Skip to main content

Full text of "Bulletin de la Société entomologique de France"

} 



I: 



i 



\:,: î: 







V. 



BULLETIN 

DE LA 

SOCIÉTÉ ENTOMOLOGIOIE 

DE FRANCE 



Article S6 des Statuts et du Règlement. — Les opinions émises 
dans le Bulletin sont entièrement propres à leurs auteurs; la Société 
n'entend aucunement en assumer la responsabilité. 



TYPOGBAPHIE FIUMIN-DIDOT ET C. — PARIS. 



BULLETIN 



DE L^V 



r » 



SOCIETE E^TOMOLOGIÔIE 

E>E FRANCE 

FONDÉE LE 29 FÉVRIER 1832 

RLCONNUE COMME INSTITUTION d'uTILITÉ PUBLIQUE 

PAR DÉCRET DU 23 AOUT 1878 

Natiira maxime miranda 
in niinimis. 



ANNEE 1903 




PARIS 

AXJ SIÈGE IDE T^A. SOC lÉxÉ 

HOTEL DES SOCIÉTÉS SAVANTES 

28, Rue Serpente, 28 
1903 



BULLETIN 

DE LA 

SOCIÉTÉ ENTOMiOLOG-IQXJE DE I^HANCE 



MEMBRES DU BUREAU POUR 1903 

Président MM. F. Henneguy. 

Vice-Président P. Mabille. 

Secrétaire Ch. Alluaud. 

P'' Secrétaire adjoint P. Chabanaud. 

i'= Secrétaire adjoint. A. Méquignon. 

Trésorier Ch. Lahaussois. 

Archiviste-Bibliothécaire A. Léveillé. 

Archiviste-Bibliothécaire adjoint. J. Magnin. 

CONSEIL 

MM. J. DE JoANNis, — H. d'Orbigny. — E. Simon {Membres res- 
tants); — H. Desbordes, — C. Dumont, — J. Magnix [Membres 
nouveaux), — et les Membres titulaires du Bureau. 

COMMISSION DE PUBLICATION 
MM. A. Grouvelle, — M. Maindron, — P. Marchal, — E. Simon, 

— L. Viard, — et les Membres titulaires du Bureau. 

COMMISSION DE LA BIBLIOTHÈQUE 

MM. L. Bedel, — J. DE JoANNis, — P. Mabille — et les Mem- 
bres titulaires du Bureau. 

COMMISSION DES COLLECTIONS 

MM. L. Bedel, — E. Dongé, — J. de Gaulle, — J. de Joannis. — 
Ph. Grouvelle, — J. Magnin, — G.-A. Poujade. 

COMMISSION DU PRIX DOLLFUS 
MM. Ch. Alluaud, — E.-L. BouvinR, — R. du Buysson, — A. Cham- 
penois, — E. Dongé, — J. de Gaulle, — A. Lé\teillé, P. Mabille, 

— G.-A. Poujade. 



Bull. Soc. ent. Fr., 1903, N» I, 



2 Bulletin de la Société entomologiqiie de France. 

iSéance du 14 janvier lOOS. 

Présidence de M. F. HENNEGUY 

M. P. dePeyerimhoff (de Digne) assiste à la Séance. 

Après la lecture et l'adoption du procès-verbal de la séance précé- 
dente, le Secrétaire donne lecture de la lettre suivante adressée par 
M. H.-W. Brôlemann, Président de 1902, à M. F. Henneguy, Pré- 
sident pour 1903. 

Cannes, 9 janvier 1903. 
Mon cher Président, 

Bien souvent je me suis pris à regretter de ne plus pouvoir me ren- 
dre aux séances de notre chère Société entomologique, mais ces re- 
grets prennent une intensité plus grande à l'approche du jour où j'au- 
rais dû, suivant l'usage consacré, vous remettre les pouvoirs qui 
m'avaient été confiés et dont j'ai si peu fait usage. 

Il m'eût été agréable de saisir cette occasion pour me faire l'écho de 
nos pensées à tous et dire la haute estime dans laquelle sont tenus vos 
travaux, votre science, votre aménité qui vous désignent si bien pour 
diriger les travaux de notre Société. 

Il m'eût été agréable aussi de dire encore une fois à nos collègues 
mes sentiments de vive gratitude pour l'honneur qu'ils avaient jugé à 
propos de me décerner. 

Étais-je digne en tous points d'une telle distinction? — En y réflé- 
chissant, j'en doute ; mais n'approfondissons pas, il m'est si agréable 
de le supposer et je remercie de tout cœur mes collègues de m'avoir 
donné cette illusion. 

Ne pouvant être des vôtres mercredi prochain, puis-je, sans abuser 
de vous, vous demander d'être mon interprète auprès d'eux, de serrer 
les mains qui se tendaient si cordiales vers moi lorsque j'avais le 
plaisir d'assister aux séances, de dire à tous mon chagrin d'être loin, 
mais aussi l'espoir que j'entretiens de pouvoir un jour, trop lointain à 
mon gré, acquitter en partie au moins la dette de reconnaissance que 
j'ai contractée envers notre chère Société et envers chacun de ses 
Membres ? 

En ce faisant, vous me rendrez un service signalé et je vous prie 
d'en accepter par avance mes meilleurs remercîments, en même temps 
que je vous demande de croire, mon cher Président, à l'expression' 
bien cordiale de mes sentiments de haute estime. 

Henry-W. Brôlemann. 



Séance du li janvier 1003. 3 

M. F. Hcnneguy, Président, prend ensuite la parole en ces 
termes : 

Mes chers Confrères, 

L'année dernière, à pareille époque, M. Brôlemann nous disait que 
l'un de ses rêves de jeunesse était de diriger un jour les travaux de 
notre compagnie. Moins ambitieux que lui, je dois vous confesser que 
jamais je n'ai osé formuler un vœu semblable et que le plus surpris de 
me voir aujourd'hui occuper le fauteuil présidentiel de la Société ento- 
mologique de France, c'est assurément moi. Nouveau venu parmi vous 
et mes occupations m'ayant empêché jusqu'ici de prendre une part 
etïective à vos travaux, je me suis demandé ce qui me valait une fa- 
veur aussi insigne, à laquelle je ne pouvais même songer et que tant 
d'autres que moi méritaient à plus juste titre. J'ai compris que, vous 
appropriant les paroles du poète latin, vous vous étiez dit : «Nous som- 
mes entomologistes et rien de ce qui touche aux Insectes ne nous est 
étranger », et que, en me donnant l'une des plus hautes marques d'es- 
time dont vous disposez, ce n'est pas ma modeste personne que vous 
avez voulu honorer, mais bien la branche de la science que je repré- 
sente ici, l'histologie et l'embryologie des Arthropodes. Déjà, en appe- 
lant successivement à la présidence les maîtres les plus autorisés de 
l'étude de groupes spéciaux, des Crustacés, des Arachnides, des My- 
riapodes, vous avez montré que l'entomologie, la science du grand 
groupe des "Ev-ro[i.a d'Aristote, ne comprend pas que les Insectes de 
Latreille : en me choisissant comme représentant de l'anatomie, vous 
avez voulu prouver une fois de plus que vous comptez parmi les 
vôtres ceux qui, comme vous, bien qu'en suivant une voie un peu 
différente, cherchent à élargir le cercle de nos connaissances sur les 
animaux articulés. Je suis donc très touché du grand honneur que 
vous m'avez fait ; au nom des spécialistes de ma partie je vous en 
remercie cordialement. 

L'année qui vient de s'écouler peut compter parmi les plus heu- 
reuses de notre Société. 

La liste de nos collègues s'est augmentée de 27 noms nouveaux et 
nous n'avons eu à regretter que 5 démissions, contre lo en 190i. 

A une société aussi nombreuse que la nôtre, la marche du temps 
impose chaque année, d'une manière inéluctable, la perte cruelle d'un 
certain nombre de ses membres ; mais rarement la mort a été moins 
sévère pour nous. Nous n'avons heureusement vu disparaître que cinq 
de nos collègues : un de nos membres à vie, Alfred Blavy, de Mont- 
pellier, qui s'occupait spécialement des larves aquatiques d'Insectes; 



4 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Henry Julia qui a été des nôtres à peine un an, enlevé prématuré- 
ment à l'affection des siens et à la science; Louis Montillot, qui 
appartenait à notre Société depuis plus de trente ans, et dont les ou- 
vrages de vulgarisation, écrits d'une manière consciencieuse, sont entre 
les mains de beaucoup de débutants; à l'étranger, Carlos Berg, direc- 
teur du Musée national de Buenos-Ayres et le professeur Targioni- 
Tozzetti, l'éminent directeur de la station entomologique agricole de 
Florence, dont les travaux de zoologie appliquée et les belles recher- 
ches sur les Cochenilles sont universellement connus. Comme le re- 
gretté Riley aux États-Unis, Targioni-Tozzetti consacra la plus 
grande partie de l'activité de sa longue carrière à organiser et à diriger 
l'un de ces services entomologiques si utiles à l'agriculture et que la 
France, parmi les nations civiUsées, ne possède encore qu'à l'état ru- 
dimentaire. 

Après ce trop bref hommage rendu à la mémoire de ceux qui ne 
sont plus, nous devons applaudir avec joie aux distinctions accordées 
à quelques-uns de nos collègues ainsi qu'aux récompenses que leur ont 
values leurs travaux. 

M. le capitaine Thou venin a reçu la croix de la Légion d'Honneur; 
MM. Alluaud, Bordage, Lesne et Malaquin ont été promus offi- 
ciers de l'Instruction Publique. 

La nomination de M. le professeur Bouvier à l'Académie des 
sciences, dont nous avons tous été heureux et fiers, est venue ajouter 
un lustre nouveau à notre Société qui compte actuellement parmi les 
siens la moitié des membres de la section d'Anatomie et de Zoologie. 
La Société hnnéenne de Londres , après tant d'autres célèbres com- 
pagnies, a conféré le titre de membre honoraire à notre ancien et émi- 
nent président M. Giard. 

A l'Académie des sciences, le prix Thore, attribué tous les deux 
ans au meilleur travail sur les mœurs et l'anatomie d'une espèce d'In- 
sectes d'Europe, semble être devenu l'apanage de notre Société; il a 
été décerné, en 1902, à M. Robert de Sinéty pour ses intéressantes 
recherches sur l'anatomie des Phasmes. M. P. Marchai a obtenu pour 
ses curieuses découvertes sur le développement des Hyménoptères pa- 
rasites l'un des prix les plus importants et les plus recherchés dont 
dispose l'Académie, le prix Serres. 

Enfin M. Houard a reçu le prix T rémont de l'Université de Paris 

pour sa thèse sur les Cécidies des tiges, et M. Houlbert le 2<^ prix 

Marie Pelluchet pour son étude sur les Insectes ennemis des livres. 

Vous parlerai-je de la situation de notre Société? vous savez tous 

qu'elle est des plus prospères. Je vous rappellerai que, l'année dernière, 



Séance du 14 janvier 1903. 5 

52 membres ont pris part au Congrès annuel et au banquet; ce chifl'ro 
n'avait pas encore été atteint; espérons que, le mois procliain, nous le 
verrons dépassé. 

Il suffit de parcourir nos BuUethis pour constater que les communi- 
cations y deviennent de plus en plus intéressantes par leur variété 
môme. Je me bornerai à vous citer celles de notre président, M. Brôle- 
mann, sur les Myriapodes, de M. Bouvier sur les Peripatus, de 
M. Alluaud sur la faune de Madagascar, etc. ; il me faudrait les énu- 
mérer toutes. Je tiens cependant à appeler particulièrement votre atten- 
tion sur les recherches de nos infatigables collègues P. de Peyerimohff 
et J. Sainte -Claire De ville dont les découvertes dans le Midi 
sont véritablement surprenantes pour la faune française. 

Bulletin et Annales paraissent régulièrement grâce au dévouement 
et à l'activité de notre secrétaire, M. Alluaud, qui, de loin comme de 
près, tout en poursuivant ses travaux personnels, tient à cœur d'assu- 
rer le bon fonctionnement de notre Société et assume pour lui seul un 
labeur ingrat et assujétissant dont nous ne saurions trop lui être re- 
connaissants. 

Le zèle intelligent de M. Lahaussois,qui sait joindre la fermeté du 
trésorier à l'affabilité du collègue et tâche de pratiquer sans douleur 
et avec succès l'extraction toujours pénible des cotisations arriérées, 
assure le bon état de nos finances. 

Nos collections en voie de formation attirent déjà un grand nombre 
de jeunes, espoir de l'entomologie française, qui se groupent presque 
chaque jour autour du plus zélé des fondateurs de nos collections, 
M. Philippe Grouvelle. L'affluence continuelle de travailleurs à .la 
salle des collections et à la bibliothèque affirme la vitalité croissante de 
notre compagnie. 

Que dire de notre dévoué biWiothécaire, M. Lé veillé, le fidèle gar- 
dien de nos richesses et de nos traditions? les termes que je poiirrais 
employer pour faire son éloge seraient au-dessous de la sincérité des 
sentiments d'estime et de gratitude que nous avons tous pour lui ; di- 
sons simplement que nous avons le profond regret de le savoir empêché 
par la maladie d'être aujourd'hui au miheu de nous , et envoyons-lui 
nos vœux de prompt rétablissement. Puisque nous parlons de maladie, 
adressons nos meilleurs souhaits de guérison à nos sympathiques col- 
lègues H. d'Orbigny retenu loin de nous depuis plusieurs mois, et 
P. Lesne qui a dû s'éloigner pour quelque temps de Paris à la recher- 
che d'un ciel plus clément. 

Mes chers Confrères, vous m'avez imposé une lourde tâche. Appelé, 
l'année dernière, à remplacer notre président qui a dû nous quitter à 



6 Bulletin de la Société entomologique de France. 

peine entré en fonction, j'ai fait preuve d'une grande inexpérience que 
mes collègues du bureau ont bien voulu pallier de leur bienveillant 
concours, dont je leur suis très reconnaissant. Ayant fait mon appren- 
tissage à vos dépens, j'espère être à l'avenir un peu plus à la hauteur 
de la mission que vous m'avez confiée. J'ai cependant encore besoin 
de toute votre indulgence ; connaissant les solides liens de confraternité 
qui nous unissent tous, j'espère qu'elle ne me fera pas défaut; aussi 
est-ce avec un peu plus d'assurance que j'ose m'asseoir à cette place où 
m'ont précédé tant de savants et éminents collègues. 

La Société accueille par de chaleureux et unanimes applaudissements 
la lettre de M. H.-W. Brôlemann et4e discours de M. F. Henneguy. 



Correspondance. — MM. G. Darboux, de Lyon, R. Martin, du 
Blanc, V. Mayet, de Montpellier, M. Nibelle, de Rouen, se font in- 
inscrire comme devant prendre part aux travaux du Congrès de 1903 
et au Banquet commémoratif de la fondation de la Société. 

Distinctions honorifiques. — Le Président annonce que M. P. 
Viala, professeur à l'Institut national agronomique, vient d'être promu 
au grade d'officier de la Légion d'Honneur et que M. E.-L. Bouvier, 
professeur de Zoologie au Muséum d'Histoire naturelle, vient d'être 
nommé chevalier de la Légion d'Honneur. 

Voyage. — - M. Ch. Alluaud donne lecture d'une lettre qu'il a 
reçue de M. P. Lesne dans laquelle notre collègue annonce qu'il est 
arrivé à Las Palmas (Iles Canaries), et qu'il va prochainement com- 
mencer des recherches entomologiques à l'intérieur de l'île de la Grande 
Canarie. 

Changements d'adresses. — J. Manon, médecin-major, chef de 
service au 3^ Dragons, Nantes (Loire-Inférieure). 

— M. Emile Oustalet, professeur au Muséum d'Histoire naturelle, 
37, rue Cuvier, Paris, o«. 

— M. L. Thouvenin, capitaine au 80^ de ligne, Tulle (Corrèze). 

Démissions. — M. le D'' H. Jacob de Cordemoy et M. M. 
Oberrieth ont adressé au Président leur démission de membres de 
la Société. 

Dépôt d'Annales. — Le Secrétaire dépose sur le bureau le 
'S^ trimestre des Annales de 1902. 

Bugdet. — M. Ch. Lahaussois, Trésorier, donne lecture de son 
rapport financier pour l'exercice 1902. 



Séance du 14 janvier 1903. 7 

EXERCICE 1902 

RECETTES 

En caisse au 31 décembre 1901 4.9o3 fr. 12 c. 

Cotisations 8.304 » 

Tirages à part 368 55 

Vente des Annales et du Bulletin 71 95 

Abonnements aux Annales et au Bullelin 577 » 

Fawwe Bedel 200 » 

Tables 34 50 

Souscription du Ministère de l'Instruction publique 500 j 

— — de l'Agriculture 480 j 

Annonces 163 » 

Vente d'ouvrages divers 24 » 

Revenus...,. 3.578 85 

Exonérations de six sociétaires 1.800 » 

Versement à valoir sur une exonération 100 » 

Remboursement de 1 obligation Ouest 3 0/0 ancienne. 491 90 
Bonification de conversion de la rente 3 1/2 0/0 en 

rente 3 0/0 126 55 

Divers 230 45 



Total des recettes 22.003 fr. 87 c. 



DEPENSES 

Loyer, assurance, impôts 2.125 fr. 17 c- 

Frais d'impression des Awnfl/e^ et du Bw/Ze^iw 9.306 20 

Planches et gravures 760 43 

Frais d'envois 688 » 

Administration et correspondance 760 90 

Bibliothèque (achats, abonnements, reliures) 520 45 

Traitement de l'agent 800 » 

Achat de 5 obligations Ouest 3 0/0 anciennes, et frais de 

conversions 2.321 15 



Total des dépenses 17.282fr. 30 c- 



BALANCE 

Recettes 22.003 fr. 87 c. 

Dépenses 17.282 30 

En caisse au 31 décembre 1902 4.721 fr. 57 c. 



8 Bulletin de la Société entomologique de France. 

COMPTE DU JOURNAL U ABEILLE 

RECETTES 

En caisse au 31 décembre 1901 213 îr . 83 c. 

Abonnements 158 » 

Vente d'ouvrages 15 » 

Total des recettes 386 fr .Soc. 

DÉPENSES 

Impression 165 fr. 15 c. 

Correspondance , envois , divers 15 05 

Total des dépenses 180fr.20 c . 

BALANCE 

Recettes 386 fr. 85 c. 

Dépenses 180 fr. 20 c. 

En caisse au 31 décembre 1902 206 fr. 65 c. 

CAISSE DES COLLECTIONS 

En caisse au 31 décembre 1902 161 fr. 65 c. 

PORTEFEUILLE 

524 francs de rente française 3 0/0 (cours (99 fr. 65). 17.405 fr. 55 c. 

379 francs de — 3 0/0, provenant de la 
conversion de 443 francs de rente 3 1/2 0/0 (cours 
99fr. 65) 12.589 11 

183 obligations Ouest 3 0/0 anciennes (dont deux 
achetées avec les fonds de U Abeille), (cours 467 fr.). 85.461 » 

Capital au 31 décembre 1902 115.455 fr. 66 c. 



La Société, aux termes des articles 26 et 29 de ses Statuts et de son 
Règlement, renvoie l'examen des comptes du Trésorier à son Conseil 
qui lui présentera un rapport à la réunion générale du 25 février. 

Congrès des Sociétés savantes. — M. le Président donne lecture 
d'une circulaire de M. le Ministre de l'Instruction publique annonçant 
que le 41*^ Congrès des Sociétés savantes s'ouvrira à Bordeaux, dans 
le grand Amphithéâtre de l'Athénée municipal, le mardi 14 avril pro- 
chain à 2 heures précises, et que ses travaux se poursuivront durant 



Séance du Ji janvier 1903 . 9 

les journées des mercredi 15, jeudi 16 et vendredi 17 avril. Le samedi 
18 avril, M. le Ministre de l'Instruction publique présidera la séance gé- 
nérale de clôture. 

La circulaire relative à ce Congrès et à la réduction de prix sur les 
chemins de fer est déposée à la Bibliothèque. 



Communications. 

Sur l'instinct carnassier de Vespa vulgaris L. [Hymen.] 
par Alfred Giard. 

On sait depuis longtemps que les Guêpes viennent souvent dans les 
habitations chasser et emporter les Mouches qui courent sur les vitres; 
qu'elles peuvent même saisir un gibier aussi gros qu'un Tabanus bovi- 
nus L., un Eristale ou une chenille de Pieris brassicae L. J'ai eu 
l'occasion de constater, il y a quelques années, qu'elles attaquent par- 
fois des proies plus volumineuses encore. 

En juin 1894, me promenant dans le bois de Meudon, j'entendis sous 
un taillis de Chênes et de Noisetiers un bruit que j'attribuai d'abord à 
un jeune oiseau voletant sous le feuillage. Mais en écartant les bran- 
ches, je vis qu'il provenait d'un gros Papillon qui remuait vivement 
les ailes sans réussir à prendre son essor, comme s'il était aux prises 
avec quelque ennemi vigoureux, peut-être avec une Araignée. Au 
moment où j'approchais pour examiner la chose plus attentivement, 
le tout tomba sur le sol, le Papillon continuant à se débattre pénible- 
ment entre les herbes avec une extrême agitation. J'armai tranquille- 
ment mon fdet et je m'emparai des combattants; je reconnus alors 
avec surprise qu'il s'agissait d'un gros exemplaire de Phalera buce- 
phala L. attaqué par une très petite ouvrière de Vespa vulgaris L. La 
Guêpe avait saisi le Papillon sous l'aisselle gauche et entamé les mus- 
cles du thorax. Même dans le filet elle ne lâchait pas sa victime et je 
dus l'en séparer de force. J'ai regretté aussitôt de n'avoir pas suivi 
les péripéties de la lutte pour constater si l'Hyménoptère aurait pu 
finalement venir à bout d'une pareille proie et l'aurait dépecée, puis 
transportée par voyages successifs. E. Girschner [3] a signalé que 
Vespa vulgaris garde le souvenir des endroits où elle a pu trouver 
une riche prébende et qu'elle revient par exemple sur une même 



10 Bulletin de la Société entomologique de France. 

feuille de chou saisir successivement les chenilles de Piérides dont 
elle a constaté la présence dans des voyages antérieurs. 

Il y a longtemps déjà [1], j'ai attiré l'attention sur la préférence des 
Guêpes pour les tissus qui comme le foie, les muscles, etc., renferment 
des principes sucrés ; mais dans le cas actuel, en s'en prenant aux 
muscles de la base de l'aile, il me paraît évident que V. vulgaris vou- 
lait avant tout mettre le Papillon dans l'impossibilité de lui échapper. 

Comment la petite Guêpe ouvrière a-t-elle pu trouver caché dans 
un taillis un Papillon aussi mimétique que Phalera bucephala? Je sup- 
pose qu'elle a été guidée surtout par l'odorat. En effet, Ph. bucephala^ 
lorsqu'il est vivant et môme longtemps après sa mort, exhale une 
odeur musquée assez forte, comparable à celle d'Euproctis chrysorrhea 
L. et de Porthesia similis F u es si. 

Index bibliographique. 

1. A. GiAtiD, Comme quoi les Guêpes ont découvert la fonction glycogénique 
du foie longtemps avant Claude Bernard, Bull, scient, du N. de la Fr., 
VII, 1875, p. 49. 

2. G. DE Rossi, Eine Wespe auf der Jagd. Krancher's Entomol. Jahrb., V, 
1896, p. 115. 

3. Ernst Giuschner, Zur Naturgescliichte d. gem. Wespe. ///. woclienschr . /. 
Entom., I, 1896, p. 421. 

4. BARRiNGTON,Ueber eine niilzlicheEigenschaft von "Wespen. III. ivochenschr. 
f. Entom., I, 1896, p. 546. 

5. K. ViEWEG, Wespen als Fliegenvertilger. lit. wochensclir. f. Entom., I, 
1896, p. 579. 

6. L. Kathakiiner, Ueber die Frecbheit der Wespen. ///. Zeitschr. f. Ento- 
mot., III, 1898, p. 250. 



Description d'une espèce nouvelle de Lépidoptère de la sous-famille 
des Chalcosianae, provenant de Lao-Kay (Tonkin). 

par l'abbé J. de Joannis. 

M. E. Fleutiaux m'a remis une petite collection de Lépidoptères 
provenant de Lao-Kay (Tonkin) (^), dans laquelle se trouvait une es- 
pèce inédite appartenant à la sous-famille des Chalcosianae. La nervu- 

(1) La liste en sera publiée d-dns L'Agriculture pratique des Pays chauds. 
Bulletin du Jardin colonial et des Jardins d'essai des Colonies françaises. 



Séance du li janvier 1903. 11 

lation est celle du genre Soritia Walk., mais la coupe remarquable- 
ment triangulaire des ailes inférieures la dislingue déjà très nettement 
des autres espèces; c'est de Soritia {Retina) rubrivitta Walk. qu'elle 
se rapproche le plus pour les dessins et la coloration. 

Soritia vitripennis, n. sp. — 43 mill. — Anticis valde elongatis, 
nigro-virescentibus, vitta rubra arcuata a basi ad marginem, angusle 
semi-hyalinis secundum medianam et basim ramoruniÊ, 3 et 4. Posticis 
triangularibiis, nigro-fuscis, macula triangulai^i hyalina, angusta, a 
basi fere ad marginem. 

Subtus : anticis nigro-fuscis nec virescentibus, vitta rubra paulo la- 
tiore; posticis ut supra. 

Vertice nigro-virescenti, postice rubro; fronte in parte superiori pro- 
minenti nigro-virescenti, infra pallide flavo ; pectore, coxis, feinoribus, 
abdomine subtus, pallide flavis; tibiis et tarsis griseo-fuscis ; thorace 
et abdomine supra nigro-virescentibus. 

Ailes supérieures très allongées, très étroites, côte légèrement ar- 
rondie, bord externe arrondi et très oblique; noires, glacées légère- 
ment de vert métallique, traversées par une bande rouge arquée, par- 
tant de la base où elle occupe la moitié de la largeur de l'aile, 
s'appuyant à la côte jusque près du milieu, laissant l'apex longuement 
noir et s'étendant presque jusqu'au bord externe; près de cette extré- 
mité, la courbure du bord supérieur de cette bande change et devient 
un peu concave vers la côte. La région où cette bande rouge touche 
la portion interne noire est semi-transparente, laissant voir la médiane 
et les nervures 2, 3 et 4. 

Ailes inférieures triangulaires, le bord externe absolument droit; 
elles sont d'un noir enfumé, traversées de la base presque jusqu'au 
bord par une tache transparente, étroite, triangulaire, ayant son som- 
met à la base de l'aile et laissant voir la médiane elles nervures 2, 3 et 4. 

En dessous : aux supérieures, la région noire, sans teinte verte, est 
plus réduite à l'apex; inférieures comme en dessus. 

Sommet proéminent du front, vertex, collier, dessus du thorax et 
de l'abdomen , noir verdâtre mélaUique, la tète est bordée de rouge à 
l'arrière avant le collier. Face, poitrine, hanches, cuisses, dessous de 
l'abdomen, jaunâtre pâle; tibias et tarses gris en dessous, noirâtres en 
dessus. Antennes peclinées (elles sont brisées en partie, il n'en reste 
que 4 ou S milhmètres). — Un cJ. 

Dans la collection du British Muséum, se trouve un J de la môme 
espèce, un peu plus petit et provenant du Cambodge. 



12 Bulletin de la Société tntomologique de France. 

Diagnoses d'un Hylophihis et de deux Scraptîa [Col.] 
de Madagascar 

par Maurice Pic ('). 

Hylophilus pygidialis, n. sp. — Satis brevis et robustus, opacus, 
griseo-pubescens, niger, elytris antice flavo-maculaiis, antennis pedibus- 
que testaceis ; capite truncato, oculis mediocribus, satis dis tantibus ; an- 
tennis mediocribus , articula f° brevi,globuloso, 3°-4° elongatis, aequalibus, 
ultimo dilatato; apice oblique truncato; thorace brevi, convexo; scutello 
triangulari ; elytris satis brevibus, post médium attenuatis, sub humeras 
flavo-maculatis ; pedibus posticis paulo brevibus et crassiusculis ; pygidio 
producto, subacuminato. — Long. 2 mill. 

Bassin du Mandraré, Tsilamahana (Alluaud, février, 1901). 

Espèce des plus distinctes par la structure de son pygidium dont la 
{orme se rapproche un peu de certains Mordellides et aussi par sa co- 
loration particulière. 

Scraptia hovana, n. sp. — Subelongata et subdepressa , nitida, 
griseo-pilosa, testacea, oculis nigris; antennis satis brevibus et gracilibus, 
testaceis; thorace brevi, transverso, elytris fere aequali, distincte im- 
presso; scutello minuta, subtriangulari; elytris subsinuatis, fortiter 
punctatis, post médium paululum attenuatis, apice trancatis ; pedibus 
mediocribus. — Long. 2 mill. 

Environs de Fort-Dauphin (Alluaud, décembre, 1900). 
Voisin de S. anaspina Fairm., forme un peu moins allongée, pro- 
thorax plus court à impressions très marquées. 

Scraptia soarezica, n. sp. — Elofigata, modice angustata, sub- 
convexa, lateo-pilosa, testacea, elytris nitidis, pallidioribus ; capite et 
thorace rup,s, s ubop.acis, antennis testaceis, elongatis et gracilibus; tho- 
race brevi, subtransverso, antice subarcuato, ad basin et lateraliter im- 
presso, elytris paulum angustiore; scutello subarcuato ; elytris fortiter 
punctatis, elongatis, post médium modice attenuatis et apice subtrunca- 
tis, antice modice impressis ; pedibus mediocribus. — Long. 3 mill. 

Diego-Suarez. (Alluaud, mai 1893). 

(1) Les insectes faisant l'objet de cet article ont été recueillis par M. Ch. 
Alluaud elles types font partie de sa collection; Scraptia hovana fait éga- 
lement partie de la mienne. 



Séance du 14 janvier 1003. 13 

Espèce bion facile à distinguer par sou avant-corps à ponctuation très 
dense, ce qui lui donne l'aspect opaque, les yeux clairs, etc. Peut se 
placer près de S. inipressicollis Fairm. 



Élatérides des îles Séchelles 
recueillis par M. Ch. Alluaud en (892. [Col.] 

par E. Fleutiaux ('). 

1. Agrypnus fuscipes F. — Mahé et La Digue. — Madagascar; 
Mascareignes ; Hindoustan, Ceylan. 

2. Agrypnus aequalis Cand. [punctatas Cand., sondaicus 
Cand., insularis Fairm.). — Mahé et La Digue. — Indo-Malaisie. 

3.* Alaus mahenus Fairm., 1892, Ami. Soc. ent. Fr. [1892], 
Bull., p. CLi. — Mahé et La Digue. 

4.* Psephus .Âlluaudi, n. sp. — Long. 12 mill. — Oblong, peu 
convexe; un peu clair sur les élytres; pubescence jaune pas très ser- 
rée. Tète fortement et densément ponctuée. Antennes ferrugineuses; 
troisième article suhégal au suivant. Pronotum aussi long que large, 
arrondi sur les côtés, graduellement rétréci en avant; ponctuation 
forte, moms serrée que celle de la tête; angles postérieurs aigus, 
non divergents, carénés. Écusson plan, subpentagonal. Élytres paral- 
lèles, rétrécis en arrière seulement dans leur tiers postérieur, ponc- 
tués-striés; interstries convexes. Dessous de la même couleur; ponc- 
tuation forte et peu serrée ; pubescence gris clair. Hanches postérieures 
faiblement dilatées en dedans. Pattes d'un ferrugineux clair. 

Iles Séchelles : Mahé (Alluaud, 1892), sa collection. 

Espèce voisine de P. ineptus Cand.; en diffère par la forme géné- 
rale moins allongée et moins convexe, le rebord du front moins sail- 
lant, le pronotum plus court et subdéprimé, sa ponctuation profonde 
au lieu d'être superficielle et ombihquée, les interstries des élylres ru- 
gueusement ponctués. 

S. Melanoxanthus melanocephalus F. — Mahé. — Madagas- 
car; Mascareignes; Zanzibar; etc. (Cosmopolite tropical). 

(1) Cette note comprend toutes les espèces signalées jusqu'à ce jour des îles 
Séchelles. L'astérisque indique les espèces qui n'ont pas encore été retrouvées 
en dehors de cet archipel. 



14 Bulletin de la Société entomologique de France. 

6. * Melanoxanthus cribricollis, n. sp. — Long. 5 mill. — 
Ovale allongé ; jaune pâle, légèrement obscurci sur la tête et le pro- 
notum; fine pubescence jaune clair. Tête régulièrement convexe, ar- 
rondie en avant, criblée de gros points serrés. Antennes n'atteignant paè 
la base du thorax, légèrement élargies vers le bout, jaunes, avec les 
derniers articles rougeâtres ; 3" et ¥ articles subégaux. Pronotum plus 
long que- large à la base, graduellement rétréci en avant, brusquement 
déprimé le long de la base, criblé de gros points serrés comme la tête ; 
angles postérieurs aigus, non divergents, unicarénés. Écusson triangu- 
laire. Élytres atténués en arrière, arrondis au sommet, fortement ponc- 
tués-striés; interstries plans et rugueux. Dessous jaune sur le pro- 
pectus, rougeâtre sur les autres parties. Prosternum criblé de gros 
points assez serrés; saillie longue, subparallèle, rétrécie en pointe au 
sommet. Propleures couvertes d'une ponctuation grosse et écartée, 
nulle en arrière et bordée latéralement par une série de points moins 
gros, rapprochés. Épisternes métathoraciques légèrement rétrécis en 
arrière. Hanches postérieures faiblement dilatées en dedans ; leur bord 
externe plus large que le bord inférieur des épisternes. Pattes jaune 
clair. 

Iles Séchelles : La Digue (Alluaud, 1892), sa collection. 

Cette espèce peut être rapprochée de M. fractus Cand., de la Ma- 
laisie; mais elle est plus ahongée et ovalaire, au lieu d'être atténuée en 
arrière ; sa coloration est uniforme, insensiblement rembrunie sur la 
tête et le pronotum ; son écusson beaucoup plus petit. 



Note sur Phyllomorpha laoiniata Yill. [Hémipï.] 
par Valéry Mayet. 

M. Lambertie a donné récemment {Bull. Soc. ent., 10 déc. 1902) 
des détails sur l'habitat de Phijllomorpha laciniata et conclut par ses 
observations, faites en hiver au pied d'un Pommier, que cet arbre 
parait être le végétal préféré par cet insecte. Nous avons souvent, dans 
nos chasses d'été et d'hiver, rencontré ce bizarre Coréide. Nous l'avons 
toujours trouvé en été sur des coteaux incultes exposés au midi, avec 
ou sans arbres, tantôt sur des Graminées, tantôt sur des Carduacées ou 
d'autres plantes. En août dernier, aux environs de Lyon, à Moutagny près 
Givors (Rhône), dans une clairière de tailhs de Chêne rouvre nous en 
prenions deux en fauchant sur des Hélianthèmes. A Montpellier, ce 



Séance du 14 janvier 1903. lo 

sont nos collines calcaires incultes avec bouquets de Chênes verts (ga- 
rigues) qui en juin et juillet nous donnent l'insecte toujours isolé, de 
même à CoUioure les bois très clairsemés de Cliènes liège. 

Pour le trouver abondamment il faut le chercher de novembre à mars, 
dans ses abris d'hiver qui sont, à Montpellier et à Collioure, le pied des 
murs et des rochers bien exposés au soleil, loin de toute végétation ar- 
borescente. A Collioure, par exemple, c'est contre les murs des forts 
Carré et de l'Étoile, dominant la mer, loin de tout arbre, que nous les 
avons pris en arrachant les touffes de Graminées sèches et en secouant 
celles-ci dans notre parapluie. 

En décembre 1881, accompagné de feu Cl. Rey, dans une séance 
de moins de deux heures, nous en avons bien trouvé une trentaine 
dans cette locahté, sans les chercher spécialement, puisque nous n'arra- 
chions les touffes que pour en tamiser la terre et y rechercher tout au- 
tre chose. 

Nous croyons donc qu'en novembre le pied du tronc de Pommier de 
St-Médard d'Eyrans, exposé au sud et garni d'herbes touffues, n'était 
que l'abri d'hiver de la Phyllomorpha. 



Remarques sur quelques Elatérides [Col.] 

par H. DU Buisson. 

1. Cardiophorus febriens Cand. — Je n'ai pas à revenir sur ce 
que j'ai écrit au sujet de cette espèce (Iiîw. Soc. ent. Fr.,p. 425, 1902), 
mais je peux ajouter que Candèze (Mon., III, p. 197) au bas de sa 
description nous dit : « Je n'ai vu cette espèce que dans la collection 
de M. de Heyden. » C'est donc exactement le type visé par Candèze 
que j'ai reçu en communication et c'est à ce type que j'ai assimilé les 
exemplaires récoltés par M. de Peyerimhoff en Arabie Pétrée. 

Quant à l'exemplaire déterminé par moi sous ce nom à feu Leprieur, 
je n'en ai guère gardé souvenance et je ne puis dire d^e suite à quoi il 
se rapporte exactement. A cette époque il ne m'était pas possible de 
donner sur cet insecte d'autres renseignements (') et c'est avec doute 
que je l'avais ainsi classé. 

(1) Kirby et Spence ont placé en tête de leur Inirodiiclion lo Enlomo- 
logij la maxime suivante : « Dies diem docet »; nous en reconnaissons tous 
la véracité excepté celui qui s'étonne que je revienne aujourd'tiui sur quel- 
ques déterminations difficiles, données jadis comme douteuses ou d'après des 
noms de collection non encore contrôlés. 



16 Bulletin de la Société enlomologicpie de France. 

2. Cardiophorus Bonnairei Buyss.— Je n'ai encore vu qu'une 
seule forme pour l'espèce que j'ai décrite sous ce nom. Quant à la co- 
loration, si la tache obscure lusiforme disparaît entièrement ou devient 
à peine indiquée, la suture sur toute sa longueur reste toujours plus 
foncée que le reste des élytres chez les exemplaires plus clairs aux- 
quels M. Pic a voulu imposer un nom de variété. 

3. Cardiophorus bipunctatus F. — La variété que M. Pic a 
baptisée du nom de Perrisi [U Échange, \\° 107, '3. 122, 1893 ('), «colo- 
ration générale foncée avec les élytres à peine marqués de roux sur- 
tout sur la suture; tibias et tarses roussâtres, etc., » ne se trouve pas 
exactement mentionnée sur la liste des variétés que j'ai signalées 
[Ann. Soc. eut. Fr., p. 439, 1902). Je l'aurais transcrite assurément 
si la note de M. Pic avait été dépourvue d'un lapsus calami. 

4. Cardiophorus conformis ?Desbr. var. Caro/î Leprieur. 
— [L'Échange, n° 107, p. 122, 1893.) — Sous cette rubrique assez bi- 
zarre on trouve un nom de variété appliqué à une espèce dont on 
ne connaît même pas l'exacte détermination. Je laisse les gens clair- 
voyants donner leur avis à ce sujet. M. Pic a publié un simulacre 
de description et il en résulte que le nom deLeprieur qu'il a voulu 
ajouter à la suite du nom Caroli est à remplacer par celui de Pic. car 
une description bonne ou mauvaise prime toujours le « in museo ». 
M. Pic est toujours trop pressé. En quoi a-t-il rendu service en pu 
bliant les lignes auxquelles je renvoie le lecteur? Il eût bien mieux fait 
là encore de s'abstenir. Les types des auteurs venant à disparaître, à 
quoi seraient bonnes ces descriptions écourtées, privées des carac- 
tères importants sans lesquels on ne peut reconnaître une espèce? 
Pourquoi M. Pic a-t-il omis aussi de signaler la localité de cette variété? 
Il est cependant utile de la donner; elle provient de Bou-Saàda et a été 
récoltée en 1875, d'après les notes que j'ai conservées. 

o. Cardiophorus Leprieuri Pic. [Soc. ent. Fr., Bull. 1902, 
p. 305). Sous ce nom, M. Pic a voulu décrire comme n. sp. un Car- 
diophorus de la collection Leprieur que jadis j'avais nommé avec doute 
febriens.C&nà. ainsi que je l'ai dit plus haut, me basant à cette 
époque sur ce que j'en savais ou sur ce que j'avais pu voir dans les 
collections. Je retrouve en effet sur mes notes les traces de l'examen 
de cet insecte, envoyé en unique exemplaire, provenant de Bou- 

(1) 11 n'est guère admissible que ce soit une coquille de Fimpiimeur, car en 
composition typographique le mot bipunctatus ne ressemble guère à bima- 
culatus;]e pencherais plutôt pour le lapsus calami. 



Séance du 14 janvier 1903. 17 

Safida 1875 (D'' Lep rieur), mesurant 8 mill. et le tout appuyé par 
un fort point de doute. En rappelant mes souvenirs, je crois me rap- 
peler que cette bête était identique à une autre, de coloration plus 
foncée, que je possède toujours, et je suis porté à croire que le nom 
donné par M. Pic risque fort de venir enrichir la synonymie d'une 
espèce depuis longtemps décrite, mais mal identifiée dans les collec- 
tions. M. Pic, qui a largement le temps et les moyens de le faire, nous 
rendrait grand service en allant consulter les types d'Erichson; il 
jugerait alors par lui-même de la validité de son espèce de même que 
de la détermination que je lui ai donnée plus récemment pour un Car- 
diophorus de ses chasses à Brusse (14 mai 1899) et que je lui ai re- 
tourné sous le nom de extinctus Er. Pour cette dernière espèce, il serait 
aussi bon de vérifier sur le type si elle a les ongles dentés ou simples. 
La longueur des sillons basilaires du pronotum et une définition exacte 
de la nature des gros points de la ponctuation prothoracique sont des 
caractères qu'il est généralement indispensable de connaître. 

6. Cardiophorus hoploderus Cand. — Dans la plupart des collec- 
tions parisiennes se trouvaient rangés sous ce nom, soit le C. Bonnairei 
Buyss., soit C. stoliger Buyss. et à l'époque dont parle M. Pic, je ne 
pouvais que les déterminer sous ce nom-là. Dans la suite, trouvant 
qu'il ne répondaient pas à la description de l'auteur, j'ai cherché à voir 
d'autres bêtes s'y adaptant mieux. Finalement dans la cohection Che- 
vrolat(> Fleutiaux) j'ai trouvé le C. hoploderus Cand. vrai qui est 
fort remarquable par son tubercule bien visible, acuminé, redressé, 
situé en face de l'écusson sur la base du pronotum. Depuis cette époque 
seulement, je suis fixé sur cette espèce décrite du Sénégal et probable- 
ment signalée à tort d'Algérie ou du Maroc. 

7. Cardiophorus flavus Er. — Espérant amener quelques éclair- 
cissements sur cette autre espèce, je peux dire que je ne suis pas en- 
core très fixé à son sujet. Je lui rapporte pour le moment un Cardio- 
phorus d'Obock récolté par le Commandant Laligant et donné jadis 
par M. Maurice Dollé. Je crois, en effet, que j'en avais rapproché à 
tort, ce que j'ai décrit dans la suite sous le nom de Chobauti, car la 
forme gibbeuse constante de l'écusson de ce dernier m'a prouvé que 
cette réunion n'était pas valable. J'ai donc fait ce qu'il y avait à faire. 
Si, contrairement à ce que je pense, mon Card. flavus n'était pas l'es- 
pèce d'Erichson, et que ce soit au contraire le Chobauti qu'on doive 
lui assimiler, je serais très heureux d'avoir des détails précis à l'appui 
de cette rectification. 

8. Cardiophorus Erichsoni Buyss. — Cette espèce, quoique 



18 Bulletin de la Société entomologique de France. 

peu abondante, est cependant répandue dans toute la France et surtout 
dans le centre. Tous les ans j'en récolte quelques exemplaires autour 
de chez moi en battant les Pins en fleur. Je ne vois pas que sa capture 
par M. Pic à Chauffailles (Saône-et-Loire) soit particulièrement intéres- 
sante. Je constate seulement que c'est une négligence do ma part 
de n'avoir pas ajouté l'indication de cette localité au moment où j'ai 
corrigé les épreuves des Élatérides gallo-rhénans. M. Pic se montre 
par trop exigeant, car je puis l'informer que mon manuscrit était entre 
les mains de M. Fauvel bien avant la publication du Bulletin de la 
Société des Naturalistes d'Autun. D'ailleurs un supplément à mes Éla- 
térides sera là pour les omissions que je jugerai bon de combler. 

9. Isidiis Letourneuxi Pic (5 = More H Rey c5. — Si je suis 
revenu sur certaines déterminations de jadis, je peux cependant en 
confirmer le plus grand nombre. Feu Lep rieur, en son temps, me 
communiqua 2 (5 de Ramlé (Egypte) qui sont assurément les types de 
la description de M. Pic {L'Échange, n° 214, p. 04, 1902), et je n'y ai 
rien trouvé qui méritât d'en faire une espèce nouvelle. Jusqu'à preuve 
du contraire, on doit inscrire en synonymie le nom de /. Letourneuxi 
Pic, qui n'a été donné que pour désigner des déformations prothoraci- 
ques insuffisantes pour valider cette dénomination. 

10. M. Pic fera bien aussi de donner quelques éclaircissements sur 
les variétés vittatithorax et neosuturalis faites aux dépens de ce qu'il 
regardait comme C. hoploderus Cand., car ce n'est pas moi qui devi- 
nerai à quoi elles s'appliquent. (Cf. L'Échange, n° 215, p. 72, 1902.) Il 
ne m'est pas possible pour le moment de les enregistrer. 



Bulletin bibliographique. 

Banks (N.) : A List of Spiders coUected in Arizona by MM. Schwarz 
and Barbers during the Summcr of 1901 {Proc. U. S. Nat. Mus.), 
1902, 12 p., 1 pi.* 

CoQUiLLETT (D. W.) : Ncw Diptera from Northern America {loc. cit.)., 

1902, 46 p.* 
Dalla Torre (C. G. v.) : Catalogus Hymenopterorum hucusque des- 

criptorum systcmaticus et synonymicus, IIl,p. 2; Leipsick, 1901-2, 

pp. 345-1141; échange. 

Dwight-Sanderson(E.) : Some Destructive Gaterpillars [loc. cit.), 1902. 
28p.,fig.* 



Séance du 14 janvier 1903. 19 

Dwight-Sandersox (E.) : Notes upon tho Structure and Classification 
oî Chrysomelid Larvae {Ent. Soc. WasJi.), 1902, 10 p., fig* 

Dyar (A. G.) : Descriptions o[ the Larvao of some Moths from Colo- 
rado {loc. cit.), 1902, 46 p.* 

FiNOT (A.) : Liste des Orthoptères cypturés dans le Sahara algérien par 
M. le Prof. Lameere {.inn. Soc. eut. Belg.), 1902,4 p.* 

Lameere (A.). Notice nécrologique sur E. de Sélys-Lonchamps (por- 
trait.); [Mém. Soc. Ent. Belg.), 1902, 32 p.* 

PÉRiNGUEY (L.) : Descriptive Catalogue of the Coleoptera of South 
Africa. Scarabeidae : Rutelinae, Hopliinac [Trans. S. Afr. Phil. 
Soc), 1902, p. 561-896, 3 pi.* 

Pic (M.) : Matériaux pour servir à l'étude des Longicornes, 4'' cah., 
l--» p. ; S^-Amand, 1902, 36 p.* 

Reitter (E.) : Bestimmungs-Tabelle der Melolonthidae aus der euro- 
pâischen Fauna und deu angrenzenden Landcrn, III. Pachydemini, 
Sericiui und Melolonthiden {Yerh. naturf. Ver. Brïinn.), 1902, 
2U p. — Acquis pour la Bibliothèque. 

Scott (J.) : Manual of Opium Husbandry for the use of Officers in the 
Government Agencies of Behar and Benarès; Calcutta, 1877, 
194 p. — Don de M. L. Bedel. 

SÉLYs-LoNCHAMPS (E. de} : Odonates d'Algérie recueiUis en 1898 par 
M. le prof. Lameere {Ann. Soc. Ent. Belg.), 1902, 2 p.* 

SÉLYS-LoNGHAMPS (E. de), A. FiNOT, E. Desneux, A. Lameere : Ar- 
chiptères du Sahara {lac. cit.), 1902, 13 p., flg.* 

SiLVA Tavares (J. da) : As Zoocecidias Portuguezas Addenda com a 
descripçâo de quinze especies cecidogenicas novas [Rev. Se. Natur. 
Coll. S. Fiel); 1902, 48 p., 2 exempt.* 

Id. : Zoocecidias dos Suburbios de Vienna d'Austria {loc. cit.), 1902, 
20 p.* 

Id» : Description de deux Cécidomyes nouvelles [Marcell.), 1902, 3 p.* 

Id. : Descripçâo de seis Coleopterocecidias novas {Rev. Se. Natur. Coll. 
S. Fiel), 1902, 14 p.* 

Smith (J.-B.) : Contributions toward a Monograph of the Lepidopterous 
Family Noctuidae of Boréal North America. A Revision of the Moths 
referred to the Gonus Leucania with Descriptions of New Species ; 
{Proc. U. S. Nat. Mus.), 1902, 52 p., 2 pK* 



20 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Taschenberg (0.) : Bibliotheca zoologica, II: Leipsick, 1902, {Dp. 4845- 
5i64;] acquis pour la Bibliothèque. 

Ulke (H.) : A List of tlie Beetles of Ihe District of Columbia {loc. cit.], 
1902, 57.* 

Vayssière (A.) et C. Gerber : Recherches cécidologiques sur Cistus 
albidus L. et C. salvifolius L., croissant aux environs de Marseille 
{Ann. Fac. Se. Marseille), 1902, 68 p., 6 pi.* 

VossELER (J.) : Beitrâge zur Faunistik und Biologie der Orthopteren 
Algériens und Tunesiens [Zool. Jahrh.), 1902, 166 p., 6 pi. fig.* 

In. : Ueber den Eau der Dûnndarmzotten {Deutscli. Zool. Gesells), 1902, 
10 p., fig. 

Id. : Ueber Anpassung und chemische Vertheidigungsmittel bel nord- 
afrikanischen Orthopteren [loc. cit.), 1902, 13 p., Fig.* 



Académie des Sciences [C. R. hehdom. des Séances), 1902, II, 21-24. — 
L. Bordas : Variations morphologiques et anatomiques présentées 
par le gésier chez quelques Coléoptères. — L.-F. Blanchard : Gré- 
garine coelomique chez un Coléoptère. — J. Pantel et R. de Si- 
NÉTY : Sur l'évolution de l'acrosome dans le Spermatide de Noto- 
necte. 

Agricultîiral Gazette of N. S. Wales, XIII, 11, 1902. — W. Froggatt : 
The Limitations of Parasites in the Destruction of Scale Insects. 

Association pour V Avancement des Sciences. — Bulletin de l'A. F. A. S. 
N° 104, 1902. 

Broteria, I, 1902 : J. da Silva Tavares : As Zoocecidias Portuguezas 
addenda com a descripçâo de quinze especies cecidogenicas novas. 
— Zoocecidias dos suburbios de Vienna d'Austria. — C.-M. d'Aze- 
vedo : Lepidopteros de Portugal, I : Lepidopteros da regiao de 
S. Fiel (Beira, Baixa). 

Canadian Entomologist (The), XXXÏV, 9, 10, 12, 1902. — W.-H. Ash- 
MEAD : Classification of the Fossorial, Predaceous and Parasitic 
Wasps, or the Superfamily Vespoidea (8 et 9). — M™<= C.-H. Fér- 
NALD : On the Type of the Genus Coccus L. — J.-C Crawford : 
Notes and Descriptions of Bées. — G.-W. Johnson : New North Ame- 
rican Diptera. — C. Robertson : Synopsis of Halictinae. — 
E.-M. Walker : A preliminary List of Acrididae of Ontario. — 
E.-D. Ball : New Gênera and species of N.-A. Fulgoridae. — 



Séance du li janvier 1903. 21 

T.-D.-A. CocKERELL : A new Bec of Ihe Genus Bombomelecia. — 
T.-W. Fyles : A Tortoise-Beetlc new to Québec. — H. Lyman : ////- 
droecia nelita Strecker. — J. G. Needham : Three new Gomphines. 

— E.-D. Ball : Some new Bythoscopidae l'rom Brilisli Columbia 
and the Southwest. — A.-R. Groïe : Callosamia angulifera. — 
T.-D.-A. CocKERELL : Two new Mealy Bugs îrom New Mexico. — 
J.-A.-G. Rehn : Notes on somegeneric Names employed by Serville 
in the Revue Méthodique and Fieber in the Synopsis der Europâi- 
schen Orthopteren. — J.-C. Crawford : The Bee genus Dialictus. 

— H. -G. Dyar : New Species of Semioscopis. — Ch. Robertson : 
Some new or little-knowu Bées, IV. — H.-L. Viereck : Descriptions 
of N. American Bées. 

Delaware Collège Agricultural Experiment Station {13 * Annual Re- 
port), 1901-2. — E. DwiGHT Saunderson : Report of the Entomolo- 
gist (pi. fig.). 

Entomological Neivs, XIII, 7-10, 1902. — F.-C. Bowditch : Notes on 
Gasey's Re vision of the American CoccineUidae. — E.-J. Smith : 
Lantern Trapping. — J.-F. MgGlendon : The Larvae olMyrmeleon 
texanus Banks and M. rusticus Hagen (pi.). — H. Skinner : A new 
Hesperid. — G. Schaeffer . Notes on Derobrachus and Acantho- 
cinus. — A.-L. Viereck : Concerning Bées. — 0. W. Barrett : 
Cheap tropical American Butterflies. — J.-A.-G. Rehn : Two new 
Species of N. American Stenopelmatinae. — G. -F. Babb : Note on 
Rhagotis suavis Lw., with a description of the Larva and Puparium 
(pi.). - J.-B. Smith : Lost Knowledge. — E.-J. Smith : Pests and 
Grease. — Miss M. Wodsworth : Sixth Addition to the List of Dra- 
gonflies (Odonata) of Manchester (Maine). — A. Mac Gillivray et 
C.-O. HouGHTON : A List of Insects taken in the Adirondack Moun- 
tains. — O.-W. Oestlund : Larva vice Nymph. — G.-B. King : On 
the Progress in the Description of the Coccidae. — J.-B. Smith : 
Notes on the early Stages of Culex canadensis Theob. — H.-L. 
Viereck : Notes on Vespoidea. — A.-N. Gaudell : A new Phasmid 
from Mexico. — H.-L. Viereck : A new Ceropales (Hymenoptera). 

— A new Method for studying Venation (fig.). — F. -M. Webster : 
Insect Enemies : A matter of Taste. — E.-W. Doran : Compound 
Vernacular Names of Insects. — G. -F. Goodhue : A List of theBom- 
bycidae found at Webster (N. Hampshire). — G.-A. Ehrmann : A 
new Papilio from the Orient. — J.-B. Smith : Gharacters of some 
Mosquito Larvae (pi.). — T.-D.-A. Cocicerell : Colletés crucis. — 
H. Skinner : A new Species of Melitaea. — T.-D.-A. Cockerell : 



22 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Notes on the Orthopteran geaus Leprus. — J.-C. Bradley : A new 
Species of Dyseidopus Kriechb. — N. Banks : Daddy-longlegs from 
Mt. Katahdin (Maine). — J.-A.-G. Rehn : Records of N. Jersey and 
Pennsylvania Orthoptera. — W.-D. Denton : Tropical Butterflies. 
— W.-H. AsHMEAD : Ceropaîes ys. Agenioxenus. — A. Tpjjmbull 
Slosson : Additional List of Insects taken in Alpine Région of Mt. 
Washington. 

Entomologische Litteraturblàtter, II, 12,1902. — 1, 1903. 

Entomologist [The), XXXV, Dec. 1902. — E.-W. Frohawk : Life His- 
tory of Yanessa Antiopa. — E. Bagwell-Purefoy : Gonepteryx 
rhamni and Cleopatra in Ireland. — C.-G. Nurse : New Species of 
Indian Chrysididae. — E.-M. Sharpe : On the Butterflies coUected 
in Equatorial Africa by Cap. Cl. Sykes. — P. Cameron : On Some 
new Gênera and Species of Hymenoptera (Ichneumonidae, Chrysi- 
didae, Fossores and Apidae). — G,-W. Kirkaldy : Miscellanea 
Rhynchotalia, n" 3. — The Publication-Date of the Rhynchotal Part 
of the « Voyage of the Coquille ». — T.-D.-A. Cockerell : What is 
Monophlebus, Leach? — G.-W. Kirkaldy : On the parental Care of 
the Cimicidae (Rhynchota). — Notes diverses. 

Entomologisfs tnonthly Magazine {The), Décembre 1902. — C.-W. 
Fowler : Gynandrophthalma affinis Hellw., a new Genusand Spe- 
cies of Coleoptera new to Britain. — J.-E. Collin : On the spécifie 
identity of Acletoxenus syrphoidesFrauenî.,a^aà Gitona formosa Lw. 
K.-J. MoRTON : A new Indian Micro-Trichopteron (flg.). — E.-E. 
Green : Note on Orthezia floccosa. De Geer. — Notes diverses. 
Tables. — Janvier 1903. — G. -G. Barrett : Nephopteryx similella, 
a new british Phycid. — J.-R. Malloch : Further notes on the Tor- 
tricidae and Tincidae of Dumbartonshire. — C.-W. Dale : Histo- 
rical Notes on Lycaena Arion in Britain. — E. Meyrick : An al- 
pine Form (Holotoxa Meyr.) of Choreutis myllerana. — Note on 
Hypochalcia GhilianiiSlù. andits synonymy. — E. Saunders : Ody- 
nerus [Hoplopus) simillimus Mor.,a Wasp new to the British List. 

— R. Me Lachlan : an annotated List of Odonata coUected in west 
central Spain by D"" T. -A. Chapman and M. G.-C. Champion in june 
and july 1902. — F.-D. Morice : Help-notes towards the détermi- 
nation of Bristish Tenthredinidae (fig.). — Notes diverses. 

Entomologisfs Record and Journal of Variation {The), 1902, 12, — 
A.-M. Moss : Aberration of Argynnis agleia (pi.). — H.-R. Brown : 
Some Spring and Autumu observations chiefly in South-east France. 

— J.-W. TuTT : Migration and Dispersai of Insects : Final Gonside- 



Séance du 14 janvier 1903. 23 

rations. — G.-H. Raynor : Notes on Abraxas grossulariata and Iiow 
to rear it. — J.-W. Turr : Lopidoptera of Haute-Savoie : Tlio 
Brewent. — M. Burr : On tlie Nomenclature of the Orllioptera. — 
F.-E. LowE ; Collecting Lepidoptera in 1902. — Notes diverses. 

Feuille des Jeunes Naturalistes {La), XXXIII, l"^'- décembre 1902. 

Notes spéciales et locales. 

Indiana Academy of Science [Proceedings], 1901. — E.-M. Nehkr : ïho 
Eye of Palaemonetes antrorsum (lig.). — C.-H. Eigenmann : The 
History of the Eye of Amblyopsis. — W.-J. Moenkhaus : The Spin- 
ning of the Egg-Sac in Lycosa. — E.-B. Williamson : Additions to 
the Indiana List of Dragonflies with a few Notes, n° 11, 

Katalog Literatury naukowej Polskiej., Il, 2, 1902. Q 

Naturaliste {Le), lo décembre 1902. — L. Fairmaire : Description de 
Coléoptères de Madagascar. 

.Y. York Agriculiural Experiment Station {Bulletin) N° 216, septembre 
1902.0 

Novitates zoologicae, IX, 3, 1902. — W. Warren : New African Dre- 
panulidae, Thyrididae, Epiplemidae and Geometridae in the Tring 
Muséum. — W. Rothschild : Some new N. E. African Lepidoptera 
discovered by 0. Newman, 

Psyché, IX, 320, 1902. — S.-H. Sgudder : Group Characteristics of some 
North American Butterflies, VI. — J.-G. Needham : A simplilîed 
Spreading-Board. — H.-G. Dyar : Life Historiés of N. American 
Geometridae, XXXVIII. — V.-L. Kellogg : Coccidae and Aleuro- 
didae. — T.-D.-A. Cockerell : The Pupa of Mermiria texana Br. — 
Notes diverses. Tables. 

Sociedad espanola de Historia natural {Boletin) : 1902, 8-9. — M. Mar- 
T1NEZ DE LA EscALERA : Especics mevas del género Dorcadion. — 
I. Bolivar : Nuevo Helioscirtus de Bio de Oro. — R.-G. Mercet : 
Sobra la emision de Sonidos per las Mutilas. — Longinos Navas : 
Notas entomolôgicas. 

Società Entomologica Italiana {Bulletino), XXXIII, 3-4; XXXIV, 1-2. 
1902. — G. Rossi : Sulla resistanza dei miriapodi ail' aslîssia. — 
G. Cecgoni : La Tortrix pinicolaina 111. in Italia. — R. Fabiani : Di 
un nuovo crostaceo isopoda {Caccosphaeroma bericum n. sp.) délie 
grotte dei colli berici nel Vicentino (pi.). — A. Porta : La Metamor- 
îosi dello Zabrus tenebvioides Goeze {gibbus F.). — A. Ghigi : Note 
biologiche e faunistiche (lig.). — G. Mantero : Descrizione dialcune 



24 Bulletin de la Société entomologique de France. 

specie nuove di Imenopteri scavatori provenienti del Rio Santa 
Cruz in Patagonia. — F. Silvestri : Materiali per lo Studio dei Ti- 
sanuri (fig.). — G. Rossi : Sull' apparecchio digerente dell' Juîus 
commiinis (pi.). — A. Senna : Lo esplorazioni abissali nel Mediter- 
raneo del R. Piroscafo Washington nel 1881 (pi). — R, Gestro : 
Frammenti entomologici. — Materiali per lo Studio délie Hispidae. 

— A. Porta : Le differenze Sessuali secondarie quantitative nel 
Carabus aiiratus L. — A. Mainardi : Rhizotrogus Grassii, nuovo 
coleottero ilaliano (fig.). 

Societas Entomologica, XVII, 17 et 18, 1902. — A. Werner lAglia tau 
L. ab. melaina Gross und Aglia tau L. var. cupreola m. — P. Born : 
Meine Excursion von 1902 (2 art.). — C. Hormuzaki : Ueber einige 
merkwûrdige Zygaena-Foniien aus der Bukowina. 

Société d'études des Sciences naturelles d'Elbeuf [Bulletin), XX. 1901-2. 

— L. Dupont : Insectes du Jardin (Mont-Blanc). — D"' Auzoux : Ob- 
servation sur une apparition de Cantharides. — A. Lebebvre : Ré- 
sumé d'unMémoire de M. L. Bureau sur le Lyctecanaliculé(L. canali- 
culatus Fab.) et les ravages qu'il fait dans les parquets, etc. — 
L. CouLON. — La chasse aux papillons dans la région d'Elbeuf. — 
Catalogue de la Collection de Coléoptères Longicornes d'Europe du 
Muséum d'Histoire naturelle d'Elbeuf. 

Spedes des Hyménoptères d'Europe et d'Algérie, fasc. 81, 1902. — VIII, 
E. André : Mutillides (fin), p. 385-479. — ExpUcation des pi. 9-15. 

Société des Sciences naturelles et d'Enseignement populaire de Tarare 
[Bulletin) VII, 12, 1902. © 

Société d'Histoire naturelle de Toulouse, 1902, 7. — Ribaut et Ufferte : 
Les Hémiptères des environs de Toulouse 

Union apicole [L'), décembre 1902. — Entomologie agricole. 

U. S. Department of Agriculture. — Division of Entomology, New Sé- 
ries, Bulletin 37-38, 1902. — Divers : Proceedings of the 14^'' An- 
nual Meeting of the Association of Economie Entomologists (fig. et 
pi.). — Divers : Some miscellaneous Results of the Workof the Di- 
vision of Entomology, VI (fig. et pi.). 

A. L. 



Le Secrétaire-gérant : Ch. Alluaud. 



BULLETIN 



SOCIETE ENTOJMOLOGIQTJE DE EJRANOE 



séance du ^H janvier 1903. 

Présidence de M. F. HENNEGUY. 

Correspondance. — Se sont fait inscrire comme devant prendre 
part au Congrès et au Banquet commémoratiE de 1903 : 

MM. M. Bailliot, — J. Bourgeois, — A. Degors, — H. Gadeau 
de Kerville, — L. de Joannis, — E. Olivier, — Ch. Pérez, — 
M. Pic, — G. Portevin, — H. Portevin, — G. Sérullaz et son 
frère M. V. Sérullaz, — J. Thibaut, — J. Vachal, — L. Villard, 
— P. Voisin. 

Nécrologie. — M. le Président a le regret d'annoncer la mort de 
M. Johannes Faust, ingénieur, décédé le 18 janvier 1903 à Pirna 
(Saxe). 

J. Faust avait publié de nombreux mémoires sur les Coléoptères, 
spécialement sur les Curculionides, et ses travaux étaient tout particu- 
lièrement estimés. En 1902 il avait mis la dernière main à une revision 
des Cléonides, préparée de longue date et dont la publication fera cer- 
tainement grand honneur à sa mémoire. 

Sa collection de Curculionides, l'une des plus considérables et des 
mieux classées qui existent, a été acquise en 1899 par le Musée Zoolo- 
gique de Dresde. 

Présentations. — M. A. Bonnet, Ucencié ès sciences, préparateur 
à la Faculté des Sciences, 15, place Bellecour, Lyon, présenté par M. G. 
Darboux. — Commissaires-rapporteurs : MM. Ch. Alluaud et E. 
Simon. 

— M. E. Pelletier, 201, rue de Vaugirard, Paris lo«, présenté par 
M. P. Mabille. — Commissaires-rapporteurs : MM. Ph. François et 
G.-A. Poujade. 

Démissions. — MM. E. Brenske, H. Kieffer, et G. Ducour- 
tioux (assistant) envoient leur démission. 

Bull. Soc. ent. Fr., 1903. N° 2 



â6 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Prix DoUfus 1901 et 1902. — Au nom de la Commission du 
Prix Dollîus, M. E. Dongé donne lecture du, rapport suivant : 

Messieurs, 

La Commission du Prix Dollfus s'est réunie le mercredi 21 jan- 
vier 1903. 

Bien que la Société, qui, en février dernier, avait réservé le Prix 1901, 
se trouve pouvoir disposer actuellement de deux annuités, aucun 
ouvrage présenté directement par l'auteur n'a été soumis à son appré- 
ciation. 

Mais une œuvre d'une haute valeur scientifique a depuis longtemps 
attiré l'attention des entomologistes : 

M. P. Lesne a entrepris l'étude générale des Bostrychidae, famille 
de Coléoptères bien peu connue jusqu'alors, tandis que d'autres xy- 
lophages, comme les Scolytides, ont eu le privilège de provoquer à 
maintes reprises les recherches des monographes. 

Vous connaissez toui. Messieurs, les premiers mémoires sur les 
Bostrychidos, que l'auteur a fait paraître dans nos Annales (1896-1901) 
et, en même temps que vous admiriez les descriptions si claires et si 
complètes, les dessins si merveilleusement exacts qui nous ont révélé 
tant de particularités de structure et de si curieuses formes d'adapta- 
tion, vous étiez frappés de la somme de travail qu'ont dû exiger de si 
longues et si patientes recherches. La monographie générale des Bos- 
trychides n'est pas encore achevée, mais l'auteur a eu l'heureuse ins- 
piration d'en détacher une étude très complète et d'un intérêt très 
pratique, limitée aux seuls Bostrychidae de l'Europe et des contrées 
limitrophes. 

Ce travail, qui a paru dans le volume XXX de L'Abeille, a été publié 
au cours de 1901, terminé en 1902, et se trouve remplir -toutes les con- 
ditions prévues par le Règlement. 

La Commission a donc pensé que l'œuvre de M. P. Lesne était 
digne d'une distinction exceptionnelle et, à l'unanimité, elle vous pro- 
pose de la couronner tout entière en accordant à l'auteur le Prix Doll- 
fus, annuités 1801 et 1902 réunies, pour son Synopsis des Bostrychides 
paléarcliques. 

— Après la lecture de ce rapport, le Président rappelle qu'aux termes 
des articles 14 et 63 du Règlement, le vote pour le Prix Dollfus 1901 
et 1902 aura lieu à la séance du Congrès, le 2o février 1903. 

Tous les membres français ont le droit de prendre part au vote qui 
aura lieu au scrutin secret, soit directement, soit par correspondance. 



Séance du 28 janvier 1903. 27 

(Le vote par correspondance doit être mis sous double enveloppe fer- 
mée; l'enveloppe intérieure contenant le bulletin doit [)Ov[ev extérieu- 
rement la signature lisible du votant et la mention : Prix Dollfus.) 

Les votes devront parvenir entre les mains du Président de la So- 
ciété, au Siège social (28, rue Serpente, Paris 6*=), au plus tard le mer- 
credi :2o février 1903, à 8 heures du soir. 



Observations diverses. 

Note d'habitat. — M. E. Olivier indique que Phyllomorplia laci- 
niata Vill. existe dans le département de l'Allier. Voici ce qu'il dit à 
ce sujet dans sa Faune de l'Allier, t. III, p. 41 : « On le rencontre rare- 
ment, çà et là sur les feuilles des arbres ou sous les pierres. Mulsant 
dit qu'il est principalement crépusculaire ou nocturne. — Les Ramil- 
lons, Brout-Vernet, Digoin, Combronde entre Riom et Ganat. » 



Communications 

Notes et synonymies relatives aux « Byrrhidae » de Reitter [Col.] 

par Maurice Pic. 

Contrairement à l'opinion de Reitter (Bestimm. Tab. XL VII, p. 7), 
Hedùhia angustior Pic ne doit pas être considéré comme une simple va- 
riété de magnifica Reitt. En outre du dessin élytral bien ditïérent, H. an- 
gustior Pic diïïère de magnifica Reitt. c5 type, par la forme plus étroite, 
moins atténuée ou moins acuminée au sommet, le prothoras à impres- 
sions plus petites, cet organe largement pubescent de gris de chaque 
côté, les élytres dépourvus de nombreuses rangées de soies couchées. 
D'ailleurs Reitter n'a pas connu H. angustior Pic en nature, du 
moins je ne l'ai pas vu dans sa collection, et la note qu'il a écrite au 
sujet de cet insecte prouve qu'il ne l'a pas exactement compris; cette note 
laisse entendre que angustior est analogue à la variété senex Kraatz 
de imperialisL., ce qui est inexact car le dessin des bandes chez senex 
est voilé et non modifié par la pubescence grise générale qui le re- 
couvre, tandis que'celui do «nj/Msùor Pic est tout autre. 

Les noms (1. c. p. 16 et 18j de Bedeli, oxgcedri, cedri (genre Ernobius) 
doivent être attribués à Reitter. Il est regrettable que l'auteur in litteris 
de ces noms ait cru devoir substituer sa personnalité à celle de collè- 
gues méritant d'être cités les premiers. A ce propos, je signalerai un 



28 Bulletin de la Société entomologique de France. 

cas exceptionnel : les type.t de Ërnobiiis Bedeli Reitter ne se trouvent 
pas plus dans la collection Bedel (') que dans la collection Reitter ac- 
tuellement en ma possession. 

Ernobius angusticollis Ratz. et tabidus Kiesw. sont synonymes; le 
premier est le sexe (5, le 2*= le sexe 9 d'une unique espèce qui doit pren- 
dre le nom le plus ancien de angusticollis Ratz. En outre, d'après Rey 
(L'Échange n'' 83), E.parvicollis M. R. se rapporte a angusticollis Ratz, 
synonymie indiquée, d'autre part, par de Marseul dans son catalogue. 
Schilsky (Kaefer Europa's XXXVI) a bien à tort séparé spécifique- 
ment ces trois noms, séparations que Reitter a malheureusement ac- 
ceptées sans les contrôler, en rééditant presque textuellement, dans ses 
Tabellen XLVII, l'étude antérieure de l'auteur berlinois. 

Theca {Anomotheca) Reltteri Schils. (Kaefer Europa's XXXVI n° 40, 
décembre 1899) = Theca latior Pic (Bull. Soc. Hist. Nat. Autun, p. 207, 
juillet, 1899). Cette espèce a également pour synonyme dorcatomoides 
Reitter (188o) (^). 



Deux Noctuelles paléarctiques nouvelles de la sous-famille 

des Agrotinae (^) 

par l'abbé J. de Joannis. 

Evixoa polybela ('*)n.sp. — 31 mill. — Anticis triangularibus ; gri- 
seo-flavidis, ubsque lineis; maculis, saturatioribus, valde distinctis; re- 
niformi partim nigro cincta, orbiculari cum ipsa connexa; clavifonni 
longa, nigro marginata, alteraque macula, basait, ipsam praecedente ; 
maculis sagittatisprominentibus, nigro signatis; margine externo dilu- 
tiore; margine interno saturatiore, striga brevi nigra notato. Posticis 
flavido-albidis, squamis fuscis compersis, lunula discoidall fusca, mar- 

(1) Celle espèce existe bien dans la coll. B e de l et même dans ma collection, 
grâce à la générosité de notre collègue, mais aucun de ces insectes n'a été étu- 
dié par M. Reitter. 

(2) En 188'« (Dts. Ent. Zeits., p. 87)Reitter a décrit, sousie même nom, une 
tout autre espèce. 

(3) Sir G. -F. H amp son, qui prépare la révision de la sous-famille des.4^ro- 
tinae, a bien voulu examiner ces deux espèces et m'indiquer les genres aux- 
quels elles devaient être rapportées. Elles seront figurées dans son travail. 

(4) TToWç, nombreux; péXo;, trait, flèche. 



Séance du %S janvier 1003. 29 

gine punctis nigris notato. Subtus : antkis griseis, marglne pallidiore; 
posticis flavido-albidis; in utrisqiie hmula discoidali valde apparenti. 

Capite, coUari,scapulis,abdomine, concoloribus; thomce et pectore pal- 
Udioribus. 

Supérieures triangulaires, côte droite, apex assez aigu, bord externe 
droit jusqu'à la nervure 4, au delà arrondi. Fond gris jaunâtre, sans 
lignes, taches très marquées et plus foncées. Orbiculaire un peu allongée 
et rejoignant la réniforme, C'?lle-ci lisérée de noir à l'extérieur, un au- 
tre liséré noir à la partie supérieure du trait de jonction des deux taches 
en remontant le long de la réniforme. Un liséré clair longe l'ensemble 
des deux taches en dessous.' Claviforme très longue, lisérée de noir des 
deux côtés et contiguë, du côté de la base, à une tache plus foncée ; 
une ombre noire à la jonction de ces deux taches. Traits sagittés au 
nombre de huit, en hgne parallèle au bord et un peu convexe vers la 
base au dessous de la nervure 2; contenant chacun un petit trait noir 
à leur base, réduit à quelques écailles dans les deux plus voisins du bord 
interne. Nervures 1res finement relevées de brun des deux côtés, très 
saillanles en particulier dans la réniforme. Pli dorsal traversant en clair 
la claviforme et la tache qui la précède. A la base, près de la côte, deux 
petits traits parallèles, l'inférieur plus long, plus foncés que le fond. 
Bord interne également plus foncé et marqué d'un trait noir près de la 
base. Espace terminal clair, une série de petits traits noirâtres avant 
le bord. Frange brune, traversée par une ligne noire lisérée de blanc 
de chaque côté. 

Inférieures blanc jaunâtre, saupoudrées d'écaillés noirâtres, plus 
nombreuses au bord interne, des deux côtés de la nervure transverse 
et le long d'une ligne subterminale vague ; une série de points noirs au 
bord ; frange blanc jaunâtre. 

Dessous : supérieures gris brunâtre, côte et bord externe plus clairs. 
Inférieures plus claires qu'en dessus. Lunules discoïdales très appa- 
rentes aux quatre ailes, traversées par la nervure en clair et précédées, 
aux inférieures, par un trait noir, venant de la base, le long du pli. 

Tête, collier, ptérygodes, abdomen concolores. Thorax et poitrine 
plus clairs. Deuxième article des palpes et tour des yeux garnis de poils 
brun noirâtre. 

Une 9, prise par M. A. Théry près de Philippeville (Algérie). 

Lycopho tia fidelis (') n. sp. — 37 mill. — Anticis griseis ; lineis 
ad costamtantum bene signatis, excepta subterminali, obliqua, ad margi- 

(1) Pris aux environs du collège de S'. Fiel; fiel (en portugais) = fidèle. 



30 Bulletin de la Société entomologique de France. 

nem retracta ad venus 3 et 4; margine obscuriori; regione inter sub- 
terminalem et postmediana albescente. Orbiculari leviter triangulari, 
infra notata linea nigra versus basim producta ; ipsa orbiculari et reni- 
formi albo notatis adpartem inferiorem ; claviformi linea nigra ad ba- 
sim signata. Ciliis albo nigroque notatis. Posticis albis , margine externo 
fuscescenti. Subtus anticis griseis, posticis albis; utrisque albo griseoqiie 
conspersis ad costam. 

Capite, collari, scapulis, thoraceque cinereis; collariet scapuli's linea 
nigra notatis. Abdomine et pectore pcdlidioribus. 

Supérieures légèrement élargies vers l'extrémité ; côte droite, bord 
externe arrondi, oblique. Gris de fer; demi-ligne marquée par un trait 
costal; pas d'ombre médiane, extrabasilaire et coudée bien marquées 
à la côte, au delà très indistinctes; subterminale oblique, rentrant vers 
le bord sur les nervures 3 et 4, précédée d'une zone lavée blanchâtre; 
espace terminal plus foncé que le fond. Traits sagittés un peu visibles 
dans les intervalles 2 à 6 et prolongés par des traits noirs jusqu'à la 
frange. Taches ordinaires à peine plus claires que le fond; réniforme 
et orbiculaire éclairées de blanc à leur partie inférieure ; orbiculaire 
un peu allongée en pointe vers la base et soulignée d'un trait noir qui 
se prolonge vers la base; réniforme émettant, de sa partie centrale, 
une éclaircie un peu gris rosé jaunâtre, dirigée vers le bord et se fon- 
dant dans la zone lavée; une seconfle éclaircie semblable entre la mé- 
diane et la claviforme ; celle-ci lisérée de noir et traversée par une 
ligne noire, au-dessus de laquelle la base est plus claire. Nervures lé- 
gèrement marquées en noir; bord externe précédé de petits traits 
noirs et d'une ligne claire; frange entrecoupée de blanchiÀtre. 

Inférieures blanches, avec une bordure enfumée s'élargissant un 
peu de l'angle interne à la côte; frange blanche, traversée par une ligne 
noirâtre. 

Dessous : supérieures grises , inférieures blanches ; les unes et les 
autres saupoudrées de gris blanchâtre à la côte. 

Tète, coUier, ptérygodes, thorax gris; le bord de la touffe frontale 
noir, coUier et ptérygodes marqués d'une ligne noire. Abdomen plus 
clair ainsi que la poitrine. Antennes légèrement crénelées et fasci- 
culées. 

Deux c? dont un dans ma collection; envoyés par M. C. Mendes de 
Soalheira (Portugal). 



Séance du 28 janvier 1903. 31 

Description de deux nouveaux genres de Cynipides 
par l'abbé J.-J. Kieffer. 

Fioria n. g. — Ce genre se distingue de Callirhiitis, auquel je l'avais 
d'abord réuui, par les caractères suivants : Corps non trapu, mais 
allongé comme chez Synophrus. Front excavé, traversé par une arête 
médiane et longitudinale (jui s'étend de l'ocelle intermédiaire jus- 
qu'entre les antennes et forme ainsi deux fossettes longitudinales. 
Mesosternum allongé et muni de trois arêtes longitudinales et paral- 
lèles, dont les deux latérales sont plus courtes que la médiane. Han- 
ches antérieures séparées des intermédiaires par une distance qui dé- 
passe leur longueur. Arêtes du metanotum circonscrivant une aire en 
trapèze. Second segment abdominal égal au tiers de l'abdomen, les 
cinq suivants proéminents et d'égale longueur. Comme dans le genre 
CaUirhytis, la cellule radiale est ouverte, la base du scutellum munie 
de deux fossettes, les crochets des tarses simples, les sillons parap- 
sidauxplus ou moins évanouis en avant et l'abdomen avec une spinule 
ventrale. 

Ce nouveau genre a pour type un insecte dont la forme agame m'a 
été envoyée d'abord par M. Fiori, professeur à l'Université de Bo- 
logne, puis par M. Mariani, sous-inspécteur des forêts à Yellelri ; 
j'ai décrit cette dernière sous le nom de CaUirhytis Mnrianii. La 
forme sexuée, que j'ai décrite sous le nom de CaUirhytis Meunieri, a 
été obtenue de galles produites à Bitche par les insectes agames que 
j'avais reçus d'Italie. 

liiebelia n. g. — Antennes de la femelle composées de 16 articles. 
Pronotum rétréci en ligne au milieu. Mesonotum lisse, glabre, à sillons 
parapsidaux percurrents. Fossettes de la base de l'écusson indiquées 
seulement par deux légères dépressions éloignées l'une de l'autre. 
Second segment abdominal n'atteignant pas la moitié de l'abdomen; 
les cinq segments suivants proéminents; spinule ventrale courte. Cro- 
chets des tarses simples. Cellule radiale ouverte. 

Le type de ce genre, dont la description paraîtra prochainement 
dans un autre travail, forme sur Rosa Seraphini des galles plurilocu- 
laires qui n'ont été observées jusqu'ici qu'en Sardaigne et qui ont été 
décrites d'abord par le D"" C. Massalongo (Nuovo Giornale botanico 
Italiano, 1895, p. 99-102, pi. 3). 



32 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Sur des formes nouvelles de zoocécidies 

par E. Lemée. 

Au. mois de mars dernier M. Loboucher, Vice-Président de la So- 
ciété d'ilorticulture de l'Orne, trouvait des excroissances ou procéci- 
dies sur les rameaux inférieurs de presque tous les arbres et arbustes 
poussant sur les bords du ruisseau, dit du Gué-de-Gênes, qui traverse 
sa propriété sise à Alençon (Orne). A la môme époque, je trouvais 
dans l'une de mes pépinières les mêmes déformations sur Salix vimi- 
nalis L. J'envoyai les échantillons à M. l'abbé Kieîfer, le savant céci- 
dologue, qui m'écrivit, le 16 mars 1902, la réponse suivante. 

« Galle nouvelle! Je vous donne une description détaillée que vous 
pourrez publier : 

Bosselettes très nombreuses sur les rameaux, n'atteignant môme 
pas la grosseur d'un grain de millet, ordinairement alignées dans le 
sens de l'axe du rameau. A chaque bosselette correspond une loge 
ovalaire ou ellipsoïdale un peu brunie, contenant un ou deux corps 
jaunes, fusiformes, à extrémités brunes, longs de 1,3 mill. et larges 
de 0,40 mill. En l'examinant au miscroscope, on reconnaît que ce 
corps fusiforme n'est autre chose qu'un œuf ellipsoïdaî, sans doute 
d'une Tenthrédinide, et qu'il est entouré d'une enveloppe fusiforme, 
brune aux deux bouts, plus longue que lui et fendue plus ou moins 
largement sur le dessous dans le sens de sa longueur. 

Cette enveloppe est probablement le résultat d'un liquide gluant 
dont l'œuf a été entouré au moment de la ponte et qui s'est durci à l'air. 
Quelques exemplaires des œufs n'offrent encore aucune trace de seg- 
mentation à leur intérieur ; d'autres renferment un embryon avec une 
segmentation distincte et même deux grosses taches brun rouge com- 
posées de petits points et qui sont les yeux composés de la future larve. 
La cavité est toujours située en dessous de l'épiderme, dans la cou- 
che corticale, et n'atteint pas la couche ligneuse ». 

D'après les indications de M. Kieffer, nous avons, M. Leboucher 
et moi, cherché à obtenir l'insecte auteur de ces déformations , mais 
nous n'avons pu y parvenir. M. Kieffer lui-môme n'a pas été plus 
heureux, ainsi qu'il résulte de la note publiée à ce sujet dans Allege- 
meine Zeitschrift fur Entomologie, Bd. VII, 1902, 23, p. 493-497. 

A ce qui précède j'ajouterai : Les bosselettes ne se trouvent que sur 
les rameaux placés directement au-dessus du cours d'eau, principale- 
ment à la face inférieure, quelquefois, mais plus rarement, à la face su- 
périeure. Les branches s'élevant verticalement, ou opposées au cours 



Séance du 2S janvier 1903. 33 

d'eau, n'en portent aucune trace. Seuls sont atteints les rameaux de 
l'année. La ponte doit se faire à une époque assez avancée, lorsque les 
rameaux sont presque entièrement développés, les déformations se 
trouvant presque toujours à la partie supérieure. Tout porte à croire 
que la larve, une fois éclose, quitte la cécidie et achève sa transforma- 
tion dans l'eau. 

Voici sur quels arbres et arbustes elles ont été trouvées : 

Alnus glutinosa Gsertn., Cratoegiis monoguna Jacq., Evonijinus eu- 
ropœus L., Fruxinus excelsior L., Ligustrum vulgare L., Prunus spinosa 
L., Salix alba L., S. caprea L., S. vlminaUs L., Sainbucus nigra L., 
Solanum dulcamara h., Viburnum lantana L., Viburnum opulus L. 

Le Peuplier n'en porte aucune trace. 

Dans un autre envoi que je lui fis, M. Kieffer me signala comme 
formes nouvelles qu'il n'aurait jamais vues : 

l'^ Sur AchiUeamUlefoUum L. : pousses arrêtées et changées en une 
agglomération de petites galles en tubes produites par Rhopalomyia 
■ntiUcfoUi H. Lôw. 

i" Sur le même, forme souterraine; chaque pousse souterraine 
changée en une galle charnue d'un noir bleuâtre ou rougeâtre plus 
grande et plus épaisse que les normales et à peine lobée; parfois fermée 
à l'extrémité. Rhopalomyia millefolii H. Lôw. 

3" Sur Picea orientalis déformation d'un côté du rameau ayant beau- 
coup d'analogie avec celle produite par Adelges abietis. Les aiguilles 
ont la partie basale seule déformée, fortement épaissie, sans cavité al- 
véolaire. 



Bulletin bibliographique. 

Alluaud (Ch.) : Note sur les Ripiphorides de Madagascar {Bull. Soc. 
Elit, de France), 1902, 3 p.* 

Belon (R. p.) : Description d'un genre nouveau de Longicornes Afri- 
cains {Ann. Soc. Ent. Belg.), 1902, 3 p. - Don de M. A. Grôu- 
velle. 

Id. : Coleoptera Clavicornia, Fam. Lathridiidae [Gen. Insectormn), 
1902, 40 p., 1 pi. n. — Don de M. A. Grouvelle. 

HiNDS (W. E.) : Contribution to a xMonograph of the Insects of the 
Order Thysanoptera inhabiting North America {Proc. U. S. Mus.], 
1902, 166 p., 11 pi. n.* 



34 Bulletin de la Société entomologique de France. 

MoNïi : Contributo alla conoscenza délia Dolichopoda geniculata (0. G. 
Costa); Rend. S. ht. Lomb.), 1902, 22 p., 1 pi. — Don de M. L. 
Bedel. 

Plateau (F.) : L'ablation des Antennes chez les Bourdons et les appré- 
ciations d'A. Forel {Ann. Soc. Ent. Belg.), 1902, 15 p.* 

Id. : Observations sur les erreurs commises par les Hyménoptères visi- 
tant les fleurs {loc. cit.), 1902, 17 p.* 

Id. : Les Pavots décolorés et les Insectes visiteurs. Expériences sur le 
Papaver orientale L. ; Bruxelles, 1902, 30 p. [Bull. Soc. R. Bel- 
gique).^ 



Abeille (L'), XXX, 1902. — L. Bedel : Catalogue raisonné des Coléo- 
ptères du Nord de l'Afrique, pp. 209-220. 
Académie des Sciences {C. R. hebdom. des Séances), 1902, II, 25-26; 
1903, 1, 1-3. — J. Pantel et R. de Sinéty : Sur l'origine du Neben- 
kern et les mouvements nucléiniens dans la spermatide de Noto- 
necta glaiica. — L. Bruntz : Sur la présence de reins labiaux et 
d'un organe phagocytaire chez les Diplopodes. — J. Bonnier : Sur 
deux types nouveaux d'Épicarides, parasites d'un Cumacé et d'un 
Schizopode. 
Académie des Sciences de St-Pétershourg [Annuaire du Musée zoologi- 
que), 1902, 3. — V. KuLCZYNSKi : Zoologische Ergebnisse dcr Rus- 
sischcn Expeditionen nach Spilzbergen. Araneae et Oribatidae (pi.). 
Academy of Natural Sciences of Philadelphia. — 1° Journal, Ser. II, 
vol. XII, 1-2, 1902. — 2° Proceedings, LIV, 1902. — T.-D.-A. 
CocKERELL : The Classitication of the Aleyrodidae (pL). — T. -H. 
MoNTGOMERY : Doscriptions of Lycosidae and Oxyopidae of Phila- 
delphia and Yicinity (pi.). 
Academy of Science of St-Louis [Transactions), XII, 1-8, 1902. 
Agricultural Gazette of N. S. Wales [The), décembre 1902.© 
.\merican Muséum of Natural Bistory [Rulletin), XVIII, 1, 1902.© 
Annals and Magazine of Natural History, Sér. VU, V. XI, 61, 1903. — 
A. -M. Norman : Notes on the Natural History of East Finmark, pi. — 
F. PicKARD-CAMHRmGE : A Revision of the Araneae or Spiders, 
with Référence of their Type Species. — G. -F. Hampson : New 
Forms of Pyralidae from Spain. — F. Pickard-Cambridge : On 
some secondary sexual Characters in the Genus Aranea L. (fig.). 
— W.-F. KiRBY : Notes on Forficulidae, with Descriptions of new 
Species in the Collection of the Natural History Muséum. — H.-C. 



Séance du f-S' janvier 1903. 3o 

Druce : Descriptions uf four new Spccics ot Wost-AMcan Lycae- 
nidae. — W.-L. Distant : On some undescribed Rhyncliota. — 
R.-J. PocooK : On some Gênera and Species of Soulh-American 
Avicularidae. 
Association dru Naturalist,es de Levallois-Perret {Annales), VII, 1901. 

— Th. Goossens : Iconographie des Chenilles. — F. Le Cere : Noie 
sur quelques aberrations de Lépidoptères. — Note sur quelques 
variations de Zygaena transalpina Esp., yar. Astragali Bkh. aux 
environs de Paris. — M. Royer : Sur un phénomène tératolo- 
gique observé chez Raphigaster nebulosa Poda (Hém.). — Nouvelle 
remarque sur le mode d'apparition du pigment noir chez Pip'rho- 
coi'is aptenis L. (Hém.). — G. Rey : Note concernant une épidémie 
meurtrière sur Calopteniis itulicus L., Stenobothriis biguttulus L. 
et pulvinatus Fisch., et Œdipoda coerulescens L. — F. Huyghe : 
Capture d'Eurygaster nigrocucuUata Goeze (Hem.) et de la variété 
picta d'Antess., à l'intérieur de Paris. — Note sur la capture de 
Poecilus punctulatus Sch. (Col.). 

Biologia Centrali Americana. — Coleoptera, IV, p. 4, 1902. — 
D. Sharp : Rhyncliophora, pp. 65-112, pi. o-6. — Don de M. A. 
Grouvelle. 

Canadian Entomologist [The), janvier 1903. — W.-H. Ashmead : Clas- 
sification of the Fossorial , Predaceous and Parasitic Wasps, or the 
Superfamily Vespoidea. — J.-B. Smith : New Noctuids for 1903. — 
W.-H. HarringtoiN : Arctic Siricoidea and Tenthredinidae. — 
A. GiBSON : The Life history of Crocigrapha Noymani Grt. — D.-W. 
Coquillett : The Occurence of the Phorid Genus .Enigniatias. — 
C.-H. Fernald : Notes on the Coccidae. — T.-W. Fyles : Cassida 
viridis L. 

Enicmologisk TidsJ^rift, 1902, 1-4. — Y. Sjostedt : Svensk Insekt- 
fauna,Pseudoneuroptera,Odonata (fig.). — E. Mjôberg : Sidlsyntare 
Coleoptera (2 art.). — C.-A. Hansson : Spridda Anteckningar om 
Skandinaviska Ratvingar (fig-). — Y. Sjostedt : Termites novos ex 
Africa Reportatos. — E. Strand : Mesotype virgata Rott. en for 
Norgcs Fauna ny Geometer. — Chloroclystis cMoerata Mab. v. 
hadenata Fuchs en for Skandinaviens ny Geometer. — J. Sparre 
Schneider : Lepidopterologiske Meddelser fra det Sônden -fjeldske 
Norge. — E. Sandin : Nagra for Sveriges Fauna nya Coleoptera. 

— E. Straxd : Plutella hyperboreella Str. n. sp. — S. Lampa : 
Beràttelse till K. Landtbruksstyrelsen Angâende Versamheten vid 
Statens Entomologiska anstalt under âr 1901 (fig.). — Vâra inom 



36 Bulletin de la Société entomologique de France. 

hus Skadligaste Malfjarilar. — S. Bengtston : Biologiska uiidersôk- 
ningar ôfver nuanan [Lymantria monacha L.) dess parasiter och 
sJLikdomar (pi.)- — E. Strand : Notits om nogle Odonater, — 
H. NoRDENSTRÔM : Nâgra Bidrag till Kânnedompii om Svenska Hy- 
mcnopterers geografiska Utbredning. — Chr. Auriyillius : Neue 
Oder weuig bekanute Coleoptera Longidornia (fig.)- — H. Friese : 
Apidae ans Kamerun, W. Afrika, welcho Prof. Y. Sjostedt auf 
seiner Reise 1890-92 beobachtete (fig.). — G. Adlerz : Iakttagelser 
ôfver Hoplomerus reniformis Wesm. — Y. Sjostedt : Eine neue 
Termite aus Kamerun. — E. Lônneberg : On some Scorpions col- 
lected in N. W. Argentine and Bolivia by B. E. Nordenskiôld. — 
E. Strand : Norske fund av Hemiptera. — Chr. Auriyillius : Bei- 
tràge zur Kenntniss der Insektfauna von Kamerun (fig. pi.). — 
A. TuLLGREN : Ueber Mnesitheus asper Thor. — M. Régimbart : 
Dyliscidae et Gyridinae recueillis au Cameroun par le D'' Y. Sjos- 
tedt. — Y. Sjostedt : Neue afrikanische Termiten. 

Entomologist (The), janvier 1903. — W.-L. Distant : Undescribed 
Oriental Rhynchota. — F.-W. Frohawk : Life-liistory of Vanessa 
Antiopa. — E.-M. Sharpe : On the Butterflies collected in etjua- 
torial Africa by C. Sykes. — P. Cameron : On some new Gênera. 

Entomologist [The], avril 1902. — T. -A. Chapman : The Classification 
of Gracilaria and allied Gênera. — G. Smith : Variation in tlie 
Genus Erebia. — A. -F. Rosa : An addilional List of Butterflies 
from the Rhône Valley. — M.-E. Fountaine : A few Notes on the 
Butterflies of Syria and Palestine. — E.-M. Sharpe : A List of Le- 
pidoptera collected by Dr. Cuthbert Christy in Nigeria. — P. Ca- 
meron : On some new Gênera and Species of Hymenoptera (Ichneu- 
monidae, Chrysididae, Fossores and Apidae). — T.-D.-A. Cocke- 
RELL : South African Coccidae, IL — Notes diverses. 

Entomologist's Record and Journal of Variation (The), janvier 1903. 

— T. -H. Beare : Retrospect of a Coleopterist for 1902. — M. Burr : 
Retrospect of an Orlhopterist for 1902. — .J.-C. Dollmann : A bree- 
ding Cage (pi.). — M. Burr : A few Orlhoptera from Swilzerland. 

— G. -H. Raynor : Notes on Abraxas glossulariata and how to rear 
it. — H. Donisthorpe : Furthcr experiments with Myrmecophilous 
Coleoptera, etc. — L.-B. Prout : Sherborn's « Index Animalium ». 

— T.-A. Chapman : Contributions to the Fauna of Spain : Bejar, 
Avila, etc. — Notes diverses. 

A. L. 



Le Secrétaire-gérant : P. Chabaxaud. 



BULLETIN 

DE LA 

SOCIÉTÉ ENTOMOLO&IQUE DE FRANCE 



séance du 11 février 1003. 

Présidence de M. F. HENNEGUY. 

Distinction honorifique. — M. le Président annonce que M. Ga- 
lien Mingaud, conservateur du Muséum d'Histoire naturelle de 
Nîmes, vient d'être nommé Chevalier du Mérite Agricole. 

Changement d'adresse. — M. E. Massé, 31, rue d'Annonay, 
Saint-Étienne (Loire). 

Admissions. — M. A. Bonnet, licencié es sciences, préparateur 
à la Faculté des Sciences, 15, place Bellecour, Lyon (Acariens). 

— M. E. Loppé, étudiant en médecine, 240, rue de Vaugirard, 
Paris IS'^ {Arachnides) ; présenté par M. E. Simon comme membre as- 
sistant. 

— M. E. Pelletier, 201, rue de Vaugirard, Paris 15^ {Coléoptères 
et Lépidoptères). 

Présentations. — M. le Professeur D"" E.-A. Goeldi, Directeur 
du Musée Goeldi, caixa do Gorreio 399, Para (Brésil), présenté par 
MM. H.-W. Brôlemann et E. Simon. 

Commissaires-rapporteurs : MM. Ph. François et B. du Buysson. 

— M. Bodolfo Ihering, conservateur des collections entomolo- 
giques, au Musée Paulista, caixa do Correio 500, Saô Paulo (Brésil), 
présenté par M. B. du Buysson. 

Commissaires-rapporteurs : MM. J. de Gaulle et A. Poujade. 

Démissions. — Le frère Apollinaire-Marie et M. A. de Mont- 
iez un ont envoyé leur démission. 

Observations diverses. 

Capture. — M. Ch. Alluaud annonce à la Société qu'il vient de 
capturer un exemplaire vivant de Cimex lectularius L. sur le tapis du 
bureau, au début de la séance. 

Bull. Soc. ent. Fr., 1903. N° 3. 



38 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Observation biologique. — M. Gaston de la Barre fait passer 
sous les yeux de la Société, des bois de Saule (avec galles) attaqués 
par des insectes et recueillis par lui en 1902 (commuDes de Ribemont 
et de Sissy, dans l'Aisne). 

Il signale principalement l'éclosion (juin-juillet) dans ces bois d'un 
certain nombre de Sesia formicaeformis, Lépidoptère déjà signalé par 
Berce de Saint-Quentin. 

M. delaBarre fait remarquer que les galles n'apparaissent jamais 
que sur les bois de deux ans. Y aurait-il là une corrélation avec la vie 
évolutive de la Sesia qui est également de deux ans? 



Communications. 

Nouvelles remarques sur quelques Elatérides [Col.J 
par Maurice Pic. 

Je me plais à constater tout d'abord que M. H. du Buysson a con- 
firmé récemment dans divers paragraphes (Bull. Fr., 1903, p. 15 à 18) 
quelques-unes de ses anciennes erreurs de détermination, erreurs dont 
j'avais cru devoir parler incidemment (Bull. Fr., 1902, p. 306), l'occa- 
sion s'en présentant, non pour les reprocher, mais pour les rappeler à 
notre collègue qui, je le croyais par ses écrits, les avait complètement 
oubliées. Si j'ai rappelé quelque oubli que je croyais regrettable, ce 
n'est nullement pour déprécier le savoir de notre collègue, que je me 
plais à constater quand il y a lieu, mais simplement pour lui laisser 
entendre, sans esprit de malveillance, je l'espérais du moins, qu'il avait 
eu tort d'attribuer à certains entomologistes des découvertes revenant 
à d'autres. 

D'après les notes de M. du Buysson, il semblerait que le droit de 
constater les divergences ou les différences m'est tout aussi contesté 
que celui de décrire des variétés (1). Ne serait-ce pas trop exclusif? 

Je ne me pose pas en spécialiste pour l'étude des Elatérides, et c'est 
pour cela sans doute que je n'ai pas à revenir ici sur mes détermina- 
tions personnelles ; mais je me crois cependant possesseur de capacités 
entomologiques suffisantes pour reconnaître que, si deux noms ont été 
donnés successivement à un seul Cardiophorus, l'un de ces noms est 
erroné ou superflu, et je me juge capable d'écrire à mon tour des notes 

(1) AlUision à l'article (Rev. d'Entomologie, 1901, p. 95) point de départ de 
notre pse%ulo-polémique. Tout ce que j'ai pu écrke depuis, je l'ai fait, soit par 
droit de réponse, soit par raison de défense. 



Séance du 11 février 1903. 39 

complémentaires ou rectificatives sur un sujet que j'ai pu étudier au 
moins aussi sérieusement que l'a fait tout d'abord mon prédécesseur. 

1" Cardiophorus febriens Gand. et Leprieuri Pic. — M. H. du 
Buysson (Bull. Fr., 1903, p. 15) dit ne pouvoir se prononcer exacte- 
ment au sujet de l'iusccto de la collection Leprieur {febriens, olim), et 
cependant plus loin (p. 16) notre collègue prétend que C. Leprieuri Pic, 
autrement dit le même insecte, doit tomber en synonymie. Je regrette 
que M. du Buysson ne dise pas exactement à quelle espèce doit se 
rapporter C. Leprieuri. Serait-ce a extinctus Er. (1)? 

N'ayant pas à réfuter une synonymie qui, en somme, n'est pas sé- 
rieusement présentée, je n'eu dirai pas plus long; je juge ma description 
(Bull. Fr., 1902, p. 305) suffisante pour faire connaître C. Leprieuri. 

2° Cardiophorus Bonnairei Buyss. — Si M. du Buysson (sa 
note 2 peut nous le laisser entendre) juge que ma variété laghouatensis 
est insignifiante et mérite d'être supprimée, je suis tout disposé à me 
ranger à son avis; mais, au préalable, je lui demanderai de supprimer 
les variétés analogues qu'il a nommées antérieurement, par exemple 
Athous var. inipallens (Le Coléoptériste, p. 243) Cardiophorus var. saa- 
densis (Ann. Fr., 1902, p. 426). 

3° J'accepte le lapsus calami pour C. bipiinctatus F., si ce lapsus 
doit excuser M. duBuysson dans l'omission qu'il a faite d'une variété 
intéressante. 

i°Cardiophorus conformisDeshr.7v.CaroliPic. — En effet le 
nom de CaroZi a été donné par Leprieur inlitteris et doitm'être attri- 
bué comme descripteur, mais celui de confor mis esi un nom d'autrefois 
deM. duBuysson rc'estdireque le point de doute quis'y rapporten'est 
vraisemblablement pas déplacé ni superflu et, si notre collègue n'en 
connaît pas, comme il le prétend (1. c, p. 16), l'exacte détermination 
aujourd'hui, c'est sans doute parce qu'il a retrouvé une ancienne note 
sur cet insecte. Il pourrait se faire que Caroli soit une bonne espèce. 
J'en reparlerai plus tard quand j'aurai vu les types d'Erichson (2), me 

(t) M. du Buysson me conseille d'aller étudier les types d'Erichson, 
c'est une étude que notre collègue ferait peut-être bien d'entreprendre tout le 
premier. Ses noies laissent entendre, je crois, que je ne connais pas les Élalé- 
rides. Dès lors, à quoi nie servirait l'étude des types que je ne saurais pas 
étudier'/ mieux vaut que cette étude soit faite par quelqu'un doué d'un coup 
d'œil sur et immuable. 

(2) Étant donné que la consultation de ces types doit seule permettre à 
M. du Buysson de comprendre mes diagnoses ou de ne plus interpréter va- 



40 Bulletin de la Société Entomologique de France, 

contentant aujourd'hui d'aller au plus pressé, c'est-à-dire de réiuter une 
partie des graves griefs qui me sont reprochés. M. du Buysson me 
trouve trop pressé d'avoir décrit en 1893 un insecte dont il ne constate 
la description insuirisante qu'en 1903, dix ans après. Si j'ai été trop 
pressé pour décrire, notre collègue ne l'a guère été pour publier sa 
critique; ce dont je ne peux que le remercier, car ce relard m'a laissé 
pendant un certain nombre d'années l'illusion d'avoir été capable de 
publier une description sans mériter de reproches. Au sujet du même 
insecte M. du Buysson dit : « Une description bonne ou mauvaise 
prime toujours le in museo », ce qui exprime précisément le contraire 
de ce qui a pu être dit à un autre moment (Bull. Fr., 1900, p. 303) dans 
une circonstance analogue. Les notes seraient-elles, comme les insectes, 
continuellement variables? 

M. du Buysson a eu raison de mentionner la provenance de Bou- 
Saada, omise à l'impression, mais notre collègue aurait pu ajouter, 
pour être plus complet, que les exemplaires pâles dont j'ai parlé (L'É- 
change, n° 107), et qu'il avait autrefois nommés conformis,se rapportent 
aux insectes décrits depuis sous le nom de bou-saadensis. 

S° Isidus Letourneuxi Pic. — Je ne puis accepter la synonymie 
de M. du Buysson : /. Letourneuxi Pic (5 = Moreli Rey c?- Je ne 
sache pas que les angles {lostérîems plus saillants du prothorax puissent 
passer pour des déformations, puisque les caractères du plus ou moins 
sont employés par les auteurs dans la systématique. A quel heureux 
hasard M. du Buysson, à qui la collection Leprieur est redevable 
de plusieurs déterminations erronées, devrait-il l'exactitude exception- 
nelle du nom de Moreli? En décrivant /. Letourneuxi (L'Échange, 
n° 214), j'ai cité plusieurs caractères pour distinguer ma nouveauté de 
/. Moreli Rey. Donc, si la déformation prothoracique existe, comme le 
dit M. du Buysson, elle n'est pas seule; d'ailleurs une déformation 
propre à plusieurs individus d'une même origine me semble bien près 
d'être une déformation spécifique. Dernièrement M. Fleutiaux a vu 
un de mes /. Letourneuxi (un des exemplaires indiqués comme c? par 
M. du Buysson), il me l'a retourné étiqueté « Moreli $? » ; est-ce à 
dire que j'ai eu affaire non à une espèce nouvelle, comme je le pen- 
sais, mais à un hermaphrodite? 

Au lieu de la synonymie supposée par M. du Buysson je présen- 
terai la suivante, plus vraisemblable: Isidus Moreli (Buy s s.) nec Rey 
= Letourneuxi Pic. 

riablement les insectes de la collection Leprieur, je souhaite de pouvoir 
entreprendre celte consultation le plus tôt possible. 



Séance du 11 février 19U3. 41 

Note sur des chenilles de Satumia cynthia attaquées 
par Vespa vulgaris L. [Hymkn.] 

par L. DE LA Porte. 

J'ai été à môme de constater à différentes reprises un fait que je 
crois utile de rapprocher des observations présentées par M. A. Giar d, 
à la séance du 14 janvier dernier, au sujet de l'instinct carnassier de 
Vespa vulgaris L. (voir Bulletin n" 1, 1903). 

Il s'agit de la prédilection particulière de cet Hyménoplère pour les 
chenilles de Satumia cynthia, principalement lorsqu'elles ont atteint 
tout leur développement. 

Mes nombreuses tentatives pour acclimater Satumia cynthia sur 
quelques Allantes que je possède dans le département de la Vienne 
ont toujours été inutiles. J'ai essayé successivement de lâcher des fe- 
melles fécondées ou de placer des œufs et de jeunes chenilles sur les 
feuilles, mais je n'ai jamais pu conserver de chenilles qu'en les en- 
fermant, avec les branches sur lesquelles elles se trouvaient, dans 
des sacs de forte mousseline. A cette condition elles prospéraient ad- 
mirablement, tandis que toutes celles que je laissais à l'état libre ont 
toujours disparu sans m'avoir donné un seul cocon. 

Je mettais d'abord cette disparition sur le compte presque exclusif 
des Ichneumons pour un peu et des oiseaux pour beaucoup, mais j'ai 
pu me convaincre que les Guêpes communes avaient leur lourde part 
de respousahihté dans le carnage. J'en voyais souvent rôder autour 
des Allantes et, dès qu'on enlevait les sacs, elles cherchaient à se jeter 
sur mes élèves. Maintes fois, après avoir laissé à un certain moment 
toutes mes chenilles intactes, je trouvais le lendemain quelque sac 
percé et l'habitante qu'il avait contenu entièrement dévorée. J'ai 
fréquemment surpris l'Hyménoptère à l'intérieur de la moussehne, 
surtout lorsqu'il y restait encore quelques débris de la chenille; je 
m'en emparais alors aisément et, comme dans le cas cité par M. Gia r d , 
c'était toujours un petit individu de Vespa vulgaris. Souvent aussi le 
sac était complètement vide et, à la place de l'habitante, je ne trouvais 
plus qu'une sorte de bouillie informe. Dans l'un et l'autre cas l'ouver- 
ture pratiquée par la Guêpe dans la moussehne était facile à constater. 
Ce trou n'était pas assez grand pour livrer passage à plusieurs Guêpes 
simultanément. 

J'ai peine à m'expliquer comment l'anéantissement complet d'une 
chenille si volumineuse pouvait s'accomphr dans un temps très court 



42 Bulletin de la Société entomologique de France. 

(12 heures et même moins, si on tient compte du repos de la nuit). 
Combien aurait-il fallu de voyages à un seul Hyménoptère pour trans- 
porter par morceaux une pareille proie, après l'avoir dépecée ? Je n'ai 
eu, je l'avoue et je le regrette, ni le loisir, ni la patience d'assister d'un 
bout à l'autre à cette œuvre de destruction, mais je me promets de 
l'étudier plus en détail à la première occasion. 

Une autre particularité digne de remarque, c'est que les Guêpes 
paraissaient se soucier assez peu des chenilles d'autres espèces que j'é- 
levais dans le même temps. J'avais notamment un très grand nombre 
de chenilles de Saturniapiri Schiff. sur un Poirier peu éloigné de mes 
Allantes et qu'elles avaient à peu près complètement dépouillé de ses 
feuilles; bien qu'elles fussent ainsi on ne peut plus apparentes, et que 
rien ne les protégeât, je ne me suis point aperçu qu'elles fussent 
attaquées par Vespa vulgaris. 



Descriptions de quelques genres nouveaux de la famille 
des Aviculariides [Arachn.] 

par E. Simon. 

Benimeris, nov. gen. — A BessiaVocock, cui verisimiliter af- 
fine est, imprimis differt area oculorum tantiim duplo latiore quam 
longiore, oculis mediis anticis lateralibus paulo minoribus, parte labiali 
apice denticulis quatuor uniseriatis munita et ungue tarsorum inte- 
riore dentibus biseriatis armato. 

B. pardalina, sp. nov. 9 long. 12 mill. — Céphalothorax laevis et 
fere glaber, fusco-oUvaceus , postice leviter dilutior. Area oculorum ni- 
gra. Abdomen ovatum, supra nigrinum et setosum, maculis testaceis, 
parum expressis seriatis, in parte apicali notatum, subtus et in lateri- 
bus dilutiîis et fulvo-testaceum. Chelae fuscae , dentibus rastelli nume- 
rosis, 8-10, intus sensim longioribus, uniseriatis. Partes oris, sternum 
coxaeque fulvo-rufescentia. Pedes fulvo-olivacei , tibiis P paris aculeis 
longis, setiformibui, binis uniseriatis, metatarsis aculeis validioribus 
extus 4, intus 1, apicali, subtus armatis. Pedes postici, praesertim 
3' paris numerose aculeati. — Prom. Bonae Speil 

Ctenonemns , nov. gen. — A Bemmere differt oculis quatuor 
anticis inter se acquis, in lineam vix procurvam, parte labiati denti- 
culis 4-5 fere inordinatis munita, sterni sigillis posticis parvis subro- 



Séance du 11 février 1903. 43 

tundis, a margine spatio sigillo haud minore distantibus , pedibus an- 
ticis (ongioribus , metatarso 4' paris intiis ad apicem pectine, ex setis 
contigiiis quatuor composito, munito. 

C. pectiniger, sp. lîov. 9 long. 13 mill. — Céphalothorax laevis et 
subglaber, fiisco-castaneiis, postice leviter dilutior, area oculorum ni- 
gra. Abdomen ovatum, testaceum, antice late nigrum, postice parce 
puncfatum, arcubus ti^ansversis seriatis lineaque média atro-lividis no- 
tatiiiii , subtus albido-testaceum. Chelae fuscae, dentibus rastelli longis 
paucis uniseriatis. Sternum pedesque fulvo-rufescentia vel oHvacea, ti- 
biis anticis longis, setis spiniformibus apicalibus binis atque, ad mar- 
ginem exteriorem binis, subtus munitis, metatarsis longis, setosis, 
aculeis validis et longis, extus 3 vel 4, intus f, subtus armatis. Pedes 
3' pai'is metatarsusque 4' jjan's numerose aculeati. — Africa austr. : 
Matjesfontein! 

Damareliodes, nov. gen. — ADa m a rcho imprimis differt sigillis 
sterni cunctis minutissimis et submarginalibus , parte labiali mutica, 
valde crinita, multo latiore quam longiore , metatarsisque anticis bre- 
vioribus usque ad basin scopulatis. 

D. Purcelli, sp. nov., ç (pullus) long. 10 mill. — Céphalothorax 
longus , paru77i convexus, fuscus, sat longe et crebre sericeo-pubescens, 
linea tenui nigra cinctus, area oculorum nigra. Abdomen longe oblon- 
gum, supra fusco-lividum, pilosum, valde et crebre testaceo-marmora- 
tum et guttulatum, subtus albidum. Chelae fuscae, apice crebre crinitae, 
dentibus rastelli numerosis sat brevibus. Sternum pedesque fulvo-ru- 
fula, tibiis anticis fere muticis, setis spiniformibus apicalibus binis, 
atque ad niarginem exteriorem duabus, subtus fiiunitis, metatarsis 
usque ad apicem crebre scopulatis, aculeis brevissimis subbasilaribus 
binis apicalibusque binis instructis. Pedes postici valde et numerose 
aculeati. — Africa austr. : Stellenbosch! 

Ai>hantopelma,noY. gen. — Ab Ischnocolo differt tarsiscunc- 
tis setulosis, anticis utrinque leviter scopulatis, tibia t paris maris 
apice ampUata et bicalcarata, tarso pedum-maxillarium breviore, apice 
obtuse et aequaliter bilobato. 

A. macellum, sp. nov. (5 long. 10 mill. — Céphalothorax fuscus, 
pilis pronis, longis, fulvo-rufulis, setis spiniformibus mixtis, vestitus. 
Abdomen fuscum, subtus dilutius, fulvo-rufulo-pubescens. Chelae pe- 
desque fusci, fulvo-pubescentes et hirsuti. Tibia l' paris apice ampliata, 
calcaribus binis, inferiore gracili, longo , leviter flexuoso-arcato, in- 



44 Bulletin de la Société entomologique de France. 

tefiore multo minore, conipresso et truncato , armata. Pedes-maxil- 
lares robusti, tibia mutica crassa, non multo longiore quant latiore. — 
Colombia •• Mine Purnio. 



Bulletin bibliographique. 

Fleutiaux (Ed.) : Remarques sur quelques papillons. — La Canne à 
sucre et ses ennemis. — Insectes de la Guadeloupe recueillis par 
M. le D'' Vitrac. — Note sur un Charançon attaquant le Bananier à 
Madagascar [Agr. prat. Paijs chauds) \ 1902-3, 12 p.* 

Grouvelle (A.) et A. Léveillé : Voyage de M. le D'' Ed. Bugnion au 
Venezuela, en Colombie et aux Antilles. Coléoptères clavicornes 
[Ann. Soc.Ent. Fr.); 1902, 7 p.* 

Hagen (H.-A.) : On some Insect Deformities {Mem. Mus. Comp. Zool. 
Harv. Coll.) ; 1876, 23 p., 1 pi. n. — Don de M. J. (Je Gaulle. 

Léveillé (A.) : Voyage duB"" W. Horn à Ceylan. Temnochilidae [Ann. 
Soc. Eni. Fr.): 1902, 1 p.* 

BoYER (M.) : Complément à la note de M. M. Lambertie sur Phyllomor- 
pha laciniata Vill. [Bull. Soc. Eut. Fr.) ; 1902, 3 p.* 



Ac-adémie des Sciences [C. R. hebdom. des Séances), 1903, 1, 4-3.0 

Académie des Sciences de Cracovie [Bulletin international), octobre, 
novembre, décembre, 1902. — L. Kulczynski : Erigonae Europae. 
Addenta ad descriptiones, 2 pi. n. — .1. Sosnowski : Contribution à 
l'étude de la Physiologie du développement des Mouches (fig.). 

Annals and Magazine of Natural histonj [The), Sér., VII, vol. II, 
n° 62, 1902. — T.-D.-A. Cockerell : New and little-known Ame- 
rican Coccidae. — C.-A.-M. Norman : Notes on the Natural History 
of East Finmark. — P. Cameron : On some new Gênera and Spe- 
cies of Parasitic and Fossorial Hymenoptera from the Khasia Hills, 
Assam. — T. Scott: Some Observations on British Freshwater Har- 
pactids. — H. Druce : Descriptions of some new Species of Lepi- 
doptera chielly from South America. — W.-L. Distant : Rhyncho- 
tal Notes : XVI. Heteroptera : Fam. Beduviidae, Apiomerinae, 
Harpactorinae and Nabidae. — B.-I. Pocock : Some Arachnida col- 
lected by Mr. G.-W. Bury in Yemen (fig.). — Descriptions of four 
new Arachnida of the Orders Pedipalpi, Solifugae and Aranoae, 



Séance du 11 février 1903. 45 

(fig.). — C.-O. Waterhouse : Description of a new Colcoptoroiis In- 
sect belonging to the Curculionidae. — M. Burr : Notes onlho For- 
ficularia : Somc liithcrto impublished Descriptions ol new Species 
by the late M. -H. de Bormans. 

Berliner Entomologische Zeitsckrift, 1902, III-IV. — E. Strand : Eine 
neue arktische Gelechia-ArL — H. Riffarth : Nochmals Ch. Ober- 
thiir's Études d'Entomologie vol. 21. — H. Fruhstorfer : Verzeich- 
niss der in Tonkin, Annam und Siam gcsammelten Papilioniden 
und Besprechung verwandter Formen. — R Pûngeler : DeilephUa 
Sichei n. sp. (pi. col.). — G. Luze : Die Métamorphose von Can- 
tharis abdominalis Fab. — Thérèse PrinzessiN von Bayern : K. Ho- 
heit der Prinzessin Thérèse von Bayern auf einer Reise in Siida- 
merika gesammelte Insekten (2 pi. col.). — D"" Kuhlgatz und 
D'' Melichar : Besclireibung der neuen Arten und Varietateu und 
ergànzende Beschreibung einiger schon beschriebener Arten. — 
Thérèse Prinzessin von Bayern : Nàchtrag zu den Pseudoneurop- 
teren. — 0. Thieme : Eine neue Tilhorea vom Chanchamayo. — 
J. MosER : Neue Cetoniden-Arten. — 0. Schultz : Ueber eine inté- 
ressante Form von Smerinthus popuU L. (ab. decorata m.). — H. 
Stichel : Nachtrag I zum Biicher-Verzeichniss der Bibliothek des 
Entomologischen Vereins zu Berlin. 

Entomologist {The), février 1903. — F.-W. Frohawk : Attitude of hy- 
bernating Wasp (fig.). — S.-W. Kemp : On a Method of preserving 
the Colour of Agrioninae. — T.-A. Chapman : The Lar\âoi Liphyra 
brassolis Westw. — E.-M. Sharpe : On the Butterflies coUected in 
equatorial Africa by Cap. C. Sykes. — C.-G. Nurse : New Species 
of Indian Chrysididae. — D'' H.-J. Hansen : On the Morphology 
and Classitlcation of the Auchenorrhynchous ITomoptera. — G.-W. 
KiRKALDY : Miscellanea Rhynchotaha, n" 6. — T.-D.-A. Cockerell : 
Five new Goccidae from Mexico. — Notes diverses. 

Entomologische Litteraturblàtler , 1903, 2. 

Entomologistes monthhj Magazine {The), février 1903. — C. Morley : 
Insects, especially Parasitic Hymenoptera, noticed, in the neAV Fo- 
rest in August 1901. — L.-B. Prout : The British Species of the 
Genus Oporabia, Steph. — A.-E. Eaton : A new Species of Ephe- 
meridae from Norway (hg.). — R. Mac Laghlan : On the Tri- 
chopterous Genus Mijstrophora, Klap. (fig.). — Neuroptera (in 
the Linnean Sensé) collected by the Rev. E. A. Eaton in South 
Norway in July 1902 with synonymie and other Notes. — F. Bar- 
rett : Further Notes on South African Lepidoptera. — Notes diverses. 



46 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Feuilles des Jeunes Naturalistes {La), 1^'' janvier, !«'' février 1903. — 
D'" P. SiÉPi : Contribution à l'iiistoire naturelle de Charaxes Ja- 
sius (1 pi.)- — Notes spéciales et locales. — P. de Peyerimhoff : 
Sur l'état de la systématique en entomologie, principalement chez 
les Coléoptères. — A. Giard : Les Argynuides de la France sep- 
tentr. (Genres Melitaea et 'Argynnis). — Notes spéciales et locales. 

fnstituciô Catalana d'Historia Natural {Butlleti), II, 1-3-15, 1902. — 
R.-P. LoNGiNos Navas : Una excursid cientiflca a la Serra Nevada, 
(3 art.). — J.-M. Mas de Xaxars : Contribucio a la Fauna entomo- 
logica de Catalunya (2 art.). 

Instructor {El), XIX, 7-8. 1902. 

Kisérletiigyi Kôzlemények, V, o, 1902. — Diverses notes en langue hon- 
groise (fig. et pi.). 

Laboratories of Natural History of the State University of lowa {Bul- 
letin), V, 3, 1902. — H.-F..WICKHAM : The Coleoptera of Colorado. 

Marcellia, I, 5, 1902, (2 exempl.). — G. Cecgoni : Contribuzione alla 
Cecidologia Toscana. — Fr. Thomas : Die Dipterocecidien von 
Vaccinium uliginosum mit Bemcrkungen ûber Blattgriibchen und 
liber terminologische Fragen. — T. De Stefani Perez : VAsterole- 
canium variolos. Ratz. ^Molliard Marin : La galle du Cecidomyia 
Cattleyaen. sp. (pi.). — A. Trotter: Cecidiologia o Cecidiologia? 

Natural History Society of Glasgow {Transactions), V, 3, 1898-99; VI, 
1 et 2, 1899-1900. — T. Scott : Notes on some Crustacea from Fair- 
lie and Hunterson, Firth of Clyde. — G.-W. Ord : The Lepidoptera 
in relation to Flowers. — A. Fergusson : Additions to the List of 
Scottish Coleoptera. — List of Animais obtained by Trawl, Dredge, 
and tow-net ovér the Areas of the Firth of Forth Stations. 

Naturaliste {Le), l^"", 15 janvier et l^"" février 1903. — P.-H. Fritel : 
Crustacés fossiles : Les Thoracostracés (fig.). — L. Fairmaire : Des- 
cription de Coléoptères nouveaux de Madagascar. — H. Coupin : 
Chroniques et nouvelles (2 art.). — P. Chrétien : Note sur la 
Cnephasia-Sciaphila Coetana Styr. — L. Planet : Description d'un 
Lucanido nouveau. 
New York Agricult. Exper. Station {Bulletins 217-219), 1902, I. O 
N. York Entomological Society {Journal), X, 4, 1902. — D.-W. Coquil- 
LETT : New Acalyptrate Diptera from N. America. — New Forms of 
Culicidae from N. America. — H.-G.Dyar : A Review of the Genus 
Ethmia, with descriptions of new Species. — A new Yponomeuta. 
— N. Banks : Sleeping Habits of certain Hymenoptera (fig.). — 



Séance du 11 février 1903. 47 

H. BiRD : Boring Noctuid Larvae. — M.-A. Carriker : Descriptions 
of new Mallophaga from Ncbraska (pi.). — J.-R. de la Torre Buexo : 
Notes on the Notoneclidae of the Yicinity of N. York. — C.-W. Leng : 
Notes on the Cicindelidac of the Fine Barrens of N. Jersey. — W.-ll. 
AsHMEAD : Classification of the pointed-tailed Wasps, or the Super- 
family Proctotrypidae. 

Nouvelles Archives du Muséum d'Histoire naturelle, sér. IV, t. IV, 
fasc. 2. — A. Gruvel : Cirrhipèdes de la Collection du Muséum. 

Public Muséum of the City of Milwaukee {Anual Reports, etc.), 1906. 

R. Accademia dei Lincei [.itti], 1902, II, 11-12. — Bordi : Contribu- 
zioni alla sistematica dei Culicidi cou spéciale riguardo alla diffu- 
sione délia malaria umana. 

R. Accademia dei Lincei [Atti), 1903, 1, 1. — © 

Revista agronomica,!, 1 et 2, 1903 (2 exempL). —De Souza da Ca- 
MARA : Quatro especies de Cochenilhas portuguezas, 3 pi. — 
Demande d'échange. 

Revue éclectique dWpiculture, janvier et février 1903. 

Revue générale de Ribliographie française. ï, 1, 1903. 

Revue scientifique du Rourbonnais et du Centre de la France, XV, 179- 
81, 1902. — Pierre : Sur la ponte d'un Névroptère. — Meunier : 
Gulicidae de l'Ambre. — G. Bruyant : Faune de l'Auvergne. Or- 
thoptères. — Du Doré : VAcheronthia atropos. 
Rovartani Lapok, déc. 1902. — Notes entomol. en langue hongroise. 
Royal Society {Proceedings), LXXI, 469-470, 1902.© 
Royal Society of Canada {Proceed. and Transact.), sér. II, V, VII, 1901.© 
Royal Society of N. S. Wales [Journ. and Proceed.), XXXV, 1902.© 

Societas Entomologica, XVII, 14 et 19-21, 1903. — 0. Schultz : Ueber 
eiue bemerkenswerte Form von Apatura iris L. (ab. et var. thau- 
mantism.). — M. Gillmer : Berichtigung! Amorpha populiah. pal- 
lida, Tutt wwàAmorpha populi ab. Subflava Gillmer. — B. Slevogt : 
Entomologische Kleinigkeiten. — P. Born : Meine Exkursion 
von 1902 (2 art.). — R. Pungeler : Caradrina Wulfschlegeli n. sp. 
— G. Breddin : Neue tropische Wasserlaûfer der Gattung Ptilo- 
niera Am. — J. Rôber : Zwei neue Morphiden. — W. Neuburger : 
Drei neue T/uws-Aberrationen aus Digne und Budapest. 

Société des Sciences historiques et naturelles de V Yonne (Bulletin), LY, 
1901-2.© 



48 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Société des Sciences naturelles de Saône-et-Loire {Bulletin), novembre, 
décembre et janvier, 1902-1903. 

Société des Sciences naturelles et d'Enseignement populaire de Tarare, 
15 janvier 1903.© 

Société d'Études Scientifiques d'Angers [Bulletin], XXXI, 1901-2.© 

Société Scientifique du Chili [Actes], XII, 1 et 2, 1902. — A.-C. Pino- 
chet : La Ma de la Mocha. 

South African Muséum [Annals], II, 10, 1902. — G.-F. Hampson : The 
Moths of South Africa, II. 

Travaux Scientifiques de VVnimrsité de Bennes, I, 1-2, 1902. — G. de 
Lapouge : Philogénie des Car abus (2 art.). 

Union apicole (L'], janvier 1903. 

Wiener Entomologische Zeitung, XXI, 10, 1902 (2 exempl.) et XII, 1, 
1903 (2 exempl.). — H. Schouteden : Pentatomidae et Reduvidae 
novae africanae. — E. Csiki : Nochmals iiber Oriorrhynchus Fus- 
sianus. — H. KRiuss : Bemerkungen zu vorstehender Erwiderung. 

— A. Hetschko : Notiz [Ahngeria Mel. = Melicharella Sem.). — L. 
Czerny : Bemerkungen zu den Arten der Gattungen Anthomyza 
FU. und Ischnomyia Lw. — E. Reitter : Uebersicht der Arten der 

. Coleopteren Gattung Trichoceble Thoms. — F. Hendel : Ueber die 
systematisch Stellung der Dipteren Gattung Pseudomyza Strobl. 
und Bhienoëssa Lw. (fig.). — Dipterologische Anmerkungen. — 
E. Reitter : Uebersicht der Arten der Carabiciden-Gattung Trechus 
Clairv., mit Augen, aus dem Kaukasus, Russisch-Armenien und 
Transcaspien. — A. Hetschko : Zur Kenntniss der Verbreitung von 
Orthezia cataphracta (Shaw) und 0. floccosa (de Geer). — E. Reit- 
ter : Nachtrâgliche Bemerkungen zu den Coleopteren- Arten aus der 
Verwandschaît des Onthophagus Amyntas 01. — Erganzung und 
Berichtigung. —- G.-W. Kirkaldy : Einige neue und wenig bekan- 
note Rhynchoten (fig.). — E. Reitter : Uebersicht der Arten der 
Coleopteren-Gattung Entomogonus Sol. — M. Bezzi : Ueber Calli- 
mtjia-Wankowiczi Schnabl und Agatho7nia aurantiaca Bezzi (Dipt.). 

— Fr. Hartmann : Neue exotische Rûsselkaîer. — E. Reitter : 
Coleopterologische Notizen. — L.-P. Czerny : Zu Anthomyza und 
Ischnomyza. 

A. L. 



Le Secrétaire-gérant : P. Charanaud. 



BULLETIN 

DE LA 

SOCIÉTÉ ENTOIMOLOG-IQUE HDE irjRANOE 



CONGRES ANNUEL 
séance du 85 février 1003. 

Présidence de M. F. HENNEGUY 

MM. M. Bai Ilot (de Tours), — F. de Beauchène (de Vitré), — 
A. Belle voye (de Reims), — J. Bourgeois (de S'^-Marie-aux-Mines), 
— Briot (de Wimereux), — G. Darboux (de Lyon), — A. Dubois 
(de Versaijles), —A. Fauvel(de Caen), — H. Gadeaude Kerville 
(de Rouen), — G. Gerber (de Marseille), — A. Gruvel (de Bor- 
deaux), — V. May et (de Montpellier), — L. Mesmin (de Bussière- 
Poitevine), — M. Nibelle (deRouen), — M.Pic (de Digoin), — J. Thi- 
bault (de Caudebec-les-Elbeul), — L. Villard (de Lyon), assistent à 
la séance. 

Après la lecture et l'adoption du procès-verbal de la séance précé- 
dente, M. F. H e nneguy. Président de la Société, prononce l'allocution 
suivante : 

Messieurs et chers Collègues, 

Je déclare ouverte la séance du 13*= Congrès annuel de la Société en- 
tomologique de France. 

En décidant, il y douze ans, sur l'initiative de, nos collègues Antoine 
Grouvelle et J. Gazagnaire, de convier à Paris ceux de ses mem- 
bres habitant la province pour célébrer l'anniversaire de sa fondation 
en se réunissant en assemblée générale, notre Société a créé une ins- 
titution dont l'utilité est attestée par le succès. 

Chaque année notre Congrès prend une importance plus grande par 
suite du nombre des adhérents et de celui des communications qui y 
sont faites. Je suis particulièrement heureux de constater que nos col- 
lègues des départements se montrent de plus en plus assidus à cette réu- 
nion. Nous tirons grand profit de leur fréquentation et nous ne sau- 
rions trop leur être reconnaissants de la peine qu'ils prennent de se 
Uull. Soc. ent. Fr., 1903. N» 4. 



50 Bulletin de la Société Entomologique de France. 

déranger pour venir nous entretenir de leurs travaux. Au nom de la 
Société, je les en remercie et je leur souhaite une cordiale bienvenue. 
Mais je suis persuadé qu'eux-mêmes ne regrettent pas leur déplace- 
ment et qu'ils y trouvent aussi quelque avantage. 

