez qu'il n'y a aucune sorte de vanité coo- 
centr^T 

— Je le crois. 

— Que bien que cet 4ue chîmi^rique ftott d'un* 69pèce di^ 
féreute de 1i mienne, il ilédaiiçnera mon éloge, ^oriinil C\\ 
concsit toute la force de mon esprit et toute l'étendue de iMs 
lumi^resT 

^ Amn filment. 



NTITULÉ L'HOMME. 



507 




— 1^1 <;Mt quftnd Newton luilait contre LcibtiiQ, c'était p&r 
~^Ûie rivalité df? jouififtancuecorporelIcsT 

— ils en voulaient ii mon estime Je l'Avoue. St par consé- 
qti€ni À tous les avantBfçes qu'elle promet. 

— A de£ vint; cKcdlentJt? 

— Pourquoi nonT 

— A de belles femmes? 

— Pourquoi Tior7 
-^ Hvoâini, ^ou» etiravaguei. 

\^Md, — Voire compAraison du pouvoir à uni- lettre Ût 
change est cbaffUMiif. ■ ; mAÏK c«lie Wtre de chairge est 
paytbÎ4ï f^n ar^enl pour celut-ci. en hnum pE>ur c«lui-1à. 
eo ré|iittaiïon on diipjfïtix pour un Iroîsîènte. DitcA-nioi, HeL- 
vûliuâ» ou- pliilAt rteiuajiilunx h TtintniLH t\ti\ fnit tant de eu 
<le In riiriHÏil^ratian pubïi<ïue', quKM t.Vuil un Ter roti^*- îl tir 
balaïuit^rnii pjLs à Ia saisir avec. Ir^ dent«, s'il refuserait le laurier 
d'Romèr« ou 6t Virgîl<^, A la condUîon dVn ^rrc r^uil pendant 
toute » vie Atj vêtement le plus déguenillé, au plus étroit néc^j^ 
Katre« A ua petit ^cnicr sous le loît, cq un moi à la privation 
iJMilue de tout ce qu'on (ritend par les douccbrs scnauelles ût 
la vie, dn toLitr.s le» ftati^factloiiA attachées et A rambition, et A 
l*opiilencCt et A la vol^ipic. Si Thomas repond que non, moi qui 
D« a4iîa pas au»?ii ranatii|ue de gloire littéraire* j'accepEc le lot 
et la condition; j'accepte pour cette seule jouissance, Timpa»- 
»ibitiié A uutea les autres. Je pco^; j'écris l'ttiade avec dea 
doigts de marbre; quand je pasae, voua vouh seriez ; Le voilAle 
Noc mervcilleuxfpii a écrit V!liitd«... ol je duis satisfait. 

Permciid-moi une autn3 supposition un peu plua eenste 

que la v^tre. Vous 6teft roi, vous devez la couronne et la vie A 

uo béros, votre sujet. Vous êtes roconnaiseant, mm votre bien- 

faiteoT jouit du repos, de la Ainii\ de la fortune et de la sagesse ; 

^wi^c que vciiQ pui^&ancâ lui prodiguerait de bonheur phy^ 

^^^1^ fetEt-Ja ntL»^ d>ip« Ullfl TtOM, J« |aach« fc LonitMt ou k E^rte cant nlllo 
Irêac* •«■ cent outlo 6ciii, ^ pi^ coii>A(|aoiil ton» le* pl^ktin doni «cite lomaae c«l 
ii|tf AM-uUUtt. 3iiF^]r muiû iJ'un^ Iftu^ tl« cooimhndfiniriit au dv pïutoir. Je lin 
puvlUwi^i i >u*i Lur mfi rxmtlmyiMn* ir^lln qaiaiJE>^ ip i^¥ta*^tM ou ili pWiln. 
14» iffvU dp U rLebuHi ae Au pouvakr »«di à p«ii prM ■«aibtibt#ii puv« qii« la 
vt Utt pouvoir. < Dr tHomm^ 
1. Ducis ftppcUt Thomi«i ua cbtnnui du monde 




3I>8 RÉFUTATION DE L'ODVBAÛi: ITHKLVÉÎIIIS 



«que, il fe méprise ou le po«flède. Ne vmw rette-r-tl plus ncn 
à faira pour le boûh«ur d« c«l boiDiii^liT 

— Hua non. 

— Vous VOUA iroirip». 

— Qucî donc? 
^ Uae «uiu^. 
" RÎ & quoi bon ceite staïueT 

— M^ftïl s lui reetiiuer la joiUHK»nc« tle tout ce qiill p«* 
«ède. 

— Haïs il est donc fouT 
^ Piw trop, 

— Mtia il ii*avîut duiK pa^ U MsgfiM^T 

— El qu'importe qu'il eût ou n*eât pas fi 5i^«s9bT 11 ne 
manqunît nvti itc tout ce que vous re^rdci comme le mobile ^ 
louU!8 nos lir-iioiift. rurLÛ|u<? objei de non dèiir»: et hoo csiir 
enfant criul : \i l>a Matiie, la alatue, moi, je ycuk U stame.» U 
ruban» le ruhan« mai jr vein \e ruban. 

« — MaÎH, ftot f^nfaiii» tu n'auras paa u(6t le ruban ipic U 
perdrai le repos et la aanié* 

« ^^ Jr Ucb<T«i d« recouvrer l'iio et rautre* 

a — Que lu scrto envie. 

u — Il vaut mieux fure envie que pilié. 

n — Que m seras forcé à des dépenses au-dessus ds u 
fortune. 

■ — Je me ruinerai* 

a — Que. ruiné, lu sera» privé de tous les plaiftr^ de h ti*- 
d -^ U n'en est pouit sans le ruban; le ruban, je \«t ^ 
ruban. 

■ — Hais tiens, lis ce livre, cl tu verrw qu'on n'amMdoBH 
le ruban que pour acquérir ce que lu perckw, 

N — Ce livre est fort beau, je le croîs sans l'avoir lu ; aaiii 
ns sait ce qu'il dit. Le ruban, lo ruban, je veux k ruban, idoI..** 

-^ Voilà rhjstoire dc8 dix-neuf vinpftième!» des hoanM*: ^ 
croyant écrire celle de l'espèce humaine, yous n'avea toul « 
plus écrit que la vAtre, et parée que la femme ^talt vom nte. 
voua avez suppoaé que e'i-iait le ruban de tous Ica tunv 
TVoAif AU quim^iu fotupias, 

fêge 115. — Partout où il n'j' a point d'honneura qal di^ 
dngnmi un citoyen d'un citoyen* partout oà la gk^re llit^f*'' 



INTITULÉ i;»Oîd\IK. 



309 



ti»i tncoontiç, il fnxïX suppléer & cette nionnaîe par une autre. Li 
femme ue poun'^ii éire la monnaie d'une belle aciion cht^t un 
peuple d'«unuqu**- Mai* tHm mérm* prouve k ominirv <le votre 
lhî»i4e. 

Page iïd. — It faut potw alier à Ui ttipt ^te V^cu doan^ au 
K{iJd/ti Mnit tf rtpréârnltttif ttunr pintr d*rau-de-rie ou de là 
nuil d'uni otvandi/re. 

CeU it'e»t p&fs toujonn^ vrai. Il y a tel noidat qui refuserait 
reçu qui ne repri'Mtiiteraii qu'une pinte il*eau-de-vie, ou ta 
nuit d'une vivandière ; lémoic celui qui« k et famcui sl^ge de 
Lille' si bien défendue parBouOlurs, Vexpo^ & 4trc tu(3 comme 
dix autres qiû Tavaieiit pn'fcédë, et qui, lorsqu'on lui offnl les cent 
loui? promis & celui qui inr^ttuirail dt^ travail.^ de l'arv^i^'-flltM^nt, 
rvpoudit : Mon capiiturir, reprtnti vos cent louit^ txtit ne ic /ait 
pas poiir de VarçenL Celui qui voit bien l'honneur ne voit rien 
au dcU. C^lui i qui on a dcnn6 ttï«da en rÉcompen^e du pâril 
qu'il a couru, ne s'y cat pas exposa pour avoir Bri&eis. Achille, 
lequct dos doux vcux-lu, ou BnueU nan» combattre, ou lu victoire 
«an» Bris^iiT Celui qui &^i Achille riïpond : Je veiu combattra, 

GUAPlTfiB VIII. 

Pige lift. — lldTdtiua et d'autres tiadimcnt le mot de 
Bobbe», Maliu rtt rohMtu$ puer^ l'enfant robuste est un mé- 
chant enfant, ce qui ii*est pas toujours vrai ; mais ce qui l'cst 
toujours, ceat que te mt^l^ant c^t un enfant robuste; et c'est 
aîaai qt>e je traduis, 

l'âge 121. — Veut-on faire des dupe$7 l'on c^n^rc ta 
f&r^t dit tentimeni et dt famUié. 

L'oD a Bana doul^ quelquefois ce motif aourd et secret, mais 
IVt-on loujoura? Ei;!-:! le m^uI qu'on ait? FS arrive- t-il pae 
qQ'oD soit la dupe de aon propre c«ur? Ne peuiH>n pas so 
cmire meilleur qu'on ne t'est? Eat-îl si rare de voir dos eoil^ou- 
Hiaatca doné^ d'une imagination gigtaioaque» qui dirent vr» 
en parlant de^ faniomes de leur tèief lia en parlent cotmoc lea 



1.BoiliB. 



SIO RfiFUTATJOK lïE l/OUVR AOR n'HELVÉTIUS 

peureux des revenants, île les oui vus comm^ ih \es pcîgoeni; 
ce n'eii ni nx'JiV'ODf^, ni poliLique, c'est erreur. 



CHIPITRË X. 



Pftgc 1^. — Piaiiir H d<HilfHr «ori/ si seront tou/ourt ta 
ttuU priwîpft de$ aaiint» des hommes. 

J'en conviens; et eet ouvrage cat remptî d'une infinité de 
muiiDCfi et d'obficrvttions auxquelles je diriu» paiement, j'en 
con^iem, mils ajouteral^-je, je nie la cODA^ueoce. Yol« n'sd-* 
mettei que dos plaisirs et des douleurs corporerlles. el j'en ai 
éprouTé d'autre». Cdl<»-ci, ^m Iw rwnenei à U »ensibili!^ 
pbytjque comme cause: moi, je prétends que te n'est que 
comme condîlioii éloigna', rwi.-ni>Hk' iri pnmiiivr. Je vou* 
conlreiGii, doiic j'exiMi?. Fort bien. Main jfr vou& ooairc^iït parte 
quej'exisif. Ola n'est pas. pas plii^ qur r if tmA un pistolet 
pour faire uutcr la C4;rvdfe; donc je fais Niutcr la ccrvi 
parce que j*ai un ]>ï.'i(o!«t. 

Page làâ. — Parmi îa taMnH ii en rtt, dit*<tn^ ijmUîH} 
monde se condanuient à vivre dans la retraite ; or et 
pcrruader ^uc dont eeur-eit f amour des talent» ait Hi fimdè sur 
i'amiyur <Ua plaisirs phtfsiques, et surtout sur cttut de* femmsâf 
Cefmmcnl concilier ees inrcneiUMes? 

C'cdt qtfilA ne se concilieni \yo\m. You» voua Elite» une 
objection in&oluble; vous y répondes pourtani'; bienT c'est 
autre choeo. Que d'esprit en pure pcrtcî 

LAiK6ei lA toutes ces subtiliu^i dont un bon «cprit no petit 
eo payer* et croyei que quand J^eibnita s'enferme à rfige de 
vinp anu, et pa>tiie trente ans ftûu« £a robe de chambre, enfonce 
daritt lc*« profondeur* de U géométrie ou perdu dai» les lûnè- 
bres de la métaphysique, il ne pense non plus à obtenir tiD 
postu, ù coiicber nvrc tim- ft-imnc, à remplir d'or {un \iftu: 
bahut, que i^'il tuucbiil & Miii ili^mier loumesit. C«tt une ',iiia- 
cbEne à réfieiion, comine le métier à biM est une tnacitineà 




I. Ittiréllai r#pDiH] eu l'atipujwit «vr l'sinnple d« avuw i ■ L*4U| di 



NTITULÉ L'HOMME, 



511 



ourdissagi?: c^t un ^tre qui se plaît à m^iier; c'est un ^%^ 
I ou un fou, romnuT il vouk ]i1jiir4. qui fati un c^ inUni de la 

VotiiiDg« âe ftes seinblabi«a« t[ui dîme If <ii>ii di^ Vi^lugi? ctjmme 

l'aiarc 1c «on d'un iku : qui a aiiHsi aa pierre de touche ei son 
I ufhuchrt pour la louangi-, cnmmr l'oulrc n 1c sien pour l'or, et 

qiiî leiile une grande déiouverie pour se faire un ^la""! """"» *^t 

éclipser par son éclat i:clui de ses nvaiu, l'umque et le dernier 

iCTme de son déïlr* 

Vous, c'est la Gatiasin', lut, o'eftt Newton, qu'il a sur le 

nez*. 

Voîlà le bonheur qu'il envie et dont il joull. 

— PuisqnM csl hcurcui, ditca-voiis, il oimc les fcrames- 

— Je l'ignore. 

— PuiâquMI aime Ira femmcE, il emploie le seul moyen qu'il 
ait de les ot>tenir. 

— Si cala esi, entrez chez lui. prt^entes-lui les plus hellû; 
femme» et qu'il tn jouiiuie, it U condiUoii de renoncer à la solu- 
tion de c^ problème; il a^ le voudra pas. 

— Il ambitionne lei^djgnii^^s. 

— Offrei-lui U placedepri^mier ministre, t'ilconsenide jeter 
M feu Bon traita de Vffarmonù prèèiabliei il n'en fera rien. 

Kl von», en*isiu£-vo(ii4 brùiï' le li^Tff de l'Esprit ou V* Traité 
«f<rr//nfnmr^qiie j'etmnine, pom jouir dtr M*' Helvi^iius. vous, ui^ 
volopiueui, vouH qtii auriez cruellement compromis ^on bon- 
brur et \f. vftîn\ st vuiis ruHMr-ji ^urxt^cn ki^uIe-iuihui m\ moia À la 
pablicaliun <h yoite ouvrage? Je n'en croi^ rien'. 

— Il e-51 avare, il & la Miif urrlrutede Inr- 
->* forcj?± M ]>orie, entrez dana son cabinet, le pislolel à la 

main, et dite^ui : Ou la bourse, ou ta décoj\'erie <lu Cclnd 
4n fiiixions.n, et il voua livrera la clef de son eolTrcvfort en 
ï^uriant. Faites plus : étaler sur sa tnblc toute In n'^ducliott de 
la rich"«e, et propwci-lui un cclinngô; ot d vous tournera le 
do« do déJaiii. Que ta découverte qu'il refuse de vous céder, 
vous Tayci faite et que voua rtoyc/ asseï RC-ntreui pour lui en 
abafMloiincr Ibonneur, pourvu que, sa biblicllièque incendiée. 



3, Aliute *«ppiijiiA dut r^Sl^ari nnfr« ilci ^V'muirri ilo 5aïgCH>ai 



3ta RÉFUTATION DE L'ÛUVftAQE D'HELVÉTIUS 



( 



il H r««oWe à perdre «n vie dars U {HssiptTîon, l'tboDdance, 
les pîafiirs, U Jouissance de tous ce« bi<*ntt ph;K»}u«« qu'il 
poursuit A «on insu et par une voie si pénible et si ridicule ï 
VOU& ne le d^ierminere;; ps; pfuA qu'un hibtiu A ko fiire oUfw 
de jour, ou un aîgk & se faiie oiseau de nuïl. 

r'«xt i|ij'il estt ijti prificipf^ ijui m iVbAppi^ À Tkal^ttr, ei ce 
prtiicî[>e. 11* est fjiie la ntison ite rïionime esl un îmilninMîQl q«i 
cornfîtpond k loulc U vanfl4> Ûv rinsllncl animal; que la rtcc 
bumaiue. r&ïi^nilile len «ntlogue^ de touK<.s le:« sortes (Tuii- 
m&ux; et qu*â} n'est non plus ï>asftible de tirer un bomiur île 
sft clasMï qu'un Animal de la sienne, fiatis les dtQattirer l'un et 
l'autre, et sata ^t f«tigiirr brAucoup poitr n'en faire que deui 
80tte» béies. J'accoriliï que Tbomme combine d«s id<^, vnsL 
que le poiAsoa caçe et l'oi&eau \ok; mais chaque bootmc 

entraîné par son org&nisaiion.son cor&cière. son lempêraitteol ^ 

son aplilude naturelle i combiner de prirfih^iice tp.11es et lell 
idéca plutôt que telles ou telles autres* te basard et plus encor» 
les besoins de la ^ie disposent de nous à leur p^; qui le 
micui que moiT C'est \n rai»on pour l&quclle peDdant cptî 
trente ons'de suite, contre mon goùl, j'ai fait Vtntyctop^tr 
n'ai faii que deux pièces de th^lrc- Cesl h raîsoo pour laque) 
l« talents sont d<^plac^ ci lea états de U société mn 
d'bomnifii mallii^uieuxou de ."lujets modiocres, et que celui q 
aurait ete un grand artiâte, u est qu'un pauvre porbonniste ^^ ^ 
un pial juriâcoosullc. Et voilà la vCriuible liisloire tk ta vie. WÊ 
non loutea cea supportions sophistiquée où je remarque bca ^an- 
coup de sagacité aana nulle virile ; des détails cbannania et ^*^ ^*** 
cotisc-q JcncQS abaunles ; et toujout? lo portrait de l'auteur pi^r ro- 
po£<^ connne le portrait de rbomnie. M 

[Toutes ces a^aertions d'ilelvétiu» que f^ipiiHeni-clleaT^K-^Buff 
él&il nO voluptueux, et qu'en drculout dans 1c moDde, il s'et^vuir 
souvent heurté contre des personnels et dos fripons. 

£t de ce que je viens de dire, que coikelure7 Qu'on n'ai 
put tuujcuni la gloirct la hcbc^^âo it le.< honDcura, coidipi — ^ 
monnaie qai paiera les plaî&irs seneuels. l'auteur ea eon\i ^«nr 
des Tieillards. Et pourquoi un jcurtc boninae comiruiiiHB. ^nr 
organisé ne naltraii-il pas avec lei dî^MMJliaoa aux travers, 
rartust aux vk«a de l'ige avancé? 

Combien d'enfants, potir me servir de Ttipretiion prav»- 





NTrTULÉ L'HOMME. 



$1S 



btftle. ftH du bois dont on fait ta cirtlféf c'esl-indire propres k 
tout et bons h rien ! 

L'Avikrice tM le vice «les vi^illanK *'i il y a de» ^nfutts 
aTOTM. J'ai vu deux frtrcs dan» la première mfûnce. Ttin dou- 
naiit tout, l'autre scrrnot lout, et tou» lc!< dcui joumcllomcnt 
exposes sans elTci A la rfpnniaii<le contradi<toîre de leura pa- 
rents ; l'alQé Câ( reaté diaaipat^ur, le cadet avare. 

Le prîncc de Galîtiin' a deux enfants, un pciît gart;on boa, 
doux, simple; une pctUe Tdle runée. Hue et ifîndantà .nés vuesii 
toujours par d*^ voies détournées- Leui mère en eai désolée; 
jQHqu'Â pr\-îWJit il n'y a ncn qu'elle naît fait pour donner de la 
franchise à sa petite fille, sans ^ avoir rèusfti. M'où naît la dtN 
fi-reiKC de t*^ d«ox enfants h pcmc Ôgi's de quatre ans et tous 
le» deuKègaleuient i-levê* et KoigiKw par leurs parente? Que 
UïBii se corrige ou ne se corrige pug, jaunis llimttri ^n fr^re 
ne w tirera comme elle des intni>iieB de la cour. La leçon du 
maître n'équivaudra jamais â la Je^ou de nature'.] 

Saim aucun be.soin ni de richcAfte, ni de plaifiirK sensuel», 
Hetv«iius coropoâe et publie son premier ouvrage. On sait toutes 
Ic6 perBèculions qu'il ^«i^uya. Au milieu d'un orage qui fut \io- 
leDi ei qui dura longtemps, il s'écriait : " J'aimeraiiç mieux mou- 
rir que d'écrire encore une ligne. ^ Je Técoutais et Je lui dis : 

■ J*euis un jour À ma fen^tn*; jVntpndsun grand bruit «urie? 
tnih» qui n'en »ioot put éloignées. Un mofnent aprè», dtïux chat>ï 
lOQibent daiu la rue : l'un reste mort sur la place: l'autfQ, le 
tenfre meurtri, les paties fmissiV-s n le iriuveau ensanglanir^, 
te traîne iiu pîotl d'un i-KcalJer, et là il se disait : n J« veut 

■ moufif si je remonte jamais sur les tuiles. Que vais-Je 

■ clwrcber IàT ttuv. Muiri^ t\m tnr tant pas le iiunri'nM frinnd 
« (|ue je puhi ou recevoir Mitis pêijl de la main de tua mal- 
% tresse ou voler k son cuii^inier; une cbatie qui me viendra 
« chercher sous la irjuise. si je sais Vy attendre ott l'y appe- 
« 1er... 't Je ne miûfi jusqu'où il poussa cette pliiloMiptiiei mai^ 
tandis qu il se livrait a ers rrflc^ioua D»?sca sa^es, la douleur de 
aa chute «! dissipe, il se tàte, il ne levé, il met deux pattes sur 
te premier attiré de Ta^CAlier, et voilà mon chat «ur le mèiiic 



t. DîilTBt ItffMH flbM oo pria» qaànâ U éerlTÉtl caU4 htfulaliom, 
,l^rM(lvpjuaM0uaLnicruc1j(jUEi«HtfQuii3pii4ua la Hdmdini 4A Kfclfaoa. 




$\h RÉFUTATION DC L'OIÎVRAGE DHELVÉTIUS 







\o\t donl il élAÎi UtmH et où il &e dirait reRrtmpfr d« sh TÎe, 
T/xnimal fait pour se promon«r Mir hr>ï fati^, s'y prom^a*^. > 

Sans aucun besuîn ni de richr^s^^Di d'bonneur^, ni {Taucuiu 
plaisirs s«iiAtids ou avec lis* moyens faciti^de «e les pr^Kurer* , 
ifdvt>iius fak un secopil ouvrage, ei reninnte ^tr W m^me falU 
doiilaspf<»ni!r chulr. riiiHi^ liîm pluK Achvu se que b première. ■ 
7)f ipwum rfnwuïei -tondes W auin». cV>t fart bien fali, niaift | 
ne vous i^orez pas voua-mèmc. QiiH était voin^ but, lorE<lii>8 
vot» ^kriviex un oiivrAf:^ r^tii ri* dnvaîl paraître qu'aprts mire 
mort? Quel est te but de lant d'auire» auteurs aainoycnes? D'où 
naît danr* rhommc cctk fureur d« teDicruoe aciioii aumûinpiii I 
où die devient périlleuse? 0«e dini-vous dfl tant d^ phifoâo- 
pbcs. 119S roiitcmpoTnma et nos omis, qui gourmaDdeui »! fière- 
ment U:« pi^treH et les roisT lia ne peuvent se Domcner; Us iw f 
pûuveni avoir en vue ni la gloire, ni J'iniér^t, ni la vohipt^; où 
em la fctnmc avec laquelle ih wulcnt coucfaer, le po^ic que 
leur ajnbition fie promet, le flot de la ricbesae qui rouera sur 
eu.i7 J>ii connais, vt vous en connuseei voits-niônie qui jouîa- 
vent de i*>tH ce* avurnogen qu'il» dtidaignciilt parce qu'ils oc _ 
font pas leur bonheur, et dont ils seraient ipriTtfS sur là plus I 
I^ro tndJ&crt-Tioii de leurs amiâ, sur I0 moindre «otip^on du 
nagieimt. Comment r^soudro^vous en dernière anaU-«o â doi 
plaisint scofuels, sans un pitoyable abus des mois, c« g^^némn 
en thoue infime qui les expose ft U p?rte do leur Uberti^, tie leur | 
fortune, de leur honneur m^me et de leur vieT ils sont îndiRUèi 
denoft pi^Ju^: il» ^mireentsur des erreurs qui font le'«Dp- 
plicr de tiotri! vifj; du milii?ii tint n^nftbres où doue Dout agîloos, 
fléaux nW]im(|ue« les unf« des auirea, o* enianri leurs YOti qui 
nous 4|i|)ell^ut à un meilleur soii : c'est ainuqu'JU » itabiag«ot 
du besoin qu'ils ont di- r^éi'hir et *iv nu^diier, «i qu'ils cMent 
au ptnirJutnt ï^u^ilTiont n^.u drin iiaiui« cijltiviV|ttr Téducadon, 
ei  la b^Miié île leur cxpui' hs&é de vDor et de soulErir &ans mur- 
mure Ira ruant dont nclle pauvri^ bunuii:ît^ tvl aj crurlIeiaeDt et ■ 
depuis si laik||;ieiiip:^ acoihlfV, lU la vengeroot: oui» ibï la ven^^ ^ 
mol; di he le disent a «ui-nn^mes; et je ue saù quel esi 1« iler* 1 
nier terme de leur projet, si ce daQgcreu:^ boufu?ur ne Y^m pas. ■ 

Sta V0U9 rnicmU, îl^ se flattent qu'un jour on les nnmnen, 
ei qut; leur nit^niuii'e sent i^emelleairnt honorée parmi lea 
bonimca. Je le veux ; niêiB qu a de commun celle ranilê bérolqne 



1 



INTITULÉ L'HOMM£. 



I» 



avec la sensiliilité pbysique v\ In Koriv <lc ri^coiniwnse abjecte 

^ IIh iïiiiîiHKitt «rav^iK'^ Je la (Toiir^ nii'lnilit- de ri? i^Aïu't^ii 
lointun île voîx À venir ci occupt!-vs k l(% célébrcy, ei If^ur coïuf 
en treaMÎllit' de joie. 

— Après f 

— Et ce Ireaaaillcmtïiil Ju cœur nç supp(is(>'t-E] p» la Dcn- 
sJbilîtr phyftiqne? 

— Oui, comme il suppose un cŒur qni tressaille; mais la 
condilion «ans laquelle la cho^ ne peut tivt ta csi-elle le motif? 
Toujours, toujours fe tnùme sophisme» 

Mon ami, votre vais*waii fait eau <ic toutes parts, cl je pour- 
rais le couler À fond par l'exemple de quelques liominc:» ([uî 
onl oncooru ri^iominic et qui l'ont supporti^e dans le ailoncQ 
pendant u-ie longue nuiie il'ann^'^eA, M>uionui« tiu kûuI i<spoir de 
confoirdre un jour leurs injustes concitoyens, par ï'ex^ution 
de projets d'unt* utilité publique qu'ils mOditaient tm secret, lis 
pouvaient mourir s«nh' v^ngcnfic^*; iU .<ont panenuA à Toxtr^jne 
vî«il]«ue avant que de se venger. 

Quel ra^^rt y a^-t^il eutn^ l'hOroismc in«<ïnsô de quel^ptcs 
hommes religieux et les btens de ce monde? Ce ri'e«t pas de 
coucber avec une jolie femme, de s'etiîvrer de vînK di^Ucieui, de 
ict> plonger daii« un torreiH d<' voTupti^j-i Kr'itKnetles; iN ftVn pri- 
vent ici-bas, et Ils n'en esjï^i'eni \muî li-haut : ce n'est pas 
il** n-gorgiTde richesses; ils donnent ce qu'iU en ont, t^tm: sont 
persuadrs qti^i} t'sA plu^ rlinîrilr a riininnit- rkhr de sr sauvi^r 
qii'au cbajneau de passer par le trou d*iiiie aiguille : îlsn'am- 
liîlioontMit point de po^tr rniinrnt; }t premier prnii ipc- dr leur 
morale est le dHatn d'honneur» corruplciw^ et passagers. Voilà 
ce qu'il faut expliquer. Quand on établit une loi géniale, il 
fsui qu'elle t'ml^^a.<^e tous le» phénomènes, et les actioai de la 
9a^G«S€ et les ^-carts de la folie '. 

Hal^ l<« défautâ. que je n.-prcitd» dans votre ouvrage, ne 
croyef pas que je le ru^prise. Il y a cent bellea, très-belles 
pttgC!»; il founnillc d'obsersations lincs et vraies, et tout ce qui 
ne blea»e, je le rectilierai^j en un trait do plume. 

I. Dtdnnt 4d i«dilC£ninntont ttauttilUt, <cmjw UontoAqnleu. cl irnamUê 
aman Dou» fcHrouB uJoBni'Jml. 



$ï^ RIÎFL1Ï\TI0N DS L'OUVRAGE D'HELVÉTIUS 



Au lien il'oflirmcr que rééducation, et l'éducation seuJe fût 
\esi hommes ce qu'ils sont, àiu^ seulement que pm t'tn fmU 
que vOM ne U croyics^ 

Dites qac j>(7un<rtr noë iruvnuxt ^wt sacrilke!, nos pelDeB, 
nos plaisirs, nos vices, ooa vertus, dos passions, nos goûit, 
ramour ck la gloire, ïe dâeir d» la consïdéiuioci publk]«e oot 
un but relatif aux volupiû) s«ASue11es; et persoRoe ne voua 
conirt-dira. 

Diles que la diveraîti^ de l'orgHiiiMiion, l« Huidt-s, fes 
solidt^* Je ctînut* les alinieots »nt vn^inv 4'influrnr^ ^ur ^ 
talents quoD oe le pense communéineTiC, t't w>vk i9t^nMi% âe 
viUrrt aviK. 

Dii£s qijt? les lois, left mœurs, îe gouvernement sont in 
rartfrff prinripnUs de la diveraiv lîc» nations, et que si c«tC(- 
Jji<iiitutL<>Ei piJjliqui* iitf sitflîl pas pour t^f^ater UD inâivîdu, 
elle nïct ib niveau une grande ma.<«sG d'hoTumca à une graiMlf 
niAJtKr; rt miu» bi'ÛM<'ri>n,« In t^tr^ drvant l'rriprHrnrr dr-t Mèclrs 
qui nous apprend qiit^ Dt^innsthène, qufî lalirtee ne reproduira 
paï, peut fic montrer ua jour ou ^ous I^s frimas de !a zone g1»- 
clalt!, ou sous le ciel d'airain de la^ouc torndc. 

Votre logique n'est pas aussi rigoureuse qu'elle pounii 
J'ètre, Voua p^ii^raliseï: trop \m couclusioua, nuta voua n'en 
tu^ pas tnoins un grand moraliste, un Iréâ-suhlil obacrvakur 
de la nnturo humaine, un grand penseur, ua excellent écrivain, 
et mdmi? un beau gt^nic. T4che£, s'il vous plaJt, de vous coDleo- 
ler, vous d<.' ce mérite» ei vo» amis de «jl (loge. 

Lu dilTf^rence qu'il y a entre votjs et Rousseau, c'est que Is 
principes de Rousseau sont Taux et les coosi^vences vnîoe;a« 
Heu que vos principes »oni vralf ei vok cons^ucnces fuinea 
Les disciples de Rousseau, en exafi^raul se^i prindpes^ oeeerotl 
que dea fous"; ei les vôtres, en tempérant vo* cODs^ucom, 
i^erORt deJi sages* 

Vous êtes de bonne Toi en prenant la plume; Rou&eavn'fH 
de bonne foi que quand il U quitte t il cat la première di)f< i' 
seii >jjphi«iiCK. 

Rousseau croh Thomme de la natui^e bon; et vous lo croj^ 
muQvûs. 

I. CaiDbica c«la riuh ttiJ \ tl conRto la pnun n^ pM Mréél 



INTITULÉ L'HOMMK, 



917 



HousE^&u croit que U sodétâ n'e^t propre qu'A clËpravcr 
rhommo de 1* nalureî «i voj» croyez qu'il n'y a que de bonnes 
lois sociale» qui puiftseat cotrigér le vice originel de la nature. 

Bous&dau s'imagine que tout est au mieux dan» ]e^ for<ïi««t 
loutau piuK n^al (laii« lei^ vilfea; vous pen&e£quetoiit«At afiaes 
inaJ dai]s le* viïtc», mais que lout «fit au pis dans Jes fordu. 

Rous^au écrit contre le IhéÂtre, ei fwt une comt^dic; prA- 
conifïr- Ibommu Muvnge ou qui ne s'élève point, et compose un 
traita d'^ucAtîon. Sa philosophie, s'il en a une^ est de pièces 
ei de morceaux; la vOtre est une. J'aimerais peut-être mîfîux 
être lui quc^ vou«, mais j* aimerais [fiieut avoir fait vo8 ouvrages 
que les aieiid. 

Si j'avais son éloquence et votre sagacité, je vaudrais 
mieux qut? tous tes dcui. 



ai 



CHAPITRE XI. 



ci rfluwrur. «ord dii paradoxe qtie les désits vt les avi-rsions 
«e r^umDi en derni&re analyse k la poursuite des plaiiiirs son- 
BÎbleft et à U fuite des peines physiques, revient au paradoxe 
de l'inégalité des talE^nis, 

Page 1 SI - — Ij^ mémoire rxiraûrdînairts font Um /rttdtts, 
tî ta médUaiion Us hommes de génie. 

Le second est faui. 11 y a de« faomines & qui l'on peut dire : 
Médite, méditu tani qui? tu .voudras, tu i\r ironvrras non. 
Freppc U jiiAr|trà demain, on ne le répondra pas, il n'y a pcT- 
aonDe... Et le premier est un résultat d'organisation particulier. 
AppHqu'.-i cptiii-ri k Vérudiiion, celui-là k \a tnr^diinliun, ft 
vous Aurr^ un pauvre penseur et un ^rudît du i:i^iinnun : l'un 
n'invtmiera lien, l'autre perdra le don nalurct. 

Page ÏS3. — Qu'un FrançaU ptofr ^urtqurs tinnées ri 
tûndrf^ ou à Florenctf il Mura bientôt Vangtaia tt titalien. 

Cda eat cootrairt À l'expérience, quelles qu'en soient les 
raÎMKis. De toutes le» nations européenne? la française est celle 
qui montre le nvoins d'aptitude aux lan^ueK vtvaale^ (étrangères. 

Iji nature donru donc pliu de métnotre que n'en czi^e ia 
déeùucerie de* plus gratides vérités. 

Je rigoore. 




518 RËPDTAT10N Vit L'OUVAAOG D'HELVtTlUS 

H Tt'fit qu'unr diffhmtt r^Ut ti rtmorquabif mtrt la\ 
inémairfty cent téUitdttr.... 

Et la ténacité doncT il me semble que ceux qui apprermeai 
facilemrnt luililîenr, <I« rn^mr, et que ceui À qui il en râdie pour 
■ppr^mlre reljeonent faniçtemps. 



CHAPITRE XII. 



Page 15^. — " V 'ï ''"'^ *"**' 

Oui, voilA ie^ cinq ti^xnoins : mais le Juge o<i \ç nippofieurT 

Il y ft 1111 i>rgaii« partie til i cr , le cerveau, auquel lefi cinq 
irmoiiu font leur rapport. C«i organe mentait bien un cmoeD 
particulier. 

Il y a deux «ortcs de stupideâ : les uns te sont par des sens 
hûbvt^, tes autres avec des sects exquis, par une muiviise 
conformAiion du ci-rvi^nu. C'esi où j'utt^nd^ l'autemr, quî Jusqu'à 
pr^v*nf H prix Vcmiil iicHzeviiiirt* \x l'ouvraj^e |MMir la ratsoo de 
l'ouvrier, et quî a*eât épuisa À dire : il faut uQe M:«e poor Mcier, ■ 
et qui n'a pas vu qu'on i\^ sciait pa?* par la ranoti qu'on avait 
une wrif , 

Il faut sFiitîr pour *trc orateur, érudit. po^ie, phtloiïiopli«, 
main en u'e^t pA.s phiN>M>phrr. po^lrr, orateur, érudit parc« que 
Tmi -M'iit. P»UT dtrhîier et guûter lea plaÏMiH, pour pr^ioîr ei 
iWil«r leA peines, il faut de la acosibilit^ pbjrjuqu^. Hxt^ pour 
connaître et *rvilrr le* ptmp», pourdisircr z% goûter les plai^in, 
il y a toujours un motif qui ae résout en autre cbone qtie la 
fteusibilitj^ phyaiquc qui, principe du goâl et de l'averûoa eo 
général, *n' est la raiaon d'aucune avcir^n, d'atKun ^t parii- 
culîer. La ftûnsibiliti.^ physique est & peu près la mCiiK clana Cûu«,« 
el cJiacuo a son bonlirur particulier, f 

Page ibid. — Tous n'ont pat Um mfnu» crHilc$, rrp^dmi 
dam un fùncert^ au mouvan^ni dt certaine airs, tous icâ mm* 
cUnij tout. Un d'm*curr d'un opéra H tous i4* êoidaU £, 
bataillon partent é$aUmcnt tn mesure. 

Premiferemeni* cch n>-*<t p« vrai ; et quand c^la serait 
tous auraicDt-ils la mOm<! dii^poi^ilion a Tari musical, en ïieraiesii- 
Ua paiement aJTectea, en ferait-on indistiiictcincikl des wni* 
cJendT 



I 




^INTITULÉ ITHOMMÊ: 



S1^ 



?(u]Te fnduciion conciliant' k tiret des s^mpiômes extérieurs, 
CcliU-<i ne seul que faibleiuenT €i parait trarsporn^; celui-lik «tit 
pénétra d'une «çnsAticn profoiulr: vi pArnlt iirmohîfc ^t froid. 

Il on ext arriviS À Hdvi>iiu>i comme aux <^hercFieijrv ou de U 
quadrature an cercl? ou cIp la pi^nTr.» philoKOpbak : c'est de 
la faao r le prubl^ne insultililr', et flt^ rtritcmiti^r, thf^rniti raisoni, 
quelques vérité* pr^îeiise.s- Son IKre en est un tisHu, Les 
hommes n'en «vroiil pn^ p]u% légaux : Jnab b nature humaine 
«u sr-ra mieux comme. L'éducailou ne nouH ilomiem pii?s ce cjuu 
la Dature nous aura refusé: mais nous n'autûn^ plus de cun* 
Sauce dkns celte rcssouixc. Tous uùh désira, loiiCcs ras alTeo 
tioitï ne Ven rt^soudroiit paa davanlagc en voluptt'H &eiisneIleH; 
mais le fond de La csvemc sera mieux Ochin:. L'ouvrage ?iera 
foujoonf utile et Agréable. 

Jèîd^ — Si cutrc Ic;^ hommcfi les plu» parraitcmcnt orga- 
niser il eu est »i peu de spiritouls, c'i;»t que l'esprit n'e$t paa 
It résultai de la fîncBS^ des sens combint^e n\r^. lu bonne tdu- 
catioD ; c'est qn il C8t encore autre diose que rcxccUeiit:€ ut des 
iteas et de l'ai^eignement ne donno pas. 
^H l^agi! 155. — L^ff fftnrneu dtgirtit tont mm. 
^1 ^ D'accord, 
^f — EIlCH «ont mal devêf^'s. 

— tV^fl-mal... Mai& leur ûrçani^ntion délicate» nuli leur 
aGaajeittBemetït à uii« m&Udie périodique, à de» grosMAses. 4 
des couche», leur permettent-iU e^Kc force ei cette coiuinuitë 
de méditation que vous appelez la cri>atricc du ^tm ri b 
laquelle vou« nUribijei loule importâmes découverEcT Ellea fout 
\ti premiers pï« pluK vile, nuis telles ïtont plutât lasses et 
9'arrtieiii plus prompieroent. Moins noitfi en espérons, plus 
nous itommfti faiûlfA JL coïtif^n[>-r, Lfis Temnit^ et If^ grands 
a'îUu&trent à pci de frais ; ils ne sonl eiilourr^ que de flatteurs. 

Le petit nomtiii^ de ftrmmes de girnît* fnit exception et non 
pas r^çle. 

Ibid,^ — C'est qu'il ne faui paa examiner les sens reUti- 
vcment i t'enel général de leur codcjouts, sans y faire entrer 
l'organe corrélaxif, la lete. Séparer dans cette comparaison un 

1. ■ I>r quelque DuniAr* qu'an Ini^rrofiTlVipÉrlHiirn, «Ua r^ftonitri tntijaurtqiM 



ASC RËFLTAT10N DE L*QUVKAGE Û'UELVÉTIUS 



^m ittfùts de l'Atilrc, c'e9t aimer à rCTreur^. Il n*eo est pu 
aîneâ de IWuncn psrticulter de chooiD d'eox, considéré rdu»- 
veiiH-ni imnobjel. 

Toul clAnt égal d'aillcsn, cdnt qui « le paliïa obtos oe 
serApuauMÎ bon cutâinier que celui qui l'a <îf^lkaU 

Le myope sera moins bon observateur des ^ires, moia* 
bon peintre, moin» bon «utouro, mom bon ju^ d'uo tableau 
que celui qui a la in» eicQlleiile. 

Si tQiro enfant manque d'odorai, il zDDuxra de faim doos la 
boutique d'un paKumcur. 

i> il n'a pas le loucber exquis, il ne i<»irneru jaaai» igftlc- 
meot un petit pivot* et Romilty' vous le nuTefra. 

IJtiel pUkif voulez-vous quM preciDe, quelle perfection 
voiile»-voiia qu'il atieigru* rliii^ l'an d'imiter U nature pur \^ 
îtons, t1l a ie tympan racorni ei Toreilk dure ou fauenf II 
biillera à l'Opéra. 

Il a ses cinq «easesc^llmto, mai» Ja leic m mal urganiBée i 
les ieiiioin»i «ont fldMesi, mais !e Ju^ e&t cumMDpa ; il ne sera 
Jamais qu'un mU 

PagP 117. -* CtHT»n«T]i. inaii^i*iJr Elelv^Ut», le cboix du 
lait n'cwt |m& indifTérent dum rnifanc-^t et crJgi deK alimmu 
\'&l dans y^r. AjJultel 

La dtfférrncc de ta latiitidf * n'a tm^umr- iuflufnrt ïur Ut 

Je D'en croi» rien, ne fikt-ce que par la raînan que louti' 
cauie a »oq effet, et que toute cause ccoatanic. quelque petite 
qu'elle «uît, produit un gruid r-Mi avec le leinpv Si vWc par- 
TÎent à constituer Tesprit ou le caractère Datlmùl, c*eai beau- 
coup, aurtout relAtircmcnt k 1a culture des beaux-ans où U 
diJfîfcreuce du bon à tciccllcnt n'est pas de T^paisseur d*un 
cbeveu. 

Ces êiMTCiotis giïoènlea sur le ciel, le dimal, Ica aûaona, 
les allmeaia aont trop vagues, pour devenir décisives daaa une 
nifllidre aua&i délicate. 

Croit-on qu'il soit indiffèrent aux babiUnts d'uQc oonlrée; 
à leur mouito^ de ae nourrir, de ne vetir, de s'occuper. 4r 
aentin do pooaert d'être humide ou sèebe, eouverte de foritt ou 



t. « bel k noBnirun. ■ Sh fiViMUM. 



INTITULE L'HOMME. 



Sîl 



découvffru? , firidv et mmita^euse , pUte ou mir^^cAgiMise , 
plviigi^ flsns des mrils <1« dix-tiuil heures et ensevelie sous le» 
uei^^ti peiiJjuit buil ixioisT 

Lg!s cornniei\AiiU Je Paris voua dironi quel vent r^ne en 
lulie. 

Cfi.vn *\\%é h fureur de Vhîslmre nnliireirc a^duii buk Tles, 
y perdent subitcneat leur eulbûuâiasine et Lombeai danti l'inMO- 
tion et U pu«me. 

ien jour^ de cbaleur iiotih Arciibleiii, et noQS sommes ÏDca- 
pabl» de travailler et de phases. 

Si le clîmU et les alimcDCs iDflucat sur ]es corps, ils icjllafjil 
nécattairemeni fiur les eâprib. 

Pourquoi noA jeunes pcLncrcs, reveoua d'Italie, oni-ilx à 
pcifie po-Hâû quelques annéeei à Pnri«> qu'iL« peinent gria? 

D n'y a prcsqoc pas ud homme, dans quelque centrée que ce 
»0i1, <toiit l'bum^ur ne se ressente plus ou moloa de Télat 
Qâbuleui ou serein de latmosphére. 

tJae atmofpbûre nereine donne-l-elk de la gaici^, une atmo- 
sphère nebuleuBc de la trisiesËe? oq a'cji apercera plue ou 
moins dans le caraciirn ei daDS les ouvrages. 

Pte donnons pas ti-op d énergie i'c«a causes, mais n'en 
réduiaoDS pas l'efl^i à Hen. 

Le climat inf ue sur le gouvernement aans doute, mais le 
gouverntuiïeut tiidtie bien li'urie nutrv manière âur les ^«prîtG; 
j'en conviens; cependant 'ious le même gonvemement er. sous 
diflV'renjK rlinmis il i.^l îniprifisible qiji' le^ i?£pnlâ se lessejnhli^ni. 

Les plantes des montagnes sont «èr_bes, nerveuses et éner- 
giques; les plantes de la plaine sont molli», succ.ulenteiS et 
faibirs. 

Lea babitanUsde la montagne aout aeca, musculeui et cou- 
rageux; les habitants dr la plaine sont graï, lâches, mouH et 
rrp1>ftH ; et honmie» et animaux. 

Les babiiant^ des montagnes deviennent asUimaiiqueft ; le» 
habitanta de la plaine périssent bydropique«. 

GommentI le local exercera si puissamment son cmpLrt eiir 
la macbinc ontiènîï et l'âme qui n'en est qu'tine portion, el Ve&- 
prit qui n'e&l qu'une quali»^ de l'âme, et les productions de 
l'esprit en tout genre ne s'en resseniiroot pasl 

En quelle contrat tjouve-l-ou les crCûnaî Uan» la contrée 

II. n 



»3S BÊFUTATION DE L'OUVRAGE D'UELV^LUS 
de» golti^. où l'on appelle Tes cous buis goitre cùum dé gm, 

CVst qu'il est bien diflidic de fure de la bonne iBé^>ti]r- 
siquect de la bonac oioraJc sans itrv iLoatombtc, nalur^iislei J 
pliysiologi»tc ei médccia. | 

Page 157. — Lsspèrea ta ptut tpiritKtiâ n'ençfndrxrU w- ' 
vaU que de toU enfanU, 

Il m'en e»l venu une raïâOD oAsea atiaj^liËre qii« je doone 
pour ce qu'elle vaut : c'est qu'il en eût des reeBettbt&actt 4e 
r«prit comme de celles du corps, qui ont tle« sauts. Le tri- 
saïeul dd cet bomiDe spiriiiiel était peut-«UQ un homme daj 
génîa. 

Bnauiie je dtral à l'auteur: Cas sots «ikf^ts, tflstis de puoai 
qui ont de t'esprii, «ont cspvndani bien organisa. ^' 
donc paa qu'iU ont été engendrés sou, mais BOaienex fort et 
ferme qu'ils auraîçni eu auEani d'esprit qae leur pftre, l^ 
avAÎt'oL ri:gu In mf^mt; t^lu^.■li[>t^ «:t que les scdiu qu'on aunît 
pris de les élever eussent Acé sec^ud^ des mfimes haj:anb.T>« 
avec parl6 dansocl endroit «don Eavéril^, maïs non pas tiMli 
fnil Kcliin voLrct sj'HtÈiiLe, coiiuim il ftnivftra lûujoiint, d'îmdns* 
Unce, à tfiux qui- soutiendrooldâs (lanulcuaat. INkit les 
prendre en contradiction, il n'y s qii'& les laisser lËre. 

Ibid. — ltut detkommet degêmt de tovU tmiUe^ de 
Mùrtet dt conformai ion. 

Craye£-vDU£ qu'il y on oit beaucoup à t^le en pain de suça. 
à tftlc aplatie, à crine étroit, au rejçard éteint? Les yeus pw 
et hi\^ ne tiennent-ils pas ordinairement ce qu'ils ptroneuait? , 
Et les bouches béantes, ci le» mAchoires peiïdanies, elc.T ■ 

Un homme d'esprit a quelquefois l'air d'une bdto; maia il (H n 
bICQ plus rare qu'une bClc oit l'&ir d'un boAHio d'eqinl: t< 
loT^u'on ae trompe, c'est que l'homnae bftte éat bien pliubêtt 
qu'on ne le croyait. 

D'où je conclus que toutes ces aJïScrtio«is soDt bnanlétt. H 
que pour les accuser d'erreur ou les admettre cotnmc des v^- 
t^, nous avons Iiesoin d'otiservations très-fines qui n'ont jamiii 
élA faites, et qui ne se feront peut-être Jama&s. Quel est V»m^ 
tomlste qui se sut avisé de comparer Tintérietir de la lèis iTi* j 
«luptile k l'inlérieur d^ la t^ir d'nn homme d'esprilTLs tlM i 
n'ont-elles pas aussi leurs physionomies en dsdassT ei <*" ' 



^ 



INTITULÉ L'HOUMK. 



323 



phyKtoiKMni««, si rtn&tomîste eipérimeoté les Gonnuaftut, ne 
loi dinïeiii^Uea pu tom ce que les phpioftomie^ eit^rieures 
Im annnncfTiit à ttti cl i^ d'sulres pen^nnes avec luit de certi-^ 
tude qu'eUeii ni'out protesté ne a y eti^junais iroiupéT 

Avec un pm pin» d altencioD» rauteur bik-uI soupçonné que 
djuiK U rjiiQbiiiJWiW) de» ÉÏËmr.iibf ijuî consUluent TbamniQ 
(f esfMÎt, il en avait omis un, et peut-élre le plub irnporUitl. lït 
Son soap^ofi n'aunÎL p«a ét^ trop mal TonHé. 

Oi élémeat, quel eal-ilï — Le carreau. 

Un seul f&il bien cooiiu auruimodifi^ toutes ses uaertiooa ; 
c'est que le nihilisme qui éiend la caparité de la t£tc outre 
nuflure, rend rintdiigenœ dca enfanta pn^coce. 

Page !SR. ^ Uait mppM&m dtau th^mmc %tn satâ tatré- 
m^meni/mi qu'en arrivêrail-H? 

Jfi vaic voufi \q dire : r/est qu'il serait réduit i la condition 
animale; il ne serait plus un «tre se pcrfectionnanc cfi tout 
genre, mais un éxtv voyant. Je m'explique. 

Pourqnoi rhomme est-il peifeiidble i*t poxirqiioî l'animal ns 
r«sl^l pxiT 

L'aniroa] dp Vcst paa, parce que sa raison, s'il en a une, eai 
domîfitlw par uii !«ena dt^^iote i\m la subjugue, Toule l'imc du 
diïrj] est au boni de <ri)n nci, cl il ^a toujours flaîraiil, Touttf! 
rime de l'aigle cat daiiTf vi(^n ϔL et l'aigle va toujours regar- 
dut* Touie i'&jne de la taupe est dans Aoa oreille, et dlevi 
Uni jours écouiant- 

Maitf il n'ai est pas ain^ni de Thomme, Il eal entre ses sens 
ane telle hannenie qu'aucun ne pnUominc aasex sur les autres 
pour donner la loi À «on enf-ndcmcnt; c'efll son enteDdement 
au contraire, ou l'organe de sa raUon qui tM le plui fort. C'est 
un juf^ qui n'est ni corrompu ni subjuf^ue par aucun des 
léoiofos; iJ conserve toute son aTiiorité, et il en use pour se per- 
fectionner : El combine toutes Mortes d'idées «t de sensations, 
P&rce' qu'il ne sent rien fortement. 

Ainsi l'homme en qui Tnule prédominersii les autres sens à 
un extrême <!egré, ne leur lainHerrut qu'autant d'eiercice que la 
propagaiioQ de ^espèce el la cen.4ervation de rijidividu en eii-^ 
gersîenl; dans tous les autres instants, il serait comme la taupe 
dont riuilfT* fvtrntit du moindnî petit bruit, ua être écoutant, et 

iuom écuutatiu 



^tU' 



m KÊrCTATIOM DE L'OtVftAGE D'HELVÉTIUS 

D'où il s'ouiiit que l'biMQnc de gétiic cl U bêle se Ui 
cbent, parce qu'il y « duift Tua et l'&utrv on crgtnc prèki 
nantqui }es eotnlre înviiKÎblmient à une seule aorle <l'o<X[ 
p&tjon, qu'ils cxecuieut parfaiI«aitQt. 

Le même principe pousç>« plus lom expliquante comnent li 
jeuiM birondcll^, qui n'a jnmus fait de nid, s'«d lire auM Kn 
que fti mère; comment le jeune reavd, qid a'i jinais crcqnf 
de poulet, fofce udc bus^-cour aufisî ftdn>itemeoi que mo pm. 
IUi« ce n'exl pu le Umi dVnpoi&er ma philosophie; tu ikk 
est d*eiuikÎD«r la philosophie d'uo autre. 

Ibtd. — Ca timaatioru wn/ourt tiMln amterrffmmd k 
même ntppitri entre ettes. 

Cela ne peut : majs comme l«t seiu i^'in^^tniiaent r^îprow- 
iii«nt, le rappOft doi sea^baliooa de Torgani* riquifi varienî' 
néteHHai régnent avec les autres. Combien de chuM^ ret hovuK 
DOUA appr«ndraitï combien de Taite it noua donnerait à i^riAfr' 
combien il en v^nfieTatl lui-même par âc^ evpérieDcea doatîT 
pourrait toujours annoncer ie reliât! De ounhîen de îenm 
il nincliimit U langue! Songei que Ica ol»emtk»a de aaa«l 
merveilleux ne pourauat jamais élre en eoDlndictioa t4A 
avec les obserraïkma de nos ycoi ordinaires* Âuppoftec qa'in 
bommc eût la yim aascs fine fMHU" duocmcr feâ parikulei àt 
Tair, du feu et de l'eau ; de bonne M cet boniinc ne noua mh 
virait de hen. J'aimerus autant aaaurer qu'un aens de plu Iti 
aurait ^tv accordé en pure perte potn' lui-mAoïc et pour lei asM- 
Iti4. — C'ne seraalion n*e$t fWim fait de pfttâ, 
tne sensâlioD fortuite n'efit qn'uu fait de pliu^ ouii m 
sensation produite par un ot^ne cxquîa et prodig>eni cal u>» 
multitudf^ prodigieuse de faits: c'C6t la réunion du icJescopeei 
du microscope. Le microscope nVt-îl enhcbi la pbysiqtie ^ 
d'un taitr 

Vn fûii iC^jm00 rim à raptitude qm tu ktmme» m « 
leêprit. 

Parler ain», aprte aroir dit ailleurs que l'éducation, fi'a 
hasard ^t le géoiel Esi-ce qu'entre tous les hasarda po^^ 
robftorvation de tel ou tel fait n'cfit pu le pins beureui?-^ 

Hy a tel ftn'i aufttet ta sdewt tM Fari doit an im$tênft, ^ 
tel antre avquei U doit $es proffréê, 

Heh^tiiifi dit hlaDC et noir, selon lebesoîa. 




IKTITULE L'HÛMMC 

Ibid. — Uit Ui homme parviendrait à d<$ rétuJtttti incom* 
munîcMet aux autres. 

Pourquoi <toncî Sj dous ne pouvions arriver à aea r^ulut* 
par le discours, pourquoi ii y Airiverion-^noua p«ft par Téducu- 
ûoii et par l'cvpéricnccî Mais U y a plus : ce qu'il apercevrait 
lierait rcblif à U longueur, lai^ur, profondeur, solidité et 
autret quaiitt^ji physiques, sur lesquelles iJ pourrait s'expliquer 
tr^^^-ciairGinefiti ot telle serait la dilTérencfî entre un senît per- 
foclionne et un sens nouveau, u L'homme au ficos pcrfoctionné 
ne noua entretenant que de qualités connues, serait toujours 
ini«lligiblr: l'auire nou$ entreltinant au conirwe de qualité 
incoonuea, ne poumit jamais ^tre ent4^&du. * 

nous senions tous divenem^ni, ei nous parions loua dt 
iii#inp. 

Si Ton Jiaisil ahSta gé«iéralem»^nr le» vérilés ontetiuts dann 
In ouvrages des Locke et des Newton, qu'est-<€ que cela 
prouveT Que lou» awei g^n^alemcnt ^(aienl capahl&t de les 
découvrir? Je le nie. 

Fage ISfi.— A proprement parler, les sensabons d'un homme 
aodl tncoinmunicabl<:5 à un autre, parce qu'elles stont diverses. 
Si les si^ned iiont commun», c'eât par disette. 

Je suppœc epic Dieu donnAl aubitcmcnt a chaque individu 
une Un|ïu<i de tout point analogue à i^e» senî^tions, on ne s'en- 
leodrajt plus. De ridionio de Pierre & l'idiome de Jean, îl n'j; 
aurait pas un seul synonyme, si ce n'c^t peut-être les mots 
txiavr^ ftrt^ et quelques aulr(<s qut d««i|;neiit dea quatîiea si 
simples, que la diïflnition en eat impossible; ex puis toutes les 
Kckfici^ matbemaiiques '. 

Pa^ lAO. — S'il eif da *iMi$ cit umbiahlt» à cet oittavst 
rares apporl/i par un coup de rtnlf Us ^ands himrmrt appa~ 
raiurnt ioui à fovp dttra un empirrj qu'on nr rr-garde. point 
rtUf. apparition ffunme frffn d'unr rausr phyùque ', 

Ty coo^fis; maiH qu'on n'oublie pua que œ qui «ïftt à peu 
près vrai dans la coaiparaison d'une ualiun k unf? autn^, eat de 
loutrrausf^l^daashmtae soci<^lé f:t datLH In couiparatson d'un 



I. VofoilaLaUn nrlaiMirdi *t ■■■*(#. 1 1", panriliialllsnmdtfwtiv p«eo. 
CM f4c3»op«afta«, cvmme lc« laPUdu acrpcai de CidSiiS prtdBinat «W baauKfli.» 

D»ta< 






996 BfifWiPfRnrBE fOCVBACE D'HELVÉTIDS 

Individu à un autre. Point âf nstion vous le pôle, wnu IIuim»*! 
leur dontiKi nr pubov^ fuir*: Norlir tU^ Homèroi, dd Yïrgikftt 
des D^mofttfaènes, des Cîcérona, de gran^ Ugislsleani, de 
dT^ada c^iuincs, de gmnds lïiagistnto, de pvd» anîsftes; 
vtnftr«s bnriuDe» utroni Tnrr% |>4rLnfil, cjiid <pe Sûit le gnurcr- 
ireiDent. Il serut absurde d'en attribuer la fbnnalion an hMard 
cti réducattnn : U nrs le serait pa^onoînA iTaraturcr qu'oo pûtt 
faire un Platon, un Uontcsquîeu, de t4>ul éUn cookBMBteeat 
bien orga»t»é. Quant à la divcnulé ncutc ûcs dimats, jecvoînii 
volontiers i|u'il eo est des e»prii3, aînal que de cerUiiis fntib, 
bons partout, maï^ cic«llaiis diaa certaine contre. 

J^W. — SôtOtent-^m ^me r'M au ^r« de U j€W^a>f fB*M 

Noo! mate ce qn'oa soutient et av«c juste nteOt 
qifdteae peurentèlK k produit de la vi^dtese. La 
a trop de t«rveetn'a paâaââet deju^mentila TMillease ■'• ■' 
asati et vervo ni nsM^ de juginn«oi; et ui>c ou dcui «tc^toi 
tiret ne prouirent rien. 

Pige 111. — Le V&ttsirt dt $chfmtU au rt'tst pji$ U Yé- 
tairt de frrrWr, cepmdant iU oui ég^Umâmt «fcqpvir. 

Si cela e«l, diiCM donc à Voltaire de ueua donnef auJotinfU 
qobdfae ehoee que nous puissions compaicr i 5nirv« « à 
Mahùmft^' car si le Voltaire de sotaaaie ansesi le VolCaiiedc 
trente, pourquoi eeltii de quatre-vingt-deux ou trois au«iM«r»- 
f-4i pas celui de soixanieTLe Corneille de PfTikariu <tlû%riL)f 
CorEirrillv d<!s Hor^ca vu ik' Citautf J 

y^t^'. — Je n'ai jamais vu deuihommea qui ■■lilairnt iiB 
haut, qui courussent aussi vite, qui tirassent aOM juule^ 9m| 
jouasfxifnl au9C4i litea à la [MUJtne, et uioîn» wKorvï deux haanM 
qui ruxHeut également d'eapril, parce qu'ît était impoK^ible qoc 
cela fût. 

>- VouH auna donc pu en aligner la dUGÊrciKeT 

'^Paa toujours: mÀis je Tauraîa souvent seniie; ei 
Je oe l'aurais ni assi^^ ai scntte, elle,] uiraîl élt\ et 
aurait eu quelqu'un tfun Uci plus fui qui Taurait tliscero^ 




htM, r«r«r Mitf vtt*. drtr indljnM^ JMV Më feta t b 



ê^mm^ 



EKTITULÉ L'HOMME. 



327 



ihié. — L'aroctti ^irsptr. on prrd U m^e nmnbrt. rit nanet^ 
If tnédé^in ttàe ou ffo^rît le même n&tnf»t't dr midiidet; U génie 
rend U mente nortthre 4r produrtiow. 

Les detu premières coirjiaraÎHonA font pttié, et la dernière 
est ou d'un bomsic de mauvaise foi, ou d'un homme qui ne 
uît ce que c'est que le ^nie et qui n'en a |iaH un gntin. Dans 
les dcuK premières eomparaiaoos, Hcivétius confond le talent 
ftYCc U pratique. Peudint une annt^, un avccut perd toutes les 
anses qu'il plaide, l'année suivante il les gagne toutes; ainsi 
du médecin, four l'homme de g^nie, il est si peu maître de 
luMnâme. qu'il ne sait ce qu'il fera; et voilà la raison pour 
laquelle les acmdemie» lîtcullïïcit presque les hommes de ceit8 
trempe «n lea aasujettiâfiaiii k une tâche régl^. Hais Je laiaae 
Ui tetie qui me mènerait tr<>p loin. 

Pageltî, — La prrftftion de V organisation extérieure Èup^ 
pttst rtlU de rintérimrr. 

C'esl-i-^li^^î (nrmi M hnmme est tuujuur* b!|jtritu[*l, qu'une 
belle femme est toujours une femme d'esprit. Commeni peut-on 
être absurde jusqu'à cr. pointT 

Md. — C'at dtfiu utte ctiute encore îneortnue qu'il foui cfttr* 
cAtfr texplicntion du phétwtuéne de finé^atUé deji esprits. 

Ou'e^l-ee que cda KÎgnîficf II y a donc de rîrirf^lité entre 
les e^ritaf et cette iné^liié a donc une cause? 

— Oui, le bamixi et l'instruction. 

— Cette cause n'est donc pas inconnue. 



CHAPITRB XIII, 

pBgft 1A&. — Si ks Malai$, dit M. Poivre*^ iUâtent M 
plm ToUint de la Chine, cet empire eût éié birnlôf eort^û. 
je le crois. 
I Et ia /orme de ton ^ouvememeni efuingée. 

Je le iiîe. On ne s'e'rit janini^t drmitnd^ pourquoi Ift* loÎA ei 

les mmiirN chinoiMn wt .sirnl jiiaiiiletitie» au milieu des inva- 

I tioiia de C4>t empire; le voici : c'est qu'il nefautqu'um- poif^née 

d'homme» pour conquérir la C!ii[ie, et quHI CD faudrait des 

■ 1. Voir M Poviij7>Ei d'hit Ph^lnti>?hM: impriin/* k l'Ioau du l'uitr-ur, «■ 17QI< 



3S3 RÉFUTATION DE L'0t)VR4CE D'HELVÉTIUS 

milliODs pour la changer. Soiinnifi mille hommes se soot cb- 
paréa de cette contre; qu'y dmenïwni-ilsT lU » sont «£»• 
pfirséd entre soixante milllofla. c'est mille boaiaws pour cbaqM 
nùllion; or, crfMt-on que mille bonuitt paisMOt cbuger 
lea lob, leâ m<zurB, lea usag^, 'es coulvnct cfun inilliM 
d'bommesT Le vainqueur se confonde au vaÎDCu, dont I& mnae 
le domine ; c'est un njisseau d>au douce qui fjp p«rd dans bu 
mer d'eau s&loe, une gouitc d'eau qui tombe dacs un tutiMav 
d'esprit de vin. La durée du gouvernement chinois cet une ce»* 
s^uence nécessaire non d^ «a boniC, mtiï% tiïen de TotCMSiTe 
population de la contrée: et tant que cette c^use tubalstera, 
l'empire changera de maîtres ^ns changer de consdDjtioD : I» 
Tartarea se Terenl Chinois, muî« U^ Chtnotft ne ne Tcront pa» 
Tartarea. Je ne conn&is que la Huper&tîlion d'un >ainquetir inlo- 
Uninl qui pdt ébr&uler l'adminiismtiori et bs lois nxianali^ 
parce (jue cetle fureur relî|fîeviM« e*Ll capable des cboMs» lea 
pluH extraordinaires, cximme de massacrer eo ube nuit plusieun 
mifiionH de diAitidenb- Une religion nouvelle neH^nitrotiuilpas, 
che£ aucun peuple, aana révoUUon dans U légialalioo et lea 
m<eui^« Garaniî^sex la Chine de cet événenKPti r^ondei-flxii 
que \g» enfants de quelque empereur ne *e parUferoat point c« 
Y»tc pap, et ne crai^nei rien ni pour les progrto de sa popt- 
lation ni pour la dur5« de ses mixtirs. 

I*egc ik^^. — Poiirquoi /« amateurt n'épient- îU pirtpi 
jamaU teura nutUrtê ? Pourquoi Vûtttnta^c de tcrg^miMi^ m 
rtpare-t-U pat U d^finUdcttfntion? 

C'est qu'enli'e les dèvcd celui qui ïe fatigue leplusesiiM- 
venl celui qui «vonce le moins, ei que toute t'applicAbon di 
premier ne saurait suppker au dCfikut des <Uapoaliom moi- 
rellea. 

C'esc qu'en tout il faut joindre Tétude et l'étude liplo» 
longue et U plus suivie aux qualités natureUc« le& plus in^ 
reuAtti, ce que les amateurs ne font pas. 



CHAHTHB XIT. 
Page ih&.—Ut Aommn, à U prêtait det mhn^t ctjW, 



INTITULÉ L'irOMME, 

pftTpmt'ihf m mns/^fitrFj aperffioir éet rtipporit dif^rmu 
OËlrf c€â mfmirMûbjets? 

Jn n'eatends pas apparemmeni te 4«iu de ceite que^ttion, 
car caIoî qu'rtk pr^-M^ntcnalurvIlemenl ne permet pas la r^x^nsc 
Dfgattvt? <lt? VaulHur. 

Qu'est-c« que l'esprit. U fînewie, la pén^Uation, sioDit la 
hcilil^ rf'aperriîvotr dan!< un Hrt, entrt pliisi«iif» êtres que la 
multitude a regardés cent fois, den qualttr^, d^K rap]>ort^ 
qtl'ftuains n'ont aperçus? Ou'cst-cc qu'une comparaison juste. 
ïM>ure]le et piquante. qu'e.Ht-ce qu'une métaphore h&rdïe, 
qu'cftl-cc qu'une ciprcssion on^aalc, si ce n'e^t celle de quel- 
ques npporU ningulit^r^ enirc iïv» Ctrcft connus qu'en nous 
rvpprocbe ei fûic toucher pai* quelque c6téT 

Tous n'aperçoivent point toute» les prapri^ti^ dos fitres. 
Aucuns ne les fieiiieni et ne les aperçoivent nçoureu»eirent de 
U méone manière. Très-peu Kaisissem tous les points par lea- 
quelR on peut f>tablir entre eux des pointa de contact. Bi*iàiicûtjp 
moins encore &oni capables de rendre d'une manière forie, pr^ 
dse, tni^res»ante et les qualités d'un fire qu'ils ont Otudii^ et 
les rapports qu'il» 0«l aperçus entre diiïerents êtres, 

Ps(^140. — Un toup' fuit de iti douleur à deux Mrtt damtie 
TÊpjNfft dtf ù 1 itm foup double pi*odmra une doulatr daahft 
dans l'un tt l'autrr mi danx U rappttrt de 4 àfùudefài*. 

Combien d'ineiacliludes et d'aflirmationa hasardées dans 
ton! c«lal 

Qij'<-Nt-c« qui VOUA a dît que le plaisir et la douleur Koient 
dans le rapport constant d<?s impression^r 

Un mouremenl de jote a'exdt« daû5 deui èxrts par un n'-dl; 
la »uit«- du récit double l'impressioD dans lun et Tautre, et 
voilà Jean qui rit âç plus belle et Pierre qui se trouve mol. Le 
plaiiûr sV^t trajinformc en douleur, Ia quantité qui était positive 
est devenne n^ativc. 

Le cotip simple W fait cncr tous deux ; le coup double rend 
le cri de l*iiii plus aigu et lue l'autre. 

NoD,. monsieur, non, les objet» ne nous frappent point dans 
une pn>pQr1ion censianie et uniforme, et c'est \h ce qui consti- 
tue ta différence des lïires robuj^tfst et ddicats : l'un s'évanouit 
et perd la t^ie, lorsqu'un autre est A peine ému. 

I. Ccne <ltuJoa n'oit pu lenavlbi ; nuli l'tdAe k« AiBri«nital rtndue- 



)30 RÉFUTATIOrf DE L'OUVRAGE D'HEtVÉTmS 



On Dfl fAurail accroître à dî»crécioTi ni le plaisîr ni la dou- 
leur le pUisir exiréme se tninsforme en dtmUfur ; rcxirêmÉ 
douleur smèoe k transpon. le délire, rinseosUnlitéetlt mon. 

Ibid. — Lfs tntta afetiiom dtmi i'infltirnrr xxr lf> <tpriu 
mt KfuibU-j <onr Us a/ffrfioiu dipend^imet de fédutaiion trt de» 
préjugea. 

Je iw cjTn% gu» qu'il »bo«I [MKvtihïft de n«ii dire^ de plus 
absurde. 

Quoi doncT c^l-ce TOducalion et le préjuge nenh qui rendeat 
en général les feinnii^ cntiutîvi-71 <-l pUKJIUiûnH^t ou U mmrîrat* 
de liïur r&ibleaae, coitscietice qui leur cai comtDUiie avec toua lea 
Anim&ux ddîcats, conscience qui met l'un eo fuite mu Bioindrc 
brutt, efarrélt ]Wtrefièremem9krA.spi^ldup^nl eKlerenoeniL 

Toutes ces pages n'en peuveat în^ïoaerqti'â un eapnl super- 
ficiel, qu'une antilh^M ingénieiHc s^uit. 

Page IM. — N^ai-je prétad à mon i^wmir ^ur /«v n^'f» 
ké giéifonâj ta Umj^fUs du nord ; qtu tft latti fnfiamméeâ du 
Vématoud^tèUna; av^^tn nnxi^nattr qu<l tabirau con7p<Mir? 
Ce4m d^t mûnùtçnfë fui défa\d^nS fcntrèe du jardin dAr- 
mide... L^ genre d^ nos îd^sei d^ n^ ttÊhUauxnc dépend doi^ 
point de la nature de noire ctprit^ te mhne dans tout ica Apm- 
met, mais dt t'apure d'objets que tt hasard grme dan* Umr 
mimoirt et de fintérét qu'it$ oal de let ecmbiner. 

