(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "The way to wealth; or, Poor Richard improved:"




^^J5 




. r - 



^ "a^ i 




THE 

WAY TO WEALTH. 



DIJON 



Printed bv P. Causae. 



THE 

WAY TO WEALTH 

OR 

POOR PelCHARD IMPROVED 

BY EENJ. PPuANKLIN. 




PARIS, 

Printed for Ant. Aug. Renouabx), 
Apolline's street, n°. sS. 

M. DCC. XCV. 



U . Franklin for many- 
years published the Peiisyl- 
vania almanack, called poor 
Richard Saunders , and fur- 
nished it A^ith various sen- 
tences and proverbs, which 
had principal relation to 
the topics of industry , at- 
tention to one's own Imsi- 
ness , and frugality. The 
whole or chief of these sen- 
tences and proverbs , he at 
last collected and disiested 
in the present small Avork, 
which his countrymen read 
1 



with mucli avlJity and pro- 
fit , and which will be , I 
hope, kindly received by 
mine in this small elegant 
volume , as much as it has 
never been printed in Fran- 
ce into its original tongue. 



THE 
WAY TO V/EALTH. 



Cjou 



RTEOUS READER y 



I Iiave lieard , tliat notliliig gives 
an author so great pleasure , as to 
find his works respectfully quoted 
by others. Judge , then , how much 
I must have been gratified by an 
incident I am going to relate to 
you. I stopped my horse lately , 
where a great number of people 
were collected , at an auction of 
merchants goods. The hour of \\\q 
sale not being come , they were 
conversing on the badness of the 



4 THE W A Y 

times 5 and one of the company cal- 
led to a plain , clean old man , with 
white locks : Pray , father Abra- 
ham , what think you of the times? 
Will not these heavy taxes quite 
ruin the country ? How shall we 
ever be able to pay them ? What 
would you advise us to ? Father 
Abraham stood up , and replied : 
if you would have my advice , I 
will give it you in short 5 for a 
word to the wise is enough , as poor 
Richard says. They joined in desi- 
ring him to speak his mind , and 
gathering round him , he proceed- 
ed as follows : 

Friends , says he , the taxes are , 
indeed , very heavy , and , if those 
laid on by the government were the 



TO WEALTH. 5 

only ones we had to pay , we might 
more easily discharge them 5 but 
we have many others , and much 
more grievous to some of us. We 
are taxed twice as much by our id- 
leness , three times as much by our 
pride , and four times as much by 
our folly 5 and from these taxes the 
commissibnners cannot ease or de- 
liver us , by allowing an abatement. 
However , let us hearken to good 
advice, and something may be done 
for us 5 God helps them that help 
themselves, as poor Richard says. 

I. It would be thought a hard go- 
vernment that should tax its people 
one tenth part of their time , to be 
employed in its service : but idle- 
ness taxes many of us much more 5 



6 T H E W A Y 

sloth , by bringing on diseases , 
absolutely shortens life. Sloth, like 
rust , consumes faster than labour 
wears , while the used key is al- 
ways bright , as poor Richard says. 
But dost thou love life , then do 
not squander time , for that is the 
stuff life is made of, as poor Ri- 
chard says. How much more than 
is necessary do we spend in sleep ! 
forgetting that , the sleeping fox 
catches no poultry , and that there 
will be sleeping enough in the gra- 
ve , as poor Richard says. 

If time be of all things the most 
precious , wasting time must be , 
as poor Richard says , the greatest 
prodigality J since, as he elsewhere 
tells us J lost time is never found 



TO WEALTH. 7 

again ; and what we call time e- 
nough J always proves little enough : 
let us then up and be doing , and 
doing to the purpose 5 so by dili- 
gence shall we do more with less 
perplexity. Sloth makes all things 
difficult , but industry all easy 5 
and , he that riseth late , must trot 
all day , and shall scarce overtake 
his business at night 5 while laziness 
travels so slowly, that poverty soon 
overtakes him. Drive thy business, 
let not that drive thee 5 and early to 
bed, and early to rise , makes a 
man healthy , wealthy , and wise , 
as poor Richard says. 

So what signifies wishing and 
hoping for better times? We may 
make these times better , if we bes- 



8 T H E WAY 

tir ourselves. Industry need not 
wish J and he that lives upon hope 
will die fasting. There are no gains 
without pains 5 then help hands , 
for I have no lands , or , if I have , 
they are smartly taxed. He that hath 
a trade , hath an estate ; and he that 
hath a calling , hath an office of 
profit and honour , as poor Richard 
says ; but then the trade must be 
worked at , and the calling well 
followed , or neither the estate nor 
the office will enable us to pay our 
taxes. If we are industrious , we 
shall never starve ; for , at the work- 
ing man's house hunger looks in , 
but dares not enter. Nor will the 
bailiff or the constable enter , for 
industry pays debts , while despair 



TO WEALTH. 9 

increaseth them. What though you 
have found no treasure , nor has 
any rich relation left you a legacy 9 
diligence is the mother of good luck 
and God gives all things to indus- 
try. Then plow deep , while slug- 
gards sleep, and you shall have corn 
to sell and to keep. Work while it 
is called to-day , for you know not 
how much you may be hindered to- 
morrow. One to-day is worth two 
to-morrows , as poor Richard says 5 
and farther ; never leave that till 
to-morrow , which you can do to- 
day. 

If you were a servant , would 

you not be ashamed that a good 

master should catch you idle ? Are 

you then your own master ? be as- 

2 



lO THE WAY 

liamed to catch yourself idle , when 
there is so much to be done for your- 
self , your family , your country , 
and your king. Handle your tools 
without mittens , remember , that 
the cat in gloves catches no mice , 
as poor Richard says. It is true , 
there is much to be done , and , per- 
haps , you are weak handed 5 but 
stick to it steadily , and you will 
see great effects 5 for constant drop- 
ping wears away stones 5 and by 
diligence and patience the mouse 
ate in two the cable 5 and little 
strokes fell great oaks. 

Methinks I hear some of you say : 
must a man afford himself no lei- 
sure? I will tell thee , my friend , 
what poor Richard says : employ 



TO WEALTH. 11 

thy time well , if thou meanest to 
gain leisure ; and since thou art 
not sure of a minute , throw not 
away an hour. Leisure is time for 
doing something useful 5 this lei- 
sure the diligent man will obtain, 
but the lazy man never 5 for , a life 
of leisure and a life of laziness are 
two things. Many, without labour , 
would live by tbeir wits only , but 
they break for want of stock 5 
whereas industry gives comfort , 
and plenty , and respect. Fly plea- 
sures , and they will follow you. 
The diligent spinner has a large 
shift ; and now I have a sheep and 
a cow , every body bids me good- 
morrow. 

II. But with our industry, we 



12 THE WAY 

must likewise be steady , settled , 
and careful , and oversee our own 
affairs wdth our own eyes , and not 
trust too much to others 5 for , as 
poor Richard says : 

I never saw an oft-removed tree , 
Nor yet an oft-removed family , 
That throve so well as those that set- 
tled be. 

And again : three removes is as 
bad as a fire : and again ; keep thy 
shop , and thy shop will keep thee : 
and again : if you would have your 
business done , go ; if not y send : 
and again : 

He that by the plough would thrive , 
Himself must either hold or drive. 

And again : the eye of a mas- 



TO WEALTH. l3 

ter will do more work than both 
his hands : and again : want of 
care does us more damage than 
want of knowledge : and again : 
not to oversee workmen , is to leave 
them your purse open. Trusting too 
much to others care is the ruin of 
many : for , in the affairs of this 
world , men are saved , not by 
faith , but by the want of it. But 
a man's own care is profitable ; for, 
if you would have a faithful ser- 
vant , and one that you like j serve 
yourself. A little neglect may breed 
great mischief : for want of a nail , 
the shoe was lost ; for want of a 
shoe , the horse was lost ; and , 
for want of a horse , the rider was 
lost , being overtaken and slain by 



l4 THE WAY 

the ennemy : all for want of a little 
care about a horse-shoe nail. 

III. So much for industry , my 
friends , and attention to one's own 
business : but to these we must add 
frugality , if we would make our 
industry more certainly successful. 

A man may , if he knows not 
how to save as he gets , keep his 
nose all his life to the grind-stone , 
and die not worth a groat at last. 
A fat kitchen makes a lean will ; 
and 

Many estates are spent in the getting, 
Since women for tea forsook spinning 

and knitting , 
And men for punch forsook hewing and 

splitting. 

If you would be wealthy , ikink 



TO WEALTH. l5 

of saving , as Avell as of getting. 
The Indies have not made Spain 
rich , because her outgoes are grea- 
ter than her incomes. 

Away then , with your expen- 
sive follies , and you will not then 
have so much cause to complain of 
hard times , heavy taxes , and char- 
geable families : for 

Women and wine, game and deceit, 
Make the weahh small , and the want 
great. 

And farther : what maintains one 
vice, would bring up two children. 
You may think perhaps that a little 
tea , or a little punch now and 
then , diet a little more costly, clo- 
thes a little finer, and a little enter- 
tainment now and then j can be no 



i6 



THE WAY 



great matter 5 but remember , ma- 
ny a little makes a mickle. Beware 
oflittie expenses ; a small leak will 
sink a great ship , as poor Richard 
says : and again : who dainties love, 
shall beggars prove : and moreo- 
Ter : fools make feasts, and wise 
men eat them. 

Here you are all got together to 
this sale of fineries and nick-nacks. 
You call them goods; but, if you 
do not take care , they will prove 
evils to some of you. You expect 
they will be sold cheap , and , per- 
haps , they may for less than they 
cost ; but , if you have no occasion 
for them , they must be dear to 
you. Remember what poor Ri- 
chard says : buy what thou hast no 



TO WEALTH. I7 

need of, and ere long thou sLalt 
sell thy necessaries. And again : at 
a great penny-worth pause aAvhile. 
He means , that perhaps the cheap- 
ness is apparent only, and not real j 
or the bargain , by straitening thee 
in thy business, may do thee more 
harm than good. For in another 
place he says : many have been 
ruined by buying good penny- 
worths. Again , it is foolish to 
lay out money in a purchase of re- 
pentance 5 and yet this folly is 
practised every day at auctions , 
for want of minding the almanack. 
Many a one, for the sake of fine- 
ry on the back , have gone with a 
hungry belly, and half starved their 
families. Silks and sattins , scar- 
3 



8 



THE WAY 



let and velvets , put out the kit- 
chen-iire , as poor Richard says. 
These are not the necessaries of 
life 5 they can scarcely be called 
the conveniences 5 and yet only 
because they look pretty, how ma- 
ny want to have them? By these , 
and other extravagancies , the 
genteel are reduced to poverty , 
and forced to borrow of those whom 
they formerly despised , but who , 
through industry and frugality y 
have maintained their standing : in 
which case it appears plainly , that 
a ploughman on his legs is higher 
than a gentleman on his knees , as 
poor Richard says. Perhaps they 
have had a small estate left them y 
which they knew not the getting 



TO WEALTH. I9 

of; they think it is day , and will 
never be night ; that a little to be 
spent out of so much is not worth 
minding; but always taking out of 
the meal-tub , and never putting 
in , soon comes to the bottom , as 
poor Richard says ; and then , when 
the well is dry , they know the 
worth of water. But this they might 
have known before , if tbey had 
taken his advice : if you would 
know the value of money , go and 
try to borrow some ; for he that 
goes a borrowing , goes a sorrow- 
ing , as poor Richard says ; and , 
indeed , so does he that lends to 
such people , when he goes to get 
it in again. Poor Dick farther ad- 
vises , and says : 



20 T H E W A Y 

Fond pride of dress is sure a very curse; 
Ere fancy you consult , consult your 
purse. 

And again : pride is as loud a beg- 
gar as want, and a great deal more 
saucy. Vhen you have bought one 
fine thing, you must buy ten more, 
that your appearance may be all 
of a piece 5 but poor Dick says, it 
is easier to suppress the first desire , 
than to satisfy all that follow it : 
and it is as truly folly for the poor 
to ape the rich , as for the frog to 
swell , in order to equal the ox : 

Vessels large may venture more, 

But little boats should keep near shore. 

It is, however, a folly soon 
punished : for , as poor Richard 
says , pride that dines on vanity , 



TO WEALTH. 2.1 

sups on contempt 5 pride breakfas- 
ted with plenty , dined witli po- 
verty , and supped vith infamy. 
And , after all, of what use is this 
pride of appearance , for which so 
much is risked , so much is suffer- 
ed? It cannot promote health , nor 
ease pain 5 it makes no increase of 
merit in the person , it creates en- 
vy , it hastens misfortune. 

But what madness must it be to 
run in debt for these superfluities ? 
We are offered , by the terms of 
this sale, six months credit 5 and 
that, perhaps, has induced some of 
us to attend it , because we can- 
not spare the ready money , and 
hope now to be fine without it. But, 
ah I think what you do when you 



22 T H E WAY 

run in debt ; you give to another 
power over your liberty. If you 
cannot pay at the time , you will 
be ashamed to see your creditor ; 
you will be in fear when you speak 
to him ; you will make poor pitiful 
sneaking excuses, and, by degrees, 
come to lose your veracity , and 
sink into base , downright lying ; 
for , the second vice is lying , the 
first is running in debt , as poor 
Richard says : and again , to the 
same purpose : lying rides upon 
debt's back : whereas a free-born 
En glishman ought not to be ashamed 
nor afraid to see or speak to any 
man living. But poverty often de- 
prives a man of all spirit and vir- 
tue. It is hard for an empty bag to 



TO WEALTH. 23 

Stand upright. What would you 
think of that prince , or of that go- 
vernment , who should issue an 
edict forbidding you to dress like 
a gentleman or gentlewoman , on 
pain of imprisonment or servitu- 
de ? Would you not say that you 
were free , have a right to dress as 
you please , and that such an edict 
would be a breach of your privi- 
leges , and such a government ty- 
rannical ? And yet you are about 
to put yourself under that tyran- 
ny , when you run in debt for such 
dress ! Your creditor has authori- 
ty , at his pleasure , to deprive you 
of your liberty , by confining you 
in gaol for life , or by selling you 
for a servant , if you should not be 



^4 THE WAY 

able to pay liim. When you have 
got your bargain , you may , per- 
haps , think little of payement 5 
but , as poor Richard says , credi- 
tors have better memories than deb- 
tors 5 creditors are a superstitious 
sect, great observers of set-days and 
times. The day comes round before 
you are avs'^are 5 and the demand is 
made before you are prepared to sa- 
tisfy it : or J if you bear your debt 
in mind , the term , v^^hich at first 
seemed so long, will, as it lessens, 
appear extremely short : time will 
seem to have added v\-ings to his 
heels as well as his shoulders. Those 
have a short Lent , who owe money 
to be paid at Easter. At present , 



TO WEALTH. 2:> 

perhaps , you may think yourselves 
in thriving circumstances , and that 
you can bear a little extravagance 
without injury 5 but 

For age and want save while you may , 
No morning-sun lasts a whole clay. 

Gain may be temporary and un- 
certain 5 but ever , while you live , 
expence is constant and certain 5 
and it is easier to build two chim- 
neys , than to keep one in fuel , as 
poor Richard says : so , rather go 
to bedsupperless , than rise in debt. 