L'entomologiste, en effet, comme tout autre savant, ne peut vivre 
aujourd'hui complètement isolé. Les progrès continus et rapides des 
connaissances humaines forcent chacun de nous à se spécialiser plus 
ou moins dans une branche déterminée de la science. A ne considérer 
le vaste domaine de l'Arthropodologie, le temps des Malpighi, des 
Swammerdam, desRéaumur, des de Geer et des Latreille est 
bien passé. De nos jours, rares sont les esprits assez vastes pour em- 
brasser l'ensemble de l'an des groupes les plus importants du règne 
animal. Ceux-là seuls qui poursuivent avec méthode et persévérance 
l'étude d'une question spéciale arrivent à la notoriété scientifique et 
peuvent se flatter d'avoir fait œuvre utile, si, travailleurs modestes, ils 
sont parvenus à extraire de la carrière quelque bloc solide, de premier 
choix, capable de résister à l'épreuve du temps et destiné à l'édifice de 
la science. 

Mais, si la spécialisation est devenue fatale et indispensable, elle pré- 
sente un grave inconvénient : elle nous réduit parfois au rôle du ma- 
nœuvre qui, loin du chantier, équarrit son bloc et ignore à peu près 
l'œuvre à laquelle il collabore. Trop souvent ceux qui se livrent à des 
travaux spéciaux, faute de notions générales assez étendues, n'ont pas 
l'idée de l'ensemble qui seul donne du prix à leurs recherches. 

Le but des sociétés scientifiques et des congrès est précisément de 
réunir les spéciahstes, de manière à leur permettre d'échanger leurs 
vues personnelles et surtout d'augmenter leur bagage scientifique en 
entendant parler d'autre chose que de ce qui fait l'objet de leurs tra- 
vaux habituels. 

Bien que spéciale, notre Société renferme les éléments les plus di- 
vers; les uns se cantonnent dans l'étude systématique d'un ordre ou 
seulement d'une famille d'Insectes, les autres dans celle des mœurs 
d'un groupe particulier, d'autres dans celle de faunes locales plus ou 
moins étendues, d'autres enfin dans des recherches d'ordre purement 
anatomique. Faute d'entente commune, beaucoup d'observations in- 
téressantes se trouvent perdues, parce que ceux qui sont à même de 
les faire ne considèrent que le but spécial qu'ils poursuivent, ignorant 
l'importance qu'elles peuvent avoir pour ceux qui envisagent les êtres 
organisés à un autre point de vue. Que de fois n'est-il pas arrivé à cha- 
cun de nous, demandant à un collègue s'il a eu l'occasion de trouver 
ou d'observer tel ou tel animal, de recevoir cette réponse topique : 



Séance du 2o féct'iev 1903. 51 

« Oui, je l'ai trouvé, mais comme je ne m'en occupe pas, je ne l'ai pas 
conseryé; si j'avais su qu'il pût vous intéresser, je vous' l'aurais 
mis de côté. » • 

Notre Société ne comprend pas que des savants et des maîtres ; elle 
admet un grand nombre de jeunes travailleurs qui, d'abord simples 
curieux de la nature, viennent pour ainsi dire y chercher leur voie; 
Ne conviendrait-il pas de les y aider en leur montrant les points de vue 
bien différents, mais concourant tous à un même but, sous lesquels se 
présente l'étude des animaux articulés ?G'est ce que je me suis demandé 
plus d'une fois en présidant nos séances. Certes ceux de nos collègues 
qui se bornent à suivre de loin nos travaux et à lire notre Bulletin, soni 
persuadés, à en juger parlesnotes substantielles et variées qu'il contient, 
que nos séances sont toujours bien remplies; il faut avouer cependant 
que souvent notre réunion manque un peu d'intérêt. Après la lecture 
du procès-verbal, le dépouillement de la correspondance qui ne com- 
prend quelquefois que des changements d'adresse, la présentation ou 
l'admission de collègues nouveaux, les membres qui ont une com- 
munication à faire se bornent le plus souvent à déposer une note ma- 
nuscrite dont ils ne donnent que le titre, et votre président se voit à 
grand regret obligé de lever la séance, personne ne demandant la pa- 
role. Quel profit nos jeunes collègues peuvent-ils tirer de ces séances? 
Ne pensez-vous pas, comme moi, qu'il serait facile de donner à nos réu- 
nions un peu plus de vitaUté et d'animation en inscrivant de temps en 
temps à notre ordre du jour une question générale, qui serait traitée 
par l'un de nous compétent en la matière? 

Il ne s'agirait pas bien entendu d'une longue conférence qui cause- 
rait autant d'ennui à celui qui la préparerait que de fatigue à ceux 
qui l'entendraient, mais d'une simple mise au point de certains su- 
jets, que beaucoup de spécialistes ne connaissent que vaguement, 
faute de temps pour les étudier. Ces sortes de causeries pourraient être 
suivies de discussions, de demandes de renseignements complémen- 
taires, dont tireraient grand profit non seulement les jeunes débutants, 
mais aussi ceux qui ne veulent pas ignorer systématiquement tout ce 
qui n'est pas du domaine de la branche de la science qu'ils cultivent. 

On objectera peut-être que les questions qui pourraient donner lieu 
à CCS causeries sont en nombre limité et que nous les aurions vite 
épuisées; cette objection ne me parait pas fondée. Outre que les ques- 
tions d'ordre général sont plus nombreuses qu'on ne croit, chacune 
d'elles peut être, suivant la tournure d'esprit de celui qui la traite, en- 
visagée d'une manière bien différente ; de plus, par suite des progrès 
de nos connaissances, elle est constamment en voie d'évolution, et 



52 Bulletin de lu Société Entomologique de France. 

quelquefois, à moins d'un an d'intervalle, elle pourrait, sans inconvé- 
nient, être remise à l'ordre du jour. 

J'aurais désiré, pour donner l'exemple et innover la réforme que je 
propose, vous entretenir ce soir des phénomènes intimes de la méta- 
morphose des Insectes. C'est un sujet d'actualité et que nos collègues 
J. Anglas, Ch. Pércz et L. Terre, suivant les traces de leurs de- 
vanciers Kûnckel d'Herculais et Viallanes, ont abordé avec 
succès, mais qui est encore plein d'obscurité. Le programme de notre 
séance générale annuelle étant toujours très chargé et ne manquant 
jamais d'intérêt, je n'ai pas voulu vous faire perdre un temps précieux 
qui sera mieux employé à écouter les communications originales qui 
vont nous être faites, et je n'ai pas osé prendre l'initiative d'une inno- 
vation sans avoir au préalable votre approbation. 

Si ma proposition était agréée, nous ne ferions que suivre la tradi- 
tion de sociétés sœurs étrangères, dont les membres ne se contentent 
pas d'exposer à leurs compatriotes les résultats généraux auxquels les 
ont conduits leurs recherches spéciales, mais qui encore, moins casa- 
niers que nous, ne craignent pas de se déplacer pour faire connaître à 
leurs collègues des pays voisins l'ensemble de leurs travaux. 

A ce propos, je suis heureux de vous annoncer que M. le Professeur 
E. Poulton, d'Oxford, Président de la Société entomologique de Lon- 
dres, veut bien nous faire le grand honneur de venir nous entretenir, 
dans notre séance de 22 avril prochain, de ses Nouvelles recherches sur 
le mimétisme chez les Insectes et le dimorphisme chez les Papillons de 
l'Afrique australe. Nous aurons tous à cœur de faire à notre éminent 
collègue une réception digne de lui. Puisse-t-il avoir de nombreux imi- 
tateurs! c'est ce que je souhaite ardemment pour la bonne renommée 
de notre compagnie. 

Excusez-moi de vous avoir entretenu si longuement d'un projet qui 
n'aura peut-être pas de suite. Si je l'ai fait, c'est que j'ai cru qu'il était 
de mou devoir de vous signaler tout ce que je pense pouvoir augmen- 
ter la prospérité toujours grandissante de notre Société dont j'ai l'hon- 
neur d'être aujourd'hui le porte-drapeau. 

Correspondance. — M. le Président donne lecture d'une lettre de 
M. E. Poulton, Président de la Société entomologique de Londres, 
annonçant qu'il assistera à notre séance du 22 avril prochain et fera 
une communication, accompagnée de projections, sur ses nouvelles 
recherches relatives au mimétisme chez les Insectes et au dimorphisme 
chez lès Lépidoptères de l'Afrique australe. 

— M. E. Pelletier remercie la Société de son admission. 



Séance du 2j février 1903. îî'.i 

Admissions. — M. lo D'E.-A. Gocldi, directeur du musée Goeidi, 
caixa do Correio 399, Para (Brésil). Faune du Brésil. 

— M. Rodolfo Jhering, conservateur des collections entoniologi- 
qucs au musée Paulista, caixa do Correio oOO, Saô Paulo (Brésil). 
Entomologie générale. 

Présentations. — M. Georges Guénaux. répétiteur ù l'Institut 
agronomique, 124, rue Picpus, Paris, présenté par M. P. Marchai. — 
Commissaires rapporteurs : MM. E.-L. Bouvier et R. du Buysson. 

— M. Ange Jaubert, maître répétiteur au Collège Rollin, Dampierre 
(Seine-et-Oise), présenté par M. F. Henneguy. — Commissaires rap- 
porteurs : MM. A. Lécaillon et Pli. François. 

Voyages. — M. Maurice Maindron annonce à la Société qu'il a 
reçu les meilleures nouvelles de notre excellent confrère M. G.-A. 
Baër. A la date du 16 janvier dernier celui-ci lui écrivait de Tapia 
(Tucuman) pour lui apprendre que la bonne saison pour les Insectes 
n'était pas encore commencée, mais que par contre, les Oiseaux étaient 
abondants, et en nombre et en rares espèces. M. Baër s'était tenu 
jusque-là à d'assez faibles altitudes et avait heureusement échappé aux 
accès de fièvre paludéenne qui ne sont que trop fréquents dans la 
contrée et qui sont dus tant aux émanations du sol qu'aux différences 
extraordinaires de température. Dans un même jour la chaleur atteint 
41° centigrades pour faire place, la nuit, à la gelée blanche. 

M. Baër se félicite du bon accueil qu'il a trouvé partout grâce aux 
recommandations de nos confrères MM. Giard et Kiinckel d'Her- 
ciilais. Mais il donne de curieux renseignements sur la manière dont 
les gens de l'Argentine et du Tucuman apprécient l'activité entomolo- 
gique : 

« J'ai pu constater toutefois que dans toute la République Argentine 
le naturaliste est plutôt regardé comme une espèce de fou, et l'on m'a 
cité à cet égard quelques exemples typiques. Ainsi il y a quelques 
années Burmeister, le savant Directeur du Musée de Buenos- Ayres, 
s'était aperçu de l'apparition dans la ville d'un Papillon, assez rare 
d'ordinaire, et le soir il avait envoyé divers employés du Musée, 
munis de filets, chasser cet insecte près des lampes électriques des 
squares. 

« Les chasseurs ont été pris pour des fous et accueillis à coups de 
pierres et de bâtons, do sorte que l'on en ramena plusieurs fort mal- 
traités sur des brancards. Deux naturalistes de Tucuman, Dinelli et 
Girard, ont été arrêtés plusieurs fois par la police, chassant auprès 



34 Bulletin de la Société entomologique de France. 

des lampes électriques de la place principale. Une fois, l'arrestation a 
eu lieu près de la cathédrale, à l'instigation du curé qui cronait à une 
manifestation antireligieuse. » 

M. Baër termine sa lettre en envoyant ses meilleurs souvenirs à 
tous nos confrères de la Société entomologique. 

— M. E.-L. Bouvier donne de bonnes nouvelles de notre collègue 
M. P. Lesne, qui s'est installé à Tafira près de Las Palmas (Grande 
Ganarie). 

— M. L. Mesmin annonce qu'il part demain pour le Caucase où il 
compte explorer la région comprise entre Tiflis et Bakou. 

Budget. — M. H. Desbordes, au nom du Conseil do la Société, 
donne lecture du rapport suivant sur la gestion financière du Trésorier 
pendant l'exercice 1902 : 

Messieurs, 

Votre Conseil m'a fait l'honneur de me charger de présenter le 
rapport d'usage sur les comptes de l'exercice 1902, et je viens m'ac- 
quitter de cette mission, d'ailleurs spécialement agréable, étant donné, 
d'une part, que l'ordre parfait qui règne dans notre comptabilité rend 
'les vérifications faciles et rapides, d'autre part, que la situation de 
notre Société devient, au point de vue de l'argent, meilleure d'année 
en année. 

Je ne reprendrai pas le détail des chiffres fournis par M. Lahaus- 
sois. Chacun d'eux est rigoureusement exact, et il serait au moins 
inutile de vous en infliger une seconde lecture. Je me contenterai de 
faire remarquer que la Société a payé en 1902 six trimestres àWnnales, 
pour une somme de 9.306 francs, alors qu'elle n'en avait payé que 
trois, pour une somme de 4.931 francs, en 1901, et que, malgré cette 
dépense supplémentaire de 4.333 francs, il nous restait en caisse, au 
31 décembre 1902, une, somme de 4.721 francs sensiblement égale à 
l'encaisse de 4.933 francs existant au 31 décembre 1901. Cette situation 
-provient en grande partie d'un accroissement d'environ 2.500 francs 
au chapitre des recettes, et elle nous permet d'espérer que nous pour- 
rons augmenter très sensiblement l'importance de nos publicaUons dès 
que nous aurons atteint le jour, — et ce moment est prochain, — où 
la distribution des Annales sera au courant. 

Notre capital, qui dépasse 115.000 francs, s'est augmenté de 
1.800 francs, provenant de l'exonération de six sociétaires. 

Votre rapporteur. Messieurs, n'a que des éloges à adresser à l'habile 
et dévoué Trésorier qui administre si correctement notre avoir, et il 



Séance du 2o février 1903. lio 

vous propose de vous associer à lui pour remercier M. Laliaussois 
tic son excellente gestion en 1902. 

La Société accueille et ratifie par d'unanimes applaudissements la 
conclusion du rapporteur du budget. 

Prix Dollfas de 1901 et de 1902. — Conformément aux articles 
14 et 63 de son Règlement, la Société procède au vote sur les con- 
clusions du rapporteur de la Commission du Prix Dollfus, rapport 
lu à la séance du 28 janvier et imprimé dans le Bulletin n° 2, p. 26. 

Soixante-dix-huit membres prennent part au vote soit directement 
soit par correspondance, ce sont : 

MM. Ch. Alluaud, ~ E. André, — M. Bailliot. — G. de la Barre, — 
F. de Beauchène, — L. Bedel, — A. Bellevoye, — M.-J. Belon, — 
Ch. Benoît, — G. Bohn, — R.-M. de Boissy, — A. Boucomont, — 
.1. Bourgeois, — E.-L. Bouvier, — E. Brabant, — Briot, — H. du 
Buysson, — R. du Buysson, — P. Chabanaud, — A. Champenois, — 
.1. Clermont, — P. Daguin, — G. Darboux, — H. Desbordes, — L.-A. 
Dessale, — E. Dongé, — A. Dubois, — .1. Duchaine, — C. Dumont, 

— P. Dumont, — L. Fairmaire, — A. Fauvel, — Ch. Ferton. — Ph. 
François, — II. Gadeau de Kerville, — J. de Gaulle, — C. Gerber, — 
A. Grouvolle, — J. Grouvelle, — Ph. Grouvelle, — A. Gruvel, — 
F, Henneguy, — M. -A. .leanson, — J. de Joannis, — J. Kiinckel d'Her- 
culais, — Ch. Lahaussois. — A. Lamey, — E. Lamy, — A. Lécaillon, 

— L. Léger, — Ch. LeHardelay, — A. Lé veillé, — D. Lucas, — J. Ma- 
gnin, — M. Maindron, -^ P. Marchai, — J. Martin, — V. Mayet, — 
A. Méquignon, — L. Mesmin, — M.Nilielle, — H. Normand. — E. Pel- 
letier, — R. Peschet, — P. de Peyerimhoff, — M. Pic, — l'anbé Pierre, 

— H. Pierson, — L. Pottier. — G. -A. Poujade, — A. Puton, — 
M. Royer, — M. Sédillot. — Th. Seebold, — E. Simon, — J. Thibaut, 

— L. Viard, — L. Villard. 

Le dépouillement des votes donne le résultat suivant : 

M. P. Lesne [pour les deux annuités 1901 et 1902] : 77 voix 
M. E. André (Mutillides d'Europe) : 1 voix 

M. P. Lesne est proclamé lauréat du Prix Dollfus (annuités 1901 
et 1902 réunies) pour son travail sur les Bostrijrhides palêarctiques. 



56 Bulletin de la Société entomologique de France. 



Observations diverses. 

Sur une hyménoptérocécidie. — M. Gerber présente au Congrès 
des galles de la tige de Centaurea aspera. Ces galles, produites par un 
Cynipide appartenant au genre Aulax, semblent bien différentes de 
celles observées par Giraud sur la tige de Centaurea scabiom par 
Aulax scabiosae Giraud, à en juger par les exemplaires que M. 
Gerber soumet au Congrès grâce à l'obligeance de M. E.-L. Bouvier. 
L'auteur de ces galles diffère également àWulax scabiosae ainsi qu'il 
résulte d'un examen auquel M.R.duBuyssona bien voulu se livrer. 

M. Gerber distribue des photographies des hyménoptérocécidies de 
la tige de Centaurea aspera et présente un certain nombre d'Hymé- 
noptères parasites de l'auteur de la galle. 

Note cécidologique. — M. G. de Rocquigny-Adanson écrit : 

Depuis le savant article de M. l'abbé Pierre « Sur la ponte d'un 
Névroptére cécidozoon [Lestes viridis van der Lind.) v, publié dans le 
numéro nov.-déc. 1902 de la Revue scientifique du Bourbonnais et du 
Centre de la France (l),nous avons encore rencontré un certain nombre 
d'espèces végétales présentant les lésions caractéristiques. 

Nous citerons entre autres : 

Acer pseudoplatanus L. — Aesculus rubiciinda Lois. — Amelanchier 
sp., canadensis Médik.? — Azalea sp., viscosa L. ? — Cornus florida 
L. — Cotoneaster sp., buxifolia Wall.? — Cytisus laburnum L. — 
Deutzia crenata Sieb. et Zucc. — Evonymus latifolius Scop. — Ilex 
aquifolium L. — Juglans regia L. — Liquidambar orientalis Mill. — 
Pinus strobus L. — Pterocarya caucasica C. A. Me y. — Sambucus 
nigra L. — Syringa sp. ? 

Toutes ces espèces appartiennent au parc de Baleine (Allier). 
La plupart des lésions ont été soumises à M. l'abbé Pierre qui se ré- 
serve d'examiner plus attentivement certaines déformations paraissant. 
au premier abord, être l'œuvre d'espèces différentes de Lestes. 

(1) Esl-il nécessaire de rappeler que c'est M. l'abbé Pierre, le cécidologue 
moullnois, qui a découvert, le 23 septembre 190'2, au parc de Baleine, l'ori- 
gine des bos. s Blettes ou bourrelets, dus à l'action de Lestes viridis, et 
attribués antérieurement par les cécidologues à des Tenthrédinides, comme 
M. Lemée l'écrit encore dans le n° du Bulletin de la Société entomologique 
de France (15 février 1903}? 



Séance du 2o février 1903. ^7 

Note cécidologique. — A propos des bosseleltes signalées par 
M. E. Lemée {Bull, n" 2, 1903, p. 32 et 33), M. l'abbé Pierre écrit : 

« Les observations, déjà anciennes, de M. Lemée, et relatées dans le 
dernier Bulletin, m'ont vivement intéressé. La liste des arbres ou ar- 
bustes qui présenteront les déformations en question est loin d'être 
close. Dans un rapport do quelques pages {Bévue scient, du Bourb. 
nov.-déc. 1902) j'ai essayé d'établir, à l'aide de nombreuses formes, le 
type de la déformation que je préfère nommer bourrelet. Il sera pos- 
sible d'y lire aussi que les prévisions de M. Lemée se trouvent véri- 
fiées : des pontes, en effet, ont été observées en septembre et en octobre ; 
de plus, comme l'insecte est Lestes riridis, il est sûr que la larve se 
développa dans l'eau. 

« Désormais il ne saurait être question de Tenthrédinide. Les obser- 
vations de M. Lemée se réfèrent évidemment aux mêmes cécidiesquc 
les miennes. M. l'abbé Kieffer d'ailleurs, dans la publication citée 
par M. Lemée {Alleg. Zeits. fiir Ent., Ed., VII, 1902, n° 23, p. 497, 
note du bas de la page) identifie les cas, en signalant l'observation de 
la ponte de Lestes viridis, gentil et délicat Névroptère qui ne ment 
point à son nom » . 

Sur Phyllomorpha laciniata Vill. — M. l'abbé Pierre envoie ses 
observations sur cet Hémiptère dont le Bulletin nous a entretenu déjà 
plusieurs fois. 

« En août, je l'ai trouvé abondant sur un mamelon granitique, à 
Monts vicq (Allier). Il prenait ses ébats, entre les plantes basses, sur les 
sables qui résultent de la désagrégation du granit. Ses couleurs variées 
le dissimulent parfaitement quand il est immobile au milieu des grains 
de quartz, des cristaux de feldspath et des lamelles de mica. Je me 
suis contenté de capturer une dizaine d'exemplaires c5, 9, adultes et 
larves. Plusieurs adultes, tant le c? que la ç, portaient des œufs sur le 
dos, près de l'extrémité. Ces œufs étaient éclos, ou en voie d'éclosion : 
ainsi, en collection, j'ai un individu qui porte deux œufs, l'un éclos, 
l'autre avec la jeune larve de Phyllomorpha presque dégagée des en- 
veloppes, où elle est encore prise par les pattes. Les épines dont sont 
munies les expansions foliacées de l'abdomen et le relèvement en 
dessus de ces mêmes expansions, assurent le maintien des œufs. » 



58 



Bulletin de la Société entomologique de France. 



Communications. 

Sur la signification du nombre des segments ventraux libres et du 
nombre des ganglions nerveux de l'abdomen chez les Coléoptères 

par P. DE Peyerimhoff. 

On mesure souvent le degré d'évolution des Coléoptères à deux ca- 
ractères pouvant se chiffrer, et particulièrement expressifs par consé- 
quent : le nombre des segments ventraux libres, et le nombre des 
ganglions nerveux de l'abdomen. Plus ces nombres sont élevés, plus 
la forme considérée est ancienne. En faisant usage, comme Paul 
Mayer par exemple, des deux quantités à la fois, on paraît supposer 
qu'elles varient de concert, qu'elles ont, par conséquent, la même si- 
gnification, et personne, que je sache, n'a cherché à savoir si cet 
accord existait réellement. 

Il n'en est rien, et l'on s'en rendra compte aisément à examiner le 
tableau suivant, où ces deux nombres ont été confrontés pour les prin- 
cipales familles de l'ordre : 

TABLEAU DU NOMBRE DES SEGMENTS VENTRAUX LIBRES ET DU NOMBRE DES 
GANGLIONS NERVEUX DE L'ABDOMEN CHEZ LES COLÉOPTÈRES (1). 



TYPES KXAM(NES 



Carabidae 

DYTISCIDAE 

Gyrinidae 

Staphylinidae (Staphylinus Philonthus, 
Quedius, Xantholinus) 

SiLPHIDAE 

SCAPHIDIIDAE 

HlSTEIUDAE 

« Nifidula aenea Linn. » (sec. Blanchard). 

Trogosita mauritanica 

Byturus to^nentosus 



NOMDBE 

DES GANGLIONS 

NEISVEL'X 

ABDOMINAUX 


NOMBRE 

DES SEGMENTS 

VENTRAUX LIBRES 


7 


(> (Brachinus 7-8) 


t) 


6 


1 


7 


7 


7 {Ox y te Uni 8) 


7 


6j 


1 


5 


\ 


5 


1 


5 


8 


5 


6 


o 



(1) D'après Blanchard, complété par Brandt pour ce qui concerne 
les ganglions, d'après Leçon te et Horn pour ce qui concerne les segments 
ventraux. 



Séance du 2o février 1903. 



o9 



TYPES EXAAIINES 



Mycetophagidae, Erotylidae Triplax. Tri 

tomus) 

Endomychus coccineus 

COCCINELLIDAE 

BYiutiiiDAE [Byrrhus], Deumesiidae [Der 
mestes) 

Hydropiiilidae {Hydrophilus, HydrouK 
Sphaeridium) 

Scirtes haemisphaericus 

BCPRESTIDAE 

Elatekidae 

Cebiuonidae 

Cleridae, Dasytidae, Malacuidae 

Apatc capucina 

Ptinidae iPtiHUS) , ÂNor.UDAE (Anobium) . . . 

Lampyridae, Cantharidae 

Diclyopterus sanguineus 

Scararaeidae 

luca>'ioae 

Teneruionidae 

Diapeni boleti 

Cteniopus flavus 

Lagria hirta 

Pyrochroa coccinea 

Oedemera 

Meloidae {Cantharis, Meloë, Mylabris) ... 

Cerambycidae 

Curcllioxidae, Antiiribidae .^ 

CaRYsoMELiDAE .Donacîa, Crioceris, Cryp- 
tocephalus, Eumolpus, Chrysomela, 
Gast7-oidea, Luperus, Galeruca, Altica, 
Cassida) 

Lina 



NOMRRE 

DES GANGLIONS 

NERVEUX 

AlîDO.MINAlX 



NOMDRE 

DES SEGMENTS 

VENTRAUX LIllRES 



G 






APATIDAE 5-6 


« 






5 


G 






7-8 


8 
1 

(5 
7 ; Tenebrio 


8 


sec. 


0^8, î 7 
6 (rarement 5) 


Blanchard 


6 


sec. 




Brandt). 






5 



3 [Pleganophor. G 
3 (Hyperas2)is G-~ 



:> (Limnebius 7, 
Cyllidium '4 



o (6 chez quelques 
G 



L'inspection de ces cliiflVes suggère quelques rapprocliements inté- 
ressants. Ainsi le nombre des ganglions nerveux est tantôt supérieur 
{Silphidae, Trogosita, Byturus, Byrrhidae, Dermestùlae, Elateridae, 
Dascillidae, Ptinidae, Tenebrionidae, etc.), tantôt inférieur {Gyrinidae, 
Histeridae, Buprestidae, Scarabaeidae, Meloidae, Curculionidae, etc.) à 



60 Bulletin de la Société Entomologique de France. 

celui des segments ventraux. Le minimum des ganglions (') peut se 
rencontrer dans un même organisme {Gijrinus) avec un nombre de 
segments (7) voisin du maximum; et inversement le minimum des 
segments (5) peut se rencontrer [Trogosita) avec le maximum des 
ganglions (8). Dans la série des Clavicornia, où les segments ventraux 
sont, sauf quelques cas très rares, au nombre de 3, la chaîne nerveuse 
peut varier, quant au nombre des ganglions, du minimum au maxi- 
mum (1-8). Chez les Scaraboidea, qui forment un groupe parfaitement 
homogène, les Lucanidae ont 5 segments ventraux et 6 ganglions, 
tandis que les Scarabaeidae ont 6 segments et un seul ganglion. 

Comme on le voit, la discordance, ou, pour mieux dire, l'indépen- 
dance est telle, que lorsque les variations des segments et des gan- 
gUons s'exercent dans la même direction , il semble qu'il n'y ait là 
qu'une coïncidence accidentelle. Ces deux caractères n'ont donc pas la 
même signification. Au point de vue phylogénique, il en est un au 
moins, qui est pratiquement dépourvu do valeur, et il n'est pas sans 
intérêt de rechercher lequel des deux doit être éliminé, ou tout au 
moins affaibh. 



On se souviendra tout d'abord que la composition do l'abdomen est 
soumise à deux sortes de variations : colle portant sur les anneaux 
ventraux des premiers segments (urites) qui peuvent disparaître, 
tandis que les anneaux dorsaux (tergites) correspondants sont toujours 
présents, — et celle portant sur les derniers segments qui, à la vérité, 
sont toujours présents, mais invaginés dans le corps, et plus ou moins 
adaptés à des rôles physiologiques variés. 

Ces deux réductions sont loin d'avoir la même signification. CeUe 
qui concerne les premiers urites, de beaucoup la plus importante, est 
une marque d'évolution avancée. Elle est essentielle et définitive. On 
l'observe chez tous les Coléoptères : la majorité ont perdu les deux 
premiers urites; un petit nombre, tels que les Caraboidea. la plupart 
des Malacodermata, et beaucoup de Necrophaga, ont encore le deuxième 
urite visible. 

Celle qui concerne les derniers segments de ra])domen n'est qu'appa- 
rente. C'est une simple adaptation. Qu'ils soient visibles ou inclus dans 
le corps, les segments abdominaux sont toujours présents, en nombre 
constant (') (10 selon Verhoeff, 9 selon Peytoureau). « Il n'est pas 

fl) Certaines femelles de Curculionidae ont seules un cliiffre de segments 
inférieur d'une unité au chiffre typique. 



Séance du f."» février 1003. 61 

plus scientiliquo, dit Pey tour eau (p. 196) de compter uniquement 
chez un Arthropode, le nombre des segments visibles extérieurement 
et de tabler ensuite sur cette donnée, que de ne pas tenir compte des 
réductions et diffusions d'anneaux capables de dénaturer le schéma 
ordinaire. « 

Les formes peu évoluées {Malacoderninta, Neerophaga, etc.) ont à la 
Yérit('' un grand nombre de segments apparents et ce grand nombre en 
effet, coexiste presque toujours avec des caractères primitifs. Mais 
dans certains cas, il semble être, tout au contraire, le signe d'une évo- 
lution très avancée. Chez les Coléoptères du genre Rhipidius, dont le 
parasitisme est intense, le mâle a 7 ou 8 segments, et la femelle 9. Cet 
accroissement du nombre des segments ventraux parait être en corré- 
lation avec l'éthologie, puisque les Rhipiphoridae voisins, assujettis a 
un parasitisme moins étroit, présentent au plus 6 segments {My iodes). 
Chez les Slrepsiptères, encore plus modifiés, et que l'on incline à con- 
sidérer connue des Coléoptères dérivés des Rhipiphoridae, la segmen- 
tation de l'abdomen est poussée au maximum, le mâle a de 7 à 9 seg- 
ments abdominaux, et la femelle 10. Il est difficile cependant, de trouver 
des insectes plus dégradés, et l'on sait aussi, depuis les recherches de 
N. N aç n w, que leur système nerveux abdominal, extrêmement centra - 
lise, est réduit à un ganglion unique accolé au ganglion métathoracique. 
On peut interpréter ces faits dans le sens d'un arrêt ontogénique, mais 
au point de vue phylogénique, il y a eu évolution régressive, et les seg- 
ments de l'abdomen, primitivement inclus, sont réapparus sous forme 
de segments libres. 

On pourra objecter, par exemple, le cas des Staphylitiidae et celui 
de VAtractocerus. Le premier me parait devoir être écarté par ce fait, 
que les Staphijlinidae, à tous les points de vue autres que le nombre 
des segments ventraux libres, sont nettement plus évolués que les 
Silphidae, qui ont le même nombre de ganglions nerveux. En particu- 
lier, ces Staphijlinidae ont perdu, sauf une seule tribu (les Oxytelini), 
le 2<^ urite, encore présent chez les Silphidae, en sorte que leur grand 
nombre de segments apparents porte exclusivement sur les derniers. 
Quant à VAtractocerus, qui est aux yeux de M. Lameere la forme la 
plus primitive de l'ordre, le cas est plus embarrassant. On n'a d'ail- 
leurs sur cet insecte, aucune donnée anatomique. Son aberrauce, la 
réduction des élytres, la simplification de la nervation, et précisément 
le grand nombre des segments apparents, m'ont porté à croire qu'il s'a- 
gissait là d'une forme parasite, et j'ai constaté récemment que c'était 
aussi l'opinion de G or h a m. Je maintiendrai donc, jusqu'à nouvel 
ordre, les considérations qui précèdent. 



Bulletin de la Société Entomologique de France. 



Ainsi, lorsqu'on parle du « nombre des segments ventraux » on 
confond d'abord deux variables bien distinctes par la nature et la si- 
gnification, et ensuite on néglige les segments invaginés qui, ajoutés 
aux apparents, constituent toujours un nombre constant. En outre, si 
le grand nombre des segments visibles est d'habitude un critérium 
d'ancienneté, il peut dans certains cas, signifier tout le contraire. 

Ces considérations démontrent que l'on s'est exagéré l'importance 
du caractère phylogénique fourni par la composition extérieure de l'ab- 
domen. Le nombre des ganglions nerveux, par contre, ne tombe sous 
aucune critique. Il constitue certainement une excellente mesure du 
degré d'évolution, et en bonne interprétation, ses indications devront 
prévaloir toutes les fois qu'elles seront contradictoires avec celles four- 
nies par le nombre des segments ventraux apparents. 

Bibliographie. 

1. Mayer, P. — Ueber Ontogenieu. Phylogenie der Insekten [JeiiaiscJie 

Zeiischr., X. 1876, 186). 

2. Blanchard, Em. — Du système nerveux des Insectes. Mémoire 

sur les Coléoptères {Ann. Se. nat. Zoologie, t. V, 1846, 273]. 

3. Brandt, Ed. — Vergl. anat. Untersuch. des Nervensystems der 

Kâfer (Coleoptera) {Horae Soc. entoni. rossicae, t. XV, 1879, 

SI). 

4. Leconte, John L. and Horn, George H. — Classif. of the Co- 

leoptera of North America. Washington: Smith s. Instit., 1883. 

o. Verhoeff. — Vergl. Untersuch. iiber die Abdominal-Segmente, etc. 
{Deutsche Entom. Zeitschrift, 1893, 209). 

6. Peytoureau, A. — Contribution à l'étude de la morphologie de 

l'armure génitale des Insectes. Paris, 1893. 

7. Naeonow, N.-V. — Position des Strepsiptères , etc. {Deuxième 

Congrès de Zoologie, Moscou 1892, I, 179). 

8. Lameere, Aug. — Notes pour la Classification des Coléoptères 

{Ann. Soc. ent. Belg., t. XLIV, 1900, 335). 

9. Gorham, Bev. H.-S. '{Biologia centrali-anie ricana. Ins. Col. III, 

part. 2, Malacodermata, 111). 



Séance, du 2.j février 1903. G3 

D'où vient le Laemostenus complanatiis ? 
par Albert Fauvel. 

Pou d'entomologistes ont la bonne fortune d'avoir leur entrée libre 
dans les Catacombes et d'y chasser le Trechus micros qu'un auteur 
ligure détiguré par le transformisme au point d'être devenu tétramère. 
Mais, à défaut de ce privdège, presque tous nous possédons au moins 
une cave plus ou moins bonne pour les Coléoptères et Articulés d'autre 
sorte, et plusieurs collègues, à Paris même, y ont fait d'intéressantes 
captures. 

C'est d'un habitant de ces lieux obscurs que je me propose de vous 
entretenir, et cet hypogé est aussi un Carabique, mais non transformé 
et bien pentamère, le Laemostenus complanatus . 

Dejean, qui l'a décrit le premier, le signale en Portugal, Espagne, 
France méridionale, Italie, Sicile, Barbarie et Egypte. Il ajoute que 
Lacordaire l'a trouvé assez commun au Chili, sous les pierres, dans 
les montagnes (près de Valparaiso). 

En 1833 Go r y le décrit à nouveau dans nos Annales sous le nom 
de chilensis et le déclare « le seul exotique du genre ». Puis vient la 
description de Curtis (1839), qui l'indique du Détroit de Magellan 
sous le nom de rufitarsis; celle de Wollaston (18o4), qui le note 
de Madère et de Porto-Santo sous le nom û'alatus; celle de Raffray 
(1870), qui l'appelle Be/oni, d'Alger; celle de Fair maire (1877), qui le 
nomme crassicornis, de Collo; enfin celle de Blackburn (1889), qui 
le baptise australis, d'Australie. 

Au total, sept noms différents pour le moment. Et peut-être il en 
éclora encore ! 

Aux patries déjà citées Schaufuss ajoute la Corse, la Sardaigne, la 
Dalmatie et le Pérou; Wollaston, les Canaries, Sainte-Hélène et les 
Açores. Les auteurs américains et anglais le signalent aux États-Unis, 
surtout en Californie, aux Bermudes, en Irlande et en Angleterre. 

En France il n'était connu que de Morlaix, Brest, Bègles (Gironde), 
Port-Vendres, La Nouvelle (Aude), Béziers, Vendres (Hérault), Nîmes 
(dans les arènes), Toulon et Fréjus, et notre savant collègue Bedel, 
qui connaît sur le bout du doigt son bassin de la Seine, ne mentionne 
dans sa Faune que le terricola. 

Nous en étions là de ces renseignements lorsque, il y a une dizaine 
d'années, notre collègue le capitaine de Beauchêne m'apporta trois 
complanatus qui venaient d'être pris sous les pierres, aux environs de 



64 BuUelin de la Société Entomologique de France. 

Danvou (Calvados), localité située à environ 50 kilomètres du littoral. 
Un peu plus tard, j'en trouvais moi-même deux autres exemplaires à 
Gaen, et, depuis quatre ans, je le retrouve souvent dans la cave de ma 
nouvelle maison, construite depuis trente ans seulement, tandis que, 
dans l'ancienne, vieille de plus d'un siècle, je ne prenais que le 
terricola. 

Mis en éveil par cette observation, je priai ces temps derniers un 
jeune collectionneur caennais de visiter le dépôt des ordures ménagères 
de la ville, et, chose étrange, à chaque visite il prend le complanatus et 
jamais le terricola. 

Jadis il y avait dans le Calvados, surtout à Caen, des amateurs de 
Coléoptères; j"ai étudié leurs collections; elles ne contenaient que le 
terricola. Il est bien permis de croire qu'à cette époque le complanatus 
n'était pas encore arrivé chez nous. Son introduction paraît donc toute 
récente, et cependant c'est aujourd'hui le plus commun; c'est même, 
je le répète, le seul qu'on trouve au dépôt des ordures provenant do 
toutes les maisons de la ville et, si ce n'est déjà fait, il semble en train 
d'exproprier son congénère terricola. 

A Paris, vous ne le soupçonnez pas encore. Mais Paris est presque 
port de mer, et, avant qu'il le soit tout à fait, j'imagine que le com- 
planatus sera installé intra muros. Descendez donc, je vous prie, dans 
vos caves — cela est bien permis, surtout à des entomologistes — 
et voyez si c'est encore le terricola qui les habite. 

Maintenant, Messieurs, permettez-moi de tirer de ce petit fait, si petil 
qu'il soit, quelques remarques générales. 

D'où vient ce Laemostenus complanatus? 

Il est d'un genre essentiellement paléarctique ; ce genre est assez 
nombreux, et cependant, seul de ses congénères, il a fait son tour du 
monde, fondant ses colonies à droite et à gauche dans les régions 
plus ou moins tempérées, ne s'éloignant guère du littoral et confiné 
dans les ports maritimes ou leurs zones voisines. De sorte que partout 
il semble importé, et pourtant c'est à peine si on l'a pris une ou deux 
fois dans un navire. 

Si, pour déterminer, son point de départ, nous cherchons dans 
quel pays il est le plus commun, nous trouvons Madère, Sainte-Hé- 
lène et le ChiU. A Madère et à Porto-Santo, je l'ai pris en grand nombre, 
à Funclial surtout et aux environs ; toutefois il ne paraît pas exister 
dans l'intérieur. A Sainte-Hélène, d'après Wollaston, il serait plus 
commun encore. Mais Sainte-Hélène et le Chili sont loin de la région 
paléarctique et il faut bien concliu'e qu'il y a été introduit. Restent 
Madère et Porto-Santo comme dépendances de notre faune. 



Séance du 2j février 1903. 65 

Est-ce là sy patrie d'origine? Remarquez qu'il n'y a pas oOO ans que 
ces îles sont connues ; elles étaient inhabitées quand les Portugais les 
ont découvertes et, pendant un siècle ou deux, elles ont reçu et ren- 
voyé à peine quelques pauvres caravelles. Il n'est guère admissible que 
le complanntm en soit parti pour éraigrer en Europe ou en Barbarie et 
de là un peu partout, tandis que le terricola, son voisin, de mœurs iden- 
tiques, reste depuis tant de siècles confiné dans notre Europe tempérée. 

Faut-il donc évoquer l'hypothèse de la fameuse Atlantide, dont 
Madère ne serait qu'une crôtc émergée de l'Océan? Les fervents de 
ce continent disparu aftirment qu'il se prolongeait justement au nord 
vers la Bretagne, le Pays de Galles et l'Irlande. Admettez le compla- 
natus comme une espèce de cette Atlantide paléarctique et tout s'ex- 
plique. Il en est venu s'échouer au nord à Brest, à Morlaix et sur les 
côtes de la Grande-Bretagne; au sud, il est resté nombreux à Madère. 
Et seul il n'a pas eu le bonheur d'échapper au naufrage. Un petit Cha- 
rençon, le Cathormlocerus curoipes WolL, commun aussi à Madère, et 
d'autres encore, ont presque la même distribution géographique dans 
l'Europe occidentale. 

Pour n'être pas déclarés en faillite d'arguments, acceptons provisoi- 
rement cette liquidation plus ou moins judicieuse de l'affaire. Aussi bien 
cela nous dispense de recourir à la solution de Lacordaire {Introd. à 
l'Enlom., 1838, II, p. 548), qui déclare nécessaire d'admettre que « l'es- 
pèce a ou deux souches primitives » — l'une au Chili, l'autre en Eu- 
rope — « qui se sont propagées chacune de leur côté » ! 

Il n'en reste pas moins certain que la répartition géographie des 
êtres, notamment des Insectes, se pose fréquemment eu problèmes 
inextricables. 

D'abord, cette répartition, telle que nous la constatons aujourd'hui, 
ne ressemble pas à ce qu'elle fut jadis, même à ce qu'elle était il y a 
quelques centaines d'années. 

Qiiels insectes habitaient déjà la région parisienne dans l'ancienne 
Gaule? Qu'était la faune de la Normandie, il y a dix siècles seulement, 
quand mes ancêtres Scandinaves débarquaient à l'embouchure de la 
Seine et de l'Orne? Nous l'ignorons absolument. 

Rien que pour les Coléoptères, je pourrais rappeler une masse d'es- 
pèces dont la distribution sur le globe est inexplicable. Elles semblent 
tombées du ciel, et de fait elles en tombent parfois, emportées par le 
sirocco ou de semblables ouragans à des distances énormes. 

Mais, sans même invoquer ces perturbations de l'atmosphère, ne 
voyons-nous pas à bref délai la faune se transformer naturellement 
sous nos yeux? Je vous en citerai deux exemples au hasard. 



66 Bulletin de la Société entomo logique de France. 

Il y a une trentaine d'années nous avions dans le Calvados les mêmes 
petits bois de pins qu'aujourd'hui. En les battant on ne prenait rien 
de spécial. Et maintenant ils s'enrichissent rapidement des espèces 
particulières à ces arbres dans les autres pays de France. 

Et une pareille invasion peut être extrêmement rapide, même pour 
des espèces indifférentes à tel ou tel végétal. En voici une preuve cu- 
rieuse. 

WoUaston et ses collaborateurs ont, pendant dix ans, si bien ex- 
ploré la faune madérienne qu'ils n'ont presque rien laissé à découvrir 
par leurs successeurs. Or vous connaissez tous le Coenopsis Waltoni, 
ce petit Charançon qui vit dans les mousses de nos bois. Dans ses 
premiers ouvrages sur Madère, WoUaston ne cite pas l'espèce, et 
seulement en 1871, dans son supplément final, il annonce sa capture 
aux environs de Funchal. Eh bien, après lui je n'ai pas secoué là-bas 
une mousse, un nid d'oiseau, un amas de végétaux humides sans 
trouver en familles le Coenopsis Waltoni. C'est un dos Coléoptères les 
plus communs de l'île et il n'a pas mis 25 ans à s'y multiplier. J'ai noté 
dans mon catalogue de Madère une série d'espèces dans le même cas, 
arrivées depuis l'époque de WoUaston et quelques-unes vont peut- 
être s'y développer comme le Coenopsis. 

Les anciens auteurs n'avaient aucune idée de cette extension pos- 
sible des espèces. Klug et Erichson ont décrit par exemple 34 Sta- 
phylinides de Madagascar et les donnent tous comme exclusivement 
malgaches. Aujourd'hui, grâce surtout à notre aussi bon secrétaire 
qu'excellent voyageur Alluaud, on en connaît près de 500 et nous 
ciinstatons qu'il en est venu de partout dans l'île, autant de l'Inde que 
d'Afrique et même d'Europe. VAleochara puberula, entre autres, que 
vous prenez à Paris, a été décrite d'abord par Klug comme propre à 
Madagascar. 

Certains pays, sans que nous sachions pourquoi, semblent des 
terres promises aux envahisseurs. J'ai donné la hste de 20 espèces de 
Staphylinides d'Europe acclimatées en Nouvelle-Zélande, dont plusieurs 
sont devenues là-bas plus communes que chez nous, et cependant les 
relations suivies avec ces antipodes ne datent pas d'un siècle ! 

Les îles Hawaï sont une véritable colonie d'immigrés. Pourquoi 
plutôt que d'autres? Nous n'en savons rien. 

Pourquoi certaines familles de Coléoptères tendent-elles surtout au 
cosmopoUtisme? Nous ne l'expliquons guère. Notre collègue Régim- 
bart, le fin connaisseur des Dytiscides, nous montre toute une pha- 
lange de ces carnassiers d'eau douce rayonnant sous tous les climats, 
comme YEunectes sticticus, à la poursuite de proies aussi variées que 



Séance du 2.j février 1903. 67 

les latitudes, et mettant en pratique cet axiome de la sagesse des ex- 
plorateurs : Vivre de la vie du pays et s'accommoder toujours du menu 
indigène. 

D'autres, au contraire, — mauvais globe-trotteurs, — rayonnent peu 
ou ne rayonnent point. Ainsi, pendant que les Dytiscides vagabondent, 
leurs cousins germains, les Gyrinides, ne voyagent pas. Est-ce par cet 
attachement au sol natal que lo poète latin a célébré en un si joli dis- 
tique, ou parce que, depuis qu'ils sont au monde, ils ont passé leur 
temps à danser en rond? 

Je ne me charge pas de résoudre ces problèmes, aussi obscurs que 
les caves d'où vient le Laeniostenus complanalus. 



Descriptions de quelques Coléoptères de la faune malgache 

par L. Fairmaire. 

Megalomma biguttulum, n. sp. — Long. 9 mill. — Fusculo-coeru- 
leiiiii, leviter sericans, parum nitiduiii, elytris ut rinque macula discoi- 
dali, rotiinda aurantiaca: capite medio depresso, antice transversim 
fortiter plicato, oculis valde exsertis, globosis, labro piceo, nitido, valde 
convexo, apice acufo, antennis gracilibus, fuscis; prothorace cylindrico, 
elytris fere dimidio angustiore, lateribus fere redis, antice et basi mar- 
ginato, disco lineola longitiidinali vix distinguenda ; scutello triangu- 
lari; elytris oblongis, subpa rail élis, ad humeras angulatis, ante apicem 
angustatis, apice truncatulis, dorso subtilissime asperulis, ante mé- 
dium transversim impressis, sutura sat elevata, basi depressiuscula ; 
subtus nitidius, pedibus gracilibus, piceis, vage coeruleo tinctis. — Ma- 
dagascar; ma collection. 

Cette espèce est bien reconnaissable aux 2 taches orangées des 
élytres, qui tranchent sur le fond bleu obscur de la coloration. Le M. 
uniguttatum Fairm. a aussi deux taches, mais pâles et placées sur le 
bord marginal des élytres. 

Lonchotus lateretusus. — Long. 30 mill. — Oblongus, valde con- 
vexus, fusco-niger, nitidus; capite antice fere truncato, cornu brevi, 
leviter arcuato, utrinque carinato, basi crasso armato, parte antica ru- 
gulosa, clypeo truncatulo; prothorace paulo transverso, elytris haud 
angustiore, late et oblique parum profunde depresso, sat dense aspera- 
to, marginibns basi angulato élevât is et compressis, margine basali sat 



G8 Bulletin de la Société eniomologique de France. 

acuto , modice elevato, prothorace luteribus grosse rugoso, basi multo 
laeviore; scutello triangulari, laevi; elytris ovato-subquadratis, suhse- 
riatim foveolis transversis inipressis, lîtrinque bicostulatis, foveolis et 
cosiulis post médium obliteratis, humeris laevibus, stria sutarali forti- 
ter impressa; propygidio subtilissime dense transversiin strigosulo, py- 
gidio laevi, basi tantum punctulato ; pectore rufo-villoso, abdomine laevi, 
pedibus validis, tibiis anticis late tridentatis, posticis brevibus, conicis, 
compressis, dense ac grosse granulatis, apice setis brevibus dense corona- 
tis, tarsorum articulo r longiore, apice angulatim dilatato. — Fara- 
fangana (Blucheau). 

Remarquable par la dépression large, peu proîonde, qui occupe 
presque tout le corselet et dont les bords médiocrement carénés ne 
sont saillants qu'à la base. 

Phileurus hovanus. — Long. 20 mill. — Oblongus, convexus, 
fusco-niger, nitidus, glaber, pectore, subtiliter fulco-pubescente; capite 
sOrt minuto, antice angustato , clypeo apice breviter recnrvo-acuminato ; 
prothorace transverso, elytris haud angustiore, lateribus a niedio ro- 
tundatis, dorso subtiliter coriaceo, disco medio oblonge sat profunde 
excavato, antice prof undius, marginibus haud acute elevatis, antice le- 
viter bituberosis, tuberculis anticis ad marginem sitis et valde approxi- 
matis, basi marginata, utrinque transversiin valde impressa, angulis 
fere redis, anticis brevibus, deflexis; scutello punctuto, obtuse ogivali; 
elytris sat brevibus, paralleUs , apice rotundatis, grosse punctato-sub- 
striatts, intervallis convexis, alternatim magis elevatis, cosiis discoida- 
libiis et externis apice obliteratis, callis posticis laevibus, parte apicali 
rugoso-punctata; pygidio piceo, dense subtiliter strigosulo, iransversim 
fere bigibbosulo ; pectore subtiliter rugosulo et breviter fulvo-pubescente ; 
abdomine laevi, nitido, pedibus sat validis, femoribns sat latis, com- 
pressiusculis, laevibus, linea punctata excepta. — Madagascar : ma col-, 
lection. 

Ressemble au P. vervex Burm., du Brésil, en diCiere par la tête 
sans crêtes transversales, avec un tubercule au sommet du front, le 
corselet assez largement et fortement excavé au milieu, les tibias plus 
grêles, les postérieurs plus fortement dentés au milieu et plus" sinués 
ensuite. 

Il est curieux de trouver à Madagascar une espèce d'un genre amé- 
ricain, bien que quelques-unes soient indiquées de la Chine ; mais ces 
dernières ont un faciès assez spécial tandis que celle trouvée à Mada- 
gascar a tout à fait le faciès des espèces américaines. 



Séance du â.j février 1903. 69 

Prosodiclius, n. g. 

Caput brève, tranmtum. Oculi latérales, anrjuUi, integri, labrum 
exsertum , mbijuadratum , integrum, mandibulae anijulatim arcuatae, 
palpl sat (/rariles, articulis elongatis, apicein versus piiiilo latioribus, 
Hllimo obtuse traiiratulo. Antennae brèves, prothoracis médium paulo 
stiperantes, arliciilo 3" quarto paulo longiore, ceteris [ère moniliutis. 
Prothorax paru m transversus, postice obtuse biconvexo ; scutello sat mi- 
nuto. Elytra c^ elongata, compressa, lateribus aciite marginata, 9 ain- 
pla, ovatulo-obloiiga, tenuiter luarginata. Prosternum latum; fere 
planum, apice obtuse angiilosum,mesosternumlato, concavo, metasterno 
brevissimo, coxis globosis, posticis inter se distantibus, sed ad coxas me- 
dianas contiguis, processu intercoxali latissimo. Pedes (5 magni, validi, 
postici longiores, iibiae omnes apice leviter incurvae et breviter bispi- 
nosae, tarsi elongati,subtus dense pilosi, articula P secundo parum lon- 
giore, 9 pedes breviores, gracilioribus, tarsis brevioribus. 

Ce nouveau genre do Ténébrionide est fort intéressant à raison de la 
dilTérence des deux sexes; le c5 ressemble à certains Prosodes dont les 
ç sont assez différentes. Mais je crois que sa place est plutôt près des 
Pelecyphorus et des Asidesthes. 

Prosodidius Perrieri, n. sp. — Long, c? 22 à 24 mill., 9 22 à 
27 mill, — (5 Elongatus subparallelus , lateribus compressus, elytris 
planatis, fere concavis, lateribus acute et valde carinatis, nigro-fuscus, 
parum nitidus, subtuscum pedibus nitidus, his picescentibus ; capite sat 
lato, sat fortiter punctato, inter antennas transversim impresso, antice 
truncato, labro transverso, truncato, punctato, mento apice leviter 
emarginato, palpis sat brevibus, articulo ultimo oblongo, truncatulo, 
oculis angustis, antennis piceis, fere nodulosis, articulo 3" quarto lon- 
giore, ultimo globoso ; prothorace parum transverso, basi elytris paulo 
latiore, lateribus sat rotundatis et sat acute marginatis, dorso sat dense 
aspero-punctalo, niedio fortiter sulcato, sulci lateribus postice magis 
convexo, basi fere recta, angulis obtusis; scutello sat pnrvo, cordato, po- 
lito; elytris elongatis, dorso planatis, utrinque costulis f angustis, ante 
apicem obliteratis, sutura minus elevata, interstitiis coriaceis, parte 
laterali nitidiore , asperulo-punctata ; subtus cum pedibus dense punc- 
tulato-asperulus, pedibus posticis longioribus, femoribus omnibus valde 
incrassatis, tibiis posticis paulo undulatis. 

9 Major, ovato-oblonga, modice convexa, paulo nitidior; capite densius 
punctato, antice utrinque vix impressiusculo, antennis brevioribus, pro- 
thoracis médium haud superantibus ; prothorace transverso, similiter 



70 Bulletin de la Société entomologique de France. 

sculpturato, latiore, lateribus magis rotnndatis; scutello polito, sed 
minus truncato; elyt^Hs ovato-oblongis, leviter convexis, subtiUter co- 
riaceo-asperulis, utrinque costis S modice elevatis, costa inarginali 
paulo magis elevata, sutura modice elevata, parte laterali nitidiore, as- 
perulo-punctata ; subtus cum pedibus nitidior, magis picea; abdomine 
magis ample, pedibus gracilioribus, tarsis posticis minus elongatis. — 
Ankarahitra (H. Perrier); trouvé au bord de la Betsiboka dans un 
bois sablonneux, sous des feuilles et dans le sable. Doit être nocturne; 
court rapidement. 

Cratopus squalus, n. sp. — Long. 22 mill. {rostr. excl.). — Elon- 
gatus, ab elytrorum basi postice gradatim angustatus, fusco-submetal- 
lescens, vix nitidulus, fronte rostroque utrinque linea palUda oculoif 
circumdante ornatis, vertice paulo rufescente, prothorace antice et late- 
ribus rage rufescente; scutello rufo, elytris vitta marginali rufa usque 
ad apicem ornatis, subtus cum pedibus tenuiter rufo-puberulus; vertice 
subtiliter asperato, fronte supra transversim rufogranata , rostro va- 
lido,'parallelo, supra planato, medio obsolète impresso; prothorace trans- 
verso, elytris haud angustiore, a basi rotundatim valde angustata, sub- 
tiliter densissime granuloso, antice paulo fortius, basi recta, subtiUter 
margina,ta; scutello fere rotundo; elytris valde elongatis, ad humeros 
angulatis, dein gradatim angustatis, apice conjunctim rotundatis, dorso 
modice lineato-punctatis, intervalUs planis, subtiUter granuloso ; abdo- 
mine medio paulo denudato, pedibus crassis, rugosis, femoribus anticis 
inflatis, subtus dente valida acuto armatis. — Ile Maurice ; donné par 
M. Bovie que je remercie do sa générosité. 

Cet insecte est bien remarquable par sa taille et sa forme ichtbyo- 
morphe, assez étrange dans le genre dont il offre tous les caractères 
et qui du reste renferme une ou deux espèces pisciformes. 



Description d'un Trechus nouveau de Corse [Col.] 

par J. Sainte-Claire Deville. 

Trechus Varendorffi, n. sp. — T. Delarouzei Pîxnd. valde similis. 
Piceo-castaneus, palpis, antennis pedibusque rufotestaceis, elytrorum 
margine suturaque obscure rufescentibus. Caput pronoto angustius; 
oculi parum prominuli, temporibus diametri ocularis dimidiam partem 
fere aequantibus; frons in média parte puncto unico profundiusculo 



Séance du 2o février 1903. ■ 7,1 

instrmta. Antennae médiocres, articulo secundo tertio evidenter minore, 
quartuiii aequante. Pronotum vix ti^ansversum, subcordifornie, ejusdem 
basi versus angulos posticos leviter at evidenter oblique exsecta, utrin- 
que fovea profunda insiructn. Coleoptera parum convexa, ad basin 
subtruncata, huimris obtuse rotimdatis, striis laevibus, tribus inteniis 
sat prof midis, ceteris obsoletis, octara in média parte oinnino evancs- 
cente. — Long. 3 raill. 

Habitat in niontibus altissimis Corsicae. 

Corse : sommet du Monte Benoso, au bord des névés, 2 9 (de Va- 
rendorff!); bergeries de Cappiajola, dans le même massif, lin août, 
également au bord d'un névé, 1 cJ (Vodoz!). 

Je suis heureux de dédier cette espèce à M. de Varendoril', ma- 
gistrat à Guhrau (Silésie), qui a bien voulu me la communiquer par 
l'intermédiaire de M. Vodoz, et m'abandonner l'un des deux exem- 
plaires qu'il a capturés. 

Ce nouveau Tr échus ressemble beaucoup aux exemplaires foncés du 
T. Delarouzei Pand., avec lequel il a d'ailleurs une réelle aflînité. Sa 
forme est un peu plus allongée que celle de ce dernier, sa taille 
moyenne aussi un peu plus grande. La tête est légèrement chagrinée, 
moins brillante, les yeux un peu plus petits et surtout à facettes moins 
nombreuses et plus grossières; les pores orbitaires disposés à peu 
près de la même façon; entln les trois individus que j'ai pu examiner 
présentent sur le milieu du front un gros point isolé (^). La différence 
de longueur entre le 3^ article des antennes et ses deux voisins est 
bien plus accusée. La base du corselet, au lieu d'être à peu près rec- 
tibgne, est obliquement coupée vers les .angles postérieurs, comme 
chez le T. quadristriatus, ])ien que d'une manière moins accentuée. La 
disposition des stries élytrales est absolument la même que chez le 
T. Delarouzei; comme chez ce dernier, la 8*^ strie est absolument 
effacée dans sa partie moyenne, entre les séries ombiliquées subhumé- 
rale et apicale (2). 

L'exemplaire pris par M. Vodoz présente une particularité intéres- 
sante : la marge prothoracique porte du côté gauche deux pores séîi- 

(1) Le même caractère s'observe chez divers Bembidium, notamment 
B. DaliliF. 

(2) Chez une espèce des Alpes Maritimes, T. Putzeysi Pand., la 8'' strie 
est au contraire très bien tracée et bien séparée du bord latéral au niveau 
des premiers segments abdominaux. Je ne crois pas que ce caractère ait été 
déjà signalé. 



72 Bulletin de la Société entomologique de France. 

gères jumelés au lieu duii pore unique comme dans le cas normal. 
Je me borne aujourd'hui à signaler cette anomalie, comptant revenir 
un peu plus tard sur la valeur phylogénique du caractère en question 
chez les Carabidae. 

Le principal intérêt de la découverte de M. de Varendorff est 
qu'elle ajoute une unité à la faune alpine de la Corse, jusqu'ici repré- 
sentée par un très petit nombre de formes {Nebriu Lareyniei, Bembi- 
dium agile, Dichotrachehis Kozioroioiczi, etc.)- Il n'est pas indifférent 
de remarquer que, si la Nebria des montagnes de la Corse est presque 
identique à une espèce des Abruzzes, leur Trechus est infiniment 
voisin de celui des Alpes Provençales. Au reste, la dispersion de nos 
espèces s'est assurément beaucoup modifiée depuis la fin de la période 
tertiaire : c'est pourquoi la comparaison de la faune actuelle de la 
Corse avec celles des continents voisins nous donne sur les affinités 
de cetfe faune des indications si diverses et paraissant si souvent incon- 
cifiables. 



Diagnose d'une espèce nouvelle de Gicindela [Col.] 
par Ed. Fleutiaux et M. Maindron. 

Gicindela malabarica, n. sp. — Obscure aenea, impolita, capite 
thoraceque cupreis. Labro transverso, nigrescente , forsan luteo-signato; 
antennis longis; pronoto subquadrato, fortiter et dense rugoso, angulis 
posticis redis ; elytris leviter sat parce granulosis ; pedibus longissiniis. 
— Long. 7 mill. 1/2-9 mill. 1/2. 

Habitat in ripis fluminis Mahesiae, in terra malabarica. 

Les types de cette espèce, voisine de C. Hmosa Saund., dont nous 
donnerons une figure et une description plus complète dans un pro- 
chain mémoire (^j sur le dernier voyage de M. Maurice Maindron 
dans l'Inde méridionale, sont déposés au Muséum d'Histoire naturelle 
de Paris et dans nos deux collections. 

(1) Ce travail, presque complèlement terminé, est destiné aux Annales de 
la Société, ainsi que ceux du D"^ Régimbart sur les Carnassiers aquatiques 
et les Paipicornes, et de M. Antoine Grou vclle sur les Clavicorne?. 



Séance du 2S février 1903. 73 



Notes sur quelques espèces de Malacodermes 
de la faune méditerranéenne [Col.] 

par J. Bourgeois (^). 

1. Cantharis puUcaria F. — Espagne : Grenade, avril, sur Lu- 

pin, (5 Ç. (D'' Bugnion). 

2. C. deportata Fairm. — Algérie : C, Mecljcz-Amar, mai (D'' Cho- 

baut). ■ 

3. C. colona Er. — Algérie : A., Teniet-el-Haad, juin (D'- Ghobaut). 

Dans le nombre, un ex. à pattes et abdomen entièrement 
roux. 

4. C. curta[Uavs. — Algérie : A., Teniet-el-Haad, juin (D'' Gho- 

baut). 

5. C. convexicollis Fairm., var. nov. Cltapelîerî. — Algérie : 

C, Philippeville, mai; Mont-Edough, juin (D'" Ghobaut). 

Gette variété, à laquelle je conserve le nom sous lequel Reiche, 
qui la considérait comme espèce nouvelle, l'avait désignée dans sa 
collection, diffère du type par une plus grande extension de la colo- 
ration noire : 

1°) Sur la tête. Dans les ex. typiques, la coloration noire posté- 
rieure s'arrête au niveau des yeux et le front est marqué de deux 
taches médianes noires; dans la var. Chapelieri, la coloration noire 
recouvre toute la partie postérieure de la tète jusqu'aux torulus et se 
prolonge entre les antennes jusque sur l'épistome; 

2°) Sur \e pronùtum. Celui-ci ne présente, dans le type," qu'une tache 
médiane noire élargie postérieurement, tandis que dans la variété, il 
est entièrement noir, à l'exception d'un fin liséré antérieur et d'une 
bordure latérale d'un flave pâle ; 

3°) Sur les pattes. Dans le type, les pattes antérieures sont en 
entier d'un jaune roussâtre, à l'exception de la tranche supérieure des 
cuisses, et les tibias intermédiaires sont également en grande partie 
de cette même couleur, tandis que dans la variété, les pattes sont 

(Ij Ces note?, d'intérêt purement géographique, ont trait à diverses espèces 
de Malacodermes recueillies, dans ces dernières années, par M. le D' Chobaul 
en Algérie et par M. le D' Bugnion en Espagne, Sicile et Algérie. 

Abréviations : 0., province d'Oran; A., province d'Alger; C, province de 
Constantine, 



74 Bulletin de la Société entomologique de France. 

toutes ontièremeat d'un noir brunâtre, à l'exception des genoux et 
des tarses qui sont souvent un peu plus clairs; 

4"^) Sur les antennes qui sont jaunes, à l'exception de rcxtrémité, 
chez le type, tandis qu'elles sont entièrement rembrunies (sauf le 
dessous des deux ou trois premiers articles) dans la Yariété; 

5°) Enfin sur V abdomen qui est beaucoup moins largement bordé 
de jaune dans la variété que dans le type. 

Il existe d'ailleurs de nombreux passages entre ces modes extrêmes 
de coloration. 

6. C. -mauritanica Luc. — Algérie : 0., Tlemcen, aux Cascades, 

sur ombellifères, avril (D'' Bugnion) ; Mekalis, mai (D'' Cho- 
baut); A., Margueritte, Médéah, Lagliouat, mai; Teniet-el- 
Haad, juin (D'' Chobaut). 

7. C. praecox Gêné. — Sicile: Palerme (D"" Bugnion). 

8. Ilhagonycha fossulata Luc. — Algérie : A., Bou-Berak, près 

Dellys; C, Djebel-Aurès (D^ Chobaut). 

9. /?. barbara Luc. — Algérie : 0., Oran, mai; A., Bou-Berak, 

près Dellys; Margueritte, mai; Teniet-el-Haad, juin; C, Dje- 
bel-Aurès; Philippeville, mai; Mont-Edough, juin (D'' Cho- 
baut). 

10. II. herbeaU&V'è. — Algérie : Bou-Berak, près Dellys; Margue- 

ritte, mai; C, Saint-Charles, Philippeville, Medjez-Amar, mai ; 
Mont-Edough, juin (D'' Chobaut). 

11. /{. quadricollis Kiesw. — marginella Baudi. — limbipennis 

Mars. — Espagne : Grenade, avril, sur Yeuse (D"" Bugnion). 
— Aussi en Algérie : A., Boghar (Ballray); Teniet-el-Haad 

(Bedel). 

12. R. ornaticollis Mars. — Algérie : A., Hammam-Bira, mars, 

sur lentisques (D' Bugnion); Teniet-el-Haad, juin (D'' Cho- 
baut). 

13. /{. querceti Kiesw., .subsp. Bu$;-nioui, m. — Algérie : 0., 

Tlemcen, aux Cascades, sur ombellifères; Les Trembles, sur 
Pinus, avril (D'' Bugnion). 

R querceti Kiesw. a été décrit d'Andalousie (Sierra de Jaen) et 
n'avait pas encore été, que je sache, signalé d'Algérie. Les exemplaires 
récoltés par M. le D'' Bugnion se rapportent en tous points à l'espèce 
typique (dont je possède deux individus provenant de Kiesenwet- 
ter), à l'exception toutefois de quelques particularités de forme et de 



Séance du f5 février 1903. 75 

coloration qui m'ont paru constantes. Je suis d'avis de les considérer 
comme constituant une sous-espèce ou race africaine de R. querceti ('), 
caractérisée comme suit : 

1°) Forme générale plus allongée, surtout chez le c?, 

2°) Antennes à articles plus grêles (c5), les basilaires entièrement 
noires. Chez querceti sens, str., les articles 1 et 2 sont d'un testacé plus 
ou moins clair, le premier légèrement marqué de noirâtre en dessus. 

3'') Coloration noire postérieure de la tête s'avançant largement et 
sans interruption entre les torulus jusque sur l'épistome. Chez querceti 
sens, str., cette coloration noire s'arrête à peu près au niveau du mi- 
lieu des torulus et le devant de la tête est jaune, avec le milieu de l'é- 
pistome seulement maculé de brunâtre, 

4°) Palpes entièrement noirs. Chez querceti sens. str. ils sont testacés 
avec le dernier article légèrement rembruni à l'extrémité. 

5°) Trochanters en grande partie et extrémité des hanches d'un jaune 
testacé. Chez querceti sens, str., les hanches et les trochanters sont 
d'un noir brunâtre comme les pattes. 

6°) Chez querceti sens. str. les arceaux ventraux de l'abdomen sont 
bordés de testacé pâle postérieurement et sur les côtés, tandis que 
dans Bugnioni, ils le sont seulement postérieurement (c5) et nullement 
sur les côtés. 

H. Progeutes longipennis Luc. — Algérie : 0., Hamman-Bou- 

Hadjar, avril (D'' Bugnion); A., Margueritte, mai (D"" Cho- 

baut). Parmi ces derniers, un ex. à élytres entièrement 
fauves. 

12. P. longipennis var. nig ripes Bourg., Rev. (VEntoni., 1897, 

p. 40. — Algérie : A., Margueritte, mai; Teniet-el-Haad, juin 
(D^Chobaut). 

13. P. longipennis var. nov. fïavicans. — Algérie : C, Biskra, 

mai (D'' Chobaut). 

(1) Dans le sens que l'on allache aujourd'hui à ces expiessions. Voir à ce 
sujet : Ganglbvukr, Der Artenumfang in der Orinocarabiis-Gn\[)pe und no- 
menclatorische Vorsclilage {Verhandhingen der K.K. zootog.-botan.- Gesells- 
chaft in Wien, 1901, p. 791 et suiv.); P. de Peyerimhofl", Sur l'état delà 
Systématique en entomologie, principalement chez les Coléoplère.^ [Feuille 
des Jeunes Naturalistes, n" 387, l^' janvier 1903, p. 37 el suiv.): J. Sainte- 
Claire Deville, Platysma des Alpes occidentales [Ann. Soc. eut. Fr., 1902, 
p. 588 et suiv.). 



76 . Bulletin de la Société entomologique de France. 

La var. nigripes est une var. par excès de la coloration noire; la 
var. flavicans est une variété par défaut. Comme la précédente, elle 
affecte les deux sexes. La tête est jaune, avec une tache noire posté- 
rieure de chaque côté, tantôt n'atteignant pas le niveau des yeux, tantôt 
prolongée jusque vers leur miheu; les deux premiers articles des an- 
tennes sont en partie jaunes; le pronotum est largement jaune dans 
son milieu ; les élytres sont chacun longitudinalement parcourus par 
une bande tlave plus ou moins large; les fémurs sont jaunes à l'excep- 
tion de leur sommet; l'abdomen est jaune, h peine maculé de noir 
sur les côtés des segments. 

14. Malthinus scriptus xar. filicornis Kiesw. — Sicile : Pa- 

lerme (D'' Bugnion); Algérie : A. Teniet-el-Haad, juin; G., 
Mont-Edough, juin (D'' G ho haut). 

15. M. scriptus, color. interm. (Bourg., Bull. Soc. ont. Fr., 1900, 

p. 302). — Algérie : A., Margueritte, Guelt-es-Stel, mai; 
G., Philippeville, mai (D"" Ghobaut). 

16. M. obscuripes Kiesw. — Espagne : Aguilas, fin mars (D'' Bu- 

, gnion). 

17. M. nigribuccis Mars, (c? varus Bourg.). — Algérie : A., Sidi- 

Madani-les-Gorges, mai ; Teniet-el-Haad, j oin ; G. , Saint-Gharles, 
avril-mai; Philippeville, mai; Mont-Edough, juin (D"" Gho- 
baut). 

18. M. fuscipes Bourg, et var. obscurior Bourg. {Bev. d'En- 

tom., 1897, p. 42). — Algérie : A., Margueritte, mai; G., 
Saint-Gharles, avril-mai (D"" Ghobaut). 

19? M. femoralis Pic, L'Échange, 1900, p. 87. — Algérie : A., 
Margueritte, mai; G., Saint-Gharles, mai (D'' Ghobaut). 

20. M. dryocoetes Bottb. — Sicile : Palerme, au pied du Monte Pe- 

legrino, sur Euphorbia maritima en fleurs, avril (D"" u- 
gnion). 

21. M. sicanus Kiesw. — Sicile : Palerme, au pied du Monte Pele- 

grino, dans les mêmes conditions que le précédent (D'' Bu- 
gnion). 

22. Malthodes chelifer Kiesw. — Espagne : Barcelone; Galderas, 

mars (D'' Bugnion). 

23. M. bifurcatus Ksw. (var. à élytres tachés de jaune à l'extré- 

mité). Sicile : Palerme, avril (D'' Bugnion). 

24. M. picticollis Ksw. — Gette espèce, décrite d'Italie méridionale 



Séance du %o février 1003. 77 

et de Sicile, habite aussi PAlsérie : A., Marj^uerille, mai: 
Teuiet-el-Haad, juin; C, Saint-Charles, mai (D'' Chobaul); 
Bislcra, fin avril (D'' Bugnion). — Je la possédais déjà de 
Médéah et de Djelfa (A.). 

25. M. pulchellus Luc. — Algérie : A., Hammann-R'ira, mars; Tu- 

nisie : Gardimaou, avril; Béja (D"" Bugnion). 

26. M. laciniatus Kiew. — Sicile : Palermc, sur Euphorbia mari- 

tiiiia, avril (D'' Bugnion). 

27. .1/. rural i s Kiesw. —Sicile : Palerme, sur Euphorbia maritima, 

avril (D'' Bugnion). — Aussi à Taormina et à Bronte (P. de 
Peyerimhoîf). 



Observations sur le genre Heterosoma [Col. Céton.] 
et description d'une espèce nouvelle 

par Ch. Alluaud. 

Le genre Heterosoma s'est augmenté dans ces dernières années 
d'un nombre important d'espèces du Nord, de l'Ouest et de l'extrême 
Sud de Madagascar, mais il est bon de remarquer que les trois an- 
ciennes espèces : //. coUatum Gory etPerch., H. Guerini Westw. 
et /f. Polleni Snellen n'ont pas été retrouvées, ou plus exactement 
n'ont pu être identifiées à aucune des espèces récemment décrites. 

En considérant que Eucatheta bicarinata F air m. est sûrement une 
9 à' Heterosoma (') et que le genre Traclujchlaenia Kraatz ne peut 
guère être considéré comme distinct d' Heterosoma, nous arrivons à un 
total de 10 espèces décrites dans ce genre : 

1. Alluaudi Kraatz [Trachychlaenia], Deutsche eut. Zeitschr., 18!)5, 

p. 219, et 1897, p. 334. — Diego-Siiarez , Montagne d'Ambre {Ch. 
Alluaud). 

2. attenuatum Pair m., Bull. Soc. ent. Fr., 1902, p. 224. — Majunga. 

3. bicarinatum Fairrn. [Eucatheta], Ann. Soc. ent. Belg., 1894, p. 140 

et 1897, p. 110. — Madagascar (sans localité précise). 

4. brève Fairrn ., Notes Leycl. Mus., XXIII, 1902, p. 67. — Pays Androy- 

Sud [D'' Decorse et Ch. Alluaud). 

(1) Mais je ne crois pas que ce soit la Ç d\ff. sycophanfa Pair m. comme 
l'a supposé l'auteur (4?in. Soc. ent. Belg. 1897, p. 110). 



78 Bulletin de la Société entomologique de France. 

5. collatum Gory et Perch. [Cetonia] Silberm. Rev. ent., III, 1835, 

[). 125. — Schaum, Ann. Soc. enl. Fr., 1844, p. 390, pi. X, (îg. 5. 
— Coquerel, Ann. Soc. ent. Fr. 1852, p. 379. — Kunckel in 
Grandidier [Parachilia], Hist. Madag., Col., [>!. III, fig. 9. — 
Fianarantsoa (D. Cowan) ('). 

6. exasperatum Fairm., Notes Leyd. Mus., XXIII, 1902, p. 6G. — Pays 

Androy-Siid iD' Décor se et Ch. Alluaud). 

7. Guerini \Yeslw. [Schizorrhina], Arcana ent.,1, 1841, p. 127, pl.XXXH, 

(io. 2. — Coquerel, Ann. Soc. ent. Fr., 1852, p. 380. — Kûiickel 
in Grandidier [Parachilia], Hist. Madag., Col., pi. V, Hg. 5. — 
Fai rm., Ann. Soc. ent. Belg., 1897, p. 110. — Madagascar (sans lo- 
calité précise). 

8. PoUeni Snellen [Parachilia'], Rech. sur la fuune de Madag., 1869, 

p. 9, pi. I, flg. 5. — Nosy-Bé {Pollen et van Dam). 

9. suturale Fairm., Le Naturaliste, 1902, p. 286 (n° 379, 15 décembre 

1902). — Madagascar (probablement Montagne d'Ambre) {-). 

10. sycophanta Faivm., Ann. Soc. ent. Belg., 1897, p. 109. — Bassin de 

rikopa [Scalahre, H. Perrier). 

Schaum admettait que H. collatum était la $ de //. Guerini; Co- 
querel a refusé de s'associer à cette manière de voir. 

La figure de ff. Polleni Snellen, de même que la figure de H. Gue- 
rini, donnée par We s twood, rappellent singulièrement H. sycophanta 
Fairm. 

H. exasperatum Fairm. semble avoir de l'analogie avec la figure 
de H. collatum Gory et Percheron, mais l'espèce do Fairmaire a 
l'échancrure du labre remarquablement étroite et profonde. 

Enfin II. brève Fairm. et ff. elephas n. sp., que je décris plus bas, 
forment un groupe très distinct qui ne peut être confondu avec aucun 
autre en raison de la difi"érence considérable qui existe entre le cS et la 
9. Les (5, comparés aux (5 des autres espèces, sont proportionnelle- 
ment plus larges aux épaules, plus courts, et ont des ç qui leur res- 
semblent peu, très peu atténuées en arrière, convexes, massives. Dans 
ce groupe, les côtés des élytres desd" ne tombent pas perpendiculaire- 
ment et encore bien moins chez les 9- 

Heterosoma elephas, n. sp. — c? Long. 20-21 mill. — Ressemble 
beaucoup au çj de H. brève Fairm., mais plus grand et proportion- 

(1) Citée par Waterhouse, Ent. monthl. Mag., 1897, p. 84. 

(2) Espèce resseuiblant beaucoup à Trachychlaenia Alluaudi dont elle 
n'est peut-être qu'une race, 



Séance du m février 1903. 79 

nellement moins court, plus fortement sculpté, surtout le prolhorax 
dont la ponctuation est plus forte, moins serrée et moins régulière. Les 
impressions des élytres sont un peu plus fortes, les carènes latérales 
beaucoup moins marquées, presque obsolètes au milieu, par consé- 
quent les côtés ne tombent pas abruptement. (Chez H. brevele bord in- 
fléchi n'est pas perpendiculaire, mais la carène est élevée, nette et Usse 
sur sa tranche). Le labre a les côtés légèrement arrondis en dehors (pa- 
rallèles chez //. brève). La couleur varie du brun rouge au noir. 

ç Long. 23-26 mill. — Beaucoup plus forte que la 9 de H. brève. 
Échancrure plus profonde au labre qui est plus élargi en avant avec 
les bords plus épais. Sculpture du prothorax plus espacée et plus ré- 
gulière; sculpture des élytres notablement plus forte. Carène latérale 
moins marquée, mais une ligne lisse entre la suture et la carène mieux 
indiquée. Côtés du prothorax plus régulièrement arrondis. Pattes très 
robustes, surtout les fémurs et les tibias postérieurs énormes. Toutes 
les 9 que j'ai vues sont noires. 

H. elephas vit dans la même localité que H. brève, mais est beaucoup 
plus rare. Le D'' Décors e et moi en avons pris un petit nombre près 
d'Ambovombé au Sud du plateau do l'Androy (extrême Sud-Est de 
Madagascar. 

Les Beterosoma volent pendant peu de temps avant le coucher du 
soleil (vers 5 heures) ; leur vol est rapide et n'a heu que pendant quel- 
ques jours de chaque année. 



Notes entomologiques 

par Maurice Pic. 

L Notes synonymiques ou rectificatives sur divers 
Coléoptères du Sud-algérien. 

La récente étude de Reitter (Bestim. Tabelle 50, Melolonthidae) m'a 
rappelé que le D'" C ho haut avait mentionné en 1898, dans sa bro- 
chure « Voyage chsz les Beni-Mzab «, p. 74, plusieurs espèces de 
Pachydema qu'il avait alors jugées nouvelles et nommées sans les dé- 
crire : Letourneuxi, mozabita. Bayonnei. Quelques renseignements au 
sujet de ces insectes ne seront pas inutiles. , 



80 Bulletin de la Société entomologique de France. 

P. Leiourneuxi Chob. (étudié d'après des exemplaires des chasses de 
Letour lieux communiqués par moi) serait d'après Reitter, à qui je 
l'ai soumis, Lethierryi Luc. minor. — P. mozabita Chob. doit être sans 
doute l'espèce signalée par Reitter p. 111, sous le nom de mozabensis 
Chob. in litteris et porté en synonymie de ])kylloperthoides Reitter. 
— P. Bayonnei Chob. = Doursi Luc. (ex. Reitter, p. 109). 

Puisque j'ai occasion de parler du curieux (') voyage du Docteur, je 
ne m'en tiendrai pas aux Pachijdema seulement, plusieurs autres in- 
sectes cités, ou nommés par ce voyageur, méritent d'être corrigés ou 
contrôlés : 

Paussus aethiops Blanch. (p. 73), est P. saharae Bedel, ex Bedel 
(Bull. Fr. 1900, p. 278). 

Europtron Bayonnei Chob. = gracile Mars., d'après Bedel inlit- 
teris et Reitter (Tab. 50, p. 96) qui considère à tort Bayonnei comme 
inédit. 

Psammobiiis Chobauti d'Orb. = laevicollis Klug. (ex. Cl ou et, in 
Ann. Soc. Ent. Belg., 1900, p. 12 et 15). 

D'après la récente étude synoptique de Clouet, le blâme qui m'a été 
adressé par le D'' Chobaut (p. 74) , au sujet de cet insecte, n'est pas 
mérité {^). 

Cardiophorus dilutus Er. (p. 7o) ne doit pas être cette espèce, mais 
plutôt C. Chobauti décril par H. du Buysson (Bull. Fr. 1899, p. 213). 

C.permodicus Fald. (p. 75) n'est sans doute pas cette espèce. 

Xylopertha AubertiChoh. (Bull. Fr. 1897, p. 170)= for/icula F air m. 
(ex. Lesne in Mon. p. 106 (^), et non pas forficulata comme l'écrit le 
D'' Chobaut (Voyage Beni-Mzab, p. 75). 

Xtjlopertha Lesnei Chob. (Rev. d'Ent. 1898, p. 81) — trispinosus 
variété (ex. Lesne, 107). 

Je ne parle pas, bien entendu, de plusieurs espèces inédites : Haplo- 
cnemus mirabilicornis , Thylacites mosabensis, etc., sur lesquelles il 
m'est naturellement impossible de me prononcer, et je ne signale pas 
tout ce qui mériterait d'être relevé, afm de ne pas allonger trop cet 
article. 

(1) Je dis curieux parce que la relation contient quelques curiosités, par 
exemple la liste des Ortlioptères (p. 48) où ne figurent que des noms de Co- 
léoptères. 

(2) C'est du reste le cas pour plusieurs autres venant de la même origine, 
par exemple ceux concernant Tetropiopsis. 

(3) L'Abeille, XXX, 1902. 



Séance du 25 février 1903. ' 81 

II. Noies sur plusieurs Anobiidae d'Afrique. 

J'ai trouvé dans la collection des Anobiidae de F. Ancey, sous le 
nom d'Anobiuni abyssinicum,le type à'unc espèce, provenant des chasses 
de Raffray en Abyssinie, dont je n'ai pu retrouver la description, es- 
pèce qui doit prendre place dans le genre Metholcus Du val. Paraît 
ditïérer de cylindricus Germ. par le prothorax distinctement élargi en 
arrière (vu de dessus), les élytres ayant des traces de côtes, à stries la- 
térales plus marquées. 

Le genre Oligomerus Redtb. se retrouve en Algérie : Philippeville 
(Théry) et Tunisie : Ain Draham, où il est représenté par une espèce 
ayant les yeux cihés et les antennes de 11 articles, caractères dési- 
gnant le Reyi Bris., d'après le récent synopsis de Reitter. 

M. A. Théry et moi avons capturé en Algérie , à St-Charles près de 
Philippeville, une Tlieca [numidica m.) qui me parait devoir être con- 
sidérée comme une sous-espèce nouvelle de cribricollis Aube. La 
sous-espèce numidica présente la forme de cribricollis Aube, mais est 
seulement un peu plus robuste et a une ponctuation prothoracique fine 
ou indistincte et par là se dislingue de cribricollis à ponctuation plus 
ou moins forte; diffère en outre : do batnensis Pic, par le rebord pro- 
thoracique plus large; de remota Reitt., par la ponctuation latérale des 
élytres moins foi"tc. 

Theca breviusculaF Si\rin. d'Obock, dont je possède le type (ex. coll. 
DoUé) est beaucoup plus robuste que les autres espèces africaines et 
même plus large que latior Pic, de Syrie, et distincte, à première vue, 
par sa forme robuste et son aspect brillant. 

III. Note sur Ananca heluanensis Pic. 

Dans L'Echange n° 197, 1901, p. 34, j'ai donné la diagnoso d'une nou- 
veauté iVOedemridae, do mes chasses en Egypte, que j'ai nommée he- 
luanensis. A ce moment je ne connaissais pas Ananca spurcaticollis 
F air m., d'Obock et, par la description, je croyais l'espèce de Fair- 
maire très voisine de la mienne, tandis qu'en réalité (ex. type de la 
coll. Do lié > coll. Pic) elle est différente par plusieurs caractères très 
nets, notamment par la forme du corps plus large, le prothorax bril- 
lant (à dessin différent), moins long et plus élargi en avant. A. helua- 
nensis est plus allongé que Colobostomus griseovestitus Fa ir m., d'Obock 
(dont les types sont aussi maintenant dans ma collection), ses yeux 
sont moins gros et plus transversalement placés, ses élytres parallèles. 



82 Bulletin de la Société entomologique de France. 

IV. iNote sur quelques Pedilus Fiscli. paléarcliques. 

Il est fort possible que le Pedilus mongolicus Reitter, récemment 
décrit, soit le véritable fuscus de Fischer, à cause de son abdomen à 
l'extrémité testacée; dans tous les cas, le fuscus signalé par Reitter, 
dans son synopsis (Wien. Ent. Zeit. 1901, p. 116), ne peut être l'espèce 
décrite par Fischer, et doit être considéré comme une variété de 
cette espèce, à cause de son abdomen entièrement foncé; je propose 
de désigner cet insecte sous le nom nouveau de Reitteri. 

J'attribue provisoirement à P. pallidipennis Sem., à titre de variété 
sous le nom de lateobscurus un exemplaire de ma collection, prove- 
nant de Perse, ayant une coloration générale foncée, les élytres obs- 
curcis antérieurement et légèrement roussâtres.à leur extrémité, la tète 
présentant une impression très distincte entre les yeux, caractère juste- 
ment attribué au pallidipenins par Semenow. 

V. Sur un système de préparation pour les insectes 
collé.s. 

Le collage des insectes sur le milieu d'un carton qui les déborde de 
tous les côtés a un inconvénient sérieux pour l'étude ('), celui de ne 
rendre étudiable qu'une partie de l'insecte, et c'est pour remédier en 
partie à cet inconvénient, que depuis longtemps je prépare mes in- 
sectes débordant le carton en avant, car de cette façon on peut étudier 
' en même temps que le dessus une partie du dessous du corps de l'in- 
secte. J'avoue que ce mode de préparation n'est pas gracieux au coup 
d'œil et, à ce point de vue, mérite d'être critiqué. Afin de tenter de 
concilier les exigences de l'étude et celles de l'esthétique, j'ai ajouté 
dernièrement un carton supplémentaire vide piqué à l'épingle et qui, 
placé peu en dessous de l'insecte, lui donne l'illusion d'être préparé 
d'une façon normale; ainsi ce mode de préparation reste pratique, 
tout en perdant de son imperfection première. 

(1) A ce propos je conseiUe la lecture d'une page écrile par M. Desbro- 
chers des Loges (Le Frelon VII n° 6-7, p. 82) qui raille avec beaucoup d'à 
propos ce nouveau mode de préparation un peu trop exclusif, pour cer- 
tains entomologistes, ce système de préparation est gracieux sans doute au 
coup d'œil, mais peu pratique pour l'élude. 



Séance du 25 [écripr lOOS. 83 

VI. Description d'an iVo^o xizs de Djibouti. 

Notoxus Martini, n. sp. — Elongatus, nitidus, griseo et sparse 
pubescens, testaceux, elijlris nkjyo bimaculntis, macula prima ad liume- 
ros, secunda paiilo post médium sita, his brevibus; pectove lateruUter 
nigro maculato. 

Allongé, atténué à l'extrémité, brillant, orné de poils clairs espacés, 
en partie redressés ; insecte entièrement testacé ou roussàtre avec les 
élytres bimaculés de foncé. Tête un peu roussàtre, yeux noirs; an- 
tennes moyennes, roussàtres, à premiers articles plus clairs; prothorax 
à peine rétréci en arrière, subgiobuleux, corne longue et assez étroite, 
indistinctement dentelée sur les côtés, un peu creusée et relevée vers 
l'extrémité; élytres un peu plus larges que le prothorax, relativement 
longs, atténués après le milieu, courtement tronqués au sommet, à 
ponctuation moyenne espacée, ces organes testacés avec deux macules 
foncées, une humérale, l'autre près du miheu, celles-ci isolées du bord 
externe et de la suture. Dessous du corps testacé avec la poitrine ma- 
culée de noir; pattes testacées. — Long. 3,3 mill. — El Hadj (D'' Mar- 
tin). 

Par son dessin, parait se rapprocher de disligina Fairm. (Ann. Fr. 
1893, p. 156), du Sénégal, mais la forme élytrale est différente et la 
macule foncée médiane n'est pas marginale. 



Noctuelle espagnole nouvelle de la sous-famille des Agrotînae 
par C. DuMONT. 

Euxoa Chretieni n. sp. — 40 mill. Alae siqm'iores fusco-violaceae, 
cinereis squamis inspersae ; linea basilaris usqiie ad maculam claviformem 
ducta et signo juncta hastiformi. Macula reniformis fulva, fusco pupil- 
Jata et spatio triangulari iiiclusa, linea suhterminalis concolor, ad cos- 
tam dilatata, leviter curva usque ad nervum '2, deinde usque ad macu- 
lam reniformem flexa, ibique duabus virgulis sagittatis innisa. Spatium 
terminale albidum, nervis nigris sectum. Fimbria subfusca, luteo inter- 
ruptaet licio nigro circumducta. Alae inferiores fuscae $. Subtus alae 
sdperiores dilute fuscae, cum lineis paginae super ioris : posticae similes 
cum linea curva obscuriori. Quatuor alae puncto cellulari praeditac. 
Palpi erecti, subtus pilorum nigroruni penicillo muniti. Antônnae seta- 



84 Bulletin de la Société entomologique de France. 

ceae. Frons et thorax cinerei; collare crues fusco-nigra praeditum, 
pedes ferruginei luteo intersecti. 

i Q ad Granja in Hispania capta. 

40 mill. Supérieures rectangulaires, côte droite et saillante sur les 
deux premiers tiers, s'efface en s'intléchissant légèrement jusqu'à 
l'apex, celui-ci assez aigu; bord externe légèrement arrondi. Fond des 
supérieures d'un gris brun violacé, saupoudré de blanchâtre sur lequel 
les taches brunes ressortent très vivement. 

Trait basilaire noir, s'étend très fmement jusqu'à la claviforme 
plus épaisse, allongée et terminée en pointe; à leur point de jonction, 
au-dessus et au-dessous, deux traits tins reviennent obliquement en 
arrière dessinant une flèche dont le fer serait dirigé vers le bord ex- 
terne; orbiculaire nulle ; la réniforme fauve, fortement pupillée de brun, 
est enfermée dans un triangle très nettement écrit en noir et dont la 
pointe très effilée s'avance au centre de la cellule ; en dessus avant 
d'arriver à l'extrémité une petite dent s'en détache obliquement, ren- 
dant la pointe bifide; la base du triangle est appuyée sur un trait noir 
allongé occupant l'espace entre les nervures 6 et 7, formant ainsi l'i- 
mage d'une pique pourvue de sa hampe. 

L'intervalle des nervures 2 et 3 d'un brun foncé forme une tache 
oblongue très en relief. 

Subterminale de la couleur du fond,. dilatée et enfumée à la côte, li- 
mitée intérieurement par des traits sagittés-noirs ; elle forme une courbe 
légère jusqu'à la nervure 2, là, elle s'infléchit brusquement jusque 
sous la réniforme où deux traits sagittés se réunissent pour former 
une g couchée dont le premier et le dernier jambage plus long 
s'appuient sur la nervure i et 2. 

Espace terminal gris blanchâtre très finement coupé de noir au pas- 
sage des nervures. S'étend de la nervure 1 jusqu'à l'apex, celui-ci en- 
fumé avec une petite éclaircie à la côte. Frange brunâtre, entrecoupée 
de jaunâtre et précédée d'un liséré noir, légèrement festonné. 

Nervures très finement, mais très nettement écrites en noir, bordées 
de blanc sur leur longueur. Inférieures brunâtre uniforme, frange plus 
claire. Dessous des supérieures brunâtre clair, assez fortement irisé, 
bandes du dessus, assez nettement dessinées. Inférieures de même 
couleur, avec une ligne coudée plus foncée. 

La lunule est visible sur les 4 ailes, plus fortement marquée aux 
inférieures. Palpes droits, garnis en dessous d'une touffe épaisse de 
poils noirs, dernier article acuminé, noir en dessous, dessus blanc jau- 
nâtre : antennes filiformes, noires; toupet frontal, collier et pterygodes 



Séance du W février 1903. ' 85 

gris blanchâtre, collier marqué au sommet d'un trait crucial brunâtre. 
Thorax et dessus de l'abdomen gris, dessous brun, poitrine velue; 
pattes brun ferrugineux, entrecoupe de jaunâtre. 

Je dédie cette espèce à mon savant collègue et ami M. Chrétien, 
mon compagnon de chasse de l'année dernière â la Granja. 

Un seul exemplaire ç dans ma collection, trouvé au commencement 
de juin à la Granja, près de Ségovie. 

Cette espèce examinée par sir G. -F. Hampson sera ligurée dans 
le travail qu'il prépare sur les Agrotinae. 



L'accouplement des Forficulides [Orthoptères] 
par Henri Gadeau de Kerville. 

Après avoir étudié les généralités de l'accouplement des Coléoptères, 
des Lépidoptères et des Hémiptères, au sujet desquelles j'ai eu l'hon- 
neur de pubher, dans le Bulletin de la Société entomologique de France 
(ann. 1900, p. 101; ann. 1901, p. 76, et ann. 1902, p. 67), un modeste 
résumé accompagné de figures, j'ai fait l'an dernier, tenant à continuer 
mes études sur cette question, des recherches sur l'accouplement des 
Forficulides. 

Ces Orthoptères, connus vulgairement sous le nom do Perce OreiUes, 
forment un groupe bien homogène. Le plus commun, dans notre pays, 
est le Forficula auricularia L., qui habite une très grande partie de 
notre planète et supporte fort bien la captivité, en le nourrissant avec 
des fruits ou d'autres substances végétales ; mais il ne faut pas négli- 
ger de lui donner de la nourriture, car, ainsi que je l'ai constaté, ce 
Perce-Oreilles dévore partiellement au besoin, en captivité, ses sem- 
blables, non seulement morts, mais encore vivants, toutefois plus ou 
moins atîaiblis ou malades. Cette espèce possède une grande résis- 
tance vitale, aussi bien aux vapeurs anesthésiques, qu'aux l)asses tem- 
pératures. J'ai conservé vivants, dans un endroit où il gelait, des in- 
dividus de cette espèce qui étaient fort peu abrités. J'en ai même 
gardé pendant vingt-quatre heures â nu dans un tube en verre plongé 
dans un bocal rempli de morceaux de glace. Le froid les avait immo- 
bilisés; ils paraissaient morts, mais ils revinrent â la vie sous l'action 
de la chaleur. Dans la région de Cauterets (Hautes-Pyrénées) et dans 
la région de Bagnères-de-Luchon (Haute-Garonne), j'ai capturé des 
Forficula auricularia sous des pierres, à des altitudes d'environ 



86 ■ . Bulletin de la Société entomologique de France. 

1.^00 et 1.800 mètres, en des points où la neige recouvre le sol pen- 
dant une partie de l'année, lait nullement étonnant, car on trouve, à 
des altitudes beaucoup plus élevées encore, d'autres espèces de Perce- 
Oreilles. 

Mes observations sur l'accouplement des Forflculidés n'ont porté 
que sur le Forficula auricularia. Bien que le fait soit très possible, 
étant donnée la grande homogénéité de la famille des Forflculidés, il 
serait néanmoins imprudent de dire que l'accouplement s'opère de 
la même façon chez toutes les espèces de Perce-Oreilles. Mais il me 
paraît fort légitime de penser que le mode d'accouplement du Forficula 
auricularia est le même chez beaucoup d'autres espèces de Forflcu- 
lidés. 

Quand il désire s'accoupler, le Forficula auricularia mâle s'approche 
d'une femelle, va et vient auprès d'elle, avance et recule, contourne son 
abdomen en différents sens, et paraît chercher à saisir la femelle avec 
sa pince, qui, en réahté, — j'insiste sur ce point — semble ne lui être 
utile ni dans les préhminaires de l'accouplement , ni pendant cet acte. 
Sans jamais, pour le coït, monter sur le dos de la femelle, il con- 
tourne son abdomen de manière à ce que son extrémité postérieure et 
les deux branches de la pince passent en dessous de l'abdomen et des 
doux branches do la pince de la femelle. Lorsque, après plus ou 
moins de tentatives infructueuses, il a réussi à mettre son organe gé- 
nital en contact avec l'organe génital féminin, et que le coït a lieu, son 
corps est contourné. La partie postérieure de son abdomen est en 
l'air ou sur le côté. Le mouvement de torsion du mâle se produit 
parfois jusqu'à la tête inclusivement, tandis que, seule, la partie pos- 
térieure de l'abdomen de la femelle est plus ou moins faiblement con- 
tournée. Les branches de la pince du mâle sont en dessous du corps 
de la femelle ou légèrement de côté ; celles de la pince de la femelle 
sont en dessus de l'abdomen du mâle ou latéralement. Pendant la co- 
pulation, dans les deux sexes, la partie basilaire des deux branches 

de la pince d'un individu touche 
l'abdomen de l'autre, et la partie 
terminale de ces branches en est 
plus ou moins près. 

La flgure ci-jointe, qui repré- 
sente, un peu grossi, l'accouple- 
ment du Forficula auriculariaL., 
montre nettement la position du 
mâle et de la femelle pendant l'accouplement. 
Le mâle est l'individu dont les branches de la pince sont les plus 




Séance du Sn février 1903. 87 

longues. Celle (Igure m'a été (idèlenient dessinée, d'après les indica- 
tions que je lui avais l'ournies, par notre excellent et distingué collègue 
M. A.-L. Clément. 

Tantôt, les deux individus accouplés sont situés bout à bout, con- 
stituant ainsi un accouplement en ligne droite; tantôt, ils forment entre 
eux un angle plus ou moins obtus ou plus ou moins aigu. Tantôt, 
c'est la lemelk' qui se déplace en avant, suivie par le màle qui reste 
accouplé; tantôt, c'est le contraire qui a lieu. 

Ainsi que je l'ai observé, l'accouplement dure parfois pendant plu- 
sieurs heures; dans d'autres conditions, la durée est beaucoup 
moins longue; dans d'autres, elle l'est peut-être davantage, je l'ignore. 
Les mâles de ce Perce-Oreilles sont ardents ; le même màle se réac- 
couple un certain nombre de fois, mais je ne veux pas dire que tous 
les mâles aient des accouplements réitérés. Pour se prononcer avec 
certitude sur ce point, il faudrait faire un très grand nombre d'obser- 
vations, dans des conditions variées et à différentes époques de l'année, 
.le dois ajouter que les individus accouplés se séparent facilement 
quand ils sont dérangés. 

Mes observations sur l'accouplement du Forficuld auricularia ont 
été faites pendant l'automne dernier, sur des individus gardés en cap- 
tivité. Je ne saurais dire à quelles époques s'accouplent ces insectes à 
l'état libre, et compte élucider ce point dans l'avenir. 

L'accouplement de cette même espèce a été observé par l'illustre 
naturaliste Charles Degeer, qui l'a décrit ainsi dans ses Mémoires 
pour servir à Vhistoire des Insectes (t. III, p. o52) : 

« J'ai vu l'accouplement de ces insectes. Le mâle s'approche à recu- 
lons de la femelle, dont il tâte le ventre avec sa pince pour rencontrer 
l'endroit propre à s'unir à elle, et appliquant alors l'extrémité de son 
ventre contre le dessous du corps de la femelle, ils se trouvent ainsi 
joints l'un à l'autre par une partie qui sort de la jonction du pénul- 
tième au dernier anneau du corps du mâle. Ils restent tranquillement 
dans cette position, la pince du mâle appliquée contre le ventre de la 
femelle, et réciproquement celle de cette dernière contre le ventre du 
màle. Les Perce-Oreilles sont alors placés dans une nrème ligne, la tête 
de l'un tournée d'un côté, et celle de l'autre du côté opposé. » 

La tîg. 23 de la planche 2o du tome en question représente, en co- 
pulation, le mâle et la femelle du Forjlcula auricularia, placés subrec- 
tilignement. Cette figure n'est pas irréprochable. 

Je termine cette petite note en exprimant le désir que des obser- 
vations attentives soient faites sur des Forficulidés exotiques. 



88 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Description de Coléoptères anomaux des genres Mecinus et Galerita, 
et de Lépidoptères albins du genre Ocneria 

par Henri Gadeau de Kerville. 




i'^ Mecinus pîraster Hbst. — La très intéressante anomalie 
d'un exemplaire femelle de cette espèce consiste en ce que la tête est 
enfoncée dans le prothorax, lequel présente la forme d'un anneau un 
peu aplati supéro-inférieurement et dont les deux extrémités, termi- 
nées en pointe obtuse, se rejoignent, sans toutefois se toucher, sur la 
ligne longitudinale supéro-médianc de l'insecte. D'ailleurs, la ligure 1, 
qui représente ce Curculionidé, me dispense d'entrer dans de plus 
amples détails sur cette curieuse anomalie dont, à ma connaissance, 
aucun autre exemple semblable n'a été publié jusqu'alors. 

La figure 1 montre, grossi 8 fois li- 
néairement, ce Mecinus pirasier EhiL 
anomal, capturé au hameau do Glati- 
gny, à Versailles (Seine-et-Oise), par 
notre collègue M. Albert Dubois, 
qui me l'a donné fort aimablement, et 
auquel je tiens à renoUveUn^ l'assu- 
rance de ma vive gratitude. 

La ligure 2 représente, grossis 7 fois 
linéairement, la tête et le prothorax 
Fig. I. Fig. ± d'un individu normal de la même 

espèce. 

Ces deux spécimens ont été déterminés par notre éminent collègue 
M Albert Fauvel, et ces deux ligures dessinées avec précision par 
notre talentueux collègue M. A.-L. Clément. 

2'' Cialerita leptoclera Chaud. (G. gracilis Mmr.). — Un in- 
dividu femelle do cette espèce présente au sommet du second article 
de l'antenne droite — formée de onze articles identiques à ceux do 
l'antenne gauche normale — deux articles supplémentaires qui, réunis, 
ont une longueur égale à celle du troisième article de l'antenne droite 
et font un angle aigu avec le troisième article de cette antenne. 

Le même individu présente, dans la partie médiane du fémur de la 
patte antérieure droite, une expansion chitineuse dirigée en haut cl 
terminée en pointe arrondie. Cette expansion est perpendiculaire au 
fémur, un peu moins haute que la moitié de la longueur de ce 




Séance du 2-j féerie r 1903. 89 

dernier et, comme lui, de couleur noire. Ce spécimen m'a été obligeam- 
ment déterminé par notre savant secrétaire, M. Charles Alluaud. 

L'entomologie possède la description d'un certain nombre de cas 
d'articles antennaires supplémentaires et d'expansions chitineuses 
analogues à ceux que montre ce Galerita leptodera Chaud, provenant 
de Sierra-Leone (Afrique occidentale), et que je dois à l'obligeance 
de notre collègue M. Fernand de Beau chêne, à qui je réitère mes 
vifs remerciements. 

3° Ocnei-ia «lispar L. — Cinq individus màlcs de ce Lépido- 
ptère présentent de l'albinisme partiel. Ils montrent, à deux, à trois ou 
aux quatre ailes, des taches blanches anomales d'étendue très va- 
riable, couvertes d'écaillés comme le sont les parties colorées, écailles 
qui n'ont pas de pigment. 

L'envergure du plus petit mâle est de 31 millimètres, et celle du 
plus grand de 43. 

Le plus petit mâle provient de Bonn (Allemagne), et l'un des plus 
grands des environs de Bruxelles (Belgique). J'ignore la provenance 
des trois autres. 



Sesia formicaeformis produit-elle des excroissances 
sur les rameaux des Saules? 

par A. Belle voYE. 

M. l'Abbé Kieffer, dans son synopsis des Zoocécidies, indique d'a-^ 
près des auteurs Allemands, deux espèces de Sésies qui produiraient 
des nodosités ou excroissances Ugneuses plus ou moins arrondies 
(Brischke 1882, Sorhagen; et Sorhagen 1898 III Ent. Zeit., p. 115). 

Or, dans les Saussaies de notre collègue, M. de la Barre, à Armen- 
tières (Aisne), j'ai trouvé quantité d'excroissance sur les rameaux des 
Saules et j'ai également rencontré sur ces Saules un assez grand nom- 
bre de chenilles de Sesia vivant sur ces rameaux, mais cette Sesia ne 
me paraît pas être l'auteur de cette excroissance, dont je désirais bien 
vivement connaître l'origine. 

Voici en etfet dans quelles conditions se trouvent ces chenilles : 

1° Beaucoup d'entre elles vivent et se transforment dans le canal mé- 
dullaire des rameaux et sortent à la base des rameaux près des racines 
en laissant leurs fourreaux, à l'origine du trou de sortie. 



90 Bulletin de la Société entomologique de France. 

2° Un certain nombre de chenilles ayant d'abord vécu dans le ca- 
nal médullaire et trouvant sur son passage le centre ou la racine d'une 
excroissance , entrent dans cette excroissance, s'en nourrissent et s'y 
transforment. 

3° Enfm, et voilà ce qui me rend perplexe , dans quelques excrois- 
sances mangées par les chenilles de Sésie, je ne trouve pas trace de 
leur passage dans le canal médullaire du Saule ; la chenille me pa- 
raît avoir vécu seulement dans l'excroissance, Une femelle de Sésia 
aurait donc pondu un œuf dans cette excroissance et la chenille n'en 
serait sortie à l'état de papillon que la 2*^ année ? 

Je n'ai pu observer d'accouplements des Sesia formimeformis qui 
sont écloses chez moi; je n'ai par conséquent pu observer de pontes; 
peut-être quelques-uns de nos collègues s'occupant spécialement de 
Lépidoptères pourront me renseigner sur la manière dont se fait cette 
opération chez les Sesia. 

Cette espèce éclôt pendant toute la durée du mois de juin et elle a 
probablement pour parasite un Hyménoptère qui éclôt quelque peu 
avant, c'est le Lisonota impressor Grav. dont un certain nombre sont 
éclos dans les boîtes contenant les branches de Saules attaquées par 
les larves de Sésia. 



Le cycle évolutif du Polygnotus mînutus (Lindm.) 
par le D'" Paul Marchal. 

Les observations antérieures que j'avais faites sur ce parasite de la 
Gécidomyie destructive {^) m'avaient depuis plusieurs années déjà porté 
à penser qu'il présentait un nouveau cas de polyembryonie compa- 
rable à celui de VEncyrtus fuscicollis. 

Des matériaux d'étude, que j'ai reçus l'année dernière du Loir-et-Cher 
par l'obligeant intermédiaire de M. Vezin, professeur d'Agriculture 
départemental, m'ont permis de compléter l'histoire du cycle évolutif 
du Polygnotus minutus et de constater qu'un seul œuf de ce parasite 
donne directement naissance à une douzaine d'individus. 

C'est aux premiers jours d'avril, soit dans l'œuf lui-même de la Cé- 
cidomyie, soit dans la larve primaire tout de suite après l'éclosion. 

(1) Les Cécidomyies des céréales et leurs parasites [Ann. Soc. Ent.Fr., 1897, 
p. 91). 



Séance du f.j fcrricr lOO'-i. 91 

que s'cfïectuc la ponle du parasite. L'œuf de ce dernier se trouve tou- 
jours dans Festomac de la larve de la Gécidomyie, et comme il a à ce 
moment une grande réfringence et un contour très accentué, il est 
malgré sa petite taille très visible. C'est un spectacle curieux auquel on 
assiste, lorsque l'on observe par transparence au microscope une larve 
vivante de Gécidomyie ainsi parasitée, après l'avoir soumise à une légère 
compression : l'œuf du parasite se trouve en effet JDrassé par les con- 
tractions de l'estomac, et est lancé comme une balle d'une extrémité 
à l'autre de l'organe. 

On observe souvent deux, trois, exceptionnellement quatre œufs 
dans le même estomac ; mais tous ne se développent pas, ou bien les 
larves qui sont ainsi parasitées d'une façon excessive finissent par 
mourir, de sorte que par la suite on ne trouvera plus qu'un seul œuf 
par sac gastrique de Gécidomyie. Au premier stade observé, on trouve 
à l'intérieur de l'œuf une dizaine de noyaux irrégulièrement distribués 
et semblables entre eux. Puis le nombre des noyaux se multiplie de 
façon à constituer une sorte de masse muriforme d'une vingtaine d'élé- 
ments. Geuxde la périphérie s'isolent des autres et grossissent sans se 
multiplier pour constituer les noyaux amniotiques. Geux du centre au 
contraire se multiplient rapidement, et avec le protoplasma qui les entoure 
constituent une masse muriforme centrale, qui, d'une façon très pré- 
coce, se fractionne de façon à donner cinq ou six boules cellulaires par- 
faitement sphéricfues et étroitement pressées les unes contre les autres : 
ces sphères sont creuses et représentent des blastulas typiques : elles 
n'ont d'abord qu'un nombre de cellules minimum pour circonscrire une 
cavité presque virtuelle, augmentent ensuite progressivement de taille 
par multiplication de leurs éléments et agrandissement de la cavité 
centrale, puis elles se fractionnent encore de façon à donner définitive- 
ment 10 à 12 blastulas [Ann. Soc. Eut. Fr., 1897, pi. 8, fig. 47). Je 
n'entrerai pas' ici dans le détail du développement de ces dernières et 
je me contenterai de dire que chacune se tranforme en une petite larve 
primaire, caractérisée par de grands crochets mandibulaires (pi. 8, 
fig. 48). A ce moment l'œuf transformé en un complexe poly embryon- 
naire eHipsoïdal a atteint un volume énorme et occupe une place con- 
sidérable à l'intérieur de l'estomac de la larve de Gécidomyie. Les 
embryons sont plongés dans une masse protoplasmique commune, tout 
à fait comparable, sauf pour la forme, à celle au milieu de laquelle sont 
englobés les embryons àeVEncyrtus, et qui représente le protoplasma 
de l'amnios des autres Hyménoptères parasites, avec cette différence 
que dans les deux cas de développement polyembryonnaire, l'amnios 
ne s'individuaUse pas en une membrane périphérique, mais constitue 



92 Bulletin de la Société entomologiqtie de France. 

une masse nutritive riche en matières grasses dans laquelle se. trou- 
vent noyés les embryons. Les noyaux amniotiques persistent d'ailleurs 
toujours au nomijre de 12 à 15 et se présentent sous la forme de dis- 
ques géants se colorant en rose vif par le carmin (*). 

Lorsque les larves primaires sont entièrement constituées, la masse 
nutritive qui les entoure devient de plus en plus diffluente, la mem- 
brane externe qui la circonscrit tînit par céder, et, sous l'influence des 
contractions énergiques de l'estomac qui retirent et le déforment dans 
tous les sens, tout le complexe se dissocie et les larves parasites sont 
mises en liberté dans la cavité gastrique de la larve de Cécidomyie qui 
est arrivée au terme de sa croissance. Elles se nourrissent pendant 
quelque temps encore aux dépens de la masse nutritive, puis rompent 
la paroi de l'estomac et passent dans les autres tissus qu'elles se met- 
tent à consommer. 

Vers le 20 juin, les larves du Pohjgnotus minutus passent à leur 
deuxième forme larvaire {loc. cit. pi. 8, tig. 30), puis elles atteignent 
bientôt leur taille définitive et occupent alors toute la cavité du corps 
de la larve de Cécidomyie qui a atteint un volume plutôt supérieur à 
la normale et dont il ne reste plus que l'enveloppe tégumentaire. La 
cuticule de cette larve est distendue par les parasites qu'elle contient, 
et chacun de ceux-ci repousse la surface en y laissant son empreinte, 
de sorte que tout l'ensemble se trouve partagé en autant de petites 
loges. Cette dépouille ainsi bourrée de parasites se trouve d'ailleurs 
elle-même logée, comme toutes les larves de Cécidomyie destructive 
normales qui ont terminé leur croissance, dans un puparium dur et 
d'un brun foncé, comparable à une graine de lin. De ce puparium on 
voit sortir soit à la fin de juin, soit plus tardivement, 10 à 13 Pohjgno- 
tus minutus. Un bon nombre passent l'hiver dans le puparium pour 
n'éclore qu'au printemps suivant et dans ce cas il n'y a qu'une généra- 
tion annuelle. 

Il résulte de ce qui précède que la germinogonie peut se pré- 

(1) Il convient de noter ici que le complexe polyembryonnaire du Poly- 
gnotiis minutus n'est entouré d'aucun follicule épitliélial comparable à celui 
qui limite extérieurement le cordon de l'Encyrtus. Ainsi qu'il résulte de mes 
dernières observations, le follicule épithélial de l'Encyrtus, contrairement à 
ce que j'avais d'abord pensé, ne peut être en effet assimilé à un amnios : la 
masse nutritive avec les gros noyaux qu'elle contient a seule cette significa- 
tion; quant au follicule, il représente un ]<yste adventice qui se constitue dès 
les premiers stades du développement. Il est donc tout naturel de voir cette 
enveloppe kystique faire défaut pour l'œuf du Polygnotus minutus qui n'est 
en rapport avec aucun élément conjonctif de l'hôte. 



Séance du rj février 1903. 93 

scntcr non seulement chez les Chalcidiens, mais encore chez les Proc- 
lotrypides, et que dans les deux cas elle se manifeste avec des carac- 
tères très comparables. L'absence chez le Polygnotus minutus du 
follicule épithélial adventice que l'on rencontre chez ÏEncijrtiis est 
un fait connexe de la localisation de l'œuf du parasite dans l'estomac 
de l'hôte. Les autres faits principaux qui distinguent le développement 
du P. minutus de celui de VEncijrtus consistent dans la différenciation 
plus tardive des noyaux amniotiques, dans la non-multiplication et 
l'augmentation de volume de ces derniers, dans la formation de blas- 
tulas typiques au lieu de morulas. Il importe aussi d'attirer l'attention 
sur le milieu nourricier dans lequel se développe l'œuf du Polygnotus 
minutus,œ\iiqin d'abord minuscule et sans réserves nutritives s'accroît 
ensuite dans d'énormes proportions. Ce milieu est en effet très diffé- 
rent du milieu habituel, et c'est uniquement aux dépens de la sève du 
blé modifiée par les sécrétions gastriques que se constitue la douzaine 
de larves primaires du parasite : ce cas, mieux qu'aucun autre, est 
de nature à montrer le rôle d'intermédiaire que remplit, au point de 
vue de l'assimilation, la substance amniotique qui englobe les embryons. 



Notes hyménoptérologiques 

par l'abbé J.-J. Kieffer. 

L Observations sur les Evaniidae. 

Un peut répartir la sous-famille des Gasteruptioninae dans les trois 
genres suivants : 

1 . Ailes antérieures sans cellule discoïdale fermée 

Pseudofoenus KiefI". 



Ailes antérieures avec une cellule discoïdale fermée. 



2 . Cellule discoïdale située avant la cellule sous-médiane in- 
terne; pédicule de l'abdomen fixé à une proéminence 
du segment médiaire Hyptiogaster n. g. 

— Cellule discoïdale située à côté de la cellule sous-médiane 
interne ; pédicule de l'abdomen non inséré à une proé- 
minence du segment médiaire Gasteniption Latr. 



94 Bulletin de la Société Entomologique de France. 

Le nouveau genre Hyptiogaster aura pour type G. crassiceps 
Schlett., auquel il faut ajouter les espèces suivantes : G. antennale 
Sclîlett., australe Westw., Dartinnii Westw., fallax Sçhlett., 
Hollandiae Guér., humerale Schlett., infumatum Schlett., macro 
nyx Schlett., plicatuni Schlett. et rufum Westw. 



II. Ohservations sur les Cynipidae. 

Dans la description du genre Timaspis Mayr nous lisons « que les 
antennes sont composées de 14 articles et que le premier article du 
funicule est deux fois aussi long que le second », tandis que chez 
Aulax (Htg.) Mayr, les antennes peuvent avoir moins de 14 articles 
et le premier article du funicule est au maximum un peu plus long 
que le second. Or les deux espèces décrites récemment sous les noms 
de Aulax sonchi D. St. et A. urospermi Kieff. ont d'une partl'écusson 
conformé comme chez Timaspis, mais d'autre part les antennes sont 
composées de 13 articles chez la première et de 14 chez la seconde, 
et le premier article du funicule est, chez l'une et l'autre, à peine plus 
long que le second, comme c'est le cas pour Aulax. Je range ces deux 
insectes dans le genre Timaspis, dont la diagnose générique devra 
suhir la modification suivante : Antennes de 13 ou de 14 articles; 
premier article du funicule plus long que le second. — Quant à Ti- 
maspis urospermi, dont je n'ai donné qu'une courte diagnose faite 
d'après un échantillon desséché et extrait d'une galle [Ann. Soc. ent. 
Fr., 1902, p. o42), en voici la description détaillée : d 9- Noir; genoux, 
tibias et tarses roux; abdomen d'un brun marron plus ou moins 
sombre ou noir. Tête chagrinée, plus large que le thorax; face fine- 
ment striée ; joues non traversées par un sillon, aussi longues que les 
yeux. Antennes de 14 articles dans les deux sexes; premier article un 
peu plus long que le second, celui-ci un peu plus long que gros ; troi- 
sième dépassant d'un quart la longueur du suivant, trois fois aussi 
long que gros, courbé chez le mâle; le 12° et le 14'' deux fois aussi 
longs que gros, le 13« une fois et demie. Pronotum non rétréci au 
miheu. Mesonotum luisant, glabre, et chagriné; sillons parapsidaux 
n'atteignant que le milieu du mesonotum. Écusson mat et chagriné; 
fossettes très petites, transversales, en forme de sillon et séparées 
par une arête. Crochets des tarses simples. Ailes ciliées; cellule 
radiale ouverte à la marge, fermée à la base et au sommet; nervures 
noires, y compris le cubitus qui atteint presque le bord alairf'. Taille : 
l,oà2mill. 



Séance du 2o février 1903. 9o 

III. Cliangement de nom. 

M. Brôlemann ctM. Gust Mayr ont eu l'obligeance de m'informer 
que le nom de Fioria par lequel je viens de désigner un nouveau 
genre de Cynipides, a été employé en 1898 par P. Silvestri pour un 
genre de Myriapodes; je change donc cette dénomination en celle de 
Fîoriella. 



Note sur Euaspis Gerst. et Ctenoplectra Sm., deux genres 
d'Hymenoptera mellifera peu ou mal connus 

par J. Vachal. 

Si dans une même note ces deux genres sont réunis, ce n'est pas 
qu'ils aient entre eux la moindre affinité, le premier étant très voisin 
du genre Stelis Pz., parasite dérivé des Anthidium Fab., et le second 
ayant été rapproché par Fr. Smith du genre Macropis Pz., et placé 
dans les Andrenidae (Leach). Mais leurs espèces ont une aire d'habitat 
commune, des côtes occidentales de l'Afrique tropicale à Pékin et au 
Japon, en passant par l'Inde, la péninsule indo-chinoise et l'archipel 
de la Malaisie et de la Mélanésie ; et ils ont en outre eu la commune 
infortune d'être absolument méconnus. 

Tout récemment encore M. William H. Ashmead, entomologiste 
fédéral à Washington, a pubUé dans Transactions Amer, entom. Soc. 
XXVI, may 1899, sous le titre de : « Classification of the bées, or the 
superfamily Apoidea » une table synoptique de tous les genres d'A- 
pides connus jusqu'alors où il place les deux genres dont il s'agit dans 
des groupes dont certainement ils ne peuvent faire partie. 

Euaspis Gerst. in Monatsb. d. K.- Akad. d. Wissensch. zu Berlin, 
october 1837, p. 461. 

Nous exclurons tout ce qui se rapporte au o" que Gerstaecker pa- 
raît ne pas avoir connu, le c5 qu'il donne à cette nouvelle espèce étant 
Anthidium africanum S m., mâle probable d'' Anthidium bicolorhep. 

La diagnose du genre porte « corpus fere nudum », celle de la nouv. 
espèce Euaspis riifiventris « Nigra, fere glabra », ce qui exclut néces- 
sairement tout appareil pileux poUinigère chez la ç. La description du 
genre dit aussi « ligiila nuda, labio terminali lenticulari » ; ce lenti- 
culari ne peut être qu'une erreur de plume du compositeur, rien de 
semblable n'apparaissant; on va en voir plus bas les conséquences. 



96 Bulletin de la Sodété entomologique de France. 

Il s'ensuit que ce genre ne diffère du genre Stelis Pz, que par la 
l'orme en lame horizontale du scutellum, comme Anthidium bicolor ç 
{iifricanum (5) diffère du reste des Anthidium, et aussi par le bas 
du front en relief. 

C'est donc à tort que M. Ashmead {loc. cit.) colloque ce genre 
dans sa famille Megachilidcie, au lieu de sa famille Stelidae où est sa 
véritable place, tellement près de Stelis, qu'à la rigueur il pourrait 
n'en être qu'un sous-genre. 

En 18S8, notre éminent collègue M. Fairmaire, ne pouvant con- 
naître le travail de Gerstaecker qui venait à peine de paraître, a 
créé un nouveau genre Dilobopeltis, absolument synonyme de Euaspis 
(in Archives entom. de Thomson II, I808) pour une espèce qu'il 
croyait nouvelle DU. fuscipennis, qui est Euaspis abdominalis Fabr. 
ou Euaspis rufiventris G ers t. 

En 1874 Ritsema ayant à décrire une espèce nouvelle qu'il trou- 
vait congénérique de Stelis carbonaria S m. et de Stelis abdominalis 
S m., reconnut la proche parenté de ces trois espèces avec le genre 
Euaspis:maïs détourné par la languette lenticulaire que Gerstaecker 
attribuait à ce dernier genre, il crut nécessaire de constituer un nou- 
veau genre, que, pour affirmer sa relation avec Etiaspis, il dénomma 
Parevaspis, et décrivit une nouvelle espèce : Parevaspis basalis, du 
Japon. 

Il constata que tous les mâles connus avaient la valve anale dorsale 
tridenticulée. 

De ce qui précède il résulte que le genre Euaspis G ers t. 18o7 a pour 
synonyme Dilobopeltis Fairmaire 1858 et Parevaspis Rits. 1873. 

Les caractères de ce genre doivent être établis de la manière sui- 
vante : 

Caractères essentiels. — Bouche de Stelis avec 2 palpes max. 
(toujours?); aile dWnthidium et de Stelis. 

Bas du front limité jusqu'à la racine des antennes par deux arêtes 
saillantes se réunissant à la carinule du scutum nasale, et formant une 
aire surélevée un peu comme dans les Camponotus (Formicidae), 
offrant un peu l'aspect de l'aire pygidiale des Cerceris [Sphecidae]. 

Bord du chaperon à peu près tronqué dépassant plus ou moins le 
niveau du coin antérieur de la base de la mandibule. 

Écusson prolongé en lame horizontale en arrière ayant ses bords 
latéraux plus ou moins droits et plus ou moins convergents en arrière, 
plus ou moins échancré ou sinué ou du moins écrasé fovéolé au milieu 
du bord apical. 



Séance du 2o février 1903. 97 

Écaillettes assez grandes, ponctuées. Prototarsc 3 grèle, trigone. 

9. La valve anale ventrale le plus souvent (toujours?) chargée d'une 
carène transversale ou longitudinale. Le valve anale dorsale ayant une 
petite écliancrure au milieu du bord apicai. — c?. La valve anale dorsale 
tridenticulée. 

Caractères secondaires. — Tète, tronc (moins quelquefois le 
bord apicai de l'écusson. les éperons et les derniers articles des tarses) 
et les pattes noirs, sans macule pâle du tégument; la tète, le tronc, les 
cuisses et les tibias plus ou moins fortement ponctués. 

Espèces connues : 

1 . Abdomen rouge en tout ou en partie 2. 

— Tout noir 9 c? 8-12 mill E. carbonaria Gm. 

De l'Inde. Je n'ai pas vu cette espèce. 

2 . Abdomen entièrement rouge 3 . 

— en partie rouge 9 14 mill E. basalis Bits. 

Du Japon. Je n'ai pas vu cette espèce. 

3. Écusson ayant son bord apicai lamelleux tranchant, fran- 
chement échancré ou sinué au mibeu, mais sans fossette se . 
prolongeant sur son disque; chaperon avec une ligne 
médiane un peu élevée, hsso. Les 9 ont sur la valve anale, 
ventrale une carène transversale formant une courbe à 
peu près parallèle au bout de la valve (qui rappelle les 
2 carènes convergentes des 9 ^5'^%''«-?). Valve anale dor- 
sale 9 ayant une ligne longitudinale médiane lisse un peu 
élevée 4 . 

— Écusson très grossièrement ponclué-rugueux à bord apicai 
non tranchant, son échancrure apicale petite mais prolongée 
sur le disque par une fossette ; chaperon et valve anale dor- 
sale uniformément grossièrement et densément ponctués. 
Valve anale ventrale 9 un peu carinulée en longau miheu 
rt unidenticulée de chaque côté vers la base. c5 9 10-13 

mill. [Stelis abdominalis Em?) E. polyesia nov. nom. 

Mes ex. sont de l'île de Key. 

UAnthidium ruflventre o", Sichel, Nov. Reise, de Batavia, 
est peut-être le c? de cette espèce. '■ 



98 Bulletin de la Société entomologique de France. 

4. Écusson 5 absolument et entièrement noir; distance d'une 
ocelle postérieure à la base du scape sensiblement égale à 
la distance du scape au bord apical du chaperon. Écusson 
moins distinctement ponctué que le mésonotum. — 14- 

15 mill E. rufiventris Gerst. 

1 ç du Natal dos chasses du D' Martin. Du Mozambique (Gerst.). 
Je ne connais pas le c?. 

— Écusson ayant ses bords latéraux et apical décolorés trans- 
parents; distance de l'ocelle postérieur au scape plus 
courte que du scape au bord apical du chaperon. Écus- 
son aussi distinctement ponctué que le mésonotum. — 

16-18 mill E. abdominalis Fab. 

3 ç de Lambaréné, Lastourville et Batah, Congo Français; des 
chasses de M. l'ingénieur Bouyssou. 
Je ne connais pas le cS. 

Cette espèce a pour synonymies probables DUobopeltis fuscipennis 
Fairm., et Parevaspis Eri/thros Meunier (in Bull. Soc. entom. Ita- 
liana, anno XXI, 1889, p. 115-117), à moins que ce dernier nom ne 
s'applique à E. riifiventris Gerst. Il sera facile de àisimguer Anthidium 
africamim (5 Sm., des Euaspis (3, en ce que les espèces A'Euaspis ont 
la tète, le tronc et les pattes uoirs, tandis qu'A, africanum a des ma- 
cules jaunâtres au tégument de la tète et des mandibules, et les pattes 
en majeure partie rouges. En outre, l'écusson d'Anthidium n'est pas 
plus long que le tiers de sa base. 

Ctenoplectra S m. — Journal of the Linnean Society II, novembre 
1857, p. 44. — De même que Rhophites quinquespinonas Spin., malgré 
la forme de ses palpes labiaux, est placé dans la section des Hym. mel- 
II fera à submentum long; de même il pourrait se faire que Ctenoplec- 
tra, malgré la forme de ses palpes labiaux (ayant leurs 4 articles subé- 
gaux) dûtôtre placée dans les Mellifera à submentum court à côté de 
Ancyla Lep. et peut-être de Tetrapedia Kl. A ce propos je dois dire que 
la figure donnée par le col. Bingham (Fauna of British India, p. 461) 
représente l'article premier du palpe labial beaucoup trop renflé; dans 
la réalité il est à peine plus épais et à peine plus long que le second. 

En tout cas, malgré le développement des franges apicales des trois 
derniers segments ventraux des ç, ce genre ne peut à aucun titre être 
placé, comme il l'a été par M. Ashmead {loc- cit., p. 77) dans les 
Megachilidae, sous-famille Megachilinae, pas plus du reste que le genre 
Steganomus Rits. dont les espèces ne sont que des Nomia à deux cel- 



Séance du 2.j février 1903. 99 

Iules cubitalos ; à noter aussi que le genre Monia a été fondé par West- 
wood sur un (3 à antennes monstrueuses du genre Colletés Latr. et 
doit s'appeler Colletés griseus et ne peut être placé comme dans l'ou- 
vrage de M. Aslimead à coté d'Halictus et de Nomia. 

M. Ashmead a été induit en erreur par la clef synoptique des 
genres dressée par le col. Bingham {lac. cit., /p. 415), ou, par une er- 
reur qui n'a pas été reproduite en énumérant les caractères des genres 
Ctenoplectrn et Sleganomus [loc. cit., p. 460 et 4(5i), ces deux genres 
ont été placés dans le paragraphe Bb a' : « Abdomen ç muni d'une 
brosse collectrice ventrale; abdomen (5 denté au bout ». 

Ci-suivent les descriptions d'une 9 et d'un c5 de deux espèces nou- 
velles, qui sont intéressants par leur habitat extrême et du c? de Ct. 
Antinorii Grib. 

Ct. Davidi 9, n. sp. — Xigni, nigro-pilosa, capite et segmento 
6 squalido-fulvido pilosis; nlis squalido-lujaUnis, nervis nigris. 
Long. 9-10; al. 8 mill. 
1 ç de Mou-Pin. région de Pékin (abbé David), au musée de Paris. 

Ct. Alluaudi i5. n. sp. — Nigra, antennarum articulis 4-5 lenti- 
cîdaribus rufescentisbus; faciei et pronoti pilis ficlvidis, pilis brevibus 
externis pedum albescentibiis. Frons et mesonoti antica pars punctis 
crebris , mesopleurarum et mesosterni crassioribus , scutelli densioribus 
s^d multo tenuioribus ; prototarsi longi, prototarso 3 latitudine saltem 
duplo longiore. Femora postica antice piDwtata. Alae squalidae, nervis 
nigris. Segmentum 1 lucidum linea transversa média punctulonim tan- 
tum insculptum; 2-3 [sequentia occulta) basi dense punctulata, depres- 
sione apicali laevi; ano (7) furcato. 

Longueur jusqu'au bout seulement du deuxième segment 7,o mill. ; 
al. 6, 5-7 mill. 

1 (5 d'Assinie (Alluaud) dans la coll. de Gaulle. 

Se distingue de Ct. Antinorii c5 par sa taille plus grande (au moins 
8,5 mill.), ses ailes grisâtres, leurs nervures noires, ses pattes et ses 
éperons noirs, le prototarse 3 proportionnellement beaucoup plus long, 
la ponctuation de la partie basale du segmeat 2, l'anus fourchu, etc. 

La découverte de cette espèce étend l'aire de la dispersion du genre 
jusqu'à l'Atlantique. 