¥,% cela dcpcod de cette cnuse unique I U&ia entre dix mille 
hommc»qui AuroniealeadulcrougisacinCDt du VéAuve, q«i aurooi 
senii trembler la U3nticu>utileur«pas>etquia69eroiitsaav6e<levui 
le flot de la lave enOamméc qui B'échappaitdtt ianoa enlr'oi^ 
vem de la moatagnc; entre duc mille que ke iaiageg Htiiiefl 
du prînit^mpa auront loucbée, un seul à prioe en aaiira faire 
une ïubliiiie description, psrce quele sublime, toii en pebiure, 
Boil en potlfiie, soit en éloquence, ne naît pas tonjoura de TGUcie 
dcïîcription des phénomènes, nuis de Témoiion qae le g4nie 
«pectAUTur €0 aura éproUTèe, de Part avec l«]uel il me eomniH- 
niquera le fréffiîsMnient de son %sne, de» comparaboas doiii û- 
m senirs, du cboix de ses expreastons, de rbannonie douil il 
frappera mon oreille, des idées et de*: sentimenta qu'il aaura 
rtireiller en moi. Il y a peut-être un jusi-jt graiid Dumibre d*boiii- 
Dce capablee de petndra un -objet eu xiatuialtsie, en biaioncn, 
luîa en po«ie, c'est autre chose, fin un root, je roudrû bien 



I 



navmr commfjti Hniértl, rédiication, lo bjuxrd, donnent d€ U 
chaleur à rh<viii»F> fmid, dw U vrr\^ à Vesprit r^é, ik l'imBi- 
gÎDftlion à cHuî qui d en & poinL Pliu j'y nïve, plus 1« pandoxe 
4e raiibïur mecrairond. Si f«l srtJMr n*eHl pu né ivre, U rn^tl- 
Icïiire iniilritclioii ne tut apprrndm jomniH ipi'i rofifrFfHÎrp plus 
ou rmnDs rnnussadecient rtvreHSp, De ]k tarit Je platK iniiutininf 
de ISad&re et de iotin les «nleurs originaui. Pounguaî Je8 vraùs 
oricioaiix D'ont-ils junaJA fait que de mAtivaixe» copir^f 

Ibis» monsieur îlcUctJUs, vous qui employi^ a^e£ douvesil 
le mot origiiudf pournci-vou.H me dire « que c'csl T Si vous me 
dites que c'est l'éducation ou le hasard dca drconalaiM^es qui 
fait un or^n&l, pourraî-je m'cmpèchcr de rtrcT ' 
I Sdoo moi, un origimtl cet un être bu^rre qui tient na façon 
cinfulière de voir, de sentir et de s*i?ncprimer de son caractère* 
Si t'homme origiiul n éuiit pas n^, on est lenUï de croire que ce 
qu'il a fait n'aumi jamais tUi fait, tant »es productions lui 
Bppajiiennent. 

Mats en ce »ena, dirai-vovs, tous les hommes sont des on- 
mteaux; car qocl est l'homme qui puisse faire eiactement ce 
qu'un autre faiif 

Vous avea raison, mab vous voua scrici ^ftfp>é cett« objo^* 

ir si voua ne m'euasie* pas interrompu, car j'aJIaia ajouter 
que son caractère d^Rit trancher fortement avec c^lui des 
_autnïa bomm««, en aorte que nous ne lui reconnaiâ&iona presque 
fliDCune sorte de ressemblance qui lui ait servi de itiodHe, noîI 
dans \r% tempK pasM^, stnX enlr^ sh-ti caiitempu nuits, AiiiKÎ, Collé, 
est uii ûjï^nal clanH ?ia verailîr^tjoR ei ses cbansons: Rabelais, 
est unori^nal dans son Panta^nàfi ; Paletîn, danssaFtr/'nr; Ari^to- 
pfaaue, danj» mw iVmto; rbarIfTvd, dans sa Cora^tn/rtûm du p^ 
Camajfe ft tùt mar^tJuil ff iliir^ÎHOHtrl ; Huli^re, dan.s presque 
bùiltei ses Gomëdies, mais plus ppul-^U^ dans li^ buHi^uca 
ifUB dans Ta autres; car qui dit oiî^nal, ne dit paâ toujoure 
Imu, il Krti manque de beAumup, Il n'y a presque aucune 
ftortede beauté d^Jiit ÎI nWIste des modèles antérieurs. Si Sba- 
kei^icare «st un original, estr-ce dans ses endroits sublimcaï 
AurunejrirTii ; c'r^t don» \r. mflanj^ eitraordinaîre, înconipré- 
iieoMble, ÎQÎmiUble, de cboïe^ du plus grand goût et du plus 
Bi^uvais goût* mais surtout dans la btarrcrie de cellcs<i. C'est 
que le sublime par lui-D^^e. j'ose le dire, n'est pas ori^ûa). 



^pkm, 



RÉPUTATION DE L'OLVRAGE D'HELVËTIUS 



Il ne le devieoi que par une sone d« ^EngulaHu <]ui le roKl per^ 
sonoel i l'auteur: W faul pouvoir dire : C'est le sublUiM d'un 
lut, Ainsi : ^'j7 moun^tj eiU le fiiibllme de Condlle; Tu m 
dffrmiraa plttt, »^l k xublîinc de Sbiikcafpean?, Tai beau iavtr 
m motiv, fy vois làttjoun du san^^ ce vei^ eai é& oioi, tnaù 
le subtime v^x dit ]>uteur anglais. 

UnÎN il y a «k^pj longtempi^qv? jpr^vi4 vot «opbtsiD^; a«rte>- 
vouK Ih ÏKJitU- i!c itJUN ucnipi^r ud momi^ai à n^udrv ln& onemT 

Voua av« coDnti U RîccoIkiiiI ' ; eb! c'éimii tt)tie amie. Die 
a^aii l'riJ^ tniem i.^n^ et possédait À Hlr wule plus d'^rii, 
de fiunsse et de f^tiàt, i|ui: Uniu* b Unu|w iljiliniiiv fovdtic 
ensemble. Elle aiaît U mort dans Vime au aofùr tie Im Bnène. 
Elle piSBÎt In^ |our9 et les Duii« k l'étude de M» rMea- Ce que 
je voua db là, Je le tàem d'elle. Elle s'rxtrçait anilet die pi^ 
uaii les le^oiks et les coneeJa de aes amû ei des iBeilleura 
acteurs; elle n'a jamais pu atifiudre i la mMkKjîté. Pminpuii 
c^la* s il voua plaItT C'est que raptitwle nalunllr â la déctaiD»- 
tîoo lui Rkanqoalt. Diret-^-ous qu'elle i dël»ut^ trop tard? Elle 
cet nte dana la coutiaae et a'eat proneoéc eo Ibièrei sor les 
plaaobes. Qu'elle a>tMt paa ècfcauffce d'un asaci grwd întCrttt 
IHe nein i MMt démit aeo lant, son aokant rotifiasMt d'elle: 
olk loi ddeiMlaài le »pi!ctaclc« il cnigovit ij aller- Qu'elle oc 
mmllaitp«a>MirB ^taàt impewMe de nwmiUcr dpraBt<gc> 
Q«*allaJ|lMratlaa|nkap«tdeaoii ari,fulederBfoir«éditéT 
Pu— I ne le «MMéanit, se rêvait plu ipyrefaiidî et d'cd 
patlvi WÊfm. ^^tX^-. Qat laa faalitH ttah ia m e a ha om- 
faawdlTCllen'eat fit taaaiflal, et caCMflMigvreaaeettil 
Uit ptfdaaBW lev hÂdm par Nv tatatsIeieadesaTû est 
ni mit i y M rf*t pM M. ftam «a Mimâ. de la vËhti, 
dt 11 diakw, dar entraiks^ «Ne ms f wami acortanrta. 
Hais i'M ^ eOe ae wa^t â d'^ ai de iiiMMIiti file 

naiMoi d9 

ktaloit, 

phMde 
*1 raom. 





tNTITOL^: L*HOUHE. %ta 

in m'cxplifiuer nctlrmcnl ce phi-iioin(ne. Cet heuretii 
s auxquels vot» atl^hei de si puisesDiâ effets, elle y ^C^l 
exposa loue les jours, Surtctut n'oublir* jïaâ que h KpocUicur 
qui Dccueillaïi le père d'applaudisseznenU» ne demuidaic pas 
mmix que d'en us^r d« m&me avec la fille : mais il n'y avait pas 
mojan, elle était Irop mauvais, elle le dii^aii elle-m^ine, 

Touc individu n'est donc pas propre à tout, pas même à être 
bon MTieur, SI la nature s'y oppose. 

La ftic^ohoni triait disgraciée de la nature : on le disait A 
Paris, on en eût dit autant k Lomlr^i, k lAaârid^ partout où elle 
«6t H^ aussi mauvaise. Vou^ï qui faites sonner si haut ces 
eqièteftdVjiprT<sKj4)nitprovi-rl>iii1rxr^inTnunes6loiJ(es1^iiulion«, 
|iréieiide£*voiis que celles-^ï ei laiit d'autreJt ftù le refus de la 
Dfttnrecllevice J'urganisatioiisout emptoy^, sont vides de sensT 

Kt rniiî iloiir, vous m'nlltïx vnir tout A th^ure 1*^ piuiilniu iia 
la ftîcr*)licïni, J'^taih jeune» J'Éfais amoureux ei très-anioiireuï. 
Je vivaii^ avrc deii rrovcnçaux i\m dansaient du ^oîr km matin, 
et qui du aoir au malin donnai^nl la main i celle que j'aimai» 
el I "embrassaient fions me*i yeij\; ajouie£ h c^Ia que jVtais 
jaloiii. Jr prends le pani d'apprendre à danser : je vais clandea- 
tÎDCfiKDt, de la rue de ta Ifarpe jusqu'au bout de la rue Monl- 
nurire, prendre leçon: jr gank Le maître fort longtenipH, Je le 
quiUededcpit dencricnapprendrei je le reprends une seconde, 
IroîsiÈcDO fois, et le quitte avec autant de douleur et au^n 
peu de succ^. Que me monquait-il pour ^tre un ifrand dadseur7 
VorcilleT je Tavais excellente» La legôref^T Je n'^Uis pas lourd, 
il s'en foltail bien. L'inb^rétT on ne pouvait être aninii5 d'un 
plufl violent. Ce qui me manquait? la mollcaae, lafleitibiliti^, la 
^rice qui ne se donnent point. 

Mais apr^.^ avoir tout fait inutilement pour apprendre k 
d«aacr, j'oppris h lirer de» arme^ tr6»i-passablcmcnt, aaa'ï peiuo 
tî saas autre motif que celui de m'amuser. 

^V Page l&l. — Qu'rft-cf que tesprit en lui-mimel L'apti~ 
^^ ttidr à r-inr Itt^ rti$rmhUinrrn <t tct différentcA^ la eonrrnaru^ft 
tr* dittoiwtnttitcf4 ^n'ont enti^e eiiz Un objets divrm. 



^ 



CHAPITBE XV. 




3Ï& RârLTATlON D£ L'OUVRAGE D'UELVITIUS 



Celte Aptitude csl^llc naturelle ou AcquÎAe? 
^— Elle tïst nAtutdIe. 

— Eal-ellc U même ûtkXtA tous? 

— Dsns tous les bommcs communcoacat bien Offioia^ 

— Kl son principe, quel «W-U t 

— La acDaibihiéphy3k[ue, 

— El la sciiMbiIiUi? 

— Comme l'aptiiude, donl Iûb effets ne v&nent que pirl'^u- 
'cttion, les baâard*< et l'tDt^^rft, 

— Kt l\>rgftDJMiti^ii, pourvu qu'cJlo ùt «oit piS 
ftejnenividto, n'y fait rien? 

— Rien. 

— Quelle différence meitËs-vi>UE-eitre rhOBUDe et UbniiBf 

— L'organîsMiion. 

— Ku sorte que si vouh ^HougËi les oreilles d'un docteur ér 
Sorbonne, que vuiin Ji^ cou\nez de puil et que vous Upiwn 
sa iinrine <l'ij»< ^çmnili^ mrmlrrïirir pUu^Jiîrv, nu lieu cTèvciiKr 
un beréUque, il poursuivra un lî^vre, ce sera un chien. 

— lin chien t 

— OuI.uncJiieu. EtqueiùvouarvxoiirtûiHexknexcludiifia... 

— J'entcndHle reste: assurémentce sera un docteur de Sor^ 
bonne, laisiant \k Ut lièvre cl U perdiîi et dMsaant à toîi lliê- 
^idque^ 

— Tous les chîena sont-ib paiement bonsT 

— Non, aMnjrémtnU 

— Quoil il y en a dont n> Tinalruclion du pïqueur, ni II 
cb&timeni, ni Icm ha^a^fU ne Tont rien qui vailIcT 

— N'en ilouiei pûfl, 

— Kt VOU& ni^isentci pas toutes vos iDcodséquûikoesf 

— Quelles locouïOqiicoccfl T 

— De pincer daa^ l'orf^tniKation la diffcrenoe dos 
les de Iti cboloc animale, I homme et la btule t cTt 

la même cauae pour expliquer la dhenité d'un chiuo ànodiiei, 
et de la n^jetvr lor^u'il s'aifit des vanéi(>s d'inldliiïeBce, 4i 
sigacité, d'uiipni d'un bomme k un autre hoiinuK, 

— 0ht l'homme, TboninM.,. 

— Eh bien, l'hommef,.. 



Màkik nq«aM dtM M> MiboiM» «mt- I* févr« * ri^pA «^ 



INTITULE L'HOMME. 



S» 



^ 



^TUI 



— Qu«lqu« EfilTèrence qu'il y ait entre les »ena d'un individa 
It le» sens d'un sutre individu, cela n'y fait rien, 

— le le vcu.^ ; mniïi ltjnt<|i/il ^'^igil dy prononcer sur l'ayy- 
,tiludt^ d'un lionirin^ k un^. ihiuie iri l'jijiiiiiide d'un anln? à la 
mèroecboae, n'y &-l-il rien de pluA à canHi(li>rer i|ue leK piedx 
ei les miins: le npï. !#■> ji-iit, Irafirrïîl'-s t*i le lonrberT 

— Rt quoi donc coccire, puiaijue ce midi là lux ïtriilx oi'gunes 
de U sensation* 

— Mais U »«r?4lJon df Ttril »'antlr-l-^l]« daes rotlU Blt- 
hii qui a.<Hijn^ et qui nie? La sejunlîon de r<ireille s*flrrffc- 

t-elle dans l'oicilieT Ëst-<e elle qui aieurt et quî me? Si luir 
5Uppi»titon, urt homme en i^tail nxluil h un œil vivant ou à une 
oreille vivante, ]ugem1-i], peD^eiait-ÎU ral^^ojinei^ii-il comme u» 
bcRnmc complet T 

— M^is cet outre organe que voan leg^irtlcz cam»(tc le tri- 
mal de rafCrmallou ci de In né^tion, on ù'y cnleud Heii. 

^ Il se peut qu'on ne Tait paft encore anex éludti^ il se peut 
même qu'en l'étudiant beaucoup on n'y entende pas da\4intaf:c ; 
maie que s'ensuit^l de làf qu'il pui«ëe £trc ^in ou malsain, 
coalonné de cette manièi^e ou <t une uulre âans aucune consé- 
qufiDce pour les opérations Iniellectu^lIeR, c'eRt une asïtcrtion 
eootre laqudlc mille eipt^rieuc^ï* n^lanie-nt et que voiu ne per- 
•vwâerei à personne. 

— Hais attând», je revirnfi »ur mes pas. Gel liomme quti 
VOUM aie£ ri^Jil à un «uil vivaiu A-t-*il de la m^tmoîrp? 

— Je consens qu'il en aii. 

— S'il en a, il compinm di% i;^nuiions, il raisonnera. 

— Oui, i:omme l« chien raisonne, el moins enrorr. J'en dirai 
autant de chacun des autres sens; et Thomme d'Hiîlv^tiiu Wï 
^-duim  la n^tni{»n île cinq aniniaut tH'^-imparfaits. 

— Non \fitSy ïi'il \ttuH plalL Ce.s jinimaut hi^ perfi-clion lieront 
Vîntérél commun de leur conservation, par leur vocii-u^. 
*- El oili e^t k liea de cetUr Micirh'f iCommeni IWI we Cait- 

il entendre k loredle. l'oreille au n^. Ut twx au palaîf^, le palaia 
l^^u toucher? Où est leur trucbemenif 
^B — Dans tout l'animal. 

^H — Dans ac3 pietbT mû» on coupe Icm pieds k l'homme uns 
^Tabrutir, U n'y a pas un de ees meuibms dnnt jr m puisse le 
Iver, aaiia conaéquciwe pour son jut^enjcnt et pour na raixon, 



K": 



Ï5$ RÊKUTATIOK ÛE L'OUVHAGE D'HELVÉTIUS 

si voDH en exceptai la lâte. Croyer-votis qu'un bomiiie ut de 
reqmi sans tèuiT 

— Non. 
, — Croyei-voue que rbommc qui a I'œU miavais puianc bJu 

voirî 

— Non. 

— Et pourquoi croyex-Tou8 dooc qu« U c^nrorniacioii (l« «i 
tète soU îndilTiËrtDteàsa nison? 

— C'est qu'il y a d£S bomiiies de géni6 i petit front, à 
frotki, à i^rosst^ i^ie. à pi^liie iéit^ à lite longue et à léte roaiti 

— C«U te peut ; mais vous vous en tenez li à <les focmes bwi 
gén^ralen et bien grossières; cepi^rtthnt j'j coEiaetia; mais dite^] 
tnoi, »i qudqu'iij) van* prni^iiuùL ui» litre et vous pnipoaajt de 
prononcer h'îI e&t bon ou mauvais à la seule EuHpeclJaD de aa 
couvi-rlnrr, qim lui rrpondrlrtt'VnuKr 

— Qu'il fAi fou, 

— Fort bien ; et pour en juger, que lui denuuiderica-rdiuf 

— Tk rouvrir €t lïVn lire au tnmm quelques pages* Ma» 
J*aunj beau oumr des léies je n'y Jiraî nen. 

— Et pourquoi y linea-vousT les caractères de ce Ihre mani 
ne voussoni pas encore codoli». peul-étre ne vous le aérante 
jamais l mai» les dépositions dea cinq témoins n'y sûnl pas moîna 
consignées* cooibioccs. comparées « confraoite(. Je pourraDi 
suivre cette comparaison beaucoup plus loin et en tirer um 
Oiuliitude de conséquences, mai» c*en est aaseï et plus qu'il ne 
fauc peui-itrc pour vous cohvaiocre que vous avei u^içr 
rcxameQ d'un organe ï^ans Ecqiid la condition des autres, pi» 
ou moins p^u-raile, ne Aî^mlie rien, o^ane d'oA ixammî b 
éumnantCË dlDcrt-nc^d do» boinmu», T«lativQttieot aux opératiaBi 
ÎDtellectueUeit. 

He me parles plus de hasards; il n'y en a point «TlmirTei 
ou rocond£ pour le:^ litett étroites. 

I(e me paHei point d'iotérU; oft n en fait point concevoir Ai 
vif auiE têtes apathiques. 

>e me parles pas davania^ d'atlenlto» farte et contiaittï 
les teies faibles en sont incapables. 

F^ me parles pas davantage de sonsilitlitê phj^que, q«il^ 
qui coRfttitue ranimai et non Iboreme. 

Ne jQC parlci pas da^anu^e de plaîs^a sensueU comme pna- 



NTITULÉ L'HOMME. 



St7 



iâpt im action» de t'€»ptee enii^rs, uodU (jue ce xt'e^i que te 
motif d6S^tJûiu de rhomme voluptueui; v\ cwse^ dfi prendre 
des conititrons pnmitiveft, ct^ntie1l«« et C^loigrik^, pour dca 
cauttcs prccliAmes, et de g&tar d'excellenies obsenaiJons pir dec 
inductions ^bturdes. 

Et Dû croyca point que Je plalsairte ; sans un ccrre^ponci&Dt 
et UD Juge commun de toutes les sensatioDs, sans un organe 
comm^naoratif dr loul ce qui nout vrîve, l'instrumexii sensible 
tl thani de chique tcna aurait peut^ue une Gonacieiiee momco- 
tuiée de soa exi«lenc\ miiLK il n'y Aurait ccrUînement aucune 
OOQKÎencr dv l'ammal ou df^ l^tomme eiiri«^r. 

Pagfl 1&SL — Toiu n'éprouvent pas les méntex gftutittiaaSy 
mais tous tfntent les objets ditm uns proporn'on iot^ours la 



Kl bien *. ce seront dos instrumenis accordf^ pir tierce, par 
quarte ou par quioïc; quoique l'accord soit le même, leK s^m 
leoduf seront plu.^ ou rni>iuH aoLirds, pliM ou moina aigiia, VoUà 
di^à, ce me semble, ut^e assez grande source de variét^3 dépeii- 
diDtea de ror^atiiwition. 

HatH outre U seiuibiliié physique commune A loutcA Jos par* 
tics de ranimai, il en est une autre tout autrement ^nerigique* 
commune à loua les animaui et propre h un or^&ne particulier; 
Boît qu'en efTei cette dernièn? »eu^bilii^ ne aoit originairement 
que la première, mais inGaiment plus exquise dans cet endroit 
^'aîlleun. soit que ce »oit une qualité particulière, ce que j« 
M décide pas : c'est la aeneibiliti^ du diapbra^ne, cette mem- 
bru» Der%^u£e et mince qui coupe on ^eu\ cavités Ja capacité 
Intérieure. Ce^t ïà le «i^ de loutea do« peiu&c et de tous noa 
plaUin ; rws oscillations ou crispationa sont plus ou moins fortes 
dans un «tre que dinit un autre : c'««t elle qui caraciérifie le« 
âmes pusillanimes ei les &ines Twies, Tous Tedei grand plaisir à 
la Faculté Je m^'cine, dont vous emez \ç bienfaiteur ainsi que 
de toute TeApèœ huinaicie, ni vouh puuxiez nou»ï apprendre 
comment on lui domic du ion quand elle en manque, et com- 
ment un lui eii 6tr- qu^ml Hle en a trop. Il n'y a que l'àg^ <[uj 
ait qudque empire s^ur elli^ «în^ï que sur la t^le^ C'est grice à sa 
diversiiè qu'au même moment où je auia transporté d'admlra- 







S38 HÉPUTA7I0N DE L^OUVRAQE D'HELVÊTIUS 

iîcftetdejoic*oi:iin«UnDC!» cou1«nt, Vtm me dit; ■ ie De wn 
pftscjcUt j'fti leccBur velu...; » Tautre me fut une plûsantine 
Ui»-1>iir1e^ue. tt t&te fnil les ht:aDnics sages ; le di«phrAf-ine let 
hocunciï a>mpAti«5ftnLs et moraux. Vous uvtti nco dit de ce» 
deux orgruicâ, moia non du touU el vous x'cus ïm^iitct wrxàt 
f&U le tour de î'honiiTic. Cduî qtn it te diaphrafiDi' triaMBotnIe 
cherche lofl scènes tragii|ticâ eu l€s fuit, parce qu'il petit «tiitr 
qu'H en soit Irop vivemonl sITecti^ et qu'il reste, ipr^ le ^9^^ 
iDclOt ce ifue oou."^ appelons le canir rcerrô. Celui qui & tvi or^mt 
tnfleiible. raide vt obtu« nv les cherche m ne les «Tite* die* m 
lui font Heu. Vous pouvez foire de cei homme ou un lieuteoait 
crimioel ou un bourreau, oti un boucher, ou un chirurgien, oa 
un médedn. 

CitriuneriT. vous n'entendes rien aui deux gnuids rcmorOl di 
la machina, Tnn qui c^Tmdtuc If.s litiminiw spirituels ou stupideit 
l';iitlriT qui Ikh M^pare eo deui daasea, celle dr^Âmirs I€d^w et 
civile des cœurs rlnn^, et voua écrivaun inîi^ de l'booiUM*! 

Je nie «oavteoît de voua avoir deiDand^ comment ou domuit 
de VACtivilé à une t^lc lourde: je voua demaodt? i piÉoml 
coiuiuont en inspire de la «en^ibilitc à un ocDur dur. 

Mais rien ne vous arrête; vou» me aoutïcndrci qu'avec cm 
deux qualité diverses, les hommes n'eo étant pas moins oom- 
mttaémcnt bien orgaoi»^, ils n'eu vont pas rnoîna bien disposa 
& toutes »rtCH de foDctions. 

Ouoil monsieur Hclvi^tiof^, il n'y aura nulle dilTénsnoe evilrt 
les compositions do celui qui ^ reçu de Ia nature une îm^îu- 
tien forte et vive avec un diaphragme trés-moUKe, M de edn 
qu'elle a priv^ dv ces Heui quilitrsT 

Vou.t qui donnez tant de force h l'impulftion d'im sexe vfi> 
1 autre. £on^t donc que l'homme sigoureui, mils înMas^c 
ne sera entndn^ï par «a pax«ion vers la ren>niie que coauni le 
tmreau vers la gérisî«; c'est la béie féroce de Lucrto fii< 
les flancs Iraver^'-Jt d'une fl^c-he mortelle, se pr^pjte sur Iv 
chasseur et le oeuvre de tan suig. U ne tea gu4f« d'iUpv 
ou de madrigstii: il veut Jouir, il s« soude peu dt toocbrfi 
de plaire* Vu lluidi^ tirûlani, al^onduit ri àcnr imie las ergupff 
du plaisir; il ne Houpîre paj4, celui-là, il nigil; El ne t04ini« ptt 
ses reganb tendres et langtiis&AnLH. ses paupières liitAid» m 
l'objet de SI pMtion, ses jeut sont éducelaott et soa iflprd 



INTITULÉ L'HOHMS. 



SM 



k ftévoro. Comme le rcrf on automne^ il baîAM s» oxtie e1 fait 
nurtlier la biche timide devant lai; dans le coio de la forôi 
cbecart où il l'a détouroéc, il £'occup« de son bonheur foH»- 
Dient, sadts penser h celui d« VHm qu'il «ounu-u sHii^fAit, il ]t 
Uisse et se retire. Tachez, ri vous le pouv'ei, de me fùre uo 
podie t€Bdre et délicat de cet animal-IÂ. Il D'à qu'un mott c« 
il m l'a plus. 

Page lâS. — Onu fait à ditcrétim poHf, ùrateur^ ptimrt 

Gocnni«^t peut-on excelW dans de« gi^nrci qui luppoaent 
de» quiiii^ coniradicEoires T Quelle esl la roDctîoD du (çéomètref 
De combiner des etpaccs, «bstractiou Tailc d^ quAliL^ «wtan- 
tidlesi la matî^rv; point d'îmagejc, jKiînl de «xiLjleuni, grande 
eofilfOtÎQD de téiv, nulle éniotton dn rame. Quelle rsl celle 
du po^lf*, du moralù^, de l'honitae ^IrpqiiirntT De iwiinlnr? e-l 

Si l'oD n'fist peft hcmme de g^uie. en deux grnrc^ dirTi^rmls, 
ccn*eMpaK^Eeul«anentr«ut<*di;l«mj)^c'e»irncon?ruuted'apiituile, 

La pôésde et U peinture sont peut-être \e& deux laJenla qui 
ae n|iproctient 1c plus; cependant on citerait À peine un seul 
bomrae qoî ait su faire en tn&nw temps uu beau poïflie et un 
beau tablf.aa. 

Le poêle décrîi, m <kscrîpt}on embraaae le passrf, le présent 
et l'aTenir; un loiig intervalle de temps, d&o» Ifî peintre, n'a 
qa'un inMaDl. kaasà nec n'est » ridicule et sî înconpatibJc 
avec Tift que le sujet d'un tableau donné arec quelque détail 
par un titténU^ur, même homme d'esprit. 

Il y a bien de la dilTCrence entre les roaea qui sont sur la 
palette de Toft^ïuy^m'ct les ros«s qui croiastot duia l'icuigi- 
]iation.^e l'Anoaie. 

Voici troîfi styles Mon dilTcrcDia; celuî-ei eei simple, clair, 
ans Ggire, sans mouvement, s&ni» verve, Kans couleur : c'est 
cehii de D^AIonbert et du K^mètre. 

Cet autre est large, majestueux, harmoitieux* abondant 
noble, plein d'iinagi*^ iaui6t <lvlicaL<>ft, ianl6t subiime* : c'est 
colaî de rbtatorien de la nature et de Buflbn. 

Ce iroiâitoe eti lébémonc, U touche, il trouble, il a^te, il 
indine à U tcmlresst. à l'indignatioai, il étère oa calme Ick 
r*T^>T*f ; c'est celui du moraliste et de ftûUsaeBi]. 




3i0 AÉFilTATtON DE L'OUVHAGK D-HELVËTIUS 



Il n'rsl iwn pfufl pomibk à tc^ «utcun de cbuigcr éb ton 
qu'aux ûïftcjuix <)q Ea for^t de chajifî^r de ramaf^o. Invitet^ 
à cetc6â&î, d'originaux qu'ils €tfti«ol« iïs dcricndroat imîtitcurg 
et Hdrrulo^; knr rhani Kt^ra dVjnpmnc, il ite fnticr« de leur 
chaiK namrel. el ils roft^embieronl à cce oiseux silBée qui coa* 
menceni un ^ir modale &x qui finisfieni par leurgaioaill^cneac, 

Jbïd. — Oh ntnait point avec tri gMt ùa ut ^Mf partît 

Cette vérité est bien nouvelle, si c'en est une; car on t 
penU «t dit ju«qu'i pr^ni que le g^fiie éiaii un don pinU 
culier de la nature qui entralnaii Thomme à telle ou telle tout* 
tion dont on i^'scf]uittaii médiocrement ou mal s»ns lui, fnrûA 
MînfT-rd. Hélaftl [fsn éco\eu vont p1eim<» d*eTTfant»[ si dèùrtui 
de la gloire, &Î-Ntudîfîux. si appUquéiiT ils mil t>eau trivullpr, 
se loiimiKiiier, pl<-iirr*r r|iii-Ii|iii-roix di- Itiur peu fk pni([rè9, il* 
n'en avançant p&n davantage; tandÎH qtt<? d'aulren, à cAté d'eu!, 
I^ers. ÎDCOiistanls, dUïraiis. libertins, paresseux, eicdlmt en 
su jonant. Je ne t'oubliera pas, pftuire Guroier i 1C4 pareatt 
éuient îndigenU, tu te Taiflaii refifermFT dans Im égibea de Ta 
ville, tu de^a^ndais la lorope qui ^lAÎrait non autcis, U sràle 
Ubie te wnait de pupitre, ru tVpuiAaia le^ yeux et la aaM£ 
pendant toute la nuit; cependant je dormais pn>rond^cnt, et 
tu n'cmport^'i^ jamais U place de diçriit^^ ni Hur moi, ni ïur tnïs 
ou qUAtre aiilres. Si HeNcûua avait CAcrot- la profea^ton iml- 
beureude d'inâlituteur d une cinquantaine d'd(\^, il eût bicattt 
aeati la vanité de Hon «yiitème. Il n'jr a pnft us profetteur ùêi» 
tous nos colléffCG À quisea idées ingémeuses ne fiaBflDf hittii^ 
les épaules de pili6. 

Ihid. — f/attfntion peut égnlmterit $€ porter $ur totàt, 
— Non, monsieur, non; vous vous tnxnpeE* Il l'y afir- 
Bonne qui n'ait lientî cette répugsanoe qu'on appelle jufleiiM'i 
naturelle, jurce qu'elle est fond^ tiir un cli^tit dapi^iade 
qu'on est forc^ de s'avouer par la violence de* eflforis et leixn 
de succès, et malbetjr à vous, ni elle tous est iBComw : *p^ 
oient propre ^ loui, vous n'écief vraUnent propre à rîofl. U 
lévrier & longu*?^ junbeH et k coq» ^lant^ est fait pour fui^ 
le lièvre h la «ïurse, vous ne le fere* jamais quêUf; le cika 
cou^aot à gros museau, pour battre la plaine, le nei a« ï«tt 
•u bttss^ ï le bnqtie k poil ras et touflii, pour forcer r#ptifir<t 



I 



INTITlLf L'HOMME, 



Ut 



des hfties et braver la pointe rlan ronr*»: if. Imrbei pour se 
jet«r k r«au; et si voua voua proposer lie dérouter leur «Ilure, 
vous y ui^tez lie^ucoup de temps cl du anirroicjs; vous criefcJ 
ei vous îcrei beaucou[> crier c«h aninnaux, et vr>itH n'aun?! que 
de mauvais chiens. L'homme est aussi udc eapècc anim&le. aa 
r&iâOD a'eït qu'un înKtînct p^rrectilile et perfcciionné; et dans 
la carrière des sciences et des arts il y a autant d'inatîacls 
dïvcn que de cfiiens dnn» un (^uipagc de chasse. 

Ibié^ — Paurqitffi ai raremtnt du §énie m dî^HxnU g€nrt$? 

La question eat boonc, voyons encore une Tois comme il 
répond. 

— C'est que l'hoinnie... 

— Monsieur Helvi-liua, c'est que l'homme, entra!u6 (eut 
entier vci^ l'objet favori d'une aptitude inn^e, n'^îerçoit que 
edai-U. Cest que quand la nature l'aurait destine à devenir 
gnnd homme dans une autre carrière, il n aurait pas eu le 
lempa de la suj\t€. Passes votre vie à nagert et voue ne serex 
plus qu'un mddîecre coureur; courei ju^u'à Tige ivaacé, et 
vmj» nagere^E mal. Les hommes qui ont un génie sont rarea; 
combien plus rares encore ceux qui ont r^u un double géniet 
Ce double pré«eni eet peui-4tr« un malheur. Il peut arriver 
qu'on #oi4alUTfjativepieiLt agite, balloiie parles deux démon*; 
qu'on commence deux grandes i£ches et qu'on n'en finisse 
aucune; qu'on tw hoii ni grand pofïu^ ni grand gi^^omefre, pré- 
cisément parce qu'on avait une ^1e aptitude à la g^meirie 
et 4 la po^e. Tai entendu Euler s^ner : Ah\ ù M^ DfAlem- 
brrt n'arttii tfOtitu itre quun wmiytUj qutt anaï^vU il nlf 
éiiî^,. Il faut dire à cat e^^p^ea de monhtrvs : Optes. Faut-41 
trancher le mot? lesjstémi' d'Ilelvt'-lius est celui d'un bORime de 
beauirotjp rl'eKprii qui ^U'iiioiiirr i\ rJiaqtn* Itgnit qui- riinpuUiop 
lyraiimque du génie lui eat étrangère et qui en parle comme un 
aveugle des couteure. Peut-éire Huifr-je moi-même danf« ce cas. 
Il y aura cependant rtltr difTt'rence entre nou9t c'c^t que tout ce 
qu'il a fuU c'e^t k îwte^ de iii^Iitation et d*^ travail : son premier 
ouvriige lui a miW >ingt ans, le second, une quinuine 
d'anotfcs : toux les deui la Minté rj, la vie. H e.Ht un exemple 
eKCf^llent de ce qnt^ p<*uvenl l'opinLâtrelè et l'amour de la gloire. 
Il devine beaucoup de cbiuea de la contrée dont il parle, mais 
moi qui m'y suia promené, je vois qu'il n'y a jamais mis le pied. 



142 HÉPUTATION de L'OUTRiGE D*HELVËT]llâ 

J'y &i observé deux pli^wirnènes que vmd : c'est qw qvunit 
OD a tout vu âajts une qu€stîi>Ti on n'en parie pluK. 

Cefti que quaiKl le g^nie déatespèr^ (fallêr plus Un, il 
S*Brr^tp, se d^oûle et s'^i^are i]ans aoe aulre route, 

Lji in^e chose lui srriTf' rncom. lonKpie \es dilTKullés 
radlrj& k nùncrt; tw\ ^nii^iiî ua clédûn. 

/l'ic/, — PoÊirpÊBî iÊâ komma de ^ie «uif-i/i moin» rarr» 
K>Kf if4 &7IIV jpiMRwnwnKnff ? 

CW (fue les en&uLs de parenLt rtdics !W dinisifcu^t plia 
librement un ^Ul et bodI plus miuirt» ilo Aalvre leur 
nalurcl; c'est que Lu gcuic fsl un germe doOil la bieiiJuMlic^ 
hile le d^veloppemeot» et que U misère publique, compacte 
4c la tyrannie, clouffc ou rcUrdc; c'est qiH aous le despotisBe 
rhomme de gcuie poriap^ peut-^tre plus qu'un autre l'abatte 
ment g^^Tul dca ioics. A ces rsiâons ajoutée celles de J'auievr. 

ibid, — On nait poHt^ «n déviera cratfvr : FitoU ùnUorttf 
tuatuntur porta. 

Cette maiime n'est ni tout a fait vraie, ai lout à fait faUMC^ 
U po<^Hie suppose une l^ulution de t4tc qui tient preoqueà 
rin0piratiE>n divine- i> vieur au poète dee idées profondes dônl it 
ignore el le principe et les eutics. FniJLa d une Umgne iiiéditi* 
tioD dans le pbitoitopbc, il en est étonné» il s'terie : »^i eet-c» 
qui a inapire tant de sagesse X cette espèce de lotira?,,. > 
Je vois moina de verve et pins de jug^jn^nt dane rontenri iM>ft 
je pcDiw qu'à strictement parler, DAnoMtb^^ne ftaquit oraienr 
comnie Homère était né poOie : seulement le ulent de Torateiv 
se di*céie plus t»rd: on est poCte si bckooMi, on n'est 
orateur que dans l'ige mOr, Le poCte n'a point de 
lotîtes les cirtonsUnr.*^ de U vm" nous eriwngnenl l'art 

ihid^ — Povr aiirindre à crrfaînn idêtv^ il fàur 
^kamn rnf*t*il cupabfrTOttr, lorsqt/iiH iniérêt pMÎtuat F> 

On sent si bien ce qu'on peut el ce qu'on ne pent pa^ 
qu'eu r^nnei-nKi) 6 la BasljUc el dilcn-nwi : «Voia-tn ce lacrif 
il faut d&UH un un. ctaos deui an», dans dit am d'id, BnArr 
le cou et l'accepter, ou faire une belle scène de Raune— • ^ 
répondrai : a Ce n'eut pa^ U peior de tant aUcndrc; lîniiniiMi 
et qu'on m'étrangle sur-le-cbamp. > 

Si ma liberté et mon s&lut sont attschéi i U prodncIMS 
d'une belle scène à U CotdcîIIc, je n'en déaey éi efsi psi. 



INTITULÉ L'HOMME. 



3&3 






K^ 



ibùi. -^ En ttrui ffmrr dt leimrrj rr xrni loujaurt ta ^é- 
tûiit^ dtt printipes, ft^trrulio' de hur uppticatwn ri la gran^ 
dmr àrs rrunttbirs ^m coruittitera if ffénte p/tHoMphique* 

El tout homm« ojmtnunrnictu hii^n ur^ADJâ*^ pc^ut nUvindn; 

ibid, >* Un atchtmitte, un joutur de gobtleu étaient d€A 
mmtâ nvrrtf dans htt siérlrs d'ignorance. 
^Mi-lklmoni et tilauber furent de^homiiKis rares. Cozniia'cfit 
un homme nr« «mjourd'buL 

P«gC i64, — Lrs hùtwnet tùtd-iU d'ttri^ diffèrent sur la mime 

ftioticn? cttit diff^rfncc rst toujours i^ffrt ou de rc <iuils ne 

gtntfndfnt pûê, ou de te quiis n'ont pû6 tes mêmtë objtU pré~ 

êfinti, fiu de et qu'iU nf metUnt pas à la question mflme iiftlirêt 

'ii faudrait. 

C« n'c«l pas lout, «t il y & une source de leun; di^ptiie^^ pout- 

plu* féconde qu'nucune dea prto^tîenie*, 
QiK'lqiiç l>ivn i>r^ai]îs^eB qup soient deu:i t^lC8, il c«1 îrnpa»* 
' sible que les m<^nieH idi^ «oieni dmi» Tune et Tiiulre ^f^alement 
évîdptitBs. Je ne crois pas que ce principe pui^c ^trc con- 

^H| Donc il BAt iiuiiav^ilile fpte Ir mAmiî misonuemefll leur paraisse 
rTgàlwncnl cnnrluAnt. 

f Ce raL^ouaenifîiit sw linnt «ver Xn- chaîne des id<?es de Tun do» 

dispulauta, lui paraftra déifiûDntmùr. Ne «te liant pas, ou même 
cnnsuit I& cbaluQ des idéca de l'autre; par la seule raison qu'il 
aurait àï^'avoucrpluaieun erreurs si ce nÙHOEUiemcni ^tail vra. 
îl sera naiurellemcnt porié k le croire faux. 

Pa([e 166. — Tout Us hommes tont née avec Vexpril jmU. 

Tous les bommcs sont n^ una eaprit ; ilA ne l'ont ni Taux ni 
Jutie: c'c»t reipt^rience de» choses de la vie qui le» di^poâe À La 
jusiesee ou à la fau£»eté* 

Celui quj n'a jamais Tait qu'un mauvais usâge de lAes sens 
aura t'eftprit fïux. 

Celui qui» m^cliocremeni instniit, croira loul savoir, aura 
reiprit faux, 

Olui qui. emponé plir la .sufll-sance ou par la vivacité, sera 
précipit4ïdans aes jugumunts, aura lesprii faux. 



1. U pTwtidigtUmr Ledn. »lvul â« Udni-n»Llio. 




U& BÉFUTATtOK DE UOUVRAGE D'HELVÉTltS 



Celui qui ûun ttiaché trop 00 trop p6Q d'imporUncd i quel- 
ques objets, aura l'esprit faux. 

Celui qui oMn pronoocer d>ns une question qui excè^ b 
cspacité d« son laJeni nature), aura l'espHi faiii. 

Rien n'^i si rtr^ qui' !« logique : iin« itifinitA d'boauiMS tt 
manquent, presque toutes les feminefl n'en ont point. 

Cdui qui m bujtfi à des pr^veDiioiis aura Tesprït fiat. 

OItii qai M>iiu^u- ou par ninour-prc^ra, ou par v^pHt de 
aingulanié, on par ^ùl pour le paradoxe, aura Ve^f faui. 

Et cdui qui a in^p ât cofifiu)c«-et c^lui qui a'es a pai 
daii sa raixou, aura l'ej^pril faux. 

Tous Ifta inléréts, toua le» préjuge, loutea lea pa&aiocifi, loui 
lu vîcm, u»ul«s les vrrlus xont capahk» c)« fainspr Te^prit. 

D'oùjecoAcluaquua e^ptitjuMtedc tout poini i?it un ètradc 
raïtoo, 

Xous sûmntrs «mt nh ta^c tfsprït Jiatt ! Mus qti'eat-u 
qu'un esprit juste? C'e»t œlui <iui uîe ou affirme àesL cbotte» <t 
qu'il en faut affirmer ou nier» Et nous Apportona loua ec naù- 
sanl ce pr^etu dooT et quand la nature nous l'aurait doDné.it 
aérait en notre pouiKMr de le conserverf 

Quelque eone que j'aie d'être du aenlimeat d'Helvétilu. 
pourquoi oe le puisse p«sT Pourquoi peniai^e à croire qo'vnt 
d^)^Ius f orlea ÎDeoBaèqiHBiceB de cetanieur, c'est d'aroîr plaM 
la di:Toï\^co de l'iromno et de la brute dans la dirersîté de Tor- 
ganiâaiioa, et cTexdujt cette cauM lorsqu'il s'agit d'expliquer 
UdiirérOQced'ur hommes un homme? Pourquoi lui paralt-tl dé- 
montra que tout bomm^ esi ^^emenl propre à tout, et qoe 
aoci BlupMe portier a autaoi d*««pdt qua lui, du moia« en pub- 
Buee, et pourquoi c«tte as^^rtion m« paralt-elle à inoi la plm 
palpable des ab&uidit£aT Pourquoi touEc » tubltttté, toute eft 
éloquence, loua aci Tafaganatteoia ne m 0Bl*ib pas dïtenniDéâ 
pronoDc^r arec lui que nos a^ e reïoos et dob goùtt ae rteolveii, 
€0 deruière aiul]r«t «u iMr ou t la crataie de peUM« ou êe 
plitsiia aea raeh et pliTSique»? 

i.'M Mùmme « ly iio rf a m M hien urbanité m fvrpùèU 4i Mêl 

ûro)« cela, HelvMtta, n cela tous convient; onaii faqgii 
que c'est aotia petne de fooi fendre la t^ir inuiilnneDi, ceff» 
li in'e«i trrtv^, svr cks question» dont vous n'alieiodrv fmtk 
la l3i>d. Je me die, parce que j'ai la c ounî e m e tie mee eCw 



INTITULÉ L'HOMME. 



9» 



Teip^rieDCd de mon «pîniAtret^. le n'ni pu trouver la vt^rit^, 
et Je Vu cherchée &vec pluB <ïe qualitéa que vous n'en exigâï. Je 
vou« dirai plus : «11 y n de* quittions en sppMrenc? as^ei com- 
pltqtiéeft qui iii*fini paru nimplei^ à reximen, il y i>ii > d^ Irts^- 
iilivpl«» eD 8pp«reiic? que j'ai jugées au-dessus de mes forces. 
Par rxrttipTt!, ji^ sm% ronVHÎnnj qui- daiiM iinr HiM:it>tr- nifRir Austi 
m^ onlonii^ que h iiAirtr, où le vï<# qui rt^ussil eai Miiivent 
■ppbudi» et la venu qui tS:houc prrwquc toujours ridicule, je 
MMK coEivnincti, diî*-jc, qu'à (uui prendre, on n'a rien de inieujc 
à Cftire pour aon bonheur que d'être un homme de bien ; cVp^t 
l'oorragc, À tnott ^é, le plu?i împortAut tt le plu? intéressant i 
furf , c'eat c«lui que je me rappellerais ave^ )e plus de âniiiifac- 
tîon diDs mes derniers moments. C'est une question que j'ai mé- 
dita cent fois rt avi>ïc touto ta conKrulion d'esprit dont je sui» 
capable ; j'avais, je croi», les données n^ceaâairea ; vous Tavoae- 
ru-je7 je a'ai p«â même o«é prendre la plume pour en i^rire 
la pfcmiere li^e. Jo me dimt: Si je nc$onv pas victorieux de 
celle tentative, je deviens I apolo^âie de la mf^cbanceté : j'aurai 
trahi la eauac de la vertu, j'aurai e»t:ouni^6 l'hcmme au vice. 
Non, Je ne me seriB pasi bafitam' pour ce sublime travail i j*f 
consacrerais îoiitilement toute ma vie. 

Votilei-vouft une qui*ïiiion plu» .simple? la voici. Le philo- 
scqsbe appe1j> au tribunal de^ lois, doit-il ou ne doit-il paa y 
avouer «ea* »;cntiinenu au p^ril de sa vie? 

Soomte Hl^l bien ou mal de re«ter dam U prisonT... Et com- 
bien d'autres questions qui app&rtienneMi phK au car^ct&re qu'à 
Ta logique! Oserei-vous bl^ner l'iuinimt- 4^otjragi*ut et sincère 
qui aim«> mivtix p^r que de ae rétracter, que de Ûétrir par sa 
rétractarîon son propre carsctèiv H O'hti '\r kr secieï Si le rôle 
de ce personnage ?«1 grsnd, nnhk^ rt Iitjiu dans la ir^g^ie ou 
nmilatioti, pourtpiei «wmît-il iiuienaé ou ridicule dauit la réa- 
lîléî 

Quel <ïi le meilleur des gouvemcuwnts pour un grand em- 
pirât et par quelles pr^cautiou^i Milîde?« n^ussimiT-on à limiter 
Taeiûriti^ «ouvi-raineT 

Y a-r-il un wul ca:( où il ^oil permis à un sujet de porter la 
nujù sur son roi? et âl par hasard il y eu avait un, quel est-ilT 




5{|t» HÉKtlTATiON D£ LOUVRAGË D*I|ELVÉTIUS 

En truelle circonsttDce un ^ùmph ptstiaxlm 9C petifr-il croiR 
rintcrpr&tc de toutes Icfi voloniésî 

L'éloqtteitc« est-ell« une bonne ou une muivusc cboocT 
Faut-il BAcrifior aui haurds d'uoc ri-voluiion le bonheur de 
It gtoâmiion présente pour tu bonheur de la g^Déralioû à vdttrT 

L'éM sauvage est-il pr«f«rsble & l'étol polic^T 

Ce Ti« sont pus lÀ di*» problèmes d'eofatitBi et vow eft)y<t 
que tout homnn« & re^u de 1» luiure l'apliitulv À Un nSsowlre? 
Sftoa fiotte niodeâtïe, j« vous supplie de m'en exc4*pier. Le pré* 
ndeat de Hooteequieu y aurmii mifi b>utes ses feicefi et om 
boDM ptrU^ de » vk* 

Parmi un muet grand nombre d'boramesDal eux organisas et 
micui élevés qu'on ne Test coAimuDèmeni, poorfuoj oeliliqù 
lôvi.< ]<î volU' (te 1a v^rju^ par qu^l^jup coin imporUItt oblHSt-Jl 
tant de célébrité 7 Poiirquoi «*«^uUer en Kimiration et en é\o^ 
HUT ce que tou< auraitrni *^\é capables de faire, sî l'intérêt el k 
ha.%iircl I avALinil p^niiiK? Vou>t \ou9 calomniée vou»-iii6i»e : ai- 
lei, mon cher philoHûphe. vous n'êtes l'enraBt d'aacune de ce 
causes vulgaire». Hercule au beix^eau élonfEi des Berpenta, et \t 
jeunn Cromwel, aai jaqiirite, daiix U hrvœerîe de «on pèn, te* 
uaîl A la ruaiu la li;ir-h<t itiint ï\ ilnrmi faim tomhiT U léie de 
Cliarles I**. Ramunez par la penaée les mêmes clrccmstaocei, 
maltlplicï-lea de tciutn^ celles qu'il voin plaira d'ima^iier, oon- 
binf^-C'-les à voln? vûlcioié, «rt peul-èlre i^u«ur»«v(iuft Jt rCfir^ 
duîre ]'aHMtàL?iiii d'un roi ; maia GCt aj«a.Huu ne aéra p» 
Cromwel- 

Cbaojn e^t poïfle i Ha manière, éloquent à sa maoifere, brait 
à sa manière, fait de U peiottif^ de la sculpture, de la gra- 
vure, même de la giS3ai^trie, de la naecanique, de Taairoaoïiw 
comme »oi et non oonune un autre. Je parle de ceux qui a- 
celleni. Fnire ces manières, îl y en a une qui marque plus dt 
finesse, plus de sagacîu^ plus de gôcifî : Bcraoulli n?âoul en m$ 
ligne le problème de la couri>o de la plus vite dc«oente', Uaba- 
Ule sculpteur eat bien loin d'un Mulpteur eKceJkni; jttt gnoi 
poCte csi bien loin d'Ifom^n?, de Virgile et de Badne. P<^ 
ndt cetlc dîvcrsitc? l'ourquoi nVt^D jamais ru un hom»e et 

L Ol pfoblèoi* pr«po*l F«r Mu agniaailt. yi n ft Miflr t ■>)■. iatéwltl^ 



INTITULÉ L'HOHHF:. 



S47 



^Me ùAn comme on «utre tomme de g^nic qu'il avait «ou» nés 
yeci nqm mtoie lui servait de modèle? 

[ Page iW. — Il n'fti point d^rwirt tûrie d'erpnt fVê rHui 

fwi rompm^jMUe. 

Cein sep«ut; mais i! y a bjeo de la différence eDireU marnera 
rkml W »^u ln%Uv nmipsn'TK, i^urtout dmiiï les questions ^ 
quelque étendue. Ijk^ uiih x'n\ncir/>(ti Ulifirrrrjnr^iti'rii à U mn- 
dunon par an labjfrinthe toilupux qtiî votis i-Acède de rALtf;ue: 

P0M aulr», lel» que k-s rclesUss courtière, y arrivent d'iin 
nul; quelqvGH-Dnfi réuninviit micnre U sngiiuti^ k Ia pnutiplî- 
tade par lecboîi des moyena. Il jr cd a i^u'od appelle orlgiDaiu 
pane qu')] A^imble qut pfntofinc qti'cuii: n'cûl pria le chemin » 
D'eAt cmploft^lemojenqn'ibonFimagtiié. 



CMAPirnE XVK 



' Page l&O. — Si tota Ir* ht}>rimnt omvimnrnt de la rfritê des 

détntuutnUitMx gécnt^iriques , cntt qu^ils t<m( indifférfëOM à ttt 
vériU ott à Lt ftmtéeU de cté d/tt*or>ètrûtiot\s. 

iadilK-rcDlsI Dcmandci cela â l'anhitecte, au peÎQtrf?, au 
pentpecicur*, au oMnitib det linances, à l'inçénieur, au tn^irAnî- 
deo« au ouçori, au constmcleur de vai&aeaux, à l'opliciea. k 
L'arpenlcuT, au géo^^he, k l'astnmomc A prcaquc toutes les 
daSA«»de l'Acadf^mie dtf^ ftdtaix^ 

Voulci-voas voir tous ces artistca sortir d'une tranquiJIit<^ 
fondée SOT i' immobilité de kun priocipesï Qu'il s'^Ëre Cfltn 
eua un hommo ou qui attaque une formule, une pratique uauolle 
comme vicieuse et Tautive. ou qui tu propo>^ une nonvellet et 
npa Ttrrei la clialeur dc4 protecteurs de la méthode ancienne 
et eclle doaafrre^sciirs delà meUlode ikoavelle. Pïu^eura grauda 
géODfilres sont moruon pri>tc«taBi oontre ia calcul inritiiu^^ma], 
qu'ils regardaient comme uue méthode peu g^mûthque. À quel 
momoot les disputes cr.S9(èmt-e]lo»7 Lomqu'il fut é^idemmeni 
MoMiitr^ que ce calcul avait toute la rigueur du calcul ordinaire. 

Helvétiua confond Ici, ei dans beaucoup d'autres endroits, 
des choses bien dliTt^reniCK : 4:'fïtt la faciliti^ d'appreodnr et celle 
d'inventer. Il est dcnuë uns tkiuie à beaucoup d'hummea 



1, Av dflMifiUivr ao ptmpoclif»- 




8i8 RÊFUTATtO» UE LOUVRAGE D'HELVCTIUS 

d'apprcDdrfi de Ia géométri«, mm non pas d'étr 
d*eîitefidrâ U métaphysique, mais non d'ètrt m^tapbysicieiu. En 
n*acC€TdaQi le litn: d'mvcDleiir qu'à ccJui <|ui fm hirt oa pai J 
de ptu!« À la -tcienœ ou par la perfecCioD de L'instranent, m '" 
par quoique maDî^re de l'appliquer, et rayant par oituAquatl 
de cette classe presque tous Ica ptir» et Aïmples soiutevrade 
prol>JÉiTie«f, oa trouTera que donB les sciences irulhêmatiqueSf 
qui sont, À la vérité, l«3 plus à la portée des esprita ordïoairva, 
l«< inventeur» ne mm pn» commun*. 

Urt tiominemonlrequelqueroifi plu£ def-ënle dans son arcurj 
qu'un autre Atim la d^'^uvone d'une v^irité. Je vois plus de' 
tête dan£ VNarmonit préétablie de Lelbnlu» ou dan* smi Ojv/i- 
im>mr que dan» tou^i Wji ouvrages» des théologiena du OMMideai 
que dsnx W% plui4 grandie 01^^(luvl^e« nujit en géométrie, 
en m^anique, soii en asironomie, 

\^ «oliitJon du pmhl^Nir (îr h qi(*driilure du cerfle, al 
VAX pussiW« el quVIle ïe fa!»p jain^^U, fera plu* rfhonueur 
doute BU géomètre, mais nu mettra peui-étre passes 
lùvf^nn avrc U^ trniJtlîvt-?^ iiifructuiru^c» de Grégoire de 
Vinctiui'. ni xwéiwti aver. KapprotÈiruiimn d'Ardiimède. 

Bal^4^ en Hfl baissant pour r&niaâser nue véHl^qui ^tailiMs 
pieds (lU dans le circuit îrnEnt^riitf? rt infrucluru^ qu'il a Caii pour 
la renconlrrr où elle n'élaït paa» que tel hummc a inoatrv 
lYtcjjduG de fion esprit? 

Si avec- une nnxic de justice, l'utilité D'étnit pas la meaoM 
rommuiie de oolre e^iime et de noa t^Iepe», rhlscoifr dc^ crrenn 
de rbommc lui fcrBÎl pcut-^tre aulanl d'houncur que cetledf 
wa d6couïertca. 

htdép^ndamnient de Tutitité, il cat encore un autr^ nsotiT 
de no;re Admircikun pour Ica invcnKum, c'est la diflkrulté, tire 
corstatiSe par Leâ travaux infruclueUK d'une longue a«ik àt 
crrands bommea au-dessua desquett* Tinventeisr semble a'élonr 
■)ar son succô>^. Peur le ^it^n de t'esp^o humaine, ïl iooptnt 
'une vérité soii prempiement dècouvertei pour l'boonrar^ 
ivcDieur, il impone qu'elle ait échq>pé longtemps à la tccbtf- 
tibe de Ëes prédéçcsaeure, U pertociîon du calcul intégral \m^ 

Oism, IiYia, Iri-If^l. ^lon Momarli 3imfclii an a> pounaifl est lapoMiff F** 
bUaa arM plai d* («Eiia ei A'uikdutlS, 



!r4TITULÉ LKOMMK. 3» 

plus celui «Tu^ J>xr'CittCT& qu'clk n'eût honoré LeibnîU ou 
.KeiviÇD. IVQ <ltft auT&tit de k métliodi^ g«u<>rile d'oblrnir Tes 
ncinei de» équations de tous les d^grf>fi : elîe eût motiut tiionni> 
& U naissance d*t r»!g*ïirp qïiVîk n'^innncrnU Aujourd'hui. 

Page i59. — Il ne faut pas dire que l'iiii^rèl pécuinatn< soii 
uo tnoiif vil et méprisable' : 1* parce qu'Isola et seul, U ne Tejii 
pas: ?* pflïTr 'ïh'Î! nVst, cxdïitif iriLuairi miln-; 3* pam? qu'il 
C8I milit- i-ondttioria hûon^teâ qui ne peuv^ni avoir quiî c^lui4i. 

L'incérâl péciiniaire n'avitU que qusnd il est seul le mobrfe 
d'titt^ artion ijtit doit se. f^irt- pur liorui^ur^ Ct-Tui qui nv- fêiti- 
pikMtff uiie victoire que par l'espoir du pillage eai un hnrtiiua? vil. 
Le talioureur qui cultive m irrro pour eu ohlenir des denrées 
el de Ta^nt nV.Hi paa int^pmaMe, parce qu'il ne pf^ui i^lctcr 
M pens^ et ennoblir 5C5 trav&UK par la considération de la 
prospérilf publique. Il j^emble que Thonneur devrait £tre l'es- 
prit de loua Tes corps, et l'inl^l celui des iodi>iduA dont iU 
sont composés. 

CHAPfTttE XX. 

page !80. —H faut s'avancer à la suite de i'expirifnct et 
me ia jamait précéder. 

Cela est vrai; mais fait-on des expériences au ha^ardfL'oxpé- 
rience n'esi-elle pns souvent prâcéd^ d'une fiupposttion, d'une 
tnaio^e. d'une id^ eyât^tnatique que Texpérience conrirmera 
0m détniJraT ic pardonne à Descartes d'avoir ima^né sea règles 
du motivement* mali ce que Je ne lui pardonne poini, c'eat de 
ne s'étr« pas t«uré par reip^rience «i elle^ éiaient ou n'étaient 
pas, dans In nature, U^ll^ qu'il les avait imaginées. La médiialîon 
(SI si douce et Teipérienci? est si faiiganie, que je n« «ui» 
point étonné que celui qui pense boÎc si rarement celui qtii 
[mente. 






CnAPITRE XXII. 



Page 10Î.-*-!! Vagit d'eipiiquer k Hi-Iv^tiu» comment les 
it^vstÎD, leaC/prien, lea Albajuse ot tant d'aulie» qui n'étAitnt 

I. ■ ^%xità k» boionc* peu «onlhonnAlc* et M idql ïal^rtt iIdU an con^urwv 
rt««U». duï* lA plupirt d'cDim vat. Hd^ d'uD fnii^n>i pJtfumtirf, au J'ud abj^t 




»0 RÉPUTATION DE U'OUVHAGE D^HELVtTlOS 



pÈ& des sots, cinbrusèTent )ft «otti«e du chrifttitnlme et pour- 
<jiioi qudques-uns p^r«Dt pour sa âetense. 

Ceat qu'HtlTéiiut* ei moi noii« noa» Mirfoas ftïu utiTiaifcs 
dans Atlitocs> boui Socrate; chrÉûeiis sotifi Coosuiilia: di»* 
pics d'Arbtole, îl y & deux r«ats am; malcbrsnchisles ouoo^ 
téHÎens, il y im A nrnU nirwtoRuntKti», 1) y m a Irmis. CW 
qij'avkdtî^ (rîllu&u&Lion, M, ck&s k coiiTi d« n» 
uin^«efi, la Mavlé s€ trouve divise^ en deux fictîoiis, Vi 
jette dmtts l'une ou dans Tautre, Kclon «on goAt, soa louf 
il'rstpnlt 3toit cATftCtère el ma linêainn, U' nirUnrnlîqur tv toi 
dbciple de Janaéttîua, le voluptucui s'curOIe Mm*> HiiUiia. La 
dispute iture, on m per»écul«!t-on nVitennliic pour dn aouboi. 
te dvKOÙI el It lasaitude surrieiineDi ; U ^^rïté se roonin i 
qudquc^ hommes s^s^ : la discosnoD d'une seule erreur cod- 
dilit  des prindpei» qui en aU^iuenl ceci vitres. Et qu'importe 
d'où vîenack talcntT que le gtmeen soit dans l'orcanisatùia, 
ou qu'il TtotL acqiJi» de toute pièce» il u'eti cM pas niHikA C^ait 
par les circonstances. Oof^passe sa vie à ae creuser sur do 
inepties, le temps et la nécessité y drtnneDt de rïmpartaoc«, ot 
n'en revient plus. Si j'avais écrit lc« douac voliuaes ia t obo 
d'AufïUftiin sur la fir&ce, je ferais dtpeodra de c« syslfeoe le 
bnabcar de l'univers i si j'étais contraint d'kUer toulea les Doitt 
ch&nter des matines, j'imaginerais, je croi^ que c'eai man diaat 
nocturne qm éteint U foudre dans les Ottias de l'titeniel prtt 
i frapper le pécbeur qui dort. C'est ainsi que, par l'ùcnfiorlaiicc 
que Ion altulieà de« devoirs frivott^, oa échappée reflOlî. 

Le Christ^ ou Pau) soa disciple ■, a dit que l'Église wmt 
besoin d'bfynhâiïs; je ne sais s'il a eenti toute U force de aos 
ifJiïe, Ces hérùtiet^ i^oni romme le» tonneaux vides qu'on jetlei 
la baNne : iMaths que le monstre lerrible s'amiasa de ces 
ne-tux, le vaiwr-au iH:ltappe au danger. Tandis qoe 
s'occupent de l'hi^nSile, le grc« de la doctrine {ïchappe à Tcn- 
men ; maJai il faut que te moment fataj arrive» c'est celui oè It 
di^ute cef»e : alors on tourne contre le tronc des annea sifui- 
sées mir Icsi Imuicbi^s, k moiiu qu'une notrvelle hMaie M 
succède k la premt^ : un nouveau lonikeau q«i nmm h 
baleine. 



i. *H-^»-i-/ip*-*^ *- — >* — i— i^*- *- utk tmt . ir f ** 



INTITULÉ L'HOMME, 



S5I 



CHAPITRE xxirr. 



Pnge 19S. — Ltt plus êubUtnca rpérifêé, une fûts ûmpiifiéa 
€t réduit€t aux moindres UrmtSy u rMm$cni €n fffitSr H dh tort 
JK pré$cni€nt piu* à ft^rit que cdtt proposition .* U btanc rst 
bianr^ U noir f^ noir. 

Uaïs tew: rcduciion c«i-«U« l^jourv possible? On résout 
tout probième |>ar analyse ou par synthèse, ta sfntbèae dea- 
ocQd dus premiers prindfMïs Jh uno conclu4^ioD qai en t^i tttft- 
doigote, et l'analysa remonte de cette coûciusion éloi^niïe 
au> premiers priscipes» Il enX vrtî que dans t'uno «1 l'autre 
aMoctoi cliaque pas e^l identique à c^lui qui le prtV^d^î ou 
le sait, nuis cette îd^tîtiï «^^i^^tle uiujoar^ f<v:ite à sai&ir? 
Eel-€ll«tig^enicniévklente pour tous les «spriisT t« «mledeH 
pas B*€Sfr^1le pas souvent irés-longae, el tout esprit eat-il en 
étal de U suivre et àvi V^\o\t presenief La conviction n'est pas 
U ccnitode et la m^ntoïro de toutes c«s idmtîite, et c«1a 
dans l'onjre dfmoiutraur; rju* la dr-niunnlnition nv nHultiï ptB 
içuleaieitl de ciiacune d'elles, ni même de leur somme, mais 
de leur encbalnçmpnl. Fermai, je croîs, qui n'était pa^ une Cëte 
élrotie, dbcAÏt de la di^mooHlrnlion du rapport du frylinJn^ à la 
i phère. trouvée par Archim^ile : Mftnini me vtm iltiut drmoih' 
girafiùnii loinquam prirgpiuf inttintj j'ai mitmoirr de n'avoir 
jaiuaùi Aentt toute la force de c^ite dém nnfttralîon. Il n'y a point 
de géomètre, ai grand qu'il &<hI, qui ne vous avoue qu'il s'est lui- 
métmï po^iuquelqueTuùïfur Ia Itiogiwur dr u-^ rli-inoiiNiTaltoiu. 

lUîa cdiû qui peut enlendre la aoluiion du problème de Im 
pfécaosH» des Àjuinoics tUMX va état de la trouverf Non, 
Cette rtdoction d une vérité éloigftée à un bJi aimple n'eat p«i 
l'ouvrage de tout Gspnt. 11 n y « point de mauvaû 6di( du sMxt- 
fCiaÏD q9*M ne puisse réduire à cette concluaioii : Doqc, aîre, 
vont bon plaÎBtr est que doiks brûlionn nos moiascoB \ mais y 
a-lr-iJ bcatnoup d'hommes capable», je oc dia pas de [aire, main 
d' CD tendre cette propctiuon? 

Ce n*cst pis seulement en géoméirie, e'eat dans tout art et 
toute science que le» vMtés aoot ideotkfuee^ La ackoce de 
ItUttrers entier ^e rMuit à un laii dans ) 'entes) deaftuut divin. 

vérités tout donc identiques en économie politique, pour- 



fuMdM 



3Ï2 HÉrUTATION DE L'OUVftAG£ D'HSLVÉTIUS 

<|uaî iUtut h solution de c«« problèmes «sl-cifc 4 pciae au 
niTCAu âcs plua \^\txs l6te«7 C'eAl par celM ideolité mime qui 
no permet pas de remuer une pierre, mua qu'il en réatiJlA ium 
iofijoité de ixmlrixoups dont il Uul cdoiler lc« dfeU eoMinble 
cts^pârémeoi; c'c^l qu'il faut y fiâre eaircr les opiai4ias, Iti 
prèjag^ et les u&ag«s. Trais cxcelicais esprits Mit agité la 
qucstLOik do IftliberU: du comdMtrce des grains ^ mlic autra 
ont lu, médiur leurs ouvragée avec un iat^rèt proportionoA à 
une cpicsiion où il s'agit <lo la aubaUtance et de la rie d'un 
peuple entier. Ott Ci) eat-^lle? Au prainier pas; cl M. Ttirgsl 
prét^d que h bien ou la mal da soo edit gb sera evitkcii 
dans une duaiii« d'années. 

Paiçe 1^5. — Le ffértie ft-/-ï/ djïtfrpt it démûttiré ft^t 
W9f vî^niéj ù l't'nstûni ies esprits ordïnai'rM ta mrisuat. 

C«la n'«i pa^ vrai. Peadani loogienpa U n'y eut fUi iroii 
haamtes en Europe qui eniendteent la petite g^néirie de 
Dascartn, 

QtK» de plus identique que les xéritH de U adence d«i 
combinaisoEH ei de& pftÀabllîléaf Tèclitt dsfteMdreqndqiM^ 
uiw il** rra prohtènm ; Uchet d'enteadre Townip de MoiTra. 
inlilulé fîr ta ùarfrin* des tkantts *. 

l^seï EEertioulli, et il touh dira que l'an des probabilités pr^ 
aeotr d«ïs qurstions qui oct Aont ni plus ni niaîiia difficiles que 
la qu^ratun* diinerd«. 

Si G» queatÎQDa Kmt fiolublo* et œla par des h ownies 
muiéaicot orçaniaéa, pourquoi dc root-cUea pas ilé par les 
preoden Kénieaf 

— C'est la ^te du baaard. 

^ C'ost btcfilAl dit, U balfldtt haHrd. 

Il n'y a aucun temps oA les hautes v^tés dorie — as 
muneft, et les pnudpes de nkstbéniatiqtiet, de phlhiioplùc 
naturelle de Neanoo ne scnu janais me lectan ra%a«. M 

C Cattiak MmUN, Tar«H, L-Ml «• Y^MfK rt^lbiA k 

4»ip^ NaéH^ptiSitiliMi^wiaaPta—ifahrftwil^^ta 

«.laM^ÉÉk, !>->*, tua, É^fciM mtàwn^ ^T ' Tirr- " TiiM LtiLi tli i 





INTITtL£ L'UOUUK. 



^h% 



Pige ll>0, ^ Le sy$t^€ ae ^ftrton m partout enseigné. 

C'efii-à-dire qu'on y exposa «uik il^^incnâiniiion li>f; coneitt- 
aioQs de son sysièmo, m&îs les démonBtrslîone eoot r«gi6(S et 
resteront loujoim lettres dot»â» pour Izt géiif^ratitiS di>!i hommes. 

Interroge D'Atentberi , et il vous dîva qu'il y d Uïl corol- 
lunr H pnifaufl qn'it n'e^t pss bit^n sÛf lip l'eDiendre. 

Tottt <'-t- ihMpïirt^ XXill tr^Ht rju'iiii tisMi ck paraTogîsm^ 
dunl Les images et le style n'em paient |)oiDt le dégoût, 

Ibid* — Ia (l«koii\(^rle du miré di; l'hypoténuse, citée en 
e:ieiiip1f-. rat liimi il'uti ifçmiinril i-n inAE)if^auiîf]ti<-K- JjiniHi« il n'v 
etitdedt^ODSirfllion ai simple. nkèntc Auniomeocde I iintiutiuii*. 

^ L'ttnîquc privil^ du g^mR o!tt d'avoir frayé U route, 

— El ce privilège, d'où Luivient-ilT 

— Du hùârd... 

Cel« est uiA»i trop plais&tU. 

Il y »' donc des vérités réscrvïïcs à certains boaunes parti* 
ciilten... Soil que vou:» p&Hi^'z df; leur découverte, soit que 
vous partes de leur difTicuUt^, je n'ea doute paâ. 

Page lt»7. — OtfC<^C€T0ir letin idéfSy c't^iî avoir la même 
aptitude à Vetprif. 