Get what you can, and what you get 

hold : 
'Tis the stone that will turn all yonr 

lead into gold. 

And vrhen you have got the phi- 

^ 4 



26 



THE WAY 



losopher's stone , sure you will no 
longer complain of bad times, or 
tlie difficulty of paying taxes. 

IV. This doctrine , my friends , 
is reason and wisdom : but , after 
all , do not depend too much upon 
your own industry , and frugality , 
and prudence , though excellent 
things 5 for they may all be blast- 
ed , without the blessing of heaven 5 
and , therefore , ask that blessing 
humbly, and be not uncharitable 
to those that at present seem to 
want it, but comfort and help them. 
Remember Job suffered , and was 
afterwards prosperous. 

And now , to conclude , expe- 
rience keeps a dear school, but fools 



TO WEALTH. 'JJJ 

will learn \n no other , as poor Ri- 
chard says , and scarce in that : for, 
it is true , we may give advice, but 
we canjiot give conduct : however , 
remember this , tliey that will not 
be counselled , cannot be helped ; 
and fiirther , that if you will not 
hear reason , she will surely rap 
your knuckles , as poor Richard 
says. 

Thus the old gentleman ended 
his harangue. The people heard it 
and approved the doctrine , and 
immediately practised the contra- 
ry 5 just as if it had been a common 
sermon : for the auction opened , 
and they began to buy extrava- 
gantly. 



s8 



THE WAY 



I found the good man had tho- 
roughly studied my almanacks , 
and digested all I had dropt on 
those topics during the course of 
twenty -five years. The frequent 
mention he made of me , must 
have tired any one else *, but my 
vanity was wonderfully delighted 
with it , though I was conscious , 
that not a tenth part of the wisdom 
was my own , which he ascribed 
to me , but rather the gleanings 
that I had made of the sense of all 
ages and nations. 

However , I resolved to be the 
better for the echo of it ; and , though 
I had at first determined to buy 
stuff for a new coat , I went away , 



TO WEALTH. ^9 

resolved to wear my old one a little 
longer. Reader , if thou wilt do the 
same j thy profit will be as great 
as mine. 

I am , as ever , 

thine to serve thee , 

Richard Saunders. 



LA SCIENCE 



DU 



BONHOMME RICHARD. 



DIJON, 

De I'Imprimerie de P. Causse , 
I'an 3^. 



LA SCIENCE 

D U 

BONHOMME RICHARD, 

OU MOYEN FACILE 

DE PAYER LES IMPOTS. 

PAR BENJ. FRANKLIN* 




PARIS, 

Chez Ant. Aug. Renouard , 
rue Apolline , n°. 2,5. 

M. DCC. xcv. 



-Tranklin piiblioit 

en meme temps un alma- 
nach qu'il cherclioit a ren- 
dre utile par un petit n om- 
bre de preceptes dont il 
remplissoit le vuide des pa- 
ges. II y placoit des consells 
d'economie , des lecons de 
bienfaisance ou de justice 
propres a diriger la con- 
duite d'une vie simple etla- 
borieuse 5 et il avoit soin de 
les termiiner par un proverbe 
vulgaire , afm de les graver 



36 

plus surement dans la me- 
moire. Get almanacli etoit 
destine sur-tout a ceux qui , 
places aux extremites de 
la colonie , absorbes par le 
travail ou les soins domes- 
tiques , ne connoissoient 
guere d'autres lectures. II 
vouloit qu'aucune classe de 
citoyens ne restat sans ins- 
truction , qu'aucune ne fut 
condamnee a ne recevoir 
que des idees fausses , par 
des livres destines a flatter 
sa credulite ou a nourrir ses 
prejuges. Un simple impri- 



37 
meur faisoit alors pour I'A- 
mer ique ce que les gouverne- 
mens les plus sages avoient 
eu I'orgueil de negllger, ou 
la foiblesse de craindre. II 
a depuis recueilli toutes ces 
legons dans I'ouvrage si con- 
nu sous le titre du bonhom- 
me Richard , modele uni- 
que , dans lequel on ne pent 
s'empecher de reconnoitre 
riiomme superieur , sans 
qu'ii soit possible de citer 
un seul trait ou il se laisse 
app^rcevoir. Rien dans les 
pensees , ni dans le style 



38 

n'est au-dessus de rintel- 
ligence la raolns exercee ; 
mais la pliilosophie y de- 
couvre aisement des vues 
fines et des intentions pro- 
fondes. L'expressionesttou- 
jours naturelle , souvent 
meme commune , et tout 
I'esprit est dans le choix des 
idees. Pour que ses lecons 
soient plus utiles , il n'aver- 
tit pas ses lecteurs qu'un sa- 
vant de la ville veut bien 
s'abaisser jusqu'^ les ins- 
truire , et il se cache sous 
le nom du bonhomme Ri- 



39 

chard , ignorant et pauvre 
comme eux. 



Ce court extrait de I'eloge 
de Franklin parCondorcet, 
vaut tout ce qu'on auroit 
pu dire de mieux sur ce tre- 
sor de sagessc dont la reim- 
pression en anglais et en 
fran<^ais sera, je pense , d'au- 
tant plus accueillie, que ja- 
mais ce livret n'a ete publie 
en France , dans sa langue 
originale , et que d'ailleurs 
il merite a tous egards d'etre 
reproduit sous une forme 



4o 

assez attrayante pour lui 
faire occuper une place clie- 
rie dans les bibliotlieques 
de ceux qui aiment a reunir 
rexcellence du livre auluxe 
de I'edition. 

On ne devroit pas s'atten- 
dre a trouver un portrait 
anssi soigne a la t^te d'une 
brochure de quelques feuil- 
les d'impression 5 mais cette 
petite brochure renf ermant 
en pen de pages plus de sens 
et de vraie philosophie que 
tons les gros volumes de nos 
faiseurs k grandes preten- 



4i 

tions , j'ai pense qu'aucun 
ornement accessoire n'etoit 
trop beau pour le decorer. 
Je dois aussi avouer que je 
n'ai pu me refuser a moi- 
meme la satisfaction de faire 
graver par un de nos meil- 
leurs artistes en ce genre, le 
beau tableau de Duplessis , 
qui , au merite d'une tres 
belle execution, joint sur- 
tout celui de la plus parfaite 
ressemblance. J'ai voulu 
conserver et multiplier par- 
mi nous I'image de I'liomme 
vertueux qui , en nous lais- 
6 



42 

sant les sages le(^ons du bon- 
lionime Richard , a acquis 
des droits a la reconnois- 
sance de tons les peuples. 



LA S C I E N C P: 

DU 

BONHOMME RICHARD. 



J 'a I oui dire que rien iie latt 
autant de plaisir a un auteur, que 
de voir ses ouvrages cites avec 
veneration par d'aiitres savans ecri- 
vains, II m'est rarement arrive de 
jouir de ce plaisir. Car, quoiqne 
je puisse dire , sans vanite , que 
depuis im quart de siccle , je mc 
suis fait annuellement tin nom 
distingue parmi les auteurs d'al- 
manaclis , il ne m'est guere arri- 
ve de voir que les ecrivains mes 



LA SCIENCE 



confreres dans le meme genre y 
daignassent ni'honorer de quel- 
ques eloges , ou qu'aucun autre 
auteur fit la moindre mention de 
moi ; de sorte que , sans le petit 
profit effectif que j'ai fait sur mes 
productions , la disette d'applau- 
dissemens m'auroit totalement de- 
courage. 

J'ai conclu a la fin que le 
meilleur juge de mon merite etoit 
le peuple , puisqu'il achetoit mon 
almanach j d'autant plus qu'en me 
repandant dans le monde , sans 
etre connu , j'ai souvent entendu 
repeter quelqu'un de mes adages 
par celui-ci ou celui-la , en ajou- 
tant tou jours a la fin : » comme 
» dit le bonhomme Richard. x> 



DU BONHOMME RICHARD. 4^ 

Cela m'a fait quelqiie plaisir , et 
m'a prouve que non-seulement on 
faisoit cas de mes lecons, raais 
qu'on avoit encore quelque res- 
pect pour mon autorite 5 et j'avoue 
que, pour encourager d'autant 
plus le monde a se rappeller mes 
maximes et a les repeter , il m'est 
arrive quelquefois de me citer moi- 
meme du ton le plus grave. 

Jugezd'aprescela combienjedus 
etre content d'une aventure que je 
vais vous rapporter. Je m'arretai 
Pautre jour a clieval dans un en- 
droit ou il y avoit beaucoup de 
monde assemble pour une vente 
qu'on y faisoit. L'lieure n'etant pas 
encore venue , la compagnie cau- 
soit sur la durete des temps j et 



46 LA SCIENCE 

quelqu'un s'adressant a un person- 
nage en clieveux blancs , et assez 
bienmis, lui dit : y^ Et vous , pere 
D5 Abraliam , que pensez-vous de ce 
y> temps-ci? N'etes-vous pas d'avis 
» que la pesanteurdes impositions 
35 finira par detruire ce pays-ci de 
35 fond en comble? car, comment 
33 faire pour les payer ? quel parti 
33 voudriez-Yous qu'on prit la-des- 
33 sus? 35 Le pere Abraham futquei- 
que temps arellecliir ^ et repliqua: 
Si vous voulez savoir ma facon de 
penser , je vais vous la dire en peu 
de mots : 33 car pour Pliomme bien 
33 avise , il ne faut que peu de pa- 
33 roles. Ce n'est pas la quantite de 
33 mots qui remplit le boisseau : 33 
comme dit le bonhomme Richard. 



CK 



DU BONHOMME RICHATuD. 4/ 

Tout ie monde se reunit pour en- 
gager le pere Abraliani a parler , 
et I'assemblee s'etant approcliee en 
cercle autour de lui , il tint le dis- 
coiirs suivant : Mes cliers amis et 
bons voisins , il est certain que les 
impositions sont tres lourdes 5 ce- 
pendant , si nous n'avions a payer 
que celles que le gouvernement 
nous demande , nous pourrions es- 
perer d'y faire face plus aisement ; 
mais nous en avons une quantite 
d'autres beaucoup plus onereuses : 
par exemple , notre paresse nous 
prend deux fois autant que le gou- 
^ ernement , notre orgueil trois fois , 
et notre inconsideration quatre 
fois aulant encore. Ces taxes 
sont d'une telle nature , qu'il n'est 



48 LA SCIENCE 

pas possible aux commissaires de 
dimiimer leur poids , ni de nous en 
delivrer 5 cependant il y a qiielque 
chose a esperer pour nous , si nous 
voulons suivre un bon conseil } 
» car , comme dit le bonhomme 
35 Richard dans son almanach de 
5> 1733, Dieu dit aPhomme, aide- 
» toi je t'aiderai. 33 

S'ii y avoit un gouvernemcnt 
qui obligeat les sujets a donner re- 
gulierement la dixieme partie de 
leur temps pour son service j on 
trouveroit assurement cette condi- 
tion fort dure ; mais la plupart d'en- 
tre nous sont taxes , par leur pa- 
resse , d'une maniere beaucoup plus 
tyrannique . Car , si vous comptez 
le temps que vous passez dans une 



DU EONHOMME RICHARD. /\^ 

olsivete absolue , c'est-a-dire , ou 
a ne rien faire , ou dans des dissi- 
pations qui ne menent a rien , vous 
trouverez que je dis vrai. L'oisi- 
vete amene a^ec elle des incom- 
modites et raccourcit sensiblement 
la duree de la vie. » L'oisivete , 
3) comme dit le bonhomme Ri- 
35 chard , ressemble a la rouille ^ 
» elle use beaucoup plus que le 
y> travail : la clef dont on se sert 
35 est toujours claire. a? Mais si 
vous aimez la vie , comme dit en- 
core le bonhomme Richard , ne dis- 
sipez pas le temps , car la vie a? en 
35 est faite. 55 Conibien dc temps 
ne donnons-nous pas au somnieil 
au-deli\ de ce que nous devrions 
naturellement lui donner ? Nous 

7 



5o LA SCIENci 

oublions que d? le renard qui dort 
33 ne prend point de poules , 53 et 
que nous aurons assez de temps a. 
dormir quand nous serons dans le 
cercueil. Si le temps est le plus 
precieux des biens , » la perte du 
33 temps , comme dit le bonhomme 
33 Richard , doit etre aussi la plus 
33 grande des prodigalites , puis- 
33 qvie , comme il le dit encore , le 
33 temps perdu ne se retrouve ja- 
33 mais , et que ce que nous appel- 
33 Ions assez de temps se trouve 
33 toujours trop court. 33 Courage 
done, etagissons pendant que nous 
le pouvons. Moyennant Pactivite , 
nous ferons beaucoup plus avec 
moins de peine. 33 L'oisivete , com- 
33 me dit le bonbomme Richard , 



DU EONHOMME PvICHARD. 5l 

:» rend tout difficile 5 I'industrie 
» rend tout aise ; celui qui se leve 
33 tard s'agite tout le jour, et com- 
y> mence a peine ses affaires qu'il 
x> est deja nuit. La paresse va si 
3) lentement , comme dit le bon- 
» homme Richard , que la pau- 
33 vrete I'atteint tout d'un coup 5 
33 poussez vos affaires , comme il 
33 dit encore , et que ce ne soit pas 
33 elles qui vous poussent. Se cou- 
33 cher de bonne heure et se lever 
33 matin , sont les deux meilleurs 
33 moyens de conserver sa sante y 
33 sa fortune et son jugement. 33 

Que signifient les esperances et 
les voeux que nous formons pour 
des temps plus lieureux ? NoVis ren- 
drons le temps bon en sortant de 



53 LA SCIENCE 

uous-niemes. jiL'indiistrie, comme 
3D dit le bonhomme Richard , n'a 
» pas besoin de soiiliaits. Celui 
3> qui vlt sur I'esperance court ris- 
?5 que de mourir de faim : il n'y a 
33 point de profit sans peine. 33 II 
faut me servir de mes mains , puis- 
que je n'ai point de terres ; si j'en 
ai J elles sont fortement imposees; 
et , comme le bonhomme Richard 
I'observe avec raison, 33 un metier 
33 vaut un fonds de terre^ une pro- 
33 fession est un emploi qui reunit 
33 toujours pour vous I'honneur et 
33 le profit. 33 Mais il faut travail- 
ler a son metier , et soutenir sa re- 
putation J autrement , ni le fonds 
ni le magasin , ne nous aideront 
pas a payer nos impots. 33 Quicon- 



DU EON'HOMME RICHARD. 53 

53 que est industrieiix , dit le bon- 
33 homme Richard , n'a point a 
33 craindre la disette. 33 La faim 
regarde a la porte de I'Komme la- 
borieux , mais elle n'ose pas y en- 
trer. Elle est egalement respectee 
des commissaires et des Imissiers 5 
car J comme dit le bonhomiiie 
Ricliard , 33 I'mdiistrie paye les 
33 dettes , et le desespoir les aug- 
33 mente. 33 II n'est pas necessaire 
que vous trouviez des tresors , iii 
que de riclies parens tous fassent 
leur legataire. 33 La vigilance , 
33 comme dit le bonliomme Ri- 
33 chard , est la mere de la pros- 
33 perite , et Dieu ne refuse rien a 
33 i'industrie. 33 Labourez pendant 
que le paresseux dort j vous aurez 



54 I-A. SCIENCE 

du bled a vendre et a garder. La- 
bourez pendant tons les instans qui 
s'appellent aujourd'hui , car vous 
ne pouvez pas savoir tons les obs- 
tacles que vous rencontrerez le len- 
demain. C'est ce qui fait dire au 
bonhomme Richard : 35 Un bon au- 
r> jourd'hui vaut mieux que deux 
3D demain. » Et encore : y> Avez- 
33 vous quelque chose a faire pour 
33 demain? faites-le aujourd'hui. d3 
Si vous etiez le domestique d'un 
bon maitre , ne seriez-vous pas 
honteux qu'il vous appellat pares- 
seux ? Mais vous etes votre propre 
maitre. 33 Rougissez done , comme 
33 dit le bonhomme Richard , d'a- 
33 voir a vous reprocher la pares- 
33 se. 33 Vous avez tant afaire pour 



DU BONHOMME RICHARD. 55 

vous-meme , pour votre famille ^ 
pour votre patrie , pour votre sou- 
verain : levez - vous done des le 
point du jour 5 que le soleil , en 
regardant la terra , ne puisse pas 
dire : » Voila un lache qui som- 
Ti meille. 35 Point de remises , met- 
tez-vous a I'ouvrage 5 endurcissez 
vos mains a manier vos outils , et 
souvenez-vous , comme dit le bon- 
homme Richard , 3d qu'un chat en 
3D mitaine ne prend point de sou- 
do ris. » Vous me direz qu'il y a 
beaucoup a faire , et que vous n'a- 
vez pas la force. Cela pent etre ^ 
mais ayez la volonte et la perse- 
verance , et vous verrez des mer- 
veilles. Car , comme dit le bon- 
homme Richard dans son alma- 



56 LA SCIENCE 

nacli , je ne me souviens pas blen 
dans quelle annee : t> L'eau qui 
r> tomhe constamment goutte a 
» goutte , parvient a consumer la 
T> pierie. xi Avec du travail et de 
la patience , une souris coupe un 
cable , et de petits coups repetes 
abattent de grands cbenes. 