Ct. Antinorii Ç Grib. Ann. Mus. Civ. di Genova Ser. 2\ Vol. I, 
sett. 1884, p. 284. 

(5 7 m. Pattes et éperons plus ou moins rougeàtres; mésonotum, sur- 



100 Bulletin de la Société entomolofjique de France. 

tout en avant aussi fortement et densément ponctué que le front, mé- 
sopleures et mésostermim à ponctuation plus grosse et moins dense; 
prototarse 3 pas beaucoup plus long que large au bout; toutes les 
pattes à duvet court blanchâtre à la face externe; les deux segments 
basaux lisses ayant tout au plus quelques rares points sur les côtés; 
traces des franges ventrales de la 9 aux segments ventraux apicaux. 
Vu 2 9 et 2 c? de l'Ouganda (R. P. Denoit) au Musée Royal de 
Bruxelles. 

Les espèces connues du genre peuvent être placées ainsi : 

1 . Abdomen noir ou noir de poix 2 . 

— — bleuâtre, au moins en partie C. 

2. Chaperon de la 9 ayant une corne de chaque côté, cornuta Grib. 

— 9 inerme, le bout des lobes latéraux tout au plus renllé . . 3. 

3. Sexe 9...- ■■■ 4. 

— Sexe cj S . 

4. Brosse tibiale noirâtre (Nord de la Chine) Dnvidi n. sp. 

— Brosse, frange anale et franges ventrales fauve doré, 10 mil!. 

de l'Afrique orientale (Abyssinie,^ Ouganda) . . . . Antinorii Grib. 

o. Taille plus grande, au moins 8,5 mill., aile 6,5-7 mill. Pattes 
et nervures noires, ailes enfumées. Prototarse 3 au moins 
deux fois plus long que large (Guinée) Alluaiidi n. sp 

— Taille moins grande (7 mill. ) ; aile 5,5 6 mill. Pattes et nervu- 
res plus ou moins décolorées, ailes hyalines. Prototarse 3 
plus court que deux fois sa largeur. Segment dorsal 1 sans 
points sur son miUeu d de Antinorii Gri 1». 

G. Abdomen ayant son bout ferrugineux et vêtu de poils fau- 
ves. Brosse tibiale noire. 9 mill. Du Natal 9 terminalis S ni. 

— Abdomen ayant les dépressions apicales des segments 1-2 
brun-marron brillant. Valve anale dorsale trilobée. Le tibia 
postérieur longuement frangé de noir 14-15 mili. Birma- 
nie (5 apicalis S m. 

— Abdomen ayant ses dépressions apicales bleues comme la 
base des segments. Brosse tibiale, frange anale et franges 
ventrales noires, 11-12 mill. Indo-Chine, archipel de la 
Sonde, Nouvelle-Guinée , 9 chalybea Sm. 



Séance du S-j février 190S. 



101 



Observations sur le Tétranyque de l'Ajonc 

[Tetranychus ulicis) [Arachn.] 

par S. Jourdain. 

Ce Tétranyque, que je n'ai pu idenlilier u aucune des espèces- dé- 
crites par Donnadieu, Berlese, etc , \it en société sur l'Ajonc épineux 
[Ulex europaeas). On le rencontre assez fréquemment aux environs de 
portbail (Manche). 




II appartient à la section des TetrunyclU telarii. Il recouvre en effet 
la plante, sur laquelle il a élu domicile, de toiles blanchâtres, à tissu 
très serré, parfois très étendues, ainsi qu'on peut en juger d'après 
une photographie jointe à cette note, et qui a été prise sur un pied d'a- 
jonc de ma propriété. 

Ces toiles servent d'abri à des colonies nombreuses de Tétranyques, 
comprenant des mâles, des femelles, des larves hexapodes et des œufs 
à toutes les périodes de développement. 

Les mâles, que je n'ai rencontrés que dans la belle saison, sont beau- 



102 Bulletin de la Société entomologique de France. 

coup plus rares que les femelles. Comme ceux des autres Tétranyques, 
ils se distinguent des femelles par l'atténuation marquée de la moitié 
postérieure du corps. 

Je n'ai pu m'assurer s'ils concourent au tissage des toiles. 

Les glandes séricifères, bien visibles chez les femelles, ne sont pas 
situées, comme chez les Arachnides, à la partie postérieure du corps. 
Elles sont placées, ainsi d'ailleurs que Donnadieu l'avait reconnu, 
dans la région antérieure. Le produit de leur sécrétion sort, sous 
forme d'un fil très ténu, par un orifice existant sur la partie de l'ap- 
pareil buccal, qu'on peut comparer à la lèvre intérieure. 

Pour se nourrir les Tétranyques percent, avec leurs longues pièces 
mandibulaires, les couches superficielles des rameaux de l'Ajonc et des 
acicuies, qui représentent les feuilles. 

Les hexapodes ne diffèrent guère des adultes que par le nombre des 
pattes. 

Les œufs sont relativement assez volumineux. Leur viîellus est brun 
foncé. Ils présentent cette particularité que leur tunique externe est 
parcourue par un réseau de hns canalicules, remphs d'air, qui des- 
sinent des aréoles hexagonales irréguhères. 

Pour avoir sous la main des sujets d'observation, j'avais transporUé 
suY des IJlex àe mon voisinage une colonie de Tétranyques. 

La première année, les Acariens avaient envahi le pied sur lequel je 
les avais déposés. L'année suivante, une partie de la colonie avait émi- 
gré et s'était transportée, à une dizaine de mètres, sur un autre Ajonc„ 
sansque les pieds intermédiaires, qui formaient une haie, fussent en- 
vahis par l'Acarien. Plus tard je le retrouvai même sur un pied plus 
éloigné du foyer primitif. 

Les toiles de Tétranyques, que j'ai photographiées en septembre 1898, 
présentaient un développement inaccoutumé, dépendant de circons- 
tances que je ne puis préciser, et qui depuis ne se sont pas rencon- 
trées. 



Bulletin bibliographique. 

Bartel (M.) et A. Herz : Entgegnung auf Herrn H. Stichel's Référât 
ûber unser « Handbuch der Grosschmetterlinge des Berliner Ge- 
bietes »;.?. /. 1903, 8 p.* 

Bourgeois (G.) : Malacodermes récoltés au .lapon par M. J. Harmand 
(1901); [Bull. Mus. H. Nat.), 1902, 3 p.* 



Séance du '2o février J903. 103 

Bourgeois (G.) : Trois nouvelles espèces de MalacoJermes de l'Hima- 
laya (/. c), 1902, 2 p.* 

Id. : Notes sur quelques Podistrina ùi\ 'Sord de l'Afrique et description 
de deux espèces nouvelles {Bull. Soc. Eut. Fr.), 1902, 5 p * 

Id. : Description d'une nouvelle Podistrina {loc. ciL), 1902, 3 p.* 

Id. : Description d'une nouvelle espèce de Malthodes, d'Algérie {loc 
cit.), 1901, 2 p., 1 pi.* 

Id. : Diagnoses d'Insectes recueillis par l'expédition antarctique belge 
{Ann. Soc. Ent. Fr.), imù, i p.-' . ,, 

Id. : Errata aux trois premiers fascicules du Catalogue des Goléoptères 
la chaîne des Vosges; S. l. n. d., 2 p.* 

Grouvelle (A.) : Voyage du D"- W. Horn à Ceylan. — Coléoptères 
clavicornes {Ann. Soc. Ent. Fr.), 1902, 7 p.* 

Olivier (E.) : Lampyrides nouveaux du Musée de Bruxelles {Ann. 
Soc. Ent. Belg.), 1903, 2 p.* 

Pierre (Abbé) : Sur la ponte d'un Névroptère Cecidozoon Lestes viri- 
dis Van d. Lind. 



Association Française pour l'Arancement des Sciences, Montauban. 1902. 

— L. LÉGER : Sur les larves ù' Anophèles et leurs parasites eii Corse. 

— Note sur les Myriapodes de Corse et leurs parasites. — .1. Kuxc- 
KEL d'Herculais : Les invasions des sauterelles dans le S. et le S.-O. 
de la France en 1901 et 1902. — L'Oxylophe geai {Coccytes glauda- 
rius L.), en France. Un coucou acridophage. — Causes naturelles 
de l'extinction des invasions de Sauterelles. — Bôle du Mylabris 
variabilis et de V Entomophthora Grijlli en France (1901-2). 

Canadian Entomologist {The), février 1903. — A.-W. Morrill : Life- 
history and description of the Strawberry Aleyrodes, A. PacMrdi 
n. sp. (pi.). — W.-H. Harrixgton : Maie Wasp with female Anten- 
nae. — T.-D.-A. Cockerell : The Coccinellid genus Sinilia, Weise. 

— W.-H. AsHMEAD : Classification of the Fossorial, Predaceous and 
Parasitic Wasps, or the superfamily Vespoidea. — A. Bacot : 
Tutt's « British Lepidoptera ». — A Reply to D"- Dyar. — J.-C. Brad- 
LEY : Anew Species of Bypolaepus Kirby. — H. -A. Cooley : A new 
Diaspid Genus. 

Deutsche Entomologische Zeitschrift, 1903, I. — S. Schexkling : Zur 
Svstematik der Cleriden. — J. Weise : Verzeichniss der von D'' Horn 



104 Ihilletin de la Société entomologique de France. 

auf Ceylon gesammelten Chrysomeliden. — Afrikanische Galemci- 
nen (pi.). — 0. Schwarz : Sechs neue nordamerikanische Elateri- 
den. — Neue Elateriden aus Sûdamerika. — Aenderung der Gat- 
tungsnamens Gastrimargus Schw. — G. Breddin : Ad cognitionem 
gen. Cosmocartae Stâl (Hemipt. liomopt.). — H. Voigts : Neue 
Ost- und Sûdafrikanische Zonabris. — J. Weise : Paropsisterna 
striata nov. spec. — F. Hartmann : Vier neue Arten der Gattung 
Niphades Pasc. (Curculionidae). — D"" M. Bernhauer : Die Staphy- 
liniden-Tribus Leptochirina nebst analytischen Bestimmungstabel- 
len der Galtungen uad Arten. — J. Weise : Ueber die mit Uchenis 
Bichter verwandten Chrysomelen. — Bemerkungen ûber die ersten 
' Entwicklungsstadien der Coccinella conglobata L. — D'' K.-M. Hel- 
ler : Eine neue Art der Cetoniden-Gattung Bothrorrhina aus Ma- 
dagaskar (flg.). — H. -S. Gorham : Fam. Cleridae. Four new Pelo- 
nia from Brazii. — J, Weise : Helota Pauli n. sp. — D'' G. Kraatz : 
Notice nécrologique sur Cl. Millier (portrait). 

Échange (L'), Année 1902, N°^ 20o-216. - Don de M. M. Pic. 

EntomologisVs Record and Journal of Variation {The), XV, 2, 1903. 

— L.-B. Prout : Betrospect of a Lepidopterist for 1902. — 
T.-H. Beare : Betrospect of a Coleopterist for 1902. — J.-E. Collin f 
Betrospect of a Dipterist for 1902. — T. -A Chapman : Contribu- 
tions to the Fauna of Spain : Bejar, Avila, etc. — E.-J.-B. Sopp : 
The Migration and Dispersai of Insects. — J.-W. Tutt : Some Gê- 
nera of the Amorphid and Hemarid Sphingids. — T. -A. Chapman : 
On Wingleness in Winter Moths. — Notes diverses. 

Kongliga SvensJca Vetenskaps-Akademiens. 1° Bihang, XXVII, 1-4, 1902. 

— A. Tullgren :" On the Spiders collccted in Florida by D'' E. Lonn- 
berg, 1892-93 (1 pi.). — Y Sjostedï : Locustodeen aus Kamerun 
und Congo (4 pL). — Chr. Arivillius : On the Ethiopian Gênera 
of the Family Striphnopterygidao (fig. et 5 pi.). — A. Ohlin : 
Arctic Crustacea coUected during the Swedish Arctic Expéditions 
1898-1900 under the Direction of Prof. A. -G. Nathorst and 
M.-G. Kolthoff, II Decapoda, Schizopoda (3 pi.). — J. Tragardh : 
Zur Kenntniss der litoralen Arten der Gattung Bdella Latr. (2 pi.). 

— 2° Handlingar, XXXV, 1901-2. — W. Lilljeborg : Synopsis Spe- 
cierum hue usqiie in Suecia observatarum Gencris Cyclopies, 



Le Secrétaire-gérant : P. Chabanaud. 



BULLETIN 

DE LA 

SOCIÉTÉ ENTOMOX.OG-IQUE DE FRANCE 



ISéance du 11 mars 1903. 

Présidence de M. P. MABILLE 
Vice-Présidenl. 

MM. F. deBeauchêne (de Vitré), H. du Biiysson (de Broiil- 
Vernet) et M. Ni belle (de Rouen) assistent à la séance. 

Correspondance. — M. A. Bonnet se fait inscrire comme Membre 
à Yie et envoie sa photographie. 

— M. F. Lécuru remercie la Société de son admission et envoie 
sa photographie. 

Changement d'adresse. - M. le D-- J. Manon est affecté en qua- 
lité de chef de service au i'M cuirassiers à Chartres (Eure-et-Loir). 

Admissions. — M. Georges Guénaux, répétiteur à l'Institut 
agronomique, 124, rue de Picpus, Paris 12^ Entomologie générale. 

— M. Ange Jaubert, maître répétiteur au collège Rollin, Dam- 
pierre (Seine-et-Oise). Métamorphoses des Insectes. 

— M. André d'Aldin, place de la Cathédrale, Sentis (Oise), pré- 
senté par MM. L. Fairmaire etCh. AUua u d, est admis comme Mem- 
bre assistant. Coléoptères et Lépidoptères. 

Présentations. — M. le D"" Changeux, rue de la Terrasse, Cré- 
teil (Seine), présenté par MM. A. Guimond et Ph. Grouvelle. — 
Commissaires rapporteurs : MM. P. Estiot et E. Dongé. 

— M. Postelle, directeur des Écoles communales, Créteil (Seine), pré- 
senté par MM. A. Guimond et Ph. Grouvelle. — Commissaires rap- 
porteurs : MM. A. Bourgoin et A. Méquignon. 

Voyage.— L'expédition arctique française dirigée par le 
D'' J.-B. Charcot et le commandant de G er lâche, comprendra six 
naturalistes français, parmi lesquels nos collègues MM. J, Bonnier et 
Ch. Pérez. 

Bull. Soc. ent. Fr., 1903. No 5. 



106 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Itinéraire. — L'expédition explorera le Spitzberg, la merde Ba- 
rents et le nord-ouest de la Nouvelle-Zemble, demeuré presque com- 
plètement inconnu. C'est la première expédition scientifique française 
de ce genre. 

But. — Études océanographiques, zoologiques, géologiques, paléon- 
tologiques, météorologiques, géographiques, et réunion de collections 
destinées aux Musées nationaux. 

Matériel et moyens de travail. — Bateau de 300 tonneaux cons- 
truit spécialement pour la navigation dans les glaces. Équipage de 
10 hommes. Outillage scientifique complet pour dragages, chasses, pê- 
ches. Vivres pour dix-huit mois; vêtements d'hivernage. 

Durée. — Si les circonstances sont favorables, la durée de l'expé- 
dition sera de 6 mois, le dernier mois étant consacré à visiter les la- 
boratoires maritimes et scientifiques de le Norvège, de l'Allemagne et 
du Danemark. Mais les travaux ou les circonstances peuvent obUgcr à 
un hivernage, qui est prévu. (Départ le 15 mai 1903.) 

Budget. — Le bateau est payé et armé par le docteur Charcot 
(140.000 francs). Pour le reste : achats d'instruments, vivres, vête- 
ments, gages d'équipage, etc., 15.000 francs seront versés par l'Aca- 
démie des Sciences, le Muséum d'histoire naturelle et la Commission des 
Missions. Mais il manque encore une somme de 70.000 francs pour 
pouvoir couvrir les dépenses imprévues. Les souscriptions sont reçues 
à la Société de Géographie, 184, boulevard Saint-Germain. 



Observations diverses. 

Laboratoire d'Entomologie du Muséum. — A l'occasion d'arti- 
cles de journaux relatifs à la collection de Lépidoptères du globe que 
M. Eug. Boullet, banquier à Corbie (Somme), vient d'offrir au Mu- 
séum et dont le Conseil d'État autorise l'acceptation, M. P o u j a d e dit que 
cet entomologiste a mis vingt-quatre ans à faire cette collection qui com- 
prend surtout les Diurnes, et lui revenait, l'année dernière à environ 
60.000 francs. M. Boullet a le bon esprit de ne poser aucune condi- 
tion d'installation et a commencé par envoyer les Satyrides dont les 
deux tiers sont déjà rangés dans les meubles. De plus, toutes les es- 
pèces de ce groupe qui manquaient à la collection du Muséum et dans 
la sienne, ou qui étaient insuffisamment représentées, ont été achetées 
à Staudinger, Swinhoe, etc., par le gracieux donateur. Plus tard il 
donnera d'autres familles, toujours avec la même méthode intelligente 
qui lui fait le plus grand honneur. 



Séance du 11 mars I90:h 107 

Communications. 

Diagnose d'un Temnochilide nouve^iu [Coi..] 

par A. LÉ VEILLÉ. 

Gaurambe Fairmairei, n. sp. — Oblongo-orata , supra vix pla- 
nata,corpore infra, prothoracis ehjtrorumque lateribus et pedibus brun- 
neis, supra nigra, brunneo-rariegata cum pilis albido-testaceis et ni- 
gris, in elytris régula ritervariegatis, maculas formantibus, vixcurvatis, 
gracililms, sat elongatis, apicein versus ir régula riter directis; capite 
prothoraceque irregulariter et fortiter punctatis , subrugosis, hoc ely- 
tris latiore, antice sat angustato, medio plus minusre laevi, lateribus 
rotundatis, subeœplanatis , angulis anticis vix productis, posticis sub- 
rotundatis, margine basali utrinque sinuato; scutello rotundato, dense 
albido-piloso; elytris sat fortiter biseriato-punctatis , intervaUis minus 
angustis quam in Colobicoide Fairm., planis, lineis dorso regularibus, 
ad latera confusis. Antennaruin clava nigra vel nigrescente. — Long. 
o, lat. 2,3 mill. 

Madagascar: Suberbieville ; M. Perrier de la Bathi'e; (coll. 
Alluaud, Fairmaire, Grouvelie, la mienne). 



Description d'un genre nouveau d'Elatéride de Madagascar [Col.] 

par E. Fleoiaux. 

Paratloxon n. g. 

Allongé, convexe. Front assez fortement soulevé par l'insertion des 
antennes; carène antérieure nulle. Labre étroit, transverse. Mandibules 
falciformes, saillantes. Antennes courtes. PronotLim faiblement limité 
latéralement, quadrangulaire, plus large que long. Élytres très longs, 
ovalaires. Saillie prosternale abaissée derrière les hanches antérieures. 
Épisternes métathoraciques étroits, subparallèles. Épimères métathora- 
ciques triangulaires. Hanches postérieures étroites, rétrécies en dehors. 
Dernier segment abdominal abaissé, les autres emboîtant fortement le 
rebord des élytres. Pattes assez robustes. 

Ce genre est voisin de Pachyelater et de Hemiopinus ; il forme un 
nouveau chaînon entre les Elaterinae et les Cebrioninae. Les antennes 
sont fines, à article 4 à 10 très courts , elles sont remarquables par la 
longueur du dernier article, qui est aussi long à lui seul que les quatre 
ou cinq précédents réunis. Il diffère de Pachyelater par sa tète moins 



108 Bulletin de la Société entomologique de France. 

convexe, le labre plus apparent, les antennes de onze articles ; le pro- 
notum moins grand, limité latéralement, et moins convexe; les élytres 
beaucoup plus longs, ovalaires, atténués en arrière; les épimères mé- 
tathoraciques visibles; les hanches postérieures étroites, en lame dis- 
tincte. Diffère de Hemiopinus ])i.\r ses antennes à articles 4 à 10 très 
courts, le onzième beaucoup plus long que les précédents ; le dernier 
des palpes moins long; le pronotum quadrangulaire, moins bien li- 
mité latéralement et l'absence de pubescence. 

P. antennale, n. sp. — Long. 11 à 15 milL — Allongé, convexe, 
ovalaire ; d'un brun roux plus ou moins clair. Tète plane, rugucuse- 
ment. mais peu densément ponctuée, antennes jaunes, fines, cylindri- 
ques, ne dépassant pas la base du thorax; premier article épais, pres- 
que aussi long que les deux suivants réunis; deuxième petit; troisième 
aussi long que les deux suivants ; quatrième à dixième très courts 
comme le deuxième, rétrécis à la base; onzième et dernier en fuseau 
étroit, aussi long que les quatre et même les cinq précédents réunis. 
Pronotum convexe, lisse, brillant; bord antérieur bisinué ; angles pos- 
térieurs courts. Élytres sillonnés-striés à la base ; stries à ponctuation 
de plus en plus forte vers le bout.' Dessous de même couleur. 

Diego-Suarez. Reçu par M. Donckier. Ma collection, deux exem- 
plaires. 

Observation. 

En étudiant quelques Élatérides de la même provenance, j'ai cons- 
taté que le genre Diplophœnicus Cand. a douze articles aux antennes 
et non onze, comme le dit l'auteur, de même que le Pyrapractus bi- 
pectinicornis Fie ut. 

Ce ne sont pas là les seules exceptions dans cette famille; voici quel- 
ques autres exemples de la variabilité du nombre des articles des an- 
tennes qui montreront l'insuffisance de ce caractère, cependant impor- 
tant : les Hemirhipus, d'Amérique , ont douze articles, ainsi que les 
mâles de Ctenicera et de Lycoreus oculipennis Fairm. et L. Decorsei 
Fleut., tous deux de Madagascar. Le genre Euthysanius Lee. et le 
Corymbites trapezium Lee, de l'Amérique du Nord ont aussi douze 
articles ; chez le second , le douzième est petit, mais distinct. Nyctero- 
lampus velutinus Fleut., de Nouvelle-Calédonie, a également douze 
articles. Chez le genre Plectrosternus indo-malais, le douzième article 
est simulé d'une façon remarquable, mais n'existe pas en réalité. Le 
cas le plus curieux est celui du Pachyelater, qui n'a que huit articles. 



Séance du il mars 1903. 109 

Description d'une nouvelle espèce û'Odontochila [Col.] 
par E. Fleutiaux. 

Grâce à l'obligeance de M. Main dr on, j'ai pu étudier les Cicindé- 
lides rapportés du Pérou par notre collègue M. G.-A. Baer et je donne 
ci-après la description d'une espèce nouvelle que je suis heureux de 
lui dédier. Dans le Bulletin de la Société entomologique de France, 
1901, p. 2o6, M. Baer résume lui-même les observations qu'il a faites 
sur la distribution géographique des insectes de cette famille au Pérou ; 
il les a rencontrés jusqu'à une altitude do 4.000 mètres. 

Odontochila Baeri, n. sp. — Long. 12 à 13 mill. — Cuivreux, 
noirâtre sur le milieu de la tète et du pronotum. Labre bisillonné, 
bordé de jaune latéralement. Tète noirâtre avec le bord antérieur cui- 
vreux, deux légères taches entre les yeux et une ligne derrière eux 
de la même couleur, cette dernière accompagnée d'une bande margi- 
nale violette. Pronotum rugueux , cuivreux , surtout sur les côtés en 
arrière, bordé latéralement de violet. Élytres densément et fortement 
ponctués, cuivreux (d'un bleu violacé vus d'arrière en avant ou en 
dessus, leur extrémité en avant), bordés d'une bande violette devenant 
verte à l'intérieur, ornés d'une petite tache jaune près du bord, au 
delà de la moitié. Dessous violet. Pattes d'un violet noirâtre. 

Pérou, province de Huallaga. Rio Mixiollo, 1.200 mètres, juillet-août, 
1900 (collection Maindron et la mienne). 

Voisine de 0. chiriquina H.-W. Bâtes, forme générale moins con- 
vexe, aspect plus cuivreux; tête et pronotum plus rugueux; élytres 
avec une bande violette latérale assez large. 



Descriptions sommaires de Dorcides nouveaux [Col.] 
par H. BoiLEAu ('). 

Gnaphaloryx capreolus, n. sp. — Voisin du G. miles VoU. et 
du G. squalidus Hope, mais plus petit. 

Insecte d'un brun foncé rougeâtre entièrement couvert de points 
squamifères et de poils. 

(1) Voir les trois notes précédentes dans les Bulletins n"* 1 7, 18 et 19 de 1902. 



no Bulletin de la Société entomologique de France. 

(5. Tète transversale, bombée, portant une corne riidimentaire au 
milieu de la région frontale. Même chez des exemplaires de plus grande 
taille que celui que je possède, cet appendice doit être loin d'atteindre 
le développement qu'il prend chez G. miles, mais il est plus prononcé 
que chez G. squalidus. Les canthus sont plus larges et plus saillants en 
arrière que dans ces espèces, et les joues ne forment pas d'expansion 
latérale bien sensible derrière les yeux. 

Les mandibules, aussi longues que la tête, sont moins fortes que 
celles du G. miles; elles sont velues, plus symétriques que chez G. squa- 
lidus, fortement carénées sur leur bord supérieur externe, et portent, 
sur leur hord interne un denticule mal défini, voisin de la base, et deux 
denticules assez rapprochés, au delà du milieu. A la pointe il existe un 
denticule supérieur, bien apparent sur la mandibule droite, qui est un 
peu plus courte que la gauche, presque effacé sur celle-ci. 

La lèvre supérieure, obtusément tridentée, est assez large. 

Le prothorax est analogue, comme forme, à celui du G. miles, mais 
moins transversal, dépourvu de fossette au voisinage des angles anté- 
rieurs. Ceux-ci sont plub arrondis. La ligne médiane n'est pas appa- 
rente. 

Les élytres portent une ponctuation plus grosse et moins régulière- 
ment disposée que chez G. miles. Le menton est grand, trapézoïdal, 
dépoli et ponctué. Les tibias des pattes médianes et postérieures sont 
armés d'une faible épine vers leur milieu. 

9. Aussi grande que le <3 mais bien inférieure comme taille aux 5 
du G. miles. La tête est 'plus bombée, avec les canthus plus forts, le 
prolhorax presque semblable, mais avec les régions déprimées plus 
marquées et les angles antérieurs plus avancés; les élytres sont plus 
étroites et plus arrondies à l'angle humerai ; les tibias postérieurs et 
médians sont armés d'une faible épine vers le miheu; les autres diffé- 
rences sont peu apparentes. 

Pontianak, Bornéo, un couple. 

Long, totale, mand. iucl., 6 16 mill., ç 14 mill. — Largeur maxima, 
c5 et 9 6 mill. 

Gnaphaloryx miles, var. laticornis, n. var. — Le G. miles est 
représenté en Nouvelle-Guinée par une variété qui s'écarte du type 
par l'exagération de certains caractères, déjà très marqués chez ce- 
lui-ci. 

La taille est la même, mais l'insecte de Nouvelle-Guinée est un peu 
plus large et d'aspect plus lourd. Les mandibules sont plus fortes, avec 
la dent intermédiaire supérieure plus large et plus saillante. La corne 



Séance du 11 mars 1903. lU 

céphaliquo, aussi longue, mais un pou pluscouri)ée, est beaucoup plus 
large et plus épaisse. Entre les yeux et la base de la corne la surlace 
est fortement creusée, au lieu d'être simplement en pente; enfin les 
saillies des joues derrière les yeux sont un peu plus fortes. 

Le prothorax a les angles latéraux antérieurs moins nettement tron- 
qués, les côtés latéraux sont plus parallèles; les élytrcs sont plus 
larges. 

Les exemplaires que je possède (cinq couples), viennent tous de Fly- 
River, et ont été rapportés par M. d'Albertis. 



Deux Ptinides exotiques nouveaux [Col.] 

par Maurice Pic. 

Ptinus madagascariensis, n sp. — Minutus, satis latus, nlti- 
(lus, niger, paululum metallicus, flavo-hirsutus, immaculatas. 

Petit, assez large, brillant, noir à faibles reflets métalliques, orné de 
poils flaves en partie redressés. Tête large et courte, peu pubescente, 
yeux assez saillants; antennes noires, longues, épaissies au sommet; 
dernier article plus long que le précédent; prothorax plus long que 
large, faiblement étranglé devant la base, sans oreillettes pileuses, for- 
tement ponctué même sur la base; écusson grand, pubescent; élytres 
assez courts, bien plus larges que le prothorax, à épaules droites et 
marquées, fortement striés-ponctués avec les interstries étroits et un 
peu saillants et des rangées de poils clairs soulevés ; pattes petites et 
grêles, noires. Long. 1,7 mill. 

Madagascar : Majunga (T. de Tschitscherine, in coll. Alluaud). 

Par la forme de ses antennes et celle du prothorax se rapproche de 
metallicus Pic, mais bien difîérent, en plus de l'absence des fascies 
élytrales, par le prothorax plus court et les élytres plus larges. 

Ptinus siibviolaceus, n. sp. — Latus, nitidus, niger, griseo-pu- 
bescens et longe hirsutus; scutello albido; elytris subviolaceis, ante et 
post médium albido-maculatis. 

Large, brillant, noir avec les élytres faiblement violacés, orné d'une 
pubcscence grise longue et espacée et de très longs poils redressés. 
Tète assez longue, front en partie orné de pubescence blanchâtre, yeux 
très saillants; antennes noires, longues, robustes, à derniers articles 
moins épais; prothorax plus long que large, fortement étranglé devant 



112 Bulletin de la Société entomologique de France. 

la base, très brillant, avec quelques points forts en avant et sur la base; 
écusson allongé, revêtu d'une pubescence blanche dense; élytres 
courts, bien plus larges que le prothorax, à épaules droites et sail- 
lantes, modérément striés-ponctués, la ponctuation bien plus forte sur 
les côtés, avec les interstries en grande partie déprimés et modéré- 
ment larges, ces organes ornés chacun de deux macules arrondies 
faites d'une épaisse pubescence écailleuse blanche, l'une avant, l'autre 
(celle-ci plus interne) après le milieu; poitrine plus ou moins ornée 
de pubescence blanche; pattes noires, assez robustes et ornées d'une 
pubescence blanchâtre. Long. 2,8-3 mill. environ. 

Nouvelles-Hébrides : Mallicolo (Ph. François, in coll. François et 
Pic). 

Par sa forme se rapproche de nigerrimus Boield. et espèces voi- 
sines dont il se distingue, à première vue, par la coloration un peu 
violacée des élytres et les macules blanches ; avec son dessein blanc a 
quelques rapports avec P. albomaculatus Macl., d'Australie, mais le 
prothorax de subiûolaceus est tout autre, la forme du corps est plus 
large, enfin les élytres ont une macule, et non une fascie, postérieure. 



Note sur la Conchylis santolinana Stgr. [Lép.] 
par P. Chrétien. 

A San Ildefonso (Segovia), on trouve, sur les tiges de Santolina 
rosmarinifolia, des renflements fusiformes de 20 à 40 millim. de lon- 
gueur sur 3 à 5 de largeur, produits par la chenille d'une Conchylis. 
Staudinger, qui les a le premier observés, supposait qu'ils étaient 
habités par la chenille de sa Conchylis santolinana {Berl. ent. Zeit., 
1870, p. 279). 

D'un autre côté, Lord Walsingham, qui a obtenu une nouvelle 
Conchylis de galles de Santolina chamœcypar issus, en Corse, était d'avis 
que les galles dont parlait Staudinger ne devaient pas être attribuées 
à la Conchylis santolinana Stgr., mais plutôt probablement à la C. cor- 
sicana Walsghm. [Entom. monthly Mag. 1898, p. 179). 

En réalité, les galles de San Ildefonso donnent naissance à une nou- 
velle espèce de Conchylis, plus voisine de C. peacedanana Rag. que 
de toute autre. Je l'ai nommée austrinana et décrite dans le Natura- 
liste du lo novembre 1902. 

La question de ces galles élucidée, restait celle des premiers états' 



Séance du II mars 190S. 113 

de C. santolinana Stg'r. Celte ConcInjUs esl bien cécidogèno, mais 
d'une façon qu'on ne soupçonnait pas. 

D'un œuf pondu au sommet de la tige de santolina rosmarinifolia, 
la petite chenille sort et pénètre ensuite dans la calathide naissante, se 
loge dans le placenta ou réceptacle dont elle dévore le centre, puis 
gagne la tige clans laquelle elle avance rarement au delà de o mill. 

A part ceux du centre de la calathide, elle ne touche pas aux 
achaines. Si, dans la suite, on trouve ceux-ci perforés et rongés, ils 
l'ont été par la chenille de Cleodora llneateUa. 

Dans les premiers jours de juillet, on voit avec surprise un grand 
nombre de Calathides jaunes de Santolina chargées de petits grains 
noirs : ce sont les excréments de la chenille. En août, ils dimi- 
nuent, disparaissent même. Entre temps, un léger renflement s'est 
produit à la base de la calathide, dans la partie de la tige attaquée et 
vidée par la chenille, et le centre du placenta, devenu noir, s'est durci. 
En septembre, la chenille, qui jusque-là s'était tenue la tête en bas, 
se retourne et, après avoir tapissé sa demeure de soie blanche, attend 
la métamorphose dans la calathide même. La chrysalide, formée en 
octobre, passe l'hiver et le papillon éclôt en mars et avril suivants. 

Très souvent, la même tige de Santolina porte la galle de Conchylis 
austrinana et celle de santolinana. En général, ces galles sont sépa- 
rées, distantes; mais, quelquefois, elles sont contiguës et, dans ce cas, 
il semble n'y avoir qu'une seule cécidie, dont la longueur peut dépasser 
50 mill. 

Une troisième Conchylis se prend sur la Santolina rosmarinifolia : 
c'est la jolie C. perfidana Kennel, qui commence à apparaître quand 
la C. santolinana finit. J'avais espéré un moment en faire l'éducation, 
mais, par suite d'un accident malencontreux, le plant de Santolina, 
sur lequel j'avais mis une ponte de perfidana, a péri. Les premiers états 
de cette Conchylis restent inconnus. 

Il y a bien, sur les tiges de Santolina, une troisième espèce de galle, 
bacciforme, de la grosseur d'un pois, et de consistance mohe; mais 
elle n'est pas produite par une chenille de Lépidoptère. Je n'ai pas par 
conséquent à m'en occuper. 

La chenille et la chrysalide C. santolinana seront décrites ultérieu- 
rement. 



114 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Discussions entomologiques 

par H. du Buysson. 

1° — D'un commun accord avec M. Pic, nous faisons U'ôve avec ces 
interminables discussions qui ne sont d'aucun profil pour la science. 
M. Pic a voulu m'être désagréable en mentionnant quelques erreurs 
de détermination que j'ai commises jadis. Cela ne m'a pas blessé, car je 
n'ai jamais eu la prétention d'être infaillible, c'est surtout de l'intention 
que je me suis formalisé. De son côté, il dit avoir aussi à se plaindre 
de moi. Bref, nous sommes d'avis de cesser de part et d'autre ces récri- 
minations qui ne servent qu'à supprimer la cordialité qui doit exister 
dans les rapports que tous ceux qui travaillent, doivent avoir entre 
eux. 

Je profite de l'occasion pour dire que l'on rencontre partois de ces 
déterminations erronées qui se perpétuent de collections en collections 
et d'auteurs en auteurs; il arrive même qu'on soit obligé aussi de 
les patronner quelque temps en attendant que, par de longues et minu- 
tieuses recherches, on puisse arriver à les rectifier. Telle est la situation 
d'un grand Athous, que l'on a eu le tort de rapporter à une espèce de 
Laporte de Castelnau; si j'avais terminé les recherches que je fais à son 
sujet, j'aurais pu le signaler dès aujourd'hui, mais rien ne presse et je 
réserverai peut-être cette étude pour la Faune gallo-rhénane. 

Je tiens aussi à exposer ici que je ne suis pas jaloux (comme on a 
voulu l'insinuer) de ce que des conifères travaillent au même groupe 
que moi ou décrivent des espèces nouvelles. J'ai seulement exprimé 
le désir que ce travail soit suffisant et ne fasse pas plutôt obstacle aux 
progrès de la science. Si l'on avait davantage étudié les Élatérides, 
j'aurais éprouvé bien moins de difficultés et j'en aurais été très satis- 
fait ; cette partie de la Faune gallo-rhénane serait alors terminée depuis 
longtemps. Je désire donc qu'on ne dénature pas les sentiments qui 
m'ont toujours guidé jusqu'à ce jour. 

2° — En relisant une Remarque sur quelques Cardiophorus 
{Ann. Fr. 1902, p. 424, ligne 16), j'ai vu que j'avais donné le titre de 
D'' à Vahl et j'ai cherché comment cotte faute avait pu être commise. 
Elle provient tout simplement de ce qu'en relevant la description de 
Fabricius j'avais écrit pour simplifier D. Vahl aulieu de Dom. Vahl 
et machinalement en écrivant mon manuscrit j'ai écrit D"" au lieu de M. 
puisque je traduisais en français. 

Quant à «Bizerte en Espagne», plusieurs de nos collègues ont cherché 



Séance dn II mars 1903. Ho 

infriictiioiisoniinit les traces de celte localité en Espagne. Il m'a été 
également impossible de la trouver inscrite quelque part. J'ai consulté 
le Dictionnaire des localités étrangères mis par la Direction des Postes 
au service de ses employés et je n'y ai vu que Bizérte en Tunisie. 
Force sera peut-être de conclure que Fabricius a commis une 
erreur en prenant cette indication de Vahl pour une localité du terri- 
toire espagnol. Dans ce cas, il est peu probable que l'insecte visé 
puisse se rapporter au C. Graëllsi Cand. comme je le supposais. 



Bulletin bibliographique. 

Belon (R. p.). : Description d'un Longicorne inédit de Bolivie {Bull. 
Soc. Eiîi. Fr.), 1902, 2 p.* 

Id. : Description de plusieurs Longicornes de Bolivie appartenant au 
genre Adetiis L. C. {Ann. Soc. Eut. Belg.) 1902, 10 p.* 

CocKERELL (T.-D.-A.) : Directions for coUecting and preserving Scale 
Insects (Coccidae) [Il S. Nat. Mus.), 1897, 9 p.* 

CoviLLE (F.-C.) : Directions for coUecting Spécimens and Information 
illustrating the aboriginal Uses of Plants (/. c), 1893, 8 p.* 

Emmerez de Charmoy (D. d') : Report from the Spécial Assistant to the 
Sub-Committee to the Chairman, Malaria Enquiry Committee [Mal. 
Enq. Comm.), 1902, IS p.* 

Fauimaire (Léon) : Descriptions de quelques Hétéromères recueillis par 
M. Fruhstorfer dans le Haut-Tonkin {Ann. Sor. Ent. Belg.), 1903, 
8 p.* 

Fleutiaux (Ed.) : Élatérides des îles Séchelles recueillis par M. Ch. 
AUuaud en 1892 {Bull. Soc. Ent. Fr.), 1903, 14 p.* 

HoRVATH (D"" G.) : Descriptions of New Hemiptera from New South 
Wales {Term. Fdz.), 1902, 12 p.* (2 exempt.). 

Lo BiANco (D'' S.) : The Methods employed at the Naples Zoological 
Station for the Préservation of marine Animais {U. S. Nat. Mus.), 
1899, 41 p., 1 pi.* (Trad. E.-O. Howey). 

Merrill (G.-P.) : Directions for coUecting Rocks and for the Prépara- 
tions of Thin Sections {l. c), 189o, lo p., lig.*©. 

Miller (G. S.) : Directions for preparing Study Spécimens of Small 
Mammals (/. c), 1901, 2o p.*0 



116 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Needham (J.-G.) : Directions for coUecling and rearing Dragon Flics 

and May Flies (/. c), 1899, 9 p., tig.* 
Pic (M.) : Coleoptera Heteromera. Fam. Hylophilidae [Gen. Ins.), 1902, 

14 p., 1 pi. col.* 

SciircHERT (Ch.) : Directions for collecting and preparing Fossiis ([/. 
S. Nat. Mus.), 189o, 31 p., tig.* 

Tassin (W.) : Directions for collecting Minerais (/. c), 189o, 6 p.*0 



Académie des Sciences [C. R. hcbd. des Séances), 1903,1,6-9. — A. Conte 
et C. Vaney : Sur la structure de la cellule trachéale d'OEstre et 
l'origine des formations ergatoplasmiques. 

Académie des Sciences de Cracovie [Bulletin international), 1903, I, 6-9. 
— Vl. Kulczynski : Aranearum et Opilionum Species insula Creta 
a Comitate D^' C. Attems coUectac, 1 pi. — T. Dyduch : Materialien, 
zu einer Isopodenfauna Galiziens (lig.). — J.-L.-M. Lomnicki : Elater 
Wisniowskii (lig.). — Oliorrlujnchus bisulcatus F., eine fiir die 
Kilferfauna Galiziens neue Art. — F. Schille : Die Lepidopteren-' 
fauna des Poprad-Tales uud Seiner Zufliisse, Y, III, — S. Smreg- 
zYNSKi : Orthopterologisclie Notizen aus dem J. 1901. — E.-L. Nie- 
zABiïOWSKi : Materialien zur Vespiden-Fauua Galiziens. — S. 
Klemensiewicz : Ueber neue und wenig bekannto Arten der galizi- 
schen Schmetterlingsfauna, 3'= Suppl. (fig.). — F. Schu.le : Materia- 
lien zur Neuro-und Orthopteren fauna des Poprad-Tales. 

American Muséum of Natural Histori/. — 1" Bulletin, XVI, 1902. — 
W. Beutenmuller : Descriptions of Some Larvae of the Genus Ca- 
tocala (1 pi.). — The earlier Stages of some Moths. — Descriptive 
Catalogue of the Noctuidae found witliin fifty miles of New York 
City. II (4 pi.). — 2° List of Papers in the Papers and Memoirs of 
the American Muséum of Natural History. Vol. I-XYI, 1881-1902. 

Agricultural Gazette of N. S. Wales, 1903,1.© 

Entomoloijical Society of Washinyton (Proceedings), Y, 1-2, 1902-3. — 
A.-D. HoPKiNGS : Some Notes on the genus Dendroctonus. — H.-G. 
Dyar : A Review of the Species of Haploa. — 0. HEmEMANN : Noies 
on Belonochilus numenius Say. — H.-G. Dyar : To what Species 
should the Name Acronijcta hamamelis Guenée be applied. — 
O.-F. CooK : Evolutionary Inferences from the Diplopoda. — E.-D. 
Sanderson : Notes upon the Structure and Classification of Chryso- 
melid Larvae (fig.). — H.-G. Dyar.: Description of the Larva of 



Séance du H mars lOOS. U7 

Triprocris Smithsonianm ClcnKMis. — A.-l). IIupkins : A new Geims 
ot Scolytids frora Florida (llg.)- — H.-G. Dyar : A new Form ot 
CUsiocaiitpa frora Colorado. — Synoptic Table of tho North Ame- 
rican Species ol Chionobas. — A Lopidoplerous Larva on a Lcaf- 
Ilopper [Epipurops hnrberlana n. sp. — Notes on Mosquitoos at 
Long Islaiid, N. York. — Illustrations of tlie early Stages of some 
Diplera (pi.). — C.-W. S'nLES : ïhc Cattlc ïicks of N. America. — 
H.-G. Dyar : The Collection of Lepidoptera in Ihe National Muséum. 
— C.-B. Simpson : The alimentary Canal of certain Lepidopterous 
Larvae. — A.-N. Caudell : Someinsects from the Summit of Pike's 
Peak found on Snow. — C.-B. Simpson": Notes on the Lite-History 
of Ihe Codling Moth. — O.-F. Cook : The Earwigs Forceps and the 
Philogeny of Insects. — C.-B. Simpson : Photographing Nets of 
Biidropsijche (1 pi.). — H.-G. Dyar : Note on Aracimis Brd. — The 
Loy-Cabin Builder. — Note on a Californian Fruit Worm. — N. 
Banks : Sccondary sexual Characters in Spiders. — J.-D. MrrcHELL : 
Observations on the Habits of two Cicindehdae. — C.-L. Marlatt : 
Collecting Notes on Mosquitoes in Oriental Countries. — Notes on 
the Periodical Cicada in the District of Columbia in 1902. — An 
early Record of the Periodical Cicada. — H.-G. Dyar : Synopsis of 
the North American Species of Erebia. — Synopsis of the North 
American Species of Breiithis. — The Life History of a second Epi- 
plemid, CaUizia amoratn. — C.-L. Marlaïï : A Chalcidid pnrasit of 
the Asiatic Lady-Bird. — H.-G. Dyar : Notes on Mosquitoes in New 
Hampshire (i pi.)-. — J. Koïinsky : The first North American Leaf- 
Gall Diaspine. — N. Banks : New Smiuthuridae from the District of 
Columbia. — 0. Heidemann : Remarks on Lijgirocoris constriclus 
Say and Description of Perigones fallax , a new Species. — A.-N. 
Caudell : Some new or unrecorded Orthoptera from Arizona. 

Entomologische Lilteraturblâtler, 1903, 3. 

Eniomologist {The), Mars 1903. — F.-W. Frohawk : The eaiiier stages 
of Lycaena A)ion. — W. Renton : Species of the gênera Emme- 
lesia anà. Eupithecia taken in Royburgshire. — M. Jacory : Descrip- 
tions of some new Species of Clythridae (rhytophagous Coleoptera) 

— H.-J. Hansen : On the Morphology and Classification of the Au- 
chenorrhynchous Homoptera. — Notes diverses. 

EntomologisVs Monthly Magazine [The], mars 1903. — A. H. Jones : 
Lepidoptera in SonlhernSpain during the last half of october 1902. 

— E.-R. Bankes : Lithosia deplana. Esp., var. unicolor var. nov. 
R. Newstead : Kenncs quercih, h., a Coccid new to Britain. — 



118 Bulletin de la Société entomologique de France. 

M. Cameron : Coleoplera collected arouud Constantinople during 
the Winter 1901-2. — J. Edwards : On the Occurrence in Norfolk 
of OEdemera virescens L., aspecios nothitherto recorded as British. 
— F. Barretï : Furter notes on South African Lcpidoptera. — No- 
tes diverses. 

Feuilles des Jeunes Naturaliste {La), n° 389, 1902. — L. Dupont : Los 
Argynnides de la Normandie. — Notes spéciales et locales. 

A'. K. zoologisch-botanischenGesellschaft in Wien{Verhundlungen), LUI, 
1, 1903. — MuLLER : Bericht iiber die Koleopterenausbeute des 
Herrn E. Galvagni auf dem dalmatischen Insein Pelagosa, Lissa 
undLagosta. — B. Cobelli : I veleni ed il Lasius emarginatus, 01. 
D'' Fr. Werner : Ueber die von Herrn D'' K. Grafen Altems aus 
Kreta mitgebrachten Orthopteren (fig.). 

Katalog literattirij nankowej Polskieg, II, 3, 1902-1903. 

Marcellia, I, 6, 1902 (2 exempl.). —A. Trotter: Necrologio, Anguslo 

Napoleone Berlese. 
Miiseu nacional do Rio de Janeiro {Archivos), X-XI, 1897-1901. — 

G. MoREiRA : Crustaceos do Brazil (3 pi. n.). — A. de Miranda Ri- 

BEiRO : Sobre a Mydaea Pici Macq. (1 pi.). 

Naturaliste (Le), 15 février et l*^'" mars 1903. — H. Coupin : Chro- 
nique et Nouvelles. — E. Fleutiaux : Description de deux espè- 
ces nouvelles d'Elatérides do Madagascar. — A.-L.-N. Agnus : 
Description d'un Névroptère fossile nouveau Homoioptera gigantea 
(fig.). — Cap. Xâmbeu : Mœurs et métamorphoses de ÏHomaliuin 
rivulare, Coléoptère du groupe des Brachélytres. — M. Pic : An- 
thicides exotiques nouveaux. —H. Coupin : Chronique et nouvelles. 

Nova Scotian Institute of Science [Proceedings and Transactions), X, 3, 

1902.O 
[i. Accademia dei Lincei [Atii), 1903, 1, 2 et 3.© 
Revista Agronomica, I, 3, 1903. 

Revue d'Entomologie, XXI, 6-7, 1902. — B.-P. Belon : Description d'un 
Longicorne nouveau du groupe des Hespérophanides. — M. Pic : 
Coléoptères présumés nouveaux de la Bhodesia. — A. Fauvel : 
Staphyhnides exotiques nouveaux. — H. du Buysson : Faune 
Gallo-rhénane, Élatérides , pp. 313-336. — L. Pandellé : Études 
sur les Muscides de France (3'' partie), p. 483-492. 

Revue éclectique d'Apiculture, mars 1903. — Brunière : Manuel clas- 
sique d'Apiculture (flg.). 



Séance du 11 mars 1903. 11!) 

Revue scientifique du Bourbonnais et du Centre de la France, février 
1903. O 

Romrtani Lapok, X, 1 ol 2, 1903. — Notes entomologiquos en langue 
hongroise ((ig. pi.). 

Royal Society {Proceedings), LXXI, 471, 1903. 

Schweizerischen Entomologischen Gesellschaft, X, 19, 1903. — D'' F. 
Ris : Vorweisung europaischer und amerikanischer Libellen. — 
Einiges liber karzlltigelige Perliden. — A. Dieiil et A. Forel : Die 
Sitten und Nester einiger Ameisen der Sahara bei Tugurt und Bis- 
kra. — C.-E. Mory : Revision der bis jetzt von Hybr. epilobii B. 
abgeleiteten Bastarde. - Liste der 1898 im Jouxthal gesammelte 
Coleopteren. — D"" J. Hofer : Beitrag zur Cocciden-Fauna der 
Schweiz. — D"" G. Sïierlin : Beschreibung von zwei neuen euro- 
pàischen Riïsselkàîern. — E. Frey Gessner : Hymenoptera Hel- 
vetiae, pp. 149-180. 

Sociedad cientifica « Antonio Alzate » [Memorias y Revista), XVII, 4-6, 
1902. — W.-M. Wheeler : Formica fusca L., subsp. politaUayr , 
var. perpilosan. var. — T -D.-A. Cockerell : A new Scale-Insect 
on Agave. — On a species ol Pseudococcus (Fam. Coccidae). 

Sociedad espanola de Historia natural [Bolelin), décembre 1902 et jan- 
vier 1903. — A.-G. Varela : Species Acanthaspini (sub. gen. Te- 
troxia A. et S.). — R. Oberthùr : Une nouvelle Asid'i appartenant 
au groupe des espèces aterciopeladas . — M. de la Escalera : 
Otra Asida nueva de Espana del grupo de las aterciopeladas. — 
Sistema de las especies espanolas del género Asida. 

Sociedad espanola de Historia natural {Anales). XXX, 4, 1902. — Me- 
DiNE Y Ramos : Crisididos de Espana (suite). 

Societas Entom.ologica, XVII, 22 et 23, 1903. — J. Breit : Choleva Do- 
deroi nov. spec. — G. Breddin : Neue Raubwanzen. — P. Born : 
Meine Exkursion von 1902. — G. Breddin : Neue Raub-Wespen. 
— 0. ScHULTz : Ueber einige aberrative Fornien von Aglia Tau 
L. (darunter ab. caecata Schultz.). — P. Born : Meine Exkursion 
von 1902. 

Société des Sciences naturelles de Saône-et-Loire {Bulletin), février 
1903.© 

Société des Sciences naturelles et d'Enseignement populaire de Tarare 
{Bulletin}, VIII, 2, 1903.© 



120 Bulletin de la Société entomoîogique de France. 

Société d'Histoire naturelle de Toulouse, XXXV, 6, 1902. — Roule : 
Le cycle biologique de Colaspidema atra Latr. dans le midi de la 
France ; sa durée et ses variations. 

[/. S. National Muséum. — 1° Bulletin, 50-51, 1902. — R.-J- Geare : 
A List of the Publications of the U. S. National Muséum. — 2° Pro- 
ceedings, 23-24, 1901-2. — W. H. Ashmead : Classification of the 
Ichneumon Flies or the Superlamily Ichneumonoidea. — A. Busck : 
New Species of Moths of the superfamily Tineina îrom Florida 
(1 pi.). — H.-G. Dyar : Life Historiés of some North American Moths. 
— J. Mac Neil : Revision of the Orthopteran Genus Trimerotropis 
(1 pi.). — J.-E. Benedict : The Hermit Crabs of the Pagurus Bern- 
hardus type (flg.). — H. Richardson : Key to the Isopods of the 
Atlantic Coast of North America, with Descriptions of new and little 
known Species (fig.). — N. Banks : Some Spiders and other Ara- 
chnida from Southern Arizona (1 pi.). — D.-W. Coqutllett : New 
Diptera in the U. S. National Muséum. — J.-E. Benedict : Four 
new Symmetrical Hermit Crabs (Pagurids) from the West India Ré- 
gion (fig.). — D.-W. Coquillett : New Diptera of Southern Africa. — 
N. Banks : Some Spiders and other Arachnidafrom Porto-Rico 
(1 pi.). — W.Schaus : Descriptions of new American Butterflies. — 
A. BuscK : A. Review of the American Moths of the Genus Depres- 
saria Haworth, and descriptions of New Species. — R.-W. Cham- 
berlin : Helicops dolichopus, a new Chilopod from Utah. — M.-J. 
Rathburn : Descriptions of new Decapod Crustaceans from the 
West Coast of North America. 

A. L. 



Le Secrélaire-gérani : P. Ciubaraud. 



BULLETIN 

DE LA 

SOCIÉTÉ ENTOlVIOLOaiQUE DTC FRANCK 



§iëaiiee dii !35 mars 1903. 

Présidence de M. F. HENNEGUY. 

MM. H. du Biiysson (de Brout-Vornet), — M. Nibello (de Rouen), 
— A. Jaubert (de Dampierre), — J. Vachal (d'Argenlal), assislent 
à la séance. 

Correspondance. — M. Ange Jaubert remercie la Société de son 
admission. 

— M. le ProfosseurGooldi s'est fait inscrire comme membre à \ie. 

Admissions. — M. le D'' Changeux, rue de la Terrasse, Cré- 
teil (Seine). {Coléoptères.) 

— M. Postcllo, directeur des Écoles communales, Créteil (Seine). 
{Colcoptères.) 

Présentations. — M. Roger Vérity, 1, via Leone Decinio, Flo- 
rence (Italie), présenté par M. l'abbé de Joannis. — Gonniîissaires- 
Rapportcurs : MM. Donckier et Viard. 

— M. Jules Buisson, naturaliste, 4, place St-Micliel, Paris, 6'', 
présenté par M. Gh. Lahaussois. — Commissaires-rapporteurs : 
MM. Dessalle et Jeanson. 

Voyage. — M. Cb. Alluaud annonce qu'il \ient d'être cbargé 
d'une nouvelle mission scientifique par le Ministre de l'Instruction pu- 
blique. Notre collègue se propose do réunir des collections géologi- 
ques, botaniques etzoologiques destinées au Muséum d'histoire naturelle 
dans le Protectorat anglais de l'Est Africain, principalement entre Mom- 
basa et le Lac Victoria Nyanza, avec excursion au Kilimandjaro. 

Au cours de ce voyage, qui durera une année, M. Alluaud visi- 
tera surtout les quatre régions suivantes très différentes entre elles : 

1'^ La zone désertique entre Mombasa et le Wa-Teila. 

2" La grande dépression comprise entre les escarpements boisés de 

Bull. Soc. enl. Vw, 100:J. N" G 



122 Bulletin de la Société entomologique de France. 

KikLiyu et de Mau et dont le fond est parsemé de petits lacs plus ou 
moins salés. 

3° Les rives du Lac Victoria Nyanza (surtout le fond de la baie de 
Kavirondo). 

4° Le Kilimandjaro qui dresse à 6.010 mètres d'altitude sa calotte de 
glaces éternelles sous l'équateur. L'exploration de cette montagne, où 
s'étagent des zones de végétation des plus diverses et dont la flore seule 
jusqu'ici a été étudiée, doit présenter un grand intérêt au point de vue 
de la distribution verticale des êtres. 



Observations diverses. 

Synonymie. — M. G. -A. Pou jade fait la rectiflcation suivante : 

Walker a décrit en 18S6 dans le Cat. Lép. heter. B. M. une Zeuzera 
leuconota {G'"> Duomitus Butl.) qui n'est autre chose que Cossus per- 
sona décrit par Le Guillou en 1841 dans la Bévue zoologique. 

La diagnose latine, très brève, est passée inaperçue faute de figure, 
mais le type existant au Muséum ne laisse aucun doute. 

Cette espèce qui se trouve à Java, à Ceylan et aux Indes, devra 
porter le nom : Cossus persona Le Guillou = Zeuzera leuconota 
Walker. 

Note sur les chrysalides du genre Thais. — M. G. -A. Poujade 
fait connaître le mode de suspension des chrysalides de Thais Biimina, 
Poljj.rena et Cerisyi qui consiste en ce qu'elles ne sont pas ceinturées 
comme celles des Papilio et des Pieris, mais fixées aux extrémités par 
de la soie. La tête de la chrysalide est munie à cet efïet de deux pe- 
tites éminences garnies d'imperceptibles crochets plus courts et moins 
nombreux que ceux de la partie anale et qui la maintiennent suspen- 
due à la cordelelte de soie filée par la chenille. 

M. Poujade compte donner un travail plus étendu sur ce sujet, 
avec figures. 



Séance du 2o mars 1903. 123 



Communications 

Descriptions de quelques genres nouveaux de l'Ordre des Araneae 
par E. Simon. 

Para<"itroi»ltiiiK, nov. gon. — .4 Strophio diffcrt area oculorum 
rnedioi'um paulo loinjiore quant latlore et antice quam postice multo 
angustiore, abdomine longiore quam latlore, antice rotundo, postice 
senslm ampllato et obtuse promiimlo. 

P. echinosoma, sp. nov. Ç long. mill. — Céphalothorax coria- 
ceus, parce nlgro-setosus, fusco-rufescens, parte cephullca dilutiore 
luteo varlegata et trlllneata, thoracica utrlnque vittis radlanlibus 
nlgrls abbreviatis notata, margine clgpei setis brevlbiis 12 ar)nato. 
Abdomen cinereum, rufulo-variatum, utrlnque late albido-marginatum 
postice albldo-segmentatum et maculls blnls magnls nigris notatum. 
Chelae fuscae, setls splnlformlbus brevibus hlrsutae. Sternum pedesque 
obscure fuira, femoribus rufulo-punctatls, tlbils metatarsmiue antlcls 
late fusco-annulatls. — Afrlca occld. .- Camcroon. 

Emplesiog^onn», nov. gen. — A Pseudoporrliopi dlffert oculls 
laterallbus utrlnque parvis, aequls, nec tuberculatis nec promlnulls, 
oculls medlls areani salteni quintupla latlorem quam longlorem occu- 
pantlbus, postlcls mlnutisslmls, abdomine magno, antice obtuso, postice 
ampllato et obtuse truncato. 

E. striatus, sp. nov. 9 long. 4 mill. — Céphalothorax nlgrlcans, 
confuse fusco-rufulo-marmoratus, ad marglnem clgpei late testaceus, 
crebre granulosus et albido-pilosus. Abdomen fulvo-testaceum, breviter 
flavldo-pllosum, levlter fusco-varlatum et postice lineolis transversis 
nlgrls segment atum. Chelae, partes oris, sternum coxaeque nigra. Pedes 
brevissimi, breviter pllosi, albldo-testacel, femoribus ad aplcem tenuiter 
nigro-cinctls, patellls nlgro-lineatls. — Nossi-Be. 

Ôiplotycliu»*, nov. gon. — ^1 VhâQnopom'àû differt cephalolhorace 
humlll, paulo longiore quam latlore et antice quam postice angustiore, 
clgpeo oculls lateralibus antlcls [medlls fere quadrupla majorlbus) 
latlore, pedlbus antlcls longiorlbus et gracilloribus ; A Lycopodi et 
Scoplico dlffert oculorum llnea antlca recta. 



1^4 Bulletin de la Société entomologique de France. 

D. longulus, sp. nov. Ç (pullus) long. 4 mill. — Fulvo-testaceus, 
iiiberibus oculorum lateralium nigris. Abdomen angustum et longum, 
aniice truncatum. Pedes antici longi, femore i' paris aculeis tenuibus 
longissimis et erectis trinis intus munito, tibia metatarsoque aculeis 
similibus 3-3 subtus instructis, tibia aculeis biais nigris tenuibus sed 
leviter lanceolatis et metatarso aciileo simili submedio, intus armatis. 
— Madagascar : Antongil (Mocquerys). 

]l>Itoete!«>is, nov. gen. — A Trichopagi differt area oculorum 
mediorum longiore quam latiore et antice quam postice piiulo latiore, 
oculis mediis posticis minutissimis, chelaruni niargine inferiore mutico, 
tarso pedum-maxillarium feminae haud dilatato. 

I. echinipes, sp. nov. Ç long, o mill. — Céphalothorax nigellus, 
vitta média dilutiore, postice dentaia, notatus, coriaceus, pilis brevibus 
fulvis obtusis vestitus, et tuberculis subrotundis rufulis conspersus, 
area oculorum in medio tuberculis geminatis Unis conicis armata, 
margine clypei setis seriatis longissimis 8 munito. Abdomen longius 
quam latius, postice sensim ampliatum, fusco testaceum, subtus late 
dilutius, supra pilis obtusis luteis vestitum et tuberculis longe spiniferis 
conspersum. Chelae nigrae, laeves, intus ad basin aculeis 4-3 armatae. 
Sternum laeve, fulvum, ad marginem infuscatum. Pedes fulvi, valde 
et late nigro fuscoque annulati, femoribus pateUis tibiisque anticis 
tuberculis spiniferis paucis supra armatis, tibiis metatarsisque subtus 
biseriatim aculeatis. — Madagascar : Antongil (Mocquerys). 

Tafana, nov. gen. — Ab Anyphaena differt tibiis anticis aculeo 
parvo medio interiore, metatarsis anticis, usque ad basin scopulatis, 
aculeis basilaribus Unis tantum armatis, tegumentis corporis et artuuvi 
setis longis obtusis et erectis conspersis. 

T. Riveti,sp.nov. Ç long. 13 mill. — Céphalothorax fusco-caslan eus 
subtil iter coriaceus. Abdomen luteo-testaceum, nigricanti-punctatum, 
postice sensim infuscatum. Chelae nigrae, validae et longue, margine 
superiore sulci dentibus remotis binis 1" majore, inferiore dentibus 
parvis et obtusis 4, armatis. Pedes fulvo-rufuli, antici vix obscuriores. 
Plaga genitalis fusca, rugosa et pilosa, fovea transversa triquetra im,- 
pressa. — Ecuador : Troya (D'' Rivet). 



Sàihce (lu 2-j ludra lODS. [io 

Étude sur quelques Diptères, 

par le D'' J, Villeneuve. 

I. Bombylius semifasciis Moi g. 

Celte espèce est représentée, dans la collection Meigendu Muséum 
de Paris, par un couple en excellent état de conservation et remarqua- 
ble parla coloration identique des ailes chez le c? et la ç. A un examen 
plus attentif, on reconnaît tout de suite la présence, chez B. semifus- 
riis, d'une toull'e de poils noirs aux angles postérieurs des 3*> et 
4<^ segments abdominaux et tous les caractères d'une espèce décrite 
par M. Becker sous le nom de Bombylius cinciimatus. 

Grâce à l'obligeance de mon vénéré et. savant ami, j'ai pu avoir en 
commimication deux types (cjç) de B. clncinnatus; capturés en Suisse. 
La femelle seule a été décrite, mais le (3 que j'ai reçu, présente ce ca- 
ractère particulier d'avoir les pattes entièrement noirâtres. Il n'en est 
pas exactement de même chez le (5deMeigen qui possède, comme nous 
l'apprend, du reste, la description, des pattes plus claires et presque 
semblables à celles de la ç. La teinte des ailes est aussi plus claire 
et je pense volontiers que le type de Meigen était encore immature 
ou que la vétusté a produit ce résultat, comme je l'ai constaté sur 
d'autres Bombijks de Meigen. 

Quoi qu'il en soit, tout le reste est semblable chez B. semifuscus (5 et 
B. cincinnatus (5; quant aux femelles, elles sont bien identiques. 

En outre, B. semifuscus doit oncore être la même espèce que M. le 
Prof. StrobI a décrite dans le tome IV des « Diptères de Stijrie », 
sous le nom de B. niçiripcs : c'est un mâle qui ne diffère de B. cincin- 
natusB eck. que par la couleur des pattes qui est entièrement noire. 
C'est précisément ce qu'il y avait de remarquable chez le d de B. cin- 
cinnatus (inédit). 

Enfin, parmi quelques Bombyles do la collection Pokorny (com- 
muniqués par M. Kestész et provenant de la Silésie autrichienne), 
j'ai trouvé moi-même 2 c5 aux pattes noires que j'aurais pu étiquetera 
volonté «B. niij ripes StrobI » ou « B. cincinnatus Beck ». 

En conséquence, je propose la synonymie suivante : 

B. semifuscus Meig. types (5 9 = i5. cincinnatus Beck. types (5 9 
=: B. nig ripes Sir ob\ (3. 
N. B. Je ferai remarquer que Macquart a décrit également un Boni- 



126 Bulletin de la Société entomologique de France. 

bylius nigripes {Siùt. à Buff., I, 379. 11) qui paraît être une autre es- 
pèce que celle de Strobl. 

B. semifusciis Meig., qui est une espèce de montagne, semble assez 
répandu dans les Alpes. 

II. Anthrax Panisciis Rossi. 

Les espèces d'Anthrax voisines d'I. flavus Meig. sont difficiles à 
distinguer, et cela, pour plusieurs motifs. Le polymorphisme des espè- 
ces, l'aspect différent des deux sexes, la caducité de leur livrée qui 
nous les montre sous des physionomies variables, la pénurie des carac- 
tères différentiels, tout contribue à donner à ces Mouches une stabilité 
équivoque et pleine de surprises. C'est par une longue étude, faite sur 
d'abondants matériaux, qu'on pouvait, espérer faire la lumière sur ce 
groupe difficile. Aussi en ce qui concerne Anthrax Paniscus, il ne faut 
pas s'étonner outre mesure de le voir confondu avec A. cingulatus 
Meig., d'abord par Meigen lui-même, puis par Schiner, Jœnnicke 
et plus près de nous par Griffini, dans sa monographie des Anthrax 
du Piémont. 

Ce dernier, insuffisamment renseigné sur les travaux de ses devan- 
ciers, a encore auguienté la confusion en réunissant toutes ces espèces 
avec A. flavus sous le nom unique de « Hottentotus », sans arriver 
davantage à reconnaître les variétés de façon précise. Car, dès 1883, 
Kowarz avait séparé nettement les Anthrax du groupe A. flavus et 
créé même une nouvelle espèce : A. halteralis. Les recherches que 
j'ai pu faire, confirment cette manière de voir. 

En examinant les types de Meigen, on constate que A. Paniscus cJ 
est représenté par A. moclestiis (en très bon état); que A. cingulatus 
Meig. est représenté par un (5 et une ç également bien conservés; 
mais si le premier est bien A. cingulatus (5, tel que Meigen l'a figuré, 
la femelle, au contraire, avec ses deux bandes abdominales seulement 
et les ailes largement rembrunies, se rapporte, non à A. cingulatus, 
mais à A. modestus, c'est-à-dire est la femelle (VA. Paniscus Rossi. 

Enfin, pour être complet, j'ajouterai que sur 4 exemplaires d'A. cir- 
cumdatus, un seul, celui qui porte l'étiquette, se rapporte à A. circum- 
datus Meig. ap. Kowarz; mais les 3 autres appartiennent à A. hal- 
teralis Kow. 

III. Criorrhina flavicaiida Macq. 

M. Verrait s'exprime ainsi à propos de ce Syrphide : « It is most 
probable that C. flavicaïula wifh ils tickened femora is only an old and 



Séance du 2.) vmrs 1003. 127 

worn Yariely in whicli Iho luiirs on tlio lliorax liad become rnsty and 
that Schiner lias corroctly considered. » {British Flies, t. VIII, 
p„ 579). 

J'ignore si ces auteurs ont eu en leur possession l'espèce dont il 
s'agit, mais l'opinion qu'ils ont émise me permet d'en douter. 

J'en possède 3 beaux exemplaires capturés aux environs de Paris à 
la même époque que Criorvliina rufwauda, posés de préférence sur les 
troncs d'arbres bien ensoleillés. Ces captures ont eu lieu : à Saint-Ger- 
main en Laye, le 11 avril (une 9), — à Étampes, le 1^'' mai (un c5), — à 
Clamart, le 4 avril (un (3). Or, le dernier sujet fraîchement éclos, voire 
même immature, possède déjà la livrée des aines, en sorte que ces 
trois pièces sont parfaitement semblables. Rien donc n'autorise à les 
considérer comme une forme sénile de C. ruficauda. Mais on peut, à 
la vérité, regarder l'espèce de Macquart comme une variété véritable 
au même titre, par exemple, que Volucella plumata vis-à-vis de 
V. Bombi/lans. Il n'y a, en effet, bormis la livrée, rien de différent dans 
les deux espèces. Quant à l'épaississement des fémurs postérieurs 
signalé par Macquart, il n'appartient pas en propre à C. flaricaiida, 
mais à toutes les Criorrhines véritables, et c'est certainement ce que 
Macquart a voulu dire. 



Notes sur divers Lioderes et synonymies de deux nouveaux 
Longicornes [Col.] 

par M. Pic. 

Macrotoma Bôlimi Reitter [Wien. Eut. Zeit. XXII, 1903, p. 46), 
d'Ég.vpte : Le Caire = Macrotoma palmata Fabr. — Macrotoma pal- 
mata F. est une espèce variable (') et répandue dans l'Afrique cen- 
trale, elle est signalée du Sénégal, du Mozambique, je la possède d'A- 
byssinie (ex. Raff'ray) et M. V. Mayet l'a reçue de Tombouctou et 
d'Egypte : Zagazig (2) 

La récente description de Callidium {Lioderes) Bodemeijeri Reitter 

(1) M. Kolb {Stettin. Ent. Zeit. 1894) a séparé pour celte espèce deux va- 
riétés : rugulosa et brevipes. 

(2) Localité entre le Caire et fsmailia. Vit dans un Acacia (gommier) dont 
on fait de noinljreuses |ilantalions depuis trente ans, d'apiès les renseigne- 
ments donnés par M. Mayet. 



128 Bulletin de la Société entomoloijiqae de France. 

[Wieii. Ent. Zeit. XXII, p. 46) a attiré mon attention sur les insectes 
de ce -groupe que je possède et voici ce que j'ai constaté, La ponc- 
tuation latérale du prothorax varie chez Lioderes Kollari Red t., elle 
est tantôt plus forte, tantôt égale à celle du dessus de cet organe, 
enfin parfois même elle devient ruguleuse. Je possède en collection 
une quinzaine de Lioderes Kollari de différentes provenances, dont un 
de Grèce autrefois soumis à M. Ganglbauer, tous ces insectes pré- 
sentent des impressions prothoraciques plus marquées que chez la 
race syrienne nommée par mo'inigrijjes {Echange, n" 82, 1891, p. 102), 
entin tous ont le dessous du corps testacé ou roussâtre, taudis que 
chez les trois exemplaires de Syrie que je possède, dont un à pattes 
claires, le dessous du corps est entièrement, ou au moins en partie, 
foncé; ces deux caractères sont-ils suffisants pour motiver la distinc- 
tion spécifique, ou sous-spécilîque, de nlgripes Pic? Peut-être. Dans 
tous les cas, c'est une race nette et tranchée à laquelle on doit vrai- 
semblablement rapporter comme synonyme le Bodenmjeri Reitter. 
Reitter ne signale aucun caractère pour distinguer Bodemegeri des 
Kollari Redt. et Turki Ganglh. et, d'après la description, je ne re- 
lève que des différences de coloration, différences qui se retrouvent 
justement chez nigripes Pic, dont M. Reitter ne parle pas non plus. 
Pour me prononcer définitivement sur les Lioderes il me resterait à 
étudier en nature L. Turld Ganglb. qui no m'est connu que par la 
description. 

J'ai dit que la coloration noire du dessous du corps était plus ou 
moins étendue chez nigripes, ainsi je possède un exemplaire ayant le 
dessous du prothorax noir, un autre ayant cet organe entièrement roux. 
En résumé, je ne crois pas me tromper en considérant L. Bodemegeri 
Reitt. (1903) comme synonyme dcnigripesVic (1891) et en indiquant, 
pour distinguer nigripes de Kollari, les caractères suivants : 

Prothorax distinctement impressionné sur le disque avec, antérieu- 
l'ement, une forte impression ordinairement subtriangulaire; dessous 
du corps testacé ou roussâtre. Kollari Redt. 

Prothorax non, ou indistinctement impressionné sur le disque, 
avec antérieurement une ou deux faibles dépressions transversales; 
dessous du corps plus ou inoins foncé; pattes tantôt foncées [nigripes 
s. sir.), tantôt testacées (s. v. amasina). _ v^lCQ nigripes V\c. 

D'après la description Callidiain [Lioderes) Tiirli Ganglb. [Verh. 
Z. B. Ges. ^yien XXXV, 1886, p. ol7) se distinguerait de Kollari Redt., 
en dehors de la coloration, surtout par les élytres non impressionnés 
et par le dernier article des antennes plus long, le prothorax plus 



SiùiiK-c (la 'J") iiiiifs l'.H)',). 129 

iMi'gc, Ole. Celle espèci', Ineii que décrilc du Taurus (Hiili^ar-Diigli), 
ligure cepeiidanl dans le Cataloyus Colpopieroruvi Eujvpiic, 1891. 



Description d'une nouvelle espèce d'Élatéride 
du genre Cardiophorus [Col.] 

par 11, du Buv^suN. 

Cardiophorus Poncyi, u. sp. — Suparallclas, (iiilicc et posticc bre- 
rilry attcnuutus, parum deflexns ; itiyer, paruni nliidm, dense subtiU- 
icr(fue fusco-ciuero-pubescens. Antennis fiiscis cuni.articulis 1 et È oin- 
nino, al ils ad busin longe rubidis, prothoracis summum anyulorum 
atlingentibus 9, hune uno articalo superantibus c5. Protliorace antice 
cl posiice ut coraliuin riibido simul ac episternum ; latitudine longiore o", 
longitudine latiorc 9; dense, subtiUier ac dupUciter punctato ; mode- 
rate conrexo, postice obsolète et breciter cunaliculato ; strlis basalibus 
brevissimis. Abdominis ultimis segmentis postice plus minusve ferrugi- 
neis. Pedibus oinnino ut coraliwm rubidis. UnguicuUs simplicibus. — 
Long. 6,0-8,5; lat. 2-3 mill. 

Variât ut sit oinnino niger, pedibus soluniniodo absolute rubidis ac 
antennarum articuUs 1 et î et aliis ad basin eodem colore. {Vur, tin- 
gitanus). 

Noir, subparallèle, assez brièvement atlénuc en avant et en arrière, 
légèrement déprimé sur le dos; pronotum d'un beau rouge de corail 
orné en avant du milieu, de chaque côté du disque d'une taclie obli- 
([ue transverse et quadrangulaire dont l'angle postérieur interne s'al- 
longe au point de toucher et de coniluer avec la tache qui lui est sy- 
mélrique; ce qui laisse en avant et entre ces taches un espace rouge 
en forme d'angle, plus ou moins ouvert. Ces taches, augmentant et 
conlluant davantage entre elles, arrivent alors à former une bande trans- 
versale bisinuée sur ses bords qui s'étend souvent jusque sur les 
cotés, déborde parfois sur les flancs prothoraci(jues et Unit mémo par 
envahir tout le pronotum en dessus et mémo en dessous. Flancs pro- 
tlioraci(jues généralement d'un beau rouge de corail comme la base 
antérieure et le sommet du pronotum ; rebord postérieur du pronotum 
et carène des angles teintés de noir. Les trois derniers segments abdo- 
minaux plus ou moins rougeâtres en arrière. Pattes entièrement d'un 
beau rouge de corail. Antennes toujours avec les deux premiers ar- 



130 Bulletin de la Société entomologique de France. 

ticles rouges les suivants rembrunis au sommet ou tout au plus sur la 
moitié de leur longueur, atteignant le sommet des angles postérieurs 
du pronotum chez la ç, le dépassant seulement d'un article chez le o". 
Pubescence fine, dense, uniforme, brunâtre à reflets cendrés. Pronotum 
un peu plus long que large c5, aussi long que large ou plus large que 
long chez la 9, légèrement sillonné en arrière, modérément convexe, 
couvert d'une ponctuation fine et dense, formée d'un pointillé très fin 
sur lequel on aperçoit un semis de points espacés, nettement plus gros, 
régulièrement disséminés ; sillons basilaires latéraux très courts; su- 
tures latérales longues, assez réguUèrement arquées s'étendant sur les 
trois quarts de la longueur des flancs prothoraciques. Élytres légère- 
ment déprimés sur le dos, subparallèles chez la ç, moins obtusément 
atténués chez le c? ; stries médiocrement profondes , fortement ponc- 
tuées; intervalles peu convexes, couverts d'un pointillé très fin et 
double. 

Var. Entièrement noir, abdomen ferrugineux seulement sur le bord 
des deux derniers segments; pattes toujours entièrement rouges; an- 
tennes avec les deux premiers articles rouges ; les autres articles rouges 
à la base, seulement noirs à l'angle externe et souvent aussi sur toute 
la largeur du sommet. {Var. tingitanus.) 

Cette espèce se rapproche par la coloration du C. colla ris Er. mais 
s'en distingue par un système de coloration différent; chez ce dernier 
la bande noire est produite par l'épanouissement d'une seule tache 
discale prenant son expansion obliquement en avant, en ménageant le 
bord antérieur ou même en l'envahissant complètement même sur les 
angles. La coloration des pattes et des antennes peut aider à la distin- 
guer également. — On pourrait aussi le confondre avec le C. sangiii- 
nicollis Er. du Natal et du Cap de Bonne-Espérance, mais celui-ci a 
l'abdomen entièrement rouge avec les deux premiers segments parfois 
obscurs dans leur milieu et le pronotum est marqué d'une seule tache 
à bords diffus située en avant du disque et sa surface est couverte 
d'un pointillé bien moins fin, ce qui rend le semis de points plus gros 
plus difficile à reconnaître. La forme générale du C. sanguinicollis Er. 
est beaucoup moins brièvement atténuée en avant et en arrière, les 
stries des élytres sont plus profondes, encore plus fortement ponctuées, 
les intervalles plus convexes, couverts d'un pointillé ruguleux et égal. 
Ici, comme pour le C. coUaris Er., la coloration des articles des an- 
tennes est d'un système inverse, c'est le sommet des articles qui est 
ferrugineux et le 2^ article est souvent teinté de noir en son milieu. 

A cause de son mode de coloration prothoracique , des proportions 
identiques dans la longueur des antennes et de la ponctuation pro- 



Séance du g.> marx 1903. 131 

tlioraciquo analogue on le prendrait volontiers pour une variété du 
C. argiolas G eue, mais en voyant beaucoup d'exemplaires des deux 
espèces, on demeure convaincu qu'elles sont cependant éloignées l'une 
de l'autre et que c'est surtout près du C. coUai-is Er. qu'elle doit être 
placée à cause do la couleur foncière d^s téguments qui est toujours 
du plus beau noir et de la pubescence brune à reflet cendré, bien plus 
line que chez le C.argiolus Gêné et toujours uniforme sans bande su- 
turale chatoyante ('), n'offrant jamais que quelques poils épars obli- 
ques qui n'en changent pas l'aspect. Les pattes sont toujours franche- 
ment rouges jusque sur les tarses, et les deux premiers articles des 
antennes toujoiu's également du plus beau rouge. Entiu le pointillé 
des intervalles des stries peut être dit double, tandis qu'il est seule- 
ment inégal chez Yargiolus Gêné. 

Tanger; coll. E. Poney, la mienne. 

Je dois la connaissance exacte de cette espèce et de sa variété à 
M. E. Poney qui a bien voulu m'en donner un nombre précieux 
d'exemplaires. J'avais cependant la variété depuis longtemps en col- 
lection portant l'étiquette Taugiers : Olcèse 1888, mais il ne m'avait 
pas été possible de la déterminer exactement. 



Note sur les mœurs à'Elasmotethus griseus Linn. 
;= intersiinctiis Reut. [Hémipt.] 

par l'abbé Pierre. 

Je dois à l'obligeance de M. Maurice Royer, la détermination précise 
de cet Acanthosomien, qui paraît couver ses œufs. M. Royer eut la 
complaisance de me signaler l'observation de de Geer, et celle des 
auteurs du Catalogue des Hémiptères d'Alsace-Lorraine. 

D'après Amyol {Rhijnchotes, p. 89-90), de Geer aurait vu E. (jvi- 
Scus L. 9 « garder ses petits comme une poule ses poussins, pour 

(Ij A ce propos, je pense signaler une erreur que j'ai commise par dislrac- 
lion en relevant trop mactiinalement la description du Cardiophorus ulce- 
rosus Gêné {Revue d' Entomologie, 1902. Elatérides gallo-rhénans); ma des- 
cription de ce fait se trouve inexacte et en contradiction avec le tableau pour 
la V. infimus. Voyez p. 310, lignes 2, 3 et 4 : au lieu, de : régulièrement di- 
rigée en arrière et ne formant pas sur la suture de bande clialoyante, il faut 
lire : formant sur la suture et les quatre ou cinq premiers intervalles 
unebande fusiforme chatoyante par suite de l'obliquité régulière des poils 
de la pubescence sur cette partie-là. 



132 Balletin de la Société cntumologiqae de France. 

les préserver surtout des attaques du (3 qui tente de les détruire ». 
Le catalogue des Hémiptères d'Alsace-Lorraine de Reiber et Puton, 
p. o7, rattache la mention suivante à E. interstinctus L. = E. griseiis 
L. : « une $ couvant ses petits fraîchement cclos sur une feuille de 
bouleau ». 

Voici mes propres observations : le 5 juin 1902, dans le bois qui 
a voisine le parc de Baleine, à Villeneuve (Allier), je remarquai nombre 
de feuilles de Betida pendula Roth. dont le dessous portait un E. gri- 
VL'us L. 9 complètement immobile. L'insecte recouvrait assez exactement 
une masse d'œuls, plane, sensiblement ovalaire; je le touchai, le pous- 
sai, il tint bon, ne se dérangea pas, et fit à peine un mouvement 
d'antennes ; aucune odeur ne se dégagea de son corps. Je cuellUs six de 
ces feuilles que je conservai les mies en boîte fermée, les autres à dé- 
couvert sur un meuble. Les œufs, à en juger par les teintes différentes, 
étaient à des degrés divers d'avancement. Je relève dans mon registre 
les inscriptions suivantes : 

Le 12 juin je trouve un E. griseus mort, en dehors de sa feuihe qu'il 
a sans doute quittée après l'éclosion des œufs qui remonte à quelques 
heures. // dégage l'odeur désagréable connue. 

Le 12 juin, j'arrachai de force un insecte à sa couvée : il n'y est pas 
retourné. 

Le même jour, un E. griseus quitte les œufs avant l'éclosion et va 
périr dans quelque coin de la chambre. 

Le 14 juin, deux E. griseus sont encore à leur poste, chacun sur sa 
couvée récemment éclose, dans l'immobifité la plus absolue. Du 17 au ■ 
18, l'un des deux a quitté sa famille de petites larves et se promène 
dans la boîte : il a peu de vie. J'essaye d'arracher l'autre à son poste; 
il tient bon. Le 23, les deux étaient morts. 

Une nouvelle expérience me permettra peut-être de dégager la fina- 
lité de cette attitude. Je la tenterai en juin prochain. En effet, quel que 
soit l'enchaînement des réflexes nerveux qui y conduisent l'insecte 
après la ponte, cet état a un but : à en juger par les apparences, ce buf 
est sans doute la protection -spéciale dont les œufs ont besoin ; mais en 
quoi consiste ce besoin spécial? 



Séance du ^.V mars L9U'3. 133 

Bulletin bibliographique. 

Barrois (Th.) : Notes iirélimiuaircs sur la Faune des eaux douces de 
rOrient. — Sur trois Diaptoinus nouveaux des environs du Caire 
[Rev. biol. Sonl. Fr.), 1891, 11 p., lig. — Don de M. L. Bedel. 

BcscK (A.) : Noies on American Tineina [Journ. N. Y. Eut. Soc), 
1902, 18 p., pL* 

Chevreux (Ed.) : Campagnes scientifiques de S. A. le Prince Albert I*^'' 
de Monaco. Description d'un Amphipode marin appartenant au 
G. Hyalella Smith [Bull Soc. zool. Fr.), 1902, 5 p., iig.* 

Fairmaire (L.) : Histoire naturelle de la France. Coléoptères; N"*^ éd-" 
avec 27 pi. en couleur; Paris, 1902, 336. — Don des éditeurs. 

Gal (J.) et G. MixGAUD : Stanislas Clément, son œuvre scientiiique, le 
Muséum d'Histoire naturelle de Nîmes [Bull. Soc. Et. Se. JSat. 
Nhnes), 1903, 16 portr.* 

Ghiliam (V.) : Insetti nocivi e legge suUo Sbrucolamenlo. — Ancora 
degli Uccelli insettivori e degli Insetti parassiti {Ann. R. Ace. 
Tor.), 1873, 23 p. — Don de M. L. Bedel. 

GiGLio-Tos (E.) : Parassitismo di una larva d'Aricia in un Carabo {Ann. 
R. Ace. Agr.), 1891, 11 p.* 

GivELET (H.) : L'Àilante et son Bombyx; Paris, s. d., 164 p., 14 pi. col. 
— Don de M. L. Bedel. 

Gruber (A.) et A. Weismanx : Ueber einige neue oder unvoUkommen 
gekannte Daphniden {Ber. Vcrh. naturf. Ges. Freib. i. Br.), 1877, 
67 p., o pi. — Don de M. L. Bedel. 

KoEHLER (R.) : Recherches sur la structure du pédoncule des Cirrho-. 
pedes {Rev. biol. Nord. Fr.), 1888, lo p. — Don de M. L. Bedel. 

Lucas (H.) : Observation de chenilles vomies après de violentes dou- 
leurs intestinales {Mém. Soc. Phil. Verdun), 184G, 4 p. — Don de 
M. L. Bedel. 

Marchand (E.) : Description de deux Arthropodes nouveaux prove- 
nant du Soudan français. Trox Borgognoi (Col.) et Potamonautcs 
Ecorssei (Crust.); {Soc. Se. Nat. Ouest Fr.), 1902, 12 p., 1 pi. n.* 

Id. : Inventaire de Tenlhrédinides ou Mouches à scie (Hym. Chalast.) 
recueilhs aux environs de Nantes, etc. {loc. cit.), 1902, 64 p.* 

Moxiez (R.) : Note sur une Hydrachnide marine : Xanidnirlnui iisprrri- 



134 Bulletin de la Société eniomologique de France. 

inum,ïi. g., n. sp. {Rev. Mol. Nord. Fr.), 1888, 5 p., fig. — Don de 

M. L. Bedel. 
MoRiN (F.) : La galle de Cynips calicis autour de Dinan [Bull. Soc. Se. 

méd. Ouest), 1893, 4 p. — Don de M. L. Bedel. 
Nicolas (A.) : Sur les rapports des muscles et des éléments épithéliaux 

dans le pharynx du Péripate [Peripatus capensls); {.Rev. Mol. Nord. 

Fr.), 1889, 17 p., 1 pi. — Don de M. L. Bedel. 
NoRDQmsï (0.) : Die Calaniden Finlands {Bid. Kànn. Find. Nat.), 1888, 

86 p., 10 pi. n. — Don de M. L. Bedel. 
Packard (A.-S.) : Alphaeus Hyatt [Proc. Am. Ac. Arts. Se), 1902, 

13 p.* 
Perroncito (E.) et G. Bosso : Sul Metodo di distruzione délie larve 

d'Estro [Gastrophilus equ.i) nel ventricolo del Cavallo [Ann. R. Ace. 

Agrk. Tor.), 1897, 12 p., fig. — Don de M. L. Bedel. 
Vachal (J.) : Halictus nouveaux ou litigieux de la collection Badosz- 

kowski (Hymenoptera, Apidae) [Rull. Soc. I. Nat. Mosc), 1902, 

7 p.* 

Académie des Sciences (C. R. hebdom. des Séances), 1903, I, 10-11. 

Annals and Magazine of Natural History : Ser. VII, V, 11, 63, 1903. 
— W.-L. Distant : Btiynchotal Notes; XVI, Heteroptera : Fam. 
Beduviidae, Apiomerinae, Harpactorinae and Nabidae. — R.-I. Po- 
cocK : Some ncw Spiders from the Gamaroons collected by Mr. 
G.-L. Bâtes. — M. Burr : Notes on the Forficularia ; VII. Somo 
hitherto unpublished Descriptions of new Species by the La te M.-A. 
de Bormans. — L.-A. Borradaile : On the Generae of the Dromi- 
dae. — G. J. Arrow : On the Affinities and Nomenclature of cer- 
tain Gênera of Melolonthid and RuteUd Goleoptera. — H.-B. Hogg : 
Two new Australian Spiders of the Fam. Ctenizidae (fig.). — 
P. Cameron : On some new Gênera and Species of Parasitic and 
Fossorial Hymenoptera from the Khasia Hills, Assam. 

Biologia Centrali-Americana. — Goleoptera, vol. ÏV, part 4, 1902. — 
D. Sharp : Rhynchophora pp. 113-144, pi. 7-8. — Acquis pour la 
BibHothèque. 

Canadian Entomologist [The), mars l903. — G.-J.-S.-B : Edm. Baynes 
Beed (portr.). — A.-L. Quaiistance : New Oriental Aleurodidae, 
T.-D.-A. CocKERELL : Two remarkable new Goccidae. — H. -F. 
WiCKiiAM : New Goleoptera from the Western U. States. — T.- 
W. Fyles : Aratus luteolus n. sp. — H. -G. Dyar : A new Anapho- 



Séance du 23 mars 1903. 135 

rid, and a Note on an old one. — A.-R. Grote : Noie on Cienucha 
cressonana and venosa. — G. -M. Dodge : A new Butterfly îrom 
Texas. — Noies diverses. 

Entomological Society of Ontario [33'^ Ànnual Report), 1902. — The 
Pea Weevil Conférence. — Notes diverses à ce sujet {C\g.). — G.-E. 
FiSHER : Report on injurions Insects in 1902 (lig.). — T.-\V. Fyles : 
Inscct Life. — Wm. Lochhead : Some common Buttcrflies and 
some noted Butterfly Hunters. — C.-H. Young : Reports on In- 
sects of tlie year (Tig.). — H. Lyman : A few Notes on Danais Ar- 
chipjms (fig.). — T.-W. Fyles : The Paper malcing Wasps of the 
Province of Québec (lig.). — A. Gibson : Some interesting lïabits 
ût Lepidopterous larvae (hg.). — A. Gibson : Notes on Semiophora 
Youngii, Smilh. — J. Fletcher : Insects injurious to Ontario Crops 
in 1902. — Notes diverses. 

Entomologist's Record and Journal of Variation {The), XV, 3, 1903. — 
W.-G. Sheldon : My first Impressions of Swiss Butterflies (pi.). — 
N.-C. BoTHSCHiLD : A new British Flea : Cratophgllus londiniensis 
(pi.). — L.-Sicii : Notes on the Hahits of I/ijles {Deilephila) euphor- 
hiae. — A. Russell : Notes on the Life-history of Calliinorpha liera. 
— T. -A. Chapman : Contributions to the Fauna of Spain : Bejar, 
Avila, etc. — J.-W. Tutt : Some Gênera of the Eumorphid Sphin- 
ges. — Notes diverses. 

Instructor [El), XIX, 9-10, 1903.© 

Naturaliste [Le), \o mars 1903. — P. Chrétien : Les Erebia de France. 

H. CoupiN : Chronique et nouvelles. 
New-York Agricultural Experiment Station {Ralletin), N"" 220-225, 

1902. — L. VAiy Slyke et W.-H Axdrews : Beport of Analyses of 

Paris Green and other Insecticides in 1902. 
R. \ccademia dWgricultura di Torino (Annali), XX, 1877 ; XXV, 1882; 

XXVn, 1884; XXXfX, 1896. — Don de M. L. Bedel. 
/.'. Accademiu di Lincei [Atti), 1903, I, 2.© 
Revue Scientifique du Rourbonnais et du Centre de la France, mars 

1903. O 
Royal Society {Proceedings), LXXI, 472, 1903.© 
Societas Entomologica, XXII, 24, 1903. — E. Brenske : Hapalopus 

n. g. Leptopodarum (Melolonthidae, Coleoptera). — C. Frings : 

TInregelmâssigc Entwicklung bei Rombyx quercus. — F. Schille : 

Ein Beitrag zur SchmetterUngsUiologie. — P. Born : Meino Ex- 

kursion von 1902. 



136 ÙaUetin de la Société eniomologique de Frande. 

Société d'Étude des Sciences Naturelles de Nhnes {Bulletin), XXIX, 
F. Mazaurig : Note sur la faune des Grottes de Trabuc près Mialet 
(Gard). — E. Simon : Note sur des Arachnides capturés par M. Ma- 
zauric dans la grotte de Trabat. — G. Dap.boux et G. Mingaud : 
Les deux formes larvaires de Laria obtecta Say. 

Société hnp. des Naturalistes du Moscou {Bulletin), 1901, 3-4, 1902. 

Société des Sciences historiques et naturelles de l'Yonne {Bulletin), LVI, 
1902.O 

Sociétés des Sciences naturelles et d'Enseignement populaire de Tarare 
{Bulletin), VIII, 3, 1903.© 

Stettiner Entomologisctie Zeitung, LXIV, 1, 1903. — A. Fuchs : Neue 
Kleinfalter des Mittelmeergebiets. — S. Schenkling : Einige neue 
Cleriden des Sttettiner Muséums. — M. Bernhauer : Beitrag zur 
Staphylinidenfauna von Ostindien und den Sundainselu. — A. Rie- 
SEN : Zum Heimatlîs-Nachweis YOuAgrotis fugax Tr. — E. Hering : 
Uebersicht der Sumatra-Pyralidae, III, 1 pi. — Neue Pyraliden aus 
dem tropischen Faunengebiet. — H. Agrex : Zur Kenntniss der 
Apterygoten-Fauna Siid-Schwedens (pi.). 

Union apicole {U), février et mars 1903. — k.-b. : Entomologie agri- 
cole. 

Université de Bennes {Travaux scientifiques), l, 3, 1902. 

Vannerie {La), II, 9, 1902. — G. de la Barre : Défense des Oseraies 

contre les Insectes ((ig.). 
Wiener Entomologische Zeitung, XXII, 2, 1903 (2 cxempl.). — J. Vn.- 
LENEUVE : Étude sur le genre Ocyptera. — J. Bischoff : Neue Di- 
pteren aus Afrika. — E. Reîtter : Sechzehnter Beitrag zur Coleo- 
pteren-Fauna von Europa und den angrenzenden Landern. — G. 
SuMAKOw : Uiagnosen neuer Coleopteren aus dem Kaukasus. — 
K. Pétri : Agabds regalis, eine neue Art aus der Vcrwandtschaft 
des bipustulatus L. und Solieri Aube. — Macrotarsus similis n. sp. 
— Einige Berichtigungen zur Monographie des Golcopteren-Tribus 
Hyperini. — V. Apfelbeck : OpJionus Suturifer Reilter ist = 
0. fallaxPejr. = Suturalis Ghaud. — E. Reitïer : Ophonus fallax 
Peyr. = Suturalis Chaud, ist wahrscheinlich eine Form von pla- 
nicollis Dej., aber ist kaum mit suturifer ïdentisch. — P. Karl : 
Einiges zur Synonymie des Dorytomus urniatus m. 

A. L. 



Le Serrêluirc-gérant : Cii. Ai.r.uAun. 



BULLETIN 

DE LA 

SOCIÉTÉ ENTOMIOLOGIQXJJE DE FRANCE 



Siéancc «lu S avril 1903. 

Présidence de M. P. MÂBILLE, 

Yice-Présideiit. 

MM. A. Barbey (de Montcherand, Suisse), — H. du Buysson (de 
Broùt-Vernet), — L. Dupont (du Havre), assistent à la séance. 

Correspondance. — M. le Président lit la lettre suivante de M. P. 
Lesne, lauréat du Prix Dollfus pour les années 1901 et 1902. 

Tafira (Grande Canarie), le 31 mars 1003. 

Monsieur le Président, 

M. Alluaud et M. le Professeur Bouvier m'annoncent que, dans 
sa réunion du Congrès annuel, la Société entomologique de France m'a 
fait l'honneur de couronner mon opuscule intitulé « Synopsis des Bos- 
trychides paléarctiques » et do m'attribuer les deux annuités 1901 et 
1902 du Prix Dollfus. 

Je ne saurais vous dire combien je suis ému et combien je suis flatté 
d'une telle marque d'estime venant de mes collègues, et ils peuvent 
être assurés qu'elle sera pour moi le plus précieux encouragement à 
poursuivre mes travaux dans la voie où je les ai commencés. 

Je vous prie. Monsieur le Président, de vouloir bien exprimer à nos 
collègues ma gratitude et mes plus cordiaux remerciements et d'agréer, 
pour vous, l'assurance de mes sentiments les plus dévoués. 

P. Lesne. 

Admissions. — M. Roger Vérity, 1, viaLeono Decimo, Florence 
(Italie). Lépidoptères. 

— M. Jules Buisson, naturaliste, 4, place Saint-Michel, Paris 6^ 
Entomologie générale. 

Changements d'adresse. — M. le D'' P. Portier, 11, rue de la 
Pitié, Paris o^ 

Bull. Soc. ent. Fr., 1903. No 7. 



138 Bulletin de la Société entomologique de France. 

— M. William Scliaus, Trenlham House, Twickenham (Angle- 
terre). 

— M. Ch. Rudekiel, 77, rue du Péry, Liège (Belgique). 
• — M. E. Reed, directeur du Musée, Conception (Chili). 

Voyages. — M. Ch. Alluaud a reçu également une lettre de notre 
collègue M. P. Lesne, où, après avoir renouvelé ses remerciements à 
la Société et particulièrement aux Memhres de la Commission du Prix 
Dollfus, il donne des renseignements intéressants sur ses chasses. 
« Après avoir séjourné plus d'un mois à Las Palmas, je suis venu 
me fixer à Tafira dont j'ai pu explorer avec soin les environs immé- 
diats; mais mon état de santé, qui n'a pas toujours été aussi satisfaisant 
que je l'aurais désiré, ne m'a pas permis de rayonner à quelque dis- 
tance et je n'ai encore vu ni Teror ni même San Mateo. Dans la pe- 
tite partie de l'ile que j'ai explorée, sans avoir pénétré dans l'intérieur 
à une altitude de plus de 400 mètres et sans avoir visité la Isleta dont 
l'accès est aujourd'hui interdit, j'ai pu réunir en'viron 215 à 220 es- 
pèces de Coléoptères et peut-être 500 espèces d'autres Arthropodes. » 

Noire collègue termine en se rappelant au hon souvenir des amis et 
collègues de la Société entomologique et en envisageant la perspective 
d'aller se fixer prochainement dans le sud de l'Espagne. 



Observations diverses. 

Observation biologique. — M. M a in dr on, qui, en mai et juin 1896, 
trouvait à BouUay-les-Troux (S.-et-O.) chaque matin des cadavres de 
Broscus cephalotes ayant l'abdomen perforé, se demande si l'auteur du 
meurtre est connu. La présence de soies à la blessure semhlait prouver 
que ces Carabiques avaient été victimes d'une Araignée. 
• Le même fait a été constaté à Troyes (Aube) par M. Maurice Royer. 

Captures. — M. Maindron signale, comme captures de Carabiques 
intéressants polir la faune des environs immédiats de Paris, celles 
de Broscus cephalotes L., lOau 15 août 1898, BouUay-les-Troux (S;-et-0.), 
fossés de drainage de la ferme de Houlbran, nombreux individus vi- 
vants et morts ; Poecilus jnmctulatus Se ha IL, Cernay-la- Ville et plaine 
de Boulay-les-Troux, juillet et août 1897, quelques individus; Lypero- 
somus aterrimus Herbst, 4 juillet 1895, 1 individu, Chaville, en 
piétinant la vase; Pedius inaequalis Marsh., Cernay-la- Ville, juillet 
1898; Polystichus connexus Fourcr., 21 août 1895, un individu à la 



Séance du 8 avril 1903. 139 

Itiniièro, placo do l'Observatoire ; Mdandryacaraboides L. 10 août 1897, 
un individu pris au vol, Cernay-la- Ville ; ConopaJpus testaceus Oliv., 
Cernay-la-Yillo, un individu sur un Clicnc creux, près de l'élang, 
juillet 1898. 



Communications 

Notes coléoptérologiques 

par Valéry Mayet. 

1° Description d'une espèce nouvelle du genre Dîaprysius. 

Dans l'étude des Silphidae cavernicoles voisins des Pkoleuon, nous 
sommes loin des trois genres uniques des anciens catalogues. Les Le- 
ptoderus, Pkoleuon et Orijotus sont devenus des groupes de genres, des 
sous-tribus de la tribu des Leptodérites. 

En se conformant à peu près aux Tableaux analytiques de Reitter 
dont une traduction française a été donnée ('), on peut, des espèces 
françaises, dresser le petit tableau suivant, établi [in litt.) par notre ami 
Sainte-Glaire De ville et auquel nous ne pouvons que donner 
notre approbation : 

Élytres transversalement striolés (Formes pyrénéennes) : Anthrocharis, 
Trochayenis, Troglophyes. 

i Strie suturale marquée (Formes alpines) : 
Élytres non striolés trans ver- j Isereus, Cytodromus, Troglodromus. 
salement j Strie suturale nulle (Formes cévenoles) : 

( Dîaprysius. 

L'espèce ci-après décrite a été placée par nous dans le genre Dîa- 
prysius où la rangeaient de suite l'absence de striolés transAersales sur 
les élytres, de strie suturale et la carène mésosternale munie d'une 
dent. Les Dîaprysius sont cévenols, les deux premiers connus sont 
des montagnes de l'Ardèche, le nôtre provient de celles du Gard. Ayant 
personnellement découvert la première espèce décrite/), caudatus Ah., 
nous avons tenu à décrire la troisième. 

Dîaprysius Mazaiirici, n. sp. — Long. 2,73 niill. à 3 mill., lar- 

(1) Revue scientifique du Bourbonnais, suiipléinent, avec préface par M. E r- 
nest Olivier, Moulins 1890. 



140 Bulletin de la Société entomologique de France. 

geur l,2o mill. Corps d'un roux pâle brillant, ojjlong, renflé dans son 
milieu, visiblement atténué en arrière, s'éloignant des deux espèces 
décrites par sa convexité, l'absence de prolongement des élytrcs au 
delà du pygidium et la largeur comparée à la longueur; la courte pu- 
bescence grise le recouvrant, sauf dans la partie avoisinant l'écusson, 
parait plus dense et disposée en rangées longitudinales plus régulières. 
Tête petite, proportionnée à l'étroitesse antérieure du prothorax, an- 
tennes atteignant la longueur du corps chez le d, un peu moins chez 
la ç. Prothorax renflé, aussi long que large à la base, 3/4 de mill. 
environ, la base à peu près droite, à angles postérieurs presque droits, 
légèrement aigus cependant par suite de l'atténuation progressive de 
la partie antérieure, côtés nettement arrondis vers le sommet, à éclian- 
crure latérale faible, ponctuation tellement fine qu'elle n'est visible à la 
loupe que chez certains individus. Pieds longs, tarses de 5 articles, les 
antérieurs du c? aux articles 1 à 3 plus faiblement dilatés que chez les 
congénères. Carène mésosternale portant en avant une pointe très 
saillante, mais mousse. Èhjtres à ponctuation très fine, mais bien vi- 
sible, renflés, brusquement atténués en arrière, ne dépassant presque 
pas le pygidium, un peu déhiscents à l'extrémité qui est arrondie, su- 
ture rembrunie tirant souvent sur le rouge, sans trace de strie. 

L'insecte nous a été communiqué par notre collègue M. Minga ud (de 
Nimes), comme trouvé en août 1902 dans la grotte deTharaux (Gard) 
par M. Mazauric (de Nîmes) auquel nous nous faisons un plaisir de le 
dédier, 

2° Sur l'aire de dispersion de quelques Coléoptères. 

Dans son élude sur les Platysma des Alpes occidentales [Ann. 
Soc. Ent. 1902, p. 606), à propos de P. femoratum, notre ami Sainte- 
Claire Deville suppose qu'il y a eu de notre part confusion de loca- 
lité quand nous avons indiqué (') une station de cette forme cévenole, 
dans la forêt de Saoû, versant ouest de la montagne de Rochecourbe 
(Drôme). 

Nous n'avons pas eu de peine à convaincre l'auteur de l'article eu 
lui envoyant nos types de provenance authentique et nous l'avons 
bien plus étonné encore en lui soumettant, par la même occasion, plu- 
sieurs exemplaires d'une espèce alpine, le PI. Prevosti, capturés égale- 
ment par nous-même aux environs de Belcaire (Aude) , c'est-à-dire en 
pleines Corbières, montagnes secondaires se rattachant aux Pyrénées. 

La géographie zoologique offre de ces surprises dans ce qu'on peut 

{[) Essai de Géographie zoologiqiœ de l'Hérault, Mon\[w\\ïer, 1893, p. 115. 



Séance du S iicril 1903. 141 

appeler des îlots détaches de l'aire géographique. Ce sont des colonies 
londées à des époques qui nous échappent et qui n'ont pu s'étendre, 
par suite de la présence d'espèces préoccupantes mieux adaptées au 
milieu, plus combattives et plus prohfiques. 

Dans la Drôme l'espèce cévenole a à lutter contre PI. Honnoratl qui 
est très abondant, s'y trouvant dans la proportion de 4 contre 1 femo- 
ratum: dans l'Aude le PI. Prevosti est dans les proportions de 1 contre 5 
eristatus et 2 Katar ti. 

Comme le vieil adage testis unus... est toujours vrai, nous ajoute- 
rons que, dans la Drôme, nous étions accompagné de notre ami Argod 
(de Crest) et, dans l'Aude, d'un autre ami, notre collègue Cam- 
bournac (de Narbonne). 

Dans le même ordre d'idées n'avons-nous pas signalé [Bull. Soc. 
Ent., 1898, p. 136) un îlot du Carabus hispanus dans les Corbières, 
aux environs de Rennes-les-Bains ? L'espèce cévenole a rencontré là le 
Carabus rutUans, un Pyrénéen qui lui a barré la route. Le Dolichus 
halensis, si commun au Japon, n'est-il pas disséminé en Europe sous 
forme d'îlots. VAphodius conjugatus, un Autrichien, n'a en France 
que les deux stations du Rhône et de la Gironde. V Entomoscelis ado- 
nidis, si commune en Orient, n'est-elle pas chez nous sous forme d'îlots 
qu'on peut même appeler flottants? N'assistons-nous pas en ce moment, 
à propos d'un petit Charançon aquatique d'origine américaine, le Ste- 
nopelmus rufinasiis, à la formation en France de plusieurs îlots? 
D'abord signalée dans les Charentes par nos collègues Degors et 
Champenois, voilà qu'on trouve l'espèce à Montpellier, toujours 
fidèle à sa plante nourricière, VAzolla caroliniana. Un autre Charançon, 
V\ntrou\îxhlG Echinomorphus Ravouxi Jacquet, venu on ne sait d'où('), 
primitivement cantonné dans le bois mort d'un seul Noyer aux environs 
de Nyons (Drôme), paraît avoir chez nous d'autres îlots plus ou moins 
récents; d'abord celui de Montpellier où, il y a quelques années, un vieil 
Arbre de Judée {Cercis siliquastrum) nous en donnait une vingtaine, 
puis ceux des Alpes-Maritimes où notre collègue Sainte-Claire De- 
ville l'a rencontré sur trois points dans l'arrondissement de Grasse 
vivant dans le bois mort de l'Érable et du Chêne. Nous pourrions 
multiplier les exemples. 

3° Coléoptères nouveaux pour la faune égyptienne. 

La faune égyptienne est mal connue et l'auteur d'un Essai de 
Catalogue (espérons-le prochain) rendra service à ceux, et ils sont 

(1) M. J. Daniel a trouvé une station à Goritz (Illyrie). 



142 Bulletin de la Société entomologique de France. 

nombreux, qui s'occupent de l'ensemble de la faune circa-méditerra- 
néenne. Depuis trente ans se sont établies dans le pays de nombreuses 
espèces dont l'introduction a été favorisée par le transit énorme créé 
par le canal de Suez, l'ouverture de la ligne ferrée d'Alexandrie à 
Karthoum et l'introduction dans le pays d'une foule de végétaux étran- 
gers. Ces réflexions nous sont suggérées par un envoi récent de Co- 
léoptères reçus de la Basse-Egypte. 

Parmi les espèces les plus saillantes, ne figurant pas sur le Cata- 
logue d'Europe et contrées limitrophes de de Marseul (1889), nous 
pouvons signaler parmi les Carabiques Calosoma rugosum Degeer; 
comme Lamellicorne, Cathartius Eteocles C ast. et, comme Longicorne, 
Macrotoma palmata F. ; ces trois espèces capturées aux environs de 
Zagazig. Nous pouvons ajouter un autre Longicorne, Xystrocera glo- 
bosa 01., capturé en plusieurs exemplaires à Ismaïlia (canal de Suez) 
et que nous tenons de notre excellent collègue et ami, le général 
Faure-Biguet, gouverneur de Paris. L'apparition des deux Longi- 
cornes, espèces en quelque sorte typiques de la faune tropicale afri- 
caine, est due à l'introduction dans la Basse-Egypte de nombreux 
Acacias gommifères qui nourrissent la première espèce dans leur tronc, 
la seconde dans leurs branches. Les deux viennent le soir à la 
lumière. 



Note sur quelques Coléoptères algériens 

par André Théry. 

MicrotijphlusTheryiGmn.,Bull. Soc. ent.. Fr., 1897, p. 222. — 
Cette espèce n'est autre que VAnillus Magdalenae Ab. J'avais envoyé 
à Guillebeau 4 exemplaires de cette espèce pour sa collection et je 
ne puis m'expliquer par suite de quelle distraction il a renommé et 
m'a retourné cette espèce. 

Paussus OlceseiFYva. — Cette espèce, prise primitivement au Ma- 
roc, puis, si je ne me trompe, par M. Pic enKabylie, vient d'être reprise 
l'an dernier, je ne sais dans quelles conditions, àAïn-Beida; elle a donc 
une aire de dispersion assez étendue, mais paraît fort rare partout. 

Genre Gnorimus. — Ce genre, non encore signalé d'Algérie, existe 
au mont Babor. Le capitaine Vauloger et moi, en mai 1901, avons 
trouvé des débris (élytres et abdomen) d'insectes de ce genre. Les 
élytres sont noirs, marqués de points blancs, et ne paraissent pas se 
rapporter au Gnorimus variabilis L. 



Séance du 8 avril 1903. 143 

Description d'un Salpingide nouveau du nord de la Tunisie [Col.] 
par le D'" A. Chobaut. 

Rhinosimus elephas, n. sp. — Allongé, glabre, faiblement con- 
vexe, d'un noir brunâtre bronzé, avec le rostre roux, ainsi que la 
bouche, les antennes et les pattes. Tète brillante, fortement ponctuée, 
ainsi que le rostre. Antennes dépassant un peu le milieu du prothorax, 
allant en grossissant de la base à l'extrémité, ayant leurs six derniers 
articles plus gros, et le dernier plus grand encore, ovoïdo-conique; 
insérées en avant du milieu du rostre ; rembrunies vers l'extrémité. 
Rostre très long, mince, quatre fois plus long qu'il n'est large au ni- 
veau de l'insertion des antennes, dilaté brusquement au-devant de la 
bouche. Palpes maxillaires à dernier article allongé, ogival. Pronotum 
déprimé en dessus, coupé carrément en avant, fortement dilaté au 
niveau de son quart antérieur, brillant, non denticulé latéralement, 
plus profondément ponctué que la tête, mais moins densément, avec 
deux faibles impressions latérales de chaque côté. Élytres allongés, 
déprimés autour de l'écusson et en dessous de l'épaule, dilatés après 
leur milieu, à stries ponctuées régulières, embrouillées à la base, la 
strie suturale enfoncée sur le dernier tiers. 

Long., avec le rostre, 4,3 mill. 

Un seul exemplaire (probablement (5) capturé dans la Tunisie sep- 
tentrionale, à Ain-Draham, en novembre 1899, en tamisant des cham- 
pignons ligneux, par mon confrère le D*" Normand, dans la collection 
duquel il figure. 

Évidemment voisin de Rhinosimus tapirus Ab., il s'en distingue par 
la taille plus forte, le rostre plus allongé et plus grêle, le pronotum 
plus large antérieurement, etc. 



Nouveaux Coléoptères provenant de Madagascar 

par Maurice Pic. 

Acanthocnemus brevicornis, n. sp. — Elongatus, subpdrallelus, 
nitidiis, nigro-pilosus, antennis, thorace lateralitey-, pedibusque riifes- 
centibus. 

Allongé, subparallèle, brillant, noir de poix avec les côtés du pro- 
thorax, les antennes et les pattes roussâtres, fortement ponctué. Tête 



144 Bulletin de la Société entomologique de France. 

moyenne, fortement et irrégulièrement ponctuée, front déprimé, yeux 
gros; antennes roussâtres, atteignant seulement le milieu du pro- 
thorax, à 3® article plus long que les suivants qui sont plus ou moins 
globuleux, trois derniers plus larges et un peu plus longs: prothorax 
transversal, peu élargi en arrière, crénelé et plus clair sur les côtés, 
presque lisse sur son milieu, fortement ponctué sur le reste; écusson 
large, impressionné au milieu ; élytres longs, un peu plus larges que 
le prothorax, peu atténués au sommet, un peu explanés et ciliés laté- 
ralement, fortement ponctués en rangées presque régulières avec des 
traces de faibles côtes; pattes moyennes, roussâtres, tibias antérieurs 
garnis de soies. — Long. 5 mill. Sud de Madagascar : Pays Androy 
(Alluaud). 

Diffère des ciliatus Perris et asiaticus Pic, par les côtés distinc- 
tement crénelés du prothorax, les antennes plus courtes; de Kraatzi 
Schils. (ex description) par les côtés du prothorax étroitement 
relevés et la forte ponctuation élytrale. 

Trois espèces de Xamerpus, bien différentes des espèces connues, 
soit par l'absence de macules claires aux élytres, soit par leur colo- 
ration à peu près uniforme (foncée ou brune) sur le prothorax et les 
élytres, se distingueront facilement à l'aide des difïérences résumées 
dans le tableau suivant : 

1. Élytres sans impression, ou avec une faible impression 

posthumérale ; prothorax peu convexe ; forme relative- 
ment large ; coloration brune ou d'un noir de poix ; par- 
fois plus clair sur le pourtour des élytres 2. 

¥ Élytres ayant une forte impression posthumérale transverse; 
prothorax très convexe ; forme relativement allongée, sub- 
parallèle; coloration franchement noire. — Long. 3 mill. 
Baie d'Antongil (Mocquerys, in coll. Pic), elongatusn. sp. 

2 . Pubescence flave avec des poils dressés clairs ; prothorax 

très brillant; ponctuation élytrale moins forte et forme 
moins trapue; coloration uniforme, d'un brun roussâtre, 
tête comprise. — Long. 2,5 mill. Diégo-Suarez (Al- 
luaud, in coll. Alluaud) brunneusn. sp. 

2' Pubescence grise avec des poils dressés obscurs; protho- 
rax peu brillant; ponctuation élytrale forte et forme tra- 
pue; tête toujours plus ou moins foncée et coloration 
passant du noir de poix au roux, avec le rebord élytral 
plus ou moins testacé. — Long. 2,8-3 mill. Pays An- 



Séance du S avril 1003. 145 

droy cl Fort-D;uiphin (AlUiaLid, in coll. AlluaLidet 

Pif) AUuaudi n. sp. 

Scraptia (Trotommideomorpha) trifasclata. — Parum etoii- 
(Jdtus, i<t(bpa)'alh'hif!, siibnilidas, tcstaceas, antcnnis palHdis, articuUs 
primis exceptis, his brunneis ; elytris brumieo-trifasciatis. 

Peu allongé, subparallclo, peu brillant, testacé avec les élytres ayant 
trois fascies brunâtres, les antennes pâles à 2 premiers articles rem- 
brunis. Tète assez large, yeux noirs; antennes n'atteignant pas le 
milieu des élytres, assez épaisses, à 2*= article long et épais, 3*^ long 
et mince; prothorax court et large, densément ponctué, impressionné 
sur le milieu et les côtés; écusson large; élytres un peu plus larges 
que le prothorax, assez longs, un peu infléchis et subanguleusement 
arrondis au sommet, fortement ponctués, à faible dépression poslhumc- 
rale, ornés de trois fascies brunes transversales, une près de la base, 
l'autre au milieu, la S'' avant le sommet; pattes assez robustes. — 
Long. 2 mill. Forêt Tanala (Alluaud). 

Espèce très distincte par sa forme, jointe à son dessin élytral. 

Hylophilus Falsoletolu!» (') semiopacus. — Subovatus, nifo- 
hnmneus, siibopacus, ehjtris paUido-fasciatis, aniennis, pro majore 
parte, pedibusque testaceis. 

Subovalaire, brun roux, presque opaque sur l'avant-corps , ély- 
tres légèrement brillants et fascies, antennes en majeure partie et 
pattes, testacées. Tète moyenne, débordant la partie antérieure du pro- 
thorax, yeux noirs, peu gros, écartés, mais atteignant presque le bord 
postérieur; antennes assez longues, testacées avec les 3 ou 4 avant- 
derniers articles obscurcis, le dernier pâle; prothorax large, un peu 
rétréci en avant, ayant une fossette de chaque côté de la base ; écus- 
son nul; élytres convexes, subovalaires, à épaules un peu efï'acées, 
subacuminés au sommet, fortement ponctués ; ces organes d'un roux 
obscurci, ornés de 2 fascies testacées (avec le rebord apical de mémo 
coloration) ; la première fascie antémédiane, un peu arquée en avant, 
remonte vers l'épaule sous forme de tache; la 2", postmédiane et 
sinuée, se réunit à l'apicale par la suture ; pattes testacées, les posté- 
rieures un peu épaissies. — Long. 1,5 mill. Pays Androy (Alluaud). 

(1) Nouveau sous-genre caractérisé par les épaules un peu effacées, les an- 
tennes assez longues, à 2^ article gros, les suivants allongés, les derniers épais- 
sis, ces organes insérés sur le front en avant des yeux, par la tète détachée 
du prolhorax sur les côtés, 



146 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Espèce des plus distinctes par sa forme, son avant-corps densc- 
ment ponctué, ce qui le rend subopaque, ses élytres à épaules un peu 
effacées. 



Bulletin bibliographique. 

Bargagli (P.) : Adolfo Targioni Tozzetti. — Ricordi {Bull. Soc. Ent. 
IL), 1903,37 p.* 

Fleutiaux (Ed.) : Contributions à la Faune Indo-Chinoise, 18« mém. 
[Ann. Soc. Ent. Fr.), 1902, 12 p.* 

Lambertie : Excursion à Clazaux-Lac les 14 et lo juillet 1902 [P. V. 
Soc. Linn. Bord.), 1902, 3 p.* 

Id. : Notes sur quelques Hémiptères-Homoptères nouveaux ou rares 
de la Gironde [loc. cit.), 1902, 2 p.* 

Id. : Note sur Phyllomorpha laciniata Vill. [Btill. Soc. Ent. Fr.), 1902, 
2 p.*" 

PuTON (A.) : Énumération des Hémiptères recueillis en Tunisie par 
MM. Valéry Mayet et Maurice Sédillot, suivie de la description des 
espèces nouvelles {Expl. Se. Tan.), 1886, 24 p.* 



Académie des Sciences [C. B. hebdom. des Séances), 1903, I, 12-13. — O 

Agrlcultural Gazette of N. S. Wales [The), 1903, II. — 

Annals and Magazine of Natural History {The), avril 1903. — G. -F. 
Hampson : Descriptions of new Syntomidae and Arctiadae. — 
W.-L. Distant : Rhynchotal Notes; XVII, Heteroptera : Family Re- 
• duviidae. — C.-x4.-M. Norman : New Generic Names for some En- 
tomostraca and Cirripedia. — BritshLand Isopoda. — Supplément. 
— W. Wesché : Parasite of the Wallaby (fig.). — C-G. Nurse : New 
Species of Indiaii Aculeate Hymenoptera. — W.-F. Kirby : Notes 
on Blattidae, etc., with Descriptions of new Gênera and Species in 
the Collection of the British Muséum, South Kensington. — W.-T. 
Calman : On Macrurous Crustacea obtained by M. G. Murray du- 
ring the Cruise of the « Oceana » in 1898. 

Berichte ïiber Land- und ForstwirthscJiaft in Deutsch Africa, I, 3-o, 
1903. — V. LoMMEL : Bericht (iber eine Rcise in Bezirke Kilwa zur 
Feststelhing des Vorkommens und zur Beobachtung der Lcbens- 
gewohnheiten der Tsetsefliege (fig.). — D^A. Zimmermann : Ueber 



Séance du S avril 1903. 147 

einige auf den Plantagen von Ost- und West- Usumbora gomaclite 
Beobachlungcn {i]g. et pi.). 

Bombay ^kl{ural llistorij Society {Journal), I-Vl, 1887-1891. — Acquis 
par échange. 

Entomologist [The], avril 1903. — F.-N. Pierce : Spocific différences 
in Lithosidae, as dotcrminod by Strucliire of Genitalia (pi.). — 
P.-E. Freke : Some British Forms of Melitaea aurinia. — T.-A. 
Chapman : The young Larva of Liphyra brassolis Westw. — M. Ja- 
coBY : Descriptions of some new Species of Clythridae (Phytopha- 
gous Coleoptera). — D'' H.-J. Hansen : On the Morphology and 
Classification of the Auchenorrhynchous Homoptera. — P. Came- 
RON : On the parasitic Hymenoptera and Tenthredinidae collected 
by M"" E. Whymper on the « Great Andes of the Equator ». — E.- 
A. Heath : Description of a new Cetonid Beelle from British East 
Africa (fig.). — Notes diverses. 

Entomologisfs monthly Magazine {The), avril 1903. — N. Ch. Roth- 
schild : New Species of Siphonaptera from Egypt and the Soudan 
(2 pi.). — E.-N. Bloomfield : Sufïolk Lepidoptera in 1902. — 
J. Edwards : Hesperia alveus, Hûbn., as a Norfolk Insect. — 
E. Shaw : Orthoptera and Neuroptera in Lincolnshire and Notting- 
hamshire. — R. Mac Lachlan : Hemianax ephippiger, Burm., taken 
at Devonport in february. — W.-F. Johnson : Silpha subrotundata, 
Steph., a distinct species. ^ M. Cameron : Description of a new 
European Soronia. — D. Sharp : Some new Coleoptera from the 
Chatham Islands and New Zealand. — Notes diverses. 

Faiina. — Société des Naturalistes Luxembourgeois. — XII, 1902. — 
H. MÛLLENBERGER : Bcitrâge zu der Schmetterlingskunde des 
Luxemburger Landes. — E. Feltgen : Notices sur les Araignées 
observées dans le Luxembourg et dans les contrées limitrophes. 

Feuille des Jeunes Naturalistes {La), n° 390. !«'' avril 1903. — P. de 
Peyerimhoff : Sur la méthode dans les recherches de phylogénie 
entomologique. — Notes spéciales et locales. 

Illinois State Laboralory of Natural Uistory {Bulletin), Y, 1897-1902. 
Tables. — S.- A. Forbes : Bienniiil Report of the Director. 

Naturaliste {Le), l"' avril 1903. — M. Pic : Coléoptères exotiques nou- 
veaux. 

B. Accademia dei Lincei {Atti), 1903, I, 5-6. — O 

Bevista agronomica, î, 4, 1903. — O 



148 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Revue éclectique d'Apiculture, avril 1903. 

Rovartani Lapok, X, 3, 1903. — Diverses notes en langue hongroise. 

Società EntoMologica italiana{Dullettino),XXXïy, 3, 1903. Nolice né- 
crologique sur A. Targioni Tozzetti et F. Baudi di Selve. —G. Man- 
TERo : Enumerazione délie Mutillo raccolte nell' alto Paraguay da 
G. Boggiani. — G. Cegconi : Note di entomologia forestale. — 
B. Gestro : Materiali per io Studio dello Hispidae. — A. Senna : 
Brentidi délie regioni dei Batacchi independcnti (Sumatra). — 
G. DEL GuERGio : Contribuzioni allô Studio dei Diaspini dell' Olivo 
(fig.). — Intorno ad uua nuova alterazione dei rami dei Pero e ad 
una minatrice dei ramei deU'Olivo attaccati dalla rogna (flg. et pi.). 
— P. Bargagli : Adolfo Targioni Tozzetti, 

Societas Entomologica, l'''' avril 1903. — G. Frings : Temperalur-Ver- 
suche in Jahre 1902. — A. Fucns : Drei neue Lepidopteren-Formen 
der europaisclien Fauna. — G. Breddin : Neue Baubwanzen. 

Société des Sciences naturelles de l'Ouest de la France {Bulletin), 1902, 
III-IV. — E. Marchand : Inventaire des Tenthrédonides ou 
Mouches à Scie (Hymenoptera-Chalastogastra) recueillis aux envi- 
rons de Nantes, suivi de notices sur quelques espèces particuhère- 
ment nuisibles. — Description de deux Arthropodes nouveaux 
provenant du Soudan français {Trox Borgognoi [Col.] et Pot. {Poia- 
nionautes Ecorssei [Crust.] (pi.). 

Tijdschrift over Plantenziekten, VIII, 1902. — J. Bitzema Bos : Phyto- 
pathologisch Laboratorium Wilhe Commelin Scholten. Verslag over 
onderzoekingen, gedaan in-en over inlichtingen gegeven van wege 
bovengenoemd Laboratorium in het jaar 1901. — G. Staes : Mis- 
vormde hopbellen. 

A. L. 



Le Sccrélaire-gérant : P. CiiAUAKAun. 



BULLETIN 

DE LA 

SOCIÉTÉ ENTOMOLOGIQTJE DE FRANCE 



{Séance du 3 S avril lOO». 

Présidence de M. F. HENNEGUY, 

M. E.-B. Poulton, professeur de Zoologie à l'Université d'Oxford, 
président de la Société entomologique de Londres, est invité à prendre 
place au^bureau. 

M. A. Fauvel (de Caen) assiste à la séance. 

Nécrologie. — Le Président a le regret d'annoncer le décès, à 
Ajaccio, de M. Thomas Ansell Marshall, membre de notre Société 
depuis 1891. 

Le Président annonce également la mort de M. Paul Gourret (de 
Marseille), Docteur es sciences, chevaher de la Légion d'honneur, pro- 
fesseur à l'École de Médecine et sous-directeur à la Station zoologiqiie 
d'Endoume. M. P. Gourret était notre collègue depuis 1899. 

Correspondance. — MM. André d'Aldin, Georges Guénaux 
et Edouard Postelle remercient la Société de leur admission. 

Voyages. — M. L. Bedel a reçu une lettre de notre collègue 
M. Vauloger de Beaupré qui est actuellement à Lang-Son en par- 
faite santé et qui est heureux de se rappeler, au souvenir de ses col- 
lègues de la Société. 

Changement d'adresse. — M. Ad. Warnier est revenu à son 
domicile, 8, rue des Templiers, Reims. 

Admission et présentations. — MM. A. Giard et F. Henneguy 
présentent M. E.-B. Poulton dont l'admission a lieu séance tenante 
par acclamation sur la proposition du Président. 

M. le D'' Marquis Giuseppe Rangoni, Modena (Itahe), présenté 
par M. J. Clermont. — Commissaires-rapporteurs : MM. L. Bedel 
et A. Fauvel. 

Excursion entomologique. — Sur la proposition de M. le Prési- 
dent une excursion entomologique est fixée, pour le dimanche 7 juin, 
à Lardy. Départ de la gare du Pont-St-Michel à 7 h. 33 du matin. 

Messieurs les excursionnistes sont priés d'emporter leur déjeuner. 
Bull. Soc. eat. Fr., 1903. N" 8. 



150 Bullelin de lu Société entomologique de France. 

Communications. 

Description d'un genre nouveau de Goliathides [Col.] 
par L. Fairmaire. 

llyctcroplus (nov. geii.) proboscideus, n. sp. — Long. 60mill. 
c5; 52 mill. 9. 

Ce nouveau genre de Goliathides est bien différent de tous ceux 
qui composent ce groupe. Il y a de l'alfinité avec le genre Goliathinua 
ïhoms., mais seulement pour la forme générale; il en diffère notable- 
ment parla structure de la tête du mâle. Du vertex ou plutôt du front, 
part une corne arquée presque aussi longue que le corselet, concave 
en dessous, dirigée de haut en bas, fortement convexe, presque renflée 
en dessus, armée de chaque côté, avant le milieu, d'une dent saillante, 
aiguë et déclive; l'extrémité forme une ancre à branches comprimées 
et légèrement arquées; en dessous le chaperon est obUquement décUve, 
largement arqué, sinué de chaque côté avant les angles ; ceux-ci sont 
prolongés obUquement en -dent saillante. Le corselet est transversal, 
fortement arrondi sur les côtés en avant, largement lobé à la base, 
comme chez les GoUathus, avec les angles postérieurs obtus, mais mar- 
qués ; la ponctuation est peu forte et peu serrée. La saillie mésosternale 
est un peu moins prononcée que chez GoUathus. Les tibias antérieurs 
ont une faible dent avant l'extrémité. La couleur est noire, brillante 
sur la tête et le corselet, celui-ci bordé latéralement d'un étroit sillon 
Uséré dt gris-jaune. L'é.cusson et les élytres sont mats, le premier 
bordé d'une ligne étroite de couleur fauve, les dernières parsemées de 
points et de très petites taches fauves, plus fuies vers la base où elles 
disparaissent, un peu en lignes sur le disque, un peu plus larges vers 
l'extrémité des côtés et de la suture; la poitrine, les côtés, l'abdomen 
et le pygidium sont couverts de poils fauves assez serrés. 

La ç ne diffère que par la structure de la tête qui est irréguhèrement 
ovalaire, rebordée latéralement et plus fortement en avant, le corselet 
plus ponctué, ayant, dans la moitié antérieure, une impression oblongue, 
peu profonde et une saillie relevée au milieu du bord antérieur; la 
pubescence fauve du dessous est plus forte et les tibias antérieurs sont 
normalement tridentés. 

Ce curieux Goliathide provient du Cameroun et m'a été obligeam- 
ment communiqué par M. H. Donckier. 



Scaiicc du 2'2 acrll 1003. loi 

Notes biologiques sur quelques Buprestides français [Cm .] 
par R. MoLLANDiN de Boissy'. 

Dicerca al ni Fiscli. — J'ai pris l'année dernière cet insecte à deux 
reprises (21 avril, 1 ex. ; 8 juin, 4 ex.), au Beausset (Var), sur le Noi- 
setier {Conjlus avellana), et j'ai observé sur le tronc de ces arl)res 
de nombreux trous de sortie qui, indubitablement, avaient donné pas- 
sage à ce Bupreste. 

Anthaxia parallela Lap. — Je prends communément cette es- 
pèce au Beausset sur des branches mortes de Pin {Pimis halepemis). 
Je n'ai pu encore l'obtenir d'éclosion, mais il est plus que probable que, 
dans notre région, elle opère ses transformations dans le bois mort de 
cet arbre. 

Anthaxia mille folii F. —Obtenu de branches mortes de Chêne 
[Quercus ile.v), en juin-juillet. 