Quelle oÂNCrtion, j;nind Uieuî Inventer une cho^c ou l'eu- 
teodre. et l'en tendre avec ud mattre* c'est la mËroe t^oflel 

J'ai connu un homtno qui n'avait pasi lu quatre fablo» de 
La foAiaine, dent ou irom Hc^ne^i de Racine ou de Corneille, 
qa'il croyait Icâ avoir raitcs: il (tait si voisin des idées de ces 
auteurs, que ce n'L'ta^l qu'une n'^ininiscottc^i pour lui. I.ie£ uns 
troavaJent sa folie plaisanle, d'autres s'iudignaient d'une vanité 
aasBÎ oatrve. C'était l'homnte d'Ilelvi^Lius qui ue voyait rien au- 
deasus de son petit taleni. 



Clf\PITRE 3CXIY< 



Page 199 — Lf kamrd rtt tr mattrr df /rwut Irt inrentears. 
1^ tiia]m*T ditim le valet, ijir r.'mi lui qui le.i s»^i1. Vous ver- 



I. « Sll Hait dra hlé«« aai'^iifilln iM homrntn t)f4Én«]rr4 ov pittttmi ifiHïnwtt... 
la Jj MJ iigtff dq emrH M rii>pOUDiui0 tta aanll coftitiM qu* A'\àn novTVku PyUia- 

S, Hal*4luis 4k 1 • Il r ovroit ilonf. « 
II, )3 



tau BOH* _ 



i 



Z^h RÉFUTATION DE L'OUVB\GE D'Hei.VÉTIUS 

rct que c'cJrt fc hasard qui conduisit Newton à<: la chute 
poire au mouvement <k la lune, et du niouvemcnl de la I 
système de Tunivers ; vous verret que le hn&ord co aurait conduit 
un autre ilu m^me d«>couver(e, ^etvton n'enpon«titpiA4iJifl; 
quand on lui demandait comment il y éiait «mvd, il répoiuUii: 
A fort€ dt mMirer.., Cl vou» verrei que li mAdiiation d'm 
autre aurait eu le iDÊme résultat; ei quand elle aurait prodofi 
le mdmo résultat, vous verrez que tout b^Mumv; eût 4té capable 
de méditer aiiA.'ii proTond^ment. ■ 

Ibid. — // fatri pbiM d^uttmtitm pmrr wirrr ia dhnomTra- 
tioH d'une rért'ti d^j'ù rnjtmtr ç»î pvur ai dècouerir wu aoii- 

Cda peut ^tre vrai, cela peut être faui. ComiD 
un bon écoltflr entend en deuK ou Xuàh heures de réiestoit 
qui ini A coCl^ ilvnx ou troit nicnit À l'inventeur é|MiKÉ^ de len- 
lativeÀ inutiles. 

Mais quand il rn i^emt toujours ainsi, que s'enHuivriit-^ÏT 
Qij« l'e^pHt d'inreniion ir^t aussi grand itana Taulcur qiM? dans 
ton lecteur, Penae-i-il H^neusement qu'il aoil auaaî fadle île 
atiLTrc une page de son livre que dVn écrire une pireilleT Ini 
qid passait une, ^eux, iroi» nial]nrr<i décofn[>w«er un noleii 
arriver à un résultat de quatre lignes, d'autant plus claire» qiiM 
avait cmpToyc plus de temps et de sAgacïti^ h lea éclaîrclr. 

Va^^. 109. — Quelle miftérable comparaisoB que celle de» 
petites ruses d'une jeune filtc, et des m^utkma d*uo Arefc»- 
tSÈdeet d'un GnJil6eM On peut !w payer soi -atoc celle nwo- 
naio~l&, maifi les autres ne s'en contentent pas. 

Au reste, monsieur Helvélius, n'olici pas imaginer que j'ac- 
corde, tout ce que je ne contredis paa. 

JtOTES. 

9m^ 200, — 7i« fv ê^nt pat méUntûH^uety parti fvïZi 
vùdîêént. 

Haïs ils socit plus enclins que lee autres à la mMouios. 
parte qu'ils sont stidnts de mdancolia. 



INTITULE t'HUMME. 



8« 



La mi-lAacûiic est une tubiiudc de UMnpcnmeDt av«c loqucUe 
on Datt el que Téiudo iK donne pas. Si l'étude la donnait, t<K» 
les hommes &tiidieui eu serueni attaqua, ce qui n'est paa 
vrai, 

Jbid. — Ln gloire ttt U baoin df quelquet-unê. 

Si la gloire est leur be^in, eu ne son! doue plus ni lo 
TemiDes, ni ut> boa lit, ni une boono uble, ni la richâsao, ni 
Icsbonneunt, ni aucune cte$ \^lupl«K Msiisudlcs. 

Triste au gai, on est studieu^i, maïs le caractôre gai dis&ipe 
«t disiraii. Hak^law vntre deux bouteilles oublie sa bïblioEh^ue. 
A côté d'une jolie femme, la montre de Fonienelle n& marque 
plus rbeurs'. Le mélancolique au contraire f^il U sociûl^t U 
n'est bien qu'avec îui-m^in«f. il xime la retraite et le ^lence, Oè 
qui 'ii^aifie preHf|iii-, Il pense et mMiie aan» cesse. 

Au sortir de In médiiatJon, l'homme g>i reiniuve sa gùeté, 
el lir miMatiqilique ri?tU- Ln^.lHn('j>lïi|UK. 

Ibid. — Ce o'e.st ci^mmunément ni Is femme srehc, ui Js 
femme reptile que Tboinmc pr^f^re; »*il c»t jeune el pressé, 
c'eftt ]a femjiK faurile. Si la ftirour de jouir ne le promèîie [tliin, 1c 
Je De sais quoi qui l'enchaîne, k S9n iusu, cslTimage de quelque 
vertu dont il a le modèle dans son imagination, et qu'il trouve 
rmprttinte ^ur Ir Tronl île la ft^mme qu il aime. 

Page 206. — Je ne voudrais ni assurer ni DÎer que l'homme 
sauvage «il ou n'&ii aucune id^ de justice, et qu'il pùi massa- 
crer fton ieinblalïle avec aussi peu de répugnance qu il perce de 
sa flëcbe le ccrfou le taureau. 

Je scnts <use£ porté k croire que le sauvage qui enlève au 
aauv^çe U provision de fruits qu'il s faite. &'enfuit, et que par 
sa fuite il s'acjcuso lui-m^ïme d'injusiicw'. tandis que le spolié, 
par aa colère ei s* poursuit», lui Tait le mCme reproche. 

Les lois ne nous donnent pas les notions de justice j il me 
seoible qu'elles les njpposeoi. 

Au refitAt cette <|ueiiiu>n eat une de celles auzquelleii je ^'ou- 
draJR avoir pens« plus longienipH avant que de prononc«r. 

Lorsque voue avei d^ini l'bornme, voua um'.i dît que c était un 
animal qui combine des idées. Quelles id&e& corribine-i-îl, «i ce 

1 Wtépoium ilû FDDiiiMlto h 1« diirhMM da HbIm f|ni lui dAmkndklt It dlfï 
Maesf«îi jenit«ab<a«lU «1 ai* p«adal« t < cou ^ \m pnd^lg marina Im 



156 KfiFOTATION DE TOUVAAOE D'UELVËTIUS 

n'«t cdks de son repa«, de soa bonheur, ôe sa s^curit^, i^m 
trè^votslDea de la nouini de JMtïot'T VittitiutJitÈti pntpe 
et a^i. 

Si un Ijoinitie mu\ ét&it pluH fbrt qup tous les hommes qnï 
renioiir«D[, peul-étre TÎ^11iniii-<il»iM Avoir dViln? ictiyxdjurf^ 
que rvllcs dt? U Toerv? v*i titî Ufubleeae: hmuh il ne Unkpaià 
connaltri; le reftHealimcut, puisqu'il réprouve, et k aavoîf qiieU 
flèche qui le frKjipcnt jMir derrière lr<-ivn>(*rii » poiinnc, IVicth 
dn mon 8Ur pUce. ei que cett« flèche p«ut jiaiiir de U maifi 
d*nti ^nfiuii. Ou*eji conclur^-l-ilT Qu'il cM dangereux de fkin 
injure A rcnf^nt, 

L'bomnic fort n'est |>an un homme de bront«. S'il éuii de 
broiue, il ne sciali plu» de la même espèce que L'hofiune de 
chair; et j'avoue quil n'y aurait plu» de monle coflumise 
entre eux; car la momie est îonûic sur ridentit^ d'ori^aiiiaft- 
tiOD, iourcc des m^mc^ tï^ïMin». des m(mc» pciocft, <ks 
pUîiùr«, tfeft intoes a^craioas, défi mêmes éùw% dea 

l^lyph^nic nViait p» le «cmblabk dX1y«««ï il n'avaîl qu'uA 
<Eil quJIlysse loi creva. 

Dana presque toualea nûâoanemenU del'sucMirt les 
eont vraiw et Ice contMèquencM «ont fiussM* mois 1« 
sont pleïDca de GoeARc et de t^sdté, 

IL Œtdiflidlâde irouvert«sraiB0i)n6iDe€itBSfltisfBiBAAa,iiid 
â GBt facile de rfir-Urii?r fte»^ iuif ucLîonft et de fiubAlitu«r la cODdu- 
iioii légitime à la corifluf^ïon erroné qui ne |M^h^ f frm/imrtatnf 
que par trop d«r g^nt^rslit^^. I) n« K'agît que de b fonrelndre. 

H4it : VédacMina fait tout. Diies : L'^lucatkin Uil iMra- 
coup. 

// dii : L'organixHtïoti De fait rien. Dist* : t'oiymiMlfan âii 
mitifts qu'on ne {lenae. 

//<f/i:Ncispemt^>>i nit^ |ilaisiniaerteolventU)cijourseftpcba 
vt plftiurs M^sucts. Hita : Assez souvent. 

//cfiV:Tou««?iJiquieiiti-ndrii(ui]i' vtf'-ntéraurawni pudfCB»- 
vrir. F^ttM; Quelqti«^un&. 

//liif : Il n'y A aucune vérité qui ne puûa« être mÎKe à UporUe 
de tout le mûiide, £h'(f* : Il y en a peu. 

// dît : V'iuxètéi !(uppir-e [laifailnnenl au défaut de Tor^w* 
Wlioo, Dîta : Plu« ou moinâ, selun le d^&ai. 



< 



INTITULÉ 1/HOMUE. 



357 



Hdit: Le hasard Tait les hommea d« i^énk. /h/M ; Il te» place 
da^ks des ciiTons lances heureuses. 

Il dit : Il n'y a ricn doiil on nr vienne à botir «vcc de la cosi- 
tention d'esprit el du travail. Ihu$ r Ou \icnl à bout ita beau- 
coup de choses. 

Ji dît : t inâlniciuin cslU vourcc unique de^a dilTerene^ cnire 
les fispritâ. I>UeÈ : C'est une dei^ prïneipalee, 

yjdi/.'On Défait rien d'un ïioinme<|Uo»uc puisse fain d'un 
autre. Dttet : Cela me semble quelquefoiit. 

Jl dit : L'inDuencc du climat eai nulle sur les eaprite, Ûiteê ; 
On lui accorde trop. 

Jl dit .-Cr*i;ilal^i!dniton, le gouvernement qui reiidenlseula 
un peuple snipide ou flairé. DiUt : Je Taccurde de Ik masec; 
mais il y eut ua SAadi. d« giands méderîm, sous lescalifnA, 

Jt dit: LcCAraci^rc ili^li^nd i^nii^ân>eni de» cirD^uïtaaceï. 
Mret .- Je crois qu'elles le modifient. 

U dit : On Tait k l'homme le tempérament qu'an lui veut; et 
quel quf? «oii n^lui iju'il a reçu tti* la itatunt, il n'en a ni pluit ni 
moûiï d'apiiiude au génie. Dîtei r Le lempéramenl n'est pas 
toujours un obtitaclt; inyincibîe aui pro^rOf^ dç l'esprit* 

// dit .' \^s fL-nirnes smn susceptibles de In in^me éduraiîon 
que les hommes. Ik'its : On pouri'iiii lejt élever iiiî<?ui qu'on ne 
rait. 

// dit : Tnut as qui i^nne de riiomiiiQ »e riwjut, nn ilvmî^Te 
analyse, à de la M*jiHÎl>tIilA pltyscique. I)ji» : Comme ruiulïlinu, 
maûiion comme moltf. 

Il dit : Il i-n coûte vouvcnt plus pour enlrndri^ une di.rmuti- 
slratioa <ïue pour trouver uue vériié. Ùittt : Mab cela ne prouve 
poÎDl rëgalilé (lu génie. 
I ^ tl dit ; TouA l«s hommes communément bien orgftnb^ dont 
r ^ j a leiDcni propres i louL Diiett .- A beaucoup de choses, 

H dit : L'échelle prétendue qui sépare tes ca^ta oU une 
cbHDère. DiUê : Elle est peul-^tre moin? longue qu'on ne 
rima^ne. 

lU ainsi de louteâscs assortions, aucune qui soit ou absolu- 
ment vnie ou aboolunnrul TauMc. 

Il fallail être bien entêté ou bien maladroit pour ne s'en être 
pa> aperçu et n'avûir pas eJTace des tajches légères £ur lesqucltea 
Teuvio de» uns, la haine d<s autres appuiera i^tin mesure, et 



;l 



SG8 RÉFUTATION DE L'OUVHAGS D'UEtVÊTIUS 

c|iii ryl^Kueranl dd onirftgc plein d'expàîenoe, iTobMrtiâHB 
€t de faid, dan^f U cluse de» sj-AtémaUqnos, aà Jtutencttt 

Pour loat lecteur itnfw-tîal et «casé, arec acB définlB le 
d'Odrétiiuscr» ciccllcnU 11 exeiien de fnikds aris, parae qnv 
beftTicoiip d'hommes puiasifUs y sont ttUqnà», parce que les 
bommeâ nrcs y wfmX nïli^V? dans la diMe counnuM d'oâ 
fls n'i>nl ^-14^ tirés que par des drcoosUmes p«u ftalteufics pour 
leur v&niti^; maiE ccè cm dureront peu, parce qiie TaMTear eM 
mort et qu'il raat rcnt^ocer h la douce sattsfactioD de le perdre, 
ce qui serait înfailUblecDeDt armé, si roii?rage eûl M publie di 
aoD vivant, 

J« te Jugeai -trop sévèreoieat sur le manuscni : cda np 
pami qa*une paraphrase asses îni;ipide de quelqtiefl mauiiiai 
Ljgii«fi du livre de t'Ktprit; je k relouai dans la clause de cca 
ouvrages médiocres doDi la hardiesse faisait tout le mérite, M 
qui ne sortaient d? Tobscunif qur [i^r la uputeor-r du vagismt 
qid lui cf 11! dMm liait au feu. J'&i chinj^ d'auïs: Je fais 13s et ir^ 
grand ua de œ traité De Vliommei j'y reconnais toutes l«& sorva 
de m<!rilf7 d'trn bon littérali^ur et tojtns le» vertua qvù c ara dfr 
riKT-Tit l'h[i«inf u^ hnntnr i-l Itt lnHi tjtoyra. J'«td reco mm an de h 
lecture à mes rom patriotes, mais surtout aux cJMds de TÉtnt, aJïa 
qu'ils ronnaissrnl tinr foi^ toute rinllurnce d'une hoDiM HgÎH 
ûtimi Hur rrrlal et U félrrilé. de IVmpîre. tt la n^cfisonM Jme 
meilleure Mucitioo pubitque; «fin qu'Us se défanentd'uciepr^ 
vention qui t»c montre qur Inir ineptie» c^est que k ftaiant» le 
philc!«oi>he, nfAX qu'un ïujec factieux el ue aérait qu'un mauiaîa 
ministre. Je la reccanmande aux parent», aTm qu'ils ne déSB^ 
pèrcnt pas trop aisément de Irurs enfants ; aux hooHDes niiH 
do leuia talents. aJin qu'ils sachent que la distane« qni les aépare 
du oommuD de leurs semblables n'est pas aussi gnade que loar 
orgueil se le persuade; à tous les autcnra, aTm qu'ils ^^loaiiest 
de Ténage abaoïdité où jpeut tire coudait un eoprit (TuiM ncBpe 
qoBL s'était paa ordàum, nus trop fortcnent oocup^ de son opi- 
Biûa, ei qu'ils en deviennent plus circonspocts. 

Il y a ^-s f^ndroitiûu liekéliun chancelle, d'autres «ft la 
iradKlion f^^t si palpable, l'objeclion si forte, larépoooeri faAIlt 
qu'il est diflici le quel auteur n'ait paseu quelque aoupçen dais 
«rrvur. A-t-ii été reteou par la irauvaîae bonté de se réirtcMrT 








INTITULE L'HOMME, 



dSft 



\-4^ t voulu rnireseusatînii ei pulilirr im ouvrage quifûf conii'edU 
et illustra par desaîiiqufts, m^nw î«^iis^ii.iîA-i-ili>ivfm' (ravoir 
MB coin aépuré pAmii \vs philosoplips el par des opiiiionii singu- 
lières, que â'Hrt aniîomhi (ïnnft !■ înnh avoc di-s %m(és plut 
coaunnucs ^i des }d^çA moins piquantes? 

Il est ki-iri^me leicmplc d'un phàiomène qu'il a rcm&rqué: 
c'est cosnfDent d'ciCGUcoU esprJta sont tomb^H ^i r^iés ilum d^ 
erreurs palp4b]c:». It leur sudi^ait d'en avoir i^Io longlcmp& dé- 
feoseuiB. On hô convertît point c«luï qui » compo^r- dc# in-folio 
sur UDC încptic; cet homme sorail un hi^ros'dûnHson genre, s il 
ftv&il le courage de ct>n<Ianiniïr nu ft^u l<^ Irav^til de toute sa vie. 

Un professeur en théologie trouva une rt>poiis6 trèâ-eubtjle 4 
Je ne »Ai& quelle difticuUi' i\in lui fui propos--»* cojiiro 1a V4''rit^de 
Uieligioat etlavoîUqui, d'incrvdaieitu'jl ^tait, devint cro/ant, 
prtdtéroeiit comme si eeile objectioD ra^me solidement rteolue, 
il n'en restait plus i résoudre : mai* sa vaniie était Inii^resaée k 
la rvgnrdrr comme la plu» impartante, et c est ce <|u il fil' On 
retrouve à chaque pa» la scène du maître de <lan«t' et du niatlre 
en fait d'armes, où nousallons rire tous lesjour^de nouF^-mémeB. 

// dit : La jukI^'j^m? dt; l'esprit di-pend dr* la roinparajKoti d«9 
iérta Bt d*^ rattt^rilJiMi ji\ei: laquelle itn nlMeiv<?. ùiten : Tout 
espnl n'est pa.-4 propn? A comparer ton Les idée^: tout esprit n'est 
ptt9 cajMble d'nlteiuion. 

Il dit: Pojrftuin'Cftoujoui's le bonheur, ne l'altâi^^neï jamais; 
c'est sou» peiiMï de retomber dans I ennui» en reprouvant fort 
iafoicur À voti'c attente, Diitu : Je sala bien que c*cfit i la peine 
k aasat»ontier le plaiair; je »J!s que 5a pOMcasion ri-pond rarcoicniÀ 
notre al tente; »cccela«iiioQsiourKfliv(^tiu^,jeiieâuïvrai pas votre 
consdl ; si In nature» le traviLi) ou l'orcviion m'offre le mo^cn 
cTilre heureux, je le saÎBirai, je le &aiftiraî vite, je ne craindrai 
pas de manquer de d^lr^ Je ne lai>ï«crai pas k mon imagfnniîon 
k reiDp« de irio surfaire une jouissance que je trouverais moins 
(k>tKe;'je tendrai mi'S br%i» au pUisir qui vient, niais jeneveiu 
p«f tei tenir tendus trop longtemps, c'est une position qui 
btigtie. Je courrai apr^^t ir plaisir qui sVloignf\ m^uK je 
n« BiVjtUKderai pas, j'aiiiveraiM avec la laaïilude et le di^^uAt- 
lUuaions d'avare ou de coquettv, sotl«s illusions» plate duperie; 
vam Ia rxHjufttr^ vieîl]ît-d1e avec douleur et regret, l'avare 
meuri-il dése&p^r^. 



3<;0 ItËPUTATION DE L'OUVRAQB D'HELVÉTIUS 



H dit * t'amour enhardit Tanimal U plus Talble. ÙStn .- Oa>, 
raitiintl: ninU l'homnip. rhommi- timdrc et délkai. il b^jc^ 
il treinbl^, W se rïéconcerte, tl ne sait ni c« qu'il Htt, ni c« qu'il 
fait. 

// dit : C*e«t «ur )s tîg? de ta douleur «l du planr p1ty&iqii« 
que M! rPcurilIpEit tniilirsi ikis pi-irkt?Ti tri Iouk nos plabini, H j> 
révèle ufte ^laiidp vérité. Ditr»~iui ; Mais cHte f^iHte vi^rii^ 
n'est pa» gii''it4-rAlir. On demandait à Saînt-Mard ' oâ îl avait ^s 
tout le mal qu'il pf*nsaic de rhammt^ En tnoi, i^pondit-îl; h 
sa répocM Devait qu'un défaut, c'eet de rmirc que tout Itj 
mondt lui ressemblait. 

li dit : La grande mémoire c«t «Kcltisive d'un ^%n4 
esprit. Ajoutez : Uaia la mémoire est une qualité de ToT^n^ 
sAtîou ; un homme organiso de cette manière n'a daùc pa» la 
mftnie aptitude natui^lle À TespHt et au ^nie qu*uD «utrc 
homme, ei la ^urce deleurdilK^reoceâera dans l'organisatioa; 
il en sera de l'homme à grande mcinoore et de riii>niiitc i 
m^oire horinCte comme du chtcn couchant el du lémer: Vànc 
de l'un se porte tout entière à son nei, et VAgne de l'aolff 
tout entière h »es yeux. Kt voilA l'origine de la variM6 de» 
C-spriLt daiift]'eRp(e« humaÎDe, et de la variété deciusiinctseaire 
led animaui. Chaque Être fait naturellenient c« qu'il peut 6&t 
ic mictji:» Aven 1c plu» de phiiftir et le moîna de peine. AJoutei: 
Voua avec oublie, monaieur Helvi^tius, qu'aucune organisauoo 
n'est etclnsLve d'auctin talent. 

ti dit - L'homnifr de bonne société isbtîeni peu d'e^imo. 
parce qu'il ne &e rend point utile aux homntcsc. Dii^ / £i il k% 
sauve de Teanui, Vn bon conteur e&t un homo»; t rtxa«i nid 
où l'on s'ennuie beaucoup; il y jouit d'une grande ceonadi^ 
ration ou le d^ire, ou se l'arnirlie- C'est le HHe de Vàày 
Makarty k CunvlanlinopTe, uù il »'<ytûil fait conteur rocmne mi » 
fait burbier- Il avait beaucoup de pratiquent et vous n'en drm 
jias être surpris, si lou^ \o\th rappelez ce que mua aia dit àt 
Vennui. 

// dit : A quoi sert une grande m^moireT Krei : k esditf* 
le génie. Ce n'rst pas moi, c'est \otis qui le prëteudei; foiil 



I 

I 



I 



fftrût M fftfn. « !• aaius de ArilcxiifflJ iw U hmèt^ ta Haffw tVH» tH^ 




Trnu 



IKTITULË L'JIOUMK. »t 

vc que vous Npoodet )u«te à TobJeciioB qu*oij ne voiu f»t 
pas, et que vous e» ferez une à bqnelTt^ tou« ne r^pondr^x 
jvnuiis. C*txi qut l'hoinini* ^ grande mémoire a trop dt* ta même 
i^ulem' brune «ur ha pdeite, trop «]e pente & remployer* et 
u'il peint Doîr ou ^s. 

H dit : Nr toii« plnigm^x jia« «lu tiitp jiKti rît- nu'^nKfîiY*. Dtta? 
KÎ ji- me pl:iïn?t rlii truj» qui nie nye tie la daMu* det 
mes À l&leiii, vcii& nie Te perjnettrei. 

U dit : L€^ Sapbo, lr> Hypathîc, les Caihennfi fuimt des 
Vninir.s dr |p^nte; Ajnultrz: V.% df <* jn?lJl nombie jco coiiclunù 
UDe t^alc «ptiUide ati |;i'nie daus Tua cl dans Tautro seu« cl 
qu'une bimndclk bit \t. pni>tempK, 

il dit : Ijt» hotntnRt uni <^lé gramln thriH tous Ifft recoins de 
terre oà ib a*oni épvuuf i^ aucune inildcncc «^trttneèrc qui 1rs ait 
rapetissé», ùitrsi lîgalcm^nt grande, j<r nVn crot» rien. 

lîdit: \ji naluredeTe^prit ron^isie & obsci^er de.H rapporlA. 
Ajouts : Je le veux : mais c&t-cc l'oreille qui obseirc et com- 
pare <t» mf ports? Non H l^i-ccr<eîl qui observe cl compare dc:i 
nppons? ^on> Ils reçoivent des ioipreïuionft, mufi c'eftt ailleurs 
que ïa comparaison s'en fait. Cette op^ranon n'csi d'aucun des 
sens, àqut apparlient-^LIe donc? Au cerveau, je cioîs, A quoi 
bon avoir fait le procès «ox «en», 9Î vous ne démontres pn» qu'on 
peut tout avec un cerceau communi^mcni bien organiste? CJuoi^ 
un vaivicau de la t£te un peu plu» vu nioinii ddat6, un de ses os 
tm peu pluA ou un peu moinn enfonce, le plufi f&ible embarras 
de circulation ttana lecervelei, un fluide un peu trop ou pas asse^ 
fluide, une petite piqûre dans 1* pie-mère r^nd un homme ^lu- 
pide ; et la eonroi-mntion lotale de la boite oseeuse et du fromaiçe 
mou qu'elle renferme et tJcfl nerfs qui y M>nt implanfc^K ne Tera 
qQOJ qtK ce }H>ii aux opérations de l'cf^prill Je cmins bien que 
vous ii'a]reen^lig6d&n»voirecalculleft deux principaux ressorts 
de la macbine, U cervell? et te diipbragme. 

ildit; Que m'importe la diversiié de ror^nkationf !l me 
Ktini qu'elle prf ciiHie» même i la naisumce, ÙUn : Oui , cela 
aufltt pour que vouft ayez tort et que votre conclusion soïlfausse. 
Oea cauacft n&is&eni diOerentf» et n'en «ont pa« moins paiement 
optblce de» mfmrs cfletK: cela ne st cun^.otl pa». 

n dit : L'usage de* mauvaises eauK, défi aliments groesiens 
de» appt^iils dt.^rdonnes ne font t\^m k l'ifïtprii. AJtmfrz r l^en 



36S RÉFUTATION DE L~OUVRAti£ D'HRLVËTIUS 

qu'île abrutissent l'hominc à là ton^tic? Ni IcclîmAt, quoîqaect 
fiolt une cau.«e dont l'eDTrt rc c^Hse point? Nî le loc«l, quoiqut 
rhooimc de la montagne soît \if et nerrtnx, «t rbomme 4e U 
pklii€ pesnnl et rcplcL DiUâ : îh la Tr^dieur des orgaoca oc 
produit poa le^ beaux ouvrages, leur caducité produit bien lea 
mauvais. Mais est-ce qu'il n*y a pas des enfants tigiu et d«a 
ridillardajcuntâr Quelle «^nlib^mi^onnablcéublircz-votts entre 
les uns Cl les auircfi? Comment ferex-voua mouvoir cette aube ^ 
fimnaiise, que k volume fnormc des eaux accdi^rèoe du torrent 
meut à pfiinf*, pir le âlei d'eau «ie ce misf^eau? 

U dit : Le Voltaîra de trente ans et le Voluirt de soixante 
ont également d'esprit. Ditm: Odi av«i-^vous pris celaT LeVd- 
taire de ^îxanie ans e.4l le perroquet du Voltaire de ireoie, et 
voilA C4* qui vous en impo«c. L*.' vieillard ne s'cnricbii plus, il 
vit de son bien, sa récolte est faite, lei greniers aoDt plelna. Son 
diainp ppui À pr^^eent devenir stérile, sans qu'il f pantSM au 
refrandieimuil <\r %k dèp«*TiM:, 

// dit : On ne |>eui pas avoir éié soi et uit attire. Ajoutez : 
H faudrait donc s'en rappoctn' un peu À en qu'un autre now 
dit de lui. 

Ji dit : Pourquoi riieu>Kiji«^ diAjKKUÛon de nature ne ciiati^* 
balftncc-1-cfle pas dan^ Tamaleur le pclil dfgrr d'aCimiîon île 
pluâ <juc le aiaitra douac à «on luriJ Ùilr* irottiqu^ntmt : Le 
petit degré d'attention ï Maiarariest i'amuAeoKDide l'amalfiir, 
et la fatigue journalière de toute la vie de Taniate; et roua 
appelei ceia un petit degré d'attention de pIusT 

U dit t La jout.s&ancc d'une belle fenunc peut portes daoa 
t'àme de mon voisin plus d'ivrcue que daoa la nemc; oui* 
cotte jouJsâance est pour mot oomroc pour lui te plus vif des 
ptaisiis* Dit<4 (cl Dieu veuille toutcfoj» que c« dc sotl pea d'après 
rotre exp^ïrience) qu'il y a de» plaiâire qui piquent infinâÂeot 
pluH iron voisin que la jouiasance d'une belle fecmnO' Dites que 
ce qu'il peut dire de lui, il ne faut paa le dire de rao votais, 
qui eai un avare qui ne tireraîi paa vingt louis de aooooAo* 
fort pour coucher avec ta belle H** Hetv^iiua. 

Chacun a sa sorte d'intérf-t, et sa violence n'est p«i moiiia 
variable danti cbaque individu que sa nature. Il y es a qd pré- 



I 



I. IWuc a «obn. rfiiM de Boolîa h 



INTITULÉ L'HUMME, 



S53 



■T. 



f^Dlle repoli loutenles jouiiïâances qu'on n'^)ii6Dtquô par 
des aoiiiA- Qu'Mieotlie de culiii qui » mist ^on bonheur dane It 
pareiseT Nici-toibs Texisience <tea vrais pvreeseuiT Nous le 
eomnuvt touK p;ir înlcn'ftlli^^, ri il y n des homme;; nH Iaa. 

IldU qu'il eii éioamaul que des l)[)miije!i s'occupent iM^nGu- 
flmwîit de touni et d'&rts fultles. />if«T qu'il m Taut pas^'éionoer 
qiiff qtiHqijiv-iinK ^'*if"r.ii|n-ni ilit ri^ qui «^rihniUK^ lin gr^iml tinm- 
bfe d'ïulres. Citez les Itomuîns, le |«eiiple qtiiltuK [es |jt^i:49 de 
Tércnœ pour «tes saiilcurï, «IfV lîinnnihulvs et autrea bateleurs 
dr retl*^ iVi^iP^r, 1^ piH^Uf quï s'ku plaigoaïl avnil ni.<cm ; le 
tloKipbe qui en eue »^té Aurpm, aurait ma) connu le jieuple, 
H dit qu'il Tcul détruire le mcTVfill^iii ei non te mérite dtt 
re&prii. 7>r'ic« qu'on ne déiruti point le merveilleux d'une chos^e 
utile, grande cl rare par quelque cause que ce puisse fttrc. 

K Helveiiuft avait eu autant de ju^t«3:(e que d'e^rîl ec de 
sagacité, combien de chos^ linea et vraies il n'aurait pas diicn! 
Il est heureux qu'il se soit tromp*.^, U y a toujours quelque chose 
à appcemlre dani les ouvrée» de4 hommes k paradoxe, Iclâ que 
lui et RouâsBMJ ; et j'aime mieuK leur déraison qui mv fait pcnsefi 
que do» vAnic« eommunos qui ne m'in1éreRM:nt point. S'iU ne 
on ibnt pa.H choiij-er d'avi«, presque toujours il» tempèrent la 
t6ménté de mes as&ertions. 

// dit: liO mol esprit \m\t' comprend dan» «a s^ÎF^nlfication 
étendue tomes les dilTéreniefi sortes d'esprit. Ajoutes^ tous ; 
t-œ qu'il y a dtflî^rentc» fMtrtCA d'€:;pritT Vou« ne pou\e> le 
aaitt contredire Texpérience, ni Tac^order sans renoncer & 
prÎBdpee. Il y adesehprii» \\t'&^ de« e>4pritft lourds, mais ou 
ce» instruments dilîi>rcnts sont capaibles ou Uft looni incapaldes 
4les n^mes ouvrées. Çuid^ttiil rfrrm'v, ^n-jpiMauaéor. 

// rfif r Le» janH^nisn^ dÎMiRtii qm? I«9t jAuîlet avaient 
iToduii le plaiitlr dans un ballet, et qoe pour le rendre plus 
I iU l'avaient mis f^n rnloilft' ; il faut rrudn^ jusiirc aui 
, cette accusation Cftt fauîoe. Ûifa, voua : [l Taut rendre 



I. « Lm ^fadMi «Ucipanuit à Booso, ra IQO. an taUai doai rnbjct *t»M éi 

pvAn4&B*H> La ftdl^tt pfrtQDuill^ j AiiiL un pia ilc deiu irs k PlaMrt 
«i, psv r«adr* le PUlur plu* luquanf. dit«ti?nt «Ivn k* jamfnivln, km 




164 ll»^fUT\TIO^' DE L*OI]VftAG£ D'HKLVf^TIUS 



j«ftùoc aut jtj«uitest ceUe iccueatîon esi xnie^ et J6 le prouve : 
c'est que Tes je^uilee sont bomnwK et qu'ib d'oqi aticuD com- 
nerce avec Ich fi-fiirth?<. Cette nùfton est tknwnfltratîve <Ua9 Ua 
priacipœ d'Uelvi-tiu&. 

Jt dit : Les mots une Tois bien cldiuiK, uiie question v^t r^aw^ 
l«e pi«&(|i>e &uflftii6i que pm[>ofl^. Ih'itt .* La mois soDi HeD 
définiâ entre cet autour et moi, et c'est pv celle nïson mtétne 
que nouit ne soinnus ptt% tt'«cconl. 

— UaU «lors U question eati d'etpénence et de f>i1, et qitaoi) 
on en est lÀ, on est cont^ertî. 

** Nullnini-iit ; lu qui^rHlr! ii'a fAÏt qni^ rluiigir il'nb^l, «I ï« 
dtilïc.iilit^ s'toimttt à td point que quelques hominet seiu^ ooi 
pr^nchi que \es faîtTs ne pruuvTiiciit Hcn. tant on nvjiil cte pcâDe 
à IcN Gnn,%taLrr cl k les Appliquer prccbruaent à U question. 

iidit : Un ouvrage où Ton fixerait la jértUttU'. signUkatioa 
*k& mots ne peut s'exécuter que cbei un peuple libre. J'en ai eu 
la pÊiisée, et c'e»! nwiiifi k courage que le talent qui m'a man- 
qué. Dîtft : Ce diclioonaire bien fait tenntoerait bieii ika db- 
putes, maÎH non toutes. Lca gi^mctrc^ en ocit imtrc pui« dlce 
mib&i5tcnt dcpiii:i ]i>ii4;ti.*nipâ, ei J€ ne sais quand dic?» nuirool. 

Il dit ; Il ne faut nen aviDcer sans s'appuyer de reapéneooc. 
Dite* : Cch cstjaste; mrujt la coolemptntioin rlàni sédentaire 
et l'exp^once açitoe, c'eftt-db-dire qu il faut éirc ou Ariaiotcou 
Newton, on Gatil^, ce que tout bomme coaunaoéfneDt bieo orga* 
lûsé peut tirt. 

Je ne «aïa comment Tauteur, qui uît tant de boaa a»ota, ue 
a'esl pas roppeU- celuiH^i : on a dit qu'une épigramme beureuae 
était uno bonue fortune, mais qui n'arrivait presque jamais qu'à 
un homme d'esprit. 

Combien d'inventeurs, et quelle pauvre gloire à l'êlre, si le 
mérite n'en était dû qu'au butanl, & Tinteret, au dèa<r oq à 
rinaiructioo 1 

/; dit : Ues plus honDCtes gens ne sont pas ceui qui racoiK 
naissent dans i'tiomme le plus de vertu. Dite» fftmtkemfnt 4 
Vauieur : Je ne ftot« paft de votre av». Dîtmqo'tl tsx des aciioa» 
diflkjlt^ dont on aurait tort de »e croire capabJr ivini quu di 
les avotrfaites.IHtesqtwCodnn, interrogé longteinpet avaat aon 
éeonnant sacrifice, auniit penné de lui conum vous pensée <k 
T«QS. 



% 



I 
I 



INTITULÉ L'HOMME. 



915 



On |ieut scprom«itre un courm^ qu'on ni te retrouve pfts» 
mK TATlil qui nous abandonne au moment- 

Oa peut BC crotre îitcApnbk^ d'un cTïmu qu'en coinm^l, et 
(Ap«bi« d*Qiie grtDde action qu'on ne C&ît pta, 

L'iKunine eruvr^ dv l'aiicnie d'un bonheur éternel, s'î^ort 
lifi-mAnat et flédhti \e genou devuni \tt< idoles qu'il bravait au 
food de M)n rrpur. mai« loin du cbevalet'. 

7<e ppnM>tii« ni irop bif^n ni trop m.il de nou9, sans y être 
autorî^t^ par t:!^» ^preuvm rèii^rée&. Aliendonit le dernier mo- 
ment poar prononcer sur notre sort et sur notre venu. 

H"' M^knley ' disait qm- j/imais In vn*? d'un despote ou d'un 
princT n'svntivtuillé la pureté de ^tat ^»^li^d^t. M*^ MnkalfV nvsit 
vu son rot. 

// éîl qiie dm ripi^nenrc9 Aan^ nombrr pTv^utmil que partout 
W linmmpâ Honl «uueniiiîllerneiit le» mêmes, Dùa r|UK a'W pxrlt> 
d'une société d'hommes policés rt libres comparf^ â une autre 
sodélé d'homnïfK policée et libres, ptïiJsVn faut que crUni^M^it 
mi : que s'il veut dire qtie partout un homme e&t un homme 
et iM» pas un cbeval. c'est une platitude; et que sll entend 
par UquetlanA unesod^téqudconqtieun hommeen vaut e-<<(en- 
beilemeat un autre, c'est une erreur. L« définition de l'iiomme 
fit de l'bommc d'esprit n^iHantpas la mèmet et toute définition 
eODienaut deux idt'i^, dont l'une t^^i le fçenrc pr'Xihain et Tantre 
làdifféreocespcciGqjGou cssonticllc, l'homme irc^prit est e.s^cn^ 
tJeUemenl diifcrert de l'homme, et aussi «tsentiellcmcnt diOm^ni 
que rbomme Tc^t de la bèie> 

L'organiâatioQ bonne ou mauvaise constitue entre les 
bommce une diETi^ronre que rien peut-<ïtro ne Munit ^^pn^er. 
Le* aatlOBiistee. les médecine, les pbysiolo{*istes vou« la démon- 
Iferent par un nombre infifii de ph4^uomèn(*s : ouvrei leurs 
ouvrage^ et voui verrei que ce refisort, c^uei quUl ujît, de 
toutei nos op^raiionK intellectueUc^ i^ufFre d'une manière 
presque miracnkute do ta moindre «luTAfimi qui Hurvi^nt danft 
le nette de la macbine; vo«i vcrrer un lé^ accès de fi^'xreoj 
donner de lesprit ou rendre i^tupîde. N'avet-vouK jamub ru Ut 
onl de tdief Vou« n'avei pas dit un mot dejft fouft; cependant la 

1. OtA-pv Harf4tiQa ^ l'ÉppvlJa l« Cuon d« Loidna, ElloOAWi'ur d^iD* 



Uft HtrUTATEON DE L'OUVHAGE D'UELVÉTIUS 



fblî« M UB pbéiiomèoe qui, bien considéré, %xni3 naraiccnâait 
i d'&mres résultats que lesvdire». Od mil, on viilend.OD flaire. 
01 goûte, on (ruelle nuvsi ÙiKvtviit aut PrtîU^ïlaiftODsqiitàt&l 
voire ubîrH't dit U rua ^ûii ft^\tuiv^ m^A oa ^ rûonie btet 
dSter^eiiienu Que ne youa en deniaDdws-vouE la raisonT Celte 
question, si \ou« vous VéiH^ fjuEj-, Atii^îi ^jiifttt^ plu^ iT'un ch»» 
ptin; lïs^iitii^l i votre ouvrit^ ; pem-âu« voua aurail-^le mtùx 
t la vraie causl^ d« la diff^rencr d(rs ^pnU, et engagé dAiB h 
r«Jii^rcl)e dtt» iÀï)e»-H. a^ï) y eii a, de réparte ]t. vice d'tinorguif 
pnncîp4],<Iec« miroir senlanE. pcna&nt, jugeant, toiïe, olnctird. 
brÎBé, i la déciftîon duquel tcuie» non «cji^ationK Hont souidîmb. 
Vou» p«n^uadere«-vou» ai^oient qu€ dans une roichii^c Celle qat 
rbomme, où tout tssi ai 4^trouon>vnl lié, où lous ]«8 orgvoes 
agi^fcni et rt^agÏRaent les uns aur les autres, une do ses panioi, 
Aolide ou fluide, puis&c <trc \ici6c impuDémcnt pour les autrtsT 
Vous pcn^Mlerci-voua bomiemant q|uc la nature de» bomeiaB, 
du uiig, deUlymphê, lacapaciié des vaisseaux de toutlecorps, 
to syMèmc des glaiulex ei d«K ncHl», la cluriMnËrc, la pîe-CQ^n, 
la cenditLOD dea iniefiiina, du ci^ur, des poumon^ <hi d»^ 
pliragme, det» rein«, de la veeiûe, de»; pani»^ d€ la génlralioii, 
puis«e vtmr Kan» con^uenco pour le cerveau et le c^rrdelT 
YouH voufi le persuaderez. laEidm que le UraitkoKDl ifltM fikv 
AuflTit pour stiifCiter des )tp&i4iD<*s cITniyaiiu ; le nleotissemeaiMi 
raccél^aiioo da kuie^ pour nmfrner k délire et la léthargie ; U 
perle inc*mMdénV- di^quelquesgouites de sperme pour a/TaibUr 
ou «rcrciitre laclivili^; In «iitt|H-TiKicn o;i IVmbaTTas d'uni? sA:rt- 
tion pour Jeter dans ud malaise concinu; VampuiatioD ou le 
fh)iaseiiiefit <\r- <\rux gliuidr-; qui semblent n'arotr aucun rapport 
ever tw fooctions iiitf-lleciueHdH pour ilomicr d^ U voïji ou U 
ooDHerrer et Ater Téoef^et le courage, ei j>rvHqi]4! tnfiivnor^ 
pbo«er un iexe en un autreT Vous ne'penaerei donc pa» i|ii'il 
m naît presque aucun hommf? f^an» quiilqura-nns d« cCft défaati 
d'oiiganiuiion . ou que le temps, le régime, le^ uerciceft* les 
pdncTt, te^ plmir9, ne lai^eut pas i les introduire en noas; et 
V0U4 persistereE dan» ropinion ou que U t£ie &'ea aéra pfts 
ajrectt^c, ou que celto offcciion aéra neats conséquence pour U 
oombinai^n dea id^e^, pour rattention, pour la raiaon et pour 
le jui*oment. iugei â présent combien voua étea reeté loin de U 
holuiioii dLi pro}>1èine que vous vous éiea proposéi jugei de la 



t 



INTITULÉ L'HOMME. 



m 



que mon objection prendrait dan» U boudie d'un raédecia 
iii;^niit qut U fortîReraît de Ma coondâ^acic» «pfCuUtivcs ti 
pratiques. 

Lorsque xom ovci demanda que Tbommc. pour être ^gale- 
mctii propre k loutes \& opi^r&lianB d€ Tesprit. fût communé- 
ment bien organisé, vou^ «vcc fui b pJu» va^e, la plua 
ÎAinicllijïiMe, la plu» indt^lermin^ des demaDdee* putt^uerou» 
I n'avesjamfiiâpu y faire entrer la condition du cervolet, ni la con- 
^ dation du corveau, ni celle du dùphi^me. ni celle d'uucitfic des 

* atitres partie» du corps. Tel homme me présume aujourd'hui les 
plus belles couleurs, d^ l'cnilionpotikl» un trii vif, une consli- 
lulion aililt'itqun, et <ii*nuiu Ton m'apprend sa mort ; tel autre^ 
faible, il^lirul, ]>lle. mai^«, e^l^oii^, me parall avoir un pi^d 

* dansT la fo4se, et vil de longues HniiOtv, sAnt* se plaindre d'au- 
cune infirmité. 

j Page Î5Ï5. — Toyf homme arrùtiinmé aux fineuft <£r U 

t 



ib. 



Dhes loMi bomme en général» et ne regretlej paiJ U perte de 
ceux que rhabitude des fonnes du palai» ei ïes subiilit^fc delà 
chicaDe onl emmsillott^. f^bnmwM^-W de as T^rig^s, Us ne 
seront plus chicaneurs, «ans i-n devenir plui; grands publicistee ; 
ib ne «rront rien. 

S'ils a\ aient eu qudque ^lévaboo dan» l'àme, quelque éten- 
dans J'esprii, quelque sentinieiit du bien général, ou iIm 
l'saminii pa^ nnbrnïwe le rn^iier de chicaneur, ou ils s'en 
aenteat di^ciuirs. 

Si l'araiipiée ne cesse point de lendre de* toiles, c'est qu elle 
I miv ar:Lign(*r*. 

Oii naii for( (}|j faible. Toni 'Étant i^^al d'ailItiirH, l'homintï n^ 
fort eat moin^i enclin à la juf^tice qui lie les bran nerveux, que 
le faible qo'ellr pncx^ge et dont elle faÎL toute la force. 

Mois si la force se joint à un ftentiment pmfoad de justic». 

cea doux éléments contradictoires nalU'a t'bémïMrte. 

J'ai fait celte inflexion pour monln^r que l'unotir on TazH 
Ijpatbie pour cerlaînea vertus a^ail Ha source dans l'organisa- 
tion * 

Sans doute un homme en qui les (luîdes ^>nt Acrea, C4u-4it* 
CI brûlants, lea réeenroîra de ta aemence «astee et profonds, 



SÔfl RI-Fl3TATlf>« DE L'OUVRAGE D'HEtVIÏriDS 



T*A fibres qui tapissent le cunal de L'urètre tfjî^ffensB)l«v,^ 
moutem^Mi organique deR parileis de la géfiémti^m fr^uent, 
npirte et lenace, pourra pratiquer U conÛDeace; maie roBttdCt 
constant df^ ccue vertu lui ^era-t-il aussi facile, s'îl vil BDtttUi 
cliinat chaud, sM *c nnurrît d'alîriHsntft euccuI^HU, s'il a'àhr«aT« 
de vinx dèticieuic, qu'i celui eu qtii lea Hqaeum Bont iadolaatM, 
les sécrétions (aibl^, la fibre molle, el qui vil mus une idni^ 
sph^r« p1urieuM«, qui oWT^t.' an n^me frugal, qui im manp 
qtK' rie* ratïiit^ ei qui ne a'abreme que de néaufarT 

Conciliez donc qu'il esl ur»e orgaDJ6alio4ï, un r^çimp, m 
climat pir prupfp à wr^ainni vi-rlux, iTiK^-raTorable à cenuiii 
vlre^c, et quu mi^ tn^H^t «-ituHeK, qui oui Unit iritifltu-acK ma \ê 
tempérament m sar le taraclfere, n'en ont guère moins s«r Ifli 
qualités de l'cspril. 



i 



SECTION IJL 



.mit, 




Le httsanl caUKe de l'inégalîlÉ de Tespril; le drair auia« de 
ta eapérionlé d*up bomioe Hiir un autre; toaCe découvtrle, Mile 
idée nenvr. faveurs du hasard. VoUi bten tkït propoûiram 
géaérales basardi^. 

Un lioflïint li'occupc de pbyïvquc. <ranatMnie, <le malbâna* 
tiques. d'Iiistoin? : la auiu* de quelqueft-uoeA de ses étadcs le 
coudmi à tmc conjecture <|ae rexp^rtcoce justilte : el l'aitrear 
appt'tlf: cela un ba^rd. 

Dewuieâ, algt^-bri^ie ci i^mètre, ^'aperçoit que les fl^iw 
de Velgèbrc pcuveol i^gakment représenter dea iM>mbrea, doi 
lifrnex^ des aurfaeea et de& solides, et q^c J'ciprcaaiaa d'une 
vOriu* a]|:vhri(|ue peut se fcnlre ou traduire eo figures ; i 
iA^TDle rappbcation rfo t'alg«bre à la gèoinùlrte; et rameur 
appelle cela un baïwnL 

Leibniu el Xewloa iiti^nent en jn4me temps que tea tt^boi 
île l'alg^br^ pauvfoi egaleneoc apriiner le rapport de dmn 
quaBliléft finies, ou le rapport êvanouÎMaai de ces deiu quan- 
tilte, et lis publteui In nu:ibode du calcul diUm&lid cs ialé* 
pal: et fautinir appelle cela un hafiard. 

JiewtoB Bk»i« tiaus un janlin voit de» fmita se d^tacbcr de 



I 

i 



INTITULE L'£IOMM& 



3CHJ 



I'ari>re et lomlH*r; il réfléchit à la caufic; de 1a pes^nl^ur, et tl 
0Oij[>çoDoe que Ut forcu-, ()tiL prVciprtM les grnves veis le centre 
<le U ienct rctieni les corps célesta^ ilaos leurs OTbites : il 
OKnpare asiÏK i^vx avec les observations astronomiquif.s cl il 
découvre U ii>i de lunivcr»; «t Iftiil^r appnllt^ ceU iin 

Odil6c voit Tomber I«s corp». il s'aperçoit que leur vitesse 
tk'accroll à dmqTir^ îihIaijI : il rherclm pAr Ivip^friciioe c^ueile 
est la loi de cette accétèiAiioD, et il découvre que les espaces 
pircourti» (Uns clf^ t?nip« rg4iux sont comme la suite dvs noin* 
bres iitipair>, ci l'nukur appelle; ceift un hAsaidn 

RtriacT présume que la vitesse de la lumière o'ost pu 
iostADtAAée; il cherche d«nft k» Ubled les temps de rimmcr- 
sjon et de l'âoiersioD d'un satellite de Jupiter; il observe et 
»'apei^>oit que le swicititc SC voil encore lorsqiiM devrait (ire 
caclié dcrhere la ploa^te, et qu'on ne le \oit pa^ encoi^ lorsqu'il 
dûVTUi en dtre sorti : d'où il conclut que b difTi^rcncc de l'ini- 
iDefsioD ou de l'émet^îon à l'appariUon ou la diApariiioD du 
salellilc, eitt la <luri>e pnJcise que U lumière emploie à parcou- 
rir re&picQ du satellite ou M Jupiter jusqu'il la tvrre; et Tau* 
leur appelle cola u» hn^ard. 

El comme kâ hasards sont Taits également pour iou« l4>« 
bommes commuu^^mcni bien organistes, l'auu^ur coLiclut de là 
Té^ii^' dej» «Mpriu : une méthode pour faire des gêna de génie. 
En vérité cda Taii piiié. 

Diie«*-liii : r/n%l ta nature, r.'est rûrgaiiîsation, c« ftoni deA 
CAua«s purement physique*) qui pr^parerl rhomnie de g^nîe; 
ce sont dC5 caufte» morale» qui le font éclore; c'eist une êlqde 
«ojJue» ce sont des coniiaL<uant£^ acquises qui le conduisent à 
des Conjecture» heureuses , ce sont ces conjeclure-s vMriéc* par 
l'cxp^ence qui l'immortaliseiil. H vou!t rt^pondra : Moi, Je ne 
voôs dans tout cela qu'un cuchalncmcut de hasanli^, dnnt le 
premier C3t son existence et le d<!rninF n d^ourerie; et il n'y 
t point d'homme» communément bien organiste qui D'aienl ^>- 
porté en naissant l'aptitude au miïmc .wrt et à la m^me lUus- 
tratioo^ 

Cette vision me console et doit en consoler bien d'autrcc ; cor 
quel est l'homme asse* inscnsi^ pour ôtrc humilia d une préd»^ 
loction du hasard T Quel est l'homme qui ne puisse se regarder 
II. S4 



Sn RÉFUTATION D£ L'OUVRAGE D'UELVÊTIUS 

c«nuno UD homme de ^nie. st \e hasard le milT Befvétius, voua 
Bouneï, et pourquoi sourjci-vous t Je oc suis pis conununéiDaDt 
bien, j« suiiî bien organisât J'ai du «eos. J'ai des cocuiaii^ 
sancûâ, ]*aî l*b&bitud? de la médîcaiJcm» Je De demioderais p» 
mieux quo de jotiir d'utie ^&Dde consld^niittûi] peiidiui ma rio 
ei que do Iftîsser un nom illusire après ma mort; un violcni 
désir de d<rx)uvrir. d'inventpf, iniirrromptinon sccnmeil pendait 
\n nui^ nie poursuit pt^ndant le jour; il ne inc manque qa'u 
heureux ha&ard, ]e Tatiends: il est Tral que c'est depuiit enîi* 
n^n r,i[iqimnU* «itH, xnn% qu'il soit vmu ; mais qui votu 
quil nti viendrait pssï... Vous MHtriez «moire, et votm 
maori. 

SMarriveàque^ueautreqti'àimD'AfRmlwrt.Àiinl^Gratige. 
A un Eiiler, ou quelque auuc géomètre de la même forte de p»- 
fcctionncr le calcul dcd fluxions, je jure de croire A Ilelfélius 
et A don hasard ; mais Je De risque nen- 



CHAPITRE t. 

Page "2, — Itùtrr mfmoirc tti U rrvuitf dei ^uffleun*. 
Oui, mais jete^ dans un crâuset^ sans choix et sans projet, dn 
matières diverses prises au haa&rdî et aur un enai qui Tom 
rwdra quelque cboge d'utile, c«nt Tois, nulle foîa voua aura 
perdu voire creuset, votre temps, vos îagrécUent^ et volff 
chuboD. 



CHAPITRE IJ. 

r^fd, *— Uni tériU êmiértmenx In^ùnnue tuptut itrt f^jtl 
d€ fut méditation. 

On De prn»e pjut k ce qu'on ne connaît points c«la ester»* 
tieni; inuÎK OD Cij(iD&1i dÂiis louie science et dAna loui art « 
qu'il ï a de fait, ce qui reste k faire, les obstacles à sunoofllv, 
les avaniages A percevoir, l'homieurA recudllîr, et Ton panik 
là pour m^iier ei tenter detecpérieixes. Que le hasard a*NU 
d^n^ïler lA dedans 7 

1. AVU«IÉMM, 



É^A 



rNTiîULé t'HOMHK, 



S71 



Ibid, — Ltfrtpu f mtrevottujttv frite ttU tndijà dèamw^rit. 

C'est roccupation ba^idielle de mon ^ut qui me runèoe uns 
«ur les découvertes k ftire pour le mener i sa periîectÛHi. 
Eo rf^iDt iu\ clifTéronts iiioyeiut dû rësoudr«î avec uucdw quvU 
que^ufjs (le c«?s |>roblèmei«» ïl s'en pr^seule uo.à moD esprit, el 
ce moyrn int l'eiïel d^s qudqiie^ fncj^ nouvelle» 90U« lesquelles 
j'ai cumpiré mhim iiltjei : il pmji f^tn? boit ou irmiivain, ]« Trs- 
(uiye. Toi)& ce qu'Helvi^d us entend apparemment par entrevoir 
uiw vérité. }àm qo ' eu Trc voit-on quaod on conjecture, quand on 
îgDOTe loiâmi^ de aj rouie, quand U v^iécberdiée tstàrei* 
trtmité de oïltc route, qujrnd. tortueuse ou droite, on e&l ûicer- 
tûn ai J'on poum La auirre jtjsqu'au bout, quand en la suivant 
jusqu'au bout on n'y rencontre qu'une îLlu&ion, aon fanl6tneT 

lu) »e dé54bu.-«knl d'un mojcn trompeur, il urive quelquofoiA 
qu'on CD iiDA^ncun autre qu'on croit plua solide et qui ne Toat 
P«s davftntcgc; un troisième qui déduit, et qu'à I'ossoj on rccon- 
ikAlt fttiasi infructueux que les prëc^dentâ, eC ainsi pendant de 
longuet asnôoa, jusqu'à ce qu'on réussisse ou qu'on meure à tt 
p«ine. 

Voilà ce que j appelle i'biatoire dee erreura ou des décou- 
venes; el U premi^ret, de nuUe utilité pour la science, mon- 
irerail souvtm plus de sagmciU de la part do l'inventeur, 

La£hb)eacacb(!ï la V6ntÉ au fond dunpuitK»i profond, qu'il 
n'est pas donn« a (ous Les ytiux de l'y apercevoir. J'appuie le 
philosophe *ur lc« bord» dt ce puits: Il rcffârde : d'alrard 11 
D'^MTÇoii que dea t^n^br»; peu à peu c«s i^àdbres semblent 
perib<e de leur ^pai&M-ur; il croît entrevoir la Vérité : ëdh C4£ur 
en treft^Laillit de joit*, mai« bientôt il reconnaît son erreur, t% 
qu'il a prift pour la Vérité ne l'érail pas. Son ime se flétrit, mais 
cependant il itesedi^oui^gi; pfl:s ; il fniltr mt» yi^ux, il n^oubte 
do ooolention ; îl vient un inontent où II a'écrie avoc tisasport : 
Cesielle!... et ce l'est en efTel» ou ce ne Test pas. Il ne la cber- 
ùm pas à l'aventure; ce n'vsi point un aveugle qui lilonne, 
c'est un homme clairvny&nt qui a longtemps rélàcèi sur la meil* 
leun* nuoière d'ufler de ses ycui selon !e5 diiï^cntes dran»- 
<tu)c«fi. Il essaye ces méLhodn:el lorflcju'ïl i^'otbien convainoa 
de 1«ur insuffisaucr, que Cait^îl 7 îl en cbercbc d'autres. Alors îl 
ne regarde plus au fond du puits, i) rc^rde es lui-même ; c'est 
là qu'il se promiel de découviir et ks diiEËraies maiûAn» dottt 






SIS b£fUTATION de L'OiVR&GE D'UELVÉTIUS 

00 peul se cacher d^nft un pttib, et \^ rtises diféreoM toi 
on peut use^ pour en faire eoriir la Vcfit^ qui s'y «si retira. 

D'où Ton voit que ce n'est point ou baûrd que Vom doit n 
première tentative, maïs & Uconnais^aocc dee tnporfoetîoi» de 
son Art, connaissance qu on tiCDt de J'ctadc ; Cique ce n'est p«i 
plus aa hasan) qu'il fout attribuer les moyen» de la décotivcrte 
que ladccoinerle elte-mArnf, 

Riûn ne m fait par aaui dans la nature^ et l'écUir 3til»t et 
pide qui passe dans rveprît tient  un phénomèoe ani^ 
avec lequel on ^ reconnaîtrait laliaifton, m I'ou D'iïUit pas io- 
ïiaimeoiplus pressède jouirdesa lueur que d'en rechercher Ib 
cause. L'îd4^ féconde, qudqu<^^ bi^rre qu'elle «oit« quelque for- 
tuite qu'elle panasse, ne ressemble point du tout à \» picrrequi 
se détache du toît et qui torribe sur une t^ie. U pi«rr« frap- 
perait kndistiûciem«Dt toute i«te paiement cvpov^ i sa chute. 
Il n'en est pas ainsi de l'Jd^; et il n*est pas indinefvni à Foo- 
laine*, qui s'occupe de Is perff^tion d^i notivetui calcula, de 
reficoiiirer D'Aleinl>ert ou CUîrnui. ou qiirique tutro géookètt^^ 
Uu passant ne dit point à un autre pa^^taut : Voua iil*svc<^^^| 
ma pifTfe,.. et lou^ les joun j'etilends un savant dire à oïl 
auire r V^jus m'avei Toié mon id<>c. Cvmbqrn il en tombe qui 0£ 
rencontrent point de Mt 1 ■ 

Assur^^meni, c'est k la chaleur d'une oonvemalion, A une dî»* 
puu?, unç Wiun*, tin mnl, qu'on doit qticfquH'Liis \o pwmier^ 
nnùpçon d'une vériir^: maïs à qui c« .«ftoupçon «ïeiil*cl?A iouIk 
hommes communétn^ni Lien organisés. Par combien de prHiaii- 
nairea il a été prépara! 

Page S. — Lortque j'e/ttrevoU une vérité inc^fnmu tUc m 
déjà décûaverte. 

L'auteur n'a pas considéra que tout se 6cnt dans TenteiH 
dément humain ain.*ti qur daii?i runi^rn^. ri que V'ulvv la pla? 
disparate qui semble venir étourdiment rroîser ma mOililaiiw 
Ktueflle. fi son lï! tr^:^i5IiL^ qui la lie soit k Tidi.^ qui m'ocrvpe. 
¥ÂX i quelque ph^Dom^nc qui .se passe au dedaaa ou au dcbon 
de moi ; qu'avec un peu d'attention je démêlerais ce fd el rvcan- 
wttraia la cause du rapprochement subît et du point de coatKJ 
de ridée prteente et de l'idée Hineouc, et que U petite »- 

I. BttdvLUUiiCill/aiim/Krfiaav. 

1 Cteoatn qui, M iMet, parftetXttnû^ wuMHnAni I* crinl iMHyil. 



I 



INTITULÉ L'HOMUL. 



»7S 



COUS» qui réveille finsccle tapi à une f^r^Dde distancfï don» on 
recoin obscur ûv r^^p^tcineiLt vi Vttccvlère prée â^s mol^ etC 
aiisât néce^^aire que la conséquence ]& plu» imœftdiatc aux deux 
prOaii«fies du syllogisme h plus serré; parcons^eni que tout 
eai hasard ourini; ri que, M)ii dan» ïvicoursdes «vénemenig de 
iiorre ue, 9011 dan» la longue «uîte de noft élude», en revenant 
di' pliiv i!n plus en arrière, on ne manque Jamais d'arriver a un 
Taii iippnSu, à une circonvinncr fuiîli-, à un incidrni en appa- 
rence te plus indiiïi^ri'ni ei peut-être en réalité, parce que Ho^ 
pulsion qui ne noua serait pas venue par ce choc nous aurait été 
<1nnuiHr par un autre. Si c'est ta ce qu'on a voulu ilire.rela n'eu 
valait piiH h |mn<;^ %i cVi^l autn- chose, cela n'a pas le sens 
commun, Daiin l'honiine qui r^H^bit, euchalnemenl nécessaiiv 
d'tdtVs; dans l'homme allaché à IclLe ou telle profession, en* 
r-hiiInFaiietil nrVmtaîm de tdle» ou îv.\\v> idiH^. Dan^^ rUnmine 
f[ui agit, etitli:tln4>meni d'inadeniH dont le pltj^ înhiK^^ifmni et»! 
aussi contraint que le lever du soleil . Double néces,vit^ propre à 
l'individu, dcAliuèe «urdic dqiuin l'cmginedw irirp* jusqu'au 
inomAnt oA je nuin ; et c*eal l'oubli momentané de cen prinapen 
dont on est imbu qui parsème un ouvrage de contiadiclîoiu. 
Ou est latalisie, et L chaqut- instant on pense, on parle, ou écrit 
omme 91 Yosi pernévi^rail daiiH le pn^jugé de la liberté, préjugé 
doDt 0^1 a i^ié berc^. qui a institua- la langue vulgaire quon a 
bolbuliee tt dont on continue dtr se servir, sans s'apcrcnoir 
qu'elle De convient plu? A non opinions. Oo e^l devenu phi* 
loaophe dana sea ayatèmca et l'on rcsie peuple dans aou 
propos. 

Tout s eitl Tait en nou» parce que noua somm&* oout^, toujours 
RO«j», et p«» une minute Icâ mômea. 

Page 3. — Or, ti nottt sQmmrg rcdcTti^£Ji au hutard d€ C€^ 
premiers jiôupfC/tMf fi pnr ronnéqn rnt df ces décùucerU*^ p^ui-t^n 
astw-er ^ue ttùm nr iui dnion/i fat encore U moyen de tes 
étendre efde les perfeclioimcr? 

tt quaiLd j'iRco nierai s 1 un et que je merai&rautre;qiiand je 
prélc*tidrai», pour mo servir de votre mot, qu'il y a ijjjiniment 
plut de huâard dans t'invcntion que d^^^is la pçrfMiion, auraài-Jo 
si grand lort? L'înveut^ouaquelqucTuÎK l'air de tomber du ciel: 
la perfcclion M^wble plus rvflOcbie et teuir da\^uiage & une per- 
pétuité des eiïorla d'un homme surajoutés aux eiïone d'un prè- 




}7fc RËFtïTATION DE L'OUVRAGE D'HEUVÉTIUS 

déùeaooir. d'un buIiv, d'vn trotfiitoie prtd é oc M e ur , qui tous w 
MQti^ty^ (Unft le traïuporL du fardeau. 

Autant d'ItioiM qvi »on< venus raoccanvemeat s'aitidism 
la nênerou^^ »iisut «le PrtjmiîUiécH et lutani dn vanioon qil 
les d^cbiraieai. 

n y a d«s exp^rimc«ï fortulirs, tl n'pti faui pw dmiter; iinn 
i qui lîcûvv-ni-^IIt-t se pn^iiier de iv^érencef A rbocnnae do 
métier. Eiitrf \vs mahi» ilc qui doîvenlpdln étn fécou^T 
Entre les mui» de l'homme inslruîL 

r^e^l l'utilité plus ou moins générale, et non le degré de 
aagacité de TiovcDieur qui donne de l'^ai A 1'in>^iitioD. 

Ilolvétîualedît. etjelc preuve. Qu'iiog^^oioètre moque trab 
pointa sur le papier : qu'il ïuppoftc une certaiie kâ d'altndîoo 
entre tx^ troi» pointa ei q^'il cherche leurs moitrements; aa ao- 
lutiûn ne aéra qu'un effort dont la sensation oc & i^codra gvhc 
au delà d'une ii&i saJte» de rAuidèmie. M^u» au moment ou il a 
dit : Vixn de ce& poiniE cei la Terre, l'autre U LuAe, et le tni- 
ùème leSoloil..^ ritilvemrct'Mititde «oanom', 

Pa^ S. — itfft det méthodes tûres pour former des MOtémU ; 
a n'en fs! point pour former des hpmmtg de ^t>- 

Si Helvétiu« y avait bioo negard-.*, il aurait vu que œlui qui a 
refu Tq^litude 4 la scieoc^ ne doit pas motna sou i^nulitkia au 
haiiard que celai qui a reçu de la nature l'apliiude qiu l'offanin 
tioo du ^ènie ne lui doit «fï*^ dto>uvenea. 

Il aumt vu qu'il n'y a pu plutï ni pas moins de ro^diode 
faire un t^rudit que pour Taire ur^ homme de gAUt. «aoB prtnç- 
po»er une oriçanisaùen propre à chacun de se» états. 

n aurait vu que cette organisation présupposée, lea bo^ 
DCnrn, les r^ompenses !iiullipliei-on( sanft iiombre cee âorM df 
Joueuiv et ces f'T^nements heureux que l'auieur appelle dea 
hasards. 

H aurait vu que, saofi cette orgaojeaiioa pr4supfioa4«, lov 
les moyens imaginables auraient éit atérîlca. 

En quoi rtinsisti? i1oii<; l'impurtanoe de TéducatioaT Ce a*cif 
point du tout de fairti du pn'mîi'r enfant rommunétuenl hhp 
organisé re qu'il plati A «es parente dVn Caire, mau do Ttf^ 
quer conaUmmejH â la cliosc A laquelle il cM pnip«e : A T4r^ 

1. Cm fUMafi « M dtf fiar ïfaL^n. Vï^tt n trouve 44)1 
M#iti^tfva«riripni. 



o au 



INTITULÉ L HÛHHi:, 



S7S 



dition, ï'il est doué d'une grande mémoire; k la gèoméirie, fi'il 
comluoe facilemea: des nombres et ûtK vnpwr^-. i In poi^îr^ ti 
OD lui ivcoDQAlt de U chtletir H <le riniagiaatîon; et unsi des 
«utrefi McîeDCEa : et que le premier chapitre J'uii bon trAÎtv 
d'ikliication clnît Aim de U njAuiére di^ c/iniiAtUe le» di.Hpcwi*' 
tîod» juiturellcft cl« TeiifanL 



I 



CUAPITRK 111. 



Pig«0> — ViiUfalité f/rjf ttpritt virât moim dn partage 
trop inégal 4fi detu du htuard qm d§ l'indiffàrmct avec 
iaftuiie on le» reçùit. 

I— Etœitc diffï^roicc, d*où«cnt-cIIc?" 
— De U diircr<:accd'«Uaition< 
— Et cette atiencion diiTérenteT 
— De liniMt- 
— El riaiûrôl7 
— De i'mstniclioa. 
— lUi» rtûftiniaiOD ne donii< point rintérfttïclk le-d^miit 
iquefois. 
— Dajis rîDatructioa je fais entrer touies 1^ âorte« d'encoo- 
ragcjDcikU. 

— }Aèx^ il y a mille exemples d'enfanu encouragés pu* totB 

lee iDoyeDs possibles dont on d a rien fail, el d'autre» d^coura- 

g4« par totu le» moyens posâjbles de la cbose qu'il» ont faite, 

UDlôt bii;n, tanifrl mal ou médîocremeut, eu d^pil de tous W 

^obtl^lf^ qu'on kur a ïmHuU'si, 

^ÊL y a Je ne saî» quoi de loudi« danti le commencement de 
^C« ni' rii*|>iïpr, E^t-ce nw fwite bu c#lle de l'auïriir* Jr nVn 
ittî*rir-ji. HdvéïitJM ilii : <t Si prp-w|U(.- tous Wobjï'i^ cousiilÉiés 
avec allcattiûit ne reofermaîenl point eu eux la aerneoce de 
qndqur d^couvfrrtr; wi Te ha.'Sftnl ne partagrût paK à pfru ]>rt^ 
^galeakent bet dons et u'olTrait point k loiiK ûcs dbjf^Ls de Ja 
donpiraiaoti desquels il pCkl réautteir de£ îd^ca gnmlf'i et 
ûevres, l'espHl serait pre^jucca entier le don du hasardai- J>n- 
leiHinia mieux, ce me scorie, s'il avait dit ; « Si le hasard par- 
tageait Clément ses doDs. H il ol&ait i tous, etc. » 
On reçoit avec indiffércncr Ut doM du hasard. 
VoilÀ une façon de s'cjtprimer bien âinguliëre; on dirait quo 



«6 RÊriTATlÛN DE L'OUVRAGE D'HELVÉTmS 



jeu où Vm perd 



fMitf^d 



l'art des découverte» ett\ 

que le vfticl d^. Newlon ait eu fçrend tort d* Uîsier aller isoa 

m&ilre la chactce des cxp^encaft sur la lumière. 

HcIvC-CiuK dit 1 C'est le basard qui fait qu'un auteur 
i Urile ou i^'lle maU^re- 

Ditee, vdu« : C'cfit qu'il e«t ou géomètre ou iDétâphystcicn, 
0x3 mécanicien. C'est son m^lïer, 

Helvéfiufi dit : C'est l€ hasard qui fixe Ifrs n^ards de l*aiH 
leur tur tel ou tel point de la «deoce ou de Tari. 

Ditçs, vous : Aieu n'est plus naturel et pToH ordinaire qoe 
des^^ciachi-r nui irndroitx où l«% rttoris dmnsitfAltersseiiraaa 
ftQDi iirr&l^, et ^ue de partir de U |>oui faire un |mk i-d KnnU 

V.D hasard, ce suerait le cas où Vaucanaon a'occupfnli d'un 
éloge, rX Ihi^mns d'une macbini^. 