II me semble entendre quel- 
qu'un de vous me dire : 35 Est-ce 
» qu'il ne faut pas prendre quel- 
:>5 ques Instans deloisir? 33 Je vous 
repondrai, mes amis, ce que dit le 
Lonliomine Richard : 33 Employez 
y> bien votre temps , si vous vou- 
» lez meriter le repos , et ne per- 
3> dez pas une heure , puisque vous 
w n'etes pas surs d'une minute. y> 
Le loisir ^st un temps qu'oh peut 



DU BONHOMME RICHARD. 5/ 

employer k quelque chose d' utile. 
II n'y a que Pliomme vigilant qui 
puisse se procurer cette espece de 
loisir auquel le paresseux rie par- 
vieiit jamais, a? La vie tranqnille , 
» coinme dit le bonhomme Ki- 
» chard, et la vie oisive, sont deux 
» choses fort differentes. y> Croyez- 
vous que la paresse vous procurera 
plus d'agrement que le travail ? 
Vous avez tort. Car , comme dit 
encore le bonhomme Richard , » la 
» paresse engendre les soucis , et 
y> le loisir sans necessite produit 
y> des pelnes facheuses. Bien des 
33 gens voudroient vivre sans tra- 
>D vailler , par leurseul esprit 5 mais 
y) ils echouent faute de fonds. » 
L'industrie , an contraire , amene 
8 



58 LA SCIENCE 

toujours I'agrement , I'abondance et 
la consideration. Le plaisir court 
apres ceux qui le fuient. La fileuse 
vigilante ne manque jamais de che- 
mise. 33 Depuis que j'ai un trou- 
» peau et une vache , chacun me 
» donne le bonjour, comme dit tres 
» bien le bonhomme Richard, x) 

Mais , independamment de In- 
dustrie , il faut encore avoir de la 
Constance , de la resolution et des 
so ins. II faut voir ses affaires avec 
ses propres yeux , et ne pas trop se 
confier aux autres. Car, comme dit 
le bonhomme Richard, d? je n'ai ja- 
» mais vu un arbre qu'on change 
y> souvent de place , ni une famille 
33 qui demenage souvent, prospe- 
» rer autant que d'autres qui sont 



DU BONHOMME RICHARD, 6^ 

y> Stables. » Trols demenagemens 
font le meme tort que I'incendie. 
11 vaut autant jetter I'arbre an feu , 
que le clianger de place. Gardez 
votre boutique , et votre boutique 
vous gardera. Si vous voulez faire 
votre affaire , allez-y vous-meme 5 
si vous voulez qu'elle ne soit pas 
faite, envoyez-y. Pour que le la- 
boureur prospere , il faut qu'il con- 
duise sa cliarue , ou qu'il la tire 
lui-meme. L'ceil d'lin maitre fait 
plus que ses deux mains. Le defaut 
de soins fait plus de tort que le de- 
faut de savoir. Ne point surveiller 
les journaliers est la meme chose 
que livrer sa bourse a leur discre- 
tion. Le trop de confiance dans les 
autres est la mine de bien des gens. 



6o LA SCIENCE 

Car, comme dit Palmanach , » dans 
» les affaires du monde , ce n'est 
» pas par la foi qu'on se sauve , 
33 c'est en n'en ayarxt pas. 33 Les 
soins qu'on prend pour soi-meme 
sont toujours prolltables. Car , 
comme dit le bonhomme Richard, 
33 le savoir est pour I'homme stu- 
33 dieux , et les ricliesses pour 
33 I'homme vigilant , comme la 
33 puissance pour la bravoure , et 
33 le ciel pour la vertu. 33 Si vous 
voulez avoir un serviteur fidele et 
que vous aimiez , comment ferez- 
vous? Servez-vous vous-meme. Le 
bonhomme Richard conseille la cir- 
conspection et le soin par rapport 
aux objets meme de la plus petite 
importance , parce qu'il arrive sou- 



DU BONHOMME RICHARD. 6l 

vent qu'une legere negligence 
produit un grand mal. 33 Faute 
3) d'un clou , dit-il , le fer d'un 
35 cheyal se perd 5 faute d'un 
» fer , on perd le clieval j et faute 
33 d'un clieval , le cavalier lui- 
33 meme est perdu , parce que son 
33 ennemi I'atteint et le tue 5 et le 
33 tout pour n'avoir pas fait atten- 
33 tion a un clou au fer de sa mon- 
33 ture. 33 

C'en est assez , mes amis , sur 
I'industrie et sur Tattention que 
nous devons donner a nos propres 
affaires; mais apres cela, nous de- 
vons avoir encore la temperance , 
si nous voulons assurer les succes 
de notre industrie. Si un liomme 
ne saitpas epargner en meme temps 



63 LA SCIENCE 

qu'il gagne , il mourra sans avoir 
Lin sou , apres avoir ete toute sa vie 
coUe sur son ouvrage. » Plus la 
33 cuisine est grasse , dit le bon- 
33 liomme Richard , plus le testa- 
33 ment est maigre. 33 Bien des for- 
tunes se dissipent en meme temps 
qu'on les gagne , depuis que les 
femmes ont neglige les quenouilles 
et le tricot pour la table k the , et 
que les hommes ont quitte pour le 
punch, la hache etle marteau. 33 Si 
33 vous voulez etre riche , dit-il 
33 dans un autre almanach, n'appre- 
33 nez pas seulement comment on. 
» gagne , isachez aussi comment 
33 on menage. 33 Les Indes n'ont 
pas enrichi les Espagnois , parce 



DU BONHOMME RICHARD. 63 

que lenrs depenses ont ^te plus con- 
siderables que leurs profits. 

Renoncez done a vos folies dis- 
pendieuses , et vous aurez moins k 
vous plaindre de I'ingratitude des 
temps 5 de la durete des impositions 
et de Pentretien onereux de vos 
grosses maisons. Car , comme dit 
le bonhomme Richard , 35 le vin , 
» les femmes , le jeu et la raau- 
33 vaise foi diminuent la fortune et 
» multiplient les besoins. 33 II en 
coute plus cher pour maintenir un 
vice , que pour elever deux en- 
fans. Vous pensez peut-^tre qu'un 
peu de the , quelques tasses de 
punch de fois a autre , quelque 
deiicatesse pour la table , quelques 



64 JLA SCIENCE 

recherclies de plus dans les liablts , 
et quelques amusemens de temps 
en temps , ne peuvent pas etre 
d'une grande importance 5 mais 
souvenez^vous de ce que dit le bon- 
homme Richard : 33 Un peu repete 
35 plusieurs fois fait beaucoup. y> 
Soyez en garde contre les petites 
depenses. 11 ne faut qu'une legere 
voie d'eau pour submerger un grand 
vaisseau. La delicatesse du gout 
conduit k la mendicite. Les fous 
donnent les festins , et les sages les 
mangent. 

Vous voila tons assembles ici pour 
una vente de curiosites et de brim- 
borions precieux. Vous appellez ce- 
la des biens 5 mais , si vous n'y pre- 
nez garde j il en resultera de grands 



DU EONIIOM.ME RICHArvD. 65 

juaux pour quelques-uns de vous. 
Vous comptez que ces objets se ven- 
dront boil marche , c'est-a dire , 
moins qu'ils n'oiit coute 5 inais , 
s'ils ne vous sont pas reellement 
necessalres , iJs seront toujours 
beaucoup trop cliers pour vous. 
Ressouvenez-vous encore de ce que 
dit le bonliomme Richard ; 22 Si tvi 
r> achetes ce qui est superflu pour 
» toi , tu ne tarderas pas a vendre 
» ce qui t'est le pins necessaire. » 
Fais toujours reflexion avant de 
proliter d'un bon marche. Le bon- 
homme pense peut-etre que souvent 
un bon marche n'est qu'illusoire , 
et qu'en vous genant dans vos af- 
faires , il vous cause plus de tort 
qu'il ne vous fait de profit. Car je 

9 



66 LA SCIENCE 

me souviens qu'il dit ailleurs : 33 J'ai 
y> vu qiiantite de gens ruines pour 
35 avoir fait de bons marches. C'est 
33 une folie , dit encore le bonhom- 
» me Richard , d'employer son ar- 
33 gentaacheterunrepentir. » C'est 
Dependant ce qu'on fait tons les 
jours dans les ventcs, faute d'avoir 
lu Falmanach. so L'homme sage , 
7) dit encore le bonhomme Richard, 
» s'instruit par les ma^lheurs d'au- 
» trui. 33 Les fous deviennent ra- 
rement plus sages par leur propre 
malheur \ felix quern faciunt alie- 
na pericula cautum. Je sais tel qui, 
pourorner ses epaules , a fait jeu- 
ner son ventre , et a presque reduit 
sa famille a se passer de pain, -n Les 
53 etoffes de eoie , les satins , les 



DU EONHOMME RICHARD. 67 

» ecarlates et ies velours , comnie 
33 dit le boiihomme Richard , re- 
» I'roidissent la cuisine. 33 Loin d'e- 
tre des besoins de la vie , on pent a 
peine Ies regarder comme des com- 
modites. L'on n'est tente de Ies 
avoir , qu'a cause de I'eclat de leur 
apparence. C'est ainsi que Ies be- 
soins artiiiciels dii genre humain 
sont devenus plus nombreux que Ies 
besoins naturels. 33 Pour une per- 
r> sonne reellement pauvre , dit le 
33 bonbomme Ricliard , il y a cent 
» indigens* 33 Par ces extravagan- 
ces et autres semblables , Ies gens 
bien nes sont reduits a la pauvrete , 
et sont forces d' avoir recours a ceux 
qu'ils meprisoient auparavant , 
mais qui ont su se maintenir par 



68 LA SCIENCE 

I'industrie et la temperance. C'est 
ce qui prouve 33 qu'un manant sur 
35 ses pieds , comme le ditfort bien 
» le bonLomme Richard, est plus 
33 grand qu'un gentilhoinme a ge- 
33 nonx. 33 Peut-etre ceux qui se 
plaignentle plus avoient-ils berite 
d'une fortune Iionnele 5 mais , sans 
connoltre les nioyens par lesquels 
elle avoit etc acquise , ils se sont 
dit : 33 II est jour , et il ne fera ja- 
33 maisnuit. 33 Une si petite depense 
sur une fortune comme la mienne y 
ne me rite pas qu'on y fasse atten- 
tion. Mais dans le fond , 33 les en- 
33 fans et les fous , comme le dit 
33 tres bien le bonliomme Ricliard , 
33 imaginent que vingt francs et 
33 vingt ans ne peuvent jamais li- 



DU BONHOMME RICHARD. 69 

35 nir. 33 Mais a force de ton jours 
prendre k la huche , sans y rien 
mettre , on vient bient6t a trouver 
le fond 5 et alors , comme dit le bon- 
liomme Richard, :>:> quand le piiits 
33 est sec , on connoit la valeur de 
33 Peau. 33 Mais c'est ce qu'ils au- 
roient su d'abord , s'ils avoient vou- 
lu le consulter. Etes-vous curienx , 
mes amis , de connoitre ce que Taut 
I'argent? AUez et essayez d'en em- 
prunter a quelqu'un^ celui qui veut 
faire un emprunt , doit s'attendre a 
line mortification. II en arrive au- 
tant a ceux qui pre tent a certaines 
gens , quand ils vont redemander 
ieur du. Mais ce n'est pas la notre 
question. Le bonhomme Richard , 
a propos de ce que je disois d'abord. 



rjO I-A SCIENCE 

nous previent prudemment que I'oi- 
gueil de la parure est un travers fu- 
neste. Avantdeconsultervotre fan- 
taisie, consultez votre bourse. L'or- 
gueil est un mendiant qui crie aussi 
liaut que lebesoin , mais qui est in- 
finiment plus insatiable. Si vous 
avez acbete une jolie chose , il vous 
en faudra dix autres encore , afln 
que I'assortiment soit complet 5 car, 
comme dit le bonliomme Richard , 
35 il est plus aisd de reprimer la 
35 premiere fantaisie , que de satis- 
55 faire toutes celles qui viennent 
55 ensuite. 55 II est aussi fou au pau- 
vre de vouloir etre le singe du ri- 
che , qu'il Petoitkla grenouille de 
s'enfler pour devenir I'egale du 
boeuf. Les gros vaisseaux peuvent 



DU EONHOMME RICHARD. 7I 

risquer clavantage ; mais il ne faiit 
pas que les petits bateaux s'eloi- 
gnent jamais du rivage. Les folies 
de cette espece sont bient6t punies ; 
car , comme dit le bonhomme Ri- 
chard , y> la gloire qui dine del'or- 
.15 gueil , fait son souper du ine- 
33 pris. y> Et le bonhomme dit en- 
core ailleurs : 33 La gloire dejeune 
» avec I'abondance , dine avec la 
» pauvrete , et soupe avec la hon- 
33 te 33 Que revient-il au reste de 
cSette vanite de paroitre pour la- 
quelle on se donne tant de peines , 
et I'on s'expose ade si grands cha- 
grins? Cela ne pent ni nous conser- 
ver la sante , ni nous guerir de nos 
maladies. Au contraire , sans aug- 
menter le merite personnel , cela 



72 LA SCIEXCE 

faitnaitrel'envie, etprecipite larui- 
ne des fortunes. Qu'est-ce qu'un pa- 
pillon? Ce n'est tout au plus qu'une 
chenille liabillee , et voila ce qu'est 
ie petit maitre. Comme dit encore 
le bonliomme Richard : « Quelle 
» folie n'est-ce pas que de s'endet- 
» ter pour de telles superfluites I >? 
Dans cette vente-ci , nies amis , on 
nous offre six mois de credit , et 
peut-etre est-ce I'avantage de cette 
condition qui a engage quelqu'un 
d'entre nous a s'y trouver j parce 
que , n'ayant point d'argent comp- 
tant a depenser , nous troiiverons 
ici la facilite de satisfaire notre fan- 
taisie , sans rien debourser. Mais 
pcnsez-YOUs bien a ce que vous fai- 
tes, lorsque yous vous endettez ? 