Antha.rla umbellatarum. F. — Avec la précédente el à la même 
époque. 

Anthaxia manca Lin. — J'ai constaté au mois de juin 1900, à 
Seurre (Côte-d'Or), la présence de larves de celte espèce dans un pi- 
quet de bois de Tremble [Populus tremula). Le piquet ayant été im- 
mergé pendant assez longtemps, ces larves étaient mortes, mais de 
nombreux adultes restés à l'entrée de leurs trous de sortie, prouvaient 
suflisamment que cette espèce aA^ait opéré ses transformations dans ce 
bois. 

Anthaxia midas Kiesw. — Se prend à la Sainte-Baume (Var)! 
dans un seul endroit de la forêt et je l'y ai capturé plusieurs lois; mais 
je n'ai pu encore constater dans quel bois se passe sa vie larvaire. Tou- 
tefois, j'ai observé l'année dernière (!'-'' août), sur un tronc mort de 
lilleul, de cinq centimètres de diamètre environ, des trous de sortie 
d'un Buprestide, correspondant exactement aux dimensions et à la 
forme de cette espèce, que n'otTre aucun autre Buprestide dt' la région. 
De plus, cet arbre se trouvait à côté de l'endroit précis où l'on prend 
tous les ans, au mois de mai, VAnthaxia midas. 11 ne serait pas éton- 
nant que le bois mort de Tilleul soit un de ceux qui nourrissent la 
larve de notre Bupreste; mais le fait demande à être confirmé. 

Anthaxia seniicuprsa Kûst. — J'ai trouvé des débris de cette 



152 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Anthaxia dans ses trous de sortie, sur un assez gros tronc mort d'É- 
rable (Sainte-Baume, !«'• août), 

Anthaxia nitidula. Lin. — Obtenu de branches d'un Prunus 
sauvage rapportées de la forêt de la Sainte-Baume (25 mai) ! 

Anthaxia confusa. Lap. — L'année dernière, j'ai obtenu cette es- 
pèce en nombre au Beausset (Var), de vieux piquets de Cyprès {Cupres- 
sus sempervirens). — Le 5 juillet, j'ai observé une Anth. confusa ç en 
train de pondre sur une souche de Cade {Juniperus oxycedrus). Il est 
donc certain que cette espèce se transforme dans le bois des Cupressi- 
nées et je ne l'ai pas observée sur le Pin. 

Anthaxia funerula. 111. — J'ai trouvé, le 7 janvier dernier, un 
individu adulte de cette espèce dans une tige sèche de Genêt {Spar- 
tiumjunceum). Il n'était pas douteux que cet exemplaire, bien vivant 
du reste, ne se soit transformé dans cette Papilionacée, attendant les 
premières chaleurs pour en sortir. Cette capture me fit souvenir immé- 
diatement que toutes les Anth. funerula que je prends chez moi se trou- 
vent toujours dans le voisinage du Spartium nommé. Je l'ai aussi pris 
autrefois à plusieurs reprises en battant une autre Papilionacée : Co- 
ronilla juncea. 

De toutes ces remarques concernant les Anthaxia, dont quelques- 
unes n'aboutissent qu'à des hypothèses, je me garderais de tirer au- 
cune conclusion pour le moment et je ne les donne qu'à titre de ren- 
seignements pouvant servir de jalons pour des observations nouvelles 
et plus probantes. Je crois toutefois que les Anthaxia ne sont pas ab- 
solument exclusives sur le choix des bois morts qui doivent nourrir 
leurs larves, mais qu'elles choisissent des bois présentant certaines af- 
finités qu'il serait intéressant d'établir. Il est certain que les Anthaxia 
inféodées aux Conifères ne pourraient vivre dans les Cupufifères, par 
exemple. 



Diagnoses de trois Malthodes nouveaux 
de la faune méditerranéenne [Col.] 

par J. Bourgeois. 

1. Malthodes (Malthodellus) corcyreus, sp nov. — Niger, ely- 
tris griseo-brunneis, apice sulphureo-guttatis ; prothorace subquadrato, 
undique niarginato, angulis anticis rotundatis, posticis rectis, extror- 
suni paululuni prodiictis, disco haud canaliculato. — c5 Abdominis seg- 




Séance du 22 avril 1903. 153 

mento dorsali ultimo angustato, declivi, apice inciso; ultimo utrinque 
l aminam verticalem compressant, leviier curvatam, postice dilatatam et 
apice rotimdatam exhibente. — Long. 3 1/2-4 mill. 

Cor fou (J. Sahlberg), (5 9. 

Cette espèce, qui vient se placer dans le voisinage à\iM. trifurcatns 
Kics w., sera facile à reconnaître, parmi toutes celles du mêmegroupe, 
à la forme des derniers segments abdominaux chez le cJ. Le dernier ar- 
ceau dorsal est très étroit, allongé, déclive et assez profondément incisé 
postérieurement; Tavant-dernier arceau ventral est 
largement entaillé jusqu'à la base et réduit à deux 
lobes atéraux triangulaires émoussés au sommet; le 
dernier a ceau ventral affecte la forme de deux lames 
verticales, légèrement ascendantes, accolées à leur bord 
inférieur, d'abord étroites, puis dilatées graduellement Fis- 1- 

vers l'extrémité où elles sont arrondies, figurant, par 
leur réunion, une gouttière profonde à bords relevés (fig. 1, abdomen 
vu de côté). 

2. Malthodes (Malthodellus) Salbergi, sp. nov. — Fusco-niger, 
pronoto antice et postice angustissime flavo-limbato, elytris griseo-brun- 
neis, apice sulphureo-guttatis, antennarum articulis diiobus primis ru- 
fescentibiis ; prothorace parum transverso, undique marginato, angulis 
anticis retusis, siibincrassatis,posticis redis, extrorsimi pauluhmi pro- 
ductis, disco obsolète canaliculato. — c? Abdominis segmento dorsali 
ultimo angustato, declivi, apice saepius infuscato; segmento ventrali 
penultimo late triangulariter emarginato, ultimo testaceo, lainellam 
magnam, subparallelam,parum curvatam, apice triangulariter excisam 
exhibente. — Long. 2 1/2-23/4 mill. 

Crète, sur une grande Ëuphorbia en tleurs (J. Sahlberg), r? o. 

Voisin de M. batilli fer Bourg. {Bull. Soc. erit. Fr., 1901, p. 143), 
mais bien distinct par la taille plus petite, les deux premiers articles 
des antennes roussâtres, le pronotum à liséré jaune basilaire non di- 
laté en tache dans les angles postérieurs et surtout par la forme du der- 
nier arceau dorsal de l'abdomen chez le (5. Cet arceau est étroit, al- 
longé, fortement déclive, à bords latéraux rabattus, avec l'extrémité 
généralement rembrunie; l'avant-dernier arceau ven- 
tral est largement entaillé en triangle jusqu'à la base, 
réduit à deux lobes triangulaires peu saillants et émous- 
sés au sommet; le dernier arceau ventral figure une 
Fig;. 2. grande lamelle convexe en dessous, légèrement courbée 




lo4 Bulletin de la Société nitomologique de France. 

vers le haut, à bords latéraux subparallèles, assez proloiidémenl échan- 
crée en triangle à son extrémité, conformée à peu près comme dans 
M. haiiUifer, mais relativement plus large et atteignant en longueur les 
quatre arceaux précédents réunis (fig. 2, abdomen vu de côté et légè- 
rement incliné). 

Dédié à M. le Prol'esseur J. Sahiberg (d'Helsingfors) à qui l'on doit 
la découverte des trois espèces décrites dans cette note. 

3. Malthodes {insp.) sulcatus, sp. nov. — Siger, iiroiioto antice 
et saepius postice angustissime flacoUnibato , elufris sut loiigis, puOes- 
centibus, griseo-brunneis, apice concoloribus; protliorace transrerso, la- 
teraliter haud marginato, angidis anticls trancatix, truiicatura valde 
incrassata, disco late et profunde longitudinaliter sulcato. — (5 Abdo- 
minis segmentis dorsalibus ultimis simplicibus ; segnientp ventrali pe- 
nultivto late emarginato, lobis rotundatis, haud prolo)igatis, ultimo 
testaceo, lamellam siibpamllelum,panim cunatuni, apice subemargina- 
tam pi^aebente. — Long. 3 1/4 mill. 

Corlou (J. Salilbcrg), c5 9. 

Espèce nettement caractérisée par son prothorax très transversal, 
largement et profondément sillonné dans son milieu, à angles anté- 
rieurs tronqués et fortement relevés en bourrelet, par scsélytrcs longs 
et concolores à l'extrémité et par la forme d(^s derniers segments abdo- 
minaux chez le c5. A ce dernier point do vue, elle si; rapproclie de 
M. turcicus Kiesw. {Berl. ent. Zeits., 1872, p. 373, pi. IV, lig. 6). Les 
derniers arceaux dorsaux de l'abdomen sont simples ; 
l'avant-dernier arceau ventral, largement et profondément 
échancré dans sa partie médiane, est réduit à deux lobes 
latéraux arrondis et peu saillants ; le dernier arceau ven- 
Fig. 3. ti"*!? d'un tlave testacé, figure une petite lamelle oblongue, 

à côtés subparallèles, légèrement courbée vers le haut, 
doublement impressionnée postérieurement et un peu échancrée au 
sommet (tig. 3, abdomen vu de côté et légèrement incliné). 



Séance du 22 avril 1903. ISS 

Note sur divers Malacodermes du Nord de l'Afrique. Corrigenda [Col.J 

par Maurice Pic. 

Le rôfont arlick' de notre collègue J. Bourgeois [IhtU. Fr. 1908, 
1». 73 à 77) m'a suggéré Titlée d'en publier un analogue el supplémen- 
laire. Le conlenu de cet article ne fera pas double emploi avec le pré- 
cédenl, car il mentioime, pour les mêmes espèces, d'autres liabilats,ou 
précise les conditions de capture, le degré d'intérêt, etc. ; en outre, je 
donne des renseignements sur plusieurs autres espèces. Ce sont mes 
chasses personnelles et celles de feu Hénon (dont j'ai acquis une partie 
des .Mdhicodcnucs) (jui fournissent le principal apport de cet article, .le 
suis obligé de limiter mes citations à quelques-unes et empêché de 
citer toutes les captures portées à ma connaissance (,'), faute de place; 
mes collègues, ou mes correspondants, m'en excuseront. 

Nota. — Quand je ne mets point d'indications spéciales, cela laisse 
entendre que les captures ont été faites par moi-même. 

Cantliari^ deportata Fairm. — Algérie : Constantine (Hénon). 
Cette espèce parait très rare et je ne l'ai capturée qu'une seule fois, au 
nombre d'un exemplaire, à Palestro. Décrite de Lambessa. 

C. coloita Er. — Il faut peut-être rapportei- à cette espèce, que je 
ne connais pas avec certitude en nature, et à titre de variété, la var. 
iilro.'<:ciiteU(iri:< Pic. primitivement signalée comme variété (L'Échange, 
n" 191) de iiuniritanira Luc. 

C. cm tu Mars. — Algérie : Constantine (Hénon) (-); Hussein Dey, 
Ain M'iila et Batna. Pas très commune, se prend surtout en tilocliant. 

C. concexirollis Fairm. var. Cliapelieri Bourg. — Je possède cette 
\ariété (soumise autrefois à M. Bourgeois) provenant de mes chasses 
a Philippeville. C. conrcricoUis ne parait pas rare dans la province de 
Constantine, où je l'ai capturé dans de nombreuses localités. Aussi en 
Kroumirie (D'' Normand, Pic). 

C. iiiauritanica Luc. — Parait remplacer en Algérie notre rufa L., 
un peu moins répandu cependant. Algérie : Sebdou (D'' Martin); 

(1) Pour te même motif, je suis loin de donner la liste complète des espèces 
ilk'Candiorides [Telep/iorides] ou Matthinldes du nord de l'Afrique. 

(2) Les types sont originaires de celte localité et de Tunis. Celle espèce (îgure 
dans la collection deTournier, représentée par 2 exemplaires étiquetés de 
Sicile, sous le nom inédit de roOustus. 



156 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Constantine (Hénon); L'Ougasse, Maison Garée (Pic). Signalée, par de 
Marseul, Bône et Tunis et décrite d'Alger et de Bougie. 

Rhagomjcha fossulata Luc. — Moins commune et moins répandue 
que l'espèce suivante. Lavar. scutellaris Luc. est entièrement tes tacée 
et fossulata proprement dit a les pattes et la tête plus ou moins foncées 
et une bande noire au prothorax. 

R. barbara Luc. — Une des espèces les plus communes, surtout 
dans les provinces d'Alger et de Constantine. Je l'ai vue souvent en 
grand nombre sur les fleurs de Férules. 

R. herbea Mars. — Pas rare dans la province de Constantine, sur- 
tout sur les Chênes. Algérie : Constantine (Hénon); St-Antoine. Tu- 
nisie : Souk-el-Arba (D^' Normand); Ain-Draham. Décrite de Bône 
et de Constantine. 

R. ornaticoUis Mars. — Algérie : Batna. Décrite d'Alger. Paraît rare. 

R. plagiella Mars. var. — Tanger (Vaucher, in coll. Pic). Les 
exemplaires du Maroc n'offrent avec ceux d'Espagne que des dilïéren- 
ces insigniliantes qui ne méritent pas d'être distinguées. 

Malthinus {Proge>(tes)longipennisLuc. — Tunisie: Tunis (J. Sahl- 
berg). Assez commune et variable espèce que j'ai capturée à Thaya, 
Batna, Constantine, etc. La var. flavicans Bourg, ne désigne pas la 
coloration décolorée extrême, mais une nuance intermédiaire ayant 
une bordure foncée aux élytres, alors qu'il existe une autre variété 
plus claire, que je nommerai flavipennis, ayant ces organes entière- 
ment testacés. Feu Hénon a capturé à Constantine plusieurs exem- 
plaires de cette dernière variété. 

M. sulcicoUis Mars. — Tunisie : Foudouk-Djedid (D'' Normand); 
Krumbalia, Zaghouan (Pic). Bare espèce. Décrite d'Algérie, sans men- 
tion de localité. 

Malthinus {Malthinus) nigribuccis Murs. — Une des espèces les plus 
communes et très variable, répandue en Algérie, surtout dans la pro- 
vince de Constantine et en Tunisie ; se trouve sur les Férules, les 
Lentisques, les Chênes, etc. 

M. angusticollis Pic. — Algérie : environs d'Oran (P. Mathieu). 
Espèce connue, jusqu'à présent, seulement de l'Oranais. 

M. brevior Pic var. — Algérie : St-Antoine (Théry). 

Malthodes (Podlstrina) notaticollis Bourg. — Algérie : St-Antoine 
(Théry et Pic). J'ai capturé cette espèce en battant de jeunes Chênes. 



Séance du n avril 1903. lo7 

Malthodes {Malthodes) oranensis Pic var. — Algérie : environs d'O- 
ran (P. Mathieu). Décrit de Lamoricière. 

M. crucicollis Fairm. — Algérie : Constantine. Décrit de Philippe- 
ville. Corrigenda. — Bull. Fr. 1903, p. 83 corriger la provenance de 
Djibouti [pour Notoxus Martini] et la remplacer par celle d'Arabie : El 
Hadj est une localité des environs d'Aden. 



Observations sur la chenille à'Aporophyla australis Bd. [Lei\] 
par M. l'Abbé J. de Joannis. 

J'ai reçu dernièrement de mon frère, qui habite Vannes, une lettre 
dans laquelle il me fait part d'une observation intéressante. Il s'était 
rendu à Plouharnel, près delà presqu'île de Quiberon; en cet endroit 
le rivage de la mer est bordé par une petite dune de sable, sorte de 
talus haut de 2 ou 3 mètres environ, au delà duquel s'étend, parallè- 
lement à la mer, une plaine sablonneuse, longue de plusieurs kilomè- 
tres, large de quelques centaines de mètres. Cette bande, qu'on ap- 
pelle la falaise, protégée contre le vent et la marée par le talus de sable, 
est parsemée de plantes variées et constitue un excellent terrain de 
chasse. Mon frère se proposait de chercher des chenilles à'Aporophyla 
australis, or il constata que celles-ci avaient été attaquées d'une épi- 
démie infectieuse et qu'elles jonchaient le sol « de centaines de milliers 
de cadavres ». 

Je demandai à mon frère quelques renseignements sur ce sujet et 
voici sa réponse; elle contient plusieurs détails sur la chenille en ques- 
tion. 

« La chenille d'A. australis vit à découvert, disséminée et solitaire. 
Elle passe la journée, soit à terre sur la mousse, soit le long d'une tige, 
rarement à plus de lo cent, du sol. Quand le soleil l'excite en l'échauf- 
fant, on la voit manger avec précipitation, puis s'arrêter tout à coup. 

« Jeune, elle ne craint pas les rayons solaires, mais, quand elle est 
presque mûre et que le soleil est trop vif, elle descend lentement et 
s'abrite à moitié derrière une feuille ou n'importe quel autre objet. 
Elle est polyphage, sans cependant manger de tout; elle semble pré- 
férer le Rosier et le Poteriiun sanguisorba, mais elle mange aussi les 
Sonchus, Taraxacum et quelques autres plantes basses. Elle est tou- 
jours très abondante sur la falaise. Elle atteint sa maturité du 20 mars 
au 10 avril environ. 



do8 Bulletin de la Société entomologique de France. 

« Cette année, je suis allô en cliereher le 2 avril, j'en ai troiué 
comme de coutume, mais 4 sur 5 au moins étaient pourries, les 
unes pendaient par leurs pattes de derrière à quelque tige, les autres 
étaient pliées en deux sur une brindille, le plus grand nombre à terre. 
Celles qui vivaient encore étaient à peu près toutes attaquées, ce que 
l'on reconnaît de suite, car elles ont le ventre blanc jaunâtre opaque, 
tandis qu'en santé elles l'ont vert clair transparent; et, de fait, sur 
40 environ que j'avais rapportées, en deux jours, 33 étaient mortes. 
Elles se trouvaient dans toute la largeur de la falaise; je n'ai pas vu 
d'autres chenilles attaquées. 

« Les Ophion {sp.}'), leurs parasites, volaient, mais je n'en ai pas vu 
cette fois attaquer les chenilles. Voici comment se fait ordinairement 
cette attaque -.YOphio)) vole lentement à 20 cent, du sol; s'il passe au- 
dessus d'une chenille, celle-ci, aussitôt qu'elle sent l'ébranlement de 
l'air, se tord avec violence pendant quelques secondes. Aussi VOpliion 
ne s'arrête pas ; quand il a choisi sa victime, il se pose à terre à 2o cent, 
d'elle et va à pied jusqu'à elle, puis monte dessus sans que la chenille 
bouge; il se met sur son dos, un peu de côté, et appuie son abdomen 
vers le milieu du corps, sur le flanc de la chenille. Après la ponte, celle- 
ci se retourne vivement, se mord elle-même, sans se blesser cependant, 
puis part comme pouf fuir; quand la démangeaison est calmée elle 
s'arrête et se remet à manger ». 

M. le D'' Pinoy, de l'Institut Pasteur, a bien voulu examiner (jueK 
ques unes des chenilles contaminées (conservées dans l'alcool); celte 
maladie est duo à d'innombrables petits corpuscules réfringents ayant 
2 [i. environ, et qui ne se colorent pas par les procédés de coloration 
des bactéries. Il s'agirait donc d'une maladie due à une microspo- 
ridie, analogue à la pébrine du ver à soie. 

D'après des renseignements qui nous ont été fournis par un de nos 
amis de Belgique, celui-ci aurait observé une épidémie analogue sur 
les chenilles de Lophopteryx camelina L., « qui jonchaient le sol toutes 
pourries dans la forêt de Soignes ». 



Note sur Phyllomorpha laciniata Vill. [Uémipt.] 

par Galien Mixgal'd. 

A diverses reiulses quelques-uns de nos collègues ont publié des 
notes sur l'habitat et la répartition géographique de Ph[iUoinorphalaci- 
iikita. La présence de cet insecte a été depuis longtemps signalée dans 



Séance du 22 avril 1903. 159 

le midi de la France par Laircille, Amyol, Fairniaire, Mnlsant 
et Rey, et mon excellent collègue et ami M. Valéry Ma\ et a indiqué 
[Hull. Soc. cnt., 14 janvier 1903) qu'il l'avait trouvé à Monlpellief et à 
Collioiuv. J'ai, de mon coté, rencontré cet Hémiptère aux environs de 
Nîmes, sur les coteaux calcaires, incullcs, parsemés de Cliènes verts 
qui forment la garigue. et je l'ai trouvé aussi à Sainl-Jean-du-(Jard, sur 
le terrain granitique (pii conslilue la montagne de Brion. à 900 mètres 
d'altitude, au mois de juin. 11 m'a paru intéressant de consigner ces 
deux observations car la première vient corroborer celle de M. Mayet, 
tandis que l'habitat signalé en second lieu est à rap[)rocher de celui 
que M. l'abbé Pierre indiquait récemment ici môme. 



Le Tétranyque de l'Ajonc [Tetranychus lintearius Duf.) [Arach.x.] 
par A. GiARD. 

Le Tétranyque de l'Ajonc, signalé récemment comme nouveau par 
M. S. Jourdain {Bull£tin, 25 février 1903, p. 101), est connu depuis 
très longtemps. C'est le Tetranijchus lintearius de Léon Dul'our, 
espèce décrite et ligurée dans les Annales des Se. naturelles 1'° série, 
t. XXV, 1832, p. 276, comme très répandue sur les Ajoncs dans les 
Landes (Saint-Sever, etc.). 

Cette espèce a fait depuis l'objet de nombreuses communications à la 
Société entomologique de France. Lucas l'a étudiée en Bretagne, aux 
environs de Roscoff {Soc. eut., 1868, p. 741), où jel'ai moi-même rencon- 
trée abondamment en 1871 et 1873. Eu Normandie, elle a été trouvée à 
Fécamp (Giraud), à Honlleur (Lucas, 1869, p. lvui) et, dans le dépar- 
tement de la Manche, aux environs de Granville (Lucas, 1878, p. 199). 
LaboulbèneTa signalée dans la Mayenne, auxbordsdelaSarthe (1872, 
p. Lxxv]). Enlln Lucas l'a vue également sur les Ajoncs, aux envi- 
rons de Saint-Germain en Laye (1874, p. 362). Cet Acarien appartient 
donc à la faune parisienne. Je ne l'ai jamais rencontré sur le littoral du 
Boulonnais où pourtant l'Ajonc {Ulex Europaeus L.) couvre des 
étendues considérables de terres en friche. 

En Algérie, à la Bouzaréah et dans plusieurs autres localités voisines 
d'Alger, j'ai observé très fréquemment le Tetranuchus litttearius sur 
une autre Légumineuse aussi très épineuse, le Calycotonie spinom Li n k. 

Le Tétranyque trouvé à Marseille sur les Camellia japonica el signiûé 
à la Société entomologique comme nuisible à ces végétaux, d'abord 



160 Bulletin de la Société entomologique de France. 

par Lucas (1864, p. liv), puis parLaboulbène (1865, p. xui) et rap- 
porté par ce dernier à T. lintearins, me paraît appartenir à une espèce 
bien différente. 

C'est aussi par erreur que Boisdiival a désigné sous le nom de T. 
lintearius l'Acarien qui tile une petite toile lâche sous les feuilles du 
Seringat {Philadelphus coronarius). [Essai sur l'entomologie horticole, 
1867, p. 92.] 



Conférence de M. E.-B. Poulton, 

Professeur de Zoologie à l'Université d'Oxford, 
Président de la Société entomologique de Londres. 

M. le Président souhaite la bienvenue à M. E.-B. Poulton et remercie 
les personnes présentes d'avoir répondu en aussi grand nombre aux 
invitations qui leur avaient été envoyées. 

M. Poulton, après avoir remercié le Président et tout son auditoire 
de l'accueil qui lui est lait, exprime le grand plaisir qu'il éprouve à se 
trouver ce soir au milieu des membres de « la Société sœur » de celle 
dont il est le président à Londres. Il ajoute que tous les entomolo- 
gistes français qui voudront rendre visite à leurs confrères d'Outre- 
Manche sont assurés de recevoir là-bas un accueil des plus cordiaux. 

Après cette courte allocution, M. Poulton aborde le sujet de sa Con- 
férence sur le mimétisme chez les Insectes et le dimorphisme 
chez les Lépidoptères de l'Afrique australe et développe suc- 
cessivement les trois points qui la composent. 

L'éminent conférencier fait tout d'abord connaître à son auditoire 
une foule de cas de dimorphisme présentés par les Lépidoptères de 
l'Afrique australe et dont la connaissance est due aux élevages et aux 
observations de M. A.-K. Marshall. Ces phénomènes de dimorphisme 
ont pour cause l'époque d'apparition des individus, dont les uns éclosent 
pendant la saison sèche et les autres à l'époque de la saison humide. 
La différence entre les individus de ces deux générations est telle 
qu'on ne songerait jamais à les réunir sous la môme dénomination spé- 
cifique, si l'étroite parenté qui les unit n'avait été constatée de visu par 
une série de pontes et d'élevages. 

Chaque exemple cité dans la conférence est rendu aussi frappant 
que possible par la projection, à la lumière électrique, d'admirables 
clichés photographiques dont quelques-uns sont polychromes et dont 



Séance du 22 avril 1903. 161 

la parfaite exécution vient encore ajouter à la clarté et à la précision 
des termes de l'orateur. 

Vient ensuite l'étude d'une longue série d'espèces mimétiques choi- 
sies, dans les diverses parties du monde, parmi les plus curieuses que 
présentent les Lépidoptères et quelques autres ordres d'insectes. 

Enfin, tout en s'aidant toujours de ses projections, M. P oui ton étudie 
la façon dont beaucoup de Papillons reçoivent les attaques de leurs 
ennemis. Cette étude a pour but d'expliquer le rôle protecteur que 
semblent jouer à l'égard de ces insectes les taches ocellaires et les 
appendices terminaux des ailes inférieures, nommés par M. Pou (ton : 
« signes attirants ». 

En terminant, M. Poulton fait part de la détermination qu'il a prise 
de réserver aux Annales de la Société un travail de longue haleine, 
accompagné de planches coloriées, sur l'ensemble de ses intéressants 
problèmes. 

Lorsque les chaleureux applaudissements qui soulignent la pérorai- 
son de cette intéressante conférence sont calmés, M. le Président se 
lève, adresse au savant orateur des remercnnents et des éloges des plus 
mérités et invite le public à ne pas quitter la salle sans être venu exa- 
miner, sur la table du bureau, la boîte que M. Poulton a eu le soin 
d'apporter et qui contient en nature les exemples les plus remarqua- 
bles des phénomènes qui viennent d'être étudiés. 

P. G. 



Bulletin bibliographique. 

Fairmaire (L.) : Matériaux pour la faune coléopterique de la région 
Malgache, 14^ et lo^ note [Ann. Soc. Ent. Fr. — Rev. Ent.), 1902, 
1903 ; 37 p., 36 p.* 

Gal (J.) et G. MiNGAUD : L'essor du Martinet {Bull. Soc. Et. Se. nat. 
Nimes). 1902, 8 p.* 

Lemée (E.) : Les ennemis des plantes. — Catalogue raisonné des In- 
sectes cécidogènes et non céçidogènes, etc, ; Alenron, 1903, o2 p.* 

Poulton (E.-B.) : The Hope Reports. - I, 1893-1897. — II, 1897-1900. 

— III, 1902 : The Struggie for existence, Protective, Resemblance, 
Mimicry, Warning Colours and seasonal Changes in African Insects. 

— Recueil en 3 volumes de 48 fascicules divers, texte et planches.* 

Saussure (H. de) et L. Zehnter : Histoire naturelle et politique de Ma- 
dagascar, vol. XXVII : Myriapodes, 336 p., 3 pi.* 



'162 Bulletin de la Société entomoloyique de France. 

Académie des Sciences {C. li. Iiebdom. des Séances), 1903, 1, 14-lS. 

A. LaveraiN : Anophèles et Paludisme. 

American Entomological Societij {Transactions), XXIX, 1, 1902. — 
J.-A.-G. Rehx : A Contribution to the knowledge of the Orthop- 
tera of Mexico and Central America. — A List of the Insects of 
Beulali, N. Mexico : Lepidoptera et Coleoptera, par H. Skinner: Or- 
llioptera, par J.-A.-G. Rehn; Neuroptera, par P.-P. Calvert : Hyme- 
noptera, par H.-L. Viereck : Diptera, par C-W. Johnsox : Hemi- 
ptera, par E.-P. Van Bizee : AphiJidae, par Ï.-D.-A. Cockerell. 

Broteria, II, 1-2, 1903. — C. Mexdes : Lepidopteros da Regiào de S. Fiel. 

— J.-S. .Tavares : Revista annaai. 

Canad. Ëntomologist {Tlie), avr. 1903. — Tlic Ent. Club of the Ame- 
rican Assoc. for the Advancement of Science. — C.-L. Marlatt : 
A House-boat Collecting Trip in China. — H. -G. Dyar : Larval 
Characters of Pachijgastria trifolii -ànùÀglia Tau. — C. Stevenson : 
Notes on Coleoptera. — Mrs-C.-H. Fernald : Lepidosaphes versus 
Mytilaspis. — H. Bird : New Historiés in Papaipenia [Hgdrwcia). 

— W.-H. Ashmead : Classification of the Fossorial, Predaceous and 
Parasitic Wasps, or the Superfamily Vespoidea. — T.-L. Casev : 
A few last words lo Dr. Wasmann. — .1. Fleïcher : Note on Beile- 
phila Gain, Rott. — A.-R. Groïe : Note on North American Attaci. 

Entouiologiml News, XIV, 1-3, 1903. — H.-W. Mevrigk : Variation in 
Haploa (1 pi. n.). — E.-B. Williamsox : A proposed new Genus of 
Odonata (Dragonllies) of the Subfamily Aeschninae, Group .-ieschna 
(1 pi.). — F. Grix-Xel : Three undescribed Lepidoptera from Sou- 
thern California. — A.-D. Me. Gillivray et C.-O. Houghto.x : A List 
of Insects laken in the Adirondack Mountains, N.-York, II. — 
O.-A. JoHANSSEN : Notes on some Adirondack Diptera collected by 
MM. Mac Gillivray and Houghton. — Cap. W. Robinson : A Trip 
after Papilio llonieras. — G.-B. King : ïhe seventeenth American 
Kermès (Coccidae). — C.-W. .Iohnson : Some Notes and Descriptions 
of three new Leptidae (lîg.). — J.-C Bradley : Vernacular Names 
again. — P.-P. Calvert : Additions to the Odonata of N. Jersey, 
with Descriptions of two new Species (1 pL). — H. -G. Dyar : Cale.v 
restuans Theobald. — P. Laurent : The Moths (Heterocera) of 
Eastern Pennsylvania (2 art.). — F.-C. Bowditch : Collection Notes 
(Coleoptera), 1902. — F. Crevecoeltr : Some Entomological Notes. 

— A.-J. Sxyder : A Day's Expériences. — H.-L. Viereck : Boinbus 
gelidus Cress., Bombas Kincaidii Ckll. — A.-L. Marlatt : Japan's 
Foremost' Ëntomologist (pi.). — A.-L. Melander : An interesting 



Scaiire da 22 acril VMS. 163 

iiew Chiijsutas (lig.). — A. lîrcKKU : A Glimpsc ol Ihe Life ilislory 
uï MuiUlu CL'stu Cresson. — .\. Banks : A iiew Genus of Sulpugida 
(fig.)- — C.-T. BuLKs : SlLulios oi Tcxim Becs (lig.). — E.-A. Saivtii : 
Morplia Thoosa (sp. n.). Description of a new variety of Morplio Po- 
hjpheinus Dby. How. from Mexico (1 pi.) — Notes diverses. 

Entomological Society of Washingtoi {Proneedings), V, 3, 1903. — 
H. -G. DvAu : some récent work in North American Lepidoptera. — 
N. Baxks : Notes on Brachynemuri of tlie B. fcvox Group (pL). — 
H. -G. Dyak : Note ou tlic Nortli Amei'ican white-marlied Species of 
Eticosma. — A new Genus and species of Geometridae. — A. Busck : 
Notes on Brackenridge Ciemens Types of Tineina. — W.-H. Ashmead : 
Some new Gênera in tlie Cynipoidea. — H. -G. Dyar : List of Lepi- 
doptera taken at Williams, Arizona by MM. Schwarz and Barber. — 
1, Papilionoidea, Sphyugoidea, Bombycoidea, Tineinoidea (pars). — 
A.-N. Caudell : Notes on ttie Nomenclature of Blaltidae. — A. Busck : 
Dimorphism in the Codling moth [Cijdia Simpsonii), n. var. 

Entomologische Litteraturblàtter, 1903, IIL 

Kiifomologisfs Record and Journal of Variation, XV, 4, 1903. — Lepi- 
doptera of the Vaudois Valley-Bobbie, Au Pra. — H.-J. Turner : 
Notes on varions Coleophorids. — F. Bouskell : Aphodhis Sturjui 
Harold, a British Insect. — L.-B. Prouï : Index zoologicus. — A.-W. 
Bacot : Notes on Life-history of Cœnomynpha corinna. — L.-B. Prout : 
Notes on Spanish Geometrides collected by Dr. Chapmanin 1902. — 
A. RussEL : On labelling Insecls. — R. Hamlyn-Harris : The stin- 
gled Bées of North and South America considered in the Light of 
Domestication. — .T.-W. Tutt : Gênera of the Eumorpbid and 
Daphnid Sphingids. — Notes diverses. 

}farcellia, II, 1, 1903 (â ex.). — J.-J. Kieffer : Descript. d'un Cynipide 
nouveau. — A. Trotter : Nuovi Zoocecidii délia Flora italiana (fig.). 

Xataraliste {Le), 15 avril 1903. — Cap. Xambeu : Mœurs et métamor- 
phose des Coléoptères appartenant au groupe des Erotylides. 

Neiv-Yorh' Entomological Society {Journal), mars 1903. — J.-B. Sairm : 
New Noctuids for 1903, n° 2, with Notes on Mamestra and Scoto- 
gramma (1 pi. n.). — H. -G. Dyar : Illustrations of the Larvae of N. 
American Cuhcidae ; III (2 pi. n.). — W.-H. Ashmead : Classilication 
of the Pointed-tailed Wasps, or the Superfamily Proctotrypoidea: II. 
— C.-W. Leng : Notes on Coccinellidae (1 pi. n.). — A. Busck : Notes 
on Ceroatoma Group of Yponomeutidae: with Descriptions of new 
North American Species. — F.-M. Webster : The Price of dairy 
Products as influencing the Abuudance of some Insects. 



164 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Royal Society of South Australia. — 1° Memoirs, II, 1, 1902. — — 
fo Transactions, XXVI, 1-2, 1902. — T. Blackburn : Further No- 
tes on Australian Coleoptera, with Descriptions of new Gênera and 
Species. — E. Meyrick and 0. Lower : Revision of the Australian 
Hesperiadae. — E. Meyrick : Description of New Species of Lepi- 
doptera Aecophoridae. — D'' A. Turner : New Australian Lepido- 
ptera. — O.-B. Lower : Descriptions of new Gênera and Species of 
Australian Lepidoptera. — Descriptions of new Australian Geome- 
trina. — J.-G. Tepper : List of the described Gênera and Species 
of tlie Australian and Polynesian Phasmidae. — T. Blackburn : 
New Gênera and Species of Australian Coleoptera (XXX, 1.) 

Royal Society of London. — l'' Philosoph. Transact., S. B., vol. 196, pp. 
1-27, pi. 1-3, 1903. - O — 2° Proceed., LXXI, 473, 1903. - © 

Sociedad espanola de Hist. nat. [Boletin), févr. et mars 1903. — R.-G. 
Mercet : Descripcién de liimenôpteros nuev. — A. -G. Varela : 
Notas hemipterolôg., 1-2. — R.-P. Longinos Navas : Notas entomo- 
l6g. (fig.). — T, Seebold : Dipteros de los alrededores de Bilbao. 

Societas Entomologica, XVIII, 2, 1903. — A. Fuchs : Stilbia insularis, 
n. sp. — G. Frings : Temperatur-Vcrsuche iûi Jahre, 1902. — 
G. Breddin : Neue Raubwanzen. 

Soc. de Phys. et d'Hist. nat. de Genève [Méni.), vol. 34, fasc. 3, 1903. — O 

Société des Naturalistes de Jaroslaiv [Mémoires), l, 1902. — A.-I. 
Iakovlew : Spisok joukov [Coleoptera) l-àrosluYkoï Goubiernii; Ca- 
talogue des Coléoptères du Gouvernement d'Iaroslaw. — N.-N. Chi- 
RiAiEVA : Spisok Vespidae laroslavskoï Goubiernii; Catalogue des 
Vespides du Gouvernement d'Iaroslaw. 

Species des Hyménoptères d'Europe et d'Algérie, fasc. 82, 1903. — 
T. VII bis (Cynipides II), pp. 209-272, p. 7-9. 

South African Muséum [Annals), II, 11, 1902. — III, 1, 1903. — Sig 
Thor : South African Hydrachnids (6 pi. n.). — M.-F. Purcell : 
lo Descriptions of new Gênera and Species of South African Solpu- 
gidae (fig.). — 2° New Arachnida collected by Mr. S. C. Cronwright 
Schreiner at Hanover, Cape Colony (1 pi.). 
Union apicole [U), Avril 1903. — P. Noël : Entomologie apicole. 
Wisconsin Natural History Society [Bulletin), II, 4, 1902. — © 
Wiener Entomologische Zeitung, XXII, 3, 1903. — P.-L. Czerny : Re- 
vision der Hoteroneuriden (3 pi. n.). 

A. L. 

Le Secrétaire-gérant : P. Chabanaud. 



BULLETIN 

DE LA 



iSéance du 13 mai 1903. 

Présidence de M. F. HENNEGUY. 

M. lo D'- Changeux (de Créteil) ot M. Edouard Postelle (de 
Créleil) assistent à la séance. 

Correspondance. — M. Rodolfo von Ihering remercie la So- 
ciété de son admission. 

Le Président a le plaisir d'annoncer la promotion de notre collègue, 
M. C h. Fer ton, au grade de chef d'escadron. 

Il donne ensuite lecture de la lettre qu'il a reçue, contenant l'invita- 
tion aux fêtes que donnera la Société des Sciences naturelles de Ta- 
rare, les 16 et 17 mai, à l'occasion du 12^ anniversaire de sa fondation. 

Le Président fait également connaître la pétition de M. P h. W y t s ma n, 
portant les signatures de 31 de nos collègues, ainsi que sa demande 
tendant à faire souscrire la Société aux Gênera Insectorum. La dis- 
cussion de cette demande est renvoyée à la plus prochaine séance 
du Conseil. 

Voyages. — M. A. Giard annonce qu'il a reçu de notre collègue 
G.-A. Baer une longue lettre datée de Tapia (Tucuman) 30 mars 1903. 
Grâce à l'obligeance de M. Hileret et; avec l'excellent concours de 
M. René Rodrigue, M. Baer a pu étudier les mœurs des divers en- 
nemis des plantations de Cannes à sucre, Orangers, etc. 

Le Diatmea saccharalis, le Borer de la Canne, a particulièrement at- 
tiré sou attention, tant par les dégâts que cause directement la chenille 
de cette Pyralide, que par le rôle important qu'elle joue dans la dissé- 
mination des champignons parasites de la Canne à sucre. En etfet, on 
constate que l'infection produite par les Cryptogames se propage surtout 
par les galeries creusées par la chenille de Diatmea. La chrysaUde ré- 
siste d'ailleurs d'une façon remarquable à l'action de la pourriture en- 
vironnante et les éclosious ont lieu même dans le fumier formé par les 
déchets végétaux. 

A S'^ Ana les canaverales. sont en grande partie affermés à des tiers 
Bull. Soc. ent. Fr., 1903. No 9 



166 Bulletin de la Société entoniologiqne de France. 

et l'aspect plus ou moins florissant des Cannes dépend surtout des soins 
qui leur ont été donnés. Les planteurs font généralement brûler les 
déchets, mais ils ont souvent le tort d'en laisser pourrir une certaine 
quantité sur les côtés de leurs champs et constituent ainsi de véritables 
pépinières de Diatraea et de moisissures. Un de ces planteurs ayant 
jugé à propos d'épandre ces déchets sur la grand-route, M. Baer a pu 
constater un matin, après de fortes pluies, une très grande éclosion de 
Diatraea saccharalis ; un autre jour il s'est élevé de ces dépôts des nuées 
de Moustiques, propagateurs peut-être de chucho (fièvres paludéennes). 

Le seul remède consiste à arracher toutes les mauvaises herbes et 
surtout à brûler soigneusement, au moment de la récolte, les feuilles et 
tous les déchets de la Canne. En ce qui concerne la région de S''"" Ana, 
où les champs de Cannes s'étendent à perte de vue, les autres moyens 
de défense préconisés (installation de foyers électriques entourés d'un 
réseau de platine rendu incandescent pour brûler les Papillons attirés le 
soir par la lumière, pulvérisations avec une émulsion de pétrole ou tout 
autre hquide insecticide, etc.) ne paraissent avoir aucune utilité pratique. 

Les plantations d'Orangers (Mandariniers) de M. Hileret ayant été 
fortement éprouvées par des Coccidos (MijiUaspis citricola), on tailla 
les arbres en détruisant soigneusement les déchets, puis on Ht des pul- 
vérisations à la bouillie bordelaise au moment de l'éclosion des Cocci- 
des et ce traitement donna d'excellents résultats. 

Quant à la chenille de Papilio Tlioas, qui cause souvent de grands 
ravages dans les plantations de Citronniers et d'Orangers, elle est restée 
assez rare à S'^ Ana. 

Ces temps derniers M. Baer a fait un séjour de plusieurs semaines 
dans la Cordillère voisine de Tucuman, s'élevant successivement à 
d.500, 3.000, 4.000et 3.000 mètres d'altitude. Au sommet, ila dû dormir 
par terre, dans de mauvaises cases dépourvues de portes, avec plusieurs 
degrés au-dessous de 0°. Pendant ce voyage dans les montagnes il a 
recueilli un grand nombre d'insectes intéressants et une vingtaine 
d'espèces d'oiseaux qui n'avaient pas encore été signalés dans la Ré- 
publique Argentine: entre autres deux Oiseaux-mouches, OreotrochUus 
Estellaeel Petasophora anaïs, connus de Bolivie et d'autres États de l'A- 
mérique du Sud; ce qui porte à 13 le nombre des Oiseaux-mouches de 
l'Argentine, au heu de 11 connus jusqu'ici. 

Changements d'adresses. — M. P. Chabanaud, à partir du 
1'^'' juin, 48, rue d'Ulm, Paris 5^, 

— M. J. Mouchotte, 15, rue Fabre-d'Églantine, Paris 12^ 

— M. E. Pelletier, 24, rue May et, Paris 6^ 



Séance du L'i mal l'.H)3. 167 

Admission. — M. le J)' marquis (îiiiseppe Uangoiii, Modena 
(Italie). Coléoptères. 

Présentations. —M. Marcel Balcstre, étudiant en Droit, Men- 
ton (Alpes-Maritimes), présenté par M. P. Chrétien. —Commissaires- 
rapporteurs : MM. J. de Joannis et G. -A. Poujade. 

— M. Georges Bénard, préparateur-adjoint au Laboratoire d'Jiln- 
tomologie du Muséum, 67, rue Victor-Hugo, Levallois-Perret (Seine), 
présenté par M. G.- A. Poujade. — Commissaires-rapporteurs : 
MM. E. Dongé et P. Mabille. 

Dépôt d'Annales. — M. A. Méquignon dépose sur le bureau le 
4^ trimestre des .Vmuiles de l'année 1902. 



Observations diverses. 

Observations biologiques. — M. L. Bedel donne de nouveaux 
renseignements sur l'extension du Laemostenus co}uplanaius Dej. — 
Comme suite à une communication récente (cf. Bull. Soc. eut. Fr. 
[19U3], p. 63), M. A. Fauvel annonce que M. A. Nicolas vient de 
trouver dans son jardin à Valognes (Manche) trois exemplaires de 
cette espèce; leur capture a eu lieu en octobre 1902 et M. Nicolas 
suppose qu'ils ont été introduits avec du fumier dans ce jardin qui est 
entièrement clos de murs très élevés. M. Nicolas lui écrit que, dans sa 
cave, c'est le L. terricola qu'il prend exclusivement et en nombre. 

M. Fauvel ajoute aux renseignements qu'il a déjà donnés [loc. cit.) 
sur les diverses stations du L. complanatus que cette espèce a été 
également constatée aux îles Juan Fernandez (Chili), au Cap de Bonne- 
Espérance et aux îles Comores. 

— M. Ed. Fleutiaux signale que, il y a environ six mois, le .Tardin 
colonial recevait du Brésil deux bulbes de Bananiers qui furent aussitôt 
plantés en serre. Les tiges grandirent d'abord assez vile, mais on ne tarda 
pas à remarquer que les plantes étaient malades. Les voyant dépérir, 
on prit le parti de les couper et l'on découvrit dans chacune d'elles, un 
Charançon vivant qui y avait creusé ses galeries dans toute la longueur. 

Ces insectes {Sphenophoms sordidus Germar), que l'on rencontre 
partout où croît le Bananier, sont probablement venus dans les bulbes 
à l'état de larves ou d'œufs et, trouvant dans la serre une température 
à leur convenance, se sont transformés dans les conditions habituelles. 

— A propos de la communication de M. l'abbé J. de Joannis {Bull. 
Soc. ent. Fr. [1903], p. 157) signalant une maladie épidémique parmi des 



168 Éuiietin de ta Société entomolocjiqaè de Franèe. 

chenilles (jai s'élaienl répandues en grand nombre sur les côtes de Bre- 
tagne (printemps 1903), M. Auguste Barbey a rappelé l'invasion de 
la « Nonne » [Liparis monacha L.) dans les forêts du plateau bavarois, 
pendant les années 1890 et 1891. Le Baron de Tubeuf, professeur à 
l'Université de Munich, constata alors et décrivit (^) sous le nom de 
Bacterium monachae, une maladie cryptogamique attaquant le système 
digestif de la chenille et amenant cette dernière à une mort rapide. 

L'invasion énorme de ce Lépidoptère, qui sévit durant deux étés 
consécutifs dans les sapinières de la Bavière, fut en grande partie 
conjurée grâce à l'apparition de ce précieux ennemi. 

En 1898 M. le professeur Horvat, directeur de la Station royale de 
recherches entomologiques de Budapest, raconta à M. A. Barb ey que, 
durant les invasions de la Nonne dans les forêts résineuses de la Hongrie, 
— sauf erreur durant les années 1894-1895, — la chenille fut attaquée 
par un ennemi qui la faisait périr en grande quantité au moment même 
de la période des ravages. 

La Station entomologique, chargée d'étudier les moyens de lutter 
contre ce redoutable ennemi, eut l'idée de propager cette maladie de la 
chenille; car il s'agissait, suivant les renseignements qui ont été trans- 
mis à M. A. Barbey, soit du Bacterium monachae, soit d'un autre en- 
nemi cryptogamique attaquant le tube digestif. 

M. Horvat conseilla alors aux agents forestiers de la région envahie 
par la Nonne de récolter les chenilles mortes des suites de ce typhus, 
de les mettre dans des cuves aménagées dans la forêt, d'ajouter une 
certaine quantité d'eau afin d'obtenir un mélange aqueux de débris 
de chenilles infestées et décomposées. Cette solution obtenue de cette 
façon fut répandue au moyen de seringues et d'autres instruments sur 
les massifs envahis par les chenilles en pleine santé. Ces dernières ne 
tardèrent pas à être infestées à leur tour et l'invasion de la Nonne, 
combattue dès son origine par ce procédé fort simple, fut rapidement 
conjurée. 

— En annonçant, d'après une lettre récente de notre collègue E. B or- 
dage, directeur du Muséum de Saint-Denis (île de la Béunion), que la 
Blatte, Pavchlora maderae Oliv. est un insecte vivipare, M. A. Giard 
rappelle que la viviparité a été déjà constatée en 1891 par G. -F. Giss- 
1er et le regretté C.-V. Bile y chez une autre espèce du même genre, 
Panchlora viridis Burm. {Insect Life, HT, p. 356 et 443; IV, p. 119). 
On sait que les œufs des Blattes sont souvent attaqués dans les oothè- 
ques par des Hyménoptères parasites. La viviparité est donc avanta- 

(Ij ForbtUcli-aatiirwisseaschafïHche Zeilschrift. Munich, 1902, 1 et 2. 



Séance du 13 mai 1903. 169 

gpuse pour Tespèco mémo lorsqu'olle ne permel pas la production d'un 
nombre de jeunes aussi considérable que chez les [ormes exolokes 
ovipares. M. E. Bord âge a assisté à la naissance de plus de trente 
jeunes sortant un à un du corps d'un exemplaire femelle du Panchloni 
inadcnie. 

— M. G.-A. Poujade a observé à Digne, pendant le mois d'avril 
dernier, le peu d'impression que produit sur Thecla rtibi la gaze de 
son tilet dont la couleur verte se rapproche beaucoup de celle du 
dessous de ce Papillon. T. rubi est très abondant à Digne où il vole 
principalement autour des Buis et M. Poujade voyait très souvent un 
ou plusieurs individus voler autour de son filet et même se poser 
dessus dès qu'il restait tranquille. Le filet blanc semble, au contraire, 
constituer un épouvantait, car ni T. rubi, ni aucun autre Insecte ne 
venait se poser dessus. 

Le môme fait avait aussi été observé par M. Pou jade, il y a quelques 
années , dans la forêt de Saint-Germain en Laye. 

Capture. — M. de Peyerimhofi' signale la présence de Saga ser- 
rata F. dans les montagnes bas-alpines. C'est le point à la fois le plus 
septentrional, le plus éloigné de la mer et le plus élevé en altitude 
où cet Orthoptère ait été rencontré. Les deux exemplaires $ recueillis 
dans les Basses-Alpes pendant Tété 1902 provienneût, l'un de la mon- 
tagne de Cousson près Digne (à la cote 1.100), l'autre du pic de Bari 
près Ësclangon (à la cote 1.300). Le Catalogue Azam {Miscell. entoin., 
IX, 1901, 106-107) note l'espèce des départements de l'Hérault, du 
Gard, des Bouches-du-Bhône, et du Var. 



Communications. 

Note sur Therates sumatrensis Putz. [Col.] 
par J. Bouchard. 

P utze> s (') a décrit sous le nom de Therastes stmiatrensis un Insecte 
dont le nom spécifique indique suffisamment la provenance. M. E. 
Fleutiaux, dans son Catalogue (2) l'a admis au titre d'espèce, quafité 
que lui a refusée le D'' W. Horn (^), ce dernier ne le considérant que 

(1) Notes Leyd. Mus., 1880, II, p. 191. 

(2) Cat. des Cicindelidae, 1892, p. 135. 

{3) Aijn. Mus. civ. Gen., 1895, 2, XIV, p. 677. 



170 Bulletin de la Société entomologique de France, 

comme une variété de T. dimidiatus Dej. Je n'ai pas la prétention 
de trancher le différend entre ces deux maîtres en Cicindélides ; mon 
but est de signaler une observation que j'ai faite à Palembang (Su- 
matra). T. sumatrensis , dont j'ai rapporté une trentaine d'exemplaires, 
habite la plaine et les faibles hauteurs sur le bord des ruisseaux 
ombragés de la vieille forêt. Tout au contraire T. dimidiatus est une 
espèce propre à la montagne, principalement entre 1.000 et 2.000 mètres 
d'altitude et assez commune dans les ravins très humides. 

Il est de fait que ces deux espèces sont extrêmement voisines et ne 
diffèrent principalement que par la coloration des pattes. Mais cette 
coloration est caractéristique en ce sens que tous les exemplaires 
trouvés dans la montagne sont semblables entre eux et différents de 
ceux trouvés dans la plaine, dont la coloration est également constante. 
En somme, je n'ai jamais rencontré dans les mêmes endroits ces deux 
espèces ou variétés, ce qui répond bien à l'idée que nous nous faisons 
actuellement de l'espèce. Si nous ajoutons à cette différence de colo- 
ration la taille un peu plus forte de T. dimidiatus et la ponctuation 
plus marquée de la base des élytres de T. sumatrensis, variations 
constantes chez l'une comme chez l'autre, la séparation bien marquée 
d'altitude ajoute une circonstance favorable à l'opinion de Putzeys 
et de M. Fleutiaux. 



Variabilité à^Anthicus siiperbus Pic [Col.] 
par le D"" A. Chobaut. 

De même qnWnthicus Vosseleri Pic, à corselet d'un beau rouge 
grenat, présente une variété à corselet noirâtre que j'ai appelée mela- 
noderus {Mise, entom., V, p. 39), Anthicus super bus Pic, qui a aussi le 
corselet rouge, offre une variété à corselet d'un noir vaguement rou- 
geàtre. Mon ami Louis Pu el et moi avons capturé trois exemplaires 
de cette variété, avec de nombreux individus du type, à Bougie, en sui- 
vant la route du phare du cap Carbon, au pied du pic des Singes, sur 
des Koniga maritima Rob. Br. en fleurs, au milieu du mois de 
mai 1901. J'appellerai cette variété Pueli en l'honneur de mon aimable 
compagnon de voyage. 

Je profite de l'occasion pour faire remarquer que les antennes ne 
sont pas toujours noires comme le dit M. Pic dans son « Tableau pour 
la détermination des espèces voisines de A. violaris Mars ». {Feuille 



Séance du 13 mai 1903. 171 

des j.n(it..[[S9o-\H%], p. 202). Les articles 2 à 7 sont souvent rouges. 
Dans la description qu'il a donnée de celte espèce [Rev. Bourb.,[[S%], 
p. 40), Fauteur dit d'ailleurs : « Antennes noires ou avec quekpies 
premiers articles rougeàtres ». A remarquer que le premier article est 
toujours noir. 

Les pattes ne sont pas non plus toujours noires, car les tibias et les 
tarses sont fréquemment testacés. L'auteur signale également cette va- 
riation dans sa description, mais n'en tient pas compte dans le tableau 
précité. 

Je ne connais pas en nature A. maculicollis Pic qui doit être bien 
voisin de la variété Pueli d'.l. superbus, car il ne reste guère pour les 
distinguer que la forme allongée du second et élargie aux éltjtres du 
premier. Or, en examinant la série d'A. superbus que M. Puel et moi 
avons rapportée de Bougie, il est facile de voir que la forme du corps 
est tantôt allongée (chez les c?), tantôt élargie (chez les ç). Ges trois for- 
mes, superbus, maculicoUis et Pueli se rapportent peut-être à une seule 
et même espèce qui aurait ainsi le corselet ou entièrement rouge [super- 
bus], ou obscur sur le milieu [maculicollis), ou enfin noir [Pueli). 



A propos de Lissotarsus Bedelî Faust, var. biskrensis Chob. [Col.] 
par le D'' A. Chobaut. 

Dans Miscellanea entomologica, V, p. 39, j'ai décrit sous le nom de 
biskrensis une variété de Lissotarsus Bedeli Faust. A ce moment, 
je ne possédais qu'un seul sujet de ce curieux Baridien. Mais j'ai pu le 
reprendre eu mai 1898, à Biskra, en battant des Atriplex (? halimus L.), 
arbrisseaux appelés Ktaf par les Arabes. J'en possède actuellement 
quatre exemplaires qui m'obligent à revenir sur mon idée première et 
à ériger cette forme au rang d'espèce. Lissotarsus biskrensis est évi- 
demment très voisin de L. Bedeli, mais il s'en distingue : par sa couleur 
blanche, sans dessin marqué, avec quelques écailles plus foncées dis- 
séminées çà et là, peu abondantes; par sa taille plus petite; par sa 
forme plus allongée, plus cylindrique; par ses antennes un peu plus 
longues; par sa massue antennaire plus allongée et moins renflée. 
Enlin, tandis qu'il vit sur V Atriplex, Lissotarsus Bedeli ne se trouve que 
sur les Salsolacées. 



172 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Descriptions de deux Cicindélides nouveaux de Madagascar [Col.] 

par Ed. Fleuïiaux. 

Megalomma Alluaudi n. sp. — Long. 11 mill. Allongé, d'un verl 
obscur peu brillant. Labre assez grand , noirâtre sur les côtés, blanchâtre 
au milieu (9), rétréci en avant, blanc, noir en arrière (c5). Mandibules 
blanchâtres latéralement. Palpes jaune clair. Deux premiers articles des 
antennes jaunâtres, marqués d'une tache noirâtre en avant; troisième 
et quatrième obscurs; suivants assez clairs. Tête fortement ridée et 
impressionnée transversalement entre les yeux. Pronotum plus long 
que large, subparallèle, étranglé en avant, impressionné le long de la 
base, fortement et rugueusemcnt ridé transversalement. Élytrcs cou- 
verts sur la première moitié de points enfoncés assez gros, peu serrés, 
et sur la moitié postérieure de points superficiels à peine visibles; 
marqués à l'épaule d'une tache blanche chez le mâle, prolongée en 
une courte bande rougeâtre en arrière; chez la femelle, cette tache est 
moins grande et d'un rougeâtre obscur; ils sont en outre ornés sur le 
bord, à peu près à la moitié, d'une tache blanche et, au milieu, de deux 
taches d'un rouge orangé de forme arrondie, l'une près de la tache 
marginale, l'autre avant l'extrémité, plus rapprochée du bord. Dessous 
bleu ou verdàtre, brillant. Hanches et base des cuisses d'un jaune 
clair; pattes, en partie, plus ou moins obscures, quelquefois à peine 
rembrunies. 

Madagascar. Forêts au Nord de Fort-Dauphin (Alluaud, 1900). 

' Espèce très voisine de M. biguttulmn F r m., récemment décrite {Bull. 
Soc. ent. Fr. [1903] p. 67), dont le type unique est une femelle qui, 
comparée à la femelle de M. Alluaudi, présente les ditférences suivan- 
tes : dansl'espècedeFairmaire, le labre est rétréci en avant, tandis que, 
chez la nouvelle espèce, il est plus large et arrondi latéralement; M. bi- 
guUulum a la tête et le pronotum moins rugueux et les élytres ne sont 
ornés que d'une seule tache orangée qui se trouve placée au milieu, au- 
dessous de la moitié, c'est-â-dire plus bas que chez M. Alluaudi. 

Pogonostoma septentrionale n. sp. — Long. 17 à 18 mill. D'un 
beau bleu violet brillant avec un léger reflet vert, hérissé de poils 
noirs peu serrés, mélangés sur les élytres de quelques poils gris plus 
longs. Tête assez fortement rugueuse, impressionnée entre les yeux, 
palpes d'un bleu foncé, ainsi que les quatre premiers articles des an- 
tennes, les autres brunâtres, couverts d'une légère pubesccnce grise. 



Séance du 13 mai 1903. 173 

Pronotum ovale, forlcmonl étrangle en avant, un peu moins en ar- 
rière, grossièrement ridé transversalement, partagé en deux par une 
ligne longitudinale enfoncée. Élylres criblés de gros points égaux ('-ga- 
iement espacés, impressionnés au quart antérieur. Dessous moins 
brillant, avec un reflet vert clair; pubesceiice grise. Pattes violettes, 
sommet des tibias et tarses noirâtres. 

Diégo-Suarez, montagne d'Ambre, reçu par M. Donckicr. 

Jolie espèce voisine de P. cyanescens Kl., d'une coloration plus vive, 
plus brillante; très ditlercnte par sa forme générale plus étroite, les 
rides du pronotum plus grosses, la ponctuation des élytres un peu 
moins serrée et l'échancrure de l'angle apical moins grande. 



Note complémentaire et rectificative 
sur Eiiaspis et Ctenoplectra [Hymen.] 

par J. Vachal. 

Mon savant ami M. le D'Magretti, de Milan, m'avise, obligeamment 
que j'ai omis dans ma Note trois espèces de Ctenoplectra par lui dé- 
crites dans An H. Mus. cic. di Gcnova 1895, p. 160-163 et provenant 
de la Somalie (Afr. or.). Je ne puis m'expliquer cette regrettable omis- 
sion que parce que, lors de l'envoi gracieux du tiré à part, je w. m'oc- 
cupais pas encore d'exotiques, que je n'ai pas été frappé par la dé- 
couverte de ces trois nouvelles espèces, que M. Von Dalla Torre, dans 
son Catalogus (1896), a omis ces trois espèces et que mes recherches 
bibliographiques postérieures, par suite d'une coniiance peut-être 
excessive, n'ont porté que sur les années 1896 et suivantes. 

Je protîte de cette occasion pour compléter ma note sur Euaspis. 

Euaspis Gerst. — E. erijtluvs Mennier est une bonne espèce (/). 
La 9 diffère de E. mfiventris Gerst. par sa taille plus petite (long. 
1:2-13; aile 9-12 mill.), ses ailes à peine enfiuBées, un peu plus au 
bout, et par la moulure saillante du segment ventral 6 qui est en fer 
à cheval avec les bouts rapprochés. 

Le c5 ressemble à la 9, a la petite dent latérale du segment 7 plus 
écartée de la médiane que dans E. poUjneaia Vac. [abdotnuuiUs S m., 
nec Fabr.), le segment dorsal 6 un peu échancré au milieu. 

(1) Euaspis modcsla Gril), in Mem. dcUu R. Ac. délie ,Sc. deir Isl. di 
Bologna. série 5. t. V, p. 329, que je ne connais pas en nature, me parait être 
la même espèce que E. erylhros. 



174 Bulletin de la Société entomologique de France. 

J'ai vu le type 9 de Lukungu IV, 89. 4 9 et 4 (5 du Congo (Ho ton) 
et 1 c5 de Borna (Tschoffen) au Mus. R. de Brux. Pour être complet 
j'ajoute que Stelis Japonica Cam. 1889 mè parait être E. basalis 
Bits. 1874. 

Le (i (ÏAntkidiuiii, que Gerslaocker a pris pour le (5 de E. rufi- 
vcntris n'est pas Antliidium africanuin S m., mais Antludium Boiiijs- 
soiii m. espèce plus grande, à face moins colorée, à pattes noires à la 
base. 

Ctenoplectra S m. -- Mon synopsis doit être complété comme 
suit : 

1. Abd. tcslacé pâle; avant-corps noir, 6 mill. (5 niyi'otestacea Magr. 

4. Brosse tibiale et fascies du dos de l'abdomen argentées : fran- 
ges anales et abdominales brunâtres, 6-7 mill. 9 armata Magr. 

0. Taille : 7-8 mill. Extrémité post. de la poitrine armée d'une 
lame saillante. Segments dorsaux fasciés d'argenté. 
Anus testacé, incisé en triangle. Ailes hyalines, d armata Magr. 

Taille : o mill. Segments dorsaux à dépression apicale blanc 
d'ivoire. Pattes ferrugineuses, Ailes hyalines à nervures 
noires c5 albolimbata Magr. 

Je n'ai pas vu ces trois espèces. 



Note pour servir à l'histoire des Strepsiptères. 

par R. du Bcysson. 

Le lait de rencontrer un Xénos dans le corps d'une Guêpe semblerait 
plutôt normal, puisque le Xenos vesparum Rossi se montre fréquent 
chez les Polistes. Cependant je n'ai pas connaissance qu'un de ces 
insectes ait été signalé comme vivant au détriment des Vespa, sauf 
toutefois la mention faite dans les Transactions of the entomologicul 
Society of London (vol. I, 1836, Journal of proceedings, p. lxxiv), que 
van Itoser a observé la larve d'une espèce de Xenos dans le corps 
d'une Vespa culgaris L. de Stuttgard. 

Kirby aurait trouvé une larve de Xenos dans une Guêpe qu'il dé- 
crit comme nouvelle {Transactions of the Linnean Society of London, 
XI, p. 118-119) sous le nom de Vespa concolor. D'après cette description. 



Séance du 13 mai 1903. 17o 

il est permis de jiifrer qu'il ne s'agit pas d'une vraie Vcsjki, mais plutôt 
d'un Huméiiide. d'un lilinuchiuiii e\oli(jue. 

J'ai evaminé un nomljre considéral)le de Guêpes do tous les [lays et 
je n'ai \u (jue quatre A>«06- parasites de ces insectes. Trois exemplaires 
appartiennent à la même espèce qui est la géante du groupe. 

Xenos Moutoni n. sp. — ^ Long. 17 mill., largeur de l'abdomen 
6 mill. — (À^phalolhorax jaunâtre, bordé de brun sur les bords, l'extré- 
mité avec une petite plaque subtriangulaire, émarginéeà son sommet; 
base du céphalothorax portant de chaque côté un petit ocelle blanchâtre 
entouré de brun. Abdomen de neuf segments distincts, le premier ré- 
tréci en forme de col. le dernier très grand, recoui'bé en dessous; une 
large bande jaunâtre plus chitinisée suit toute la longueur du dos. 

Patrie : Chine : Ngan-hoei, Yng-chan; dans l'abdomen d'une ouvrière 
de Vespa mandarnua Smith capturée par leR. P. Mouton (Muséum 
de Paris, J. de Joannis 1902). — Yun-nam : Tsé-kou, dans une ou- 
vrière de Y. niagnifica Smith, et un mâle de V. nigrans Buy s s. ré- 
coltés par le R. P. Dubernar d (Muséum de Paris, B. Ob er thiir '1901). 
_La V. nigr ajisji^sp. est grande, colorée comme le V. viagnifica, et elle 
se distingue principalement de cette dernière par une dent au fond du 
sinus apical du clypeus J'en donnerai plus tard une plus longue des- 
cription. 

Enfin, sur une ouvrière de Vespa lama Buyss.; j'ai trouvé un autre 
Xenos. appartenant vraisemblablement à une autre espèce; mais, comme 
la Guêpe est sèche, il est presque impossible de tirer parti de l'échan- 
tillon. La V. lama n. sp. est une petite espèce du groupe de la 
V. structor Smith; la carène transversale de son prouotum est dis- 
tincte, franchement jaune ; l'abdomen est presque entièrement jaune 
orangé, le 1'^'' segment tcrgile avec la troncature antérieure noire, la 
base du 2^ segment tergite étroitement noire; les joues longues et pa- 
rallèles. 5 Long. 12 mill. Elle habite le Sikkim (Muséum de Paris, 
R. Oberthur 1901). 



Bulletin bibliographique. 

REriTER (Iv) : Bestimmungs-Tabellen der europâischen Coleiqileren. 
XLVIII, Curculionidae,8; Tanymeci,l. — Paskau, 1903, 21 p.* 

Sharp (D.) : Fauna Hawaiensis, 111, 3. Coleo.ptera.il: (Cambridge, 1903. 
J19p., 2 pi. n.* 



.176 Bulletin de la Société entomohgique de France. 

Acad. d. Se. [C. R. hebd. d. Séances), 1902 II, Tables; 1903,1, 17-19. — © 

Académie des Sciences de Cracovie {Bull, international), iéYT. 1903. — O 

Atjriculi. Gaz. ofN. S. Wales, XIV, 3, 1903. — A. Gale : BeeMatters. 

Anncds and Magazine of Natttral Historij {The), mai 1903. — R.-I. Po- 
cocK : Fifteen ncw Species and hvo now Gênera of Tropical and Sou- 
thern Opilioues (2 pi.). — Cap.-T. Broun : Description of new Gênera 
and Species ofN. Zealand Coleoptera. — D. Sharp : Lamellicorn Co- 
leoptera from tlie Xilgiri Hills. — D'' H.-J. Hansen : On a new Spe- 
cies ot Sergestes obtained by Mr. G. Murray during the Criiise ol 
the v( Oceana» in 1898 (lig.). — Col. C. Swinhoe : New Species of 
Eastern and African Lepidoptera. — C.-G. Nurse : New Species of 
Indian Aculeate Hymenoptera. 

Association jwur rAvancement des Sciences. — Bulletin de l'AFAS, 
n'^ lOo, 1903. — O 

Cincinnati Soc. of Nat. Hist. (Journ.), XX, 3, 1902. — C. Dury : 
A revised List of the Coleoptera observed near Cincinnati, Ohio. 

Entoiuological Society of London {Transactions), 1902-3. — A.-M. Lea : 
List of the Australian and Tasmanian Mordellidae with Descriptions 
of New Species (2 [31-) — H. Donisthorpe : The Life History of Chj- 
tra quadri-piinctata L. (1 pi. col,). — M. Meyrick : Descriptions of 
New Australian Lepidoptera. — T. -A. Chapman : On Hypotianae, 
a new Subfamily of Pyralidae. — W.-F. Kirby : Report on a Col- 
lection of African Locustidae formed by Mr. W.-L. Distant, chiefly 
froin the Transvaal. — G.-C. Champion : An Entomological Excur- 
sion to Central Spain. — R.-C.-L. Perklxs : Notes onHawaianAVasps, 
Avith Descriptions of New Species. — Four New Species and a New 
Genus of parasitic Hymenoptera (Ichneumonidae, subf. Ophioninae) 
from the Hawaian Islands. — On the Generic Characters of Hawaian 
Crabronidae; four new gênera characterized. — M. Burh : A. Mo- 
nograph of the genus Acrida Stâl (= Truxalis F -dh.), with Notes of 
some allied gênera and descriptions of new species. — F. -A. Dixey : 
— JXotes on some cases of Seasonal Dimorphism in Butterflies, 
with an account of Experiments by Mr. A. K. Marshall (1 pi.). — 
A.-L. Embleton : On the économie importance of the parasites of 
Coccidae. — W.-F. Kirby : Additional Notes on Mr. Distant's Col- 
lection of African Locustidae. — G.-W. Kirkaldy : Memoir upon 
the Rhynchotal family Capsidae Auctt. (2 pi.) — E. Meyrick : Le- 
pidoptera from the Chatham Islands. — L.-C. Miall et G. Gilson : 
On a new cricket of aquatic habits, found in Fiji by Pr. G. Gilson 



i^éancti du 13 mai lOOS. l77 

(â pi). — G.-A.-K. Makshali. : Fivo.ycars' Ubscr valions and Expe- 
riments (1896-1901) on tlio liionomics of S. Al'rican Insects chicHy 
dirccted Lo the investigation of Mimicry and WarningCoiours. Witli 
a discussion of tlie Rosults and ollier Subjects suggcsted by tliom 
by lïl.-B. PouLTON : andan Appendix containing Descriptions of New 
Species by E. Ausïen, W.-L. Distant, C.-T. Bingham, G.-A.-i\. 
Marshall and J. Bourgeois (15 pi.). — Col. G. Swiniioe : New and 
little Ivnown Species ol Drepanulidao , Epiplemidae , Microniidac 
and Geometridae in the National Collection. — T. -A. Chapman : On 
asymmetry in tbe males of Hemarine andolher Sphinges (2 pi.). — 
S.-L. HiNDE : Tho Protective Resemblance to flowers borne by an 
African HomopteroLis lusect, F/afa nigrocincta (2 pi.). — Pr .A. Fo- 
rel : Descriptions of some Ants from the Rocky Mountains pf Ca- 
nada (Alberta and British Columbia), collected by E. Whymper. — 
T. -H. Taylor : « On the Trachéal System of Sinmlium » (fig.). — 
T. -A. Chapman : On Heterogynis parailoxa, Rnilir., an instance (^f 
variation by ségrégation (1 pi.). 

Entomologische Litteraturbldtter, 1903, V. 

Entomologiske Meddelser, février et mai 1903. — E.-C. Rosenberg: Lar- 
ver af Griipperne Lebiini ogOdacanthini : Slaegterne Lebluog Odd- 
cantha (1 pi.). — J.-C. Nielsen : Om Bislaegten Sphecodes. — • 
A. Klôcker : Tillaeg til Fortegnelsen over de i Danmark levende 
Macrolepidoptera. — Et Apparat til Fangst af Lepidoptera paa Lys 
(fig.). —A. Klôcker : Fr. Meinert, 1832-3 marks 1903 (portrait).— 
B.-G. Rye : Bestemmelsestabel over de danske Elater- {Antpedus} 
Arter (lig.) — J.-E.-V. Boas : Nonne-Angreb i Sverrig og i Danmark 
i de Sidste Aar. — A.. Klôcker : Eln Kleiner Beitrag zii dem Ver- 
zeichnisse des Lepidopter Grôlands. 

Entomologist [The], mai 1903. — A new Species of CalUthea fromPeru 
(1 pi. col.). — Miss D.-M. Bâte : Notes on the resting Attitude of 
Zaniacrn finhellaria (fig.). — P.-E. Freke : Some British oi Melitea 
aurinia. — Ï.-D.-A. Cockerell : A new Coccidof the genus Aftlc- 
rolecanium from Egypt. — G.-W. Kirkaldy : Upon maternai Soli- 
citude inRhynchota and other non-social Insects. — P. Cameron : 
On the parasitic Hymenoptera and Tenthrenidae collected by Mr. 
E. Whymper on the « Great Andes of the Equator ». — E.-M. Sharpe : 
On Buttcrflies collected by Major E.-M. Woodward in British East 
Africa. — G.-W. Kirkaldy : Current Notes, n'' 1. — W. Renton : 
A List of the Lepidoptera of Roxburghshire — Notes diverses. 

EntoniologisVs monthUj Magazins [The], Mai 1903. — M. Jacoby .: Re- 



■178 Bulletin de la Société entonwtogique de France. 

marks on a supposed new.Genus of Clytridae (Coleoptera Phyto- 
phaga) from Madagascar described by Mr. Fairmaire. — Hymeno- 
ptera collected by Col. Yerbury in Heroiordshire, 1902 : Aculeata by 
E. Saunders, Chrysididac and Tenthredinidae by F.-D. Morige, 
Ichneumonidae by G. Morley. — F.-D. Morice : Help-Notes towards 
the Détermination oî British Tenthredinidae (lîg.). — Pr. O.-M. Reu- 
ter :New Species etc. of Capsidae capturedby Mr. G.-C. Champion 
in Spain in 1901 and 1902. — The Foods of Capsids. — Nol. div. 

Feuille des Jeunes Naturalistes [La], 1<"' mai 1903. — D' Villeneuve : 
Contribution au Catalogue des Diptères de France. — G. de Roc- 
quigny-Adanson : Les Argynnides du centre de la France. — 
A.GiARD -.ÉYohilion à' AcherontiaAtropos. — A. Loiselle : A propos 
de l'évolution i'Achernntia Atropos — Notes spéciales et locales. 

Instit. fisico-geogr. de Costa Rica {Bol.), 21-23, 1903. — Entomologia 
aplicada. — A. Lofgren : La destruccion de lashormigas. — P. Biol- 
ley : Cucarachas cosmopolitas que se han aclimatado en Costa Rica. 

Intermédiaire des Bombyculteurs et Entomologistes (L'), mars 1903. — 
A. Hugues : Instructions pratiques pour élever les vers à soie li- 
bres. — E. Robin : Le Papillon (1 pi.). — L. Cézard : Essai d'ac- 
climation des Séricigènes sauvages. — A. Hugues : L'élevage des 
Vers à soie dans le centre et le Nord de la France. — C. de La- 
BONNEFON : Description des Lépidoptères de France. — E. Bisson : 
Influence de la nutrition sur la formation des sexes chez les che- 
nilles. — Barthou : Les ennemis du Framboisier. — L. Cézard : 
Notes sur la polyphagie de quelques Saturnides. — Notes diverses. 

A'. Akademie der Wissenschaften in ]yien, i° Mittheilungen der Erdbe- 
ben Commission, IX, 1902.© — 2" Sitzungsberickte, CX, 8-10, 
1901. — CXI, 1-3, 1903.O 

A'. A", zoologisch-botanischen Gesellschaft in Wien [Verhandlungen), 
LIH, 2, 1903. — D"" H. Rebel : Neue Microbe ter oceren aus Oster- 
reich-Ungarn (llg.). — G. Luze : Revision der palaarktischen Arten 
der Staphyliniden-Gattung Geodromicus Redt. — F. Wagner : Ueber 
die ersten Stande von Agrotis Flammatra F. — M. Bartel : Neue 
und wenig bekannte Arten und Gattungen der Agaristidae desKgl. 
Muséums fiir Naturkunde in Berlin mit einem Anhange : Eine neue 
Enydra-kvi und ûbersicht der bekannten Arten dieser Gattung. 

K. Vetenskaps-Al-ade miens Forhandlingar {Ôfversigt), LIX, 1902-1903. 

— G. Adlerz : Myrmecologiska studier. IV. Formica suecica n. sp. 

— F. Ohaus : Verzeichniss der vou Herrn Dr. Yngue Sjostedt in 



Séance du 13 mai 1003. 170 

Knmerun gesaramellen Rulelidcn. — E. Lônnberu : List of Pycnu- 
gonids collecled by tlie San edish zoological expédition to Spitzber- 
gen aud East Greeiilaiid in 1900. 

Liimrau Society {Journal), XXVIII, 180, 1903. — W.-G. Ridewood : 
On Obesiella lyonsieUae, a new Genus of Copepod Crastaccan (lîg.}. 

— G. WiTH : New and Old Phalangiidae from the Indian Région. 

Marcellia, II, 2, 1903 (2 ex.). — A. Trotter : Niiovi zoocecidii délia 
Hora italiana. — G. Cecconi : Zoocecidii délia Sardegua. — 
A. Trotter: Miscel. cecidologische. — L'Herbariumcecidiologicum. 

Naturali>ite {Le), l*"'' mai 1903. — C.\p. Xambeu : Mœurs et métamor- 
phoses des Coléoptères appartenant au groupe des Erotylides. 

yovitates zoologicae, IX, 4, 1902. — Tables. — IX, Supplément, 1903. 

— W. Rothschild et K. Jordan : A. Revision of the Lepidoptemus 
Family Sphingidae (Atlas de 67 pi. n.), X, 1, 1903. — W. AVar- 
REN : New Moths from British N. Guinea. — K. Jordan : Some 
new Alrican Anthribidae. 

R. Academia dei Lincei [Aiti), 1903, I, 7-8. — © 

Recisia agron. I, o. 1903. — J. da Camara Pestana : Destruicào de 
« Altica (unpelopliaga » por meiodo « Sporotrielium globuliferum ». 

Revista CItilena de Historia natural, VI, 4-6, 1902. — G.-E. Porter : 
Notice nécrologique du D' A. Philippi (portrait). — Parasitismo del 
Tetranijchus telarius sobre el Ricinus communis. — G. Nobu.i : 
Decapodi raccolti dal D' F. Silvestri nel Chile. — F. Silvestri : 
Un jénero y très species nuevos de Tisanuros chilenos (lig.). — 
G. Rujaga : Hidrachnidae recueilUs au Chili par M. le D' Silvestri. 
— G.-E. Porter : Lista de los Tabanidos chilenos. — T.-D.-A. Coc- 
KERELL : A. Catalogue of the Goccidae of South America. — D'' Ré- 
r.iiuJART : Les (îyrinidae du Chih. — E.-C. Reed : Insectos nuevos 
chilenos. — C.-E. Porter : Gatàlogo de los Grustaceos malacoslrâ- 
ceos de Chile. 

Reime éclectique d'apiculture, mai 1903. v 

Revue russe d'Entomologie, III, 1, 1903. — B.-E. Jakovlekf : Hémi- 
ptères-Hétéroptères nouveaux de la faune paléarctique. — A. Se- 
menow. — Coleoptera nova faunae turanicae, I. — Analccta coleo- 
pterologica, I. — N. Shirluev : Un nouveau Hister, de la Russie 
méridionale. — B.-E. Jakowleff : Un nouveau Peniodon de la 
Transcaucasie. — A. Semenow : Dermatoptera nova aut minus 
cognita, II. — D. Pomerantzev : Notes biologiques sur les Goléo- 



180 Bulletin de la Société éntomologiqûe de Franôe. 

ptèrcs vivant sous les ccorces et utiles daus la sylviculture, IV. — 
T. TscHiTSCHÉRiNE : Spccics transcaucasica nova generis Platijsma 
(Bon.) ïsch. — A. Semenow : Synopsis specierum generis .A /«é'fwé's- 
Reitt. — A. -A. SiLANTJEV : Capture d'un termite {Calotermes flavi- 
collis F. au Caucase. — L. Krulikowsky : Petites Notices lépi- 
doptérologiques, VI. — E. Bergroïh : Ueber Haploprocta pustu- 
lifera Stâl (Coreidae). — B.-E. Jakowleff : Notes coléoptériques, 
III. — M. RuzsKY : Une nouvelle fourmi de la Transcaspienne. — 
A. -A. Jachontov : Une aberration de Pieris brassicae L. — T. 
TscHiTscHÉRiNE : Zu D'K. Daniel's KritischenNachgraben. — Notice 
sur quelques noms de Carabides préoccupés. — B.-E. Jakowleff : 
Une nouvelle espèce du geare Parameles Sauss. de la Crimée (Tig.). 
— T. TscHiTSCHÉRiNE : Spccies nova generis Penthophonus (Reitt.) 
TscU. — Notes diverses. 

Rovartani Lapoh, avril 1903. — Diverses notes en langue hongroise. 

Royal Society {Proceedings), LXXI, 474, 1903. — © 

Sociedad cientifica « Antonio Alsate » {Memorias y Revista), XIII, 5-6, 
1902; XVIII, 1-2 (XIX, 1)1902. — T.-D.-A. Cockerell : Tables 
lor the détermination of Mexican Coccidae. 

Soc. Ent. Italiana {Bullettino) , XXXIV, 4, 1903. — A. Senna : 
Le esplorazioni abissali nel Mediterraneo del R. Piroscafo Wash- 
ington nel 1881. — II. Nota sui Crostacei decapodi (14 pi.). 

Societas Entomologica, !'='• mai 1903. — H. Fruhstorfer : Neue Pie- 
riden dem Indo-AustraUchen Gebiet. — Verzeichniss der in Hin- 
ter-Indien gesammelten Pierideu. — C. Frings : Temperatur-Ver- 
suche im Jahre 1902. 

Société des Sciences naturelles et d' Enseignement populaire de Tarare 
{Bulletin), 15 avril 1903. — P. Privàï-Deschanei: et E. Gois : L'Api- 
culture dans le Gâtinais. 

Soc. des Se. nat. de Saône-et-Loire {Bulletin), IX, 3-4, 1903. — O 
Société d'Histoire nattirelle de Toulouse, 1903, n'^ 1. — O 

A. L. 



Le Secrétaire-gérant : P. Chabanaud. 



BULLETIN 

DE LA 

SOCIÉTÉ ENTO]5d:OLOGIQUE DE FRANCE 



S»éaiiee «lu 9 7 mai' 1903. 

Présidence de M. F. HENNEGUY. 

Nécrologie. — M. l'Archiviste Biijliothécaire annonce le décès de 
M. Prosper Lé veillé, son oncle, qui fit partie de la Société, il y a 
environ 30 ans. Il a laissé la réputation d'un chasseur entomologique 
de premier ordre et c'est à lui que l'on doit, sinon la découverte de 
Sijmpiezocera Laurasi, précédemment signalée par le D'' Marmot tan, 
à Fontainebleau, mais la connaissance complète des mœurs de ce rare 
insecte, qu'il a, le premier, réussi à élever de larve. 

Correspondance. — M- le D'' marquis .1. Rangoni remercie la So- 
ciété de son admission. 

Conseil. — Le Président annonce à la Société que, dans sa réunion 
du 18 mai dernier, son Conseil a examiné et rejeté la pétition de M. Ph. 
Wytsman tendant à faire souscrire la Société entomologique au 
« Gênera insectorum ». 

Distinction honorifique. — Parmi les croix décernées à l'occa- 
sion de l'Exposition d'Hanoï, notre collègue, M. L. de Larminat, in- 
génieur en chef des Ponts et Chaussées, est nommé chevaUer de la 
Légion d'honneur. 

Changement d'adresse. — M. le colonel Charles Swinhoe, 
7, Gloucester Walk, Campden Hill, London W. (Angleterre). 

Admissions. — M. Marcel Balestre, étudiant en Droit, villa 
Nordi, Menton (Alpes-Maritimes). Lépidoptères. 

— M. Gorges Bénard, préparateur adjoint au Laboratoire d'En- 
tomologie du Muséum, 67, rue Victor-Hugo, Levallois-Perret (Seine). 
Lépidoptères et Coléoptères. 

Excursion entomologique. — M. le Président propose aux mem- 
bres de la Société entomologique un projet d'excursion dans les ré- 
Bull. Soc. ent. Fr., 1903. «« 10. 



182 Bulletin de la Société entomologique de France. 

gions avoisinant l'embouchure de la Loire, à l'occasion du Congrès de 
l'Association française qui aura lieu à Angers, dans le courant de la 
première semaine d'août. Cette proposition est mise aux voix et adop- 
tée en principe. 



Observations diverses. 

Observation biologique. — Au sujet de la note de M. J. Sainte- 
Claire De ville sur la présence du Stephanopachys Unearis Kug. 
en Corse [Bull. Soc. eut. Fr. [1902J, p. 332), M. P. Lesne dit que 
son attention a été attirée depuis plusieurs années sur deux exem- 
plaires de cette espèce faisant partie de la collection de Marseul et 
étiquetés « Porto Vecchio ». Cette localité lui avait paru peu certaine. 
Plus récemment, M. Lesne a vu un troisième individu provenant de 
Corse dans la collection V. Ma y et. 



Communications. 

Description d'une Raymondia nouvelle de la Kabylle [Col.] 
par le D'' A. Ghobaut. 

Raymondia auripes, n. sp. — Cylindrique quand on l'examine 
de face, déprimé en dessus quand on le voit de prolil, allongé, assez 
étroit, avec le prothorax et les élytrés séparément un peu renflés, 
brillant, d'un rouge ferrugineux. Tète brillante, avec quelques points si 
tins qu'on la dirait lisse. Rostre épais, presque droit, un peu plus court 
que le pronotum, avec quelques stries formées de points allongés, 
tins et en ligne ; hérissé en dessus de quelques poils courts et en des- 
sous de poils allongés, dorés. Antennes testacées, pubescentes, le scape 
remontant jusqu'à la tète, la massue forte, bien dégagée. Prothorax 
beaucoup plus long que large, elliptique, aussi atténué en avant qu'en 
arrière, ayant sa plus grande largeur au milieu des côtés, sans carène 
ni ligne élevée sur le milieu, avec de gros points non disposés en 
série, espacés sur le disque, rapprochés jusqu'à se toucher sur les côtés ; 
largement rebordé à la base; hérissé de poils courts, dirigés en avant. 
Élytres bien plus larges que le prothorax, elliptiques, ayant leur plus 
grande largeur à l'union du premier tiers avec le deuxième, brus- 
quement infléchis en dessous vers l'extrémité, avec huit rangées de 
gros points sur chacan d'eux, ces points presque efîacés au niveau 
de l'angle d'inflexion, les intervalles plans, sauf celui placé entre la 



Séance du 27 mai 1903. 183 

6^ el la 7'' rarigéo de points qui constitue une crête saillante à partir 
de laquelle l'élytre est replié en dessous; T*" et 8" rangées de points 
placées sur 1 epipleure qui se creuse, vers le bout, de deux stries 
pour les recevoir; chaque |)oint émet un petit poil court, à peine 
visible ; ces poils sont cependant plus longs et plus fournis sur la partie 
infléchie de l'extrémité. Dessous concolore. Abdomen fortement ponc- 
tué. Pattes robustes: fémurs avec des poils dorés pas très abondants, 
sauf une frange épaisse de longs poils dorés sur le dos des cuisses 
liostérieures : tibias biincurvés sur eux-mêmes, triangulairement ex- 
planés en dessous, surtout les postérieurs, garnis, ainsi que les tarses, 
d'une forte pubescence dorée, cette pubescence condensée en une 
frange épaisse, sur la seconde moitié de la partie inférieure des tibias 
postérieurs, du sommet de la partie explanée à l'extrémité. 
Long., sans le rostre, 1,8 mill. 

Kabylie : Bou Berak, en tamisant de la terre, sous des feuilles mortes, 
dans la forêt, en mai, au sommet de la montagne, en dessus de la 
maison forestière de l'Aïn-Tisselitz. Deux exemplaires. 

Voisin de Raijmondia hibijliana Pic, Vauripes s'en distingue parla 
tète presque lisse; par le rostre non fortement ponctué, mais simple- 
ment muni de stries fines formées de points allongés; par le prothorax 
plan sur le disque, sans ligne médiane plus élevée au milieu; enfin par 
l'abondante pilosité dorée des pattes, formant deux franges épaisses 
sur les pattes postérieures, l'une sur le dos des cuisses, l'autre sous la 
seconde moitié des jambes. 



Nouveaux Anthicides provenant de l'Afrique australe [Col.] 
par Maurice Pic. 

Les Anthicides décrits dans cet article proviennent de Dumbrody 
(Colonie du Cap) et j'en dois la communication, ainsi que la possession, 
au Révérend O'Neil qui les a découverts. 

Tomoderus microcephalus. — Rufo-testaceus aut brumiescens, 
subnitidus, hispidus, humeria nulU.s et thorace modice constricto facile 
4istinguendus. 

En ovale allongé, peu brillant, hispide, roux testacé, avec la tête et 
l'extrémité des élytres rembrunies. Tête relativement petite, bien 
moins large que le prothorax, subtronquée au sommet; antennes tes- 
tacées, assez longues et peu épaisses; prothorax robuste, fortement et 



184 Bulletin de la Société entomohgique de France. 

largement dilaté-arrondi antérieurement, à peine étranglé avec le lobe 
postérieur assez court et un peu élargi en arrière, fortement ponctué ; 
élytres peu larges et allongés, obliquement tronqués au sommet, à 
épaules nulles, fortement et irrégulièrement ponctués ; pygidium un peu 
saillant, testacé; pattes moyennes, tcslacées. — Long. 2,5mill. environ. 
Espèce très dislincte parmi les exotiques de cette région, rappelant 
par ses épaules nulles notre européen dahnatiuus Reitt., mais avec 
un prothorax peu étranglé, la tète relativement petite, ce qui lui donne 
un aspect particulier. 

Tomoderiis Oneili. — Rufo-brunneus, nitidus, niodice pubescens, 
antennis pedibusqiie pullidis. 

Assez large, brillant, modérément pubescent, brun roussàtre avec le 
prothorax un peu plus clair, les antennes et les pattes pâles. Tète assez 
large, non diminuée derrière les yeux, subtrouquée au sommet; an- 
tennes pâles, assez épaisses, élargies à l'extrémité ; prothorax presque 
lisse, à lobe antérieur large et dilalé-arrondi, le postérieur étant peu plus 
court et un peu moins large que l'antérieur ; élytres larges et assez 
courts, à épaules marquées mais arrondies, subtronqués au sommet, 
fortement ponctués, la ponctuation presque régulièrement disposée 
en lignes près de la suture; pattes pâles, robustes. — Long. 2,5 mill. 

Voisin de natalensis Pic, moins robuste, avec la tète plus carrée 
derrière les yeux; moins robuste que ovipennis Fairm., avec la tête 
tout autre. 

Anthicus bisbipartitus Pic (') var. Oneili. — Entièrement tes- 
tacé, parfois avec la tête rembrunie. 

Anthicus (Aulacoderiis) mediofasciatus. — Rufo-testaceus\ 
nitidus, oculis, antennarum elava, elytrorumque fascia mediali nigris. 

Roux testacé, brillant, avec les yeux, l'extrémité des antennes et une 
fascie ély traie médiane noirs, pubescent de gris. Tête très arquée 
derrière les yeux; antennes moyennes, tcstacées, à massue de trois 
articles, celle-ci légèrement foncée; prothorax court et large, très 
dilaté et subarrondi en avant, non étranglé et peu étroit à la base avec 
un faible sillon transversal, très pubescent latéralement; élytres ova- 
laires, convexes, à épaules marquées mais arrondies, subarrondis au 
sommet, distinctement ponctués, ornés d'une fascie médiane foncée, 
courte et droite; pygidium un peu saillant et rembruni; pattes grêles 
et testacées. — Long. 2 mill. 

(1) Décrit dans un mémoire envoyé depuis longtemps à l'impression. 



Séance du f7 mai 1903. 1S5 

Rappelle un peu amplus Pic, mais moins robuste et coloration plus 
uniforme; plus large que mutatus v. transversus Pic, avec le pro- 
thorax moins brillant, non étranglé devant la base. 



Ctenistomorphus elaniticus n. sp. 
et Sognoriis Peyerimhoffî n. sp. [Col. Psel.] 

par A. Raffrav. 

Ctenistomorphus elaniticus, nov. spec. — Oblongus , antror- 
sum attenuatus, rastaneus, l'iytrix pcmlo dilutioribus, disperse et te- 
nuiter squamoso-setosas. Caput oblongam, sut convexum, antice magis 
et postice minus attenuatum, tuberculo antennario cordato, leviter di- 
visa, temporibas oblique rotundatis et dense glanduloso-squaniosis, fronte 
tenuiter sulcata. Oculi magni. Palpi validi, crassi, articulis 2 angulato, 
3 transversim ovato, 4 Qvato,istis tribus longe appendiciilatis. Antennae 
elongntae, mediam partent elgtrorum superantes, articulis l, 2 qaa- 
dratis, 1 multo majore, 3-7 obconicis, latitudine sua fere duplo lon- 
gioribus, 8 fere transverso, 9 crassiore, subcylindrico, septimo longiore, 
■ 10 cylindrico, leviter sinuato, praecedente plus quam duplo longiore, 
11 simili, attamen apice nonnihil incrassato et obtuse acuminato. Pro- 
thorax convexus, subconicus, latitudine sua maxima vix longior, late- 
ribus medio perparum rotundatus, postice angulis et fovea média in- 
conspicua dense glanduloso-squaniosis. Elytra latitudine sua longiora, 
postice leviter ampliata, lateribus leviter obliqua, humeris obliquis, 
basi bifoveata, stria dorsali parum profunda, arcuata, ad apicem eva- 
nescente. Abdomen elytris brevius, segmentis dorsalibus â primo dinii- 
dio majore. Metasternum convexum, postice juxta coxas posteriores 
impressuni. Pedes elongati, femoribus parum crassis, tibiis redis, apice 
leviter incrassatis. 9- — Long. 2,80 mill. 

Qala'at el Aqabah; nord du golfe élanitique (golfe d'Aqabah). 

Cette espèce est très voisine de 7najor Raffr. d'Abyssinie : le pro- 
thorax est un peu moins arrondi sur les côtés et, dans le même sexe, 
les antennes sont différentes : les articles 3-7 sont plus obconiques, 
moins cylindriques, 8 un peu obconique est beaucoup plus court, pres- 
que transversal, tandis qu'il est encore plus long que large dans 
major, 9 est un peu plus épais que les adjacents, 10 et 11 sont propor- 
tionnellement plus grêles et plus longs. Malheureusement le mâle est 
inconnu ; il doit avoir les antennes assez fortement sinueuses et pro- 
bablement un des articles de la massue un peu irrégulier. 



186 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Un seul exemplaire, que M. de Peyerimhoîf a eu la générosité de 
m'abandonner. 

Sognorus Peyerimhoffi, nov. spec. — Breinter oblongus, fer- 
rugineus,elytris pedibiisque dilutioribus , albido-squamosus. Caput sub- 
elongatum, siibtriangulare, antice attenuatum, tuberculo antennario 
subtransversim cordato,foveis tribus minutis quorum anteriore oblonga, 
teniporibus glanduloso-fasciculatis. Oculi magni. Palpi crassi, articulis 
f incrassato et angulato, 3 breviter transversim ovato, 4 graciliore, 
ovato, acuminato, tribus longe appendiculatis. Antennae crassae, arti- 
culis 1 quadrato, â angustiore, quadrato-elongato, 3-6 breviter obconicis 
et longitudine crescentibus , 7 sexto fere dimidio longiore, subconico, 
8 quadrato, 9 praecedente duplo majore breinter ovato, fere subqua- 
drato-rotundato, 10 simili, sed paulo majore et magis quadrato, 
Il decimo fere duplo longiore, subcijlindrico, apice acuminato. Pro- 
thorax latitudine sua hand longior, antice attenuatus, lateribus leviter 
rotundatus, angulis posticis et medio basi glanduloso-sqiiamosus, fovea 
média sulciformi. Elytra latitudine sua paulo longiora, basi pariim at- 
tenuata, lateribus leviter obliqua, humeris oblique rotundatis , stria 
dorsali intégra et fere recta. Abdomen elytris paulo brevius, segmento 
2 dorsali primo haud dimidio majore. Metasternum sulcatum. Femo- 
ribus parum crassis, tibiis subrectis, apice incrassatis. $. — Long. 
1,80-2,00 mill. 

Bosra d'Édom (Bou-Seira). Palestine. 

Cette espèce est certainement voisine du calcarat us Saule y dont 
je ne connais que le mâle, tandis que la femelle seule de cette nou- 
velle espèce est connue. La tête est plus allongée, avec des fossettes 
moins grandes, les antennes sont plus épaisses, mais il est difficile de 
comparer cet organe sur deux sexes difîérents chez les Ctenistini; le 
prothorax est plus obconique est bien moins arrondi ; chez calcaratus 
les élytres et l'abdomen sont plus arrondis et la strie dorsale est nette- 
ment arquée, la coloration est plus sombre et plus uniforme. 

Dans Heydeni Reitter d'Amasia, dont la femelle seule est égale- 
ment connue, les antennes sont beaucoup plus grêles, les articles 9 et 
10 très peu développés, tandis que le 11'"^ est brusquement beaucoup 
plus gros; Heydeni ressemble du reste beaucoup plus, comme faciès, à 
calcaratus. On ne peut comparer Peyerimhoffi à Croissandeaui Reitt. 
de Turcomanie, cette dernière espèce est plus svelte et les antennes 
sont longues et grêles, tout en gardant le caractère distinctif des So- 
gnorus. 



Séance du 27 mai 1903. 187 

Note additionnelle sur l'habitat du Platysma femoratum Dj. [Col .] 
par l'abbé A. Carreï. 

La dispersion de cette espèce eu dt^hors de la région montagneuse 
des Cévennes el du Massif Central, où ou l'avait crue cantonnée jusqu'à 
ces dernières années, estaujourd'bui uu l'ait bien prouvé. Sa présence 
est actuellement reconnue et bien établie dans deux de nos départe-, 
ments de la rive gauche du Rhône : la Drôme et l'Isère. 

Dans la Drome, la station du P. femoratum est la foret de Saou. Je la 
rappelle ici, non point que je prétende vouloir confirmer ce que nous 
en a si bien dit notre ami et savant collègue de Montpellier dans len" 7 
du présent Bulletin, mais parce que je crois utile d'attirer l'attention 
sur l'insecte lui-même. 

Les individus de la forêt de Saou sont notablement plus grands et 
plus allongés que ceux des Cévennes ou des monts d'Auvergne; ils ont 
leproiiotumpkis longuement sinué sur les côtés, au-devant de la base, 
avec les angles postérieurs plus vifs et plus saillants en dehors. Ils pa- 
raissent constituer une race locale qui répond bien au type femoratum 
Dej., tandis que ceux-ci représentent mieux le type du rufipes du même 
auteur. Je n'ai pas vu un assez grand nombre d'exemplaires de l'espèce 
localisée à Saou pour constater la valeur do ce caractère distinctif; 
mais, s'il était reconnu qu'il est constant, il y aurait lieu, ce me semble, 
de le signaler en inscrivant dans les futurs Catalogues le femoratum 
comme var. du rufipes. Je maintiendrais ce dernier comme espèce ty- 
pique, parce qu'il est d'emblée le plus répandu. 

Dans l'Isère, la station du P. femoratum est au lieu dit bois de Corna- 
vent, situé aux portes de Vienne. Elle a été découverte par nos amis, 
MM. Falcoz et Perret, deux coléoptéristes viennois pleins d'ardeur, 
qui chassent avec inteUigence et font chaque année de nombreuses et 
intéressantes découvertes dans un périmètre plus ou moins étendu au- 
tour de leur ville. Ils prennent communément le P. femoratum dans 
la localité en question. Comme taille et forme générale, les individus 
qui s'y prennent sont indentiques à ceux du MontPilat et de toute la 
région des Cévennes. Le bois de Cornavent n'est qu'à 300 mètres d'al- 
titude; c'est probablement la station la moins élevée où cet insecte 
puisse se prendre. 

Il n'y a pas de doute que l'espèce en question ne soit d'origine céve- 
nole et que sa présence à Cornavent, aussi bien qu'à Saou, ne soit ad- 
ventive. Elle a été entraînée, au moment d'une crue, par les nombreux 



188 Bulletin de la Société entomologique de France. 

et torrentueux cours d'eau qui se précipitent des Gévennes au Rhône et 
a franchi le fleuve sur les débris apportés parla crue. Une fois débarquée 
sur la rive gauche, elle a remonté les pentes jusqu'à ce qu'elle ait trou- 
vé un sol humide et ombragé, car l'insecte est hygrophile et sylvicole. 



Bulletin bibliographique. 

Belon (R. p.) : Notes sur le genre Alletretia Bâtes, Longicorne la- 
miaire et description de trois espèces nouvelles {Ann. Soc. Ent. 
Belg.), 1903, 8 p.* 

Bbôlemann (H.-W.) : Matériaux pour servir à une Faune des Myria- 
podes de France {Feuille J. Nat.), 1902, 8 p., flg.* 

DuGKE (A.) : Die Stachellosen Bienen [Melipona 111.) von Para (Zoo/. 
Jahrb.), 1902, 46 p., 1 pi., flg.* 

Germain (P.) : Apuntes entomolôgicos, 1° Los Longicornios Chilenos; 
1-6, 1897-1901, 3 pi. n. — 2° Heloforidos Chilenos ; 1902, 24 p., 3 pi. 
n. — 3° El jénero Cyphonotus; 1897, IS p. — 4° El jénero Phyto- 
loema; 1901, 21 p., 1 pi. n. — 5"Datossobre el jénero Cneimlobus 
(Guérin), descripcion de las de sus especies halladas en Chile por el 
autor; 1901, 20 p. — 6" Agrupacion de los Taurocerastidae; 1897, 
16 p., 1 pi. n. — 7° El jénero Phansdesta; 1898, 10 p., 1 pi. n. — 
8° El jénero Oryctomorphus (Guérin) ; 1901, 27 p., 1 pi. n. — 9° El 
jénero Brachidia: 1897, 12 p. — {An. Un. Chile).* 

Id. : Apuntes sobre los Insectos de Chile. — 1" Gen. Pteroderes; 1894, 
14 p., 1 pi. n. —2" LopJwtus Delfini;lS9^, 11 p. — 3° Los Carabus 
Chilenos; 1895, 39 p., 1 pi. n. — 4" Estudios i descripcion de los 
Listroderitos de Chile i tierras rnagallànicas de la coieccion del Mu- 
seo nacional i de la de Don Fernando Paulsen; 1-4, 1893-1897, 5 pi. 
n. {loc. cit.).* 

GoELDi (E.-A.) : Os Mosquitos no Para ; Belem, 1902, 37 p.* 

Maglio (C.) : Primo elenco d'idrachne del pavese {B. ht. lomb. Se 
Lett._), 1903, 9 p. — Don de M. L. Bedel. 

PuTON (D'' a.) : Catalogue des Hémiptères (Hétéro ptères, Cicadines et 

Psylhdes) de la faune paléarctique, 4-^ édit. {Bev. Ent.), 1899, 

121 p. — Don de M. A. Fauvel. 

A.-L. 



Le Secrétaire-gérant : P. Chabanaud. 



BULLETIN 

DE LA 

SOCIETE ENTOMIOLOGIQXJE JDE FRANCE 



|i»éance du lO juin 190». 

Présidence de M. F. HENNEGUY. 

M. G.-A. Baer, revenu récemment d'un long voyage scientifique au 
Chili, M. le D'' A. Changeux (de Gréteil) et M. E. Postelle (de Gré- 
teil) assistent à lu séance. 

Correspondance. — Le Président annonce à la Société que notre 
collègue, M. J. Sainte-Claire Deville, vient d'être promu au grade 
de capitaine. 

M. E.-M. Balestre remercie la Société de son admission et envoie 
sa photographie. 

Changement d'adresse. — M. R. de la Perraudièrc, 22, rue de 
Flore, le Mans (Sarthe), 

Présentations. — M. Juan Brethes, conservateur des Collections 
entomologiques du Musée national de Bucnos-Ayres , présenté par 
M. G.-A. Baer. — Commissaires-rapporteurs : MM. J. Kûnckel 
d'Herculais et R. du Buysson. 

— M. Carlos Bruch, chargé de la Section zoologique du Musée de 
La Plata, présenté par M. G.-A. Baer. — Commissaires-rapporteurs : 
MM. A. Giard et P. Lesne. 

Excursions entomologiques. — L'excursion annoncée précédem- 
ment a eu lieu par un temps favorable, le 7 juin dernier, entre Bou- 
ray et Lardy. Après avoir visité la sablière et les bois qui avoisinentla 
station de Bouray, les 14 excursionnistes chassèrent sur le plateau 
élevé qui se trouve en vue de Lardy et terminèrent, vers 5 heures du 
soir, par une rapide exploration des bords de la Juyne. 

Parmi les espèces capturées au cours de cette journée, on peut citer : 

Coléoptères. — Trachys Marseuli Bris., Ceutorrhynchus signalas 
Gyll., Tychius elegantulus Bris., Tychius ScImeideriEerhst. 

LÉpmoPTÈRES. — Eulia formosanaEu.hn., Ocneria rubeaSY. et Nola 
togatulaiis Hubn., ces trois espèces à l'état de chenille. 

Bull. Soc. ent. Fr., 1903. NMl. 



i90 Bulletin de la Société entomologique de France. 

— Un projet d'excursion est adopté pour le dimanche, 28 juin, à 
Barbizon. 

La réunion aura lieu à la gare de Lyon, à 7 h. 15 du matin, pour 
prendre le train de 7 h. 25. 
MM. les excursionnistes sont priés d'emporter leur déjeuner. 

Avertissements. — M. Ch. Lahaussois, Trésorier, prie les mem- 
bres de la Société qui n'ont pas encore payé leur cotisation de 1903, de 
bien vouloir la lui adresser le plus tôtj)ossible afin de recevoir le 1^'" tri- 
mestre des Annales de 1903 qui sera distribué à la fin de juin. 

— Le Secrétaire prévient MM. les auteurs que, en raison de la trop 
grande accumulation de clichés non utilisés, la Société a pris la décision 
de ne pas conserver plus d'un an les clichés ayant servi à l'impression 
de dessins parus dans le Bulletin. 

Tout cliché réclamé par l'auteur lui sera immédiatement expédié à 
ses frais. Passé ce délai d'im an, il sera détruit. 

— Le Secrétaire rappelle également à MM. les auteurs qui font pa- 
raître des communications ou des notes dans le Bulletin., qu'ils doivent 
toujours retourner leurs manuscrits en même temps que l'épreuve qui 
leur est envoyée pour faire leurs corrections. Faute de quoi, le Secré- 
taire ne peut répoudre de la bonne exécution des épreuves , car il lui 
devient dès lors impossible d'en vérifier l'exactitude ou de remédier à 
une omission dans les corrections de l'auteur. 

Les tirés à part des travaux parus dans le Bulletin doivent au plus 
tard être demandés par l'auteur au moment où il renvoie l'épreuve 
corrigée. 



Communications. 

biagnoses de deux espèces nouvelles de Temnochila et note 
sur une variété nouvelle de Tenebi-oides [Col.] 

par A. LÉ VEILLÉ. 

Temnochila boliviensis, n. sp. — Parallela, sat convexa, supra 
olivaceo-aenea, sericeo-nitida, subtus viridi-obscura, tarsis antennisque 
plus minusve rufo-piceis, articulo primo metallico, alutaceo; capite pro- 
thoraceque alutaceis, irregulariter sat sparsim punctatis, fronte cana- 
Hculata, prothorace antice leviter angustato, angulis anticis subacutis, 
levissime productis, posticis fere redis; elytris fere parallelis, convexis, 



Séance du lU juin 1003. iOl 

bdsi subtilius elevato-marginatis, humeris subretusis, dorso leviter seria- 
tim punctatis, luteribus alutaceis, intervallis liaud perspicue punctula- 
ih. Prosterno immarginato, inter coxas prodiicto, inipresso, sut fortiter 
punctato. — Long. 14 mill., lat. 3 1/2-4 mill. 

Bolivie, Cochabamba, 4 exempl. — Coll. A. Grouvelle, la mienne. 

Temnochila Biolleyi, n. sp. — Elongata, parallela, angustata, 
plana, supra aenea, nitida, subtus tibiisque viridi-obscura, antennis 
nigricantibus, femoribus rufis; fronte subplana, medio vix canaliculata; 
capite prothoraceque alutaceis, aequaliter sut dense punctatis, ttoc antice 
dilatato, postice angustato, angulis anticis haiid productis, marginatis, 
posticis obtusis, distinctis, linea basali curvata, marginata; elytris se- 
riatim sat fortiter punctatis, punctis serierum interstitiarumque subae- 
qualibus, apicem minus punctatis, basi subtiliter elevato-marginatis, 
humeris acutis. Prosterno inter coxas piano, fere impunctato, haud 
marginato. — Long. 11 mill., lat. 3 mill. 

Costa-Rica (La Uruca), P. Biolley, 1 exempl. — Ma collection. 

Note. — Je signalerai la capture de deux exemplaires d'une espèce 
de Tenebroides , probablement nouvelle, faite par le D'' M. Bailliot, 
sous l'écorce d'un tronc d'arbre, à Madrid, dans la promenade du Prado. 
Ces deux exemplaires, que j'ai eus sous les yeux, ne présentant pas une 
fixité suffisante dans les caractères, je ne puis les rapporter momenta- 
nément qu'à T. maroccanus Reitt., non encore signalé en Espagne à 
ma connaissance, mais dont ils constitueraient, en tout cas, une variété 
de petite taille, à élytres plus courts et plus parallèles, fort intéressante, 
à laquelle je donnerai le nom de Baillioti. 



Description d'un Pselaphus nouveau d'Algérie [Col.] 

par le D"" H, Normand. 

Pselaphus Chobaiiti, n. sp. — Rubens, nitidus, antennis, palpis 
pedibusque nibro-testaceis ; capite elongato, nitido, valde sulcato: anten- 
nis validis crassisque; palporum ultima clava punctata, non verrucosa ; 
prothorace ad basin foveato; elgtris basi constrictis et foveatis, sutura 
depressa; abdominis primo segmenta ad basin excavato. (5, metasterno 
valde elevato. 

Allongé, lisse, presque glabre, ferrugineux, avec les pattes elles 



192 Bulletin de la Société entomologique de France. 

palpes un peu plus clairs. Tête plus longue que large, excavée entre 
les yeux. Antennes à articles courts et robustes; 1«'' volumineux, 
deux fois plus long que large; 2«plus court et moins épais; 3^ à peine 
allongé, de la largeur des suivants; 4«-8^ presque carrés; O'^ à peine 
plus l'ort; lO'^' volumineux, presque sphérique; 11^ plus grand et plus 
épais, en ovale irrégulier. Palpes maxillaires allongés, dernier article à 
massue ponctuée, égalant presque la moitié de sa longueur totale et 
possédant, près de son bord externe, un sillon longitudinal qui se con- 
tinue sur son extrémité et la partage en deux parties inégales. Corselet 
lisse, orné de quelques poils épars, en ovale allongé, de la largeur de 
la tète, avec, près de la base, une petite fossette arrondie. Élytres un 
peu plus longs que le corselet, à sommet coupé obliquement et frangé 
de poils jaunes, à plus grande largeur un peu avant l'extrémité, creu- 
sés le long de la suture d'un sillon large , assez profond, commun à 
tous les deux; présentant à l'épaule un autre sillon plus étroit, bien 
limité et atteignant le tiers de leur longueur. Abdomen : premier seg- 
ment dorsal visible plus long que large, à rebords fortement relevés, 
dilaté à son extrémité où sa largeur dépasse celle des élytres, creusé, 
à la base, d'une fossette semi-circulaire, assez profonde, atteignant le 
tiers de sa longueur et prolongée postérieurement, chez certains exem- 
plaires, en un sillon longitudinal superficiel. Dessous du corps lisse, 
extrêmement brillant. Métasternum écliancré entre les hanches pos- 
térieures. 1°'" segment abdominal à pubescence serrée, écailleuse, 
2"= énorme, bombé au miheu ; segments suivants petits, resserrés ; der- 
nier relevé en forme de tubercule. Pattes longues, à tibias épaissis 
inlérieurement. 

Mâle : Fémurs fortement renflés. Métasternum profondément échan- 
cré, avec une forte tubérosité à sommet arrondi et pubescent, faisant 
saiUie dans l'échancrure. — Long. 1,5 mill. 

Ce nouveau Pselaphus appartient au groupe des espèces à 1«'' seg- 
ment dorsal de l'abdomen excavé. Il s'éloigne de Sencieri Coq. par ses 
palpes à massue non râpeuse; de cavivcntris Reitt. par la longueur 
plus considérable de cette même massue et par la structure des ély- 
tres; de clavigeroides Reitt. par la longueur de sa tête, la largeur de 
son abdomen, etc. 

Je suis heureux de dédier celle espèce à mon excellent confrère, le 
D'' A. C bob a ut, qui l'a découverte à Rou-Berak, près de Dellys (dépar- 
tement d'Alger) et qui a bien voulu m'en donner quelques exemplaires. 



Séance du l<> juin WU3. 193 

Étude sur quelques Diptères (suite) 

par \v D'' ,1. VlLLENELVE. 

IV. Microdon miitabilis L., apud Poujade. 

En 1883 parut, dans Iq& Annales delà Société entomologujuedc France, 
un travail de mon distingué collègue et ami M. Pou jade, lequel avait 
pour titre : « Métamorphoses d'un Diptère de la famille des Syrphides, 
Microdon inniahilis L. » 11 s'est glissé dans cette consciencieuse étude 
une erreur de détermination et les faits observés se rapportent en réa- 
lité, non à Microdon mutabilis L., mais à un Microdon que j'ai cru d'a- 
bord être Microdon latifrons Lœw, mais que je crois plutôt identique 
à Microdon Eggeri Mik (= brevicornis Egg.). 

Dans le tome Vlll de son bel ouvrage sur les Diptères de la Grande- 
Bretagne, M. Verrall écrit que le Microdon mutabilis deMacquart et 
de Pou jade doit être Identique à Microdon devins L. ; ce qui est une 
autre erreur. On peut s'en assurer par le texte de Poujade et la 
planche qui l'accompagne. En outre, l'examen des exemplaires origi- 
naux obtenus par éclosion des larves trouvées à la Ferté-Milon confirme 
entièrement la description, d'ailleurs très bien faite, de notre collègue 
parisien. Chez eux, le thorax est totalement couvert de poils roux, 
sans les taches de poils noirs qu'on observe chez M. devins, mais 
l'écusson est entièrement bronzé et non rougeâtre comme chez le vé- 
ritable .)/. mutabilis de Linné. En outre, la navette mésopleurale pré- 
sente tous les caractères attribués par Mik au second groupe de ses 
Microdon qui comprend M. latifrons Lœw et M. brevicornis Egg., 
c'est-à-dire que la portion antérieure et convexe de ladite navette est 
dépolie et rayée transversalement sur toute sa hauteur. Mais à laquelle 
de ces deux dernières espèces faut-il rapporter le Microdon de Pou- 
jade? Celui-ci a le vertex plus large que M. devins; or Egger écrit 
que le front do son Microdon brevicornis n'a pas ce caractère; je m'étais 
donc cru autorisé à conclure en faveur de M. latifrons. Mais, voici que 
récemment Strobl considère ces deux espèces comme synonymes, 
opinion combattue par Mik. Selon ce dernier, 1/. latifrons et M. brevi- 
cornis ont le front d'à peu près même largeur et doivent être distingués 
avant tout par la longueur des antennes. 

Si l'on adopte cette manière de voir, il n'est pas douteux que Micro- 
don mutabilis Pouj. (nec L. , nec au et.) = Microdon Eggeri Mik 
( = brevicornis Egg.). 

Il en découle ce fait intéressant que Microdon Eggeri Mik partage 



194 



Bulletin de la Société entomolôgique de France. 



les mœurs déjà connues de M. mutabiUs L. et de M. devins h., à savoir 
que sa larve se rencontre aussi dans les fourmilières, au milieu des co- 
lonies de Lasius. 

V. Ananta lateralis Meig. 

On connait déjà les variétés nombreuses observées chez le c5 de 
Phasia crassipennis et de certaines espèces des genres Alophom et 
Hyalomyia (voy. travaux de Girschner). 

J'ai constaté la même chose pour les différentes espèces d' Ananta ou 
soi-disant telles. En chassant au même lieu, sur les mêmes Heurs, j'ai 
toujours pris la même femelle, mais des mâles de couleur variable. 

Du reste, si l'on parcourt les auteurs, on s'aperçoit vite que beaucoup 
d'entre eux n'ont pas eu la notion précise de leur classidcation, que 
leurs nombreuses espèces ne sont représentées que par les variétés en 
question et que l'autre sexe leur demeure inconnu ou incertain. 

Bien que je n'aie pu surprendre les deux sexes in copiila, je suis 
absolument convaincu de la réalité de ce que j'avance et que d'autres 
ont d'ailleurs soupçonné ou établi avant moi. 

La femelle étant seule constante et ayant été décrite sous le nom 
à'Ananta lateralis, il est logique de laisser ce nom à l'espèce et je me 
contenterai de citer ici les variétés de c5 que j'ai prises à Rambouillet : 



1. c5 Ananta ornata Meig. (variété la 

plus commune). 

2. c5 Ananta umbripemiis Rond. (2 ex. 

seulement). 

3. c5 Ananta imnctata Maig. 
= A. higubris Vi on d. 

= A. nebulosa Schin. (déjà signalée 
de Paris parMeigen). 

4. En tin, plusieurs (S de petite taille 

qui semblent être la variété n" 1 
avec l'abdomen presque totale- 
ment rembruni, ne laissant que 
deux taches rouges latérales sur 
le 1^'' segment, sur le 1<^'' et le P 
ou davantage; quelquefois ces 
taches elles-mêmes disparaissent. 
C'est vraisemblablement la var. 
abdominalis D e s v . ; M a c q . 



9 Ananta lateralis Meig. 



Séance du 10 juin 1003. i9o 

Bulletin bibliographique. 

ALf.uAUD (Ch.) : Observations sur divors Cicindélides de iMadagascar 
{Ami. Soc. Ent. Fr.), 1902, 6 p., Iig-.* 

Id. : Observations sur le genre Hetevosoma et description d'une espèce 
nouvelle [Bull. Soc. Ent. Fr.), 1903, 3 p.* 

Flel'tiaux (Ed.) : Descriptions d'un genre nouveau d'Élatérides de Ma- 
dagascar, d'une nouvelle espèce d'Odontochila [loc. cit.), 1903, 3 p.* 

II). : Diagnose d'une espèce nouv. de Cicindehi {loc. cit.), 1903, 1 p.* 

Id. : Les Insectes. Note sur un Charançon vivant dans les troncs de 
Bananier à Madagascar. — Le Charançon des Haricots à Madagas- 
car. — Le Charançon du fruit du Baobab à Madagascar. — Le Lon- 
gicorne du Mûrier blanc à Madagascar. — Sur quelques Coléoptères 
nuisibles à Madagascar. — Notes sur un Longicorne du Caléier au 
Tonkin. — Liste des Insectes rapportés par M. Henry, de sa mission 
dans nos Colonies de la Côte occidentale d'Afrique (Guinée française 
et Fouta Djallon). — La Punaise du Cotonnier au Soudan. — Liste 
des Insectes de la Guadeloupe récoltés par M. le D'' Vitrac. — In- 
sectes récollés par M. Luc, D'' du jardin d'essai de Brazzaville. — 
L'Orgyia antiqua dans les serres. — La Sériciculture aux États- 
Unis [Bull. .Tard. Col.), 1903, 16 p.* 

Froggatt (W.) : Australian Ladybird Beetles {.igr. Gaz. N. S. W.), 
1902, 17 p., 1 pi. col.* 

Id. : Some Garden Pests {loc. cit.), 1902, 7 p., 2 pi. n.* 

Id. : Woolly .-{phis, or American Blight. {Schizoneura lanigera\{-à\\?,m.) 
{loc. cit.], 1903, 7 p., 1 pi. n.* 

Id. : The Indian Wax Scale as an Orchard Pest and its control {Cero- 
plastes cerifenis, Anderson) {loc. cit.), 1902, 4 p., 1 pi. n.* 

Id. : The Limitations of Parasites in the Destruction of Scale Insects 
{loc. cit.), 1902, 7 p.* 

Id. : Austral. Psyllidae, ïï {Pr. Linn. Soc. N. S. W.), 1901, o7 p., 3 p.* 

HouLBERT (C.) : Les Insectes ennemis des Livres. — Leurs mœurs. — 
Moyens de les détruire; Paris, 1903, XXXVHI— 269 p., 3 pi., flg.- 

Sahlberg (J.) : Ad cognitionem faunae Coleopterorum Graecae frag- 
menta {Ofv. Finsl-a Vet. Soc. Forh.), 1903, 9 p.* 

Id. : Coleoptera mediterranea et rosso-asiatica nova et minus cognita, 



196 Bulletin de la Société entomologique de France. 

maxima ex parte ilineribus annis 1885-96 et 1898-99 collecta [loc. 

cit.), 1903,40 p.* 
Sahlberg (J.) : Messis hiemalis Coleopterorum Gorcyraeorum , etc. 

{loc. cit.), 1903, 87 p.* 
Id. : Ent. îorskningsresor : Medelhafstrakterna och Central-asien îôre- 

tagna âren 1895-96 samt 1898-99, I-II {loc. cit.), 1903, p. 34-39.* 

Simon (E.) : Arachnides recueillis au cours de la mission de M. M.-J. Bon- 
nier et Ch. Pérez au Golfe Persique (mars-avril 1901) {Bull. Mus. 
ffist. nat.), 1902, 3 p.* 

lu. : Arachn. rec. dans l'Afrique trop, par M. Ed. Foa {loc. cit.), 1902, 2 p.* 

Id. : Descriptions d'Arachnides nouv. de la famille des Aviculariides 
faisant partie des Collections du Muséum {loc. cit.), 1902, 4 p.* 

Id. : Descriptions d'Arachnides nouv. (Ami. Soc. Ent. Fr.), 1903,19p.* 

Id. : Arachnoiden excl. Acariden und Gonyleptiden {Hamh. Magalh. 

Sammelr.), 1902, 47 p.* 
Trotter (A.) : Studi Gecidologici {Riv. It. Puleont.), 1903, 10 p.* 

Id. : Galle délia Penisola balcanica e Asia minore {N. Giorn. bot. it.), 
1903, 86 p., 2 pi.* 

Walther (N.-Cl.) : Die Gallensteinkrankheit, ihre Haufigkeit, ihre 
Entstehung, Verhûtung und Heilung durch innere Beha^idlung; 
Berlin, 1903, 90 p.*, © 



Académie des Sciences (C. R. hebdom. des Séances), 1903, I, 19-20, O; 
21, 22. — L. Bordas : Les glandes mandibulaires des larves des Lé- 
pidoptères. — C. Vaney et A. Conte : Sur un Diptère {Degeeria fu- 
nebris Mg) parasite de l'Altise de la Vigne {H. ampelophaga Guer.). 
— A Loir : La destruction des Termites. — C. Houard : Caractères 
morphologiques des Pleurocécidies caulinaires. 

Académie des Sciences de Cracovie {Bulletin internat.), mars 1903. — © 

Academy of JSatural Sciences of Philadelphia {Proceedings), LIV, 3, 
1902-3. — J.-A.-G. Rehn : On the genus Phrynotettix Glover {Hal- 
demanella Auct.). — A.-M. Fielde : Notes on an Ant. (flg.). — J.- 
A.-G. Rehn : Contributions toward a Knowledge of the Orthoptera 
of Japan and Korea, I. — Acrididae. — Notes on tlie Orthoptera of 
N. Mexico and Western Texas. — H. Yiereck : Hymenoptera from 
South. California and N. Mexico, with descriptions of new Species. 

Agricult. Gazette of N. S. M a/e5, XIII, tahle ; XIV, 4, 1903. — W. Frog- 



Séance du 10 juin 1903. 197 

GATT : The Potato Moth (pi. col.)- — Fumigating Hedges for Scale 
and other Insects. — Cicadas (« Locusls ») and their Habits (pi. n.). 

— H.-W. PoTTS and A. Gai.e : A new Disease in Honey-comb. 

Annaes de Scienc. natur., VII, 1901. — J. da Silva Tavares : AsZoo- 
cecidias portuguezas. Enumeraçào das especies ate agora encontradas 
cm Portugal e descripçâo do dezesete novas. — A. Nobre : Notice 
sur le D"" M.-P. d'Oliveira et liste de ses principales publications. 

Annals and Magazine of Natural History, juin 1903. — C.-G. Nurse : 
New Species of Indian Aculeate Hymenoptera. — Cap. T. Broun : 
Description of new Gênera and Species of N. Zealand Coleoptera. — 
R.-I. PococK : The Systematic Position of the Genus Hadrotarsm, 
Thor. (tig.). — A new Clasping-organ in a Centipede. 

Association des Naturalistes de Levallois-Perret {Annales), VIII, 1902. 

— Th. Goossens : Iconographie des Chenilles. — M. Royer et 
P. DuMONT : Observations sur les antennes anomales des Coréides 
[Hém.]. — A. MÉQuiGNON : La chasse à domicile. — Capture de 
Coléoptères dans la région parisienne. 

Berliner Entomologische Zeitschrift, 1903, 1-II. — H. Stichel : Syno- 
nymisches Verzeichnlss bekannter Eueides-Formen mit erlâutern- 
den Bemerkungen und Neubeschreibungen (1 pi.). — D'' Gùnther 
Enderlein : Drei neuc Bienen mit riisselartiger Verlângerung des 
Kopfes (fig.). — Zwei noue ostafrikanische Zeuxevania-Arten. — 
Neue und weniger bekannte africanische Xylocopen, besonders aus 
der Ausbeute des Freiherrn von Erlanger in Galla und Somali. — 
D'' P. Speiser : Eine neue Dipterengattung mit rudimentâren Flii- 
geln, undandere dipterologischen Bemerkungen (tig.). — H. Fruhs- 
torfer : Neue HypoUmnas und Uebersicht der bekannten Arten. 

— Isamia aegyptus idiina nov. subsp. — Neue Nymphaliden. — 
Neue Pieriden und Uebersicht verwandter Formen. — F. Thurau : 
Colias nastes Bsd. var. verwandi Zett. und ihre Aberrationen (fig.). 

— Neue Rhopaloceren aus Ost-Afrika. Ergebnisse der Nyassa- 
See-und Kinga-Gebirgs Expédition der Herman und EUsegeb. Hac- 
kmann-Wentzel-Stiftung (2 pL). — J. Moser : Zwei neue Cetoni- 
den-Arten. — D'' Frôhlich : Ueber das Vorkommen von Pachy- 
tylus cinerascens Fieb. und anderer Insekten bei Kahl am Main. 

Biologia Centr. Aniericana, Coleoptera, IV, G. C Champion : Rhyncho- 
phora, part. 4, pp. 145-208, pi. 9-11. — Don de M. A. Grouvelle. 

Canadian Entomologist (The), mai 1903. — A. Gibson : Notes on Ca- 
nadian species of the Genus Apantesis (Arctia), with spécial Refe- 



198 Bulletin de la Société entomologique de France. 

rence to the Larvae. — Bueno : A Day's CoUecting in February. 

— J.-H. Keen : Aegialites debilis Mann. — J.-B. Smith : New Noc- 
tuids for 1903, n° 3, witli Notes on some described Species (1 pi. n.). 

— A.-R. Grote : Note on the generic Title Trifurcula. — Cockle : 
Spinning methods of Telea Polyphemus. 

Entomologische Litteraturhlàtter , 1903, VI. 

Entomologist [The], juin 1903. — H. Rowland : An Aberration of Me- 
litaeadidyma (tig.). — F.-N. Theobald : Two new Australian Culi- 
cids. — P. Cameron : On the parasitic Hymenoptera and Tenthre- 
dinidae collected by Mr. E. Whymper on the « Great Andes of the 
Equator ». — W. Renton : A List of the Lepidoptera of Roxbiirgh- 
shire. — E.-M. Sharpe : On Butterflies collected by Major E.-M. 
Woodward in British East Africa. — M. Jacoby : Descriptions of 
some new Species and a new Genus. of Chrysomelidae from South 
America. — Notes diverses. 

EntomologisVs monthUj Magazine {The), juin 1903. — E. R. Bankes : 
Descriptions of the larva and pupa of Mompha conturbatella Hb. — 
S. -A. Neave : A new Species of Lycaenid from Uganda and Lake 
Victoria Nyanza. — F. Barreït : Further Noies on South African 
Lepidoptera. — A.-J. Kitty : Hydroporus bilineatus, Sturm, an 
Addition to the British List. — N.-C. Rothschild : Types of Sipho- 
naptera in the Daleian Collection. — C.-W. Dale : Historical Notes 
on Chrysophanus dlspar. — G. Morley : On the British species of 
Tryphonidae-Macrochili , with spécial Référence to Exetastes cinc- 
tipes, Retz. — Notes diverses. 

Entomologist' s Record and Journal of Variation, XV, 5 et 6, 1903. 

— T.-A. Chapman : OnOrgyia aurolimbata, Gn., at Bejar (pi. n.). 

— J.-W. TuTT : The habits of Thestor ballus, with some notes on 
its oviposition and Qgg. — E. Capper : The Story of Acidalia con- 
tiguaria. — O.-E. Janson : PentaphyUus testaceus Hellw., an un 
recorded addition to the British Goleoptera. — J.-W. Tutt : Lepi- 
doptera of Provence-Hyères. — L. Doncaster : Mendel's Laws of 
Heredity in Insects. — C-B. Pickett : Notes on Breeding Ange- 
rona prunaria. — L.-B. Prouï : Some indescribed aberrations of 
Angerona prunaria L. — Notes diverses. 

Feuille des Jeunes Natur. {La), 1*"" mai 1903. — H. Belliard : Contri- 
bution à l'étude de la formation et de la nature de la matière colorante 
des ailes de Lépidoptères d'après les travaux récents et spéciale- 
ment ceux de la Comtesse de Linden. — D'' Villeneuve : Contribu- 



Séance du M juin 1903. 199 

tion au Catalogue des Diptères de France. — Notes spéc. et loc. 

A'. Akademie der Wissenschafteit [Sitzungsberichte), CIX, 7-10, 1900. 

— F. Brauer : Ucber die von Prof. 0. Simony anf den Canaren 
gefundenen Neuroplera und Pseudoneuroptera (Odonata, Corro- 
dentia et Ephemeridae). — .1. Bischof : Einige neue Gattungen von 
Muscarien (flg.). 

Maseu Paraense de Historia natural e ethnographia {Boletin) III, 3-4, 

1902. — As especies paraenses do genero Euglossa Lalr. (pi.). 

Naturaliste {Le), 15 mai et l" juin 1903. — H. Coupin : Chronique et 
nouvelles (2 art.). 

Naturivissenschaftlichen Y e reines filr Steiermark {Mittheilungen des), 
1901-1902. — G. Strobl : Ichneumoniden Steiermarks (und der 
Nachbarlânder). — Pr.-F. Then : Zwei Species der Cicadinen-Gat- 
tung Deltocephalus (flg.). 

N. YorkAgricult. Experiment Station, Bu\\etinin°'^m-^U,iW2-^. — V.- 
H. LowE and P.-J. Parrott : San José scale Investigations, IV (pi.). 

R. Academia dei Lincei [Atti), 1903, I, 9. — O 

R. Stazione di Entomologia agraria di Firenze {Nuove Relazioni 
intorno ai Lavori della), S. I, 4, 1902. — G. del Guercio : Notizie 
e suggerimenti pratici per conoscere e combattere gli animali nocivi 
aile plante coltivate ed ai loro frutti nel campo e nei locali per la 
conservazioni (pi. et fig.). 

Revista agronomica, juin 1903.© 

Revue éclectique d'Apiculture, juin 1903. 