Ailes cb» D'Alemberi ou chei Fontaiue, et vmiA les irouiï- 
Tti occupes à perfrctiooner le calcul latéral, k dietcber 
incye_n der HOiTiin^r Abw>îuiiieni, on par quelque pramptr et fadie 
approximation, une équation d'une forirc rénitenie. Allez djn 
Bezout, et demandei-lui ce qu'il fait, il vous dim qu'il est totir- 
tnenlÉ de la ftclution ^nérale des équations de tous \t» clegrte* 

Nehèliu» ii'ti que c'est par haâ&rd qu'on trouve U 
qu'on cherche, 

Dilea, vouft, qii« la tentation e^t loujoun* fir^cMée d*i 
certaine suilcdc raison ncmenU ou cl'idtosystéinatiqueftà 
fier par IVip^rience. 

le Ëeul hasard qu'il y air entre deux boonsMA à peu 
i^alcmrnl bokiles, c'est que l'un, mieux conduit que l'autre, 
découvre ce qu'ila liaient è^akmeni capables de dtoWTfir loué 
les deux, Pierre coun au&sî bien que le&n, maïa Jean fa oal- 
heureusemcnt gagné de vileËS^. 

Lorsqu'on demanda k Nowtoii comment il avait dteoarerl le 
v^'sième du monde, il ne répondit point : par h««anli mais tl 
n^lïontlit t en y peiisaiJi beaucoup. Vn autre aurait ajoil« : ai 
qu'il était lui. 

Jit sais, comme Beioui, où le« progrès de l'analyse a« mdi 
arrdl^: maix si notis nous occupons ensemble du néve pr^ 
bl6me, il y a intllit à parier contre un que c'est lai qui \t 
n^udra, quand il a'agirait de ma lic et que j'y donnerais aùlte 
foia ]»luN d'att«7ktion que lui. 






I 
I 



l?tTITULÊ L'HOHME. 



917 



j Km 



HelvV^iîuH lïù : n n'ftt point ^hotmnc animi du d^ëir er4rni 
de ta gioire qui nt *f dittingue toujoitr* piufi ûti moifu dam 
fart ou la tctent-f quil culttve.,. Laissez-lc dire, cela n'est 
pfts ^tti; i! parle conirc l'cxpth-icncc, 

llcJT^tius dit : tntrr deux /tommrs fgatfmmt jaioux dt $'H* 
Imtrerj c^etf ic haittsrd qtii décide... L&ïasez-le dire: cette 
jdotLHÎe peut agUcr l'inepte plus violemment que l'homme de 
Çénîc; et : a Jp voudrais biui Uirc miv bt^Ue découverte, a est lo 
propos ix^^^ortlinairc d'un Mtt. 

HelviKhia dil : /-*- huttmi pr/sideatcor^ au ehoix des objtit.., 

dire. Chacun c?t o «on mf-lior, tous ont les ^eui 

Umnéa vera le môme càiù. L'un voiL parce i|u il :& de bon» yeux 

Il que mn refï&rd G'adrcfise juifte; I'aalr« no voit paâ, ou parce 

rn a de maavaU yeii\ ou qu'il ii>gftrdo à cdié. Ht \f moment 

oà le premier voit le mi^ux, ce n'est pas toujours celnî où il ae 

le de re^nler, c'est lorsqu'il est laa d'une couteiition inulile. 

Il qu^il lairae aller 4on ref;ard supâifjciel ei négligent »ur un 

^)b}H dont il c«i presque dégoûté. 

Celui qui ^i tout entier à un moyen ire voit que celui-l&* 
Celui qui plane, pour ainsi dire, au-de!«u» de l'objft, Dpen;oil 
plusieurs roules qui peuvent Ty conduire. Il e«t des circon- 
fllances où la grande attention concenti'iï^ aur nn point Cftt nui- 
sible, et ou un regard va^ie siTi davantage- 
^m Paj^ 7- — Lh éffïienets dê8 décotiveries prê9fnU€9 à toa8 par 
^■^ hasard tant ntMir*, xi fartmiîon ne tes féconde, 
^M Haia rauention &eule ftuOïc-dle pour lea féconder? 

^K Page s. — Votre compaiaifion des bommes i des commer- 
çants* eal brillante, mais est-elle jusiof II me «einble qu'il y a 
UDe lutte eUroyable enlro \o\t^ ceux qui courent la même car- 
rière, et que cette émulation outrée va jusqu'à l'injustice et 
la hlifie. La mer est la n»en»e, Tou* lenient de» découvertes; 
maid 1 un marche au hasard, il n'a qu'un mauvais pUoie, il 
maiK|ue<Je bouauole, son vaisseau est iiiunvajï voilier. 

1. • le no foi* djn» \m i^upirt dw lioinair« que Ûm c«aiaict^«itft ariAok» • 



citAPitne IV. 



376 HfFUTATION DE L'OtVftAGe D*HELV£riUS 



I 

I 



lUVH 



U ny eîi a pas ud qui ne »acJi« que le chemîo de la fortmke. 
tic I honneur, de la ncbes^e cat te mËnte, 

Page H. — /J ^xt peu d€ C^lmnhê ; €t sur (es tntrê de ft 
nÈondcy uniquement jaloux <thonnrurty de pUcety de a^dît rt 
de richcMci, peu d'hommes g'embdrqutnt pùur U déeùuieerie âe 

Je n'en buU pas »uq>rift, &uru>tit si votre sy»t6rac «st vnî. 
loates no» ponsc^, tous iif» uav&us, ura(ea nos vuca se réttl* 
veotcndemiortï analyi^ ide3>v^lupiai«ct]uiclJet.Que Etat donc 
relui qui pi^nd l'or el qui d^i^ô U découveiieT 11 va drvl 
au but, il est §age- Pourquoi vouiei-voas qu'il fi«e ui 
circuit pour arrivera un t«rme prucbainT 

L'auteur était tout à rbeure eo pleÎDi> m^r, le \ûiti au 
d« forêts où mille tournoient et toumoîi^ront sans ri«u décou- 
vrir, t'homme de g^n je a ouvori le Keiitier,la multitude l'apiaiui: 
e'oat la classe des suTeurs classiques , da^se qui n'est pas anec 
privée, ttprilafurt>,eKpntKJU'(trsq«iivndeniU«dciKecatiinniiif. 

Paga d, ^ Qu'etS'ee ^ue U besoin de U gioîrtT <7eti U 
betoin du piuïsir' daiu tout po^/t où la ^idre eeue d'en ttfi 
reprhfjtialicr, te ciloj/tn ett iitdigH^nt à tu floirt. 

Oui, ff*, dta]rea en fç^n^ial. 

Ofi ne »i.T[it aïmme railleur que dans la Tleillesse. Le 
tacle de riirmimc illuvlrc qui meurt de faiin e^t aans oass 
exposé aux >euK defi enfants par des pbres aenA^. MalheuretiXt 
que veux-*tu faircT II est incertain que tu ailles à la gloire, e 
tu cour^ droit & la oiiâère... Voila lea propos doot nos fojoa 
reteniiikHent, mai a il» ne cotkvcrUascnt guère que 1» enlants 
m^ioacâi les autres laîaHcnt dire les parente et voot où la 
nature \t^ appelle. Tout c^ que l'auteur ajoute ne convient quà 
ccui qui ne &oni pas vraiment oppolto< 



secTio:N IV. 




CHAPITRE 1. 



h^ \%,** Au mùmemcù fen/am se dHofM dea fimtctde 
ta mir4 et ê'outre tet portée de ta vie, H y entre eatu iàteà H 

âouu idi^, îl ^t vrai, mais avoc une diepoaitioa preprti 



ISTITULÈ L'HOMME, 



379 



cooeevoU, k en comparer, et en retenir ceruiaes 4ve<: plus 
de goât et de fncilité que d*iutrçs. Sans paâ^ions exercées, ]« 
rigiiorf ; Huu pâmions prèles â se lïévelopper, jt lu iiifî; «vec 
tuie p«ate égale À touffe st>ru^ ik iiahmcmim, je )e nie r'iiccre; 
«V4^unp pente à louler» sorieîi «le pAiMÎODS, jecrolx qiie-je pQur- 
Tsîs Ik fiitiT, Il f A lies hnmtnfTï fjui n'ont point cottnu rawiCf. 
H est r&|ie tiLi'on ii'nk pjtn une puaum iluujînante» pUiÀ rarv 
qu*<>i) imil iSgaIcment (iominc psr drtji; tout aiDisi r^rr^ «{u'unc 
pASAÎon dominante ne ^e Koii pt-sU^oelée à un u^îl atieutif tlèa 
kl pnoûères années de la vie. loiigtemps AVftnt l'Âge do raison. 
Un finfftiit soumob ifc montre sournois i six mois; un rnfunt 
se montre vif ou baJounJ, impatient ou LraDr|uillo, inflcnaible ou 
colère, triste ou gai. Tout ce que l'auteur ajoute ferait croire 
.qa'il Q*a junais obaervé dVnrant^. 

Page lA. — A-t-^n ranarqué qu'une certaint dièposition 
d&M iet nerfs, ht fluîHrt ou U» miucUf donadt constamment la 
manière de pcmer? 

Oin, on l'a remorqu^^ C'est eur le d^ran^f^C4it <le celte 
manière }id>itiielte de penitor dans Tétat de liante ei sur ]e« 
nouveaux symptâmee ou le nouveau tour qu'elle prend, qu'est 
JbndAe une p«nie du pronop^tic du miklecin. 

Letnorûl change-t'il U phyâiqué? 

Non, le moral re change point le pbynque, mais il le coti- 
mint, et cotle conlriunlf; continue fiait par titi 6ier toute «on 
éoer^e primitive et naturelle. On inapirede la hardîevw k un 
rnr^nl pUMÏlînnime. (l«r U nKidrraiion k itn rofant violful, de la 
cJri:oiupi4U]o;i k un <?iif»nt t'iourdi ; on lui Ji|>prent), ces cimarat 
comme on Iliî apprend à modérer »«s cina daiia la douleur : il 
îtuulîrr, tnaîft il ttr ni- pUînt jilu». 

La nature rctrant-he^i-tlte wrtttina fi^m du cerveau da 
un* pour ieê ^outrr ù rriui drt autra? fin pr^pteur redrcae^ 
i'ti le dp$^umb0$tuT 

Voas raÎMDDef de U tête cocnme des pieds, dca libres du 
cerveatu cootnie des os des jambes; oc aont |>ouriAnt des dMae» 
ij^^-divefac«. Ce que ta nature a I>ien fait, une mautai«fC babé- 
tude peut le Kâter, le défaut d'exerdce peut le d<:tnjirc, comme 
l'un e1 l'autre peuvent recii6er ce qu'elle a mal fait. Le cJiirar- 
gico dont r&me se trouble et U noain vacille dana le» premàèrta 
a'dHlurcil et ceaae de frcmir; les entrailka du mé* 



n 

r 
n 




380 REFUTATION DE L'OUVRAGE D'HELVÉTICS 



deriti ceâàcnt ck ae touimcMitor, i U lODfn^^ ^ l'^^i ^ l'aftM 
voient lc3 coDvulsioii}} €t CAtoïKleni lea crie du n^phrétiqueBiai 
8'L-mcHjvoir; Taccoiicbêur D« lArdo p» à tinr l'cnfaDt du cdn 
d« la mère en travaH. tnntn. 4^pv<m\vr \t mtnaàrt wathnem de 
piiî«> i jt fovzo- tlo ti\-n»ijer ges mains dâiw le stng des ■slmiti. 
le boucher voit couler lo sang liimiaÎQ suis horreur. Les sp«c- 
inrks saiiglanU et l<w &upplic«fi pul>Uc<4 ûaiMeût p«r rvndn 
titfocc touK* (mit nutïim, t^oin Im femmes roraaÎDes qui con- 
dtmuaienl à la mon un mauvais g1ad»slHir, 

Il n'y a pas tiii mot dynf tout ttt chjipltre que U nîKiR et 
retpOrience ii<» conirodUeni. 

On tiiimt daru tout Inpatff^.* 

Il est ATat; nivi^ chiir|u;? individu d'une cootrfc Vaîme i sa 



CHAPITRE IL 



Pag»? tO, — Lf enrGaért drr prupiet changf: mai$4imâ 
ywff momnit re chtmgfVfnt Mf faillit U plut sfrmhiftneM 
apavevoir? Dam int mmnents dt révûiuîion ek in j»rtipif$ pah 
ifni tout à coup iif l^tjit de ti^rtr à rrluf d« Vnchn'agr. Alfin 
df firr H dUi\idac\t\LX qu'Atûit trit ftupUy it drvùni fmbU ft 
pMtlèiisiimr. 

Cela est mal xn, ce n*est pu) ainti ijoe la cJioaa s'opère. 
Alnnt \\ reste au fond des âmes un aeniimeni de liberté qui »*et- 
(a^e |N-a à ^>u, »pnl:nit'ni quv \v% miiii^lns dr* tVTaos itcOP- 
naissenieii eu:(-iiieiii('>et re^pecient dans les iMMtveatu etcU%«s. 
f> soin ]tn rnraiiu tirs tjTun^ qui mnit toutrt leaetifaDCa siib- 
ju^it^ dfjt hoimiies litn-es qiii Mruiïreni tmiL J'en attesie I» 
(erreur!^ rt li garde qui entourait ce scellât de Maup«ou', Inrv 
4]u'il traviri^ail la cijiilale pour ftVl»eminrr au plm. 

Pa^ 17, — Un priitce murpt-t-il *ttr *ft p€upln um 
autorité Miim bùniff ? il téi nàr d'^n fkatrger U camct^rg^ 

\ùus vouâ trompez. Ce n'e»! pas louvra^? d'un ^ul despote; 
il le commence, cl ses siicce**eiii^ »econd*'S par U ïicïntxé de* 

!• L« cLtDOCllor Ibupcou» qtiDli|go t^bllo. <t p<4«-Mn fàtf ifnt tn^ a*kBt. 
al un J» rt«D)plCft Ja plui reaurquKbtci dr TtiapopuluM fav ynd 
iniiikiirfl iiisncl IT (l'i mi me ^nr Im ïhl^r«U i1i>-»a mttu^ La ttt 



i 



INTITULÉ L'HOMUK. 



aei 



pèrm, le cx>n!M)iniiient sur knrt mtastt». \a^ pèi^.% subjugués, 
apprennent par leur ejœmple eC hut^ ilbcount à ït*Mi% i-iifanis 
le rAte de revdAve : sftms cev?c ils dirent k cfuk (gui portail 
iiitp«tir-ntm«nt h\itii cjitln*-^ «l i[iii )r?ï siKOiii;ni : « Prands 
^rdis mon lils. lu te per<lra<t... a Lu morale m* i](^|ii'Ave, même 
du» Iftft ounageft des philofiophea, Autour de la cHV^nie i)*tta 
tigre* c'est U H^curitr ci non U n^oTlc qu'on proche. Qtizu^il je 
Ib dAiut Saâdi : Ctiut'ià €st bien tn^c qni tait raclifr ^on êrcrti 
à ton amit il est inutile de me dire dans quelle contre cl m>uj« 
quel gou venir ment il rcrivsit. 

Pige 13. — ffifft dt: mciUatr^ dit le rotdc Pruxscdwi9 wi 
JUtcouri pronùitcé ù i* Académie de Berlin, qu€ U gouvernement 
orfrtfrtffVv *ûBJ des prîn^e^ Jwtc», humains et vertueux, 

El c'ofll %oua, Helv^tiiis, qui catz en vloge t^cttc maxime 
d'un tyrBiif Le gouvcrneinent arbitraire* duo prince juste et 
écliiré eat loujourt mnuvai?» S<» vtrtus sont la plu? diuigerouee 
et la plus sûre dea scductions ; elles accoutument iu&Giiâible- 
ment un peuple à airncr, à respecter, à t;crv>r «on sucecfiscur 
quel qu'il soit, méchant et aiupid'i. U enlève au peuple le droit 
de délibérer, de x'oulotr ou ne vouloir pas, de s'opposer wâme 4 
fta \oloote, lorsqu'iJ ordonne le bien; cepeDdani ce droit d'Q|>- 
position, tout iii4cnsi> qu'il ctîC, est sacré : sons quoi les sujets 
iweemblont à un troupeau dont on mi*pn!4e h r^damaiion, sous 
prttnte qu'on le conduit dant; de gras pÂiurag^, En gouvcr- 
naat telon son bon plalsïr, le lynm commet le plua grand de» 
forfaits. Qu'est-ce qui caracti>ns4i îe despote? esi-ce la bonté ou 
lam«^hftnc?t^TNiiJk'rni*ni; et* deux noriont u'vnirenl pas seu- 
lement danK \it définiiion. r>'&<<l Téiendue et non Tuitage de Tau^ 
toriie qu'il s'arroge. Un des pitis grands malbeurs qui pfït arriver 
k ihk nation, ri- «-ntimt drt^t on trT>is r^'gii^^ t\'\wr- puissvJC« 
jinCe. douce, éclairée, mais arbîtraîn; : 1c*-h [wuples seraient con- 
duits par le bonheur k l'oubli complet de leurs privilèges, au 
plus parfait esclavage. Je ne .^ni» ml jamais un tyran ci m:» 
ftdMDbt v^ xont avinés de cette reiftinCable poliiique-, matot je ne 
doute aucunement quWlc ne leur e^l réussi. Malheur aux sujets 
en q«i J on anéantit u»ut ombnge sur leur li]>er(é, même par li» 



M L^aporuiios 




dSi Rf-FtJTATlON D£ L'OUVRAGE D'HELVËTILS 



ToiGK Ica plus louables en apparence'. Ces voies q*60 fioni qit 
|duB fiinc&tes pour revenir, C^i »nci qiM l'on tomb* dwi6 i» 
sommtàl fort doux, mais daoft un sommeil de mort, poHkil 
lequel le seotimenc patriotique s'^ieini* ei l'on desiepi f^trtogcr 
«■ fj^uvernemeni de l'Eut. Supposez aux Anglais trois âîst- 
b€th de «ail«, ei I«s Anglais sen^ni ^ dentiers «gcliVM dt 
TEurope. 

Page 19, — Le$ homma appr^rlmi 4ùn€ m tunuam M 
rtulU dhpùsiifon, ou dt* dnpùMititrns à iota Ut net» ft à tovâm 
In vfrtu$ c&nîrairtt. 

Toat ce qui préc^dt? ^t vrai: inaiK la <otidusicici pèche. Si 
l'hrjmmpf a|^ru* m oaùomiit de» lîlsfNïMiliwiit fHi onlk dupon- 
tioo à lOTLH 1^ ¥ic^ et A toutea les verluA, c'eai ce qtse J'Ignare. 
CtsA le mi^decin qut^ ji; conMiltAnib «ur ce poini. préfmlile- 
mriii à buis I»; hvre» du maude. Si J'avaÎH A en croire qnrtqijc 
t^niaîgûa^^, ta aurait f«Iuî des p^rcs île noEnbretjHe?^ faniitlei ; 
rien At plus commun que (k U'ur ^nirmirr. dire : q Celui-d i 
toujours tté douK, bon et frttnc; cet auire rusé, méchant ei 
cacJi^... o etappuyef leurs diwour^ de Uatla de caractère de leur 
première eafaocc. 

ihid* '-** Le* étroKffis Jt'aperfoimu d'abtftd mu: f^éoçaù 
^*mt mêm< esprit et qu'un rnimr canudèrt. 

Entre \ts difTirTentex nÛMOi» de ce pbéiioméiie, Belvéïios 
pouTTsii bien avoir oonln la princliM^e. Cette phymoooaûe gëfiA- 
rale et commuoe e&t une Mijte de leur extrême sodabililé; ce 
fNMit dcft pâto:? dont l'empreinie s'est ua^ p«r un frottesketl 
oooTinn. foint de nation qui refoemble plus A uoe seule rimfme 
[smilki uD Fran^ foiâonne plus ctects sa vSte q«e dix Afl^sît, 
que cimioaiito UollMulais, que cent musulmans dans la le«r : 
UD même boauBe, dhns te mène jour» se trouve a U cour, k k 
TÎlle, 4 la campagne, dans une académie, dans ud cercle, cbei 
un baiHfuier, rhei uu notaire, cbei tm procureur, un STOtai, 
un ^taimI !(i;igncur, tin marcbsod, o» ovvrier, a l'^tise, au 
specude, cbet des fill<5, et partout également libre et familier; 
00 dirait qu'il n'est i^as sorti de cbei lui et qu'il n'a fait qnt 
cJiauKet d'a^^^ariemeoi. Le^ autres capilalca Miot des 




I. Jttt 



ta dttbv ^ K^na. Cm! b H«te 



ir^TITULÉ L'JIOMME. 



m 



musons dont chacune a »on propriétaire. Paris semble n'ôire 
qu'un«f gniiilfr mniKOii rommiinr, ni'i iDiiC N|>piirlitTnt k tous\U3^ 
qu'aux remme^; c'BAtaïiksiqu'iln'y a aucune condiiiofi qui n'em- 
prunte quelque chose de la condilioci ^u-^cssiie delïe; toule^i 
K (oiK.bcnl p^r «^iielqiiev points, [itt extnr vt>t\^ifi f>ur \ix glands 
et Iks grands reftèteuil *iur lert petilfi. De là un luxe irimîuitînit, 
le plos fUDBBlo de toua ; un lute, o^ienUtion de rojxilfi^ct? lUm 
hd petit nombre, m^squr di? In mT8''Ti.'! dans presque tûtis les 
«iire^. De U une iL^miitauon ffui brouille tou» le» ntn^ : bssî- 
nubtion qui s'accroît par une aflluf^ncc contiouellc tj'i'iran^tii k 
qui l'on shabiluc i fairt polilr^e. ici par Tusagc, là par Yut* 
lérél. Celui qui a fait parmi nous un séjour de sopl à huit mois 
et qui ne nou« a pa-^ iroiivrVt tel», ou ne »*<<»< pas soucii^ de 
nous voir, ou nou.'i avait a})porté quelque diifaut rebutant qui 
nous éloignail de son coromci-cet ou bien il était cntfttË de 
quelque prévention qui l'empâchail de nou^ obiacrvor nvec im- 
partialite. La prcmitiro conDaissance e^i pout-étre dinjcile 4 
fain^, surtout pour une femme étrangère; mais la première 
comumaiiee faite en donne prompiement un grand nombre 
4f autres. 

Page 20. — QuêUf quf soit iwtrr unifùnniié nati^miU, «n 
décovrrf loujovrê quriqut différfnce tntrt Ut caractères fi Im 
tspriu df$ irtditidtij; truiÎM t'I faut du lêmpg. 

£t c'eit |wui-<^ln- utte cU» raisun» pour laquelle la comédie 
est si difficile & faire prmi nous. 



CllàPlTRB III. 

/Kd. — L'homme le pita impiriem trembU dam ia eawemt 
du lion, 

C*eat-^ire que l'homme te plus colère, ne Test pas cntm 
les bras de sa maiïresfie. Qu'esKe que cela prouve? 

Ceai-4-dire que l'homnte le plus voluptueux, lorsque ses 
taru» sont ^oiwH-s, set)t peut-^ire du d^^goùt pour les femmes. 
Q«'est-c€ que cela proiive? 

Page 21, — L'tirffrr qu'on tiendra lùriftempi f&urb^ perdra 
t^m étmticité. 

Je k crois, je crois même qu'il n'y a aucune qualité iihfsi- 





m nf.FVTkTlO^ DE L'OUVRAGE D'HELVÉTIUS 



que rijuiâ rinimal, dans le branio naérne ou le fer, qu'oon te 
puisse di^lruirei pt^ ud€ quilîl^ ononle doat une longue om>* 
tninto De vienne à bout dans rhommc. 

Toute» les (pi&litcs ph}Etqucs portées i Texcte »c perdenU 
Faiiei; plier un fleuret ju»qu'l It g^rtU.^ il ne 90 rad rooocw ptit». 
Prenez une verf^e de fer, exposez-la au feu JuMfa'au oioaieal de 
1& fusion, et jeiei-U eoj;uiu Aknn de l'Gftu fralcbe ; je ne doute 
point que cette ûp«r&Uon réit4ïtx3c ne lui 6to la proprieitï de se 
dilater par le chaud et de se resserrer par k froid. Arc-botitci 
deux res&orts Tun contre l'autre, et ils ficiront par ne plus •» 
presser. 

L'auieur conftelllerait-^l de mettre cette violcfic* à l'^aca- 
lionT Les eiempW de ceux qu'une ton;^^ servitude oootniR 
à leur cArA('i^i>*, a hnw<>s dojii elle a ruiné la aante et 
la vie, sont-ils bien rarest 

Si ati lif'ii dr ùiiri- plier r« flmirel jusqu'à b gerde* 
vouH i^iB est-rinie;i légère me iit« luin de <Ir-truîre «on i^lMtidti 
vous Vstignienierez. Il en est ainsi de riiumeiir : la conirannie 
inommlani^ Tnigrirn. 

I^jt (grands rc^^ienuent de la cour plus impérieui «t pim 

îllïUllf^IllS. 

On apprend À dansf;r Aroum; mais Tonra qui daitae eal ua 
animal h'ivu malheuiruK. Oi> ne m'apprvndra jamaÎH à dansa-. 

n jr a des hoRime-H qui iifî prennc^nt jamab reftpril dfî leur 
étal. Malherbe bourru dans M>a cabinet, était bouiru dana twa- 
tidiaiiibrc du roi. 

Si Tenfanl qui nal(, naît indifTi^renl à tout vice, 4 UMlC 
venu, À tout lalftnt, l'éducatioD doit «tre une p04ir tcms. 

Répondeï. monteur Uclvétiua, faut>il dcvcr itma Ica 
de la infinie manière? 

— Haia à peu près. 

— Et pourquoi À peu pr^â et non pas rifOureuaewiriT 
Au berceau, dans IV'oole, dans cbaqiie état de la aocàM, è 

la ctur, au palais, à Tëfflise. à lagu«rre, danssoo atelier, daat 
Hi boutique, chaque individu a son caiactérc. 

— C'cftt que l'éducation n'a paa Étc la même. 

— Elle Taunut ét«, que la mfifiK divcnilé subeâstcrait. ai 
dépit àçA circoQGtaiic«&, de loutea les leçon» et de loua lei i«^ 
dents du hasard. 



I!4T1TULË L'HOUMe. 



S85 



Cd des Bympldmefl d'uDe mal&dîe mcrtdie est le cbwf^ 
ment de cArflct^re- 

Pige 22, — Pourquoi rffardtr rfujqiK carnfUrt amtnu 
Vtffti iTitne orffunisaiion partieulUrt^ tf>r$qu'on ne peut dèî€r~ 
miner quelU eti cette organitduon? 

OuTr«i les cuvrig^a des médecinfi iiLt chapitres du lempé- 
rtmeot, et tous y trouverei lof^aniitaUoii propre à chaque 
caractère. 

Qu&ad on voit une ctuw», pour radmvttre od n'est paa 
obligé de rctpliquer, 

CHAPITHS IV. 

?«g€ 32. — L'amour de $oi ett permanent et inaliérabU, 
liais a-t-it la memd énergie dans lous7 Ne varie-t-il poiotr 
Heftt modUïe-im poiatT Le seul point sur lequel je ne coDles- 
lerai pas, c'est que chacun s'aime autant qu'il ^i possible i cha- 
cun di; sommer. Maïs lUttix homnteit, oui, deui seules hommes 
rèdiûla pir U nature, l'expérience ou l'institutioa à la mèmv 
dose d'anour de soî, ^cramut h plus étonnant de loua iei 

chapitrb r. 



Page 2(. — JEif-// tUj homm^ ^ns détîn, in kùmmti 
inwuibie$ à Vamonr du pouvoir? Oui^ mats iU font m trop 
ptfit ncmhre pour y avoir Agitrd. 

Bfaia leur exisiencti <]ue vous avouei, peu^ètre un peu irop 
Wgèrenwnt, prouva iltj trioîtis U prodîgif^iise dJvHi-HÏi^ de ce 
KntiiDcut, (Vvv.1 Ltn rapport qui croit depuis xéro ju&qu'à uo 
nombre dont j'îgncre la limite. 

Page Î6-^ Si rAloqucno/i d^nire soua les go^vcmefn^nts 
dei^dqtiea. c'est moins parce qu'elle rc^tt? wnï rwompeûse' 
que parce qu'elle s'occupe d'objets frivolca et qn'cllo est ccm- 
traiote. Démoath^ne, es Ortct, parlait au peuple du salut de 
llitai. De quoi parlerait-il à Pariâ7 De la diasotution d'un 
maria^ mal assorti. 

b«iiOf4eT C«M qa'cUa aVntr* pin* U f««lo ttai honoaun. • D* fffomm*. 



3B6 nÉFCÎAÎlOr^ DR 1/OOVftAGe D'HELVf.TIlS 



CliAriTItB VL 



Page 27. — L' ouvrage c9l9X€Mint\ iittipubiié^tîU 
n9 p^c point M dtîte. 

llclvétioft déDaiura tout. GeU est presque B&as exemple, 
i'&i vu plL£ souvent dofi ouvrsg^-s m^iocreG, ou mdim muimt' 
■ppkuilis, que ct€£ ou^Tftg^A excellent ou bons, ignortt Oi 

Dan» k* pn>ini(^ momeiiL on inrlt* légèrement cl« Xttm 
«a l'on apfULe «ur lea peiiia défams. L^loge des beaut&i 
pour l'auteur, la rriiiqurr di>4 défauia F«t pour soi. Ermui« il 
rkvîont tin <ujfîi ri*aureiien et ^f. dîfqiuie, il fait «diiiitM^ei 
liini inieuv. Ouns 1b cbaloiir du schism*!, on fougère en biea ei 
riL intil, Kiifni l<* Mleniu^ He fuit. Vtuipatrlîaliti^ï&'i^lablit, el Iab^h- 
lirnr^ (li^finiiîvp se prononce. L'auteur eai in«''<:onMDl, parcequ'i 
%'t;%i promît pf u;( M succ^h <i\\*%\ n'en obtient ; pntcr que lapctîie 
feuille de laumr qu'on lui aoxinJa ne }e di^ommafe pan df b 
peine qu'il kVn( donnée ^ que cette même W^compenBC a'eM fail 
aticiidre trop bngifîinpîi, et qu'il ^'^M refroidi. 

Page t%* — La prevhiètr jatncue n< rowia// poê fmrtf. 

IJii^n Noii lou/'! je suis Tt&tc- bien jeune* J'en atteste toos 
qui cuLtivent \gs lettrea et dont je fiuia cocinu, Je m'inl 
piua /orlement à la perfection d< TouTrafe d'un autre qu'A U 
perfection du mien ; mon eucees me touche moÎDB que le «ucda 
de mon ami; je rtïpond» ^c îonut ma Torce à la marque deAiim* 
que je reçois de celui qui me consulte. Pourquoi m'alDigon^jf 
iIiN npplaudiaAemeiiu qu'en lui doaneT J'en recueille aao^i^ 
meJit ma pari. Je n'ai jamais été bleiâ»^ que d'une capèoede 
lîtît)! fan?At-l4'-, cVjit d'avoir 9^ rarranent laTantaf^ «rimSqnr 
k l'auteur M>it un défaut, wit une beauté mit lafjuelJt? il ne i 
ail fwi i^ni: dr vJt^»^ : œ que vous lui ditc*?^, il le 
Pour rouLIt des pagea quej u semëca dana pliMeurTi ou* 
je suLs ftccoutumé â» le rcjicontrer d i le pardonner. 

Page 30. — Qui peut u tiinter d'acoir t^ué rOuTi 

Réponse. Moi, moi. 

Je croif m'^o bien cxAminé et n'avoir jamaif^ aouDcrt 
auecèa d'aucrui, paa m^îme lorsque je Ira^ais, J'ai dil queli 



à 






tKTlTULË'L'HQUME, 



3*7 



foi» : bC'e^t 1ILI marouJlc. m&h ce maroufle*-!^ a faîL uti beau 
poûtne. un E>cl dcgc; j'ai suis Liuit ftiac* c*nt loujuurs un bel 
ouviMgc de plu4i f 

Oueik vsi U cbo»e înipoilsiiic? est-ce que la chose 5ublïnie 
tM>il de luoi ou qu'elle »OLt fiiic? Nous uvon^ U vac bicii courte. 
Ëi qu'imponc quel nom ou iiiipiiitKTa u k létc de (mj Jisrc Oii 
l'oa grstcn sui' ta tombe? Eâl-cc c|ue lu lirai tuii Opîtaphc? 

Mc« unu, vous oies aasii cnfAiiU que M'^' du Hoirs, qui. 
loute Gêi^ il'ui) ËUjtôrbe uquipugc, liiaoit : Ifcn Dieu^ que je 
ttjudrnii bien me voir pt^ncr t 

ibtd. — (Jtti fM-<€ qui tCii j}a^aJmtU un ji\^\!^àéon^hgt? 

Mou mait {%! vcuu comme c^ïlui Je I'«juvlc. avec celle tlîiïc- 
reocc qui: lo »iwm de len^ie imnbaii toujonr» ^ur tin dvfuuu U 
que k iiù(*)i igtikbailsur une beuuic oidi&oou mauquee^ 



CHAPITRE VJII. 

roçc ^1. — Tout ce que l'aumur dit ici do ViiXix. sauvage* 
peut i^ire vrai ; niais je ne le suife pas. Plue civilisa quo lut, /ai 
opparoiiinteiit trop de peine â iiïe inetir^ nu ou À re[K'emlre la 
pcAU de h^\Q. Moins Tort qu utt auiie, je ne «uuraiii g^Citcr ce 
plaidoyei' de lu Torce* et je n'y crois pas. 

Il me semble qu'avant louie convEntioi> KKiial?, i^'tl anîie À 
mû Muv>g« de inonici' Kar un arbru et d'y cuvîJlij- de)& fi-uiift, et 
qu'U hin-^ientK* nu ^\^ue sauva^çe qui s'empare des fiuiii* et du 
labeur dn preiniiT. cdui-là «cnfuiru avfc m>ji \vA\ quv par sa 
fuil€ il décèlera lu conscience d'nii*î iitjusiiœ on A'wvï'Ç. adieu 
qui doit etciier le resï^nTÎmeni: qu'il s'arouei'a punissable ei 
i|il'îl se donnera t liiwnt^iue, dans Tn frjro.*, Ir nuni hoiitenv dont 
notis I10UK HervvriA d^uï la MOci^lé, Il nie Hemble que le i<p<»Ji^ 
«'tadtgneru, «e hAt^ri di? dépendre de rai'brr, poun^uivra le 

4 

\. CcUo IdUmvmlon pi^rviiiitllt dn EKdcral f«l noV»éo p«r lu triudlkl- 
^^MpB^p^ ^ o*! 'n •cèii'' T • \ri pctiE-on ^toulTor ta n^pumhii 'l'un hAmuu 

Jn4« ibcitiv. i-rrnrfj r^ iii^ Van <'i« i ii4i> lumii» «liHicîlr. Ix jurùconwlic 
DwiiiiMlla in ilf lut - Jfru vni u'm pm'nl iTcgof, f£ t»* >■" t^^ttar A laHl f' 



388 nÉFtJTATIOrC DE L'OUVRAGE D'UELVÊTIOS 



'4 



voleur ei aura pareillement ïa consclenre de l'ÂnJura qu'on foi % 
fsilp. f] me «pmbtt^ qu'ilis auront l'un el Tautn* i|tir-.1qtir \^4^ de 
Uprvpni>lé ou posEKt^sbii prise pM- k travail: aaiiatt'ètreeiplU 
rjui^, il me semble qu'il y a entra ces deui sauTag» une li^ 
priniilive qui cArarri^rivr le^ m:îiou%, rX dont la loi rcrite D'ert 
qii« rînttrprètr , rvxprr%KÛiD rt la taDriâon. t^ aaungr 
[ii>inl (l« mob |>our désîi^Der le juftte et llDJuste; il aie. 
son tjî cstnl vide de mt»! n'p?(l-rc quf^ le crî de ruiînulT 
chose Mf pA^seraii, cninme il Ta p^int» eulre Jeui bAie» fcmca; 
nmia T'hoiiinie n'est point UUe bèle, jI ne Taut pas négliger CeHa 
difîcrcncc dan» 1c» ju^emeiits que Von porte de $«a wetàs^^ 
Conclure de Phomnie h Tbomme par compaiaison d'uti auraiil 
à un anintal, de l'oigle à la colofnbe, du lion au cerf, du rtfàê 
à la dorade, et mtoe de raille à r^^c ou du cerf ta taU 
floratt-ce biencondure? le ne prononce pas, j'i&ieiTO^* Je vou- 
drais bien ne pa» aulomer le mf^ïiant A appeler de la kî 
i^lornelio de la nature à la loi crééL- et conveotionDelle; Je voa* 
drais bien qu'il ne lui fAt pas permis de dire aux aulrea et dt 
ae dire i lui^mdne : ApN>ft toui. que faift-je? je raûtr« 
ises premiers droits. 

Pa^ W, — Juiiirf mpp&êr hhérMifn, 
Hais ne auppoAe-t-elIe pas quelque notion «ni^eure 
l'espnt du léf^slaieur. quelque jd^ commune à loua cem 
ïouscnveiiL à la loiF Sans quoi, lorMju'oii leur a dît : Ta fem 
cela, parce que cela est Jufiie ; lu ne feras point cela, parc* qa« 
c«lfi eït injuste,., ils n^MiirAïent entendu qu'un Tmbbrnit, a«qid 
ÎU u'auru^nt point atiacJi^ <le seitt- 



CHAi>iTltE JX- 

Page Z7, — Maiçré rei amûur pr//mdu iU Tkommiptmr 
jmtiefy yotni tU dapoie oMiutiftu fvi ne rûwmtette Cii^fuiêù 
H fHt ft/ ia amtimfu «eut/ remoréi4 

Parmi ces despotes asiatiques, U f en a eti q^eli 
dont on a lou^ la bonti^, rhumAiiiié, la bientalnaca. 91 
btitoB féroce qui leur ont succéda au 'pourotr arbitraire entes- 
dent Télof^ de tes quaîiti^ avec loépria» je croini qti'ib 
nsnenl l'mjusiice sans remords. 



4 





INTITULE L.'UOHME.. 



380 



Mois d les tyrans sont méchAnia saiu remord», d'oà TMDBftot 
leu» terreurs, d'oij viconcnc tonl de prccAutions pour leur 
sûreté T L me paraît huint diflîcite que l'oppresseur soit sftns 
rcmord:^ qtic Topprimt* sans resscnliment, 

L'homaiapentiiM li d'un lion qui Tattiupie comme d'un tyran 
qui iKntfldf NûD, Quelle dilTérencc met-il donc entre ees mal- 
faj!eur«, «i eWe ne derh^ p^ de quelque pn?rc^*Aiive noturellÉ!, 
de quelque idée conrusediiumuiitâeicJc justice 7 Maïs si lepbr- 
sécnté ft cette id^, pourquoi manquerait-elle nu persécuteur^ 
Si ccluUci ne Ta paK quand il ^gorg?, F>ourqu(n la réclamerai i-jl 
quand 11 e>f egorgéî Je ne prononce pas, j'intirrroge. 

Pl^ )S. — Cm !a cminU tt ia fattUtte qui frttxx le ixtpect 
du droit df$ fftnâ. 

Je sais qi^elle esi la coTicIuite ùt^ nations policée^ enir« elles, 

je ne suis inquiei que de l'opinion qu*ellEs onc d'elLe^meines, 

,et que du EKim qii'etlfs «r donnent au iribunnl sc^Tet de leur 

coDsd^nce, Tn brigand parle comme il lui pl^f, mais il ne uni 

pas Goiame il >oudfttit. 



CHAPITRE X. 



Pape 11. — L'abtu dttpûtir^ffr t*t Hé tfw pcvfoir^ tûmme 

tfgct i'Ctt à Ul CitUH, 

litua, Tnjan et Harc-Aur6ie n^utent cette maux-aïse 
maxiaie. 

Première origine de la grande idt^ que }ee bommes attachent 
su not force-.. LorHiuerhonime rat à disputer lafor^ïiau ligre, 
Ja force, seule néceesaire à cette conquête, fut trop utile pour 
n'être pas tres-««timec Lorsqu'il fut question d'abattre lafor^t, 
de défricher la plaine, de cultiver la lerre, la force, presque 
seule nécessaire à ces travaui. fui trop utile pour n'être pas 
trèii-H^tim^. LonM|ue leai %€K.ïi*\H txxf^ni fermées, la force qui 
se montrait avec taiii d'avantage dans les combais, dut imprimer 
U> rmpecl, L'oïlinif et le r««pecl s*acrrureni toreque la force 
accompagna le coiiragr, deux qualiie»i qui formèreiil le caractère 
dm Hercule, d«s Jason, des Thésée, d^ bénn dont les noma 
ne se proftoDC«ront jainau sans admiration , dans les siècles 
même oè il a*]^ eut aucune différence entre le pentomia^ illmtre 



< 



fVQ Rl^.FL-TATIOH D£ t'OtVRAGE D'HBUtTIlS 

El k bri^ttt). L^^*p^■i^ t\r con^tic «rnil nMwrc ni bonorur 
aujourd'hui, si le philo ^o])li<-, ou l'ani} dt l'bunuuil^» oc 1' 
avili. 

CUXPlIltC M. 

pourwx faotrufir honnftc* m 

Le ni&nicï i]Li«! Von a |>ûui une fi*inme vnrlucuscitAii't uufiiy^ 

Telle est l'auloiîlc impoîsmil^ de la vcriu din»^ louiesi kscv»- 
Irêcï tlv In u-nr, «i>u-< tt>uiei l&s sorlCN <l« ^u^vmemûits, que 
pluA eUr «-^1 TJiT, pluâ on n de M.^ik^i^iioii pMu die. Elle iiKurl 
de ivoid et de f&ini. mais ou h loue. 

Quelles terrible» vcriléâ de» Jiouiine* vertnrux, dovl b ak- 
moire ne périra jamais daiiïï la pairie du d('»}>olLsii)e , ironHb 
pAseu le courage de l'aire e^itciidie au Lle,H|)OLc, i^res^juie touîowv 
HU péril ic IcuiMC.KOuveul iiiipi^nêmcuiT Souvent il est 
que h \on de Tliomme de bien a (loiitié et siiTi|>ciidu 1a f« 
deees liçrcs. 

rcç^ 47. — Vite <ie* pÎH* fortef pretirrA fve la hi^tmn 
n'aôfictU point la jiutîcr pour la jitffur mtmr, n/ Ut bmtatc 
tiitc LiqufiU U$ rûU <u^>-»u^mci hoêwrinju Ct'u/MMiict dan k 
pcnonnt de CromtvcL 

Vouâvoori 1i'oin|>L'x. l/^ n»s qui Itonor^renl l'injuntice <b9^ 
ca pri^omie, en rougirent les prenuers; loua k» lionmca baa- 
nèie» en bui^èiviil la vue; (ouit ceiii <|ni puniii i«'eo npl^vr 
libremcntcn jMi'lèreiU comme^xim. 

(;e<i«ifrêe*dc»:ur le gou^^niemeiit ri-pubtkain. me Mviàf 
de toute vénlè; mais le gouvenvnncDl 4k'ii>oa:aiti|ue 6iij>|icraDt 
1c concerl dM voljMilé», et le conœrl des rolonK** faippof^aullr» 
bomtiii-f: rAî*ftï3ftbli'« d^tis un espaor ;issçt t'ti^it, ji' eroi^ ipil 
ne |H ui y avoir <|iii' île |>rliieâ rrpid>liquof^, cl r|iie la ^^r^'h" et 
la aetilc espèce de sodéld qui puisse Cire beurvufte **hw JoujoOi> 
preeaire. 

CnAPITAE Xll. 

Pa^* h>. — Qartqttf rkaw ipCon'diMr^ ou ne mépri^i fci^l 
r^Utntail a:taîqu*o» note w^pi-iur m fik-t. 



laniV^ 

femisf 




NTITULtï L'HOMME. 



S9I 



Cda n'fât pas vrd. Irtî-jenief«ir« tuer ptir un spadassin, cii 
lui disant qu'il eet tni ftiptmî 

P^g» 4ft-&0. — Si tLm* lt$ iîMn d'opprtmon la rfrtu a 
fÊÊifMtfois jité U pfiu gnt/id Mat ; m" hnque Thèbes rx Rcmê 
fÉMMototr $ou$ U tyrannif, fintréptàf Pélopitinsj te vrrwcuj- 
Brutui tuiiÊtfni et s'armfnlj c'eft qui U itctptrt était entort incer- 
tairt dam têt main» du tyran ; ^'ftt que la t-erUi poinmt encore 
cwrrir un chmin lï ia grandeur et à la puissfrnrt. 

Ea 40pît d(î U lyrannk, de U cormplion, de la bvu^fti^ vt 
de fînmilil^ de la settUy il naît partout des faoïninps venucun 
qui vivt*iic if*{ mçurpnt dans leurs principe. Il faut Avutivr qu'ils 
soat rares. 

Je 8rns que cet oiiyrage m'attriste etqir^l raVolève in€% iîlu- 
■iona 1m plus douces, A\t<c la laiiiemc de ce Dîog^n(^ j'ai pt-îne 
k trouver un honime de bien, et je dierchenûs mutileront un 
peuple hrurcux. 

Ibid. — Qurltr estime aurmt^on à la cour d'un Phocaâ)p\/ur 
U earatUre dune Uontine? 

On j« DM trompe fort, ou le plus ^iiod. iVvsi ilan.'t l'aftirc 
in ItoD qu'il est beau de le braver. 

J'aflniire au ihr^re rhorame de bien, et dans les piècea 
ttréfs de l'bïatoirequejo connais cl dans Ica pièces (Sont le fonda 
f»l de pure invention et oà K-8 nonm nani Tictifâ. Les trois quarts 
drsaadttetirs qui s'cmcncdlrnt ou qui pleurent sont ignorants 
et parfaitomenl i^inuiiçers à lïruiUK. à CCear, Ct SalluBte, i Tite- 
Live, à Tacite. J'î^ore l'impreesion qu'un Asiatique recevrait 
du «pecladedG crsgramlo» &ines grecqun ou romaines ;eic'e«4 
prononcer bien légèreoienique d'assurer q^'il n'en sersii point 
eviu, tandis qu'on çst as^is «lur la même banquette à c^té du 
courtifian qui vient admirer fEun'liu«, après aïoir fait 4 k Coui 
le rtU de Narciase, 

C"«t que le i5C4^'l(>rat ne peut nM'priwr la Tenu, je ne aaîs 
iti£ine«'i1 jieut U IniTr. 

CHAPtTItR X1IL 



Page ai. — La plupart drt peupiet de l'Europe honorent 
la rerfu d^m ia ^ténttation i fU U m/p/isent dans t*t pratique. 
Je n'eti crois rien. 



i 



3» RÉPUTATION DE t'OUVBAGC D'HELVËTIUS 

Pag« 52. — Il me semble qu'il y a dans toute celle 
beaucoup d'efipTit et pria de i^té. J« me aiQKnlir MiicèrenMtnl 
el il ini< iM^nnUTi' lytir b Kupénvritr d'un per»o<iti«g«? aotttfue w 
m'a j>iiiAi?4 ïitiinilt^, ei que jamain Je, Dfti ridiculisa riM^roifaiic 
cTun de mes concitoyens. G'nt i|ui?* qunnd je v>ùa au ftpeclacle. 
je Uisse & la [Wïtv t»iH m^ ml^rAiA, toules mes pmtong, sftirf 
à les repreodre en rarUnt. Il n'en est pu ftintl de Jft prtdi^^^ 
tion que je vftifl entendre k l'égliae, ^^H 

C'est un iieu bien respecuble que celui où le m^cbuit n 
oublier pendant trob hcurea de suite ce qu'il esL Je De sais ai le 
mAgiiLrM en connAlt toute ruiittlé. 

Page &5. — Le €m-actin dÉtUr est f?Ita jMt€ tfue <tiw 
d'AchilU. Pourquoi admire-l-on et do'nUrt 

C'est que le cdr&ctère d*Éo6e eet pt&l et que celui d' Adula 
est aublimCp Le peuple le croit 



Implger, IrAcuadai, laetonbUia. aoor. 
Jur» Di^^ot 9-Vo\ nAto. nltlL non irrogct Afroii - 

Celuiqui l« connaît d'aprto le poUte qui Ta peint, lui UOuve 
à peine un de ire» dt^-TauU. Acliille ext grand, AcbîJle eftt Ju&te; 
ïl resperte leâloia, il esi brave ^ajui nâtentatinn, îl connaît Taon* 
lié, il connaît la tendresse, il n'a point l'Âme dure, il n'eat point 
inlltfxtljle. Ccil lui qui ilh aux HmbaMfUiiIeurH i)uà viennent lui 
ravir Briséî», le priv de ta victoire : Approchet^ €mvc§êê da 
lit'fux, ce nfst point vow qnî moftnuz. Ccsl lui qui a £t A 
san ftc^rviieur» -.JrUsnn tapit tur et cadavre, afin qtteinvmrdé 
et maiheurntx p^rr n'en aoit poùuogligif. C'est 4ui qui, aprè» 
la mort de Patrocle, a'en va pendant la nuil ae coucbcr »ur le» 
sables de la mer et mêler »a Toix plaintive au tumulte de* 
Bola. 

Je revicnn à rcfTel dea apectacica. Los idfea d'iuuMl m'ob- 
Bèdcntet me iroublont dans la socidé, mais cUca dèapinÛMPt 
dans la r^ion des hypotbfïdc»; là, je eiii» maftnaaime, «quilafale, 
compatissant, parce que je puis V^ir^. sans cocis^qoence. 



\. [Mm cf>Et0 ptfo H»lv4ddi «ipllqnA fianitfiLtan iio»r k* Wiva 
«« mea «ootîtefca... h pr4*fa<r« dcHi hnmilitr mon «ffvdL • 



INTITULÉ L UOMU£. 



9M 



Rien de pion commun qu'an «peciateur lu ih^&tre, qu'un leo 
leur le Jivrv à U mniii ; ric-n i1e plim mrv qu'un cilojvn hoonCte. 



CHAPITRE TIV, 



Page M. — Il Êftt un pb^^ooniÈne, conHUnt d^m U nature, 
vjquel Helveiiu^ n'a psâ fait attention, c€Bt que leR imes ferles 
sont nrtiÈ^ que U nsti^'o ne fait presque que des (très oom- 
muDi; que c'eftt la riiaon pour laquelle le» caukoa morales «ub- 
JQguent si facilemeni l'oE^iuiiBattoii. Quelle que ftoit r^ducation 
publique ou particuliers, qutîUquc âmt'nt les gouvernementu et 
Ift l<sialaiion, »auf les temp^ de renthousianme qui n'est et ne 
peut être qu'un ressort pvwagrr, la multitude iic? vous mon- 
tren qu'un in^laiig« de bonté et de niMiJinci^Té. 

Qetvetius avait bkn plus de platonisme dans sa tËte qu*il 
ne croyaii- 

t« folie conaiMe k préférer Tintér^t d'un moment au bonheur 
de u vie: la passion ne voit pss pluâ loin que son nei. Par 
queU moynntt jwiU*on diminuiïr \k nomhm dea foiin et diTi 
liûoune» |ia-Miuiini^r 

Il y aittài lotit autant de m^bauiih et de finj& et tout aussi 
fous et méchants dnu^ Athànc^ ou dnu't Rijnie que dans Paris. 

— * El de grands hommes? 

— Je pense qu'ils y éUicnt moins r&rcs, et c'est à quoi se 
r6duil, k mon avi», toute l'excellence d'une Jfgislaiîon. rour le 
peuple» c'est-à-dir« la multitude, elle re^te U même partout. 

Les fous et les mi.Vhanb sont à nos cifU:s^ nous les \oyons 
et le nombre noua en paralLintini. Socraieet Caioucncooipiaient 
auiaml de leur temps. 

Toute une naikon dont nou» lïoinmcs st^paji's par un lonic 
intervalle de temps se réduit dans notre tête k un petit nombre 
de noms fameui qui nou» ont i^té traiii^mis par l'histoire. Peu 
s'€B faut que noua ne croyions qu'on ne pouvait £aire un pas 
dans les rues d'Alb«ne« sans coudo^r un Aristide ^ de manie 
que nos neveux croiront qu'on ne pouvait faire un p«s dans 
Pam sans coudoya un Malesherbes ou un Turbot. 

Page 5&. --* L'komtnr n'ainu dans la pertu qm ia rîrhesuêt 
la coruidératt^n fiiV//« fiel prcatrf^ 

Es gtiiiéral cela esi vrai ; en détail rien n'em pim faut. 



eâ'-'itl>FaTATio» bï: l'ûuvrage d'iielvëtius 



CHArîTEK XT, 

J*a^ bO. — Lfc homtn<^ finiutnt par crûirr let epini^m 
qu'on frt /orrfi rfr publier. 

à la persiNHilion : San^sis mrtrtymm ttmfn Ckriitùsiwrum. 
Combien clf t^tes enivn^ par la v;]p.^i(r Jti *nnp <ïw martyrs ! 

Afif. — C§ jw/ IW ^fM/ /tf rit} tonncTf tfTit^ la vioitntê texé- 
oêU. 

]« ne »rhe rien (]ç plus contninr A IVipfrknœ. 

yéW, — î.'infMranrr ttam irs mfmanp*fs ett imjomrttffet 
tU Unr amour pour U pouritir. 3> pfti prntrr tcmm^ «tr, t'en 
mettre ttne borne A leur autorité. 

Cela, c'«sl une iilve crtusis ^xA it*s jamnii» passi^ par U l^l« 
d'murun. 

Page B«. — Du moment ùk le fort a parU^ te /mbie jr iail, 
iahnUit et cette de petuer. 

Ce n'tfti point \k ce qui »e puw- Au momeni où le fort a 
ordonné le silence, la Tur^r d« parler pn^d au CluUe. 

n faut bien du temps pour abrutir une nation éclairée. I t a 
longtemps qu'on y iravoitlc ici» et il vnc 9coMc que la beBOgne 
n'est pas fort avancée. 

Page tSO* — llrhriiijs, Rcliiïiraieuroiilrf cfu roi <le Prusse, ne 
a*€at pas tbiulé <ju'ï[ peiijuait Mdi ai! mùiLst ration Irait pour tnïL 



CHAPITRE XXII, 

DaiMca cliApiire, T'uiietir n^apiiule «e« pnm<loxf« avec une 
intr('-pif]il<^ qiiî mV^toiinp, Là. jemcsuisiperçuqii'on avait irienti 
loif m Ir* cnnMn]Tii-naN \icîi-ti*r*> aucune &^ preinïs. rien île <« 
long pndiaJnatit^ni Je ceA vi^rti^ neuve», piquanleii, forietneiii 
exprimi;^, de ces obnervalions 4ublîln< pa.i- letquelles on aviit 
étéconduiL D« ce défaut qui me chagrine, Imf^ipdtn médiocr» 
qui Toot loujonnt le granri nonibi^e. H IVnvie, dont Tanteur pn^ 
trnd que pcrsonof^ n'est parfait cm en t ricmpi, s'en nerrïmoi am 
aucc^ pmji rabais.Her !e prix i\t. loiivi-age et en arréier TutUiiéi 
maâft le lempH le remettra & sa place. 

Il r a plu» de véritable substance du» nn de œa diapitffa 
que dana Ica quixue tolunnfta de Kkolc; il cal plua lié, ploa aitin 



IXTIÎULÉ L'UOUME. 



:ï9ï 



(î«c HoDlMgnc: eiriian-nn n'a rî nn linntîe**e lïî ^H roulcur. 
C'est un Vf^riiûbk *;sièirc de inïifrtlr cïpi'n'inoniftli» rioiit il 

ne »'agit que «1c rr^ririncli'c un pni lc<i conc)ti?^!on9. ce qi\c lout 

er|irï! (iidiiiniiy ]îi*iil l'iiro, 

El pourquoi chicaner cf I flutewr? Api*--* rcml. le» inoî-cn» qu'il 

propose ne ftoitl-îla paft les m(*illeiir^ qu'on piij^^t empJoj^r |>mir 

inuLiiplier cJiei utio notion (r« gcii^ île bien et le» {rrandn 

liommear 

mAnTDi^ wiiL 

Pi(t Ï7. ^ L'rJ^p(rUnr€ ttpprciui fptc îa rrmnfr de iti 
f/nilfy dn font! oti d'une pimâioi' <'n'-t>rr pUu Uffi^rt mffU pour 
douer Vc^tfmi dt iaHenûon qu exige i'^tudc et de ia icctare tt 

L'evprrieiicr npprcnd roui le coiiErniro: c\ jAt vu rnifllcn>ciil 
ccorrlicr rfe.n i:nf;uiH <]in n'en avarkçOK ni pa^ irun pn5 <lc p1u?i 
dans la Jcciuie et IVmd^ dc^ lim^icfi, 

/frirf, — Si TïV^rrfv dr httr pntprc hnffi/t pttr^ril rn fj^ètérirt 
uwim pàitbtf fnix atf'4titii qtte IHudc dr in fféaiurtrir^ ccmI 
fur... 

.— Cesl que cela u'e^i pas irai. Il n\ m n pre^ique paA uti 
qui iw rfu4*fi*ftr Cl] pcûnh'rric, ei ïoliI auM peu qui ii}u^iHAeiil 
ilfliiî* l'i tu<lc de Iti langue par prîiH'i|H->. 

chatithe XXIV, 






Page SO, — Lcjt stupidf» hnMmUt dn Kiimtrhitika xmu dr 
ta pltu ^rtmde ùidmtn'e à si ftrtre de* rfieuieitU. 

£l cnnmieui cent? indu'iii'ic leur fsi-elEe \ei)ue7 C^i-ce le 
produit (1 uneamnv. iriui tusin.\ *k' dpux ou iroivsitrWT 11 pu 
fiAl de fcuni în\pniicn< roinmt* t\o-^ niciin's de In nnanfaeluir (le 
L)oi> ' ce* |>i"0(lip^!< ne ao^il jwûiil rouuii^p? d'un liomnie. tVïi 
le rt^uhnt de plusietns i^vniViiiioiJ^ {rimnnnes succc^^i^piiieiii 
occuper, deptiix In fubnipie di? h uiilr jtiKqu'Ji celle des HuAps 
qui nous ^inervetllrnl, de lia perfecfion d'im nidineviii: c"<m 
pendnni b durée de t[uHqur?i iidlk stns qu'nne lon<^iiH vnite d« 
8iupldes M honi lourrneuiL-^ .m Kninsclialka pour Oiruer oft ils 
«n sont. Qu'un bra^ neneux *oiifè\e tnie fuorine mis^ de 



306 RÉFUTATION ÙE LOUVaAGË DUEUVËTIUS 

plomb, j'en scru surpris; mais qu'une multilude d'hommes se 
{lime entre eux cci(« muM, el que chacun d'eui en ponc uoe 
ou deux onc£a, c£ ne sera plus un tour de force. 



lïOTKS- 



Pige 97, n* 11. ^ Pourquoi i'affiibUiié rcnd^tit le mérite 
ivpportabU? Crti qu'ttlf te rend un peu mépritubte. 

je nVnt^ntïs pus ceU, Il me i*rinblc au coutr«Jre qu'on do- 
cute itjvt. Hgiii^iir le mi^rîtf* arrogiuilt et qu'on «c plxlt A rt*li-viu- 

Page 96, n" 2k. — Cett du momerit oit Ut homrna mitlii- 
pliH ont M forcit de. cètitivcr ta lerre^ ^k'Hâ ont t^iHi ta n/fft- 
êité d'asfurer itu nttlirtttmr ri la révolle et la propriété du chatnp 
qt^it tuBcuritîi, 

La cullui'e ft doû<: ionâé le droîtd« propriél^T ElpourquoiT 
C'est quVIle est pénible* La €bn:«He ei U pèche le soiit'-ellv% 
motnn? Comment la forcfi qut mvît tout ce qui lui coorieni. 
aurail-«]lG donc méconQu aon iojusticG, loraqu'dle ■'emparut 
du poison qu'un autre avait pris ou du cerf qu'il avait tué? 
Stfja cet aveu préliminaire de la CAOScieucc, couneat le» 
hommes auraient-ils consenti dea btsT Le premier législateur 
partit sana doute d'un fait qui renfermait Taxiome foudamenial 
de toute morale ; Ne fuit point à trutruî et que tu ne ceux pae 
qu'on te fiiur; ca sentaJt-il la vérité ou ne la Mmtaii-il posT Si 
vou» répondu te premier, donc il avait quelque iK»lton de jo»* 
(ice anti^ncure k ïa loi; si roua rcpondei le second, voua dites 
une at>»urt)jic l'évidente. 

— Cest de l'intérêt conunuD de tous, et doq d'une kdee de 
justice* que sont t^manées les premièree loia. 

— Hais comment l'imi'-h^t aurail-tl amcni le coneart <lefl 
volonté, ai chacun «n particulier n'ivaït pas conçu qti'U éiait 
Jtiaie de falrv pour tous ca que tous s'accordaient à faire pour 
ttdTle questionne loujours, jf ne prononce \>w. 

?agr 400, n* 27. — Le brigandage ruig? par Aristotedans 
U da»«e des dîiïérenies espèces de chaeae, me fait rirv. Je 
anb teot^ de rayer du nombre d^ ea^çes un l^sljiieur aaseï 
écnnger au seniuneni d'humaniie, pour défendre (e vol tt 



ÎNTITULf! t'irOUHr 



»? 



rinjuHiîce ft trois ou quaire milles à U ronde, et U ^ennottre 

Pa^ 103, n* SO. — £'dinoirr rjra/ ivinr/ de Véquiiè n'ttf 
dofke ni wUurtt lu camimun ûvx hommes, 

L*uni>ur, «oh : nul» la coDiiJiivtuice? cnr »;eniir, conn&lir^ et 
l>raliqtifr sont des choses bien diverses, le consenii que le fort 
opprime le fnibîp, lorsqu'il o'eHt rel^u par aucune crainte. Cq 
cpie j'ai ptitiç fi concefvoir. c'cti qu'il n'»ii ni lu coD^dence de 
«on ifîjusiiœ, ni le remonlft de non action, t'eut qu'il Koit lân- 
cèremeni persuadé qu'il use d'un droit kgîtînie et qu'il Aermll 
un SOI de n'en p» ustrr. ^uur mol. jr ne sanraÎH revenir Jusqu'à 
cet éitX ancien d'a?>n]tix.wrni;nt, où rhoittnie n'avnïl ni les idées 
ni U langue n^essaires pour arliculer cedrail. Fui^il un teinpft 
oà rhammc put ^tre confondu a^ec la bétef Je ne le pen&e pas: 
il fut loojotint un boiriine« r*iM(-Wlîn? un nnimiil rornbinsint des 
idr^- SI loulefûts ce temps eiîsl£. ce fut alors qutï tniitJ! îd^ 
de jtiMicc fui igirorre, j'»în œnviens; mais ce ne fui pas ceïui 
oh rhonune violeiii et fort s'adreM^n au premier ocrupanl avec 
cette éloquence énergique et pressée que voin lui prêter: îl 
fL'tunitpu mifux dir« qu&nd ÎL aurait 6tudi6 la rhétorique ali 
Collège floyal pendant deui ans* et iiois ou quatre ans la philÂ- 
Kiphte MUS Uobbe^. Pour éteindre en lui toute nouon dp justice, 
vous le supposcst au*»i istupidc qu'un ligre; ci pour lui faire 
prouver son droit du pluH fort, vous le rende* aus^i disert que 
Caroéade. Cela ne s'arrange pas. 

Page 104. n' !2. — Pfai unf nation cit idairi^^ pitu tlU 
icprtic ûux denuindcê d'un gouvcmmunt /quîtabitM 

El r a plus : il faut que cea dcmandca soient d'une injustice^ 
rivoltanlc, pour qu'elle s'y refuse. 

L« Tic d'un souverain n'eât eipoeiée que cheut un peuple 
barbare; c'c«t U qa'cn un instant il est élrang1(> ou poignardé. 

Que fait donc utj 4eâ|>r>tecn abniti«&aulseHaujei#T II courbe 
de« arbro» qui finùaent par lui briser la cervelle, en ao 
relevant ■. 

pBf^ lOi^, n* 18- — Une nation où le vice fut honoré et la 
vertu ni6prîaéo ne fui et ne «era jamaie, Moin« il jr a d'bonnétea 
fenames, ptu» les remtnes bonnèie^ «oQt révérées} plus il y a 



t. 



Citd pu ^A^OdO. 



joa ftÊFUTATIOX l)É l/OCVHAGE !V|fKLVÉTI03 

«letï mixlmuu, ]>1u3« )(?« gcn« de bkn ianiço'i«iLU-ni« ; 1'] 
ilu crime e^t d Auiani moindre ijue le crbne est pluft coumiu» : 
W prix de In \iitu e^i d'auuiki filus graiid ipte U vertu ^t plus 
rue. Lor»iqui.' \oil>^ riLi<;uclrei uu i.-Joge <le li ]>rol>ilc, ftii«s ^ue 
Il iMiîou 4^t an iteriiii^r tlegrv i)e Iji (lépraAJilion, |hi1m]u'oii \ 
loue «Uns un paniculier le deioir comiuiin de (oiu. O'e^t >)or< 
le ruoineiil de dire À i?on filH. ii «is lillc : <l Veui-ltt qu'on a' 
inouU'^ ixu doigi coiniihr un |»lKiii\? n'mtî |X)ijn ir&inani, n^ soU 
pnn une riiiitt, — VfUK-ti^ qu'on Tlionorr. qti'oti l'flq>pe]h' 
riiontaie unique? ne hoih ^^ un fnpon k poiidrd. i 

Le vice h'a j)aî* toujours cKil** rborreur qu'il iDériuit, mu^ 
il n'a jamais ol>U'iru lIu iTbpi^'i; Texlrêwede h l^f^w^wc t:At de 
Tiïicuser. 

Pariouc oi!i l';iuieur parle de Miguia il îiubâÛLw le moi Je 
|)fipisiite ^ <e\m ilr chriHiiainMiii'* 

lît^U^it il rr-iif citv(iii>|>Mcdoji piiMlUninif, b piMieril^ ne 
■iadmnt quek éuîenl ses vri'îi/iLK-^ Aentiinentïi, elle dir^ : « Quoi, 
cM hcNnrne i|u'on a »i cradknuciii ]jei'MS:utr |w4ir «i hberii> dp 
pfRîwr, ri\)}ait à lu Truillt-, mj jit^clir d'\iUni, ii rincju^alioiiï i> 
car cefi dogm^ .soin lU: rouies leï> ^feetes Lbiiûcunr^».. C't^i 
ainsi que ta frayeur qu €ji a des i^rdire» a gk^é% gâic et g^m 
t0U9 h*is (.iu\iage:< |lllikl^l>jllliqnc^; a irndu Ui^lule ollenulive- 
inent n^resseur ei défenseur dcn coures fiiialef^; fil autrefuÏA 
ia\cniei Ut double docirinc; ei a înuoduîl daii^ 1<« ouvrage» 
ittodcriie* un nirUugo «riiiiTedidiU' ei <lr ^upcnAilioii qui dr- 

gOÙtCp 

J'airoe un^- pliilosopiue clnii^, uctie et fraiicbc. telle qs'cUtr 
estdaiia \eSifttànr dr h n^itrr lïtplu» twore daiia te Bom Stm ^ 

J'aui'ai« dit â Épicuit- : Si lu ut uùin [>aH aux l>ik*ux, pour- 
quoi le» reU'^uer dans le^ intervalles dce n^oude» ? 

L'auteur du Sjf^hne de lan/Uurc ii'c&l pas aiUi^ daih* uiir 
page, dcî^ie <hiis une auirc ; m pbilosopitie e^t tout d'urir \ntrrt. 
On lie lui dirnpit^ : Tdclici de vous enieûdrot no^uiMcuxiif^ Ir 
dleronl pai pour et conirc, coiuiuc Ïcjs i^lateuistk iouh le» culte> 
s'alloqueul et ili^fcndcfit por dcft poflAaK«?t 4f;a)« intriii préttÎM de 
leur» li^TCM pn uhuLuh Lvvêlf^oîl Ton Irouve : Mon ptreel moi 
ne miTHiic^ qu'Un ; mo;) père est plu^ grand qucinoî; et tkKil 

t. Dam oarn^n du titn>u d'Kolbacb. nitiqnfU en pnïi|adipir> tUvM tt» 



INTITULÉ L'UQUMC 



3f>9 



r^atonte s'emploie cd faveur des opîiuona le» plus cnntradic- 
loîrc» : reproche fait ftui nutcurs SAcrfs, dana des productions 
kéUxDdwesoù t'ou remarque à chiuftic ligne le m^rnc dtrfaut. 
«voccBtle dtilëreDco qu'il est un peu pltL^pcniii^ i rbommc de 
bbiftcr qu'i TËeprit-Sninu 

hDCora une obâQrvalion, et je fernie k premier volume. 
Hi>lv->iiiL« dit <|ut?4r)iie pnrt (je cixiie pa^ 29): Le vau de 
thomme médiocrt^ c'en de nam^tr point dr tupéritur. 

HHvélius, dil«s d? toui hoiump, cela est daiia vw; priucipcs; 
ii'exct^plci c|ue^ht>mmL'^u|>éfie^^ qui j)tfui'-('tresecroit rhoizime 

Non tU^Int l«% p1ii>f illiftiitKi %**. rt'iluiiwtii A. g^inler les ava:>> 
lages de noire «on et À envahir les avanldge.<i du Hort (raijimi; 
C*e«t là toute la valeur de ce propnsnj communei si TÎdirule:ye 
tendrait bien être à tapluce. MéconleiitHdii pn^neril ftL dit pnjtsé, 
il n'y B poÎQl d'avenir dont nons craignions ruoinsque du luVre, 

\vuut qtit^ dti poMi^r uu vcilLJine Huivjinl, il n^^ prt^ncl rn fan- 
laiaic de réciter â Qelvéliua l'hisLoirc de quelque grande decoii* 
verlG et cTcQtrem^Ecr ce récit de quelque» questions. 