DU EONHO.MME RICHARD. ^3 

Vous donnez cles droits a un autre 
homme sur YOtre liber te. Si vous 
ne payez pas au terme fixe , vous 
serez honteux de voir votre crean- 
cier , vous serez dans I'apprehen- 
sionenlui parlantj vous vous abais- 
serez a des excuses pitoyablement 
motivees 5 peu a peu vous perdrez 
votre franchise , et vous viendrez 
enfin a vous desbonorer par les men- 
teries les plus evidentes et les plus 
' meprisables. Car, comme dit le 
bonhomine Richard , w la premiere 
33 faute est de s'endetter , la se- 
33 conde est de mentir. 33 Le fai- 
seur de dettes a toujours le uien- 
songe en croupe. Un homme ne 
librene devroit jamais rouglriii ap- 
prehender de parler a quelque hom- 
10 



^4 ^^ SCIENCE 

me vivant que ce soit j ni de le re- 
garder en face. La pauvrete n'est 
que trop capable d'aneantir le cou- 
rage et toutes les Tertus de I'hom- 
me. 35 II est difficile , dit le bon- 
» homme Richard , qu'un sac vuide 
» puisSe se tenir debout. oo Que 
penseriez-vous d'un prince ou d'un 
gouvernement qui vous defendroit , 
par un edit , de vous liabiller com- 
me les personnes de distinction , 
sous peine de prison ou de servitu- 
de ? Ne diriez-vous pas que vous 
etes nes libres , que vous avez le 
droit de vous habiller comme bon 
vous semble ; qu'un tel edit seroit 
un attentat formel contre vos pri- 
vileges , et qu'un teJ gouvernement 
seroit tyrannique ? Et cependant 



DU BONHOMME RICHARD. j5 

vous vous soumettez vous - memes 
a cette tyrannic , quand vous vous 
endettez par la fantaisie de paroitre. 
Votre creancier a le droit , si bon 
lui semble, de vous priver de votre 
liberie , en vous confinant pour 
toute votre vie dans une prison , ou 
en vous vendant comme esclave , 
si vous n'etes pas en etat de le payer. 
Quand vous avez fait le marche qui 
vous plait , il peut arriver que vous 
ne songiez guere aupaiement 5 mais 
les creanciers , comme dit le bon- 
homme Richard , » ont meilleure 
33 memoire que les debiteurs. Les 
» creanciers , dit-il encore , sont 
33 lasecte du monde la plus supers- 
33 titieuse. II n'y a pas d'observa- 
33 teurs plus exacts qu'eux de ton- 



^6 LA. SCIENCE 

3) tes les epoques du calendrier. n 
Le temps roule autour de vous sans 
que vous y fassiez attention , et 
Pen vient former la demande avant 
que vous ayez forme le moindre 
preparatif pour y satisfaire. Si vous 
songez au contraire a votre dette , 
le terme , qui paroissoit d'abord si 
long , vous semblera extremement 
court , lorsqu'il s'approcliera. II 
semble que le temps ait des ailes 
aux talons, comme il en a auxepau- 
les. d:) Le careme est bien court , dit 
» le bonliomme Richard, pour ceux 
35 qui doivent payer a paques. » 
L'emprunteur et le debiteur sont 
deux esclaves , Pun du preteur , 
Pautre du creancier ^ ayez horreur 
de cette chaine. Conservez votre li- 



DU BONHOMME RICHARD. 77 

berte et votre iiidependance j soyez 
industrieux et libres 5 soyez niodes- 
teset libres : mais peut-etrepensez- 
vous en ce moment etre dans un 
etat d'opulence qui vouspermet de 
satisfaife quelque fantaisie sans ris- 
quer de vous faire tort. Mais epar- 
gnez pour le temps de la vieil- 
lesse et du besoin , pendant que 
vous le pouvez : 35 Le soleil du ma- 
35 tinne dure pas toutle jour, com- 
D5 me dit le bonhomme Richard. 33 
Le gain est incertain et passager j 
mais la depense sera too jours con- 
tinuell'e et certaine. 33 II est plus 
» aise de batirdeux clieminees que 
» d'en tenir une cliaude , comme 
33 dit le bonhomme Richard 5 ainsi 
33 allez plutot vous coucher sans 



yS LA SC1E^'C£ 

33 souper , que de vous lever 
33 avec des dettes. 33 Gagnez ce 
qu'il vous est possible , et sacliez 
menager ce que vous avez gagne. 
C'estle veritable secret de changer 
votre plomb en or. II est bien sur 
que quand vous possederez cette 
pierre pliIlosopFiale , vous ne vous 
plaindrez pas de la rigueur des 
temps , et de la difficulte a payer 
les imp6ts. Cette doctrine , mes 
amis y est celle de la raison et de 
la prudence. N'allez pas cependant 
vous confier uniquement a votre In- 
dustrie, a votre vigilance, eta votre 
Economic. Ce sont d'excellentes 
clioses, a la verite, mais elles vous 
seront tout-^-fait inutiles , si vous 



DU EONHOMME RICHAHD. 79 

ii'avez avant tout les benedictions 
du ciel. Demandez done Immble- 
ment ces benedictions ; ne soyez 
point insensibles aux besoins de 
ceux a qui elles sont refusees 5 
mais donnez-leur des consolations 
et des secours. Souvenez-vous que 
Job fut pauvre , et qu'ensuite il 
redevint heureux. 

Jen'endiraipasdavantage.L'ex- 
perience tient une ^cole ou les le- 
cons coutent cher ; mais c'est la 
seule ou les insenses puissent s'ins- 
truire , encore n'apprennent-ils pas 
grand'chose : car , comme le dit 
le bonbomme Richard , d? on peut 
33 donner un bon avis , mais non 
5:> pas la bonne conduite. 33 Res- 



80 LA SCIENCE 

souvenez-vous done que celui qui 
ne saitpas recevoir un bou conseil , 
ne peut pas non plus etre secouru 
d'une maniere utile 5 car, comme 
dit le bonliomme Richard, » si vous 
» ne voulez pas ecouter la raison , 
» elle ne manquera pas de se faire 
35 sentir. » 

Le vieil Abraham finit ainsi sa 
harangue. Le peuple ecoutoit son 
discours : on approuva ses maxi- 
mes 5 mais on ne manqua pas de 
faire sur-le-champ le contraire pre- 
cisement, comme il arrive aux ser- 
mons ordinaires : carlavente ay ant 
commence , chacun acheta de la 
maniere la plus extravagante , non- 
obstant toutes les remontrances du 



DU BONHOMME RICIIAHD. 8l 

sermoneur et les craintes qu'avoit 
Passemblee de ne pouvoir pas payer 
les taxes. Les frequentes mentions 
qu'il avoit faites de moi auroient 
ele ennuyeuses pour tout autre : 
mais ma vanite en fut merveilleu- 
sement flattee , quoique je fusse 
bien siir que de toute la pliiioso- 
phie qu'on m'attribuoit, il n'y avoit 
pas la dixieme partie qui m^appar- 
tint , et que je n'eusse recueilli en 
glanant , d'apres le bon sens de 
tous les siecles et de toutes les na- 
tions. Quoi qu'ii en soit , je reso- 
lus de me corriger , d'apres la re- 
petition que j'en entendis faire^ et 
quoique je me fusse arrete dans 
la resolution d'acheter de quoi me 
11 



82 LA SCIENCE , etC. 

faire un habit neuf , je me deter- 
minai ensuite afairedurerle vieux. 
Lecteur , si vous pouvez faire de 
meme , vous y gagnerez autant que 
moi. 

Richard Saunders. 



L E T T R E S 



D E 

FRANKLIN, 



AVERTISSEMENT. 

Ues quatre pieces qui sni- 
vent , les trois premieres 
n'etoient point destinees a 
etre pulDliques. Ecrites sans 
aucune pretention , et com- 
nie bagatelles de societe, el- 
les n'ont ete , dans le temps , 
imprimees qu'au nombre de 
qtiinze ou vingt exemplai- 
res , et nniquement pour 
etre distribuees parmi les 
personnes qui composoient 
la societe choisie de Fraur 



86 avertissement. 

kiln. Lebonhomme Richard 
etoit iinprime, et pret a pa- 
rol tre , lorsqu'un ami ni'a 
communique ces opuscules 
dont la lecture ne peut 
qu'etre tres utile , et aux- 
quels j'ai beaucoup de plai- 
sir a donner la publicite 
qu'ils meritent. 

Je les reimprime comme 
I'auteur les a ecrits , sans 
me permettre aucun clian- 
gement. On aimera a voir 
Franklin tel qu'il etoit dans 
la societe privee ; naif et 
philosophe profond tout a 



AVERTISSEMENT. Sj 

la fois , accompagnant tou- 
jours ses conseils et ses re- 
flexions de quelque trait de 
plaisanterie et de ce ton de 
bonhommie qui les rendoit 
agreables meme a ceux qui 
en etoient I'objet. 

J'ai respecte jusqu'a ses 
incorrections et ses angli- 
cismes. II est assez curieux 
de voir comment Franklin 
ecrivoit notre langue ; et 
sous ce rapport, ces baga- 
telles ont encore un nou- 
vel interet. On eut pu ai- 
sement faire, de la lettre sur 



88 AVERTISSEMENT. 

le sifflet , Tine traduction 
plus correcte , mais je doute 
qu'on reut faite plus naive 
et pins aimable. 



Passy, november lo, J 779. 

X received my dear friend's two 
letters , one for Avednesday and 
one for Saturday. This is again 
Wednesday. I do not deserve one 
for to day , because I have not 
answered the former. But indo- 
lent as I am , and averse to wri- 
ting, the fear of having no more 
of your pleasing epistles , if I do 
not contribute to the corres2:>on- 
dance , obliges me to take up my 
pen : and as JVI'^. B. has kindly 
sent me word , that he sets out 
to-morrow to see you 5 instead of 
spending this Wednesday evening 
as I have long done its name-sakes , 
in your delightful company , I sit 



90 

down to spend it in thinking of 
you y in writing to yon , and in 
reading over and over again your 
letters. 

I am charm'd with your descrip- 
tion of Paradise ^ and with your 
planof living there : and I approve 
much of your conclusion , that in 
the mean time we should draw 
all the good we can from this 
world. In my opinion we might 
all draw more good from it than 
we do , and suffer less evil, if we 
would but take care not to give 
too much for our whistles. For to 
me it seems that most of the un- 
happy people we meet with , are 
become so by neglect of that cau- 
tion. 



9» 

You ask wtat I mean ? You 
love stories , and will excuse my 
telling you one of myself. When 
I was a child of seven years old , 
my friends , on a holyday , fill'd 
my little pocket with half-pence, 
I went directly to a shop where 
they sold toys for children 5 but 
being charm'd with the sound of 
a whistle that I met by the way , 
in the hands of another boy , I 
voluntarily offer'd and gave all 
my money for it. When I came 
home , whistling all over the house, 
much pleas'd with my whistle , 
but disturbing all the family 5 my 
brothers , sisters and cousins , un- 
derstanding the bargain I had ma- 
de , told me I had given four times 

12 



93 

as much for it as it was wortli , 
put me in mind w]iat good things 
I might have bought with the rest 
of the money , and laught at me 
so much for my folly that I cry'd 
with vexation 5 and the reflection 
gave me more chagrin than the 
whistle gave me pleasure. 

This, however was afterwards 
of use to me ; the impression con- 
tinuing on my mind : so that of- 
ten' when I was tempted to buy 
some unnecessary thing , I said 
to myself: Do not give too much 
for the whistle ; and I sav'd my 
money. 

As I grew up , came into the 
world , and observed the actions 
of men , I thought I met many 



93 

wlio gave too muclifor the wKistle. 
When I saw one ambitious of 
court favour , sacrificing his time 
in attendance at levees j his re- 
pose J his liberty, his virtue and 
perhaps his friend , to obtain it 5 I 
have said to myself : this man 
gives too much for his whistle. 
When -1 saw another fond of 
popularity , constantly employing 
himself in political bustles , ne- 
glecting his oA^ii affairs , and rui- 
ning them by that neglect 5 He 
pays , says I , too much for hi« 
whistle. If I knew a miser , who 
gave up every kind of confortable 
living , all the pleasure of doing 
good to others , all the esteem of 
his fellow citizens , and the joys of 



94 

benevolent friendsliip , for tlie sake 
ofaccumulating wealth 5 Poor man, 
$ays I , you pay too much for your 
whistle. When I met with a man 
of pleasure , sacrificing every lau- 
dable improvement of his mind , 
or of his fortune , to mere corpo- 
real satisfactions , and ruining his 
health in their pursuit ; Mistaken 
n:an , says I , you are providing 
pain for yourself instead of plea- 
sure , you pay too much for your 
whistle. If I see one , fond of 
appearance , of fine cloaths , fine 
houses J fine furniture , fine equi- 
pages , all above his fortune , for 
which he contracts debts, and ends, 
his career in a prison ; Alas , says 
I, he has paid too much for his 



95 

whistle ! When I saw a beautiful 
sweet-tejnper'd girl , marry'd to 
an ill-natured brute of a husband; 
What a pity , says I , that she 
should pay so much for a whistle ! 
In short , I conceiv'd that great 
part of the miseries of mankind , 
were brought upon them by the 
false estimates they had made of 
the value of things , and by their 
giving too much for the whistle. 

Yet I ought to have charity for 
these unhappy people , when 1 
consider that with all this wisdom 
of which I am boasting , there are 
certain things in the world so temp- 
ting , for example , the apples of 
king John , which happily are not 
to be bought 5 for if they were put 



96 

to sale by auction , I might very 
easily be led to ruin myself in 
the purchase ^ and find that I had 
once more given too much for the 
whistle. 

Adieu , my dearest friend , and 
believe me ever yours very since- 
rely and with unalterable affec- 
tion. 

P. 



A Passy , le lo novembre 1779. 

ti A I re^u les deux lettres de ma 
chere amie , I'une pour le mer- 
credi , I'autre pour le samedi. C'est 
aujourd'hui encore mercredi. Je ne 
meritepas d'en avoir encore , parce 
que je n'ai pas fait reponse aux 
precedentes. Mais , tout indolent 
que je suis , et quelque aversion 
que j'aie d'ecrire , la crainte de 
n'avoir plus de vos cKarmantes 
epitres , si je ne contribue aussi 
de ma part pour soutenir la cor- 
respondance , me force de prendre 
la plume. Et comme M. B. m'a 
mande si obligeamment qu'il part 
demain matin pour vous voir , moi y 
au lieu de passer ce mercredi au 



98 

soir } comme je I'ai fait si long- 
temps de sespredecesseiirsdu meme 
nom , envotre douce societe , je rae 
siiis mis k mon ecritoire pour le 
passer a penser a vous j avous ecrire, 
et a lire et relire ce que vous m'a- 
Tez si delicieusement ecrit. 