Revue scient, du Bourbonnais et du Centre de la France, XVI, 184- 
8o, 1903. — Agnus : Un nouvel insecte fossile de Commentry (pi.). 

Royal Dublin Society. — i° Economie Proceeding, I, 3, 1902. — G. -H. 
Carpenter : Injurions Insects observed in Ireiand during the year 
1901 (pi.). — 2'J Scientific Proceedings, février 1903. — ©• — 
3° Scientific Transasctions, VII, 14-16, VIII, 1, 1902. — © 

Royal Society of London. — l'^ Philosophical Transactions, vol. 196, 

1903. — ©. — 2^ Proceedings, LXXl, 475-476, 1903. - ©. 

Societas Entomologica, XVIII, 4 et 1^'' juin, 1903. — H. Fruhstorfer : 
Verzeichniss der in Hinter-Indiengesammelten Pieriden. — Gill- 
MER : Eine autorisierte deutsche Ausgabe von « Tutt's British Le- 
pidoptera. —G. Breddln : NeueHemipteren-artenausSûdost-Asien. 

— H. Fruhstorfer : Neue Pieriden aus Ost-Asien. 



âOO Bulletin de la Société Entomologique de France. 

Société Entomologique de France [Annales], 1902, 4*^ Trim. 

Soc. Linnéenne du Nord de la France [Bull.], XV, 336-38, 1901. — O 

South London Entomological and Natural History Society, 1902-1903. — 
R. Adkin : A Life Cycle of Acidalia marginipunctata, Gôze [pro- 
mutata Gn.) and other Notes on the Species. — F.-N. Clark : Ar- 
gulus foliaceus. A Contribution to the Life History (2 pi. n.). — 
T. -A. Chapman : On Inflation of Insects. — H. Moore : A Visit to 
the Fores t of Arques. — G.-W. Kirkaldy : A few Weeks in Italy. 
— Difïerents Rapports sur des Excursions. — D.-G. Scourfield : 
Lakes and their Scientific Investigation. — Notes diverses. 

Union apicole (L'), mai 1903. — P. Noël : Entomologie agricole. 

University of Pennsylvania. — Contributions from the Zoological La- 
horatory, 1902. — T. -H. Montgomery : Descriptions of Lycosidae 
and Oxyopidae of Philadelphia (2 pi.). — J.-R. Murlin : Absorption 
and Sécrétion in the digestive System of the Land Isopods (1 pi., 
fig.). — L. NicHOLL : The Spermatogenesis of Oniscus aselliis L. 
with especial Référence to the history of the Chromatin (8 pi.). 

U. S. Geological Survey (ff'*> Annual Beport), 1900-1, III, IV, 1902. 

U. S. Nat. Mus. {Bull.}, 52, 1902. — H.-G. Dyar : A List of North Ame- 
rican-Lepidoptera and Key to the Literature of this Order of Insects. 

Wiener Entomologische Zeitung, XXII, 4-5, 1903 (2 exempl.). — 
L. Ganglbauer : Reitrage zur Kenntniss der Gattung Trechus. — 
C.-R. V. D. Osten-Sacken : Bericlitigung zu Herrn Fr. Hendel's 
Notiz liber meinem Aufsatz : The Position of Phora in the System 
of Diptera. — L. Ganglbauer : Darf der Name der Carabidengat- 
tung Pterostichus in Platysma umgeandert, werden? — P.-L. 
CzERNY : Bemerkungen zu den Arten der Gattung Geomyza Fil. 
(Dipt.). — G.-R. V. Stein : Eine neue Staphylinus. Art. — F. Hen- 
DEL : Bhynchopsilops n. gen. Anthomyidarum (Dipt.). — Ed. Reit- 
ter : Die Arten der Gattung Cephalostenus Sol. — Uebersicht der 
mir bekannten Coleopteren-Arten der Gattung Galeruca Geofîr. — 
R. FoRMANEK : Ein neuer Barypithes. 



Erratum. — Remplacer, page 134, ligne 16 : « (Bull. Soc. I. Nat. 
Moscou) » par « (Rev . russe d'Entom. Jaroslavl. »). 

A. L. 



Le Secrétaire-gérant : P. Chabanaud. 



BULLETIN 

DE LA 

SOCIÉTÉ EISrTOM:OLOGIQXTE DE FRANCK 



jiéance du !34 juin 1903. 

Présidence de M. F. UENNEGUY. 

Voyages. — M. J. de Gaulle, revenu récemment d'un voyage 
dans le midi de la France, donne de bonnes nouvelles de nos collègues, 
MM. H.-W. Brôleaiann, J. Gazagnaire et P. de Peyerinihoff, 
qui Tont chargé de transmettre leur amical souvenir aux membres 
parisiens de notre Société. 

— M. Ph. Grouvelle fait part des bonnes nouvelles qu'il a re- 
çues de notre collègue, M. L. Mesmin, actuellement à Ewlakh (Trans- 
caucasie). M. L. Mesmin a déjà capturé un grand nombre d'insecles 
de divers ordres , entre autres une grande quantité de Lépidoptères 
pris à la lumière électrique. Le produit de ces chasses est arrivé à 
Paris. 

Changements d'adresse. — M. A. Bourgoin, 15, rue Guy-de- 
la-Brosse, Paris 5^. 

— M. J. Sainte- Cl aire Deville, capitaine d'artillerie, 31, fau- 
bourg de La Noue, St-Dizier (Hte-Marne). 

— M. G. Seurat, Rikitea (île Mangareva), île Gambier (Océanie), 
via New- York, San Francisco, Papeete. 

Admissions. — M. Juan Brethes, conservateur des Collections 
entomologiques du Musée national, 208, calle del Perù, Buenos- Ayres 
(République Argentine). Entomologie générale, principalement Hijmé- 
noptères et Staphylinides. 

— M. Carlos Bruch, chargé de la Section zoologique du Musée, 
La Plata (République Argentine). Entomologie générale, principalement 
Coléoptères. 

Circulaires officielles. — M. le Président donne lecture d'une 
circulaire envoyée par le Comité pour VInventaire méthodique des res- 
sources de l'Afrique occidentale. La circulaire donne des détails sur 
Bull. Soc. ent. Fr., 1903. N° 12. 



202 Bulletin de la Société entomologique de France. 

l'organisation de ce Comité, son but, etc. et exprime le vœu qu'un 
savant spécialiste se joigne à l'une des missions organisées dans le but 
de poursuivre des recherches dans le Centre Occidental Africain. Ce 
document est déposé à la bibliothèque de notre Société et tenu à la 
disposition des personnes qui désireraient le consulter. 

— Le Président donne ensuite lecture d'une lettre adressée par le 
Comité du Groupe 3 de la Section française de l'Exposition internatio- 
nale de Saint-Louis qui doit avoir heu en 1904. A l'unanimité des mem- 
bres présents, il est décidé que notre Société exposera les années 1901, 
1902 et 1903 de ses Annales et de son Bulletin. 

Don d'ouvrage. — M. E. Simon offre à la Société le 4<= fascicule 
du tome II de son Histoire naturelle des Araignées, paru le jour môme. 
Ce fascicule, qui termine la classification et rhistolre des familles, con- 
tient la fin de la grande famille des Salticides en un supplément gé- 
néral. 

Dépôt d'Annales. — M. A. Méquignon dépose sur le bureau 
le 1^'' trimestre des Annales de l'année 1903. 

Excursions. — Un projet d'excursion, ayant pour but l'exploration 
des marais de Longueau (Somme), est adopté pour le mois d'octobre. 

— Dans le but de faciliter les excursions, il est décidé de ne plus 
s'en tenir à la pubhcalion du Bulletin et d'annoncer désormais tout 
projet adopté à ce sujet par l'envoi de circulaires spéciales. 

Ces circulaires ne seront adressées qu'aux membres titulaires ou aux 
assistants qui auront exprimé le désir de les recevoir. Ces personnes 
sont donc instamment priées de bien vouloir envoyer sans retard leur 
nom et adresse au Secrétaire de la Société. 



Observations diverses 

Note rectificative. — M. L. Fairmaire a donné à un nouveau 
genre de Goliathides le nom de Mycteroplus {Bulletin Fr. [1903] n° 8) ; 
mais une obligeante communication de notre collègue, M. H. Sulger, 
lui apprend que ce nom est préoccupé pour un genre de Noctuelles ; 
il propose donc de remplacer ce nom par celui de Myctopleriis. 

Observation biologique. — M. A. Giard attire l'attention de la 
Société sur un fléau qui dévaste en ce moment les cultures d'Asperges 
d'Argenteuil. Il s'agit d'une larve de Diptère de la famille des Trypé- 
tides ou de celle des Psihdes, peut-être même du genre Psila ou du 



Séance du %i juin 1903. 203 

genre Chyliza. Une espèce de ce dernier groupe, Psila rosae Ftib., 
est signalée depuis longtemps comme nuisible aux Ombellifères (Ca- 
rotte, Panais, Céleri) dont elle attaque la racine. 

La larve de l'Asperge creuse dans la tige des sillons longitudinaux 
dont la paroi interne prend une teinte roussâtre. Elle se tient vertica- 
lement la tète en bas. Sa longueur est de 1 cent, environ, son épaisseur 
de 1,50 à 2 mill. Sa couleur d'un blanc d'ivoire la distingue de Psila 
rosae. Le corps est cylindrique, atténué vers la bouche. La partie ter- 
minale est tronquée et porte une calotte discoïdale, stigmatifère, d'un 
noir brillant, surmontée de deux petits crochets réunis à leur base en 
forme d'Y. A première vue et à l'œil nu on pourrait être tenté de pren- 
dre pour la tête cette partie terminale de la larve qui est située vers le 
haut. Mais l'erreur est facile à éviter et, même à la loupe, on entrevoit 
sous le tégument les mâchoires caractéristiques des larves de Diptères 
dans la partie eîillée tournée vers la racine. Les stigmates antérieurs 
en entonnoirs à bords dendritiformes diffèrent beaucoup de ceux de la 
larve de Psila rosae. Les galeries peuvent être nombreuses dans une 
même Asperge ; généralement elles ne pénètrent pas dans la grifTe et 
remontent peu dans la partie verte de la tige. 

La transformation en nymphe se fait dans les galeries ou dans la terre 
avoisinante. La pupe, d'un fauve clair, est en forme de tonnelet. On 
n'a pu encore observer l'insecte parfait. 

Le Diptère pond sur l'Asperge lorsque celle-ci sort de terre, de telle 
sorte que les plants en plein rapport sont épargnés du mal puisque au fur 
et à mesure qu'elles apparaissent, les Asperges sont cueillies et appor- 
tées sur le marché à une époque où le parasite est encore à l'état d'œufs 
ou, en tout cas, trop petit pour attirer l'attention du consommateur. 

Il n'en est pas de même des jeunes plants sur lesquels on ne fait 
pas de cueillette pendant les trois premières années. Leur tige est cri- 
blée de galeries, détruite en partie et le plant lui-même, épuisé par le 
parasite, est très compromis et souvent perdu. 

De renseignements fort intéressants fournis par un intelligent agri- 
culteur, M. A. Diegner, il résulte que les cultivateurs d'Asperges 
d'Argenteuil ont l'habitude de laisser le turion (vulg. coton) sur la 
griffe jusqu'après l'hiver, c'est-à-dire jusqu'aux premiers travaux 
printaniers, de façon à garder une marque de l'emplacement des touffes ' 
à butter. Cette pratique culturale doit être absolument condamnée, 
comme l'a reconnu M. Diegner lui-même; il convient d'enlever soi- 
gneusement les turions à l'automne et de les brûler pour détruire les 
larves ou les pupes de Diptères qu'ils peuvent renfermer. On évitera 
ainsi l'éclosion de nombreuses Mouches au printemps suivant. 



204 Bulletin de lu Société entomologique de France. 

La disparition de l'insecte parfait coïncidant avec la fin de la cueil- 
lette, les Asperges qui poussent sur les buttes ne sont pas atteintes et 
les vieilles souches restent indemnes. 

Les larves sont en train en ce moment (fin juin) de se transformer 
en nymphes. 11 sera intéressant de constater si ces nymphes donneront 
prochainement une génération estivale ou si elles ne doivent éclore 
qu'après l'hiver (*). 

M. Giard n'a observé qu'un seul ennemi de la Mouche de l'Asperge, 
C'est un Géophile qui pénètre profondément dans les galeries pour y 
poursuivre les larves. 

Les Insectes nuisibles de la République Argentine. — L'Argen- 
tine est certainement l'un des pays où les insectes nuisibles de tout 
genre font le plus de ravages et causent les plus grands préjudices. 

Dans sa lettre à M. le professeur A. Giard, dont il a été donné un 
extrait {Bulletin du 13 mai dernier, p. 165), M. G. -A.' Baer a déjà 
parlé des mœurs de divers ennemis des plantations de Cannes à sucre, 
Orangers, etc. A ce sujet, M. Baer ajoute que les Coccides {Mytilaspis 
citricola) et les chenilles de Papilio Thoas ont fait périr les plantations 
d'Orangers de divers départements de la région orientale, dont elles 
constituaient le meilleur revenu. 

Il y a malheureusement à signaler divers autres insectes extrême- 
ment nuisibles. L'un des plus redoutables est le bicho de cesto, che- 
nille d'un petit Psychide, Oecetichus platensis, dont le cocon, formé 
de petites bûchettes et recouvert d'un tissu soyeux, a l'apparence 
d'un petit panier. Ces chenilles font des dégâts considérables dans les 
vignobles de Mendoza et ailleurs, les champs de Luzerne, etc., et ron- 
gent également les feuilles de divers arbres qu'elles arrivent à dé- 
pouiller complètement. 

Les cocons forment très souvent de véritables chapelets sur les bran- 
ches des arbres, les buissons et les clôtures en bois et fil de fer des pro- 
priétés. Comme ces cocons sont assez gros et de couleur blanchâtre très 
apparente, la meilleure façon d'en débarrasser les plantations paraît être 
de les ramasser à la main. Ce moyen a été employé avec succès par 
quelques viticulteurs de San Juan. Un seul propriétaire a fait récolter 
■100 caisses de 12 kilos en payant fr. 80 par caisse et a réussi de la 
sorte à sauver sa récolte. Dans une petite propriété, un enfant pourrait 

1. Un examen phis complet de la larve me porte à croire qu'il s'agit d'un 
ïrypélide, le Platyparea pœciloptera Schranli {Ortalis fulminans Mei- 
gen) déjà signalé en Allemagne (1847) par Bouché comme nuisible aux 
Asperges. (A. Giard). — Note ajoutée pendant l'impression. 



Séance du 24 juin 1903. 203 

facilement ramasser en une ou deux journées tous les cocons d'Oece- 
tickm; malheureusement la plupart des cultivateurs sont tellement apa- 
thiques qu'ils ne veulent même pas se donner la peine d'adopter une 
méthode aussi simple, qui ne leur occasionnerait aucune dépense. 

Un autre ennemi fort préjudiciable aux plantations, c'est la larve 
d'un gros Cérambycide très répandu dans toute l'Amérique du Sud, 
Mallodon spinibarbis (L.) Thomson, qui perfore les troncs des arbres 
fruitiers, des Saules, des Peuphers, etc. 

M. Baer a pu constater dans les petites propriétés rurales qui se ren- 
contrent au sud de Buenos-Ayres, à Barracas al Sur, appartenant on 
général à des Italiens, que des plantations entières de damznos (Pê- 
chers), donnant d'excellents rendements, étaient en train de disparaître 
complètement. Il est vrai que quelques propriétaires prennent le soin 
de couper les ari3res fortement attaqués et toutes les branches mortes, 
mais, au lieu de les brûler aussitôt ou de les vendre sans retard 
comme bois de chauffage, ils ont le tort grave d'entasser ces bois en 
plein air pendant des mois, créant ainsi des dépôts favorables au dé- 
veloppement des insectes destructeurs. 

L'Argentine a eu également à souffrir de temps à autre de formida- 
bles invasions de Criquets. Il y a quelques années, le gouvernement a 
fait étudier, avec le concours de notre collègue, M. J. Kûnckel d'Her- 
culais, les moyens pratiques de détraire ces insectes et a dépensé 
depuis des sommes considérables pour leur extermination. 

Pendant le séjour de M. Baer dans le pays, il y a eu, au mois d'avril 
dernier, une grande invasion de Criquets dans le département de San 
Pedro de Choya, province de Santiago del Eslero, couvrant une étendue 
de dix lieues carrées. A ce moment-là les Criquets s'y rencontraient 
à l'état de saltones (sauteurs), jeunes insectes encore privés d'ailes. 
Les habitants ne prenaient aucune mesure pour les combattre; ils 
se bornaient à attendre l'intervention du gouvernement. Or, à cette 
époque, la Chambre des députés était en vacances et, jusqu'à la rentrée, 
les Criquets avaient tout le temps pour se transformer en insectes 
ailés qui dévoraient les récoltes. 

Dans diverses parties de l'Argentine, les troupeaux de Moutons sont 
décimés par d'innombrables ixodes qui les épuisent et les font périr. 
Depuis quelques années, certains gros producteurs traitent par diverses 
liqueurs insecticides les Moutons attaqués, mais ces remèdes ne sont 
encore appUqués qu'à une petite partie des immenses troupeaux que 
possède le pays. 

Les cuirs et peaux, qui constituent une des principales ressources de 
la République, sont souvent détériorés par de nombreux insectes : Der- 



206 Bulletin de la Société entomologique de France. 

met^tes, Silphes, Anthrènes, Calosomes, surtout lorsqu'ils sont mal pré- 
parés et mal soignés. A un certain moment, les peaux exportées 
étaient même tellement infestées de ces insectes, surtout de Dermestes 
vulpinus, que les États-Unis menacèrent de les exclure de leurs mar- 
chés. En général, on fait sécher ces peaux près des habitations et les 
insectes qu'elles renferment se mettent parfois dans la carne seca, la 
viande séchée, qui forme le principal aliment d'une grande partie de la 
population. 

Lors de son voyage au Cerro Pelado (Mont Pelé), l'un des sommets 
les plus élevés de la Cordillère qui se trouve à une centaine de kilo- 
mètres au nord-ouest de Tucuman, M. Baer a pu constater de quelle 
façon négligente la carne seca était traitée. Au lieu de faire sécher 
la viande rapidement, pour la garder aussitôt, on la laisse toujours 
en plein air, exposée alternativement au soleil et à la pluie, ce qui 
lui donne une couleur et une odeur désagréables. Il est résulté de ce 
système déplorable que, dans les pâturages de la Criolla, par ex. 
(l.oOO mètres d'altitude), la ca^^ne seca contenait de nombreuses larves 
de B yponecrodes discicoUis Brullé. A la bergerie de la Lagunita 
(3.000"'), cette espèce était remplacée par Hyponecrodes apicalis et, à 
Lara (4.000™), la maîtresse de maison apportait à M. Baer, en même 
temps que le potage à carne seca, les Coléoptères qu'elle avait recueillis 
dans celle-ci, des Trox dont l'espèce reste à identifier. 

Il va sans dire que M. Baer a cherché à remplacer le plus possible 
celte fameuse carne seca par de la viande fraîche, en achetant de 
temps à autre un Mouton ou une Chèvre, quand on voulait bien s'en 
dessaisir en sa faveur, ce qui n'était pas toujours le cas, les troupeaux 
appartenant souvent à des tiers qui vivent loin des pâturages. 

A la Lagunita, le Mouton valait 6 francs ; à Lara, 4 francs et au 
sommet du Cerro Pelado, à 5.000 mètres, 2 francs seulement. 

Dans tous ces pays sud-américains, les enfants sont en général trop 
indifférents et trop indolents pour s'amuser à ramasser des nids d'oi- 
seaux comme cela se voit si fréquemment en Europe. Malheureuse- 
ment, dans certaines régions du nord de l'Argentine, une vieille 
coutume espagnole pousse les jeunes garçons à rechercher activement 
les nids que l'on conserve ensuite dans les familles jusqu'aux fêtes 
de Noël ; ils doivent servir alors à garnir la crèche de l'enfant Jésus. 
Cette coutume s'est conservée également dans bien des régions de 
la Bolivie et du Pérou; toutefois, dans ce dernier pays, M. Baer a 
pu constater (province de Pataz) que l'on s'était décidé à remplacer 
ces nombreux nids par de la mousse ou de la barba del monte, 
filaments de Tillandsia usneoides qui garnissent parfois toutes les 



Séance du 24 juin 1903. 207 

branches des arbres de longues chevelures et donnent un cachet si 
pittoresque à certaines forêts des Cordillères. 

Ce qui a contribué dans une forte mesure à la propagation des in- 
sectes nuisibles dans bien des régions, c'est la destruction systématique 
des oiseaux qui s'y rencontraient autrefois en très grand nombre. A 
Mendoza, par exemple, où on s'était Uvré pendant longtemps à une 
chasse efïrénée en toute saison, il y eut des moments où le voyageur 
était frappé par l'absence d'oiseaux et par la dévastation que d'innom- 
brables insectes avaient opérée dans les vergers, les vignobles et les 
promenades. Ces dernières années, les municipalités ont pris un peu 
partout de bonnes mesures pour la protection des oiseaux utiles. Le 
gouvernement qui, de son côté, avait commencé par créer au Minis- 
tère de l'Agriculture une section spéciale d'Entomologie appUquée, 
s'est décidé à étabUr dans diverses provinces des Instituts agricoles, 
destinés à s'occuper de l'étude des animaux utiles et nuisibles et des 
mesures à prendre pour la destruction de ces derniers. 

Familiarité des Lépidoptères. — M. G. de Rocquigny-Adan- 
son a lu avec beaucoup d'intérêt dans le Bulletin (1903, n° 9) l'obser- 
vation que M. G. -A. Pou jade a faite ù Saint-Germain en Laye et à 
Digne sur Thecla rubi qui vole sans crainte autour du tilet vert dulépido- 
ptériste et qui se pose familièrement dessus si ce fdet reste immobile. 

Cette familiarité paraît cesser, il est vrai, dès que le filet vert est 
remplacé par un fdet blanc. 

M. de Rocquigny pubUe à ce sujet fohservation suivante : 

« Dans la matinée du 6 juin 1903, au parc de Raleine (Allier), Adela 
Degeerella L. c5 s'est posée sur la gaze verte de mon lilet, tandis que 
j'étais en marche. Je m'arrêtai aussitôt pour admirer une fois de plus 
cette petite merveille, tout à loisir. Le Papillon s'envola peu après, 
non pour s'éloigner, mais pour venir se fixer sous le bord antérieur 
de mon chapeau de paille. Je me gardai de le déranger et me remis en 
marche, les longues antennes du Lépidoptère restant d'ailleurs dans 
mon champ visuel. Il ht ainsi avec moi environ deux cents mètres de 
promenade, puis il disparut. » 

Tout récemment, dans la Feuille des Jeunes Naturalistes, M. deRoc- 
quigny-Adanson attirait l'attention sur ces faits, sous forme de 
question, en demandant, avec preuves à fappui, quels sont les Lépi- 
doptères qui se font le plus remarquer par leur famiUarité. 



208 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Communications. 

Remarques sur deux nouvelles formes 
de Trechus aveugles français [Col.] 

par E. Abeille de Perrin. 

I. — Le 12 mai 1869 [Ann. Fr. p. 408), la description de VAnophtal- 
nius Auberti var. Magdalenae me suggérait certaines réflexions sur les 
Cavernicoles : je disais que la formation des races et la fixation de 
leurs caractères dissidents étaient plus compréhensibles chez les hy- 
pogés que chez d'autres insectes, à cause de leurs habitudes forcées 
de consanguinité. 11 est plus difficile à ces insectes de communiquer 
avec leur centre de création et de revenir à leur type primordial à 
cause de l'étroitesse et de l'encombrement fréquent des tissures par 
lesquelles s'est efï'ectuée leur migration ; d'où, unions forcées entre les 
nouveaux colons et phénomènes ordinaires de la consanguinité. Dès 
lors, qui déterminera sans crainte d'erreur les signes d'une race, c'est-à- 
dire d'une variété perpétuée et fixée, d'avec ceux d'une espèce, dans son 
sens absolu? Cette distinction sera laissée à l'appréciation individuelle. 

Une conclusion à tirer de ce raisonnement, que trente-cinq ans d'ob- 
servations ont de plus en plus confirmé, c'est qu'il est très utile de si- 
gnaler ces races aberrantes, à une époque de discussions sur la fixation 
et, d'après certaines théories, de formation d'espèces. C'est pourquoi je 
désignais l'Anophtalme de la chaîne de la Sainte-Baume sous un nom 
spécial que l'on s'empressait de réunir fort étourdiment à celui du 
type, comme on eût fait d'un vulgaire synonyme. Pour certains natu- 
ralistes même, la divarication très saillante des angles thoraciques 
postérieurs, sur laquelle est basée ma variété, sera un signe spéci- 
fique; pour d'autres, pour moi, par exemple, c'est un caractère de race 
et pas davantage; mais, de grâce, ne parlons pas de synonymie! Ce 
système a eu pour inconvénient la création d'une fausse espèce, comme 
nous allons le voir. En somme, le vieux Raymondi, propre au Trou 
des Fées d'Hyères, est une espèce portée aux lointaines migrations : 
plus grande et plus foncée (car elle ne présente pas d'autres signes), 
il deviendra la var. Auberti, habitant la grotte de Toulon et la cave 
des Chartreux de Montrieux, construite sur une caverne naturelle; 
avec les angles postérieurs du thorax arqués nettement en dehors au 
lieu de tomber droit sur la base, il s'appellera var. Magdalenae, qui 
paraissait propre aux grottes de Sainte-Madeleine et des OEufs, sur la 



Séance du 24 juin 1903. 209 

chaîne de la Sainte-Baume ; il y a plus, il s'étend jusqu'à Marseille même, 
où on le capture dans la grotte Rolland, ce qui a engagé malheureu- 
sement un de nos collègues, qui ne se méfiait pas du type Magda- 
lenae, à le redécrire, comme nouvelle espèce, sous le nom de Fagniezi. 
La colonie de Marseille ne se distingue en rien de celle de la Sainte- 
Baume : la taille forme le passage entre le type Raymondi et la var. 
Auberti, comme du reste chez Magdalenae. L'état civil de l'espèce doit 
donc, à mon sens, être ainsi établi : Raymondi Delar. 

var. Auberti Gren. 

var. Magdalenae Ah. 
Fagniezi C h o b . 

IL — M. Louis Villard (de Lyon) a eu l'amabilité de me commu- 
niquer un Anophtalme découvert récemment dans la grotte du Cerdon 
(Ain). Notons en passant que cet animal doit être extrêmement rare, 
car M. Villard m'écrit que son unique sujet est le fruit de 7 ou 8 ex- 
plorations dans cette grotte et qu'il l'a surpris arpentant une paroi 
humide de la caverne. Je comptais bien trouver chez cet ermite inconnu 
une espèce distincte de ce que l'on avait décrit jusqu'ici : mais voila 
que je constate chez lui un signe remarquable, spécial à une seule 
espèce, le Gounellei : c'est la présence d'une dizaine de soies tactiles 
sur le pronotum, outre les 4 angulaires. Cela me met en défiance et je 
me promets de ne lui donner brevet de spécificité que s'il présente 
un caractère qui l'éloigné de Gounellei. Ce caractère fait défaut! Il 
s'éloigne encore plus du type que mes variétés Argodi et obesus; il est 
beaucoup moindre (5 mill. au lieu de 7); proportions des diverses 
portions du corps sensiblement plus courtes, notamment pour les an- 
tennes; corselet moins dilaté et summum delà dilatation placé un peu 
plus bas; double sillon frontal moins courbé; élytres moins parallèles, 
stries plus oblitérées; sinus antéapical moins accusé. — Il y a là évi- 
demment des signes autrement plus sérieux et plus nombreux que ceux 
qui séparent les Raymondi et Auberti. Pourtant, quoi qu'on en puisse 
penser plus tard, je suis convaincu que ce type, auquel je donne le nom 
de Cerdonicus, n'est qu'une race, plus remarquable que d'autres, mais 
se rattachant encore au Gounellei. J'arrive à cette conclusion en tenant 
compte du goût pour les voyages remarquable chez cette espèce, de la 
variabilité de l'espèce (conséquence de ce goût) et de la sétulation excep- 
tionnelle du pronotum. — La découverte du Cerdonicus est donc dou- 
blement intéressante au point de vue géographique et ethnographique. 

Je profite de cette circonstance pour protester contre l'érection de 
mon obesus à la dignité d'espèce. Toutes les fois, en dehors de mes 



210 Bulletin de la Société entomologique de France. 

types à corselet sétosellé, que j'ai voulu examiner ce que l'on appelait 
ainsi dans diverses collections, je me suis trouvé en présence du vieux 
Rhadamantus. Je puis d'autant moins me rendre compte de cette con- 
fusion, cause très probable de l'opinion contraire à la mienne, que ce 
dernier est propre à la grotte de Bétharram (Hautes-Pyrénées), 
localité fort éloignée d'Entremont, patrie de Vobesus. A moins de 
motifs que je ne puis soupçonner, il sera bon de rétablir la synonymie 
de Gounellei comme suit : Gounellei Bed. 

var. Argodi Ab. 

var. obesus Ab. 

var. Cerdonicus Ab. 



Description d'une nouvelle espèce de Podistrina [Col.] 
par J. Bourgeois. 

Podistrina Doderoi sp. nov. — Sardaigne : Terranova (A. Do- 
dero, 6 avril 1902). 

Nigra, elytris fuscescentibus , apice sulphureo-guttatis ; prothorace 
plus (ç) minusve {(^) transverso, undique marginato, testaceo-flavo, 
macula cruciata nigra. — (5 Alatus; antennis gracilibus, longitudi- 
nem corporis attingentibus ; segmenta dorsali ultinio parvo, subdeclivi, 
apice arcuatim emarginato, ventrali ultimo laminam brevem, stylifor- 
mem, parum curvatam exhibente. — 9 Aptera; antennis crassloribus, 
dimidio corporis haud longioribus ; abdomine incrassato, apice simplici. 
— Long. 3 mill. 

(5. Ailé. Tète courte, subarrondie, à peine convexe, peu densément 
et très finement pointillée, noire avec les joues et les mandibules d'un 
roux ferrugineux; palpes et antennes noirs, celles-ci grêles, au moins 
aussi longues que le corps, densément et brièvement pubescentes de 
gris, 2<= article d'un tiers plus court que le 3^, lequel est lui-même d'un 
quart environ plus court que les suivants. Prothorax sensiblement plus 
large que long, à peine élargi d'arrière en avant, arqué à son bord an- 
térieur et à la base, celle-ci assez fortement rebordée; côtés droits, sub- 
parallèles, non ou à peine sinués au-devant des angles postérieurs qui 
sont bien marqués, les antérieurs arrondis, un peu épaissis en bourre- 
let; disque séparé des flancs par une ligne élevée cariniformo, à peine 
luisant, très finement pointillé, à peine visiblement pubescent, très 



Séance du 24 juin 1903. 211 

légèrement convexe en dessus, sans (race de sillon longitudinal mé- 
dian, jaune, avec un tache cruciforme d'un brun noirâtre, plus large 
dans sa partie longitudinale, ses branches latérales contournant un peu 
les angles antérieurs. Écusson brun-noirâtre. Élytres trois fois et demie 
environ aussi longs que le prothorax et un peu plus larges que lui, 
laissant environ le quart postérieur de l'abdomen à découvert, assez 
luisants, brièvement pubescents, très finement ruguleux, d'un brun 
foncé un peu grisâtre, ornés à l'extrémité d'une tache soufrée très nette. 
Dessous du corps noir-brunâtre, pubescent, avec les côtés de la poi- 
trine en partie et les bords latéraux et postérieurs des segments abdo- 
minaux testacés; pattes d'un brun noirâtre, hanches plus ou moins 
testacées. Antépénultième arceau dorsal de l'abdomen allongé, subé- 
levé, le pénultième plus court, arrondi à son bord postérieur, le der- 
nier petit, un peu déclive, subtriangulairement émarginé à son ex- 
trémité; derniers arceaux ventraux velus, le pénultième profondément 
échancré dans son milieu, réduit à deux lobes latéraux subarrondis, le 
dernier affectant la forme d'une petite lamelle, d'abord triangulaire, puis 
brusquement rétrécie en un style peu courbé, et obliquement ascendant. 
ç. Aptère. Même coloration que chez le (5; antennes plus épaisses, 
atteignant à peine le milieu du corps; prothorax plus transverse; ély- 
tres dépassant à peine le double de la longueur du prothorax, laissant 
la plus grande partie de l'abdomen à découvert, légèrement déhiscents, 
ornés chacun d'une tache apicale d'un jaune soufré un peu moins nette 
(jue chez le (5; abdomen épais, d'un noir brunâtre, avec les arceaux 
ventraux lisérés de flave postérieurement, le dernier échancré en demi- 
cercle dans le miUeu de son bord apical. 

Le (5 de cette jolie petite espèce ressemble à première vue à celui 
du Malthodes {Malthodellus) cruciatus Bàudi (Berl. eut. Zeits., 1859, 
p. 301). Il s'en éloigne par la taille plus petite, la couleur plus foncée, 
le prothorax plus transverse, avec les côtés non sinués au-devant des 
angles postérieurs et par la forme différente du dernier arceau ventral 
de l'abdomen. La 9 diffère en outre de celle du M. cruciatus par les 
antennes plus courtes, la brièveté et la déhiscence des élytres et l'ab- 
sence d'ailes membraneuses. 

Dédiée à M. A. Dodero qui l'a découverte. 



212 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Étude sur quelques Diptères (suite) 

par le D"" J. Villeneuve. 

VI. Empis setigera Loew. 

C'est une des Mouches les plus communes du genre aux environs 
de Paris et qu'on y rencontre aussi abondante, tous les ans, en avril- 
mai. Comme elle n'est pas signalée par les auteurs français — peut-être 
parce que décrite trop brièvement et partant méconnaissable — je tiens 
à la signaler à mes collègues diptéristes. M. Bezzi, de Sondrio, à qui 
j'en ai ofïert plusieurs exemplaires, a eu la complaisance de me rappe- 
ler la synonymie qu'il a établie pour cette espèce dans : Contribuzioni 
alla fauna ditterologica italiana. IL Ditteri délie Marche e degli Abruzsi 
(:/* continuazione : 1899). Le lecteur trouvera dans cet intéressant 
travail une critique judicieuse sur les différents groupes i' Empis. Se- 
lon Bezzi, Emjns setigera Lo(}\\\ Berlin, ent. Z. XIII, 1869, p. 80, 
(3 = Empis lepidopus Meig., S. B. III, p. 23, 9 ; VII, p. 88 [non Walk ., 
D. B.). Ceci démontré, l'auteur donne encore une excellente diagnose 
d'Einpis lepidopus Meig. qui a la priorité. 

C.t Empide est rare partout ailleurs. Je le possède de l'Oise; je l'ai 
pris dans le bois de l'Hautil et surtout à Rambouillet, sur les chatons 
de Saule par les beaux jours, ou en fauchant l'herbe par les temps 
couverts. Je prenais souvent, en même temps, un autre Empis fort 
job et commun aussi à Paris, Empis nigritarsis Meig. 



Sur Anthicus superbus Pic et macuUcollis Pic [Col.] 
par Maurice Pic 

Le D'' Chobaut [Bull. Fr. 1903, p. 171) a cru devoir supposer, tout 
en avouant qu'il ne connaissait pas en nature Antkicas macuUcollis Pic, 
la réunion de cette espèce avec Anthicus superbus Pic. Le D'' Cho- 
baut ne se serait-il pas trompé de nom, ayant voulu plutôt parler de 
A. rubrofasciatusPic, plus voisin de superbus que macuUcollis? 

Je regrette de ne pouvoir partager cette opinion synonymique (peut- 
être ainsi vais-je sortir du terrain scientifique), car, selon moi, il existe 
réellement deux espèces sous les noms de superbus et macuUcollis. 

Je vais donner un nouveau tableau synoptique, l'ancien étant insuf- 



Séance du 24 juin 1903. 21:^ 

fisant(') et, pour être plus court, je le bornerai aux deux espèces fai- 
sant l'objet de cet article. 

1 Prothorax faiblement étranglé devant la base; élytres à 
calus huméraux nuls ou presque nuls ; fascie argentée 
relativement étroite au milieu, celle-ci souvent peu mar- 
quée superbus Pic. 

1' Prothorax fortement étranglé devant la base; élytres à calus 
huméraux bien marqués; fascie argentée relativement 
large au milieu, très nette maculicollis Pic. 

Anthicus maculicollis ne cohabite pas d'ailleurs avec superbus; il 
vient de Tunisie ou d'Algérie (probablement du côté de Tebessa), su- 
perbus se trouve en Kabylie (Bougie et Kerrata). 



Bulletin bibliographique. 

Barrois (Th.) : Catalogue des Crustacés marins recueillis aux Açores 
durant les mois d'août et septembre 1887; Lille, 1888, 110 p., 4 pi. 
— Don de M. L. Bedel. 

Bruyant (C.) et A. Eusebio : Faune de l'Auvergne, II. — Monographie 
des Carabides et des Cicindélides ; Paris 1902, 260 p., H pi. n.* 

HiNE (J.-S.) : Tabanidae of Ohio {Ohio Ac. Se), 1903,57 p., 2 pi. n.* 

Lambertie (M.) : Compte rendu d'excursions à Citon (P. V. Soc. 
Linn. Bord.), 1903, 5 p.* 

Id. : iNotes sur quelques Hémiptères-Homoptères nouveaux ou peu 
connus de la Gironde. — Notes sur Selenocephalus obsoletus Germ. 
{toc. cit.), 1903, p.* 

LuiGiONi (P.) : Note ed osservazioni suU' Anthypna Carceli Lap. {ro- 
mana Duponchel {Monit. zool. ital.), 1902, 3 p.* 

BoYER (M.) et P. DuMONT : Observations sur les antennes anomales des 
Coréides [Hémipt.] [Ann. Ass. Natur. Levallois-Perret), 1902, 6 p.* 

Sahlberg (J.) : Ad cognitionem faunae Coleopterorum Italicae frag- 
menta {Ôfv. Fin.ûa Vet. Societ. Forh.), 1903, 14 p.* 

(1) Un peu changé aussi, par suite de l'omission, à l'impression, des mots : 
« Ou paraissant foncées » (pour A . superbus, in F. J. Nat. n° 310, p. 202, 1896) 
après les mots seulement imprimés : « Antennes et pattes noires». 



214 Bulletin de la Société entômologique de France. 

Sahlberg (J.) : Entomologiska forksniiigsresor i Medelhafstrakterna 
och Centralasien fôretagna âren 1895-96, samt 1898-99 {loc. cit.), 
1903, 39 p.* 

VossioN (L.) : Notice sur la culture du Ver à Soie et la production de 
la Soie en Birmanie; Paris, 1893, 8 p. — Don de M. L. Bedel. 



Acad. des Sciences {C. R. hebd. des Séances), 1903, 1, 23-24. — Fabre-Do- 
MERGUE et E. BiÉTRix : Le mécanisme de l'émission des larves chez 
la femelle du Homard européen. — J. Perraud : Observations sur le 
clochage employé pour détruire le Pyrale de la Vigne. — C. Houard : 
Recherches sur la nutrition des tissus dans les galles des tiges. 

Académie des Sciences de Cracovie {Bulletin international), avril 1903.* 

Agricultural Gazette of N. S. Wales, mai 1903. — W. Froggatt : 
Some Wood-boring Beetles and their Habits (1 pi. n.). — Cicadas 
( « Locusts » ) and their Habits (2 pi. n.). — A. Gale : Treatment 
of Bées for Foui Brood. 

Canadian Entomologist {The), juin 1903. — A. Gibson : Notes on Cana- 
dian Species of the Genus Apantesis {Arctia), with spécial Réfé- 
rence to the Larvae (1 pi. n.). — W.-H. Ashmead : Classification of 
the Fossorial, Predaceous and Parasitic Wasps, or the Superfamily 
Vespoidea. — E.-D. Sanderson : The Larva and Pupa of the Apple 
Bud-borer {Steganoptycha pyricolana, Murt. (lig.). — S. Graeni- 
CHER : New Bées of the Genus Andrena. — T.-D.-A. Cockerell : 
Some Aphididae of the Genus Nectarophora from N. Mexico. — 
C. RoBERTSON : Synopsis of Nomadinae. — H.-F. Wickham : The 
North American Species of Pedilophorus. 

Comité des Travaux historiques et scientifiques, Paris 1903. — Comptes 
rendus du Congrès des Sociétés Savantes de Paris et des départe- 
ments tenu à Paris en 1902. 

Jnrnal de Sciencias mathematicas physicas e naturaes, XXXI, 1881, 
XXXIV, 1882. — F. Santos Mattozo : Les Myriapodes d'Afrique au 
Musée de Lisbonne (1 pi.). — 0. Radoszkowski : Hyménoptères 
d'Angola. — A. Girard : Insectes de l'intérieur d'Angola. — 
F. Mattozo SaxNtos : Contributions pour la faune du Portugal. — 
A. DE Carvalho Monteiro : Une variété nouvelle de Lépidoptère. 
Don de M. L. Bedel. 

K. K. Zoologisch-botanischen Gesellschaft in Wien {Verhandlungen), 
LUI, 3-4, 1903. — I.-B. Ericson : Ptenidiuni Sahlbergi Erics. 



Séance du n juin 1903. 215 

n. sp. — F. Wagner : Ziir Kenntniss einiger Fornien von Pieris 
Napi L. (1 pi.). — G. LuzK : Révision der palàarktischen Arten 
der Staphyliniden-Gattung- Lesteva Latr. — Eine neue Art der 
Staphyliniden-GaltLing Tachyporus Grav. — Einc neue Art der 
Staphyliniden-Gattung Bnjopoms Kr. — L. Czerny : « Dreikônigs- 
Fliegen ». (Ausbeute an Dipteren am 6-8 Janner 1903.) 

Naturaliste [Le) : H. Coupin : Chronique et nouvelles. — P. Noël : 
Nouveau procédé de chasse aux petits insectes. — Cap. Xambeu : 
Instinct de la maternité chez le Chelidura dilatata Lafresn., Ortho- 
ptère du groupe des Forficuliens. — Quelques observations sur les 
insectes mellifères et leurs rapports avec les fleurs. 

iY. York State Muséum, mai 1903. — E. Porter : Report of the State 
Entomologist, 1902, 6 pi. 

R. Accademia dei Lincei {Atti), 1903, I, 10. 

Sodedad espaiîola de Historia natural {BoletinJ, avril et mai 1903. — 
A. -G. Varela : Notas hemipterolôgicas. — R.-G. Mercet : Un Mu- 
tilido nuevo de Espaila. — P. Chrétien : Cochylis austrinana. — 
I. Bolivar : El género Phymateus Thunb. — M. Pic : A propos des 
Dorcadion tenuecinctum Pic et circmncinctum Chevr. 

Societas Entomologica, 15 juin 1903. — H. Fruhstorfer : Tonkin-Pic- 
riden. — W.Neuburger : Papilio Machaon L. in Japan. — A.Fuchs : 
Bapta bimaculata F. var. et ab. hipunctata Fuchs und Gnophos 
difficilis Alph. n. var. korlata. 

Société des Sciences naturelles de Sanne-et-Loire {Bulletin), mai 1903.© 

Soc. Sci. nat. et d'Enseign. pop. de Tarare {Bull.), lo mai 1903.© 

Société Eut. de Belgique {Mémoires), IX, 1902. — A. Larieere : Edmond 

de Selys Longchamps (portr.). — H. Boileau : Note sur quelques 

Lucanides du Musée de Bruxelles. — Note sur quelques Lucanides 

nouveaux ou peu connus. — A. Lameere : Revision des Prionides. 

Union apicole [L'), juin 1903. — P. Noël : Entomologie agricole. Les 
parasites de l'Agriculture. — Les Iules. 

Zoological Society of London {Proceedings), 1902, vol. II, 2, 1903. — 
R. Shelford : Observations of some Mimetic Insects and Spiders 
from Bornéo and Singapore. With Appendices containing Descri- 
ptions of new Species by R. Shelford, K. Jordan, C.-J. Gahan, 
H. -S. Gorham and A. Senna (5 pi. col.). — J.-M. Fawcett : On the 
Transformations of Papilio Dardanus Brown and Philampelus me- 
gaera; and on two new Species of South- African Heterocera (1 pi. 



216 



Bulletin de la Société entomologique de France. 



col.). — W. F. LA.NGHESTER : On the Crustacea collected during the 
« Skeat Expédition » to the Malay Peninsula (2 pi. n.). — F. Laid- 
LAw : On a Collection o[ Dragonflies made by the Members of the 
« Skeat Expédition » in the Malay Peninsula in 1899-1900, II. — 
R.-I. PoGOCK : On a new Species of Marine Spider o[ Genus Desis 
from Zanzibar (lîg.). — On Some new Harvest-Spiders of the Order 
Opiliones from the Southern Continents (fig.). — H.-R. Hogg : On 
the Australasian Spiders of the Subfamily Sparassinae (fig.). 

A. L. 




Le Secrétaire-gérant : P. Chaiîanaud. 



BULLETIN 

DE LA 

SOCIÉTÉ BNTOMOLOaiQXJE DE FRANCE 



Séance du ^ juillet 1»0». 

Présidence de M. P. MA BILLE, 
Vice-Président. 

Assislentà la séance : M. F. Gruardet (do Fontainebleau). M. Fabbé 
R. de Sinéty (de Kasteel Gemert, Hollande) et M. P. Lesne, revenu 
récemment du long séjour qu'il vient de faire aux Canaries, auquel M. le 
Président souhaite chaleureusement la bienvenue. 

Distinction honorifique. — M. le Président annonce que notre 
collègue, Lord Avebury (Sir John Lubbock), membre honoraire 
de notre Société, est nommé commandeur de la Légion d'honneur. 

Changement d'adresse. — M. J. Bouchard, 156, Grande-Rue, 
Poitiers (Vienne). 

Présentation. — M. Eugène Autran, olicina de Zoologia del Mi- 
nisterio de Agricultura, 72o, calle Florida, Buenos-Ayres (République 
Argentine), présenté par M. G. -A. Baer. — Commissaires-rapporteurs : 
MM. J. de Gaulle et Ë. Simon. 

Excursion. — M. Ch. Laliaussois donne lecture du rapport sui- 
vant sur la dernière excursion : 

L'excursion de la Société entomologique a eu lieu le 28 juin, comme 
il avait été convenu. Seize personnes y ont pris part et, après avoir 
quille le tramway à Barbizon, ont visité la futaie du Bas-Bréau, le car- 
refour de rÉpine, les rochers du Bas-Bréau et le Point de Vue du 
Camp de Chailly où a eu lieu le déjeuner. 

Malgré une très forte chaleur qui a nui quelque peu à la chasse, plu- 
sieurs bonnes et rares espèces, déjà signalées dans cette partie de la 
foret, sont venues récompenser le zèle des chasseurs. 

Dull. Soc. ent. Fr., 1903. N» 13. 



218 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Observations diverses. 

Captures. — M. Pli. Grouvelle signale la capture de Trypopitys 
carpini Herbst qui se prend en assez grand nombre dans le local 
même occupé à Paris par la Société entomologique. 

— M. G.-A. P ou j ade a capturé, à l'aide du piège lumineux, un superbe 
mule dWgrotis molothina Esp. et deu'K.Hemerophilanycthemeraria H. G. 
dans la forêt de Fontainebleau, aux environs de la Roche Éponge et du 
Calvaire, pendant la nuit du 28 au 29 juin dernier. Cette dernière Pha- 
lénide a déjà été trouvée par notre collègue M. C. Dumont, aux en- 
virons de Barbizon. 

- — M. Pou jade signale également la prise de Hepialus humiili L. 
dans la prairie de Comelle, le 10 juillet 1899. 

Observations biologiques. — En complément de la note de 
M. l'abbé A. Carret sur Platysma feinoraimn Dej. {Bull. Soc. ent. 
Fr. [1903], p. 187, M. Maurice Pic signale, pour cette espèce, un 
autre habitat, dans le département de l'Isère, à Sonnay. Notre collègue 
écrit que P. femoratum n'est pas très rare dans les ravins ou combes de 
cette région, où il l'a capturé dès l'année 1880; c'est même une des pre- 
mières espèces de sa collection. 

— M. G.-A. Pou jade ayant eu, à la mi-mai, l'éclosion de deux femelles 
d'Heterogynis penella Hubn. venant de Digne, a remarqué qu'elles sor- 
taient à reculons de leur cocon tous les malins en restant accrochées 
après et qu'elles y rentraient complètement le soir. Comme notre collègue 
n'avait pas de mâle à leur offrir, elles ont tait ce manège pendant plu- 
sieurs jours, jusqu'à la mort. L'une d'elles est restée accrochée morte à 
l'extérieur de son cocon et l'autre a expiré dans l'intérieur. 

Sur la familiarité des Lépidoptères. — M. Poujade communi- 
que la note suivante de M. René Oberthiir à propos de l'attraction 
que le fdet vert exerce sur Thecla rubi. 

M. R. Oberthiir a remarqué, le 24 mai dernier, dans la forêt de 
Chantilly, deux Thecla rubi volant ensemble au-dessus de son filet vert. 
Ces Lépidoptères ont pénétré dedans pendant que notre collègue piquait 
un Papillon et tenait la canne de son filet sous son bras. La couleur 
verte paraît avoir la même influence sur Thecla rubi que les lumières 
sur les Lépidoptères nocturnes. 



Séance du ,S juillet 1003. 219 

Communications. 

Diagnoses de trois Malthodes nouveaux du Nord de l'Afrique [Col.] 
par J. Bourgeois ('). 

1. Malthodes [in sp.) appendicifer sp. nov. 

Fusco-niger, pube subtilissima vix cinerascens , elijtris griseo-brun- 
neis, apice flaveseentibus ; nntennis coipore paulo brevioritms; protlw- 
race parum transverso, basin versus sensim attenuato, angulis anticis 
subincrassatis. 

cJ. Segmentis ultiiiiis dorsalibus vakle elongatis, pcnultimo lateribus 
appendiculo filiformi instructo, ultiino apice triangulariter excisa; ven- 
tralibus penultimo laie emarginato, lobis lateralibus rotundatis, parum 
productis, ultimo stglumdepressum, rotundatim curvatuni, apice triangu- 
lariter dilatatum et leviter emarginatum exhibente . — Long. 2 1/4 mill. 

Tunisie : Mateur (J. Salhberg) o". 

Ressemble beaucoup à M. subductus Kiesw., mais il est un peu 
plus petit, les antennes sont un peu plus longues, les élytres sont fla- 
vescents à l'extrémité et les derniers segments de l'abdomen, bien 
qu'offrant une grande analogie de forme avec ceux de subductus, en 
diffèrent un peu. Le dernier arceau dorsal, au lieu d'être profondé- 
ment fourchu, est seulement triangulairement échancré à l'extrémité, 
les lobes latéraux de l'avant-dernier arceau ventral sont peu saillants, 
arrondis, tandis que chez subductus ils sont en triangle allongé ; le 
dernier arceau ventral est recourbé vers le haut en arc régulier, et 
non sinueusement, comme chez subductus. 

2. Malthodes {in sp.) trapezoidalis sp. nov. . 

Fusco-niger, subtilissime pubescens, capite antice a torulis inde flavo, 
antennis corpore brevioribus, articulis basalibus flaveseentibus ;protliQra- 
ce vakle transverso, basin versus attenuato, trapezoidali, flavo-variegato, 
angulis anticis incrassatis ; elytrisbrevibus, griseo-testaceis, apice sulphu- 
reo-guttatis ; pectore ad latera abdomineque flavis, hoc niedio infuscato. 

(5, Segmentis ultimis dorsalibus elongatis, ultimo apice profunde 

(I) Ces espèces, de même que celles dont j'ai déjà donné les diagnoses dans 
une note précédente {Bull. Soc. eut. Fr. [1903] p. 152-154), ont été recueil- 
lies par M. le professeur J. S a hlberg', qui a bien voulu me les communiquer 
et m'autoriser à les décrire. 



220 Bulletin de la Société entomologique de France. 

triangulariter exciso; ventralihus penultimo late emarginato, utrinque 
in lobum triangiilarem producto, ultitno stylumparum ciirvatum, apice 
dilatatum et minus profunde emarginatum exhibente. — Long. 3 mill. 
Algérie : Clairlontainc (J. Sahlberg) (5, 9. 

Voisin de M. j^icticollis Kiesw. {Beii. ent. Zeits., 1871, p. 80; 
idem, 1872, p. 388, pi. IV, flg. 23) avec un abdomen conformé à peu 
près do même, mais distinct par la taille un peu plus grande, la partie 
antérieure de la tête jaune à partir de l'insertion des antennes, celles-ci 
à articles basilaires jaunes, au moins en dessous. Les lobes latéraux de 
l'avant-dernier arceau ventral sont en triangle allongé, tandis que chez 
picticollis ils sont subparallèlcs et arrondis au bout. 

3. Malthodes {insp.) taeniatus sp. nov. 

Fusco-niger, subtilissime pubescens , epistomate mandibulisque rufo-fla- 
vis; antennis fere longitudine corporis {(S) paulo brevioribun [Q); pro- 
thorace pariim transverso, basin versus vix attenuato, nngusto limbo 
ad marginem anticum et basalem sicut et linea mediana longitudinal i 
sat lata flavis , angalis anticis truncatis , subincrassatis ; elgtris brevi- 
bus , griseo-brunneis, apice concoloribus vel subflavescentibus ; corpore 
subtus pedibusque fiiscis , pectore ad latera abdomineque flavo-variegatis. 

çj. Segmentis ultimis dorsalibus elongatis, ultinio flavo, lacinias bi- 
nas, magnas, déclives, fiiscas , postice emittente; ventralibus penultimo 
utrinque in lobum inagnimi, subparallelum, apice rotundatitm producto, 
ultinio stijlumcurvatum, apice dilatum praehente. — Long. 2-2 1/2 mill. 

Tunis (J. Sahlberg) c?, 9- 

Voisin de M. pinnatus Kiesw., dont il offre à peu près la conforma- 
lion abdominale, mais distinct par les antennes e-t les pattes entièrement 
d'un brun noirâtre et l'absence de tache soufrée à l'extrémité des 
élytres. Les deux lanières du dernier arceau dorsal de l'abdomen sont 
indépendantes l'une de l'autre et non coalesccntes à la base comme 
dans pinnatus et les lobes latéraux de l'avant-dernier arceau ventral 
sont longs, subparallèles, arrondis à l'extrémité, à peu près comme 
dans picticollis. 

Errata à la diagnose du Malthodes corcyreiis Bourg. {Bull. 
Soc. ent. Fr., [1903] p. 153). — Cette diagnose, telle qu'elle a été im- 
primée, est incomplète en ce qui concerne la forme des derniers seg- 
ments abdominaux du (5- La remplacer par la suivante : 

(5. Abdominis segmento dorsali iiltimo angustato,declivi, apice inciso; 
segmenta ventrali penultimo usque ad basin late triangulariter emargi- 



Séance du S jiiillcl. 1903. 221 

ndio; iiUiiHo iilriiiiiiir Uinihidin rrii/ralnii (■(nnprcfisam, levitrr rurra- 
Imn, pus lice (lildlatain cl (ipice roliiiiildldiii crliibente. 



Description d'une Bathyscia nouvelle du Midi de la France [Col.] 
par le D'' A. Chobaut. 

Bathyscia Pueli n. sp. — Celte espèce est voisine de Balhfiscia 
Cliardoni Alj., avec qui clic a d'ailleurs été confondue EWo a coiniiic 
elle le huiticnic article des antennes sensiblement plus court que le 
neuvième. Elle en diffère par la taille plus petite (2,3 mill., au lieu 
de 2,o), la forme un peu plus parallèle, la couleur plus rougeâtre, 
l'absence totale de toute strie suturale, même sur le dls(iue des élytres 
(/). Chardoni a des traces de strie suturale) et surtout par l'absence à 
peu près complète de déjjression suturale sur les élytres au-dessous de 
l'ccusson. Cette absence de strie suturale l'éloigné aussi des B. crassl- 
cornis Pioch. et aletina Ab., qui forment un groupe à part avec 
B. Chardoni. Elle ne peut pas non plus être confondue avec j6. Hécate Ah. 
qui a le huitième article antennaire pas plus court que le neuvième. 

B. Pueli a été découverte par mon ami M. Gavoy, le 29 octobre 1893, 
dans la grotte du pic de Laguzou, commune d'Escouloubre (Aude), en 
même temps que Troglophyes Guvoiji {Bulletiîi de la Société d'études 
scientifiques de FAude, V, 1894, p. 196-203). Seulement M. Gavoy n'a- 
vait pris qu'un exemplaire de Bathyscia coalve quatre-vingts sujets de 
Troglophyes. C'est probablement à cause de celte pénurie de matériaux 
que cette Bathyscia, soumise àM.E. Abeille de Perrin, a été appelée 
par lui B. Hécate. Toutes les espèces voisines de VHecate et de la 
Chardoni se ressemblent au plus haut degré; elles sont nombreuses et, 
partant, très difficiles à séparer les unes des autres ; aussi, pour arriver 
à les classer, faut-il posséder des séries de chaque espèce. 

B. Pueli a été reprise en nombre, avec Troglophyes Gavoyi , par mes 
amis H. Lavagne et L. Puel, en juillet 1896 et en mai J897, dans la 
même grotte de Laguzou. M. Valéry Ma y et avait alors déterminé 
cette espèce B. Chardoni, probablement à cause de la proximité des 
lieux de capture, la grotte de Laguzou étant, comme celle d'Axat, où vit 
B. Chardoni, dans la vallée de l'Aude et à 12 kilomètres environ en 
amont. B. Pueli a été distribuée par ces deux entomologistes sous le 
nom de Chardoni. 

Au mois de juin de cette année, mon ami Puel et moi avons repris 



222 Bulletin de la Société entomologique de France. 

en nombre clans la grotte de Lagiizou B. Pueli qui y est beaucoup plus 
rare cjue Troglopliyes Gavoiji et qui vient plus diflicilement aux pièges 
à fromage. Je me permets de dédier cette espèce à mon cliarmant au- 
tant qu'infatigable compagnon de voyage. 

M. Gavoy signale dans son Catalogue des insectes coléoptères du 
département de l'Aude, 3'^ partie, p. 77 {Bulletin de la Société d'études 
scientifiques de l'Aude, XI, 1900), la présence simultanée de Bathyscia 
Hécate et de B. Chardoni dans la grotte de Laguzou. En réalité ni l'une, 
ni l'autre de ces deux espèces ne s'y trouve. Elle est habitée par une 
seule espèce de Bathyscia, celle que je viens de décrire. 



Description d'un Hépialide nouveau d'Algérie [Lép.] 
par l'abbé J. de Joannis. 

M. A. Théry m'a envoyé de St-Charles, près Philippeville (Algérie), 
un Hépialide appartenant à une espèce inédite. Cet insecte ne peut se 
rattacher au genre Hepialus, spécialement à cause de la nervulation, la 
tige commune de 9 et 10 partant de 8, aux quatre ailes, au lieu de 
partir de la cellule. Ce caractère est d'ailleurs un de ceux du genre 
Hepialiscus flampson, et c'est à ce genre que je crois devoir rap- 
porter cette nouvelle espèce, car tous ses autres caractères s'y retrou- 
vent, sauf celui des antennes, qui, d'après la description, devraient être 
« courtes et filiformes », tandis qu'ici elles sont bien courtes, mais 
épaisses et crénelées, différence du même ordre que celle qui existe 
entre H. humuH et H. syldnus, par exemple. 

D'après la figure donnée par Sir G. -F. Hampson [Motlis of India, I, 
p. 318), les ailes cY Hepialiscus nepalensis , type du genre, sont fortement 
prolongées à l'apex et, par une sorte de conséquence, la cellule est 
elle-même prolongée à l'angle supérieur; dans la nouvelle espèce, le 
bord externe est droit et, par suite, la cellule ne présente pas ce pro- 
longement; ceci non plus, je crois, n'exige pas un genre nouveau. 

La figure citée plus haut représente, à l'aile supérieure, la nervure 12 
naissant du bord antérieur de la cellule et, avant l'origine de 12, on 
voit une petite nervule supplémentaire partant de ce même bord anté- 
rieur. D'après un renseignement fourni par Sir G. -F. Hampson lui- 
môme, ce détail est incorrect, la costale part libre de la base et c'est de 
celte même costale que part la nervule supplémentaire; c'est d'ailleurs 
précisément ainsi que les choses sont disposées dans la nouvelle espèce 
que je nommerai : 



Séance du S juillet 1903. 223 

Hepîaliscus algeriensis. « 

(S. — Envorgiiro : 26 mill. Antki^ griseo-fuscis; iiovnn lineis tvnva- 
veysis, oliqiiantulum iyreijularlbm, a costa ad marginem mternum [11- 
neis '2-7), aut externuni {lineis 8, 0), nigris, squamis albis passua rio- 
iatis, praesertim ad termhïoa Uneanim 2, 3, '4 ad costam, et lineae G ad 
marginem internum; margine externo sex jmnctis albis inter venas 
notato : tineis etpunctis supradictis aliquibus squamis fulvis marginatis. 
Intra cellulam et ultra, siriga longitudinali nigra interrupta. Posticis 
griseo-fuscis, punclis albidis inter venas ad marginem notatis. Capite 
rufescenti, thornce et abdomine supra griseo-fuscis, pectore et abdomine 
infra fulvescentibus. Antennis crassis, crenulatis. 

Ailes antérieures : côte droite, bord externe un peu convexe, très ar- 
rondi ù l'angle interne; gris noirâtre, traversées par neuf lignes un peu 
irrégulières et discontinues d'écaillés noires, ces lignes sont marquées 
de points blancs et bordées de quelques écailles fauves. La première 
ligne près de la base paraît ne pas aboutir aux deux bords de l'aile. 
Les lignes 2, 3, 4 portent un gros point, un peu carré, blanc, entouré 
de noir, à leur terminaison costale, et la ligne 6, à sa terminaison au 
bord interne, en présente un semblable, mais triangulaire. La ligne 3 
n'atteint pas tout à fait la côte, les extrémités costales des lignes 6, 7, 
8, 9 sont simplement noires; les lignes 1 à 6 sont convexes vers la 
base, la ligne 7 arrive perpendiculairement au bord interne, les lignes 8 
et 9 sont fortement recourbées vers l'extérieur à leur partie inférieure et 
viennent aboutir au bord externe, 8 se terminant par un trait noir 
qui pénètre dans la frange entre les nervures 3 et 4, et 9 par un petit 
point blanc bordé de noir et de roux entre les nervures 4 et 5; au-des- 
sus, des points blancs semblables se trouvent dans chaque intervalle. De 
plus, un trait noir, discontinu, traverse la cellule et se prolonge au delà. 

Ailes postérieures gris noirâtre, traversées par une ligne obscure peu 
visible, à peu près droite, bifurquée vers la côte; de petits points 
blanchâtres entre les nervures. Une ligne noire à la base de la frange : 
celle-ci, aux quatre ailes, noirâtre. Dessous des ailes uniformément gris. 

Tête gris brunâtre clair. Antennes épaisses, garnies en dessus d'é- 
cailles couchées, crénelées, les crénelures très serrées et pubescentes 
en dessous. Thorax garni de poils gris noirâtres, plus clairs à leur ex- 
trémité, abdomen gris noirâtre en dessus, marqué latéralement de 
taches noires suivies de pinceaux de poils roux. Le dessous est rous- 
sàtre clair, les deux premières paires de pattes sont d'un gris un peu 
rosé. Pas d'éperons. 

Un d, St-Charles près PhilippeviUe (Algérie). 



224 Ballcihi de la Société enloinolooiqne dr France. 

Bulletin bibliographique. 

Belon (P.) : Matériaux pour TiHude des Loni;icornos de Bolivie (x. /. 
7î. d.), 30 p.* 

CiiKvnEux (Ed.) : Campagnes scienliliques de S. A. le Pi'iiice de 
Monaco. — Note préliminaire sur les Amphipodes de In lani. des 
Lysiaixissidac reeueillis par la « Princesse Alice » dans les eaux 
prol\>iules de rAllanli{jue et de la Méditerranée [liull. Soc' zaol. 
Fr.), 1903, 17 p., lig.* 

Lambeu'iik : Notes sur quelques Hémiptèi'es nouveaux ou rares pour 
la Gironde (P. V. Soc. Liiw. Bordeaux), 1903, 2 p.-'< 

MÉQUiGNON (A.) : Capture de trois Coléoptères {Bull. Soc. eut. Fr.), 

1902, 1 p.* 

Id. : La Chasse à domicile. Capture de Coléoptères dans la région 
parisienne [Ann. Ass. ^at. Lecallois-Perrei), 1902, 2.* 

Simon (E.) : Histoire naturelle des Araignées. 2^' éd., Il, fasc. 4; Paris 

1903, pp. 009-1080, tig.* 



Ac. des Se. {C. R. hebd. d. Séanco^), 1903, 1, 25-20. — A. Ur.Au.LOX : 
Sur le développement de l'ovaire de Poli/xenus lagurus de Géer. 

Académie liiip. des Sciences de Saiiil-lV'tersbourg [Amuiaire du Musée 
de Zoologie), VU, 4, 1902.© 

Ahuieinia umiejeinosci w. Krakowie {Bozprawg), 1902, T. 2 A et B. — 
M. Rybinski : Coleopterorum species novae minusve cognitae in 
Galicia inventae (2 pi.). — V. KuLezYiXSia : Species Oribatinarum 
(Oudms.) (Damaeuiraruni Micliael) in Galicia coUeclae (2 pi.). 

Assoc. franc, pour rAcancenient des Se. {Bull, de /'), n'' 100, 1903. 

Fnloiiiologische Litleralurblâlter, 1903, 7. 

Knloinologist [The), juillet. 1903. — Ï.-D.-A. Cockkuei.l : Note on th(> 
Bee : Genus Apis. — P. Cameuon : Description of a new species of 
Aiainoplanus (Hjmenoptera) troni South Africa. — G.-W. Ku\- 
KALov : iMiscellanea Kli\ ncholalia, n" 7. —M. Jacobv : Descriptions 
ot soine new Species and a new Genus of Chrysomelidae Irom 
South America. — E.-M. SnARi>E : On Lepidoptera collected l)y 
Majoi" E. jM. Woodward in British lîlasl Africa. — Notes diverses. 

A. L. 



Le Secrétaire-gérant : P. CiiAisANAun. 



BULLETIN 

DE LA 

SOOmTJÉ ENTOMOLOG-IQUE DE iT^iANOE 



^Séance «lu 'i'i juillet l»o:i. 

Présidence de M. F. lIENiNICGUY. 

Nécrologie. — M. le Pj'ésident annonce la mort de M. Damry, 
l)ien connu par ses récoltes de Coléoptères en Corse et en Sardaigne. 
Cet habile chasseur avait eu le malheur de devenir aveugle; il s'est 
éteint à Marseille, le 8 juillet 1903. 

Distinctions honorifiques. — M. le Président est heureux de faire 
part à la Société des nominations de nos collègues, MM. .1. An glas 
et G. Bohn, promus au grade d'ofUcier d'Académie. 

Changements d'adresse. — M. Georges Bohn, 18 , boulevard St- 
Marcel, Paris o''. 

— M. E. Dattin, 34, rue Béranger, Fontainebleau (Seine-et-Marne). 

— M. Ph. François, à partir du lo octobre, 20, rue des Fossés- 
St-Jacques, Paris o''. 

— M. P. Mabille, 17, rue de la Gaîlé, le Perreux (Seine). 

Admission. — M. Eugène Autran, oflcina de Zoologia del Mi- 
nisterio de Agricultura, 72o, callc Florida, Buenos-Ayres (RépubUquc 
Argentine). Hijtnénopthrcs et cntomoloyie appliquée. 

Subventions ministérielles. — M- Ch. Laliaussois, Trésorier, 
annonce qu'il a encaissé les subventions suivantes : 

Du Ministère de l'Instruction publique, 300 fr. ; 
Du Ministère de l'Agriculture, 570 fr. 

Bull. Soc. ent. Fr., 1903. N" 14, 



226 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Circulaire officielle. — M. le Président donne lecture d'une circu- 
laire de la Préfecture de la Seine l'informant que notre Société pourra 
s'approvisionner directement dans les entrepôts des jus de tabacs titrés, 
destinés à l'agriculture, et faire bénéficier ses membres de l'avantage 
pécuniaire ainsi réalisé. Cette circulaire, dépesée à la bibliothèque 
de notre Société et tenue à la disposition des intéressés, fait connaître 
les conditions de l'approvisionnement et les prix de vente. 



Observations diverses 

Captures. — M. l'abbé J. de Joannis signale la capture d'un (5 de 
Diacrisia [Spilosoma] mendica Cl., ab. rustica Hb., à Vannes, par 
M. L. de Joannis, le 12 juin dernier. Cette aberration n'avait encore 
été signalée, d'après le Catalogue de Staudinger-Rebel (1901), que 
de Roumanie, de Hongrie et d'Arménie. 

— M. G.-A. Poujade signale la capture de la Chrijsis hydropica 
Abeille faite en sa présence à Digne par notre collègue H. Brown, 
le 24 avril de cette année. C'est à la montagne St-Vincent, derrière le 
cimetière de la ville, que cette rare espèce a été prise. Elle est signalée 
des départements du Var et des Bouches-du-Rhône, de l'Espagne et de 
l'Algérie, par exemplaires isolés. 

■ Observations biologiques. — M. G. de Rocquigny-Adanson 
publie les deux observations suivantes : 

Familiarité des Lépidoptères ('). — Dans la belle et chaude 
matinée du 27 juin 1903, je chassais dans le parc de Baleine (Allier) 
avec un fdet à papillons muni d'une gaze entièrement blanche. 

A un moment donné (vers 8 h. 10), je marchais, ce fdet sous le bras, 
le manche en avant. L'ayant saisi pour en faire usage, je constatai 
qu'un Adela Degeerella (3 s'était posé sur la gaze, derrière mon dos. Je 
m'arrêtai, mais il s'envola assez vite pour rejoindre d'autres Adela qui 
osciUaient près de là, dans la verticale. 

Je m'approchai et poussai tout doucement la gaze blanche de mon 
filet sous la verticale d'oscillation : un Adela Degeerella (5 se posa d<' 
nouveau dessus et y demeura trois minutes. 

Un peu plus loin, à 8 h. 24, un Epinephele Janira c5 fit également 

(1) Bulletin, 12, [1903]. 



Séance du n juillet 1903. 'i^il 

preuve de familiarité en se posant non pas sur mon filet blanc, mais 
sur mon vêtement noir. 

Le 4 juillet, un Adela Degeerella c5 se posa encore sur mon filet à 
gaze blanche, mais il n'y resta qu'un instant. 

Accouplement de Névroptères. — hQ 27 juin 1903, le hasard m'a 
permis d'assister à l'accouplement de Pijrrltosoma minium Harris (') 
au parc de Baleine (Allier). Vers 12 h. lo du soir, je surveillais les 
allées et venues d'Agrions au-dessus d'un ruisseau étroit, lorsqu'un 
couple de P. minium se posa à l'extrémité d'un rameau sec, à peu de 
distance de l'eau. , 

Le mâle seul était posé, le corps de la femelle s'étendait en arrière et 
en l'air, simplement soutenu par les pinces du mâle. 

Presque aussitôt après, le mâle, courbant doucement son abdomen, 
amena la tête de la femelle au-dessous de lui de telle façon que la fe- 
melle était posée, elle aussi, sur la tige. L'ensemble était assez bien 
représenté par la lettre q, le mâle figurant la boucle de la lettre par son 
corps ployé, le corps linéaire de la femelle tenant la place de la queue. 
Puis l'abdomen du mâle se détendit avec lenteur et les deux insectes 
reprirent la position initiale. 

Mais alors la femelle commença à osciller autour de sa nuque dans la 
verticale de l'axe des deux corps et, aidée sans doute par la pesanteur, 
à lancer l'extrémité de son abdomen en avant. Je ne puis mieux com- 
parer son mouvement qu'à celui du gymnaste qui, suspendu au trapèze 
par les mains, lance ses extrémités inférieures en avant et en haut pour 
achever de faire la culbute par renversement (-). Après avoir exécuté 
trois oscillations seulement, l'extrémité de l'abdomen de la femelle vint 
se fixer sans effort sous le deuxième segment de l'abdomen du mâle 
et la figure si bizarre de l'accouplement se trouva réalisée. 

Tout cela n'avait pas duré plus d'une à deux minutes. 

Le 4 juillet suivant, j'ai observé un autre accouplement de la même 
espèce. Cette fois , le mâle était à peine posé au bout d'une tige que la 
femelle parvenait, du premier coup et avec la plus grande aisance, à 
fixer l'extrémité de son abdomen sous le deuxième segment de l'abdo- 
men du mâle. 

(1) Pour la détermination, les insectes ont été soumis à M. René Martin, 
le névroptériste bien connu, que je ne saurais trop remercier pour sa bonne 
obligeance. 

(2) Techniquement parlant, c'est la culbute en avant. 



228 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Communications. 

Descriptions de deux Èlatérides nouveaux [Col.] 

par Ed. Fleutiaux. 

Ctenicera Pupieri. — Long. 21 mill. — D'un rouge ferrugineux 
en dessus, avec une bande médiane sur le pronotum et son pourtour 
noirâtres; couvert d'une puliescence épaisse, soyeuse, d'un jaune d'or, 
plus pâle sur les élytres. Pronotum bisillonné, rétréci en avant, sinué 
sur les côtés; angles postérieurs divergents et carénés; ponctuation 
tine et serrée, entremêlée de points plus gros. Élytres ponctués-striés , 
intervalles pairs plus larges et plus élevés que les autres. Dessous noir, 
pubescence blanchâtre. 

'Mohéli, l'une des Comores. Un exemplaire pris par M. Pupier, à 
qui je suis heureux de dédier l'espèce. 

Très voisine de C. lugubris Cand., dont elle a le pronotum bisil- 
lonné et le corps également sans taches. En difïère par la forme du 
pronotum plus rétrécie en avant, sa ponctuation bien plus apparenrte et 
bien nette, les gros points beaucoup moins forts et surtout par la pu- 
bescence de couleur jaune. 

C. lugubris a été décrit de Mozambique, j'en ai vu un exemplaire de 
Mayotte dans la collection Alluaud. 

Agonischius Beauchenei. — Long. 11 mill. 1/2. — Étroit, pa- 
rallèle, convexe; noir, avec le thorax rouge en dessus et en dessous; 
pubescence courte, épaisse, bicolore. Tète noire, fortement ponctuée, 
garnie de poils blancs autour et au milieu. Antennes courtes, noirâtres, 
légèrement dentées ; 3'" article plus long que le 2*^, un peu moins que le 4°. 
Pronotum beaucoup plus long que large, élargi en avant, à peine sinué 
latéralement, rétréci seulement près des angles antérieurs; angles pos- 
térieurs prolongés en arrière, peu divergents, carénés; ponctuation 
grosse et serrée; pubescence blanche rare. Écusson couvert d'une pu- 
bescence blanche serrée. Élytres parallèles, rétrécis seulement au som- 
met, ponctués-striés, couverts d'une pubescence noire serrée et d'une 
pubescence blanche formant des bandes transversales : la première au 
quart antérieur, réunie à l'écusson le long de la suture; la deuxième au 
tiers postérieur; la troisième près de l'extrémité, interrompue et pro- 
longée en arrière le long de la suture jusqu'au sommet. Dessous cou- 
vert de la même pubescence blanchâtre. Pattes également pubescentes. 

Phnum-Penh, un exemplaire donné par M. le capitaine de Beau- 
chêne. 



Séance du 22 juillet 1903. 229 

Cette espèce est remarquable par sa forme cylindrique et sa pubes- 
cence épaisse formant un dessin très net ; aucune autre ne présente 
les mêmes caractères. On pourra la placer dans le groupe virgulatus- 
(Ustinctus Cand., dont la pubescence est de même nature à peu près. 



Une nouvelle Bruche nuisible aux plantes fourragères 

[Laria brachialis Fâhr.j [Col.] 

par le D'" Paul Marchal. 

Perris a déjà signalé la présence dcLaria brachialis Fâhr. dans les 
graines des Yesces qui croissent dans les champs de Blé : il la trouva 
en quantité, associée à quelques autres espèces, dans des graines de 
Vicia accumulées sous un ventilateur qui venait d'être utilisé pour le 
froment ('). Le nom spécifique de la plante n'a pas été d'ailleurs men- 
tionné par l'auteur. 

De l'examen d'un envoi que j'ai reçu par l'intermédiaire de M. Ha- 
riot, préparateur au Muséum"; il résulte que cet insecte peut s'attaquer 
aux Vesces cultivées comme plantes fourragères et notamment à la 
Vicia villosa. Les graines de cette plante qui m'ont été adressées étaient 
fortement contaminées par la Laria brachialis. et chaque graine atta- 
quée contenait à son intérieur un de ces insectes. 

Il est à noter que la Vicia villosa est une plante de l'Europe septen- 
trionale, orientale et centrale, ne croissant pas en France à l'état sau- 
vage ; mais elle est en revanche fréquemment cultivée comme plante 
fourragère depuis quelques années. La Laria brachialis est au contraire 
une espèce qui appartient plutôt à l'Europe méridionale et qui, en 
France, ne remonte qu'accidentellement au delà de la Loire (Bedel). 
Il est donc vraisemblable que c'est d'une façon récente que cette 
Bruche s'est adaptée à la Vicia villosa. 

Ce n'est pas seulement en France que cette plante se trouve me- 
nacée par cet insecte qui, comme toutes les Bruches s'attaquant à des 
graines utilisées dans les cultures, ne tardera pas sans doute à devenir 
cosmopolite. Les graines qui m'ont été communiquées avaient en efl'et 
été fournies par une maison française et expédiées au Canada, d'où 
elles ont été ensuite renvoyées en France pour être examinées au point 
de vue des insectes qu'elles contenaient. La naturalisation prochaine 
du Laria brachialis en Amérique est donc un fait à prévoir. 

(1) Perris : Nouvelles promenades entomologiques {Ann. Soc. ont. 
Fr. [1876] p. 237). 



230 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Sur les Cantharis {Telephoriis) de la collection Rey [Col.] 

par Maurice Pic. 

Dans l'Échange n" 83 [1891], p. 114 et 113, Rey a séparé, dans le 
groupe du Cantharis {Telephorus) fusca L., plusieurs races ou variétés 
auxquelles Bourgeois a fait allusion (Faune Gallo-rhénane, IV, Mala- 
codermes, l'-"" supplément, p. 16) d'une façon malheureusement vague et 
incomplète. Dernièrement, ayant eu l'occasion d'aller à Lyon, j'ai pro- 
fité de mon séjour dans cette ville pour jeter un coup d'œil sur les 
Cantharis types de Rey et voici le résultat de cet examen ('). En at- 
tendant mieux, ces notes donneront des indications plus complètes et 
plus précises que celles actuellement publiées sur ce sujet. 

Cantharis {Telephorus) subgemina Rey. — Par son prothorax 
robuste, ses élytres relativement allongés, la coloration des pattes, doit se 
rapporter à annularis Mén., comme variété, dont il se distingue par la 
macule foncée du prothorax unique, d'ordinaire subgéminée. Je crois 
que la var. subgemina Rey doit se confondre avec la variété longitarsis 
Pand., mais il faudrait comparer les types pour certifier cette syno- 
nymie probable. 

C. {Telephorus) auritaJ\eY. — Est synonyme de la var. coiy^mcfo 
Schils. {de fusca L.), synonymie déjà signalée (Catalogue Viturat, 
page 29) {'-). 

C. {Telephorus) curticornisBej. — Le type de Rey est une 9 uni- 
que ayant les antennes courtes et épaisses, à 2'^ article très court; par la 
coloration de ses pattes qui sont foncées, moins la base des cuisses an- 
térieures qui est rougeâtre, se rapporte à fusca L. comme variété, à 
moins que ce ne soit un individu anomal, ce qui ne serait pas impossible. 

C. {Telephorus) nigripalpis Rey. — Variété de rustica Fall., 
ayant les cuisses plus largement foncées au sommet et la macule noire 
prothoracique grande, d'ordinaire très avancée antérieurement. 

C. {Telephorus) tenuipes Rey. — D'après Rey, se distingue de 
rustica Fall. par les tarses antérieurs paraissant moins dilatés, le 3*= ar- 
ticle des antennes d relativement plus court et les palpes (5 plus obs- 

(1) Cet examen a été fait d'après les seuls matériaux contenus dans la collec- 
tion Rey; il n'est donc pas impossible qu'il y ail lieu, après l'élude d'éléments 
plus nombreux, de revenir plus tard sur ce sujet. 

(2) In L'Echanae 1902-1903. 



Séance du 22 juillet 1903. 23i 

curs. Je ne crois pas, sans oser l'airirmor cependant, faute d'un examen 
suffisant, que teuuipes soit valable; dans tous les cas, ce ne peut être 
qu'une modification du variable rustica F a 11. 



Note synonymique et biologique [Col.] 

par Maurice Pic. 

Rhinosimus elephas Chob. {Bull. Soc. ent. Fr. [1903] p. 143) = an- 
(jiistirostris Pic (Frelon VI [1898] ïY"" 7-8, p. 35). Inutile de comparer 
les types pour cette synonymie qui s'impose d'elle-même pour plusieurs 
motifs il" le D'' A. Chobaut ne parle pas de Rh. angustirostrls en dé- 
crivant son elephas, ce qui laisse entendre que cet auteur en a ignoré 
l'existence ; 2° j'ai capturé moi-même à Ain-Draham, au mois de mai, 
deux Rhùwsitnus répondant à la description de elephas et qu'il m'a été 
impossible de séparer du type de angustirostrls, provenant de Kabylie : 
Yakouren. J'ai capturé Rh. angustirostris, soit à Yakouren, soit à Aïn- 
Draham (Tunisie), en battant des branches sèches de Chêne. Je possède 
en outre cette espèce de El Fedja (ex Hénon). 



Description d'une nouvelle variété û'Ellopia prosapiaria L. [Lép.] 

par l'abbé J. de Joaxnis. 

Les diverses formes déjà signalées d'Ellopia prosapiaria L. se rap- 
portent à trois types principaux : 

la forme rose (typique) prosapiaria L., 

— verte ab . prasinaria H b., 

— grise ab . grisearia Fuchs. 

J'ai reçu récemment, des environs d'Évreux, une 9, prise en mai, 
de cette même espèce, qui s'écarte franchement de ces trois types. Cet 
exemplaire, en parfait état de conservation, nullement décoloré acci- 
dentellement, est d'un jaune d'ocre clair, se rapprochant, comme ton, 
d'Eunomos erosaria et d.\\spilates gilvaria;\-d bande médiane est un peu 
plus claire que la base et la région marginale, les lignes ordinaires tra- 
versant l'aile sont grises. Cette forme se distingue si nettement de 
toutes celles qui ont été signalées que je considère comme utile de la 
désigner par un nom spécial et je propose de la nommer : ab. ochrearia 



232 Bulletin de la Société entomologique de France. 

On peut la considérer comme un cas de xanthisme par rapport au 
type rose, mais il semble que l'on devait moins attendre ce genre de 
variation dans une espèce qui varie du rouge au vert. 

En même temps que cette forme remarquable, j'ai reçu, de la même 
localité, deux Ellopia (çç) appartenant à ]-à îorme jxrasinariajih., prises 
les 10 et 11 mai. La caplure de cette variété verte dans nos régions, en 
pays de plaine, me semble assez rare pour être signalée utilement. 



Qu'esi-ce que le Dactylopius vagabundus von Schilling? [Hémipï.] 
par Alfred Giard. 

Souslenom de Dactylopius vagabundus F., von Schilling a signalé 
récemment une Cochenille qu'il considère comme nouvelle et qui vi- 
vrait en Allemagne sur un grand nombre d'arbres d'essences diverses : 
Tilleul, Châtaignier, Érable, Aubépine rose. Bouleau, CameUia et tous 
les arbres fruitiers ! Elle serait surtout abondante sur le Prunier et le 
Marronnier d'Inde (^). 

En lisant avec attention le mémoire de von Schilling, on peut se 
convaincre facilement que l'auteur sait peut-être observer les mœurs 
des insectes, mais qu'il connaît très mal le groupe des Cochenilles et en 
particulier la tribu des Dactylojnini. Aussi est-on en droit de s'étonner 
que leD'L. Reh, le savant entomologiste de la Station Hambourgeoise 
pour la défense des végétaux [Station fur Pflanzenschutz) (-), ait cru 
devoir faire l'éloge de ce travail et le considérer comme très recom- 
mandable [sehr zu begruszen). 

L. Reh s'était aperçu cependant d'une erreur qui aurait dû mettre 
son attention en éveil. Comme il le fait observer très judicieusement, 
l'inscription du CameUia au nombre des plantes nourricières de D. va- 
gabundus repose certainement sur une confusion avec une autre Co- 
chenille : Pulvinaria camellicola Sign. (^). Mais il y a plus et le pré- 
tendu Dactylopius vagabundus comprend vraisemblablement, outre ce 

(1) Yon Schilling (Fr. H.) : Eine sirolchende WoUscJnldlaus vielfache 
Blutlausgenossin Prakt. Balg. Obst-u. Gartenbau. Jatirg 16, n°'3, 4, 5; 1901. 

(2) On sait qu'il y a quelques années, devant la menace de l'introduction 
possible de l'Aspidiotus perniciosus Comst (pou de San José), la ville de 
Hambourg a organisé un magnifique institut pour l'examen préventif des fruits 
et végétaux importés en Allemagne, au point de vue de leurs parasites. — 
Revue de viticulture X [1898] p. 725. 

(3) Allgemeine Zeitsch. f. Entomol. Bd. 6. [1901] p. 188. 



Séance du 32 juillet 1903. 233 

Piilviiiaria, au moins trois espèces bien connues et d'ailleurs assez voi- 
sines, appartenant au genre Phentwoccus Cockorell [Pseudococcus 
Sign.). Ce sont : 

i" PI), aceris Signoret, qui vit sur l'Érable (surtout .Acpj- jw^'Mé^ojj/a- 
ianus). le Charme, le Tilleul, etc. 

2" Ph. aescuU Signoret, espèce commune, même dans Paris, sur 
les Marronniers de nos boulevards et surtout sur ceuv du jardin du 
Luxembourg. 

3° Ph. mespili G Qoilro y {=: pr uni Bu rn\.), quivitsur le Pommier, 
le Prunier, le Néflier, peut èlre aussi sur le Tilleul (Signoret). Notre 
collègue M. Lécaillon m'en a communiqué récemment de beaux 
exemplaires recueillis sur le Poirier, à Jouy (Aisne). 

L'association du Ph. mespili avec le Puceron lanigère, sur laquelle 
insiste von Schilling, est purement accidentelle. C'est au Puceron 
lanigère, bien plus qu'au Phenacoccus, qu'il faut attribuer la dissémina- 
tion du chancre du Pommier. Mais lorsqu'ils sont nombreux les Dac- 
tylopiens peuvent déterminer, comme l'a observé von Schilling, l'é- 
puisement de l'arbre et sa floraison en temps anormal. Ces Cochenilles 
peuvent aussi, comme nous l'avons démontré, Lataste et moi, pour le 
Dactylopius vitis Niedz, être l'agent de transport de certaines mala- 
dies infectieuses {broussins de la Vigne) ('). 



Sur la biologie larvaire de Leptis tringaria Meigen. [Dipt.] 
par le D"^ Paul Marchal. 

La biologie des Leptis est encore peu connue. D'après de Geer {^), 
qui a observé les métamorphoses de plusieurs espèces, ils déposent 
leurs œufs dans la terre ou dans le terreau. De Geer et Bouché (•^) 
ont décrit et figuré la larve et la nymphe de Leptis scolopacea. Pour ce 
qui concerne le mode d'existence larvaire, le premier de ces auteurs 
se borne à dire que les larves vivent dans la terre et le bois pourri. 
En outre on lit, sur le même sujet, dans l'édition française de Brehm 

(1) Giard(A.) : Sur la nature du broussin) : Revue devîticul(i(rede\ia]3i\[U 
[1897] p. 80. 

(2) De Geer : Mémoires pour servir à l'histoire des Insectes, VI [177fi] 
p. 162; pi. IX, (jg. 10. 

(3) Bouche : Nalurgeschichie der Insecten, Berlin [1834] p. 44-4.5, 
pi. IV, fig. II, 12, 13, 14, 15. 



Î34 



Bulletin de la Société entomologique de France. 



par Kiinckel d'Herculais (Los Insectes, II, p. 579), que les larves 
vivent dans la terre et sont carnassières. Schiner {^) dit aussi : « Die 
larven wurden an Maikàfern und Schrôttern, uber auch in feuchten 
Erde gefunden. » 

Grâce à l'un de mes correspondants, M. Raoul Gouin, ingénieur 
agronome à la laiterie de l'Huisne, au Mans, je puis donner quelques 
détails plus précis sur la biologie larvaire d'un de ces insectes, le Lep- 
tis chevalier {Leptis tringaria Meig.). 

M. Gouin me fit remettre, en avril 1902, des larves vivant dans le 





Fis- 1. Fig. 2. 

terreau et qui avaient attiré son attention par l'acharnement avec le- 
quel elles s'attaquaient aux Vers de terre. Au moment où elles me fu- 
rent envoyées elles avaient atteint, ou peu s'en fallait, leur taille défi- 
nitive. Par voie d'élevage, elles me donnèrent à la fin de mai ou dans 
les premiers jours de juin plusieurs éclosions de Leptis tringaria. Je 
ne m'attarderai pas à la description de la phase larvaire et de la phase 
nymphale de cet insecte. Les figures 1 et 2 relatives à la larve et la tl- 
gure 3 relative à la lîymphe montreront seulement qu'il existe de 
très grandes différences entre elles et les stades correspondants du 
Leptis sco/opacea, tels qu'ils ont été figurés par deGeer et par Bouché. 
Peut-être ces différences sont-elles en rapport avec le mode d'exis- 
tence larvaire. 

Les larves du Leptis tringaria ont d'abord été remarquées dans un 
jardin de la ville du Mans. L'observateur trouvait fréquemment dans 



(1) Schiner : Fauna austriaca. Die Fliegen, Wien [1862] 1, p. 171. 



Séance du n juillet 1903. 23o 

les allées de son jurdin des Vers de terre desséchés. En regardant de 
plus près, il A it ensuite des Vers se tordre, traînant après eux une 
des larves en question; celles-ci n'abandonnaient leur proie qu'après 
l'avoir presque totalement vidée. 

M. Gouin se lit envoyer quatre de ces larves. En les recevant, il les 
mit sur de la terre en compagnie des Lombrics: mais, pendant plusieurs 
heures, elles ne parurent faire aucune attention à ces derniers ; ce ne 
fut que le lendemain matin qu'il constata que les Lombrics étaient dé- 
coupés en tronçons et que les larves de Leptis, au lieu d'être transpa- 
rentes comme la veille, étaient teintées dé rose. Il continua alors à les 
nourrir de la même façon et put se convaincre de la voracité avec la- 
quelle elles vidaient entièrement le corps des Lombrics. 




Les larves qui me furent envoyées par M. Gouin étant peu éloi- 
gnées du moment de la métamorphose, je n'eus pas le loisir de les 
voir aux prises avec les Lombrics ; je les mis pourtant en présence de 
Vers de terre et, au bout de quelque temps, je retrouvai qitelques-uns 
de ces derniers vidés et à peu près réduits à leurs téguments. On peut 
donc considérer comme bien établi que les larves du Leptis tringarUi 
font la chasse aux Lombrics. Au point do vue économique, ce fait n'a 
qu'un intérêt secondaire. Les Vers de terre peuvent en effet être 
considérés tantôt comme utiles, en tenant compte du rôle bienfaisant 
qu'ils jouent comme fertihsateurs, tantôt comme nuisibles, en con- 
sidérant la perturbation qu'ils amènent par leur abondance dans les 
semis et les jeunes plantations ; dans de tehes conditions, le rôle joué par 
un insecte prédateur de ces animaux ne peut avoir une bien grande 
importance et c'est surtout comme contribution à l'étude de la biolo- 
gie des Leptides que les faits qui précèdent méritaient d'être signalés. 



236 



Bulletin de la Société entomologique de France. 




Fig. i. 



Sur la biologie des Hydrellia [Dipt.] 
Dégâts exercés sur le Cresson par VHydrellia rammculi Haï. 

par le D"^ Paul Marchal. 

J'ai reçu dans le courant du mois de février, par l'intermédiaire d'un 
cressiculteur de Mérévillc (Seine-et-Oise), un échantillon de Cresson 
{Nasturtium officinale) dont les tiges étaient minées par de nombreuses 

larves de Diptères. Ces larves ne tar- 
dèrent pas à opérer leur nymphose 
et, le Cresson ayant été placé sur du 
sable humide dans un cristallisoir, j'ob- 
tins dans le courant de mars une quan- 
tité de petits Diptères (fig. 1) que notre 
collègue M. le D'' J. Villeneuve eut 
l'obligeance d'examiner et qu'il rapporta 
à l'espèce Hydrellia ranunculi H al. 
Les larves de cet insecte (fig. 2 a) se creusent des galeries superfi- 
cielles, dans les tiges du Cresson (fig. 2 b) ; elles sont visibles par transpa- 
rence et ne sont séparées de 
l'extérieur que par la cuti- 
cule de la plante. 

Ces larves peuvent être 
fort nombreuses ; d'après 
mon correspondant , elles 
font souvent mourir les 
tiges dans lesquelles elles 
vivent et elles ont causé 
cette année un préjudice très 
grand aux cultures de 
Cresson de Méré ville. 

La nymphose se fait à 
l'extrémité de la galerie 
creusée par la larve; étant 
donné l'éclosion très pré- 
coce des adultes, il est cer- 
tain qu'il y a plus d'une 
génération dans le cours de l'année. 

Je n'ai trouvé aucune indication bibliographique sur la biologie de 
VHijdrellia rammculi. 




Séance du 22 juillet 1903. 237 

Haliday ('), ondôcrivant rospèce, ne fait aucune allusion à sa plante 
nourricière; il est dune probable que son nom spéciliquc ranuncuU 
n'implique pas que sa larve peut vivre sur les Ranuitcuhift. 

En revanche, nous possédons quelques données sur la biologie d'au- 
tres espèces d'Hydrellin. 

D'après Goureau (-) XlhidrelUa flaveola Meigen vit à l'état larvaire 
dans les feuilles de la grande Capucine {Tropaeoiuin majus). 

Frauenfeld (^) a constaté que la larve de Hydrellia albilabris ^lei- 
gen minait les feuilles de la Lentille d'eau [Lemna). 

Stein (*) rapporte que VHijdvellia griseola s'est montrée très nuisible 
à l'Orge, aux environs de Greifswald; les larves minent les feuilles 
et celles-ci finissent par se dessécher. L'auteur décrit la larve et la pupe 
et donne une figure de la première. 

Enfin Perris (^) a trouvé les larves et les pupes de V Hydrellia albi- 
frons dans les tiges et les pétioles de VAlisma plantago. 



Les Bombyles de Meigen au Muséum de Paris [Dut.] 

par le D' J. Vuxeneuve. 

1. Bomhylius punctatus = Eod. nom. (auct.), 2 cJ. 

2. B. analis = 1 c? (ex Hispaniâ). 

3. B. médius ^= discolor Mik, 3 c5. 

4. B. major = Eod. nom. (auct.), 3 Ç- 
o. B. fuse us = 1 (5. 

6. B. pictus = Eod. nom. (auct.), c? 9- 

7. B. ater = Eod. nom. (auct.), 3 exempl. 

8. B. cruciatus = ht exempl. en bon état. 

9. B. concolor =: médius L., c5 9. 

10. B. deses ^ 1 c5 (ex Hispaniâ) = senex Meig. 

(1) Haliday, Ann.ofnat. BisL, Ht [1839] p. 402. 

(2) Goureau, Ann. Soc. ent. Fr., 2, IX [1851] p. 161. 

(3) Frauenfeld, VerJi. d. zool.-bol. Ces. Wien., XVI [1866] Sitzber., 
p. 87. 

(4) Stein, Berlin, ent. Zeitschr., XI [1867] p. 395. 

(5) Perris, Ann. Soc. ent. Fr., 5, VI, [1876] p. 236. 



238 Bulletin de la Société entomologique de France. 

M. B.fimbriatus = 2 ex. (Bôhmen). 

12. B. discolor = 1 c? (Bayern) === médius L. 

13. B. undatus = Une 9 (ex Hispanià) qui est B. torquatus Loew. 
Bien reconnaissal^le à la bande de poils noirâtres qui va d'une aile à 

l'autre sur le bord antérieur du thorax. 

14. B. nitidulus = Systoechus eod. nom. (auct.), (5 Q. 

15. B. nitidulus (var. caudatus) = Petit exemplaire de l'espèce 
précédente. 

16. B. posticus = 2 c5, 2 5 de /î. vulpinus Meig. 

17. B. minor =■ C'est un mélange de plusieurs espèces, à savoir : 

* — Bombijlius venosus Mik, 1 c3" (Bohmen). 

* — Bombijlius venosus Mik, 1 9- 

— Bombylius venosus Mik, t (3. 

— Bombylius cinerascens Mik, 2 9. 

* — Bombylius? canescens Lw., 1 9. 

18. B. longirostris = 2 ex. ((5 9) de Bombylius venosus Mik. 

19. B. brevirostris = Bombylius fuliginosus Lw., 1 9 (Mus. Winth.). 

20. B. favillaceus = 5 exemplaires, à savoir : 

* — Bombylius cinerascens Mik, c5. 

* — Bombylius venosus Mik, 9- 

— Bombylius venosus Mik, c?- 

— Bombylius cinerascens Mik, 9. 

— Bombylius variabilis Loe\^, o". 

21. B. niveus= 2 9. 

22. B. ctenopterus = Systoechus eoà. nom. ap. Schiner: 0" 9 (Ber- 
lin). 

23. />. pumilus = 3 exemplaires, à savoir : 

-'" — Bombylius pumilus ap. Loew, 2 c5. 

* — Bombylius canescens Loew, 9. 

24. B. floralis = Bombylius cinerascens Mik, c?. 

25. B. apicalis = Bombylius fulvescens ap. Loew, c5. 

26. B. cinereus = 6 exemplaires, à savoir : 

* — Bombylius variabilis Loew, (5. 

* — Bombylius canescens Mik. 

— Bombylius venosus Mik, 9. 



Séance du 22 juillet 1903. 239 

— Boinbtjlius mlnur L. 'i. 

* — Systoechus leucophoeus ap. Locav (pas do puils 
noirs; la toison gris blanchâtre), c5 9. 

Les 2 derniers exemplaires portent l'étiquette des vrais types de 
Meigen; les 2 premiers portent simplement la mention « cinereus ». 

27. B. pusillus = 5 exemplaires, à savoir : 

■"■ — Bombijlius puDiilus ap. Loew, (5 (l'étiquette est 
ainsi conçue : « Bombylius pusillus [minimus mihi) » . 

* — Bombylius venosus Mik, 9. 

— Bombylius variabilis Loew,3d, dont l'un porto 
la même étiquette que plus haut. 

28. B. semifuscus — Un c5 et une 9 d'une bonne espèce qui m'a 
paru d'emblée être identique à B. cincinnatus Beck. — Mr. Th. 
Becker ayant eu l'amabilité de me communiquer un couple de 
B. cincinnatus, il m'a été donné de pouvoir confirmer mon im- 
pression première. Le type (5 de Meigen a, il est vrai, des pattes 
d'un rouge noirâtre, mais beaucoup d'exemplaires de Meigen aux 
fémurs normalement noirs, présentent cet aspect rougeàlre dû vrai- 
semblablement à la vétusté ou à la simple dessiccation. 

Le mâle de B. cincinnatus a les pattes entièrement noires, au 
moins sur l'exemplaire communiqué par M. Becker. Aussi je pro- 
pose la synonymie suivante : 

J?. semifuscus Meig. (typé) = B. cincinnatus Beck. (type) = B. 

nigripes Strobl. d- 

29. B. minimus = Systoechus sulphureus ap. Schiner, 1 c?, 2 9- 
Le mâle porte une étiquette ainsi conçue : « minimus Fbr. = ful- 

rus m. » écrite de la main de Meigen. 

30. B. sulphureus = Dischistus minimus apud Loew, Schiner, 
2oM9. 

Les exemplaires marqués d'une * sont ceux qui portent l'étiquette de 
Meieen dans sa collection. 



Bulletin bibliographique. 

AzAM (.1.) : Catalogue synonymique et systématique des Orthoptères 
de France {Miscell. ent.), 1901, 107 p.- 

Fleutiaux (E.) : Observationbiologique.— Descriptions de deux Cicin- 
délides nouveaux de Madagascar [Bull. Soc. eut. Fr.), 1903, 3 p.* 



240 Bulletin de la Société entomologiqiie de France. 

HouARD (C.) : Recherches anatomiques sur les galles de tiges : Pleu- 
rocécidies {Bull. Soc. Fr. et Belcj.), 1903. 

Marshall (F. -H. -A.) : The OEstrous cycle and the formation of the 
corpus luteum in the Sheep [Reg. Soc.Lond. Phil. Tr.), 1903, 97 p., 
4 pi.* 

Packard (A. -S.) : Hints on the classification of the Arthropoda; the 
group a Polyphylctic one {Proc. Amer. Soc), 1903, 22 p.* 

Saussure (H. de) : Analecta entomologica. — Notice sur la tribu des 
Eumastaciens {Rev. Suis. ZooL), 1903, 70 p.* 



Agricultural gazette of N. S. Wales, XIV, 6, 1903. — W.-W. Frog- 
GATT : Insects that damage Wheat and other Foodstufîs (pi.). 

Annals and Magazine of Natural History, Sér. VII, 12, n° 67, 1903. — 
C.-T. BiNGHAM : On tlie Hymenoptera collected by M. W.-L. Distant 
in the Transvaal, South Africa, with descriptions of supposed new 
species. — T. Broun : Description of new gênera and species of 
New Zealand Goleoptera. 

Canad. Ent. {The), juillet 1903. — A.-T Slosson : A. Coleopterous 
conundrum. — J.-B. Williams : Butterfly notes from Toronto for 
1902. — W.-E. Britton : Twelve-Spotted Asparagus Beetle in Con- 
necticut. — D.-W.Coquillett: Anew Culicid genus related to Core- 
thra. — G.-B. King : Some new records of Coccidae. — R.-A. Cooley : 
A new Sawfly (fig.). — W.-H. Ashmead : Classification of the fosso- 
rial, predaceous and parasitic Wasps,or the superfamily Vespoidea. 

— H. -F. WiCKHAM : Gynandromorphism in Lucanus Elaphus (fig.)- 

— C.-H. Fernald : Golour-Blindness among entomologists. — 
H.-F.WiCKHAM:Meristic variation in Corydalis cornuta Linn. (fig.). 

— A.-R. Grote : Preoccupied Name. — J.-M. Aldrich : Do we know 
Culex consobrinus, Desv.? — J.-A. Moffaï : Got without seeking. 

Entomologist's Record and Journal of Variation, XV, 8, 1903. — 
W.-G. Sheldon : Lepidoptera at Pont-du-Gard and Digne (pi.). — 

— N.-C. Rothschild : A new British Flea : Typhloceras poppei, 
Wagner (pi.). — T. -A. Chapman : The European Orgyas : Their 
spécialisation in Habits and Structure. — C.-R.-N. Burrows : Notes 
on Phorodesma {Comibaena) pustulata Hufn. — J.-W. Tutï : The 
Lepidoptera of Provence-Grasse, Mouans-Sartoux, Pegomas, Auri- 
beau. 

J. M. 



Le Secrétaire-gérant : P. Chabanaud, 



BULLETIN 

DE LA 

SOCIÉTÉ ENTOIdiOLOGIQUE DE FRANCS 



jiéaiicc <Iu 11 ocioltrc 1903. 

Présidence de M. F. HENNEGUY. 

MM. L. de Larminat (de Hanoï, Tonkin) et J. Le Seigneur (de 
Cherbourg) assistent à la séance. 

Nécrologie. — M. le Président a le regret d'annoncer la mort de 
notre collègue, M. Georges Vodoz, décédé, le 20 août dernier, au Cap 
d'Antibes (Alpes-Maritimes). M. Vodoz s'était spécialement occupé des 
Coléoptères de Corse et avait publié quelques observations à ce sujet.' 

Exonération. — M. le Trésorier annonce que notre collègue, 
M. Joseph Perret, s'est lait inscrire comme membre à vie. 

Correspondance. — M. E. A utran remercie la Société de son ad- 
mission. 

— M. A. Giard annonce à la Société que M. Gaston Darboux est 
chargé du cours de Zoologie à la Faculté des Sciences de Marseille. 

Voyages. — M. le W k. Giard a reçu de bonnes nouvelles de nos 
collègues, MM. J.Bonnier et Ch.Pérez, en route pour l'Antarctique. 
Le Frnn-ais a séjourné quelques jours à Madère. Le 26 septembre, il 
touchait à Saint- Vincent du Cap-Vert. Tout allait bien à bord, mais la 
vitesse du voyage rendait impossible l'emploi de la drague ou du filet 
tin. Après une courte escale à Buenos-Ayres, nos collègues s'arrêteront 
encore à Punla-Arenas où on peut leur écrire jusqu'au 22 octobre. 
Puis nous serons sans nouvelles de l'expédition jusqu'au mois d'avril 
ou au mois de mai 1904. 

— M. L. Bedel donne d'excellentes nouvelles de M. Ch. Alluaud 
dont il a reçu une lettre datée de Nairobi (Afrique occidentale anglaise) 
et du o septembre. Notre collègue a dû partir au commencement de 
septembre pour le lac Victoria Nyanza en visitant en route les lacs de 
Naivasha, de Nakuro et d'Elmentaita qui sont au fond du « Great Rift 
Valley ». Il signale dès maintenant le voisinage des Zèbres comme parti- 
Bull. Soc. ent. Fr., 1903. N° 15. 



242 Bulletin de la Société entomologique de France. 

culièrement favorable à la recherche des Coprophages et compte nous en- 
voyer à son retour une longue lettre sur l'Entomologie de ces régions. 

Changements d'adresse. — M. E. Abeille de Perrin, 200, bou- 
levard Chave, Marseille (Bouches-du-Rhône). 

— M. l'abbé V. de Bange, St-David's Collège, N.-W., Mold (An- 
gleterre). 

— M. PaulBelon, chez M. Argod- Vallon, Crest (Drôme). 

— M. Auguste Méquignon, château de la Cloutière, Perrusson 
(Indre-et-Loire). 

— M. le D"- J. Mouchotte, 8, rue Freycinet, Paris 16^ 

Présentations. — M. Louis-Gustave Le Comte, ingénieur civil, 
présenté par M. A. Champenois. — Commissaires-rapporteurs : 
MM. J. Magnin et Ph. Grouveile. 

— M. leD'- B. Vogt, 8, rue Taitbout, présenté par MM. H. Donc- 
kier et C. Dumont. — Commissaires-rapporteurs : MM. A. Giard 
et J. de Joannis. 

Dépôt d'Annales. — Le Secrétaire dépose sur le bureau le 2" tri- 
mestre des Annales de l'année 1903. 

Création d'une sous-section d'Entomologie à l'Association fran- 
çaise pour l'avancement des Sciences. — M. A. Giard annonce 
que, pendant la session de l'Association française pour l'avancement 
des Sciences à Angers, il s'est acquitté de la mission que lui avait 
confiée la Société dans la séance du 22 juillet dernier. Sur sa propo- 
sition, appuyée par M. J. Kiinckel d'Herculais, la section de Zoolo- 
gie, présidée par M le professeur Joubin, a émis à l'unanimité un vœu 
tendant à la création d'une sous-section d'Entomologie pure et appli- 
quée. Ce vœu a été enregistré par l'assemblée générale du 11 août. 
Les entomologistes des villes où se tiendront les futurs congrès pour- 
ront donc se réunir à leurs collègues faisant partie de l'Association et 
leur communiquer leurs travaux. Ils pourront aussi organiser, dans la 
région visitée, des promenades auxquelles seront heureux de prendre 
part les membres de la Société entomologique qui regrettent les excur- 
sions en province pratiquées autrefois par nos anciens. Enlln, il est bon 
de rappeler que l'Association française, faisant preuve en cela d'une 
libéralité peu commune, accepte de publier les mémoires présentés à 
ses congrès, alors même qu'ils ne sont pas dus à des membres de 
l'Association, pourvu toutefois que ces travaux aient été accueillis par 
la section compétente et par la commission de publication. 

Le prochain congrès aura lieu à Grenoble, où la section de Zoologie 



Séance du 14 octobre 1903. 243 

sera présidée par notre collègue L. Léger, professeur à la Faculté des 
Sciences. 

Cetleannée,àAngers,notrecollègueG.Allard a faille plus charmant 
accueil aux entomologistes et aux botanistes qui ont visité son magni- 
fKjue arboretum de la Maulcvric. j\[. C h e u x s'est également mis à la dis- 
position des membres du congrès qui désiraient consulter ses collections. 

Congrès des Sociétés savantes. — Le Président donne lecture 
d'une circulaire de M. le Ministre de l'Instruction publique et des 
Beaux-Arts annonçant que le 42'' Congrès des Sociétés savantes s'ou- 
vrira à la Sorbonne, le 5 avril 1904. 

La circulaire de M. le Ministre insiste tout particulièrement sur les 
prescriptions suivantes : 

Toute lecture sera, comme les années précédentes, subordonnée à 
l'approbation du Comité des Travaux historiques et scientihques. 

Les manuscrits devront être entièrement terminés, lisiblement écrits 
sur le recto et accompaguésdes dessins, cartes, croquis, etc. nécessaires, 
de manière à ne pas retarder l'impression si elle est décidée. 

Les mémoires devront parvenir, avant le 20 janvier prochain, au 
o'' bureau de la Direction de l'Enseignement supérieur; il ne sera tenu 
aucun compte des envois adressés postérieurement à cette date. 

-:- Notre Société désigne MM. G.-A. Baer et A. Lamej' pour la 
représenter aux séances du Congrès. 



Observations diverses. 

Observations biologiques. — M. A. Bourgoin publie l'obser- 
vation suivante sur la ponte et les mœurs du Crijptocephalus quinque- 
piinclatus Harrer. 

Le 4 septembre dernier, j'ai capturé deux femelles de Crijptocephalus 
quinquepunctatus Harrer, l'une à deux heures et demie de l'après- 
midi, l'autre vers quatre heures en fauchant par une chaleur acca- 
blante les Chênes rabougris qui croissent dans les roches de Beauvais 
(Seine-et-Oise). 

L'une de ces femelles a été gardée vivante dans un tube, sur une 
feuille de Chêne. 

Le lendemain, je suis retourné au même endroit. J'ai battu et fauché 
les mêmes Chênes de neuf heures à onze heures et demie du matin, 
par un temps orageux; mais la température n'était pas, je crois, encore 
suffisante, le soleil ayant été souvent voilé par des nuages jusque 
vers onze heures. 



244 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Le temps étant resté clair à partir de ce moment, j'ai recommencé à 
faucher les mêmes Chênes à deux heures de l'après-midi, par une cha- 
leur torride. Immédiatement j'ai pris un -àxiire Cryptocephalus quinque- 
imnctatus, puis deux autres, une heure plus tard. J'ai continué ensuite 
sans succès jusqu'à cinq heures et demie. Les insectes ont été été con- 
servés vivants. 

Le 6 septembre, j'ai examiné la femelle capturée le 4. Elle avait 
pondu 11 œufs recouverts chacun d'une sorte de capsule formée de 
lamelles imbriquées, disposées en spirale. Les trois autres femelles 
avaient pondu aussi quelques œufs. J'en ai conservé dans l'alcool et 
j'ai placé les autres avec les femelles sur un pot où j'avais planté un 
jeune Chêne, un pied de Calluna erica et de la mousse. 

J'ai recouvert le tout d'un cyhndre de verre très transparent. 

J'ai pu observer ainsi une femelle qui, posée sur la paroi interne 
du cylindre, s'y maintenait au moyen des 4 pattes antérieures et agitait 
ses tarses postérieurs. Je l'examinai à la loupe. Je vis alors une petite 
masse noirâtre, très exactement placée dans la fossette du dernier 
segment abdominal et maintenue dans cette position par les tarses 
postérieurs, tandis que l'anus expulsait de petites lamelles triangu- 
laires, à côtés curvihgnes. 

Ces lamelles étaient appUquées par l'anus sur la petite masse en 
forme de capsule à laquelle les tarses postérieurs imprimaient un 
mouvement de rotation. Pendant environ dix muiutes, l'anus s'appliqua 
très souvent sur la capsule pour y déposer des lamelles, puis, l'opéra- 
tion étant terminée, l'insecte lança, par un brusque mouvement de 
détente des pattes postérieures, cette capsule qui tomba sur une feuille 
de carton blanc que j'avais placée sous le pot à fleurs. Je pus constater 
plus tard qu'elle contenait un œuf. 

Mais pour le moment je ne dérangeai pas l'insecte qui restait immo- 
bile, toujours fixé sur la paroi de verre, agitant parallèlement ses 
tarses postérieurs dans le sens vertical, sans les frotter l'un sur 
l'autre, ni sur l'extrémité de l'abdomen. Une minute après, je vis une 
lamelle sortir de l'anus; elle fut aussitôt saisie par les tarses posté- 
rieurs et transportée dans la fossette abdominale ; d'autres suivirent 
sans interruption et furent placées de même. 

Lorsqu'il y en eut un certain nombre et que la masse déborda la 
fossette, l'insecte commença le mouvement de rotation au moyen des 
tarses postérieurs et les lamelles furent appliquées directement par 
l'anus. A aucun moment je n'ai pu voir l'œuf pénétrer dans la capsule, 
et je ne saurais dire si l'insecte l'avait déposé d'abord dans la fossette 
abdominale, sans que je m'en fusse aperçu, ou s'il l'y avait introduit 



Sranrr du li orinhir lOUS. 245 

on dornier lieu (ce qui mo parait assez supposable, l'oiiverliire éUint 
toujours restée tournée "vers l'anus et la pointe vers l'avant de la 
fossette abdominale). Au bout de lo minutes exactement, car cette fois 
j'avais noté l'heure, l'insecte lança encore la capsule par un brusque 
mouvement des pattes postérieures, les agita un moment dans le sens 
vertical, puis se mit en marche, sa ponte étant pour l'instant ter- 
minée. C'est alors que, soulevant le cylindre, j'examinai les deux 
capsules : elles contenaient chacune un œuf. 

J'ai constaté que ces Cryptocéphales, iDien que marquant une préfé- 
rence pour les feuilles de Chêne, doivent être très polyphages, car je 
les ai vus se nourrir également de fragments de feuilles décomposées, 
de Heurs, de feuilles et d'écorce de CiiHami criai et même des Mousses 
que j'avais placées sur la terre. 

— M. E.-L. Bouvier a reçu de M. le comte H. du Chaignon des 
Crevettes d'eau douce recueillies en Tunisie, dans l'Oued Milliane, aux 
environs de Zaghouan. Il a fait l'étude de ces petits Crustacés et a 
reconnu qu'ils devaient être rapportés à une espèce de la famille des 
Atyides, VAtuaëphijra Desinaresti Millet, qu'on range fréquemment, 
à tort, parmi les Caridines. Cette espèce est commune en France, mais 
on ne l'avait pas encore signalée dans le Nord de l'Afrique où elle 
est pourtant très répandue. M. Bouvier a reconnu, en elïet,que toutes 
les Caridines algériennes décrites par Lucas sous le nom de C. longi- 
rostris sont en réalité des A. Desinaresti et que le Muséum ne pos- 
sède plus aucun exemplaire de la vraie Caridine longirostre. Pour- 
tant cette espèce existe bien réellement en Algérie; M. Bouvier serait 
heureux si les zoologistes de la région arrivaient à la retrouver. 

— M. le D'' A. Giard donne lecture de quelques passages d'une 
lettre que lui adresse (8 juillet) notre collègue, M. L.-G. Seurat, direc- 
teur du Laboratoire de Rikitea (île Mangareva) (') : 

« L'archipel des Gambier est formé de dix îlots volcaniques très pe- 
tits, mais très escarpés, entourés à l'Est, à l'Ouest et au Nord d'une 
ceinture de motus ou îles basses tout à fait semblables aux motus qui 
forment les îles Pomotu ou Tuamotu. L'île Mangareva est la plus grande 
de cet archipel, mais la seule partie habitable est la zone Uttorale, sable 
corallier fossilifère, qui s'étend de la mer à la base de la montagne 
basaltique. Le climat est très bon : la température ne s'élève jamais 

(1) L'île Mangareva est la possession française îa plus à l'Ouest de la Poly- 
nésie (137<'17'40"W.). 



246 Bulletin de la Société entomologique de France. 

au-dessus de 33° et ne descend jamais au-dessous de 13°; je trouve 
cependant que l'humidité est trop grande. L'île ne possède aucune 
ressource alimentaire, en sorte que notre nourriture ne se compose 
que de conserves et de poisson; quand les goélettes tardent trop, c'est 
la famine. Ce n'est pas à dire que l'archipel ne présente pas de terres 
cultivables : celles-ci sont au contraire très fertiles; le Caféier y pros- 
père d'une façon remarquable, mais l'apathie des indigènes est au-des- 
sus de tout : les mei (Arbres à Pain) et les taras leur suffisent. 

« L'archipel des Gamijier est loin d'être un paradis pour le natura- 
liste : il n'y a pas de faune terrestre, si ce n'est quelques Insectes 
importés et quelques rares Mollusques, dont les plus intéressants sont 
les Veronicella. J'ai retrouvé le TaUtrus AlluaucU Chevr. de Madagas- 
car! Les endroits un peu ombragés, très escarpés, ne fournissent rien; 
le Palaemon lar Fab r. remonte très haut dans la montagne ; je ne pense 
pas qu'il ait été signalé à Mangareva. Les quelques rares Oiseaux que 
nous avons (Phaëton.à brins blancs et Phaëton à brins rouges, Anous 
stoUdus, Sterna sp., etc.) ont une aire de distribution très vaste; peut- 
être les Acariens qu'ils abritent présentent-ils de l'intérêt : c'est ce que le 
D'' Trouessart ne tardera pas à me dire. La faune et la flore marines 
sont loin de donner une compensation; elles sont toutes les deux très 
pauvres et les plus patientes recherches restent souvent sans résul- 
tat. L'appauvrissement des faunes, à mesure qu'on s'avance vers l'Est, 
est d'ailleurs un fait connu sur lequel mon ami Ch. Hedley (de 
Sydney) a insisté récemment (A zoogeographic Scheme for theMid-Pa- 
cilic; 1899). Je suis de plus en plus convaincu que les Gambier, de 
formation récente, ont été peuplées par migration des espèces. 

« J'ai réuni la plus grande partie des Mollusques marins et je n'ai 
guère plus de loO espèces ! Les Crustacés no sont pas non plus très 
communs et beaucoup de groupes paraissent manquer; c'est ainsi que 
j'ai pris bien des Crabes sans jamais trouver de Sacculines. J'ai trouvé 
un Bopyrien parasite d'un Pagure. 

« Les Crustacés les plus curieux sont lesUga [Cenobita sp.), qui se 
logent dans des coquilles de Turbo \ ces Crustacés sont à peu près com- 
plètement terrestres, allant se mouiller à des intervalles très longs 
dans la mer; certainement notre collègue Bohn trouverait là un 
sujet d'étude très intéressant. », 

— Familiarité des Lépidoptères. 

Sous ce titre, M. G. de Rocquigny-Adansonpubheles observations 
suivantes. 

Le 14 juillet 1903, dans la matinée, je me trouvais dans la grande 



Séance du 11 octohvp 1003. '247 

salle de rinslitiilion du Sacré-Ca>iir, à Moulins, où les élèves (Maienl 
réunis pour voir et examiner un beau spécimen vivanl de Pygargue 
{Hiiliaetus albiciUii L.), capturé près de St-Malo. Un Eplnephcle Ja- 
nini 9, qui voielail par-ci par-là, vint se poser sur mon cliapeau de 
paille et j'en lus averti par mon excellent ami, M. l'ahbc Pierre, i)ro- 
fesseur de Sciences à l'Institution. 

Le 20 juillet suivant, au matin, mon iils aîné Hugues, voulant pren- 
dre à la main, sous mes yeux, ua Limenitis Sibijllaiwsà sur une plante, 
le Papillon s'enleva légèrement et vint se poser sur la main même 
qui chi:'rchait à le capturer. 



Communications. 

Description d'une nouvelle espèce de Malthodes 
de la faune française [Col] 

par J. Bourgeois. 

Malthodes (in sp.) silvicola sp. nov. — (5 Elomjatus , niger vel 
fusco-niger; antennis crassis, elytrorutn apicein vix attingentibus, ar- 
ticulo primo omnino, secundo ex parte flavo-rufis; prothorace trans- 
verso, antice et postice auguste rufo-limbato ; ehjtris fuscis, medio 
paulo dilutioribxis , apice flaro-guttatis : abdominis segmento dorsali 
ultimo profunde furcato , ventralibus penultimo utrinque in ■ lobum 
triangiilareni clongatum producto, ultimo styhim flavum, curvatum, 
apicem versus dilatatum et triangulariter emarginatum exhibente. 

9 Paulo latior ; antennis articulis vix elongatis, duobus basai ibus 
laete rufo-flavis ; prothorace flavo, ad latera nigro-variegato ; eUjtris 
palUdioribus ; abdomine simplici . — Long. 2-2 l'2 mill. 

(5 Tête noire, subconvexe, assez luisante, à peine visiblement poin- 
tillée ; yeux assez. gros et saillants; mandibules et base des palpes 
roux ; antennes n'atteignant pas l'extrémité des élytres, assez épaisses 
et à articles peu allongés, noires, avec le premier article en entier 
et la base du second d'un roux vif; prothorax trans verse, un peu 
élargi d'arrière en avant, à côtés presque droits, non rebordé laté- 
ralement, fortement arqué à son bord postérieur, d'un noir brunâtre 




248 Bulletin de la Société entoniologique de France. 

avec un fin liséré roussâtre au bord antérieur et à la base, angles 
antérieurs tronqués, un peu épaissis en bourrelet; élytres d'un brun 
foncé, un peu plus clairs dans leur partie médiane, quatre fois environ 
aussi longs que le corselet, ruguleux, pubescents, parés chacun à 
l'extrémité d'une tache soufrée ; dessous du corps 
et pattes d'un brun noirâtre, hanches un peu plus 
claires. Derniers arceaux dorsaux de l'abdomen al- 
longés, le dernier incliné, profondément fourchu; 
avant-dernier arceau ventral réduit à deux lobes 
latéraux, allongés et triangulaires, le dernier d'un 
jaune yif, affectant la forme d'un style courbé vers le haut, graduel- 
lement élargi vers l'extrémité où il est triangulairement incisé.— Long. 
2 1;4 mih. 

9 Forme un peu plus large ; antennes encore plus courtes, à articles 
plus ramassés, les deux premiers en entier d'un jaune vif ; prothorax 
en majeure partie d'un flave roussâtre, rembruni seulement dans la 
région des angles antérieurs et le long des bords latéraux ; élytres plus 
clairs; côtés de la poitrine tachés de jaune; abdomen simple. — 
Long. 2 1/2 mill. 

Drôme : forêt de Saôu (P. de Peyerimlioff et G. Sérullaz), 1 (5, 
1 9. 

Cette espèce est voisine du .V. pulicarius Red th., mais elle est de 
taille plus petite, les antennes (c?) sont moins longues et plus épaisses, 
le prothorax est un peu moins transverse, les élytres sont parés à 
l'extrémité d'une tache d'un jaune soufré, tandis qu'ils sont conco- 
lores chez pulicarius et les pattes sont entièrement noires. En outre, 
chez le cJ, le dernier arceau dorsal de l'abdomen est profondément 
incisé, l'avant-dernier arceau ventral a les lobes latéraux moins longs 
et le dernier, au lieu d'être divisé à partir du milieu en deux bran- 
ches divergentes, est graduellement élargi vers l'extrémité et seu- 
lement triangulairement échancré. A ce point de vue, il rappelle- 
rait plutôt M. siculus Ksw. {Berl. eut. Zeits. [1874], p. 47 et [1872] 
pi. V, fig. 35), mais ce dernier est un Malthodellus. Les deux sexes 
diffèrent un peu par la coloration, du moins dans l'unique paire que 
j'ai sous les yeux. Chez la 9, les deux articles basilaires des antennes 
sont en entier d'un jaune vif et le prothorax est peint en. dessus 
comme dans imlicarius. 



Smnce du 11 orfohrr 1003. 249 

Sur les variétés de Cajîiiîaiis décrites par Rey dans !'« Echange» [Coi..] 

par J. Bourgeois. 

Dans le n° 14 de ce BuUelin, M. Maurice Pic a cherché à tirer de 
roubh certaines « races ou variétés » de Cantharis décrites par Rey 
dans VEchange (1891) et auxquelles je n'aurais fait allusion, dans la 
Faune gallo-rhénane, que « d'une façon malheureusement vague et 
incomplète ». Je reconnais parfaitement n'être pas entré dans de grands 
détails au sujet de ces variétés et la raison en est que je les considé- 
rais, pour la plupart, comme accidentelles : je m'en suis expliqué, du 
reste, pour l'une d'entre elles. Mais, ce qui étonnera peut-être M. Pic, 
c'est que je ne faisais en cela que suivre l'avis de M. Rey lui-même. 

A l'époque où je travaillais aux Malacodermes gallo-rhénans , je cor- 
respondais fréquemment avec Rey et j'ai eu sous les yeux les types 
de quelques-unes des formes décrites par lui dans ses Remarcjues en 
passant. Malgré de légères divergences de vues, nos relations, dont je 
m'honorais beaucoup, ne cessèrent un seul instant d'être empreintes 
de la plus grande cordialité ; aussi, lorsque mon travail fut achevé, 
crus-je devoir lui expliquer la raison qui m'avait déterminé à passer 
sous silence la plupart de ces variétés. Et voici ce que cet excellent 
homme, avec l'exquise courtoisie qui était le propre de sa nature, me 
répondait, le 8 janvier 1894 : «... Vous avez parfaitement raison et j'ai eu 
grandement tort d'imposer des noms aux variétés, surtout accidentel- 
les. Je vous dirai, à ce propos, que vous accordez à mes Remarques 
en passant beaucoup trop d'importance. Ce n'est pas un ouvrage, dans 
lequel je ne me serais pas permis cet abus; ce n'est que le relové de ma 
collection quant aux espèces qui offrent quelque particularité, que des 
appréciations particuhères communiquées en séance de la Société lin- 
néenne pour soulever là discussion et même provoquer des objections, 
s'il y a lieu. Elles n'étaient point d'abord destinées à être imprimées. 
Mais VEchange étant venu à se créer, feu Jacquet a jugé à propos de 
les y faire paraître pour avoir delà copie courante; car auparavant l'on 
se bornait à résumer, dans les procès-verbaux ou comptes rendus, mes 
communications et les discussions auxquelles elles avaient donné lieu.. . » 

On jugera par ces quelques lignes du peu de valeur que Rey atta- 
chait aux « variétés » dont il est ici question et je suis d'avis que nous 
pouvons, sans grand dommage pour sa mémoire, les laisser déiinilive- 
ment dormir de leur juste sommeil. 



250 Bulletin de la Société entomologique de France. 



Élateridae recueillis par le D' Achille Tellini pendant le voyage qu'il fit 
en Erythrée (octobre 1902 à février 1903) [Col] 

par Ed. Fleutiaux. 

Agrypnus notodonta Latr. — N. del M. Ghedem. 

Cette espèce se retrouve, non seulement en Egypte et au Soudan, 
mais jusqu'au Sénégal {senegalensis Cas t.). On la rencontre également 
en Sicile {lujmerensis Rag.). 

Lacon Tellinii, n. sp. — Long. 8 mill. 1/2. — Allongé, déprimé, 
d'un noir mat, hérissé de poils blancs peu serrés. Antennes et pattes 
ferrugineuses. Tète plane, assez fortement ponctuée. Pronotum dépri- 
mé, criblé de gros points; bords latéraux crénelés, légèrement sinués 
en arrière, obliquement rétrécis en avant; angles postérieurs peu sail- 
lants. Écusson pentagonal. Élytres rétrécis seulement dans leur quart 
postérieur, fortement ponctués-striés ; intervalles plans, pointillés, 
rugueux, ornés d'une double rangée de poils blancs. Dessus moins 
obscur, ponctué, couvert des mêmes poils blancs. Sillons pour les tarses 
antérieurs et intermédiaires bien nets; empreintes des cuisses forte- 
ment marquées. Épipleures des élytres parallèles et coupés carrénient 
en arrière au niveau des hanches postérieures. — Ghinda. 

Cette espèce doit être proche de L. lineatus Cand., du Choa, que je 
ne connais que par la description ; paraît s'en distinguer par sa forme 
moins convexe, la couleur blanche et uniforme des poils et la créne- 
lure des bords latéraux du pronotum. 

Heteroderes spissus Cand. — Ghinda, Moncullo, Ras Ghedem, N. 
del M. Ghedem, Saberguma. 

Heteroderes musculus Germ. — Saberguma. 

Heteroderes parallelus, n. sp. — Long. 8 mill. — Allongé, 
subparallèle, légèrement convexe, brun, plus clair sur les élytres et 
en dessous; pubescence fine d'un gris jaunâtre. Antennes et pattes jau- 
nes. Tête peu convexe, à ponctuation irréguhère assez serrée. Pronotum 
plus long que large, légèrement convexe, insensiblement rétréci en 
avant ; ponctuation double ; angles postérieurs aigus, à peine divergents, 
carénés. Élytres aussi larges que le pronotum, très légèrement rétrécis 
en arrière, striés-ponctués; intervalles peu convexes, non rugueux. 
Dessous finement ponctue et pubescent. — Moncullo. 



Séance du 14 ortolnr [003. 251 

Espèce remarqual)k' par sa forme allongée et siibcoiivexo qui rap- 
pelle un peu //. sericeiis G and., mais de taille plus petite. 

Cardiophorus Hedenborgi Cand. — Otumlo, Emberemi. 

La ponctuation du pronotum est très variable, ainsi que l'étendue et 
la visibilité de la bordure jaune des élytres. Je pense que C. abijmnm 
Cand. n'est qu'une forme de cette espèce. 

Cardiophorus dilutus Er. — N. del M. Ghedem, Ras Ghedem, 
Archico. 

Il faut probablement rapporter C. jocularius Cand. à cette espèce. 

Cardiophorus culciarius Cand. — Masfana. 
Cardiophorus funebris Cand. — Gbinda. 

Cardiophorus crux'1 Er. — Masfana. 

Malgré la couleur rouge du tborax, je n'hésiterais pas à rapporter 
l'unique exemplaire pris par M. le D'' Tellini à cette espèce, la même 
particularité de coloration différente (noir ou rouge) de cette partie du 
corps se présentant souvent dans ce genre, mais l'absence des sillons 
basilaires du pronotum, signalés par Candèze, est la cause de mon 
doute. 

Cardiophorus humilis'l Er. — Halibaret. 

Ti'09>iflii>lii!!i n. g. — Ce genre présente la plupart des caractères 
des Cardiophorus, mais le pronotum est limité latéralement dans toute 
sa longueur par une carène saillante aboutissant au niveau inférieur 
de l'œil ; en outre ses angles postérieurs sont longuement carénés ; cette 
deuxième carène est peu éloignée de la première, elle est dirigée vers 
le milieu de l'œil et interrompue seulement tout près du bord anté- 
rieur. 