DespAreniB, qui Triplaient 'ni pauvres ni riches, avaient plu- 
uieurs eofanla ; ils faifiaienl caâ do rcducaticn, et pour assurer 
l'éducation dcce^-^ enfitnL-*, ih e^i iHudiaient h-.^ di.ip'W ti cm ?s nntu-^ 
relies— et cela vouaparali fou? Ils crurent apercevoir danâlaintS 
de deux garçon^qu'il avait dufçoûtpour lalecturcet pour l'étude. 
Ik l'envoyèrent au collège àç Ta privioce o£i il 9o didlin^^ija, et de 
U &P«ri0, dins les cla«»<-^ de E'unjvei^it^oCi le^ maîtres ne purent 
jamais vaincre son dédain pour les frivolll^s de la scolasEique. 
On loi mit entre le:* mains des C4ihic*rt d'arîihïw'tiqni*, d'nlgèba* 
ei de (^-omêtne quil dé^-ora. I^Qtralni?! par la suite à des études 
pliiA Agrt^nUleK, il i^e pliii ft In W.Ltire iriloniJrre, de Vli^le^ du 
Taî<î« et de ftfilujn, jn^uji revenant luujouis auji iiiatht-nkaliqueÂ, 
comme un époui inlidtsle. las ik< "ss^ maîtresse, HT^ient dr temps 
ex\ lemiis h mi reinmc*. Mon^^ieiir llelv^ttus, qu'est-ce qu'il y 
a de merveille lu et de fortuit dan^ tout crUT 

A lapronifinade. chez lui À la cbute du jour, la nuit daita 
nnsonmie.soa kabituile était derévcrnégljgçmmcnt/kquelque» 
qiie»lioD8 d^scsp^ri-ea . entre IcsqucUeH il prefcr^tt la quadra- 
ture du eercle. Lee luDu]«^d'Hippecrate deChio lui nncoaient 
sans câsflc, et il se dîsail : Il eM aussi impoo^ible qu'il y ait 



bOO HËFUTATIÛH DC L'OUVRAGC D'HELVÉTJUS 

unt véritO «UTÎle dans la science qu'un pbtoooènc bolé dus 
la nature. Pour<|aoî U découvre d'flippocraie &'a-l-elle tien 
pnxluit T CoToDaira do t'^^it^ du c^rrt àe rhypot^u&e aoi 
cAm-s <Jc« deux au[r«ft cA[^s, und suire \'OHtë doit dire k ftea. 
et une autr« vériik> le* corolluire <lf aile-ci; «i ainsi de euJte i 
l'infini. Je n'examlce pas fl*il ndiionnaii btefl ou mali maia il 
De rtlaoDiiaîl pas ninsi par hasard. 

Un jour, il Ki.^daTunilf pourquoi I«» luinilea dHïppocxtie, 
égales, éuieni carrablea easenitile ei aépar^menl ; ei pourquoi, 
inégales, ellrs t^taictii encore caiTAbks vn^t^nlile, ri Doa ploa 
H^pan^fiient? 

Il appslle li la dii1i5rencc da deui Tunulea ÎD^galcs, et il 
tiouvt; qu« tout «^|>ace circulaiic Icnniné par des arcs qndctti* 
i|ueft cin.^ulaireâ concavea et convexes, eux carrable, imxkx la 
fois que les arcs convexes se idsolvent en une sofnme dft diflir^ 
rences -i-n4t el les arc» concaves en la oiisie aoouDe de àif- 
férences» mais négative — nd. 

Il s'aperçoit que c'est le caa d«s deux lunules dgalcs caira- 
bles ensenable et de chacune d'olJea camble «épargnent, l'ima 
cl laulrc donnant -f^ntl et — nd. 

Il H apufçoit que c'eat le cas tout conlraîre, lontquc les daui 
lunules wm inégales ; E'u&e donnant -)- nd et m<f, et Tanin 
+ mdev— nd. 

Ji? ne garantie po^ la certitude de sa logique, j'eipoee seul^ 
ment la martbo de aon oaprit oCi je ne yùis que le train oomniua 
de la vie. 

Il ae propose de Tormer un espace termiiMï p^r de» arcs 
déterminés caneaves ei convexe» qui mt «gai à do» espioea 
r^ctilt&eairea doiuiC^a 4- OU — nd. Ce preniifr pas n'èiait pu 
dimcile. 

I) ajouie une autre conditioa à c«t e^)ace, c*Qat qu'il adl 
compwïé d'expaces partiela, iruispoDÎblea, moUIeH, de inaiiièn 
qu'il en r^ulte par acMliton» «uppo^ïiioii, ou nmple déplace* 
meni, une nouvelle valeur du tout eu du revite, égaJe 4 dsft 
espaces reclilin^aire^ donn^ «f ou — f «/^ oâ q »oii plun ai 
inoinit graïkd que m. 

Il trauve cet eapac«, ou du moins il croit lavoir tixiuvé, et 
parcODaéquentune valeur de ij en eapaces rectilinéaire* doMiéi, 
et la aoluiion du probltaiie. 



INTITULÉ L'UOMHE. 



AÛl 



Je demande ik Hdvi^tius a'ï] vuitîri plus de chance quedana 
rexéctiuon d'un projet de [initacâ et 1» Huile d'iiti priK-^ au 
Palaift ei au ChàielrlT Crpirndaiil l'histoire de cette préïeiidue 
découverte est celle de toiiEcâ les dt^uverlett réellKS. SI Tlelv^ 
tîufi me répoDd opiuiiLir^meiii : Hasard* hasard... je dis; Ëlevona 
de» njicls au bavard et plains aou notn k \t titu de tous Ica 
ouvmfîes de g<ïnic. 

S'il atoue que c'est une afïairc do logique. liusUtcru et Je 
lui tlenundera 8'tl croît tout esprit capable de cette loffique^S'U 
répond qu'oui, je lui répliquerai qu'il n'y a pcut-itrc paa un 
liomme au moEk<le capable de prenoocer eur la solution du moQ 
Jeune bontne, «ans Tavoir examin^^, puisqu'il n'y en a <:enaine^ 
ment pas uû en ^tatded^momrerU possibilité ou l'iinpo^ibililé 
di- la wc^jndeconUtiion de l'espace qu'il «« flatte d'avoir irou^j^ 

Kl puis après une hUieire sédeuse, un petii conte gai, 

Jupiter avait dirté clie/ len GalaciophBges(ces Galaciophagei 
n'éuivtit {loini dm liuimmrïi ; car, ceriaiiiemeiK il n'y av«ic point 
Bocore d'hommes sur la lerre fialitatre et muetie], et le père des 
dteiit !V prepiiviîi birii de »e dédoonnager d'un dliier frugal par 
un bon simp^r. En auendanl, ou commence uu vvbÏM; on joue, 
«t se querelle* Jupiter prend de rbumcur et crie : K&L-ce qu'on 
neM.Tiîrn pointî.,. Onistirrt. U--.H dieux s'ukAeyirni en liimulle, et 
Jupiter bc trouve placé entre sa femme et Minerve sa fille; la 
d^ase de la Sagesac av/ûi son pure h na droite et Momus k sa 
gaucJie. Son père lui donnait des conseila fort aérieui; car 
Jupiter e£l ecricux, loCmc dan» le ^ïn ; ut Momus, ivre ou à 
jeun, toujours fou. lui «errait îa maiA, lui pressait le genou et 
Jtû débitait dee sornettes. «Ma fîllc. lui dirait Jupiter, entre la 
poire et te froma^^. il y a environ cinquante-cinq siècles el 
demi que j'accouchai de ^^ua ; voue commencex i devenir grtA» 
(Mette ; que ne voua marl<Ti-vouAr Je n*aime pas le célibat ; toua 
les câlibalùrea. m&les ou f^nelles, wni Ae% vaurienfi, Plua je 
vom eiamine, pluK je voui trouve propie k bien faire et k bien 
élever des enfanta; vous aère? un^ hiitinf. é|K>u»e et une eieel* 
lente mère, La virgluiu^ eM une vertu bien stérile. Allons, mon 
en^l, pmmc^l!b-nKjit|uetu t'ennuieras un jour d'être vierge...» 

t. |t« «nli-ca pdnt U o» • o^tEtolrB de oi«itiéiDMJqiifli » ftnqvaJ IMil^rat tà^t 
AtliAkAfl aini tt rmm ii>i* novi itoDi d(^ plu* buitf i^\ftk9 priimtmairt du 
DU^iM «tr« MteM «1 D*attmb«t.J 

tl. M 



4Q3 RÉFUTATION DC L'OUVB\Ge D'HELVÉTIOS 

El 1A-d<.<?t9mK, 1r p^nrde Mînm've «tilea dieux »e luÙAU^ua gi 
flnani d'ankbfoi&ic, en rcmjtWt ïfon \tne, cdui àc Uomu^ tX ce 
lie %A fille, et lui dit ; o A U wnté, â ton prctnkr cofaDU J' 
veuïi iuc le p&TTAin; €(à la mieoae.<.u £t puis, s'wlrattuii 
Mûmu:« : n Et toi, Momus, qu'en peJiâeâ-tuT qn'um piKclIc 
cinq mille uk et plus o»l trC^ndiculc, n'4»Ml pu vniF Hiô 
qui Iainflnm'ûnâ-noi]Sbiea7...iiKt1oul en parcourait le 
de cent qu'on poamiK lui donner pour époux, à chaque 
qu'on noRkmaïl on buvait sa eani^. et Vinerre en 61aIi au moiitt 
pour U mcûtk de sa coupt. Toute» ré» santés «cbaafl%raitt la 
tét« de Jupiier ex de Momus; et Minent, au âoriir de tiUe, 
trouva que tout vacilUn un peu dan» l'Olympe, Il «efamlcianl; 
lea parties de Jeu liaient (\aies, et chacun des immonH» rcga* 
gnaîl son itonoîr, lorsque Momus, qui ftuivnilou qui devançaJI 
Hin»^T\«, ou qui Juï donnait la main, je ne aais li?qiit-l dna ima: 
lorsque Uomua. dîs-jc. souJIle le bougeoir de la dérsair, <«• pr^ 
dpitc Hur etk^ ei, tandis qu'elle se débattait cnirr \r^ br^ h 
a*écnait &voiib«ase;uHaia, Momus, est-ce que voua émCouT... 
maisvou» n'y pntv^pa.'»... votiK me... Si l'on noua voyaiil... • 
la d^caac de U Sagcsâc se Uisaait retire un enfant. Juaqu'Àpi»» 
avnt, on avait cru qttc Minerve Alait testée pucellc^ cda ottt 
pEi5 vrai : moiti't> de gr^« nioitii^ de force, elle fui tinc Tots vioUe. 
Moi qui vout; parle, j'ai connu tr^a-juâmeiDent son bâtard, d 
c'est un de mes bonn amia. Lonque la d^«esc pudique sentii an 
sain a* gonfler et que aa cuîracse inileiible rerusait <k ae prim 
à sa taille qui s'arrondissait, elle devijii aoudeuse. La VéhBr 
a'en aperçut, la que^tionnA et n'eut pas de peine t^ eo obtei» 
Ta^-eu (le »ou at^niure, W s'ii^iKxnii de pr^enir Itfattndik, 
car, M ceU ne savait, imagine/ la ^arprîae et le qu'en dira-t4fi 
dea dîf!t»T Minerve, lachjuu- Minervrîî une pmde' uoe dntai^ 
Pour cet eflcl. la Vérité lui pei-auada de se retii-er av«c elWai 
fond il' un puiLH et d'y attendri: la lin dr m gestalNHi, 

— Mais C4l-ce que les dieux ne a'apeT^reot poûi «k 
l'abarnce de ceï» dem di^«sKea7 

— î4on. Minerve leur en impoli par ioa maîmicai 
pn^quc XOUA iet profioa de la Vérité les l>]e»aaieni^ l'ûlpifi 
n'en élAit quepta* gai. Ejiûn. le temps deacoudiea de lUiatfif 
arriva; ce fut la V^ritC- qui lui servit de saf^-fcmme ot qinli 
il^tivra. Momua venait de tempa en Kmps sur le bord dupuib 



1 



INTITULÉ L'HOMSiFl. 



AU 



•L leur critit : ■ Parlex dooc. betle» clftm«â ; iT«z-voas T«do1u de 
pÉftser TéierDilé dîna roire irou 7 OU en 6te$-vous de votre inate 
ba a og Hi f ■ Mkwrvr lui répondit r » Indigne TscèkrartelleesitftiUï 
TK vouscberrher une ïiourrice... ^ Hor»u« va et reiieni avec une 
groœ Joufllue, mjk rwson, »an« houcà, rianl iiaiïfi savoir pour- 
quoi, parUnt miix rj?tv- «iits iwivoir tx qu'elle dîi. On lui donae 
Tmibni. ttWf. Taiiftoite. Homuft et Minerve îi'en reiaument au 
ciel, chacun dewjie^tê, cl U V^Hic rf^ieau fond defionpuiis, 
4>ù dte cal encore. 

— Et Je UltirdT 

^]c ne fininis januia si j'enireprenaia de voua racimler 
ae» forliioeB diverses. Voycs-vous ccUe énorme auite derolumeat 

— Mon c'est Vilittcirt unit^r$<iU, compilée par une Société 
de gca» de lettres. 

— El U sienne 

— Khi vouaa\eirsi!ton;1c bAlard de laKolieetdc la Sagesse 
deiiTTee par la Veni«, et le tilleul de Jupiter, aJlaiiâ par U 
SoitiM, c'<«i l'homme. 

Il fut toute «a vie védique et menieur, irinie el f^ni, ft^gc M 
fou, boD et nichant, ingénieux el «ot, sans qu'oD ait jamais pu 
cdhccr «iiti^roneui lea iraiiH <|u'il lenaii de son père, de.u 
mère, deaoo parrain, de la sage-femme el de ea nourrice, Para»- 
aeat, igiwrani ei criard iian« «on i^nfance ; insouciant et libertin 
dattft sa jeiii}e?(«eï ambitietu el âouraoiit i cinquante aiw; phi]f>- 
aopbe ri rabftcheur à soname; il motjnii la tète dans le peth 
Mginn de aa iif^tirricr, junnl rfu'îl aïmail %(m parrain à la folle, 
el ayant une peur dti diaMe de Talle-r trouver. 

Coiame j'achrrviÙHce conte, j'ai reçu la vikIIc d'un jeune Alle- 
mand, af)!»"!*^ UiiNchi^viiit^. <|ui «l'a t^vanté nu faii 3*m-j ungu- 
lier : c'est qu'cntir ses condisciples il y en avait un, la ri^i^ ije 
Ions 1m autres par 9a prorotide inaptitude pour l'étude des 
langues. 

LinscJicring en eut pitié et ae proposa de Je relever d'un 
mépris qiii d^^^olail c«t enfant, en lut domiani quelque taleat 
qaî le mit de niveau avec le reste de la cliase. 

Il l'ai^pliquc & la g^ik*tiie, et la première leçon fut la pro- 
ponbon la plus conipliqiii^ des tk'tueuU. le rapport de U apbère 

Ce pnAlûme déviai le centre de loi» les théorèmes et de tous 



104 fiËFCTATIOK DE L'OUV»AQ£ D^HCLVÊTICS. 

les problème» qm ro<i<hiwCT)i 4 «a soloiion, ei qu'il Itri dénvm- 
trvîl surxfSKÏvaiVKOl i oMBiure ifu'îï m ri^uii bnoim. Rn ivnnx 
cpie cet élève poenédut toute la gteoiètrie, persuada qu'il nef 
UTui qu'une *«iik pro{KKiiJon< ' 

Rn v^rii^. Je préférenùi vAluaiiefi^rMie raétliodc i U a»éihod« 
ordiiuira. ■ 

louics les vîntes y sool rapports ven no s«u! unique but < 
4fti hnr sert de ooyau. f> noyau. c't>i !■ ma^Mic d'Iïcruite, et 
les Autres ventés en soat comme la clous : c'est on toit q«s 
rieo ne peutraspre» 

La méUiede ordinaire d aller des premîeîs principes stix 
séquences les plufiimmddùlea laisse les Tentés isolées et 
itos uiCUDS Sj^vliCAtion drtermînée. 

On cominenee par ce qui a rapport aux lignes; de lÀ^onpiM! 
k la mcsunî d«s surfaces, casuitc od s'occupe des w^ides. (4 
«ont, pour Aîmi dire, trois cours d'études réparcs et dUtiocti : 
la démonetratioD d'une pn^)^t)aa ir^coAplîquée, telle que 
le rapport de la fipbère au cy[if>dre, les embrasse et lea be tous 
les Irais, 

Il me semble que U science s'en éubtit d'uoe naamèrt pbs 
compacte etplusfermecUnsrântendeinenu quelleeSk^yeMiDi 
le disciple, et que, peut-^tre. elle soulage U méoHMre. 

Si eela est vrai de la ^<omélhe* cela le »enit peut-éM #^ 
lemefil de la m^^^nique, de rasironomie et dtie autroi psnSv 
de la mslhématiquOt qui se rouirait ainsi à U solution ^Vi 
sâseï petit nombre de probltïmes. 

Si l'on vou« eût dit. k T&ge de quinte an« : Toute la scârsor 
mathématique »e r^uii i la solution de douce probl^msa.,,,)^ 
ne doute poÏBt que vous ne ru>i«>ki nat hématie: Jeu auJonnTbsL 

La inuilitude de^ profOs\û{}[K nou» tr^butr dimWa^ f« 
retendue du quelques-unes. 




REFUTATION 

SDITIB 

DE L'OUVRAGE D'HELVÉTIUS 

L'HO M ME 



TOME SECOND. 

SBCTIOH V. 

C0APITIIS U 

Comment dcmonlrc-(-on que h lune est cause du flu.i «t 
rpflux de la mes7 Ceai par li correapofidaiïce rigoureuse <lc U 
variéié des mtf^cê&vec la Ttri^té des mouvemecls de U tuiK?. 
Or, quelle corre-Hpwidance pluH riffoureufïe <|ue celle de IVut de 
von corpe^ Avec l'i^Ut de moD e^prii ^ T Quelle csl la viciaâUude, 
tl légère qu'elle soil, qui ne pbAM de moo org&nisatioii À mea 
ronctioos întcllecluelteA? J'ai mal dormî« jo pea^e mal , jr digère 
m*l, j€ pense mah Je soulTrc, ei mon cspHl est aiïaiaai^; je 
recouvre me* force», et mon «prit aa \igueur. Le vjc« et It 
quotilC de moD eaprîi restant ou pae^ent selon f^ue le dérangt>- 
ment d^ mf» organes e»t conslniii ou mami^niané. Il y a même 
des circonsUDces ïingulieres oix le désordre de mon économie 
animale profite k mon eâpril, ei. r^iproquemeni. où te dôsordre 
4e moQ e£pni proruc à mon corps, ta boimiie ne prend point 

!.■<:« qoi }• am pnpau d>m l>i«iiun Am prtndpala «MMttonA et Roo»- 
HBB, <^oat que lOUltti ■« Brrcun Hat du «ûai^uCDfm aâ-fumiw <tf » pHitdp* 
trep l^rtnKDl blmiA, BAtoir : ^u« I'IcKi^kLIi^ dt« etprku «L l'effet dr La [«rrtactipp 
^lu on mo^T» ^rujJfl dn orguin dm «uni, f<l qwr noa rmut comiiiE) qh iaIodii 
»Diii (<gat*icnftfil [1Eip«ndutu di> la dlvrnïul i1a doa wunpânoifniL ■ fia l'ff< 



tOA RÉPUTATION DE L'OUVRAGE O'HELVÉTIDS 

(TcmJwnpcint spoptcctiqu*? «ans quo sa Kle et soo «sprit M 
ft'appeaontiïseni. L'état &am ou naai^^ dm orgmnas, dorable 
ou pnfiiittger, pendant od jour ou peaduâi tout le cours 
vie, depuis linsLuit de It naiaaaac^ jusqc'ftu flwneui 
n)«rt, 8fli U ubennomèue de l' esprit. 

cbafitru 11* 



hge 13. — L'homme esE-il boa ou tnéduot to nuftsmi 
Si l'en ne p^ut donner le nom dv bon qu'à celui qui m Îmx 
le bien, et le dofd de méchaot qu'fa celui qui a fut le mal, 
ifleori^inent l'homme, m Dsissani, n'v»! m buii ni uiAciiaiiL J'en 
dis Miluii de l'esprit ei de là lotliae. M 

Matï l'homme appon^t-îl en naifiMiQt de» disposition*' 
ovgunlquesclnaLurrllKs k tMwcifiÛTi'- des svoiûâea, A KDUÎxe A 
Lui-même et k se£ semblables. A écouter ou n^li^ le» cot>* 
»eils de ses pan*ni<. à U diligfi)Ce ou A U paresae, A la juaUCf 
ou A la colère, au respecL ou au mépris des lois? Il o'y a que 
celui qui n'a jamais vu deux oiifontu en sa >ic. et qui o'enieo- 
dit jamAiâ [eura cris au berceau, qui puifise en douter. L'hoom 
ne uati rîBD, mais chaque homme n^lt avec une aptitude propre 
A une chose. 

— monsieur Hetvéu'us, voua êtes duAaear,[e croieT 

— Oui, je le suis. 

— Voyez-vous co petit chien-lAT 

— Qui a lea jambee (orseË, le corps bac et long, le 
pointu et les pattee et la p^^^u lacbotées de feuF 

— Oui, Qu'eat-tjaT 

— C'est uD bftMci; cette espèce a du nei, de l'ardev. 
courage : cela se fourre dans le terrier d'u» roMtfdt «o iuaatà 
d'en «urttr les orctlles et les &ancs déchira 

— El cet autr^T 

— C'est un braque. C'est un animal infatigable : son pû0 
dur et hérliisé lui pv^miPt de s'enfoncer daivi les biiiwMis éfir 
neui et toulHis; il arrête la perdrix, îl chaioie le KHrc A voii; 
il supplée lui seul A trois ou quatre chiens. 

— E* cet autre f 

<— Ce sera un dea ptuH heaui lévriers. 
^ Et c« Iroisièiikel 




INTITULE L HOMME. 



607 



-~ ^^ ch'wn €4>iirJMiiii. Jr nr puix ntsu wiijb «Tti «lire : scrft- 
ï-il dodlc, ne le scra-l-H ptoî nuru-l-jl du ne* ou n'eu aur&-lHl 

— Blce quatrième î 

— II promet un Irèï-bcfiu chien courmnu 

— Ce soDt tous diîa chiens? 

— Ouu 

— £t, ditea-EDoi, j'ai un etccllcnt (f&rde-cb&sae, il fera tout 
ce que jc\oudrai; ne poumûs-je pas lui ordonner de faire du 
basset UD braque, du brnque un ]^vncr« du li>\-ner un cbien 
de plaine, du cbien de plaine un cbieo courart, et du ciiien 
cauraji[ uo barbeiT 

— Gvde^-voufi-en bien. 

«> Bt poun|uoiT.„ 11k nr font que de naître, il» ne «oni 
rien; propres à lout, T éducation en disposent i mon gré. 
^ Vous voUK mfïqut'f d8 moi, 

— MuiiMt-ut ïlelvtijaîi. \ou» avi-t raison. Mais si t:ept?iidnijl il 
y avait d«n?t Tesp^cr Iiumaini* la ni£mc variété d'individuH que 
dau la raice du chien», ni chacun avait âon allure et £oii gibier? 

CRAP1TBB III. 

Page 15. — ¥ei d'autnti n'rjtf ^i» nmfw. 

Vous ioterprëiez mal ce proverbe- C'esV-4r-dire que te mal 
qui arrive À autrui me loucbe inotn« que le même mai qui 
m" arrive. 



CIIAPITR6 IT. 



Paj^i^ 93. ^^ Si le cerf oitr ahoit ttt'émnitf tî J&n larmes font 
atuUr Ut minute^ ti ipettacU si tunrhmU par xtj noHDeauié t$t 
Mfriabic au nauvntfc que t'habitutU y enditrcii. 

— Pourquoi le c^rf au\ aboin vous tmi-iit-^IT Quel eM le 
motif de votre commisération pour un animal A la place duquel 
veusnc vou» mêliez panT 

— La nouveauté. 

— La nouveauté surprend et ne touche pas. Cette eommieé- 

L ration efti d'Animal à animal, ou e\ l'on aime mieui, cTtflune 
Ulu^kOD rapide ajnenëe par doâ Hympt6m<9 do dottieur conuauiia 



m REFUTATTON de L'OOVIIAGE D'HELVÊTIUS 

k rbomme et k Tanlmal, ec quf aoua moQtre un bocnnw k U 
place d'uncprf. 

Pa^ 24. —> Si le peuple retourne tui exécmkH» pubttqiie&, 
ce nVst point pour voir souflVîr; lu canfr&ïrv, il va dirrcberuD 
ftenitmfint dn pili^» tin «ujf^l <lf. p^ron^r; A san retour, il fait un 
rtlc, lea voisin» s'a^n^mblent autour éf. lui, prtttUniét ab orr 

/^i(/. — Je coartpareraift volontiers no cbamp de bataille* à 
im« table c^'un jeu niîneux. Le s<»klai vkioneta emporte )a 
dépouille du AûTdal moribond, comme le Joueur fortxmé la 
bourse du joueur dcscsp'érL^ J'en use avec autrui conmc il co 
aurait Ljfté Avcc moi ; pour^iioi auraia-je aujourd'hui une aode 
pitic tpie je dc trouverais pasdemAÛir 

Page 25. — Cetui ^ demnv éft comtm'9éraTi0n$ â ton mmUrtj 
hve if 4 mmnâ dans son propre tang, Ce*t &ù^i qui te dit. 

Mais ce po«ie raconte qu'un malheureux traîné au snpplk» 
cborgcatt le lyraii d'impr^caiiona, «fue le tyraB, trop éloigné «h 
màlheuretii pour l'entendre, ayani demandé c« qu'il disait, un 
courtisan Jni répondit : rc Seigneur, il Jii qui^celui qui Tera mla^ 
ncorde en ce inonde l'obtiendra dans l'autre...- qu'us autn 
courtisan reprenant la parole, ajouta : «Seigneur, on le fait ua 
méuaongo; le malheur^ut que tu as condansé au svpplice 
pour »tis Torfaits lo ini^ieraii par let Imprécitioi^ cpi'il vovïi 
contre toi. ..^—N'iinporie, reprit le sulUn.jelui fais grâce, qv'oo 
le lAche; j'aime niieut on mmvonge qui me rvcxt mbéricvr- 
dieuK qu'une \Mié qui me renilrait cxueL a 

Pagp 2d. — // rtt dt* hommtt bofu^ mait ràttnànniié nf #> 
eax tfffft de- Viduattion cl non de ta ttaturt, 

Totijuunil J« nVn rjuis nen. QijHi[tifl tvIurAirnn (|o*( 
domiéeÀ la b^ie (étxM^ qui cKAminâh avec utie jojtr curifj 
convul^ionîidu capucin qu'il avait ajoastîné, \\\ peîoe k ■l'imagi- 
ner qu'elleen eût fait un borume bien tendre fît bien coaipatiannt. 

On Ile donne point ce que U nature a rcfiisé; pe«t-(B« 
d«^lruit*on ce qu'ell-- a donné. La culture de TéducAtioii ain^ 
bore ses dona. 



vfcMlrf, lonqufl la plaint hI «oosn Jnirhf* 4t mnla «t 4* BovimMi l«n^ 







1?(TITtL£ LIIOMUe. 



U» 



ibid. •— Z^ ifntibîliii phjfittjw M te ttut don que r^ouM a 
fait U mtturt. 

M&is cette sensibilît^ <lifl^s« «Uda toutes les paniçs de 
l'homme eHtH'tliî «Sgftlenient priRg^ ciiire elIcatT CvU n*esl 
p«s« cçIa n^ petJt être. 

Si ta portidti (Ip^tixfbilit^ physique est faîb1p»iKCCFveauet au 
(lùi]>ttragnie, pt^Ei il*iniagîtiji[îink,|H-U()<' pÎLJi'%pi'-i|[)i<)>îerirjiixAnce- 

La sentibîltl^ physi^jue est-ell« égale daikâ tous lc!à îiidîvi* 
diwT Ola n'i»t p»«, cela ne peut être. 

nbtîertc]râi<-vi>ufi Jonc l** lïifrmfA t^fTet^ffun^ marUînr* rn ip» 
re56ortesi tropTor^ et d'une macbineea qui iL es; trop fâlbleT 



CHAPITRE T, 



f 

^P Pige 28. — Oit iroute-(-cn des kérot? Chez de» p€ttpie* 
pitij ^ moimpoticH. 

U V t des ht^riM partout : U y en a au food de« forCu du 
Cuiada que IVducfttïou u'a pas Ttiis : il y eii a d&na les c4buie« 
dct csclavr» que \% ijrrannîe de« maltrcK n'a pa^ détruits. 

On prend à Cayenne une troupe, de sauvagps marrons; on 
oBhf la m à celui qui pendra ses camarades, aucun ne «'y 
résout. Un maître ordonnr à un de «at n^gr<'« di' Iuh pendre 
tous, fioufl [>eîn»* d'être pendu lui-^mf^mft. Il y couttent; il va 
daiu un rjiWi« sous pr^teite dfr iw préparer. Il prend une 
hacke, il a'abat Ih, poignet, r^vienl el dit il mhi rnaltrvf, fji loi 
montrant aon bia» ntuliU el ruissdaDl de sang : a Pais à présent 
de moi un bourrr^au, «i tu peut^ >j 

Le maître de ce nègre se condulait bien, U saJait d'une main 
lepoignet sangUnt de fton esclave, il jelte M3n auUi? bras amour 
deaao cou et lui dit en rembrasMut ; « Tu n'ca plui» mou eadave, 
ht es mon ami. b 

CEIAPtTRE VII. 

Page 37. ^ Gomment, monsieur Helvétiua, vous accordei 
4 Tedolcdcence^ une plua gronde capacité d'apprendre qu'& 

1. • U ce e*i du prfdieoirt da U fia «onma du prlat«npi lïe l'umib- Cm 
é aa a lljitabcvie<lc rhonuutiiue v poumt v 1u^ k« («nv^^a pubfiii»* quj doirc&t 
fBjaor laf«<H]r«i («l#^^lt. « fir rA«iniiH. — Voyet uul KonltifnB. fiiaïf, Ur. 1, 
*. »mt. 



m RÉKUTATIO» DE L'GUYRAGC D''UELV£T1US 

l'âge mâr, «t %i>us coiii«nrac r^n'û n'y m ^j^r« trautre iliS^ 
renc€ scnaiblc entre C£3 tteux Agea qL>e celte <le I urguilHaiioa 
plu» ou moian «Irv^loppi^i; ; vi routi n'uconkt «ucun ellet 4 
ro^anisaiion de deux enfftOta, bien que cette or|poisKijQD et 
deux enfaiiLi d'un niém^. âge ti'ail d'uiuc difTi^mcc qiM c<jW 
de deux faommGs d'âges dilB^retilal 

Vonja ftc<:ufteit nou.viea]i de contradictîoD, et tous «w 
sDD i mus vous lui donnez bien £& rcvondie. Si je vouft dcfuiJide 
en plusieurs cadroiu* de votre premier voIudm d'où oilt la petH 
Stic subîinie qui doit iJluatrcr tel boinme. vouh me l ép ww fce t 
nettcnnciii : d'une heureuse chance. Ici ce Dcst plu8 cdA, c'«Bt 
une eoii&<>queaed de I âge, de k &evô, de8 fleunt et d'ua fruit 
qui 6G DOue, un onchftiQemctkl de causes naturelles et cocmuee. 

Page 39. — A mmirv ^k? dt vifftUaav t^ppnxhc^ fi 

Cela eït-il bien vrair 

CHAPITRE VIM, 



fit/ aurait eaioiJt p/iyt mtrrtmn nùmbrtd'hfnnmrt de car(taérê. 
âiiHAJ c*<Ia eftl'il vrai. 

Pourquoi n'en vott-ou rommunSttettt qur dantiet /Mjr< iH^reâf 
Pourquoi irn \t>if-on qiirlque-s-n»s cIh-/ Im^ natioits les plai 
twclaviMÎ 

Eât-ii queiquf maxime morate qui fiu*e fondre une ioa/fef 
ToiiJDuni i'oi^^anÎKAlJoii de la léle coaipir^e â d-Jlc du pied. 
Mou pliUosopbe, voua atiret remarqué aana doute qti« l'escr- 
cice foriifJAtt les or^n^-â. et voa8 auriea pu rtmarquer ifue 
riaactJon les détruit. Lic£ à ua eafaût ut) de ses braa en naia- 
sant.faite» qu'il nea'efi 8er\'epoi&1, et ^^uâresluireacc menbrt 
â ncn. Pareil Icrnent une disposition naturelle à quelque vice, â 
quelque vertu, à quelque talent, â rorœ d'être contrariée, p«ui 
dtre onêanlic t l'organe reste, mais sans ligueur. Kaote de 
ruarclier, nos femm<f4» ont pre^rgue perdu Puaage de teuv 
ïambes, mats «i la nature leur avnit refusé des Jambea, j 
raiuil quelque moyen artificiel de leur en <lofinerf Vata»* 
tagede T^dncation coriM^ieiperrenidnnerrapiitudenaliinlIr, 
ai elle est bonne, à l'^toufTcr ^ii i l'egaitir, ^ elle est aiainaiv. 



INTITULÉ L'HOUUfi. 



«11 



^ 



r 



jamoifi à 5upp16cr luptitudi?; qui ironquv. C'est à cette 
infructueuse opmiàgetÉ iVuu iruvail iD^^rat que j'^iirihuenis 
TOioQtion» U nu(>e tics imiwçiirs en tout genre. Ils vt>ient faire 
les uilreâ, ils sWorcent de faim fomiti« eux; leum yeux ue 
Koiii jamais lourn«« au d^^ns d'eux-mêmes, ils «ont torjj<jurs 
attachés sur un fnoilMe qui tM au df^hont. La «;ortc d'impuUion 
qu'on Jeor remarque, c'esi le cboc d'un f^nk ^iranfçpr qui la 
leur commimiqur- La namn? pouue rhomim* flr gt'iiif:, l'Iiummii 
de génie pousse l'imita ïeur. 11 n'y a point d*interin^diaii« entre 
U HAlurr tft It- gi^iiîr (jui est tnnjiti^ni îirttT|ii)!ié 4Uitnï la nntnn; 
e1 I uniilaieur. Le génie atûre forleiiieiit à lui tout ne qui se 
trouve dann la .■q»hère de son activité, qui a*cn atnlte aan» 
■waure. L'imitateur n'allire point. Il estaltité; îl a'aimame par 
cOBtact avec TaiDiant, mais il n'est pas t'aîmanL 

Pije 44- -— Li faim »t rriMitvelU piiatifurt fois par Jûur 
rt détient dam le M{tuPitge un principe ir^s-actif. 

Cela «e pcuL; moia ce pnnmpi.'! Hi imp^rkun proiluit moina 
de forfaits en cent ans parmi les sauvages, qu'à La Chine, dans 
le plutt aa^e dcA empire», il ne Jt'en commet en un mois da 

«tte- 

O que j'oae avancer de la faim est encore plu£ vrai dft 
toutes les autres pa.ssionft. 

Vons préférée donc Tétai Bauvagp & IViat policéf Non. La 
popubtion d« Tesptce va toujoun eu croittïani t^ïiei Xv^ peupli^ 
policés, et en diminuani chez les nations sauvages. La durée 
mriyitnnr d** U vif. de riiammi- polira i!irj*ili- la durée moyenne 
Je U vie de l'homme sau^a^. Tout est dÎL 

La coQlT^ la plus heureuï^ n'f?sl pnA c«lU' où îl sélèrele 
eîuî" «Tnra^™ i r'e.Ni telle ijui produit le plutf ijf rnilbt. J'aime- 
raia mieux habîtiT 1rs pays feililcs oîi la terre u-ejuUe sans 
OMSe 604» Ifli pieds, menace d'engloutir et engloutit <iuolqu^ 
Ma les hommes et leurs habitations, que de languir Mir une 
plaine aride, sablonneuse et tranquille. J'aurai tort lorsque je 
Tcirai Ica peuples de Saint-Domingue ou de la Martinique aller 
dkercberics déserts de l'Afrique* 

Oui, monsieur Ronsaeau, j'aime mieui le vice ralEnr sous uq 
babti de soâe que la stupidité féroœ sous une peau de b£ie« 

J'aime m^UïE la voïupl^ entre It^- lambris; dom et sur la 

Uesso des cou«6jtiâ d'un palais, que la mis^r^ pâle, âalc et 




612 KértlTATION DE L'OUVRAGE D'HELVÉTÏCS 

hk1cu«4ï ^tondue mr U icrrc bumide et mattatoe et i«c^lé« «t« 
la frayeur dans le fond d'un autre sauvage. 

CUAPITKB IX. 

Piig4ï M. — RmttAtitu ^ett dit à tuî~mim€ : f^n hommet, m 
ff^rtérat, mmt purtSàfMu; pur fouté^Mnl e^iix^ntU df toute Hudi 
qui Ut forrrà i'tittmtivn. Lc^honimfMianl r^iiruj par fifru/^umi 
cntianin du ioal rtprit MupMekr. Le% hommt4 mêdiofrt* ênfiaanl 
itnr haine »tcfUf peur ttt MufonU ft poar U* acietift». Qar /'^n 
persuade i'inutiiit^j Je flattmti Irt vanité du ttvpidTf Jf me rtrt' 
dnti cher aux igtioranU^ je terai îeur maUrCj eux mtê di»cipie*j 
et mon nom^comacr/ pur Uurtftogrt^ remplira fimicert, etc, 

ltou»^au ne s'ivd point dit tout c<l&, voua \t cakxnDiei; c« 
o'eat point an méchant par aystème* c'est un oraieuf éloquent, 
la première dupe de ses Mphismes. 

(Ju^lTi^ (fue âoit la révoïution q«ï aô Tasser dan» les esprit», 
jamaJ.H Rousseau no tombera dans la classe dos auteurs mépriséa. 
Il sera panni lei titcérateurs ce que ftoni parmi les peintres I« 
maillai» deBGinaleui'ti, (^anda coloriâtes. 

CHAPITIIR X. 

Page AS,**Dajia le même cbapjtreoù je lis un reprochr que 
les homaies de kiires ont m'Titë, celui d'avoir adulé les tyrans^ 
je lis le nom de Fréd^ic accol6 à celui d Aniontn. 

Frédéric a Irrité tous les polîtes, pljibst^hcs, orateura ci 
savants de l'Ailcmaguc pur ^v^ mqinB. 



GUAPlTai XI. 

Vnitfi bh.—'Let ruttiotu tont ^arbitres ton^'eiit$ fondent de* 
empirts, e( e'eit l&nqu'eUet retiennent ù ta tarbane ^e Ut 
empires te di^tolrem^. 

Cl» deux iusunui (Ji> barbarie ne sont qu« d^ui diii-s, t'ofie 
de l'ori^iiF. Tautre de la flii. Si Ivs peuple» rjui aitaquèraitt de 
TOUS cdtét iVinpire romoîfi n'avaient pas été barïian-x, sa de»* 
truciion aurait è%é Vâ^w pluH rapide. Si les Ronuin*i uViaieni pas 



IMITULfi L'HOMME, 



tis 



r^tomtx'rfi fliQ« la barbarie lonqu'iU furent aiiaquéi par !«« bar^ 
bares^ je douie qu'ils en euasenc ^lé subjugués. Je me joing ici 
à K^lréthjs conin? Roui^se^u. 

Pngr b6. — En tout $mrt di eûmm^te^ f^nt ia dfmandr quf 
prieède Vcffre. 

Je ne piiw pu t\m\ cj.Oa tmx toujours vraL Un artiate ing^ 
nû'ux itiverïl*' tiri ohjt-l il« Iim-, il IV^tViil»', il \v produit, il plaJt ; 
à rinstanl les df-nkiindes sans nombre 4Vfre»;ienl lui, il y «nliH- 
fait et k voilà riche. Il r^t vrni qu'au tnonKnt où la demande 
ft<i«s^^ Turl ilIspAralt, 

HOTES. 



Page 6L— Cîf tCestpai U nmintfnt du beau moraî^i fait 
trattaSUr routrirr, mai» bifn lapromcisc de vtngt-^uatrt vjm 
ppur ^oirr. 

Je ne sais si c'est le premier, maïs rcxpépicnw m'a souvent 
appri» que cr notait pafl toujours Je second. II y a tel ouvrier 
honnêle oi lelJement jaloux de sa réputation, qu'on lui oITrinit 
inulilcnivnt de l'Arg^^vU pour faînï un mauvais ouvrage. J en ai 
connu uû quiesccHIait dait» l'art de travailler Ic^ins^irumcnisdc 
la cbirurgie dont les opérations lui éiFLienl familières; quoique 
sa fortune fût peu conMdi.^Tnble ei qu'il y eût b^^aucoup plus è 
liagner à se prêter aux visions d'un mauvais chinii'gien qu'à 
fa^quer un bon tnsirumenc. une forte somme d'ar^nt ne l'y 
aurait pa« d^ierminC t i) ne ftcrait regardé comme le complice 
d'une operailbn funeste; il ne faisait aucune dinorcnce entre 
un ou\TÎer q^iî aurait fabriqua un pareil instrument, contre sc« 
lumière* er sa const^ience, et cdui qui aurait fabriqué uu poi- 
gnard destiné k tuer 1? malade. 

Pi(fe ft2- — !Taperçoit-ah ptuM dan* tes touffrancfg cHUi 
ALTf u^/r^j on «r aoi-tnéme m/fF, on derîmi dur. 

Je itf crui» pns que te »oil par cette rAÏvcin que le médecin 
ou W chirur^en s'endurcît; c'eM (jue la sensibilité »'aiïaiblit par 
rijabiiudc. Le médecin cesse de nuiipaitr, A peu pré» comme, 
dans une longue malarlie-.. In malade, et dans la longue infor- 
Ujnrjemalheurcux.ccsacntde »r plaindra, ou, p1u« nactcment, 
comme, â la quatrième n-présentatinn d'iinr* tragédie, le ftp«ct«- 
t«ur cesse de pleurer. 



tl& ftÉFUTATrOK DE L'OUVRAGE DHELVÉTIL'S 

Ibid. — Lit méchani* c^mtme ist b^m âohI «iwrj»^tMfw 
(f amitié. 

CL■b^^«p4^ul. C^p^nitani j'aidi; la jMîinuà concevoir atic^wri- 
uj}le ojiviiié entre les mecJiaDis : le mecliuii De voit gu^re duu 
la mon t\^ non ami que la prrbe il'ii» conlMkni de aci forlaîEs. 
Deo.t in4<hanH<!oLve^iisecramdre etnepeuvenl guère 8*8HtJawr. 

l*agv flA. — <h\ voit rfrj rn/anii fuduirt tif. nrt riMttJg en 
fiannrWttSj drt cerft-PohiiiSj iet itubtUtr tn tofdtus, ri prûimtfer 
airaf Uur mort pendiint dtêtr ou troirt mots. En iviin dirM'i^on 
€ne ftf fnfttntu nr rffl^rhiisrtU fioint lUfx doulatrs qu'éproi^ 
rmt rf-T imrcitt. Si le âtnU'intiti rf« ia fomjuttMlW teur Htnl 
aHMài miîurtl ^ut telui de ta rntiHffy il iet artrtirttii de* Muf- 
frttiifrs dr VirutectfTf €ommt ia crainte Uâ ateriit du danger A 
ta rtnrmdi^ d*w\ unimal /tfriVwj". 

La cominiïr ratio» ne mt* parait guère moi jul naturelle que h 
crsinie. L'une auppoac la coonusaanct «le la iJouleur, Taiim la 
coniiaisiiUiKC «lu pciil, 

Pi&{;e 67< — Ôu€i<fu€A officiai tfidtnl d^t tcldau aitiem^er* 

QtK'lle un v3iX la cnuse? Ne svrut-ce pas qia'«iijourd'tim la 
ciiiKipIme sert pJus que ViaidliifQfic^ «l le «Mirage? 

Je ci'oift que k- grni>ral sç soucie beaucoup d'être obéi et 
craint fort peu d'éire jugé. 



SECTION M. 
CUAPITBftS III A XVin inCLUâlVEMErtZ- 

Pagc 121< — L*auleur a tellemi^ni rr>rii]ilîqQ^ ta question 
Itix^S qu'après avoir lu lout ce qu'il eu dît, oci n'nn ■ guère des 
DOttoDs plua nettes* 

Je clt>unc le nom de lu^ à tout ce qui e»! a« delà des besiùtu 
n^e^ain», relativemeut &u mDg que tJtaque ciloycD ocoipr 
dans la sociât6. 

D'âpre ceiti> di^fiiiiiion l'histcdre du laie me paraît ^rite en 
grCB caract^reK au-<leesuGt d«â porte» de loutca là maiAoos de la 
capiule. 

Je divise, rçlaiivemcni au laïc, les cito^cmentroi^ctaftieft: 
des riches, di"* m%h pi des pauvn«. 

]] n'v u poioi de luxe chci le rtcLe, s'il ii'«eoonle4 



IMITULt: L'UOtiUt:. 



k\b 



goùls, k SCS passions, à m« fAntuisicSv rîcn qui CAcédc les juMes 
limitCA qtii lui Honl preecritf^ par &a rïchesdc II q <1c Tor ; quel 
emploi vQUtHjn qu'il en fasse, t>L ceiicst Je maUlpli<:r itcsjouis- 
wiice«T 

Il D'y & point di? lune chei le cÎEoifen ajao, &*![ if a ni goûi«. 
ni pastioniç, ni fji^iiaiKie-^ ruiiivux^. 

11 n^ peul y ;kvoir de luxe chez le p&uvTe, puivju'il m«nqu« 

te luie naJi dom- d'un u\age iiHenné ûe. mi îitnnw*. 

El qupllp pciii ^JK^ In rJiiLM^ ilf? cpt usage iii&enié, je iiciMk 
pas dajis uii ciUij^i*!!, iiiuis diCK luiiie mm imiion? 

Cellr cniji^? CeM le tiop d*îniporlaiiC4.- aiucliée ù la lirlK^NHr 
joînkî à uniï dUtrîtiutimi li-cip iii^f^ale dr îaforUinc. 

Aton» la Kciété se dUise ca dca\ cl&^âei : uitr da»47 irf»- 
i-troitc des cito^eii^quinuni richcH cl unr classe tr^b-nombreuse 
ilew cifoycrïs qui sont pauvres. 

Dans In prciiuOru cUi«^(-* h luxe est une o&tcnuUon de lu 
ncbcwe; dans b ^oconde, le lutc e»! ud masque de la miAêrt. 

Cfitie oeleLkatioH, pouseocii IVxc««,&iïiùi3<rlaTuincdu riche. 
ei, 4% 14, le puu liii liurt-^ defa grautles foriuiiee. 

Ce UMquo comble la misère du pauvre* 

Ceil? «sp^c de luxe Gstn^cetturcmeni i^iiivî d^ h rorrDplîon 
d4«m(i>ur», dtfUdâcodenc^dilgoûleide Eacbuiede idu^leftarU. 

fV une ftolie iHnulation il n'y a point dV-xtravognace^ dan& 
lesquetlea le nche ne s? pn>cipîie. poini de baBseâiïiçs auxquelles 
1^ pauvre ntr m; dtHiii'iniii»'. 

L'en^Tieur confond tous lefi rangs. Pour soutenir cet exté* 
rieur, hommes el firmnKT-^. ^ramh rrl prdu. lou:^ se proâliluent 
en cpnt nraiûère» divej^e:^. L'iadîgence est la xcule cliow^ dont 
on rODgiioe. 

On fait beaucoup de Malu», mais on les fait munai^fc*» ; on 
fait be4iUi;oup de tableaux, mais on n'en fait point de bonâ^ on 
fait beaucoup de pendule», de montrca, maia on Je» fabrique 
mal. Kien n*est d'utilit'>, tout est de parade. 

Si Too suppose une rL^partition plu» égale de la nche^e et 
une aisance nationale proportiânnee aux dilTérentes condition»* 
ai Tor ce^c d'$:rc la repr^^dcnialion do loutca Icfl sorte» de nM>- 
ritt, alora on veixa naître un aulre lute. Cs luxe, que j'appelle le 
Iw:», pru-luiru de» clïeU toui coatraiici» au premier. 




ut RÉFUTATION DE L'OUVRAGE D'HELVÉTIDS 

Si \t, f^mmc du peuple veut acheter udo robe, elle ne l< 
mandera pes Légère et Toysnte, |>arce qu'elle aura de quoi li 
payer durabk, solide fîtbie» mAnufictunîft* 

Si Ia raniaiâia lui prend de se faJrfi peindre, elleû'appeUst' 
point «n barbouilkur. 

Sx elle veut une monire, t1 ne lui suffira pat cpM W boaioa] 
aplati la fllinde k répétition. 

Il y aura peu de'cnnifK, niaU beaucoup <le vic«s, mais de cea 
vict^ qui font le bonïwur dans ce nwnde-<i et dont on n'cat 
cbâiié que dans r8ulr«. 

Je prose dnnr r|ii'i)n Miiiwntîn n'aiimt rim An niîetu à Ure 
qui- fit? tnt\ml]er de louLe «a force à b danmaûon d^r ki>« Kitîeia. 

Tout cela n'rst que rro^é, Dhaia je fais une noie et non pas 
un Trail^^. 

CHAPITRE ri. 

as ta roaMaiion aaa ravri-aaia. 

Page 90. — Qnelqius famitîn ouf pauè dant ime fîê. Je 
que le $9Î en toit b</n^ m^U itiadie H dé$tn. t/ufi rtf , au momeiÉ 
du débarquement i te premitr toin dect* famiilf$7 Celui de <wt- 
êtruirc fit* hutUi^ de défricher l'Htridtie du terrain nétrttsatre à 
leur subsiêtarire. Dans cff prerrucr rfwvtvni quetie* torti k* 
riche4*f$ dé nie? f^t réc&Ueâ ei te iratail qui U* prùdmt... 

Voilà d«e suppositions dont j'ai peine i me contenter. An 
premier moinoni il n'y aura point do ricbeeee, cliaean ctiltiven 
pour le besoin actuel, et le paresseux risquera de mourir de 
faim ; car, manquant de tout, que poinr^ii-H donner en édm/a^ 
dot donréiv qu'il n'aura paa recueilHex T Et c«lul dont lealm 
auront été les plus actib et les plus forta que fera-i4l du io- 
perflu de sa rt^'oltit? Mais ne rhiraiionH point, vi passona. 

Page Ûl. — Hn*e$t qu*un moyen de toustmtmm mprrraa 
dnptxîtmf dû tannée, t'est que ses kahitanu soient roonnr à 
Spitrlt. rftotfrrat ti sotdafs. 

Partout oh tout dli'ry4>ri e»t HoTdal it ne Taiil' point (TanDét. 
Une armi^ subsistante, quel qu'en ^t \v. chef, loenace la UliertA 
den autre» ciioyeas. Quand fa pr^xcnœ de rcnnenii ne Talge pak 
il faut que toUA ka habitanta Boient ann<b ou déaanné»; rrui 
qui aont en corpa ont trop d'avantage surcevx^ sont ùoi«a. 



< 




INTITULÉ L'HOHMIC. 



41" 



CHAPITRE VIL 

F*gc97. — * Je dirai k l'occ«£Ïon d*uD peuple gouverna p;ir<)ft 
rcpnéaenunls at par un inotiurque, ici que l'Angleterre, Viâé^ 
qui ma vient. petu-*iie viai«, jïeui-*tre fauîmi?. On îm»giiiiiîî 
qac h loi qui défendrait tïc corrompre les peuples, h nenneuL 
d6 a'ëlro conformt^ alnclemeiit k celte loi, et par conséquent 
tOBle liberté conservée d^ns la nooiÎD&iioD de» r«pn'!!te]iunt«, 
rtodnuont la nation Angbiiw U mieux gouvernée et la pliiA 
redoutable qu'il y eût au monde, L&-d€8atia je penMÎ que la 
représentolion ne coulant plus rien h celui qui ropréseniait, U 
repréventatJoncn »crail a d'^uiantincillviir marché pour la cour. 
On rt-pondil qu'alors il n y aurait plus que leâ gens de bien qui 
pussent arTLTor àUreprôscnt&tion; àquoi jcNrpliquti qucWal- 
pole avait le larif de loules leâ probtttM du royaume, et que le 
eeul elïet de la loi projetoo, ce corail do foire baisser ce toiif '« 

CRAPITRK ]X. 



Page i02. — Mail ii fst une uulrt $ourct de Vinégalité tU-t 
indttstne» et de h parcimùttic df4 pfrcê qui dcivrnt transmeUrr 
à JocTf enfanU q^tciqutfotA dts rkhf»it^.jf imma\i€A, Ve» foriuntx 
«M t/yilimnt ci j( fw v0tt p^t lommrrttt ^li^^•K' Justice et tn r«* 
pecidmi Ut lot malt de la pr^priiti^ on peut obvier à eetie esttsc 
delun. 

Bcponae. C'est qu'il n'y faul point obviar; c'est qee les for- 
toDe* Bcront reffitimement r^partie^ lor^ue la reparution seni 
proportionnée À l'indusincet aux travaux de chacun ; c'ofttquc 
cette in<^liu^ n*aura point de suite fÂ'^hense : c'eet qu'au con- 
traire elk sera la ba&c de la fi^licili> publique si Ton irou\e un 
moyea je ne dis past d'avilir, mais de diminuer rimporiance de 
l'or; et ce moyeu, !e seul que je connaisse, c'est d'&bandonner 
toutes les dignitoft. toutes le»ptaee« deJ'Élaiau concours, 

Ah>r« un p/^re opulent dira i son fils : Mon fila, si tu oe reux 
qoe des chAteaui, des chieiiA, <Ie« femmes, des chevaux, des 

I, 0^ fio r«pûnd pli 'JlfVfL^flinni l robfPvDUm d~H«EWiji]&. îl du fJd l'An- 
^^ffy* qtt4 pour miiLn|aar que I'4>t]li|EatioD pour Ivt rvprtetDlutlv do A'uaombler 
lAn|ifM>«v*lU(«UHqai IttO' Tvi »»puvl4QtiDlAr«td«ci4«Jdv npi^oiùt, 
II, W 



A18 RÉFUTATION DE L'OUVBAÛE D^HBLVÉTIUS 



f^^^ 



mttt délkaiSt des vins exquis, m !eft aunft; miis si la ts T 
UtiOD d'êire quelque chose dans la société, c'ai ton ftlkirt, 
n'est pu la mienne; iravmiUc le jour, inviillc la nuil, matruifto 
t<A, car avec touie ma fortune Je De ferais pat de i«i un huù«icr.^ 

Alors l'éducation prendra un grand caractère, alors l'eûfaotl 
en sentira taule 1'imj3UTt&iin> ; car %'^] diunand*^ qui cst^e qui 
est i^rand i^hancelî^r de France, il affrivaa Hotneni i|a'iMt hn 
EHDinmer* 1^ TiIk du mniurni^r ou du tâilleardB son pèrë, 
être celui deaoo cordonnier. 

Si les' concurrente aonc jug^ aut leurs nvmra et Teur^ 
mières* si les vices donnent aussi nûrcriKnt rexclusion qiK— 
rigporan<«, îl y ùira d'honn/Jeâ gêna e1 des gêna habiles. ■ 

Je ne prétends pas que ce moyen soit absolument sanii incot» 
Ténient, ni que, qnùh que .-wient Ich juges du mcriie, ÎJ d't aura 
ni prédiloctiOD, ni esprit de parti, ni aucune sorte de partialité; 
maifl il y a une pudeur qui même do nos jours eu a quelqoefrâi 
imposé aux miiiiairea, cl ]e ne pcnae pas qu'on os&l pn^^^nr 
un fnpon ou un sot à un eoDcurreni hoimëte et écJairé. Ce qai 
pourrait arriver de pis, <:'est quo, peut-éire, on ne nommeml 
paa toujours à ta place vacante celui qui en serait le plus digne 

U D'y a que le concoure du mMte aux grandos pi 
puîaae réduire l'or à sa juste valeur. 

Daoe cette «upposiiion je demande quoi motirétniige 
rait déterminer un père à Be tounnenler toute n vie pour 
cumuler que des biens et ne transmettre à Sûa fit* qie ki 
moyens d'ôtr^ un avare, ou un dissipateur ou un voInpIucviT 

£n m^me temps que le mérite sera plus booor^. la cup»lt# 
diminuée, le prii de Téducation mieux senti, lea fortunes «vooi 
moins inégales. Ce^ cITets dv^sir^ s'enciialnent nécossaifemcsl 
]m una aux autres, 

La seule licfaesse vraiment d^îrable eat calle qui salidaii 
tous \*n Iv^otns de la vie, ei qui met Ifs pères on état de doonv 
d'eicelleritA matues k leurs enfants. 

Toutes les conséqciences des principes qui prfcèda&taontb- 
cîles ii ttrvr. 

Sans de bonnes mœunt publique*, point de vrai goût; imi 
iostructi{»n et sans probité, point d'Iionneunt A poursuivre- Ui 
souverain peut combler son favori de richvsaea, mab ttoepcM 
Jliî donner ni des coQUaiNbaitceat al cfa la vertu* 



acoa«^ 



INTITUU L'HOMME. 



4tf 



CHAPITIR XI. 

P«g6 1Û&. — Les moyens cjue l'auteur propose pour pré- 
ywnÏT Yméf^Wîè d^ (onaue^me dcpUiseiit. lUgêneut lalîberté, 
il» iloïvenl uuire À rbdu&trie et «u commerce, ei donner aiu 
dloyens un esprit de fausseté i ils seront sans cesse occupés ctes 
BO|eDa de c^cber kurt ncheu^:» ei d'en dîitposer k leur gré. 

Pt^ 100. — Le ricke fourni du nhtamirt mettra toujours 
U superflu de son urgent à l'tuhat dts superftuité4. 

Et qu'importe qu'il ait df-H mA^ot^ Hur »a chcounée, poum 
^îû a'} ea ait point dan:^ dos inbuuauiT 



CHAPITRS XIK 

Pige 107. — Un peupU »*W4 ftrgent, s'îï ai Mutri, €om- 
munémrni est sans tyran. 

Je le CTois; maÏB est-il bien fadte aux nations de s'éclairer, 
kanfl un signe conventionnel de toutes lescJioscstiC£4^ssairc8 àla 
ritî Déiniîscc ce principe moteur, et vous en verrea naître un 
état de stagnation générale ; et cet état e^t-il bien favorable au 
progr^ de^ »civaCi^H. des arl3, et à la perfection de l'esprit hu- 
main 7 Tout à Theure vous ave^ défendu les connaisa&nces contre 
Jeao-Jacqucs, et voilà que vous ouvrcx la porte à une ignorance 
universel ie. 

GHAPITHB Xtif. 

Page m, — Ceiui qui peut Jonnrr dt f arpent ti'^n dctme 
pa» toujours à ia persûjine in plus ht>nn/ie. 

Et que m'importe qu'il Tasse des csitisxs. pourvu que les catûa 
ne fassent pas dofi mini^tresT 

On peut cerLainenicnt enflammer un peuple de la paasion de 
Ia gloire sans Tintorvention de l'or, c'esi-i-dire qu'on aura des 
sujets tr^Mliqneut, du» conquéranta, di^ ctievaiienr, des pala- 
dins; pottr dea savants, je vou!< cm défie, à moins que votre 
(>etiie colonie placée comme Lsc^d^mone, ne $oii environnée de 
Haiioo« ituiiraitvii : maL« alors sa durée «era bi«a précaire. 

La résclutiou générale de toutM W nations de jeter danala 
mer tout leur or est absurde i supposer. Il est donc bien plus 



m nÊFLTATlON DE L'OUVBAOE D*UELVËTtl]3 

raisonnable de réduire fs richesse k »s s«u1s avantages niti 
par une in^^tiluiiutï qui nVûg« qu'un ncie p;ir ri simple de \i 
volonté du &auveraEu; ïl ne serait ui^me i|iii>jiiioii que cIeg«D4-] 
raliser udb loi qui Hubsi&lc fJ^jà d&ns quel<|Eje<( ras ponicuïi 
où }es liODK elTritt vu »t)ni évidrnu. Toute» les chaires de ooi 
Fariill4^ ûh dnni «ml «luiiiduiiai^ an conrours, ^1 i\ n'y en 
fa» une qui ne soit remplie par un ïiwnnw. dt? in^nk. 

CHAPITRE XTI. 

Pnge 119. — Vumûur de targtnî €tt datmrtifdtMtûUnUf] 
du patnoiisnif et dr tu rrrtu. 

Oui, df l'nrgrni n-prfeentaiif de loui mMie, jetatciiffTle: dt| 
l'fti-gi^fii repr^M-nuEir des seules volupiéft, }e le me. 

Pourquoi vetii-on avoir de Tor. et puî^quoi? eorore de TotT 
Ccal qti'iivec d^ l'or on a lout : de U coofùdt^ritiOE), du poorCHi, 
de& honneurs, et mitnc de l'c^iprit. 

Ou'avcc de Tor on n'ait que leacbocK^ qui «e payent. el qat' 
Ton »oit privû de toulea cdles qui ne B'e^cofnpteni pas, ci l'or* 
fiera très-innocent; la hienfalA^ncc, rbumaoïlé, la comtnnéra- 
tioD en seront m^mc plUK communes. Aujourd'hui que TargeDC 
cA tout, on est et l'on doit être svjire d*un écti ; un éoi est trop 
de cboaaa à la fois pour on ôti^e libéral. 

Jo TIC sai» %i le ministère en Kcraii ég%leiiiciii «vitk^ maù if 
ne pourrait i^erdre de eee prorogatives sans que la natioo tu 
devint moins avare. 

CflAPITRE XVIll, 

Page 1^1. ' Qtii u d^iarc prottcttur dt rt>iwwir«j tt 
dMare i'mtifmi de tÈtûU 

Or, qui Af' dt^cUre ennemi de l'ùr. fian» reAirlf^iîon, ae d^elare. 
ou je me trompe fort, protecteur de l'ignorance. 

NOTES. 



Paffi iS7, — Le monarque doit iirt aturc du bùn di ut 
Celi me rappelle uu mot de TimpéraUJce de Ruaaie U|Ma>f 



INTITULÉ L'HOMM£. 



421 



Faîmnei étaii venu à Péierabourg nvcc un a«*ez grand nombre 
fh inhkAUt qu'il «vaii rmrupillîs en Angleterre. L'impéraince ka 
vit et n'en prit c^ue queîqut*!&-un«, «t à un prix très-modéré, 
ajoulant k ce Hujel que Païconei p^re fteratl nit^oiiient, rnaix 
qu'il nr con»i (livrerait pns qui? c^ nVMaîl pas elle qui payait. 

ibid. *— A juri tignr. rr.cminaii'tÀn U tuTr nninibU? A Vrtpi^ 
de mtirdksindUt itulfe sur Its Imulîqufjt. Plwt crt miirt^mntiUt^ 
tofû ricfifs^moinJi il y itdf proportion danà la fortune des viloy f tu. 

Au lien de dire plun ces msrtli«T)î1îaes»onL riches, il eût {h^ui- 
étre étd plus jiifile t[e dire : Plus ces mjifchand!»e^ »iuL niau- 
Taisf^. et plus elles affichent !& richesse; plus les fortunes sont 
ÎD^leA, pluA le Itiie de misère est éiendu. 

Les boutiques où les marchandises sonl vraiment ridies-sonf 
ta petil Dombre et peu frcqueni^e^. Colles oii la richesse appa- 
rakie des niarcbandises sert de masque À la misère sonl aana 
nombre, 

Pa^ 131. — Qu'an an^aniîue la moitié dcx ruheuts d'une 
nation^ n l autre moitié est à peu prè" éçalnneni répartie entre iom 
ift ritoyeruy rÉtaS aéra prei^ue également heureux et puissant. 

Je doute de l'un et je nie l'autre. CoinnK-nt reslcvail-elle 
aussi puissante, si les nations circonvoisiTics et nvalcsoiit con- 
»enré lûiiU: leur nchc^Ae? Conimeni serait-elle au-^»L heurcuM, 
si des jouifisnncos âont moindresT Et dlles \ct fieront de tout ce 
queUmodiciicdc la fiiirtuni- ne permettra pas d'appeler à grands 
friisdeA contrées (^loi^nt^s. 

On ne boît RUôrô de vin de Boui-ROjîTie el de Champagne dana 
la Suisse. Diminuez la richesse de« Suisses de moitié, et Tot y 
en boira bien moin*. 

1) faut à une contn.^, dit Hetvélius (pape 13^), ou de l'ar- 
f^ent, ou l^loisdeSpafle, ou la danf^er d'une invasion prochaLne. 
Les Iota de Sparte seraient la ruine de la nation, s'il «tait possible 
de les y inlrottuire. C'est Helvetius qui le dit. Le danger de Tin- 
rasîoD sera donc d'autant plus grand que la somme de la richesse 
«en moindre. Comment o-t-il donc pu assurer, paragni|>heprvc^ 
deni, que si Ton Jetait dtfut la mer la moitié de noire or, noua 
n'a serions ni moins ïieureux ni moins paU^antsT 

iBfcrf. — /.# crime le plm habiftiel dts ^ojwai^mfntt dt 
tB^n^pff c'ftt iew arîditA ù s^apprcprier tout Tardent du 
p&ttple. 



fc22 RÉFUTATION DE fOUVBAGE D'HEiVÊTIOS 



:i 



Oa «xroU U diligence des ^>àll«f en les cfaitrftat tTune 
partie df leur cire et de leur miel. Pretiex tout, el les abeille* 
i{uiiienilarache^ pteDet-en Lrop, les abeilles rcAtenl et ODCvireiit. 

PagclSô. — L€thonnfur$ sont une monnaie ^ihtiHnettbûim 
$cl<fn U plia ou U moîm de justice atec tofUtUc m to «ÙJEr^itf. 

L'aviii&scmentdcs honneurs nibl d^era^ produit ta monl le 
m^oK dr-ct que )'&Ucr*tïon cle« monnves tu pfayaiqac* 

/Airf. — A quffîie came attribuer l' extrême puin4ince de CA 
giefern? A $on ^t^tajcrnement. 

Htit à quelle c«um tttnbucr b pauvrth; do J'Étosm et de 
riritnde, et l'eilraTtganc^ de la guerre actuelle contre les ct)h- 
nies ^ ? A l'avidité des commer^tuiU de la awtropole. 

On vante cette nition pour «en patriotisjvte. Je à^te qu'oo 
me montre dans l'hisioire ancienne ou moderne un exemple de 
personnalité naiiocaleou d'anti-paiHotiitme plus marqué. 

Je vols ce peuple soua Vetubl^me d'un enfant vi|[oureat qui 
naJt avec quatre bras, mah dont uji de c«k bras amche les trou 
■utreï. 

Une autre obaervation qui Lâche encore k mes yeux le carac- 
tère de cette nation, c'est que ses négrea sont les pli» malbeu- 
reut des »^[^*h. L'Anglaiïi, utiriemî de la lyrmnniv cbet lui, est 
le deapote le plua fi^riMi's quand il eu e&C dehort. 

D'o6 naît celte biiarrerie, fû elle est ri-^le comme on n'en 
aauraîl douli-rf Scr «ïcilAgi^rnît-il au luin tW rfTinptre deta toi 
qui le tient ct>urbé di:tA sks riiyi-.ntT Su inin-tiancelr senît^ltr 
auKsi celle de Teaclave d^barriAsé de sa chaîne? ou ne tervKV 
que la JKULte du mépris qu'il a om^u pour celui qui a h bcv- 
dc ae aoumellre i TauLûriié arbitraire d'un maltrvF 




SECTION VIL 
CUAPITHE 1. 

Page 139. — Lorsque lerol Jacquee disait qu'il était 
<rèlre i la foi» bon ditologien et bon sujet *, U répétait le pii^ 
verbe qui dit qu'il est difficile de senrir deux maltrea à U Isit 

1. La fgprrc d'JnJ£peod4aoT oit Yi*i9r^tmcr. «aOMAA |*ipp<idlia i aw ^ t »* 
1» ■oiu da twjjurLlD Utnat iniiltJi^lB fiutn-lîaJi d'AmMqttfr 

a. BdiéllUB riti n mfnifl no^ foat pounf ^m N roi liigoM ■ 
a l'haaiaai «m prctivt. 



INTITULE L*HOMye. 



m 



■r 




K 



CHAPiraK IV. 

Pl^ IM. — La doctrine dtt jétuiiet fdooriêaît le larfim^- 
cfjrendant le nuignlral qui la corvùnitTut par d/cenrt ne 9 Hait 

\ni aperçu qu'eilr tûS multiplié Ir. lUitnbrt dr* fiiotu, 

C'ttt qn'iJ esi une multitude de fîloutenefi domeatiquea qui 
oe rteonent point k U r<innais»jLiir« du m«^MrAt. 

Un pr^dicsleur du v^l rt^nfcriné dans une espèce de boite oik 
il poHe à l'oreille de moD valet oc me semble point du tout ud 
per^oana^ indiiïireat à I& sûreté de inà perftrtnnt et do mes 



CHAPITRE ,T. 



ITnt% oWrrftiion vraie que je n'ai lue dan^ aucun autour, 
e'esf igu^un oiiDJui un jacobîu, un capucin, un «utre inoinH, van» 
UDicr l'ordre; au lieu que rami d'un Jésuite était l'ami dea 
jésuîtrv, La plus petite partie repré.s^niaii le tout. 

Page 170. — Ici Thuteur esi d^aïusti, li n*£*t point de muâe 
à laqueUe on n'ait érigé un temple^ point de wienee fu'on n'ait 
cuUèoée dam ^uelqtàe académie-^ point d'académie od Von n'ait 
pf^poeé quelque prix pour la solution de certaine problème* 
d'opiiqne^ d'agrindtaret d'atironomie, de mécaniquef ei<r. Par 
quiiie fatalité i«i êeienvee de la morale et de la politique, les 
plia importante» de totdeë celles gui contribuent le plus à la 
félicité nationale^ sont-elle* encore sans écoles publiqutst... 

Ce morceau no tient ni & c« qui procède ni à ce qui suit, et 
l'était pas êàoex aaillant pour te c^nAerver aux dépens de la 
lïaiaoïi des idées. Cet endroit n'est pas te seul où l'on suntc ce 
déEaut. Quand on est instruit de la monièrt de iravaillef de Tau- 
tet:r, on doit Être surpris de ne pas le recnnnaltre plufi soureat 
danA M>n ouvra^. 

Page 171, — Lea lois monastiquea diraient éirt las plua 
parfakftt, j'eo conviens; pour leaplusdurableei je le nie. Il n'f 
a de durable que ce qui est confomai la nature, qui ne oeaa» 
de réclamer sea droits. 

Ni Helv^tiuft, ni aucun des é<n\aîrs qui l'oni précédé on 
Buivi, n'a bien connu le caractère primitif du Jâtuitisiiie, 




iin RÉFUTATION DE L'OUVRAGE D'HELVÉTIIS 

LorsqulUsc prcscnièrcnt cq France et qu'oo leur deouadï 
ce qu'il» étaient : réguliersTlb r^poiuUreot DOfi;séculicriT Ils 
i^poQdireal Don, et ils &vuiciii r^aoo. 

Ltur fondateur ^laic un tniliUiro. Leur îmlituiîon fut mîli- 
lairô : le Chrmt fui U cbef de U troape, le g^otM en fit k 
colonel i Je reatô fut ou €a]>iuiiie, ûu Ueuteouii, «a sergent ou 

C«la fait rire, moi» cela n'en t»\ pas inoms vni. 

C'était ua vériiable ordr^ <ic chevalerie. Kl quela éu*efit la 
tnnemis qu'ils avaient à combatir^rr Le diable, ou l'inci'édvlît», 
le vice et rigiiorancû. lU rai^aieiil dea^ mî&Eionft aux enviroot ei 
tu loin contre rincréduUt^. Us précbdeni claos les villes coatre 
îe vice, ils lenaîenl d^n ^oIm conire l'ignorance ; toua mar- 
dmieiii sou» I^tejulartl de la vierge Uarie» la Iiulctnée de 
saint r^ace. 

Ajf^uti-3: qLielV'tabliueineQt Je cvi oitlrr ftii |>rr«qij#* imm^ 
diaL au lf?(ii]m de lacbevmleri« evpognule, th^ paladixi» cl 
dDn-quîchotiisme. 

n PK n^ta fil? IV^prii du fondateur que le faniliune, 
avaïeiii ie.î)«iiiieiii dr^^'tiéré hiiuh le iroiAièm« g^énUi, tja'xin 
de leitn Juidr^iiM n:nvatii!4, dmit !e nom ne me rcïvieut |>aiK, Imt 
dUajl : « Vous ^ie& devpims amlNtienv ^i pofitiquis: vous ceu- 
ro après IVr; toum mt^priHcs Ic^s rtud«« et U \vitii; lous fr^ 
queuieï les i^randH. Voua xnn^ acbeiDÎnei ai prompiemeni an 
vice et & la puissance, que I» souverains désireront %oire eràu- 
tiou et ne »uront comment i'e&écuter. » 



NOTES, 

P^ 173. ** Il e?U vrai que U loi milifaire rxxilrwnt on 
soldai & fuûlTer son compagnon et son ami*: oiaia c'cai une 
loi ainxe conire laquelle ou s'eAt récria de tout temps. 