Je suis charme de votre descrip- 
tion dii paradis , et de vos plans 
pour y vivre. J'approuve aussi tr^s 
fortement la conclusion que vous 
faites^ qu'en attendant il faut tirer 
de ce bas monde tout le bien qu'on 
en pent tirer. A mon avis, il seroit 
tres possible pour nous d'en tirer 
beaucoup plus de bien , et d'en 
souffrir moins de mal , si nous 
voulions seulement prendre garde 
de ne donner pas trop pour nos 



99 

sifjlets. Car ii me semble que la 
plupart des mallieureux qu'on 
trouve dans le inonde , sont de- 
venus tels par leur negligence de 
cette precaution. 

Vous demand ez ce que je veux 
dire ? Vous aimez les histoires , 
et vous m'excuserez si je vous en 
donne une qui me regarde moi- 
meme. Quand j'etois un enfant de 
cinq ou six ans , mes amis , un jour 
de fete, remplirent ma petite poche 
de sous. J'allai tout de suite a une 
boutique ou on vendoit des ba- 
bioles ; niais etant cliarme du son 
d'lin sifflet que je rencontrai en 
cheniin dans les mains d'un autre 
petit garcon , je lui offris et donnai 
volon tiers pour cela tout raon ar- 
i3 



lOO 

gent. Revenu cliez moi , sifflant 
par toute la maison , fort content 
de mon achat , mais fatiguant les 
oreiljes de toute la famille , mes 
freres , mes soeurs , mes cousines y 
apprenant que j'avois tant donne 
pour ce mauvais bruit , me dirent 
que c'etoit dix fois plus que la 
valeur : alors ils me firent penser 
au nombre de bonnes choses que 
j'aurois pu acheter avec le reste 
de ma monnoie , si j'avois ete plus 
prudent : ils me ridiculiserent tant 
de ma folie , que j'en pleurai de 
depit ; et la reflexion me donna 
plus de chagrin , que le sifilet de 
plaisir. 

Get accident fut cependant dans 
la suite de quelque utilite pour 



101 

moi , Pimpression restant sur mon 
ame ; de sorte que , lorsque j'etois 
tente d'aclieter quelque chose qui 
ne m'etoit pas necessaire , je di- 
sois en moi-meme , ne donnons 
pas trop pour le sifflet ^ et j'epar- 
gnois mon argent. 

Devenant grand garcon , entrant 
dans le monde et observant les 
actions des liommes , je vis que je 
rencontrois nombre de gens qui 
donnoient trop pour le sifflet. 

Quand j'ai vu quelqu'un qui , 
ambitieux de la faveur de la cour , 
consumoit son temps en assiduites 
aux levers , son repos , saliberte , sa 
vertu , et peut-etre meme ses vrais 
amis , pour obtenir quelque petite 
"distinction \ j'ai dit en moi-meme : 



102 

Cet liomme donne trop pour son 
sifilet. 

Quand j'en ai vu un autre , 
avjde de se rendre populaire , et 
pour cela s'occupant toujours de 
contestations publiques , negli- 
geant ses affaires particulieres , et 
les ruinant par cette negligence ; 
il pale trop, ai-je dit , pour son 
sifflet. Si j'ai c ;nnu un avare , qui 
renoncoit a toute maniere de vivre 
commodement , a tout le plaisir de 
faire du bien aux autres , a toute 
I'estime de ses compatriotes , et a 
tous les cliarmes de I'amitie , pour 
avoir un morceau de metal jaune : 
Pauvre liomme, disois-je, vous 
donnez trop pour votre sifilet. 
Quand j'ai rencontre un liomme 



io3 

de plalsir , sacrifiant tout louable 
perfectionnement de son ame ^ et 
toute amelioration de son etat , 
aux voliiptes du sens purement 
corporel , et detruisant sa sante 
dans leur poursuite : Homme 
trompe , ai- je dit , vous vous pro- 
curez des peines an lieu des plai- 
sirs 5 vous payez trop pour votre 
sifflet. Si j'en ai vu un autre , en- 
tete de beaux habillemens , belles 
maisons , beaux meubles , beaux 
equipages, tout au-dessus de sa 
fortune , qu'il ne se procuroit qu'en 
faisant des dettes , et en allant finir 
sa carriere dans une prison : Helas ! 
ai-je dit , il a paye trop pour son 
sifflet. Quand j'ai vu une tres belle 
fille , d'un naturel bon et doux, 



io4 

mariee a un homme feroce et bru- 
tal , qui la maltraite continuelle- 
ment : C'est grand pitie , ai-je 
dit , qu'elle ait tant paye pour un 
siffiet ! Enfin j'ai concu que la plus 
grande partie des mallieurs de I'es- 
pece humaine , viennent des esti- 
mations fausses qu'on fait de la 
valeur des choses , et de ce qu'on 
donne trop pour les sifilets. 

Neanmoins je sens que je dois 
avoir de la charite pour ces gens 
malheureux , quand je considere 
qu'avec toute la sagesse dont je 
me vante , il y a certaines choses 
dans ce bas monde si tentantes , 
par exemple , les pommes du roi 
Jean , lesquelles heureusement ne 
fiont pas a acheter y car si elles 



io5 

etolent mises a TencLere , je pour- 

rois etre tres facilement porte a me 

ruiner par leur achat , et troiiver 

que j'aurois encore une fois donne 

trop pour le sifilet. 

Adieu , ma tres cliere amie , 

croyez-moi toujours le Yotre bien 

sincerement, et avec une affection 

inalterable. 

F. 



LETTRE 

A MADAME ** . 

Passy, le aout 1778. 

Vous poLivez , ma cliere amie, 
vous rappeller que , lorsqiie noiis 
passames dernierement cette heu- 
reuse journee dans les jardins dc- 
licieiix et la douce societe du 
Moulin - Joli , je m'arretai dans 
une des promenades que nous fi- 
mes , et que je me derobai pen- 
dant quelque temps a la compa- 
gnie. 

On nous avoit monlre un nom- 
bre infini de cadavres d'une petite 
espece de mouche que I'on nomme 



ppliemere , tloiit on nous dit que 
lontes les generations snccessives 
etoient nees et mortcs dans le me- 
me jour. II m'arriva d'en remar- 
(juer sur une feuille une compa- 
gnie vivante qui faisoit la con- 
versation. 

Vous savez que j'entends tous 
les Ian gages des especes inferieures 
a la notre : ma trop grande ap- 
plication a leur etude est la meil- 
leure excuse que je puisse donner 
du pen de progres que j'ai fait dans 
votre langue charmante. La curlo- 
site Kie fit ecouter les propos de 
ces petites creatures 5 mais la vi- 
vacite propre a leur nation les fai- 
sant parler trois ou quatre a. la fois , 
je ne pus tiver presquc rien de leurs 
14 



io8 

cliscoiirs. Je compriscependant, par 
cjiielques expressions interrompiies 
que je saisissois de temps en temps , 
qu'ils disputoient avec chaleur sur 
le merite de deux muslciens etran- 
gers , Pun un cousin , et Pautre un 
bourdon. lis passoient leur temps 
dans ces debats , avec Pair de son- 
ger aussi peu a la brievete de la 
vie que s'ils avoient ete assures de 
vivre encore tout un niois. Heureux 
peuple , me dis-je , vous vivez cer- 
tainement sous un gouvernement 
sage J equitable et modere , puis- 
qu'aucun grief public n'excite vos 
plaintes , et que vous n'avez de 
sujet de contestations que la per- 
fection ou Pimperfectiond'unemu- 
sique etrangere ! 



IOC) 

Je les qaittai pour me tourner 
vers uii vieillard a clicveux blancs , 
qui J soul sur uiie autre feuille , 
se parioit a lui-menie. Son tolilo- 
que m'amusa 5 je I'ai ecrit dans 
I'esperance qu'il amusera de meme 
celle a qui je dois le plus sensible 
des plaisirs , celui des charmes de 
sa societe et de I'harmonie celeste 
des sons qui naissent sous sa main. 

53 C'etoit , disoit-il, I'opinion 
» des savans pliilosophes de notre 
» race qui ont vecu et fleuri long- 
33 temps avant le present age , que 
» ce vaste monde * ne pourroit pas 
3) lui-meme subsister plus de dix- 
3) liuitlieures^ et jepense que cette 

* Le Moulin-Joli. 



110 

33 opinion ireloit pas sans fonde- 
33 merit , piiisque par le mouve- 
3i nient apparent du grand lunii- 
33 naire qui donne la vie a toute la 
33 nature , et qui de mon temps a 
33 d'une maniere sensible consi- 
33 derableiiieut decline vers I'O- 
>3 cean * qui borne cette terre , 
» il faut qu'il terraine son cours a 
33 cette epoque , s'eteigne dans les 
33 eaux qui nous environnent , et 
33 livre le monde a des glaces et 
33 des tenebres qui ameueront ne- 
33 cessairement une mort et une 
33 destruction universelle. J'aivecu 
33 sept heures dans ces dix-huit; 
33 c'est un grand age 5 ce n'est pas 

* La riviere de la Seine. 



Ill 

3j iiioins de quatre cent vingt ml- 
w nutes 5 combien peu entre nous 
J3 parviennent aussi loin ? J'ai vu 
» des generations naitre , fleurir 
D5 et disparoitre. Mes amis pr^sens 
:::> sont les cnf'ans et les petits-en- 
35 fans des amis de ma jeunesse , 
33 C|ui , lieias ! ne sont plus 5 et je 
D3 dois bienl6t les suivre : car, par 
33 le cours ordinaire de la nature , 
33 je ne puis m'attendre , quoiqu'en 
33 bonne sante , a vivre encore plus 
33 de sept a huit minutes. Que me 
33 servent a present tous mes tra- 
33 vaux , toutes mes fatigues pour 
33 faire sur cette feuille une pro- 
33 vision de mieliee que pendant 
33 tout le reste de ma vie je ne 
33 pourrai consoiumer ? Que me 



112 

D5 serveiit les debats politiques dans 
55 lesquels je me suis engage pour 
55 I'avantage de mes compatriotes , 
55 liabitans de ce buisson? Que me 
55 servent mes recherclies philoso- 
55 phiques consacrees au bien de 
55 notre espece en general? En po- 
55 lit! que , que peuvent les loix 
55 sans les moeurs ? * Le cours des 
55 minutes rendra la generation 
55 presente des epliemeres aussi cor- 
55 rompue que celle des autres buis- 
55 sons plus anciens , et par conse- 
55 quent aussi malheureuse 5 et en 
55 philosophic , que nos progres 
55 sont lents ! Helas ! Part est long, 

* Quid leges sine moribus? Hor. od. 24, 
1. 3 , vers. 55. 



ii3 

33 et la vie est courte. ^ Mes amis 
35 voudroient me consoler par I'i- 
33 dee d'un nom qu'ils disent que 
33 je laisserai apres moi. lis disent 
33 que j'ai assez vecu pour ma gloire 
33 et pour la nature 5 mais que sert 
33 la renommee pour un epliemere 
33 qui n'existe plus ? et I'liistoire 
33 que deviendra-t-elle , lorsqu'a la 
33 dix-liuitieme heure , le monde 
33 lui-meme , le Moulin-Joli tout 
33 entier , sera arrive a sa fin pour 
33 n'etre plus qu'un amasde mines. 
33 Pour moi , apres tant de re- 
3> cherches actives , il ne me reste 
33 de bien reel que la satisfaction 

* Ars longa , vita bre\is , tempus prce- 
c^ps. HippocE.. aphor. I. 1. 



1.4 

» cravoir passe ma vJe dans Pinten- 

33 tioii d'etre utile , la conversa- 

33 tion aimable d'nn petit nombie 

33 de bonnes dames epliemeres , et 

33 de temps en temps le doiix sou- 

33 lire et qiielcjues accords de l& 

33 ton jours aimable Br ill ante. 33 



DIALOGUE 



EN T K. E 



LA GOUTTE ET FRANKLIN. 



DIALOGUE 

E N T E. E 

LA. GOUTTE ET FRANKLlH. 

A mjnuit, le 22 octobre 1780. 



rE-ANKJLIN. 

JIjh! olil ell! mon Dieu ! qu'ai- 
je fait pour meriter ces souffrances 
cruelles? 

XA GOUTTE. 
Beaucoup de choses. Voiis avez 
trop mange , trop bu , et trop in- 
dulge vos jambes en leur indolence. 

PRAINKLIN. 

Qui est-ce qui me parle? 



Il8 DIALOGUE. 

XA GOUTTE. 
C'est moi-meme , la Goutte. 

ERANKLIN. 
Mon ennemie en personne! 

XA GOUTTE. 
Pas votre ennemie. 
PRANKLIN. 

Oui , mon ennemie 5 car non- 
seulement yous voulez me tuer le 
corps par vos tourmens, mais voiis 
tacliez aussi de detruire ma bonne 
reputation. Voiis me representez 
comme un gourmand et un ivrogne. 
Et tout le monde qui me connoit, 
sait qu'on ne m'a jamais accuse 
auparavant d'etre un homme qui 
mangeoit trop j ou quibuvoit trop. 



DIALOGUE. 119* 

LA GOUTTE. 
Le monde peut juger corame il 
lui plait. II a toujours beaucoup 
de complaisance pour lui-meme , 
et quelquefois pour ses amis. Mais 
je sais bien , moi , que ce qui n'est 
pas trop boire , ni trop manger 
pour un homme qui fait raison- 
nablement d'exercice , est trop 
pourun liomme qui n'en fait point. 

FRANKLIN. 

Je prends , — eh! eli ! — autant 
d'exercice , •— eh ! — que je puis, 
madame la Goutte. Vous connois- 
sez mon etat sedentaire , et il me 
semble qu'en consequence vous 
pourriez , madame la Goutte, m'e- 
pargner un peu , considerant que 
ce n'est pas tout-a-fait ma faute. 



12.0 DIALOGUE. 



LA GOUTTE. 