T. Tellinii, n. sp. — Long. 8 raill. — Allongé, d'un brun rougeàtre, 
plus clair sur les élytres; pubescence grise peu abondante. Tête plane, 
rugueuse, à bord antérieur arrondi et tranchant. Antennes brunes, plus 
claires aux deux extrémités. Pronotum peu convexe, aussi long que 
large, sinué sur les côtés ; ponctuation double ; sillons basilaires assez 
longs et légèrement obliques. Élytres convexes, fortement ponctués- 
stries ; intervalles très saillants, surtout au sommet. Dessous noirâtre. 
Hanches postérieures largement et brusquement dilatées en dedans, 
nulles en dehors. Pattes d'un brun clair, tarses jaunes. 

F. Anseba, Halibaret, Cherren, Atz Teclezan. 



232 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Addenda et corrigenda au Gênera Insectorum de Wytsman [Col] 
par Maurice Pic. 

I. Sur l(?s Sagridae (par M. Jacoby). 

Les présentes notes s'appliquent seulement aux espèces européennes 
traitées par M. Jacoby [Gênera Insectorum, fasc. ik, Fam. Sagridae, 
1903). N'ayant pas étudié les espèces exotiques de cette famille de Phy- 
tophages, je suis incapable de formuler aucune appréciation à leur sujet. 

Cet article a pour but de faire connaître quelques additions ou 
corrections dont la publication me paraît nécessaire, ces additions ou 
corrections se rapportant aux genres Orsodacne Lac, Sgneta Esc h. 
et Zeugophora Kunze. 

1° Addenda. 
Orsodacne lineola Panz. v. DuftschmidiW eise [Emend] 
= glabrata F. 

— — V. marginata Csiki (Rov. Lapok 

[1899], p. 94, fig. VI) Hongrie. 

— — V. /?aya Csiki (1. c, p. 93) — 

Orsodacne ruflcolUs Pic(') [Soc. eut. Fr. [1894] Bull, cclxxxiv). Syrie. 

— — V. Delagrangei P i c [Soc. ent. Fr. [1896], 

Bull. p. 30) — 

— — V. syriaca P i c (F. J . Nat. , n° 310 [1896], 

p. 202) - 

Syneta betulae F. v. amurensis Pic (L'Échange, n'' 195 [1901], 

p. 19) Sibérie. 

Zeugophora Weisei Reitt. (Dts. ent. Z. [1889], p. 43) Caucase. 

— flavicollis v. australis Weise (Nat. Ins. Deuls., VI 

[1882], p. 59) Europe. 

2" Corrigenda. 

La mention de Orsodacne ruficollis Pic var. coerulescens'Dixit. est 

(1) Il a été parlé de celle espèce dans de nombreuses publicalions(J?iH. Fr. 
[1895], Bull. CDvet [1896] Bull., p. 30; F. J. Nat., n» 310, p. 202; Mise. Ent. 
[1898], p. 155;Ann.Belg. [1900],p. '>.78 et 353], ce qui rend son omission difficileà 
coinprendie.il existe un ?w/ico//i.s New.; celui-ci étant synonyme de lavar. /^fi- 
patica, de atra Ahr. (de l'Am. S»"), ne me semble pas pouvoir être confondu 
avec le mien; dès lors un nouveau nom me paraît inutile. Si l'on en jugeait au- 
trement, il n'y aurait simplement qu'à changer la terminaison collis en thorax 
et lire alors ruftthorax. 



Séance du îi oclohir 1903. 2o3 

incompréhensible, celle-ci laisserait en tendre que j'ai pu publier quelque 
cliose avant Dultschmid, ce qui est impossible. 

Los noms de lincuhi Lac, (jlubmta Panz.^cantharoides F., etc., se 
rapportent à des variétés et, pour cela, leurs synonymies ne sont pas 
exactes. 

Les 0. nigricollis 01., humeralis Latr., coerulescens Duft., etc., 
désignent des variétés et ne sont pas des synonymes purs et simples. 

Le nom de Orsodacne croatica Weise a été dénaturé à l'impression 
et changé en croalica; de môme, le nom de Zcugophora rufostesiia 
imprimé, au lieu de rufotestacea Kr. 

IL Sur les Cleridae (par S. Schenkling). 

Je me reprocherais de critiquer le travail de M. Schenkling qui, 
dans son ensemble, est excellent et paraît complet; c'est en qualité 
d'auteur surtout que j'ai pu relever, pour la faune paléarctique, seu- 
lement quelques omissions. Je les signale ici, simplement dans le but 
d'éviter qu'elles soient totalement oubliées plus tard. 

Denops v. Spinolae Rag. (Nat. Sic. [1896 et 1898], p. 260) 

= V. ruhrofasciatus Pic Sicile. 

Opilo mollis L. v. Yiturati Pic (L'Échange, n° 188 [1900], 

p. 62) France. 

Tnchodes crabroniformis F. ab. humeralis Mû 11. (Wien. ent. 

Z. [1902], p. llo) Dalmatie. 

— Kraatzi Reitt. v. apicalis Brancs. (Nat. Ver. ïr. 

Komit. [1899], p. 99) Transcaspienne. 

— alveariusF. v. TheresaeP\c (L'Échange, n'^ 211 [1902], 

p. 46) France. 

Laricobius Erichsoni'Roch. \. niger Pic (L'Échange, n° 128 

[1893], p. 88) Alp.-mar. 

Le Clerus v. hilaris Bu y s s., ajouté en addenda, p. 124, doit tomber 
en synonymie de la var. laetipes Reitt., ainsi que je l'ai signalé : Rev. 
fr. Ent. [1901], p. 248. 

Dans son Gênera, S. Schenkling a observé la priorité tout à fait 
absolue puisqu'il met en synonymie les noms de variétés donnés, pos- 
térieurement il est vrai, mais réguhèrement cependant, pour remplacer 
des noms analogues déjà publiés, et c'est ainsi qu'il existe dans le genre 
Trichodes jusqu'à quatre var. interruptus (sans compter la var. inter- 
ruptus Klug, synonyme de var. subtrifasciatus Klug). Si l'on 



234 Bulletin de la Société entomologique de France. 

admetqu'il est une confusion possible entre les divisions portant lemême 
nom et fort éloignées les unes des autres (Insectes et Reptiles, par 
exemple), à plus forte raison doit-on comprendre que la confusion 
existera lorsque les formes ont des différences bien moins nettes, par 
exemple quand elles appartiennent au même genre et lorsque aucun 
des mêmes noms n'est supprimé par la synonymie. 

III. Sur les Buijvestidae (par Gli. Kerremans). 

Je laisse à plus érudit que moi le soin de relever les omissions ou 
corrections qui concernent cet important mémoire et je me contente de 
parler du genre Julodis Esch., en signalant une omission, J. Tlieryi 
Ab. (Bull. Ac. Mars., 1900), de Mésopotamie et en faisant remarquer que 
J. Bleusei Ab. est décrit d'Algérie et non de Tunisie. Je dois faire re- 
marquer aussi, dans l'intérêt des descripteurs futurs, que, la synonymie 
du genre Acmoeodera Esch. étant en partie erronée, a besoin d'être 
vérifiée avant d'être admise; en outre, je mets nos collègues en garde 
contre une série d'omissions, malbeureusement un peu longue, d'espè- 
ces, ou de variétés (') décrites dans un certain nombre de publications. 



Description d'un Hydropoms nouveau [Col.] 

par le D'" M. Régimbart. 

Hydroporus Normandi, n. sp. — Yalde elongatus, omiiino paral- 
lelus, antice et postice obtuse rotundatus, depressus, castaneus vel casta- 
neo-niger, ad latera dilutior, nitidus,antennis longis pedibusque rufis, 
sicbtiliter distincte reticulatus, capite tenuiter et sat reinote, pronoto 
in disco tenuiter et remote, ad basin et praecipue ad latera fortiter sat 
dense et irregularlter punctato , elytris sat remote, regulariter et pa- 
rum fortiter punctatis, distincte fortiter uniseriatim punctatis. — 
Long. 3 1/4-3 1/2 mill. 

Espèce du groupe de l'ff. memnonius Ni col., très distincte et bien 
caractérisée par sa forme allongée et parallèle, le pronotum étant aussi 
large que les élytres depuis son milieu, le bord latéral n'étant guère 
arrondi en avant que dans le premier tiers, avec les angles postérieurs 
droits ; le dessus du corps est déprimé et presque horizontal depuis le 
sommet du pronotum jusqu'aux trois quarts des élytres et est en- 

(I) Par exemple : Abeillei, maculipennis, v. sefrensis Pic, v. unifasciata 
Rey., chulcoxanlha Brancs., cérastes, perinicans, grandicollis Ab., etc. 



Séance du ii oclobrc 1903. 2oo 

tièrement couvert d'une réticulation fine et régulière, à aréoles rondes, 
comme chez les espèces voisines. La ponctuation est assez fine et écar- 
tée sur les élytres, très fine et écartée sur la tète et le disque du pro- 
notum, irrégiilière, forte et dense à la base et surtout sur les côtés 
du pronotum et sur une rangée parallèle au bord antérieiu'; le prono- 
tum présente parallèlement à la base une dépression étroite et très 
peu profonde qui se réfléchit en avant sur les côtés. La couleur est le 
châtain plus ou moins foncé, parfois noirâtre, avec les côtés, le pro- 
notum et la tète un peu plus roux, les antennes sont relativement 
longues et assez grêles. 

Environs de Port-Vendres (Pyrénées-Orientales), un exemplaire dé- 
couvert par leD'' H. Normand en automne 1902. — Trouvé également 
par Don José-Maria de la Fuente en Espagne, à Pozuelo de 
Cakurava (province de Ciudad Real), en deux exemplaires. 



Bulletin bibliographique. 

Blanchard (R.) : Nouvelles observations sur le pseudo-parasitisme des 
Myriapodes chez l'homme [Avch. de parasitologie), 1902, 12 p., flg.* 

Bolivar (I ) : Les Orthoptères de St-Joseph's Collège à Trichinopoly 
(sud de l'Inde), {Ann. Soc. eut. Fr.), 1902, 56 p., 1 pi.* 

Id. : Un nuevo Ortôptero mirmecôfilo Attaphila Bergi [Corn, del Mus. 

Nàc. de Buenos-Aires), 1901, 5 p., 1 pi.* 
Id. : El género Tœniopoda Stâl [Bol. Soc. esp. Hist. Nat.), 1901, 7 p.* 
Id. : Apuntes para el estud. de los Perlidos de Espana {l. c), 1902, 4 p.* 
Id. : Nuevo Helioscirtiis de Rio de Oro (/. c), 1902, 2 p.* 
Id. : El género Phymateiis Thunberg (/. c), 1903, 6 p.* 
Id : Nuevas especies de Eumastacinos {l. c), 1903, 7 p.* 

Id. : Observaciones sobre la Ephippigera coronata A. Costa {Annuar. 
Mus. Zool. Univ. Nop.), 1903, 2 p.* 

Brôlemann (H.-W.) : Myriapodes du Musée de S. Paulo {Rev. Mus. 
Paulista), 1901, 203 p., 10 pi.* 

Carreï (A.) : Notes relatives à l'étude de quelques Pogonides (Rev. 
Linn.) : 1903, 7 p.* 

Champenois (A.) : Synopsis du g. Glaphijrus Latr. (46a7/e),1903, lop.* 

Fleutiaux (Ed.) : Liste des Insectes trouvés dans divers-'produils colo- 
niaux envoyés au Jardin colonial {B. Jard. colon.), 1903, 12 p., llg.* 



256 Bulletin de la Société entomologique de France. 

LÉGER (L.) et 0. DuBOscQ : Recherches sur les Myriapodes de Corse et 

leurs parasites, avec la description des Diplopodes par H.-W. Brô- 

LEMANN {Arch. Zool. expér.), 1903, 52 p., fig.* 
Orbigny (H. d') : Onthophagus du Cap San Juan (Mem. Soc. esp. Hist. 

Nat.), 1903, 3 p.* 
Raffray (A.) : Voyage de M. L. Birô dans les possessions allemandes 

de la Nouvelle-Guinée. — Psélaphides {A^in. Mus. Nat. Hungar.), 

1903, 73 p., 2 pi.* 
Sahlberg (J.) : Coleoptera Numido-Punica mensibus Martio, Aprili et 

Majo 1899 in Tunisia et Algeria orientaU collecta [ôfo. Fins. Vet.- 

Soc. Fôrh.), 1902-1903, 70 p.* 



Entomological News, XIV, 4-6, 1903. — Cn. Robertson : Synopsis o[ 
Sphecodinae. — C.-\V. Johnson : Two ncw species of the family 
Pipunculidae. — H.-T. Fernald : How shall we arrange our Col- 
lections? — P. Laurent : The Moths (Heterocera) of Eastern Penn- 
sylvania. — L.-E. Hood : Notes on Cicindela Hentzii. — J.-H. Rea- 
ding : A Collecting Trip South. — H.-L. Viereck : Maryland 
Hymenoptera (aculeala). — H. -F. Wickham : San Francisco; a 
Réminiscence. — J.-A.-G. Rehn.: Notes on Someinteresting species 
of ForOcuhdae and Blattidac from Eastern United-States. — A new 
genus of the Orthopterous Subfamily Phaueroptinae. — H. Skin- 
NER : A new Sesiid. — A new variety of ïegrodea. — A new 
variety of Sphinx. — A.-W. Morrill : Notes on the Early Stages 
of Corylophodes marginicolUs Lee. (pi.). — J.-H. Cook : Out of Due 
Season. — J.-C. Bradley : Agathobanchus œquatus (flg.). — 
C. DuRY : Note on Guleruca. — C. T. Brues : Notes on some Cali- 
îornia Myrmecophiles (fig.). — C.-S. Brimley : List of Dragonflies 
(Odonata) from North Carohna. — L.-W. Mengel: A new species of 
HypoUmnas from New Hébrides (pi.). — W. Knaus : The Coleop- 
tera of the Sacramento Mountains of New Mexico. — H. -G. Dyar : 
Culex atropalpus Coquil, — ThePsychophora Mix-up. IL — W.-H. 
AsHMEAD : Provespa a New Genus in the Vespidae. — Two new 
Parasltic Hymenoptera. — P.-P. Calvert : On some American 
Gomphinae (Odonata) (pi.). — G.-F. Comstock: Alistof theLepido- 
plera found in the Adirondack Mis. — H. Wormsbacher: Records 
of Lepidoptera in New Jersey. — G.-B. King: TheCoccidae of Ohio. 

J. M. 



Le Secrétaire-gérant : P. CiiABANAto. 



BULLKTIN 

DE LA 

SOCIÉTÉ ENTOMiOLOGIQUE DE JFHANCE 



jSéance du 9H octobre 1903. 

Présidence de M. F. HENNEGUY. 

Correspondance. — M. A. Méquignon, Secrétaire adjoint, ex- 
prime ses regrets d'avoir été obligé de quitter Paris inopinément. 11 
assure qu'il peut s'occuper encore de nos Annales et que le volume 
en cours de publication no souffrira nullement de son éloignement 
involontaire. 

Exonération. — Le Trésorier annonce que M. Gaston Por- 
tevin s'est fait inscrire comme membre à vie. 

Changements d'adresse. — M. Al.-N. Agnus, laboratoire de Pa- 
léontologie, 3, place Valhubert, Paris 5'-. 

— M. A. Lécaillon, 28, rue Berthollet, Paris 5^. 

— M. l'abbé R. de Sinéty, 3, rue des Augustins, Engliieu (Hai- 
naut), Belgique. 

— M. G. de Senneville, 82, rue de Grenelle, Paris 7'-'. 

Admissions. — M. Louis-Gustave Le Comte, ingénieur civil. 
Le Vigan (Gard). Coléoptères, prhicipalement Cétoniens paléarctiques 
et Calosoma du globe. 

— M. E. Vogt, D"" en Médecine, 80, rue Taitbout, Paris 9*. Lépi- 
doptères. 

Présentations. — M. François Moutier, interne des Hôpitaux, 
présenté par M. A. Giard. — Commissaires-rapporteurs : MM. C. Du- 
mont et J. de Joannis. 

— M. Grégoire Olsoufieff, membre de la Société entomolo- 
gique de Russie, présenté par M. H. d'Orbigny. — Commissaires- 
rapporteurs : MM. L. Bedel et E.-L. Bouvier. 

Bull. Soc. ent. Fr., (903. N° 16. 



258 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Laboratoire d'Entomologie du Muséum. — Pour lavoriser le^ 
travail de ses confrères et se conformer à leur désir maintes fois ex- 
primé, M. le professeur E.-L. Bouvier fait transférer au laboratoire 
d'Entomologie du Muséum les collections de Coléoptères qui occupent 
les galeries de l'établissement. Ce travail long et délicat ne touche 
pas encore à son terme, mais il est d'ores et déjà suffisamment avancé 
pour que les entomologistes puissent en tirer bénéfice. A partir de 
ce jour, la collection précitée et les autres qui se trouvaient déjà au 
laboratoire (collections Dufour-Laboulbène. Jacquelin-Duval, 
de Marseul, Chaudoir, Noualhier, Giraud, Fallou, Ra- 
gonot, Bonnet) seront ouvertes de 9 heures du matin à 5 heures 
du soir. Les travailleurs n'auront qu'à indiquer les groupes dont ils 
ont besoin: ils les recevront dans la salle de travail commune, oh 
ils en feront l'étude. Le laboratoire sera ouvert tous les jours non 
fériés; mais, afin d'économiser le temps du personnel, M. Bouvier 
prie ses confrères de profiter autant que possible du jeudi et du samedi 
pour leurs travaux de faible importance. Ces deux jours particulière- 
ment, les spécialistes du laboratoire se tiendront au service des tra- 
vailleurs. 

Circulaire ofïîcielle. — Le Président donne lecture d'une circu- 
laire de M. le Ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts 
ayant trait à l'Exposition universelle de Saint-Louis en 1904 et faisant 
suite à la circulaire du 9 juin dernier. Par cette voie, M. le Ministre 
prie notre Société de lui faire savoir si elle serait disposée à offrir les 
ouvrages qu'elle expose au Gouvernement des États-Unis, dans le 
cas où celui-ci demanderait à les conserver. 

La proposition est mise aux voix et la Société décide de répondre 
par l'affirmative. 

Excursions. — Le Président donne ensuite lecture d'une lettre 
officielle que lui a adressée le directeur de la Compagnie du Che- 
min de fer de Paris-Lyon-Méditerranée. Cette lettre se rapporte au 
refus qui avait été opposé à notre demande d'une réduction de tarif, 
lors de l'excursion organisée pour Fontainebleau, le 28 juin dernier. 
Le directeur de la Compagnie juge trop rigoureuse, quoique abso- 
lument correcte, l'interprétation des conditions du tarif faite à ce 
propos; aussi s'engage-t-il à faire son possible pour que les membres 
de notre Société bénéficient, le cas échéant, d'une plus large inter- 
prétation du règlement ou pour qu'il leur soit accordé , par un autre 
moyen, une réduction à peu près équivalente. 



Séance du 28 octobre 1903. 2S9 



Observations diverses. 

Chasses et captures intéressantes aux environs de Lourdes 
[Hautes-Pyrénées). Aperçu de l'état actuel de la grotte de Bé- 
tharram. — Sous ce titre, M. Ch. Fagniez public les observations 
suivantes: 

Vers la fin du mois de juillet de celte année j'ai passé, en l'agréable 
compagnie de mon collègue et ami, M. l'abbé Garrot, une quin- 
zaine de jours dans les Hautes-Pyrénées. Nous- avions choisi Lourdes 
comme centre de nos excursions et, bien que la saison dans cette 
région fût déjà très avancée, nos chasses ont été assez Iructueuses. 
Je crois intéressant pour nos collègues de la Société entomologique 
de leur signaler quelques-unes de nos captures. 

■1. Aux environs immédiats de Lourdes, nous avons pris : Steropus 
raUdusBc]., Athons Godarti Mi\\s.. fiUcornis BuL à terre. 

2. En tamisant 1rs Mousses d'une source située à peu de distance 
et au-dessus de la grotte de MassabieUe : Leistus nitidus Dut t., Helo- 
phonis discrepans Rey, Helodes chrysocoma Ab., Euhria palustris 
Germ. (en njombre), Banjiwtus sabulosus 01. (i ex.), Liosoma nms- 
roriDii Bris, et, tout auprès, 3 ou 4 exemplaires de Bathyscia Schioed- 
tei Kiesv^^, sous des feuilles sèches, au pied de la roche humide. 

3. Au pic du Jer (9o0 m. d'alt.) : Athoiis mandibiilaris Duf., Peri- 
telus prolLcus Kiesw. Sur les Noisetiers du sommet : de nombreux 
Metopius jncipennis Bach, et ses \nYiétés axillaris Kiesw. et scapu- 
latus G and. 

4. Au lac de Lourdes : Donacia crassipes F., Galerucella nijmphaeae 
L. (ces deux espèces en nombre sur les feuilles des Nénuphars), 
Gyrinus mergus Ahr. 

5. A la grotte du Loup. Cette grotte, située à vingt minutes à peine 
de Lourdes, est vierge encore, je crois, de recherches entomologiques. 
Elle ne comprend qu'une seule galerie, sorte de couloir très étroit, 
peu élevé, long de 250 mètres environ et terminé par un puits rempli 
d'eau. A notre première visite nous y prenons quelques Bathyscia 
Schioedtel Kiesw.; c'était un encouragement et des appâts furent 
placés, qui nous donnèrent, six jours après : Bathyscia Schioedtel et 
Hoiiialota subcavicola Bris, (en nombre) et trois Leptinus testaceué 
Millier. Sous les pierres, à peu de mètres de l'entrée, nous primes 
Laonosthenes oblongus Dej. et cyanescens Frm. 



260 Bulletin de la Société entomologique de France. 

6. Dans la grotte de Bédat (à Bagnères-de-Bigorre) : Amphthalmus 
Leschenaulti Bonv. (4 ex.). 

7. A Cauterets : Trechus distigma Kiesw. (1 ex.), Calât lius luctiio- 
sus Latr., Telephorus lineatus Kiesw., Oedemera subulata Oliv., 
Asclera sanguinicollis F. (1 ex.), Acanthocinus atomarius F. (1 ex.). 

8. Au Cirque de Gavarnie : Cechenus pyrenaeus Serv., Carabus 
catenulatus var. planiiisculus Haury, splendens F., Pterostichus aba- 
coides De]., pusillus Chaud., amoenus Dej., Dufouri Dej., Xatarti 
Dej., Amara curta Dej., Bembidion monticola Strm., pyrenaeum 
Dej., Lagria glabrata Oliv., Otiorhynchiis navancus Gyllh., ful- 
vipes Gyllh., Barynotiis umbilicatiis'Dui. (1 ex.), Plinthus imbricatus 
Duf. (lex.), Galenica monticola Kïesw. 

Nous ne pouvions guère quitter Lourdes sans aller visiter la grotte 
de Bétharram, une des plus riches en Coléoptères cavernicoles. J'esti- 
mais que c'était pour moi une bonne fortune que de faire cette chasse 
en compagnie de M. l'abbé C arrêt, qui avait déjà visité trois fois la 
grotte; mais hélas! nous ne pûmes que faire une lamentable consta- 
tation : la grotte entière a subi, dans le but d'en faciliter l'accès aux 
touristes, un travail de modernisation qui compromet gravement la 
valeur de cette localité entomologique. Nos recherches -ne nous don- 
nèrent que : Bathijscia Schioedtei Kiesw., B. speluncanmi Delar. et 
un Anophthalmus galUcus Delar. 



Communications 

Description d'une nouvelle espèce de Boiboceras [Col.] 
par A. BouGOMONT. 

Boiboceras tucumanensis, u. sp. — Testaceus, nitidus. Capite 
coriaria; vertice laevi, concavo, duabus transversis curvatisque carinis 
ornato. Prothorace ante piano, nitldo, bidentato, transversim carinato: 
postice punctato. Ehjtris 7-striatis inter suturam et calum humeralem. 
Tibiis anticis 5-dentatis. 

■ (3 Tète rugueusement granulée sauf sur le vertes qui est lisse, 
brillant et qui est concave ; deux carènes transversales incurvées, l'an- 
térieure en avant, la postérieure en arrière; épistome tronqué, à tran- 



Séance du 2.S octobre 1903. 26J 

clic légcrcment convexe, un peu relevée en pointe de chaque coté; 
labre épais au milieu, tronqué en avant ; antennes à massue lenticu- 
laire et à premier article cilié au sommet. Prothorax aplati en avant; la 
partie plane est luisanle, éparsement ponctuée, nettement séparée de 
la partie postérieure, qui est densément ponctuée, par une carène pa- 
rallèle au bord postérieur du thorax; au milieu de la partie plane, à 
peu près sur le prolongement de chaque œil, une forte dent; ces deux 
dents reliées à la carène par deux ligues élevées, dirigées vers la base, 
tlgurant deux arcs de cercle tangents; entre chacune de ces dents et 
le bord latéral, une bosse assez prononcée; la carène n'atteint pas le 
bord latéral, mais elle est prolongée jusqu'à celui-ci par une carène 
très courte, un peu oblique; entre le bord postérieur et la grande ca- 
rène, parallèlement, une troisième carène courte commençant au ni- 
veau (lu calus humerai des élytres et s'arrètant à peu de distance du 
bord latéral, au même niveau que la grande carène; un sillon médian 
longitudinal entre la grande carène et le bord postérieur. Élytres à 
7 stries ponctuées peu marquées entre la suture et le calus humerai, 
non compris la strie juxta-suturale, qui est lisse ; 4<= strie reliée à la 6'' 
au sommet, 8" écourtée en avant, 13'= et 14'^ (marginale) réunies à leur 
sommet. Tibias antérieurs à 5 dents; tibias postérieurs à une seule 
carène transversale. Dessous à villosité tlave ; plaque mésosternale con- 
vexe à gros points pilifères espacés, profondément sillonnée ; hanches 
postérieures séparées parla pointe du mésosternum. 

$ Comme le mâle, mais thorax sans dents , épistome déclive en 
avant. 

Long. : 12-14 mill., Q 11 milL, 

République Argentine, prov. Tucuman, Tapia (altitude 600 m.), La 
Criolla (altitude l.SOO m.). Recueillis par M. G.-A. Baer. 



Description d'une nouvelle espèce de Goliathlde 
provenant de l'Ukami [Col.] 

par L. Fairmaire. 

MecynorhinaOberthuri, n. sp. — Long. : (547 à 66 mill., Ç 48 mill. 
— Oblongo-ovata postice leviter attenuata, nigra, capite prothoraceque 
indumento opaco griseo levissime fulvescente sericantevestitis, hoc vittis 
quatuor latis nigro-velutinis ornatis, vittis sat latis, antice angustatis, 
basin attingentibus, externis brevioribus; scutello nigro, opaco, utrinque 



262 



Bulletin de la Société entomologique de France. 



stricja pallida ornato ; elytris rufo-ochraceis, opacis, vittis transversis 
nigrls sat irregularibus, ad Jiumeros plagiatim aggregatis ornatis, su- 





M. Oberthuri, n/sp., Q, 



M. Oberlhuri, n. sp., petit cf'. 



tura et linea marginali auguste nigris ; pygidio nigro, fere opaco, apice 
obscure rubricante ; subtus cum pedibus nigra, nitida, abdomine medio 
obscure rubricante. (S Clypeo antice sat longe producto, comjrresso, 
angusto, apice recurvo, denudato, acuto, fronte utrinque acute ac 
recte producto-spinosa, spïnis, apice denudatis; pedibus validis, tibiis 
anticis longioribus, extus tridentatis, dente apicali magno, extus ar- 
cuato, apice acuto, intus dentibus validis S et denticulo armatis, dente 
1° majore, tibiis 4 posticis extus unispinosis, posterioribiis intus rufo- 
villosis. 

Var. B. — Elytris totis rufo-ochreatis, macula humerali, vitta circa 
scutellari, et lineis suturalibus et marginalibus exceptis. 

9 Minor, elytris ut in var. B, capite subtruncato, paulo concavo, 
antice denudato, elytris ante apicem macula nigra signatis, pedibus mi- 
noribus, tibiis anticis extus fortiter et acute tridentatis , intus iner- 
mibus, abdomine liaud impresso. 



Séance du 28 odohrc 190S. 



263 



(^e bol insecle provient 
de l'intérieur de l'Afrique 
orientale allemande et m'a 
été communiqué par notre 
collègue, M. R. Obertliiir. 

Sa coloration est remar- 
quable et s'éloigne tout à 
fait de celle de M. torquata 
Drury, tandis qu'elle se 
rapproche, sous ce rapport, 
de 3/. IlarohU Th. Le cor- 
selet otTre des bandes brunes 
longitudinales comme chez 
les gros Coliathus, tandis 
que les élytres ont des ban- 
des transversales analogues 
à celles de G. albosignatus 
B h . ; mais la saillie clypéale 
est entière, tandis qu'elle est 
bifurquée à l'extrémité chez 
.]/. Haroldi et les dents fron- 
tales sont parallèles et ai- 
guës. L'armature des tibias 
antérieurs est semblable à 
celle qu'on voit chez tor- 
quata, mais un peu moins 
forte, avec la dent apicale 
arquée et très aiguë. 




M. Oberthuri, n. sp., grand c5- 



Description de deux Coléoptères cavernicoles nouveau x 
du Midi de la France 

par le D'' A. Chobaut. 



Troglophyes Ludovici, n. sp. — Cette espèce nouvelle est très 
voisine de T. Gavoiji Ab. Il sera possible de les distinguer l'une de 
l'autre à l'aide du tableau dichotomique suivant : 

1. 2^ article antennaire un peu plus épais que le 3*=, beaucoup 
moins que le l^^ 3*^ article des palpes maxillaires en 



264 Bulletin de la Société eiitomologique de France. 

pointe allongée. Pronotum très transversal, beaucoup 
plus large que long, à côtés fortement arrondis. Ély- 
tres allongés , ayant leur plus grande largeur avant le 
milieu. — Long. : 2,8 mill. — Grotte du pic de Lagu- 
zou, près Gesse (Aude) T. Gavoyi Ab. 

1'. 2^ article antennaire beaucoup plus épais que le S'^, pres- 
que autant que le l''''. 3*^ article des palpes maxillaires en 
pointe courte. Pronotum moins transversal, plus large 
cependant que long, à côtés faiblement arrondis. Élytres 
renflés, ayant leur plus grande largeur au milieu même. 
— Long. : 2,2 mill. — Grotte du Bac de la Caune, près 
Coudons (Aude) T. Ludovici n. sp. 

T. Ludovici a été découvert par mon excellent ami M. Louis Ga- 
voy (de Carcassonne) dans la grotte du Bac de la Caune, près du petit 
village de Coudons, non loin de Quillan (Aude). Dans la même grotte 
vivent Trocharanis Mestrei Ab., Bathyscia curvipes v. subrectipes Ab. 
et Homalota subcavicola Bris. J'ai vu six exemplaires de T. Ludovici, 
2 (5 et 4 ç. M. Gavoy a bien voulu enrichir ma collection de trois 
sujets, 1 c? et 2 ç. Je suis heureux de lui dédier cette espèce qui 
portera son prénom, la première du genre portant déjà son nom. 

Bathyscia nemausica, n. sp. — Cette espèce est bien voisine des 
B. Linderi Ab. et mialetensis Ah. Au lieu d'en donner une description 
plus ou moins étendue, il me semble préférable de n'indiquer que les 
caractères qui l'en différencient. Le tableau que voici permettra de dis- 
tinguer ces trois espèces affines, dérivées probablement du même type 
ancestral : 

1. Pronotum' nettement plus large que les élytres, fortement 

arrondi après le milieu et ofïrant en ce point sa plus 
grande largeur. Peu luisant. Densément pointillé. Pubes- 
cence pruineuse. — Long. : 1;7 mill. — Grottes de Val- 
lon et de St-Martin d'Ardèche (Ardèche). — Synon. de 
B. Mayeti Ab B. Linderi Ab. 

1'. Pronotum pas plus large que les élytres, à côtés régulière- 
ment arrondis du sommet à la base et oflfrant en ce point 
sa plus grande largeur. Luisant. Ponctuation moins 
dense 2 . 

2. 2« article des antennes nettement plus long que le 1^''. Pu- 

bescence bien distincte, assez longue. Forme ovale, con- 



Séance du '28 oclubre 1903. 2G3 

vexe. — Long. : 1,8 mill. — GroLtes do Trabuc, près 
Mialet (Gard) B. mialetensis Ab. 

2' . 2"^ article des antennes pas plus long que le 1'''". Pubes- 
cence plus Hue, moins longue, presque pruincusc. Forme 
plus parallèle, moins convexe. — Long. : 1,5 mill. ('). — 
Grottes de la Tour Magne, à Nimes (Gard)... U. nemausican. sp. 

Bnthijscia nemnusica (de Nonausus, Nîmes) a été découverte au com- 
mencement d'octobre 1903 par un jeune entomologiste nîmois, M. Mau- 
rice Delfieu, surnuméraire des Postes et Télégraphes, élève de 
mon bon ami, M. Galien Mingaud, conservateur du Musée d'Histoire 
naturelle de Nimes. Elle habite deux ou trois petites grottes qui s'ou- 
vrent dans une lalaise abrupte au nord de la colline calcaire de la Tour 
Magne, à Nîmes même. Mon ami M. Léon Vareilles et moi l'avons 
prise en nombreaux pièges placés par MM. Mingaud et Delfieu, gui- 
dés par ces deux collègues, le 2S octobre dernier, en compagnie de 
Pristonijchus algerinus v. australis Fairm., Caiops fuscus Panz., 
Ptomaphagus sericatîcs Chaud., Heterothops dissimiUs GrSi.\.,Oxtjtelus 
smilpturatus Grav., etc., pour ne citer que les Coléoptères; le pre- 
mier seul à existence obscuricole, les autres évidemment attirés par 
les appâts. 



Les premiers états de Hololepta plana Fiiss. [Col.] 

par P. DE Peyerimhoff. 

On eu doit la découverte à M. Jacques Roguier, qui a recueilli la 
larve de cet Histéride à Gagny (S.-et-O.) sous l'écorce de Popuhis alba 
et a obtenu d'éclosion la nymphe et l'imago. Cette larve ofTre donc 
toutes les garanties d'attribution qu'on serait en droit d'en exiger, si 
les caractères bien connus des Histeridae n'apparaissaient ici avec une 
évidence et une exactitude remarquables. 

La larve d'//. plana est tellement semblable, en effet, à celles des 

(1) Celle longueur est prise sur l'insecte placé dans une posilion normale, 
c'est-à-dire la tête ramenée en dessous. Avec rinsecle étalé, il faul compter 
0,5 mill. en plus. Dans celle dernière posilion, B, Linderi a 2,2 mill., B. miU' 
letensis 2,3 mill. et B. nemausica 2 mill. seulement. 



206 



Bulletin de la Société entomologique de France. 



Hister (conf. : Schioedte, Metam. Eleuth. , pars II [1864], pi. I; — 
Perris, Larves [1877], p. 19; — Ganglb a uer, Kàf. Mittelmr.,lll^''Bd. 
[1899], pp. 347, 351, 338) qu'il suffit d'indiquer ici ses particularilés 
principales, en consultant au surplus les croquis ci joints. 

Corps allongé et aplati, analogue 
en forme et en consistance, à celui 
des larves de Platysoma. Tête très dé- 
gagée, élargie en arrière, puis rétrô- 
cie vers le cou; sillons frontaux et 
latéraux très courts; sutures crânien- 
nes invisibles. Bord antérieur terminé 
par trois prolongements, les latéraux 
tronqués, le médian échancré, domi- 
nant le palpigère labial. Tempes sim- 
ples. Mandibules robustes, à rétinaclc 
épais, pentagonal, médian. Appendices 
du menton invisibles. Hypostome 
triangulaire, prolongé par un profond 
canal, qui atteint sans bifurcation le 
cou, où il est flanqué de deux lignes 
de suture, visiblesen coupe optique (M. 
Sillons latéraux des pleures extrême- 
ment brefs. Pronotum présentant 
exactement la structure figurée par 
Schioedte, mais extrêmement atté- 
nuée, les sillons transverses à peine 
visibles et au milieu seulement. Segments dorsaux chargés de plaques 
cornées alternant avec trois bandes doubles de spinules, sauf le 1^'' seg- 
ment, qui n'a que deux bandes et le dernier qui en est dépourvu. 
Sternums constitués chacun, outre les pleures, par trois plaques 
cornées, la centrale du prosternum triangulaire, celles du mesonotum 
et du metanotum transversales. Pattes insérées tout à fait latéralement, 
visibles de dessus, ongulées, remarquables par la longueur insolite du 
3'- article (fémur). Segments ventraux constitués chacun par quatre 
plaques cornées, diversement interrompues et entremêlées de lignes 
spinuleuses (fig. 3). Pleure postérieure du 9'^ segment prolongée en un 
tubercule légèrement chitineux, muni d'une soie et simulant un cerque 
(disposition analogue à ce qui a été décrit chez Oxysternus maximiis 
in Ann. Soc. ent. Fr. [1902], p. 712, fig. 2). — Long. : 14 mill. 




Fi^. 1 : larve û'fT. plana vue eii 
dessus. — Fig. 2 : lête et pro- 
tliorax vus en dessous. — 
Fig. 3 : un segment abdomi- 
nal vu en dessous. 



(1) J'ignore la signification morphologique de ces sutures. 



Séance du 2S octobre 1003. 267 

Nijmphe 1res aplatie, enlièreraent analogue de structure à celle 
àllister (cf. : Scilioedte, Inc. cit.). Soies motrices fines, peu visibles, 
géminées sur la face dorsale do l'abdomen. Ccrques représentés par 
deux tubercules charnus ('). 

Ou pouvait penser que cette larve, la première connue de la tribu 
àcs Hololeijtiiii, offrirait vis-à-vis des auli'cs UMeiidae des dillcrences 
équivalentes à celles qui séparent les imago. Ces différences, au con- 
traire, sont extrêmement faibles. On a vu que la structure générale 
est celle des larves d'Hister ; mais les bandes spinuleuses sont beau- 
coup plus développées et rappellent, de même que l'appendice pleural 
du 9^ segment, les dispositions observées chez la larve d'Oxijsternus: 
elles sont assurément çn corrélation avec l'éthologie. Le stipe maxil- 
laire est très allongé, analogue à celui des larves de Platysoma. La 
forme de la tête, l'écartement des pattes, l'élongation des fémurs pa- 
raissent être les seuls caractères réellement distinctifs de ce type. 

M. Roguier m'a écrit que la larve à'H. plana vit, non sous l'écorce, 
mais dans les feuillets du liber; elle paraît y poursuivre des larves de 
Diptères. Aumoment de la nymphose, qui se fait en septembre et dure 
de quinze jours à trois semaines, elle se retire dans une coque faite de 
débris ligneux et adhérente le plus souvent à l'écorce. C'est aussi de 
la sorte que procède, d'après Schioedte, la larve à'Hisier unicolor 
qui confectionne, pour se transformer, une coque faite de débris de fu- 
mier. D'après les observations personnelles de M. Roguier, H. plana 
préfère P. alba à tous les autres arbres. Cependant M. A. Méqui- 
gnon l'aurait recueillie, à l'état d'imago, sur un Saule abattu; M. le 
capitaine G r uar de t, sous des écorces de Tremble à Rois-le-Roi et M. R. 
du Buy s sou, même sur le Robinier. Il serait intéressant de recher- 
cher si la larve en question, assurément carnassière, est assujettie à 
un parasitisme étroit, ou, ce qui est moins probable, poursuit indifïé- 
l'emment toutes les larves lignicoles à téguments mous. 

(I) Descriptions faites, pour cfiaque élat, sur un individu conservé dans 
une solution de formol et que je dois à l'obligeance de M. Iloguier, 



268 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Description d'une nouvelle espèce de Polycaena [Lépidopt. Rhopal.] 

par Charles Oberthûr. 

Le genre Polycaena Stgr. comprend un petit nombre d'espèces 
propres à l'Asie centrale et qui sont jusqu'ici : 

1. I Tamcrlana Stgr Monts Alaï. 

I var. Timur Stgr Tian-chan, Alaï oriental. 

( var. Ternir G. -G Transalaï (Kisil-art). 

2. Matuta Leecb Chine occid., ïhibet oriental. 

( forma vernalis, Amdo, Chine occidentale, Thi- 

3. I Lama Leech ) bet oriental. 
I ( forma aestivalis. 

( var. Liia G. -G Amdo, Chine occidentale, Thi- 

bct oriental. 

4. princeps Ob thr Chine occid., Thibct oriental. 

5. carmelita Obthr Chine occidentale. 

Ces Erycinidae sont- voisins de notre Nemeobius Lucina ; comme cette 
espèce, ils ont les écailles des ailes fugaces et sont par conséquent 
faciles à détériorer. Aussi les exemplaires très purs ne sont pas aisés 
à obtenir. D'ailleurs les Polycaena ne paraissent pas être des espèces 
communes dan-s les lieux qu'elles habitent ; elles semblent se trouver 
çà et là par petites colonies ou par exemplaires isolés. Certaines espèces 
offrent des variétés locales ; l'une d'elles présente deux formes de saison. 
Les 9 sont plus rares que les c5 et sujettes à une certaine variabilité. 

Jusqu'ici les chasseurs thibétains et chinois ont trouvé dans les ré- 
gions qu'ils explorent assez loin autour de Tâ-tsien-lou, Matuta, Lama et 
sa var. Lua, princeps et carmelita. M. Groum-Grgimaïlo avait re- 
cueilli, à Amdo, Lua, dont il avait fait une espèce distincte elLama qu'il 
avait à tort déterminée princeps; du moins si j'en juge par les trois 
exemplaires ie.Lama qu'il m'avait jadis envoyés sous le nom de prin- 
ceps. C'est sans doute par suite de celte erreur de M. Groum que le 
Catalogue Staudinger et Rebel de 1901 porte, sous le N°4o4, p?7'u-- 
ceps Obthr. et omet Lama Leech. Mais tous les Polycaena appartien- 
nent à la faune paléarctique et il y a certainement heu de faire 
figurer toutes les espèces actuellement connues de ce genre dans le 
catalogue des Lépidoptères de cette faune. Les productions lépidoptère- 



Séance du 28 oclobrc 1003. 2()9 

logiques do Tà-tsicn-lou sont absolument paléarcliqucs et, si elles ne sont 
comprises que très partiellement dans le Catalogue précilé, c'est parce 
quefouStaudingcrnepossédaitpas de documents suffisants provenant 
de Tà-tsien-lou. Leuconea crataegi, Anthocharis cardamines, Apntura 
Iris, Liinenitis populi,Argynnis Paphia, Aglaja, PalPii^Lijraeva Phcre- 
tesy sont des Papillons très abondants et suffisamment caractéristiqur's. 

Les Polycaena, qui font Tobjet de la présente note, sont des Papillons 
de taille analogue ou inférieure à celle de Lucina. Leurs ailes ont, en 
dessus, le fond brun noirâtre ou fauve, parsemé de points noirs et de 
taches blanches ou ochracées. Plusieurs espèces ont une tache blanche 
sur les antennes, juste au-dessous de la massue. Les différences spé- 
cifiques sont aisées à établir et à distinguer. Tame.rlana,Mutuia, Lama, 
princeps ont été très bien figurées dans les Mémoires sur les Lépido- 
ptères car J\om i\no li , Biitterfli es from China par Leech et mes Études 
d'Entomologie. 

Je possède toutes les espèces connues actuellement et je base mes 
observations sur un ensemble de 120 exemplaires présentement 
rangés dans ma collection. Aux espèces déjà décrites doit s'ajouter 
celle que j'ai appelée carmelita, à cause de sa teinte brune. 

La Polycaena carmelita, n. sp., est aussigrande que jjriMcep.?. Elle 
n'a pas do tache blanche sur les antennes, au-dessous de la massue. Le 
fond des ailes, en dessus, est d'un brun roux moins foncé vers la base 
que vers le bord extérieur. La frange est irrégulièrement entrecoupée 
de blanc et de noir. Une bordure fauve submarginale commence un 
peu au-dessous du bord antérieur qu'elle n'atteint pas et descend jus- 
qu'au bord anal. Une autre bande maculaire fauve, de forme irrégu- 
lière, extracellulaire, descend du bord costal, où la première des taches 
qui la composent est blanche jusqu'au bord inférieur des ailes supé- 
rieures. Entre cette bande et la bordure submarginale, on voit une 
macule costale blanche que sépare en deux parties le trait noir ner- 
vural. Dans la cellule se trouve une tache fauve entre deux points 
noirs. Le dessous reproduit les taches fauves et blanches du dessus; 
mais, sur le dessous, les nervures, finement écrites en jaunâtre, dé- 
coupent chaque espace intranervural. 

La Polycaena carmelita paraît fort rare. J'en ai seulement reçu six 
individus, dont cinq c? et une $. Us ont toujours été pris isolément, 
ainsi que l'indique l'étiquetage relaté comme suit : Tien-tsuen, 1897; 
Siao-lou, 1894, 1900, 1901 ; Mou-pin, 1897; Tâ-tsien-lou, 1897. 

J'ajoute, pour la connaissance ud genre Polycaena, que Lama a une 
forme plus petite, avec bordure marginale fauve et points blancs très 
réduits; je la crois prin tanière et la distingue, sous le nom de ver- 



270 Bulletin de la Société entomologique de France. 

nalis, de la forme aestivalis, grande, largement maculée de blanc et de 
fauve; c'est la forme aestivalis que Lee c h a figurée (Butt. from China, 
XXVIII, d 13, 9 15). 

Lua Gr. me paraît être une petite forme âeLama, donc rertia//s, dis- 
tincte en dessus par ses taches fauves, tandis que chez Lama ;ype, les 
mêmes taches sont d'un blanc pur. Par ailleurs, il n'y a pas de diffé- 
rence sérieuse entre Lama et Lwa, dont j'ai entre autres un exemplaire 
offert par M. Groum. Notamment le dessous des ailes est le même 
chez Lua et chez Lama. 

La ç aestivalis de Lama a tantôt les taches d'un blanc pur sur le 
dessus des ailes, tantôt ces mêmes taches d'un fauve vif, avec exten- 
sion plus ou moins grande de cette couleur fauve, sur le fond des 
ailes. 



Note sur une Araignée myrmécophile de la République Argentine, 

Baeriella myrnaecophila, n. sp., 

par E. SiMOx. 

Parmi les Araignées recueillies au pl'inlemps dernier par notre ami 
G. -A. Baer dans les Andes de la République Argentine, la plus inté- 
ressante est une espèce qui vit en commensal dans la fourmilière du 
Camponotus puncttilatus Mayr (^) à Lara (Tucuman),à4.000 m. d'al- 
titude. 

Cette Araignée, pour laquelle je propose le genre Baeriella, appar- 
tient au petit groupe ambigu des Cijbaeodlnae (Hist. nat. Ar. , t. I, 
p. 387), propre jusqu'ici à l'Ancien Monde et est surtout voisine du 
genre .indromma, proposé pour deux espèces également myrméco- 
philes : A. aethiopicum E. S., d'Ethiopie et A. Baffrayi E. S., du Cap. 

Le céphalothorax, les lames-maxillaires, le sternum et les pattes 
sont à peu près semblables dans les deux types. 

Baeriella diffère de Andromma par sa pièce labiale au moins aussi 
longue que large (fig B); par ses fdières inférieures beaucoup plus 
séparées l'une de l'autre, par ses chéhcères aplanies en avant et garnies, 
près le bord interne, de spinules irrégulières et surtout par l'armature 
de leur marge inférieure : tandis que chez Andromma, cette marge, 
longuement obbque, n'offre qu'une seule petite dent simple, chez 
Baeriella elle est courte, transverse et armée de deux fortes apophyses 

(1) Je suis redevable de celte détermination à M. E. André (de Gray). 



Séance du 28 octobre 1903. 271 

géminées : la l'* droite, la 2'^ (angulaire) plus longue, arquée et ter- 
minée par une petite dilatation anguleuse (lig. A). 

Les huit yeux diffèrent aussi un peu de ceux de VAndromina Raf 
fimji E. Si m. (•), les médians antérieurs sont en effet un peu plus 
petits que les latéraux et les quatre postérieurs figurent une ligne ré- 
curvée comme ceux des Cybaeodes. 

Les cocons ovigères du Baeriella sont de tissu hlanc, mince, mais 
très serré; ils ont la forme de rondelles ou de disques épais, plats en 
dessous, concaves en dessus, la masse des œufs, visible par transpa- 
rence, n'en occupe que le centre; ces cocons paraissent disposés en 
pile, les uns sur les autres, comme ceux des Dictyna. 





3 



Baeriellu mijrmecophila^. Siin. — A, chélicère en dessous. — B, pièces 
buccales. — C, grille tarsale. 



Uaeriella, nov. gen. — Céphalothorax humilis, stria carens, lon- 
(jior quam latior, sat late ocatus sed regione frontali abrupte angus- 
tiore. Oculi octo, medii antici nigri et convexi, reliqui albi et plani, 
quatuor antici inter se valde appropinquati, in lineam vix procurvam, 
medii lateralibus paulo minores , quatuor postici in lineam latior em 
valde recurvain, medii lateralibus duplo minores et a sese quam a la- 
teralibus salteni duplo reinotiores, quatuor medii aream multo latiorem 
quam longiorem etjjostice quam antice multo latiorem occupantes, pos- 
tici anticis minores. Chjpeus oculis lateralibus anticis angustior. Chelae 
verticales, sat validae, antice subdeplanatae, ungue sat longo, sinuoso, 
marginibus sulci brevibiis , inferiore apophysibus binis subgeminatis , 
/" gracili et recta, ^'^ longiore, leviter curvata, gracili sed apice leviter 
a)npUata, truncata et angulosa, insigniter armato. Pars labialis lon- 

(I) AndroDiina aelhiopicum E. Siin. n'a que quatre yeux, par suite de 
l'oblitération de ceux de la seconie ligne. 



272 Bulletin de la Société entomologique de France. 

cjior quam latior, subpkma , apice attenuata atque obtiisa. Lciminae 
valde convergentes, apice subcontiguae. Sternum ovatum, longius quam 
latius, apice subacuminatum et inter coxas posticas disjunctas produc- 
tum. Pedes mutici, parce setosi, modice longi, robusti, sed metatarsis 
tarsisque sat gracitibus, tarsis longis, onycliio parvo, subtus anguloso, 
et sub unguibus setis sputhuliformibus paucis munitis, unguibus hinis 
gracitibus, longis et curvatis, dentibus 3-7 longissimis et tenuibus, 
inter se distantibus, armntis (fig. C). Mamillae superiores et inferiores 
inter se subsimiles, brèves et robustae, inferiores spatio mamilla latiore 
a sese distantes, mediae multo minores, compressae. 

B. myrmecophila, sp. nov. —Long. : 9 5 mill. — Pallide fusco-ru- 
fescens, fere glabra, sterno ad marginempedibusque parce et inaequaliter 
nigro-setosis , chelis intus breviter nigro spinulosis, abdomine magno, 
convexo et ovato, fusco-cinereo, subtus dilutiore, mamillis testaceis. — 
Area genitalis coriacea, fusco-rufula, fovea testacea longitudinali, ovata, 
postice quam antice longius attenuata, impressa. — Tucuman : Lara, 
4.000 m. (G. -A. Baer, fév. 1903). 



1"^ note sur les Blattidés paléozoïques. 
Description d'un Mylacridae de Commentry [Orthopï, paléoz.] 

par AL-N. Aoisus. 

Bans la richo collection d'insectes fossiles de Commentry, que j'étudie 
au laboratoire de Paléontologie du Muséum d'Histoire naturelle, j'ai 
trouvé un certain nombre d'empreintes qui me paraissent très inté- 
ressantes : ce sont des ailes appartenant à des insectes d'une sous- 
famille de Blattidés paléozoïques, les Mylacridés de Scudder. 

LesMylacridés ont été pendant longtemps considérés comme des for- 
mes exclusivement américaines ('). Ch. Brongniar t les signale (^) dans 
les couclies carbonifères de Commentry, sans toutefois les décrire, et les 

(1) S.-n. Scudder. — Mem. Bost, Soc. nat. Hist., III, p. 40 [1879]. — 
(( The group is confiaed, geographically, lo America. » 

(2) Cil. Brongniart. — Les Insectes fossiles des terrains primaires [1893J, 
p. 416, pi. XLVII ((ig. 10, 11, 12, 13, 14). 



Séance du 38 octobre 1903. 273 

figures qu'il donne ne permettent pas une détermination précise ('). 
Aussi, est-ce avec plaisir et comme témoignage de reconnaissance 
que je dédie à mon maître, M. le professeur Boule, la première espèce 
de Mylacridés que j'ai étudiée; elle appartient au genre Necymylacris, 
Scudd. {^) ; je la désigne sous le nom de : 

Necymylacris Boulei, n. sp. 

L'empreinte est celle d'une aile antérieure (mésothoracique) de 
62 mill. de longueur environ sur 20 mill. de largeur au niveau du 
point où le sillon anal touche le bord postérieur. Très nette dans sa 
partie basale, elle est plus effacée vers la partie apicale où la marge 
est à peine visible. 

Comme on le voit par ces dimensions, l'aile est grêle; elle est pres- 
que régulièrement ovale, cependant le bord antérieur [marge costale, 
costale (I) est plus convexe que le bord postérieur. 

Nervation (^). — Les veines principales naissent près du milieu de 
la base de l'aile, se courbant toutes légèrement vers la marge costale 
pour prendre ensuite des directions diverses. 

La sous-costale (II), d'abord parallèle à la costale (I), prend bientôt 
et assez brusquement une direction sensiblement rectiligne et touche 
le bord antérieur vers le début du tiers apical de l'aile. Le champ 
costal est donc triangulaire dans sa forme générale {caractère des My- 
lacridés). Il est parcouru par un certain nombre de nervures émises 
par la sous-costale, nervures qui présentent une disposition toute 
spéciale au genre Necymylacris. Dans le lobe humerai, existent trois 
ou quatre nervures peu marquées prenant naissance sur la base de 
la veine principale, laquelle émet ensuite, dans son tiers basai, trois 
branches une ou deux fois divisées et une branche simple et enfin, 
vers son extrémité, deux autres branches simples. Toutes ces nervures 
secondaires sont de plus en plus longitudinales. 

Le radius (II), d'abord un peu arqué et parallèle à la sous-costale, se 

(1) S. -H. Scudder (Revision of the american fossil cockroaches. Bull. V. 
S. Geol. Surv. n° 124, 1895) veut bien admettre l'existence des Mylacridés 
à Commentry (p. 40) ; mais fp. 22) les seuls documents de Commentry qu'il a 
vus lui-même (une photographie et une aile antérieure très parfaite), sont des 
Etoblatlina. 

(2) S.-H. Scudder. — Mém. Bost. Soc. nat. Hist., III [1879], p. 52. 

(3) Dans toutes les notes relatives aux insectes fossiles, j'emploierai, pour la 
description des ailes, la nomenclature de Red te n bâcher. Vergleichende Stu- 
dien iiber das Fliigelgeader der Insecten. Annalen des KK. naturhistorischen 
Hofmuseums Wien[lS86], p. 153-253, pi. IX-XX. 



274 Bulletin de la Société entomologique de France. 

dirige ensuite avec quelques sinuosités vers la partie supérieure du 
bord apical. Il donne naissance à deux branches d'égale importance 
qui se divisent elles-mêmes une première fois vers rextrémité du 
tiers basai, une seconde fois vers le milieu de leur parcours. Chacune 
de ces nervures secondaires, longitudinales dans leur direction géné- 
rale, se bifurque ensuite près de l'extrémité. 

La médiane (V) est fortement arquée à la base, puis se dirige 
presque en droite ligne vers le bord apical qu'elle rencontre à sa 
partie inférieure, presque au milieu du point où le radius aboutit à la 
partie supérieure. Elle émet deux branches, l'une vers l'extrémité 
de son tiers basai, deux fois divisée, l'autre un peu avant le milieu 
de sa course, fourchue seulement. 

Le cubitus (VII) a une direction presque pai'allèle à celle de la 
médiane dont il n'est séparé que par un intervalle très étroit. Il donne 
naissance inférieurement à des nervures ramifiées, espacées et très 
obliques dans sa partie apicale, plus resserrée? et moins inclinées pi^ès 
du sillon anal (VIII). 

Lq sillon ou nervure anale (VIII) est très marqué à la base où sa 
courbure est fortement accentuée. Il vient aboutir vers l'extrémité 
du tiers basai du bord postérieur, après avoir décrit une courbe très 
régulière. 

Le champ anal est parcouru par une série de veinules peu marquées 
[veines axillaires), la plupart composées et moins obhques que le 
sillon anal. Elles prennent naissance vers le miheu de la base de l'aile 
et aboutissent au bord postérieur sans affecter dans leur ensemble 
cette forme de fuseau si caractéristique des Blattes actuelles. 

Affinités. — Necymylacris Boulei se rapproche du N. héros Scudd., 
mais s'en distingue par sa taille bien supérieure {N. héros mesure 
48 mill. de long sur 18 mill. de large) et par ses champs costal et 
anal relativement moins étendus. 

Toutefois, les affinités sont grandes entre les deux espèces et il m'a 
semblé intéressant de signaler cette similitude dans des faunes ter- 
restres d'âges assez peu différents, il est vrai, mais de régions aussi 
éloignées. 

N. héros Scudd., provient des Lower coal measures de Pensylvanie, 
dépôts qui correspondent (') à la zone des sicjillaires du M'estphalien 
d'Europe. 

(1) D'après de Lapparent : Traité de Géologie, i"" éclilion [1900], p. 941). 



Séance du 2S octobre 1903. 27o 

.V. Boulri, nov. sp., a été trouvé au puits du Bourg, à la Jkisc du 
terrain liouillor de Gomnientry, c'est-à-dire dans le Stéphanien. 

Dans une prochaine communication, j'étudierai les afiinités de ce 
genre avec les genres voisins et je montrerai l'importance qu'il pré- 
sente au point de vue de la classilication des Blattidés paléo- 
zoïques ('). 



Bulletin bibliographique. 

Bergroth (E.) : Rhynchota aethiopica, III {Ann. Soc. eut. Bdg.), 1903, 
M p.-^^ 

Brandï (R.) : Life in tlie Océan {Smiths. Rep.), 1901, 13 p.* 

Brèthes (J.) : Contribucion al estudio de los Véspidos sudamericanos 

y especialmente argentines {An. Mus. nac. B.-Aires), 1903, lo p.* 
Id. : Contributions à l'étude des Hyménoptères de l'Amérique du Sud 

et spécialement de la République-Argentine. — Les Chrysidides 

{loc. cit.), 1902, 32 p., 1 pi. n." 
Id. : Les Pinophiles argentins (Coléoptères Staphylins) [loc. cit.), 1902, 

14 p., 1 pL n.* 
Id. : Métamorphose de VUroplata (Heterispa) costipennis (Boh.) Chap. 

[Hispidae] (Joe. cit.), 1902, 5 p., 1 pi. n.* 
Id. : Notes biologiques sur trois Hyménoptères de Buenos-Aires {Rev. 

Mus. La Plata), 1901, 13 p., 1 pi. n.-^ 
Id. : Sur quelques nids de Vespides [An. Mus. nac. B.-Aires), 1902, 

6 p., 1 pi. n.* 
Id. : Un nuevo Meteorus argentino (Hymenoptera, Braconidae) {loc. 

aï.), 1903, 3 p., fig.* 

Brooks (W.-K.) : The lesson of the Life of Huxley {Smiths. Rcp.), 
1903, 11 p.* 

FisKE (J.) : Réminiscences of Huxley {loc. cit.), 1901, 14 p.- 

Guthrie (J.-E.) : The CoUembola of Minnesota {Geol. nat. Hist. Surv. 
. Minnesota), 1903, 110 p., 16 pl.^* 

(1) Je publierai alors les figures de diverses espèces nouvelles de Blattidés 
paléozoïques. 



276 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Haviland (G.-D.) : Observations on Termites, or White Ants {Smiths. 
Rep.), 1902, 12 p., 4 pi. n.* 

Hertwig (0.) : The growth of Biology in the nineleenlh Century {loc. 
cit.), 1901, 18 p.* 

JoHANNSEN (O.-A.) : Aquatic nematocerous Diptera {N. Y. State Mus.), 
1903, 122 p., 19 pi. n.* 

Lemée (E.) : Les ennemis des plantes (suite); Alençon, 1903, pp. 53- 
125.'- 

Lesne (P.) : Bostryctiides [Ann. Soc. ent. Belg.), 1900, 4 p.* 

Id. : Contribution à l'étude de la faune entomologique de Sumatra. — 
Bostrycliides {loc. cit.), 1 p.* 

Id. : Contribution à l'étude des premiers états de Gyrinides {Bull. Soc. 
eni.Fr.), 1902, 4 p., fig.* 

Id. : Diagnose d'un Cicindélide nouveau du genre Collyris {loc. cit.), 

1901, 2 p.* 

Id. : Diagnose d'un Rhipidius nouveau des environs de Paris {loc. cit.), 

1902, 2 p.* 

Id. : Diagnose d'un type générique nouveau de la tribu des Psoinae 
{loc. cit.), 1901, 3 p.* 

Id. : La distribution géographique des Coléoptères bostrychides dans 
ses rapports avec le régime alimentaire de ces Insectes. Rôle pro- 
bable des grandes migrations humaines (C. R. Ac. Se), 1903, 3 p.* 

Id. : La variation sexuelle chez les mâles de certains Coléoptères ap- 
partenant à la famille des Bostrychides ; la poecilandrie périodique 
{loc. cit.), 1903, 3 p.* 

Id. : Le régime polyphage du Liœus algirus L. {loc. cit.), 1901, 2 p.* 

Id. : Liste des Bostrychides et Lyctides recueillis sur le littoral de la 
baie de Tadjourah et description d'une espèce nouvelle {Bull. 
Mus. Hist. nat.), 1899, 3 p., fig.* 

Id. : Liste des Bostrychides recueillis en Birmanie par feu M. C.-Q. 
Corbett {Ann. Soc. ent. Belg.), 1901, 1 p.* 

Id, : Liste des Bostrychides des Collections du Musée civique de Gènes, 
I {Ann. Mus. civ. St. N. Gen.), 1899, 11 p., fig.* 

Id. : Liste des Coléoptères recueillis à Madagascar par MM. le comman- 
dant Dorr et le lieutenant Jobit (1893-97), Bostrychidae {Mém. Soc. 
zool. Fn), 1899,2 p.* 



Séance du 28 octobre 1903. 277 

Lesne (P.) : Note sur deux espaces franeaises de Coléoptères du genre 

RJupidiiis {Bull. Mus. Ilist. nat.), 1902, 2 p., fig.* 
Id. : Notes synonymiques et rectificatives sur (luelqaes Bostrychides 

{Bull. Soc. eut. Fr.), 1900,2 p.* 

Id. : Sur une espèce nouvelle de Chrysomélide appartenant au genre 
Corynodes [Bull. Mus. Hist. nat.), 1900, 2 p., fi,g.* 

Id. : Note sur une espèce nouvelle de Bostrychus (Coleoptera : Bos- 
trichidae) {Not. Leyd. Mus.), 1898, 1 p.* 

Id. : Notice nécrologique sur Hippolyte Lucas {Ann. Soc. ent. Fr.), 

1901, o p., portr.*— (2 exempl.). 
Id. : Sur les Xylopertha pustulata Fabr. et A", Checrieri Villa {Bull. 

Soc. eut. Fr.), 1900, 3 p.* 
Id. : Voyage du D'' W. Horn à Ceyian. Bostrychidae et Anobiidae {Ann. 

Soc. ent. Fr.), 1902, 4 p., flg.* 

Id. : Sur l'usage des appendices mandibulaires caducs des Brachyrrhi- 
nae {Bull. Soc. ent. Fr.), 1899, 2 p.* 

Lesne (P.) et J. Martin : Note sur quelques essais en vue de la des- 
truction du Charançon de la noix do Kola {Balanogastris Kolae 
Desbr.) {Bull. Mus. Hist. nat.), 3 p.* 

Martin (J.) : Espèce nouvelle d'Hémiptère de la famille des Pyrrhoco- 
ridae {Bull. Mus. Hist. nat.), 1900, 2 p.* 

Mayet (V.) : Catalogue raisonné des Reptiles et Batraciens de la Tu- 
nisie {Expl. Se. Tun.), 1903, 32 p.* 

AIeunier (F.) : Les Pipunculidae de l'ambre {Rev. Se. Bourb.), s. d., 
4 p., 1 pi. n.* 

Papillon (E.) : Introduction, faits et documents {Ass. fr. Av. Se), 
1903, 32 p.* 

Reitter (E.) : Bestimmungs-Tabellen der europâischen Coleopteren, 
LII, Curculionidae, 9. — G. Sitona Germ.und Memgroicus Sch. aus 
der palaearktischen Fauna ; Paskau, 1903, 44 p. — Acquis pour la 
Bibliothèque. 

Id. : Bcstimmungs-Tabelle der Melolonthidae aus der europâischen 
■Fauna und der angrenzenden Làndern, IV : Rutelini, Hoplini und 
Glaphyrini, LI {Verh. naturf. Ver. Brimn.), 1903, 158 p. — Acquis 
pour la Bibliothèque. 

Sternberg (G.-M.) : Malaria {Smiths. Rep.), 1901, 12 p.* 



278 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Sternberg (G. -M.) : Transmission oî Yellow Fever by Mosquitoes 
{loc. cit ), 1901, 17 p.* 

Taylor (J.-R.) : Observations on the Mosquitoes of Havana, Cuba {Rev. 
Med. Trop.), 1903, 27 p.* 

White (G. -A.) : The Mutation theory of Professor de Vries {Smiths. 
Rep.), 1902, 10 p." 

WiTH (C.-J.) : The Notostigmata, a new suborder of Acari; 1903 {Vi- 
densk. medd. fia den Naturh. foren I Kjobenhavn) 1904, 5o p., 3 pi. 
Copenhague. — Don de M. E. Simon. 



Académie des Sciences [C. R. hebdom. des Séances), 1903, II, 1-16. — 
F. Maignon : La production du glucose sous l'influence de la vie 
asphyxique par les tissus du Bombyx mori aux diverses phases de 
son évolution. — P. Lesne : La distribution géographique des Co- 
léoptères bostrj^chides dans ses rapports avec le régime alimentaire 
de ces Insectes. Rôle probable des grandes migrations humaines. — 
A. Labbé : Sur la spermatogenèse des Crustacés décapodes. — 
L. Bordas : L'appareil digestif des Silphidae. — E. Hesse : Sur la 
présence des Microsporidies du genre Thelohania chez les Insectes. 

Académie des Sciences de Cracocie {Bulletin international). 1903, 3 et 
6. -O 

Académie Impériale des Sciences de StPétersbourg. — 1° Bulletin, sér. 
V, XIII, 4-5: XIV, 1-5; XV, 1-5; XVI, 1-5; XVII, 14. — S. Metal- 
NiKOW : Beitrâge zur Anatomie und Physiologie der Mûckenlarven 
(2 pi.). — P. Bakmétieff : Résumé de mes expériences sur l'ana- 
biose des insectes et plan de recherches sur les animaux à sang 
chaud. — 2° Mémoires, sér. VIII, X, 7, 1900. 

Academij of Nattiral Sciences of Philadelphia {Proceedings) , LV, 1, 1903. 

— R.-V. Chamberlain : Myriopods of Beulah, N. Mexico. — T. 
MoNTGOMERY : Studies of the Habits of Spiders. Particularly those 
of the Mating Period (2 pi.). — R.-V. Chamberlain : New Lithobii 
from California and Oregon. — J.-A.-G. Rehn : A Revision of the 
Orthopterous Genus Homoeogamia. — W.-M. Wheeler : A Revision 
of the North American Ants of the Genus Leptothorax, Mayr (1 pi.). 

— H. Sklxner : A new Species of Nyctalemon (1 pL). — J.-A.-G. 
Rehn : Studies in American ForficuUdae, 

Agricultural Gazette of N. S. Wales, 1903, 7-8. — White Ants attacking 
Fruit-Trees. — W. Froggatt : A nature Study, The White — Ant 
(fig. et pi.). 



Séance du 28 octobre 1903. 279 

Ainerican Entoniologiral Societij {Transactions)., XXIX, 2, IDO;]. — 
C.-T. Brues : Descriptions ol new ant-liko ;incl Myrmocophilûus 
Hymenoptera (1 pi.)- — J.-A.-G. Rehn : Noies on West Indian Or- 
Ihoptera, with a list of thc Species known Irom the Island ol" Porto 
Rico. — X. Baxks : A Revision of the Nearctic Chrysopidae (1 pi. 
n.). — G. RoHERTsox : Synopsis ol Megachilidac and Bombinae. — 
H.-L. YiEREGK : Ckissification ol Bces of thc Cienus Bombomelecta. 
— T.-D.-A. CocKERELL : Notes on Some Gênera of Bées. 

American Muséum of Natural Historij {The), 1902. — O 

Annals and Magazine of Natural History {The), sér. VII, XII, 68-70, 
1903. — G. Swinhoe: Descriptions otnewEasternMolhs. — T.-D.-A. 
CocKERELL : Ne^^^ American Hymenoptera, mostly ol the Genus 
Nomada. — H. Druce : Descriptions ol some new Species ol Lepi- 
doptera from Tropical South America and one from North Austra- 
lia. — A.-O. Walker : Report on the Isopoda and Amphipoda col- 
lected hy Mr George Murray during the Gruise ol the « Oceana » 
in November 1898 (2 pL). — W.-L. Distant : Rhynchotal Notes. 
XVIII. — E. Austen : Notes on Hipjjoboscidae {Diptera Piipara) in 
the GoUection of the British Muséum. — P. Gameron : On some 
new Gênera and Species ol Parasitic Hymenoptera from the Khasia 
Hills. — W.-F. KiRBY : Notes on Blattidae, etc., with Descriptions ol 
new Gênera and Species in the Collection ol the British Muséum, 
South Kensington (2 art.). — G. -T. Bethune-Baker : OnnewSpecies 
of Lycaenidae from West-Afrika. — G.-S. Brady : List of the Os- 
tracoda coUected by Mr. G. Murray during the Gruise of the « Oceana » 
in 1898. — P. Gameron : On some new Gênera and Species of Pa- 
rasitic Hymenoptera from the Khasia Hills, Assam. — G. Lewis : 
On new Species of Histeridae and Notices of others. — T.-D.-A. 
Gockerell : North-American Bées, and a new Homopteron. 

Ent. monthhj Magazine {The), juillet 1903. — G. -G. Barrett : Acro- 
basis verrucella, Hb. and rubrotibiella,F. R., as British Insects. — 
L. Walsingham : Description of a new species of Batrachedra as- 
sociated with Spiders in South Africa. — R.-J. Pocock : Notes on the 
Commensalism subsisting between a gregarious Spider, Stegody- 
phus sp. , and the Moth Batrachedra stegodyphobias, Wlsm . — L. Wal- 
singham : Spanish and Moorish Micro-Lepidoptera. — Notes diverses. 

Entomologist's Becord and Journal of Yariation {The), juillet 1903. — 
T. -A. Ghapman : The European Orgyias : Their Spécialisation 
in Habits and Structure (2 pi. n.). — G.-R. Burrowl : Notes on 



280 Bulletin de la Société entoniologique de France. 

Phorodesma [Comibaena] pustulata, Hufn. (1 pi.). — W.J. Kaye : 
Some Considérations concerning Mimicry. — Ch. Oberthûr : The 
Hesperiides of Brittany. — Notes diverses. 

F. des J. Natur. [La), XXXIII, 393, 1903. — H. Belliard : Contri- 
bution à l'étude de la formation et de la nature de la matière colo- 
rante des ailes de Lépidoptères (d'après les travaux récents et spé- 
cialement ceux de la Comtesse de Linden). — G. de Bocquigny-Adan- 
soN : Géonémie de Papilio Podalirius L. Limite septentrionale de 
son extension en Franco et en Belgique. — Notes spéciales et locales. 

Instructor {El), mai et juin 1903. 

Katalog Literatunj naukowej Polskiej, II, 4, 1902 3. 

KisérletUgyi Kozleméniek, VI, 1, 1903.© 

Marcellia, II, III, 1903 (2 exempl.). — A. Trotter : Miscellanee ceci- 
dologiche. — C. Massalongo : Nuovi Zoocecidii délia Flora vero- 
nese (fig.). — T. de Stefani Ferez : Alterazioni tardive di alcuno 
plante per influsso di insetti. — A. Béguinot : Studio anatomico di 
due cecidii del génère discuta (2 pL). — A. Trotter : Descrizioni 
di varie galle dell' America del Nord (fig.). 

Naturaliste (Le), XXV, 392. — Le Phylloxéra en Californie. — 
H. CoupiN : Chronique et nouvelles. 

New York Agricultural Experiment Station, Bull, n"^ 232, 1903.© 

R. Accademia dei Lincei {Atti), 1903, I, 11.© 

Rev. scient, du Bourbonnais et du Centre de la Fr., 186, juin 1903.© 

Soc. Ent. , 1'='' juillet 1903. — H. Fruhstorfer : Ornithoptera para- 
disea ab. auriflua (nov. subsp.). Eine neue Ornithoptera-Form. — 
Zwei neue Parnassier. — A. Fuchs : Zwei neue Leucanitis-Formen 
aus Aksu. — B. Slevogt : Alte Arten mit neuen Randbemerkun- 
gen. — C. Trings : Ein Hybride vcin Parnassius apollo-delius. 

Société entomologique de France {.innales), LXXII, i^"" trim. 1903. 

Société d'Étude des Sciences naturelles de Reims {Bulletin), XII, 2, 
1903. — A. Bellevoye : Insectes des Bolets. 

A.-L. 



Le Secrétaire-gérant : P. Chabanaud. 



BULLKTIN 

DE LA 

SOCIÉTÉ ENTOMOLOGMQXJE DE Ï^RANOE 



Séance du 11 novembre 1903. 

Présidence de M. A. GIARD, 
ancien Président. 

Nécrologie. — Le Président fait part du décès de M. Fr. Bâtes. 
Cet entomologiste anglais, qui s'est éteint dans le courant du mois de 
septembre dernier, s'était occupé d'Hétéromères et, en dernier lieu, 
de Cicindélides et de Rutélides dont il avait une fort belle collection. 
Il préparait une revision du genre Pelidnota. 

Correspondance. — M. F. Henneguy, Président, s'excuse de ne 
pouvoir assister à la séance. 

Voyages. — M. le Président donne lecture d'une lettre, datée du 
15 octobre, par laquelle M. Ch. Alluaud le prie de transmettre son 
meilleur souvenir à tous les membres de la Société. Les nouvelles de 
notre collègue sont excellentes, malgré les nombreuses piqûres de 
Moustiques ICulex et Anophèles) qu'il eut à supporter sur les rives 
marécageuses de la baie de Kavirondo ; ses récoltes entomologiques ont 
été surtout fructueuses en Coléoptères aquatiques et en Coprophages. 

Après avoir passé les mois de novembre et de décembre sur les 
hauteurs des pays Mali et Kikuyu, M. Alluaud descendra en janvier 
vers les vastes plaines des Masaï; de là il gagnera le massif du Kili- 
mandjaro où il passera février et mars. Il compte enfin, après un court 
séjour sur la côte de Mombasa en avril, regagner Zanzibar et la France 
en mai. 

Changements d'adresse. — M. Jacques Chambry, loi bis, rue 
Saint-Jacques, Paris 5'. 

— M. le général P.-V. Faure- Biguet, 169, boulevard Malesherbes , 
Paris 17^ 

— M. E. Gounelle, 46, rue des Gobolins, Le Havre (Seine-Infé- 
rieure). 

Bull. Soc. ent. Fr., 1903. N" 17. 



282 Bulletin de la Société entomologique de France. 

— M. A. Warnier, à partir du 6 novembre J903 jusqu'à fin avril 
1904, villa St-Henri. boulevard du Midi, Cannes (Alpes-Maritimes). 

Admissions. — M. François Moutier, interne des Hôpitaux, 19, 
rue Linné, Paris 5«. Lépidoptères. 

— M. Grégoire d'Olsoufieff, Lokasze, Volhynie (Russie). Co- 
léoptères paléarctiques. 

Présentations. — M. G.-W. Kirkaldy, entomologiste au Depart- 
ment of Agriculture and Forestry, Honolulu (îles Havai), présenté 
par MM. E.-L. Bouvier et A. Puton. —Commissaires-rapporteurs : 
MM. P. Lesne et J. Martin. 

— M. Léon Viberl, capitaine au Service géographique de l'Armée, 
présenté par M. L. Bedel. — Commissaires-rapporteurs : MM. Ph. 
François et E. Simon. 



Observations diverses 

Captures. — M. Maurice Maindron annonce à la Société que 
notre confrère M. A. Bonhoure, gouverneur de la Côte des Somalis, 
a capturé en août dernier, à Djibouti même, une Cicindèle fort rare 
{Cicindela RilppelUGnér.). Cette belle espèce, qui semble répandue du 
Sennaar aux côtes occidentales de la Mer Rouge, n'avait pas encore 
été signalée sur le littoral des Somalis. M. Louis Bedel et M. Maurice 
Maindron doivent à la générosité de M. A. Bonhoure des exem- 
plaires de ce remarquable Insecte. 

— M. MauriceMaindron annonce également qu'il a reçu de notre 
confrère M. G. Baër deux exemplaires d'un magnifique Carabide, le 
Brachygnathus imperator Chaud. M. G. Baër les a capturés sous un 
arbre pourri, dans le terreau, à Santa Ana (Tucuman), par 350 mètres 
d'altitude, au mois d'octobre de cette année. 

— M. H.Boilcau, àcepropos, apprend à la Société qu'il possède un 
individu de cette rare espèce, provenant de Bolivie et que lui a cédé 
M. Donckier. 

— M. G. -A. Poujade signale des espaces méridionales de Lépido- 
ptères qu'il a capturées à Fontainebleau (environs de la route Amélie), 
à l'aide du piège lumineux : 



Séance du II novembre 1903. 283 

Deux individus de Caradrina respersa Hubn., trois mâles de Poly- 
phaenis sericata Es p., trois Acidalia moniliata Fabr. dans la nuit du 
■19 au .20 juillet dernier; un mile bien frais de Ocneria rubea Fabr., 
le 26 juillet, vers 3 heures du matin; Hadena porphyrea Ksp. = sa- 
tura Hubn., le 26 septembre dernier. 

Enfin, le lo août, entre Sannois et Cormeilles-en-Parisis, notre collègue 
a pris une Zygaena filipendulae ab. chrysanthemi Borkh. 9. Celte 
aberration consiste en ce que les taches et les ailes inférieures sont 
couleur de chocolat au lieu d'être rouges. 

Observation biologique. — M. Roger Vérity publie l'observation 
suivante : 

Sur la familiarité des Lépidoptères. — Il y a deux ans, au mois d'a- 
vril, dans une forêt aux environs de Florence, je donnais la chasse aux 
exemplaires de Vanessa Antiopa qui avaient survécu à l'hiver. Depuis 
près d'une heure j'avais cherché à m'approcher de trois grosses fe- 
melles pendant qu'elles se chauffaient au soleil, posées sur la terre d'une 
allée ou sur les branches des arbrisseaux, mais en vain : à peine me 
voyaient -elles à quelques mètres de distance, qu'elles s'enfuyaient sur 
le haut des arbres et ne retournaient à leur place favorite que long- 
temps après. Je venais d'en faire envoler une qui, au lieu de s'éloigner, 
s'était mise à décrire de grands cercles au-dessus d'une allée avec 
l'intention évidente de s'y poser, lorsque je la vis soudain interrompre 
ses tours réguliers et voler tout droit vers mon filet que je tenais im- 
mobile pour ne pas l'effrayer. Elle chercha plusieurs fois à se poser sur 
le bord du cercle, mais, comme il était trop étroit, elle retombait en 
dehors ou en dedans jusqu'à ce qu'un rapide tour de main l'eut em- 
prisonnée. Je répétai la manœuvre avec une autre V. Antiopa et je 
réussis également à m'en emparer. Dans une autre occasion, je pus, 
avec ce même stratagème, attirer un exemplaire qui volait en avant et 
en arrière au-dessus d'un cours d'eau et qui ne voulait jamais se po- 
ser. Plusieurs fois il m'est arrivé que des V. Atalanta et des V. C. album 
vinrent s'accrocher à la gaze de mon filet. J'ai remarqué que la gaze 
blanche les attirait beaucoup plus que la verte. 



284 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Communications 

Description d'un nouveau type de Cléonides [Col.] 
de la région Saharienne 

par L. Bedel. 

Gleonus (') superciliosus, nov. sp. — [Ovatus, utrinque atte- 
niiatus, superne rugosus, crusta ochroleuca vel albicante indutus; ros- 
trum longulum, tricarinulatum, carinulis laieralibm super oculos 
productis et alte superciliiformibus ; prothorax cupulato-pmictatus , 
medio subcanaliculatus, pone oculos spisse fimbriatus. Elytra latiora, 
plicato-rugosa, transversim subtrifasciata, fascHs communibus, fluc- 
tuoso crispatis, arcuatisATarsiangusti, subtus haud pulvillati. — Long. : 
10-11 mill. 

Ovalaire, atténué aux deux extrémités, couvert d'une couche squa- 
meuse très dense, d'un gris terreux ou blanchâtre. Rostre assez allongé, 
moins large que la tète, à peine élargi à son extrémité, obtusément 
tricaréné en dessus; carènes efïacées en avant, celles des côtés un peu 
divergentes en arrière et se prolongeant, au-dessus des yeux, en un 
bourrelet relevé en forme de sourcil (^). Yeux subtriangulaires, légère- 
ment convexes, à facettes extrêmement fines. Antennes peu épaisses; 
scape long et assez grêle; articles du funicule serrés, plus ou moins 
transversaux. Prothorax moins large que les élytres, à peine plus long 
que large, resserré près du sommet; bord antérieur cintré au-dessus 
du vertex, coupé rectilinôairement sur les côtés et présentant au niveau 
de l'œil une large frange de vibrisses épaisses ; base légèrement oblique 
entre les angles postérieurs et le miUeu; face dorsale marquée de points 
assez forts, cupuliformes; ligne médiane faiblement canaliculée; flancs 
ponctués comme le dos; face inférieure sans impression antécoxale. 
Élytres assez larges, à sculpture grossière et comme fripée, détermi- 
nant quelques denticules à la base, des traces de nervures longitudi- 
nales et trois ondulations transversales communes et fasciiformes, dont 
les crêtes sont dirigées en arrière; région postérieure rétrécie, l'extré- 
mité môme obtuse, mais paraissant un peu tronquée, vue de haut. 
Dessous du corps plus clair que le dessus. Pattes assez robustes, en- 

(1) Je conserve provisoirement celte dénomination en attendant que la re- 
visio.i des Cléonides, achevée par Joli. Faust quelques mois avant sa mort, 
soit publiée par les soins du D"^ Heller, de Dresde. 

(2) Comme ctiez diverses espèces de Brachycerus et de Rhyliirhinus. 



Smnce du 11 novembre 1903^ 283 

diiites, comme le reste du corps, d'une couche squameuse d'où émer- 
gent de petites soies blanches; articles des tarses d'égal diamètre et 
dépourvus de brosses en dessous; ongles libres. 

Sud-Tunisien et Tripolitaine, vers 300 mètres d'altitude. 

Je ne connais que deux individus de ce remarquable Curculibnide; 
l'un m'a été généreusement ofïert par le capitaine L. Vibert qui l'a 
trouvé à Bir-Saad (entre Gafsa et Gabès), l'autre a été rapporté de 
Mizda (à 160 kilom. sud de Tripoli) par M. de Malhuisieulx et se 
trouve dans la collection Ph. François. 

Le C. superciliosus, qui rappelle un peu, par sa forme générale, le 
Gonocleonus cristulatus Fairm., constitue, parmi les Cléonides, un 
groupe à part ( Vibertia m.) caractérisé par ses hautes crêtes oculaires, 
par son revêtement tellement serré que les squamules s'y discernent 
à peine, par ses fortes vibrisses thoraciques, etc. 



Description d'une nouvelle espèce de Piezotrachelus [Col.] 
de Madagascar 

par L. BÉGUIN-BlLLEGOCQ. 

Piezotrachelus Alluaudi, n. sp. -— Ater, 'glnber, thorace , 
coxis anterioribus et mediis, trochanteribus, femoribus tibiisque rubro- 
brunneis. Rostruni médiocre, parum arcuatum. Prothorax subconiciis, 
antice truncatus, ad latera ante médium constrictus, subtilissime alu- 
taceus, posterius obsolète foveolatus. Elytra valde convexa, lateraliter 
parum dilatata, iiitida, tenuiter striata, interstitiis latis, planis, laevi- 
bus. — Long. : 1,2 mill. (rostr. excl.). 

Noir, prothorax, hanches antérieures et médianes, cuisses et tibias 
d'un brun rougeâtre. Front faiblement sillonné entre les yeux. Ces 
derniers médiocrement saillants. Rostre peu arqué et peu brillant, 
atténué légèrement de la base au sommet, plus court que la tête et le 
thorax pris ensemble, marqué d'un court sillon latéral devant les yeux. 
Antennes subbasilaires, à scape court, dilaté à l'extrémité, à l^*" ar- 
ticle presque aussi long que lui, globuleux; i" article plus mince, 
moins long, les suivants encore plus courts. Massue ovale, acuminée. 
Prothorax peu brillant, subconique, tronqué à l'extrémité qui est 
épaissie, à côtés comprimés avant le milieu. El y très noirs, plus larges 
à la base que le thorax et plus brillants que lui, très convexes, assez 
courts, avec les épaules peu saillantes, presque arrondies; peu dila- 



286 BvUetin de la Société entcmologique de France. 

tés latéralement, leur plus grande largeur un peu après le milieu; 
stries fines et nettes, à ponctuation peu "visible; interstries plans, 
lisses, beaucoup plus larges que les stries. Cuisses peu dilatées, tarses 
plus foncés que les tibias. 

Le (5 a le rostre un peu plus court et un peu plus épais que celui 
de la 9. 

Sud de Madagascar : pays Androy (Ch. Alluaud). 

Je me fais un plaisir de dédier cette espèce à M. Alluaud qui a bien 
voulu mettre à ma disposition ses notes et sa collection avec une 
bonne grâce dont je ne saurais trop le remercier. 

Le Piezotrachelus Sharpi Faust {Deut. ent. Zeit. [1898], p. 29S), 
que je n'ai pas eu sous les yeux, doit se séparer de l'espèce décrite ci- 
dessus par les caractères suivants : front bisillonné, prothorax plus 
clair, à ponctuation visible, sans sillon ni impression devant l'écusson, 
élytres moins convexes, fortement striés-ponclucs, à interstries ru- 
gueux, pattes plus claires, etc. 



Description d'une nouvelle variété 

de VEuripus fanebris Leech [LÉPm. rhopal.] 

par Ch. Oberthur. 

Dans son ouvrage : Butterflies from China, Japan and Corea, feu 
Leech a fait connaître, sous le nom à'Eurijms funebris, une des plus 
belles espèces de Nymphalides asiatiques. 

VEm'ipus funehris est un Papillon d'assez grande taille, d'aspect 
très robuste. En dessus, il est d'un noir velouté profond, avec un 
trait cellulaire rouge près de la base des ailes supérieures et un 
rayonnement de traits grisâtres, à raison de deux par espace intra- 
nervural, parallèles aux nervures, se joignant à leur point d'origine 
de façon à former des chevrons très allongés et occupant tout l'espace 
subterminal des supérieures. Aux inférieures on voit seulement dans 
les espaces intranervuraux quelques faibles traits grisâtres. Le dessous 
des ailes reproduit le dessus pour les traits grisâtres cunéiformes, 
submarginaux; mais des taches d'un beau rouge carmin vif, suivies 
de macules blanches aux ailes supérieures, ornent l'espace basilaire 
des quatre ailes. 

J'ai lieu de croire que VEuripus funebris est fort rare; car Leech 
possédait un seul (5 capturé à Omei-Shan, en juillet. Pour ma part, en 



Séance du H novembre 1903. 287 

vingt années de cIkisscs faites à mon intention dans la région occupée 
par les membres de la mission catholique du Tliibet, je n'ai reçu que 
quatre exemplaires, tous (5. 

L'un fut pris à Ta-tong-kiao, eu 1894, un autre fut récolté à Tien- 
tsuen en 1901. Ces deux Papillons sont semblables à celui qui a servi 
de type àLeech pour la desciiption et la figure publiées dans l'ou- 
vrage précité. 

Les deux autres Euripus, formant la variété géographique Genes- 
tieri, var. nov., viennent du pays du haut Lou-tse-kiang, où les a ren- 
contrés le P. Genestier en 1901. 

Ils diffèrent du funebris parce que leurs ailes inférieures, en dessus 
comme en dessous, présentent, non point de simples faibles traits gri- 
sâtres, mais bien les mêmes chevrons blanchâtres intranervuraux que 
les ailes supérieures, c'est-à-dire une série régulière, sur les quatre 
ailes, de deux gros traits par espace intranervural, lesquels traits sont 
formés d'un épais semis d'atomes blancs qui se rejoignent à leur som- 
met. Le trait rouge cellulaire, près de la base des ailes supérieures, en 
dessus, est aussi plus vif et moins assombri d'atomes noirs dans la 
variété Genestieri, de Lou-tse-kiang. que dans le type funebris du 
haut Yang-tse. 



Aberrations nouvelles ou peu connues 

de Lycaena Icarus Linné [LÉPmoPT. rhopal.] 

par Roger Verity. 

I. — Var. (et ab.) Celina Austaut {Pet. Nouv. ent. XI, 1879).— 
Cette variété ne diffère guère du type de l'espèce que par la présence 
d'une série de petits points noirs le long du bord externe des ailes pos- 
térieures en dessus. Ces points sont au nombre de six; il y en a un, 
c'est-à-dire, entre chaque nervure. La v. Celina remplace le type au 
Maroc et dans les îles Canaries. Elle a été trouvée, comme aberration, 
aussi au Sud de la Russie, mais elle n'avait jamais été signalée dans 
l'Europe occidentale. Convaincu qu'elle devait s'y trouver, j'ai examiné 
cet été plusieurs centaines de L. Icarus dans différentes localités et j'ai 
découvert sur la côte de la Toscane, aux environs du Forte dei Marmi, 
deux exemplaires avec la série de points très bien marquée. 

II. — Ab. melanotoxa PincitoreMarott [Giornaledi Scienze na- 
turalediPalermo). — En 1879, M. Pincitore Mar ott décrivaitsous ce 



288 Bulletin de la Société entomologique de France. ■ 

nom une Tariété ç de L. Icarus trouvée en Sicile. Cette variété est ca- 
ractérisée par un petit trait noir parallèle au bord interne des ailes anté- 
rieures en dessous ; ce trait est formé par un développement anormal du 
dernier point noir de la série parallèle au bord extérieur et du second 
point basai. Ces deux points se sont, pour ainsi dire, allongés l'un vers 
l'autre et se sont réunis. — M. Pincitore Marott croyait cette forme 
particulière à la femelle et à la Sicile. Mais des recherches que j'ai faites 
en différentes localités de la Toscane m'ont démontré que l'ab. Melano- 
toxa y est assez répandue et même pas trop rare. J'ai en outre trouvé 
deux exemplaires (5 qui ont le petit trait caractéristique bien marqué; 
quoique les (3(3 soient très rares, c'est donc aux deux sexes qu'appar- 
tient cette aberration. 

III. — Ab. albinos, ab. nov. — Je crois que personne n'avait jus- 
qu'ici signalé des cas d'albinisme de L. Icarus. Je possède dans ma 
collection un c?, trouvé dans les environs de Florence au mois de 
juin dernier, qui a les deux ailes postérieures blanches et bleu très pâle 
et le bord externe des antérieures de la même couleur. 11 n'y a que la 
base des quatre ailes qui soit de la teinte normale. Endossons, celles-ci 
sont d'un gris très clair, presque blanches, et les taches orangées ont 
complètement disparu. 

IV. — Aberration c5 teintée de rose. — Cette aberration fort re- 
marquable a été capturée sur le haut d'un des sommets (monte Matanna, 
1.300 m.) des Alpes Apouanes (chaîne de montagnes parallèle à la côte, 
au Nord de la Toscane). Elle est caractérisée par la couleur des ailes, qui, 
au lieu d'être bleue, est hlas avec des reflets bleuâtres, tandis que le 
mince bord noir du type de l'espèce est remplacé par un bord châtain 
clair. Les points en dessous sont de la même couleur et le fond en est 
légèrement voilé, ce qui lui donne des reflets roussâtres ; quant aux ta- 
ches orangées, elles sont très grosses et vives. 

Beaucoup d'entomologistes auraient sans doute donné des noms par- 
ticuliers aux deux formes que je viens de décrire et certes elles sont 
si distinctes qu'elles en seraient presque dignes; mais, vu l'abus qu'on 
a fait de cette création de variétés et d'aberrations, je pense qu'il vaut 
mieux tomber dans le défaut opposé et je m'abstiens de les baptiser, 
d'autant plus qu'il est question d'aberrations accidentelles dont je n'ai 
pu trouver d'autres exemplaires, malgré les recherches faites dans 
les localités où elles ont été capturées. L'aberration que je vais décrire 
est toutefois si distincte, si frappante, que je ne puis résister à la tenta- 
tion de proposer pour elle le nom de : 

V. — Ab. pseudocyllarus, ab. nov. — Au mois de juin dernier, je 



Séance du 11 novembre 1903. 289 

donnais la chasse à des L. Icarus sur les bords escarpés d'un cours 
d'eau, dans l'enceinte même de Florence, lorsque j'aperçus parmi eux 
une belle ç de L. Cyllarus. Surpris de trouver cette espèce dans une 
localité où jamais elle n'avait été rencontrée, je m'empressai de la 
capturer. Quelle ne fut pas ma surprise de remarquer alors que le 
dessous des ailes correspondait parfaitement à celui de L. Icarus! Un 
examen plus attentif me révéla que j'avais pris non pas une 9 de L. 
Cyllarus, maisun c5 étrange deL. Icarus. Les quatre ailes de cet intéres- 
sant exemplaire sont brunes avec de légers reflets bleuâtres, dus à 
quelques écailles bleues semées par ci par là, tandis que leurs bases et 
une partie du bord interne des postérieures sont de la couleur normale 
du type. Le corps est aussi, comme chez le type, recouvert de duvet 
bleu; la côte et la frange sont blanches. Le dessous ne diffère 
guère du type que par l'absence presque absolue de taches orangées. 

VI. — Aberration hermaphrodite. —Un exemplaire de celte aberra- 
tion intéressante et bien connue, quoique très rare, a été pris le 15 août 
1900 sous les murs de Modène. Les deux ailes droites sont exactement 
semblables à celles des c5(5 normaux: les ailes gauches ressemblent 
parfaitement à celles des çç. — Le dessous est exactement la même 
chose des deux côtés; seulement les taches orangées des ailes supérieu- 
res sont un peu plus développées du côté 9. Cet exemplaire est mainte- 
nant dans ma collection, ainsi que tous les autres décrits plus haut. 



Perceptions tactiles et musculaires des Arthropodes. 
Note biologique sur les Pagures [Crust.] 

par le D'' Georges Bohn. 

• Les Pagures, ou Bernhards l'Hermite, connaissent-ils leurs coquilles? 
Telle est l'une des questions dont j'ai cherché la réponse par des ob- 
servations méthodiques; voici les faits que j'ai étabhs à l'Institut gé- 
néral psychologique : 

1° Les Pagures ont une sensibilité tactile très développée et ils se 
laissent guider beaucoup plus par le tact que par la vue, comme on 
peut le constater en sectionnant les yeux. Il suffit même que l'extré- 
mité d'un seul doigt vienne à se poser sur une surface calcaire ru- 
gueuse pour que le Crustacé cherche à explorer l'objet dont fait partie:, 
cette surface. 



290 Bulletin de la Société entomologique de France. 

2" L'exploration ne se poursuit que si l'objet a certaines formes 
(sphère, cône dressé ou incliné...) et elle se fait différemment suivant 
les diverses formes. 

a) Si l'objet est sphérique {Littorina obtusa, certains cailloux), le 
corps se courbe en arc et s'applique sur l'un des méridiens de la 
sphère, la tête dirigée vers le bas ; aussitôt après, l'animal fait tourner 
la coquille sur elle-même pour trouver l'orifice. 

b) Si l'objet a la forme d'un cône dressé {Trochus zyzyphinus, Pa- 
telles), le corps s'applique suivant l'une des génératrices du cône, la 
tête en bas et, en conservant la même attitude, il exécute le tour de 
la coquille jusqu'au niveau de l'orifice. 

c) Si l'objet a la forme d'un cône incliné (Buccin), l'exploration peut 
se faire de la même façon par rapport à la verticale, mais alors le corps 
est disposé ou perpendiculairement (= cas précédent) ou parallèle- 
ment à la spire; cette dernière attitude est favorable à la rotation : un 
Bernhard expérimenté la prend et se déplace ensuite parallèlement à 
lui-même. 

Dans tous les cas, lorsque le Pagure aborde le péristome, son corps 
est appliqué sur une surface courbe inclinée, la tête en bas. Or il 
suffit que le corps prenne cette attitude pour que le Crustacé cherche 
un orifice au bas de la pente ; c'est ainsi que, mis en présence de valves 
de Lamellibranches, il s'acharne dans les régions qui ofïrent une cour- 
bure suffisante (crochet...). Il semble donc que les Pagures perroiimit 
certains éléments de la forme extérieure (degré de courbure, pente...). 

3° Les Pagures reconnaissent aisément l'ouverture circulaire d'une 
cavité au moyen de leurs pinces. Mais, bien que l'on ait prétendu que 
ces animaux ont 1' « idée abstraite » de trou, l'exploration du trou 
ne suffit pas en général pour les entraîner à y faire pénétrer leur 
abdomen. 

a) Le Crustacé ne pénètre pas dans un simple trou pratiqué dans de 
l'argile. — b) Si le trou est disposé au bas d'une pente argileuse, re- 
trouvant des impressions connues, l'animal s'y engage parfois. — c) Si 
l'orifice est formé par l'anneau calcaire obtenu en détachant le péris- 
tome d'une coquille, le Bernhard explore cet anneau et fouille autour. 
— d) Si le trou est constitué par la cavité d'une coquille incluse dans 
l'argile jusqu'au péristome, le Pagure n'y pénètre qu'après avoir 
fouillé autour de la coquille pour percevoir les éléments de la forme 
qui le guident d'habitude. — e) Si un orifice est pratiqué artificielle- 
ment sur une coquille en haut d'une pente, le Crustacé n'y pénètre pas. 



Séance du II novembre 1903. 291 

Ainsi les Pagures, avant de pénéirer dans un troti, éprouvent le 
besoin de percevoir lu forme extérieure de l'objet perforé. Celte percep- 
tion est très imparfaite, comnoe l'indiquent les erreurs commises par 
ces Crustacés. 

En résumé, les Pagures perçoivent certaines qualités des objets {cour- 
bures, pentes..., aussi poids) indépendamment de cet objet. Us perçoi- 
vent les formes par les sensations qui accompagnent les attitudes (sens 
musculaire). 

Chez les Insectes, on doit avoir observe des fai!s analogues. D'après 
la communication si intéressante de notre nouveau collègue, M. G. d'Ol- 
soufieff. sur les Donacia, certaines espèces vivent sur les Nénuphars, 
d'autres sur des plantes aquatiques à tige dressée; quand ces dernières 
se posent sur des feuilles flottantes, elles les abandonnent immédiatement 
pour s'envoler; quand elles se posent sur une tige dressée quelconque, 
elles grimpent un certain temps et explorent la plante pour l'abandon- 
ner si ce n'est pas la plante d'élection. Indépendamment des sensations 
olfactives et visuelles qui permettent à l'Insecte de distinguer deux 
plantes à tiges dressées, celui-ci perçoit manifestement la direction des 
surfaces. Je serais heureux si mes collègues voulaient bien me si- 
gnaler des faits montrant que les Insectes peuvent apprécier des di- 
rections et des formes au moyen du sens musculaire. 



Deuxième note sur les Blattidés paléozoïques [Orthopt. 
Description d'une espèce nouvelle 

par Al.-N. Agnus. 

Les ailes postérieures des Blattidés sont rarement représentées à 
l'état d'empreintes dans les dépôts carbonifères. Jusqu'à ce jour, une 
dizaine seulement, trois européennes, les autres américaines, ont été 
signalées, mais on ne connaissait pas les ailes antérieures de l'Insecte 
auquel elles appartenaient. Lorsqu'elles ont été trouvées en connexion 
avec les élytres, celles-ci les recouvraient presque entièrement et une 
étude comparative ne pouvait être faite. 

Grâce à des échantillons d'une remarquable conservation découverts, 
à Commentry par M. Fayol, il est possible aujourd'hui d'entreprendre 
cette étude, et l'empreinte à' Etoblattina que je figure dans cette note, 
m'a semblé apporter quelques faits nouveaux. 

Je me plais à dédier cette forme à mon illustre maître M. Albert 



292 Bulletin de lu Société entomologique de France. 

Gaiidry, qui m'a toujours prodigue ses précieux encouragemenls. Je 
la désigne sous le nom d'Etoblattina Gaudryi, n. sp. 

L'empreinte , admirable de netteté , représente les deux ailes méso- 
thoraciques (élytres) et une aile métatlioracique. 



<<^ 




Elohlaltina Gaudryi Agnus (grandeur naturelle). 

1° Élytres. — L'élytre mesure 36 mill. de longueur sur i4 mill. 
de largeur. Le hord costal (I) est fortement courbé dans sa partie basale ; 
mais cette courbure s'atténue rapidement et l'aile est régulièrement 
convexe en avant. Le hord postérieur est presque rectiligne sur les 
deux tiers de sa longueur; il se courbe dans sa partie apicale et de- 
vient symétrique du bord costal 

Nervation. — Les nervures principales naissent toutes vers le 
milieu de la base de l'aile. 

La sous-costale (II), parallèle à la costale (I) sur les deux tiers de son 
parcours, rejoint cette dernière vers le début de son tiers apical. Elle 
émet, à des intervalles réguliers, des nervures secondaires, la plupart 
fourchues ou doublement fourchues, parallèles dans leur direction gé- 
nérale à la partie extrême de la nervure principale. 

Le radius (III), à peine sinueux, aboutit un peu au-dessus de la 
pointe de l'aile. Il émet, dans sa partie supérieure, quatre ou cinq ner- 



Séance du 11 novembre 1903. 293 

vures : les doux premières, beaucoup plus importantes, pluri-divisées, 
naissent, l'une vers rextrémité de son quart basai, l'autre un peu 
avant le milieu de son cours. Les nervures suivantes sont simples ou 
fourchues. 

La médiane (V) décrit une courbe onduleuse et se termine vers la 
partie inférieure de la marge apicale. A l'extrémité de son tiers basai, se 
détache une première nervure doublement fourchue constituant à peu 
près l'axe de l'organe; puis, à des intervalles réguliers, naissent trois 
autres nervures subparallèles à la première, simples ou divisées une fois. 

Le cubitus (Yll), suit sensiblement les inflexions de la médiane. Il 
envoie vers la marge postérieure de l'aile d'abord une série de ner- 
vures très obliques, peu marquées, simples ou fourchues, puis, au delà 
du milieu de son parcours, des nervures de plus en plus inclinées, 
saillantes et composées. 

Le sillon anal (VIII) est fortement arqué, profondément imprimé, sur- 
tout à la base. Il aboutit vers l'extrémité du tiers proximal du bord 
postérieur. Il limite un champ très bombé parcouru par de faibles ner- 
vures {nervures axiUaires) qui prennent naissance vers le milieu de la 
base de l'aile et se terminent toutes sur la marge postérieure : les unes, 
en général fourchues, subparallèles au sillon anal, les autres courbées 
en sens inverse, beaucoup plus rapprochées. 

Entre toutes les nervures principales et secondaires existent de fines 
nervules serrées, normales aux nervures qu'elles unissent. 

2° Ailes. — L'aile mesure 23 mill. de longueur sur 13 mill. de lar- 
geur environ (une partie du champ anal paraît manquer) ; elle est donc 
beaucoup plus petite que l'élytre, ce qui d'ailleurs est un cas très gé- 
néral chez les Blattidés actuels. 

Le bord costal (I), droit jusqu'à son milieu, et le bord postérieur, lé- 
gèrement convexe, ont dans leur partie apicale une forme courbe sy- 
métrique. 

Nervation. — Toutes les nervures principales que j'ai signalées 
dans l'élytre se rencontrent dans l'aile et naissent en un même point 
de la base; mais elles présentent certaines particularités. 

Elles sont toutes droites ou très légèrement sinueuses. Il en résulte 
que la sous-costale, qui atteint le bord antérieur un peu au delà de son 
milieu, limite un champ subtriangulaire [caractère des Mylacridés) 
que parcourent des nervures secondaires très nettes, issues de la 
base, par conséquent rayonnantes ( autre caractère des Mylacridés ) 



294 Bulletin de la Société entomologique de France. 

et des nervures peu visibles qui partent de la veine principale. 

Le sillon anal est à peine marqué et légèrement flexueux. Les veines 
axillaires présentent un aspect rayonne très net et tout, dans leur as- 
pect, porte à croire que le champ anal était beaucoup plus développé 
dans l'aile métathoracique que dans l'élytre. 

Les nervures secondaires sont également saillantes dans tous les 
aréas. 

Je compléterai ultérieurement cette note par des considérations plus 
générales relatives aux affinités que permet d'établir l'étude comparée 
de l'aile et de l'élytre : les descriptions d'espèces nouvelles ont, en effet, 
un intérêt très relatif quand elles n'apportent qu'un nom nouveau dans la 
science. Mais il est nécessairede sebaser sur de nombreuses formes lon- 
guement étudiées pour établir des affinités ou tenter une classification. 

Je me bornerai aujourd'hui à signaler les causes probables de la 
rareté des ailes de Blattidés dans les dépôts paléozoïques. 

Ainsi qu'on peut le voir sur la figure ci-dessus et comme j'ai essayé de 
le montrer dans ma description, Vaile et Vélytre ont une nervation cons- 
truite sur le même plan. Mais, dans l'aile, les nervures principales, pres- 
que droites, affectent un aspect rayonné dû à leur reploiement sous 
l'élytre à l'état de repos. Ce reploiement, pour s'effectuer, nécessite 
d'autre part une texture moins dense, une chitinisation moins consi- 
dérable que dans l'élytre adaptée à un rôle plus spécialement protecteur. 

Après la mort de l'Insecte, ailes et élytres ont le sort de toutes les 
matières organiques, elles se décomposent, mais les premières plus 
rapidement que les secondes. Charriées par les eaux, comme c'était 
probablement le cas à Gommentry, les ailes, plus délicates, plus légères, 
ont été entraînées très facilement et vite détruites au milieu des sédi- 
ments variés que transportaient les torrents. 



Bulletin bibliographique. 

American Entomological Society {Transactions), XXIX, 3, 1903. — 
J.-B. Smith : New Noctuids for 1903, n° 4, with Notes on certain 
described Species (1 pi.). — P. Cameron : Descriptions of new Spe- 
cies of Hymenoptera taken by Mr. E. Whymper on the « Higher 
Andes of the Equator ». — L. Bruner : Some Notes on the Bee 
Genus Andretia. — J.-A.-G. Behn : Studies in American Blattidae. 

Annales historico-naturalis Musei nationalis Hungarici, I, 1903, 1. — 
G. HoRVATH : Fauna Hemipterorum Serbiae (texte hongrois). — 
A. Baffray : Voyages de M. L. Birô dans les possessions allemandes 



Séance du H novembre 1903. 295 

de la N"^-Guinée. Psélaphides. Descriptions d'espèces nouvelles 
(2 pi.). — B. LiCHWARDT : Die DipXeren-Gaitung Antiphrisson Lôw. 
— F. Spaeth : Zusammenstellang der bislier von New-Guinea 
bekannt gewordenen Cassiden mit besonderer Beriicksichligung 
der Samiulungen des Uiigarisclicn National Muséums und des Museo 
civico vou Genua. — J. Bolivar : Contributions à l'étude des 
Mecopodinae. — D'' Gunther Enderlein : Die Copeognathen des 
indo-australischen Faunengebietes (2 pi., fig.). — G. Horvath : 
Conspectus specierum generis Graphosoma. — K. Kertész : Eine 
neue Famille der acaliptraten Musciden (1 pi.). — A.-L. Montan- 
DON : Espèces nouvelles ou peu connues du genre Belostoma, appar- 
tenant aux Collections du Musée National Hongrois. — V. Szépli- 
GÉTi : Neue Evaniiden aus der Sammlung des Ungarischen National- 
Muséums. — S. Schenkling : Zwei neue Cleriden des National 
Muséums zu Budapest nebst Bemerkungen zu schon beschriebenen 
Arten. — G. Horvath : Pentatomidae novae extraeuropeae. — 
K. Pétri : Das Haftorgan von Malthodes spathifer Kiesw. 

Annuaire du Mus. zool. de VAcad. Imp. des Sciences de St-Pétersbourg , 
1903, 1. — 0. Herz : Beitrag zur kenntniss der Lepidopterenfauna 
der Tschuktschen-Halbinsel, — M. Pic : Nouveaux Anthicides des 
Collections du Musée zoologique de l'Académie Imp. des Sciences 
de St-Pétersbourg [Coleoptera, Anthicidae). — T.-W. Konow : Ue- 
ber neue oder wenig bekannte Tenthrediniden [Hyinenoptera) des 
Russischen Reiches und Centralasiens. — Nouvelles et Faits divers. 

ArMv for Zoologi, I, 1-2, 1903. — J. Tragïrdh : Beitrag zur Kennt- 
nis der Dipterenlarven (4 pi.). — Beitrâge zur Kenntnis der In- 
sektenfauna von Kamerun. N'^ 15. — 0. Sghwarz : Die von Herrn 
Prof. D'" Y. SjÔstedt in Kamerun gesammelten Elateriden, Eu- 
cnemiden and Throscideu (fig.). — N° 16 : J. Weise : Coccinelliden 
und Hispiden aus Kamerun (1 pi.). — N° 17 : D'' F. Spaeth : 
Verzeichniss der von Prôfessor D"" Y. Sjostedt in Kamerun gesam- 
melten Cassiden (fig.). — E. Wahlgren : Aphanipterologische 
Notizen nebst Beschreibung neuer Arten (3 pi.). — S. Bengtson : 
Studier och iakttagelser ôfver Humlor. — M. Jacoby : Phyto- 
phagous Coleoptera obtained by Prof. Sjostedt in the Cameroons 
(1 pi.) (n° 18). — NM9 : A. Fauvel : Staphylinidae recueillis au 
Cameroun par le D"" Y. Sjostedt (1 pL). — Chr. Aurivillius : Ver- 
zeichniss einer Schmetterlingssammlung aus dem Katanga-Gebiete 
im siidwestlichen Theile des Congostaates (fig.). 



296 Bulletin de la Société entomologiqtie de France. 

Assoc. franc, pour l'Avanc. des Sciences, Bulletin de l'Afas; n** 107. 

Berliner Entomologische Zeitschrift, 1903, III. — R. Haensch : Kurzer 
Bericht ûber die entomolog. Ergebnisse meine Ecuador-Reise. — 
Id. : Die Ithomiinen (Neotropiden) meine Ecuador-Reise (1 pi.). 
— F. Ohaus : Verzeichniss der von Herrn Richard Haensch in 
Ecuador gesammelten Ruteliden (Coleoptera lamellicornia) (flg.). — 
D"- H. Rebel : Lepidopteren aus Morea. 

Biologia centrali-americana, Insecta. — Van der Wulp : Diptera II, 
1903, pp. 429-489; pi. 13. 

Boston Society of Natural History. — 1° Proceedings, vol. XXX, 4-7, 
1902; XXXI, 1-2, 1903. - M.-T. Thompson : A rare Thalassinid 
and its larva (3 pi. n.). — 2" Memoirs, V, 8-9. 

Canadian Entomologist {The), XXXV, 8-10, 1903. — T.-V. Theobald : 
Description of a new North American Culex. — C. Stevenson : 
A new Capsid. — T.-D.-A. Cockerell : Notes on five Species of 
Megachile. — A new Oak Gall. — D.-W. Coquillett : Culex 
consobrinusSigtim. — A.-H. Clarck : A supposed Migration of Pieri- 
dae witnessed in Venezuela in the Summer of 1901. — A.-W. Mor- 
RiLL : New Apoideafrom Montana (lig.). — E.-D. Ball : Some new 
North American Homoptera. — W.-H. Ashmead : Two new Phyto- 
phagous Hymenoptera. — T.-W. Fyles : Québec Diptera. — J. -R.de 
LA ToRRE Bueno : Notes on the Stridulation and Habits of Banatra 
fusca Pal. B. — A. Radcliffe Grote : Some corrections toD'Dyar's 
List of Noctuids (2 art.). — J.-D. Evans : List of Canadian Coleo- 
ptera (2 art.). — W.-H. Ashmead : A new Paranomia from British Co- 
lumbia. — J.-S. Hine : Some Diptera from Arizona. — W.-T. Clarke : 
A List of Cahfornia Aphididae. — D.-W. Coquillett : Four new 
Species of Culex. — E.-S.-G. Titus : A new Œcanthus from Ilh 
nois. — D.-W. Coquillett : Notes on Culex Kelloggii, Theol. — 
T.-D.-A. Cockerell : Euthrips and Hedychridium in N. Mexico. — 
C. ScHAEFFER : Two uew Ptinidae. — J.-A. Aldrich : Culex conso- 
brinus : A rejoinder. — J.-C. Crawford : A new Bombus îrom Cos- 
ta-Rica. — H.-T. Fernald : Notes on the North American Species 
of Isodontia Patton, with Descriptions of a new Species and varie- 
ty. — D.-W. Coquillett : Eucorethra, a Genus of Culicidae. — H.- 
G.Dyar : The Life-history of Mamestra laudabilis, Guenëe. — J.-C. 
Bradley : The genus Platylabus, Wesmaël, with Descriptions of 
two new Species (fig.). — Ch. Robertson : Synopsis of Epeolinae. 

A. L. 



Le Secrétaire-gérant : P. Chabanaud. 



BULLKTIN 

DE LA 

SOCIÉTÉ ENTOMOLOaiQUE J3E l^RANCE 



Sléauce du -^5 novembre 1903 

Présidence de M. F. HENNEGUY. 

M. Maurice Pic (de Digoin) assiste à la séance. 

Correspondance. — M. G. Le Comte et M. le D'' E. Vogt remer- 
cient la Société de leur admission. 

Exonérations. — MM. Arnold Pictet et Roger Vérity se sont 
fait inscrire comme membres à vie. 

Changements d'adresse. — M. le D'' L. Bordas, maître de confé- 
rences de Zoologie à la Faculté des Sciences, Rennes (lUe-et- Vilaine) . 

— M. Louis Darbois, 15, avenue du Lycée, Bourg-la-Reine 

(Seine). 

— M. Alfred Gronier, 2, rue Charles-Rogier, Saint- Quentin 

(Aisne). 

— M. Charles Janet, 71, rue de Paris, Voisinlieu, près Beauvais 

(Oise). 

— M. Jules Thibaut, 6, rue du Cimetière, Caudebec-les-Elbeuf 
(Seine-Inférieure). 

— M. Emile Traizet, 61, Faubourg-Saint-Denis, Paris 10«. 

Admissions. — M. G.-W. Kirkaldy, entomologiste au Depart- 
ment of Agriculture and Forestry,Honolulu(iles Havaï). Hémiptères. 

— M. Léon Vibert, capitaine au Service géographique de l'Armée, 
119, rue de Grenelle, Paris 7^ Coléoptères paléarctiques. 

Présentations. — M. le D'' Léonce Bodin, ancien interne des Hô- 
pitaux de Paris, présenté par M. L. Bedel. — Commissaires-rappor- 
teurs : MM. P. Chabanaud et Ph. Grouvelle. 

Bull. Soc. ent. Fr., 1903. N» 18 



298 Bulletin de la Société entomologique de France. 

— M. Lucien le h es, secrétaire de la Société centrale d'Apicul- 
ture, présenté par M. A. Giard. — Commissaires-rapporteurs : 
MM. E.-L. Bouvier et A.-L. Clément. 

— M. René Jeannel, interne des Hôpitaux de Paris, présenté par 
M. L. Bedel. — Commissaires-rapporteurs : MM. Ph. François et 
P. Lesne. 

Démission. — M. Al. Olivier (de Saint-Valliers, Alpes-Maritimes) 
envoie sa démission. 

Demande d'échange. — Une demande, laite par M. Edouard 
P oui ton et tendant à l'échange d'années de Hope Report contre au- 
tant d'années de nos Annales, est renvoyée à l'examen du Conseil. 



Observations diverses 

Captures. — M. A. Giard signale la capture à Beaulieu, près Bou- 
logne-sur-Mer, du Triplax russica L. Cet Érotylide, assez rare dans la 
Somme, n'avait pas encore été trouvé dans les départements du Nord et 
du Pas-de-Calais. A Beaulieu comme dans les Landes, où Léon Dufour 
en a étudié les métamorphoses en 1842 {Ann. Soc. ent. Fr., p. 191), T. 
russica paraît se développer exclusivement dans le Polyporus hispidus 
Bull, parasite du Pommier, du Hêtre et de quelques autres arbres. 

Observations biologiq ues. — M . G . de R o c q u i g n y - A d a n s o n si- 
gnale deux exemples de familiarité chez les Lépidoptères : l'un observé 
par M. Charles Oberthûr sur Pyrameis Atalanta, à Rennes, l'autre 
observé par lui-même sur Yanessa lo, à Bergues (Nord). 



Communications 

Description de deux espèces de Trechus aveugles européens [Col.] 

par E. Abeille de Perrin. 

L — Trechus (Anophtalmus) Roberti,n. sp. — Long. : 4 mill. — 
Roux, peu foncé, corps subparallèle. Intermédiaire aux lantosquen- 
sis Ab. et Clairi Ab., partageant leurs habitudes terricoles et lapidi- 
coles. Diffère du premier par les élytres beaucoup plus parallèles, la 
tête et le corselet beaucoup plus courts et plus globuleux; du second, 
par son corselet à côtés plus arrondis, ses stries élytrales fortement 



Séance du :2.1 norotibvp 1903. 299 

ponctuées et ses antennes à avant-dernier article pas pins long (jue le 
précédent; des deux, par les angles thoraciques postérieurs linement 
oncifères. Tête très arrondie à la hauteur des yeux, acuminée en 
avant, très convexe, les sillons longitudinaux fortement arqués et con- 
tigusau pronotum par derrière. Corselet large, court, convexe, à ligne 
médiane très enfoncée et faisant saillir les lohes qu'elle sépare; côtés 
subarrondis tout le long, surtout en avant, leur courbe continuée jus- 
qu'aux angles mêmes postérieurs, qui se redressent brusquement en 
épine fine et très aiguë, perpendiculaire; base rectiligne. Élytres à 
épaules marquées, mais arrondies; côtés presque parallèles; surface 
parcourue d'un bout à l'autre par 7 ou 8 stries subentières, formées 
de gros points enfoncés, ces stries s'efîaçant sur les côtés. Pattes 
courtes; antennes médiocrement allongées, épaisses, surtout au bout, 
les 'S derniers articles subégaux. 

Alpes-Maritimes, sous les pierres d'un ruisselet descendant du mas- 
sif de l'Authion; découvert par MM. Jeannel (de Paris) et Henri Ro- 
bert, lieutenant d'artillerie à Nice, neveu de notre collègue le D'" Ro- 
bert (de Lyon), auquel je me fais un vrai plaisir de le dédier. 

IL — Trechus (Anophtalmus) Escalerae, n. sp. — Long. : 
5 1/2 mill. — Roux, déprimé, forme générale du delphinensis A h. Tête 
en triangle allongé, à peine arrondie aux yeux, lesquels sont marqués, 
mais très petits, déprimés et dépourvus de tout pigmentum noir ; double 
sillon bien arqué, leur intervalle convexe; antennes assez minces, attei- 
gnant presque le premier tiers des élytres, à articles allongés. Corselet 
court, cordiforme, à côtés arrondis antérieurement, se redressant à 
partir du milieu sans cependant tomber droit sur la base, où ils forment 
un angle aigu et assez pointu ; surface déprimée, une forte impression 
de chaque côté de la base, les bords eux-mêmes rebordés de la base 
au sommet. Élytres déprimés, en ovale très allongé, côtés largement 
explanés; stries entières, simples, imponctuées, apex des élytres 
apointi, fortement échancré, angle suturai accusé, les trois pores sé- 
tigères ordinaires sur la 3^ strie. Pattes courtes, comme chez les Da- 
valiiis; tarses antérieurs à deux 1"' articles fortement dilatés chez le 
mâle. 

Acquis de M. de la Escalera, qui l'avait étiqueté : Rejas, grotte 
de la Armiona, 21 août 1903 (Espagne). 



300 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Descriptions de quelques espèces nouvelles de Lagriides de Bornéo [Col.] 
par L. Fairmaire. 

Lagria héros, n. sp. — Long. : 23-25 mill. — Oblonga, postice le- 
viter ampliata, modice convexa, fusco-submetallescens, parmn nitida, 
griseo-pilosula , subtus cum epipleiiris et pedibus nitida; supra dense 
ruguloso-punctata, capite prothoraceque fere asperatis, illo subrotun- 
dato, labro multo laeviore, basi constricto, antennis sat validis,pro- 
thoracis basin vix super antibus, articula 1° crasso, 3° quarto vix Ion- 
giore, articulis S- 10 sat brevibus, fere triangularibus, 11° oblongo, 
2 praecedentibus conjunctis parum longiore, haud crassiore ; prothorace 
brevi-transverso, elytris dimidio angustiore, lateribus antice fere angu- 
latim rotundato ; scuteUo subtiliter ruguloso-punctato ; elytris post 
médium paulo ampliatis, apice obtusis, ad humeros sat angulatis et 
crasse plicatîs, dorso minus dense et minus confuse rugosis; epipleuris 
paulo concavis, rugosis, supra sat acute marginatis; subtus dense 
punctata, abdomine interdum apice rufescente, pedibus densissime punc- 
tulatis, tibiis pilosulis. 

Kinabalu,Nord de Bornéo, communiquée avec les espèces suivantes 
par notre collègue, M. R. Oberthûr. 

Ressemble assez à la gigas Guér. de Java et de l'Inde, mais un peu 
plus grande, avec le corselet transversal, fortement arrondi sur les 
côtés et très rugueux, tandis que, chez la gigas, il est presque carré, à 
peine rugueux, avec les côtés presque droits; les élytres sont un peu 
plus amples, à rugosités plus fines et plus serrées. 

La 9 a les antennes simples et les élytres plus élargies en arrière. 

Lagria denticornis, n. sp. — Long. : 18 mill. — Forme et colora- 
tion de L. /(eros, mais plus petite, de sculpture analogue; la tête est plus 
petite, les yeux sont plus gros, plus rapprochés en dessus; les antennes 
sont assez différentes, assez épaisses, les 3'= et 4^ articles égaux, le 7® et 
surtout le 9^ saillants et angulés, le 11*= aussi long que les 5 précédents 
réunis, un peu arqués; le corselet est semblable, avec les côtés faible- 
ment sinués à la base et les angles postérieurs plus saillants ; l'écusson 
est semblable, les élytres ne sont pas aussi fortement plissés aux 
épaules ; le dessous et les pattes sont densément et finement ponctués, 
le dernier segment ventral est bordé de roussâtre, le corps est plus 
velu en dessus. 



Séance du 2o novembre 1903. 30i 

La struclure des anlcmios osl semblable à celle qu'on remarque chez 
les (5 des L. odontocera eXpaclii/cera F lùrm. de la Chine, mais la forme 
du corselet et la sculpture générale sont très différentes. 

Lagria rhytidonota, n. sp. — Long. : 17 mill. — Ressemble à la 
denticornis, mais un peu plus petite, avec le corselet plus étroit, 
presque carré, à peine rétréci tout à lait en avant, les côtés presque 
droits, les élytres un peu plus courts, plus fortement élargis en ar- 
rière, fortement rugueux, presque ridules et fortement ponctués 
dans les intervalles; le corselet est très ponctué mais non rugueux, les 
côtés sont légèrement sinués avant les angles postérieurs, qui sont 
assez saillants, et il y a de chaque côté, en avant et à la base, une fos- 
sette bien distincte; les yeux sont plus écartés, moins gros, les an- 
tennes sont plus courtes, moins épaisses , grossissent légèrement vers 
l'extrémité, ne sont pas dentées, le dernier article à peine aussi long 
que les 2 précédents réunis ; le dessus du corps est garni de poils gris 
couchés, peu serrés ; sa teinte est plus bronzée, assez brillante, le des- 
sous plus brillant, finement ponctué, impressionné sur les côtés de 
l'abdomen. 

SpiiîiietoflerHs, n. g. — Ce genre est fondé sur un Insecte res- 
semblant aux grandes Lagria de l'Extrême Orient, mais il en diffère 
par le corselet fortement étranglé avant la base, les yeux plus rap- 
prochés, les antennes grêles, non épaissies vers l'extrémité qui atteint 
le milieu du corps, le l^^'' article un peu épais, les 3« et 4« longs, égaux, 
le 11^ pas plus long que les 2 précédents réunis ; le dernier article des 
palpes maxillaires est nettement sécuriforme; les élytres sont ru- 
gueusement plissés, avec les épaules plus angulées, les épipleures 
mal limités en dessus, non concaves ; les pattes sont grêles ; le dessus 
du corps est finement velu. 

Sphinctoderus strangulatus, n. sp. — Long. : 16 mill. — Oblon- 
gus, postice ampliatus, sat convexus , niger nitidus, parcissime ac bre- 
viter pilosulus , capite sat dense punctulato, inter antennas impresso, 
antennis gracUibiis, dimidium corporis fere attingentibus , articulis 3 et 
4 aequaliter elongatis ; prothorace vix punctulato, utrinque profunde 
excaiiato-constrkto , basi et antice aequitato , angulis posticis exsertis; 
elytris ovato-oblongis, postice ampliatis; grosse j)Iicato-punctatis, minus 
nitidis; subtiis fere laevis, pedibus gracilibus, dense punctatis. 



302 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Notes sur quelques Donacia de Russie [Col.] 

par G. d'Olsoufieff. 

I. _ Répartition et mœurs de Donacia fennica Payli. 

On sait que le Donacia fennica Payk. a été longtemps confondu 
avec la variété jaunâtre (var. arundinis Ahr.) du D. Malinovskyi Ahr. 
et l'on doit à G. Jacobson {Hor. Soc. cnt. Ross. XXVI [1892], p. 423) 
d'avoir nettement établi la distinction des deux espèces. Cette note a 
pour but de montrer que leur répartition géographique et leur genre 
de vie sont également différents. 

Jusqu'ici les données relatives à cette question se réduisent à quel- 
ques renseignements publiés par deux auteurs allemands, Suffrian 
[Ent. Zeitg. ,SieUia [1846], p. 54) et Czwalina [Deutsche enf. Zeitschr. 
[1878], p. 203) ; ces renseignements s'appliquent au D. Malinovskyi et à 
sa var. arundinis (désignée sous le nom de fennica). D'après eux, 
cette Donacie se prend sur VHydrocharis morsus-ranae et le Sparga- 
nium natans, à la manière des Haemonia, c'est-à-dire sur les parties 
immergées de la plante; ce qui fait dire à Suffrian que les entomolo- 
gistes qui ignorent cette particularité n'arrivent jamais à la récolter. 
Comme provenance, on cite généralement cette même espèce de Kœnigs- 
berg et des bassins de l'Oder et de l'Elbe. 

Durant l'été de 1902, j'ai eu l'occasion d'observer le vrai D. fennica 
en Russie, dans les lacs du gouvernement de Novgorod, à mi-chemin 
entre St-Pétersbourg et Moscou, et je l'y ai pris en grande abondance; 
il vit sur un Roseau relativement rare {Scolochloa festucacea Link), se 
trouve en plein soleil sur les parties aériennes de la plante et ses 
mœurs sont toutes semblables à celles du D. clavipes Fabr., c'est-à- 
dire qu'il se tient la tête en bas et par groupes de deux à six indivi- 
dus (') soit à l'extrémité des tiges, soit sur les feuilles auxquelles il se 
cramponne par une ou deux paires de pattes {^) ; c'est seulement par 
les temps brumeux ou pluvieux qu'il s'abrite à la face inférieure des 
feuilles ou à leur insertion. Jamais je n'ai trouvé le D. fennica sur la 
partie immergée de la tige et cette partie atteint près de 2 mètres de 
long ou même davantage. Dans les lacs en question abondent d'autres 
plantes aquatiques, entre autres celles que citent Suffrian et Czwa- 

(1) En cas de copulation, il y a toujours 2 ou 3 mâles qui attendent patiem- 
ment leur tour. 

(2) On peut le prendre à la main facilement et sans qu'il cherche à s'envo- 
ler ; l'emploi du filet n'est pas possible. 



Séance du 25 novciiibre 1003. 303 

lina et cependant jamais je n'ai pu trouver de D. fennica ailleurs que 
sur des Scolochloa. Si l'on fait tomber à l'eau une de ces Donacies, clic 
cherche à regagner une tige de ce Roseau en rasant r»au avec ses 
ailes, exactement comme le D. clavipes: mais si, par accident, le vent 
ou le Ilot la pousse vers une autre plante, un Scirpus ou un Phrag- 
mites, par exemple, elle se laisse retomber a l'eau pour aller chercher 
sa plante nourricière ('). 

Il est à noter que le Scolochloa festucacea est surtout une plante 
russe. En Allemagne, il est rare et ne dépasse pas le méridien de Ber- 
lin ; très rare en Suède et en Finlande, il est plus abondant dans la 
Russie d'Europe, du NW au SE, et devient aussi commun dans la 
Sibérie méridionale que le Roseau vulgaire en Europe. 

A mon avis, les Donacia jaunâtres de provenance allemande, signalés 
comme fennica, ne sont en réalité que des Malinovskyi var. arundi- 
nis. C'est un Insecte des plaines de l'Allemagne du Nord; il est rare en 
Suède, encore plus en France et manque (?) en Autriche; il est à peine 
connu de la Russie occidentale (2 individus seulement). 

Quant au véritable D. fennica, il se trouve en Finlande, où il est rare, 
dans la Russie d'Europe et en Sibérie ; il est possible cependant qu'il 
existe sur quelques points de l'Allemagne orientale. 

II. — Variétés nouvelles de Donacia coccineo-fasciata Harr. 

Les deux variétés suivantes proviennent de la région des monts 
Waldaï (gouvernement de Novgorod) et diffèrent remarquablement du 
type de D. coccineo-fasciata Harrer {dentipes i^ auct.) : 

1) var. waldaïca, nov.— Dessus entièrement d'un noir d'ébène ou 
quelquefois avec un reflet bleu métallique ; côtés avec une marge très 
étroite d'un vert-jaune métallique; pattes et dessous du corps de cette 
dernière couleur. 

2) var. cyaneicollis, nov. — Diffère de la forme typique par la 
ponctuation du pronotum plus forte, par la couleur bleu foncé du 
disque du pronotum et par les bandes pourprées des élytres plus larges 
que d'habitude. 

La provenance exacte de ces deux belles variétés est Edrowo (district 
de Waldaï). — Coll. Olsoufieff 1902. 

, (l) J'ai d'ailleurs constaté la présence des coques de D. fennica sur les ra- 
cines de Scolochloa. 



304 Bulletin de la Société entomo logique de France. 

Note synonymique [Col.] 

par Maurice Pic. 

Anthicus stricticollis F air m. {Afin. Soc. ent. Fr., LXXII [1903], 
p. 217), étant préoccupé par stricticollis Walker {Ann. Magaz. nat. 
Hist., (3), III, p. 260), devra prendre le nom de impressithorax 
Pic, et Anthicus crassicolUs Fairm. (1. c, p. 217), préoccupé par cras- 
sicollis Pic {Rev. scient. Bourb., [1894], p. 49), celui de incertus Pic. 
Ces deux espèces sont de Madagascar. 



A propos des Cantharis décrits par Rey [Col.] 
par Maurice Pic. 