Eat-il justft de tvprocberà une nation le nce d'un état par* 



I. ItoliAlu» pr^land que niT« Id < ne |v<auifl pfti Hir U pan du wtmtmwtmmi 
aa pand napt^i pr>iip l^miii« «i rûbduann k e«iui lai {de la |ttri4« MUtt] iw 
pinda tadr«Mit peur »n tni«. • C<*% iiD« r«fKinH lui uitl^ac* liiw cai«v «b 

I^JB ptvpU d'Onsta Cl d* FjU4u. ■ 



iNimjLË riioMMC- 



A» 



ttCulierT E<utl juMe de reprof^her ik un âîëde police une lot 
oublie daoa un temps barbare? 

C'est une f&çon d^ raUoTin^r aussi eingtiliëre que celle d'un 
historien qtxl ^rHemhnit prtmvt^r [Mir l>irmpli' du BrutUR que. 
daiiK 1e« (ireiuien temp^ Je itouie, leti giëres ou ii'ïimaienL pax 
leurs enfants, ou les aimaieiil moins que la patrie. Il n'y avait 
peLlf-^tri? pnrinî loii« \vv, nUtyrus rpir rrl humnii' mpahl? ÛK stm 
aciioii li^i\){(|ue ou féroce ; It-iuiiTiemenl géii*-ral 4iu'ell*- niUï«i \e 
prouve vavz. 

Cf. »ftrail Iri-îs-tmil jtigi^r il*- lV_tprîi fr<'nr*rHl *î'uu pt-npli- que 
de ooQcJuxe ho. force ou u fjiililejtMa, U ptJtcib^ ou U torrupLion 
de s«s itifvurs, m ricbe^ac ou sa pauvreUr, des Aciîona de quel- 
qu<-.H |virtii:iili(?ni. e?t ûr. dire : a ,\pirJii.% ne IjiiHsa inounr de faim, 
IMTCG qu'il i»e Jl) ^tait plus podavble de vivre avec huit ou oeuf 
ceat mille livrrÂqui lui restaient; donc un Homain, alors, ét^it 
dtos la miaère avec ce capital, u 

Iài4. — iii(-it un in$tftH( où ta Uberif de Ihomme puisse 
tire rapportât aux différentes opératiotix de son âme? 

Cette phnLHQ e»t louclie. 

Page *74, — // n'est prexque piu un saint ifut ntfU mt foi$ 
dtau $a vie lavé ses Jruitns dans U sunif humain^ 

J'ai un souverain ini-pri? jkïut \c9 saiold, msi» je ne puÏA me 
r6v>tHtre i Ie9 calomnii^r; à rnoiiitt que par It? au»t<-nti^'â qu'ils 
ODt cicrcées aur eui-mâoicâ et auMqucllcs ils en ont encourage 
d'autres par leur exemple et leur conHctl, nu ne se croie auto- 
riBéà les reganier comme <lcs«uicid6fi ou des assûâsins, el c'est 
peuMlre li U peoaee de Tauicur. 

P^e 177. — Pourquoi si peu d'hommes honnéies? C'ett que 
l'infortune poursuit presque partout la probité. 

Il n'y a point de peuple si f^Di-ralement corrompu qu'on n'y 
puisse trouvt>r quelques hommes vi-rtucuK; pamii ce« hommes 
▼ertueui iJ n*y en a pcut-^tre pas un seul qui ne fût pan^enu 
aut honneuni et k la richesse par le sacrifice de sa vertu. Je 
voudni^ bien savoir par quelle bixairerie ils l'v aoat refu^O^^, 
quel motif Ils ont eu de préfi>rer une prabît^ iadigeiUe et obscure 
au vice opuleui et décoré. 

ibid. — Il est vrai, la religion fait restituer un écAi, mais 
eltc fait pojgitardfïr Henri IV. 

Pige 179. ^ Je ne puis me dispenser de rappetar id le 



I 



W AÉFUTATION DE L'OUVRAGE D'ttELVÊTIUS 

discours que J'ai eniendu tenir à un docteur de Sorbonne, 
c'était Tabbé L'Avocat, biblîotb^Ain? ck U niaiï4>n. Dmm et , 
lemps le ganfô c)«fi «ceaui Machatjlt a\ali pmj^ié r<-itiiiciioii ■ 
dts immunité eccléïi institues, n Voifk, disait t« docteur, une 
qu«r«l1«T qui «vrail bîcnlôt Bn'tv, ù y^tM% k U place d« lai^ 

— Qtte fi^rîiU-vûUsT 

•^ Cr que jp frrairtT j'irai» trouver M*" de PonipadiMtr et jo 
lui dir&iâ : Madame, voua vives dans un comroefce scandaleux 
Avec k roï; je voua avertie qut* si dan» la huitaine vmu a'ém 
pnn rentrée dans la mu^n de votre épotu, je vous 
nierai . n 

Vh^ 181. — 5i /( iottrrrau pfut tonl sur U4 armées 
grand prince, H peut iûnt tur Us villet. 

Un ^rand prince, dîtcd-vous. Uelvéïîuâ! ditea un cranil 
scélérat, un CL^â^r Horf^ia. Malbeur à la nation gouvernée par un 
eouverain, je ne dis pas qui fie conduit par de pftrcîb pnn- 
cipea, mai» doui Vimt crucNc i»t c»pabZ« do tes concevoir', 

Pafçe 182. — te ditpotismê du chef 4a jétuiU* n^ pMf 
iire nuisible. 

A Kon ardre, j'en conviens; mais À la eociâtéT voua ne le 
panseï paR. 

El %\ le fioiiterain s'avisait de p:mivenier non einpirt d'épris 
leâ principes de U p'>titique jeanitique, comvvnt «eroycs^von 
que J es autres cuverai na «'en trouytnieotT 

Une nation où tous les &jjers ^er^ieni dan? la main du 
verain comme le bàlon dans U m^în du vieillard, où le SOQV»* 
rain comnuuideniît à Iouh mïs sujets comme le Vi«ux de ta Hofr- 
IflgiTFi mmmandAil à se^ Tannliqu^. eii^rmînemtîaceanflBMHBl 
ttiui^K \vi^ autres TiniimiK nu rn srrait inofssaminent «vIcnaÎDév. 

Que dr meurtres, que (riui.saïkninatH je vuîk cociunùl quellm | 
rivîfereH de ^laiig je vois couler de tous c6iès t L'idi^ seule tn'oi 
fait fr^jnir. Un pareil monarque scrwt-il menacé par un de s» 
voi<itns d'une guerre? jiMte uu injuAteT il n'aurait qu'à dire: 
< Qu'on ailliï le liter.., n et à l'iafilAOt il y aurait des mHHaivdl 
braA k ses ordres^ 



I. L'ittribntloa do c«tu nAilaia à un srvnd prine* CFvMlrle Hj a M 
4aaft Um Hiiiaa* «ubt^uunte* de IH^mimt. t( la pbtvc ■ 



INTITULÉ L'HOMME. 



m 



3BCTI0N VIII. 



GHAnTl£ 11. 

Tai la ce ch&pîirc ^yec le plus grand plAttir-, 
Je o'u pu la foroe tie le cooiredire en forme, rnoû je crains 
bka qu'il D'y ait on |>ea plus de poésie que de vèni^. J'aurm 
plna de coùûàoce dans les délices de U Journée d'un cbarpe»- 
tîer, si c'éi&it ud diarpentier qui m'en parfit, ei non pas un 
fermer général dont Ic5 bru n'ont jamais ^prouvt^ la dureté 
du boasel la pesanteur de la bâche'. Ce bicnhcurcui cWpen- 

, tier, je le vois essuyer la sueur do son front, porter i/ts nuim 
•arice baDcbeset Houlagerpar le repos la faille de des rcàu. 
bsisier i chaque infilanit mesurer avec son compas J'épsiascur 
de la poutre. Peut-^trc e^i-îl Tort doux d'élrc charpentier (ni 
•deiir de piL<irrt<, mai» franchement Je ne veux point de ce boD^ 
hour-IÂ, mime avec Ta^reablc souvenir, à chaqtie oottp de 
Cignée ou de scie, du payement qui m'attendrait à la fin de mê. 

Jo-niée, 

^P Toutes ks »ncâ de Irevmux so<]tageni ^^emcait de leEiniit, 
mail tow ne toni pas ^ui. Je n'aiine point ceux qui «uèDSot 
rapMsDeot la vieiJIesse, et ce ne sont ni les cnoins utiles, ni 
let moéos communs, dî les mieux récompenM^, 

La fktigue en est lelICt que Touvrier est bien plus sensible à 
la cessation de son travail qui l'avanxage de son salaire : ce 
n'est pas sa récompense, c'est la duret<^ ?i la longueur de sa 
Iflcbe qui l'occupeni pendani louie sa journée. Le mot qui lui 
AcJiappe lorsque la cbute du Jour lui df- la bêrbe de la main, 
ce n'ciMt pa« : ■> je tais dou touctMT mon argent... a c'est : > m'en 
VDÎU dooc quitte pour aujourd'hui, a 

Et TOUS croyei que quand il e«i île retour cbec Tnî, il est 
bîeo pressé de «e jet^ ^itlrr Irv hru de » femme T Vfiua 
croya qa'il y estt sunkî arrlrnl qu'un oûif entre les bras de aa 
maltresseT Presque Uius les enfants deftgeoa de peine ne se font 

^^nc le matin d'un dimanche ou d'une ftle. 

^f Tai pourtant (ait une r^périenc^ que je vais rapimrter : Ott 

^^* GOndura tout ce qu'on voudra. Je rVTenaî« du bots de Boo- 




638 RÉFUTATION DE L'ÔOVMGE D'HELVp-TICS 

logne avec un ami. Cet amt me dit : « .Sous allons renconim- 
des cuToasea qui voqi à Versailles; je gage que nous ne wsrrvfis 
un visage «^n dans aucun... « Tous en vUei avaient ou la 
l£le penchée iiiir la poilHfi«, ou le corp» Jeié dans un dea 
angle» de leur voilure, avec un air plu» rêveur et plun soucieut 
iiu« jfî ni- KAiimU vous !e peindre. Mnis en n'tnl p»% tniit : c'eal 
qui; plusieui-H de tes iriJillif urt-tin <>ri:t]ptH k Aiier la iwene le 
long de» bords de la rivière cJuniAJent, en mordant avec 'pp^ 
lit dan» un morceau de pain bi«. Donc, i&e direi-rous, ce der» ■ 
iiîer éuil pluH luHii^iii cjue It- premier? Ouï, ilans re mornefii*1à, 
ce jour-U pcuI-éUe. UaU nous ne paitoQs ni d'uu mocoefiU fà 
d'un jour. Le acicur d« pierre adait h pierre loua les jours H 
ne ch^nutii pa.H mua le^ jours. L'Iiainme de cour n'était pas tmii 
le jour sur lecbciniii de Versailles, n'y ^^ll^^ P<^ ^'>^^ leajour», 
et n VtAÎt pa^ toujours iriat«, aoil qu'il y tlUt, iwit qu'il ea 
revint» 

Si le adeur de pierre a reasenii moins depeioe d'une veine 
(ic pierre très-dure quu le couTtisao clc^rinadvtrtascc du monar- 
que ou du sourcil fronce de ^n niiabtre, un reigard du mocor* 
qpiC, un mol favorable de son ministre a rendu le courtisap plus 
JïeuretJt que le scieur de pierre ne l'a iié par une vdne leôdlt 
do la pierre qui diminuait sa fatigue el abrégeait son travail. 

Jenecroisp&it d un autre cMù que* ce seignctir qui cal privé 
du souverain bonheur de souper dans Ica petits apparien>cots, 
soit asAiii ffatisTaii A »& table ov A celle de ses antô , malgré b 
d^JicAii^Kc des mets et la varii^ti^ dce vins tes plus exquis, qua le 
scieur de pierre, de retour du port dans sa cliaumiire, avec « 
cruche d'eau ou aon pot de mauvaise bifire, à c4té de sa femme 
e[(]ese« enfanté. 

HsK si l'un eBt malbiiureux, c'est qu'il a la ttte mauvaise; et 
qu«; la religicn, Tbabitudo de la misère et du travail, avec le 
meilleur jugement sum»ent A peine a l'autre pour le n^oncilier 
avec son <^tau 

Enfin, Uetvétiu», lequel des doue ai nieriez- vous mieui éM, 
ou courtiM» ou scieur de pîtrre? Scieur de pterre, ne <tirei- 
vouât. Cependnui avant La Un du jour vousseriex d^Ûté de U 
ade qu'il faudrait n?pTepdre le lemlemaio ; et vous auriei bïeo» 
tAl envoyé paître et le monarque, et son ininîatre et tome la cour, 
ai votre rdic de courùiian vous déplaisait. 



I 



INTITULÉ L'HOMME. 



B3t^ 






Croy»*mi>i, huit oucfh heures (ti« scie voiu «urvrat bienlôt 
ftdoud lea ennuu deVOEiM^Bœuf. 

Je Bais crts-bien que cbaque Aiat a «es disgrâce. Je lisijs & 
ïnxe nm, jr rdÏNiiis A ireiiic, daiiit Hoircf*, que nous nt? »en- 
lODs bien que l€« peloçA du i}Aii<'» et }<?r riais et de J'avocat qui 
ftnvir IcHort <1p Tagriarlti^ur, ^^^tl^î ragriciili«urqui wnviw 1^ sort 
du »iuiincn;aiir c-l du r.r}iimittn;Hnt rjui i^uvÎvî le^tirt du stildat, 
64 du soldât qui jure et temipêie confie les dangers de son mé* 
Uer, Ift modidt^ ûv i^ paye et la dureté d« M>n caporal ou de 
Jion CApitninfi; nvtv. umî rtAn jrt m'^ïmi? iiiiett\ ^trndu nniiclift' 
iBiumeot dftDH mou fauleuiK me^^ lideaui lir^ monbûnnei l'eu- 
fonc^ Aur tes yeui, occupé & décompcMcr des ïâtt^, qii'â btttre 
lo ciment, quoique je ne (n^sf. Aucune i-/>mp;Lrai'iun dt' !a r^rî- 
mande du piqueur el de la satire du critique rongf^ d'cuvîc et 
plein di* mauinisc foi. GcrlAincment un <o\^p de Kifllet au ihc^ 
tre fail ptuadeniftl àmiauietirquedix coups de bJlion n 'en foDl 
su munouvriLT paresseux ou maladroit; hiaih, au t)nut de huit 
jours, l'auteur »kfl1^ n'y ptnf^e. plus, el If^ plâtre péde toujoufs 
4îgftlfiiicnt sur ïca «gaulée courbées du porteur d'oiscftu^ 



r 



CHAPITRE ni. 



Page 193.— Vennuicêi un mal prtêqueaum redoutable que 
tindifenct. 

»Vo9l4 bien le propos d*uu hunnmc riche et qui d'o JAmAÎs itt 
peine de mt\ dincr. 
Je vois è la préf*!rence qu*Elelvr^lius donne 4 la conditioD du 
Tftlelsur celle du mAllrr. qu'il a i\jk bon iDBltrc et qu'il i^ore 
U bniiAliK^, tA dureté, les humeurs, la biian-triç. le despotisme 
^de la plupart des autres. 

^B Scrrir est la dernière des conditions, ot ce n'e^tjamaia que 

^vt pAr«sse ou quelque autre vire qui faa^e b&lAuocr entre 1« 

livrée et dôs crocheta. Pnmque ayant de.« «'-paules fortes et des 

I jâfTcls nervcui \\% ont mieux atmi) vider une chaise porc^-e que 

de porter un fardeau, c'est qu'ils avAienl TSme vile. 



w 



IL Cûrt onf plwirbu orrindlfl viftf |*ini unique h aniclo droll pi>ar rpimlr Is 
■«nWr, IJ«iJt hnL< IhM t fodc ptttïrria riunAdi «iir rha^po «f4al« rtu ffoujaf qui, 

Uur^ «bL r«uMe, d, par »ul(«, r^iymolviia aiitrn»i. 




430 RÉFUTATION b^ VOUVRAÛE D*H£LV£nDS 

Ce D'esi donc point le grwjd nomhrv des r«h>ts, c'c&i \e tr^ 
petit notnlvre de« În^iik qui dciU élouDer. 

/JffV. — T)e toutPâ les réflejnons qui ft« prdftMiteiil &ur t«Iter 
pag^etKur U suiviuitc, juti'en féru qu'une, c'fst qu'il ]r sbetu- 
cotip d'étotscUnHlatociéléquîaLcâdfintde fali^uCt qui épubeot 
pmtrq^lt-mc;iJl le^ forces el qui ^brég^ot la vie. et quel q^e lOtl 
le salaire que vous atucbi» ïu travail, vousu'empécbtftiiiîU 
rréqucnce ni la justice de la plainte (le l'ouvrier. 

Avez-voufl jamais pensé à cookbîeD de malheureux Texploî- 
làlJOQ des milles, la pr^p&ratioD do U chaui Jcc^nisc. le tnnfl- 
port du bois Hotte, la cure de» ibeses causent deA inlimiUs 
eOroyableset douBËiil la morlf 

IJ n'y o que les borreurs de b mitère et VabnitisseawDt qû 
puissent réduire Thomme à ces travaui. Abl Jeta-^icqiKS, que 
^"oua avei mal plaidé la cause de i'ètat sauva^ contre l'étal aoàaJ I 

Oui, Tappélit du riche ncdjfîèrtpoist de l'appciit du pauvre, 
je crois m&ine l'appétii de celui-ci beaucoup plud vif et plui 
mû; mais pour la santé et le bonbeur de Tun et de l'auire. 
peuMtro fa^d^Bi^iI mettre le pauvre au r^^in» dm riche e( le 
riche au râfi;iiDo du pauvre. C'est Toiaif qui se ffngt de Oïeu 
succulents, c'est Ibomme de peine qui boit de Tean et nuogc 
du pain, cl tous le» d^.^ux périssent avant le tenue prescrit par 
la nature» l'un d'indigesut>n» et l'autre d'inanii>on. C'est oeluî 
qui ne fait rien qui s'abreuve à longs traits du vin g^néreiit 
qui réparerait les forces de celui qui travaille. 

Si le pauvre etlericbe fiaient également laborieux eifrugaU, 
tout ne serait pas compensô entre eut. La diffâreoce dos ali- 
ments et dcii travaux, de^t aliments pauvres et succuleoia, ém 
modùT'bt til cuuiinuSf meiiraivnt encore une grande différeoce 
entre la dur^ moyenne de leur vie. 

Ou ]iniw^2-vous de métaux, ou permeiiex aux mines d>ire 
pesiikûtieliest. 

Les mines du flsrli rec&lentdnnH leur» iinmetists pfofimdsilis 
des milliers d'hommes qui connaissent À peine la fuin&M du 
soleil et qui alieigiimit rarement l'A^ de trente ans. Cest h 
qu'on voit de* femmes q^î ont eu diniie maris. 

Si vous Termei c^ vastes lombeaui, lous ruines if tai et 
voua condamnejc toua len sujets de ta Saxe ou à mourir de tnm 
ou à s'expatrier. 



I 






i 



tritiruLÉ L'HOMMi;. 



w 



Combien d'ateliers dans la Kruice même, moiaa oombreiu, 
mais presque au^i fune»te$l 

Lonque je repasse en revue la multiludc et U variété d«f 
ctttMS de Ja di^popuUtion, je suis toujours étonné que le nom- 
bre dw noîâfiaQces excède d'un dix-Deu\ième celui des morts. 

Si Kousseau, au lieu de dous pr^cber le retour daimlafor^t, 
8*«uii occupé i imaginer une espèce de «ociété moitié policée 
et moitié sauvage, on aurait eu, je crois, bien de la peine à lui 
repondre. 

L'boinme s'est rassembli^ pour lutter avec le plus d'avania^e 
contre son ennemie constante, la nature: ma:« il ne s'^i pas 
contenté de la vaincre, it en a voulu triompher. Il a trouvé la 
cabane plus coinmnde que Tantre et il s'est logé dans une 
calorie; fort bien, mais quelle énornie iti^iUnce de ta cabnne 
au pslai>ïf t>Jt*il mîttirx itniiH ]<■ paliU que dans la cabane? J'en 
tloutr. CiMnbien il s'est donné de |Mfiti('> |miir it'ajouler A «ni 
aon que deasupcrûuitéa et compliquera rîiifniï Toiivrage dv aoii 
bonbcur I 

Helritius a dit, &vec raison, que le bonbeur dVi opulent 
était une machine où il y avait toujours k reifAÎre. Cela nm 
semble bien plus vrai de nos sociétf^. Je ne peise pas. r^unnie 
Rou-vtrau, qu'il fatlùileis dt^lniin^ qiiAmt on Ir pourr.tir, mais je 
sttia convaincu que Tindu^irie de l'homme est ailée beauc^Hip 
trop loin, cl que si clic se fût arrètéi^ beaucoup plust^t et qu'il 
fut possible de simplifier non ouvrage, nous n'en serions pas 
pJus mal. Le chevalier de Chastellut ■ a tr^s-bicn distingué ua 
rtg»c brillant d'un règne heureux; il serait tout aussi facile 
d'aostgaer la diiïérence d'une socii^K^ brillante et d*u»e société 
heureuse. Hcivétius a placé le bonheur de l'homme social dans 
ta médiocrité: cl je crois qu'il y a pareillement un terme dans 
la OTÎliaation, un terme ptus conforme à Va felictio de l'homme 
en ^n^ral et bien moins éloigné de la cortditjon sauvage qu'on 
ne l'imagine; mais comment y rrv^nir quand on s'on eei écarté, 
eoouMQt y rester quand on y seraitT Je l'Ignoro. Hélasl Tétat 
•edâl sVst peiït-eire achemina à cette perfection funeste dont 
DO«s }ouixMi><i-<>, preHqiïi- auW ti^ceN^irfmirni que les cheveux 
blancs nous couronnent dans fa vieillesse. Les li^islotcun 

l. SHioê MU l]vf« ï Dt It l^tictU putltqtèÊ {Amttar^Aat, 117), t t. io-lj. qu« 
VcU»f« mctult »a-d««u ^ VEtprtl été Jou. 




m h£rCTATION bZ L'OUVRACC D'HELVËTIUS 

«■cî^OK n'ont i^iMiiiU que Filial ^auvatge. tn If^slateur 
plus éclaire qu*€ux. qui foadcmit ur^c colonie dans qu 
roc^iîn ïgnon? de la tfrre, imurfîmii peut-être entre l eui s>u- 
va(;e et notre merveilleux ^tnX police un milieu qui rctardcriJt 
Ic3i progr^ de renranl de Proin6th^, qm le garentiniil du vau- 
tour« CI qti Dicrail ifaonomc cirjli»^ entre rcnfanee du sauvage 
et notre Uccr^itudc. 



CUAPITKI; IV 



I 



Page in. — Vidée de i^rft/ et Vidée dé bonkatr w dénati- 
rmi à (a ton^Uff mait ce tera Viturre du temps et m/ine <f Ai 
i<m^ tempt. 

1] n»e «enihftî qu*l)e1vé(îus tilt ailli^urH que cette ctisMcîalîon 
d'l(l*.^es sera l'uiivrage d'un îq^i&oI, qme le i^ran d*8 qu'à parler, 
et qu'elle seiafviir^^ 

Ibid. — Muix dti meilUurf9 ton éi/Miaj t'imoffim^'^m fvr 
$/ins être égtdfmeni riehes on puinjintSj tes hormrtet w rroirom 
Igaiemera heureux? 

}'v\]it'rif.nc.K df^ |keiiih« ilc ixitrt! éinl cl rigtioranoî dn 
fmnv!» de l'état d*autrui ne minjneiir^Jni-i'lles pist i «i^partr 
j'id^tr iIb l)oii]ii^ar de noue inédîotirité de Tortune, et A rattâe&or 
â l'iik-c dt^ la puLt«ance et de la richcsw dont nous somiBn 
pri\V.%? Si c«ta cat, tm hotiite^ luis auront servi à peu de 

^0I| cerle&. L idée de bonbcur ne s'aasocie pas A l'idte de l'or 
ei de» digiill au fond de« forAtA oCi il n'y a ni digniti^ m or. 
Mu» CEI fîât-iîainhi au centre d'une Hooiéié où l'enfant cl riuNUBie 
du pcnipic voicm sans cesse autour d'eux, A leur porDe^ A oAtt 
d'eux ce» (antr^mes du bonlieurT 

T<jus nos clogeade l'élat hnaihle, de Télat ai»^ ont-^bper- 
suad<5 A UD seul citoyen que cétait celui du bonheur, et étcml 
dans son cwur la cupiditt^ de Tor, Tanibitiou des boiueunT 

CnAPITIIIÎ V. 

Page 198. — Partout «ù tet ciityyem nontp^ùti depêfi 
^urerncmeittt oU tonte émuitttion a/ éteinte^ qiUconquctst 

1. Vûir pliu biut, du^ ii At l« aKlIoil tV. p^ ÏSO. 



inriTULÉ L'HOUMEi 



W 



d€$sui du buoin e§t sorti motif p^ur étudier éi p9ur sit^ 

t'auleurvi\«itdaD3 une contrée celle ffu'iï la dti»igi». Il étdt 
ftu-de^us du bc&oin, ou il «'c&t iontruit sans moiif, ou ïl y a 
encore dôâ motifs <1g n'inRiruire. 

/Mtf. — Trop paroifuj^ pour ûîUr au-devant du plaitir, il 
poudrait que U plaiwîr Tini nu^evant de lui. 

Les ex^mplea de ces pare&soux-là no sont pas communs. 
L'auieur applique & une classe nombr€us« dhomni«>Â » qui ne 
convient qn'k un Francs apoplectique eX Mupide. Les «utr^ 
me paraisàeoi poursuivre l'amufiemeiit et le» ptaitûrs avoc la 
jDfent furrur qu'Us fuicDt Tviinui. Latieigneot-ils touJoursT Ce 
n'est p^ œ iIudi ïI »'agic, 

laid. — Oti ti^h-kappê à Vtnmii qu^awre dês chfrttttr, dtM 
Menj, dtà Hpiipttgrfy des njnrtru, dtx musiriens^ dn ptintrt*^ 
rf« tiéituuirts, de* fHtn ei dea tptviavUt. 

Eh bifn^ l'on a loiit rcis. c( Ton se ruine. 

Ou ie ccmiiui» mat Iim ïioiitni^Jt, i>u tout cela [page ll^] me 
Mtiikbie outr^. J'ai souvent ent«adu parler de malheureux qui wt 
ftoni tu^, jamais de riches qui aicat terminé leur conùi par c« 
moj'cn u sûr et h\ couru 

CfîAPITREg VII ET TIIP. i 



page 200. — Ce n'e^l pas toujours l'babîmdeqQiMtA l'aube 
d'un beau jour sa fraîcheur, au kvcr du soleil mù éclati au 
dkaul du coq, «u murmure des eaux, au bêlement du troupeau 
leurs sensatiom agréables -, c'c^st que l'&mc du possCMeur de CC8 
biens est malade i c'est quo, travaillé de rnillB passions folles, il 
arrive à 4a cainpagQû comme le diable de Hilton dans le jardin 
d'tideii. Tro'ives. si vous le pouvci, l'eUi^ibore qui purge son 
cerveau derang<rt et vous restituerei au spectacle de la aatiire 
dea charmes dont il ne se lassera poiat* Tous fatigua des fri- 
voles atDUsemftDts de la ville, «'t^rient avec Horace: Ormî 
qiÊmid0U a$pitiam} û ma terre! mes champsi 6 mon parc! 
qqaad le reverrai-JeT tous les revoient et tous y prissent 



&8Û RÉFUTATION DE L'OUVRAGE D'IIELVÊTIUS 

d'ADOui. C'est, Tïie dirti-Vou.H^ fjui- irms u*^ MrfJit pus n'y oocn» 
p<T comme Hor&cc, et vous nte moulrcre^ par ^otie r^|>o!is£ c|in 
les miEurs d*florflc« oe vous ^oot paA fni«Dt connurs que le 
caur humain. Le poCtc <[uiitaii Rome, persuada que cViaJi on 
doi^^ âofk foyer niaûque, ou »ou» le tilleul qui ombrageait u 
fonlaiuc que la muse et son génie l'ailendaient; on enUaût 
dans sa maille M^na'ndrc sur Arisiophanc cl cclui-cî aur Pbton^ 
à àon départ il avdt annoncé à aen amia non pas un, mab 
plusieurs cticfs-ti'oiïuvco ; il arrivait, il joutssftil àià repos et de 
l'inDocfînce des cbampB. Si M^^ne le rappelait k ia ville, il ae 
coarrouçait contre son bienfaiteur, il s'indiptail qu'on crikl avoir 
acquiïi ia lib4>rt« par de« richesses, il offrait de lea restituer ai. 
Ton y avait mis un ai haut prix. h% saiaon ae passait, et S I 
repAi-ftÎjKait mtr^ %tit ami« «ans avoir ouvert nn lifre, aana avoir 
^rii une ligne» Peui*^ire que par un séjour liabîiuel le po&t« 
eût oublié Tan des vws à la campagne, sans y éprou%*«r a 
inatani ir^nniii. Cependant, qni fut plus rtdKrchd des grandi* 
qui fut plus corrompj par kurs faveur»' qae ca poêt«f M cai du 
imea au fond dnvjudTea il reste jn ne uis quoi de sauTa^, un 
goût pour roisivelP, ïa fmnchiwî el nr»i»^j>»>uiîanc« J15 la vie pri- 
mitive. 1Î5 se scntL'Dl toujours éU&Dgei'A dîna lea vitlc;», ih j 
prorTi^ncnt un itecret dégoût qui oe»se par mtervalles, maia qin 
ne tardp? pa^ k renaître, et qui renaît quelquefois au milten àts 
distractions Ic:^ plu.*^ violent*» et les pba agréables. Sî c'est 
un po£le, il attribut son malaise à'dee împortunitcs qui Tem- 
p^chent d'âtrc tout à son talent ; il a'cn délivre, iJ aVloigae, la 
voitii iteuT. Que fait-iif il orrc dans lea champa, il a'élead nem- 
chalamment aur Thei^dcs prcs; Il passe des heures eniifcr«à 
voir couler un ruiaaeau; il n'arrête près du paysan qui laltoint 
et a'entretieat avec lui des travaux rustiquca; il a'issied qua^ 
quefoia à la table de ses vaJeta, il aime leurs propos, il inierroga 
la femme de basse-cour sur ses oies, sur &es pigeons, 
canarda; il ordonne à aon jardinier (Temmeublîr un 
lui parait éptiiM^; il fouille quelqvefoia lui-même la péed fuB 
arbre qui languit; î] projette une pompe qui elèxe Ic« eaux df 
son puits et qui soulage û femme de f<iD janlink'r de la fatigue 
de la tirer ; il rend visite à son curé et ne a'en s^re gu^re tam 
s'être informé dea pauvres delaparobae. 11 fait tout, exccf>téh 
chose qu'il était reou faire. 



I 
I 



INTITULÉ L'^HOMME* 



A» 



CHAPtTEE Xn. 

Page Î05, — Je rçnconmi en voyage ÏAiy***qui passait 
ta moîlié de l'annOe à Paris, le reale k Londres. ei qui paftâi^ilaît 
ë^1i?ineni hïi^n le^ lanj^ues des ileui nalioiis. Je lui ttemandai 
ai lea mœurs des Français lui paraissaienl pTits ou moins (or- 
rompues que le« itxeiira des ADglats; elle ne r^fjoridil <pie la 
seule difTërciii^c qu'elle ) meltJiil, c'est t^iifî le vîr« de ses coa>- 
patnote.«i lui pairaîssait plus gto!âier. Elle ajonUÎt «".nriDrc que 
c'était là m^uvfiîde compagaie des fenkEnGB qui noua perdait, i*l 
qu'au contraire dans sa parrie la compatir dangereuse pour un 
bommc élait la mau ' fse compagnie àt» bomnifJi. 

Page 205, — i«, ^nmensont doncpri^s tU éc pritcr-avec 
/gard à U tnatf $ittuttion H'tm mfmstrt €i Sitrt peur lui moîru 
difuiies. P€Vt^trff n'a-t-on rttn à toir reprocher sur c€ 

Si cela n'est paa de mauvais ^ût, on conviendra du moàns 
que ces g&îet«£ atotrastent un peu avec la gravité de l'ouvrage. 



I 



CHAPITRE X». 



Je traiterais volontiers avec la même sévérité tout le chapitrd 
suirant. Quand j*aî lii au fnniiiipir^ ei quand je I» au liauC de 
la p>|£<î de Viiomm£ ri dr sûn Murutton^ je 5i]iâ itn peu surpris 
d« ltr«, cbapiUe X : Queiie tntiitre»iecoiwiftttù VoUt'f; Je ne knIm 
plus si Taulrur cM wi ap6lrc âva bonnes ou des mauvaises 
nueura. Jeot)U que soa ton aurait été 010111» licencieux s'il eût 
prCBseoli l'avantage que ses ccncmLïï en prendraient contre lui. 
D y A plus d'un endroit dan* son livre ihtu 00 peut ^tre scai>- 
dalt»é ftaiis ^trc un bigot» Quand on attaque len préjugé» reli-^ 
giewu on ne saurait avoir ni montrer trop de retenue. 

Page 5<*7, — li fuat des roquctUt «itr oinf* tt de joiitê 
filles AUX > ..uplx, La chaue des fanmrt^ comme tfile du ^ihiett 
doit tfrc diff&rntc *rlon U frmpt qu^tm y veut mrttre. S'\f p€ui- 
Qn donncrgu'unc heure ou dctiX^ Oji va au Uré„, 



jrfjn U fOMnnifmvnl vk t'vn ait tt tt putU t9^m v occvpt. 



M AÉFCTATION DE L'OUVRAGE D^BCLVÉTias 

la f€mnu ûdr^e te fait hngt^mf^ <ûurir par U Htmth 
tri.,. 

Une frmmf ttt une table bien $crffu qucn voit d'un m( éi(- 
féreni avani t>u apré» U repat. 

Fi, II, r»yez-moL louies ces gn>«^cs poLi&sooneries-tà. On K 
los permeUr&il à p«ine itâr la lui d'un ftoup«r, encore fautlxul-il 
qu'il n'y ^ilt poîri de femmes. 

J>a ijis ftuUni dv lu pige SOS, 

Ptgc $09. — Ijiis^ïiti toufe» ce» geniî1kefii««-U i nos imi{»(ks 
petJu portes de ruelle; elles Ȏeni mil dus la bouche d'un 

L'eii^ie d« [ilaire à luul fe monde ■ fail dire bivn âçi cbobcv 
frlvaltisA cel auleur. 

CHAPITRE XIK 

Pogc ^10. — A<w femmrâ aUff^uent-tiiti m crriain âge. 
quitUnt-tiUs U rouge, to nmanUf U$ 4pectMcte*? dltt *r /wtf 

U me semble ^ue cet usage cojnmencc à tomber et f^ue aas 
femntea ne prennent m si fréquemment ni m prompiemini k 
triste pai-ii de la dévotion. Elies reslctii dam k moode, ctltf 
ont de rindiulgenofî pour \e^ ainuRementH (le U jeuncfi^i eOn 
louent, elle» causent et ciruent bie», |>arce qu'elles pttrlnt 
d'après rexp^rienceielles\oDtàl&cAinpafine, aux promcntdo, 
aux spectacles: elle» m^di^oni pt^u. Leur occu|>atioii prtDclpde 
est celle de leur &aiiié et l>iude de toutes les peiileit oommo- 
diiésde la vie. ENeti gardent le rouge, et au lieu d'aller pleurer 
lejn; Koiiiwcs passées aux pieds d'un prtrre, ellefl en rient artc 
quelques amis utliiDefl, Cette molutlon* si loulcfon die est 
râe1l«, est U suite du mépris général de la religion \ elleaoat 
cessé d'y croire dïD<i la Jeunesse, el elles ne petnreat pli» t 
cbercber leur consolation clans la vieillesse, Aulrefoît, on iJIki 
A la mcs^ au sortir de-K lira» de si>n ama&i ; aujourd'hui, w 
l'on jy^ Ta pntnt à la mestG^r, »u, si l'un y va, r/«»l par 
pour ses valets, cyjnlrainle dont on s'aflrancJiit de jour en 
L'incrédulité est aussi commune cbex les femmes que chu to 
bomme», elle y eitt un peu moixn raisonnée, mai* db j tVi 
prasifue anaat ferme. 



INTITULE LHOMMG. 



AS7 



CBAPlTttE Xni. 

Page 2IÎ, — Lt brou ccue à la longue de fétr^pow mot. 
Je ne croîs p^ cela. O qui €»t vru reste vrai, œ qui eM 
boo fi« e69dc pas de l*Mrc. le beau c£l touj^un» beau. Il n'y a 
que ma fiensfttioii qui vnne. Je pitô&Q de^anl la coloLinado du 
Louvre sans ift regarder, co est-elle moins belle pour moîF 
Nullemenu 

CHAPITHB XIV, 

Page 220, — Helv^tîua suppose ki avec Lcmgin et Boilcaa 
une beauté dans Homère qui n'y est potot» Homère ne dïtpta: 

Gnnâ Dïfsu. cbasso lt nuit qui Doua coaTrc lea yeux * 
£c Gombitta cctotre doqi t li cluté (Ses cieux.,- 

II dit ; Crand DirUy cKtutf la nuit q\ài nou* counr Ut y€tix^ 
€t li ttt ai riiùtu de nous perdre j ptrds-rtûui du ntoifli à te 
cUrté dfâ cUux. 

Ce passage devint, il y a une vingtaine d'années et plua, le 
sujet d'une discunsiou ax^cx vive entre le ji^uite Bcrtfaier et 
mcH*. Je ^mifuais i\\it l'Ajax de Longin et de Boilcnu n'était 
qu'uD Impie, et tpie l'Ajai d'Homère était pieux et touchant. Il 
m'aiTÎva ce qiû arrive presque louiours à ceux qui ne se poa- 
aMent pa» a.'^^iec, cest de perdre une partie de leur avautage. 

Je voudrais bien savoir ce que le Journaliste m'eùl nïpondu 
SI je lui avaÏH dit : Eh bien, mou pfîre, Ajax. à votre avJH, est 
dofie un impie, un sublime impie qui dofic Je matirc des dieut? 
Ccpeodaot si doits toute lïiiad€, Ai parmi tous led hi^rm jj^reca il 
y en avail un seul qui, sur le point de Ë*Bnifa{;Qr clans un com- 
bat pèrilloui, invitât l'arma à se mcitre en pri(7rc, que peo- 
Kriex-vous de ce h^rosT l'appel Ieriex-\ou a un iïupioT seraii-ec 
l4 le caiaetère que le poëte fte aeniit )>ropoâ4 de lui donner T 
VoQS aavex par cc^ur, je n'eu doute pas, tous les noms des chefs 
de laCrèce; comment sppelei^vous ce1ui-U7 £st-ce Achille, 
Agamemnon, fairocle, Diomède, Aj4kxT CertajnemeTii ce ne peut 




ut RËFUTATION DE L'OUVRAGE D'HELVÉTIVS 

6tr6ee ddmîer; il aeiul trop absurde que c^lul qui e'ulreaM 
SèrcfDCDt à Jupiter et qui lui dit : Prends tofi foudre cl coialnto 
contre noua.. .dltàJVmée: Je rua combalirci mes amis prosier* 
oeK^TOUB dCTADC Icâ clicij:i cc priez pour moi... Le milittirv qui 
de no* jour^ en ferait autiinu montrerait plus de rctîgk» que 
de bravoure* C'est pourtuit Ajax lui-mime, ai conséquent dam 
Honràroàson r6lc. Au pied du mont Ida, voici comment il parle. 

^ Bal à>i.^aÂinT . Hik wti<4 fciCifui Iv-TTft' 

« A1ton«, mn amis, tandii* que j'endosse ma cuirasse, 
S€z-voua au maître de» dieux; prîei^le à toâx b««io afin 
liw Truyens an pui»Hsnt vous enl^ni^, ou plui&t faiiea voin 
priait- tuul h^ut, car iiou^t uv iTuignons qui que ce soit. ^ 

Ou vous AVez mal entendu le po$(e. ou le poE^ie a mai $oa- 
b^nu le caractère de aon hén)«. f'hoiiF^'sspf, Hais il ci'f a pa» fe 
choisir ; la faute n'est pas daua Hum^i^, irnÛK «laii» \v% outtuneoia- 
teurs.SeulcmcatilnefBUtpaâ confondre l'errettr d'un bomauda 
g^nie. tel que Longin ou Ekiileau, avecrtmpeniiienc«deickBécfai. 

ClfArtTRE XY. 

Page 223. — Quand une maftrfai^ n'eM pas noucvUr, ti at 
a^riabh de »e tr^ktver au raxdcz^voui qu'rlU a donné tide or 
fy peint trouter. 

C€ propos du prudent HéDault est celui d'uo booBeqDJ 
n'a jawiuH aimi^ que de jolica pécores. 

CHAPITRB XVII>. 

Pa^ S-26. — Il me semble que rauteur n'attache pM aan 
d'imporlance A plusieui^ qualili^ rares satts leaqueUea, M- 
lefoia. on n\y:nt jamaiK bien; la pureii^ de la lanfôe, le cMt 
de l'expression propre nu fr^^rirée, sa place et rhamooie. Ba 
paysan, un bomme du peuple aura des idées forte, ilfi il|W 




mTITUU L'HOMME. 



Ut 



mis il Duii<iuor(t dca ifUAlitàs précédente» qu'on n% 
tient point ijel&n&tur^.m&is que l9goùi«eulp«ut donner. L'ul 
<l>cTiro»'flipprencJ,€elui île p«nseretd<î Mentir n«»*af>|>rendçu«». 



I 



CHAPITRK XX. 



Plgc 2W. — il ne fmt fii'im mûmaa pow admirer; il 
faut un tiifh pour faitt dtt ^hoie^ admirûbt^s. 

Oui. pour admirer sans jugûmenl; m^ il y & des ntorce^iu 
et sculpture qui m'ont vrtt6 àm bcunect entière» ; je û« mt 
sois Jamais lasse, je oe me lasserai jamais devant le Laocoon, 
j'y soulTrirai loujour» on le regardant, €t j« m'en arracherai tau- 
jourv avec peine. J'ai lu ec relu vingt Ibis Homëre; il y a des 
pagv d? Buiïon dont j« n'ai peut-ftre pas encore M«ii toute la 
perfection \ «ion Horacif est tlh^ ft mon Radoe «ai aafâ. 



C«A?ITAË XXl^ 



^H Page 240. — Je no peoae pas qu'il en soît de la Jouiflaauce 

^^'tine bolle femme comme de la peinture de cette femme et de 

ta description \olupiueu&o de« pluiàirs qu'on a irouvt^s Bur son 

eein : la jouxEsance eei plus vive, rimai;® dure plus longtemps. 

Un aniab^ur ^t pluK fiili>l<r à gon table-au qu'à sa maîtresse. Uji 

bomme se blase plus vit^âur le^ objets des sens quun bomm« 

de bon godt sur le» îmitaiions de l'art. 

^L J'aime mieux changer d'ennuis comme le riche que de souf- 

^Hîr lf>uJ€iurt la iiiOm? puine comm^ le jounifilî^r. J'nimf! mieux 

^B^urir, même saiu succj'^, apr6« le bonbeur. que rester à tjb\é de 

^rînforiurH.^ H dirr In misèrf. 

»Batvucr * mauru( d'rnnui au wilttu dot dHicrt, 
Je n'en crois rien. Boimîer s'ennuya tl mourut de maladie. 
CHAPITIIB XXII. 

Page 212. — Si la fHuité Hait tonjoun r&mpaffnr du p<m- 
w^iry qu^l hoKtmr eût H^ plut heureux ^uc (c ^alift AMoutm- 

t. Ap r4l4l4aftf «tfiUA/df f'43aa«i. 

1. alpliav arall'tl tyrai un BïaïulL. qi)4 lA fi^t 4» ttridwH* rfuli 1» wn- 
lUr. Baaakl Auii rnnur^ 4o Fcinniu, d« «mAnm» dfl «p»eiael«Éi euibearvui 
ipfll aidr« J n^rkU rka à (Holrar. » Sk rffvvtiAr. V. »tir Boaoier, tvun^ ia 



« 



UO HÉ^TATIOK 06 L'OUVBAGE D'HELVÈTIUS 

mart! Cepmdmt ivlU fiti Vinaa-iption qu'il fii çra^r tar te 
tombe: ^^ Honneurs, richesses ;puiM«nc< »oiiverarK, J*ai jout de 
tout. Estime et craînC'des pnncta mes canlemporains, ils ont 
enm^ mon bonht;ur> ils ont ixé jaJoui de m» gtotre, ils oqi 
recherché mon urnitié. J*ai, dans le cours de ni* vK,exactemeat 
marqué tctijs lea jouis où j'ai goûté un pUi6tr pur et Têhiràle, 
et dans un rû^iïe de cinquante onnOes je n'en ai eoinpt^ (]t]« 
qualoree... n 

Le calife «vsii calcula sus jourode* comme lous ceax qui w 
p1aif;neiii de la vie, par \^ grands plaisirs qursûnl assez rares 
et par ieg grandes peinee qui le Mint un peu moins. Si Tureaiif 
n'avaii compte qu'Auttnt de memeots beureux qu'il pouvait 
compter âe batsillea gagndfâ, Turenne aurait pu dire conuu 
le celife : Je n'ai en que qufttoTïi* Iwaut jeum. 

Ibid. — On rttj dit-^orij bîrn nourri^ àtfn eoufké à ùt B^t- 
tiVe, r! VoTT y meurt de vkngrin. PourqvciT C*nt ^'on ujf 
vaqur point à srw Qccupationx nriiirtaire». 

Ce n'est pas cela. C'est qu'on n'eNt pas maJtre iJCj vaquer 
OU de n'y pAt vaquvr ; c'est qti'rn quelque endroit que l'on soit 
f»n l^y ci^ouve mal, t\^ fitl-e^ que pour un jour, lor^|u*rMi n*ta 
saurait soriir. C'est qu'au moment oA un despote voua dît : le 
veux que lu restes lÀ... il vous nunHie au caractère aauva^ et 
primitif, et si Ta parole est arrêtée. Ier<rtir répond tout bas: je 
ne veu« pas rester. El puia^nc dirait-on pas qu'on aioutceqai 
Tait 1c bonheur d'un bomme aen«ihTe, honnête, compatissant, 
studieux, actif, lorsqu'on e»t bien nourri el bien cotidié? L'au- 
teur ne sait po5 que celui que raulorjté lient dans une piûon. 
innocfîni ou coupable* tremble pour sa vie, etquil n'y m ipiele 
liberté qu'on lui accordera qui puisse le détîrrer de cette ter- 
rible iuquiûiude; il ne sa|l pas ce que c'cHt que l'id^-e d'ueif 
détention qui n'aura point de fin, et il n'y a pa^ ud dos bmI- 
heureiu i^enferméÊ ii h Butille qui n'oit cette idée. 

Pag^ 213. — La condition de rmrmr qui, par tm /nrrai'' 
modéré, pourvoit à tei besoins et à ffux df m famille^ até 
toiitrt trt fonàitiom prîit^trt la ptui httirfUM0, 

Toute ondiiioti qui ne permet pas à l'homiM de 
malade sans tomber dana la misère est mauvaise. 

Toute eondjiion qui n'sKsure {>as à l'homme one 
'lans r^ de la vieillesse est ni^nvaUe. 



INTITULÉ t'HOUUS, 



U1 



peiit peuple perd la pi^n;pm'iîve vITroyaUe^ de l'hApital 
00 ft'il tu vijil wins ru èirt- iroubl^, c'câI qu^îl ti%\ nl>riiti. 

Tout ce que l'auteur dit t;ti do^e de la int^diDoic^ sera 
«Dtj par tous ceux qui m prouvent k malaise. 



Mém 



NOTES. 



^V Pa^^î< — îci l'auu-urplttîdv U caii«e du divOTre, maisuD 
peo superficiel If-DDCO t. 

Il n'a paa coD.sidéri^ qu'aprfe It» dîvfïrre les f.rifaTils itp peu- 
vent guère demeuiûr sait A cûté du père, soit À câié de la mère 
Mfla itre malheureux, 

La mort exécute ici le divorce. Sî le Aurvivaitt p»fi^e i du 
Dourcllcs noce», que doicriRCiit Its enfanU du premier lit 
mêl^ avec I^^ eofantH du sc^,ond lit. sou» uii beau^p^re ou une 
bcllc*mèrc7 On le saiL 

Le di^^rce qui reatime à deux épons la lilïcrt^ de ae rema- 
rier, exige donc que lea cnfnnts leur soi(;nt soustrAtt5. H eûge 
donc des tuteurs. 

Qui cbargcrc£-vi>ua, sans f&chcuHc cousécpicncG, de la tutelle 
des enfants T 

ItieD de ai difficile que de trouver de bons tuteurs. Le 
itrat e«st le père de tous. 

fUre du divorce le prix du mente eel unea^Rurdji^, Est-ce 
que le soi o'eat pasaufisî malheureux avec une mauvaise femme 
que rbonkme du plu» gmiid g^nje? Yi^i-ce que la ji>uii»anc« 
n'amène pa« le deget^t également pour [ous7 Est-ce que tous 
lea mariages ne «ont pas indiïtincit'meiit expofti^ aux incempa- 
tîbilii^ de caractère qui font le supplice de deux époux? 

SECTION IX. 
CiTAriTBS JI. 

^îçe Î63, — Lonqn^uae famiïU dimîrme, pourquoi ur r A//v 
rait-tile fuiâ p^iriif dt éi* prûprUth à dn ftmiilUt rottinet ei 
piuâ nombrcuAtâ? 

Pourquoiîc'eii queteite cefision forcée diiposani du fruit 
de mon indtiatne bica&e le droit de propriété. C'cal qu'elle 




Uil ftÉFUTATIor* DE L'OOVRAGE D'HELVÉTIUS 

an^uitit tome indiuine. Dcm&n<l<^ aux pèr» qud c^i Tobji 
de leurs tr&raaxi ite tous rêpondrant. Je bonheur de Jeors 
enfant», 

CHAPITRE IIL 

Puge 271. — aiia de moins ^nvU qut U t^lmt ^m 
Uiirt ou ttun Turam, Preuve du f^eu de fOf f w'mi en fait. 

Prrtivf^ i\Q \% difBcult^ d*y atteivclr^. Quel est rbomiDé 
v&ici |iûur «e dire secr^f«^irvnE ^ lui-nifme ; Tnvull«, « 
vAÎIbnr lu Mens Voltaire ou Turenne, Tu n'as qu'A )e voutoir, 

Coil liîrn Itr mntminr qiiW sedil; H it rir fjiui qitt* Ir rr^ 
souvenir «J'une ués-ïieEïe paf^e andeiuie ou inmtenie j^ur faîrt 
Ivmber U plume d&s mains. 



CHARITRI IVt. 

Toutes les vi>lonl^ individuelles août ambuUtoirea. mai« 
volonté grncralc est permanente. VoilÀ la cause de ladurétdc* 
loia, bonnes ou mauvaises, et de la ^îm^iiude de» goùu. 

Page 274. — I^të hît nuinhia wd iât ou tard aMîf*^ 

Il naît un homme éclairé qui parle, et sa voix se Tati eDleodiv 
sinon de Sbrt conteiDporain», au moitié de ses neveux, 

filles De sont pas toujoui^ abolies, iDai« peu k peu «fLet 
tombant en déâuctudc< Telle eat la toi aur l'adiUltrc, et cettt 
déftuÉiude, e«t l'dïci naturel de leur vice. 

Paj^e 27ft. —Je ne blânvî poioi les low de Lycurgoo, jv ki 
croia seulcmeoi iocompalibles avec un grand État et arec m 
Ëtat eomroerçAOl. 

cHAPirne v. 

P»g#» 584. — r/amour ^^cn aff^Hr pottr la ctfrfv <£« Ut 
CûtIiNei df*poti^Ufs ttt toujours faux. 

Je n'en crolnriCD. Moins commun et piiupArillenx, tt jdM 
être plus admiré. 



U Dfê9ram€W»*ê4^<ÂanfiêamjUtA^rmé$40MtlMUmdm9mt$êm> 



INTITULE L'HOMME. 



Ma 



CBAPITEB VI. 

Page 2Sk, — Le Ughiat€ur ^uî donne HaUU mppots tous 
ttê hommes mithanU. 

It DC crois ptis ceU. Si le m^di&Dt |>ortAtt surdon Troni im 
c«ractte visible qui le di:sUiig^iÂl, k lôgi^lalcur Ti'»<jrcsscr&it 
plus ses lois qu'à c«â 8itt;inAUdés< Il sait qu'il y a dm mœhamts. 
il n'y a aucun moyen de les discorner : iJ r^d aes loie géné- 

P^çe 286. — L'Ort paraft sacrifier^ mait i'on ne Mcrifie 
Jamait $on bonÂeur à celui d'autrui. 

fit que lait dooc ce Curliua quand il w J«tie cUds ud 
goiLifref 

CHAPITRE XVIII 



Pige >20- — JUi jwflvr* r/ fc* «cf <>(u dté animaux prou-^ 
vmt qu'iUtûmparaU, qu'iU pcricrU df* ju^cminU ; iU êont à 
cet igard plus <m moins rai^nna^ts, plue ou moim rttscm- 
btéutis à Vf tomme, 

AprCf4 cei oveut je ne convoie po-s camtnejit HolvÉlius «ccorde 
t&Qtà rorgaamtion <l&Qa la coinp&raiaoD de rhooinie & l'ani- 
oui, «t comment il peut rMairc son influence à rien dans U 
conpanîaon de l'homnit- a l'hoinmc- 

Page 521, — H fuMt que U ruiionnttmnt par fe^ei j'ai 
déiruiî Ir pr^ptffè Hfi rfvfnantg, pour opérer son tffti^ sf pré' 
sentf aussi iw^itueiifintnt tt aussi rapidrmfnt qus U prijUff 

Si quand cela serait, vous tranblerirtz encore, Est-cç que la 
peaa^e a quelque pouvoir KUr le mouveoiÊni intérieiu-T Le lie 
»t pria. VotiQ idia dit : il n'y a polni de revenants; non, il n'y 
a point di^ nrvenAiiix; ei voire cœur tw mitibl^r, et vua^irai)lo?i 
s'émeuveui, et k fri^âunnemem «s répand dans tous vod oheai- 
bivsi, vuusavei p€ur HoblH<î«*«n moqufî ciir lui-tnCitir, kb frayeur 
Im Uit piiii^; et va frayeur dureV 

i. a^r^ n'aifiutl point Hd^bH. qui \«\ni mHliilibi«; il prtuqi! c^ Itt phtLo- 

■MlVHBl oMa 4iwlJAn Ih^ quil d^ul m Mrs ajad, H'^ *Iuo ^ avytacm fc 
ItoiaiivIiudiiblcrivaflMuiivcwvdqueiKC ai c a m i f da h oaïKigfmo ■o OUu- 



tàh REPUTATION D£ U'ÛUVftAÛC D'HCLVÊTIUS 



CHAPITflB XIX. 

Fogc Sîî. — Cf iir»t dotèc tfue l& forafreatitm ou la périt 
d^ rjrtraiu àr naixMinrf qui rfin^i jïpMr /r noi/r du rvturîrr^ 

Qui rr/utrmit U titre de grntttUûmme à relui tjui^ ptv dn 
extmilt de oaiMunw^j de cireonciiion ou de bitpi^tne prouttrait 
une diJffndance en ligne directe depuÎM Abraham ju$qu*à lui* 

Cdut <\m aurait une iKtlioD pr^ne de la n«Me»e. U 
noblesse DG commcDCC cju'aij momcnl du litre aoc^rût par k 
souiefuin; cedi ou la récompense d'un »enic« ou la naanfje 
de fta faveur, La distinction des nobles cl des roturiers est de 
Douvcllc date. Le roturier A<lain mit au raoDdc le premier rol^K 
rïer. Le patharcbe Abrabam fut roturiert Jésuâ-ChriAt fui rota- ■ 
rier. Je croîs que Toppo^ih de gentil est «rf/ec que le premier 
serf qui nii^i(a par «luehfue Rrando actitMi, non pu d'ttre 
affranchi, mais d'être considôre i l>l^ de sou E«if^etir ; le pr^ 
muT KoMai qui fui Havù nu rang iln >^on clM;f fui 1« preiBiCf , 
;jHiii!homme. La noblesse n'est m plus ancîepD6 ni plus uui* 
V€ll9 que le guuvemi^meni fiHidal. Il y avait daiw Aihéiwc dei 
RSf:]ave4 et d^s citoyens ; a Rome des esclaves, d$s ainvKhia, 
des citoyens ou plébéiens et des patriciens; dans les Gaule* 
llhreK. des chefs ti des aoldata; dans las £aa1es, apr^ la do»- 
frtiction de IVnipir« romaiii et leur [livwOQ entre Iti dxft, 
barbares, des serf», de» anVanchis, des seigneilis ou gCfidl^ 
bommi-K, i.*t TJI1 diefini M>u«^niîn, Au rvsle, j'r^pofl^p awa idta 
sans en garantir rexactitttde. Il faut consulter là*d«wuia le» 
auteurs qui ont écril de la noble?wc œ que je ne manqnenû 
paa de faire ai je me proposais de publier ces notea. 

CQAPirnfi XX. 

Page 324, — L^int/r^ fait icnorcr le vice dant un pr^ 
teeteur, 

T^-moin llelvétiua. It va à la cour de Denis; Deoulecooito 
de faveurs, ei de ce mooieol il o'appellevï plu» Dom ifoeb 
grand Prince, le prince iuiï' î&ij^ii \ 

ma U ratow Utna rMdtffic 11 « AKlonin- HtiidUm «nil «M iffcM t BvMa 





INTITULÉ L*H0MMF:. 



tik^ 



11 fait l« voy«g€ de Londrf*». La manière homiHc dont il t 
lf%it£ tou» k» titrftoi^ra en France et sqq mérite personnel lui 
€<M)cilieni l'tctueil Je pitï* distingué dc< hommes de lettres et 
desgrmiKiï: et la naiion &n^laj&e «kvieiu à&es yeux U premidT* 
deft Datioos'. 

Mai&ei l'int^r^t Tait lienorer fe vko dan« un protecteur, le 
rtSMDlimtni fait décrier le mérite dans un pets^uipur. 

Témoin Hetv^iius, Il public mu ouvrsge tir l'Esprit-, au 
lieu d'en r^ueillir Thonn^ur ^t 1^^ élogiu quM e^t en droU d« 
a'«B promettre, le voilà eupos^ k utip longue suite de disgr^es 
<|ai lWiri»M*nt von unir 4M f[iii ai^rift?it-Eil ^ti tiutm-ar Au»>tt6t 
il ne voit plus danisa patrie i|ue [a plus m^hunte ei la plu» 
Tile des nations, 

Cepriidant il loue Catherine II, qti*i] n*a point approcht^e cl 
tloni len bicnfaita ne déduisirent point aon ju^rucnl; iriaiït il 
élait «s&ct boD pour s'approprier le» marques de bonté que 
j'en avaiA re^ueAetVen faire un devoir d«^ lef^niiui^K^a^Jce per* 
sonneL Heh^tiu^ aimait tendrement sca compai^acms d'étude». 
Ce n'vlait pa.<« un giïnie facile, mai» c'iïiait un beau génie, un 
grand penseur et un trè^honn^tc homme. 

Page 334. — L'imirit Maire le touiertxîn mr U mécîiei U 
péril <i U ^tcinpauétt il nf le diétingue ptm. 

Je ne crains pas qu'on m'accu&e de flatter les souveraîna; 
mais Turiînnn. cntern^ a Sami-Dcnis et honoré par le souverain 
dans ses cendreB: le vainqueur des Turc^ dans la dernîËre 
guerre, Romat^EofT', comblé de gloire et de riclie»?ïc3 par Tiro- 
pératrice Je Ru^nic, et tant d'autres élèvent la voiit conUe le 
rcproclie d'Helvéliua. 

Câ dont je lest arcuwerais plus volontiern, ce ne serait pas 
d'ingratitude, mais c'ent d'avoir souvent accorda au rice et À U 
basaease la m^nw rt^vmpens'^ qu'k l'heroisme et A la vertu et 
confondu l'homme rare aver. le fnf{urii. 

Jamais le mv?ntr reconnu ne tombe dans ravîlinemeDt; 00 
oublie, Tnai3f on n'avilit jïoiiit Catinaf. 



■«CQ«UL1 iT^ fttrruT par k in(tavr]i»r pn^u^du ^Ilcwpb». Didu^ qd wfA 
k quoi 4'«n iHitr luf r^Lir phÉloupht*, >viJt n6âW de puMt pta Bvlta fc igo 
retour 4« Bbi^o. iiHl|rr6 rtnnbUoa qol lui «q «ttJi 4i« rs^in pu- rrMdric. 

t. U T<7»«" * ifiodTT» M «**c«é M !7«. un *n ■in»t 1* roj«e« «a PniMi. 

S- Kinmilu ri|>ivlk 1" Ttoftnnr ruj.f. 



W RÉFUTATION U£ L'QUVRjiGE D'HELVCllUS 

On perfiûcate la vérité, mais on ne U méprise pm ; od UaÛDt. 

Que pcul-cllc alors en faveur de rbamuiiléî Tout avec k 
lenps. Je ne s&ia comincni c«ta ne fait; maïs elle faut et Ibn 
étemelleoiQDt par âtrc la plus forte. Homme) m«s à qui 
' Aaturc a départi du g^iiv et du courage, v(rfr« lot est assuré 
tiDe loDpue mémoire, ded b^uédicliom qvï ne fininmt junaii. 
Hommes emîeux, bommos ig^noraDls, boames brpocriiee, 
*( kommeft féro<:eft, borome» liehea, k vôtre Ccsl au» : r«zto>- 
tion des ai^cles vous attend ; e4 ^xie noma ou eeronc oubtitt 
ou n« seront jaroai» proDoncé* saos les tfpiibèt«s que je vou$ 
donne ici. 

caAPiTHB xxr 



ic 

4 

'■■•m 



Page 326. — VintérH du pmsmni c<mrmmd^ plus impJHt 
grrnttit qm ta cérîté aux opinions g^n^^Ui, 

Je n'en crois neo ; mes amU, n'en croyez rien. Sî tous li» 
croyiez, vooa aeriCK dr» iiiAensêa de sacrifier \otre repod, vom 
santé, voire vie à une recherche infructueuse. 

L'intérêt du paiâaant paase* I empire de U vérité dure i 
Jaaiai& : il faut que Ic^ mers houIov^ca couvrent la surface du 
globe; il faut qu'elle soit ct^voree par queJifuedêllagralion géné- 
rale; il faut qu'elle reste.eette vétiiè^ ou que tout périsse avcceOe. 

Hetvétius n'a rmison qu'un in«taniv î! aura tort dazia la suite 
defl fiièdoB pour lesquels voua uavAillei, 

Jl paraîtra, il paraîtra un jour, parce que le ienp« unèai% 
tout ciH^r[iii 1.^1 p<w>itiU% ei il eAt pOA^ible, l'bomme Juste, êdairé 
et pui.'isaiit i\ut vous attende. 

Ces vérités entern^'s clans les ouvrages des Gordon, des 
Sydney', d(*w Miàchiavel, elk^K en sorieot de tous côté*, et il i) 
aqu'un momenl qu'ils ècrivaient 

Asvurément elles seront employi^ par l'homme ponnal 
dans les positions et lai circonauaceft où le» interdis de n glorr 
le forceront d'ea faire usage; m^îa pourquoi l'imputsioa dr U 
bontj^-, de la justice, de Inhumanité, fruirs d'une beunniM: nalure 
on d'une bonne inMiluticin, ne |)rrci^dmûi-elle. De CûMOV* 
rait-ellc, ne suivrail-elle pas la loi de U oicesÊMiét Pouiiptî 
décourager les nation», iMunguoi désokr lee philosophes «i 
restreignant Je nombre des causes de bonbeurT' 

Itid- — Ca4 à ta tong\u tt ptoMuirti fin refit Tûpimm. 



{ 



INTlTOLfi L'HOUyC. 



kkl 



Cd* aaMI bien vrai? Od puiseant so conduira comme fû tes 
droite d« U propriété n*éuient ridn. mAiii nous le fera-(-iJ 
junais ootre? Celui qui dira au lion : Seigneur, en )^s <|i'-voranl 
vous leur r&îfeâ beaucoup cï'hODneur\ Bera au^sï sc^lêrat^ main 
D^5 stra pHK pluji cr*(j[Jl*! qur lt renard de II fable. Le distribu- 
teur des honDeum, da& richesses, des chilliinenu s'aftacb^ le« 
pprsnnïi*'^, nSii(»nt di^s applaudisKpinents. maïs il n'ssëçrvlt pas 
m<"'riif I.^ iiiifH qu'il a airrtïmpvvs. Si ^'Cus criïy*?x que Ton 
s'honore du litre d'esclave, que l'oo méprise sîncàreinent IVlat 
d'huiniii'^ libr«', v»ii.« viinx ni npptirti-x aux griinacffa d'un mal- 
heureux dont uu mol romprait le ù\ i|ut lient Je glaive âuN£>fiida 
Aitr aa tète. 

It ne connais rien dr; plu^ contradicttMre à ^<i% pnncipt?^ 
que tout cç que vou^ avancez ici. Esi-ce que l'eficla>e en favrur 
n'est pas »nH ccftAe dara les iranscH du pèrilT Est-ce que i'ewrlave 
opprima n*cst pas toujours soulTrantî Comment ^e peut-il faire 
que l'homme qui craint *:i l'homme qm .souirre aient un vrni 
mépris pour Tlioirmo qui re craint ni ne souflre? Vous avez 
priA t'inaciion, le silence ou l'hypocrisie pour la vcriloble expres- 
sion du sentiment, qui las, t6t ou tard, de sa contrainte, 
s'échappe par un coup de poignard qui fait ruiaseler le eang 
Doir du tyraj). 

SI le moûsire pouvait co^nmand^ Â Topinion, il Berali en 
S&reté. Et que prouvent lei; opinign^ rvligieuve^ que vou)> 
m'objeciesî II s'a^ii de Vhomme, et vous me parler de Dieu, 
dW Atr« fjuituxJÎque, matlrv du juMv mi de tinju^ie» donr j'adori? 
hi jtigeiiienia ei que je remercie des cou^m de f<iuei dont il me 
déchire, parce quils sont le gage de sa commisération pour 
moî el presque rinwurnncj' d'nnr fi^licil** Hi'mi'lU', 

Le i)raii est itii limuitie qnt- je Imi» au ffmd de nwn rirur; 
Dieu est un tyran auprès duquel je me Tais un mérite de ma 
patience, et je me n^iRue. 

Page 327. — Saiu ta /ortff tpu peut it bmi itnêt 

Tout a^^ k lemps. Lfne. erreur tombe et fait place k une 
erreur qui tombe encore ; mai? une vcrïié qui naît et une V4^té 
qui lui succède sont deoi véxttés qui restent. 

En IM «Kiqdkiil beaiiceup d'bMiMur. 
U PMTTitv. AWn, livra VIT. ri^lw \ : Im Ammm^ MaMv ili l»f«la. 



kii RÉPUTATION DC t'OtlVAAOe D'HELV^TIUS 

CHAPITEB XXIII. 
Page 329. — l/imMi est une carriire ^idéet fine» et 

Oui. €D pron&ni le Rit>t iiilér^i cIuih sco àcc«ptftoa U plus 
géncralc. 

Pa^ 3^.— L'intérêt dérobe & U eoanticsuicd du prtm 
hoaDdIe bomme l'atiociléde i*i'« prifici|}«»'. 

Preuve qu'il faut plus d^iolTe qu'on ne croit pour iire lion- 
Detd homme» 

L« prâtre c|iio je re<!aui6 Iv pluu, C4> ii'esi ps» cHiii à qd 100 
loi^réi voîk U cmauié de bçs principe» ; cVsi celui qui ne s'en 
ipos« poini et cforii li^ nriions sont con-^ïietiles k des prïi^ 
jpCK dicltry par WM iuU-rH avoué, 

La religion emp^e Iga tiommea de voir, parre qu'elle ï«flr 
d^rend, î^ousdi*» peines i*liîr»dlrK, cir rcgftrdrr. 

S'il y a un enfer dnuH Taiitre iiioiidi;, le^i damnés y voveoi 
Dieu cûnirne léa esclaves voient leur maître dans œluî-ci. 5'Eb 
puvuit-ni le LuL-r, ils k tueraient. 



CBAPITHË XXX. 

Page Mï^. — Je n'aime pas ocltc distinction Trivolc de U 
rdi^on «le lii-^uï^hrist ci de la rdi^on du prêtre *. I>aat le 
faiu c'est lu même, ot il n'y a pas un prêtre qui n'en coOftnL 

VtgQ Zh^' — i^ tôUmnce ioumtt U prtire eu prince; fin- 
tolàmitce soumet U prince m* prUre. 

Amaj n'y a-t-îl point do prêtre qui ne dise que U lotoMUi 
ouTindilTL^renccen religion, c*08i lom^ymedioaeMuadeui 
dilTrreiitH; c-t Je croi» qu'il n'y a guère de philœoplies 
nia&senU 

t L«Utn T«rïu^]«du chApilraMi : L'ifil^/rMclkray rr^rt AoMâ« 
lu nwuix é» iwpiswt. 

f, « ... Ou fktli ooitrliin r\\ia la rvllicloii, non mcip rrtliciaa Amob m M 
«Ubild ptr JAaiu-Oimt. m«U c«ric do pi4(n<, c#ltA m nam tf# l i fM lua» 
d4ct«re Kivnr do U DLiintt^ r( prtioad «u drvJl de brOlvr C4 et 
bwauM*. OM une retMc^oo d« dlKurJo cl dv hdil-. • 0» l'&^^i^ 



INTITULÉ L'HOMlCe. 



kk9 



H0TB8- 



Pi(e S67 *. — h-eaque toutes \es dispute» thdologiqucs 
it «u momeot où eUea ac donfioit «uuinc pr^érence tiu 
dii^itÉs d€ l'Église* Si, lomiu'oja dit wo moDftrqua : « Sirc, il est 
jftDcéQUt€ ; Sire^ iJ est moliDiBie.» ie montrque répond&ii : n Haia 
&-w]deKiDQur«7 est-il lîclurvr Ja lui donne c^tte abbaye; noo 
n>a^>^heq1]eje ne le BOmiiQ« Àcetépixcopti TKutC a cen'esc 
paft le piil>lic, c'iAi 1« ibi^Iogien même <|[ii jetterait du m^ris 
BOT rol>Jei de U diapuie ; il n'en wroii plus question que dtni 
ten tbèM» insigriifinni^ du lAritiîlier. 