Point du tout. Votre rlietorique 
et votre politesse sont egalement 
perdues. Votre excuse ne vaut 
rien. Si votre etat est sedentaire , 
vos recreations , vos amusemens 
doivent etre actifs. Vous de\ez 
vous promener a pied ou a cheval 5 
ou , si le temps vous en empeclie , 
jouer au billard. Mais examinons 
votre cours de vie. Quand les ma- 
tinees sont longues et que vous 
avez assez de temps pour vous pro- 
mener, qu'est-ce que vous faltes? 
Au lieu de gagner de I'appetitpour 
votre dejeuner par un exercice sa- 
lutaire , vous vous amusez a lire 
des livres , des brochures , ou des 



DIALOGUE. 121 

gazettes dont la plupart n'en va- 
lent pas la peine. Vous dejeunez 
neanmoins largement. II ne vous 
faut pas moins de quatre tasses de 
the a la creme , avec line ou deux 
tartines de pain et de beurre , cou- 
vertes de tranches de boeuf fume, 
qui J je crois , ne sont pas les choses 
du monde les plus faciles a digerer. 
Tout de suite vous vous placez 
a votre bureau , vous y ecrivez , 
ou vous parlez aux gens qui vien- 
nent vous chercher pour affaire. 
Cela dure jusqu'a une heure apres 
midi sans le raoindre exercice de 
corps. Tout cela , je vous le par- 
donne , parce que celatient, com- 
me vous dites , a votre etat se- 
dentaire. Mais apres diner, que 



XQ.1 DIALOGUE, 

faites-Yous ? Au lieu de vous pro- 
mener dans les beaux jardins de 
Tos amis cliez lesquels vous avez 
dine, comme font les gens senses , 
vous voila etabli a I'echiquier , 
jouant aux echecs , oil on peut 
vous trouver deux ou trois heures. 
C'est la votre recreation eternelle : 
la recreation qui de toutes est la 
moins propre a un homme seden- 
taire 5 parce qu'au lieu d'accelerer 
le mouvement des fluides , ce jeu 
demande une attention si forte et si 
£xe J que la circulation est retar- 
dee , et les secretions internes em- 
pecliees. Enveloppe dans les spe- 
culations de ce miserable jeu, vous 
detruisez votre constitution. Que 
^ut-on attendre d'une telle facon 



DIALOGUE. 120 

de vlvre , sinon un corps plein 
d'humeurs stagnantes pretes a se 
corrompre, un corps pret a tomber 
en touies sorles de maladies dan- 
gereuses , si moi , la Goutte , je iie 
Vicns pas de temps en temps a 
Totre secours pour ngiter ces liu- 
meurs , et les purifier , ou les 
dissiper? Si c'etoit dans quelque 
petite rue, ou dans que'que coin 
de Paris , depourvu de promena- 
des , que vous employassiez quel- 
que temps aux ecliecs apres votre 
diner, vous pourriez dire celapour 
excuse : mais c'est la menie chose 
a Passy , a Auteuil , a Montmar- 
tre , a Epinay, a Sanoy , oil il y 
a les plus beaux jardins et pro- 
menades , et belles dames , Pair j 
16 



1^4 DIALOGUE, 

le plus pur , les coiiYcrsatlons les 
plus agreables , les plus instruc- 
tlves , que vous pouvez avoir tout 
en vous promenant 5 mais tout cela 
est neglige pour cet abominable 
jeu d'ecliecs. Fi done, M. Fran- 
klin ! Mais en continuant mes 
instructions , j'oubliois de vous 
donner vos corrections. Tenez 5 
cet elancement , et celui-ci. 

FRAIsKLIN. 

Oh ! ell ! oil ! ohlih I -- Autant 
que vous voudrez de vos instruc- 
tions J madame la Goutte , meme 
de vos reproclies 5 mais , de grace , 
plus de vos corrections. 

LA GOUTTE. 
Tout au contraire ; je ne vous 



DIALOGUE. 125 

rabattrois pas le quart d'une. Elles 
sont pour Yotre bien. Teiiez. 

FRANKLUS". 

Oh ! ehhh! — Ce n'est pas juste 
de dire que je ne prends aucun 
exercice. Pen fais souvent dans 
ma voiture , en sortant pour aller 
diner , et en revenant. 

LA GOUTTE. 
C'est , de tous les exercices ima- 
glnables , le plus leger et le plus 
insignifiant , que celui qui est 
donne par le mouvement d'une 
voiture suspendue sur des ressorts. 
En observant la quantite de clia- 
leur obtenue de differentes especes 
de mouvement , on pent former 
quelque jugement de la quantite 



12.6 DIALOGUE. 

d'exercice qui est donnee par clia- 
cun. Si, par exemple , vous sor- 
tez a pled , en hiver , avec les 
pieds froids , en marchant una 
heure , vous aurez les pieds et 
tout le corps bien echauffes. Si 
vous montez a clieval , il faut trot- 
ter quatre heures avant de trouver 
le meme effet. Mais si vous vous 
placez dans une voiture bien sus- 
pendue, vouspouvez voyager toute 
une journee , et arriver a votre 
derniere auberge avec vos pieds en- 
core froids. Ne vous flattez done 
pas qu'en passant une demi-heure 
dans votre voiture vous preniez 
de I'exercice. Dieu n'a pas donne 
des voitures a roues a tout le 
n.onde , niais il a donne a chacun 



DIALOGUE. 127 

deux jambes , qui sont des ma- 
chines infiniment plus commodes 
et plus serviables : soyez-en recon- 
noissant , et faites usage des votres. 
Voulez-vous savoir comment elles 
font circuler vos iluides en memo 
temps qu'elles vous transportent 
d'un lieu a un autre ? Pensez que 
quand tous marchez , tout le poids 
de votre corps est jette alternati- 
vement sur Pune et I'autre jambe ; 
cela presse avec grande force les 
vaisseaux du pied , et refoule ce 
qu'ils contiennent. Pendant que le 
poids €st ote de ce pied , et jette 
sur Pautre , les vaisseaux ont le 
temps de se remplir , et par le 
retour du poids ce refoulement est 
repete 5 ainsi la circulation du sang 



1^8 DIALOGUE. 

est acceleree en marcliant. La cha- 
leur produite en un certain espace 
de temps , est en raison de I'acce- 
leration : les fluides sont battus , 
les humeurs attenuees , les secre- 
tions facilitees , et tout va bien. 
Les joues prennent du vermeil , 
et la sante est etablie. Regardez 
voire amie d'Auteuil , iine femme 
qui a recu de la nature plus de 
science vraiment utile , qu'une 
demi- douzaine ensemble de vous 
pbilosoplies pretendus n'en avez 
tire de tous vos livres. Quand elle 
voulut vous faire I'lionneur de sa 
visite , elle vint a pied. Elle se 
promene du matin jusqu'au soir^ 
et laisse toutes les maladies d'in- 
dolence en partage k ses chevaux. 



DIALOGUE. 129 

Voila comme elle conserre sa san- 
te , meme sa beaule. Mais voiis , 
quand vous allez a Auteuil , c'est 
dans la voiture. II n'y a cependant 
pas plus loin de Passy a Auteuil y 
c|ue d' Auteuil a Passy. 

FRANKLIN. 
Vous m'ennuyez , avec tant de 
raisonnemens . 

LA GOUTTE. 
Je le crois bien. Je me tais , et 
je continue mon office. Tenez , cet 
elancement , et celui-ci. 

FRANKLIN. 

Oh ! oh ! continuez de parler , 
je vous prie. 

LA GOUTTE. 
Non. J'ai un nombre d'elance- 



lOO DIALOGUE. 

mens a vous doniier cette nuit , et 
vous aurez le reste demain. 

PRAIS'KLIN. 
Mon dieu ! la fievre I je me 
perds ! Eh ! eh I n'y a - 1 - il per- 
sonne qui puisse prendre cette peine 
pour moi? 

LA COUTTE. 
Demandez cela a vos chevaux ; 
ils ont pris la peine de marcher 
pour vous. 

FRANKLIN. 
Comment pou\ez-vous etre si 
cruelle , de me tourmenter tant 
pour rien. 

LA GOUTTE. 
Pas pour rien. J'ai ici une liste 



DIALOGUE. lOl 

de tous vos peches contre votre 
sante , distincteinent ecrite , et je 
peux vous reridre ralsoii de tons 
les coups que je vous domie. 

FRAIN'KLIIV. 

Lisez-la done. 

XA GOUTTE. 

C'est trop long a lire. Je vous 
en donnerai le montant. 

FRANKLIN. 

Faltes-le. Je suis tout atten- 
tion. 

LA GOUTTE. 

Souvenez-vous combien de fois 
vous vous etes propose de vous 
promener le matin suivaiit dans le 
17 



l32 DIALOGUE. 

bols de Boulogne , dans le jardin 
de la Muette ou dans le votre , et 
que vous avez manque de parole , 
alleguant quelquefois que le temps 
etoit trop froid ; d'autres fois , 
qu'il etoit trop chaud , trop ven- 
teux , trop humide , ou trop quel- 
qu'autre cliose, quand , en verite, 
il n'y avoit rien de trop qui em- 
pechat J excepte votre trop de pa- 
resse. 

PRANKLIN. 

Je confesse que cela pent arriver 
quelquefois , peut-etre pendant un 
an dix fois. 

LA GOUTTE. 
Votre confession est bien impar- 



DIALOGUE. l33 

faite ; le vrai montant est cent 
quatre-vingt-dix-neuf. 

FRANKLIN. 

Est-il possible ! 

JLA GOUTTE. 

Oui , c'est possible , parce que 
c'est un fiiit. Vous pouvez rester 
assure de la justesse de mon compte. 
Vous connoissez les jardins de 
M. B. , comme ils sont bons a 
promener. Vous connoissez le bel 
escalier de cent cinquante degres 
qui mene de la terrasse en haut y 
jusqu'a la plaine en bas. Vous avez 
visite deux fois par semaine, dans 
les apres-midi, cette aimable fa- 
mille 5 c'est une maxime de votre 
iuTention , qu'on peut ayoir au- 



l34 DIALOGUE. 

tant d'exercice en montant et en 
descendant un mille en escalier , 
qu'en marchant dix suruneplaine. 
Quelle belle occasion vous avez 
eue de prendre tons les deux exer- 
cices ensemble ! En ayez-voiis pro- 
file ? et combien de fois ? 

FRANKLIN. 

Je ne peux pas blen repondre a 
cette question. 

LA GOUTTE. 
Je repondrai done pour vous. 
Pas une fois. 

FRANKLIN. 
Pas une fois ! 

LA GOUTTE. 

Pas une fois. Pendant tout le 



DIALOGUE. l35 

bel ete passe , yous y etes arrive 
a six hemes. Vous y avez trouve 
cette charmanle femme et ses beaux 
enfans , et ses amis , prets a vous 
accompagner dans ces promenades, 
et a vous amuser avec leurs agrea- 
bles conversations. Et qu'avez-vous 
fait ? Vous vous etes assis sur la 
terrasse , vous avez loue la belle 
vue , regarde la beaute des jardins 
en bas 5 mais vous n'avez pas bou- 
ge un pas pour descendre vous y 
promener. Au contraire , vous avez 
demande du tlie et I'echiquier. Et 
vous voila colle a votre siege jus- 
qu'a neuf lieures , et cela apres 
avoir joue peut-etre deux heures 
oil vous avez dine. Alors, au lieu 
de retourner cliez vous a pied j ce 



l36 DIALOGUE. 

qui pourroit voiis remuer un pen ^ 
vous prenez votre voiture. Quelle 
sottise de croire qu'avec tout ce 
dereglement , on peut se conserver 
en sante sans moi ! 

PRANKLIN. 

A cette heure je suis convalncu 
de la justesse de cette remarque 
du bonliomme Richard , que nos 
dettes et nos peches sont toujours 
plus qu'on ne pense. 

XA GOUTTE. 

C'estcomme cela que vous autres 
philosophes avez toujours les maxi- 
mes des sages dans votre bouche , 
pendant que votre conduite est 
comme celle des ignorans. 



DIALOGUE. 187 

PR AN KLIN, 

Mais faites - vous un de mes 
crimes , de ce que je retoume en 
voiture chez madame B.? 

LA GOUTTE. 

Oui , assurement 5 car vous , qui 
avez ete assis toute la journee , 
vous ne pouvez pas dire que vous 
etes fatigue du travail du jour. 
Vous n'avez done pas besoin d'etre 
soulage par une voiture ? 

FRANKLIN. 

Que voulez - vous done que je 
fasse de ma voiture? 

LA GOUTTE. 

Brulez-la, si vous voulez. Alors 



l38 DIALOGUE. 

vous en tirerez au moins pour une 
fois de la chaleur. Ou , si cette 
proposition ne vous plait pas , je 
vous en donnerai une autre. Re- 
gardez les pauvres paysans qui 
travaillent la terre dans les vignes 
et les champs autour des villages 
de Passy, Auteuil , Chaillot , etc. 
Vous pouvez tons les jours, par- 
mi ces bonnes creatures , trouver 
quatre ou cinq vieilles femmes et 
vieux hommes , courbes et peut- 
etre estropies sous le poids des 
annees et par un travail trop fort 
et continuel , qui , apres une lon- 
gue journee de fatigue , ont a mar- 
cher peut-etre un ou deux milles 
pour trouver leurs cbaumieres. Or- 
donnez a votre coclier de les prendre 



DIALOGUE. 139 

et de les mener cliez eiix. Voila 
une bonne ceuvre qui fera du bien 
a votre ame ! Et si en meme temps 
vous retournez de votre visite chez 
les B * * * i pied , cela sera bon 
pour votre corps. 

FRANKLIN. 
All I comme vons etes ennuyeuse ! 

LA GOUTTE. 
Allons done a notre metier ; il 
faut vous souvenir que je suis votre 
medecin. Tenez. 

FRANKLIN. 
Ohhli ! quel diable de medecin ! 

LA GOUTTE. 

Vous ^tes un ingrat de me dire 
cela. N'est-ce pas moi qui , en 



8 



l4o DIALOGUE. 

qualite de votre medecin , vous ai 
sauve de la paralysie , de I'hydro- 
pisle et de I'apoplexie , dont i'lme 
ou I'autre vous auroient tuc il y a 
long-temps , si je ne les en avois 
empecliees. 

FRANKLIN. 

Je le confesse , ef je vous re- 
mercie pour ce qui est passe. Mais , 
de grace! quiltez-moi pour jamais 5 
car il me semble qu'on aimeroit 
mieux mourir , que d'etre gueri si 
douloureusement. Souvenez - vous 
que j'ai aussi ete votre ami. Je n'ai 
jamais loue de combattre contre 
vous , ni les medecins , ni les cliar- 
latans d'aucune espece : si done 
vous ne me quittez pas , vous se- 



DIALOGUE. 141 

rez aussi accusable d'in gratitude. 

LA GOUTTE. 

Je ne pensepas que je vous doWe 
grande obligation de cela. Je me 
moque des charlatans 5 ils peuvent 
vous tuer , mais ils ne peuvent pas 
me nuire ; et quant aux vrais me- 
decins , ils sont enfin convaincus 
de cette verite , que la Goutte 
n'est pas une maladie , mais un 
veritable remede , et qu'il ne faut 
pas guerir un remede. Pievenons a 
notre affaire. Tenez. 

FRANKLIN. 

Oh ! de grace , quittez-moi 5 et 
je vous promets fidelement que 
desormais je ne jouerai plus aux 



l4'2' DIALOGUE. 

echecs , que je ferai de I'exercice 
journellement , et que je vivrai 
sobrement. 

JLA GOUTTE. 

Je vous connois bien : vous etes 
un beau prometteur ^ mais apres 
quelques mois de bonne sante , vous 
recommencerez a aller votre anclen 
train. Vos belles promesses seront 
oublieescomme on oublie les formes 
des nuages de la derniere annee. 
Allons done, finissons notre compte ; 
apres cela, j^ vous quitterai. Mais 
soyez assure que je vous revisiterai 
en temps et lieu : car c'est pour 
votre bien ; et je suis , vous savez , 
votre bonne amie. 



LE SAGE 

ET LA GOUTTE. 