Dans le n" 15 de ce Bulletin (p. 249), M. J. Bourgeois s'étonne 
que j'aie «cherché à tirer de l'oubli» plusieurs Cantharis {Telephorus) 
décrits par Rey; en réalité, je n'ai tiré de l'oubli aucun Cantharis, 
mais simplement écrit quelques Ugnes supplémentaires sur un sujet 
insuffisamment étudié et parlé de divers noms qui, étant publiés, ont 
droit à la citation. 

Un article des « Règles de la nomenclature des êtres organisés » {Soc. 
zool. Fr., 1895) est conçu en ces termes: «Un nom générique ou spé- 
cifique, une fois publié, ne pourra plus être rejeté pour cause d'im- 
propriété, même par son auteur». Si l'auteur n'a pas le droit de rejeter 
ce qu'il fait publier, à plus forte raison ce droit doit-il être refusé 
à un autre. 

Je dois dire, à titre de renseignement, que la collection de Rey est 
très riche en types et que tout entomologiste de passage à Lyon aura 
grand profit à la consulter. 



Contribution à la faune française [Col.] 

par J. Sainte-Claire Deville. 

Je crois devoir signaler les espèces suivantes, qui paraissent n'avoir 
encore été signalées d'aucune localité précise à l'intérieur des limites 
de la France continentale : 



Séance du 25 novembre 1903. 305 

Hydroporus Kraatzi Schaum. — Hautc-Savoio : col du Naiilet 
entre ïalloircs et Thônes, dans un ruisseau alpin, septembre 1889, 
un individu! — H"' Silésie : Glatzer Schneeberg, Altvater, etc. (v. 
Bodemeyer!); Engadine : Pontresina; Alpes Bernoises : Wengernalp 
(Régimbart, Bull. Soc. eut. Fr. [1898], p. 318). 

Helophorus strigifrons Thoms. — Haute-Marne : foret du Val, 
près St-Dizier, au bord des étangs sous bois; juin, octobre, deux indi- 
vidus! — Europe septentrionale. 

Atheta cephalotes Bernhauer (Zehnte Folge neuer Stapbyli- 
niden aus Europa, in Verhandl. der K. K. Zool. bot. Ges. in Wien, 
[1901], p. 651). — Alpes-Maritimes : plage du Cap d'Ail, près La 
Turbie-sur-Mer, dans les graviers maritimes, en compagnie des Lim- 
naeum Abeillei et Cafius cicatricosus ! — Les types proviennent de la 
plage de la Peschiera, près Gènes, où M. Dodero, qui l'a découverte, 
a bien voulu me la faire reprendre. 

Philonthus BodemeyeriEp^ùish- — Alpes-Maritimes : St-Mar- 
tin-Vésubie, graviers du Borréon, septembre 1902, deux individus! 

— Hautes-Alpes :Briançon (capitaine Agnus !). — Caucase; Autriche; 
Hongrie; Thuringe; Espagne. — Les individus de nos Alpes sont 
absolument identiques à ceux deWeimar et d'Herkulesbad, que je tiens 
de M. le capitaine v. Bodemeyer. 

Philontlius corvinus Erichs. — Finistère : étang de Coatlos- 
quet, près Pleyberchrist, mai 1901, un individu (Hervé!); marécage 
de Ste-Anne-du-Portzic, près Brest, juillet 1903, un individu! — La 
détermination de l'individu pris à Coatlosquet a été vérifiée par 
M. Fauvel. — Europe septentrionale, îles Britanniques, Allemagne, 
Suisse, Autriche. 

Atomaria acutifrons Ganglb. (Kâf. v. Mittel-Europa, III, 
p. 715). — Basses-Alpes: Digne, inondations de la Bléone, avril 1900, 
un individu! — Croatie, Bosnie {types). — Espèce très remarquable, 
rcconnaissable entre toutes à son front avancé en angle vif entre les 
insertions antennaires. 

Atomaria plicatu Reitt. — Basses -Alpes : Digne, inondations 
de la Bléone, avril 1900 ! — Prise au même endroit et dans les mêmes 
conditions par mon ami P. de Peyerimhofl. 

Ilelops consentaneus Kiist. — Hérault : Palavas (Minsmer!). 

— Peut-être confondu dans beaucoup do collections françaises avec 
VU. angustatus Luc. {pygmaeus Kiist.), lequel est abondant sur le 
littoral de la Provence, notamment à Cannes et à Fréjus (!). 



306 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Description d'une nouvelle aberration 

de Melitaea Didyma Ochs. [Lép.] 

par Louis Balestre. 

Ab. nigra, nov. — Envergure d : 51 niiU- — Major; supra tota 
nigra, alis anteriorihus maculis fulvis duabus signatis. 

Dessous des ailes supérieures noir avec une bande terminale d'un 
jaune sale, comme chez le type, les taches fauves du dessus se détachant 
bien sur le fond noir. Ailes inférieures noires; dessous d'un jaune sale, 
avec la base fauve et deux bandes noires, dont l'intérieure très large, 
atteignant la moitié de l'aile, et la postérieure dentée, irréguUère et fine. 

Environs de MouUnet (Alpes-Maritimes), 10 juillet 1903. 

Je crois pouvoir désigner par un nom spécial celte forme méla- 
nienne qui se distingue très nettement de toutes les variétés décrites 
jusqu'ici. 



Note sur un Membracide myrmécophile de la 
République Argentine [Hémipt.] 

par G.-A. Baer. 

Lers de mon voyage au Pérou, j'avais souvent rencontré, en par- 
courant la région du Huallaga, des buissons couverts d'une assez 
grande quantité de petits Membracides du genre Enchenopa et j'avais 
été surpris de les voir entourés parfois de nombreuses Fourmis, gar- 
dant d'habitude une immobilité complète. Ayant cherché à savoir 
quelles relations pouvaient exister entre ces Insectes, j'avais pti cons- 
tater que les Membracides ne manifestaient aucune antipathie pour les 
Fourmis, qui leur passaient même quelquefois sur le corps. 

A mon regret, il ne m'avait pas été possible de pousser plus loin ces 
observations, car, chaque fois que je m'étais approché d'un de ces 
buissons, les Membracides avaient sauté de tous côtés, abandonnant le 
voisinage des Fourmis; cette fuite ayant toujours eu pour résultat de 
causer une certaine agitation parmi ces dernières. 

A mon retour en France, j'appris que, dans les pays chauds, certaines 
petites Cicadehes remplissent vis-à-vis des Fourmis le même rôle que 
beaucoup de Pucerons et Coccides de nos contrées, et je me proposai 



Séance du 2o nocdiilnr 1003. 307 

de prolitor do mon nouveau voyage, ayant pour objet l'exploration du 
Tucuman, pour tâcher d'arriver à la conllrmation de ce lait intéressant. 

Pendant les sept mois de mon séjour dans le Tucuman, je n'eus pas 
une seule fois l'occasion de reprendre ces études et ce n'est qu'au 
retour, en m'arrètant quelques jours dans la province voisine de San- 
tiago, que je revis des Membracides [Enchenopa ferruginea Buckton) 
à l'état adulte, entourés de Fourmis d'une espèce fort répandue dans 
l'Amérique du Sud {Camponohts pimctulatus Mayr), sur les buissons 
bordant les marécages voisins de la capitale Santiago del Estero ('). 

Comme, en plein soleil, les Membracides ne se laissaient toujours 
pas approcher, je pris le parti de retourner dans la même localité, le 
lendemain (25 avril), à la première heure du jour, par un temps bru- 
meux. Cette fois-ci ces Insectes restèrent immobiles, chacun d'eux se 
trouvant entouré de deux ou trois, quelquefois de quatre ou cinq 
Fourmis. M'étant mis en observation, j'eus enfin l'occasion, après une 
demi-heure d'attente, de voir un Membracide rejeter ses déjections, 
assez copieuses et semi-liquides; deux Fourmis voisines s'empressè- 
rent aussitôt d'approcher et absorbèrent les déjections avec avidité. 

Il est assez curieux de retrouver, associée à des Membracides, la 
Fourmi que nous avons déjà vue donner l'hospitalité à une nouvelle 
Araignée {Baeriella tnyrmecophila), décrite tout récemment (-) par 
mon ami Eugène Simon. Il eût été intéressant d'avoir également 
l'explication de cette intimité; malheureusement, le seul nid de Cam- 
ponotus punctulatus renfermant ces Araignées se trouvait dissimulé 
sous une large pierre plate ; après l'avoir soulevée, les Fourmis cou- 
rurent se réfugier sous une roche, ce qui rendait impossible toute 
nouvelle observation. 

J'ai cherché à savoir ce qui avait déjà été publié au sujet des rap- 
ports des Membracides avec les Fourmis. Le D'" Sharp mentionne que 
Belt a prétendu que certaines espèces de Membracides étaient recher- 
chées par les Fourmis pour leurs déjections sucrées, mais Sharp met 
en doute qu'il puisse s'agir d'Insectes du groupe des Homoptères. 

Ernest Green {^) dit avoir observé dans l'ile de Ceylan des larves 
de certaines espèces de Centrotus, genre très voisin des Enchenopa, 
dont les excrétions sucrées servaient de nourriture aux Fourmis. Ces 



(1) Je dois la détermination de ces Insectes à l'obligeance de MM. E. André 
etG.-B. Buckton . 

(2) Soc. eut. Fr., Bull. [28 cet. 1903], p. 270. 

(3) Note on tlie attractive properlies of certain larval Hemiptera {The En- 
tomolocjists Monthly Magazine [1900], p. 185). 



308 Bulletin de la Société entomologique de France. 

larves possédaient à l'extrémité de l'abdomen un organe extensible, 
étroit et conique, divisé en trois segments bien distincts, que l'attou- 
chement des Fourmis faisait émerger de l'abdomen, en provoquant 
l'émission d'une liqueur happée avec empressement par ces dernières. 
L'intéressante note de Green est accompagnée d'un dessin de l'appa- 
reil décrit. 



\Ac 



Nouveaux Ichneumonides de France et des îles Canaries [Hymen.] 
par l'abbé V. Berthoumieu. 



[chneumon flebilis, n. sp. — c5 (groupe /meator). Entièrement noir, 
sauf les orbites de la face et l'écusson qui sont blancs. Antennes subno- 
duleuses en dessous. Clypeus bisinué. Aréa supéromédiane subhexago- 
nale. Abdomen linéaire, 3'^ et 4" segments carrés ; postpétiole aci- 
culé, gastrocèles assez grands et profonds. Stigma testacé, l'aréole 
ouverte au sommet. Pieds grêles, noirs. — f^ong. : H mill. 

Patrie : Évreux (Eure); collection Mocquerys, appartenant à 
M. H. Gadeau de Kerville. 

v^chneumon Kervillei, n. sp. — ô". Voisin de /. bilunulatus et de 
/. semirufiis. Tête noire, antennes courtes, subnoduleuses en dessous. 
Thorax entièrement noir. Aréa supéromédiane triangulaire. Abdomen 
noir, segments 2-4 roux foncé; postpétiole très convexe, ponctué, sans 
traces de sillons longitudinaux. Gastrocèles petits. Stigma roux, l'aréole 
deltoïde. Pieds noirs, tibias et tarses roux. — Long. : 10 mill. 

Patrie : Oise; coll. Mocquerys. 



Jp 



^Platylabus gigas Kriecb. (9 Ent. Nadir. 

(5 (sexe inédit). Corps noir, fortementponctué. Orbites du front jaunes ; 
antennes lisses, noires. Extrémité de l'écusson jaune. Metanotum ru- 
gueux, brièvement bidenté, l'aréa supéromédiane subcarrée, les ex- 
ternes indivises. Postpétiole très rugueux, gastrocèles médiocres. Le 
reste comme chez la 9. 

Patrie : Évreux; coll. Mocquerys. 

^y lehneumon Cabrerai, n. sp. — c? 9 (groupe lineator). Tète et an- 
tennes noires, orbites du front et de la face jaunes. Thorax entièrement 
noir; aréa supéromédiane plus longue que large, à côtés subparallèles. 
Abdomen fortement ponctué, les segments bien tranchés, 1-4 roux, 



Séance du 2S novembre 1003. 309 

postpétiolc fortement aciculé ; gastrocèles médiocres, assez profonds. 
Sligma noir, épais, l'aréole ouverte au sommet. Pieds noirs. L'abdomen 
du (5 est linéaire, 3^ segment carré, la marge postérieure du postpétiole 
rousse et le reste du l""" segment noir. Le clypeus 9 est peu ponctué 
et subarrondi au bord. — Long. 10-12 mill. 
Patrie : île Ténérifife (Cabrera y Diaz). 



^Ici 



Ichneumon canariensis, n. sp. — 9 (groupe castaneiis). Tète et 
thorax rougeàtres, front noir, orbites de la face et du front jannes. An- 
tennes en massue, d'un roux obscur, annelées de blanc. Voisinage 
de l'écusson et sternum noirs." Spiracules linéaires, aréa supéromé- 
diane pentagonale. Abdomen entièrement roux, postpétiolc lisse, sans 
carènes, gastrocèles en sillon transversal. Pieds roux, les postérieurs 
avec le dessous de leurs hanches noirs. — Long. : 8 mill. 

Patrie : île Ténériffe (Cabrera y Diaz). 



Ichneumon nivaliensis, n. sp. — c5 9. Très voisin de I. incubitor 
L., en diffère par les gastrocèles plus petits, les antennes noires, sub- 
noduleuses, (5 grêles, aiguës, non dilatées 9. Le thorax entièrement noir. 
Pieds noirs, stigma roux brun. Segments abdominaux c5 1-6 roux, le 
dernier noir. Point de trait blanc aux orbites externes des yeux. 
Orbites internes 9 blanches. — Long. : 5-7 mill. 

Patrie : île Ténériffe (Cabrera y Diaz). 



x/pij 



'Platylabus Cabrerai, n. sp. — 9- Voisin de P. rufus. Tète nor- 
male, noire. Clypeus arrondi sur les côtés. Mandibules, trait aux orbi- 
tes internes et externes des yeux et devant du scape roux. Antennes 
très grêles, entièrement brunes. Thorax roux, l'écusson jaune au mi- 
heu, ses environs noirs. Aréa supéromédiane transversale, spiracules 
ovales. Abdomen roux, segments 6 et 7 noirs. Postpétiole finement cha- 
griné avec une lovéole au miUeu; gastrocèles triangulaires, assez pro- 
fonds. Pieds roux. Stigma brun testacé, l'aréole deltoïde. — Long. : 
6 mill. 

Patrie : île Ténériffe (Cabrera y Diaz). 



A 



Herpestomus rufithorax, n. sp. — 9 Tête noire, triangulaire, 
vertex large. Mandibules blanches. Antennes longues, très grêles, bru- 
nes ; scape peu échancré. Thorax roux ; prosternum, hgnes humérales et 
les environs de l'écusson noirs. Aréa supéromédiane à peine distincte, 
plus longue que large. Abdomen cylindrique, les segments fortement 
tranchés : le 1'^'' noir, les autres roux. Postpétiolc large, fortement aci- 



310 Bulletin de la Société entomologique de France. 

culé, gastrocèles en sillon transversal et profond. Pieds roux clair, 
avec les hanches jaune pâle. Stigma très pâle. — Long. : 6 mill. 
Patrie : île Ténériffe (Cabrera y Diaz). 

V^ Diadromus Cabrerai, n. sp. — 9- Tête plus largo que haute, 
noire ; vertex large, mandibulesblanches. Antennes longues, très grêles, 
roux clair. Thorax roux , metanotum noir. Aréa supéromédiane sub- 
carrée. Abdomen noir, segments 2-4 bruns, marginés de roux ainsi que 
les suivants. Gastrocèles éloignés de la base du segment. Pieds grêles, 
fauves. Stigma pâle. - Long. : 6 mill. 
Patrie : île Ténériffe (Cabrera y Diaz). 

v/ Pheogenes fulvidens, n. sp. — Q. Tête normale, palpes et mandi- 
bules fauves. Glypeus très rugueux. Antennes entièrement rousses. 
Pieds roux; hanches postérieures noires, celles-ci avec une petite crête 
simple. Aréa supéromédiane en carré long. Postpétiole ponctué-cha- 
griné; segments 2-4 roux. Stigma testacé, écailles sous les ailes 
blanches. Le d diffère par les palpes, les mandibules, le clypeus, le 
devant du scape, les écailles, les hanches antérieures et tous les 
trochanters blancs. — Long. : 7-8 mill. 
Patrie : Zavagoza et Ciudad-Real (Cabrera y Diaz). 

k/ Amblyteles canariensis, n. sp. — (j9. Corps noir, robuste. Anten- 
nes testacées, nonannelées deblanc. Écusson noir. Aréa supéromédiane 
transversale, quadrangulaire, les externes non divisées. Abdomen noir 
mat, postpétiole aciculé, gastrocèles grands et profonds, segments 2, 3 
et angles du postpétiole roux. Pieds robustes, noirs; cuisses et tibias 
roux. Le (5 diffère par les cuisses rousses, les tibias blanchâtres, les 
antennes sûbdentées. — Long. : 15 mill. 
Patrie : île Ténériffe (coU. Médina). 

vAmblyteles Medinai, n. sp. — (5. Angles du clypeus, orbites de 
la face et points sous les ailes et sur l'écusson blancs. Antennes sub- 
noduleuses, noires, ferrugineuses en dessous. Aréa supéromédiane 
transversale, rectangulaire. Abdomen noir mat, fortement ponctué; 
postpétiole grossièrement aciculé; gastrocèles médiocres; segments 
4-7 avec un trait blanc aux angles postérieurs; 4'= segment ventral 
non phssé; le dernier longuement acuminé. Pieds roux; hanches 
noires. Stigma et nervures noires. — Long. : 15 mill. 
Patrie : Ciudad-Real (coll. Médina). 



Séance du Mo novembre 1903. 311 

y 

Chrysidides récoltés par M. G.-A. Baer 
dans l'Amérique du Sud [Hymen.] 

par R. DU BuYssoN. 

Chrysis Baeri, n. sp. — Corps de taille médiocre, entièrement 
bleu, avec quelques reflets verts et la base des segments tergites 
2 et 3 de l'abdomen bleu-indigo; pubescence blanche. Tête pas plus 
large que le thorax; haut de la cavité faciale caréné transversale- 
ment, la carène arquée en avant, de chaque côté, près des yeux ; lace 
concave; joues longues et parallèles; antennes courtes, les trois pre- 
miers articles bleus, le 3'^ plus long que le ¥. Pronotum court, rec- 
tangulaire ; mésopleures avec deux dents subaiguës sur l'aire infé- 
rieure. Ailes hyalines. Ponctuation de la tête et du thorax médiocre, 
serrée, subrégulière. Abdomen à ponctuation grosse, assez serrée, ré- 
gulière, profonde ; segments 1 et 2 carénés ; 3^ segment large, caréné, 
renflé légèrement au milieu avant la série antéapicale et assez forte- 
ment sur les côtés ; fovéoles assez grandes, très espacées ; marge api- 
cale quadri-dentée, dents subégales, aiguës, s ubéquidis tantes; les 
côtés de la marge longs et droits. — 9- Long. : 8 mill. 

Province de Tucuman, La Criolla, 1500 m., i, 1903. 

Chrysis Nisseri Dahlbom. c? — Province de Tucuman, Tapia, 
600 m., ui-iv, 1903. 

Chrysis carinata Guérin. (3 9 — Province de Tucuman, Lara, 
4000 m.. H, 1903. 

Chrysis gibba Brullé, variété. — Pérou, province de Otuzco, 
Choquisongo, 2100 m., m, 1900. Grand Tombez, 1900. 
Ces quatre espèces de Chrysis sont conservées dans la collection du 

Muséum d'Histoire natureUe de Paris. 



Nouvelle espèce fungivore de Cepheus [Acar.] 
par le D'' F. Heim et A. Oudemans. 

Les espèces jusqu'ici connues du genre Cepheus vivent sans doute 
toutes aux dépens des Champignons, d'une vie aérienne ou semi-sou- 
terraine, au milieu des matières en décomposition : feuilles mortes, bois 
pourri. Mousses sur lesquelles se développent leurs hôtes. 



312 



Bulletin de la Société entomologique de France. 



L'un de nous (F. Heim) a rencontré, au cours d'herborisations 
mycologiques dans l'Est de la France, une espèce nouvelle, appartenant 
à ce genre, et dont voici les caractères : 

C. Heimi (A. Oudemans), n. sp. — Long. : 448 [x. — Couleur 
brun noir. Forme générale de Carabodes (par exemple C. labyrinthicus 
Michaël),mais un peu plus allongée. Face dorsale avec crêtes rugueu- 
ses, ondulées; bord de l'abdomen distinct avec saillies punctiformes; 
lamelles lisses; face ventrale de la tète et coxal (épimères) à lacis 
rugueux ; abdomen avec crêtes rugueuses, irrégulières; fémur rugueux 
extérieurement. 




Face DORSALE (fig. 1). — Céphalothorax presque triangulaire, à ros- 
tre arrondi, f^mellae larges, convexes vers la ligne médiane et lisses; 
jjseudostigma cupuliformes, dirigés sur les côtés du corps et quelque 
peu en avant. Organes pseudostigmatiques (fig. 2) courts, claviformes, 
à pédoncule mince, droit, transparent, à tête subsphérique , rude, 
munie de petits pinceaux de poils. Poils interlamellaire?, épais, ru- 
■ gueux, insérés contre la base de la lamelle, courbés en dedans et en 
avant. Poils lamellaires épais, rugueux, courbés en dedans. Poils ros- 
traux extrêmement fins. Tectopedia : 2 carrés, distincts, sous-jacents 
par rapport aux pseudostigmates; 1 carré, distinct, sous jaceut 
par rapport à la base des lamellae, et allongé horizontalement en 
avant. Démarcation entre le céphalothorax et l'abdomen distincte. 



Séance du 25 novembre 1903. 313 

Abdoiuen presque ovale, plus étroit antérieuremont , muni d'une 
lame horizontale à répaule et d'un bord distinct; poils marginaux 8, 
submarginaux 8, poils dorsaux 4, courts, bacilliformes, transparents. 
Face ventrale (lig. 3). — Tète ovoïde, à pointe antérieure. Coxae 
conliguës, presque tangentes à la ligne médiane. Epimera (apodèmes) 
n'atteignant pas la ligne médiane. Abdomen court, presque rond; 
ouverture génitale trapézoïdale, plus large antérieurement, à angles 
arrondis; ouverture anale plus large que l'ouverture génitale, trapé- 
zoïdale, plus large postérieurement, à angles arrondis. Pattes : fémurs 
1 et 2 à pédoncules grêles ; les pattes de la 4® paire, en s'écartant en 
arrière, ne touchent pas les poils marginaux bacilliformes; griffes 
monodactyles. 

Il est à supposer que Michaél avait placé cette espèce dans son 
genre Carabodes, mais il nous paraît mieux de placer dans ce genre 
les seules espèces à lamelles en forme de moulures solides. 

Cet Acarien a été trouvé (forêt do Buré, Meurthe-et-Moselle), vivant 
aux dépens d'une Mucédinée entomophyte agrégée : Isaria arachno- 
pMla Ditm., dont l'appareil sporifère émerge du cadavre momifié 
d'Aranéides terrestres, tuées par le parasitisme du Champignon ; il se 
nourrit des spores et des conidiophores de VIsaria, ses fèces ne con- 
tiennent que des spores flétries, vidées, impropres à la germination ; 
mais il doit contribuer activement à la dissémination des spores dont 
ses téguments sont couverts. Isaria arachnophila a ainsi, tout au 
moins dans certains cas, deux modes de dissémination : l'un direct, 
anémochore (en raison de la station toujours aérienne des cadavres 
d'Aranéides où il sporule et de la disposition de son appareil coni- 
diophore), l'autre indirect, zoochore, par l'intermédiaire de notre Aca- 
rien, qui répand les spores dans ou à la surface de la terre, où les 
Araignées terrestres s'infecteront. 

Il y aurait sans doute nombre de faits intéressants à glaner, en pré- 
cisant les relations biologiques existant entre Champignons et Acariens 
fungivores. 



Bulletin bibliographique 

BuGxNioN (E.) : Observation relative à un cas de mimétisme {Blepharis 
mendica); {Bull. Soc. Vaud. Se. nat.), 1903, 4 p., 1 pi. * 

Caudell (A.-N.) : Notes on Orthoptera from Colorado, New Mexico, 
Arizona and Texas, with Descriptions of new Species ; {Proc. U.S. 
Nat. i¥Ms.),1903, 35 p., 1 pi. n. * 



314 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Caudell (A.-N.) : Tho Phasmidae, or Walkingsticks of the United- 
States; [loc. cit.), 1903, 23 p., 4 pi. n. * 

Dupont (L.) : Catalogue des Lépidoptères des environs de Ponl-de- 
l'Arche (Eure) ; {Bull. Soc. Am. Se. nat. Rouen.), 1903, 127 p. * 

Grouvelle (A.) : Descriptions de Clavicornes de Nouvelle-Calédonie; 

[Rev. Ent.), 1903, 30 p. * 

Id. : Synopsis des Rhysodides et Descriptions d'espèces nouvelles ; {loc. 
cit.), 1903,64 p., 2 pi. n. * 

LuiGiONi (P.) : Note ed osservazioni suirAwi/;|/]j?ia Carceli Lap. [romana 

Dup.); [Monit. zool. ital.), 1902, 3 p. * 
Id. : Una varietà nuova del Carabus italicus Dej.; {Bull. Soc. ent. It.), 

1903, 3 p. * 

NiELSEN (J.-C.) : Biologische Studien tiber einige Grabwespen und so- 
litare Bienen; {Allg. Zeits. Ent.), 1901, 2 p., fig. * 

Id. : Biologiske og launistiske Meddelser om Danske Cynipider; {Ent. 

Medd.), 1902, 8p.,fig. * 
Id. : Biologiske Studier over Danske enlige Bier og deres Snyltere ; 

{Vid. Medd. naturh. For.), 1902, 32 p., fig. * 

Id. : Biologiske Studier over Gravehvepse ; {loc. cit.), 1900, 24 p. 

fig. * 
Id. : Zur Lebensweise und Entwickelung von Ceratocolus subterraneus, 

Fab.; {Allg. Zeits. Ent.), 1902, 3 p., fig. * 
Pic (M.): Addenda et corrigenda au Gênera Insectorum de Wytsman; 

{Bull. Soc. entom. Fr.], 1903, 3 p. * 

Id. : Anthicides nouveaux des collections du Muséum de Paris {Col.); 

{Bull. Mus. Hist. nat.), 1903, 2 p. * 
Id. : A propos des Dorcadion tenuecinctum Pic et circumcinctum Chev. ; 

{Bol. Soc. esp. Hist. nat.), 1903, 2 pi. * 
Id. : Coléoptères de l'Afrique australe; {Rev. Ent.), 1903, 7 p. * 

Id. : Hylophilidse d'Océanie recueillis par l'explorateur Biro; {Term. 
Fûz.), 1902, 4 p. « 

Id. : Note Entomologiche ; {Riv. Col. ital.), 1903, 4 p. * 

Id. : Note sur divers Malacodermes du Nord de l'Afrique, Corrigenda 
{Col); {Bull. Soc. eut. Fr.), 1903, 3 p. * 

Id. : Nouveaux Anthicides des collections du Musée zoologique de l'Aca- 
démie Impériale des Sciences de St-Pétersbourg ; {Ann. Mus. zool. 
Ac. Se. St-Pétersb.), 1903, 2 p. * 



Séance du 23 novembre 1903. 315 

Pic (M.) : Nouveaux ColéopLôres provenant de Madagascar; [Bull. 

Soc. eut. Fr.), 1903. 4. p. * 
Id. : Voyage de M. Maurice Maindrondans l'Inde méridionale; [loc. cit.), 

1903,5 p.* 
Thierry-Mieg (P.) : La lorèt de Montmorency et ses environs; (Bull. 

Soc. Et. se. Paris), 1879, 6 p. — Don de M. L. Bcdcl. 
Wirt-Tassin : Directions lor collecling Minerais ; {Bull. U.-S.Nat.Mus.), 

1895, 7 p., fig. O, * 
WiTH (G.-J.) : Notostigmata, a now Suborder oï Acari; [Vld. Medd. Na- 

turh. Foren.), 1903, 57, 3 pi. n. * 



Deutsche cntomologische ZeUschrift , 1903, II. — W. Horn : Briefe 
eincs reisenden Entomologen; III. — J. Weise : Ueber einige En- 
domychiden. — J. Weise : Drei neue Coccinellen. — Fr. Ohaus : 
Beilrâge zur Kenntniss der Ruteliden. — J. Weise : Neue Cocci- 
nelliden. — E. v. Oertzen : Ueber einige von Dr. Horn auf Ceylon 
gesammelte Tenebrioniden. — J. Gerhardt : Neuheiten der Schle- 
sischen Kaferfauna aus dem Jahre 1902. — Enicmus anthracinus 
Mnnh. sp. pr. — Acritus nigricornis E. H. — A. Sghultze : Pa- 
lâaktische Ceutorrhynchinen. — Zusammenstelkmg einer Varietâten- 
Reihe palâarktischer Ceutorrhyncbinen. — E. Brenske : Neue Me- 
lolonlhiden aus Usambara aus der Sammlung des Herrn Dr. J. 
Schulz. — G. Sternrerg : Zur Gattung Lycomedes de Brème. — 
K.-M. Heller : Sechs neue Kâfer aus Deutsch Neu Guinea. — 
W. Horn : Ueber die Cicindeliden-Ausbeute von Guy A.-K. Mar- 
shall aus Rhodesia, Manica un Gazaland. — Neue Sûd-Afrikanische 
Gicindeliden. — J. Weise : Afrikanische Galerucinen. — Neue 
Ghrysomeliden aus Neu-Guinea. — W. Môllenkampf : Beitrag zur 
Kenntniss der Lucaniden-Fauna. — J. Weise : Ueber die Gattung 
Eubrachis Baly. — 0. Sghwarz : Neue Elateriden aus Afrika und 
Madagaskar. — Neue Elateriden aus Neu-Guinea und Australien. — 
Zwei neue Arten der Throsciden-Gattung Lissomus Daim, aus 
Deutsch-Ost-Afrika. — K.-M. Heller : Notice nécrologique sur 
Faust (portrait). — R. Zang : Bemerkungen zur âlteren Passaliden- 

Litteratur. — W. Horn : Drei neue Gicindeliden vom tropischen 
Ost-Afrika. — Zwei neue abessinische Gicindeliden. — Eine neue 
Borneo-Gicindelide . 

Entomological News, XIV, 8, 1903. — T.-D.-A Gockerell : A new 
Aphid on Thistle. — H.-L. Wiereck : A Group of Diurnal Mutilli- 



316 Bulletin de la Société entomologique de France. 

dae. — H. Hornig : The feeding Habits of the Larva of Anthocharis 
geniUia. — M. Hebard : A few Captures made at Miami Florida. — 
E.-B. WiLLiAMSON : A liybrid Dragonfly of the Genus Gomphus 
(Odonata) (pi.). — J.-A.-G. Rehn : Description of a new Genus of 
Gryllidae, with a note on the Genus Asphonogrijllus. —M. Hebard : 
Notes on the Collecting around Thomasville, Georgia. — C.-A. Da- 
vis : The Gicindelidae of Rhode Island. 

Entomoloqical Society of Washington [Proceedings), V, 4, 1903. — 
N. Banks : Neuropteroid Insects from Arizona (1 pi.). — D.-W. Co- 
QuiLLETT : The Gênera of the Dipterous family Empididae with 
Notes and new Species. — R.-P. Currie : Myrmeleonidae from 
Arizona. — H. -G. Dtar : Note on Crambus offectalis Hulstand 
allied Forms. — Schwarz : A Letter from Cuba. — H. -G. Dyar : 
New North American Lepidoptera with Notes on Larvae. — R.-P. 
Currie : The Odonata collected by MM. Schwarz and Barber in Ari- 
zona and New Mexico (fig.). — H. -G. Dyar : A note on Pyrausta 
ochosalis Fitch, Ms. — Note on a wrongly identified Species of 
Torticidae. — W.-H. Ashmead : Myrmeco salins, a new Genus in the 
Ceropalidae. — N. Banks : Note on Ceria Willistoni Kahl. — J.-B. 
Smith : A Revision of the Boreal-American Species of Nonagria 
Ochs. (1 pi.). — H.-G. Dyar : A Review of the North-American 
Species of the Lepidopterous Family Anthroceridae. — A.-N. Cau- 
dell : Notes on the Orthoptera of Bermuda with the Description of 
a new Species. — W. Horn : On the Gicindelidae of Southern Ve- 
nezuela collected by E.-A. Klages, 1898-1900. 

Entomologische Berichten, 7-12, 1902-3. — D. Ter Haar : Sphinx ligus- 
tri kan somtijds geluit voortbrengen. — Dr. A.-C. Oudemans : 
Acarologische Aanteekeningen (3 art.). — M.-C. Piepers : Biqyala 
piniaria L. — E. Everts : Coleoptera bij Winterswijk gevangen. — 
Th. Oudemans : Over de houding van Sphinx Ugustri. — Over 
eene aangestoken rups van Stilpnotia [Leucoma] Salicis L. — Ont- 
dekking van de seksueele generatic bij Cynips Kollari Htg. — 
Naamlijst van Nederlandsche Macrolepidoptera. — D. Van der 
Hoop : Velleius dilatatus F. — H.-W. Van der Weele : Nieuwe 
vindplatsen van inlandsche Odonaten. — A.-J. Van Rossum : Attacus 
Cynthia F. — Dr. Fr. Klug's gesammette Aufsâtze ûber Blattwes- 
pen. — J.-Th. Oudemans : Waterbevohnende Hymenoptera. — Der 
Catalogus Hymenopterorum van Dalla Torre. — Een niew werk over 
Hymenoptera. — Eene merkwaardige copulatic. — Dr. H.-J. Veth : 
Zeldzaam aanbod. — .I.-Th. Oudemans : Chalcididen in een Mega- 



Séance du 23 novembre 1903. 317 

chile-nesl. — Opmerkingen betreffende « de Nedorlandsche Insec- 
ten ». — A.-J. Van Rossum : Het voedsel van Lycaena alcon F. — A. 
Van Pelt Lechner : Over de oorzaak van het sexueel verschil bij 
de Honigbij. — D. L. Uyïtenboogaart : Het Schrijverke. — A.-C. 
OuDEMANS : Atypiis piceus Slz. — H.-W. Van der Weele : Boreus 
hyemalis-Brephos parthenias L. in Holland. — J. Th. Oudemans : 
Over het kweeken nit het ei van DendroHnus {Bombyx) pini L. — 
Paring van twee vlindersoorten. — A.-J. van Rossum : Over Nema- 
tiden. — J. Th. Oudemans : Eene bij metpootenin plaats van Sprie- 
ten on den kop. — P.-C.-T. Snellen : Zuid-Afrikaansche Insekton. 
— A. -G. Oudemans : Lepisma saccharina, lichgevend. 

Entomologische Litteraturblàtter, 1903, 8-10. 

Entomologist [The], XXXVI, 483-S, 1903. — H.-W. Shepheard-Wal- 
WYN : Plusia moineta (pi.). — E.-A. Cockayne : Urticating Larval 
hairs. — P.-J. Lathy : The spécifie identity of Lucinia torrebia 
Mén. — L.-B. Prout : On some Geometrides GoUected by Paymas- 
ter-in-chief F. Mathew on the Mediterranean, etc. — T.-D.-A. Cocke- 
rell : Notes on the Bee Genus Halictus. — M. Jacoby : Descrip- 
tions of some new Species and a new Genus of Chrysomelidae from 
South America. — F.-P. Dodd : The young Larva of Liphyra bras- 
solis, WesV\Y. — G.-W. Kirkaldy : On the Nomenclature of the 
Gênera of the Rhynchota ; Heteroptera and Achenorrhynchous Ho- 
moptera (art.). — W. Wahren : Two new Species of Lepidoptera 
from the Wady el Natron, Egypt (pi.). — G.-M. Russell : Notes on 
Geometra vernaria. — Notes on the Plumules of Butterflies (flg.). — 
P. Gameron : Descriptions of ten new Species and nine new Gênera 
of Ichneumonidae from India, Geylon and Japan (2 art.) —Aberration 
oi Lycaena icariis. — A.-U. Blattley : Notes on the Life-history of 
Aporia crataegi. — T. -A. Ghapman : Asphondylia ulicis Tr. — 
H.-T. DoBSON : Emergence of Aeschna grandis. — G. -S. Browne : A 
List of the Lepidoptera of the Island of Capri; with a few Notes. — 
F.-V. Theobald : New Guhcidae from the federated Malay States. 
— T.-D. GoGKERELL : A new Goccid from Madeira, allied to Coccus 
tuberculatus Bouché. — G.-W. Kirkaldy : Gurrent Notes, 2. — 
Notes diverses. 

Entomologisfs monthly Magazine (The), N"^ 471-474, 1903. — F.-D. Mo- 
rice : Help-Notes towards the détermination of British Tenthre- 
dinidae, etc., 4. — G.-B. Longstaff : Further Notes on Lepidoptera 
observed at Mortehoc, North Devon. — H. Druce : On the Syno- 
nymy of Gandalides hyacinthina and C. erinus. — D. Sharp : Cha- 



318 Bulletin de la Société entomologique de France. 

maesyrphus lusitanicm Mik; a new British Syrphid Fly. — Tetro- 
pimn fuscum Fab. a Genus and Species of Longicorn Goleoptera 
new to Britain. — L. Walsingham : Spanish and Moorish Micro- 
Lepidoptera. — G. -G. Barrett : An expérience in interbreeding 
Clostera anachoreta. — G. Capper : Occurrence of Tholera fimbria- 
lis Scop., in Great Britain. — G. -T. Bethune-Baker : A new Spe- 
cies of Arhopala from British New Guinea. — A new Species of 
Arhopala from Singapore. — J.-T. Honghton : Contributions to the 
Life-History of Gelechia {recurvaria)nanella lll., from an économie 
point of Niew. — D. Sharp : Pachygaster minutissimus Zett., a 
Stratîomyid Fly new to Britain, with Notes on P. tarsalis. — F. Jen- 
KiNSON : Verralia ancta and its host. — E.-A. Newbery : Some Re- 
marks on Hydroporus granularis L. and H. bilineatus, Sturm. — 
R. Me Lachlan : An annotated List of Neuroptera-plamponnia col- 
lected in "West Gentral Spain by D'' T. -A. Chapman and 
Mr G.-G. Ghampion' in june and july 1902. — G.-H. Garpenter : 
The relationship of Vespa austriaca to V. rufa (1 pi.). — F.-D. 
Morice : Help-Notes towards the Détermination of Bristish Ten 
thredinidae, etc. (5 et 6). — E. Saunders : Hymenoptera acu- 
leata in Jersey, juin 1903. — D. Sharp : Phortica variegata Fallj 
a drosophilid Fly new to Britain. — On some Goleoptera from 
the Faroe Islands. — G. -T. Porriït : An Excursion to the Nor- 
folk Broads principally in quest of Odonata. — L. Walsingham : 
Spanish and Moorish Micro-Lepidoptera. — Miss A.-D. Edwards : 
Notes on Clostera anachoreta. — J. Jager : Ophiusa Stolida 
Fab., a noctuid new to Britain. — E. Saunders : Myrmecoris graci- 
lis Sahlb., an addition to the British Hemiptera. — J.-H. Wood : Agatho- 
myia viduella Zett., a new British Fly (fig.). — E. Saunders : On the 
relationship of aculeate inquiUnes and their hosts. — Notes diverses. 
Entomologisfs Record and Journal of Variation [The], XV, 9-10, 1903. 
H. Rowland-Brown : A Trip to Gorsica and the Alpes maritimes. 
— J.-W. TuïT : Revision of the European Alucitides. — M. Burr : 
Orthoptera of the Isle of Wight. — J.-W. Tutt : Habits o[the Ima- 
gines of Anthrocera purpuralis [minos]. — H.-W. Elliss : Trioce- 
phalus polonicus Motsch. — A genus and species of Longicorn 
Goleoptera new to Britain. — J.-W. Tutt : Habits of the Imagines 
of Nemeophila plantaginis. — L.-B. Prouï : On two variable broods 
of Triphaena cornes Hb. [melanozonias Gmel.] from Torres. — J.- 
W. Tutt : Lepidoptera of the Italian Riviera-Alassia, Albenga, Lai- 
guegUa. — Lepidoptera of the Locarno. — J.-G. Dolmann : The 
rearing of Ennomos autumnaria. - Notes diverses. 



Séance du 25 novembre 1903. 319 

Feuille des Jeunes Naturalistes [La), n°^ 394-96, 1903. — A. Giard : 
La ponte des Libellules du genre Lestes. — D'' J. Villeneuve : 
Catalogue des Diptères de Belgique. — G. Dupuy : Les Argynnides 
de la Charente, des Deux-Sèvres, de la Dordogne, de la Gironde. — 
J. Chalande : Contribution à la faune des Myriapodes de France. 

— Notes spéciales et locales. 

Instituto fisico-geografico de Costa Rica{Boletin), 24, 1902. — P. Biol- 
LEY : Entomologia aplicada. Los Insectos destructores de los libros. 

A'. K. zool.- botan. Gesellsch. in Wien, LUI, 5-7, 1903. — A. Ducke : 
Neue Grabwespen vomGebiete des unterenAmazonas. — H. Hirsgh- 
KE : Eine ueue Form der Lycaena Argiades Pall. — P. Stein : 
Die europâischen Arten der Gattung Hydrotaea Rob. Desv. — 
D"" A. V. Schultess-Rechberg : Neue Arten der Vespidengattungen 
Nortonia Sauss. und Plagiolabia, Eumenidurum nov. gen. (fig.). 

— M. Pic: Zwei neue africanische Heteromeren. — W.-T. Kowat- 
scheff : Mesocricetus Neiotoni Nehrg. aus der Umgebung vonRut- 
schuk. — R. Cobelli: L'ibernazione délie Formiche. — J. Rouball : 
Fundorte einiger sellenerer und fur Bôhmen neuer Kâfer. - F. Hen- 
del : Drei neue boréale Muscidae acalyptratae {(ig.). — G. Luze : 
Eine neue Art der Staphyliniden-GattungP/«7onf/msCurtis ausMittel- 
europa. — D'' G. Mayr : Hymenopterologische Miszellen (II). — 
D"" H. Rebel: Eine Heteroceren-Ausbeute aus der Sahara (II) (fig.). 

Kisérletïigyi Kôzleniények, VI, 2, 1903.© 

Kongl. Svensha Vetenskaps-Akadeiniens Handiingar, XXXVI, 1-9. — 
XXXVII, 1-2; 1902-3. — W.Lilljeborg : Synopsis specierum hue 
usque in aquis dulcibus Sueciae observatarum faniiliae Harpactici- 
darum. — Bihang, 1-4, 1903. — A. Tullgren : Spiders coUec- 
ted in the Aysen Valiey in South-Chile byMr. P. Dusén (7 pi.). — 
H. ScHÔTT : Études sur les Collamboles du Nord (6 pi.). — I. Tra- 
GARDH : Beitrage zur Kenntniss der Schwedischeii Acaridenfauna, 
(3 pi.). — W. LiLLjEBORG : Très species novae generis Cantho- 
campti e Novaja Snimja et Siberia boreali (3 pi.). — H. Borg : Blat- 
todeen aus Kamerun (2 pL). — S. Ekman : Beitrage zur kenntniss 
der Phyllopodenfamilie Polyartemiidae (4 pi., 1 fig.). — G. Adlerz : 
CeropalesmaculataFdà). en parasitisk Pompylid. — Lefnads teknin- 
gar, IV, 3. 

Linnean Society of London. — 1° Journal, XXIX, n° 187. — T. Scott : 
Notes on some Copepoda îrom the Faroe Channel (3 pi.). — H.-J. 
Hansen : ïhe Deep-Sea Isopod Anuropus branchiatus Bedd., and 



320 Bulletin de la Société entomologique de France. 

some Remarks on Bathynomus giganteus A. M. Edw. (1 pi.)- — 
A.-O. Walker : Amphipoda of the « Southern Cross » Antarctic 
Expédition (S pi.). — 2° Transactions, VIII, 9-12, 1902-3. — IX, 
1-2, 1903. — G.-M. Thomson : On the New Zealand Phyllobranchia- 
tae Crustacea macrura (3 pi.). 

Linnean Soc. of N. S. Wales (Proc), 1902, U, III, av. suppl. et IV. 
— G.-A. Waterhouse : Notes on Austrahan Rhopalocera : Lycae- 
nidae. — W. Froggatt : Notes on Australian Neuroptera and their 
Life Historiés. — A. -M. Lea : Revision of the Australian Curcuho- 
nidae belonging to the subfamily Cryptorhynchides, — W.-J. Rain- 
Bow : Descriptions of some new Araneidae of N. S. Wales (pl.). 

Marcellia, II, 4, 1903 (2 exempl.). — E. Kûster : Ueber die Eichen- 
galle des Synophrus politus. — J.-J. Kieffer : Description de trois 
Cynipides exotiques (fig.). — H. Sghouteden : Notes complétaires sur 
les Aphidocécidies paléarctiques. 

Museo nacional de Montevideo (Anales), IV, 1-2, 1903.© 

Naturaliste [Le], XXV, 393-399; 1903. — H. Coupin: Chronique et 
nouvelles. — L'émission des Larves chez la femelle du homard eu- 
ropéen. — La Galéruque de l'Orme et sa destruction. — Distribu- 
tion géographique des Coléoptères Bostrychides. — Cap. Xambeu : 
Instinct de la conservation chez le Cryptocephalus pusillus Fab. 
(Coléoptère du groupe des Cryptocéphalides). — P. Noël : La Ga- 
leruca xanthomelana. — P. Dognin : Papillon nouveau de l'Amé- 
rique du Sud. — P. NoEL : VAspidiotus ostreaeforniis. — P.-H. 
Fritel : Crustacés fossiles : Les Macroures (tig.). — P. Noël: Les 
Diptères. — G. Tournier : Protégeons les oiseaux. — Cap. Xam- 
beu : Mœurs et métamorphoses du Corymbites cupreus Fab. ; Co- 
léoptère du groupe des Élatérides. 
N.-York Agricul. Exper. Station [BiiL), n^^ 233-238,1903.0 
N.-York entomological Society (Journal), XI, 2, 1903. — G.-A. Cole- 
MAN : Coccidae of the Coniferae, with the descriptions of ton new 
species from California. — W.-H. Ashmead : Classification of the 
Pointed-tailed Wasps on the superfamily Proctotrypoidea, III. — 
H. -G. Dyar : A. Review of theNorth American Species of Pronuba 
and Prodoxis. — ïhe Real Larva of Xanthopostes timais. — 
E. Daecke : The Larva of Phisopropus callitricho'ides. — A. Busck : 
On the Generic Nanse of the Codling Moth. 

A. L. 



Le Secrétaire-gérant : P. Chabanaud. 



BULLETIN 

DE LA 

SOOIÉTÉ ENTOMOLOG-IQXJE DE FRANCE 



Présidence de M. F. HENNEGUY. 

M. J. Buisson, récemment admis, assiste à la séance. 

Nécrologie. — Le Président a le regret d'annoncer la mort, sur- 
venue il y a quelques mois, de M. C le m en s Millier (de Dresde Neus- 
tadt), qui était notre collègue depuis l'année 1839. 

Changements d'adresse. — M. André d'Aldin. 38, rue S*-Sul- 
pice, Paris 6". 

— M. Gaston Darboux, chargé de cours à la Faculté des Sciences, 
53. boulevard Périer, Marseille (Bouclies-du-Rliône). 

— M. Fernand Meunier, 21, rue du Moulin, Contich-léz Anvers 
(Belgique). 

Admissions. — M. le D'' Léonce Bodin, ancien interne des Hô- 
pitaux de Paris, 127, rue Lafayette, Paris, 10^ Entomologie générale. 

— M. Lucien le h es, secrétaire de la Société centrale d'Apicul- 
ture, 34, rue Lacépède, Paris 5^ Entomologie générale et appliquée. 

— M. René Jeannel, interne des Hôpitaux de Paris, 44, rue Van- 
neau, Paris 7^ Coléoptères de France. 

Présentations. — M. D.-N. Voinov, professeur à l'Université de 
Bucarest (Roumanie), présenté par M. A. Giard. — Commissaires-rap- 
[)orteurs : MM. F. Henneguy et A. Lécaillon. 

— M. Gaston Rey, membre de l'Association des Naturalistes de 
Levallois-Perret, présenté par M. Maurice-Royer. — Commissaires- 
rapporteurs : MM. P. Chabanaud et F. Le Cerî. 

Démissions. — MM. Henry Bolieuf, le D'' Maurice Jaquet, 
Al. de Starck et Pietro Stefanelli ont envoyé leur démission. 

Congrès des Sociétés savantes. — Le Président donne lecture 
d'une circulaire par laquelle M. le Ministre de l'Instruction publique et 
Dull. Soc. eot. Fr., 1903. N° 19. 



322 Bulletin de la Société entomologique de France. 

des Beaux-Arts annonce que le 42^ Congrès des Sociétés savantes s'ou- 
vrira à la Sorbonne, le mardi o avril prochain, à 2 h. précises. M. le 
Ministre présidera lui-même, le samedi 9 avril, la séance générale de 
clôture. 

Échange de publications. — Comme suite à une demande faite 
par le D' Antonio Porta, professeur de Zoologie et d'Anatomie 
comparée à l'Université de Camerino (Italie), la Société décide d'échan- 
ger notre Bulletin contre la Bevista coleotterologica italiana. 

Collections. — M. Galien Mingaud se rappelle au bon souvenir 
de tous ses collègues et envoie deux exemplaires de Bathyscia nemau- 
sica C ho haut, espèce décrite tout récemment dans notre Bulletin 
(1903, p. 264) et dont il fait généreusement don aux collections de 
notre Société. 



Observations diverses 

Observation biologique. — M. G. -A. Poujade communique une 
note de M. André d'Aldin, membre assistant, relative au Bliodocem 
rhamni : 

« En septembre 1901, chassant à Sommières-du-Clain (Vienne) avec 
un filet dont la gaze verte avait fortement pâU, je vis un certain nom- 
bre de Bhodocera rhamni ç se poser plusieurs fois de suite sur ce filet, 
alors même que je l'agitais. La couleur du dessous de ces Lépidoptères 
se confondait tellement avec celle de la gaze qu'à une certaine distance 
ils se trouvaient parfaitement dissimulés, étant à l'état de repos, les 
ailes fermées. 

« Une autre fois, je me servis d'une poche neuve, d'un vert foncé ; 
les femelles de B. rhamni voltigèrent autour, mais ne s'y posèrent que 
lorsque le filet demeura immobile. 

« Recommençant la même expérience avec deux filets^ l'un vert pâle 
et l'autre vert foncé, je constatai que les B. rhamni 9 s'accrochaient 
indifféremment sur les deux. Elles s'envolaient, dès que j'agitais le filet 
vert foncé, pour aller au fliet vert pâle, sur lequel elles restaient obs- 
tinément, même quand je mettais ce dernier en mouvement. » 

M. Poujade pense qu'il y a là une attraction analogue à celle du 
Thecla rubi pour la couleur verte semblable au dessous de ses ailes. 
L'Insecte est-il trompé, croyant se rapprocher d'autres individus de 
son espèce, ou bien est-ce un moyen de protection? 



Séance du 9 dkemhre 1903. 323 

Communications 

Note sur une variété nouvelle de Podagrica [Col.] 

p;ir Cil. Demaison. 

Podngrica saracena Reich., var. nigricans, nov. — Thorace, an- 
tice et lateribus ohscuro ; antennarum articuHs 6-11 pedibusque piceis. 
Adana (Asie Mineure), ma collection. 

Dans une communication publiée dans le compte rendu de la séance 
du 22 janvier 1902, j'émettais l'opinion que Podagrica tristicula Chvl. 
et saracena Relie, pourraient n'être que des types locaux d'une 
même espèce, et que l'on trouverait probablement des variétés inter- 
médiaires. Une série d'individus que j'ai reçus cette année d'Adana 
m'a confirmé dans celte hypothèse. 

Tous les exemplaires de cette localité présentent les caractères spé- 
cifiques de saracena, mais sont d'une teinte beaucoup plus sombre. 
Le prothorax, rouge brun à la base, est noir bleuâtre sur le bord 
antérieur et les côtés, avec un vague reflet métallique sur l'ensemble. 
Les cuisses et tibias antérieurs sont ferrugineux, les intermédiaires et 
postérieurs beaucoup plus foncés, presque noirs. 

En somme, je crois pouvoir affirmer que cette variété forme bien 
le passage entre les deux espèces syriennes que l'on a jusqu'ici consi- 
dérées comme tout à fait distinctes. 



Réponse à la note de M. Maurice Pic 

par Ch. Kerremaxs. 

M. Maurice Pic « met ses collègues en garde contre une série d'o- 
missions, malheureusement un peu longue, d'espèces ou de variétés » 
— ce sont ses propres termes, — qui pourraient se relever dans les 
Buprestides (du Gênera Wytsman) dont je suis l'auteur. 

Je le remercie de la peine qu'il s'est donnée et je serais prêt à faire 
amende honorable si j'avais publié un Species ou une Monographie, au 
lieu d'un Gênera, qui ne comporte que l'étude des genres, pour les- 
quels j'étais en droit de ne citer qu'un petit nombre d'espèces. 

•l'aurais lu avec grand intérêt une critique de mon classement des 



324 Bulletin de la Société entomologiqtie de France. 

tribus en groupes et en genres, ou une discussion sur la validité de 
ceux-ci: j'aurais été enchanté de rencontrer quelqu'un qui eût pu trou- 
ver avec moi l'accord sur des questions d'une portée plus haute que 
l'omission d'une ou de plusieurs variétés. 

La question de la synonymie des Acmaeodera n'étonnera personne : 
je suis de ceux qui ne voient qu'une seule espèce où d'autres en voient 
cinq ou six. Bien plus, je réunis sous le nom d'onopordi Fabr., une 
quîirantaine d'espèces de Julodis de la région Méditerranéenne. Il n'est 
donc pas étonnant que j'aie cité le Jtt?. Blemei Ab. comme provenant 
de l'Algérie, d'abord parce que je possède deux individus de cette es- 
pèce, pris dans l'Algérie orientale, ensuite parce que ceux-ci n'avaient 
sur eux ni passeport, ni certificat d'origine. Je doute fort que la ligne 
imaginaire qui sépare l'Algérie de la Tunisie puisse influer grandement 
sur l'habitat d'un Insecte ailé. 



Sur la multiplication des cellules ganglionnaires dans les centres nerveux 
chez les Insectes à l'état de larves et de nymphes 

par le D'' F. Henxeguy. 

Tous les auteurs qui ont étudié, depuis Weismann, les phéno- 
mènes intimes de la métamorphose chez les Insectes métaboliques s'ac- 
cordent pour admettre que les ganghons cérébroïdes et ceux de la 
chaîne ventrale passent delà larve à l'imago sans subir cl'bistolyse. On 
a seulement constaté l'allongement ouïe raccourcissement de la chaîne 
nerveuse, la coalescence ou la séparation de certains ganglions, la 
disparition ou le développement de nerfs spéciaux, mais sans étudier 
les modifications histologiques qui accompagnent ces processus. 

Les ganglions nerveux, surtout les ganglions cérébroïdes, subissent 
cependant des transformations pendant la nymphose. Viallanes et 
va n R ees ont suivi, chez lesMuscides, le développement de la région op- 
tique du cerveau, en rapport avec la formation des yeux composés qui 
manquent chez la larve, et ils ont vu que les diverses parties de cette 
région ne font que s'allonger en conservant les mêmes rapports. Chez 
beaucoup d'Insectes, il n'y a pas seulement aUongement des connectifs 
reliant entre eux les divers amas cellulaires du cerveau, il y a égale- 
ment augmentation de volume de l'organe durant le passage de l'état 
de larve à celui d'imago. D'après Anglas (^), cette augmentation de 

(1) J. An g tas : Observations sur les métamorphoses internes de la Guêpe et 
de l'Abeille [Bull, scient, de la France et de la Belgique [1900], t. XXXIV). 



Séance du 9 décmibre 1903. 32o 

\olume, clioz les Hyménoptères, tiendrait non seulement à l'accrois- 
sement des éléments celkdaires, mais aussi à leur augmentation .nu- 
mérique : les neuroblastes interviendraient pour former de nouvelles 
cellules. Ch. Pérez (') a constaté, chez la Fourmi, un accroissement 
rapide de presque toutes les cellules de la couche périphérique des 
ganglions de la 

chaîne ventrale; il -., ,^» a» 

ne croit pas qu'il se ; î- ^ « ^ a 

forme d'éléments Al'^':'^«ô**^ 

nouveaux et pense ^ '^: .^ ..._ 

que, dans chaque ^^«•^''^©â ^ "^ ® * 

ganglion larvaire, ^ |* *if|*®®i& ®> 

préexistent les cel- ^ ^ 'i^ ,^ ^ ^ » ^ ^t^A» 

Iules qui attein- " ^ I ¥ *« , *^*''» 

^'^Js^è, 



f^ 



dront chez l'imago . . ^ ' . ^ t V^-^''î»^M 

leurcomplète diiïé- g '• ^ \./^ ^^ ^^ J e?,^^ « 

renciation. iâ. ^ ■ ^ ■ *'V S •*>'•'■■'=•;; ^ 

VictorBrauer § ^'^"-iA'^T .»t^-^^®' 

(2) a montré ré- a^-ï ^^ % '^^ ^^■i*'*^"^-'^! 

cemment que les A il:» ^ | / ^ *^ > ^ ^^^ ® 
ganglions nerveux 

des Métaholes sont pj,a„.,neiit d'une coupe des j^anglions optiques d'une 

le siège, pendant jeune nymphe de C'a/^ip/ioj^a er?/iftrocep/i«^a, au ni- 

la métamorphose , veau de la lame ganglionnaire, montrant les cellules 

d'une néoformation «^ Toie de mitose. 

de parties imagi- 

nales accompagnée d'une résorption de parties larvaires. Il a vu, dans 
le lobe -olfactif et le ganglion optique de la larve de Culex pipiens L. , 
au commencement de la nymphose, les neuroblastes produire, par di- 
visions inégales, des cellules ganglionnaires qui continuent à se diviser 
par mitose; puis les neuroblastes disparaissent par dégénération. 

La multiplication des cellules ganglionnaires, chez les Insectes, par 
division indirecte, n'est pas un fait nouveau. En 1894, A. Binet {^) a 
signalé que, dans ses coupes de gangUons céréliroïdes de larves de 
Hannetons, d'autres Coléoptères et de Stratiomys, j'avais constaté plu- 

(1) Ch. Pérez : Conlribulioii à l'élude des métamorphoses (Bull scient, 
de la France et de la Belgique [190'2], t. XXXVII). 

(2) Victor Brauer : Zur inneren Métamorphose des central Nerven-sys- 
tems der Inseclen [Zool. Anzeirjer [10 aug. 1903], n" 706). 

(3) A. Rinel: Conlribu^Uon à l'étude du système nerveux sous-inleslinal des 
Insectes {fourn. de l'Anat. et de la Pliysiol. [189'i], t. XXX). 



326 Bulletin de la Société entomoloijique de France. 

sieurs figures de karyokinèse dans les cellules nerveuses. Depuis lors, 
dans de jeunes nymphes de Calliphora enjthrocephala, quelque temps 
avant la dévagination de la vésicule céphalique, j'ai trouvé un 
assez grand nombre de cellules en voie de division mitotique, dans 
le ganglion optique, surtout au niveau de la lame ganglionnaire, là où 
il n'y a plus de neuroblastes depuis longtemps. Les cellules qui se 
multiplient ainsi n'ont pas du reste le caractère des neuroblastes et 
paraissent présenter un commencement de difïérenciation ; ce sont 
les cellules chromatiques de Viallanes. Mes observations déjà ancien- 
nes et récentes confirment donc celles de V. Brauer et prouvent 
que certaines cellules des centres nerveux peuvent encore se diviser 
pendant les premiers stades de la nymphose. Il serait peut-être ha- 
sardé de dire que les cellules qui se multiplient sont déjà différenciées 
et fonctionnelles ; cependant, la sensibiUté des larves de Mouche à la 
lumière, qui peut arriver à travers les téguments jusqu'au ganglion 
optique, permet d'émettre celte hypothèse. 



Bulletin bibliographique 

Brèthes (J.) : Los Euménidos de las Repi'iblicas del Plata; [An. Mus. 

nac. B.-Aijres), 1903, 90 p.* 
Id. : Un nuevo Anthidium de Patagonia; [loc. cit.), 1903, 8 p., fig.* 
Id. : Un nuevo Meteorus argentino (Hymenoptera, Braconidae) ; [lac. 

cit.), 1903, 3 p., fig.* 
Id. : Trimeria Buyssoni, un nuevo Masûrido argentino; [loc. cit.), 1903, 

4 p., fig.* 

Davenport (C.-B.) : The Collembola of cold Spring Beach, with spé- 
cial Référence to the Movements of the Poduridae; {Brooklyn Inst. 
.Arts. Se), 1903, 32 p., 1 pi.* 

Ihering (H. v.) : Biologie der Stachellosen Honigblenen Brasilicns; 
[Zool. Jahrb.), 1903, 109 p., 13 pi., fig.* 

Janson (O.-E.) : On the Genus Theodosia and other Eastern Goliathides, 
with Descriptions of some new Species; (Trans. Eut. Soc. Lond.), 
1903, 8 p.* 

OsTEx Sacken (C.-R.) : Record of my Life Work in Entomology; Cam- 
bridge, 1903, 204 p.* 

Packard (A.-S.) : Color-prefereuce in Insects; [Journ. .Y.-V. Ent. Soc), 
1903, 7 p., fig.* 



Séance du 9 dércmbrc 1903. .3:27 

Rivera (M.-J.) : Nuevus observaciones accrca de la Biolujia ciel La- 

irodectus foimidiibilis; SaDliago, 1903, 22p.'' 
Id. : Apuntes acerca de la Biolojia do algunos Coleopieros cuvas larvas 

atacan al ïrigo ; Santiago, 1903, G6 p.* 
Smallwood (M.-E.) : The Beach Flea : Talorchcstia Icmgicornh; [Brno- 

Idjjn Inst. Arts. Se), 1903, 27 p., 3 pL, fig.* 
Waterhouse (G.-A.) : A Catalogue of the Rhopalocera of Australia: 

{Mem. N. S. W. Natur. Club), 1903, 51 p.* 



Académie des Sciences de Ci'acovie {Bulletin international), juillet 1903. 

— S. Maziarski : Sur les rapports des muscles et de la cuticule 
chez les Crustacés, (1 pi.). 

Afjricult. Gaz. of N. S. ]\ale.s, XIV, 9-10, 1903. — W. Froggatt : 
Report of the Eiitomologist. — Insectarium Notes, and Insects 
found aijoul the Hawkesbury Agricultural Collège, (tig. et pL). 

Annals and Magazine of Natural Histonj, sér. YII, 12, 71-72, 1903. 

— W.-L. Distant : Rhyuchotal Notes ; XIX. — F. Pickard-Cam- 
BRiDGE : A Revision of the Gênera of the Araneae or Spiders, with 
Référence to their Type Species. — R.-J. Pocock : Remarks upon 
the Morphology and Systematics of certain Chilognathous Diplo- 
pods, (fig.). — L.-A. BoRRADAiLE : On the Classification of the Tlia- 
lassinidea. — C.-O. Waterhouse : Description of a new Genus 
of Heteroraerous Coleoptera. — P. Cameron : On some new Gê- 
nera and Species of Parasitic Hymenoptera from Khasia Hills, Assam. 

— F.-D. Morice : New Hymenoptera Aculeata taken by the Swe- 
dish Zoological Expédition to Egypt and the White Nile in tlie 
Spring of 1901. — R. Gurney : Notes on Scapholeberis aurita 
(S. Fischer), a Cladoc(-ran new to Britain (fig.). 

Board of Agricult., V, 1, 1898. — Anonyme : Four Allies of the ^Yin- 
ter Moth, (fig.). — Injurious Insects and the Fruit Crop of 1898. 

Broteria, II, 3-4, 1903. — L. Navas : Neurôpteros prosostomios de 
la Peninsula ibérica, (pL). — N. Martixs : Revista de Coleoptero- 
logia. — J.-S. T avares : Zoocecidias de Portugal e da Madeira. 

Buffalo Society of Natural Sciences {Bulletin), V, 1-3, 1903. — O 

Canadian Entoniologist {The), novembre 1903. — E.-M. Walker : Tho 
Genus Podisma in Eastern Norlh America, (pi.). — A.-N. Caudell : 
On the systematic Position of the Orthopterous Genus Aulocara 
Scud. — W.-H. Ashmead : Classification of the Fossorial, Preda- 



3:^8 Bulletin de la Société entoinologique de France. 

ceous and Parasitic Wasps, or the Suporfamily Vespoidea. — 
D.-W. CoQuiLLEïï : A new Anophèles with unspotted wings. — 
F.-N. Theobald : Notes on Culicidae and their Larvae from Pecos, 
N. Mexico, and Description of a new Grabhamia, (fig.). — F.-L. 
Wasiiburn : HessianFly reared in the Laboratory. — J.-D. Evans : 
List oî Canadian Coleoptera. — Gasù'ophilus epilepsalis, French. 

Échange [V), XIX, W^' 217-224, (mq. 225), 226, 1903. — M. Pic : Noies 
entomologiques diverses et descriptions, (2art.). — J. Sainte-Claire 
Deville : Sur les nouveaux Bembidiuni détachés du tibiale. — Vi- 
TURAT : Catalogue des Coléoptères de Saône-et-Loire, (7 art.). — 
L.-C. Dauphin : Réponse à M. J. Clermont. — G. V. de Lapouge : 
Tableaux de détermination des formes du Genre Carabus, (6 art.). 

— M. Pic : Les types dTchueumoniens de ma collection, (o art.). 

— Descriptions et notes complémentaires sur divers Coléoptères 
paléarctiques. — Coléoptères exotiques nouveaux, (2 art.). — 
J. Sainte-Claire Deville : Remarques sur les Hydrophilidae de la 
faune française. Supplément au genre Bydraena Kl., (2 art.). — 
M. Pic : Diagnoses préhminaires de Longicornes provenant de 
Chine. — Pierre : Sur l'évolution de Lixus iridis 01. et de Chal- 
cidides parasites de l'œuf, de la larve et de l'imago, (4 art.). — 
M. Pic : Descriptions et habitats de divers Coléoptères du Nord de 
l'Afrique. — Nouveaux Coléoptères d'Europe. — Coléoptères nou- 
veaux d'Asie et d'Afrique. — Diagnoses préliminaires de Coléo- 
ptères du Yun-Nam. — D'' Normand : Description d'une nouvelle 
espèce française à'En.plectus. — M. Pic : Sur les Dasytes du sous- 
genre Metadasytes. — Captures, Notes diverses et diagnoses. — 
Carret : Notes relatives à l'étude de quelques Pogonides, création 
d'un sous-genre, description d'espèces et de variétés nouvelles, (3 
art.). — M. Pic : Coléoptères européens et Clytus syriens nouveaux. 

— Coléoptères français nouveaux ou nouveaux pour la France. — 
Contribution à l'étude du genre Salpingus Gyll. — Malachides de l'A- 
frique australe, (3 art.). — Deux captures intéressantes. Diagnoses 
de divers Coléoptères. — V. Berthoumieu : Supplément aux Ich- 
neumoniens d'Europe. — Xambeu : Faune entomologique des Py- 
rénées-Orientales, (2 art.). —M. Pic : Espèces et variétés nouvelles 
de Coléoptères. — J. Quittard : Contribution à la faune des Coléo- 
ptères du département du Puy-de-Dôme, principalement des environs 
de Riom. — Supplément. — M. Pic : Sur quelques Mégalopides 
asiatiques. — G. Le Comte : Renseignements sur la chasse aux 
Insectes et leur rangement. 



Séance du 9 (1,'cembre 1003. 329 

New Zrnland Instilute {Trans. and Proc), XXXV, 190:5. — E. Robkiî- 
TON : xMîikiria andMosquilos.— G.-V. Hudsox : On soiiic new Spccics 
of Mucro-lepidoptora (|)1.). — A. Quail :0n Charagia viresceiia Dbld. 
(pi.). — A Fly and a Spidcr (Ponipiliilae, Salins monachm Sm., and 
Porrhotele antipodiaiui, (1 pi.). — F.-W. Hilgendouf : Sliort xNn- 
tes on someinsocts. — J.-H. Lewis : On a new Species o£ Odontria, 
(1 pi. n.). — P. Camerox : A List of the Hymenoptora of N. Zoa- 
land. — G.-R. Marriner : On a new Species of Psjjllidae, (2 pi.). 

yetv York State Muséum, Bulletin 6S, 1903. — E.-P. Feldt : Aqualic 
Insects in New York State, o2 pi., fig. — J.-(ï. Needham : Stalion 
Workof the Summer of 1901. — Food of Brook Trout inBone Pond. 

— Life Historiés of Odonala, suborder Zygoptera. — Some New 
Life Historiés of Diptera. — A.-D. Mac Gillivray : Aquatic Chru- 
somelidae and a Table of the Familles of Cdleopterous Larvae. — 
O.-A. Joanxsen : Aquatic Nematocerous Diptera. — K.-C Davis : 
Sialididae of North and South America. 

yoibv. Archives du Mus. d'IIist. Natur., sér.lV, t. V,fasc. 1, 1903 — O 

?iova Scotian Institute of Se. {Proc. and Trans.), X, 3 et 4, 1902-3. 

Novitates Zoologicae, X, 2, 1903. — D"" K. -Jordan : African Ceramhijci- 
dae. — Some ncAV Cerambijcidae coUected by A. Mocquerys on the 
Island of SanThomé, Gulf of Guinea, W. Africa. — W. Warren : 
New Drepanulidae, Thyrididae, Uraniidae and Geometridae from 
ihe Oriental Région. — New African Thyrididae and Geometridae 
in the Tring Museiun. — W.-F. Purcell : On the Scorpions, So- 
lifugae, and a Trapdoor Spider, collccted by Rev. H. A. Junod at 
Shilouvane in the Trans vaal. — W. Rothschild : Some new Cossi- 
dae from Queensland, bred by Mr. F. Dodd. — Some new Bulter- 
flies and Moths. — N.-C. Rothschh.d : A Collection of Fleas recei- 
Tod from Baron G. von Erlanger and Mr. Oscar Neumann, (1 pi. n.). 

— K. Jordan : Some new Species of Moths. 

/{. Stazione di Entnmologia agraria di Firenze [Nuove Relazioni in- 
torno ai Lavori délia), sér. I, 3, 1903. — G. del Guercio : Notizie 
e suggerimenti pratici per conoscere e combattere gli animali no- 
civi aile plante coltivate ed ai loro frutti nel campo e nei locali per 
la conservazione, (pi. et fig.). 

Piecista agronomica, I, 7-10, 1903. — J. Yerissimo de Almeida : Notas 
entomologicas. 

Rev. Chilena de Historia naturul, VU, 2, 1903. — A. Berlese et G. Leo- 
NARDi : Descripcion de nuevos Acâridos descubiertos en Chile por 



330 Bulletin de la Société entomologique de France. 

el D'' F. Silvestri. — J.-J. Kieffer : Observation sur une galle faus- 
sement attribuée à un Pteromaline. — M.-J. Rivera : Nuevas obser- 
vaciones acerca de la Biologia del Latrodectus formidabilis, (flg.). 

Revista de Medicina tropical, IV, 6-9, 1903. — J.-R. Taylor : Obser- 
vaciones sobre los Mosquitos de la Habana, Cuba, (3 art.), texte es- 
pagnol et anglais. 

Revista do Museu Paulista, ï, II, IV, V, 1893, 1897, 1900, 1902. — 
D'' H. V. Ihering : Os Crustaceos Phyllopodes do Brazil, (flg.). — 
T.-D.-A. CocKERELL : Notes on the Coccidae, a faniily of Homoptera, 
with a table of Ihe Species hitherto observed in Brazil (flg.)- — 
A.-E. Ortmann : Os Camarôes da agua doce da America do Sul, 
(1 pi. n.). — T.-D.-A. CùCKERELL : Further Notes onCoccidae from 
Brazil. — H. v. Ihering : Os piolhos vegetaes (Phytophthires) do 
Brazil (fig.). — Os Camarôes daagua doce do Brazil.^ T.-D.-A. Coc- 
KERELL : Notas sobre Coccidas. — A.Hempel : As Goccidas brazilei- 
ras, (8pl.n.). — H.-W.Brôlemann: Myriapodes du Musée de S.Paulo, 
(10 pi.). — C. SciiROTTKY : Ensaio sobre as Abelhas solitarias do 
Brazil, (3 pi. col.). — T.-D.-A. Cogkerell : Nota sobre un Dactylo- 
pins achado em Fuchsia no Brazil. — G.-B. King : Descripçâo de 
Bactijlopius magnolicida von Ihering. — J.-G. Foetterle : Descrip- 
çâo de Lepidopteros no vos do Brazil, (4 pi. col.). 

Revue éclectique d' Aincultiire , 1903, 7-10. 

Revue scientifique du Bourbonnais et du Centre de la France, XVI, 
187-89, 1903. — De Rocquigny-Adanson : Observations sur les Né- 
vroptères. — Meunier : Les Pipunculidae de l'ambre, (flg.). 

Rochester Academy of Science {Proceedings), IV, pp. 63-136, 1903. — G 

RovartaniLapok, 1903, 3-7. — Travaux en langue hongroise. 

Royal Society of London. — 1° Philosophical Transactions, V, 196, 
pp. 99-173, 1903. — O — 2« Proceedings, LXXII, 477-482, 1903. 
— O — 3'^ Reports to ttie Malaria Committee, VIII, 1903. — Ste- 
PHENS et Christophers : The occurence of Blackwater Fever in In- 
dia. — Malaria in an Indian Cantonment : an Expérimental Appli- 
cation of Antiinalarian Measures. — Brief Summary of Conclusions 
arrived at in the Previous Papers. — Capt. James : A Report of the 
Anti-Malarial Opérations at Mian-Mir (1901-2). — 4° Reports of the 
Sleeping Sickness Commission, 1, 1903. — A. Castellani : Présence 
of Trypanosoma in Sleeping Sickness. — D. Bruce and D. Nabarro : 
Progress Report on Sleeping Sickness in Uganda, (pi.). 



Séance du 9 (hkembre 1903. 331 

Royal Society of South Australin [Traiwictions], XXVII, 1, 1903. — 
A.-J. Tlîrxer : New Aastraliaii Lepidoptcra, with Synonymie and 
otlier Notes. — O.-B. Lower : Descriptions of New Australian Noc- 
tuina, etc. — T. Blackburx : Further Notes on Australian Coleo- 
ptera, with Descriptions of New Gênera and Species. 

Sociedad espanola de Historia natural. — 1'^ lioleiin, 1903, G-7. — J. Bo- 
livar : Naevas especies de Eumastacinos. — 2" Memorias, I, 1-4, 
1903; II, 1-2, 1903. — E. Simon : Arachnides de la Guinée espagnole. 

— H. d'Orbigny : Onthophagus du Cap San-Juan. 

Societas entomologica, XVIII, 8-14, 1903. — H. Fruhstorfer : Eine 
neue Ornithopteraform aus Sumatra. — G. Breddin : Ueber einige 
Tetyriden. — W. Neuburger : Chrysophanus ochimus H. S. var. 
hyrcana c5 Neub. — Woher stammt die Benennung Papilio pa- 
phioides fur Argynnis laodice? — B. Slevogt : Kurze Mitteilungen. 

— H. Fruhstorfer : Zwei neue NymphaUden aus Neu-Guinea. — 
G. Breddin : Einige neue Sûdamerikanische Ectrichodiinen. — 
.1. JuLLiEN : Description de nouveaux appareils pour l'élevage des 
Chenilles, (fig.). — H. Fruhstorfer : Neue Bhopaloceren des Ma- 
layischen Archipels. — F. Fuchs : Zwei neue Schmetterlingsformen 
der palaearktischen Fauna. — M. Gillmer : Das Ei von Erebia gla- 
cialis, Esper. — G. Breddin : Zwei neue Chrysocoris-Formen. — 
G. Breddin : Eine termitophile Lygâide. — Neue Baubwanzen. — 
Ueber die « Hopîenwanze » und andere Hopfenschadlinge aus der 
Ordnung der Wanzen. — Eine neue Tetroxia aus Afrika. — 
A. Fuchs : Cucullia linosyridis n. sp. aus der Loreley-Gegend. — 
S. TscHETWERiKOFF : DendroUmus laricis Tschtw. nov. sp. Ein neuer 
und Schàdlicher Spinner der palàarktischen Begion. — G. Breddin : 
Catadipson n. g. Acanthosominorum (Hemiptera-Heteroptera). — 
Eine neue Homopteren. — Fr. Wagner : Pheraphis evonymaria 
Schiff. nov. ab. — E. Frey-Gessner : Andrena nanula Nylander. — 
G. Breddin : Einige neue Homopteren. — Eine neue Reduviene- 
nart aus Westafrika. — Daraxa carnifexn. sp. — B. Slevogt : Ein 
Pyrameis (Vanessa) cflrrfwî -Massenflug, bcobachtet in Bathen 
.luli 1903. — Die Grossschmetterlinge Kurlands mit Berucksichti- 
gung Kownos, Livlands und Estlands von Pastor B Slevogt in Ba- 
then. — G. Breddin : Einige afrikanische Heteropteren. — Sûda- 
merikanische Baubwanzen. 

Soc. d'Agricult., Sciences et Industr. de Lyon {Ann.), 1902-1903. — O 
Soc. d'Émulation de Roubaix {Mémoires),XXÏÏ,XXlU, 1902-1903.— O 
Soc. des Sciences histor. et natur. de f Yonne, LVI, 1902-1903. — O 



I>32 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Soc. des Se. nat. et d'Enseign. popul. de Tarare {Bull.), 1903, 7-8. — O 

Soc. des Se. nat. de VOuest de la France [Bulletin), 1903, I. — O 

Société des Sciences naturelles de Saône-et-Loire {Bulletin), XXIX, 6-7, 
1903. — Brébion : Résistance vitale d'un Scorpion. 

Société des Sciences naturelles du Grand-Duché de Luxembourg, V-VII, 
1864. — A. DuïRELîx : Notice sur une excursion entomologique à 
Bertrich et à Cochem en juillet 1859. — Éclosion forcés du Bombyx 
rubi. — Lépidoptères diurnes observés durant le mois de mars 1863 
à Nice, Menton et Cannes. — J.-P. Koltz : Notice sur un végétal 
parasite croissant sur la Mouche commune {Musca domestica L.). 

Société d'étude des Sciences naturelles de Béziers {Bulletin), XXIII, 
XXIV, 1900-1902. — O 

Société d'ét?j,(les scientifiques de VAude {Bulletin), XIII, 1902. — L. G.\- 
voY : Catalogue des Insectes Coléoptères trouvés jusqu'à ce jour 
dans le département de l'Aude, V. 

Soc. d'Hist. nat. des Ardennes {Bulletin), VI-VllI, 1899-1901. — Pi- 
GEOT : Le parasitisme chez les Insectes. — Benoit : Sur la pollinisa- 
tion des fleurs par les Insectes. — P. Pigeoï : Première, deuxième 
et troisième Note sur les Tcnthredinidae, (flg.). — Description d'une 
nouvelle espèce àWndricus (Hym. Cynipides). — A. Benoit : No.- 
tice sur un parasite Coléoptère do l'Orme, le Galeruca calmariensis L. 

Société d'Histoire naturelle et des Sciences biologiques et énergétiques 
de Toulouse, 1903, 5-7. — J. Chalande : Myriopodes. — Cas d'her- 
maphrodisme chez un Myriopode, (fig.). 

Société Impériale des Naturalistes de Moscou {Bulletin), 1902,3; 1903, 1. 

Société Linnéenne de Lyon {Annales), XLIX, 1902. — Cap. Xambeu : 
Mœurs et métamorphoses des Insectes (2 parties). 

Société Linnéenne du ISord de la France {Bulletin), XV, 339-44, 1901. 

— XVI, 347, 1902. - O 

South African Muséum {Annals), II, Titre, Index. — III, 2-3, 1903. — 

W.-L. Distant : Rhyncholal Miscellanea. 
Species des Hyménoptères d'Europe et d'Algérie. — Fasc. 83 et 84, 1903. 

— VH bis. — André : Cynipides, II, pp. 273-432. pi. 10-14. 
Staranger Muséum {Aarshefte), 1902-3. — O 

Union apicole (L'), 1903, '^-10. — Entomologie agricole, (4 art.). 

A. L. 



Le Secrétaire-gérant : P. Chauanaud. 



BULLKTIN 



SOCIETE ENTO]>d:OLOG-IQU£; DE EFtANCE 



iSéancc «lu ^S décembre 1903. 

Présidence de M. F. HENNEGUY. 

MM. François Moutier, récemment admis, Albert Dubois (de 
Versailles) et Gh. Le Hardelay (de Rocquencourt) assistent à la 
séance. 

Distinctions honorifiques. — M. le Président fait connaître que 
l'Institut vient de décerner le Prix Guvier à M. E. Simon et le 
Prix Gegner à M. J.-H. Fabre, tous deux membres honoraires de 
notre Société. 

M. P. Lesne a reçu la médaille d'or de la Société nationale d'Agri- 
culture. 

L'annonce de ces récompenses est accueillie par de chaleureux ap- 
plaudissements. 

Correspondance. — M. H. du Buysson, de passage à Paris, se 
rappelle au bon souvenir de ses collègues et exprime ses regrets de ne 
pouvoir assister à la séance. 

— M. Lucien le h es remercie la Société de son admission. 

Changements d'adresse. — M. Eugène Autran, oficina de Zoo- 
logia, casilla 57, Buenos-Ayres (République-Argentine). 

— M. H. Coutière, professeur à l'École supérieure de Pharmacie, 
12, rue Notre-Dame-des-Champs, Paris 6^ 

— M. Paul Dognin, 11, villa Molitor, Paris 16^ 

Bull. Soc. ent. Fr., 1903. N» 20. 



334 Bulletin de la Société entomologique de France. 

— M. A. Lavallée, 49, rue de Naples, Paris S". 

— M. Edwards Stanley, 15, St-German's place, Blackheath S.-E., 
N.-London (Angleterre). 

Admissions. — M. D.-N. Voinov, professeur à l'Université, 27, 
strada Iconei, Bucarest (Roumanie). Entomologie générale, embryogénie 
des Insectes. 

— M. Gaston Rey, membre de l'Association des Naturalistes 
de Levallois-Perret, 38, rue Lannois, Levallois-Perret (Seine). Ortho- 
ptères. 

— M. Lucien Chopard, 98, boulevard Saint-Germain, Paris 5^ 
Entomologie générale, jjrincipalement Lépidoptères. 

Collections. — M. Charles Fagniez envoie pour les collections 
de la Société un exemplaire de Trechus{Aphaenops) Tiresias Pioch., 
capturé par lui dans la grotte de Liqué (Ariège). 

Congrès de Grenoble. — Dans sa séance du 22 décembre le Conseil 
d'administration de l'Association française pour l'Avancement des 
Sciences a désigné M. J. Kunckel d'Herculais pour présider la 
sous-section d'Entomologie au Congrès de Grenoble. Les entomolo- 
gistes qui désireraient prendre part aux travaux de la sous-section, 
ou aux excursions qui seront organisées dans le Dauphiné pendant 
la première quinzaine du mois d'août, pourront demander à notre 
collègue tous les renseignements dont ils auraient besoin. 



Communications. 

Description de deux espèces de Coléoptères d'Algérie 

par E. Abeille de Perrin. 

Agrilus cygneus, n. sp. — Long. : 5 mill. — Voisin de crocei- 
vestis. D'un cuivreux sombre et peu brillant. Front plan, à sillon lon- 
gitudinal à peine indiqué, à points médiocres, à duvet blanc argen- 
té; antennes sombres. Corselet à côtés à peine sinufe, à sillon médian 
longitudinal profond, une impression transversale géminée avant 
le sommet, une autre courbe avant le milieu, toutes deux profondes; 
carinules fortes, très arquées, presque complètes; rides ondulées 



Séance du 23 décembre 1903. 335 

et longitudinales sur tout le disque; pubescence blanche accumulée 
sur tous les points creux. Écusson large, à carène transverse. Elylres 
massifs, apointis et denticulés à l'apex; à ccaillettes formant des 
rides transversos médiocres, ponctués finement et densément dans 
le sillon juxtasutural, qui est bien marqué; à petits poils espacés, 
fins, irisés, sur toute la surface, plus condensés dans le sillon sutu- 
rai. Dessous du corps en entier ouaté de duvet farineux d'un blanc 
brillant et dense, plus épais vers la base des segments, sur le méta- 
sternum et tout le long des bords des élytres, au-dessous d'eux. Anus 
entier. 

Algérie : Mézouna (Vauloger de Beaupré). 

Remarquable par son duvet lacté qui lui donne un aspect spé- 
cial; diffère, en outre, du ci'oceivestis et espèces voisines par son front 
plan, ses carinules thoraciques fortes et éloignées du bord, son corse- 
let très inégal, sa sculpture assez forte, sa petite taille et sa teinte 
sombre. 

Colotes uncifer, n. sp. — Long. : 2 mill. — Identique au vul- 
gaire maculatus, sauf les points suivants : la tache apicale des étuis 
fait complètement défaut; la suturale est extrêmement restreinte, 
au point de disparaître même parfois; ordinairement elle est linéaire, 
très mince, très allongée. Le corselet est sensiblement moins trans- 
versal; chez les 6 sujets que je possède, il est rouge avec une tache 
noire assez petite et confuse au milieu. Le mâle a son l^"' article anten- 
naire moins allongé, plus gonflé et formant en dedans, avant son som- 
met,, un fort et épais crochet retourné en arrière, de façon à ce que 
les deux crochets soient tournés l'un vers l'autre lorsque les antennes 
sont dirigées en avant. 

Pour tout le reste, taille, forme, couleur générale, sculpture, palpes, 
absolument conforme au maculatus. 

Tunisie : Fernana (D'" Normand). Algérie : Médjez-Amar! Saint- 
Charles ! Philippeville ! Bone ! ' 



336 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Un mot de réponse à M. Maurice Pic 

par J. Bourgeois. 

^ A l'occasion de ma note sur les variétés de Cantharis décrites par 
Rey dans VÉchange (Cf. supra, p. 249), M. Pic m'oppose (p. 304) le 
texte d'un article des « Règles de la nomenclature des êtres organisés » 
qui est absolument étranger à la question. En effet, ce ne sont pas les 
noms imposés par Rey à ses variétés que j'ai cru devoir contester dans 
ma note, mais la validité de ces variétés elles-mêmes, ce qui est bien 
différent. Le droit qu'a tout auteur — sous sa propre responsabilité, 
bien entendu — d'admettre ou de rejeter telle espèce ou telle variété 
n'a rien à voir avec les lois de la nomenclature; il est entier et n'a 
jamais fait, que je sache, l'objet de la moindre discussion. 



Description d'une nouvelle espèce européenne 
du genre Malthodes [Col.] 

par J. Bourgeois. 

Malthodes (Malthodellus) decorus, n. sp. — Elongatus, 
rufo-testaceus, antennis {articuUs duobus basalibus exceptis), capite 
postice a medio frontis profunde sulcati inde prothoracisque vitta lata 
mecUana nigris; elytris griseis, basi posticeque infuscatis, apice sulphu- 
reis; prothorace subquadrato, undique marginato, angulis anticis 
truncatis. — (5. Abdominis segmento dorsali ante-penultimo utrinque in 
laciniam rectam, linearem, apice nec dilatatam née curvutam longe pro- 
ducto; ventralibus penultimo profunde einarginato ; ultimo stylum in 
medio fortiter curvatum, apice triangulariter excisum praebente. — 
Long. : 4 1/2-5 mill. 

Tête aplanie en dessus, finement pointillée, luisante, marquée dans 
sa partie médiane d'un sillon longitudinal profond, noire avec la 
moitié antérieure du front et l'épistoine d'un jaune roussâtre; yeux 
assez gros et saillants chez le c3", sensiblement moins chez la 9 ; man- 
dibules et palpes d'un jaune roux, ceux-ci avec les deux derniers 
articles noirs; antennes atteignant presque l'extrémité du corps (cJ), 
un peu moins longues (ç), grêles et à articles allongés, finement pu- 
bescentes, d'un brun noirâtre, avec le premier article en dessus et les 




Séance du 23 dêrniihrc 1903. 337 

trois quarts basilaires du deuxième d'un jaune vif, troisirmc article 
d'un tiers plus long que le deuxième; prothorax subcarré, un peu 
transverse, à peine élargi d'arrière en avant, à côtés presque droits, 
nettement rebordé sur tout son pourtour, arqué à son bord posté- 
rieur, coupé droit en devant, d'un jaune roussàtre 
assez brillant, orné dans sa partie médiane d'une large 
bande longitudinale noire qui ne recouvre ni le bord 
antérieur, ni la base, angles antérieurs assez large- 
ment tronqués ; élytres assez courts, à peine trois fois 
aussi longs que le prothorax, un peu luisants, pu- 
bescents, ruguleux, d'un gris jaunâtre assez clair dans leur partie 
médiane, largement rembrunis à la base et avant l'extrémité, celle-ci 
d'un jaune soufré ; dessous du corps et pattes jaune roussàtre, cuisses 
et extrémité des tibias des deux paires postérieures parfois plus ou 
moins rembrunies, milieu de la poitrine noir. — cJ. Antépénultième 
segment dorsal de l'abdomen prolongé de chaque côté en une longue 
lanière linéaire, un peu courbée vers le haut à la base, puis dirigée 
en ligne droite jusqu'au bout, où elle n'est ni dilatée, ni recourbée, 
mais simplement arrondie ; avant-dernier arceau ventral très profon- 
dément échancré dans son milieu, avec les lobes latéraux en triangle 
à sommet arrondi, le dernier affectant la forme d'un long style brus- 
quement coudé vers le haut dans son milieu, un peu élargi dans sa 
seconde moitié et triangulairement incisé à l'extrémité. 

Ligurie occidentale : Albenga, en battant les Saules en fleurs qui 
croissent abondamment dans le lit du Ceuta (A. Dodero, 22 mai 1903, 
2 (5, 1 9). Aussi un exemplaire c5 dans les Abruzzes. 

Cette jolie espèce, dont M. A. Dodero a bien voulu m'offrir un 
exemplaire cJ, est voisine des M. spectobilis et Raymondi Kiesw. ; 
elle s'en distingue facilement, ainsi que de tous les Malthodellus à 
conformation abdominale analogue, par les appendices postérieurs de 
l'antépénultième arceau dorsil longs, grêles, rectilignes, nullement 
dilatés, ni recourbés à l'extrémité. Elle est aussi reconnaissable à la 
coloration d'un jaune roussàtre vif des deux articles basilaires des 
antennes et de la majeure partie des pattes, ainsi qu'à son sillon 
frontal bien marqué. 



338 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Description d'une Cicindèle nouvelle [Col] 

par L. PÉRINGUEY. 

Megacephala sebakuana, n. sp. — Obscure viridi-aenea, 
supra modice nitida, ehjtrorum dorso obscuriori, aiitennis luteo- 
rufescentibus , articulis 1-4 primis apice nigro-fuscis, paljns, mandi- 
bularum basi, tibiis tarsisque riifo-flavescentibus ; capite levi, fronte 
utrinque impressa, prope oculos leviter impressa; prothorace levi, 
latitudine haud longiori, antice postice nonnikil latiori, angulis 
posticis haud perspicuis, margine lateraU cijanea, nitida; ehjtris 
elongatis, pone basin vix ampUatis, deinde fere redis (c?) vel leviter 
ampliatis (Ç) supra modice convexis, postice haud declivis, obscure 
aeneis lateribus nitidioribus , margine laterali antice laete viridi vel 
cyanea, undique titberculatis , tuberculis acutis , setigeris, modice 
confertis ad suturam haud elongatis, sutura anguste levîgata, haud 
depressa; subtus ut in specicbm ejusdem generis. — Long. : 30- 
3omill.;lat. 9-11 mill. 

Cette espèce difïère beaucoup de M. regalis Bohem. : elle est plus 
allongée, les élytres sont plus parallèles dans les deux sexes, beaucoup 
moins convexes à la partie postérieure où ils s'arrondissent en 
pente douce au lieu d'y être brusquement déclives, les tubercules des 
élytres sont bien moins serrés et ne s'allongent nullement dans la 
partie du dos qui avoisine la suture ; la suture n'est pas enfoncée comme 
chez M. regalis; les intervalles entre les tubercules sont aussi beau- 
coup plus distincts, et l'angle postérieur du prothorax est à peine 
prononcé; il est vrai que cet angle est quelquefois bien effacé dans 
certains exemplaires de regalis. 

Le D"" W. Horn (de Berlin), à qui j'avais communiqué cette espèce 
nouvelle, m'écrit que « la sculpture des élytres est à peu près égale- 
ment serrée chez Megacephala Peringueyi Horn, qui diffère de 
M. sebàkuana par sa tête beaucoup plus grosse, son corselet plus 
large, plus en carré, ses angles postérieurs très saillants avec le bord 
aigu du prothorax prolongé jusqu'au sulcus basai, les élytres beau- 
coup plus aplaties vers l'apex, moins allongées, moins pourvues de 
poils, et dont les tubercules sont plus allongés, spécialement dans la 
partie antérieure. 

» La femelle de Megacephala Baxteri Bsit. est beaucoup plus grande 
que M. sebàkuana du même sexe, plus allongée et plus parallèle ; elle 
a des points enfoncés sur la partie postérieure des épipleures du pro- 



Séance du 23 décembre 1003. 339 

thorax ot des poils sur leur partie marginale; la tète et le corselet 
sont plus gros. 

» La sculpture des élylres est à peu près également serrée chez 
M. Peringueiji, Baxteri et sebakmnia ». 

Habitat : la Rhodésia méridionale (Sebakwe). 

M. regalis se rencontre aussi dans la môme localité. Toutes les deux 
sont des Insectes nocturnes. 



Renseignements sur quelques Coléoptères de Californie 

par Maurice Pic. 

L'entrée en relations récente avec M. H.-C. Fall m'a valu le don 
d'un très intéressant mémoire de cet auteur sur les Coléoptères de 
Californie, dans lequel sont décrites plusieurs nouveautés comprises 
dans diverses familles de cet ordre. Cet important mémoire, ayant 

pour titre « List of tlie Coleoptera of Southern California (') », est 

extrait de California Academy of Sciences, VIII [Occasional Papers); 
il est daté de novembre 1901, mais a paru, je crois, en 1902. Cette 
publication américaine étant peu connue en France, je la signale à 
Tattention de nos collègues qui s'occupent de l'étude des Coléoptères 
exotiques. 

Pour mon usage personnel la consultation tardive du Catalogue 
raisonné de M. Fall m'a permis de constater que trois espèces de 
Hylophilus décrites par ce savant américain devaient être ajoutées au 
Gênera de Wytsman, Hijlophilidae, partie traitée par moi, ce sont : 
brunnescem (p. 2o8), nucleus et constrictus (p. 2o9). 

Puisque je parle ici des Coléoptères de Californie, je rappellerai que 
j'ai décrit {L'Échange [1900], n° 192, p. 39) Ptinus [Gynopterus) cali- 
fornicus (espèce omise dans la liste de M. H.-C. Fall), voisin de notre 
européen 4-signatus M en. et pouvant s'en distinguer à l'aide du sj'- 
nopsis suivant, propre au sex^e 9 : 

Prothorax relativement allongé ou plus étroit, modé- 
rément étranglé près de la base; antennes assez 
grêles ; élytres à macule pubescente antérieure n'é- 
mettant pas une branche étroite interne remontant 

(1) Je ne donne pas le litre complet, à cause de sa longueur. 



340 Bulletin de la Société entonio logique de France. 

sur le calus humerai et ordinairement, sur chaque 
élytrc, deux macules blanchâtres, en dessous du 

milieu quadrisignatus Mén. 

Prothorax large ou plus court, fortement étranglé près 
de la base; antennes robustes; élytres à macule 
pubescënte antérieure émettant une branche 
étroite interne remontant sur le calus humerai et, 
sur chacun de ces organes, une courte fascie com- 
plète, d'un gris jaunâtre, en dessous du miUeu. californiens Pic. 



Contribution à la faune du bassin de la Seine [Col.] 

par Aug. MÉQUiGNON. 

De nouvelles chasses, faites en juillet 1903 dans le département de 
la Nièvre, me permettent d'ajouter quelques renseignements à ceux 
que j'ai donnés l'an dernier (^) sur divers Coléoptères du Morvan. Cette 
région, montagneuse, par sa situation à l'extrémité SE de la vallée 
de la Seine, par son sol granitique, par ses ruisseaux torrentueux et 
ses forêts froides, contraste sensiblement avec les parties plus basses 
et calcaires qui constituent la plus grande part du bassin séquanien; sa 
faune est naturellement assez différente et se rapproche déjà de celle 
du Plateau central. 

Je mentionnerai tout d'abord quelques captures particuhèrement in- 
téressantes (2) : 

Euplectus nitidus Fairm. — Brassy, dans le terreau de Chênes. 
Se trouve généralement dans les châtaigneraies. 

Helmis {Lareijnia) obscura Mûll. — Brassy, graviers des ruisseaux, 
1 exemplaire. M. Bedel en avait déjà trouvé un individu isolé, près 
d'Orsay (Seine-et-Oise), dans le ruisseau de Bures. 

Agrilus sinuatus Oliv. — Brassy, cinq individus, tous d'une colora- 
tion particulière, variant du pourpre foncé au noir légèrement violacé 
ou bleuté. 

(1) B^lll. Soc. enl. Fr. [1902], p. 238. 

(2) Je dois la déterminai ion de tous les Insectes cités à l'obligeance de 
MM. Bedel et J. Sainte-Claire De ville à qui j'adresse ici tous mes re- 
merciemeats. 



Séance du S3 décembre 1903. 34i 

Dircaea rufipcs G y 11. — Dun-les-Placcs, dans un fagot. Cette espèce 
se retrouve en Saône-et-Loire. 

Phytodecta tibialis Suffr. — Brassy, un exemplaire sur des Sables 
{S(dix caprea). Récemment signalé de la Haute-Marne par notre collè- 
gue, J. Sainte-Claire Deville ('). 

Mniophila musconim var. Wroblewsldi Wankow. — Dun-les- 
Places; deux individus, avec le type de l'espèce, dans les bois qui 
bordent la Cure. 

J'ai déjà signalé l'existence du Gnoriinus variabilis L. à Brassy (-). 
J'ai pu, cette année, observer une nombreuse colonie de cette espèce 
qui, à défaut de Châtaigniers dans le pays, s'est établie dans de vieux 
Chênes et j'ai assisté, le 20 juillet, à la première sortie des Gnorimm 
qui, jusqu'à cette date, ne se trouvaient que profondément enfoncés dans 
le terreau. Ce jour-là, entre onze heures et midi, j'en ai pris deux en 
plein soleil sur l'écorce d'un Chêne et un autre volant autour d'un de 
ces mêmes arbres. 

A Brassy le terreau de^ces vieux Chênes m'a donné, en outre, r//yo- 
bates nigricollis Payk., VEurijusa laticoUis Heer, VEuryponis picipes 
Payk., VEryx ater F.; j'ai pris, parmi les mousses, le Cephen- 
nium thoracicum Miill., Gangib. [punctipenne Fauv.) ; au bord des 
eaux, en fauchant, Hydrocyphon deflexicoUis Mû IL, Cantharis thora- 
cica Oliv., Dorytomus salicinus GyU.^ Nanophyes brevis Bohem. et, 
sur un pied rabougri d'Alnus glitUnosa, de nombreux Rhynchaenus scii- 
tellaris F. Je puis encore mentionner Throscus carinifrons Bonv., 
Phloeocharis subtilissima Mannh.,de Brassy, et deux Tropideres undu- 
latus Panz., trouvés dans un fagot à Dun-les-Places. Dans toute cette 
région, le Dupojjhilus brevis Muls. abonde dans les graviers des 
ruisseaux. 

(1) Bull. Soc. eut. Fr. [1902], p. 240. 

(2) Loc. cit., p. 239. 



342 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Notes et observations sur Dolîchopoda palpata Sulz. 
et sur !a présence certaine en France de cet Orthoptère cavernicole 

par Ch. Fagniez. 

C'est vers la fin août de cette année et au cours d'une visite à la 
grotte du Tai (Drôme), où je venais prendre VAnophthalmus delphi- 
nensis Ab., que j'ai eu le plaisir de rencontrer ce curieux Ortho- 
ptère. La présence en France du Dulichopoda palpata Sulz. a été déjà 
signalée plusieurs fois, mais toujours à tort, et cela par suite d''Qne con- 
fusion d'espèces. D'ailleurs M. Finot (Orthopt. de Fr., p. 226) dit qu'à 
sa connaissance elle n'y a jamais été observée cVune manière certaine. 
Il cite cependant : cavernes d'Espezel et de Belvis (Aude), mais les 
Orthoptères capturés dans ces grottes par M. E. Simon, se rapportent 
indubitablement au Dolichopoda Linderi Duf. Mes exemplaires de la 
grotte du Tai, soumis du reste à l'autorité compétente de M. H. du 
Buysson, à l'obligeance duquel je dois aussi d'avoir été documenté, 
sont bien des Dolichopoda palpata Sulz. et cette espèce, connue seu- 
lement jusqu'à présent des grottes de la Dalmatie, vient donc enri- 
chir d'une façon certaine la faune de France. 

Le genre Dolichopoda (Bolivar : Ann. Soc. eut. Fr. [1880], p. 72) 
est caractérisé par les organes du vol nuls, les tarses comprimés, les 
tibias postérieurs garnis sur leurs deux bords postérieurs d'une dou- 
ble rangée d'épines peu serrées; le type en est la Locusta palpata 
Sulz. que Bolivar identifie à Phakmgojms Linderi Duf. Mais 
M. Finot (Insectes Orthoptères, p. 226, 1890) maintient ces deux 
espèces séparées, se basant sur les segments du thorax et de l'abdomen 
unitolores chez D. palpata, bordés de brun postérieurement chez 
Linderi Duf., et les distingue surtout par la plaque suranale du c?, 
armée de deux cornes chez le c5 de D. palpata, tandis qu'elle en est 
privée chez le (3 du D. Linderi. 

M. J. Azani [Miscell. ent. [1901], IX, p. 105), qui a étudié plus à 
fond ce groupe, donne dans son Catalogue synonymique et systéma- 
tique des Orthoptères de France le tableau suivant : 

A. Fémurs épineux en dessous D. Bormansi Brunn. 

Corse : grotte de Sisco près Bastia (Brunner, 
Abeille,- de Saulcy). 

A^ Fémurs mutiques. 

a. Genoux armés de deux petites épines. 



Séance du 23 dêceiiibir 1903. 343 

b. Segment anal du o^ bicorne D. palpata Sulz. 

Grottes de Dalinalie, non signalé de France, con- 
fondu avec D. Linderi. 
b'. Segment anal du c5 Inerme. 

c. Segments abdominaux bordés de brun. D. geniculaia Costa 

Grottes de l'Italie centrale et méridionale. 
<;'. Segments abdominaux non bordés de brun. D. Azcmù Saulcy 

Grottes de la Provence. Adulte en novembre. 
Chateaudouble, grotte des Chauves-Souris (Ca- 
val); Cbabrières près Digne, dans les cre- 
vasses des rochers de la Clue de Chabrières 
(Azaui). Font de Saou (Argod). 
u'. Genoux mutiques, sans aucune épine I). Linderi Dut. 

Grottes des environs de Prades et de Limoux 
(Dufour, Marquet, Bonnet); grottes de 
Belvis et d'Espezel (Aude) (E. Simon). 

On voit par ce tableau que le caractère qui différencie les espèces 
Linderi et palpata est bien net. 

La grotte du Tai, située au beau milieu du village de Saint-Nazaire- 
en-Royans, est très fréquentée ; son accès est d'ailleurs facile et beau- 
coup d'entomologistes l'ont explorée. Comment se fait-il qu'aucun 
d'eux n'y ait jamais trouvé cet intéressant Orthoplère? Cela s'explique 
par la raison que l'Insecte est très localisé, il n'habite pas toute la 
grotte, mais seulement une partie, et moi-même je ne l'ai pris qu'à ma 
seconde visite. Après avoir suivi le guide qui a'ous mène au lac, il faut 
revenir vers la sortie et, à huit mètres environ de celle-ci, prendre, à 
gauche, une galerie où les visiteurs ne vont jamais; cette galerie con- 
duit, en effet, au bout de vingt mètres, à une entrée abandonnée et 
c'est là que, dans une demi-obscurité, j'ai surpris le Dolichopoda pal- 
pata en nombre et à l'état d'adultes et de nymphes. Ils se tenaient im- 
mobiles sur les parois et surtout au plafond de la grotte, leurs longues 
antennes en avant, mais, dès que j'approchais trop près ma lanterne, 
ils disparaissaient d'un bond et se cachaient dans les fissures. Il faut 
absolument un filet pour avoir raison de leur agilité surprenante. 
Quelles sont leurs mœurs et de quoi vivent-ils? Ce sont là questions à 
résoudre, mais dont la solution, je crois, ne serait pas impossible à 
trouver de^ns la grotte du Tai, et je termine en souhaitant qu'un de nos 
collègues se laisse tenter. 



344 Bulletin de la Société entomologique de France. 

NOMINATIONS ANNUELLES 

La Société entomologique de France, aux termes de ses statuts et 
de son règlement . et pour la soixante-douzième fois depuis sa fonda- 
tion, procède au renouvellement annuel de son Bureau, de son -Con- 
seil et de ses Commissions spéciales. 

Sont élus pour 1904 : 

MEMBRES DU BUREAU 

Président: MM. P. Mabille . 

Vice-Président A. Lé veillé. 

Secrétaire P. Chabanaud. 

■P'^ Secrétaire adjoint Pn. Gjrouvelle. 

â® Secrétaire adjoint M. Royer. 

Trésorier Ch. Lahaussois. 

Archiviste-Bibliotliécaire M. Maixdron. 

Archiviste-Bibliothécaire adjoint. J. Magnin. 

CONSEIL 

MM. H. Desbordes, — C. Dumonï, — J. Magnin {Membres res- 
tants); — E.-L. Bouvier, — E. Dongé, — F. Henneguy {Membres nou- 
veaux), — et les Membres titulaires du Bureau. 

COMMISSION DE PUBLICATION 

MM. L. Bedel, — R. duBuyssox, — J. de Joânxis, — P. Lesxe, — 
H. d'Orbigxy, — et les Membres titulaires du Bureau. 

COMMISSION DE LA BIBLIOTHÈQUE 

MM. L. Bedel, — J. de Joannis, — G. -A. Poujade, — et les 
Membres titulaires du Bureau. 

COMMISSION DES COLLECTIONS {') 

MM. L. Bedel, — E. Dongé, — J. de Gaulle, — Ph. Grouvelle, 
— J. de Joannis, — J. Magnin, — G. -A. Poujade. 

COMMISSION DU PRIX DOLLFUS 

MM. A. Bourgoin, — A. Champenois, — C. Dumonï, — J. de 
Gaulle, — A. Giard, — A. Léveillé, — P. Marchal, ~ G. -A Por- 
.TADE, — E. Simon. 

(1) Commission élue pour trois ans (Akt. 32 du Règlement). 



Séance du 23 déccmhre 1903. 345 



La Société nomme par acclamalions MM. E. Dosck cl Pu. Ghou- 
VELLE organisateurs du Banquet de l'année 1904. 



Bulletin bibliographique. 

Ëntomological Societjj of Washington [Proceedings) , V, 4, 1903. — 
N. Banks : Neuropteroid Insects from Arizona, (pi.). — D.-W. Co- 
QuiLLETT : The Gênera of the Dipterous Family Empididue, with 
notes and new Species. — R.-P. Currie : Mijrmeleonidae from 
Arizona. — H. -G. Dyar : Notes on Crambus offectalis Hulst, and allied 
Forms. — Schwarz : A Letter from Cuba. — H. -G. Dyar : New 
Nortli American Lepidoptera with Notes on Larvae. — R.-P. Cur- 
rie : The Odonata coUected by M. M. Schwarz and Barber in Ari- 
zona and New Mexico, (flg.). — H. -G. Dyar : A Note on Pyrausta 
ochosalis Fitch. — Note on a wrongly idenlified Species of Tortrici- 
dae {Phthinolophus indentanus u. G. and Sp.). — W.-H. Ashmead : 
Myrmecosalms, a new Genus in Ihe Ceropalidar. — N. Banks : Note on 
Ceria Willistonii Kahl. — J.-B. Smith : A Revision of the Boreal-Ame- 
rican Species of Nonagria Ochs., (pi.). — H. -G. Dyar : A Review 
of the North American Species of the Lcpidopterous Family Anthro- 
cerldae. — A.-N. Caudell : Notes on the Orthoptera of Bermuda, 
with the Description of a new Species. — D'' W. Horn : On the Cicin- 
delidae of Southern Venezuela coUected by E.-A. Klages, 1898-1900. 

Entomologische Berichten, 7-12, 1902-3. — D. Ter Haar : Sphinx li- 
gmtri kan somtijds geluid voorthrengen. — A.-C. Oudemans : Aca- 
rologische Aanteekeningen, (3 art.). — M.C. Piepers : Bupala Pi- 
niaria L. — Ed. Everts : Coleoptera bij Winterswijk gevangen. — 
J.-Th. Oudemaxs : Over de houding van Sphinx ligustri L. — 
Over eene aangestoken rups van Stilpnotia [Leucoma] salicis L. — 
Ontdekking van de seksueele generatic bij Cynips Kolkiri Htg. — 
Naamlijst van Nederlandsche Macrolepidoptera. — D. Van derHoop : 
Velleius dilatatus F. — H.-W. Van der Weele : Nieuwe vindplaat- 
sen van inlandsche Odonaten. — A. -.T. Van Rossum : Attacus Cyn- 
thia F. — D'' F. Klug's gesammelte Aufsâtze iiber Blattwespen. — 
J.-Th. Oudemans : Waterbewohende Hymenoptera. — De Catalogus 
Hymenopterorum van Dalla Torre. — Een nieuw werk over Hyme- 
noptera. — Eene merkwaardige copulatie. — H.-J. Veth : Zeldzaam 



346 Bulletin de la Société entomologique de France. 

aanbod. — J.-Th. Oudemans : Chalcididen in een Megachile-Ne&t. 

— Opmerkingen betreffende de Nederlandsche Insecten. — A.-J. 
Van Rossum : Het voedsel van Lycaena alcon F. — A. Van Pelt 
Lechner: Over de oorzaakvan het sexueel verschil bij de Honigbij. 

— D.-L. Uyttenboogaart : Het Sclirijverke. — A.-C. Oudemans : 
Atypus piceus Slz. — H.-W. Van der Weele : Boreiis hyemalis L. 
Brephos parthenias L. in Holland. — J.-Th. Oudemans : Over het 
kweeken uit het ei van Dendrolimus {Bombyx) pini L. — Paring 
vantwee vlindersoorten. — A.-J. Van Rossum : Over Nematiden. 

— A. -F. Leesberg : Boekaankondiging. — J.-Th. Oudemans : Eene 
bij met pooten in pkiats van Sprietenop den kop. — P.-C.-T. Snel- 
LEN : Zuid-Africaansche Insecten. — A.-C. Oudemans : Lepisma 
saccharina lichtgevend. 

Entomologische Litteraturhlàtter , 1903, 11-12. 

Entomologist (T/ie), Nov. et Dec. 1903. — E.-A. Heath : Description 
of a new Longicorn Beetle from British East Africa,(lig.). — R. Ad- 
KiN : Pyrameis canliii, Phisia gamma, and Nemeophila noctuella. 

— W. Daws : Plusiani at Penzance. — P. Cameron : Descriptions 
ol four new Species of Vespa from Japan. — F.-V. Theobald : Two 
new Jamaican CuUcidae. — C.-S. Browne : A List of the Lepido- 
ptcra of the Island of Capri; with a few Notes, (2 art.). — G.-W. Kir- 
KALDY : Current Notes, n° 2, (2 art.). — N.-C. Rothschild : A new 
British Flea, CemtophyUus Dalei, sp. n., (pi.). — H. -G. Knaggs : 
Probable origin of cornish Plusiani. — A.-E. Wileman : On a new 
Variety of Papilio Mikado, (fig.). — F.-W. Frohawk : Life-History 
of Argynnis Lathonia. — F. -A. Oldaker : Lepidoptera rearedfrom 
ova or larvae during the past Season. — E.-M. Sharpe : Description 
of a new Species of the Family Lemoniidae. — Notes diverses. 

EntomologisV s Becord and Journal of Variation {The), novembre 1903. 

— H. Rowland-Brown : A Trip to Corsica and the Alpes-Maritimes, 
(pi.). — L.-B. Prout : Notes on the Lepidoptera of Brendon. — 
J.-G. DoLLMAN : Notes on the eggs, larva, cocoon and female of 
Orgya splendida. — Notes diverses. 

Feuille des Jeunes Naturalistes {La), XXXIV, 397-398, 1903. — 
A. Giard : Une Altise nuisible aux semis de Betteraves {Chaeto- 
cnema tihialis 111.). — F. Picard : Mœurs de VAmmophila Tydei 
Guill. — Note sur l'instinct de Philanthe apivore. —P. dePeyerim- 
HOFF : La larve des Insectes Metabola et les idées de Fr. Brauer. — 
Notes spéciales et locales. 



Séance du âS dècembyc 1003. 347 

Instmctor (E/), septembre et octobre 1903. - O 
Instituto fisico-geogralko de Cofsla-Rica [Bolrtin), 23-26, 1903. - © 
Katalog Literatiinj naukoioej Polslù'j, IIl, 1, 1903. 
Linnenn SocieUi ofN. S. Wales [Proceedings], 1903, I. - F -^y. Goding : 
A Monograph of the Aiistralian Membmcidae, (pi.). — A.-J. Iur^er . 
Revision of Australian Lepidoptera. - G.-A. Waïeriiouse : Notes 
on Australian Rhopalocera, Lycaenidae, III. - Revisional,(2 pi.). 
Marcellia, II, 5, 1903, (2 excmpl.). - H. Schouteden : Note complé- 
mentaire sur les Aphidocécidies paléarctiquos. - T. de ^tefani 
Ferez : Note cecidologiche. - A. Gorti : Nuove species di Enolidi. 
Muapo nacional de Montevideo [Anales], II, 1, 1903. — 
Naturaliste [Le], 400-2, 1903. - H. Coupin : Chronique et nouYclles 
(3 art ) — Note sur un élevage de Phyllies [Phyllium Scythe) tait 
à Lausanne — M Pic : Description de Coléoptères nouveaux : 
Malacodermes de l'Amérique méridionale. - E. Fleutiaux : Des- 
cription de Coléoptères nouveaux (Elatérides de Madagascar). - 
C. HouLBERT : Gênera analytique illustré des Coléoptères de France, 
(2 art.). 
N. YorkAcademg of Sciences [Anmls), XV, 1, 1902. — O 
N York Entomological Society [Journal), XI, 3, 1903. - J.-G Need- 
HAM et M. Anthony : The Skewness of the Thorax m the Odo- 
^g^ta (pi ) — B Letcher : Phnjganidia californica Pack. — J.-R. 
DE LA Torre Bueno : A Preliminary List o£ the Pentatomidae wi- 
thin fifty miles of N. York - M.-H. Swenk : A Synopsis of the 
North American Species of Japix. - A.-S. Packard : Color Préfé- 
rence of Insects. - C.-S. Ludlow : Some Philippine Mosquitoes. 
— \V -H. Ashmead : Two new Hymenopterous Parasites. — W.-D. 
Kearfott : Descriptions of new Tineoidea. — J. de la Torre 
Bueno : Brief Notes towards the Life-History of Pelocom femorata. 
R. Accademia dei Lincei Atti, 1903, II, 1-10. — O 
Revista agronomica, I, 11, 1903. — O 
Revue d'Entomologie, XX, 1901; XXI, 1902. 
Revue éclectique d'Apiculture, 1903, 11-12. 

Rivista coleotterologica Italiam, I, 6, 1903. - A. Fiori :CaccoMas 
Schreberi L. e sue varietà. -V. Francesco : Gli Enrrhnimi Sici- 
liani. — M. Gortani : Sopra ÏOtiorrhynchus caudatus Rossi. — 
M. Pic : Note entomologiche. 



348 Bulletin de la Société entomologique de France. 

Rovartani Lapok, X, 8-9, 1903. — Travaux on langue hongroise. 

Royal Society of London. — 1° Philosophical Transactions, v. 196, n"' 
217-222. 1903. — © — 2« Proceedings, LXII, 483-4,1903. — ©. — 
3° Reports of the Sleeping Sickness Commission, II-IV, 1903 : 
C. Christy : The Distribution of Sleeping Sickness, Filaria per- 
stans, etc., in East Equatorial Africa. — A. Castellani : Adult 
Forms and Developmental Forms ol the Trypanosome found in 
Sleeping Sickness. — Reports on Sleeping Sickness from its clini- 
cal Aspects. — Appendix. — G.-C. Low : Filaria perstans and its 
Relationship to Sleeping Sickness. — C. Christy : The Epidemio- 
logy and Etiology of Sleeping Sickness in Equatorial East Africa, 
Avith clinical Observations. — F.-V. Theobald : Report on a Col- 
lection of Mosquitoes and other Flies from Equatorial East Africa 
and the Nile Provinces of Uganda. — D. Bruce, D. Nabarro and 
E.-D.-W. Greig : Furthcr Notes on Sleeping Sickness in Uganda, 
(pi. et cartes). 

Royal Society of N. S. Wales [Journal and Proceedings), XXVI, 
1902-3. — O 

Schweizerischen Entomologischen Gesellschaft [Mitteilungen), XI, I, 
1903. — F. Ris : Trichopteren des Kantons Tessin und angrenzen- 
der Gebiete. — L.-G. Courvoisier : Ueber Aberrationen der Lycae- 
niden, (pi.). — D'' v. Schultess-Schindler : Das Domleschg, einc 
xerothermische Lokalitât. — E. Frey-Gessner : Die Mànnchen der 
Anthrena aeneiventris Mor., incisa Evers., parviceps Krichb. und 
Rogenheferi Mor. — Einige Notizen ûber Cynipiden und Chalci- 
dier aus der Umgegend von Laufenburg. — C. Bloesch : Verzei- 
chniss einiger, in hiesiger Gegend vorkommenden Cynipiden und 
ihrer Parasiten. — Une observation biologique. — D'" Stierlin : 
Beschreibung einiger europâischen Riisselkâfer. — F. Frey- 
Gessner : Hymenoptera Helvetiae, pp. 181-212. — E. Favre : 
Supplément à la faune des Macrolépidoptères du Valais. 

Smithsonian Insfitution {Annual Report), 1900-1901. — Q 

Sociedad cientifica « Antonio Alzate » [Menwrias y Revista), XVIII, 3-5: 
XIX, 2-4, 1902. — T.-D.-A. Cockerell : Tables for the Détermina- 
tion of Mexican Coccidae. — A Synopsis of the Aleyrodidae of 
Mexico. —A. Dugès : Trichodectes geomydis Osb. var. expansus, A. 
Dug. — Les Tiques du Mexique. 

Sociedad espanola de Historia natural (Memorias), II, 3, 1903. ^ J.-M. 
Dusmet y Alonso : Vespidos, Eumenidos y Masaridos de Espana. 



Séance du 23 décembre 1903. 349 

Societas Entomologica, XVIII, 15-17, 1903. — II. Fruhstorfrr : Par- 
nassius iniperator angustus n. subsp. — VV. Neuburger : Xylimi 
ornithopus Rott. io Japan. — G. Breddin : Siidamcrikanische Raub- 
waiizen. — Einige afrikanisclie Rhynchoten. — C. Schirmer : Ibnlia 
cultellator Ltr. und Ibalia Schirmeri Kiï., Scbmarotzer boi Sirex 
juvencus L. — G. Breddin : Neue Rhyncholen aus den Anden. — 
D'' C. VON Lutzen : Hadena adusta var. Bathensls m. — G. Breddin : 
Neue Arten der Gattung Colobasiastes Bredd. — Neue Arten der 
Gatliing Edessa Faij. 

Société des Naturalistes de IWin [Bulletin], lo novembre 1903. — O 
Société des Sciences naturelles du Nord de la France {Bulletin), 1903, 
II. -O 

Société des Sciences naturelles de Saône-et-Loire [Bulletin), IX, 8-10, 
1903. — P. de Peyerimhoef : Notes sur la laune entomologique. 

Société d'étude des Sciences naturelles de Reims {Bulletin), XII, 1, 
1903. — O 

Société des Sciences naturelles et d'Enseignement populaire de Tarare 
{Bulletin), 1903, n° 9. — © 

Société Linnéenne du Nord de la France {Bulletin), XVI, 348-49, 1902. 
L. Carpentier : Contributions à la Faune locale. 

Tijdschrift voor- Entomologie, 1902, I et III-IV, (mq. II). — A.-C. Oude- 
MANS : Notes on Acari, XVI, (3 pi.). — P. -G. -T. Snellen : Beschrij- 
vingen van nieuwe exotische Tortricinen, Tineinen en Pterophori- 
nen benevens aantekeningen over reeds bekend gemaakte soorten, 
II, (2 pi.). — K. BiscHOFF VAN TuiNEN : De Zaagwerktuigen der 
Cimbicini. — M. Galand : Eenige-mededeelingen betreffende 
Bombyx popuU P. — Piepers et Snellen : Énumération des Lépido- 
ptères Hétérocères de Java, (3 pi.). — G. Van Roon : Sobarus 
Vethi, ein neuer Prionide aus Gentral-Afrika, (lig.). — A.-J. Van 
RossuM : Pteronus Spiraeae Zdd. eene voor de Nederlandsche Fau- 
na nieuwe bladwesp, (1 pi.). 

United States National Muséum. — 1>^ Bulletin, n°= 50-52, 1902. — H.- 
G. Dyar : A List of North American Lepidoptera and Key to the 
Literature of this Order of Insects. — 2° Proceedings, XXIIf-XXVI, 
1901-1903. — W.-H. Ashmead : Glassitîcation of the Ichneumon 
Flies, or the Superfamily Ichneumonidea. — A. Busk : New Spe- 
cies of Moths, or the Superfamily Tineina from Florida, (pi.). — 
H. -G. Dyar : Life historiés of some North American Moths. — 



350 Bulletin de la Société entomologique de France. 

J. Mac Neill : Révision of the Orthopteran Genus Trimerotropis, 
(pi.)- — J--E. Benedicï : ïhe Hermit Crabsof the Pugurus Bernkar- 
dus Type, (flg.)- — H. Richârdson : Key to the Isopods of the 
Atlantic Coast of North America with Descriptions of new and 
little known Species, (fig.). — N. Banks : Some Spiders and other 
Arachnida from Southern Arizona, (pi.). — D.-W. Coquillett : 
New Diptera in the U. S. National Muséum. — A Systematic Ar- 
rangement of the Famihes of the Diptera. — J.-E. Benedict : Four 
new Symmetrical Hermit Crabs (Pagurids) from the West India 
Région, (flg.). — R.-V. Chamberlin : List of the Myriapod Family 
Lithobiidae of Sait Lake County, Utah, with Descriptions of five 
new Species. — D.-W. Goquilleï : New Diptera from Southern 
A[rica. — N. Banks : Some Spiders and other Arachnida from 
Porto Rico, (pi.). — W. Schaus : Descriptions of New American 
Butterflies. — A. Busck : A Review of the American Molhs of the 
Genus Depressaria Haw , with Descriptions of new Species. — 
R.-V. Chamberlin : Henicops dolichopus, a new Chilopod from 
Utah. — M.-J. Ratuburn : Descriptions of newDecapod Grustaceans 
from the west-Coast of North America. — H. Ulke : A List of the 
Beetles of the District of Columbia. — D.-W. Coquillett : New 
Diptera from North America. — J.-B. Smith : Contributions toward 
a Monograph of the Lepidopterous Family Noctuidae of Boréal 
North America, (pi.). — N. Banks : A List of Spiders coUected in 
Arizona by M. M. Schwarz and Barber during the Summer of 1901, 
(flg.). — W.-P. Haï : Observations on the Crustacean Fauna of the 
Région about Mammoth cave, Kentucky. — H. -G. Dyar : Descrip- 
tions of the Larvae of some Moths from Colorado. — W.-P. Hay : 
Observations on the crustacean Fauna of Nickajack cave, Tennessee, 
and Vicinity, (fig.). — H. Richârdson : A new freshwater Isopod of 
the Genus Mancasellus from Indiana, (flg.). — A new terrestrial 
Isopod of the Genus Pseudarmadillo from Cuba, (flg.). — C.-B. 
WiLSON : North American parasitic Copepods of the Family Argu- 
lidae, with a Bibliography of the Group and a Systematic Review of 
ail known Species, (flg. et pi.). — A. Busck : A Revision of the Ame- 
rican Moths of the Family Gelechiidae , with Descriptions of new 
Species, (flg. et pi.). — M.-J. Rathburn : Japanese Stalk-eyed Crus- 
taceans, (flg.). — Descriptions of new Species of Hawaian Crabs, 
(flg.). — W.-E. HiNDS : Contribution to a Monograph of the Insects 
of the Order Thysanoptera inhabiting North America, (pi.). — J.-E. 
Benedict : Descriptions of a new Genus and forty-six new Species 
of Crustaceans of the Family Galatheidae, with a List of the known 



Séance du 23 décembre 1903. 351 

marine Spocios, (lig.). — W.-P. IIay : On a small Collection of 
Crustaceans l'rom tiie Island ot Cuba, (fig.)- — J--^- Needham : A 
généalogie Stiidy oî Dragou-Flies wing vcnation, {^\g. et pi.). — 
A.-N. Caudell : Noies on Orthoptera from Colorado, N. Mexico, 
Arizona and Texas, with Descriptions ol new Species. — A.-N. 
Caudell : The Phastwldae, or Walkingsticks, ol the United Sta4,es. 
— J.-E. Benedict : Revision of tlie Crustacea of the Geuus Lepidota, 
(fig.). — Rev. Th. Stebbing : Amphipoda from Costa Rica, (pi.). — 
R.-W. Sharpe : Report on the freshwater Ostracoda of the U. Sta- 
tes National Muséum, including a Revision of the Subfamiiies and 
Gênera of the Family Cyprididae, (pi.). 

Université de Toulouse. — 1° Annuaire 1903-4. — Q. — 2° Rapport 
annuel du Conseil de V Université. — O 

Union apicole [V), 1903, 11-12. — Deux notes d'Entomologie agri- 
cole . 

U. S. Department of Agriculture, XIV, o-9, 1903. — Experiment 
Station Record. — Notes diverses. 

Université de Rennes (Travaux scientifiques), II, 1-2, 1903. — G. de 
Lapouge : Degré d'évolution du genre Cnrabus à l'époque du pleis- 
tocène moyen. 

University of Cincinnati [Bulletins 1, o et 14), 1900-1902. — W. Os- 
BURN : Butterflies and Moths, (fig.). 

]yiener Entoniologische Zeitung, XXII, 6-9 (2 exempl.), 1903. — 
J. Mûller : Coleopterologische Notizen, (fig.). — A. Hetschko : 
Repertorium der coleopterologischen Publicationen Edm. Reitter's 
von 1893 bis 1902, (2 art.). — E. Reitter : Coleopt(>rologische No- 
tizen. — A. Schatzmayr : Coleopterologische Notizen. — E. Reitter: 
Siebzehnter Beitrag zur Coleopteren-Fauna von Europa und an- 
greuzenden L'àndern. — F. Hendel : Ueber die systematische Stel- 
luug von Tapijneza Fall. (Dipt.). — J. Roubal : Ein iuterressanter 
Fall von Symbiose einiger Arthopoden mit derMaus. — 0. Schwarz : 
Drei neue Elathous-Arten. — E. Reitter : Neue, von den Herren 
0. Leonhard und M. Hilf in der Herzegovvina entdeckte Grotten- 
kafer. — Uebersiclit der Otiorrhynchus- Arien txus der Untergattung 
Limatogaster Apf. (Col.). — Antroherpon Matulici n. sp. — 
H. Schouteden : Katanga, eine neue Ectrichodiiden-Gattung aus- 
Afrika. — E. Reitter : Neue von Herrn Hauptmann E. v. Bode- 
meyer im Jahrc 1903 in Kleinasien gesammelte Coleopteren, vorzû- 
glich Pselaphideu und Scydmaeniden. — - P. Stein : Einige Mitthei- 



3o2 Bulletin de la Société entomologîqiie de France. 

lungen l'iber Trichopez-a longicornis Mg. — E. Reitter : Uebersicht 
der tiorrhynchus- Arten ans der nâchsten verwandschaft des 
0. proximus Strl. — Uebersicht der mit Zonabris variabilis Pall. 
zunâchst verwandten Coleopteren-Arten. — Vier neue Coleopteren 
derpalaearctischen Fauna. — Uebersicht der Coleopteren-Arten aus 
der nâchsten Verwandschaft des Enicnius Mannerheimi Kol. — Zur 
Entwickelungsgeschischte des Cleonus {Plagiograplius) Saintpierrei 
Chev. (Col. Curcul.). — Uebersicht de Arien der Coleopteren gat- 
tung Evaniocera Guér. — Dorcatoma LomnicMi n. sp. — Coleop- 
terologische Notizen. 

Zoological Society of London. — 1° Proceedings, 1903, III. — J.-G. de 
Man : On Potanion {Potanionautes) latidactylurn, a new Freshwa- 
ter Crab froni Upper Guinea, (1 pi.). — R.-J. Pocock and N. Roth- 
schild : On a new « Bird's dung » Spider from Ceylon, (1 pi.). — 
H.-J. Jansen : On the Crustaceans ol the Gênera Petalidium and 
Sergestes from the « Challenger » with an Account of Luminous 
Organs in Sergestes Challengeri n. sp., (2 pi.). — P.-W. Basseït- 
Smith : On new Parasitic Copepoda from Zanzibar and Easl-Africa, 
coUected by M.-C. Crossiand, (tig.). — G. -H. Fowler : Contribu- 
tions to our Knowledge of the Plankton of the Faeroe Channel, VIII, 
(fig.). — F. Pickard-Cambridge : On sonie new Species ol Spiders 
belonging to the Familles Pisauridae and Senoculidae, with Cha- 
racters oi a new Genus, (2 pi.). — R.-J. Pocock : On the Geogra- 
phical Distribution of Spiders of the Order Mygalomorphe. — 
2'^ Transactions, XVI, 8, 1903, © ; XVII, 1-2, 1903 - G.-T. Be- 
thune-Baker : A Revision of the Amblypodia Group of Butterflies 
of the Family Lijcaenidae, (o pi. col.). — J. Malcolm Fawcett : 
Notes on the Transformations of some South-African Lepidoptera, 
(3 pi. col.). 

A. L. 



f.e Secrétaire-g('rant : P. CriAP.ANAim. 



BIENFAITEURS 

DE LA SOCIËTÉ ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 



BRISOUT DE BARNEVILLE (Charles). 
BRISOUT DE BARNEVILLE (Henri). 
CBOISSANDEAU (Joseph). 
DOLLFUS (Jean). 
LÉVEILLÉ (Albert). 
MARSEUL (S. de). 
NOUALHIER (Maurice). 
PEYERIMHOFF (H. de). 
PIERRET (Alexandre). 
PISSOT (Emile). 
SÉNAC (D^ Hippolyte). 
THIBÉSARD (Joseph). 



BulJ. Soc. eat. Fr., 1903. N» 21 



iMEMBRES DONATEURS 

DE LA SOCIÉTÉ ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 



FAUVEL (Albert), à Caen. 
GIARD (Alfred), à Paris. 
GROUVELLE (Philippe), à Paris. 