P«^ 3&S. — Si Ponîaiowaki eût imité TrtJuiV U te •«rui 
conblé degloîre dans toute l'Kurope; il eùl été l'idole de ton 
pays, et «a coEUiluiie généreuse aunil étraiigvnienl déroncerlé 
les puift&aïKca a>p&riag«ante« de la rologne. Il falTuE afiM-inhler 
aiHf dièlA. prcndir k ncepti^ et U couronne, \eA d^oae.r n dfre : 
• Si Toua eo connaiaaez un plus digne que moi de r^er sur voua, 
aoatnn«ï'k...u Ou il eût obtenu d'un consentement unaune de 
la nation une autcrif^ qu'il abdiquait, ou U eât laiart à m «Un 
le loîii de sauver li pairie du péril qui U meiu^t» 



StGTION X. 

CUAPITKB II. 
ai t'^uDcifiax ail »sjaas>^ 

P^ S77. — le trouve Ici * un passage aie de Lueit», dont 
il n'y a p» ï« premier mol dsnsc«< tuteur; mais de Lucien, ou 
tTtxn autre, ou m&ne de moi, jv m- IVn ntumv pas moiins. 

Jupiter te met k table ; il p1ai»antfi sa femme ; il adresse des 
nota équtvoquea à Vroij» \ il regarde tendrement HéJié ; il daque 



dcicn^i» hpr^ i^«cn) dli biva 4m Injurut, tWiauiui d^ierin «n» ètn lu- La 
aéprb ps^Uc ]««r im^w ulrwc. > pi iViomAM» noie du cbâp, vu, 

S, * Tn^Êa tKàt-it le ffi>u*cniiimeai rtpubtiuiu prèfCnbl* *u mûpip-blqae - 
Il Dffiw U htmni tat tcmtlni rt U Ifi^r lunll r«qdi» i^Li «i««oi voulu l'«c<«^ 
tar- - Dt fitommé^ oot* du cb&p. ii. 

3. Dam mi /feta . U BMip** qM«Uoa 4e t^idccL dau k ebapiir* d'U«lr«iI«t. 

U. S 



à^ft RÉFUTATION D£ L'OUVRAOE D'HCtVËTIUS 

Il fcute à Gtnymède : il faii remplir h» coup^. TbikHs qa'îl boit, 
il entend des cris «VtiTViT iji^s iliinftn*nti^ rjKitn^n dn bi icm: 
les cm redïïu bleui, il en e«l importuné. Il se lève d'uupaiJentc; 
Il mivre la irnppe de U voùie orIfAlc «ît dît : « L» pesle ea Aai*. 
la guerre m Kitn>pe, ]« Cftiiùii« ea Afriqiie, de la grïlA id, une 
lemptlr mlleurs, unvotcfta...>»piuflil rdermcsa trappe, se mnet 
kt^le, s'eniTTG, se touche, e'endon, et il ^»pdk ceU goiH 
vernie Ir monde, 

ITn des repfés€Dtant5 de Jupiter aur la tfrre se lève, pf^pve 
lui-mAme son diocoiai et Hon <MÏé\ ti^an des ordres sans ks 
avoir lue, ordonne une chasse, revient de la §aréU m JéAa 
billâ, se met k table, s'ODtvre comme Jupiter, ou cooieic an 
porlefnix» s>ndort ^ur le m^me omller que sa maltrcMCt tt il 
appelle cela gouverner son ompire. 



CHAPtTHIt 111, 



page 380< — VimuUtion rtt ut% det princtpaÊtr aranimfm 
de tédtàfan'on pubiiqv4 «cr f^uctUî<m d4>m4tiiqut. 

ïix passé I» premières années de ma vie dans l«a étales 
publiffiies, el j'ai vu quatre ou cinq élèves supérieur» i loua ha 
atiirea se succéder pendani le oount entier de Tannée dans ka 
places d'bonneur, etddcotira^r le reste delà claaie, 

J*ai vu tous les soins dn professeur se concentrer dans ee 
polit nombre de su|ets d'éltto, et touï les autres enfants Dé|J%és. 

J'ai vu cos cinq ou six sujets merveilleux dccupés, pcodMil 
stx nu «epi ans, de l'étude des lances anciennes qu'Os b'odI 
point apprises. 

Je les al vus tous sortir du coll^ sots, ignorants et eor^ 
rompus. 

Je les ai vu« paa^er aurc4ïs«iveine«i sous sîi prnftnniifi, toi 
chacun avait sa manière d'enseigner. 

J*ai TU t'inHtnirtion gi*ii^rjil<* des élèves néglige, pooT n 
prJ^pnnir deut ou trois à des hti^h publics, 

Tai TU cette règle, tndeiîbl^ pour Isa eaftnta àm pasnek 
ae prêter i toute» les pf^tîtes butaùûo des enfanta des hchu 



I 



t> A44n Ifi «mit 4ff p*nirr ici i roful quv M-» tXi SOTy ifyVih Ia F^mm^ 



INTITULÉ L'UOHICE. 



m 



J'tt m les enfant» de <xs deraîo) «lier dKrcbcr dfim fbia 
1a semaine, «Uits la maison paicraelle, k dé^ofU de» études et 
l« réfMndrc pamii leurs caioirtdcs. 

El )c me sois i!^rié : Halhear au père qui peut faire éleier 
son çnEtDt à cAlé de lui et qui l'enToic dans nue <^1e p«il>Jique. 

Que rcfile-t'il dam 1« inonde de cette imtitatjoo de coikf^T 
Biia*Le8CODiiai6san<r«sqiri dislingucnl dans les lotira qvdquei 
boaauft ^er^ daoft lefl eolk;^, oîi tei ont-ib ptiiM^r à cpâ 
tas doîfenMIsT A leurs éludes p«rtîeiilièT«s. Coaibien de Toi* 
ii'i>at-tl\ pan r^reiié, da^w leur cabtiiet, le tcinpM <p)*îla aTaieii 
perdu sur les baucs d'une école! 

Qi*p fMitv doncT Changer, du conro^ncemeDi }us<fu'i b fia» 
b m^lioiti? de t'rai*u-i^(^mrnl public^ 

fiiisiiiieTKnâU]ie^<|ujirnloiieKiricbe, éteierttiQ enfant cbcssoî. 

LWucAlinn din fîn-cs et des Romains sefabatt dans b maison, 
ei celle hliirAtion fu vnUit bî^ti tmi; autrff, 

n nrrait bien biiigultf*r <|ue tuuft le& sorna d'un îit&liluteiir. 
nwu-.mbt^ Mir un seul enfant, lui profiUK>ent moiùit que la 
niéniKt ATiûi-^ parUig^A e:i!re cet enfant ci une ccnlain^r d'autres. 

Je n approuve le couvent pour les 6)lcs que quand hs mères 
sont malhoonéles. 

Jen'appmuve Je co!!^ pour lea garçons que quand les pèrea 
donnent mille ôcus k un bon cocbcr, deiti mille écusk un bon 
cQÎainier.et veulent un bomme de mérite pour ciifeq eails fnncs. 



CHAPITRE IT. 



Pa|;e 5â3. — Véducation pkyuqut at W^fi^ M/x prt^ue 
tùtu tr» prupirs fttropéfnM* 

\'vi\iicaimï physique n'est point néglif^ à Péterabonrg, Le 
apeciMite en cnt rJTrayant; et l'idée qu'oû en donne dans Toti- 
vrsge inlitulr PUïm et B^glemrnU dfs difirti^ éfabiiu(tnfnt$ 
tU Sa Majaié impériale ', clc,, c^t tidHe. 

1. CMt I» nrt« pvir U EiKlïlifAtiDii dimud Viàmt t*HMl v?«t£ ca gDlUnii 

fliiliirinii II »fiaM^ par rèm^tfol'ta LaikÊftm il f*i»f f4J>t*Mttm>t la jmt- 
wm. «fT^l n luiue roBH f«r IL BfUhî d trwtuli tu UafM A^sfiiM pv 
M. rivic AmibmIuB, Mjur-Bcbd Hty, tTl^w Ip-f, «m 1 nL l»-1t. Il j « wi 
a4ditioo de l'MiUur M. IX.. ttMdtt«f} pii» 3BT, Vt- U hkuAcTuI B«^i teji 



A&3 RÉPUTATION DE L*Ot)VAAGE D'HCLVÉTIU$ 



CHAPITRE Tl. 



Paffe 3Î7, — Je vfitr faire de mon ftU un Tanini ', 

J'«[t[n'ouv« votri! ^Ip^itrm. UtÎH volrt'lll» ^-i-il de Toreille 
ft-l-il dr 1a Ki'-iHÎtiilil^r «'-t-îlilerimjigitiAlîonï S'ilmaiHfuetk 
qiialit^jt que 1ou& Ze& mallrea du mon<le ne lui docuwroDl pM, 
r&rleî-^ti tout cj' firil vtiuj& plaira, mais non pas un Tkrdfii. 
Mille, iltïUJi mille violoi» ont pfl«ftr )t> jourv cl les nuils I» 
dnîgU iiir lea corde» de l'insmuneot, el r» Aoat pa» dnvcp» 
d^ TartiQÎ; mille» deux mille onl eu le cnyon à U main de» 
IVnfiuice, ei î) a'y a eacore qu'un lUpluifl. Il v^i bien tntraor* 
.fknnre que ju»qu'4 présent U n'y ait eu qu€ ce bo.nu'd. Uoc 
cher phi losoplie, voilà voirt- îoVxf. qui \oo« rcprcrid. 

Page 3$9< — PoiiU dU<&Uâ publique* où fort enseigne ié 
teientc de la morûie. 

Le mime homme de îu^rreni, H. Ridant *, qui introd 
dADB noa 6colûa publiques Iciude des maUivinatiqueB etfub-' 
stitua les questions à rirgumcntation, «'^Uit propose d'enaen 
goer* t la pTar-e de la mauvais morale KAlastiqtie, de booi 
4léin6Dtft du (ïroit public et du droit cjvéI. LaeboM illail s'ei^ 
cuter, lorsque U Faculté de droit iotenint, pn^tendmt qn'oo 
ompiéuil ttureop di«tricK Qu'en arriva-MirQue le droit public 
et le droit des ^aa ne furent enaoifçn^ ni daaa noe coll%«$. 
DÎ eur les bancs de U Faculté. 




CHAPITRE ÏX. 



fa^e h^h. — Si mm file apprend jmt Tinu^ du monde ^ 
Us principes f uf je lui ai donnée dam ia jevtte*ee ferment L 
moi* ffuz At^nneur* et à la ncheue, il y a eeni à p/trier eo^in 
un qu'il ne i^erra dans moi ^ti*tiR radoteur ir^eurdey fuiff 
fanatique auttére, fu'ii ntépritera ma pereonne^ ^u^ âtm mé- 
prit p<ntr t»<^i réfléchira tur me» vmritneSf et qu'it f'^ltfi- 

I.Vl«bnUi«f«lfrbr«,iTdf««ipAuli»fn«moaadoriBaai.tte*tabSMsttJ>iirià 



rrfTITtILË rROMMC. 



US 



demntfiî à t<HU /f t Hrrt auiQritfâ par h formt dv ^ouvfrnt^ 

£a ver» je vquk pa^K^mis ceji eiag^r&tJons, en pros^, jb ne 
s&urjÙ£. Lorequ'uD enfaol bien ûlcvù »'ap«rçoil <[Ui^ Jcn pré->- 
c«pt^ (Ië Hon |)J^r>^ atiBtil ii^cofiip^lilile» «vec )i^ jtiûft-ofi ùniiés 
d'arriver «luboaneur^ ei d'acquérir dclarichesM. il se trouve 
d'abord, comme Hercule ui cold de U forft^ Incerlain sur le 
cbemio qu'il Huîvra. Peu À peu la corruptioQ g^o^alc Le gagne, 
il oublie Ic8 levons vcrlucuses qu'il a reçues, il »'abandoniJt ou 
tofreai; il coonall le bien, il l'approuve, il fait le mat. Mais au 
loilieii du d^rdro il respecte suit pcrc, c'est toujours pour lui 
DOa pos un radoteur abaurdo, muA un homme de bien, qu^il n'a 
pas la force d'imiier : il n'en vient jamus ai au mépris de sa 
personne, ci au dédain de ses principe}:. Il ne ft'appUutlit point 
lui-même de s^e^ yiceâ, mais il seu oicuee en dis&nt qu'il faut 
burler avec les loups. Seulement, le chemin dans Isearrière 
éf*. Il di'firavaiion «e fait plus ou moiaa rapidement, selon tes 
circonslaïK^ï ei lecaracière. 

Page A07. — La louait^r de» fiornirret nrayruinîmet »r data 
la bouche de tous et dfm$ U iteur d'autttn . 

Je crois qu'elle est dans U bourbe el dan« Te «xrur de tous, 
parce que ri?n n'est plua commun que U pratique du vice aprts 
t'Hoge le pluN viurf^ro de lu vi^rïu. 

Jtîd. — Sovs ic despodsmfj Ut ^niêitt d'un p^ê à i&n fiti 
u réduUrnt à rmt phrtuf egmyantr : Mon fiti, Moit boMj ram' 
pamty mm veriusj uins viicrtj miu Mirni^ jutnf ram^fre ; k»j 
€t fm ta Cour ivu/ qat m goîâj et fhaque irutani de la vie 
ttuaietu-toi que ta eâ ractave^ 

En qiielqur lieu du momie, «r>iiK quelque gouvernement que 
ca soit, je oc croîs paa qu'un pftre ul jamais rien Tait entendre 
de pareil à Aon fila. Il lui recommuidera U rircon^pcciion, mm 
non la basseese. S'il avait un instituteur k M don&er. Je ne aaia 
a'il conGerait son éducation à un h<Hnme orarageuaement ver* 
tucux i main je auLs bîcD sAr que ail â'adreaBaîl à aon ami le plua 
intiiDe, il ne lui dirait pas : ■ ?4e eonnallrica-rous p<iini quelque 
bomme d'esprit, rompu au maré^ des cours, qui pCt en 
inspirer Ico vraie:i nia:time!» à mon fita ot le rendre bien faux, 
bien vil, bien bypotnte, en un mot tout ce que voua aavea qu'il 
Taut être pour faire son chemin T » 



M RÉFUTATION DE LOUVRAGE D'BEl-VÊTlOt 

- Je mt cftis pw si lelUîDeboifl' 4 des colttitiw mi* s'il en s. 
Je (ICB cpui c'est un bomiDr de bien qui les Ûbrt ; ^ 8<C* V* 
rï «BÉcodut cet boiDBU! Icnn- icnir le Ui^Sffsqoe wo prtieadei 
qa'unpèrvlmtàsonfib, ilitolui«f>trpMnt puleâ^iihèwde 
Bulh«arcul. de ^cui cl île scéUnt, «1 qu'il ne le Bovfrirut 
p^ un tpuu-t d'bf:ure d&As sQo MfiL le gsgv q»û »ï cM nuû- 
taieur toer sr«t inapir^ to purioiisiike, b fru^ité, une pn- 
bMvâle, il B'turmii j[im«i«riinpndecKe de lui dinrt « J'op^ 
rdl que msi bis derjendruenl à <à^ àe moi dcK OMirtiMK 
■dnîltt «m Mia'enss Ucque dcsbb-wetdes 
taeoi. a 

CflÀPlTBK X. 




Ce ii*a été ni Telfet de b ED^chaoceié, ni cdul de b posSb* 
aivitè de ceu qui potjTucnt ci d«?vûrfit U rHot^^rer, à Va- 
poWso an MM maiif&in ùialiluirurs; c'vat une ctm arqu K u oe àt 
leur iiubâclUJlé. Us anfiîdMreol les iAéa des tHormtaiBm 
<aanedcedyiBères,i*t il»ae prtbferentioiic-fîdllt roDiiiieqe'b 
regardèsml caaame U meilleure. Tàcboos de ue pn rar la 
buAincs plus tûdem qn'ib ac le acmu U: stupidc croit que ml 
«stbi«a cooDettceL 

hçt 4f#. — Ici le phîbsopbe HeIrélîtiB bit ua hommm 
oeurigvtii et écUin^ b même dborubott que je leur m 
•flleureV 



fciitti 4» M via i rttn^m. B annrt » l>^ m 11W_ D 
ÉW i U i>. t^tê» tntÊt mk ila<M Ji rr Miliii pv T 
R— kéléilMBBi uiiMiaïUii <^ p^ éi 



gv^ffcM par CM «^vK !■ fÉAMipÉ» »'A«if» d^vaMi t 




INTITULÉ L'HOMMC 



^55 



BËCAPITULATION. 



SECTIOW IL 



Page 420. — Ctmparrr^ cfst voir attirnaîit^mint^ 
'Ne Eenll-ce pu plutôt voLr en&emblet 



CHAP1TRF I. 
oa t>*iVAUiGit fiKft nnntoni na t%VTioii 

AFKC C»Lttt m LOCtK. 

Paffe iSS. — L'uprit n'£it que ttuumblagt 4e naa idéa ; 
U$ idé€* oiffnnent par le» »€n$ ; donc Vexprii rCest qu'une acqui- 
tition. 

Oui, uoe acqtiisïUoD <|ue tous De sont pas en eut de faira. 

IM^ — L'aUribuf-r à rorg^inûatiofi mru pomoir nùmmir 
»ûn arqani, c'fti rappeler le» quatitéM ofxvitet* 

Pmjt-éure. Mûa on le Domine, c'est la i^l«. 

Jbié. — L'txpirimft «t Vhiêtoirt n&us apprfnnftti quf ftt- 
pHt est indiptndani dt U plus ou moins grandt fif^etu du 

Je n« sAifl JUNqu'o&€«ta CKI vni. 

ibid. -" Lt» homme» de fontiilutitm différente toni gu*cep- 
iibttM des ménurs pnêMitmâ. 

Cela €*X, faux de tout cAié. Un ne se donne piUi iDUlen les 
pMaâoQS. Od aall tolère, on naît înseii%il)]e, on naît briiul, on 
naît ti>ndrc, et les circonstaoces ciidtent ces payions dans 
rbi>iniï>e, et quand elles seraient corn m jho à tous 1» bommta 
ils De Ic8 auraient poini au mAme degr^. 

L'MucatJon fait beaucoup, maisut' fut ni ne peut tout faire. 
Ayei dix enfants à rendt^ dùicrebf ci prudente \ iici ftcront cer* 
Uinement louâ moins indiacreta et moins imprudents que A 
l'on ne »"*iait jiaîi appliqué à cultiver en ftui celte vertu, maïs 
U 7 en aura pcui-Ctfc un ou deux aur qui l'éducatioD ne fert 
ri«o ou fort peu de cboac 

Pa^ (M. — Si tespriiy U Citrtui^re et les passions des 
dépendûient de l*ir%égale perfection de leurs ùr§mu$, «C 



466 RÉFUTATION Dfi L'OtJVHAQE D'HELVÉTIUS. 

que charte în^vidu fût %me moMne diféretUe, €C i Hi fiir Im Jwâ* 
tice du ciii ou mime fdb de la terre eaei$0nàl-iUe iee mêmê$ 
effèti df machinée diêtemtletfM ? 

Si )a justice de U tem châtie ^ilement des nuchmeft dia- 
sembJAbJes, c'est qu'elle ne Bauriit nî qtprécivni tour état de 
ces diasembluicfis. 

Ibid. — Toote vertu est de précq>te, parce qa'it oe a'^t 
pas de donner des pendianta louablest mais d'eoipécber de com- 
mettre des actions mauvaûea. 



PRINCIPES DE POLITIQUE 

DES SOUVERAINS 
177» 



NÔrrcl^ P KÉ I.I M IN AtRE 



P 



fferlTTS (rai. IK p. Stii) ? 

« Tolcl dm tiuCasqub M. DMuruL s écrilM ilenitènuneal à lAïuaifa 
riToot tni4acUon de TAcit«; un &iDf, auquvl Ha comœaïklqtrà ecl »<»- 
fWra, ■'«A » Uli«6 prendra copin. • 

Sitvenl 1m peiuA«a quf^ nouft donnons !tom le nouveu titre jjue kur 

fïugeo&, d^iu son AncrtiJuem^iU k ce si^ci {Mitioa du (Anrvtf de 
Mtfent de 1TWJ. i*«ipKme «Ind : 

« 1> imnuMcrEl aiili>KrKpb« d« tel ou¥nco s ]iour lll/vs : Mtf«V 

«'«vt i« roi d* Pruwe. i|ui cipo%ip tel lo* priocipua d« a poucique, ctOii 
da molm qiM Mdurot lui aupponlL ComitiR II n'attiiiJt pu m prlocMi, 
éoot il crojait aToir 4 oe fdalodre. Q Ivi pi^tQ •oarotiL doe ttAtlmes ec 
Ait vVM qM Pk<èdAH<; n'wjMijl c^rUIfl^menl ni aTOuAiK ni déTeaduâa. 
b m BOt, CM naut* nnt nn^ rsp^«de tatam^fil fait aS ùvto; rtqwt^ 

fu cet* aeul, Jl £am lire «tm précaution- 0« rvtour dana aea tojim, 
«pT4« va lonjc ^TAfrc-, colouhï do aa Tamlllc Cl dcica ajnlaqvi ce Inf 
rappciUlflit qna des u>Uf cnin donv. DidercL qui aiTaii ainuïr, inali qal 
tteaaTftJlpMhalr, miliila iSn u>rta réeboiilniairitiaircs. La ralnn trma- 
qvltkc et ùupartlaln pril la pUce de la panion qaJ ait^ra, qui d^«ataxv 
«MM Iw objflii, par» qu'elle 1m <iKBs4rc u>vt. Il mlLit alon da tMff- 
troâd cca ootaa, qu\in ^nLim^ni jnsir ciu Injutf^ it&ii dici«««; et qsa, 
dasi ruo oal'uitrR ras, la mflriJr pUlaiupliii|iir dmit le prealer arUela 
eatrcmCcnnidajuoe vende VolUire» 



TMI» 



DDt boK^B ck démnca. 



Ittt falMdt U detojr de proecrire. H rcToadlt donc to«tt roffm^v; 
recriAelu tooa l«a pta Bagai ^uj ptMTaiaat Aoaocr à oa 5iapto nendl 




MO 



NOTICE PRÉLIMINAEItE. 



rvliAftitt tlL^f niAilmcA. qui. pour n'^tru jna «KrvcMineût tpplJcàbtBvi 
Iri ou If 1 3i>uv<?r»in. Db p«rdonl rico dfi Itfur joiTcaie, Q ■whaUl» Ht 
prami^r liire >le c^t^cril celui <]« Princip^tdf îa poliiiqtm rfmxw» 
rflto^ On j irouio nAtomoIns ci «t U queJquea para^r^phea oA^ kil* 
Domm^r le roi de Pruae, mus mfnic k dfUfgncf^pgr wciinc o^ifttoo 
(juJ JuiaoJipu'UculJ«t«. IJ fait parler o*>prLuco A la première pertMOtt. 
«t (Un* ]«■ prlnclpsB qu'on lui atirïbuB u«ei utiuilmaa«ii1 à tort ou à 
droit, fm avfîrtlai Ici: car on pourrait ab^mpnt ^j irofap^r. «l crok>e 
que. il&nii cea dirora |ioq9bx^ on Diderot introduit tout i coup ce mimé 
RMiu brusquement un jntâMocuteur quJ«iKpoae tm IcUen surltï ^uv^r- 
neinrui dia ÉUts, c'isl Eui-mAmn qui partn ^n non propre oom, ■ 

Noua ne uvona juaqu'ii quel point Diderot a modlAè» «n 1TT3, ua« 
rMoctfon qij3 U aot« de Ni^J^on fonit rctncDier à imo ipoque iMè- 
rl«un^ AU vojage de nusaJe. Ccqui «icnrtjiiii, e'«a que Wtrft «mit «a 
vntrv Itui malna U deralèn- r-xprt<nloa ^ Ta peiisâe ifa l'iutrur, tl n'a 
pu tout dODD^, «I l'on comprend qu'il aTi •upprjmi une da^wuitft^ 
de p4în«4«ftqul&urKionipu di^piiir» iiiHcerrcapooduitsprtncMnjainii 
œ qu'il a publié est, en gi^o^ral. teitusl. nuF dvii dent on troli oect- 
bIouk où son lémoiina^ ae noua aer« pu inutjlo poar rétablir d'^eo- 
t^MOM yariftnlcu. 

Nttig<îon, ft^r d'flro nommé c<ïrrftcw«r en Utredc* oduttrs de Didoroi 
par Dltlf^rut ]ul-mAinr Idi^cMaratluii ï PaacLuuckc-, 17S1). a pri> Id «a 
rù)e«u aérieui. Ocirarfacouiiiif^atll sourmandevon in4ftreMirmié|^ 
eeace A J'ë^ard doft elUtlonA, Il eût fallu, pour bien expliquer fédotkia 
suiïcesalve dE ces pi^ns^tt olifs le pliilu»opb«, Iw4 »uiire mr \m marfm 
mtïrnes du Taeita auioté- On auraU vu aloncertolu eDcbalotoHib qui 
Boat aujourd'hui dilTlcllM à rocoMittucr, qui ont 4<kap^ i KtJfeet. 
maia qui auraient «n» aucun douto» roûdu oompie de rdcott qai m 
trouve entre le point d'urriféc? et ]v (xilnlde d^parL Ln métfcodliyaa M- 
gnor a préf^-ré w roln; p^dA^Ofiirf. Nous avona conaervd Ma IMtM 
dcnaer de lui, par lai. son târiUble portrait 



I 



RINCIPES DE POLITIQUE 

DES SOUVERAINS' 




I. 

Entie le.1 cbo^&i <|ui éblouiweRt les hommes et qui «citent 
vioIemiDGiit leur cnnc, ciMnptei r&u(orît6 ou le désir de com- 



r 

^^E Rucnii 



n. 



Regcrrlf» cMniinf.- \o% tnntinif^a^^ Ioua le» ambitreui. Entre 
Iga bommoi luk'bulcniâ, lea uns sont îas ou dégoûta de J*i^tat 
icluel de& cboses; les blItts, môconicnlj^ du rôle qu'ils font. 
Les plus ifan^r^ui Aout den i^rjinrl^, |iauvr«îH e1 oWti^a. <[ui ont 
tout à gagner et ricQ À perdre k une révoiuiion. Sylla inops*, 
MOdf pradpua avdaaa : « Sylta n*ft\'ait ri€ii i ai ce fut surtout 
soa indigeace (jià It^ rendit audacieux, a Llnjuatîce app^reotc 
oa réelle de,^ moyens qu'on emploie contre eux, est cfiûcrc par 
la raison de la «écurité : c« principe p&ase pour coRAtant da»a 
tovto les sorte.'^ d*l?tul : c£^>endanl il n'en e^l pas moins aUoce 
de perdre un particulier par la seule craint^ qw Yon a qu iJ n^ 
trouble i'ordre public. Il n'y a point de ec^I*>raiesse & laquelle 
cctic politique ne cooduietl. 



I 



III. 



Il ne faut jamais manquer de justice dam Ifil petites dioees, 
p«rce qu'on en est riSrompcDsé par le droit qu'elle ac<»ordc dt 

1, 4 II [MoquG A ce MXrc mi ouH of^cHnIre. celui ifiCtto^^t; or co >• paul 
au« qoa des dPtpniH qnii l^tuif^ur ptrtr. » tDappiof, a,) 
f- TaCïT- ^■■fll^ UU. XIV, cip, iMi. IS.J 




à62 



?BINC1PR$ DK POUTIQUE 



refiArcfQdre impun^nient dftiks le» gnodea: nâzirae détcstibl*, 
pkrce qu'il fsai élre juste diDs les graïKks rhnw?i rt dvis I9 
pfrtiln? : duiK «s (Irmi^rr*, parce qu'on «a etrrce 1» ju^lice pliM 
rM:ilt-iiHf[>L lUi]^ ta gnui(le»&. 

L'eiQTcicc âts la bitofusiuK^. lo bonté, ne r^oasiasait pÂÎiC 
ftTGc des bommefl i\res de libcric et envkux d'aatohcé; oa 1 
foit qu'>ccft>ltrc leur poissaftce et leur «id^ca. Cela 86 pe«L 



T, 



(Tosl uu fttKiveruin et m ftciiw qw je a* 
que l« htiMs* oQt éclaté, WoW te» McMdlbtltM a«M 



VI. 

Faire use chose et avoir l'âir d'en faire une autre* cda pcin 
être dKAf^reux ou attle : c'est seloii la cJreontfncc. la cïn» 
et lo souverun. 



VIL 

Prévoir (lea deottodeft et <les pr^enir pu tue rupiwe; 
maiîmc détesUbJe- 

VIM. 



DoDDcr la gak k soa chîeo ; muimtï d'iograt. J'co dis autaot 
de la âuivanle : offrir, et saroir se Taire refuser. 



IX. 



Fairr lamber le choix du peuple sur Camille, au reaneml do 
tribun : uinAÎine lunliM utile, l&ntAt nuisible ; utile, ai le tribvo 
est un fdctieux, utiJAible »i le tribun eM un bootmede bwm 



radfirlvM Mm otta prtcUoa ^ cwaMém «m iqrka, cCdMiMiMflw»* 

pnmtn''i4 r^iiguiU.\€r^ U ftéhM é^ firiitMHiipm* (|ti> — HdciltWrM* 
hltVMa rfewK&ikiiM d« Cvvmku «Idi Hmm. 4m. A. I, cv> ^n^ 



ne; j 

taot 

i 



DES S0UVCRA1RS. 



M» 



X. 

Ignorer MinvenI œ quon sait, ou paraître sa^oîl' ce qu'on 
IgiMTCt cela est U^«-liii;inai»jcn*ainM7 [>» U fmfrïiM. 



XI. 

Appr«adfe lu tangue de Buirhus avec Ntffon» marèn» ac Jâv- 
^0tf ; il se désolait, maJa il louaiu 11 fallait se d««olcf, mû% U 
ne ta)ljut paw louer. C'dst oe qu'aurait fait Burrbue, s'il eût pluft 
«UDé la vériié que ia vie. 



XII. 



^^ Apprendre U lan^ede Tibère avec ïe peuple', Vo'h^ &^s- 

\ atntj perpUwUj suMpriua^ eiM^itintia^ tu spmrm nmiaojtfù r^m~ 

ponlm. ■ Mot» obACtim» ppqjlt?itrs, iiiili'<ciK, irxquiinni toujoura 

i«Bmla ^riCB et lu ri^fus. ■ Oui, c'est ainat qu'il faut i-fi UMer, 
loni|u'on craint et qu'on n'avoue qu'on rat baf et qu'on le 
Bkérite. 

XIIL 

filoufli^en embrauant ; perlûtie abomioBUe. 

XIV, 

Fronce le soun^il aumsi être fïcbé; RDurîf« au moment du 
d^l : pauvre ntae, dont on n'a que faim quaJid en est bon, 
etau'oo dédaigne quand on estgruiti. 




XV- 

FaîiT «^hfmfrr par !*î rhoîn den moyens c** quVirr ni* ^««tiraït 
empèchf;r. J'approuve fort celte ruse, pourvu que l'on s*6q serre 
pour empêcher le mal, et non pa» pour empêcher le bien; car 
il est certain qu'il y a de» cirtonstanccs où l'oo est forcé de 
supplâer à l'ongle du lion qui noua manque, par la queue du 
renard. 



i. G* «ont piBdvBCB iMM^a ik Tidw tpe DUemt i^iult kt « bu muL OLJ 



Ml 



PKIHCiPeS DG l>OLITJQUE 



xvr 

IkAiier l'uni du pape. <|uhii<I ÎI tni ibftnrlonm^ de loM le» 
cardinaux, c'e&t ua moyco de le servir plut aùretoent: c'«m 
au»i UD rôle perfide et >ii : it D'eslpa^ permis d'être ud U^lre; 
et de Mrnuler l'aUadiemeiil au pape <{au]d même le pape est un 
briguid* 



xriL 



j 



Pincer un m{>uton auprès du âouverain, qtiAnd cm conspire 
contre lui. Pourbiftn Kcntir, rt Umècbaoceté darùledescoihspi- 
meurs, et la bafiâewe du rth de mouion, il ne a'a^t que d'ea- 
pliquer ce que cV^t {pi'uii irtuuton. On npi^le ki un mouton, 
un valet ût" prison qu'on (^femie av^: un nmiraii^ur, ci qui 
fait A cv malfaiti^ur l'aveu de crimes qu'il n'a pas roRvmifi, poor 
chlciiir dr* t^ dentii?r Taytru tW. rntit «pi'U a fail^ Le» com 
noril pldoQE cir moulouH; ctîi un rA!e qui est faîi par des amii, 
par des connai^saiicen, pir i]ea donK^tiqurn, ft sunoui par 
Iftjt maltreaâ£fi. Les firmmea Deaonijaman pltj& disaoJtiai ipa 
ilâns k:i i^mps de troubles dvil« ; elles a^ proathuDt' à !»>■! 
les chefs et â lou« C'cux qui It^ approchent, «nu ivtre dcsam 
que celui de connalu^ leuni aecreli et <fen uaer poor leur 
intèrât ûu celui de leur famille. Sans compter qu elles ea Wh 
rent un air d'importajicr dcnl rlle.*i sont flaii^. Le cardîaat de 
Reta avait beaucoup d'capril, tnats il était uia-laid; ce qui aa 
Tcmpôeha point d'être ogac^ par les plus jolie» femune» de li 
cour pendant tout le t^napa de la Fronde. 

XVII], 

Savnîr faim (}es mupahfH-t , e'exi la aeiile renmurci* dm aW 
ni&tres atroce» pour perdre des gco» de bien qui les ginevL 
Il eat donc u69-importaat d'toe en garde contre cette e^ècedc 
m^cbapceté. 

Sévir contre le» bmecenis, quand II en e»t besoin : il m) a 
point dbonneu! bomme quo ne puisse faire tre^ibler eetBr 



1, V<7tti DVilii oÊat IdM éuM réoU nr In Fmmtt, d liwia. pap BL 



DES SOUVERAINS. 



m 



muime qu'oa ne iDsn'^e Jamais de colorer de l'intér&t piK 
blic, 

XX. 

Penser une chose, en dir^ une autre; mais avoir plus d'ff^ 
prit que Pompôe. Pompée n'aurait pas eu besoin d'esprit, a'U 
avait flu faire C9 qui convaniit à*en csractèrc, dîœ vni ou se 
taire, d'auUnt plus qui] mcotait maladroitemoit. 

IXI. 

Ne pas outrer la dissîmulaTîoa ; s'aitHawr de la mort de 
Geniufiicu«, mais ne pa» la pletmT. Alora les larmes, évidem- 
nênt fauseea, a'ett iinpoâieDi  )>er»oiin«, et ne AOJit qu« ridw 
cotes. 

IX] I. 

Parier de son ennemi avec éJ<^ : si c'est poor lui rendre la 
justice qu'il mf^ril'î. c'est bien fml : si c'esi peur renlreieoîr 
dsTA uae fausse sécurité et ie perdre plus durement, c'est une 
pcffidic. 

XXIEK 

Publier soi-mëaie* une disgricc; souvent c'«fit un acte de 
prtdeoce ; cela emp^he les autres de tous en Adre rougir et d9 

XXIV. 

Demander la fille d'^uiigone pour épouser la sct\ir dWleun- 
dre; mus être plu» lin que Pcrdiccas. Pcrdiccas n'eut ni J'ime 
ni l'aulie^ 

1, CMUnLiïDi« pànll a'tim qa'un» f»lttl« '4raiDi«(cn«e do m Imuq pmi^ d« 

dÉHJœuUlloQr, «TvwtM voUnl maktntm guam maXa àtffrrvùat. Quif^ 
pfMni<i4'UiQw Èuptrmui ijMi vintijwÊt - guum f cvHfrortn tau nminm 

trnmami. «a^Ud plant i ûo » f»»r«f, v*m BArrAivri, qiài« i«tftbutur, 
■Uvcicn Tu]|>rtnnt. flûf. lib, in« np. ut. 

Voila 00 qn'U dodntt ^mv m L«itnv d'or vît Hnértaur d« snra do palili 
dw iwwiin*, kur U btuwu di lov* DuautrM, M M fteinl S« lOOi ««al qal 
pMiWB«iit, M«i qiHiqiH dËBïmloMkm qoo c« *«l' (110 

11. 90 



Uê 



PRINCIPES DK POLITIQUE 



XXT, 

Donner de belles ret»o<iSp El »atî( be»ucoup mîeui de b'i 
point doDa«r du louU ou tf «d douoer de bonnes. 



\XYI. 

Remercier des c^tmitts quinquent]&1c« t cela tigoifit diaflÔDi 
1er un (^Oriement qui qou« d^plslu et que nous n'arbn» pM pa 
cmp^lier, comm^ Tit Ttbèit^. Il av^ii tdut & cnlndn des we»- 
Uœ» du peuple: il aurait fort d^irâ qn'elloâ fassent rves ou 
qu'elles ac se fiseeDi plus ; clJ<% furr^il retire» à cinq an»; el 
IMn en ron^rcùiftl le peuple et le ^-oat \ 



XXVK, 



La Cn do rco^nrc et la hn de la rie* értoeatents dv 



jour, 



XXVIIL 



He lever jamaif^ U main saoB frapper. H faut raremeDi U 
la latin, peut-^ire ne faut-it janais frapper: nuis i\ n'«a art 
pas moios vrai qu'il y a dc« drtonstances où le geste esi aud 
daiïgereui que le coup. J>e là, la vérité de ta maiijDc auhnmt. 



Frapper justa. 



ÏXIX- 



XXX. 



Prodamer C^sar, quand il est dans Rone; c'est ce qna 
Ckéron, Atticus, et une infinité d'autres, liais c*esi ce que Catn 
M fit pa£. 



r J« tmur* ia«t Iftcoaiialrc ûému TbtIi^ fB^va Àrmmt. 
mvTL Kl Di4«r«< fsH* d'un tom fui t^ré giilnn « 
r*pr«Oe ««f«B de «• frai* 4»t ÎKfi» «Il Ml ^im^lm I 

«fivni pvHT diicf«n« mil. (M.) 




n. cBfL lufi m 



nS SODVEKAINS. 



H7 



XXII. 

ttn ta praoïwr i prêter «nnii™i, àmoim qu'on d'bîI 4fttre 
àCilbcriov de Ru^cs»*? i^i qu'où uk soii le «uttilede Uunicà : cift 
ran. Le okoMe de Huakk res4A alucbé A Pifrre III Jvsqo'i sa 
Mprt; ^prtft b vert dt? Pierre fil, le comK? v; prV-sL-nla <Ievuit 
rmpémrîu régiuaie» ri lui ttil : ■> ii'ti ptus rfi^ nullrc,,et 
je TÏea» vod« prél«r s«mKQt; je ftervif^ Vou« Ibjeaé svec It 
fidélîié que J'mi aeni K*Îtf III'.» 



XXXII. 



1 

Ne )t>i4is s^|>tnT If %amwtrwia <k 9 pen»ime, (^i^lqoe 
rtmilianlK qoe l&t grvulit nouK accordeDt, quelqne peniii±£^OB 
^'Ui Mvebleai notis donner <l'oubi€r kur riitg , il ne '^iil 
prendre mi moi* 




F_ 



XXXIIL 



XXXIT. 



Appekr ses etcJavea des diojt^m -, c'e»t fon bieo TaU ; mi» 
3 vuKÎrail mîeui n'tYoîr |>cMiit d'cscUTe», 

F ÂijoaiA dvtninder l'npprohalinn dont rm peut fie p»aer; 

cTeBl im nojCD irè»-9Ûr de di^er ui peuple h senriuufe, 

^H Tonjoure mettre le nom du Hénal mnnl le sien. Rx 
1 amm^Os ti ttmftoriitUe C^sarn, On p'f nuu)qiM: guère, qiund 
le sèn»t n'e»t nni. 



XXXV. 



Gb M ti wt&wmtàm fsi viai à loi : ■ Vosa >m ««■!■ vï cDBbBBrrT — Oïd, 
il» CBMiSK M r« cr«, i|iie «•• labiiia^ (Il ovar tcMe tcauiiv^ ■ 




PHtNCJPCS DE POLITIQUE 



XXXVI. 

N'aitpndre Jainais le i^^fi t\e la n^ce&sîtA; le prévoir et le 
prévenir- LorwjTiir la inAJe^u- n'en impom plu», il C9t tnip urtL 
CeUe mutins, qui e«1 ein^fllrnt-f «ur le Irène, u'ent |i» tncKiii 
bonne dans Ia famille ei dans la soctélé. 



XXXVII- 



Lorsque le peuple «'écrie : tkinnon» donc t'cnapire à Ce 
sans quoi l'arma reste sans chef, le peuple oient. C'esi 
adulateur dangereux qiii c^de à la ii4ke«sité. Cet homme aujour- 
d'hui «i e^œniiel k stm Kalut, H le tuera demain. Ce qui ftii 
sentir VimporUiic^ de la maxime suivante. 




XXXVTIL 



ui m j 



Connallro quand le peuple veut ou faîl aemtdanl de t'ouloir; 
cette maxime n'&ai p&b moîûs importante dans le camp. Coq* 
naître quand lis lioldat veut ou Tait ambiant de i^ouknr. 



XXXIX. 



Connaître quand le peuple veut, par intérèl ou par enUioii- 
^asmC' La Hollande n'a voulu un ttaihi>\4dn bér^italre que pif 
entbouftiaflme. 




IL 



Se faire solliciier de ce qu'on veut faire; secret d'iopistc. 

ZLK 



lustc. 



Coi^venir que les lois sont faites pour tous, pour le soit»» 
nia et p^ur le peuple: mais n'en rien croire. Us ptrlepl tosi 
comme ScrviUï IulUas ei en U3ent tous avqc la M cevae 
Tirquin avec Lucrèce» Hais jl raudrait. quand on oublie la jus- 
tice, se rappeler de temps eu temps le sori de Tarquin. 



DES SOEJVEKAINS. 



k^^ 



XLIL 

Lorsque Tibère balançait ciilr«cc qu'il devait uiji lois etct 
qu'il (levait à %^ enfa/its, il ^'amusaÎL 

XLIIl. 

Taime le scntpule M ce pape, qui ne permit point qu'on 
ordonn&t prétras ses enfants avant Tftg^; niaii« qui I«h fit évoque». 

TouJouTH respecter la loi qui ne nous gêne paa et qui gËne 
lea autiefi. Il Mrrail niÎGU.i (te lus respecter tuutes. 

XLV, 

Un souverain ne ^'accuse jamais qu'à Dieu ; mais c'eal qull 
ne pèche jan)«î« qu'en\efs lui : cela m cJaîr, 

UVU 

AiTranchîr )ea eftclaves lor?^u on a Itesoin de leur léraoî* 
^a^ coDfrc UEi maître quon veut perdre. Donner' la robe 
virile k l'enfant qu'on doit mener au ftupplica. Faire violer' 
entre le lac^t et le bourreau, la jeune vierge pour la rendra 
femme cl punissable de moit, voilà ce qu on appelle respecter 
les lûia à la manière ded anciena souverains : il oat vrai que ceux 
d'aujourd'hui neconu&issont pas C4% alrocitca. 



XtVII. 

Au trait hisioriqtie qui pr^èd^, on peut ajonier par eipli- 
cation*. il^pouilkr une femme de la dignitf> de matrone par 

I. Yorci I3MII U A itgtuL Ub. XLVTI, op- tu fil.) 

% TVmdvnf Efmiwrit f^ui auctorei. ouia triuntHntU nwKrio «dVri cJrfftMM 

fattoAui, mI Malts ror^ra >n ç^no^tiu ahjtia. Il t^tqpl ki (te 1* Hlld et SAjan, 
q^i« TibAn ât nalv klnai p«r ta thiurrtAD' 7\/ran f«AtiJ tt trwl, dit uèfr'blfti 
MonUiquIo a. if «JAnûoir lo ntnn pour ranMmr Im coniimM. Vd^di Tàcir- 
I. llb^ V, up. Il; n VKiprit tirt loii. lit- tll, dup. ttr (N.ï 



k» 



rniHCIf ES DE POLITIQUE 




Tenl. «fia de dèecrver la non, doo courre 

Bcnic âl^çal ; ottis bi«Q e«Dire upr cïjk^ oc qiî est jti&ic ci 

penuift. Toute celle borrihie inonle se couprcad en dcunsto: 

uillif^ iiDepfaAibn|iftiw,jii0lB ou injuste, pour &iro«r le dmil 

d'en 



JLLVIII, 



le vous recoÊùamnAe im tel, afin cpi'il ohliesoe pir volrv 
3uffni*e le |>nde qu'il poimuîi. CtA WM qu'on petnuuki 
un rorp« (|ai n'est non, qu'il ««l qMli|ae cbose. L'n Balw ■■ 
guère c«fl« comlcsccmUnce que ton^qa'îl c>ct faîMe «1 pe « 
a«h p«s en t-Ut de d^Joyer totHe sou kuioriLê kaos qadq^g 
CQMêqiiencc £icbeuâ«. 

XL11L 

FaIn jkàrtor le prétn état raecaute eb n eai i 
rendre Ve ckl i^epoiutUe de réMMAtat; ce » ey cii , 
iftr, suppose lOQjoutv un peuple fiu|>ftrstti>ei]3i ; il TsQdniibiai 
akîeux Ui guérir de a supcrKiiLlon et ae le pts troaipQr 





Le prlsive M k poignu-d, ffadiur r4 pafi»^ ^Uieai tt aurqw 
de U KOBrf^rtineté A Roiae*. Le ijrUire pour r««aaai, te pu»- 
^lard pouf le tyr^n. Le sceptre aMidoiie ne repr^eenle, d:Mib 
Btia de cj^liii qui le porte, q«e le droit de vie ei de aion 
Inratlilé. 



Ll. 



i 



lie point coBHD&nder de crïnie, »»» tvear pourva à la dk- 
cr^on, c'ett-^^re à It mort tie celui qiii l'eiMute : c'esl 
qo'un fortet en mtniloe un tutre. Si les coni|>]keft àm 



ÉBr puk HHlaMBl 4» dou rnftMrv* vvrrta, dHC I^m mnàL p»tf UV« 

t* ctefitf «fdi« que r* wAiirc »t^( duk&Ui te filrv 
r«ar AluMirkb Vcpc* iiwon.. M C<», «i^ ïui* (JM 



I 



DES SOUVERAINS, 



hn 



lîUe» «8t UwioiLn la récompense cte leur l>aa4C4Sç* 



^11. 



Soadlerbeiucoitp de p^tiu appuis conire un appui trop forl 
et danccreiu; c€U a» i)ârA]t pmdcDL 



LllK 



^P Qtuiiilo[ixrU<a)m)iiitau trAne p&ruoe Agrippine, 1> recon- 
TiaÎFMniice de N^rini. 11 n'y a |mk k h^^nccr, Rçsli- À vavfitr m 
un Irùne «si d'un a&aeï grand pru pitur d^vuir '^tr^ (!anA^r^'^ par 
un pftTrîddr. On n'en ronronner guère un nuire qu'à Ia rxindî- 
tioi) <li^ ré^tKr Nvi-nifniK ; t^I viiilfi Ik miKon de tATii flf cIî^tAciw 
qui Auîvectt \&i rvvitUïi'uwtit,. On jiftprlle It- ^tnnrniîri ingrat, 

jiUjidi4 qu'il fïHAÙ appeler le fAvun dÎH^acîi^, boniine despote, 

' ' Quand on ne veut pftK Aire fuîble, il Faut »ouv<îiit 4ïtr«lRgTai; 
H te prcfliîer acie de TauiorUf' souveraine est de cesser 4^éUB 
précurv. 



LIV- 



LV. 



I Faire sourdement ce qu'on pourrait f;ûre impunément a\-uc 

[ éclat, c'cfit pr^frrcr le petit rôle du renard i celui du lion. 



LVL 



Rus:if 'Toeîq'jcfoiî;. cela est essentiel; sans celte pr<5cautioo, 
Aouiicrajii C9t souvcot c:q>osc à une familiarité mjuneiise. 



LVJI, 



i 

I Accrfriire la Kirr%iturl<' iu>(w I* nom de privîl<>ge ou ifc d»- 

I peoaeB; ce»i« danu l'un et l'autre ra». dire de la manière la 
I MOina odcnsante pour le favorittéet la plu«i injuste pour louie la 
Ration, qu*»n r»t 1*^ inaTinr, TotJtj* dtMpmv^ i-st uimï infraction de 
I b loi; «4 loat (trivil^ «st une »\'jeiiitts St la libei'ti.^ ^éralf. 




ITt 



PRINCIPES D£ POLmOCE 



Lvnr 

Aiurher le ftâlut de Vf-tmi à uii« p«r»ODDe; prtfvgé popu- 
laire, qui reofenne loua lea autres. Attaquer «« pr^ug^, aine 
de 1 j-^w^triajcsté au [>rvtiitGr cbef. 



LIX. 

Tout ce qui n'hoDûrc quo dans la monarebiei n'eit qu'une 
patenta d' esclavage, 

Souilrir \t partage d« rautodlé, c'fsl Tavoir pardtM : Aut 
mikilf out Camr, Au&sj le peuple ae choisit sac tribuns que 
parmi t» palricicos. 



LXI. 



4 



Se pr«««r d'ordonner ce qu'on ferait sans ztcrn rouaente- 
ment: on masque au moins sa farbJeâae par celte politiquo. 
Aimi, proroger le d^c«invirat avant qu'Appdus Glaudiu« k 
demande. 

un. 

Un étal chancelle quand on en mâiagt t«c nte&nteott. Il 
loiKhe à âa ruine quand la cfaiate les élève aux premier» 
dÎKnitte. 

Lxni. 

Héfi^-Youâ d'ua aou^eraîn qui uit par cjsut ArisioU, 
Tacite, Sf&chiaveï et Hontesqmetii 



LXIV. 

Rappeler de lemp» en tempa Icunt devoir» aui grands, noa 
pour c|uH]s K'amtriidt'iLi, niai»^ potir qu'on sache qu'ils ont im 
Dultre. lia s'amenderaient peui-étrr, s'ils élaîcnt %àr% d*(ifr 
cbittés toutes l«a foîa qu'il» manqueui 1 teura devoirs. 



DES SOUVEHAIIfS> 



K» 



LXV. 

C«liiî qui n'esi pas maître du îioldAt, n'eat Ok&lirQ de riOD. 

LXVl. 

C«1u! f|iiS V9l miflrv clii mlitst, ««1 m^tlr^ iT^ la Qnance. 

LXTff. 

Soiift quelque gDuveri>ein«Qiqiiece fùl. Ut Mtn} moyen d'èlne 
libre et serait d'élre tous soldats; il faudrait que d&n» chaque 
CODdiUoci le ciioj-cn eûl ileui habita, Tliahit de wn état cl Thabit 
nùlitaire. Aocuii souverain nVlablira cette éducatioit. 



LXÏIÎL 

J] n'y a de bonne» reRiontnn€fi9(iiMC«llcfl<|Qi aereraîeRtb 
baïonnette au bout du fudîL 



I 



LXIX. 



Exemple^ de la jalou»^e de ta souveraineté*. Tibèr* donna 
)e eomoiaodenient des logions à aeâ deux fils, et Q se fâcha que 
le prêtre eût fait dea* prières potir eui. Oc en fenît peuMtre 






t. Cadcroi. karApiItlc rJa l'uiujpiijr k mt voJr tfuna on Uvn qae « qui ^ 
r«tiTTLr>c^ ICI mr d» Ikli» qal ti'oal da rtellM <juo ditit «a loui^Diftiloti, Il 
kvwdUt ci («nfQBO tant- C^ «nuv Dnitat^ bqd prcipm Ali, M Ctmiutieai, »d 
i)i BdopEir, qor Tlbèn, pont k otcltc Eiù-ciiAïuc plua u «ArMéi imw» ^ <«a>' 
«vuSDineni dea bEflop» : Stt^ iMturm tttaltâr, ufrogH Jli«D tt^mtt vbttnrnie. 
Iku c« n'm r*^ ^n fiiviir dv m rtfrit prlnfM qua rq pnni^fH nrnni du |v1^r« 
qol laur tUMf«at d« U p*n do ]>iii|>trfvr tinu \*^^ rtprtmandv (mo'li^f pw- 
ilrMi). CcM ItAiob CL Dru|l1I^ toun If* deuï db d*AffripplEt •( da Gfruuaina, 
fMlM prtcn» rc)C«iiiBitjiafirkiLi«vidicu(;ci <n dnu printm ti'onl JâiuiU win- 
Hidè l« I^Mii. JilTiil Ht oitinr>]p de U J»loiiid« t\tt U kiutmlncU ««1 oui 
«hoW, pvuqu'lt k'vfii, du* la dvui Tiita qua IHiIe-nii ■ U«i OUI % propM. da 
pwMDn^t* uAn-dimrail*. Vofu U notv itaiittDtQ. [N.J 

1 C* fAlL. Ici i|ue tHdwQl Id pnVulc id, ei irt[Mn* d«i drwiwUftft» qui PfcC- 
«OOipipienL dini 7vlt«. cm uki liulfrlAiat : nikln H bVjl m pM dt; m&(ai>, 
lonqu*«« Iv lit dut t\iH<iDftl. C«i mimm druuuoaift qoe Dldppoi ■ n^lgè» 
«a ««bM, itfu dooio ptn* qu'il ■ cii4 J* pidnolr*, ditltanvni «loni «ouot d« 
tnMmtm dilHrf ni9 du urwidir* de TUn?, «uttuil <t« irafU qui !c fanl oiïm ?«- 
oaimL Oa iB n jac*r. l^i.pODtlftv. rt i Injr etrinple lu vitra prtcm, tm 
pDor 1> cOiuVTMlon à* l'r<mptt*itf. natmcuaûtnm wai lui 



ku 



PBtHGIFES De rOLITIOUE 



âutaoi Aujotvd'bd. Il fuii prier pour le sun^ àm anoes de 
LoBk XIY, mJJfi DOD pour le succès de» uma de Turennc. 



H me rombe sous Ifh yeux mi piva:igr t\v. SaTIih^Ic. oA me 
xmibli! qur jr Ik Ir pUo di- ra'ulurjUîiin de la m^mn drs otlfta 
niaws'. L'hUiorié» r«ii ûimÎ parier lluius* : Je d'aÎ pouitapprii 
les iHtres; J« ■!« ftoudaîs peu d'une étude «juî ne doDiiiîl 
uiainr i^crgîç k cent rguf Vy lîvnuriit; j*iii upprh <lc» choses 
d'une luul «utre îii)|»rUiir« pi»L«' U R^j^Dbliqtu'. Fnipp«T l'rn- 
ocmi. suacàder den aecûors ite nea croodre cjue U muivaiv 
rx^iitelinn, swrlTnr ■^gnlmiml Ir fn»^ et le diaud, rrposrw sur b 
terre, Auppttfirrr eri mfnie temp» b diï«ell« et l<i iTAvall ; e'«M en 
CuMBlcea choses que noa uicébfla ont illustré la Bépublîqoe. 
tA on ne de&tinc h IVui civil, à U oiigtstrAiure, aui Acieflcea, 
que ccut qui y sont cAtrftïn^ par loir pencbuit naturel^ les 
amm HOAt élev^ eomme Mana». On Irmvaïlle aclu^lemiil i 
Ultrodwn «fauiB celle nuisou ud plui d'éducÉlÎMi morde, qn] 
belinee b vigueur de rédtir&iîmi physique, Plu» rbonune ait 
Ibfl, ptux il ûnporiv qu'il junijniêic. 

«iHi IT*« M OrmtwL TUb«. ^ ^nll t0a|«v« biM «n«dl«al la balte 
4* Onnulna (4b>| MUfMj 4»aMi CrmmwiBi mita). tmX Irb ift— < 4i«t 
qv^iD «iOktt *ia>l 4« «fuii i ■■ faom* éi ma Ict, h il •«onil l« aéut 4i 
JM pviol inwillli. dAiorafikt par 4a lisnanm iifJiOMUfài, 401 tttmtrmmê m 

mfm» t tiûr^iimÊm»mm i êtfÊÊtarmm,mt/mt motiln aéêê nM ,t im m amamvt^m- 
nafvni ko^trShv^m^trUmm Rdofiwrl. Atiiuf. lib. tV, cip, itil Oa tok, p« 
m «irxoâ. qkH* Diilcrut A*ci4 pd« «olr^ ^vt% U pMMévdttTtdw: H qop lffpri>> 

— L BOw MnUB ^«t J t akaan f n^èna irOiJ ki, C9I«bw pm1d«i. k Inf«d4» 
Mffci ^'ttOA «■— nfri^MPtilIft dM r'^ûsat qui W fltoBAat â l%fdl « Il 

I. iriiT riiiii iiri n iii ifirri mi mti'in wwnfliaJfijTrBu»*^^ 

GMMW,Mtt^p^ «M. 

Il Jfcf«lilawcr«Mi«A» . panm fbMta mi ^brwv,- «in^ «v «I 



I 



I 
I 






DES SOUV£RJllBS. 



W 



LiXL 

Printure de U coaduilc du cddsuI Bulilîu» i Capouc, qwc lc« 
«ot<Ut<( muiiotis s\«ienl projeté aecr^temcnl de piller. Il éH 
Ma uns qu'ib ofilflâsesacm, qu'ih néritcttl d'^rc ntipondjc^; 
«n «atrcs, que brÊ9cs par ï'à^ et la bliiciie, iU sofii ho<-?i d i-lat 
4c servir; il dnpenîe par pi^iili» troupe», oa netil à^uI, ««ftix 
^'il rodoulo; diif-^rvnlcR fondions nii1i(Air<?s lui ï«rvcnl de pr6- 
IttEie; il CQ occupe k des coavois» à dt^s voyn^cs, à des commi»- 
aiooaï il donne dm ooogt^ft; îl eii dq>^e à Rome, où son col- 
lêglM ne nasque pa.H de nuAtHk^ pour les reienir; îl esl BocoDdt* 
par le priHeur, et U couspinlwn sWuioijit; ce qui prouve corn- 
bkn U dbriplÎDe ruîi fùbk, ei nmibitui U licence du )9ol(Jal 
était redoutaMe. 

LXXIL 

^p:iqiïl1er f^u «olifals partout où Ma «ont iiidisriplEnO«, 
eonamr on l'-paqultaii les anmVs aou.4 h R^jmblïqtw^ rooume; 
fjinfit timiiit dis^mi ezereittâ^ juod taliàbtrrimtpn ftt ad t4m~ 
tinmdJtm mitùartnt fid^m*. 



I 



tXXIIL 



«t facile de di^oumer 1w boaimeft nMiveaui de teuo 
projets, n Pom sait oublier i ieni|H »a majesb', et proAier de^ 



1 



lAIIV- 

Bntfler la aatioii pour raflenwtr le iràœ: ^voir ftUAuier 
guerre; ce fut le cansdl d'Aldbtade à Pêridès, 

LIXV. 



w f/esi l'aSaîre tli-s ilirati* re n*eM jok la Ofitre. C'^^sl au riel 
à \«0|pt' «m iujurca, i^i à veiller que les autejs et les HafrïTn^ 

■fii stvl qa wn* iWuL-vIfful irutnri U Iwlun nu Ir rf^»f)nliiiim( s'i^init psi •■ 

4b laMfiton CiiviuL \ùy<u Tuir. ^juof. lik I, cip. uum. (M.) 




476 



PRINCIPES D£ POLITIOUB 



ne «oient p»c |ïn)Uni%t, NrM rimcJioiu Ml H%1itbBenl dmat m ciii>* 
mi^iii ik HDuhfljtti qu il Ei'f^ii Arrive aucun m&lbeur à U Répu- 
blique, a Dîscoun; crhypocritcs, qui prenrirnt le peuple par «m 



LXITI. 



On lîl, flnns tr» Pt>lîtiquf7i iYKn%it>\r.\ qu^r» de son tempe, 
daiisi quelrgues villes, oit jururt €1 Tf^ dénoitçAJt biine, toute 
haine au peuple. Gds se faii partoul; mais on y Jure \e coo* 
traire. Ceilâ îrnpmli-ttciï ne wt aiii^ifl pa;^. 



LXXVI 



Ilelv6tiuft n'a ru que la moitié de la cootradiciion* Dtos les 
»ocié1^ les plua corrompues, en 6tèvc la jeuMaM pour èire 
hoDaAtc; !wus \&s gouvernements \e$ plus tyra&iiiqufs, m 
r^lÈvc pour 6ire Jrbre*. Len principal de la M^ïérDiesM «oot » 
bHcux, et ceux de l'esclavage si vils, que les pèr«8 qui les pn* 
tiquent rougis^^cnt de les pr^her à leur^ enfAiiu. Il c«t n^î qw, 
dans l'un et laulre ca^, ['exemple reiiiMie& lout. 



4 




LX&VIIL 

Presque ptks un empire qui ait lea vrais priiKtpes qui coo- 
vieiment À aa c^tualitution \ c'est ud amaa de loia, d'usages, de 
coutumes, iiico!ii>renis. Psj'tout «oui trouTcrez le parti de la 
CCHjr, et le parti de l'oppeftiticm. 

LXXII. 



On veut des esclaves pour s*n : on veut 
pour la naiioD. 

LXXX. 



Dans Ig8 Cmoute» populaîreâ on dinii que chacun «st icu- 
verain, et s'arroge le droit dé vie ei do mort. 



1. yoju U«r« V^ ehip^ 11. rBfl,} 



DES SOUVERAIKS. 



kll 



LXXXI. 

Les factieux attend^nl les (rmps de CAtamité, de disette, df 
guerres malheur«ui«s, de ilmpuicsdc religion; ils trwi vent afois 
le jktîLJpltî loiji ph^i. 

UXXIT. 

longtemps a van l la dépoeilion ei la mort du dernier empe-^ 
reur ât Raasie, ta notion Ctait imbue qu'il ac proposait d'aholîr 
la r^ïligtan schUmaLifjuô grecque, et de lui autoituer U rehgi<in 
luthérienne. 

LXXXIll. 

Da •ouveraÎQ faible pense ce qu'un souverain Ton eiécute. 
Par cxemplct tout co qui «uit : 

UXXIV. 

Il fjiiu qiie te [leuple vive, maïs il faut que sa vie hoÎI puivr« 
et frugale : plus il paI occupé, moins il tsi facdeui; el tl eat 
d Butaxil plus occupé, qu'il a plu» Je peine k pourroir à ses 
beâoiiia. 

LXXXV, 

Pour Tappauvrir, il faut créer dca gens qui le dcpouilleol» 
«1 dépouiller c«uK-d; c'est un moyen d'avoir l'honneur de Ten-^ 
ger le peuple, et le profit de la spoliatioD. 

LXXIVK 

Q faut lui permettre la satire et la plainte : U baioe reoftr- 
mie est plus dangereuse que U haine ouverte. 



UXXTIL 

U Taut «ire lou^, «^-eU e«i facile. On corrompt les gens dt 
leilreB i st peu de frais; beaucoup d'affabilité ei de careatee, et 
Mtr peu d'aigeni. 



kn 



PHinClPKS DK POLITIQUE 
LKXXVIIL 



n faut ^Câblîr 1« praponinii »i U d^penduïce duis Uma Ib 
éUts; c'ot-lrylire, iioe wrTilude el un^ misère vf^les. B Ini 
surloal eierccT 1i justice; ma n'atlftcbe «I ne CSfXMWt h 

LIXXIX. 




«a leur 1mm, 



Il ftol que U jaKikc ml prompie ; 
iDOiDâ ils OUI de tempâ à |>or4rc 



?tc paft pcmirttrr «itx hcIk» île TOjBgftr; tncam 
wca étrangers qui ne m»! enrichÊa, de siortir sun lo dé* 
pouillev. 

XCh 

Toat -tacTÎTier fc Rtat imlilure; ïl rAutdupiiu utx sujctt^il* 
n» faut ôt^ troupes el de rArf^ol. 

Tbofl los ordres de T^t se rMuiseot à deiu» des soldftb d 
leurs pourvoyeurs. 

XGIII. 
Ke fimcr des dlUncca qoe pour semer de» haîacs, 

XCIV. 

Allumer et ftirc durer U guerre eotre bma ToîstoflL 

xcv. 

Toujours promettre des secours, et Q'eo point <wfOfer*«. ' 

' I. Toilà u ds »4fiklailnit r' r "i f^i fi iiniiiia wl ml j Mil M 

teaw uatrv U n^bliquc fru^jû*. KUi pn^iltijl, inv Im Jdn. à n 
nMat* H uni upMcw. iln hii <nT«fv ib»a *iimii m éi %m m 
Billfl hoBoiM 1 ff 11 IM Utood «non. (K.J — (toit «a IM» ifrti la 
1 




i(IS SOUVEftAINS. 



nt 



Profiter de» troubfe», pour «ccuter 5t« dcasdiift; ftiipettdîer 

XCVIL 
Pobit de miDÙtnA «a Mo, ntû des e^wi&. 

XCVIII, 
Pwat de &ÙDi3tnu cbea soi, msi^ d«s G(wunî3. 

XCIX. 
Il s'y » qu'iaoe personne dan» l'fimpirt, c'est moi'. 



Dérwler daiiM Ugtiem?; mnponiirLiMiLcc qu'on peut; Ivùcer 
, lo m ce qu'on Dif peut emporter. 

r 

^V Js me v>uùfi fort pfu qu'il y »îl dcK Inmi^rt». dc« po^U», 
dei firat^uni, dm jttfintnrs^ dm philrnapboi ; ri jo iw vnii 
qu« d« bons généraiu; la hch^ûos dtï U guerre «Nt le seule 
«tile. 



CI. 

Etre le premier soldat je :ton trm^ ' 



GIK 



k 



CIIL 



Je me aoucîe encore moins des mccura, mms bîeo do U c&h 
apliae militai rc, 

u Jwj9» la 9M» 1 ^iw pi— préc H coi*. mO — Ces'mpeJmkUinLiInHXa 
Mttlbna IFHdMe U pkrtiat4* !■ mmun* LUXUL 




m 



FEtinCIPES DE POLITIQUE 
CIV. 



ha ïôul boQ gOUTcrooncot vkî^d, est, 4 moD «vb, cdni 
de Lacéd^moaet ils uiraienl lUii par subjui^er la GrttM 
eotièrc. _ 

He< suJoU ne aérant que des Uotes souâ us nocn plus boa- 

CVL 

liea l<fto, suivies p&r cinq ou six auecetieurs, cofuluînleat 
infailtiblcm^nt k U monAr&hîe universelle. 

Tenir constammcDt pourcnoemî celui qu'on dc pevt 
t«ir pour ami, et ae compter pour ami que cdui r|ui a totértt t 

CVIII- 

Être neuiTB, ou profiter de l'embarrafi dee autres pour «rrao- 
ger 6CS olUna, c'c«t la m^mc choeo. 

Cil. 

Demander Ta n«>u!rtTit4^ enir« loi et lc« autres; mais ne 
point w)uJ£rir entre les autres et soi. 

GZ. 

Harîer acs soldats, ou lea occuper pendant U paii à en Aîn 
d'autres. 

Faire EoMats qui Tcd veut. 

CAll. 

PûioL de justice du soldat k sdd pourvoyeur, I»; 



DES SOUVERAINS, iiH 

GXlll, 
Point de discipline du aoldat à TeDDemi : 1& proie, 

CXÏV, 

Secourir, ou subaiater aui dépena d'autrui, c'est comme je 
l'entends, 

CXV. 

Empêcher rémigration du citoyen par le soldat, et empêcher 
la désertion du soldat par le citoyen. 

CXVL 

Punir le malheur dans la guerre, c'est prêcher énergique- 
ment la maxime, vaincre ou mourir. 

CXVIl. 

L'impunité pendant la paix, la certitude de la proie après la 
victoire; voilà le véritable honneur du soldat, c'est le seul que 
je lui veuille. Je n'en veux d'aucune aorte aux autres ordres de 
l'Eut. 

CXVIII. 

L'habitant indigent doit spolier le voyageur, 

G XIX. 

Mal tenir les postes dans un pays où l'on ne voyage que par 
nécessité, 

GXX, 

Le besoin satisfait, le reste appartient au fisc, 

GXXI. 

La disdpline militaire, la plus parfaite de toutes, est bonne 
partout et possible partout. 

II. 31 



tu 



IKOIPES DE POLITIOUC 



GXXTI. 

Entre une Mociété àt Ser tî uue société de f^act ou de port^ 
l&ûie, il n'y & poâ À choisir. 

cxxin: 

Faire dcft crimes. Torquatus SiTanua^t eo ticsnobfes, fm 
epittoiii, tt liMiiif ft raiionibtu nppfîUt, nominit mmmm oif 
H mêdiiamenta, Pomposionus 8'esl fait deec^odre de U Umillc 
imprriak *\ \\\ une itiappctnoodd ; il cofporte les kam^pMe 
que Tite-Live a mi«e»^ dans la boucbe des cliefa et do» rois; il a 
donné i des esclaves Iç8 noitte d'Anhibal et de MagOA. La tia»» 
de MArcellus est siiii^*plus haut quccdle de C4mv. Cestane 
de pareiU ntoyeas de perdre que personne D*est «o >ûitai. 




GXXIV 

Alexandre dir;t qu'Antîpater a 
ou'.^ilpaier a'ea conviendra pas. . 

CXXV. 



j 



Tuncu ; maia à condition 



j 



Quand on »ert les grands, toujours arvlr moina d*«i|iini 
qu'eux. Témoin la diagrico d« PîmenteU secr^aire de Pfa^ 
Itppe tt, roi flT-Hpagrm; an liorlir d'iin «in«Hf d'État, il dit km 
î^mïM'. ; u Mailaïue, f^Lfâ voâ mallea; j'ai eu la maladreaae de 
latï^rr apercevoir à Philippe que j'en eavaia ptos que lui. a 

1. VDiviTun. àmiaUVto.\y. ctp. niv. i* r«Mlilla tel 1* Km * m IM»> 
n^n «^ iMdcppi ctto pKd^ud to4}oun d*uD« ttinWrtfta lucv, ai ^*ià clscwrt 
tvutoïki fn MipprifTUDt un* DAuHÏtA M qai le rvodniL cUir rt bUAgib 
p«ur tout k ujcndc^ n ftui k^ulor DH«rvt l4>rM}i^a nJacnci»; ■■ livi^fl dm ^ 
Ci>c «t tiTrAni 11 41 chiuil. |4i1iAilijufl. ^viiunat. pinuuJf; il fMrifl U hvdM 
dMi l'otpiii \ mù* <iD RB jxui tnp k dfftor dfl fui quiad U âiâ i J« M CflBM 
PM ea <« «con un pliu Pkàunli ^âo- Il mi tw qu'il iT ^a art»» 4^» ftb «« 

1. Vo^ Snrroit. in Ooftàiiamo, cé^ l. C7<N eut «m dWraM» tkaA <**«■ 
liaa, lAiL* plm au moini ng™* '^ intlfclSiniJ. qua le troÊà OnittMft AiHe PB^ 
pHiàDï», (h-) 

'«Il aa poftdli «I lildvui, iiJiï»U Ctfutr* 6r>uiu» lUrceUai. Tvr«i T, 

ILb. I, «-Ap, LUIT. ^.> 



I 




DES SOUVERAINS 



A» 



CXXTI. 

HftUiciir à celui dont oq parlerB trop. 

CXXVII. 

lUIlwur k ct\m qui s'illustrera par ses 8Crvic«s, 

CXXVIII, 

MaUmui à celui qui m'aura mis dans l'aliemative d'oublior 
ou la m&jefiié ou la sécurité. 

cxxrx. 

S'ils Tunqvftnt, c*cal que je leur ai prêté mee dieux et hmu 
dcsûû. 

cxxx. 