Un fleau de plus redoutable, 

La Goutte , ce mal incurable , 

Chez un sage alia se loger, 

Et pensa le desesperei' : 
II se plaignit. La sagesse a beau fai're, 
Alorsqu'onsouffre, on nel'entend plus guere : 
A la fin cependant la raison I'emporta. 
Centre le mal mon sage disputa ; 

Chacun employa I'eloquence 

Pour se prouver qu'il avoit tort. 

La Goutte disoit : la prudence, 

Mon cher docteur , n'est pas ton fort ; 
Tu manges trcp , tu convoites lesfemmes, 
Tu ne promenes plus , et tu passes ton temps 

Aux echecs et par foK aux dames j 
Tu bois un peu. Dans- ces doux passe-temps 
L'humeur s'amasse , et c'est un grand service 

De venir t'en debarrasser. 

Tu devrois m'en remercier j 



l44 ^^ SAGE ET LA GOUTTE. 

Mais depuis un long-temps je connois I'injustice. 

Le Sage reprit a son tour 
Et dit : Je Tavouerai , les attraits de I'amour 
De I'austere raison tolerant la rudesse , 

Semblent prolonger'la jeunesse. 
J'aime, j'almai , et j'aimerai toujours ; 
On m'aime aussi. Dois-je passer mes jours 
A me priver? Non, non , la vraie sagesse 
Est de jouir des blens que le ciel nous donna ; 
Un peu de punch; une jolie maitresse; 
Deux quelquefois, trols , quatre, et cetera : 
De toutes celles a qui je pourrai plaire, 
Aucune ne m'echappera : 
Ma femme me le pardonna ; 
Et tu Toudrois ici trancher de la severe. 

Pour les echecs , si j'y suis le plus fort, 
Je m'y complais ; mais lorsque par caprice 
Fortune fuit, ils m'ennuient k la mort, 
Et j'en ferois alors le sacrifice. 

Par le secours de la phllosophie, 
Tout sage ainsi sait borner ses desirs, 
Se consoler des pelnes de la vie. 
Dupes et sots renonccnt aux plaisirs. 



QUELQUES MOTS 



L' A M E R I QU E. 



AVI S 



A CEUX QUI VOTJDROIENT 

ALLER s'eTABLIR 
DANS CETTE CONTREE. 



A V I S 

A CEUX QUI VOUDROIENT 
ALLER S'ETABLIR 

EN AM^RIQUE., 

X LusiEiTRs personnes en Europe 
ayant temoigne directement , ou 
par lettres, a I'auteur de cet ecrit, 
qui connoit ties bien I'Amerfque 
septentrionale , le desir d'y passer 
et de s'y etablir 5 comme il lui 
paroit que , par ignorance , ils ont 
pris des idees et des esperances 
fausses sur ce qu'ils pourroient y 
obtgnir , il croit faire une chose 
utile y et epargner le desagre- 
19 



l4^ QUELQUES MOTS 

ment de voyages et de deplace- 
mens couteux et sans fruit , aux 
personnes a qui ce parti ne con- 
vient pas , en donnant sur cette 
region quelques notions plus clai- 
res et plus sures que celles qui ont 
prevalu jusqu'a present. 

II voit que plusieurs imaginent 
que les habitans de I'Amerique 
septentrionale sont riches , en etat 
et dans la disposition de recom- 
penser toute espece d'industrie ; 
qu'en meme temps ils ignorent 
toutes les sciences , et consequem- 
ment que les etrangers qui posse- 
dent des talens dans les belles- 
lettres et les beaux arts doivent 
y etre grandement estimes , et si 
bien payes , qu'ils deviendront ai- 



SUR L AMtRIQUE. 1^^ 

sement riclies ; qu'il y a aussi 
grand nombre d'offices avantageiix 
dont on peut disposer , et qui de- 
mandent , pour les remplir , des 
qualites que les naturels n'ont pas ; 
et que , comme parrni eux il y a 
peu de gens de famille , les etran- 
gers de uaissance doivent y etre 
fort respectes , et par consequent 
faire tons fortune , en ob tenant fa- 
cilement les meilleurs de ces offices 5 
que le gouvernement aussi , pour 
encouraser les emigrations d'Eu- 
rope, non-seulement pave la de- 
pense du transport personnel , mais 
donne gratis aux etrangers des 
terres a^ec des negres pour les 
cultiver , des outils de labourage 
et des bestiaux. Ce sont de pures 



l5o QUELQUES MOTS 
imaginations 5 et ceux qui vont 
en Amerique avec des esperances 
fondees sur ces idees , se trouve- 
ront certainement ties loin de 
compte. 

Quoiqii'il y ait , a la rerite , 
dans ce pays pen d'liommes aussi 
miserables que les pauvres d'Eu- 
rope J il y en a aussi tres peu de 
ceux qu'on y appelie riches 5 il y 
regne plutot une lieureuse et ge- 
nerale mediocrite : il y a peu de 
grands proprietaires de terre , et 
peu de tenanciers. La plus grande 
partie des hommes cultive ses pro- 
pres champs ; les autres s'attachent 
a quelque metier ou negoce 5 fort 
peu sent assez riches pour vivre 
sans rien faire , sur leurs revcnus , 



suR l'amerique. i5i 

ou pour payer les liauts prix qu'on 
donne en Europe pour les pein- 
tures , les sculptures , les ouvrages 
d'arcliitecture , et autres produits 
de I'art qui sont plus curieux qu''u- 
tiles ; de-la ceux qui sont nes en 
Amerique avec des dispositions na- 
turelles pour ces talens , ont, sans 
exception , quitte ce pays pour 
I'Europe , oil ils peuvent etre plus 
avantageusement recompenses. II 
est vrai que les lettres et les con- 
noissances matlieinatiques y sont 
en estime 5 mais elles sont en meme 
temps plus communes qu'on ne le 
croit 5 puisqu'il existe deja neuf 
colleges ou universites , savoir : 
quatre dans la nouvelle Angle- 
terre j et une dans chacun des etats 



l52 QUELQUES MOTS 

de New-York, New- Jersey, Pen- 
sylvanie , Maryland et Virginle , 
toutes poiirvues de savaiis profes- 
seurs 5 sans compter nombre d'a- 
cademies moins considerables : 
elles enselgnent a line partie de 
leur jeiinesse les langiies et Ics 
sciences necessaires a ceux qui se 
destinent a etre pretres , avocats 
ou medecins. On n'emploie cer- 
tainement aucuns moyens pour 
exclure les etrangers de ces pro- 
fessions 5 et le prompt accroisse- 
ment d'habitans par -tout , peut 
leur procurer Pavantage d'etre em- 
ployes comme les naturels du pays. 
II n'y a qu'un petit nombre d'of- 
fices civils ou d'emplois ; il n'y en 
a point de superilus , comme en 



SUR L AMERIQUE. lOO 

Europe ; la regie elablic dans 
quelques etats , est qu'auciin of- 
fice ne doit etre assez lucratif 
pour etre desirable. Le 36^. ar- 
ticle de la constitution de Pensyl- 
vanie , s'exprime precisement en 
ces mots : :>:> Comme, pour con- 
M server son independance , tout 
D) homnie libre , s'il n'a pas un 
» bien sufiisant , doit avoir quel- 
33 que profession ou quelque nie- 
53 tier , faire quelque commerce , 
33 ou tenir quelque ferrae qui puis- 
33 sent le faire subsister honnete- 
T> ment , il ne peut y avoir ni 
33 necessite , ni utilite d'etablir des 
33 emplois lucratifs , dont les effets 
33 ordinaires sont , dans ceux qui 
33 les possedent ou qui les recher- 



l54 QUELQUES MOTS 

35 client , une dependance ou line 

» servitude indignes d'liommes li- 

3j bres 5 et dans le peiiple , des 

» querelles , des factions , la cor- 

35 ruption et le desordre : c'est 

x> pourquoi , toutes les fois que , 

T> par Paugmentation de ses enio- 

» lumens , ou par quel que autre 

33 cause , un emploi deviendra assez 

33 lucratif pour emouvoir le desir 

» et attirer la demande de plu- 

33 sieurs personnes , le corps legis- 

33 latif aura soin d'en diminuer les 

33 profits. 33 

Ces idees etant plus ou moins 
fortement etablies dans tous les 
Etats-Unis , il ne peut etre raison- 
nable pour aucun liomme , ayant 
des moyens de vivre cliez lui , de 



8UR l'aMERIQUE. i55 

s'expatrier dans I'espoir d'obtenir 
en Amerique un office civil avan- 
tageiix 5 et les emplols militaires 
sont finis avec la guerre, puisqu'on 
a licentie Parmee. II est beaucoup 
moins sense d'y aller n'ayant d'au- 
tre titre de recommandation que sa 
naissance 5 elle a sans doute sa 
valeur en Europe 5 mais c'est une 
denree qu'on ne pent pas porler a 
im plus mauvais marche qu'a celui 
de PAmerique , 011 on ne demande 
point a I'egard d'un etranger , qui 
est-il? mais , que sait-il faire? S'il 
posgede quelque art utile , il est 
le bien-venu 5 s'il I'exerce et qu'il 
se conduise bien , il sera respecte 
par tous ceux qui le connoltront : 
mais celui qui n'est pas autre chose 
30 



l56 qUELQUES MOTS 

qii'un liomme de qualite , qui , pour 
cette raison , veut vivre aux depens 
du public par quelqu'ofiice ou 
salaire , sera regarde de mauvais 
ceil et meprise. Le laboureur y est 
en honneur , et meme Pouvrier , 
parceque leurs occupations sont 
utiles : le peuple a coutume de dire 
que Dieu tout-puissant est lui-me- 
me un artisan , le plus habile qui 
soit dansl'univers 5 et ils le respec- 
tent et Padmirent plus pour la va- 
riete, Pindustrie et Putilite de ses 
ouvrages , qu'a cause de I'antiquite 
de sa famille. lis aiment Pobserva- 
tiond'unnegre,etilslarepetentsou- 
vent dans son mauvais anglais : que 
Boccarorra, c'est-a-dire Phomme 
blanc , fait travailler un noir , fait 



suR l'amerique. iSj 

travailler tin clieval , fait travaiiler 
un boeuf, fait travailler tout le mon- 
de J excepte le cochon 5 il ne pent 
pas faire travailler le cochon , qui 
mange J qui boit, qui se promene, 
qui va dormir quand il lui plait , et 
qui, enfin, vit conime un gentilhom- 
me. D'apres ces opinions des Ame- 
ricains , ils se croiroient beaiicoup 
plus obliges a un genealogiste qui 
leur prouveroit que leurs ancetres 
et leurs allies ont ete pendant dix 
generations, laboureurs, forgerons y 
cbarpentiers, tourneurs, tisserands, 
tanneurs ou merae cordonniers , 
et par consequent des membres 
utiles de la societe , que s'il ne 
pouvoit que leur prouver qu'ils ont 
ete gentilshommes , ne se souciant 



l58 QUELQUES MOTS 

que de vivre sans rien faire , du 
travail des autres, xr a.iment fruges 
consumere nati ^ * et d'ailleurs 
bons a rien , jusqu'a ce qu'apres 
leur mort on puisse depecer leur 
fortune comme la personne du co- 
clion gentilhomme du negre. 

A I'egard des encouragemens de 
la part du gouvernement pour les 
etrangers , il n'y a reellement que 
ceux qui derivent des bonnes loix 
et de la liberie : les etrangers sont 
bien recus , parce qu'il y a suffi- 
samment place pour tous , et que 
consequemment les anciens habi- 

* Nos Humerus sumus , fruges consu- 
mere nati. 

HoR. epist. 2, L. 1 , rers. 27. 



suR l'amerique. i59 

tans n'en sont point jaloux. Les 
loix les defendent assez , pour 
qu'ils n'aient pas besoin de la pro- 
tection d'un grand 5 et cliacun 
jouit , avec securite , des profits 
de son savoir-faire. Mais s'il n'a 
pas apporte de fortune , il faut 
qu'il travaille pour vivre , et qu'il 
soit industrieux. Un ou deux ans 
de residence lui donnent tons les 
droits de citoyen 5 mais quoiqu'ait 
pu faire autrefois le gouvernement , 
il ne forme a present de convention 
avec personne pour I'engager a s'e- 
tablir ^ soit en payant son passage , 
soit en lui donnant des terres , des 
negres, des outils, des troupeaux, 
ou aucune espece d'emolument : 
enfin I'Amerique est le pays de 



l6o QUELQUES MOTS 
travail , et nullement ce que les 
Anglais appellent Luhherland , et 
les Francais , f^^ys de Cocagne , 
oil les rues sont , dit-on, payees 
de petits pains , les maisons cou- 
vertes d'omelettes , et oil les pou- 
lardes voltigent, toutes rotiesj en 
criant : Venez me manger. 

A quelle espece d'hommes se- 
roit-il done aujourd'hui profitable 
de se transporter en Amerique ? 
et quels avantages pourroient-ils 
raisonnablement attendre ? 

Le pays est rempli d'immenses 
forets , vuides d'habitans , et qui 
ne seront pas occupees d'un siecle ; 
et la terre est a si bon marche , 
que la propriete de cent acres d'un 
sol fertile , couvert de bois , peut 



suR l'amerique. 161 

s'acqiierir , dans beaiicoup d'en- 
droits pies des frontieres , pour 
huit ou dix guinees. De jeunes 
laboureurs vigoureux y qui s'en- 
tendent a la culture des grains et 
au soin des bestiaux , qui sont a- 
peu-pres les memes la qu'en Eu- 
rope , peuvent facilement s'y eta- 
blir. Un peu d'argent mis a part 
sur les gros gages qu'ils y recoi- 
vent lorsqu'ils travaillent pour les 
autres , les met en etat d'acheter 
im terrein et de commencer leur 
plantation ; ils sont aides par la 
bonne volonte de leurs voisins et 
quelque credit. Une multitude de 
pauvre peuple d'Angleterre , d'lr- 
lande , d'Ecosse et d'Allemagne 
sont en peu d'annees devenus , par 



162. QUELQUES MOTS 
ces moyens , de riches cultivateurs ; 
tandis que , dans leur pays , ou les 
terres sont toutes occupees , et le 
prix du travail modique , ils n'aii- 
roient jamais pu se tirer de la clie- 
tive condition dans laquelle ils 
etoient nes. 

La bonte de Pair , la salubrite 
du climat , I'abondance de nourri- 
tures saines , et I'encouragement 
a se marier de bonne heure par la 
certitude d'avoir une subsistance 
en cultivant la terre , font que 
I'accroissement des habitans , par 
la seule fecondite du pays , est 
ties rapide , et devient encore plus 
considerable par Paddition des 
etrangers. II en resulte qu'on a 
toujours besoin d'un grand nombre 



suR l'amerique. 160 

d'artisans pour tout ce qui est ne- 
ce.ssaire et utile , pour garnir les 
menages des cultiyaleurs et leur 
fournir les outils de la sorte la 
plus grossiere , et qu'il seroit plus 
incommode d'apporter d'Europe. 
Dans tous les metiers de cette es- 
pece , les ouvriers passablement 
bons sont sArs de trouver de I'em- 
ploi et d'etre bien payes de leurs 
ouvrages 5 il n'y a aucune entrave 
qui puisse gener les etrangers dans 
I'exercice du metier qu'iis savent , 
et ils n'ont pas besoin de permis- 
sion. S'ils sont pauvres , ils cora- 
mencent par etre domestiques ou 
journaliers j et s'ils sont sobres , 
intelligens et menagers , ils de- 
viennent bient6t maitres , ils tra- 
21 



l64 QUELQUES MOTS 

vaiUent pour leur propre coniple, 
se marient , elevent leur famille ^ 
et deviennent des citoyens respec- 
tables. 