LISTE DES MEMBRES 

DE LA SOCIÉTÉ ENTOMOLOGIQUE DE FRANCE 

ANNÉE 1903. 



Président honoraire. 

1842-1882-1892. FAIRMAIRE (Léon), Q A.,anc. directeur de l'hôpital 
S*-Louis, 21, rue du Dragon, Paris, 6^. Col., Hymen, 
et Hem. 

Membres honoraires. 

1894. AVEBURY (lord) [sir John Lubbock], C. *, S*-James, 2, 
Londres S.W. (Angleterre). Ent. gén. 

1901. BRAUER (Friedrich M.), professeur de Zoologie à l'Uni- 
versité de Vienne (Autriche). Névropt., Dipt. 

1894. FABRE (J.-H.), correspondant de l'Institut, Sérignan (Vau- 
cluse). Ent. gén. 

1861-1901. MABILLE (Paul), agrégé de l'Université, 17, rue de la 
Gaité, Le Perreux (Seine). Lépidoptères, Coléoptères et 
Névroptères. 

1899. MEINERT (V.-A.-Frederik), professeur à l'Université et 
conservateur du Muséum de Copenhague, Kong Georgs 
Vei, 19 F. Entomologie générale, Myriapodes. 

1881-1900 * OSTEN-SAGKEN (baron C. von), 8, Bunsen-Strasse, Hei- 
delberg (Allemagne). Diptères. 

1894. PACKARD (A.-S.), Providence, R. I. (États-Unis d'Amé- 
rique). Ent. gén. 

Nota, — L'astérisque (*) désigne les membres libérés ou à vie. 



356 Bulletin de la Société entomologique de France. 

1862-1894. PÉREZ (J.), * , prof, à la Faculté des Sciences, 21, rue 
Saubat, Bordeaux (Gironde). Ewf. gén.;anat.; Hymen. 

1856-188S. * PUTON(D^ Auguste), p A., Remiremont (Vosges). Co/.; 
Hymen, et pr. Hémipt. de France. 

1877-1899. * ROMANOFF (Son Altesse Impériale le grand-duc Nicolas 
Michailovitgh), S*-Pétersbourg (Russie). Lép. 

1851-1894. SAUSSURE (Henri de), *, 24, Cité, Genève (Suisse). 
Ent. gén.; Orthoptères. 

1863-1899. SIMON (Eugène), €| A., 16, villa Saïd (70, rue Pergolèse), 
Paris, 16*. Arachn.; Crust. 

Membres à vie et Membres ordinaires. 

1864. * Abeille de Perrin (Elzéar), 200, boulevard Chave, Marseille 
(Bouches-du-Rhône). Ent. paléarctique générale, sauf Lép. 

1902. Agnus (Alex.-Nicolas), laboratoire de Paléontologie du Mu- 

séum d'Histoire naturelle, 3, place Valhubert, Paris, 5*. Blat- 
tidae vivants et fossiles. 

1863. Allard (Gaston), route des Ponts-de-Cé, La Maulevrie, près 
Angers (Maine-et-Loire). Col. eur. 

1885. * Alluaud (Charles), ^ I. P., 3, rue du Dragon, Paris, 6'^; l'été 
à La Celle-Dunoise (Creuse). Col. Carniv. dWfr. et de Madag. 

1857. * André (Ernest), || A., notaire honoraire, 17, rue des Pro- 
menades, Gray (ff^-Saône). Ent. gén.;Hém. et Hymen, du globe, 
pr. Mutillides et Formicides. 

1900. Anglas (Jules), 4I| A., D"" es sciences, préparateur de Zoologie à la 
Faculté des Sciences, 19, boulevard de Port-Royal, Paris, 13^ 
Entomologie générale; Hyménoptères. 

1869. Antessanty (l'abbé Gabriel d'), || A., aumônier du Lycée, Troyes 
(Aube). Col. de France. 

1880. * Argod (Albert), Crcst (Drôme). Col. de l'Ancien Monde; Lon- 
gicornes et Col. cavernicoles du globe. 

1892. AsTic (M.-E. -Auguste), notaire, Feurs (Loire). EiU.</m. 

1903. Autran (Eugène), oficina de Zoologia, casilla 57, Buenos-Ayres 

(République Argentine). Hymen.; entomologie appliquée. 



Liste des Membres. — Année 1903. 357 

1891. Az.ui (Joseph), architecte, 14, me de Trans, Draguignan (Var). 

Orihopt., Héinipt. et Dipt. 

1859. * Baer (G.-Adolphe), 8, rue des Messageries, Paris, 10«. Ins. du 
Pérou et des Iles Philippines. 

1892. Bailliot (D'' Marcel p A.), 114, boulevard Heurteloup, Tours 

(Indre-et-Loire). Col. 

1902. * Bailly (Henri-Gustave), pâtissier, 2, place Saint-Étienne, Dijon 

(Côte-d'Or). Col. et Lép. de France. 

1903. Balestre (Louis-Marcellin-Frédéric), étudiant en Droit, villa 

Nordi, Menton (Alpes-Maritimes). Lépidoptères. 

1899. * Bange (l'abbé V. de), St-David's collège, N.-W. Mold (Angle- 
terre). Coléoptères. 

1899. Barbey (Auguste), expert forestier, Moncherand-près-Orbe, can- 
ton de Vaud (Suisse). Entomologie forestière ; Coléoptères. 

1877. * Bargagli (marchese cav. Piero), piazza S'^^'^-Maria, Florence 
(Italie). Col. et Hymen. 

1902. Barre (Gaston de la), § M. A., 10, rue de Phalsbourg, Paris, 
17°. Ins. utiles et nuisibles. 

1899. Bataillon (E.), chargé de cours de Zoologie à la Faculté des 

Sciences, Dijon (Côte-d'Or). Ent. cjén.; Physiol. des Insectes. 

1888. Beauchêne (Fernand de), capitaine au 70« régiment d'infanterie 
de ligne, 25, boulevard de Laval, Vitré (Ille-et-Vilaine). Ent. 
gén.,pr. Col. gallo-rhén. 

1901. Beaumeu (Germain), L. L. B., boîte 2168, Montréal(Canada). CoL 

1888. Becker (Theodor), Stadtbaurath, Liegnitz, prov. Schlesien (Alle- 

magne). Dipt. 

1866. * Bedel (Louis), P a., iM. A., 20, rue de l'Odéon, Paris, 6^ Col. 
paléarctiques. 

1900. BÉGUIN (Louis), 21, route de Paris, Montluçon (Allier). Col. 

1899. BÉGUIN (V.), pharmacien de 1'"'= classe, 43, avenue de la Répu- 
blique, Paris, 11°. Coléoptères, pr. Vésicants. 

1889. Béguin-Billecocq (Louis), p A., >^, attache au ministère des Af- 

faires étrangères, 4, rue des Bauches, Paris, 16°. Ent. gén., 
pr. Col. eur.; Apionides du globe. 



358 Bulletin de la Société entomologique de France. 

1857. Bellevoye (Ad.), graveur, 27, rue de Talleyrand, Reims (Marne), 
Col. d'Europe et d'Algérie. 

1873. * Belon (Rév. P. Marie- Joseph) , professeur de Théologie, 
Rijckholt, par Gronsveld, Limbourg (Hollande). Col. eur. 

1903. BÉNARD (Georges), préparateur-adjoint au Muséum, 67, rue Vic- 
tor-Hugo, Levallois-Perret (Seine). Lép. et Col. 

1897. Benoit (Charles), 12, rue Princesse, Paris, 6". Coléoptères, 

1901. Bensch (Emile), administrateur des Colonies, 3, square du Croi- 

sic, Paris, 15^. Coléopt. de Madagascar. 

1885. Bergroth (D'E.), Tammerfors (Finlande). Ent. gén., pr. Hém. 

1893. * Berthoumieu (l'abbé G.-V.), 5, rue Bertin, Moulins (Allier). 

Ichneumonides d'Europie. 

1899. BÉzAGU (L.), 77, rue Henri IV, Bordeaux (Gironde). Entomolo- 
gie générale et appliquée; Lépidoptères. 

1890. Bibliothèque du Muséum d'Histoire naturelle de Paris (J. De- 
niker, bibUothécaire), 8, rue de Bufïon, Paris, 5^. 

1894. Bibliothèque impériale de l'Université, Strasbourg (Alsace) 

(Barach, bibliothécaire). 

1883. * BiNOT (Jean), 22, rue Cassette, Paris, 6«; l'hiver : villa Bonnet, 
route d'Antibes, Cannes (Alpes-Maritimes). Col. 

1902. Blain (Antoine), négociant en graines, S*-Rémy-de-Provence 

(Bouches-du-Rhône). Entomologie appliquée. 

1877. * Blanc (Edouard), |I A., C. ►$<, 52, rue de Varenne, Paris, 7«. 
Ent. gén., pr. Col. 

1902. Blanchard (D'' Louis), 1, place S'^-Claire, Grenoble (Isère). Pa- 

rasites des Arthropodes. 

1889. * Blanchard (D'' Raphaël), ^, prof, à la Faculté de Médecine, 
membre de l'Académie de Médecine, 226, boulevard S'-Ger- 
main, Paris, 7<=. Ent. gén. 

1896. Bleuse (Léon), 11, rue Marceau, Rennes (lUe-et- Vilaine). Col. 

1881. Blonay (Roger de), 23, rue de Larochefoucauld, Paris, 9«. Ent. 
gén., pr. Col. 

1903. Bodin (D»" Léonce), 127, rue Lafayette, Paris, 10^ Entomologie 

générale. 



Liste des Membres. — Année 1903. 339 

1902. BoHN (D^ Georges), 18, boulevard S'-Marcel, Paris 5''. Ent. yen.; 

Crustacés. 

1893. BoiLEAu (Henri), ingénieur des Arts et Manufactures, 60, rue de 

la Victoire, Paris, 9<=. Carabides et Lucanides du globe. 

1872. Bolivar (Ignacio), directeur du Muséum d'Hist. nat., 17, calleJorge 
Juan, Madrid (Espagne). Col. d'Europe et Orthopt. du globe. 

1891. * Bonaparte (prince Roland),-10, av. d'Iéna, Paris, 16«. Ent.gén. 

1903. * Bonnet (Amédée), licencié es sciences, préparateur à la Fa- 

culté des Sciences, io, place Bellecour, Lyon (Rhône). Aca- 
riens . 

1883. * BONHOURE (Alphonse), *, p A., gouverneur de la Côte fran- 
çaise des Somalis, Djibouti ; et 2, rue Chaptal, Paris, 9<^. Col. 
eur. 

1899. Bonnet-Eymard (Geffroy), 28, rue du Luxembourg, Paris, 6«. 

Entomologie générale; Coléoptères. 

1894. BoNNiER (Jules), l| I. P. , directeur adjoint de la station biologique 

de Wimereux, 17, rue de Tournon, Paris, 6^. Ent. gén.; Crust. 

18S9. * BoNvouLOiR (le comte Henry de), 6, rue Yvon-Villarceau, Pa- 
ris, 16"; et Bagnères-de-Bigorrc (Hautes-Pyrénées). Col. 

1879. BoNY (le vicomte Gaston de), 36, rue Vaneau, Paris, 7«. Cicindé- 
lides et Carabides du globe, pr. Carabus, Calosoma et Nebria. 

1898. BoRDAGE (Edmond), i|| L P., directeur du Muséum d'Histoire 
naturelle de S*-Denis, île de La Réunion. Ent. gén. 

i898. Bordas (L.), D'" es sciences, maître de conférences de Zoologie à 
la Faculté des Sciences, Rennes (Ille-et-Vilaine). Ent. gén. 

1892. BossioN (Jacques), Birtouta (département d'Alger). Col. 

1897. BosviEL (D'' Paul de), Suberbieville (Madagascar). 

1896. Bouchard (J.), 156, Grande-Rue, Poitiers (Vienne). Col. desIndes 
onentales. 

1893. * BoucoMONT (Antoine), avoué, 18, rue de Cours, Gosne (Nièvre). 

Col., Géotrupes du globe; Dipt. de France. 

1857. Boudier (Emile), P I. P., anc. pharmacien. Montmorency (Seine- 
et-Oise). Col. eur. 

1878. Boullet (Eugène), banquier, Corbie {S>omme). Lép.; Chenilles. 



360 Bulletin de la Société entomologique de France. 

1872. * Bourgeois (Jules), § A., S*''-Marie-aux-Mines (Alsace). Col. 
eur. et médit., Malacodermes exot. 

1899. BouRGOiN (Auguste), instituteur, 15, rue Guy-de-la-Brosse, Pa- 
ris, S^ Col. 

1891. BouTAN (Louis), p I. P., maître de conférences à la Faculté des 
Sciences, Paris, 5^. Ent. gén. 

1896. * BouTAREL (D'), 47,ruedesTournelles, Paris, 3«. Col.,pr. du Chili. 

1806. * Bouvier (E.-L.), i^,i4|I.P., membre de rinstitut,professeur de 
Zoologie (Animaux articulés) au Muséum d'Histoire naturelle, 
39, rue Claude-Bernard, Paris, 5*=. Ent. gén. 

1874. BoYENVAL, ^, directeur de la Manufacture nationale des Tabacs, 
1, place S*-Jean, Dijon (Côte-d'Or). Col. eur. 

1884. Brabant (Edouard), au château de Morenchies, par Cambrai 
(Nord). Lép., pr. Microlép. 

1883. Bramson (K.-L.), conseiller d'État, Elisabethgrad , gouvernement 
de Kherson (Russie méridionale). Col.,pr. Longicornes exot.; 
Lép., pr. Noctuélites exot. 

1903. Brethes (Juan), conservateur des collections entomologiques du 
Musée national, 208, calle del Perii, Buenos-Ayres (Républi- 
que Argentine). Ent. gén.,princip. Hymen, et Staphyl. 

1901. Briot (Augustin), chef de travaux pratiques à la Faculté des 

Sciences, Marseille (Bouches-du-Rhône). Ent. oppl. aux cul- 
tures coloniales. 

1894. * Brôlemann( Henry- W.), directeur de l'Agence du Comptoir d'Es- 
compte, Cannes (Alpes-Maritimes). Ent. gén.,pr. Myriapodes. 

1902. Brown (Henry), 30, rue Louis-le-Grand, Paris, 2''. Lépid. 

1887. Brown (Robert), 99, avenue de la République, Caudéran, près 
BordeSiUx{Gironàe). Lépidoptères. 

1903. Bruch (Carlos), chargé de la Section zoologique du Musée, La 

Plata (République-Argentine). Entom. gén., princ. Col. ■ 

1898. * Bruyant (D''Charles),prof. suppLàTÉcoledeMédecine, 26,rue 
Gaultier-de-Biauzat , Clerpont-Ferrand (Puy-de-D.), Géogr. ent. 

1900. BucHET (Gaston), rue de l'Écu, Bomorantin (Loir-et-Cher). En- 
tomologie générale; Arthropodes du plankton. 



Liste des Membres. — Année 1903. 361 

1888. BucKTON (G.-Bowdler), membre de la Sociélé royale de Londres, 
Weycombe, Haslemere, Surrey (Angleterre). Aphidiens etCi- 
cadides. 

1898. BuGNiON (D"" Edouard), professeur d'Anatomie et d'Embryologie 
à l'Université, Mont-Olivet, près Lausanne (Suisse). Anatomie 
et mœurs des Insectes; Coléoptères. 

1903. Buisson (Jules), naturaliste, 4, place S*-Michel, Paris 6^ Ento- 
mologie générale. 

1900. Bureau (D"" Louis), professeur à l'École de Médecine, directeur 

du Muséum d'Histoire naturelle, lo, rue Gresset, Nantes 
(Loire-Inférieure). Entomologie générale. 

1897. BusiGNY (Emile), naturaliste, 46, rue du Bac, Paris, 7«. Ent. 

1882. * BurssoN (Henri du), au chat, du Vernet, par Broût Vernet (Al- 
lier). [Gare : S*-Pourcain-s.-Sioule]. Col.,pr. Élatérides;Orth., 
Hém., Hymen, et Dipt. eur. 

1896. BuYssoN (Bobert du), 70, bouF Saint-Marcel, Paris, 5^ Hymen. 

1894. Cabrera y Diaz (Anatael), hôtel Aguëro et Continental, La La- 
guna, Ténériffe (îles Canaries). Ent. gén. ; Hymen. 

1887. Caillol (Henri), notaire, 18, rue Traverse-du Chapitre ^ Marseille 
(Bouches-du-Bhône). Col. gallo-rhén.; Mylabrides [Bruches) 
paléarctiques. 

1901. Cambournag (H.), avocat, avenue de la Gare, Narbonue (Aude). 

1898. Candèze (L.), 64, rue de l'Ouest, Liège (Belgique). Lépidoptères, 

pr. Sphingides. 

1899. Canu (Eugène), directeur de la Station aquicole de Boulogne- 

sur-Mer (Pas-de-Calais). Ent. gén.; Crustacés Copépodes. 

1901. Caragciolo (Henri), Belmont, Magdala, Trinidad (Antilles). 

1899. * Carié (Paul), Curepipe (île Maurice). Faune des îles Mascarei. 
g nés. 

1893. Carpextier (Léon), 172, rue Laurendeau, Amiens (Somme). Co/. 
et Hymen, du Nord de la France. 

1893. * CARRET(rabbéA,), aumônier aux Chartreux, Lyon (Bhône).Co/. 

1878. Carvalho Monteiro (Antonio Augusto de), 70, rua do Ale- 
crim, Lisbonne (Portugal). Ent. gén.; pr. Lépidoptères. 

21* 



362 Bulletin de la Société entomologique de France. 

1883. Casey (Thomas-L.), major, 1419, K. street N. W., Washington, 
D. C. (É.-U. d'Amérique). Col. de l'Amer, du Nord. 

1898. * Causard (Marcel), professeur au Lycée, 32, rue du Lieutenant, 

Laval (Mayenne). Entomologie générale. 

1879. * Cayol (Marins), ^, Q A., § M. A., chef de bureau au minis- 
tère de l'Agriculture, 92, rue NoUet, Paris, 17". Col. eur. 

1888. * Cepero (Adolfo-L.), membre de la Société espagnole d'Histoire 

naturelle, 20, calle Orilla-del-Rio, Chiclana, prov. de Cadiz 
(Espagne). Col. et Orth. eur. 

1899. Chabanaud (Paul), 48, rue d'Ulm, Paris, 5^ Col., princ. Staphyli- 

. nides; Névropt. 

1902. Chambry (Jacques), 131 bis, rue S'-Jacques, Paris, S''. Col. 

1892. Champenois (Amédée), conservateur des Forêts, en retraite, 

9 bis, rue Michel-Ange, Paris, 16". Col. paléarctiques. 

1903. Changeux (D'' Albert), rue de la Terrasse, Créteil (Seine). Col. 

1869. Chardon (Gabriel), commis principal des Postes et Télégraphes, 
S, impasse Nicole, Paris, 5". Col. de France. 

1896. Charpentier (Ernest), Amboise (Indre-et-Loire). Col. et Lép. 

1886. * Chatin (D"" Joannès), i^, membre de l'Institut, professeur à 
la Sorbonne , 174, boulevard S*-Germain, Paris, 6". Ent. gén. ; 
anat. des Insectes. 

1883. * Cheux (Albert), naturaliste, 47, rue Delaage, Angers (Maine-et- 
Loire). Lép. 

1893. Chevalier (Louis), 2, rue de La Baume, Paris, 8". Ent. gén. et 

appl. de France. 

1891. Chevreux (Ed.), p A., route du Cap, Bône (Algérie). Crust. 

1889. Chobaut (D"" Alfred), ||? A., 4, rue Dorée, Avignon (Vaucluse). 

Col. eur. et médit.; Hymen, de France. 

1893. Cholodkowsky (D"" Nicolas-Alexandrovitch), prof, à l'Institut fo- 
restier, Zogorodnoi Prospekt, 28, S^-Pétersbourg (Russie). 
Ent. gén.; Ins. nuis, à la sylviculture. 

1901. Chopard (Gaston), 98, boulevard S*-Germain, Paris, o". Lépid. 

d'Europe. 

1901. Chopard (Lucien), 98, boulevard S*-Germain, Paris, 5". Ent. gén.^ 
princip. Lépidoptères. 



Liste des Membres. — Année 1903. 363 

■1883. Chrétien (Pierre), 84 bis, rue des Bois-Colombes, la Garenne- 
Colombes (Seine). Lép. eur.; étude des chenilles et des œufs. 

1889. Claybrooke (Jean de), ^, l| A., ^ M. A., 5, rue de Sontay, 
Paris, 16'^. Ent. gén. 

1872. * Clément (A.-L.), || I. P., 0. § M. A., dessinateur, 34, rue 
Lacépède, Paris, 5^. Ent. gén. 

1902. Clerc (D"" Antonin), 174, boul. Malesherbes, Paris, 17^ Col. de 
France. 

1900. Clermont (Joseph), employé à l'administration des Postes, 10, rue 
des Fontaines, Paris, 3^. Coléoptères européens; Carabides, Ju- 
lodis et Mylabrides du globe. 

1892. Clouët des Pesrughes (Louis), à Lambersart, près Lille (Nord). 
Col. Coprophages du globe, pr. Aphodiides. 

•1902. Cochin (Augustin), anciea élève de l'École des Chartes, o3, rue 
de Babylone, Paris, 7«. Lépidopt. et Hymen, de France. 

1902. Cochin (Jean), enseigne de vaisseau, à bord de la canonnière 
« Zélée », div. navale de l'Océan Pacifique. Coléopt. 

1888. Comstock (John-Hensy), prof . of Entom. and gênerai Invertebrated 
in Cornell University, Ithaca, New York (É.-U. d'Amérique). 
Ent. gén., pr. Coccides. 

1894. CoNciLiuM bibliographicum, Zurieh-Oberstrasse (Suisse). Bibl.ent. 

1900. CosMOvici (Léon C), professeur de Zoologie et de Physiologie à 
l'Université, 11, strada Codrescu, Jassy (Roumanie). Entomo- 
^ logie générale; Lépidoptères. 

1881. CouLON (D--), p A., 0. >^ St-Ch., C. >^ d'Isab.-la-Cath., Monaco 
(Principauté). Lép. eur.; étude des Chenilles. 

1899. Coutagne (Georges), ingénieur des Poudres et Salpêtres, Le Def- 
fends-Rousset (Bouches du-Rhône). Ent. gén. et appl. 

1898. Coutière (D'" Henry), p A., prof, agrégé à l'École supérieure de 
Pharmacie, 12, rue N.-D.-des-Champs, Paris, 6<=. Crustacés. 

1888. Daguin (Paul), 19 , avenue d'Orléans, Paris, 14^. Ent. gén., pr. Col. 

1890. Dames (L.-Félix), libraire, 12, Landgrafen-Strasse, Berlin W, 62 

(Prusse). Bibliographie scientifique. 

1892. Daniel (D"" Karl), chimiste, 27, Schwind-Strasse, Munich (Ba- 
vière). Col. 



364 Bulletin de la Société entomologique de France. 

1898. * Darboux (Gaston), i| A., chargé de cours à la Faculté des 

Sciences, 53, boulevard Périer, Marseille (Bouches-du-Rhône). 
Ent. gén.; Ins. gallic. 

1882. * Dattin (E.), *, chef de bataillon du génie, 34, rue Béranger, 
Fontainebleau (Seine-et-Marne). Lép. eur.,princ. Microlép. 

1897. * Deckert (Henri), le Val Chézine, rue du Bocage, Nantes 

(Loire-Inf '■''). Lépidoptères du globe. 

1887. Degors (Alfred), receveur de l'Enregistrement, Pont-Audemer 

(Eure). Col. de France. 

1896. Dejean (Raymond), 14, rue de Puteaux, Paris, 17^ Col. d'Eu- 
rope. 

1901. Del Aw ARE Collège Agricultural Ex périment Station (E. Dwight 
Sanderson, Entomologist), Newark, Delaware (U.-S.-A). 

1895. Delsug (René), 47, rue Talleyrand, Reims (Marne). Ent. gén. 

1884. * DÉLUGiN (A.), anc. pharmacien de l'''' classe, l'hiver : 26, rue 
de La Boëtie, Périgueux; l'été : au château de Marouatte, par 
Montagrier (Dordogne). Col. et Lép. eur. 

1899. Delval (Charles), 3, rue Le Gofï, Paris, o«. Coléoptères. 

1889. Demaison (Charles), anc. élève de l'Éc. polytechnique, 7, rue Ro- 
gier, Reims (Marne). Ent. appliquée à l'agriculture, pr. Col. 

1874. Demaison (Louis), licencié en Droit, 21, rue Nicolas-Perseval, 
Reims (Marne). Col. et Lép. eur. 

1888. Denfer (J.), ^, ingénieur civil, prof, d'architecture à l'École 

centrale des Arts et Manufactures, ChampignoUes (Seine), Ent. 
gén., pr: Lép. eur. 

1882. * Desbordes (Henri), ^, i$ A., chef de bureau au minist. des 
Travaux publics, 93, rue du Bac, Paris, 7*. Col. de France. 

1901. Dessalle (L.-A.), 2, rue Boutarel, Paris, 4'^. Ent. gén. 

1898. Deville (Jean Sainte-Claire), capitaine d'artillerie, 31, Fau- 

bourg de La Noue, Saint-Dizier (Haute-Marne). Col. d'Europe. 

1869. DiECK (D'' G.), Zoschen, près Mersebourg (Prusse). Col. eur. 

4889. DiMMOCK (George), Ph. D., Berkshire str., Springiield, Mass. 
(É.-U. d'Amérique). Ent. gén.; anat. et physiol. 



Liste des Membres. — Année 1903. 365 

1868. * Distant (W.-L.), Steiue Hoase, Selhurst Road, South Nor- 
wood, Siirrey (Angloterro). Hé m. et Lép. 

1891 . * DoDERO ( Agostino), 9, via Torre-del-Amore, Sturla-Gênes (Italie). 

Col. de Ligurie; Psélaphides. 

'1881. * DoGNix (Paul), 11, villa Molitor, Paris, 16^ Lép. eur. 

1873. DoLLFUs (Jean), Membre à titre honorifique, fondateur du Prix 
DoUfus, 35, rue Pierre-Charron, Paris, 16^ 

1894. DoNCKiEu DE DoNGEEL (Henri), naturaliste, 40, avenue d'Orléans, 
Paris, 14"^. Ent. gén.; Col. et Lép. exotiques. 

1890. DoNGÉ (Ernest), employé de la Banque de France, 36, avenue de 
Châtillon, Paris, 14*". Col. gallo-rhén. 

1859. DoRiA (marquis Giacomo), Museo civico di Storianaturale, Gênes 

(Italie). Col. 

1889. * Driangourt (V.-Jules), distillateur, 119, rue de Paris, S*-Denis 

(Seine). Eut. gén.,pr. Col. 

1896. Dubois (Albert), 63, boulevard de la Reine, Versailles (Seine-et- 

Oise). Col. de France. 

1897. DucHAiNE (Jules), 25, ruedelaSolidarité,Vincennes (Seine). Col. 

1901. DuFAu (Léo), Grand-Maison, Trois-Rivières (Guadeloupe). Col.; 

Ins. nuisibles aux cultures. 

1892. DuMANs (Jules), ancien magistrat, 66, rue Saint-Loup, Bayeux 

(Calvados). Lép.,pr. Microlép. 

1890. DuMONT (Constantin), horloger-bijoutier, 126, boulevard S'-Ger- 

main, Paris, 6'^. Lép. eur .; préparation et étude des Chenilles. 

1902. DuMONT (Paul), 1, rue Carnot, Levallois-Perret (Seine). Hémipt. 

et Dipt. 

1893. * DupoxT (Louis), pA., prol. au Lycée, 3, rue de l'Orangerie, le 

Havre (Seine-Inférieure). Lép.; géographie entom. 

1891. DupuY (Gabriel), 55, rue Saint-Martin, Angoulème (Charente). Lé-^. 
1900. École nationale d'Agrigulture de Montpellier (Hérault). 

1894. Égole royale supérieure d'Agrigulture de Milan (ItaUe), Diri- 

zione, 47. 

1891. * Emery (Charles), professeur de Zoologie à l'Université. Bolo- 
gne (ItaUe). Anat. et biol.; Formicides du globe. 



366 Bulletin de la Société entomologique de France. 

1897, Emmerez de Charmoï (Donald d'), assistant-naturaliste au Mu- 
séum Desjardins, Port-Louis (île Maurice). Coléoptères. 

1897. EsTiOT (Paul), 17, rue d'Oncy, Vitry (Seine). Col. gallo-rhén.; 
Ins. nuisibles. 

1899. Eusebio, prof . au lycée, Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Col. 

1901. Fagniez (Charles), château de La Bonde, par La Motte d'Aiguës 
(Vaucluse). Col. de France, 

1879. Fauconnet (M. -Louis), membre du Conseil d'hygiène, rue Carion, 
Autun(Saône-et-Loire). Col. eur. 

1899. * Faure-Biguet (Paul-Vincent), C. ^, général de division, ancien 
gouverneur militaire de Paris, 169, boulevard Malesherbes. 
Paris, 17'^. Col. 

1861. * Fauvel (Albert), Q A., ►$<, avocat, 3, rue Choron, Caen (Cal- 
vados). Ent. gén. de la Basse Normandie; Col., Lép. gallo-rhén.; 
Staphylinides exotiques. 

1886. Felsche (Cari), 27, Dresdener Strasse, Leipzig (Saxe). Col.,pr. 
Pectinicornes et Lamellicornes. 

1899. Felt (Ephraim Porter), State entomologist, 132, Central avenue, 

Albany, N.-Y. (États-Unis d'Amérique). Entomologie appliquée. 
1882. * Ferdinand P^ duc de Saxe-Cobourg et Gotha (Son Altesse 
Royale), Prince régnant de Bulgarie, Sofia (Bulgarie). Lép. 
européens. 

1890. * Ferton (Charles), chef d'escadrons d'artillerie, commandant 

l'artillerie de la place de Bonifacio (Corse). Hymen. 

1876. * FiNOT (P.-A.-Prosper), *, capitaine d'état-major, en retraite, 
27, rue S'-Honoré, Fontainebleau (Seine-et-Marne). Orth. 

1882. * Fleutiaux (Edmond), p A., § M. A., 6, avenue Suzanne, 
Nogent-sur-Marne (Seine). Ins. de France et des Colonies 
franc. ; Cicindélides, Mélasides et Élatérides du globe. 

1900. FoRBEs (Stephen-A.), State Entomologist, Urbana, lUinois (États- 

Unis d'Amérique). Entomologie générale et appliquée. 

1898. Foulquier (Gédéon), )i^, 53, rue S*-Ferréol, Marseille (Bouches- 
du-Rhône). Lépidoptères. 

1891. François (Ph.), D-" es se. naturelles, chef de travaux pratiques 

à la Sorbonne, 20, rue des Fossés-Saint- Jacques, Paris, S«. 
Ent. gén.; Anat.; Coléoptères paléarctiques et mélanésiens. 



Liste (les Membres. — Année 1903. 367 

1898. * Fréminville (Paul de), 7, Champ-de-Mars, Bourg (Ain). Col. 

1888. French (G.-H.), assistant State Entom. of Illinois, S. Illinois Normal 
University, Carbondalo, Illinois (U.-S.-A.), Ent. gén.,pr. Le'p. 

1898. Froberville (Pierre de), château des Brosses, Chailles (Loir-et- 
Cher). Coléoptères. 

1900. Froggatï ( Walter-Wilson) , government Entomologist , Depart- 
ment of Agriculture, Sydney (N. S. W.). Entomologie appli- 
quée; Hémiptères. 

1867. * FuMOuzE (D'' Armand), 0. ij^, p A., Trésorier honoraire de 
la Société entomologique de France, 78, rue du Faub.-S*- 
Denis, Paris, 10'^. Ent. appl. a la Médecine et ala Pharmacie. 

1896. FuENTE (D. José-Maria de la), Pozuelo de Calatrava, provincia de 
Ciudad Real (Espagne). Coléoptères. 

1880. * Gadeau de Kerville (Henri), p I. P., 0. i M. A., 7, rue Du- 
pont, Rouen (Seine-Inf''^). Ent. de la Normandie. 

1867. * Gage (D"" Léon), |l A., 9, rue de Grenelle, Paris, 7«. Ent. ap- 

pliquée à la Médecine et à la Pharmacie. 

1870. * Gaulle (Jules de), 41, rue de Vaugirard, Paris, 6®. Hymen. 
1886. Gazagnaire (Joseph), 29, rue Félix-Faure, Cannes (Alpes-Mari- 
times). Ent.gén.; Anat.; Dipt.; Hymen. 

1896. GÉLiN (H.), conservateur du Musée d'Histoire naturelle, Niort 
(Deux-Sèvres). 

1880. Gennadius (P.), inspecteur de l'agriculture, Nicosie (Chypre). 
Ent. gén.,pr. Cochenilles. 

1902. * Gerber (D'" C), chef des travaux de Botanique agricole à la 
Faculté des Sciences, 23, boul. Gazzino, Marseille (Bouches- 
du-Rhône). Cécidies. 

1883. Gl\nelli (Giacinto), 52, via Nizza, Torino (Itahe). Lép. 

1891. * GiARD (Alfred), ^, p I. P., membre de l'Institut, professeur 
à la Sorbonne, 14, rue Stanislas, Paris, 6''. Ent. gén. 

1894. GiGLio-Tos (D'' Ermanno), assistant au Musée royal d'Anatomie 
comparée, Turin (Italie). Bipt. 

1868. GoBERT (D-- Emile), '^, p I. P., C. >^, 31, rue Victor-Hugo, Mont- 

de-Marsan (Landes). Ent. gén. 

1880. GoDMAN (D"^ F. DU Caxe), 10, Chandos street, Cavendish square, 
London W. (Angleterre). Ent. gén.,pr. Lép. amer. 



368 Bulletin de la Société entomologique de France. 

1903. * GoELDi (D"" E.-A.), directeur du Musée Goeldi, caixa do correio 
399, Para (Brésil). Faune du Brésil. 

1887. GoRHAM (Révérend H. -S.), TheChestnuts, Shirley Warren, Soutli- 
ampton (Angleterre). Eut. gén.,pr. Col. 

1879. Goss (Herbert), F. G. S., 39, the Avenue, Surbiton hill, Surrey 
(Angleterre). Ins. foss. 

1878. * GouNELLE (Emile), p A., 46, rue des Gobelins, Le Havre 
(Seine-Inférieure). Col. de V Amérique du Sud, pr. du Brésil. 

1873. Gozis (Maurice des), >^, avocat, place de l'Hôtel-de- Ville, Monllu- 
çon (Allier). Col. et Orth. de France. 

1899. Gratiolet (Ludovic), attaché au Secrétariat du Muséum d'His- 
toire naturelle, 13, rue Lacépède, Paris, 5*=. Eut. gén. 

1899. Grisol (Mayeul), naturaliste, San-Fernando de Apure (Venezue- 
la). Entomologie gén. 

1889 Grison (Victor-Ernest-Hyacinthe), conservateur des Hypothè- 
ques, Hanoi (Tonkin). Col. 

1866. Groxier (Alfred), 2, rue Gharles-Rogier, Saint-Quentin (Aisne). 
Lép. eur.; Chenilles. 

1897. Groult-Deyrolle (Paul), naturaliste, 46, rue du Bac, Paris, 7". 

Entomologie générale. 

1870. * Grouvelle (Antoine), ^, directeur de la manufacture natio- 
nale des Tabacs du Gros-Caillou, 63, quai d'Orsay, Paris, 7«. 
Col. eur.; Clavicornes exotiques. 

1869. * Grouvelle (Jules), ^, p A., ingénieur civil, prof, à l'École 
centrale des Arts et Manufactures, 18, avenue de l'Observa- 
toire, Paris, 6«. Col. eur. 

1873. Grouvelle (Philippe), 69, rue de Gergovie, Paris, 14^ Col. gallo- 
rhénans. 

1891. Grouzelle (G. -Alexandre), ingénieur des manufactures de l'État, 
28, rue Albert-Joly, Versailles (S.-et-O.). Ent. gén. 

1899. Gruardet (F.), capitaine d'artillerie, 29, rue Guérin, Fontaine- 
bleau (Seine-et-Marne). Coléoptères. 

1899. Gruvel (A.), maître de conférences à la Faculté des Sciences, 
Bordeaux (Gironde). Cirrhipèdes. 

1903. GuÉNAux (Georges), répétiteur à l'Institiit agronomique, 124, 
rue de Picpus, Paris, 12^. Entomologie générale. 



Liste des Membres. — Année 1903. 369 

1889. * GuERNE (baron Jules de), *, -^l !• P-, 6, rue de Tounion, Paris, 
6^. Eut. gén.; Crust. Copépodes. 

1894. GuERRY (Paul), Roanne (Loire). Col., pr. Céton., Bupr. et Longic. 

1898. GuiART (D'' Jules), 1,1 A., professeur agrégé à la Faculté de 

Médecine, 51, boul. S*-Michel, Paris, 5^. ^nt. gén.; Parasites. 

1886. GuiLLiou (Paul), 50, rue de Vanves, Paris, {¥. Col. eur. 

1893. GuiMOXD, Il A., pharmacien de i'^ classe, place de la Mairie, 

Parc Saint-Maur (Seine). Col. 

1891. GuYON (Henri), naturaliste, 13, rue Bertin-Poirée, Paris, 1"^''. Ent. 

1897. Hamal (Joseph), 1, rueMéan, Liège (Belgique). Cérambijrides. 

1894. Hardy (Gabriel), 156, rue de Gourcelles, Paris, 17*=. Col.de France. 

1891. Heim (Frédéric), '§ M. A., D'' es sciences, prof, agrégé à la 
Faculté de Médecine, 34, rue Hamelin, Paris, 16"=. Eut. gen. 

1891. Henxeguy (D'' Félix), '^, G. § M. A., professeur au Collège 
de France et à l'École nat. d'Horticult. de Versailles, 9, rue 
Thénard, Paris, 5^ Ànat. et embryol.; Ent. appliquée. 

1899. Henneton (D""), Mortagne-du-Nord (Nord). Coléoptères. 

1902. Hermann (Jules), libraire, 6, rue delà Sorbonne, Paris, o". Biblio- 
graphie entoniologique. 

1878. Hervé (Ernest), notaire, rampe Saint-Melaine, Morlaix (Finis- 
tère). Col. et Hém. eur. 

1888. Hess (D"" Wilhelm), professeur de Zoologie à l'Université tech- 
nique, Hanovre (Allemagne). Ent. gén,, pr. Col. 

1866. Heyden (Lucas von), ►$<, D"" en philosophie, major en retraite, 
54, Schlossstrasse , Bockenheim (Francfort-s.-le-Mein) (Alle- 
magne). Ent. gén., pr. Col. 

1885. * HoLLAND (W.-J.), LL. D., Direclor of the Carnegie Muséum, 
5'" and Bellefield avenues, Pittsburgh, Pensylvanie (Ét.-Un. 
d'Am.). Lépidoptères. 

1900. * Homberg (Rodolphe), 36, rue Blanche, Paris, 9^ Lép. d'Eur, 

1900. HouARD (C), préparateur à la Faculté des Sciences, 40, rue Bala- 
gny (Ecole), Paris, 17^. Ent. gén.., pr. Cécidies. 

1898. Houlbert (Constant), professeur au Lycée, Rennes (lUe-et- Vi- 

laine). Coléoptères. 



370 Bulletin de la Société entomologique de France: 

1901. Howard (L.-O.), directeur de la division d'Entomologie, U.-S. 
Dept. of Agriculture, Washington (U.-S.-A.). Ent. gén. 

1899. HucHERARD (Jules), 10, rue de Crussol, Paris, 11^ Lépidoptères. 

1903. IcHEs (Lucien), secrétaire de la Société centrale d'Apiculture, 34, 
rue Lacépède, Paris, 5«. Ent. gén. et appliquée. 

1894. Institut national agronomique, 16, rue Claude-Bernard, Paris, 5^. 

1900. Institut zoologique de l'Université de Naples (Italie), (prof. 

Monticelli, directeur). 

1890. * Janet (Armand), ^, ancien ingénieur des Constructions na- 

vales, 29, rue des Volontaires, Paris, 15«. Lép. 

1891. Janet (Charles), *, || A., ingénieur des Arts et Manuf., D'' es 

sciences, anc. Prés, de la Soc. Zool. de Fr., 71, rue de Paris, 
Voisinlieu, près Beauvais (Oise). Anatomie. 

1892. Janson (O.-E.), 44, Great-Russell Street, Londres, W. C. (Angle- 

terre). Col., pr. Cétonides. 

1903. Jaubert (Ange), maître répétiteur au collège Rollin, Dampierre 
(Seine-et-Oise). Métamorphoses des Insectes. 

1903. Jeannel (René), interne des hôpitaux de Paris, 44, rue Van- 
neau, Paris, 7«. Col. de France.- 

1899. Jeanson (M.-A.), 74, avenue Victor-Hugo, Rueil (Seine-et-Oise). 
ColéoiJtères de France. 

1903. Jhering (Rodolîo von), conservateur des collections entomologi- 
ques au Musée Paulista, caixa do correio SOO, Saô Paulo (Bré- 
sil). Ent. gén. 

1889. JoANiN (D'' Albert), 2, rue du Ponceau, Châtillon-sous-Bagneux 
(Seine). Ent. gén.; mœurs et anat. 

1892. JoANNis (l'abbé J. de), 7, rue Coëtlogon, Paris, 6^ Lép. 

1886. JoANNis (l'abbé Léon de), au Petit Pargo, route d'Auray, Vannes 
(Morbihan). Lép. eur., pr. Chenilles. 

1899. Jourdain (D' S.), ancien professeur de Faculté, villa Bellevue, 
Portbail (Manche). Entomologie générale; Acariens. 

1858. Jourdheuille (Camille), juge honoraire, l'hiver : 51, rue S'- 
Placide, Paris, 6^; l'été : Lusigny (Aube). Lép. eur. 

1891. Kerremans (Ch.), capitaine pensionné, 40, rue du Magistrat, 
Bruxelles (Belgique). Col, pr. Buprestides. 



Liste de.s Membres. — Année 1003. :}71 

1893. * KiErri-:n (l'abbr Jean-Jacquos), prof, au colK'ge Saint-Augustin, 

BitcliP (Lorraine). Cécidies; Cynipides, Cécldomtjides. 

1869. Kn\BY (W.-F.),Hildon, Sutton court road, Cliiswick, London W. 
(Angleterre). Lép. 

1903. KuiKALDv (G.-W.), entomologiste au Department of Agriculture 
and Forestry, Honolulu (îles Havaï). Hémiptères. 

1888. Klincksieck (Paul), libraire, membre de plusieurs Sociétés sa- 
vantes, 3, rue Corneille, Paris. U<'. Bibliographie scientifique. 

187S. KocH senior (D'' Ludwig), Auessere Cramer Klettstrasse, 3, Nu- 
remberg (Bavière). Arachn. 

1894. KôiMGL. Naturalien-Kabinet, Stuttgart, Wurtemberg (pro)'. 

D'' Vosseler, directeur). 

18oo. Kraatz (Gustave), D-'en philosophie, président de la Soc. entom. 
allemande, 28, Linkstrasse, Berlin (Prusse). Col. 

1883. Krauss (D'' Hermann), 3, Hafengasse, Tûbingen (Wurtemberg). 
Ent. gén., pr, Orth. 

1863. * KûNCKEL d'Herculais (Jules), P I. P., assistant d'Entomologie 

au Muséum, So, rue de Buffon, Paris, 5^. Ent. gén.; Anat. 

1892. LaboratoiredeLuc-sur-Mer (Prof. Jean Joyeux-Laffuie, directeur) 

Luc-sur-Mer (Calvados). 

1899. Laboratoire d'études de la soie (directeur : M. Levrat), 7, rue 

Saint-Polycarpe, Lyon (Rhône). 

1900. Laboratoire de Zoologie de la Faculté des Sciences de Rennes 

(Ille-et- Vilaine), (Professeur L. Joubin, directeur). 

18o8. Lafaury (Clément), Saugnac-et-Cambran, près Dax (Landes). 
Lép. eur. 

1887. * Laglaize (Léon), p A., voyageur-naturaliste, 52, rue de Pa- 
radis, Paris, 10^. Ent. gén. 

1893. Lahaussois (Ch.), avocat, 2, rue de La Planche, Paris, 7^ Col. 
1873. Lajoye (Abel), 13, rue Ruinart-de-Brimont, Reims (Marne). Col. 

1864. Lallemant (Charles), pharmacien. L'Arba, près Alger (Algérie). 

Col. eur. et du Nord de l'Afr. 

1898. * LaiMbertie (Maurice), 42 bis, cours du Chapeau-Rouge, Bor- 
deaux (Gironde). Hémiptères. 



372 Bulletin de la Société entomologique de France. 

1883. Lameere (Auguste), prof, à l'Univ. de Bruxelles, 10, avenue du 
Haut-Pont, Saint-Gilles-les-Bruxelleâ (Belgique). Ent. gèn. 

1876. Lamey (Adolphe), ^, 0. § M. A., conservateur des Forêts, en 
retraite, 22, cité des Fleurs, Paris, 17'=. Col. médit. 

1900. Lamoureux (Edmond), architecte, 44, villa Chaptal, Levallois- 
Perret (Seine). Lépidoptères. 

1900. Lamy (Ed.), préparateur de Zoologie à la Faculté des Sciences. 
16, avenue de Montsouris, Paris, 14^ Arachnides. 

1861. * Lansberge (J.-G. van), anc. gouverneur général des Indes néer- 
landaises, Brummen, province de Gueldre (Pays-Bas). Col. 

1874. * Laplanche (Maurice de), au château de Laplanche, par Luzy 
(Nièvre). Col. eur.; Anat. 

1899. Larminat (L. de), ^.ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, 
Hanoï (Tonkin). Coléoptères ; Insectes marins. 

1855. Larralde d'Arengette (Martin), anc. percept. des Contributions 
directes, quartier S'-Léon, Bayonne (Basses-Pyrénées). Lép. 

1899. * Laurent (J.), prof. d'Histoire naturelle à l'École de Méde- 

cine, 30, rue de Bourgogne, Beims (Marne). Ent. gén. et appl. 

1900. * La VALLÉE (Alphonse), licencié es Sciences naturelles, 49, rue 

de Naples, Paris, 8"; l'été : château de Segrez, parBoissy-sous- 
Saint-Yon (Seine-et-Oise). Entomologie générale; Lépidoptères. 

1895. Lavergne de Labarrière, villa Saint-Louis, à La Crau d'Hyères 

{Yajc).Col.;Lép. 

1899. LÉcAiLLON (A.), D'' es sciences, préparateur de la chaire d'Em- 
bryologie comparée, au Collège de France, 28, rue Berthollet, 
Paris, 5^. Embryologie des Insectes. 

1901. Le Cerf (Fernand), 8, rue Tintoret, Asnières (Seine). Lépido- 

ptères de France; Sésies paléarct. 

1903. Le Comte (Louis-Gustave), ingénieur civil, Le Vigan (Gard). 
Col., princip. paléarctiques et Calosoma du globe. 

1903. Lécuru (Fernand), dessinateur au Service central de la C'^ du 
Nord, 95, rue de Maubeuge, Paris, 10^ Coléopt. de France. 

1899. LÉGER (Louis), chargé du cours de Zoologie à la Faculté des 
Sciences, Grenoble (Isère). Ent. gén.; Sporozoaires parasites 
des Arthropodes. 



Liste des Membres. — Année 1903. .'{73 

1901. Le Hardelay (Charles), villa La Peonia, Rocquencourt, par Ver- 

sailles (S.-et-O.) et 14, rue Chaptal, Paris, 9=. Hém. et Col. 

1877. Lelong (l'abbé Arthur), ancien aumônier militaire, Rethel (Ar- 
dennes). Col. eur. 

1902. Le.mée (E.), horticulteur, o, ruelle Taillis. Alen(;on(Orne). Céci- 

dies. 

1889. Lexaix (René), La Gapelle-en-Thiérache (Aisne). Lep. et Col. eur. 

1902. Le Seigneur (Jacques), commissaire principal de la Marine, 93, 
rue Hélain, Cherbourg (Manche). Coléopt. 

1887. * Lesne (Pierre), l|I. P., assistant d'Entomologie au Muséum 
d'Hist. nat., 10, avenue Jeanne, Asnières (Seine). Ent. gén. 

1894. LÉTiENNE (D'' A.), 2, rue de Penthièvre, Paris, 8^ Ent. gén. 

1861. * LÉvEiLLÉ (Albert), p A., 19, avenue d'Orléans, Paris. 14^ 
Col. paléarctiques ; Temnochilides exot.; Hémipt. 

1901. " LoiSELLE (Alfred), 26, rue Petite-Couture, Lisieux (Calvados). 
Cécidologie; Entomol. appliquée. 

1893. * Lombard (Félicien) , rue Roquebrune, 6 sud, Marseille (Bou- 
ches-du-Rhône). Ent. gén.,pr. Col. de France. 

1901. Lucas (Daniel), ancien élève de l'École polytechnique, ancien 
officier d'artillerie, Ucencié en Droit; du l'"' janvier au 
1" avril : 27, rue Hamelin, Paris 16''; du l^' avril au l'^'^' jan- 
vier : Auzay, par Fontenay-le-Comte (Vendée). Lépidoptères. 

1898. LuMEAu (de), chef de bataillon au 78° régiment d'infanterie, Li- 

moges (Haute-Vienne). Hémiptères : Coléoptères. 

1887. Lyxch Arribalzaga (Félix), membre de l'Acadéniie nationale de 
la République Argentine, Chacabuco (prov. de Buenos-Ayres). 
Diptères. 

1899. Lysholm (D""), Trondhjem {NoTYège) . Coléoptères, pr. Stahylinides . 

1884. Macé (Emile), 31, rue d'Annonay, Saint-Étienne (Loire). Col. 
de France. 

1864. Mac Lachlax (Robert), Westview, 23, Clarendon road, Lewis- 
ham,London S. E. (Angleterre). Névr. 

1893. Magxix (Jules-A.-M.), libraire-éditeur, 7, rue Honoré-Chevalier, 

Paris, 6^ Col. 
1881. Magretti(D' Paolo), Foro Bonaparte, 76, Milan (Rahe). Hymen. 



374 Bulletin de la Société entomologique de France. 

1878. Maindron (Maurice), ^, Q A., t^, 19, quai de Bourbon, Paris, 
4«. Col. Cicindélides et Carabiques du globe. 

190J. Malaquin (A.), p I. P., maître de Conférences à la Faculté des 
Sciences, 159, rue Brûle-Maison, Lille {Nord). Ent. gén.\ Crust. 
copéjjodes. 

1902. Manon (Joseph), médecin-major de 2^ classe, chef de service au 
13^ cuirassiers, Chartres (Eure et-Loire). Ent. géii. 

1892. Marchal (D'" Paul), § M. A., professeur de Zoologie à l'Ins- 
titut agronomique, 126, rue Boucicaut, Fontenay-aux-Boses 
(Seine). Ent. gén.; BioL; Ent. appliquée; Hymen. 

1858. Marmottan (D'' Henri), ^, ancien député, maire du 16^ arrond., 
31, rue Desbordes-Valmore, Paris, 16^. Col. et Hém. paléarct. 

1899. Marquinez (Louis), Blidah (Algérie). Lépid., pr. Sériciculture. 

1861. Martin (D'" Charles Henri-), ^, 4, rue Faustin-Hélie, Paris, 
16«. Col. 

1897. Martin (Joanny), p A., préparateur adjoint au laboratoire 
d'Entomologie du Muséum d'Histoire naturelle, 6, rue de 
la Folie, Montgeron (Seine-et-Oise). Hémiptères. 

1891. Martin (Bené), 0. ^, avoué. Le Blanc (Indre). ISévr. 

1860. IVIartinez y Saez (Francisco), prof, au Mus. d'Hist. nat., 6, calle 

de San Quintin, principal izquierda, Madrid (Espagne). Col. 

1884. * Mason (Philip Brookes), membre de la Soc. linnéenne de Lon- 
dres, etc., Horninglow street, Burton-upon-Trent (Angleterre). 
Ent. gén.,pr. Col. 

1870. Masson (Edmond), percepteur en retraite, 5, rue Denis-Simon, 
Beauvais (Oise). Col. de France. 

1900. Mathieu (L.), directeur de la Station œnologique de Bourgogne, 

Bcaune (Côte-d'Or). Entomologie appliquée; Coléoptères. 

1861. * Mayet (Valéry), O A., § M. A., prof, de Zoologie àl'Éc. d'A- 

griculture, 35, rue de l'Université, Montpellier (Hérault). Ent. 

gén. ; mœurs; Col. eur. 

1881. " Mazarredo (Carlos de), ingénieur forestier, 22, calle de Clau- 
dio-Coello, Madrid (Espagne). Ent. gén., pr. Arachn. et Myr. 

1901. MÉQuiGNON (Auguste), château de la Cloutière, Perrusson (Indre- 

et-Loire). Col. 



Liste (les Membres. — Année VJ03. Ii75 

1893. Mercado Y Gonzalez (D'' Matias), Nava del Re>, Yalladolid (Es- 

pagne). Ent. (jén. 

1894. Mesmin (Louis), hôtel des Arts, 7, cité Bergère, Paris, 9^ Col. 

d'Eur. ; Carabus et Calosoma du, globe. 

1890. Meunier (Fernand), assistant au Service géologique de Belgique, 
21, rue du Moulin, Contich-les-Anvers (Belgique). Hymen. 

{Aciileata) ; Dipt. 

1882. Meyer-Darcis (Georges), AYoidou (Suisse). Col., pr. genres Cara- 

bus et Julodis. 

1888. Millettes (M^e veuve), née Bellier de la Chavignerie, Membre 
à titre honorifique, 35, rue S*-Louis, Évreux (Eure). 

1901. Millot (Adolphe), dessinateur, 49, boul. S*-Marcel, Paris, 13^ 

1883. "" Millot (Charles), p I. P., anc. officier de marine, 7, place 

S'-Jean, Nancy (Meurthe-et-Moselle). Eut. gén., pr. Col. et Lép. 

1902. "'* Mlngaud (Galien), § M. A., O I. P., conservateur du Muséum 

d'Hist. nat., 30, rue du Mûrier d'Espagne, Nfmes (Gard). En- 
tom. gén. 

1892. MiNSMER (Jean-Joseph), *, capitaine en retraite, 3, avenue Den- 

fert-Rochereau, Saint-Étienne (Loire). Col. de France. 

1873. * MiOT (Henri), |H. P., 0. § M. A., juge d'instruction, Beauue 
(Gôte-d'Or). Ent. appliquée; Ins. utiles et nuisibles du globe. 

1844, MoGQUERYS (Emile), 24, rue Chartraine, Évreux (Eure). Col. eur.; 
Hymen, de France. 

1898. MoLLANDLN DE BoissY (Robert), Le Bausset (Var). Col. paléarct. 

1893. MoNTANDON (A.-L.), Filarète, Bucarest (Roumanie). Hem., pr. 

Hétéroptères. 

1901. MoREAu-BÉRiLLON (G.), prof. spécial d'Agriculture, 15, rue du 
Tambour, Reims (Marne). Entom. appliquée. 

1900. MoREL (Camille), 1, rue Bosio, Paris, 16^ Col. d'Europe et circa. 

1888. * Morgan (Albert-Frédéric), membre des Soc. linnéenne et 
entomologique de Londres, 24, Leinster square, Bayswater. 
London W. (Angleterre). Homoptères, pr. Coccides. 

1900. -* MosER, capitaine, 60, Biilow-Str., Berlin W. (Allemagne). 
Coléoptères, pr. Cétonides. 



376 Bulletin de la Société entomologique de France. 

1900. MoTTAz (Charles), 39, Grand-Pré, près Genève (Suisse). Ento- 
mologie générale; Coléoptères. 

1899. MoucHOTTE (D^' J.), 8, rue Freycinet, Paris, 16=. Ent. gén. 

1903. MouïiER (François), interne dos hôpitaux de Paris, 19, rue 
Linné, Paris, 5«. Lép. 

1896. '■"' MuLLER (J.-W.), prof, à l'Université, 25, Fischstrasse, Greifs- 

wald (Allemagne). Eîfi. gén. 

1900. Naçonow (Nicolas-Victor), professeur et directeur du Musée de 

Zoologie à l'Université impériale de Varsovie (Russie). Ento- 
mologie générale : anatomie des Articulés. 

1891. * Nadar (Paul), *, >î<, 51, rue d'Anjou, Paris, 8^ Col. 

1886. * Neervort vajv de Poll (J.-R.-H.), Benkeinstein Muséum, Rij- 

senburg, province d'Utrecht (Hollande). Ent. gén., pr. Col. 

1871. Nevinson (George-Basil), 3, Tedworth square, Chelsea, London, 
S. W. (Angleterre). Col. 

1897. ""' NiBELLE (Maurice), 9, rue des Arsins, Rouen (Seine-Inf''^). Hé- 

mipt. ; Hymen. 

1873. NiCKERL (D'' Ottokar), 16, Wenzelsplatz, Prague (Bohême). Ent. 
gén.,pr. Col. et Lép. 

1876. Nicolas (André), ancien magistrat, 23, rue Saint-Malo, Valognes 
(Manche). Carab., Ceramb. eur.,i)r. Carabus et Dorcadion. 

1902. NiÉGO (J.), 2, rue Michel-Ange, Paris, 16". Ent. agricole. 

1881. * Nodier (Charles), i^, médecin de la marine, rue Saint-Huel Ke- 
rentrech, Lorient (Morbihan). Col. 

1889. NoNFRiED (A.-P.), membre de plusieurs Soc. entom., Rakonitz 
(Bohème). Col., jjr. Lamellicornes, Buprestides et Céramhycides . 

1895. Normand (Henry), 1.1 A., médecin-major de 2^ classe, Port- 
Vendres (Pyrénées-Orientales). Col. 

1887. * NuGUE (Fabbé A.-Augustin),Couptrain (Mayenne).Co/. de France. 

1861. " OBERTHiiR (Charles), 36, faubourg de Paris, Rennes (lUe-et-Vi- 
laine) . L ép idop ter es . 

1871. * Oberthïir (René), Rennes (Ille-et-Vilaine) et 46, rue de Gre- 
nelle, Paris, 7^ Coléoptères. 

1880. Odier (Georges), 39, rue de l'Université, Paris, 7«. Col. eur. 

1891. Odier (James), banquier, 23, rue Corraterie, Genève (Suisse). Col. 



Lisli' (Ira Mnnbres. — .\)inci' I0n:i. 377 

1873. * Olivier (Eriiost), Los Rainillons. près Moulîiis (Allier). Co/. riu\, 
Laiiipyiides diitjlobi'; lléiii. et llymén. cur. 

1903. Olsoufieff (Grégoire d'), membre de la Sociélé entomologifjuc 
de Russie, Lokasze.Volliynie (Russie). Col. paléarcliqucs. 

1873. Orbigny (Henri d'), architecte, 21, rue S*-Guillaume , Paris, 7«. 
Col. eur. et méditerr. ; Onihophagides d'Afrique. 

1871. OusTALET (Emile), *, pi. P., prof, au Muséum d'Hist. nat.,57, 
rue Cuvier, Paris, 5^. Ent. gén. 

1896. Pantel (l'abbé J.), Kasteel Gemert, par Helmond, Brabant sep- 
tentrional (Hollande). 

1902. Pazos (Lodo.-José-H.j, docteur en Médecine et Cbirurgie, 28, 

Marti, San-Antonio-de-los-Banos (Cuba). Dipt., pr. Culicides. 

1903. Pelletier (E.), 24, rue Mayet, Paris, 6''. Col. et Lép. 

1899. PÉREz (Charles), D'' es se. nat., chargé de cours à la Faculté 

des Sciences, 21, rue Saubat, Bordeaux (Gironde). Ent. gén. 

1883. * PÉRiNGUEY (Louis), p I. P., i M. A., direct, du Mus. d'Hist. 
nat., Cape-Town (Cap de Bonne-Espérance). Jïni. gén.,pr. Col. 

1875. * PERRAUDiiiRE (René de la), ^, 22, rue de Flore, Le Mans 
(Sarthe). Col. de l'Ancien Monde. 

1902. * Perret (Joseph), grelfier, 3, place S*-Maurice, Vienne (Isère). 
Col. gallo-vhén. 

1900. Peschet (Raymond), employé à la Préfecture de la Seine, 11, 

rue Delouvain, Paris, 19'=. Coléoptères. 

1896. Petit (A.), instituteur à La Ferme, par Orléansville (Algérie). 
Ent. gén. 

1893. Peyerimhoff de FoînTenelle (Paul de), garde général des Fo- 
rêts, Digne (Basses- Alpes). Col.-^ Biologie. 

1890. * Philippi (Federico), prof, à l'Université de Santiago (Chili). Col. 

1900. * Phisalix (D-- C), ^, assistant au Mus. d'Hist. nat., 26, boul^' 
S'-Germain, Paris, 5^ Ent. gén.:, Arthropodes venimeux. 

1889. * Pic (Maurice), p A., Digoin (Saône-et-Loire). Ent. gén. d'Al- 
gérie; Col. et Hymen, paléarct. ; Mélyrides, Ptinides, Anthicides, 
Pédilides, Bruchides et Nanophyes du globe. 

1899. Picard (François), élève à l'Institut agronomique, 29, faubourg 
S*-Jacques, Paris, 14^. Coléoptères; Hijménoptères. 

ùl*** 



378 Bulletin de la Société entomologique de France. 

1902. * PiCTET (Arnold), S, promenade du Pin, Genèye (Suisse). Lépid. 

1902. Pierre (l'abbé), prof, de Sciences, SI, rue de Paris, Moulins 

(Allier). Cécidologie; Biol. gén. 

1883. PiERSON (Henri), Brunoy (Seine-et-Oise). Orth. et Névr. 

1893. PiGEOï (Nicolas-P.), prof, à l'école d'Agriculture de Rethel (Ar- 

dennes). Ent. gén.,p)\ Hymen. 

1899. PiGNOL (D'- Jules), 34, rue Pigalle, Paris, 9^ Coléoptères. 
1890. Planet (Louis), p A., av. des Lilas, Croissy (Seine-et-Oise). Col. 
1892. Planet (Victor), notaire, Entre-Deux-Guiers (Isère). Col. 
1873. PoLLE DE Viermes, 57, rue S*-Jean, Pontoise (S.-et-O.). Col. eur. 

1901. Ponselle (André), 114, avenue de Wagram, Paris, 17«. Biol. 

des Col., des Formicides et de leurs parasites. 

1899. Porte (L. de la), 11, rue Casimir-Périer, Paris, 7^. Col-, Lép. 

1896. Porter (Charles. -E.), directeur du Musée d'Histoire naturelle, ca- 
sillall08, Valparaiso (Chili). Col. et Hém., pr. Pentatomides. 

1890. * Portevin (Gaston), 12, rue Dubais, Évreux (Eure). Ent. gén.; 
Col. Silphides du globe. 

1899. Portevin (Henry), 12, rue de l'Horloge, Évreux (Eure). Col., 

princ. Curculionides. 

1888. * Portier (D'' Paul), 11, rue de la Pitié, Paris, S''. Lép. eur., pr. 
Microlép. 

1903. Postelle (Edouard), directeur des Écoles communales, Crétcil 

(Seine). Col. 

1902. PoTRON (Eugène), 11, rue du Sommerard, Paris, 5% Col. et Lcp. 

1896. PoTTiER (Lucien), O A. , calculateur au Bureau des Longitudes, 3, 
rue Lecuirot, Paris, 14^ Coléoptères. 

1900. PoTTiER DE LA Varde, Lèz-Eaux, par Saint-Pair (Manche). Col. 

1869. * Poujade (G.-Arthur), || I. P., préparateur d'Entom. au Muséum, 
103, rue Monge, Paris, 5*^. Col. et Lép.; Iconographie entom. 

1894. * PouLOT (Emile), 50, avenue Philippe-Auguste, Paris, 11®. Lép. 

1903. PouLTON (D'' Édouard-Bagnall), Hope prof, of Zoology à l'Uni- 

versité d'Oxford, président de la Société entomologique de 
Londres; Wykeham bouse, Oxford (Angleterre); pendant les 
vacances de Pâques et d'été : St-Hellens cottage, St-Hellens 
(lie de Wight). 



Liste des Membres. — Année 1903. 370 

1867. PiîEUDHOMME DE BoRRE (Alfred), ►î^, aiic. Consonatpur-Socri'taire 
du Musée royal d'Hist. nalur. de Bruxelles, villa la Fauvetlc, 
Petil-Saconnex, Genève (Suisse). Eut. géi)., pr. Hétéromères . 

190i. PuEL (Louis), viticulteur, 2, avenue Saint-Saëns, Béziers (Hé- 
rault). Col. pnléarct. 

1888. Radot (Émilo),*, industriel, Essonnes {Sim\e-ei-Om) . Lép . eur.; 
étude des Chenilles. 

1867. Raffray (Achille), *, pi. P., consul général de France à Capc- 
Town (Gap de Bonne-Espérance). Col. afr.; Psélapkiens et 
Scydméniens du globe. 

1901. Ragneau (Ambroise), 28, place Dauphine, Paris, l'^''. Tlvjsa- 
noures : Tardigrades-. 

1872. * Ragusa (Enrico), hôtel des Palmes, Palerme (Sicile). Col. eur. 

1900. Rainbow (W.J.), F. L. S., entomologist, Australian Muséum, 
Sydney (N. S. W.). Entomologie générale. 

1003. Rangoni (D'" marquis Giuseppe), Modena (Italie). Col. 

189o. * Raoult (D'- Charles), 20, rue Gambetta, Raon-l'Étape (Vos- 
ges). Ent. gén., pr. Col. de France. 

1890. * Reed (Edwin), directeur du Musée, Conception (Chili). Ent. gén. 

1875. RÉGiMBARï (D"" Maurice), 11, rue du Meilet, Évreux (Eure). Col. 

eur. ; Dytiscides, Gijrinides et Hydrophilides du globe. 

1895. Régnier (Raymond), pA., § M. A., 0. >^ N., juge de paix à 

Lorgnes (Var). Ent. gén., pr. Col.; Lépidoptères du globe. 

1876. RErfTER (Edmund), Paskau (Moravie). E/îi. gén.,pr. Col. 

1896. Reuter (Enzio), privat-docent à l'Université d'Helsingfors (Fin- 

lande). Entom. gén. : Lépidoptères ; Entom. économique. 

1874. Reuter (O.-M.), prof, à l'Université, 9, Mariegatan, Helsingfors; 
pendant les vacances : Abo (Finlande). Ent. gén., pr. Hém. 

1903. Rey (Gaston), membre de l'Association des Naturalistes de Le- 
vallois-Perret, 38, rue Lannois, Levallois-Perret (Seine). 
Orthopt. 

1899. Ritsema Bos (J.), directeur duPhytopathologisch Laboratorium , 

Roemer Yisscherstraat, 3, Amsterdam (Hollande). Ent. appl. 

1900. """ Rivera (D"" Manuel), professeur de Sciences naturelles à l'École 

normale de Chillan (Chili). Entomologie du Chili. 



380 Bulletin de la Société entomologique de France. 

1899. Rocquigny-Adanson (G. de), rue Voltaire, Moulins (Allier). Lé- 
pidoptères; géonémie et phœnogénie entomologiqiies. 

1891. * Rothschild (Lord Lionel Waltcr), Zoological Muséum (M. E. 
Harlert), Tring, Herts (Angleterre). Lep. 

1894. RosELLE (D'' Fernand ou), 21, rue Lamarck, Amiens (Somme). 
Arachn. et Dipt. 

1899. Roule (Louis), professeur de Zoologie à la Faculté des Sciences, 

Toulouse (H'^'-Garonne). Entomologie générale; Crustacés. 

1900. RouzAUD (Henri), percepteur, Narbonne (Aude). Eut. gén. et appl. 

1899. Royer (Maurice), oo bis, rue de Villjers, Neuilly-sur-Seine 

(Seine). Héinipt. paléarctiques. 

1901. Rudekiel (Charles), 77, rue de Péry, Liège (Belgique). Biol. 

des Coléoptères. 

1880. * Sahlberg (D'' John), prof, à l'Université, 18, Brunnsparken, 
Helsingfors (Finlande). Col. et Hém. 

1851. Saulcy (Félicien Caignartde), 3, rue Châtillon, Metz (Lorraine). 
Coléoptères d'Europe. 

1887. Savinde Larclause (René), château de Mont-Louis, par Saint-Ju- 
lien-l'Ars (Vienne). Col., Hém. et Lép. de France. 

1891. Schaufuss (Camille), directeur du Muséum Ludwig Salvator. 
Meissen (Saxe). Coléoptères. 

1894. * ScHAus (William), Trenlham house, Twickenam (Angleterre). 
Lépidoptères. 

1893. ScHAWROFF (Nicolas-N.), directe ir de la Station séricicole du 
Caucase, Tiflis (Russie). Lépidoptères. 

1869. ScHLUMBERGER-DoLLFus(Jean de) , Guebviller (Alsace). Col. et Lép. 

1869. * Sedillot (Maurice), f| A., 20, rue de l'Odéon, Paris, 6^ Col. 

1885. Seebold (Théodore), C. ►!<, 0. ^, ►$<, ingénieur civil, 2, square 
du Roule, Paris, 8«. Lépidoptères, 

1864. * SEmLiTz (D'' Georges von), Ebenhausen (Bavière). Col. 

1900. Semichon (L.), licencié es sciences naturelles, 27, rue Cassette, 

Paris, 6*=. Ent. gén. 

1860. * Senneyille (Gaston de), conseiller référendaire à la Cour des 
Comptes, 82, rue de Grenelle, Paris, 7'-. Col. de France. 



Liste des Membres. — Année 1903. 381 

1898. * Skrullaz (Georges), D'' en Droit, avocat à la Cour d'appel, 18, 
place Bellecour, Lyon (Rhône) ; l'été : château d'Yvours, Iri- 
gny (Rhône). Coléoptères et Lépidoptères paléarciiques. 

1901. Seurat (Gaston), D'' es Sciences, Rikitea, ile Mangareva, ilcs 

Gambier (Océanie), via New-York, San Francisco, Papeete. 
Ent. gén.; Biologie. 

186S. Sharp (D'' David), Hawthorndene Hills Road, Cambridge (Angle- 
terre). Col. 

1889. * SiCARD (D'" A.), ^, médecin major de 2'= classe, Lafont, com 

mune de Saint-Vivien, par Vélines (Dordogne). Col . ; Coccinel- 
lides du globe. 

1900. '^ SiNÉTY (l'abbé Robert dk), 3, rue des Augustins, Enghien, 

Hainaut (Belgique). Anat., embnjol. et biol. des Insectes. 
1896. Société d'Études scientifiques de l'Aude, Carcassonne (Aude). 

1898. Société linnéenne de Bordeaux, o3, rue des Trois Conils, Bor- 

deaux (Gironde). 

1896. Standfuss (Prof. D'" Max), Direktor des entomologischen Mu- 

séums am eidgenossisches Polytecnikum, Zurich (Suisse). 

1888. Stanley (Edwards), membre de la Société entomologique de Lon- 
dres, 15, St-German's place, Blackheath, S.-E., N.-London 
(Angleterre). Lép. 

1897. Station entomologique de l'État (D"" G. Horvath, directeur), 

28, Nador-utza, Budapest (Hongrie). 

1862. Stierlin (D'" G.), Schaffhausen (Suisse). Coléoptères. 

1883. " SuLGER (Hans), conservateur du Musée de l'Institut, Bàle 

(Suisse). Ent. gén. 
1891. SwiNHOE (général Charles), 7, Gloucester Walk, Campden Hill, 

London W. (Angleterre). Lép. 

1902. ■• Tavares (Joaquim da Silva), prof, au cohège Saint-Fiel, 

Soalheira (Portugal). Zoocécidies. 

1899. Terre (Louis-Léon-Benjamin), licencié es sciences physiques 

et naturelles, préparateur à l'Université de Dijon (Côte-d'Or). 
Entomologie générale. 

1890. " Théry (André), Philippeville (Algérie). Col. Buprestides du 

Globe. 

1901. Thibault (Jules), 6, rue du Cimetière, Caudebec-les-Elbeuf 

(Seine-Inférieure). Coléopt. de France. 



382 Bulletin de la Société entomologique de France. 

1900. Thouvenin (Louis), ^.capitaine au 80« de ligne. Tulle (Corrèze). 
Coléoptères. 

1902. TissûN DE ÏHORAs (le baron Eugène), propriétaire à Aymargues 
(Gard). Col. de France. 

18S8. * TouRNiER (Henri), villa Tournier, Peney, près Genève (Suisse). 
Col. eur. 

1902. Tourte-Hawkins (Charles), 19, rue Neuve, Verdun (Meuse). Col. 

1898. TouzALiN (Henri de), inspecteur adjoint des Forêts, château 

de Maison-Neuve, commune de Vouneuil-sous-Biard, par Poi- 
tiers (Vienne). Coléoptères. 

1892. * Traizet (Emile), membre de la Soc. espagnole d'Hist. nat., 
61, Faubourg S'-Denis, Paris, 10^ Col. eur. 

1888. Trapet (Louis), ^, pharmacien-major de l''^ classe, 8, rue Va- 
lentin-Haiiy, Paris, 13*^. Ent. gén., pr. Col. 

1899. Trotter (D'" Alessandro), prof, de Botanique et de Pathologie 

végétale, R. Scuola di Vitticultura ed Enologia, Avelhno (Ita- 
lie). Étude des galles. 

1898. TscHiTSCHÉRiNE (Tischou de), chez M. A. de Séménow, Wassili 
Ostrow, S'' ligne, n'' 39, Saint-Pétersbourg (Russie). Féro- 
niens {Platysinatini) du globe et Harpalides paléarctiques. 

1867. Uhagon (Serafln de), 17, calle Montalban, Madrid (Espagne). Co- 
léoptères d'Europe. 

1882. Vachal (Joseph), ancien député, Argentat (Corrèze). Hymen. 

1887. * Vauloger de Beaupré (Marcel), ^, O A., 0. ^, capitaine 

à l'État-Major de l'Indo-Chine, service géographique, Hanoï 
(Tonkin)et chez M. Bedel, 20, rue de l'Odéon, Paris, 6^ Coléo- 
ptères paléarctiques. 

189o. Vayssière (A.), professeur à la Faculté des Sciences et con- 
servateur du Musée d'Histoire naturelle, Marseille (Bou- 
ches-du-Rhône). Ent. gén. 

1903. * Vérity (Roger), 1, via Leone Decimo, Florence (Italie). Lépi- 

doptères. 

1897. """ Vermorel (Victor), ij$*, directeur delà station viticole. Ville- 
franche (Rhône). Ent. appliquée; Insectes nuisibles du globe. 

1888. "" Verrall (G.-Henry), comptable, Sussex Lodge, Newmarket, 

Cambridgeshire (Angleterre). Dipt. 



Liste des Membres. — Année lOO'.l. 383 

1899. ViALA Pierre), 0. *, G. §. M. A., prof. i\ Flnstitut national 
agronomique, directeur de la Revue de Viticulture, o, rue 
Gay-Lussac, Paris, o''. Entomologie ci'piMqnée , Coléoptères. 

1893. * ViARD (Lucien),^, D'' en Droit, secrétaire honoraire du Con- 
seil d'administration du Crédit foncier de France, 180, bout. 
S*-Germain, Paris, 6^; l'été : 19, route de la Plaine, Le Vésinet 
(Seine-et-Oise). Lép. 

1903. ViBERT (Léon), capitaine au service géographique de l'Armée, 
119, rue de Grenelle, Paris, 7'^. Col. palênrctiques. 

1891. ViGAND (Charles), §M. A., chef de service à la Société générale, 

7, rue de la Gaîté, Le Perreux (Seine). Ent. gén. 

1874. ViLLARD (Louis), 9, rue du GrifTon, Lyon (Rhône). Col. eur. 

1896. Villeneuve (D'" Joseph), 17 bis, place de la Foire, Rambouillet 

(Seine-et-Oise). Diptères de France et d'Algérie. 

1899. Viré (Armand), l| I. P., D'' es sciences naturelles, 26, rue 
Vauquelin, Paris, S*^. Arthropodes cavernicoles. 

1903. VoGT (D-- E.), 80, rue Taitbout, Paris, 9^ Lép. 

1903. VoiNOv (D.-N.), profeseur à l'Université de Bucarest, 27, strada 
Iconei, Bucarest (Roumanie). Ent. gén.; embryogénie des In- 
sectes. 

1902. Voisin (Pierre), 2, place Carnot, Limoges (H'^-Vienne). Col. deFr. 

1899. VoLLON (Alexis), ^, artiste-peintre, lo, rue Treilhard, Paris, 8^ 
Entomologie générale; Lépidoptères. 

1892. Vuillefroy-Cassini (F. de), ^, 3, rue Andrieux, Paris, 8'^. Ent. 

gén. ; Col. 

1890. "'•" VuiLLOT (Paul), membre de plus. Soc. sav., 23, rue .I.-.I.- 
Rousseau, Paris, 1". Lép. 

1882. "'^" Walsingham (the right Honourable lord Thomas), Merton 
Hall, Thetford, Norfolk (Angleterre). Ent. gén.,pr. Microlép. 

1884. "■■' Warnier (Adolphe), l'été : 8, rue des Templiers, Reims 
(Marne); l'hiver : villa S*-Henri, boul. du Midi, Cannes (Alpes- 
Maritimes). Col. de France. 

1898. WiLcox (E.-V.),Boseman, Montana (É.-U. d'Amer.). Entomologie 
générale; Anatomie ; Embryogénie. 



384 Bulletin de la Société entomologique de France. 

1899. Wytsman (Philogène), directeur du « Geiiera Insectorum » , p I. P., 
C. ►î^, 108, boul. du Nord, Bruxelles (Belgique). Lépidoptè- 
res; iconographie. 

1893. Xambeu (Vincent), capitaine adj. -major en retraite, Ria, par Pra- 
des (Pyrénées-Orientales). Col. ; étude des larves. 

( 520 membres, dont 13o membres à vie.) 



Assistants. 

1903. Aldin (André d'), 38, rue S*-Sulpice, Paris, 6^ Col. et Lép. 
1902. Crouzet (Pierre), 18, rue du Général Perrier, Nîmes (Gard). 

1901. Darbois (Louis), 15, avenue du Lycée, Bourg-la-Reine (Seine). 

Lép. 

1897. Fleury (Raymond de), élève à l'École Centrale des Arts et Ma- 

nufactures, 84, rue Lauriston, Paris, 16°. 

1902. Gentil (Emile), Parthenay (Deux-Sèvres). 

1903. LoppÉ (E.), étudiant en Médecine, 240, rue de Vaugirard, Paris, 

15*". Arachnides. 
1901. Marqueste (Pierre), 19, rue Poncelet, Paris, 17^. 
1901. Roguier (Jacques), 167, route de Flandre, Aubervilliers (Seine). 

Col. eur. 
1899. Vandermarcq (Pierre), 155, boul. S*-Germain, Paris, 6^ Col 

1898. ViOLLE (Louis), 89, boul-i S*-Michel. Paris, 5^ Col. 



Liste dea mcnibres. — Annce 1903. 385 

Abonnements. 

En 1903, 2:2 abonnements aux; Annales et au Bulletin ont été servis, à 
des établissements publics ou à des bibliothèques, en France et à 
l'étranger, par l'entremise des libraires. 



Membres décédés en 1903. 

1899. GouRRET (Paul), Marseille (Bouches-du-Rhône). 

1891. Marshall (Thomas-Ansell), Ajaccio (Corse). 

1839. MQller (Clemens), Dresde-Neustadt (Saxe). 

1901. VoDoz (Georges), Le Cannet, par Cannes (Alpes-Maritimes). 



Membres démissionnaires en 1903. 

1896. Apollinaire-Marie (le frère), Reims (Marne). 

1886. BoBEUF (Henry), Le Vésinet (Seine-et-Olse). 

1887. Brenske (Ernest), Postdam (Prusse). 

1900. Jaquet (D'" Maurice), Monaco. 

1901. KiEFFER (H.), Paris. 

1894. MoNTLEzuN (comte Armand de), Toulouse (Haute-Garonne). 

1892. Olivier (AL), Saint Vallier (Alpes-Maritimes). 

1894. Starck (Alexandre de), Perkjaroi (Russie). 

1868. Stefanelli (Pietro), Florence (Italie). 



Assistant démissionnaire en 1903. 

1890,' DucouRTioux (Georges), Chaville (Seine-et-Oise). 



TABLE ALPHABETIQUE PAR NOMS D'AUTEURS 



Abeille De Perrin (E.). Remarques sur deux nouvelles formes de 
Trechus aveugles français [Col.], 208. — Description de deux 
espèces de Trechus aveugles européens [Col.], 298. — Descrip- 
tion de deux espèces de Coléoptères d'Algérie, 334. 

Agnus (Al.-iN'.). !'■'= note sur les Blattidés paléozoïques. Description 
d'un Mylacridae de Commentry [Orthopt. Paléoz.], 272. — 
Deuxième note sur les Blattidés paléozoïques [Orthopt.]. Des- 
cription d'une espèce nouvelle, 29i. 

Alluaud (Ch.). Capture, 37. — Observations sur le genre Hetero- 
soma et description d'une espèce nouvelle [Col. Céton.], 77. 

Baer (G. -A.). Les Insectes nuisibles de la République Argentine, 204. 
— Note sur un Membracide myrmécophile de la République 
Argentine [Hémipt.], 306. 

Balestre (Louis). Description d'une nouvelle aberration de Melitaea 
Didyma [Lép.], 306. 

Barbey (A.). Une maladie épidémique de Liparis monacha. 167. 

Barre (G. de la). Observation biologique, 38. 

Bedel (L.). Description d'un nouveau type de Cléonides [Col.] de la 
région Saharienne, 284. 

Béguin -Billecoq (L.). Description d'une nouvelle espèce de Plezotra- 
chelus [Col.] de Madagascar, 28o. 

Bellevoye (A.). Sesia formicaeformis produit-elle des excroissances 
sur les rameaux des Saules? 89. 

Berthoumieu (V.). Nouveaux Ichneumonides de France et des îles Ca- 
naries [Hymen.], 308. 

BoHN (D'' Georges). Perceptions tactiles et musculaires des Arthro- 
podes. Note biologique sur les Pagures [Crust.], 289. 

Boileau (H.). Descriptions sommaires de Dorcides nouveaux [Col.]. 
109. 

Bouchard (J.). Note sur Therates sumatrensis Putz. [Col.], 169. 



AniH'e 1903. 387 

BorcoMoxT (A.). Description d'une nouvelle espèce tic Bolbocems [Col.], 
260. 

Bourgeois (J.). Note sur quel(jues espèces de Malacodermes de la 
faune Méditerranéenne [Col.], 73. — Diagnoses de trois Maltliodes 
nouveaux de la faune Méditerranéenne [Col.], 1o2. — Description 
d'une nouvelle espèce de Podistrina [Col.], 210. — Diagnoses 
de trois Maltliodes nouveaux du Nord de l'Afrique [Col.], 219. — 
Description d'une nouvelle espèce de Maltliodes de la faune fran- 
(;aise [Col.], 247. — Sur les variétés de Canthaiis décrites par 
Rey dans « rÉchange » [Col.], 249. — Un mot de réponse à 
M. Maurice Pic, 336. — Description d'une nouvelle espèce euro- 
péenne du genre Maltliodes [Col.], 336. 

BouRGOiN (A.). Observation biologique, 243. 

Bouvier (E.-L.). Observations biologiques, 24o. 

BuYssoN [H. du). Remarques sur quelques Élatérides [Col.], 13. — Dis- 
cussions entomologiques, 114. — Description d'une nouvelle es- 
pèce d'Élatéride du genre Cardiophorus [Col.], 129. 

BuYssoN (R. du). Note pour servir à l'histoire des Strepsiptères. 174. 
— Chrysidides récoltés par M. G. -A. Baer dans l'Amérique du 
Sud [Hymen.], 311. 

Carret (A.). Note additionnelle sur l'habitat du Platysma femoratum 
Dej. [Col.], 187. 

Chobaut (D'' a.). Description d'un Salpingide nouveau du Nord de la 
Tunisie [Col.], 143. — Variabilité ù'Anthicus superbus Pic [Col.], 
170. — A propos ie Lissotarsus BedeHFsiUSt,Yar. biskrensis Chob. 
[Col.], 172. — Description d'une Raymondia nouvelle de la Ka- 
bylie [Col.], 182. — Description d'une Batiujscia nouvelle du Midi 
de la France [Col.], 221. — Description de deux Coléoptères ca- 
vernicoles nouveaux du Midi de la France, 263. 

Chrétien (P.). Note sur la Conclujlis santolinana Stgr. [Lép.], 112. 

Demaison (Ch.). Note sur une variété nouvelle do Podagrica [Col.], 
323. 

Deville (J. Sainte-Claire). Description d'un Trechus nouveau de 
Corse [Col.], 70. — Contribution à la faune française [Col.], 304. 

DuMONT (C). Noctuelle espagnole nouvelle de la sous-famille des Agro- 
tinae, 83. 

Fagniez (Ch.). Notes et observations sur DoUchopoda palpata Sulz. et 



388 Table des auteurs. 

sur la présence certaine en France de cet Orthoptère cavernicole. 
342. 

Fairmaire (L.). Descriptions de quelques Coléoptères de la faune mal- 
gache, 67. — Description d'un genre nouveau de Goliathides 
[GoL.], loO. — Note rectificative, 202. — Description d'une nou- 
velle espèce de Goliathide provenant de l'Ukami [Col.], 261. — 
Descriptions de quelques espèces nouvelles de Lagriides de Bor- 
néo [Col.], 300. 

Fauvel (A.). D'où vient le Laemostenus complanahis [Col.], 63. — Sur 
Vej.{ens,ion du. Laemostenus complanatus L. [Col.], 167. 

Fleutiaux (E.). Élatérides des îles Séchelles recueillis par M. Cli. Al- 
luaud en 1892 [Col.], 12. — Diagnose d'une espèce nouvelle de 
Cicindela [Col.], 72. — - Description d'un genre nouveau d'Élaté- 
rides de Madagascar [Col.], 107. — Description d'une nouvelle es- 
pèce (ÏOdontochila [Col.], 109. — Observation biologique, 167. — 
Description de deux Cicindélides nouveaux de Madagascar [Col.], 
172. — Description de deux Élatérides nouveaux [Col.], 228. — 
Elateridae recueillis par le D"" Achille Tellini dans le voyage qu'il 
fit en Erythrée (octobre 1902 à février 1903) [Col.], 250. 

Gadeau de Kerville (H.). L'accouplement des Forflculidés [Orth.], 85. 
— Description de Coléoptères anomaux des genres Mecinus et Ga- 
lerita, et de Lépidoptères albins du genre Ocneria, 88. 

Gerber (D"" g.). Sur une hyménoptérocécidie, 56. 

GiARD (D'- A.). Sur l'instinct carnassier de Vespa vulgaris L. [Hymen.], 
9. — Le Télranyque de l'Ajonc [Tetranychus lintearius Duf.) 
[Araghn.], 159. — Observation sur Panchlom Maderae, 168. — 
Observation biologique, 202. — Qu'est-ce que le Dactylopitis va- 
gabundus von Schilling [Hémipt.], 232. — Captures, 298. 

Grouvelle (Ph.). Captures, 218. 

Heim (D"- F.) et OuDEMANS (A.). Nouvello espèce fungivore de Ce- 

pheus [AcAR.], 311. 
Henneguy (D'' F.). — Sur la multiplication des cellules ganglionnaires 

dans les centres nerveux chez les Insectes à l'état de larves et de 

nymphes, 324. 

JoANNis (l'abbé J. de). Description d'une espèce nouvelle de Lépidop- 
tère de la sous-famille des Chalcosianae, provenant de Lao-Kay 
(Tonkin), 10. — Deux ^Noctuelles paléarctiques nouvelles de la 
sous-famille des AgroUme [Lép.], 28. — Observations sur la che- 



Année 1903. 389 

nillQ CiWporophyla australisBdx. (Lèp.), 157. — Description d'un 
Hépialide nouveau d'Algérie [Lép.], 222. — Captures, 226. —Des- 
cription d'une nouvelle variété d'Ellopia prosapiaria L. [Lép.],231. 

Jourdain (S.). Observations sur le Tétranycjue de l'Ajonc {Tetramjchus 
ulicis] [Arachn.], 101. 

Kerremans (Gh.). Réponse à la note de M. Maurice Pic, 323. 

KiEFFER (J.-J.). Description de deux nouveaux genres de Cynipides 
[Hymen.], 31. — Notes hyménoptérologiques, 93. 

Lemée (E.). Sur des formes nouvelles de Zoocécidies,32. 

Lesne (P.). Observation biologique, 182. 

LÉVEiLLÉ (A.). Diagnose d'un Temnochilide nouveau [Col.], 107. — 
Diagnoses de deux espèces nouvelles de Teinnochila et note sur 
une variété nouvelle de Tenebroides [Col.], 190. 

Maindron (M.). Diagnose d'une espèce nouvelle de Cicindela [Col.], 72. 
— Observation biologique, 138. — Captures, 138 et 282. 

Marchal (D"^ Paul). Le cycle évolutif du Polygnotus minutus Lindm., 
90. — Une nouvelle Bruche nuisible aux plantes fourragères [La- 
ria brachialis Fâhr.) [Col.], 229. — Sur la biologie larvaire de 
Leptis tringaria Meigen [Dipt.], 233.— Sur la biologie des Hydrel- 
lia [Dipt.]. Dégâts exercés sur le Cresson par VHydrelUa ranun- 
culi Hal., 236. 

Mayet (V.). Note sur Phyllomorpha laciniata Vill. [Hémipt.], 14. — 
Notes coléoptérologiques [Col.], 139. 

MÉQuiGNON (Aug.). Contribution à la faune du bassin de la Seine [Col.], 
340. 

Mlngaud (Galien). Note sur Phyllomorpha laciniata Vill. [Hémipt.], 
lo8. 

MoLL.iNDiN DE BoissY (R.). Notes biologiques sur quelques Buprestides 
[Col.], loi. 

Normand (D''H.). Description (Tun Pselaphus nouveau d'Algérie [Col.], 
191. 

Oberthûr (Ch.). Description d'une nouvelle espèce de Polycaena [Lé- 
piD. Rhopal.], 268. — Description d'une nouvelle variété de VEii- 
ripus funebris Leech. [Lépidopt.], 286. — Observations biolo- 
giques, 298. 

Oberthûr (R.). Sur la familiarité des Lépidoptères, 218. 



390 Table des auteurs. 

Olivier (E.). Note d'habitat, 27. 

Olsoufieff (G. d'). Notes sur quelques Donacia de Russie [Col.], 302. 

PÉRiNGUEY (L.). Description d'une Cicindèle nouvelle [Col.], 338. 

Peyerimhoff (P. de). Sur la signification du nombre des segments ven- 
traux libres et du nombre des ganglions nerveux de l'abdomen 
chez les Coléoptères, 38. — Capture, 169. — Les premiers états 
de Hololepta plana Fûss. [Col.], 263. 

Pic (Maurice). Diagnoses d'un Hylophilus et de deux Scraptia de Ma- 
dagascar [Col.], 12. — Notes et synonymies relatives aux Byr- 
rhidae de Reitter [Col.], 27. — Nouvelles remarques sur quel- 
ques Élatérides [Col.], 38. — Notes entomologiques, 79. — Deux 
Ptinides exotiques nouveaux [Col.], 111. — Notes sur divers 
Lioderes et synonymies de deux nouveaux Longicornes [Col.], 
127. — Nouveaux Coléoptères provenant de Madagascar, 143. — 
Note sur divers Malacodermes du Nord de l'Afrique Corrigenda 
[Col.], 133. — Nouveaux Anthicides provenant de l'Afrique Aus- 
trale [Col.], 183. — Sur Anthicus siiperbus Pic et maculicollis Pic 
[Col.], 212. — Observations biologiques, 218. — Sur les Cantha- 
ris [Telephorus) de la collection Rey [Col.], 230. — Note syno- 
nymique et biologique [Col.], 231. — Addenda et Corrigenda au 
Gênera Insectorum de Wytsmann [Col.], 232. — Note synonymi- 
que [Col.], 304. — A propos des Cantharis décrits par Rey [Col.], 
304. — Renseignements sur quelques Coléoptères de Californie, 
339. 

Pierre (l'abbé). Note cécidologique, 37. — Sur Phyllomorpha laci- 
niata Vill. [Hémipt.], 37. — Note sur les mœurs d'Elamosthethus 
griseus = interstinctus Reut. [Hémipt.], 131. 

Porte (L. de la). Notes sur des chenilles de 5afMrnm Cynthia attaquées 
par Vespa vulgaris L. [Hymen.], 41. 

Poujade (G.-A.). Synonymie, 122. — Notes sur les chrysalides du genre 
Thais, 122. — Sur Thecla Rubi, 169. — Captures, 218. — Obser- 
vations biologiques, 218. — Captures, 226, 282. — Observation 
biologique, 322. 

Raffray (A.). Ctenismorplius elaniticus, n. sp., et Sognorus Peye- 
rimhoffi, n. sp. [Col. Psel.], 183. 

RÉGiMBART (D"" M.), Description d'un Hydroporus nouveau [Col.], 234. 

Rocquigny-Adanson (G. de). Note cécidologique, 36. — Famiharité des 
Lépidoptères, 207. — Familiarité des Lépidoptères, 226. — Ac- 



Année 1903. 391 

couplemcnl des Névroptères, 227. — Familiarité des Lépidoptères, 
246. — Observations biologiques, 298. 

Seurat (L.-G.). Observations biologiques, 243. 

Simon (E.). Descriptions de quelques genres nouveaux de la famille des 
Aviculariides [Arachx.], 42. — Descriptions de quelques genres 
nouveaux do l'ordre dos Araneae, 123. — Note sur une Araignée 
myrmécophile de la République Argentine {Baeriella myrmecophila, 
n. sp.), 270. 

Théry (A.). Note sur quelques Coléoptères algériens, 142. 

Vachal (J.). Note sur Euaspis Gerst. et Ctenopîectm Sm., deux genres 
à'Hymenoptera mellifera peu ou mal connus, 9S. — Note complé- 
mentaire et rectificative sur Euaspis et Ctenoplectra [Hymen.], 
173. 

VÉRiTY (R.). Observation biologique, 283. — Aberrations nouvelles 
ou peu connues de Lycaena Icariis L. [LÉpmoPT.], 287. 

Villeneuve (D-- J.). Étude sur quelques Diptères, 12o, 193, 212. — Les 
Bombyles de Meigen au Muséum de Paris [Dipt.], 237. 

P. G. 



11 



TABLE 



GENRES, SOUS-GENRES, ESPECES ET VARIETES 

NOUVELLEMENT DÉCRITS DANS CE BULLETIN 



Nota. — Les noms en caractères égyptiens désignent les genres ou sous- 
genres nouveaux. — Les noms en italiques désignent les espèces, 
sous-espèces et variétés nouvelles. — Signes spéciaux : [| Nom pré- 
occupé ; + Nom pris dans un sens autre que le sens déterminé par la 
description originale de l'auteur auquel on se réfère ; =r Synonyme de...; 
f Espèce fossile. 



Aphantopelma Simon, 43. 
macellum Simon, 43. 

Baeriella Simon, 271. 

mynnecophila Simon, 272. 
Bemmeris Simon, 42. 

pardalina Simon, 42. 
Cepheus Heimi Heim et Oude 
mans, 312. 

Ctenonemus Simon, 42. 

pectiniger Simon, 43. 
Damarchodes Simon, 43. 



ARACHNIDES 

PurcelH Simon, 43. 

Diplotychus Simon, 123. 

longulus Simon, 124. 
Emplesiogonus Simon, 123. 

striatus Simon, 123. 

Iphoctesis Simon, 124. 

echinipes Simon, 124. 
Parastrophius Simon, 123. 

echinosoma Simon, 123. 
Taphana Simon, 125. 

Riveti Simon, 125. 



COLÉOPTÈRES 



Acanthocnemus brevicornis Pic, 

143. 
Agonischius Beauchenei Fleut., 

228. 
Agrilus cygneus Abeille, 334. 
Antlîicus bisbipartitus, var. Oneili 

Pic, 184. 



( Aulacoderus ) mediofasciatus 

Pic, 184. 
impressithorax Pic = stricticol- 

lis Frm., 304. 
incertus Pic = crassicoUis 

Frm., 304. 
Bathyscia nemausica Ghobaut, 264. 



Année l!)OS. 



393 



Pueîi Chobaut, 221. 
Bolboceras tucuinunensls Boiico- 

mont, 260. 
Cantharis convexicoUis, var. CIki- 

pelieri Bourgeois, 73. 
Gardiophorus Ponciji H. du Buys- 

son, 129. 
Gicindela malabarica Fleuliaux et 

Maindron, 72. 
Cleonus supeiTiliosus Bedel, 284. 
Colotes uncifer Abeille, 335. 
Ctenicera Pupieri Fleutiaux, 228. 
CtOQistomorphus elaniticus Raf- 

fray, 185. 
Gratopus squalus Fairm., 70. 

Diaprysius Mazaurici Y. Mayet, 

139. 
Donacia coccineo-fasciata, var. 

waldaica Olsoufleff, 303. 
Donacia coccineo-fasciata, Yar.cija- 

neicoUis Olsoufieff, 303. 
Falsoletolus Pic, 145. 
Gaurambe Fairmairei Léveillé, 

107. 
Gnaphaloryx capreolus Boileau, 

109. 
Gnaphalorix miles, var. laticornis 

Boileau, 110. 
Heteroderes parallelus Fleutiaux, 

250. 
Hydroporus Normandl Régimbart, 

254. 
Hylophilus (Falsoletolus) semio- 

pacus Pic, 145. 
Hylophilus pygidiali Pic, 12. 
Heterosoma e/ep/ms Alluaud, 78. 
Lagria denticornis Fairm., 300. 
héros Fairm., 300. 
rhtjtidonota Fairm., 301. 
Lonchotus lateretusus Fairm., 67. 



Lacon Tellinii Fleutiaux, 250. 

Malthinus (Progeutes) longipennis, 

var. flavipennis Pic, 156. 
Malthodos appendicifer Bourgeois, 
219. 
(Mallhodellus) corcijreus Bour- 
geois, 152. 
(Maltliodellus) decorus Bour- 
geois, 336. 
(Maltliodellus) Salbergi Bourg., 

153. 
sulcalus Bourgeois, 154. 
silvicola Bourgeois, 247. 
taeniatus Bourgeois, 220. 
trapézoïdal is Bourgeois, 219. 
Mecynorhina Oberthuri Fairmaire, 

261. 
Megacephala sebakuana Péringuey . 

338. 
Megalomma Alluaudi Fleutiaux, 
172. 
biguttulum Fairm., 67. 
Melanoxanthus cribricoUïs Fleu- 
tiaux, 14. 

Mycteroplus Fairm., 150. = 
Myctoplerus Frm., 202. 
proboscideus Fairm., 150. 

Notoxus Martini Pic, 83. 

Odontochila Baeri Fleutiaux, 109. 

Paradoxon Fleutiaux, 107. 
antennale Fleutiaux, 108. 
Pedilus fuscus, var. Reitteri Pic, 

82. 
Phileurus hovanus Fairm., 68. 
Piezotrachelus Alluaudi Béguin- 

Billecocq, 285. 
Podagrica saracene, var. nigricans 

Dcmaison, 323. 
Podistrina Doderoi Bourgeois, 210. 



394 



Table des genres, sous-genres, etc. 



Pedilus pallidipennis, var. late- 

obscurus Pic, 82. 
Pogonostoma septentrionale Fleii- 

tiaux, 172. 
Progeutes longipennis, var. flavi- 

cans Bourg., 75. 

Prosodidius Fairm., 69. 

Perrieri Fairm., 69. 
Pselaptius Chobauti Normand, 191. 
Psephus Alluaudi Fieutiaux, 13. 
Ptinus madagascariensis Pic, 111. 

subviolaceus Pic,. 111. 
Raymondia auripes Ghobaut, 182. 
Rhagonica querceti, subsp. Bii- 

gnioni Bourg., 74. 
Rhinosimus elephas Ghobaut, 143. 
Scraptia hovana Pic, 12. 

soarezica Pic, 12. 

(Trotommideomorpha) trifas- 
ciata Pic, 145. 
Sognorus Peyerimhoffi Raffray, 
186. 

Sphinctoderus Fairmaire, 301. 



strangulatus Fairm., 301. 
Temnochila Biolleyi Léveillé, 191. 

boliviensis Léveillé, 190. 
Tenebroides maroccanus, var. 

Baillioti Léveillé, 191. 
Theca cribricollis, subsp. numidica 

Pic, 81. 
Tomoderus microcephalusVic, 183. 
Tomoderus Oneili Pic, 184. 
Trechus (Anophtalmus) Escalerae, 
299. 
(Anophtalmus) Roberti Abeille, 

298. 
Varendorfp., Sainte-Glaire De- 
ville, 70. 
Troglophyes Ludovici Ghobaut, 
263. 

Tropidiplus Fieutiaux, 251. 

Tellinii Fieutiaux, 251. 
Vibertia Bedel, 285. 

Xamerpus Alluaudi Pic, 145. 
brunneus Pic, 144. 
elongatus Pic, 144. 



HYMENOPTERES 



Gtenoplectra Alluaudi Vachal, 99. 

Davidi Vachal, 99. 
Amblyteles canariensis Berthou- 
mieu, 310. 

Medinai Berthoumieu, 310. 

Ghrysis Baeri R. du Buysson, 311. 

Diadromus Cabrerai Berthoumieu, 
310. 

Fioria J. Kieffer, 31. = Fioriella 
J. Kieffer, 95. 

Herpestomus rufithorax Berthou- 
mieu, 309. 



Hyptiogaster Kieffer, 93. 
Ichneumon Ca&reraïBerthoumieu, 
308. 

Canariensis Berthoumieu, 309. 

flebilis Berthoumieu, 308. 

Kervillei Berthoumieu, 308. 

nivaliensis Berthoumieu, 309. 

Liebelia J. Kieffer, 31. 
Pheogenes fulvidens Berthoumieu, 

310. 
Platylabus Cabrerai Berthoumieu, 

309. 
Vespa nigrans R. du Buysson, 175. 



Année 1903. 



395 



EUopia prosapiaria, var. ochrearia 
Joann., 231. 

Euripus fuuebris, var. Genestieri 
Ch. Oberthiir, 287. 

Euxoa Chretieni C. Dumont, 83- 
polybela J. de Joannis, 28. 

Hepialiscus algeriemis J. de Joan- 
nis, 223. 



LÉPIDOPTÈRES 

Lycaena Icarus, ab. albinos Vé- 
rity, 288. 
ab. pseudocyllanis Vérity, 288. 
Lycophotia fidelis J. de Joannis, 



Melitaea Didyma, ab. nigm Ba- 

Icstre, 306. 
Soritiâ vitripennis h de Joann., 11. 



ORTHOPTÈRES 

t Etoblattina Gaudryi Agnus, 292. 
t Necymylacris Boulei Agnus, 273. 

STREPSIPTÈRE 

Xenos Moutoni R. du Buysson, 175. 



IIÏ 

ACTES, DÉCISIONS ET PUBLICATIONS DE LA SOCIÉTÉ 

NÉCROLOGIE, VOYAGES, ETC. 



Allocutions : du Président de 1902 en quittant le fauteuil, 2; — du 
Président de 1903 en prenant place au fauteuil, 3 ; ^ du Président, 
à rouvefture du Congrès annuel, 49. 

Annales. (Dépôt des fascicules) 3^ trimestre 1902, 6; — 4<^ trimestre 
1902, 167 ; — i"' trimestre 1903, 202 ; — 2« trimestre 1903, 242. 

Association française pour l'Avancement des Sciences. — 242, 
334. 

Budget. — Rapport du Trésorier sur l'exercice 1902, 6. — Rapport 
de M. H. Desbordes sur la gestion financière du Trésorier pen- 
dant l'exercice 1902, o4. — Subventions ministérielles, 225. 

Collections. — 322, 334. 

Circulaires officielles. — 8, 201, 226, 243, 258, 322. 

Congrès et Banquet. — 49 (et supplément au Bulletin n° 4). 

Distinctions honorifiques. — 6, 37, 181, 217, 225, 333. 

Échange de publications. — 298, 322. 

Excursions : à Lardy, 149 et 189; — à l'embouchure de la Loire, 181; 

— à Barbizon, 190 et 219; — projets et renseignements divers, 
202 et 258. 

Laboratoire d'Entomologie du Muséum. — Collection Eu g. Boul- 
let, 106. — Dispositions nouvelles et horaire, 258. 

Nécrologie. —J.Faust, 25. — Th. -A. Marshall, 149. — P. Goun- 
ret, 149. —P. Léveillé, 181. — Damry,225. — G. Vodoz, 241. 

— Fr. Rates, 281. — Cl. Millier, 321. 

Prix Dollfus.— Rapport de M. E. Dongé sur les candidatures pour 
les prix de 1901 et 1902 réunis, 26. — Vote, 55. 

Réunion du Conseil. — 181. 

Voyages. — (Départ, retour et nouvelles des voyageurs) : P. Lesne, 

6, 54, 138. — G.-A. Baer, 53, 165. - L. Mesmin, 54, 201. — J. Bon- 
nier etCh. Pérez, 105, 241.— Ch. Alluaud,121, 241,281. - 
M. Vauloger de Beaupré, 149. — J. de Gaulle, 201. 

P. C. 



IV 
TABLE DU BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE 

Nota. — Il u'}' a pas de travaux entomologiques dans les pages placées 
entre parenthèses. 



AUuaud, 33, 19o. — Azam, 239. — Banks, 18. — Bargagli, 146. - Bar- 
rois, 133, 213. — Barlel, 102. — Belon, 33, llo, 188, 224. — Ber- 
groth, 275. — B. Blanchard, 235. — Bolivar, 255. — Bourgeois, 

102. — Brandt, 275. — Brètlies, 275, 326. — Brôlemann, 188, 255. 

— Brooks, 275. —Bruyant, 213. — Bugnion, 313. — Busck, 133. — 
Carret, 255. — Caudell, 313, 314. — Champenois, 255. — Che- 
vreux, 133, 224. — Gockerell, 115. — Coquillett, 18. — Coville, 
115. — Dalla Torre, 18. — Davenport, 326. — Duboscq, 256. — 
Ducke, 188. — Dumont (P.), 213. - Dupont, 314. — Dwight 
Sanderson, 18. — Dyar, 19. — Emmerez de Charmoy, 115. — Eu- 
sebio, 213. — Fairmaire, 115, 133, 161. — Finot, 19. — Fiske, 275. 

— Fleutiaux, 44, 115, 146, 195, 239, 255. — Froggatt, 195. — Gai, 

133, 161. — Gerber, 20. — Germain, 188. — Ghiliani, 133. — Gi- 
glio-Tos, 133. — Givelet, 133. — Goeldi, 188. — A. Grouvelle, 44, 

103, 314. — Grûber, 133. — Guthrie, 275. — Hagen, 44. — Havi- 
land, 276. — Hertwig, 276. — Herz, 102. — Hinds, 33. — Hine, 
113. — Houard, 240. — Horvath, 115. — Houlbert, 195. — 
Ihering, 326. — Janson (0.), 326. — Johannsen, 276. — Koehler, 13. 

— Lambertie, 146, 213, 224. — Lameere, 19. — Léger, 256. — 
Lemée, 161, 276. — Lesne, 276. — Léveillé, 44. — Lo Bianco, 
115. — Lucas, 133. — Luigioni, 213, 314. — Maglio, 188. — Mar- 
chand, 133. — Marshall, 240. — Martin (J.), 277. — Mayet, 277. — 
Méquignon, 224. — Merrill, 115. — Meunier, 277. — Miller, 113. 

— Mingaud, 133, 161. — Moniez, 133. — Monti, 34. — Morin, 134. 

— Needham, 116. — Nicolas, 134. — Nielsen, 314. -- Nordquist, 

134. — OUvier, 103. — Orbigny (H. d'), 256. — Osten-Sacken, 326. 

— Packard, 134, 240, 327. — Papillon, 277. — Péringuey, 19. — 
Perroncito, 134. — Pic, 19, 116, 314. — Pierre, 103. — Plateau. 
34. — Poulton, 161. — Puton, 146, 188. — Baiïray, 256. — Beit- 
ter, 19, 175, 277. — Bivera, 327. — Boyer, 44, 213. — Sahlberg 
(J.), 195, 213, 256. — Saussure (H. de), 161, 240. — Schuchert, 



398 Table du Bulletin bibliographique. 

116. — Scott, 19. — Selys Longchamps (de), 19. — Sharp, 175. — 
Silva Tavares (da), 19. — Simon, 196, 224. — Smallwood, 327. — 
Smith, 19. — Stemberg, 277, 278. — Taschenberg, 20. — Tassin, 
116. — Taylor, 278. — Thierry Mieg, 31o. — Trotter, 196. — Ulke, 
20. — Vachal, 134. — Vayssièse, 20. — Vosseler, 20. — Vossion, 
213. — Walther, 196. — Waterhouse, 327. — Weismann, 133. — 
White, 278. — Wirt-Tassin, 315. — With, 278, 315. — Zehnter, 
161. 



Abeille (L'), 34. 

Académie des Sciences (C. R. hebdom. des Séances), 20, 34, (44), 116, 

(134, 146), 162, (176), 196, 214, 224, 278. 
Académie des Sciences de Cracovie (Bulletin international), 44, 116, 

(176, 196, 214, 278), 327. 
Académie Imp. des Sciences de St-Pétersbourg (Annuaire du Musée 

zoologique), 34, (224), 295. 
Academy of Natural Sciences of Philadelphia. — 1'^ Journal, (34). — 

2° Proceedings, 34, 196, 278. 
Academy of Science of St-Louis (Transactions), (34). 
Agricultural Gazette of N. S. Wales, 20, (34, 116, 146), 196, 214, 240, 

278, 327. 

Akademia umiejetnosci li Krakowie (Rozprawy), 224. 

American entomological Society (Transactions), 162, 279, 294. 

American Muséum of Natural History (Bulletin), (34), 116, (279). 

Annaes de Scieucias Naturaes, 197. 

Annales Historico-NaturaUs Musei naturalis Hungarici, 294. 

Annals and Magazine of Natural History, 34, 44, 134, 176, 197, 240, 

279, 327. 

Arkiv for Zoologi, 295. 

Association des Naturalistes de Levallois-Perret (Annales), 35, 197. 

Association française pour l'avancement des Sciences, 20, 103, 176, 

224, 296. 
Berichte ûber Land-und Forstwirthschaft in Deutsch Africa, 146. 
Berliner entomologische Zeitschrift, 45, 197, 296. 
Biologia Gentrali-Americana, 35, 135, 197, 296. 
Board of Agriculture, 327. 
Bombay Natural History Society (Journal), 147. 
Boston Society of Natural History. — i° Proceedings, 296. — 2° Me- 

moirs, (296). 
Broteria, 20, 162, 327. 
Buffalo Society of Natural Sciences (Buffalo), (327). 



Année 1903. 399 

Canadian Entomologist (The), 20, 3o, 103, 134, 162, 197, 214, 240, 

296, 327. 
Cincinnati Society of A^aturul History (Journal), 176. 
Comité des travaux historiques et scientifiques, 214. 
Delaware Collège Agricultural Experiment Station (13*'' Annual Re- 
port), 21. 
Deutsche Entomologische Zeitschrift, 103, 313. 
Échange (L'), 104, 328. 
Entomological News, 21, 162, 236, 315. 
Entomological Society of London (Transactioas), 176. 
Entomological Society of Ontario (33'^ Annual Report), 13o. 
Entomological Society of Washington (Proceedings), 116, 163, 316, 

345. 
Entomologische Berichten, 316, 343. 
Entomologische Litteraturblâtter, 22, 43, 117, 163, 177, 198, 224, 317, 

346. 
Hlntomologiske Meddelser, 177. 
Entomologisk Tidskrift, 33. 

Entomologist (The), 21, 36, 45, 117, 147, 177, 198, 224, 317, 346. 
Entomologist's monthly Magazine (The), 22, 43, 117, 147, 177, 198, 

279, 317. 
Entomologist's Record and Journal of Variation (The), 24, 36, 104, 135, 

163, 198, 240, 279, 318, 346. 
Fauna Société des Naturalistes Luxembourgeois, 147. 
Feuille des Jeunes Naturalistes (La), 23, 46, 118, 147, 178, 198, 280, 

319, 346. 
Illinois State Laboratory of Natural History (Proceedings), 147. 
Indiana Academy of Science (Proceedings), 23. 
Institucio Catalana d'Historia natural (Bolletin), 46. 
Instituto fisico-geografico de Costa Rica (Bolletin), 178, 319, (347). 
Instructor (El), (46, 133, 280, 347). 

Intermédiaire des Bombyculteurs et Entomologistes (L'), 178. 
Jornal de Sciencias mathematicas, physicas e naturaes, 214. 
K. Akademie der Wissenschaften, in Wien. — 1° Mittheilungen der 

Erdbeben Commission, (178). — 2° Sitzungsberichte, (178), 199. 
K. K. zoologisch-botanischen Gesellschaft in Wien (Verhandlungen), 

118, 178, 214, 319. 
Katalog literatury naukowej Polskiej, (23), 118, (280), 347. 
Kiserletûgyi Kozleméniek, 46, (280, 319). 

Kongliga Svenska Vetenskaps Akademiens Handlingar, 104, 319. — 2° 
Bihang, 104, 319. — 3^ Lefnadsteckningar, 319. — ofversigt, 178. 



400 Table du Bulletin Ubliographiqtie. 

Laboratories of Natural History, of the State University of lowa (Bul- 
letin), 46. 

Linnean Society of London. — 1" Journal. 179, 319. — 2° Transac- 
tions, 320. 

Linnean Society of N. S. Wales (Proceedings), 320, 347. 

Marcellia, 46, 118, 163, 179. 280, 320, 347. 

Museo nacional de Montevideo (Anales), (320, 347). 

Museu nacional de Rio de Janeiro (Archivos), 118. 

Museu Paraense de Historia natural e Etnographia (Boletin), 199. 

Naturaliste (Le), 23, 46, 118, 133, 147, 163, 179, 199, 215, 280, 320, 
347. 

Natural History Society of Glasgow (Transactions), 46. 

Naturwissenschaftlichen Vereines fur Steiermark (Mittheilungen), 199. 

New York Academy of Sciences (Annals), (347). 

New York Agricultural Experiment Station (Bulletin), (23, 46), 135, 
199, (280, 320). 

New York Entomological Society (Journal), 46, 163, 320, 347. 

New York State Muséum (Bulletin), 215, 329. 

New Zealand Institute (Transactions and Proceedings), 329. 

Nouvelles Archives du Muséum d'Histoire naturelle, 47, (329). 

Nova Scotian Institute of Science (Proceedings and Transactions), 118, 
(329). 

Novitates zoologicae, 23, 179, 329. 

Psyché, 23. 

Public Muséum of the City of Milwaukie (Annual Beports, etc.), (47). 

R. Accademia d'Agricultura di Torino (AnnaU), 133. 

R. Accademia dei Lincei (Atti), 47, (118, 135, 147, 179, 199, 215, 280, 
347). 

R. Stazione di Entomologia agraria di Firenze, 199, 329. 

Revista agronomica, 47, (118, 147), 179, (199), 329, (347). 

Revista Chilena de Historia natural, 179, 329. 

Revista de Medicina tropical, 330. 

Revista do Museu PauUsta, 330. 

Revue d'Entomologie, 118, 347. 

Revue éclectique d'Apiculture, 47, 118, 148, 179, 199, 330, 347. 

Revue générale de BibUographie française, 47. 

Revue russe d'Entomologie, 179. 

Revue Scientifique du Bourbonnais et du Centre de la France, 47, 
119, (135), 199, (280), 330. 

Revista coleotterologica Italiana, 347. 

Rochester Academy of Science (Proceedings), (330). 



Année 1903. 401 

RoYartani Lapok, 47, 119, 148, 180, 330. 348. 

Royal Dublin Society. — 1° Economie Proceedings, 199. — 2'' Scien- 

tific Proceedings, (199). — 3° Scientillc Transactions, (199). 
Royal Society of Canada (Proceedings and Transactions), (47). 
Royal Society of London. — 1° Proceedings, (47, 119, 13o, 164, 180, 

330). — 2'^ Report to the Malaria Comittee, 330. — 3'^ Transactions, 

(164,330, 348).— 4° Reports of the Sleeping Sickness Commission, 

348. 
Royal Society of N. S. Wales (Journal and Proceedings), (47, 348). 
Royal Society of South Australia. — 1" Memoirs, (164).— 2° Transac- 
tions, 164, 331. 
Schweizerischen Entomologischen Gesellschalt (Mittheilungen), 119, 

348. 
Smithsonian Institution (Annual Report), (348). 
Sociedad cientitica « Antonio Alzate » (Meniorias y Revista), 119, 180, 

348. 
Sociedad espanola de Historia natural. — 1° Anales, 119. — 2° Bole- 

tin, 23, 119, 164, 21o, 331. — 3° Memorias, 331, 348. 
Società Entomologica Raliana (Bullettino), 23, 148, 180. 
Societas Entomologica, 24, 47, 119, 13o, 148, 164, 180, 199, 215, 280, 

331, 349. 
Société d'Agriculture, Sciences et Industrie de Lyon (Annales), (331). 
Société d'Émulation de Roubaix (Mémoires), (331). 
Société de Physique et d'Histoire naturelle de Genève (Mémoires), (164). 
Société des Naturalistes de laroslaw (Mémoires), 164. 
Société des Naturalistes de l'Ain (Bulletin), (349). 
Société des Sciences historiques et naturelles de l'Yonne (Bulletin), 

47, 136, 331. 
Société des Sciences naturelles de l'Ouest de la France (Bulletin), 

148,(332). 
Société des Sciences naturelles de Saône-et-Loire (Bulletin), (48, 119, 

180, 215), 332, 349. 
Société des Sciences naturelles du Nord de la France (Bulletin), (349). 
Société des Sciences naturelles et d'Enseignement populaire de Tarare 

(Bulletin), (24, 48, 119, 136), 180, (215, 332, 349). 
Société des Sciences naturelles du Grand Duché de Luxembourg, 332. 
Société d'étude des Sciences naturelles de Béziers (Bulletin), (332). 
Société d'étude des Sciences naturelles de Nîmes (Bulletin), 136. 
Société d'étude des Sciences naturelles de Beims (Bulletin), 280, (349). 
Société d'études des Sciences naturelles d'Elbeuf (Bulletin), 24. 
Société d'études Scientifiques d'Angers (Bulletin), (48). 



402 Table du Bulletin bibliographique. 

Société d'études scientifiques de l'Aude (Bulletiû), 332. 

Société d'Histoire naturelle de Toulouse (Bulletin), 24, 120, (180). 

Société d'Histoire naturelle des Ardennes (Bulletin), 332. 

Société d'Histoire naturelle et des Sciences biologiques et énergétiques 
de Toulouse, 332. 

Société Entomologique de Belgique. — l» (Mémoires), 215. 

Société entomologique de France (Annales), 200, 280. 

Société Impériale des Naturalistes de Moscou (Bulletin), (136, 332). 

Société Linnéenne de Lyon (Annales), 332. 

Société Linnéenne du Nord de la France (Bulletin), 200, (332), 349. 

Société Scientifique du Chili (Actes), 48. 

South African Muséum (Annals), 48, 164, 332. 

South London entomological and Natural History Society (Proceedings), 
200. 

Species des Hyménoptères de France et d'Algérie, 24, 164, 332. 

Stavanger Muséum (Aarsberetning), (332). 

Stettiner entomologische Zeitung, 136. 

Tijdschrift over Plantenziekten, 148. 

Tijdschrift voor Entomologie, 349. 

Travaux scientifiques de l'Université de Rennes, 48, 136. 

Union apicole (L'), 24, 48, 136, 164, 200, 213, 332, 3ol. 

U. S. National Muséum : 1° Bulletin, 120, 200, 349. — 2° Proceedings, 
120, 349. 

U. S. Department of Agriculture : Division of Entomology, (New Sé- 
ries), 24, 351. 

U. S. Geological Survey (Annual Reports), 200. 

Université de Rennes (Travaux scientifiques), 351. 

Université de Toulouse, (351). 

Univcrsity of Cincinnati (Bulletin), 351. 

University of Pennsylvania (Contributions), 200. 

Vannerie (La), 136. 

Wiener entomologische Zeitung, 48, 136, 164, 200, 351. 

Wisconsin Natural History Society (Bulletin), (164). 

Zoological Society of London. — 1° (Proceedings), 215, 352. — 

■ 2° Transactions, 352. 

A. LÉVEILLÉ. 



V 
DATES D'APPARITION 

DES NUMÉROS DU BULLETIN DE 1903. 



7 


février 


17 


— 


6 


mars 


15 


avril 


!'='• mai 


M 


— 


29 


— 


11 


juin 


17 


— 



Le 11° la été distribué le 31 janvier 1903 
2 — 

— . 3 — 
_ 4 _ 

— 3 — 

— 6 - 

— 7 — 

— 8 — 

— 9 — 

— 10 - 

— 11 — 29 - - 

— 12 — 11 juillet — 

— 13 — 24 — — 

— 14 - 7 octobre — 

— 15 — 5 novembre — 

— 16 — 18 — — 

— 17 — 9 décembre — 

— 18 — 19 — — 

— 19 - 14 janvier 1904 

— 20 — 20 — 1904 



ERRATA 



Page 29, ligne 37 ; Leucophotia. 

Page 59, ligne 21 (du tableau); au lieu de : Diapeni, lire : Diaperis. 

Page 97, ligne 32 ; cm lieu de : polyesia, lire : polynesia. 

Page 157, ligne 4, avant les mots Corrigenda; ajouter, comme titre : 
Hétéromères. 

Page 189, ligne 2; au lieu de : Chili, lire : Tucuman. 

Page 241, ligne 23; au lieu de : occidentale, lire : orientale. 

Page 252, ligne 13; au lieude : [Emend], lire : [Emend.]. 

Page 341, ligne 3 ; au lieu de : Sables, lire : Saules. 

Page 351, ligne 30; au lieu de : Tapyneza, lire : Tanypeza. 

M., ligne 31; au lieu de : Arthopoden, lire : Artliropoden. 



Le Secrétaire-gérant : P. Chabanaud. 



BULLETIN 



DE T^A. 



r » 



SOCIETE ENTOIOL^GIODE 

DE FRANCE 

FONDÉE LE 29 FÉVRIER 1832 

RECONNUE COMME INSTITUTION D' UTILITÉ PUBLIQUE 
PAR DIÎCRET DU 23 AOUT 1878 

Nalura maanme miranda 
in minimis. 

ANNÉE 1903 




\ci1â1o 



PARIS 

AU SIÈOE DE D^ SOCIÉTÉ 

HOTEL OES SOCIÉTÉS SAVANTES 

£8, Rue Serpente, 28 
1903 



Librairie de la Société entomologique de France 

Hôtel des Sociétés savantes, rue Serpente, 28 
La Société dispose des ouvrages suivants : 

(Le premier prix est pour les membres de la Société, le deuxième, 
pour les personnes étrangères à la Société.) 

Annales de la Société entomologique de France, années 

1843 à 1846 et 1859 à 1890 :....... 12 et 15 fr. 

Les années 1847, 1848, 1836 et 18S8, dont il 
reste moins de 10 exemplaires 50 Ir. 

Annales (années 1891 à 1901). 25 et 30 fr. 

Tables générales alphabétiques et analytiques des An- 
nales de la Société entomologique de France (1832- 
1860), par A.-S. Paris 2 et 3 fr. 

Tables générales des Annales de 1861 à 1880 inclusi- 
vement, par E. Lefèvre 10 et 12 fr. 

Tables générales des Annales de 1881 ù 1890 inclusi- 
vement, par E. Lefèvre 7 50 et 10 fr. 

Bulletin (années 1895 à 1900) chaque 18 fr. 

Bulletin (numéros isolés), chaque 1 et 1 fr. 

Bulletin, comptes rendus du Congrès (1 ou plus. N»') . o et o fr. 
L'Abeille (série complète in-12), vol. là 27. ...... 150 et 175 fr. 

li'Abeille (série in-12) la plupart des volumes, chacun. 8 et 12 fr. 
L'Abeille (série in-8'') 1892-1900, prix de l'abonnement 

par volume (port compris) 10 et 12 fr. 

Faune des Coléoptères du bassin de la Seine, parL.BEOEL: 

T. J, 1881 {Carnivora, Palpicornia) 5 et 8 fr. 

T. V, 1889-1901 (Phytophaga) 8 et 10 fr. 

l^"" fabcicule seul 3 et 4 fr. 

2e fascicule seul 5 et 6 fr. 

T. VI, 1885-1888 {Rhynchophora) 8 et 10 fr. 

1^'" fascicule seul 3 et 4 fr. 

2» fascicule seul 5 et 6 fr. 

Catalogue raisonné des Coléoptères du Nord de 
r Afrique, par Louis Bedel, 1. 1, l^'fasc, pp. 1-208, 
in-8°, 1895-1900 10 et 12 fr. 



Catalogue syn. et géogr. des Coléoptères de VAnc. Monde : 

Europe et contrées limitrophes en Afrique et en Asie. 5 et 7 fr. 

Catalogue étiquettes, pour collections 8 et 12 fr. 

CatalogusColeopterorumEuropaeetconfinium fr. 50 

Id. avec Index {Suppl. au Catalogus) 1 fr. 25 

Monographie de la famille des Eucnémides, par H. de 

BoNvouLOiR, in-8° avec 42 planches gravées 5 et 7 Ir. 

Monographie générale des My labres, 1872, 6 pi., dont 

2 col. —pi. noires. . '. . . . 8 et 10 fr. 

— pi. coloriées 10 et 12 fr. 

Les Entomologistes et leurs écrits, par de Marseul. ... 8 et 10 fr. 



Librairie de la Société entomologique de France 

Mylabrides d'Europe [Monogr. des), par de Marseul, 2 pi. : 

— Noires 4 et o fr. 

— Coloriées 5 et 6 fr. 

Télephondes et Malthinides {Monogr. des), par de Mar- 
seul, 1 pi. n 4 et o fr. 

Silphidcs [Précis des genres et espèces des), p. de Marseul. 3 et 4 fr. 

Tableaux synoptiques des Pamsides, Clavigérides,Pséla- 

p/«rfe5^^Sf!/rfm«u'rfes, parREiTTER (trad.E. Leprieur). 3 et 4 fr. 

Nouveau Répertoire contenant les descriptions des espèces 
de l'Ancien Monde : 

Hydrocanthares, Palpicornes „. . 3 et 4 fr. 

Buprestides 1 et 2 fr. 

Lampipides {Monogr. des) et complément, par E. Olivier, 

2 pi. n 2 et 3 fr. 

Apionides {Monogr. des), par Wencker 2 et 3 fr. 

Oedemerides {Synapse des), par Ganglbauer (traduction de 
Marseul) 1 et 2 fr. 

Ditomides {Monogr. des), par P. de la Brûlerie 2 et 3 fr 

Eumolpides {Synopsedes), par E. Lefèvre (Appendice par 
de Marseul). 1 ot 2 fr. 

Histérides de l'Archipel Malais, par de. Uarsevl 1 fr. 

Histérides nouveaux {Dcscriptio7i d'), itSiT de M.ARSEVL. .. 1 30 et 2 fr. 

Magdalinus d'Europe et circa, p. Desbrochers des Loges. 1 50 et 2 fr. 

Nanophyes {Monogr. du genre), par H. Brisout de Barne- 

ville : 1 50 et 2 fr. 

Erotylides et Endomychides de l'Ancien Monde {Revision des) 1 50 et 2 fr. 

Glaphyrus {Monogr. du genre), par Harold (traduction 
A. Preud'homme de Borre) fr. 50 

Oxyporus {Tableau synopt. du genre), pSiT A. Fauvel. . . fr. 50 

Characters of undescribed Lepidoptera heterocera, par 
F. Walker 3 et 4 fr. 

Tableaux analytiques pour déterminer les Coléoptères 
d'Europe. 

I. Nécrophages (traduit de Reitter) ! fr. 50 

II. Colydiides, Rhysolides, Trogositides (traduit de 

Beitter). fr. 50 

Onthophagides paléarctiques {Synopsis des), par H. d'OR- 
BiGNY 3 et 4 fr. 

Catalogue raisonné des Coléoptères du Nord de l'Afrique, 
par Louis Bedel, t. I, l^"- fasc, pp. 1-208, in-9°, 1895»- 
1900 10 et 12 fr. 

Le prix du port de ces ouvrages (sauf la Faune et les Cata- 
logues syn. et pour étiquettes, envoyés franco) est à la charge de l'ache- 
teur. Il en est de même pour l'envoi des tirés à part du Bulletin ou 
des Annales et des dix volumes donnés à litre de prime gratuite aux 
membres à vie. 



La Société entomologique de France tieal ses séances les 2« el 4» mer- 
credis de chaque mois (excepté août et septembre), à 8 heures du soir ausièae 
social, Hôtel des Sociétés savantes, rwe Serpente, 28. 

Elle publie : 

1» Les Annales de la Société entomologique de France (4 fascicules par 
an arec plancries el figures) ; 

2» Le Bulletin de la Société entomologique de France (20 numéros par 
an avec figures). ' 

La cotisation annuelle est fixée, pour recevoir franco les Annales, à 25 fr. 
Les membres étrangers qui désirent recevoir franco le Bulletin de 
la Société, paient 1 fr. de plus 26 fr. 

Tout membre payant une somme de 300 francs est nommé Membre à vie. 
H n a plus de cotisation à solder, reçoit franco les Annales, le Bulletin, et, 
à titre de prime gratuite, une série de dix volumes parmi ceux à prix réduit 
restant encore en magasin. 

Les Établissements publics et les Sociétés scientifiques de la France et de 
1 Etranger peuvent se faire inscrire sur la liste des Membres de la Société. 

La Bibliothèque (rue Serpente, 28) est ouverte aux Sociélaires le lundi, 
des a 11 heures du soir, ellejeudi, lendemain des séances,dei3 à 6 heures 1/2. 

PROPRIÉTÉS DE LA SOCIÉTÉ 

L^ABEILLE, Journal d'Entomologie, fondé par S. de Marseul, 
continué par la Société entomologique de France , publie spécia- 
lement des travaux sur les Coléoptèkes de l'Ancien Monde. 

COLLECTIONS 
1° Collection H. Sénac {Tenebrionidae) , 

2» Collection Ch. Brisout de Barneville {Coléoptères d'Europe}, 
chez M. L. Bedel, 20, rue de l'Odéon. 

3" Collection Peyerimhoff {Microlépidoptères) , 

4" Hollection H. Brisout de Barneville {Coléoptères d'Europe), 

5„ Collection Aube {Coléoptères d'Europp). 

6,. Collection entomologique française de tous les ordres, 

7> Collection d'exemplaires typiques. 

au Siège social, 28, rue Serpente. 



TARIF DES INSERTIONS 

sur les couvertures du BULLETIN 

Une page entière. . 
Une demi-page. . . 
Un quart de page . 
Un huitièmaide page. 

Pour les Membres de la Société, les offres d'échanges, demandes 
de communications ou de renseignements d'ordre purement scienti- 
fique, qui n'excéderont pas cinq lignes, seront insérées gratuitement 
dans deux numéros; lorsque ces offres ou demandes n'excéderont 
pas rfia; lignes, elles coûteront fr. 20 la ligne pour deux numéros. 



2 N"' 


6 N"" 


12 K°' 




20 N"' 


. 10 fr 


25 fr. 


48 fr. 




80 fr. 


. 6 fr. 


15 fr. 


29 fr. 




48 fr. 


4 fr. 


10 fr. 


19 fr. 




32 fr. 


;. 3 fr. 


7 fr. 


13 fr. 


50 


24 fr. 



Typographie Firmin-Didot et C". — Paris.