L*n roi n'efft ni père, ni fils, ni frire, dî parent, ni époui. ni 
amt, Qti'eatHl doncT Roi, même quand il dort, 

CXXXI. 

ht courlisan ue jui^ que par le roi, et par sou étemîié, 

GXXXfl. 

tcBoldateslRotredi^remeur pendant la guerre. itotreeQnemi 
dans la paii; U v.st loujour^ dans uu caiiip, iloe fait qu'en 
changer. 

CXXXIIL 

La terreur est une sentinelle qui manque un Jour & 9on 

CXXXIV, 

Puisse * Agrîppine n^nLlcr jamai» i Tibur mrs son fila l puisse 
Bon ûh n'en revenir jamais Haas elle t 

\, U T • Auf la BUQUtfhi njlngrïpb* 4f Didorol r < Pib«t HinpémrfM 
D'Ut*! Juiutt i Sartojd« wm icb SUE puM4 km Ait a^ r«*Cflklr Januls uni 
ctie! ■ 4jt.) 



m 



PRIKGIPES DE POUTiOUB 



cxxxv. 

Renvoyer b g&rde prétofîeane; c« fut U le solécisnie de 
CétAT, et ce soléciane-Ù lui coùu la \ie. 



CXXXVI, 



H 



Callgul» so fît garder par des BftUv?6, et katanàn p^r âm 
Gtïnnuiiïi. 



CXXXVll. 



Rien ^ demi. Pompi^ ^v^ii «n U iet« coupée; C^sar éoA 
pc^gnardé; ÎI TulUii ftseassiner AoioîDe et lapide. Octave 4Uii 
trop éioîgiii^ et trop plit pour o«er qucl<jutj cIiom. 






CXXXVIIL 

La posiltoo de Tibère i^iria» la révolte de l'illyrie, fort wn^-' 
Uablfi à celle de Gaiherine après la rcvolutioa ; Piriadota tôt' 
rilas; /laffitiota largUto^, 

GXXXIX. 

Lorsque le pr&tre fa^'Orise une iimoialion, elfe «at naaraïse; 
lorsqu'U %'f oppose, elle est bonne. J'en appelle 4 l'hialoût^ 
C'cat le conuaire du petiple. 



CTL. 

Soiifl Au^te/l'Empire était boro^par ITuphrati!, il'oripiil; 
parles oiCancbr?^ du Nil et lt> drHrrt» d'.Afnrjue. lu uiidi; 
le mont Atlaa, à roocideAt; ei par le Daniihv et le Rhin, an «i^| 
trntfïon. CaH empereur se proposait d'en restreindre les 
Plus un cmpiic e5t ^t^du, p1u< il est difficile \ g omu ra er . 
plus il îonporte que la capitale aoit au ceniru. Ou pcsl en f<»-^ 
trcLiKire le goovemcmentt co le dinsaoi, multiplier les fevitr- 
oeura des pfonnccs cl ka ctiangcr aourent. 



DES SOUVERAINS. 



m 



CXLI. 

Arb «ux rac(iru)(. Auguste fit périr les a^Msinfl de C^sar au 
bout de iroÎA aiift. Septîme S^v^n- traita de m^me c«ux qui 
luèr^ot PcrrtinBA; Domiticn, l'aHiÂnchî qui prèU s& maîn À 
N<?ron; ViielliijH^ k» rncurtrïers de Gslba, On prolite du cxime ; 
et OD s'boQore encore par le cb^timent du criminel. 

CXUl. 

Aprift U mart du l^iui MâJiïnnin. Arcadiu« et Hononus 
publièrent uii« loi conurc le tyratmicidi:. L'u^pril de cette loi i»l 
clair. 

CXLIIL 

On à dit <|uo le prince ' mourail, cl q^G le sénat était im- 
mortel. On nous a bien prouvé que cVtoit tout le contruirs^ 

C\MV, 

Lea ordres de la sou^'eraînelé qui s'e:i^u1ti)t la nmt,iiïtr- 
qumi injustice ou TaiblcMc : n'importe. Que les peuples n'mf^ 
preimeui la dio^e que lorsqu'elle est faite. 



CXLV. 

H Tandis qu'ils élèvent * U mer et qu'ils abaissent ]e« mou- 
Ugnes, Dous maiiquont d'isîle. ^ Qliî esKe qui parle aiii»îï 
Catilina. A qui T A des hommes ruinés et perdus comme lui. 

1. ' Plnm qnirn rrnmm ft ii^niJ ritx'irna {tn rupàiUi 4a nuurlrvrt lU 
Gliihtt} pntcnU aipcacaDlium* ab aliquam ni^ulpilm illï difl Qp«r«ui, Viurlllm 

dlbo iriodpibui mon, iDaulnimMim «d iinvHni, in poatenun ulUDaeou ■ T«cn. 
Jlùt. Ith, I. np. iijT, m jln, (n.) 

9. pTvviptt mortnitn . wtmpublieam etltnatn tnt. rWl an* d»< nlaoai 4oal 
TIbArt «a Krrit j>«ijr taltt «Mcr In riifnïti qac ouult U mort 4c CcrtBUitfV*. 
(km. kIod Ifl peuple. Loi fun^mtLu n'iiiiv» pu 6^ lAtéMta vive uam da 
Di^lnnjnrr. \oy9t Ttcir- Annale hh. Ilf. rtp. ti- {KO 

:i. ■ KtnLTdi qui* nt0rUliuni, tai ririlé in^ntuoi, r^l^nr» p«4Ht, lllb dltllki 
lupert», 4ivta prtfuaJtftl ïa fuiniQndu in&rf, ol monilb'u f«V|Qtq41ft uobla nm 
bniUvtnk nUm Ad ucccmaHi i1h«h? * Sutu^in. Caitlim. C4p. n. (N-l 



m 



paiNClPES DE POLITIQUE 



CXLTL 

Que le pcopk m voie }icn»U couler le mhç n>ï»l pour 
i)ue1i|iie OLiiae i|ue ce boît. Le &upplic« public d'ufl roi cfatngC 
l'ciipriL d'une naiioa pourjuD&is \ 



CÏLVIK 



Jl 




Qa'esl-<« queïe roiT Si le praire osait répondre, il dirat: 
C'est mon licteur. 

1. Il D^i p«i Juniilc de nratrquef que INwmffV vt h t;wt« <«lMi 
rMf^Mn, tiittj jiHUï qus prarcD<l4>, ■ M^ 4vt4i« in4: rt j|iin l'A ânci*U 
Bulcrd ktar p4nlMBM «ODoeJko 1 l*urm tmaot A MHnHwou et fWtatfto*^ ••{ 

pIuLût Mjr» «Va difuUir» c*Uf iiaLkia «» c«^ fl'cA eU pu mo^u moJllN i 
««■rJ pour muL le umpi quo ta farnii? dv «un tnv>ni?mriii Vfn voDurbiqBa :' 
c'Mt <tii';t fibii fHiij(-«irv prjii lit itnnpii ft un pto^lv polira ;4aT nalUifr tonp^k* 
Ufhl 41 publif d un du «q ivU^ M p«ur T«ir. otttna tpr^ft plvkl»*» iMfUi dM»- 
ïé»t »m •ufcrweuit klmluiBrttl da vftac wl ti *t« le eMb* MfVflfB 4« pf4<l'* 
*1 d11lutJif0t qu'il RtAfdïJi \tt priPOK qui. «tàoi ce cn&d «ttapAV. ont riccé wr 
lu[, r|u1] n>n » n»Ui* 1 « m«miT |vapl«, 1^1%^ d'iuo bofMr VTrltud*. pour ■ 
rMi>iii1ni ik hnmr. de •#« fir* nunpni, U Wa de ie« Appreauun. Cetu olucn^ 
tian, dtfnl on ieatjm d'eut^ei mteui k iMt^ qu'^n «un plua 6i«idU le eoiir 
àiuruiii. 01 ipi\n le mina]Lf4 niivui, iuffll« tq Eue i«iDbLo, p«ur loa^ec I uw 
Isa Frarr^^tarvi oqirlt d'univo. iJf roDcortv M de piix qvl p«ii muI tulr kwBui 
ri« ifun m«m. l-uieeeni »ui<mr<t'hvk f»ui d* omb MndUiyMU qnl. OMhMper fiti 
M pu ua ttDlt rt1l6dii. qu* pu l'vtftt du pMvaIr de llutaliud* el d* b ftK* da 
Afij))«ne pr^on^oH, nfr^ueni m fend <Ae lodF cour vn pttaavMnwfil ftk«U fif 
b tolonM nt^loDtlQ. et fout lecHiviDcnL d» twit. et» luftb* ludteotii. |0iVM 
Tflir le r^ieblieuiiuLni, iriuniurtr duit to iiiltnr* da 3«ur« peftekiov «I df lion p^ 
Ju^ Mtu iTiflde quauian! PukHiMMIâ. plfi« Iminiiie H plat *riil/4< e* tat^ 
lueen foriomuii qu'il fttn>l InipHaible iu|«uni'hiil dff CMrbcr lA«t IM tnaçtàt 
•OUI le nêiTH Jovi dopl fia hi kbi AlTreachUt «Ht belcncr CBCCVt W riiftOi dMi 
do Elol" d« MDC. ri *M» lu^ lEBpriiMr vntr ikmit«U« iirniiit qui fu cvUVlMflll 
fi(Vrti4irfiinMii le âiVhimmMil m U nilnA' PuSHant, tnrttMi^ rM baaaai alpv 
fAr le mtlheiir, *t que les ronvuTtia'^ii [«■ dteordw et W rnnv* d«UMl««pèB«, 
laMpef^i^ioe d'une fjtAde r^voluUoo. a'oni <{uc ucp nqliiiJi^ h»F le ael da II 
fépaïiliq4i\ «bjurw nlla leurt heinte, «ullier, m'\i*e pctti, te p-"*, ourftrdAnr* 
Bda l«ur âme à le cUnuHcr, à le ïoiuciiJ-fmiriii. 4 rupûuHc, i VaatWt, i im 
lu MMlAWHie ^oui et unuliieare' Piii»i«il-lU, tAumit tui «acte cooaaAt 4f 1^ 
lilll « A I«Dr propn Inc^rtt bien bJiEcndu, rrcoRBiLir* que, Unt léaa «va^ 
te4»l«ttp«vr, Wut rt^tuJ^, jh n'eoi rten de mlt^ui i feén poirr laariivabHirti 
yMVCilnl 4< tmin <uituir7'-DB. pour uurtraunout lenpot. ta doréa, b flnérafi 
b fWi p èrM diT ta pauv:. ^r nem iJ rtii^r a Iihi>i Ir* amn hdaa a^ ^ec de m 
MlMr i* ftnila auuivf du friutivatiBiin l au^i pv Ucfl in ai ln tiao,<d te «âlfrUor, 
tfa fartiflflr à l'cofï lixu Ih rruerU, tl dt daaie* Ira prvaûavp It p gé K p ù tf 
^ napeci al da luUiMiiu m( lola d« ltl«I'|H.. 119|.| 



ÙtS SOUVERAINS. 



4fi3 



CXLVIII, 

Doe goen« intermm&blc, c'est celle du peuple qui veut être 
libre, et du roi qui reut commander. Lft prttre csi. «clon son 
intérêt, ou pourCe roi contre le peuple, ou pour )c peuple conire 
te mi* Lorsqu'il a'eu dent à prier )c^ dicuv, cest qu'il &e soucie 
fort peu de U chose* 

CXLIX. 

Crtor une oogncc à Ia disposition du peuple; crder une 
copiée à I4 diâpositioo du ^nat : voiti toute rbtsioire du iri- 
buitt et de U dictature* 

eu 

S«voir dire nûn, pour un aouvenJn ; pouvoir dire non, fïtMir 
un pulicuUer. 

CIL 

A U Lft-dtiun d'un dîfUieur, de rt^publîciwri, l'Élit d^enaît 
itKmjir(:)iii|ueï à lu ciV^litxi ilun uihun, il iltîvPi>*<U déniocrft^ 
tique. 

CUI. 

Len)«lui|^d'^sui|ïa ruine )"»ri*wcnitie.etfî>rtiflolainonAr- 
cbie. Véïki 0(1 ce meïuiee est indillérent e«t voisin de TèW 
nuvage, 

CLIII. 

LOfl ncmmM rie sont, nulle part, «iissi «villes que dtDB une 
ftfttioD où te BOuvenuQ peut foire asseoir »ur le Mne, À c6(^ de' 
lui, U Temme qui lui plaît le plus ; lA, etlea ne ftoni heu qu'un 
sexe dont od & besoin. 



CLIV. 

Dans les aristocraties, relever plutdt les i-randes famiUcs 
iodlgenieâ «ui dépcn» du fisc, que d'eu aoulTrir la diminuliOB 
ou la méealïiuice. 



ht^ 



PVtINCrpES DE POLITIQUE 



CLV, 

Céair par la loi Cassia^ Augiuto par 1& loi S^nia ■, releT^reni 
le %énn\ ^puisA de familkE patriciennes; Cl&ude mirodoiat duc 
ce corpft loufi les vieux i:itoyenf, tous c%tix dooi les pèrass'èUicDt 
illu>^in>s. Il restaii peu de ces familles que IUwiiiIqï tvsîtipp^ 
lées rruijorum j^liunt; et Lucîus Bmtas, minerym, 

CLVI. 

On n^levn U iMiri^n^ ronln- Ip pf'opî^ ; car t« palfictest 
la loi Casàia et de la. lui 5^iij'a Avaient paasé. El ce MM 
lymna qui rtlèvcnt celte bDirièrel 

CLVJL 

Rïeo ne monire fant In ^çrendetir de Rome qup U Torc^ decf 
mot. méiDecheElea barbur^n iIhiji le* contrée» \^ pïux i^fiîgni^ : 
Jt mi» f-itotjrn romain. On y connaî^âait U loi P&rtici OQ t'y 
aoùiiieltaît. On ii'oî^Uatti^nu-r àl« vîtîd'uD RowuD. 

CLVIII. 

La loi qui défendait do mettre à mort un citoyen fut renou- 
vela plusieurs fois. Cicéron fui exilé pour Tavoir enlr«âAE« 
contre les cnriemis de la pairie; et sous Galba', mi citoyea ~ 
r^loïDant, toute la disiinciion qu'on lui accorda, ce fut 
croix plue ^Isvee et peinte eri bUnc 

CL IX. 

La cré^ition -d'un dictateur »ijspa:id«jt toutes les foociîe» 
de la magi^lrature. acccpti^ celles du tribun. Il fallait, |HKir vt 
mettre <Jana udc poâitîoEi auaai critiqua» que le cas fin bi» 



I. \oyti Taot. jlfi«4L Ub. Il, dp. uv. DUmdi bb bdi kl qa to inditoi « 
rftbF^fBr. {\,) 

1^ «Tutitrcni, qnod pupllium, cul nfaalihitu* hii CWt, T|iaft> MO— t 
■dfcdi ; im|itiftBniJi]Ufl Irfc*^ vcdr«m rvoutibus M 

honarv lUquo pfcnam Mi«rifnu. inuurt, nultoqua 



DES SOUVEHAINS, 



w 



îni|>ortajï1 : (outa l'^tiloriln xe pnriAgiMtt nlni'H i^nlre deui pin»- 
^unces opposé». 

CLX, 
VOlunua Tut mis t mort pour avoir disputé le |)as qu tribun. 

CLXI. 

L'empereur cjvr. dishit : u Je vous rends grAcc du nom de 
Céw, du grand papiiGcat, el de h puiKH^iice liibuui tienne. > 

CLXll. 

Il fut statué que les liitil mille cAptif» fsile k U balftillc de 
Cannes nit arment point rm^lit^ti^Ji- Si voua voulejc aïniialin^ un 
bean modèle d'éloquence, voua le trouverez dans une des odeK 
d'Ilorac«*, où ce pnf-it fftil parler Rc^ulu.s contre rechange de* 
prisoDitiers c&rtbag:inola ei dc3 prisonniers romama. 

CLXIIK 

Ib ne connais pas un trait d« lâcheté mieux caraclérisé que 
la répott^e du soldat k Augiihie, qui lui dcî(nun<Jnit poun|U(H il 
déiournuît ses regarda de sa personne : C*^*t que je m puit mqu- 

fr Véflaîr de irt ynu; Lt* Mildat cjui n'esi pas en état de 
M)uli7nir l'iVlair lie-n yeux Ùt son g^ii^ral» ni; KUiili<Midra pttR 
ûsément l'^lal des arnieii de leEinemi. 



CLXIV- 

Golbn âÀsê-it à PLson ' : Patte è et que tu crî^frats d€ ion eou- 
rm, «1 lu //fïû( itaj^. Ce conseil fêtait tr&9-sag«; mais il Cflt 
rùt qu'd «nit atiivt* 

t. la cfnqvlftDP du traliT^mv tIvniH \f^-) 

%, • LtillHijnnvpii' iiii*n\ v tirnkLto-iinLii hniLiniin milinimiiii» ramm doliWai 
"mI* coiImi* '[uid feui raltjerii mb «Jlo prtnnjH, ftiu noluoHt.' TjUtt, ttist. tlb> I, 
f*pu iTii IL «il d&flUla de nntnnàlir« U p?a«4n de TkJid d«n4 U Induciioa do 
DftovL CTeMqu'flU Kéndril cf pljllonvplw nu tndvjt p» pliu « lucEciacni ijulJ oc 
cMiL (H.) -^ l^t NusîMm fiiimf^ofrâiptituUtnrf urrHr at* «nni ju< il'i^-ronl. (jill4-<ldili 
CAlbttdùdtfd rûcm ,- Nklgcbû 4H : Pjjcmdiiail d C^dJêitt. On Nalfcoa qui « larl 




m 



FRINCIFES DE POLITIQUE 



Lorsqu'il sagtt du atlut du w)uv«mii, i\ u'jr t pltiA de \m. 
tinquii^iude, même înncrceTite, qu'i»! lui caum, est on chw 
digne de mort. Lorsqu'il s'agit du public, rcUtivcment iui bien 
particulier, in justice f^e lait; ]ors<|u il ^ ngii de l'av^nta^ d« 
r&npire, c'est la force <Tiii parie n faut dormir im»quill«EineAt 
cbcx soi. Ti>n» les auteuTc oni dk : « C«lte cubtiUtô scrupu- 
leuM que nous porions dans 1e« aiTaires partkidières ne peni 
avoir lieu dans \&s aiTaîreB publiques, v Jtidiciafij tsta tukîiUtas 
in nffotia pubiica minimf fadît. 



I 



CLXVI, 

Le droit M U nature est restreinl par le droit chU; le 
drott civil, par le droit des gens, qui cesae au raocDent de' la 
guem?. dont tout te code eat renfermé dans ua mot : Soit U 
pitu fort, 

CLXTI1. 

-> Otbon ne voulut pfls conserver l'empire dans un Eignnd 
p^ril de* h^>mmi?a ei r\i\-i clituav. i> Ma^ù pudartj ne «an» 
rrntm Âominitmqiw ptrrifuto dominatiùturm nh{ aatrme ptr- 
Meterarti, juam detperaiione uiia, oui diffideniis coptamm^ 
L*bistoire »*^riLV Oh! rA^rofimr; J'aîmpniis mietu que c«ae 
ixclrawiiou fût d'un souvenin. 

CLXV11L 

d II convient qu'un seul meure pour le peuple, et tous ^ 
le souveiain. n Èxptdit }înum pro popuio; ^mnet mon pnt 



adn-itlf, IJ nom lAinhl* lr4»-lkfrila d* nppnelirr U tndurUon As Dkéni i 

dn Duntu d4 U Hftlb : • Tt r*$\n 6a coaduiic à U loU k pin* ter* M k pte 

^«iplfr, «'Ht dq la r«ppcJcr et qu* Uï sliiuift, ce {m lu hl 



DES SOUVERAINS. 



■Vf 



CLX1I. 

« Le discours de Gilba ciaic âvantafîcux pmjr la R^ublîquo : 
'HIteux pour lui. ^ Ca/friv mx pro rtpublica hontsta^ ipu 
éAtrtpt; Ugi a ttmiliîfmy ficm^uti". ïa\ Liio» peur que ce clb" 
cours de Galba De fût qti'un compUmetu sanscooscaueDf^e., 



t 



CLXX. 



CatoQ lecenscurl qu'on me }« ressuscite, et^'. ;:fii nu 
eic<l1cni prieur ou gardien de couicnt. Ce n'rsl pu \k un chef 
d« grande rt'pukli<|iie; la si^v^ntr (Irplncée e^l pire qu'up viœ. 
Il divisa l'État en deux fjtciîons. ei pensa le rcoren^r. Il cûl 
él6 la macbioe d'uo profond hypocrite. 11 eût allumtï la guerre 
cmlo à'aon ]>énlrel au profil dé»oii rival. 



Xtl. 




de ae reaUrr piu.t ixù\t qui* 1b vrrlu* Gftlhh, riiono^^ GaJba, 

tii de son Ceinpfi œ cju'tin liimiin»' di^ pmbiit^ i^l IoujÀutï à la 

ur; ce qu'un aouvejnîn tVpiiulilt* 8i^rait dfi nos jours «b 

iC Le reste n'eai point ajU4l^ à c«tte fomii?; > nrc ritim 

fûrmam rtcferyt front. Je ne Miî^ kI j'aurais été aalnl 

E/>uiâ; mais, aujourd'liui , il ?*r4ail À peu près ce que je suis*. 

cxxii.- 

' Haclûavet dit : Lf sfrrrt dr Trmpirt . Tacite, beaucoup plu« 
«•90, et nommant M cb(*Mâ par leur vrai ûtKn^ dît : /^ /or^ 
/tfrt rff r empire ** 

CLXXIH.- 

Le véritable aih^ii^me, raihi^i^nie pratique, n'eM guère qu« 
sur le trône ril n'y a rien de sacré; il r'jr a lù lois divines, ni 

I. C«i l*iijocifi ^rM*f»* Il qui pitflï- 

aùHmkv<ù^a. A/minaivmi fhoUia; arxmM m^tm tvlan. vu. V^rM Ttcn- 
^Muil Tifc. Uh f^fi- Mil lib- tIV, rip «1 iJb, II. np. tiitii lïitt^ lif>. 1, o^ n. 
U mkmm tûiWrUa dit umi : Area^a i9muë. \«ym À»mL lib. I, o^ vi. t**') 



493 



PRINCIPES DE POUTfOliC 



lois huroaini» pour la plupart des souverains; presque ions 
penw<îDt que celui qui craindrail Dn^ti nr Mirait pa« Iniiglemps 
craini de fïes «itjetx, ei qu^ C4^1ui qui respecleraîi la Justice 
eernil ïiitintôt iti^prîii^ de ses voisïiit. Voilà uo do ers cas. oà le 
scélérat MacliJAvel rlit : DotnmittiontM arcana^ tAtr^l» <li* dnini-> 
natif»], v-\ DÎi rhiiiitièlc! Tadie dît: D-ymùiuSionû flugitia, fot^ 
faïu dt! lioitijiiaiîon*. 

CLXIIV. 

DoASVD fitai, il n'y * qu'un -aille pour les malfaiteQn, le 

CtXXV. 

Il ne Taut de la mcralc cl de la vcxlu qu'à ceux qui cM»- 
ienl. llélasî je aais bien qu'ils n'en pourraieni manquer impo- 
némerl; et que c*eal le malheureux prmlége de oeus qui 
commandent, 

CLXXVL 

Quelle r^douiable nation que celle où un souwrain sc^lfnt 
comnumkrait à dm ^uJvtK vfrtucuti Mab J'y ai beaucoq» 
penHe; <.Tla ae se peut. Le Vieux de la Montagne iw commiade 
qu'à dei» fanatiques. Le «ultan ne commande qu'à dra UnâA* 
que» ; ut %\ son empire ne police, te fiiDAiifime rp<)seni, Si 1a ba^ 
twrîe de Tempire oUonian pouvait cesiwr ei le fanatisme rcaier, 
i'Kuropc lie srrail plus en vAreié. 

CLX31V1I. 

Celui qui înlrt^inîrnît la MÛ^^rr d^. la gu^rrft dans fAai^ 
serait l'eiiiienii commun de tous, ncureunement îl a manqoè 
uo chapitre, peut-^trc un venei au Coran, et le vokJ : t Ap- 
pn^iiilh de riofidèle à te défendre contre lui, et n'en appreoik 
que cela; le nMtc est niauv&b, laifiae-le-lui. ■ 



CLXXVIII. 

hriv aux homitieN, non au nom de la nisoot m^ au «M 
du del. c'est bim tmx, si ce «ont des sauvages ou des cbIu% 



DSS SOUVERAINS. 



m 



CLXXIX. 

Ne jsmai? livrer le iranaruge. Ce n'est pas une loi répabli- 
le; c'en ^t une de toas les Ëtats, 



CLXXX. 

SDUft Tibère ^ on mil à mort un m^tlinr pvur nvoir ch&iié un 
dt Mt IVclave^i, qui tenait dani na main une dradime «rargent 
frapp*^ à f'efligir dfr IVmpiTi'iir. Il y tt lUiis a', fiiil, s'il rnl vr»i, 
moiti» t^iicorrr {ratrut-ili^ <jiit- d'iiiLbi^iitili^- Jt ) hv aîl tant irAulrrjt 
moyen*) de perdre un honnête hommï^! je suis sûr que Tibère 

E sourit de pUié, 



i 



Romulu^ eut un gnuid art, sj k mïmc jour qu'il subju^ft 
oaoctni, i) sut en Taire ua citoyen, sans lui conserver de pri- 
\vcc ce moyen, ce n'est rien. 



CLXXXil. 



iiir toulc h force du lien qui ottache l'homme h la 
glibe, ^na quoi on riaqut* dô faire plua ou moins qu'on ne 
peut. 

rb CLXXXI1L 

L'ennemi le,p]us dangereux d'un Kouveraîn, cVat Mt remme. 
die «ait faire auir» clio.se qutï des cnfnnU. 
Pe 



crxxxiv. 



Persuader A âcfi sujets que le mal qu'on leur faîl cat pour 
leur bien. 

%r ■ Q[ii> ^T^hcriA) impftiuiU miJmTAliii tfiim iHAti* ttv mHinf.ma diritiip, qtiod 
Mrram «uuoi, ffnvnUoi ap^niAuni llbwii nummua. irejbcir«Mnt- • l-miuHtBtï. 
thoit-^ Afrtilhn. lit]. I, <vp' tv» idil- Olc&r, U(»l nOD< — Jii >uU bî^ii a^kf qiu 
Diderot Ei'atsjt pu lu cr TtiL dans ThiloitrUc. qu'ÉI n'4 }aault «uveri, JAub. qud 

n^nmoini qqA ea mfima li^t^qui <]'iilUnirt iM< bii'fl diai l^inpntdu coufAriMmuat 
do Tibère, dWI ttpporfd pip Philo*ln1<; que ctmuiu ua brq^i public i dtciftrr. (fC.J 
î, AintaL lib. XI, cip. iiiïi 




m 



PRINCIPES DE POLITIQUE 



CLÏXXV. 

Peniuadfîr aux cittryfjis que le mal qu'on fait k »«& vovsîitt, 
c'e^tpour le bien de ses sujets. Toujours ealever d» Sabînfli. 

CLXXXVI. 

Tout le temps que les autres perdent h penser ce que rem- 
pire deviendra <iuaE)d iU n^ ^rfmt pTu3. je Tal employi aie 
rendre ce que je vouittjs qu'il fat de mon vivwL 

CLXXXVM. 

Le seul <'logc digne d'être ciw^'^ d'an searcralo, eeat b 
terrouf de &es voisin 

CLXXXVDI. 

I^ médeciiit; |>r4^Krvativtt« %ï darigf-rruMi dms lOQl aotn 
CAS, eftL eiciïllenip pour le» souveraioA. A^f mrnrri ^h)j»> 

CLXXXIX. 

Ne neu faUe qui rende orlieux 5«fi8 une ^ade iiliEE^. Ptr 
eiemple l'inc^^ste, il t^chc les eofanU aui jreui Jed peupht. 
(Te»! uDt cau^ de révolution pour le moment ^ ci c>n est ui 
nretextQ ûprM des âi^lee. 

CXC. 

Une autre raiM>A, ^le j'ai oubli^^de ne pas mettre les loi» 
soue la uQCtioQ de la reti^on; c'eti qu'il y a toujours du p^ril 
às'ca iftaDchir; le prince est alors aoia U volvit^^de Diea. 
comne le dernier de mo sujeu. 



CXCI. 

Tib&re «ut penser profoodùnent. et dire «fec Caesiv : 
« Pen8es-t«, ScjiLU, <|ue Uvie, femme dcCaîtts César, feoaueik 



I 



DES SOCVCHAINS. t» 

DruBUs, poùmîl ac rcsoudiv à vieillir & c^ic d'un chevalier 



CXCII. 



N Le RoiDain se rendît mikllre de l'uiihcrs, loujourâ en accou- 
IMil Ma alliés'; o c'est Cicéron qui lo dit ; Cic^ron est bien 
rtffl 



r 



CXCIIK 



« Nous avouï cuinbattu en apparence pt>iir lest Fididniciis, 
nais en «iflel pour nous, d Pufnavtmvs rfrto pro FidiaAt'tj re 
pro ttoàù. Autre najveié c!<^ <>itv<>y<'4t de ti Ctaipanîc au sénat. 

rieiiiieiiMJit on ne lit guèr^ cvs Uvr-^à. 
-1 



GXCIV. 



a Plaulus, sonf^ A vous; faites cesser les rumeurs; voua 
aT«i des GrinfTmi» qui M «fervent de rapparition de la comble 
pour voua difl^er; vous feres bi^n àe vous soustraire À leur 
calonuie : vos aieui vous ont laisse des tenes en A^ie: â^ieu- 
«emeai. Je croii^ que vouk fehez bien de vouk y retirer, vous y 
jouiriei d'une Jeunesse heureuse dans le repos et U sécurité, o 
Croirait-oo que ce dt8ci>iir% fût di^ ^éronT 11 en e«i pourtant. Il 
fallait que ce Rube11iu>L Ftauius fûC bien de ses aniis>. Cela ferail 

'%m «faltcrli mjDi, Se|uw. il la nuoiurum lu coiJtiin ortliae puui, ot Uibin 
vC Ca^tri.imt Otiivï nnpu riutrlu « oMtiLit uiunni, dl cum «quito nnuno 

NKaL ■ TA.UT- ÀtUt<tl- lib. IV, fA^t. iu (K ) 

1. « PBfviuat ruiuaum, Ju^uïlii «mU«i toinai I«tvuib othum ooea- 

L Ldnqu^oD atmpmn ce aun! t*M cvJii^ da T«<iu, «n toii qiM DktoW « nnl 
pria !■ vtiB d> rvi hutoni^n. c|iii du 4il rJ4a d* l'unlUA prëundu* d» ^*^ln pam 
ItubcJtiiu riaiiEui. Tout c« i|u'bu voit daBi le Milo <lc TldiC. et « «full ttit irèt' 
hitm c*ieikdrc éai» le diic ciprcu^m^nt. c'rM ^o iT^ron. flTnj-a rin pr^unq 
ipa II pcupir npttqiult «d CiTViir df hubrirjua Pliiuiu», pïrHjouif* d'nov iTUtdc 
dMIftilWe. rcitca An AAiv. r<t qu'il n'ou pi» la fAi» RVïurir, iliiu un nanwm rtA 
HiilfcM do M p»pn •<lri*E4 lui pmi-rtviit 4» lo UUht rltn. trço. fMracriu ï^J 
ffm^ a>i>»BwJl »J P£[)ia«nj ^jjuoj. Oiftfvifrfl firt#(4 i^rbië, p«4U ;ird.>« dt/f^non- 
Mm nkrafcfn* : «uc tfU p«r aJM"' avtiat ^um. m nwt^ut tMa h inliirMda 
fwDMla/hHPflyr. rtcrr. Artntii. htt. \1V. cip. iiit.i:^.^ ^ P^tiirquod Ntlfinja n'»- 
1-il fw pu HBtir IVvai* <!»■ lA ptirv* ■ Il UitUH <iu H B^ibilSou Phutmt té* 
(toi d* ut «Aiûf Cc*l qoB ou u'nt pat par !■ pdD«te«ilaa quA bfilW Siti^^OQ. Ji 
al «crepultu d'eaaiiaJe, loili wui. 



606 PRINCIPES DE POtlTlQUB 

presque l'Apologie de Liaguel' et des vitres Kiliniteascs de 

CXCV. 

Titus fil jusasAiner' C«ciD& qu'il Avait Jnvîlé k 
Aleiondre, Parménion ; ïlenn IIJ. le fîuîsc* a Quuid il s'agît de 
!a couronne, on ne n^tn fie qu'A ceni qui aont mgm. ■ Oc 
affectQto rtffJto, ttisi ctmis, nûH crtditur. Si ccIa est vrai du 
xouvcraif], ctîU l'est bien davantage du factieux. 

CXClfl, 
Tl n'y a ntil iticonvimii^nt À Toir la péril loujoura urjenl. 

GXCVIl, 

Cnwr fit roijfierlefi m&îiiH & ceux qui avateiit porté Icsanma 
contre lui» el les Jaissa vivre, IIh prtimcnaiGDi la terreur. 

GXCVIil. 

Le macbiftv^li&te, c'est-à-dire rhomme qui calcule loai 
d'nprâs mn intérêt, met «souvent l'amour de la jiuticc k It place 
de Ta batne. 

GXCIX. 

Ou consoler par de grandes r^compenaes. on.proftcxire lei 
enrantâ cles pères factîoui. L'un e&t plus sAr; TaulR plot 
hitmAîn, Cur, qu'cj^t-ec qu'un onfant a qui une rteonpcose 
oublier la mort de sod père? 

t. Pour nmprrDdrT l'IiiiRxIuciiDa Initti'nditfi du non d* UnfOTt ^m not 
pbtfth, il faul H ni|Wkrter ft I* <U.tu <U iV^. qi» itant udgvaiu à et 
A » uionQDl mABU. MDr«rLol St^uii pwmlv* « rm>ft* J» pTi Jw t 

At dit ^^^m^ dint «in ffiifoov^ MolufiûiM rf« rmtpin ra— la (IW? MA "i 
[Miii <u£<fM. LïnjrJAi, «ulTiM Wa biibitudc* 4'i*«m, «idi phiAA k pom « U 
tomrt fl 11 lui rm Cicik de répitia^r k ll«r«llri» qui aV«U cM q«a Ift yMr. va M 
puvuai To a»tfr« «oui Ici Tr<ui. Unçani «"éuni d4cUrt pw MhiaU M 4|>ll 
TlmncriL iLltt^uiï W frryrlopAliaUt, Dtdcrai itftrkll pmdrv In puii et 
S. \vptt £mo«. M Tifo. «p. VI. (K,J 



DES SOUVERAINS. 



m 



ce. 

Un sauverain, qui nurak quelque conliance dan$ ces pacte» %\ 
aolenrifll^ment jur^a, ne «eraii ni plus ni moins imb«.*ci)o que 
celui fini, i^ïrflnger 4 nos usage», mi^itraii quelque valeur à ce? 
tr^liumbfe» [utitusUitioiiî; qui lenuinenE nos kttrcs* 

CCI. 

Si fl(jnin vfiuveraÎD de ('Europe n'osflrnît trcmpar 461 mtJBff 
dans le sang iJ'iin etirii^rriî irtsiclieusement fltilré, ou duii unr 
«iafi?Tence, ou dans un v^w^^ etumple doni k*s bîdtoires »oni 
remplira jusqu'A nos temps, c'&i qu*i k's mœurs Sponi cbAitgéoa. 
Nous itnnimis moins bai'bartit a^itur^mcnt ; en sommes-neuf 
moinA iktirlldex? JVu doiiie.j 

Aucune nation de TEurope ne garder p!ti* nd^lemeni Ip psct»* 
qu'elle IL juié que le Turc, capable touieroi» d« irnouvderde 
nos jours les ancienne» atrocil^a. On peut dire iJ« nous* : 

...Ril Ikciet iC«lerLp pU doxtdra..H 

SmI DIBJ& tOllet aiium vUl^llO m^l«dCUU. 



ccriL 

<t Je n'ignoTT pas les l>ruits qui œurenl; maïs je ne veux pas 
que Sttaiins aoit ji^- %UT ihïK br^iIs^ Je vous conjure de ni^li- 

1, Diderot tndkiil, «u pluUl p*nphrt*o ki à » piuiiAn un trA^bo*Li dÏKOun 
qo* Tfb^nr prc^Lonc* vo t ir ù wocg dci ■éniA dvit rftlTklriï dn âilinu» qui l'^uiuut 
•■n dnuL }(il- BCâiaU tdlUk 4a rhlitarlnn nui boiiiiciKip mlpqi que U pinphrut 
du phf1«apb«- On no pao*o po pliu prafri0jlAm«iir que T&nto. tl <m no t'fiprlmt 
p«a nioui ifue lui. $i Diderot dc rouUil ^^q^rAfdr le diK&un d« tiMn^ i) bl- 
lill da malm en blsi ulair l'nprh; lOftii il ui «onicotad^D inddir la d^i 
pialÉiU llgMB. fil a jirfiiû lA mut rUni u Uic O qu'il &|| dir* fl TlMrc n'i 
rUn do nDiiK|tuMa : atti* ctt a^oat pu Mf*i q^t <* pf4a« puln d«nt Tidt*. 
hon^'oa iH( kubALJiAict *C4 propm Jd^i i <«TI« do llnimlublo lULmr àt^ 
rfwmlej, [] fui tin bim fdf dp ilJra mbL'LH qun lui j vi Ion ^n\ d'nUjit moini 
«'en AkEEtir, qu'il «t inAmir rrH-dirTkf Hfl é^ àin^ àUMl binn. Vcjfi TtCir. .InihaJ, 
Itb. Ifl^'ip- HJI. 1N-) — \i>ulf>tf [|uon Ak l^tvM i|iil iflrvent uraplfimmi rtsmoK* 
k uDc Duumo» DldcTH ail «u riabooiioa do luU« d'ÛioqtioaM «vk Ticltc, c^vt 



U. 



u 




HB PRINCIPES D£ POLITIQUE 

gcr rUii^rét que je prends i la diose, €l U peine que «ite 
aî&îre aie cause» et de ne p&3 confoodrc de» impuuiions svec 
des faits, n Ccat ainsi qu'on pftHer&ir de dos jours k voc cob- 
miâston; espèce do justice et d'faumuiit^ periîde; iiioscb sOr 
de faire p^hr un iniioccni comme CJOupal)lfr, au lieu que la 
assasâti&tâ kiaaient périr les coupables cemme iQnoceuU; iatt- 
^uam innocmtes perierani* Plus la ^ouvcr&iD allucle de pid^ 
plus U perle est ceruùne. 

CCIV* 

Le mëma disceura a de» ven« hton cJgfTi^rencs dsosU bo« 
dt* Tibère eT d^oft celle de Tiiuï. Quand Titus ilir« qu'it ne ftut 
pas' uâ^r d'autorilé. loHïqu'on piïut n?courir aui lots; il ptrien 
eivnine un Ijamme de bien : Tilifn^, au corttnire, ih^Hera ooim 
UD hypncnte* qui se joue àes luis doni it diji|Kne; il ne ntx 
pas que son ennemi Irii (.>i:hi4>|ie : m&is it veut se souslrùre i 
l'odieux de sa condamuatioa en U rendant légale. U mvuîe k 
ccDiurioa au forfait noioiret et l'innocence au sénat. C'eal 
modèle i étudier toute la vie. 



CC¥, 



Tiridstc disait*: <■ Le p1u« équîuble dan« U haute fomaie 
est lûujour* le plus udle. Conserver son bien, l'empar» du 
bien d Bumti : l'un e»t l'éloge d'un père dr fjunille; ['aatTr^ 
l'éloge d'un roi. p U se trouve de temps en lempa da >célè-| 
rats îndisr.rels, ccmm? ce Tindate, qui r^rvèlent, tramai k pro- 
pQ$, la doctriuc: de.s reîït. 

ce VI. 

Les Romains se jettent sur la Chypre. Ptolomée, leur dlid, 
est proscrit. Alors le (vk était épuise. La prfwcnption de fuii> 
nièe n'eut pas d'autre motif que la richeûe de ne prince, >i ^ 
pauvreté du fisc romain, Piolomée s'etnpoùonfw, la Ckjpt 




ap, Ltn. JN.J 

3. /J iji j-ynmd^or'ii44 dr|iiiHt,QUOilrdl<dtv<. £1 wio f ■!■■■■ 'n, 
it attenta «rlarf. rivu"ii /âuilvn eH«. T4GIT- Jvao/. Wh XT. ap^ LfL) 



DES SOLVEHAINS. 



&99 



devient trîbumîre. On la spolie. LhonnèCe CMon en transporte 
à Romp ICH richt» dcpouilleË commr de^s ^cnillcs; cela Q»t 
tout à Tait h la moderne, exccpiv le poiaon. On einpoi»onnc» cb 
ne s'empoiftODoe plus. 

CCVII. 

Jeter des haines onm ses ennemis, acharner deux puis- 
ftftnces l'une contre (autre, a£n de les ifTaibtîr et de left perdre 
lotitea ûaux, c'esi ce que Dnivui^ Tti daiu la Germanie* et ce 
que Tacite' approuie, Kt l'on blimerï ce pape, qui fomentait 
la querelle de« Colonnes ei dirn llrsin»; UtitAt favornblF, tantôt 
contraire à Tunel l'auire parti: leur Ton TBissant secrètHment d« 
Tardent €t des armrs jusqu'à c« que, réduiu^À la di.Tnière nécefr- 
HÎlr \ttit lies îtutxea «I Û€S déf^te-H alteixiatîveA, il len étouffa ^lans 
r^i^tânce de leur part et sans fatigue de la siennel 



CCVUL 

Celui qui préfère une b«Ue li^e dans Thlstoire h Tinvasion 
d'une province, pourrait bien n'avoir ni la province, ni la belle 
ligne. 

CCIX. 

La rateon pour laqiielTe on crie contre 1^ fermleni g^néntu 
en France» est précisément celte poor laquelle un les institue 
uIImts. 

CCI, 

Disgracier ctui à qui Ton aurait dm peoftioDS i Taire; cela 
est toujours («cile. 

CCII, 

Tout voir par ses yi^i, li.-nir d« la clarté dans ws affaires, 
et reniln? la iu»likiinr. de la rwËltt* la pitii longue. rA crWr. ihï b 
dépense U plu?^ petite possîblr; il n'y a point de commerce ni 
d'empire qui ne pro^p^rrint par ces moyeiw- 



t- Hmmt tnt dicw i>rik*Hf «««niiîl, ifficvfv f< 



«i iiictf ji>i« Tflcvr 



Hd 



PRINCIPES DE PÛLETIQUC 



CCWU 

PlttA UD souver&in recommaodd Vexerclce dœ t<HS, pli» il 
à pr^umerque \fS6 magistrats nom lichcs, Tibèro avait conti- 
nuellement dans la bouche qu'il fallut caurculcr Ic4 lois; 
^uUès U§t* esse. 

CCXIII. 



;x)ntt- 



i^ frime de tèvmaJtsU^ est U compUmcnt de toute* tet 
4U€UMti<m*. Ce mol <1« T^ciUî peint cl l'empereur, et k «ceisi gI 
le peuple. 

CCXIV. 



iots;^ 



Lea victoires en iQ^oaenl Aulatii au dodans qu'au ddiots 
on se soumet plus voloQijcra à un ht^i^os qu'h un lamine onfi- 
Daù'C ; pi;ut-étrc au^l s'y mâic-t-il un peu de reconuoiasunce ti 
de vanilts On o»t fi^r d'apparl^mr à une naiioa victorieuse: on 
Cfit reconnaissant envers un prince À qui l'on doit c«llc iUuatrï- 
tion, compagne de la aOcuriti^ 



CCXV, 

Je voudrais bien savoir ce qui se passait au ToikI de 
dtTSbère. Voulant gravemeni en silence les sénateurs disputaal 
at le prL^teur avait droit de lerge' surtes hifilrioDS : celadeniE 
Ivl paraîtra bien praUaiit. 



CCXVI. 

Doe autre fois, il garda le même aOence, toodk qu'on ag>- 
tnil iî le *^nni pouvait délibérer d'aiTairea publiques dw 
l'jdxsenee df- Cv»ta ; ei quoique h quf^lion îùi plus iinpomuie. 
le doute ne lui en parut pas inciinh pTaÏHani. En ^ei, de quoi 
B*agîwnii-d fjLtre r^mgravfïs pei^aonnagoflT deaavoïr allaéUMai 
quelque cboï» ou rîen. 



T*cit. Ann«l lilx l\K np^ titvm. [N^J 
LjtiiwJ. lit. I, cfliJ.uivti. 



DES SOUVERAINS. 501 

CCXVIK 

la liberté (l'6cnre et de parler impunéineni, inarvjue ou 
l'^xirOme bonté <iu i>rincfî, ou le profond «elavagû du peuple ; 
on DC permet de dire qu'à celui qui ne peut rien. 



p 



GCXVIll. 



l'n peuple fier comme te peuple romain, lorsqu'il d^i^èTe, 
est pire qu'aucun autre: car toute la Torce qu'il avait dan» la 
T^rlu, il la pone d^ns le vice : c'est alors un mt^luige de bi«- 
f)Of»e, {Torgueil* d'AtnKiCL^, do Tolie ; on ne sait comment le gou- 
verner; l'iodulgence le rend inaoleni, la dureie \e révolte. 

Appeler le soldat camarade un jour de bataille, c'e»l accep** 
1er sa part du ilanfçox commun ; c'e^t dci^cendre an raniï de sol- 
dat ; c*e&t élever le soldai du ranf- de chef. Ce ne peuC être que 
le mol d*un homme brave. Lin Idctio n'oserait paa le dire, ou le 
dinkil mal. C'est k mot do Catilina : Vet imptratùrcy vtl milite^ 

ce XX. 

Apriâ \à bataille de Pbarsalc, Labienusftt courir le nruit que 
C6wr était grièvement blessé. Aux porte» de Mantt», le Mayenne 
en n autant, q Me? amis, di^il. ou%Te£-moi, nous avons perdu 
la bataille: inaU le Ucarneiseit morL b 



CCXXL 



^H Sallufilr n fait l'hlT^toire cfr loutr» Ica nnllon^ dan^ le peu de 
■Bntt qui Huiv^nL v J*ai benncoup lu, j'ai tieaucnup entmdu, 
^jS OClucoup lot^dité nnrce quf. la république avait acbc\^ de 
grand dati» la pAÏi et dan» Itguerrr; je me suis interrogé moi- 
même sur lefi moyen:^ qui avainii conduit à une heureuse ftù 
tant d'entreprises f-tonnanies, et îl m'a été dénionué qiK œlte 



I. Afadftuf^n. Bill. Caidin, <ap* m. ^.} 




5« PRINCIPES Ï>E POLITIQUE DES SOUVERAINS. 

«D orme besogne n'Avait été rou\r«ge que d'^n très-petit Donibn 
de grandi hommes'. ^ 

CCXXll. 

Itens tes grantU^i jifTaîreA, Dâ prendre coiueil que de b 
cbose et du momenu 

CCXXIIl. 

tes plus miuvAia politi^ue^i ^aat com m uniment le» jarisum- 
£u1l«s, pin:« qu ils wnt toujours Icnl^ de rnpporu^ I» ■Iblrcï 
publiques k U toulîiie diw oITair^fr |irîvées« 

CCXÏIV. 

Empîoyfr ir$ hommfs à quoi ÎU tcnt proprtj ; clioffc înipof- 
UntG, quaucune nalioti, qu'aucun gduvcrocmoDt aod^o ou 
modeme n'a »t bwn su que [a ptïtilc société tic lévin i uiati. 
dans un oMe^ coure îAt^n&Ue de Idmps est-fille pan-onue i ua 
degt« de puissance et de cooasidéfttioD dosit qutkivcs-uBs ât 
9CS membre» nifitue éiaiect étonna 

U rtl dior«b4 ce puiaco 4àj» S4lliitfB «rec M»ca da mIjo pov Mr* à p«t 
ppèi Mr i^ii'lL h« v'jr tntdfu pu; )« tDupcobtM Ibn ffMtrcn lOfi Èou §àmM rn^ 
iviir qiiH Iti EruliiFLïur. [1 i^inbli; en ont qH « p^^^^gn mi antinkmm Mfil; et 
qu'il M Càut pÉi cDivDdro do u p«r«*t. qui oi Klide, jodMvut, M isot a ÉM A 
l^«Dtk|kic, ihê.it Hul^nMci du at;l4< d« U trtductioo. «A fto fOOlM qw 4a ItoMi 
ili plirbas ■! CBridiuc* «ï^fnwJuiLi librv 1*1 l^mUUre* qnl esoBOtt bb BvM d 
ait aK fittur àlnul dire, un goat modk^op. quf tuii Sogis M an tramvnit pM tfMi 
nrliSBA)... Je me rtpprllc «t <^ morn^nT un b*Ai pakilfl 4* StUwaa, dnal 1* 
Wiaiimaatni t qu«Iqgo nppot iw to ifiiQ Tidorot Wl d^ M a e« hlaufia* 
Ld to)â ttnil utifrï vu Jq^^r» Dwqt da ov iju'ïl * pa ftxwu à l^iprii a * 
ItniBciiifttkiii da ■on A3oquau& iniarjiPtti «n de atn iniUtfior t .Viva atm^t ^icMi 

«an'j ^i«o r*j jit^uJot, fiofwnrm mogni^ Miefinfrw ■iirilÉftlj M 4i^afi 
Canfii flfnpfviHirtd rr^ru tt imprrvx rornufifnt . fodmi tmi f t 

wwjtmiti:m. Ofhnwiut viclufu dtviiutt ftmtnâiitt. ■! wêettK 



ENTRETIEN 

D'UN PHILOSOPHE 

ATfiC LA BIARÉCUALE DR *'* 
1778 




NOTICE PRELIMINAIRE 



V£uinitn m^er In lUaréchiile. car c**4t tifiri qu'on k dfftigne liottl- 
M uae dea peritr» ha piun préclL-u»*^ LterAcrln plillnsu* 
dt DMcrot, ITo^t ftuui l'un da »r» d^riilurt ^«fif/ pap>frt. lE fut 
pr^squ^ ftu»«Éiùl qu'écrti, ni e'wl trncoi^ & la CorrfipoH^ittuctn 
Éfcréu que nouK «n d^vikii» la primeur, Méira, ijeruft^r taou dieu ca 
métier do nouvcHhleiruftredi.-rélranccf', devait Eutter devllcueivei: 
t^ rivaux et Jl y K-ii»*imit >ouvmil. Il avale — ou plutâi bps fournie- 
•«un — dfîH rvlKtloJiB m4>ndiifnc-]i nombrcruves «1 bl<!n Inrorm'^t^s; AUMi 
peut-on tifnJr pour auiru cIimi* qu'une ïioiArlc- ri*s rnoti dont 11 Tait 
préeédtr[*£ntrelirri iMasBGti tiuinérudu 23 juillErt l"7e itdL III, p. IA2): 

« A propos dr pr^ducttom tiliiloAOf>lMt|iiri« voîcl ua apu»cul<^ Irè^ 
piquaoïqucU. Dld«nolatLt^ tlotoii porii]r>*iiill4 pour 4 n foira liciDm*^» 
ï une Iwlk dama qui m'a permit dVn prwndri* une eopift, ■ 

Ccl Entretien reparut à la aultr des renjitfrj philotophit/nâs m /ni4- 
<^aii fff ni iUiltfw, dofii un rccui^il où il élaEt attribué A TliumaaCrudf^llt 
LpOftdrM {Am$iêr4^m)^ 1777. C^tle veMon, qui a paMâ jusqu'à ««Jour 
pour rAditlon nt'lsitinle à^ VEmirtii^, pi«t priVc MAe de l'avlfluii loi-teur 
nilvani : 

V Crud^lî, si connrj par tes poédov «t pv d'aulm ouvraçm, avait 
une ntDlJîre do pen«er fort iibte, ^t >eta(Tilr«« av«c rinqulnitjon De 
prouYent qur? irop qnli no la dr^imitlalt gu^r*. Il a Inlm^ qui^lqn^t 
ntnUAcriU-'nutf Jck^ucU on a trouié le dialogue tuitoat.Noils doulous 
qull ail jàmabété tmprim^^ quoique quclqui^ pvnODCMpr^tcadcaik 
cootnire, ffou» Tavonfl traduit d'acte uoe copie maou»rJte trè«-ii>cor* 
recie, quTI i fallu rpHllLu^r en plusJcurv tnJroltJi IjfH tnT#rlr}^ui^ont 
n'toltatpoijiidiMins^^J :»ou>eatouéiajL ex^iua^ Aaudbuer Auti de< 
p«r*onaaeeft ce qui apparierait i Tautra Pio» touvfrnl ootlclnatt«atJon 



lUi 



«05 



NOTICE I>11ËUMINA1B£. 



«lucopUtc rtndalc ]<i tciu orlglioa presque lalnldlicibjé* Nou 
don* grAco »ux nwiti <l« n ntuoi: pour U Iiborbï qa# bo«i «Tost priM 
ite bouclier à l'ouvrage d'un Aui«uri|ul JuËriUt auinatlDw àënd JuiOrk 
ttmd> SE noua &voa« commis quelques rrreura, aôu» ««osa fiom flâlt^r 
qa'oljtut Mront léf^^rer II j a toiil«apporancoqvio JaiIuhi atoc IftqnoU* 
](r po^ce hVoir^LMn^ <ïnt. la iit^nni P«<iUd> Goitunnl, VépJUcniie!, i 
laquelle il a d^dïé Qucltructt'unta de »ea odr?». Cr dldûgQc ii*«»t pM MM 
profondeur, m^JH ^lle y Ml pnrtcvul dérobAe ^r U otlvcU et l4 fttDpK- 
cité ilu dlAcoura. tl ««ralt 1 «oulthlK^r qua 1«« mtUftrei InporuniM te 
InlUsent toujours avec U mûiati ttnporiijtlJt/ r^t dus la mêttfl «q)rtl 
de toliranco. Us philosophe ne pr6t«nd polnl &mcii«T U danra fc Mi «p^ 
niom; otcâlle-d. do wn cdi^, icoal4 lot ràlRoot «tat twinMir, M Ikie 
ï^pureiiL Tiin de l'aulrr ru ii'a.liniiu( et vu H'esUmasL Bn trmduiiBiii « 
<liAJoiïije, n noua pïrAlMAlt volMor térfublemeatilear coovenaUûD; 
Dûùi repérons qu'on on éprouver* Ici aifmo eïïei à U lecture. • 

Vue èdliton ln-13, uni dnU {3? pif*"ï. dans U|iHUe, «ir 1* Utfo, 
Ia Jéiium[n^ou thi .)ftirtcAaU C9i nntplècée pêt ceth <t Ùwchvat, tat 
fort Tara. 

l/ibt>A de VftUKc^llBSt dant notu avons pvié à propoa do Suppiémua 
eu voyage d9 Bouf/nm^Uta^ donn« i «on (Our r£Mrri*M 4 U mite éo ce 
fu;);>f^mfnf, dafiicion rrruoll d'n;)Ui««l«f phUesophifu^ . Dej^uJi, JM 
c-iiin^ donn tatiies Ir-s éditJanï compl^U^ï et ûnja queîqU4ïfc-nnM dm 
édiUons parUellea de DlJerot- 

U'tprba Ik tradition rocu«llll« par Ntlg»oo, rift(«rtec«trioe de 
IHdorot «onlt la marAf?riDLle fit* Brogllif. 

Dans la Cdrrefptmdancf sfcréta, le noiin éi Diderot est pàrionlib 
place do cduidrGrudrij. » y a, cq outre, d'awtat BOHibre na o ÛMnaoet 
avec le toito adopté: oout «voni signalé daosDCB ooi«flc<iilM qui éukot 
d0 v^Hiabl&i Tarlantfw. mtlK nnufi nA nonît Komincst paa ^jtMcnipatedr 
corrip^r d'ipH» MéCra luittiTA Ir^ fois gur nou« aïoni cna voir dua m 
réaction an tour plusfcuniLIerà Djd«roi, un a>ot plUA jiMlv. unefome 
plUtt acceputile. 

Crudnli ni ;iiilnijr d'un mnifrii intllulA irtma • prtiM dUéêtiv 
Cmdtii, Vûr\s, IHns, in-iï, Diderot a tradidl de lui oo Mooet; ^Mrln 
moce$ 4'me dame mxiaruiUe. q\i"oairmi-icnAàaAUmietkilLdÊth»-Ultm 
<la cetto édltloa aroc aen propres po4*M 



( 



I 




ENTRETIEN 



D'UN PHILOSOPHE 



AVBC LA UABÉCDALB DE '** 



J'avsîs je ne mi» qii«lle alTairff k iniil^r sifc le man^hd 
de***: J*t!ki i son hOtel. un matin: \\ i'tm absi^ni! Je me Ûfl 
■cinoncerà nijuljuni- 1a nuM^-.hfili-. Cent uim rcitiiiii- r-hannnii(«: 
elle esti bette et dévoie comme un ange ; ellea la douceur peinte 
MT BOD viKagc ; et puîî(k un koei iIk voii <!l une nftïvelé de dïn- 
oiini lout À fait aveaania à sa phyaionomte. Elle ^tait à sa 
toilette. Or m'approcliG un fauUruil; \e m'iu^sied?», et tiouxii cau- 
aoos. Sur qucli^ut^^ propos dr ma part, qui tN^dinèrent et ^tii U 
Burpnre!nl (car die élui dans Topinion que celui qui nîe U 
Crèa^^ainle TtluM est un homme de sac ci de corde. c|ui finira 
pir être pendu), etie me ciit ^ 

ITèlea-vous p&a monsieur CrudelîT 

catnti.i. 
Ouii madame. 

LA uahkcbale. 
C'e«i donc vous qui ne croyez rien T 

MoiMnâme. 

LA UAaÉCBALI. 

Cependant votre morale «st d'un croyanL 

CatDELI. 

Pourauoi non, quajid il est hoDDitc hommef 

LA M'tMKCHALE, 

Bi celte moralc^U, vous la praiiquei? 




508 ENTRETIEN D'UN PHILOSOPBR 

CKDDELI. 

De mon mieux. 

LA UARiCHALE, 

Quoil TOUS ne volez point, voua ne tuez pcmit, tous ne 
pillez point T 

CIUDBLI. 

Très-rarement. 

LA M AliCHALK. 

Que ^gnez-TOUS donc à ne pas croire T 

CBUDELI. 

Rien du tout, madame 1& maréchale. Est-ce <{u'on croît, 
parce qu'il y a quelque chose à gagnerT 

LA HABÉCHALB. 

Je ne sais; mais laraigon d'intérêt ne g&te rien auxaibires 
lie ce monde ni de l'autre. 

CaUDELI*, 

J'en suis un peu fAché pour notre pauvre espèce humaÎDe. 
Nous n'en valons pas mieux. 

LAHARÉGHALE. 

Quoi I vous ne volez point T 

CROnBLl. 

Non, d'honneur. 

LA MARÉCHALE. 

Si VOUS n*étes ni voleur ni assassin, convenez du moins que 
vous n'êtes pas conséquent. 

CRUnELI. 

Pourquoi donc? 

LA haréchalb. 

C'est qu'il me semble que si je n'avais rien à espérer ni i 
craindre, quand je n'y serai plus, il y a bien de petites douceurs 
dont je ne me priverais' pas, à présent que j'y suis. J'avoue que 
je prête à Dieu à la petite semaine. 



I. rfou» rétabliswns ici b coupure d'*prts !■ Carrajpofwlflncff ttcrèU. U o'<m 
pu dans le tour d'osprit de ta maréchale do dire du mal do la miaou cf^ini^r^t^ wr 
laquelle mule preaque loutn son argumen talion. 
3, VAjiiA^mi : sèvreraÎB. [Corraip. stcriU,] 



AVEC LA MARÉCHALE DE ••♦. 



509 



Vous l'imagiuei? 

LA UABBCBALB. 

Ce n'odl pofni ua« Smnfifinaiiart, c*C£t un r&it 

4:itlJl>KL1. 

El ])Oiirraù^>oit votiK if<.^rniiricl«r quelles ^mx ces choses que 
vou» *«ow jwnDeiuiw, xi vou» V'iît'i incrédule 7 

Non p&fi, s'il vouH plali; c'est ud Article île m» c^mft=«?«ii>Tt. 

CfiUDCLt. 

Pour mol, je meu à fonds perdu. 
C'est I& rodource des gueux. 

CIIUI>EL]. 

M'ftimcricz-voua mieux usurier? 

p 

tA M ARÊCHALi. 

Miîft vuî : on p(*ui fuirt* t'ii^orv avec Tioti laiiI (ju'un v«ui: 
OD ne le ruine pas. Je ^aïs bien que cela n*eat piA dC-lic^t, mai^ 
qu'iniporleT Comme le point est d'attraper le ciel, ou d'^tdrtvM- 
ou de forcp, i] faut louc poiti-r rn Mgjiv de tompie, ne nO^liger 
aucun prafic. Ht^lasI rn^uh nurons beau fAicr, nain* misf< );irni 
toujours hîen me?«jinih> *'-u comparaison de la reoinV que noti^ 
. attendons. Et vous u'aiiendez rien, vousT 

^H CaCDfiLI. 

^1 lUeD. 

^B LA VAKÊ^BALC. 

^V Cela est triste. Convenez donc ifït voua ilo bien m«?chat]l 

ou bien fou 1 
K cacntLt. 

^^ Ea v^lé, je ne saurais, madame la m&i^cbale. 

^H LA UAaÉCKALE. 

^P Quel motif peut avoir un iocr^dule d'être bon, s'il n'est p» 
^^fouT Je voudrais bien le savoir. 

carniLt. 
El je vais voun le dire. 

LA MAaKCHALt. 

TolU m'obligerei. 




910 



ENTRETIEN D'UN PHILOSOPHE 



CIICDELI, 

Hc ptmti-vom piL% qu'on pcat ^crc si beuretiseiiie&t Dé, 
qti*<iû trouve 110 griuid pUjsir  Ttire le bien 7 

LA llAltEC»ALt< 

J« le penfie- 

€iri>iLt, 

Qu'ion peut avoir roçu une excellente éducation, qui forlifie 
lepencb&nt nfttunrl âJa bienfaisance f 

LA MAHKCIIILL 

Aasurémcnt. 

CBUDEL1. 

Et que, dan& un Age plus uvanct^, rotperieDce nous ait c<in* 
vaincus, f^'& tout prendre, il vaut mieux, pour son bonbcur 
(tana ce inonde, être un honnête honuoe qu'un ooqiiûf 

LA U\IIECtl4LC. 

Oui-da; maie oommoii OAt-oQ bonoétc bomme. lûnquede 

mauvais principes ac joignent aux pastiops pour entraîner au 

mal? 

€ai;naLi. 

On va înconséqurnl 1 et f »4-il rïen de plua cmumun que 

fï^iifs iiitaiMéqu«Di ! 

Là ICiaaCHALS. 

n^lajt! maltieurouRement, non : on croît, et toin les jtmn tm 
se coaduJt comme si on ne crcyaii pas. 

cavotLi. 
El san^ croire, on nr conduit à peu près cominc n l'on 
cro/AÎL 

LA UaSÈCHatS. 

A la bonne heure ; m%h quel inconvénient y turaiv-O à areir 
une raison de plus, la religion, pour fftirc le bien, et une niaoû 
de moins, rincTi^dulit*^, pour mal fairaf 

caroELi, 
Aucun, si la religion ^tait un motif de faire le bian* et Hii- 
cr^ulitâ un motif de faire le mal, 

LA VAnKCUlLK. 

Rftf-ce qu'il y a quelque doutft là-dessus? &t-ce qme Vi 
prit de religion n'est paa de contrarier cette vilaine nature 
rompue; et celui de l'incT^ulit^, de Tabandonaer à aa aulkc, 
«n rafTrancbiaAant de lacraiiiteî 



AVEC LA MARfXHALE DE *■*. 



SU 



ci, madame U tnarécbalç, v& noua j«ter dttit* un? lODf^o 
discussion, 

LA MAHËCHALE. 

Qu'«st-ce que cela Tail? Le Riaf^cb&l nn rcntror^ paa sitAt; 
et il vatilmieusquenouf^ parlions raison, que de médire de notre 
prochain. 

C1IUI>SI.I. 

Ij fondra que je reprenne tes choses d'un î«u haut. 

D« «i-baut quv vou« voudrei, pourvL que je voli?i entende. 

cuddbli. 
Si'Toas ne m'enlcndiei pos, ce Aérait bien ma faute, 

LA HAkÉCIlALt. 

Gela «1 poli ; mftisi il faut que vous sachiez que je u't\ 
Juntis lu que mes beures, et que je nu me ftuis guèi^ 0C4;up6e 
qu'à pratiquer ]'J\v«igil«Gi A fïin^de-ienfflnEâ. 

Ceflom deux devoirs dont vous vous êtes bien scquîtl^, 

LA UAftACHALt. 

Ouï, pour ïes enfants; vous en avei trouvd sii autour de 
moit et dans quelques jours vou& en pourriei TOir un Je plua 
sur mes genoux^ : maÎA commencns. 

CHcnrii. 

Il adame la rnar/ichale, y a-i-U quelque bien dans ce mond»- 
ci» qui m'A sans ÎDcnnvâuieQlT 

LA HABÉCIIALt. 

Aucun. 

raCDBLi. 

Ce quelque mAl qui soît sans avantage? 

LA MAlÊCUAtK. 

Aucun. 

CBirotLt. 

Qu'appelox-Tou» donc mal ou bienT _ 



SIS 



ENTItETIE» D'UH PRILOSOPHC 



le iDâ], ce wrs re '[uî a plu» d'iocanvê 
1^^; el le létm, ju contrûrfr, ce qui ■ plw # 
d'îamiTéiiîcDbk 

CIIUDILI. 

sa it^ÊiiÂiNn du tïien €l du n»IT 



Je ff^ea Miniendrai. Vous appela c«U «ne 

CKUbBLf. 

Oaî. 

LA %ljtftÉCIl4Lt. 

Cesldoacde U p1iiliMof>bieT 

CBtrOELt. 

Eurdlenfe. 

tA IfliÉCOALE. 

El j'oî foil de b philfMophie ! 

CRODILt- 

Aiiifit, voitfl eteâ penuad^e que U reJlpoa a pTu^ d*i 
que d'inconvénienUï et c'^t pour o&U que idus rappelai; 

LA MAaiCHALt. 

Oui. 

cao&BLi. 

Pourmo!. J« nedotHeposntquevotreinleiidtiiinevcxBivlB 
un peu moif>ï la vrille de Pftqies que le leodemun des tttta; 
et que de temps vn temp^ U retipon n'enipèdie nombre de 
pelÎLs mautei ne produise nombre de petiutbieia- 

LA UIBECBALE. 

Pnâi à p«tUt cela fait somme. 

cnvDiu. 
Hais croyea-voua que lea lenibl» nvagee qu'elle a 

dsDB lea lempa paasôa, et qu'elle causera diiie les 
doicnt suiftsammcnt compeniMïa par ces gucudleui BTaauges-UT 
Songi>x qu'elle a crô^ et qu'elle perpétue la plus TÎolcQte airti- 
palhi(^ entre los natiaiiâ. 1) n'y a paa un musulman q«i aima- 
gin&t faire une action agréable à Ôieu et au aaînt IVophHe, en 
eitermlnant lqub les cbr>.^ieaB, qui. de loiircAté, ne sootgvtre 
plus tol^raats* bocgei qu'elle a cr^ et qn'elle perpétue dana 



AVEC LA HABÉCHALE DE *'\ 



513 



I 



Mue même contrée, des divisions qui se «ont rtrcmcni ^teintcft 
sans elTusiaD de suig. Notre hiatoire ne noiu en oITrt qti^ de 
in^ récents et de trop funeste pucmples. Songez qu'elle a créé 
et qii'ultv p<'rp^lue diDK la xr^i^^li.^ vnirt^ tcM ciloyens:, ^i dunt 
la famille eutre lea procbnii, kv haine>ï \&t pluK fori% «i Ice 
plus coftsUnles. Le Christ a dil qu'il ét^h venu pour srpârer 
IVpoi» ric Ih frinme. In mèr<! de ses enfanrs, le Crtre de }a ftcrur, 
l'arni dfr l'arnî: cl k« pr^dictioD ne s'eat que trop fidèlement 
aci^-oinpbfî. 

La WAHRCHALt. 

VoiEA bien les ^ua-, niaîa ce o*cat paa la obow. 

CRtDfiLI. 

C'est la cbo»«?, ti les abus en sont inw^anblçs. 

LA ' HAiÉCtC^LE. 

Et comment me montrcr<-2-vouâ que tes abu^de t» religion 
sont iitôéparabics de la rcligion^T 

carottL 

Tr^^i-ïisf^inent : dit^»-moî, fti un misanihmpe sVtaît propow 
de r&ire le malheur du genre humain, qu'aiiraiuil pu iftvenier 
de mieux que la croyuice en un être incomprébenstble sur 
lequel li^ Wnimtx u'nuniieiM jatiiâis pu «Vnlmdre, et auquel 
iU auraient aiiadi^ plu^ d'imporuinre r|tj*A kur vî<>"ï Or, e«t-il 
poaatble de H^pjinïr de ta oouon d'une divinité l'iaeompr^.heiisi- 
btlité U plua profonde el l'importance la plua grande^ 

LX MABÊGUALC. 

Non. 

CBUDILI. 

Conclu ei tlonc- 

léI uahécuale. 
Je conclue que c'est une idé« qui n'est pas «ans cnos^cpty^nce 
diasb ièUidit'i fou». 

CICDILI» 

Et ajoutCE que Ic8 fou3 ont toujours ^lé et seront toujount Je 
pluâ gmnd nombre^ et que le» pluâ dan^rcui sont ceux que la 
religion fait, cl dont les pcnurbateurs de la soeîiïté savent tirer 
bon parti dans l'occ^ftion. 

I. Viftiun T .„ Qat rtao m mondir lu ptat étutat OB aboi. fToTMif. 

I 

S. Voir 1a fcaWt pAtJoMvAivH, tome I", («se ITCL 

■I. « 



w 



ENTRETIEN O^UN PHILOSOPHE 



et m 



i 

Maïs l] f^ul quelque cbofe qui cAViy« ]e% bomoeft 
niauvaiso tclioni» qui i.S:Ji&ppeni à la sé\èfîlé deâ lots; et m 
vous d^truUet la rolijpon, que loi sub8lîtuerQt-voi>s7 

Quand j> n'aurû« rien i mettre h la place, ce Heraît lo« 
.un lerriMo pri^jiigt? de moina; tisxis compter que, dans aooaa 
titele et che; aucune Dation, les* opinions reUgîf-ua» n'ont mttI 
de base aui nKPurti nalionales. les dïeiu qu'adoraîenl ces rïeu 
GL'ecA et CVS vicirv Romnim. 1vj<; plu« hutinAtes gw da Et tBTflt 
^^laiiTdl la Tenaille 1a pluA itiMiolue : tio Jiipiti^', i brfilo- tom 
vif; une V^niiâ, k enrermer à THiVpîUl*; an Mercure, i ncOn 

La «AiÉciiAta. 
kl VDUft penetet qu'il est tout 1 fait tndilTéreDt q«o 
«ayons cbreiieng on païens; que paieofi, noua D*en raudiûaa 
pa^moin»; et que cbn^ticiw, noua n'en valons p«s mieux. 

catmiiLî. 
Ma foi, j'en aiiîa convamcu, k cela prte que nous aenoos un 
peu pl