Aussi ceilx qui, n'ayant qu'uiie 
fortune mediocre et plusieurs en- 
fant a pourvoir , souhaitent leiir 
donner de I'industrie et assurer du 
bien a leur posterite , ont-ils la 
fdcilite de faire a cet egard. en 
Aiuerique ce qui leur seroit im- 
possible en Europe. lis peuvent, 
sans craindre d'etre meprises , ap- 
piendre et pratiquer des arts me- 
clianiques lucratifs : ils seront au 
contraire respectes , s'ils devien- 
nent habiles. Les petits capitaux 
employes a I'acliat des terres , qui 
journellement augmentent de va- 



SUR l'amerique. i65 
leiir par Paccroissement de la po- 
pulation , dorment la perspective 
d'une ample forliiiie dans la suite 
pour les enfans. L'auteur de cet 
ecrit a vu plusieurs exemples de 
grands terreins , sur les /rontieres 
qu'avoit alors la Pensylvanie , aclie- 
tes dix livres sterlings les cent 
acres , qui , vingt ans apres , lovs- 
que les habitations se sont eten- 
dues beaucoup au-dela, se ven- 
doient couramment , sans qu'on y 
eut fait aucune amelioration, trois 
livres sterlings par acre. L'acre 
d'Amerique est le meme qu'en 
Angleterre et en Normandie. 

Ceux qui veulent se mettre au 
fait de I'etat du gouvemement , 
feront bien de lire les constitu- 



l66 QUELQUES MOTS 

tions des differens etats et les ar- 
ticles de la confederation qui les 
lie tons ensemble pour les affaires 
generales , sous la direction d'une 
assemblee qu'on appelle Congres. 
Ces constitutions onteteimprimees 
en Amerique par son ordre ; on en 
a fait deux editions a Londres , 
et on en a public dernierement a 
Paris une bonne traduction fran- 
caise. 

Ces dernieres annees , plusieurs 
souverains d'Europe ont cni qu'i) 
lenr seroit avantageux d.e faire fa- 
briquer dans leurs propres etats ce 
qui sert aux commodites de la vie y 
d'etablir des manufactures pour di- 
Ininuer et rendre nuUes les impor- 
tations , et ils ont entrepris d'at- 



suR l'amerique. 1^7 

tirer les fabricans des autres pays 
par de hauls salaires , des privi- 
leges , etc. Plusieurs personnes 
pretendant se bien connoitre dans 
differentes sortes de manufactures 
en grand , ont imagine que I'A- 
merique devoit en avoir besoin , 
que le Congres seroit probable- 
ment dans la disposition des sou- 
verains dont nous venons de par- 
ler , et ont propose de s'y trans- 
porter , a condition qu'on payeroit 
leur passage , qu'on leur donneroit 
des terres , des salaires , des pri- 
vileges exclusifs pour plusieurs an- 
nees , etc. Ces personnes , en lisant 
les articles de la confederation , 
trouveront que le Congres n'a ni 
pouvoir pour cet objet , ni argent 



l68 QUELQUES MOTS 
entre ses mains pour de semblables 
projets , et qu'il ii'y auroit que le 
gouvernement de qiielque etatpar- 
ticulier qui put donner un pareil 
encouragement : ou Pa toutefois 
rarenient accorde en Amerique j 
et quand on I'a fait , on n'a pres- 
que jamais reussi a etablir des ma- 
nufactures que le pays , encore 
trop foibie , ne pouvoit pas en- 
courager les particuliers a monter 
eux-memes. Le travail est genera- 
lement trop clier , et les travail- 
Icurs trop difiiciies a conserver , 
cliacun desirant d'etre maitre , et 
le bon marche des terres donnant 
a beaucoup le desir de quitter les 
metiers pour I'agriculture. Quel- 
ques-unes , a la verite 



SUR l'amerique. 169 

eralDlies et conduites avec siicces ; 
mais ce sont en general cellos qui 
ne demandent que peu de bras , et 
dans lesquelles la plus grande par- 
tie des ouvrages se font par des 
machines. Les marchandises trop 
volumineuses et d'une si petite va- 
lour , qu'elles ne peuvent suppor- 
ter la depense du fret , peuvent 
souvent etre fabriquees a meilleur 
marclie dans le pays que celles 
qu'on pourroit importer , et les 
manufictures de ces objets seront 
avantageuses par -tout 011 il y 
aura suffisamment de demandes. 
Les agriculteurs , a la verite , re- 
coltent en Amerique beaucoup de 
laine et de lin , et on n'en exporte 
point 5 tout est mis en oeuvre , 



170 QUELQUES MOTS 

mais d ans des atteliers clomesti qnes 5 
pour Pusage de la maison. On a 
plusieurs fois entrepris , dans diffe- 
rens etats j d'en acheterune grande 
quantite pour les faire filer , em- 
ployer des tisserands , et former 
de grands etahlissemens qui fabri- 
quassent de la toile et des ouvrages 
de laine pour les vendre ^ mais ces 
projets out presque toujours mal 
tourne , parce qu'on importe des 
ouvrages aussi bons et a meilleur 
compte J et lorsque les gouverne- 
mens ont ete sollicites pour soute- 
nir et encourager ces etablissemens 
par de I'argent , ou en imposant 
des droits sur I'importation des ob- 
jets de meme espece , ils Pont ton- 
joins refuse , sur le principe que 



SUR L AMERIQUE. IJi 

ai la province est assez florissante 
pour avoir des manufactures , les 
particuliers j^euvent en etabliravec 
profit 5 et que , dans le cas con- 
traire , c'est une folic de vouloir 
forcer la nature. Les manufactures 
en grand demandent beaucoup de 
pauvres qui travaillent pour un 
leger salaire : on pent les trouver 
en Europe 5 mais il n'y en aura 
point en Amerique , jusqu'a ce que 
les terres soient toutes prises et 
cultivees , et queteux qui ne pour- 
ront en avoir aient besoin d'etre 
employes. Les manufactures de 
soie , dit - on , sont naturelles en 
France, comnie celies de draps en 
Angleterre , parce que chacun de 
ces pays produit en abondance la 

32 



173 QUELQUES MOTS 

matiere premiere 5 mais si 1' An- 
gle terre -veut avoir des manufac- 
tures de soie , comma celles de 
laine , et la France des manufac- 
tures de laine , comme celles de 
soie , il faut que ces operations 
forcees soient soutenues , comme 
on i'a fait effectivement , par des 
prohibitions mutuelles , ou de forts 
droits surl'une et Pautre marchan- 
dise importee. Par ce moyen , les 
ouvriers pen vent forcer ceux qui 
les consomment sur le lieu , d'en 
donner un plus haut prix , sans 
que cette augmentation les rende 
plus heureux ou plus riches ; il 
arrive seulement qu'ils en boivent 
davantage et travaillent moins. 
Les gouvernemens en Amerique 



SUR l'amerique. 173 

ne donnent done aucun. encoura- 
gement a de pareilles entreprises ; 
et, par ce moyen , on n'y est point 
ranconne par les marcliands ou par 
les ouvriers. S'il arrive qii'un mar- 
cliand demande trop pour des sou- 
liers importes , on les acliete cliez 
un cordonnier , et si celui-ci veut 
un prix trop fort , on les prend 
chez le marchand 5 de cette ma- 
iiiere , ces deux etats sont contenus 
Fun par I'autre : tout calcul fait 
cependant , le cordonnier en Ame- 
rique pent retirer de son ouvrage 
un profit plus considerable qu'en 
Europe 5 car il pent aj outer au prix 
qu'on y donne , une somme a peu 
pres egale a la depense du fret, de 
la commission , des risques ou de 



174 QUELQUES MOTS 

I'assurance , etc. que siipporte ne- 
cessairement le marcliand , et il en 
est de meme pour les ouvriers de 
tout autre art mechanique ; en 
consequence les artisans en general 
vivent mieux et plus aisement en 
Amerique qu'en Europe , et ceux 
qui sont econoines mettent a part 
une bonne reserve pour le soutien 
de leur vieillesse et de leurs en- 
fans : il pent done etre avantageux 
pour cette espece d'hommes de pas- 
ser en Amerique. 

Dans les contrees d'Europe ha- 
bitees depuis long-temps , les arts , 
les metiers , les professions ^ les 
fermages , etc. sont tous tellement 
remplis , qu'il est difficile pour les 



suR l'amerique. 175 

gens pauvres cle placer leurs enfans 
de maniere qu'ils puissent gagner 
ou apprendre a gagner de qiioi vi- 
vre d'une maniere supportable. Les 
artisans qui cralgnent de se donner 
pour I'avenir des rivaux dans leur 
metier , ne prennent point d'ap- 
prentifs , a moins qu'on ne leur 
donne de I'argent et de quoi les 
entretenir, ou I'equivalent 5 ce que^ 
les parens ne sont pas en etat de 
faire : il s'ensuit que les jeunes 
gens ignorent , sans pouvoir faire 
autrement , toute espece d'art lu- 
cratifj et deviennent , par neces- 
site , soldats , domestiques ou vo- 
leurs pour subsister. En Amerique , 
I'accroissement rapide des habitans 



176 QUELQUES MOTS 

ecarte la crainte de cette rivalite : 
les artisans recoivent volontiers des 
apprentifs , dans Pespoir de retirer 
le profit de leur travail pendant le 
reste du temps stipule par - dela 
celui necessaire pour qu'ils soient 
formes : il n'est par consequent 
pas difficile aux families pauvres 
de faire instruire leurs enfans ; et 
les artisans sont tellement empres- 
ses d'avoir des eleves , que plu- 
sieurs d'entre eux donneront meme 
de I'argent aux pere et mere pour 
s'attacher leurs garcons de dix a, 
quinze ans , jusqu'a celui de vingt 
et un j et par ce moyen , plusieurs 
pauvres parens , a leur arrivee dans 
le pays , ont eu de quoi acheter 



SUR L AMERIQUE. I77 

des terres suffisamment pour s'e- 
tablir , et faire siibsister le reste 
de leur famille par Pagriculture. 
Ces conventions pour les appren- 
tifs sont faites devant un magistrat , 
qui en regie les conditions suivant 
la raison et la justice 5 et , dans la 
vue de former pour I'avenir un 
utile citoyen , il oblige le maitre 
de s'engager par un contrat ecrit, 
non-seulement a ce que , pendant 
le temps du travail stipule , Pap- 
prentif soit convenablement nourri y 
desaltere , vetu , blanchi et loge , 
mais a lui donner a I'expiration de 
son temps un assortiment complet 
de vetemens neufs ; qu'en outre on 
lui montrera a l.ire j a ecrire et a 



I7B QUELQUES MOTS 

compter , et qu'il sera bien instruit 
dans Part ou la profession de son. 
maitre , ou dans qiielque autre qui 
le mette en etat par la suite de 
gagner de quoi vivre , et d'elever 
a son tour une famille. On donne 
une copie de cette convention a 
I'eleve, ou a ceux qui s'interessent 
a lui : le magistrat I'ecrit sur un 
registre ; et on peut y avoir re- 
cours , si le maitre manque en au- 
cun point de I'executer. Ce desir 
qu'ont les niaitres d'avoir un plus 
grand nombre de bras pour leurs 
ouvrages , les engage k payer le 
passage des jeunes gens de Pun et 
de Pautre sexe qui consentent a 
ieur arrivee de les servir un , deux , 



SUR L AMERIQUE. I79 

trois ou quatre ans. Ceux qui sa- 
vent deja faire quelqvie chose ob- 
tiennent un terme plus court , a 
raison de leur adresse , et un prix 
justement proportionne a leurs ser- 
vices 5 ceux qui ne savent rien , 
s'engagent pour un plus long ter- 
me, afm qu'onleurmontre un me- 
tier que leur pauvrete ne leur a pas 
permis d'apprendredans leur pays. 
La mediocrite qui regnepresque 
generalement en Amerique dans 
les fortunes , obligeant ses liabitans 
a faire quelque chose jjour subsis- 
ter , previent en grande partie les 
vices qui naissentordinairement de 
la faineantise : i'industrie , jolnte 
k une occupation constante , est un 

23 



l8o QUELQUES MOTS 

grand preservatif pour les moeurs 
«t la vertu d'une nation : il arrive 
^e la que la jeunesse a plus ra- 
rement en Amerique de mauvais 
txemples ; ce qui doit etre une con- 
sideration bien satisfaisante pour 
des parens. On peut encore cer- 
taiiiement ajouter a ces avantages 
que , non-seulement on y tolere 
la religion sous ses differentes de- 
nominations , raais meme qu'on 
I'y respecte et qu'on la cultive : 
I'aliieisme y est inconnu 5 i'incre- 
diilile rare et secrete : de sorte 
qu'on peut y vivre long -temps 
sans etre scandalise par la ren- 
contre d'un athee ou d'un incre- 
dule ; et la Divinite paroit avoir 



SUR l'amerique. 181 

montre manlfesten.eiit qu'elle ap- 
proiive la tolerance et la douceur 
avec lesquelles les differentes secies 
se trailent I'uiie I'autre , par la 
grande prosperity dont elle a bien 
Youlu favoriser tout le pfiys. 
F. 



D'-. FRANKLIN'S EPITAPH 

WRITTEN BY HIMSELF. 

The Body 

Of Benjamin Franklin , printer , 

(Like the cover of an old book, 

Its contents torn out, 

And stript of its lettering and gilding ) 

Lies here , food for worms ; 

Yet the work itself shall not be lost, 

For it will , as he believed , appear once more , 

In a new 

And more beautiful edition. 

Corrected and amended 

By the author. 



EPITAPHE DE FRANKLIN , 

PAR LUI-RIEME. 

Ici repose le corps de Benjamin Fran- 
klin, imprimeur, maintenant la pature 
des vers, et semblable a la couverture 
d'un vieux livre, depouille de son con- 
tenii et de tousses ornemens exterieurs. 
L'ouvrage ne sera cependant pas per- 
du , car, ainsi fut la croyance de Fran- 
klin, il reparoitra quelqiie jour, d'une 
plus belle edition , corrigee et perfec- 
tionnee par I'auteur. 

Cette epitaphe fut publiee dans un papier- 
nouvelles, etabli et iniprirae k Boston par 
Franklin. 



TABLE. 

U±VERTJSSEMENT. . . Page 1 

T^e way to wealth. ... 3 

divertissement 35 

La science du honhomme Ri' 

chard c 4^ 

divertissement 85 

Lett re de Franklin 89 

La menie , trad, en francais. 97 
Lettre d Madame ^* . . . . 1 06 
Dialogue entre la Goutte et Fran- 
klin 117 

Fers sur le mime sujet. . . i43 

Avis d ceux qui voudroient aller 

s*etablir en Amerique. . . 147 

Epitaphe de Franklin. ... 182 



o 



• ■ ■ Y<. 



-s-r 












IV/:' . Y^}